(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Remarks on transportation, and on a recent defence of the system;"

This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose legal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journey from the 
publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we have taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's system: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
d iscover the world's books while helpi ng authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 

at http : //books . google . com/l 



BBH 


^■^^^^^^^■■■H 


^^^^^ 






^^^1 


^^^^ *> n ' ' ■ •■ 


^^^^1 




^^^1 


^^HHPTv..- 


^^^1 


^FlTUevise i 


^^H 

^^^^^^1 


r d*s M JnnRt 1 


^M 


1 1 . /^ 

1 -'en, 


]ue,aus»ich ^^H 
en nlir I'm' ^^H 


l^flft 


^^1 




'\ que le reproch? d1d^^ ^^H 
1 la d^laration frnn^ifi^; ^^H 


^^moii 


^^H 


^Bfais ail 


aavolr la; . (^ %nonlen it. ^^H 

In droit natureL 1^ / "^ ^^M 

';*to# voW©en 1771 pi tn; ^^M 


f^dn ' 




^^A«.t I 


\n ^H 


r, 


^^^^^^H 

^^^1 


1 i 

1 c« renri en 

Hi 


Queue ^^ ^^ i^^^ « de rhomme. droile dont ^ 



I 



I .^** 



ralent fort de resier obscures si on ncleU 
mltach^il u l'expos6 do leurs princip*j* 
moraux, Non, do toat ce que conUeivtc^et 

mivrage, loial dc doctritie at d'id4y« g6ii4^ 
rales, rieii n'est ^trangur au SLJJet. Nou^ 
uoua plainclriojQs plut5t de cc qui n'y csst. 
pas : j'entends iiu appel, an recoups plui' 
frequent aux falts posilifs delft politique^ 
aux tcxtes dq droits ^ux coa^titutiws, 
qui sont bien eiix aossi» toi^t coiisme \m 
6crjts des th^oriciens, des sources de la 
science politique. t 

II nous restL' k exprimer un vceu: c*est. 
que M Janet tienne. la prooiesse q^*il 
fait k ses lecteurs dans son -drar^iars^- 
trntit ■■ <( Nous ne renonQons pas k I'espo* 
rancc, quelque pr^somptueuse quellti 
piiisse pyraltre anoLre Ag^i ^^ complulty? 
plus lard notre ouvrago par i^n troUiemt 
volume qui nous condiiirait jusqu'^ nos 
jcmrs.» M.. Janet a d^ja pr^par^ !es i4i- 
ments principaux dece travail dans une 
s6rie de publications : \o. Fhiio^ophie del 
RevQUtiQn frangaise^ 1875 ; les OrigineB 
du socialismc conimipQraiH., J§S3 ; SaifU* 

ti'WB paj'ties du m^mo sujct ont 616 
i'objet d6 sea savautes le^ans k lEcoi^ 
des sciences poliHqnes, Nau3 qui COU 
ciai^?€^s de longie dale eon infatig M 
activil^fllQus ne doutous pas que I'av 
nir ne lui" laisse le loislr de coo 
donner , en les compl^tant, ces frag- 
metiti ^pars; et.no 03 soiihaitons qu^l 
soil I'jngtemps h itjfima d'etre viclim 
de celte illusion d'optique interne qu^i 
a lui'm^nio si ing^nieusemcnC d4cnl 
et qui fait quo les a(ir*4ti«( para i Stent 
plus courtas, luaii^nou moins bieii rtHJi- 
pUmt k mosure quo I'on ava ce en lig«^. 









HISTOIRE 



DS LA 



SCIENCE POLITIQUE 

DANS SKS IIAPPOIITS AVEC LA MORALK 



A LA MEME LIBRAIRIE 

AUTRES OUVRAGES DE M. PAUL JANET 



Les Causes finales. £• 4dit., 1 vol. m-8 do la BlblwtMqiw de 
philosophie contemporaine 10 fr. 

Lb Mat^'i'ialisme contemporafii. l* odit., 1 vol. in-tS de la 
liibl.'othiqtie de philosophie contemporaine 2 fr. 50 

La Crise pbllosophiqoe. Tainf, Rknax, VAcnKiiOT. Liituk. 
1vol. in-lS de ]& liibliotheqiie dep.'iirox'opUie cttntempitraine. 2 fr. 5<) 

Philosophic de la Revolution fran^aisc. 3' edit. 1 vol. in-lS 
de la Uibliothique de philosophie contemporaine 2 fr. 50 

Saint-Simon ct le Saint-Simonisuic. 1 vol. in- 18 dc la 
liibl.othrque de philotnpUie contemporaine 2 fr . r»0 

Lcs Orininesdn sociallsme Gontcniporain. 1' ^dit , 1 vol. 
in- 18 do la Iiibiiotli?.que de philosophie cimtemporaitie . 2 fi\ 50 

Dieu, riiouiine et la beatitude. (CKuvre ineditc dc Spino/a . 
1 vol. inlS de la Itibliothi'que de philosophic contemporaine. 2 fr. 50 

Le M6diatcui* plasUque de Cudwortb. 1 broch. in-8. 1 fr. 

Leibniz, oeuvres philosophiques, avcc introduction ct notes 

par M. I^AUL Janet, 1 vol. in-8 1<> fr. 

Leibniz, nouvcaux essals sur rentendoment liuuialn. 

Avant-propos ct livrc premier pr6c^des des reflexions dc L<icke. 
Nouvellc 6dition avec introduction, analyse et notes. 1 vol. in-l^ 
dc la liiblioth^que class'que d'ouvrages philosophiques ... 1 fr. 



Tralt6 ei^mentaire de philosophie. 1 vol. iii-8 (Librainr 

Ch. belagrave) fr. 50 

lAk Morale. 3* edit., 1 vol. in-8. {Librairie Ch. Delagrave) 7 fr. 50 

Victor Cousin et son oeuvre phllosophlque. 1 vol. in-S. 

{Librairie Calmann-Ltfvy) 7 fr. 50 



TOURS. — IMP. ARRAULT KT C". 



HISTOIRE 



DE LA 



SCIENCE Pt^CITIQUE 



DANS 



n 



■ - ■■ ■ V / 

SES RAPPORTS AVEC LA MORALE 



PAR 



PAUL JANET 

MEMMF. DE LiXSTITlT, PftOFESSElH A L\ FACILTK DES LETTRES DE PAKIS 



TROisi^ME Edition 

REVl'E, REMANI^E ET CONSID^.RADLEMENT AL'GMENT^E 

ou\raKe nmninni' par rArndrniic des scionocs morales ct politiqucs 
ct |iar rAcademic franvnisc 



TOME PKEMIEH 



PARIS 

ANCIENNE LIBRAiniE GEIlMER UAILLIEUE ET C'*" 

FELIX ALCAN. EDITEUR 
108 Boulevard Saint -Germain, lOH 

1887 

T«M droiu rftcrrfe. 



AVERTISSEMENT 



DE LA TflOISlfeMK EDITION 



Cti oiivragc, t\m* turns, jiiiblioiis pour );i Iroisiemc lots, aura 
liit'iilrtl «|u;ir:ntU^ ;*iiikm!S d'exisleiicc. II a «!ti tMiiiru eii IK48, 
»uiis riiii{Mili(ioii lies I'vt'ueiueiils de vHIq auniM* celt'bri' H vn 
fi^[H>itw an Programme de TAcadi'mtc di's sciences morales el 
|M»liliqiies, qui avait niiH an coneours la question siitvaitte : n Cmn- 
\iAr*'t la |ihiio!iO(iliie iitorah* vi im\\ih\uv dr Ptatoji el dWristolc 
ave<' relle des puhlieisles iiiodenies jrs jdiis relrlires. • Notre 
memuire ayanl elt* ( ouroiiut* en 4853, nou« nous soiniriCH reinis 
All tra%'atl pour eompleler noire ouvrHge ; et an lien d'nne simple 
cuniparaiBon enlre les doeUines de Plalon el d'AHstole el eelle 
4^% phiA grands puhlicisteB. nons avons entref^ris et <*ssaye 
JViifciiler, »ur nii plan general, nn** Uuiairc do la philosophic 
mamte et poliiique. I/onvra^e parnt m)iis ee liln% en 185ii; el sous 
M ivrme noiivelle il eut eellc toh Thonneur d'etre conronue par 
rArademic fraoraise. 

Kn IH7i, noua donnrmieA ta seeonde edition de noire ouvrajje, 
ii« vtt ehangeant le liire el en ni<Miili:int :issez prolondenienl 
fond. II nunt^ avail M*nil»l<'' qne e*«*tail Irop que d<' ]ir(»nieHre 
k 11 faU nn^ hi«itoir^ de la morale el nne hif^toire <le la poliiiqiie, 
rt qa« cc» detit hisioires devaient ^Ire Timh' el Tauirc incom- 
pMtei; en second Iteu <|ne la morale el la politique ne se deve* 
((ip|M*nl {rds lonjour^ eoiieitrreunneiil, et ne iifpondeiit jias nt'eeiK* 
nirenifnl lunr n 1 aoire, llonihivn de nioralisles n'oiiL p:i*( loiielie 
k U fiolilique ! Comtden de pnhliej^^tes ne kc sonl pai» oeriifM's de 
mtiralr * L'onvraK*' manqnail done d'nnile, et elait eiMidamne a 
dr iioraUreuM'ft laennes. II nou<^ senilda qn'il elait prefenible de 
pmidrf poor n*tih'i' I uim' drs deux M^ieriers ; el eoinme la poll* 
tifoc ciail ta moin« eonnin*, v'aul eelU'la qne nons av<»ns elnnsie^ 
•aiif pirrdrc de vuc sa liaison avec la morale, liaisoD qui avail 6x6 
lATfKT, — Scicfiee politique. L — a 



II AVIVUTISSEMENT 

la peiiSL'c doiiiinaDti' flc notir Iivit, cI ([iii lui (Ifiitimil sou cariic- 
tt'i'c |thilijsu(>hujin'. NoiiK (n'liaes. grace ;t cv ivmatitt'jiintl. (hxiiHT 
U iMflri! «>uvr;ii;;e plus irimilL' r(, jumr rr qui coiin'rin' \n iKrli(if|iic 
|trt»|»n'iii«*iil ililr, ajmiltM- (iitisitlL'rahlcnH'iJt a Irdilioii iirL'i*'(loiit(\ 
Eiiiiii nulls (li>iii<*s rt'siriiiei' co chan^emciiL <lc \mn\ de vue duns 
Ic tiire du livrc qui dcvjnt cclui-ci : Ht^toire de la science pdiUque 
dam ses rapports avec la morale. 

CcjH'iidniit i[ y avail encore bieii di's laciincs, Coiifonncmerit 
ati phni primittf, leg ^'nirids uoms daminaieiit luiil : iiniis nvitiim 
Uti pi'ti iiej^lij^ii, notaniiDL'iit duns la seroitde partie de imtrc 
second volume , les noms secoudalres , ([Ui^lriues-ims mem^' 
d'illuslres dans dc!i scieiires voisiiics (Vicu, Ad. Sniilh), et les 
travaiix niuiris coiitins qui s»'rvenl de tiurisiiioiis el dc passaj^«>s, 
(H rjiil rnntplrtenl el crlairent te laldeaii. Ojj Irouvera d*ynr dans 
eeJte inHivelle ediliim nn eeiluin iioinhiT de tliapilres enficre- 
nieiil iifiuvtnujx (t), H dans lous de tres nombrenses additions, 
De plus, daijs nnc hilrothirlion eletidue ol loule uouvidle, nous 
avons eludie les Raj^poils dii drnil ct de la politique, rrmimc 
nous a\ifius fait dans mie InttttducUon preeedentc [i<»iir les Flap- 
porlsi de la polilique et de ta morale ; ei uons avons saisi <el(c 
otM'asion di* iraiter a fond la qin^sliun si eontroversee des Droits 
lU' rhoninie. Nous avons hushi nntahlt^utent soigne et aiignienU; 
lu bi]jlio};rapliic do noire suj4il ; el j«^ nc erois pas qu1l resle un 
noni on un ei'rii po)iiiqn<:^ de qiielqut^ hnpoiiaiH'e qui nv. soil an 
nioins nienlionne jiar uoust soil dans le texle, soil duns les notes, 
soil dans llndex placii a la lin de notrc second volume. Nous 
avons ajoule, pour la (acililo des reelierehes^ une laldc anatyti- 
quc; e«(in nous n'avnns rien neii^lij^c pour lUirc de eel onvrajptc 
k nqtertoire Je plus coniptet de la Science politique considcree 
dans SOS principes philosopliHjues, 

La linkile ou nous nous souinios ain'te, eonime dans les editions 
precedenles, a cle repoque do la Rcvolulion rraueaise; maisnoiis 
nous sotnmos avancc b^anroup pins pres que nous ne I'avlons 
fail, encore, el nous sonnnes arrive tout a fuil jnsqirau seuil do 
ce grand evi*neuien(!. dune pari rluiis nntre dernrer cliupilre, on 
lions eiudiouH les {luHlieisies anojieaius et les pulilieisles de 
8^), MiralK'au el Sieves ; d'antre part, dans notre nouvelle lulro- 
duelion oil nous aiialysous «L res^umons la Ddciaration des droits d& 



(I) I'ar c\«ni|jJi^, tes eliajiincti siir les KnrycloiiedLslai*, sur la Pltiloaopldo 
nioialu ct |>DmjquQ ca Ilalie et en ilcoa^, ^ur tes Putiticisics amurlcains, et 
enlln Ja Condu&iou. 



DE LA TR0ISI1^.HE J^ITION III 

I'hotnme cn Amerique ct en France; enfin dans la Conclusion qui 
contient un resume rapide, mais, nous 1e croyons, assez comptet, 
de la politique du xix*' siecle, au moins en France, avec quelqucs 
iiidicatious bibliographiques pour les autres pays. Nous ne renon- 
Cous pas a Tesperance, quelque presomptueuse qu'elle puisse 
etre a notre ^gc, dc completer plus tard notre ouvrage par uu 
Iroisieme volume qui nous conduirait jusqu'a nos jours. En 
attendant, nous en avons deju donne quelques fragments que 
nous preuons la liberte de rappeler ici, par exemple : La Philoso- 
phie de la lUfvoluHon francaise (1875) — les Origines du socialisine 
contemporain (1883) ; — Saint-Simon et le Saint-Simonisme (1878) ; 
etdaus nos Probldmes du xix^sidcle Tarlicle Tocqiieville ; enfiu, deux 
articles de la Reuue des Deux Mondes : Tun sur le fondateur du 
Phalaustere. Ch. Fourier (1879), et Tautre sur V Introduction a la 
saence morale d'Herbert Speucer (187")). Ces divers fragments for- 
mcul deja une notable partie de noire sujet. Nous en avons 
d'autres en niauuscrit qui viennent de nos cours a TEcole des 
.sciences politiques. On voit que ce n'cst pas tout a fait sans fon. 
dement que nous nourrissons Tespoir d'amener plus tard notre 
travail jusqua I'epoque contemporaine. En tout cas, la limite 
de 1789 est assez precise el assez tranchee pour que notre livre 
puissu se presenter comnie uu tout coniplet. 



INTRODUCTION 

I»E LA TROISlfeME EDITION 



RAPPORTS hV DROIT KT DE LA r»(HJTIQUE 



UK nllCLABATlONS DF, rmOITS E?f AM^.BIQUE ET EN FRANCE 

Duns rinrnxliiotion d** notre |>roniii^rc edition, quo nous 
feprociuinDfi!^ plus loifi^ nous nvun^ oxpose les i"appor'ts do hi 
Monilp el de la Pr)lilii|iie. >oiis ci*oyons devoir (aire preeeder 
oetle^ri d'une iHude du nieine genre sur les fiipporls du Droii 
H dp la Politique, Nouh aurons ainsi nipproche la scienct* 
poUUcpie de% deux i^^nuides hrnrn'hr's de !a s("i<*nee eihique, 
amqncilcs Kant :i donne le n<Mn de IHietiiiic de la verlu 
{Tu^entUlehre) et de D^xnrine du droil {Rfichtslt^hre), 

MiJS tandts que tlans noire prrmien' lidrodtiriion nous 
^Uidie la question posik' sous nne fomie abslraite el 
lhi'*oriqiii% i] nous a semble eeHe fois plus opporhm 
iTc'Spofipr celte nouvelle (fuestion sous une fomie plus eon- 
Cf^ir rt phiji vivanU", sous furnie hislorique et iin ptvii pole- 
niqui*, cVst-a-dire i^n diseulani la valeur des l/tTlarfftions de 
droitM qui out inauj^un* en Anienque el en Fiimee li*s revolu- 
tiiiDii de ei»s tWux pays. Onln* lavanlage de dnnner plus de 
a l:i diS4nijisiou« cl de fairc louelier au doigl il une nianierc 



Vf I>TROI>UCTIl\N . DK LA TIieHSU^MK feDITION 

plus precise Ic rapport tie la politii|ue el du droit, nous y 
iroiivons encore un autre avania^a% eeliii de roniplf'ier' noirr 
proprr livre, en y iijoulant des dofiiiiienis niissi cansiderahles 
de la seience itoliliipie que ees sorles de DvciarftJiojts. C'esl 
clore el eireonsci'ire dune nuiniere pre(!ise noire sujel el uolre 
ouvi'tij^'e, not re plan ay ant loujours ele de ne pas depas- 
Her 17811, lout en oiivrani des perspectives sur cc qui a suivi, 
Celle Inlrodueliim est done en uieme lenijis une sorLe de 
condusujn. 

En general, on peul dire que rien ne I'uit niieiix ivssortir 
liulen^l el la vulenr d'une idee que la eonli'adielion. Les droits 
de riiouune ne seraient aujourd'hui qn'nn lieu ronuuiin jrai- 
sible et ennuyeux, et, ce qui est plus giave, un theme grossier 
lie. revendk'ations brutides el anlisociales, si ee snjel ne s'elait 
Irouve en quehpie sorie rajeuni el releve par un assex r'urieux 
revirenient d'oi)inions qui s'est nianifesle parrni nous au sujet 
de ees Beeluratiunssolennelles, que Topinion liberale el demo- 
eraiique avail i(n*jours I'cjiisiderei's etnnnie ta hase neeessaire 
el inebranlable de JV»rdre soeiid nouveau fonde en 1789. A 
toules les crises politiqiies <pii avaienl niai-que un pi'op[res ou 
une eiape dans la iniu-ilie dt^ la Ui'vohillon, en 80, en 93» 
en llfj, eu !8i8, el nu^nie en IH.rJ, on avail eni obligutoire de 
faire pr^eder* t iiaqin* eonsiiiulion dune table de droits, d'tiue 
espeee de Decalof?ue aufjuet, a qiu'liines epoques (en 115 et 
en 48), on avail ajtmU'j par un jusie senliuienl d'equilibre^ 
une lable des devoii's. Dependant, duns la derniere eonsiiiulion 
votee en 1875, on a renonce a eelle tradition : el df l:» purl 
d*aueun parti il n'y eril ombre ile protestalion. 

Ce revirpmenl a eu j)uiu" esuise un senlintenl jiisie an fond, 
el de plus en plus rejjandii, sur la difti'^renee qui d(>it exisler 
entre la politique el la pliih)sofihie : la (iretniere ayani jiitur 
objel des inlerALs reels, eoncrels, deiiuis; la se<'onde, des 
printipes rafionnels absl rails, luujours plus nu nioins indeter- 
mines. On a inviie la Franee a taire son (^\;uueri dr rons4*iencc 
et a se demander si elle n'avait ti-oji cru jus(|ue-Ia a la vertu 



HAPI'OniS m DROIT ET DE LA IMIUTIQI'I. VII 

"priiMrlpfis ot (l«\s iiif*es; on liii a monirc par oompuralsou 
!<•« itali4>iis rlrangi'i-es Ics plus prochf's, phis avancecs qu't41e- 
ttit^ine danti hi pratique dfs libertrs soeiaiog, la on liii a dil que 
(*\U^ avail I'le irlnrtln* dans la cniuiiKHr t\v vt^s li!iort4''s, c'eAt 
Vllr avail pbrc* It* bill trop haul rt (jii'rile s'vUnl i^rist'e de 
nuHaphysiqiu! poliiiqur. Kii AnglHerre vi vu Aiiirrit[uo, a-Uoii 
dil, lu race arig:lo-sa\o»ne, jitus ja^siiivo, plus pruliqui\ luoiiis 
tranA4^4>ndai)U% (*M wWvv plus droit ati I'ak H s t'St coiitentee du 
pOA&ibh*, sums trop sc pi't^occupri' dt' ridoat : la^ a* i]ifoii 
apixdie Di^rlaralions do droits, 6i7^ des drolls, no sei*ai! quo la 
eoii'^iaiaiioii ou la rontiruialtou diutrrt^ts pt^silifs, consarres 
plufi oil nioin^ par la rouluiiH' I'l t)ar la iradilion vi [lOtir 
li*«qui*U \\ 8'agit(«ait dt« Irouver des garuiUies. Aussi (hatiiio 
t^Holullon a-l-olk* ett! limits h ro!*ji*i pour Itnpud ello I'-iait 
fiitu*. Kn FraiK'4\ \nu cotilniiris on parianl i\vs pi'incipesi d'un 
rHionalJHrnp absti'ait, on a Jolo Ic genui> dt* la nvokiiioii a [K*r- 
ptoilt^; on a (*ngcndn* la scc.ic des rrvcdulioiinaiiTH a oiiimnce, 
qpli veulenl asMijeitirla soric-teau lil dt* I'rnruslo dr liin'sron- 
S)'^^it('']iia(iqiieH. Voilii pourtpjoi, dil-on, la revcdulioa ru 
ft' eli^ m vio|ciin% si fanatique, ei |>ourquoi tdU' na pit 
fUrorv ^Mn* frrnuk*! landis que depuis louj^UTups rAnf,d(rlciTe 
ti rAmoriqiie, iTpoi»anl sur dts prinripos scniblaUles, onl 
UVMiu^ la stability el nan?* otVreni lo iiiodelc des soi'ietes les 
ptas ri>rtiL*s el h*n jduB solides qui existent encore aiijourd'hui. 
' ' ' iifjs retarde riiitrodnetion de ees vues daus 



In 



M' la ri-ance, rest (|u'elle8 n'ont ete sou- 



Mues d*nbord que par l**« cnnemis de la librt* pensee ou jMir 
In eanrmis de Tt^pril franeats. Kn AUemaijne, e'elail cequ'on 
1ippH;th Tenile hiHti»HqtK\ liee a lespHl <le reaelion le plus 
avciiple; eii Frant'e, e'eiail Jo!ie[ih de iMaislre, I'ap^lre fana- 
llimc <fe* la thiW'i^tjc du moyen dge; en Anglelerrc, c*etalt 
Eorlte, pluH ou moins liberal ilan<< nmi pa^H, mais 
adam^ de la itevoiuliou t'runealse. 
Timl que les objections ronin^ les droits de I'honime nc sonl 
qtWJ dc C5« dilG6ri'nies ix'oles, bien loin il>xer<*ep nne 



vni WTROPUCTfON DE LA TaOISlftMK f'.niTION 

inflmMjrp qiipk-onqup snr ropinioii lilM*ral(% H>s in« fbisaient, 
au raiilriiir(% on la provoqiiniil, (jue lu poussor dii vMi^ oil 
elle ponrliait. Toutes les nuances du liberalisme croyaienl aux 
DtM^hirations do droits; cl, tandis (|u\»n 187'* il n"y eiil luisimi* 
vai\ pour- prolesler roiitre hi siijipr-ossion de re preimibule, il 
n'y t^n rut pas une noii plus en \H\H pour s opposer a sou 
inlroduclion. Mais, dopuis t:ctlo epoque, I'esprit de la philoso- 
phie a beaueoup ehanj^e : landis ([u'ello avail ete jusque-li 
ideatisle, amit^ des prinripes absolus el des id^es piires^ elle 
entra de phis en plus, apres Techec de 48 el de 52, dans la 
vuie eriUque et [losilive. 

C'esL en cil'et I'ecole positive, par I'organe d'Augiislc CouUo 
son fundateur, qui, la pnMiiiere enire les eeoles pro^ressisies, 
a protesle eontre la metapljyst(|ue polilique par la raison 
Lien nalnrelle qu'elle prolestait c»mtre loute nii'taphysitpie. 
Cesl un Luiii-e libre-penseur, eVst le phis illustre ii'presentanl 
de r^eole ex peri men tale, M. Taine, qui a le plus insiste sur 
I'ordre dldees que* nous venons de resumer. D'auti'es librrs- 
pen.s<*urs, non mains brilkmls, non moins populaires, onl 
pousse dans la nK^uie voie. Ce point de vue nouvcau, emane 
des philosophies les [ihis a la mode, elaye dVdleurs, il faut le 
dire, sur des consideralions soUdes, appuye par les liistoriens 
qui se voyaienl de plus en plus investis du role d'eelaireurs 
assnnie jusque-la par les plulosophes,aeeepte par les poliliques 
pralifjues qui ti'ouvaient la le moyen tie faire passer dans le 
iait ee {ju on u enl pas aeeefjle en prineipe, repandu ile plus 
en plus dans la presse cekiiree, irop heureus^l de irouver unc 
source nouvelle de lieux eonnnnnSj a Hni par iriomphcr sur 
loute la ligne. Les Deelai-arions de droits onl ("ait sourire les 
uns, provoque llmlignalion tics auires, et sont <le venues res- 
ponsables des erreurs et des exces de la Revolution. 

Nous n'avons nullenii'Ul linlention de reclanier contre ee 
qu'il y a de sens/', de pratique, d'ineonlesUible dans la doclrine 
precedents Nous no demandons pas uno revision de la Consti- 
tution pour y fairc ins^^rer une nouvelle Declaraiion de droits. 



rM 



i»4i»nonTS Till linoiT ax he la noLiTiQiT. nt 

r«ifus irouvons iri^s naluifl ot Irrs sage f|u'(m ne rpnouvelle 
U'tiiiiiiii'nl ces series d'aiios solcnnfls mkTssain'inriit 
loiroduire une nouvelle D*'<'brulion de di-oiis ii 
n^voliilion, fVosi se donncr la l(*THali<m d'vn iiivciUrr' 
i<|uf» fof» do nouvoaiix. Or la tnMo drrss<V pur iios aiir<Mn*s 
dssejL vas(t» pmir (>rni|ioi' lluiiruHiili' [lendaiil jtliislours 
Qtte sL a um* cpoque critkiur dr I hisfninr, lorsrjuo \<* 
i\e !n sm*i(Ho (»st t*luMig<'» dc foiul vn rtinihlc el qu*iiii 
Il4vuv»»l ordfi' social »\sl sur Ir p<»int dr si* prtiduirf, il a pii 
Arc utile di' Mipider Ics condilicms do tot ordre nouveau el 
dVft dreiijicr le pn>j;i"nmnie, il or faiil pas bt^^sor croire (pi'on 
soh sans rossc on pr^^'sonri* d'uin' n-vidiiiion du Tn<^iii(» j^i^nro. 
>sl d'aitpliqiitr leg pnnripos |diildl i\uv dt* los proclimior 
il K'ajrii vmlablomont. Lt* sucros exigr (duK^i la soi<*in'r An 
qa'unp pprj[H*iiuA\v rtmU'inplalion d«» lid^'al. On |>rul parfai- 
I, »nn.s ronit*!- li* inoiiis tiu moiidi* h-.s d roils de rhomnie, 
croirp avcc tous Irs honimoH sa^jes quo la France s'est irop 
iy«* tl<» forraules H qn'idle ne sVst pas assez applitjiifM* a 
lier k*« fail* : ce qid, en effei^ est ln'iuitvitip plus dinirile. 
^ntnde Kcolt* dea sciences potitiqites a <i(* londois 
nous [»nr lu liberie (!); ct elle sV*l inspin'^e de ee ptiiut 
le ¥tK* vrainient palri(>li(|iie : <»llt'a nrfjaiiise la seienrr poliTiqiie 
dans le HeuH le fdiiH posiiif et le phis roneret. Elle nous a 
doiHlL^ |p mndMe de ee que doit ^ire eliacuu do nous pinir son 
loAtrnrtion personnelle. Elle a pris pour bast* rhisioire ct 
r^udt* des fail* iWK'iaux, (.'fst uii f^ranrl pm^res. Vnjlji la part 
tfor HODS iiTiesilons pas a Tuire a rcqiiiiion 4jU(^ uoirs vnuloiis 
ttambcr. Ce ne soul pti» mAme la den coiicesHJons : er soul 
d* ''»iis positives que nous prendriotis k noln' eorapie, 

«i : ,1,.. i-^Hjleii lie s'en I'laienl rhiu'gees. 

Oil vo^ex-fouft, en eflel* c|ue hi ptiilosopliie idealisle salt 
l^nne irignon^r le ri'el el que la llieorie des [irineipos a priori 



(I) C«l»« crfatton o«t due h 1 tniti&Uve |>erHODiieJlo et A rhabilel4 
efiii#omm«Hs da M. Bm. Boutiny, niembro do I'liiHtjtut, doni lo tiom 



17<Tn01)lT.TIf)N TlT> LA 'JUmsriCIIE ^IDITION 

n'ail pas bosolii clu cnncniirs dp IVxporif^nrt'? S11 y a l'U exres 
dt'(!e vi\iL\ t*'osi tiifon esl tenU* loiijoui's dc versi-i' fiiir oil Ton 
penche; il ppiii dont^ y avoir des excrs inversos. Mais ce n'est 
l>as h\ niutt' d<'*i principes, e'cst la faiiti^ des homnies, qui no 
soni pas assoz forls pour avoir deux fdiu's a la kns, Etitre Ics 
asserlious raisoniiahh's donl nous vriions do faire la part, ct 
criic afliniiutnjn doeirinalo, fpn' hi Fi'aiici* a i'omiiiis line 
gmudc faiiti' ft iirpsque un grand crime en jnvnani It^ droil 
pour drapeau, il y a ene assez grande dislaiii'e, H Ton peul 
^Iri* sage dans le present sans ^'trc injnsle en vers notrc passe, 

Dans loiites ees eriliques que Ton IVul de Fesprit fruneaia en 
polifhpip, on devine toujfuirs nn regret inexprinie, mnis sous- 
enlenthi : « Que! malheur que la France ne soil pas FAngle- 
lerre! i Mais, si la Fi'ance elait FAngleterrc, qui done serail 
la France? N'a-l-elle done servi a rten? X'a-t-(dle pas anssi 
son genii' proprii? Pourquoi ny atirail-il pas dans le mondo 
nn peijple donl la fonclion serail delaborer des idees generates 
el de resunier les clioses dans la clarle des idees simples? 
Nous avons assez enseigne la logique ponr n'avoir pas a 
apprendre les inconvenients etles dangers des idees generales; 
mats nous avons appris aussi que, de I'aveii de tons les philo- 
soplies, ce sont les idees generales 4|ui distinguent Fhomnie de 
Fanimal. Se conduire par la eontunie el Ftialnludceslle earae- 
tt;re propre de la bi^te; se conduire par prineipes esllepi*opro 
de Fliomme. Un people (pil se serail charge, ii ses risques el 
perils, de Ironver le plan et le cadre des innaux sociaux de 
riuirnanile, aurait joue par la un i*ole donl il n'a pas a se 
I'cpenlir cl a avoir honte. 1! a fait ee qu'il avail a faire. D'autre* 
out eu leur ToneUon; il a la sienne, Poiirquoi sliumilierait-jl 
devanl eiix? 

Mais nous ne voulons pas nous |)laeer sur un terrain aussi 
eleve; nous voudrions, au <"onlraire, reslei* sur le lej'rain 
liistoriqiie, le terrain des fails, nionlrti' que la doclrine des 
drolls nanirclsj prnclaniee par la Uevolnlion, n'csl [»as mains 
daeeuril avrc I liistoire qii^avcc la philosophie, fjiFelle est le 



BArrOflTS DU DkOTT ET I>E LA POUTIQLte 

resume tin iruv;ul dos suVles, (laollonVsi pas (liiilleiirs «'xclu- 
slTiMiienl propre 'd la FraiKv, (\ik\ si iTllt'-ri y aeu uiit^fjrandc 
pmi, d'aiitrt^s nations^ y oiu coniribiiO i'^iiloment; vw uti mou 
iH^os voiitlrions <'ni|il«»\rr In Jiu'thodf lui^nie dc nos rorilr.idic- 
lciii'« jKMir eliihlir <|in^ la jjliilMHophit* n'osl pas ihr^ eti^angere 
tians )a poliiiqut*, qu'c^lli^ y t'otrf* pour J^a pari legilime, qiiel- 
qni'foiH av<'C exci's, couiiik' touirs les piiLssant'es de ce nioiide, 
souvrnl avcc eflicudle (H» dans <:eriain.s ras, d'uiii' niauicre 

Nous voudriiKis r'laldii' los irois proposiiiiJiis suivanlcs : 
I" L» France n'a pas^ invi^nie les droils dc I'homiiie; *^lIo los 
rnipninlrs tk lAiinvriqiu'. Sa paii a M dt* Irs prepan^^ par 
la [itiiioftophip ; mais ee sent les Am^rk'ains qut les ont inlio- 
AuiU dans la prililiepKS 

2* Lps droit* do liioiniue I'PVi^oiliques on 89 iie sont point, 
eomoio on le dir, des droits imk^Jinis fl illimilos; ils sonl lou- 
jours aceompuKUc^ de Icur n^j^triclion ; 

3" b*» droilH ilo riiominc w sunt pas iinc invcniion ideolo- 
giqiie niM* (Funr nu'iapdysifpn* arhiti'ain*. U^ soni tlrs bi'soins 
r^Ji, conrrets, parrailrnienl di»h»niiin('s, dont la sork'ttf souf- 
frail drpius do lonj(s sirrlrs v\ (pit I'taicnl drvcims inloli'TabU'S. 
>*oiM anrons enjjuit** a rxamiiior la qin^jilion lout a fail 
iCcond:urc de jiavoii' si, ciss droits <'?UitiI I'exprtvssion niOnic 
<l«i lw*^lns dp la MM'ieU'% tl toit tif^ressiiire no iitili* <le Jes 
fonnider rt de les introduire duns la (VMisiiintion. Kiilhi tiou$ 
IIOU4 demanderons si eette ron<ej»lion do droit, mis mi \esli- 
bull* d<* toul^s no» ConistitnttonK, e«l responsablc des ei*hcc« 
el dc» crreuw de la li<Woliilion. 



tJCS r^^rJ.ARATIONS A1lf,RH:Al?(£S 



L*un do nos plus jndicieiix et de nos phis fins publieistes, dans 
n i^rrit inMt'tirtir Hur la tlonstituiion des FlalsLnis (t)» M. K, 
(t) EltidrM dr tfroit rcrntft/tttirmntl, pnr l''m. Ikiulmy, dc litiHUIot 



Ml 



I^TIUIDUCTION l*E LA THOISIiVmE I'-'mTION' 



Bouliuy, tiiit allusion a rcrreur fnm^iiist* qui ronsislo a voulair 
r<!troiiv(*i' nos idot's parloul, et il a signals hi nu'prisr commist^ 
par certains publirisles qui avaient cm voir une Di^elaraiion 
dos droits scuiblablc a ceWv dp 89 dans k; ohapllri' d<* la 
CousliUilion trdt^rale des Etats-Unis iiUilult'^ Amfntiemettbf, et 
qui psl urip annexe de cvlUi ronslitution. Happclons les 
propres paroles de M. Boiilrny : 

fl Les dix preaiiers Amen dements, voles apres eou|> sur la 
proposition de Jeflerson, Ibrim-nt, dans la Consliiniion fede- 
rail', un diapili'e a part, une annt^xo qui conti(*nt uive sorte de 
rappel d<* tontes les libeileii auglaises i-lassiques : presst% 
assoeialions, i-ennions, eulles, jugements par jury, inviolabilite 
du domicile el de la propriike privee. C'est done Ires joslo- 
nn*nt, a ee qiril senible, que Story el la plupart des auleurs 
amerieains les inlilulent « IK'elaralions ties droits », Mais les 
Amerieains s'enlendent el nous ue h's en tendons pas. La sono- 
rite magicpie de {'o mot si glorieusenienl franeais : « Deelara- 
tinn des droits j>, Mt que nous ne pouvoiis nous empeelun* de 
nous eroire en Franee el en presence des <lroiis ahsolus de 
rbomnu' el du (itoyen, eomnie eeux que nos eonsliiiilions 
ronsaerent au noni de In libtTle r»t de Tegalite nalurelle. Tmii 
autre est la jtorlee aussi hieo que Ir venlalde esprit du texle. 

fl Les slipidations qui forment la substance des hutl premiers 
aniendeuienls sonl <'ssentiellerrient des precautions prises 
par rfitat eonlre les enipii'lenienLs (rime souveruinete exle- 
rieure doiit les organes s<»nl le President et le eimgres. Oque 
les fitals ne voulaient |>as a lepoque oil les auiendemenls 
ont <''le proposes, (*'est qu'une ioi federale ou nne aelion des 
offieiei's l'ed«'*raux put s'exereer sur leiu's habitants i-n maltere 
de culle, depiTsse, d 'associations, conlrairement aux prineipcs 
de Icur eonstitulion parlicutiere ou au detriment de leur 



(Plon, 1885). — C*»s etudos onl paru d'abord en jmi'lic dans la Hfvttf 
litt&aire {7 al 21 juin et 12 juillet 188-1), Nous ne saurions trop 
rpt'Ommamler eet ^i-rit pour rexaciilude et la precisian des connais- 
sancc8, malgrc" le petit di-sscnlinn'iit qui nous sepaic sur un [mint 
tout ii fait acccssoiie tlans I'uuvrago de M. Boutmy. 



ltAri*ORTS DU PROIT ET 1»E LA POLITIQUE XUI 

pnipiv uulutito lt''|(islativi». C'esl pour Icur auloinmiiir fjuUs 
ont sUpult's el non pus eo faveui* do dnViis nbslrails. A propos 
-di* iarliclr !"'% Slory expliqiit* irrs bieri ifu'a celk^ t'pnqut% los 
I'piM'upaliriis avaienl la prt'pondrraiicf dans tm Klat, Uis pivs* 
byierifiis dans uii aiilre, Ips roiigrrj^anistes daiiH iiii iroisiriur. 
.Tout Ir pouv(»ir ail siijrt i\c la rrlii^lon I'tit dniH; laisso aux 
1|^otivi'm«>nii*nls d'Etals puur *Hi'<' I'Xfr'n'* stolon U'ur sons dt* l:i 
ju«lk*i% el aux. constilulioiis d'Elals. • 

D'apres celtc <'xpliralitvn, los aim'titlciiK'nls, si-lon .M. Iloulmy, 
ot! cim«»iiui(Taieul pas imr Or't-lai-atitnj iit*s dioiLs an srns frau- 
4^t* da niol , iitajs siniplenieNt iiin* iimilalion dr la souvti- 
rainele federaJe i*eIaliveni«Mit aux matioros de rt'ligjun, tit? 
pn5»u* , d«* lib«'i'(4* individurlti' on d'assorialion » **lf. Lies 
iiiatH*n^s -sunl dii r<:ssori drs I'lials jiarUi'idins vi non de la 
Con^filiiulitili en geUH'al. Voila a- rpii est n»ittriiu dans )es 

ieud«*ni<*nU et rirn de |»lus. 

XtiUH aumnn a exandnei* plus loin s il y a une aussi graudi^ 
ice <jue le dil I aiiletii' enlre les Aniendfnu'nls cl les 
Declaralionii de droits :i la franeaisi^ ; niais, iiii'me en adiucUfinl 
fvioipk^tement oeue inler|»relali<jn, ^m nVn iimunrirrail pas 
Dioui!! une grande errcnr si Tun voulaii I'unt'luri' de ta (|u il 
n*y ai rien ile »eml>lal)U% dans le^s i^onsUlutions araericaioes, a 
ce que nous apixdons Declarulion do dioits dans Ic sens 
pnjfire el philosophiqtie dii mot. 

II 5 a Hans d«»ule tie ^raudes dillerenees ejitrc la rcvoluUou 
am^rieaine el la revolntion francaiHe, en liaison de la sluiation 
diffrifnte di\s iWixx peuph-s; iiiais, en <'e ipii eonc<*rne Ic8 
ilrdaraUuUH, U u'y en a aueiiue;e;n' la DtLlaraliun iVaneais*! a 
cii ((randf^ |>arlio la iraduclion tnrnu* de>i IhVdaraliuns 
Innertrjdnes. Siir ce \umn <ln nmijis* la pivtendne opposition, 
ceul fois re[»ro<liiili% dii laraelere nieta[»hysi(|ue el al>strail du 
genie franvaiii el du i^araelere eaneiei, ptaliqne, einpirtc|ue, 
df h rare anglo-saxonne; snr cc jminl, di»-je, eeue anUlli^se 

cir' it en del'aut. V'euoniiaux fails. 

ia i <»ii de dt'dits n'cHt |ias, si Ion veul^ dans les dix 



XlV INTHOUUCTION HE LA TUOISl^ME EDITION 

ajneudi'monls de hi Cunslitiitioii ftak^rale; niuis die est dan$ 
ki fU'rhtrnlhn d'indt'pt^ndaHve voivv vn jmllrt 1774 par 1p 
congrt'S amerk'uiu iriini a PhilatltJphic. Vuici ks proiir-i^s 
termes de cette dwlaraiujii : 

« Nous tenons, y t?sl-il dit, pour evidenies par t'llcs-memes 
{setf-evkletit) los vcTiti*s HuivanH^s : Qiu' lous los lioniiiies oxil 
etL' crec's o^^aux (ihat aU men are crcntt'd tv/jm/); qulls out 
ete doues par le Crt^aleui* tie droits inalirnalik's (maliennble 
riff his) i^mre ksqut'Is stml la vit% ki lifjcrle ct la poursuke du 
konlii'ui' {jmrsuif of happiness) \ que, pour assurer n'sdrnils, 
les gouvenu'uu'uls oril M iiislttu^'S paniii les Iiouinies, tiraul 
Jeur jusle pouvoir du ftuistmlfnifnl des gouvcnies; quo, s'il 
arrive que quelque kn'iue de gouverneiueut devienne deslriic- 
live de ces fius (of these enfh)j rVst Ic droit du pt'U|de de 
ehanger el de detruire ee gouveraemeiU et d*en iusliluer un 
iiouveau, ayaut pour fond(*nn'iils ees prineipes, t4 dVirganiser 
k*s pouvoirs de la maniere cpii leur semble la plus eouvenable 
pour assurer lour seeurite el leur' bunlieur. La prudenee, ii la 
"Vf^rile, diete aux homuu's que des gouvernemerilH elablis 
depuis long-lemps ue peuvent t'tre ehanges pour des eausrs 
legeres et Irausitoii'es; el, par le fait, Texperieuee a moulrv 
que les homuies soul plus disposes a soullrir leurs maux quaiid 
its soul supporlables que de seu drlivrer eu akolissani la 
ku'uie de gouveraemeul a laquelle ils soul aeeoutiunes. Mais, 
lorsqu'uui* longue suile d'ahus et d usurpalions dirigees iiiva- 
rkdjleuienl vers 1*^ uu^nie objet uiauifestti le desseiri de les 
reduirc a un absolu despolisnie. f'fsi idors l<'ui' dniil el menie 
knir devoir (their thtfij) de I'ejeter de lels guuverneuienls el 
de ehereher de nouvelles garanlies pour leur luture secu- 
rit('. » 

Tirlle est la preuiienr Deelaraliou de di'olts que nous li'ou- 
vions en Amerique, vi e!le est tres i*arael(.»iistique. 11 est 
impossible d*en meconnaUre It* earaetere pliilosopliique. C est 
bieu de droilii uaturels, dr droits abslraits qu'il rsf question^ 
tl lion dc dj'oits ti^uditionuels ct kisloriques. 11 y est dii, en 



lUPPORTS DIT DROIT ET BE LA POLITIQUE XV 

cllbt, fitii^ « UiUfi h*s lioiumes out elii crues egaux », 1) s'ugil 
ilunc bieo la dune r^aliK' natuivlU' el csspiitiello, vi mm 
d'une I'galUe do i'oiiiunie, h's tlroiLs soul d«.M!lan*s « iiialit'- 
iiables • ; c'esl bit»« lu Ic curaeterc propri' des droits de 
rbofuiue, <les diiiiis inht'ivnts vi iniu'S* C'rst Itoiisscuti ([iii a 
I15 pri'DikT ein|doyi* relic expression el qui a proeiauie (|if il 
e»l des droits que Thonime. na pas le droit <ralieuer. Les 
^OCiPfis juriseonsullos, ineme firotiut^j «;rnyaieiH (jiie la libertf* 
Ipcmvuit iHro robjel d'uii eoiurut, cpi'iin esel:iv<' peiii se veiidre 
jiour sia uoinritiins qiiuu peiipl*' |h'uI s,v veudjv pour s;i 
Imnquillile. Rousseau a rel'ul** ees deux theses : « Heiioneer 

11a lih**rti\ dit-il, 4'V'Ht reiiorieer a la dijrniic* d'homnu*^ aiix 
t>iui de la libeile, memc a ses devoirs. Hue leUe i*euoueiaUuii 
est incompatibloavnc la nature de rhonime... Qunud ehaeun 
JWimiU Ji'alieiier lui-nn^nie, i! ne pourniil iitiener ses erifauiH. » 
CRte Ihc^orie oM lout eniiiMV resuiuee duns !e mot innfietiable^ 
frtcViiit tout le fund de la doetrine des dioits de riionyin; : oi- 
e'est c^tte doctrine qui* consacre la Deelaration anierienine. II 
iiiaiiifestc (j»u\ sur <*e point, il n'y a uiicune difrereiicc 
•Ainerique el la France, 
IVut*^re inAmc Imuvera-l-on plus dv nietaphyfitque eiu*ore 
DeHaralJon anu'iieaiiie. On y reniarque, en eHei, uii 
qui scmble apparteuir plus eneore a la thi'Mrie soeia- 
lute qu a la iheorie liheralr, vi (|ui a ete eearle* des Conslitu- 
fniiivaiiufji : cVhI la poursitite r/ti honheur. Suns dond 
ppul nJer que riuMUine n'ail le dnMt de eli*»rcli('r Ic 
ir comnie il lenlend; main e'e\t la un principe Lien 
: emlre le diH>it de eUerelier le bonbeur el eebii de Toble 
wir^ \l 1*^1 one limite diffieile a fixer est que b?s socialisleH n'ont 
pas rpufieotee. 

Oil rL*0Uir({ui*ni eneore que, dans la Dc'claration am^Tieaine, 
la n!Rlslaiire 11 t 'oppression, autivni(Mit dit Taiipel h rinsurree 
Ikio, nWt (>aH seuleiiieni nn ifroit^ ninis uii fht'oif^ prmcipe 
qtte ooH Gm^tiUiants se soul bieu gardes dv pruelanier <*t (|ui 
9e irouve que dans la plus I'adicab' el la plti8 deinagogi<iue 



XVI IXTROIJUCIIUN iJt: LA TKOISlfeME lgDITi(J?( 

de nos consiiuiiiotis, (iiii n a jamais H6 apiiliqmV, (mAIv. fie 93. 
Ainsi mil douU'. siir cc fjoiiiL Nous trouvous bku ici t*n 
Aiut'iiqoe uiie DcL'luraiton drs rl roils a la fraiH;ais<s el Ci'la 
avaiil ni(*Jttc Ics D^'clarations Irafi4;aisr;s, c'esl-a-tlire ini appcl 
au droil naluit'l t*t a la raison [luro. 

Nuus savoiis bioii qu a rtUt* d*; la Declaration dimlepen- 
dance, qui conlienl loiil*^ la theoric abstraite des droits de 
Ihomnie, il y a parmi !«*s adi's fondalcnrs dt* la liljerlr ameri- 
cairie uiie iJeela radon des droits proprcment diuv, I'cdigetJ 
par \^^ Gongivs di' I'liiladflpiiii^ en oclobi**' 1775. Or eel acle a 
UTi farat'lrn! lout dilFereiit de eelui que nous vtuions de signa- 
\vr, Dans vex acto, (mi (^llrt, los Amencains iuvoqiient noii plus 
h^ droit pur »*l la juslicf ualurellr, ntuis lis libi'rU'S iradiliua- 
iielU's dont ils avaicul loujoursjoui el qu'ils avak^nt apporlees fl 
avec «Hix df la uien'-palrit*; ils (lt***lan'iii qu'ils m* lt\s oat 
jamais desavouees iii alit'ui'es; ils iuveujiioiit la (>>itstilution 
auglaise t^t Its droils coiniuuns a loules les parlit's de Teiii- 
pire. Mais en quoi eel aelc, oii la question est posee aulrenient 
cl porlee sur le lerrain pratique, (>t*iii-il <H>uln!din' les pein- 
eipes plus geuereux el plus phil(>su[)lu(iues de la premiere 
Declaration? N'esl-il pas naturel ipie dans irn iMiuflii enlro 
deux puuvoirs, eiilre deux droits^ on invoque aulaut qu'ou le 
peul les precedents, les droils aequis, Ics habitudes prises 
sans porter altelnle pour eeia aux priueipes de la justice 
ralionnelie el sans s<*. piiver du droit de. faire. appel ik eolle 
jusliee? La ou les liluMtes existent, on pent done iuvo(|uer les 
prenkb'Uts el les Tails historiques; luais la oil I'lles u'existeut 
pas, il ue resits d'aulrt.' ressouree que celle de la justiee 
nalurelle. Sur tpiels itriMM-dnUs pouvail-un s'appuyer eu 
Fraiiee pour I'eelarnei' la liherii' de la j)ersoune, de la eon- 
seieuee, le droit de. voler les inipijts, legaiili* desebariies, ete.? 
11 ne resttrraii done qu a dire cjue Ton n'a di*(Mt a la liberie 
que lorsqti'on la [Kissede, uiais que, la <m elle n'exislc pas, 
c'est nue elumrre metaiibysique de la reelanier! 
Taut au plus pourrail-on reproeher aux Aiurrieaiiis, qui 



^ 



RAMKiRTS Dtr DnOlT KT I>E LA l»OLlTIQUIv XVII 

avali*iit (HI croyaienl avoir pour eu\ Ifs dioits acquis, d'y 
avitir ajimte par siii'rroll rautnritf' <lu droll \nu\ du ilroil 
ii«iiiifvl; iiiais cost 4'oinnie si loo reprorliait a uii phiideur 
qui tt |icmr liii tes pin'(»s erriU's dinvoqucr ru nirnn* irnips k's 
dr»ils dr r<*(juit(*' rl do la nms^'icnrr. Uuoi qu'il en soil, il rst 
omtain i|Ur U's Aiitrricains ur .s'cii sinit pas irnus a iinr rou- 
trov«rsc juridiqiio Ibiidr'o excIusivcnK'Ht snr I'hisloir*' H siir Ir 
fisiflu^ lU ont invmiue \vs droits dr riiommtv 11 iVy a done pas 
I'rJO's d'honinu*^ : Irs mis in«*\[M''rinn'nlrs *{ ignoriml^, 
loul t'nlii'rs daiii* ralistrariiuii; k'H aulrrs iie couuais- 
sasit qm» Ich rhartvs oi Irs rouliinirs el ignorant Ir priiicipo 
dt**fr law now iTrilrs. Tmrs li'S peuplrs, a un niamrdl dotinr, 
lirrMquent In jirincipr de la justiec : Iteiireux qiiaiid ils pcuvcijl 

ni^mi' ii*mpH invoqiMT i aukirito d«' la Iradiliouoldr^i droits 
«quiv 

On p«M$ir.ni tioirr ijiit' la n*''('Ianiti»in dindopondamM' na 
rlr 4|tt'uii a«'U* r<'V4>!iiiiofniairr, quo It's Aiin'^riraips, dans vv. 
mmmml de criso nii ils jm* scpuraient d iiii f(auv<^nienieiU pro- 
vafJcatfAtr, r*ljd«»iil otMi-iiru'H par drs passions iirdoiilcs qni 
le«r MiggmTonl d^'s doolrinrs c^xajjforoos, siir l<*s(piollt's ils 
ionl n*%'iMiUH quarid la <*riHO tni pas^eo ot la librrK' I'oiiqiiise^ 
Up b vi«*iidrail romi?ision sit(nal*M» plus haiit d'tint* r^rrlanHiaii 
de di'oils dan.s la (^uiMttiititm trdrralt' do I78ri. Co sorait 
4!lM:on* lii uno i^raviMiroiir. La oauso di* riUlo oiiiissimi, si c Cti 
CS& line (1), est sanqdoinont qu(* la <ioiistitutiou fodoraloiiavail 
Mdlnnpnt (Hiiir okjrt dt* iivt^* \vs aUntMitir»iis on Irs liitiilosdu 
fpfNiiroir crutnil par rapporl au\ ciloyons, niais si'iiloiuoiil lo« 
drolU de ci* |Kmvoir par nip|M>rt nux gouvoniomi'iils des 
^Lsk Connititutioii fodi'ndo ourn'spond a oe quo sorait, par 
\ uno (x>usiilutioii iMiropoonnc* dans le ras (poii pro- 
L* uu |>oii pro(liaiu) oil lous li'S Kiafs do rKnro(M* S4' nhi- 



I' i')UJouri», avc<*. M. Boutmy, que les - .irijeiulc- 

riA • nti > lio vraic U««-UraUon de droits, el noo>» ralsott- 

d .1 ^ rottc hypulhe^c. Uu verra plu» loin que uuuti Ae 

ladrn^i. >&»» rc>lrwtion, 

ijkStr^ — S«'ii*-Uft? pulilii}ue. I. — b. 



XVJII CtTRODUCnON DE LA thoisu&me ^.MnoiH 

niraient en confederalion pour former iin Etat unique. Cette 
Constitution federate n'aurait pour but que de fixer les droits 
et les devoirs de la Confederation ; niais chaque £tat resterait 
ehez lui souverain comme auparavant, et c'est seuleiuent dans 
la Constitution de chaque £tat qu'il y aurait lieu a fixer les 
droits des citoyens par rapport a r£tat. On comprend done 
que la Declaration de droits n'edl pas besoin d'etre renouvelee 
dans la Constitution federate : cela tiendrait simplement a ce 
que les Americains ont mis, comme cela devait dtro, leurs 
I>e<!larations de droits, non dans leur Constitution federale, 
mais dans les Constitutions des £tats particuliers. 

Si nous considerons, en eifet, les treize £tats qui ont forme 
primitivement la Confederation et qui ont accepte la Constitu- 
tion f(Mlerale de 1787 a 1790, nous en trouvons dix qui ont 
une Declaration des droits, un bill des droits, comme on Tap- 
p<;llc, sous forme explicite, dont sept en t^te m^me de la 
Constitution, et trois dans le corps, mais sous un article 
separe. Pour l(»s autros (Georgie et New- York), le bill des 
droits est fondu et dispt^rse dans les autn^s arli<rles. Khodc- 
Island seul ne contient rien d(<! semblable a une Declanuion de 
<!e g(^nre. De plus, dans les vingt-quatre fAnis qui foimaient 
le ConA'deration en 1R38 (1) il y en a dix-huit, «!'cst-a-dire les 
trois quarts, qui, soit en tete, soit duns le corps de la Consti- 
tution, conti(*nnent sous chef separe une Declaration explicite 
des droits naturels; et, pour les six autres, les principaux 
articles de ces Decrlarations sont plus ou moins disperses dans 
les diverses parties de la Constitution. 

Nous prendrons pour lyi)e Tune des plus couries et des plus 
simples, la Declaration de la Virginie, c'est-a-ilire dun des 
plus ancicms l^^lats et Tun des premiers qui aient arbore le 
drapeau de Tindependance. Cell<» Dedamtion est d autant plus 



(1) La collection des Constitutions amcricaincs que nous avons sous 
les ycux est de 1833. {The Americans ijuide Philadelphic, Hogan et 
Thompson, 1838). Depuis, le nombre des Etats s'ost oonsiderable- 
mcnt accioi ; mais la question n'a plus d'intcrdt. 



RArroKTfi nv droit et m: l\ invLniQCE xix 

ilirrssaiilc que doux d*^s plus ilkisnes eitoyeiis dcs filats- 
I'nw, Washingloii et Jelferson, faisuienl pailie do ccl iStat. 

\i>eclam(ion des droits ^ faiie par ies represenianls du bon 
fteufU de Virtjiuie^ assembles en pleitie ei Hhre Conven- 
tion, Irsfjueh dvQiLs Sfnii di'chrrs appariemr a t*tu el a 
/#iir fttksti'rite romnit' futAe ef fondeineut du tfotu'erne' 
nutnl, 

• Le 12 Jtiin 177C il a i^tr unanioioitH^nt ado[tu^ : 
t V Qur foiisl«*« homnips snni (kh* Hiiiun* of^nh^nicnl libres 
rt fn ' ' ' !:i?Hs vt oiu c*i»ruiins droits huH's [inhen'utjy drs- 
qn* I I ils onirenl *'n flatde socirU'^ Ih no |Hnivetitp par 

aunin roiurat, privi»r ou di'tioiidli^r loiirpostiTitc : par exrm- 
fFle, b J4Mii^sani*<r di»l:i viV li dv \x\ [ih< rteiivre Urns U's moycns 
cl anqu^Hr et de ctinsorver la proprit'te, dc puur&uivre et 
clV^btimlr sAnic' h bordltnir. 

t f* Que Ifius loH jmuvoirs rt^sidi'ut dans !o pmiple ol j^ir 
ffiornt dt'rivciil dr ltd. T(>us Ies itKigisinU* soul si*s tiiun- 
vl !W»s srrvitoiirs .sermuts), vi \U smil loujniirs scs 
!ia!il(*s {nmenahte to them). 

It* Uaf \c ffouverncmPTit nst ou doll tHi'f instil ik* pour !*' 
Ni»n Ofimmtiti, pour t;i pruliTlioo rl Ju sociiriu* da p<'iipk\ 
nation on iximtnunauto ; quo, de toul**s Ies divppjies !orine!i ou 
ulv% tlo giMiviTiKMrii'iit, la furillctiri' osl roll<» qoi 1^81 cai)ul>lo 
dr pHKitdn* Ir plus luiiU drj^n* dr bonhrur »4 dc silnnc' rt qui 
esU l«* plus efTifaiH-iurnl garimtit' conire !«' thinner d'im<' innu- 
falsc adaitnislmtioo : el, si un Kouvt»rnf»m(»nl rc irouve imprt>- 
ipr»' OH I'oritndn* a n* but, unc riinjnrili* ctrs filnyruH dc la 
'niinnitimintc a It* dnut indtdjitable, tualienablr el indi'lVctible 
{unttiiennble ami indefennihle)^ dc* It' rcf oruuT, dc Ic rban- 
ri di? TaboUr, selon quil kjugora h* plus ulilc au bleu 



4* Qui! aul bomnu* ni auctixie rt'Uiuon dlionimes n*ont dc 



x\ 



INTRODlfCTlON HE LA TtUllSIIiME KI>ITiON 



tilre a rccevoir ties emoluments ou ties privileges exclusifs ci 
scpares tlai»s ki eiinimuiiuiiu% si ce n'esl en consiileratioii <lo 
sei'viees iiiiblics ; ijue ct^s tlisliiH'lioiis ne sont pas traiismis- 
siblesu leiirs tleseeiulunl^ ; et enfiii qiraueun ofliee tie magm- 
Iral, tie legisluleur ott de jtijfene \wu{ elre heredilatre. 

« 5" Que ie pt>uvoir legisliUifei le pouvoi]- exeeiifif ilijiveni 
etre st'^pai'es, el distiriels Tun et raulre liu pouvoir ju(iiri;iii'c '; 
et que les membres des deux pouvoirs doivent Hit. coiilenus 
emtlre IViitjtressioii en senlarit et en |Kirlrtg^eaiit enx-niemes le 
fardeini dii peuple; <|ij'il>» doiverU, parninstn|ueiii, i renaines 
epoqiies fixes, c^tre rameues a la eondition privee et rentrei* 
dans It' sein du ct»'|is dtmt ils sttnl origiuaii'emenL sorlis ; qne 
les vucauees (Unveiil etre remplies par dv I'rcWfuentes, eertaine-s 
el regulieres eleetions dans les(]uelles tout on parlie des plus 
aneii'ns membi'es nomraes petivcnl ^ire de nouvean eligibles 
ou ineligibles, sehm que b\s lois en ordoniient. 

()' Que les elertions des i*epresenlanls du [jeuplc reuuis en 
Mssemblees doivenl tHre libres, et tons les honniics donnuiil 
uue suitisaute fij^urantie d'un inH'r<Hennnnnu pcrnnint^nl I'td'at- 
laeliement a la ronniiunautr out le diuit de suH'rag^r, et nc 
peuvent tHre privesde leurproin'it'b' ponruliliU' publique sans 
leur eonsenleuu'Ut, ni lies par aueunes lois pour le bien |)ublie 
auxquelles ils n auraient pas de menie donni' b*nr assenti- 
men I. 

« 7° Que loul pouvtnr de suspendre les lois on rexircrilum 
des lois esl eonlraire an droit elnt*[>eu[t*li'e exereepar aurune 
aulorile sans le (^ouseuU'mrut des rcpresenlanls tlu fieuple, 

■ 8*" Que, dans loiites les pourstiiles eapitales ou erimiiielles, 
lout homme a Ur droit de df^niand(*i' hi nature el la eause de 
raecnsalitm qni lui est inleulee,d'i"^lreennfroulrave(" les aeeu- 
satrnrs et avrc K"s lemoiiis el de r;nj"t» valtiir les pivuves en sa 
laveur; il a droit a uu rapide jugement par lui jury inqiarlial 
lie son voisiuage, sans runauiun*^ etmsenleint'iU tlu(ju«*l il lie 
peut tHre derlare eoupabb'; due pent pas tni-eappelt' a li*umi- 
giier tontre lui-nieme; et il ne petil iHre prive de sa liberie, 



I 
I 



ntniHVRTS hv Dnorr et w: tx vauriQVK xxi 

HI cir n'csst i»ii vitHi tics lois thi p;i\s H dii roiiscnloiiK^iil ili! 
srs pairs. 

. "< Qtir di's i-mitions (^xcessives ne doivcril pas ^Xrv v\i^ 
gr«*s, tii ik*s amendes rxcessivos imposees, ni drs rliAtini**iUs 
iniiUlcji indigos. 

* IM** tj[ti«.* fl*»s iiKindats it'amcner sous foi*mf*gi''TieraU% daim 
li*fS([iieU uo oflic'irr public ou ngpiil dc police jiciil ctrc rc(|uis 
di* fairt* dc<i rrchcrclics darm dcs UtMix susiiecis suns iiri dcIlL 
i?rid4*fit, ou iU' saisir uiic pcrsoiiiip on dcspcrsoiinrs iiitii d<'si- 
l^i^*H par leur noin, cm doiil Ic dclit n'cst pns particulitw- 
ment tU'irnniiv* ct siuticiin jmr iiiicoiiiiiR'ni'cinctit dcpn'uvcs, 
iioni opprcHsifs ct tie doivcol (kis c[rc iuitoriscs. 

t 1 r i^w dans Ics prm'cs dc propriclcclles actions d'honi- 
uu* h homims Taiicicii jugcincnl jmr jury doii rhc inrfrrr a 
tmit;&utrc ci rlrc tcnii pour c<nis:icn\ 

« l^* ^uc la liUcrlc dc la jfrcssc rsl un ilcs |*:raiidis btudc- 
Tairds de la libcrtc cl iic pciil ^ire restrciutc qur par no ••on 
frrnroiinit dcspntiipic, 

c ItT' Uij'iuic milicc rcjOJHcrc, coiiiposce di* loul Ic corps 

du pfoplc, excH'c iiux arincs, i«sl la proprc, until relic, 

i?t 3sdne dcfcfiAc d'lui pcij[)l*^ librc ; Ics arnuVs pcrnm- 

|r«, en tcriiiis d(' paix, doivciil I'^trc rviiccs, conimc d:in]i»e- 

*ni la HlKM'tc; cl, en lonl cas, Ic pi>iiv(Hr niiiitairc doit 

l^tn; 90US U Huhordination ct Ic gou\cnicnicid dii poiivoir 

rhril. 

* 14" C^ic Ic pciipir a dniit a un fsouvcnicinciit iiuii'nrnic vi 
4|ii'ttiicim {{uuvcrncnicnl scpan- oti ind^'pcndunl drr gou\'criic- 
]ii«>ot dc Virjfinic uv pcul iHrc crigc on <iabli dans Irs limitcK 

€ \y Uiie ni uu iffiuvcrncnicnt fibre ui Ic bicufail dr ta 

oc peul I'^trc pri's<*i'vi! chcz aucuu pcuplc que par unc 

[frn Um a la justice, a la niiMlcralinn. a la tcmpi-niaee, 

L. .. ;.«,.;.! u- Ct a la vcrlu, cl [uir uu (rccptcnl rcluiir aux jiriu- 

fiiitdanicnlaMX. 
«. to* Ua** la religion on Ich devoirs que nous avotni cmivci-s 



X'^M 



raTnonucTiojf be i\ TRoisiftwE ^nijioN 



nolr^' CiraltMir el la maiiiere dc nou.s on arquiUer ne pouvoiil 
otmiirigrs ()ii*' par In r;iison *H la cnriviclioH, etiioii)Kir force 
H p;ir violciiro, el cjue par eonsucfiient lous les hommes ont 
iiti tilrc* t*n^iii Jill liltrn i'XC'iTicr Uo Inir n'Ugton, ronftn'mement 
{Ui\ lois iU* Imii" rotisritma*; oL r'esl Ic jtnitiK-l tlevoir iir lous 
(Ic [ji'nLif|iif'r lu palk'.nce, I'amoiir I't Ja cliariUi I'liroru^iiiH^ les 
una par rappoil aiix autri^s. * 

Telle (*st la Declaration tvjtr que Ton peui {■(nisidei*er 
romnu' t't^lle t\m represenlr^ le mieiix^ en inoyenne, toules les 
idet^s generales qui ref;naienl en Amerifiut' a leporjue ile^ lln- 
rlepeniUmee. L'osprit tie- la pliilosopliie dii xviii" suNrlc carac- 
li-rist* fi't aele remarqiiable, Oi', nous le demandaiiji : ce 
liill des firoils n'esl-il pas Uiul aiissi hm\ que Jes Ueelara- 
lioiis frjineaises fomh' sur Ic droit natiin^ el nuv le droil 
altstrail? 

11 y est (lit d'nne niaiiien^ ^t^nerali' que tous les honinnes 
sans exeeplion (rin ne flit rien des noirs) onl iin droil egtd h 
la liherte el a I'infh'pendance : e'est aussi le premier iiiol de 
nnti'e Di'H'lai'alion de \)[ (I). On lit eneore dans le hill de Vir- 
ginie L « Les hoiiinies, en entrant en lUal de societe... * ; lis 
©'y ^taienl done pas anparavanl: c'esl iVlal de nalui-e de 
Tloussean, i Par ftitaoi ronfrnt n<*ns ne pinivons <I«'poutner 
nntre poslerile. » (^est la thenrie clu Contrat xociaL La sou- 
veraitn'ti* dn peuple est proelainee sans restrielion, ainsi qne 
|{^ droit de changer t*t de iT.nYei'sc^r uii gouveniement pivvari- 
cati'ur. Kn inenie lenips, la separalioii des jiniivoirs est posee 
en priiieipe : e'esi la part laiteala pliih^sopliiede M(mtesqijieu 
a e6te de celle de Uoiisseau, lUeii de toul eela ne pent elre 
consiflere ennmie tni rai"tjjel des lilxTles rlassi([U(*s eonsaerees 
par le lemps ; el res liberti's i"l]es-nn*'nies sonl raineiiees a des 
droits natiirels intu*r(*nts el inalii'nahles, donl il n'esi pcrniisatix 
hommes, par aneiineoiili'al, de deponiller letir [Ktslerile, Voih'i 



(1) Art. 1". — « Tous les hommes naissent librcs ct dgaux on 
droits. » 



iklPI^RTS IVlf RftOIT ET \W. I. A IMJUTIQITK XX III 

Fwt !t*^ flml!.-* Hi* I'liommt' tclfs qii oi» U*s a enlcnthis plus lard 
dans nnin* pays (!). 

C/itKtiltnns fcpt^nilant, i-npidi^mfni, k-s auin'H D/'flaradons 
dp tllt^tH rtmtenucii dans Ics ConstitiUions aiti(ricaino», et 
Voyons \on <nii-,iclt'!v<i disliiu-iifs (l<' hi filupaia trrtui-r rllrs. On 
irouvr dan* charinK* d'rilos drn niiain'os plus mi moins intO- 
rr<Mantf*^ au jwint de vuede I'liistoire ; muis l(»s prindpi's foil- 
dofmrnlaiix sonl pnrtoul l<*s fn(*nies el gr*iu''ralrmenl cxprim^'s 
dan* \p% mC'mofi formes. 



) M. Bouliny nous fMt ohienrer quil y a. t\t\iK Iraita qui distin* 
nt }»» D^elaraUoiis ani^ricaineii «ies Di''c]arationH rrani'aii^s : 
lines de ces di-claratiuns cuulieunonl des donn^es itiut il 
lAi - aur des intepeta jocaux ; 2* en Amt^rique, les Deolai-a- 

l4Mi«A wrui eulrt^ea dan^ It^ doinaino ooncrci et positif, parre qu'til- 
\r% fxmi «.oiin la saiive>,'ardc tlu pouvoir jiidiLM»iro *|iii en assure 
l'» II y a done ]i\iitie t^nm-tion reelle, tnndis que vhcz nous 

Oi- ' do^ proposiliuna platoniqufs et puremcMit pliilosuphi- 

FOitr k» pnicnicr pulul, je r^ponda qu'il no s'applique quVi un cer- 
i&I ' ' Icclarations ct non ii toutcs; oo n'csi d'ailleurs 14 

q J :»» importance. 

I pifint, il est important sattsdoyto ; mais je ne sai$ 
t^^e dos Aiiifiiraina. Car i-e droit de connaUre des 
,M ' '' ' Mstitution fait du pouvoir judir-iaire un pou- 

'•" lie, tit prestjuo un pouvoir souveraiu ; t*c 

l|)i .. pouvoir ut- wo renouvelatt |>as «ann ccsse 

^1 U' vrai souvcrain tjui est lepeiiple. Uiie ma- 

ei I dono la eonstiqueneen^cessaire de la garantte 

loni i»u a atit]*'^ Iqs dLHlaiaiions de droits. Or il nous 
; ! V ;• I:') lilt* itTrintc '^'\:\\(} k la 5»i5paratiun dos pouvoirs. 
Yomic* v>\ -n Fr;»n<C!» wjntd'avis qu'il f/iut 

pijMirvr -wv .^iialute de la poliiiqiic ; or f'est 

lo oor* , ..at-ii viai da dire <jue, cti «tchora de ce 

i^y»t*»ri ;<- ilpoit manqucni dc saneiion f 1! y en a 

IL? i 4 4:<>t U soule doni dies Mont virritablemcnt sus* 

ۥ , I rcHponftabilite du pouvoir exi'cutif devaut Ic Par- 

Iciiiriii: i^t-on;mai» hi le Parlemcnl est complice ©I s'il est 

lizt-ni r dc CCS violation^ do droit f S'il en oat ainsi^ c'cat 

qu ' ssivc; mais la m^me majohto df)minora 

d « : les* c»un»'''qucnc5«?B «(*runt lei mftmen. D'ail- 

Li iMi politique, line linitte au-del:\ dc laquelle tl 

fc iver uno ftant'tion mat* ricUo, II faul admcUrc 

qvii M. ,...-^u i. ju . iJemf^nnj uim* ccrUiint.* force, qui Unit par Tern- 
pjrt«r, MiKiquai Ics peu|>]os p«'ri.s»eni ; c'ent \t\ la tieuto sanction. C« 
li*c«( p«s UQie miiion |>uur ijuti la rziisuii uc (anm pa^ eotondre ^n 



XXIT 



t^TnODl'CTtfffl I>E LA TITOISIKME felJlTlON 



Dims 111 ConsliUirmii tti- Massin*liits(4ls, roinine triut |»urti- 
culier, nous troiivoiis onr irsi^rvc mi i'avrur duu ctiUr |ntbli<s 
raffirniation dii droit pour le gouvornt'inent d't^n survoilkr ct 
d'en assurer rcxrrciee. Duns la Drrlaralioud** N»*W'Hainpshin', 
nous renvjiMjuerons nn rnipninl iniiiiifcslo aux doclrini's du 
Coulrnt sofiai i * Loi'S(|Ut' li'S lnjinnu's I'lilrt'nl tians Vv\M do 
soriele (loujours Fliypotliese de 1 etal de nalure), i!s ahandoii- 
Bt'iil a la }iO(.'*nH(* (](j4'I<|iics-iins dc Icurs di'oits naUirrls poiir 
assurer la proliTlioii d<'s aulrt*s, vi saus uri Irl rtjtiivalrnl la 
renoncialion <*sl uullo. Mais, parmi les droiUs iiiiliin'ls, il i'ti 
est ifiii sont, par nature, inalienables, ]ian*e rpfau^'un eijiiiva- 
leiit no pt'Ul r^lre douiK* cm rreii en eclian^e; de ee j^enn* soul 
les droils de la conseienee. » 

Dans la Deela ration de lElat de Vermont v.l tlaus (|uelf}ues 
autres^ nous reuiar(|ueroiis lo biaispar Irfpiel on aulorise Fes- 
t'lavaj^e en s'a|tpujanl sur un prindpe i\v liberie : * Aueun 
homme, esl-il dit, ne dans ce pays ou ap[K>rl('' d'oulre-mer, i\e 
peul i^lre (enu a servir, 4'oninte(l(jmestifpK%esr]aveon appnmlt, 
ime autre persoiin(% apres virij;l-riri([ ans ; eld i^iii'stde merne 
d'aueune lemnie apres dix-huil ans, a moins ipi'ils lie se lient 
de Icur propre eonsentemeut lnrs(|u'ils soul arrives a eel age, 
00 a moins (ju'ilsne sonant lies par la loi pour le payemetil de 
deJtes, doniniaffes. ete. * Alnsi il sendile <]iie la liberie soil |>ro- 
elsiiiR'e au moins apres la niajorile; mais d'abord elle nest pas 
inali<'*uable, piiisipu^ I'ou aiiloi-ist* leeontratd't/seiavajie; el,eo 
seeoud lieu, I'esdavajife subsisle a titi-e (riiypolliiMpie fioi*r le 
li;iyemeni des deites ou domuiaijes, ele. l\ est jji-obable cjue ees 
n*stnelions sont la plupail du temps de venues la loi. 

La Dt'elaration tin «;<inni'('lieut est parlieulieremenl remar- 
quable paree quan !ieu de s'ap|>iiyer exrbisivement sur le 
droit nalni el, ellr; invoqur anssi la tradition : ^ Le |>euple de 
Connertirut, csl-il dil, dans le hut de p<'rpeluer les bbertes, 
droils i'i pritu'liujes 4|u'il a reens de ses anci'tn^s^ a deehuv re 
qui suit, » Nranmoins la {loetrine des droils nalurels n'esl pas 
e:^eliie jiiu' la : • Tons les Iiouunes (art* 1*'), lorsqu'ils font uu 



iut»i*aKTs nn BHorr fit m la i»outiqi^ \x\ 

\i *0*'iaK soul r'j^ww on Hroiis. »• I.r |M'tiplt' esi loujours 
« romiiu^ ayani iiii droii indi-rtiubh^ ct indt't'ofiible de 
t changer lii form** dr i^ouvrriit'iin'iii *. 

Hien dc portirtiliep dans la Di'-i'laraUoii dt? la l>t»liiware : 
mAmos pKnripos o\ a pi'ii (iri^s dans l«\s m(*ni«>s tcrnu^fi que 
dfiiis la Drrlaralioii dr Virgitiu'. tl <*ii est d(* inomf*dela Dj-clii- 
nition dii Maine, oil nous ivloverons seidf^menl le droil de 
prlition (♦.'») H riiilrrditiinti drs lois suiupHiairt's (9). La Caii- 
lUitulion du Maryland invoqui* la loi ronimuTio aiiglaisc el lu 
rburti- doon^s^e par Charlosi I" au t>aron de Baliimore, Qi'oilius 
l4ilv4Tt. MaU cH iiR'flio Irnips elle conlesie eiicrg^iqinMnciil lo 
firiucipo fie la noii-rrsistanro : « La dnririno do la noii-iesis- 
taiK'i^ ronire le poiivnir arbiii'ain* <*i rmiiro ro[ipn'ssioii rst 
ird«, servile vt deNtrmHivt' dti bieri el du bonheur de I'lin- 
imtritli'. » All H'Sle, on n'*elame loiiles les nieiiK's librrU'S 
(jue dans li's aulnvs Deelarations, rl piM'?^qiie dans les niomes 
temies. Seiilement oti ne les appelle pas deR droits nalurels el 
iimlk%3ibles, Nousreniarqneroiisi*n niiire dans (-eite Oinslilii* 
tifio on artjele eonlr** l<'s in«mo|M)les, qui soni « odieux el eon- 
tmirc:^ a iV^prit d'tin goiivfrneniml tibre >. 

La IkM'laralion de IVn&ylvanie est iiUrndwite dans Iv r<M'ps 
mi^aie de la ConstiMition, main dans nn arliele s^'pare, Sfriis ee 
tiin* : « Aiin que les prands, j»enenmx el esseiiliels |tnMi'i|»es 
dii> litxTte el de goiivernenii'nl libre soient reeonniis el inutle- 
r«lili*ineTit elah1i\, nons deelaroris que... > Suit 1 fnuiniVralion 
dtfi liffiHtJi, si#;nal«'*s eomim- < inh«'irnls el indelerliblrs * rt 
ooaime ronltirniers (arl. I'i). II esl deelart* que, < pmir garaiitir 
re% prineipes eontre loiilc imns^'esRion des hauls ((auvoirs 
que aouH avoDH ilrle|?iic*'s, ebaqiie elaiise conlenne dans eel 
artiHe e*l exeepler de noire pinivoir general de j;ouvi'i'ni'inent 
01 doll loiijoiini demeiiivr inviolalde ». Ainsi, on s'inlrrdil 
loot rhangenienl. toud* alleinle aux prineiprs i\r la Ib-rlara- 
LiiMi. 4> sonl done birn la des prinelpcs injpirseri|>libles, 
niaime fbti)$ les; [hrluralions fraueaiM's. 
la l>«'<rlanilioii de lu (^indine dit >ord, vtpvH la reprcKlue* 



farm Iriu^l^ d^ toas Ifs arlidf^ eommuns a touies les avtres 
fiib^rtp ik roni^cw'Dee, de b presse. jory^ souTeraiiKHe du 
people. Mipprf^^OD de toos priTfl^fcs, Mc.), contient mie 
d^limhatjoD de frontieres aree la Caroline da Sod et la 
Virifpnie. 

f>anA la O^Mtiiation do Tennessee, noos troaTODS, entre 
anlre^ rfaoses, la procestation deja signalee eootre ia doetriiie 
de la non-resistanre et aossi one reebraation en faTeur de la 
poblin'tje de la jnsliee. On remarqne en outre cet article : 
f Les perpetoites (les mainmortes) sont irootraires an genie 
d'un £tat libre » . Enfin, noas y signalerons encore certaines 
stipulations d'inten^ts concrets, partienliera a cet £lat, par 
exemple la libre narigation do Mississipi et la delimitation de 
frr>ntieres par rapport a la Virginie, a la Caroline do Nord et h 
rOhlo. 

Dans la Constitotion de la Caroline do Nord, toojours m^mes 
prineipes : egalite des hommes, droit natorel et indefectible 
d'udorer la Divinite selon sa conscience, etc. Remarquons cet 
article particulier, qui se retronve aossi dans plusieurs Con* 
stitutions : < L*emigration de cet £tat ne peut etre probitHk". > 

Ilans la C^mstitution de TOhio, nous trouTons on article 
spf'cial relatif a Tesclavage : t Aucun esclavage ou servitude 
involontaire ne peut exister dans cet £lat autrement que pour 
la punition des crimes, desqoels Tinculpe doit avoir etc dument 
cf>nvaincu ; aucune personne male arrivi'»e a lAge de vingt et 
un ans, ni aucune femme a I'dge de dix-huit ans, ne peut ^tre 
tenue de ser\ir une autre personne comme servileur, sous 
pret<f\te de contrat d'apprentissage ou autrement, a nioins 
que cette p<'rsonne n entre en ce contrat d'appnmtissage dans 
tm etat de paifaite liberie et dans des conditions de conven- 
tion a bona fifle, ni enfin elrc* recue pour senices, excepte 
les exemptions precedentes. Aucun contrat d'apprentissage de 
negre ou mulilitre fait jusqu'ici soit en deliors de cet Elat, soil 
dans (!et fUat, lorsque le termc des services excede un an, ne 
peut Atre d aucune validite, si ce n'est ceux fails en cas 



BAPimtlTS Mt t>nOtT KT hr, LA rMHJTlQir. XXTII 

^lit« ;i ♦l«»*»?w*fM, Hpjnhli' !»Ii*n avoir /'(/• luit pcmr Jiiitorisor phittVl 
qiii* {H>ur n'slivirifliT le pn'*tnnhi cunlrat »ri«s<*lavajce. 
Ia CcmMitution d'Indinna deHai'eqim • les grimd» pritiript^s 
•iirr.^UN vt rssrrilit'ls ilr lu HIh'iIi' ri dim j^iutvi^rnrninii 
in- (loiwm ^tri^ rcroiimis i»l inultmbhiuciil tHalilisi ». Elk 
rf*«*oiin^tt dm (trails « nutuiYl^i, inhornits la inalii'iial)lt^s >. 
rHi t^limnf^, apr^s la prrwlaination dr [vriiniprs auHsi <*l(we8, 
■^He ri^roinpf»r <Ii'h pr»*«cnplinns ilo dt'lail, m'-coftsairos ilans 
iifM* loi, mais i*mngiTrs a wnr DMwrMmi do piiiiripos, par 
mccinplr * quMu-rU^HUH delasommo de'iO dollars cl au-dessus 
dfii di»lilH pnnissabh^ d'linr anicndn do 3 dollars, le jugeracol 
par jun' esl obligaloirt* »» 

Dun^ la Dt^'lat^tioii du xMisgisHtpK lo droit ilo la libt'o roii- 
jpocp est aro4impajfno (\o la rosfnon'on : < Puurvu <|im i*c 
Ik? Roit pas (miploye d cxouser dos aotos do IkM-noo on ;'^ 
li»r rtos pi*aliqiios inroni[)atihloK av*H' la paix et la sArelt5 
di* rfiial. • DaiiH la riit^mo (lonsliiiuion it y a imo moiilion 
jliU^iv dcs Hitiri«l(*H on t\cH poi'sniiiios rittiiifH par acridfrU: 
Li^s liioiiK, dans vvh flotix oas^ doivont siiivro la ii]('*in4» loi 
quVn can df morl nalurollo, ol il nt* doll pa* y avoir do oun- 
Iscaliori (MUir 04* fViiL > CVtait la ropiidiatiori dun vinix droll 
•tiaiiiairf' rpi'on osi siirpri^ do irouvor i»nooro inontioriin' h la 
fin fill wnf siorlo. Ui int^nio pr*'soriplinii so roiioniiin' oo- 
|ieii4ianl aiiMi daiH (piidqiieH aiilros CoitMitud(»iis- Kidiit, le 
ii dVini^nitiriri oh( stifuilr d^ins la iJoolaration dti MisMs- 
, 4pii M* loriiiifio par t*oUo oouolusion : • Uiaciu*' ariiolo 
At^ h fN«rlnr«)lioti prA'f^donto esi oxoopii^ dos pouvoii's du 
p{«Mivmiofnonl ot doii dr'niouror irivlrdablo , oi loiiio loi 
ofmlrain* a n*^ |»rii»oipos, ans!*l hloii qn'aiiv aiifrc'S pn'sorip- 
tiini^ ilo Ift Omstitntion, iJoii t^lro aniiidoo. • Hans la iin^mn 
OntHtiliiiioti, il y a nil aKlolo spt'^oial sur \e3 esctaves, 11 y o»t 
ilil : • Li ' ' iro n'u pax do |wmvoir ponr lairo passor uno 
loi %nr h , iilon do!» osolavos nans lo oimAontomoiit do 

leMf* propH^^lain'^, a rnoins que TowjIavT nml n*n<lit a I Rial 



KXVHI LNTROIU'CTJON l»E L\ TROi^lKMR flHmO>' 

d(;s s(*rviri's cxreplicmm'ls ; autfiu'l ras le iiiailrc doil rwevoir 
WW indi*rnnit(' i|iii soil IVnliiM- njiiivnlriU tU* Je^srlavi' ainsi 
eniain-ipe... Les It'j^islalours oni pouvoii" froblif^er Ics maJtres 
a trailer Icurs esclavos avrr huniaaiU' n s'abslonir *!e loule 
injiirr <' 11 vers vu\, » 

Hiro iJe parliriihVr ilaii!4 ta (lonstitiuioii dv 1 Illinois, si cc 
iicsl nil iuiirtr siir l'rs**lavaj,n» s^Mablablo a celur dv J'Ohio^ 
niais av<T fjiii*l(|iirs iitiiclt's dv plus vi nw.v la priM-autifni ile 
no pas iiitrodiiii't* cr sujct ilaiis la l**H'laraliuri ik's droits tm 
gt'Tieral* 

Dans TAIabania, ouliv b's priiii'ii>es gt'^iiri-aux laujours It's 
mc^mes, nous iroiivons uii<* nflirnialioii cxplirilc du pi'incipe 
lie la separiilion dv VEgWsv fl tUi t'Elal : < Aikmiiu^ uuloiiti* 
humaine, y <'Sl*iI dit, nr tloii dans aiicua ras iiUei'veiiir par 
('oHh"iini<* oij drloiitt' iiulrt' iimnii'iv dans li's droits dr la con- 
sri(Mit'i\ 11 nt* doil y avoir auruii elablissciiK'nt dv- religion par 
la loi ; aiicune preference ne doll etre donnee par la loi a 
aucuntv secie, sorirle, denomination ou mode de eulle ; et 
aueun test relii^irnx ih* doit (Hn* reclame eonime condition 
]iour aycunollicc on (-(Mitinissioii ludjliqiie. » 

A[»res avoii* analyse U'S Dcclaralions dc ibniiis des tlals 
particuliers, 4]ui ionics cttnticnnenl drs {n'inrt|us connmins et 
idcnticpit^s avec qiichjues diUt'n'TU'cs suns iniporlathcc, i-cve- 
norts inaintenanl a la (iOnstitiilion feilerale ct exaniiuons de 
plus [nvs ta ([iH'stion poscc, a savoir si Ics dix c Anuinilcnicnts * 
eonsliliicnl on iion iine Declaralion des droils. 

Va' que iM, lloutiny a ires bien etabli, e'est que ees dix 
anii*nd<^menis n'oni pas pour oljj4't d*.- se snbsliuier aux 
Declaralions cont^'nues dans tcs (lonsUlulionsscparces ct dlni- 
poser nnc Declaration uniroi-mt^a tons li's Klals particnliers ; 
c'esl^ en oulr<% que ees amendeincnts coi»licnncnl encore* 
milre Tenumrralion des droits, des prescri]tlions precises et 
rtclerminccs relalivcmenl a certains points parliculiei's qui 
avaicnt elc onus dans la Constilution fed<Talc, Cest done 
quelque chose d'nn pen plusqn'unc Declaration de droils ; raais 



RJkrrOllTS »U WlOtT ET I>K la I>01JTIQI'E \.vix 

(o ciT soit aussi <M»la, r'rsl, a (HH|ii'il srmbJr, ce qui r^ssort 
d«^ Inuji les fails, 

1-41 effct, la nouvt'tle CoiistiluUon avail viv iinbovd voim 
V\%semU\vi^ vonsiiUiiwit^ do 1787 sans Ics cUx Aini*n<lj'- 

•Bls. hi* loiifrs paiMs iuissilni s*<''l(*va unv criliiuM' iIofiI 
m (I) fill W prinrijuil inlrrfU'rlc foiitrr roriiission «l'iiiu' 
|)f^*hi ration rli- droits, dun hiff dt's drttiLs. rmnmo mi di^iiil^ 
Voin roninu'ni JeHtTSiin, alors^ miiiisinMlrs Kials-liiis a l*arig» 
«tfnt*tt<iit it t»Uniail rrlW lanim\ II ccnvait a Madison, \v 20 
di^cvmiiVi' 1787* a |»id[Mis i\v la (-aiisiiitiiion donl on liii avail 
artiije )e projet souniis cm ce in(»ni<*nl a rai'ct'jilaiion rics 

' ie rai« vuusi diro inaiiiU'nanl ve qm^ ji* n"a|>|>rouv(* \v.\s : 
en |in'itiicr Himi, Fomi^siDn &un bill di*s dmiu, f^araiirisssuit 
filttS rlairrinrni «i san% qit jl Sidl lM*suhi *l<* rcrounr a dvs 
|«i!M>iin<'inc>nU |diis ou mojn;; ^^iibtils la iibcTli' dv icli^iorK 
la lihriti' th» la pn'S.w, la marantic foiilrc les abus dvs 
ariti^*!» |HTnianenl«*«. la dfsiruriion drs nioni)|K)los, ri'xis- 
lOite |KTfM''liHdlt» H jamais sysptMidnc (ir Vhribeffs corpus vA 
k^ jiigi'nit'iiis du jnrv,.. I ri [iciipir rsl aulnrisi' a cxi^tM* 
ifi'on griuvoramnenl qiicl('HO(|iir, t;rui'ral ri [i:n'LiryIi(*i% um' 
lNf!bnittMn drs dniiis : <• Vsi iiiie tlitisf <|u iin fjonvfrnijmi'nl 
jllM«* ur doil p;w ivriisrr ni laisscr a la iiinri drs indnrliuuii. » 

II t'*cmnjt au g«'»u<TaI \VaUii!ijTti>n Ir i* tnai 1788: t 11 y.a 
lU^lX WlOfti'.H dans <Tl acri^ quf jc di'^safijirouvc rorU'iiirril : 
I* Tabv^nci* tl'unc Orrlaralion dt* dntlls ; v**^ ta rrrtij^ibiiili' du 
PrwidroL » A Madison , a prujios dc i'an'(*f>tation ih' la 
Ciin^iiulkin f>ar iiu<d()uc» FAatT^. it rriivail lo :\\ JnUkrt i78H : 
• (r<*Hi iiw bofnjr I'liatn-hr dans Ukjiu'II** im'u do nails onl 
bt*4fiin d V*lr»' n*loudirs. Li voi\ j^oricralf «|ui srsl eloviu! dii 
Niird au SuU |M>nr d«'nuindor iinr Doiluralbjii des droits 
tiMliqtii* Ir d»*faiil priiioi[»iil do I oiivnig*'. On I'st Konoraloimnit 
4 jfM*ord 4|ut! c^lle Doetaralion doit oornprtiidrc le jury , 

iW Voirsar Ic^ dociriiu-!* pDliUcjitC" de JoITciNon k dcniler «"lia- 
\*iirc ill! Dolre »c<*ond volume. 



XXX fNTROmJCTlON HE LA TKOlSlf-SlB l&mTIOJl A 

Vhabeas corpus ^ les «rmt?es |H'i'inaiHiiU's , la pn^sso, la 
iTl]s"i*«i *'< 1<'S inono]iolos. » A llt>t>k]nsoii, \v 13 mars I7H!) ; 
* iluaiiL a la DiVhiraliaii des droits, j«' siip[>ose que la majo- 
rity des fiuils-Lnis ost tic mou opinion ; car j'aj>preiids que 
lous les anlifr'df'^ralislrs vl 11110 p<»rlioii I'ihI cniisHlrralilo des 
fi'dt'ralistes sanl d'avis d'amifxrr a iiolr*" OmsliUUion uw* 
DiidanUion th* ct* <;f'niv. La pai'lii^ rrlain'o dc TEuropc* nous 
avail fait iiu i^^-uiid i>i(iili^ de la crealion de ri* jraffe de seru- 
riLi" pour Ics diuits du pruple, ei Ton n'a pas ele peti tM»»mir 
de nous voir abandomier rrltr idee. » Eii menie temps il 
ecrivait H James Marlison (15 mars 1789} : « J ai nieditc avi 
la plus grande salisraeiion les reflexitKis (fiie eontieiit votre" 
leiire an sujei de la Di'elaraiion deti droits... Dans lennnn'm- 
li<in des raisons on faveur dime Deelaralion, vous eu omettcx 
une (pii est ilun ^rAud poids a mow avis : e'csL le rreiu le^^id 
qu'uue Ihrlaraliuii de cc* geui'e place enire les mains du pou- 
voir judifiaire.., Mais le bieu Ic^niporle iramensement siir lo 
mal„. Dans un acte constilutiomiel qui ne fait aucunc inenliori 
de plusieurs garanties |»reeii'nses, et qui pourrait eonduire ii 
en exelure un certain nomln-e par imhurtioii, nrie Deelaralion 
de droits est neeessaire. Tt*l est lu cas de nfttrc t>jnsfiluii«Jn 
fedrrale. i>t acie nons ri'unit en un seul corjis de nation, el ii 
conslilueun corps Icgislatif et nn pouvoir ex/'cnlir ; il faut 
done, aussi qui I nous prt'servc des abus que cespouvoii's poui*- 
raient eoiumetrre dans la sphere ile Icur aetioi]. » 

Mais, disail Madtson, on ue pourrait jias ohtenlr une 
Di'claralion sullisanunent large. Hejtnnse : « Mieux vaul um« 
Uemi-niLiiin qu'une abstinence absolue. » Mais, dit encon 
Madison, I expi'iience a pi'ouve lliirflieacile des l>erlaratiou$l 
de dj'tMis. lli'ponse : t Qda est vrai ; niais^ quoique Icnr* 
eHicaciie ne soil pas abs(yUie, ellcs onl (oujoui's nne p[rande 
pnissauee vi restrnl nu'emeiit sans ellels. Les inconvenieni 
dime D(uiar,ilion sunt de paralyser le j^ouveriienu-nt dam 
Certains I'as oii son action serait utile ; mais ce mal esl 
de conrte dui-ee et reparable ^ timdis que les inconvenieni 



I 



tlAKPORTS DU DKOJT KT DE LA rOMIIQli: 



XXJil 






d'lme omlMJoo rlc [>4*rbirsiii<»ii sum piTiiiiiiieiiu iH irn'para- 

tc4i roiisuirnuii>t (|ui* JrHrrsuTi ajuuuui a r;i|»[Mii dc son 
opioicNi flont iTuuirquulitcs : vt* uV'sl pas raiilri': le )>ouvciir 
<»tottif, i^*eit «'^>rUiv !« (Youvotr Ir^islulif que la Deekinlioii 
tic droitjt lui paniit iiin' fjariinlie nn-rssaiiv : t La lyi*aniiic di*s 
rsi, I'jil, (lit-il, vi sera oaoore peiiilanl bien des annoos 
Ic plus ri'doiHablo. » 
On voll eombieii Jeirorson, ainsi que la grande inajurile (k»8 
rUoyism don fiuits-rnis, avail *U<'' frappr el ini|iiii''k* tlerabst^uee 
d'lilic Doolai'aUori do dniils ilau^ la llnrtHiiiiKiuii ri''dei'al(% el 
<l*uiie Ui^lnration :iynut lo ni^me sens et la tneme [Hirtei^ que 
CttUeis ipjc nous aviitiii relevi'es dans les Kiais pnrticu- 
{inlle diifi'Tenre a cei ej^ard u'cst Hijrnab'e par Joilersini 
amis. Sans fluute Ic fl<)iigivs ii'avait pas a iidcrvenir 
Ir ({mive]*ru*meiu des £lats, ct ce n'etait pas pour leur 
tme lelli! DeelaratJon que \im deinaihkMl do reinpUr 
la loanwi ilKnnminee. (^da eUiit inutile, puisquo pitsque lous 
em £ui«avaient dr>ja, ehaeun de son eOte, i^tte Declaraiit>i); 
miift Ic ir^uvernemeat ft'tieral ntiaiil pa« lie par ees Oi'ef^ira- 
lifNU partieuHiires, 11 fallait un fretii au gouvernetueju de 
illlBMMi CO ((t^nerul euniine a rhucun des gouvenicuienls 

UuVsl-w dune niutntenant (|u« lei* di\ Ann^ndenients? ('/«*st 
pr«<ds«*a]ent b rt'tponne au v<ru (*x|irime par Jrllrrson el ses 
amis* L'op|Kkstliun de ipielqutrs t.iai^ de la Virginie parexenqile, 
qtii relUsiienl pmviHi»iivjnenl le volede ladonslihiiiHn, aineua 
Jc 143II0T1I (HiiisliUiaul a ajuuU^r une annexe a la iXiuslitulion; 
el ce siifil les dJx < Anieiidemenlii »* Jetrerson nhesile pas a 
li*« nnomnntln' eomnie la hirlandion des draiu qu'il avail 
i*> mandeie; i) la Inmve senleinenl imp «»eourlee : • Je vain 
N u« dins (Hrri I'd a Madison ie, i8 iiont 17H*J^ un nint ile la 
lltkdiiniliuii dti» ilroiu que tous ib uvcs enva)'ee. Je 1 ap- 
prouvn dans lout ve. qu*elle irnfenno; mzuA j'aurais v(»ulu 
I elodft! danuilttgts » 



XXXII 



1NTR0I»LXTI(J>' I>R LA TIUHSIIiMK y;i»ITIOX 



QiK* si cetU', Di'clantlioii a viv ainsi rt'tJuite, cola litmi en 
gran<U' partita a rv quv !a tiiajnriti' (ltiC(Hiy;r('S(*lailinl<'*rali.sU'., 
it'riiH" 4|iii iMjuivalail alors a (!<'tiii dc ouastTvaM^ur, Irs irdera- 
lisli's penchant vers les idees dc gouvernemtMit, Uuulis quf^ k»s 
anlirf'Ml('*ralish's peiu'liai(*iit vits Irn idres jmrrmtvul dcnioi;ru- 
licjues. C't'sl pounjuoi, dans h premier voiiMk'lai^UKSliUiliun, 
ils n avaii'iit pas vote de. Docliiration de droits du tout, vi que 
daiKs le se<*iyiid vuh% oblifjes lie faii'e iiiie part a ropiiiion 
pabliquo, ils la lireiil aiissi restrt^iiiie que possible. Mais eela 
no repiM^seiile, iipres tool, que iVtpiiiioii trim |>arli el mm du 
people aniei'ieain dans son ensemble^ puisque le parli eontraire 
arriva aux aflaiiTS qiielqties aiinees plus tard el y resla plus 
dc Ireiile ans. On lu^ peut doin* pas dire que Tun des partj^i 
represente plus que Taulre respriiamiTieain. D'ailleurs, nu^nie 
S(ms celte forme reduitc, Jellersou reeonuaissait eepcndanl 
dane les dix Amendemenls la UiVlaratioii de droits qti'il avail 
deuiandtT ; il ne faisait aueuue dillei-t^nee de priiici|»es eiilrw 
eetlc Deelaralinn et eelles des £lals parlieuliers ; r'rViaii tou- 
jours la mOnie doelrinc' a[ipli<tueo a lout le etH'pfv federal (I); 
or, ronime il jfy a auriuie dttVereiice eapitale, nouslavoiis vu, 
onlre les DeelaiiiUons araerieaines et la Deelar'alion Iraiieuise, 
il ify en a pas noii plus [Kuir la Dri'Iaratiuu fed^'rale; ou, sll 
Y a uiie flillereuee^ elle porle seulement sur un point, a savoir 
la delimitation du poiivoir du (k)H4Jrres, et des [jouvuirs (b's 
Etals parlieuliers en maliere de Deelaralion de droits, vv qui 
tienl au j^^ouvernenHMJl IVMleralif des Ktals-l'nis, uiais qui ue 
|iorie pas sur le fond el le corps des articles eu\-ineiues. On a 
l>u se tromper sans doute, en aUribuanl a eelte D*k.'larali()n 



I 
I 



(l}Ajoutez tiue les Ddclaralions dc droit.H <^*atit devcnues fanulicrcs 
A tou3 les ciioyens, il nV«tait [ilus necessaire dc revcnir sur Ic^iprin- 
ci[>€5 ftbstrails et, par cxomiile, de dire que « k«a bommos 6(aioiit n^s 
kms UVirch ai egaux, qu ds avaienl droit an Jjunhinir *, etc. La sen to 
chose importaQto elait rHnunieration des droits sti|ui|es. Aujourd'hui 
nii'Mve, eii France, oil nous jouissons a ]ieu jtres de ces drmls depiiis 
Ineril'tt im sjeclt\ si i'on faisait uuc nouvi^llc Declaration, onsuivprimc- 
rait piotialdcniont tout ee qui serai t theoriiiuc [njur se t>orner A uiie 
6iiumeratitm de detail. 



II,*PI»0RTS DU HRtHT ET DE L,\ I'OLITJQVE XXXItl 

n^Ii'niti^ im^ valeiir ei mn^ porliV g«''ii(**ral4* qui s'appliqufiitit 
aox £lHts flnn* rinlrnrur eto fliaciiii d'oiix; niais rotle orrcur 
ni* |K>ri«* que sur la limito ili-s poiivdirs ftkleraux, mm sur lo. 
sens pliilo^iutphiquf iJo l^arfc lui-uirmc. 

Ainin, nous tnmvons patinul, en Anii'riqno romme rn 
FVamr<*, b pnirlamaiioi) do droits jiaiun-ls, inlnVn'ms ci inalii'- 
mbies. SariJi doutc Ic fail de r<?srlavage causail de renibarras 
ik qiHqaefi-un!i lU* cps fiuus; mais dans iioiubre d'entre oux il 
nVxbtaH pan; tlans los aufivs il n«* firi ^uhv dabord que 
t«di*n*. On sail d'ail1«*urs qur rt* l\u Trpiiir dr!a<'oiilV'drralinn, 
«|iil dura jusi]U*a la guerre do seression. O Tut dour mir 
qt»r«Uiin n\Hm<''»'. AiifrninMii, parloul la soiivrraintir du 
people C4l poser en prinei|ie, el sous sa forme la [lUis gi'nerale; 
|p dn.itl de modilier^ de changer el d'ahnlir uii gouverne- 
menl pour li* r«'ni|dar'rr par iiii aulre, est eonsidere comiiie 

Jefi^-lHde, Partout la lihcrK* re)igi<'ase est reelaniee eonime 
ilroit, en y joignafii quelqiK'I'ois, eonime dans le Massa- 
i*hasiii't<i rl lp Maryland, unc sorle de relj*?ion d'filal. I.a liberie 
iiidividuH1t% la pro|>rii'li', le tb'oii ilc ri'itidou, le jiir^, le dridt 
<lr porter le& arnies, ele., soul [Kirtont stipules. 

Tri^s ran'ment, une fois on tleux, on invoqiie les litres 
llMloriqur<(, le!* eharfes anieneures. IJuelquefois on entre <lans 
IVnnimenttJon de droits iW's paj-tieuliers el s])(''eiaiix a lels 
Ruts, par exi*mple le droit d't'iiiigration; rnftn, plusieurs 
fital% prolituil d« la Deelaration den drt^its pour Oxer ta di'di- 
fiiilalion de lenrs fronlitMM's, (>»[M'iidant. nialgrV' ees nuan4*e$ 
plu?^ oQ nioins iniporlanh'S^ loules ei s hi'claraliuns dans leur 
KU^iotili' r>ul certainement le nu»nie earaetere (|ue la iJeelam- 
lino fraiteai^M* \\v la Oinsliiuliou de 91. (> soni bi(*n i\r^ pniela> 
uJiisop}d(|nes dr pnnri[M's abslrails el gen<'raux; ee 
atjr-uHe eoiiiradirli<*n [Mi\Hild<% Ifs di'tdlsde* riuiiiinic 
nldtt dluyen^ reii nu^men droits qui' Ion drrionee parini nous 
dUiiliM* une invention plnlosophique, one maide iilrolngique 
|in>prt* a re*prU fnuivni** eoninn* la euusf dr loules nos eris<'s 
poUliqueH c*l Cfjoinie I'erreur fonfianieniale de la U^Holulion. 
Ji^KT. — SritfueTC (loliliipie. L — c 



XXXIV JSTIIOULM-TION HE LA THOISlilME fiOITION 

Quui qii'on pcnse sui- re point, ce qull lautlrait ilirc, t' t'sl 
quo, si la Frann' s't'st irnniptV* vn viMi^vhromiwiwv, olli»ne I'a 
hili qiiavec rArurriqiH' ol aprrs rAnn^riqut^ ; c'csl quv les I^LUtls^ 
I; 11 is iioiil iiuIIrmriU igiio)'*'^ cl d(^iJaij,w In t>i'i>i<^^ipL' dii droit 
nalurol foiiiriu^ fondcnient dc la sod(Hf'' dvikv. La preii'iidue 
sagi'ssc tout t^mpiriquL* iju on It'iir \iriH\\ ainsi qua TAngle^ 
l«riv, el qui s** scrail iDiijours bftriKT a preiulrt* puur appui 
les fails hisloriques ou los irilrivts posiiirs, sans aiiciiti soud 
do ridral sddal, rru pas I'te la sagL'ssi^ dcs Ami'draiiis. lis onl 
eu aussi Unir enllioiisiasmt* poliliquc; ils onl rrii, riix aiissj, 
jetcir los fbiulcmt'iils d'um' sudel*' univorsidlc t'l pour loiis les 
hoiiMK's; car, en dedaranL d(*s droils inaiit'nables el indefeir- 
libles, ils nenlcndaient pas |>ark'r tie drolls exdiisivciDeiU 
anierii'ains. En disant riue • lous les lionnnt's onl rte eires 
UbiTS el egimx »,ils parlalenl bien pour loule la lerre, eonune 
oni fail [jIus tai'd les Fi*aneais, II n'y a done sur re point 
atK'Uiie diflerence enlre eux el nous. 

A la verite, on peut dire qu'en proclamaiit de lels droils 
dans un pays neid" et vieri>e, oil il n*y avail pas de elasscs 
privilrgif'es, od les vieilles HberK'S primitives s'eiaieiil eonscr- 
vees, ou b- gouvernemenl op|>resS('nr doul on s atlVanehissiUl 
elail i\ deux millc Ueues et sans luoyens d'aetion, sans auxi- 
liaires sur le sol lui-nit^me, oh il n'y avail pas tine religion 
orfieielle aritorilaire, iiroprii'laire, servie par un elerg^e e/'liba- 
laire, annee du pouvoir depais des siteles, dans un pays oil de 
lelles condilions nVxisiaienl pas> le droil naliircl se eonfondail 
presqiie avcc le droil posilif el ne se presentait nullomenl avec 
les tiif'^ines i!iroiiv(''nirnts que (ians le virux so\ nurdpr-en, oh 
<'e nuuveau droir <''lait en eonlradielinn avec tons les fails 
sueiaux. Mais, i-u aduK'Uant menie eeUe dilliTenee, la queslion 
rbanj^e de lace ; I'ar d ue sni^irait (dus de veiite inir tnscque, niius 
de prndcnee et d^q>ponunitc. La verile ne serail pasdilterenlc 
en Fi'aiice el en Anieri(jue; niais seulenieni elle serail phis 
dillicile h realiser dim eole que de Faulre. La ditlcrenee enlre 
ie^ Auiericains el nous ue serail plus une tlillei'i^ncf? de srt|;T*sse, 



I 



i 



ft4Pr»ORT8 Ml DROIT KT T\¥. I-A POLITH^UE XXXT 

mms de bonheiir. Les Francais, ne priHoyant pas Im dil1i«ni1ii*s 
dc I'avi^nlr, oril pu manquer de priideiu*(* en ropioduisaiii vn 
EiirofM' l<'s vi'pit<^ idt^alos bontios pii Am«MM({iio; mais ceu 
?enl<*'s n'fn ^i^rnu'iif pas timins dos vc'i'ilrs, 

CirHc^objot*t!OM, d*aillcurs, scraii pmMsemrnl lo ronlrepifHl 
dp la pfiri^dcMifi*. All licii dt* ivpnu'her ;\ la Fr;inrt' d 'avoir 
iDVrnU* Itvs droits di* rht>niin(\ on aiinut a liii roprixin^r de Ics 
cinpninl(»H a im |K»iipk» an quel |>rwis«^neiil on fnisait 
luiPiir de !*^» avnir d*'Mlnigii«''s. Les f^nnemis d<M'lnr«''H dr r*»s>- 
ril fhinrabi, M. dr Sylx'l par r\rmpl<\ tic sp frmi pns faut<'de 
ie s<»rnt* dc» cplle tiduvcllr :iriin' cdtiin* nous. Lis rr:iin;als, 
I Itii, n'rmi nulk'iiM»nl droil a riioniKntr d'avoir iiivriiu'' 
fa IWInmiinn dps droits : cVist Iv fait de rAnn'i-iqiiP, Jioii d(» 
b Fnitir»% qui n'a nur (•<• [K>int aiirutir orif(iiiulit»\ Aiusi il s** 
tttmvrra qur, dc qurlqiir mniiirre qifon raisoimo, Ics Fraarais 
I tmijoiirs lorr. IVi'(i*iid<'iii-ils avoir inli-odnil daos Ic 
ttiondi' II' principp phitosctpFiiqup dimp socitHt* IoihUh' siir !a 
raiison f*l sur le droit? On Ifs acNiisc dp <'hiiiipn\ Muniiviii-ils 
qop d'auirt's loiil feil avaiil piix? Oo les accuAO alors d'imild- 
»€»rvilt». En donx mols, oil les droits natiirphsonifranniiR, 
ftlors Hji «*jul absunJi's; ou an ronlraiif* ib ilr sonl pus 
al»ardc*s, mnh rVsl qiridors ils np sonl (las franpais. 

Mais ni I'oti tii raiilrp dc^ ri*s dpux tprnips dii dilpnini<* tt'psr 

Nous monirrrons dans nnv sprondp parlip dv rv IravaiJ 

b iKrlaralion tics droits pn 8'.) navait lipii d'ahsiirdp, 

'dir n'ctsrit qtrtnip sitnpip dpplaraiion dp bon Si»n», Ir^'S 

inilp dp lufit P4" <pii a suivi. >oiih avons inaintpnant a 

r ijupIIp i*st la part prr>|irp d urij^iiialiti' qui rpvi<'nl a la 

, iwAfnc dan« \i'% f>pclaralions dr dr«»tt amtVit^ainos, 

Ko«« BO rappplb'rons pas qtip la Franpp a pu o!!p-m«^mp unr 

rons.id(^ndi|p dans la rpvobition crAuipriqup, pI qu'a rj' 

itn* lai pn rpvipnt tpiplqup pIiosp. Mais pp quplon doitd^^p. 

*«W quo b tWorit' di»s droiW dt riiominc t'lait alors unp 

I ' ♦ulp frai^'aisp, rpi pIIp a vU' diVlartu* par nutre pldlo- 

*.,....; ill xviii" sipcIp, par Vultair<*, Monli'squieu, Uousseau el 




XXXVl INTROOUCTIOX DK LA THOISIEMK feDITlOJC 

Turgot, quo t'Vsl de nous quelle est passee eii^^crique; quv. 
ce sonl iios pi'opres I'ormuh^s que nous lisims thins les consli- 
lulmns anuM'k-ainrs. Qui thmv ;t i'-nonn'' t-l rurinuh*' lo priiicifK! 
de la se|»arati(>ri des ponvoirs, sinoti LMijntcsqiiieu:? Or iioDilire 
de Deelar-alioiis eonliennent ce prlneipe. Qui done a eonquis 
delinitivenient la (*ons(*ienee humaine a la liberie relii^icuso, si 
cc n'esl Vullaire? Qui doni* a prorlame 1 egalile des homoies» 
si rr nest Kousseiiu? Qui done a diL que la libeilf- du liavail 
elait la plus saeree des propri<Hes, si ee n'esi Turgnl (l):* 

Voilii les fondemerils ei>nnuuns de la iTvolulioii anierieaine 
et de la revolulion fran(;aisc% II n'y a eu lii (^n rcalile qu'une 
seule revolulion sous deux foi'UH** dillereiiies, rune plus 
fai'ilt% paree qu'clh- avail lieu dans le nouveau eorilinent, 
Faiilrr plus difjieilc pan*e (pfelle a eu lien rlans taneii^n, niais 
{|iM, de p:u'l el daiilre, est parlie de la nu'-uie eouee]iliou 
Soeiule el dn niente idr-^al polili(]ue. 

Mais en philusopfne pa^ plus qu'en [)aiil]que il n'y a de 
cremation ahsolue. La France a vu sans doult? sa giiuuK* pail 
(el lous h's peuples la lui out reeonnue) dans la ih^'orie des 
drolls de I'luinnne ; niais, si ^q-ande que soil e4'tle f)art, eellc 
thtkirie n'est indlenieul nee s|)unlanenienL el d'utii* mauiet'C 
al»rnple dans la k^le de quel(ju(*s nietapliysieieus. Elk' u clc lo 
ivsidlal et le eoin'onriemenl d'linr l(ni|;ue elabcuMlitni qui u 
eoninjenr<*j on jh*uL le dir4% avce les uridines d(* la eivilisuljou 
elUvm^^m*^, niais qui, |Kiur ne |>as i-emoalei' si haul, a son 
ori^ine luslori(]ue nioderue dans la llerorniatitHK Cesl dans 
les piiblieisies du xvi'' sieele, plus ou iniuns eonfondue aveci 
des llies**s lheoloj,nques, (jut* eoinuienee a se dessiuer la ihtio- 
lie dcs drolls de rhoniine. Une S4Meu(*e uouvelle, eiwc jiar 
CrtvLius el euseij;ne(r tiaris KnUes les universiU's de TEuroik^ 
sr fonde sur cetie base. En Angleierri', la j^randr revolution 
du xvu'' siecle est aceonipagnee de didjais apprthfoudis sur 
l4'S fondenients et les liniites du pouvoir; el les delenscurs des 

(1) CHio libertti du travail n'eat malheuurcusemeat pas mcritionndc 
daD^ les D^elaraiiou^ auiuri^aiDCia : ou co comprcod ^ raison. 



iV nnOiT KT HK tA IKJUTIQIK XXXVII 

p;irtU nVnipIoionl i]tJt^ \o^ ar^uriirnts fit* la raison abs- 
ImJIi* H pliilosopliuiur , plus cm iiioins iiii-k's dr i!n'(>lo«^k\ 
niak Sims iiivoqu«»r lt» pr(^tendu tlroii lilsUintjiK'. C^t'sl sous une 
r<»nn»* l4Mil :»lfiV*brMiur ct ii I'iiirio dr la lJi(M>?ie ilii coiiii'nt 
*nriul (|U4» Hiiblws di'lriid l;i vnusr t\v l;i royault'; vX lltmsscaii 
n'a Hi i\ti'it lai eniprunUT son priiiripi? n a le triins}inr((T an 
p«nipl<», jMMir ni fat re Ic I'mic fir la ilrniorratif*. Milton di'frnd 
In ransc <l<^ la (*ons<Mrnre (*t do la presso par 4vs ar'T:iimpnls 
tli*^il(igir|tie.s oil philosophif|in's. non pai* drs raisoiis de <-nu- 
itanv i*t di> I radii ion qui naiiratrnt M gnhv de inisr vn res 
I ! s Lr?% d^'fcnst'iirs dit droll tlivin rnx-»nrrnrs, lllnn'r, 

I inpk\ iiivo(pit'nl un pirlrndii dniil jtalrianal vtiiii 

^d*Aflani <*l qui sp ui'mit inuismis par urn' lu'n'ilii<« Iri-iivis 
liypolhi'?*^ aiiHHi rhiiiirritpic v\ aiissl llH'oriqin* qur Itiat do 
iKilurr do HoblM*s ol do Itoussoau, Lorko i'liliti, dans son 
EtMti xnr h ijOHvernement civil, fail oxpros pour jitsLilior ta 
rrirolntion do lOftH. n'invoquo pas imo sonlo I'oiti dos lilros do 
ou do loisiVritoH. II s'adn'ssait an tiun sons, a la raisoit 
\ I'uposail sons iino fonrir lonto pliilosnpliirpn* lo 
Jiriartpo ric la souvoruinolo du jwHipIo, olablisHail ri'xoollonoo 
'mio lot narnrollo, imb'pondanto dos lois ••oritos ; 4'idin, lo 
im^inior il dcmnail nrio lablo i>ii I'numindion tlos lihorlos 
natltMIe*^ ot primitivos, i\vh droils dv riionuiie*, <iuo nos i-on- 
liliilMvn.% iiKMlornoJi n'oiil oti qua rojuinior mns fimno d^^ lois. 
It doux ou imiH sitVlos, laiidis quo la lurnrnKdion 
itm* il dt's sCM'ic'ios |dus hh itmins lihrrs vx rojiii- 
i^ Ont'Vo, la Ifollando. rAnKlottMic, la raison pidloso- 
tRivnillail ilo mi\ rCtXv dann tons los KtaU onropi-ons, cl 
L* aujsui hion qnon AHonia^^rii* ot on Angloiori'o, a 
II* plnn nilionnol il'uno jmmmoio jusu* donl la liliorlo 
i^pjiii* fUMmif'nl loH fondoinonts. 
La FmiKV du xvni" siooli* n'a ou qu uo nir-nlo. oi vv inorilo 
ftrafi'l '. »•<* fnt do o<iiidous«'r cvs prinoipin, do los d^-j^agiT 
dr li'or origiiir fht'ohiKiqur ri proloslaiito ^lour on fairo des 
l>riiid|M*<i ficiur riiumaniU' oi dc ies fairo passor dans la oon- 




XXXTUI CmtODlT.TlOX »E LA TROISIEME fiMT10:i 

science hmnaine grice au genie de nos ecriTain&. Cesl en effist 
a la langue lamineuse, etincelanie, brulante d'un Voltaire, 
d\in Montesquieo, d'un Rousseau, que les droits de rhonune 
durent de se repandre dans toute r£urope,et de la en Amerique. 
Noas ne sommes done pas ici en presence d'one theorie 
d'ecole, dune these artifiHelle propre a un siecle ou a ua 
pays particulier : nous sonunes en presence d'un travail de la 
conscience humaine pendant plusieurs siecles, travail que 
nous avons pris au \\f siecle avec la Refonne, mais qui a 
commence beauconp pins tot ; et c'est jusqu au christiuiisme, 
jusqu*au stolcisme et meme plus haut encore, jusqu*a Socrate 
qu'il faut remonter pour bien comprendre Torigine de cet 
ideal du droit qui a eclate dans Thistoire a la fin du dernier 
sii'de. Que ce vasle travail philosophique ait essaye a un 
moment donne dentrer dans la politique, comme avait fait 
deja le christianisme lui-m^me, quoi de plus naturel ? S'eji 
etonner, ce serait professer au fond que la pensee n'esl rien, 
quVlle ne preside a rien, qu elle ne determine rien, qu>llc est 
une snperfetation et un accident plus dangereux qu'utilc. I^a 
vraie formulc de cette philosophic pretendue eclairee serait le 
mot de Rousseau : c L'homme qui pense est un animal 
deprave. » 

11 

LA DECLARATION DES DROITS DE 1791. 

ApW»s avoir etudie les Dc^clarations de droits en Amerique, 
arrivons a la Declaration francaise de I Assemblee constituante 
et a ce que Ton a appeh* les principes de 89. 

(a*s [irincipes ne sont pas seulenient contenus dans Facte 
special appele Declaration (les droits, acte qui precede la 
Omstitution et qui n'en fait pas partie. lis se irouvent encore 
dans le preambulo de la Constitution elle-meme, qui eniunere 
les privileges abolis et interdits, et dans le litre l*^, intitule : 
Dispositions fondamenlales garanties par la ConslitutioH, 




n^piMiRTs iH' rmoiT f.t dr ua poijtiqiie xxxct 

On ooinpr«*ii(l aisrmenl las niisoiu do. vvsi tfois rliupitios 
a ^ p a r fe i . U\ IV'rIaraUmi (HHjprfjiii'ui diii* nVsi pas, u pniprc' 
menl f»arlf»r, on acu* consliluiionnol, Giist tin arlr de ia <^on- 
9Qriii'4* tiiiniiiinc, rlc la ratsoii ]ti)l»Iiijm\ qui planr giir In 
GDaHtiiutirm loiji riiiii'i'c. VAU* ost aiiN'rifui'i' u la <4insiiiulinii 
pour bien fiiirr* voir rjiri^llf' uVn i^si [ins U* n'\su!t!il, iiiais Ic 
j|M*, M;iis» aprvs iim* dt'^ciaiaiitiii luiitr iiliilosujiliiqin* ri 
vemciii riUionnrlli*, jl fiillail t\m*, rvs iiu'iui's pritH'ipos 
I dims la Cfmsnuuiiiii ^JIr'mr«lt^ pour avuir Ibri't^ (k»> 
loi ^t prf>ndn» pied sur cette lerm. Or vH'a devait avoir lieu de 
ffi*u\ maniri*o.'4 : f' en drTlurjuU abuliii loys Ir.s priviloffos 
roHlrain^s au\ drolls; *2' 411 yaranlissani aux cilijyi'iis la 
joui^Hance dos droiui precedents. 

Hi noHK rotiipai'oiis mairiii*Hant nM onsfruldi' im*v Ivs Ht'iia- 
rations aiiK'ncaiiit's que nous avoiis priMuktrmoienl aiialyjit^^s, 
I^« jiouleii dilFt'Tenc-cji soul : I'* le soin de si'pari'r la Ik'rJai'alina 
t<t VyivXv. tiiAuK* 001151 jdiCMJiinrl; 2* 1 i'niinnMaliini drs privileges 
abnlis. I'uur vv seeiirid puiiil^ il esl assrz iialirrel qui' Irs Aiiu'- 
riesiins n'euM.-MMir point a iiicniioimivr, lurim- jiuiij- Ics* syppn- 
iiT, des privileges qui n'exislaieiil pas cliez eu\ ou qui 
fiV^ii&lnimit qu a tin faihie di-gn-. I'tmr If* pn'mi<:r \m\ni, la 
lln'larafiori st'pan'e de loul iww l('*gal eonservuil au dnul um 
vraj caractere, k savoir d'euv anterieiir a loute loi, mrme u la 
loj eoiislitiilionnelle, Uiiidi»$ que loul vv qui fail partie de eelle 
hn fieul <*lre inudilje par le pouvoir constiluaul. 

Oti peul din* salts douJr que Irs AriH'jirains oiil uiauifesle 
na esprit plus pusitif en iiitriKluis;nit les droitvS nalurels dans 
It* i^rpji meinr df. la Otiii^iitMliiiri, soil ru leie, suit an luilieti; 
, en deliuilive, ecUe riri'onsilaiH'e est aeeessoire; el Ic fail 

nifr ile di'<darer dej* droiu iiialicrtables revienl au iiienut 
ipe. 11 y a nu^uie ferlaiiies constitutions anu-neuine.s oii 

eaoJitJluanU diThireiii que Irs droits ^'riotiei^ ^oul * vn 
llrbors d4» Inirs pouvotrs foiisiiuiauls * vt reiHinuaissciil 
lillligfttion k m\ el k leur iKiKteritc de n'y pas toueluM\ Sans 
loitet oes pm^autions t»ant purenieiit theotiques; car il 




XI. 



INTRODrCTIOK DE LA TROlSlfellE fiDtTlON 



n*t*sl pas douieux qxiim nouveau pouvoir roDstiluanl iif put 
rcfOfiiiaiUv, sil ir voiilaii, tie nouveaux droits, oii mvn\f en 
supprimer qui lui paraitraient chimeriques; car ptjiii-quui la 
seii'nce du di'oit, mrme natiirel, in* ferait-elle pas de progrrs? 
Mais, mt^mf alors, a* ne serait pas vn laiil que conslituanls, 
mais on Uint qii'Iiainmt's, que l«'S U'-gisIaU'tirs eli'ndrai«"nl ou 
iTslreindrait*iU la Drclaralion piimitive; el le droit I'eslera 
toujours Ic priiieip*\ el iioii TeffiM de la loi, 

Quant 11 la rormo et aux rxpiessions emploYt'»i?s par la Deeb- 
ration franraisc, nous im voyons rifii qui la distingue essc'n- 
tiellrniont d^'S Dedai'ations amiMMrainrs I'l qui lui fonfererait 
un caractere niiHaphysique plus prouoiicr : lout au plus signa- 
lerait-ou le lerme dim prescript ihlc que ntnis n'avons pas 
reneontre aux Ktats-Unis; luais Ic^ expressions iVinalienahh 
et tVimlefecfihle, (jue ni»us y avoiis trou%'ees partfjul, *m[ 
cxaelemeut le meoie sens. Bien ne justitie done rinquUalioii 
sans cesse n^produite d'ideologie, api>liqu4M' a la Fraiiee en 
opposiliou ave<- renipii'isiiie |)rati([ue des Amerieains. Que 
cclte inii)Ulat!Ou snit plus ou moiu.s fondee, ap|)liquee a 
d'autres [Miiiils, nous n avoiis pas a le reeherther; inais, sur 
la <piesiion pn'*eise qui nous occujxv, nous nions fonnellement 
I'antilhese doul il s agit. 

Peuletrr meiiie pouiraU-on trouver dans la Di'*r!aration 
francaise uoe preot^eupalloii plus marquee d'eviter Texcijs de 
tleelarations irop j^enerales et de droits illimiles, qui pouri-aie.iil 
desarnier Toi'dre sorial de ses gai'antieSj non nioins neecs- 
saires que la liberte elle-mt^me. Nous voyons, en effel, dans 
notre I>eelai*alion de droits ce que nous ne Irouvons pas en 
general dans les Di-elarations ameri<*aines : «*'est que ehacun des 
droits (''numer4'S esl |)i'es(|ue loujoiu's acroni[>agiie de sa ivslric- 
tion et dun eeriain eonlrepoids ^ fail qui, je t'rois, n'a pas 
eneore ete signale et (pi'il est inqvoilant de meltre eu lurnierr. 
Kn elTet, la doetriue dun droit nalurel, inalit^iialdi* et 
imprescriptible, n euti'aine nuUenieiit eonmie coiisequent^e la 
doeiiine d'uu droit illimite, comme les advei-saires de no& 



Rir^PoHTs in imoiT et hi; i.a r*0LiTrQiE 



vi.i 



mrnitouH rlt» tiroilsir prriinKknU. An nnur'airr, k's jihiloso- 
plu's Irs plus iilealistos, les plus altiichrs a la dnrlrinr tlu 
dri»U piir, Kam par <'x<'inpl<s t'ns<»ig^n<^!U qnv \v droit rie 
Hinrun a pour liinitr \v <li'oit d'aulriii. Lc droit, srloii la dt'ii- 
nUion do Kani, rsl * I'an-ord d^'s librrir-s ^•. Lors(|Hr Vwii dit 
rpii» If drr>il csl idisolu, ini t'nU'iid pur lii tfull nr doil jtas I'tiM' 
sarrifif^ a TintcK't ou ii la foiro, mais iioii |kvs (pfil iir piiissc 
paj* i*Ui' liriiilt- par nn aiurr droii. Lr droil dVxprimor sa 
|H*ii?<iM' p4'ul «Mr»* liniilc par lo druil qii'a rhaqiif honiiiu' liv 
ronjwrvf^r son lioiiiiciir. I.o droit d'arfjiK-rir <*sl liniiH*' par \v 
ilroit <!*• la rhosr acipiiso; Ir dn^l dt* rospt^ctor la \'w d aiilrui 
€^l timlto par Ir droii do sc (It^fiMulrc si Ton 4"si alla<|iN*'. Uv 
plus, k' droit rxt Uitiiir par Ir drvoir, iiiriin* aii point d«* vii<» 
MK*bl; riir noiinavons dcs devoirs riivcis 1 f*lal, r(, |»ar miisr- 

»iil, I'Rlal a dcs (InHls sur mms : aitisi \v dniit drfoiisrrvi'r 

biciis 0^1 titiiih'* par \v d(»voir d*' coulribu*'!* mix drpcnscs 
poblfcfDi'^; le droit de ronsiMwcr sa vii' est liniili' par le devoir 
de di'friidn' la palrli' nmln* IVlran^er. CVsl pourqiioi daulrcs 
eoti5(til[f lions Iranraisps (17*,)r> vX 1 8 '(8) onl trvs sa^diuml 
adfiiiii unt* nr't^lar.ilioii d«*?s drvoii*s a vMv dr la Dirbi'alion des 
drain. 
^ Lt's abiis (|u<* It'R !i*'<-tes rrvoliilinniiain's fmii de la notion 

driiil ni' vienneiil done pas de ei tl<* notion elle-mrme, ni:iis 
d<* roubU qulls four dv la reeiproeite. lis ne voient le droit 
f|ilt* d*ini !M*al role* lis vnieiH \v dr*dt dn tiiiraniaieur vi non 
lol du diffaine. IIh voieni U* droll d'aller et de venir sur la 

i*f» piibliipie; main ils ne voient pas le droit de erliii qn'on 
i*nip^he d'aller H de venir en ivinpliisnani len rues di* fjroeos- 
iiH ri'Vidnitonnairi's. \h vnlmi !«' droll *\r loiivrler et ne 

•nl pas eelui de lenlrepiTniMir, Ca' ipi jl I'aul ponr rnrrijjer 
Im ttreavn nhoUiiionnaiit^s, ee neni pas de snpprimer la 
Qotjott de droit, e'esl de r<'Mdaireir et de ta deveI(»p[H»r. 

Si Ton devaif dire que le drdit nest |>as abstdu paree qn il 
li*r«t p:iK iMimrte, il faudrail en dire aiilant dn devoir; ear il 
o'^ jl pas plus dc devoirs Uliniites i|ue de droits illiniiteM. 



ttiff tmionrcTTO!* be la troish^mr ftmtioN 

TiOrsquVm liil (juo lo *)i*voir osl Jlllst^lll, on ('ijUmkI [lar la ([iril 
IK* (l(*[icrHl pas des cin'mistaiuTs, «iu"il ih* dnii n-dri' iii a 
ta passion ni a TinN^rt^t, mais noii pan ijnil im* d<uf pas ('('HtT^i 
Uii aiUrr drvnir. Tons li'S nionilislrs savcnl (|U'il y a (los 
rruillils (l(^ dt'V(tirs rrniiiiir il y a tlrs i-onflits dr droits. N'y n- 
i'il pas tU^s cas oil \v devoir t'tivors la fainille <U)il rimt^r au\ 
devoirs envois I Kiat, ou niriuf aux devoirs envcrs soi-int^me? 
En foniyiiil-tm qui] ny u pas dv flvvoirs, on qufl oes di'voirji 
nv s<jnl ([UP ilrs devoirs rriils. imposes par la loi rivik*, ou 
rniin des devoirs nes rle !a rouiniiie el de riiabitiide'? Sans 
doiile il y a une ee*>le tjni raiitene loul a l1mer*iH, le devoir 
ctiiiiiiii! le droil; mais ce nVsl pas de ceia fiu'i! s'agit m. Nous 
parlous a eeux (jui admetteni line morale natur'elle el qui 
n'douloul un droit nalurel, paroe qu'ils voienl dans Tun h 
pi'im*i|>e d'auuirite, el dans lanlreun prineipt* revoliitionnain\ 
Mais on voii que !es dillieuUes soul les ineiiies de [>arl tU 
d "autre, 

I'our en r(*v(»n[r a la Constitnante, on |ieut dirt' quelle a ou 
le seiitimeiil jusle el iiel rpie le droit peut etre limile par le 
droit, el etfe a fixe des boities aux droits dt^ ehaeun : t L*exor- 
riee des droits nalurels, esi-il dit, n'a de bornes (jue eelles qui 
assui'ent aux autres membrc^s 4ie la sociele la jonissanee des 
inemes droits. * Les droits naturels out done des bornes. Qui 
delerminera mainlenaul, qui delimilera ees bornes? La Consli- 
luante a etabli la vraie doelrine, la seide possible et pratique, 
U 8av(»ir la di'dimilation des droits par la loi : < Ces bornes ne 
peuvenl t^tre (bleiininees ipif^ par la loi. > Ku eons^Mjuence, 
* le pouvoir legislatif ne pourra faire aueune loi porlant 
ntteinle ou seulemenr obstnele k Texerriee lies droits naturels; 
Hiais, eoinme ffj liherlf* }ie rnnsistt* tin'tt poitvoir fa ire ee qui 
ne nuii pas fnw droiLs iraittnfi el a la si'enrite piiblique, la 
loi jk'HI rlablir des peiiies contre li'S aetes tini, attaquant la 
snrele publiipie ou les droits daulrui, seraieul nuisibles il ki 
sociele. » Mais ici la restiiclion elle-meme a enrore sa restric- 
lion, el la loi, qui est une gai*antie conlre Tabus des droits ou 



HAppOBTs in hftori KT nj; la ih>litiqi3E 



XUIII 




I 



I'ahu.s i\v trux ♦|ui t^xtHuieivi la \m, iloit su* iTufiTmer 
danft ocji limitfs : < bi loi n a W ilioil <U* dt'ieiulri! qiir les 
»€iji»ii» itumbios h la soei^tf^. > 

Vdvons nmmieiiaJil <'i*s priocitu^s dans rap]j|ir:\tioji. L'liii 
dps (IniitH oatltrels csi 1;) WhvrW' itidividiit'llr. Tout Ijooiuiv- a 
If ilruic d'jdler, de r**sier, dv fiuriir sans ^Utt arr^le iii dcU'iui, 
« si €« iiVsl duii» IrstoriiH's diniTiiiiuri's pur l;i Consliturioii •. 
li la llJ>«'rle iiidividuello i»8i j<i^raiiii(* roiilrr I";irl»iLi'aiH% 
lOD piis voulvv la lai. Ih' nirnir piHir la Ubeiti' dv 
fioiisaeiice. Ntd ti4> peul Otiv iiiqtntj'M^ pour ses 0|)iiiiooH 
fdigimises t |>ourvu que Icur uiiiiiilrslalioti rit^ irouhtr pas 
rordre public t^Udili par la loi ». La UUrv (-umitHiiiicntioti drs 
|iiniM*eii ol des upiiuons e«l encore si^nahu' coiiiuir uii des 
dnilU le* plus pivi'iciix dv \'\nmmu\ * saul* a I'cfioiidir do 
I'aliUft de ri'Un Ubertt* dans los t'as drUMuunes par la loi ». 
Enlitt, la propriiUe est ganinlie, sauf * la jiisif* i;t piwdablt* 
indenuiile de celles donl la iK^eesaile publigue, k'^galeuient 
eo, ciigt'inut l»* saerilice • . 
la Con«Uluam<% bicu loin de muUeuIr la doelrine 
nrvohtiioniiaire de* droits illimiu's, a pioelauie an eoiUraire, 
la roaniere la p1u?> lernio , la neeensile d'uiio limiie au 
iiaiit iiX^liit' ou 4*ll(* proelaiiuut des droitH iiialit'^iiables ; el 
U n'y avail la, comnie nous I avons uirtiitre, uulle coulradie- 
llon, Kt eetu* lindte, i^le on atlribuiiit la determiiiaiiou an 
:pCMlvoir gui piH en ^ire lef^ilijuemeiii el <*ni("aeeuicrit 
r'esl'ii-dipe a la loi* Le nml tie /oi revieuL au^iHt 
iOan*iil que le mot de droit dans la faiueiise Declanilion. Le 
■ml, fti c (^tait uu iiiaL portait avee liii sou renied*'. 

Nab id eeux qui vculi^ril tjue la HeYolulion ail loujoues 
Uirt or Uftit piw ires (>aibarrasj^s, lis sc* relourueiit ansHilnt, 
et, inaft emindn* dc fiure IIMie de loul bob, ils repioebeui 
i& U Cunstituanti' le hoiu m^^me i|uell4> a mis ii eviter les 
OLcte; i!t dam cet appel <*(intiuuet a b loi ils iie voienl plu>i 
.qneli! de»|Kiti!UFie de TElal ei Toubli meme des dndts nalu- 
rek. Ain&i, si la Itevolution proelnme le droit, n>Ht raiiarelue; 



XLtV 



IMROMCTION 1>B LA TBOlSlfeSJF, i'^DITION 



si dli* proulamc In lui, cV-sl \e drspotismc. Car on sail fpiniix 
yeux de ceiiain^'s ven\v^ lvlrogradt^s aussi Imcii que dt* 
cerlnines <'*cok^s rrvohitionnain^s, Tftlal, cVst roiinrmi. Li*s 
yns vculoni 4jiu' Ics droits luitiircis soirnt illiniid'vs ; niais k's 
aulres voulcnt quo les |)iivil%*es soieiii iliiinili^ , el lis 
appolloiu dc'spoiisme la sujjpressron des prl%ilt'ges par la loi. 
lis en venifenl a la H**volutlnn d avoir regie les successions 
par la loi, romme si tons Irs priipU^s dii moiide n'en avaicnl 
pas railaiilanl ; ils lui rrfHVtrlient d'avuii'alxdi les niainiiKuies, 
eoniine si la monarchie absahie (i[e-iii(^ni(^ n'eol jias essaye 
bien sDuvent de limiler ees alms. Ils proelament un droit 
absolii 1*1 illimite de propiiele Cunde sni' le passe ♦ sur la 
possession, sni* les tilres des fondaleurs tni des donaioiirs; 
lo sa^^e Tiirgol Ini-iiir'me a Iden fail voir cv ipill y avail d'in- 
sense dans ces proleslalions. « Eh (pioi I dit-il, si tin tiloyen 
d'Atbenes eut rree uiu' fondalinn en favc^ur tin teni|>le de 
V^nus, nous serions oneor<> oblij,n's aujourdliui d'enlrelenir 
un eorps de pr^lres ponr faire des saeriliees a Venus ! * S*i! 
jilaisaii a un pi'oiiniHaire de souslraire ses biens a la eiirida- 
liou piibliqiie en le^Hiunl ses biens a sa propre. memoire, ou, 
eoiiniie la tail rt'ceminenl un orij;[inal, « a sa drpouille 
morl<'lle », un lei abns du droit de projiriele poiirrait-il ^'^tre 
su|>porte? i Si to us les honunes qui onl veen, dit Ti!rf;ol 
dans une phrase inagnilique que xMirabeau lui a empinnlt'o, 
avaieni en un tonibeati , ils eussenl eouverl de fii^'rres la 
surfaci' de la lerre, N'aurait-oii [las le di'oit de tletpuire ees 
monumenls steriles el de reuiuer les eendres des morls pour 
naurrir les vivanLs ? » Si le droit de profU'iele (Hait illinule, 
il n'y aui'ait pas de routes ni de villes possibles ; si le droii 
do eonserver sa vie elail illiniilt', il n'y aurait pas de palrie 
possible; si la liberie de eonscienee elail illirnilee, Iv droil 
d'assassiner, rerlann'' par rerlaines si'cles indiennes, devrait 
<'Hre reeonuu, 11 faul doiH' une tinuLe des di'oits, el e'esl la 
loi qui la fera. 
Mais, dira-t-on, la loi peut etre oppressive : ccla sc pcul ; 




n.il'lHlHTS Dl' DROIT ET DE I. A IMiLtlliUH XLV 

maU cVst cc qui esi vrai 4l(* loul poiivolr, (|iu'l qifil suit, 
auHsi(4>l quo vous oiUn'rc/ AiuiA !r (Immune ilii «*oiin'<*L En 
i4\v\, jM>ui' prnli'gcr l(' tl»*uii, it liml on |Hm\tjir, (*l ve \mu\inv 
liit-fut^ni<* pc*ul violcr k* draiL Muis, t»n siibslituani 1p pouvuir 
lie In loi :iu pouvuir iron Ijominr on dune rkiss*\ on diiniiuri* 
d'aulaJil lu cIiiuut de rarhilrairr ; rar, la lui i'lmil i rxprrs' 
sion de la volonlr grnendi* vt imis \vs titoyens ayant \e dioil 
lie coiicourir par le choix de kurs jfprM'sentaiiis ii la coii(W- 
lion dl* la li»i, U*s oppiiim's un frnx <jui t'rui<'iil Vv\vi\ itKilri- 
lioanl ail nioins pmir Iriir [>arl an paUM)ir If^qslatif,, out l(^ 
oio^CD dl' fain* ciiti'iidrt' ii'urs plaiiiti's v\ dr n'rlamn* la 
iwUinn drs luiH injiislrs ; rr «p]j oflr*' plus dr clianri's I'-vi- 
dciiitiK'nt ipii' ilaiis li* can uii iimlfpus-uns d4Tklcnl dii sori 
«le rou!* 8aD» app<*l. Ku oulri% la lilji'rli'- dr la pn\sH<', riant 
audes dt*oitsi ganinlis ctiie paiivanl janiai;* rti'r coinplelrmnu 
»iijipriiiU'*'» nii'^nn' par unc Iik u(jjin'ssiv(% rsl a sou lour uui* 
g-aruDlir ronir<» \vs ahus tU' la 1**1 : vlW csl uiir Irilnuu* lou- 
Jour» »mvi»rU' pour crux qui Hf pbigufrit. <a il vinu luujours 
on mfitnenl oil la voix du droit sp luil tnilcndrr, A in si It* 
droit cnrrigi* I«'h hIhih do la lui, el la loi i*orri|;c k's alms du 
droit. La corrclalion necessain' dc cvs deux |h iucipes, voila 
Ka doi!tritR* de la OiiLStiiuatUe ; je vundrais bicti savoir sur 
quetli* autre ba*e un pourrail s'appuyir [hum* pr*'vrnir a la 
r4>t!% t arbtiraire ei lanarehie, 

II nottK faut uiaiiilenant serrer la qut^^tiun de plus |>n>s et 
nuu.H demandrr si Irs droits de I hnmme soni, tHtnuiu' on le 
dil dnus Ivn tniles liosliles a la H*'\olutit»u, des ditjits nieta- 
ph5siquc«s , ehinieriipies , abstrails « sans nqtpon avee lefi 
rraliU'Ji etmereics el Telal historique du pays ; s'ils out eu 
fMiur but de eunslruire uiu' suei**le a priori^ de n-allser niie 
litopie decole inxiilee |»ar J. -J. HcMisseaii v\ autres h\vo- 
lugucs ; si CC4 droits eelebres ne sunt pas, an <*onlraiiM' , 
IVxpressiun abstraile dc» fails euncTels, de li(*suiiis sueiaux 
prulbmU el iii\rtrn's» de stitdlVanei's sVuvidairt's el de n-xtTi- 
dkatioits lcgilimc!». 



xLvi r?iTfiODUCTiON PE LA TnoisfftMK femxiox 

Sans doute lo droit est le (Irnii, vl mms nv riM^iisonR vn 
niirtiiic maniorr hi glorifiisc oxf)r'<^ssi<)ii do (h-oifsffe i'hommfi; 
nvAh nous udnitUlons qu'il y u di's di'oiis tht'orifiuns, iiiulilcs 
t'l fiincsU's (ftiHsenl-ils vrais en eiix-mi^mes) : tre sont ceux 
qiii nv sont pas :ip|»roin*i(^s :\ IV^Iat social dii |»cii|jio poiir 
h'f|iicl on ti's iTclamr, ou qui di^passt^nr parlrojj riTm'lIit»i'nn' 
dcs ciloynjs. II scntit ridicnh', i-n vWH, <lo iv(4anuT la lilXTli' 
de la prrssp rhi'Z Ics Pajmiis, la si'-paralion drs pouvoirs ci 
h^H inti'rU'S('onHlitiilinnnollpsi*lK'Klf'S Turcomans. 11 est [tossfhh' 
qiir* l\"sclavagi' ait rurri'spondii a uii cerlainrlat social rr (]n'il 
a iH6 un progr^s sur \v massacre dcs prisonniers. L;< lihcrlt' 
di*s uK^c tings ]icwt avoif sa ifiison dVMre dwi. nn piMipIc 
hubtltir' dcpiiis loii^tfiiips ati rcspcd dr la lai, ot vUv dango- 
nnix aill(^iirs. Eiifin, nous distingnoiis ta tht'^orip dcs droits 
naturch; Udlc ([u'elle pcut avoii* lieu dans la science et dans 
I't^eolc, d*une Declaration de droits se prcsentani conniie la 
rtgle d'une soeicle d<>nnee. La vraie f[neslion 4'Sl done 
celle-ei : La France de 89 eiait-elle mftre pour les di^oiis de 
I'homitie? Ces droits rcpreseniaient-ils des rt^alit^s on di's 
abstractions? Or rexamcn dcs fails nous apprend qne eliaeiin 
de e(!S drotls n'elnil (pie le resume ei I'cxprcssioii dcs (ails 
conci'Cts el ]>ositifs. 

La liberte d'aller et <le venir se ra|>|>orlait a la Bastillf* el 
au\ lettres de 4*;n'!iet ; la liiterlc (ri'crire et d'iin|)riinrr 
rappelail VfJmife bi'nie [lar la main dti bonri*eau et Uoussean 
banni pom* Tun des j>lus b<*aux livres tin sieele ; la libeile do 
conscience ra|>pelail les prolestants chass('s dii royaume el 
destinies de Tetat civil. La (iropri<''le anirmee ctniime druit 
nalurel n'^pondail atix vieilles rede\'ances feodales auxqiielles 
('111' avail elc asservie : « 11 y a dix preneurs pour un*' Icrre », 
disait ll<nHM'jf, L'cgalilf' dcvani la loi sV»p|>osail au\ jiisHces 
exceptiimiielh^s ; Frgale adniissibilite aux charges, aiix pri- 
vilegfs di'S grades n'serves aux nobles ; ta r*'partition propor- 
lionnelle des impous, au souvenir de la laille payee ex(!lii8i' 
vciiu^nl i»ar le tiers etitt. Par mie ondssion (Hrange , la 



Il,iM»0!lTS DU DROIT ET DE LA t'OUTlQlE XLVU 

Om^tltimnti^ avail ut^ifll^fi* tlr mi<ni[oiitiri' h\ liberu^ du inivuil ; 
imiiK ci'llc laninv ihmiI iHrc ri*in|>lie pur levs roK'bros eoiisiili'- 
niiiU de IVdildi' Tiirgot, itiii ili'rhn'ait Ir U'tivail < ki premiriM' 
el la plus SKiiMro dcs pn»prirLrs ^ : or rr dniil tHait vinh* pai* 
|e« irinMJtibrahtcs obslaolrs iiiir Ic n'*j(iriu' dcs Jiiatlrisrs v\ 
d*'* jnrnnih'H nppnsail au iravail tli^ I oiivrirr, soil vn liii 
fi^nnsiiil to* nmUrisos^ sail en \v f)ar(|ua»il dans dcs indnslrios 

Nous "n'avi'ni^ pas a insisier siir rrs fails ; ils sonl asscz 
rriiiDiL^ ; on Irs Iroiivora vn aljoridanre non si'ulriiit*i»t dans 
Unites les hisUiirt'S dc la HiH'oUilioii (I), iiiaisdans Ics niaimrls 
Irs plus i'd('*mriil:iirrs d'hisloire eont<'niporairu\ L(*s disc^tilcr 
tfl cux-iTH^iHfs, ci^ srrail iiislruiri' dc iifnivraii vi dans Ic lond 
Ic proces di* Taneien regime el de la Uevalution ; nous if avons 
tiu si {p-and olijeL I*oiir ntnis roid'vrmer dans la fiiieslion 
*iM' i|iii tiuus i>orupi\ nous t'royoiis puuvoir concluro que 
la Derlanilion iles droits n'etait que le r<"siniu'^ de Ions ees 
Ce n'^tail done pas de la pure nuiaphysitjue ; c'elail 
^tpre^iiiuii Uieorique de la soeirle nouvelle, eonune le uiot, 
irrni on fatix : * rfital,e'<'si imii >, a t'l«'* lexpressiorj ihedHtpie 
de la inonairhie de Louis XiV. 

G? (fui prouve cpii* les ifndts de Ihornnie i-taient hien 
rt*Xpn'»siun dr Tails rt'els, de lails hislnriques vi conerels, 
k"l non de pun»s ihi-ories, e'ost qui! y ades dnilLs, iles lihertes 
«(UJ sofit i*nliT^e» pliift larti dansi le doniuine de nos debats 
|Mdi' { dnnl H^^ n'a pas fait nu*ntitm parcf que ees 

Lm iiMMles ne ri'potidaienl pas alurs a des fails, lis 



':% i^tii Avaicnt Atiiirdc, nous di:^cnt-ils, T^tudo de 

• r un secret d«^sir de h trouvcr moina coupablo 

I'nt^rAlcmeni, nou'^avoucnt que I»as laita out d^iruil 

,.>D. Voy, sur oc point la remarqiuihlc jirefaco 

u son li>TP intilulo : ta Chute dr Vancint rt^qinw il881). 

mrtnirurousomcDt otrts lornum* par Tauleur *^ui '}%% 

lilt IWhivi'ftieul de sou ouvrage. Le trui!si6«^« 

M. Hetiri Jol>% inatti'*! de coiifereuc*.*s k \a 

I Paidode fratrmcuts laHHes par t'aulour. 

itliiqUC. 




C€h 



III, 



XLVIK ISTROTlUCTrON DE LA TROlStKME ^J)ITIO?l 

dcvaii^iU iniitrc plus Ijinl, suus I'mipire iU* fails nouvriiiix, 
O:. snrii, \yAv vwmpUr^ k\ libi*rk^ dViiSLMi;;iirinnil t*L la liljert4i 
d'asswialion. 

A r^jxtijii*^ <I(^ la Hrvohilion, i'<*nsoij,'iH"imMil lUail le privi- 
Irj^r rxrhisif ttu clfr^iV. Ll'invt'i-sitr! auSwSi bicii <|Lii' li*s cou- 
giM'^'aliuns r'iis<'i^'iiaiil('!» t^laii'iit tics coi'ps tTdesiaslJtines. On 
i'prouvai( alors ie bijsoin iruiienscigriHijieiil prolans el iaique. 
Lv sf'ul (Ij'oit flonl tm t'uL ronsi^tcucr ('lail \v drijit d'lHru t'leve 
au noiii (Ir la nuscm huuiaiiie satis .siibh- la L-aulraiiilc ihi 
dognir, Cunuiieiit remli'i^ u la ruison natiii'ellc dans rcusoignc- 
miMil la pari (iut liii apijarlicni:? EUiit<"«_* par la tibrrle 
d'<?iist'i|(nenM'iil? Ptirsoiinr ny pcnsail alors, tnir on ne [jou- 
vail compter sur cctlc libtnltj puiir lutirr nmUv rciiseignt?- 
monl. (M'cb'siasliquL'. Unc. liberie iiidividiielle d'eiiseigner 
ctmri'ive aiix ciloyeiis eat ete absobiiuriil im puissant*' eunlre 
uii eiisc*ij*iiemnit iraditioimel ([iii avail pour liii les siecles, 
Turi^aiiisalioii, hi richesse el de mjmbreuses ct puissanlos 
assoeialions. L'<'xpeneii(T a prouve depuis fjiic reiiseigiift- 
nieiit Itbre laupie esl iinpiiissaiil a kuter eojiire lenseigne- 
nient eeelesia-slifpie ; drpuis la lil>ei1<* d'eiiseij^iiemenl decre- 
lee im iSriO, hi plupari des elablisseineiUs latqites pnv(j«. 
onL du dispiiraitre ; on oepouvait dune pas ii plus forle raison, 
I'll Hll, eoiiiptrr sur eel eleiiK'iil pour Taire conli-epoids au 
elei'ge ; et e'etait le seul besoiii f|ue Ton eprouviU ti\oi*&, 
paree (pie hi seide liberlt' fjui rnaiKjual (Hail rclle dc^ la peiis4«c 
jirofaue^ h»i<|iie, |tbiltJSi>pUi()ue, Ce besoiii ne pouvail t*trc. 
satisfail <|ue par I'Klal : e est pounjuoi la (xuisiiiuanle decre* 
mil r«'lablissemimt d'uu enseigiicnieut pithiic, saiis soiiger k 
reiisi'iifiit'nu-ul fihr(\ Ou iic piurhnue iiii druil (pie lorsqu^m 
en ('prouve le bes<jiu ; el perstuine a celle epotjue ii'e[M"<mvail 
le besoin d'euseiyner. La question est doue nee pins tard^. 
eomnie le eonillaire de la rpjeslion ivli<»ieuse. La Revolulioii^ 
Ihii^pce di' rojjpression eaUiuIique, u'a pas du pensur d'abordC 
a la liberh' ealbolicjue , eomiiie en Anfjjlelerre oil la f ralnie dti 
ealbolieisjne a fait ajourner de deux sieves lemaiioiputioaj 



R\J*l»(mTS lill DROIT r.T 111-. LA rOLITlQlE XLIX 

otboHqiic.s. En Fi'aiic(% h vlvrgv. ratholiquL? ;i Ijiujours 
l^lc* rn siispirion i\ ions Irs [Kiiivtni-s iiis|>irrs dr IVsprit (It* ta 
Rr volution, (*l il f;iiit dirt' qu il n a pas fail lout Ir possililc 
|M»tir diVoiiraj,^*'!* n»\tv siis|iii*ion. 

Sans lioiilr, pour los f^s(>riK vraiinprvt lilnTanx, los piliiri- 
ne doivml pas iH\v siu'vWlvs parcf qu ils ]iourrai**iil bt-iie- 
aux oniiiMiiis dc c'i'lh' rrvohilioii ; inais il vsi hvWv do 
rmnprrndrc qifuni' gt-ntTosiU' deeegeniv ii est fj^ii^iva allen- 
An* d'liiio rrviiluiion ; n, on lout ras. la nt>iro n y a |jas soiigr. 
tl'e«t pour l;i iiionir raistm ruirllo n'li jkis pnn-lann- parrai les 
droiU naUirols la librrti- (i'assoriatioii. dans Inquelle die in; 
fMfUvail {^MiiM'i* voir aiilii' rltoso t\uv \v niablissrnit'nl drs cor- 
|M)ralions iridujifnellrs on ilrs ronj^ri'galions nli^ncusi's. La 
lihi*rli** dVfiH«"ign4»ment <*l la liberir* d asHoiMalion <'taieni bieii 
[rcimprtiti's dans Irs prkiti|H*s di' 80; mn\^ il faiit los (*n tirer: 
r<* !vf?m Trino d«*H n'uvn-s df la sorit'lr arliiclli'. IVmr HI), n<iii 
»**uImK»nl ollrs nr n'jMinflatcnl pas aiix hosoins dii teinps, 
itKiis *»1I<*H I'Uiioiit pluinl i^n opposilinn avcc tx'S ht'soins. On 
p«*«l fain* iin ri'prorhi* au\ n»nslini;iiils d*» les avoir orntsps; 
imim il faut n*ronnailrp qno n'ltr oniissiuii prouve pret'iscmcnl 
[qtl^ nous somrncs hi prrscnro do droits roncrt^ts (*l nun dc 
,purs thiV)r^ni<^s. 

(I fie faul fias d aillonrs s(* trop liatfr d acfust'r diiironsr- 
quc*nrr la U<*v<»lulion. lorsquVIl** a ornis riTlaincs libt-rlrs ipie 
[liiitr*» «i<Vli% plus hardi on |»lus geuen'uv, est dispose a ret^on- 
nalthv I.a Constiluanlr nr svsi \\r*kH'vu]uH* quv dc^s ilroiu dc 
iluUTidiit do Ihonnne ronunr tt4, Ir s« n! i^ndpliniiivtqur Ion 
H avc^ kujuel on imissi- H-ailrr. Or v't*M uiui (|ues- 
ilr savoir si res droits dr Tindividu sonl applieables a des 
I, si rVsl \h uni* r\ionsron le^ilinie et niMM'ssaire du droil 
If et surtonl a des rorps on rindividu disparail romme 
IH dsftJt rutille indiviH<' dr la eorporatton. Des }$ages euinmc 
►fipol ont pu donler de n*s droits des coriiorations sans 
'on piilsse les atTUser de fanatismc et d'iniob'rance. On a 
ne dtmvmdvr aus«i s'll y avait pbcv a ua Etai dans uu autrtt 
JATto. — Science l*oliti(fiic, I — d 



L I7STRODIXT10!( DE LA 1R4)ISli»B l&DRIOS 

Kial, ot si UD graDd corps religieui, depositaire de raulorite 
IH'iuiant des siecles, arme de forces spiritudles incalculables, 
(H'ut otre considers comme iin simple indiTidu et jouir k titre 
<io |>ouvoir traditioonel des droits naturels qui appanieimait 
ik Uionune ct au citoyen. De la la complication des questions 
qui touchent a loi^anisatioii de lEgii^ dans ses rapporU 
avoe l*£iat. 

<x»s questions, nous avons a les resoudre aujonrd'hui avec 
iM^aucoup d'autres. li n*est pas etonnant que la Revolution, 
qui allait au plus presse. les ait eludees et plus ou moins mal 
i*omprises. Tout ne pent se foire en un jour. Le droit nature! 
lui-meme a besoin d'etre elucide par le travail des siecles. 
Leibniz disait que nous devons apprendre mdmc les verity 
innees, que toute la geometric, par exemple, est innee, et que 
cependant elle a ete decouverte pt^u a pen par le genie des 
grands geometres, parce que les consequences sont ires eloir 
gnees de leurs principes et qu'il faut combiner plusieurs pri|i- 
cipcs pour arriver a ces const'^quences. De meme, les conae* 
quecces du droit naturel peuvent etre aussi quelquefois trea 
eloignees ; et elles ne sont pas simples : U faut souvent aussi, 
|X)ur les n*soudre. avoir recoups a plusieurs principes diifc- 
rents. 11 nest done pas etonnant que ces consequences n aieni 
pas ete signalees tout d'abord, precisement parce que lexpe- 
rience n'en avail pas d'abord fait scntir le besoin, parce qu* on 
n'avait pas en face de soi des faits clairs et precis, comme la 
Bastille ou la torture, pour Aiire jaillir le sentiment vif du droit 
dans les consciences humaines. 

Xous sommes done autorisi'* a dire que la Revolution n'a 
pas en pour objet la creation a priori d*une societe ideale el 
metaphysique ; elle n'a ete, au contraire, que Taffranchisse* 
ment, 1 emancipation dune societe \i\'ante, reelle, concrete, 
qui se formait insensiblement depuis plusieurs siecles el qui 
est arrivee alors a la niaturite. Depuis le milieu du moycn 
ige, malgre le regime feodal, a la fois niilitairc el iheocnh 
tique, et m^me a Tabri de ce regime, il s etait cree peu a pea 



ivA<"poiits »r Dftorr et he la POLmQUE u 

»od<fl^ lalmriouso, commf'ir;iiilo, imiustrioUe, affricolc, 

ilruiir, |>4*ii a pou cinun( iiK'<^ par Ics N'lirrs »*i pur Ivs scifii- 

s, |>ar la (ihikisopliks une scH'it'le ili^ libiv travail i4 dt^ libre 

I. CYi«l celk* dans laqiu'lle nous vivmis aitjuiird hui. 

til* Rod^li^ f»%istail d^»j:i tout nitit'rr au xviii*' siick'. Feu a 

t»:ir Hrs atrniiHirissriiUMiH surci^ssif;*, par \e fait m(*me rle 

rultiiro vl tin domicile, Ic fjavsaii riail drja fu parli<* dcvenu 

mnlfn* cir la torn*; pon a poule comm(»rei' i't riiiduslrif s'litaioiit 

<l ' M'!! vl 4*tiianript'S. Lt* pnuvdir royal, par driiain'<^ dt^ 

.1...: lalie, avail associ*' la bour^'foisie aux tonelluiis piildi- 

1»«?u h pen la culture «l<^s Kitres avail aiguise rcspint ; 

It'y avail pas loin dim Molit*re el d'lin Hoileaii a iiir V(»llairv% 

t La HniyiMV a tin Mont4*s([ineii, dim I'asral a im Huusseao. 

<«fti*m*es avaieiii (^iiliardi i-iieun* plus la liberie d exaineii 

Itii donnanl nn terrain posilif. l.a philosophie, apres avoir 

•one \(* jonj,' de la seolasliqne rt app!i4pie le <loute nieilir*- 

llqut' aux verites speeulatives, navaJl pliL^ iju^un pas a laire 

mtf ^ippliqiior la m^nie methode :i la pfilitiipie. Les voyages 

In fnnlile de!>^ eoninniniraltnns avaieiit Tail eoiinaftre leii 

(^f'li anfclaines on relies de U\ lb>ItaiMle; et Ton venait de 

de pre!*, i»n roiitrilur.uit a U's (^nuler, b'H lilierit'S atni-ri^ 

t, m m^me li^mps qn'nn eiioyen d« tIentWe emit veiiu 

rimnaitre le ^ruh* n''|mblieaiiL 

[la hirn la soeiete dn wjn' siivle. Si M. fie 'nictnieville a 

trac fp^itde idee» »'il a Tail une vraio deenuvenr ilans n<ihe 

[re, cWt eidle-Ii ; e'esl de nuns avoir demon In* la preexis- 

ice di5 la lioeietc? de la H/'Vohition. Les partis retrogrades 

>J<Til iriomf liter aujourd hni en nous monlnml le paysan 

oprlrlttlre avant 89, cl lo progre* dc rinduslric cm de la 

lit sein meme de Faneien rej^inie. lis ni' pendent 

.. I r, au conlraiiv, le dndl ei la Jej^ilimile tie eetie 

i»hiti<:ni. O^mnir Ta dit Toequeville, * ce ne soot pan Ick 

r$ <[ui font drs r^^'volnlionH; re collides homines Hbrt*« ». 

-nent pnrre ([U(* cetle soci<He exiHlail et rpiVlle avail 

ine d'eile-memc, c'esl pour eela quelle a voulu 



Lll 



i^iTmimcTfON i*E LA Tn<»is»'':iiE fcnmox 



sYidranthir {l<*s enlraves faclkes tjui ju'sai(*iU sur H!i\ E1I« 
rtnii la WAW sodvXv, !a sorietc vivaiiU', ;i('Liv(% |)i'odu(>lricf ; 
maisclk' L'tail oppiiiiier par um» stunrlr ollirji'lli* tlimt Irs Tor- 
lues usties no ropoii<lait'ntpliis a rim v[ iic raisidi'iil qii't'^iJiiistT 
e( alfamer la soeit'tL* vmlablr. U(!'{)[>p(>stM-Qn ici la ihr'JU'icfi 
la pralJqiio, la philosophio a I'hisloirt' ? Li«s dt^ux sofirics ^n- 
pcrposr'esj'unc a I'aulre iHaifiH lune el I'aiilre 1(* pi'oiliiii de 
I'hisloire ; mais rime, U^ praduit d'line hisloirequi seniDuruit; 
TaiiliT, le piTHJuit li'iinr histoire vivantr. A qiioi rppniidai^'ntt 
dans iin ienips {rap|>lication dr la sciriK-o a rrnduslno, !ps 
barritTes fact ices eX f^olhiques qui separaki'nl les iiiiUistrfesIes 
uni's dcs autrf*s, l)ari"U'n's qiti avaicni pu avoir Inir raison 
dans uiH' induslrii' vn oidaiia*, mais (pii uc pcyv<'nl plus s'ap- 
pliqm'i' a la ^n'andi* induslric dt.'S k'inps modcrnos? A <juoi 
rrjiondaieoL cos droits leodaux plus on moiijs ropivseiilaiifs 
d(r la soiivcrainclc, daus un li^iiqvs oil Jl ify avail |)liis qu'un 
scul souvcrain, gardicii cl garant di* la securil*' dc ions 1 A 
quoi repondaicnl, apres irois siecles dc pmtestantLsnir en Kn- 
ropc ct la preuve fjule dc la slabililedcs sorictcs proicsiaiiles, 
Ics privilc*^cs cxrcssils dc IKglisc cailioliqnc cii malicri' de 
cullc? A quoi rcpoiidait, a|)rrs (kililt*f' on api"cs Dcscailcs, If pH- 
vilegi^ de la Sorboiine? A ijuai repondaieiU, aprcs la fornialioii 
d'unc grandc patrie par la myaiilc, Irs privilci'cs mi lit aires 
dcs nobles cl Iciirs i>rivilt"g(*s ptTiiniairi's? A ([inn rcpondail, 
apres deux siecles d assindlaliou, ropposiikm des provinces ; 
apres la fusion dcs classes dans l;i socieie el a la cour, !a dis- 
liiielioii dcs Imis ordn's 1 Kulin, apres soixanlc ans d'unc 
royauti" eoiiinie cclte de Louis XV, apres PoiiqKulour et da 
Barry, a quoi pouvait rcp«nidiv Ic ilognic d'unc monarcliie 
absolue ? 

Par conscquenlj lensemble des institutions oniciellcs rpii 
pcsaient sur le pays elait en coulradiclion avee I'ctat social fie 
ce pays, Ur, s'il y a uii axiontc en |)idiliquc, rcronnu par lous 
Ics publicisles, c'cst (pic la lormc Icgah' el constilulioniielle 
d'un pays doit ctrc en rapporl avec son clal social. Et qu'cm 




KAriK)RTS IH hiuJlT Hi lu: l,A MH.nnjiB 



1.1 tl 



di!ie p;ui que la socirlr mnivelh' pouvail coiilinuer de vivre 
I'lihri (Ic la sodcir* jinricniH' , romnn' vWv avnit fiiil jiis- 
r-I;i r lion: eda ift'tail nas |»nssib](\ car evlXv viviWty ^miM 
ait ttmi droit Ji la hon<HJoruui*\ Si Tancieii rei^imi' I'lii M 
t fart'c ;i jkh'Um* v\ i\ |>roi<*^^**f \v iidtiv^^au, j>oirr(|Utii IVut-il 
>|)ol<» a son sfM'Ours rn t^vmniaiH \vs vUiis '^vmh%m\ 1 
Oiii, leji t'*u»ls gi'urraiix uuniieiil |iii si'ivir a saiiver, en la 
fciriitaiil, lu sooieir Ittidiiiontu'lfp, si colle-ci avail su eon- 
rter h rrs^nvter «vlu* viiMlle iiisliliilion nationals Mais 
K*s 175 ans d'iiiU'rrutiliun , rnii(-mi f|iii' li's iiisliluiiuns 
tviiotU'Ul farilinii<*nt la chainr dcs Icmps? II ify avail phis 
fasiou fnln* h\s d<'ii\ priiu'iiu's: diiiif pari, la sucirii* frtHluIr 
et mouairtuqijc ; dc lauHv, la nalinn. ¥ji apprtanl la iintiort a 
%*m !Mfi*aui-H , Tancion n-fjiiiu' donnait sa demission. Tiirffot 
arait dcniandi* a la vicllk* sorii'i^' Hi* sr r(''foi"m<*r (•llt»-iin'imo ; 
rile ff'\ i**lail rofusiv. Inrapalih* i\v sv iraiislnnner, incafKdile 
d*' M* sullirr, 4*ll«* d<*vair rxjiiriT dans la |in"niirn' rciirouiir. 
9V¥C la socicii* vivantc. II nv, fautqiriin KoiiOTf pour fainr ttim- 
t»er en |HfU!ii<i4Te nn radavrc mis an <(raiid jour. 

Uut' si iTlu* Jioc'ielc* airrauclijc tia pas su liouvtT loul df 
ite fwii a!^i<^UP el son urganismts si ptMjdanl dix ana idle 
f *c«l a|ttl<*c ilans noii anarrhit* (''fHMivanlal»l(% cost onrori' la 
£uilo de I'anrirn ivj»inir, (pii navait su prcpartT a !a socii'lr 
lli>iivWlc aurun or^iuiisiu<s aiit'ui] itisinuiit^itt dartiuii, aurun 
Ikeiiit aurum* armc conln^ »i'% proptvs cxces. Si trs rials 
pntvinrjaux »miss4*hI *'*h*» iitilisi'S, si h's ptu'Irnn'iUs avaii-ul 
pu ablenir «n oiodt* ()ueicou(iue tracUori, si drs itMiininufs 
fttstail ell' tirgitniai^es avec des pouvoirH fpiclfpir p(Mi 
inliTpcilibliiU » HI \v% usscnddrrs pi oviiifialos « rnV'fS iin 
an arani la Itevolniion, au nionn'rii mi Irsfiril jHiblir denian- 
flail (civt aulri' chosi*, rnsM-ul rli'- fssayn's en Iriups n[>pnr- 
tun, ii quetqiii' lihiTli' d<' la pn»»se i»rtl pii i^lrc oiivcrti* 
iboik dt* tvrtaini'S niridilions, si Irs proh^Hlmils nVussrnt 
pels eti» liaunis 4111 <|irils liissi'm n^ntrcs (*n IraiuMr it icinps 
|M%tir y ex«nTr iiuolqiM* iiilUience, ai rnlin l<*8 rlau jji*»n*^i*aiix 



I'tissi'iit n^sti'S unr drs insiiimiiins Hf> lu TraTKu*, crs I'lrmeiiU 
de rt'sjslancc mix. prim*i(u'^ 4rai)arclii(^ t^iiSHi^nl pciil-tHnj 
apporU* (jucknte mo(ti(it'irtiiin aiix cvr'iiemeiits et aniorii ijiid^ 
f|iK* \)ou les chors violcnls qui ont fait de noire Bevolulioii 
r|iu'l(iin' chose iruiiiqiu' dans r]Hsti»in\ Muh la socii'te de 89, 
pHvi'-c df* Ituit eiii^iii ii(iliti(jii*% sr drliaiit dc* tons v.vu\ qui 
^Ttislnieiit (t^ar Ions faiHaifMit parlie dc lu surioiV- ft^odale , donl 
on Jivaii li(irn'ni'), s'rsl Iruiiver ri^tniulHT ii Trial dv. iiaLitre. 
Sans doiilc cctli' socitHe rtiiit la viaio ; urns a toulc socicU; il 
fail I un iiK'canisin** t^^onvcnicnionial : nr h* vicux mecanisiiu^ 
s'iHait roinpii a force (rusiii'c. De 1» ceite aiiairhie i'flroyablc 
[\m a Iroiibli' pnurdes sitVles la eonscicnct' himiaine el qui, par 
nil d^'ploi-able nurage, a exeree nn presiiji^e absiirde sur les 
secies revoliKionniiires. Mais celte anarehie ne venail pas dc 
fp que ert(r s(M'i(''l<"' en elh^-iin''(ne fut plus anarebique qii'iine 
autre ; elle veuait de ee tpie le pass*', oeeu|)e ex<'lusiveme«t 
de sa propi'ii roiiservalion, n avail su pre|iarei- aueoni' ibr^e 
pour naelalnotiV('au,el (|ue, perissanl, il p<'*msail toulenljer, 
empoitanl avee bii tons les ef{its proleeltnirs de la }§iM»iete. 

Mais si la soeii'tp de H\) a eu raisou ilaiis le iond, n'a^l-elle 
pas eu lopl dans la fomi© t En admellant que les prineipes 
dils de 89 fussenl les vraies regies de la soeieLe nouvelle, 
elail-rl neeessaii-e de les fkroeluiuiT dune maniere abstratte 
rnniuie dans un Iraite de pbilosopliie t f]4*tli> queslion est tout 
a fait seenndaii'e ; les priiicipc^s eumi re tpills eiati-nl, le (ail 
de les avoir prnelaines et resiunes ne ponvait pas *.'lianger 
beaueoup I'etal des elioses. Pur exenqde, supposons qu'il n'y 
ertl pas eu de l)tV<*laralion de droits, mais seulemcnl une iiiiil 
du 4 Aout : eela eiVl-il ehaiige la nature et la suile des ('*vene- 
menls 1 Les d<'lianees^ les souijeoiis et l(?s passi(Mis n'eusscnl- 
ilH pas {^\4 b?s nieines, relalivemenl i\ rexeiuiiion des deet*cis 
du 4 Aoui, upland nieuie ees deereis n'eiissenl pas pris une 
forme ibeorifjue H pliilostqiliique ? Sans doute, lorsque Tins- 
(iuel de Ijbri'h' s'eveilie Hie/, les peuplt*s el qui! S euipan* dc 
ki soeiele, Tanarchie est loule prodny; et eVst la [)rcciseraeni 



RAM>OntS DC DROIT ET DK LA POLITIQl^ tV 

f^ ffuVm nf)p<*l!<' uno irvoluiion* Di^monirer quo ceiie riHolii- 
a iHi^ iiii'ltM* iranarcliic, r'rsl tJ^'montrrr /Wt'm ;?fr idem. 
it IM* faul pjis <M>ufi>ii<Jrr Ics (iriiiripcs tk' Ja Itevohitiou 
twc r»nan'iik* rt'voluiionnairt* ; el, en lout cas, la foiTiie iilus 
mrtaphysiqur tlumRM* ii <M'S priiit'ip«*s m^ lail pas 
>8e a ratVain*. lIcHc (oi'uh* rsl Ir racljrl tin U'lnps. 
En Aiiffletprro, au xvn" sirclis Ja revolution pril uin* forme 
ih^Uigiqui* pairc qin* um l** nmini*^ Tisail la Bil)k* ; an 
ITWI" aiecUs la llevohilioii ('r:mr:»isi- prit imv fotiue meiaphy- 
sk|tB« porfc qiiv loul Ir* rrioiuU' tisail k's iViiis dos philuaoplu's. 
En raaeliil-oD qu'rn Anj^Ietcrro la rtWtvIiiiion n'a cHe que de 
la llMHilrt{»i<* f Noii» rar on sail dislini»iii'r la furmr du fond, 
I'mirquoi coiiclurait-on qiiV^n IViirnH* la Hevolulujii n'a ruWfue 
\4f ridtVjlogie f Lo fond subststerait encore quand mC*mt* la 
kxrmt i?dl t*li^ diflW<*nU'. Hln<!(>n^ y al-il CiUie dilPeionrt^ quo 
la tlieologie niiglaiso du xvn" sirelo no rofliHail quo ta 
pi^nsee d*unr soolt% laudis quo la pliilosophie du xvui" sioele 
etprime dm vorilos pour riiuniaiuii' Unix onlioro. 

Qui* ai d'ailloui^s los Doolaialiuns do droits pniivaionl avoir 
det dasi^ofi^ par ralius qn'oii vn pttuvatl fains cllrs oUrainii, 
iwaorht*, do f^ands avanla^^'S. KIIoh rosurnaiont on prin- 
IM'15, rourLH, luininoux, los artioh's do foi do hi soojrtt? 
el coUo-ci u'oii a pa;* dosavou*^ un soul. Si lo 
du Molne HP tious douno qu*un rosunui blou 
de la moralo, ciqM'ndani ooinbion oi'S (lix oomniHudo- 
apfirii dos ronftuHo, foiniul/'s on liM-mos ini[»oi*ioux 
t, iiifTUHtos dans los otriirs ounniH' its Tavaioul M 
left tables do la \m, ootnliiou« dis-jo, ooa ro^flos abstraitoH 
ipl«Hin'onl olios pas t-n d'aolorit*'' [lOur ovoilloi* rl iiorfjO- 
dafi!« l«*5 ;\u)<'^ lo sontiinont du dovoir ! Do iru^ino ^ 
!Qitiblf*D cv 6emUi^\to. dos droitH fonnuto p:ir rios b'*^*is(atoni*!i 
dt ^ nVl-il paft ou d'auloriU* pour iniposor oi porpoluor 
duis la sociolo modcrno ft* sonlinionl du droit ! Ce Syllnhys 
kiique ronstitXN^ la foi do wiw h4K'joIo, rar tl on Taut ioirj(»urH 
mm* U a donno a la Itovulutiou la oonseience d'cdio-uiomo. 



LT! 



lISTRtmrrTION !>R la TWOfSlftMR ftTllTlON 



Toiilos lf\s fois qifil y rsl |»mMt'' iiHeiiHi\ iin"'jn<' (U* l:i niiiiiir 
la plus suprrHrirlli.% <x' si'Utinu'nt si' ri'vrillo vl |irend (i-ii. Si 
la lt<'»vokiiioii s'l'^lail ('anit'iilri' de lain' des I'eformes san» 
etablir di' ))nm'ip(^s, sans sv rmuleuser ni iin nionojT^i'animo 
liioiiinuix oL i'Oii.safiT, si vva i-i'loriin's disiHTsi'cs, srpan^cs on 
lois |jarti('iilirres, ii'eusseiit pasl'drtne rorps^ cllrs auraionl pu 
Hiv. minees Tune api'es Tautrt' sims que la eon.sfienc'o 
publiqiie sen npeiruL La I'onuiilr fsi uu g-nrnnl. Ellr nou& 
apiMM'ntI *pu' lautes ocs lilHTlt^s IVjrriN'iit iin lout , quV^lles 
lit'nm'ni les uuos aux aulrt^s, (|u'il faiil veiller a la Ibis sur 
loo I 1 Y'difiro. Ello est um* sorte do palladium. 

f^liose etran^'f 1 vvs drolls dr riioiiiiiK' quo nos lellres 
drnoni'onl en souriani coinniL* abslrai'tions o'i'oiises et rinniores 
vidos oiil olt! precisoniont la parlie la plus vivantfi iH la [dus du- 
rable dos cr^iivres de la Hevotulioih ToiUt* la (kiiisiiiiiiirnidr 91 
a peri, rxcepte les droits 6v riiommc. Tout*'slt's C*nisiiiiuions 
ont peri ; inais loutes out reeomm les prineipes de 89, et ces 
prineipi's leor out survi'i'ii. Tout ce qui a elf' fail eoiitre eux 
a eehoue. On a voulu faii'e do nouvelles noblrsses : a quoi 
eela a-l-il abooti? el quelle place eette noblesse noiivelle a-l-c*lle 
aetjuise dans noire soeiete ? Elle a eouvert el caelie lu gloire 
plus qii'elle ne la illuslree. Qui ne prefere les noms de \oy, 
de Masseiia, de DaAoul, a eeux de prinee de la Moseowa, de 
prince d'Esslin^, ou a loiis les aulres litres qit'on est oblige de 
cliercber dans le dielionuaii'e? On a leiile de rrialdir li' droll 
d'amessr', on ne I'a pas pu ; de retablir la i-eligion d'fclai, on 
ne Ta pas pu ; de supprimer la presse, on n'y a reussi cpie 
pendant quinze aus. M legalite devanl la loi el devanl liniptU, 
ni ref^nle afUuissibilile an\ fonelions u*onl ete alteiules. Sauf 
la liberh' inilividuelle, qne les rrises pfdilicpu^s onl souvenl 
mise en peril, ntais qui a loujtujrs irlrouve ses garanlies 
qninid la siieiele s'est rassise, presque auenne fles i'onqueles 
de la llrvnlinJMn n"a ete serieuseineifl uienaer-e. KHes onl ete 
toutes reeonnues,au moins uominalemenl,par les Conslilulions 
lu^rue les plus retrogrades. Les eonibinaisous poliliques plus 




Ril^fVllfrA IH» •|>|M>IT ET VE hX POLITf^JUE 

rssiivr dv v 



LVIT 



on mnhis fariHus par ltsqiK*lli'S an a 



inrij 



irr 



ilivi.ser, (iik|uiniuvr \vs iMMi\f»irs, oiil Umlvs sikhhuhIh'. Lcs 
tiriacipi'^ will surveru. La snliditi' ot ki vitalito d'unt' sockHe 
faiHltv sur vt's |jriiiri|*es rsl |»niiiv<H* pitr rr (ait {jut* h*s vrvo- 
lutiiiUH lex plus ratlicairs, (jui autroiois ru!^seiit divisr le pays 
^danl dejj aniit*cs (par i*x<'mpli% la Ligue el la FroiitU'), le 
tmuhlpiil a \mne pciiilaut jpM'ltpn'S jours ; ri, si la farililr de 
ws r«*volulioiis fsl uii inal, la racilUi! de Ifs imriiiirr osl un 
liifn. Quant a <ts rrvtihiliuns clli'sniriin's, cv\i uue iiufstioii 
de savfiir «i elk'H oiil k*ur caiisi* dans k's priiicipcs de 89 oii, 
aa ronirsiirt** dans k»s t'tlurls <|u"ont faks pkis on moins tons 
le,s gtmvi^'mnncnlH pour <rhap]K'r a cts prinriprs, pour les 
toamer el les ulutk^r di» telle sortt; que tons les gouv<TiH inenls, 
d*3i*<*urtt av<N* la nation a k'ur (H'ijiiut'» knissenl. ttmjcmrs {►ai' 
«e M*parerfrelle el Iniflonnfr la irnlalion de se separerd'eux : 
de sorle cpill rsl a I'spcrer que kn'sque hi naliftn, an lieu de 
iiU[M'riM»«»pr a etle-nw-'me des families el des {i^ouvernemenls 
d'elle, aiM'a [iris en rn;irn Ir inank'inrni de ses propres 
pile pourra douner salisfaeiioii librrnirnl a loiis lr,s 
nNMiv<*im'*iitH de ropuiiou sans {''ire obligee d avoir reeours a 
m dxangemmlM vmlents que Ton appidle drs i-i'voluiions. ,. 
I.,^^ DrrbfntfOn» de ilrotts nous pai-aisseiU done, avoir en 
ikms U pratique une elVieaeit*- UNUieoup plus ^lanrle (ju ou 
IM* senit lent** de le eroire. 8i elles out pu preler an\ exees, 
'cU<» ONl «iTvi danni' eontre les abiis. Tons les fjfuiverneinenls 
Ics out (sues (levant Wa >'eu\ d oni srnii (|u ils n y pttuvaient 
tiMidicr man fXTil ; H, lorsqu'ils *nii rssa\<' i\\ lonelier, iIs 
dot pr^an* leurruinr. Souienirqu'on ne pent inlroduire dans 
la fkRlliqoe aueiuie maxiinr f,^eni'n»le paree que ees niaxiines 
[tint brsom d'iiUerprelalion, de dclinuiatioo et de developpe- 
c*t»l coiiteMcr ki >ak'ur dti i*reanibul<' du Otde eivil, 
l|lii WB constste qu'en nrnxinns ^'tkierales, en aplM>rismes lU' 
drfilt. Les loii* elles-iuenjes sonl des riKLxiines j;enerales tpii 
001 lH"!Miiit de rinterprt'tatioii des tribunau^ et de& juri.scon- 
Slllll». Ia* m{*ttU' v%[mi qui sv rnamf<*?4le dansccHe eriliqu** den 



uvni 



IKTROMCTION UK L\ TIlOISlftME ftBlTIOK 



aux roililicafirnis jifrin'-ralt's, ci vomlrait (ju'tm se Ibuititl an 
droit ooiilinnk'i\ riniime iiu moy«*ii ai^<v. Ct^st nu*eoiiniiIliv k 
devi'Iopponii^iil naiurrl dvs dioses ; r'esl cvohT que riiomme 
doit loiijours n'slrr a Tolat d'j^nlnrit, ih» viv;inL qiir crnnt' vit; 
V(''^'t;UUivi% sans i4ri'. roinluil pur hi iT'llt'xioii. Mais il esl aussi 
impossibk* dYmprciiiT I'lininme (rapplifjuer la reflexlim a ^ 
dc^[h\6v vi a la doslln^'C soriale, que dr TeinptTlicr de pas&cr 
de la jciiiH'sse a la malorilc. 

On atlribup a cet rxct's di' nietiipliysique les cxces ri la 
dureii do la llevolulion fraii(;ais<* opposi% a cell** d'Atij^lelf rre ; 
Gl Ton oppose saijs rrsst* Tcspril d*ahstra(iitni H d'i<ir'(>lnf^le 
proprc a la naiimi fVaiiraisc a ri's[>nl pradque, cnipirique, deji 
Ajif^lais, qui savt^nl, dii-on, Mvv Irprt'sont au pass(% enohaJntjf 
les sit't^lrs les uiis aux aiitros rt reiiqilarer les revuliiiions par 
les reformes. Otle eompaniisoii est une illusion flVtpllque, 
Elle eonsisle a eonqiarer iiu pcufkle <'nni(mveraeut a un peitple 
en lepos, un peuplc qui fait sa revolulion avee eelui qui a finl 
la sierin(\ Ce quM faut comparer, re n'est pas la France dc 
iiulre sicele avec rAnglel(^irc* iiu nicme sirr'lc, niais la Fi'anee 
eu revolulion avee TAughHen^e eu r<wolutian ; et Ton ne vok 
pas que les dilFerenees sr)i**ul si gi'aiid<'s qu'on Ic dil. 

Apres tout, a qui tbra-t-on eroireque la revolution anglaim* 
n*a el^ qu'une i-evolutiou innoeente , loujours fondee sur le 
respect des lois 1 Uui done a donne aux peuples I'exeraple 
terrible dc. decapiler un roi? Ce soni les Auf^lais. Qui done a 
eu lidee, pour la iirrtulcre fois eu Europe, do remplacer uiic 
vieOle monarehie leodale par lexenqile elassique de la repu- 
blique 1 Ce soul les An«;!ais. Qui done a chau^^e fM*lte rcpnbliipie 
en {^ouverneuient niiliiaire ? C(^ sonl les Anglais, Qui done 
enfin a essay^ dune lestauration impossible el, apres cetle 
reslauration, dun eliangemcnl de dvnastie ? Ce sonl les 
An^^tais. Kn delinilive, jusquVn 18 i8 loules les phas4?s de 
nolle ri'Voluliriu n'ont fail (pie repruduire, aele par acle» les 
di verses elapes de la revolulion anglaise ; et Ton |»eut nu^nie 



R\l*l>ORTS niT DROIT ET t>R t\ POLmQUV. LIX 

qm* «-t*l exenip!*' a <He ponr braiicoup dans nos flmiigi*- 
fmliti(|Ut*s. Lf [)nrli liberal sous la Krsi;uira(icH» nrril-il 
cit' iiUis f»alioitt, el ta royaiiH' ellr-UH^nu^ phis nn»lrm', 
Ton n'ftvail pas ^ii sows U»s y<*u\ 1Vx€miiiv1<' ih^ KIHH, 
rxi*liipl»* cpii t'lait uii ospoir luMir Irs iins, unc craiiih* p<»iit' I**s 
ttoiri'*, 01 t]Hi flit, i nVti pas ilonior, mi frrturtu t\v iraiiblr vX 
iIp Miftpirioi) nViprocpn' sous la U«»sliHirati<nif Qiioi qu'il en 
Irtil Hiir i'i» point, <lo 89 a 1848, ce qu on p(Mil reprorlu'i- aiix 
Fmnrais, ri* nVsT pas (b* n'avoir point iinil<'' les Anglais, 
r'**iH d<» lf*H avoir trop in)it<>8. 

Kl ini'iiie Wit-ll hirii exact de din* qii<* la i-evolulion anj^laise 
n'a dur*» qiw riiiqiiaiilr ann ? Ft iit> dnit-on pas nmonirr jdiis 
haat ? Hos.sitei ii'a-til pas fail pnuvc d'liiu' iirofuiitli' cbir- 
voj^anri* «Hi 111 faiK'jnt n'monler jiisqtia Henri VIII f La revolu- 
anf(laise n elo Mirtoui une r(^voliilio» n^ligieuse ; ello a 
liiHTKi* torscpii* la forme re lii^^ii'usr dii pays a vW ebaiigee. 
II flint d(»n<' ajoulrr a la rris** polilitpjo de IIIIO la rrise i*eli- 
gieitm* qui va lie llenH VIII ik l!"3lisabHli et oil Ion voit 
rAnjfltHrrrf* rhanp:er quatro fids de relij^ion en qyatrc rogncs. 
E«t-c*» door III re peiiple que ton turns irtrn'sintr si fidele i\ 
'ti IradjtJof] el ii Thistoire T T>emaridez ii Bossuel ce qiill en 
lieoHait : t L'Anglpierre a tant rhange (ju'elle ne sidt [dus elle- 
nW^mr ii qiioi s'vn leiiir..., plus agitee que TOeean rpii IViivi' 
fttone... Os lerivs taut n-muees el devenues ineapaldes rk? 
i»^ifwl5tWinro mul biinbi^c»s de UmUcs parts et Ti*ont fail voir que 
4l>ffrO]fiy9lC!i pmipices... Os disputes nVtaiiMU (pic de faibles 
nHflmiOfliCi^inefltH... ; inais ijuebpie ebose dv [ilus vinb'nl se 
n*iiiuail ilan4 le fond dp* etinirs. € Vtail «n d(^goiU svi*vet de 
trmi cf qui a de rnuttrrite v[ unc» deinangeaison riinnover 
sati!i fin*.. I»ieu, pour punir lirreligieuse instabilite de eea 
p*^|ib»*, les a livres a riuieinprranee tiv \vi\r folb* etirinsite. * 
Voila iVffet qnc pHxIuisail en France I Aii^delcrix' du 
Iflir «l^le : eVsl a fieu prrs eeltii que proliiit la KnuH'e di^ 
iio« jotirs ed Angleterre et en Kurop<'. Au euntraiiv, eelait 
ta fnnvp (pii doiniait rexemple dc la siabflHi* t*i dp la 



LX 



INTHfUHrJNiX fH-: LA TKOlSlj'-lME i^:illT10?{ 



fitlelit*' nn\ t!'ndilii«ns. El <*n quoi, jv hi tl<*niamlc, vmv rnslu- 
biliti* n'ligii'use *les Anglais rsl.-ell43 uii spt'cUicle |iliis <^diii:int 
que nolle instultiliU' (n)Iiiiqii(r ? Et, <?n d<''l]nilive, n'ojsl-il pas 
moins grave di' c!iung(^r de (Constitutions que de ehiingerde 
eulles 1 

Ajoulex done aiix eiiH|»ariie ans dt' revolution, de IG40 it 
1B88 (i), les Irenle ans de revoliili{)ns religieuses qui vont dp 
Henri VIIJ a Eiisaheth (trK]M5lr2), el vons ann-?, iine elendne 
de I'evolution qui n'est i^uei'e moindre que la nAlre. 

Mais ee n est jius i*neore jMiusser assez loin la conipai-aisou. 
Ge n^est pas k la nH'ohiiion aii^laiKe lonte f^eide quil futii 
comparer la rrvolulioii f^atlraist^ e't^sl a la rtWolulion t>i'otes- 
lanle en j^^eiieral, a celle revoUuion qui eonimenee vu 1517 el 
tinit en 16H8. C'est eet ensemble scul qui, pour I't^ciulue de« 
eve*»enicnis el des e(mstM]ueuees, [feiil Hrv eonipare a noli'e 
revohiliou, laqiu^tle a eU% aussi bieii que la llefonne, un eve- 
nement I'uropeen. Or la eris** pn>tesianU^ a dure rem sotxanle 
ans ; la erise de noii-e revtflulion va Idenlol avoir on sieele. 
On f>eut es|ier"er i|ue le xx"' sieele sera le sieele de la demo- 
eratir paeili([ui', eointne le xix* a eli' ct^lui de la drnntrratie 
inililante. S11 en etait ainsi, la France aiirait pendant uii siMc 
conreulre en elle -uirnte Inus les Irtudiles qui peuilaiit la erise 
proleslanK^ sitkaienl etemlus sni' rAlieniaj,nie, la llollande, 
la Suisse, I'Angleterre, el sur la France elle-im**me. En 
eoruparant les deiix niouveineuis , on iieiii se demander 
U'tiuel des deux a fail le filus de mines eL rt'pandti It-^ jilus de 

II sei^ail done iiijuste (Fimpuler a res|»ri1 franeais ce qui est 



(1) Encore qc tenons-nous pas complc des deux iiiBurrections ter- 
ribles fjui ont eu Jieii en 1715 et 1715. C'est alors seuleriient que la 
rfevulution do lfil<8a et^ consid^ree comme il^'Hnilivemoot victorieusc* 

Suppoyez quil y eiit najouH'Imi en Fiance line ^liintle insuvrcc- 
lioii rovaliiste a^wrt jjIuHicui s baUiilles ranjs't^ps, el tcimiriee par d'in- 
nonibiablcs *tupplices, cl que fola mc jenouvdlii encore trente nns 
apres, ne ilirait-mi pas que ccsi uiie pienve que hi rrvolution n'ost 
pas terminee? C'est cepciidant ce qu un a vu en Anifleterie jusqu'au 
mdioudii xvnr sierdc ; muis ce9 fait<! oui eUi eulteiienient oublies^ 



RAPPoiiTs m Dimn i«:t he t.\ rfMJTrQiE 



LXI 



I 



l^iit di'H |>;isMntis hiiiiuiiiirs rii ^I'tic'ral, soys (]iH'l<]ue f(»rino 
d par quclqiii's pi"im.'i|H's qii't'llrs soiciil i*rnvnqiRTS. 

Ajouion^ en«M>re quo, si la ivvolulioii IVanraise a *^le plus 
IcMigiit* vl j»liis violcnlc qui' la I'lWfjlulioii aii};lais<% r'esl parrc 
qu'etJe a en lirii uii si<\i«* [ilus laril. Si nolrt* irvoliition avail 
HI ijpo t'n luoiiir lt'in|t.s qtir I'l'lk* irAn|;h'liM'ri% si hi pitoyable 
av«''iiture tie ia Froiidr avail pu alioiUir, au lini dr sr iciiiiitu'r 
pap ie IrioiiiplH' Irup crlrhrr' dr la [iioiiardiio ahsolLUs Iriampho 
qui iiou^ a valii un j^niiid rr^^nr, iiuiis que nous pavufis aujtuir* 
dlmi ; si la Fronde eul ele ciipablc d rufaiiter uii goiivet'oriiirnl 
qii4*lnMiqtie, il y aurail I'u alors^ vn Fraare eomiiie en Angle- 
IrrriMiiie revolulion limilee. A rellr rpoqiit\ h^s iK'stHns dV'niun- 
cipalion etiiienl leslreinls. La inuil<'i-ati()ii el nn feilaiii e'onirolc 
dans lejilinances.qurlques }(an»nli<"* pour la lilierle iiHlividu<*Ue, 
w% drnil de reunion I ran res pour Ir* parlrmeiil, voila lonl I'e que 
Ion mianiail. 11 n'\ avail pas lieu \\v drmamlcr la lihcrle 
ri*ligteus<\ puisqu'elle exislait^ la lihertr dr la [)ressi% qui 
u avail pas eneon- ftiit si-s |>nMiv<*s par iles i'In'!s-«r(euvre» m 
U lilM'rle de liiidustrie, qui avail plus l>rs*tin df pcoleelion 
qoe dp Ulierte. On ne sie diHiait pas t^neore de la tioldesse, c(ui 
atmil au luoins Fapparenei* de |MH'ndn' la tU'lcnsc du \mn 
puhlie. Un n avail pas encore perdu la Joi ra la royatile. (pii lie 
sirCail pan ivnduf odieuHi- par enii «"inqiiante ans de poiivoir 
absolti. LWprit liumaiii n^avail pas emure rei nunr ses lines 
H rut a'av:ui p;is r»*dl«Vhi sar Tej^aUte i>rij»inell<' des iKiituiirs, 
(■It eeiil einc]ijaii1e ans lespril hninain avail iiiarelie. La 
mre elail devenue la philusophie. Un avail ttail seruLe, 
On demaiiida toul a la fois pai-er que tiiiii Dianquait a la lois. 
On diTimvnt non scideuienl Ir riioyrn, tnais I'ueore rhorniiH'. 
Ije ranuiiTe philosophiqih* (pi'un iaqailr avee raison a la 
llev<(ilulioD, majs quon lui r«*pri>elie a lorl, dait lui-inenn* It: 
rrxtdlal du lemps. r/rnl Icxfu'rienee el la i)rali<pie qui siiiles 
ccinlienuenl rl reprimenl lejipnl de pure npeeulalion ; la 
ioeii^t'^ de^ailiiee de |i»ut moyen d'inUTveiiir dans w's desii- 
I'eul d'aiuire ressource qut; celle de la peni^ee. Pour 



Lxn 



IKTRODtTCTION DK LA THOISlfcMK fl:nmON 



luulrs CVS causes, lii nHtiluijoii dr 1780 diil ;iV(iir uii caraiHcw 
plus vasUs plus hiU'di, plus phiJosopliiqu** que cello tie lOiU ct 
de 1088. C(* iiVst [las uin*. qurstiem do rnei^ et de luUlude : 
t!\».Ht line qin^stion d<? sitM-If. 

F*ar cola lu^Mm* (|m* In tTvoluiiini avail viv jiUis i'rtard<*'t% 
vWv Cut (loiK' plus vash' ; (Haul [ilus vaslc, olle prrivofiua |>lus 
de n'sislann's ; Irtiuvaiit plus de ivsisiancfs , vWe fut plus 
violeiilc ; (Haul plus \iolpiii(\ vWv suulova |kIms dt* haini*s t*t 
piTpara phis d(^ n'-acliuns. I'lllrrnjrnidta duuc urn* plus «;randi! 
instabilili' <*l dul durrr plus hvui^toaips. La dillV'ronre eiilrp Iva 
drus rr^voliiliuiLs (anj^laisii ou frauraisc) i*st done en grande 
parlir diK' ii la dai^' dt* Turn' ol fic I'aulrc. Si, |>ar supposition, 
la monarchic Vvul i'ui|>nrU' imi Ani;lt»lern% ri iju'nu mntraiiv, 
fji rranw,wn<» m'oiulion hnirrusc t*Al leniiine la Fi-ondo pdr 
iin<'. i^onihiuaison pnlirique dc ^^o»vf'ni«*uii'nl InHptTt-, cWit 
L'lt' en Anj,dolt*rrc (ju^uiraiL Hv pmniul^ure, a 1:* liu du win* 
siet'lc, la Drrlarutitm dos droits de riininnn'. i>nv d«''rlaraluHi 
repiTsonlt' donr uno pliasn ou une rtapr dr IVsprit liuniain el 
nou !r tnivf^i's rt'un pcti|d(\ 

Lfs prhiriprs d<' KSJ soul pour li's societvs liuuiairit's qut'l(Hi4* 
Hios(' di; st^udilaldt' a cr qu'rsi dniis riiidividn la majority* 
rivili'. Lorsqiiiui jrimr hnjiiuK! ariivr a la majority, il nc 
dinicul pas pour rela raist»iiii:d>lt*, mais soulenionl aplc a s« 
coiuluirc |Kir la nuson. La uiajoritt* dvilt* tw douni* pas I'expe- 
rionee ; rrxprrieuri^ s<»uk' donm^ la sagossc, fionclura-l-on dc 
la 4|iril lauclrait ajiJunicr la niajorilt* \\ un agi' plus :ivaupt* f 
Non, car I'lionuuc arrivcrail a cct fii,n* aussi iocxprrinn*nie 
qufiujourd'hui a vingt et un aus, l'(uuquoi n'y auruit-il pan 
IK>ur l<»s s(M'iclPS im ap^c dc u!aj«>ritf'% c'rsl-a-dirc uii A^fc on 
dies sonl a|>pclccs a sc j^uiivcnu'r t'llos-iurnirs cl a usi*r dcs 
di'uiis <pii apparlimuent a rhoinmc, droits qui soul <^xactcm<'nl 
lt»s uuHucs tfiic coux qn a recouuus la miyorile <nvilo, h savoir 
It' droit lie disposer dc son travail rt dc sa propricic, do Ra 
conscience, dc sa persauue, d'culrcvr cii faiuillc, elc. ? Traiis- 
p4jrti*/ c<is ilroils dc rinilivjdu civil i\ Ilndividu social ; au lieu 



RtPI'OllTS l»r DROIT ET DE L\ r'OLITlQUE L\ill 

fonsMliT^M- riiomiiie pur rapport a la l':itnilli% consfdcn-z-U*. 

n|>(mt't ii I Kliil : vouh av»v. hts |»riiu*iiM'S th' 811. (Trst hi 

iti? civile ilrv<Miu<* inujorit*' sorialo. Lime allVaiirhil 

i'hommi'^ cJn ixnivoir pat<*rnrl ; KauU'e rairninrhli du pouvoir 

Jtjaa la socKai* nouvelk* ail sii plus oii moiiis hm\ 

enianripaliim^ cola peuf i^ln^ U*. fait lii* linrxpe- 

mce ; mats en auruiiH«lle niU'u^ iik4> «$i die riii tr^ti'^e sous la 

le qui lavail si lual j)n*parc*» jtiHtjur-hi ? Croil-tm qu :iu 

iltiu Mcrli* ciinjir ilc* gouvcrui'iiiniLs sciutilulites a crlui 

do Lnuis X\ , la sixMi'lL* Ihiuraisi' AU dcvrniic filus capable de 

K««c (^oitvfmer elle-itK^'mo. plu;^ apt<^ a assurer a $m's nit'ttibrcs la 

HiaiiMMKe dt* Iriirs droiU :f Dc uk^iiic iptr It'id'arK iiVst pus 

^HIPHilk [KisaiT sa vii' daij^ U* scin laalcrui'l, inais doil sVii 

•eparernit jour (ixt'* |»ar la iiaiurt^ (an pn\ dc <^raiules duulcurs 

pour la aim;)«aHu dv vivre dune vie iirupreel iiidf'peiidante, 

tmoiyraiKniPiit a !^es prnpn^s iiislinets, a ses pn)|t]'i*^ lM'«;oiii8, 
i la pnipre ronseiencc ; de inenie fpie le jeuiu; hoiunie est 
a|>pek^ plus tnrtl a hi* !^|>;irer de la faiUTlle, u ses rii^ques vi 
|»^rtbt puur vivre libre el former uiic faniille ncnivelle, — de 
nii^iilf* b Hociele t^uropeeitiie, forni«'*e a I tttidne dr M Iodise et 
dk* la royuute, mais ayanl pen a petf, [Kir la pi uteri inn uieme 
,evs deux piHssanceH, eH' aiiieuiM* a avoir coiiseieiire d elle- 
le «rl a preleufirt* se gouverniu' pai* ses pro|>reH foii'cs et 
|iroprr niiKc^u, a dti nc* sepaivr du sein niati'rnel oU 
grandi junque-la av<T etjufian«-e ei uuiour. l*eu a 
la t'u^iun des eiajiJM's, pur I'alfaisseiueiii dcvs Itarrien's, 
le 4ii*velup|>einefit de IV^iprii, par \v rrntlritteiii eonlinuel 
MiacmttoU, touli!^ It\s diKtiueiioiiH s elaicnt pluii nu nmins 
et nnvuietil |>lti^ laiss*' paraifre r|ne la qualite 
ik* la la eoticepliun dune soeietr* on il y uuiiiil 
mm dtfTifrejU'i* dann Ioh serviees, inats nort dans les 
iiilA, ffoi u'ajouterail pas aux iiii*^alite<i nalui*eUes des 
artjiirirlles et oil le lihre d«'*vtlo|ipi'iiient des faeriUe^ 
oe »i6rait pus ronlrarie pur les lot^. 
€Mlie toaiM eoni.'ue it proelamtk; par lii lievoluiian etait m 




LXIV 



nTUooi r.rn i> r>r: l\ TRf»isii^:inn h;niTit>N' 



|H'ii lino iiihnrre que r'rsl et'llo qui oxislc auj<uinl*hiii el dciiit 
loiil W mnnd** joiiil i^l prntilr, niome ceiix qui l\\ rombalk^nl 
et la (iopItuM'iil, muis qui n'vn voiulnilfjit (tas truufiv s'ils 
rovoyiik'nl, in* fuf-ro (itinri .^nn\ (tHi" sorii'l*' (iu |»:isso dont 
lis ffini (Irs lalvlraiix plalniiiqurs vi sans priil. Oui, ils scruient 
Irs |>r<'nii<'i's i\ din' : lt;vnH']K'/:-nr)iis ^iix canii'ivs, f't'St-U'diiv 
ti nHti' sotMoli- demorraliqiu' oii rlianiii iruvaillr commp il 
IViilrTHl. fiosstnlt* son bii'U vn toiiie ])iH»pri<'l(\ oil il rfy a pas 
tlu Ijun'ioros onlre irvs provlinTS diiiu^ moiiie ualiim, uii il n*y 
a qu'im*' loi ft tme seuh* jusiin* potir lous les rilo\'4'ns el pour 
toul le t€rri(<)iiv, oii rhanin joiiil i\v sa pi^nseo H do sa oon- 
soieiico, poiil arrivor a Iturti'S los Tonoiinns sans irrmvtT les 
plaoos pi'isos par la iiaissanoL% o» Irm participo aiix dofn'iisos 
comniinn^s dans la proportion de son avoir, on t'hacun a son 
droil do rltoyon ot }>ar<i(*i[M' a la souvri'ainole. Aujotii'd'lini 
nons soiimu's lous irllotnonl hahiliios i\ cot ordro do ohos^-s 
que nons nr pourritms plus on <^tro |>riv('s, ot o'ost une soeoncic 
nauin* \Mnu' los liominos do nolro temps. 

ITou vioiil dfjno qu'anjonrd'lini oopondant tant dV'spHts, 
momo oolairos, sonl lonto's do n'trogradoi* jiis<|irau dola dp 
1789 01 ontionl ulilo do ropandro uno sorte de sooptioismivet 
niomo ilo ridionio sur oos prinripi's i 

(rost d aboi'd uno soi'lo do raninomonl d'osprit (jui, loi'scjue 
des prinoipos lonjfloinps disfuilos sont dovonus oonimiiiis, 
Ironvo un plaisir raroa raillor dos v«''ril('"sbanatcs el a toiinior 
la lihoiio oontro la lihovlo momo. Eli qiicn ! jo poiisorais ooninio 
4-0 bnui'ffofKs nad' qid so vro'il un Innnnio ot un oilo\on t l.o 
doruior dos g:aujals orio a la librrLo ot a Toj^alit^', vi jo forais 
ronnno lui f Do la oi't osprit do n'siolinn qui so Hallo ilV'lro 
(pioltpio oIhjso d(* (lislingu/' parci* qiiil so s^'paro di's lioiix 
oornuHins do la politi([no tpiotidit'nno. Tant (]ue la doniocraU« 
a <''lo militanKv, sotiflVanlo, boroiqno, uio|»i(]m% idlo a ou pimr 
olio los i'Sf^'ils Itorsi't ind(''[>oinlanls ; niais. irionqdianlo, ontm* 
dans la nVdito avoo los niisoics {lo la roalih', il di-viont do bon 
goni do Si! tuurnor coutrc ello, non senlement de la eensurcr, 



R^I»l*onTS Dlt DROIT !iT l>E LA I'OLITIQIE LXV 

Itti lain* saus ccssi» la hvon vl la jnuralt* — cc qui csl 
Jp^linK', car nul pouvoir humaiii iiosl iiilaillible, — niuLs de 
Ja dt\HdVouci% de la ivni(»i% do la m('priscr. ► 

0»l la unc gruncJr tTreur ct um* grand** faud- ; ear en 
.niali^'rc puliUquc, plus (pie parlout ailleurs, k^ soeptirismr 
ji't'Hl boH ii rifii. Qui* les rroyants du ticm*^ vi de laiiti*! 
rcombolU'nl Iv^ principes d<^ la Rrvolulioii.rieii dt' plus ration* 
nel : ih tmi un but, its out uii iilral ; mats quv drs pliilosciplirH 
lilm'Sfr'pi'ni^nirs, a tfiii la Fr,inrc dos froisadi's vsi ahsolunn-ul 
indifiVt'enti; vX qui n'onl qu uiio loi nKMliotri' au dn)il tlivin, se 
(lonnent le plaisir ralVmu de decDiisideriT la Frimi-e nouvolle 
it M*?4 pnjpH'H \vM\ Vl dt! la nionirpr vn proic a iiiie folle 
jiiiiirchii* hiins eouqiensalioiif qiirlle cause celu peut-il servir, 
si ce n'est eelle du d<'Sordre cl de la foi*ce ? N'est-cc pas, en 
eJIbl, livrrr colie »ociri<^ saus diti^ciiim, sans boussolc rt par 
coosequeut ,h;uu» deleusi*, a louU-s les eiUrcpilst's d'uiie ftdle 
ileBiagO|;[ie ou d'uue reariiou brutale ? Sans douie on couiprend 
que cerUiiiiH exees dun eule donnent la lentation de s'aban- 
dottOWU d'autres exe^H en sens t'ontrain^ ; mai$ eeile teniation 
est d^'vaule ct meurlriere : il ne luut pas s y livn^r. La scule 
S]iiiiiiJ!r€ de eomhattre la r(^volution demagogique, c'esl de 
defiemlre b revubiii<ui liberak-.el rela non du boul des levn's 
elooiiime uiw' legende donl on est las, raais dune conviction 
diaude et vive, serablable a I'amuur de la palrie. Nous appro- 
cenlenain^ de 1789 ; nous esperons bieii qu'on ne 
Ppas, en 1889, la France desavouer celte dale illustre, 
dire tin mett culpa devanl Tunivers et deniander pardon a 
Oku olaux Uommes d*avoir fait hi Hevolutioii. Car alors que 
rB|ira«tilerait-elle dans le niunilt* 1 Quel serail son draprau ? 

Mlia, independanunent de wlW premiere e^iuse de deliance 
4|nl a retail en que^tkm les prinripes de 89, il en est une 
■iilre l>etuoDop jdus profonde ei plus serieuse quilafipaitient 
k la p«jclioU)^ie i*t a la philosophie d'evptiipier. Ce»l Tiguo- 
VSDrt* oil jMHit les lionunes en general dune des lois fonda« 
mfiOlakm de ta vii* et de la science. Cetle loi, e'est que chaquo 
Jaxet. — Scleuc I' [lediliqite. I. — c 




LXYI INTRODUCTION DE LA TROISTfeME feBITION 

queslioii rt'solue doime iiaissaiii^e ii <les (luesUoiis nouvell^" 
plus vaslt^s vi filus profoiuies <|ii'aii|>araviHil, dc sorU* (|iie les 
cercles ^fraiidissenl a mosum quv Ion frarn'hit cltaciiii deux. 

Voici un jeune hoinme qui a fini ses eludes; il chomit luie 
farriere : qut*siioii resoluf; oui, mais les diffirultes np fonl 
qut; cioiuuiein-er : il faiil ajiprtmdrc uii<^ sciciirc iiuuvi'lle; il 
faut savoif si^ conduire uwv. h^s honmics; il faui ii-availler a 
son avaiicetiieiit, se resij?:iici' aux disgi'Aces, s eloigiuT de» 
siens, ek*. Combieii d'e|ii'euves auli*enient f^rave;* que celles 
du college! Ce jeum^ lioinme se marie ; question resolue. Vaila 
le repos, EJi bien» non I e'est le eoiilraire. C'esl la vie eonjugalc 
avoc lows ses perils, la vie palernrlle avee tous ses devoirs. 
Aiiisi ehaque elap*; iVtisl que le de^^rtWruiie aseeiisiun tiouvelle 
plus perilleuse ^\xe la preeedeiile, il en est de mt^nie dans la 
s<!ienee. Oiaque qu4\sli<jii n'suhie ouvi'e uii ehamji indeliiii oil 
I'oa se seiil de plu.s en plus jjerdu. ^'ewlon d(''Couvre le 
sysleme du monde el invente rallractJon univ<M\selle : qucsUan 
resolue; oui, mais qu'esl-ce que lallraetion? Adnietlre Tal- 
traelion ii dislaoce, n est-ee pas revenir a Thorreur du vide? 
des seolastitfues? ltempla{;ons d{)ne latlraelion par limpulsionlf 
Mais riinpulsion eal-4»lle plus claire que raiiraeiion? Dans iin 
cas eonime dans I'aulre, ne liiul-il pas qii'un moyvement passe 
d'uji eorps dans un autre? Or ((ii'iniporle pour cehi qu ils se 
louehenl ou qu'iLs nc se touehent pas? El d aiHeurs y a-Uil 
jamais contact absolut Et s'il n'y a pas contact, n'y a-l-il pas 
action a dlslance? Et qu'ioiporlc que la dislance soil grande 
ou petite? La solution d'un problenie en fait done nsiltro 
d'aulres plus obseurs et plus vaslcs. Ainsi en esl-il encoi*c du 
grand progres opere dans la pliysltpie de iios jours. On 
raiuene loutes les prtipi*ieles di's eorps a des niynveuicnts : 
Voilti I'unite de priueipe trouvee; niais eommcnlun niouvemetit 
pcut-il jM'oduire une seusalion, el comment des mouvemejits 
lioniogeu(*s |jraduisent-ils d<'S sensalicHis lieterogenes? Com- 
ment one diQereuce d 'angle fait-elle la ditl'ei't^nee du rouge et 
du bleu:^ 




RippORTS nu nnoit et »ft la POtiTion^i twU 

ml Ton WL dabhiie en ubime, et c'l'sl l:i ce qn'oii apjipllr 
II en 08l dft rni*iii»* dans ! onlre siwial. Luther 
ide pour liii-memc le ilrori ti inUM(in''U'r rf/Tilrire sclnn 
conscience : aoit; nutts bienl('»l les cahinislos, Ics anahap- 
|tj«le.H, Ir.H s^^M'inien^^ fleniiuirlenl \e nu'ine droit : on faudrii-t-H 
'•*arnVr? Kl si j'ai \v droii d'intorprvior la ixirole de Dieu, ne 
hd«b'je pas aussi avoir Ir drofl do flire (|iie Ilxiluire nest pas 
||bi |ian)k'de IHeu? l)e sorle que ledroU rerlame primitiveinent 
!a foidcviendra 1e droit dr rin<TtV!iilit<', MainleiumI, stj'ai 
i»it de jif};<T les pn-tres comnie faisait Luilirr, nai-jc fias 
|tiit<i«i h^ droit dc jujt<*r los rois? El ainsi k* droit d'examen, 
l^ d'abortl au domaine rolif^ieiix, pa^so dan;; \v domain*? 
iqu«'. En nu^nie temps I'imprimerie est derouTri*te, la 
|.pea^»N* i»st {prantje eonlre la deslrurtion, et efle s<* nniltipfie 
'unlant de foi* qu'on \v Youdra, Quel progr^s pourles hmiieres! 
•^ bonnes nurnr?; ne seront-elles \n\s vn peril? Los 
s ne se developpent-elles pas avec U*s uivvs vraies? 
^Latmini*, 1adi»<*orde* la rebellion nanronl-ellespasdcsarnies 
* Ainsi les pc^Hls naissent des prog^n'^s; le danger 
A av<x^ la ptilssitnee ; le sncces nest <iiie raceroisscmcnl 
[lie* ^pn*«Te«. 

tTiM ce qui puI arriYi'' des prinrlpe« cie 89* On a era c|up 
C^% prineiprs seraicmt (ir'finittvroii'iit %tet(iri»nix, tout 
An eonlraire, ituit eoinnnnrail. 11 s'aj^it de deiinir 
|f?«i prinripes, de leg delitnitrr, d(» les eoneilier, el e'esl 
IVpdvrp de plnsienrs si^ejcs. Voiis nxot affninehi les homines 
|tla pmifmr nrtificiel dn passe: otii, inais voiis avez eret' TKtal* 
QtuA% %onl Irs rapports de lintlividri il de Ifitai tlansla societe 
ooufrnr? Unesilon bien plu^ profondc qtie erMe de rabofilkm 
■vflege^. V^His ave/ aflWinehi findustrie d'enlraves ndi- 
de?#'nni'?* impo^sibl(*s : fori bien; mats vous ave/ eree 
b ifa#»tfoii nKtehiv. Voiih avr/. si^rulnrisi^ In loi : r'l^lait ee qne 
dem:m<hH le bon sens, re tpt'exigeait la libert/' de eonsereiier 
ei rpJa eit an niicux; mais vnns ave/ b'gu*^ n I'avenir le pni- 
blrme dp Ttglise Itbre dan-s rfclal iibre : problenn^ bien autr(5* 



LXVIll INTRODUCTION J>R L\ TROISIEMK ]feniTTON 

meni rc< It nitiil>lt' que crXm dt^s libcrU'sgallicanes ot des niaximes 
tie U')H'2. Vous avez frrt' l*4*iisiM^^nemonl iialioiiui pi vous avez 
voulu un eiiseigiiemeiU laiqin* el Sf^oulicr, coiLsi't|ui'nc<^ inevi- 
table de TabolUion de Umtv vvM^um d*filal; inais que fer*»z- 
vous de Dieu dans voli'c C!du*'aLi<jti noiivelle'if Scra-l-il aus^i 
lait:it)0? Vous iravaillez au pi'ogres de t'onseij^mrmi'iit des 
femnii'S : cela est ires sage, car la femrae ne peul pas n'^iev 
plus lon^lemps cui dehors de toule i^ommuoinii d'esprii avec 
I'honime, n ayaul iiour ellc que l(*s arts d'aj:fremt'nt tandis que 
riiumme a la science el !a peiisee; mais que feivz-voun de la 
femnie libre? Lui oiivrirez-vous louies les carrieres, mr*'me 
rarniee ou !e parleniefil? Tanl de queslions iiouvelles, se pre- 
sentant a la I'ois dv. lous les eules tie rhoriK<»n, out de (juoi 
desarvonner un bon iiombre d*esprits qui se redreraienl voIod- 
liers sous leur leme, eoiivranl leur tele dliii voile el pleuranl 
sur rabomtiuiliuii de la desolation, comme si riiumanite d'au- 
jourdliui lul plus folle et plus eiiminelle que eelle de Ions les 
leni[»s. 

irauLres esprils, plus fermes, se tirenl d'aflaire ftar la rail- 
lerie el le nie|n*is, croyant que tpu'kjues bous niols snlllis**nl 
pour Taire i*** flu it Ir n»urs des eboses. I'/rsl, selnn nous, la 
couduile eonlraire qui esl \v. salul. U'aboi'd, il ue ("aul pas 
selonner (lue les (]uesiions naisseni des (juestions. Hoyer- 
CoUai'd a dit adtnirablcnienl : « Les Conslilutions ne sonl pa» 
des lenies di'essecs pour le soninieil. » Cela est vrai des 
soeit'tes. II y aura loujoiirs des problenies, et il y en aura de 
jjlus en plus. Ge n est [>as la un(^ laiblesse; eVsl, au eontraire, 
riionneui" de la raison huniaiue, de i^hercher une justice de 
plus en plus parfaile, on rlKupie degre 4*st une ela|>e pour un 
degre superieur. Quant aux (|iieslious que nous avons indi- 
quees, on n'allend |>as c|ue nous I'n domiions la solution; 
mais, (Fune nianiere genei-ale, nous dirous (pic <;'est en s'ap- 
puyanl sui" les jirineipes d<* yU, et iion en les diseredilanl, que 
Ton aoeijuei-a ee qu 11 y a d'aijju et de dangereux dans louies 
ces queslions. 



• 




Ilil>t>0RT8 Dr DROIT ET DR LA POLITIQITI tXfSC 

Par t*xrnipl<*, si VVaai de nos jours est drveim do plus en 
envaltissant.. cVst vn ^raiido paiiie piirre qit'ilcsiIasHilB 
<|Ui* nous p(>ss(Mlion$ conir<^ Ips rtUoiirs ollcnsifs du 
PUiA vous paraissnz roLi'ograder vers ce pass^, phis 
armo7. r£lat. Suppose/ qivil ny ail eii France, comnieen 
?j qu'uoe opinion sur les prinripes fondainentaiix de 
rtlat pourra desarmer pen a pvu ; vm* alors 
tn aura inten*t a rn^lamer cMUiire hii, ci, saiif le nires- 
►, qui sera toujotirs ires eleiidu dans line soeiete rnnipli- 
u*€t el mililiiire eonime la n<jtre, il pourra relraoeher de ses 
i«ltritiuljufi.s ce qui les depasse par trop. Siipposez ('galeinent 
♦I ' "^ jike aceepie detinilivenienl, an lieu du Sifllnhus, les 
i| IV lie la soeiele niodei'ue : le rej,demenl des rap|M>rts 
L» k'S deux pouvoirs deviendrail plus facile; el, soil que 
Ttin pivftTe ime alliance avee saerifiees n'*ci]»nu|iies, ou tine 
^•e|isiraliun aver droils jrarantis, lu pai\ pourra exister. Ce ijui 
la qucMioQ si dlirieile, e'est une tglise hostile, qui vetit 
^ciUnuer u elre hostile en jouissanl a la fois de lows les avan- 
deb proliTlion et de lous les droits di" la liherir'. J)ans 
^n^inp hypolJiese, la liberie d\^nseif^neinent fjerdrait son 
eamclcTi* aigu; et, m Ton apprenait a sen servir, s'il se ereail 
ecolcft Hbrcs, laY(|ues el (>rotanes, a cote des ecoles eeeli-- 
\m^^ I'fiLit pouri^ail dans la suile se dessaisir pen a pen 
rpftM<j|niemenl spirit uel, qui souleve iheoriquenienl lant 
f^ difErnlteft, l>e ra^me, si les classes laborieuses s'aperroivent 
I'expi^rience qu'elles ont les memes droits que les classes 
III!*, qu elles peuvenl diseiiter leurs inlerets el en 
Im rfegleroentu par des dehals c'gaux, elles se deshabl- 
|K*u ii |M*ii de ponrsuivre la proie \mur lonibre el 
lieot, romme I'a dit un iribun illusire, h rplc^slioIl 
rink piiar Jes quesiions swiales. Kntin les fernnies, plus 
rUiir£*cs H plus inslruiles, n'eiant plus liuii»ili«*«'s d un role 
trwiWt compreiidralenl mieux leurs il roils vi'riiables i*l se 
loraienl si la din'ereiice de sexe u'enlraiue pas aussi 
qoelgiie diU'i^rfiice de fonctions. 



LXX INTRODUCTION BE LA THOISlftjIK femTrON 

Ainsi, {'.'esl f»ar li's princi(K^s niemes que Ton dcvrn com" 
biiiliT lexc'es ties iit'iiH'ipes, C'l^sl kt laison qui ^oierifa let 
abiis (111 raisoniiement. On iie tlil pas qu(^ toutes ces rjui'siions 
se resouxIroJil saiis clirijrullo vi sans rris^s nniis on a*l-oti vw 
line 8tJ€i<Hi* qui n'ail pas st?s dillit'iilli's t^ ses crises? Si, au 
eonU*airi% vaus jiaralysez ia sofiele de 89 en ruinanl ses priii- 
cipes v.l en lui tUanl la Itn en elhvnienie, vous iravailicz a 
delruire les seules digues qui pnissent eontenir le»s exres 
rcdoules. C'csl aiiisi que les exces du prolesUinlisme out ele 
corriges par !e lnonq>he du pratestanlisme, les c\cH de la 
revolulion tl'Angflelerre par !e Irionqiln- des priiieipes de cette 
revidulion, les exces des guerres religieuses en France par le 
iriomphe du prineipe de la lilierle n'li*;teu.se. Les rauux issus 
de la rtevolmion franeaise ne pourront de m^me Hvc gueria 
f]ue pai' le sueees deiintlif des iirineijies do la Bevohuion. 

II ne s'af^il (>lusniainleDaulde poser des prineipes nouveaux, 
mais d'ajjpliquer les principes poses. Nous avons besoin de 
pratique et d "usage plus que de formules; mais ee n*esl pas 
une raison de desavouer nos peres. lis ont eru que le temps 
elait vt-nu on les Ijoinmes injuvaienl ameliorer leur eta I sur 
celte terre par le seeours de leur raison, oil la loi devaii se 
lirer du droit, et uon le di'fjil dv. la loi. Plus les soeielcs sc 
develt>ppenl, i)lus riuimanile seelaire el s'enriehit, plus lea 
homines (^prouvent le besoin de gouvcrner leurs aeies par la 
raison et non pai* la eouluun*, el d<^ faire cadrer les fails avec 
la justice que leur revele leur eonseienee; pins il y aura par 
consequent de plnlos(»[»lue dans la politique. C est |>ourqnol i 
les revolulinns modemes out ete plus nn^tapliysiques que les ■ 
rcWolutious du passe. Mais il n*y a pas lieu d'opposer pour 
eela la nietaphysique ix Thistnire, car eela un'^ine est un resul- 
lal d(^ riustoire. C'est ridstoin* qui a ameue I'assimilalion 
progressive des honmies, la formation des gi*aiides uiiil(»s 
nalfonales, la substitution des codes aux eoutumes, retablisse- 
nient des constitutions eeiiies, les exposes des motifs de lois, 
relablissement d'un droit des gens eeril, et en Jin les Declara- 



RAPPORTS Dl' DROIT ET DE L\ POLITiyiX LXXl 

tfciiiS d<* droits, qui nr sont imire chose (\m* Fexprcssion la plus 
jHr<^ti*»rale th^ r<»8 fails {^I'lU'r-aiix. Tom rota nVst quv le tk'vnlop- 
IRint'fil natuiTl dun stMil vl iiioiiiofail : rexrensioii pro^rvssivf 
df* la raiHon» el \^ gouvernpnu'iil dcs choscs Immaim's p:ir 1:» 
Taitiott. L'liistoire d<* la soicnrr itoliliqiic iiVsl autrr 4"hi>s<' que 
fhlMoire de cello idoo : c'esl riiisluiro dv la raison iiilervojiaiit 
lir phi* on plus, a Iravers los siooles, dans los chases soctajes 
H poliliqiios. La soienoe inai*oho avec les event won Is : tanlot 
rile H*«H*larr«» dos fails ol les rrstime; lanlol olio oolairo losfiiils 
el les prepare on ponssant on a van I. (Vest iino ('nuiliition lo^i- 
limr ti gonomnso eniro lo passe el I'avenir, enlre rexporienee 
>l la raison. oniro rijisloire ol la [iliilosoi»hio. Nous ih» iiiortm' 
naifisoitH pas limpoi-tauoL* di* la iradliion; ni;iis la tnidiiinn qui 
•sefiiK n*rsl (>as niotns logilune que la tradiliun toiilo failo. La 
H^ do 89 esl en Uain do so fairo sa iraililioii, seseoiilumos, 
pn'ordenU; lOlo dovicnr ello-rnrmo do rhisloiro; ol oo sont 
eeux qui |HMisi>nt a lui fairo I'ohroussor olu'min qui pouvonl 
I fire appeh^ aujounlluii des idt^'olagues. 




INTRODUCTION 



hE h\ vuewiPme kihtion 



MAPPOUTS DE LA MORALE ET DE LA POLITIOUE 



Ihus tous los lomps il sosi rt'inoHtrr ties tWivniiis philo- 
sopher 4|iiif »;ms «v<>ir pnitiripr aux fomiions piihliqurs» on 
les ayani tniv<?riw*rs, oni nci'iipo l<^s Inisirs dr rr'tiit pnv<? a 
fTt*lirrrh«*r li's |iri(i(')pi's t\v h\ pu\i\U]m\ Qiirlqin's-itiis not 
crn (irvrtir sVxrus«T trim** wWv rnircprisc, Marliinvrl, ijiii 
avail* auiaiil qur |>orHc>niii* an iiifm(]^\ W ilnni il«* iraih'i- ens 
jimlilTi*s, ayuiit v\r mrh* mix plus rri-andrs atVain\s de son 
Ump$9 so demand*', ilann l.i rlrdiViKV dii i*thtrt* i\ Jiilien do 
M^didft, i^'il <*!ilp4*rmi}4 a an paiiii'iilii^rdi' d»nmiT des l«'roiis a 
qni pouvnment ; et il rt'^pond injii^ciuruTii^nifnt qu<' ceux qui 
,ta.nl)rH» ptMivi'iil voir hruuroup tlv rliosi's (\hv Ton 
Hlir k's hautriirs. J,-J. Houssraii sr fail la nit'^nc 
obJecUoo: « On me dnnandora st je suis pi-inrr on [("^gislaUMir 
poor (fcrirt' siir la (>oJifiqiir. Jr rrponds qut^ iioii, el qur r'rsl 
poar ci*la que j'erris snr la politique. Si j etais prinee ou 
ll^gUlal€ur„ je lie |MTdrais pas nion letups a din^ er qu il faiil 
fairp, li* ie fermA, nu je me tninit^. » Ces paroles de ItouHseau 
phis (M'^ieilleiises que jitdi4'ieiises. II esl plus 
ce que \\m ferail elanl prmee, t[iie de li* faire 
ilttaad oo l<* devieut. rrailleitt-H le Contrat sorinl t.*$i iiit 
omragc lout i^pcculaUr, qui iie nous tipprend f;uin* comment 





il fanl agfir clt^n* !a prati«|ijp, L*\s paroles fie .^rachiavd son! 
plus raisoimables ; mais on pent k-s rolortjiwr. Car si Ton voil 
dans la vallee beauroup fl(* choses qui eehappenl sup les 
hantours, on apotroit aussi sur Itis haiilpurs beaucoup de 
choses qui^ np voit pas I'hnbitaDl des vallees. Ce ne sonl poiui 
Ik des raisons. 

Le vrai priiicific dii droit qu'onl les hornmes prives qui 
reflerhissenl, de ti"iitep les malieres d'filal, sans avoir besom 
pour rela dY^lre ministres ou d'elre priuees, c'esl le droit 
d<^volu par la nature a hi i-aison humaine d'obscrver ct d'elu- 
dior lous b»s fails ei tons les objt*!s qui nous enionreni, et qui 
inleivssent noire eondilion. S'i! a ele perniis a rhouimo de 
sonder le secret du Crealeui* el de dwouvrir les lois du 
systeme du nionde, lois auxquelles il n a point roopere. el 
qu'il ne peu! qu'appliquer sans y clianj^er on iola, eomment 
liii seniil-il inlerdit de penetrer le seerel d'iin meeanisme qui 
le louche de bien plus pr^s, dont il est parlie integrante, et 
<|Uelquefojs parlie souirranle, el qui parail i^tre l'ouvi*age ties 
bouimes? Sans doule, f?'il s'a^il d'mu* niesure h prendre, 
Thomme d'Etat est d'ordinaire le [tins compt'tenl, quoiqne 
m^me alors le bon sens public ne soil peul-Atre pas raepri- 
sable. Mais recherflter lo principe el la nalure de Tfttat, en 
deferniiner les rondilions elemelles, les formes diverses, les 
lois de developpement, les obligations et les drolls, c'esl Ih 
Tobjel de la science el non du gouveniemenl. O'lui-ei est irop 
oecupe a agir, pour avoir le temps de penser. S'il H'avijtait 
d'agiter des problemes sp*k'ulatifs, il negligerait les affiiires 
el les inler^ls pour le maniemeut desquels il exisle, 11 faut 
cependanl que ces i>rohlemes soient trailes el diseulf^s ; 
aulremenl le mer-anisme de FEtat deviendrait bientot sem- 
blable i ces oulils grossiers, admirable invention de renfance 
des ages, mais qui conserves par la routine, dfH'endus par Ic 
prejiigt', sonl un obsUu-le a tout progres. Sans Texaraen et 
la critique, le nionde enlier se iransforincrait en une Chine^ 
tiniverselle. 



I 



nvrponts m la morale kt »r hk POLmQiTs ixxt 

II y a tlono nno sol<*nro dc J'felut, non pns <le tfl on u4 fital 
en particiilkT, mais <le I Kliit en gciu^ral, oonsidore dans sa 
imiuro, dansi w»s lois, et dans w*s prinoipules forniRs. Cost 
reUr science quo Ton \h*u\ appoItT la pliilosopliii' p(3y!i([ut', 
ft donl jVnlrc'prinds llusloirc. 

CepondanU quoic|ui' lai>liilos<>|ihio poliliquo soil une science 
qui alt ses priocipcs propivs r( se» lois purticulieres, ipioi- 
qu'elie pnrto aur un oi^dre do fiVils qui no doU /'trr oonfondu 
•wc ancun autre, il est utile oi moino not ossain^ ilo no point 
b i^i>afer dune aulr« science h laquollo olio est nauirolie- 
menl tmie par millo lii'ns divers, jo voux dire la pliiloso|diie 
ttamle. LoA publioisles anoions n'oiU jamais mis on dtjuie 
fWIe alliance do la uitn-:do ei dn la poliliquo; ot les plus 
gpinll d*enii*e eux onl lVii* aussi les |>lus grands moral istos 
life leur lonif*?* : F*lafon, Arislolo, Cieoron. II ii'on a pas (oii- 
•Joors ele ain.<ii <"hoz los modcrnes ; la divisiun den seionoos a 
eld Ic r^sulial noccHJiaire du progivs toujours croissani dcs 
iiiaiAaancoH humairie$ ; on a done vu dos mor.di^tos no*;!!- 
pri'squo otiliiToniont la poltliquo, ot dos puhlirisirs 
»rs a la sici(*nco do la morale: eel to separation mhuB 
fi*Q pas ^t^ sans lnconv«*nienl. Neanmoins, rea deux eludes 
a'oiii jamaia ceW; frinllnor tune siti- layire, oi otlos onl tine 
4iliiialr« nomnmne. 

Mous Youdrions, dans eelle intrfxliuiion^ oxposer los rela- 
tfaiDJi de cojidoux fu^ioneoji, et nmntnT par ou olios s** soparenl 
fl pftT nil elloj* H'uniHKoul. C*osl !:i un sujoi iivs vasio vi dont 
notiH ne f»c»iirroui» qu indiquor los point;; prineipaux, Cc sera 
ev m^me u-nip* fairc* oonnallre Tespril do eo livre , et en 
INf ■"' la penBoe principalo, un pen dispersoo au milieu 
do si varieo!4 o1 si «MJmploKrH qui voni ^uivre. 

BiooA renrontronn sur c*oUe question deux docirincs oppo- 
0im^ mI0 qui »^pai'o ontioromont la poliiif]uo do fa morale, 
ttcdle (pli absorbe Tune danii raulre. La premier^ est eelle 
de Mirhiavel, la sei-onrio ent eelle do IMatim. J'ap[iollo marhla- 
WlUOK fottte doctrine qui sacrifie la morale a la poltti((uo, et 



LXXTt 



mTRODrcn(»r de la pEcxiteE ^mnosc 



phrotiisme lotiie tlot^inne qui sacrifie la politique h la mor 
Exaininoiis !"ud*» el I'aulre. 

t Eh quoi ! diseui ou pensent ies partisans avooes oil 
secrets de Machiavel, pretendez-vous enchaincr aux regies 
clroites de la morale domestique el privee , Ies £tats , le^ 
princes el Ies peuples f Les devoirs d'un ehef d'£tat ne sonl 
pas les in^'mes que ceux d'lin chef de famille; s'il voulait 
rester fiflMr- on tout aux scrupules d'une morale elroile» il se 
p<frrli'iiil iui-fii^nn' el son jieuple avec luL On compn'ud bieq 
que li's indi\idus soienl genes el relenus par certains devoirs ; 
sans quoi la soriel*^ perirail. Mais la sorieie elh'-mome n'a 
daulre devoir que de se eonserver ; el e'est elle seule qui est 
juge des moyens quelle cmploie k eet usage. Ce qui est vrai 
de la sociele ep general, Test de toules les soeieles particu- 
li<TPS, c'est-a-dii-e des divrrses repuhliques dont le raonde 
est compose. Ce qui est vrai de la i-epublique ou de TElat, 
Test aussi du prince qui te gouverne ei le represenie. Sans 
doute , (;omni(' homme |>nve , le prince est assujetii aiix 
m<Hnes devcrirs que les atitres honimes ; mais coninie hoimiic 
public, il ne I'eleve que de lui-m^me, Ce qui est veilu dans 
rhonime prive pent elre vice rhez rhomrae d'Eiat, el reci- 
proqiiemenl. 

t Supposes un instant pour vraie celte chimei'e plaUmi- 
cienne d'une repiiblique ou d'ue prince parfaileraenl verlueux, 
vous lombeK dans llmpossible vV dans rinqiraticable. Sans 
doute, il serai t a desirer que les homnies fussent loujoui*s 
bons ; niais comme en fait ils ne le sont pas, celui qui veul 
^'tre bon au milu^u des mecbanls est sur dY*tre leur viclinie : 
si vous ne Irompez pas» vous serez Iroinpe : &i vous n em- 
ploye/ pas la vif^lrnee a propos, vous lomberez sous la 
violence. Voycz les grands poliiiques de inns les temps: 
Alexantlrt* sr faisanl passer |*our Di<^u ; Romulus luant son 
li'ere ; Ct'sar* jKissant le llubicon ; Augusle fdgiianl d'abdi- 
quer Vemfiin^ pour le possedcr plus surenient ; et cbez Ies 
modernes, I'hilipue te Bel, Ferdinand le Cadiolique, Louis XI, 



( 



IIIPPORTS I>E Li WOHAU: ET DE LA POUTIQUE LXVVIl 

\e% Borpa, U*a Muilids, <»l jusqu'au genenntx Henri IV, qui 
win Paris pour iino mcssp; en voyc/.-vous iin seul qui ait 
jligp jMHir reussiir d einployiT tints Ics nioyeiis , luiilol 
rapture, UinlAl le crime? Voili la poliliqiie ties pni|ces ; inais 
rrpubliques sont-elles [»lns imio<'eiiii"s? Ksl-il dans I'his- 
iin prinee liuue plus insij^ne iiiiiuviiise foi que Tout I'le 
le« llomaitis? un lyran plus soitpviiriiieiix, plus cruel, plus 
lerrible que la repuljli(]ue de Venis4^ ? un couqueranl nioins 
MTUpuleux dans len inoyens, que te people an^t^iis, I** phis 
librc ties pcuples modernes ? Si vuus Use/ Iliisloire :iu point 
lie vue de la morale vulgaire, ion I vous revoll<*i'a et vous ne 
conipreiidrf/. rien a ci's grantlrs revfdulii>ns. Mais pour 
iliDiume eelaire, tout s e\plique, loul se juslilie, grace a un 
lirinrtrn* superieur, qui (*sl, en qnelquf* sorte, le niystei-e de 
la politique, a savoir le priiieip(» de la raist^n ti'^tal. » 

AiiiAi parlent le?* eecili<'i's ilu niaiiHavelisme, tres liers de 
pftraitre, liclon rexfin'ssidn d*un d eiiin* enx, < denialses en 
pofitiqop >. Mais, quoique rexperienee seirible leur donner 
niinoii, h wienee et la eunseienee se r<*fusent a leur a<'eorder 
liTjr suflragi*. II n'<'sl pas pn»l>ablt' qui* les inti-nHs les plus 
lpiiY(^ d€?» individns el des peuples soienl couvertR de voile 
rl de mysler*'. La niisim dtial doil iM-der l;i (»la«-e a ta laisou 
clique, qui elle-nu'^nie ne peul pas elre en eonlradiriioii 
b etmscience |>ublique. A niesure que Tesprit huouiin 
•"Main*, et qtie. lopinion p4'*netre dans ees areanes de la 
', comute on les apfNdail aulrefois {arcana imperU), 
\\f de ehosi's deviennenl inqiossibles, d'aulres plus 
; el, ttuis qu on puisne entrevoir encore Ic inonienl 
041 a'operiTa la n^f'oneiliation eoiujflele de la poliliqnt* el tie 
b mtinile, il faul avouer eepeudaiM <iue, drfHiis Irois sieeles, 
dr i^ramb profi^reti oiU ele fails, qui* la poljllque du xv* el dii 
Ivi^uMr iiouH paraUrait (Klieusc aujourd liui, (|uou ne HU[t 
it meuie pas tout ee qu'on peruiettail a Kieb<'lieu el a 
XIV, el que rhonueieU* est b prcniii're eundilioii qu'un 
cxi^f quttod on le pi'ut* d'un gouvenietneni. 



txxviii mTROnrcTio> i>e la pnRmftnE finmoN 

Pour disniirr avoc los puliliqiies, on iloil t'ssayer de nw^ttrc, 
aiitant (}iie ]>ossibk% rt*xjM'^rionf*e tie son eote; niais avrc k's 
philosopht's, rf'kx nV^st pas necrssnire. A ceux-ci nous diroiis : 
peu naus jniimrte re qui se fail; nous no cherchons que ce qut 
se doit. Nous savons hum qnv Ics liommrs nv peiivdil elro 
parlails; mais si retie raison oluii boiun', ellf vaudi-ait rontre 
la morale privtV loiil aussi bien qm^ rcmlrf* la morale publiqu^., 
Faut-il done coni'lure qw Irs liommes doivent se dispenser de 
loule vcrlii, paree qu'ils ne {K^uvenl atleindre qij'a um^ vertu 
inqmrl'aile? Ainsi des jmliliques. Accordous-!eur tjue I'lionne- 
leU^ parfaite est impossible; it n'enesl pas moinsvKn que celt* 
tionnrtele parfaite est la loi oblifjaloin' de leiirs aetions, ct 
que lout ee qui s'cn erarle fslrrpr<'hensil>]e. Auti'cnieul, c'esl 
faire de Fexeeption la regie, ou plutoL e'esl detruJre loille 
regie, el abunfloiititT les desliiiees des peuples a la passioo ei 
au eaprtee des tudividus. 

Oil o|>pose cetle maximc pf'iilleuse el equivoque : Sahis 
populi mprcma lex, Mais le salut d'un peuple, c'esl hi jiisliee 
clle-m^'uie; pt s'il fallait opposer niaxinie a maxime, je dirais^ 
Finf fustitiff, perenl mumiuft, que Ic rei^ne de la jiistiee arrive, 
dnt le monde p^'i-ir. Mais le moiide n'est pas peduil k cetle' 
alternative, de p<''nr. ou de praliquer la jiisliec : car e'esl par 
elle stnde (|u'il pent durer. D'aillfurs, i! est toujoiirs faux flc 
ehang^rr eu maxinie ge!'nerale el absolu<^ vv qui ne saurait Hrti 
vrai {][i*a la derniere extreniite. Admi'ttez \m instant cetic 
raison mysterieitse du sahit |>ubllr, aussitAt tout est pcrmrs: 
car il est lijujours possible d'affirnier que telle at-lion, telle 
mesure est nccessiiin^ au salut du peuple. Demontrez, par 
cxi'mple, que la Saiut-[?arlheft'my netait pas neressaire ^tl 
salut g('neral» je vons en delie. Car Hen ue jn-onve que si Von 
eut traih' sinci-reuieut aver les protestants^ ils neneussent pas 
abuse jionr diviser Ic pays, delriiire la mouarohie el elablir la 
republiqtie eu IVanee. Ce gfrainl coup bs a abutlus ]Kiur ton- 
jours, el a perniis de ue leur aceorder plus lard que di»s 
liberies innocentes, Nierez-vous cela'? On peul vous r^qiondre 



RAPFOaTS im LA HOKAtE ET 1>E LA POLITIQUE LXXJX 

irt\ cumnie \v MX (iubriel Naudr dans ses roM/>.v d htat, 
|e tHKip n'a pas ett' ussez ilecisif ot asscz gr.m'i'ul, i*l tjuoii 
oc leur a pas liix^ ass<»z de sang^. Ed (in, il n't'sl pas une stmle 
actioo tli'U'stable d:ui!i ihistaire que I'un ne puisse Juslilier par 
cen priiK-ipi'^. 

H fmit d'ailleiirs dislinguer deiix sottrs de macliiavelisme : 
Jc madiiavfr'lisiiu* prinfirr <*i Ir iiiachiavelisiiK' populaire, Geux 
qui sonl Ic plus enii<>iiiis du pri'iiiirr no soul ]uis tonjuurs 
pnmiunis oonU-r le secoud. On adniel volotititTs qui- lout nest 
fiiis jM*niiis u mi priueo; mais on est assez dispose a eioire que 
tout e!it f>t»niiia au i)euiile. (I n*y a cependaul j>as de difle- 
nmce* tjlu'une injusliee soil ruinniise pur uii priiire ou par 
ttn p<*uple, elle est loiijouis line iiijiistire ; sans dimle les 
eibtreoitlck pur lesquedt's un peij[ili' *lt'*friHl sa Hljerte on 
existeiH-e scml qiirlquefots ilij^iirs d'rxcuse; mais je ne 
U'lir duniier nu>n adndralion, si riles revrtlknl nja con- 
Uudques-uni) tie vuteuL dans le inaeliiavelisnie qne 
Tart dc trooifH^r; el, dans leur nitqiris pour les niensouges des 
e<)«r»» its jMjnl pieins d indulgeiiee pour les basses liin'urs des 
mullitudefi. MaLs le nnKthiavidisrne nVsl pas senlenient <M'lt« 
Ifin*****' puerik* el frivole qui se serl de la parole |«njr eaeher 
lo (>eiLS4*c : e"i!st nne politique cauli'leuse el violenle, selon le 
,|iciiHn, Uiotol couverle el Uuilot declaive, e[ qui enii*l(»ieaussi 
roluntiers le (er et la cruanle que la fraude el la iraldson : 
[ell*.* jwnt done eonvruir aiix peuples comme aux eours; el, 
cc ieji», k' terrorisnje lui-tn('nie esl machiavelisnie, 
rextrcmiU* op|Ki8<'i* se in^nconlre une doelrine que j ap- 
dlcnti If! plalaiusme, du noiu de eelui qui 1 ale plusiltuslree. 
Itr iJfK^rlue suUtnlnune ahsiilunient la pollliqnea la morale, 
}^tMk f|i9<* J;i verlu e^t la (in de lElat eoiiiuie de riitdividu, se 
pfOpote pour motlelc Ic goiivernemenl de Lacedeiuoiie, et 
rl k* gtjuv«Tnenieiil enlre les mains des sages el des pliUo- 
Tels scjut les tniiLs generaux el <!onstanls de la poll 
ck Plalou dous ses deux plus grands uuvrages^ la 
MifmhUqiBe et les Lois. Mais il y a, dans ce& deux applicalious 



L1\S l>TKiJliL<.TIu5 M. LA PBUUERE LBmOU 

ij'iucr iDt'iik- |juiitit|u»*. line liifiervnee cu|>itaie. Dans la Repn^ 
bli'iwf. la \vrtu e>i obtt-nue sans 1»* sei-murs des iois, K par le 
^ul moyrn de I't^u«-atwn. Ihms ks Zoii. au ctMitrairc, la 
V'-nu •->( la-uvre du K^lat«^ur, leflVrt de b snnreiUaiice de 
I'KliI. rn iin nbjt, de la ronirainle. De la deux soiiesdo pfarto- 
nisiue : If fflatonisme chimerique. qui $e plait dans la contem- 
plaiion d un elai ideal, ojufond la [N^litique aTec la pedagogic, 
et i.njit a la tiiuu^|juis>anee el a linfaillibilite de b sdeiKe; et 
le platonismt.- de^polique. qui. nioins eonbant dans la petfec* 
tioii des hiiUimes, ne reeule (vas devant les moyens ordlnaires 
de la politique, et se pn>p«>$e pour tin de rendre les hommes 
heureux et vertueux. sans les cousulter. qu'ils y consenteul 
ou non. par I'autoriie de I'Etat. 

11 n'est pas difbeile de fuire wAr ee qu il y a dlllusion dans 
la pn'miere de oes deux formes du sysleme platoniden. Aussi 
ne faut-il point s'attacher a la eonibattre serieusemeat, car elle 
nest, ehez Platon. qu'iue utopie volontaire; et il a toiyoon 
etf' piTmis il la philosophie, coiume a la poesie, de se faire un 
ideal, et de s«.' n^presenter les 4*hoses teiles qu'elles devraient 
etn'. au lieu de les peindre telles qu'elles sont. Mais il n*ea 
est fias de menie de ee s«'eond platonisme. que j appelle deqio- 
tiqui'. «-t qui a eu plusieui's applieations dans Thistoire. 

Kien de plus vrai et de plus st-duisant, au premier abord, 
que cette doetrine : I'Etut dctit faire n*gner la vertu; rien de 
plus dungiM'eux dans lapplieution. Si la tin de r£tat est la 
vertu, il va sans din* que ie eitoyen ne saurait ^ire trop 
vertueux, et. [lar 4'onse(|uent. TEtat trop serupuleux et trop 
vi^'ilant. Voilu I'Etat qui inter\ieut dans la Tie domestique, 
dans la vie privee, dans lu ('ons4*ienoe meme : rien ne lui est 
ftTiiic: il entre dans les niaisims. il s'assoit a la table des 
citoyciiN. el .s;i surveillanrc n epar^ne nieme pas le lit nuptial. 
\a's ji'ux (Je l:i JeuuessiN les amities, k^s attaeliemcnts, les 
eliants de la |»oesie, les rytlimes musieaux, les doctrines 
philosophiques, le culte, eu im moi, lesprit, I ame, le coeur, 
rijonniH* lout enliiT deviant leselave dune censure etroite et 



ItAPlHlRTS DR lii MORALK KT W. LA MOIJTIQIK LXX\I 

ro : I'liuUvidu prrtl toutressoi'i ivu iM'nianl lontr iiiitiii- 
itt! iv»|Hii>sabiliti''. oil bien iin faiiatisme dessr-rhanl 
|c rend \mi a [m*u «»iranj;<T a tons li^s srntinicnls tU' I hii- 
, Lmierveoiion de I'Etat dans It^ gouvcrnemc^nt dcs 
•a f>ii avoii- tniid<jijefois, dans raiili(|uiti' i»ar rxeiiipk', 
dtt srfiitairi*5 *'flt'ts; j** im' nnVottnais pas re (|uVui de grand et 
ri'tHile rinRlilution de la censure dans la roiiubliqiie roiuaine; 
firnioniie no voiidmil n^rranrher <!«* riiisinirr I'ansloi'e el 
nobie tigure de C:ilon le ccnseiir : celle iiistilutioii pent encore 
i*lr«* jysldi*''i% (Hldiuuc* im ivsle dii systenie palriareal par le((uel 
left nfpubliqiJi*H unl dii eoiiiineiieer, t1 oil le ()ere de laniille 
AYait a la fois le j^oiivernement et reduralion, rautorile poli- 
liqiR^ et la corrertioii morale, Knliii, il fan I ajtHitiT que le 
^m* n'avait a Rome au<'uii pouvoir par hii-mt>iii<% et que 
aillcinl6 etail Hiiiqdertieril morale. II ii'eii est |>as inoins 
Il Ciiisure des iiueurs. jirise en soi, est une instituLion 
et quelle issl etnmg^re a la vrait* destinee de I'fital. 
Crfirodiiiil, le platonisme despolique, lel que nons venons 
d€» le di'*rnrt% a sa beaule el ?*a f^nnnfeiir; inais il pent ile^^e- 
twir%'T eiie<»re, el devieiil alors ee (pie j ap(K*llerai le fanx ptalo- 
niiuie afiti que le divin Plalnn iie paraisse en rien reponiiable 
*de eiHte tleplorable depravaliiHi de ses prineipes. Le faux 
|ilalnui»ni4^ «!il iin faiialisine bypoerile, tpii, piJur eiiiblir ee 
qu'il apfielle arbitrairenieiil la verlu, dans les Etats, ne eratnl 
d'employer ions les nioyens el de violet* louies les lois de 
Jlitttkr et de Ihiimanite. Je ne parle pas du fariaiisme reli- 
gjm^ qui a beaueoup de rapports avee celui-liu mais de eelte 
MU^ ptililique qui, nourHe dunn une adjiiiration iiial enundue 
(le ruiliquJte^ ne voit partonl (|ue coiruplion^ viee et imniora' 
UUh, lA ferail volontiern le vide dans rmdvcrs, uv laissant a h\ 
j«alin; qu'ttn des«Tl u gouvenier. 

QaoUlue ItiVh OfipOAes dans leurs print ipcH, le faux plalo- 
4H le niaehjavelijinie peovenf m* iiMieonlrer dans I'appli- 
>*«iiii en avonsi un exeinple asse/ reinarqnable dans 
rkistiiin* de nutre revolution. Daiilon, par ex4*nipk% est un 
i43KT» — Seiencc {iidilique. 1 -^ / 



LXXXU »TRQDl'CT103C DB LA PREMllJIE fiDmOX 

politique de lecole de 3lachiavel. Assez peu cruel par caraclere 
et par temperament, il ne craignit point d'employer la croaut^ 
pour soutenir la cause qu'il a^-ait embrassee. II scmble qu'il ait 
lu dans Machiavel lui-meme (1) que, < lorsqu'on veut fonder 
un gouvemement, il faut epom-anter par quelque coup terrible 
ies ennemis de I'ordre nouveau > ; que c quiconque Teat etabllr 
la liberie, et ne fait point perir Ies fils de Brutus, p^rit lai- 
meme infailliblement > ; que c pour etablir une republique dans 
im pays ou il y a des geiitilshommes. on ne peut reussir saiu 
Ies detruire tons >. Voila quelle fut la politique de Danton, poli- 
tique toute machiuveliquo, (*oninie on voit. Ce|)endant soil 
cflcur, qui n etait pas nierhant, linit par se lasser, et lui^nd^rae 
mourul a son tour pour avoir voulu la olemence. Mais le mot 
qu on lui prete duns sa prison est eneont d'un seeptique et 
d'un politique sans ideal : c L'liumanite ni'ennuie, dit-il. » Ge 
nest pas ainsi que finit madame Uoland : la liberie et la justice 
eun^nl ses demiers adieux. Voici maintenant le faux plato- 
nicien, le vrai fanati(|ue, le sombre et implai^able Saint-Just, de 
tous k^ montagnards le plus original sans aucun doute aved 
Daulon. Ce naif jeune homme avail lu dans Montesquieu, dans 
Mably, dans Rousseau, que la verUi est Ui principe des repo- 
bli(|ues, (*l il crut que la levolulion ne |)ouvait el re sauveequo 
par la vertu. Mais, comment etablir la vortu dans un £tat 
corrompu autrement que par la violence, et, commc le dit 
encore Machiavel, en faisant couler des torrents de sang? Ce 
n'esl pas tout. Que faul-il entendre par la vertut « C'esl, dit 
Montes(|uieu, I'amour de la frugalite et de T^galite. > Mais 
Tainour de la frugalite est incompatible avec la richesse, et 
Famour de regnlite avec la noblesse. Les riches et Ies nobles, 
voila done les ennemis de la vertu, les ennemis de la rdpu- 
blique, les suispects. Singiiliere fortune des destinies el des 
reputations I Supposez Sainl>Just ne dans un temps paisible, 
sous une monarchic respeclec : il cut epanche dans quelques 

(1) Voycz plus loin, t. I, 1. Ill, c. i. 



ILAJPPCdm ftK tl> MOnJ^IiE ET DE LA POLITIQIK LIXXIH 

•its inolfeiiKit^ ii'« conreplinns tU* sou imu^maiion Diulu(i(\ 
-nai sr U\t ajoiM^ peut-i'irc ;i mix iWfi grands i*evc'iirs 
ii >. Mi'th-/. li*, iiu <'outr;iii'i\ duns une revolution v\ an 

leuuTrmcfnent du TEtul, c est un {xilitique ftironcho e( sans 

Vmt aoliT forme du iiirnK' idalonismfi psi hi pidiliqiie Iheo- 
qiii donne pour fin a I'Kfal In vrrlu roli^ieuse, ei 
ir pouvprnoraonl lo (KJiivoir spirit iirL Lt* |datoiiisrne en liii 
vsl qtriini^ du'orniiio philoso)>lifqii«\ An lieu dt*s 
sapRt fttti gotiv^rucut b republicpiL* platuniclftitH', supposes^ 
prfires^ H voiis fles dans I hide el en Eg\[*te. Ilalon, 
ail gMe dr l:i C»vvcL\ n rhaiii^n* K's lirsdiimuu's vn 
IM« Aiimt'ttc/. niamtimunt qii il y nit dcMix sortes do 
[fenus : 1» vi'rtu linnmim* (]iu* Platon a sniilo ronnue; et la 
n^lif^k'UfM.*. qni pniriim !»• sahU. Adm<'lt<'7, enrori', qifaii 
iM>rf)!( <|p pliiU>su|jhes rc't'hcrdiant HhrTmi'iU cl par 
rt) li*j« pHucifuvs dir la vrrtii, il y ail iin corps du 
[fif^lreii rliar^r spiHrialcmenl par Dion dVnseijfiitT la science, 
n'esl il |>as i'\ideul que la rvpuhliquo de IMatoii se 
en line. n^puUliipie Iheocratique, d^'irioiralie, arislo- 
i!iilif* oo mwoarcliie, sckrn les cir«on»l;incost Tel lul le gou- 
\«*ii»e9ti<'til des jc.Hiiili'.s an l^araj^uay; lei Cut li^ fjnuveiiu-menl 
tic l^diiii a (Geneve; u^l a<vpirail a iMre, an uioyeu age, le gou- 
iwrtti^uirm da Ja paf>auli^ Mir Umlv I'Kurope. 
.CclNi pcdili(fue sonti-ve d abord lesnu^mes ohjeeiinujt que le 
le en g<^iH**ra], mais de plus qut^qnes oljjeeU(m& par- 
t. Si ci*^i dejil iiue diillirullc' dc iloniiei- a I'Krat puur 
fa b veitu, cVn e^t uue bien plus i^rande encore de lui don- 
m9t pauT fin Ic saint des dmes. Des deux di>srinalions de 
llMWiitil*, I'uue lerreslre. (|ui m leruiine it la |>rali(pte di* la 
^irrlii, rautn* ri^lesle qui rousiste dans la vie future, il est fort 
doaiciix. qnc I'Etatait pour hut de uouscduduire ^ ta pi*emiere,; 
IMMI il rsl bien certain rpi'd nest point eluirgi* ih\ nous pro- 
curur la smniude. Lc salut vM luie allaiie eittie Dien el Ibnnuiu', 
par riittcruiediaiit^ ou avee lis ^c^urii du &acerdoc€ ; tnais le 



Lxxxiv birnaBucTJON ne t.i nnEMitiiE jfenmo^N 

miigfislrai n'y est pour ricii. (ypsl ttioi sou! qui puis taire mm 
sakit, vi par mvs anjvres propjrs, L'filal n*' prul sr subsliUicr 
II iiioi, sans delruir^ tlatis sa radne mvnw le priniipe de Ja 
ivligion, De son ctHt^, Ic poiivoirspintuel, enusurpaiit le pou- 
voir poHliqu<% ou eu rasservissjitit, lend piir lu a se dclriiire 
soi-mi'mi' commp poovoir r«*ligioiJX- En vlW'i^ le pouvair r^eii- 
giciix est essentiellemcnt un empire moral : eiiipni«te-l-U 
ramie de lu lo! et le secoiirji dii bras seeulier» il donne koOr 
lendre par la que ret empire moral est Insiiflisanl ; el plus^fl 
gagnr truii ecHe, phis il perd de Taulre. Ce irestpas toiil. S'll 
n*y avail ([iriine seulenianiere, unantniemenl reeoriiuie, de faire 
son srdiit, on poiirrait eomprendre que VKtat et rKglise, sui* 
vanl tnie meiiir nmle el eherel»anl line nienie fin, le bonheuj* 
des citoy^^ns, se reneontrassenl dans la pratique. Mais, comme 
en fail, il v a wn Ires grand nombre d*' vuit»s tlilFerentes vers 
le siilul, rKiai, en clioisissanl iinedetles el en rimpasant u ses 
mernbres, tranehepar linit'^nie la qiH>stion de navoir qnello c^ 
la plus sure ; or il n'a pas auloritii poor cela. Si Ton dit quecc 
n'esi pas Ttllal qui Tail ee ehoix, niais TEglise, Tliglise qui; a 
dii neeessairement le laire d abord [K)nr elle-menit% qui est 
peisuadi^e a priori de la verile de son symbole el qui ne peul 
pas admettre deux verites, Tune lerreslre et Taulre eeltislte, 
qui enlin, par cela seul qu'elle exisle, s'engage ii Iranformcr Xa 
soeiele Mque sur le type de la cite divine doiil elle est 1 iiuage^ 
je reponds que si elle le lail par la persuasion, uon seuleiiieot 
cVsl son droit, mais son devoir le plus saere; niais que si elle 
s'empare de raulorile, elle eonimel une usurpatitju, el 4|uc^ 
rfetat, a son lour, com met une injiistiee en aeeeptani eetlis 
serviliide ; ear il exclnl par la meme tous ceiixqui, uetanlpas 
de la confession doniinanle, oni eepeudaiit comine boiumes le 
memo til re que les aulres k sa protecdon. 11 est vrai que sou- 
vent rfital, au Ii4'u d'<Mre rinslniment de la religion, se serl 
de la religion ronuiie d'un inslrnuienl [wur gouvemer plus 
aisement les honimes ; el c'est la d'ordinair** qu';iboulit la 
iheocralie : mais ce nest plus alors qu'uiui foriue particulicre 



RAPWMIT& DB hh MOVL\}£ KT DE LA rtiLITIQl F. LXXXV 

fhi rtmHiraW'Hsine, el rune desp^Iiisrceooimunfli'L'spiir le eele- 
bfe polififiue dc FlDFcnce, 

Kfiin* 1^ tnaHiiaveUHino H h' plalouisnie, \v jtoiiU juste el 
|^iH^*ci ifns rtipports tie la polilique uwv la morale est Ires dif- 
firilt* a tixer. Hssa)ons-le (V[>eiidaiU. 

Si* dis fpie la |H>liU<|ue siijipose la iiiorak% priUtqueiiirnl el 
ltn**iriqit^iiH'nl : l** enfait^ saiiSDKiHirs el sans veiiu, TKlal est 
tfii|in!Mll»K' el p<Vit infaiHitjIeiiRMit ; 2° en lliporie, la pliiluso- 
|ihf^ morale peni seiile nous raireeoiiiKiUie la verilable iiri de 
ia'pbikKopliie poliliqui*. 

"11 L*P.tat, nous lavfiiis dil, u'esi pas iiisdun'! [(mir fairf 
MT In vertij, inais il iie peiil pas se passer d'elli*. Supj)]i- 
un in<itant par hjpolliese la bonne fui, le rouru^je, IV-tpiite, 
T^mDiir de la palrie» ^l voyea ce que deviendruir uii EiaU 
m\v de loule faree moraI<\ Oiez It's ujaijisiruls, rieii ue peiil 
^5itippl<^r ii rinti»nri!e, a ranioui- de*i fotiriiyiis, an zMe 4lu bien 
finhtie. Clre<^ri*/-vous des msfircleurs pour les sin'veiller t Ces 

EivtpprtPurA eux-mt^mes auronl besoiii de veriu, pour ne pas 
I»»%vnir rom()liei^s de lenrs siiburdoniK's. DfHitirz-voiis a iin 
irirllf vMiveruin pouvoir» il lui laudra mie veilii sans tinrnes, 
|>oir siippleer a toutes cclles qui font defauL Itiiagiiuv-vtHJs 
[i)f*s etiti%filiitiMU.<< pimr i*nr|ja»ii«T lous les jiouvoirs publics les 
iil*i jKtr les aiilre!^^ elle^i aurotil asse/ de Jiiailles ptmr laisser 
\^% IrahiMiitiif si laiDoiir de la jiislire et dii ilniil ne 
)\e fa» le^ videM. Les loi» el les meeainsTiies poliliques ne 
f>oinlH d'appui |>riur la faiblesse des lioiiuiies : le 
M»rl «'s» icMijiiurs dans le ea*ur, Dans une armee, 
disHpline !if)Uiient le eourage, mais elle neleiTinplace pas. 
\p^ riloyens, il ne Tanl pas nudiis de veHii cpie rliez les 
istrnl^. Sans eourage, 1 Ktal esl asservi; sans amour du 
bU*n pnHk^ lElal est lan^uis^smt ; sans aniifir ei sans von- 

K;iai«sl dik'liire; sans travail, I Elui est allaiue; sans 
il esl mine ; sans di((aih'» el sans fierle, U est 

II wetabh* que Vtm reviennf^ d'un pays inconnu en aflirmanl 



LXXXTI n(TRODUCTIO!f DE LA PREMOfeftB fiDIITON 

aujourd'hui que la vertii est necessaire au maintien des State. 
Ce sont la des maximos digncs du bon Rollin, des reminiscen- 
ces do la republiquc de Salente. On n'entend parler qnc de 
lois economiqucs, socialcs, politiques; ct bien peu s'avisent 
de penser a cello vieille maxime : La veiiu sauve Ics £tats, et 
la corruption les perd. Je n'estime pas peu les garanties legales 
de la liberie publique ; je snis plein de deference pour les 
axiomes de Teconomie politique ; mats si j'avais quelqiie auto- 
rite pour parler couragcusement aux hommes de ce temps, je 
leur dirais : « Aimcz-vous la justice ? savez-vous respecter les 
lois mc^mc defectu(*uses, et les magistrals m6me imparfaits ? 
savez-Tous aimer le droit du voisin autant que le vdtre propre? 
nc vous scntcz-vous ni envie pour ceux qui ont plus que vous, 
ni mopris pour ceux qui ont moins ? aimez-vous mieux I'hon- 
neur que la richesse, et la mediocrite honn^te que la grandeur 
mal acquisc ? ^tes-vous capable de parler librcment sans insul- 
ter, sans mentir, ot sans mellre le feu h VtxaX ? savez-vons 
ne ricn coder de voire pens(5e et do voire conscience sans 
faire \iolcnce a celle des aulres ? savez-vous enfin aimer la 
liherto, sans vouloir la domination ? Si vous sarez ces choses, 
vous meritcz d'etre ciloy<ms ; si vous no les savez pas, voire 
science politique ot oconomiquc pocho par la base^ et toutes 
les revolutions du monde ne vous donneront pas ce que 
vous dosirez. > 

Montesquieu a dem^le ave(* profondeur cello force morale 
qui soutiont los £tats dignos do co nom, lorsqu'il a dit que, 
sans vcTlu, les pouples no peuvont ^Iro gouvernes que par la 
(Tainto, ot tombent par consequent dans le despotisme. 11 est 
vrai qu'il n'atlribue la vertu pourprincipequ'auxrepubliques, 
ol fait roposor los monanrliios sur Thonnour. Mais Thonneur 
n'osl-il pas aiissi uno sorlo dt» vorlu, ou uno parlio de la vcrUi ? 
Lorsc|uo Crillon refuse a Henri III d'assassinor le due de 
Guise, rhonnour (pii lo fail agir no vaiil-il pas la veitu r(*pu- 
bli<raino, et (!Sl-il autre chose quo U; or! do la conscience ? 
G*est a ces conditions qu'une monarchic, m()me sans liberty 



RAPPORTS DE LA MOBALE ET DE J.A POLTl'TOtK LXXXVII 

|)olitiqui^, apii ^Ire line forme iioblo do goiivrriif*inent. Miiis^ 
lor^iuo iH* seijliini'nl d'huiiiirur oul disjinru, k»i\sqii<* Irs grands 
CDn;nl mis lour gloirp a plaire aiix favorites ot J\ obunir im 
regard du priiirf, I'f^iai tooiba duns la poussiore. et U sorait 
iP' " ' T nn*nl (Irvrnii hi jii'oie dn dt*s]K)lisni<', si unonouvrlk' 
Imi lie, lupinion, n'rtail appiiru*', odroyuni vi soulrnant 

» Id fais Iv. prince elonnr, el la uionarchie diancebnle, 

Jl ixy a pasde niaxime plus <;en('ralemenl admise par tons 
Ji*s pnhlici.$U*H que celleSHi : sans verLu, poinlde liberie. Elie 
cut d'aillcursfaeile a demoutrer. Qu'esl-ce qu'mi pays libi-e ? 
I#09l un pays on beaucoup do elioses sont permises qui ne le 
soul pas ailleurs : par exeniple, eerir<\ pai'ler, s(» reunirj aller 
H VPttir, ele. M«'tte/. ees liberies eiilre les mains dun piMiple 
ciMTDoipii, Jl en UHcra tt<'H*essaii-eiiM'nl nial : les eitoyens se nui- 
roni lesi unji aux anires, el se rt^ndront la lifn^rle insiippnr- 
k;leginil du plaisir aiindlira les eourag'es; les divisions 
•ri<*Mn*s aniorrironi resi>ril puldie ; les phis eorionipiis, 
poiir jouir plus sikemmit, vi^ndronl ifilat soil a un conque- 
nml, mix a un inailre. Celte nHuliilion ineviiahlr a ele peinle 
|iar I'hiUiu avee une force de couJeiirs el une ener^ie de senli- 
iiBi*fii que Ton nepeu! irop artmirer. An resle, je ne veux pas 
cHre qu'il y ail une n-lalion eonslanle i'nivv lu verlii el la liber- 
ie : car il cniru trop d'eli'nu*nus divers dans les etioscs politi- 
f|ttP!i poor elablir tine pareille loi ; mals ee que Ion pent allir- 
n^r, d'aipres lautoriu'^ de lous les publicisles, el d'apres I'ex- 
pMonci* de rbi.'*loire» e'l-sl (|ue la r'nrruplion enlraine t<H oil 
tanl la §ernlude, el que Ui scnitiidc enmune a son tour la 
eomipiioii. 

On dira peuHHre qn<^ nous relomhonH ilans la chiniere plalo- 
i>ii|yfi, ti que la coumiiienee de ees principes, c'esl tjue llitat 
duit rlablir el faire n^guer la verlu. Mais celie con-M-quence 
n'efti psiA nwressaiiv : la ti*rtu est lauivre librc dc la volonte 
dr- -■ ' ti^i; elle a son siege dims le ca*nr; c'esl elle qui fail 
II <'&t |»as IKlat qui la creee. Sansdciiiie I Kial penlagir 

mr la muraliti* des citoyeus; eu clablissanL 1 ordrc, I'union et 



LXXXnn OTBOtlLTTIO!! DB LA PRBVEIUiE ^ITIQ^ 

la paix, il rend \rs homines pfns aples a accomplir Ic^ttrs 
devoirs; s'il est bien rimstittie, li*^ faculiB» moraU^^ U'Otivcnt 
plus aiaemeat a se developper sous son ombre : euliii i) pcui 
m^me inlerventr plus direclemenl encore par redoratioa. 
Ifaus il n impost^" pas la vertu par la loi : il no forn^ pas h*^ 
olO}4*ns a rtre geni'retix, bons, Itberaux, loin|»eninis. II pro- 
tege le droit de ehaeun ; mais il ne peut alter plus loin sans 
despotisme. C'est aiix riluy**ns eux-mrnw^s qui* rt*vit*nl loldi- 
galinn de se rendix; di^ncs dVlre ciloyens, el d'assiirer par Ics 
nxriirs 1 emptn* dcs lois. Cest ain^ que la |Kilitti|ue «inppose 
la momie sans se eonfondre avec elle. 

[I, le dis, en outre, que la politique sn[>pos4' la moral 
theori^pienienL Essavez, eii 4'iret, siinsauruii prittcipetMUpruiilO 
a lu morale, sans aucune notion du juste ou de I'iujusie, flas- 
S4'oir une theoHe politique. Vous voila, Siins eriteriuiu, enire 
milie SYslruies opposes. Les uns vnus pnqiosent le droii di>in» 
les aulres le droit i>aleniel; eeu\-ei ledmildu pins fort^eeux- 
la le contrat lirimitif, ele. Les iins sout pour la nionareliie 
absidue, li*s aulrrs pour rarislocralie, daulres pour la demiH 
cratie pure, d aulres 4*u(0ie pour les gouvernenu^nls mehuige^. 
Pour ceux-ci, la tin de lElat, c\*si la grandeur du prinee, 
pour d'aulit-s ir bonheur iles sujets; pour les uns la poix, 
pour k'S aulres la liberie; pour les uns i'independanee, pour 
les autres la domination, Ouumenl ehoisir entre ces prlncipes^ 
CCS formes 1 1 ees tins divei-ses? Gierrhez-vous historiquement' 
par oil r£tat a eommeiire? Mais line telle reehcrehe est impos- 
sible; pari out vous irouvez TEiat loiil forme, sans jamais 
asftister ix sa roruiudon. Dailleurs, eelte origine liisloriqne, la 
eonnirssiez-vous, ne vous apprendrail Hen. De ec que Tfetal 
aurail eommenee d'une eerlaine faeon, il ne sensui^i-atl pas 
que ee fiU la son prinel|>e le}*:iiin]e. Suppose*/ que VtAai soil 
ne de la force, est-ee nne raison p<Hir dire que la foire est le. 
priuripe du droit civil et politique? S "il a commence piu* la 
raiuille (cc i\n\ est vraiseinblable), ;illiruier"a-l-on, conime le ehe- 
valier FiUuer, que le pouvoir {H»iiU(|tie a sou principe dans Ic 




RiPPOnTS I»E LA II4)HM.F Et T>l'* f.A rOUTlQtE lAXXlX 



pootTtirpaternf*!, o( quoIrspniK'pscfaujrumriHii sont leshm- 
^ktr% l<*i|iiinH*s <rA*l;iiti i»i ilr Not* 1 Ainsi, niillo liimirn' siir 1 ori- 
gnu* tustoriqur cK* 1 Elul, <*l ei'ltr otij^ims tVil-rllr fniinyr, sur 
le vrsti priiripe tie loitirc po!iiii]m\ Voiis voilu rrduit a aflir- 
iti<»r (fu«' If I fvM a iMi pour origim* la violenri*, UA aiitrt' If fon- 
Uat iibi'<Ml<»s dioycus, k'l lucoinpuMp, kniii achat, tanlAi IVIeo 
lifMi, luiiti^l 111 Kacro tvligirux, la duoatioti, Fusiii paiion, etc;"; 
que eerlains p4'nph'S soiit iirs pour la j^ut^Tr, H'aiiin*8 pour la 
OttJtittr, rtHix-fl pi>ur roDqm^rir, n^ux-la pour 4''iro conqiiis. h% 
mn p(Hir U* (;onirii('rc<\ Ics aiiNvs \nn\r \es nvXs,^ los iiivs pour 111 
¥€mi, lesaulivs puurlr plaijtir: <1*' loiis rrs tails vouscoiirlurc^ 
>fi r:iiH4ui dr tvWv origins, oil dr Ifllr a|>titudi' parlifidii'-re^ 
pciifdr doil *'lrt? g*Kivi'rr;<» d'linfr' crriainc larou, lei aiilre, 
il'mip auu^; iH que Ifs lormes dr g'ouv^riieiiM'nl in* sorii que 
ntoy^'niic'S variahlfs oi relathTs fnUe uno origins ei mit^ 
4!gaii«iiii*rU rplalivt'ji ; ♦♦n un uinl, toiis nv voiis t'lfViTo/. |»a8 
iJ'iiru' |jiililiquc cntJ<Ti»nirut ('iii|)iriqu(\ 
K dini-l-on, la |>oliiiqiio pj-ut-rllf ^tre autro chose 
l^tli* wtrore enqiiritpir qiiT, nhsrrvaiil \vs falls, f'rsl-a-dire 
Ir ourttef^re drjt iMHipli^s, h-iirs uuriirH, leiir urtgim*, IcMir 
dumi, miiiitrf \€*a vuriaiions que Wh Umm's i^Kiiilique^ (loivrnt 
tiaibir en nii.sou tic <vg donni'f^ divrrsrs? La irntniivo do 
dl^efiQTrir un pnnripo ai>>irdu, dan* «*«'s riialim's, iVrsl-oUe pas 
cbian'fc? !^ diversity H la vainte des systenu's que cene 
a »uscU«« 1*11 son! uno [jreiivi' I'riaianio, >'iil potiple 
Be retsiemlile :i un autn* pi^uplr, nullr opoqui' a inir aulr(! 
cpoqac : loui doil done Tdie vanablc vi rtlatil danshsinslilu- 
tioDft H dans le« lois. Voyo/ quels mau\ a produlls cette 
sbiin^rr il'itti*' vr»ril(^ nhHoliir rn |»o)iiiqiir. Li*s [irnpirs oiil 
mblk* Icur* truditiuns, ils sc soul luis a la (Hmrsuitr d iiiip 
wms^tt parfaitf*: iU onl vouUi rcfiiirv fi priori Icursinstituiions 
aiirr*^ iwidi'kMmagiiiairi* ; i% rornrae U*s rhospg nt* sc pliinl 
pas a lou<i Ir H de Imia^ination dis lii»mnif"i. irrili'%clc 

nKiMiiii • riduiv iU scHoiif iMuptM-irsa Innics los \>>- 

I, Ft ileimU ce temps la nuciett* ilotic au hasard, tutns trou- 



XC 15TR01V11CTI0S DE LA PREMlilRE fePlTIOR 

vcr h jeler Tunrre sur ain'Jiii rivagt\ Enfin, coiisideiTz la science 
eUe-nu^iiii;, Qiii'Ls soni \m phis grands jiuhlicisles dii inond*'? 
Sont-ce les tlnkjrieifns^ Ics rcvours, Ics logici<?i>s? Esl-ce 
Plaloii^ est-cft Hoiisseiiu? Nan, ce sonl les obsL*n';iieurs il U?s 
empiriqiirs, c>sl Aristole dans raiiljijuilf's el Montesquieu 
diez Ics niodfrni'S. Or, I'lm et raiitrt* ii'orU fait qu"tiludit»r iH 
^eneraliser les fails. lis ont precede en polilicjue, corame en 
htstoiiv rialnn'lle, par ro!>seiTalion, I'analyse et UnduclioD. 
Aussi leurs livres sonl-ils les seuJs iiislruelirs : les aulres 
fati|fuent el troubleul respril sans reelairer. 

On peul rcpondre a ton les ees objections : Texperience 031 
sans doHle iin** des ronditimis indis])(Misables de la seieiK^e 
polilitjin! ; line politique exeliisiveiiienl n priori est insiifli- 
sanle vi iiieomplele ; siVt'On, sans erainle de se ironiper, 
quel est le niienx el quel est le vrai en politique, tl y aurait 
encore a eoosuller les apliiudes des penples» les nia'urs et 
les raoyens doni on pent disijoser |>our faire le bien. J'ac- 
corde aussi que ce qui paiait juste en soi peul (are injusle 
dans un eas donne, el dans di*s cireonslanees que riiomme 
d fiial est ehai'ge d appreeiei*; que, d'ailleui-s, to ntes les formes 
politiques peuvenl avoir lenr utilite, el qni" pas une, m^tne Ins 
moins |tarf:»iies, ne doil t^lre rejeU^e, si elle esl pins capable 
qu une auirr d 'assurer une eerlame forme de jnsliee dans un 
£lal. En eonsequtiuec, je suis plein d'adniiration pour la Pali- 
tiQite d'Aristole el pour Yf-'sprit des fois^ qui nous font si bien 
connailre el eonipreudre les fails innombrables cl divers de 
Tordrc politique selon les temps, les lieux el les nations. En 
un mol, on peul faire la pari aussi gninde (jue Ton voudm a 
la politique empiriqne. Mais je main liens qu*il y a (pielqne 
cbose de juste en soi; que ce n'esL ai uue eliimere, ni un 
crime de le eherehtT, soit dans la science, soil dans Ttltat; que 
FElal n*esi pas nn simple meeanisoie, compost^ dc^ rtTtains 
ressorts, pour prodiiire rerluins ellets; qu 11 se conqKise de 
persottnes morales aver lesipielles on ne pent pas jouer capri- 
cieusemenlf commcavec les touches d'un instrument; qu'U esl 



4 

i 



R AI'POllTS DE LA IIORJIUS ET BE LA POLITIQUE XCl 

Itil-mAme uiie (RM-sonne morale, ayant imc fm morale, des de- 
vnirsei dps drolls, el quo, s'il lui os! por-mis cratlcindre rolle 
daMtntT thy div«^rs<*s inani^'Tos, it mi lui est jamais |iermis de 
V^MIk^^ rajoiilei-ai que les elTorls qifont fails les p^'wp'^'s 
liTTiM fK)iiP amelioivr Ipor eial el poiir inlrodiiin^ line fjlus 

mde justire daus liMirs lois, line plus ^rand<^ liberie dans 
leurs inslltutioris, une plus graiide rgaliit* dans leiirs mu'urs, ne 
ttN^rileni que radmirattoa el rencouragemenl, que!qu(* ropj o- 
traiion qu«' nu'erlenl d'ailleurs les lexers qui onl pu aceompagner 
de \v\U*s i'nlieprises. tjiiaiU an drsnidji- tpron pii'U ml rtre le 
i^5(ultttt de eette noble ambition, je nVn suis pas irop frappe : 
'JHet on ne voii pas que !a soeietr* du nun en age fill plus 
Hxfiiiple de violences, de guerres eiviles^ de si'-dilions que les 
M>fieU^» nioderni'ts. J1rai justpia diie que la sorjeir me paratt 
pfm wdidi'tnenr i*onst!tut'*p t|n olle ne Fa jamais (He, que les 
Inlih^s vi U's droits les plus necessaires n'ont jajiiais ete 
Rit^ux garantis. Eulin, quant a Targumenl lire des publicistes, 
je in'en lfi*nR aux exeniples m^mes quel'on ni'oppose. Aristole 
e^i Itiqnf* r*nti<'n'nH'nt eutpiricpK* : cela esi vrai. Aiissi 

1 1 .. j;. at* I'rselavage. Lommt* IVselavageeiailunfailuuiver- 
•el de HAn tentps, il D*a pns eu la moindre peusi'e que ce fail 
|iAt Mrr nmlraire an droil el h la jusliee, el It a ehrrrlu' a en 
dotmer la ralson. Qirani a Montt'squion, j'a4*rc>rdrrai qur son 
IpMif 4*sl surioul rohservaliou v\ 1 inietlij^'eure drs fails; 
otiiiit il fandrail Tavoir bien mal In el bicn mal eompris, pour 
Croire que eei advrtsaire 4^loquent el f^niu de I'i^selavaj^e, de 
ti Ulfture« de 1 mtoleraiK'e, d<* la barbarie dans les p^'ines^ du 
dfeqioikiiie, Gel ami paftHionne de la liberie politirpie, n'a pas 
m 3iti5si son idV'al dans la raisou ei dans le eceur. 

Au foiid d<f loulp fiolitiqiu* vrair ct I'lcvee, il v a done une 
Mill' morale, iMais quelle i*st eetle idee? ¥A eonuneul ilisiin- 
gmrons-noQ^ la vraicr puliliijue de la politique fausse? 

On ' deu\ gnuides doitriiies «'ti fiolilique : la 

poKti*!' iitisfr el la politique lihvrah. J up|«'lle [wdi- 

tlifne absoi lie qui ne recODiiall d lindividu d'autres 



XCII INTRODUCTION I>E LA PREMtllRE feDntt>N 

droils que reux quo lt> poiivoir civil lui t'onfi*re et lai (?Otisiitti^ 
par sa vnloni*i, Lf" principe de ctlle polilique est rel aviome 
joriditpic : Qidff*nfid primipi phntit, legis habet vigorem : 
c'fst le principe dii han plaisir. QnA que soil d'aitleurs Ic 
priiico (roi, noblo on |>lt'be), tlos que sa volonte seulo fhit la 
loi, coiifoiv le <lroil, eiablil k* juste ou rinjtisle, l*£tat 4^st 
despotique, Lv iltspotistne peut elre dans les lois ou dans l«^ 
actes : s'il est dans les actes, e'esl le pcmvoir arbitraire; s'i! 
n'esl que dans les lois, cesl puronient el sinqilemem k 
pouvoir fthsolii, 

J'appelle poliliqiie liberale celle qui I'econnail a Tindividu 
des droits naliiiels, independanls en soi du pouvoir de !'6lat, 
el que eehii-ri protege el g:aranlil, nniis qull ne loude (tas, ei 
qu'il peul encore moins muliler et supprimer. 

C'est line crreur comuiune a presque tous les publieisles 
anciens el modernes, d'allrlbuer a Tfilat un pouvoir abstdu. 
La seule dill'erence esl que les uns soutienneiil le pouvoir 
absolu d'un uionai-qins les aolres, le pouvoir absoki du people, 
Mais, seloii la juste obsei'vution de MonlesqtiieUt il ne laul pas 
I'onroiidri' la liburte du jjeuple aver le ptuivoir du peuple : el 
Flobbes dil aiissi avee raisou que, dans lei gouverneiueni, fa 
repiibliqiie esl libre, et le eitoyeu ne Vest pas. U ne serl done 
de ricn d etubHr la superiorile de lelte forme de I'Elal sui* telle 
autre, si Ton ne eomoieiice par garantii" eonire le despoli^rae 
de rfitai, sous quelque forme qu'il s'exerce, la liberie naturelle 
i\vs individus : d ou il iie faiit pas eonclure, rependant, que les 
formes poliliqiies suientlndiU'erenles, el que les gouvemements 
sans garanlies vulent autant que les gouvememenls libres, 
poui'vu (pi'ils n'attentent pas aux droits des sujels; Ciir» en 
fail, lout |3[ouvcrneuieni ii*]'esponsiible enlreprend loujours 
pbis ou moins sur les droils naturels des eitoyens; et, en 
sertmd lieu, on pent se demander si re n'esl pas un droil 
nattirel du peuple (le se gouverner soi-iu^me. Mais, ee qu'il 
faiil efablir toot d'abord, rest quuvanl toule t'onue politique 
el toule garanlie d<; rfital, il y a une liberie primitive, inlierenle 



< 




RAJ»1»0flTS nE LA MORALE ET OF, LA POLTTIQUK XCTO 

S \sL nature de 1'homiiK% im droll que ta lui ifa pas I'ait, une 
juMicii* qui nc d<*rive pai> lic la valonii' ties lioiiiiiirs. »S'i7 /jro 
mtione volunlas, voila la vraie forniulo du desfjoiisme. 

Si la [ih'iiiii'n* ('undilioii dt* louii' |Hjlitifjiii' lilu^rah' est de 
tvt'onnaitre certains droits ('(inln" Irsfjiii'ls TElat iie pout rioii 
urns injustice ct sans despotismo, j'ose diiT ((nil ify a pas 
4*acte plus grand dans Ihisloiro que la solrnurtlr dcclaralion 
droits par laqucllc rAsscmblep conslitnanlc a inau^nrt' la 
uitition. On a couiestc lutiHic'' poliliquc ot ropfKiriunitr- 
dtt cci aclr etHcbre, el Ton a pu donner Jhans ce sens d'assc/ 
boimc^ i*atsons (\). Mais si la valnir politiqur dc ret arte est 
mijeiU* ^ ronlcstalion* s;i valeui" morali' est eonsidi'-r-alde. II y 
aeoun jour dans I'liisioire, oii la raisoii huiiiaine, s'attrait- 
elil^sant de touli^s le^s (X>nventions tiotiiiques et de tontes Ics 
^erriuides iradivionneltcs, a dZ-elan* rpie riiomme avail nne 
fileiir propre el inalienable, qn'on lie ponvait l*jiidier ni a sa 
pcmofuic^, nj u si*n biens, ni h sa eonseienee, ni a sa pensce; 
elle a deebn* Thomme saere [mnr riioniiiiej selon la j^raiide 
eipri^MOn de Seneque, hojno r**s sacra ho mini. Ce jonr ne. 
s^otibUem jamais, el il a pose unc barriere iiirraneliissable a 
loiii dcspoUiime. 

(iTiaines iwrsonnes n'atlmeltent pas la doelrine de IVimrii- 
|iu|€nce de rKt;U et ne veuleni pas entendre parler de droits 
naUindH. 11 faui ce^»endant eboisir : ou 1 1'^tat pent tout, ou il 
HP peul pas loul; si! fM'ut toul, voila le (k'spoiisnn', qrit 
(irendra Udle on telU* foiine selou Je temps, taiilui niunar- 
tiiiqiie^ taut^t demiHiraiiqne, niais anssi legiliine souji nne 
§Qrmeqne mm une autre, puisciu'K n y a point de droit. Mais 
ill ne p^'Ut pas lout, it fant bien (pi if y ail quelqne chose en 
dehors de lui : ee quelqne elioR' est re qo'cMi appi'llr le droit; 
el awiune il ne deriv*^ pas de la loi^ je lappelle le droit nalu- 
Ji'y a point* diles-votis, de droits tialiinds, nmis des 
traditionnds. Qu'entendez-vous par la/ Kli quoi! si jna 

(1) V4Hf atir celle quetitiou rtnliHxluctioQ pr^c^dente, que nans 



ICIY I!mtODl-CT10!S DE LA PREXltJlE ^DIIIOS 

vie, mes bit'os. nion travaiL ma conscience m appartiemieiit, 
ce n'cst pas {Kirce que je suis homme. cost alors parce que 
telle chiiile, a it-He efnique. dans telle commune, a garanti a 
mes ancetres la |>ossession de ces choses, ou bien parce que 
Tusage et la coutume les a proteges? Quoi, si cettecharte n eut 
pas existe, si ci*tte coutume neut rien fait de ce que yous 
dites. je ne serais pas assure de m'appailenir a moi-m^me! Je 
DC puis rien p<isseder a titre de droit, mais seulement a titre 
de franchise et do privilege! 11 serait ik desircr que ceux qui 
regrettent ce qu'ils appi'lh'Ut les libei-tes du moyen age fussent 
mis quelque temps au regime de ces libeiles. On ne conleste 
point d'ailleurs la valeur de certains droits iraditionnels, ci 
il est vrai de dire que la tradition n'a pas nss<'z de place dans 
notre jiays. Mais que laites-vous de ceux qui nont pas de tra- 
dition? Et quelles sont les trailiti«>ns de ceux qid descendent 
des serfs et des manants du niuyen age? 

On objectc que rien nest moins detini que ce qu on appcUe 
les droits naturels, et t|u'on ne sentrndi-a jamais pour former 
un programme de drnits. sur leipiel t< »us soient d'accord. Mais 
est-il plus facile de detiniretde circonscrirt* les devoirs que les 
droits? Sans doute, les devoirs fuiulaiiii'nlaux sont evidents et 
certains; mais (|uand il sag it de iixcr la limite des devoirs, de 
les subordoimer les uiis aux auli-es. dVu juger les conflits, la 
tache est des plus di-lirates. Iguorez-vous qu'il existe une 
scieu<'e appelee la casuist i(}ue, (fui a puur objet d appliquer a 
tous les cas parliruliers les principes incontestables de la 
morale? Cirtte science est-elle facile? Que de problemes epi- 
neux, delicats et obscursi £n cuncJut-on qu'il n'y ait point de 
devoirs? Non, mais qu'ils ne sont pas toujours faciles a con* 
naitre. II en <>st de meme du droit. Les principes sont certains, 
les applications tres delirales. Kn toutes choses, la limilc est 
ce (|u'il y a de plus dinitile a determiner. Qui lixera la limite 
exacte entre la raison et la folic, I'erreur et le crime, la fatalile 
et la liberie, la probabilile et la certitude? 11 y a ceilains 
esprils (jui n ont de curiusile (fue puur les questions de limite. 



RAPKmTft tVE LA MOR NLE KT l>F. LA ^DLTTfQrE XCT 

lU riHflil irwnbUW* aux [unnia Ion plus obsouisilosinn^siians, el, 
si ne oe U*^ sialisfaii pus. Us st' joltenl dans le scejniclsme. 
C*4««l li\ dm* fuu}4Ai^ iiH'lhoclc. II faul eomnu'ncer jvar la daru*., 
et w ft*avatit*or que pas a pas et aver prwantioii per obfirttra 
imwum. yit\wrviii*e^ Ip pluj* ij^rmranl dos hommos, tn ji^ Uii 
clfQimade s'il iniuvi'mil jii.si<* tjuc, sans avoir rtiminis auruii 
rrime H aueun delil, il fi\l prive dt^ sa liberie, el ^^nfemie a la 
Iteitlilli'; que, pour avoii- dit un mot inul ruUTjjris, il fiU jrle 
kis caeliols de Veuise el serreleinrnt siippriine; tjue, 
atolr d<*plii au comile do wdul publtr, il ful envoye ^ 
IWhttfiaiid : kI, di^-je, un i^areil Iraih'nient Itii paraissait 
jtiMi% je me ivense» el je ii*ai Hen ilit. Mais si la pfiisei* seuh* 
IVn n»volti% il y a done tin drnit naturel. n eutil jamais 
He d«ttifmtr«9 par atieun piihlieisti\ ni inscrit daus aueutiR 
cOik$tJiluiioa. 

Soil, dironi poutn^ire q«elqH<'S'inis, nous aerordonn que 
h^ droit imturH t^M \e fondefuetit de e^ que vous appi3k>/ tin«% 
pnlithfiie liberale. Mah ipii nons prouve que celte politique 
1^ la vmiv? Sorlons des absiraeiions* Ia* but de la pulitiqua 
4f«t de rciidn' les b<tmrni*s heureux. Or, l<* bonbeur esl iaipos- 
fiblp ^n^ la jifw^irile; el pour eiablir la sminle, Ic pomnir 
!!•♦ SHindt ^»ire irop nbsobj. iW que %ou^ reU*anrbe/au [lonvnir 
pt^r one ddianee ridteub\ vous I enleve/.au bonbeur den sujel'i. 
poimitr le pttis ex Inline nc |m*ui pas fairo plus de mal aiix 

l.«i qu'iU He »*en font k eux-raAmes par une liberie mat 
li^. » 

le repondfl h ccUe objeelion : Qu>nleiidejt*vous par Hecitril^i' 
tiaon lasAurancc de jouir en pajx de tous les bieriJi qui 
coil«leifK*nt il ina nalure? Or, quels sonl ees biens, sirrnn les 
drallft SlAines tkanii leMpjeU je ne ivuiH rien? t.a vie est un de 
oe» bdiM, maifk ee n'esi pan Ic u*u\. Mon tnivail, uia eon- 
ma pensei* «orrt aussi pour moi den birnn pi'eeieux el 

la gamntii* des^pirU je ne puis vivre en (iai\. UtJ I'lili'iKb'/.- 
mcofi* par bonbeur? Je su[>posc que les esetaves de 
*AbM(|qi! (iu Sud soient, comme le preu;udeut letirs mat- 



XCVI I^TR0DLf:TI05 KE LA PREHIERE £D1TI03( 

tres (1), purfaitemcnt heun'ux. cVst-ii-iliiv bien nourris, bien 
traitrs, rarement baUus. el mcme. si I'on veul, tres gailes; je 
los suppose beaucoup plus hcureux qui* les ouvriers europeens, 
ne s<^ (loutant pas d'ailleursque la mist're deleurelat, etenfin, 
ce f|ui parait d<*cisira quel(|ues esprits, refusant la liberie quand 
on la leur offre. £st-ce la le bouheur que TEtat est charge de 
nous procunrr 1 Je demande au plus misi'rable des ouvriers s'il 
voudniit eclianger sa dure et soucieuse condition, pleine d'apres 
toui'mcnts, d'ameres Inquietudes, do labeurs sans relache, mais 
soulenue ct relevee par le sentiment fier el viril de la respon- 
sabilite, contre la plus douce et la plus splendide servilile : je 
ne crois point quil acceple, sil est honune; el acceptat-il, on 
p4rut afTirmer quil s avilirail. 11 y a done deux sorles de bon- 
hcur et le bonheur senile, a peine different du bonlieur 
animal, nest point celui pour lequel I'homme est ne : ou plu- 
lot, I'homme n est point ne pour le bonheur; il esl ne pour 
devclopper librement toutes les puissances de son Ame, sans 
nuire a ses semblables, dut-il soufTrir en s'amelioranl; eir£tat 
n'a pas d autre fonction que de protcger ct de seconder ce 
libro devcloppement des facultes humaines, qui fail de rhomme 
un veritable homme au lieu du rival des animaux. 

I'n publiciste tivs liberal, M. Destutl de Tracy, dans son 
commentaire sur Montesquieu, cherche a detcrmliier la 
signification du mot liberie ; <^t, egare pur la mediocre philoso- 
phic de (xmdillac, ne trouvc pas d autiv deflnition de la liberie 
que <*elle-ci : c La liberie, c'esl le bonheur. > Scion lui, un 
homme libre est cclui (lui fail ce quilui plait, et qui est content 
de fuire une chose. I'n pcuple libre est done un peuple qui esl 
heureux comme il est, fiU-il prive de tout ce que nous consi- 
derons comme (^ssentiel a la hberte. Comme il y a mille 
manieres d'enlendre h^ bonheur, il y en a mille d*enlendrc la 
liberir'. Chacun prcnd son plaisir oil il le Irouve, el je serais 
Ires esclavc, si vous vouliez me rcndre libre a voire maniere 

(1) Ccci a et(5 (Jr-rit avant ]a dcrnioro guerre d'Amdrique. 



RiPPCmTS DE LA UCm.iLE ET DE LA POLITIQLK Xcvil 

noo |Hii a lii iiu<*iiiK*. Mais, it i*n t?tFni|fk% im fivtlavt' (ivs 
friiiili*fil de sou son ^n\ii uu liumino libn*. liic I'lMumc, vn 
OridBl, v^t |K*ut-i>trt^ bc^iiniup (ilits lif^uroiisi^ vi caiiti'iite flans 
■0 Aeraii. qtw rII \m fuUait {^'n^m>r hii vie flu travail ilt! si^s 
ftiaui^i, lH>voiis-noi»H <liiv «|ir»'lli' fsl Iibn»? J':ivrKi<» (|ti'il fuut 
l«*nir coriiptc ile ro|»iiitui) dcs iMMitiih^s, qimml on vtnit Jos 
rrudrc lihit»ft; el jr ue sais si on loiulrail servirc anx cJiieiuis 
«i aii\ Turcs en Icur anM»r«huit roiilrs Irs liltrrU's riri'n|yi''rnnt's : 
tis la ii'e^it pas hi qocslioit. II saj^il tli* savoii* si le pluisir i\v 
I i^til Miflil i\ cotislitiKT fa liherlt's si uri vhmu ioiik'nl in 
ler fU^ porUT ?m rliaims eni |»ar la in^iiU' mi chirii libro, Qiiaijl 
ik d<*dfJcr h1I serail jiisto, par trsprrt [nnir la libf ili3 ilii clik^u, 
lUHiii liirr »a rinijih'rt fk-t r<mvt>y('i iiiourir dr I'aitTi thw% Ics 
Imiis^ r'rnt ujie lout aulri! r|u«^stioii. 

<i 11 y II (ioiir th's liJitMlt's iinliin>l1<*s iiifli'^iintdatHi'^ di* la lr)i 
«ivtli% luais ifui n*i*oDnui's ct garuiilics (larmtr loi^ di'viniiiful 
|6S librrtt^ cJvilcM ; cL hi |M>lilii]m* lib«^nile esi rdle f|iii niaiii- 
liciil eirtilrv loulp atU'tiite vvs lilMMh's i'sw:iilirllrs; or, vvlU' 
pnlitif|ii4* pfit lu \Taie; car, siMilc, v\k' a r^Mid a la fliffmlt'' di' 
I liunmHs i]iit v%i U' vnii iirinritM* di* srm linnhriir. 

Main il CHl facile dr voir qiM' criir i>(.liiiqnf jn" pent \yi\fisv 
M^parrr d(* la incii*alt>. (lar r'cst la nioralr qui nous :q»[in'nd 
qui! niommr nest pas uue cmiturc scnsibh', iiri* pour joyir 
01 pool' !ialisrairc! ^s prTicltarit.H, nm% mw fTtnilittv raiHonnabh*, 
iiet^ |Mmr ftfTomplir librrnipnl iiiir dcsliiicr morab'; (pu* relic 
tlmlittei- lui est inipoHro par utiv loi qui ronim:iiidr iit)|imruHe- 
Bli^s;m^rotitniiiidrenrn*M>;ainMiH*nl,('lqui saitpidlc Ic^/rrofV; 
qiir ce%X le soiiiiineiit d'lHni Koiiniis a mw loi si liaiilt* qui r-cnd 
H' riabli* a kch |inq»n's V'uv, «*l Ic smliuiciil. d'^ 

p> ; In n*mplii d«' niijuis pour lui luOuic; «pu' colli' 

lDi«CB ii1iii|>ofiaiil a sou librr^ arbitiv, esl pn''dHi*(iirut cv 
ifdi fait ih* Itii iiiir fn*rsontit\ laiidis quo eo qui n'oboil (pi'auv 
lotA bfuli'Ai rl avi'Uf;]4'*i do l:i nafiiro, o.nt iiiu* rhnse; qti (*ii laiil 
quo |M*rMMiiu' iut)rak% il ost ou doit iHro, pour lout liouuuo, 
III! c»Uji*l d(! r&Hpevli quo luil, |Kir oousotjitoiit, lu* prul !^ 
JjUiCT. — Science politique. I- — ;/ 



XCVIII L>'TROI»L CTIO.N I»K LA PREMIERE EDITION. 

scrvir dc lui comiiie d*un moyen, c'esl-a-dire comme dune 
chose pour satisfaire ses penchants ; que c est enOn dans celtc 
personnalite inalienable qu'est le fondement du droit. 

Si, comme Ic dit Bossuet, il n'y a pas de droit contra Ic droit, 
s'il y a uue etemelle justice anterieure a I'£tat, quel que soit 
le principe que Ton admette a I'origine de la societe politique, 
quel que soit le souverain auquel on dm^mc le droit de dis- 
poser des homm<>s, il faut reconnailre d'abord une premiere 
souverain<»te, infaillible, inviolable, de droit divin : c'esl ce 
que M. Hoyer-Collai*d ap|K'lait la souverainete dc la raison. 
Gette souverainete s'impose aux republiqucs comme aux 
monarchies, aux princes, aux uobles, aux boui^cois, aux 
plebeiens; elle domine tons les syslemes politiques; die est la 
loi que Pindare appelait « la reine des mortels et des inmior- 
lels ». 

Mais si la politiciue liberale admet comme premier principe 
la souverainete de la justice el de la raison, si elle ne place 
pas tout d abord la liber te et le droit dans une forme politique 
particuliere, (»st-c(; a dire toulefois qu'elle soit indifferentc 
entn? les formes d<; j^ouvernements, et (jue satisfaitc d^avoir 
sauve speculativcmf^nt les droits naUnvls de Thommc, elle les 
livre sans marantic a la volonte sans limites ct sans frein des 
pouvoirs humains:!' N(m, sans doute. Tne politique aussi bardie 
dans s<^s pi'inci[)<.'s, aussi complaisante dans ses applications, 
se montn^rail en c(;la bien pen clairvoyante et bien peu coura- 
^'<;use. Sans douU; rexperience nous a[>prend que les formes 
de j;ouvern(Mncnt doivent etre surtout jugees dans leur rapport 
avec le (raractei'e, \rs moeui's, les traditions, la civUisation du 
peuple pour l(M|uel (']h;s sont faites. II n'en est pas moins vrai 
(]uil y a, pour la poiitiqut; conmie pour la morale, un opti- 
ynum, dunt les peuph^s out le droit el le devoir de s'approcher, 
lors(|u'iIs le p(Miv«'nl ct (juils en sont dignes : ce meilleur, 
v'vul le ^'ouvcnienient dun peuple par lui-m6me, ou, i>our 
parhM' plus exacU^uKMit, rinlervention dim peuple dans son 
(,rouverneuient ; en uu mot, la liberie politique, sauvegarde de 



HA^KiII'Tj; nE \A yunwLE ET I>E I.\ l*niJTllirK XCIX 

Itnitf?^ U'S Hliorlis. La IiImtIi' pniiii<|ii(' vaut, sniis doulr, 
Irorami' k* raoycri k' pkis snr ot lo phis soli<l<; do fk'fomU'e le 
'ilnwi el k\«i porsomu's; iiuus tA\e vaut surtuui |>ar<'lk*-mt*nio : I'lle 

doime nn noblt* ex**frit'f airx furulles d«* I'esprit et aii\ laciiUi'^s 
'flf lame; elle forlilie l<*s cariict^iM^s, <k''ve(o|»fn'lVsiii'iliriniiia- 

Ijvr, k' M'litiiiH'nl dt* la n'S|»oiisakiI[h''; i^llr rsi dans mi pcirpk^ 
ipiVnl k* lihre arbilr** (fans liiidividii : iiii peupk*. iihn* (*st 
fllHe pei'sonne arriviu' a ra*;r dr ratsdii. Uuckpirs |n'rsoiiiies, nt» 
^icoyaiii <biis la kheiH* |)<ditif|ij(^ ipiuii iiKiyrii, eoiHrslcnl 
l4|i]Vlk* soil an kim moyen d asstiirr k» boidieiir des iH^u|)les^ 
imnvent rjue k- potivoi]' nhsohi est nioineur i>our )>roduiri' 
fro resHttat. Kilos in» voienl pas fpir lu lilHTlt* [mklicjiH' esl mi 
'Ni!0 en soi-niAme el qu'a ee tiiw clle rail jiarlH* dii iHinliciir 

il'iin peirid<% pour eeux-ia dii nmiiis qui font consisior \v bmi- 

tieur. nou dans de slerik'S jouissances, iiiais dans I'^'xtM-ruT dc 

'aieiinu* monde, el dans U* smliinriii dr sa fori-o, Qiiaiit a 

iufluriirc? sur Je bordiior niat<Tiel, rex|M*rk'iu'e et riiisloire 

fltiiUA n|»piTnnenl cpie k*s Ktals k's idus libres ont loujaiirs ete 

ie^ plus ricke'* el les plus puissanis; niais e/i*sl surtoul par 

141 s4ipenorile morale que la liberl*' |Mjliliq(ie rniiptirle sur 

Si noits re%enoiis a notre poiui (k* rlr[jai'L, nous dimns que 
|lr lien «*ntrt* bi poUlique et ta uiorale rsi I uk*e tin dn^l. 
/objet de b putilj(]ue nVsl pas de eoniraindre a la verlu, uiais 
|«lr prcili'ger le droit. Sans douie, TfiliU repose sur la vertii, 
'romine nous I'avunji dlt, mais la vi'rtu n'esl pas sun objel. 
C'wil aux eiliiyens a Hvv v<*rlyeu\ : i 'esl a TElal a elie juste. 
Po«r qw ki justice exisie doDH I'tlal, il faul que riudividu 
Vse de loute)( leK liberies anxquelles il a di'oit : c'esl la le 
dt* i'ttat; imuR pour ([ue 1 iisaj^c dv res liberies ne soil 
DUt^jk% il Taut que Tiudividu saeke eu user pour k!S 
et f>our I'Ktal : e'est la b* elevoir siri^'i dii eitoyeu. On 
niBUiienl k' droit el la veriu s'allien! jjour prodnire lordre 
i!t ki |kalv« riimmeul lu polititpie et la unn^dtr sc itisiiitguenl 
ic rfimliattre, t*t 8*iinissi*nt Siins se ni^ler. 



C !>TR0DrCTIO>" I>E LA PUEMlfcRE fiDFTlON 

On irmivfTa |i<'tit-«*'(n' f]iu' ("\'St irYjp ivslreindre Tartion de 
iVA'.il ifiio dp Ic ri'ditin' a nV'tiv 4iiu* I<^ protecloiir nvtm du 
ilroil H le ri'}4;ii!aieiir de la libcTh* : car r>sl Iiii 6\vv loci 
inoiivcmnU H loule iniiiaiiv**. Mais j'a<Tord<» i\w co n'i\si pas 
1:\ linilr la fonrtioii d(^ Pl^tal, (H qnll [UMit i*tn» oncoi\' coiisi- 
(liTf' (*nnii»ii' Iv matidaliiin' ties itihMvJs patiit'iiliiTs : c'rsl a re 
lilir (jiiil sc cliar^r divs «» rands iravaiix (iiiblics, di* linJiir^t- 
lion, (U's favours arrorders aiix arts *H aiix sciences, ele. ; 
c'«*sl a ce litre t|y'U a ele delini Tur^ane du pmfjres, el qa'il 
a si ^^raiidement si^i'vi la civilisalion chez les Itomains el en 
France. Mais d'ahord cc noiivoaii point do vue uesi pas, 
eomine le pret-eileiil, essenliel a lidee de TElat : car on voil 
des pcuijles oh riiiilialive des iiidividiiii mi des eoiporalions fail 
4'e i\[n* iioirs sonimes habilues a reclamer de raclion adnunis- 
tralive. Kii second lieii^ ce poiiir (h* vue tres digiK* d'iuieivi 
el (jiH tmiehe aux plus j^candi's questions, se rapporie pffilul a 
lectmomie jMilitiqiie qnh la morale : il sorlait done du sujet 
de eelle inlrodiielion. 

Tels sont les rat4>orls de lu politique el de la morale parmi 
les liommes le!s ((nils sont. Mats si, pourdislraireeieiiclmiHi*r 
noti-e imaginalion, nous dtHournons nos regards de la socielc 
reelle, pour l*».s reporter*, a la suite de Platon^ sur une soeiele 
parfaite el ideale, iiotis ven'ons la politi([ue se eoufondre el en 
(juelque surle s'evanonir dans la morale, hnaginezen efTelune 
politifpie j>arfait(% iin goiivernemenl jKirfail, des lois parfaites, 
vons suppose/, par la meme des lioinmes parfaits. Mais alors 
la jiolitique ne serait plus anlre eliose qiie le gouverneinenl 
lib-e de chaque lioinnie par soi-iueuie : en d'auU'es leroies, 
elle eesseraii dV-irc ¥a eepenftant, e'est la sa fin el sou idi-aL 
L olijet du ^'ouverneinrnt est di* preparei' insensiblenienl les 
lioiunic's a eel eiatparfaii tie soeiele, oil les lois elle gouviTne- 
menl lui-memf* deviendraient inuliles. 11 y a une cite ubsolue, 
dont les ciles fnunaines ne sont que des ombres, oil lout 
honime est parlailemenl libi-e, sans jamais suivre d'aulre loi 
que celle dv la raison; oil tons les hommes sont egaux, cest- 



RAPPORTS DE LA MORALE ET DE LA POLITIQUE CI 

ii-dire ont la meme perfection morale, la m6mc ralson, lu 
nie me liberie ; oii tons les hommes sont vraimenl freres, c'est- 
a-(iire unis par des sentiments d'amitie sans melange, vivanl 
dune vie commune, sans opposition d'intcrc^ls, et meme sans 
opposition de droits : car le droit suppose une sorte de jalousie 
reciproque, impossible dans un systeme oii une bienveillance 
sans bornes ne laisserait a aucun le loisir de penser a soi ; voila 
la Repuhlique de Plalon, la Cite de Dieu de saint Augustin. 
Mais une telle cite est un reve ici-bas : elle ne pent 6tre qu'en 
dehors des conditions de la vie actuelle. La politique ne doit pas 
s'enivrer d'un tel id(''al, autrement elle perdrait le sentiment des 
necessites rcelles. Mais elle ne doit point I'oublier, sous peine 
de marcher au hasard dans des contradictions sans fin. Le 
vrai politique est un philosophe comme le pensait Platon, mais 
un philosophe qui sait que le regno de la philosophic n'est 
j)as de ce monde, et qa'il faut savoir traiter avec les hommes 
lels qu'ils sont, afm de les conduire peu a peu a ce qu'ils 
doivent elre (1). 

(1) Sur les rapports dc la morale et de la politique, voir les Perils 
suivants. 



HISTOIRE DE LA SCIENCE POLITIQUE 



CHAPITRE PRELIMINAIRE 



L'ORIENT 

3 I. Morale et politique de l*1xd£. — 1° Le brahmanisme. Morale specu- 
lative : caractere contemplatif et mystique du genie indien. — Morale 
pratique et sociale : Bienveilhmce universelle , humanite , charite, 
humilite. Devoirs de famille. Doctrine de Tinegaiite. L'institution des 
castes. — Politique : la Theocralie. La classe des brahmanes et ses 
privileges. R6le de la royaute. Le chatiincnt. 

2" Le ibouddhisme. — Developpement des germes d'liumanite el de 
fraternite conlenus deja dans le brahmanisme. — Autres vertus : chas- 
tete, himiilite, piete, pardon des offenses, etc. — L'egalite religieuse.— 
Lutte contre Tinstitutitm des castes et contrc la theocratie. 

G 11. Morale et politique de la Chixe. — 1" Confucius. — Sa personne. 

— CaractiTe rationaliste de sa morale. — La loi morale. — Le parfait. 

— Stoicisme de Confucius. — Principe du juste milieu. — Humilite et 
charite. — La politique fondee sur la morale. — 2» Mencius. — Les 
deux sectes de Yang et de Me. — Reforme morale de Mencius. — Son 
principe moral : obeir a la meilleure parlie de soi-mcme. — Original 
siirtout en politique. — Hardiesse de Mencius envers les princes. — 
Liberalisme de Mencius. — Doctrines sociales. — La propriete et le 
travail. 

Toule la philosopliio. ouroixk'une a son origino on Grecc. 
Mais la Gr6cc elk^-momc a etc preccdee par rOrient. Sans 
oxamincr les diverscjs hypolheses qui ont fait derivcr la 
philosophic grecqiic do la philosophic oricntalc, ct qui ont 
raltaohe tant6t a la Jiidcc, lant6t a Tlndc, lantot a la Perse 
cl a I'Egyptc les systomes grccs, on pent bien croirc qu'il y a 
cm quelqucs communications, au moins latcntcs, par Ic moycn 
Janet. — Scicucc politique. !.— 1 



2 l'orient 

(le I'Asie Miiieure, enlrc Ics doux mondes. La Grfece, a n'en 
pas douler, licnt de rOrient sa langue, sa religion, ses arts, 
ses premieres coimaissanc(;s scientifiques : pourquoi n*cii 
aurait-elle pas aussi cmi)riinte queUjues idees philosophiqucs 
et morales ? En lout cas, le monde de rOrienl est asscz grand 
par lui-mem(^ pour meriter de fixer d'abord noti*e attention. 
Sans douto, pour en fain^ un tableau complel el vraimcnt 
fidcle, il nous faudrait iei une scicmec^ speciale que nous ne 
possedons pas ; mais, en nous bornant aux monuments les 
plus importants ct les ])lus accessibles a tons, nous aurons 
deja presenle une es(]uisse interessante el sufYisantc pour !e 
plan que nous nous sommes trace dans (!et ouvragc. 

Mais d'abord, y a-t-il uiu^ philosophie momle et politique 
en Orient ? On ne {)eut en douter au moins pour la Chine, qui 
possedc des moralistes et memo des publicistes philosophes, 
dignes peut-c^tre d'etre mis a cote des sages de Tancienne 
Grece. Quant aux autres peuples de I'Orient, la morale et 
la politique n(*. s'y separerent guere de la religion. L'Inde , 
(jui a eu des metaphysiciens independants , ne parait pas 
avoir eu d(^ moralistes et encore nioins de publicistes. II en 
est de menie, et a plus lbrt<^ raison , pour la Judee ct pour 
la Perse. Mais sous (^es Ibrnics religicuses, nous trouvons, 
particulierement dans Ilnde, tout un systeme de morale et de 
polilicpic tres remarquable, ct (jui scM-a Tiutroduction naturolle 
de ces etudes : car c'esl, selon (oute apparence, le plus ancicn 
que nous connaissions. La Chine devi*a egalement nous occuper, 
en raison de la singuliere n(;ttete et precision des doctrines 
qu'ellc propose; a notre elude. Nous ne dirons rien de la 
Perse, sur laquelle les documents font defaut. Quant a laJudce, 
rclude de I'Ancicu Testament se He si naturellement k celle 
du Nouveau , que nous avons cru devoir renvoyer Pun et 
I'autre a un chapilre sjx'cial (1). 

(1) Livr. II, c. I. 



L INDE ET LA CI11NR 



I L — Morale et politique choz les Hindous. 

IS rinde, avons-Tious di(, la moralt* vi la pf^lilifiue ne so 
'tit pas dc' la religion. Or la religiuri iiulit tinr se* pr*>si'nle 
h nous sous dpiix gnindt's Ibnncs, doiii rttnr irt'si i\uv U* 
k>pp«'ini*iTl 1*1 Ir iH'rfrfiitniiicmciil ile ruuli't' : Ir brahiiia- 
vl U' b()uddhismi\ Lr braliiTianisnir ii'i^sl jaiiiiiLs surti de 
lloduusUin: i1 .s*y i*st iniinnhilisr^t't il y t^sl ciirtH-r atrjnui'd'htii 
itoul-pui^sanl. Le bouiliHiistiits m dans la |n'iiiiisuk% vh a M 
de lr<>s bomir Iitniri'; iiiais t*n i'rvanrb<" il sv*%i n'|iari(ln 
lull!** VXsu: Ell paJt«>ant t\v Vun a laHlri*, imhk vrn'cms 
raccMiiiiplir I'unv dc8 nWoliiiitms tiiorales les |»liis iiiijjorUuUes 
rhUtoirr. Ksquissons d'abord b-s priiifipaux Irails dr la 
braJimauiqiK*. 
aviuns rnUrpns daiiH vri ouvra{,M' mif bisloin* di" la 
le spi»culalive i»l des priHcipes nKHaphysi(|«rs sur k'squels 
n^pu8C^ nous aurion.s a rxjioscr la doctrmi' pandiristr, ifiii 
CA II* ftmd ronimun dr loiiU* n^ligicm t*t dr Umiv [ibilosopliH^ 
dati» rimk% ain^ qiw Ic luy^iticismc plus on iiioins rxalir (|(ii 
en est la i*()nsi'^pk*nri.*. A n' tiirt*, b* imiriumriii b> (iliis iiiifmr* 
^lam (*l It* pluH iuHli'ucUf I'sV Iv IJaffbavad (.ila, lyii dcs (*brfs- 
H^cmtrc lilU*niiri**i el pbibiH^ijdiitfin's lU* lliidr (I): r'cst la 
^kit'0 &iil rliiditT lu pbilos^jpbii' mystifjui' dans loiitc sa gran- 
^lleyrHibti^ Uins swh rxrrn. .Nnlh- part \v nnslirismr n'a j<*l«i 
iTailsi pnibjudi!?^ rurint'H (jijc t]an>4 llndf.l'arhHil aillrifrs,riirnic 
Irs autresi nations de rOrient* vv n'csl f|n*uni* o3tf*cplion 
', ou un niflin4'iwi'fH *lr lux*'. M rfcj;y[it(% ni la Pbe- 



(I) l4 Ott !■ Itaghtmid-Giiii, cinsode du grand po^me mdien le 
IftkhAliArAla, A^ Iroduii on an^lah «ti 178r>, |>ar Wilkin:^, el d'an- 
gUMtM m rraa^Ats on 17K7 par I'aiib^ Purraud. lin 1813, (i. Schlcget 
«A A doiiii4 unn iraauoliou latiiiu liilorak*, avcc Ic tcxtc aanscrit. 
C«M# tnuiuclkiii tAtino a t>W3 publico dc auuvcau t.*n 1816, avcc dcji 
pa; I ' • i-^scu. M. Kmile Burnouf en a 

r^enun 'on (t&nt;Aii*c. Cet ouvra{?c e^t 

It M^^'uiifl uc^ ^uu^ rtcjj'H K'i.'uiiH to M. Couaiu dfttift itciti Uiitoire 



4 i/oiUExr 

nicio, 111 la Perse, iii la Judee, encoi'c^ inoins la (iliiue, ue sonl 
dcs nations mystiques. Dans Tlnde, au conlrain*, la eonlom- 
])lation, I'extase, labsorption dans la divinilc sont Ic genie nierae 
de la race ; et c'est dc la, on pent le dii'(», que le mysticisme a 
passe cliez les aulres jieuph^s vi dans les aulres religions, 

Mais quelqu(^ inysticpu^ que puisse elre une raec dans son 
genie et dans ses lendan(*es, ellc^ c^st cependant obligee de 
regler par des lois <!iviles cm inorali^s l(\s a(5tes eonmiuns dc la 
vie. La*j)ure (!ont(Mnplation enlrainerait bien vile la ruined'unc 
sociele qui s'y livrerait exclusivement. La vie suppose Taction, 
et Taction a b(^s()in de lois. De la les legislations, qui a Tori- 
gine soul considerees coninie enianant de la divinite meine, el 
qui cliez les peuples primitii's sont a la fois les codes de la 
societ<) civile ca les regies de la conduitc morale. La morale 
n'esl d'abord aceeplee que comnie un ordre venu d'en haut, 
conimc^ la declaration d'une volonte divine. EUc est a la fois 
une legislation et urn; revelation : cliez les Hebreux, par 
exempli*, c'est dans le Deuleronome qu'il faut chercher la 
morale de Moise ; de meme chez les ludiens c'est dans les 
Lois de Manou qiw nous cliercherons les principes de la 
morale? bralimauique (I). 

Lks LOIS DE Manoi*. — U' codc de Manou, malgre s(m carac- 
tere pratique, nous donne (piehpies indications- curieuses sur 
les diverses opinions qui, dans TInde coinme plus taixl en 
Grec(^ et a Home, se [)artageai<'nt les esprits quant a la nature 
du souverain bien. Les uns, nous dit-ou, placent le souverain 
bien dans la verlu et la richi^sse reunies: c<» sont, suivimt 
Manou, les liommes semes ; les aulres, dans le plaisir et dans 
la ricliesse ; les aulres, daus la verlu toute seule. Ces trois 
opinions rapjH'lh'nl ass(*z bien celles des peri pateticiens, dcs 



(1) Les lois (le Manou (Manava-Dliarma-Sastra) ont 6te traduites par 
M. Loisclcur-Deslonchamps, Paris 1833. Ce livr« est, avec les Vedas, 
un dcs livrcs sacrcs dcs Indiens : « 11 y a, dit Manou lui-mfimc, une 
<iouble autoritc: la Revelation ct la Tradition. La Revelation est con- 
tenuc dans les Vetlas, la Tradition dans le code do Lois, II, 10. » 



l'inde et la CH1?(E 5 

ei)i(;uriens ct des sloic^icns. Le livrc de Manou prononce avec 
autorite sur ce point : il se declare pour I'opinion eclectiquc 
ct eomprehensive, qui place le vrai bien dans la reunion de la 
vertu, du plaisir et de la richesse : « Telle est la decision 
formclle (1). » 

L'auteur des lois de Manou est un psychologue qui parait 
bien connaitre la nature humaine. II declare que « I'amour de 
soi-m6me nest pas louable » maisil reconn^iit que Thomme ne 
pent pas s'en separer absolument. « On ne voit jamais ici-bas 
une action quelconque accomplie par un homme qui n'en a 
pas le desir. > II donne meme Tamour de soi comme la source 
dp la religion. « De Tesperancc d'un avantage nait I'empresse- 
ment : les sacrifices onl pour mobiles I'esperance : les prati- 
ques de devotion austeres ct les observations pieuses sont 
rcconnues provenir de I'espoir dune recompense (2). » C'est 
rii une morale d'un caractere pen eleve, sans doutc ; mais 
rappi»lons-nons que nous avons affaire ici a un legislateur qui 
est bien force de prendre pour auxiliaire le mobile le plus 
frequent des actions humaines. D'ailleurs, a cote de ces maxi- 
mes d'un caractere passablement interesse, s'en rencontrent 
d'autres sur la conscience morale el sur la sanction, que ne , 
desavouerait pas la morale la plus pure et la plus delicate (3). 

(1) II, 221. 

(2) II, 2, 3, 4. 

(3) « L'jkme est son proprc temoiii ; nc meprisez jamais votre &mc, 

■ le t^moin par excellence des hommes. — Les mechants disent : 
« Personne ne nous voit ; mais les dieux les regardent de m6me que 

■ I'Esprit qui est en cux. — O homme ! tandis que tu te dis : ^e suis 
« scul avec moi-m6me, dans ton coiur reside sans cesse cet Esprit 
m supreme, observateur attentif et silencicux du bien et du mal. Cet 
« esprit qui siege dans ton cccur, c'est un jugo severe, un punisseur 
« inflexible : c'est un Dieu. vin; 81, 85; 91, 92. 

« Tout actc de la pcnsec, dc la parole ou du corps, selon qu'il es* 
« bon ou mauvais, porte un bon ou un mauvais fruit (xii, 3;. En 
« accomplissant les devoirs presents, sans avoir pour mobile I'attente 
a de la recompense, rhommc parvient a rimmortalite (1. II, 5). 

« Qu'il accroissc par dcgre sa vertu, dc memo que les fourmis 
a augmentent Icur habitation. — Apros avoir abandonnd son cadavre 

« 4 la terrc les parents du defunt s'eloignent en dotournant la 

« tdte, mais la vertn accompagne son dme. » (I. IV, 210.) 



L ORIENT 

Le myslicisrae rsl tr11<'mriit iiiUtirrl i\ Flndt^ qii'il esl jmpos- 
fiihle, iiiriin' ;» III! l/'gblali'ifr, a plus foilr raisoii :i uii legisla- 
UHir rdig^ieiix, de Be |>as lui faire su pari- Aussi >]anou 
iNM'ommandc-t-il la dt^otion, la roiili'm[ilalion, la nit'dilation 
dmis la soliludp ; niais, loiil vn laissanl iinr jn.sU* pari a la 
pieti!, il fail iieanmoins sos trflbris jKnir' la rfleiiir dans dcs 
liniilea raisotmabli's. CVst ainsi qui'. Manou ni' ptTUK^l ct'l 
alKindnti dcs soiiis dc In \\i' f[ij'ai( viiiltaid qid voit sa poau m 
ridrr ct srs rlicvrux l>laiir]iii% vi qtii a stms srs yeii\ It* ills rl« 
. son fib: c'esl alors seidiMiioiil qull lui ptTinel dc sc iiitirer 
dans unr* foivl, poiir sc^ livrri' a Di«ni rl prrpari'i' son absurp- 
lion dans Tliin' supivmi^ (l). Jiisquf^-la il lui pivscrit (^|5 
iTinplir les tk^voirs dt* son elal. Dans d'anlirs passajfcs, Manou 
rLxointnandj^ ks drvoiis nioranx i\v prt^fertmci^ juix devoirs dc 
devolio^j H il romhat surloiit [a fanssr pieN\ la devotion 
orgnrillrust^ i'l hypMri'iif. ^ \)\h- \v sa|^<' idjsrrvf i'DiisUinimenl 
i^*s devoirs inoraux uvl'c phi» d'ailenliftn rncart^ epic les 
« ik^voirs pi**ii\J^rlni qui nef^li"*' Irs devoirs nmraux drrhoit, 
« nK"^iiu' lorsqii'il obgervi^ Itjiis Irs tlovoirs pivu\ (2). > U dil 
ii'OL'on% ronime le derail le plus pui* uioralisU.^ fhrelitni : 
*• Uii sacrilire est aneaiili par im mrusouge ; le merile des 
«» pralif pit's ausleres par la vauile ; le Iruil des ebariles par 
« r'arlioii fie la tVaiidc ('X). >> — « V.v\m qui' elale reteiulai-d 
ft dr la vt-rlii, fiiii esl loujours a vide, qui euipluie la fraude 
t qui h'ouqie Ics i^t^us par sa niauvaise I'oi, qui est cruel, qui 
« i'alonum' lout le muude, esl eousideiu! eonime ayaiit les 
t habitudes flu ehut (1). » — « Le Ihvidja aiix re|,^ardH lou 
1 jours baissL's, d'liii nalurel pervers, perfide ct alFeclan 
« I'apparrnee de la verm, est dil avoir les maniercs d'un 
« beron (5). » — « lout ucle jiieux, fail pai' hypocrisie, va 



4 



4 
4 



s 



(Ijvi, 2, 49, SI. 
(2) IV, S04. 
(3J IV, 237. 
(11 IV, 195. 
(5) IV, 1%, 



VT^mn ET t\ rnt?tr 



HiiK It^jktliahus. i ^ t Quun lifunrin' rn' soil pus fier lU' 
f APS iiuHteriies ; apr^s avoir saci'ili*', qtril m* prot'rrc pas lir 
K ncn^oge; ...♦. api'^s avoir fait iin don, qu'il n'liilk* pus U* 
^t fui^mcr partoiit (1). > 

Lai momh* liij I'ode de Manoii sc dislinipjp par iiii singfiilicr 

can«"ler<Mlv (ioiicrnr I'l do hirnvrillancr. Lv ilogmt* ilf la vk" 

anjin^rselle n'pandu dan?i hi «aliir*\ a vu jmur rfnisi'tim-nrr ]<• 

ittsfMTl H rumour pour (onn los rln^s aniim('\s> Li» littoln'irr I'Sj 

promU k rrlui qui sahsUfui »!r liirr Irs auiiiKiux : ou n/fom- 

nuusdo an hralmianc de ne cboisir* pf>ur nioyrns d'cxistonce 

f|Oi» ri'ux ipii iH" font aurun lort aux I'tri's vivaots (*2), ou lour 

^iiiot !«' fiioitis ilr iiial posHiblr ; li* .srrii|M]1(' csl pousse si loin 

^MUll rist inliTdil aux hralnnanos (iVrra?^or nm* motlt' de U'rrc 

^Hpi rajiion rt di? rouprr uu hriii d'lH'rbr avci- srs onglcs (3). 

^TPflltW titrlv rais<»n iirvn*-l-i»n safistniir d<* lairc dir uial anx 

IHMMDOies. • Od tic doit jamais nin]ilr«^r do tuauvaisr hiiuitMir, 
^' hktn qu'oii ^)lt allllgo, ni iravailirr a nuiro a au(rui\ iii 
W ntei; m eoniTvoir la ponsin*; il ur* laiit jvas prolV^n-r uno 
parole donl (pi('l(|u'un pourr.iil rln* btossr, vl qui roiiiiorail 
• riMilrtH^ du rid (4). « ~ • C^lui qui ost doux, paliont, 
b ^lnillg«r Jl lii Jux^iiHo don [n'rvers, nbtiriulra h' rirl par sa 
p dutfil^ (Ti). B — < (/fuunmc* donl nn imjVlni't* la <*barilo diiit 
i loqjottrs donniM* rfUoIqiK* ohoso. — Kvilanl d alllin^rr auoun 
« ^In; autiui^, <ju*il ariToisist' par dcgro »{i vrrtu (0). > 
Oftk" birttvdiluaro tourJuinto ol iiaivo fHJiir- tour ro rpii vil 
inMivr <}cs a<^'nl8 d'uno imdn'sHo adrnirablr btisquil saglt 
iletf rrrjilart*^ I'aibU'ji *^t uiisoratdi^s. La pilio pour la misoro, It* 
ppifipii^ je diiuti roAuic lo rullt* dr la faibJcHso, voila don iraiU 

rill ronric*!!! tlv n-lovrr dans rcllo morale avor d'aiilaiii jiltis 
!♦ mhn^ qiM» rVst un Honlimonl assr/ rare dans ranliquiir' 
(I) nr. 830, 
(S) rr. e. 
1^ IV. 70. 

(I) o, m. 

n rr, 238, 237. 



8 l'orient 

grecquc ct laline, au moins jusqu'aii moment oil ellc a ete 
transformee ct renouvclee par sa rencontre el son contact avcc 
rOrient : « Les cnfants, dit Manou, Ics vieillards, Ics pauvres 
el les maladcs doivent <^lrc considercs comme les seigneurs de 
Tatmosphere (1). » C'est au meme principe qu'il faut rapporter 
un respect de la femme, lout a fait analogue b. celui que Tacite 
signale chez les G(M'mains. « Partout oil les femmes sont 
honorees, les diviniles sont salisfailes ; mais lorsqu'on ne les 
honore pas, tous les actes pieux sont steriles (2). » Atlcn- 
drail-on de rOrienl une pensee telle que celle-ci : t Renfermecs 
sous la garde des hommcs, les femmes ne sont pas en surete ; 
celles'ld seulement sont Men en sHrele qui se gardent elles- 
m4mes de leur propre volonte (3). » — « On ne doit jamais 
rapper une femme, meme avec unc^ fleur (4). > Cetlc complai- 
fiance pour la femme va mhnc jusqu'a des recommandations 
naives qui font un pen sourire : « C'est pourquoi, esl-U dit, 
les hommes doivent avoir d(*s egards pour les femmes de leurs 
families, el leur donner des pariires, des vetements el de^ 
mets re{;herches. » — * « Si une femme n'esl pas paree d'une 
maniere brillante, elle ne fcTa pas nailre la joie dans le coeur 
de son epoux (5). > 

Les lois de Manou nous offrenl egalement, dans quelques 
passages, un sentiment i)ur el eleve de la famille. L'anliquit^ 
grecquc el laline pourrail envier des i)ensees telles que cellc-ci: 
« Le mari ne fail qu'iine seule el meme personne avec son 
epouse (6). » — « Dans touU"! famille ou le mari se plait avec 
sa femme, la femme avec son mari, le bonheur est assure pour 
jamais (7). » — « L'union d'une jeune fille ct d'un jeune 

(1) IV, 181. 

(2) III, 56. 

(3) IX, 12. 

(1) Cettc loi est d'un autre 16;jcislateur. {Digest, of Hindu Law, ii, 
p. 209). Manou, au contrairc, permct de fouetter la femme lors- 
qu'elle a commis une faute. 

(5) ni, 59-61. 

(0) IX, 15. 

(7), III. 60. 



L U<DE ET LA Clll?<K 9 

resultant d'un vceu iuuUhI, est dil le manage des 



'frn^ n'lcslos (1), » 



Q if mil* f<^mme chcrisse vi 



ie son mari, ellc sera liunon/'c dans li; i-iel ; — ct 
rs avuir jxtiIu son rpoiix, t*Ik* ne pronoiKre pus meme 
d'liii autre honime {'2), > — * Un phv est riiiiaj^i* tlu 
Mir d*' la ciraliou ; ime mero, rima^o dv la Umix'. * — 
pi-re est plus venerable tjue rnu inslilrilenrs ; une mere 
ill* vi^uerabli' que niUle pen\s. » — » Ihntv qui nej;li*(e ile 
mon'r. loule anivre pie 4'sl sans prix. C'esl lu le premier 

; icmi autre esl 8<H'ondair(* (3). » 

€»sl vrai que I'ou trouve d'aulres luaximes qui parubsonl 

ilredire les preeedent4»s , ou qid en reslreij>nenl le sens. 

, kts reuune>; , <pii Ifiut a llieun' seiuhlaienl devoir se 

idles-uii^mes , doivenl , suivanl ime autre Im, « ^Ire 

ir t*l nuil en etal de de|iendatir(' par leurs [nxdee- 

'— I'ue fenntu^ ne diMl jamais se eiindutre a sa IViiitai- 

'^ Tne femuit* ne doil jamais Taire sa voliuile, meme 

«i prnpn* niaison (1), » (^^penrlaut, 11 nous senible que 

.id. Franek, dans son inleressanl ouvrajje sur h* Droit en 

Orient, cxnj^'ix* le earaeien* (tpiui'ssirpar rM|»p«irlaux lemmes, 

'ilallrlbue :iux l«»is de Manou. II dit (ri)qu(^ la lemnie esl la 

ii|irif*1e du niari en veilu dii droit tie la dooatinu que le pere 

di* SJI tille, >ous ne voyims rien th* senddable dans le 

Void re que dit Manou : <i I'liesi'idr fois rst i\ni \v pur- 

d*uni* sorresAion ; une seule fuis luie jruiir lille vsf don- 



(1) Iti, S. 

♦»i56i^ 157 el l(iO» lC<i. — On volt qu'd n'e^t aullcmeat question ici 
"^^"^ IkiiAtaquc Lmpo«t< a la vouvc do so brOJor sur le buclior 

S H5, 231, 237. 

^5; v.n: 

M. Fmnck die, eolro jruillcmcts, eomme uii texic dc Manou. 

maxiinc : • L'auiorilti Ul^ IVpoux sur s«. fcninie repose i*ur le 

Ir jMTc & ttxl «lo sa lUlo. • Nou» ue trouvons cc texte m 

jkvv^nfu m«itqu«' par M. Fniuck (ix, M^, Uli), ni nuUe [»art 

I.' i'^ 'lui <^T rapportc tl cetlc id^c est ccluiquc nous 

Hi IX. 17). 



10 l'oriot 

nee ea manage ; une s«^iile fois le pere dit : je Faecorde, ■ 
Mais de tellies expressions sont employees encore aijoiir- 
d'hui. La femme est a la verite comparee a on champ; c'est 
one comparaison grossiere, mais qui nlndique nuUement an 
autre genre de propriete que celui qui appartient an mari. 
Que si Manou va jusqu a dire que la semence d*im autre 
honune et le < produit i appartiennent au proprietaire da 
champ (i), * e'est une nianiere dexprimer ce que nous ad- 
mettons nous-memes dans le fameux axiome is pater est. 11 
ne faut pas non plus demander tant de delicatesse a ces Tieilles 
legislations qui ne sont pas si logiques et peuTent parfaite- 
ment donner place a deux tendances contraires , rone qui 
est I'instinct de I'humanite s eveillant , instinct d'autant plus 
delicat qu'il est plus spontane ; I'autre qui n est que la con- 
sequence naturelle des mu*urs bru tales de la barbaric. 

Neanmoins, malgre les traits touchants et quelquefois 
sublimes qui eclatent <^a et la dans la legislation de 
Manou , cetu; legislation est profondement Ticiec a sa source 
par une doctrine qui nest pas sans doute exclusivement 
propre a Tlndt*, mais a laquelle elle a imprimc son ca- 
chet dune fa^on ineflavable : je veux p;irler de Uk doctrine 
des castes. 

Partout, dans toutes los societes, dans toutes les civilisa- 
tions, il y a eu inegalite entre les hommes. Partout, aux 
inegalites naturelles on a ajoute les inegalit^s artificielles. 
Partout les forts onl opprime les faibles. Patriciens ct pl^- 
beiens, nobles el manants, riches ct pamTes, maitres et 
esclaves, sous toutes ces formes diverses s'esl pose partout, 
en tout temps, le grand problcme de Tinegalite. Mais nulle 
part, on peut le dire, I'inegalite n'a pris un caractere plus 
apre, plus tranche, plus systomalique que dans Tlnde. Nulle 
part, l(»s hommes n'ont ele scpares par des barri^res plus fer- 
mees, par des inegalitc'^s plus humiliantes et plus oppressives. 

(1) IX, 52. 



l'indk kt la chink It 

rartoul, pn un mol, il y a ou dvi^ classes. Ci* n'osl i^iicro 
i|iM» (ltin»ri»ilc cl (kins rEi^^pli', Qiaissiiiloulihias llnde qu il 
y a eu d«*s castrft. 
L'insttitution di's caslt's est doiini'e |»iir fliaiioii fHniiiiic 
Il uni' oi-i>(ine divine. FJles out iHiur eimse lli*uliiu;i Icur 
iir i;ufiunun« qui U's produisii (*hariine d nnt* irarlic dif- 
f^imtf* dt* lui-nu^mi' ; !ti pivniiiirr classc , crllr dt*.s pivlres 
fwi bnihmnnt*8^ dc sa bouHic; la stMUiude, t^elii' ih's giier- 
riiTH, ou krhnti'iffis^ de son liras; la Iroisii'mt', rftlc des 
laboumit's on mairliaiids, rfnXi/^;» , de sa tiiisst* ; la dcr- 
tiiere, rtdli* dcsi soudrfnt ^m tsihivi's, dt' son pit'd (1). II 
►k? quo Platnii ait I'U im stjuvi'tiir ilc cr mytlu*, lf>rs(pni 
ft*|>ri'JW'nU'. Irs ipialiv rlassvs dv sa n'"|iid>!i(jur comiue 
coifipo«iee« dr quulrc lui'taiix diiroriMils : i'i»i', laipiil, ti- < ui- 
?re el I'airuin. 
^LlfK^giililt* iU'% ranlrs n4<sl pas scuU'nirnL (lolilifjut.' : t'tlo 
tnurale ; rhatpir dasso a siCH devoirs purliridiers. Le 
p1i!Xli9 est eiplieito 8iir ce point Le devoii- natiirel du biah- 
iWl la paix* r'esl la nm<li'rali<»n, le zele, la piirei('\ la 
I, la drnitiire. la saj;e?*se, la seieui-e i't la dirnln^^ie. 
Le deTOJr iiaUirel dii kehairya est la bravoiire, la ^dfiire, Ic 
LVXini{;<^, rintrepidifi* dans les e*nnbats, la ^'<'n«'n»sile el la 
Imiiiii: eonduite. Le devnir naltirel dn vaisya est la t iiluir e de 
Is tpm*4 k* salo iiu lieLdl vl le lialie. Le devoir naliirel du 
vtmiriM e»i la stTVtlude (^). Ainj^i, ^don ceUe dttclrine, cc ne 
seuiemenl les riefiesM's, la pnissanee, la eoiiHidera- 
l|Di M»nl ine^deiiienl parla|;<''es eTilrt' Irs [loiniiies, rnais 
teg viTlas. La vcrlti esl un privilef?**. Les plus haules appar- 
au\ brulnnanes ; les filns Itrillanli's au\ ^ueiricrs ; 
au\ derni«'re» rlasises, elles n onl jioinl a pro|U'i'iueiil 
|)fliHi!r d«'ii verlijji, njaiii des fnneUiiiis : eultiver la terre, »oi- 
k* bebdl vl irafiqner. voila les lonriions de la troisieme 
^ Qd Jeur altribne eep4 ndanl des ilevoirs plus relev^^, 




A tbi^ Voy. exieorv 88-90, et ir, ai. 



12 LOaiEXT 

et qu'ils purtagenl avec la sceonde cluss«^. ce sont les devoirs 
n.*ligi<*u\ : excrcer la i-harite. sacrifuT, lire les livres saints, 
voila qui leur est ordonne; car c'est encore un hoounage 
d'inferiorile <*nv4TS les jirelres seuls defiositaires des sacri- 
fi«'c*s et des livres saen-s. Quant a la classe des soudras, 
nVluite au dt^mier degn'' de rhuiniliation. elle n a pas d'autre 
office que d»r siTvir les class<'s pnwdentes. 

Quelle est lorigine du systeme des I'asles? On a cru pou- 
voir rattacher cette institution au dogoK^ pantheistique qui 
est le fond de la religion indienne (1). II nous est difGcilc 
de partager cette opinion. Quelle relation y a-t-il enlre le 
pi'incipe de I'unite de substance et la division de la societc en 
classes ferinees et absolument s<'»parees? L'unite d*origine 
n'entrainc pas logiquenient de telk's consequences. Au 
contraire , il semblerait plutot quil y a contradiction entrc 
l'unite d(» vie qui anime loute la nature el le principe dune 
in<'galite radicale et irrenu'diable entiv les homnies. On 
reconiniandait au sage laniitii'* pour lous les dtres de la 
nature, el on separait les hoinmes en classes asservies les 
unes aux auti'es, donl la d(»miere portait a elle seule le poids 
de loutes ces ser\itudes accumulees. Selon toute apparence, 
rinstitiition des castes ne derive pas dun dognie philoso- 
pliique ; niais elle doit avoir eu une origine hislorique. Elle 
represente des contjuetes successiv<*s et superposees: telle 
est du moins rhyi)olIiese (jui a elt' presenl('K» par quelques 
criliciues, et qui nous i)ai'ait la plus \iniisemblable. 

La doctrine des castes nous conduit a la politique de Tlnde. 
(>'lt(» politique est toute sa<'enlotale. C'est la theocratic la 
plus absolue donl on ait jamais eu Tidee. L'Occident peut a 
peine* comprendrc^ , (|uoi(pril ait connu aussi une sorte de 
tlieocratie, !Vxces d'orgueil el de despotisme que I'lnde a 
supporte et adore dans la classe des brahmanes. Le livn* de 
Manou re(?ominand(% il est vrai, au bralnnane d<* fuir lout 

(1; Ad. Frarick, Du droit chcz les pcuples de /'On>ii(,p. 15. 



L'l?iDE ET LA CHINE 13 

honnour mondain, vi do dcsirer le mepris a legal de Vcm- 
broisie (I). Mais cotlc feinto humilite disparail bionl6l pour 
fain* place au phis insolent orgu(M] que le genre humain ait 
jamais eonnu. La naissance du brahmane est un evenement 
divin : cVst I incarnation de la justice (2) : il (\stle souverain sei- 
gneur de tons les etres ; lout ce qui est dans 1(^ monde est sa 
propri('»te ; il a droit a tout ce qui exisle. C'est par la gene- 
rosite dn brahmane qu(^ les autreshommesjouissent des biens 
de ce m(mde(3). Enlin le brahmane, instruit ou non instruit, 
i*st une puissante divinite (4). 

Mais la classe brahmanique livree a la s(!ience et a la piete 
ne s:uirait defendre elle-m(*me daussi grands privileges: 
aussi, comme il arrive loujours, la theocratic emprunte jmur 
«' di'*fendre lep^'e des gueri'iers : Tordre social repose sur 
I'union de la classe s;icerd()tale et de la classe militaire qui ne 
fwuvent prosiMTcr ni sVlev(»r Tune sans I'aulre. Mais le 
brahmane, tout en accept:mt la protection du kchalrya ou du 
guerrier, se garde bien de Tadmeltre a Tegalite. Veut-on 
iuivoir quel est le rapport de ces deux classes? « Vn brah- 
mane age de dixans et un kchalrya parvenu a lage decenlans 
dciivent elre consideres comme h» pere et 1(^ fils ; et des deux 
c*«»sl K' brahmane ({ui est le \mT vi cjui doit elre respec^te 
comme irl (.")). > 

(4>|N'ndant quoiqiie les brahmanes soieut les verilabh's sei- 
gni'urs (h* toutes h\s classes , la forme de TEtat u est pas 
llM''<N*rati(|u<* , elle est monar<*hi(|ue. L<> langage indien est 
aussi emphatiqiie en ]»arlant du roi, (|u'en fmrlanl des pretres, 
l"<»st la, c'(»sl en Ori4»nl cpi'a [>ris naissance evideniment <»ette 
d«M*trine qui, plus ou moins mitigi'c, voit dans les rois les 
repn*S4»nt:mts, hs intcrpret4»s , h's emanatiims de la divi- 
nite et dit aux rois : vous etes des dieux. Dans rin(h' , oil 

l.ii, l»i2. 

i'A 1, HiO. 101. 
ri IX. 317. 
Tii II, 135. 



14 l'orient 

rit^n ii'esl Immain, ec scM-ait trap pru dirn que do repr<^senter 
le roi comnu' ToiiU *lu Sf^igiicyr, romnir le niinislro dr* Diru 
pour t>x('nMT st's vciigriiiuvs ; it farit quv \v mi .soil iiii Dieu 
lui-ni(>me : 

c (a' mondi' , \m\v de roi**, i'tuni dr t<Mis coles boulfvorse 
par lii i^rainli', pniii' la ronsci'viUioii dr lous los i'lrt^s, U; Sd- 
giR*ur eiTu im roi, ni pronant dos pai'ticiiks et<»rn('lles de la 
siiljslano' d'ltidi'ii^ d'Antla, di^ Yama, d*^ Sourya, d'Agni, de 
Viirouna, de Trhanrlra, *'l de CtJiiviTa; ot o'osl puree qirunroi 
a i'l(* fi>rnir dc pai'tit^ulrs lin-i's de rt*ss("iir(» tie res prinripaiix 
dieiix, (|ii1l siiqiasse vn erhil Hms h's auliTS iiiorltds. De 
iiieme ((ye le soleiL il brnle Ics yeiix el Irs eti'iirs, et (lersoime 
siir la Irrre nr [leiil [r i^'gardrr ni incr. II est \v: feti, le veul, 
le soleil, le genie qui pi'eside a la luue, \v Vin de la jiislice, le 
dieii des rieliessi's, le dicu des eaux, el lo soiiveraiii lirjiia- 
luenl par sa piiissanej\ On iic» doil pas iiiepriser uii iiionarquiv 
ineme dans renlanl, eii disanl : e'esl un simple mottel ear 
cVst lino grande diviaiu* sous une forme luunaine (1). i 

II esl drllieile d iiuaginer une apollirnse [ijus eelalante de la 
rojaule. Mais si {»u y regai-de t\v filus [jres, on veira que le 
pouvoir dm rois esl loiu d'eire aussi eleutiii que le proiiieUiail 
line origiiie si magnitique. D'ahord Ir premier devoir du roi 
c'esl la venrraliuix envi'rs les brufimaoes : il h^ur doii leiuoi- 
giier son r<*speeL a son lever (2), leur eomnirriijqiiei^ loiiles ses 
ail'aires (3), leur proeurer loules sortes de joulssanec^s at de 
I'iefiesses {\). S'i! Ironvt* un Irt'^sor, la moilI<' est pour l<*s 
brahinaiies. Si le brahmane irouve un Mvsor, il le garde lout 
eniier (5). Jamais la propriele du brahmane nc doil revenir 
an roi (♦») ; mais a defaul d'herilier, pour les aulres classes, 
cc soul les bi-dnuanes (pii doivenl heiilei*. Les lois de Manou 



(1) vn, 3, 8. 

(2) vn. 37, 38. 
(8) vn, 59. 

(4) vu, 7l». 

(5) vm, 37, 38. 
(fi) IX, 189. 



l'inde et la chine 15 

sonl evidemmcnt faites pour procurer aux brahmancs touics 
les richesses : c'est ainsi qu'ils doivent boire le mepris a 
Tcgal de rambroisic. Les biens des brahmancs sont sacres; 
Ic roi n'y doit jamais toucher ; dans la plus grande detresse , 
11 nc doit point recevou' de tribut d'un brahmane (1). 
Ces defenses sont accompagnees des plus terribles mena- 
ces. Quel est le prince qui prospererait en opprimant ceux 
qui dans leur courroux pourraient former d'aulres mOndcs 
et d'autres regions du monde , et changer les dieux en 
mortels (2) ? > 

Telle est la royaute indienne ; environnee d'un prestige 
rehgieux pour abattre I'esprit du peuple, elle n'est que I'in- 
strument de la classe sacerdotale, qui s'atlribue seule le vrai 
pouvoir, sinon les tracas et I'odieux du gouvemement. Nous 
savons le role qui appartient aux guerriers dans cette organi- 
sation sociale ; ils sont le bras du sacerdoce, et a eux appar- 
tient la defense de la societe (3). Quant aux deux classes 
inferieures, elles sont deslituees de loute liberte et de toute 
influence. Le roi doit les forcer a remplir leurs devoirs ; car 
s'ils s'eeartaient un instant de leurs devoirs, ils seraient capa- 
bles de bouleverser le monde. Ainsi, il ue doit jamais prendre 
fantaisie a un Vaisya de dire : Jc ne veux plus avoir soin des 
bestiaux (4). Quant au soudra, il doit au bralimane une 
obeissance aveugle. Celui-ci pent s'approprier le bien de son 
esclave sans que le roi le punisse ; car un esclave n'a rien qui 
lui soit.propre ; il ne possede rien dont son maitre ne puisso 
s'emparer (5). Un esclave meme aflranchiest encore dans I'etat 
de servitude ; car cet etat lui etant naturel, qui pourrait Ten 
exempter (G) ? 



(1) VII, 133. 

(2) IX, 315. 

(3) IX, 322 et 327: « Le Seigneur a plac4 toute la race humaine sous 
la tutelle du brahmane et du kchatrya. » 

(4) IX, 328. 

(5) vii/, 417. 

(6) VIII, 414. 



.. -.iiiip—u ,1.. .j,j,. ^ «c^N?t^*- mtiiiKiB* idndi' fiorki 

.'-^i- ' .^li- - ;. vn-:-|i,i- . -.iiii- tr*r a-.irP:^ L Dy ait pK 
at'" 11! -••: ;•-;• r n?- » r'jiiiini?'T!i: ju- a&uioieDi eitlf 
i-u--.* .I'.-iii" m»- r-i* >..:-i"t ioiss i tS! ioue fst 
■ -.■ -tiiiii.. t:: ji-.^ !,,». J J. •«« v^ne-u- a* dl«- ceUe 
' ^.- •:.iia» . \'j^ Ni.va^- .jrait..— IT ^ ! jwamt^iir do 

- .ii' a!.*— »• •.. jMj^.^ ^-.« , -i?";! i«- t- >--»Tr iimdoisil 

• --:- -L -J* .,- :; :i H,» •- *. 1 i «..-,■- lii- -•■ titin: J fftsenp** 

••' ' ..j^*- .'< ;, "Mm- i:ii i:;iuiitTi on: i«fTTiKi a 

...f- ». -— ...ir-.. iu,,.ii iaui!« •■»;»-* ty _i.*nr at n- qni 

■•• -• ,•• ■ -r- -•■ .lu i--^ -'luit-ui- II- * ••-a'^-r rit- itnirs 

-'- _' "iijijii; T." -■';■ in •■■• ft u i" 'li r:^' r ts' nn 

^ .' ■ J- !«!.•:,- Ill ^i^:- ii:v^L«N:ij-ir n- fc. n*: : il «sl 

- •■■- tj:!!,' i- i-.;*M:r It- ; y • • lu. •L-'i-nf ^n in. if'^tiir d«s 

'■ ••■'*• -' '•Liiiiib-'u* i'*r"«-ii I- j-n^ Dunuun. Jr 

-^ -■x-.' ,- iP-n--. J. -ui'un} -I] • ilt '•■Hi;aii: cm? l«nl 

' •' ^ '-^-'TilU'-u • X- :; iiiiii- -ir^-'ij r"- >iii; •% illfilfft aT(T 

' *"'*■""•''* •■ i^ i'' •>•' I 1 1' .■•!!• ■ :ix:\ It'flXUIMS k' 

'".:.>■ t xiMJ il,.:.i,i|U- 111' iJsS- .l-'--'llr-»ll . 1 »• rt-mi t> filld 

■■■' •' "J*-- ■ •n'-iiif.,. -.1 -;in. I- -in-L I— Il •-:i!: »- >iirr\- 

* '"■ «'■ i''i* .1- .:•• tj" .1 ;.'■ r ♦••» • • . .'il inikiB" \hi 

• ' ' ■ ■•*' "■■!i.5-i:! :; :.:ir- »- :. .uiiit i. :l ■u;ssr- b 

■■■■•'•'"''■ ■■■V '-.■■■».. _ ■.•_-. 's. xj »»-r::ir. ;"3- o.'^sfu- 

•■ ■■■■'■ "••■ ■ ■•• -•■■■^ : ; .L.^ ^ 1 .. ^ .-. I':.-..;:: v:i k 

■"" '■ "■«•»»'•■■ !. ■:-• »^: i: :,--:: ■..•:v;j::,, >i cvhii 



l'inde et la chine 17 

AInsi, cellc doctrine, qui s'est presentee d'abord a nous 
commc line doctrine d'amour, et qui se recommande en cffet 
par les accents les plus touchants, aboutissait en definitive au 
plus affreux despolisme. Une theocratic insolente, une royaute 
terrible, une servitude inouie des classes inferieures : et au- 
dessus de la societe, le chatiment planant, comme une divinite 
sanglante : voila le brahmanisme, religion dtrange qui m^le la 
superstition la plus compliquee a la metaphysique la plus 
subtile, les meilaces les plus terribles aux maximes les plus 
compatissantes et iine durete farouche a une cxquise sensi- 
bility. 

Le boudduisme. — Nous allons voir maintenant, dans une 
sccte revoltee, devenue a son tour une grande religion, les 
principes d'humanite et de fratemitc que contenait en germe 
le brahmanisme, prendre un developpement admirable, et de 
consequence en consequence, entratner la ruine du regime des 
castes et de la theocratic. Tel est le rdle du bouddhisme, 
rameau detache du brahmanisme, et qui lui est bien superieur 
par le sentiment moral (1). 

Si le brahmanisme £^pour dogme fondamental Tinegalitc des 
classes, le bouddhisme repose, au contraire, sur le principe de 
I'egalit^ des hommes, et il a eu, sinon pour but, au moins pour 
consequence, Tabolition des castes et de la theocratic. 

Cependant, il faut se garder ici d'une certaine exageration. 
Eugene Bumouf a fait remarquer, avec raison, que (lakiamouni, 
le saint fondateur de la religion bouddhique, n'a pas eu la 
pensee d'altaquer Tinstitution politique des castes (2). Comme 
Jesus, le Boud€[ha n'ajamais eu d'autre pensee que celle d'une 
reformation morale. Dans les legendcs les plus ancicnnes, dans 

(1) C'est aujourd'hui un fait acquis, apres les admirables rccherches 
de M. Eugene Burnouf {Introduction dVhistoire du bouddhisme; Paris, 
1811), que le bouddhisme est posterieur au brahmanisme, qu'il est 
ne du brahmanisme, comme le protesDantisme est ne du Catholicisms, 
qu'il est ne dans I'Jnde, et que la premiere langue qu'il a parlee est 
la langue sanscrite. — II y a eu recemnicnfc une nouvclle edition do 
YHistoire du bouddhisme (Paris, 1876, 3 vol. gr. in-8). 

(2) Burnouf, p. 210-212. 

Janet. — Science politique. I. — 2 



18 l'orient 

les livres canoniques du bouddhisme, qui reproduisent les 
premieres predications du Qakiamouni on ne rencontre pas 
une seule objection contre les castes ; il semble au contraire 
les considerer comme un fait etabli qu'il ne songe point a 
modifier ;mais sllne proclame pas Tegalit^ sociale,ilproclame 
ce qui en est le principe, I'egalile religieuse. 

Dans la doctrine brahmanique, la science, la devotion, le 
salutdtaient en quelque sorte reserves aux seuls brahmanes : les 
autres classes ^taient r^duites aux oeuvres ext^rieures et ne 
recevaient la nourriture religieuse que par les brahmanes. 
Cakiamouni, au contraire, appelle les hommes de toutes les 
classes k jouir de la vie religieuse. Brahmanes pauvres et 
ignorants, laboureurs, marchands, esclaves, tous etaient appeles 
par lui h devenir botuidhas, c^est-k-dire savants, et ik participer 
aux bienfaits promis ^ la vie religieuse. Les philosophes Kapila 
et Pantadjali avaient d^ja commence cette oeuvre, en attaquant 
comme inutiles les oeuvres ordonnees par les Yedas, et en leur 
substituant les pratiques d*un ascetisme individuel. Kapila avait 
mis a la portce de tous, en principe du moins, sinon en realite, 
le titre d'asc6te qui, jusqu'alors, ^tait le complement et le pri- 
vilege a pen prds exclusif de la vie de brahmane. (lakia fit plus, 
il sut donner a dcs philosophes isolcs Torganisation d'un 
corps religieux. II appelait tous les hommes a I'^galitc de la 
vie religieuse par ces belles paroles : c Ma loi est une loi de 
grtco pour tous ; et qu*est-ce qu'une loi de grace pour tous ? 
G*est la loi sous laquelle de miserablcs mendiants se font reli- 
gieux (1). » 

Ges principes, quoique n*etant pas dircctement diriges 
contre le syst^e des castes, Tebranlaient cependant. D'unc 
part, c*etait reconnaltre une certaine dgalite, au moins Fega- 
lit^ spirituelle entrc les differentes castes et m^me avec une 



(1) Burnouf, p. 198, rapproche de ces paroles un mot admirable 
d'lm religieux bouddhiste de notre slide, qui, disgr&cid par le roi de 
Geylan pour avoir pr6ck6 devant les pauvres, r^pondit : « La religion 
devrait 6tre le bien coinmun de tous. • 



L'mDE ET LA COINE 19 

sorte dc faveur pour les castes inf^rieurcs ; car, dans une 
legende bouddhiste, un dieu qui aspire k se faire rcUgieux, dit 
ces paroles : c Jc vcux mc faire religieux et pratiqucr la sainte 
doctrine : mais il est diilQcile d'cmbrasser la vie religieuse, si 
Ton renait dans une race elevee ct illustrc ; cela est facile, au 
contraire, quandon estd'unepauvre et basse extraction (1). » 
En second lieu, ces principes ruinaient la classe des brah- 
manes ; car ils faisaient de la religion et dc la devotion, non 
plus le privilege de la naissance, mais le droit de la vertu, du 
savoir et du merite : le corps sacerdotal n'ctait plus un corps 
hereditaire et aristocratiquc, mais un corps celibataire se 
recrutant dans tons les corps de la soci^te. Aussi est-ce 
d'abord contre la caste des brahmanes que sont dirigees les 
premieres et les plus anciennes objections du bouddliismc. 
« II n'y a pas, dit une de ces anciennes legendes, entre un brah- 
manc et un homme d'une autre caste la difference qui existc 
entre la pierre et Tor, entre les tenebres et la lumiere. Le 
brahmane, en effet, n'est sorti ni de Tether, ni du vent : il n'a 
pas fendu la tcrre pour paimitrc au jour, commc le feu qui 
s*dchappe du bois de TArani. Le brahmane est nd d'unc 
matrice d'une femme, tout comme le tchandala. Ou vois-tu done 
la cause qui ferait que Tun doit (itre noble ct Tautre vil? Le 
brahmane lui-meme, quand il est mort, est abandonne comme 
un objet vil et impur; il en est de lui commc des autres castes 
oil done est la difl'erencc (2) ? » 

Le m^me sentiment d'egalitc se manifeste dans ce discours 
prononce par le roi A^oka, le plus grand roi du bouddhisme, 
et qui en a etd en quclque sorte le Ck)nstanlin : c Tu rcgardes 
la caste, dit-il, dans les religieux de fakya, et tu ne vois pas 



(1) Bumouf, p. 197. La comedie s'est mdme empar^e de ce trait de 
moBurs. Dans la piece intitulee le- Sage et le Fou, on voit un joiieur 
niin^ qui se fait religieux, en s'dcriant : « Je pourrai done marcher 
t4te lev^ sur la grande route ! » 

(2) Burnouf, p. 209, conjecture, par la scule raison du caract^re 
pol^mique de cette legende, qu'elle n'est pas une des plus anciennes 
de la collection bouddhique {Ibid., 215). 



12 l'orient 

et qu'ils partagcnt avec la sccondc classc, ce sonl les devoirs 
rcligieux : excrcer la charite, sacrifier, lire les livres saints, 
voila qui leur est ordonne ; ear c'esl encore un hommage 
d'inferiorile envers les pr(itres sculs depositaii'cs dcs sacri- 
fices et des livres sacres. Quant a la classc des soudras, 
reduile au dernier degn» de Thuniiliation, elle n'a pas d'aulre 
office que de st»rvii" les classics pr('»cedentes. 

Quelle est I'origine du systeme des castes? On a cru pou- 
voir raltaclier cette institution au dogme pantheistique qui 
est le fond de la religion indiennc (1). II nous est difficile 
de partager cette opinion. Qu(».lle relation y a-t-il entre Ic 
principe de T unite de subsUmcre et la division de la societe en 
classes fermees et absolument sc'^parees? L'unite d'origine 
n'entraine pas logiquement de telles consequences. Au 
conlraire , il semblerait plutot (ju'il y a contradiction entree 
Tunite de vie qui aniine toute la natunj vX le principe dune 
inegalite radicale et irrenukliabh*. entre les homnies. On 
recommandait au sage Taniitie pour tons les etres de la 
nature, et on st'^parait les hommes (»n classes asservies les 
unes aux autres, dont la dcjinien* portait a elle seuUi le poids 
de toutes c(?s servitudes accumulees. Selon toute ap[)aren('e, 
I'institution des castes ne derive pas d'un dogme philoso- 
phique ; mais elle doit avoir en unci origine historique. Elle 
representee d<»s conqueles successives (^t sup<»rpo8('H's : telle 
est du moins rhyi)otlies(e (|ui a (*U; presentee par quelques 
critiques, et qui nous parait la [)Ius vraisemblable. 

La doctrine des castes nous conduit a la politique de Flnde. 
0»tt(e politique est toute sacerdotale. C'est la theocratic^ la 
plus absolue dont on ait jamais eu I'idee. L'Occid(»nt pent a 
peine comprendrc , quoiqu'il ait connu aussi un(», sorte dv 
theocratic, I'exces d'orgueil et de despotisme que* I'lnde a 
supporte et adore dans la classe des brahinanes. Le livre de 
Manou rccomraande, il est vrai, au brahmane de fuir lout 

(1) Ad. Franck, Du droit chez lespeuplet de l'Orient,p^ 15. 



l'iisde et la chine 13 

honncur mondain, et de desirer le mcpris a legal de Vein- 
broisie (1). ftlais cctte fcinte hnmiiite disparail bicntdt pour 
faire place au plus insolent orgucil que le genre humain ait 
jamais connu. La naissance du brahmane est un evenc^ment 
divin : c'est Tincarnation de la justice (2) : il cstle souverain sei- 
gneur de tons les etres ; tout ce qui est dans 1(^ monde est sa 
propriete ; il a droit a tout (!e qui existe. C'est par la gene- 
rosite du brahmane que les autreshommesjouissent des biens 
de ce monde (3). Enfin \v. brahmane, instruit ou non instruit, 
est une puissant(^ divinite (4). 

Mais la classe brahmanique livret^ a la science et a la piete 
ne saurait d(»fendre elhi-m^Mue d'aussi grands privileges : 
aussi, comme il arrive toujours, la theocratic emprunte pour 
se defendre Tepee des guerriers : I'ordre social repose sur 
Funion de la classe sacerdotale et de la classe militaire qui ne 
peuvent prosperer ni s'elever Tune sans I'autre. Mais le 
brahmane, tout en acceptant la protection du kchatrya ou du 
guerrier, se garde bien de Tadmettre a Tegalite. Veut-on 
savoir quel est le rapport de ces deux classes? « Un brah- 
mane ag(* de dix ans et un kchatrya parvenu a I'age d(* centans 
doivent etn; consideres comme le pere et le fils ; et des deux 
c'est hi brahmane qui est le pen^ et qui doit elr(» respecte 
(romme tel (5). > 

C(»pendant quoique les brahmanes soient les veri tables sei- 
gneurs de toutes les classes , la forme de I'Etat n'est pas 
tlieocratique , c^lle est monarchique. Le langage indien est 
aussi (*mphatique en parlant du roi, qu'en parlant des pretres, 
("est la, c'est en Orient qu'a pris naissance evidemment cette 
doctrine qui, plus ou moins miligee, voit dans les rois les 
representimts, les interpreters, l(»s emanations de la divi- 
nite et dit aux rois : vous etes des dieux. Dans I'lndc , oil 

(1) n. 1G2. 

(2) 1, 08. 

13) I, 100, 101. 
(1) IX, 317. 
5) II, 135. 



14 L 

lien n'est hmnain. o^ sentit trop pen dire qoe de representer 
ie roi comme roint do S^tgn^nr. iroiiiiiie le rainistre de Diea 
pr>ar exere»?r vn ^t-I^nl^ulces : faot que le roi soit on Dieo 
loi-ni»>niP : 

c O mowln- . priTe de n>is. «^umt dt* tiMu c6les bonleverse 
par la cniint**. (loor b rMns^^rr^tion de tons les ^tres, le Sei- 
gnear civa on n>i. en pn-nanl des partieules elemelles de h 
sobstance d'lndra. d'Anila. de Yama. de Soorra, d'Agni, de 
Varoona. de Trhandra. et de G>aTera: et c*est parce qo'onroi 
a f^l»'- fMiTDe dt* [Mirtieules lin'-i^ de lYssenix^ de ces prineipanx 
di«*a\. qoll sorjKKv t-n tVfcil tons les antres mortels. De 
mem** qoe le si)i«*0. it brdle les yeox el les colors, et personne 
sur la it-rre ne pent If n'garder tm fa«v. II esl It* fen, le vent, 
le soleiU le g^oie qoi preside a la lone, le roi de la joslice, le 
dieo dts rirhes$«s. le dieo des eaos. et le sooTemin Grma- 
ment par sa fKiissanee. On ne doit pas mepriser on monarqoe, 
mi'me dans lenfant, en disant : c'est on simple mortel car 
c'«*st line grande difinite sons one forme homaine (1). a 

II «'St dillii'ile dlniaginer one apothi'-ost* plos eclatanle dc la 
royaote. MaLs si on y n-gank* de plos pri'S, on verra qoe le 
poo voir des rois est loin d etn* aossi etendo qoe le promettrait 
one origine si magniliqoe. D'abord le premier devoir do roi 
c'est b veneration envers les brahmanes : il leor doit temoi- 
gner son n^spect a son lever r2), leor commoniqoer tootes ses 
affaires (3), leor procorer tootes sortes de jooissances et de 
riehesses (4j. S'il troove on iresor, la moitie esl poor les 
brahmanes. Si le brahmane troove on tresor, il le garde tout 
entier ('»). Jamais la propriete do brahmane ne doit revenir 
ao roi (6; ; mais a defuot d'heritier, poor les aotres classes, 
ce sont les brahmanes qoi doivent heriter. Les lois de Manou 



a> VII, 3, 8. 
(2i VII, 37, »*. 
(Z, vii, 59. 

a, VII, 7.f. 

IS; VIII, 37, 38. 
(f,, IX, 189. 



L'lIVDB ET LA CHINE 15 

^videiliincnl faitos pour procurer aiix tirahmaiies loiili's 
rirliessos : c"«*Jil aiiisi quils floivrni I mire Ir nicpris a 
Vvgiil ill* rambroi&ic. Les bictis dvs brjhitianrs soDt sucros; 
Ir mi li'y doit jamais toiirlirr; ilaiis la |»liis ^n-aiiflr Wcin^ssc, 
i) III* tluil (M>iiil riTt-voir dc nil ml il'iiii IjiahriiaiH' (I), 
Ccs tlvfvn^^s sonl aocunipaf^iii'cs d<'s plus tr'nililrs iiu*iia- 
ces* Ourl CM Ir princes qui pnispcrrrail *'i\ nppriiiianl cciix 
fltii dans \vur vouvnmx \nnnTt\\vu\ ihinwr daulns inoiidos 
f_fi_ il'autn*s ivgiiiiiH dtJ mumlr , v\ rliaiigrr Irs dirMX en 

Telle oM la n»yaiU«'' indtouiir ; r iivinmun* iVua prcstigt* 
rpligteux (kkiI" abatln' IVsprir dii pfupl*', rlli* uV'sl qw Vln- 
slmmimt dir la classe saciM^dulalr, <|iii sntlnhiii' scide U' vi-ai 
|K>uvi>ir, slaon les iracas n Fodicux du guuvrTiirmi'iii. iNous 
njJc qui a|»paili<MU aux gunt ins dans relli^ or^'ani- 
'ialc; iU S4IIII \v bras du sarri-dori', vi a vu\ appar- 
la ilefni!*!* d«' la socieU^ (3). Quaiil auv dniv tJassos 
ietin'4, idlos S4)nt drslilurrs de lotiti' liliiTti' I'l dt* loiitt' 
!«•. Lf mi doit K*h liirrtT a iTriiplir k'ui's d^^voii's ; «'ar 
iilb a*e(*arluiciil uu instant dc lours drvmi's, ils iscraieiit capu- 
hkm de tioulcver^cT lo moiidc. Alnsl, il uc doit jamais pnndri^ 
fiutfaisae a uu Vaisya dr dirr: Jr ttr voux ]dus avtur suiti drs 
knloinL (1). Quaut au Mjudi^a, il iJuit au hrabtiiurte uih' 
klieifiiance aveugle. Olui-ci pi*ui s'appioprier le bini dr s()ii 
re sans rjue li* roi Ic piinjssc ; car iin csfhivi' if a r'ifii qui 
II Miitpmpri* ; il m* pus^rdc rini dfnii son iiiaiuc uc pid$s<> 
emiKirLT (a). Lii esclavo nu^uic* allhuu hi ost cutioiv dans I'ctat 
If! Mifviliidc ; car cv\ 4*lal lui I'lani natunl, qui [»ourrait I in 








Ijftl^ftHdjkrncur a plac^ toute U f&ce Iminaine sous 
6(Uu kcUalr^a. • 



16 l'orie?(t 

On comprcnd quf* dans im systeme politique fonde sur le 
dospotismo oi la scnitiide a tous les dcgres il n'y ait pas 
d'autrc moyon d'action que lo chatiment. Le cluktinient est le 
prinripe tut('>laire d'uno tell*' sooiele; aussi U est louc et 
exalK* cominc un dieu. Que Ton nous permette de eiter cette 
esp4»ce d'hymne d'line sauvage gi'andeur, en I'lionneur du 
chatimt'nt : 

c Pour aider Ir roi daus scs functions. U^ Seigneur produisit 
des le prinrip4' le g«''nie du ehatimfnt, protecteur de tous les 
etres. <*\eeuleur de la justice, son pif ipi-e fils et dont Tcssence 
est toute divine. C't*st la crainte du t^hatiment qui permet a 
toutes les cr('*atun>s mobiles et inimobih's de jouir de ce qui 
leiir est propre , et (|ui les empeehe dc s'eesirter de leurs 
devoiis. Le chatiment est un roi plein d'energie : cVst im 
adniiuistrateur habile, un sage disp^^nsateur de la loi ; il est 
rei'onnu romme \v gar.int de raccomplissement du devoir di^ 
cjuatrc* ordres. L(» chatiment gouvmie le genre humain, le 
chatiment le protege : h* chatiment vcille p^'udant que tout 
doil ; Ic (*h:itiment est la justice, disent les sages. Inflige avec 
circonsp<'ction et a^ proiK>s, il pro<!iire aux hommes le 
iKinheiir ; mais applique inconsiderement, il le detruit de fond 
en comble. Si le roi ne cliatiait pas siins relaehe ceux qui 
nient<»nt d'etre^ chaties, les plus foils rotiraient les plus fai- 
blcs, comme des poissons sur une broche. La eomeillc vien- 
di-ail becc|ucter roifrande du pain, le chien lecherait le beurre 
clarifie ; il nexistcrait i»lus de droit de propiiele, I'homnic du 
r.mj,' Ic plus bas prendrait la place de riiomme de la classe la 
plus eU'Vce. Tnules h's classes se corrompraient, toutes les 
barrirres sci-aicnl rcnvcrsecs, Tunivers ne serait que confu- 
sjiin, si Ic ciiatimcnl ne faisail plus son devoir. Partout oil le 
cbAtiiiicnt a la couleui* noire, a I'a^il rouge, vient detiiiirc les 
fautcs, les homines n'i'prouvent aucune epouvante, si celui 
qui dirig(! le chalimenl est doue dun jugement sain (1). » 

:i, VII, ii-2:K 



l/lNBE ET LA CUISE t7 

Ainsl, ci?llf doctrine, (lui s'est presentee d'abord a nous 

cofnjnf* une doctrine d'amour, el qui se r<Tnnimunde rn elTet 

^fjor Ips lurenls les pins lonrhants, aboulissail en drrmiUve an 

i\n% aflhnix de!<|Kilisrae. line iheocratie insol(*nle, une royaule 

une servitude inouie des elasses iiin'i'irm'cs : vi au- 

il- „ Jc la sociele, le ehAtimcnl planant, eoimue iine divinitc 

saiiglunle : voila le hralimantsni<% reli^non etian^e f|iLi mele hi 

sapen^lilioii la plus eomplitpieo a la melapliysique la plus 

ftubii^% les menaces les |>lus leri'ibles aux ma\im<'s les plus 

ronipiatissaJites et nne ditrel*' faronche a line e\fpiisi^ sensi- 

biliKL 

Le »ort»i»nisiiE. — Nous allons voir maintenanl, dans nno 
serli* n^vullee, devenne ii son lour nne ^rande religiont les 
pnociprft d'humanite et de fraternite que conlcnail en ^crmc 
Iff bmbmunisme, prendre nn develop|>einent admirable, el dc 
oMtte^ttiruce rn eonsequenee, enlrainer la mine dn regime des 
«l dc la tbcoeratie. Tel est le role du boudflliisme, 
delacbe d» brtihmanismc, el qui lid esi bien superieur 
fmt It* scmiinent moral (I). 

Si le bmhmanisme :\pour dognie fondamental rinegalile des 
rbfttes. le Ikiiiddlusnie re|>ose, an contndre, sor le prineipe de 
! 'les bommcs, et il a en, sinon fiour but, an nioins pour 

tii..». f •■', I abolition des castes el de la lln'ucralie. 

i^ . il faut se garder iei dune eertaine exageration. 

Bamouf a fait remarquer,avec raisou,r[ije Cakiamoniii, 
It r ' iir de la reli^Hon brjuddtiique» n*a pas eu la 
I rinstllutinn [>olitique des eusles (*2). Cttmme 
iMts^ |p lk)ud^ini n ajamais en d'autre pensee que eelle d'uno 
Drraalion morale. Dans les legendes les plus anciennes, dans 

mi utj faii a'*quis, apri>3 les admiiaiitc!^ rcchf^rchcs 

Mtrjf i[ft*rr»ffrrtmn n rhmloirc dn bonddhisme ; Paris, 

II r iiu bralmiaaismc, qu'tl est 

I (tjHin^ 09l 116 (Ju cAtholicisme, 

uJc, et <iU'-- 1,1 !an;;uo qu'il a parleo est 

— tl y a cu 1 uae noavcUo editiau do 

(Paris, I8I0, .5 \'n\, gr. in-81. 

212. 



lisncT. — Science poliiitpjt*. 



18 l'o&ie:«t 

Ics li\Tes canoniques du bouddhisme, qui reproduisent les 
premieres predications du Cakiamouni on ne rencontre pas 
une seule objection contre les castes ; il semble au contraire 
les considerer comme un fait etabli qail nc songe point a 
modifier ;mais s'ilne proclame pas 1 egalite sociale,ilproclame 
cc qui en est le principe, 1 egalite religieuse. 

Dans la doctrine brahmanique, la science, la devotion, le 
salutetaient en quelque sorte reserves auiL seuls brahmanes : les 
autres classes etaient reduites aux o?uvres exterieures et ne 
recevaient la nourriture religieuse que par les brahmanes. 
(^kiamouni, au contraire, appelle les hommes dc toutes les 
classes a jouir de la vie religieuse. Brahmanes pauvres et 
ignorants, laboureurs, marchands, esclaves,tous etaient appeles 
par luj a devenir bouddhas, cest-a-dire xamnts, et a partieiper 
aux. bienfaits promts a la vie religieuse. Les philosophes KapUa 
et Pantadjali avaient dga commence cette oeuvre, en attaquanl 
comme inutiles les o^uvres ordonnees par les Vedas, et en leur 
substituant les pratiques d'lm ascetisme individuel. Kapila avait 
mis a la portec de tous, en principe du moins, sinonen realite, 
le litre d'uscete qui, jusqu'alors, etait le complement et le pri- 
vilege a pen pres exclusif de la vie de brahmane. Qskkisk fit plus, 
il sul donner a des philosophes isoles lorganisation d'un 
corps religieux. 11 appelait tous les hommes a r^;alitc de la 
vie religieuse par ces belles paroles : t Ma loi est une loi de 
grace pour tous ; et qu'esl-ce qu'une loi de grace pour tous ? 
C'est la loi sous laquelle de miserables mendiants se font reli- 
gieux (i). > 

Ces principes, quoique netant pas dircctcment diriges 
contre le systemc des castes, rebranlaient cependant. D'une 
part, c etait reconoaitre une certaine egalite, au moins Tega- 
lite spiriluelle entre les diflerenles castes et meme avec one 



(1., Bumouf, p. 108, rapprocho de ces paroles un mot admirable 
d'ua religieux bouddhiste de notre siecle, qui, disgrftcie par le roi de 
Ceylan pour avoir preche devant les pauvres, repondit : « La religion 
devrait Strc le bien comniun de tous. » 



CmHE ET I A cni.NE 



19 



I 



I 



9Cr%t de fa veil r i^oiir les castes int'erieures ; ear, dans iine 
lionddhisle, un dii»u (lui aspire a sv fairfi rrligieux, dit 
l^pfintkles: * Jp veux mo Wnvo iTilgieiix cl piutiqiior la sainte 
do(!tritio : inais il est difficili' d'embrasser la vio i eligii^ose, si 
ToB renalt dans unr race flcvco cl illusiri' ; cela est facile, au 
eoniraire, quandon est dune pauvre et basse extraction (1). » 
Em second lieu, cos principcs ruinalcnt la classe dos bi*uJi- 

; car ils faisaicnt dt? la religion ot dv Va devotion* non 
Ic privilt'gro i\o la naissancr, mais le droit d<* la Vfriii, du 

ei du nicrile : Ir corps saccrdola! u'clail ptos un corps 
b^fvdjtaire ot anHtocnitique, niais un corps ctUibalaire se 
rMTiitaiit danis lous U*s corps df la socicle, Aussi csi-cc 
d'abm^ coQtre la caste des brahiiiancs quv sont dirigncs Ics 
pt^aMrts ec \m plus ancicDncs objcciioiis tlu bouddhtsfnc*. 
4 U n'y a pas« dit une de ces ancknucs I<''g4'ndcs, entro un brah- 
■one cl un hoiiimc d'tme autre casic la difleronce (jui cxjsle 
estir la picrre el Tor, cntro les lenebres et la luinicrc. Le 
b^dllllalll^ en cfl'et, n'est sorti ni de Ti^ther, ni du vent : 11 n'a 
pau (endu la ti-rre pour jiaraiin^ au jour, comnn' le feu qui 
s'^rliappo du bois de rAr.ini. Le brahmane est nc dune 
■BMriei* d*iine fi*mine, tout comnie ir uluuidala.Ou vois-tu done 
fat ouuM* i|ai femit que I'tm dnit t'tre noble et Tautrc vil? Lc 

loe l«i-meme» ipianri il est mort, I'st abundonn*' eomme 
objel vil ei impur; il vn est Je lui eomuic des aulres castes 
oil dooc est b difl'erence ('2) f * 

he nitee sentiment d e^'alite se manifesie dans ce diseours 
proofncd par Ic roi A<;oka, le [iliis grand roi du buuddbisinc, 
«l qid en a etc' en quclque s<jrle le Constantin : « Tu regardes 
la casle, dit-U, dan» les religieux de (^akya, et tu ne vols pas 



(1) Bnniouf, p» 197. L& com^dic s'cst ro^me emparde de cg trait de 
Danft la pi^cio inLitulcc le StSQc et te Fou, on voit unjoucur 
fprt ^r fSit rrHTTCux, en fs'^oriant : • Je pourrai done marclicp 
IM*' > route I * 

(^ mrenufo, par la seule r&UoD du raraotero 

finli'iiifiuc do cctt <|u'ello n'ofilpasunedos plus oncienxiea 

de 1a eoUection I {/A/d., 215). 



2D L ORIENT 

les vcrlus qui sonl en oux : cost pourquoi, enflc par Torgueil 
de la naissance, lu oublics dans ton crrcur, et toi-memc et Ics 
autres. Si le vice atteiut un homme d'unc liaute extraction, 
cvX homme est blame dans le monde ; comment done les vertus 
qui honorent un homme d'une basse extraction ne seraient- 
elles pas un objet de respect? — Celui-la est un sage, qui ne 
voit pas de dilFerence entre le corps d'un prince et le corps 
d'un esciave. . . Les ornements seuls et la parurc font la superio- 
rite d'un corps sur Taulre. Mais I'essentiel en ce mondc est cc 
qui pent se trouver dans un corps vil, et que les sages doivent 
saluer et honoror (I). » 

Plus tard, le bouddhisme se declara systematiquement conlre 
le regime des castes, et Ton cite un traite de polemique, le 
Vadjzaculchi (2) , compose a unc epoque inconnue , mais 
ancienne, par un religieux bouddhiste, A^vaghdcha, contre 
rinstitution des castes. « Les objections d'A(;.vagh6cha sonl de 
deux sorles : les unes sont empruntees aux textes les plus 
reveres des brah manes eux-m(^mcs ; les autres s'appuicnt sur 
le principe de Tegalite naturelle de tous les hommes. L'auleur 
montre par des citations tiroes du Veda, de Manou et du 
Mahabharala, (juc^ la (|ualite de brahmane n'est inherentc ni au 
principe qui vit on nous ni au corps en qui reside cc prin- 
cipe, et qu'c^lle ne resulto ni de la naissance, ni de la science, 
ni des pratiques roligiousos, ni do I'observation des devoirs 
moraux, ni de la connaissanco du Voda. Puisque cettc qualite 
n'est ni inlieronte, ni acquiso, elle n'oxiste pas, ou plut6t tous 



(1) lb., p. 375. Citons encore cette charmante Idgende : « Un jour, 
Amanda, le servitcur de Qakiamouni, rencontre une jeune fille de la 
tribu des tchandalas qui puisait de I'eau ; il lui demanda & boire. 
Mais la jeune fille, craignant de le souiller par son contact, I'avertit 
qu'elle est n6e dans la caste matanga, et qu'il ne lui est pas perniis 
d'api>rocher d'un religieux. « Je ne to demande, ma scuur, ni ta caste 
« ni ta famille. Jc le demande de I'eau, si tu peux m'en donncr. » La 
jeuiie fille se prit d'amour pour Ananda, puis ello se convertit et 
dcvint religicuse bouddliiste. » 

(2) Public et Iraduit par MM. Wilkinson et Hodgson, avec une 
defense des castes par un brahmane contemporain, 1839. 



L IXDE ET LA CIIIM2 



21 



hnranirs p<*«veni la posst^^der : car pour rautmr, la qiialite 
bniliniaiir* i-Vsi un riat dr |iuiTlr qui a rt'bloiiissantt* blau- 
ebeur do la fleur dv jasmin. 11 iiisislr sur labsurdilL' dv: la loi 
qoi reXuse ail (tudra h* droit d'erabiassfi- la vio irligicusc sous 
prvlcxU* ipi<' sa n^ligion a lui, i*Vsl dt^ sm'vir les braJiiimncs, 
Enin. »•» urguntrnis philosophiqm^s soul dirigi^'s pniicipuk'- 
contro lo mylhe qui iTprcsenff les quatre casi,t»s sorUint 
icr(*8»i%omeul ilt's fpiatri' partirs du rorps «!<• Bralurm, dv sa 
J, de scA bras, dt: son vculrc ol dc si'S picds: » L(» Kiidum- 
ol l« Panara (iionis d'arbres), dit-il. prodiiisent df's frnils 
qui iuii»»irnl d(\s hi'ant-hos, di' la tige, dcs arlH'ulatttms ft dos 
^fttdnes'.Pt cejK^ndanl ces rruils ik* sorit pas disdnrls les uns 
autrei%, »^l Ton nc pt^iU pas dirt' : (*(»ci est l(^ (Viiil brali- 
►^ cela 0*1 k* fruit kchalrya, celui-ri k- vaicya, whii-la 
!«• riidni : car tons sont du uit^iiic arbre II n'y a done pas 
4)li;itre dai^^tvs, mais unr j^ruk' (1). ■ 

Ic voit, par un Iravail inlerkmr el tout sponlun(% rOrient 
arrive do liii-mrme au |>rincipc d<' rofjalite dos htviimcs 
lout au moins dv IVj^alih* n'ligi«Mis<\ I\ir la sculc iiisli- 
m du ccdihal tu'rU'siasiifiuo, la riasst* brah(iiiiiiit|uo se ti*ou- 
twil ruiiii*<' dans srs privib'jji's Iir*nnlilairt's; U* srdni th«vi'nail 
ato!tt:itn'inrni a<HTssibb' a touH, puistpic hi riassc naccrdotalti 
ne fKNivaic hi* rfrniU-r fdltMiirrut' (lar I iMTt'dilt'. Ainsi, taudis 
c|iiB, dans I'OocidfnU k ct-libal a ctr I'arniP la plus puls- 
flamto d<? rfepfliw% fKJur •«» separor di* la sooiete civile ct ibrmt^r 
liD rorp* itidr(M*ndanl, suporicur airx Ironticrcs et au\ Uns; 
en (^rioot* au cootrain', il a etc un moycn d'airrancbissenicui, 
en ouvranl Ic $acei*doc(* a tous. Sans doulo, en dctruisauf la 
classedeH pn'tivs, Ic boudilbisnic no dZ-rniisait pas Ics auiris; 
nous, c'cluit dcja bca«cou[> (|uc dc ruiinvr la lluociaiic ct 
d'alCnuicliir religi«?U8onu'iU Ich pauvres et les oppriincs. • 

O? o*esi pas Houkoicut par Ic priiici|>c dc rcg^alitc rcbgieuse 
que Ic bouddkiiimc a etc un pro|^r(\s 8Ui' \v braluuaiusmc, c'cst 



(I) Bumouf. pm6. 



22 l'orient 

par le dcvcloppemcnt admirable donne aux principes dliuma- 
nite, dc fratcmile, qui cxislaient deja en germe, nous Tavons 
vu, dans les lois de Manou, mais durement compiimes par 
Todieux principc dcs castes. Comme le christianisme a trans- 
formd le mosaisme en rejetant tout cc qu'avait inspire la duret^ 
antique et en developpant les meillcurs Elements de cette 
morale, ainsi le bouddhisme ddvcloppe, purifie, anoblit, atten- 
drit la morale du brahmanisme. Comme le christianisme, le 
bouddhisme est une doctrine de consolation : i Celui qui cher- 
che un refuge aupres de Bouddha, celui-Ia connatt le meillenr 
dcs asiles, le meillcur refuge ; des qu'il y est parvenu, il est 
d(^livrd de toutes les douleurs (i). » Ainsi Jesus-Christ dit dans 
I'Evangile : c Venez a moi, vous tons qui ployez sous le joug, 
je vous ranimerai. » Le bouddhisme est une doctrine dlm- 
militc : c Vivez, 6 religieux, dit le Bouddha, en cachant vos 
bonnes oeuvres et en montrant vos pdches (2). > Ainsi TEvan- 
gile : c Lorsquc vous jeunez, ne soyez pas tristes comme les 
hypocrites ; parfumez votre t(?te et votre face. > Le bouddhisme 
enseignc la chastete, la charite, la pidtd, le pardon des offenses, 
comme le prouvont un grand nombre de legendes, cntre les- 
quclles nous en choisironsquelquos-unes dont la beaute po^- 
tique egale la beaute morale. 

Voici, par excmple, une parabole ou Tesprit de mansu^tude 
et dc charile alteint sa plus haute et sa plus pure expression. 
Un marchand nommc Puina vient consulter Bhagavad, c*est-^ 
dire le Bouddha, sur un voyage qu'il vcut faire dans un pays 
habite par deshommesbarbaresetfarouches : c Cesont,luiditle 
Dieu, des hommes cmportes, crucls, col6rcs, furieux, insolents. 
S'ils t'adressent en face des paroles insolenles et grossi^res, 
s*ils se mcttcnt en colere contre toi, que penseras-tu de cela? 
— S'ils m'adressent en face des paroles mechantes, grossi^res, 
insolentes, voici ce que je penserai : Ce sont certainement des 
hommes bons, ccs hommes qui m'adressent en face des paroles 

(1) Burnouf, p. 186. 

(2) lb., p. 170. 



LfKBE ET LA CHmB 



23 



I 



to 



niais qui ne me IVappeul ni de la main ni h coups 
— Mais s'ils le frappent tic la main et a onups de 
fnerre. que penserais-lu ? — J« pensorai que ce soul ties liom- 
mes boDSf que eo sotit des homines doux, ceux qui me frap- 
p<*m iji* la main ot a eoups dc piei're, mais qui ne mc fi'uppent 
ni du b^toa^ ni de 1 epee. — Mais s'lls le frappent du baton ou 
de r^dc, que penseras-iu de eela ? — Que ce sonl des hom- 
ines bofts, que ee sont des homraes doux, ceux qui me frap- 
peol du biUnn el de lepee, mais qui ne me privciil pas eompl<>- 
lonmt de la \ie. — Mais s'ils te privaient eompletement dc la 
fie, que ponseniis-lu de eela f — Que ce sonl des hommes 
bons, qtic re sout des Immmes doux, qui me delivrenl avec si 
p(«u de douleur de ee eorps rempli d'oidures* — Bieu* bieii, 
Pttm^, dit Rhagnvad, tu peux habiter dans le pays de ces bar- 
tares. Va, Puraa; delivre, delivre : arnve a Taulre rive, fais 
irrifer lea autre^ ; eonsohs eonsole : parvenu an NirvQna com- 
plete fiiis-y arriviT tes aulres (1). » 

lachasiete, la pieie et la eharile n'ont pas trouve, m^me 
4taM le rhmtianisnie, de phis billies maximes el de plus beaux 
k*« que dans l»*s deux I/'i^eudes siiivantes : 
courlisane eelebre par ses eharmes, noramee Vasadalta, 
prend d'amour fiour le His d'uti murehand, jeune homme 
pienx H par, et lui envoie sa suivaute pour Tinviter a venir 
dieit die, • Ma »4t*ur, lui fit dire le jeune homme, il n'esl pas 
lenpa pour moi de te voir. > Elle ltd ren vole sa servante une 
aeeonde fois. « Ma sreur, dit encore le jeune houMue, il u'est 
pdlempH pour moi de le voir* » Oepeudanlla rouilisane vient 
dr conuneUre un crime, et par ordre du roi elle est aflreuse- 
mutitee; elle devient d*un a^peet afTreux et infc>rme, et 
est akmd4umi'*e ninsi ilaiis un eimeiiere, Cesi alors le 
que le jeune marehand ehoisit pour alter a elle. t Elle 
a prrda, dil-il, son orfrueil, son amour el sa jote, il est temps 
de la voir. * II ic rend aii eimeiiere. La raalheureuse, le voyant, 



^ni pre 

V pienxi 

I 



(1) B«in»af, p. 858-«54. 



24 l'orient 

]ui dit : c Fils de mon maitre, quand mon corps etait doui 
commc la flour du lotus, qu'il etait orne de parures et de v6te- 
ments precieux, j'ai etc assez malheurcuse pour no point te 
voir... Aujourd'hui pourquoi vicns-lu contcmpler en ce lieu un 
corps souille de sang et de boue? » — c Ma soeur, repondit le 
jeune homme, je ne suis point venu naguere aupres de loi attire 
par Famour du plaisir, je vicns aujourd'hui pour connaitre la ve- 
ritable nature du miserable objet de la jouissance de rhommc. » 
Puis il la console par renseigncment de la loi ; ses discours por- 
tent le calme dans Tame de Tinfortunee. EUe meurt en faisant un 
acte defoi au Bouddha pour renaitre bienl6t parmi les dieux (1). 
Quelquc touchante que soit cette Icgende, elle le cede encore 
a cellc de Kunala, fils du roi Agoka. Celle-ci, historique on 
non, reunit, on pent le dire, tons les genres de beaute. La 
belle-mere de Kunala, comme la courtisane de la l^gende pre- 
cedcnte, sc prcnd de passion pour ce jeune prince, et cette 
Phedre indienne declare cette passion dans les termes les plus 
ardents, qu'Euripide et Hacine n'ont pas surpasses, c A la vue 
de ton regard ravissant, de ton beau corps et de tes yeux 
charmants, tout mon corps brule comme la paille dessechee 
que consume rinccndic dune foret. t Kunala, comme un autre 
Hippolytc, lui repond par ccs belles et nobles paroles : t Ne 
parle pas ainsi devant un ills, car tu es pour moi comme une 
mere , rcnonce a une passion dereglec ; cet amour serait pour 
toi le chemin de Tenfer. > Comme la malheureuse insiste et 
le presse : « ma mere, dit le jeune prince, plut6t mourir en 
restant pur ; je n'ai que faire d'une vie qui serait pour les 
gens de bicn un objet de blame. » dependant la reine obtient 
de son mari la jouissance du pouvoir royal pendant sept jours. 
Elle en profite pour condamner le prince Kunala a perdre les 
yeux. Les bourrcaux eux-m6mes se rofusent a cet ordre barbare 
en s'ecriant: « Nous n'en avonspas lecoui'age. » Mais le prince, 
qui croit que c'est par ordre de son pere que ce suppliec lui 

(1) Voycz Barthclemy Saint-Hilaire, le Bouddha^ ch. v. 



U'VUhE ET LA < :ni>K 25 

^les in\iloa obrii', en It'ur fufsant uo t^adeau : « Faitcs 
devoir, U*ur dil-il, pmir prix tic ro [MrsonL * lis rcfiiseiiL 
\ H tl Caul (\\iv CO suit un excculcur de hasard qui sc 
i*bargv de rt lie airoeite, Un dcs youx est ari*aL'he d'abord, lo 
K* Ic fail doDOcr ei Ic [itvnd dans sa nniin. « Pour(|uoi 
dit-il, no vois-lu plus Ics roriues coniiuc In Irs voyais 
tout i ITieure, grossier globe de chair? Combicn ils s abusent 
Ics iDSensc.s qui s'aUarlicnt a Un en disaiU : C'esl iiiui I » Inrs- 
qof k*sdcu\ ycu\ onl clc airaehcs, Kuiiala secric: ^ Vwil de 
b chair vicnt di' in etre euleve, inais j ai aecjuis Ics ycux par- 
GuUdeb Hiigesse. Stje suis dechu de la ^n-iudeiir sutH'cine, 
j'ai acquis la stuivcrainele de la loi ! * It a|ipn'iKl fjuc vr nVsl 
pas MVD |»cn% inais sa luaralre 4|Lii lui a tail subir un si aifrcux 
fi]|iplicc, H il n a pour elle ijue des mots de pardon. » Putssr 
lH?IJe <ruosi»ner Ion{^lc»mps Ic bonhcur, la vie ct la puissance, 
e f{ui rn 'assure un si gi-nid avanlage ! » Sa Jeunc 
avertie de sou supplice, vii^nl au dcsespoir se jcler u 
ii6f |)leds, il la console : t Fais irevc ii les Jarmes, ne le livre 
diagrin. Cliacuri iri-bas rcencilb* la recompense de ses 
> Ia* roi, averti ealin <ie 1 al>us ndi(>ii\ (jue sa fcmiu(fa 
[Cut tki pouvoir qu1l lui a conlic, veui (a livrer au sup|di(*c. 
iSe jctli' a ses jiieds [kiui' lui flcmandrr Ir pai'doii dv la 
: t Agis fonCnrniciuenl a Tbonneui' ct nv lue pas unc 
*. D n*y a pas de recompense supeiieure a £'i*llr (]ui 
atleml la bicnveillance. La palirncc, seigneur, a etc celebree 
Ic r<4?gala..*0 roi, je nepnuive au«*uni- dnuleur, el nudgre 
lniti*fnriit cruel, niou ctcur n'a que dc la bicnveil lance 
poor itIIc qui in*a fail arrachcr les yeux. Puisseni, au noni de 
ki nhiu* de men paroles, mes yeux redevcnir icls qu ils etaieut 
^ufiamnilit. • A jicine cul-il prone mc4' ces paroles, t|ue srs 
rfprirent Icur premier in-lat (I). Telle est eetle belle le- 
Ir qui nous donne en raccoureJ couune un tableau de 
'tdoles les verlus: la chaslete, la piete« la resignatiuu, le uie- 



(1) attniotti;p.4ai, 113. 



26 LORiE?rr 

pris de la douleur. le pardon des offenses, et avec tont cela 
nne grace miive et randide qui y ajonte im charme souYerain. 
£st-il. dans les Vies des saints, un reeit supcrieur k celui-Ui? 
11 est difTicile de s'elever pins haut dans h grandeur morale 
que ne le fait le bonddhisme. Seidement. conune tonte doc- 
trine religicuse. plus occupee des biens etemels que des biens 
de ce monde. le bonddhisme a presque entierement laiss6 de 
cote, autant que nous en pouvons juger par les docnments, les 
verlus civiles el pratiqui's sur lesquelles repose I'ordre des 
societes humaines : il a fait des saints, il n a jamais pense k 
creep des citoyens : lOrieni en general, I'lnde on particnlier, 
n'a pas connu I'idee de I'ftat. Un idealismc escessif eloignait 
ies liommes dc la rite et de ses devoirs. La vie etait consider^ 
corame un mal, dont il faut s'aflfranchir le plus vite et le plus 
completement possible. La patrie et ses lois n'etaient rieii. 
Pour employer une expression chnHienne, la scnle cil6 pour 
l(rs sages indiens est la cite divine. lis n'ont pas un rc^rd 
pour la cite terrestre. pour rindependance nationale, pour la 
liberte, pour le bien public. La Chine seule, dans tout TOrient, 
parait avoir eu quelque idee du droit politique. Mais c*est i 
TEurope, et en Europe a la Grece qu'appartient en propre la 
grandc idee du citoyen (I). 

g II. — Morale ci politique de la Chine. 
Si nous ne voulions que rcchcrcher en Orient la trace des 

(1) Dans notre Edition pr^cedcnte, nous avions consacF6 quelques 
pages & la morale et a la politique des Perses. Mais ces pages nous 
ayant paru tout a fait insigniHantcs , nous croyons devoir les 
rctrancher. Le Zend Avesta, livro sacre des Porses, n'est qa*un 
rituel, dans lequcl il n*y a guere & chcrchcr dc morale et de poli- 
tique. Rappeluns seulement (jue la morale de ces livrcs ^lait une 
morale plus active que contemplative. La lutte du bien et du mal 
qui est i\ I'origine des ohoses et qui est representee par les deux 
principcs Ormuz et Arhiinaiie, se retrouvait 6galement dans la vie 
liumaiiio. Le Zend Avesta a ete traduit en fran^ais par Anquetil>Du- 
perron (Pan><, 1781, 3 vol. in- 1); en allomand, par Spiegel (L.eipsick, 
1«58-100; et rc<.'ommcnt (1S80) en anglais par M. James Daitnsteter, 
dans la collection de livres sacr^s de I'Oricnt de M. Max Muller. 



l/mDE ET I. A cni^E 27 

id^i^qiii, 6e. pr^s ou rle loin, ont pii avoir tjiiolqup influence 
BUT Im philo^opliii* morale H poHiiqiu* <)e I'Ott icit'nt, n<jus 
cli!vrioiis nous borner a I'lndi* : oar d'lmr pari TEgyple , la 
PflMrfte, qiii ont <^u avec la Grece des rapports incon- 
ne nous ofTrcnl gucTo , dans Ti'lal at'lucl do nos 
, dc» vestiges d'une philosoiihit' morale ; el de 
ratting on ne |>eut soup^*onner aiieiiu rapitorl , nienie indi- 
rect et loinUiin, rnlre la llreee et la seule nation d^* FAsio 
qui oonH |»r<*sonio ufi veritable sysl*;aie de pliiloso|)liie iiinrale 
rl politique, je vcux din^ la Cliine, Le mazdeisnie, le iKuid- 
illii$<iu' ot !e bralmianisnie , ne sgnl ihis, a proprenieni 
parliT, dty> doeirines philo^ophiques: ce sont des dorirines 
reUipcu^s oil se nmeonircnl, il est vrai, cJes priiieipes plnlo- 
■u|iliiqiie«, niais houk unc forme qui n'a ricn de philosophique. 
U oVjo ••^t pas de meme en <*lii[n* ; la morale el la politique i 
*y l^nWntenl si jmii sous la lorme religieose, (jue le sentinjcnt 
rdi^i'UX en v^tr .iu eontraire, [u-esqne eniierenient absent. I 
Ccsl ttn ifnB(*i(^enient iiuinain, rationnel, aussi phitosophique 
qnH pCNlvaiit Teirv ehez nne nation oii lesprit [jraliqiie IViii- 
beauteoup sur 1<^ gtMiie de la speenlaliAn. CeuSt avfi* m\ 
iMit prornnd cfu on pasjiant de llude h la (liine, on 
fUsparallre ee f;r^antes<pie suniaturel qui est le fond de 
>%ion, i*t HO mHv a la legislation, a la jvoesie, a la ]ilnlo> 
meniisim s*^ retrouvt^ aver des honunes parlani un 
bumain, vi ne Hn*rrlianl dune grandeur que la 
do la pens/'e. Sans doule la doeirine morale de 
Coofudus n a jamais I'ranelii la nlurailU^ de la Cliine ; inais 
icrtlr dcirtrine a fait vivn* et nourril encore nne des plusi 
ticimbri*tts«*.s nafi<»ns dii mi>ndi*, et en elle-nieme elle raiti 
t»<>wt«ur a Tesprit luunaui (I), Cen est :iss«'z pour ne pas Voa- 
iUlicr «laft« eetle bistoire. 

Ccuin^Jts* — U* premier caraelere que nous presente la 



1^ doctrine morale de Confucius (Khoung-lacu) se troure 
C4 quoa appcllc lo^ qualre iwrei clauiqu€t {Ssc-Chou). 



28 l'oriext 

philosophic morale dc la Chine, c*esl d'etre, non pas une 
a?uvre anonynie revelec par dc prelendues di>iiiites ou par 
I des personnagos niysterieux dont nous ne connaissons pas )e 
/ 1 nom, mais Fa'uvrc d un homme, d'unc pcrsonne dont I'his- 
toire, le caractere, les mceurs m^mes nous ont etc transmises 
dans des recils auttientiques. Dans ses ecrits ou dans ceux de 
ses disciples immediats, nous le voyons vivrc ct parler de lui- 
mt^mc avec up accent nalurel qui louche plus vivement que Ics 
cmphatiqucs hyperboles des rcvelateurs indiens. c Lc philo- 
sophe, disent ses disciples, etait complctement exempt dc 
qualre choscs. II etait sans amour-propre, sans prejugfes, sans 
obstination et sans egoisme (l).Le philosophe etait d'un abord 
aimable et prcvcnant : sa gravite sans raideur et la dignite de 
son maintien inspiraient du respect sans contrainte... Que ses 
manieres etaient douces et persuasives ! Que son air etait 
affable et prevenant (-2) ! > II etait d'un naturel tendrc et aifinaDt. 
e Quand le philosophe se trouvail a table avec une pcrsonne 
qui eprouvail du chagrin dc la pcrlc dc quelqu^un, il nc pou- 
vait manger pour satisfiiirc son appctit (3). > Ses paroles 
sont modcstcs ct plcines dc simplicitc : c Je conimente, 
j'cclaircis Ics ancicns ouvragcs, dit-il, mais je n'en compose 
pas dc nouv(»aux. J'ai foi dans Ics an(*icns ct je les aime... Je 
ne naquis point douc dc la scicn(v. Jc suis un homme qui a 



Ces quatrc livrcs sont : !• Le Ta-hio ou la grande dtudo ; 2" lo 
Tchoung-young ou rinvariabilitc dans le milieu ; 3» le iMft-yu ou les 
cntrcticns philosophiques. De ces trois ouvrages, le premier scul, 
le Ta-hiOf est de Confucius lui-m«5me ; le second, le Tchoung-jioung, 
est de son petit fils et disciple Tseu-ssc. Quant au quatri^me livro 
classiquc, c'est lc livre de Meng-tseu ou Mencius, qui a renouvele 
la doctrine dc Confucius deux siecles aprcs lui. Pour completer la 
connaissancc de la philosoi)lue morale et politique de la Chine, il 
faut encore consulter lc Chou-King ou livre par excellence. M. G. 
Pauthier a donn6 une traduction franraise de ces divers ouvrages. 
(Voy. les Litres sacrdi de V Orient ^ chcz Firmin Didot.) Abel R^musat 
a donne une traduction latino du Tclioung- Young avec commen- 
tairc [iS'otices et exlrails des manuscrilSf t. X, p. 2C9). 

(1) Lun-yu, ix, 4. 

(2) lb., VII, 4 ct 37. 

(3) /^., VII, 9. 



LIICDE ET Li ail^K 



29 



5nSfi?Tis, i't r|iu :i fait lous srs i- Hurts pour iicquerir 
ieurs ounnoissuncos (1), » 11 naspiiv iioinl mix luakms mira- 
culeosc^, vi oc chorchi> ]ioiiu a (Hablir sa doiirinc sur dvs 
prodiges ; « Faire dos actions fxtraordioaires qui paraisstml i 
en dehors dt* la nature Iiuniaino, opcTi'r drs prodi^es pour sc 
|iruciinn* ih*s adtuiralcui^s t'l dvs SLrclalouis dans Irs siocles a' 
irmir^ voilu cc que jc oe voudrais pas fairii ('2), > Enfia, lt, 
n'csi i>as uQ lhc'05iophr niystfiieux ayanl di'ux dorlrines, 
i'ltlie pul)Uqui% I'autrr stcn'ic : « Vous, nies distiples, tous 
que vous i^l(*s, croyoz-vous quo j'aie pour vous dos 
d^K'triBi'H cachces? Je n'ai poial de doctrines cachees pour 

?ioos vcnoHK de voir quo Confucius sc donno t!omnH' un 
eooimmUiK^or di'ft anciens ; il asl partisan dcs anciens usages, 
ta vrul b roDslancc dims les moairs el les ct'Tf^iiionics. On 
tesdt i|u**l]c est en Oiine rij»|>orlani*o du ceri'iiiainal et des 
•rili^. Confucius s'y conforniml cl il disail: • Les thars de 
rcniiirp actuel suivcnt les monies orni* res qutM'cux des temps 
|nsM*« : I<^ livre* snnl ecrits avee Jes im^nn's i*araeirres, vi les 
■iu*lirs *nnl les meraes c|u*auln1Viis. > II eonifile [uuiout 
rob3irr\^ali(iii den riles au nninbre drs vcrtuj; ( i) ; iniiis tl est 
«H f ' ■ i^'onni^ les emyinonics aux st^ ntitiie nt9> el 

t Vii; " ^* " ^ ^U^-^'»i;' *»n eili' de lui des |iaraf('s qui peuvenl 
Mre reganli^ coiiune independaiiles dans un pays ou le for- 
flKiBsiiic fncliaine la vie privre et publique dans les niailtes 
inrxirit^lcH dun ciTemonial snpersljiieirx (.')). t l*rrparez, 
dbilK-il« d'abord h* fond du tableau pour y appliquer ensuile 
Ittoottlcttni^ Tfii*u-liia dit : Les 1ms du^nluel soiU doiy; seeQii- 



,H Ltjfwyii. vif, 1, 19. 

k? " -ang, xr, I. 

( . L vtf. i!3, 

[ij i:n -oDi puur lui rexprossiondo la loi ct^lonte (Tchoung-young, 
dL Xix ei xxvin. Voy. aussi Lun-vn, I, IL *'. xii» 1. 

^> Hour en avoir mio i(i<?<?, vovcz lo Tclioou-Ii ou rites du 
Tiiliaoa, trm<J. do M. Edouard tJiol, ct TftTialystj de ce livri* par 
If BioC, lo p^rns, ili&ott lea Cttmptcs rendii^ d^ I'Ac. dcs sc, mor , 
«• fc^r. I. L\, |i. Igf7. 



30 L'0RIE!(T 

daires. Lc philosophe dit : Vous ayez saisi ma p«nsee (1) » 
J'ontends dans le memc sens les paroles soivantes : c En fait 
dc rites, une stride economie est preferable h rextravagance; 
en f:ut de ceremonies funebres, une douleur silencieuse est 
preferable a une pompe value et sterile (2). > Enfin, ce qui 
temoigne surtout de Tindependance de son esprit, c'est Finter- 
prctation tres llbre et toute philosopbique qull donne des 
textes sacres (3). 

Le Philosophe, comme I'appellent les livres dc ses disciples, 
montre la meme reser\'e relativement au culte. Ce culte d'ail- 
leurs etait fort pen eleve : c*est une sorte de polyth^isme 
vague et materialiste ; les Ghinois n'ont jamais bien compris le 
Idieu spirituel et personnel des cukes occidentaux : ils adorent 
des etres indetermines que Ton appellc des esprits ou des 
genies, qui paraissent n*^tre autre chose que les forces de la 
nature. Sur ce point comme sur le ceremonial, Gonfudus 
parait avoir prefere I cfond a la for me, snns Hirp, jnfiffiu^ ripn 
dfeXQnlraire aBX croyances populaires; voici un passage signi- 
ficatif: c Le philosophe etant malade, Tseu-lou le pria de 
permettre a scs disciples d'adresscr pour lui leurs pri^res 
aux esprits et aux genies. Le philosophe dit : Cela con- 
vient-il? Tseu-lou repondit avec respect : Cela convient. II 
est dit dans le Ii\Te intitule Houei : c Adressez vos pri^res 
aux esprits et aux genies d'en haut et d'en has (du ciel et de 
la terre). Le philosophe dit : la priere de Khieou (c'est le nom 
qu'il se donnait a lui-memej est permanenle (4). » C'etaitoppo- 
ser dans cc passage la priere permanente, c'est-^-dirc la pci^ 
du ccEur, la priere des actes, aux pri(^res determinees et cxi- 
gees duns des circonstances particulieres. Cette priere penna- 
nonte, c'est evidcniment la sagesse, sur laquelle il compte 
plus pour flechir les esprits que sur des actes exterieurs. 



(1) Lun-yu, I, iii, 8. 
(2) /i^., I, III, 4. 

(3) V. par ex. Tch.-young, xii, 3 ; xni, 2. 

(4) Lun-yu, vii, 34. 



l'indc i:t la chine 3! 

Ics fois qu'oD tui tail drs qucslioiis relatives au niondc 
itiirelf il los olucle. « Ki-Iou drnuinda (^onmieni 11 Uitluit 
i^nir li*s i-5.prils el les genies. Lo [dtilosoplie dil : Uiumd ou 
'e»l fias c*nc5ore en eUit de seiTir les huuiiiics, comment pour- 
in senlr U'H I'Sprils ct los genicji? — l\^rnu'Uez-!iioi, 
l-iJ, ijuf j'uM' \om diMiwinJer ce que eesL que lu iiiort? 
filidusopht* dil : Quaiid on iie sail jias eneore ee que c*esl 
b \'U% eoininent [>ourrail-oii foiinaitr'e la oiorl (I)? • 
La diKifiiie de Coiit'ucius esl done une tloelniie philosoplii- 
rl mUoooelie, respcclueuse cnvers la tradiliou, inais inde- 
idanle. II a sur la scieoce des prineipes lout a tail eouroniies 
Cii*tix di* Soerah%el expidiicVs cli'ja aver uni' precision rare, w^ 
^voir ijue I'on suit ce que Ton salt, el que IVm ne sail pas ce 
Ion ne sail pas, voiUi la veritable seienoe (2). > 11 se rend 
^Uvsbk'it coui|>le du earaeirrede sa doeiHne eidi^.sa meliiode: 
c Lcs ^ires de la nature, ditU, onl une eauje et des elTeis ; 
;1«^ arllaiis bumaineft ont tin prineipe et des coDse(]uenees : 
dire la caus4* i'l !<'h elTets, les prineipes el les eonse- 
iccs, cesl ai»[iroeher Ires pres dc la raelhode ralionnelle, 
:i%er bipH^lle on arrive a la perfeeliou (3). » 

U iR' faudrajl pas cei>end:ml se faire Ulusion^ el ehereiier 
daji& Cucdueiuii une metliode tri's rijjoureuse : il proeede par 
apliammeti, plus i|ue par raisonitetuenl. Ce qui ne peut pas 
lire iiie,c*c*«l le sentinieul moral qui anime ccs antiques nionu- 
ttmiU. Ou ue peul ijuere leur compai*er sous ee raiJpori, dans 
feft Uvrvs purement philosopliiqueH , que les Mcmornble.s de 
Xi*lio|iJftuD uu les P*'itsi'e» de iMarc-Aurele. Le tun est d lyie fe'mn- 
dgu*, d'ujLe pu^ae, d une siiictTile vraipienl adnmtibles. t Si 
lie duitlo vous ave/. enti'udu la voi\ de la raison eelestef le Hoir 
ifODS |M>ave2 luourir (i). > L'euUiousiasnie du devoir > eelate 
oi cboft profoads et sublimes ! < Ob ! que la loi du devoir dc 



(1) iMn-yxu n, 3U, 11. 

(J) Tii-iuo, I. 3. 



32 L*ORIENT 

rhoniinc smnt <»sl gi-andr, sWrio lo philosophe ! c'est un ocean 
sansrivage! Elleproduit otentrotieni lout Ics litres: elle louche 
aucicl parsa hauteur! Oh! quelle est abondante et vaste (I)! > 
Le sentiment moral s'enricliit ehez Confucius dc cc qui manque 
au sentiment I'eligieux ; ou plut6t il devient le sentiment 
religit^ux lui-meme, et la loi morale lui revcle un principe, 
(*\istant par lui-meme. sup<Tieur a tout ce que les sens penvent 
atteindri' et auc|uel il n<' numqui* que le nom de Dleu : c Le 
pai'fait, dit-il, est le vrai d^'gage dc tout melange... Lc parfait 
est le commencement et la fm d(^ tous les Otres. Sans lc parfait 
ou la p<Tfection, les etn's ne seraient pas... Le parfait est par 
lui-meme parfait absolu (-2). » 

Confucius ne nous montre pas seulement un sentiment vif 
et enthousiaste de la loi morale : il en donne unc definition 
pre<*ise : il en saisit avec profondeur les caracteres, el sa doc- 
trine morale est d(^ja savante. Voiei (*omment il d^finit la loi 
moral(\ c C est le principe qui nous dirige dans la conformity 
denos anions avec la nature rationnelle (3). » C'est lace qu'il 
ar)pelle la droite voie. 11 dit encore : « La loi de la philosophic 
pratirjue consiste a developper et a remettre en lumi^re le prin- 
cijie lumineux de la raison {'i). » Qu'est-ce que cette nature 
r.itionnelle, a huiiielle la loi morale nous ordonno de nous con- 
former et que Confucius appelle aussi le mandat du del? G*esl, 
selon lui, la loi constitutive qucle ciel amise dans chaque 4tre 
pour a(T()nif)lir reguliercMuent sa destinec : < C'est le principe 
des operations vitales et des actions intelligentes confe- 
rees par le ciel aux elres vivants(commentaire). > Qu'esl-cc 
maintenant rjue le ciel, expression (|ue les philosophes chinois 
alFerrtionnent ? On voudrait pouvoir aflirmer que Confucius a 



(1) Tch-younpr, xxvii. Cc livrc, A, la verit6, n'cst pas de Confucius, 
mais (1<5 son pctit-flls, Tscu-ssc ; mais il est inspird dc son esprit. 

(2) ///., XXV, 1 2. 

(3- /^. 1, 1. « Quod dicitur natura conformari naturoB dicitur regula. » 
(Abel l^'-musat). 

(1) Ta-hio, I, Cette di'liiiitiori parait littcralcmcnt la m&me que la 
definition stoTcicnnc : 6;xoAOY^a "r, suffsi, tw Xo't-co. 



l'l\de et la chine 33 

ilciidQ par cetle eitprcssion un vire vr:umont siipjrieur a la 
Dataret une intelligence su[>rrmi\ nno volontrr(;kyiw. Muisoii 
oe pent «e rcfuscT a reconnailiT quv Omfuriiis m? sest jmuiiis 

ICJt* :^-df^os d^me so^c cjc p;inlh£ismc nulyrulislo assez 
doat le caractere sic iiionlrc a nous dans 1*' curieux |ias- 
p cfve void : < Que les faciilk'S ilcs pnrssanci^s subfik'S du 
dd tl dc b Uth' sont vasles et prolbtuios?... Idrntifu'eH a la 
wrfwrtunce m^me dea choscs.olh^s ne peuvent en etre separees. 
JUtei MHi fKU'lmit ao-dossus de notis, a notn' fjaiirhe, a noire 
illrale^ eUrii nous onvimnncnl tie tontcs parts. Ces esprits, 

aue sithtik et inipereeplibles qii'ils soienl, se nianifeslriil 
leii formes coppondles des iHres : ir;ur essenre etant unc 
rLH^lIe, ejle ne pent pas ne pas se manifesler par une 
jBskongue (1). » ' ' 
Si Co<itfiii4u8 e*l ol>s<'ur snr la loi prhuilivc des dliTS, il 
SUV la loi morale avee line rlevation, unc ferniele et 
!• rpit lie laJSJM'iit Hen a di'sircr. Ia' raractrre essrnlirl 
ocllc ioi est, a tk*K veux. lobligation el riuiniiilabililc*. * La 
dp ronduilp nionde, dh-il, t|iii doil dirii^'er les aelions 
^HcHeiiMmt oblj^'aloire que Ton ne [leul sen eearlt^r d nn 
il pninl^d'un st*\\\ instant. Si Ton pouvait sV.n eearter^ ee ne 
kit pUiiiime rt'gle de eonduUe iminuable {'2). * Hen exprimc 
i'» admirables le ear.ielere iibsidu. < La loi dii devoir, 
i*sl parelJe-menie la loi dn devoir (ii). > II nous peinl 
loi Mli*rn^lle eg:i|e pottr lous, quelle que soil leur eondi- 
«il)le au\ fdns humbles, ei sutpMssaril vn mmw 
I'frorts des plus saf^es et des pins savants, « si 
riidiii% lUt-il, qu'elle pcut Ji*appli(pier a toules les aelions des 
\^ &i sublile qu VUe n csl pas manifesle pour lous (4). > 
C^tie lui, quoique siniposant a Ihomme d*une niantere 
a tvjiendant sou (irim-ipe dans le rieur de lous les 



L-yotmg, xvj» 1, 2, 3. 
(3) Trh.-5«>ang,xxv, 1, - Regula ipsius r«gula • (Ab. ll^mu&iil.) 

Jaxst. ~ Science polttiqne. h ^3 



34 LORIEST 

hommffs rlVju die s'clrve a sa plus haote manifestation poor 
(WrIuircT h: cicl et la U^rre do ses rayons i^latants. Elle ne doit 
pas ^Hit; I'loignw des liommos (1), c'esl-a-dire qu'clle doit 
vUt* confoniii; ft propoitionnee a It'ur nature. Enfln, ii la 
i'onsidrrc coniuK' la loi di' toutes li*s intelligences ct illumi- 
nanl runiv«>rs ♦•ntier (-2). >'«• doil-on pas reconnaitre que 
Ouii'uciiis a saisi tous les trails essentiels par lesquels Tana- 
lyse la plus savanti' a essayt' de deiinir la loi morale? 

Quv\ est I'objct de la loi morale? C'est Ic perfectionnemcnt 
de soi-mrme. 0)nfucius nous le dit dans plusieurs passages ; 
mais il distingue avei.* ]>ret.>isi<)n la perfection et Ic perfectionne- 
mcnt. L'uue <'st la loi du ciel, I'autre est la loi deTliommc (3); 
I'une est un ideal auquel nul ne |x>ut atteindre , Tautre 
est le possiblt', et est au pouvoir de tous les hommes. Confa- 
eius, lorsqu'il parte de la p<Tteetion, semble cntrcvoir un type 
suprrieur a la nuturt^ meme, et les paroles suivantes pcuvent 
elrc! ent4>ndues (?omme I'expression obscure mais profonde de 
I'idec^ d'infini : < U' eiel et la terre sont grands sans doule; 
eependant riioinnie trouve aussi <'n vn\ des imperfections. 
C'4'st pour(|uoi hi sage en considenmt ce que la regie de 
eonduite morale a de plus'grand, a dit que le monde ne peut la 
(!outeiiii' ('i). > — « La puissance productive du ciel ct de la 
ti'ire p(>ut s'cxprimiT par un seul mot : c'est la perfection, mais 
la produ(!ti()n drs etres est incomprehensible (5). Le parfait 
est le commencement et la fin de tous les etres; sans leparfiiity 
les etres ne seraient pas (G). » L'ideal moral conduit done 
(>>iirur^ius aussi pres qmi possible de Tidee de Dieu, dont il 
est si eloigne dans ses e(meeptions metaphysiqucs. 

Uuoi(|ue la perfection soil au-dessus des cflbitsde rhommc, 
Oinfucius aime eependant a se representcr im homme souve- 

(1) Tch.-youn«r, xiii, 2. 

{i) lb., XII, 3. 

(3) lb., XX, 17. « Rectum cooli regula. Rectum hominis regola. • 

(1) lb., XII, 2. 

(.">) //>., XXVI, 7. 

(6) //;., XXV, 2. 



L*I?tDE ET LA CHfNE 35 

parfaif, qui est le moilrlr ibni il sr seit pour 

aulrcs homines a I:i snjijcsso. ("I'sl on pf^rsoiinuf:?** 

bbble uu s;>^r ili's sluifit'ns qui a umU' ki vertUj 

la sdoiice i^t touto hi pui.'tivaiKH^ quo I'on pout concevoiret 

d^siffT(l). Ginfurius hii prrlo inr'iin^ des rni'iilles siirnalurt'lli's, 

Ctlenoriimc tin troiiiiriiK* pmivoir dii rid oi dr h icrro (-2). 

, lout f'n f^ropo.saiU iin iiio(ir]r ii\vn\ , il m* drtiiamlo 

s ttac iHTfi'i'tion inipossitilo : « Jo no puis parvonir a voir 

caint boinmo, nous ilit-il ; tuul oo r|uo jo puis, o'cst ih* voir 

saig«. » Cost ainsi rpiil iulorprolt^ co passage du livro dv^ 

• L'artisau qui laillo un nianoho do co{?n<''4' sur un autre 

n'a ])as son niodrlo eloigno do iui. Ainsi to saj^e pour 

nM*r el amolioror los honimos ne doil pas rofjanler un 

^ffoMn* trt»p eloigne. Tno fois (pfil los a lann'iu'^s ay hjrn. il 

^B^utHi* lai (3). « AiuAi quoique riurmnio no |»uissr altoindro u 

^^^^■^etifm, il doit ossayor sans <*osse d'cri appmofier, vl 

HHHHRr de fairo de^i pmgivs v(ts oe but subJiino. II oUidie 

mrrc [irt)4>>iideur la loi du devoir, pour on ^u.sir los prooof>U*$ 

Irs filus MibUls f*t lo!» plus inaeeessiblos au\ inlolli^jrort^^es 

folfatn'^, il M» oonfonni' aux lois d('*ja rooonnues et ilierolio h 

ca dt*roavnr do nouvolles ('i). 

Llileii' i\ut Confuciu!!} m forme de la Hi»gesse est ires large. 

n taftii* b force dame oomnie tin sloJ4*ien ('>), la nutdoi-aiinn 

eo mnw ' un diM'iple d'Arisioto, Taniour des ftiinnnos oomini^ 

m chri^*ti. NVst-ee pas un I'lpioteie, un Mare-Aurelo (pii a 

fttirrs fian>le« : « E^it-il riehe, coiublr d honmurs, lo sag*? 

doll agir un bomme riolio rl lornbli'- d'lionnours. 

in* et mej»ris4% il agil eoiiutio un h4i{nine fiauvre et 

. Le sage qui s^chI id(*niirie avec la loi morale con- 

UiOjOiir« as8e7. dVmpire sur lui-mr'mo pi»ur lotnplir ie$ 



W T^.-jnoung, xxfi, cl »U4V. 

v%n, 1. - Cccli ct tcrraj tcrmiriurn. • 

nu 2. 
nxYih ^. * Attuenci Tctcribua ct noscit nova* * 



36 l'orient 

devoirs de sonetat dans quelque condition qu'il se trouvc (i).> 
Mais cette frrmote n*<*st jamiiis accompagfnee d*ostentation 
ct d'omfiliasi'. 11 n<*. dit pas coinmc le philosoplic groc : 
« Memo dans Ic tauivau do Phalaris, k» sago s'ccrierait encore : 
Qu<i cola est doux. » Mais il dil avoc uno simplicity el unc 
niod(;stic bion plus toucliantos : « S<» nourrlr d'un pcu dc riz, 
boire d(» r<*au, navoir (|ii(» son bras courbc pour appuyer sa 
toto, est un otat qui a aussi sa satisfaction (2). > II ayoutait : 
« Etro richo ollionon'' par dos nioyons iniques, c'ost pour moi 
commt^ 1(* nuago fluttant qui passo. > 

Voilii pour la force d'anio ; quant a la vertu de la modera- 
tion, olio est uno d(»s i)lus recomniandeos dans Tecole dc 
Confucius ; lo principo du juste milieu est un de sc^s principes 
favoris ; (!*ost lobjot d'un livrw dont lo titrc parU» assi*z par 
lui-momo : VinvariahilUe dans le milieu (3). Voici comment 
Tautcur, polit-lils do (>}nfucius et inlerprt»te do sa doctrine 
(Tseu-sso) , d<'»finit 1<» milieu : t Avanl que la joie , la satis- 
faction, la coloi**', la tristoss(» so soiont produites (avec cxces), 
I'otat dans locjuol on so trouve s'appolle milieu. — La pcr- 
sovoi"aiio(» dans lo milieu , loiu de tout extreme, est !e signc 
duno vortu suporioui'(», [\), » Mais il no. faut pas entendre Ic 
niiliou duns un sons absolu et intli^xiblo, commc s'il etait 6se 
d'avanoc^ pour toutos circonslancos. 11 y a milieu et milieu : 
la sagosso est do savoir lo roctmnaitro : < L'liomme sui>ericur 
sv. confonuo aux circonstano(»s pour tenir lo milieu... riiomme 
vulgairo iw. craint pas de \v. suivro temorairomonl en tout ct 
parlout (.")). » Tol ost Tosprit d(» moderation de cos philoso- 
plios, (ju'ils voul jus(|u a oraindro Toxcos de la moderation, 

(1) Tflioung-youn.ir., xiv, 1, 2. 

(iij Liin-yu, vn. 15. 

(Ill Avcni.^scnient du docteur Tcliiiig-Tscu. Lo doctcur Tching- 
Ts(ju a dit : « Cc (jui ne dOvic d'aucun cOto est appele milieu 
(tchoiin^'i, ("c qui no change pas est appele invariable '(young). » 
Tr. Ir. p. :«. 

(1) Tchoung-young, 1, iv; ii, 1, 2 ; iii, 1 ; vii, 1; viir, 1; ix, 1 ; X, 5; 
XI, 3 ; XIV, 1, etc. 

(5) Ilf.t II, 2. Glose.'ii Sans so conformer aux circonstances. • 



L LM>K ET LA CHINE 



37 



ffn'flft si*eii rapporient plus, pour irouver le vrai miluni, au 

<lc nioiiimc* supcriiHir qiiii lours pr«»ptvs ftn'iimlt\s, 

£11611, on a scmvont sigualo dans Coiiru<'ius dcs ('^il'•tu^»^ts 

lljM^ratt fM*rtul*i d'appeler cJiretions,si rhuniiliir' el la diariie 

deTaacnt iMn* considrircs comnH' l«* donjaiiir prn[»r4' du chriA- 

tiaiiteaii*. >''t\sl-co pas uue noble Imniiltle (]ul a itisplrt* ires 

lamles; t Puir Ir tuonde , d'lHiv cii vu n\ coiinu dcs homines, 

l,ci*pciidanl n'cn eprouvcr aucim*' \w\ni\ loul cela n'ost pos- 

I'mi Haiiil (I)... * — t L'liomme suprrirur sTdllifyo do son 

•*? ; il iw s'artli^'o pas d'vHiv igiiori* iM iin'f uiiiiu dfs 

ir» (2). t N'c»l-*'C pas la cliiirilc qui a Inspitf' W passagfc 

^ t Fantrlii dcnianda cc que? c*rlaii {|ii<* la vojlii de 

lti\ Lo philosoplio (lit : Mmvv k's hommes {:^). — 

U di>il aimer l»^s hommrs do tniiU* la force el ri'leudut' de 

a0irlJuD(4) 1. — « L'hoiiirnf sup^'ni^ur est cHui qui a unc 

iiivifillanrr (•jyalo pour lous (.'1). » 

ViHilon di'ji (Ktroles ^'umn* plus penetranles, 011 nan stmle- 
a rjd€»e, mais le iMmlimeut de la fratornile s i*xpi ime en 
tourlianlH ol pa»si<tuue'i. Le pliilusoplie dit: « Je vou- 
procuivr aux viril lards un doux repos, aux amis conser- 
Be fid^Ule eon^tantis au\ feiiimes et aux enl'ants douner 
tout mau»niels (6) •.., S4M!->Ia-Nieoii ^ aireete de 
', (Kl : « Tons Us liomiues nni ili's fnVes, uiui seiil 
'en si point* — yui* llioniuie supeiirui', n'])oiid Ic* [>]iil(iso- 
iv|pnle lous leii liommes qui liubilenl dans I'interieur 
'Art qoaln* nii*rs eoiiuiH' ses freres (7). » El euliu, pour 
eo* ciUiUoDH par eelle qui les resume loiiirs, qtioi de 
mifrfeilli^uiL <pie <'ette paruli!, que IVmi pourniit prt^ndre 
iradurtion lilienile de Iftvimgile, si len livres de 



(II Tek.^young, xi, 3, 
A iMtk-yUt XV, IR. 
dl /»,« xtt, SQL 

(7^ tK, J»i, 5. 



38 l'oriext 

Confucius n'etaiont pas anterieurs a r£vangile : c La doctrine 
de notice maitre, dit ThseDg-tsou, consiste uniquement a avoir 
la droiturc du coeur ct a aimer sod prochain comme soi- 
memc >... — Agir envers les autres commc nous voudrions 
qu'ils agissent envers nous-m(>mes, voila la doctrine dc lliu- 
nianite. » — t La regie de la vie est la reciprocite (I). » 

On ne peut pas dire que Confucius ait euune doctrine politi- 
que. L'Orienl n'a guere counu celte science qui s*occupe des 
elements constitntifs de TEtat, discute les principes du gou- 
veinement, distingue et compare les diflerentes constitutions, 
et juge les gouvememenls sur un modele dont Tidte varie 
scion le systeme el les i)references de chacun. Llm- 
mobile Orient a plus de respect pour les principes du 
pouvoir. 

Cependant il faut i*econnaitre qu>n Chine, ou tout se pre- 
sente sous des proportions plus humiiines, la doctrine du droit 
divin est bien moins exageree que dans Tlnde. Le roi est biea 
ap|K'le le Fils du Ciel, et il est reconnu que c'cst du del qail 
recoit son fKiuvoir (i?) ; niais celte expression vague et ml 
deiinie n'emfx*rhe jKis qu'on ne le considerc comme im 
honmie, et cjue le gouveniemeui ne soil traite par les phfloso- 
ph(*s comme un etablissement huniain, sujet aux impe^fe^ 
lions. a|>fH'lanl la critique el susceptible de reformes et de 
fHTfectionncmeni. La souverainete n y paralt pas absolumenl 
inviolable ; en fail, de nombreuses dynasties se sont succW 
les unes aux autres sur le sol de la Chine. Confucius par^ 
(lonner son ap|>robalion a Tune de ees revolutions (3), et B 
semble les autoris(M* en general par ces paroles d'une singo- 
liere bardiesse : « L(^ Khang-kao a dit : Le mandat du Cicl qui 



(II Ta-Iiio, ix, 3 (voir Ic commcutaire dans Pauihier, traduction 
latinc, p. 66, Paris, 1837). — Tchoung-young, xm, 3; Lun-yu, nr, 
15 ; V, 11 : VI, 2H ; xv, 23 ; Meng-tseu, II*, vii, 4. 

(2) Chou-King (Livres saoros dc rOriciit, 1810). Ch. Tal-chi. « Le 
riel, on ereant des peuples, Icur a propose dos princes poar avoir 
soin d'eux. » 

(3} Lun-yii, xiv, 17, IS. 



L INDE ET IJk CniNE 



39 



Jlilj^ 



.1 . 



snuvcrainok' Ik uii honiiiR" nv la lui ftrnfrt'i: pas 
jours. Ce qui sigmlic qu'iMi praltt^naHi \v hlvu el la 
JMji ci^ on i'oblicnl. el quVn praliqiiatil tr mal ou 1 iiijtislict^ 
^ftbi I"^rtJ (1). » Aiusi la souveniincte pout sl* prrilir, vi b 
N ' tit- quo li* prinro ail fir la ronsor\Ti\ r\\st raoitnir 

(III [H'uplr : « Ohlirns raHrt'lton dii pruplf, ri lu 
^obUt^udras IViuiiiiv ; poi-ds ratreulioii du pru[>ltv, {{ tu perdras 

IS ws guIlrr*.*u^ie!i paroles, il ii«* rimdr;dl |)as fucndrc ^^ , 
pour un reIV)rnmteur pf>lhi(|iuv. II rrliist' an iiciiplo !a , 
critique du gouvcmi'iiicnl (3), n nt- nuonnail qua I'aiiUjrilr » - 
U|^aiL* le |iouvoir dopertT Irs grandi's rfl'ortiu's qu\'\Ei^i' }v ' ' 
ttfaH lie rtlal (i). lie uCsl pas uon plus un iilopislr qui ivw uiir 
indlelf* idible pour He donner le droil d'areabior de scs nicpris 

kltKICMiU* ri^lk^; cl^quoiqu'il sV-cm* iini^i fois dansiin atTrs d'cn- 
llMilliBBilie : • Si ji* pom'dui.s \v iiiatidal tie la r(i\auh's il ik^ mo 
fcotfrsiit lias plus d^une gcnrratioii pour faire n'-^mrr parioot 
la fiTtH de riiuiiuinit^, > ees parolrs anilulicusi's saul les 
ou CoiifudUH M^mblr prcndiv \v rulr de ivfornia- 
■: ea gtitMiral, tvcst un sajji*, mi nioralisUr <|yi tUmnc dos 
coftficils aux rot» cotiime aux aulros hotunics. La politique 
■'i*ftl (MJUr lui qu'une parUi! dc la luoralr. II rlilinil Ir g(»uv(T- 
{iin]ii?fil : t Cc qui fsi juslt- ft dtMiil, » Pour biru gouverncr 
il faui d'abord» s^iuivaiil lui, unitn* Tiu'dri^ datis sa 
;, d utirtout jw» ffouvtTncr soi-nu^me (5), « Lc princes 
V(*rltteDX pOiMSt'dr le rti'ur di* st*.s siijels ; s'il pdSM'de 
Ib r«i$ur^ il pouhd^ \c UTriloirc, Le piiH(i[»r raiioujirl el 
moral »! la baM? roiidarncnlale, Ics richcsjies n'en sum qu<; 
'aci-s^sAoire. (fi), » II re(*onimuiide au prinee de cherrher 
'inteliurulion de jm?s nujelH, iiori par les suiiplires, inais \k\v h' 




(1) T*-*uo» X. 10, 

(Si r* , 5. 



11. 

iig, xxvm, 2. 



40 L 

hon exemple. Sur les reTenus do l'£tat donne des conseOs 
rfui pfruvffDt sembler naifs. qui sont cep(^ndant, qnoi qu on 
fasv, \i: fJfrrnitT mot de la science finaneiere : c 11 y a un 
grand princifK', dit-il. pour accroitre les revenos dc Vtxski on 
df: la famille. Que ireux qui produisent ees reTcnus soient 
nombreux, et ceux qui les dissipent en petit nombre ; que 
ceux qui les font croitnr pur leur travail sc donnent beaucoup 
dc purine, et que ceux qui les consomment le fassent avec mo- 
derjtion. Df; cette maniere, les revenus seront toij^ours snfii- 
sants. » Ce qui est marque au coin d'une sagesse profonde et 
bardie, et ce qui est dune verite ctemellc, c'est cette 
vehemente apostrophe contre les ministrcs pre^-aricateiu^ : 
ff Si ceux qui gouvement les £tats nc pensent qu a amasser 
des richesses pour leur usage personnel, ils attircront infln- 
bitabh'ment aupres d'eux des hommes depraves : ces hommes 
leur feront croii'e ([u jIs sont des ministrcs bons et vertuenx, 
el ces hommes depraves gouverneront le royaume. Mais 
Tadministratlon de (>es indignt^s ministrcs appellcra sur le 
gr)Uvem<Mn(mt les ehatiments divins el les vengeances do 
p(;upl(;. Uuand les alFaires publiques sont arrivecs a ce point, 
(|uels ministrcs, fuss<ml-ils les plus justes et les plus vcrtuenx, 
delournfrraienl da tels malheurs ? Ct» qui veul dire que ceux 
(|iii goiivei'ncnl un royaume*, ne doivenl i)as faire leur richesse 
pi ivee (les revenus publics , mais (ju'ils doivent faire de la 
juslice el de 1 equite leur seule riehesse (1). » Enfin, Confucius 
seiiihle avoir deving le wUi des ministrcs constitutionnels, 
lors(|iril (lit: « Oeux que Ton appelle grands ministrcs scrvcnt 
leiirs princes scion les principcs de la droilc raison (et non 
scion les (l(''sirs du princ(?) ; s'ils ne le peuvent pas, alors ils 
sc rclircnl (2). > 

Mkxciis. — Apr(>s Confucius (^l scs premiers disciples, il 
aiiiva ct^ (]ui arrive toujours; lecolc d(3g(;nera, la doctrine 

(1) T.'i-hio, X, 1«, 22. 

{2) Luii-yii, XI (I (lu 2o livre), 23. La parenth^se est du oommen- 
talcur chitiois. 



L'DSDE ^T la CHI7<E 41 

ligec el abundonn(*i* ; dfs mhiis noiivelles se forme- 





Famii les seeies qui so (liHdnpprpt^nl a wuv ('poqtie, vn 
\MH>r% de Terole de Confucius, on ini viu> principaleniont 
inH ofipostvs Winv u Taulro ti unites dtuix eloignt'es 
're iiiiUt'u *ni<* l«* philusophi' avail n-gardc coiiiiiic la bas« 
deKimuraie: la swtIc d'Yang: I't la scclc do Me (1). La prv- 
nuhv. |>aruU avoir eu* uiir surl*' dV'pirui'cismi' gi-ossiicr : en 
ilionik% die n adnieltail que Tauiour de soi-iiieiiH' ; en poli- 
tiqop, die professmt raiiaivhie el ne rec^oiinaissaiL imint 
[laotiirite des princes. La secle de Me piMilessail au eontniire 
ir sans borncs pour rhiinranile ; mats elle mtVoiiriaiij- 
senliuieiil<$ les plus iialurels vi s*allaf|uait a la fatnille, 
Gbs di!ttx sectes, que Ton poun*ail. appeler socialistcs, se 
fnrtiigmient les lelln'-s; itiais on a sniri d'nj(Hiler: * les lellres 
ttoifiloyi's > ; ear eeii\ qui etaienl dans les eiiijilois si* 
bien gardes d adopter des opinions aussi suliversives; 
nrvaocbe, il e«l permis de eonjeriuier que reloignenient 
" ' nt quel(pies-uns, des emplois rt des |H»sitions luera- 
i > disjHisiii a adopirr drs pniieijM'S doii |Mmvail 

nMulier i|uc*lqu4' nmverw^ment. 

Q<Wi»i qu'il en soir, l<» fin I'l pi'*n»'»»ranl >lenf(-!seu (Meneius), 

qui retiouvela la docttine de Contucius deux eents ans apres 

crlui-ci, lUMis [leint de celle inani«'i*e ees deu\ sectaires: 

Hp Yaiig«liM*u fail Kon unic|ue I'lude dr rinli'n^t personnel de 

Hp'atoour de soi. Devrail il arraeher un rheveu de sa lele funir 

0pft>ryrt*r 4|uelque avantag«' pul>lie ;i rrnqiire, it ne le ferait 

|BS« lfe-tM5U aimo inut le nionde; si eji abaissant la irte 

jSMina %i^ titoUH, il pcmvail prorurer (luelqtir avanta<r(> 

pubie a rempin% U le I'erait [-2), * 11 laul voir sans dtuiie «lans 

ce deriii«*^r fia^sage une imnie ; rdr on ne peui eroir<* qu'un 

Mribc*i|»le de O^nfaeiuM pilt c*ondaniner ainsi lanioui' du bien 

^hMIc; II veul sann doutedire que Me-tseu ahandounait tonic 



12 l'ohteWt 

dif^iiik* ol inulr fn*i1«'s sous pnUf^xUi dVlrt* utile a IVmpiro ; 
el laniiis que run ut^ voyuil rirn uu-tlcla de sa personnc, 
Fyulrt' saciiliuil cetle persoiine im^nie avec trof) de randesren- 
dimcc el un exces d"humilil«'\ Enlre ces deux rtoclrinos 
exlirmes, Mcncius vinl rciiouveler vi ri'tabiii' la doilnnc du 
uiilk'u, dorlriiir tym ireomiiiande Iv resprci dc sot-uicme ft 
Tamour des auti'<*H, tiui I'aii de la pielf' filialc la hn^: do lous 
les drvoirs, qui rrcuiiiiatl raiitoi'ile drs pi'iur'i\s, sans anloi'iser 
leur lyriiunk% el rallarht* la dcsLinaliuQ dv riioniuii* u la 
nature do Funivoi's, Moni^ius so scnl appele i oonlinuor !a 
doelrine do Couliioius ot a la defondre coniro coux qu'il 
aj)p('lle dos barbin'os. On Tatxuso d'aimor a dispuLor ; mais il 
no pouL tij^ii' auln-nioul. 11 est uu ilisriplo du saim hanimo (I), 
Un dlsoiplo do iMoiR-ius qui parait jcmer a pou pros lo Mlc 
dos s«4iliislos dans los dialoj^uos do Sm-rati/, Kuri'isou proloti- 
dail quo la ualuro huntaiiio n*<Hail orif;i!iairomont ni bonno ni 
iiiauvaisc , oiais indillLTrnto an IjJt'u oi an mal (*2). II la 
coniparuil a un saulo lloxiblo, ol disall quo 1 oquilo ol la 
jnsti<*o olaionl oonuno une oorboillo (ailo avoo oo saulo (3). II 
tlisail i^nooro quo la uaLnro de riiomino est eonnuo Toau qui 
no dislinguo pas entre TOiioiU tl VOceidout, ol va du oui(« on 
on la diri^o : ih^ luoiuo la nutiiro huniaiuo no dfslinguo pas 
ontre lo bion oi lo nwl. Crtait diri^ quo la vortu n'est jjue 
refTol do roducation ol qnll n y a poinl nalnrolloinonl dims 
Fhonuno do principo mnj-aL 'I^lonoins ropond que la nature 
do riionuno osl nalurollomonl bonne ofrnuno Toan oitulc nalu- 
rollon»on( on Inis. 11 osl vrai qn'on ooniprinianl lean, on pout 
la liiirt* jaillir on bant ; niais ee n'<'sr plus la nature, r'est la 
oonlrainti'. 11 osl vrai onooro quo la nalnro do rbonniir lui 
perniei do lair*' b* mal ; mats lo mal n'osi (las sa nature (4). 
Tous les hommos onl lo sonthnenl de la inisi'riourde ol de la 

(1) Meng-tseu, I, vi, 9» 

(S) /ft., 11, V, 6. — Co chapiLro est co qu'il y a de plus remarqua- 
blc peut-etre, au point de vuc philo.sophique, dans les livrea chinois, 

(3) IK iO., 1. 

(4) Ilf., ib,. 2. 



I 

r 



VlSm ET LA CHINK 43 

totis les fjommt'S onl h' stMUimcnL tli! hi lionle et de la 
haipc dti vice; tous le^ lionimes onl Ic soiilin»(*nL tie la 
defentuv fi dii respect ; tous k'S honimos onl Je sentinietit do 
rufifimbntion el du blame (I). Cominc it > i\ un nicme goiii 
ftttn Ukiis It'S honinios, (|iii lour fair iircndre Ic nirine plaisir 
metiies suivi'urs, mix iiiriiH^s luiis v\ aiiv inrnies formi's, 

J a :tu&&i un nK^mc in^iir linv. lou^i les lioninies, rt re* qoi 
;ui ra'ur ilc* tiHiH h-s hniiiiin^ c'est IVquik' (.?). 11 
adtnirublenirnt !';\rne a uiir numUifi^ne de])oiiinee de 
aes arlireH p;ii' la .serpen el la tuirhe : ainst Ibnl les jKissioti^ 
dms rj&mc Inimuitie ; elles la dqiouilleiH des sentiments dc 
tllimmtiile el ill' I VMiuit<\ Les ofForis ifiu' fait rhomiiie pour 
reloorner an bim soni si/nddaMrs nux rejiions cpii remjila- 
Oittt le* gnrnds arbres de la Wn-vi roiipee ; mtm le mal que 
Voa iait dan* riniiM*\id|r du pnir r-hmHi* Irs •»n"iiit's dtvs verlus 
C|iii roramenenii'nt a ivnaili'e an siiitllle traiiquiih' el bienfiii- 
smi du matin. (I y a d;tii.s riionimr ties parlirs grandes et des 
fnrtM's fM'titeis, \vs ftmetions de Unlelligent^c ct les desirs des 
Obeir vraimenl :i la nalun% r\'st obi^ir a la meilleure 
M' «U' S4)i-iiirnie, r*esl-a-dir<^ an pi iiiripr |M*nsaril : notre 
blen est en nous ei a enl pas hors de nikui^rt si nji If < heiTlie 
^ on nt* peul triunquer ile te Ironvrr (:V), 

A v6u* de iTH gi^amies pt*ns«Ts itignes de Man: Auivle, il 
t'eai Irouve d*aulres» eurunie dans (.^nrinMus, dime sinipli<-ite 
rif|aite, telleji que <vllo-d: c Le grand honinie est eelui qui 
»Y^ : T ti^rinnaecucc el la eandeur de son enfanet^ ('i). • 

>i Hjuc'Menc-ius ail soutenii avm^iKiyrner I'l drvelopp^ 

«|odqiiefoi» 'dvtx profundeur la morale ilv Confueins, ee nVst 
pas dan?* In morale rpiV'elalc loulr sa supt^riorile ; sa vraie 
ori^D»lit<? est thns la philo>iopbii^ p<ditiqiie ; la, il suqias^c son 
ni:dtrr m liiirdi«^s<i el en precision, Ccmfueius, nous ravons 



fl) McaK-ucu, II, V. fi. 

m »*. »>,. 6, 15 ; vtt. I, 3. 
(4) U, tt, 12, 



smi 
§ I»rti 



44 l'ordsht 

dit, n*a cu sur la politique que des vues tres generalcs ; il ne 
s'adrcsse jamais aux rois direclement ct ne leur fait emeodrc 
qu un langage tres mcsure. Mencius, au contraire, semble 
avoir pris pour r61e de treasurer et de reprimander les princes: 
il leur parlait un langage ferme, noble, et quelquefois singu- 
tierement hardi. tote opposition etait acceplee, et ses conseils 
demandes, sinon suivis. H ne donnait pas seulement, comma 
Confucius, des conseils de verlu, mais des avis sur Vadminis- 
tration et le gouvemement. Sa maniere de raisonner etait 
insinuante, spirituelle, embarrassante, et on y a trouve, non 
sans raison, quelque analogic avec Tironie de Socrate. Voici 
quelques exemples de cctle ingenieuse dialectique. Un premier 
ministre lui expriraait Tinlention de decharger le peuplc ; et il 
promcttait de diminuer chaque annee les inip^ts, sans les sup- 
primer d'abord entierement ; Mcng-tseu ne ful pas de cet avis, 
et lui repondit par cette parabole spiriluelle, sinon concluante: 
« 11 y a maintenant un homme qui (rhaque jour prend les 
poules de ses voisins. Quehiu'un lui dit : ce que vous faitcs 
n'est pas conforme a la conduite d'un honnete homme. Mais il 
repondit : je voudrais bien me corriger pen a pen de ce vice ; 
chaque niois, jusqu'a I'annee prochaine, je ne prendrai plus 
qu'unc poulc, et ensuitc je m abstiendrai completemcnt de 
voler(l). » Dans une autre occasion, Mencius, demande au roi 
de Ti ce qu'il faut faire dun ami qui a mal administre les 
affain^s donl on Tavait (charge. — Rompre avec lui, dit le roi. 
— El d'un magistral qui ne fait pas bien ses foijctions? — Le 
destituer, dit le roi. — Et si les pi'ovinces sont mal gouver- 
nces , que faudra-t-il faire ? — Le roi ( feignant de ne pas 
(^omprendre ) rogarda a droilc et a gauche et parla d'autrc 
(!hose (2). » Ainsi font les gouvernemenls , lorsqu'on leur dit 
leurs veriies. 
C'etait, une tradition dans I'ecole de Confucius de parler aux 



(1) I, VI, 8. 
{2) I, II, 6. 




L*I>DB ET LA CHINE 45 

an kingagf^ fier et Inmli- Mou-kmiiig dcmanflail a 
% cumiiirnt uii prinre di^vait ronlrmicr nmili<'' avpc 
mletUv f f En If sorvanl el rhoiioraiit ilit le |ihiloso|>he{l). » 
Th»**fi{j-lseu disail aiix ministres : < Prenra irin'ri,., pn*noz 
, 4*c (jui sort <Ii' vous retoiiriie a vaus. » (li- qin^ .>1nt- 
miiT|in'U' ilr rrUt* mani*MV : If poiiplr I'cnd co (|u il 
a rt^tt, 11 ne cmigntiil pas davania^e <Ii* i'aiiv onk^iidi'<' mi 
roi df,H v^riU'S drsugmiblo*;. C<*lin-ri riiili^iTiigi'iiiL siir los 
pmmirrs niitiisins. • Si 1r roi a roniniis yiir fautis ditvil, lis 
liti font d*'R iTinonlrances : s'il rriondn^ dans vvue fauKv, ils 
lid 6lrnt son pouvoit\ » II pandr (|u a ri'Lif |>aro1r, lo roi 
iC<;uU'ur, 1*1 se n-prnfil sans dcuih^ dc sa qin^stion. 
: » Qiir !(» roi n(* lronv(> j^as mcsparoli^s rxlra- 
ordin^n'S. U* roi a inlcrroge itnsujfl : \v snji*l n'a pasosrlui 
irpciodn* ••ontramTiirnt a la droilurr vi a la smtv (,\). » 

Ia^\ ihu-XvitU'^ |M»lili<pn*s dc Mrnriiis sonl, si j'osr clirr lib*'- 
niit*s,quoi4|u*unrM*nd>ial)li'rxpr(>ssionait lii'ii d\Hunnrr, a[if>]i- 
qink^aun phnoHopticrhinois. Mais surrori^Hot* du jinitvoti\ siir 
Ki &■« ftur Ht*s di'VorrK, ii pndrssr drs fH'inriju's Tori, analogues a 
rent di* lOiridcnL ('.iinjiin'iii rxpliqin'-t-il \v droit df la souvr- 
rmmHc? Pur uuc uorte d'aciord enlrc lo I'id el h* pcuple (1). 
Cm n'rsi pas rEniporour liii-iin^m*' qni nonimi' son succcsseui* 
a iVdipirt*: il lu* |m*uI t|U«* h* (Hvsciilir a rarrcptalioo du ii**l rl 
du people. Or Irficd nrxpriiue pas sa volonlo par drs paroles; 
anm H JiVi^prifUC' par Ir eouseiilnninit du penplr. MenciuH cit^ a 
rappcti di' rcllr dortrinc crs paroles de (^hnii-King, qui nous 
pniti%«*tih|u i*ll«'riait la itorlriiie iradilinnnelte de 1 1 inpire : ^ Le 
dflToHinuusilvottparlrsyenxdu peuple. lrriv\ eiilend; mais 
H mti'nd par les oreilli*.s de luon peuple. j. x\«»us avims vei quv 
Coafurinsadmetlaii la perte du mandal souveraiii [lar rindiguile. 
Mi-iidus profr.sse les nn^mes fuiucii^es avi*e plus d'energic. H 

ill II. ir, 7. 

U, tv. 9. 

Il» iJi^ b. Qiou-King, TaNsclii (Pautliior, Livrei 4aerii de V0~ 



4G L'ORiE!rr 

dit que los eni|un*s s*^ foni.K>iit par rhumanite et se pcrdent par 
rinhumaniU'. II cit»' lexouiple des dernitTS princes de ladynasUe 
des Teheiju. quo le peupk*a dr$i^es sous le nom d'hebetcs et 
d*^ tTuels (l^ n montri' ipio la tyraaoie tiait tou^urs par 
ontminer la ruino du ruvaume ot du tyran. Ilappelle les tyrams 
di's ro/eurit de grand rhemin, et K*s croit digues de la meme 
justii'o \-2). L* n>i do Thsi I'inierrojje un jour on res lermes: 
< Esl-il vrai quo Tolling -Tohanjr : food, do la i^ dynastie) detrona 
Kio idornior roi do la pn*mion* dynasiitM oi IVnvoya en e3ul, 
et quoWou-Waui? .fi)nd. di- la 3* dynastio) mit a mon Cheou- 
sin ? — >Ioiij;-Tsou r»*|v»3mlil avoo rospecl : I'histoire Ic rap- 
]iorto. 1 Lo roi dit : ( I'n ministre oc sujet a-l-il Ic droit dc 
dolroiii^r et do luor son prinoo ? Monjr-lseu dit : eelui qui fait 
un vol a rhuiuanito osi ap|>olo volour : eelui qui fait an toI .3 
la justice ost ai^i^^lo tyran. Or un voli^ur el un tyran sent des 
hominos quo Ion appolio isoles, reprouves (abandonnes dc 
lours parents ot do la foulo) i3i. J'ai ontendu dire que Tching- 
Thaui; avait mis a mort un honuiio isolo. n^prouve, nomm^ 
Choou-siii : jo n'ai pas ontondu din' quit ait tue son prince (4). • 

(i: II. I. 2, 3. 

'2 II, IV. \. 

:.'.? Le ooT.n-.oaiaiiv, i.M. o<: re:i:ar*iuaol-*. « Le suffrage du PeupU 
le constisi* ri-inoo: <;r* a'aiiioQ ii>y.i tiii plus qu'ua simple parti- 
culier. un h-.»nTr.i-: T»riv', passi'cl':* Ju rA-.-iw ohdtimcnt que la foule. » 
A i'appul do oe pa-^a^: ' oa pout ■■iior oaoore los loxtos $uivaais. Le 
i.'onim«.a?:a:our T>.'hou-'.-i kiii.a prx^p*.>3 Ju ohapitro du Ta-hio: « SI 
lo prLnt:e no se c>j-::'rniaLt pa< dans sa ooiiduiie aux K^glcs dc la 
raisoa. '.c ip il so l:\"a: d-.» p:v:V;ouoo aux. actos m*ieux. alors 
sa pr..^:': i-or^or.no s :a:t o\t-i::;i:i.;o, oc lo irouvornement perlrait » 
'cot- T.. 2r> do la trai. tV.i Le i:-;i«luctour i*ise eacoro a la nolo 
suiva.'.to, '-o passau-o lo Ho-Kian::: » La tortune Ju priace depend 
du '•i'.L 05 In vol'>!itf/ dn cU'l r'.viitc ddm le penple. » A quoi il faut 
ajoutor 00 passa^^o do ('Ii-:»u-Kin:: ■ Kao-yao-mo, i 7. des Lirretmerig 
de i'Orirnt, tr. d-.- M. Pauihior. p. C>^ . «» Ce quele ciel voit et enCead 
n'ost "iuo ■-•=; •[■!■: :o [ ou:-!-.- \oit o[ '.nton-LCo quo le i-^uple Juge dignc 
do roooir.penso ot do munition est co quo lo ciel veut punir et recom> 
pen-o: * lI y a uriO «.'or/.r:iunioaii"n int:me oaiio lo oiel et le pouple: 
qu'j ■-cux '['11 LT-.uvoruor.; l:-s i ouplos soient don«*aKeniifs el resen-fe. » 
Oa ost m'jins otor.n-". a la io-.'tuLo do 00s pa<saire.s des divcrses revo- 
lu^i^r^s '[Ml ■•lit a«iL.^ i l Chii.o a plusiours epoques, et do ceile qui la 
mon.a,'aii onooro il y a ijuoI'iU'isanuOos. 

I L I, i:, ^. 



l'ijidr p.t la cui^k 47 

Voil4 le langa^ qu'un sagr faisait enlendro a nn roi dan& uii 
fOft qui nouH pai'niL losaiirtiiain' Hu 4k*spoilsiiir>« 

T^iale ciHtt* tlit'oric politique sf rrsuiin' dans re frxlc, qui 
poraiirail hardi, mAmn dams uii |ttiblirisir dr rOrrldt-ni. « Lc 
piiii ■ I'qu'il y a lie plus noblr dans !<' inonde ; Ii-s rs|H'ils 

di' nr vieniirtu (juapres : It* prince esl de la niuiiidrc 

iiii|>oruuico(l). * 

HeaiT'ts^ij t*st iiii d«-reiisetir dii |ieup]e : il d(-nonoe aiiK 
prinoes Ui lymnnle do leurs mioistres; il elevc nieme des 
pliiilics eiKTgiques conliv la (yrannie des princes, el fait un 
labkan cruel el sanghint de la inisere des populalitms (2). 11 
les prinees de prendre le peiqili' dans des filels, en 
an erinK' |>ar la detresse, et en le piinissani eiisiiilc 
de mon (3) jjour des eriuies auxqnek ils Toni eneouraj;**". I'nur 
nan^eraeet eUil de ehoses, i>leneins pn>[K>se deii\ remedes: 
la rnnfttilution de la propnr*li*'(*)» '•' refurmedes impuis (5). U 
ilit que b propriele telle quelle est eoiislituee ne doniie pas a 
llioainie de quoi nourrir ses jiareiits, sa feimne el scs enfanls, 
|V\ : I i*ei«e dr la iiiisere dans les annees d'abondanc!e, 
et I tiiUH'ala faniiue dans les anii^^esde disetle. II dhhiIi'C 

les tfefffairds, les jeitne» gi^nn cherehanl la nuirt dans les mar<*s 
tfldaBftIcK fosi»<'»H pour eehapper aii\ luiirmenis de lu taim, et 
tt (v temps les ^'reniers dii prinee regargeaul d abun- 
cbncc. Meneius eompreiid Ires l>ien 1 ini(iortunee de la pro- 
fprieie : la IranquilUtc d'enprit et raniaur de rordre sunt 
a la propn<*te : l'absi*nee de pi'opri<He fail naiire 1 in- 
ei dispose aux tlejiurdres ; e e?il ilani' prendn* !e 
lc dans des lik*l« el nielti^^ en (»ei'il la seeurile iles |in> 
priiHei, que de lui arrueher sa substance par des iinpi^ts exa- 



L* tt, Titt* 1 1 * « Papiduff est pns omn ibus nobilis ; tcrrtu 
frugoin spiritus sccimdarii illius ; priiMM^ eat Icviorb nia- 

(Ih 1. n. 12, ol tti, 1. 
pi 1, », 7. 

I, I, 7. • CoQsUtuendo rem fAmliiarcm. •> 



AH L'oRiE3rr 

^ttr(f<. Mcng-is^u mtiqiKr la tase sur les marehandises qui pese 
<»ur ]«'S nuin:h*fs. la taxc sur li-s {jassages de fronti«-res qui pese 
sur J(*s voyagcurs. la taxe de la capitatioo et la redeTancc en 
toiU'S qui fW'M'Rl sur les artisans, eotin la dime qui pese sur 
Urs lali^iun'urs. 11 nadmet qu'une sorte d'imput celui qu'il 
apfM'ik' la r.'onVfe d assistance ou la culture en commun des 
champs du prince. 

11 nous est ifvidemment impossible dappnVier la justesse 
d<'S r:ritiques de Menrius cuntre I'administration Gnancien' dc 
stm puys : mais on ne voit pas que c(*s critiques Taient fait 
passer {K^iir un censeui' impoilun a la cour des princes qu'il 
frequentait. Son avis paraissail au contrain* d'un assez grand 
|K)ids : les princes le visitaient et meme lui deputaicnt des 
envoY<'»s pour le consuller et I'interroger sur son systemo (i). 
Of sysleme consistait en une distribution egale de carres dc 
terre, exactemcnt delimites (2). L'impot devait etrc soillacorvec 
d'assistanre, soit la dime, scion la situation des terres. Gi^lles 
qui serai(*nl pres de la capitale, supposees plus riches, paic- 
raient la diint; ; quant aux plus eloignees, on consacrcrait unc 
division sur neuf, (jui serait ciiltivi'e en commun pour subvenir 
anx trailements des fonclionnaires. La reunion dc ces neuf 
divisions ({ua(h*nn^qilaires forme un tsing, et est composee dc 
n(;iif cents arpenls : cent arpenls sont consacn»s au champ 
public, cultives v.n commun par huit families possedant cha- 
cnne (^enl arpcnts. Chacun<? de ces divisions forme un carre, 
et l(^ tsln{( est une reiiuicm dv. (rent carres au milieu desquels 
<»sl le. champ [)ublic. On voit que cc systeme estun systeme ega- 
litaire, comme il arrive; pn'scpie touj(mrs dans les premieres 
theories sociales: rien d(; plus simple que la division egalitairc : 
c'est Texperience el la (romplicalicm progressive des inton^ts 
({ui en monlnMil les diitlcultes : nous retrouverons plusicurs 
syslemes (h* ce ^v.mv. dans les pui)licistes de la GriJcc. Quant 
a celui (1<^ Mencius, pour en apprecier loriginalite ctlaportee, 

(1) 1, IV, 10. 
(l») I. V, 3. 



l/lNDE ET I.A CIIINE 49 

il faiidrait Won ronnaitrc rorganisiUion socialc* ol ('conomiqup 
do son pays el do son lenips. 

Vjk' <|u*il y a do plus romarquablo dans l(\s tlicorios sorialos 
lies philosophic rhinois, cVst quo Ton no trouvo plus chov. oux 
uuouno ir.M'i* do oaslos ni d'osclavaj^o. M<'n('ius ik* ro<M)nnail 
quo doux rlassos d'hommos aussi nocossairos Tunc^ quc^ I'au- 
ln»fl): * Los uns« dil-il, a'availlont dc lour inlolligonoo, h's 
autiivs travaillenl d(» h»urs bras. Cc^ux qui lravaill(»nl do lour 
itilrllij;onro gouv<'rnonl los honini(»s ; coux qui travaillont do 
li*urs bras sont gouvoi'nos par los honunos. C<hix (pii soiu 
gouvonii's par los honunos nourrissont los liommos; ooux ([iii 
f;ouv4*niont los honunos sont nourris par los honmios. Cosl la 
liii u!iiv4'rsollo du niond(\ > Voila, il faul \v rooonnaitro, do 
noblrs pandos : on n'on trouvi* point do sondjlablos nionio 
rho/. lo*i phis grands pons(»urs do la Grooo. Pas un mot d(* 
nif'pris |M)ur ooti** olasso innoinbraldo qui travaillo do sos 
bras : solidarilo indisstdubio onfro ooux (|ui |)onsoin ot ooux 
i]ui nouriissont. Kt oroit-on (pu' lo pliih)so])ho <'binois, |)r(''Voyanl 
il'avanor l«*s <djJ4'otions ({ui sVlovont oontro lo travail d<'s bras, 
vitm* ni'i'ossairi' iU' <h''londro ol d<' donionlroi- la dignito do <•(* 
tni\ail?.\(m, 00 qu'il oroit dovou* (h'montn'r au oontrairo, oosl 
c|iio or grnn* do travail n'i'St pas obligatoiro pour tout lo 
ni«»tidi'. o'rst quo lintolligorn'o ost aussi un travail. 11 nionlro 
f]iir rr n'«'st |»:is lout d'approndro an (louplo a so nourrir, il 
nnii lui appn'udro onoiu'o a oulliv<'r sa raison : ooux (pii ooou- 
|M*iit h'ur intrlligonoo n'ont jias lo tonqis dv so livror aux tra- 
%:iu\ *U* lagrionhuro. II ost dono justo (pio vvu\ qui out 
rullivi* lour osprit gouvornont h's hoinmos ot soiont nourris 
IKir oux. 

Ih* inoino (|uo la morah' on Chino ost louto rationnolh' ot 
sans auoun nH'kmgo thooh)gi<pio, la politicpio y ost tout Inunaino 
ot nt* nous <»fl'n* pas la moindro trao(^ d'nn ponvoir saoordotal. 
b* gouv«Tnonionl, tol quo nous lo voyons dans los livr<'s do 

I. UV. I. 

Jaskt. — Science |»olili(pio. I. — 4 



50 LORIE>T 

Confucius 01 do Mencius, (»sl munardiiquo, mais palcmel, y. 
(lirais presquc materilel ; absolu, mais tempere par Ics avcr- 
tissenu'ius dos sages. Le pouple est sujet : mais il n'esl point 
csclavo, el il s(»niblc qu'il soil eonsidere commc la source du 
gouveniement ; au moius iie partage-l-il ce privilege qu'avcc 
le ci(*l, principc* muet et aveugle donl le peuple est !*inlei*pKHe. 
Telles soul les doctrines ]>olitiques de Mencius, doctrines qui 
s'aulorisent aussi des livres sacres de la Chine, et qui semblent 
traditionnelles dans <»«» pays. 

Chose eli^ange! ce pays mure, jaloux de son isolemcnt, 
interdit aux el rangers, mefianl et hostile aux Europeens, est 
celui de tous l(»s pays de lOrient qui se rapprochc le plus de 
nos idi'^es, et dont les sages resseniblent le plus a nos sages. 
Tandis (ju'il nous faut interpreter I'lnde pour la comprendre, 
il nous suflit de traduire l(»s auteurs chinois pour les rcndrc 
pres(iue modernes : j'excepti* bicn entendu tout ce qui tient aux 
habitudes locales, et a des coiitumes quinesontpaslesndtrcs: 
mais ({uant an fond des (*hoses, les philosophes dont nons 
venons dexposer lc»s i)ensees nc nieritent-ils pas de compter 
4'ntre les nioralistcs classiques, cjui, sans difference de temps, 
d(* pays et dv. couHini(»s, sont les instituteui*s et les tuteurs du 
genre huniain 1 L'Occident n<^ doit point avoir honte dc* recon- 
nahr(» des inaiti'es jusijuc^n Chine ; parlout oil il s*en rencontre, 
la faiblesse huniaine doit les rechercher avcc amour, et s'in- 
cliner devant eux avec veneration. 

/ Connnent la (^hine, et en genei^l comment FOricnt, qui a 
(devancr le reste du monde dans la connaissance de la sagessc, 
Lsrst-il anvle a un point qu'il semble impuissant a franchir? 
O' j)oinl, 11 ne la point atteint vraisemblablement du premier 
cou|): il n'y est arrive qii(» par nn progres successif. Pourquoi 
ce [H'ogrrs s'(»sl-il arrete ? Tandis (jue, dans le mobile Occi- 
dent, lout niarclK^ et se renonvelle sans cesse, comment tout| 
parait-il ai'retc' oi comnie petrihe dans Timniobile Orient ? 

Voila le problrnie que la science oi'ientaliste est appelee a 
r(''saudre. Mais on i)eui deja en reclifier les lermes. L'inimobi- 



l'inde et la chine 51 

liU' lit* rOriont n'esl que relative. Si les oliangenienls y sont 
k*nts. its lie soul poinl duIs. La aussi s'esl rencoulre I(^ luoii- 
V4*iiiriit , la liitle, lopposition des doctrines ; et la science, 
roiiiiiie I'Etat, y a vn ses revolutions. Pour nv. parler (|ut^ de 
la |iliilosophie, nous coinmencons a savoir (jue dans 1 [nd(% sous 
l'iiinnrn(*e dii brahmanismi*, se sont developpe(\s d<^ nonibreuses 
ecii]«*s de philosophic, phis ou nioins oi'thodoxcs, niais qui onl 
' ilu |Hirter le trouble dans la theologii^ consacret^ Nous savons 
I'-giilenient que \v boinhlhisme, celti^ prot(*station contre le 
bRihmanisim', a (*u ses s<'ctes dont on (Milrevoitapeine aujoui*- 
d'hiii les diverses rainiticalions, niais qui |)araiss<>nt scire par- 
la^i* les divrrsi's directions i\v hi [mmiscc depuis le Iheisine jus- 
qnaii nihilisiiK*. La l*ei*M' a eu (h's se<*les rclij^icuscs philoso- 
|>hi(|iies aiialo<;iies a celles (h> lOccident, el oii se relrouvcnt 
k* rationalisme, h' spirilualisine, I epicureisint; el nicine \v 
niniiimnisme. Kniin dans la (Ihine la doclrine dv Oonfucius 
^br.iiil('*e par des se^es an;||3'hiques, relablie par le spiri!u<*l 
M<'nrius. s'esl vu disputer TenqMre des intcIli^<Mic<*s et des 
^OH'H par la diMirinc (h* Fo (\v bouddhismc) ou ('cUe <h' Lao- 
Tsi'Uj ; el ihvs ecides de toutr espcce soni s()rti<'s de ccs doc- 
trines divers(>s, |K)iir h's interpn'ter a h'lir '^vr. 

II nr nous appartient pas dr piMielnM* plus avanl dans c(>s 
n'lcions a |N>iiie exphnves par les plus erudils. La science en 
tH4 MiK'ore a appr(>iidr<> a lir<> dans h's livres dt* rOricni. N(kis 
4»f»niiii<'S iin|Kitients <raineurs d'interro^er des inaitri's (|u{ 
nous lonchenl d(* plus pres, et d'abordei* ce sol <lc ri'luropc, 
''oil la civilis:ition, line I'ois nee, n'a fait (pic ^n'andir sans c(>ssc 
^i*t iiPNluire des rruils de phis en plus niurs et eclatants. Lais- 
sons done rOrient avec ses r«'li^ions };i<>^anlcs(pics, ses institu- 
tions si'rulalres, ses riti's innoinbrabli's, sa civilisalion eiidor- 
niM*, ('t enlmns en (trece, dans ce pays (Michanti' et i'avons('>, 
f|ui fiil ki iKitrii' du iH'au, de la scienct*, (h' la lil)crt<'', la palric 
fl'Hoinens d4* Soi'rate et de IMatoii. 



t 



LIVRE PREMIER 

ANTIQUITY 



CIIAPITRE PREMIER 

ij:s oni<;iM-:s dk la politique et de la morale en GRftCE. 
so<:rate 

(hit;ini*s ilo la iiioraU* •*ii (iirco : It's |>o«*h's : Honiriv ot Hosiode. — Les 
irnoni if fat's vl les sii^v^. — L«*s loKi-^^lalcurs. — ()ri|;ines d<» la politique : 
HenMlote. — U's pliilosophes, les pyliuiKoriciens, les sophisles. — 
Aristfifihane. — Soerale, sa personne e! sa vie. — (Ijiractere selentilhiue 
<lf sa morale. — Sji metlinde. — Ses theories. Tlieorie de la teiii pe- 
rjure. Tlieorie de la jusliee. — Ses idees sur la fainille et sur le tra- 
vail. — Priiiripes religieux de Soerale. — Sa politicfue. — Hole polititiue 
de S<K"rjle. 

La |>liilo.s4>|)hio monilo et |)oliti<|U(' pi^ut vUv consiihToo a 
boil (InMi commr uno dcs inventions (1<^ lu Gm'(> antique*. Vons 
tniuvmr/ <«nrorc i*n On<*nl d<*s doctrine's dv nioral(\ niais 
Diilli' part (la rhiiic cxcoplrc) dc vcrilahlcs sp<'M*ulalions poli- 
tii|ii«*s. C'cst d'aillciirs do I antiijuitc ;^rc('(iii(> et roniaino et 
n«Hi dr ranti(]tiil<'> oricntalc (pic nous tcncms la phipai't dc nos 
Uh'i's. L'OricHl nc s'csl inch' a la civilis;tlion <lc 1 Eiii'op(\ 
au mollis dans \v.s temps histoi*i(pics, (|ii(> par lintt^rincdiairc 
du judalsiiH* vi du chnstianisnic. Mais Ic rhi-istianisinc lui- 
im'nK* n'a fait que cultivcr cl frcondcr un sol pn'-paiv (h'puis 
'l4)n^4*mps par la philoso|>lii(> dcs ancicns. (^cst done a rrtt<^ 
source quil nous faut rctourncr pour voir naitrc ct s'an- 



Ti I .\?fTiQriTfc 

iMHinr lis <ii'"lKii> qui om |i;irl:ijf«'' h-s moi1i*nios. nu qui p:irta 
;;riii i-iH'HiT l<-N r<iiiiiMii|ini-uiiis. siir li's fomlnurnts du ilfvuir, 
i\u ilroit. d<' la >Miivfr:iiin'l«"'. On vrrra ijiif rrs |imbli-iii<*s. a 
|M'iiii' in'"s. iioiit |ias j'-ir jM'U :i|iprofuU(lis par h's ani-iiMis; 
fM-iit-rti'c iiH'iiic rr'iix c|ui oijt It* S4-ntiiiK*nt (*t If j;oiit d«* I'aiili- 
f|iiiti'* iroiivfTonl-ils qw si Ics mod<'i-nrs onl ap|)ort<* dans ri*s 
di'bats pills rl'ardi'iir <•! d(> passinii. r>l aussi plus dVxarliUidt* 
lo<{ir|ii4\ ijs n'oiit point toul a fail altrinl a la majrslr «-t a la 
^randcui' ilc res nitniuinrnt antifpn's. dunl k* souvi*nir vi I'au- 
toi'itr iw scirariTonl jamais panni l(*s honimcs. 

HoMr.r.K. — La nioralt' a mnnnt^nrr en (inM-c avoc la porsk*. 
\j's porlrs. rpii til rent Ics fu-rniirrs tlit'olu^iens do la ivlij^iun 
«{rcf(|ii<', en fincnt aussi 1('S pn'inicrs pmliratrui's. (a* fH^upk; 
artistr apprit. coininc rn sc ji»nant. la ditrrronrr du just<» 4't t\v 
linjustc, dc riKMinrlr vl du lionlrux: il ful d'abord bonv, 
coinnir Irs cid'anls, par la inosun* ct \mv 1<> rlianl. « Hoiiirn*, 
(lit llnr.K'c, nous apprcnd iiiioux (|ur Oantor el Girysi|»|H* la 
dillV'rcncf <ir I'lionnrlr rt du lionl<>ux, dc Tutilr ot du nuU 
sihir. II iiispiir la vcrlu, sans la pn»s(Tin», par h» rml el jKir 
r<'X('iiipl<'; il nous instruit roninn* <l('s ent'ants par dos roiitos. 
L^/fifufr est .riiistoirc <lt's lollt's passions dcs princes i»t dos 
pniplrs^conln* Icsqiii'lh's \w pent rirn la prudcnct' dr ()uc*l()UOS 
lioinnics. Ni Antt'iior, ni Nestor, ii<> p('iiv(>nt ranicnor ala nio<lc- 
ralion ri a la saj-rsso Ics JViris, Irs Acliillo, Irs A<^anieiiinon. 
Los p<>iiplrs soni punis [lour Irs I'autrs dc Icurs primrs. 
\/()i!}/ssn' nous nionln' la vi'riu anx prisi's aver \o mulhcur 
(1 la voluptr. l/il<" dc (Avrv nous appr<'nd a vainrri* le plaisir 
pour restcr iKiinincs el nc pas dcvcnir somblablcs aux 
lirlcsd). ... 

SI (|iirl(|ii(> niorah' s'cst assoriro a la religion rlioz les Grccs, 
r'rst done la |>o<''si(' (|iii a fait cctte alliance. On 1*0000011*6 dans 
lloinere les idees les plus liautes surles rapports do Diou ctdc 
riioinnie. I/idee de la Providence y est <*lairemont exprimce 

(1) llnr. i'])ist. II, 11. 



LES ORIGINES — HOM^IRE 55 

en bonucoup d Vndroils. Dieii est le disponsalour dc tons les 
Inens t»i do lous h»s maux : il donno lo courage ot la force, la 
prospt'rilr, la vicloire ; il voil el connait lout, le present, le 
passi* el le futur, les actions justes et injustes ; il aime les 
hoinmes saf^^'s, il deteste el piinil les mechanls; il est le tuteur 
el K» venpeur des paiivr(\s, des suppliants, des voyajj^eurs. 11 
faut lui obeir, le servir, ne rien enlreprendre centre lui, ni 
ssins lui, el ne ricMi eraindn^ avec lui. A cole de la grandeur 
des dieux, Homen* peint en ternies louchants et prot'onds la 
inisiM"*' de la condition humaine. On connait ces beaux vers, si 
souvent <'ites : c !)(» tous les etres qui respii'cnt ot ranipenl 
sur la surfac(» de la terre il n*y en a pas de plus malheureux 
(oi^ljswTepo;) (pi(^ riionime. > c Les homnies sont semblables 
au\ feuilles, dont les unes sont eniportees par \o. vent, tandis 
quf la ftiret V(M*doyante <»n reproduil d(^ nouvelI<»s au relour 
du printenips : ainsi des generations huniaines : 1 une s'eleve, 
el I'aulre disparail. » 11 reeomnian<I(» I'usage de la veriu, qu'il 
rtMisiden* comme un don d(; Jupiter. Les grannnairiens grecs 
qui veulent tout irouver dans llouiens lui attribuent le prin- 
n|M* qui fail eonsisler la vertu dans un juste milieu, parce 
qu'nn tnuive chez lui pour la pn^niien* fois l(» proverb(» d evi- 
tiT Uiar^bde et Scylla. lis out nieni(» i*elrouve chez lui la 
distinriion de la justice <lislribu(ive et de la justice^ comnnita- 
tiv<* : la preniien* ({ui tient compte de la qualite des p<Tsonnes 
el se niesure au in<Tile, la S(M*on(le qui exige Tegalite dans les 
iM'hanges. Mais lt»s vertus les plus celebrees chi'z llomer(» sont 
les v<»rlus naives el fortes dc»s tenq)s heroicjues : la bravoure, 
l:i (iili'lite a I'amitie, le respect de la vieillesse, et surtout 
riioN[>jtalite. L'liote doil etre honon'' coinnic un pere : il ne 
dtiit pas etn* n*t(>nu malgre lui; il ne faut |)oint oublier 
rhumanile envers lui. L'hospitalile plait aux dieux. Dieu est le 
pnMiN-teur vl le vengeur de Ihospitalite. On Irouver enfin des 
pm*i*pl(*s en fav(*ur de la bienfais;uice, d(^ la niisericorde, (U\ 
la nM-onnaissauce, de la frugalite, de loules les verlus eter- 
aelles coniuie le couur huniaiu. 



On \tfni rnriiri' ••xliiiiiv ilu |HM'm«:* li'Homrn? uno s«.»iir di* 
ji<ilitiqij*'. An^loti* ilftiiiil hi royuutr lirs tiMiips lii'*roiqii«-s line 
loyauti* rnriviilii' pni- !«•> rilt^yi-UN. v\ ht'*n\Jilairo |iar la loi. 
On nt' Irouvf pas dans HidnrnMlr iraces do i*eUt' oripnt.' pupu- 
laiii' ill' la royaiitf'. II parait pliit«'>t nMYmnuiln- u la n>yaule 
uiit* oi'i^iinr divinr : il (lit quf ii* |Kiuvoir ties ms virnl do 
Jupiter, il U's apiH'lii' lils df Jupitt^r, Dourris par Jupiter 
(v.v^vtii;. o:oTS£S£';j. L«'ur |H»uvuir. s«>mblablc aii poiivoir 
pat<'nM*l. <'sl abs<ilii i*t nv siiiitriv pas d'oppositiou : < Lp 
^'oiiviTncmcnt dr |iliisii'Ui's r^l niauvais. il m* faut qu'un sc^ul 
rhi'f: el; xoipavo; I^oi. . Ai'isiciir mms appn*nd I'guloinont 
qiif'lh's ('taicnt Ics foiirtions rics rois dans Ics temps horae- 
riqiif's : ils ('■talent safTifirateurs. juf;es i*t roinniandaient Ics 
arnHT's. lis n'*unissai(*nt ainsi l<> |>ouv<)ir niilitaire. jiidiriain> H 
sai-fi'dotal. On irouve dans Homi'iH- des oxeni])h»s iH des 
prrnvcs div<'i*s4's dr res attributions divcM'M^s. G'tli* royaute 
<'si enrriie patriarcale : les rois sonl a|)|M'l«'s pasteitrs des 
pfiuples, T.rj:\ilui^ >.a(ov : le bien dn penple, lo s;diit du pouple 
est Icnr dcvnir. Un(»i(|iio la n>yaul<'» homeriquo puisse etrc 
considtTiM' ronnne absohn> , on y voit r(»i>rndanl qiiclqno lom- 
fHTanienl dans Ics asscnddees auxqiielk's les rots prestMitaient 
b's afraii'cs, assembly's (•(►m|)Osees des Yieinai*ds ou des ehefs 
prineipaiix, ee (pii I'ormait nne sorte d'aristocratie, <'t nienie 
(liiebjiiefois {\\\ |)enpb', <|ui n elail pas appele a di'liberer, niais 
({III <loiinail srui avis par aerlainalion. On voit la deja en 
j;('i'in<* les (''l<*nienls (|iii se relroiiveront dans les diverscs 
eonsliliilions de la (InVe. 

llr:sioi>i:. - llesiode, ({iii vient apres Honiere, est nil nioins 
^rand |)einln* : e'est iin sa<^e (|iii vil aux champs ; sa morale 
esl line morale domesti(fiie el riis(i(|ue, deja plus profondo el 
fiiiis refb'eliie {[\\v eelh? dllomere. L(vs sentences y soiit plus 
<l<''velop[»(''es et s(» transfomient en pi'eeeples : on voit iialtre 
Ic'spril de n'-flexion, d'oii naiira pins tard Tesprit pliilosophi- 
(|iie. Deja eonmieneent ces plaintes, si souvenl ropetecs, sur 
la euri'uption des niuL'urs, et la defeneration des hommes. 



LES 0RIG1KES — I1J^:S10DK 57 

t Oh ! poiirqiioi suis-jo m\ (lit Hosiodo, dans oe rinquiemo 
aj(c» du gonn* Immaiii ! Que no. suis-je mort [jIus tot ou ne 
plus lard! car c'csl IVij^c^ do f(^r. » line faut plus chorchcr 
dans Hesiod(^ Ics v(^rtus chevalorosqnes dcs Umipa honKTiques, 
niais l<»s v(m*Ius pacifiquos et oxactes dc la vie civile, la justice, 
le travail. Le ])oeme d'Hesiode est un des rares ecrits de 
I'antiquite oil le travail soit recommande <*onime une vertu. 
Enlre les temps honieriques, oil tout I'lionneiir est pour la 
bravoun^ guerriere, et les t(»mps plus recents, oil le loisir 
devient le signe et U) litre? du citoyen, dans e(»t age moyen 
qu'Hesiode aj)pell(; Tagc? dv, fer, Tagriculture et par conse- 
quent 1(* travail elaienl en honneur. De la (;es belles paroles : 
« Travaille, o Perse(», de race divine, afin de faire fuir la faim 
et d(» t(j faire aimer d(» (k'res aux belles couronnes, ct dc voir 
r(»niplir tes greniers. Les dieux et les hommes detestent celui 
qui vit oisif, S(»mblable au hkhe fn^lon, qui devore le mi(il des 
abeilles... Le travail n'est point une honte; (;'est I'oisivete qui 
est la honte. » Si U* travail dans la paix est la source de la 
rich(»ss<% la justices en <*st la protectrice et la caution. Nous 
voyons ici paraitn* voXio grande vertu, qui a ete pendant loute 
Tantiquite la vertu principal(% et meme la vertu tout entierc., 
K Jupiter a voulu qii(? I(»s poissons, les oiseaux, loutes les 
IkHcs se devorassent les un(\s les autr(»s ; mais aux hommes il a 
donne la justice, avOpo)7:oi<ri oloojxe oixy,v. » Mais cettc? justice, 
il faut le dirc^ , est un peu etroite : « Aimer ceux qui nous 
aiment, frequenler ceux qui nous frequentenl, donner a ceux 
(jui nous donuent, n(^ pas donner a ceux qui ne nous donnent 
pas. » Comme Honii're, Hesiode donne a la justiere une originc 
et un(» sanction religieuse. C'est dans les poetes, nous I'avons 
dit, (|ue la religion greccpu^ s'unit ii la morale et la protege. 
C'est Jupiter qui est Tauteur de la justice : il en est aussi le 
prot<H!leur (»t h? veng(»ur. Mais a qui apparlient>il suilout de 
faire fleurir la justitre? C'est I'office des rois, auxqucis Hesiode 
pai-Ie un langag(? seven? (»t mena(;ant qui parait indiquer qu'une 
revolution s'est faite ou va sc faire dans Tautorite royale : c 



58 ANTIQUlTfi 

rois corrompiis, n^drossoz vos s(»nlenccs ct rononcpz a vos 
jugomonls iniquos (1). » II les appcUo dcs tnangeurs de pre* ' 
sents owpooayoi {'2). 

Les gnomiques et les sages. — Les poelcs que Ton appeUc 
gnomiques, parcel que Icur pensee s'cst exprimee surtout sous 
formo de senlon(M»s, nous marquonl un progros nouveau dp 
reflexion el de maturite sur la poesie morale d'Hesiode. c La 
pensee a muri, dit Z(»ller (8)... Les gnomicpies du vn" sieeleont 
sous les yeux unt» vie ])oliti(|U(* pleine d(» mouvement. Lour 
reflexion ne s'ex(?ree pas sur les situations toutes simples qne 
pivsentaient dans \vs pr(»mi(»rs temps la liimille , la bourgadc » 
la royaute. lis mettent surtout en relief la condition de 
rhomme au point de vue politique ; et ils pla<rent Ic bonheur dc 
I'homme dans I'observation de la juste mesure, dans Tordre 
de la vie politique* , dans la prudcmce et dans la justice , dans 
la repression d(»s desirs. Suivant Pliocylide, < a quoi sort 
une nobl(» naissane(% a qui n a ni grace dans h; discours , ni 
sagesse dans le conseil. > — « Une petite ville sur un rocher, 
si elle est dans I'ordre, vaut mieux qu un puissimt monarqne 
(Ninus), denue d(i raison (4). > — c La mesure est ce qu'il y 
a de meHli^ur ; la condition moyenne est la plus heurcuse. » 
Theognis parait, de son cotc' , aniine dun esprit pcu democra- 
lique. Pour lui , les honmies de naissance sont les bons , 
les hommes de la plebe, les mecbants (5). En general, sa poesie 
est d'un pessimisme desesperant el d'un ego'isme etroit. 



(1) lies., les Travaux et les Jours, v. 253. 

(2) IM(L 11 scinblc au moins que rexpression dc dcDOoaayoi ne peut 
guero s'appli<iu(n' qu'aux rois, d'apros Ic sens p6n<^Tal au mot. 

(3) Zeller, Philosophie des Crecs^ trad, frano. do Boutroux, torn. I, 
p. 116. 

(1) Phorvlido, fraj^m. 3 ct 1. — Ti ;:X£ov vivo; suYevl; 

OT; out' ev pOois e;:5Tai yapj;, out ^vi CouXtj; 

lloAi^ £v axojzAco xara xdojAOv 

Oixsuaa aiL'.y.pT] xo:/aao)v Ntvou appaivoOjr); 
(5) Theognis (vers 31 — IS— 183-109 — 893) 



Kaxoiai 8* (xlv TcpoaojxfXei 
'AvSpaaiv, otXl' iz\ Toiv aYaOojv e/,£0. 



IXS OBIGWES — LES OOMIQIT.S 59 

mt*me lenips qii<» h*s j<no]uii|iu*s, |KirtiisHt*nt <•<» quo 

*j» |>«iUtjqu<'s, IcgiskUrurs ini savants, qui nminssi'rent 

qoelqties mavimos vivi^s ei hH-onitjiit^s (1) los prin<'ip<^s tic. 

po[)ulain* ; quol(|iiPs-iin(\s dt* I'cs iiia\im*^s ('iinmt 

liit-Uino dans la philosophic anciciHU' : par fxt^mplc, 

►loi iot-m^iiR' (rw'VJt dtavrov). — Itirri ilt* ir-op (r5u5^ 

f). ({iirlqiioS'imcs dos maxiiacH rir PiMariis onl iin rarac- 

<*k*vr : t N<» fais (la.s n- qui* in rcpi'tirlics ii aulrui, — 

e l»m priH'hain , nu^im* si lu as nioiiis t|iit' hii. — Nc coiii- 

|ia:^;ivaiit iravoir appris a obOir. — CiuIr^ Ion bonht^ir. » 

disail : « l*unis ci'ux r]iii Innt <h's laiilcs ; niais pvv- 

qui s»>n! |>r<>ts a vn fairr, n ChV>bu!«* : - SoiL^rir Ion 

H Ino etirps. — Lt* pruplr Ir plus raisonnable est eeliii 

11 f^ratnt K* hianir plus qui' hi loi. > — Tclh's furcril, (lit Phi- 

• lt*!i |>rcmiccs tlv la sagcsse grcccpn' (2). > 
fjoi Ll:fi;i&t.iTKiiE!i< — U's sagvm nous conduisnil aiix li'gis- 
\r%, Solon <*si a la fi>is un des si*pt Sages et le grand 
ilnir d'Alhcncs. (*lntai*c)in% dans su vip, nans I'tqqHdh' 
M'.v«4n**H df srs iJiaxinH's vi dr s<'s priiiripes [lolitiques* 
**%ii]it^t 12 est tu pai\ » itisait-ih U st' rcfusa a pivudix^ Ic 
nviifr Miiivoniin, *»n ir|wnida!il : < La tynitmir csl iin hraii 
i\«^; iiKds il u'y a pas tie I'hi'inin (xtur en soiiir. » II sVnar- 
ItHioit dp iravoir paii (iris hi lyrannir. < C'l'st par hi, 
I'll, ffot^ j'ai siirpasM* lous U>s liommes. > On connait 
kii qui uiltTdisail ih* n'slor inMdre dans Irs qtirrrlh'S 
« OuH 4vst h' mi'illriir inoyn, disait-il, dr siq»pnnirr 
wtiwT CVst dv faiiH' que *vu\ qui urn rprnuvrnt pas 
jf, s*«'Ti indi^'ncni aiHant (ptf \os \h'Umv,s, * Snlttn 
foubit pas doisil's dans sa ri'publupii' : ^ QnW soil [MTinis 
fl4*li*rrr DIJ it'ilitinal rhorninf qui ne travailh* |»as. > II intcr- 
)i*ft fnncliuos publiqurs au\ prodij(u«'s vi aux dissifKi' 

,*Jl^u tt^ Aa*wvt*i{. (Phit. ProUig. 313.) Nous citons par- 
ittoc (fit. Kliomio, ik lai}tiulle rcnvoioot loule*t las autrea. 



^ 



60 A>TiyiTrt: 

teurs : < OMui r|ui a iiiul adniinisln* sa maison ne peut 
gouveiTirr r£tal. > 

Parmi Irs gninds Ivj^isIaU'Ui's dt* rantiquiu* antoriours a 
Srilon, la ti-adilion nous a t'onsone |>aiiirulR'n*nK'nt les noms do 
Zaiourus <*t (It* Charondas. Ic pn^mier. legislateur di^ Loonons, 
Ir WM'ond dcs Thuriens. On sail ln»s peu do chose sur i*es 
pt'i'sonnaf^ts vl h'S Preambules de lois qui nous ont ete 
<-ons^*r\vs sous lour uoni par SioIkn* (I), sont dune aulhenti- 
rite tivs douteusr. Nt'^annioins, ces Preambules plus ou nioins 
reuianies et travailles i»ar des pliilosopiies de 1 etrole pythago- 
ricienne, ont un singuli'T earaeten' de jj^randeur ; 4>t quelle 
qu'4*n soil I ejxique, ils font honneui* a la sagesM* gi'ecquo. 
Voiei le preambule de Z:deucus. que Voltaire dans son Essai 
sur lea mceurs (Introdurlion ) niettait au-dessus, |X>ur la 
morale, de tout ce que nous a laisst' Tantiqiute : 

« Tous les ritoyens doivenl eliT |>4^rsuades de lexislencc • 
des dieux. L'ordn* et la lM»aute de Tunivei's les' eonvaincront 
aisement (|u'il nest pas I'eHet du liasard. — II faut pn»parer 
et purifier son ani<* ; ear la divinite n'<*st i)oint honoree par 
rhonimagf* du nieehant: on ne {H'ut lui plaire que par de 
bonnes cruvres, par une veilu eonslante, par la fermc reso- 
lulion de prefenM* la justi<M» et la pauvrete a Tinjustiee el a 
rignoniinie. — l{esp(M*t(»z vos parents, vos lois, vos magis- 
trats; eherissez voire palrie ; n'en desirez p;is d'aulrt* : cc 
serait un coninieneenu*nt de tnthison. — Ne dites du mal de 
personne ; e'est aux gardiens des lois de veiller sur les cou- 
pables ; niais avant de les punir, ils doivenl essayer de les 
ranumer par l(»urs <'onseils. — Que les magistrals d;ins leur 
jugemenl, n(^ se souviennent, ni de leurs amities, ni de leurs 
haines. Des esclaves peuvent etre soumis par la erainte ; niais 
b's homnies libres ne doivenl obeir qu a la justice. » — 
On retrouve le menie <*araetere <a les niemes prineipes dans le 



(1) Stobee, Florilegium, xliv, 20 et 10. e J. Gaisfort , t. H , p. 197 

et p. 218. 



on h: INKS 



nr,Ri>iM*i 



t;i 



ibuU' <Jc Cliaroiiifiis : * Dans \os prnj^ls vi ilans vos 
lifnis, mmiiicnroz fiai' Hiipltucr Ir scrours dcs iliiiix. ^- 
'il rrgnt* rnln* li»« ritoyi'iis li Ics iiiag:istnit$ la mC'\nr ((*»- 
I'sse ^ju'mln^ Irs rnftuits «M Irs iiirrrs. — S:»rnfi(V. v«»s jinlrs 
iNir la patrii*. fl son^nz 4|ii il van! iiiifux liHHirir \\\cv \um- 
iii*ur que lie* vhnN' dans IOfi[)T'ohn'. — Vonr/ an srcdurs du 
nli»\fn n|iprim<'; siinlaj*r/. la iiiise*n' dii paiivn-, |M>urvii 
>*ll«* Hi' MMl |Kis l<» rrnil (l<' I'fiisivclr. * 
Hir^uiMiiT. — Si I'lMi a |m rhn-clicr rori-^hii' ilv fa rm»rnfi' 
dans tf*H iMW*sirs rrHoni«*n' rt ii n('sini](\ on trouvrra ;iViM' rinn 
Mtoiiii» (k' nu'jMjn Irs i^oitiniriM cinniis ilr la |»Hljrii]iie dans 
Benitlnir, iVvsi^ vn vi\v\, la i\\iv \\m I'l^nroiilri' pniir la jn-r- 
init*n' futs la division H la roiii|mi*aisfni drs ilivorws rs|x»ee» 
il* i;»>uv<Tm'imiit : on jiriil dirr inrnir (|iir Irs difrrrrnlrs 
ni^^icij^ i|ii<' Ihii |M>iil drmiirr vn favrur uii an dr savaiil a j^r lU*. 
I'tim* oil <lr laiilrr soul a pru prrs rriioirs dans la ri'lrhrr 
fb-liN'mUon ni|iporli'r par Hrrodf>lr (1). Aprrs la inort du 
^Swirnlis, Irs st^pt ronjiiirs ifiii avairni fail rrllr r«*volu- 
is(*tJlrnt rnlrr ru\ sur h' ^^uivmiriotMil dc la Prrso. 
Ol^tw^ pro|MKS<* Ir ;»oiivrmrnM'ni fK>[)ulidrr; ,Mrj?al>ysi\ loli- 
gprdut* : lbnus» la monai'rliir. 

Lr drrrri-sriif tin ^'otivr»riirniriu pojudairr fiarlr rtuilr'r la 
■aomrrliit*. rl il niontrr (|tir Ir ponvoir tU' \nu{ lai rr dnrinr la 
tnitaliiHi dr if»ul ojwt: il vantr Ir ffonvrrnrnirnt (U-juorralifjut^ 
loui rrjuksr sur rtValiti^ rt on Ir mapsirai ^pii drprnd du 
iplf, ni' iH'Ui I «i|ipriiurr. L(^ parlisan du ^^niivniirinrnt 
Um-nMiqiir drrhtn* *|iir la lyraniiir fMipidairr I'si filus 
|)4trtahlr qur rrltr dim numarcpir; rai' Ir i]u»riai'i|iir an 
tM* man(|nr (las dr r<iiinaissaiirrs, s il nian(|ii<' dr Ijtionr 
U^: raalslr prupl<rsl lui numstrr avrujjlr 4|Ui nr ronnail 
Ki la rrrtti, ni ritlilili*. Lr iniruv rst ilr rrnirKrr Ir pnivrriir- 
*ntr«* IrM mains drs inrilh'urs, Ivrtlin (r partisan iU' la 
irrhir Lrioinphr a la fo\s drs I'aildrssrs do gouvri'iirnii'ni 



l| lUriMiolc. W. 8Q. 



6*2 tynynrt 

fKifiulairv' i-i i!u cr^uvt'i-ni-mt'Di ariNtricratique. Tun el I'auirp 
«-K|NiM'^ uux N«'-iliiiiin<. a lanun^hit- t-t abijutissant toojours aa 
jjoiivfrn^-fDi^nt iI'iid v-uI. 0» qui vaui !•* mi*^ux. o'ost d eiablir 
''•-It** formf* fJt* •.'MUViTDrmfDt t'O la ivtntianl a iin homine dc 
hiVn : lunil*^ Ho j;iiiiviTn«^ni«'nt a>>«iv l»» sit^nM el la prorapti- 
tuil«- '!!*< afJain-^. T**lli-< «>nt U-n o|iinions dhvrsiMi qui s'oppo- 
st'Til iian> n* nii'-m<.inihli* ili'bat. rtii |iarait s rtn* agite pour la 
lii'i'mitTi' fills !»• |»riilil>'iiii*iii-N lirstim't^^ fN»litiqup<i(1espeuplos; 
rl«'lial qui u'lM |ia> |trt< ilV-ln* h'miin*"', car lursque la thi'orie 
U' rrsfjul flaiiN !in s»*iis. la firatiipie S4>nible si» phiire a le 
rr^fiiuln' i-n s«*ns ftji|M>?u'«: i-i lis |)«^u|ilis eiiibarrass4*s osrii- 
lenl a Irnrs risqui'^^ i-l jN'rils «le luur a I'autre de i-es deux 
diiiM-iioiis i-onrrairi's. 

Les pnii.nsiiPiiEs. Lf.s pyth \r,oRiLiF.ss. — Di* la pot-sie el de 
Ihistiiirc na(|iiil la iihilosuphie. II si*nilile qu'au soiiir des 
piM'lrs nrnomiqui'S el ili*s maximes des Sa«es, la philosophio 
j:mM(He lint iralKH*rl rire une |iliiIosnphie toule morale. II 
n'rn flit |»as ainsi. FJIe sVlanra au ennlrain* dans des rochor- 
rhes pri'matuivrs snr Inrijiine de-^ elmses el ee ne ful qu'apr^ 
un Innjr «it'*lnur I'l a I ravers t\o pi'iiHcuses p<*rij;rinations qu ellc 
ii'viiit an -yo/y. ztTyi-j* qu "nil Wis Saj^es avail le premier pro- 
nr>ii«-r» s;iiis (Ml rnlrevMir la |M»rin». 

O'pendant Iuih' <I<' ees oenirs, IVn^le de Pylhagore, avail 
essaye irintntduire (jurlque nit''ihodt> srieniitique dans I'ana- 
lyse drs viTiU's inor.il«s. On vi>il apiramitn^ les definitions, 
trmoi^na^e inroniplci meore. mais deja frapiKint, du besoin 
flec-hiireir Irs idres populaires (l). Mais its premiers el 
insntlisants ('irorts dc res|>ril seienlifiqne sunissiiient a nn 
symlxilisnie niysh'rirnx fjui n^ssemblail iieaueoup plus encore 
a la laiif^nr dc la r(>li<{ion ct de la poi'sie (|u a eelle de la phi- 
Ioso|)hic. Dc plus, les dorlrincs de Pyiliajfore, remarquables 

ll Ari-l. M»'i. A, .■>: 9?s7, a. 20 r.ty. tw r\ eotiv ^p^ovro X^w 
xa: oo'.riOat, V.-ri v' ir:/.r:.:. Kth. Nic.im. v. }<. 113^, 6, 21. Nous citont 
partoiit rr-Jition fl':: Heriiii (Booker ot Braiulis, [1831). V^-nussi Diog. 
Lt'njii, VIM, 33. 



LES ORIGINES — LES PYTHAGORICIENS 63 

sans (ionic i>ar Ivlevatioii du caracliTc moral, incliiiaient 
i*vid«'niiuiMU a rascetisnie ; la mortiiication du corj)s, Tobeis- 
saniv absoluc au chef, la foi dans la parole du mallre, la vie 
coniniuiic ct la comniunaute di^s biens vsont dcs principes qui 
apiKirticiinciit a rOri(mt beau<*oup plus qua la Grece. L'lnsli- 
lul pylliagorii[ue , qui a quoUpie temps gouv(»rne l(;s villes 
ik» la Grand<»-Grece , avail bi^aueoup d'analogie avee les 
instiluls saceiilolaux de rOrieiil; Tarislocralie pylhagori- 
i-icniic serail «lcvenue infailliblement uiie llieocralie (1). Ace 
point d<» vue, on doit se feliciler qn'elle ait succombe. 
Ni'-anuioius, il y avail dans cette ecoh^ b(nmcoup d'idees digues 
dufiiniralion. Les idees pylhagoi'ieienn<,*s sur les analogies de 
la niusi(|ue. d(*s nlatllemati(|U(^s et de la philosophic, se perpe- 
tucn*nl dans la philosophic* grecque. L(» nonibre, h^ rylhme, 
la niesun* est un dt^s prin<*i|>es les plus chers a Platon: 
partiNil il le n>lrouve, ou limagine, <lans h^ nionde d(*s idees 
el ckins Ic mondc des s<'ns, dans Tunivers et dans rame dc 
I'honmie. L'amilie pythagon<!i(am(^ est aussi une des grandes 
rbi>M-s de ranliquitc. Kien nest i)lus beau que ces paroles : 
■ Tout est commun entreamis... un ami est un autn^ soi- 
mrnit* i'2). > Eiilin Pylhagore scumble etri^ h' premier en Greee 
qui ail dislingut* dru\ parties dans IVinK', lum^ raistmnable, 
I'autiv |iassionne<* (;<), el qui ait (!onsidrre la vertu comuK^ un 
roailNit : do<*lrine oil il nest |>as invraisemblable de reeonnaitre 
um* sorti* d«> S4»uv(*nir oti d e<*ho de la doctrine de Zoroastre. 
Pour n* (|ui est des maxinn^s ixditicjues des pythagoriciens, 
o* qu<* nous avons de plus pre<*is ce sonl les Fragments 
d'An-hyias . en sup|K>sant qu*ils soicnt authentiques (grand 
SDJf-t d«* dckit entn* l(*s criti(|u<>s ( \). Pour <'e (lui concerm' noire 

1) Sur Iv iiMe ptilitiqih.* ties ]>ythaj?(»ri<'ions, voir Zcller, Philosophic 
dtB Grtct, tra*!. fr., t. i, i». W*. 

{J, IHoi:. Ijiiht , viii, 10; I'orjih.yr. Me de Pijth.j cd.d'Amst., 17U7.p. 33. 

3 Cir., Tmm:. iv, r>. 

II' Voir Zclhir, tni<l. Doutroux, t. I, p. lUl, n«)to — Clor. XrchijtiE 
Frmgmrmta, llarCcn-^toiii; l^ipsiok, 1«33. p. V.i c-t siiiv. — V(»ir aiHsi 
Ch.-ii{.nii-i. Pj/tkatfure et /<■* Pythnijoriciem , 1«73, t. i, p. iiixi, traduc- 
u»^n fiaDvaiM.-. 



64 AIS'TIQUITft 

objet, la question d'authenlicite n'cst pas des plus imporianles : 
car 11 est probable qu'il doit y avoir Ja un fond de pythagorisme. 
Voit^i, du rcste, quelques-uncs des pensees les plus remarqua- 
blcs extraites de ces fragments : « Ce sont les lois divines, les 
lois non ecrites des dieux qui ont engendre el qui dirigent 
es lois et les maximes ecrites des hommes. — Parmi les 
ois, Tune est vivante : c'esl le roi ; I'aulre est inanimee , 
c'est la lellrc ecrile. La loi est done Tessentiel : c'est par 
elle que le roi est legitime (6 BwiXeu; voui{i.os) que le suj<»t 
est libre ; quand la loi est violee , le roi n'est plus qu'un 
tyran... Le commandement appartient au nieilleur. Pour 
les uns, le droit est dans I'aristocratie , pour les autres , 
dans la democratie ; pour d'autrcs enfin dans I'oligarchie. Le 
droit aristocralique , fonde sur la proportion subconti*aire 
(xarr^v u:r£vavTiav {jlwottjttjv) est la plus juste : car cette propor- 
tion donne aux plus grands ternies les plus grands rapports, 
et aux plus petits termes les plus petits rapports. Le droit 
democratique est fonde sur la proportion geometrique, dans 
laquclle les rapports des grands et des pc^tils sont egaux. Le 
droit oligarchique et tyrannique est fonde sur la proportion 
arithmetique qui attribue aux plus petits termes les plus 
grands rapports et aux plus grands termes les plus petits 
rapports. Telles sont les divers<?s especc^s de proportions, et 
Ton en aper^oit I'image dans les constitutions politiques. » C(^s 
idees ont de Tanalogic avec c(^ll(\s qu'Aristote emeitra plus tard 
dans sa morales sur les deux especes de justice (1). 11 ne faut pas 
se hater d'en conclure a I'inauthenticite du passage precedent : 
car il n'est nullement impossible qu'Aristote ait emprunte lui- 
m^'me ces rapprochements mathematiques a la tradition pylha- 
goricienne ; car on irouve des rapprochements analogues dans 
les Lois de Platon (2). 
Les lueurs cparscs que presente la doctrine de Pythagore 



(1) Voyez plus loin, ch. in, 

(2) L. VI, 57L 



LES ORICmES — LES SOPHISTES 65 

n'etaicnt pas encore la philosophic morale. Elle devait naitre 
(l'un(i revolulion des esprits qui eclata de toutes parts en 
Groce vers le milieu du v= siec^le. A cclte epoque, tout prc- 
scnte le spectacle d'une crise dans la civilisation grecque : 
la science , la religion , les moeurs et I'fitat. Les docti'ines 
philosophiques des premiers temps , nees de la curio- 
site et de ^'etonnemenl , se rencontrent , et , armees de la 
dialeclique, se brisent les unes contre les autres. La religion , 
ebranlee par les attaques des philosophes, par les rail- 
lei'ies des poetes (;t pai* le bon sens populaire, perd chaque 
jour son autorite ou degenere de plus (in plus en superstition. 
L'antique morale n*echappe pas elle-mc^me a I'examen el a la 
critique. Le developpement de la democratic, la multiplicite 
des revolutions, lout porte a I'esprit d'examen. Au milieu de 
ce desordre parut la sophislique , qui en fut d'abord Texpres- 
sion fidele, ca qui ensuite le developpa elle-mtoc avec 
rapidite. 

Les SOPHISTES. — La sophistiquc a laisse apr^s elle une 
trisle celebrite ; (;ependant il ne faut pas oublicr que nous nc 
la conniiissons guere que par ses adversaires. Meme de ces 
lemoignages si peu bienveillants, il ressorl que les sophistes 
n'onl pas toujours ele des personnages ridicules el frivoles, 
tels qu'ils nous paraissent dansquelques dialogues de Platon. 
Gorgias et Protagoras en particulier onl ele, de leur temps, 
des homrties (!onsideral)les et onl eu a trailer de grandcs 
aflaires ; l(»s fragmenls (jui nous rcslenl d'eux lemoignent, de 
I'aveu meme d(; Plalon el d'Aristole, d'une grande penetra- 
tion et meme d'um* cerlaine profondeur. Quelques-uns, 
comme Prodicus, « le plus innocejit des sophistes > , dit un 
critique allemand (1), onl pu plaider dans quelques discours 
de rhelorique la cause de la verlu <;onlre la volupte. lis ont 
fonde en Grece Tart de I'eloquence ; ils ont exerce les esprits 
a la libre discussion de tons les sujets ; ils onl souvent attaque 

(1) Spen^'cl, De Prolagord, (Stuttgart, 1828). p. 50. 

Ja?5et. — Science poliliquc. L — 5 



66 ANTIQUITfi . 

la fausse justice des lois positives ; selon la profonde obse^ 
vation de Hegel (1), ce sont eux qui, avant Socrate quoiqne 
dans un autre sens que lui, ont ramene h Tetudc de rhomme 
et des choses humaines les speculations des philosophes. 
Enfin, on ne pout mieux les juger qu'en les appelant, avcc 
un historien allemand, les encyclopedistes de la Grece (2). 

Mais, comme les encyclopedistes, les sophistes ont ele bien- 
t6t entratnes par Tabus de leur methode critique jusqu*aux con- 
scqucn(jes les plus fachouscs. Leur philosophic morale, qui se 
prcsente d'abord avec un certain caractere d'elevation, comme 
on le voit par le Protagoras de Platon, degcnera bientdt en one 
vulgaire apologie du plaislr et de la passion, en m^mc temps 
qu'cn politique lis celebraient le droit du plus fort. lis distin- 
guaicnt deux justices : la justice selon la nature, et la justice 
selon la loi. La justice s(^lon la nature consisle a avoir le plus 
de passions et le plus de moyens de les satisfaire. Le seal 
bien, c'est It; plaislr el le pouvoir de se procurer du plaisir. 
Venus est la seule deesse. Mais le plaisir dispute cntre les 
hommes ne s'obtient qu'au prix de la lutte; or, la nature, en 
creant des forces inegales, a montre par \ii a qui elle voulak 
que le pouvoir appartint; la justices selon la nature, c'est que 
le fort asserviss(? le faible et s'enrichisse de ses depouillcs. Au 
contrain*, dans la justice selon la loi, c'est le fori qui est 
opprinie. Un vain prrjuge a etabli Tegalite entre le faible ct le 
fort, impose a celui-ci le resp(?cl de celui-la, eta tons Tabsurde 
conlrainte d(; se commander a soi-meme, de combattre la 
nature, de n'str(;indre ses desirs et ses plaisirs, de se reduirea 
la \iv. mepi'isable d'une pierre ou d'un cadavre. C'est enchalncr 
rhomme a une vie insipide, lorsqu'il a ete destine par la 

(1) Hogcl, Geschich der phil.^ II, ji. 3. H6gel est le premier qui ait 
essaye dc reliahiliter les sophistes. M. Grotc I'a fait ^galement, & 
uu autre point Uc vuc, daus sun Histoire de la Gr^e. Sans accorder 
cnticrcinent les conclusions dc cos deux critiques, 11 est certain qu'il 
faut tonir conipte dc leur Jugement dans une appi'cciation equitable 
do la so]tIiistique. 

(2) Ed. Zcllor, la Philosophic des Grecs, p. 542. — ZoUerles appelle 
die Aiifkldrer, c*cst-4-dire Ics eclaireurs. 



LES 0RIGUI2S — IMS SOPHISTES 6< 

k une vie tie deliees. Uuand on a brisc Ic joiig des 

ron\nitions« on so ril alors dc lvs niaxinu's iuv**nU'cs 

par let faiblc!v : (ju'd vaiit iiiiiMis. souUVir uoe itijiistict^ que de 

b camnk'Urr; qiiv Jc rhalini<*nl vaut iiik'u\ pour Ihomine 

injiisip que riinjuiAJu*. « Qu'il paratiiHc iin honiiiu' d'une 

mtuiv puiHS^)iit4* qui st^couo et br ise luutes <ts oiuravi'S, foule 

^ MIX pktis PUS ccnturrs^ nus prestiges, nos eru'haiiUiiM'nls rl 

Hbo» bHs contraircs a )a nature, et s'olinc au-dessiis de loiis 

BcMmilo on mailn*. lui doni nous avions fall uti est lave, cVnt 

rMmquon verra briller la juslirc. irllr quelle est selon Tin- 

tllmtioii de la nalun^ (U* ' 

Td e«l le resume que VhUm nous donne de la morale el de 
,1a politiqur sophisliques* d;ins radmirabU' diseoursde (>allieles. 
qu'tl 114* fauL point juger iitie doclrine sur le lenioi- 
ct'un eertvaia eniienii ; mais il ine semble que si T'bron 
prM qiM'lquc ehose a ses adversain's en riMle oecasiiou, 
rf*tl ttie grandeur et un sotdlle iKtoiique donl il u y a pan de 
Iraeei duns re qoi nous n»sie deux. Si, dans le T/ah'tHe, Pla- 
ICMI attribtie a Pnilaf^onis plus de ^fnii' iii<''la|ih\sique qu1l 
i*«i » en vraiseniblablernent, on peul dire ([U il |>riHe a (lidli- 
datB% le Gonjiaii plus d eloquence el de prolondiair t|ue 
a eu auean M»pliiHle. Main ee r]iii rc'sulle I'^vidernincTJl dc 
dialogiie, e est ((tie la sopliisli(]U4' elait sortie de 1 Eeole, 
i'rlk" a^niit penetre dans le ntoiidt', tju elle etait tlevi'tuie la 
|ihUoM)|i4iie deti lionnc^ti*H ^*n% iJe ee tenq)S-la. Les doetrines 
PbiUm met dans la bouelu* di' Callieles ne s'invt'nlenl pas 
|itai«»ir, elJe» 8ont irop nauirelies, irop eonforines ;iu cu'ur 
I, irijp vraisiinblables enfin, [jour quil suit iieressaire 
r<ruvn' de riinaginalioa vi dc !a passion d*uii adver- 

Grolo, riiintetdeux di'^feaseur de la so|)hisliqite (-3) croit 
le dheoum de (4dliel«*is ri'esl piLs Fcxpressioii de la doe- 






(t) GiTf., tS2, E, ThrasyniAqite Aoulteol U m^tnc docirino dans In 
4fit Gritt, I. xrr {erad. fraut;.), 2' partie, e, in. 



68 ANTiQurrt 

trine des sophisles ct qu'il pourrait ^irc refute par Prodicus et 
Protagoras, aussi bien que par Socrate et Platon. Cependant il 
scmblc bien quo ce soil la consequence assez logique du prin- 
cipe que « Thomme est la mesurede toutes choses ». D'ou 
viendrait d'ailleurs cette doctrine sur Ic droit du plus fort, et 
oil les gens du monde representes par Callicles auraient-ils pu 
la prendre? Co que nous accorderions volontiers a M. Grotc 
c'est qu'il n'y a pas eu unc doctrine sophistique generale, un 
systeme d'ens(?mble ; mais que Tesprit critique des sophisles 
ait contribue a repandre une morale du plaisir et une poli- 
tique de la force, c,'est ce qui nous parait probable, quclque 
bonne volonte que Ton mette a attenuer le tort des sophistes. 
II est remarquable cependant que dans le dialogue intitule 
Protagoras, non seulement celui-ci n'est pas presente comme 
enseigniuit des doctrines immorales; mais il se trouve au 
conlraire que dans ce dialogue, c'est precisement Socrate 
qui soutient la doctrine utilitaire que nous serious tentes 
d'avance d'attribuer a ses adversaires(l). 

Qu(; les doctrines de Callicles fusstmt alors repandues dans 
la societe athenitinne, c'est C(; que prouvent les vers connus 
du lyran Critias, qiii expriment a peu pres des idees analogues. 
II est vrai que Critias m; compte pas au nombrc; des sophisles, 
et qu'il passe au conlraire pour un disciple de Socrate (2). 



(1) Quant A I'objct dc rcn-cipncment tic Protagoras, M. Grotc 
affirnic qu'il scrait absolunioni le rnemc que cclui dc Socrate : To oi 
(jLaOr,[xa irsziv £u6oyA:a -cp( tiov o'.xiiwv, zai -co: twv Tr;; 7:0X2(05 {Prota- 
goraXf 319 E). II y a du vrai dans ce point de vuc : mais ce n'oai pas 
14 tout l^rotagoras. 

(2) La question des sophist-is sc presente d peu prrs sous le rnemc 
aspect que la question des jesuites dans les temps modernes. Doit- 
on confondre avcc les jj^suites, en general, tous les partisans de la 
morale relAeh^c ? N'y a-t-il pas des»jesuites qui I'ont combattue, et 
d'autres, non jesuites, qui I'ont admise? Ce qu'il y a de certain, c'est 
qu'il y a eu uno doctrine dc morale rclAoh^c et que les jesuites y sont 
pourleur part. Dc nn^me, il y a eu en Grecc. d Athencs, A I'epoque 
de Socrate, unc doctrine de morale rehXchec, ccla est certain ; et il 
est probable que les sophistes y ont ete pour une part. Est-cc a 
dire que tous aicnt soutenu ccttc doctrine, et que quclques-uns, non 
appeles sophistes, nc I'aicnt pas soutenuc? Nousn'irions pasjusquc- 



LES ORIGINES — ARISTOPHANE 69 

Mais ce, n'ost cortainomcnt pas a recolc de Socrate qu*il avail 
appris quo la religion a t'to I'invontion des logislaloiirs. Cc qui 
est certain, e'esl quo cos idi'^es subversives regnaiont a Athones, 
et qu'il y avait un {jroupo de personnes (|ui les professaient. Voici 
les vers de Critias : « II fut un temps oil la vie humainc ctait 
sans lois, semblable a cello des b^tes, ct esclave de la violence. 
II n'y avail pas alors d'honncur pour les bons, et les sup- 
pliccs n'olFrayaiont pas encore les m('^chants. Puis les hommes 
fonderent les lois pour quo la justice fut releveo et I'injustice as- 
servie ; el le chalimont suivit alors lo crime. Mais comme les 
hommes commettaient on secret les violences que la loi ropri- 
mait, il se rencontm un hommo adroit el sage qui, pour impri- 
mer la terrour aux mortols ])ervers, imagina la diviniu^... 
oachant la verite sous le mensongo... Cost ainsi que quelque 
sage parvinl a persuader les hommes de rcxistence des 
dieux (1). » 

ARiSTOi>iiA>'K. — Tandis que lasophistiquelravaillait^suivanl 
les uns, au doveloppoment des lumieres, suivanl les aulres, a 
la dissolution niorah* et sociale, et, selon toute apparence, a 
ccs deux olTels en memc; temps, un siitirique de genie, defen- 
seur des vioillos nifjeurs, se servail de la comedie pour com- 
battre toutos les nouvoautes ; onvoloppant dans une commune 
reprobation , et les sophistos , et Socrate, Tadversaire des 
sophistics, dont il parlagoait les doctrines politiques combattail 
les oxcos do la donKx^ratic!, et raillait impitoyablement toutes les 
chosos d(^ son temps. 

C'etait bien la sophistique qu'Aristophane nieltait en scene, en 
faisant paraitro et pai'lor Tun contre I'autre, le Juste et Tlnjuste. 
C'etait bien un elRct de Tart sophistique de montnn' a la fois le 
pour olio contre dans toutes les questions, on evoquantsurloutle 
prestige de la nouveaule. « Jo lo vaincrai, dil rixjLSTE, loi qui le 



li, mais il nous scmble que ccla nc change pas beaucoup la situation 
do Socrate et do Platon. 

(1) Voir Denis, Hiitoire des doctrines morales dans Vantiquiti. Pour 
toutes cos (jucstions', on ne saurait trop consultcr cct excellent livrc. 



ANTlQUlTfe 

pnUcmls phis fori *|ii(' nioi. — U* .Itsn: : v\ par quel uri? — 
L'Injistk : Kii invtnUiiiil dvs pciiHtH'S mjiivclU's, — Lo il^ste : 
Ellos sont 1*11 fdi'l iiiijfuiitl'liui flomsaules, gr!u'v a lf»s fous. — 
Dps f(nis, non, iiiais «h*s sages. — Jo le ruiiicrai on disant cc 
qui est juslo. — Mais je renvorsei'ai tos aigmiienLs par ries 
ar'j,^iiieiils ranlraircs : oarje prolonds qii'll ny a point dv jus- 
lice. — Tu es un radolour. — Tii es un infiWiio. • Admirable 
rf^snmr', plein rlo sol oomiqne M do prolVrndour phiinsopluqiic, 
do la lullo do tniis los loiiqjs oalro Irs virjllos ot los nouvolles 
[does, oirtro la tnidilioii ot lo lihro oxanion, onlro los 
ornyunoos rosp4'r'ta1>los qui idonlrfiont lour oauso avec la 
moral(M'llo-nioino, ot la I'riliqiioiiKlependaiilo qui st^ fail hoU' 
voni I auxiliairo du doroglonu'iit. La oauso do la tradilion 
ost souvonl en mtoe Icnips la oauso do la justice et dca 
saiiios idtVs morales : mallieurousemont olio est souvont 
aveugle : olio onvoloppo dans uno nn^iue pros^-riptioo toule 
libre ponsi^e, ot ello no sail pas distingftier, parinl les no?a* 
lours, oeux qui soul |>our lo, desordro, ol eoiix qui roohor- 
ohonl les prinoipos olernols, suporiours aux formes passaj^ores 
do la soeiiHe el do la religion. Cost ainsi qu'Arislophauo a 
atlaqiio Socrate aussi oruellomc^nl que los sopliislos : non qu on 
doivo lo rendro rospi)nsafdo de sii niorl, puisqii'il s'osl (Voul^ 
vingl-quatro ans dt'|iuis los XiU'cs jusqu'a la ooudamnatton de 
Socrato, mais il a oorlainoinont oonlribue k jolor du discri'dH 
sur sa porsonno, ol a Ibrmor un projugo oontro lui. Uans 
Soerale, oo quWiislophauo ooiiibal ol roprouvo, o'osi 1 'esprit 
sdentiiiquo, oVst la rechorelio des causes. 11 nous somble 
quolque peu olrango quo Sorrali* soil iutroduil dans la comedie 
dos Nuees, oomme physioion, prdoccupo d'oxpliqnor los phe- 
nomenes eeleslos, los nn'looros, lorsque Xenophon nous lo rc- 
prf^scnto, au oontraire, commo hostile h loutes cos reoherches ; 
mais IMaton, do son orMo, niot dans la bijuobo do Socrate lui- 
memo uno allusion aux eludes pbysiqm's auxquoUes i) se se- 
rail livrii dans sa jeunesse (I), ce qui semble confirmer les 
(1) Ph^don 96, sqq. 




critjqui*A d'AnHtf>pli;mt\ iJuni qu'il on soil d'aillours, soil rjue 
cvliiM^i ait i*u vu vui* li*« opiniiins uiomcs tk* Socraki, a Tepo- 
qtie (HI il Ic tniHtait Kur la scene, sott (lu il ail mis sous son 
noai, ri confon*lu tlans j^a prrsonno toutos [es ebiiurhcs <lf rt> 
dn-rvlir si*ictitiri({ijt' , ipti s<* inanikstairiil alius, iJ iifii est pas 
nKiinii vrai qur In s<'rnf *lcs .Vut**** esl rexpn^ssioii (ruiir liitie 
qui » ^xisli* dans inus li's t^^ntpsmtri' la iln'olngir v\ la scit^nre, 
cnin- la tTO>anr(' avcuj^lc qui raineaf lout a ties eausrs t^urna- 
lyri'llfS, vl la jM'nsuie srit'utiliqm' qui poui'siiiL la rechfrrhf des 
cattTies rct'lh'S. Bmis lous les U'm|>s, Iv savant a rte sus|K'("1 d'a 
Ih^HitQe, f M>ur avoir osjwiy^* do subsiiluor l<'s rausos seoondcs aux 
easmm proniiens, C'i'j*l lofomJ iiioiin' df* la saliri' d'Ari.si«>iihane 
^ StUKiAiKE. Dii^inoi , au nom lic lu torro , iupiter olynipicn 
n*€«t'il pas Hiou?^ SocRATK. Quol Jupiter? Ne hadino |ias. II 
n*^ n fMis tie Jupiter^ — Str. Quo dis lu la? Mais qui fait plou- 
n, toir? — Siw,. Co sonl 0II08 (losnuoos). Oil as-tu jamais vu plou- 
Hvoir sans uiu'th. Si c olait Itii, i) liuidrail aussi rjull fit plnivoir 
Himrii&eioJ scrt'in, on labsouoo dos nuoes. — St«. Mai.s qui 
m prmlott k* lonnorro? II mo fail iroiuLlor. — Soc. Los uueos; 
dies Umnosil on roulaut siir ollos-mOraos, — Srii, Cominonl 

Irrla, esprit audaoioux?— Sm.n. LorsquVllos sont roraplios 
d'eaii, b pluio \v% oiitraino on bas; lour poids lo^ipousso Fune 
jair raotnn olio* ae. olu»rpiont el en»vetu avco fracas. — Str. 
Jiai» (|tti lo» ooiitrainl a »<^ proojpitor ainsi f \'osl-oe pas Jupi- 
Irr?- Sm.b. 1'u.idu loul : cVhI Io tourl>il]on otiioroon. — Str, 
Le tourbition 7 J i^iorais vrairnont qu il n y a pas do Jupiter, 
|i c|Qe tc lourlilHon re^^iuU a sa place. • 
lUen de plus rt*iuar<piabti* quo co pass^igo. Sans d(mtc , les 
jsxplkatioitii pmposoes [m* Socraic s<^>nt puorilos; main on no 
vait eu avoir d'auin*» u son epoque, dans li^iorance ou 
I'CMii^il dos phououioni*s ilo I olootpioiio. Mais lo prin(i|M' n'on 
inoiiisvnii: ]vs [tbonmnonos pbysittuos iloivenl sVxpli- 
descausK'^ pbysiqucs. Or, c est cola mojne que le vul- 
gain* a|)|»*lail ailioisme, • uddisH;uii ainsi uno sorie do eonllit el 
d'aatiiiaiiur colre la science el la religion, A rori(4ino, ce sont 




72 AJITIQUlrt 

Ics phenomones les plus gencraux que Ton rattache immcdiatc- 
mont a Jupiter : puis ce sont seulement les fails rares (eclipses 
ctcomeles, treinblements de torre), puis los plus vasies (le sys- 
tome (lu monde), puis les plus lointaincs les plus obseurs (rori- 
gine des especes). Neanmoinsla science cherchc tovyours acorn- 
bl(;r les lacunes, et a etendre le domaine des causes sccondes. 
On s'etonne toutefois de cette singuliere accusation d*athasine 
imputee a riiomme le plus religieux de la Grece, ii celui qui a 
eu 1<». sentiment Ic plus pur et le plus eleve de la diviillte. 
Peut-etre a lepoque d'Arislophane, Socrate n*etait-il pas 
encore arrive a ses plus hautes conceptions ndigieuses, 
et etait-il encore absorbe par Tivresse des recherches 
scientifiques. Peut-etre aussi, ce qui est plus 'probable, 
Aristophane ne coniprenait-il pas grand'chose a ces sortes 
de questions , et ne (^lerchait-il qu'une occasion de rire el 
d'amuser. 

L adversaii'e de la philosophic et de toute libre p<»is<^ 
devait (*tre egalement I'adversaire de la democratic; el sur oe 
point Aristophane marchait d'accord avec les socratiques. 
Gonime Socrate, comme Xenophon, comme Platon, Aristo- 
phane voyait avec sagacite et denon^^ait avec une raillerie 
cruellc et vehomcnK*, h^s miseres du gouvemement populaire, 
(^t particulierem(»nl raveuglement du peuple souverain, et les 
flatteries des demagogues. (iVst Tobjet des scenes les plus 
piquantes dans la comedie des Chevaliers. Le demagogue d*aIors 
elait Cleon (1). Aristophane met en scene le peuple athenien 
sous la figure dun vieillard sourd, et mene par un corroycur 
qui nest autre que Cleon. c Nous avcms un maitre de carac- 
tere sauvage, intraitable, Pc^uple lepnycien (2), vieillard morose 
et un p(m sourd. Le mois dernier, il acheta pour esclavc lui 

(1^ On sail que M. Grotc a cssay6 do rehabilitcr Clton et en g^ni- 
ral la democratic ath^niunne, meme dans ses phases les plus radi* 
cales. Nous n'avons pas a cntrer dans co ddbat qui regarde iM 
historicns. 

(2) Lo Pnyx etait Ic lieu daHsembl<5c des Athenions. Arislophant 
en fait J a patrie do A^{xo;, Peuple, persounifie. 



tfeS OniGINES — AmST(M»H.VM: 73 

iwir pa|ihl;ig<iiiirn, lotil rr nu'il y a do plus iiilrigatil ol 

»ur, Lui ♦ luiinaissani riiiimi'ur tlu vioilhinl , 8o mit a 

\e chU'ii rou«'}iaii(, u Ihurcr son muilro, u le rhoyi^r, en 

lui diHsnt: * Peupl4% rest assez davoir jugc uno allkirrl va 

iMJii, bm%, niari|7(\ H nvois li^s trois i>boI<*s ! » — » Le 

— (► Pfupli' ! la ]>uissaiiro csl j(raridi"; tons l«*s 

If rrai^init iHininif iiii mailir; mai?; In cs facile a 

nlnirp'. lu ainu's a tHrf flaiii**, a rirr trompc, rrlur i|iij paiie 

laujoiit'K tsa dy|K«, 4i alters imi l)i)ii snis i1(4iiriiagi'. — 

.WJi, II o'y a ^ncvv ih btm sens sous voi» chovriiA, si vnus 

que jo nc sais pas cv que j*» fais. CVsl vi>]t)iHaii'em<Mil 

jrxlravaffiir ainsi: car j':hiu<* a bdii'e unM If jniir, cl a 

iliT (K>ur rhef uii vnltnir ijui* jo intynis; oi t|uaiid it I'st 

Mpq c*iif(mi.W, jv riiinnuU'. > U* vice oapilal dv la driuorTalic 

i|iii paniil tHiv d<' n»rUi'<* Ic jjoiivonu'iimil <*niri* Icji mains drs 

filliift i)Cii^H:ants rt do.s |dus gi-ossifis i-sl mis on roliof do la 

1* la phiH mordaiito danslasi-onr du (^liaioulior. • —Lb 

LrpER. Do r|u«i s'agil-il? — Dj?:jn>sTn^<>E. Domain lu fwras 

le dr la fjnmd*'ur. — Lf. Ciiaiu:. I'liunpini so niotiijor de 

T — IVjiuvnikJJK. Tu si'ras lo mailrr s<nivrrain d<* Itms It's 

ain»i (|uo dog nuu-oiios, iles ports ol do rasscmhico. 

fiiBlmft au\ pi<Hls W oonsoil , in drsriliitM^as U's p^orio- 

tu U*% ohar^foras iie ohaliifs... — Lk (-ii arc. Main ooiu- 

il^ moi, .Hifiipti* rhari'iilior, d(*vioiitlrai-jo un i^orsmniaifo? 

Utaoimil^TiK. (-I'oxt \miu* rola inoino 4]uo (u dovioodi'as 

— Lc (4tARi:. Jo no m<' vvim pas di^^io dun si haul 

[, — Dkm. n i>u viinl (]ui* ill n*' I'on orois pas di|;;no? — Le 

I^KiJU:. M]iiji,iiit)n obor, jo n*at pas ro(;u la iiMtindn' ('du'-alion; 

*^ n'l'Kt quo jo !iaiii liiv. of assoz nial- — I>km. L«* f^ouvorno- 

*«H |x»p<ibir(' ti'appariii'nt pas an\ iHiiniiios inslruils •*( do 

"^urs iiTrpr<.M'liahlos« mai!$ uux igudnnits el aux infamos* . 

e^daii<» ttMis loH gonvoruouM'niH populairi'S, oo ipio lo« 

iUswm ol b'* riohi's inipuiaiVnt an (jouplo^ cVsl ilo vou- 

le fforUkgf* des bionn ot d us|iiror an ouiinnunismo. 8i 

tkvml clktrcJie auiro oJio^ qu uno saiiro aai^siinte, 



V 



74 AXTIQUlrt 

il auraii rcflcrhi (|uc I'utopic communisto dont il sc moqne 
n'etait pas le fait du parii populaire, mais prceisement du parti 
aristocratiquc. Cetait Platon qui dans sa JRepu6/t9tie, deman- 
dait la communaute dos femmes et dcs biens, et non dana 
rinterot dc^ la doniotrratic ; bien au contrairc, car cc qa'fl 
combat Ic plus dans la democratie, c'est precisement I'mdlTi- 
dualito, dont les attiibuts fondamentaux sonl la proprietc et la 
famillu. Aristoplian(' aurait pu n^marquor aussi que $*il y a eu 
quolques vestiges d'iustitutions communistcs en Grecc, cc n'est 
pas dans les etals democratiques comme Athencs, mais dans 
les etals oljgarchi(]ues comme Lacedemone et la Crete qu'il fiuil 
les cherchcr. Enfm, Aristophane croit que le communisme 
vient precis<fment de Tamour des nouveautes, tandis que par 
le fait, c'est plutot choz Platon le souvenir d'un 4ge d 'or pri- 
niitif, et, par le fait, la oii il en existe encore quclque trace, 
un vestige du passe. Ola (lit, ricn de plus piquant que la satire 
du communisme dans VAsftemblee des femmes. Ge sent en efllet 
les femmes qui font une revolution sociale ; et c'est Praxagoras 
leur ch(»f, qui leur pi'ojwse son plan. 

« Le CnoELR. Voici le moment; car notre rcpublique a 
besoin d'un plan sagement con^u. Mais n'executc que ce qui 
n'a jamais etc fait ; *rar ils detestent ce qui est ancien. Mels-toi 
vite a in venter du nouveau. — Praxagoras. Je dis d'abord que 
tons his biens doivent etre mis en commun, et que chacunen 
doit avoir sa part. 11 ne faut pas que Tun soit riche et I'autre 
miserable, (fue I'uu possede de vastes domaines et que I'autre 
nait pas de (luoi se faire enternT... Je niettrai done en com- 
mun liirgent, les tiMTes, les proprietes... Tout appartiendra a 
tous. — BLi^:i>iiYRAs. Ceux ijui possMent toutes ces choses nit 
sont-ih pas aussi les plus grands voleurs (1) ? — Prax. J'en- 
tends aussi que toutes les femmes soieut communes, et fassent 
des enfants avec celui qui le voud ra. — Bl^.ph. Mais (pii cultivera 



(1) On voit que cc n'cst pas Proudhon qui a invcnte le calibre 
aphorisme : la proprUU, c'est le vol. 




IJ5S onifirniis — aristophaxe 75 

1151*0 In'f eoiiuiioili' de rrmlro possiltli' b cutnniumiuK^ el 

tie la rencJro agivable, Mais voiei la revohilioii faiU'. Uii 

lltfnuilt a|»|H'no lous li*s riiovHis a la joiii-ssaiKi* i-imimum'. « Le 

EfltKAiLT. ^'I'orz lous hatviUmls ; void h* n^j^iiiir qui rommonre, 

^^k labtr^ Mint |iivtes ; on voil les lievrvH a la hrorliL'... > 

^^B|p ^-icniieiit, m^ma ceux qui etuient les ]>lus rrcalcilranis a 

HpfMirtf'r Irur arffent.— *2"citoyex. Je vicns! J iraiiloni", piiisqu*' 

Hk lt<'*(iublHiiJc I ordoime. — l*"-^ citoven. Oil wiixlii alitor, lui 

qni n ais pasdi'posL* t«»s biens? — 3'' ot.Au souiwr.— 1''<:it. Non, 

ii^HM>rli*r ta |tarl. — 2*" cit. Eh bit^n, je rapporit^i-ai... 

Par JupiUTt il faiit qu«* jinvoiiK' (fuelqur riisr pour 

locil re qiieje |>i»sMrili' I't fii iiieiiir lemfis |M»in* avoir ma, 

dr la cuisine cominuiu\ > Trait do romi'dic admirable, 

f|0'il KAt en m«^nie temps la eririqiie profonde iFiiiie 

llirabU* utiipie. Quant a la romiiumauti' di-s remnies, les 

ridii*tilos qu'eile anicnerail, sonl peiiils pur Aristophane 

U (rop vifii^ el imp groxsiers piHii* que- nous ijuissiuns les 

apre* lui, 

est ta motile ei la jmliliqiic dArislophane; ee qiiiUn- 

e*«st un bon mns prulic]ue, eiinemi des exees^ inquiei di's 

^!i^ niui'i .^an.H beaueonp de 1iinnei'(*K. eoiifondanl un 

iMQ Umim eboHeft dans le liaH^^rd dc sa eriuqiii\ IVa[jj)aiit a 

^kile «l i giaudte, nam m demander si I tie uwnUv jias pn'M-i- 

^^■BfiBf fwji amis |>oliti(pies, ei phispn'*i)i eup(%( MUime lonn 

^^^Ris comiqneH, de fain* riri' 4[ue d eelairer, saisisiiaru 

IWIIPon aver la suifc^eite c|ue di>nn<r le sens ihi ridicule, les 

dm licmunes H des partis, a^anl surlout \muv uouh 

'on y iveoniiait 1 inqu'ession dv la vie, le conllil 

le eonlre-roup drs dinpuies juurnalieies. On 

cnlend Uat Mhenlvns diiicuter ptdiiiquc; on reeonnalt les 

du temps. On m: M-nl dans une demoeralie 

il«»rt pasiioimtV. On romprend mieux les iJn'oHes gene- 

d ab3itraiteHde!^phiK»Hoph('S, (piaiid an sV^slmt^te quelque 

aa nflieti d*oii cUeK sonl sorties. Ce sont des opinions 





76 ANTiQurrt 

popuhtii'os qui vont se ti*a(luire plus ou moins en doctrines 
sp(H*ulativ4*s. Le vrai crcratour dc cettc hauto science morale 
et politique est pr(M*is4'ment <*elui (luWristophane a si aveugl^ 
niimt confondu avec l(*s sophistes ct Ics demagogues. Sans 
douto, Soci'ate otait un libre penscur, mais il n'dtait pas an 
sophistc. 11 avait i'osprit critique, mais non detractcur. II fbl 
au\ sophistes, toutes difTerences ecartces, ce que J. -J. Roussean 
fut aux eneyeloped isles. Mais ee sont des nuances, Irop fines 
pour des (roiitemporains, et surtout pour dcs csprits non phi- 
losopliiquc^s, comme soiit les raillt^urs. Quoi qu*il en soit, | 
eonsidere de ces diverses pei'spectivesT, Ic r6Ie de Socrate ' 
pai*aitra plus elair et plus inlcressant. i 

Socrate. — Le r61c de Socrate, Tun des plus grands de 
Tantiquite, nous oil're deux ehoses a considerer : d'mi cdte sa ; 
personnc*, d'une eclalanle originalite et d'une action si puis- ^ 
sant(^ sur tons ses conten)|)orains ; de Tantre, la nWolution ' 
qu'il a introduite duns la science morale et politique. Socrate 
est d'abord un reformateur moral ; il est, en out re, I'autear 
d'un grand mouv(»m(»nt de p(»nsee. A ces deux titrcs, comme i 
penseur el conune sage; , Socrate uppartient a notre recit (I), i 

Socrat(s on le sail, n'avait point decole; il n'enseignait pas • 
dans un lieu ierin('> ; il ne publia point de livres. Son onseigne- 
ment lut uue perpeluelle conversation. Socrate etiiit partout, 
sur les places publicities, dans lesgymnases, sous les portiques, 
parlout oil il y avait reunion de peuple ; il aimait les hommes 
et les recherchait. 11 vivait en public, ev cpavepw. 11 causait avec 
tour le nionde et sur toule espece de sujets. llparlait a ciiacmi 



(1) Lc xviir siecle u'a Ku<"rc vu dans Socrate quo le reformateur 
dcs nioDurs. Dans notre su'clc, ua jjrrand critique allcmand, Schleitf- 
niaclicr, a roli've le caracrtcTc scientifiqiie de la philosophic de 
S(»-rat(;. H. Kilter I'a siiivi dans cette voie. II faudrait aujoardliui 
trouvrr une moyonne cntrc ces deux points do vue, ou plutdt lei 
concilicr dans une idue cummunc. M. A.Fouillee, dans son ouvrage 
sur la PhiloHophie de Socrate, a peut-^tre exa^^rt^ ler6Io epeculattfet 
nH't{ii>hysi(|ue de Socrnte. M. Houtroux nous paralt plusprisdeU 
verite dans sa dissertation sur Socrate, moraliste et eroyaHt, (Comptee 
rendus de rAcadcniie des sciences morales ct politiques). 



LES OHICINES — SOCRATK • 77 

%t% af^irp!^, et navatt toujour^ doninT h l;i convorsalioii un 
mcinil. Sod bcm wms, si just*:, Iroiivutt on toiKe ciiTuii- 
U'mi»iUeur«*onM*il; il rrrnni'ilinii <lrii\ IVrrcs; il ra|>[K*- 
ll a *oii iiropn* lils le ivH|)cct d'lmt* niiTi' violt^nif vx iin|)or- 
tiiiN*; a tin homiiii' riiiiu*', il i'nst*tsL,'iiait ki rt'ssimni' ilii iiavuil, 
Itti n|»(in'n;iit a im'priscr l'nisivil(' coiniiu' mtvIIc; ami ric!i<', 
fuumij^^uiil uii inlondanl pcjiir h* soiii dv scs adiiiri's; il fuisait 
itir a uri jiMiiu' InmuiK' |>irsojii))liH'Ux rt aiiilHtit'UK sari 
loniiKv Avs ulTairrs |HiI)lit|iirs. Ait ronlrain", i] riH'iHjrM^i'ait 
'adnbilinn d'lin honimt' ('a|ial>l4', iiiais limidr ri iro)» iiiodrsU'. 
I, il (KiHail fM'innin^ avt»r Parrhusiii*i,j>rii![)liir(' avtr Clifoii 
iltiairt*: il rausail dc rlwHorifjin' avcc Aspasir, et, rv (|iii 
I ctirieux trail di' iikimii's, il i-iisi'ignail mi'iiic a la rnur- 
<Jr Thi^oduni li's moyrn?> do plain*. 
Sof*nili^ ahnait Irs j<HiiirH ^vn^. C^inh m\ plaisir pour kii di' 
M*nl<>Min*r dune j*'un<*8H4' ninrus(* vi inlrlll,^nii<% qiiH iie, 
t>iToiti|iatt pas, nmiiiu* lo pri'lrndirmit ses arrriHalt'iirs*, mais 
[oil lumttinuit :i tint' morale nouvi-llr. (*i a iitif rrtigion plus 
ri'llc di' la Hrptdilrqin*; il nr Iriir rusri^^oail |)as Ic 
'di* rauturiti* |>al<*rti<dli% ruais il Inii-apprrFiail vraisrm- 
ili<iiM«Dl u plaivr t:i raUun ol la juslin* aii-di'ssiis di* untti* 
iiiiniuims en ayant suin d'ajnyU'i\ sans doule, que 
j>nrlie!i i*jvs<*nliellrs de lu jusliee v\ dv h\ pk'U* vsi 
loer rt'sjMM'lueiJst' aii\ parents, niinini' mi It* voil dans 
i*D«i't|{Denienl aver Lunpn)ele*i, stm fils alnt', Kniin SornUe, 
|ii il parlat Ifiiijnurs d aninin% ct tpKiiqiit* sciisilile roriime 
IV **i iin iiiii>il(* a la heaitle pti\si(|ni% airnait sLUiitnt la 
brautr iDoniJt% et Multaeiuiil eelle jeuiiesse d rlile par une.sym- 
fallMi'' fXlniurdinain'. CvM sni'lniil a i-i'ttr syinpaltiie, nutis dit 
dans le Thrayi's, que Surralr dul \vs inerveilles de S(m 
eiit. II est dinicile aiijonid'hui de »e rendre eoinple 
!U*«)iiiituits de relie pande evaniMiit*. Xen(F[ilinn niniH en u 
le la j^i'e, leleganecel la sinipHrili' ; on sent ipieeelte 
lumir iim''Ii^' trironie d<vait IoucIh r les jennes ilines, Mais 
ctaH-ce a^sei ponr ic» couquerir 1 Esl-ee a.S8e/. pour expliquer 




78 • AWTIQUlTft 

eel enlhousliismfi dorit parle Aldbiad*^ dans 1*> BanquelJ t 
IVToiilnnl, h's lioninii's, Ics fcwnirK, les jciinos gens ctaient 
saisis ti trans|n»rh''s. Ptair nmi, iijouU'-l-il, jv. sens palpitcr 
moil r(pur plus fortemcnt que si jY'lais ajfite de la manie claiJ- 
sanle des Coryliunles; st^s [Kiroles ihni v(ni\vv mos hirini'.s. t 
Fmit-il i-roire qur Pluloii ait iirele iri ii Sui'rale son i>r()|iit 
onlliousiasme? Nous ne le ponsons pas : it est plus problable 
que Xenophtm ii*a pas roiiipi-is \v ]ii'i"sonnapje enlier de SorniU*, 
ou (pi il n'a pas sn Ir n^iidi-e dans loiile son (niginalile. .Now 
voyoiis dans l*huon deux indts qui paraisscnt airaii)}is daof 
Xenitph(m:rironie ei renihoiisiaanir. Ak'ibiade appelle Sucntic 
t nu ('HViinle raillt'iir j»^ vl \v ronipan* au salyre Marsyas. D 
osl prubah!*' qnr erst a ses irails mordants que Socrule dwl 
en grande pai'li*' les iidmilies (pii le liivnf pvrlr. Un dc C© 
trails, i*np|K>rh^ |)ar Xeiin)lHjn, ntms expJiqiie la baine de Thi> 
rainrno el d<' Crilias, Soerale ne njeiiageail pas davanlage les 
cbefs du pai'li populaire. En meme lemps, son enlhousbHnic, 
lempere sans donle par la mesure et la grhce, oiais cngeodr^ 
par fine fui vive tlans son genie, el le senlinienl ardeni d'ltue 
mission 4livine, diil revidhi* les bomines !iii''di(j(*res el suj>erv 
liliriiv eomnu' si^^ne iVnn ttry^neil exag-en*. Le fond du genie (k 
Sof-rah* esl le bon sens, inaLs im boii sfMis a la Hd aiguise i?C 
passionne, arinede I'ironie, rrtiaiille [lar IVndiuusiasme. 

Soenite i^tjynit-il aiix dieiix iki paj^'anisme ? U'lt'Hes etairal 
ces divinilesnonvelles tfu'on iacensidl d'inlroduire duns^rf^tatf 
Si nous iM'oiHons XiTiopb^m^ Soerate n'verail les dieux de 
ri'lat II sacriilait onviTteuirul dans sa |»i'opre niuison ou ncttf 
]es aulels publies. Xi'Tiofdion ne nous ein* aiieune purole U^u- 
rit^Kse aux diviniles paieniu^s, aurutiememe qiiilemoi^ie d'un 
seul doute siir b'lir 4'xisten<*e. Le dt^rnier niol de Si.>e rale man* 
rani (!) s<*ml»I(* indiqniM" aiissi la foi au pairanisme; c;ir il (^ 
dlffieilc d'adnn^ltre que Soerate ail voulu mentir dans la niort 
nirme. Dim aiiti'c er)le, Xenopbon ne eiie pas non p1ii» lun? 



(!) i Sacrifions an coq i Esculape. ■ (Phdihn,) 



LES 0|ltCn(£S — SOCRATE 79 

paroU'dpSm-niie quidrmoiilrc ovpli(4t(^inonl la croyance 
%\itit\ tie l\Mymp<». Toiil cr que Sorrjlf tlit di\s dwiw so 
I | K*iH oDlendre iKirrailrrnrrir dii Wwu ininKiliiiel ri iiniqtir qiir 
^Km m TiN?iiiimi apK's liii: sa rroyanoc a la divinution el aux 
^HmBlei s'l'XpliqiK^ niLssi {y,\r la |*nis<'s' d'linr I'i'ovidriiiH' (larti- 
^BBflH^TP ItMij^Hirs (jhsmlr, doi'lriiH' qii il riisri^iiait oxfiHcitt*- 
iroi. II fiarriftuil aux dieuxpar rosfrtMlpour la Ui'piil>lifiiit% d 
irs, il poiivail, dans sa pi'iisiH*^ adrvsi^cT ct^s lioniiiiagi^s 
►iru vmlablf, II drvait ainsi so s(*rvir frrqiu'iniiu^iit dti 
d4*Hdic>ii\ po|)iilaiivs, U'lir hiissaul It'urs alLiibuliou.s, mais 
mr* atw* uiit' l<"'|ft*r(* nuaiiiT d'ironio doiit ses disciples If s 
i^% avaiiMit sans doulo lo si'crct. TraEllrui's, dans vvs 
qui I'fak'iil uii»* sork' d apologia. Xmojilton drvail 
ltin*llefiieiit <'»vilpr tout re qui pouvail rharufrr la memoire 
!• Sorrat** ol donni'r niisori a st's aiuMisait'iirs. Hans Ifs dia- 
dr Platon^ Sorralr park* avor plus di* hardirssi*. il dit, 
|p /'AiWre*, fl pfftpoH I i lino fahl*' niylhrdrigiquf , « qii 11 n'a 
assi*x tk; loinir [M>ur i-n chiTchrr I rxpliradnn, qifil se 
il rtoiiT vv qm* omit lo vnlfjain*, vi qii'il s'on'iqio, now 
crs riiij.%rx mdinV*n'nli*s, iiiais ilr lui-iiirnir », Cos jjarolrs 
iiMmm^nt bit*n oommnil m* <T>m porta il Sorralo a Tr^'ard 
la rr*li|n<tti (w»pulain> : il en parlail p4'u; v\ sit rii [larlait, 
mopris, niai?i avor un doini-sourin* n liii IrgtT 
(* Dan» VEntifphnm, Plalon \:i |»liis loin oni'oro. Est-oo 
iiHtt«*(|ui parlr ou lo S<xtuIo v«'*rila!di' If II ivst diflioilo dol« 
iMr; niaiH U rst pi-otiahlo quo la [K'nsoo do co piMil dialogiui 
4 fail vtoraiiqtio; i«i o ost imo onU(|uo aiiioro do la 

l^tllologH!. 

On i»r jioMi dntio iii*T qu il n y out qiiolqiio rhoso iW plau- 

uth' djin?» I acouKaiioii ding^o plus lard rotitro Soorati^, 

\U\ on offol, oroyatt a l>iou, mais, par cola nu^mo, il ne 

fait fms aox djeux. Main, quatid onlui riprorliaii dimn)- 

«le BtMiroaux dk^ux (1) dans t'f^tat. k i sa dolonse olait 

Ce Q^Uient pa» j»rLi<-i*«.'ni«inl de noiivciuN dif>iix fpi'on lui rcpro- 
dlntftMiiiirc, main dc« n^mrauti'i il^moniaqHfji (xaivi oatj^oyfa). 



BO AXTIQWtTfi 

pleiiii' de foiTr rl dr niison. G'S iiouvcuiilds qu'on )ui repro* 
rhail, r'/'iiiM-iil It's rr-vt'liilioiis qii'il prtHiMuhdl riMrevoir de son 
demon I'umiliiT, La rrli^^itiii |>im'n«(' rrroniiaiHsail des domoi^, 
*'"t^sU;Vdire dt»s divinity's dv toiitos sorlos, noes du coninnvce 
drs dii'UK av«M! Irs innrtrk; vWr siipposiiil la rommuniralion 
roiiliiHH'llc (ii's diriix v\ d«*s hnmni«*H : rllr faisair parlrr lif 
dii'iix |>ar la vuix clrs oisraiix, di's sibylli's, du looiicnY; 
Socrutr, cii adiin'iianl (iiiiiii c-frlaiii dim liii |)ai*la»l dircrU'- 
mrnl, hii dtmnait drs fniisdls, Uii ri'vrhul I'avi'jiir, ti anirmnjt 
done vwn d<* roulrairr :i la rrli^jfum di' Tfilat, 

Qu i'tait-(H' riilni t\iiv iH'iirmon Fatiiilin'tloiil on a lani purlr? 
S(M'ral<\ qui avail, srioii llnlnniiuv, d/'livrc la f»hil<>so|diip dp 
louJrs It'S f:ihl(^s v\ dv loiilos Irs visions, doiil Pylliaifori* el 
Em|MMJoc*U* ravairiil cliai'j;*'*', csl-il lonilM' a son lour daus line 
HU]»(*rslilioii noiivrllr t SotrwW <''taif-il iin mystiqiit*, roinmp Ic 
|M'iisrti1 Irs litis, un inonomimr, iin ltallurini'\('oiii))ir(|Urli|tii*s- 
uns Tout fVril? Ktait-il rnlin uu inifmstrur f[iii joiiait l'illiim!> 
nisme pniir Iroinprr srs adrpt*\s? Sorral** iMail un |K*rfifmir.ige 
iK'S ronndt^xi', dans lrf|iU't ndlh' nnanrrs s'iinissai*Mil sans sc 
riiiilVuKlrr. Ainsi, it Tiil rrrlainrnirni I'advrrsaiii' dn poN- 
lh4'ism(\ niuis pus ass('/ [luur ijii'on pitissr aflii'inrr .vins 
I't'sri'vi' ipi il iraditM'itait anrunt* fiiiissanci* iriN*i iiU'diaiiH' rnin* 
Dicu i'l Ihoinnnv Sans (loiiir, la niison dominaii t-n lui. mah 
non sans qur rinsjiiralkm y t^nl iniasi son rotis d iiof* itis|M- 
ration qni, a son lonr\ n'rtiiil pas sani» tpiclqiH- nirlangr dc 
donr'c irornr. Crllr inspiration jiarart n'rii'c, la pinpart du 
lenijis, c'Ih'Z Socralf, (|ni' la vtnx vivc rl [in'ssanlr dr la ron- 
sfii'nct% mais (|urIqiidois *'lli^ (Huil (pu^lrjitc chosr di* pluf* : 
rllo piTnait un farat'trn' |>ro|ilie''li(pH\ v\ <*nt]n il rlail d<^s 
inonu'jils oil rllt^ drvcnail |)n"S(|Uf' dc I'rvlas^. PlaUin nous 
rapporlr, duns fr Hanquet., que Ion vit Sori'alo selenir vingl* 
qnalir fieuri's drboii^ dans la rncnii* silualion* livre si one 
nn'ililalion jn'orondr. il y avail done, sans aueun douU% 
fjnrl(]Uf rliosr dc mystique dans rami' i\v Sorrale. IHuUirque 
nous dil (jull ri'gurdait conniie arroganls eeu\ qni |irrirn- 




LKS OliIGn«ES — SUCRATE 81 

•nt avoir des visions divines, mais qu'il dcouiait volonliers 

qui avaienl enlendu cles voiXt el s'en enlreleiiait avec 

L het dieu de Socrjlc etail done uno soile de vuix inle- 

ricure qui n'etait d ordinaire que la conscienee, plus vive ehcz 

luj ijoe eliez les honinies de son Icmps, mais qui souveiUdeve- 

itait tin averlissfrneijl iiiysti(]ue dr raveiui% vl lui |»ai'aissuil. 

^ M ftc iiaixde de Uteu raceme. O' Tul le sei'ret di' la IVurt* d iime 

^fee Sorraie, de sa |)ers<5veranfc dans son dessein, de son eou- 

^^■K digram la inorL 

^^Bh iH)craU* a eU* lei que nous venons de le peindre, e'cst-a- 
r dbe qui* U* reprt'sentent lous les eerivatns de son temps : un 
' noilrit* de palienei*, di' lenifM*TiiinM% dedoufM'ui'; s 11 joii^iKiil fi 
vin-lus tottles le*i qualili'^s de I'lmniiiie aiiuable; s'il fut lie 
*aiiiitjt' avtM' loni <'e f|u'il y eul ii Alheiies de plus disdn^^ue, 
it eitpliquer la s;Uire injusle dont les .\uees d'Arislo- 
ittane BoaJi ont eonsenV' le souvenir? (]oinmenl Ansh>[)}ian(\ 
qui comuiiHSait Soenile, qui s asseyait u eok* de lui, a la iiH^'iue 
I, cin*z de* amis, eoninienl (tul-il Iravi'stir seienunenl un 
tWissi res|M»cl('* ? 0)ium<'ul hii a-l-il prele lessuhlililes 
Jrtieriles el li'snia\iuies les plus deeiiei^s de ces mi>ioes 
i% qac Siierate passail sa vii.^ a eoinballre? C'esl qu'A- 
im% nous I'avons vu, esl le pariisau des vieilles mo-urs, 
\e b vii-tlle Alhrnes , elcupie jour IrauslVirniee |»ai' la d^'iiio- 
ilk' el la plul(»!»ophie. II avail aeeat>le de ses Iraits luoidants 
rrikftHbtiiiam de la demo<'raiie alhenienne , Cleon ; il erut 
■ .r vn lui^niiMrmps \v n'prrsrtilaiU di* hi pldloso- 
1 pnUijque, Soerate el Aristopliune t'taieiit du nieme 

||) It 00 faui )>a!i d'aiilvurs oublicf, puur blen compi'^Ddro la eomd' 

dMiVfl^M/ I" que SoriHto, Jc fiou proprc avcu (Voy* P/»A/r)»), a 

•* pnr <v mHimi\ IV'Ooii> iloa physiriciia ^f'lonie, avant davoir 

•iri^ : (le l>t les ai^eu&'itions ilo materia li!^mc el 

•'Uitrc lui par Aiistofihanc; 2' que la di&lccUquc 

<lc rritifiuc ni^lec de doutc devaicnt avoir^ 

'inn rcssombhinco frappanUj avec la sophiH' 

dans Suci*atc uue part leelle d<' sophlstiquc. 

ii«|Uool la coDfUHi<*ii d'Arisiopbaue. Maiii il 

VK Gi\>U% dati* HMii ouviauo surPlaton. 



ti 

remt do 



qac Suersio oa to 



Jmit. — Scifiitjc poltliquc. 



82 ANTIQUITY 

parii, I'un ct I'autre partisans du gouvememenl aristocra- 
tiquc , ou plut6t dc Tanciennc democratie athenienne consti- 
tuee par Solon ; mais en philosophic ils se scparaient. Aristo- 
phane se rattachait a cette chaine de poetes qui avaient fonde 
et consacre la religion niythologique de la Grecc : 11 celebrait 
Eschyle et critiquait Euripide, complice de raflaiblissemenl des 
croyances ct dcs mccurs. La philosophic qui, depuis deux siecles, 
minait la religion populaire, dut paraitre h Aristophane la cause 
premiere d(i la d(k!adence. Sans distinguer entrc les differcnts 
philosophes, il les consideitiit tous comme sophistes et ksur 
pretait a tous, en general, luicredulite dequelqucs-uns(i).En 
outre, le doute socratique, si excellent pour former l*esprit,ctail 
cvidemment dangereux pour la fidclite aux vieillcs moeurs, 
aux vieilles traditions : Aristophane pouvait le confondre fiid- 
lement avcc le doute sophistique. EnQn, les singularites de la 
personne de Socrate, sa deiiance contre les poetes, dont hcrila 
son eleve Platon, les fautes de quelques-uns de ses phis 
illustres disciples, purent se reunir h tout le reste pour attirer 
sur lui les traits perrants de I'auteur des Nuees. Sans doute il 
n*est pas juste de (Compter Aristophane parini les accusatcurs 
de Socrate et les auteurs dc sa uiort, mais il faut lui laisser h 
responsabilit('; qui lui aiiparticnt. L'idee (juil donna de Socrale 
ne fit que grandir avcc le temps. Anytus et Melitus n'eurent 
plus tard qu a traduire dans un acte d 'accusation les attaques 
d'Aristophane (2) ; ils trouverent la passion du pcuple toute 
prole a les ecoutcr. 

Voici les propres termes de Tacte d'accusation, lei qu'il 
etait conserve au temps de Diogene Laerce au greffed'Ath^Jies: 
c Melitus, fils de Melitus, du bourg de Pittias, accuse par ser- 
ment Socrali*, fils de Sophronisque, dii bourg d'Alopto: 
Socrate est coupable, en ce qu'il ne reconnaitpas les dleux de 



(1) C'cst ainsi quo parmi nous, 4 certaines dpoqucs, tous les phi- 
losophes ont ^te des socialistes ou dcs panth^is'tes. Le bon sens 
populaire no distinguo pas. 

(2) Socrate lui-mumc, dans son Apologies fait ce rapprochement. 




LES ORIGINSS — SOCRATE 83 

R^poblique, et met ii leur place des nouveaut^s ddmonia- 
; il &i coupable, on ce (|u"il rorrompl Ics jounes gims. 
inc do inorL » Ce qui srrail phis intt'ressant que cct arte 
\ cc ^^ruil le diWdupponient des raollfs qui racroni[)a- 
Sor iv pnMnier du'f» Ic rejcl tics dieux du polyliuisme, 
raccttiaiJon a d\\ produirf des prcuvcs, des fails, dus drtails 
qui scnuimt pour Iliisloiro do In plus grandi^ inipoi'laii€e, et 
qwr nalurpUpment les apoieffistessc sont gardes de leproduire; 
ir lotJl It* n*^te, rart-usaHon vsX manifestoment eatomnieiise. 
Lc scnUinent de riiiiqiuie qu ils eoiuiuelkueiU fill vr.nseiii- 
11 d;uis r^me. des jugirs ; sans quui on oe s'expli(pie- 
nil pa& que b eondamnaliou ajt eu lieu a unc aussi laible 
iB^iorite. Socrale en uurait pu i^lrc quiUe pour ime simple 
amende^ s'il eiU voulu se eondaoiner lui-nn^ine a eelte legere 
el s^hiimiliiT devunl le UibunaL Mais on [k*uI dire qu'il 
'provoqia Ha condamnaiion jiar su Oertr suhlimr. Noti seitli>- 
8M-ot il n*fu$a de se eondajnnei*; nnits uvef plus d'orguril 
l-Hn* quU ne eonveuait, il demanda dAtre nourri au Vry- 
iwn^ jiwqu'a la fin de scs jours au\ frais du jmblie, 11 est dif- 
\e de nier que dans ]\if}olo(iie la lierte dc Soerale ne 
Ftft^rsirre quelque peu 4*n ja^'lanee, el que son ironii' ii ait 
|qiif*1f|ur diom; de blessanl* Osl cc qui expli(|ue que [a siiiqde 
ition n'ait i>u que etnq voix i\v iii;ijori(i% vi quv la 
ilion a niurt en ail reuni plus de qualre-viiigls. il 
», i»n li&aul relii! di^fens*-, que Soerale ait volontairement 
!•• bntort. Peul-elrey voyait-il un eoiironnemcol aalurel 
doctrine, et pensait-il que la verite avail besoin de la 
TJtion du niarlyte. 
IhiL* ffiii en pri!k)n« Suerate Tut aussi sinqde que sublime. II 
roosob de la eaptivlte par la porsie : il eonq»osa uii liyiinie 
11uiftiK*ur d AiM3!lon; il Iraduisil (*n vers les fabh's d'fisnpe. 
talis, M^^ disclple^H venaienl le visiter pendant les lieures 
b pri!i4in «''i:ul ouverle au publie. lis le suppHen-nl plu- 
Ibb de eonsentir a son evasion. Orilon, son plus vieil 
amit tout pre|are poursa fuiic. Soei*aU* refusa ; il vou- 



84 ANTIQUITY 

lut donner jusqu'au bout I'exemple de l*obeissance aux 1<hs 
d'Athenes. Aprcs avoir passe les derniers instants de sa vie au 
milieu de ses disciples en sublimes entretiens, il mourut en 
pronon^ant celle derniere parole : « Nous devons un coq a 
Esculape. » II dcvail, on vHoX, un dernier hommagc au dico 
de la medecin(^, qui venait de le g^uerir de la vie par la mort. 
c Voila, dit Platon, la fm de noire ami, de I'honime Ic mcil- 
leur des hommes de ce temps, le plus sage et le plus juste de 
tons les hommes. » 

Quelque influence que Ton accorde a la personne de Socraie 
sur les mocurs et les idees de son temps, il ne faut pas oublier 
qu'il fut le fondatc'ur d une grande ecole, et le promoteur de 
toutes les reclicrches i)hilosophiques qui se developpercnt en 
Grece apres lui. C'est lui qui a ramene la philosophic a la 
morale ou a la politiciue, ce qui pour les anciens est la mi^ 
chose (1) ; et qui a donne a la morale la methode et rautorit^ 
de la science. 

La methode socratique, si originale qu'elle a conserve son 
uom (2), se (;omposait de deux procedes : Tun purement cri- 
tique, (lui avail pour but de conlbndre I'erreur, de dissiper 
les illuvsions, (^l d'huniiIi(T la fausse science, et qui trouvait 
surlout son application dans la lutte centre les sophistcs; 
I'autre qui encourageail a la recherche de la verite, et qui 
servait a la decouvrir (^n conduisant Tesprit du coimu a Tin- 
connu, de I'ignoi'ance a la science!. Ces d(»ux procedes sonl 
celebn^s sous le uom d'iro?iie, fipojveia (3) ; et de maieutique 
({xaieuTixV)) OU art d'accoucher les esprils, art que Socraic 



(1) Quclquc part quo Toil fasse ii la m^taphysique dans la philo- 
sophic de Socrate, on no pcut nicr quo ce ne soit la morale qui 
dominc dans cettc philosophio ; sculemcnt il lui a donne une ffli- 
thodc. 

(2) La mfethodo interrogative, dans renscignement, s'appelle encore 
aujourd'hui methode socratique. 

(3) L'siptovEi'a signifio, A propremeut parlor, interrogation, d'el^p^i 
intcrrogcr. C'est Ic mode d'intorrogation do Socrate, d savoir, le 
persiflage dissimule sous forme d*ini<.Trogation naive qui a fait don- 
ner au mot ironie le sens qu'il a habituellemcut. 



LBS ORir.nfES — SOr.RATE 85 

it plmsainiiienl a rclui de sa inei*o. « Ellt^ accouchait 
>5, (lisaitn, c\ moi !<»s fsjuks (I). » 
On sail comoienl Soi-i-uu* praliquail riroiik^ Soil qu'i| 
ilrit iin philosophe allacho a uiio des scales celebres tic 
temps, un sophislo, fior tl'uno rhetoi'i(]Ut* vaiim qiii lui 
Itait do lout soutrnir el d*^ lout 4M)iuhaltrt% un jcuiie 
e Ignoranl, niiiis cjui croit siivoir, \l Irur appliqiiait a 
loos Ir mornr indtnncnl : * II n'\ u pas dlf^iioranro plus 
fcoolfiisc que dc crciiiv qm* I'oii roriiialt m (pir Von lie con- 
pas; iHil ii'y a pas dt* bieii roinpurable a velin d'lHre 
il'uiic opinion Taussi*. > On lui a iinpuft'* vv. ntot : « Je 
qu^une cho»i% c'fsl ([ue ji* ne sais rien. » Cesi pour- 
FduTchail a rimduin' son advt'T'sain% quel qu'il IVil, a la 
d«» son ii^norancr. II nVmployait [las darsfu- 
diriM't*' ; il iulcirogratl dc !n nianif're la plus 
le; luab par lui art doiu U avail !«' ^^rcni, tout rn 
Tair d'intrnti;;iT loujoui's, il sVniparail dc la discussion 
h c(ifi«ltiisait oii 11 tui plaisait. C est ainsi qull forvail ses 
Ivcrsain** a la contradirlion, ct h's anirnait a la ronfession 
lt*ur «'m*iir. Oil** nn'lhtwh' rrposi* sur vvlh* idrt* (]iu' Tit- 
ciMtlietil en c*lle*ini^in<; sa refutation, el fiorte, conniie dit 
Pbton. IVnnonii avec soi. 

'.eliiil missi rinlerrogiilinn qui s<*rvait a conduire Tadver- 

ain* *m te disriple d'une srience faiisse a uiw stieuee UKnlJeure. 

run fiiii ipic Soende I'avait amene de raflirmalioii au doule, 

dit doule a I'aveu de son i'jnorane<?, jl le eoiidiusail (»nsuile 

*it a )«4*u :i de> ideex j)lus e\acl4*s; il \e. faisail ehercher en 

i-nienK% el le fon;ait a decouvrir e(^ qu'il eaeliail a sou insu 

le^ profonileurs di- son intelligence, les f^i^nnes ties idees 

lies sMiunv de lout raisoruiemeiil, et des cletinilious 

A? b science. Cesl poiirquoi Aristole nous dJL que 

tl4! fat linventeur de 1 inducUon el dc la deilnition (2). 




(1) PlmkM, tk^Ute, 150. 

(2) Ami., Mrt., 4, 10i*7, e* V, 



86 AlVTlQUITfi 

Voila quelle fut la methodc; do Socrate. On sail anssi quel 
etait Tesprit do sa philosophic ; on sail quil transforma en on 
principo philosophique la ^icille maximc du sage (TvSOmsvrav), 
et quil fit dc Iliomme Tobjet principal de ses reeherches. Que 
pouvons-nous savoir, disait-il, si nous nous ignorons nous- 
memes? Qu'y a-t-il de plus pres de nous que nous, de plus 
immediatement certain, et de plus digne d'inter^t que ce qui 
louche a notre propi'e existence, et a ccUe dc nos semblables? 
Toute autre connaissan(*e, et surtout la physique telle qu'on la 
pratiquait avant lui, c est-a-dire la science universelle de h 
nature lui semblait vaine et m^mc dangereuse, quoique lui- 
ni('me pcut-i^'tre dans sa jeunesse ei^t cte seduit par ses 
curieuses reeherches. Sa seule science etait done la science de 
rhomme, qu'il confondait avec la sagesse ; car la dialectique 
pour lui ou la science devait avoir pour resultat de nous 
rendre meilleurs et plus heureux (1). 

Socrate n'admettait done; quune seule science, celle de h 
sagesse. 11 definissait la science par la sagesse, et la sagesse 
par la science. II ne voyait dans les difTcrentes veitus que des 
sciences particulieres : il d('finissait la justice, la connaissance 
de ce qui est juste ; le courage, la connaissance de ce qui est 
terrible et de ce qui ne Test pas; la pietc, la connaissance do 
culte legitime que Ton doit aux dieux. Geltc confusion de h 
scienc(; et de la sagesse coudiiisait Socrate a des consequences 
qui auraient du faire liesiK^r sa conscience et son bon sens. II 
pcinsail que si la verlu est uue science, le vice ne pcut ^Irc 
qu*un(^ ignorance : car celui qui connait veritablemcnt le bien 
n(; pcml rien hii pri't'erer : qui(;onque disceme entrc toutes les 
actions possibles la meilleure et la plus avantageuse, la choisit 
necessairenienl. La mechancete est done involontaire (2). On 
comprendra facilement cctte confusion, si Ton songe a Tidee 



(1) Xcn., Mdm., IV, v. 

(2) Mem., Ill, 9 et IV, 7. On nc trouve pas en propres iermes dans 
X6nophon, la cclcbrc maximc platonicicnne : ou8eic xixoc Exuv; 
mais le fund dc la pensee y est certainement. 



r 



LIS ORtCmiSS — SOCRATE 87 

se faisail du bion el du nial. G'liii qui do lous les 
aocious a cu k seiitjint*nt moral lo jdus pur 1.1 le 
pItts profond^ n*a jamais netteincnl disimgue le btcn et 
I'avaiitagctix, to dy«Ow et to w^ptXtjjLov (1): ce qui irons cxplique 
sa Iheorie do vice involonlaire : car i\ csi tvidi-nl qu(* ficrsonne 
rccberdii* voloiilairemetu ce qu'il sail kii el re iiuisible. 

il U ne faut pas oublier que ee que Socrale eutend 
tltlle» cVm tr qui v%[ roiif<ii"me a la di^iiilr de Tame el i 
teriuiblc UlKTle. Lauie esl-elie libre, nndlrbee par la 
B T Si la Uberte csi le pouvoir de faire cc qui est digue 
dft tllOdUlie, n'csl-ce pas une servitude que denireteuir en 
BOOS des maitres qui nous ravissenl ee pouvoir? Llnlem- 
pi^oce, par exeiuple, obscurcit Tesprit, vivmi la prudence, 
prrctfiite I'dmc dau^ des actions basses el bouteuses ; clle tarit 
bl Bouri'e den plus pures et des m<*iHeures vokij)les ; elU' nous 
6te If gout du b«'au, le pluisirde servir nos amis, noire |ki trie, 
mulne fanulk* ; eJle nous iiic jusqu'aux plaisirs des sens ; car 
c*eM b privalion qui rend agreable la salisfaetion du bes(»in, 
fM&a, Ihoiitnie inlenii>eranl retuserail d'avoir u« esclave 
wmbiablf* a lui-weme (2), 

La 4hi*orie soci'atique de la temperance fail paraitre lei pour 

irre fois dans la |dnlos<qthie aniiqne <'e pi'incifie qui a 

ire du slotei^iiine : e est qu«' la vraie Ubern'' rfmsisfe k 

nmUv des passions. Un autre prinei|>t^ que b pliilo- 

ttdenne doit encore a Socrau% et <jui de lui a passe a 

, dc Hatiu) aux stok-iens et a Ciceron, et de Cjieiron a 

Aiigu$ttn« c'est le princip** des lois wow ecrites, foudement 

de ia thdorie de la justice (3). 

Qu*e»t<re que lu justice ? Soerate. la delinit, la ronnaissance 
deer qui est pn»scril par les lois; mais il y a deux sorles de 
loin. Le9 un^A sont cellej*^ que les ciioyens font d^un commun 
aecofd dMis chaque La justice* pajs. dans ce premier scns^ 




m !♦«., L h, 6; II, I ; IV, 
m IW^ IV. 3, 6. 



A?(TlQUlTt 

n'(*st qiH' robrissanoo aux lois de In jiaJrie; c>st unc parli** 
<lu palriniisiiu". Chez las aiii'ii'ns, la imlrie f'tail si I'lrolte, la 
vie privee de si pru diniporlancp, quL* I'honiini' poiivail rap- 
portrr a la patrie son fxisleiice toul onlierc : plus pros dc 
fhariin dos ritnyrns, oilr ('tail une faniillc, Lcs dieux nirtiM^ 
etainii pour rhatjiie honimt? des coiidlo>Tns; o'etaient Ics 
dirux de la patrie qu'il adorait; el cetait encore honorer la 
rrpublkpii3 qm^ i]v t'u! liver* la ivli^oti. Or, Irs lois sonl la 
voloTilrdr la palrie. Aiiiirr ta t)alii*\ i'.'vsi kii obcir, c'csi obeir 
aiix lois. Voila la juslice tolle que Tont ooniun" el praliquee 
les j^nijitls ("iioyens aiieirns. Qiie[qu4's-uus rrpendanl s'elc- 
vcreiil a uiie U\vv plus haute el plus vraie ; lei ful Ari?<lide, ct 
le nuiii tju'il poile dans I histoire ful sa reeouipeuse. 

Mais la Lheorie de la justice s'clevc et s'agrandit. lorsiqu au 
lieu de la eousiderei' coauue Tobeissanee au\ lois di' la cite, 
Sticiale itous la monlfe rej^lee |>ar des lois superieurt*s, kvh 
non ecriLes, porlees uon par le eapriee d'un (>euple, niais par 
la voloTile des ilieux. Les preinieit's rliiuij^cut suivanl les eiles 
el les Elals ; les si!C"oud(*s preseriveul la iiieuie eliose a tou« 
les,honinies, daus lous les pays. Parloul la justit-e cotuiiiautle 
dliouorer les dieux, d aimer el de reveler se^ parents, de 
reeonnaili'e les bienfails. Parloul ees lois portent avee elles la 
fiuuilioii de eeliM qui les enririut; teuioi*«ijaffe loaniresle dun 
b''gislate*ur supreme el invisible, (juoiquc^ toujours pivsenl. 
(^esl le sejilimt*nl de vvs lois etiTnelles el uon eeriles qui 
eleva Soerale si fort au-dessus de son t4Mnps, C'e&l elles qu'il 
regardait lorsqu'il resislail aux lyrans et au peuple ; cl, 
lorsqu'en mourant 11 refusail do desobeir aux lois qid I'op- 
priniaient, e elaiciil eueore ees lois superieoivs et infailliblifS 
qui lui eoiurnaudideiil Tobeissanee (1). 

Si, dans sa Uieorie de la juslice, Socrale a devance sea 
contenipoi"ains, 11 est deux poinls ofi il me parait surpasser eo 

m Tout Ig monde coDnalt les beaux vers de Sophocle {Antig. 180 
sqq), ou Aiitigone se defend d'avair viol 6 les d4erots de Cr6oa, en 
invaquant ks lois non ^critea, vo(Jtt^a Str(paiw:a* 



LES ORIOmES — SOCRATB 89 

i^ 5ortr runliiiuili' loul nUi^'ri'. Os ilriix points sont: la 
Ic Travail. II a <*u iin s< ntimnit mliiiirablr ih la 
ique (I); t*l, eti cela, il faiil rri'dnnailre qui'. l*laion 
ef» tin tlisi'ipk' infulMe el itiferiour. Socrat** n'connail I'ega- 
's dt'ux sioxes, Of III' t'g:aliU' qui laissc subsistfT 
s inoHarabies voulues [lar la naluiv, vi nv fail pas 
la ri^tninc la rivak* di^ Ihomme sup la plart^ jnihlitpir ot 
Iph ramps. La tVouiic, pour Six-ralo, c^'sL la inrrf ol la 
m* ; e'i'si i»lir (|ui j;ouv**riU' la niaisou, (|ui assure Ics 
du mari, qui soigue les servileurs, qui elrvc, bcrce el 
it 1o* eiifaiitji. Les trails par lestjuels Sociale deci'il la 
1^1 I'i'fKJUsi' ii(* son! pas intligncs dcs bi'lles ioia^t^s de 
m* dans li*. poriniil de la rciunie lorlt'. Ix* sctJliJiu'nl dc 
domi^titiqur a conduit Socralt^ i\ VmwUhj^vucv d'une 
^ qiir ranuqijilr n'a jamais foiuprist^ (2) : la dijjntlrdu 
lilt lion iwis du travail inlrllrcuicl v{ pcdiiiqiic, luais du 
iramJ qui fait vivre «l qui uourrii* • Qui appelli^roiis-uous 
t^gc*, <lisiail-il? Siini-ce les pan^ssf^ux ou les liouiin(*$i otxupt^s 
d'oijiste iililcs? Quels soni los (jIus jush's, dv ceux qui ira- 
^aHcBtoQ de v**u\ qui riHrut les bras croisi'S aux oioyous 
■i silliister ? • Et comux' on lui oppose que des [M^rsonnes 
Bires or pouvcnt fuis travaill<'r, et que rrsi \ii le Win des 
Brtit«^: « Kli! quoi, dil-il, paree qu'elles soitt libres, [letjsez- 
^■Oft qo'ellcn ne dojvent faire autre chose que nian|):er et 
^bnair (3) ? » Ain&i Soc^ralc relevait h* travail de la home et 
dt la srnilii^ que 1i*s auciens y altaehaient: par hi, il atta- 
k la source^ &aiis le savoir et saits le vouloir^ le mal 
iiesr de I'e^clavage. 

lie i^-^ul oulilier dans la philosopliie usoralt! de Soeiale 

pfion|M' religieux qui I'anime et qui la eouronne. Les 

ptiilo»uplies n'avaient vu dans la nature, qu'uu catn- 



l^tfMMw., vn, vui, IX, X. .Wm., U, Ji. 

li faui fane une exceptiun |K>ur Hcaiodo, comme nous rayons 
plot hftui, p.h7. 



90 a:(tiquit£ 

pose de forces, d'elemcnts, de poids el de nombres ; Socrate, 
les yeux toujuurs fixes sur rhomme, rcconnut dans runiven 
Ics signes de I'iiitelligenco, la prevoyance, la pnidence, h 
bonte (1). La >ie, les rapports harmonicux des parties, la 
convenance universollc des moycns et des flns, tout lui attes- 
tait un Dieu sage et bon, avec la m(*mc evidence qu'im 
ouvragc de mecaniquc atteste un ouvrier et une statue an 
statuaire. II reconnut non seulement Dieu, mais sa Providence, 
et non seulement encore cette Providence universeUe qui 
veille sur Tcnsemble de Toeuvre et conserve les lois generales 
des choses, mais celle qui, presente a toutes les actions par- 
ticulieres des creatures, voit dans le secret des cocurs, d^ouvre 
les pensees mc^mes qui ne s*expriment point, et parle enfia 
dans rintimite de ri\me un langage clair a celui qui Tccoute et 
la connait (2). Socrate croyait done qu'il y a, qu*il peut y avoir 
entre Thomnic et Dieu une societe et un concert d^hommages 
et dc secours. II recommandait la pri^re, et lui-m^me priait 
volontiers. 11 permettait qu*on demandat aux dieux (3) de nou 
assister dans nos besoins, en laissant a leur sagesse le soin 
d^exaucer nos voeux, selon Tordre et la convenance. Surtovt 
11 voulait qu*on les invoqual pour le bien de son ^me (4). Ainsi 
la plus haute et la plus pun^ piete couronnait cette noble 
doctrine. Socrate fut, si j'ose dire, le revelateur du Dieu dc 
rOccident. Tandis que I'Orient lout enlier, la Judee exceptee, 
adorail la nature sous le nom de Dieu, tandis que la religioa 
grecque n'etail encore sous une autre forme que le culte de 
la nature, tandis que la philosophic ou supprimait Dieu, oule 
reduisait a des atlributs tout abstraits, Socrate fit connaitre le 
Dieu moral, qui depuis a ete reconnu et adore des nations 
civilisees. L'idec; dun Dieu moral eclaire bien, il est vrai, de 

(1) M^m., I, 1; IV, 3. 

(2) Ibid., I, I. tt Socrate croyait que les dieux connaissaient tout, 
paroles, actions, pensees, et qu'ils sont pr<§sents partout. * 

(3) Socrate dit tantot les Dieux, tantdl Dieu, et souvent aussi le 
Diuin, TO Ostov. 

(4) Ibid., I, 3. 



LES ORIGITnSS — SOCRATE 



9! 



loin on loin, commc une luour lu^jilivc, la $frand<* poesie de 
Piiifbns b philoiioplue s\iiibo[ii|ue de Pylliagore, In pliilo- 
toptiio I'nliu d'Anaxagore : ellc elait pcul'{»lre Ic iiiysteiv qui 
Id! cadnit aotts iv voile des mysleres dc la Grt'ce (1). iiiais 
Scicrtitf» 1*3 expHiiiee le premier avcc une lelle clarie, qu*il 
pinil Tavoir deeiHiverle. 

FKniTiQCiE DE St)CRATE, — Lc Sentiment dune justice supe- 

n»*iirp el divine anime la politi(|ue de Sriri-uie romoie sa 

njMi-aJt', II n a jamais beaueoup eludie les Ibniies diverses dc 

^'^uvpmeinenl, ni medile sur le priiieipe de la aouverainete ; 

.»» r»4' ^inl roAme pas qii il *e soit mele aiix divers partis qui 

dtvL«ijirnl son pays ; el quoiqn'on lui ail prele (pielquelbis 

liij drs.M'iti politique, celte ennje«nure, qui dimiuue, ee semble, 

k* persammgv de ScR^mte, ne semble pas justified {2), Tout ee 

»piH iiMijK en savoHH me parall ronlraire a eelte hypolbese. Sa 

vir vM rtAU* d'un j^rand eitoyen, qui n'obeit qu'aux lois, el 

plart* la jaslice au-dessus de toutes choses. Ses opinions sont 

^^ellcs d*iio sage , qui n'est daueun parti, el juge d'un esprit 

Blad^»|M9idaiit et sujierieur les atPaires de lElat. 

B Vojcx-le agir. II eonibal eomme soldai a Dt*lium el a I*olidee: 

il tauTe b vie d'Aleibiude et de Xenoplion. A Unlerieur, it 

fHsisie wix trenle tynins (3), et it jesisle :hi peuple (4). II 

L rebse lie Uvht au\ uus Leon rle Salamioe, el il refuse aux 

^Bamrrt de pjirtiei|>er ^ ia eondamnation des dix generaux vain- 

Hrqnnirs aux Arginuses. Qui jxiurrait voir dans res deux faits 

P Hndbv d UH systeme politique? Je n'y vois qu'une eoiiseienee 

Bfltfublc*, qui ne s humiiie devaiil auciuic tyrarmie. II est vrai 

wnet ^oerUd a erlUqn^ les institutions de la demoeralie. Son 



8cir 
Get 



f t-f^ (Jos Grecs, voir Touviage de M. Jules 

f r chti Ui Grets (1869). 

I . , ^ .ji nue i>iir M. J. Denis dans .son savant q( 

HUhnrr «//•-» iii^e* ct dc4 tMwici morale* de Vanli* 

Nt^uii regi'cltuu^ de n'^trc pas d'accord sur ce point 

jodicicu.<. 



M HiiUtuq, 1 1, c* Yn4 Mem, J, u 



92 A5nQnrt 

bon sens, aussi Ger que sa cons«:ience. se revokait centre la 
nomioalion dcs magislrats par le sort, c Quelle folie, disait-il, 
qu'une feve dn-i'ie du clitjix dvs rhefs de la republique, lorv 
qu'on ne tire au sort ni un archilecle, ni uo joueur de flute (i). > 
G^tte critique etait celle que devaient faire tous les esprils 
senses. Socrate montniit ainsi la perspicacite de ses vues, el fl 
temoignait qu'il avail une idee de la liberte superieurc ii celle 
de son temps. Mais si Socrate disentail la democratie, qui 
nV'tait sans douie pas inviolable, ne critiquait-il pas aussi h 
tyrannic avec I'ironie la plus percanie et kuplus perilleuse? 
On connait son apologue sanglant du bomier, qui ramcne 
chaque jour au bercail des vaches plus maigres et moins nom- 
breuses. Les trente tyrans se sentirent atteints ; ils lui impo- 
sc*rent le silence, et Oiaricles, faisani allusion a ses paroles, 
lui dit : € Laisse-la tes bouviers, sans quoi tu pourrais trouTer 
du dechet dans ton betail. > Socrale les brava, el continua de 
les railler en leur presence nienie (-2). Ceux qui le condam- 
nerent conunc ennenii du peuple avaienl-ils eu le meme COQ- 
mge ? Que Socrate ait rcgrette la constilution de Solon, eeh 
est possible ; et veritabkrment. on comprend un tel regret en 
presence des dissi^nsions sans nombre el des revolutions steriles 
qui agiterent Athenes depuis la guerre du Pelo|>onese. Le K*giifi 
de la constitution de Solon avail etc le plus beau temps 
dAthenes ; el Ton pouvait croire que la chute de celle consti- 
tution avail enlraiue la ruine du pays. Mais peut-on conclure 
des regrets de Socrale. quil ait reellement pris parii parmi 
les ennemis de la democratie, lorsqm* Ton voit que c est preci- 
sem(;nt du sein de ces ennemis quest sortie la premiere atta- 
que dii'igee contre lui ? Aristophane, qui le connaissait, eut-il 
livre aux risees du peuple un ami politique (3) ? 

(1) M^m.y 1. 2. \o\v Recherchei sur le tirageau sort, par Fustel de 
Coulangca (1870, Exirait de la }iouvelle Revae hUtorique de droit). 

(2) M^m., 1. 2. 

(3) S'il etait permis d'em plover des expressions modemcs pour 
caractcriscr des idces antiques, je dirais que Socrate etait un conter^ 
vateur, et Aristophane un r^aclionnaire. 



X 



LES ORliilMES — SOCRATE 

Socnic ne fat done d'aucun parti ; lui-mt^'mi' n aspira jiimais 

I l^onverrior iftuiL Touif son nmbilion elail (li'prr(Kir«TlL's hom- 

ciiiuiiuiiulcnienl (I). 11 i-ro\niL qnv. loniicr dcs liomiiies 

modestes, lomperanls t*i jusii's, r't'*uiit furnior des 

iiw. Crst i'n re sms sriilrnmil tiu'il Cut nil n'runnuleur 

[ite. Le \Tai poliliqur, a ses yeux, u'etaitiii crlui ijui pos- 

lf» ai'pplrc*, tit celul qui a viv t-lu |iai' Irs i>rf*mii'rs vciius 

d<^lfn<'» par li' sorlj ou qui s'esl fiiipan'* du f)Oiivair par la 

\ maiJ* rt'lui (pii sail coinmandt*r (-2). Or^ fart do oom- 

k«r, rV*%i I'arl de roimailro vi dr ohoisir Ifs lionimrs, de 

Tko lain* obt^ir cl rt'8pLTli*r (3). C'tMJl la un art qiii ncsapprrnd 

iK'DlMirla pla<*r puhliquc, v\ cjuVm ii'arquii'rl pas en 

li* pi'U|dt% inai!^ i*ar IVludc dr soi-innue, paj' !a pra- 

ik* b triiii>i'r:iiioe vi du courai^e. En voutaiit riHablir U^a 

inini tUiav Ailirnes, Sooralr «*ssayail du srul iimyoii (pd put 

^saavrr b lli'*|iuldirpu* ; si n* moyrn (iaU iriqiralirablt', la faulc 

[nVii t'Cail pa>i a lui. 11 dounait a la lois la \vvmi vi 1 oM^niph'. 

Socmli*, au it^ste, ne ne conlcntait (tas de njusrillrr la wviii 

\h tmx qui »e pri*i>Jiral4'nl a [a vir pt*liiiqii(\ rl 11 iir pmsail 

!|ionh cotnmi* son disciplr I'laloii, quo los [Kdiliciui'S dussoiu 

lfBi*pri$4T l«*H luit^rrlii positifs dos filals. La plupart de si*s con- 

TiTsalJons (loliliquos oiil pour bul do domQotivr aux jooiios 

K<*tt^ MiMpoi-umoo dr fOH inliT^an, i*t la nocossilo do fnniioi' dos 

cainiatfisaiitvs prooisoH par li'iuilc dos fails (i), Glancun voul 

gtiOTPmer I'tlal : cost uno bollo laolie sans doulo, mais cou- 

liftJl'il hioti lis r<*\rnuH t\v la n'*|iuldiqiio, lo omidtro dos 

tiiuu|M*H, lo fort ol lo faildo dr^ garnisons, los liosoins do la 

piipiibliofl, b quantito di^ bio quo prmlutt U' iri-j-ituiro, los 

Rio^4!its d'o^ploitiT \v% niiuos, olc, ? Sur loul ofda, itJauoon n'a 

que de% ri>nj«'olurosi. Mais avanl do fjouvornoi* toulos k's niai* 

d'Albouoii, no forail -il pas mioux de rolovor oollo do sua 



it) »!>>., 1, n. 
(;r l»M.,11l, 9. 
19^ Iftitf., Ill, }. 

(I) Viiy. runirotion »ur Wirt milUaiTt, III, i : sur la Camtefie, 
IMrf., 3; eC b CoavertuLtioa avuc Ic lUs de PtVricld-i, itfid^ 5. 



94 ANTIQUITfi 

onclc, qui menace ruinc ? < Je Taurais fait, dit-il, s'il eikl vonln 
m'ecoutcr. — Eh quoi I replique Socrate, vous oe pouvez per 
suader votre onelc et vous voulez persuader tous les Athd- 
niens(l)? » 11 humiliait ainsi, par sa fine ironic, les pretentions 
d'une jeunesse distinguce, mais sans etude, qui apprcnait i 
Tecole des sophistes a parler de tout sans rien savoir, et qui 
n'ignoi*ait pas moins Tutilc que le juste et Ic vrai. 

La politique de Socrate n'a rien de scientiiiquc. EUe est snr- 
tout pratique et morale. II traite des devoirs dc la vie publiqoe 
comme des devoirs de la >ie domestique, sans s'elevcr h aucune 
theorie abstraitc. C'est un refonnatcur des mceurs : c'est 1^ 
son originalite et sa grandeur. Ce fut pour lui une veritable 
mission. Relevcr la conscience du joug de T^tat, tel fut scm 
r61e, et il n'y en a pas de plus beau dans Tantiquitc. Lorsqoe 
ce r61e, poursuivi avcc Constance et opiniatretd pendant trenle 
annees, Ic conduisit enfin devant les tnbunaux populaires, rieo 
nc fit flechir ce sentiment interienr, qui etait chez lui si noUe 
et si fier. Dans ce grand proces, qui mettait aux prises b 
conscience et r£tat, il ti'ouve, ou du moins Platon lui pr^ 
des paroles inspirccs de son esprit et qui sonl dignes d*un 
ap6tre. « LeDieu, dit-il, senible m'avoir choisi pour vous 
exciter et vous aiguillonner, pour gouimander chacun de vous, 
partout et toujours, sans vous laisser aucune relAche... » — t Si 
vous me disiez : Socrate, nous te renverrons absous a la condi- 
tion que tu ccsscras de philosopher, je vous repondrais : Alhe- 
niens, je vous honoro et je vous aime ; mais j'obeirai a Dicu 
plutot qu'a vous (2). » Ce n'est done pas dans quelques parole* 
eparses et sans porlee qu'il faut chercher la politique d^ 
Socrate, c'est dans sa vie tout ontiere, qui n'a ete qu'un lon^ 



(1) 7*., 6. — Voycz la spirituelle imitation qu'a faite Andricux(^^ 
ce dialogue dans scs Contes en vers: 

Pour avoir eu jadis un prix de rhirtorique, 
Glaucon sc croyail fail pour le gouvernemcnt. 

(2) ApoLf p. 29: Xleioofiai jiaXXov ttji Oew ^ 6{xYv. 



LES ORIGIIfES — SOCRATE 95 

proces a Imjustice ; c*est dans sa inorl, qui, decretee par la 
lymmie populaire, est devcnue la c^ndamnation cclatantc de 
tootes les lyrannies. 

Socrjte a ete une des plus vives et dcs plus cclatantcs images 
de la conscience morale ; il n*a pas ete seulcment un philosophe, 
mais un heros. 

Dans la science, la philosophic lui doit d'avoir trouve son 
frai prindpe : eonnais-toi Un-mime , ei sa vraie metiiode : la 
critique et Tanalyse ; la morale lui doit quelqucs-uns de ses 
metlleurs et ses plus beaux prcccptes , et la politique ce prin- 
dpe indestructible que la loi commune des gouvemements et 
des citoyens, c'est la justice. Enfin la liberte de la pensee Ic 
eompte parmi ses plus grandes victimes. II nc faut point trop 
geaiir sur sa destinee , (*ar la persecution et Finjustice font 
I'koniienr et Ic succes des doctrines ; et la vcrite parmi les 
ne sc repand jamais sans douleur (1). 



(1) L*^ndue de notrc sujct ne nous pcrmettant pas d'insister long- 
cmpt aur I'origine de la morale et de la politique en Gr^ce, nous 
raovoyofui au Uvre de M. A. Gamier sur les Sages de la Grecc, et sur 
Soerate {BibiUtthique de philosophie contemporaine, G. Baillierc, 1865), 
ci an livre dejA rit4 do M. J. Denis , VHistoire des idies morales dam 
^mtiquUi. — Voir aussi le livre de M. Fouillee et lo memoire do 
M. Boutroux mentionn^s plus haut. 



CHA1>ITRE II 

MORALE ET POLITIQUE DE PLATON 



g 1. XtNOPHON. — Ses (^crits moraux et politiques. — Sentiment de i^ 
familiti : dialogue d'lschomaque dans VEconotuigtie, —Lsx throne cl«s 
reducation : la Cyropedie. — Politique de Xenophon : ses idees arisco ' 
crati(iues. Critique du gouvernenient d'Athenes. Ulopie monarchique ' 
VHieron. 

S II. Morale de Platox. — Theorie des facultes de Time. — R^fulatiois 
des sophistes. — Du mysticisme moral dans Platen. — Canct^ro 
genend de la pliilosophie de Platon : harmonie, mesure. — Theorie dff 
la verlu. — Confusion do la verlu et de la science. — Consequence dc 
cette confusion. — Division des verlus. — Theorie de la justice. — 
Thc^orie de la peine. — Theorie du bien. — Dieu, principe de Ifr 
morale. 

S in. Politique de Platon. — Politiciue. — Plalon : ses trois ecrits poB- 
ticpies : la Politique^ la lU^puhiiqne, les Luix. — Analyse du PoHti^t 
obauche des theories ulterieures. — La Itifffufflii/ue. — Throne if* 
castes. — Theorie de la communaute. — Thi^sorie de r^dncation. - 
(;ymnasti(|ue et niusi(|ue. — (lOuvernemont dc la philosopbif. .- 
Theorie des gouvenieiiionts el de leurs revolutions. — Theorie pott" 
tique des I^in. — Car.ictere religieiix de cette |>olitique. — De It 
famille et de la propriete. — De Toducation. — (constitution : principe 
electif. — Magistrature. — Appreciation de la morale et de la politkitf 
de Platon. 

Chez l(\s ancioiis, nous Tavons dit, la politique n'a jamais ete 
S(''paiV(^ di) la lnol'al(^ L'homme et le citoyen nc faisaient qu'un; 
el TEtat, coiuiiK^ la famille, ne rcqiosait que sur la veilu. ^ 
si CO lien exisle pour tous les aiiciens, 11 n'est nulle part plitf 
serre el plus etroit que dans la philosophic de Platon el dao8 
celle d'Arislole, avec c(^ll(» nuance que, pour Platon, la poli- 
tique, c'est la morale elle-meme ; tandis que pour Arislotn, b 
morale est une parties de la politique. II est done indispensable, 
a qui veut coniprendri^ la pensee politique de ces deux philo- 



MORALE ET POLITIQUE BE PLATON 97 

sophcs, d'etudicr dans toute Icur etendue leurs speculations 
morales. 

X6N0PH0N. — Avant d'abordcr le vaste sysleme moral et 
politique dc Platon , nous devons dire quelques mots d'un 
autre socratique, d'un sage plus modcstc, mais d'un bon sens 
el d'une delicatesse admirables et qui a donne a la morale un 
accent et unc onction que peu de moralistes ont eus dans I'an- 
tiquite. Nous voulons parler de Xenophon. 

Xenophon a beaucoup ecrit sur la morale ; et la moitie dc 
ses ouvrages se rapporle a cet ordre d'etudes. Les Memorables 
de Socrate, VEconomique, la Cyropedie ne sont que dcs 
ouvrages de morale. Si on lui attribue en outre les deux ecrits 
sur les Constitutions d'Athdnes et de Sparte^ il est egalement 
un ecrivain politique. A la verite Xenophon, surtout dans les 
Memorables^ nest guere que I'echo de Socrate, son interprdte 
aupres de nous ; mais il est permis dc penser qu'au moins 
YEconomique, quolque mise sous Tautorite du nom de Socrate, 
appartient peut-etre plus en propre a Xenophon. C'est la que 
nous trouvons une theorie de la famille, a laquelle il est diffi- 
cile de irouver quelque chose d'analoguc dans Tantiquite. 
Nous avons vu deji dans Socrate lui-meme im vif sentiment 
de la famille. II recommande I'amour fdial, I'amour fratemel. 
II (;omprend et il expose fortement les sacrifices du devoue- 
ment matemel ; cnfin, il releve I'idee du travail dans la famille. 
Mais c'est dans Xenophon qu'il faut chercher, et peut-etre 
esl-ce a lui qu'il faudra attribuer en propre ce beau et char- 
mant tableau de Fintimite domestique, de la tendresse conju- 
gale, cette peinture delicate et elevee des devoirs dc la 
menagere, de la maitresse de maison, qui peut encore ^tre 
aujourd'hui donnee en modele aux jeunes filles et aux jeunes 
fenunes : c'est la conversation d'Ischomaque avec la jeunc femme 
qu'il vient d'epouser. 

c Quand elle se fut familiarisee avec moi, et que I'intimile 
Teut enhardie k converser librement, je lui fis a peu pres les 
questions suivantes : € Dis-moi, femme, commences-tu a com- 
Janet. — Science politique. I. — 7 



98 ATiTll^llTfe 

proudre poiir(|iinl je t'lu choisle, el pourquoi tcs pjm»nts 

f oiU tlaiiiu'e i\ moi... Si h Divinite nous duimo des enfanw, 
nous uviseroiis i'lisoiiibl** i les rh'vrr d** iioln* mieux.: i-ar 
c'esl un boiilii'ur qui nous sera ronuiiuti de irouver en em 
di'S drfi'iiscyrs <*l d4'S afipuis [loiir noire vicillesse. Mais d^*$ 
aujourdlmi ct'Ue maisoo nous est eonimune. Moi, tout ec 
que j'iii, je le mets en commun, el loi, tu as deja mis en 
conimuii lout ee que In as apporle. II ne s'agil plus di* 
fompt<»r lequel de nous deux a Imu'ui plus que Taulrc; 
niais il faul bien se peneti'er de eei'i, fjui' celui de nous deux 
qui gerera le mieu\ le bien conuiiuu, lera Tapport le plus 
prerieux. * 

f A ees niols, Soerate, ma leinme me ivpondil : • En quoi 
pourrais-je t'aider f De quoi suj»-je capable f Tout roulc snr 
loi. Ma mere ni'a dii que ma laehe est de me bien eoivUiire. 
— ^ Oui, par Jufiiier ! Itii dis-je, et mon pere aussi me disiiil 
la menie ebuse, niais il est du devoir dun bomnie el d*uiie 
femme qui se couduisent bien de faire en sorte que ce quils 
ont pros|><^i-e le mieux possible, et qu'il !eur arrive en oalrc 
des biens nouveaux par des nioyens bonnrlrs et juries. Lcs 
dieux me semblenl avoir bien reflcehi, lorscpiils oni assorti 
riiomme el la Femmt^ jiour la plus f^^ninde ulilile commutie, 
Le bit'U de la lumillt* el de la nuiison exi^^^e des Iravaux au 
dehors et au dedans* Or, la Divinite a d'avance approprie h 
nalun? de la femme pour les soins et les Iravaux do I imc- 
rieur, et eelle <!*" Thonime pour les sorns el les iravaux du 
dehoi's. Froi*ls, ehaleiirs, voyaj^n's, guerres, le eorps de 
rixomme a ele mis en etal de loul supporter ; d*autre pari, 
la Divinile a donne a la (emme le penchant el la mission de 
nourrir les m:iuveauX'iies ; <*Vst aussi elle<|ui esl ebarj^iV de 
veiller sur les provisions, landis que rhonime esl eliarge de 
repousser eeux qui voudraienl nuire, 
« 11 est toutelbis, dis-je, une de, tes ftinetions qui peui-Aire 
tagreera le moins : e'est que si queliprun deles eselav«« 
tombe malade, lu dois, par des soins, dus h tons, Yeiller & st 



MORALE ET POLinOl^ DE PLATON 99 

frin'Tison. ~ Par Jiipitin! illi ma femmo, ri*'n nc m'agreera 
ibrxuitagc, ptiisque, K'lablisi pai' nics sains, ils mc saiiront 
gr^ c4 iiw» iiioatrerofil plus <lr lU'voutiiifnl quo par le 
|)M^, t Onie n'ponst^ mVnchaiita, rv\n\i Isrhomaclius, ca 

je lui dis: t Tu auras d'autrcs aoiiis plus a^i^abk's a prondrp, 
i]iiniid d'uni» es('lav*% imapabl*' de filer, Ui auras Tait une 
t»otinf* ouvrterr; quand duno iulriidaiitL' ou dune fomme 
de charge incapable, lu aunis fait une servanie capable, 
<li'% ou/re, iul*'lli}(«'nle. . . 

f Mais Ic cliarmc Ic phis doux sera lorsipie. dovenuo plus 
p^irfaitc rpie nioi, lu ufauras fail ton servileur; (|uand, tuiu 
fie craifidre que Tdgc* en arrivant, ne leTassc perdre dc la 
oootidicraUon dans tou ni(*n:i*T(»^ lu auras rnssurancr qu'vn 
fteOtosuit lu ifoviens [Hiur uioi uiic conijia^ue lueilleurc 
encore^ pour tes enfaiils une meilleure mena^'erCj pout' la 
mabton tine mailrrsse plus hon^nre. Qir la boaut/' ci la 
boolp ne di'ptwlent poiul do la jounessc : co sool los verlus 
qui lc% font croitre dans la vie aux yeux des homines (t). » 
Xdmoplion egl verilublomout I'ajHUre dc la faunlte dans 
le. II nest pas etonnant ipi il soit un di*s cn*ateurs de 

tl pifidiigDgie. 1^ ryro/«V/i>* en oOel, est f</ [n-oniier Muvrai^'^e 

dc! pcdagogie proprement dil que nous itrc^ente la titlerature. 

Mats ti c rsl \c mondiste qui pn'nlomine dans VEroiwmiqne^ 

c'est le p<iUtique dans la Ctft^opt^iltt*. • llnouspreseuLe dans eel 
, dil un hii^iurien i*oin potent en cos nialirres (2) Tidc^al 

dc la vie spartiate. I^ Ctjro}Mie est on roman d'oducalion 

de VEmiUu d*' Hous>;eau, Par le melanj(e d'une 

;ition morale el d'uni^ fieUon romanesque. ee 

Dfre restemble au Telhnaque de Fenelon. Par les louang<'S 

& un peupio prinnlif donl la civilisation n*a i»as 

^letlit les fortes vertus , louanj^es qui ne sont que la 







CU XAoophoD, tcommiquf-x, L VU* trod, firaii?. de M« Talbot, 
(S) Coopcyri, Skt^e de$ doctrinet de V Education (Introductiofi, 



100 A^•TIQUIT£ 

saline il('j?uist'r tU\s niceurs alhciiionnes, il fail ponsor u la 
Germfinie di^ Tticilr. La Cifropedie <»sl iiii plan trrdiiration 
niilitairc, excliisivrniciil miiilairr. Pour vvh, il lain i|iic* I'in- 
struclion soil cominuii(% que lonfanl soil livre a I'Euil, quo Ic 
j,i'une homme. lui-mf'me n*.' s'ap[iariii'ano pas. An sorlir cle 
Tecolr, Irs jniiics f^cns *!oiv(*nl rlrr ombrig^afli's, rasrrnrs, H 
cct ussiijrlliss«*ni<'iit (iun'ra loud* la vitv. Lt^s enlaiUs vuiit aii\ 
C'L'ok'S apin'omiri* la jusiirc eomme clirx nous appiviulro a 
lire. » 

On voit quo par sos iheories d'oducalioii^ Xoiiophoii se rap- 
prni'lif (le Plaion, nuqiiol il rcssemblesi pen dans sa Iheorio de 
la laniillo. C'osl qu'ils onl un lion oommuii, hi poUliquo. 
la oroyanoo arisloci-atiquo, lo mr'[U'is poui' los iusLitutions 
d'Alhonos, radmii-ation do Laoodnnnne. Tols snnl los Iniils 
caractonsliquos do la poMtiquo doX^'nophondans los ouvniges 
qui portfiil son num vi qui vn louL oas doivoiil s'inspiivr do 
smi ospi*it piiisqu'on los lid a atlfibuos : a savoir sos doux 
ecrils sur la Rvpubd'que de Ijtcnit'mone ol la Republiffuc 
(VAthhies, ol aussi dans la CtjfO}mlw i^l dans li* ffieron, 

Los idoos jjuliLiquos ofinloniios dans oos diHortMils ouvragos, 
ont oto rosunioos wxvc uno parlliilo juslosso dans un travail 
roconl sur Xonoi>lion (I). On sail que Xonophon appartomiit 
an parli arislooraliquo dWlhoiios; on sail 4|u'il liil banni, 
ain»i (|u<' los aulros miblos» par la drniui'ratio hiiunplianlc 
ot qn'il fiassa sur lo toi-nioiro spartiufo tr-s ironlo dorniorcs 
aniioos do sa vio. On dil inonio ipi'il parul a l^in-rnioc danii 
los rangs spartialos dans la gucrro cunlro Ics Thobains, alUr-s 
d'Atlifcnos. Xonophon tiaiL done* un omigro. Y avail-il h> 
un manquc^nrnl aux devoirs du palriolismo? Cost uno quos- 
lion di' 4'asuisli(pio jiolilitiuo quo nous navons pasa oxaniinor. 
La fpu'slion olait nioins sinqdo pour les (^rocs quo j>our 
nous. En realilo, Sparlc cl AUionos appat'lenaionl a mic patrk* 



(1) Voycz Ximphmu son earacUre ct son talent^ par Alfred Crot^ei, 
que D0U5 r^sumons ki. 



VORAIJ; ET POLITIQIT. DE PLATON 



101 



p 



Coiniiuiiu' (\m vs\ !a Groro, Lcs gueiTfS qut 4ivis;arnl Ws I'ilrs 
^twnl rii fjuclquc soiii' drs y;ur\rrs r-ivilcs. L»\s iiolilt-s 
dans imiips Ics ciK'S elaienl uuis |iai- drs lifiis romniiins. 
Qitm i\u't\ i»ri soil , Xi«ni>])!ian preft^riui iiuiiuiVsti'mrril Lnvv- 
demoiK* u Atlit'iics, (tairr quil |>relt'niil I'tiristocratie a la 
dt^mocmtie, L'tVrit siir la Repiihlifjfue trAtheneA (1) vsi uiie 
%'i*rtUii>k* s«i!iro d<» la di'moctalir . Voki lo labk^aii qu 11 nous 
|in*?M'nli* liu |W'uplr : i Lv ppiqtlo, dil-il, I'st ii^noranl, turbulml, 
aHM'hant, |ian*c qur !a |»aiivrrt<* k' ili-j^radi* tl qm* k' dri'aiit 
filii!^lnir(joii I'l d't'diiculion rsi vhvi lui la foiisequeiit'c du 
defiiul dc forlunr. • II sViisuil, stdoii Xriioithon, que K^jMnqik 
CJil ciipidc li inUTi'Ssr. It iir rirhcirhf que h*s chargrs oii it y 
a dr Targml a {fUf^HT, II nr sr sourk' ni dt* la juslk'o, ui dr ta 
•i» do rRuit. 11 no voil dans Irs Iriljiinaux qu'uii nioyen 
s*i*nrirhii*. II rsl vriiid : aviM' ilc tai'genl on csl rfoutt* par- 
lout H Ton prui pagn<T sa cauHf. Lr (>ouj)le a unr aversion 
ll«» |»our l«*s bons citoyens. 11 pcnmrute li's grus de 
'Un, Irs ili'*(KMiillc* 1*1 Ics (li-^M"i(tr (loiir t-uititjtri' dlionTunirs 
lioanne^ dr nraiiL » Kn I'arr des vires, jjkis (ili iiioins ('xa|<^c- 
dis h d<imoenilie ulli<''!iic'iiin% Xriiojihon nwi vn vvlMles 
OS df b socitVl*'* arishM'rjUfjue. A Sjiarli% ha jrun<*s gt'us 
I plus iiiode»U*s que le?4 jeuii4*s fillesv elles-ineiues dan» la 
irp nuptiale. U's jemies gens fne|»riseiil It's ruliesses el 
ll^ji|)iH'|i*nt le« vivillai-ds. X*'*n(>|>luin adtnire Una dans Spaj'le, 
Tedai^lJtm, la diseif>liii(\ el nu'^ine, ctiinnie llaloii, la eonniiu- 
Itaiilli^ I • hints ivs anln'S eilils, dil-il, etiacini esl luailre de ses 
eatols, de scs esclavcst de son bleu. A S|>arte, Lyeurguc a 
d^^'ide 4jije ehaeun auiiut l^'s nieiues droits sur les enfants des 
amr^ que %ur le.HMens, que ton piil sc servir des esclaves 
^ deft MlTPS, de leui^s eliicus dc chasse, de leurs ehevaux. il 
^B w6mikt de cctu* comniunaute (|ue eeux cpu out j>eu, pariieipi^nt 



^L A^ s*i^ 
^^ lout H 

I 



(t) Voir la saTuiie Edition criliquc avcc traduction rr&ncai^ de 
T. Bdot* io-<*, Paris 1880. Dana une intnuJuction approfondie, 
djACuio 1 autbeaiicit^.^ de Tuuvragc at il I'attribue A Xeao' 



102 AHtiom^i 

II loiil vi' qui S(^ Irouvr dims If pjiys, drs qii'ils onl besoin dc 
qui'lqiH' rliose. • X< nophoa udiiiiri' I'galriiifnl rhueidkaioii de 
toiiie profession luiTaiivc, ct considiTc comiut^ un abus demo- 
f i'alif|iie !a libi'i'ti' du Lriiviiil. ^ Ailkurs, dit-il, lout le mondc 
clterche a laiiT. fortune romnic il pt'ul; Tun est labourcur, 
Taulre murin, I'auire inaiTliand. A Spartc, Lycurgiie a intcrdil 
loutc ospece de pmii'ssioii en viie du proOt. A quoi bou en 
elfel t'ouHr api'es la i-iehesse dans un pays on lout etaul eora- 
Miiui, hi Ibi tune ue |*i'o«"iire au<*uiie jooissancc I » Ou voil par 
c'c curieux passage que Tklee eomniunisie n'esl pas neccssaire- 
ment liee eomnie le eroienl les modi'rnes, a la denioeralie. En 
Gi'eee, ee sonl au contraire les partisans lie rarislocraUt% 
Xenophon el Plalon, qui adniirenl la communaulc; cl c'esl la 
lle|)uljli((iie la jjIus arislot^ratiqiie donl les institutions onl le 
plus d'analo|;ie aver le coiiuiuiuisme (I). 

Ce n'elait pas seiileuieiil ransloeralic (jue Xenophon prefe- 
rait h la democratie. Quelquofois son r^ve s'eloignait encoi-e 
davanluge des lois de su palrie, el allail jusqua la niooarchic 
ou nu'^me a une tyrannie sa^n'. Sans douie, dans la premiere 
parlie du dialogue inllUile HUron, il parle du lyrjn coninie 
lous les Grees; il fait voii* Todieux et la misere dun pouvoir 
iisurpe el mainlenu pai' la violenee, Ihorreur oi relFi-oi dontU 
est euloure; et llieron lui-meme deelare que sji silualion est si 
nuserable que le meilleur remede qui reste. au lyrau, e'est dc 
se pendre. Mais Siuionide lui enseigne bient(U le moyen d'etre 
heureux, r'esi de fuire le bonheur de son peuple : « Courage ! 
lui dil-il, enriehis les amis, Ui t'enrichiras loi-niAnie. Atig- 
nienle la jniissunec de tan pays, lu aeeroiiras ta propre puis- 
sanee. Hegarde la patrie comme lamaisoii, les eitoyens eomoic 
tt^s amis, les amis eomine les enfants, les eiifanls eomnie la 
propre vie, lu aunts acquis le plus enviable de lous les ir^- 
sors: tu seras henreux sans exciter Tenvie. » Voila bien Tidi^al 

(1) Voir d'ailleurs sur 1a pr(^tcndue communaute de SpsTte, Ic 
savant mt^moiro de M. Fwsiel do Coulangea (ilmnpUi rendus de VAea- 
dtimie des sciences marakii, janvier 1880, 



VOniLE ET HtUTIQUE DE PLATON 103 

niouan'hic |i;uenu*lle qui a lri'*s smivoii! iiiivers*' IVspril 
dvn uodens; car nous rboirlions luujours iioliv ideal ailk*ui*s 
que duns ce quo nous conuaissous. C'csi ainsj qiii^ FHaton dit 
^iplrmeiit que lo ineilleui* gouvi^riirmont serait celui dun 
jninti ly ran sn^e el verlueux (t). Arislolc (2) lui-menio a dil 
qiR4qUi' \KiV\ i\uv h riionarphie est le plus partliil dt's gouver- 
Demente; el I'on Irouve rfuolque eliose do scmblablo jusque 
rfit'i On^ron (3). Li Cyropedie si'inldo Ijh'II aiissinvnir pour 
ci4iipi mw pfii.MM' sembl-.djii'. En gt-norul, nous pouvoiis dire 
que si Soeraie a combattu les exces de la democraiie, les 
•ocraliqurs onl iH-pudie la denioiTatif rlie-mroie. lis ont con- 
IdimN b rause do rnnsi(>«M"alie avoc la cause de la vertu. 
Ln plus riohcui rt les plus nobles soul en nu^me temps les 
tiieilk^um. 11 nest pas etonnant d'ailleurs que les socrallques 

piis en aversion les insiilulions qui avaient eause la 

iniqap dele uril lust re mailre.et qui lesprosrHvaieiil eux- 
niiHttifit et du |»ouvoir ei de la pairie. Mais il esi temps d'abor- 
dcr diredemiait k* plus grand de^ soer-allqnes, celui chez leqnel 
k*i MOlimfDt!! que nous venous dedtk^nreonl Irouve lexpres- 
jnoB la \>\m haute et la phis savanU\ 

JfosAUi nit FiJiTow, — La monde el la iiolitjque, avons-nous 
lito, ioot che^. Flaton clroitemcnr unien, et rime v\ I'aiilre ont 

priocipe dan& la psyrliologie. (a* prin('i[>e , v\'s{ que 
e9l nainrellenienl en guerre avec lui-mt^me, et qu'il est 
dlrKAenln* deux fnrws r<»n(raires: le dcsir aveiigb* dti plaisir 
rl lamour reHeelii du bit*n (4). L'tKHiiine pent iHre compare h 
mi ^Ire i^lninge, eompo.M* de imis aniinaux divers : une hydre 
a rfJil l^c«, qu'il faul a la fois rassasier pour vivre, el doniptcr 
If vivn^ lieureux; un lion, qui pour I'tre |>Uis nofde et plus 
It, n'en eM pas ni(»infi( avciigle par lui-uieme : un 



lir. IV. 

d^ Voir Jilii- I' 'in, oh. tv. 

_M| fiMr. ^ Ifi^vTo^ OU90I {7rtOw^/« ^tovittv, Saaij Zl f?t{xrntOf 

Iftii. tfOfUv' :-<*y. Nous riLon'i partoul I'yjditioTi t\pf d'Hcfift 

A IsqueUe toutes les Miliom 9« rH^rcni. 



10 i JlTHQilYt 

homimr fnfin qui sounK't Thydn* a I'aide do Hod. Lliomrae 
vi'riuiliii* n<; ri**>idtf* ni dans l<f lion, ni dans I'hydre, mais dams 
<:vi Ht*' sufM'riour, qui raisonnr*. qui delibeiv, qui conunandey 
c;t qui cnchainf* fiar la nature a rette bete a mille tdies, 
bk: ne faire qu'un aver elU', condamiie a la combattrc 
cesser, Jians fHiUvoir sen s('fiarer jamais (1). 

11 y a done, selon IMaton, trois parlies dans rhommc : Tune 
inferieure, eV»st le prineipe de la sensation et du desir (to 
i^iO'-Mxy.Towvj, de la erainte, de la eolere aveugle, de Tamoar 
grossier et [Kipulain*. qui ose tout et qui corrompt tout (-2) ; 
Taum; superieure, e'est la raison (le voy;), e est la faculte qui 
connait, qui demele dans les choses ec quVlles ont de vrai, de 
pur etd'etemel, qui sY'levejusqu'au prineipe dc toutes choses, 
e'est-a-din* jusqu*a I'^tre meme, et qui dans Tame combat, les 
passions el les desirs honU^ux, t^t exen*c la souverainete (3). 
En fin, entn; ees deux partitas extremes de Tame, il y a une 
parli<; moyenne, qui les relie Tune a Tautrc : c*est Ic Ou^uoc oa 
coura^^e, prineipe d<; la eolere noble et dcs afleelions gene- 
r(;us(;s, qui serl d auxiliaire a la raison dans sa luttc contre le 
d('>sir el la passion : e'est le eoursier gencrcux qui, obeissant 
aux lois du condueteur, Taide a subjuguer et h eonvaincre le 
(;oursi<T insolent et rebelh' (4). 

S'il y a deux prineipes dans Thomme, Tamour du bien et 
I'aniour du plaisir, \v, plaisir n'est done pas le bien, conune le 
|)(>nsiii(^nl les sophistes et eonime le eroient la plupart dcs 
homines. Plalon combat c(rtte opinion dans tons scs ouvrages; 
mais il a surtout consaere a la refuter un dialogue cntier, le 
Phildbe, Tun de ses ecrils les plus savants et les plus pro- 
fonds. 

Selon l(js sophistes, le plaisir est le seul bien. S'il en est 

(1) «/^., 1. IX, 588. 

(2) Tim., 42; 69; R^., IV, 439. 

(3) Pour la th<Sorio dc la raison dans Platen, voy. TMdUte^ 161, 
187; lypubl., V, 477, sq. ct les livrcs VI et VII de la R^ubUque 
tout cuticrs ; Tito., 7 ; PhiUb,^ 59. 

(4) Hep., 1. IV, 441 et sqq. ; P/i^r., 253-254. 



MOAALE ET POtlTIQlE DF Pf-ITON 



105 



Tf plalsir srrait rncore iin I)ien, lur'S(|ii on rolr;»iic!ioi"Hl 
Wiimv loul CO i|ul »'csi pas \r plaisir, p;ir cxtiiiitlr 1 inielli- 



Ij^iicc* ti U pcnsee. Muis 



TittLr 



3U8 siippn 
iisir iuijiirino; &ims iiK'iiioir'(% poiul ili^ plaisir 
sails reflt'xioii el sans imagirialion, yioiiit ile 
pbisir ilans ravcnir; vx ciiiiii, sans lacorisi'ii'in'i* ilr soi-mrmi', 
prtinl lie plaisir pri'scnt, car pour jouir tl'un plaisir. il faiit 
s»%4»ir qtit' Tun rn jouU. Aitisi, I'iiil^^lliffi'iirc esl uiMTssuin' an 
fJabir, \c plaisir nVsl ilanr pas |»ur lui iiiriiK* ri ruul siui ie 
suinfprftin ImVii (t). Eti uiitre , si Ic plaisir vsi Ir bieii, lous k's 
ftont [kviis; el il ify a {i'aulriMlillV'jvnn* critiv lhix que 
la vivucih' t>u rte I'iiilcusilr*. Oi- ivnis nr (lisliM£,'Ufjns 
I pM MnJement Irs plaisirs par la vlvariir', iiiais par d'aulrrs 
H mRM'trrvii qui sup|»os<^nt un auti'c bien t\uv Iv plaisir hii- 
^^Hta^Trml fo nioiiilr n'ronriaii drs (daisirs bous vX drs ]i1ai- 
PHHSni%iiis« lionni'lcs H honlnix (J). Osrra-t-ou iiirr crlte 
dtirtiicU'oD T Mais quoit nVsl4l pus rjes plaisirs mopiisablfs que 
iim* riKi{^*irail i\v n'^'lirrrticr fiu *ravcuirr? Lcs litjrrlins 
irs font un cIk^jx enlrr les plaisirs; ils goutrut dc 
^IMvlpffDce ri*ux (|uj ont une apparenci* dt* grandeur : In domi- 
I, b prcMlig-alite; mi^im* dans la celebrauon ehonlee du 
et de rintemperanee, (Ialli(les(3)clieirlie (^iicore a nous 
par i*e fpi'ii > a de lunin el d^ner^nque dans \e me[jris 
dt liioli*^ l«sli>i« orbilrairestfUlesvuines eonirainies. ^Jals si Ie 
rsl Ie s<'ul hien,il n'y a pliistii hniitr iii ghMn* dans Ics 
Toils soul beaux el bons au nu^nie litre, et e esl line 
M?0(?e d<^ stt faire hitiitieur de la deliealesse ou de la 
de »es ehoix. II faul dislinguer encore des plaisirs 
trait el <k*> plaiMrs faux (i). II s^'uible d'ahord quit u'y ait 
B Hae dra ulatiiirH vrais, ear lout plaisir est reel pnitr cekii qui 
HT«*proiive. Mai« un plaisir vrtiipar luj-meme [leui rir(*faux par 

B tm^kiiSk., eOtiqq. 
■ ^G#rf., 1954 4%K». 





UA AMlQClrt 

vin ffhy-X : birvjuil nail ii la suk»* fl'one opinkm Tnie,il est vni 
r'omni'f I'llif. f'l il •*>[ fuux qiuind il nail de IVm^or. Lps pbi- 
sir<» sonL <'n<:on* purs ou oi'rlan^. Lo plaisirest par.lorsqal 
fst sans aucuD alliage d«i douieur; il est eorrompa etmehngr, 
lorsf|uc, si vir qu'il Viit, il est arrcompagne de douleur. Ccst 
c«; qui arrive dans la passion : < La colere. la craiDte, la trii- 
tr;svs I amour, la jalousie, lenvie sent des doaiears de line 
in<'-l<'r<*s dtf- pl:ii>irs inexprimables. La eolere entraine quelqll^ 
fois le saj(<r mrnxr a s** «.'ourroucer, plus douce que le miel qiu 
coulii du rayon ({). » Or les plaisirs m<*les de doulear soot 
pnWris^'ment les plus vifs rt les plus ardents, el eo nMrme temps 
les plus extrjva^ants, les plus nuisibles a 1 :kme et au corps; 
lis Fi'duisent rhomme a un etat de stupeur et de furenr tr^ 
])W*s de la folif? (-2). Plus un plaisir est vif, moins il est pur. CC 
qui fait la fiunrtt' du plaisir, re n est pas son cnergie, c*est sA 
simplirite, r-'est-a-dii-e labsenee complete de toute douleur (3)- 
Or l(>s plaisirs sim[)les ne peuvent naitre que desobjets parftl^ 
tement simples : les IxMles couleurs, les belles figures, le9 
Iji'lles lignes, les l>eaux sons. Ix* repos, T^trc, Tunite, ycmU I0 
prinripe des plaisirs purs. Les plaisirs purs sont en inta^ 
t(?mps les (ilaisirs vrais el les plaisirs bons. Le plaisir n'est rieo 
]Kir lui-meme, et il diflere du bien comme Tapparcnce difllh^ 
d<! Teli'e reel, ("est un phenom^ne (5), c'esl-i-dire quelqac 
chose (Ui changeant et de fuyant, qui ne suffit point h soi- 
nieme. Le liien, au contraire, est necessaire, suflisant et com- 
pl(;t en soi (5). ("est la iin en vue de laquellc on fail toute 
chose (0). Cependant tons les hommes poursuivent le plaisir, 
en croyant Irouver le bien. C'est que tout en aimant le Wen, 
ils ne le chereh(»nt pas oil il est : ils prefferent Tapparence a b 
realiU'. De vains fantomes excllent dans TAmc do ces insea- 

{i)PMUb., 17-18. 

(2)/Wrf., 15-16. 

(3) Ibid., 51. 

(1) En grc<: une g^niration, Y^veii; PhiUb., 53. 

(5) TAeov... Ixavov... pyii/^./.ZO. 

(GJ OorQ., 199, xAo; aicaadiv t(uv npi^stov x6 aY'^^^* 



■OllAt.R ET POLITIQIE 1>K PLATON 107 

rls si violenls, qu'ils se ballent pour les posse- 

rrommc !<• funlonx* d'Ht'lrnc, pour li*que! li's Troyens se 

iit, fiiiilo do connailre I'HelLTM' vciilablt' (1). 

▼it* i\ffi plai^ir, ou I iiil<*mperance est done a la fois igna- 

H. UDpuisffiintG: ignomnte, ear ellc ne conaalt pas son 

TTal Wen ; fmpiiissan!*^, inr rOe no pciil y aticindre, 

II rsl tiii|Hisstl»l4' (]trau<Hin <*Mre raisonnablc el sensible 
rvdnTi'lw volooUtiremHiit <:<• t|u1l sail lui rltr nuisiblc (2) r 
'r*t fMittrtaiit w <pii' f;iil riiitrinp(''raiil. L'tic l^'llc i^nvur ne 
vriiir que de rigiiuraac<' oii il vs\ dv- lui-iut*mt* pi du bicii. 
Chi rei*oii»att ici \en priiMMpes socraiiquos. Comparoz, dil 
FItlOO, sous l« rapport du bonheur, la vit; tenipui'antc el la 
?fe inienp^ntp. Laquolh* vous paraltra la plus heurcuse? 
L atio, ai m^ngoanl U*s fvlainii^, vn juuit avei- plus de seeu- 
rilr n ile culiiie; les pf'ines pi les joies y soiH eg^alenient 
tranqittlleft, H les plaisirs remporinvf siir Ips peinrs. Au 
roatmire, la vie iriteaipt'Tanle esl louif imriulun'use : saus soiu 
de ra?«!4itr, elli* ^ptiise sans cosse par son iinpalience aveugle 
la puiMiinn^ d<» jouir, (?| sc» Taligue a on ronouvi^Ici* i'oiuiruiel- 
''"''*ni W sources totijours vides. I>ans la vie iiileoipi raiile, 
[ utir t*sl uiie fureur, la joie line ivresse, Taiuour uno 

^■Mibdir. Partoat la douleur s«' mAle au platsir el Ic corrompt; 
tk «eniilliiie ^ar^* jouil de cede duuleur iiH^me, eonimc 
d*ini aiSlUsoillieioeni au plaisir, el de\ieiir in<*a]ja]ile d«^ fouler 
lemi boDliintr (3) 

l.'iiiliiti|>«*raiiee est aussi iinpuissanle qu'if^noranie. Le vui' 
fniirv iMlmirt^ rinleniperaiice aeeoni[)agnee du pouvoir de lou 
fain*. II «e voil pas eotubien vain est ee pouvoir, Le vrai 
fM>mair vM celui de rbonune qui fall re cpill veul. Or, 
lliomitte tatem|H'*ruiu ne fait pas w qu il vrui: ear ce qu il 
tiffllc'esi urn bien, puistju'uu n agil jamais qu*eii vue du bierf; 
il ne connalt pas le bten, il nr iruuvr que son 




11^^ 1. IX. sae. 

CiTf., I03-{H; LoUf 731. 



108 ATfTIQUlTfe 

propro mal, il n'oblicnt done pas ce qu'il desire (1). Consumer 
de yainos forces pour un bien chimerique el on mal reel, c'esl 
(^ire verltablement imimissant, quelque force que Ton poss^de; 
de meme que se tromper alnsi sur son vrai bien, quelqoe 
esprit qu'on y applique, c'est dtre vraiment ignorant. L^igno- 
ranee el Timpuissance sont le signe de la servilite; c*est 
pourquoi il n'y a rien de plus servile que le vice et Tintempe- 
ranee, rien dc; plus noble et de plus libre que la science 
el la vertu (2). 

C'esl ainsi que Platon, inspire par Socrale, combat la dofr 
trine sophisliqu(^ du plaisir el de la passion. Mais lui-mi^mene 
sejellera-t-il point a rexlremile opposee? Ne voudra-t-il poilt 
retraneher do. Tame tout desir, toute inclination, tout plaisir! 
Ne remplaeera-l-il pas la morale voluptueusc par la morale 
mystique ? C'est la une opinion assez ropandue, et quelquefois 
m^me en lisant Platon on scrait lentc de la croirc fondee. 

Ouvrcz en effet le Phedon : vous y trouverez les expressions 
les plus vives et les plus fortes du mystieisine. Dans ce dialogue, 
le corps n'est pas seuleni(;nt, eomme dans VAlcibiade (3), Tin* 
strument, le servileur de TAnie; il est son eaehot, son tombeau (4) 
toutes les sensations, tons les plaisirs, toutes les Impressicms 
qui nous viennent par le corps, sont autant de chaines ou de 
clous qui enlaeent ou attaehenl Tame au corps et lui dtent sa 
liberie (5). Le corps emp(Vhc I'anie de penser: il est la source 
de tons Ics dcsirs, de touU^s les passions, c'est-a-dirc de tow 
les troubles, de toutes les guerres qui s'elevent enlre nous- 
meni(;s (^t enlre les honimes. Le corps (^st un mal, uno folic (6); 
pour s'ekiver a la sagesse, il faut se purifier, c'est-Si-dirc s6parer 

(1) Gorg., 466. 
■(2) Alcibiad.f 135, AouXonpc?:!; ^ xax^a... sXEuOsponpsnlf f] oLprnj. 

(3) Dans le 1" Alcibiade, 130, Platon d6finit rhomme. t6 xP*^ 
(XEvov a(jj|xaTt. 

(1) PMd.^ 82. eipYjAo's ; Gorg., 493, to awjxa 2<mv o^jia. 
. (5) PMdon, 83. 

(6) Ibid., 66, (jtsxi xou toioutou xaxo3 ... ib. 67, xij^ toB aa&iuctoc 
a9po9t3vr,<. 



MORALE ET POLITIQUE DE PLATON 109 

son amc dc son corps, et pour lout dire s'cxcrcer a mourir. 
La sagcssc et la philosophic nc sont que Tapprentissagc dc la 
mort (1). Ainsi la vie est une initiation; mais il y a peu d'inities, 
quoique beaucoup aspircnt i\ Tetre. c Beaucoup prenncnt le 
thyrse, mais peu sont inspires par les dieux. Ceux-la nc sont, 
dil Socrale, que ceux qui ont bien philosophe (2). » 

Quelques-uns de ces traits ont sans doutc de grandes ana- 
logics avec les principales idees de la philosophic ascetique. 
Devons-nous cependant ranger Platon parmi les mystiques ? 
Nous nc le pensons pas. Le mysticisme n'esl pas la vraie pen- 
*see dc Platon. Quelquefois, il est vrai, les ailes de son 
inspiration, pour emprunter une image qu'il aime, Temportent 
un peu au-dela des limites du mondc habite par les hommes : 
mais le gout dc la mcsure, le sentiment infailliblc dc la vraic 
beauu'% qui est loulc mcsure, I'amour des joics douces de la 
vie, I'inspiration socratique, el enfin une harmonic de genie 
sans egale, tout le relienl d'ordinaire dans les homes d'une 
philosophic toujours elevee oil dominenl la pure i*aison el 
Tamour pur, mais d'ou rien n'est ex(;lu, qui recelc a quelqucs 
degres une ressemblance mt^me fugitive avec le vrai el avec Ic 
beau. 

Le vrai principe moral du platonisme, ce n'esl pas le rcnon- 
cement, la rupture vioUmte de I'hommc avec lui-mtoc : 
c'est I'harmonie et la paix. On peul dire des seditions qui 
s'elevent dans Tame humaine ce que Platon dit des seditions 
des Etats: « Est-il quelqu'un qui pn'Terat voir la paix aehetee 
par la ruine d un des partis et la victoire de I'autre, p]ut6t 
que I'union el I'amitie retablies enlre eux par un bon ac- 
cord (3)? » La uKMllcurc fin dc cette guerre intestine que 
sc font en Thomme lame et le corps, ce n'est point la 
defaite et la ruinc du corps, mais sa reconciliation avec I'l^me, 



(1) /fr., 67, y wpi<j (xos ^uy/jS ano <JCi>|xaTO?. 0? ^tXoao^oiSvTes izo- 
0vi|<JXEiv (xeXexwoiv. 

(2) lb., 69. 

(3) Lois, 628. 



110 AlHTQUrrt 

et leur commune harmonie : c Tout cc qui est bon et ben, 
dit Platon, et il n'y a rien dc beau sans harmonic... Qoand in 
corps faible et chetif traine une amc grande ct puissantc, oa 
lorsquc le contrairc arrive, ranimal tout entier est depounra 
de beaute, car 11 lui manque Tharmonie la plus importante, 
tandls que Telat contraire donne le spectacle le plus beau el 
le plus agreable qu*on puisse voir. Contre ce double mal, il 
n'y a qu'un moyen dc salut : ne pas exercer V'^me sans le 
corps, ni le corps sans Tame, aiin que, se defendant I'm 
contre Tautre, ils maintiennent Tequilibre et consenrentli 
sante... II faut prendre un soin '^^r'de tootci Im parties de 
soi-m(^me, si on vcut imiter rhamionie de runivers (1). > Ob 
nc doit done pas entendre h la rigueur les passages du Phedffk^ 
oil Socrale semble prescrire le renoncement absolu aucorpi 
et a la nature ; mais y voir seulementVune iii\VitatiQii hyper- 
bolique et eloquente a se defier de^ sens, ^ Ibtter cbntre h 
domination du corps, contre Tempire des passions. Les sens 
eux-mcmes, dans la vraie pcnsee de Platon, sont loin d'etre 
meprisablos. L'ouio et la vuc sont de merveilleux organes qd 
nous revMcnl Ic beau sous les foimes sensibles qui le rccov- 
vrent. c La vuc est la cause du plus grand des Mens... Nous 
devons a la vue la philosophic olle-m(yme, le plus noble present 
quo le genre humain nit jamais regu et puisse recevoir jamais 

de la munincence des dieux II en faut dire autantdeh 

voix et de loute C'csl a cause de Tharmonie que Toulei 

re^ule don dc saisir les sons musicaux. Quand on cultiveavec 
intelligence 1(» commerce des mus(»s , riiarmonie nc paralt pal 
destinee a servir, comme elle le foit maintenant, a de frivolei 
plaisirs: les muses nous I'onl donnee pour nous aider a n^fler 
sur elle et soumcttrc a scs lois les mouvements desordonn^ 
de notre Ame, comme elles nous out donne le rythme poor 
reformer les manieres pourvues dc grAce et de mesurc de la 
plupart des hommes ('2). » Platon n'a done point meconnala 

(1) Tim., 87. 

(2) Tim,, 47. 



MORALE ET |K>LITtQUE DR PLATON "111 

lui;ilioii dcs sens ; il iiimposo poinl au sago I'inutile 
ibic obligation de les I'toiinlre el (Je ilelriiiiv en 
le* Uohh pmicux tics muses el des dieux. II lui 

• dc It's associer el de les souinetire a des laeuUes 
de Aon servir eidin lunw la jJi'H'i'eiioti de son 

H de mn Ame, nri lieu de les si^rvii' euinnie des 

ilil|H'rieu\ el rir*rt''gh»s. 

Cc qui detui>ntir eiiliii tjiie In morale de Phitoii n'est p;is 

me morale de eonlraliile c*xuj,n''ree el de renoiu'enieiil altsnlii, 

mm% «|p CfinriiiulioD el dhuimoiiie, c est la liell*' diseiissit»n dii 

. c|ui n'c\sl jKts Dioins dirigee eonlie les eiinends 

rirti^Ml* du phiisir que eonlre ses [liirttsiins rorrompiis. 

^^aetquua de n«)us voiidrait-il vivre, ayaiu en partai't' loule. 

|me, I04ite rintelligi'nee, la scienee. In inriuoire (ju'on 

avoir, :i eondilion {|iril ne reHseniiinil :meim ptaisir, ni 

HI gniiKl, ai pareitlnnetit aueiiiie di^uli^^ir, vi i\u'i\ 

i*rail absuiuiiieiil aiieun s*'nliiiienl de eetle naliire (I ). « 

vif msenjiible, que les pltilostiphes slokiens ont a|fpelec 

inM^t ii'esl pas plus desirable pour le sage <pie la vie 

Bir lODii* pure; elle est ineoiuplrle, elle ne salislait pas 

! lout entier; elle nest done |)as b vii- heureuse. 

rMn est-ce lu eondilion de la vie diviur , niais noii *h* 

a vie himui&ne (2). El e'est le Ixjolieur luunain, e'est la sagesse 

que la morale eben*he t/l pniend prueiirer uux 

• La w bcureuse el sage est la vie iiiixte (3), on se 
el «* melaiigent la seieiiee et le plaLsii\ ii(»ii pas, il 

isllrral, lous les plaisirs (4), inais au moius res plaisirs purs, 
iplcft H vrais qui sonl raccanipagnement et la i'eeoni|M>nse 
to tafeMe^ ou ixux di^s plaisirs srnsibles, qui iiitisscni des 
nniilaei tie sant :iecompagnes d aueune douleur: le 
den bimt-s couleui*i*, de« bi^aux sons el nu'^me dcs pures 




m Mi^ »«> 33. ^ ^ 

MM., 63. 



112 ANTIQUmfc 

odeurs. < Scmblablcs a dcs echansons, nous avons a noire 
disposition dciix fontaincs, ccllc du plaisir, qu'on pent com- 
parer a unc fontainc do micl, ct cellc dc la sagcsso, fontaioe 
sobrc a laquolle lo vin est inconnu, ct d'oii sort unc eao 
austen^ et salutiure. Voila ce qu'il fout nous cfforccr dc m^Ier 
ensemble de notre mieux (1). > La sagessc n'est done pas 
seulement I'apprenlissage dc la mort, mais romemcnt dc h 
vie. Toutes les choses bonnes dans la nature resultcnt ainsi 
du melange d'unc partie mobile, inconsist^mte, Indetcrmineet 
et d'une partie fixe qui regie, mesure ct contient la prcmii'rc. 
Tels sonl les mouvements des astres, les revolutions d« 
saisons : telle est dans . le corps la sante, ct dans I'dmc la 
sagessc. La sagessc est la sante dc Tame (2) : Tune ct Taatrc 
sont un equilibrc ct une harmonic. Lc bicn en toute chose, 
c'est I'ordrc : lc bien d une maison, c'est la commodite, b 
convenance A rarrangement. L'ame aussi, pour ^trc heurcose 
et sage, doit ^»trc convenablement ordonnce (3). La mesure, 
d'oii naft la gra(;e, est lc signe d'une iYtnc bonne ct heureuse; 
die est la condition de la sagessc comme de la musiquc. Le 
philosophe est un musieien (4). C'est un trait commun sans 
doute chez la plupart des philosoplies grecs, mais surtout 
reniarquablc d\cz Plalon, que ce soin constant dc la pro- 
portion, de rharmonie et dc la beaute dans TAmc du sage, 
t La vie de Thommc, dil-il dans le Protagoras, a bcsoin dc 
nombre el d'harmonie (5). » L'imagination de I'artistc ct le 
sentiment moral s'unissent toujours dans ses ecrits, ponr 
tra(MM* I'image de la v(M'Iu. C'est ce gout dc la mesure qui Ta 
eloigne des cxlrenules, oil s'esl jete plus tard lc stofcisme ; il 
n'a point rejete le plaisir, il n'a point nie la doulcur. S'il dil 
quelque part que le sag(i se suftit a lui-memc, que la pcrte dc 

(1) PhiUb,, 61. 

(2) Ibid., 125-26. Rt/p., 111. 'ApsTrJ... h^iixtx ti;...xa\ lU^lct ^Mfjfi. 

(3) Gorg.j 501. 

(t) R^p., X, 591. "EavRsp (xAXt) (6 aopd;) tfj aXr^Os^a {iouatxo; iTwi, 
ct IV 111, (AoyiixoSxarov xat eyapiAo'jTaTOv. 
(5) Protag., 326. 



MORALE ET POLITIQUE DE PLATON 113 

scs plus chores affections (1), il prend garde de nous averlir 
ailleurs, qu'il ne recommandc pas une insensibilite chimerique, 
mais une noble patience et une certaine moderation devant les 
autres hommes, Trorcpov Cfo^h axOederat , touto jjl^v aSuvaTOV, 
fxgTpia(re( hi ww? irpo? Xuiniv (2). 

Lamesure, Tharmonie, Tordre, voila done le souverain bien. 
Mais comment Thomme peut-il realiser ce bien dans son toe? 
II le peut par la vertu. 

Qu'est-ce que la vertu? Platon, comme son maitre Socrate, 
rappoile la vertu a Tintelligence. Mais Tintelligence a deux 
degres : Topinion et la science. La vertu doit-elle ctre definie 
par la science ou par I'opinion (3) ? 

L'opinion est cet etat de connaissance intermcdiaire entre 
rignorance et la science, ou Tesprit juge sans principes, et 
sans se rendre compte de ses pensees ; c'est une connaissance 
obscure et flottante, qui peut 6xre fausse, mais qui peut 6trc 
vraie. Quand elle est vraie, elle prend le nom d'opinion droile, 
(6p0i)) So^a) et alors elle est aussi utile dans la pratique et 
dans Taction, que la science elle-mc^me (4). C'est elle qui 
eclaire les juges dans les tribunaux ; c'est elle qui dirige les 
avocats dans leurs discours et les politiques dans leurs 
cntreprises (5) ; c'est elle enfin qui parait 6tre chez la plupart 
dcs hommes le principe de la vertu. Si la vertu n'etait 
pas Teffet de l'opinion, mais de la science, ceux qui la 
possedent devraient dtre en etat de I'cnseigner aux autres, 
au moins a leurs enfants comme toute autre science (6). 
Or, on ne voit nulle part de maltres, ni de disciples de 
vertu. Les plus grands ciloyens atheniens, les Pericles, les 
Themistocle, les Cimon, ont-ils rendu plus vertueux par leurs 

(1) R^.f 1. Ill, 387. "HxioT, Spa xai 68up6i<jOat, ip^peiv 8^ <I); T:poKjTaTa. 

(2) Ibid., 1. X, 603. 

(3) Sur ]a difference de la science et de Topinion^ voir Ripubl, 
1. V, 477, sqq.; Timie, 61. 

(1) Minon, 97. *0u8i {jttov co^sX^pv £15 Ta« Tupo^ei;. 

(5) TM^t., 201 ; Motion,, 99. 

(6) Mifnorif 89 et sqq. 

Janet. — Science politique. L— 8 



114 Ai^TiQurrfe 

cxempks et Jeurs eouseils Ic petiple quHs gouvernaienl ? lU 
n'ont pas meme reussi a rcndre meillturs et plus sages leurs 
propros eufants. La verlu n'est done point line sdeDCC, cUe est 
uiie oijiiiioii, uii inslinct, un don de Dieu (I). 

Telle csl rappareiile concliisiun du Menon. Mais il est dif- 
ficile de eroire que ce soil la la vraic pensee de Platoo. 
CoiuuK: il admettail uu principe de connaissajice superieur il 
ropiiiioii, il devail adiiiettre uiie verlu sopurieure ii la vertu 
dojiiidon, quil appelle aussi uoe verlu iiopulaire, ou vertu 
politique, nee de la pratique et de Thabitude, sans philo- 
sopliie (2). C'est la veilu vidgaire, exeelleute sans doulc 
eoiiime guide de la vii', et meilieure que l'iiUcuip«*rance; mais 
s'il sc rencontre au milieu des honimes ignorants d'eux-menia, 
ct pratiquaiiL la vertu par hasard, quelque honune quisereiuk 
compte des pt'ineipes de la verlu, il sera, comme Tiresias, 
seul sage au milieu des ombres (3). 

II y a done une vraie vertu, donl la vertu d opinion n'eslque 
rombre : e'esl celle qui a sa souree dans la sagesse, c'csl-i- 
dire dans la science. Sans la sagesse, toutes les vertus sont oil 
inuLiles, ou insullisaiilcs : avec la sagesse, elles deviennent 
loules excellenU^s et salulaires {'i). La science qui a pour 
objel lY'ire, rimmuable, le vrai, el les rappoi'ls universels des 
elioses, ne peul jias sc reneonlrer dans une :inie, sans alUrcr 
avec elle le cortege? de loules les vertus. Gar la science n'eal 
point ce que croient la plupart des bonuues ; Jls pensenl que 
la force lui manque et que sa deslinee n'esl pas de gouvemer 
cL de commander. Au contraire la science csl faile pour eom- 
mander a Thomme : quiconquc aura la connaissance du bicn 
el du mal, ne pourra jamais ^'trc vaincu par quoi que ce soil, 



(1) IMd.i 99* ©efa (AOtpa nstpvfvpQ^iv^, 

(2) PfiMoHf 82. AT][JW)tix)iv ;:o>>t-ix)jv apitr^v,.., l'^ lOov; ts %x\ 

(3J Mt^mn, 100. ''Q<mip napk oxto^... l*ilA*<m, 68. AxiafP*?^* ^*4 
(4) Mtfmn, 88, Mi"ci [dv vow dtxpAip-a, fivey il voO ^XiCipa. 



MORALE ET I»OL1T101*E I>E PLATON 115 

fera autre chose que ce que la science Uii ordoune (1). 

eat, par oxcmple, rclui qui vit sans cesse par la raison 
atir la verile, n'aurail-il pas ramour de la verile el I'horreur 
da iii«*nsonge ? 11 sera done sincere, r/jinnieiii cHiii qui n'a 
eommefte qu avee le luonde iiilelligible lie inepr iserail-il pas 
!« |>lld«ir* excrssifs du corps? II si*i*a d(»r»c leniprranl. 0>in- 
DOHllWrait-il pas dos seulinients louj«turs elcvcs, uin' ^randc 
indiiitfrcttce pour la vie, de la douceur avec ks honimes, 
lOQtes liw vertus enfui el toutes Ics (pialiles de Fame (-2)? 

La confusion de la verlu et de la science conduit Plalon a 
tmr cipinloo celebre doni le germe elail drja dans Socrate, 
mats qtd devait sortir presqu(» nccc^ssainvmciu de la psycholng^ie 
plalofiic^nfie, Plalon, en cirt^i, n avail polut tlistiny:ue la puis- 
wanre de pcnser de cellc de v(}uloir: poui" lui, la raison a la 
Ibis drHbiVre, donne It»s ordi*cs el prend les resolutions ; hers 
4e la ratsoD, it n'y a que le %ith^ ou I7:t0uu<!^, [irincipes |>as- 
et aveugles, d«>ciles ou rebel les selon Toccurrence, 

inrapables de choisir libremeul enlre deux aclions 
fOUtrain^. D'oii i1 suit qu'il ne peul y avoir que deux elats 

I'imi* hunuune : celui ou elle voil clain^mcnl le bi^n, 
l-a-dirc oil la raiMiii parle et conuuaude, el celui ou elle 
I, c*c«l-ik-dire oil le desir se fail st^ul eniendri\ Daus la 
supposition, riionune obeil ucc<»ssaireincnl a la 
flisoo, H dans la sccondc, au di'sir. II ne peui voir It* bien 
iUKi vdnluir ratleiudn* ; il uc le biit que paree qu1l Ti^nore 
ii*y a point de place dans i^eiie psychologic |»our eel 

inlemiedialrc^ ou lilme ne fail pas !«■ bini quelle 

Il el qu'elle aime, et cheisit le nial qu'elh* counalt 

ff quelle halt. Et cependanl a-l-on jamais niieux df-cril 
t& phteMnene de TAme rpie PInton ue le fait luinirine 

Irs LoUJ « Voici, dii-il, la plus grande i^mor.uici', 



».ixTr/iT;ya: (aiA^T;frf) O;;'! llTJ^EVOg^ «5T5 iXk* «rc« KpaTTiiV ij « 



116 A511QrTTE 

c'est lorsqoe, toot en jupeaDt qu'imc chose est beUe et bonne, 
:iu lieu do 1 aimer, on la en aTersion; et encore, lors- 
qu'on aime et qu'on eoibrass*^ ce qu'on reconnait mauvais 
vi injusti' Hi. c Aiasi Toila le (ait birn reconnu et parfaitement 
d('H:rit : mals n'est-ce fioint le qualifier etrangement que d'ap- 
[i<*ler retle opfMjsition de la raison et du desir la demicre 
ignoRinci- ? EstH.*e i^oraniv, que de eonnaitre qu'iine chose 
est bonne, et sen deluumtT ? Aussi Platon refuse-t-il ordi- 
nain'ment d'admeltre que rhonnne qui faJt Ic mal ait la vraie 
connaissanre du bi«*n. II njette cette expression dc toutes les 
langui*s : etre vaincu par le plaisir (*2) : et par imc confusioa 
eontrain* a I'esprit de s:i doctriDe, il demande si rhomme peiA 
fuir voloDtairenient ce qu'il sail lui etn* bon ou avantagcuXi 
ou nM!hercher volontairement ce qu'il salt lui etrc mauvais 
ou nuisible, oubliant que le bon ou le mauvais nc sont pas 
lou jours la memc chose que lavantageux ou Ic nuisibie. 
G(*s pi'incipes enlrainent Platon a de graves consequences. 
11 aflinne que la mechancele n'est point volonlsiirc : c Per- 
sonms dit-il, n'est niechunt p;irce qu'il le veul: on le dcvicot 
u caus<; d'une niauvaise dis|>osition du corps, ou d'nne 
niuuvaise education : nialheur qui peut arriver a tout le 
nionde, nialgre qu'on en ait (3). t C'cst, commc on le voit, 
supiM'iiner le librc arbitrc. Et cependant, Platon conserve le 
pi*incip(; de la responsabilite : c L'hommc est rcsponsable de 
son choix, Dieu est innocent (4). > Mais cettc proposition 
p(;ul-elle s acrcordcT avec le principe dc Tidentite dc la vertu 
(•I de la science? 

La moi-ah; platonicienne n'est done point unc morale asce- 
ti(iue ; mais c'est unc morale trop specmlative. EUc nous donne 
un ideal magniOque de la vertu ; mais cllc nc donne point le 

(1) lAtis, III, 680. 

(2) Protag. 353. '^j:6 xwv f,5ovwv f,-TaaOai. 

^ (3) Tim,, 8C; Prolog., 358 ; Lois, 1. V, 781. '058ixo;oux txwvaSoio;... 
aXXi eXeE'vo; [dv jravxw; 6 £dixo(. 
{i) Ripabl.y 1. X, 617. AiT'a eXojjivo-j- 0€6« ava^rco^ " 




MORALE ET POLITIQUE DE TLA TON 1 1 7 

ify attf'indre ; ol <41e suppose que eonnailre le bien, 
assrx pour It* prnti^jurr L/artivite pt^rsunnrlic.* lIu Hitimiiie 
est Irop uiihlii^f dans vv\U' tUwlniw : <- rsl ve poiiil liiiLilc 
[qa'.^ristoU; a » bkm siiisi, ct i|ii'i] a essa^e dv eorriger. 

vrrtu eonsicli^'ree en ellt^'iiir'nie est une ; mais riinile 
Lielle jie lu veiiu n em[H'c!]«'. pas qu'elle nail des par- 
^Sm (I). De iii4>iiie i|uc I'Ame, une eti elU^-ineiiie, sc compose 
poortant do p1usieui*s puissanees el d aelioiiii diversos, la 
¥«tlil, iiiw* dafi« sa fin dertiirn', esi nudliple rlans son rafvporl 
a aoft fiM^Jles « et elle pn>nd des nonis ditVerenls selon ees 
rap|K>rU. Si lame iielail ([irnne iiitelli^^enee, sa 
tcrlii Mr-Mi la sjigesse <^n«'-ineiiH', ao^i'a, e esl-a-dire la 
qui deiibeiv sur le bien {general de lindividu, qui lui 
k disri*mer le vrai el le faux, li* bien ei le mal, Favan- 
Hfttix ei io oiii»ible, donne des ordres et Juge de ee (|ul 
ennmnl a ehacune des parlies de Ti^me et a loules ensenibk* : 
'vu im i|uelcjue sorle la veriu dn gouverm iiieul ('2). Mais 
a deux aulres parlies, le Ou|ju»« el re^tiOujiLia qui onl aussi 
vcrlu partieuliere, sinon par elk's-miMiies, au mains par 
rvpiHirt aviH* la raisuii. La verlu du Ou|jwi^, gidd*'- et eelaire 
b ntboa, c'ctt Ic courage, divopetx. Le courage no sc 
fos avee rinlreiiidile qui ne reeule devanl rien, avec 
It vaioe bnvoure el la lemerite aveugit*. iHiisqm' ia verlu est 
k KieiiCf* t chaque vertu esl um^ seience parli(*tdiere ; le 
«era dune la juste opinion on la seience des 
qui «onl ou ne sonl point a I'j'aindi-e (:\). Quanl a 
In dieniicre parlje de TAme, sa verlu nest que sa servilude ; 
e»t lout kr bien qu'elh' pent faire: cetle sou- 
du diHiir a la raiscm, eVst la lemp/'ranee, -jojopo^wi (i). 
fv«fi> iMi(« quatrieme vertu, eellc qui inaintienl entre les 




(I) L0{9, I XII, %5. 

(IQ B^w^L^ I. IV, 411. OtIxO'jv T(T» |iiv J^oytTctxtS «px*w T^po^i^^ 

d^ PrH0t', 360; A/pit^/.i 1. iV, 130, llii 



118 Ai^fTiQcrr^ 

Iroia parlies dc noire ;\me Tordre ct riinion, qui oblige cha- 
cune de nos facullt'S a ne poiot sortir de son nmg^ m dc &a 
foiictioii,,et a praliquer ki vcrlii qui lui est proprc, celle enfin 
qui prod nil et conserve les Irois autres. Llmage de ccUe 
vtTtu se voil dims un £lal bien poliro oil etiaeuo fail son oeuvre 
propre , sans empieler sur eelle de son voisin ; oil, borne 
a une seule action, i! aeromplil mieux le travail auquel il 
est habitue , el qui lui est enseigiui par la nalure meme. 
L*image conlraire se renconlre dans un eial, oil lout le monde 
veul faire la meme chose, commandei" et noe obeir, oil dans la 
eoarusion de tous les r6les, le talent propre et la vertu parli- 
euliere de ehacun so perd et se denature ; enfin, oil riuiarehie 
est au comble, et loules les barnercs brisees (I). La justieefait 
de rhoname un toul mesur<5 et plein d'hannonie (2) ; eelle dis- 
position inlerieure est la souree de loules les actions que roil 
appelle justcs : dans racquisition des richesscs, dans les soins 
du eorps, dans les aflaires publiques, ou les rapports de la m 
privtH?, rhomnie juste ne fera rien de contraire t^ ee bel ordrc. 
La niemc loi (|ui lui impose de meltre en lui-mi^ute cbaqiw 
chose a sa place, lui defendra d'enlever a aucun liommc ce qui 
Jui csl propre, son honneur ou son bien. La justice rendra 
done a ehaeun ec qui lui est du -(3), Ellc est le contraire 
de la violent-e, elle n'esl point le droll du plus fort, eomm« 
disaient les sophisles ( i), elh* repose au <*ontruire sur Tegalilid 
du faible et du fort. Elle n'est point uon plus tart de fairo du 
bion a uos aniis(*ldu nial a nos t'Tineinis. 11 ne eonvieiil point ^ 
rhoiimie de faire du mal a uii autre homnie (5) ; il ne lui eon- 
vienl m^ine pas de rendre aux autres hommes le mal pour le 



(1) !lf*p,f 1. IV, 433, 113, Platan caracterise partout la justice par 
cea mots : to -a auTw T;pa--€tv, fj lov exa^TOV TioioTQu Rf^atteiv Suvap(,,« 
Tflt oixel* i(jO£}A£vov. 

(2) IMd.^ 443. Ko^pcfJ^oivia xai ^uvapixd^avTa. 

(3} !t)id., 133. "Oiwjj? S.V IxaTTo*. [td t-^busi xk iXk6xpm fi-f(tt r&t 

(4) R^p. 1. I, 338. 

(5) Bid., 335. 



MORALE ET POLITIQUE DE PLATOW 119 

maA, rjuolque injuslice qu'il en all revue (I), Jamais la justice 

nc pi'Ul avoir Ic mnl jwur objet. Tout art, touN* |njissaiict% toote 

foDctloD a [wur objet Ic bien de la rhosc ou tie IVire dfml elle 

ft'oceupc (2). Le medecin ne eherehe pas le raal du malade, ni 

Ic berger ri*lttl du troupeau. La justice est eneore Tobeissaiico 

Wl lols (3). CVst ainsi surioul ([ue reiileuflail Soei'aH^ ; il en 

Ibt luMiienie on admirable exeiiijjle. Sous toutes ee» Ibrmes, 

rile ii*est Jamais que la cons^M'vation de roitli-e en nous-ni^mes 

rt <lan« nos rapports avee It-s mures, la |irati<|iie de tout ee (jul 

est boo n confonnc a In nature. La nature nest |)as telle (|ue la 

dMaiMaieiit K>s sophistes : rimpi^tuositc!' des deairs et lo deehai- 

de la force: « Ce quieslvraimenl selon la nature, eest 

• dr la loi sur les litres qui la reeonnaissent volon- 

mimDmf el siuis violence {\). » Et la loi elle-mrme n'esi pas 

fcRorrp arbilraii*c des homraes : e'cst le eommandemenl de la 

eomuiandement t'leinel et inviobble, auijuel il 

il defendu de manquer sous aueun pretexle. 

Unc des plus belles doctrines de Plalon, c'est rharnionie, on 

dire presfftie ridentite de la justice ci du bonlHur. 

hannonie est eontraire an seiitinienl du vulgaire, qui 

, plftfl^li* lionheur dans b» [jouvoirde tout fn'nv; et les sopliisles, 

Hroiiipli<*es de ees pn^juges fKipulaireSf opposaient avee iionie 

^■^llioiiirtK* juste sn fniblesM: et son impuissanee au milieu 

^^Hkunnic^ phm babilcs et plus forts que liii. Que Ton inelti' rn 

pH!9cnce^ dans un tableau qui n'esr pas imagrinaire, la parfaile 

i^lBitire 1*1 lu parfaile jusliee ; d'une part, lliomme iiijustc, 

doftti d'arlificc , de fon'e el d'bypoerisie , onie iles apparenees 

delajnslioe, si utiles pour reussir, pourvu que Ion se eontentc 

de0 liifmi^eQces ; et de I'autre. riionime juste, seid et nu, 



Hfl} CHii 



. «&n MUUU4 irouTv oudeva iv^^Kiav, ouS' iv ittouv scd^Xf] (tn* 



CB9 Voj, tool lo Criian. 



\4^ JLtfiff, 1. Ill, 6W. K«ik ^ugiv U tt^v toS Wfiou Exdvruv apxV* 



7i¥jniH\itlK9* 



120 ANTIQUITfe 

ignorant les armcs dc la violence et dc la ruse , juste enfin 
dans la realite, mais non pas dans I'apparence. Qu'arrivera-t-il? 
L'injuste reiissii*a dans toutes ses entreprises ; 11 sera honore, 
re<»hcrche, riche, puissant; il mourra accable d^honneurs, 
achetant par ses richcsses la faveur des hommes et des dieux. 
Le juste sera mis en croix et mourra dans les tortures et 
rhumiliation (1). 

Mais ce ne sont 1^ que des apparcnces. L'important, 
e'est que Tame soit saine et non pas maladc. Unc ibne 
juste, c'cst-^-dirc bien reglee, est en bonne sante ; die a Ic 
bien qui lui est propre ; le reste nc la regarde pas. Ce ne 
sont pas les accidents exterieurs qu'il faut consid^rer pour 
juger du bonhcur des hommes : < Tu vols cet Archelaiis, 
fils dc Perdiccas, dit Polus a Socrate dans le Gorgiasf — 
Si je ne le vois pas, du moins j*en entends parler. — 
Qu'en penses-tu? — Est-il heureux ou malheurcux? — 
Je n'en sais rien, Polus, je n'ai point encore eu d*cntretien 
avec lui. — fividemment, Socrate, tu diras aussi que tn 
ignores si le grand roi est heureux ? — Et je dirai vrai ; car 
j 'ignore quel est I'etat de son Ame par rapport h. la science 
et a la justice (2). » Comme il n'y a rien de plus beau que 
la justice, il n'y a rien de plus heureux. II n'y a non plus 
rien de plus laid et de plus malheureux que rinjustice, 
de quelque succcs qu'ellc soit couronnee. Le contentement 
intericur d(^ lame juste compense les fragiles plaisirs el les 
joies licencieusos des hommes qui peuvent tout et osent tout, 
f Pour rhommc sage, il est encore meilleur de souCTrir une 
injustice que de la commettre (3). » Ce n'est point la douleur, 
c'cst la maladie qu'il faut craindre. Dans cette admirable com- 
paraison du juste et de I'injuste, si grande que Ton a era 
y voir la description anticipee de la Passion, il semble que Tan- 
teur ait voulu confondre les pretentions de la justice ; mais par 

(1) il4?.,l.II, 360, 361. 

(2) Gorgioiy 170. 

(3) Gorg., 469. 'EXo^|ji7)v Sv [iSXXov aBixsT^Oai 5) aBixeTv. 



'LATON 



121 



tin 




MORALF. ET POLmQCTEl 

ronlraiiv» il on fail parailrc liDallt'^rable beaiUi'. Qurlle 
rt*voil I'lkiiHs ro cni'l, dr n* liibh'nu d'hiiniilialiLm 
cl drdoolcur? Est^cc uii stMiliiiu'iil craviTsion pour la jiisiico. 
qui recompense si tiiul ses sorvileiirs sinci^res ? Non : c'csi au 
un snuinn'iii involotilatre ik ros|H»cr pour rethj 
ipii conserve encoi'o la mOnio piircte au sejn de la niisi^re, 
dii m^pri^, de la inoH, de loul <e que Ics hommes liuisseiu Ic 
pltis» Lajui$tice« quaiid elle est hetireuse, peui se conibndre 
»b4*nM>nt avec les bions qui la soiveiit. Mais dei)ouiiltk\ nial- 
lrailfn% couverte <ie honti', file esl ramenee a ellerim^iut', el 
fetati* olors dans ku propre el simple^ beaule. 

Si la jii*liee esl le bien cl la saiUe de librae, si riiijuslice en 
rU td mabdie el la lionus le ehaliineiil en est le reniede (I). 
Cl! o*i5iil pas ua imd plus ijrand qui s*ajoule a rinjustiee, el 
viml combler la mesure ; non, e'esl un bien douloureux, mais 
ftillibiir«% qui reparr \v ma I di'-ja Tail. Si le bonheur j>our 
l1k8lBlief?fild't^lre ilans Tordre, le seiil bonheur 4pii lui reste 
lor«|Q*ll en est mni, est d'y renlrer. 11 y renlre par le elii\li- 
nenl. Toiile finile apj>ell<' rexpialioti el la faule est laide, ear 
eOe 1*81 caotre la justiee el I'ordre. LVxpiation (^sl bidle, ear 
lool oe qui esl j«»lc esl beau ; sonllrir pftur la jnsiiee esi 
eneore beau ("2). lUcn de plus grand, dans la phitasopluc 
norsd<*, que les raaxinirs suivanies, fondement de loule 
*«» pi'nale: < C**lui qui est |»urii, dii I'laion, est delivre 
do mal de rime. La punilion rend s;ige, el elle oblige a 
plus ju«itp. L1njuHli(*e nVnl (]ue le ser'onti mal |»our la 
, maiA rinjUHti<:e inqmiiif rst le [iiriitit^r vl le plus 
grand de lous les tnaux. Si on a (*onrrnis une injusltee, il fViui 
llkr ae presenter 16 oil Ton reeevra la coi'rection eanvenalil(% 
t% ji'efUpn-vwT de 8e rendre aupivs du juge, e<innn(^ au|>res 
dun medeein, de peur (pie la nialadie de I injuHliee, venant a 
wiijiimner dan^ Vhne^ n*y eiigendiY* une corruplion seereie qui 



Lnof 



d) H^. I. IV, 441. •Afirij uyuU.,, xnX xiXXo?... ^u'if,i, xaxla 5l wJoo« 



122 ANTiQunrt: 

(l(ivienn(^ incurable (I). » Voila Ic vrai principe de la peine. Unc 
saiiK' moralt* iw vnil pas dans In peine uii priiiciix* qui fnippi?, 
mats iiu principe tjiii relieve, iion un poison quidoone la mori^ 
mais un rorakle qui, par des crises do ulo ureases, ramene la- 
sensiblement a b vie. 

Jusqult'i nous ne sommes pas sortis de la coiisideraiion de 
la nature Imniaine: c'esl la melhode de Soerale qui. large^ 
men I a|>f)liquee, nous a conduits jusqu'a la conceptioa de cet 
oi'di'e moral, oil se irouve pour I'hommc le vrai bien el !e vrai 
bonheuT* (-2). Mais si nous nc nous elevions pas au-dessus de 
eetle meihode, nous no sauiions eomprendre la necessiledc eel 
ordro moral. La juslieo parailratl une hypothese saus pm- 
riijo, uiie loi sans fondemeni, un (leuve sans source. Pour 
nous elevoi'jusqu'au principe supreme de la morale, il faut em- 
ployer une autre methodc, unc meiliode plus profonde et plus 
exaele, qui va droll au principe, et qui, dc Fcssence de III 
verln, s'elevc imniediaiemenl a Tesscnce du bien : e'esl la 
mclhode dialeclique (3). 

La melhodc dialeelitpie est celle qui s'eleve des eboses pa^ 
ticuUeresei imparrailes aux types absolns el parfaiis, donl ccs 
clioses ne sont que de pAlcs copies, d'inrideles imitations. Dans 
la mnUitudc des actions humaines, justes on injusles, hoo- 
netes ou lionleusos, imparfaitenient honii^tes, imparfaitement 
justes, quand elles le sont, la dialeclique decouvre Tiraage cl 
le aigne d'une veritable justice^ qui, sans ^tre realisee par 
aueun horanie, est cependanl la loi de la vie humaine el le 



{1} Gorif^t p, 477, 479, AeuTepov dipa iTttioiv xaxuiv (JLrfiOei to a8tx£li^. 

TZi'^UXtV. 

^2) Platon a eu Ic sentimeni tresjustodo la rrn^thode psychologiqua 
aj>pUqu<^e di Ja moralo : MvTi(Jiov£U£is [i^v tzou... oti xpirca tXZT^ ^wfj^^ 
StotTTr^iajj^EVOt 5yvE6t6aXo|jLeV 8txato*juvr^; te Tcepl xa\ (roi^poavvKj^, xost avdpc{«( 
xal moUi S exaotov eTti* fiifp., I, VJ, 504. 

(3) Rt^p. 1. IV, 435. M«xpoTepa xal iikzioiv cISo^ t; iiii TOt/TO ayri-^ja. 
Bid,y VI, 50i, jAotxpaxcpa TJEpfoBos; voy. en g^n^ra! les livres Viet VU 
tout eaiiers. Cf. notro Estai sur la dlalectique de Platon, T ^ditioa, 
Paris, 1861. 




MORALE ET POLITlQirB DE PLATON 123 

qui lui comaiinu<[iH' rr ijat*lle pent avoir de bon H 
Mais CCS idees, (jnc' h dijilortiqiie tlecoiivrr au-dt"ssiis 
li» diCfes parliculit^rcs, ir' lui soiil qiir dt's poinls d appui, 
des hypothiises |K)ur s clever aunlela. EUcs ne m 
pas k cUes-m^mcs, el elles supposi'iit quelqite elmso 
d'eltcSf quelque chose qui ne supimse plus rien, 
, Uovov, ivoTtoOexov. Cesl ainsi que I'idee dc rbonu(}ie 
H dli juste ^niaiie d unc autre idee, aeeompUc et purfidte, 
cUe lire sa lumiere, son existence, son uliliie : c\>st 
dll Bieil. Eu e(r<*l, tout ec qui est lioniiete el juste est 
, el c'e«l Ic bieii c|iii est la demicre raisori de la vertu (1). 
Mali le bien, qu'est-tl eu lui-iu^me ? Id r^ualyse deviciit 
le ; elle s arrt^le dcvanl eelie esseiiee iudeOutssable. 
d^omposer Tidee du bien dans la vie htimaine, y 
le plaisir ct llntelligenre, ei dans celle-ci, la verite, 
b prt}pottioOt la bcaule (*2). Mais le btnn iibsolu sc refuse a 
oet analyses. 11 mi \e. pnrtei[K' de la verttr et de la 'Science, luais 
i'lii ditilingQC ; il est le principe de I'lHre, el il est superieur 
a IMre (3). On s>n fera quelque idee sensible, mais non 
plus claire, en se le reiii't'seQUml sous la nolion de la beantc. 
bcaitle, c't^l le bien goiile par Tamour. Ces deux idees, 
t% In nauux*, se perdenl Tune dans I'autre h li*ur 
UoQ lituige grossierc nous [leindra la perfection <le t;e 
prtotipe iiMirabl(^- T/est le soleil visibte, a la fuis pere de la 
Imitos el di^ la vi<; (4). Telle est la source supreme de tout ce 
qol eal pens^ et aime par Ibomme ; lei est 1 objet fmal de la 

^B Povr doaoer fM>n vraj iioin a ce pruieipe supreme, que la 

Hpyrctiqar no d^iitre qu'apr^s ime s! longue marche et 

'vn si Inborieux enfanlemenl, il aui lappeler Dieu. Dieu est 

|r priorlpe su|nvnic de tout ce qui est hono^te, juste 



^: 




tij if^p.,L VI, »». 

ID iUpM., L VI, S09. 
(4) MM. 



(I ^{np^Tpts mX iXrfit(f» 



124 AXTiQurrt 

ct saint. Les theologicns du temps rapportaient aussi aax 
(lieux rorigino de la morale : ils definissaicnt le saint, cc qui 
plait aux dioux (1). Mais comment eoncilicr rimmutabilite des 
ide(;s morales avee unc mythologic qui met sans cesse ics dieux 
aux prises et qui nous les montre continuellement divis^ de 
gouts, de sentiments et d'opinions? Si le saint est cc qui plait 
aux dieux, oomme ce qui plait aux uns deplait aux autres, il 
n'y a point d'idee commune et universcUe du saint; et de 
quelque maniere que Ton agisse, on est silr d'avoir una auto- 
rite et un complice dans quelque divinite (2). Dira-t-on que le 
saint est ce qui plait a tons les dieux (3) ? Ici sc rencontre unc 
difficulte plus profonde : est-ce parce qu'il plait aux dieux que 
le saint est saint ou au contraire est-ce parce qu'il est saint 
qu'il plait aux dieux (4) ? En d'autres termes, le saint a-t-U unc 
essence propre et existe-t-il par lui-m^me? Ou ne doit-O 
son existence qu*au caprice des divinites ? La reponsc ne fiiit 
point de doute dans le systcme de Platon. Ce n*est point dn 
choix et de la volonte arbitraire des dieux que le saint tioit 
son essence. II est tel par lui-m(!^me, et s*i] a son principe eo 
Dieu, c'est dans son essence m6mc qu'il repose : cc n*est pas 
de son libre arbitre qu'il emane. Dieu est la cause substan- 
tielle et peimanente du saint, du juste et de toutcs les idees 
morales. Platon n'admet pas plus la sophistique mythologique 
que la sophistique des philosophes ; il n'abandonne rien k 
I'opinion, ni parmi les homnu^s, ni parmi les dieux, et il ne 
connait de divin que la raison et WMrc. 

Si Dieu est le principe de I'ordre moral, la vertu consiste 
dans Timitation de Dieu (5). Dieu est la vraie mesure de 
toules choscs : on ne participe au bien et a la verite qu'autant 
qu'on s'en rapproche (6). Des liens d'amitie imissent le del 

(1) Eutyphron, 6. 

(2) Eutyphron, 7-8. 

(3) Ibid., 9. 

(4) Ibid., 10. 

(5) TMit.y 176. 'OjAO^toiii 0£(}) xaii x6 Suvatdv. 

(6) La«, 1. IV, 716. '0 Ocd^ redivTwv xp^jJidlTwv [jitpov. 



H b 



WOItALE ET POLITIQUE 

icrre; uno meme sck'U'Ic cik- 



DE 



\Toir 

line riiOHime 



12!> 
el Dieu. 



I 



Lliooami? im mssi'irt* Ics lions par la jusUcti et hi tempi- rann-. 
HmU y a lino vcrtu sii|»ivine, cello (lui rend a Dien ee ([ui lui 
I9ldih« saicriliees, dons, prieres, lous les lionniiugesenfiti qunn 
tov iinpsiH'uit pent rendro a un elre o^wcellent, autiHir ol bien- 
fdl<*ur iW riiomiiK% prineipe Je runivi-rs, source di* Teti-e I'l 
do bicn (I), Cetic vorlu est la pie Us qui n'esl pas, comnie 
te nmagine le vulgairr, une sorie de trafie i^ntrtr DIeii et 
lliOBiiilc (-2), un eehange I'tTiprocjue de servii'es, ii la Ibis can- 
Irairv a la (KTfeelion de J'un el a la laiblesse de raiUre ; e'est 
lliomniage respeelueux d'une anie verliieuse, aniie des dii'ux, 
a rtxruftnaisi^uif par .ses ollVandes son iiifci'iorile et Ituir grau- 
deor. 

Lorsiqu'on suit le plalonisoie jusqua eette ]iauteuis on n'ust 
tionne de rtioniniage (;ue lui rend saint Aiij^uslin, d<''ela- 
qiie cVai la seule des |»hilosopliie.s de rantitiuiti' ipii ait 
le jwuveriiin bieii, iiaree que, soule, ellr la [»lace en 
Dkm : • Qw* lous les phiIosoj>hes, dit-il, le fi'd(*nl done aiix 
onirieas qui ont fait eonsisler le bonlieur di- Ihomnie, 
ii ji>uii' du eurps* el de 1 esprit, maisajouir de Itieu, etnon 
SI m j^uir eomme Tespril jouit do eotpK, ou eonntie un 
■itn ami, mais eomme I'n'i! jouit dr la Uniiien^ Lc 
en, selon Maluri, e'rsi de vivre selon la vtniii, ec 
qtiin*iest |)o&sible qu'a celui qui eonnalt Dieu et (|ui riuiite, et 
voila Tonique soun-e du honheur. Aussj n'ht.site-l iI (juint a 
dirt* <jlli.* pliiloHoplier eVsl ainiiT Dii^u. D oii il suit tiue le phi- 
lOfSOpbe, c'eM-UHJire Tajui de la sagesso, ue devifnl beureux 
que quand il eommeneo a jouir de Dieu (:i). » Que si ccs 
|)3nileH ne mnn pa.s littei-aleinenl dans llalon lui-onVme, (*!les 
i*S|)rini(*nt bien lout<! sii peusee ; et il est eertain que la veflu 
plalaiiirieniic, dann »a plus liauto idtW*, est la eontemplation et 
I'aoiottr dc la ik>uvenune beuule ct de la 80uvci*aine iM'tfeetion. 




(l> t9i rtf, fMp Vnt, viu, Trad. Em. Saiasei, t. 11, 85. 



1^6 AWTiQurrft 

Commonl (h^scendre maintcnaiil tie cos liauloiirs screines 
dans ie monde de la raverno habile pai* les hommes?Et ccpen- 
danl la vie |>hilosopliiqiie ne peoi pas s^aHranehir des lols dels 
vie terreslre. Elle esl plus lihie ou |jIus piin^, scion qu'ellc 
rcnconlre iti-bas des condiiioiis plus heurcuses o\ plus favo- 
I'ables. La priMiiieiH' de ccs roiidiUaiis, e'esl uii bon gouverne- 
tnriit. 

Faule d'une forme de {^ouvernemont qui hii <*i>nvienne, le 
philosophe, comine uiie planle dans une mauvaise terrv, se 
coiTompt el dep«*rit dans nos societes; el lors mi'mc qu'iln^e&l 
pas loul h fail ^iii(\ il devient incapaliTe de porler ces belles 
fieursel res fruils murs, qu'iin sol sain, el lair pur d'un excelled 
gouveniruK'iil I'erail puusser sans (^HorL Les aiiu\s philoso- 
phiques, surpiises des Ic pivmier age par les adulaiions de 
Icur famille el de leur amis^ impregnees des fausses niaxiiiics 
de la niullilude pai^ une c^dueatiou tnsinuante, egarees par la 
disiinclion ni(>me de leur nature, el d aulanl plus energiqucs 
dans Ie mal, quV/lles avaient naliirellenient plus de puissance 
pour lo bien, abandonnent la plitlosophie pour la ridie8$<% le 
pouvoir, le gouvernemcnl. I>c fiuix philosoplies, semblablcs 5i 
des ciiminels qni viennenl se rerugier dans le temple, tjuiuent 
les professions sei'viles et bassos pour la pbilosophie, et font 
rojaillir sur clle loui^ proprc hontc. Daos une telle dogradauon 
de la muse philosophique, que peuvent les times raises, qui 
par im don divin, par d'heureuscs circonstanccs, onl su resistt^r 
ix laul de causes de dostruelion el de eormplion ; que peuvent- 
dies, irop faibles pour s'opposer a 1 iujusliee, irop nobles 
poui' s'en souiller, sinon sc meltre a rabri,comme le voyagrur 
pendant lorag^c, loin du briiil, do la pluio et de la poussiere, t*l 
altendre , pleines d espdi^ancc, des icnips meilleurs et [)los 
semns (1)? 

Voila done le philosophe, en extl pour ainsi dire dans oos 
tlals ; sa vraie patriOj loin de laquelle 11 dogenrre necessaiiv- 



{l\R^., !. VI, m ei'm. 



POLITTQtJE DE PLATON 

kQSIIIID gouvcrnement sain ol hien n'^gle.Aiiisi, rimai^edo 
nVst pas achevei', si Ion n'y iijouto collr ilu 
goUTcnienienl parfml. La morale se complete et se couronue 
par b |x>litique. 

IHftUTitti'K DE Plato:*. — Socrale, nous lavons vii, sV'lait 

^ lo<joqrs ikVLire Tadversairc de Textrenie democralie, sims 

^Hu'un put dtn^ cepcndant qif il appailint au parli arisloiriitique. 

^Ul ar»t fioulenicnl deinandc le relour a la conslilution de 

^noloii* c"CHl-;Miin? a la demorralie li'mprrt'-o. Neaniuuins, il 

s*elJUl n*Ddu odicux au parli popylains v\ il avail succombe 

SOQ^ unr coalitian de ce parli ave<* le puiti de la supei'slilion 

el dn wux fanalisnie llieologique. Cet allmial eonlrc la plil- 

», sdIvi, commc on sail, de rexfiiilst^^i on de la Tuilc 

loos k*« ttocratiques, dut nalurellemenl preeipiier ceux-ci 

lequcl lis peneliaienl naluirllement, eest-a-dire 

artsloeralique. Aiissi voyons-nous les eerits des 

de Sorralc rf7mp1is d'aectisations am^iHis ct sanglanles, 

iculinnent contrt* les abus, mais contrc le prinri[K* im'mc 

de la drmocnilie. On le^i voit anssi, coinnie il ainve d'ordi- 

■airv, lorsqu'on n'aime p^% le gouvernemenl de sa patii<! 

T liikns im pays voisin le niodele et I'ideul du bon gou- 

*iiieal : lil esl le raracli'*i*e eonnnun de Xenophon et de 

. U* pn*mier, romme nous Tavoiis vu dans les deux 

ffttl Uii son! altribues, la Constitution de Sparte 

fUlMConstitttliim tlWtht'nea (I), m* fail autre eliose (|ue la sa- 

tutdQ gouvemenient pojiulaire^el Iuiop|)os<'j eoninie par one 

eoofttraisan aeeablanie, le sage gouvt*rnemenl d<* Laeedrujone. 

Tdeftl attssi Tcspril de Platon dans ses divers ecrils poliliques, 

■*ec cetlc difTerenee quil se place beaueoup plus haul, et 

*Riilc re$ rhas4»s en spei-ulatir, land is qiir X«'*nt>plinn, hoinme 

POHlique el bonuned 'action , est plutiM iin observalenr : celui-ci 

**^t cngagi^ au .service de rtaianger, est en quelque sorte 

•a ^Qigi^, Plalon, au contraire, vivaiil libremenl el large- 



'^) Voir plot h$,nl 100. 



128 ' ~ ANTIQl-lT^: 

ment daiis sa |>;Urir, loul en la mepiisaiit, est surtouL un 

uto|>isle, I'oiir Tun ft jinur Tautre, Sparie csl un modcle 
qui fait lioiiu^ ii Alliencs ; luais Plalon remoiile plus haul 
t'lK'orc; ct, dans son avfi-sion pour Ja mobilue domorra- 
tiqiio, CO bVsI pas sciilfiiu'iil LaiM''il(''niom% rosi la Creii% 
c'cst intMiir rKg\f>l(' ([u'il propose* vu inodrle ; oi son ideal 
nvsl pas stnilt^iK'nt raristorratte, niais uni'sorlc di'llioocralie. 

Si Xriio|>hon a pu rliT rapiiroclR" d(* Halon, pour les ion- 
dances i)oliLi<iueSj ct j^n-Acc a leur aversion commune comrcla 
dcmocralie, il o'y a jias a poussi'r plus loin Ic pafallMc; 
ricn de conipaiable, diitiit Tautcuc di* la Cyropedie^ an vai^io 
s^slcuic polili(|ue (ju(* I'laloii a poiu'suivi ci dcveloppi^ dan* 
trois grands oiuTages : 1c Politiquey la RepubiiqueGl les Im: 
syslcme oil se nianifcstc sans doutc qiichfuc t^spr'il di^ parti, 
mais (jui n en est pas moins une lai*^n^ conception plulosopliiqur, 
et Ic piTmier monumcnl oil la politique ait ctt' convue et irailec 
d'unc numierc scientilique. Sans doutc, e'est la gloire d'Aris- 
tolc d 'avoir domic a la polilirjiic unr mcUiode precise, un cadre 
savant et cunii»lct ; mais sous une fonne nioiiis severe, Platon 
a pose a pen prcs lous les problemes ; el si Ton pcul mettfe 
en doutc ses solutions, on ne |>eut meconnaiti'c au moins la 
profondcur d*; ses vacs. 

Lc Poiiiique, la RepuhUqiie, lea Lois, voila les degres Pt lc$ 
echelons de la polititpic platonicicnne. Dans le premier dc cei 
dialogues, il rccliei'che i>ciul»leme!il ta definition loj,nqoc de la 
poliliquc ; dans le se(Wiil, tl concoit el dccril en traits magni- 
fiques Tiniage ideaic de Tfitat parfalt ; dans le troisicme, il 
eonstruit avec la sagessi? du vicillai'd, If* |>l^ d'un £lai po*- 
sihlc 4't cortige. De ees trois monuments, le plus grand, lc 
plus oi'iginal, sans aucun doute, e'cst la Republiquc ; niaij*. j 
pouT* la bien comprcndiv, il est iulcressant d en elmiier, dan* 
le dialogue du Politique^ la iirtMniere ebauchc. Cc dialo^»n'fl 
elTet, nous presenLc encore rudinientaires, mais dejik Well 
accuses, les principaux irails de la poliliquc plalonicienins ^ 
savoir : la preponderance de la science^ la confusion de la ^kjIi- 




POLITIQUE DE PLATON 129 

lique cl de reducalion, la Iheorie si originalc cl si vraic du 
melange des qualites douccs et fortes dans la formation des 
caractores, Tinlcrvention do I'fitat dans les manages, le 
dedain de la legislation el en fin rindiffercnce pour la libertc. 
Selon Platon, la politique n'est pas un art, mais une science, 
et une science plus speculative que pratique (t). Cetle science 
pent resider dans Thomme privc, comme dans Thomme public. 
Celui qui la posscde est le vrai roi, fut-il prive de lout pouvoir 
et hoi-s d'elat d'y aspirer (2). La politique ne consislc pas dans 
I'arl de fairc des reglemenls de loule sorte pour eviter des 
maux sans ccsse renaissants, dans I'art de fairc la paix ou la 
guerre, de plaire au peuple par la parole, de rendre des arrets, 
d'augmcnter la richesse d'un pays, etc. C'esl la Tart des poli- 
liques vulgaires. La vraie politique est celle qui rend Ics hommes 
meilleurs (3). Mais les politiques, comme les devins, comme 
les poetes, n'ont pas la connaissance de ce quMls font ; ilsagissent 
sans reflexion et par une soite de routine. Demandez a ces 
grands politiques que Ton admii*e, les Themistocle, les Pericles, 
les Cimon, s'ils onl rendu les Atheniens meilleurs et plus heu- 
reux. Bien loin de la, ils les ont laisses tels ou meme plus mau- 
vais qu'ils n'etaient auparavant : a quoi done leur ont sei*vi leur 



(1) PoHL, 259. 

(2) PolU,, 259. Nous ne nous pr^occupons ici de Tauthenticil^ 
du Politique, II nous suffit qu'il fasse partie de Tensemble des ou- 
vrages que la tradition rattache au nom de Platon. 

(3. GorgiaSfblh, orw? on pAnaTOiol 7:oXiTat wjiev...TouTO 8eTv Tcparcetv 
Tov ::oXttixov avBpa. Cen'cst done pas scu'ement dans la Rdpiiblique, 
CBUvre de politique speculative et utopiquc, mais dans beau coup d'autres 
dialogues que Platon montre son ddJain pour les politiques prati- 
ques. II n'^pargne pas miime les plus illustres. « lis ont agrandi 
• I'Etat, disent les Atheniens, mais ils ne s'aper^oivent pas que cet 
« agrandissement n'est qu'une enflure, une tumeur pleine de corrup- 
« tion, et c'est \k tc»ut ce qu'ont fait les anciens politiques, pour 
« avoir rempli la politique de ports, d'arsenaux, de murailles, de 
« tributs et d'autres bagatelles, sans y joindre la temperance et la 
« justice. • {Gorg., 519.) U est vraisemblablo que de tellcs paroles 
n'eussent pas plu d Socratc, et qull les aurait trouvees bien chim^- 
riques. Voy. du reste tout le passage (512, sqq.). Cf. Mdnon, 99; 
R^pluK 1. IV, 526. 

Ja5£t. — Science politique. L — 9 



130 a?(tiquit6 

an ct Icur politique? On dcfinit la politique I'art de gouvcrner 
selon les lois, ou encore I'art de trailer avee les hommes dc gre 
a gre et sans les conlraindre. Mais ce sont 1^ des id^s sccon- 
daires. Qu'imporle que Ton emploie la contrainte, si c'esl pour 
rendre les hommes plus lieureux? Quimportc que Ton gouverne 
sans lois, si c'est pour les rendre plus sages? La loi resscmble 
a un persoimage opiniatre et sans lumiere, qui ordonne toigottrs 
la meme chose, sans s'aperccvoir que les ch'constances ont 
change ; la volonte d'un liomme sage vaut mieux que le com- 
maiidemcnt inflexible d'une loi aveugle. En un mot, on pent 
definir la politique, la science qui prend soin des hommes (t), 
avoc ou sans lois, librement ou par conti'aintc (2). 

On volt que Platon se representait la politique comme une 
sorte de gouvernement paternel des iimes. Dans Ic dialogue 
du Politique f il semble consid^rer la monarchic conune h 
tonne la plus parfaite de gouvernement. Les rois sont pour 
lui comme pour Homere, les pasteurs des peuples, et il 
confond presque lour oeuvre avec celle de Teducation et de la 
formation des caract^res. 

La beaute du caraclere chez les hommes rdsulte de llieureux 
melange des vertus opposees. II y a deux sortes de qualites 
qui se retrouvcnt partoul : Ic fort et le temper<5. A la force sc 
rapportc le mouvement, la vivacile, 1 eclat, et dans Thomme, 
lenergie et le courage; an tempore, le calme, la mesure, 
riieureusc lonleur, la douceur el la moderation. L'une forme 
les caracteres belliqueux et couragcux, Tautre les caracteres 
temperants, egalcmcnt louables pour des qualites diverscs. 
Mais, tout a fail separecs Tune de Tautre, ces vertus contraires 
deviennenl des vices. La temperance sans le courage, h 
douceur sans la force, degenerenl en mollesse ct en likchete; 
et, au conlraire, le courage tout seul devient violence et 
ferocile. La politique doit par une education convcnable retaui* 

(1) Pol., 27G, lri|i£).r,T'.jtriV T^x,vr,v.. 

(2) Ibid.f 293, 'Exv t* xa-ri v(Jixoy; eav Ts Sveu vdjitDV fipx^^; **' 
IxdvTwv cixovTwv. 



fOLITIQUE DE PLATOX 131 

W liiuiles justes cliacune de ces veiMys, el en ]vsi 

II I'une par Tautrc, jjrevfnir leurs oxres coiilraiiv»s : 

• Prwianl U' nirarli'^re fenno el solide ilo oi'iix qui amieul la 

forer, eoinme fomiant iine sorte de ehaine, el h raciu'lere 

^OiCKkfrt^, doux el Ibnt, semblablc au fil de la irume, elle Ics 

pile \e% i^ntrt'laetTa douceaieiu eoliv ru\. * Mais par 

Ken fteenH, jnir (|uel arl, jnur quel n<rud i* Pur le lien do 

\ La coiUoinpbtion des id<'es flu beau, du bieti, da 

i*st k* n»int»de 4|ui donne i la foh th' la doueeur auv 

forles, el de la foree aux anics douees, A ce lien divin 

q«i iodiiic el rapf>rcH'he Irs anies, la polilique ajoutera le lien 

MOrtd, runiori du c«rp», Elle presidera aux manages, et au 

de favurh4T les reneonlres des earaeteres sympaUiiciiies, 

lUni soin de les s<'parcr el dunii* les aiiies duuces uiix 

^oer^queK, afin que le» gi^iiei^tions qui ett naiironl 

\i n*t lieun'ux equililtre, qui |irepare a VVAM rles 

p<fiis uceumplis. La puHUque enOii est uiic surle de lissage 

le lissage des Ames et des earaeieixis (1). 

lifts id^ns donl le Polititfue nous ollre la pr<*miere esquisso 

le retrouver il<'V4'If>p|n'es, aj^raiidies el uotaldmient 

hies datts la lif^puhtique, Les Lots en sunl la deruierc 




Le prineipc de la Urpnhlifjuo^ pi-incipe vrai dans une eer- 
lUMnesure, rnais que IHalon pouss*^ a Texees, c'esl que 1 El^il 
Mliiiie persoiiiie, une uiiili* vivanu*, compos^e de parlies 11 est 
Wiieuiitnip rindtvidu lui-mt^nus maLs dv parties se rai>p(>rl;Hvr 
liaimr^ aux aulres, ei toutes ensend>Ie a uii cenln^ uni(]ue, a 
la*' fui commune* G; M'nlinienl de la vi<* conunune de I'Elat 
CB f|u'il a de [dus original et de plus j»rofond dans ki 
de Pblon. Oui» I'Klal a une vraii' uniT/% <|ui ennsiste 
tlmniionie den volonles, el requilibro des inlerels, Tj* 
?M fuox, cVsi que ccllc unili* dt>ive i?ire oblenue par 
I anfiunl&scnient et Test'lavage de 1 individu, 

IWj|lr.» 3US, BM»^at% ^^rM%i ^uya[it; frpaivtot^i..* VoycR tout 



132 ANTIQUITY 

La politique do Platon repose sur une sorle de psycftt^ 
logie de I'filal, qui reproduit dans ses grandcs lignos la p«K^" 
chologie de Tindividu. Ce qui donne naissance a I'filat, c'cs^^ 
d'abord le bosoin (I). L*impuissance de la \ic isolee forced" 
Ics hommes a se rapproch(»r hus uns dcs autrcss, a assoder*' 
Icurs forces el a s'aider mutuellement. La neccssite dc h. 
subsistance etaut done la pn^miere originc dc Tfitat, il firal 
qu'il conlienne une ou plusieurs classes animees du desfr 
de lutile, ct (jui travaillent a s:\ti3faire Icurs proprcs bcsoins- 
el ccux dc lous. C'est la panic dc Tfilat qui corrcspontL 
dans I'individu a la faculte de desircr, appclce aussi pai^ 
Platon, faculte intercssce ou amic du gain : cctlc prcmiens 
classe, divisee elle-m^me endeux, est celle dcs artisans eC 
dcs laboureurs. (2). 

Mais au-dessus du besoin de vivre est Ic bcsoin dc so 
defendre contre les attaques. De la une secondo classe animce 
d'um^ passion plus noble que la premiere, le mepris du [xfril 
ou I'amour de la gloire. Cost la classe des guerricrs, en qui 
domine hi principe du Oofxo;, et (jui sonl dans I'fitat ec que Ic 
Ou|xo(j est dans Fame (3). 

Enfin, il nc suflit pas pour TEtal de se nourrir el de se 
defendre, il faut qu'il se gouverne ; il lui faut une raison qui 
comniande aux guerrieis et aux travailleurs, qui donnc dcs 
lois a tons, vi assuiH^ Tordre et le bonheur general : c'csl b 
tete de I'filat, c'est la troisieme classe, cellc des magistrats. 
(]'est le vou; ou la raison d(^ I'fitat (i). 

A c(»s Irois classes correspondent trois vertus differentes : a 
la (;lass(» des magistrals, la prudence ; a la classe des guenriers, 
le coui'age ; a la (rlasse des artisans et des laboureurs, U 
temperance. Enfin, une quatrieme vertu, qui est la vena 
fondamentale de TEtat, la justice, maintient chaquc classe u n 



(1) Rfip., 1. I, 3fi9. 

(2) «^p., itf. s<ici. 

{3j Rdp., 1. ir, 375, et 1. IV, p. 129. 
(t) Rdp., 1. II, met 128. 



POLITIQUE DE PLATON 133 

place ct dans sa fonction ; c'esl ellc qui conseiTC dans Tfitat 
Tordre el Tunite (I). 

Cost la nature cllc-meme "qui semble avoir clabli ccs divi- 
sions ; ellc a fait ccs quatrc classes de quatre metaux 
diflerents : la classc des magistrats avcc Tor, celle des 
gucrriers avec Tai^cnt, cellc des artisans et des laboureurs 
avcc le fcr et I'airain (2) ; myllie qui rappellc cct autre mythc 
indien, scion Icquel Brahma aurait cr^e Ics quatre castes dc 
quati*e parties diirerentcs de son corps: les pr<^tres, de sa 
tetc, les guerriers de sa poitrinc, les laboureurs de sa cuisse, 
et les esclaves dc son pied (3). 

A c6i6 des analogies frappantes que presente cette distribu- 
tion et cette hierarchic dc classes avec Ic systeme oriental des 
castes, il y a des differences importantes qu'il importe de 
signaler. Et d'abord, en Orient, la premiere caste est toujours 
sacerdotale. Le regime des castes s'y est confondu presque 
partout avec la theocratic. Dans Platon la premiere caste est 
composee non de prelres, mais de sages : c'est une classe 
pliilosophique, non theocratique. En second lieu, ce n'est pas 
une classe fermee : die se recrute dans la classe des guerriers, 
tandis que, dans le systeme brahmanique, la caste sacerdotale 
ne se recrute qu'en elle-m6me. En outre, les dernieres classes, 
dans Platon, ne sont pas des classes serviles. 11 est vrai que, 
scion lui, elles n'ont guerc d'autre vertu que d'obeir aux deux 
premieres. Mais ilnedit cependant pasqu'elles soient esclaves. 
Au contraire, il n'admct pas d'esclavcs dans sa cite, si cc n'est 
des esclaves etrangers ou barbares, qui ne rentrent par 
consequent dans aucunc des classes indiqudes. Enfin une 
derniere difference, et des plus capitales, c'est qu'en Orient la 
propriete est en general concentric dans la classe sacerdotale, 
tandis que dans la Republique de Platon, les magistrats et les 
guerriers n'y ont aucune part. 

(l)R<p.,l.IV.433sqq. 

(2) Ibid., 1. Ill, 414. 

(3) Voy. plus haut, 11. 



134 antiquitA 

11 resulle de ccs differences que le systemc des castes C3^ 
bien attenuc duns le plan dc la Republique de Platon. #i 
n'implique pas une absolue immobilitc. U ne suppose pas uii0 
aussi grande inegalile cntre les classes. II ne concentre pa^ 
dans la premiere classe toute la puissance, en lui donnait 
toute la propriele. 

Yoyons mainlenant conuncnt le principc des castes K 
rattache, dans Platon, au principe de Tunitc absolue de 
r£lat : car il semblerait que I'unite est inseparable de rdgalitc, 
Rappelons-nous que I'analyse de I'Etat avait conduit Platon ao 
pnncipe de la diversite des fonctions. 11 faut de toute necessity 
que rfitat vivo, se defendc, se gouvcme. Or, comment cond- 
lier CO nouveau principe avec celui de TuniU^ ? En distribuant 
cos trois Ibnctions principales dans trois classes determinees, 
en encbainant chaque classe a sa fonction propre, en ks 
subordonnant les unes aux autres, comme dans le corps les 
organes secondaires sont subordonnes aux organcs principaux; 
en ramenant cnfin T^tat a un tout immuable, oil rindivida 
nest plus qu'un ressort dont le jeu est determind par son 
rapport a la macliine enlierc. 

Mais pour obtenir cette parfaite unite, il ne sufQt pas que 
rindividu soit fixe a des fonctions irrcvocables par sa naissance ■ 
memo, il faut encore qu'il ne puisse pas separer ses intdrdts 
do ceux de I'filat. Or il y a d(;ux causes de cotte opposition de 
rindividu vX dv I'filat : la propricte et la famille. 

Comment r£tat peut-il etro un, quand toutes les institutions 
tendent ;\ le decliirer ? La propriele n'est-elle pas unc source 
inccssante di* divisions ? Que de proces ne naissent pas des 
pretentions (^ontraires des proprielairc^s ! La propriete produit 
I'inegalite, ot rinegalite la guorre. ToulEtat enfin est compost 
de deux peuples toujours ennemis, les ricbes et les pauvres (1). 
A cos divisions des intercuts, la famille ajoute la division des 
sentiments et riiostilile des affections. Llndividu pref^re 

(1) R^p.i 121, 122. Auo ;:ojXei5 fj (xlv tccViJtwv, fj $1 tcXouv^wv. 



POLITIQUE DE PLATON 135 

toujours sa famille a Tfitat; il est indifTdrcnt k ce qu'eprouvent 
les autres ciloyens, ct le bien public lui est dtranger. La 
propriete est done le vrai mal de Tfital, celui qui le divise, et 
d'une seule cit^ en fait plusieurs (1). Mais, dans un fitat vrai, il 
doit arriver ce qui se passe en chacun de nous, lorsquc le 
corps souffre dans une de ses parties : alors ce n'est pas 
seulemeni une partie de I'llmc, mais i'dme entiere qui ^prouve 
la sensation et la souffrance. De m^me, il n'est pas de dou- 
Icur ressenlie par un membre de I'fitat, qui ne doive retenlir 
dans le corps tout entier ; tous doivent jouir dcs mdmes 
choses, souffrir des memes choses, et loin de r^server leur 
affection pour quelques objets choisis, cmbrasser tous les 
membres de I'fitat dans une mdme affection. Pour cela, il faut 
que tout soit commun, les biens, les femmes, les enfants (2), car 
alors tous sont parents. Si Tun ^prouve du bien ou du mal, 
tous disent h la fois, comme s'ils dtaient touches en m6me 
temps : mes affaires vont bien ou vont mal. L'fitat n'a qu'une 
seule t6te, un seul coeur ; une m^me sympathie anime d'un seul 
sentiment tous les membres et tous les organes. L'fitat est vrai- 
ment parfait, puisquil est devenu une personne indivisible (3). 
II est h remarquer que Platon n'exclut express^ment de la 
propri^t^ que les classes supcrieures, c'est-a-dire le classe des 
guerriers, de laquelle sort celle des magistrals. Faut-il en 
conclure que la propriety reste entre les mains des classes 
inferieures? C'est ainsi qu'Aristote I'a compris, car c'est 
la une de ses objections contre le systemc de Platon (4). 
Ou bien faut-il supposer que dans la pensce de Platon, la 
propriete revient h r£tat, dont les membres des classes infe- 
rieures sont les fermiers, et ceux des classes superieures les 
usufruitiers I C'est ce qu'il est assez difficile de determiner. 
Platon n'a pas aper^u les difficultcs d'application de son 



(1) Ibid.f 46i. Me^ov xdixov TcdXei auTriv Siaarea sca't tcoitj T:dXXa; avxl [kia^, 

(2) Ibid., 457. Ti? yuvatxa; twv av8ptov reavTCJv naaa; eTvai xoiva;. 

(3) B4>. 1. V, 163-64. 

(4) Arisfc.Ptf/i7.,U, c.u. 



13C AJOiQiTrt: 

systf-mo ; ou pluioi. fort indiffi'rent aux applications, il n a p^ 
eclain:! !«• vrai r«>le dc la propriele dans son £tat. Les dloyea^f 
c'est-ii-dirc ceux qui combattent ct ccux qui gouvernent, n^ 
sont pas proprietaires (1 j : voila tout cc que nous savons. Le9 
cons('quon<:es dc ee prinirlpe nc sont pas m^mc indiquecs. 

La theoiie do la eommunaute est aujourdliui decldemcBt 
jugtH*. Mais il faut copondant y distinguer deux parties : ta 
eommunaute des biens, et la eommunaute des femmes et de» 
enfants. 

Li eommunaute des biens est sans doutc unc crreur ai. 
point dc vuc dc Teconomic politique ; mais, si on la suppose 
volontalre, ee n'est point une ei'rcur au point de vuc de la 
morale : cc qui Ic prouve, c est que Ic christianismc Ta cons- 
deree plus tard commc un etat dc pcifection. De pins, 
il ne faut pas se fmrc illusion. Les ancicns connaissaient 
foil pcu cc que nous appelons aujouixi'hui le droit de pro- 
priete : la proprieti' existait en fait ; mais, en principe, eUe 
elait r^uvre de ifital, qui reglementail, partagcait, organisaat 
la propri(Hc selon les eirconstanees par des reglcmcnts qui 
nous parailraicnt aujourd'hui souverainemcnt injustes, et 
etaienl eependant reeus dans I'usagc de ee lemps-1^. Aristotc 
qui a si vivement et si profondement critique la these dc la 
eommunaute, Tattaque au nom dc Tintert^t politique, ou dc 
rinteret individuel ; mais non point au nom du droit : il nc 
s'o(M!upe que de la praliriue, et non dc la justice. Lac^demone 
(;t la Crete avaient des institutions qui approchaient du com- 
munisme. La eommunaute ou tout au moins Ic partagc des 
bi(ms n*avait done rien d'absurde dans Tantiqui^e, ct Montes- 
qui(ni a pu approuvei' les lois egalitaires dans les republiques 
aneiennes (2). 

II n'en est pas dc memc dc la eommunaute des femmes et 
des enfants : quoiciu'cllc puissc aussi s'cxpliqucr par quelques- 



(1) Rdpubl.^ Ill, 416. Oua^av xgxTTJfievov (xrjBsfi'av (uS^va \Uw, 

(2) Esprit dts loit, V, v. 



POLITIQUE DE PLATON 137 

unes dcs coulumos de Lacc'demonc, c etait cependant par trop 
meconnaili'c Tunc des plus grandes vciiles dc I'ordre moral, 
la dignite dc la fcmmc cl la pui'elc du manage. Cependant 
cetle iheorie ne doit pas ("^rc jugee comme ellc merile de 
lY'tre dans certains systemes communistes modenies. Lc 
principe qui r^gnc dans lc communismc modei'nc, c'est la 
liberte do- la passion ; lc mariage est repousse comme rennemi 
dc la passion ; c'est done pour affranchir Ics coeurs et dechaincr 
les desirs, que le communismc modcrne reclame I'abolition du 
mariage. II est inutile d'insistcr sur les consequences de ces 
principes. Dans Platon, rien de semblable. Comme Lycurgue, 
11 est dominc par unapensce unique, la pensee de r£tat. Les 
femmes sont des citoyens ; dies remplissent loutes les mtocs 
fonctions que I'homme, pratiquent les m^mes exerciccs, vont 
a la guerre ; la seule fonction qui Icur soit particuliere, c'est 
de donner des citoyens a I'fitat ; c'est en quelquc soile une 
fonction publique ; les enfants qu'elles mettent aujour ne sont 
pas leurs enfants, mais les enfants de I'fitat. Une fois au 
monde, elles cessent de les connaitrc, et elles donnent leur 
lait comme elles ont donnc la vie, au nom de I'fitat, sans avoir 
aucun droit sur ces petits etres confondus ensemble ; pretant 
leur sein au hasard, tant6t a celui-ci, tantot a celui-la, elles 
n'ont pas plus de nourrissons que d'enfants ; systemc triste et 
barbare, mais qui n'est point immoral, comme nous Tenten- 
dons. Dans ce systeme, le desir, loin d'etre libre, est regie, 
surveille, ordonne par la loi ; les unions sc tirent au sort, et 
pour plus de surete dans le resultal de I'union, Platon autorisc 
les magisti'ats.a aider au sort par une heureuse supercherie. 
Ce systeme ne vient done pas d'une fausse complaisance aux 
faiblesses des sens ou du coeur, mais d'une sorte de fanatismc 
philosophique et politique, qui a aveugle Platon sur la dcstinee 
particuliere et la nature delicate de la femme. Chose triste a 
dire I Platon, qui a donue de I'amour la plus grande theorie 
du monde, qui a m6me associe son nom a la doctrine de 
I'amour chaste, ne parait pas avoir eu la moindre idee de 



138 AMlQUITfe 

1 amour de riiomnic pour la femmc; il n'cn parle qu'av^ 
nn'»pris, ct commc dun degit* inferieur de ramour ; par irf 
deplorable cgarement de rimaginatlon, chez Ics Grecs, )m 
passion, commc nous rentcndons, avcc ses dcllces el aes 
soufTrances, a\'ait pris une direction contraire ^ la nature. 
Cost cett(? passion que Platon a purifiee, en l*dlevant h one 
sorte d*enthousiasme mystique picin de grandeur. Mais 
s'il avail cru que la femme put en ('•tre Tobjct, il n'aurait 
jamais souge a la reduirc au tristc role qu'il lui assigne dans 
sa Republique. II en fait, il est vi*ai, 1 egale de I'homme, mail 
c*est evidemment parce qu'il ne la comprend pas. Cc n^estpas 
par la science el par la force que la femmc pcut s'eknf 
jusqu'a rhomme, c'est par Tamour et la matcmitc. 

Mais par quel moyen maintenir cet ctat parfalt, si difficile i 
realiser, plus diificile encore h conserver ? Les politiques ae 
connaissent que les lois et les r^glements ; mals les lois sonl 
de mauvais i*emedes. Si r£tat est sain, il n'cn a pas besoin ; 
s'il est gAte, elles sont impuissantes (1). Le mal ne peut (xn 
gueri, et I'fitat ne peut ^tre sauve que par reeducation (2). 

L'education chez les anciens comprenait deux parties : la 
musiquo ct la gymnastiquc ; mais on consid6re a tort, scion 
Platon, la musique commc dcvant former TAme, ct la gymnas- 
ticjue Ic corps. La seule chose importante, c'est TAmc : 
lorsqu'elle mcme est saine et bicn elevee, elle sait prendre 
soin de son corps, et la temperance de I'Ame est le meillevr 
moyen d 'assurer la santc du corps. La gymnastiquc a done 
I'Ame pour objet, commc la musique elle-mdme ; mais elles la 
forment difl*oremmcnt (3). Elles lui procurent ces qualltes 
contraires, dont I'homme d'£tat, commc il est dit dans le 
Politique J doit composer un solide et moelleux tissu. Ainsi 
que le fcr s'adoucit au feu, le dur courage se ploie et s'atten- 
drit par I'eflet de la pocsie, des beaux airs, des harmonies et 

(1) R(fp., I. IV, 427. 

(2) R^p., 1. IV, 423, 124. Tpoipr, jxlv xai 7ca{8euai« 

(3) Rdp., 1. Ill, 410. 



POLITIQUE DE PLATON 139 

des proportions. La gymnastique, au contrauc, lui donnc le 
sentiment de ses forces, Faudace ct renci'gie. La gymnastique 
el la musique, ce double present des dieux, doivent done 
s'unir dans une saine dducation, pour produire dans I'iime, 
par unc tension ou un relticlicment opportun, le courage et la 
sagesse, ecs deux qualites indispensables au defenseur de 
rfitat qui doit etre a la fois comme le chien, dur pour ses 
onnemis, doux pour ses amis, plein d'audace dans le combat, 
plein de moderation dans la paix, capable a la fois d'affronler 
le pdril, et de I'eviter, s'il est necessaire (1). 

Voila Teducation qui convient aux guerriers. Mais ceux qui 
sont appeles a s'elever plus haut, et que leur genie destine au 
gouvemement, out besoin d'une education plus forte : la 
philosophie doit les initier a la politique. En effct, celui-la 
seul qui connait les exemplaii'cs etcrnels des choses, qui n'a 
de commerce qu'avec les objets pleins dc calme et d'harmonie 
dont se compose le monde intelligible, dont V^mc vit toujours 
au sein du beau, du saint et de la justice, celui-la, dis-je, pourra 
seul realiser dans I'fitat ces excellents modules, etablir en lui- 
memc et dans lesautres Tharmonie mc^me de ces objets divins, 
ct dessiner dans I'jbne de chaque ciloyen, comme sur une 
toile, rimage de la vertu ideale, autant qu'il convient a la 
nature humaine de s*en rapprocher (2). 

C'est ici que Platon nous traliil sa vraie, sadcrni^re pensee: 
le gouvemement des fltats par la science et la philosophie. 
t Tant que les philosophes ne seronl pas. rois, ou que ceux 
que i'on appelle aujourd'hui rois, ne scront pas vraiment et 
s^iieusement philosophes, tant que la puissance politique et 
la philosophie ne se trouveront pas ensemble, il n'est point, 6 
mon cher Glaucon, de remade aux maux qui desolent les £tats, 
ni m6me, selon moi, k ceux du geni'e humain (3). > Voil^ le 



(1) Rdp., 1. Ill, 410, sqq. 

(2) Rdp., 1. V et VI. 
(3)ii4>.,I. V, 473. 



liO ASTlQUlTfe 

dernier rc>ve d(^ la Republiqiie, et cclui que Platon n'a jamais 
sacM'ifie. 

Tel esl I'ideal du gouverncmenl parfait ou arislocralie, qui 
cori'espond a la sagessc parfaile dans rindividu. Malhcurcu- 
scmcnt, celle forme dc gouvernement n'cxiste nulle part, 
quoiqu'elle ne soil pas absolument impossible (I). Peut-to« 
a-l-elle existc deja, ct a-l-elle disparu avec les revolutions qui 
onl boulev(»rse la surface du globe (2). Mais aujourd'hui les 
seulcs fonncs de gouvernement qui se rcncontrcnt, la timo- 
cratie, Toligarc'liic;, la democratic, la tyrannic, nc sont toutes 
que des devialions et des corruptions dc I'fitat parfait (3). 

Comment nait Ic gouveniement timocratiquc, le premier gni 
succede au gouvernement aristocratique (4)? Dans celaid, 
Tempire appartenait aux sages et aux philosophes, c^est-^ire 
h la race d'or ; les autres classes etaicnt subordonnckjs : ainai 
dans rindividu, la raison commande avec la prudence; le 
coXii'age et le desir ob(^issent : voilh I'image dc I'filat el de 
riiomme jusu^s. Mais avec le melange des classes conuneMe 
le trouble et le desordre ; les desirs des classes inf^ricurw 
penetient dans les classes elcvees ; a la communaut^ primitite 
succede le parlage, et a la liberie des dernieres classes, leaf 
esclavage. 11 sc^ forme un gouvernement moycn, oil la race 
d'argent remporte sur la race d'or, le courage sur la i*aisoa, 
ou la guerre devicmt la premiere affaire de r£tat, ct les vertus 
gueiTieres les seulcs vertus, mais oil subsistcnt encore 



(1) Hegel a d^ji fait rcmarquer avec raison que la R^publiquede 
Platon n'est pas commc on Ic dit sou vent, un pur id^l d'imagina- 
tion, unc utopic dans le sens modernc du mot, comme VUiopU, de 
Morus, la Citti du Soleil de Campanclla, la Republiquede Salente da 
Tdl^maque. C'est un iddal, mais I'ideal d'un Etat grec, compost 
d'tii^ments grccs ct surtout d'elements doriques. C'cst lo gouver- 
nement de Lac^demono et de Crete id6alis4. M. Ed. Zoller d^veloppe 
cette opinion par d'cxceilentes raisons {Die philosophie der Grieeheu^ 
II, 591, 2" 6dit.). 

(2) Voy. le mythe du Politique, 269, sqq. 

(3) R^p.y 1. VIII, 515. 
(1) R^, ib. 



POLITIQUE DE PLATON 141 

quelques vestiges du gouvernement primitif. Tel est le gou- 
vernement limocratique dont le modele se voit a Sparlc cl en 
Crete, et qui est le plus voisin du bon gouvernement. 

Mais aueune chose humaine, lorsqu'elle est sur une penle, 
ne salt s'arreter a un point (ixe, et la corruption une fois 
commencec, n'a plus de bornes. La timocratie se change en 
oligairhic (1), iorsque I'amour des richesses, s'emparant du 
camv des citoyens, vient a rcmplacer I'amour de la gloire. La 
veilu et la richesse sont comme deux poids, dont I'un ne peut 
montcr sans que Tautre baisse. Dans I'oligarchie, le pouvoir 
n'cst pas au plus meritant, mais an plus riche. L'Etat se divise 
en deux £tats, toujours en gueri*e, les riches et les pauvres. 
La grande opulence s'y oppose a Textreme miscre ; de la 
naissent les indigents, les mendiants, les malfaiteurs, les 
frelons, dont quelques-uns sont armes d'aiguillons piquants, 
pleins de menaces pour la siirete de r£tat. 

A mesure que les richesses vont s'accumulant dans un petit 
nombre de mains, les riches deviennent a la fois moins 
nombrcux et moins aguei'ris : les pauvres se comptent, se 
comparent a leurs ennemis : il les attaquent, les chassent, les 
massacrcnt; ils se partagent leurs biens, leurs charges, et 
s'emparent de I'administration dc^s affaires publiques. Voilu Ic 
gouvernement democratiquc (2) : son principe, c'est la libertc. 
Chacun fait ce qui lui plait ; tons les caracteres s'y peuvent 
reunu* ; tons les gouts ont de quoi s'y satisfaire : ,t C'est un 
gouvernement bigaire, semblable a un habit oil Ton aurait 
brode mille flcurs ». Enfm, cette forme de gouvernement a 
trouve le secret d'etablii* I'egalite entre les choses inegales, 
comme entre les choses egales (3). La democratic, ainsi que 
I'oligarchie, peril par I'exces de son principe. La liberie lui 
donnc naissance, la liberie la detruit. Tout exc5s amene 
I'exces contraire, et une liberie excessive conduit a 1 'excessive 

(1) Rdp., 550. 

(2) R<fp., 555 sqq. 

(3) R^p.y 557. 



142 ANTIQIITI^: 

sorvkiuli' (1). hn demofratii' se funiijosr \]v irois classes ; les 
rirht's d'abonl^ (^'I'sl-ii-dirc crux ([ui, rlaiil sa^^os ol (!(!Ouomes, 
ant obti^mi li'Ui' furtune par k* Lj'avail ; puis lo |>i'iqik', qui 
lravaill(^ tlf'S mains el a (\m apparlk'iil vraiinonl la jmissance 
dans t'f'l tlai ; cnlin li*s natluuis du i»«'U|>k% k^s frcbiis oisifs 
on prodigucs, arnn'-.s nu privps dai'^uilltjiis, qm passcnl leuv 
yh\ snr la pl'Me publiqni', s't'mparcnl dcs aHairi^s, cxcilenl le 
p<*uplc conlre les richi's, vi pruvmpn-ni ceiix-ei par leurs 
injnslicrs rl jiar k^urs mouaccs a cunspirer conlre hi demo* 
cralk\ Dn sein dt* ees freloos, habdrs a gainer la faveur 
populaire par la parole, par des disii'ibtilions, par des 
promesses de iiariaj^e dr's In res, d'abolilian des dalles, s eleve 
loujours quelqne liomme liai'di cpji se uwi a la tele du peuple, 
pour k^ proleifer eon[i"e les t'ulreprises des riches, el pour 
defendre la denioeralic nn^nat'ee. t C'est dc la lige de ces 
proteeleurs du jieuple que nail le lyran ('3). » 11 se fall donncr 
unc garde ; il chasse el pour&uit les riches ; il snsehe loujours 
quelquc guerre pour rondre sa dominalion necessaire. ■ Sou 
tt'il penelrant s'appli([ue a diseerner qui a du courage, qui de 
la grandrur dann;, qui dv la prudeiic»% qui dva rit^hesses ; il 
esl re'duiL a leiir faire la gU4'i*i'(r a lous, justjii'a ce qull en ail 
purgt^ rfilaL » II ne s'enloure que d'homines meprisables, qui 
aiuirnl la lyrannio el en prolitenl, I'our nourrir ses salellites» 
il ilcfjouille les lemples, allentiCtl abord a menager le ijeuple 
(pii la enJante el nQurri, Mais, fds ingral, quand il se. senl 
assez fori, il ue erainl plus de se lai re nourrir |»ar son pere, el 
t le peiiplCj en vouliml e\ilei' la funiee de la dependaucc sous 
des hominrs libres, lombe dans le feu du despolisme des 
esclaves, eehangeant une liberie excessive el extravagantc 
conlre la |dus duie el la plus aniere servilude » (3). Tel esl Ic 
dernier ternie de la corrujjlion polifique. Si le nieilleur 



(Ij Ht>p„ 5G5. 



(2) lUp, ib, 'Ex frpOTCOTtxiJi f ^'J? ^xQafftavEi... Tupavvo?. 

(3) iUp,^ 1, VIII, 569. *0 otJjao^ <p«yYaiv xa-vov ^u).€^«{ iXeuO^pwV 



POLITIQUE DE PLATON 143 

gouveracment est Ic gouvernemont du sage ou des sages, le 
pire est celui du lyran (1). On voil assez quelle aversion et 
quel mepris Platon professe pour la tyrannic, puisqu'il lui 
pref6re la democratie m^'me, si opposee pourtant a scs incli- 
nations ct a ses principes. Lorsqu'il nous dccrit Tordre des 
destinees ct des ames, dans le PhMre, il place au premier 
rang le philosophe, et au neuviemc rang, c'est-a-dirc au 
dernier, le lyran (2). Lorsqu'il compare la condition du roi ou 
du sage a celle du tyran, il trouve la premiere sept cent vingt- 
neuf fois plus heurcuse que la seconde (3). Lc tyran, en eflct, 
ou rhonune tyranniquc, est esclavc, pauvrc, rcmpli de tcrrcurs 
et dc gemissements, le plus miserable des mortels, si la vie 
heureusc, comme on I'a dit, est dans la justice et la tempe- 
rance. 

Voil^ Thistoire de la r(^volution des £tats. L'£tat juste ou 
arislocratique donne naissance k I'fitat timocratiqiie, cclui-ci a 
Toligarchique ; de Toligarchie nait la democratie, ct la tyrannic 
vient a son tour mettre le comble a I'avilissement et k I'infor- 
lune des peuples. Dans le premier de ces gouvemements, la 
raison domine avec la sagessc ; dans le second, lc courage ; 
dans les trois dcmiers, Tappelil ou le desir. Mais Toligarchie 
repose sur les desirs necessaires, sur I'economie, sur I'amour 
du gain ; la democratie, sur Tamour du plaisir et le gout du 
changemen^ et de la libertc ; la tyrannic enfin, sur Imtem- 
p^rance effrenee ; elle fait regner sans partagc les passions 
mdprisablcs. Ainsi, les gouvemements se corrompent avec les 
mocurs et les caract^res. La sagcsse les conserve, la passion 
les detruit. II ne faut done pas esperer qu*un £lat puisse vivre 
sans la vertu : il ne faut pas scparer la politique de la morale 
et de la philosophic. 

Mais sans tomber dans ces formes degencrees, si Ton trouve 

(1) R^.f 1. IX, 576. *H [dv [apicrroxpax^a] ap^oTT), Ij 81 [xupavvfs] 

XOXtOTV]. 

(2) Ph^re, 248. 

(3) RSp., 1. IX, 587. 



144 ANTlQUITfe 

Irop difficile a roproduiie I'image dc TElal parfait, U n'csl pas 
impossible de renconlrcr une forme de gouvcmement qui se 
rappi'oche davanlage do la condition hwnainc. Aussi, au- 
dcssous de ce premier filal, que la faiblessc et la corruptioo 
des hommes rend irrealisable, il y a un second £tal, moios 
parfait, mais meilleur encore que lous ceiix qui existent : c'esl 
cehii que Platon nous decrit dans les lots. 

Le titre memt; d(^ C(i dernier ouvragc de Plalon marqac la 
diflerence qui le sepan* de la Rcpuhliquc, En general, Plalon 
n'est pas partisan des legislations ; il prefererait aux loB 
ccrites, trop immobiles, la sag(^sse loujours presenlc d'uii 
pliilosophe. Dans le gouverneraent parfait, les chefs de ifiui 
ne portent pas de lois ; ils n'agissent que par rdducation ; ill 
forment les moeurs , d'oii les actions suivenl d'ellcs-mc^mcs. 11 
n'cn est pas de memo dans les gouvemcments qui vculeat 
s'accommoder aux hommes tels qu'ils sont. Pour gouvemcr 
des hommes deja plus ou moins corrompus, il est neccssaire 
d'^jouter les lois a Teducation. Mais les lois ne doivcnt pa» 
etre de seches prescriptions, qui slmposcnt par la contraintf 
et la force. Le but de I'fitat et des lois est la vcrtu ; oriln'5 
a point de vertu sans lumiere. Le politique ne doit jamais 
cesser d'etre pliilosophe, et la philosophic no sc scrt dc la 
con train te que pour venir au secours de la raison. Do la 
Tobligation de faire preceder les lois d'un preambulc qui en 
explique les motifs, qui en fasse connaitre la bcautc,etqiu 
obtienne d'abord lassentiment de rintelligencc, avant que h 
loi ne force TobiM'ssance de la volontc. Ainsi la persuasion 
s'ajoute a la crainte; et corrige ce qu'il y a de materiel el de 
servile dans Taction d(; la loi ; ainsi se concilient la philoso- 
pliie et I'experience. Ces exposes des motifs sont les preludes 
de la loi (1). 

(1) LolSy I. IV, 722. IletOoT xa\ ffa... 721.., vrffio; T£xa\ 7cpoof|i.iov toS 
v(Jjxoii. Bacon, dans son De augmentis scientiarum^ dcmande encore 
comme un progrcs H realiser que toutcs les lois soient pr^cedecs d'un 
expose de motifs. C'est aujourd'hui un usage g(^n6ralemcnt r6pandu 
dans les pays civilises. 



POLITIQUE DE PLATON 145 

Ob^issant lui-memc a celle methode liberalc et persuasive, 
Platon, imitant Zaleucus et Cliaroudas (1), place an fronton 
dc sa constitution politique les grands principes religieux et 
moraux de sa philosophie : « Dicu, dit-il, est le commence- 
ment, le milieu et la fm de tons les etres ; il marche toujours 
en lignc droite, conformement a . sa nature, en m^me temps 
qu'il embrasse le monde; la justice le suit, vengeresse des 
infractions faites a la loi divine. Quiconque veut t^tre heu- 
reux, doit s'attachcr a la justice, marchant humblement et mo- 
destement sur ses pas (2). » Sur ccs principes il (^tablit I'obli- 
gation d'lm culte aux dieux, aux dieux celestes et aux dieux 
souterrdins, aux demons, aux heros, aux dieux familiers. C'esl 
done sous les auspices et la protection des divinites, que Platon 
cleve I'edificede sa cite. Dans la Republique, il montrait, il est 
vrai, ridee du bien, comme I'ideal supreme auquel tout est sus- 
pendu, mais il ne lui donnait pas le nom qu'elle a parmi les 
hommes ; il n'en recommandait pas le service et le culte ; il ne 
faisait pas dependre de cette grande protection toute la chalne 
des lois et des institutions ; enfin, dans la Republique, il semble 
que la religion s'effacAt dcvant la science. Dans les LoiSy au 
contraire, le sentiment religieux domine tout. Dieu est a la fois 
le prelude et le couronnement de I'oiuvre : moins auguste peut- 
6tre, il est plus accessible a I'homme, il ne se presente pas 
seulcment comme la derniere des essences, comme le principe 
de I'etre et de la verite ; il nous apparait, comme juge, charg^ 
de promesses et de menaces, excitant a la fois la crainte et 
I'cspoir. Tel est le Dicu qu'il faut fairc connailre aux hommes, 
pour leur donner le gout de la vertu et I'a version du mal. 

Ainsi r£tat est ^'abord sous la protection de la religion, de 
la pietc cnvers les dieux el envers les parents, de rhospitalitc, 
enfin de toutes les vertus. Mais, pour les preserver intactes, il 
faut regler avec soin les institutions d'oii dependent le plus 
le bonheur et la justice dans r£tat : la propricte, la famille, 

(1) Voy. plus haut, p. 60. 
{2) Lois, \. IV, 715 fin. et 716. 

Jak£t. — Science politique. I. — 40 



146 



ANTlUUITfc 



1 educalion, les mugislruluros. Plaloii a loujours un pent 
pour lu €omnuiiiauHMl). qui lui \m\\li la porfcclion de I'unil 
auie df son syslt'in*^. Mais « ca scrail Lrop demander a ik 



^dhuii 



liommes n<58, oourris el eleves comnic ils le sonl aiijoui 
II roiiuiu'o done a hi roiiiiuunauLt', tm ossayaiil loulcfois dd 
s'en tUoigiier Ic moins posjiiible. II admet lo purlagi% luais li 
parlage egal. II vcul « que, dans ce parlagc, fbacun m 
porsuad*? qua la porlioii qui lui est echue n'esl pas juoins i^ 
rtlal (jiru lid *>, Ainsi <'liaque pi'(>pri**laire n'csl que lefrrouei 
de rfilal. Plaloii ue rt'poiisse aiicune dcs eonsequeiiees ntk-'e* 
saires de ec priniipo : la Uttnsmissiou dc rherilago a un sen 
eiifaiil ail delriiiieiit des autres ; la d(*feiise d'alitriicr sa par 
sous quelque pretcxle que ce soil ; rhiterdkticrn de lor et di 
rai'genl, el du prel a mtert^l ; enfin la redueUon forcec dels 
population ; en un niol, le regime de Laeedt^raone (2) 

FHaton saeiifie son priiieipe de la communaute dans ll 
famille, eoninie dans la propriete. II admel le manage, mail 
sous I'anl toujours pri^scnt du legislaleui' el de I'Euit. L'indi 
nation natuivHe porle les citoyens a s^unlr aux personncs qui 
leur ressenibleni le plus ; niais Tinleret de rKlal demande ail 
conlraire Fuuion des eonlraslcs. i Les humeurs doivenl <JtrC 
melees dans un fitat, eommi^ les liqueurs dans uiie coupt^ 0^ 
le vin verse seul pelille el bouillonne, landis que, comg«'|>af 
le melange d'une autre divinite sobrc, il devienl, par celW 
heureuse alliance, un breuvage sain et ntodere (3). "II est rvi 
qu'il est diOlcile de eonlraindre par la loi a de semblabU^ 
unions ; mais il faul y porter les cilojens par la vole douti 
de la persuasion (izaoovra TrliOstv) : concession gfavc ^ i 
liberie du elioix dans le manage. Mais IMalon, en in^'OK 
lenips, restreint aulant quil est |>ossible la liberie des rap- 
poi'ls entre les epoux. II nc reeonnait pas ce grand prinoipe 



(1) Loi«i V, 739. rifttiri^ ficv T»6Xti x*\ r.okixtia, Bttoo... I^JTtxatva Tit«S 

(2) Lojs, Itrkt., 739 sqq. 

(3) Ibid., 73'J-7I3. 



POLITIQUE DE PLATON 147 

que rintdricur dc la famillc est ferme a la loi. Ce qu'il laisse 
de libert(^ dans la famille est simplemeot ce quil ne peut lui 
oter sans la delrulrc. La regie, pour lui, est Ic gouvcrnemcnl 
de la famille par la loi : t C'est une erreur de penser, dit-il, 
qu'il sufBl que les lois reglent les actions dans leur rapport 
avec I'ordre public, sans descendre , h moins de necessitc , 
jusque dans la famille ; qu'on doit laisser a chacun une liberie 
parfaite dans la maniere de vivre joumaliere ; qu'il n'est pas 
besoin que tout soit soumis k dcs rcglemcnls, et de croire 
qu'en nbandonnant ainsi les ciloyens a eux-mcmcs dans les 
actions privees, ils n'en seront pas pour cela moins exacts 
observateurs des lois dans Tordre public (1). > D'apres ces 
principes, Platon auto rise I'fital et les magistrats a intervenir 
dans le mariage, pour en regler et en survciller les rapports 
les plus secrets et les plus delicats. II defend aux epoux la vie 
solitaire et separee, et il emprunte a la legislation de la Crete 
etde Lacdddmone Tinstitution des repas en commun. Enfin, la 
m^me oil des reglements seraient inutiles et ridicules, il veut 
cependant que I'fitat soit toujours present, sans se relacher 
jamais de sa surveillance. Dans la vie privee et dans I'interieur 
des maisons, il se passe une inGnite de choses de peu d'impor- 
tance, qui ne paraissent point aux yeux du public, et dans 
Icsquelles on s'ccarte des intentions du legislateur, chacun s'y 
laissant entrainer par le chagrin, Ic piaisir, et par toute autre 
passion ; d'oii il peut arriver qu'il n'y ait dans les mocurs des 
citoyens aucune uniformite , ce qui est un inal pour les 
fitats (2). L'uniformite, la regie, regalitc, tels sonl done les 
principes qui doivent tenir lieu de la communaute et de 
Tunite parfaite de la fepublique ideaie. 

Gette uniformite, cette immobilite dans les moeurs et dans 
les actions, est ce qui sauve et fait durcr les rcpubliques. Au- 
dessus des lois ecrites, il y a dans les £lats des lois non 
ecriles, des coutumes, des moeurs , des traditions , qui sont 

(1) Lois, 1. VI, 77a. 
Ot) LoU, VI, 780. 



148 AMTIQUlTfe 

Ic \wn des gouvoniemcuts (1), qui protegenl lus institutions et 
les lois,tanl qu'olles durent ollos-niomcs, et que le k^^slateuri 
son lour doit proteger de tout son pouvoir (2). 

Lc changcment est cc qu'il y a dc! plus dangci*cu\ en loutcs 
ehoscs, ct dans Ics saisons, ot dans les vents, et dans le regime 
du corps, ct dans les habitudes de Tame, et enfin dans ks 
fitats. Mais comment preserver de toute degradation les lob 
et l(^s mocurs qui de Kmr nature tendent toujours au chaa- 
gement ? Par I'educration. C'est la surtout qu'il faut prendre 
garde aux moindr(^s ecarts. Les plus grandes alterations dei 
mirurs publiques viennenl souvent des nouveautes que les 
enfanus introduisont dans leurs jeux (3). Les idees du bicn, di 
juste et de riionnote ont un rapport intlme avee les sentiments 
du plaisir et de la doulcur, et surtout avec les principcs dn 
hiiM et de la musi(iue. L enfant conunence par etrc sensible 
au plaisir et a la douleur : I'cducation a i>our objet de lliabi- 
tuer, sans qu'il s'en rendc complo, a n'eprouver que des senti- 
ments conformes a la i*aison. Plus lard, il se rendra compte 
de coUe conformite ; il s'en fera une habitude, et rharroonie 
do rhabitudi^ et do laraison est ce quel'onappelle lavertu(4). 
Mais, comme c est par h\ beau que Tame s'eleve jusqu'au bieo, 
on se sort d(^ la musique comme d un enchantement poor 
scduire c(»s jounes anies, en ne leur presentant, sous des ima- 
ges agreables, que le juste ct rhonn(^te. C'est done dans lei 
lois de la musi(|ue ([u'il faut garder la plus severe mcsureet 
la plus vigilanU* uniforniite. C'est par le changenient de ces 
lois ([ue s'introduisent dans les £tats tons les changemeall . 
pornicrieux ([ui les n»nversent. Lorsque les jioetcs, au lien de 
regl(?r lour poesit^, les arlisles, leur art, par les lois tradition' 
nelles recues des ancelres, et maintenues par les magistrals, 
consultent (^t fiattent le gout de leurs auditeurs, lorsqu^au li« 



(1) Lo/*, VII, 7i>3, oi<z>^oi r.x'3r^i r,oh':z(xi. 

(2) Lois, 1. VII, 7H<i. 

(3) Lois, 1. VII, 707. 

(1) LoiSf 1. II, 653, 5) ^-^[Li^biwlix ^\j^zmx t) dpsTTJ. 



POLITigCE DE PLATON 149 

*r la mesuro, le rylhm**, !os i^rrords simfiirs ci 

inslani'^. ils st'iluiseiil Ion sons, t'iniiigitKilioji, *^l iw s'adnrs- 

tt <iij';iu plaisir, lor^iquiMifni !u niiisique seviTO, cello qui 

iJauxiliaire u la vertu, vl non ilVntiemcm^use u hi sciluc- 

rt*<lo la plnoeti la niusiiiiic passionnoo, oiri'iiiinro.romip- 

00 |M^ul dire que los m^rui's sonl piTtliies <laiis I I'^lal ; 

les routunies anlitiues tJispuraissrnl U^s unos apres los 

trps, rf fiiient drvanl la lifeiK't% que suivcnl hh'm<U rainir- 

cl b niim*. C'est airisi ijuAllioiU'S esl tumlh'-o dc sa gnm- 

', rl c'l'sl par une conduite coniraire que 1 £*(yple s'esl 

ilriiiie si longlemps immobili' et ijK'orruplibie. Dans les 

— - flans la HrpuhUfptc, llaton iUiiilio a hi iiuisiqiie, 

MIX arts, \o preiuitT sain dc rediiraiinn iiiorakr ; 

eonsener la purcu* des lois musieales, il etablit une 

r»*. qui ne pfM'm«*ltra pas an pitrir nu :iii niusirien dn 

rrcarti»r jamais iW vv (jue lEVM lieni pour h'-^ilimc, jusle, 

cl lionni^lt* : il lui drfrnd « de montiTr ses ouvrages a 

[atMnin parliruUrr, avanl qu'ils n'aionl ('li'vusct npprouvcsdrs 

i*iis d<*s lois H 4lf»s <*ensour.s ilahlis |M»iir los {»xanii- 

(l) »* Voilii UDc pocsif el une philosophic* de \'\iU\l prote- 

p»r la eeiiiuro. C'est la s<»rviliide inlellectuelle de FOrienl 

rtrtei* dans un filat j(i'ee. FIjiimi a une telle 4'rainte du 

inmeiiG cl du cliaiifjeinenl, qu'il eroii retrauver lideal 

il dii<*n'bo dans celle inimobilile des ffouveniemenls oricn- 

^, fait^se iinaf^e de rimun^bilite ^'l4*nn'!le de la v^Tiie. xMais 

'nl-iv poinl une eliosp r*lranf?e de voir le plus librf dt»s 

[i4iie« gree«i reeummander a I iniilali<*ndi*smiistes lesserviles 

fMen de Van egyplien, el en mt^me ienq>s le dis*iph^ dc 

' mMT riUKtitulion de la eensure, et defendre Tin- 

1 , iilosophique de rivlal ? 

Dons 1*4* nouvel l^ltal, plu» nqipioehe de la italure que celui 
itfe l^ R^puhliqitt*, les institutions poliliques el la lunnaiion du 
kferocmeul unl une plus grande iuiporLince. Les Lou con- 



fU 



I. VII, 801. 



150 ANTIQUn* 

ticnncnt done cc qui nY'tail pas dans la Republique, le plan 
d'une constitution. 

II y afselon Platon, deux conslilulions meres (1), d'ou 
dcrivcnt toutcs les aulres : la monarchic et la democratic, 
roposanl sur deux principcs contraires, mais dgalement 1^- 
timcs : I'autorite el la libcrte. Chacun de ccs gouvemements 
peut subsister, et produire de grandcs choscs ; mais il fiint 
qu'il i»eslreigne son principc dans de justes limites, et fasae 
quolqucs sacrifices au principe conlraire, la monarchie a h 
libertc, la democratic a robcissancc. Ainsi, 11 ne faut ni trop 
de pouYoir, ni trop de libertd : c Si, au lieu dc domaer h one 
chose ce qui lui suffit, on va beaucoup au dela, par cxcmplesi 
on donne a un vaisseau de trop grandes voiles, au corps trop 
de nourriture, a I'anie trop d'autorite, tout se pcrd ; le corps 
devicnt mulade par execs d'embonpoint; T^c tombe dans 
I'injustice, fille de la licence. Que veux-je dire par la ? N'cst-ce 
point ceci ? Qu'il n*est point d'Ame humainc qui soil capable, 
jeune et n'ayant de compte i\ rendre h personnc , dc soutenir 
le poids du souverain pouvoir (2). » L'histoirc oflrc de grands 
exeniples de (!olte impuissance du pouvoir supreme, cl de 
cctl(* perte du des[)Olisnic par le despolisme mc^uie ; c'est ce 
qui ruina la monarchi(» on Grcce. Les rois avaicnl oublic cc 
mot (rUcsiode : « Souvont la nioitjc est plus que le tout (3). > 
La memo chose an iva vn Porso : la monarchie y ful gi^andc cl 
solidi? sous Cyrus, parco qu'olley lut moderee;mais plus lard, 
les rois s'y firont dieux, et les sujels dcvinrenl esclaves. Par la 
fut dolruite Funion et riiarmonie des divers niembi-es dc 
rfilat; les rois, ouhliant rinloret du peuple pour le Icur proprc, 
nc trouvcront i)lus dans lours sujels des defenseurs, mais 
autant d'ennemis ; livres aux etrangers et aux mercemiires, lis 
perdirent toute force, pour avoir voulu une force plus qu'hn- 



(1) LoiSf 1. Iir, 693, ei-Ji t:oXit*?(i>v oTov u.r,t^pc5 8yo Tivs;. 

(2) Loix, 1. Ill, 691. 

(3) LoiH, 1. Vll. 690. Voy. H^s. ("Epfa xa\ f,[i/pai, v. 40) to t^ikw 

Tou x:avTo; wtI nX^ov. 



Ce qui est vrai ilu tk'spotisme est vrai de la Hb*Tte ; 
i*xW*s perd le ^^ouvornfmoHt qui rroit trouvor sa srciirUe 
&an^ Tabus do son priiidiic. L hisioire d'Ailirurs k' |tioiivr. Li* 
peoples, d'abord res|>ecHieux observateur des ktis, romnion^a 
par dMiigncr k's lois traditionnellcs do ki musi({y<', puis, 
s^teandpaat peu a peu, passa bientoi de la desubcissaiii-i^ aux 
liief miisiaiux, h la d<*sob(Ms.san<*e atix magislrats, aux chefs 
d» fiunille^ aitx virUlards, aux diciix, a la M mdme. A ce 
dii»ni|ep tPftno, IVxrrs i\v ki kbi^rh* luol a neani la sorii'i('^, ou 
HI* lui laissi^ daulie abri que Ic di\si)olisiuo. Ainsi AUienos 
osiciQait sana resse entre ki dtVmagogic et ki tyrannio. 

Fklelc* a iVxiMUpli* do Solon, qui avail ossayo do ronlonir h 
b fob Ip peuple el k*s fjrands, PkUou vput aussi rounir dans 
mir iiW*me roiistilutioii les a vantage 's do la monarokio ot do !a 
<ltoo4"nitk, de la ronoordc ot do la liborte. loi so lomarqijo 
MiPrtpf tiijo di'vialion, ou pIuiAi un pro^^ros do la |>on*4oo poli- 
lii|Oe qui inspirail la Rrpuhlifjifc. Dans oo goiiveniomi'iil des 
toot vient d'on haul, tmii procode de lauloiilo. La 
>hie gouvi'iTio ; olio osl par ollo-niomo toaqx'i'oo , 
w!, ju^to ot saffo: le bion oouk dVllo, oomiiie do souroo, 
et le peiipli% dans un tol fitat, n'u pas Ix^soin do g^arantios 
|p pouvoir. Mais, avor los Ijoiumos ivh qu'ih sont, uno 
irflr pcrfp<*iion u'osl poitii possihlo. Sans dnuixs lo ^imvorno- 
aienl m* doii apparionir c|u"aux plus sa^^*s, niais a qui oon- 
ffcnl n (W dosignor lo plus sag*-? An pouplo lui iiK*mo, dontle 
•Oft «l enin* los mains dos niagislrals. 11 no kuil pas quo la 
t^^rannie, UHur|)ant los apparonors do la «^agosso, simjioso a la 
■iittlitudp niatgro oUo« Un nouvoau prinoipo oliango lout lo 
rarai-toro do la f»oliii(fuo |>laionirionno, ot ilOriont nans irans- 
piiflt* tTi (iroof : ToloiMion. Plalon IVniprunlo au gouvrrof*- 
iO(*fii de !i;i palrio, maj.s it la t<*niporo a lintilation <lo Solon. II 
dmiM*, n^iunie colui-ci, les ciloyens en qualro ola*scs» solou la 
wnro do* fortunes (I). Nous vollik loin des quatre castes 



m 



U V, Til, 



152 



ANTIQOTfe 



df! la Rnmhtique. Dans lV!l:il purlair, Irs firux classes so) 
ricurrs r'taicnt s('"|)Lin''es dv.a dvus. rbssrs inleriouros par uao 
bari'iore jUH'sqiK^ iiilVaiicliissablc ; ot louli's elaii^nl onrLTiiii'i's 
dans des i'oin.'lions distiiides ft imiiiobih*s. C"*''lail la liicMiirchie 
soc'ialc^ dv rOri<^iil transfjoruV dans iin filar grec, cl modifitM' 
seulrmeiil par le ^mu'. libre dun |tliiI(>sopli(v. Mais dans les 
Lois, les classes ne sont plus que des divisions mobiles qui 
n'inipli<iuonl point nno iri'i'mctliabli^ inej^alilc. La fortune, en 
cdi'lj n\'st lias nno barriere lixe qui scpar** t*li4*nfdlemenl les 
liomiiu's; ello passe de mains en mains, elle enrirhil I'ua, 
appnuvi'it rauti\*, eleve el abaisse aliernativcmenl le nii^mc 
indiviflu ; rnlin, par un mniivement saiii^ fin, elle ne lais^* 
d'auire inc^aliie que oelle (pii i-t'sulle des sucoes divers de la 
liborle de chacun. 

All losle^ le in'incipe de relecllon lui-mcnio n*«'laU pa«i eoiusi- 
dere dans ranliquite eomme le prinei[K' dcmocralique par 
cxeellence ; Iv. vrai [unncipe de la dcmocratit* absolue, cV*sl le 
choix par le sort, si vivement eriiiquc par Socrate. Celui-la 
seul salisfail a ee besoin d'cgaliti' exlivine, qui, eomme le 
besain 4le la liberie 4'xtrenu% est la tcniation el la perie des 
repiibliques. Nous le savons, en cllci, jl v a deux egalitcs, 
eounni' dt'ux juslires (1) : Tunf" absoUir vi vitdenle, qui di&lri- 
bue a ions les nienies biens, les niemes boinieurs, les ni^mes 
droits, sans egard a la difrt'rence des middles, egalile de nom- 
bre el de poids f|(j'il esl loujoni's larilc i\v luHdiser dans un 
ttal, el qui flail*' malheureusemeiit le desir et l^'uvie pupu- 
laire ; rautre^ srnk- vraif cl scale justc» egalile pi'oporliou- 
ncllc, (pii ne fail pas a inus lu meme pari, mais mcMire li 
cliacuM la sienne, scion ses tilrcs, c'csl-iVdirc ses verluj>« s«5 
lalrnls, son cdncalion, toul ce qui ci'cecnliu enlre les hoinmeji 
des iin-giitiii'-s morales. C'esl la premiere egalile qui ivgne 
dans la iiUi|Kn*l des fiinls dcmocraliqm^s ; le son esl 1 cxpreii- 
sion de cclte egalile avcugle. Plaion sc cruit oblige de lain* 



(l)LflM, KVI,757. 



POLITIQIE I)F. PLATON 



153 




a cc prin<'ipo, nitciurl les rrpiibliquf s anrirnnes 

par-dossiis toul ThIi'-o Ho leur hheiU' ; muis i] le 

U*fiifH'ri' par I** pijiiript* do roleofion, ol il lomiirio ourorc 

iccloi-liii mi*'tiio par (lingfoiiMnisos rombinaisons cmpruiUees a 

Sokm, qui, sans oxrlurt^ da sutlVnf^r los dornioros classes dii 

% menngeni ropondunl mix rUissos suporhniros Iti meil- 

iro part diufluonoo. 

flU* hirjfc baso do I'oloclioii^ sVdovo loiU un sysionic 
(iraturos (I), qui no soul pas toiilos oxarjoiiionl dofi- 
llSe*, mats pariiii losqiiollos so rooiarqiio surtoiii uno sario do 
poamir rxoouiif ronfio ii iroiuc-sopt personnos appoloes los 
g ar rfi m sdea hM%; uii pouvnir dotiboraiif oti im s<''na!, ^Nuiiposi* 
de Irascenl soixanio niombivs ; mi potivoir jndioiaire a li-ois 
degr^, avox? iiittTvoiittoD du pou|>lo dans U^s jiigomonts ; en 
dt*% maffistralTin*s mti!noip;dosi nu riiralos oharA^^cTS du 
orw'l ih' la oito ol dv lMis|M'(*tioii du sol ; im inlondant 
de I'^uoitkftn, sortodoffrand-niatnv di* IliisiruoUon publfquo, 
^rec \es plus f^rundos prt'naii lions parmi los ^ardions 
Ma* Enftn, aiHlo.H*ius do tout ooi I'dilioo, Platon ofablil tin 
suproino, roiiipost* {los dix plus auoions gai'dioris dos 
loitt ct qui est l*» vrai (louvoir conservalour el preservateur dc 
t*filllit (*2), O fonseil dos dix est dans Vtiixi, oommo lu U'*le 
tecorp^, et la sagcsse dans IViiiio. Exoirr par do bjiigiios 
dans toulos Ion s<'ionoos, ot d;ms la plus impnriaiilo dc 
fj€]|<<A, b ftiaN*Lique, il oonnalt lo vorilablo but do la |Kiliiiquo, 
**e«l-a«ilin' la vortu» i*l li's rnoyons d'ntloindro or Imt drsira- 
O f*CKi.s4*i) supn^mo, qui so rounit avaul \v jaui% ooiume 
Hrr plus oirangor a loulos los passions Immainos, nous 
il fa ponwV oonstaulo, lo dosir iiifatijjablo^ ol lo di'ruior 
^^iwde Pbton : lo gouvornonii'uidi\sKlats pur la philosopbio. 
^M CoQiCMJSIcill. — Noa.^ Yoioi au toruio do ee vasle sy^tome (|ui, 
^kBbnManC h la U>h lliomiuo, Diou ot ll^tat, oi tous los aspoots 
HAb Ii vie liuniaine, deptiis la \ie de i)kiisir jusqu'a la vie morale 




(I) Vojr. loat lo litre VI. 
XJi. 



\ 54 ANTlQUITfe 

rvli^eusc el |ioliH<jii«' , nous iiioulrr fl'nborcl rhomnio !<•! qu'il 
est J puis U'l ipril doit vin\ s'rlrvr dp Hili'f de la vortu h 
ridcv do Dion, iiindi-losuprrincM't iin rlri'iiioi'P ; puis, rodrscen- 
dunl nil milieu dos iKjmrnes, ossayc dc nous faire concevoir 
uno sortt'te p;uT;iitr\ suns lois ol sans chAiimonts, gouvcr'nee 
par la soule v<'rlu» imago parfaite do la souvoraine unile. Voila 
la philosopliie oioi'ale ct politique do Platon, le plus graod 
edort qu'atl fail ranli(|uU<'' pour ponotror le secret do la dosli- 
noi' di' riionuiio ot dos sooietos. 

O <iu'il y a dlmpori.ssable dans ortlr i)ljilosophio, c'csl ks 
prinoipe do Tidoal, Qu'il y ait pour 1 hoiumo ol pour I'filal un 
ideal, oVsl-iVdiro un nnidoleplus ou morns blon aporvu» findc 
tous iios olforls, sliniiilaiil do nos dosirs ol do nalixj acUvite 
lorroslro, qui uous rond luooonlents do nous-nit^mos, ot nott* 
oxoilc a nous ainolioror ot a anu'vlioi-or toulos rbosos aulourdo 
nous ;qn1! y ait uno uhh* do porforlion quo Hen uo pou! d/'lniirc 
ctqiio rionno pout salisfait'o, parro quo la poifootion trappartiont 
qu*a roliil qui no cliango pas ; uq souvorain blon, dont lo bien 
quo nous faisons mi quo nous possodons, n est (|u'uno loinlaine 
ol in4*ouii>li'to parttoi[iation ; quo oo souvei'ain bion, ee modole, 
ool kloal^ soil oonvu pat* Fospril do rhomino, oomme quclquc 
ohoso do reel, ot no soil pas soulomont ra?uvi'o do notre ima- 
gination, ou lo nH'o i\v notro inipuissanoo ; quo Diou enfin soit 
lo ooinnn'noomoul , h* miliou ot la Jin do loutes obosos, el (pie 
parlout oil Ton aimo ct Ton ponso quelquo chose dc %Tai, dc 
snint, do beau ot do rot^l, oo soil Diou qu'on ponso et qu'on 
ainie : voila oo qui pour nous domouro inobranlable dans la 
philosopliie do Maton. 

Si nous redosoendons do la fin an point do depaii, nous 
admrltrons onooro aver Plalon quo rhoinmo est double et 
nalurelloniont on guiTi^ aver lui-nionio. CoUr guerro intostine 
ostlo no.'ud do nolro nature. Los doetnnos pbilosopbiquos ct 
religioMsos n'oiit d 'autre but quo dc denouer ce nceud. Quob 
4}uos-uns lo iranchont on roduisant rbonime ii n'lHre qu'un 
animal ou un osprii pur. Mais Hioumie veritable rosisto ik ses. 



I 



POLITIQCE DE PLATOTt 155 

itions syslomatiquos ; il sent vn lui deux natures, 
Iqifc rU'sir iju*il ait dC'iVi' iin C'lvo Mnij>l«\ lout rsprit ou 
ri>q»s. Entiu, il \ a iKiurrhoiniiKMlcux sorites tic* Ijonhcur, 
dcill «ortes d<* science, deux sorles d'ainour, deux sorles de 
oolcrc : il flottc, d'une part, dans un on'^an de ptienanienes 
IbjniRt^, ineoiisisuints, contradicloires ; de I'auliv, il luil ca- 
pable de vivre dans Ic vrai, dans riiTimu;djle, dans Tfilernel ; el 
secretes agitations de son eu^ur nc#sont que les cons<i' 
de ee eoiMlit. Voila un seeoiid [loirtt {jiir l"on peul 
•f comme aeqiiis a la science j>ui* la |*liilosoitliie de 

Ainst. au point de depnrt, conflii d parliifje de I'liommc 
H%tH* Uil-meme; a I V'Xlr*"'inile de la fai'i'iere, unite souveraine 
H ab«oliie. Par quel mo>en Thonime peul-il s'elever de Tun a 
rsioire (ie ces deux ternies ? I*ar la verlu. Qu'est-ee que la 
vr*nil? CreM rinillalion il»* Dim, e'cst-a-dire de ITnit/' mi^nie. 
Mais 1 uiiilatitin de riniie, ilans un eti*e compose et divers, 
Uj\ ijij** ITlonune^ ue pt^H rtre qw riiarnumic, h [laix, la 
L lei encore I'lalon est dans le vrni* La verlu n'est 
douie urn* ii-ansaeiion culic nos pussious, (pii ole h 
ceDr^i potir aeeorder a ecUe-la, «ni qui en sactifie qui*lques- 
pour saiisfaire le |ihis j^ratni nofuhre, on meruj* encore les 
ifirloules ii la plus Ibrle ; inais e!le nest pns davanla^n* la 
destruction 4les pasjiions, Ic sacriiice de loni plaisir, la nioj-t a 
i0i*Bi6iiK*, la revolte eonire le corps el les afl'eclious nalu- 
re]li*s; elle est une liarmonie ; elli» apporic a rAiiu* rnrdrCy la 
pasx H la mesnie; i^lle fail de llionune un lunl iciiqK^ic. Elle 
dfimiif \t» eonunaademenl h la selenee, niais elle a pour auxi- 
liaire.^ rainuur el lenlliousiasnie; elle He serl des nobles alfee- 
puiir rombatlre les passions niauvaises ; ell<* n*c\clnl 
point le» desirs ; eulin, idle atiirliore le corps, en uienK! 
quVUe puriiie rilme. 
Affisi, Irofs verity's induljilal>lcs, ciroitemenl li<'"esentreclles, 
Ibnnrat ta eltaim* tie la philosofdiie morale th* flaton. La 
di» rhomnio esi la lutle el In iJivisioii : mn devoir, c'csl 



! 56 ATfTujurrfe 

do lolnblir vn \m k\ paix ci riiiirmoiiio ; sn fin f.si duns k 
prinripc iiv toulo paix el de louie luimionir, c'esi-a-dii-e en 
Dim. A vvs iruis veritos osscniirlles sr ralliichent une mullj' 
tiule d'iiiili'os verilrs i)l(4nes di' gruiKlour et d'originalilt' : la 
ihroric de Famoiir, h\ iheorie do la jusliets la ihcorie dn ch;l- 
limout, iiu'U nous sullise id de los rappoler. 

Cettfi bello morale a doiix grands dofauts. Ello nrglige ou 
siippvinK^ lo libi'C arJnlro. Elto n'accordo pas assoz a la socia- 
bilito. 

Nous avons dii dans f|iii'l snis Fkiton nio le lihrc arbilre : 
rVsL sa dooli'ino plulonjiio liii niomo (jui profpsso oello consc- 
qiH'Oce. Parloul, il onsrigne que I injusiire merlle le chAli- 
mcnl et, par oonseqiient, qu'olle est volonlairc ot imputable 
au conpablo. D^pi^ndanl il ciisoigiie en nieiiie lemps que Dul 
n'esl merliant volonlaironienl. Do cos doiix priiiripes ronfm- 
di(*loii'os, leqni'l est le plus eonlonne a la vr-.iie doeli-iiu' d<» 
Platon? C'esl le second : ear e'est la eonsequenee de cet aulr« 
pnn('i[ie, vhiv. liii foiKbnimial : l;i vrrUi nCsi quo la soiorice, 
Platon a adnujublomoiii eoiieu ridr-al ilo la vt*rlu, (H il ;» bien 
diteonuiienl on le eoniiail, mais non pas oomnioiH onle pttilique. 
On pout liii appliqiier co que Bacon disail de loiis lespliiloiiophes 
do 1 antiquil<'\ qiill a oonnu la scionoe du modelo, e esl-a-dire Ic 
tvpedii bion, mais qii'il n'a pas mniUi'o lo mnyon d'y arrivcr. La 
morale de Plalon a doja, oommo sa [lalitique, \e caracl^re dc 
Tutopie. II croit Ini]) (jiro ooonairro hi Ition, e'esl asso/ pour Ic 
praliquer. (rest la un rove beaueo[i[) trop lavorable a !a 
science, oL on general a la naiuTO bumaino. Les fails no sont 
pas si complaisanls. Ciu\ apros que j ai connn lo lucii , il resU5 
encore a savoir si je vnudrai I'accomplii". C est la lo poini le 
plus faible do la psyohologte el do la morale plalonio'loDne : 
Aristoif* Ta suponourement aper^u.' 

Un soeond point faible de t^^tlo morale, c'esl que la soeiabi* 
lite n'y jouo prcsque aocun r61e. Voyez la Iheoric des veiius. 
Sur quatre, Irols au moins ne sont que des verlus j^ierson- 
nelles : la lomperance, la prudence el le courage. C'esl dtt 



»*OLtTIQrE DE I*LAT(JN 157 

des cararic'iTs do la moj'alc i»hiloso|>hicjuc des anrk*ns 
^iTtli* pui1 i*xt'('ssivr failt* aux devoirs de I'hommo oiivor's lui- 
nit^iiM*. Li jiiHiin' sculo. est unr vm'tii so<iiili% el il est vrai 
qu'dlc eiil a cUe scuU* aussi ronsiilorable que les trois aiiti'es 
ivunicSL, Mnis comnn'iit Flaiun enlonil-il la jiisiifi% ei quelle 
de^jlion en doiine-l-il ? C'esi line verlu eoiiiposet\ qui eon- 
servo r4 assure^ les anliTj; verUis, qui fixe u eliaqu<* laeulte sa 
ibfirtiOR, H Uii mterdit d'rm|n(Her sur edle des aulres : imc 
AfHP jn«ile est une ;hne ;i la fi>is |n'iidenle, rouragense, el leni- 
p(*ninti\ La jiislii'e nVni dune que IharnKinie el en qnelquc 
SfOit€ la re«ullucile des irois verlti^ personnelles, et ninsi ellc 
liVjii rnenn* elle-meine qu'iine vertu personiielle. Voilii l:i jiis- 
Ucc clans rhidividu. Dans IHlal, e"esl elk* qm mainlieiil eliaqwe 
dhase ik fton mng, dans son ordre et dans ses loneUons : ellc 
c«l la gai*dionnc des castes. J(* iie puis vuir la une Y<*rlu 
soc*ial€. 

II ojU vml que TMainn oxige, dans son Elat, le saerifiee des 
iiil«'*n*l« di* riudividii el desalFeeiions de famille, el (|u"il parait 
U»^ sarrtlier a iin |irineipe plu^s tVle>e et plus etendu ; et Ton 
ptiurrail ditv que sa parult* peelie par rabus, mats mm par Ic 
debni dc la ftoeialnlile. Ce sei-ail une erreur. !*lalon saei'ilie la 
j<r»*prii'U» el la faniillr, ufiri pas aux huniines, mals a llvlat, 
' -' :i*dire a eetle unil*' abstraite el tielive, qui, dans Tanli- 
. abH4)rhail rbnuuw presqut^ enlier. J(* ne nie pas que 
nmi cu Tidee dime soUe dunion inliine entre les 
feoii, d'oii lout e^oisnie anrail disparu. Mais tl esl loin 
'd%VOir eii I idee elaire dis senliinents d ainour que les Iiom- 
mcs ic doivenl enlre oux. Son ideal parallraii phiHit 1 egoisnie 
ladiTkluel tranH|>orte dans I'tlat, quv la philnnthropie, pour 
eaipl<iyer la iK^lle expr<»ssion d'Arislou* : son ideal, e'esl 
SpMli", qtii n'a jamais passe |Hfur un inodele dt* verlus lendii's 
rl linmaJnes, Enfin, qitand on eominenea par suppnmer la 
iUe, it PHl bien dinieile d'etablir sui' ees ruines uno veri- 
fnilemile. 
On pc'Ul encoi'e invoquer la tlieoi ie de lainour, pour etablir 



1 58 A>'TIlJll|Tfi 

que P!aton iVt\ pas iiif'roimu h' principft th la sociabilite. 
ce que PUilon n[iprll(* Limoiir, if est aulro choso que IVntbou- 
siasm(.% c'esL ri'lnti lir V'Xmv vl'I*s le iR'au, «'l;m qui pi^uUK** 
bicu so concilii'i" avct; untr |»ai-i;iiL{^ iodiflm'iicc pour Ics soiif- 
li-auros ties honiiiirs. II est viiii que C(*l aiuuui' liii-nirnie ju'Ut 
avoii' Ics homines poui* ulyet ; mais c'oiil raiuour pom* lc» 
bi'llcs Ames el pour les Ix^aux corps, et nou pour rhonune en 
general, jeunc ou vieux, beau ou dillbrme, grcc ou barhart% 
inslruit ou ifjfnuraut, et nK^me encore vertueux ou videux. 
Daiiii eetle dorlrinr arislueraiiqnt^j el qne n\i puinl eneore si- 
vifiec le souHle divin tie la eharite, les faibles, les soullianiii, 
les opprimesjes esehives, les ignorauls som a peu pivs cumiiu' 
s'lls n\iaieuL pas. IlemaKjiious cepeudanl <jtie Plalon est le 
pn^niier cl le seiil des pliilosoplies anciens qui paniiiise s*elr^? 
interesse aux aceus<*s el mi\ toiipables, el qui ail propose dc 
ehen'ber a les anieliorei" en mrnie leinps qu'a les piiuir. 

La politique ile Plaiou a, euninir, sa morale, de tivs grauds 
c6les; mais ell4' prelt^ beaiieoup plus k la eritique. Cc qui est 
vi'ai, e'est qih' I'KlaL eomtur Undtvidii, a tin idf'al, eVsl-a-diir 
un bul saere el divin^ vers leijiiel l(\s penples doivenl lendrc, 
el des gouveiiiements les eotiditin\ Les Ihiiles des {K^iples et 
les gouvernemenls, de mt^nie que les faules de I'honuue, 
ifaltereut en rieu !a verile prendere, loujours prest^us qui 
ei'laire el qui eondaniin', ([ui oblige v\ qtji punil. La poUlujuc 
enipii-ique ue voit ivii'ii au-dessus des iiuls presents el des 
eboses, lelles quN'lIes soiit dans un teiyps dtmue. La poliliqur 
philosopbiquemontre, uti-dessusde ce quiesl, re qui doit eln% 
et, sc irominU-elle en voulani le d^'Iiuir et I'expliquer, elle esl 
neanmoins indisfiensable au progres H au desir du oiicux. 
C'est la uu des ineriles de F'lalon. Toule politique qui (*once- 
vra uiie soeiete parlaile, regl^M' par di's rap[)orls nalurels cl 
absolus, el non jiar des rapports factiees et passagcrs, sera 
loujours appelee uiie iiolitupn' platonieieiim^ ; et sa Hepu- 
bliqut\ ijui nous [leinl un Ktal eonqilelenient faux, reslera 
cependaiit dims la menioire des hoiiuiics, eooune Ic lypc de 



POLITIQUE BE PLATON 159 

ces conceptions idealcs, dont Tobjct est de rappeler a la 
societe que tout n'est pas pour le mieux dans Ic meillcur des 
mondes possible, qu'elle ne doit pas trop se complairc dans 
ses imperfections, et prendre ses maladies pour le signe de la 
sante. 

Ce qui est encore -vrai dans la politique platonicienne, c'est 
que la fin de la societe, c'est la justice, et que la vraie justice 
consiste dans la concorde et dans Tunite. Je ne veux point 
dire que Platon ait raison de mepriser comme il le fait les 
inter^ts positifs des £tats, la grandeur commerciale ou mili- 
taire, la rlchesse, la domination. Mais pour la vraie philoso- 
phic politique, loutes les choses utiles ne valent qu'autant 
qu'elles sont justcs, c'est-a-dire qu'elles facilitent ou protegent 
dans un £tat Tunion, la paix, les rapports equitables entre les 
ciloyens. Ce qui a surtout frappe I'esprit de Platon, c'est la 
division et le dissentiment entre les classes. La subordination 
et I'union, voila ce qu'il cntcnd par la justice. C'est la verite 
mc^me, pourvu que Ton n'entende pas par subordination, une 
separation humiliante de castes, et par union des ames, 
I'aneantissement des sentiments les plus naturels. 

Enfin, ce qui est vrai dans cetle politique, c'est que la vertu 
est le meillcur ressort des £tats ; c'est elle qui fait de bons 
citoyens, et qui assure la durce des republiques. C'est elle qui 
rend la liberie possible, et le pouvoir sans danger. Elle est 
done, en un sens, la (in des £tats et des gouvernements. S'il en 
est ainsi, le vrai art politique n'est point I'art du legislateur, 
mais celui de Tinstituteur. L'education a plus de force que 
les lois. Les lois ne rendent pas les hommes plus sages ; 
l'education seule, les prenant au berceau , est capable de 
former les moeurs qui protegeront et defcndront la r^pubUque, 
et rendront, s'il est possible, les lois memes inutiles. Rien 
n'est done plus vrai que ces principes : la fin de la politique, 
c'est la vertu ; l'education en est le moycn. 

Si Ton reflechit sur ces diflerenies idees, on voit que ce 
qu'il y a de vrai dans la politique de Platon est precisemen^ 



160 AKTIQUITfc 

ce pnr quoi Va politique loiicla* u \w morAh\ Pinion a vu le 
lion dc ei^s ck'ux stJoHces, el Ki sub oi*di nation do Tmic a 
Tautre. Mais la |>oIilif|yr, pour clrc unio a la morale, iiY'ii est 
pas moins cUslinrto en elle-niiHnc ; (*llc a aussi ses inleri>ts 
pro|)n*s, ses nio\t*ti.^ d'aeiton, ses prineipes et sa fui. Ca n'eiit 
ponil Sims iieril i>uur I line on 1 autri' tlv. eos deux seiences 
que vous les unissez irop elroilemenl(l). La morale i^sl Fideal 
de la polilique. Si vous 4*onronde/. eel ideal avec la iioliliijue 
memo , voos arriverez i des consequeiiees el ranges rl 
faeheuses pour Timlividu el pour r£lal. 

Le nioiudre ineonvenienl do celte confusion est d'ecarter 
di'la ])nltli(jiie une fnole ih (atis d<^ la plus liaule inq>ortance ; 
ainsi, tuul ee qui l**uehe a riiiU'j'el nialeriel des ijeuplt^s, a 
leur prosperite el a leur ricliesse, n'a rien a voir uvee la poll- 
li([ue, si (*lle nVsl eomme la morale qut* la seieueede la verlu. 
On considerera done ces objels eomme in utiles ou meme 
comme funcslcs a r£iat; on se persuadera r[u'ils sont la 
source de niille maux, (^t par eonsiVjueut on les exclura, on 
l**s rt'*priinera» on les reduira au siriet neeessairc. De la^ le 
dedain de Maloii pour la polilique des grands ciloyens 
d'Aihenes, qui n*ont su que s oceuper d'arsenaux^ de fluUes, 
<le marehes el de ports, romon- si cos olijels ('4ai<'Ut de si pen 
de cousequenee. II est evident que, si la morale ne doil eonsi- 
derer que le principe du devoir, la politique doit souvenl 
consuller le priueipe d*' rinl^'rel. La iM>!ili(}ue est appelec a 
sauvt^^arder et a I'avoriser Tiuterel i^'oprc de ebaque eiloyi^n, 
el eelui de la soeiele ineme. Sans doule la soeiete esl dans 
son sens le plus eleve uri eomnieree moral enli'e les ames, 
mais il n'esi [las moins vrai qu'elie n'est d'libord quune union 
de I'orees rassemblees dans un inleret conunun. La poliliijui* 
doit s'oeeupcr de la direction de ecs forces, et Ic d«'veloppe- 
menl des richesses, eomme de la puissance d'un pays, est im 



(I) Vgir }*Iu3 haul notre iu traduction sur les Rapports de !a Morah 
$t (U la Pulitiqug, 



POLITIQIE DE PLATON . 161 

(le ses objets legitimes, quoiquc ce ne soil pas son unique 
objet! 

La confusion de la morale et de la politique conduit encore 
Platon a une autre consequence, c'est de rendre Ics lois 
inutilcs, et d'interdire a I'tlal I'usage de la contrainte. Ck)mme 
il est vrai que la vertu ne resulte pas de la contrainte, si Ton 
veut que I'filat soil charge particulierement de produirc el 
d'assurer la vertu de ses membres, il faut qu'il y reussisse par 
des moyens librcs et insinuants , et non par I'ordre , la 
contrainte et le chatiment: cc sont la les moyens imparfaits 
d'une societe mal gouvcrnee. Les politiques ne voient pour 
remedes aux maux des £tats que des reglements tou jours 
nouveaux , toujours impuissants. La vraie politique n'a que 
faire de tons ces reglements ; eilc prcnd I'homme des I'Age le 
plus tendre et, par une heureuse education, die lui rend la 
vertu si facile et si familiere, que la contrainte et les lois 
deviennent inutiles. On voit que Platon exclul successivement 
de la politique tout ce qui appai'tient au doniaine de I'experience 
et de la realite; louta I'heure c'etaient lesinterets; maintenant 
ce sont les lois. La politique se reduit a Tart de I'education, et 
le gouvemement n'est que la pedagogic. II est aisc de voir que 
cctte maniere de comprendi'e la politique la detruit. C'est le 
nH'c d'une grande amc, qui se represenlc une societe gouvemce 
par la raison scule et la seule morale ; mais si cette societe etait 
possible , la politique n'cxisterail plus. 

Kedescendons maintenant de cette societe ideale et impos- 
sible a la societe reelle ; cette confusion de la morale et de la 
politique conduit a des consequences toutes contraires, c'est- 
a-dlrc au despotisme. Comme on ne pcut pas gouvemer sans 
lois, il faudra done des lois ; comme les lois ne peuvent pas 
se proteger eiles-mcinies, elles ont besoin d'une force qui les 
protege. Or, si les lois ont pour but de contraindre a la vertu, 
voila done I'filal devenu le repi*esentanl arme de la conscience 
morale. Tons les actes de la vie des citoytms sont livres a la 
censure et a une inquisition d'autant plus intolerable, qu'elle 
Jaxet. — Science politique. L — 11 



Wi AUTIQUI-rt 

<ygl plus sineero rl plus conviiiocue de ses droits. LMnl^rieur 
do la vio ilonM'sti<|Uf' osl ouvorl a rexamen dp la coiisuro 
publiquo ; ft coniiiip il n'y a pas dr limitcs possibles dans une 
telle voio, [os aclps les plus iiidiirrrniis, Irs plus innocents 
ponvfiu rlre prosri'its par mw riioralr imag^itiairc ou loiil ati 
moiiis oxeessivr. Comiiic il no faul jnis fiublirr (pit* I'Elal rsl 
Inujours un coiii|m>sc d'hoininos, que laulorilc publiqui% si 
liaule qii'dle soit, est trtujours humainc, ce sera done la con- 
st'ieiire on prul-clre ni("^ine la [lassjnn el rinleri't di^ tpielques- 
uiisqui, deeiilanl dii bieii e4 dii nial. deeitleni de la eomUiitect 
de la vie de lous. Pour eviler res ineonvenienls, il faul imaginer 
un gouvernemenl eompose de sages, de philosoplies ou de 
sainls. On voil que la confusion de la morale el de la politique 
aboutil de toutes parts a Tulopie. 

Elle y conduit encore par un autre c6te, c*est en iniposant 
i\ rfilat des obli^alions (pii ne sont vraies que pour Tindividu, 
En elFr't, t[u"ordonne la morale a Tindividu? Elle veut que 
chaque faeuUe ne sorie point de sa fonction, el n empiele pii» 
snr celles des facultes voistnes ; elle veut que les faeulles 
soienl subordonnees les unes aux autres, et que les meiUeures 
asservissent les inferit^ures. Elle veut eniin que tout tende au 
bien coinmun, que les diverse* parlies du corps n'aicnt point 
un inter(H dilferent du corps eiitier, que le corps ne recherrhc 
pas son propn' bieii aux d*''peos de i-eUii de lame. Transpor* 
ivA CVS prescriptions a TElal, vous ave/ la republiquc dc 
l*latnn. Une luis FElat assiniile ii riudividu , on oublte la 
realile pour suivre hrs consequences de cette analo^^ne eiiime' 
rique. II faul qu'il soit un i\ tout prix, quil ait une t^te, un 
ecpur I'l des membres ; el malhenr aux classes infortunees 
qui, en vertu de eel apologue, reijondenl seules a ce dernier 
leruie de la cumparaison ; elles seront reduiles a TobeissaDee 
et ii rcsdavagc pour I'exaetitude de la ineta|fhore. 

On voit que c'esl tonjonrs la nu'me eonlusion qui a fail 
iR-nser a Platon qlie ifitut peut <''tre un, a lu nianiere d'une 
personne, el qui la eonduil a sacriiier sans reserve I'individu 



POLITIQUB DE PLATON 163 

a rlvlal. n se r<>iironlrait la avec !e prpjugp de la socitHt* 
nnliqiK'. Au liru (]<* conrevoir uik* (onin* rinu vHk' el siiprneiirc 
d«* rtlJai, c^l ill* s'i'li'ver au-(lcs.su.s Jt* son lomps, il a pris le 
firinfipe faux el etroil tie ceiu* socitUe dans loiiU' sa Hgin^ur ; 
cl sa propro palric, tiiii pai* la Irbrrirj lo Tiiouvonioiit, lo com- 
nuTJT **l li'sarls aniHiri(,*ail |tkis (|iraiininp aiitro ritr y:iv*Mpin 
li' iii4mdf modrrni'. liii puriitau ronlraiiT IVxlrt'iiir corrii|itiuii 
de r«iidn' pulili(n«\ 11 sVsl ropnVsriilt' I'Etat comme qorlquo 
rhow d imiihdHic ti (rai>snlii; vi son ij^raiid f'spril, amourTiix 
diJ nombrt' ot dt' I'harmonie , a iTii tpit' la socirlf pouvait 
Aim rcphk* d'une inanicre giM>iinHri<iiir', vi foinii'i' urn* sorie 
d'orf^anisim* ilcMit la vie souniiso a des lois fixes sc devdop- 
piTail Uuijourji dans le mrnie corrle, 

UaiiH \vs LotK, liatnn 4*orn}j^4% a rej^rri il «*sl vrai, mais 
pnfin il rorriffc? ipitdipios-iMHrs dos ('I'lvivrs qiie nous avons 
.^ignaliM's, vl, vn si* ni|rpnM*harit ili* la [loliiicpjr tiuinaint*, il se. 
mpprarhf dr la vt'nh\ L'Klal, dans Irs LoLs^ a quclqun chose 
fie pltiA vivanl (pi<* dans la Rvpuhlitpie'y rindividu y esii plus 
respeeti' ; la propncUt' n'i'sl plus supprinir<* ; la faniille siib- 

ile ; Irs caslcs son! dcvf jiihs t]vs riasscs niohilrs. nrparves 
fUlenicni par l<^ (1< ltjm- tlv la IVuliiiir ; lilciiion populaiiv, la 
n^«|Min!^ibiliu'' des magistniiH, sont le signc dune plus grande 
pari fail!" a la librrle : t^nfiii on frouvf^ ilans Irs Lois l<» 
pnMuier {^mnc xlv relle Uieurii^ dr-s gouvorm'inerils iiiixles 
el *k' lu fxindV^'ation des |>ouvoirs, (pii passant di' I'lahm a 
Amiote, d'Ai'isloie a Pohbe el ;i Cliteron, de i*ol>b<» a Ma- 
ehiavel v[ a la |»lupai1 des iM'fivnins poliiHjncs du \vi* sieide, 
el eniin an plus {,,'rand publli^isle di's lenips iiiodiM'n(*s, je vcux 
din* Mont<*H([uien. esl dmenne inui d<'s dwtrines favorites du 
libefalisnie niodernc 

r^'pendaut , loul en accordant |»lns a la Ubert4^ , I'latiin 
dniine encore une iK's g^i-nuj,- [ireponrleranee a llilaL C'esC 
I'fllat qui li\e les [larts de pr(q»Hrlc» r'ejit rfcfal qui fait les 
inariageH el qui Ics snrveillc, cesl ifilat qui d^'lemiine les 
loix de la poesic ct tie la niusique, ct i|ui veille a lour conjier- 



y 



164 AlfTIQUITfe 

vation ; c*est Vtuxi qui regie le culte que Ton doit aux dieux. 
L'£tat est toujours le souverain maltre , et s'il laisse quelque 
chose a Tindividu, ce n'est pas par respect pour ses droits, 
c*est par complaisance pour sa faiblesse. Chose etrangc ! 
Platon, disciple de Socrate, et qui a ecrit son Apologie^ n'a 
eu aucun sentiment de ce conflit de la conscience et de r£tat, 
qui est si frappant dans VApologie elle-meme. II a cru qu'il 
suffisait de changer un £lat injuste en un £tat juste pour qu'il 
eut droit a tout, sans penser qu'un £tat juste est celui qui ne 
pent pas tout et qui accorde a chacun ce qui lui est du. 

En resume, Platon est un moraliste plus qu'un politique. Le 
principe de sa morale est vrai ; c'est que Tidee du bien est la 
fin supreme des actions humaincs. Le principe de sa politique 
est faux ; c'est que r£tat est le maitre absolu des citoyens. On 
pourra faire du progres sur sa morale, mais dans la direction 
mc^me indiquee par lui . Sa politique au contraire est Foppose 
de la politique veritable. En morale, il pressent Tavenir ; en 
politique, il ne regarde que la plupart du temps le passe. Son 
ideal moral est encore le notre ; son ideal politique est Timage 
immobile d'une sociele etcinle et dispaiiie. A lui sans doute 
appartient la gloirc d'avoir fonde la philosophic politique, 
mais non celle de I'avoir engagee dans ses veritables voies. 



CHAPITRE III 



ALK KT PiJLITIQlK D ARISTOTE 



ft II<>«jaB, — RapfKorts do hi ii«»r:*li:' el ile b poliliquf ilims lit i>liilo- 
DOfiUie d'Aristole. — Sa iin-JluiiJf, — Pi»luFiiiqiie conlre PJ:a<m. — 
Tln^orie (lu lionfaeiir. — Tht-orii^ iJu platjiir. — Thi'tirie d*» b verlii, 
— Lihn» arliitre. — La verlu psl une li:ilHtufli\ — Tlieorie du juste 
miUim. — Dtstini'tion »'i>lri? Ws vi'itns morjlra H les verlus inlellec- 
niHIf^. — Dri^ vtTtiis mrmile?*. — Tln'»nrie de la jiLslice ; Justice 
dislribultvf ft JusInm* ♦*(ni«iiiutiitj\p. — Tlioorif de l*aiiiilw». — Verlus 
IoU*llet'lui*lk*s. — Tlit'orie tie lu vie I'lmtt'midutive. 

I n. PoLiTi;n K. — TlMM»rie«i !vtHMali*s : l>in* b suc-iiMc est n;vttiri-lle sL 
rtjoiiiiiie. tk' la biitUh*. TIhhsi'ic <1<* resi'lava}^<», TlM'nrit* <U.» \u pro- 
|>ri»*t«L* i'l t\t* rr*i|»:*M^,'«*. D(J potivnir c «niiju;4iil I'l i»alriiiel. DtlFiTi^iuu' de 
bi f:iiitilli> t'l «!*• TKlat. — l';ii'lii' rriliqiu* de b jHjlitiqu«* d'Aristole : 
Oiliqiu* dc b p<»litk{iie tlv PhUvn. Ilritiijue cUf ]:i fO'puhliqtir el 
dt^ /.MM. Oiliqiio i\v Hiuleii:! de < Ji^ileednine. {>iliijm' de hi eijnstitu- 
tloti de Liredemnne. — Thi^nries |i{diliqyes : Tht'wne du eHoyciK 
Thei>rie de b soii>er.iinele. Tlieorte tjii j^inneniemeiit. De l:i royrtille. 
Dr b re|iuldiqtie. Tlieorie des ehissrs tiiiiyruii<>s, Tlieorie dii mfjiivor- 
oetai^tif t>;irniil. Thetirie de TediK alirm. Tlu'orir <le«^ revoluttoiis, — 
AtitiK*i'bUofi de ta morale el de b |;>ulilit|iie d^Vrislule. 



Sfiriiit*' ft Platan avaicnl (*lroilemt'iil *ini la moi^ale vi la 
fKiliti(|ii<*. i>lui?« fMHir Inn crminio fKiiir ruutiv, la Tiir»ra!r I'lnil 
la «4rirnec malcrrsftc, vl ta poliiiqur nVn viiih qu'utie drpfn- 
danrf^ ct iiik' aiqiliralinn. xXrislnlc a chaiifre Ir rapporl il<* va 
di.*yx »R'ti'nres. C<'St la politiiiiic qui chI la siicncc siiprihtic, 
la AcieiKT mallt^>j48<^, arrbiiiMioiiNjut' (1); r esl die qui irjile du 
ivoraia Imcii, du bi(*Ti biiiuain (2) ; cVsl die qui pri*sc>i*it cc 

ii\ Kth, Sk,. I^ li^JJ tt. 27. Notui ciians partoul r«dition de Berlin 
d« B«cker cl Hr&tidi««, 
fm », 1^., 1U»1 b. 7. X» 1181, b. 15, 'H lEipl xk avOfM&ictva ^ iXo«ef{a. 



166 ATnQort 

qu'il faul faire et ce qu'il faut e^iier : le Weo est le meme 
pour rindivido et pour I'Etat : inais il est plus grand et pins 
beau de procurer le bien de l'£iat que eelui de llndividn (1) ; 
Ic bien est plus beau et plus divin lorsqu'il s'applique a une 
nation qu'a im simple panioulier. La politique comprend au- 
dessous d elle toutes les autres sciences pratiques, telles que 
la science militaire et administrative , la rhetorique (2). La 
morale proprement dite ou ITthique (f, rsfl t« rfir, rporfjiaTcwe) 
est done une partle de la politique : et elle en est le com- 
mencement (3). 

Morale. — Quelle sera maintenant la methodc de cette 
science souveraine, qui embrasse a la fois le bien de Tindi- 
vidu et le bien de Tfital ? C'est la metbode d'observation et 
d 'analyse. Aristote la deGnit lui-meme avec precision : c Le 
>Tai principe, dil-il, en toutes choses, c'est ce qui est; si ce qui 
est lui-mdme ^tait toujours connu avec une suffisante clartc, il 
n'y aurait pas besoin de remonter au pourquoi (4). » Mais 
comment, connaitre le fait avec tme suffisante clarte? c 11 
convient, dit Aristote, de reduire le compose a ses elements 
indecomposables (5). » Observer el decomposer les fails, voila 
la methodc dc la morale. Quels principes obtiendra-on par 
cette methodc ? Dc simples generaliles, des vraisemblances et 
dcs probabilites, c'est encore Aristote lui-mdmc qui nous le 
dit : € Quand on traite un sujet de ce genre, et qu'on part de 
tels principes, 11 faul se contenter d'une esquisse grossiere de 
la verite ; et, en nc raisonnant que sur des fails generaux et 
ordinaircs, on n'en doit lirer que des conclusions du meme 
ordrc et aussi generales (6). » La morale ainsi trailee n'a plus 
aucune certitude. Elle confondra sans cesse le bien et I'indif- 



(1) 1094 b. 8, Meii^ov ^s x«i TsXewTEpov to tt;; -oXew?. 

(2) 1094 b. 3. Rh^t., I, 1356 a 25. ' 

(3) Magn, moral,^ 1181 b. 25. Mepo; xal a^yr, xij? tcoXitix^?. 

(4) Eth. NiCf 1095 b. 6. *Apx^T) 8e x\ otr xai el touto ^afvotto,... 
ou8e Tzpoa^ir^aii xoO hi6xi. 

(5) PoL 1252 a. 18. To atSvOexov [i-iyipi xwv aauvOe'xwv Biaipetv. 

(6) Eth. Nic, 1094 b. 21. lUpiTiay&izlx6noX\i...xoia.\ixa. owjiJcepafviaOci. 



MimiI.E l> ARISTOTE 16? 

fcrent, la voriu (^ lluiljilno, lo fnit n U* druiL. Jv\ Awmi Hvq 
sans aut'ijo doulo le t-aruflrre ile la morale liWiistulr, si 
lV'l(''Yation dc son espril el los |jrinei|>os genera ii.v tU* sa pliilo* 
Sophie ne corilgeaienl les defauls de sa iiirlliode. 

O's eonseqiienres semblenl dabonl soj-iir ueeessaironienl 
de la poleiiiiijue trAiislole conlre I'idi^e du Inen (I), |iriiiei|»o 
su|irenie uuqiiel t'laieni suspend ues^ dans le sysleme de 
Plaloii, ridee de rhoniiele et lidee du jiisU*. L<i bieii, dil au 
ronlraire Anstole* ii'esi poiul une eliosc comnHme el oniver- 
sollo: il se dil de loutes les ealegories de lelre. II n\ u pas 
de hien en soi ; mais il fan I tmi jours se demander: De quel 
liien veut-on parler? Chaque eln*s<^ a son bi(*n pi'opiv, el ehaqne 
't<*ienre reelierelie un bieu parlieidier: la medeeine, la slral*'*- 
gi<^, la j^ymnaslique n'oni pas le nirme bien. * On ne voil pas 
de quelle ulili(«' poiirrail i^lre an tisserand, pour la pratique dc 
?*on art, ou au eliarpentier, la eonnaissanee du bien eu soi(*2) .• 
Y cijt'il tine uivv iiniverselle du bien, il n'apparliendrail pas ^ 
]V'lhi(}ne on a la poliiiqiie tie s en oeeuper. Car, eu morale, il 
ne ji'ajifil que du fjien de riiomiue, ef non point du bit^n uni- 
vers<'L Mira-l-on que ta morale doil |tuiser srn pririeipes dans 
line fwienee SHIM* riry re ? Nf>n, ear ebaque srirurf a ses prin- 
'cipes f>i*oprPS, el elle no peul rien denumtrrr ipie par ees 
firineipes. La nmrale nc* n'pnsc thnu- ipu* sui* I'lle-nieinr: son 
objfft, c'esl le sotivrrain bien pour riiomme. 

Quel est etdin re Ronverain bien, si ilesire pour I oils, ee 
bi<'n pour lequel nous reehrrelnms loules chow^s, el que 
tiouH n«' ri"eli«'rrhi>ns qtie pour lni-m«^nie, ee hien entin qui 
«c suftil a soi interne? I'uisque ee bien uVsl p4iinl en dehors do 
noHs, il faul quit soil en nous-nuVm's: e'rsl le bonlicur (3). 

>ous voila bien loin, a ei* cpril send»Ie, ilc hi puliliqut' [ilalo 
nieienne cl on diralt volontiers que nous allous deseendre une 



|lj \ uir I, i'. IV tout ••nticr do la MoraU d Nic^m. 

(2) Eih. Mc, ia>7 0. 8. 

(Si Ibid., Um a. % OS ?:ivT*£?:£Tai, I,tOU7,a.33, ToxaO'aiTo «Tpr:ov.., 



168 ANTIQUITfe 

pcnte de plus en plus rapide, qui conduirait tout droit a la 
morale d'fipicurc. Heurcuscment la metaphysique avail mis 
Aristote en possession dune idee maitresse, qui est la clef de 
sa philosophic, et qui Test aussi de sa morale. C'est I'idee 
d'acte (Ivepycia), qui se confond avec I'idee de fin (tAo;). II y a 
deux choses dans tout etre : la puissance et Tacte. La puissance^ 
c'est cc qui est susceptible de prendre telle ou telle forme ; c'est 
le marbre, qui n'est pas encore, mais qui peut devenir I'ApoUon 
du Belvedere. Vacte, c'est la forme determinee de I'etre, c'est 
son esson(!e, c'est ce qui le constitue ce qu'il est : pour un marbre, 
par exemple, c'est la forme d'Apollon ou la forme d'Hercule; 
pour une plante, c'est la vie ; pour un animal, c'est la sensation ; 
pour I'homme, c'est la pensec. La puissance aspire a I'actc. Ce 
mouvement de la puissance vers I'acte, c'est le desir (^pe^i?), 
et, dans ce sens, le desir est la loi universelle de la nature. 
Tout c^'tre desire le deg^re de perfection auquel il peut attein- 
dre, la forme qui lui donnera toute la realitc dont il est sus- 
ceptible, c'est-a-dire son actc. L'acte est done identique a la 
fln ; el chaque ^tre ayant son acte propre a par consequent 
sa fm particuliere. La fin est identique au bien ; le bien d'un 
etre consislera done a passer de la puissance a l'acte, et I'etre 
souverainemenl parfail sera celui dans lequel il n'y aura 
plus de puissance, mais oil tout sera en acte: car partout oil 
ily a puissan(;e de devenir, il y a imperfection. Ainsi la nature 
tout entiere est en quelque sorte un vaste atelier, oil <*haque 
^tre travaille eternellement a transfornuT ses puissances en 
actes, c'csl-a-dire a delruire ce qu'il y a d'imparfait en lui 
pour augmenler ce qu'il y a de perfection ; et au-dessus de la 
nature est l'acte pur et immobile, qui n'a pas besoin de passer 
de la puissance a l'acte, parce qu'il est tout acte, toute realite, 
toute perfection. 

Appliquons ces principes a I 'analyse et a la definition du 
bonheur. 

Puisque le bonheur est le souverain bien pour I'honune, 
puisque le bien est identique in la fin, et que la fin est iden- 



111»R.VLE DARISTOTE 

^liqiie u Tactc, pour savoir t^n fjuoi cnnsisic Ic bnnliour, il Tiiul 
chcirlu*!* rn qmn r<insisl{' 1 iirlr |iro[in' dv I'liuinim* (I), c't'st- 
ik-dire ce qui jirul iloiim'r ii sa iKiturc Icnti** hi i»rrfiMii()n clonl 
i*IK' CJsl sustvpiihlt*. Oi nviv (vrnpiT (olmov s'^^yov) **st-il la vie? 
Non, rar la vu^ irapfiartient pas seulomont a llioiimn% niais 
aux vt'getatix et uiix aiiimaux, EsUce la sonsibiliu'^ ? Non, car 
die nous est coniiinirie cncort' aver los animaux. Qu'esl-e<* 
idoiir qui conslitiio rhnmnn'? « 11 rrsi4% ilrl Ansioii*, (futM't^ 
'soil la \iv a*iivr <io TrliT ilinir dv raistm, *m, cii tl'aiilrcs 
tornws, ractivile raisyrmabk' ('2). i Mais i-ommo il i'aiii loii- 
joHi's comvvoir la naliirc d'un rtn' dans sa jxTlW-lioii, <*t tpn^ 
la p<»rfecUun d'un f'lrf, cost sa verlu, disons que \v bmi pour 
I tiorniiie esi dans rat'livjl/^ dv Tanio diiigr** piir la voriu, et, 
ft il y a plusiours vorlus, par la plus Iiautc de loules (3). Ainsi 
U» Iwnhoiir tsl ins/'paraMi* dr la vt^rlu, ilrst la vcrtu m^me: H 
di'Onir la vortu, rest rl/'liiiir Ir biviilwur. 

En c'fliH, il m* faut pas laii**' ronsLsU^r lo bonheur dans un 
Ml |>assir <h' lariir : aiilrrinrnl riiointiie poun-ail i'^Iim' liou- 
n*iix rn dormaiil sa vio rnlii'r<* ou t*n vrj^tiaul roninK' urn* 
pbn((^. L(* Imtdicur n'esl pas non plus ilans Ic plaisir, dans 
ramuM'nicnt, dans la vie vcdupUicuM'; car Iv hoidn^ur df 
Fhonnnc nr* dHfcn^raii pas alors df ci'lui drs animaux ot d(»s 
i*t»clavt'8, Lc bfnihi'ur n'rst pas dans Ic pnuvctir, rar U nVsl pas 
nerc*»^irc d'avoir le pouvoir pour af?ir coinnit' il convicm i\ la 
iiatnn* de rhrmnnr : nirmi* rlaiis les condilions Irs plus 
nuidcstt's, on peul Hrv lumroux, si Ion a|;il scion la r-aisun H 
la \TrUi; r'osl re qui est bicMi plus difiitile quand on a h- pou- 
voir ontrt* k*s mains. Le bonlieur est donr dans \uw rortaine 
anion; mais parmi les anions, i! en rst qui sonl n<*iH»ssairns» 
n d'aulnvs qu'un pcul rhoisir par un liltrr i-hoix; et parmi 
relles-ri, I«?s unrs sonl rcfhiMrhet^s pour iHes-nwMiios, les 



(1) Ibid. 1097 b. tw Td Ipp^ ^^'^ ^'^P'*^^ 



CcUe tb(^one de I'acleprupro 
(oImTov l^Yj'i), M ori^riiialo «l nj jirufoodc, est d<§jii en ^erme, tl ne 
biut pas Tcttiblicr, ii&UH Plalon. Vov. /<<?/»., I. I, flu. 
Il) low &. 16, Kaxi ti;v ou«{'«v ipcrnv* 1102 a. 5, Kare* ifftfiV TtX«(sv. 



170 ANTIQUITft 

autrcs en vuo d'aulres objcls. Or, le bonhcur doit consister 
dans un acte choisi libremcnt, ct choisi en vue de lui-mdme, et 
non pour autre chose. Ci\r le bonheur ne doit avoir besoin de 
rien, el se suffire parfaitement a soi-m6me. Quels sont done 
les actes que Ion desire pour eux-m6mes ? Ce sont les aetes 
conformes him vcrtu, c'est-a-dire les actions belles et honnc^tes. 
11 est vrai que les amusements aussi sont recherches pour eux- 
m^mes ; mais c'est la le bonheur des hommes vulgaires, des 
esclaves et des enfants. Ce n'cst pas tout acte qui est bon, c*est 
I'acte de la moilleure partie de noire ame qui est aussi le 
meilleur. L'acte le mcilleur est celul qui donne le plus de bon- 
heur. Gel acte, encore une fois, c'est la vertu; et enfin la per- 
fiiciion du bonheur, c'est Tacte de la partie la plus haute de 
nous-m^mes, et de la plus parfaitc des vertus. II n*y a done ni 
bonhcur ni vertu sans action, t Aux jeux Olympiques, ce ne 
sont point les plus beaux et les plus forts qui resolvent la cou- 
ronne, ce sont ceux qui combattent dans I'arene (I). » Les 
dieux eux-mftmes ne sont heureux que parce qu'ils agissent : 
t Ciir apparemment lis ne doraient pas toujours comme Endy- 
mion (2). » 

Cotte doctrine de Taction est une des ameliorations les plus 
remarquables qu'Aristotc^ ait apportccs a la morale de Platon: 
Elle conduit a des consequences fort interessantes et ^gale- 
ment neuves dans la theorie du plaisir. 

Le plaisir esl-il le souverain bien, comme le pensaient les 
sophistes, comme le pensait Eudoxe, disciple de Platon (3), el 
enfin comme le croient la plupart des hommes? Non, car 
est-il unhomnfb qui consenlirait a n'avoir toute sa vie que la 
raison et rintclligence d'un enfant, se livranl k lous les plaisirs 
que Ion croitles plus agreables a eel age, ou bien qui vouliil 
se plaire h des actions infdmes, quand il n'en resulterail aucun 
mal pour lui-md'me (4) ? Le plaisir n*esl done pas le souverain 

(1) Ibid., 1099 a. 3. 

(2) Ibid., 1178 b. 19. 

(3) Ibid., 1172 b. 9. 

(4) Ibid, 1174 a. 1. 



HORALE U'aRISTOTE 171 

birn ; far il |H'ul y iivoir drs rhosf s tunmes, iiitlriM'nd;inun<^iU (J(5 
liuit pliiisir : |KUTXfm|ilr,voiiMM srsouvrnir^avoii'dc las<nenrc 
ifl de la v«^rlu (I), (a* nVsl pus In tlillt'*iviice dc |ilaisii' ijiii fait 
lu diirt'i-ciice (ic honlr ciilic^ It's anions; mais rj' soiu loa 
iK^tions boiinos qui soul la suiiirr d(*s plaisii's boijs, <n la plus 
imrlailc dvs fanillf'S, uuir. an plus paiiail dt's nbjt'ls, procure 
!«• plus oxt*elI(»iU drs plaisirs, Ces^l iK)un|uoi ArislcKir nous 
dil, va forrij^rani h* priuri(it" ih* Proiaj^oras, efin' riioniuif vit- 
tuc'ux vi la vi'ilu sont lu lui^surc <lc loult^^ ohosos (2). Lea 
0t(jeU vdrilahlcmom agrcablrn sont rcux qui paraisst^nt lols i^ 
llianiinc de bi*^ii. Cc sonl l«*s |daisirs dijfno!% i\v riiommr' 

Si Ir pbisir n'est paii Ic souverain bien, sVusuit-il quil ne 
soil pas nil birn? SiH*«si[i]w vl b^sryniqiies allairnl nn'^mi* jus- 
c|u'u *<:mieuir quf Iv plaisir OJvt uii inal. II y a drs plaisirs 
iMUMbli's, dira-l-un. Faiil-il m ctmrlni't* f\\iv \v plaisir n'(*si 
jamais bon? La ptuWu* dli^-nienw nVsil-elh' pas qut^bpiHbis 
iiuisiblc f'l)? Eln'|n>nilanl la siirtiiM" i\si mw vho^v bomn', I! ue 
laul point jug'T un ubji*l siir vr iju'il priii rlir accidrnlrlli'"- 
Dient, roninip on ne jug** pas un staluaire sur quelque faiHc 
qu'il couinii'l par liasard. C4*s plaisirs ipu' IVm apprlh* mauvais 
m* soul i»as uh^juo tU^s plaisirs : h\s plaisiis qui plaisoni aux 
gi'ns dt»jjradi^s ne sont j>oiiil aj^realdes par oux-uH'^mfs: il en 
«*»l d'eux c'oiiunt* de cl's savours qui |ilaisprnaugoiii corronipu 
des maladoji (.'i). 

Jusqu ii'i on ni* voil pas qu'Arisloh' ail modifii' nolablcmcut 
Ic'S idws d<* hlalon; rt mi^me rinflui'iire du Philebe parall 
itimnti'suibir, iMais vniri k' point oii Arislul<' »<' srpart' dr son 
malln*. OluiH-i avail consider*' If plaisir cowiuie un pln*uoiiicnp 
ai?cfasoire, qui ni^ p<*ul pas, il r*st vrai, I'^ln* roiranche tlv la 
DMurt' liumaiue, ui du bii'n relalif .^ rhommc, inais qui tii'nl ^ 



(1) mtt., ib. 

(2) /*W<, 1176 », 17. 'ExiiTO'j {xitjiov fj fli;iSTii xat i «y«0^, 

(3) />. Ifi, I'o s^aivojuvov Tw fjKOvSaiVjj. 
|I|/M., 1153 *b. 13. 

^ifri<f., U73&. 22. 



172 ANTIQUITfi 

I'iniporfoction de cettc nature, ctaux besoins resultant dc cette 
impc^i'fection. Solon lui, le plaisir nait de la douleur : il suc- 
cede au besoin : il est cet 6VM de Tame qui, aprcs ^tre reslee 
quekfuc^ Kmips vide, vienl a se rcmplir (dvawXT^paxn?) : m^ta- 
phore tiree de la faim ou de la soif. Le plaisir est un pheno- 
men(% unc generation (yiytemq), quelque chose qui deviant et 
qui passe, un mouvement, enfin une sorte de moyen terme 
ontn^ I'i^tre (^t le non-etre. Platon cependant, ne Toublions pas, 
avail adrais des plaisirs purs, qui naissent des objets vrais, 
piH's, simph^s, toujoui's senil)Iables a eux-memes; mais ilavait 
de la peine a les expliquer dans sa theorie. 

Aristote, insistantsur eette dislinction des plaisirs purs et des 
plaisii-s melanges, a mieux penetre peut-^lre que Platon jus- 
qu'au prin(!ipe de cette distinction. II y a, selon lui, deux 
8ort(»s d(! plaisirs : ceux qui acM'onipagnent en nous la repara- 
tion ou satisfaction de la nature, et ceux qui naissent de la 
nature deja reparee(l). Los premiers s'expliquent bien conune 
Vi\ fait Platon : ils naissent dun manque, d'un vide, d'un besoin 
a satisfaire : ils succedent par consequent a une souffrance : ils 
sont, pour parlor le langage (1(» la philosophie ancienne, en gc- 
noi'ation (iy Yeveaet). Mais il (\st d'aulros plaisirs, qui naissent sim- 
phmiont, dans une natures louto roparoe otsalisfaito, de Taction 
m(^m(» d(*s facidto!? : par (»xomple voir, entendre, sentir, pen- 
ser. Quel vide cos plaisirs romplissont-ils en nous ? De quel 
besoin sonl-ils la satisfaction? Onl-ils etc precedes d'aucune 
souftranc(» (2) ? (a* sont la los vrais plaisirs. Le plaisir, considere 
en liii-m(^mo, n'est point im mouvement (3). Le mouvement a 
li(Mi dans le temps : le plaisir au conli*aii'e est entier et complet 
dans un moment indivisible. Le mouvement est lentou rapide ; 

(1) Ibid., 1153 a. 2. 'AvaTzXrjpoufXe'vr,; t^5 ^uacco;, xat xa0£(rrr,xu!a5. 
La th6oric du plaisir est traitde par Aristote dans deux passages : 
VII. xii-xv, 1152-1154, et X, i-v, 1172-1176. On a suppose, 4 tort 
selon nous, que la premiere de ces deux discussions n'est pas d'Aris- 
tote. Voir Barth61emy Saint-Hilaire, tr. fr., t. I^ Dissertation prilimi- 
naire, 

(2) Ibid., 1173 b. 15, et 1752, b. 36. 

(3) lb. ib., 1773 a. 31 



L. 



Moiui^ d'auistote 173 

parle-l-on januds d'un plaisir rpiuiivi' avi*c vitrssr? on dit qtic 
li* (ilaisii' est iiKlt'riiii, rjii'il est siisrcptibh' de |>liis o(i df iiioins. 
il en est ih* nirint* de loiil a', ijui apparUcnt a rhoinnu% sans 
en cxccpler scs vi^'lus. L<^ plaisir iiait do I'arlian (I) : c'esl 
unc iin, c'est un oom]jl<''monl qui s'ajouLc? a I'actr, romnit' la 
bt'aiiU* a la sajTi'ss<'. Lark* rsi par hii-mrnio un*' s«>tinT dc 
plaisir. LliMniitK' ainur \r \A\\islv ymri' qiriE fiimr la vie; el 
U* phiisir a son lour ([iii rend la vie desirable. Est-il vmJ que le 
jilaisir snit \m olisinele a raciion? Au nHiiraiiv^ le plaisir qui 
nail de 1 aetion Ini dunne une Wnvc nouvetle. L homnie piend 
pluii de trout au\ ehoses qui lui donnenl plits de plaisir; aiiisi 
Je pUustr develiq>|»e les facuUes. « On juge niieux des <iioses, 
el on li'H exreyle aver plus <Ie [Hveisioii el de sueees, quiuid 
on y iruuvr du plaisir, Ainsi eeux<|ui liouvriu ptosdc pbusir a 
bi geonielrie deviennenl de plus habiles geomeli'es{-2). » Platon, 
fpii faisait nailre le ])laisir du lw*soiii rt de rirn|ierfeflit>u, iurli- 
nail u peuMT tjur la vie des tiieux <\sl exemple de plaisir. Aris- 
10U% au eontmire, qui eonsidet\» le plaisir euninie une pailie 
essi'nlielle el nienie enniine raelnneinenl d(* l'arlinn» plaer la 
volnpte menu* m Dieu. « Si! y avail, dil-U, qiielqoe tHre dont 
la nalure idi rtnierriiirut siuq»te, la loeioe aetivili- pui-enienl 
eonti'niplative licruil loujoui's pour Ini la sotu'eedes plaisirn fes 
lHus x'lUs, V«iila|HinrqiitK Dini jiaiil rtcinrllrninu d'line vt^lupie 
iiinq>le el pure. Car son aetivtle lie sexerrepasseu!enic»nul;uis 
If! inouvemenl; elle Hubniste nu^ie dans la plus paifaiie ininio- 
bible, cl la voluple esl plulol dans le n'|ioj> c|ue dans Ir iihiu- 
veuient (3). » 

Atnsi l(* plaiHir esl un bii'n;uiaisLotis len ptainirn ne soni |>as 
bons, el lous nc sonl pas ejfakineul bons, cl c est la verlu Cjui 
v%l la inesure dt* la boulc ites gilaisirs. De |»ltis nuns avunti 
vu deja qui' le bonheur esl dans laelion, niais 4}ue loule aelion 
n>Ht pan le bonheur, qu il consiste seulement dans 1 art ion do 



(I) 1171 b. 31. TiAit tV Iv«py«/«v J) *i$ov^. 

(^) l^ld., 1175 a, 31. MiXXov yip xp{voy9tv,.. ot fuO* fjQovf;; tvEpTOvyrt;. 

(3} md,,n^ih. 21. 



174 ATtTIQllTfe 

r^nic fonfoime u la vorlu, ci *'nfin que lo plus parfail bonheur 
esl *l:ins h\ |ihis parfaile vitIu. Ttmt nous I'ondiiil donr a la 
llu'orio d<^ la vtTlii, puisqiic la soiil<'nieiii esl if foiidcmciit du 
plaisir ct du bonln^ur (1). 

AHslolo a df'wAlp danssathrorie tie la verlu deux fails esscn- 
tirls : 1'' le libre arhitre* el la r*^spoiisahilite persoimt'llc ; 
2" laclion do rrxercice iH de riiuliilude siir lo devoloppcmenl 
dps verlus(2). Sur ccs deux points il a niieux vu que Plaioo, 
qui, ayanl ronfondii pnsqiie [tartniil la vertu i"t la s<*ience^ avail 
laissedaiis rondjrolescondilions pratiques de la moriilite. 

On ne jjeul iiier, diL Aristole, que rhonimc nc soil le prin- 
cipc d(* SOS truvres el, pour ainsi dire, le perc de scs enfants (3). 
La liberie des aetions Inimaines esl sup|>osee par les lej^isla- 
l(*ui's daiiR liHirs preseiipiions ; ear ils elialienl el punissenl 
ceux qui eontmeUent des actions eriminelles, loutes les fois 
qu'elles n'unl pas (He leffet de la eniUnunte, ou d'une ip^no- 
ranee dunl ils a elaienl pas la eause ; au lieu qu ils lioiiorcnl 
les auteurs des actions V(»r"lueiises, conuue pour exeiter les 
hommes aux unes, el les detourner d{^s aiilres. Or, assure- 
nii'iil, personne ne s'avise de nous exeiU*r aux elioses qui ne 
d/'pendrnt ni de nous, ni de notre volonle, allendu qu'il ne 
servimit a rien (t'enlre|>rendre de nous persuader de ne pas 
epi't>uver Irs sensaliims du eliatid, du froid, ou de la faiui (i). 
11 y a nieiiie 4lcvs eas ou rignoranee esl puuissabie, paree 
quelle esl voloniaire; par cxemple, rignoranee produile par 
rivi'esse ou par la negfigf^nee de s'instruirc. Les hal»iliides 
dt'vit'iiiienl m'fessaiies a la lon^^ue; mais, u I'orfgine, Tlionuue 
esl libir de les eonlraeltM' on de ne les poiiil eontraeler : voila 
pourqucu rUomuie esl responsable meme dcs habitudes invd- 



(l) I, 1102 a. 5. 'EjtsI fj £u3atjjii:>v'a ^'^yf^; tyipft(at tt; xott* ac^trjv 
tsXi^av, 7iip\ ipi'r,; Inio/.ir.xl'ov. 

[2] Pour fa rht'orie dc la vertu on p.^n^ral, voy. Eth. Ntc , 1. 11 ci 
IIL Mag. AW., I. I, c. m-x, Etli. EmL, L 11. 

(3) L. Ill, c, VI, 1112 Ij. 31» "AvOpbjnr^; ip/r^ rpafa.^ ; 1113 b. IS, 

(4) it. iK 



MORALE b'aRISTOTE 175 

li^rccs el incorrig:ihlrs, car il f^sl In cause qui Icur a domio 
nais^iuiK'c ; • line Ibis la iiicirr h\rht'e,oii no |)oiil jtlus h\ rolo- 
nir, luius on T-utit iiwUi'c dr la lanoer; oin'sldoiie rcsi>onsabic, 
de sa chule, • On Trsi niriiu' dos tlefaiits dii t^oips (|ui sont 
I'nnV'l (Ir la VMlonli', On m* bluun ra pas, |jar oxrmpk% hi dil- 
fornn'U'* natur(Ml**; niais ou Piirouveru dn dejyont el du mi^pris 
fnnir les defanls dti eor'ps, oy les inaladirs qui |jiovieniieiU de 
I'inleniperance, de fa neglijjenee, 4le qmdque rause volontaire. 
IHra-l'iin t|ue touies nos aelions sunt tlelenniin'es par iios opi- 
nions tloiU nous ne soinmes |>oinl mailres? Mais nous sonnnes 
mailrei^, jiis(|u'5 on c(*ilain poiiil, de. noire nianiere dVnvisa- 
gci' les ehoscs, el des halMUnles d'esfiril que nous uous^ don- 
tions. O'ailleurs, si le ehoix enUf le hmi el le nial n'elail pas 
relFet lie la volonir, mais d une disposiiion heurt*iise de la 
iiaUire, la verlu deviendruil in ([utdqiie soiie un privilege; 
ear on ne voil pas qu'eUe suit [ilus voloiilaire que le vii-e (I), 
Li veilu elant rieuvre du lifii'e arlulre, il esl evident que la 
mofnlite des aeiions ne consiste pas seulenient dans K*s actions 
elles-nn^mes, mais tlans les dispositions de eelui qui l<*s fait. 
• Les eho^ies que phtduiseni les arts portent la perieetion 
qui leur esl pmpre en t'tles-nietnes, el il sulHl, par eonse- 
queni, quVUes Hoient dune eerlaine faeon. Mais les aeles qui 
pmduisent les vertiis ne soiit pas jysH'S vl InnpeiTuils uniqur- 
m*'Dl parcc qu'ils si»nt eu\-menies dune eertaine laeon; iJ Taut 
f^core que eelui qui agil soil, au moment ou il agit, dans one 
eerlaine disposilion morale (-2). • Qu4'llrs son! ees dis|*ositions 
«cei'j*suiri*s a la luoialite de laj^rul 1 V* il faul quil saehe ce 
«|iru fait; t" il faul cpiil le veuille, et quil veuille les aeles 
pcnir el's acles nii^nies elnon eommr nioyenspour aulii* chose; 
3" ejilin, qu il '. ^e une n'solution eonslanle ei imdiran- 

kibU*. de ne j:i 1 ir auiremrtii (It), Ainsr, eonseirner df 



ii) 1.. III. C, VI. 

iS) 1105 a. 2><« .to, Oiix toy ovti Tcias tfji^>* iXki juil lav h RpdcTr«>v xuii 
i3»/>. tA^»qq, 



176 ANTlQUITfe 

racliou, intention reflechie et desintercssee, et cnfin fermc 
resolution : tclles sont los trois conditions de la moralite. De 
CCS trois conditions, « la premiere, dit Aristote, est de pcu de 
valeur et m6mc sans valeur; mais les deux autres sont de 
toutc importance ». C'etait attacher sans doute trop pcu de 
prix a la connaissance dans Taction vertucuse ; et je crois 
qu'Aristote est entraine ici par ses preventions conlre Topinion 
de Platon. Mais celui-ci etait hwn loin d'avoir aper^u et dcm61e 
aussi clairement qu'Aristote ccs deux caracteres si importants 
de la vcrtu : Tintention et la resolution. 

EnGn, Aristote complete (!ctte belle analyse de la vertu par 
sa thcorie de Thabitude. 

11 ne suffit pas, pour elre vertueux, de faire en passant et 
de loin en loin quclques actes de vei'tu, fut-ce avec I'inlcn- 
tion la plus droite et la mcilleure. 11 faut que la vertu se 
loume en disposition conslanlcj et en habitude : c'cst pourquoi 
elle ne s'obtient pas par renscignemcnt scul, mais par la pra- 
tique et I'exercice. 

Les choscs de la natui-e ne sont pas susceptibles de changer 
de direction par I'habitude. « La pi(Tre jetee en Tair un mil- 
lion de fois ne cessera pas de rctomber en bas ; le feu ne ces- 
s(?ra pas de mont(;r en haut (1). » II n'en est pas de meme 
pour les verlus; nous ne les acquc'rons qu'apres les avoir 
prealablement pratiquees. La vertu est comme I'art. On devient 
architecte en consti'uisant, musicien en faisant de la musique. 
De meme, on devient juste en praticjuant la justice, sage en 
cullivant la sagesse, courageux en exer^ant le courage. En un 
mot, les quaiites moralc^s ne s acquierent que par la repeti- 
tion constanle des memes acles. En toutes choses, I'exercice 
developpe Thabih^te, il developpe egalement la vertu ; car, a 
force de faire des actes de vertu, on fmit par les reproduire 
plus facilement (2). 



(1) L. II, c. I, 1103 a. 19. OuOlv yap 'wv ^yasi ovtwv aXktoi ^Ofl^etai. 

(2) L. II, c. I, 1103 b. 21. *Ex Twv 6{xo^wv EVcpys'wv al i^ei; Y^vovxai. 



MOIIALR I»'aRISTOTK 177 

Amsi, la verlu ejil iiin' iMspositiuii ;\<'<niis«' (I); imvis m-h m* 
SiiHit pas pour la drriiiii'. 11 f:m( rni'ni'(> snvoii' ()U(iti' sot ir ik; 
disposition vUv rst. (/rsl Aristuli' Ini-iiirinr ipii pose ainsi in 
question. Vityoiis roriiiin'iu tl y ivj>oiid. 

C Vm ioi qui' l:i poli'iiii*|iir «liiii;r(* par AiisLuli* ronln* IMnloii, 
C'l couUv liiU'v dun hifii <ii soi, lui irnd ijii]jossiblr ilr iroii- 
ver en tUliors drriioiiiiiir vi au-ilrssiis i\v rhonimi' tn rrj^'li' vi 
la lol d(* la vrrlii. S'il if y a quuu hlvn proprv pour rhaquii 
f*spet'i^ ilV'liv, si Ic* hm\ paiiitnilicr *lr 1 lunniiic, sciil oI)j«*i rit* 
la morali', n'a ririi dr niuimiin avcc If bion niiivfrst'l, obji^i dr 
la inolliphysiqur, si mliii la sriilr inrllimlr pour drlfrminoi' la 
fiatiin* ilu liirii rsl la itit'tlKMlc <'\]H-]'iin(*itt:ilt\ rVsl si'uloiunil 
dans la rratiin' liiirriaiiic, rt dans Irs nindiliims rr(''[i(''i*alps <l«^ 
rpxorricc dr iios facidlrSt q<'<* lo" pt*(il tiHUivrr UM-rUmiim d«* 
hi imrt-:di*. Or I c'\|M"m"iK'o nous apprrnd que nos fUrulti's d<>- 
p«*riss('nt on s'lisrni dc {|i*ii\ niaiiii'i'cs, par r*'xc'rs vi par li» 
di'fauL hv la vvXh' ronclusion, iptf Iv him r^il rnlrc l»'!i ox- 
Irtoicfi, el qui* la v<*rm est im jnsir milii'u ("i), 

Qu>Ht-(v qn'un miliou^ Cvsl iin point <'*?alriiiriil rloiffno 
di' deux I'Mrrniili's (:(); vvsi rinr rpiantili' qui surpassr urn* 
qunntite nioindrr daiitanl qu rllr rsl ellr-nieine smpasHre par 
une <pKintit4' ptiis grande. Kn luuifs rh(>ses l«* hiru rsl au 
uiUirn. hans Irs arts, jiar r\rmpli\ on arrivi* a rrxtrlU-nl, 
i|uand on a iilt«'inl t*v {ami jnstr, o«i il u y a ru'ii ;i ajoytri\ 
lien ft n'tmnclHT. La vrUn rsl aiissi n* pniril iiitrrtnt^diain' 
fidenu'nt i-loiifur dr IVxivs el ihi di 'laul dans l*'s a<iions el 
le.H paHsitnis. Mais, pour delennin(*r ee nii]ti*n, il Caul eon- 
Mirer bien 4lirH ein:onstaiiec*a; ear il ne s ;i{j:il pa^ si'uletnent 



(1) Aristoic DC dit junuuH^jue Ia vi*rtu >»(jit uiio habitudi^, lonmie on 
Ic lui fniidiic souvcnt, mais ui»ediHposiU«m ou iiu^ilitt' (H^O .ncquiso 

S»r rhaliiUKio. C\*M cts mai ^rco t5'» que Ion *«Nilrt.8tiqtjft*i on! lift- 
uU \uu HaffitHM, ci ]es ino Ioiikm mc^ai'lenii'^ut par liahUudc. 
t <2) I. n .- VI, 1107 it. 2» M£i(iTf,; aio itflr*Jiv.Tiit juv x«0' &;Tj;i6«>.iiy, T^« 

(3) L. II, IHJfi tt. 30. As'yw (li-jov to ?«y isi/ov t'*: U«s>OJ zt^\t 
Jajutt. — Scieuce pidiliquc* l. — li 



178 AUTIQlTTf: 

du milieu par rapporl a la rhtjsr, mais oncore par rapport a 
tioiis {!). En matlK^mali4jues, si Von vout drterminer iim^ 
iiioyriiuo, soil enlro i\vu\ Hgni^s, soil onli-e deux nombrcs, il 
n'y a que les deux exlremos a eonsidiMor. Mais \v mitiiMi jusle 
enlre dnix iimsrs no sera p^is It* juste milieu pour nnus, si 
noire coiislilulion, notn* disposition se rapproi'he plus d<' Tun 
dos deux lennes, II y a, en oiitiv, une infinile de cirt'onstancos 
(pii penvent de[>laeer le milif'ii : par ext*mp!e, \v rourage n'esl 
pas uii [joiiit fixe el absolu ; il est rehud' a la disposiijon d es- 
pril, a la foire du eoi'ps, h la naliUT* des ehoses a eraindns el 
on ne demandera pas le mi^me courage a «n enfant tpfii 
un houimej id envers im Hon quVnvers nn louj*. Ainsi la verlu 
n'esl pas un milieu abstrail enlre deux exlrendtes abslrailes, 
par exempli", I'exees de la colore oil de rinsensibilile. iMaia 
elle eonsisle a n'etre ni lrupemu,nitrop pen emu deeeilaincs 
ehoses. ^ L'(Hre, lorsqu'il le faut, dims les eir<*onslanees eon- 
venables, pour les jHM'sonnesei pour leseauses qui rendeni ees 
seuUmenlslei^^itimes, ct I't^lre de la maniere qui eonvienl, voilii 
cejusle milieu dans lequel eonsiste preeisenHMil la vertu (*2), • 
De la vieul quN'U Imile cirennslauee.il n'y aiprunemameredc 
bien agfr, et niille manieics dVrrer* La verHi est done une 
sorle de moyenne, ([uoiqu en elle-nn^nie, et par rapport au 
bien absolu, elle soil im exlr^^me (3). 

Telle esl la Mu'oric eelebre du juste milieu : iheorie satisfui- 
^nte, sans donle, si Ton ne deniande qu'im erilerium pra- 
tique, el une inesure apjiroxitnative du bien el de la verlu. En 
elFel, il esl vrai qn'en jyernM'al, si Ton s'eloigne ties exlremites, 
on a beaueoup de ehanees pour agir sagement (4). Mais la 



(1) L. II, vf, lliW} a. 2>ij "H xai* auTO to r^^ayjAa. f] -p6{ %\i.aq, 
J2j U II, c. VI, ltOE> b» 21. To^S'ou 5a-, xat £?p*oI;, x«i TTpot o5i«. ital 
00 ev£xa, x«i o'j^ Oct [tiiov oe xat- ilptTrov, orap saxi Tf^; ipEtfi^. 

(3) L. II, 1^. vr, 1107 a. 7. Aio... \timr\i igriv ^ ipsr^, x«t« Si to 
ipiorTQV xal T<i £u otxpfJTx^^. 

(1) C'esi ce *ju*a tr^s bien vu Descarlcs dans la prcmiirre regie do 
sa morale : • Mo gouverLiant, dit-if, en toulc>j i- hoses suivani let 
opiniofiA les plus fjiodorccs et tesptits ifhujnif.ft de Vexch qui fusseiil 
com mu Heme nt ret^ues cii prati^iuc par Ich mioux sensos. {l)iHi\ de 



MORALE D'aRISTOTE 170 

diHirtiht' oii^nie, alors, t'St ••neon* *h' drvldvr on v^l h' vnii 
mllkni: c:u% si on tix(* tin mllmi iminabilf^ rati'o ihux rxln*'- 
fiitlt'^s i|iiHron([in's , on r(nii i risqin^ dr iIoiiiht iinr rrglr 
f;iriH>k'. II n\ a pas dr inilii^y ahsulii t^ntiT la hniK'Htr el hi 
liWIiPl*^ ; v(* milieu (l(''|»ctid tl<*s» cin'oostimn*s4. An contraiiv si, 
fomrfK* AnslrtH^ lrilroiaiiilt\<ui ti4*iil ron]|»to^h*s nrcitrisliinccs 
(*i fK'H [MTsoniU's, si \\m adini'l 4|iii' I*' milieu vaii*' en (juelque 
«OrU' (lour rlKUiue aiiion, i1 est (Widi'nl 4|iril ii*y a plus do 
n^pfle : car h quel .si«*ne I'eeonnaitra-l-ftri ([ue felle :hv\Um est 
roufonne au milieu? KJIe le sera sans <lcmte loi'squ*«*lie jwirui- 
ira rnnvenahle i*l jusle ; mais aim's e'est la ronvruauce el 
rhtmnAleli' <le Tartion qui serviroiil He inesure pnur fi\er !e 
milieu, tandis <|u»» er drvrait «*lr'e te cttulraire. Ainsi, mriiie 
I»nifiqueuieu1. la ri'*^U' d Aristnt*^ esi sujeili* a ljraueou|» de 
iliffieulteK. C«*peudant , il faiit I'eeouuaJln' qiu* e'<'s( une 
ronniile iujfeniensi*, qui rend enuiple suflisanimeril rluiir inul- 
lilude craelinijs moiales. 

^laintenant si ton exaniine la tloetriue dii juste niiliru, nun 
p1u4 eornmn un erilenum pratir[ue« a pen pres sitflisanl pour 
raelion, mais enrmne un^ i'e«;le el unr' Ini aliso]u(% qui doil 
avoir <wi raison, ce?if alurs qu'eclaleca foulr la faihlessr de 
<^ prineiiK* H d<» h nieihmli' empirirjue (|ui raju-a dounc, 
Cninme Ariatntc s'eslinterdil, au nioins jusrpriei, d<» prf»pos4*r 
nn Mt^'al a la veriu, el a exelu ila^aTtee lout ee* qui iif i«*siilt<» 
pas de la natui'e propre de riiniuini*, il est ronlratut <te fireu- 
dfo pour refjle la iiiovenne rnln* nos passions. <l;ii' il iie ])<iu- 
vair pas el m* voulait pas admrdre, eoiiunr les sopltisles, que 
lout re qui t*sl dans la nature ful lion ; or lexp^'i-ieue** prot^e 
Won que Unites les pnssions eslftHnes sont nuistbles : r\ pni* 
eon!M'»(|U<'ul le milieu enlre les passions exirenies est iiidiciu*' 
jiar Texp^'rienrt' , eoumie un moyen d rehapper au\ perils tlvs 
passions. Mais je ne vois que eelle sode rai.sfui rpii puissc 
juslifier ce prinei|M* : car si vous diles qiie re milieu ♦si eonvr- 

U^ihddf., > pjirij • ^ffci* U nc sAifi^ i^^i f|u<i d'une morale pro»i- 



180 ANTIQUITY 

nabh' en soi, quil est honnoU*, qu'il est obligatoire, jc cherchc 
la raisoii de yvllv eonvc^nanee, dc cctle honn^^lete, de ccttc 
obligation. Le princip(^ du juste milieu sc confond alors avcc 
un principe plus eleve, celui de Thonnete, qui lui-nw^mc nous 
enli*ainera plus haut encore, et jusqu'a I'idee du bien. Mais 
Arislole nc pent aller jusque-la. Ilfaut qu'il trouve la justifi- 
cation de son principe dans la nature humaine telle qu'elle est. 
Or sa regie n'a plus alors que la valeur d'une regie tirce dc 
I'expei'ience, qui pent loujours etre dementie par une expe- 
rience contraire. 

Aristole a senti lui-meme le defaut de sa doctrine. Car, 
apres avoir defini la vertu un juste milieu, il essaie de trouver 
un principe* a ce juste milieu lui-meme. Ce principe, c'est la 
droite raison. II ne suffit done pas d'indiquer une regie pour 
le choix des actions, il faut savoir encore ce que Ton entcnd 
par la droite raison, el la definir completement. 

Aristole ne donne pas cette defmition precise qu'il promet ; 
mais il la nmiphux* par la theorie des vertus intellectuelles. 

II y a deux classes de vertus, les vertus intellectuelles 
(StaxoYiTixai) vX les veitus moral(»s (YjOixai) (1). Les veilus 
morales s'exercenl sur les passions, elles sont un milieu enlre 
le trop et le trop pen ; au fond elles ne sont autre chose que 
1 instinct naturc^l du bien accompagne de la raison (2). C'est 
pourquoi Arislole dit quelque part (3) que le siege de la 
v(M'tu moi'ale est dans la partie irralionnelle de I'ame. Mais la 
partie ralionnc^lle pcMil elle-meme prendre nne bonne on une 
mauvaise direction. La bonne direction de la raison, c'est la 
vertu inl(Ul(M;tuelle ; c'est la droite raison. Ainsi les vertus 
morales sont subordonnees aux vertus intellectuelles. La veitu 

(1) Elh. Nicom,, I, xiii, 1103 a. 11 et en gen6ral le livre VI tout 
cutier. 

(2) Mag. Mar., I, xxxv, 1198 a. 20. To |XcTa Xo'you cTvai ttjv opjxijv 
Tzpoi TO xaXov. 

(3) Mag, Mor., I, v, 11M5 b. 6, 'Kv os Tfo oCku^o) avrai a.\ apexai 
(les veitus moralos). Si les (irandes morales nc sont pas d'Aristote, 
elles cxj'riment bien ceponiant sa peasee, ([uelquefois avcc plus de 
precision que lui-m6riie. 



.VKtBALE Ij'aRISTOTE 181 

intHlrrtii»*ll€ <»st iinlisjM'iisulilr ;hi\ vortiis mornlcs : cur 
aiKUinc vi'itii iiV'?il p(>sNiljl<' sans la prmlcnrr, ijiioiijiu" la (>ni- 
deiice ne soil pas, coiiuik! It' |triisail Plalon, la vitUi uaivt'r- 
srllc. 

CVsi par iTti(» Ihrorie drs votliis imolliTtm4l*'s fur.VnsLnlt' 
«SH:it4* il«* .su|>|il('iM- a (.V <|ui niaiKjin* a sa nmraJr do v(\iv drs 
priocipcs : c'esl la sagcsse oii la srinirr (jiii, (tour IMalmi, 
('tail Irmle la voiiy, vl qnl tli'Vit^iit pcnir Arislnic la preniitTe 
ties vrrliis : aiiisi \'h\r\t\ rlr Ihii liiiii par sr ronroiuli-t' avi'C 
I'idt'al do raulrc. 

Critrr tonlc\s Ivs \(tUis nun-ak's, dojil Aristol*' nans fait 
iin tiU>I<'aii si riihc, si varit*, si i)I<'in ^robsfTvalHrns linrs ^'l 
jiroloudrs {l)t nuns nuns anvtrnuis sijrl*Mil aii\ dt*ii\ plus 
iiiiportaiiU'H, qui s(M'vrut a rallarlHT la inoratr a h\ ih\1\[U\\u\ 
la jiiSliiM* (:?) I't raiiiitit* :i). 

Uuai (Ic plus Iw^au «(ur la jiislin«?>'i I aslrc du soii% iii 
I rioilc du oiaiiu ulnspiirul autaiit dv n.\s|)C(a. Eu rin srns, la 
jusiico esl la nniuiou dn louies It'S veitris : c'l'st la vnau dans 
sou rapport a anlrui. Hn prut drfitiir la j(isiit'(\ dil riirrj,M4pM*' 
iiiviit Arislott\ iv bini d'atilrui (/i). La plus paifailc \fiui 
n'esl ijas ilc sc srrvii* soi-niriiit% mais di* srr vir Irs aulres : 
car <*"t'sl ri* qii'il y a dr plus prjiiblr. Mais, uuirr or sens 
gonrral i*l irop 4*l(*iidu, la justitn* oji a uo auLiv plus par- 
liriilw'r H plus proris. La jusiiro rrposi* sui' rrjjalili* ; uiais 
coiuuK* il y a «lt'u\ sortrs dV'f;alile, il y a aussi doux sorics dc 
justice (r>) : la justice dislrilnilivc (to £v Totl; 5iavo{xaT; £tx«(ov) (II) 
ci la justice corriuuvc uu couuM'Usalivc (to oiopWctxbv) (7). La 

(1) vpirLiii.rv. vn. 

{2) Pour la tlicorie do la juslice. voir Eth. Sicom., 1. V. Mag. Mor,, 

\. I, n. %%xu ot !. n. c. I et IL 
{3^ Puur l.'i itu^ori*' dc r»milk4, voir tUH. !^ieom„ I, Vlll et LK, Siag. 

M^.J, IL t-. vm ad till. Etn. End.. L VH. 

\i\ L, .V, r, ll^J b, K). 'II ^'.Ai'.oTJvrj aii-ri) jUv iiTt TiXit*, ixX* ou-^ 

A^, iXXi sj'o; tT;pe»v.,. tlHO-A, :i, aXXoTf 'ov i'ffliOov 

(5^ Pour la iln'orie erilii'rii dca deux cspt'socs dc justice^ voir 1 V, 

V, VI, VII. 

(5^ n3t) Ik :«i. 

(7| i^i b.23.c;'94l ccllu que Vqu appullo gc^n^raluinout cammutAltvo . 



182 ANTIQUIT* 

premiere a lieu dans loule dislribution ou partage des biens 
et des honneurs; la secondc dans les transaclions et les 
eehanges, dans la reparation des injures ou la compensation 
des dommages. La justice soit distributive, soil commutative, 
suppose n('?cessairement quatre tcrmes. Car il y a d'abord au 
moins deux personnes, puisque tout echange ou toute distri- 
bution ne p(;ut avoir lieu qu'c^ntre deux ou plusieurs persomies ; 
de plus, il y a au moins deux choses, soit distribuces, soit 
echangxH^s. Quel doit eti'e le rapport de ces quatre termes 
pour constitucr la justice (I)? 

La justice, comme toutes les vertus morales, consiste dans 
un certain milieu. Considerons d'abord la justice commutative 
ou compensative. CcHte sorte de justice embrasse deux cas ; 
Techange, et la reparation des torts et des injures. Dans ces 
deux cas, elle est une sorte de milieu entre le trop et le trop 
peu : dans I'echange, il ne faut pas que I'un I'e^ive plus que 
Tautre ne donne ; dans la reparation, il ne faut pas que Tun 
rende plus que Tautre n'a perdu. II en est de mSmc pour la 
justice disti'ibutive : il ne faut point donner trop a celui-ei, 
trop peu a (;elui-la. La justice consiste done toujours dans un 
certain (^quilibre entre le troj) et le trop peu : c'est une sorte 
d'egalite. 

Ci'pendant cette egalite n'est pas la m^me dans ces deux 
especes de justice. Dans I'echange^ par exemple, il n'y a a com- 
parer et a balancer que les choses echangces. Quels que soient 
Uis contraclanis, ni leur rang, ni leur caractere, ni leur for- 
tune ne doit entrer pour rmi dans la determination de la 
quantite eirhangec. lei, le milieu entre le plus et le moins est 
determine par les choses seules, et non par la consideration 
des p<^rsonnes. II en est de meme dans le cas oil un ciloyen 
lese par un autre demande la reparation du toit rcQU. Dans 
ce cas, la justice (independamment de la penalite qu^Aristote 
ne considere pas) consiste simplemenl a enlever au spolialeur 

■ (1) L. v., v. 1130 b. 7. To oBcxov xai id oiviaov, x6 8^xatov xal id faov. 



MORALK D*AR1ST0TE tSS 

lino pnrt egale a la pcrie du spnli*^ ; et, comine il iiy a poinl 
u i'orisi(Uh'(^r la ojnitlilioo ties pofsonncs, le juste rsl iri la 
siiiipit' oi rigoiiiTuse cgaliitMk^ la perUvel dv liinlriiinite. Mais 
dan^ la distribution il y a aiiti'e 4'lios<* a coiisidorer : 11 iie 
siiflit |ias de drlerniiner le rapport des rlitjsrs, il liiiit ki fom- 
biiirr a\Tr h* rapporl dcs prrsonnos ; |>iiisq«e In vcrlu, lo 
ni("*rili% le travail daivont etiUvr ccmmiti rlofin*ni!i d<t loinpar 
ruisoii, Di' la iiii lapjiort romposi* ; ti la jusiicc, an lieu d'<^tre 
uiie siiiifik i'galile, devi*Mil uiii' praporlion (I). 

Atistoto traduii asscz sul»til('ni**iit , \k\v dcs expressions 
matheiuaiiques, res idees sur la jiisUee. La justice djsiribu- 
livo M* n'presenlo I'arihMiii'jH par iiiir pi'i>[jorli<»ii» doiit Irs 
f|uatn' Irniies sout It's deux t'hos4's a parlaj:!:er H les deux 
pt^rsnnnes qui partagent. Pour tfue le partage t^otl iu^U% U 
fiitit (|ii it y ait eguHle dv rap|iorl I'lilre les deui parU el les 
deux ert partageanlii ; que hi part A, par e\rniple, soil ab 
purl li eomnie la pei-sorine G est a la p<'rs4uiii<' IK Dans eo 
fan, qucH*(pie les deux parts ue jioient pas rip^oureuseiiienl 
*'fr^de^» elles sonl pniporti<>niirHc*intMit r|j^;drs, ee qui esi la 
condition fondunientale dc la justice. Ainsi le type on la for- 
mule dc» la jujiilce ili.HiiilHilive est la prtipurlioti suivanlc r A : 
B: : C: D* proporlion discrete f^eometriqiH\ t)ii »e coniprcud 
put» ftUKHJ faciltMneiil la triMliiclinn m:nht'rna(i<{uc dr la jusiico 
enmpeiiHative. Aristote IVxpiiiiic fiar nnc pro|jt)rlion arilhine- 
li<[ue cominue. Mais il est dinicije de conq^rendri? que Foil 
poisHe constrnin* une pro|»orltoii a\c^c iin srul [-:q»|M>rl : cVj^t 
ee cpir a lit^i dans I eclian^n* on duns la rcpiirjtimn piiisqnr alor& 
bjuftUee consiiite dans I'egalile ligouivusi' du gain el dv la 
(lerie. AnxtoU* ii*e|fiM\' ici par un exces de I'igueur et ile subti* 
Ille: audehutde hi Morale il Mconufffue, il tlit iin'risenienl 
qu 11 n<' Taut pas deniander a ta uu>rale tVvaclitnde de la 
gcomelrii^ (*^). 



0) U V«, c. met IV. 



184 ANTIQUlTfe 

Mais qiioiqu'il abuse ici dcs formules mathematiques, il est 
loin de reduirc la morale a des formules ; elles nc sent pour 
lui que des expressions abrcgees, inexactcs par leur rigueur 
meme : el il faut sans cesse leur substituer, dans la pratique, 
la libre et delicate appreciation des faits, des circonstances, 
des rapports, sans laquelle la moi*ale est unc science vide, et 
m^me une science fausse. C'est cetle vue qui a inspire a 
Aiistote sa belle theorie de I'equite. Le premier, il rcconnut 
et fit adnieltrc^ dans la science la distin(!tion naturelle au coeur 
de I'honune de la justice et de I'equite. Le juste est rigoureu- 
semcmt conforme a la loi : I'equilable en est unc modification 
heureuse et legitime (1). La loi en efl'et est une formule 
abstiaite et generale ; il pent aniver qu'elle ne se plie pas a 
tons les cas, et qu'une application stricte de la loi soit injuste 
dans un cas donne. La vraie justice consiste alors a s'ecarter 
de la justice ecrile, non pas de la justice absolue, mais de 
celle qui s'egare par une rigueur absolue (2). L'equite corrige 
rinjustice de la justice elroile : elle est une decision particu- 
liere donl on ne pent pas fixer la formule a Tavance ; car la 
regk* de ce qui est indetermine doit etre elle-mtoe indeler- 
minee, seniblable a la regie lesbienne, qui, etant de plomb, se 
plie aux accidents de la pierre, et en suit les formes et les 
contours, au lieu que la regie de fer ne donne qu'une mcsurc 
roide et inuuobile. Aiiisi I'eciuite s'accommode, sans se cor- 
ronipre, a toutes les circonstances inattendues des fails parti- 
culiers, et retpiite nest pas le conti'aire, mais la perfection de 
la justice. 

Les lapports des homnies ne sont pas seulement regies par 
la justice ou I'equite : une autre vertu, ou du moins une qualitc 
qui ne pent se separer de la vertu, attache les hommes les 
uns aux auties par un lien d'aU'ection, et donne naissance aux 

(1) L. y, 1137 b. 12. To e;:i£ix£; Sixatov {xsv lutiv, ou to xaravo'jiov ol 
aXk* EJcavo'pGwjia vo{i/[xou Bixafou. 

(2/ lb. 24. BAxiov (e;;iiixJ;) xivd; Sixaiou, ou lou a;:Xw;, aXXi toS 8ta 
10 inkCji a(xapT7[(xaT0{. 



iv 



M<)IIAI.E d'aRISTOTK 185 

difT^'Trrilrs iijysochlioiis dcs linrnmi's rnlre eux, ct m^'mc a la 
plus gnmilr <lt*s assorialions, a TKliit : cVst lamilit' (I). Aris- 
Inlr, avanl li*s sittil'icds^ i\ insisii' sur la tbiTe dii lien 
social parmi les honimes. el los leiitlaiH'es alFcetiicuses H 
soeialrs dr noli-r iiahire* L'amitio c&l pour liii cv jH'infipt' di* 
toiilos nos ulFiTlioiis, dr ialTrrlinti coiijiigide conime d(! I'at- 
fertton fdialr, paleinelle ou fi^alrrndlo, deramitir propmiii'iU 
diu.', el (*nlln de raiiafhoinfiU ((tu* riKunnie ^[iruuv*: miluiTlle- 
tiH'nl pour rhuiiiiiu', on do b philiiiuhropie ("2). 

Arislulf disiiiigiii' la jiisiice H lamitiL' par tpielques trails 
bien sabis. 8ii|ipose/ les homines unis par riimilie, dii-il, ils 
n'airraient pas iK-soiu tlr la jiisiire ; mais, en les sn[»posaul 
jiisle-H^ \h uuront eneuiH' liesoin de lamitie. Ce qii 11 y a do 
pluH juste an nmiKlr, ilii-ii eneore oxcellenmienl, cesl la 
juHtiet» inspinv par ralleeticm (3). II y a dans rainilie eonime 
dans la jusliee une eeriaine egalite el nne eeiaaine propMr- 
Uou ; niais dans la jiislke, celail le merile qu'il tallait 
conftiderer avaiit la <pianlite ; dans raniilie , an roiili*aire, 
e'eHl puiir aiiiHi dirr la qnanlile (pi il taut melire avanl le 
nit'nlt'(i); cpioitpril faille h^nir I'onipte dn nn^riti^ lU* I'libjil 
aiim'% U fuut Mirloul lenir eonipte de la quantite dalTeclion 
qn'ilnons l»''niuij;nr, et il Taiil payer radeetion par laireerion. 

L':unilie est nn seiithnetil si nalirrel, quelle exisle, en qnel- 
tpje siMie, inenie entre les objels iminimes, * La lerre des&e- 

• cliec , dil ICuripide, est ainourense de la phi it* , el le 

• nuijeHtneuv Tranits, Ini -menie, quand H est ehar-^i* de pinie, 

• hrnle dn dt^sii- de se pnrqjiler *laiis le sfiii de la lerre (5). > 
MiilK e'est Mjriont enlre les Imniuies ipie I aniitie est naUi- 



a) L. Vin, c. K 1155 4. L 'K^T^ Y»p ipttij ti; (?iXta). ^ f*.ec ifirr^i, 
fi) It. Of, 'M, "OOiv T4^; 9dAv0^tu^o;ii ii:aivou|iiv, ei plus iuiu |t^.2U); 
TO>i 9tXop''Xo>j iJc^tvoSJjAiv. Voy«x kiutce ciiapitre^ 

{%} It, I. VIIJ, 1^ 1155 a 28. K*\ T&v Sixa^cuv to {lo^^Lvta ^tXm^ ilvat 

ii) It, X, 1159 b. 2, •|ft«otr,;^iXoTT,€. IX, 1158 b. 31. *Ev Zl Tj 

(5j L. VIII, I. 1155 b. 2. 



186 ANTlQint 

TvWv. l\ n\ a Yivn dv plus nvvrss-Aln^ a !a vie. A qmn st^rvonl 
losi rirlirssi's I't \v. [loiivoir sans nmilic'*? (Mi irmiwv dcs 
secoufs t'l «U's iNnisolalions datiu I'inforliifH', si Ton ost prive 
d'amis? Q'lui (]ui a voyage sail a qu(^] poiiil. I ]ininiiir ost ami 
de rtiomnn', ot cambit^n la sotit'le de sou seniblable lui 
convii'jii i4 Ir rliainn'. 

ArisloU; iJii f(ue le principe de I'amitie c'esi ramoiir de 
soi (I) ; ttiats l\ le dil dans iin si'us ('drvf* qui n^a i-ii'ii dv roni- 
iiiiin avH' Irs maximi's i\v rm>lii rpicuricnnr. II y a im 
cguismi' grt^ssior, viil|(airo, meprisr ct iiR'pris;ibl(% qui coosiste 
h n'aiunT rjue la pqrlie iiiferieure de soi-mriin*, siege des 
desirs ct dcs passions, a la saUsfaire par lous I(*s inoyr^ns, en 
lu eoiublaiU de i*icliesses, d'luuiiieurs, de plaisirs honltnix. Ce 
n'est pas le veillable aniotir de soi. Caw lesseiiee de rhomme 
iresl ]juirit dans fi-Lle parlie infei'ieure et sei'vde. L'honime 
vrrilaidi' reside dans la liberie el dans la ralson. Or, aimer 
eetle noble parUe de I'anie, la rend re heiircnse en lui pro- 
L'uranl le bien reel el inappn'-eiable du conlenlenienl de soi- 
meme , la deveb>|»p(T sans cesse par de nouveaux arles 
conformes a sa deslinaliun H lui fiure fi\ire cliaque jour im 
pas nouveau dans la vertu , c'est-a-dire dans le bonbeiir ; 
n esl'Ct* pas s'aimer verilablemtml soi-meme ('2) ? Et, eepen- 
danl, (|ni osera appeler du uoni uieprisable d'e^oisle eelui qui 
est U*iuperanl, jiisle, geru^reux? C'esl la qu'esl Ic veritable 
fondemt^nl de i'amiiie. Oir un ami, dil le proverbe, est un 
aulre soi-meme- Ou u'aiuie les anires que puree que Ton 
js'aime soi-nieme de cet auiour eelaire el verUu*ux qui n'ap- 
parlienl qua Thonuete linumie. Le mt^eliaut n*aime pers(»nne, 
iti lui-iueme: il ne syuipalliise ])as un'^me avee soi. Qimment 
syiupalliiserail-il avee les aulres? S'ainuT soi-m(*me tut aimer 
Ics aulres, dans le vrai sens , n'est qu'une seule el mt^me 
cliose ; c'est aimer en soi ou dans les autrcs la veilu. Arislole 



{l\ L. IX. vui tout eotier. 

(2) L. IX, vtu, 1158 b, 35. Kai ^iXajto; 5)j }jLaXt<rT« 6 towto otYafftov 



MORALE D ARISTOTE 



187 



nWiv doiu' pas i\ rainilieson jirinriiH' il*''sinlriTssf% en In rmwc- 
naiil u laiiioiir tir soL Au nnitriurv, il en exprioie k^ vrai 
juaracli^ri' tlatis cnHir phrase atimirable: f L'amilk' senilile 
I'on^i.sU^i- Uivn pUiM a mnur i\u'\i elre aime (1). « 

La iHTrrerioii di; la vie swiale, i)i\Uiqm\ poliii«|ue est dan^ 
la justire uiii4' a I iitll^lii^ Alais cuiiiiue aii-deijsuii de la veitii 
uiurale i) > u hi veiiu iiKelleeliielle, au-ileiijius de la vieaelivc 
iM [H»litN|ue il laid [ilarer tme vie superieiiri', ijtii esi I'aclo de 
la pjui» paifaile parlie de iioiiii laenies, la vie eoiitemplative (2). 

Ci* iiiii eonsUlue ^'ssenliellemeiit rhomine, ee nest pas fc 
compos** dame el de eorps, de passkm;* e.i dliabjiudes qua 
lious voyoiis, (J 'e^t ce qu'il y a en liii de plus Huldinie, ee qui 
roiunuHKle au resle ; e'esl rinlellij;ein'e on la peusee. La 
lueilk-ure vie, h' ineilleur acie, le paifajt boiiheiir, la pailajte 
Vi'iiii esl didir daus la vie de la peiis»*e, eVsl-a-diri' dans la 
vie coiUeiuplalive. Lliomuie politique, e'est-u-dire riumiiiie 
ie0i|H'raiit, eimrageuii, piudeot, jusle ct soeialile, eu sans 
(Joule plus lieiireux que le voluplueui ; nmis il ue |)o$sede pas 
|e |iarfnit bouheur. La vie potitique esl pleiiie d agitation el ile 
tuinulles que rie eonaail pas k' vrai 8a^e (:t). Ktle ignore k) 
k>uir et le i*epos^ cetiij {(arantie ei ee prjx de la sagcsse ; elle 
ciil liiiijourfi oeenp^'e a di's ae(es exierieurs. Dans la vie poli- 
litjue, auctiti bonuiie tie ii'ouve la verlu ou le bunheur en siii : 
it m ie suflll done pas a lui-nietni*. Oi% la JiMflis^nec (avrapxiix) 
fHi U* eai*aeiej^r pciaeipal du 8ouverain bieii. L'Etat se Kuflil a 
sai'ineme. Dieu .ve jjuflil ii soijuenus Ui vie i onteiiq^lativt^ *c 
saiMi a eUe-nieiue, Se eroyez pas qu elle soil inirle t^i uiMve ; 
\j€e ftetiiit aloi^ le caiiirajri; du liontn'ur, Hon, raeiion d*^ la 
}^mei\ quoiqui' »olitairu, ji'i^n vM pa(» moiu$ la [Am foite de 



ji\ L VII r. VIII, 1159 a 27. Aoxi! 3' tv ly piXitv (aSaXov ?i tv tw 
^Uil-jOat ilv«i. 

(2j Pour 1ft theorid d« la vi« cQuteinp'alfvc^ voir Kth, plk*f 1, X, 
VI 1^ jufiqu'A la fin. 

(3} L. X, VII. 1177 b. 4. Aoxil xt 5j tyiai|iovt« iv Tjj a/oXj ilv«'.,. 12 



188 A^iTlQUlTfe 

lollies (1). CVsl iinfi action |)lrine el <*omM'nliTO qm est loute 
en sol, 

11 y u dans riioinmf^ quelqiie chose tie tiivin ("2) ; ol il esl 
djgnc de Thommn de s'eltver au-tlessus des condilions de sa 
nature, Qiii'l{|iies-uns discnl qiril Aiul n'avoir que des senli* 
ments ctHd'ormes a rhumanile quand on est humnie, et 
n'aspirtT qua la deslinee d"un raorlel puisque Ton esl mortel. 
Mais ct'tie par tit* divine de notre Hk esl ce (jui consliliie 
eissenlielk'nu'ul llioinnie, C'esl |>ar la quv rhonime se rap- 
proche des dieiix donl I'essenee <^st la pensee : par la il 
s'assure de riinniorlalile. Eli quoi ! s iniagine-l-on que les 
dieux sont cniirapreiix, lenq>ei'anls, (julls Conl des presents, 
coutraetenldes t!n«ra^H'intiits, restitueiil desdi'*pats? De |KU"eils 
aeiesne sont-ils pas indii<nes de la nature divine? El cependanl 
les dienx exisl4Mit ! tls vivent, its agissciU !, Car on iie |>eul pas 
croire (julls d(>i*nienl elerni^llrnienl eonirne Eiidyuiiijn. lis 
pensenl, et eette pensec? elei'iielle, toujours presente, j'eeueillie 
enelle-nn^me, dans iine infatinrabli* ronlemptalion, eslTessence 
de leur iHre el la source de leur iiarfail lionheur. Qu*y a-t-il 
de meilleui' pour 1 honinie que de resseiiiljlcr aax dieux (;^)? 

Cetie iheoiie de la vie coulemplalive esl sans doule d'tinc 
f»i'amieur vi d'une heaiile ineonleslablfs. C'est pai' la surloiil 
((ue la uHJi'aie d'Ai'isiote a pu se eoneilier an moycii a^n% 
sans irop d*; violence, avec la morale chretienne ; mais une 
telle conclusion ne dement-elli* pas les pi'iuripes qu'Aristote 
expose ail debut de sa morale t Nous le voyoiis, par exeniple, 
eiablir que la science dn souveiain bien esl la polilique : et 
voici qu'il place le souvcrain bien an-dessus de la vie [>i>ti- 
tit]Uf\ daus la vie de coirU^in[)lalion. (le qiril y a de parlail ei 
di* supreme dans le bonheur echappe done a la puliiique et 
n'appartient (|u a la science, qui esl, s(^lon Aristotc, la science 

(1) L. X» VII, 1177 a. 19. KparrsWi^tE yap eotiv f; ivip-^da, 

(2) L. X, vn, 1177 b. 27. Oil yko t\ avOp(u;:d; ettiv, oGtw ^ttiigstat , 
aXX' il OeIov Ti Ev a-jTw Lnx^/i'.. Cf. s^q. 

(3) L. X, c. VI], VIII, IX. DiiQs la Mor, A Ettdt^M. on trouve un paa- 
ftago eocore plus Tort. Ktv.l yap «ca; rravt* to «v'ji|jitv OeIov, 



MORALE b ARIHTUTE !89 

du bonheur, Aussi Arislole drdare-l-il qiichjin^ pari que la 
vorlii poliiiquf sc cHslinguc do la verlu parfaile ; que, daiiy 
rfclal, I hommo do hum rsi criui qui suit obi'ir iH comman- 
der, mais que le vpritable homme do bieo est tout aulre t'hose. 
II y a unr srirnro siiprrieurt* a la poliliqur, el a laqiu'lli* il 
appartirnl dcjirjjrr 1<' >Tai bk*n, Ic vrai bonheur, la vi*ak' viM'tii, 

Dc plus, la llii'orie dr la vie cOTilemjilalive, el en general, 
ces prineipes d'Aiislulr, ([iie la vcrUi doil el re T-eeherrhee 
pour elle-meme, que le beau el riionuele soul desirables par 
leur nalTire propre, que la verlu el riiumnie verttH'ux son! la 
nu'sun' de loules rhoses, toul eria se eoncilie-l-il avee eelle 
melhodt^ etroite du dV'lujl de rA7/o*(yi(e qui n'admel que Fobser- 
valion et I'analyse des fails, et ipii ne lire des faits que les 
?generalilej» vrais<'niblables ? La miHhode quArislote pretend 
aiqdiquer a la mnrale pourrailelle, prisi^ a la rigueur, donner 
aulre eliose que iles (jiineipes luul an plus vraisemblabli's? 
Lubs^'rvalinu si-ule suiliiail-elle a elablir (|ue la vertu vaul 
niieu\ cpie le plaisir. el que la verlu ronleniplalive est supi'- 
rieure a la verlu aelive? L'idee nuMue de la verlu ne suppose- 
l*elle pas, outi-e la volonle el la praiique dans la^^eut, une 
loi superieure a laf^enl nienie, a lar|uelle il se suuniet? El 
tt>sl-ep pus eelie loi quAHslote avail en vue loi-squll disajl : 
Li* beiiu et Hiouneledoiveiil elre ireherrhes puureux-memes? 
Ainsi an fond iiirnie de relte uiorali*, en :qii»arenre eiupirique, 
r^ide loujours IVspiii de llalon. ("est ccl esprit qui la 
jMirte au dria d'ellr-nienie el ile ses propres lendaniH'S. 

Kn idlV'l, s il ny a pas de bien en soi, de bien universel, par 
quoi ponve/.-vous niesurer la dilFereuee des bieus? La seulc 
meiare possible est le plaisir: or, Aiisloie deejare au con- 
Irairr avee raisoii tpie c'esi la Vf-rlu qui est la nu'siire du 
plaisir? Mais pounpjoi en est-it aiusi :f i^mrtpioi mesurey,- 
votin le pl.iisir par la vertu vt mm la vertu [lar b' plaisir? 
r'esl que Tune, sans doule, vaul iiueu\ que Tautre. Mais 
piiurquoi vaut-elle mieiix T Parre qu il y a plus d'aele, dites- 
VotiK, c'esl-a-dLiH' de realite d;ui^ I'line que dans Tautre, et 



ltd ANTIQUltfi 

C'est Ifl n*alile de I'unr f[ui Sfi rommunif|yo ii Tawtre. Mais a 
qnoi r(H!«nna1ssor-voiis pfifm qdll y a plus tracle, cVst-iWIirc 
plus dx'lrt* dans la Teriu que dans It* plaisir? CVsl quo yous 
avpz une mesure supmoCire ii laqueHe vous rapporlpx lout; 
Tons avez Vkivt^ d*«n aeie supn^me, d'unf prrft^clion suiin'me , 
ft vous esUnicz ccs pcTTections sulinrdoniiri's en prf>p<irl?nn 
do lour r<?ssomblanro aver b pci-fwlion ptTitiieiv, Enfin* vous 
doclarox que hi vie <*onlenipliitivo. esi la m(*il!<'ure inwcv 
quVlle ressomble u la vie des dieux. Yous savex done re qiu^ 
c'esl que la vie des dieux, puisepi'elle vous spi1 de lype el fie 
modele pour mesurer la perfeetion de la vie huniaiiie. 11 y a 
done un souverain bien, un bien en soi. Vous diles que la 
morale ne recherche que le bien humain et non !e bi<'n divin, 
ei e'est par le bien divin que vous jugez le bien buniain ; 
vous diles que la moi'ale ii'emp?unte pas ses priucipes a iinr» 
autre science, el voiis emprnnte/. cepen<Iunt a la niela- 
physitfUe Tidee du bien divin, resl-;i-dire de la [lensee 
eiemellc, et c'esl sur eellt^ idee q«e vous eopiez le bien 
humain, c'est-a-dire la vie eonteniplalive. Or, cetle idee domino 
toule la morale d'Aiislote: car la vie contemplative n'esl 
qu'une tmitalion de la vie divine ; la vie active on politique, 
((ui repose dans la verlu morale, n'est qu'une preparation a la 
vie contemplative ; el enfin la vie voluptuense ne vaut rien, 
paree que !e plaisii- n'a tie valeur qu'aulaiit qu'il resulti' de la 
Tie active otl de la vie eontem illative. Arislote a done tort d(5 
eroire qu'il se separe de la morale de Phiton. II invoque. It 
est vrai^ de nouviviux prineipes, une nouvcUe melhode ; luais 
*'e n'est point par sa melhode seuh% r'est par Trdee persis- 
lante de ee hi(*n en soi, qu'il conserve en le niant, qu'il a pu 
I'dever une morale tligue de ee nam. 11 a I'nison de dir*e ^pu' le 
eharpenlier ne devieut pas plus habile tlans la pi'ati(|ui' de son 
art par la eonlemplufion du bien en <ioi ; jian c que Tart dil 
ehurpenlier ne eonsiste ffue daus certiunes experiences fpii, 
souvent repetees, deviennent habitudes, ct (jui ont pour 
mesui'c le lesultat ra(*nu\ Mais il nen esi pus ainsi en morale. 



POLITTQUE D*AE1STOTE 191 

I^ r^liotition dos oi^mcs aclcs ue produit hi verlii qua b 
conditiuii di' driivcr di^ corlniiis pi iiifi[>cs, oi d't^tiT fails en 
^ue dull bii'ii qui soil bun par hd-nieiue, ("csl cc qu'ArisloU* 
seinblc oitT, au coDiiiU'n**i*me*ni df sa niarak* : c est ce qu'il 
uflirmc ciisuite fxpn'ss^'riiK^iiL TrlU* t'si la i'oiilradk'lioQ radi- 
Cali' doul y wr pcut j>as vivv dis<:iili)i». 

l\)UTi(jt'B» — Si It* plus <;rafid bk'n de I'iiidividu est la vie 
couU'Hiplalive, il y a rcpciidaul uii plus grand birn encore, 
scion ArisloU' *. (*Vsl lo bicn dt? I'Ktat (I). La scioniT du sou- 
vemin bit-n a'esl done ctrnipltMe que si tVlle tiaiie flu bicn dans 
rtlal. Ccsl ainsi que la morale renlro cl se ronfond dans la 
poliliqui'. 

La mcUiode d'Arislottr, dans sa politique, esl la rat^me que 
dans sa moialc: robjw^rvalion ei Fanalysc (2). Cesl mm 
ni('^(liodc louU-! eontraire a eelle de I'lalon. fk'lui-ei, dans le 
Poiiiiquey proeedc* par la iiielhofle lo^ique de di'liniiioo el do 
division ; dans la Ii»''pnhfiqni\ par la nielhode danaUigie, 
]mis([u il condul sans eesse, sans aucune autre niison que la 
»nusend>lane«', de lindividu a Tfitni ; dims les Ao*<f enfm* par 
la melliode de eonslniclitrrt : car jl iuiajjfioe ee que peul <Mre 
ou doil elre iin £lal bieu gouverne, sans rhereher d'aburd ii 
determiner par lexperience ce que c'est que TEtal. Aussi 
doit'Un rendre eelle justice a Arisiote^ i|u'il a tumU* la scienec 
de la polilique, si eilui-la doit ♦'•tre regai*de cumnie le fon- 



|lj Voy« plus hiiui, p. 99. 11 semble que ce ftoii 14 la so'uUon de 
1a conlrttUiciiuu sijyfnali'O, li i*;ivoir <|U0 dune part, »*eIon Arintotc, c'est 
J < , qui eotilient la morale, cl «|ue de Taulre la vie eontcm- 

l itt' final lie h» muiale, esi superieur n la vie politique. Cc 

M * 'Unsriudivi<lui|ue la ••unlomp'ationseiaitsiipprieuro 

A ' I ue r ce qui nempteho pas que le bien de I'Etal, 

<* ,^ oien de lous, ne »uit su|itricur au bieu dun seuL 

N la contradiction t^ub^isle suivant nous; car si le bien de 

.] I MM iir-ui au bien de lindividu, chacun doit pr^fcrcr Ic 

|b; »j bicn piopre, et par conatHju^^nl la vie pLditii|ue A la 

'»' , t\ Siau f'ontraire la coniemplaiion ei»t superieure A 

fci vin fHjluique, c'e«t qu« le bien ahi^olu dans I'indnidu C9t dun 
ordpc Hiif.ericur au bien de PKiat; ct par consequent c'cst la f»oHti- 
quc qui C8i subordonn6« h la morale, et non la morale 4 la puliiiquo. 

(2) md. 



19 '2 ANTIQUIT*: 

daletir d'unc sn'ieiice qiir lui tlonnc sa nu'thode, S4is divisltnis, 
sa laii|?in% H {[m a Ic piTiiiier rtTueilli im nombre f(tnsi(lera- 
ble <Je l^iiLs. La [iQliiiqur dv Plalon t^st adiiurablo sans doule : die 
est pleinc dc grandes aspirations et dc vues profondes. Mais, 
ianlf^ d'lini* vraiV mtUbode, rriti' poliliqiie manqae di^ base. 
Le vrai y roni'oiilri^ a etiafiue iiislaiu lo t!himm<]iic : h^ nrl 
ri riiieid, Ic possible cl llmpossible s'y cofifotidi^nl pcrpe- 
Itiellcnient. Poiil-otre dependant ne &erail-il pas jiiste de sacri* 
fior iri romplt'tcMuonl Plalon ii Arislott'; rar il y uiira loiijours 
deux nii'diodrs en politique: Tune qui pai't de Udeal et Taulro 
du reel; et pcul-t^lre sont-elles aussi iiecessaires I'line que 
I'aulre. Ni'anuioins il iiVsl f[iie juste de dire qne la i)oHli(pic 
d'Arislote nous otlVe iin terrain plussolide quo eelle de l*laloii: 
si (die n'cst pas loujours vraie, ellc repose toujour^ sur de» 
fails adniii'ablenH^nl observes. S'i! ne devanee pas son temps, 
il le eomprend superieurement ; et son livre est la Iheorie la 
plus profondi' el la plus conipliHe ile la soeiete anciennc. 

Aristole nous nionlre dans la faniille Forigine d(^ I'tlat, 
quoiqull iw (Mnfoniie jias, etunjuc Sorralc etPlnton, I'Eiat et 
la faniille. Lne assoeiatiori de fandlles foiine un village, el 
une assoeialion de vilbijjes, iin filat, L'felat est la deruieie des 
assoeialions, et leur tin a toutes (2) ; c'esl dans Pfilat scu- 
lenient que eliacune rrelles Irouve a subvenir a ses hesoins. 
L'Jilat est done une assueiulion qui se suHU a elle-nieine (3). H 
suit de la que I'filal esl un fail natinel : vnv s'il est dans la 
destination dt* rbommt\ tl Paul (pi'il soil ronlonne a sa nature. 
On peul nieine di»*e que la nature de rhoinine u'l^sl parfaite 
que dans PElat, puisque Pf^lal est la seule assoeialion cpii S45 
suHisea elb^-uK^'me. « L'iiomnie esl done un elrenaturellrnu'ni 
six'ialde ; et eelui qui ivsle sauvage par organisation, rt nou 



^l) Sur I'opposition de methodes de Platoa et Aristote, opposition 
quit me faut pas d'ailleurd cxagdrer^ voir la note qui tcrniiae ce 
chapilre. 

{2) Pot., I U c. I, I 1, 1252 b. 31. Sko; Uilvm/. 

(3) /^., 29. £/oj7a -U;^ai xtj; a^Tapjt^fat;. 




rOLITIQrE d'awstote 193 

par rcffet du hasard, est cerlmnomenl ou un iHrc degfi*niie ou 
un ^Irc supericiir a IrsprtT hiiimiine (I), • Tout pronve que 
rhomme a ele dcsline par la nature a vivro vn sixii*to. Lcs 
aulri's animaiix D'oni qiie la voix : liii seul jouit dc la parole 
t faile pour ex primer le hien el le mal, le juste el rinjnsie; 
or, e'est le propre de rhomme enlre tons les animaux de seiilir 
Li diiren^fice dn Itien el dii nud, dii juste el de I'injusle ; ei 
c'est la mm^ eii couknuiii de ces senliments qui coiisUlite la 
famille el I'fctat (?). » Sans lois, sans faniille. sans jnslice, 
sans afiVelions^ riionmie est le dernier des aninianx : » 11 ii'y 
a rien dc plus affrcux que Ilnjusliee ainiee. » Mais 11 esl Ic 
premier, quand il se s<»nmel a la jirsiite : or, le ilroii on le 
juste esl la reffh* el le bul de I'assoeiation prdiiif(ue(I?). Cesl la 
le hien en vue ilnquel celle assc»eiation exisU', 4'1 par laqiielle 
elle se niainlient. 

Si I'Ktal se eompose de finiiilles, pour bien eonnallre TFJal, 
il faut anaJ>'S4'r la t'aniille. II >' aqtialre parlies dans la ramille: 
la femme, les cnfanls, les ewdaves et les biens. Ix* ehef de 
raniilk; esl dune, selon le point de vue (pie Tun eonsitlere, 
niari, pere, nrailre on proprieiaiiv. De ecs fpialre rap[)orts 
celui qui htlire d'aburd raltcnliou d'Arislole, ft qull H'allai*he 
h v\\AU\mv avei* le plus ^nand simii, esl eehii de nialtix* a 
4'S«-lav(\ l*ar une profoudi' inlelli*^^riHM' de la soeiHr antique, it 
plaee a la lele de son oiivi'aj^e, connne le lin''«nvnu' prineijial, 
ki diMuonstraiion ilr IVselavage. 

Au leiups d'Aristoti*, I'esclavafje etail devenn un prohlrnu*. 
Celail un grand progrrs. Tne soeirti* qui ehei elie a justilier 
*e.H abus pronve par la uuHne quelle en iloiile. Nous ap|ire- 
nons par Anstole tpie ecrt^iins [j|irl<isopln's de son lemps 
eonleslaienl le droit de I eselava^'<\ « II en est, dil-il, (|iii 
preleudeul que le |H>uvnir du inaiire i*st ettrun- nature ; que la 
loi 84!Ule fail des houinies libres et des esclavei^, mais que la 



fl) IK 1253 a. 2. 
(2) /^, 1253 11. II. 

JaKkt. — Science p4ditique. 



13 



194 AMTIQUITf; 

naliirc ne met aiiciine dilVerence enlre eiix, el que par conse- 
quent I'esclavage est inique, piiisqiie h\ violeiu'c Vvi pro- 
duil(l}. i Pcut-etrc co langugc si Iiardi est-il en realile inoins 
etonnant qu*il ne parait V^ire. La disttnetion de la nature et 
do la ioi etait populaire depuis les sophisli's. On avail considere 
coiiime lo i-esuJlal de la Un toiUi's k!S idi-es morales, el nu^mo 
le eulte des dieux : faudrail-il s'lHonuer que I'esclavage fiit 
compiis, lui aussi, dans le nombre des choses de convention ? 
Si ccUe supposition eiail jusle^ il .sc Irouverait que ce soni Ics 
advcrsaircs de Tordre soiaal, qui, les premiers, ont attaque 
Tesclavagc. Aristote aurait pu croirc alors que la defense de 
Tesclavage eiait la defense dc la soeiete mt^me, Quoi qn'il on 
soil, voiei k's raisous spet^ieuses et profLmdes qu*il ojiposeauK 
pliilanlhropes de son temps. 

11 rcmarqne que la propi'iele est une parlie cssentielle de la 
faniillc (■2)> et necessairement de I'Eiat : ear les honimes ont 
des besoins ; il leur faut done de quot satisfaire a ces besoius. 
Mais la projiriete (*si inutile sans instruments, puisqu clle ne 
produit rien d'elle-meiii*; : et ces instruments aont de deux 
sortcs ; les uns iuaniimls, les autres vivanls (3). Par cxemple, 
dans uu * navire^ le gouvernail est un iuslrument sans vie, et 
le matelot de la prone un instrument vivanl ». — t Si chaquc 
instrument pouvait, sur un ordre rei^'u, ou mt^me devine, 
travailler de lui-mOme, cumme les statues de Dedale, ou les 
trepieds de Vulcain, qui se rendaieut seuls, dit le poele, aux 
reunions des dieux, si les navelKrs tissaient toutes seulcs, 
si Tarehet jouait tout seul de la cilliare, les enlre|»reneurs sc 
passeraieni irouvriei's, et les niaitr-es, d'eselaves ('i). » Les 
instruments ne sont pas setilement necessaircs a la propriike, 



(1) 1253 b. 20. Tol; Sj r.apk ^i^jev to SearoTilv . On ne salt h. qui 
Aristote fait allusion. ScTaknt-t^o los sftphistc.^ ou lest cyuiquasT 
Peut-f^tre iSkiit-cc une objection que Ton faii>ait dans le mondei 
noo datjs telle ou telle eeolo de philosaphie, 

(2j /fr.> ib, 23. 'H XTTjat;, \iipo; xffi o<x^at;*Trt. 

(3J Ib,^ ib.j 28. Ta p£v S^"*'/** '» ^^ e^^'*''*/*' 

(4) B., ib,, 37. 



POLITKJUE D'ARISTOTE 105 

lis soni eiix-mi^mos un«* propritHiV. On voil par la ce que c'est 
que resdave : cV'ri cTliii « qui, p;ir lui do nature, nc s*ap« 
particnt pas ii Idi-iTic'iiie, mais qrii, ityni tm ('lant hommo, 

apparttrtil a irn aiUrc 11 est Ihonime dun autre 

In>mm*? (t). > !1 est impossible do donner unc dctinilion plus 
profoTide ol plus oxafk* de rcs(*lavo. On voit siir quo! fon- 
dcinent rllo nqxise ; la nrcossile di* iioiirvoii' a la subsistance 
par dos iiistnjiTiriiis vivnnls. 

Mais Arislotc no so ronlontc pas {r<Ual)ltr colic necessite* 
LVjM'iavafTo ni' pout rliv jusio; a sos youx quo si la nature olio- 
m<^mo a croo dos liominos pitur eollo ooiidition. Yoioi encore 
un priudpe inoonlostablo. La uiitupo a rendu n<^rcssaire, dans 
raooomplissouient <lo tfiute aetion, Tunion de laiitorite ol dc 
robtnssanoo (2) ; ot cllo a ordonno que los (Hros los plus 
parfailsoonunandassont a o^^ux qui lo snnl inoins, par exemple, 
rhomme aux aiiimaux, 1 amo an rorps. Or, Inrsque lautont^ 
o^t dan$ la natiin-, o]le ost aussi utile a ooliii qui obril qtfa 
roliii rpii oonimando. Mais oxisle-l-il i\v lols hanuuos, ;iussi 
Inforiours aux autrrs Iwmnnos, que la bruto elle-nu^nie? S'il 
en oxisto , cru\-la sont dosliiies a s^Tvir : il ost jiKsl(% il 
esl ulile pfiur oux-meme^ d^dteir porpetiiolltinout. Or, il 
5 a do8 honniio!^ qui n ont quo juslo oo (|u'il (aut flo i-aisuu 
pour eornprondro la raison dos anlres. Cc sonl renx donl 
le travail 4Mirp«*n'l est le soul i*inpl(>i ulile. II est t'videut que' 
do tel'i iHiinnii's ne pouvent s aiqKirlonir a ouxinonios : \h 
appartionnont done li d*aulros; l\s soni dom* ost^Iavos par 
nature (3). 

Aristule va jusqu a pri'lmdri* quo la destination pnnntiv<^ 
de. rhomnio librc el dij Toj^'lavo so tndiit tlans la eonfor- 
Illation nn'^nie du corps ; « Lt nature, dit-il, a eroo les coi*p9 
dcii honmios Ubivs diflorents dc cctix des osolaves, dormant a 



(1) f*., 12SI a. 14. 'O Y*P }^h *^''>3 T^'f "^^ «5JloiJ, 5v0p<uRos 81 

tV) /*., iK 21 To ip7itv %xi TO ip/iiO«t. 
iZ) IK ttf,, b. 19, <l»^^7n or>5Xf)«, 



196 ANTlQlTITfe 

ceux-ci la vi^uoiir neccssaire dans Irs g^ros oiivrages de la 
socioU% rt^ndiinl iin conlraire ceux-la incapahles dc coiirbt^r 
lc»iir (Iroile sU>Uire a wa rw\vs labours (t). » Voila roxlrTif^iir 
iU*. riioiniiip (jjii sort de sigiic pour deroiivrir los vraisliommes 
libres el Uts vmis esdaves. Mais ee sijfiu* n'csL |>a<i iofaillibk*: 
t Soiivpiil il arrive loul le ooiUrairOj j'en convicns; el les ims 
n*(mt di' rhoiiime libre que le corps, comme les aiilres ii'en 
out *[iie l';\iiie. » Aiiisi, de I'aveu d'Arislok% il n'y a point dc 
si|(ne rrrlniii qui permelle de dislinj^uer sans crreiir riiomme 
lilire el resrlav<\ Cependaiil, duns son sysleme, IVsclavage 
nVst |K>iiiL arlnlraire, lout lioinme ne peut pa,*; elre eselave : 
eeciii-lii scid Test legilimement, ([ui Fesl iialurellemenl. Esl-il 
done bien si'ir que renx qui serveiil sonl les nu-mes que la 
nature a destines a servir? Question redotiU»ble, qui sufiisait, 
• si die en I ele posec par les csclavcs, ponr bouleverser toule 
la sociele ancienne. 

Cc qui est remarquable dans ectte discussion, e'est tpi^AHs- 
lote a essay/' de deeonvrir pour resclava^e nn |>rineipe 
philosopbique. 11 ne s'est pas conlenle, eomme on le faisait dc 
son li'uqjs, de I'appuyer sur le droit du plus fort, el sur 
I'autorile des eonvt^nlions. 11 monlt*e au eonti'aire que eette 
double oi'i<5ine n'e\pli<pu* et ne juslilio rien. Car ni la vio- 
lence, ni la loi nc pen vent fairc Tcsclave dim homine cehii 
qui lui est e^al on superienr par le nierU<\ Ce sont des 
accidenls qui ne pen vent donnei' naissaiu'e a aucun droit : ear 
le fail d'tHre vainqneur ou dY'tre vaineu, d'etre prisonnier dc 
guerre, elc, ne change en rien les rapfjorls naturels des 
bonunes, nc pent ctabbi* rini'^^^jUite la oil la nature a mis 
Tegalile, ni faire de rinfcrleur le maitre. C'est alors que 
Tesclavage deviendrait injusle el arbilraire. Loin d'unir le 
niaitre el Tesclave dans un intrret commun, ainsi que eela 
doit eliT, un lei I'envcrsenK^nl les rcndiait m'cessaircnieut 
cnnemis Tun de Tautrc : car il est odieux que le droit de 



(1) lt»., ib., 27. 



rOLITTQCE DARISTOTE 197 

coiuiiiander piu'sse avoii' une aulrc eausc que la suprrioriie 
du merile (1). 

Mais il y a bien des difficuUes dans cettc theoHe absoluc de 
resL'bvage. Pour no s'tHre pas contenti' de raiTr|»ter t'ommo 
un fait, niais avoir vouly rexjili(|orr romme un droit, Aiislote 
a renfoiilre des objeelions que la socieie anciennc ne s'avisait 
pas de se faire. C est une queslion [jour lid de recIieiTher si 
Tesi'lavc a di's vertus. * IVut-on atleudre de loi, di(.-il» au 
dela de sa veiiu d Inslruiueol et de serviteur, quelijue veriu, 
comnie le eoura^^, la sagesse, I'equile ; ou bien, ne pent-il 
avoir d'autre nubile que ses services CMi'iKirels? Des deux 
e6les, il y a sujei dt* dmite. Si Fun suppose ees v<'rtus au\ 
csclavcs, oil sera leur ditierenee avec les homines libies? Si 
on les leur rrfuse, la rliose n'est pas nioins absnrde ; ear ils 
lioutbuuinies, el onl leur pari de raison ("2). » Du sYHonne (pie 
ces diflieulies n'aient point ouvert les yeux a Arislote sur la 
fiiussi'te de sa tlieorie. 11 est remarquable que ee philosopbe 
qui, seal de Tantiquite, a deuionlre le drt>it de I'esclavage, 
Hoil eelui preeist'meul 3es aveux duqiii'l on en puisse le uiieux 
eonelure linjusliee, Li' dilemnie qii il vieni de se postT a lui- 
nu'me esl instdub!**. Aussi Arislole n'y repond-il pas. II le 
ix^produil iiirme une seeonde fois sous une foi'me nouvelle. 
• Si louH i\eu% (le mailre et Teselave) out un merile abso- 
Itinient egal, d'oti vieul que I'un doit rcunmander, el laulre 
obeir a jnmais? II n'y a point iei de diHerenee possible du 
plusau luoins: aulorile el obeissauee dilli'ri'nl speeiHqtienifut, 
clentfR le plus et le nioins il nexiste am une dilTerenee de ce 
genre. Exigerdes verhis d<' Tun t'ln fn point e\ig4'r delautiv 
serait eneore plus elran^^e. Si I'lHre qui conunandr u'a ni 
S9g(^«^-^, ni equile, eommenl pourra4-il bien eonimandt»r? Si 
r^lre qui ol>eit est prive de ces verlus, eouunenl (wurra-t il 
obi^ir? Inleniperant, paresseux, il nianquera a lous ses 



(t) i^., t2Sd A. 25. Tov avs^iov ^ouXevsIv ou^<i»$ &v ^di^ Tt( Sou^vctvAt, 
(2) !i>., 1259 b. n. 



198 A.MIQllTft 

dt-voirs (t). I CVsl loujours le mtoe dilemme: on IVsclavo a 
les vertus du maili'C, et il lui est egal; ou il iie les a pas, H il 
n'esl pas capable d'olK*ii\ Cetle double ioipoissibiliM* iiV^rlairc 
pas Aristole ; i! ci*oil resaudre la qiieslion en disant qui- lous 
deux doivent avoir des verUis, mais des vcrlus di versos el 
en ajoutant que « le makre est I'originc de la verlu de son 
eselavc (2) ». Nesi-ee pas pirrisenK'nl resoudro la question 
p;ir la dillerenet^ dii plus on du uioiiis, eotnnic il dereudait 
plus haul do le faire? Cai* s'il y a une temperance de maitn\ 
et une lemperaufe dV'srlave^ il ne pen I y avoir entre ces deux 
vertus qunne difference de dv^vv : orj'obeissaoceet Tautorile 
difterent speeiliqiiement, Vuilit la conlradietion qu'Arislote 
avail a ca^ur d'eviter, II no lui seil de rien d'ajouier (jue le 
maiti^e est le pi'iueipe de la verlu de son esclave : ear il faut 
ail nioins que <'elui-("i soit eapable de verlu. Aristole se fail 
une siiignliere ohjection, qui prouve dans quelle degradation 
etaient Inndies vhvj. les aiieiens les travaux uliles, II eraiul 
que, s'il aeeorde (pielqne vertu aux eselaves, ou ne lui oppose 
que lea ouvriers aussi doivi^ni avoir des vertus, puis(]ue sou- 
vent Tin tern perauee les delourne de leui*s Iravaux. t Mais n'y 
a-t41 |>oint iei une enorme dilVei'i"nee? repond-iL LV»uvrier vil 
loin de nous et ne doit avoir de vertu qu'aulant preeisement 
qu'il a d'esclavage: ear le labeur de Touvrier est en quelque 
sorte un eselavag4' limile. La nature f;ut IVsclave : elle ne fait 
pas le eordonnier (:i). » t^bose etrange! Voiei inainlenant 
Teselava^e qui devient la source des vertuSr C est que louvrier, 
en lant qu'ouvrier, ii'esl pas un bonunc ; il n'a done pas 
besijtn de viTtiis ; mnis, en taut qu'esrlave, il a besoin iles 
vertus (pii rt*ndeiii Tesclavage utile. Ainsi, c'est sou rapport a 
son mailre qui lui donnc une certaine aptitude a la vertu. 
Mais le liavail en lui-m^me, excluant la liberty, exelut aussi 



(1) lb, lb., 3t, ^ ^ 

(2) 1260 b. 3. ^avipov on t^? toiauir^^ apEXTjs kI'tiov eTv<xi SeI tw ^iSX^ 

(3) /*,, 1:^ b. 1. 'O |iiv 8ouXo^ twv ^utret, axuTOT<J(i04 S'ouOii;. 



POLITIQI^E B'ARISTOTE t^ 

la vprlu, Au rosto h\ ihcorie d'Aristote lend i coiifondre 
rouvrior et resi-lave. En eil\^(, sos prinrip«\s s'appUqiiieni aussi 
bien au premier qu'au second. En fiiisant deriver l'escla%*age 
du imvail corpoivl, il condamnait ii la scrviiiide les agri- 
cuheurs, les artisans, les mercenaires, tons vv\i\ qui eonlrt- 
bueot a la siibsislauce de la socielts et il ne Inissaii pamii les 
bommes bbres qin* evn\ t\m^ nmirris [lar les prfmirrs, no se 
Hvraicnt qiiii ties ocnipalioiis dig^nes de Hioinme, la p^ililicjiie, 
bi g^uerre, la pbilnsnpfHc. 

L elu<le de IVsclavage rondiiil nalurellenient a celle de la 
propriete, piiistpm I'esdave nVst que riiistnimnit de la 
propri<HL\ II esl remarquable qii'Aristole, qui I'xaniiite si 
longuomenl rorigine el le priacipe de Tes^iavage, ail ele si 
bref siir le droit de propriele. Notis le vfTrcms lout a rbeiire 
<icmonlrer eonlre I'lalon Tiitiliu'^ el la leijiliniiU:' de la pro- 
priete ; mais ici il nv [jarail giiere la consitU'rer (|ue eomme 
nu fatt dont I'origine ltd parait assea; indiirm^nle. La lof, 
ragrienlture on \v [lillage liii st'iTddcnl trois modes dV'qiiisition 
egalement legitimes {!), L'oeenpalion , mt^me par la furee, 
semble ^irc h ses yciix le prineipc unique de la propriete. 
CVsl qti'en eftcT, dans ranliqniU', la propritHe ne paraissait 
guere auire cbose qu'iin fait violn*! a Torigine, prolegi* par la 
n ; el meme, ee hh vUxil si loin d'lHre inviolable, que la loi 
eJle-meme le modiliait ehatpie jour arbilraiiTmeni. Ilien dc 
f lu!^ eomnnin eli4'7 ti's aneiens que I'inlervention du guover- 
nement dans la dislribiilion des proprieles. Le partage dcs 
icrrcft, Tabolitioii des deiies, la di'-fense d'aliener son btcn, 
touleaeesraesures eontndres nn thnit, selon nos idees, etaient 
iri'S ftvqiienles, el AriMiitr v[\ riiv de nnmhreux ex4'mples 
dans les r(''|>tdiliqiies de la Oreee, 

Qiioi qu'il en soil de roHginc de la proprieli% Arisioie a 
obsene avee une sagaeile superieure qiielqut^s-uns des fails qui 
aoDt dcvenus depuis les fondemenls de Teeonomic poliltque. 



(1) !>., 1156 b. 1, No|A«5tx«is, jioif^ixofj Xr,aTptx<J«. 



ANTIQIITJ^. 

Cost lui f]ui lo premier Jiilistiiifau- deux csprces de valcui^: 
la v;ileur irusafji^ r"i la valeur clrehange (I), t Une chaussurc, 
dit-il, poul servir a la f*>is a ohausser le pied ct a fairc im 
I'rhans^e, > La pn'niirn^ de ces valpiirs rsl sprcialn a la t*hosc% 
la seronde no Ti'sl pas. « Cclui qui ronlio i\e largeiit et dfs 
alinii'iils t'(!hiingf unv t^haussiire doui im aiiii-i' a b(*Hoin, einploie 
lat^a rrtli'rluuissiirc vn lanl fpio cliaiissurt*, inais noii pas repcn- 
diiiil 'avoc sou ulilile propi-f ; rar die ii 'avail pas vXv faiif pour 
l\''('liau{?(\ * Uuelle est dout* Tonj^ine de I'erhanfjf ? Let'onomie 
[politique moderne no dWii lien de plus qu'Arislote : t L'echaiigc 
est 111' priiuilivi'ii^ent enli'c les htummes de rabondanee sur lei 
pciiiu I't d(* la rari'lr sur lei autre des denn-es necessaires a la 
vie. » L'eeliaiige est inulile dans la premiere association, ct'llf* de 
la laiiiillt\ II t'omnienee avee la premiere sepai-alioii des laiuilles, 
vi lie va {?ui're d'ahoi'd au d«da de la slriele sahslariion rles 
bcsoins. Dans ces limiles, I eeliange esl un mode d'aequisilion 
qui sans elre [oul a fait primilif, est cependant natureL Mais 
1 eehan^e doune hieulnl naissanee ann autre mode daffpiiJiiliQU 
qui, nrsl poini nnlurel, el qif Arislote pi-oseril eomuK' illej»i- 
time. Lorsque le nouibre des echanges devint considerable, la 
diflienillt' du iiimsport des deiirees neeessaires inlroduisil 
lusiij^n' de la mouuaie, e'est-a-dii'e d'un insti iimenl d echange 
qui put representer loule espeec dc denrees. On n'a rien dit 
de mieux el de plus preeis sur la monnaie que ee passage ; 
< On eonviul de douuer el de rerevoir dans les erlian^'es luie 
matiere tjui, ulite par elk^meme, liil aisenienl uiauiable dans 
les usages liabiluels de la vie ; ee fut du fer, par exeniple, do 
Targenl, on tellf aiiire subslamM? analof^ue, dont on deler- 
mina d'aboid la dimension el le poids, et qu'<»ufui, pour so 
delivrer des embarras d'un conlinnel mesuraj^e, on inanpia 
d'urie empreimo partiruliere, sigiir de sa valeoi-. > La venle 
naquit de lusajie de la monnaie. On api»rit bienu'^t a liter de 
cc nouveau mode deehauge des prolits eon side nib les, el 



(l) /*., 1257 a, 6. 'Exa«jtou yip xTjJjiaios Sittij I) Xj>5"Sj ••* h H^ 
^3 3* ouK oixE^ot. TByez tout le chapitre. 



V OiXifoCj 



poimouE d'aristote 201 

racqiasition dp Targf^nl so siibsiitita h rnrrjiiisition dos objcls 
imiiM'diateiiK^iit iHTrssairos. La fiiriliti- irarnimtiliT itt'r;trgrnt 
el de. lool aoqm'rir avec. d(* rnrfyciil a r<'|>aiidii fcUt^ faiisse 
opinion (|ti il osl la sriili! rirht'ssf. Aristoto montre tirs hirn 
quf la valrur d(^ rar|j:i'iu osl unnv n'jnTsrnlalive, qu'clle iiVsl 
rien par ello-mrim% que la convcnlion vi la loi la croenl ot la 
pciivem delruire. « Plaisanle Htiii'sst^ qitc crllc dont Tabon- 
danco nVniptVborait ^ms di' nioiinr do rahii ! * 

II y a dour dinix modi's daotjiiisiiioii des bions: Tun nature!, 
qui if a pour but que la subsistanee, el qui est liniiie roninie 
les bosoins do riioinmo ; Taulro, le oommoroo ou la voiih% qui 
n'rsl point iianirol, el n'a pour objol <|uo rar{»:t*m vi raorumii- 
latjon di^ I'arfjout ; oe nest pas la salisfarliou du bosoin» 
mais la irrhoi-rho du plaisir qui lui donne naissance : il four- 
nit, non I(* uooos!^airo, niais lo superilii : aussi osl-il illiuiile, 
car lofi dosii's do I'homnio n'ont pas tic limile. Mais la spooula- 
lion quArislote roprouve le plus esl cello ipic Ton lilt* de 
Tai-goni mtVme, par Tustiro on rintoiot. I/argont n'esl ol no d(Ml 
olro qu'uii iiisiniiru'iil d'oobango. t L'inir'trt^ dil-il, osl de 
rai^onl issu darj^enL » Or, celte rmiltipliralioii do Targonl 
|>ar lui-monio osl oo qu'il y a do plus conlr'airc a la natui^ (1), 
Proiosiatioii siagutioi-o rlun gt'-nie si posilif conlrc lo fommiT<N% 
riiileix't, lo mouvonienl <b»s oapilaux, loul oo qui fail la vio ol 
la civilisalion dos peoples modomos. 

Oulre le rapporl du niariro avoo Tosrlave ol du proprrotaiio 
avec les bi4*nvS, il y a oncoro doux aulros rapiiorls dans la 
fiioUlle, celui du mari a la fommo ol du pore aux onfauis. La 
nature, qui a mis parioul la subordination et la disoiplim% a dil 
etablir une auiorilo dans la famille : o'osl I'aulonlo du p«'*ro ot 
du mari (2). Mais roito autorile ifost pas colic du inailrc. La 
femme ei les cnfants sonl subordoimos, mais non pas esclaves. 
D'ailleurs raulorile conjugale n'est pas la momc que Tautorile 

(1) Ibid*^ 1258 b, 6, 'O ^4 t<J»w; ^flvtraa. wf(itfl|iai vopbitrto^' liJatt juii 
fj^ lb„ 1259 a. 38. IlATput}) lutl Ya{iud}- Voy. tout le chApitre* 



pulfirnellc i Tune est en quelqiie sorli* n'^publiraine et se nip-. 
prodie (le ratJlorile du nia|^islriit duns un Klul librc ; raulre 
est royale, mais non despolique (1). Qiickjucfois Aristole semble 
acrorder an rhef dv famille unc anloriie u pt^u prvs absolue, 
loi'sqirn dit qu on ne peul pas commellre dlnjusUce envers 
son esclavn, ni iii(>uio enveis si*s enfaiits Diineurs ; car ee sont 
des parties de nous-menics, el I'on ne commei poinl dlnjuslice 
onvors soi-meme (2). Mais ves pai'olos nc sonl vraisemblable- 
iiK^iU quuni^ livporbolr pour exprimt-i' ratitorile souvoiaine el 
ii*rasponsal>Ie (lu pei*t* cnvers les enfanls. 11 est loin cepcndant 
di* f'oiisiderpr* vclh^ antoiilc eommr. lout a fail arbiti^aii^e, puis- 
qu'il declare qu'elle est royale et non despotique. Oi', la dilFe- 
lence du pouvoir royal et du pouvoir despolique, c'est que 
cclui-ei n'a en vue que son inlert^l propre, el le premier I'in- 
tei*(^'t des siijets. C'est done du premier, mais non du second 
qu'il est jusle de dire qu'il ne peul eomnieltre d'injuslice, 

Le pouvoir paleniel a ele, a rongine, le modelo des premiers 
g^ouvernemenls. L'Eial, sorli de la famille, en a conserve 
d'abord la consliLulion. t Si les pr-emiers filals onl ele sounds 
a des rois, el si les grandes nations le sonl encore aujonrd'hui, 
c'est que ces £lals se soul tbriucs d'elemenls habitues a Fau- 
lorite royaie, puisque dans la flimille le plus Age est un veil- 
lable roi ; el les colonies de la familie onl suivi eel exem- 
pie a cause de la parente (3) . » Voil^ roiiginc do cetlo 
eri'cur d4's piiilosophes, qui confondenl la famille el I fitat, et 
I'adniinisti'alion de I'unc avee celle de I autre. Mais quoique a 
rorigine ces deux choses aient pu se eonfondre, elles n'en sonl 
pas nioins disiincles en elles-m(^uies (1)-En eflcl, il yatoujours 
inegalile enlre le clief de la famille et ses membres ; raulorit^ 
y est pcrpetuelle et non alternative ; elle csl absolue» sinon 
arbitraire. Dansl'Elat, au conlraJre,lous les membres sontnatu- 



(1)1259 b. 1 'AXXz Yuvfltixdi \dv jioXiTixto?, texvwv 3« paaiXixw^. 

(2) Mag. Mor. 1191 b. 11, "Ua^tip vap tu'po; ti i<Tz\ Touj^atpos ^ <*W«. 

{3} Pol. LU 1352 b. 19 

(4) I, I, H&g a> 7 aqq. 



POLITH^UE d'aristote 203 

relleincnl lihros el egaux, el I'aulorilc du magistral ellc-mt'ine 
nest que I uiitorite dun ogal siir des egaux : elle esl liiiHi<''0 ; 
die n',\ jamais pour objt't rinlrivnle niluiqiii rommandi? : son 
soul salaire, cVsl I'lioiineur; tile n*0!»l pas prrpeUielte, muis 
chaeiin cooimandc el obeit allei-naiivemeQi. Ceite disUnfUon 
dc I'Elai el de la famille elait uno reporiso a la iheoric du 
Politique do IMaton qui ronfoiirlail Ic pt're, le pasieur et le 
roi, Kti grac'-ral, i*la(t>ii fail riiianer laiUonli'^ dVn haut. Aria- 
toio, au contraii*t\ la liie de la so(nele iiK^mo ; run la considere 
eomiue nm* liiirllf, rmiiix* fomiiie un mnndaL El cpik* ditTe- 
renee se rclrouvir enlre taus les tMiivairts poliliqot^s, s«ion 
(|u'il8 confoodrnl oy ({u'ils dislingiienl la ramille ou I'ElaL 

Mais c'esl suriout dans la di'liiiiliou dt^ ittal que Plalon el 
Aristole s'opi>osoiit run a Faulre. IMalon conwvait I £tat comme 
une ^orlc duniie idrale dont k\s individus n<* sont (lue les 
neddenls. Pour Arislole jiu rorilrain% Ttlat n'esl pas line 
unite verilaldtv, muis imi' rnllrfiion d individus speciUquemenl 
diU'eix^nlH, Seliin liii, ruuil«3 absoluc esl la mine de I'ttal (1). 
Si on la voulall pousi^^r a bouif on serait oblige de reduire la 
cit<^ a la famille^ la lamilte ii I Individ ti ; ear e'est lui qui a Ic 
plus d'unile. Uiitnener lElal a Funiie absolue, e'*^sl vouloir 
faire un a<*eord avee un seul sou, uu ryilime avec une seulo 
luesuiT. Platon emit rendi e les eitoyens plus utlarhes les uns 

IX aulresen supprinKirU les aireeiious nalurellrs, el river une 
'«cul<' fanuiie sur les ruiuesdeloules les families parlieuliercs; 
mais, en realiUs 11 su|ipriuie ies affeelions ceitaines, saus im 

ibsUluer de noiivelles. On se soueie peu des proprieles eom- 
munes. Si les iinlle enfants de la eite apparlieniieni a ehiupio 
cituyen, lous se soueieroat ('^gah-nient peu de ees rrinmls. U 
vaut mieux ^-ire cousin daus le systeme ordinaire qnv His a la 
nianiere de Soei*ale ; ear eesl un lien reel, au lieu que le lilre 
de fiU daos le sysiemc de la comiiiunaute n est qu'un vain 



m If, I. 1261 a. 17. r£voji/vT} |i?« Ml ?tdXt« l-rriv... «4. 0« yip T^vtT«t 
^" il 6|io'!«i>y. Voir tout le chapitro et suivania jusqu'au ch. vi. 



204 ATnQLTrt 

nom. n n*y a d^afTections yraies qu'entre dcs iDdiWdus diSe- 
rcnts. Lcs affections se perdent dans la communaute, comme 
la douce saveur de quelques goottes de miel dans one Taste 
quantite d'eau. 

Qnant aux bicns, c*est trahir la nature que de detmire la 
propriete. Qui peut dire ce qu'a de delicicux Tidee et le sentl> 
ment de la propriete ? Elle n'est pas seulement la satisfaction 
de I'egolsme, elle est le nioyen de rcndre senice a ses amis, 
h ses b6tes ; et c'est detmire la llberallte que d*6ter aux 
citoyens Tusage de leurs biens. Le systeme de Platon est plein 
delusions. II croit detoumer la source des proccs en mettant 
tons les biens en conmiun. Mais ne voit-il pas que toutes les 
dissensions qui pailagent les bommes naissent de leur penrer- 
site bien plus que de la propriete indi^iduclle ? Les querelles 
ne sont pas moins nombreuses entre les proprietaires de biens 
communs, qu'entre ceux qui.ont des biens personnels. En 
outre, Platon ne nous dit pas quel sera dans son systeme le 
regime de la propriety pour la classe des laboui*eurs ? Si la 
communaute cxiste pour eux comme pour les guerriers, oil est 
la difference dcs uns et des auti*es? Si les laboureurs ont la 
propriety de Icurs biens, ce sont eux qui sont les vrais citoyens, 
et lcs guerriers des surveillants charges de les garder perpc- 
tuellement. Quelle sera aussi I'education des laboureurs ? 
Socrate n'en parle pas. Et cependant il ne veut pas de lois. 
Comment cspere-t-il eviter aussi les vices des institutions 
actuellcs? EnQn, qui done est hcureux dans cet fitat? Platon 
soutient qu'il n'est pas ncccssairc que les differenles classes 
de rfitat soicnt heureuses, pourvu que I'filat le soit. Mais 
qu'(^st-ce que le bonhcur de I'fitat sans le bonheur de ceux qui 
lecomposent? Si lcs guerriers ne sont pas heureux, apparcm- 
ment l(;s artisans et les laboureurs ne le sont pas davantage. 

Aristote passe de la critique de la Republique a cclle des 
Lois. II prdtend que ces deux ouvrages contiennent absolument 
le m6me systtoe, la communaute exceptee (1). Peut-^tre, s'il 

(1) II, VI, 1265 a. 4. 



pt:n;mQUE d'aristote 205 

y qM iTgtirdL' lie phis pivs, nurail-il Irouve des difl**renct's 
notabirs qno noiisavons sig:nalrrs, par example : !a I(''j?isl:Uion, 
Ic priiK'ipc do ['election, l:i reMpoiisnUtiile des magistrals, le 
jiigeiiimt aUrihiir t*n parlir a la iiiiilli(ii(io ; n* ne soul pas lu 
d<'S details sans imporlann*. Arislolo fail an sysleine paliticpic 
des Lois dvu\ reproefies qm seiiildtnil ecuitradietiiires ; ear\ 
d'line jiart, il [Kirait iie pas Iroiivrr vv syslemo assez ai'isloera- 
li<]iie : f Hien dos gens, dil*il, pourraienl lui fnvft^rer la eon- 
slituliori de Laeedemone^on icmt*^ aitlre un pen pins arislCM*ra- 
liqiK*. * IMns loin, nti ranlraire, il Ini reproelie line tendance 
prononeee u rnlif^'art^hie, S'il eiU eli' jiisle, il ei'il nM-unnti que 
la bas4' de ee gonvennnnent esl vrainK'nl denioeralitine, qiioi- 
que Plalon y ait aiipurir-, enmme av;dl fail Solon lui-nienie, 
d'assez nond)rrti\ lempiTainents, qui rappruelieiil srm systenie 
d(! rarislocralie. Arislole pri'tend (jue, st^on Platan, il faut 
eoinjioser tonl jf<inverneinenl de lYnninie el de deniaf^offie, 
« diMix formes de g4UJvenienienljdit'il,(nron esl en droit denier 
e<Kn[i!eteni('Ul, on de ronsid(''rvr eoiinne Jes pires de liintes >, 
Wais I'hiion n'a pas park* do tyrannic^ mais de monareliie, ni 
de denia'^u'^ie, mais dr drimteratie ; el it ^mleiidail dire qiTil 
faiil leiiqM'rer Tnn par Taiirre le prinripe d'antorile el i^elni de 
lilu^ile : Iheorie tonl ii fait scmblable a eelle d'ArisloU* liii- 
mente, el ihm\ on pent allirmrr qn il a firofite. Si l;i eritiqne 
de la livpubliqiu* esl dune forct/ el d'nne jiislesst* adniirables, 
la crili^ine ties Aow, an eontrairr, esl ;;rni'i'idetnent ine\acle 
cl injuste, el je dirais pres(]n4' volonlair4'inenl injiisle. 

Arislole |>assc' ensnile vi\ rrvue |tliisienrs aulrrs eonslim- 
lions, l«'S nnes ideales, les aulres reelles, vV d^'ploie dans eelle 
analyst' lonti^s k«s ressourees do son genie eriliqn*' el 4»bMTva' * 
Iciir. L'nne de res eonslitnlions» ntopiqne eoinnie eelle de 
Platini, n'pose snr le priinipe di^ l'f;*alile d«'s fortnnes, eVsl 
le syslenie de I'haleas de Clialredoine. Sans nier absolu- 
nuMit ec principc, Aristotc (1) raoiilrc combien il est difficile 



(I) n, vti, Vm a. 31 sqc). 



S06 ANTIQlHTfi 

de TappliqiuT h la rigiuMir ; el, en outre^ qirU est, cliime- 
nqiie de piytpiidre iifuerir, par ee seed reniede, Ions les niaiix 
des suric'^es. Cos nuujx iiaissriil pkiltU de I'nu'j^alite des 
honiK'iii's que dc eelle des TorUiiies, el des |>as!%i()tis desordoii- 
nees qite dii besoin. C'est le siipii'du el non le besotii qui fail 
commellre les grands erimes. On n'lisnrpe pas la lyrannie 
pour se garanlh" des inlemperies de Fair. II vanl mieux remon- 
Icr h la source' dc tous les dereglemeols, ei, an lieu de nivcler 
les fortunes, niveler U's passions. 

Arislute passi- eiisuite des repnb!k|(ies ideales anx republi- 
ques verilables, donl les eonsiiluUuns nc sonl point Twuvre 
des pkilosoplies, oiais den iegislalinirs. E*e lunles ces constilu- 
lions, la plus inleressanle sansaneun doule donl il ail parle, esl 
celle de Lartkkmone (I). 11 est enrieux irentendre jii^er eelle 
celebre conslitulion, non |>oinl avee eette adiniralion de eom- 
nrtande des rlieh^urs niodenies, niais avee la sagaeile eriliquc 
d'un observalenr eontemporain, qui assislail a sa decadence el 
potivait en apprecier, par levenenienl niVme, les c6tes defec- 
lueux. Plalon deja, dans h* Inddenie livre de la Rt^puhHque, 
avail signale el altaqiie ies abns qui s elaienl g^issf-s pen a peu 
dans la constiliilion de Lvciiigu*'. Aristnl<^ reprend ertle erili- 
quc el la deveI<k|qH\ II reproehe a S|K»rie de n'avoir pas su 
goiiverner ses eselaves. Mais !e probleUK', de son (>ru]H"e aveu, 
clail bien diHierle. -» Trailes avee douceur, ils deviennenl inso- 
lenls cl osent bienlol sc eroii'e les egaux de lenrs niahres; 
trailes avec severile^ ils eonspirent eonln^ cux et les abhor- 
rent. > 11 nVsl ponrlanl pas aise de soUir de eedilemnie,el si 
les Sparliaies \ onl echuue, esl-ce lenr fayte on celle de I'es- 
elavage? Un aulre point faible de la eonstilulion dc Lacedc- 
mone» e Vsl la liljei-le el Taulorile des fcnimes. II parallrait que 
nous nous I'aisons des idees cpielque peu cliimeriques des 
femmcs spajliales ; an moins avaienl-elles dii perdre beau- 
coup de leur verlu patriolique el austere an lemps d'Arislole ; 



{1} II, XI, 126Da, 29s<iq, 



POLITIQUE d'aristote 207 

car it nous les dcpeinl dans le dereglemenl et ie luxe, posse- 
flunt presqiie toulfs los ridicssc^s du piiys, exfr^anl une 
iiilluriici' ruiiii'iisc suv Irs iRiiiimcs, rl caiisMiU plus de desordre 
par l**urs lumultos, fpiVlles n'tHairnt iililcs par lenr caunige. 
Ainsi, dans toiiU* cimstilulioii, si bu'ii ir^jh;*' qii\'l!o soit. il y a 
luiijours tiuc'it|Ut* LTulroit par oil le vk-L- ct lo ti'oiiblr s iiilrotliii- 
senl. A Sparle, e'elail IV'ducaiion des feniiiM's qui faisail defaut, 
malj^re li*s eftbrls qir;»vailleiitrsimui!iiiiriilLvi'iirj;iii' pour las 
soimu'ltrc au\ lois. Qiiani au\ insiitiilintis [K>!iiic]tie.s, Arislole 
a|>prouvr LK*auroiij> k' paiiaj^r dc la siiiivrraiutii'% qui inltTi'ss« 
toiites les parlies de T^lal a son utatnLieiK • Ut t'dyaiitL* esl 
Siilisfaile par Irs aUribulions cpii hii soiit areui'dees ; !a I'lasse 
elevee par les places dii senal, doiil I'euUve esl le \)V'i\ de la 
vertu ; enflu lo reale des Sparliaies par rrpliorii% qui repose 
8iir relecliou generale. » Mais il erUitpie iieaiimoins eelte der- 
niere ma|(isiraiiire^ qui, |n'is<' dans la i-lassr inlVTictire 
ex la plus pauvre, esl neeessaii-emeiil eurniptible, vi dont 
le |>ouvoir a gi'uiidi jtisqu a la lyi*anuie> au point que les rois 
onl ele caulrairns a se (aire demaj^oj^iu's, rr (pii a fliauj^r 1 Vs- 
pril de la eonsliluliijiK Arislole blame eucore ave«_* raison le 
mode puei'il d eleelion adople pour IV^plmrie eouioie pour le 
senat. Eutin il reprot-be aiusi ipie IMaltm, a ee ffouverui'meul 
ener«^que, inais viulrtil, de n'avoir drvi'btfjpi* {prune vertu, la 
vuleur f^uerriere, et ^I'avoir uiis les eoiiqneles au-drssus de la 
vertu. Ti4s S4»nl les vie«*s de ce gouvewienienl eelebre ipiAris- 
l4»le avail pu eluJier dr pri*s, v{ qui niehiil a dr grandrs insli- 
luUons et a de I'ljitt's li>is i\v% faibtesses (|ui avaieiil iH'bapjM' au 
gi'iiie du legislaleur^ ou qti'il tfavait ]m prevetiir, 

ApK*i» la critiipii*, la iJH'orie, Cberelions avec ntiire auleur 
Ic* vitrilables prineipes de rorgauisaiittu politique. 

Nous u'avous iiieore doiine de I Elat qu'une dtliriition gend- 
raJe et superfieidle, lV»ur le bleu eoui|trendri\ il faul peneli*er 
jusquaux clloyens. Deliuirb' eitoyen, c'esl defiuir Itlal (I). 



(I) UI, I, 1271 b. la. AflXo* iti fEp<JTfpw i hqX^tt,; CntijWd«. 



208 A5TIQCTrt 

Qu^est-ce que le citoyen? II ne faut pas s'arreter a des traits 
accidentels ct insigiiifiaiits , par excmple etre fait dtoyen 
par on decrel, dtre ne de pere citoycn, et dc mere citoyeime, 
^tre domicilie, etc. II ne faut pas considerer n<Hi pins ceax 
chez qui le caraetere de citoyen est incomplet et degrade, 
Tenfant, le vieillard, les notes d'infamie, etc. 11 fiaiut chercher 
ridee du citoyen en elle-m^me, degagee de ces accidents et de 
CCS imperfections. 

Le trait essentiel et distinctit du citoyen, c'est la participa- 
tion aux fonctions publiqucs (1). II y a deux sortes de fonctions : 
les unes speciales, limitees, temporaires, qui n'appartiennent 
pas n(*cessairemcnt a tous, les autres generales et indefinies : 
ce sont cclles de juges, de membres des assemblees publiques. 
Ces deux fonctions sont le titre veritable des citoyens. 11 n'y a 
qnc dans la d<>mocratic que tous les citoyens sont appeles a ces 
deux fonctiQUs. Le vrai citoyen est done surtout le citoyen de 
la democratic (2). Mais on pent dire que dans tout £tat, quel 
que soit le nombrc dc ccux qui gouvernent, ceux-1^ seols sont 
(ritoycns qui donncnt lour avis sur les affaires publiques, et 
surveillent Tapplication des lois, c'est-a-dire les jugements ; les 
autres peuvent avoir Ic titre de citoyens : ils n'en ont que le 
titre, mais non les droits ct le caraetere. 

Or, rfitat nc se compose que des citoyens. Car les deux 
pouvoirs essentiels de r£tat sont la deliberation des affaires 
communes et la justice. Quiconque ne participe pas a ce double 
pouvoir est sujet de Tfilat, il n'en est pas membre. D*ou Ton 
voit avec quelle exactitude un piince moderae, qui concentrait 
en hii tons lc»8 pouvoirs, a pu dire : I'fitat, c'est moi ; il expri- 
mait ainsi rigoureusement a son insu la pensee d'Aristote. 

Mais (\iwh sent, selon Aristote, l(»s vrais citoyens, c'est-a- 
dire les vrais membres dc I'filat, non pas en fait, mais en 
droit ? Quelle est la limite precise et juste du droit de cite ? 



(1) lb., 1275 a. 23. Tw asW/Etv xphtioi xa\ ap-^^;. 

^2) Ib.f ib.f b. 5. *Ev (xev Srjjioxpat^a (laXiai* eaxi 7:oX^Tr,;. • 



1'OLITIQUE D*ARIST<ITK $09 

Ia' prinripc i.-onscnaleur tics fitais, i!'i»sl la vciiu (I), non 
pas la verm parfailp, vvlh de I'hommr dv hlvn, mai'«i la ver-lii 
politj«jiii% f'rsf-a-iliri' lo cli-vouenicm a i ttal (;2), tlisiincijoti 
rcproduilc plus lard par Monli^sqiiieii. Cola posts li- litn* v( ri- 
tabh' du eilayrii, cVsi la vcrliij im flu nunns raplitiidr a hi 
vntii. 

Mais, pour que I'ttat cukhx* la vfriu, il fuut qu il vivc, el 
|M)ur quil viv»*, il faut qui! y ait dans r£lal des Liens qui 
assnront sa subsislaiifv, cl d«'s instrumenls in:iiiiii»**s ou vivanls, 
durit h* li-avail utilise rrs biiTts. lii* !a, nous lavous vu, la m*ccs- 
»Uc* do r*»sclavag<'. Or, ilans la p4^nsee d*Anslol4% tout homme 
qui ti-availle f»our aiilrni, soil prnw Fftlat, soil [M>iir uu iiidivfdu, 
bion plus, tout honiim^ qui Iravailli* pmir vivrr, uiaiitruvri', 
artisan, racixunairt', quclijuv cliit c|ue la lui lui laiss*% fiil-il 

i>iiie libre i^n fail» ost veriliddrnienl et en droit un csclave (3). 
'TravailliT pour aiilrui, s 'o<Ttq»iT 4I0 professions m«'Taniques, 
dt'ux -sign^'H tii* ri'sfiavai^'i* : run uianpic la ilcperidaun* abso- 
lop oil Ton est dun autre hoinme ou du public ; Tautre nous 
ri'nd indignes du noble aiqirenlissagi* de la vtTlu. I>'im il 
suit que tous tes artisans el tous ceu\ qui travailknt pour 
vivre ne peuv(?nl pas ^Ire, ne doiveni pas Hn* citeyens : 
aiissi ne le sonl-ils (|ue dans la corruption de qriel(|ues di'-ino- 
rralics. La soeiele se divise dune en deux elassi's: les bom- 
nie?v libri*s« les eiloyens qui onl le loisir necessaire au\ nobles 
occuj>atJous de la vertu, et ne eourbeut |>iis leur droilo 
stalure a ile j^rossiei-s labeurs; el les artis:uis, ou e^'laves, qui 
dejwndenl **u tout et [lartout des Iioiikius libies ilorU ils pre- 
parf*nl la subsisUinee ; les uns sonl les jjiriiihies el les niailn*s 
de l'£lal, les aulres en sont les suj<*lJ» el les iuslrunients. 

Le loisir, voila I(* lilre de rinminie libre ehez les aneiens, Le 



(1) L. IV, 1 Jn^lopt^ici U )liv»'*i<in par\l»Bar* 
ih^lemy Satt»t-liitiiir<?. I^^livrelV r VII, Vi»y. lei 
ch. I, ir, til, XM et xrii Uin et^ xtj tie l^ ua i i:ati*,.) 

(2) L, III, IV, 1277 A. I, Ov« 5v tTT^ jii» ifiTii ;:oX{Toy x«i av^po; 

(3) /*,, ▼, 1278 &. IL Voy. tout le ekapitre. 

ixnKT. — Sci«nc« politttpie. L — 1 1 



210 ATSTHicrrfe 

loisir D'esl pas roisivele, c>5l I'occupaiion de Tespril aux 
ciiosps nohk*s, et fion aux Ifnvaox nKVaniqiics. Lc travail nVst 
pas iijlerdit i\ rhommc librc, rauis il nVsl <[iie le delusst'iDCnl 
du loisir. Lc travail en liii-mome, considore coinmc neccssiUs 
coninii* moypn de suiisislancf, rommc source d^ richesses, \e 
li'avuil i^sl sti'vik'y il est vxciu de la the. 

La dufiiiiliuo du rituycm conduit nalui'cllenienl au pmbleme 
de la souvi* rain etc (1). 

Aristotf a vu tuns !cs aspects de re pi-obK-nie ; il en rt»cUi»llU»^J 
il en disfiile rapideiiient Ics prineipales solutions : b souvC* 
raiiicte d'un seul, la souverainpte des liomnies distingties, la 
soiiverainete des nches, el menie Id souvci-ainetc des paovres. 
Qtiant il lid, il incline a hi plus large des solutions, la souve- 
fainete de tous. « La majorite, ilil-il, dont eliatpie nieinbre, 
pria il part, nest pas un homiiie remarquable, est cependant 
au-dessns dvs liouimes siipeneui's, sinon individuellenient, dii 
moins en mass*', eoninie uii repas a IVais eomniuns est plus 
8[>lenilide que le repas dont un sen! fail la depense. * En elTel, 
y a-i-il un ricrlu- qni paye plus d'impot a lui sen! que le i>i'Uplo 
loiU enlier? Si (''est a la riehesse a eonimand<i% e'esl done au 
peti[de tout enlier a eoniniandei". De inenie pour la rapaeite: 
on dit blen qu*on tontes choses c'esl le savant qui juge ct non 
la niidiitud*' JIaifi, qid done fait la reputation de Fartisle, siuon 
la nudtitiaie t Qni decide plus vile et pins surement ce qni est 
bun, juste, vi'ai? L'ai'cliitecte jugera bien de la conimoditti 
d'tinc inaison, d'accord ; mais bien micux encore celui qui 
I'habile, Ct; n'esl pas le ruisinier, e*est le convive qui juge lc 
Itslin. Enfin la nudtitude est loujoui's meillcure en genei*al 
qui!! ne le sent les tudividus, seinblable a Teau qui est d'auiaut 
I)!us incorrutilibic qiri^llo est en plus grande masse. 

Aristote n'adnid rien sans restriction. II n'a guere de priu* 
cipes absohis. Aussi deelare-t-il qu'il ne parle pas d'une multi- 



(1) III, 1278 V, a, ?0. Oj -fip oiovii ij:iTti5£u«t ta xf^i «p£tf,« IJcovTflt 
P^ov pavawjov ^ Or,Tixdy.. 



POLITIQUE D'ARISTOTE 21 1 

Uide barbui'f: vi d/'pravt'i" ; do |>his, il iratlnbue a la miiliiiude 
(pi*une inUTVciilion j^t'^nrrale dans les allain'R, inais il Fexdot 
drs magi^ilraliirc'S im|tortaiilos (pii n^rlainonldos liimiV'rcspar- 
liriilii'^iTs t'l rarrs (I). II sail faire hi ptiil ilaiis I'filat a lous \vs 
ck'nimis, la noblesse^ la f€»rlunf% le nit'iilo. Eidiii, il adniet 
iHne pxri'iJlioii rajiilub^ rn favtnir du j^riite pour It^qurl il ne 
rtH.*ontiait d'atitre allernalivr* cpie rosU'acisnu' ou la royaiUe. 

Tellp est la soiiveraimHi* vn pririL'i|K* ot en droit : en fail, rile 
n'aitpaillent pas loiijoui^ a tous, mais tauiot i\ lowj?, UiiitiU a 
<iue!<|iies-inis, (judcpn'JVjis h uii seid, Di* la les Irois piineijuiles 
fspi'ees de {^uiivrrnement?; signalres par Plaion : la royaule, 
IVislomuie el la ltV'pul>liqur, ei leiirs eonlraires : la tyniiinie, 
roU^^ai'diie, la dt4uo4'i*alie (;2). 

Arisltilf* n'esi pa!!i ua eitru'ini di* la royaute : il I adniet dans 
certains eas^ et sous eertaines eoiidilions. Mais il ne ladmet 
guere que eoinine unr exeeplion. OM^"li» la royaute absobie, il 
la iM'jeiir absobimriit ; il vn renverse le prineipc par une Torlc 
el exeelli'iile disc-iission tpii |iara!l eti'e urn* reitunse au l*uti* 
lique dv Pfaton (3). 

Lecpiel vanl le mietix de b sonverainetc- de la loi, ou dr la 
H4)Uveniinen'' d*uu seul liounue ? La ltd, il est vrai, ne stalUB 
<pi Vn j^eneral : dans les easpaitieiditvrs,€'osLuneleltremt>rre; 
uitsfti une foule de eas erhapp<'nr au gf>nverneinent dv la loi, 
iMais eell«' j^'enrj-ulitrmeuu' est line jraniulie |>our les individus* 
La lol i'sl inipassilile; liuitividii est pk-in de passion (I), En 
iiitppo«ianl que la royauleaii ses avanta';es, que penser del'he- 
ri^'dile? Si les etifanis des rnis soul lels tjiion en a lant vus, 
rheredile stra Im^n luuesle. On dit que le roi pent tonjoui*s 



(1) Stir la Uit^ono de la souveraioet^, voy. les clu x, XJ, xii, xiu 
ilu liv. UK 

t?! L. lll» ch, IV. Ccttc distinction dcs trois formes de ^urertiement 
o«t bicu anUH-i^urc A PUtoo lui-ru^mc; nous Tavons fuo d^'Adana 
Hvroduto. Voir plu* haul, p. 61. 

it) L. III. XIV ct »v. ^^ 

(4) r^fKG a, 17. KpetTTov o w uri Kp<Ja£Tri to ;eaOT;tticov SXti>; ||[ cu tfvji^'ji;, 
T»j» |x:y ft^jy v<fpu|) ToSto otj/ wsap/ii, if(ixr,v S* ivOp«j:fvT,v avdtfjtr^ t^3t* 



2li ,\3Tmmt 

mt ffSA tnuisiDeUre soo poawvir k yir% e&£uts. sH les trovve 
ioAif^nn : c'esl compter naiTeiiMnit sur n 
wrfaomafiL Sans paiier de llieredite. la royaote em 
fjoand trUe «9t absoloe, esl coDtraire a la nalore de ITtal. Car 
I'tiaA esl line association d etres iibres et egaox. La soaverai- 
nete de la Ioi,laisse a tons legalite et la liberie : il n « est pas 
de, nM'me de la souverainete d'nn seul homme. Si la loi est 
impaissante, il vaut mieax sen rapporter an jngement des 
magistrau instilues par elle qn a raiiMtraire d'lm indiridn. 
Enfin, demander la souverainete de la loi, c'est demander que 
la rsiMon regne avec IcfS lois; mais demander la sooTerainete 
absolue d'un roi, c'est declarer souverains rhomme et la 
lH*le(l). 

tiuant a la monarchic Ic^^ale (xxdi vo;agv) reglee, consacree, 
limitik* par la loi, Aristoti* en admet Tutilite, et il I'approuTe a 
Carthage et Sparte. II admet meme, je I'ai dit, la monarchic 
absolue, mais seulement en faveur du genie, soit qn'il se ren- 
contre dans un individu ou dans tmc race. En general Tesprit 
<hendu d'Aiistote ne repousse aucune forme de gouvemement ; 
il croit avec raison que lu bonte dun gouvernement est dans 
H^)n ra|i|K>it a I'etat, au\ dispositions et aux. aptitudes d*un 
peiiple, (|uoiqu1l soit vrai de dire qu'en piincipe un gouverne- 
ment est d'aiitant meilleui* qull est plus favoi'able a legalite et 
a la liberie, c'(!St-a-dii*e a la justice. 

Ainsi la royaule (;st un bon gouvernement quand elle est 
coiifiee au gcmie vX a la vertu, et qu'elle Iravaillc non dans son 
inU'jiYa propre, mais dans linteretdes sujets. Entre cellc forme 
parfaiU; (;t id(*ah; de ia royaule et la tyrannic qui en est 
rexlr<^iii(? 4!()i'ruplion, c gouvern(;m(^nt de violence qu'aucun 
VAVMV libn» n<^ peul supporter patiommenl >, il y a un certain 
noinbrc; <h^ degi-es dont la l)()nle et la mechancele se mesurent 
par leur anal()gi<; avec; Tun ou TauU'c. 11 en est de meme de 
touU^s les (^spe(;es (I(^ gouvemement. 

(1) Ih.fib.f 12H7 a. 30. '0 o' avOpwnov xcXeuwv fipoaTiOr,tfi xai Orjpfov. 




pntlTlttlK » ARISTOTE 213 

Hmi nVsi plus fin, plus richo, plus cxniM *[ik' I'analyso dc 
loutos cos niniiH'i's dv f^ouvfrmiiiriiis, oi'i Arisloli* se join* sans 
80 prrdre, (»n dcployuiit un\\v l:i i'nvrc dv sun lalrnl d'obsWTva- 
teur en d'hisiorii'ii philosii])ln'. Nous ne pouvons \v siiivrodans 
Irs driiiils <lr vvUv ulRmdantr oxposilioii. Anrtnns-nnus a run 
dcs jiiMMls rssriitirls, a Ijiiic drs ihrorirs lavftrilt'S tti^ raiitt'iir, 
la tlu'oiif (If la H4'|iiibli*pic% 7roXtTf(«(l), ;i laqiirlli" so raltache 
oHIo d(*s rlassrs moyrnnrs. 

La R*''|Hil*li(pii' vsv nnv iransa<;tii>n, ri vn «pH*l<|ur sorte une 
moyrntK' riitif roli*(;ir('hi<' vi la dt'morraiir. Va^uv iraiisarlion 
nv fonsislc |>as a [ilacrr vu hi*v I'uu de Tanhv, r-oiiiiin* en riat 
dr guoiTf, uii pimvoir olif*an-hj(|u<* vi un poitvoir dt-inorra- 
li<|Uo, rnais ii rhoisir dans rlianm de cvs goiivrniniioiils 
Qiiidqiiesuns des |inrn*i|»rs qui Irs font vivre, el a les oombi- 
iirr dans une lipurpusj' liarmonir : par rxroiplojr pnn<'i|M* dc 
lY'Iiu'lifin (|iii c'sl propria rolij^^ai'cliHM*! Ii* iiruicipo d('r<*\cni|)- 
lion on de rabaisst'iTu^nl du rcns |H'(>[)re* a la dnimrraiir; ou 
bifrt oiU'orr ramiMidr ait\ riclirs qui iw sv rrndrnl pas aux 
ass*nnbk'*\s, vl riiidrmiiilr aux pauvri'Sj p(Mir Irs y altin'i'; re 
8onl di'S rxriiqfirs qm* Ton prut varirr a I'infini. En general, 
In niitiire de la Hi'-fiidttiqur, selon Arislote, est dr lompiTcr le 
lU'inrlpr absolo dr la lilMiit'^ par le jusle melange daiilirs 
ebMiients, par ex^Miiplr, la iV»rinue el le mente. 

Mais rVsl jsitrtoul lorsipi il deoril la elasse la plusproprc au 
rt'pnjo n'«|>ubli('ain, que roriginalite et la prnelcaiion pre- 
voyanle du jfi'iur dAiislote erlalriiL L oli|;ai*rliH' ne s'appuie 
que sur les ii<*lic»s, la (liMiioeralii* sur les pauvrrs : le puinl 
(rappiil de la Hi'piibHcpn* sera dans les foitnnes aisees, les 
cUmsc's moyennes, ot ixim {'2). Arislote anidysr n*1niirul>IrinerU 
les difK'renLs etFels dv% *^rMuU*s ('nitunes * i <!♦ s gi-andes 
miHer(\s, deux ehoses inseparaliirs : « Laf)auvrele rmpiVhe de 
Havoir eoininaii<lri% et etle n apftreml a oUvlr fpTen eselave; 
l'c*xU*(^iiie opulence emp4}elie I homnie de s(* souniellre a une 

CD L- VI IIV), IX, l^JI a, M) et .^i|4. 

^ Pour la ib<Jorio dea classes moyciiDCB voy. 1. VI (IV), 3tr. 



loui k 



211 Asrmfijnt 

', et ne loi oiseigpe qo^ cowmidti aioe 
d un mailrp. 0» ac fnH akm dans I'filal 
14 e«dave«, «i pas 011 &<>itl honuae libiv. Id, 
iakmxk emieiisc; lii« vantic mqirisante, si lain I'imeet rautra^ 
<W cvUe biumUaiire reciproque el de ceite IhOi'iiiiu* sociatea 
oiii flfl la suite de la bituvdnaiiee. » Aq ooBtratre. ks for- 
tuaet oioyennes rnidcnl li-s hommo^ plu^^ «'*gaui : elles nlns- 
|iif«iil ni 1 orgufil, oi la la<'lK>t(% m W-mU^ ni le desespoir. la 
elasae aisirr craim les reavi-rsenM^u, dool elk^ nr pem qne 
ioufTrir, HJe i'rop^V-hii la pcv^ioDdi'ranee csa'^ssire des riches 
ifui ronduit a I oligarchic, la dominatioQ des pauvres qui est lu 
d(*m«i4(o^i% Ain&i, elle retablit requUibn*. Les ndics veuleDl4U 
opprinii-T, eUe se rangi* dti c6ted<*spauvres,el tJcDllc^ usurpa- 
tcui*» c*n <m'Ih»c; de in<^ine f>our les paij\i*cs. C'esl le defaut de 
la i)ropricle iDoyenne qui a rr*ndu si frequeales le& revolutious 
danji les fclaU de la (irei'c. La propriete s etait conrenlree 
dnnn «n p^iii mwhre de mains. De la ces Iull*'s perpetuelje* 
de» nrb<'H et des pau%T*»s : <h* la retle verile profonde apei^ue 
par Flaittn qu'il y avail, duns toutc vilh* de la Grm% deux 
vJII<*s, dans tout peuple grec, deux peuples. Le rcmHe, e'esl 
pniif Iiii la ('rKiiiituiiaiiti', n'mtnlr impiiissanl, pin' rpic Ir iiiaL 
Ari^lote a p4'*i)eire |>kis avurit, qu;md il a recoiiiiu dans les 
chmv» moyennes le lien des classes exlii^mes, le eoiiire-poids 
dr leiii's exees ronlrHires. Mais ee qu il n'a pas vu, e'esl que 
eel inip(Hiaiil eir-inrnl ne f»eul se prodiiii'e, se perpetuor, 
hMvuiU'v qyr pur Iv rravtiii, ct par le Iravail libre. C'esl 
[H»iirt{y4)i la 011 il y a des eselaves, il n'y a pas de classes 
lijoyi'nix's, he la U*m* lavi'lv djiiis la sitrii'-^l/* ancienne. 

Aprcs avoir elutJic* les dillei'cnles tbniies di* f^oiivenienienl, 
AiiHloti' eln*rrh4' a delerminer les (rondilions du g(>uviM*nmeiil 
paH'all : e'*''ljy| line qursiimi clirj'e aiix (InM's. Lenrrspril spe- 
eiilatil* He iiMJOlre (larlrKit : 11 semhlail que le eii*I de la Grece, 
hi pur et hi If'^rr, inviuU a lideal. Malun, PhaleaJi de Uialee- 
duine, Hi|»podunius de Milet, plus tard Zenon de Citium eurent 
liuis li'iir rrpublitjuc ; its iinagiuerent ehacuii uiu' cousUtii- 



POLITIQUE DARISTOTR 215 

lion parfailc. ArisloiL' a aiissi la slenne; mais son g^nio posi- 
lif, (lt;iJaigiioiix drs ri'vrs vl di's abslraelions, s(.* roiilfiila de 
combiner It's ek^monts irds que lui fournissuil Fexpi^rionc©^ 
scion lidtH^ {|u'il s'c'tail failo de la souitHe anoit*iino. Sans rntrer 
dijos k'S dolails de ci'lte conft'piion, ramenons-la a scs Iraits 
priiicipaux; file nous tci-a niieux penelrer dims la pensoe sys- 
Um'itiijue (rArisiole. 

Les I'lemt'nls dt* lElal, st'lon Arislot(\ soni an nombrc de 
six : k'vS syhHislam-es, U^s iu1s, les armos, If s linaiicrs, le ndte, 
la jiislioo. Do la six classes nocessaiics dans TElal : les labou- 
reiirs, les artisans, les giieriiers, les lirbes, les pontifes el les 
juges. i>Iais ees six classes p<*uvent se ramener ik deux priiici- 
pales, et de ces deux classes, Tune csl €elle qui constiluu 
I'ElaU I'antre eetle (juile sect et le fail vivre (I). 

Rappetons-nous les pi"inei[ies dAristnie. Pour Ini, ronune 
pour riaton, Tohjel ef la lin ile itlal, ct-sl la vi*rUi, Cesl elle 
qui fuade le dinil de rile. La verlii est pareonsequenl le droit 
de eiU", et par CHiisequent encore, la libeiie no pent done 
ajiparteuir ni aux inivaillrurs qui font vivre la ciie, ni ynx 
tabouiH>ui*s, ni aux artisans, lis sont done necessairement 
a'lelaves ('2). Kesteni, pour eonsliluer la eite, les grueniers el les 
juge^, I*arnii lesqu<'ls (luelqueii-ims sonl les riches, quelques- 
uns les fHKilifes. Lv ilioil de cite se reconnail a ce dntdde 
caraelere : le poil des amies el Tintenenlion dans lea 
adaiiTS pybliqtjcs. Os deux c*ar:iel»Tes ne peiivenl rlre 
ui |K*rpetyelIeiut*nI uuis, ni per[R"tu<'lk*nienl separes. Faire 
la gu«?rre ei Iraitei' des inter^'ts de I'tlal, sonl des fonetion^ 
qui dt'Mtandent des qualiles diverses, el qui s excliienl : d'lmc 
piirl hi force et la foyjjiie, de I'aulre 1 amour de la paix el 
La sagesse. Kl cepentlanl il seiait dangereux d'opposer eulrc 



(1) Pour la theurit.' du gouvernement parlait voy. L IV. (Vn)^ iv 
V, VI, vn, 8ur Fideal (MjliGquo d'Aiislot4fj, comparti ii c«lui Jo Pla- 
loa, voir 1» dii4MM-UiUua ingtiiiii-'Ui^c de M. Ch. Thurol, fJHik* tur 
ArUMf, Paris, l«K», H la nutf A la fln du chapilrc. 

(2* L. ly^ vui» 13^ a. 26. 'Avaptalov iivok tovs yttupYOy; SotiXow; ^ 



216 AXTlQlTrt 

eax, par one separation absolue, les goerriers el les magis- 
trals. Le seul moyen est de separer ces deux classes par une 
limile mobUe, ceUe de Tage. La jeunesse convienl anx travaux 
de la guerre, la maturile aux fonctions publiques. Quant a 
la vieillesse, qui n'a plus assez de resson ni de force pour 
porter les armes, ni assez de decision pour trailer des inter^ls 
de la patrie, elle est reservee au pontiGcat. 

Aristote est ici d'une logique admirable. Comme il resenre 
aux seuls guerriers la liberie civile et politique, il comprend 
que cellc liberie a besoin d'etre protegee el fortiCee par la 
propriele. C*est aux guerriers el aux magistrals, qui nc 
sonl guere qu'une seule classe, que les biens-fonds doivent 
exclusivement appartenir. Les laboureurs el les artisans 
eiant esclaves, ne peuvent en auctme fa^on ^Ire proprielai- 
res. C'esl la un point qui, distingue profondement la Repu- 
blique d* Aristote et celle de Platon. Le premier, voulant 
assurer la preponderance aux classes superieures, n'avait 
pas vu que le seul moyen cfGcace pour cela etait de leur 
assurer la propriele. Celui qui a le sol a necessairemenl le 
pouvoir. 

La cite d 'Aristote est la cite antique dans sa perfection : la 
lib(Tle est ramenet* a son vrai principe, la guerre et la force; 
res<;lavage au sien, le travail. Le privilege de la propriety 
s'ajoute au privilege de la liberie, et le garantit. Les travail- 
leurs, charges exclusivement de la fonclion de noumr les 
citoyens, ne parlicipent ni a la libei'te ni a la propriele. Telle 
est la <;il(j parfaite d'Arislote, democratic pure, si Ton ne con- 
sidere qu(? les classes librcs; oligarchic tyrannique, si Ton 
considere les classes scrviles : sysleme qui, lout aussi bien 
que celui de Platon, n'etait que I'ideal d'une societe incom- 
plete. 

II ne sufiit pas de decrcter des citoyens par des lois et des 
institutions, il faut les former par I'education. L'education est 
Tune d(\s plus grand(^s forces politiques. L(is ancions le savaient 
bien ; tous Icurs legislateurs s'en etaient occupcs. Platon la 



POUTIQIE D ARlSTCm; t?17 

ennfond pn*sqiiP av(*r hi palili«[ur rllc-momo. Arisloie y con- 
sacrc egfiilrmi'nl dt* f^nmdes tHiides (I). 

L'educiition piibH4|ii(% rc'ducalion par l'£lai, voila k» prin- 

cipe dWrislolo, eomiiio do la smii'li' aiiciennr tatil enljere. 

L'Etnt sc rompofu- i\v famillos, comme Irs iUmdles d'individus. 

L'lndividit osi done siibordoiiiu' a la ramillis vi la faniillc a 

r£uit. Nid ne s'appartient a soi-niomo, et riiulividu appardent 

n !*Klai, Cost done a Tfiiat a ti\u'c son iklMralii)n. Do plus, 

o'osi par Ics nioeurs que If*s g;oiivornoinonlSHo main lion iiont, et 

il faut que les mopurs soient d'accord avoc la fyrmo du gou- 

vornonionl; il rant dos mtrnrs domiMTaliqiiO!; a la d(*niaoraite, 

oligarohi<pios a r«jli^^archio (*2). Cost rodtiratifjii tjiii fnrnio los 

mauirs; olio doii dono oire enlre les mains do I'ttai. Eufin, 

rommo TKtat nv pout subsister sans unite, il importe que lous 

los riloy<*rrs soionl olovvs dans dos sonllmonts idcnliqiii's : • ce 

« qui osl oomnmn floit s'appn*ndro vn onmnuin ('^}. • Tols 

eiaioni les principos rlr I'anliquiio. Cependant on s'on elail 

rekVcho dans la praliqiio. ol Aristolo se plaint quQ^ dc son 

t«^mp8, cliaoun insiruisit olirz soi sos onfiinls a sa fanlaisi*% 

01 par les m<'*lliodo.s qui liii plaisaiont. Ainsi la lulu* onlir 

leduoation publiqui* i-t rtVliioation privoo, enlre la liboiio 

doj* famillos ot los dnuls th^ I ftuu n*i*sl pas <riiior.On dobattait 

doja <a.'lte question rhoz los aurions.ll y a dans la poliliqiio 

certaincs anlinoniies qu1l vsi do la destinoe dv rhomme de 

dim*uler loujours , sans poiivoir poitl-i^lro les rosoiidre jamais 

dt^nriiiivemont 

line aulrc quesUon elernelle, comme la preeedeifte, separail 

encore lc« esprils : quel syslomed'odueaiion doil-on preferer? 

colui qui loiiriie tout a liitilitf' roolle el pratique, ou eehii qui 

fi(* protfTuI autre ohose quo do preparer a la verlu f 

Arisloie est ennemi de touie eduealion qui feraitdo Thomme 



fl) Pour la ItiAorie de I'l^ducaiioQ, voir tout le livre V. 
(?JL, V {VlII). uim a, 17. 



218 -^-^ - AMIQl ITfc 

ui| arlisaj)} iiii mana^iivre, uii meirenaire (1). Ainsi> U rejctle 
de rcnsi'ignriiH'iit re qui I'st iimtilc fjour fijiimir iin hommc i' 
la science et u )a vertu, non seiikiiu'tit les arls inccaniqueSf 
qui doformont Ic corps de rhomme vi olent u la ix^nsee son 
elevation, non sculeinont Ics travaiix muliTJels, niais les tra- 
vaiix de rinlelligence meme, pousses Irop loin : les arts etw- 
die^ dans leurs diflu'idU's eni'ieuses, et snrtoiit aver rinientitm 
de s*en fuire un nioyen d'exislence, ont qn<'lqiie elione qui 
S4*iU le nierci'uuii'c ou Test'lave. On sail (pie les!i(>nimrslibres, 
mlon Arislole, doivent eli^c des honimes de loisir : il faul done 
que redlJ<.'alin!i les [urpai'e u oeenper noblenient leui's loisirs. 
De la» la necessite, dans rednealion, deelioses qui, ii elanl pas 
ptile^ et necessaires, doivent elf e etndiees comme belles ; car 
c est le beau cpii pivpare a la verlu. Sans dimie, il n«^ faiii pas 
rejeier Tulile de I'enseignt^menl. Ainsi la prFammaire 4'st utile? 
Ic dessin est utile, 1:\ gymnastique aussi; niuis elles ne duivent 
pas 6lre eullivees excUisiv<^meni, ni avec excfes, t Le dessin, 
par exeni|>le, doit «*lre etudir beaueoup mains pour i -viler les 
erreui's el les nieeonipies dans les aehals el l</s vi^nles de 
meublcs ct d'uslensiles, que pour se former une inLelligijnce 
plus exquise de la Ireaulf' du eorps. D'ailleurs eetle preoeeu- 
tjoo exelusive des itir-es d'utilite ne eonvienl ni aux ames 
nobles, ni aux espriis libi-es (2), 

La musique est une de ees eludes liberales que Ton ne cul- 
tive |M>ijU pour rnliliir% niais pour rai^remenl, pour In heante, 
pour le rudile enijjloi dn loisir. La nuisique d'alH>rii est Tun 
dcs plus vjfs plaisirs, et larsqu'elle ne proeureiail que eel 
Rvaniaji^ei nVsl-il pas bon de prejiarer a riinnime mur un jeu 
qui le delasse de la fatij(ne el iln travail f Mais la niusi(|U(» est 
plus qu'un jeu. Elle fait des (jrodiges, par laelipn qu elle a 
sur lame do rhomme. Elle exeilo au plus banldegre IVniliou- 



(1) /fr., ib,^ 1337 b* 5. 4>av£p6v ote twv Ti!)ioiiT(*)v BsT jxtzi'/iw Sa« ifitv 

(2) L. V(VllPj 1338 Li. 2, To 51 l^r^Tciv n«viai/_oy lo -/^prjaiiiov fjxtot* 



POLITIQl'E D'ARISTOTK ' 219 

sia.snio, elk' iiuili» jnw ties sons jjullietitnies kmlcs k'S fiualites 
mui'ales, el vn iv|>roiiiiiU'n nous I impression. Oi'eeile im|n'es- 
siuij nous dis|>ose a ces {jtialiles menies. Si riiniiiition ih la 
vei'lii mnis plail, ikhis somnn-s bien pres iriHre verluenx. La 
niusi(|ne ne ru-elle ^in'liabiUicr les ames a un plaisir nobltj et 
pur, i'lle les prt'parerait encore par \k k la vertu. On pcul 
tleinamler, il esi vrai, sH esl neeessaire, pour appreck-r la 
musitjue, tk'l'a\nii"eliidk'e soi-iii(Hue. Les Sparliales, lUsait-on, 
jui^eiiieiit Ires bien «lr la iniisitiue, sans s;ivoir exeenler; mais 
< il esl ^iidirile, liit ArisUile, sinaa impossible, dVire en ec 
penie bon jriifr iles elniscs *pi\ni ne pi'atifpu' pas soi-ineine. » 
Otie ediiralioii, tliinm, lera iles • arlisles, el non des 
liommes lihres. (^esl iei qifil convient surloul d'apporler la 
mesure i|uo nijus avoirs reeomniandee : il faul s'arreliT dans 
Uiules les /'Indes an pninl oil elles devienneiil si^rviles, el, par 
cxeniple, il (Uiit hi»nu'r la njiisi<jue a ee tpii est neeessairc 
pour appreiidre a en l>k'n jiigiT (I), 

Celli' iheorie de Tnlin-ation rat au fond la rneine (pte eelle 
de I'lalnn. Plaion et Arislote soni tlaeeoi'd pour dirigcr I'edu- 
caiiaii de 1 bonnne vers un seul but, la verln, el ils enlendcnt 
par la la disposilion dime anie noble ei Ijbre, ineapabled'ac- 
Uous boiiieiises. Pour alU'indre a un ImjI si eleve, r4'ns4'igiie- 
raenl des arls ine("aiii(|ues et des seienees prati^pjes esl d*un 
bien faibk* SiM'ouis : il ne doil pas sans *louU! iMre negllgo, 
pnistpii^ lout lionnne doil sa voir re qui Ini est utile (mhh' la vie ; 
nxim il doil *'\vv bornV' a rindispeiiKabk%«i Tobjel principal des 
l^ludes doit i^lrc le beau, el avee liii le boiL C'esi pourtpioi 
Plalon el Arisioie arettrdeni line si baute importanee a la 
niu^ii[ue, (|ni u^lail |ias ehe/ l<'s aneiens, eoiuiiie ehez nous, 
Utt art a pari, mais e«iait loujmirs assoriee ;| la poesie et la 
euniprenait HK^uie ordinaireuieiiL Montesquieu a Ires finoment 
expliqiie r»*m|>loi de la musiipie dans I eduealion des Orws : 
• On elait fori einbarrassr, dit-il, dans les rt'*|>nbliques 



(t)Sut* Ja muaique, voy. m^me Uvre^ i?, v, vi. 



220 AjrriQrrrfe 

grwqncs. On ne voitlait pas gtu' los riloyens travailLissonl au 
commtTce, a ra^jTriculiiin*, oi aiix arts; on nv voiilait pas non 
plus qu'ils fussenl oisifs. lis troiivaipiil unt* DCTUpalion dans los 
oxorcices qui tk'pcndaiL'iit de la g^yranastiqne, et dans eeux 
qui avait^nt rap]iorl :i la giicrrr. Linslitulion nc leiir en don- 
nail [juinl daiiiros. 11 fauUlonr irn^irdrr l<'s Gitcs comiiK- uni' 
sociiki' d'alhl^U's rt de eomhaitanls. Or, cos cxcrdces, si 
proprrs a fairc des g^cns dnrs vi sauvajfrs, avairnl Ijosoin 
dX'U'v tcm|KT(»s par d'aulrrs qui piissent adaucir les mmirs. 
La mijsiquo; qni lienl a Tespril par tos organes du corps, elail 
Ires proprc a cda. C'cst on milieu cnlrc Ics cxorciees du 
corps, rpii rt-ndcnl Ics hoinnios durs, cl Ics sciences de specu- 
laliuii, ([ui h's rendenl sanvages. On nc pcul [las dire cjue la 
niusiqiie inspirit la vcrtu (e'cst pourtant ce que dit Arislolc), 
cchr seniil iuc<jneevaMe, niais ellc <*nq)t^eli;dl relict dc la fci'«> 
cite de I'inslilulion, cl faisail que rAnie avail dans Teducalion 
unc part qnVUc n'y aurait point cue (t) .• 

C'csl par Icducalion que les fttats sc pcuvent maintcnir ; 
les maiiirs et les principes des citoyens «'*tanl en haruio- 
nie avcc ii's principcs du gouvernement, les revolutions soni 
moins a craiiMlre, Mais pour les eviler plus silrenient, il I'aui 
en savoir k'S causes, les cspcces, les oceasions el les reniedes. 
La lln'oric de leducation nous conduit ainsi a la iheorie d»'s 
revolutions (2). 

Les n'nolu lions pen vent avoir des circonstanees diirerenies, 
mais ellcs ont toules unc nicint^ connnune (3). Deux, clioses 
sont egalement vraies : la premiere, c'esl que regalile |>oli- 
lique apparlienl a tons les citoyens, el qu'ils doivenl avoir 
tons les nu*iues droits; Taulre, c'esl que rinegalite de merite 
onii-aine legitimenienl I'inf'galite dans la consideration, les 

(I) Montesquieu, EMprit des Lah, 1. IV, c. viii. 

(2] Sur la tiiuorie des Revolutions, voir le livre (V) VHI tout 
fintier. 

(3) Vni (V], II, 1302 a. 22. To3 [xlv ouv auxou« t/jiv r.ua itpo; ir.v 
|ji£Ta6tJXT]v akixv xotOoXoi^ (xaA'.ara 0*t^ov qI \xkv yap iffdtriTQt e^tiiuvoi 



pouTigni-: i> aiustotk 2? l 

honnours, les ndiesst's. Ainsi I'rgalile el TinegaMtc son! loiiles 
ih'ux fians k\ naturo. Ilieii nVst jilus rlitllrile quo dr Irs lem- 
fK*i*er hrurtMi seme lit cl de l<*ur (i\rr uno jiisii.' pari. Or, il 
arnvc soiivcril qiie le goovcmcmeiit pousso a rextrome I'i'ga- 
lilr poliii'qiK' H fail lort aiix legitimes sii|»eriaiiLes; on l>ien 
ijire, par iiii aulre exfes, il rlablil riiiegalile en toul^'s ehoses 
ol pour lollies ehoses, el Lilesse alors 1 ej^aJitedescitoyeus (t). 
De l:i une doiihle sininT de rt'vcdiiLioiis, les unes eoiilre Tine- 
galih* arhilraire^ les autres eoiilre Tegalile absoliie; dans le 
premier cas, I'Klal passe de roligai'eliie a la demoei-alie ; dans 
le second, il passe de la demagof^ie a roligarehie. Toule revo- 
kdiurt. sous 4pielrjye forme qy'idli* sc presenle, est loiijours 
line reelamalioti pliisou iiiuinsjysli', phis oumoiiis ojipoi'tune, 
plus ou moius heureusc de leg'alile nalurelle conli^e rinegaiilc 
arli(iei<^y(% ou de Tint'i^alile naluiM'lk' eontii! line egalil** bru- 
lale el impossible. Lv pi'ineipe, el en meme lem[is le myslerc 
de l*£lal, <*'esl regalile. Les gouveiiiements, eoiume les rtWo- 
luiionSi en soiil d<'s inlerfuViations divi^rses : e. est m \v eoiu- 
prenanl bien, el en rai>[ilN[uanl juslemetit que lesttals vivt'iit. 
1.1's diverses (ormes da gouvrrnenieril ([ui aceordi-nl, les mies 
plus , les aotri's moins a TegaHle , ne peuvenl subsisler 
cpi'a la enndition ile meiiager eeux (|ui sunl moins favorises 
|Kir la eouslilytion : ear ee sonl ceux-la qui fonl Irs revolu- 
Uons. 

\insi, la cause premiere des ruvolulions esl dans I abus du 
piinei|>4' sur lequel repose le gniiverneuu*nl {•}) : d oil il suit 
ipie tout tial 4jui veul <' viler les n'uvei-seuienis, au lieu 
d'alKinder a I'exees dans son prineipe, doil se releiiir en 
quelque sorle, et sVn inlerilire loules les appliealions deme- 
sun'i's. L'inlemjM'rrujii- uuil jiarlnul. I*our I'oreer les ressoils, 
on les brise. Sans doulr aueiin gouvernemenl u*e$t parXiiil et 
ne fM'iil IV*ln»; mais le mainlien dun gouveriu lueni nV*st pas 
aU'dessus de la sag<^sse de I homme. 11 faul seulemeiil savoir 

(1) 1^ VIII tVj, IX. 

(2) L. VIII (V)» IX. 



24S ATHQcrrt 

todier Itis conditioiis do sorces. "Le diffidk ii*est pas dc too- 
drr iin gmiTerneroi'iit, nm% d«* le fain* Tim' ; of la plupart di»5 
pcilitiqiirs rroieol a tort qu'on nc petit trop aUcT dans un 
sea<(, qaand il est Imni : « Bien des institu lions en apparence 
di-nvKrai jques ^nl pnriscment cclles qui ruinenl la democra- 
lie ; bif n di*« iD^tituiionfi qui paraiss4*nl oliiirarchjquos detmisent 
I'oligarchk', Qusind on croii avoir tpouve le principe unique d($ 
vi-rtu politique, on le poasse aveugiement a I'exc^... La 
demo'*raiie et roligarchie, tout vn s'eloignant de la constitu- 
tlrrti {KiHaiiP, peuvenl elre assez bien consliluees pour sc 
maintenir; mais si Ton exagere Ic prinripc de Tun on dc 
I'aulre, on en fera d abord des gouvernemcnls plus mauTais, 
el on les reduira a netre plus memcdesgonvernements (1). » 
Dans li's di'-mocraties, par exompli*, oii lo pK'uple assembk^ 
pent faire souverainemenl dt's lois, les demaffogues, par les 
all.iqopH I'mUiniJi'Ui's roulrrli's rieht's, divis(*nt loiijours la cili^ 
en deux eanipn, tandis qu ils devraienl, dans K»urs harangues, 
ne imraltre preoreupes que de rinierrl des rii-hes : de menie, 
dans les oli^'archies^ h' gouveniemenl nedevrait paoitif avoir 
en ?ue fjue rioKTei dii prtiple. Voir! les sernients que Ton fait 
dmcjs jours dans (|m'lf|Kes £lal8 : •< Je srrai IVmienii nmstant 
du peMpIi% jf lui fi-rai loul le nial que je pourrai Ini faire. • 
II fainlrail eonrcvoir les ehoses d'^ne faron loin npposee; el, 
prniaut un auire iinisque^ dire hauleiiM'ul : « Je ne nuirai 
jamais au people , » 

A eelle eause generale des revoltilions, AHstolt^ en joint de 
par1iruli»'j'es, pmfonfienn'Ut observees. Tel s sont lout rag*', la 
eratiilf', le nu'vpris, la bri^^nie, la eorniplkni, les ehang:emeuls 
injien.Htbles, la dilierenee de mteurs, et quelqucfois enliu des 
evi'iHTiietils forliilts (>), Mais il faul suivre I'arlion dillereiile 
de rea- eaujifs di verses selon les divers gouverneiiieiits. Dans 
les de»UM*ralies, les revolutions sont ordinairemenl causees 



(1) L, VIII (VJ, 13(W II, 20. 
fsf) suf Uiuics h^s oausea pftrticuli^res des r^^olutiotts^ voycz la 
livro VUl iV), V, VI, vii. 



I'OLITIQUR ft'ARISTOTK 223 

|>*ar les violences des demagogues. Conime ils ii'i'ilent eotili- 
Duellement le peiiple rontiv !es rielies, ijii'ils disli'ibueiil u la 
nuiUilude loiil rargrul dii tresor inibliV, (pfils bannisseril les 
i"ilo\etis ek»ves |>mir eoiifis(|iier leiirs biens, ils smitevenl aiiisi 
wnltv le gouvememeiil la haine et h mepris dos I'ito^fens 
l^daires ; vi la demorrniic laiL place ii rotigarehie. Souvenl 
aussi elle eonduil a la lyiimnie. En elli'l, les vhvh popidaires, 
apr^ avoir desainie les riches p'M' les pauvrcs, ex aroir rapuS 
h^ faveur de la mullitudr par lapfuirenli* di-fens*' de ses iiiii'- 
n^rs, el |tar le paitage de ses passions, iinisseni bienl<U par 
g*t*lever au-dessns d** la nniUtUid«*nienie. Au n*Hle. re eliangc- 
uient de la di'»nioerati*^ eii lyrannie elail plus IVripienl, au dire 
d'Aristol<\ dans les l«'inps aiieiens que de son ieni[ts. Dansles 
ollgarehies, les revokilions se produisenl aussi pai" des eausos 
(Ilvepscs : oil e'esl la multilndt* opprimee, qui s«' souleve, on 
bii'n i|ueIqueH riehes fiuissanls i^xrlus des lumin'urs, ou enlin 
C|Uel<pies honniies niem<*s du gouvenu'inml, f|ni ionneui uiic 
*orle de di''uiagt»gie dans le sein nieniedu puuvoit*. I/oligareliie 
ne |»enl resisler a ees priucifM's tie trouble r|ue par I'aeeord de 
S4'niinienLs dans li's rliefs el la »u<Hb'"ralion du gtnivernernent. 
LV)llgarrliii' pV-rit par son r\ces, loi'stpridle se eoneentre en 
nil Irop peiil nonibre de mains i elle peiil par la guerre* par 
la firigue, par !<• p**enlaL Elle se enrrornpl eneore par les 
euusrs insensibles ; lursque, pur e\en»ji|e, la quanlile 4ln eens 
ne suivant piw lu variation des fortunes, le noiubre des rensi- 
tilings Haugmenle nalia'ellemenl. l/oligarrliie se irouve ainsi 
changee, piN'sipie a sim jnsu, imi d('*nioeratie. Les n'voluiions 
qni <>nl lieu dans les ar»slo<Talies el dans les n'^pnblitpirs ne 
diHerent gnere des preci'dentes, pnisque rarisloeratie esl nne 
espeee d'olfg;uTfn(\ el la n'*pub!iqui' de demoeratie. Dans Irs 
unes, comme dans les aulres, lo principal niolif des revrtln- 
llOdK CiJl la vtolalion de la justice. U arrive alors que ce* gou- 
vornemenls moder<5s se eliangenl dans leurs extremes, on 
tMicure dans leurs eontraires, 
Les cauik's conuues des revolulians dans les divers £uiU 



fi4 A^nguiTfe 

nous monlivnl elli*s-mt^mes leurs iTnietles (1). L'un des 
principc^s les plus importants dc la politique pour la consi^rva- 
lion des ElaLs» c'esl de pn'venir les plus peliles atteintes 
portees aiix lois : « car rillegaliu-: sintroduit souvent sans 

qiron s>n aprrroive, comme les petites depenses souvenl 
repelet\s deranjji'iil les fortunes. » 11 (itut done se prik'auUon- 
ner od toutes ehoses coolre les commencements, Quelquefois 
un danger prochain el connu est pour un Eial une cause de 
conservation, Qir on clierche perpetrielleinrnl a s'en preser- 
ver ; et la vi|ifilance est iv. salut drs rrfiiiblifiues : 11 est done 
lion de menager lonjours aux cites quelques sujets d*a!arme 
pour les tenir en eveil, et afin qu a Texemple d'nne sentjiielle 
de nuit on lienne compte tin danger eloigne, eomme s il elail 
pr^s. En general, dans lout gouvernemcnt, republique^ oligar- 
cliie on nionart'liit', it faui veillei" a cc qu'aucun citoyen no 
s'a*j:randisse d "uiie nianiere deniesttree, et ne menace ainsi la 
liberie et la seen rite de rtlal. Anssi (;ii]t-il ne pas doiiner Irop 
de pouvoir an\ niagislrals, ou du moins limiter le pouvoirpar 
le temps. 11 fan I aiissi, par ties mesures sagement eondiinees, 
iaire qn'aueun parti ou aucune elasscv ne seleve irop au- 
desHUS des autres ; el 11 csl boii, i'w tout £tal, de mt^ler la 
chisse TM'lie a la citvsse paiivi-e. 11 faiit surtoul que les lois 
soient les maitresses, el que les mar^istrats lie puissent dis- 
|»oser des reveniis |>ublies sans en i*endre eompte : les prolits 
illieites sont les causes les plus frequenlcs des revolutions. 11 
faul, dans les dtMUoeraties, avoir dc la eonsideratiun poiii' la 
elusse rieln% sinlrrdire les [lartuges des terrrs, ou nitune de. 
leurs prodiriis : dans les oligarcldes, an coniraire, il I'aut 
men:ij]jer !a eliisse pauvre, appeler k's hommes de nn'rite an\ 
Iionneurs , laisser aux riches les fonrLions g^ratuiles , el aux 
pauvn*s les fonctions retribuees. 11 faut en general, tlans lout 
goiivernement, accordei' I'egidile et meme la preference a la 
classc qui ne pailicipe pas au gouvernemi'nl. Enlin il faut que 



(I) Voy. L VUl (V), vm et ix. 



POLITIQUE d'akistote 225 

!e nombre dc ceiiK f|iii vciilc^nt (jiic I'Ktat snbsisle roni|M)rte 
loiijoiirs siiF le nombiT de cetix fjiii lie le veidenl pas, L't^dii- 
ealioii t'st h» moyen If plus apj>i"0|int^ a produire rol t*ll'r\. 
C'esl pourqrirti il est iiiiporianl , comme nous I'avons vn , 
qu'ellp soil toujoiirs vnlvv Ics mains d^' I'Btat. 

La niyaiiU' el la tyrarinie out ra|>iiort, Tune a raristocratie, 
I'autro h 1 oligarchic cl a la democratic. Comnie rarislocratie, 
la rovautc est fundcc siir la stiijcrkirilc dc vcrliis, dc talonls 
dc Ibiiiiiic, imic a iiiie grandc puissance : lc roi esl le prolec- 
Iciir naliirel des ciloyens. La tyraimie an eontraire ii'csl foii- 
di'C qtic siir la force : elle ress*'ndde ii I'uli^'nrcliie, en ce 
(pi'elK* nv chcrchc que Ics richcsses et quelle aeeable la mul- 
lihich^ : die a dc comiiiun avec la deniocralie, qu'ellc fait line 
gticrre |KT|ielticne aux riches et au\ eiloyens disliiij^ues. Lcs 
causes dc revohilions snui done a peti pres les imcuk^s dan's 
ces deux formes dc jjoiiverneineiil que dans les preeedenles. 
On peul <lire en genf-ral que la royante tend a sa ruinc, qriand 
die St* translVn-me en lyrannfe, et que la lyi*annic pcrit, lors- 
qu'an lieu de prendiH* les apparcue4*s de la royanle el do 
fi'iiidri* en tout dv ffouverner sdon la jnsiii'c, le lyran nc 
rlicrc'lic que la miscrc vl lluiniihation de ses siijcts. Ce qui 
ri'uvrrse ordinairemcnt lcs lyrans, ce sont deux [>assioris 
cxcilees par leurs injustices : la liaine et lemepris. En general, 
le mcillenr rcmcdc pour la conscrvalicm des royaulcs el des 
lyninnics, e'esl de motli-rer l(^ pou^oir Ini-nirme. * LantonTc* 
(|iidle qn'clle ivoit, esl iFaulant phis dnrahle c|u"dle s'<'»lend a 
moins de cl»os<>s. » La s;igesse des tyrans est dlniiter le pou- 
voif royal. 

Li ixditiqur neec^ssa pas drtre fidiivee apres Aristolr; son 
disciplr rt sou Htieeessi'urTln'ophr.isir avail euM'ignc la (Mdili- 
que a Cassandns roi de Maerdoirie, ri a Ptoleniec.roi d'Egyfvle. 
II est :\ entire qn'an noml)re d*\s *iU<* ouvrages (pie Diogene 
Liien'c loi adribue, il y en avait siir la poliUtjiie. lieaueoup 
d'autrcs trrivains duretil suivre eel exemple ; ear le nonibre 
^*rtis |H>liliques .s'etait telkmont mulUpHe au U'mps des 
J.OI.T. — S<:ieuce (udilitpie. 1,-13 



226 AHTiQurrft 

Plok»mees qin^ Di*molriiis de Phulere persuada an roi de faiiv 
recucillir lous \v& livros aU* poltliqiie el den faire une biblio- 
Iheque, Os livres formerent Ic foods de la famcuse biblio- 
Ihefjiie d'Alexandrie dont Deruolrius fut le premier biblioih^- 
caire. Mallieiireiisenient loiites ees rkhesses ont dispani dans 
les divers ini'eiidies dunt fiit vietime la f;yneuse bibliotheque. 
Nous n'aurons dom^ plus a sii^^ialer iiuciin g^'and iraile de 
politique dans FantiquUe, cxccpte les ecrils Ires miUiles et 
incomplels de CictTon. 

Nous avons appreeie di\ja Ja oiorale d'Arislole. 11 nous resto 
k cxprimcr noire opinion sur sa poliliqne. 

lino des phis fi^randes verites elablies par Arislole dans sa 
poliliifue. e'est qne lliomme est ne iionr la sociele. L1i(Hnni(% 
dit-il, esi iin animal politique. Tontes les raisons que Ton peul 
(aire valnir en f^iveur de ee principe, Arislotc les a connueSjet 
meme li'onv('H\s. Le besoin que riiomnie a de Hiomme , la 
neccssiti? dc I'ftlat poor eompbHer la vie de rindividu, lasocia- 
bilite riaturelle des homniej^, la famille, premiere soetele dont 
sorlent loules K*s autres, la parole, si^ne evident de la desli- 
nation sociale des lioinmes, les idees du juste et dc Tinjiisie, 
nature! les k la conscience humainc, et qui n'ont de sens que 
dans la soeiele; lous ees fails, (jni deposent si eloquenmienl 
en favcnir dv Tetal social, ont T'le saisis etdenieles par Arislotc 
avec la plus ^nmde sagaeil*''. Tout en reeonnaissanl qm\ la 
. famille esl la base do !a soriete , il a bien distingue la fanuUc 
el I'Elat : dislinction imptirlanle qui servira toujours a dislin- 
gner les defenseurs des idei*s liberales, et eeux des doctrines 
aljsoiiilistes : c'est Aristote qui a fait voir que Ic printnpe dela 
famille elait Vantorite. et eelui de Ffilat la liberie el ren-aliie. 
Dans la faniille mpiue, s'il s'esl tromfve sur lesclavage, il a 
bien dennMe la vraie nature du pouvoir ]>aternel et dii jiouvoir 
conjii^'aK en dtHinissanl le premier riri pouvoir royal, (^t le 
second iin pouvoir nqmblicain. Eulin, quant a la propriele, 
sMl n'(*n a pas dcmontri^ le droit, et sll se inontre mtnnc assez 
indillerent sur son origine, il a fail voir neanmoins le rdle do 



POLiriQUE I>*AniSTOTE Wf* 

la propri^'t^ dans la faiuillc el dans I'tiai, vi on lui doil lea 
premirrt\s noUons pm*isos d'eeononii*' jM>litif|ne. 

Trllrs sont lr*i docirinos sociales d'Arisloto, qui reiiiplissont 
iv premier Uvre de son ouvrage. Quant a sa f>oIilif[TJc propre- 
mt^ni dili', clle se compose d'anci>arlio critique el d unepartie 
Iht'oriipie. On a pii apprt^eier la force de sa eriliqite par !es 
exeniples qui* nous cu avons donnes. Son exanien des iheories 
sociales de son ieinp<i, et d<^ laconstitulion pcililique de Lac(^dd-> 
mone on ilc Tiarlhaj^e. est dime vigiinir el d'riTii vu eltele qu*au- 
cun puhlicisb' n a surpassees. Utianl a ses proi)res iheories, 
ifii void les poinlH li's |>liis remarqnables el les plus durables. 

II a VII que la cite se rarnene au riloyen, et que le ciloyen 
psl celui qui parliripe din^'lemenl on indireclemenl aiix magis- 
ti*aUires. 11 a soulenu par les fdus foi'ifv arjfuments que Ton 
puisse invoquer aujourd'hoi eiicon* le priueipe de la souve- 
jmitieti^ du plus ^'rand iiombre, el en m^^me leinps il a couq>ris 
el iuperieureuienl analyst' toules les formes du gouveruerneTit; 
iJ a ftuivi les traces dc Platon, en doniiani la preference a ua 
gouvernemenl de iransarlion, oii se leinpereraieut I'un par 
I'aulrr les principrs de la forlune, du rnenle el de la librrle ; 
il a vu qu'un lel temp4<rameiit est absoluinent ineompatiblo 
avec one excessive inegalih' des forkmes, et il a eii le pres- 
i»enUnienl du rtVIe 4(ye devnienl jouer les classt*s moyennes, si 
pfii iui|H»rUuiteH dtiriH 1 auiiquitiS si considerables d;ms lea 
t4»mps niodemes. Sa llieorie ile redueation, oii linflucnce de 
I'laltm est i^vidente, est admirable : il dil avec raison quVlle a 
I)Our but de former des liomines par les arts liU'i^anx , et noa 
del* m.'icbines pai* une education exclusivemenl profession- 
nelle, qui iriUait pas ignc»t*<^ de son temps ; il dt^fend 
aolidenusnt Teducalion publique enntre les caprices do 
rMadticm domesUcpie, q(iot(pi il ail le lort d'accorder a rEial 
Ic droit de s*em{Xirer de rimlividu malgr^ lui. Enlin sa 
th<^rie dt^s re volu lions , escfuissee deja f>ar Platon, esl la |)lus 
tavanle, la plus complete et encore aujourd'hui la plus neuvc 
l^ue pui^&e prt';^enli'r la tcicnce politique. 



228 A^nQcift 

11 est vrai qae ceite grande et belle politique repose sur mi 
poslnlat inacceptable. la theorie de TesclaiTage. 3lais oette 
theorie meme temoigne d'lm profond genie, el Tod peat dire 
qo'elle a ete on Teritable pn^res. Car poser ime question 
d'une maniere precise et eiLacte , c'est eTidemment mettre sur 
le chemin de la solution. Aristote a tu que FesclaTage dans 
Tantiqnite reposait sur des prejuges ; et lui a cberdie un 
principe pliilosophique. II a demontre que ni la eonTenti<», ni 
la guerre ne pouvaient fonder FesclaTage : c'est ce qu aucun 
philosophe n a tu, meme depuis lui, jusqu au xvm* siecle. 
Cependant I'esdavage existait. C etait, au temps d* Aristote, im 
faai universel ; c etait la pierre angidaire de la societe antique: 
nul publiciste n etait en mesure de pressentir qu'une societe 
pouvait' s'en passer, et Aristote etait im genie trop positif et 
trop pratique pour qu on put attendre de lui ime pareille 
intuition. Qu'a-t-il done fait ? II a cherche im principe raison- 
nable a im fait deraisonnable, et il a cm le trouTer dans 
rinegalite naturclle des bommes, et dans ime separation du 
genre bumain en deux races. Tune destinee aux travaux du 
corps, Tautrc aux travaux de i esprit. II a donne par la a la 
societe antique sa veritable signification, en la ramenant a ces 
deux fails essenliels : le loisir et le travail, Ic premier associe 
a la liberie, el le second a Tesclavage. Ceux qui ont reflechi 
sur les nombreuses dlHiculles que rencontre dans les temps 
modemes la solution du probleme politique, par cette raison 
surlout qu'il est toujours complique d'un probleme social, 
comprendront comment Tespril analyliquc dWristolea puetre 
seduil par celtc simplification du probleme : une societe libre, 
nourrie par une societe esclave. 

On peul aussi reprocher a Aristote d'avoir, moins que 
Platon sans doute, mais trop encore pour la verite, sacrifie 
rindividu. Mais cette crreur, comme la precedentc , est 
Terreur capilale de la politique ancicnne. Si Aristote avail 
^vilc CCS deux erreurs, jc ne vois pas quelle superiorile nos 
doctrines poliliqucs auraienl sur les siennes. II est injustc de 



I'tHJTiyiE D*ARISTOTE 229 

<K'imiitdcr a un ancien plus de vi*rit<*s qu'il n*en pouvait alteiii- 
div d;iris Irs tloniKH*;* do son ir-mps, G:'Hes que nous avons 
si^iKiliH's sultisi'ijl a la ^Umv. <rAj'islii|<* (I), 



(I) Depuig la premidrc iJdition dc ce livre, un savant fecrivain, ti'C3 
comp^tonl en tout ce qui concerno Aristote, NL Thurot {it^tuda *ur 
ArUtate, p, 105» Paris, 1860) a emis une opinion int«*rcssante et 
appuy6c dc fortes raisons, A savoit* que I'onaurait be^ucoup exag^rd 
la diff«irence des doctrines politiques, comme aussi dos doctrines phi- 
lo^iophiq^es en g^n^ral de Platon et d'Ariatote. II penso au contraire 
i|UQ les analoides remporleni dc beaucoup sur les diffdrences. Pour 
run '"omme pour I'autre* la poliiique est identtque A la morale. EUe 
est uno science [iratique qui enscigne k rendrc les hommes vcrtueux 
e( hcut'cux : ellc est, en d'autrcs termes, la science do I'education 
par TKtat. D'oiii! suit quo la politique doitavou- un ideal, qui servo 
oc r6glc et do mesure aux ffouvornement's huniains. De ih les deux 
livrcJi de la Poiitique sur liUat ideal. Ces livi^s ne sent point un 
hor»-d*cpuvre, C43nime on est tent^ de le croire, mais le centre m^nio 
de rouvrafire et le noeud de toule li^h^orie. C'est co qu on voit sur- 
iouti quand on r^tablit lordrc des livres, comme i"a fait avec tant dc 
raison M. Barthdlemy Saint-Hilaire. Car» apr^s les trois premiers 
livre«, qui ne contiennent que dos g^n^ralites, ot comme lea prol^go- 
m^nes dc la science, viennent Jes deux livres sur I'id^ politique ; 
puis lo livresur la Kepublique, ou le meilleur gouvcmemeni i-elatif, 
puis ceux qui traitcot des gouvernements d^fectucux. Lidf*al est 
done, pour Aristote comme pour Platon, lo point de depart de la 
politique et lo principe qui doit la fonder. La seulo diffdrenoe. c'est 
<iue pour Platon, hora du gauvernemeat parfait, tous leg autrcs 
«4ont abHolument mauvais ; tandis qu'Ari^olc, qui fait toujourn la 
part de lexp^ricnce, inontre quel parti ou peut tiror eu fait dea 
irouverncments moina bona, et mSme de ceux qui soot tout & fait 
d^fectueux. 

Cctte identity fondamentalo entro la doctrine politique d'Ariistotc 
ctccllc de Platon en am^no d'autres A aa suite, quo M. Thurot a 
reoueiltie!; avcc soin, el qui, rassemblees, donnent A sa these I'appui 
le plusfrappant et lo plus luriiineux. Ainni Platon el Ariatote s'ac- 
cordenl tous deux, »uivant lui* 4 admetire que le bien dc I'individu 
ne difr^i^ pa,s du bien dc I'^tat^ que la politique n'a d'autre but 
que d'asaurer A I'individu les moyens d'atteindre son bien, ct que le 
bien de Tiodividu n'6tant ni dans la puissance ni dans la richt?«iie, 
mais dans la vertu, le but do la politique neat paA de rendre Tlitat 
Tiohe par le conimorco ni pui^isiant par lc:s conqu^te;*, mats vertueux 
la vertu dcs ciUiyens. Do lH r^t^ulte immddialement quolo citoyen 

»partieu( cntii'*rcnii»nt A I'^tat. Le caract^re essentiel do^ plus mau- 
lis gouvernemcttta, dil Aristote, est de laisser chacun vivre comme 
il vcut. La libert<^ individuolle dans la disposition de la propridte et 
daus la vie de famille est aussi r^pr<ihensiblc aux yeux d'Aristote 
qu'aux>eux de Platon. Comme ils placent toun deux le Eouverain 

m dans la contemplation scientiflquc, ila sont conduits 4 rcgarder 

pratique dc la vertu comnte inseparable du loisir, et les travaujt 



230 AsmQCirt 

m^caaiqiMS comme ineoncOiables arec U pntiqae de U Terto 

accomplie ; ils refuaeiu les droits de citoyen aux agriculieurs, aux 
commergants, aux onvriers. Enfin, ITtat ideal d'Aristote est, comme 
celui de Platoo, une petite cite ; I'executioa d'uoe pareille legisla- 
tion serait impossible dans one grande population. Je ne puis tout 
citer ; mais on peut dire que, dans les pages que je resume, M. 
Thiux)t a epuise la question des analogies de doctrines de Platoa et 
d'Aristoie en politique. 

ifainteoant, je dois avouer que, malgre les preuves si nombreoses 
H si precises accumulees par Tautear, il me reste encore quelques 
dooles. Je me demande si I'opinion qui oppose Aristote et Platonest 
im pr^jug^ aussi d^ralsonnable que le dit M. Ch. Thurot: • Quoique 
Aristote, dit-il, ait c&mpfiUmemt mi^pU In priueipt* de la politique 
platonicienne, on s'obstine encore a opposer la politique eip^M^a- 
UU et MtilUmire d'Arisiote a la politique idealuU de Platon. » Eh 
bien ! je me demande si cette obstination n'a pas sa raison ; si, dans 
le fond des choses, ce pr^jug^ ne serait pas la verite ; et enfin s'il 
n'est pas bien exagere de dire qu' Aristote a completement adopte en 
politique les principes de Platon. 

D faut bien distinguer, ce me semble , dans un auteur, les id^s 
qui lui riennent de son temps, de ses habitudes, de son education, de 
mille influences diverses qu'il ne peut secouer, et les idees* qui 
viennent de son genie propre, de sa personnalit^. C'est lA, je crois, le 
BOBud de la question. Qu' Aristote, n^ Grec, et ayant ^te vingt ans, 
dit-on, disciple de Platon, ait eu en commun avec lui des idees et 
des tendances d'esprit qui ^taient essentiellement grecques, et dont 
il ne pouvait pas plus se d^faire que de ses moeurs et de sa laogue, 
c'est ce qui n'a pas lieu d*^tonner. Qu'il ait en outre ^te fidele k cer- 
taines traditions de I'^ole platonicienne, de laqueUe il avait regu 
une si profonde empreinte, et que, malgre tous ses efforts pour sen 
d^livrer et pour se distinguer de son maltre, il ait conserve presque 
sans le savoir, et surtout sans le vouloir, beaucoup de ses principes, 
c'est encore ce qui est non sculement facile & comprendre, mais tres 
vraisemblable. Maisest-ce bien 14 qu'il faut chercher le genie pro- 
pre d'^ristote et sa vraie pensee t Et ne pourrait-il pas se faire que, 
malgr^ tant de ressemblanccs apparentes, les dissemblances fussent 
plus grandes encore, et fussent precisement la \Taie marque du 
g^nie de chacun ? En un mot, on est tent^ de croire qu'en compo- 
sant son id^l politique, Aristote ne fit autre chose qu'obeir k une 
habitude grccque, et A ce que j'appellerai une sorte de lieu commun 
dont on ne pouvait pas plus s'afTranchir que nos tragiques de la regie 
des unites ; que ce n'est pas 14 qu'il mit son g^nie ; et en efTet cet 
id^l n'a rien d'original, ni d'int^ressant. Qui connalt la Rt'publique 
d'Aristotc, et qui ne connalt celle de Platon? Sans doute le fond 
moral qui anime ces deux politiques est quclque chose de remarqua- 
ble ; et il est tres vrai qo'Aristote, tout comme Platon, a donne la 
Tertu comme objet principal ou m6me exclusif de I'^tat. Sa politique 
n'est certainement pas utilitaire, mais elle est exp^imentale , et 
I'id^al n'y est gu^re autre chose qu'une machine de convention. 
Comparez ce livre qui traite de I'iddEtl politique, et qui no nous 
retrace qu'une sorte d'Etat vague, sans physionomie ni couleur, au 
premier livre de la Poliiique, ce livre incomparable, ou Aristote 



POLITIQUE d'AKISTOTE 



231 



analyse si m«rvelll6u.s6ment ta soci6lo et la, famillo ; au irobiemd 
livrc, oil il analyse, toujours par la m«>mo ni<^tliode, le citoyen et la 
souvcrainet^, et laii vorra la difTerenco qu'il y a |*our im autcur 
eatre obeir li son propro genie ou A une habitude consa^i'^o. Dans 
lea deux livres que je vietis do citer, Aristote est lui-m<^rne ; il est 
sans modele dans Fantiquit^ ; il cr^e vraiment ia politique d'obser- 
vation commo science* Qu'y a-l-il d'etonnant que tx^ suit par 14 
qu*iJ ait frappe les esprils, el quo I'on ie suit habitu4 h le caract^- 
riaer lui-m6mef 

n ne faut pas sans doute refuser de reeoonaUre que dejA dans 
Platoti, sous le rapport de robservation politique, il y a des parties 
Irfes rcmarquables : par exomplc, le huitieme li\ re de la MpitbUqHey 
•lir les revolutions dcs fitatSj a <*te h peine surjiass*^ par Aristote 
d&Dsle dernier livre de la l*alitiqtte, II y a aussi dans les LaU beau- 
ooup d'excellentes vue«i. Cepotuiint il est pcrmis de dire qu'en 
[iStodral Pl&ton procddc bcaucoup plus par ronatruction que par 
Nervation. II aime i faire dcs plans de rcpublirjues. II est pluUH 
l^jrislateur que savant : il semble plutOt donner des projeU pour 
I'tiducaUoa dcs cil^s, que clicrcher t d<5couvrir les lois generales 
des f^taLs : cest un architecte politique, Ailstote est un iiaturalistc. 
Je crois que cette distinction restora la vraie, mulgr^ tous les rap- 
prochements. Ces rapprochements, dailleurs, sout tres utiles puur 
restreindro ct preciser fojjpo^ition do ces deux grands genios ; mais 
ils ne doivent pai* la faire dit^paiaitre. 

I'ajoute que co a'est pas seulcmont par la mSthodi^ mais oncoro 
par Ic fond dcs choaes, que la PoNtiqtte d'Arislot« s'^loignc de cello 
de PlatoD ; elle est inftnimeot pliin liberalo et populatre ; et le roya* 
liste Hobbes a pu dire, avec quelque apparoncc de raison^quc c'est 
ptki' la Pali tiqtu! d'Aristolc que les i dees d4mocraliqucs se >onl repaa- 
dues dans rOccident, Daoale dialogue du /»/»/>f/^«r!, Platon avouc ses 
[predilections pour la monarchic paiornellc ; il voit dans le roi le 
;ur dcs pcuple-*, I'^ducatcur des peuplcs, et il lui confcrc io 
de fiiire lour boiiheur, avec ou $anii lo'u, 4i $ri oh de f&rce» La 
a uu caract^rc oriental et theocratique qui nc pcut ^tre 
U est clair que U clasae dcs philosophcs correspond n la 
'tift^to des pr^trescn Orient. On voit que dans les id^es de Plalon 1© 
pouvuir vicnt toujours d*eu h&ut^ ct cj>t une vt^itable tutelle. 11 
confond la famille et I'l^ital, el doonc d I'l^tat le gouvorncmeni dc la 
'famille. Dans les lAtit^ A la v^riu^, il se rapproche des institutions 
grecijucH et poputaircs, mai-^ ccst ik regret, et en faisant le moios de 
concessions possible. Ari^lote, au coutraire, n"a aucuoe predilection 
pour les id«5es d'autocratic, ou m<^me d'aristocratic exclusive. 11 
d^Hnit 1'ti.tal, une leuniua d homines Ubrcs et cgaux. 11 distingue 
Boigneuscmcnt la famille et llilal, en ce que I'une repose sur lau- 
torit^ cl 1 'obi-'issancc.rautrc sur I'^galit^ et la liberte. Dans sa thdorio 
de la souvcrainct^, il se prononce (toujours avec les r^Sscrvcs dun 
esprit prali(}ue) pour la souverainot*! du plus grand nombrc ; il place 
I'autorLte de la loi bien au*dassus de I'aiitorit^ de I'homme. II com- 
prood et admet la mooarchie c^Ltmmo toutc forme dc gouvememont; 
mais son vrai id6al est uue rtJpublique temperde, fond«''o *ur Jcs 
cIaaaos n)oyeonea» Sana doute il nest pas moins severe fjue ptalon, 
pour lo travail autnueli et il lexclui ngoureusoment des droits do 



■**K#*f'' 



232 ASTlQUlTfc 

cit^ : mais en cela il ob^it au g^oie de raniiquitS. Toute pari foifce 
aux pi^jug^ de son temps, il est, si Ton peut dire, un liberal. Pla- 
ton, au contraire, se montre partoui partisan du principe d'autorite. 
Je crois done qu'il est exag^r^ de dire qu'Anstote a completement 
adopte en politique les principes de Platon. Ce qui reste vrai , c*est 
qu'Aristote, malgr^ sa predilection pour le r^ultat experimental, a 
cepend&nt eu un iddal en politique ; et que Platon, tout idealiste 
qu'il fut, n'en a pas moins &t& aussi un grand obsenrateur. Le g^nie 
est toujours complet, mftme lorsqu*il se d^veloppe de preference 
dans un sens plut6t que dans un autre. 

P.'S, Mon savant et regrettable ami Ch. Thurot, en examinant 
mon ouvrage dans la Reoue critique, a accede k quelques-unes de 
mes objectioQS, m&is il a repondu aux autres. Je me fais un plaisir 
de mettre sa r^ponse sous les yeux du lecteur : 

« J'accorde & M. J. que j'ai exag^re en disant qu'Aristote « a com- 
« pietement adopts en politique les principes de Platon >, mais il 
me semble exag^rer &, son tour en sens contraire quand il dit (p. 253), 
qu'« en composant son ideal politique, Aristote ne fit autre chose 
« qu'obeir & une habitude grecque et k ce que j'appellerai une sorte 
« de lieu commun dont Jon ne pouvait pas plus s'affranchir que nos 
« tragiques de la regie des unites*, que (p. 254) « I'ideal n'y est guere 
« autre chose qu'une machine de convention », enfin (p. 274), qu'A- 
« ristote disserte sans modeie et sans ideal surles diverses especes 
« de cites et leurs divers systemes de gouvernement ; qu'il (p. 254) 
a est un naturaliste ». Je n'examinerai pas ici si I'ideal politique 
d' Aristote n'est ni original ni interessant, si Aristote n'est pas supe- 
rieur dans les parties d'analyse et d'observation. Cela peut expliquer 
le prejuge r6pandu sur Ic caractere de sa politique ; mais cela ne le 
justifle pas. Le fait est qu'Aristote a un ideal en politique, un ideal 
beaucoup moms eioigne de celui de Platon que des principes de nos 
societes modernes, et un ideal d'apres lequel il juge les differents 
gouvcrnements. Enfin la politique n'est pas pour lui une science 
d'observation et de speculation, son but est la pratique, ainsi qu'il 
le dit lui-meme (Eth. Mconiy 1. I, 1095 a. 5) ; et il s'en montre con- 
stamment preoccupe dans son ouvrage. > 



CUAPITRE IV 



LE STOIGISME. — ClCfillON. 



ErreuFS el biurn'« desdoclrmca de Platon el dWristole. — Les cyni- 
qui's ; les «'pieiirii'ris ; les acad«*nii(;iens. — Le sluicismo, — Prin- 
cipi* de l;i lilu'rli' inliTipiirc. — Principt' de riuiruioiiie des {'Ires 
cl de la eile universelle. — Tlieorie de la \m et da droit. — 
PriiiciiM'S de sc»ciabiliti'v — Putemiqiie ctuilre IVselavajie. — Pnlili4|iie. 
V-^ Pul,vbe el rJeeroti.— Tiiei»rie de hi eonsLituLiitn rnnisune. — Tlu^iirie 
des ^i»uvern<'iiM'iils niixles. — liiflueni-e dti sl*)it ismo sur le droit 
njiiiyiu, — Tbenrii's s^ieiak's el poliliques des jurisconsultes de Teui- 
pire. — Fin di- I uniU[uite. 

Deux erroiirs fandanieuuilos , rabsoliitisme dv l'£ial el 
re«clavago, conuiiuncs I'une cl riuilrt* u Plalon ei a Arislolo, 
tnals I'lim? ova^'eivL' |jar Plalon, el Taiilre [itar Ai'islolf% cor- 
raiii[>iyriu tnidemmi^'nl jiisqira Iriir source nieiiir leiir morale 
ft Iciir |jotiljf|iie. An lien de deeouvrir mieii^ que le pt\'seiil, 
el d'eiilrevoir ciiiekiue chose de raveiiir, lis ne lournerenl 
leiiifi regards que vers le passe. lis prirent jKHir la verile 
abiiuluc les erreurs passageres dune suciete imijuifaile, et 
encore harbare : Us eurent surioul le lurl dene pas com[)reu- 
dn* queUjues-uns des signes nouveaux qui se maiiireslaient 
aJors, d avoir irop oublie les Iradil ions de Soerale, ilonl la vie 
et la mort auraienl di^ faire comprendre a E^talon que T^tal 
ti'esl pas tout, el dtnil qtirlipies paroles adtiiiimbles, que uous 
avons citeeSf devairnl apprendre a Arislole que le Iravait n*est 
pas skH-vile. 

II reslait done deux erreurs a combaUre, deux veriu^s h 



234 AynQiTit 

iniroduire dans la pliilosophu' morale et politique des anciens: 
1" apprcndn* a rhoninie qu'il est qu**lque rhoso en dehors de 
I'Elal ; 2" genei-aliser le tit!*' dhomnie, el elendre u tous les 
hommes ceUe amitie que Plalon et Aristole n'avaient suppo&ee 
qyVntro quelfpies liooimes de privilege et de loisir. Telle 
fut I ueuvre «lu siokisnie, que nous considei'erons surloul par 
ces deux e6tes. 

Le cYMsifE. — Avanl le sloltisme, une eeole gi'ossiere el 
assez meprisee, mais qui vui qiielqnes hieiii-s de gi-aiideur, 
avail teule tleja di* rompi-e les liens ai'tilieiels qui dans liuill- 
quite endiainaic^nl I'lionuue a Vfaal : e est 1 ecoIe cynique (I), 
Fonrir'c par un >r/>o^, Aulislhfene, rendue eelebre par les extra- 
vagimces el les mots heuivux d'un Diogene exile. meniUanl, 
eselavc, celte eeole lut evidemment une proteslation des 
elasses popniaires e! nieprisees eonlce la pinlosuphie arislo- 
eraliqiK* de Flaton el des aulres soeraliques. Enseiguee uu 
Cynosarg(s lieu eonsacre exelusivemeut aux v?IOoc, oil ils 
avaienl lenr leinple, leur gymnase, leur li"ibuiia!, eelle phllo- 
Sophie energiqiH' el insolenle est plult>t enneniie des lois el dt^ 
la soeic'lej (ju*' viaiiiieiit amie de rhumauitr-. Dit>g«*ue disait^ il 
est vrai, qiiil etail titoyen dii monde, et que le sen! gouver- 
iicinrnl dignr de noire admiration elait le goiiverneuieiU de 
riinivei'.s (2), Mais ees belies paroles ue caehaient pewt-elre 
(ju'tin gi'<>ssiei* ('goisnie. Eiiiiemi de la patrie, de la familli', de la 
propriele (3), on ne voit pas par (luels liens k; eynique se serait 
]'aliaehe aux auln's hommes. 11 ne plarail la vertu (jue dans 
la furee a sonlFrii' les iJiivations, el daus rindV'pendanre de 
loutes les lois soeiules. U n'y avail la aueuu prlneipe de fraler- 
nile et de sociability'. Neanuxoins le eynisme, en alluquant les 
distinciions ai'tilieielles niaintenues pai' les lois, el en uiontran( 



(1) Voy. sur V4col& cynique et siirsos rapports avcc Ic stoTcisme, 
la Havaaie thceo do M. Chappuis, Antisthine, Paris, 1833. 

(2J Diug. Liieit. M, 68, 72, 93. 

(3). Diog. I^iert. 27, 59. F'our la facLlitii des mocurs d'AntisthfinCp 
voyos X6n. itfiU, Coov., 1^ 3d. 



LV.picuniSMB S35 

des philosophos adi'tinchis, csclavcs, mcndiaiits, scrvit dans 
uoe cortaiiiLMiK'siin' a rhun^cr Irs idiH-s tie ranliquile, et a 
preparer le sloic'it>me. 

L*fiHCLRisME. — L t'plcurisme a egalemenl rontribiie, comnie 
le rynismr, el aussi d'une nianiere iiefijalive, a preparer line 
moi-ale phis lar^^i' el plus luimaim" que la morale aniique, en 
coiubaUam le palriolisine etrok el Tesprit de cite giii elatent 
la base de la soeiele. Lt»iir politique elail loul (''goiste, et 
consislail a se desiiiUTesS(vr des elios<^'v publiques : « Ne nous 
oceupons pas, disail Meli'odore, d(! sauvei' la Greee ni de 
menler des coui'onncs ri\iqucs. La seule eouronne desirable esl 
relle de la sag^esse. i lis rail laient les syslenies de pliilosopbic 
pnlitiqu*" : t Ceitains sages, disaient-ils, se sonl avises dc 
vouloir faire les Lyeurgiie el les Solon, preleiidanl regeolcr 
les Elals jwdon les lois de la raison vl de la verlu, » Cu desin- 
|ereKs<'Mieiit abstrait a l^'gard de la [jalrie el des aulres insti- 
tutions aiiliqiH'S avail au nioins un avaniage : e'elail d alFaiblir 
los fH^ijugi'S lies a ces instituiioDS ; par exeniple, h jirejuge 
eon I re li*s i'ii*angers et eontre les eselaves. Selon K|*ieure, 
1 homiiie politique doll mrlei' a la nalion le plus d eirangers 
pos^iihle. |*oiir les autres^ it tie doii ies Iraitrr ni en enncMnis 
ni en eirangers. ftpieure reeoniniandail au sag<' egalemenl la 
donreur en vers les eselaves. II les iiisiriiira, el philosophera 
avee eux. <jVsi un ami d'une eoiidilioii plus htiiuble : c esl par 
line bienveillan^'c reeiproque, suivanl Metrodore, que resclave 
teSHern d'etre title pnssessioti iiieomttiodr ((). 

5lalgre reloigneiiienl des epieuriens pour la seienre poll* 
|jf|ue, c*esl cffpi'ndaiil h ei-lle eeole qii*est flue la premiere 
id^o d'une coneeplion fpii ajoue un grand role dans I'liisloirQ 
de b s<'ienee politique, la doeirine dii Contratil) : t Le droit, 
di»ait Epirure, nVsl autre ehos4' t|u tin jjacle dulilite, dont 



(1) Pour t!ca difftircnU textea, fdr Denis, Hittoire 4e4 doctrineM 
m9r§te* dam i'mHiiquiU, L I, p. M el Mtv^ 

(2) Voir Guyau, ta Morale dtj^ewfr p. 147, ol Ueiiit, p. 41T« 



236 ATTIQClrt 

Tobjet est que nwa nc nous lesions point redproqnement et 
que noos ne soyons pas leses (1). > 

I] afGrmait encore que la < jnstke n'existe pas en soi 
oo Ti x^'x&To. Elle n*existe que dans les contrats mntnels, 
et s*etablit partout on il y a engagement reciproque de ne 
point leser et de ne point ^tre lese. > Point de societe, point 
de droit: < A Tf^ard des ^tres qui ne peuYent £aure de 
contrats, il n'y a rien de juste ni d'injuste. De mdme pour les 
peuples qui n*ont pas pu on n'ont pas youIu faire de contrats. ■ 
II disait encore que c s'il pou?ait y avoir des contrats entre 
nous et les animaux, il serait beau que la justice s'etendit 
jusque-la >. La justice est done fondee par la convention et 
la convention a pour objet rulilite reciproque. Nous retrou- 
vcrons plus tard ccs principes dans rhistoire de la politique 
modeme. Hobbes en constniira le systeme de la maniere la 
plus savante et la plus consequente. 

A defaut d'un systeme dc politique, nous trouvons dans 
Lucrecc unc histoire de la societe, analogue a celle qu*ima- 
ginait Callicles dans le Gorgias de Platon. Lc poete nous 
expose, en termes magniGqucs, la fondation des villcs, Tin- 
stitution des royaules, la division des proprietes particulieres. 
D'abord le courage et la bcaule du corps furenl les princi- 
pales disllnclions qui assurercnt la preeminence; mais bient6t 
la richesso 6la Tempirc a la force et a la bcautc. L'amour de 
la richcssc et de la domination donna naissancc a la tyran- 
nic, et la tyrannic provoqua la revoltc : c Bient6t les rois 
furcnt mis a mort, et Tanlique majcste des tr6nes et les 
soeplres superbes tomb^rent rcnvcrses ; la couronnc ensan- 
glantee pl(;urait, sous les picds des peuples, sa splendeur 
passe(; : car on outrage avccplusde fureur ce qu'on a craint 
trop longtemps. Comme chacun aspirait en mi^me temps k la 
domination, on institua des magistrats, et Ton fixa des 

(1) Tij TO? opiSafiw? 8(xaiov laxi <7U{jl6oXov tou aufA^^povio; ei; to fir) 
pXiTTMiv aXX»jXou5 (xr,8t poX^tTeoOai. D. Laert., X, 150. 



LES ACADf;MI(:iE\S 237 

droits potir quMlsi fiissi^'iu obligr's d'oUeir aiix lois ; suns cela, 
l<» rrt^riiv humairi fatigue eiit pm pur la disco rdi*; ehaeun 
chrn-liail l;i Vfiijjffaiuv ; la viuk'ticiM'cpoiiduil a !u violence; 
rinjurc rcioiiibail siir cpliti qui Tavail faile. Aussi Ics hommcs 
faligui'S s*» |>inVi|»iti'ivnt dVu\-iin**mi'S smus Io j(nig des lois. » 
Voila lliisloite d<* la soricu* ijolilitjiii*. La forn^ i-rea les 
royaiile^s, la force les ren versa ^ ct uiie oraiiile n''eij>ro<|ne 
tlonna naiss,inee uii\ magisirafiire;!!, Tel esl le lableau de 
Liierece. Duns It* vague de ce reeil poetiqiie, il iie faiit pas 
cheirher de svsfeine figoiireux : on y I'liirevnii rependant 
les premiers lineanieats dti systeme pofilique de Mi(l>tH's, Le 
plus 4*laii% e'est que le pHueipe pei'iiraleUeien de la soeiahilile 
naturetle des horoinrs csI Umt ;i fail nuldit' dans eelle his- 
tolre et devait lelre, ear il u*a poitil s:i raison dans la phi- 
|i»sn[»hir il fcpienre. 

Les Ac.iD^iMiciEx^s, — En ineuio lenips (|ue les epienrit-ns 
I'l eoiiiine eux, leeole aeademieienne, de phis cvtj phis iduigin'c 
d**?i prineipes de I'laton ^ eoinballatl lexislenee ^\u droii 
naliiiH't a I'aide d*t>l>jerlions el darj^unieuts qui sonl devenus 
depnis li* lit'u cotnuuin drs eeulrs see[iiiqnej*. On sail I'hisloire 
de Camt'ade» le pliilosoplie gree, envoye a Rome par Alhenes 
pcnir plaidrr les inleri'ts de la ville el tpii, devanl les vienx 
i»enaleur!» si'duils a la fuis el elourn'^s, plaida, dit-ori, le pdur 
el le conlre, en defendant le premier jour la eaiis** d(» la juslit e 
el en la refuumt Ir lendeniuln (I). Nousne eonnatssons pas le 



(1) Cic^ron, De rep.. T, lOL — L'ud de nos plus fins montUsle*, M« 
C. Martha, daoA sea htudea moralcM mr VaniiquiU (Paris 1883, p. 9^1/ 
A pri^i«cnUS unc adruito ct H|.K'oiuu.se apologiede Cariti^ado d&tui laquello 
il y a aani doute beaucuiq* dc vrai. 11 ct»t lrt»i vrai qu© Carueadti a pu 
ffUia Atre un sophii^ic, plutder A la fois le pour ct le contra, eu exponaiit 
un jour unc dui:tritiQ qu'il refutaib le lendcmain. C'es^l cc que ttoua 
f^boDs tou« IcH jours nous-mdme^ dao*^ nos cours. II oiii vrai 
encore quo Carndade nV^tait pa8 uo rbeieur frivolo ea iuventaul 
rargufiiriii iMii do la diver»ite de^ unxsurs ci dc8 0|iiaion», iir(rurn<^at 
doui I'iiM'ala U\M un UM^ai bardi et si profoiid, et que noutavous 
eiic4^ru lant dc mai 4 rdfUier aujourd'hui. I/opjK)8ition do b Bagcsse 
el d« la vcrtu que uooft renconirotis 4 cbaquo pas dana la vie n'lsai 
pas HOD plus d*uu obscrvaieur mediocre. Eiifln» il ikul aumi rtoon- 



3M AjiTiQt'nt 

prfmicr de ces discoiirs, mai's Ciceron nous a consenr^ 
qudqui's passages iinjioruinU dii second. Nous voyons, par 
i^xcniplp, qu'il arguait roiilre I'oxistence dune justice absolue 
de la contradiction lies apinious humaines : < S11 existait on 
droit nalnrcl, disait il, les liommes qui s'accordenl sur le 
cbaud el siir Ic fruid, le doux et Tanier, saccorderaienl 
aussi sur k» juste et Tinjuste ; mais panoiirez. lemondc el rous 
verrez quelle esl la diversiie enin* !i*s mieurs des peuples, 
leurs opinions, leurs religions, lei le vol est im honneur, la un 
mal. Les <iirth:iginois, (]:ins leiir pit'U- iKirban', inynoleni des 
honinies. Les Cretois mellenl leiir gloire dans le brigandage. ■ 
On reronnait Fargument que I'asen! a mis en formule dans 
ces mots eelebres : < ViTite en dvvijt des Pyrenees ; ern^ur 
an dela. » Puis Ciinieafle uiellait en contnuliction la siigesse el 
hi justice. €e!iii cpii, viudant vendre un iiiiuioir, commeneerail 
par en devoiler les drlauls^ ne s*'rail juste m\\m nianquanl de 
sagessi' et de prudence. Tnins|>urLinl eette qiieslion dans 
la poliUque, ildisail : « Quel esl lEtat assez avcugle pour nc 
pas preCerer rinjustiee qui le fail regner a la justice qui le 
rendrait esclave ? » 11 forttliail sa these par un argumenl uon 
pas ad hominemy dil M. Martha, mais ad poputum roma- 
nmn, « Tons les peuples, disait-il, qui ont j>ossede I'univers, 
et les Komains eux-niemes maitres du monde, s'ils voulaienl 
^Ire jusles, c esl-a-<iire resliluer les hiens d'autrui, en revien- 
draient aux t/abanes et naurtiienl plus qu'a se resigner aux 
niiseres de la [)auvn4e. s On voil que cetle politique renou- 
\(^\vr dt'S sophisles nV'tait aiiti^e que le droit du plus fort. 



naltrc ffue le machiav^IUme', quellcs que »oient les protei^tatiooa 
apparcink:^ dan pi>liiique«)i, e^trcHtc et rt^stora encore longtempti diiQS 
la prfttiqiic I'arme de toua les gouvcrnemcnU*. On avoaora done 
que rhomme qui di-voilait si neltcment elm Imrdiment les majtimes 
de la vie ri^ellc sans trop se somief de«i belles utopios morales des 
droles idi'aljftlcs, n'(^Uiit pa?* un penseur rneprisable. Nou>» acrordons 
tout cela i M. Martha ; mats il ne Honsuil nullemeut quo dans lo 
fond des rhoscs Cariidado ait eu raUon ? ot il restcra t-oiijours vrai 
que la philosoi^hie BloYLMoiine a une k)ut autre voUe, 



t-E STOICTSItK 



n9 



(i It's dlisi'iples de Plalon vn revcnaienl a la morale el a la 

Hit i quo de Gor^ias el de Callicios. 

Le stoicisme. — r*endanl que le cynisme, lepieurisme , 
racademisine afraildLssau'nl les lipiisdo b sncirk* antique, el» 
en onorvaiil le priiii-qn* de la luoi'ale, tnnaillaieiU sans le 
savoir a pi'e|>aiTr I'avencinent dune eonoepiiim plus vasic de 
ia juslice, line autre ecole plus male el pliis austere, qui a 
laisse le renoni dune eenle de grand«'iir (Ki^nie, ajtporiail UQC 
jHirl bien autreuieni imporliuile an i'cnouvt»llemeiil moral el 
social de rhunianite : < 11 seud>lait, dit Monlestpiieu, rpic la 
niilure hiiniaiue eilt fait tin elFort pour produire d elle-meme 
ceUe seele admirahle qui eliiit eomme ces planles (jue 
la terre Tail uaitre dans des lieux que le ciel n'a jiimais 
vus (1). • 

L*klee ftuidiuueiilale d» sloTelRme, i4ir*e dvjh einise par 
Soerale el par Platmi, uiais que les preiuiers sloieieus» Zenon, 
Chr^'sippe el Cleanlhe» onl exprimec avcc bien plus de pri'rN 
»i<m el un d(''vetoppein<*nl plus pliflosophique, e'esl Tidee 
d'une ju!fitiee naluirlh% dun droit naturrlqui a son foudenkeul 
dans ress<'nr<! iiu*'me di* riiouinie et dans sa pa rente avee la 
divinile» t La loi, disiiit QirysipjM*, est la reiiu* de loules les 
ehoses divines et humaines, rarbllre du bien el du mal, du 
jusl«» et df* I'lrijuslr, la souver.nne nuufri'sse des aniinaux 
sociables par naluii\ Elle commandi^ ce qui doit ^tre fail el 
defend le eunlnir*'. > U"e1 I'sl 1<* priu<*ipe de la loi oh de la 
juHlice ? (iesi IHeu on Jupit4'r : * On ue pent irouver. disait 
(^rjsippe, uii autre prinei|>e de la jnstiee que Jupiter on ta 
nauire premiere ou universelle. El Ton ne doil pas dire »eu- 
lenient avec Or|ih«^e que la jnstiee est assise a la droite de 
JupifiT ; i) est bii ni«"^me le droil et h jnsiiee ; it est la jilus 
antique et In plus parfaile des lots. » O'lle loi, elantelle-nirme 
la tlroite nuHon, unit tous ceux qui out la raison en paria^e : 
« Or, tous les homnies possedenl la raison qui est une dans 



(I) Crandeur et UiCMhnee da A#flM/ju»ch. xvt 



2ft A^TIQCITt 

son prindpe ; done loas les hommes sont capaMes dc la loi et 
dela m^me loi > (1). 

Les doctrines dn stoicisme sar la loi natarelle trouTerent a 
Rome, dans Ciceron, an interprete oo m^me on promoteur de 
g^nie. Le De legibus est iin li^re tout stoicien et, selon loute 
apparence, traduit en partie des stolciens (2). C'est le premier 
traite de droit nature! que nous presente lliistoire de la 
pbilosopbie ; au moins le livre 1^ de cet ouTrage etait-il tout 
entier consaere aux principes du droit Ces principes sont ceux 
que nous venous de resumer d*apres les premiers stolciens. 
Cic<^ron les proclamait et, de plus, il les defendait contre les 
objections des academiciens et de Camcade rapportees plus 
haut et que nous ne connaissons que par hii. La science du 
droit, dit-il, nc se tire pas des edits des preteors ni de la loi 
des Douze Tables, mais de la philosophie meme, ex intima 
philosophia. Or, la philosophic nous apprend qu'O y a dans 
tons les hommes une raison conununc ; cette raison, c'est la 
loi mc'^me ; elle est chez tous les hommes, elle leur parte a 
tous le m(^me langagc ; elle vient de Dieu et nous unit a lui. 
Ge n*est pas une loi ccrite, cllc est nee avec nous ; nous ne 
Tavons pas apprise, re^ue d autrui, lue dans les livres; nous 
Tavons irouvee et puisce dans la nature mdme. C'est de cette 
loi qu'cmanc le droit. Le droit, c'est la raison ; comme elle, il 
est divin ; comme elle, il est invariable, fonde dans la nature 
non dans Toplnion. 11 est absurde de supposer que la justice 
repose sur les institutions et sur les lois des peuples. Eh quoi t 
si les lois sont faites par des tyrans I Qu'importe que ce soil ou 
un seul hommc, ou plusicurs, ou tous ? Si tous les Athcniens 
avaient approuve des lois lyranniques, auraient-elles paru justes 
par cette raison? II n'y a de justice que cellc qui est fondee sur la 
nature : ce qu'un intercut ctablit, un autre le delruit. Si les 
volontes du peuplc, si les decrets des chefs dc I'fitat, si les 

(1) Dcnit, HUto're des doctrines morales de I'antiquitiy t. I p. 343. 

(2) Voir Thiaucourt, Essai sur les Traitis philosophiques de Cicdron 
et leurs sources grecques (Paris 1885), p. 28. 



LE STOrClSME 



241 



scntonccs des jiig^os I'lultlissait'iil It^ jiisli' r»i Tinjiisle, ils 
pourraieni n'lidn* jusio Jc brigandage, l*adiih<MV, le faux. 
Pytir comiiicltiT un tTinii' avoc jiislicu% 11 stiltirail d avoir les 
suWragos de la muUiludc I Toiil I't^ qui est bon a sa raJson en 
soi'm4>iiio el dans la naltirt'. Jiig*'-l-i)ri dn vrai Pt du hu\ [lar 
k'urs consequeoces 1 Xoii, mais par Imirs qnalit4;s iiilrias^- 
ques. U en est de mi^me do la verlii, qui nVsl cjur la nature 
perfeelionnee par la raisoii. 11 en est de meme du droit, 
car ce qui esl juslc est vnd (1). 

Ainsi, au-drssus tk^ I'Eiai, il y a la raisoTi, le droit, la loi. 
[Les £uits pai'ti(*idiers ne sonl que des ineiubres d'un grand 
tout, gouvenie [lar la raisou. Voila Tfital vrritable, voila I'ideal 
de riCUit, voila cette r('p»iblit|iie universelle que Zeiion revait 
entre tous les peuples, supprimant, dans son utopie, les riles 
pariiculieres, eomme Platoii la famille el la propriele ('2). 

I>ans eel ordre didees, Mare-Aurele disait : 11 n'y a <i(i*im 
seul nioiide, un Sfid Oieu, une sen)*' loi, une seule ViTite, 
Demen)i*qu'il n'y a qu^une seule lumim% quoiqu'elle paraisRe 
se diviser snv les muraiHes, sur les monlagnes et siir les 
objeLs divers, 11 n'y a quune 'hiw qui se partage enlie les 
^ln»s inlellig(»nls (3). Tiuis les (^tres tendent i s'unir, la terrc 
avec la U^rre, I'l^au avee IVau, et Tair avee I'air : lesaiiimaux 
se rassemblenl, les abeilles, les poiissiiis, les grands iron- 
|>ean\ sonl dt^s s4jeit''U'S qui nous presenlenl le modele de va\ 
que doit <^tre la nfilre (4). Un pwie a dil dans une pieec dc 
llie;Ure : • eliere rite de r/'enqis ! • Chere i-il/' de Jupiter, 
s'eerie Mare-Aurele (5)* (x' lien uuivi'rs4*l esl si elroil (luil ne 
fH'Ut rien arriver de bon ou d utile a ehaeun, qui ne suit bona 
rtinjvcrfi. (a* qui e»t utile a Tabeille est ulile ik la ruefie; el 



n; Voy. Cic«§r. De hff , I. I» lout entier. 

(2) Z^non (D. J. %*», 4, 37), el» avanl luj» Chrysippo (D. 1. VU, 131), 
fldi^lca en «vla aux iradilioun du c^niBine, *>outcoaicril d la foi* le 
conimuni!ime ct lu coi!tn)(>[ioUli>iime, 

(3) Mari! Ani. U XII, xxx. 
(I) fb„ I IX, IX. 

(5| /^„ I. IV, XXIII. 

iA?(KT. — Science potiiiqae. I.— 10 



242 ai<(tiquit6 

reciproqoemenl re qui est iitik'! ii l;i ruche est utile a 
Tabt'ilk (1). i>liii qui so srparc Mulanlqiril oslen lui du rcslc 
de I'linivers, soil eii s'iiidigiuml conti'e k's acciilfiits tie la vie, 
soil en coninietlaot quelque injustice, est semblable u un bras, 
un pied, uno tOie, coupes el separt's du coi-ps (-2). 11 nc suflit 
pas dc dir€ : je siiis nne parlie du loul ; il iaul dirt* : je suis 
timi parlie du corps dc la socielc humaiiie, et en gimeral 
dc la nature. Si I'univers enticr forme unc scule laniille, a 
pliisforlcraisoD cela cst-il vrai du genre humain, <i ffomo sum 
et nihil htimani (I me ttliemnnputo. » Gc Iwim mot dc Terence 
est le cri du stoicisnio. 11 faut aimer rhoinmc, par cela soul qo1l 
est homme (3). Tons Ics liommcs sonl [>nreTits ; et comrac 
leur mere comniune est la natui\% c'esi-a-dire la raison dc 
Dieu, commeltre une injustice envers les hommes est uue 
impict(5 (4). 

Ct^ n\'tait pas la sculement unc utopie, Wilij Tidce d'un 
droit des gens,/wA' ^cH/mm(5), c'csl-a-dirc d^incjdsticcentre 
les divers peuples, qui vieni temp^rer el ptirifler les droits de 
la guerre, commence a slntroduirc dans les esprits. Le Da 
offi€iiSj de Ciceron, est b* premier ecril, chez les aneicns, oh ae 
principed'nne justice que Ton doitmt^me ;i Tennf^mi commence 
h m faire jour, Le droit fecial des Itomains en etait la jiremicre 
ioiTiic (0). Ciceron, s*appuyaut sur Faulorite de cc droit sacTc, 



(II IK 1. VI, LIV. 

(2) ib., I Viri, XXXIV. 

(3) Cic. Ite offic, I, III, VI. Ob earn ip*am causam quid, homo Hit, 
(t) Marc. Ant., I, IX , i. Sen. ad Litcii.t "Jl : To turn hoc, quo cont'i- 

nomur^ uiiuai est ot Dcus; et socii sumus ejus et membra,,... 05, 
Nalura noa cogtiiitos cdidit. 

(5) M. E^'gcr, dana sun curieux m^moire sur les Traittfs ptil'lics 
dam Vautiquhi^ qui e^^t en riialitt5 utie vraic histoirc du droit dea 
geo3 the a les anincns, fait remarquer avec raison (p. 96) quo Ic mot 
jm gentium , olirz les Latins, ne signifie pas seulemcnt les regies de 
droit comnmn chcii les peuples, en opposition au droit civil dea 
Komaias, mais encore lo droit que Ic^ pcuplcs observent les unsk 
regard des autres. (Til-c-Live 1, xiv; IV, xvii, xix, xxu ; V, Vi 
XXXVI, Li, — SSalluHt. Fragm. hist. id. Burnouf, p. 397. — Tacite, 
Ann. 1, XLi. — Q. Curt, IV, ir, g t?,) 

(6) De ofik\ I, XI, Bi.dli quidcm requilaa sanctissimc feciali populi 
romani j«ure peracripta est. 



Li: sKuasMi: 243 

rocommand*^ a sos coiiiMloyens, a Texmiph? de lours anc6lres, 
le respect des iialion!> tuinennes, la kjyauti' dans les alliances, 
li m viHil pas cjUi*. dans tVxeeulioii d'liii lraile» Ton sacrille 
rcftprit a la lettiv (1). U ne vcut pas qifon eUirnise la guerre, 
qiiatid la parxesl sails peril ("2). U fleliMtriiabUele d'uu CGi*laiii 
Q. Fabiu*5 Labieiiusipii, ehai*ge de leriiiiner uiie eonlestaliuii de 
lerritoirc eiilre Uiolcs et Naples, avail adjiige a IWiiie roLget 
du debal (3). Airisi ruiiimeneait a se faire jour lidee d'uae 
certaine fraleriiile eiilre les |>eLipies, idee 'si ignoree des ages 
barbures, mi Ttaraiiger ifesl autre eliuse que renuemi (4)* 

11 esl ais^ de eoiiiprendre que les |iriuripes precedenls, si 
peu lavurables aux jirt'jjigrs d«* (*ilis devaient 1 etre encore 
tiiuius a la doL-lriue de Teselavage. Si le sage seul est 
vi*aiineul libre, s'U est libre dans la pauvrele, dans la 
eaplivile, dans lu s^Tvitudi', si r.pieieii* est plus libre que 
tion mailre, sll y a uue Iibt^te inviolable que ni la lui, ni 
la force, ni aucun aceidenl exterieui' ne peuvenl faiie fle- 
chir, si enfin le seul esctavage e^t Tesclavage des (lassiims, 
jj'esl-il pas I'videril que IVsi'lavage legal est une oppression* 
J'abns de la fui'er, la boiite de «:elui qui I impose el iion pas 
de eelui qui le subil^ 8i lous les lioinnies soul [uirenU, s'ils 
sonl lous dime im-nie famille el d nne iiu^iiie race, s'ils onl 
line inAnie raison^ nne nienie nalnre, un nu^nie auleur, com- 
nienl eroin* qii'il soil |>ei-nu8 auv uus d opprimer les aulres et 
de leii reduire en seniludc ? Le sIom isme iredl-jl pas deduit 
ces eonHef|ui»nees, eljes s<* deduisaienl d'eiles-nu^nies, pai* la 
force des elioses, des priueipes p*)ses. 

On f>eul, a la veril^, m^Ure tin quesUon si le jilojcisnie 
priiiiiLit a eotnballu re^elavagi*. Uo seul le^te de 2eiKin ne 



(1) De offtCt tt %...#. ut Ule qui« quum tiingiata dierum CBsentcum 
lOiito induniie fhctas, noctu populabaiur agros* quod diuroffi assent 
FJMctaf, non ooctivie induciaj. 

i^j /^., 1, xt,„. pacif quai tiihii habitura sti iiLbidiarutn ficmper esi 
eonAulcndutn. 
(8) U X, 
(4) On sail qu*hMtit av&it les deux 



244 AISTIQUITK 

siittirail pas pfHit-rtro pour oniiclurc* a raffiniifiiivr (1). Mals^ 
dans \v% stmciens I'oinains, riu'silalKJii u'vsi plus possible. 
Ji! ciU'rai les deux passages Irs jiliis iui[>otianls : cvM de 
Seneqiie el celui d'ftpiciet(\ Tout le mondc connalt ce beau 
morr't'au de S<meqne : « lis soiit esdaves? diles qu'ils soni 
honunes. lis sont esclaves? lis le soiu eomme toi ! Cl'Iui rju** 
lu'appelles esriave est ne dc la mi^me semonct' que loi, il 
joiiil du mCmw t'iel, respire le nieme air, vit el rueirrl eomme 
loi (3). » ftpiclelr esl rneorc phis fori: il s'enipare dti principe 
miHuc* (I'Arisioie, pour Ic tounier eontre I'esclavage. « U n'y 
a d'eselavi; alurel que celui qui ne participe pas a la raison ; 
or cela n'csl vrai que d(^s beles el uon di'S houimes. L ane est 
un esclave deslim** jiar la iialure a porl(*r nos fardeaiix, pai*ee 
qu'il n*a point en partage la i-dsoii et Tiisage de sa vnlonle. 
Que si ee don lid eut vu'" fail^ laue se refiiserail lef^ilinienienl 
a not re enqjire, et sertiit un <!*tre egiil el seinblable a nous (:i). » 
Epietete s'appyie erieore sur le princi|)e (pie, nous ne devous 
pas vouloir aux autres hammcs ce que nous ne voulons pas 
pour nous-memes. Or, uul ne veul Ati-e eselave ; pourqiioi 
done sr servir des aulres comnie d'eselaves? Telles etaient 
les pens<^es d'fipictete el de Senecpie sur IVselavage. Mais, 
par une reneontre qui prouvail eneore ndeiix que toules ees 
luaxioH^s lej^alile ualurelle des liomnies, les deiix [)liis beaux 
Ifeniesdu sloktisme a Rome se trouverent aux deuxexlrf'niiles 
des condilions soeiales: Kpictete, MaroAuiTle, uii eselav(\ iiu 
empereur, animes d'line foi commune, etaienl sans tlimle uu 
inerveilleux It'ruoi^uajjt^ de eetle nouvelle tValernile, dogme 
eonuiuin des slol'ciens et des chrtHiens ; el, par uu renver- 
semenl fjui eonfondait loiil, la Providence avail votilu c|uc 
I'esclavc Tiil le niaili'e, et reiupei'eur le disciple. 



(1) Void le texte de Zenon : " Il» y a, dit-il, tel cwdavaf^o qui viont 
de la conqulle, et tel autre qui vieiit d'un achat; a Tun ot A I'autre 
correspond k droit du mallre, et ce droit est mauvais. » (Diog. 
Laert. vji, I, 122). 

(2) Sen. ad. Lul-, 17. 

(3) Arr. Eut. d%nct . li. 8, 



LC STfllClSMK 



245 



Le plan df vvl orivrago ne nous pfrnioi pas d'insisler siir im 
\m\ni qui nous p:irnit niijourd'liui l>it*n ili'montn*, cVst (pie Ic 
principo dr la S(K'ia!iilitt'' a vlv i'«nu|iris par Irs ili'niui's 
slolciens tic la maniori? la plus hii*ge ; tpic dWrislole u Marc- 
AurMr, la philosofiliii' aiKMciuir a loujoui-s vh'. eii <l»''Vcloppant 
kvs idrrs ii1uunaiuU% »le lut'iivi'itlanrr, d^jjalitr, ki soule 
question tpu, pour ipirlqurs rsprils, snntilt^ encon' c»n sus- 
pens, cVst dv savoir si la pliilosujjhif aunVimo. esl arrivee 
par rllr-UK^m*' a vi's nouvrllrs <'0iKS*''<pifiH"es, ou si t*llt' Ips 
iloil u \}\w inllnvun* vi'nnr cr:iill('urs. Or, a m»trc avis, pour 
rolui qui liludio la philosophic auliipu' dans toiil son devrlop- 
prnicMl, la rr|)i)nsc ne saiu-ail tHrv doulnisc. Que ir-ouvr/.-vnus 
(Ml I'lrrl dans Plalon ? I'n pniH-ijM' qui, rnleridu dans tonic sa 
foiTC, snfliiiiil a hii sen! pour porter oes consequences dont 
on sVlonue: cVst (ju'il y a une sociele natuicUc cntre Ihomnic 
el Dim ; c'cst que Tohjet d(* la science ct dc la verlu est 
IHeu. En plai;anl si haul !e principe et Ic raodcle du bicn, 
Platon uirranchissait, s;ins le savoir, rhoramc des fausses 
convcniions, di's lois arljilraires, du joug de rineg^alite. Mais 
il ne vil pas ccs cons<'-quciiccs, et laissa le citoyen oppriiue 
par Ifitiil, lout en appelani Ic saj;e a une verlu ideale, supc- 
rieure u la viTtu poliiitjue. Arislole va plus loin que Plalon : ii 
CiUii|irend adniirablrrucut le principe de la soeiabilite : il dit 
<(uc rii'U nest pliis doux pour riiomnic qiw la sociele de 
riionime; il luiir tes houKnes ;t la fois fKir la justice el par 
ratnttit* ; cnlin sa morale scniii la uioiali* nnivcrselle, s1l 
n avail adiuis Tesclava^'i'. Ainsi, tpidlcs limilcs separenl la 
morale d" Arislole et de Platon de la morale des derniers 
stcjfciens? Deux c hoses : la cite el reselavage. Or, voyex, 
^apres ArisloU', les revolinions (jui mclcnl el courondenl lous 
les Etiils, Alexandre en Asie, les Grvcs en ligy[>ie, en Syric, 
jusque ilans les hides ; les Roniaiiis en Gr^ce, en Judet* ; los 
Juifs el Ics Grecs a Kome : les repiihliques partoul dclruites, 
reiujun* roniaiu cUdtlisNiinl parloui lunili* ; cii urcuic tcuqis, 
"epicurisme dissolvunt les liens poliliqucs ; le sloidsiue for- 



!S46 WP AffTIQUIT^ 

^ant niomm^. k rentrer tn hii-im^iiK^, a s(; sepai'cr tk* la 
natnrf , dps arfideHls extc-neiirs dv. la f*aiivi'*'li\ dv la niisere, 
de I'exil, dc IV'sclavage; un Cleanilio IravailkuU dc st^s mains, 
Qi Ions Ics premiers sloTi*i«ms sortant des ramgs tes plus 
hiimblf^s de la sodele : la docinnr; de runite dti iiiunde, de la 
r^p(ibli<fiie iiniverselle, de la loi reiiie des rnorlels el dos 
immor'iels, formant (Ui tons les hommes line iii^nu' famille ; la 
Henfiiisance eniin proclamee par Cicefon, eomme line vertu 
^gale a la jiislice. Je di^niaude si, apr^s trots on qtiaire sieeles 
d'lin pareil travail, il est dlomiaiit tjtie Tidee de la cite et eelle 
dc reselavage se soient affaibiies, allenuees, evanaiues eiifin 
dans cetie philost>phie luimaine el {T^enerense que nous admi- 
rons. Je demande s'il est plus dillieiie a la raison hnmaine de 
comprendre que les licHnmes sout freres, que <ie comprenrlre 
que la (in dcrniere de la vertu est Faliioar de Dieu. Or, saint 
Aii^usOn hii-mf'mc rcconnait que c'csl la le fond de la philo- 
sophie de l*laton, 

H<?stinlons eependant rapidement (I), les prineipaux pro- 
gres de la morale sociale soua rinduence du stolfeisme. 
Nous avons parle deja de Teselavage. Signalons main tenant 
les idees slofcicnues ou dclcrmluees i>ar I'innnenec^ des 
'Stolciens sur la tatnille. Musonius (2) et Plutai'que demontrenl 
^tie le mai'iafje est la plus neeessaire, la plus antique, la plus 
sainie des unions ; ils rejetleul eoininc une impiete ee para- 
doxe que le sage est delie du devoir de se maiier. Le but 
supn^me do mariage e est pour riiomme et la femmt^ la com- 
munaulL^ de la vie et des enfanls. lis s'assoeient pour vivre 
ensemble, pour agir ensemble, pour engendriT ensemble, pour 
nourrir et elever ensemble le* fruits de leur union. Tout doit 
^treeommun eutre eux, les bieus, le eorps, rfime, lesenfants, 
les amis et Ics dieux. lis se doivent aide, assistance etaffeL'tion 



(1) Voir Denis, Ouv. cit. toni 11, p. 112 el suivaiitcs, et surtout le 
d^veloppement de oe beau ciiapitre intitule : £tat moral et saeiai Uu 
imtnde f^rec et romain . 

(2) Sldb«e,L\, 25. 



LE STOICISIIE 247 

en toutos eirfoiistaiices, duns les maladies comme dans la 
santt% ilans riiirorlune uoiiime dans Ic boiiheui-. Lcs stoiciens 
elablissiueiit l\i^^iiUiti de I'hoiamc el de la fenime. < Tous les 
^Ires luiiiiairis soni egaux, patr.e que Ioils parlieijient i\ la 
r.ijsou tie JiipUor. L\Huicelle divine, qui brille duns I'llnie de 
rboiuiUiV brille aussi duns celle de la femtne, EUc t'sl la com- 
pagne el now la scrvanU' de rhomnie. Elle ne ]>artage pas 
aeulomeu( sa tables <l'1 sun lii ; aWe doll |tai"iagor srs inletvts, 
8CS peincs, nes irisi^'sses et si'S joics. » Senoqne conimanduit l£^ 
m^me fidelile uu inari i'nvei*s la fenime qn'a la fenime euvcrs 
s».)n iiiuri. Lcs dev«.nrs en vers renlanl elaii'nl enseignes aussi 
bien qu'enverii les i>areiUs, el le [KHivoir abusifque I aneienne 
loi atlribuuit au (len' de luniille ruinene a des notions plus 
saiues el plus humaines. Musoniuii el tpiclele s el^veni eontre 
Tatroce usage de ltn»r et d'exposer les enfauls : t C'esl nne 
ifyu^cti, dii Sem'-tjue, d'engcndrer de^s enfanls jjour !es 
exposer et les abandonner h la eliariie du |jubli<'. « — « Le 
pouvoir palenji'l, disiiil leinpereur Adrien, eonsisle dans 
laniour el non dans ralrociie. ^i Minnie les decluinulions 
(ies rbeieufJi sonl pU^ines Av. proteslations conti'e Tabu* dn 
pouvoir paierni'L Le pliilusopbe Mustmius defendaii aussi 
rindependance el laeonseien**e drs enfanls <!Onlre rinimoraliie 
deii paiTiilJS, el il adnielluiu duns ee eas, la tlestdwissauee ; 
• Kn obeissanl a ton iieir, in ii'ubeis (]y a un niorlel ; en 
philosoplianl, in n'ob/'is qn'a Dien ; le cbuix est-il done difli- 
Cile? » On eonunen^'ail aussi a eoinpreudre que- Tabus du 
pouvoir palernel €'Uiil en ni^iiie tern (is raii€»auiissenienl du 
droii de la m^TC* Cei enfant, donl le perc ilisposail souve- 
raioement, n'elait4l pas ati&si I'enfanl de la mere? < Quoi 
done I disail un rbeteur, la feiniiM* ne possedera-l-elle que par 
)a duuleur ces enfauU, qui onl tire de aes eatrallles la plus 
graude parUe de leur sanjf et de leur vie f Excluc de lous les 
conseils, on Ion urdonne de leur jeunesse, oil Ton dispose de 
leur sort, ik^artec eomme uue etran^ere, elle ne senlira quUs 
lui appartienneul, ainst qua son uiari, que par &es regrets e( par 



ANTiorrrfc 

SOS larmcs, > En m(*ui(^ lemps qnih i*olevaient le r6\e do la 
moro, les sages i!l Ics pliilosophos n'ievaient aussi la dignile 
el la pui'pte dt; la fomme, en lui demaiidanl (^.n incline 
trnips di!s devoirs plus sieves. Ce n'eiaii pas setdemeiii la 
lidelile dii carps, niais colic dc I'amc (pilLs rcclaiiiaicnt : 
t Je II appellcrai point chaste, disait Scne<(ue, la feoime qui 
ne garde la veilu quo par crainto, ct non par respect pour 
clle-nitoe. » Favorinus, philosopho stoit'ion, autici|)e sur 
J,-j. Roiissoaii pour imposor aux meres lo devoir de iiournr 
leurs enfants : « Quel est, disail-il, cetle cspcce de maiernite 
iniparfaito, do dcmi-matornile qui consisto a enfaiiKT cl a 

rejt4cr loin dc soi Ic Iruit de ses enlrailles Crois-iu que la 

nature ail donne los luanu^llcs a larommcnoii pournourrir ses 
ciiranis, uiais pour lui oinor la poilrine ? i Un declainateur 
disail eiicon^ on parlanl de Tamour dc la mere pour ses 
oufanls : « Ello les voit el los aime, non par los yeux, mais 
par lo cGcur. Pour toulci mere, il y a dans un fds je nc sais 
qiioi de plus lieau quo riiommo. » 

Ell uiouio if^mps que la pliilosopMe antique s'olovail a Tidee 
de la t'lunille dans sa purele, en nit^me It^nips sc dovolo|tpjiient 
en olle Tidee et le sentiment de I'humanite. Par exemplo, la 
pi lie ot la compassion, donl est fait d'ordinairo un sentiment 
exclusivement ciii'etien, trouve dos accents %i['s ol louehants 
dans les ecrivains dc Tepoque imporiale, cpi'on ne ren**on- 
Irorait pas auparavaut. « Y a-t-il uu sontijneul nieillour (pie la 

oom|>assiou, dit Quintitien Biou veul que nous nous 

socourions niuluollemcnt Secourir los mailicuroux, e'est 

Men mcritor dcs clioscs liumaincs Liuiuianito est le mys- 

tcre le plus ^rand et le plus sacre. « Juvenal dit d'unemaniero 
encore plus vive et plus toucliante: t La nature nianifesie 
qu'elle donne aux liommes un ea^ur sensible, en lui donnant 
des larmos. Quel est riiommo de bien qui rogarde les maux 
dauLrui comuio lui elant cli-angors? » Cette sensibilito con- 
duisait a la tolerance el a rindulgence : * Personne n'est 
exempt de fautcs; nous avons tous pech*^, disait un rlieteiir, 



LK STOrCISME 



249 



nemo sine vitio, omnes peccavhnus. * Un porlc sWrio: 
« MRlheuroiix. ! qiiand aimfn'Z'Vons? J^ye in/*e^?>/ Qunndo 
amnhisy » Dl' la Ir purdoii iJr.s injiiiTS. « Tup ilnif liunniiriL*, 
dit Marc-Aurele, rsl romnic un rotirs (I'l-aii piiiT, qu'un 
passant s'avlsrrail dc maiulirc. La sotircc iic cdiiliiiup pas 
moins a liii (jtlrir \mv buissoii salitlairi', <'t, s*il y jcUc' tli! la 
bouo L'l du ftimicr, elie soh;\Le do les rejeler sans en deveiiir 
plus iniisiblf. > 

L'amour dos hdiiinirs rl la birnfaisanco, voila unt) iiouvelle 
ViTlu, p<"u coniiye (it^ ranliqiiile olassHpio : * Le plus ^i -and 
iiiulh('tjr« dit Juvi^nal, c'esl do n'aimor personnc el d** iiVHrr. 
um\v ilr fHTsanne. > Pkilarque dil egalnnonl : » iXe pas liivr 
Vrnj^n-arjctr dim eiiiMini, cVst humanity, niais t^n avoir cimi- 
passion ol lo socoiirir, r'osl bonle. » Un rhcleur disait oga- 
Icmcrit: « Mais c"i"st mon unnenii. — Eh! qiiidlo gloiiv y 
aurail-il a n avoir compassion qiir dun ami? » Enfin, nxjns 
irouvoDs dans Scneqiip des dwlrines t*"l!i'm<»nt i-hretieiincs, 
qy "on les a crues inspirecs par saint Paul, v\ qn iin \w\\* dc 
rtglisi' Fappt'lait notrc SriiL-quo, Seneca jwsfer: « C'cst line 
loi, dit-il, d'a<Tordrr aiix aiiirrs w qm- vous n-olanirrirz pour 
Yous-mi^me. Sois compatissaril iM raisericordicux, car la for- 

innt* t^st chanj^canle Cest un homme et vous nc voudrirx 

f)as fjuf jo If soulionno el quo jc lo nourrisse? (^osl un dovoir 
do doiinor rannnine a un mondiant, do jeloi" un pou do terre 
jiur tin oadavro noti onsovelf, de londro la main a rcux qiu 
son I lombi's (I). » 

En rosunu*, nous dit M. Denis, • Tunite du genre htmiain, 
rep;aUle dcs hommes, I'egale dignite de rbommc et de la 
I'l'inrno, lo rosj)ccl des droits dcs conjoints el dcs onfants, 
ia bicnveillaDcc, Tamour, la purote dans la famillo, la 
tolerance et la cliarile envors nos S4»mblable», rhunnuiitt^ 
en loute circonslance et m^'mo dans la bTribIc nt'cossild 
de puoir de mort les crimincls, voilu Ic fonds tlidees qui 



(1| Denis, p. 191. 



Jtmorrrt 

liSft Uvres dm demiers sloickins. > GHte philo&o- 
j^hle resscmbto a noti^ phiiosophie du xtiii" sieele. ELle en 
a la tiberalia*, la generosiU% leteDdiH}. Evidemiiit'Dt le genre 
biimain etait mur pour la doctrine de rtunottr el de la eharile. 

L\ poLrnQLE. PyLYBK ET Cic£ro:(. — De la morale, passons a 
la fMiliu<|i*e. hi cosiaojiolitisme sloieien cooduisait nalurelle- 
mcnt ii iabsteniiou i-i ii liadifference (1) ; et quoiquc a 
IUjiiu% rupfKJsition poliliqui^ se soil prinrijialenienl reerulee 
parini les ^loieiens, ce n'elait la (jy'une rencoiitre |>articiiUere 
due aux circQiisiaiiees. An foiid^ le slok'isme eiait une doeirine 
morale et religieuse pkis que pjitlilique. U eul a Tegard de 
h\ retJiiblique ou de VilUil iiiie ailiiiide a pen pres semblable k 
ix'llt^ qyr- pi'it plus lurd le ehrisLiauistiic. Avant saint Augusiin,' 
Ics stoTciens distinguaienl d<'Ja les deux cites, la eile dii ciel et 
la eile de la lei re , et ils reeommandaient de saeriiier la secondc 
h la preniiiire (2). 

La selence politique ne fit done pas de grands progres chez 
leg stolt^ieuR. Selon (jeeron, ils en avaient traite avee queUpje 
anblililc'smais (Puiie iiianiere pcu populaire et peu pratique. 
C'esl jusqn'a Cicecon liu-in<}me qii'il faul aller pour traiiver, 
apres Arislot4% un traite polilicpte do quelque importance; 
encore si\ RvpuUiiiue uit nous est-elle pai'veime que niulilee. 
Telli! qu'elU* est, *'llt^ est du plus baul intertH^ sinon par son 
origiualite propre, au nioius eomme le seul ouvrage poliliquo 
qii'ait proiluit le genie romaiiu 



(1) VluUt Stoict rep, 20, 1. Tov otj^tJv in^aj^LQ^a tivai xa\ 
oiiyOfipaYF*^*'*' Copciidanl lis faUaicnt urio reserve pour Ib. lypuldi^ue 
parfniif-. Stob. Kcl. II, 186. IloXiT£u£aOai xov ao^ov xal (xaXiaTa ev 
Tat; TOiautu; rcoXt-ti-ai^ xats Ijxaafvou^att Tiva jcpoz-iiTfTjv Jtpo; Ta^ t£^ii»s 
roXiTc^a^. M.iis de teller nipiiblLqups, il rx'y eii a pas. 

(2) S6n,, be OliOt tv» 1 : Duas rcwpublicas aiiimo complectamur, 
ftJtoram ma^nam ai vcro publirarii, qua Di atquc homirias conti- 

ncnlui* allcran) cui nos ancripsit conditio nascendi. — Ep. 68, 2: 

Cum sapicnli icnipublicftm jpso di;^nam dedimus, id est mundum, 
fion Oit extra itimpubliram, etiamai recos^crit ; ioio fortaase relioto 
UJio angult) ill nuijora atquo ampliora transit,— Cf. Epict. Dissert, 
III, 22, ti3. Sur lo cosmopolitismo atolcien, voyez Zcller, die Phiio- 

Oer (irieehen^ t. !U, p. 275 sqq. 



LA POLITIQUE. POLYBE ET CICfcRON 251 

Qui ne croii-ait que ee peiiple romain, dtine politique st 
pfiick-filo, SI profoiitle, el si avis<V, vut iUi (lunin'r iiaiss:inrea 
dv3 |iublicistfs dv -^I'liie? !! uVn Tul rini, A KnnR% lu i)n!(li([uc 
pratique fiil admiraWe, el la science ptiliiique negli|fre : la 
gloirememe iravoir le pi'eniier analyse les ressorts de la eon- 
^Ulution roinaine irappartirnl pas a uu Romam^ niais a tin 
Grcc; et ce ftit Pidyhe, riiistorieii des j^nerres pimiijties, qui 
sgonta i*e beau rhapilre a fa p(»!i(iqiie d'Arislote. <Jceron, si 
Ton ^n juge dti rnoins par les rr-aj^inrnf^i muliles tie sa Rrpu- 
blique^ n'a giiere lait que s'appmprier el ti'^iduire dans sa 
belle langue les fortes eonsidera lions de Polybe (t). 

Polybe reeoTinait. aver Anstote six esp<VeH de gonverne- 
iiienl, Irois lionnes et iroisiiiauvaises. II expose ensnile conimc 
Plaion, mais nan paa lout a fail danii le interne ordre, la auc- 
eojuiion des gouvernements. 11 lui enipriinie reile pensee que 

»ocr<^te civile est nee den d»'hris du ii^<*tire lirimain I'pargnes 

ir les grande.s iriundalions, les calaslriiplii'S [iliysiques tpii 
ont sjgnale rongine du monde, Faibles, depoiiilles, desarmes, 
leH liomnies se sonl confii's a la proteclion du (»kis Ibi'l d'enli-e 
en\ el du plus eoiiragi*ux. Laulorile ne Tut done d'alKud que 
Tapanage de la force. Main pen a pen les Uh'-vH de riionii^le ct 
fhi honri'ux, d« jiisfc ct de l*tnjiisle se r<^pandiri'ni dans le« 
r«priis. Oil vi( den enranls trahir leurs parents el Ton con- 
danrna leur ingcaiitude : on vil un lionime rendre It* nial ill 
celui doiil il avail t*<»<;u le bien ; cctle injustice blessa loutes les 
Ames. On applauilit an contraire celui (|tii, au |>i'nl de sa vie, 
ess;iifaii d(* (l<''fendre les faibles ei de ieui" faire du Men sans 
aucunc* Ttte dlnlen^l : ccs dilFerents fails inspiraient pen a peu 
ail coHir eta respril des hommes des s*»ntinientH el d«*s jugC' 
tiienls donl se devait Conner insensiblenii'iil la noble Idee de la 
justice. Les chefs decetir S(>cietepnniilive chrrcberent dabord 
a gouTcrner par I'tkiuile plus que par la force, cl changerent 
la inonarchie en royauti^* Mais leurs descendants, enivrds par 



(1) Polyh^, b VI, c. »♦ III, Till, tx, 



2S2 ANTIQUITfi 

le !on{f tiitiigo ol It's siMlueiiuns ebloiiissaiiU's d*ime auloriK^ 
satis liiiitles, nc virt^nf plus dans le |*ouvoir qii'iine Uberl« de 
Umi lain', nti Mvu da la cliarj^*' dtffirilc dt; falre li^ bien, ot 
i!huiijjriM'(Mil a leui' tour la royaule en tyrannic. L'ai'isloeratie 
jsin'C4'd(* ;\ la tycannie, l'oli*»:an*hio a Faristoeralio, la dt'^mo- 
rralii* a rolijj^arrliir, U* [Hnipic unc ibis maltre so i-oiiiciiti^ 
d'aboi'ij dr* fa liberlt? ct dc Tt^jjalilL* : niais bient6L il viuii 
davanla^i' ; i*«,^ari' |>ar Irs anibhif'nx vi par sa propro con-up- 
Uon, i! asfiir*^ a la doiiiiiialioa, il iic itvc que spoliation ft 
brigandajif** ; il opprinit^ a son loni*, et par (!el exfi's il appt'lle 
sur lui im<! nnuvello ojiprt^ssion : la passion raveugle et Ic 
livi'B a (N*liii {[iii sail le scduire i*t lV'in*haim'i% il fournii Iiii- 
uHiiH! b'S ai-int^s a de nouvcaux lyraiis. Ainsi s'accomjdil bt 
ciTcle du gouverncmcnl dos £tats. 

On In voil, charumr de <**;s formes do gouvorneni<'nt dej^e- 
nei'e iiccessairenicnt el se cbange en son eonn^aire. (^mme la 
rouille nait avec le fer et les veis avcc le bois, de nn^mc 
chaque esperc de constitution a en soi natuiTllement son 
vi('c% qui devient b' [jriudpe de sa mine, Cesi ponrqiioi les 
plus sages legislaleurs ont erii eonjurer vv malhenr inevitable 
par line eombinaison des Irois gouvernements prtniitifs, alin 
de eoi'i'iger leurs defaiits b's uns [>ar les anlrrs. Ly('nr^*"iie est 
eeliii (|iti aceompMt avee le plus d'arl eel beiireux dessein. 
Dans sa republique, le loi, les grands, le peuple partageient 
la souveraine puissance, et a', parlage, loin de causer la divi- 
sion, prodiiisit un equilibre favorable au maintien de I'Elat. 
Gliaque lb ire ticnt Taulre en respect, et lout demeure st;ible 
eouirae un vaisseau que les vents poussent egalement di? tous 
etkes. Le gronverni^uenl de Rome est une appUeation plus 
belle encore du meme priucipe. 

Polybe nous a laisse une admirable analyse de la constitu- 
tion romaine a I'epoque des guerres puniques. 11 y retrouve 
les irois gouverncmenls, nii^lfe avec tanl d*art, qu'il est 
imiiossible dr distingucr si la constilutioiicst nionarcbique, ou 
a]*istO€i'ati(|ue, ou populaire : a considdrer les consuls, vous 



LA POLITIQUE. lUH.YBK KT riffcUON 253 

diric'z luw nmiKiirlru' ; \v s(*'iial, uiir arisltu:rnrit'; \e fH'iipli% 
nitr r<''ptilfli([iir : (-"rs! uii iwlangr dr ces trois diosi'S el iin 
Ijai'tiilpf*' si infr<*iiipii\ <le l;i soiiveraint'lt' t^ntre les trois |»ou- 
voii's, qu*' rliacim csl u la fais neccss;dR' aux deux autres, H 
i\c p<MH ;i sfni tonr sr passer d'(nix. L(» roiisiilat ciu mngistra- 
liuv su[jrt'*tiii' fst flivisr vuivc lirtix chrfs, qui, a la gm-rHMJut 
lit pouvoir ahsolii, cointnandeiii dans la paix a tous ](*s magis- 
U'als, pri'sidrril lrst*iiat,rniivoqn('iil Ics ass«^mltlt'rs po|ndairt'S, 
ivdijfi'iU Irs rapporis, lanl l<*s sc'riatiis-i'onsuJU's rL li^s lois de 
siitrra{?i>s, i'l out ciifin loiilis Irs apparoiinvs du pouvoir royal. 
Mais, ourrt' qii«' Ir pouvoir rst divise ot annuel, ils dt^pendoiil 
dn srnal H du prupl<^ *^n lanl dc fhosrs, «|u'aiitant ils oiii li's 
mains lil>i'es pour Iv bini, aiitani ils trs luii tii'cs \Hmi' Iv mal. 
U» S('*nai par la disposiiioTi drs donicrs vl des Inivaiix puhlics, 
]»ar lo di'oil d'arrt'trr I** ronsul an niiliru do sos outiTpris^'slos 
plus a\anrors, t'if'idiii [jarh' privitL'j,'r dr drceriior li' Iriompht'; 
lo [M'upio, de son c6U\ par Iv ilrmi d'appol, par Ir di-oti de 
i-ondamrior scu! a mori, par sa |u*i'n)galivo do raiilior los 
lrail(''s ol Irs drrlaralinns dr gin^rrr, d'ap]iroiivri'i)u dr riji'trr 
los lois, rt siirtoul jmr Ir vrlo do srs li'ibuus, <»pj)os;iiriil aux 
consuls, iH s'opposairnr I uu a Taulrc iiiir rrsislanfo qii'aurnil 
pouvoir nT'lail raj)a[i!r dr vainrrr, rl dans hoiurltr rhariiii so 
rrtruiiohMii, Korl [>our sr drfrtidro, on olail iinpntssaiU |»o»ir so 
dotruirr, c i do oos rosisLinrrs divrrsrs amassoos on un Tais- 
ci*aii K4^ foruiait uu ooj-ps uni, artil'ot indtssolublo. 

Toilo est la coustiluliou qur ISiljhr ri aprrs hit Cio(Von 
nous |*rrsontrul roniuir Ir modrlr dos cunslilutions poli- 
Uques. 

La lUpuhluiu^ dr Cir4'r'on no rrssonddr a crllo do Plaloii 
quo |>ar lo lilrr* II nr rrarr pas Ir plan d unr ropuldiqur inia* 
ginaJH! ot loulo philosnphiqiie ; mais il no dissorlo pas non 
plujioainnio ArisiolosiinsnUHloIo oi sans idoal, sur Irs diioi^sos 
osptM*rs Ai* oilrs rt Iriirs divorssyslrnirs dr ^ouvrnu'nionl. Sa 
|)j'r|rtiliou rsidr ri'uiiirorsdi'UV nirliuMlrs on uno si'ulr, ilola- 
blij\ rouuno Piutou» Irs piinoipoi^ vniis ol pliilosopliiquoti do 



Si MsnHnawt 

ll^«(4i^k»applH|WTai n «uaplereel,a wmtf^omat 
Hmwkmfm k to Am le poMible ct le jotfe, et ^'appnwwu. 
^ [ ^j ^ j B ta t \'t!%p6fwmtx et to nifOB (1). 

Ckst^rai d^inil haumaiamM to repidilHiiK m lt:iai, to 
dboM! da people (ret popmU^) el ixe a toas les goaverae* 
aaisato, qaelle qae joit lear Ibrme, aa seal objet, le iaea da 
people* Ces ^wivenieoieols sent ao aonbre de trais, et oat 
ofaaeaa letnv oiMtes et leors impeilections (2). Le gmnrenie- 
Bieat d^Boeratjqne a poar lai to liberte; car il a j a poiat de 
liberty saos ^galil^. Itoas to democralie le droit est ^gal poor 
loos; aiosi lous les dioyeos a^oat qo'ea mtee iater^ qui est 
odoi de rlltat,c*est to seule forme de gonveraeraentii toqaelle 
•'applique exactenumt to definition de r£iat, res pmbUca. La 
•eolement le peuple est librey puisqu*il dispose de tout. IHuis 
les antres goufomemcnts il est si^t, et le despotisme des 
grands est encore plus dur que le despotisme d'lm roi. L'aristo- 
cratie h son tour reprochc au gouvcmement democcatique ses 
tumultes, cons(^qucnces dc son principc de libertd absoluc, con- 
trairo .k to nature m6me de I'dtat social, sa prdtendue egalit^ qui 
met sur le m^me nivisau les plus belles intelligences et la multi- 
tude la plus mi'tprisable, et qui, pour satisfaire L'cmvie du plus 
errand numbre, supprinie le principe des grandes actions. Le 
■gouvemement de plusic^urs est de tous les gouvcraements le 
plus (uinfoime k la nature ; un seul ne pcut pas tout voir, tout 
savoiri tout diriger : d'un autre c6te, la foule est trop ignorante 
et trop pusftiounde pour gouvemoravec justice etavccprudencc. 
L'uHstoeratie se place entrt^ les deux ct so recommandc par la 
moderation. Knfin de ces trois gouvememcnts primitifs, celui 
qui panilt avoir. la prdfurence d(; Giceron, c'est la monarchic. 
11 y a quelqu(^ chose qui nie plait, dit Ciceron, dans ce nom 
putonu^l de roi, dans cettt; image venerable d'un chef de 
lUmiUe <|ui voit ses ejifants dans ses citoycns ct n'y voit point 



(1) Co type o*o«t]a constitution ronmino. 
(9t) U 1, )i6-8a. 



LA I'OLITIQLE, POLl-BE ET CIC^ftON S55 

d'csclaves. La democratic a pour pile ]» lil>eil^; I'arislocralie, 
^a sagesse, niais !a royaiitr doiis atuichi' parl'imiotir. La hiif)c- 
rioHle tie !a rovaiile sr jircnivi' par l\*\rmplr ile I'^inivers, do 
fame liimiaiFie, de la Ihmille. Uii st*ul dieo commando au 
monde, jfiifMier; une seiile puissanee k la passion, la raiiion; 
un seiil cherii la lamilh*, le per<\ A roripm^, Ics pctiples choi- 
ftirciu naUirell«Mncni le gouveniemciil dun seiil; c'tisl ne qui cut 
lien a llotne, rjui vt'ciil hcureusc pi'iidani di-ux ei^nis aiis sciiis 
celle roriiieile goiivenieiiient ; el dans les eire-oiistamu'S graves, 
die se coiifie eiieoi'e a an seiil, el hii livre une aulorite vrai- 
menl royale (I). 

On le vuit, a repiKpie de (jieeroti, raversion de la royauUi 
'S'etail bien adaiblie dans li-s esprUs, Ln lidelc t-ih»yi'ih im 
ami sincere ilr la rt!pid>lique, poiivait jiciigtT et dire que le 
gouvernement royal erail lemeilleur des f*oiiv«'riienieMl&. 11 i»st 
vnu (praiUariL il esl favorable p\ eoniplaisanl poiu" la royaule, 
aiilant il esi se'vere poui* la lyTannie. 

O'pendanl, malgre sii preference pour I** Kouvememeul 
royal, Cie^Ton aime encore uiieux, conime Polybe, riien- 
reu^ equilibrr d'lui gouverueuieul iiii'lan'^e, oil un pouvolr 
suprtoe pt royal reiini a rauiorlle d'une rlasse distingueo, 
et a une ceriainr lib«*rle du peuple, salisfasse ii lu fois W. 
bf'soin d'ordre i!t t*eliii d't'^ftditr, fpii se ren<*oiitrenl daiis la 
naturi! Iiumaine ('2). C> gouvernemenl doil t^.lre le plus stable 
dc lou8, par la mesure el le temperament qui y regneni. C'eal 
la condiiioti d»* tout ce ipii est teiuper** dv durer Imig'lpmiJs;^ 
toutcR les exlremites se changent rapidi'Uit'ul tlans lours con- 
iraii'cs ; omnitt nimia in eontraria convertnniur (3). 

l*olybe nous a e\plique les re».sort!i di- la constitulioti 
romaine. Cic<*ron demonic cea reHHorls, «l nous en devebippe 
rorigine el b* progr^s (-5). Son second livre do la Hepublitjue 



a) Be rep., 1, :J5 li 38* 

(8) lie r/:/*., I. 15. 

(3j lb. IL 

(4) mti„ L Ut touteniicr. 



256 AimQurrft 

est unt' vf'nUibli' hisloirc de Koiih', et de st's iiistiltiLiiHis. La' 
constilutioit de Rome TiU originairement toulo moriai't'Iiiquc. 
Une revolution la renversa. La royautedtHruUcrepiinit di\1see 
vi dimintioe sous Ir rioni dt' consnlat : lo pouplo. coiHiiitia a 
n'avoir (|ii'iiiir faibit* part airx allaiivs ; It* sriiat fiit lo pivoL de 
cclte conslilution nouvelk^ line secondc ivvoIiHhjii, par I'in- 
sliluiion dii li'ibunat, pai' la permission des niaiiajjps cntro 
plrbi'irns et pali*iciens, donna ciifiii au [Ji'iiple sa part li-gi- 
limodi" libei'lc el dV^gidile, el comi)b''la la eonslituLion. Aiusi 
de Talliancc et de requilibn* des dillerents ordres, depuis les 
plus eleves jiisqu'aiix pins himiblt's, sv forma dans r£lal iin 
aiTord parfait, sembiabk! a iliai'monie, rjiii, dans un chaiil, 
resullt* de Tiinion des ions eonlraires; ce que les mnsic-ims 
appellent hannonie, les polilicjues rappdleiil eoncordc (1). 
Sans doule le tribunal fut unt^ inslitution fpu pouvait dfvenir 
ni*'na^'anle par le grand [touvoir <[uV'lle aceui'dail au peiqile; 
mais le peuple ent ele plus dangerenx encore sans un chef qui 
ledirigeet leeontienl : le tribunal dV'sarnie la jalousie nalurelle 
du jieuple, el le delivre de la (!rai[ite d'etr<^ op(>ri^ni'^ Enlin, la 
royautt'^ une fois detruit*', il fallait au |>eu|>le non pas une 
liberie denom, mais d*y fjiit (2). Cieeron, nialgre ses sympa- 
ibies evidenles pour raristdcraiie, admettait done la part du 
p(*uple dans les alfaires de rKuil. II defrndail rinslilution du 
tribunal eonlre l**s erili<[ues exagerees de son frrn^ Unintus; 
elil p(^nsail qu'iine aristoeratit^ temperee jiar le pouvoir popu- 
laii'e, cl par une eerlaine autorile semblal>le a eelle des rois, 
valail mieux qu'une aiislorralie simple. 

C'esl ici peul-<^trc le lieu de nous demandcr ce qu'ii faut 
penser de cetle tlieorie du ffouvi^rnenienl tc^nqiere ou mixie, 
qui doit oecuper urn* si grande |>lare dans les debals de la 
politique niodeine. Cette theorie etait di'ja en gcrnie dans 
Arislotc, et mtoe dans Plalon. Mais reniar(|uons qu'Arislote 



(1)11,19. 

(2) De ieff., Ill, 10. 



LA POLITIQUE. POLYBE ET ClCfeRON 257 

s'eiait coniente dobsrrver, avec admiralion, 11 est vrai, qu'un 
semblablr ciiiiilibr*.' s'cst ronconli'e a Spai'lc H a Cartlmgc, 
saus en coni^hiiv lotilerois qiu} ^'etlt^ roinbinaison fill absolu- 
mt'ut la lueillcur*' vn polilique. Platon avail dit aussi dans les 
Lois t|u'il i'lail boii d(» liMn()c»nT Vmw par raiitre la raoiiarchie 
el la J^'Oiocralio, cV*sl-a-dini I'aiiloriit'fl laliborUi. Mais ni hi 
ni Arisloli% dans k* tableau *pi"ils out piTSdjte du goiivemc- 
meiU parfail, n'ont imagine mi pareil eqiiilibre. Le fond de 
li'urs j'ltJiirrplions, v'vsi loujinirs la ri'[>iiblique plus ou moins 
aristocratit|u»*, U'lk^ ciu't'llr rxisiail dans ranlifpiUt*,ci non pas 
uuverilable gouverneiueul mixte, fonde sut' Top post lion ctsur 
la balance des ponvoirs, ol compose a la foisi tie rovanle^ dc 
noblesse el de jKnipU*. II esL done vrai de dii'e ijue eelle th^o- 
rie, di'puis si celebre, appariiriii a Polybe el a Cicei'oii plulol 
qu a Malon et a Arislole : ceux-ci reeommandaienl le gouvcr- 
nemeiil h*ni|>ere, el eeux-la le j^ouvei-nemenl pondere. 

Ilisloikiiiemenl, la iheorie de Poly be est-etle vraie? Home 
fulH^lb^ un gouvemenienl pondeie, ou la myaule, I'arislocratie, 
la dennjcralie se baluneaienl et se faisaienl tvjuilibre 1 Je ne le 
croin pas : le consiilal.en ellel, ne piml eii'e eonsidere comme 
uii pouvoir quasi-royal : unc aulorile annuelle et divi&ee enlrc 
deux per*somies, quebpie grande quelle pui&sei^trc, n'a jamais 
eli" tine royaule; aulFcment, il nViil pas un seul ^'ouiM-rne- 
nienl au uionde <pii ne soil nioTiarcliiqiH% puisqifil n'y a pas 
do gouvernemeni sans diefs, au moins lemporaires : a ce 
compli\ Venise anrait etc uno monarehie, el la republiquf des 
tlals-rnis en serail une encore aujourdhui. II faut dime 
retraneher la monarehie de la constilution politique de Botnef 
el n'y voir que la Iransaclion savanle du peuple et du pairiciat 
pour proleger a la fois la sagesse |><:>Iitiqu(* el la liberie fMjpu- 
laire. il faui ieinarrpn*r aussi que la eonsiiiution roniaine n a 
pour ainM dire jamais olfert cH equtlibre parfail (|u'admiruit 
Polybe; «auf le momeiil des guerres puniques, uii la balance 
du pouvoir ful a pen pros c^le eulre les deux classes, on 
pi:ul dire que la constitution romaine a loujours ele en mou- 
Jattbt* — Science politiijue. L — 17 



858 AKTiaviTfe 

Yemeni, el on la definirail volonliers la iransformalion conlinuQ 
d'mu* aristociatif vn \lvmoa^iie\ lorsqirdle fut devenuQ 
loute democralique, elle peril, et Lomba sous le gouverne- 
menl despoUqiie. 

>fais que cone! u re de la llieorie en elle-memc? Nous aurons 
occasion d'y revenir plus dune km. hidiquons seuleiiieul ici 
line objeclion imporLante. Ct* qu1l y a de vrai dans le principe 
de Polvbe el de Ciceroii, e*csl que lout gouvernemenl absolu, 
soil Qiunarduque, soil derrKH'raiique, soil aristoeraiif|ue, est 
un gouvenienieiiL ou iiijusle, ou Caiblc, el au eoiuraire qu'uu 
gouveracmeut fori, durable, equitable, duit eire lenipere : 
c'esl ce (ju'avaiem dit Ansiote cl I'lalon, Mais un f^ouverne- 
nicnt ne pcul-tl etre tempen% sans elre pondere ^ doit-il sc 
couiposer necessairenient dc trois terines ? doil-il, sous peine 
de peril', <Hre a la fois royal, arisloeralique el populaire?CVsl 
cette iheorie qui nous parait quehjue peu arlilieielle el ulo- 
piquc (1). Car il peul Li'es birn se faire qu'un drs elemenis 
vieime a manquei' : par exemple, a Home, la royaule ; dims 
lei aulre £tal, rarisloeralie. II y a mille liniyi^ns *le leinp«'nT, 
de limiier, de luoderer laeiion dun gouverneruem, sans le com- 
poser nccessairemenl de ees irols lernies fondainentaux, qui 
peuvenl Ires bien ne pas se reneonlrereuscmble a un luoiuent 
donne, ou qui, pour niieux dire, se reneonli'ent bien I'ai'e- 
mcnt. U est vrai, eonime le dil Plalon, qu'il (auleoucilier lau- 
lorile et la liberie; niais celle coneilialiou a eu lieu dans des 
giiuvernenicnls qui u'etaienl pas nionareliiques. II esl vrai 
aussij eomrne le dit Aristole, qu1l faul coneilier I'epfalite natu- 
relle el Tinegalite de uierite; mais celle conciliation a pu 
avoir lieu dans des f^ouveruenienls qui n'elairul pas arisloera- 
tiques. Entin, pour eniprunler a uu polili([ue eelebre du 
xvi° si^cle (2) ime pcnsee qui nous parail tres juste, ce oe 

(1) Cost k ce qu*il semble Topmion do Tacito : « Nam cunctas 
natiooes, auL popuius, aut primorea, aut singuU I'cguiit ; detects ex 
hh et coMociata reipubiiae forma laudari faciiiiia qitiwi evenire, ml si 
evenit fmud disdurm eue potest. >* {Annates, llv, IV, 33). 

(2J Bodin (voir plus loitip bv. Ill, vh. v). 



LES JURISCONSULTES DE L EMPIRE 



2m 



soul pas Ics formes de gouverEeaiciit qu'il faul concilier, mais 

leiirs priucipes : runilr li'aiiion tiui t'sl |>ropn* :i la monar- 
chh\ la siifK'riuriU' du mrrilo (jui I'Sl pi'opn.* a I'uristoi'i'aUe, la 
liberie poliiitiiie oi IVgalili'nvile, caracltrcs propres a la demo- 
cratie (I). 

Les jiRiscoNsuLTES DE L'K»riRE. — Aprcs Cu'i^roo, on ne 
rclrouve plus ii Koine de dtKlrioes puliliques. Si le sloicisnic 
primilir avail nefjiige la polilii|lu^ le sloicisme dc rcmpire. 
Taljandonna enlieremeiil. Ce n'tUaiL plus le temps des eludes 
polidques, (|ue eelui oii one puissanre sans boriies avail detruil 
jusqij'aux deriiiers vesliges de Faiieienne libeile romaine. Le 
stoicisnie ful en ^'eneral la doetrine des rares eiloyens restes 
fideles a lari'publiquedansles conniplions dc Tempirc : c'etait 
unr pbilostiphie de resistance el d'opposiliou qui, apprenant 
avaol tuui a braver la raort, convenail a ceux qu'unc vcrtu 
parlieuliere ou iin earaelere dislin^ue designail nalurelleraent 
a la jaloiise surveillance des lyr;ui&. Plus lard, le sloicisine 
donna seul quelque gloirca I'eniptre, enaniniimt de son esprit 
deux de aes phis grands prioecs. Enlin.s il ne produisit jamais 
de grands ouvrages poliliques, il parall avoir conlribne au 
perfeelionn**nienl dn droil romain, el il a Oi^rLtiilenieol inspire 
I'enlreprise de Ciceron* qui, nous lavons vu, avail le premier a 
Uo(n«* appli<|ue la pliilosojthieau droii,et essaye de riqtproeher 
Je droil eerildu druiieieiiiel. Les grands juriseonsulles de t'eni- 
pire, lesGaius, Irs Paul, lesPapinien, les Ulpien, b*sModestus, 
mtroduisireul dans le droit les grandes maxime« qui etaient 
jusrju'alors rmferFnees daiK les livres des philosophes. Au 
droil litteral de I'aiieienne Home, qui fondait Ili faniille sur le 
pouvoir, la propriete sur le privilege du eiluyen romain, el la 
saintete des eontrats sur les eonventions ecriles, le droit slot- 
eien subsUlua une juslice jilus Immaine ei plus eoufonnc h 
ret]uite ualurelle (2). c Vivre lioanetenieut, ne faire de lorl a 



(1) Cette discuft&ion sera reprice plus 4 fond dana notrc second 
volume k I'occaaion dc» ih^ories dc Moaicsiuieu. 

(2) Sur cc point, cooftuiles la savimto ilutoir€ da droU civii d£ 



260 l'antiquit6 

personne, rendre a chacun le sien (1) > : tcls sont les prin- 
cipes universcls du droit, selon Ulpien. Ge sont des preceptes 
de morale. Les jurisconsultes definissent le droit naturel, 
c celui que la raison naturelle etablit entre les hommes > : ils 
en reconnaissent retcmite, rimmutabilite : ils refusenl de le 
sacrifier au droit civil, c L'inter^t civil, dit Gains, ne pent pas 
corrompre les droits naturels. > lis font reposer les droits du 
p6re de famille sur la bonte et non la ferocite (2) : principe 
manifestement dirige contre les droits exagcres du pere de 
famille dans Tancicnne legislation. La loi dcs Douze Tables n'ad- 
mettait de principes dans les conventions que les ecritures, et 
ne faisait aucune part a la bonne foi. Le droit naturel reclame 
encore, t II est grave de manquer a la foi » , dit Ulpien. t Le 
contrat, selon Ulpien, tire son origine de ralfection reciproque 
et du desir de sc rendre service ; car la societe repose sur un 
certain droit de fraterniU (3). » Ajoulons enfin toutes ces 
belles maximcs que Ton ne pent asscz admirer : « II ne faut 
pas faire payer au fils innocent la peine du crime de son pere. 
II vaut mieux laisser un crime impuni que de condamner un 
innocent. La peine a etc etablie pour ramelioration dcs 
hommes (4). > Enfin les jurisconsultes stoiciens, fidelcs aux 
doctrines de I'ecolc, posaient en princip(3 « que la servitude 
est un etat contre nature (5) » : principe qu'ils demcntaient 
sans doute en maintenant la servitude dans les lois, mais qui 



Rome et du droit frauQais do M. Laferri^re, t. II, 1. Ill, ch. i, et son 
Mimoire special sur la question. — Comp. Influence du christianisme 
sur le droit romain^ par M. Troplong, et VHisioire des doctrines mora- 
les, de M. Denis, t. 11, p. 195. 

(1) Instit., 1. I, t. I, 8 3. 

(2) Dig,, 1. XLVIII, t. IX, 5. 

(3) Dig., 1. XVII, t. II, ch. iii. 

(1) Nullum patris delictum innoceuti filio poenne est (Ulpien). 
Satius est impunilum relinqui facinus uoccDtis, quam iiinocentcm 
damnare (Ulpien, Dig. XLVIII, t. XIX, 5). Poena coustituitur ad 
omendationcm hominum (Paul). 

(5) Jure natural! omnes homines liberi ab initio nasccbantur. 
(Instil., 1. 1, t. II, I 2). Servitus est constitutio juris gentium qud quis 
dominie aliono contrA naturam subjicitur (Inst, 1. I, t. Ill, g 2). 



IBS JlTRtSCONSULTES DE l'eWPIRE 261 

nVn (5tail pas moins la coiulnninalinn do ros lois monies et le 
desavcii ilos nn^siir^^s t|y*i'IU'S satirtionn:iipiH, 

Mais en iin^mo ii'iiijis que les juriseoiisultes exprimaient ces 
idees si grander, si f:iv()ni[)I<*s a I'lHimanite, an di-oii, a Fnpjile, 
sij^nes de la i*evoliitiun ([ui s'arrernpli.ssait dans la sociele 
ancienne» ils coiisaerau'nl en ini*nie leni|>s line autre revolu- 
Uon, qui avail chanj?*'* Fordr-e politiejue dc Fnntiquite : c'elait 
le triomphe dii pouvoir absnlu, * Lc* brm plaisir du princOj 
vuila la Ini. dii le sage llpien. Qiwiqitid prinripi placuit^ 
lecfis habet vigorem{\), ■ Qu'eul dit im Catoii, on Sripion, un 
Aristide, uii Phodoii, vu enteudant de lellcs paroles? U ne les 
ciilpas comprises, el se fill demande sll elait en i'ei'se, el si 
celle niaxiiue venail d'lin eourlisan du grand roi. Mais ce 
n'eiail plus en Asie, ^m Pei*s*% daos les gnovemeinenLs bar- 
bares rpie la monarehie absolue elail reiejjuee : e'etail main- 
teiiatil a Rome iiieoie ipfelle avjiit son siege, a Rome, la reine 
du rnonde, aujourd'liui leselave d'lin Tibere, d'lmNeron, d'un 
Cararalla. 

(i^'ju'ndant, en proclainanl la doctrine du pouvoir absolu, les 
jurisconsulles conservaienl encore le souvenir de la liberie 
anieriiHire. Car ee pouvoir, sur quo! eiail-d foutb'*? Sur la 
ftiree? iht n'eill ose le dire, Sur le drotl divint (>ll<^ doftrine 
n'etail pas eneore eonnue. II reslail que le pouvoir du prioee 
reposiil sur la cession du peuple. « C'esi le peuple, dii Ulpien, 
ijui, par la loi Regin, a inmsiiiis au pi-iner le jirnivoir (2). > 
Doeirine ile la plus liaule imporlance, que nous n'lrouverons 
au moyen i^ge, au xvi* siecle, au xvii* sieele, I't qui, avec le prin- 
cipc du dnnl divin, a defraye depuis lous les defenseurs de la 
monarefiie absidue* 

Atnsi la sociele antique reposait sur deux prineipes : la 
libertft polilique, Tesclava^ civiL Arisiote, dans sa politique, 
avail yMuiX \v probleine a ees deux lernies. Les jurlscoiutiltcs 



(l)ffif/., 1. 1. 1, 112,16. 
(2) /Ml. J. 1. 1. 11. 8 6. 



262 ANTIQUUM 

semblent Tavoir renvers^. A la liberti^ politique ils substituerit 
la doctrine du pouvoiir absolu, et k Tesclavage civil ils 
semblent vouloir opposer, en principe du moins, Tdgalite 
naturelle. Quel sujet de meditation! L'dgalite et la liberty 
pauraissent deux poids contraires qui ne peuvent reussir k se 
faire equilibre, et dont Tun ne pent monter sans que Tautre 
s'abaisse. L'antiquitd a connu la liberte politique, mais avec 
quel cortege d'oppressions et d'iniquites ! Les faibles opprimes 
par les forts, les pauvres par les riches, les esclaves par les 
maitres, les plebdicns par les patriciens, les allids par les con- 
qudrants, la Gr^ce par Ath^nes ou par Sparte, le monde par 
Rome. Mais voici I'egalite qui tend k se repandre, les classes k 
se confondre, les cites a s'unir, les provinces a devenir egales 
entre elles : Rome est a son tour conquise par ceux qu'elle a 
conquis. G'est le moment oil la liberte disparait du monde, et 
tons ces progrfes s'accomplissent a I'ombre d'un despotisme 
sans nom. Qui pourra se decider entre les deux termes de ce 
dilemme? Qui pourra regretter la republique romaine ou la 
r^publique d'Ath^nes, c'est-^-dire la liberte de quelques-uns 
et Tesclavage du plus grand nombrc ? Mais, d'un autre cote, 
qui se feliciterait de la destruction de quelques prejuges, en 
voyant le monde entier dans la servitude, et la vertu condam- 
nee au silence, a I'exil, au suicide? La seule chose certaine, 
c'est qu'il est plus facile de perdre que de gagner. La liberty 
avait disparu de la terre, tandis que I'egalite ne faisaitque des 
progr^s bien lents et bien incertains. 



LIVRE SECOND 

CHRISTIANISME ET MOTEN AGE 



CHAPITRE PREMIER 

L'ANCIEN ET LB NOUVEAU TESTAMENT 



Retour sur le STOiciSME. — losuflisance de cette morade. 

L'AxaE!! testame:<t. — Caractore fondamental et original de la th^ologie 
mosalque : personnalite divine. — Decalogue : devoirs negatifs. — 
Autres devoirs : charite et fraternite. —Politique h^bralque :th6o- 
cratie deniocniti(iue. Institution de la royaute. — Transformation 
des td^es morales. La synagogue. HiUel Tancien. 

Le xouveau testament. — Morale et politique ^vang^liqi'es. — Carac- 
lere original de la morale evangelique. — De Taccent Chretien. ^ 
Du principc de la cbarite et du principe du droit. — Caractere 
des doctrines sociales et politiques de T^vangile. — La ricbesse. 
— Le pouvoir. — Les doctrines evangeiiques ne sont ni democrati- 
ques ni theocratiques. 

Les ApdTRES et les saixts p^res. — Question de Fcsclavage et de la 
propriete ; dans quel sens il faut entendre les doctrines cbr6- 
tiennes sur ces deux points. -•.Theorie de saint Augustin. — Du 
pouvoir politique, t Doctrine de saint Paul et des Peres. — Uo 
texte de saint Cbrysostome. 

Retovr sur LB STOICISME. — Nous avoHs vu que la philosophie 
anciennc a pu s*elever d*ellc-m^mc graduellement et aspirer de 
plus en plus a Tidce de la fraternite humaine et de Tunite du 
genre humain ; ct nous avons montr^ dans le stolcisme le prin- 



264 r.HEIRTlANlRME ET MOYEN AGE 

cipal ag^enl de cette revolution morale. Cepcndanl, il fautrecon- 
nailre que ec no serail voir qu*uii c6te des choses que de 
resumer et de borraer le stoicisme a Tidee de la sociabilile : 
ce n'est pas nn^nie, ii vrai dire, par ce efile que le slokrisme 
a le plus frappe rimaginalioii des hommes : ce n*esl pas la le 
souvenir qu'il a laisse. Preuve evidente qu'il n'esl pas la toul 
entier, et peut-etre ni**'me qu*il n'esl pas la prindpalemciU 
et dc preference. La note du stoielsme, telle que la iradilion 
nous le represenle, n'est pas celle de la chariLe, c'esl relle de 
la force d'ame, de la grandeur di^rae. Ce qui a caracterise 
surloul les stolciens, ce fut la violence en vers soi-meme, la 
revoke eouti-e la nature, le mepns de la douleur, do plaisir, 
de tons Ics accidents de I'adversite. Par la le stoltclsme est 
profondement antique. Son modele, c'esl Herculc, qui elait 
ej^^alcment le dieu des Cyniques. Tous les grauds citoyens 
de Tantiquite, quils le sussent ou non, elaienl stoiciens. 
Rien ne ressenible plus au sage sloicien que les anciens 
citoyens de Rome, durs, inflexibles, csclaves du devoir, de la 
dis^.'ipline, du sermenl, de la patrie, les Brutus, les Regulus, 
Ics Scevola, les Dccius, ct raille autre moins celebres. Lorsque 
Ic stoicisnie renconlra les derniers citoyens, il trouva une 
niatiere toutc prC'ie pour ses doctrines, Ce lut la philosophic 
des derniers republicains, heros d'un monde qui disparais- 
sait. 

€e caraclere male, energique et viril a etc assignc par les 
ani!iens conime le caractcrc propre de la philosophie stoi- 
cienne. Cleanthe, I'un des premiers philosophes de Tecole, 
disait que la vcrtu unique, e'est la force. Mais ce caractere 
est surtout frappant dans Tim des derniers stoiciens, dans 
Epictete. 

11 senible que le poids de la servitude ait force Epictete a 
rentrer en soi-nu^uie et a chercher dans les profondeurs inac- 
cessibles de son fuue une liberte inviolable. Auciin philosophe 
n'a separe avec plus de rigucur la vie de Tame de la vie sen- 
sible et exterieurc, et la liberte morale de la liberte apparente, 



BETOUR SUR LE STOICISME 565 

"c^-^-dire du pouvoir d agfir en dehors do nous (1). Toiilo la 
philoso|>hie d'Epicti^t^- repose siir la disUuclion de ce qui 
depend de nous el de vv qui n*en depend pas. Les aelions de 
Tiime, le vouloir, !e desir, le renonremenl, sont en nmis ot a 
nous ; mais les hiens el les nmnx exterieurs ne nous soni rien* 
De la une indini'-rence romplele pour tout ee qui, n etaiil pas 
en nolpe pouvoir, doit Hre pour nous corame s'il n'etiul pas. 
G* ne sonl pas Irs clmses niemes qui nous Iroublenl, mais les 
idei's que nous en avons(?). La morl n'est potut lerrible, mais 
I'idee de la mort. Nous sommes done nous-mfmes les auleurs 
de nos maux ; el romme nous pouvons ehanger nos idees et 
ne considerer les ehoses que eomme elles sont, rien ne nous 
doil elre leri'ible v\ rien ne uous doit troubler. l*our vivre tran- 
quille, il ne faul pas demandcr que les choses arrivenl conime 
on les desire, mais les vouloir comme elles arrivenl (3). SoivS 
loujours dans la vie eomme le malelol qui descend un inslanl 
8ur la rive pour chereher quelqiie eoquillage, toujours pr^l h 
remonterdans le vaisseau sur rap[>el dumallre. Pour toi, une 
feninie, des enfanls, voila les jouels qui le sont perniis par 
celui qui gouvei'ue ton vaisseau : sois loujours pi'el a les quit- 
ter quand il I'appellera (1). Ne dis daueune chose que In Tas 
perduCt mais s^'ulemmt que lu Tus rendue. Ton fds est morl ? 
tu las rendu. Ton rpnuse est niorte t lu las rendue. Ton 
champ I'est enleve? lu Tas rendu (5), Ne le tourmenle pas de 
ne pas avoir de quoi vivre. d avoir uu es<'lave mediant ; nueux 
vani nrourir, ini^Mix vaul avoir un mi'-ehanl eselave, que de 
vivre mallirureux avee Tilnie troublee (t>). Sois dans la vie 
comme dans un fi^slin : le plat passe-til devant toi ? sers4oi 
aviT disen'^tion. Passe't-il s^uis s'arn^ier? ne !e retiens pas. 
>*e vienl-il pas jusqu'a loi ? attends avee patience. Agis-cn de 



(1) Epii:t. Manuel, (Edit. Sohwciglmui^or) ch. i-vi. 
(2| /Wrf.» !*.» c. V. 
(3) /Aid., c. VIII. 
(I) lind, vti. 
(5) im., XI. 



$88 CaftiSTlANISME ET MOTEN AGE 

intoe dans la vfe :\ reffurd des cnfants, de ta femme, des 
maj^isiruuirt^s, d<'s richcssos (l). Ne le toiirmrnte pas dii r61e 
que lu joues : ce n'est point ton alFaire de fhoisir ton role, 
mais de le bien jouer (2). Ne te plains point de ton obscurite : 
dc^pend-il de toi d'obtenir one niagislrature, d'etre invite ii im 
festin ? Tos amis , dis-lii , ne peuvent rien atlendre de ion 
secours. Mais qui pent donner ee qu'il n'a pas? Yoiis me 
demandez d'acquerirdes richesses, afinde vous en faiiv joiiir: 
sijelepois, sans saerifier I'honneur^ la bonne foi, la gene- 
rosite, montrez-moi le cheniin, je le suivrai. Si vons me 
demandez de perdre ees biens prccieux, qui sont vraiment ii 
moi, pour enpartag^er d autres, qui ne sonlpasde vruis biens; 
voyez comme vous etcs injttstes et drraisonnables. Tu te 
plains de ne pas ilvoir la premiere plaec a table, ou les hon- 
nc'urs dans le conscil ? Si tu n'an pas fait cc qui merite ces 
recompenses^ de quoi le plains-iu ? As-tu frappe aux porles 
d'un grand, Uil as-tu fait ta eour hiunbleuienl, Tas-tu aecable 
de mentcuses flatteries ? Si lu n'as rieti fait de lout cela, pour- 
qudi veiix-tu ee qui ne s'achete qli'a ee prix ? Combien se 
vendent les laltnes au marehe? Une obole. Si lu ne donnes 
pas I'obole pour la laitue, as-tu veritableraent nioins que eelui 
qni Ta donnee? Non, ear il te resle ton obole. De menie n'as- 
tu rien [)Our re repas, ees honneurs que lu regreltes? Bien 
au contrairc : il le reste de n 'avoir point loud ce que lu ne 
fcroyais point devoir louer, de n'avoir pas souffert I'insolence 
des valets (3). 

Voilu bien le stoieicn, tcl que nous le represente la iradi- 
lion : fier, indexible , presque dur, renferme en soi-m^me, 
insensible aux emotions dti cteur, et occH|>e par-dessns lout a 
defendrt* son indepeudanee. Tout en adniirant cettc forte el 
sublime morale, le sentimeiil [jopnlaire s esl loujours revolte 
centre elle, et on ne peul nier qu'il n'y ail quelque chose de 



{1) Maauei, xv. 

(2) /Wrf., xvii. 

(3) !Md., XXIV, XXV. 



ilETOUR SUR LE STOIClS^E 267 

dans CO ph"Jug(^. La force nost pastotit ni dans lliomnic, 
nj dans la nalun^. Jl sombli' que Iv. sloicisme nail pas assci 
conipris les grAcos el Ics douccnrs qui sc niMent dans runi- 
vers a rexactitude de s lois et a Fi^norgic des forces primilives 
des choses» Lauteiirdp lanalur(\ r|iii sans doulo devait savoir 
aussi Men qu'KpH'liUc cc qui vsi vniiiiienl hon et beau, a bien 
Tuidu tTi't^r iinr Jlrur an pird d'arbiivs ffignntesques, et faire 
cnuler imr can U*an(]utllo an milieu dc sombres rot^hers. Tons 
li'8 j;rands arliiitcs imitateurs de la iiatiirc ont, sans y refl^- 
chir, mi^le dans leurs peinlurcs la douceur el lencrg^e ; 
Achille et Andromaqne sont les creations du ni^me po^le. Ges 
oonlrasles soul aiissi dans rhomme, el ils se doivcnl repro- 
diiire dans la morale, qui n'a pas pour objel de dc'truire 
rtiomine, mais de donnrr un d(^veloppenienl regie h loutes les 
puissances saincs (|Ue la I'n^vidcncc a miscs en liiL I*la!on l*ii 
bicii conqiris : il iie sr-jjarc pas dans le sage la force de la dou- 
ceur, el c'esl a la niusiquc, a la philosophic et a I'aniour (iu1l 
coidli* le soin de forlificru la fois el d'attendrir les ;lmes. Mais 
plus lard, dans tin trtnps de corriiplion ffrossicrc el do barba- 
ric s;nis noni, les ornenieiiis ilr la vcrlu uc poiivalenl pai*ailrc 
auix arnes fortes que des sediiciions inuiilcs : elles dcvaient 
eviler <raulaul plus les fH»nlcs ipii coudtiiscnl ii la faiblesse, et 
do la fiublcsst* a la corruptioiL An nuliiHi d iine fotdc aveuglc* 
te sage m* faisait en lui-nu^mc un inoiidc solitaire, oil it vivait 
sajis trouble, s;nis emotion lendi'c, sans espoir dans I'avenir, 
mais dans la sccurite d'une ame resij^ncc a tout pluli^l que 
de s'humilier a ses proprcs yeux. 

Quel que grand que fiil le sloicisine^ rhumanite avail done 
]»esoin d'unc aiiln' morale, dune morale qui, precbant anssia sa 
maniere la grandeur d^line, mil an pn'Hiicr rang la charitc ct la 
fraternity. Tons li»s germes do ces vertus (pii avaicnt longtcmps 
el obscuremeni niOri dans K*s doctrines antiques dispersees ^ii 
el la dans les ecrits, oil reriidilion modiTne va aujoiird'bul \e% 
rfH'ucillir el les degnger. devaienl sc conccntrer el s'(''panouir 
dans unc morale nouvelle qui n'esi pas un miracle , ni tine 



CHIIISTIANISME ET MOTES AGE 

rupturf! inaitradiie dans h suite des idees , mais qui tout en 
se raila4*tiaii( au passes inrme pour ceux qui la considiirt'iii 
comnie humaine, a tout aussi bien ie droit d'^lrc considei'ee 
t'omme oi^iuale que wile de Zenon el dc Plalou. 

Nous soiumcs aiusi ametit's a nous orciiper du cbris- 
lianisme. Tandis que la pljilosopliie aueieniie epuisce se r onsu- 
mait pour se nijeunir en eflbrts irapuissants, que le stoicisiue 
revenait au eyoisme donl il etait sorli, que le plaionisnie dege- 
nt^rait en une f^rossiere thaumalurfjie, uu grand e^4'iienient 
s'accomplissait dans le monde spirituel et moral : c'esl I'appa- 
ritiou du ehilsHanisme. Au sein d'un peuple longlemps ignore, 
ci plus lard mepiise, une doelrini* venaii d eelore a laquelle 
il etait donne de renouvclcr Fame humaine etia sociele. Quoi- 
que Tabjet de ces etudes soil surtout riiisloire des idees 
philosophiques el non des do<iri!ies religiens<*s, eependanl la 
religion est lii'^e si elroitement a la morale i^t a la pulili(pie, 
que ce serail sVxposer a ne rien comprendre a Thistoire du 
moyen age et des temps modemes et au travail des idtk\s, que 
dc ne pas etudiiT a sa source meme, sinon dans ses dogmes, 
au nioins dans ses idees morales et sociales, une doctrine reli- 
gieuse (]tii a prodult dans Ic monde une si gnmde et si 
feconde revdutiou, 

Mais le eliristianisme n'est que la suite et le developpement 
du mosaisme : c'est done juscpie-la qu'il faut remonter pour 
mesurer la grande r<^novalton morale, dont rftvangile a ete le 
signal et la cause. C'esl pour eelle mison ([ne nous avous 
separe le mosaisme des autres doctrines orienlales: il s'en 
separe en efl'et, non seiilement pai' sa gnmde originalile el sa 
superioritc religieuse , mais surtout par ce privilege d'etre 
devenu» en se transformant, la foi commune dc tout rOccidcnt 
et la source de notre civilisation. 

L'ancien TESTAMi:\T. La mdralk mosaiquk, — Le trait le plus 
onginal de la doctiine de Moise, e est lunite et la personna- 
lit^ de Dieu. Llnde reeonnaissait un dien unique, mais im|>er- 
aonnel, et le confondait avec la nature. La Perse se rappro- 



LA MOHALE MOSMQt*B 269 

chait davantage dc VuaM de Dieu ; ccpendanl ellc admettait 
deux (>rin(*ip(*s ot loiili' une Irierarrldo dr diviriitc'S ititV'rirnrcs. 
Ln Cliint' liOiiprDiini' a jiriiie le doi^fnir do Dii'ii, *'l noiis pre* 
senle ce singulicr spet'lacle d'unc moral*' admirable sans 
religion. Kii Jtidt'O, an contraire, Dieu est au commence- 
ment, an milieu et a la fin de loules rlioses. *M est separe de 
lanantre: il vit, il jx^nse^ il est libre; il est emilenr, il est 
legishueur, il est monarque ; enfin il est sptriluel, et on n'en 
a jamais vti atietine flgrire, ui aueuiie image, 

Qntdc|uefois, il semhli- qti*' Dieu ne soil ilans la Bible qtrnn 
Dieu national el hieal : il se compare aux aiitiws dieux et met 
en bahnin* leiirs (riivres ri les siennes (1) ; mais <'n plusietirs 
t'JidroiU il declare (]u ili*st le sent Di<'ii, le seul Seigneur, qu'il 
n*y en a pas d'autm que liii (-2). Toulefois. il m presentc 
snrlont comme le Dien di*s Juifs , celtii qui les a tires dc la 
ikUTitude de rf^g^-pie (3), relid qui les a conduits a travers Ic 
dt*8ert, el f|ui les 4'ial)ljl dans hi Teirre pi>iiiii?4e. Dieu c»sl 
toujours present an milieu de son penple (1) : il lui parte, il le 
rt'primande, il reneourage, 11 I'a rhoisi i-iHre fous, el il lui 
r;q>[>elle sans resse larmtiu* qiiil a eii pour ses peres. * Avcz- 
You^ jamais oni dire ipi'nn peupk* ait enteiiiiu la voix de Dieu, 
qui lui parlait du milieu des flanmies, eoiiime vous Tavcz 
entendu, s;ms avoir p^'rdu la vie ; qu'uri Di<*u soil venu pren- 
dre pour lui un |»eupU^ an milieu des nations, en faisanl eda- 
liT «a puissjunr i>ar des t»preuveit, des prodjges, de* miracles, 
par d(*s eundiats oil il s'esi signale ave{" une main forti- el un 
bras lendu ?*.. (5) » Aussi un lel Dieu, pour de ids bienfails, 
a-l4l droil d*<^tre le Dieu jaloux, le feu devoranl qui punil 
rini(piit^ des peres sur les enfants ju&qu*a la troisieme ou 
quutrieme generation (6). 



(1) Dfutthr^.nu 21. iv. 7, 
(X) /*.» IV, 3'^, et VI, I, 
(3) //►..v. 6: VI, 13. 

(&> »., IV, 32-34. 



270 CIIRISTIAHISWE ET MOYEX AOE 

Des divers ;Uh'il)[ils dv. Dlvii naisscnl Irs devoirs que la 
legislation tie iMotse impose envers lui. Dieii mii(|iie, il iie vetit 
pas qu on adore im autre dieii que lui-inemc. Dieu immate- 
riel, il defend Ics imagoes, les figures, les sculptures ; et Ic 
plus grand erime^ e'esl de le eonfondre avec la ert^alure : do 
la cetle lioireur de TidtfUUric, qui signale d'unc nianii'ie si 
originale la religion mosafque, el qui a mainlenu la sc^para- 
tion du penple juif davee les aulres peiiplcs. Dieu saiul, il 
dt^fend qtie son uom soil invoqiie en vain. Eutin, Dieu crea- 
leur, il ordoone qua son image riiommc se repose Ic seplieme 
jour et le consacre a sanclifler son auteur. 

Sur les dix commandemenls il y en a done quatre consa- 
cres a preserireles (U^voirsenvrTs Dieu : ne pas adorer dauli'C 
Dieu que le vei'itable, ne pas lui fiiire d "images, uc pas jiirer 
par li]i, ne pas travailler le jour du Sabbat. On voit que la 
fonue de ees preseriplions esl toule negative. 11 en est de 
m^'ine des devoirs en vers le prochain : ne point luer, ne point 
derober , ne point rorni(pier, etc. Aussi lorsqu'on compare 
le jiidaVsme an eijristianisme, a-t-on eoulunie de dii'c que Ic 
premiiT esl une rrligioa elianielle el exlt'^rieiu'e, et le second 
unc religion d'espnl : e est dans ce sens que saint Paul dii {|ue 
la loi f'sl le prineipe du p^'ehe, (^'esl-a-din* que la loi ne eom- 
mande que les actes exierieurs, landis *pie le salul ne pent 
s obtrnir que par la reforme inlerieure. Mais il ne faiit pas 
oublier que la loi de Morse est surtout une loi, c'est-a-dirc 
une legislation exterieure, qui, eomme toule legislation, prend 
dVirdinaii'e la forme jtrohibitive ; niaisil ne landrail pas eroire 
pour cela que la religion de Moise ne ful qu'une leligion 
foi'inelle, sans aucun sentiment iiiterii-nr. On y irouve a 
phisii'nrs reprises ee prineipe, qni deviendra plus lard le 
commandement uni(iiie: * Aimez Di*?u de toule voire ame, 
de lout votre ea^ur, de toutes vos forees » ; il n'y nian(]ue 
que ces dt^miers mots : « Et voire prot^iain eomme vous- 
mtoes. » Dieu n'est pas senlemenl le Dieujatoux, ilest encore 
le Dieu misericordieux, et il promet dc sc douner « a celni 



tX MORALE IIQS^IQqE: 271 

qui [v rherchera de lout son c(rnr» ^^^^^ loule ramerlurae et 
raflliL'tion flc son iDie » (1). 

II tH' niiidrait done pas jiig^er dc Tespnt dc la morale dc 
Moisc en mi t'onsiderant que les dix comniaudemenls. Cps 
ronunandemonts sunt la loi on le foodt-mcni dt- !a loi ; ils 
u e\pi"iuntiU que Ir slrku uecessaire ; mais le seulinicnl d'uru; 
morale plus large paraR dans les lois particulieres : pour 
lainour ties lioinmes, rrmune pour Vaiuuur di' I>ieu, Ffivan- 
gile, selun la parole nieme de son auteur, uVsl pas veim 
delruire la loi, mais raceomplir. 11 y a deja unc sorte dc fra- 
lernile dans la loi de Molse ; maiSj il faul le dire^ eelie fraler- 
nile est reslreinie : elle n'embrasse que la liuuille juive el 
laissc en dehors lelranger. Toute union est interdile avec 
I't'lranger, alin de oonservcr le culle de Dicu dans loute sa 
pun'li'. Lespi'ii drxelusion qnc le sentiment de Iciir superio- 
rile iuti'llrr-iucllr ius^)irail aux r.rees, les Juifs 1 eprouvenl a 
Jenr* lour, eu raison dc leur superiorile ixligieuse : la science 
separait les Gnrs el leshnrliares, le monoitieisme separatl les 
Jnifs des etraufjeris, iVpi'udanl, exeeple dans la ffuerre, les 
i^trangers soul aitssi 1 Hbjet tie eertiiins I'jTunls ; ([imifpiils ne 
jouissent point d4?s privileges des frei*es dlsrai^l, cfuoicpi il soil 
peiiuis de leur |»reler a usnre, et que la remise sepleririale ne 
Icur soil point appliealde (v^), ils sout souvent nonum'-s a eole 
de la veuve c( de Torijlielin , ces proteges et en quel<|uc sorlc 
ces favoris de la loi niosai(|ue (3). Enliu I'amour des elrangers 
est reeouunjuule au u«tm des souvenirs de TEj^jple, oil les 
Juifs euvmc^nies uvaieul ele eirangers (4). 

Mais cesl surtoul a Ti^gard des Treres d Israel que ceUc 
legislation %{ dure, qui veil! ^ril lauir teil et cIimM fiour deni, 
s'adoueit et pri;iul di-s aceenls d luinianile que lanliquile 
grwquc el Jaline n*a guere rencontres qua son deelin. 



(11 thutiHr., IV, 29-3l» vi, 24 ; vu ; xxvin. 
I?!//?.. XV, 3; xxiu, W, 2U. 

(3) /^., XXIV, 17. if0,21; xxvxi, 19, 

(4) It., X, 1% 



272 CURISTIAKISSfE ET MOYEN AGE 

L'amour des pauvres, Taum^nc, rinlerdictiQn dii pr^l a inte- 
rol, Ilk remise sepU'iioalti (I), soiU des Lemoignagt's de cc 
senlinieivl de ('hariUi et de fnUcrnile qui, enlendu d'line 
maniere plus vaste, va renoiivolor k immde par "hi clirislia- 
nisrae. Au n'sle , w*llo sympaihic, ca^iIv bicnv^'illanco pour li*s 
faibles est iiii trail generalomenl repandu daus li'S relig^ions do 
rOrienl. A c6te d^utie cerLaine durele , quil I'anl aUribucr 
soil aux manirs des peupl«*s, soil a la luuitt' anliciuik' des 
li'gislations, ^\ rencoalre presque parUjut un caraelere de 
doui'cur, bt*am:oup plus ran' vhri. k's Grecs et les licmiains. 
Ainsi, dans Louies les ndigions orienlales, rauiiioru* rsl un 
devoir pteux. 11 nVn est pas de m^^nie en CWhxv. O (|ini y a 
de reinarfjuable, surtoiit dans la Judee, e'esl m»ii seulement 
Tabsence de castes, c'esl presque lahsence de I'esdavagfi : 
reseiaviige y ressemble a la doini'slieite , el d*aiHeurs la 
faeulle qui lui est laissee de se liberer lous les sepl ans <lte 
evideniment ee que cetle condition a de trop odieux , je vcux 
dire rirremediable, 

Le dernier earactere que nous devions signaler, el qui, du 
rcsle, csl bien connu, c'est que la sanction de eelte morale 
est exdusivemenl materielle. A eliaquc prescription s'ajoulc 
un motif inti'resse, et ce nnnif esl toujours le bonlieiii' ou le 
inalheur tempijreL Les menaces surlout sont eflroyables: c'est 
loujours rexterniinalion el la punition des peres sur leurs 
enlanls, jusqu'a la iroisiemc et quatrieme gemTation. Sans 
doule, il ne faut pas oubliir encore uue Ibis fjne ntms avons 
affaire a une legislation civile et politique aussi bien que reli- 
gieuse ; neanmoins on ne peul nier sur ee point la superiorite 
de la morale pbiIosopli!{|ue des (ire(!s sur la morale des 
Hebreux ; el cela seul sut'lirail a prouver, s'il etidt necessaire 
dc le demon trer, que les docti'ines grecques n'emanenl pas de 
la doctrine hebratquc. Dans Jloisc , le devoir n'esl jiinuiis 
prescnle que eonime un ordre de Dieu, conmie un commande- 



(1) Deutir,, xv, 1-12. 



P01JTIQ15E nfeBRAlQUE 273 

mftut do s?i voloiue. En (iroco, dans la philosophit* de Socraie 
Pi f\{' Plalnn, h juslict* sn rallarht' a son cssoiicp, cl non pas 
snilrmciH a sa vol<mt<^ lit* plus, la JKslit't' est n'pn''S«'iilee 
comiiit* obligatoin^ par rlie-nn^mr : k* honliotir !a siiil, i\ (!St 
vmi, I'l IVxitiaiidii suit riiijusttn* ; inais et* n'rsl pas res|KV 
rdnt'i* i\v la n'roiiiponst', ni la cniinie dti rtutliinont, qui doi- 
vent dt'lrrniiner ractkm. Toiil*»s Irs c'toIcs gri'cquos, rrpicii- 
rt'»isin«* i'\cr[ai', sonl daiN^ord ptHir r4'|»rt'S4'iilfT llionnt^lc 
nmimr drsirald** par lui-nu*'nn'. Hans la loi dc* .\!olse, hMk'voir 
ih* va jamais sans la fiixmn^ssr <ju la iin'iiarr, cl riK'orr ^ms 
one promossc uu mw nieiiact* qtii no d('*[mssc pas Jt^s limiles 
i\v !a vi(* icrrrsln'. Jr uv \n'Hvm[s |kis din' cjiic Irs HfbnMix 
a'oiil pas coiinii iv dofjiiir de I'inmuinalitr dc I amr ; niais il 

sVsl devi'ltqifK* vUva vu\ iiu'assoz lard ; vi u on \v reneon- 
Irc* dans le Pentatemfue, c*esl syiis la Ibniir obsrnrt' dune 
vapm* <^\pressiori |*o(ni(|uc ci (i}*:tim' (t). 

iNtLiTiyiii H^'iiBAiQiK. — Ih* la n*li|fiun nutsaitpii* dtTivcnam- 
rdk'nicnl la poliikftn* drs Ht'bn'iix. O'lu* palitiqne est, c*n tin 
srits, llit'orraiiqiiiv; niaisf'rsl iiru' ihnirralic tVmw natwrf^toiUe 
parlitailim', vt tpii oslmt^lrc i!<' drmncratJi** L'antf^ril/* stuivr- 
rauio apparu^nail a Dim, sind scij^nciir, scnl monarqii(% scul 
proprl»*laire. C'ostavtT liii quo le pniple avail ronlraclr, par 
riiilcrnH'diairi' d(^ >!ij)ise ; r eliiil Him qui avail donnc sa k»i 



(I) Ad. Fmnok, Du droit che* It* nationt de rOrlent, p. 142 : ■ Sana 
<^eUc LToynnre, comtUL'iit cxpliquer la defense si wuvent 'rdp^t<io 
dUnforrogiT Irs morts T Que sigtiitieraicnt cus mot« : fttro r«^'uni k 
«nn pctiphr, Hrc rc^uni d ^» aiio'Hrcs, qiinnd iU s'appliquent t iin 
Jiurnniti qui nieuri foninu' Jar*i>b, k>ir» dc son i»%iy.s el doiik le corps 
n'o«*t [Kis encore r«'ndu A la tiTiTO ! • Mais k>fH mftmc qifoo adrnct- 
trail *ur ces va|jrues preMi>mpii<»ns qu'il y avait ehvz le.<^ H^brcux uno 
CLTtaino crnyancc A la survivanee^ comme chez Ics Grecs d'Homcro, 
loiijoui-H ent-il rjuc eetle croyanco n'a aurun caract^rc moral. MoT»o 
n'y fnif jimaisallution, cl quoiquc A tilrc de k'Ki^lA^ur (^ivil il n'eOl 
irlcr, ccpcfidanl il nc faut pas ouhlier qu*il est en nfn&me 
i:iicur rctiptcux : il parlc au nom do Dicu m^me ; ct dans 
rs A^e«i, la limilc du bpiritucl ct du IcmfKirct n'eal pas 
I \ ' pour que dcs r^coinpeiii«e5i el dcs pcinca sumalurclJcs 
IS trouvi^ place dans lea proscriptioas du Idgislalour, at 
it 6iv dans aa [leiii^ 

Jaa£T. — Science politique* L — 48 



274 CHRISTIANISSE ET HOTEN AGE 

au peuplc; c'etait lui que Ton consultail toujours dans les 
occasions importantes, et qui donnait sa reponse par la voix 
du souverain pontife ou dcs proplielcs; mais le gouvcrnemcnt, 
pour ^Ire theocraliquc, n'ctait point sacerdotal. C'est un dcs 
traits les plus originaux de la politique hebrauiue ; tandis que 
dans rinde et dans I'figyptc, la caste sacerdotah*. etait presque 
seule proprietaire, la fainille de Moise, a qui seule appartenait 
le sacerdoce chcz les Hebroiix, avait etc exclue du partage de 
la icrre d'Aaron ou tribu de Levi, et n'avait recu en partage 
que certaines vilies privilegiees (I). Ainsi, le sacerdoce formait 
une famille, puisqu'il etait liereditaire, mais il ne formait point 
une caste ; car il n'y a point de cdste sans propriete. Par cette 
exclusion de la propriete territoriale , il est evident qu'un 
grand moyen d'action politique manquait aux levites , et qu'ils 
devaient etrc reduits a leur fonction toute spirituclle. Une 
autre consequence de cette exclusion, c'est que la famille de 
Levi, exclue du partage et consacree aux fonctions du sacer- 
doce, dut se repandre dans loutes les tribus et servir a les 
retenir par un lien fraternel. Ces tribus, sans cesse tenteos de 
rompre leur union primitive, etaient ratta(;hees entre dies par 
une mtoe loi, une mrme foi, un memc temple. Le sacerdoce 
etait le ciment de cette sociele. Au reste , 1 influence politique 
du sacerdoce etait considerable. S'il ne faisait point les lois, il 
servait d'inlermediaire entre Dieu el le pen pie ; et il dictait 
ainsi les reponses que* le chef du peuple et le peiiple tout 
entier devaient executer (2). 11 avait une parlie du pouvoir judi- 
eiaire, dans les cas difliciles (3). (Jiiant au pouvoir politique 
proprement dit, il n'est point facile de determiner c^xac'tement 
comment il fut organise entre Tepoque de MoTse et (U'lie des 
Hois. Apres Moise, le gouvern(»ment parait avoir ele palriarcal 
et democratique, et concentre seuUnnent en temps de erise 
entre les mains d'un chef militaire inspire d(; Dieu. Les desor- 

(1) DeuUr,, xviii, 1, 2 ; xiv, 27-29. 

(2) Nombres, xxvii, 21. 

l3) Deutdr, xvii, 8, 9 ct suiv. 



I'OLITIQCr, H^:BnitQUB 275 

dri'S qui rosultt-rcnl dc wi rint de clioscs amenercnt los 
II(*l>rrii\ a rlrsiivr iiti i^onvrrnrinrnt niotinniiiqiic. O qui est 
in's reman] tiabli' dans 1 nisiiiminii di^ la royanlc vhvz Ics 
Ui'hivux, cV'sl quVlIo iic* doll point son engine ii la vo1ootod« 
f>ifu. Dans Undo, la crealion du roi est imc sorte dc miraeh* ; 
|p roi I'sl line mwndv dhinilt* ; 1p r^oiivi^rnenn'nl iiinnai'iinqno. 
i*sl c»talili flinThMinMil par Dim. 11 uvn est pas do mrnir ilans 
la Rihl*'. r^' nVsi [loiiit I>»cii (|ni propose iin mi ayx Hrbreiix; 
cc sont (MIX qui \v deniaiidonl. Crtlc |»roposilion drplatt a 
Dim ; i1 y voit tin di-ssrin dV't'lia|»prr a sa propro aiilurite : 
f fstuwiv'i, dliAl a SaniiK'L la \mx cie cp pcMiple ; car ce ii>sl 
point vous, c'rsl inoi rjnils n^ji'tlriil, afin que jv ne n'^giie iias 
Hur fii\ (1). • Avanl *h' lonr art*order lonr deuiande, il veul 
qin* li'H Ui'hrciix appivrinr'nl quelle est la nature de ee poii- 
Voir (prils aptM'llenl de ions leurs vanix, ei voiei le tableau 
(pie Dreii lui-in/'nn- fait dii j;»ouv(M'nenienl royal : « Voiri (piel 
s<*ra le droit dn roi qnl vous goiiveniera. 11 j>rendra vns 
rnfants pour condnire ses rhariols ; il s*en fera des cavalierR 
fiour ronrir devant son <*finr... It se fera de vos filles *l(*s par- 
fuineiises, iles ruisinieres rt des bonlanfjeres..* 11 prendra re 
qn'it y aura de nuMlleur •tans vns ehauqjs... II jn-iiidra vos 
sorviteiips e't vos M'rvanl(»s... et la dime de vos trniipenux. 
Vous erierez nlr>rs eontre votre roi ipie voiis aure/. I'lii, ri le 
Srigiieur tie voiis e\aueen\ i>oinl. » — Le peiqde ne voulut |M»iul 
w'oulep re diseours de Samuel : « Nori, liii dirent-iJs, nous 
voulon^ avoir nn roi qui nous pouverne (2), > 11 est evident, 
d*apres ee reeit, c|u il serai! Ires inexac't de dire que Dieii, 
iM'liiu n^Vrilun*, [irefiTe entre Urns le gcniverni*ruent inoiiar- 
rlijque; on voil, au eoniniire, cpril ne rr^Uihlit qua nonire- 
coeur, el pour se delivrcr 4les iui|Kn1unites des Uebrcux (3). 



(IJ lion, I, ynth 7. 

(3i « Jc viiv* in%oqupr Ic Scipncur, el il ff?ra emtcii'lre ^<^ tonnorre 
cllomber In pluic. ciHa(]Uc« vous -^afhieii <?l tjue vou* voyiex conibico 
est grancJ ilov^ini le Scig^ncur l^ mttl tfue t'otu nrez fait rn demandant 
u» rat,,, {h-% ItnU. ♦:. xti, 17.) El lout lo jwuplo i-raignil Ic Seigneur, 



276 



CHRISTliNJSME ET MO YEN AGE 



Copciidanl , (luoiqiill Irs ait mi^naces du gouverneoieiil tyran- 
iiiqiie, cii n\'st poinl n'tle t'sjioce dr gouveriH'mnit qu'il a 
iiistitiii'\ Dans Ic IJeuti'roiwme, il drlViid tl'avann^ au nn tous 
les cxces qirU annonec dans los Rois coninio Icsresullals dela 
ropiile. 1 II n'amassi*rii poinl, un i;^rand noinbre, de chL-vaux, 
01 il ne iiunenora pas le ptnipk' pn K^\pU\ — Qull n'ait point 
un** {luaiililo de femmos qui se rendrnit mailresscs de son 
esprit, ni one quanlilc immense d'op cl d'arg^cnl. -^ Que son 
ccrur ne si'leve point pai' (tr^^ueil an-dessus de ses freres, el 
qu'il ne se doloiirne ni a droilo ni ii gauehc. » 

Pour devenir monaivhi<(ne, le gouviTnemenl des Ilebreux 
nc perdit jjoinl ("Opendant s(>n earacli'!'** Iheoeralitiuc CVst le 
Seigneur ([ui, |>ar rinteruiediaire de SinniiLd, elioisit le roi. Le 
sacre el Tonelirvn son I les signes de ee elioix, Lorsque Safil 
s'est rendu indignede hi royaute, e'esl encore Samuel qui, par 
Turdre du Seigneur, le de[>ose el lui elioisil nn sin-eesseur, 
Plus lai'd, sans doule, on \i)h la royaule'* se develoj^per el 
as|>irer de pins en plus a devenir absohie. « hx parole du roi 
esl pleine de puissanre. Qui pent lui dire : pourcpnu en usoz- 
vous ainsi ? » Mais k^ roi n est jamais ahsolument independanl 
dv DieiL D'abiird^ il ne [n'ul I'ien sur les ehosc^s saeives. Dans 
le temple, ee n'esl plus le roi, e est It? grand -pret re (jui est 
souverain , eunuue on le voit |>ar rr\ein]>le (^Osias^t^td.*Aza- 
rias (l). De pk»s le droit de Dieu *'sL toujoui's reserve : « C'est 
moi, dit-il, qui fais regnerlesrois eldoraincsurlesl\rans(2).» 
De |>lus, en dehors de I'Eglise elablie, il y eul tfnijours des 
cnvoyi's immediats de Dieu, qui, sans aulre lilreqiie Tinspini- 
lion divine dont les signes, a la vei'ile, n'elaient pas tuujoui*s 
faciles a reeonnailre , avertissaient le roi el S(^rvaienl de frcin 



etc, ei dircrit tous ensemble A Samuel : Priez Ic Soijarncur voire 
Dion pour vos scrviteurs, a fin que no us no mouriona pas : car nout 
arms enc&rt^ njoidd ce p^chd ii torn la aufret de demander d'avoir un 
roi,,, it>. 19, Voyez la doUi suivanl^t 

(1) Paraiip>, if, ch. xxvi, 16, et suiv. 

(2) Pm'., vui, 15 ; 



rOUTigilE HftBRAIQUE 277 

h son niuhilfnn (f). O soiit I*'*^ prupht'lcs, sorte fropposition 
pnpulain', <]ui iraillciirs rtiuL aussi siiuvt'iit <lirij^<''i! coiilre le 
pfiiph^ liii-inriiK* (|ii<' <"4)iilrt? Ic mi. 'IVIs soril lous Ics princi- 
pftux I'h'iiii'nis aux4|ii('ls on peul i*amt*iii*i" la poliUtpio des 
niiricns H^''h^(*llx, itniicipcs i\n\\ t'tail iritr'rr'ssaiU dc reciitnl- 
lii', parn* ([ii ils srnJiil pins lai'd souvt'iu inv(upi(*s (lans iiii 
sens ou dans Tautre p:if Ics divt^rs i)nriis an iiioyen ;%e. 

II ne prni rntHM' dans iiotrt^ plan dv suivro le pn»^Tos di^s 
idirs oHfrali's 4»l Ic rFian^jciiinil di'sinsLitiilic>ns p(diiif|iiosdans 
Irs livrcs saints vi dans Ics 4M*oli's jiiivrs, drpiils MoTso jiiscju'a 
Jrsus. Sans aucun di)uto, I'rludo a[>|jrori>iidit' ilvs mounmcnts 
nous mmiln'rait ici, rninme 4lans la plulosojjhie ancicnnr, not* 
transl'yri nation prO|^n'ssivi' des idri'S vi dvs nitriu's, t'l un 
achr'iaincinriiL vers la niornlr iresprit ct de fraiernilr (|iu 
cararl('*rist' It* rlirisdanisnir.Oii a mrnn' proiivi* t\iiv ([m^tjues- 
uiii's drs niaxinR's tjuc nous admirons le plus dans I'fivaugik 
vitunenl d**s i'rol*'s juives, et inrnie de cello ecole si discredi- 
U'v parnii les rlirrtiens, si considered parmi les julfs, lY'Cole 
pliaiisicnne. LhisitM'i'cr de la morale ne doil pas ouhlfer le nom 
dii safje ilillel ('2), Iti gloire dr la synago^^iie, anteneui' a 
Jesus dune gi'merallon, el doni la vieillesse a coincide avec la 
jeunesse dv eelni-ei, C'est ii Ilillel el pt'iil-etre a la tradition 
quil Caul ailribuer etile er-lrbre parole, que du resie nous 
avoiis deja reUouvee dans Conliiciuji : < N(? fais pas a autrul ce 
que Ui ne voudrais (las <|u'on le fil. * La vii»il!e el lerrible 
llieoloj;ie de Moise s'c'Unt sin^^nlierenient admieie avec le 
leiitps, r(»tnrni' on \v viHt par t-es parides d'llillet : < Dieu est 
grand par la misericorde ; sa jnsliec dull loujouts inelinervcps 
la elt-rricrirr. « Qut*l([Uefi)is la iMtnh'^ et la hienveillance 9e 
manifrstiMil elie/ lui sous une forme spiriluelle el piquantc : 
I l*ai" tpu'lles paroles faui-tl manifesier de la joie en pr<'*!je.nce 
dei jeiuies liancees? II faul dii*e, selon Ilillel : Void latiancee. 



(1) Pots/m II, ch. XTi« 7 : xvni, 6 ol suiv. 

(2) Vie de HUlei t' ancle n, par Tr^el; direelour du S^mixtaire iarai- 
Ulo de Paris. 



CmilSTUWlSME ET MOYE?f AHE 

III hv]\i\ la p:ra('iriisi', Ui piciiso. — Mais si rWv ii'rst ui lirlli", 

t*ngfag<^ dans uiu' fiicln'use entreprisr , fuul-il TaltrisliT t'lieom 
plus? S il acorichi iiii inarflii' (le8aYaiUaj,n;ux, fsl-il rhariiable 
d'avilir a srs yciix lu vaicur dv cf qu'il vinil d'aequtiir 1 » La 
morale dt' rrs jmi'oks, vvsi (|uil laul diiv a im liomiiie {jiu* sa 
Ibiniiu' rst jola;, int^ine k)rs([u'elle rsl kudt^ La sincerile, sans 
tlout**, vM nil [>ru filli'iisi'C ; jiiais la cliarite'' i'st salisfaitt*. 
Hill<*i ifavail v\vn i\v rrl orgiu'il qur loa ioipiUr a I't'cole pha- 
risieiinf ; f Apprenoiis, disail-il, a jiij^rr avi^c iiidiilyfnL'i' 1(*h 
Lsmrlitrs iios frcn's ; s1ls ur soiM |>as luus insli'iiiU *'L inspires 
comiiie dc^s prophctcs, ils soul Uma (ils <i discipkis da pi'ii- 
plit'U'.s, > La sa^t'ssc fi la 8hii|>liciit'^ dv sii iimralL^ se iiumiles^ 
lent surltml dans ces passajres : t Soyez dos disMiiiiles d'Aron, 
ainiaTil la paix vi la I'rchi't'diaiil sans t-i*Ksf!^ ainiant trs lion]- 
nirs el lt*s ranjcnaiU a la Tluira. — I'uursiiivn' la tTh'hrilL', 
c'estvouer son noni a Toiibli rl an mepris. — Cessi^r d'aecrul- 
U'i* sa sfj<'n('<\ cVsi la diniiiiiu'r ; rernsor de s*inslruii'(^ €'u8l 
so niunln'r indijfn*^ dv vivre. — Celui (iiii se sert dt» la cou- 
ronno di* la Lui dans di\s vues egt>isl<*s, smi Hold. — Ne dis 
pas : lorscpio j'eu aiirai k\ hdsir, je mo livrorai a t Vliido, p*iul- 
Hvv i:v. loisir lo st*ra-t-il limjum's I'rCuso, L%ii«iranl ue rraint 
point lo p*'('la'% riKuninr sans Inniirivs no saui'ail avoir do 
vraie' }nvU'\ — La timidito est fnnrsio a coliii qui voiU s'in- 
slrnirr ; la cnloro, a oolui qui onsoigno. Los s|H''onlal tons anibi- 
ti(*ns«*s no donnonl t>as tunjours la sagosso. — Oii los honnnes 
I'tnil dofanl, sois honime tol-nii^int^, i Dc lous oes passagos, U 
rosulto evidoinnionl quo Hillel a el6 uu moralisit^ dun esprit 
noblo, i!u\^i\ hnniain, niolanl unoooi'taino finosso an bon sena. 
Co sf*rail ocprndant so t'ajro uin^ gi-ando illusion quo do ohor- 
i'licr lu un argumonlronlro rofiginalilo oolalanto do la morale 
do J<'sus. ymi t'oilo nioralo no soil pas so|ran''o par dosabimos 
do lout 00 i]ui a (hrooodo, qu'ollo no loinbo jkis du oiol ooiuuie 
un nuraclo, (|uo ['on puisse en rotrouvor los gorraos ot les 
anlecedonts dans les sajjos anteireurs, c'esl ce que i'on peut 



XORAU: ET POLITIQUE ftVANGfiLlQUES T!^ 

tout rl'ationi, nn^iiie sans coniiailiv Ics i«'xh».<%, maU 
en vcitu 4lt'S luLs oj'diiiaircs el i^rni^rak'S de l'hi?iloij\*. Cost 
ainsi q{w Sorralc a vlv precofli* H aTiiioiic('« par k*s sag(»s dc la 
Grece. Mais il n'y a rien a coni'Uii'f 4lt* l:i ronin* lori^'iiialitr 
iU* S(K'rat«* 01 (Ir Ji'siis-rJirisl : cai" Iniii rsi iniijoiirs ]vn'*i>nrti 
liuiis Ifiisloiri' ties idees ; miiis celiii t|ui I'l'suine el roiufeas<» 
on sa persimoe, en y ajoiitaiU uii aeceat personnel, loutes les 
itIA'S de ses predeeessnirs, «*etiit-!a rst iin inventeut% (juoi 
qu'eiJ puissenl dire la rritiqiie et I'erudilitm (!), 

Le NOITVEAU TESTA5IEM\ MoRALE ET IMtLITHjlE f;V A>T,<: LlQl^KS, 

— Nous avons vu le stoTeisme lutianl seUm ses f(M*ees eontiMJ 
r^golsmo social de l'anii<iiiile, sYdlbiTaiil de s'elevor a ridt»e 
de la tValeriiile iHiiiiaJrN\ IJiie aiilre doelriru% nee' sans hruit 
etsans eclat ilans un enin dii mnnde, allait sVm|iarerf avee 
nnc ardeui' et nn eolll(Jl^Hiasnle s;uis ej^'al, de eelte idre nou- 
vdle el libenitriee, el liii iinpiinirr le eaehcl dc son incon- 
teslable urtginalite. Iji eflet. s'il 4'sl vrat de diiv (pie la 
philosuphie ancienne a jiii iiiihiT par' elle-mt^mo a dcs 
prineipes <iui if elaieiil [Uis Ires el*si|,nies d<'s [irinetpis elireliens, 
il nest \y,is vr;ii rpir !<■ ehrislianisine nait lieti aj>(M>rie de 
notiveau» el ipir U* prngres moral eiH pu s'aeefunjdti- sans »a 
pUt.Hsanle ifHervi'iili<m. L'nrfL;io:dil<'' desdo<*lnnesTie se niesure 
pus loitjours aii\ ruriiiiiles ipii It's resninenL II n ni taut pas 
voir seiilrnirni hi leUie. mats IVs|>ril el laeeent. On peut 
trouver dans les |»hiIiisopfies ancieiis des nuiviines ipii 
rc»«scmblenU a s'y nn'prendn\ anx niaximes 4Je lEvangile, 
Mui^ ou Ironver eel aeeenl nniqne* iniiniiahlis eelte saveur ii 
pon», si fine et si delieati? que nous fail puiUt-r la lecltire des 
£v:uigiles t Us^f. une let! re de Si'*neipie, line disserUlion 



(I) On combal nouveoi roripnaliU dc 1* morale da J^ftua avao tm 

c*. uli^remeal <4lroil. 11 acmhlc que Ton ait too; " ' vaat 

\, n JAnUA aurnaiurcU duut il faul A U>u( pn lei 

prt'iruHnn^ A la dWin:' ^ ' nn ^taii recyeritciii au***! - ^prit 

Ju'oii croit I't'lrc, ou ct faaldrrjc j^Mjtir *o m'-ttre en face 

'im I6»u« naiurct ci ,..c. qui a autaot do droit 4 ^trc un 

moraliate original quo CanfuciuH ou Socrak. 



280 CIIRISTIANISME ET M0YE:« AGE 

d'£picleU% nivmv. uiir \v;ig(\ tie Mnrr-.VurM<\ h phis rhii'lH'Tj 
dcs stoicieiis, vous aurez sans ddute uno moralo iiol>k\ 
irri'jji'ochiiblt^, d'unc Ires grande liauieur ; niais Hsrz ensuite 
le Serman sur la moiUaj?nc% el elites si rieii ressf'ml)le a eela. 

L'une des eausesiiironU'Slahles de rorigitialite et de la farce 
do la morale chi etienne, rest le dogme sar letiiiel elle repose: 
dogme exlraoi'dinaire, qui embrasait I'amt^ en eontbndanl la 
mlsoH^ et f]uU iilacam en DIeti nieme le eomble de laniour et 
1 "ideal du saei'ilice, aUirail Ihomme a une verlu sui'luiniaiiie 
par Fexeniple du Sauveur, par la verlu d'uu sang diviii, par 
I'esperanee d'une eoui'onne sans prix. 

Si quelque chose pent nous donnei' Tidee^ ou plutol lo 
senliraenl de la morale ehretienne et de sa siugnliere nou- 
veaute, c'est ia vie dc son fondateur» vie si stmj)l*^ si humble, 
si bienfaisanle, si paliente, si eprouv^-e ; mais sui*louL e esl sa 
mort, celte mort unique dont le lemoignajje est encore present 
partout dans nos monumcnls, dans nos tableaux, dans nos 
luaisons, et jusque dans nos ornements el dans nos parures. Je 
ne voudrais point renonveler le parallele erlebre de riousseaii 
enlre Jesus et Socrale, nuiis ee parallele esl si Irappant et 
montre si hien le genie oppose de Fanliquile el du ehristia^ 
nisnK\ qu*on ne pcut y eehapper. Des deux eAiej;!, un proees 
iniqiie et une niorl injusle : mais ici^ une apologie tiere et 
doucemenl ironiquc, une eapiivitt* facile el prcsqne volontaire, 
adoucie par la pocsie, egayee par la conversalion : au deruier 
jour, un paisihie debat sur les deslinees de rrnnCj et enlin, la 
moil aeeompagnec dc sourirc vcnanl eomnic un somnicil, loin 
des pleurs de la faniille et an milieu des consoladons de 
Familie. En face de ee tableau, conleni|v[ezniainlenanl cerepi 
sevei'c el laciturne, oil ie niaiti^e se donnt* en saeritice a sej 
disciples, cellc nuit d'angoisses el dc pi-ierc au jardin dt 
Oliviers, cc baiser de la trahisou, eel anias d 'injures, eelU 
croix sanglante el desbonorante, c(* supplic(^ enire deux 
voleors, cetle niei'e en pleurs, 4*etlc deniicre plainle, ce deruier 
pardon J enfm ee soupir suprt'^nie, si lenlement et si doulou- 



MORALE ET POUTIQCE fiVAWCtUOUES 281 

ensenipnl oxhalr ; stviir in<*omparaljIt\ la plus ffranrlr* ^ans 
fltniU^ qii'Mi viie Ic iiiorKle, t*l (]in* llalari seiiiblc avoir enliTViie 
CO mine dans im ivvo. 

La Passion, qui est le myslci'o siiprc^iiie dans \e ehnslianisni(% 
ifidiipto asso7. quv In vio d** I liornmo iiVst <]ifiiiie passion, 
cV'st-a-din* uin' doult^im riiridis i\nv lowle ramH]riilf.' ('aisait 
eonsister lo. hioo a no pas soutlVir, I't iiivitait I'horamo soil par 
la vt'iiti, soil par W plalsi?', a fbii- la doiilcur, I'fivangi!*^ pre- 
srnlc a 1 homiiH; la floiiti'iir roniim' iiii bion, I^a doiiliuir ost 
en <|uol<pj0 sorit* ilivinispc, puiMjiH' Dim lui-mcnK* a voiilu 
soiiil'rir, g('mii\ iiioiii'ir, 

Dans lotih's Irs rrli^;ions, il y a drs pivri'plis en favcur dcs 
faibles, dcs ti»aili(iirrux, dcs opprinies. Mais tl srniblo quo 
toiile la moral** dii rliiisiiaiiisme soil failf p<»ur eeux-lii. 
t Hc'iireux ceux tpii pit'uieiil * ! rsi-il tlil : mais ev opsl pas 
toni: f Ili'tirrux i-i'tix qui soiiilVt'nl p*'T-soru(ion pour la 
jiisiice.., vous sercz houreux lorsqm^ les liommes vous mau- 
diront el vous persiTUlei*ont (t) ! » Ainsi la (loiil<*iir vi 
riiijuslice w soul ])ltis di's inaiix (pril faiit rcarlri' on siip- 
poiirr, ou dvs rhosc*; indilTrmitt^s (pii nomt*nl«'nt point qu'on 
y pense: re soni drs hirns (|u'il I'liui nrli<'jTlirr, ajincr vt 
savouror ; car la rncm<' tloririnc, (pti csl nnr dwiriiic dc 
douU^iir^ esl iiiic lioclrinc di^ coiisiilation : « Vcncz a nioi, vous 
lous qui ploji'z sous lo joug, je vous raninicrai (•?). * 

L'fevangilc a deux sortes de consolations : les uncs pour les 
rais/'rahles, Ics auln^s pour Ics [)4*M-h4MH's : < O nc soni pas 
rcu\ (pii S4jn! cu santi', <pii oiil brnoin dc iiicdccin, mais les 
malades. Je iie suis (^is venu appelir Ics jnsics mais Ics 
|>echeur*s a la pi'riilcncc (3). » CvM piiurqnoi Ji'sus iw dedai- 
gnait pas la soci/'fc dc ceux que Ton mL'pris;ul ; cY'taicnl 
reu\-la suriou! quil v<iulail amcuer a tui; et c'^laienl d eux 
qu il espt rail !c jdns : » J<* vons Ic rlis, en verile, les publi- 



(1) MnlUi., V, 4, 11 1 Luc, VI. 21, 22, 

(2) VlAtih., XI, 2)1. 
{3} Luc, V, 31,32. 



2S2 GmnumsifB bt moteh age 

cams et les courtisanes yous pr^c^eront danft le royaume de 
Diet! (1) •. V<h]4 ceux qullvenait consoler et purifier ;et 
rhumiliation du vice et du mdpris lui paraissait plus pr^ da 
la simplicity necessaire au salut, que Torgueil de la vertu. 

Je r^pete que ce qu'il y a de nouveau dans la morale 
chrdtienne, c*est Taccent : c'est par \ii que les paroles da 
Ouist p^n^traient jusqu'au plus profond de ces ^es grossl^res, 
et les renouvelaient ; il savait parler aux mis^rables soit par l6 
corps, soit par I'^e; 11 avait des paroles exquises, raflral* 
dussantes, consolatrices : c Prenez mon joug sur vous, et 
apprenez de moi que je suis doux ct humble de coeur, et tous 
trouverez du repos k vos ^es. Gar mon joug est doux et mon 
fardeau l^ger (2). >... c Quiconque donnera seulement k Tun 
de ces plus petits un verre d*eau froide h boire, il n'attendra 
pas sa recompense (3). > L'indulgence de coeur ne trouvera 
jamais de parole plus pure et plus haute que cclle-ci : c Que 
celui qui n'a jamais peche lui jette la premiere picrro (4). > 
L'innocence, la candeur, la simplicity peuvent-elles 6tre 
reconunandees d'une mani^re plus touchante : c Je vous le 
dis, en v^rite, si vous ne changez et ne dcvenez comme de 
petits cnfants, vous n'entrerez point dans lo royaume des 
cieux (5). > L'oubli dc soi-m6me dans la charite, le secret 
dans la piete ont-ils pu inspircr des paroles plus heurcuses et 
plus vivcs : c Que votre main gauche ne sachc pas ce que fait 
votre droite (6). Lorsque vous jcdnez, no soycz point tristes, 
conune les hypocrites, Parfumez votre tetc et votre face (7). » 
Quelle sagesse dans ce mot admirable : c Dcmain aura soin de 
lui-m6me ; k chaque jour suffit sa peioe (8). > Ces paroles ne 



a)Matth., XXI, 31. 

(2) Matth., XI, 29, 30. 

(3) Marc, ix, 40. 

(4) Jean, viii, 7. 

(5) Matth., xviii, 3. 

(6) Matth., VI, 3. 

(7) Matth., VI, 16, 47. 

(8) Matth., VI, 34. 



MORALE ET POLITIQLE fcV\NGfeLIQlTES 2( 

mimamk'iif |jas roisivt'tt's mais la quit'tudc daiiji le iravail : 
oil prut I'll aljiistT fitmr r»'comiimndtT rfiypocrisie iiu'iidiiuile 
1*1 pari'«j»oiiiw» ; mais l>ii'n comprises, t'llrs t'xpriiiHnU la 
coaHam'e t-l la srriiiiir dv, Vdmv qui sc* doimc a Dieu. Orihlie- 
iiii-jf ct's mots tjii ]v (Kirduii a iryiivti son i-xprt'ssioii la plus 
paUit'Lique t'lla plus tJj'-c'liiraJilc: * Moii Miru, pai'durim'/k'ur; 
oir its m. iiavrnt <;i5 (|u*ils tuiiL » Oiiblinai je ci-Uf subliiiif 
pHt'iv, la plus parr qui hiiiI ilaiis anrutir doi'lriiir, I't si tiaulo 
quVllr p4Mit c'ouvruir a lous trji liummcs sans (listiuctiuu d** 
iToyanct* 1 Qu*5 dirt' oulhi do la panibole de rEiifam protU^njr 
dr <M»llr du bun Samariiain, tie (H^llr du Piiblicain rl du 
IMiansirn, H i\v laiii d autres ivriu naifs ft ^'ninds qui, dt- 
sit'cif I'U sit'cle, onl stTvi a iiourrir Irs Amrs populaiiTS, les 
iimples, U'a pvilu ci Irs iojiurrjitji dr la tiaiute maiine 
h parole, landis que les liraux I'cnls drs pliilosopbes 
leuralrnt Ir inris rr serve des raflines el des di-Ucals? 
L'i'si^rtt de la morale eliretierine esl de demaiider a Tbomme 
loul ee que Ion |»eut lui denuMHler j e*esl dVxijjer dc lui \v plus 
f^niiid elTorl deib^^ouemeul, de sju'riliee vi d oubli de sui-mt'me, 
<pie 1 ;\me bumaine puisse,je nedisp:ise!iL4'euter,mais eoueevojr. 
CVst |>ourquoi rile e.st In plus gratidr morale qui ait j;miais 
|iaru. Kssavejr,(>n eiret^decuDcevotr une obligation morale qui 
nn atni [hAuI |»n*vur daos lea pnm:ip4*s de r£vangile, une 
prescription a ajouter a toules eelle» c|u1l i*ontient« un devoir 
|]ouv«*au enlin, vous n'y parviendrez pas, *hi fieut bien dire 
(fue r£vaD|{ile demaode trop a riiomme, mais non qu il ue lui 
deaiiuude \*m asM*7.. II nVti est pas non plus de l^van^ile 
du siolcisme, qui denuuide trop dun edU; et trap pint 
de raulre* Mais rf.vau^ulr nous impose tout Tamour deBleilt 
lout i amour de« bommes, tout le eoiirai^e^ loute la ptmitnotf 
lOQle b cha»ii^le, toute b mod«*!ilJe et 1 humilit^% en un mot, 
lonte b perr«*eiiou quo Ion |»eul rever pour Ibomme, eiaoa 
pour un homme (fuj n'a j:uQal«> existe et nViistera jaiuaci, 
BKua pour 1 boram<* verilalde, lel ipie Ta fait la natun*. ()ette 
dorthiM; m*^ pamll coolesiir b plus parfailc idee dc b vertu 



■284 



CIIRISTlAJilSME ET MOTt-EN AGE 



hiimaine, cl jo no do vino pMs quol prog^ivs on pour rail faire 
sur uiio ti'He raoralo, u lu fomlition, bii'ii oiUorulu, i|u\m ay 
chorche pas autre ohoso (ju'iine morale^ c'osl-ii-diro m\e 
doctriiK; do dovoir, ot noti uno dof^lrine tin droil. Uiio objec- 
tion s elovo en ottel, oonlre collo adniirablo mondo : cVsl 
qu'on prosontanl lldoe du dovoii- dans sa poifi^ciion, ollc 
sc'inbte saffilu'r on nog^liger lo prinoipc du droit ; o'ost qu'en 
cxagi'rant I'ldilis^alion, olio no fait pws la pai'l suflisanto do ce 
qui I'St porniis ; c osl (in 'olio dt>nin* Irop a la veilu et pas assez 
a ki uatui'o : disons quolqm^s mots do ccUo objoolion. 

Lo principo siipronio do la nioi'ak* cin-olionnt* ot ovangfolique 
est ramour on la oharito. Oi", on no pont doulor quo oo 
prinoipo bion onlondu cjt ap|>!ii]uo dans ion to son oxtonsion 
ne sufliso enlioromonl ot monn* an dota, pour rosoudro to us 
los problomes do la vio morab' ot sociab*. Si, par oxeniplo, je 
J'ais du bion aux liommos par anionr j)our oux, il osl tool a 
fait imitilt; do m'avoilir quo jo nv. dois pas bnir faire du maJ ; 
car lo promior oontii'nt le sooond, ot si jo lais lo pins, il va 
sans diro c[no jo forai anssi lo uioins. Do unHno, si o'i'st par 
amour dos bommos quo jo no b'ur fais pas do lual, il ost inuiilo 
do m'avertir que jo dcvrais onoore no pas lour i*airo ih^ nial, 
tors momo quo jo no los aimorais pas. En d'autros tormos, si 
je suis dis|>oso a acromplir lout mon dovoir ot au dola de nion 
devoir, il m'ost indilloront do savoir quo los autres out drs 
droits, puisciuo jo voux IVuro pour oux bion an dola do oe 
qu'ils ont di'oit doxij^or. Snp|josoz niainlonanl quo tons los 
homnu'S saus oxcoption soiont auimos di's uioini'S sonliraonls, 
n'ost-il pas evident que tous, faisant los uns pour les autres tout 
ce qu'ils pouvont fairo, n'onl pas bosoin do s'oppo^'r los uns 
aux autros un droit jaloux, puisquo lo droit n'esl qn'nne 
defonsOj et qu*une dofunsc est superflue entre personnos qui 
s'aimont? En un mot, la charite paifaite devore le droit (1): 

(I) Utt critiquG des plus bienveillauts ct dos plus ^clairds, M, 
Adolpli© Franck, a combattu cette pensee, cti Tenleudant comnie si 
j'avais voulu dire que la ctiarite supprimc le droits ce qui n'est 




MOBALK ET POLITTQUE jfeVANCilUQlKS 285 

ce ti*csl poinl qu'il cesse d'oxisltT ; mais il nVsl plus qu'en 
paissonce. Tol i\sl I'ideal dc I:i soririij t'lii*<Hi<nine : idoul qui 
est sans miciin lioutr Iv (»Ius pur i-i Ir [iltis *''l«'v«'' qirail jtimais 
con^u aucime doi'lrhit* nhilosopliiquc rt irli^^iuise. Li^ chris- 
tianisnu*. siipviiriir t'li n-Ja a toiitrs l('s <hn_*triii('s niiHl4'r- 
nes do iTriHiiiatiou ii dVinainipaLian, a pi^iu'lrr jtisqii'aii 
plus profond prim-ipc d'actiun qui soil dans la naluri' 
huniaiiie ; tl a nneilh' cr prinripe, lui a donne eonsrii'iu't' di* 
!ui-mi*nn<', <*ii a (in* \r^ rir*»i.s Irs plus adruiraljlt»s ; H si 
pri'vt'iHj qu'4)ii soil, il faul iV-nurr voluiilairTiiK'nl Ips yriix a 
r<5vid<'iiC(*^ jiijur nivr iiuaujtuird'hui riin»r<% si luiri i|u"il s<tit 
de son orij,nn<' rt tk' sa jji-t'inion' fi'rv^^ur, \v rlirisiiaiiisiiR^ 
cnfnnti' t;rict*ri' dcs nuraflrs i\v cliariii' rt dv devuui'nienL 

>hiis voici maiiiU'tiaiil Ics dilUfulU'S que renconin? un lei 
ideal dans ra|>pli('aliou. Oinime il i-sl de hm\ loin au-dcssus 
dv^ fon'rs tic la natui'p liHUiainf\ il arrive qu'il nVsi praliipjc 
fi la ri^urur qoi^ par qu<'lqiirs aou^s d'l^vo'plion, ou bifu dans 



nulji-'incut nia ponse*:. Ce que j*at voulu dire, el ce que je maiotieitSr 
c'cst que la oLarit»% si cUe ent parfaite pt erlairc'O, rend lo droit 
inulile. far exemple» deux amis lies par la plus leudrc aniiUe ont 
certatiiement Tan en vers Taut rc des droits,, cornine Ic droit de pro- 
pri4^t»i; maiK ni I'uu ne suii^c i\ ea faire usago pour lo defendro 
conlrc Taulrc, ni I'aulre ne auni^re A respecter un tel droit, l^ fati 
scul d'iuvoquer ie droit entie i»craoniiei*qm s'atrnent est d»^jA j^resque 
line injure. Uno femmc, que sun niari s'absUetidrail do haUrc, uni- 
quemont parce que c'cst mju ilroit do ne pas eUc battue, aurait d^^A 
lo droit d»? sotTciiser. L'amoui* .s'^liHc done au-dc^wsus «iu domaino dii 
droit ; U 1 ab-iorbo sans lo di'truirc, bicn eulendu, A la condition done 
pa* a^ir eoutrc lui. Au resto. la peuijcc eritiquc-c n est autre ehose 
qu'Une pense^e d'Ari-itote r «l»rA«iiv jaIv ovT»uy otiSiv oit dixatftoiiini;. 
Un outre critique, o^alcment bienvcillant, M. D* Nisard.nouaa fait 
unc objection en sensinvm-se. U sest ^Uinne de nous voir dire quo le 
chrislianianie n*a jjas fnU uno part safllsanto 4 I'idee du droit. Mais 
U nouj* seaiblc <|uo ccttc verilw rcHSorttrca ividemmcul de lout ro que 
ooua disonsplus loin sur lapropriete, sur J'csclavagc, lur la liberie 
de connciencc. Sans doutc, I'idec de droit ci»t iniplicitein<^nl daa^ lo 
chriJitianisni*?, riirnnie Tidec de charit*^ est impln-itemont dans itk 
mora,le de Sot^rate ou de IMaton; nil tub aole Mntm, Mai>*, dana 
riiiatoire dcs id**c^, <**e8t le dcvelappcment qui con*tUu«r I'inventjou, 
Or, A ce point de vue, il eat difHcite do nier que I'idec do droit ne 
noil la deoouvcrte de» temps moderne«, ct en parti*"ulier du xvui* 



286 CHRISTIAKISXE ET MOYEN AGE 

de certains moments de ferveur. La v^iitablc piet^ ^lant Irfes 
rare, la vraie charild I'esl au moins autant. Mais, commc en 
demandant aux hommes de faire pour leurs freres tout ce qu'il 
est possible, on ne s'est pas appliqu^ a fixer tout ce qui est 
rigoureusement du a chacun, c(*tte incertitude sur les limitcs 
du droit est ires favorable aux laches intei'pretations du devoir. 
Ajoutez que le devoir de charite etant absolu, il est present h 
ceux qui soufTrent d'aimer ccux qui les persc^cutent : pr^ccpte 
admirable, et vraiment sublime, mais qui fournit malheuren- 
sement un aliment a la persecution. Car, rcmarquez qu'entre 
ces deux preceples, fiiire le bien et supporter le mal, le 
second est bcaucoup plus facile a appliqner que le premier ; 
car la pluparl du temps, il s'appuie sur la necessite m^me, 
tandis qu'il faut ton jours beaucoup d'eflbrts pour faire dubien. 
Supposez maintenant que, enlre les forts et les faibles, la 
patience soit d un c6te, sans que la charite soit de I'autre, ne 
voyez-vous pas naitre de cette inegalite une cruelle et irre- 
mediable oppression ? 

C'est ce qui arriva, par exemple, au moycn age. Les prin- 
cipes Chretiens tombant au milieu d'une societe barbare, oil la 
force etail tout, ne purcnl avoir que dcs oirots parliels et tr6s 
incomplets. Dans le chaos que produisirent la rencontre et le 
conflit des races vaincues et des races vicloricuses, la violence 
individuelle dut avoir la plus grandc* part : un(^ societe se 
forma comme elle put ; la force eut le dessus, comme il arrive 
toujours ; la faiblesse fut heureuse de se cacher a I'ombre de 
la force : un ordre arlificiel les enchania Tune a Tautre ; el 
c'est ce qu'on appela la societe feodale. Le chi'istianisme 
s'accommoda tant bien que mal a celte fausse societe : il en 
adoucit les maux, il en tira quelques grandes vertus, mais il 
n'en corrigea pas la radicale injusti(!e. 

De la vint que les temps mod(U"nes se reveillerent en 
invoquant une idee toute dilferente de I'idc'^e chretienne : I'idee 
du droit. Ce n est pas que ces deux idees soienl contraires 
Tune a Tautre ; mais elles sont tres distinctes. Clu'eliennement, 



MORALE ET POLriJljrE feVAT?CfiLIQUES ^87 

]e dois fiupporier rinjiistico, H iiirine in en r^Jouir; en droit, 
j** n*y Hiiis point Iriui, Clirt'liriinrnn-nt el rcligiriisi'inom, jr dois 
aimer nies inMstMiUcurs ; en druiu je puis men delendre, el 
opposer la foree a la violenre : re qui se eoncilie dirtleilemeot 
avee leprlnnYM' de I amour. Sans iiul doule, VhU'^i^ ehreliemie 
est plus haule et jilns divine (jue I idee de droit. Mais eelle-d 
«-st in(fisp*'Tjsai»I<^ pnur mainlenir lordre dans la soeiele et 
emp^'cher que les uns n'abusent de la candeur et de la charitd 
des autres. 

r/est la confusion de ees deux idees, Tidee ehri'lienne de h 
rliarile, vl \h\vr pliilosophique du droit, qui a souvent doiini'* 
le ehauj^e de uos jnurs sur le veritable eara**lere du eliristia- 
niHUie, et liu a lait allrilnier uu sens politique vt soeial, qu1l 
n'a jamais en a ^origim^ Hien de plus eoniraire au bon sens 
que de iransfornier Jesus-Christ en mw sorte di' i-efoimaieur 
philarilhrope ei soeialisle. Josus n"a jamais voulu qu'iuie seule 
refi>rnie : lanielioi'atiou des umcs. La seule soeiele qujl eut 
dcvant les yeux, e'est la soeii't** eelrsie, qull eonsid<'rait 
roninie W renversrnii*m dr la Siuirif* terrt'sire. La riehesse ct 
la doiuinalion qui assurent la superioriti- sui' la irrre sout, au 
eoniraire, pour le eiel une eroix el un eniiHHhenient. (rest 
p<KM'(|Uoi il allait s'eeriant : i Mallieur a vou», riches, qui 
avez voire eonsolaliiui !... Mallienr a voiis qui j^ies rassasies, 
paree *|ue vous aurez faiin (1) ! * C.'esi priufifuoi i] tlii eneore 
quo * les riclu's enlreronl dinieilruirni dans \r royaume de^ 

*ux (2) »,taudis (pie ee royauun" afipaHient au\ panares en 
"Mprity c>sl-a-dire a eeux 4pii suppitrieiii la pauueh' religieu- 
cement. It en est de la donnnation eomuie de la riehesse : 
< JLes prinees des nations les dominent ; il n'en sera pas ain«i 
pamii vous. » Dans la eih* promise, < Irs premiers seronl les 
derniiTs I't les dmiiiMS st nun les premiers (it) ►. Mais uii lei 
renvcrseineni n'aursi lieu que dans le royauine du cicl ; au 



(1) Luc. VI. 24, 25. 

(2) Mftr.% X, 23-1^5. 

(3) Malth., XX, 25-27; Luc, xxii, 25-27. 



288 CHRISTIAMS^E ^T SIOYEN A(.E 

s'il pc'ul se realiscr iri-bas, c\\sl u k\ coiKfiiioii que les gronds 
SC! fasscnl voltmUuri'iih'iU ijettts. ot iioii quo les poiils aspiront 
a dcvf'iiir {grands: IVgalile rlai*<'lipime est iino fVi^Utu niarale, 
rcligicuse, voloniaire, el. non sociaU? et polUique. 

Un polrU t(ui iirsi pas inoins cfi'Udu, rVrsl quo Jesus, qui 
n'a aucuii earadere de I'efoniiaU'ur i)olili([ue, ifa pas davan- 
Uige dc pivlentioiis an rolo de donunaicur el de roi. On sjiit 
que c est en cela menu' ([u'a eonsisle raveuglemenl des Jiiifs : 
leur erreur a eh; de iie \k\s reeoiiiKuln^ le Messie, dans eelui 
que n'aeeompaiinaiL aueuu si^^ne sensible de la royaule. Or, il 
est certain que Jesus-Chrisi n'a jamais reclame la dominalioii 
ni pour liii ni pniir ses disoiples. Comment I'aurait-il fail, lui 
qui disail : " Je n(* snis pas venu pour etre servi, mais pour 
servir (1) ; » et I'lieori' : t Mon royaunie n'est pas de ce 
monde (2). » Tous les textes ([ui, au moyen age, onl ete 
interprelt's dans It* sens de la domination ecelesiaslique, n'onl 
qu'un sens rellgieux el spiriluel, t Fais paitre nies brebis », 
disait-il a saint l*iern\ H enlendait pnr Vd : nourmde* de la 
parole, I.orstpril disaii : « Tmit ee ijiie vous lierez mir la 
lerre stTa lie dans le vw\ ; loul vv qtie vous (h''li(*rez sur la 
terrc sera delie dans le ciel (;]) », il iie voulail parler evidem- 
ment que de la reiidssirm (U^s peefn'S, (Intwi de la dispmsr du 
sermenl d(^ lideliLe env<'rs l(\s ()uissane<'s. thuis ees parol(*s : 
« Allez, enseignez les nalions, et les baplisez aunoni du Perft, 
du Fils et du 8aiiU-Es[»ril », il insliluail le sacerdoce cl la 
prediealion, mais il ne d(»iinail aueuu ])(nivoir b^niporel a ses 
diseiples, Quant a lui, il rejeiait Loult^ lom'tinu ipii avail 
rapp<»>'t aux inlenHs de la vie : « Maitre, diswiil un de ses 
(liscipli's, diles a nion IVere de parlager avee nioi nion lieri- 
lage. > iesus lui dil : « Uui m'a eUibli juge sur vous on pour 
faire vos partages (4)? » Enfin, dans le passage le plus eelebre 



(1} Mailh,, XX, 28, 
(2; Jean» xvm, 36, 

(3) Matlh., xviii, 18. 

(4) Luc, xu, 14. 



LI »R>nAI.K DKS Al»OTRER ET DKS I'feRES 289 

el Ic plus soiivcnt riii}, Ji'sus fait Iv: [rAvingc calve Ics puis- 
sances on disanl : • linulrz a Ci'sar «*o fjui csl a CV-sar, tU a 
Di»'u vv (lui 4*sl a Di^^u (I). » II est vrai qur dans cos lormos 
gonoraux, la quoslion roslo onlioro, puisqull s'ag^il rlo savofr 
ce (|ui i'sl a (l4*sai' oi oo (fui osl a lliou. Mais Ic priucipo so 
diUorTJiine par raf>plioaliiJii ]>arliculion' tpii l-ii osl faito. Or, dc 
quoi s'agii-il? dr payor lo iriliul. Ainsi lo iribiU osl a 0'sar» 
Or, !o irilHil osi lo sij^ric do la simmmion civilo ; il on r<*sulle 
quo O'sar osl lo vvritaliloolK'f do I'miionoivilo, oost-ii-diiv de 
r£ral. Ainsi Ji'sus-(Ihrisi a soparo Ic I'oyaumc do Diou ot jo 
royaumo do TEtat, ot il n'a pas voidu quo lo prcniior doniUial 
sur lo si^ound. 

On ponl don<' rojolor couuno lausses los deux tlioses sou- 
lenucs a divorsi»s opoquos, ot h (linV'Tonts points do vuc : la 
pri'niioro quo lo ohristianismo ost uno dortrino dN'manoipalkm 
jiocialo oi pidiJi(|no, qu'il osl pour los p^uiplrs ofmti'o los rms, 
ot tiiiU niti la Um'f au scrvioo du droit ; la .si-oondo, quo 
rfcjjlist* o»t !iuporiouro a CKlal, qnv TBal lui daiL «b»'ussanoe 
ol hiunnia^o, <|Uo lo olioT do ]M'«^liso csL lo rliof du nioudo. O^s 
dou\ dortrinos soni cuulrairos a la loiiro ot a Tospril do 
rfcvangllo. L'fcvangilo n'ost ni domui*raii(pio iii llioocraliquo, 
ii no pn'^rlit* oi la n'-vidli% ni hi diMriinalinn. 

11 osl vrai qu'vu introduisanl un ruyanino do Diou dans lo 
rt^yaumo do oi> nimidi*, lo ohrisliaiiisniosoulo\ait, par la nW' mo, 
la quoslion dr savoir oonuuonl oos doux royauuios poun-aioni 
«'uuir, s'onti'uilro, so lirnitor. Mais otito f|uoslion ost a poino 
indiqiioo dans I tvangilo ; o'osl lo proldonio du inoyon ago ol 
dcji tomps tnotlf'nios. 

III. — Lv MORU.K DES APOTHES ET LES SAINTS rtftES. — I> 

piinoipo du ohristianismo oudi Faniour ou ta oharilo. Mats 
Ton pout disijnguor d<-u\ forriios oi doux aspoots dans la 
charilo ; duuo pari, la oharilo oonlomidalivo, colle qui ac 
complall a goAter ks joios dr la mddjtaiion cl dc la pnorc ; 



(1) MauU.« %xtu 17» n : Luc, XX y^, 25 ; Matc, xu, II, 17. 
J4itrr. — Srieoce jHjlitlqne. I. — 1» 



290 CHRISTIANISME ET MOYEN AGE 

de Taulrc, une charitc active, encrgique, enflammec du feu 
du proselylisme. Tandis que le doux ap6tre saint Jean retird 
dans l(is solitudes dc Patmos savourait les mysteres de 
Tunion du Verbe avec son Pere ct avec la nature humainc, et 
reproduisait dans ses epitres leS accents les plus tendres el 
les plus paisibles de Tamour evangeliqut?, saint Paul mai*- 
chalt a la conqu^le du monde ancien, portait la nouvelle 
parole a Atlienes et a Rome, et meritail le nom d'Ap6tre des 
gentils. On peut dire qu'il a c^te le second fondaleur du chris- 
tianisnle en Tetablissant au cocur mc^nie de la civilisattoii 
antique (I). 

Le principe du christianisme a ele I'amour ou la charite. 
Jdsus a developpe ce principe dans les ternics les plus tendres 
ct les plus exquis, et Ta surtout fait sentir dans ses applications. 
Saint Paul a exprime le principe lui-meme avec une eloquence 
abrupte et sublime, qui laisscj bien loin d'elle celle de Ciceron. 
t Quand je parlerais toutes les languc^s dos hommes et deS 
anges, si je n'ai point la charite, je ne suis qu'un airairt sonorc, 
une cymbale retenlissailte. — Quand j'aurais le don de pro- 
phetie, que je peni'trerais tons les mysteres, et que je posse- 
derals toutes les sciences ; (juand j'aurais la foi qui transporte 
des montagnes ; si je n'ai pas la charite, j(^ ne suis rien. — Et 
quand je distribuerais tout mon bien pour nourrir lespauvres, 
et que je livixM'ais mon camr pour elr<^ brnlc*, si je n'ai point 
la charite, tout (;ela ne nic serl d(» rien. — La charite est 
patiente, elle est bienfaisanle ; elle n'est point jalouse, elle 
n'est point lemeraire ; elle ne s'<nifle point. — Elle souffrc 
tout; elle croil tout; elle esper(* lout; elle supporlelout (*2). ■ 

(1) Tout le mondc a 6t6 elunnc do voir Ic recent historicn de saint 
Paul, M. Krncst Rcnan, pr(5ferer le tcndre ct contemplatifap6trcde 
Patmos k Tencrgiciuo ct ardent or^'anisatcur du christianisme nais- 
sant. C'cst rctcrnd proces cntre la vio active ct la vie contemplative, 
proccs qui ne sera jamais vide, ct que chacun ju«xo d'aprcs saproprc 
liumcur. Sculcment il est pcrmis ici dc sc dcmauder si Paul n'a pas 
eu uu sentiment du divin aussi profond que Jean, en y joignant un 
sentiment du reel, quo cclui-ci n'a jamais cu. 

(2) I. Corinth., xiii. 



LA MORALE DES APOTBES ET DES I'KUES 291 

te prSftoipi' (le Faniour ilrs lioriitnos cl dc la chadle eiilrul' 
nuil comnie sa ctmw'iiiipnce It*n[itiiiie b dootnne de I'l^galile 
cirs hi)nHYn\«<, el dv riiiuk' i\v In t'lici^ luitiiaini'. C*e.si encore 
saliit Piitil <)ui u rxpiiitie* res deux diK'lrines avec le plus 
dVnerjjie ei tie prveiskm : * II y ti |)lusteurs iiietiibres, dil4K 
mnis toiiH ne f^mi rin'nn seid iMirfisi (1) ; » inia[(e seiiibhble h 
colle de Ilalon daiis la licpithlupte, iivee eelle daulile didc'- 
renee que Maluii i'xpnme par la Tunile de. I'fiial, el que de 
ccllc unile il exelut les classes miscfrablcs el inferieuri's, tandis 
quo !*aint Paul jiarle de runite dii geore humaiii, el qii'il u en 
cxehil pc*rsnime : « firry a, dil-il^ lii i,^euliK ni jiiif, ni eir* 
eoneis, ni iiieireonels, ni barhare, ni Seylhe, ni esclave, ni 
irhro, iiiaLs J<''Hus-(lhn'<t I'sl en Uhih ("2), > S'll est une doelrine 
c^senlielleiiK'ut ehreti(»uiie, e'esl biou celle de la fi'alemlle 
hmnniiie. 

€ Nous somnies lous parents, lous freres, loiis fils d'un 
m<*mc pero, dil sninl Itasile (HomvL in aliquot sn'tphirw 
^orrt.f)*. Notre pei'e, seloi! IV'sprit, e'(»sl le miVnie 1 Hen ; noire 
nnVc!, solon la eliair, c'e»l la inenie lerre, du limon de laquelle 
nmw avoiiH tons <He foriiN'S. » Tertullieii s*<rHe *''j;ali'nienr, en 
i^ndressaniaux p<*rseeuleurs (Apof. ^ch, xxxix): • Nous sommes 
YOft fW'ri'Spar droit de nature, et eouibien ne meritons-noiis pas 
davamage le litre de fieres, nous chrtftiens, tjui n avoiis c|u'un 
Dieu noire pere. • — La Traternite s'appliqne surloiil aux 
pnuvri'S: * t.es pauvn^s soul nc»s freres pidsiprils out reeu un 

Ui senibtable au noire, putsqifils ont ete fails connne nuut» 
i rimai^e de ])ivu > (Sidiil llre^oire de Na/.lauee, Sennon sur 
I' amour des pauvres). Saint Jean Clirysoslome dil ^galeraenl 
(fiam^lie 22 snr VEpit, a\ix Ephhiem) : • La loi hiimainc 
pcut rf*coiiiiaitre des dilVerences qu'elle a inHliluws; niais 



I tu, 11. — Saiiit Paul va memo plus loin, II renvole 

I I, .^M'Mi Bou t?4clAvo Qne«iuie» oq I« prtaul dc r&fTnuidiir comiiMi 



292 cnRiSTLiNissiE en move?* a(;e 

lout cela rsl mil aiix yrux du seigneur rommiin, qui est le 

liieufuileiir di' lous. » El deviuil wile docirine les vaiuns 
dislinclkms soriali^s s'lHanoiilsst'nl vX sr nivclleiit: < Commciil 
pt'Ut-on H(» vanler d'etre ills dc? prince el de drsi'endre d'uoe 
noble famille ! > (In Jeremia? hornet., \'2.) Y a-l-il mCme 
romhrc dim pretexle pour 1 or^iril dans ces duns dii linsard ; 

— < La vraie noblesse, dii saint Paidiu de Nole^ eonsisie u 
s'ilbislrer [lar ses vrrtus* » 

Gelle doelrine de IValerniU' ou dN'galile devaii seduire 
nalurellenienl les pauvres, les humbles, les luiserables. Aussi 
voit-on les piVieus, qui n"y enmprenaienl nen, s'indij^fuer de 
ccllc humble (*lienleh% et eu lircr des sareasmes eonlre la 
nouvi'lle dorlriiu\ (j'lse, parexemple, d'aprrs OHginie. sirrite 
coulre <'es eardeurs de laine, ees fimh'urs, ees eordoimiers, 
loule cettc lourbe ignoranteet gross! ere, qui oniraine uTecart 
des femuieleUes el dt'senfanls (On'gene» » adv. Celhiim^ 155). 

— « Les i^morants (*L les iVjus, voila Irs gens qn'ils rechereheiU ; 
el lis avouent sans besilei' quils ne peuvenl gagner a leur 
scele que des igiioraiUs el des honmies de basse eontUlion 
{IbitLy 4i). » — B N'esl il pas depl(>rabl(*, sVei-ie rv^'eilius 
[Minnfim Fvfix), dVulendre des {T^enssans (Hiidrs, sans leJlres, 
saus eoiinaissaiie*^ nieuie des arts vulgaires, deeider des 
quest tons les |*liis bauU'S ? » 

Uo eerivaiii iueonnii, duns uu diakigne inlilule Mi/oprFiria, 
que Ton ajoutt^ souvenl aux tcuvres de Lueien, nons fail le 
lablean d'liiie asseiiiblee elm'lii'iiue, oil le prediealenrannoueo 
uu saiiveur -t tjui reenit imiL le inonde, sans s'inquieler de la 
profession de fiersoum^ >. Puis vieiil iin aulre predieatrur qui 
n'a pas de ehapeau ui de souliers, el doul le nianleau esl lout 
pourri. C/csl le pliilosoplie (j'itias qui raeonle loul eela. 
^oh'(* pFiilosofdie va eusuite a rasseinlrb'e de ees niagi<*iims : 
« II grin»j»e au haul d'une inaison par un est-ilier tortu ; il 
enlre dans un nn'ebanl galelas, nii tl irouve {\i*s gens pfiles et 
dcTaits, (jui m* r«^venl c(iie uiallieui- et rutne. j> Ou voit *|ne les 
ehrelieiis [>riiniuts iiartdssaieiil aux bltres, aux riches, aux 



A HORALB I>KS APOTRKS RT DES PftRES 593 

►niss^inis eomnio <Ios I'l'voluimnnaires grossiors cl dange- 
reii\ (I). 

Crttc dnririiip si p'-iK-roiis** oi si Iminnniiaire nllaiUelle 
copombnt jiisqti'a |>nic|ariUT IVijnIile sncutlo tlt\s homines? 
Pril-elle dit"0<-UMiienl i |KiitM* lu gJ'and iiiuinite dii monde 
aiilit|uo, rcsclavaj^r? 

n y a ici, jc crois, iin [m^u doxrtjfprjiiion dans los opinions 
coiiranlos. C*«*sl h rhrisiianismp, dil-mi, i[ui a '(('Iriiil Tes- 
davage: vi (Tprudanl ii sitbsislr enrore a 1 luniri* »,"i'il psl 
dans dcs pays Chretiens. On ivpruHir aux pliilosophos palei*'*, 
CrU iim* Sen«H[iif% ftpicrrf*' cm l«'S atiti'rs, dv iravuir souteuu 
que des doelrines alxslraites, suns t*oust'(|iit'ners praliquos ; ct 
en mC*me temps on fait lioniieur aiix apfitres de n'avoir pas 
eux-im*ines poiisse jnsf|u*a ces eonsequenees. Quelle est en 
<»flfel la (loetrine dr saint Paul, de saint Pierr'i\ des ap<\tres en 
general ? ••'«*si dalxH'd, qu'm Ji'sii.s-rjH'ist il n'y a pas d es- 
Clnve«, (pie lous los litHnnies sonl libres et v^gaux ; c'esl eiisnile, 
que Teselave fitttt (>b<'ir a sim niaili'e, et le maiire ^'tre diuix 
envers ses esclaves. Ainsi, quoi{|u jl n*y ail point d eseluves 
en Jf'SUH-CJiH.st, saint Paul etlesa|jotivs ne nient pas qu il ne 
puiHSi* y en avoir sur la terrr. Je suis loin de faire uii reproelie 
au\ aprttres de n'avoir pas'itroelame la nrcrssite immediate 
de rartVanrhrssrmenl drs esflaves. Mais je dis (|ue la qiirsiion 
rlait posee exaeteraent dans les nic'incs termes par les pliilo- 
sophes tuicieiis tin mrmt* temps. Seneque, il 4'sl vrai, ne 
proetaniail que iV'g^alile moraie des liommL's et uoa lour 
epalite eivile ; mais saint Paul ne parle non plus que dc 
rejralileen Jesus-Clu'isi. Serirque dil au maltre de se conduire 
envers son eselavi', eomnie il voiidrait fjue Ton se eonduisit 
envers lui-nieme (2). Nest-ee \rM dire auUiut que saiul I'aul 



(1) Pour cc^ liilTerents Icxlcs, nou*i avons cmpninte beaucoup 4 un 
inlere^tianl travail sur la bSnocrtttie det Ptret de i'figtUe de M. Feu- 

ier»y. dixua I'ouvr&iro iittilul6: E$*ai tur les doctrlmt politique* 4e 
tint ThomoM (fAquin (Pan* W^l) p. 217. 

(2) Sun., Ep, ad Lucil., 73. 



294 CHRISTUNISXE ET UOYEIH AGE 

et saint Pierre, qui rccommandent au maitrc la douceur et I9 
bontc ? La supdriorite du christianismc sur Ic sloicisme dans 
cette question tient done uniqucment a la supcriorite meme 
de I'esprit Chretien, c'est-a-dirc do cc souffle ardent de 
cbaritc, enflanune par Ic sentiment religieux, qui obtenait 
plus facilemont le m(*mc resullat demandc de part et d'autre, 
a savoir Thumanitc des maitres envers les esclaves. 

S'il nous etait pcrmis de fairc un rapprochement, nou$ 
dirions que la doctrine dcs ap6lros el des Peres sur Tcscla- 
vage est la meme que leur doctrine sur la proprjete. Le 
chri&tianisme a-t-il nie la [)ropriete ? Non ; cependant Jesus- 
Christ disail : « Si vous voulez elre parfait, vendez tons vos 
biens, et donnez-les aux pauvrcs (1). 1 Aussi voyons-nous, 
dans les premi(?rs temps de la fcrveur chretienne, Ics biens 
communs entre tons les fideles (2), et cette conununaute 
persister jusqu'au temps des apologisles. Que dit en effet saint 
Justin : c Nous apportons tout (;e que nous posscdons, et 
nous partageons tout avec les indigents (3). » Que dit Ter- 
tullien : t Tout est commun parmi nous, exceple |es fcm- 
mes (4). » La richesse n'a jamais eie approuvee dans les 
premiers temps du christianismc. EUe inspire mc^me a I'apotre 
saint Jacques dcs paroles si violcntcs, qif il est difQcile de ne 
pas y reconnailre un scnlimont de rcvoltc populaire, asscz 
contraire a I'esprit evangelique (5). La doctrine des Peres de 



(1) Matth., XIX, 20-23. 

(2) Act., i|, 41, 45 ; iv, sqq. Quelques critiques tels que Moshcim 
(Dissertation sur I'histoire eccldsiastique t. II, p. 11) et Bcrgier 
(Dictionnaire de tMologie, \* Communaut^ des biens), croient qu'il ne 
s'agit ici quo de cette communaut^ qui lesulte de la charitc, et ea 
vertu de laqucUe le riche vient au secours des pauvres. Mais les 
textes sont trop positifs pour se preter A cette interpretation: 
« Toutes choses 6taicnt communes entre eux; tous ceux qui posse- 
daient des champs et des maisons les vendaient, et apportaient le 
prix dcs choses vendues ; ils mettaient ce prix aux i)icds dcs apotres 
et il ^tait distribu^ k chacun, selon qu'il en avait besoin. » 

(3) Just., Apolog., I, 14. 

(4) Tertull., Apolog., c. xxxix. 

5) Voy. Jacq. i, 9, 10, U ; 11, 1, 5, 6; v, 1, 5, 6; v, 1, 2, 399. 



M DR« APOTHKR ET DRR VP.nEa 



295 



l'K^(ii»c csl uniforme el const:inte sur la propriety : h riche 
|j'**sl ijiii* le ili^prnsaleur des biens du paiivrc. Tmu cc que 
nous possedons esl u Dion, il n'y a rien verilablennnl qui 
puiHHi^ i'ivt* appoh' mu'ii uu tion. Qiu*lrpips-iins mihnv poiis- 
eent ces priJieipos Um's loin. « Li lerro, dit siiiui Ambruisc, a 
e\6 donnt'e en comniiin aux riches ei aiix pauvros. PDiirquou 
riehes, vous en arrogez-voys a vous seiils la propriete (l) ? > 
f-U daiis un autre passage phis imporlaiU e»eore» paire qu*il 
esl lire d'un Iraile phi!osopljif]ye, siiinl Ambrmsr iiie expres- 
sdment le droit de propricie: * La naliire, flii-il, a mis en 
conirnun louU's ehosfs (inuf rusaj^'e At* luus... La nulure a 
ereele drnil eomiiuin. Liimrpfition a fail ie droit prive r2]* * 
MaJg^r<^ eos pandes si hardi(*H, nialgre Ie coniieil donnc"* par 
Jesus-Chrisi an riehe de tout veiidro el de lout dinner, malgre 
la premirri' eommmiautr nlvs aimtres, liit-on que le vhvh 
ilaiiiHrne a I'ondaniin' la propri^'Me, el serait-il jiisle de le dire? 
Noil, fumn aueiui doute. Le rliriHlianisme a eoiisidere eominc 
la perfiTtidu flirriimne tie sir priver du .viVn ; il n'a pas 
df>n>j;i' li* drifit de eliacuii \Z . II a propose un ideal, doiil les 
hoiium^H peuvoul ii'a|»pri>eher par leur libro volonte ; mais il 
n'a poinl tUi ([ue w IVU ahsokinieni une itijiisliee ile I'tmserver 
son bien. Saiiil I*i<Tre iiieine r**eouiiaJl rxprivssenieul le ilroil 
de pnqu'iele ; ear dans li^ |»as!4aj?e drs AeU'S des ap*Ui'es, mi 
Ton voit Ananie ct sa feiniue IV;tpp<'*fi a morl priur avoir 
detounx* une |»nrlit' di- leur Idea, ee n'esl pas ee deluuru(*meul 
qui b'ur esl repnx-lie, eest It-or mensonge : « Ne deimuruii il 
pas loujoui'S a vnus, leur dit saini Pi(Tiv% si vous a\iez votilvi 
le garder? Kl apres I'avoir veiulu, n't'lie/.-vous pas maiires do 
rarjfenl /*/ ? > Li i'omnuuiaute elail doue volouudre el noa 
obligaloire, Les Peres disenl Urns expressemeal que lu rirbe.s.se 



I) Ainlir.» /V Nabuthe Jetraelita^ c. i» 2. 

(2) Ambr.t Iht affle,, L I, c, xxviii. Vtttrpnth jiut feeii ftrh^tttm, 
(3i Voir to trAv^il Ires di^monstralU' sur ce jjoint dc M. Thoiuascn: 

Ia^ Commtmitme et VEqlitc patitive (Ixtuvain, 1861), ei VUiitokt ito 

tocialUme, du milsmo autour. 



296 CfIRIRT!A?(ISMB ET «OYE?» ACE 

et la piuiviM'lr out vie t^lablios (loiir donini- niw riches Toe- 
ciision dv, !a libpntliU', mix |j;uivn's ci'lk* tU- la ii;»ti*'iu*t». 

Que faiu-il rom-luiv (to res (livtTs passngt^s ? CVsl Qu'eii 
Jt'Siis-Chrisl il ii'y ii pas dv i-irlirs ui (h^ p;mvr(\s, dr mien ot 
cle liiii ; (\uv dans la [jcrlV'ttiuii clirLliL'uno, lout est a tons, et 
que iieaiunoins la pioiiriele esl legiLime el de droil huniain? 
N'est-ce pas dans I** mt^nie sens que les Peres onl eondamnt'* 
res{'hivap;e eonmie eonlraire a la loi divine, iniil en l<* rcspec- 
laiit f'uimne eunfoi'me a la loi hiimaine! «t Les liJis du mondt% 
dil siiinl Ghrysostomo, eonnaisseiil ta ditlrrein-e des deux 
raees ; iiiais la loi eoninume dv Dieii 1 if{:n(*re ; ear Hieu fail du 
bien u lous ; il ouvre a lous Je eicl iiidistinelemenl (I). ■ Ainst, 
11 n'cst poinl dcmUmx (|u'il n'y a pas d estiava^^e de droit 
divin, mais il y en a un de droit humain. Or, les jiiriseon- 
sulles slofeiens, en proelamanl que la servilude est un I'lal 
eonlre nature, loiitc^n la raainlenanl dans la loi, nesoulenaieni- 
ils poinl line doelrinc tout a fait semblable? Les Peres 
abondent en |>assages eoulraires a t'eselava^t* : niais nous 
avons vu aussi un grand uond>re de lexles eouiraires a la 
propriete. En eonelul-ou que le ehrislianisme a delimit la 
proprielt^t II y a plus, les Peres, en combaiiant Peselavage, 
pour apprendre aux matlres riuimanil/^ el la eharile, le rele- 
vaii'nt dun aulrt^ eole, eomme favorable a la palienee el li 
riiumilile de Peselavc: i La servitude est nn don de Dieu, 
disait saint Ambroise, C'esl par la que bribe le peuple ebre- 
lieu ; que eelui qui veul rh't* le pivuiier soil vulre servi- 
teur (2). * Pour relever I'esclavage, i>n nioiUi^ait Moise 
expost', Joseph vendu, J. C. erueifie ; et, pardelels exemples, 
Peselavag** se irouvaii lelb^nient ennobli, qii'il n'y avail plus a 
se plaijidre de rinjUHli(%^ de **elU* etmdilion |3). Aussi saint 
Clirysostome ne craint point de iIim-j- de la eelle consequence, 
que Icselavage est un bien paroe qull eat pour lechrelien 



(1) Chrytost., m Ep., ad Epken. vj, 5, 8, bomil. xxir, 2. 

(2) AiTibr.. /Jrt Parudis, xiv, ?l 72. 

(3} Wallooj HiHlifire de tesdavage^X, 111, part, ui, ch. vni, p. 325. 



LI sonu: DES ap«)tiies et des PiJiEs :^>7 

occasioD de merile: « Pourqnoi, dit-il, TApiNire a-t-il 
laisse subsister TesiHavage? adn de t»)us appn^ndro lexoolloDce 
de la liberte ; car d»* mt^m*' quil i?sl bion plus gnind ol plus 
digne d'adniirali«>o d«* i*i •nsi^rvi.T. dan-^ la foiiraai'^e. los i*i^rps 
des trois enfants sans atl^^int*^ : di^ nir'^mo il y a Inen plus de 
grandeur el de menrt^ille, iii^n f*;!'^ a supprinn^r l*esi'la\'ain*, 

maisa monlrer la lib^^rtt* jusqiie daos son sein? » < Cesi 

ponrquoi. dit-il «*nrijn\ rApt'»ln" onloone do reslor oselave. Si 
Ton ne pouTait. es«:lavi». nvNirr rr ijue iloil elro un rhrt'»lien, 
re serait pcmr l»^ j;t»nliN uno N'lli* i^orasion d'aiiatpior la 
faiblesse de noln* n*li|;ion : c«»mmt». au ronirain*, ils admi- 
reront sa fon***. sits vnii»nl i|u'«-l!e no souft'ro rion do IVs^'la- 
Tape 1 ! »... « Los o-^-lavos olin'lions no demandont pas ivla 
de lours maitn*s la libi'miion apn»s six ans, eomme dans la 
loi juivo' . I'ar lauiorilo ;ifNistolii{iio onlonno au\ os^'lavos de 
n-slor s«>umis a lours niailn's. dv |»our quo lo nom de Diou ne 
soil blasphf'nie 2 . » 

Voioi entin un pnNs;ij,'r do La«*ianoo qui pnuivo, dune 
maniore fr.ipiKinto. Iidi*niii«*' drs d<xirinos ohri'iionnos ]>rinu- 
livos sur la prr»pri«''l<'* i*t sur ros4*lavago. < l>iou. qui a fail los 
hommes, a voulii qu'ils fussont tous o<;:au\. (*^>mmo il lour a 
dislribuo ogalomonl sa lumion\ il a dnnn«'» a imis I'oquile ol la 
vcnu. Dernnl l)i**u, il n*y a ni esrhirr ni ntnitre : oar, ]>uis- 
qu'il esl nutro |M*n* r<ininnnK nnus sonimos lous libivs. 
Dernnt Dieu. il n'y a do pnurre quo oolui qui manquo do 
juslioo, d«' n*'7io quo oolui qui osi ploin do vorlus. > O qui a 
caus(\ Kuivant Laoianoo, la ohulo do Tonipiiv iimiain, oost 
I'exot's i\\* liii^'aliti- dans los oondilions. * Sans oj^alilo, poinl 
de patrio. » Mais do quojh* oj^ndilo voul-il parlor? do rojT'dil*' 
du rirho ol du paiivro, on nioni*' lonqKS quo oollo du malliv ol 
do ros<*lavo. f Kh cpioi, dira-t-on. n'y a-l-il pi>int panni vous 
des riches ol dos panvres^ dos m^ it res ol des esvlaves:* N'y 

il) Chys. in Gvnfs. serm. v, 1, cf. ia £>. I, ad Corinth, lioinil. 
XIX, -1. 
\2) Aug. Qua'st. in Exod. lxxyii. 



298 CHRISTUNISUE ET MOYE>' AGE 

Q-t-il rien qui los distingue ? Rien ; et si noi|s nous UQipmons 
frcros, c'est que nous nous croyons egaux. Car nous ne 
mesurons pas les bienshumains par le corps, mais par Tesprit ; 
et, quelle que soit la diversite des conditions corporellos, nous 
n'avons pas d'esclaves, nous n'avons que des freres en esprit, 
ou des compagnons dc servitude en religion (I), i 

Ainsi, les Peres de r£glise ont considere de la m^me facon 
Tesclavage et la propriete ; c'etaient deux choses qui ne 
devaient pas etre dans I'etal d'innoccncc ou dans I'etat parfait, 
mais qui peuvent etre et sont permises dans 1 etat ou se trouve 
rhomme aujourd'lmi. On conscillait au riclie d'abandonncr 
ses richesses, et au maitre d'affranchir ses esclaves; on re- 
conunandait aux pauvres la patience, et aux esclaves la doci- 
lite. Ainsi la distinction de maltres et d 'esclaves n'est p^s 
considerce dans saint Paul et dans les apotres comme plus 
injuste que la distinction de riches et de pauvres ; et rcgalitd 
sociale ne doit pas etre entendue dans qn autre sens que la 
doctrine de la communaute. 11 est vrai qu'cn Jesus-Clu'ist tous les 
bommcs sont freres, et qu'il n'y a pas d'csclaves; mais, en 
Jesus-Clirist, personne ne posscdc rien a soi. Dans le monde, 
I'esclavage et la propriete sont adniis comme deux faits cgale-: 
ment legitimes. Sans doute le chi'istianisme a affranchi beaucoup 
d'esclaves, mais comme il fondait des hopitaux, au nom de la 
charite, mais non au nom du droit : distinction essentielle, 
sans laquelle on ne peut comprendrc com moat los plus grands 
docteurs chreliens, saint Augustin, saint Thomas et Dossuet, 
ont admis la justice de I'esclavage (2). 

Lorsque la so(;iete chretienne s(^ fut elendu(% lorsqu'elle fut 
devenue, pour ainsi dii'c, le mond(^ cnticr, il fut de plus en 

(1) I^ctan. Inst, chr^t. 1. V, c. xiv, xv. 

(2) « C'est (I'une fagon indircctc, dit llenan [Marc-Aurlle p., 609), et 
par voie dc consequence que le christiaiiisme contrihua puissamment 
^ changer la condition do i'esclavo ct d hAter la fin de Tesclavage.., 
donner une valour morale i resclavc, c'est supprimer resclavagc... 
Du moment que I'esclave a la memo religion que son maitre, Tescla- 
vage est bien pr^s de flnir. » Cependant il n'a pas lini de sitot, puisquQ 
nous Tavons encore vu dc nos jours , et memo qu'il cxiste encore. 



LA MORALE DES APOTHIiS EJ »ES P^IHES 2^9 

phiii iieccs&iiire dc s'aceomniotkT m\x condilions de ia socitH<5 
rivilCj Pl dc sact'ifli'r (jiiclcjui' vluii^o dc IViilhiiiisiasnif^ dos 
premiers Irmps. Aussi voyons-noiissainl Clemeiil d'Alexandric 
esisayer <ie li'iujierer les [nter(nviaii<ins exn'ssives que Ton 
faisait des paroh's de lLvani;ih' siir les» HcIh's, el s;ynl Aii{j;us- 
lin ciablirexpresseinenl laiimprit'iet'l I'esdavage, la premiere 
siir U' droit rivil, \v srcniul sur la loi rhi p/'chr. 

Clemem d'Ah^xaridrie, daus son iraitc : Que! Hehe peuleU'c 
iauvel cs8aie dt* delernnnei' Ir sens de eelU* parole evangeli- 
(jut*: < Que jamais mi rielir nViilrera dans le royaiime de* 
eieux • ; ei de evi aiitn* passa*;i': < Vi-ntls ee i|ue lu as, et 
donnes-eii le pj'iv aux pauvres «, Ces jjaroles, prises a la 
k'Ure, inquiriaienl les rielies. SaiiH Clemi'ijt eeril pour lesi 
rasjiiirer. An sens lini'i-al it sidislilue 1*' senfv lij^ure ; a raliaii- 
dou des rielirsses, le iiiepris des riebessi'S. « (Aumueiu faut-il 
rnlendi'e ces paroles : vemls ce que lu asf Est-ee a dhv (jull 
failN^ n'j«'U!r luules m's riekesses, et ri'iioueer a boi| argent ? 
iNon, niais eliasser de son esprit les vaiiis jiifjenn'iiLs sur les 
nriii'S.S(»s, raiiiour rll'n'-iir de Tor, la souillyn'. de Tavai'iee, les 
inr]uiettidi*s, les epines du sieele... O ii'esl point unc si ^s^nuide 
ehoHi' ijue de n'avoir [»as dr rielirssfs. Aulrrnirnl, reiix (|ui 
stmt depourviis de tout iiio)endVxisiruc«', «jui soni ji'i<'s ineri- 
(Uanu sur h-s ehemins, i^ncn'anl Diiu el la justire de IHcu, 
par eelh* seule raison (piils soul aeealdi's par la pauvrele, 
Sitraient Irs (iliis lieur«*uK el les plus nligirux *l<*s liumiue*, 
Ce n'e«l pojrU une rhuse nuuvelle que de renoiicer aux 
rieUe^ses, et que de les repandre sur les indigents ; beaueoup, 
avanl Farrivt'e du Saiivcur, ravaient drja fail, aim de se livrer 
a li^lude des leilres *'l tl unr saj^i'sM* m<H"te, ou alin d'ohlenir, 
par une vaine jaeHnee, 1 illustration deleur nouj : Anaxagore, 
lk*'mi)erile. Oatrs. * II Sf piui c|U«* Insnii'oup d'aneiens eus- 
sent donnt* lext^juple de la lib«'ralil<' ri <lu saeritice dv Irurs 
biens ; mais il Taut neonnaitrt^ que braueoup aussi oni donne 
Texeniple pI le« pn^eptes du ni<*pris des rieliesses, el que 
reduirc a cc^ tcrmes reusi'igneiuent du Chrisl, c't si en ilind- 



300 CHRISTIANISXE ET MOYEN AGE 

nucr dc bcaueoup la portee. Lorsque Jcsus-Ghrist disait au richc : 
vends tes bions, il nc lui dcmandait pas seulemcnt de renon- 
ccr a Tatnour dc la richcsse, mais a la richcssc elle-in6me. On 
voit done deja dans saint Clomont uno tendance a s'accommodcr 
avoc les nceessites humaines. Uien dc plus raisonnable que les 
principes suivants, mais rien de moins conforme a Tenthou- 
siasmc apostolique. s Ne vaut-il pas micux , dit-il , que 
chacun, en conscrvant dcs richesscs mediocres, evite, pour 
lui-m^me, Tadversitd, ct vienne au sccours de ceux qui out 
besoin ? Quel partage pourrait-il y avoir entre les hommes, 
si personne n'avait rien? Si nous ne pouvons rcmplir les 
devoirs de la charite sans argent, et si, en meme temps, il 
nous est ordonne de rojcler les richesscs, n'est-ce pas contra- 
dictoire , n'est-ce pas nous dire a la fois de donner et de 
ne pas donner, de nourrir ct dc ne pas nourrir, de par- 
lager et de ne pas partager ? cc qui est extravagant. ■ Saint 
Clement conclut en ces tcrmes : c Puisquc les richesscs ne 
sont par ellcs-m^mcs ni bonnes, ni mauvaises, il ne faut done 
point les blamer... Lorsqu'il nous est ordonne de renoncer a 
toutes richesscs, et de vcndrc tons nos biens, il faut entendre 
ces paroles des passions ct des mauvais sentiments de notre 
esprit. > C'est ccltc doctrine tempcroc ct prudcnte qui I'a 
dcUnitivcmcnt cmportc dans I'figlisc. L'figlisc a ccss(5 de 
condamner la richcsse, ct dc dcmandcr aux hommes un par- 
tagc impossible. EIlc a conscnti a cc que cha(!un gardat Ic 
sicn, pourvu que cc fut dans un esprit rcligicux, ct cllc s'cst 
contcntcc dc dcmandcr pour les pauvrcs 1(» supcrflu : tcnioi- 
gnage dc condescendancc que Ic christianismc triomphant a 
dn avoir pour les faiblcsscs humaines aussilot que Ic monde 
civilise est dcvcnu tout c^nticr chrcticn. 

Saint Clement rcconnait done Ic droit dc posseder la 
richcssc, de la garder, et dc s'cn scrvir avcc mod(5ralion. 
Saint Auguslin, de son c6tc, cherche a expliqucr le droit de 
propriet(^.. « De quel droit chacun posscdc-t-il cc qu'il posscde? 
t N'est-ce pas de droit humain ? Car, d'aprcs le droit divin, 



Li MOH.VLE DES APOTRES ET RES l'^.RES 301 

t Difu a fail Ivs richesses rl It's iiuiivres dii mritn' Hnion ; vi 

• <;Vst iiiK* lur'tiir trri't' qui lt\s |^flr'l^^ Cvsi dour par U* rJroit 

I laitiiuin qui* I'uii \HUi diiT; Celto villa osl a inoi, ctHc 

• majson est a moi, «*ct esclavc csl a iiu>i ; iiiais h droit Iiumaiii 

• n'e&l i>as auln^ flmso qu<^ l«» driwl ImpniaL Pourquoi t 
t PaiTc (|ur crsl |Kir l<*s cmprn^urs cl Irs mis du sii't'le que 
< I)i(Hi disli jtnit' ti' droit liiiiiiaiii an i;rnre luittKun. Ott*/ lo 
€ droil rlrs rmpeixnirs ; c]tii osvr.\ dirt*: Criir \ilia est a nioi, 
c ctH L'sdavn <'s! a mtii, ci'Uf* iii;dstni rst a luoi ?„ .\t' dites 
€ dour pas: Quai-jV afliur*' au mil rai- alors quavcz-vous 
« atfairc nvi^c vos (iiopiu's birus? CVsl par Iv dnni d(»s roisquc 
« I**s p4»ss<'Sisi(ms soul posst'diVs. Si voiis dili^s ; Uu'ai-j<' adiniN* 
f ail roi? cV'Sl coinmr si voos disioz : Uu'ai-jr a lain* avrc 
« mrKbicns? Voiis rrrMtnri'/. paiMa im'iin' au droit vn vrrtu 

• duqutd vuus possiklcx qu4'l4|ue vhosv (I). » On voii par r« 
trxtr qur pour s:uiU Auj,'U.sliri la ])ro|irii''lr uViil (pic dr droil 
positil' rl 11011 <}(' droil luiluri'] ; I'l tprrlic nv rvpos)^ i|u<^ sur 
rautoHU* riviit 

C'esl curont saiiU Au^rusliu (pii nous doiiiio i^uv la qnrsiion 
dr lVsi*lava<;<* lopiiiiou la plus pr*''risr rl la plus iiuportant4*. 

II a Irauc-lu* la dinifullr, soulrvr*' par li'S ilortriih'S dcs apo- 
tr(»s: il 'A dvmHi' r^'jpiivoqui' tpn ruiil au fond liu prinripe do 
IVgalitt' , iiiviitpie par (ous Irs Pt'n's ; t'ldiii il a foiidr la 
lln'M)ri(* i|ui a sidjsistc d:uis Irs r(Mdi's a iravt^rs loul U' uinyi'ti 
ago, jus(iu*aii wif sirt'lr, 

Oaris la vrait* id*'*** chnHinniP, Ic couinKHidrnit'ul n'a lirii 
que dans I'intrrti ilv iiu\ auxquidn on louanaiidc : li'j^nuviT- 
unniiit u'rsl vn ([u* Icpie sorli' qu*un «<*rvico rrudu a n*u\ qui 
»oiU gouvrrnos* Ti*l r^ loitlri' tiatuivl. Uii»u a vuulu qim 
riKHUim* ronniiaiidal auv [trti's ; uiais il tic Ta pciitit Tail (lour 
doHiincr sur ks auUcs Ijointui'S, Mais, srloii saint Au^'uslln, 

• rordn* de la naliiri' a t*li* rrnvrrsr par Ic [mmIu- , ci c e«l 



(1) August, in Emng, JMnntt. Trnct vi, 25, 20. — Voycis autal, 
la Uttre a Hitairr (ktlrc CLVIl)* • Ji'su^-ChtiHt, ili.«u\il-il, distingue 
cntrc lobicrvatioii tics priecptcs ci uuc pcrreclion plu?* «*'lcv«.'c...» 



30*2 i:itnisTiANJSM£ r/r moykis ,ua^ 

avcc juslicr qm* \v joug tU* la s<»rviiii(lL' i) <Ho iuiposi* au 
prclu'ur... Lt^ |mtIh*^ a sciil nirrili' vr noni , H non [jus la 
iiaUir*'... Dans I'oi'fii't* naturi'l oil Wtm a t'lrt'^ riioniini', mil 
ii*cst psriavt* iK^ Tin nil im* ni tin prrlu* ; Ti'sdavaf^i* esl done 
line piMiic... (Vosl ptHifquui rAj>ulrr avcrlil Ics psriavt's dNHre 
sriiiniis a l<'(iis iiiuitres rl ih* lis siTvir il«* lion rtrur vl de 
btKinr vnlijnt(% aliii <pn\s'ils nc jhhivimU t^Liv atFraiR'liis df k'uj* 
seniliide, ils sjicln'iil y ti'nuvt^f la lifn'rlr, on iw sorvanl poiiil 
par iTiiinli', niais |>ar atnour, jusijn'a re i)iu' ritiirpiik' passe 
et que UhUi* dnnilnatiiiii (itiniaiitc soil aiioanli(% au jour on 
Bicu sfra Unit rn lous (t). » 

Dans ('(*tlt^ llK'ork' on tl4)il romai'(|uor !(*s poiius siiivanls *, 
1" l'('st*lavagr (vsi iiijuste rn droit iiatuivl. Ci* qui csl i'oiUraire 
a la dortriiu* d'Arisloto, coiironiic a .crllc d**s sloicirns ; 
2" resdavag:o ost jnstf , ronnm^ consi'qui.'iK't' du pt'che. Cest 
la U* pi'hiripi' ntaivrau pai'ticuti**!' a sainl Aug"ustt]i. II a trouve 
un principe dv rt\sclava^(\ (]ui ii'cst ni rr^alite natuirlle, ni 
la f»iii'n'r, ni la couvi^ntion, aiais Ic pi'diLv. LVsclavagt* n*i;st 
plus un fait liansiloiiv, que Ton acecptc* provisoirouirnt, pour 
Ui' pas stHilrvni' iiin' n-volitlion socialt^: e Vsl uiio inHtiluiion 
d(*vrnu*' iialyrrllc. par suilr di'la cnrrnplion i\v notir luiluiv ; 
S'* il nr taut [uiint dir(% qur rcst^lava^o vrnant du pecho est 
dctriiil par Jrsus4;iH*isl qui a drtruil Ic prrlii'. Car dabnrd, 
\v [nk'M suiisisii* a|U'rs Jc'sus-Chrisi, rlaussi les rousoquoncos 
du fn'1'lii', la nialadio, la iiiorl : rost-lava^c est unc de ces 
cons('Hiurnt'('s ; il est dour niMM'ssafrLS Dv plus, saint Aiiguslin 
dil r|u'il durrra jusqu'a (*e f[un Tin (quite passp, rl qu(* loutn 
doniiualion luunaine soit aneanlic. Mais, lant que la soeiele 
snbsislera, il est inqjossilde que loule ditniination liuniainc) 
S(Ml aneaulii", puisquif y aura toujours quelques houuneg 
fpii ediiiuianderunl a d'aulres : done TtLselavag^e doit subsister 
nutaiil que la soeit"li\ Kidin, quand est-ce que toule domi- 
nation buiJiaint! stM'a aneanlie ? Saint Auguslln nous le ilil : 



[l] be civ. Vei, 1. XtX, 11-13. 



LA MORAU: DES At'OTRES ET DBS P^LREli 303 

t Au jour oil Dim sei*a lout en lous, > Mais ec jour 
n'auni lioti ejiri* rarcatnplisstMiMnU dci; siorh*s, Osl dour 
snilemonl dans la cilc diviur t|ii(* [Jiru S4*ni tuiil cii lous, cl 
que resclavaj^^ sera di'lruil. Ainsi rar|<[itniriUatioii tJo sninl 
Auj^iistid t'oiicltil ail iiiainlM'ii tli* r(*st*lnv;i^i' : (>|>lm<in qui nt* 
nierilpiiul |ias il'i^tiv iiitnrt' aver laiil dc soiii au niiliru dc 
laiil di* IriMoiiitKij^c's riintrniiH's drs Vi*vvs iU> l'hl»lisi\ si Ion 
Up savail qurllt* n lii' la puiHSiuirr ilc tnutnrilr auiiiovon ilgi\ 
AmioU* rl saiul Auj^iislJii, rouriiissaiil lous deux dt»s ari'U* 
iiii*nts en favi'ur drri*schn:i^r, out arnM^'* on rrlardc livs |ini 
gri'S drH idors sur nnie qurslitm |)<>ndaul di\ nu douzr sitVIos* 
Qut' i'onrlun* dr vH\r disrussiou? CroiNJii (|uo nous vou 
l(on*i uifM" i\uv \v clirisiianismc ail ru la Jilus gnuuh' pari u 
ratjotititiu tlv rcsclava^i* ? Loiu de la. Auruuc diM'trim! a nn% 
ycu\ n*a plus Tail pfRii' lluiuiautK* ; <*t nous atTordiTuns stuis 
IH^iue ijii'il ('tail |tIiK nrrcssairr «li' jvlt'vcr IVsrlnv** morale- 
mriil i'i ri'lii^iriismirnl i|itt' t\v lui douiHT II'^mKIi' rivilr. Mai* 
romuic nous faisoti^i ici I hfsloirc doK kWva ci doH opinions, il 
ntms parall cc'ijondaul U"j*tliJTJi* ot irtflispnisalflr dc (iM'r lc» 
raraolt^re pn'ris drs docirint's. Or, qu'iivoiis-uous sijfiialcf 1 
C'<»sl (|Ut* r(»j;;ditr tin luailrr cl dr Irsrlave iitiaii proflaiu<*(» 
qu'au noin du droil r<'lij,n(Mi\, dii dinji diviri ; f|iiVu Jrnus- 
(llu'isl S4Mil, \v m.iUrv rl IVschivr soiit T-^^aiix. Sans doiilr uu«» 
telle egalile siillinjii el :ui fl('la» si Ir droil divjn, U' vrai droii 
ftUosU% poiivaii s'ajniliqiier rig^uiri'Uftcuu'ul sur la t(»rri»; ct h 
n'cn pas diuiicr^ si la soi'leu* rl»rr(ieniir fut nsu*o n* quVllr 
(Hail dans \vs prrmier*^ trmps, cUr nil elabti itur epditr* par- 
raili\ ronii]]i' (die avail ivussi a I'ialdir hi roniuHtti:iul(''. Mai^ 
la Horii^te i*hr«ii<*niie di^VeiiaiU la sot'iri<'> tout eiiliivn" , uue 
Irlle rj»alU(M*laJl iui[»ossil»Ir : la eiree/'IrsN*, He rord'oiidaut n\<*c' 
In vUi* lerrestre, dm en suhir les loi^. he li\ luw distinction 
HUn* I'ordre diviii et I'oi'dre Imniain, run nu il n'y a plus ti( 
mall res, ni esrlmes, raiilr** oii les i'ot(s/M|ut*iireH du p('*rhi^ 
iijainliennenl rine{»'!'1<t('\ fsl pourfjuoi nous vciytms IVjtiia- 
vagr^, (pioi(iiu' adinici dans !a prali([uts acrepte t'n Uiroric par 



304 CIIRISTIANISME ET MOYEX AGE 

les scolastiquos, dofimdu jusqu'nu xvii^ sii'.lo par Bossucl, et 
maintenu oncorc a rh(»urc qu'il est dans dos nations chre- 
ticnncs aveo rautoritc des doctciirs chrcliens. L'crrcur des 
Peres, si j ose dire, est de n'avoir pas aper^u entre le droit 
divin, droiP mystique qui n'est pas de cc monde, et le droit 
humain ou positif, un droit nalurel <]ui declare simplement 
ct expresseinc^nt qu'un homme ne peut pas etre Teselavc 
d'un autre homme, que ccilacst injusle, que iat^liai'ile de Tun, la 
patience de I'aulre p(»uvent rendre cet elat tolerable, ou mi^nie 
noble et excellent, mais non just<^ ; quo. \o peclie nc peut pas 
avoir eu pour cons(*quenc(i de rendre un homme Tinstrument 
d'un autre. Or, ce n'est (|u aux xvi'' et xvm* siecles que ces 
principes ont ete exprimes et defendus, et ce n'est qu a partir 
de cette epoque qu'on a pu esperer de voir I'esclavage dispa- 
raitre definitivement du monde. 

Le mc^me oubli du droit naturel a egare les Pei*es dans leur 
tlieorie de la propriete comme dans celle de Fesclavage. Que 
disent-ils? C'est qu'en Jesus-Christ il n'y a pas de mien et de 
lien. Uien de plus vrai sans doule : dans I'ordn* divin, dans 
I'ordre de la charile absolue, la oii les hommes seraient tout 
en Dieu, la dilFerc^nce et linegalite des biens seraient impos- 
sibles. Mais les l*eres ontbien vu (juun lei elat de choses n'est 
pas realisable ici-bas. Quont-ils fail? lis ont elabli la proprieU; 
sur le droit humain, sur le droit posilif, le droit imperial. 
De la ce dilemme aux(iuels ils s*ex|)osen! : ou reselavagc 
est legitime , puisqu'il est fondc's comme la propriele elle- 
meme, sur la loi civile, ou la propriele est illegitime, 
puis(iu'en Jesus-Christ il n'y a pas plus de pauvres et de 
riches qu(^ de maitres et d'esclaves. Au conli'airc^ , en droit 
naturel, les memes principes qui font que la propriete est 
une chose juste , font que I'esclavage est une chose injusle. 
Tandis (jue les Peres de TEglisc absolvent ou condamnent 
ces deux fails en memo temps et par les memes princi- 
pes, le droit naturel admet Tun et repousse Taulre. La 
propriele est une chose juste, et voila pourquoi la commu- 



LA MOUAl.r. I>KS APOTRKS ET HF.S I'^'.nES 305 

mui^ est line uto|>I(^ ou uuo barbaric; ; uno iitopii^ si on la 
supf>osf» ftiTMl^'t^ sur If devourment universel ; iine barbarie, 
si on l"e\i^e \kiv la fonv. L'l'Siiavage est une rliose iiijusle, 
I voilu |M)nr<|Ufu' rabolliion de Tesflavage ii'esl point iinc 
niopit* : t"ar !;i soeirle ehrelicniie. qui ne pent pas s'rh'ver 
jns<|n a I'iiN'sil dv h v\vAviU\ [k'hI el cluit K'^tfrcnnrhir de 
rinjusliee. Enliii, par li's iiKHues |>iincipes, il y a denx 
sorteg d1iie|*alilr : llnej^aliU' dn inailre el de Tes^'lave, qui esl 
absohiinenl injiisle ; l"iTirj;;dil/' dit rit'Ue el dii ftaiivre, (jiil 
n'ejil pas injiisle, qmM(ju'**Ile doive elre atleniie(* itulani que 
po&silite par la volonle des bonunes el par l't'r|uile des lois. 

C'esl la meme i^nn>ranee, le nienie oiddi du droit naturel 
qui a fail e}?:al(*iiienr i-tHroifrader la duL'lfine ehretienne sur un 
aatre poinl non nioins itnportaiil que resclavage, la liberie de 
consei<'iiee. C'esl eueort* i<'i saint Auguslin (|ni marque le point 
darret, el le reloiir en arriere. 

La (iiieslion de liberie de eonseienei^ a peine eonnue de 
Tantiquite. ne eonimenea a sc soulever que lorscpie les elire- 
liens, vn rrtn.s:uU t\v saerilJcr au\ idoles, snnljlei-i'nl poi'ier 
alteinie ii la maj<"sl<'' de 1 enqtiri' kn-nienie. Leiir prinei|H* ehnli 
t II vaut niieux irbi'ir a hieu qn'aux honimes ■, el, loot vu 
reslanl lidrles eiloyens dans Tordre potitique, ils resislaii'iit 
dans I'nrdre n'li^ienx. Ainsi naquit la quesiion de la liberie 
ilv e{ins4'ienee. (I'etait la |>rns4''e qui aiitmait Ions les apolo- 
gigte.s. t Nous drniande»ns le <lr(ni eoouiuin, disait A(lN*na- 
rjis 1 nous drojaiiddtK u tie pianT etre Inns r*t prrsi'eiili*s, 

ir**r que ni)us nous nonnn*ins ebriHieiis (I). • * La n*lif;ion, 
dit Ijic'ianee, esi la senle ebose oil la liberie ait elu ddriiieile. 
Elle est, par-ilessns tout, vtdontaire, el nut ne peut elre fore«5 
a adorer ee (ju il ne vent pas. II ptnU le fi'indre, niais ntni pas 
le vouloir. Uiielques-iuis, vaineus par ta ei-ainle des suppliees^ 
OU par les rorlures elles ineiiies^ onl pu ronsenlir a dcs sarri- 
Oees pxi'erableji... niais une foi!t libreii, ils retournent a hiru, 



(1) Athenag., Ap&twj., 2. 

JaTIKT* — Scieure [mliliqiie 



I. -iO 



306 CnUSTU5BlE CT S0T13I AGE 

ft essaient de lapaiser par les prieres et par In hmies (1). > 
Le% paroles de Tertnllien soot encore phis mmrqoables : 
« VoTfz, dit-n, s'U est a la gloire de llnfidelite d'dter la 
Hberte de la reUgion, d mterdire le dioix de la divinite, de ne 
pomt me permettre dlioDorer qui je reox, et de me cootraiii- 
dre a honorer qui je ne Teax pas. Persoime ne Tent des hon- 
Beors contraints, pas meme nn bomme... N'est-il pas iniqoe 
de foreer des hommes libres a sacrifier malgre enx {2) ? > 

Telles furent les doctrines de I'fglise militante. Que 
derinrent-elles apres la Tictoire ? L*£glise a conqnis sod pro- 
pre droit : accordera-t-elle Ic memc droit aox doctrines qui 
Ini sont contraires ? Dans les premiers temps, on ne pent pas 
dire que Tfeglise ail renonce a ses principes de patience et de 
douceur. On peut trouver encore dans saint Qirysostome de 
belles paroles en faveur de la liberte de conscience. Mais la 
lultc des catholiques et des ariens et, en Afrique, la lutte des 
catholiqnes et des donatistes ramenerent Imtolerancc et la 
pers^ntion. Sont-ce les h(^n»tiques eux-memes qui en cot 
donn(^ le premier exemple ? Cela est possible. Mais biontdt on 
vit le plus pT^ml drx'tour do I'fi^Iise latino, saint Augustin, 
en rlonnor la th('»orio. Grace a rautorilc de son nom, ccttc 
tboorio a passo dans loulos los I'colos du niovon age, elle 
a alimonlo lo fanatismo du xvi« siocle, et a etc invoqu^ 
par los protostants aussi bien que par les catholiques ; 
enfin, dans lo xvn* sioclc encore, Ic noni de saint Augustin a 
etc m(*lo aux discussions du temps sur le droit de contraindre 
les consciencjos. On no pout done nier Timporlance historique 
do son opinion dans cotto question. 

Saint Augustin no ful pas d'abord favorable a Tcmploi de la 
ft)n!(^ pour imposor la foi. < Ma i)Veniioro opinion, dit-il, etait 
quo p(?rsonno no pout otro contraint par force a enlrer dans 
Tunitd du Christ, qu'il fallait agir par la parole, combatlre par 
la discussion, vaintTO par lo raisonnomont, do pour do trans- 
it) Lact., Epitom, Divin. Inst.y c. liv. 
(2) Tcrtull., ApoL, c. xxiv, ad Scap., c. ii. 



I. A MOIIALK 1*ES apotuks kt hks pkuhs 



307 



former on faux ('iilholi<(iics ccii\ que nous avions cnnims 
h<^n^tiqups tk'tlaroA (1). » Mais drpuis il ftit ramene u d'aiUres 
sriuimriiis, mm |>as, iHt-iI, par dos riiisoinitMiu'iils nppost's, 
mais |Kir I'ovnnpli' ilos laits. Aiiisi toiik' sa pi'lile vdle t[iii 
emit d'abonl dan?* I'lu'iY'sii' d(» fhnial avail t'te rouli'aiiile par 
Irs Um ioip(*rial(»s a rmrinr a la fin calholfiiiie. ri il paitiil 
(]ii>Ho y iiioiurail la nn'^ine ardi'ur qm* dans l'ht'rrsie('3). Get 
oxnnplf el plusfeitrs aiUirs raiiienervnl h penser que e etaU 
pour !c hien des lien'tuiiieji qn'on les f'tmU-aif^iiaii u elianger 
do foi. Aj,Hr autivnunit, <li( -il, re seraii leiii*reiidre le lual pour Ic 
niai. Si noos voviinis uti denns enniMiiis, (pii dans le n^aiisporl 
de la fi^vre eouri-alt a un i^ri'c'ipiee, m*serail-re pas liii rendi-e le 
ninl ptmr le iiial, qiu' de lui pcrim'llfH^ di' s'y jeler si nous 
pouvions ieii eniprelier en reiirhainant (3)? Tons, il est vrai, 
ne priditenl pas e'f^ali'menl de (*elie medeeinc salulaire. Mais 
faul-il les abandtHiner tons , paree que quelqiies-uns »onl 
incurables (1)? On n'esl pas Irmjoiirs ami en epargnianl, ni 
toiijtmrs eimnni vn frappaiiL hrs iilessun-s dun ami valenl 
mienx que les baisers ironipeurs d'un ennenii. I! vaul mictix 
aimer nv<H* si'v/'rili'*, que d(» trnniper av(^e dniteenr. II est plus 
bumain d^Uer le pain de la bonrlie a eelui (jui, siir de son 
pain, ne^difjeia la jusliee, que de ronipre le pain avcc lui, 
pour qu il se repose dans les seduetitnis de Tinjusliee (5). 

l^^s donatistes sc sen-aient de la perseention dont ihetairnt 
vjelimes pour prouver lajustiee de b-urf-ause, Mais it no surtil 
pa^ de souJTrir h persi^enlion pour avoir raison. Lc SHgneur 
a dil : Heureux et^lui qui souttre la per«<'*rution ; mais i\ a 



(I) Epiiit, XCIIT, 17; CLXXXV, VII, S. Nonnulliii fratribui vide- 
U&tur, in quibiis c^o cranio non esse petondum ab impemioribas Ut 
ipMini luiTCJiim jubercnt oumitiu nun oRse. 

{t] Kp. XI III, 1. Do multorum corrcciione frautlftmus, qui tarn 
Teracttcr unitatcm catholicam tcucnt nU^itc defeadunl, ct & pristinu 
cri'orc sn libcraloa cs!»a J«rtantrUr. CXHI. iLa huju«i vcstiTB aaimo!^!- 
UiiiA |>crnioicm delcslari^ ut in ca nuin^aaai fui^c crcJalur. 

(3) Ep. xnii, f . 
tl)Ei>. xcin.3. 
(S) i:p. xcui, 1. 



mHusu ^fa%*'wA |^YV>iil#r b^ Iimk : Bais cie«^-<i le foat par 
isjiHlirp. fwx-fa par obp jboi^ <«^i^nir : les ibs cmelkveiil . 
W aotrvr^ aT^r OMwirmioo t . l>s Ikas et ks okrliaiits pen- 
T#m fun^ b mfhnp cfaov*. iBat:^ daa» tk^s dv^stfms (fift^rmts : 
nnrar/o fl MrjflVf fmi I'lm H l'aotrp> prTs«Vutr le pimple he- 
brpo : man b* prrmipr far tyramie. le seroad par amoor i3). 
On mr tnmre pas. fl est Trai. dans les Lvan^riks. que ies ap6- 
fr«;!( aient pansas rien 4emande aox rois <ie b tenv contre les 
tmwmn de r£^ue : mais eomment r«-iissent-ils faiu les rois 
d'alon n'eiant pas direlieast |i ? Llilsioin? de I'Eglise est fignree 
dans telle de NabcKrhodonosor: au temps de sod incredolite . il 
rontraignait les fnJeles d adorer les idoles : c'est rimage de b per- 
secution injuste qne les eropereurs paiens iniligeaient aox cfare- 
tk'ns. Mais, au temps de sa roDTersion. il punissalt des mOmes 
peines qnieonqiie libsphi^mait Dieu : image de la persecution 
qui; les empereurs chnHiens doivent inOiger aux heretiques (5). 
On dit que rf>riturr.* n'autorise pas IVmploi de la force. 
Mais n*est-il [Kiinl (Vril : « Crjntraignez d'enlror tous reux que 
vouH renfroiilrerez. » Ne voyons-nous |>as I'api^lre Paul con- 
tmint par la violencre du Christ a adorer la verite (G). Jt'^susnc 
dit-il |»as luf-meine : « l*ers<inne ne vient vei*$ nioi que celui 
que le Pere a atlire a inoi (1). » EnHn, Du-u lui-meme n*a pas 
epjirgfie son Pils, et la livre pour nous aux bourreaux (8), 
DeuM proprit) FUio non ppprrdl. 



l\, Kii. XCIII, ft, CLXXXV, 8. 
{^) Kji. XCIII, 8. 

CA) Kp. xcm, c. 

(I; Kj*. XCIH, 0, ftt CLXXXV, V, 19. 

(:»;Kii. XCIII, 1), ct CLXXXV, II, 8. 

(ti) Kii. XCIII, .0. et CLXXXV, vi, 22. 

(7) Kji. XCIIL 5. 

(H; Kji. XCIII, 7, ct CLXXXV, VI, 22, la momc idee sous une autre 
form*:. • QuJH onirii iios jMitcst aniplius amarc quani Christus, qui 
nnirnafii Huarn posuil pro ovibussuis.n 



lA MOIULK l>f:S \1*0T11ES ET 1>ES PtA\¥,S 309 

Ti'ls soiU Ips arjj^uinrnls (t), on pliilcM Irs sopliismps, quo 
saint Aug;iislm n mi 1** inulliriir il 'iinrnlfr, sans se iloiilt'r lIu 
trlste succtfs qulls dc^vaicni avtiir, H rlc hiirs lamental^k's 
fonseriucncps. Ci*s ilocirmt'S no soul pas sriilcmrnl tme 
aileinle an ilruit nalLirrL am]ut*l jn-rsyanii or sontji-aii a]<trs» 
mais aiix prmcipi's rfirrliens *Hix-nit'm(»*i doiit piles HiusisaitnU 
complplrnirnt U* sons vf*i'itahl<\ C'pst la qnt* nous viiyims jxuir 
la prpniirrp Ibis \v rompeffe inirrtre, PiiU^ndu dans luj s(*ns 
violent pl g:mssipi\ Lp coup dp fondrp qui a l'rap|)p saint Paul 
dovirnl nn purimnij^'puipul apniployprlp fpi-Pl k^ iVu poiilrp Ips 
ponspienpps pf;::u'i''rs. l/iUlrail niystprH'UX pI inlpiit^nr tip la 
{fi'iipe divint', e|ui Tail dire a Jpsus-tiirist : < Nul np vipiu u 
mtti, s'll n'psl atlirp pai*mon Perp », devipni pour saint Augtis- 
tin rinia^p rt la jusiifipation dt: la contniinip ntat^'ripllp, pxit- 
ppp par 1p bnis sr*culip]'* Enlin, par mi rapj>rorhpmpnl qup 
Ton ppul aiqH'liT saprilp^^p, il jnviK[UP lijuniolatiiui divinp 
Htp-nipnip cruninp nrip iiiviuiiiun a up fias jdus ppar^pr 
nos fivrps (jup IHrn tin vpiwy^nv son Fils (,?). Aiiisi, la philo- 
soplup plirpiipniip, a iiipsnrp qw sou domaiup s'pipudail sur 
tin (dus ffranel nonibrr dViniPs , vi qu'elle. f^randissail pn auio- 
rilp. spuildait s'rtoi^'upr ppu a [ipu dp p<» inprvrillpu^ ps|>rtt dp 
mansiK'tudi* pl dp fralpruilr' qui avail vU'^ la gloirp dps ap6trp* 
el ihvs uiartyrs. 

TandJH cpip IKglisi*, griipi* ;i llipurpuspdiiitinption du prirque 
et dn ponspii, Lrouvait nioypu d*aiM*oniinodpr a la sociptp 
nu'llp Ips [jriiipi|n*s fr.ilprnil;iirpH dp I'Kgtisi! ju'iiuilivp, Pt 
nVlnisaii ta poniuiunauli* a un idiMt, (iniUtjUP seulptneul par 
la Idirp MiloulP dp t|iipltnips-uns, ou a la pharilp dps HpHps u 
I p^'ard iIps pauvtps, cpilainps S4*pIps pvayprpps, prpnanl a la 



(I) [.la m^'moH ar^.rumcnl^ se retrouvoni dans la ioUro CLXXXV, 
l^ corrcrtione donatittarum, 

{%) Dans Ja Im^^'dip Ue Uon Carloi^ Schiller prMo an ^raml iminbi- 
Icur, dans son fMiH**?tit5n avo«r Phdippc 11, cc mot, Jusk'rneal ailirur4 
dv M*' dc SLiel : < Uivu !ui*m»'«ma n'a pas ^purgnd sua l"'ils« ■ M*" do 
Siacl ci pn»UiblLMiicniSi>|iUlcrlui-iii^iue no m doutaictit paK>« quu c^s 
mot est dc saint Au^unliii. 



310 cHEiftTUHisaa et xoyki age 

lettre les nuoimes de rE^-angile et des apotres relatives a 
rabandcMi des richesses et relatives a la propriete, soatenaieal 
et pratiquaicDt la doctrine de la eommimaute des bicDS. 
QiMlques-uns m^me semblent avoir entendu cette commu^ 
oaute dans un sens tout materiallste, non pas conime ime 
renonciation et un sacrifice, mais comme un retour aux 
lots de la nature ; et ils allaient, nous dit-on, jusqu a la comr 
munaute des femmes. Tels etaient les principes de Carpor 
crate , chef d*une secte demiH^hrctiennc , dcmi-palcnne , qui 
soutenait d(;s princi[)es tout a fait analogues a ceux dc no« 
tocialistes modemes : « La nature , disait-11 , nous revelc la 
conununaute et Tunite de toutcs choscs. La conununaute es| 
la loi divine. Les lois humaines qui s'opposent a la misc en 
commun du sol, des biens, de la vie et des femmes, consti- 
tuent autant d'infractions coupables a Tordre legitime dc^ 
choses, autant de violations manifestes dc la loi naturelle (1). » 
Suivant Carpocratc , les passions nous ayant etc donnees par 
Dieu, 11 fallait suivre Icur impulsion pour obeir aux lois di^ 
creuteur. Lc fils de Carpocratc, Epiphane, devcloppa les prin- 
cipes patemels : c Le soleil, disait-il, se leve pour tons les 
animaux ; la tcrrc offrc a tous scs habitants scs productions et 
ses bienfaits ; tous pcuvcml egalcmcnt salisfaire Icurs besoins ; 
tous sont app<des au mcnie bonhijur... Cost Tignorance, ce 
sonl les passions qui, en rompant cetle ('galile et celle comrau- 
nautc, ont introduit lo mai dans lc inondc. Los idees de pro- 
priete, de possession exclusive n'eutront point dans les plans 
de rint(;ilig(;n(!e : cllos sont I'ouvrage des liommcs (2). » Uno 
multitude de sectes de nonis barbarcs (Anxitactes^ Bar- 
boniens, Adamites, AgapHes, etc.) sorlii'cnt du carpocra- 
tisme et en adopterent les pi'incip(!s. II scmblc nieme que 
ces sectairos fusscnt arrives dans (H^rtaincs cites a une 
influenf^e quasi oflicielle. Car on a irouve dans la Cyrcnaique 

(1) Clement d'Alcx., Slromates, iii. 

(2) Itfid,, HI, 2. Voir Pluquet, Dictionnaire des h&dstes, art. Epi- 
phane, 



LA MfHtALK DES AI*OTRK!il ET HES PfcRES 



311 



imc iiis('i"i|ilii>n r[ui couliriU toiih? lu funnuli' sociale *du 
cuuiiiuiiiisiiii: : « Lu rtiniiuiinaiiltMlrs biriis vl t-cllo (t(^s (titimos 
ii8l la source de la jusliri* tli^iur, ej. iiii boiiht'ur piirlail pour 
les liLHTinirs elovi'sau-ilrssustiu vulguire (I). » Uue autre seete, 
celle des nicokules , en nieme lem|vs qu'elle pnVhail la 
coniuumaule comuie lis car|ioeraiieiis, enseigiiait, eonimc 
plus lard los saiut-siuionieiis, la n'-liabililuiioii de la ehair. 
elle rei'oiiunandail, dil-ou, la proslituiion pour humilter la 
chair, el disait (pic Tauie doit cire livret^ a la vuluple 
pour Hn^. di'livrn^ dvs tnl raves de la eliair, Telles etaient, 
dii iiHiiiis, les d(K*ti'iiies iiupuln^s a rvs seelairrs ; car h<»uk ne 
les eunnaissous tpie par l**.s li'uujij^iia^es de leurs adversaires. 
I'ne autre sei'te plus considerable et plus eelebrc , lei 
PHu(jit'us, siins aller justpi'aux eonsniuenees iinuiondes que 
nous vi-iinns de stL;na[er, iMUuhaLlait eependaiil lu i)rt>prHHe 
iiidividuelte, Pi'Iaj^e preuail a la ItHre les uiaxiiufs de 1 Kvun- 
pile, soulenait (fue les rielu's ne S4uiraienl avoir part au 
rt»yairiiie de Dieu (■2). II j'afi|ielail lous les (lassaj^es de TKeriture 
Oil des iiienaees smU failes au\ (h'leiileurs d<'s l)i<')is de )a 
terro. Cv$i la uti (l(^s poiub Hur lescjiiels saint August in e(»iu- 
battail le |MiagJaiiisuu% lequd Tut edudaiiiiir au Onieite leeu- 
nieaitpie d'Kpliese ('i21), Aiusi le eouioumisiue m* fut jamais la 
doeiriucMitlieit'lle de rK|;lLse. U* (higiue de la |Val*^riiile fui 
Imijours enlrudii daus un sens spiriluel et TUor4d. L'ordro 
social elait iiiaiult*tm dans si-s baM's ensi'iilielli's. La pi'(i|in4''Ui 
(Halt ihmv ri'sprd^M' el niaiulruue. Malheureusenieuf , eiinuntJ 
nou?< ravtms vn, reselava),'e re(ail au uieme lilre ; el, u'ayaul 
jamais ele I'lmdainni* eouiuie iusljlution sociale , i\ itevuil, 
apres une eerlaine deeroissaiiee dans le uhnide eurc>p«''eii, 
iH^nailre sous la forme la plus (Mlieuse, a Tabri ct souii limpul- 
sioti dt* pouvt'niemeuls I'breliens* 



(1) Voir MfttUsr, UUioire du Gn^ttimme , planche xiv. — ClA- 
mont d'Alcxandric, r<^siimmit la d»>ctrtDc d'Kpiphnnc , riou» dit : 
AtYii TTjV otxaioijCvT^v xoiy(»v/av Tivai eiv»', jut' wott.to?. vii, 2, ti. 

(^ Luo, vr, (4. • Malheur h vous^ nchcs ! Malbcur A vous qui 



FounocE MsiHrms. — DesdodriMSBMinlncc 

VQttOtm BHHMCVSHB SHX QOClVlBCS poBIII|DC5 OCS flJflOlIVS CC 

des PJfrvs. Ceu dans sanl Ptal qaH 6nl cfapfrher ks pri^ 
dpes de ccfte poliliqBe. On comaii re celebrr paange si 

qai pent se prter ea eftt a bieD des nqdkatioiis : t Qoe 

Toote pumaee vient de Diea. Gehn qui s' 
faaces s'oppofe a Tonlre de Dieo... Le prinre est le 
de Dieo pour eierter aa Tei^cance (1). > Que si^aiiPBt oes 
pfltfoles f CoDlieBiiPiitHEiles le principe do droit diTm, et la 
jattificatioit do pooroir absolo ? Oo, conow Tool ere les 
tb^ologieDS do oioyen age, oes priDdpos peorent-fls se con- 
cilier avec la liberie do people, et adaietteat-Hs qoelqocs 
restrietioDs? 

Eo prioeipe, ooos FaToos to, Fegalite est absoloe dans le 
royaome do Christ, les premiers sont les deroiers, out oe 
dooiine sor les aotres. Mais on tel royaooie est-il de oe 
DBOode? Doo. Dans le monde, il foot rendre a Cesar ce qu est 
a Cesar. Voila la politiqoe cvangelique. Que dit maintenant 
saint Paul ? Que toute puissance vient de Dieu , que le prince 
est le ministrc de Dieu, que resistor au prince, c>st resistor a 
Dieu. Ainsi, le prince reprew^nle Dieu sur la lerre. Cost, a ce 
qii'il semble, le principe meme du droit divin. Mais, remar- 
quons-le, en disant : omnis poiesias^ saint Paul n explique 
pas de quelle espece dc puissance il ent(*nd parlor ; et il est 
ciirtain que cette parole; pout sapplicfuor a toutcs les fomies 
d'autorit^ qui sont parmi los liommos. 11 est vrai que saint 
Paul dit : le prince, cc qui impliqucrait surtout la forme 
monan;hiquc. Mais 11 nc faut pas oublior qu*il parlait sous 
rem|)irc romain, qull n'y avait plus alors qu unc sorte d*auto- 
rite dans le mondo, que saint Paul nc faisait point une theoric 

Atet T&BMLHiiu ! » « Un cdble passera plus facilcment par le trou 
d'une aiguille qu'un ricbe n'entrera dans Ic royaumc dcs cieux. » 



■ 



l.\ IM>LIT1QUE DRS ArOTItKS 3l3 

iwrair, fiKiis iiin* cxhorialkm |*ariirnlMTr : il tlrvjiil ilimc 
ipHrr !<• fum^jir ilti imm t\\t'\l ;»vait ilr son innps. Ainsi, 
rauloritr rivilr virru «lr I»i(Mi. r*»nlri' ilr l;i sodrle est eUibll 
par him, il f:iiit t>fji'ir :i la loi tnt a ( rliii qiii n'pn'v^fmU' la l(*i: 
voila la durrriiu' ^]v sainl Paul. Viw tcllr rliHirine n>st pas l.i 
jiisliiifulioii (ill di'sjHitismi' : clIo s'applifjtir a tnnli* forme tlo 
jfouviM'netnnil, a c-rllr qui (ait la pari <h' la lilHTtr, r(»mmo a 
I'fllr <|ui la sii(>pr[mr ; v:\r la oii la tiht^rt*' t'sl ilans la hii, la titi 
v\W rsl rrpfr-sriiln' nil flt'fi'inliH' par (HTiainrs inslitiriioos, 
finajiH' li's ('plHHTs a Sparlt% Ics irilMiiis a K(nii(% \v% parlr- 
nirms (laas Irs Iriups tjujilt^nn-s, res iiislilulions m(>iii(>$ sont 
I'lu-on' tk's piiissaiiri's aiixijiicllrs il Taut (tlM'ir. 

Maw si ta libiTle .si* rnntnlii* avw le print'lpo, iiVst-il pus 
vmi He ilire aiissi (jut' itmn* furnir tic g(mviTii(*nirnt, nii^me 
lyi'aiMiiqiir, j^'cii acroniinodi* (•j^alrriiriil? (^ir iitms ne vovou!; 
ilans saiiil Paul aiiruiH' n*slriftiu«. II faul, tlit-il, irhviv aux 
puiHsnnn'M. I'tmh' puiHsiiricr \m\{ dr IMriK IIhuc, lorsqiie Ics 
dooU'iii's (111 iTi<i\rii il^r^.^ ^.^ priiiripaliMiif'tit saiiit Thomas, 
ess;i\ait'ril tic litiiiit^r niir dfiririiir, j*n \ ajoutanl ccllt' n>s- 
tnVtiufi : loulr piiissartrc juslr (moffo sit jmta)^ ils rlainil, jc 
cnuH, inliilrlrs :i la U'iive vi a la pensoo de snint PaiiL Saint 
Pi4-rri* <lfsaii r;^^altM(HTii : * Soyr-z si»iiiiits a vas inailrt's, tiir« 
iiirim' qii its sniit IViclirux rt nialfais^iais, • (hi lU' pi'ui sou- 
tcnir que Ic clirisiiaiiisiiH' iu^tili<' ou nuUiHso la tymnniV : 
far If priiifipf dr la rhanl<'' rsl loiijoiirs la qui in»fii*sr an 
priiirr JoMi^aliiJii d Tiif justi' rl btm, ni infiiu* Irmps 
ftuaux sujris fl flrr i>bc'iss;uils. It n f n t'sl pas 1110111?$ Vfai 
que, !M»lon saiiil !*aul, loiilo puissjincr virnl de I>i<ti, f»U-cllc 
mauvni^e. 

Mais si ^aiiil l*:iul nr fail pas f]p diflVTrmu' vnitv Ifs puis- 
siiiiri'K, il n'rii Tail pus d;ivaiitai;r nilrr ks person ik's !$4>uttiise« 
a robeisH;iiu'e, enlre les fididiS vi Ws iiilidrlt'H, Irs errlestasli- 
ques n II s laiqufs ; el it du s;iiis aueutic* reserve : que tnule 
persoiine soil souiiiise. II ue fall p:is iinn plus d 'except ioti, 
lors4|u'U dit : « Kende/. If iHbut a rpii sous devejr. le tribul ; ■ 



314 CHRISTIAXISVE ET MOYE?i A^E 

ct il sc croit si pcu indepeDdant de Cesar, que lui-momc, dans 
un passage iavoquc souvent au moyen uge, s'ecrie dans sa 
persecution : c J en appelle a Cesar (1). > II n'y a done point 
de traces a cette epoque de luttc entre le pouToir spirituel et 
Ic pouvoir temporel. Cependant il y a une Umite a Tobeis- 
sance : c'est lorsque le pouvoir veut forcer les fideles a nier 
la parole de Dieu ; c'est alors qui! faut rendre a Dieu ce qui 
est a Dieu. De la cc principe : c II vaut mieux obeir a Dieu 
qu'aux hommes (2). > Principe qui n'a point d'autre sens que 
cclui que nous avons fixe, et qui laisse intact le devoir de 
Tobeissance, en dehors de la foi. Enfin ce defaut d obeissance, 
pour tout ce qui regarde la foi, ne va pas jusqu a la resis- 
tance armee. Le chreticn doit mourir plut6t que de deplaire a 
Dieu ; mais il nc doit point se dcfendrc : de la le martyre. 

Politique des p£:res. — La politique des Peres est en tout 
conforme u celle de saint Paul : obeissance a r£tat en tout cc 
qui n'est pas contraire a la loi de Dieu. Tertullien, dans son Apo- 
logetique, oppose la soumission d(*s Chretiens a Tesprit de II- 
bcrte et d 'opposition des Romains : c Quel est le Romain dont 
la languc a jamais su cpargner son empcreur? > Ce n*est 
point parmi les Chretiens qu'il faut chcrchcr des meur- 
triers : « D'oii viennent les Cassius, les Niger, Ics Albinus ct 
ceux qui entre doux lauricrs ont assassine C(»sar ? D'entrc 
les Romains, mais non pas d'enlre les chreti<»ns... Hippias, 
pour avoir menace la liberie de la Uepubliquo, est assassine. 
A-l-on jamais vu un chreticn conuiuaire un tel crime pour tous 
les si(ins persecutes av<Mi tant d'atrocile (3) ? > — t Le chreticn 
n'(;st I'ennemi de pcrsonne ; (comment le serail-il de rempereur 
qui a etc etabli par Dieu ? il doit Taimer, le reverer, I'honorer, 
fairc des voeux pour son salut. Nous honorons done I'empe- 
reur ainsi qu'il nous est permis et (ju'il lui convient, corame 
le premier apres Dieu, commc celui qui n'a que Dieu au- 

(1) Act., XXV, 11. 

(2) Act., V, 29. 

(3) Tert., Apolog,, 34, 35, 46. 



LA poutiqit: i>es teres 315 

(JcHsuH lie liii (1). » Cc jjoiit 111, u CO qifil nous smiibio, des 
|iai't>k'!i bii'ii forlcs : il osl dlflicilc dr dlvv dixwmXiv^t* vn fav(*iip 
de la piiiss;uic(% ot tu'ju'iuUml |niur los i'miirreurs cr n'rtait 
pHS on<'orp diiv assrz. |] v avail iiii |i(>iiil jvur UMfiul lt*s ("Ui***- 
iMMis ctainit rt'ljt'lli's, cl uiaiiviMS riliivciis : c'l^tiiil, en tvfiisatil 
cie reconnaUre* la diviiiiir iiainTiaJi'. * Jr vrux hi<*ii apjM'Irr 
ri»tiip<'n*ur iin mailn-, dil TrrlriiliriK iiiais, dans \v sens ordi- 
naire, iiou, si Ton vi'ut WW Un'vvrik avoiHT ciu ilest mailrca la 
placr iW Diru. Jr suis librr pour liii ; Wivu rst iium scid niai- 
iro... CointiH'iil !*• prir dr lu palrir srrail-il iiii iiiaili'<> (*2) f » 

Telle* ful la fKdili<jin* fli- rfci;lisi', laiii ipfrlli' ful in^rstTUitic, 
Loi"8<iuV]lo devitu \irionrus<s cHiv \Mi]\{iquv mt flumj^^-a pas 
tout k coup. Va' ful alors le plus bi»iiu uiomriit dv la pnliti^pu^ 
rlin'lioniir. L'K|;lisr rd)riss;mlt% uiais n*sp(M'lri\ n1iHi*nrti:inl 
aupfvs drs inupiTours quo pour di*fi*iidrr lajuslifv, <;uj|»ltf>iim 
comn* h rrimr nou pas raiiailituiir, mais la suppliraliim ; mi 
souii'varil ]>as Ics sujrLs eoiitri' U's i>(Hivi'ratiis^ uiais (Vruiaitt 
li>s porirs dv TKi^lLsi' a rcJui <]Ut 5»'(ni t'lail rrmlu indi};n<' : \r\ 
fut rt'xi'iii|ili' diMiiN' par sainl Ainbroisc, oxrniptr daiignrux, 
ij est vrui» v\ dotU ou d*'vai( phis tanl abu?ii'r, uiais cpii ii« 
para)l alors quo laric (*uuraj^oux dv la ronscicoco I'l W droit 
de la pii'li'. 

Tout eu uiaiuti'nant l^auloHh' riiorMlc di* r%lis»*, *"i vn sdu- 
ifnant , daus rrrlains cas. st's <ii'oils avrr, ('lUTpiis isaiiit 
Aiidiroisr :i iinij«Mir.% rrooumi ritulrpondarH'o vl la sutHTloriliJ 
du pMUVoir i('m|»<»i"i'l : « Si rrMipcmii' dniiand<' Ir Irilml, dil-il^ 
nmis m* !<♦ rdUHOiL<i pas ; les cliampH ilo rEj^liHi* [»;iy4Mil triliuL 
Si 1 Viuporour di'sirr nos rliamps, (I a W pouviiir dv \vs pri'U- 
dr<% pi*i*»onno dv mmn ne n'sintrra,., iuhis pay(»iis a (^'Siumto 
qui est u CcHtir(3)... » « Jesus- Cliri^l IK»U8 adcumtMUiogimnde 
I>n'uvc d(* la sounussion oii \v^ rhniirns doivi'nl (Mnt drs 
puissann's supr«riruri'H i*l di' l'obli|^".itioti t»ii lunis sommes de 



(1) Tert.» Ad Sraput,, c. ii. 

(2) Tert,, Apotog. e, xxxiv. 

(3) Ambr., KpUt, de tfmitich tfad^ndU, 58, t. U {M. mtxM,), p. 87«. 



316 CHRISTIAXISSE ET VOTEX AGE 

paver Ic tribut aux princes de la terre. Si Ic Fils do Dieu a 
pave Ic* cens, qui es-tu done toi qui pretends ne pas le payer ? 
Lui la pave, qui ne poss4*dait ri4*n. et toi qui as recherche les 
^ins du si4*i'le, tu ne reconnaitrais pas les obligations que tu 
doisau si<»cle(l)! » — t Si tu veu\ ne rien devoir a Cc^r, nc 
possi^de auciuie des choses qui sont du monde ; mais si tu 
veux possediT des richesses, sois souniis a O'sar (2). » Cette 
doc'trine <H»t aussi celle de saint Aiigustin : « £coutez, Juifs ; 
ik'outez, gentils ; ecout(»z, royaumes de la terre, je n'empd- 
cherai pas voire domination dans le monde (3). » — « L'feglise, 
composite des citoyens de la Jerusalem celeste, doit servir 
sous les rois de la terre. Car la doctrine apostolique dit : que 
toute Sme soit soumise aux puissances. Et le Seigneur lul- 
meme n'a pas dedaigne de payer le tribut , et il a ordonne de 
8c»rvir les puissances, jusqu'a ce que r£glise soit delivree, 
quoiisqiie Ecclesia liberetur (4).> — « En quoi les Chretiens onl- 
ils jamais offense les royaumes de la terre, eux a qui leur roi 
a promts h; royaume du ciel? N'a-t-il pas dit lui-meme : Ren- 
dez a Cesar... N'a-t-il pas paye Ic tribut ? L'Apolre n'a-t-il pas 
ordonne a I'figlise de piner pour les rois ? Cest done gratuite 
ment qu(» les rois de la tern; ont persecute les Chretiens (5). » 
J(! n<; trouv(; dans les (]ualre piemici's siecles de Fere chrts 
tienne (lu'un passage (h; saint Clirysostome , qui somble indi- 
(juer un auln; esprit que ceux qu(», nous venons de citer. 11 
soutient (jue h* sacerdoce (ist superieur en (lignite au pouvoir 
royal. « Le roi, dit-il, n'a (jue la tutelle du cori)s, le pretix* a 
celhr de Tame. Le roi remel les charges dai'gent, le prc^tre efface 
les peclu'S. L'un contraint, I'aulre pri(\ Le prince a entrc les 
mains des armes materielles, le pi*etre n'a que les armes spiri- 
tu(»ll(;s. L(; roi engage la guerre centre les barbares, le prt^tre 
contre l(;s demons. Clirys. (ed. Migne), t. VI, p. 130. » Jus- 

(1) AmbroH., Oper. 1. 1, Fxp. Evang. sec. Luc, iv, 73. p. 1354. 

(2) Ambr. Oper., Ibid., p. 1502. 

(3) Aujjfust., Trac/., 115 in Joann. 

(1) August., becatechiz. Rudib., c. xxi. 
(5) August., In psalm, y 118, scrmo. 31. 



hX IH>LITIQl"E I>ES PKUKS 317 

i\ii'm sairil Mlirysoslonir svaiblt* n'lulnicUiv qu iinr suprrionN* 
luiilc sj>iiilin'llt^ ; uiais ulloiLs |>liis Niiii. • Nuns vmyoiis ilnns 
IWnt'ii'ii 'r(\siamriit qm^. I«*s priHi'i^s Qijjiinioiil lc*s rois, et au- 
joiinl'luii I'liciin* It* |H'ifire coiirbc la hHe sons irs niaiii& du 
piTtrr. > — i C'csl vv qui iioiis a|)|*n'ii(i t|iici Ir \ivv\vv vsl su|m'- 
rinir an rni, tjiu* rdtii i}iii nM-oii l;i iH'iK'tliciidn i*si ('viil<in- 
ninil iiiiV'riinir :i ri'hit i|tii l:i iloiiii(\ « Vit'iil aluis i'liisloin* du 
roi Ozlas qui rlail t'titrc* dans li* icriqili' |Mtur \ lain* iiii saci'i- 
fice. * Li* jitmlirr A/arias y oiitra apivs tiii pnur Ic rliasstT, 
ii«)ii **oinmr mi roi, mais ooiumr iiti i'sclave rii-^itir, inf^ral rl 
fontuinarr,,, II in- i-cganla \n\m\ a (a «;ran(lrorii a la niajrsU^ 
de la puissiincr ; il n'rcoiiUi [luiiii rv iihil i\e Salmnon : La 
mnmrp dit rai 4*st semhfuhic n in fttreitrdu lion : mais, li'Vaiit 
\cs jrux wm U* mi du ciol, il sr pii-fipjla siir It* tyraii. Ku- 
Irons av4H* lui c*i i'^-chiIous le disiHuirs (]ii il lui liciil : < il m^ 
• t\'st [JUS jKiaiiis, Ozias, d'Mirnr rni4*<'iis a Diru. » ('.«*liii qm 
rotiiiiK't \mv raitlc rst i*sr]av<% porl^Vl-il siv ri'iils rdumjiiirs 
sur la li'U* (1), t EnooiT, dans cci rAciiipI**, 4"*rlail Ozias* (pu 
avail empirto snr 1**h dnuts du pivtro, cl saiat (Ju-ysoslome. 
lui-in<''iu(\ ilans un auirr p;issap' (:2), sc monin' Cavorabl*' a la 
piiissaiKT. rivil(% rcnujiKiJlr i\\i*v ftvrrp Ir priiiripr dr saint 
i*aul cl n***xcrptr pas Irs afu'uirs niriucs dr t'obt'issanrc, et si 
iiltafitalii.K sis, 

Aiusi. a [larl (|U('lq(U's [landcs disprrstrs cl sans rousr- 
qucm'r, i<'s raiUKU'ls d»* I'I'iglisr cl dc I'Elal r«*slcij| vn j^mrral, 
dans res pi'riniiTs sii't-lrs, ti'ls quf Irs oni i-lahlis Jrsns-dhnsl 
vi K's apulrrs. I'rrsrrutrr, I'figlisi' n«* n'si>i(' qitc lurs{]u*on 
vent la fuircr dc iraliir la Itji do Dii-ii. Ti'ii)n)|dianl(% cllo 
d4*iiirui'*' ^oumisi% tiiui i'u iHHiHn«'iir:iin n [mvWv un lan^agc 
jdiis fi'i-nn\ Lr puuvHir trnipond ruiisn'Vi' son auUn'ilt* ; Ira 
p4Mi(>tos iiont pas d atilirs niailii's qnr Irs rcits. L4* tribul, 
&v^nv <-niain dr la drprudancr rivik' rt dr la supremalic 



2) ChrvH., iu /*«///. « / Wow. c\ xni, wtm» XXUI. ^. Migne), p.6U* 



318 t:imisTiA5iss!E et vo\e^ ace 

pitliiiqiic, (*st payt* par TEjifllse fommo par los latques. La file 

dii riv\ »'l la rili* dc la Irnv vivcnt t'o paix. 

N<*a!!niniiis, If* fhristiaiiisnn' l«'-i;iiail a ravenir unc dcs qups- 
liiHis |>olili*|iH's Irs f>lLis t'uiiipliqiitVs ct Irs jiliis obsrurcs, iH 
cpip rarHupiitt' n'avait gum' runiuif : vrWo dcs rappoits de 
rK^dfsi' rt (!<* lEltU- Kii firtvclamaril iiii rnyaiim*' dc Dit^i, rn 
T<ntnidi([iiaiit la IiIhtIi' d«* cniiscit'in**', cii anininmt ciiriii iju'il 
faiil ubt'ir a Birii pliilol qifauK honmios ^ h^ rhi'islianlsinp 
an'fnnchissail riiominc i\v V]\{:\\ ; il liii flonmiit iiiit* imivv lui, 
iiiir auln* fin, iin aulrr prtnript^ 1<^ fhivlien rcslait soiimis, 
mais vohmlaircment * <H touio sa vic^ morale, sa vie viTkabIc 
i^tatl I'ti drfiijrs de la viU\ !>o iin^nie fjiie le sloicisine afTran- 
fhissail I'linniine dc* Pfiial (vn ihvtmr au mnliis) , ft ph faisail 
iiti eilnyen dii mond(\ uii inrmbi'r de la It^'piddifjiie imiver- 
seH(\ dc Ultimo aiissi le christian is me aflV^aiicrdssail lliomme 
en rapjKdarit a line eiti* rr|pst*\ dmil iyieii est le voh et dont 
les iiiemijivs soiU les saiiUs, Ct^tlc idee (*sl le fond de Touvragc 
celebre de saint Atigustin. Tons les philnsoplif^s aneiens avaient 
eu lem' eiti^ \v\ir !l<''piddi(fiie. Sainl Aiijfuslm n'pandail done 
h line idr'e de ran*li(piil<'', en propctsant aiissi a son lour 
ime eile paifaile , qui , vi)\a|,^<'aril snr la lerre , n'a son 
\t'ai roynnme que dans le eieL Iri-has, elle est mi' lee a la eil<^ 
terreslrc; r*lli' joiiil dr sa jtrairciinn : vUr (iroiili^ dr la paix 
que ecllf-ei liii assure. Kile \it a Tombre de ses luis ; niais sa 
vifiie palrie est aillnirs. L'fclal n est plus que le proleeleur 
visible de la eile invisible, de la vraie eite. 

Mars edlr v\\r invlsiblr, rn aliciidanl qu'elle irouve en Died 
la paix ef r<'teniel repos, vil vl eonibal ici-bas sons imc forme 
visrbliv. Eile anssi, rile a stvs lois, sa forme exlerieure, son 
gouvi'i'ncnKMtl : r'rst rKj-iisp. L'%!is{% en faee de I'Klat, 
represcnte la libi'rti"' de la eonsriniei' ; v'i'ni sa '•randeur. Mais 
blentAl ne d4'mandfM*a-iH'lle point autre ehose ? fitant le 
royauoie de IVivu, eonsciitira-t-elle lonj^lem[is a m soum**tlrc 
an rt)yaiuur' de la let*re? Appelee a inainttniir parmi les lioni- 
mes la pais, la foi, la pureie desni(.eiirs,pouii'a4-ellesuppor- 



LA POLITIQLE DES PERES 319 

Icr sans resistance le spectacle de Timpurete, dc rimpiete, dc 
I'orgueil et de la tyrannic sur Ic tr6ne ? N'est-cllc pas chargec 
de defendre les petits contre les grands, les aflliges centre les 
oppresscurs ? Voila r%lise intervenant entre les princes et 
les sujets ; la voila jugeant, decidant du gouvemement tempo- 
rel, s'attribuant le supreme arbitrage entre les peuplcs et les 
rois ; de cet arbitrage a la suprematie absoluc et univers(»lle, 
rintervalle n'est pas grand. L'£glise devient superieure a 
rfitat ; niais, conimc elle a eA ellc-m(''me im gouvemement, 
dcs lois, des pouvoirs et des armes, elle est un Etat au-dessus 
de rfiiat : que dis-je, elle devient I'filat lui-ni(^me. C'est ainsi 
quune revolution, nee d'abord de la liborte, aboutlt a unc 
nouvelle espece d absolutisme, rabsolutisme tlieocratiquc. 
L'f^^tat opprosseur dans i'antiquite devient opprimc ; il luttc et 
fmit par recouvnT, apivs plusieurs suVlcs, la llbcrtc et I'indc- 
pcndance. Cette lutte, ce conflit, cette victoire, voila Thistoire 
politique du moyen dge. 



CHAPITRE SECOND 



LE SiCUlDOCC ET LEVIABLE 

Politique da it* an xin* si^de. — Giv^ftinp k Grand.— /"«««»» Arnr- 
tei>». — HiBonar. — Mcola« I". — Givjroine MI. — Adrersairps d^ 
(irt^wrt \1I. — Saint B^riLMtJ. — Hu^es de Sainl-Mclor. — Tkomas 
Be^rfcH. — Jean de SalUbory. — Le iMrrHmm de Gnlien. — Inno- 
cenl IM. — I>rbaU d*s jnrisi-onsiiltes : dt^civlistes el legistes. — 
Hoinies d«» FV»rencf . — Thi^ori»»> des s<.-hola«li<pie<. : Pietre Lom- 
bard . — Aleuodre de iiale>. — Sainl Dunaveaturxr. 

I>*5 quatre premiers siocles de I'ere chnHienne avaient etc 
cinfiloy<'*s par les apolns el K'S Peres de TEglise a fonder le 
dogrne ehrelien. a repandre el a enseigner la morale, a con- 
verlir les fjputils, enfin a eonquerir IKlal lui-meme. el a eia- 
lilir le christianisme sur 1«' irone des em|>ereiirs. Touies ees 
grandes enlrepris^-s etaienl a jm^u pns achevees au eommen- 
eement du V slh'W. Cesi alors que le monde romain fill boule- 
vers<% el la eivilisalion eonfoiidue pendant plusieui^s sit'eles par 
les inv.xsions d<*s barbares : du v sie«'l<' au ix"*. el meme au 
xf sieele, eesl une irisle deead<'nce. dans laiiuelle il ne laut 
pins esperer irouver de traces dune philusopliie morale; e'eiait 
beaueoup alors di* eonserver (|ueh|ues veslifjes de la science, 
des lois, de la langue meme de ranticpiile. Les si^uls noms 
qui meriumt d'etre cites dans eel intervalle sonl ceux de 
IJoecc el dlsidonj de Seville, beaucoup moins encore pour 
leur valeur propre (car Tun n est quun rbeteur eloquent. 



LA PUIJTH^IK in MOVES AfiE 32 1 

raiilrt' un cnmpilaleiir), quv pour I'autoi'iU' donl ils jouireni 
au moyon lijfp. Ilortv t^st un <lc rc*u\ qui scrvircnl a Irans- 
nioUn* ik In philosophic srholaslifjui^ ([urlqiK'S r.iynns d** plu- 
lonistiu' ; rVsi a liii, a sainl Augfusiin, au psi'udo Denis TAivo- 
pagilc% quo ci'lU' philosuphie diit ilv no pas t*lrc loul rnliiTn 
vl ahsolumoni pt^npnl<'*tiei<«nni',QuatUa Isidore rk^ Si'vilh^JInc 
lie til qu(^ irniisrnellro (pi(*!qurs (liHiiiilions que hii-uu*ino avail 
n-rurillH^s et cmprunt^'i^s luix auleiirs anciens, el (>arli(*yliiMT- 
nn'iK ;*u\ juHsenitsullc^s : iettre ruurte, ayanl srrvi reprndant a 
faire passer (k* l'anti(|iiiu'' aii\ lernps modernrs fjur'lrjues priu- 
ripos r|ui avaienl vecu vl qui th'vaient n*vivn\ 

C'esl vers le mili<*u du xi*" siwic t\\w Ion voit la prnscc 
repren(h*(^ son i*ssoi\ v{ la phtlosojihir rerommrurrrun niouve- 
lut'ul qui nv dnli |»tiis s'arn^U*r. (^.onyne nous n'avons pas a 
Tniri* ivi Thistnire dr [a srhtdastiqur, nous on si^alemns srtl- 
Irmeui les I rails <]iii sv rapptirlciil a iioln* t>l)jeL Hi-ux I'h'- 
nieiils I'otnprisrnt la philosiqtiiir du iiioyen a^e : la dialei'li<|ue 
el le mysticisnie. Dans la prrnilen' pri'iixh*, ces dviix ('•h''mruls 
sonl srpan's el nu^iue sr nuuhatliml : d'unc part, uiie dialre- 
liqtir* aride; dv 1 autre, lui juysiirisuie i'(inu*fn[i]atif; iVmu*. 
pari, ltosef*lin el Ahetard; ilr I'aulre, saint Bernard n li'^cKh' 
do Saint-Yuior. Dans la piTioil^* suivanlp, cVsl-u-riire au 
XUT sieeh\ ees deu\ 4'4eirienls rivaux se i-qipruc^linu el s<» 
roinhiac^iiL et nous les vt^yons reuuis 4*1 U^nperes Tun par 
lautrt*, chujs di-s pn>|iortioiis divci^'s, viw/, k»s Imis graiuU 
imiilres cli* la seholasii(pie : sainl MouavenUire, sainl Thomas 
d'Af|uiii el Hinis SeoL Aprrs eelui-ei. la separation a lii*u ik*. 
noiiveaii. La dialerliqno se tle^iouille p4'U a p^ni tie tout re 
qui rn Taisiiit la vie ei le sue. ei elli' rrvieiil au \mr noiiuna- 
Usine il'ori elle I'lail sorlit\ Le ntYHiieiMue, a son lt»nr, de phis 
fii plus iiupalient des ehaines de [a dK'olojTir seholaslifpu', 
iitvnqur ri"X|M"'rieiier inl<''rieiii'e, et rejeite la inelhode de rai* 
i$oniteiiti*Til li d'aulonle. h'uiie pari, (<nillainue d'Orkain, ot 
(\v rauln% Jean lierson, travailleiit ainvi Inn el t'atitr<% s;ins 
h^ &;iV(dr^ a ta decomposilion de la |>hiliisii|ihie ilu moyon Aj^e. 
ixSEJ. — Sfienre iioliliqiie. L *— 21 



322 CHRISTLIKISME ET MOyXN ACE 

Car la dialectiqiic ct le myslicismc sent en quelquc sortc Ic 
corps el Tame dc la scholavSliquc. Sans 1 ame, Ic corps finit 
par lombcr en poussiere, cl la dialcctique se perd ot s'epar- 
plllc dans im chaos dc (lislinclions verbalcs : dc son cote. 
Tame, se siiblilisant de plus en plus, perd chaque jour Ic sen- 
timent de la vie ; ct meprlsant la science, Ics livrcs, le raison- 
nement, les maltrcs, elle va s abimcr dans rhumililc cl dans 
Tamour pur. 

L'histoirc dc la politique au moyen age correspond a peu pres 
a rhistoire de la pensec. Le pouvoir spirilud et le pouvoir teni- 
porcl rcprescntent le mysticismc et la dialcctique, c'esl-a-dire la 
partie divine ct la partic humaine de la philosophic. Dans la pre- 
miere periode, ces deux pouvoii*s sont en luttc, ct le princ^ipc 
du pouvoir spiritucl fait a chaque pas de nouvcaux progress. 
L'epoque du triomphe dc la philosophic s(*holasti(]ue coincide 
avec le triomphe d«^ la papaute. L(^ xni^ sicclc est 1 age d'or de 
Tautorite pontilii^alc ct dc la philosophic scholastiquc. Lv. pou- 
voir lempord est Tinstrument de lauloritc ecclesiastique, 
commc la dialccti(|ue p(*ripatelicicnnc est la foi'me et Tarme 
du mysticismc chrclicn. Avec h; xiv" si(M!lc rccomnicnccnt les 
luttcs, vl le progrcs a lieu en scmis contrairc. De toutes parts, 
unc opposilicm s'clcvc contrc les ahus du pouvoir cc(!lesias- 
tique et en favour ch^ rinilep(»n(lanc(^ du pouvoir civil. La sepa- 
ration du spiritucl ct du tciii[>orcl se pri'parc pour Tavenir. 
Les pn'lcntions cxorbitantcs dc la pa|)aulc, sous Boniface VIU, 
soulcvcnt unc lesistaiicc foruiidabh*. L(» grand s<'hismc nous 
uionlrc ccltc autoritc exccssivi^ s(» dcliuisaiU ellc-meme par 
ranarchi»', cl forccc culin (rab(li(|ucr dcvanl \os clats genc- 
raux dc I'Kglisc. 

Dans ccltc lullc cclcbrc (M forniidabh* deux grandcs doc- 
ti'incs claicnl cngagccs : d'unc part, la souvcrainctc dc I'Elat, 
ct le droit {\v la cil(' Icrrcslrc a sc gouvcrnci" cllc-incme sans 
rinlervenli<m du pouvoir ccclcsiasticpu'; dc lautrc, la souvc- 
rainctc de Dicu cl Ic droit dc conlrOIcr Ics pouvoirs icrrcstrcs 
par la loi divine. Enlrc ces deux principles, Ic moyen age est 



r.R£^GOm£ LE CRAKD 



323 



iiicerlain; car, d'line pai'l, l*indr)jpinJam'e dcs pouvoirs Iiih|ucs 
rst la vr'i'itf'* ; dv V:mtn\ la siirvi'illiiiUM* drs pouvoirs huoinitis par 
un poy voir I't'sislaiit rsl nussi line vr^rilt'*. (>i\ au inoyoii a^«\ rolle 
rrsistanre no pouvail vrnir iipie df l'Ki;lisi\ Mais, a snn lour, lors- 
qu'rllti voulail transformer la rrsislaufo on domiuulioiu I'll*^ 
devait aiis^i n^ucnniror unt^ rrsii^iauoe en finv di'llc ; vi Ws pou- 
voirs laMpii*s,(|ui nous apparaissrni dabord cnrmrii* drs pouvoii'H 
l<*'gitimiMiic(il surveiik's, devii'iincnl a l(*ui' lour dvs. pouvoirs 
d'(»pposilion, afiprouvt's p:u' \v^ [ji'iiplos I't [inr la mison. 
Ainsi la sym[falhir ct laulipiilhio |jassrut su('<TssivriiK*iil dun 
pouvoir a I aulir. On les approuvp dans bur tt^gistancr; an 
Irs drsavour dans k'urs usurpations. Qiosc tHranj(<' ! hi libertl^ 
nc subsisla j^urrr an moyru aj(<' ffur fjr:\t'c' a la liitlt' dr re< 
dtMix pnissaiKM'^ fcipnu<*s(ji]rs, (jnt n.spiriiiiMit I'uno vl lioilri^ k 
]» monairhie universidlr. Suppriimv. J'liru^ dos <li*ux, cl Ic 
niriiKif toinhnil prul-r'ire ilans utie xiTvilnd** irnMUi'tliiibk', 

llapprdous rapidcrntnit rouuiirnl sp roruioroul au inoyeu 
ajfo Lvs dortrinrs lliiMM'i'ali*|U('s, (pil uit'iiarrn'iU dVngloulir 
rindrpcndanri' dv JlClat, tnais fjui, loul rii pn^pariinl tin dcs- 
fiolisinr dun auhi' gcnn', dumil ccprnilanl invoqurr plufi 
•1 urn* fois li*s pririri|M's dr la librrlr, 

ihi n<' s'alU'Uil gurrc a Inmvi^r dans ccs siiVles harbnrrsi 
dc iraik' tli<'*ortrpir dc p(»liliqn(\ Aimsi i'*il-c»' pliU<^l jbisloire 
doH idiH's ipir dt' la stirnrr qur nous i»n'!4ri}U>ronH iii ; I'l )rs 
diK'unu'nls i|U(* nous consutlrnniH ne srronl pas srulenifnl l**-* 
writs des |iliilo!iO()boA, main lc»s corrospoiithuiros, \vn codrs* Ip» 
i'iTlis |»ol('nn(|urs. <"U'. Kn un mot, lout ic t|ni va suivrt' 
apparliriit auttuii, ri |*tus [Mn)t-tHi'i% au domains ik' rbistojr» 
qti'a ri*lut d(! I:t pliikiHn|iliir. 

GntcuHBK i,K (iniM>, - Nous troiivonsd'aboni dan?* T.ivjfoire 
|p («rnnd, avoc uni* j^rnndi* humiliti' dun^^ la foi'uic, un laiij^a^p 
(bj:\ tns ficr adrcss*' a r(»mp<*r4'ur d t)ri<'nt. fl n'M'hnnc contri? 
unc loi qui voulaii intordin> atix nnlitjiir4'« d'rtr«* nnnis d.in!i left 
inona^h'ri's : « ^i' >;uis-jc\ dilil. jvour park*r a mr^ maltn*»? 
qui* |H>u!wirri' i»i \<*rnus»rau; ot ropnidam, roniincjt'flouA que 



ai 



<:iiiiisTlAMsiii': t:t mo\e\ AtiE 



i!('Uo loi rst roiilrairT an Wwu mu\cvi\m, jr ne puis inr lair'4\ 
Voici «?e quo Ic Chrisl vous r<'|iond |>imr nioi, son stTviUnii* el 
lo vfitrc : ji* Tai fail Crsar, cnipert'iir, ot prrr d'nniJCTM'iirs. 
I'M t'(iiili<! mes ptvln^s a ta iiKiiii, ol iii vt'iix pnUnrr Irs soltlals 
l\ UMm stTxlvrt Jc Ir !(* (I(nimrul<% j^iriix tMTiiK'mir, dis a Ion 
sri'viU'ur fi' ([ij<^ (11 i'(*poiidi"as a vvs pai'oh^s an jour du jiijjc- 
iiirnl. » On Ir voiU riiuniililr tlu lanj^aj^^r nv fail tjiif niioux 
rcssoilir la hardicsso clu fond. Opontlanl r<Wt^(|in' de Home 
rn' n'fnsc pas cin'ore robinssrinrc : If se considoro encore 
cfKoniif^sujcL. ^i l*our moi, soiimis a vos ordrrs, j'ai fait snvoir 

dans ri'l*ni(Jiir ilv I't'inpin* la loi qiirvoirs avcz pnrtro DexS 

deiix f6U's j'ai fiiiL n- (|ii« jai dil, vn pavanl a rriniKU'our 
robristsaiHT ((uil a Fr droit d altrndtv. el vn disant pnnr 
Dim ri! qm^ jc iT(*yais hi vrrilr(l). > Dans ccs icniK's, Ics 
prin('ip<^s politic[ues do TEgiise priniiUve sont encore sauvejs. 
>'ons n'en sommes encore qu'aiix avertisseinents et aiix re- 
infmiranres; nons nen somiiies pas a rrs[iril de irvolle el 
dentin r-patioTL 

La qui'stion se niainlienl a pen pi-es dans les ini^nies lernies 
jusqii'iui lenqjs de (^liai"I<'ma{»iie. f'.(* prince, en d^'HvraiU la 
pa|»fiuii' ct i-n liii assnranl nn dornaiiie ainsi IfMnporel, avait 
elahli d*nne nianiere <r!a!anle sa snpr<jnalie en preparanl* il 
est vni, la nvsisianre, el en donnant des amies a 1 andiilion 
eerlesiastique, srnfji-nlierenu'nl favorist'e, sans dnute, rl p«*ul- 
i'^tre jusldit'i' par les Iti-sniiis drspeiiplrs (ni|n'iin<*'S, eL les viees 
dt^spnnr'(^s el des nppresseurs. Qnoi quit enM)it, an temps de 
(^!iarleniaf,^ne, Irs deux pouv(Hrs scnil enrijre rlans I<*s nn^nies 
ra|>poris. t:iiarlema«,nie eerit an pajie b'TUi III, a loeeasiun de 
son ele4Mion : • Nous nous sonnnes ffrandement ri^ouis, el de 
rnnanimitt* de relrclitm, v[ de I'linniilile de voire ob«Hssance, 
ei de la pi"(nnesse de lid<"'lile que vous nnns avez fai'le. i 
Leon Jll eerit a son lour a remperenr : « Si tlans les airaires 
qui nous oiil eie soumises, nous n'avons pas suivi le senlier 

(1) QTrgor. mngui optra {Ed. Paris, 1705, lorn. If, p. 675 — t-pils. L\X], 



de la vraic hn, nom soinin«^s fJiiHs a la n''fi»rmor <l'apivs voire 
Jugcnienl et colui do vos (*<)ioiiiiss;iin*!( (1). • 

FAi'ssr-'s l)i^.riii:TAi.t:s. — Mnh ;i|)tvs CfinHrinnjint', p| a pru 
prt'S vers Ir inilu'u du ix'^ shVUv, la scriio clianj^c. I'u mouv**- 
nii'iH lout nouveau ^' pi-ononw pii favour du pouvoir spiritual. 
Ihiiis Ir (k'soi'flri* uiiiviTs**!, e't'st lo |>uuvuir de rfc4;lisi' ipii 
pri'fid le dessiiH. r\ dans relist' iiiriiu*, cVst k' pouvoir dr 
IVviHiiH* d«' KiMiii', liu papc, (pii s'elrve aii-dfssus dp tous l^'S 
i»v<^qiics, H bieiitdt dc tous Ics rois v\ dc r*'[iipnMHir lui-jjirnu*. 
<!'rHl U' Irmps d(*s Fauji.Hes fJik^fU'taiox^ d'Hincmar, d'Aj^^obartl, 
de Nicolas I*''^» Ic prnuiiT dcs gi-imls puiu'S dti moyi'ii i*i;(', l<» 
piH'niier qui ail cou^u t*l coiiimi'iice a realists le vasU* proj^l 
di' la dotiiiii:Mi(»ii uidversrllt' di' T^^^liso dc UoiiM'. 

NuuH Savons aujuunl'hui vr ipir cVsl tpn* ics Faiisnes JJi'crv- 
tnhxqvii pai'utt*iii dans la |>rrnui*rc nioilli^ du ix'' sieclt*, do 
SOW u 8VJ» Ce srml dvs Irltres atlribut'cs au\ pri-miers paprs, 
defHiis rj«'*nic»nt I*"^, Ic surcessiiir de saint Piornvjusqira naiiit 
(iivgoin'.O ivruril v\ii\{ siijipos«'' l"n*iivrr disidon' dr Si'vilii', 
qui vivait au vr siioclc', n i\m a joiii dune iK's grandt- eonsi- 
deralinn au tnoym a^e, |>«»nr hch nmnnissaiti^'H rncyt'lDpi'- 
di(|ui*«i : cost pounpjoi on a|>pidle aussi If ivoueU des Faiiswn 
il^rrelali** Ic l*»euda-hid(»rHxl Or, It* hul deed iiuvra^e apo- 
ci7phe elail d'appuyei* par des pieees suppo!i(*H*s remontant 
JuHipi aii\ apotres la double doririne qui 8r foiiiiait alors de 
la ^upreinalie de I Fl^iisi* en ^MMH'ral sur le pouvoir teinporel, 
el dv la ftupmiialie de riLj^lise de Home Hur lesauireH I'^dises. 
O' s4MMmd poiiK et:int evrtitNi^euiettl one (piestitiii de poli- 
tique eeele!«ia.sli(|ue, nrm.s le negfi^'erons |iour (e premier qui 
!M*ul loueho a la f»oliti(|ue };enende. Nouh nous eonlentons de 
faiiv remarquer que een deu\ ipie^ilionH boni di^Uueles, 
quoique rrurdiuaire elles eiilrainent one meme Jtolution : il 
pent eependant si' trtiuver des «Tii\;iin.\ qui delemlenl la pre- 
ponderaiicv du Hpiriluel sur le linn|M>Rd, el de I'^lisi* sur le 



(Ij Guiiot, Uiitaiu de la fiHli$0lhn en tramt, 27— Iccon, 



' ^26 niruHTiAXisnK f,t moves age 

prince, sans admrUro la (Inininaimii dc I Ej^lisf^ i^otiiainf sur 
tes juiires Eglises : c't'sl i-v qui i\sl vi*ai, par exeuiplr, pour 
Hinrirmr. 

No LIS irniivoiKs doiK: duns Ir Psettdo-fsidoniit la |>r*eniirre 
t>\piTssion liaj'di»u' di' la tlirucraLie ilu Jiictym aj^e. Voici t-etiue 
["(HI fait dti'o a Clf'^iiirnl l"^ Fun dos pii'miers papi's : t Saehc 
(jut* lit f^s au-d(»ssi!s dv tous, iffuf/umn te omnibm prtFfisse 
nwneris (t). n La juridirliuii Icniporollr I'lail drjii mis(» rn sus- 
pirinii. f Si qut'ltpirs-Lias dt's firrrs <)nl drs nd'aiivs eiilrL'eiix, 
qu'il naillriil pas st' fairr }u^vv aiix rlioscs du sin'lr, iiiais au- 
[Hvs dcs [tirtn^s rU- I'Ejjlisr, rl quils nIhMHSriM vn Uml a tturs 
decisions. » Vuiri ennjro (|uels tlaii-al Irs prini-ipes ailributrs 
a saint Picrn* dans vvUv leUri' supposes dv sainl Clement (2) : 
* II oi'donnait a tou» k*s pHttres de tft terre cl a tons les 
hommex dobeic et de conrber la lelr devant eii\ (Irs invHres),,.. 
el il tleelarait tons eeu\ tpii ri'rus<'i"iienle«>ndainnes el inruiufs 
jusqu'a salisfafiion, el, slls ne se I'tniverliMsaient, il ordouiiail 
de les ehussiT de TKglise C^). * 

>ous vuiei, on le voil, en plein inoyeii lij^e, Saiiu Pierre 
parlc iei com me Gregoire VII. Eeoulez eneoie : « Voire oilier, 
dil-il aux ecrli'siaslitines, e'esl de les inslruii'e (les princes); 
leur devoii' esl dr voiis tjbi'ir ('(mim** a INeu (V). • Enfin, on 
invo<|y;al ilcs rxemples di" I'ldsloin* jiiive, aussi iiie\a<'ls, 
d'ailleiirs, ijue la ibese elail fausse. » Le premier ponlife, 
Aaron, ful en ineoie leiiips le pi'iiiee du fieujde el comnie son ruiy 
il levuil i^ar leles des preiiiices el des li'ibuls sur le peuple, 
el il avail le droil de juger. » Nous avons vu, au eoulraire, 
avee eombien de soin la leffislalrnn de Moi'se avail t»vite hi 
confusion du sneerdoee et de la royauh'. 

C'esL siiTloul d:ins rrs [H'rnileres lePres, allribuees a Qe- 
menl l"^, (pie se Irouvent les prineipes de la snperiorite du 



(1) PifMdif'MdarM {^d. Getieve, iG£8), loU. I, p. 9. 

12) ih., p. 6. 

(3) M., p. 2L 

(-1) /*., lett. ilj, p. n. 



FArSRES ©feflR^ALES 327 

i|iiriiih*l hiir ]»* UMiiporol. Dans Irs aiilrvs. riuiunir tin Pneudo' 
/x»r/riri« vsi ^ut'toui |»n'i*i'ru|K' di* |)la(M'r I K^^^liw clr Homo 
;iy-i]*'Hj»u* (Wamrcs, « La sainic Kjylisr nmutiuc v{ ufiosiriliqiio 
n'a pns n*«;ii hi pnmtntti* dt'S ainVircs, luain tlu Sativi'iir lui' 
niriiK'. liii'sqn il \\ dil : Tu i\s iMrrrc, t'lr. > — « I'lrrro t»t 
l^aui t>iU I'lin rl Tadtrr nm»iaciT la sairiU* I^^Uh^* romaiiir, et 
rcinl piTpos*'^* a Imiloji Ion villrH (tans I'lmmTs t^iuier (1). » It 
!i'af(i( Hiirloul trarraclKT Irs crclt^iastiijtKS a la jiirMliiiion 
|nii|n>i*<'ll<\ t b» Si'ijriirur Vcsl rliargr iHi-iriruit* «h' rliassrrde 
iicjn ti^mplc aviT h* lit met Irs pri^liTH pivvar'iratciii'H : d oil U 
ri'nulh* <'lairnii«*nl <fu«* l*'s [inMrefj iif iltKvcDi vWv jiij^M*s (|U(^ 
par Diou, H lum par \vs lioiniiirs. Ckir, est-il (|ia*lipi'ini |»aiiui 
iiiiiiH ipii voiiilrail \oir jii^oi* *Mm csclavi* pai* tin aiilrc qiir ]iii- 
iti^mc (^)? > Ivnlin, la jiir'uliVlitm spiritiiHIp ms %VLsh\\\\\(s a la 
t(*iupoivUi\ • Si lui iTiiiH* li'iijfitnf! a t*U* numiiH, turn soH 
MtiitiiiH a (Irs ju^'^rs <]u iiu^inr Hrrh'(\ IdiiU'Cnis ajiiTs lavis 
prralabli' drj* ovrqiK^H. Vav \ \\m\vv a vtiiilii i\\\%\ \v% cnuii(*s 
il<*x parlirulii'is Hoirtii (li'»r<'M'iVs aux fcglisrs. rt uriiiiiit'eji pur 
If* juj;<*nu'iil drs pirlrrs (M). » 

.\uus nMKMaitniiiK ciilin dans iiiio. di*^ il4M'iiirrc»s pi(H*f»» do 
IT HMHioJI, Ir [*H%ilc»}(r till ni(»iiastore d« Saim->l('danl, ailri- 
btio n (in'^oin* Ir (iraiid, Ir priitriftr dtmt iiriri'dnl (*t ahunr- 
mnt tons \vs pa)H:s dii rTioyrn ^ii^%\ a SJivuir Ir droll ih* 
n'fiMjurr |(*H [H itirrH I(iii|Mii'rU : • Si qtu'ltftir nn, jvritiri', 
p^ri\ on s(»rulirr \\v qurhpir ordn* ipic* rr noil vinit* les 
dlicn-U dr rrllr ailtoiilt' apOMptlUpir,..,. (furllr rpir soil sa 
diiftiili* li jMiii rli'VHlioiL qnU soit pvivr He son pnuvoir, pn- 
Ti*tor suu luinnn* (4) >. ^nu» uvoo8 vu um\ a I Imirc iui<) 
IrlliH* di* s:iiii1 (irrgoin^a rriupi'i-riir: on [♦rutjiif^rr sirrsdrr- 
nim'H partdrH jmhh aiiijiniii^pirs, rl »i» lin\ ([iii s** drrlarait 
(Hiusj»i«*it* ('I v«M'tnis?M*au, 4*1 ({ill obt^issiut ii uiii' loi qu'il]ugi*:iit 



fl) /*«/., Lett. ^rAnadnl. IIL y. i:W. 
(SI ma,, Uit. d'AtiArK^t, IL p. 12K 
m l»W.. Lcit d'Atuiclct, L p. 1 to. 
4) Mid., i>. 653. 



328 CHRISTIAMSHE ET Ji<»^'EK ACE 

conlraiiv 'Mi\ Inis dv r%lis4\ r nl prnii^Jiirr un irl auallirnic 
conln* It's |nni%'oirs se'Tulirrs. O" ii'rsi donr poini saim Tin''- 
gciin' (|iii purl*' : <*p n"i\sL |>as uiic ilorlriiin tin vi'^ si«H?U% iiiaia 
cost iirn' docti'iju' ilii ix ,ri nous alloiis voir quolb nest |»omt, 
ii roll*' <''|MHjyt% nil tail isulr. 

L(»s on-its d"A{»()])anl, <*vr((ut' do Lyon, (nioiqiio inli^n^ssaiilS 
pour appm'ior lo caniiion' ilu ix'' slMr vi Vrlai dos idoes 
polilkpicH II rollr ('Jmk|ih\ sniii r<']>oinlaul Irtip dos rn-i(s do 
oirc'fUisii'iJUM' |Mmr <|ut* imtis nous y arrrlifms tri (1). Nims 
chori'lujiis, noil l1usli»iro dvs CaiLs, uiais wWv drs doiiiiuos. A 
00 fioiiil do vui\ nous trt^yvornns |)liis triuslruoEiou ilaiis los 
oorJl^ d'un autre ooutoiiip(»r<dii, lo porsoiiua^^o poliiiijuo b 
plus ilki&lre du ix.'^ siook', Hiiiotuar, an'liovot|uo do HoiiuH^ 
qiie Ion a coniparo i\ Bossuoi, (luniipi il n'on approolio puore 
par IV'lorjuonoo^ 1*1 qu'il son oloifrno souvonl par los dntMrinos. 
Jlf^iCMAiL — 11 osl <'V)tlrnl fpriiiuomiU' ost partaj^^i^ 4'iilro le 
j>ouvoir Louiporrl vi \v junivoir sjjiriliiol, vi vnudi'ail di'tornd- 
nor avoouiiojusto tuosuro Irs liiiiitcs do<*osdo»x pouvoirs, mais 
o ost ci'liii-oi i|ui 1 omiHirto daus sa (m'usoo. Daus son irailo : 
De pote.Unte regia el pontifirin, [\ dii d'abord qu'il n*y a <]ue 
J.-€, qui ail oU^ roi ot pfotio. 11 y u, dil-il, doux puis.sanoos 
par k'stjuolli's lo moudo osi j^atuve'rm', la puissanoo niyalo ot 
la puissauco saoortlolalo, * Lo (IfirisL ouunaissanl la IVagililo 
humuiuo, a voulu soparci" |*ar dos aoUons |>ropros el des 
oarartoros dislinots los louoi ions drs doux piiissauoos^ voulatU 
KikUYor 1l*s sk'us \n\r uiU' saUuairo luiinditi% ol los oin|»orluT 
do lombor dans la KUpoiho lmniaiiu% ooiiimo, avanl lo Clirisl, 
los omporours palous, qitioUuoul ou iiioiiio louips souvoraiiis 
p4vntilos. 11 a voulu (|U(' los rois ohn'lions oussoul hesoiti do 
poiitilVs pouila vio oU'riiolIc, ol qmv los juiulitos so sorvissont 
des empereurs pour los bosoins^do la vie loiiiporolle, alin quo 
Jos soldats de Dieu no so melasseol point aux ehoses soeu- 



{1} Deemnptuatkine utriugqiie reffiminiSm \oir Optra AfjotmrdiiPiw'iH, 
leOGtp. 351. — Nona raitpcllevoiis iiiissi.tltina les HEnvrea d*AjJ?oliarti, 
uoe interessanlc jKilurjiique coutre le Combat juciicmre, p. 2^7. 



n^iM"!!; qH'oii r<»Unir, Irs hoiiimos omhaii'assrs dims Irs clioscs 
srruliiMvs nc parussnii |H>iiif fUTsidrr au f^mivniTrniont des 
chojk's H|>iriliiollrs< c»l qiii' h modmiiion de iliaqui' uidiv frtl 
cH>riS4»rY<^? (1). • 

On n(' p<*ul !i\n' avrc plus dr jiisi(ss<' ei dr IVrmoir* In |inrt 
dos ilniv [jtnivoirs. Muh HJiifiuai- ni' sVii lierit (Miitil ;i 4*«'U(' 
dtsitmiion si jiish*. Li' void mainu^naiit r|iii rnmpi cri i'tiiii- 
lil)iT, vi qui, apivs avoir Situtniii riiidi'^iH^tidanrr tirs druv 
piiissaiirt's, <*lia('iini' dans li^tit* (inlr<% assujrllil la ptiisiiimrc 
U'iii|M)rrlh' ii intiU-H \vs prrtrnlioiis du poiivuir san'i'dolal. « II 
e*8t dcs iwi^*'S, (lil-il, qui soiilii'nm'ni 4|uc Ir (iriiire nVst sou- 
iiiiH a Hiirtini* Un ni a tuirnii ji]^^4Mii4*nl, i(iril lu* doll ubiMr (|U a 
l>i4'u (|tit la t'lahli roi, siir ci* inuu' i|in* sou prn- liii alaiss<'»... 
qiiil nr (M'lil rin* ni r\r<»iiinii]nir' par un (*v<Viue, ni rxnnii- 
ninnir |»ar d'aulrcs,.. t|n<* foul re qu'il fail rommo ivi, it U* ftut 
avt'i* lu pi'tmission dc Di<'U. ainsi qn il a rU» vcrh : Lv ru'ur 
rtii t\}\ i»st dans la main df IVi^'o ('?). • On voil quels iHidonl 
nl(»i*H li*H argurikniis dt's partisans dr J iiidrpi*ndain'i* royali\ 
Ia* (>imvi>ir avail a S4' di'fcndn', non n»nlrr Ic p<Hipti\ inais 
nmln* Ir ♦drrj^i' ; Ir rlrrj^i", dv son ('oii*, wv di'-lrndail [las le 
|Kiuvoir absniu; r'i*lait lui, au (*oriii':iir(\ qui souirnail U'^ 
thrs<*& iibrralcH, liJM'ralrs du morns rn cr sens ipi'^'lli'S 
oppt>s;iirni qmdqiro liinifr au (uiuvoir tin roi; niais r rtatlpuur 
h* subonlonn<*r au poiivoir irdi^siasliqur. 

A <*f's luutisaiiH dn p*»uvoir royal, IJinentar n-poiid avi*c 
h»rdicssr rt r^nrr^iio : « Va* n'fsi pas la W lanj;aj;r dim rhrc'»- 
tirn ratlioliqni\ niais d'nti IdasphrniatiHir I'rnipli dr I'l'sprit du 
dialdo. I»avid, roi I't pre>plii'l4', ayanl imm'IhV, ful gounnandr 
par Nallian, mmi inf/'rirur; rtil aptH'ti rlt*^ hii qu il n'4iatl<|u'un 
bomint'... Saniap|»nl dv la Iniurlicdr Saniurl (pt il riait dtVliu 
du irAni'. L'aulorilP a[K»stoti(|uo present aux row (tobiHr a 



(1) Hini'ni.* /i« p«t4^» ug*t f^l^> i* C'cst U ua dcs tc.\te!i les pluti 
nnutonl citc« au raojOft Age, ct quo clmcun Inkrpriiv dunB k %ea» 
do w% tiltkit, ♦ 

(S) HincaiM (3)pffi«, fk? tf/iwlio L<»(A., pp. 093, «^. 



330 (JIRISTTANISME ET MOYEN AGE 

leurs preposes dans le Seigneur (1) ». On voit qu'Hincinar 
invoque id d('ju Tautorile dos Decrelales, Car il n'y a pas un 
mot dans los ocrits aulhonliqucs dcs apotrcs qui puissc jusli- 
ficr uno parcille ass<M'lion. 

Hincinar conlostc mt^mo le principo do riiorodile : i Nous 
Savons ccrlainomcnt, dit-il, que la noblesse paternelle ne suffit 
pas pour assurer les sufli^ages du peuple aux enfants des 
princes; car les viees ont vaincu les privileffos naturels, el 
ont banni le dt'linquanl, non stHilenieut de la noblesse de son 
pere, mais de la liberie menie. » 

Reniar(|uons ixwc soin cvXIg oirconslanec* inl('Tess;mle que 
c'esl iei rfijflise (|ui atuufui^ v\ (!h<'reh<^ a reslreindn? la do<*- 
irine du di'oit divin. ("etail a I'aide de wile doelrine que le 
pouvoir royal essayail d(^ sc^ defimdre eontre> les usurpati(>ns 
du pouvoir sacerdotal. L(» roi prelendail ne I'elever (jue de 
Dieu ; il se prelendail etabli sur son tront^ par Dieu ; il soute- 
nait qu(^ c'elail la volonle de, Dieu (pii niainteniul les families 
royales. TouU\s ces doelrim^s, qui dans les lemps modcM'ues 
sont deveuues celles d(^ r%lis(% simt au nioyen ag(^ combat- 
lues par ell(!. Au nioyen age, la doctrines du (h*oil divin (»sl une 
doctrim*, quasi lienaifpie. Les rois, il (\st vrai, 8(mt les elus de 
Dieu; mais ils le sonl par rinlermediaii'e des pretres : depen- 
dance qui i^st assez manpuie par la ne(!essile du sacre. 

Cependanl le til re d(^ roi s<'mble emporler naturcUemenl 
avec lui une sorle d'invlolabilite. Aussi l(\s casuites du moyen 
ige, partisans du pouvoir ecclesiaslicpK^ et jalouv du pouvoir 
royal, dislinguaienl-ils enlrc* le vrai roi el le tyran; ils soute- 
naienl qu(^ celui (|ui s'esl rendu indigne d'etre roi n'esl plus 
roi : doctrine (rompletenient conlraire a celle dcs apolres, el 
dont nous avtms rclrouve les prcinicres traces dans saint 
Qirysostome ('2). O'llc^ distinction, (|ui fcra un(^ si grande for- 
tune el (hmt s'cm|)arcra la democratic modcrnc, sc irourait 
sans doule deja dans la politifpu^ ancicnne; mais la tradition 

(1) /6... It negex obt'iiiant pra'posUis suis in Domino. 

(2) Voy. plus haul, p. 317 



ivait n'iv roiiipm' par W rliiistianisiiic, (jyi i'iis«»i^M\ail IVtlit'-is- 
swiitv iiuiTOl simph' rnviTs It's p<iiiv«»irs, quvh (pTils russciU; 
c'esl v»*ra loi\"^ laiMc ijiic ion vnii rcnaiirr rrtlc disliiiriinn 
jinportanli* <lii n»i ti ilii lyraii. La vi^ri^ diiuH Hiitnimi', Ut'a 
uottmiriil *'l li'i's midaririisriiinil airusre*: 

■ Uiiaiil a Ti'tli' llirnr, ipH" Ir n»i nVst souiuLh a aiK'unv Uti vi a 
Hucuti jugi'iiic'iit, si rr nVsl :i vi*u\ dr I>i(*u, t'llr *'st vnik% si 
<*4'kii t|iu» lull ouiiHiK' n»i IVsl vrrilafilt^ini'iiL /i«*.r \lvni dc* 
iuun*rt*\ s il Si' dirij;*" (nujit) hji-iiiriiii' scion la vidtnih* de 
l*k'ii. (*l sil dirig^c li's boiis dans iinr vnii' driiiir {rtclam)^H 
»'ii nimi'uo It'S iiH'rliauts <lans Ir ciiriniu ilroii, il vsi alors 
till roi\ rl iiVsl .sounds ipi ay\ Inis v\ au\ jiij;«'iiirnlsdr IMeu... 
Maia It* n)i atiuHrrr, hoiiiicidc, injusf<\ ravissnir, cst^uve di' 
talis lei» vices, mtii jiigi^ avc*(' droit pidditpicniriii mi itiH'rvle- 
mt^nl ()ar Irs* pivliTH. qui houI M* trotu^H dt* ihvtu dans 
l4'S(|U4'l.s il n''sidi\ i't p:ii- Irsipirls il nMul si'h jii^rnii'nts (I). » 

On vutt qtir l:i Ihrsi* dt; lu sidiordinatitm du poitvtiti*s|)iriiitr[ 
nti it'nipiU'id nv (lonvail allrr plus lnit». On s'ap(iuit% it i's\ vrai, 
^lUMitit' I'lyiiudn^'ii* duuU'iiso, cuitiitM' s il n 4'lait pas aiiKKi vraJ 
dt* iliir i|iii' rcgcro vii'ul df» rej\ ri ititii puint rcjc de retfpre. 
Main «ouh vt^iu* ptiiTi'li' argiiiii(*niarKm jm* wu'lic um* iluclnne 
di»A pIuH |;rav(*s. ccfl*' qui allacln' la ruyautc* ii ]a valciir dv lu 
piTKMtMU*, rl la drp<»iiillr dt* stiii tnviulaidlilt'\ .Maix drs qur Ion 
itH'ounaisHjiil qui' Ir roi avail dvA JUK*'** ***** J"K<**f ^^ iiioycn 
AgiS m pouvaif^nt iHn* <|ii(' !<•» piTln**. Ik' tii la ihrnnalit'. 

(I) !>tt dirm'tio Lififi, tl Trttl, Uim rnfir n a pA^ icnu luu]oius le 
tii^itiA laoga^o. Dans utic Icttre tW*riic au papc Adrieti, pour Cliarks 
lo Chauve, on ttl rca paroles qui dcrmnlcnl louiii fail colics que uous 
avoriH citiM'ii : • U faut vuus ii^ptHtT co (juc iu»us avon*i ii»'ja <lii : Jen 
roin dn FriMic« tuul i i;^ royal» ds noul )>ait <^U^ t'onMidLTt^ii 

ju8<(uin cojnriKi le^ ^ I«m tn^qucti, uiai'i cijttuns tuaiin's i]|j 

pays. lU n« tont i i^ -ii % ovot|u«-*»i (tiltici}, • Oti pent noup- 

QQOOfir avec M. /rW. ltt(t*r.^ t. Ill, r. .\L que celtci loUi'c a 

6t^ ik*ni<? 8UUS l;i .. ChariuH le Chauve, **t uii p^u A *^uaii'c- 

ccrur par Ilint.MiiAr. Mni* en UimI ra* cch parolC'^ pinuvciaicnt quo 
Hiucmar ^Wt cantrcdii, ct chafi^eAd d'opttiioii ••ehm le^ cireon- 
ftlances; ellc« lie diHruiraicm pas U for^'e d»."» paroN's cii^e^ plus 
haul, c( qui rf*3«k:tii coinmc UQ do9 Umolgiuig*^^ l< h i>1u^ rcniarqua- 
bie« de Te^prit eccl6($iastiquc & cotUs dpoque. 



r.imrsTiAMSMF kt moyf.iv \«;k 

riOllrfNj(*lriiit\ quo nous venous do rcTuoillir tlaiis lliiirnu^ 
rsl ccllc <Ip lout le rlt^rg:*' a rrltr O|io(|ui'. Lns rvrqui^s disiiioiu 
a LouLs I(* Germnniquo : « Josus-Christ a m-r dcs evequos 
pour te «;ouvrnior f'l inislruirc, * El raiKliirioiix Nirolas V% 
)>r(*rursnir ilr ii^'j^^oi]-**. iT[iro(luisaiilprosf|U4Hin«''ralfiiH'nl les 
paruU's crUiin-niar, t'crivail a AuxmlUis, evrquo de MiUz 
t ExaintiK'Z birii sires rois el crs priiuTS, auxfjocls vous vous 
diies sounds, soul vraimeiU dcs rots el des prim'es. Exandnez 
s'ils j^^ouvrruenl rlabord (den euv-uirtnes, ensuiLe leurs pen 
pics ; I'lir eelui {jiii nv vaiil ri(*n (Knir s(d-nM^me, romnienl 
serail-il lum ptfur un autre? E\atnEue/. s'ils irj^uenl selon k 
dt'oil ; eai*, sims <'ela, d I'aul les eonskierer comme dvs tijrmiH 
pfHtot que comme des roiSy ot naus devons leur resisier el 
nous dresser eonlre eux au lieu do nous snumellro. Si nous 
leur elions sonniis, si nous ne uous elevions pus (Mintre eux, il 
nous faudrait favoriser leurs vices. » ((iuizol, 21° h-eon,) 

GiiftGoiRK vu KT Hr.>iu IV. — La lutle, si vivenieiit enj^agee 
nu i\** sitM*Ie, [mrait se ralerUir, ou plulot s"eud>rouil!er t*L sc 
eonTotidrt* :iu \'" sirele, \v fdus h'uehi'eux du iiioycii aj^e ; niais 
edle reeujuiiienre avee erlal el le^in|jetes an xi° sieele. Le vio- 
lent el iiiiplarabl<' r.rej;oire VII d/rlan* In i;nei're a l'Eui|iire li, 
le prend(4', il met aexeeuUou eelte u»(*iuiee di' dt'posilioii, que 
eonlenaii*nl deja les I'ausses deri-elides, niais que nul n'avait 
eneorc apptii|Ui*e. On ne (leut se faire une idei* de EellrL que 
pi'oduisit au nioyeii \v^i\ dans ee temps (pie n<»ns 4'roy*)ns 
edurbe daus lijjjnin'aiiee el la servitude, une injuveaule si 
audaeit'use. Que Eon en juj^e par e*iie proteslation dn eli'r»;e. 
de rEnqiire (I) : « H siejjje tians sa Itabytoue (y esiil dit du 
]>a|H*), il sN'deve au-dessus dt^ tiKit ee rpd esi respecti'*, eomme 
s'il etait Oieu lui-inenie ; et 11 se vanle dv ju': pouvoir se irum- 
piT. H delie les boninies nan t\u [M'eiie, niais de la ltd du Clirisi 
et des serniciils... Toul ee qu'il dtl, il lappelle la ltd de IMeu... 
iiiiHi LI dil : Olui qui ei'indi'a Tepee, perira pai" Tepee. • Cu 

(I) Goldasl, Momrt'hia (Ha,iiovrc» ItJfil, p. 10), Apoioff. prv imp, 
llenr, tV adv. (inuj, V7/. 



CR^JjOIHR VII ET Hcxnt IV .133 

qui i^rouvv h\ ivsistanrt* f|ni' n'lUMuilrvnMil Irs innovalions do 
(iri'g«Hrr VII, rV'si ruhlii,^iUitni mu il fill dc dr*(<:iulrr sa llirsc 
ol di' la juHliliiT. A rr |koi(it df viic, ricii dr [>lus ciirieux que 
srs dcuxliHIrrsa Hrnnann, I'Vi^qur do Mt'lx (I) : • U'ur faljc*, 
dil-il, vn f»arl:int dr scs atlversain^s, no jiipritrrail point ile 
n*pon![M'. i <r[H'ridiml il n'-jiniitl, i*| a driix rrjjris^'S ; i*l cr 
poinifi' l(^til-|iuis8anU qui ur rrctnuiaissail pas dc superiour 
sur la IfiTc , w ivcoHiiail rcprridani ohli^'i' d'avoir rai- 
son vi do It* prouvn*. It s'apiviiir sur fliistoirr, sur k-s IcMi's 
sacn*ii(l), maisi siirtoul il livrr an ini^prisi Ic pouvoir des 
prirHM's^ et au liou doii i*ap|KH'li'r rorigiut* a Dieu, <*oniinn 
Siiini I'aul, il !a rappnrt(* au dr*m(tn : * Qui nv sail, sYrnr-l-il 
avir utir sorii' il ilcMpirurc (nUuriitit'urii', qui no sail que les 
priiireft mil di'i a rorifrint* ||*tif pduvoir a tlesliommo}^ enneinin 
de Hien, qui. par lorjiui'il, Irs nqiiiies, la |M'rfidit\ I'hoiniridc 
et lous lo*i Climes, et euimne eiUraines par le diahliv, prineo 
du niondc, mit vuuln, n\rr ww passion ;neii|;1e v{ line insup- 
portable pres^)trq»lion« doiniiier sur leurs egau\. I'Vsl-aHlirc 
sitr les hninnu's t A tpti Irs ('iinqian'rai-je^ lorsqu'ils \euleiit 
huiiiilior a Idifs pi<Mls les ptviivs du Seijjiiriir, sintm a erlui 
qui regui* Mir les lils de ror^ueil, au leiilaleur dn fiouveraici 
pnnee des preln*s, a eoliii qui dil an Ills ilu Tivs-llanI, en lui 
montrant lous les royauines du inuiide : Je l<* donnerai loules 
res ehiises, iti tu V4Mix in'ailorer. » Ci?lte aposirtqtfie siqtorhc 
dun ninine rnuronni* n*atlesH'-l-elle que la fierli'* ainhilieusi' 
d'un elii'f de IKj^Hse ♦ Mv tnnniir-je en y (Mtiyant reeimnaiire 



(1) Man*.!, ColUetUm dc4 coHcHtM. t. XX. cp. Greg. VII, 1. iV,o|). If, 
ta I. Vlll, ep. XXI, 

(2) II scrait faaliUicux d'cnlrer d&nH tous lea di^lads d'utie rontro* 
Ycrac Ml i!ontrairc taw habitudes, de noire tomps. Qii'il SiufHsc dr *liro 
quo k* Arg^umciila hisl(»nr|uo:!) sont : i* Saint Anil>it)t%c ixoonirmj- 
aianl Theodosc et lui ffrnuint les pories du temple ; 2* /nchai ic, 
d^|K»sant l(! mi dc* Franrs* Chilpenc, le dertiirr d«*s Mr^njvinjrica*. 
etd^Jianl t*c*!i 9UJot» du eiermcnl de fldiliUi. Quant nxix argurnciK» 
lirds dc* tcxlcs. GiV^giMrc VII cil«^ : 1* laulonto de tirt-gwiro l" 
{FmtUM MctitaUt. vuyvx pJuH haul, y. 3S7); t* U ti-xtc du ri*:van- 
gile : Pttfar we* meMt; 9* QuidquiU hgatrrU (n cn-h^ Ugatum frit in trrru ; 
4* le tcxicdc taint Paul: S( angettn Judirabttis, rur nonet n^cttiaria f 



334 CintISTIA!CTSME ET MOTEN AGE 

ra(;cont do Forguf^l populairc, «t j<» no sais quol soufflo dc 
rovolto, qui s'unit plus d'uno fois, au moyon i\gQ , aux prdlcn- 
tlons diolalorialos du pouvoir occlosiasliquo (I). 

Cot osprit do rovollc ost romarquablo dans quolques-uns 
dos ^rits oomposos on favour do Grogoiro VII. Voici, par 
oxomplo, uno loltn! oonlo <»n roi>onso a Tun dos d(''f(»nsours 
d'Honri IV (2). O»lui-ol s'otait dofondu avoc lo ioxt<» do saint 
Paul : t Touto puissan(;o vi(»nt d<^ Diou. » Son advorsairo lui 
ropond : « Si touto ])uiss<nnoo viontd(> Diou, qu'ost-oo donoquo 
(;os rois dont parh^ lo prophoto : J!s ont regno, mais ce nest 
pfiif par mot, lis ont ete princes, mnis Je ne les at pas con- 
mat. Si toul(» puissanco viont do Diou, quo sigiiifKMMHto parolo 
du SoigncMir : Si votre reil vous scandalise, arrachez-le et 

(1) On troiive toiite la theorie Iheocratiquc du moycn Ago resum^ 
dans uiL document plus ou moins autlicntiquc. attribue a Gn^goiie 
VII, ct intitule Dictatus Papie. En voici Ics principaux articles : 

« Quod Komana ccclesia A solo Domino sit fundata. — Quod 
soluH Romanuspontifoxjuredicatur uuiversalis. — Quod illc solus 
possit dcponcrc episcopos, vol rcfonstituerc. — Quo<l logatus ejus 
omnibuH cjiisropis prmait in consilio, ctiam infcrinria p:radus, ct 
advcFHUseos .sciilcntias depositioui.s possit dare. — (juod absontes 
l»apa possit d('i)oncro. — (^uod cum excommunicatis ab illo, inter 
<'<rl(5ra , noc in eadem domo debenius manere. — (^uod iJli soli 
Jiceat pro tcrnporis neci'ssilate novas I<?ges coiiderc, plebes congrc- 
j^are, dtj canonicMj ah])atiaiii faccre, et c contra divitcin cpiscoi)uni 
dividero, et inopes unire. — Quod smIum possit uti iniperinlibus 
in.sijKMiibus. — Quod solius papa* iKMlesomncs principcjs d<'osculenlur. 
— Quod iliius solius nom<Mi in cccl(>siis rcciti.'tur, — (^U()<1 illi liceat 
imperntores deponere. — Quod nulla synodus abscjuc jjrtrcepto 
ejus debet jfcncralis vocari. — (juod nulluui capitulutii nullus(|ue 
liber canonious habcatur absque iliius auctoritate. — Quod scn- 
tentia iliius a nullo «lebeat retractari, et ipso omnium solus 
retractare possit. — Quod ancminc ipse judicari debeat. — Quod 
nuUus aud<^at condemnare ai)(»stolieani sedein appellantcni. — 
Quod majoros causm rujuseuni<pie ecclesifo ad eum reterri debeant, 
etc.: — Quod a lidditalc ini(pioruni subjoctos potest absolvcre. — 
Anno 1075. 

L'nuthenlicito de co morcenn est contostee. V. Pagius, Critica in 
Annates llanmiix ann.. Dom. 1077, n»«. 

(2) Cioldast., \poL pro. Imp. Heiir., p. 252. (.'ette lettre est ccriie at! 
noni du Landirrave de Tliuringo p:ir Ktiennc Herrandus, ev(."^(pie 
d'Alberstadt , en rcponso A une lettre tres nioder«'*e {ilf, p. 5D de 
NValtram, evctjucde Naumbourg, I'un dcs partisans les plus devoues 
dc Henri IV, 



r.n^ir.fiinK vit et hknui iv 335 

jetez-U loin tie vmts? VwU nVst-il fias unv |»iiissiin('t»? Snint 
Aii^iiHtin. diins sori <'\|Ht.siiiuii ilt* h ift)('lnri(' drs npoirrs, «lil : 
• Si hi |uiisKiun*r onlonnr f|ii<'l(|iir rliosr ronli'i' I onlmU' Dii-ti, 
m<'pris<'/ la |>iiissmi('r. » — * On ii*nis dii : // ujf n point tie 
pmsHftntv qui nf vit*nne de fh'm ! Muh i>ii fnibli*^ In siiilc dii 
|iassnj;;r : Tout rp i/iii vivnt dv tfitni iw/ ordotuuK Ummvi- 
nulls lUmr urn* |niUsrtntH» (|iii soil hwn ordfrntUM'. oi nans nc 
jtii ivsisici'onH |):u», * \a* tUHcnsmiv li Hmri IV siviiii fait un 
U|i[H<l ;i la nmcnnti^ ft ii la )<ai\. Lr ([("fcnsi^iir tU* Gn^^'oiiv Vll 
rt»i»otnI pur riipolojfif tW la itaitir t*l *ir la j(u<*rn' : * l,«* Sei- 
gnmr, iiit4K a liii-m(*in(* I't'cnnimatiilr la iiainc*, fiirsqirilii <iil : 
rt*ltti tfUi tw hntrti ptts s(tn jH'rr. sn nit'n\ *on frert\ ses 
9frut\%, pt juMfua Hft propre vie, up pcul etrc mon disciple, 
Liri-iHrnu* aussi a rn'oiiiinaiMlt'* la Kucrri*, on disant : A> 
croifez pas que je sim venu apporter In pnlje mr In It^rrf ; 
lion, Je tw suis point rmu appnrler la paix, main h 
gtnire, t 

(l4'tti' Iciim c*npitMi*M\ oil oflalfni i<»u.h I<*a Arntimont?i vio- 
\vulii tfiu* IVnIn'prisr H(» lln'j^oirf Vll avail soiilrvr^, vsi iiii 
lies d(N'Uinriit<i i|iit oouh iiiontnMil li' niioiix rtmiinoiil Ir*^ doc- 
lrino.5 di*-H |»a|i(*H furcri! inli'rpirli'os an moyi'n Aj?r, mninuMil 
fllrn dcvhin'nl dfs Unnilons tli* di-ii-ohh' K fit* ri*vnU<\ Satin 
dtiuir. il jiVri Taut di* hraufoin) t\\tr Irs iMtipi^fciirs d* \ll<Mna- 
^iir ru!>ts4'fti iU*s |H*rsfiniiap's rcspiTtaldcs, aiiii*^ dt* la paiv oi 
d<* la Iibf*i1t* LHTl4»fiiasli*|iK\0 iiN^^l paiiil iri l** limi dr diTidiT 
nil si f*rand prcnvs. Mais nii iir prtit iiirr <|ii(* Irs [ia|M'H m 
inrUaiil 4l<* irur rulr, dans la hataiirr. U* poids df Irnr antnriti' 
Hpiriiuidle, co w MTVanl di* rarnn' nifurln«*»i*r di* IVxrnminu- 
liiraiion ft d(* la ilt'poKiticni, n'airni iiilriHluil dnnK W% Rials nn 
jfonnr* dr rrv(iliil{4in H fir hoiilt^vrrsmirnl, qid Iroiivait iin 
niilirii siii^idii rnix 111 favondiU' dans Irs disposiiioiis atiarrlii- 
Cjurs i\r In iiiddrssr rl ilrH |i;r.iiids. 

iA'H diMiriiH's ii'iitvidtrs nr rrsirrrni pnsfv^ins iV|Mpn«4\0nlr(* 
l<*5 Iritrrs do [U'livi IV rl iW srs drfriHrnrs,qni m* sc lUisairnt 
(mini funic d'uijtircs cuntrc Ui pnpauU% tious avufi« uu tniiu* 



336 CHRISTIANISME ET MOYKN AGE 

fori (Uondu, De unitate Ecclesice conservamla* (t), cctU pou 
apWvs la mort do firojfoin^ VII, sous le pontifical de Pascal II, 
oil Ics lellres u H(»rmaiin do Molz sont longuomonl ct s<»ns('- 
mcnl rofuti'os. L'auU^ur y confond la fausse hisloiro invo- 
quoc par Grogoiro VII, n'^tablit le sens puremenl spiritu(;l d<»s 
texles evanjfoliques invoques par lui, se serl avec boaucoup 
de force dos lexK^s contra iros et dt'cisifs : « Que toute ame 
soil soumisc aux puissances superieuros... Payez le tribut a 
qui vous devcz le tribut... lU'ndez aC<'sar co qui est a C(»sar... 
Craignez Dieu et honorez le roi. » II oppose Tivsprit d'humilite 
dcla doctrine evanfjelique a celle doctrine nouY(»lle, qui fait 
du vicaire de Jesus-CIu'ist le niaitre d<* Tunivers. Enfin, il sou- 
tienl avec force qu(» le s(»rni(»nl est une chose sacree, que rien 
ne pent en d(»lier, et quc^ le pouvoir de delier s'entend du 
peche, et non du serment. 

Saint Bernard et les nvsTiQrES. — Ce n'est pas seulement 
parmi les si»rviteurs et l(»s partisiuis d(^ TEmpire que l(»,s doc- 
trines de Gregoire VII reu4!ontraieut de lopposition et exci- 
taienl la defiance. Dans r%lise uK^ine, on vit le plus grand 
pcrsonnage du xii** siecle, le dernier Pen*, le dernicT apotre, 
fidele a la tradition <'hreti(*nn<», saint Hernard, opposer I'aulo- 
rite de sa grande parole a cet esprit profane* d(^ domination et 
d*usurpati(»n : « Le<|iiel vaut I(> niieux, disait-il, et vous parail 
plus digne, di^ reinettre les peches, ou (l(» divisor les hori- 
tag(»s ? Ci4»s soins infini(\s v\ inaK'riols out pour jugos les rois et 
les princes de la l(»rrc. Pour(|uoi envnhir le ierrUoiro. d'au- 
trui? P()ur(|uoi etendre ro,? faux dans la moisson du roi- 
sin (2) ? » Et plus loin : « Voici la voix du Seigneur dans 
rftvangile : Les rois des nations dominent sur eUes ; quil 
nen soil j)as ain^i parmi vous. 11 est done evident (jue la 



(1) Ce traite sc troiivc dans ia collection do Schardius. De juridic* 
tione, auctoritate et praseminentia imperiali. II est altribue -k Waltram 
de Naunihourg. Voyez page prcciidentc. 

(2) Bernard, De consider. I. I, c. vi. Voy. Ia those de M. Jules 
ZcIIcr : De consideratione S. Bcrnardiy Paris, 1819. 



S\IM' BRRXAItl* I:T l.EJ» MVSTIgl KS 337 

ttoiniiialion osl iiitt*nlilt' ;iun: nimlivs.,. Alli'z ni:yiiTi'TiAn1, Pl 
soytv, '.is.sc/ Itanii pour jtHiMlrc ki domliialidii a raptisiolat ; si 
Y(»iiH vmilrx |MiHM'il4M-a la Uits I'lin rt l'aulr«\ Vfnis sitc/ |iriv<'S 
ill' lows los ilrux, Aultviiipnl vniis s<'rr/, «lii iiomfirr <l«* roiix 
ifoiit l>ii»u a (lit : lis n}\t rt'*ffni\ maiv «o;» prtr moi : ifs out 
rnnnofUnliK mnis jt> ttt* Irs ni point ftppnmtH'H. Quv si Vijus 
vuulc/. iTgiirr lit' la sort*', vniis aiir«*/. la jjloirc, malii non 
rlfvanl Oifu. Vnila vr 4|ui voiis vs\ thHvndu, vrtyons re tpii 
voiis 4'sl iiniMiiiM' : Qhc vvtui tpti t'st h* plttx tjrnnd pnrmi 
voxis devienne romme le pltLs ppfil, el t^Uf* te premier ,soU 
»0(n» sert^iteur. Vnila la irjjli' prrsriiti* au\ ajiotirs. Lailtniii- 
alion Icur est ihTrndnr, li Ic siTvict* Iciir rsl nreltninr (1 ). • 
't i)ini-r-iiit <)m* rrsl <l<'truirt* I aiiluriir apuslolitnit' ? Man 
rnuti»riir' pent so conriHrr avrr ralis(*iiri' ili* «lnini)iatton. Esl- 
i'v (|in* 1<* i*liamii n'l'sl pas s<uis rrnjpirf' tht frrrTii^T ; If jomn* 
I'lifafitt •!(' ^i>n p<''<lago<;ii(* :'Kl crptMidaiil Iv termm* ii'i'sl (Hiiiit 
li* iiiaitrc (tu rliaiiip, iii U* [Mixi^niim* i\v son I'^lrvc... J<' tic^ 
I'onnaU paiH, jc m* rniins poitil (mhit vou«^ «lr priiirs ni dt^ 
f»laivi* a IV|;al dr ctiU' fniciir dt* iv^iirj\., .Vfi|tn'Hf/. a rcfon- 
iiaili'c <pir voiis n'rtrs p;ts Irs (loiiiiiialrurs drs saj;os ini tlrs 
in»i*lisrs« iitais Inirs ilchilnii's (j). > II soiilinit iUm% nes lel- 
livs la nii*'im' iliM-iriiu' i'.\}. It faiii ajoiiliT rrpi'iHlaitl ipu* [on 
li'MiiVf dans saint (UMnanl liii-nuiix' tin WWv irivocfur an 
iiHJVt'n aj,'4* par ions 1*"-H ftailisanH tie li ^aiprcinatit* I'rrlr^ias- 
tiqnr. lani il rtiiil diHietli' alors ili' j^jinlrr la jusir liinile : 
I L'K^ltsi*. tlil4L a bit^ii driix ^'laivr.s. Inn Tnalrnrl. Tantri* 
spiriltirl ; inain It* pri'riii«-r iloii t'tri' lirt* pour ^K^Ii^(^ losrciiiifl 
[var rK^lisr : Tun rni dans la main du soldai, Taulrt* dii pn^- 
In* ; \e prniiii'r ursi fm* i\nr par Inrdn* dc Irmprrrnr, aviu* 
le nmHiHilnnrnl (nulmin dr I K^^lisr Tii. > <> pa!i?ta|;e t'-qui' 



iH IL, I. II. r. VI. 

[?) M., L m. i\ I. 

(3) BiiruArtl. E|»i*Ui!.CC.\XXni: • Hetrni «lod«^cu'*,ro^'ni Uiminulio- 
nvm nu-«)tiAm valui : vlaU^ukiH ocJit anifria rrii.M. L"|;i t(iiij>{M< : OmniH 
anuria ^ulidita tiit. •C— * Epi^tC. XLII, 8 el *^\k CCXLtV. 

(I) bf Cmtit/., K IV, t\ nt,— C, cp. ad Etigcn* CCLVi. 

ii5irr, — SciiMui* pidiiUpi«'. L — W 



338 GHRISTIANISME ET MOYEN AGE 

voquc pouvail ^Ire inlerpreld dans Tun ct I'autrc sens, 
comme la plupart dcs textcs cites dans cotle question. 

Malgre Topposition de saint Bernard, Ics doctrines tlieocra- 
tiqucs ne cesserent de grandir ; et il est remarquable (jue Tun 
des ('crivains de ce temps-la, qui a founii Tun des texles U^s 
plus celebres contrc Ic pouvoir tcmporel, et en favenr du 
pouvoir ecclesiastique, soil precisement un mystique de I'ecole 
de saint Bernard, et lie d'amitie avec lui, Hugues de Saint- 
Victor. 11 ne faudrait pas voir ici un lien necessairc! entree le 
mysticisme et la domination deric^ale. Car nous avons vu saint 
Bernard, mystique lui-m<^me, tres oppose a cette domination, 
el de mtoe, au xv" siecle, le plus grand adversaire de la supre- 
matie pontificale est le mystique Gerson. Voici le passage de 
Hugucs de Sainl-Vi<aor : « Autant la vie spiriluelle est superieurc 
:i la vie lerreslre, el I'espril au corps, autant la puissance spii'i- 
luellc Temporte sur la lemporelle en force et en dignite. Car la 
puissance spiriluelle est chargee cVinstiluer la puissance lem- 
porelle, afin quVlle puisse exister, ut sit, el de la jwjer, si (»lle 
n'est pas bonne. Elle, au contraire, elle a eU' tcmtd'abord insli- 
luee par Dieu, el, lorsqu'ell<» s'<»gare, elle ne pent (*'lre jugee (pie 
par Dieu s(hiI, comme il a etc eci'it: Ln puissance spirifueUe 
juge tout, et nest Jugee par personne. Quant a ce fait, que 
la puissance spiriluelle est, par rinslitution divine, la ])remiei'(^ 
dans le temps, el la plus grandc en dignite, on le voit dans lliis- 
toire du peuple de Dieu, oil 1<» sacerdoce est en premier licui 
cree par Dieu, el oil la puissance royale est ensuiu* instituee 
par le sacerdoce, sur I'ordre de Dieu. Ainsi encore aujourd'hui, 
dans rfiglise de Di(»u, c'<'st la puissancn* sacerdolale <|ui sacre 
la puissance royale, qui la sancli(i(r ])ar la ben<Mlicli()n, el la 
forme par rinslitution. Si done, comme le dil I'Apotn*, celu 
qui benit est plus grand (jue cehii (jui est beni , il est evident 
que la puissance lerreslre, qui recoil la bc'^nediciion d(» la puis- 
sance spiriluelle, doit c^lre eslimee en droit infc'rieure (1). » 

(1) Hu}^. de sanct. Victor. De sacramentii, I. H, pars II, c. iv. Cc 



THOMAS tlFXEKT 339 

On voil que I'auti'ur dc ce passage n'allribue pas sculenicnl 
ati pouvoir spiritual un<^ su[H^rlrti'ilt* mui^ale : il Iiii ri'ctmiiiiil 
loH «Irii\ wj^ivcs principaux tU' la 8(nivrr.iiin'l<\ rinshintidn <*{ 
la juridiciii^n. LKj^lisi* T'lnbtil !*• pinivinr 4*ivil, rl vWv li* jiij,M\ 
Qiiif* iT*lo-t-il ii riiirhficndann* riu pouvoir luifiui' 1 i>\\v pvv- 
mgaiivi' i!u s:ircr"<l<M'r sv fundi* :i la Uns suv IV\t'ni[>l(' do 
rAiidcii Ti\slaiii4'iil, rl sur U*s Insunahmi* mmwlles. UhUm- 
(|ueiii<'iit. la ruyaun'' a iHv irisiiliitV par \c siirvrdm'Q, Kii fail, 
la royaute cM saerc'e par hn. <h\ le saeri^ L^lail suw^eplihle di? 
d(*uv iivii*rpr('*l;ili(Mi»i : ou rr n'tiail (jii'iinr sainiilicalioti, f|iii 
ap|ii*lait sur la niyaulr li's [}(n)4>dj<iii>usdiviiu's, roiiunr auj«Hir 
dliui i'netuv Irs arl**s Irs pltis nnparlarUs lU' la vu* s^mhuIc 
•'arroiiipIisHriit sous Irs ln'in'dicli^ms rrlif^irusrs ; ou hii'ii 
eVtait iin arlt* do HouvcraiiH-lr v{ mw v<*rilablr iiislilulioii. 
C'ftsl entn^ n*»s di'ux iiitrrprrlati<mK ((ue sc parUigeairul li*s 
di^feiiM'urji d(\s <l«»u\ ptiiiv4»irs. IIuj^uch dv Saint- Victor adima 
U^s drux S4^u», lorsipill dil : Ht x/tnrlifinttui per henedictio- 
n^m, W formnths per itiffiiiutionem, 

TnoNAH Bkiikkt. — XoUH frouvi^us a la nu^mo rpoque, rn 
Angleirrre, un di'fniM'iir rnci'fflqut* <»| <'i>ui'a}?ru\ *lt* la pn'-ro- 
gative jinccTiiolaU' ; crsi Ir irlrhrr .saini Tlioinaii dr (kinlor- 
Wl7» i>u TliomaK Urtkrl* On voit par fw»s lHlrr« (I) qur le 
'rdo<'«» c^Liit al4M'!i auHKi em(>r<»H«<* a runibatir*! le princifK) 
tfr rinvitdaliilih' myalr, fpi il a «'rt' ptuK tard ardi*ni a k'di'fcn- 



pAiiiiage fiMl rqiroduit tcxtuellcmcnt datif^ b comiiilatian dc Vincent 
d« Biviuvaiii : ee qui est caiiiic qiioii Ic lui n atlrilju^ quelfjuefoitt* 
• (Quantum auUnn vim spiriluiilis dignior est ((uam tcrrona et 
f^pirUu-i fjunni oorpus. (.cinUini spirituals i<;rretia mi liotiori.' et diguikite 
Itrii^^H'tltt. Nam it|iiniuaii{» tonetutm ci tti^tiluoro debet ui dii* ei 
judiivtro »i bou.'L nun fuont. JpH«i vero u Deo |inmiiiii iiiHtituU f^^l ; 
ci ciifiJ ilovinl, u M>lo l)«'o juJu-nrl <l»*lxH el poii'-^J : nicut ^^criptum 
^j -<'M'"f 'ii*,t|tjijdi*!ai orniujt, Nam ci %cteri le«*tAment*> pnamm a 
D' lum mMilutum f**l : po?sic4 vc^ro per Ha*'rnlotium julH^nic 

D<- . ^ jtite^tas ordiruitA ; iiijilc *'t ndhur in ccclcsia Dei »*i*'cr- 

douilis digntUiHregnlcm jxitosiatom sAcrat. £l amplius qui bencdicit 

tl) tpithii, iJiv* Tht^na* martyns ct archiepiKcopi Caniuiircnuis ; 
Bru,\«llc»», \G^. 



340 cnRisnANiSME et. moten age 

drc. Void comment Thomas Bcckct dcril au roi d'Angletcrre : 
c Si tu cmploics ton 61dvation dans Tinter^t de ta force et dc 
ta puissance et non dans Tint^r^t dc Dieu, si tu ne detournes 
pas tes desscins de {'oppression dcs biens et dcs pcrsonnes 
e(;clesiastiques, celui qui t*a elcve, qui t'a fait roi pour gou- 
vcmcr.ct non pour opprimcr, tc demandcra compte avec 
usurc des talents qui font eU; confies, et commc Koboam, fils 
de Salomon, fut rejet(^ du tr6ne pour les fautes de son pere, 
il fera payer tes propres fautes a tes heritiers (1) I > Dans 
plusieurs passages, il subordonno, sans reserve, la puissance 
royalc a la puissance ec(;ldsiasliquc. < L'Eglise se compose de 
deux ordres : le clerge et le peuple. Dans le clergc sent les 
ap6tres, les dv(^ques, les docteurs... dans le peuple sent les 
rois, les princes, les dues, les comu^s... II est certain que les 
rois ont re^u leur puissance de r£gllse, et qu'elle n'a pas 
rccu la sicnne d*eux, mais du Christ... (2). > — < Les rois 
chnStiens doivcnt soumettre leurs resolutions aux chefs cede- 
siastiqucs, et non leur commander... Les princes doivent 
courber la t^te devant les (Jvciques, et non juger les eveques... 
Plusieurs ponlifes ont excommunie, les uns des rois, les nutres 
des empereurs. > Ici viennc^nt Ics excMiiples loujours c*it('s, 
Arcadius excommunie pur Innocent , Theodose par saint 
Ambroise, puis les exemples de TAncien T(^stament, Achax, 
Ozias, enfm David, donl il est dil : < O prince, de[)osanl son 
diademe, et abaissnnt la majeste du gouvcM'nomenf, necraignit 
pas de s'humilier devant la face du propli('t(% d'avouer son 
(Time et de demander pardon (3). > L'enthousiasine theocrali- 
que de Thomas Be(*ket va jusqu'a trouver trop faible la papaute 
elle-mcMne. II ecM'it a Alexandre III, Tun (h»s grands papes du 
nioyen aige, le fondateur de la ligu(». lombarde et I'adversaire 
de Fmlerie 1*', pour le presser, et prcs(|U(^ le r(»pn»ndre de sa 
moderation el de salenteur : < Si nous negligeons ces Hiaux, 6 

{1} Papist..!. I, i,cp. XLII. 
(2) Ep. LXIV. 
SjEp.LXV. 



JEAK !*K SAUSBITRT 



yi\ 



fM'n* iKHMiCaisaiil, sYTrii^f-il, <|iio iv[nmflniiis-tnnts :m (^liristf 
Ir jtKir ihi j()^'i>iu(*iit 1 Si Ivs puissiiinTs dii siiVh* ji'hiibiloi'Ul ;i cli' 
i*'ls iiiriiagi'iii(Mil.s, si les rois se changent en hfrftns, Vk^lhv 
ii'a jiliis ilr droits tii «l<* |irivil(»i;c*s i]iic mix t\\v\h roiisi'iuriit 
ii hii Inisst'j',., (*j"oiuIs rourojj[c% o ph'v, iH sois fort, nous mhii 
riH's |iliis iinnibrrux iiiiVii\. Lo Seigntnii' a <'*rrasr It* mailrim 
drs impioH, Fnulrrie ; H il *Vi'jisorn d<" mH\i' lous vvu\ qui iie 
viriidfitnt [Miim il ivsipis4vn(*j% rt nc f«*n»ni pas la \m\ aviMr 
1 K^^lisc* <li' l»irii. Tjilin. lums alU'ndnns voirr jii*;t'iii('i»i, «>u 
pluiiii If jiij;timiit *h' ci'lui tjiii oir III vii' aiix |>rm4*i>s, v\ d<!i- 
vrr l«* piUnn- dti piiissaiH. » Nf ri'lnuivr-i-cm pus ta (pirhpir 
vi'siijfi* do IT smiOli' popiilair(\ ipir iiuus avons drja si^^nak' 
dans <in'goin» Vlf ? »Majs rot t'sprit t'si om'ore plus frappaiit 
dan* II' pussajfc ipii suit : « Vim?* dilrs que jr nit' suis {'k'vi* 
d'uHP basse rondilion jiiS4|u a la ffloiro. Jr lavotip, jc nt* snis 
poiiii lit' d inir l(»ti*;ii(* sitiii' di' mis. J'aitnt' iiiii'itx ixMirlant 
Hrv CO qu4* j<* suis qiir trlid (|iii laissr dcf^i'm'TiT t'li liii hi 
nolih\ss4' df SI'S ajcuv... Ikwul tri/lailil [las brr;{rrlnrM|ii1l Fut 
cliiiisi pmir goiivcriHT \v priipl*' dr Dit'ti, el I'itM'iT n'a-l-il pas 
etc Tail i\v pt^clirur pjiiirt^ rlr 1 E«;lisr? Nous soinmes les sue* 
ri'ssi-yrs dr Pirrrr, rl imut d'Aiij^nslr. • 

jKt> UK Svijsftttu. — l/«Vnvain (]iil |>r'(''srntr I'l'Xi'mple 
If pins li-ippaijl di' rrlti' Uiiioji drs idt'cs llH'cMT.iliqiM's rt 
dc's idem di'nKK'nr1i<|uo livs plus violentoK oxt le spiiiluol 
Jean di' SalislMiry, aiui vl aiixiHairi* ilr* Tlionias Hcrkot, vl 
I nil drs iiH'dlrurs rrrivaiiiH tUi iric>yi*ii a*;!'. Jean dr Salis* 
Inin' I'st tin d(»s pmurscurs , vi pti'stpif rinvrnlrur d« 
f'filr p<drlt<|ii(' iliMrsiabU' (pti a v\r , an xvi" sirito, la puli- 
liejiH' fir la Ligin*, I'l «|in passr pour avnir I'lc* ri'Ilr di*s 
jcMiiIrs, piiltiiipir qui d iini> |Kiit piiussi' la liaiin* du |muvuir 
i'ivll jiisqn'aii Uramiii idc» et dr I anin* rxalir W drs|>otismc 
s;irrrd«ital. 

|yi* Uniniiiridr avail dispani drs diirlriiu's ptdiliqni'S drpiii» 
Oi'dron, diTiiirr reliu de% idtH-s antiques sur ee i>oinl. Le 
8li>fi*isiiK* n»^ jai-all |ioiui avoir souteou celie doi*iriiie. Li^ 



I 



vhvMhmhmv h\vowhnmm{ v\uU'mmn\{ (1), vi il t'sl |HTsquii 
imilih* dv flln* (jii'il ii'y rii i\ pas \ruvv dims les |ir(Hiiier?i C'cri- 
vaiijs rhnHirns. Omniu'iit nilr dot'lnnt' a-t-eik' rrpnru dans I<^» 
h*riipK iiKidrrnos? On cii nUrilnu' fnirliiiidois hi ri'siirnM'tion 
tiiix jt'sultcs, fnu'hiiit'fois ;iux |H'otrsi;mls , el riiliii h lu rcnais- 
Hant'e des IrHr<*8 autiqiti^ft, Mim t'llr n'liionlo bcaufouji plus 
haul : (''<'sl finnn Jrnn lii* SaHsliLiry ifu't'lk' sr rrpn^t^nlf p(HJP 
la prciliirn' Tois ik-jmis l]irrron. On nr pcui ihniv nirr (jut' en 
nr soil Icspril. iJir<K"rji(i(Hii* ([ui a rt'sjiusrilo relic dnclriiio 
t'ondaninrr : I'tM rs[)i"it, nut a la vkilmtTdu nmyon iigo, n'aviiil 
p;is hrnnroiip di- chi^inn i\ faiiviHuii' nllrr dr h^ ik'pusUion du 
pririro it I'assasstnal. 

Jean de Sali^^liury (ltsljitgu(% romnn* flincniar^ Ic mi du 
iyi".»i, i'{ il inontr*' nn^nu* irnr r'crlaiiK* [irnelralkin (isydiolfi- 
^h|in' dansTanalys** dcs raiisrs dr ki lyraniiii*: « II y a, dil-il, 
di'ux iristlurls, raniniii" du jiLsii* vi Vimwviv tlv Vu\\[c. Du 
pr(*mk'r iiali raiiiour dv la librrit' pl dr la paliii' ; du scftmd, H 
la [mssitm dr la domiiiariiJii (2). » LVitnour dr la liljt'rl<'' pcut 
rrpeiidaiil donncr aiissi naissaiir** a la lyi'aniii<\ lorstiuc Von ^ 
aime lu lilj(M*U^ pimi' soi i'l luni pour los aulrt'H. « II n'oslfl 
prrsiuim^ (]ut ii'aiini' la Id)i'i1<'', *'t <[ui nc dt'sirr nblmii' dfs 
f'orn's («iiir la drt'i'iidiT. La sorviUidc rsl i'iniagr' *i<' la niorl, 
I'l la Idn'ilf! (\sl la srriiHii* iln lu yiv, Uv la virni que |»iur S6 
protiuri'i* la puissunce, on rrpand th* toulcs pai'ls k-s rkliesscs,,. 
Mais iiui' fnis mailre dv la puissancr, on s"tn'ij(<' rn lyran» ol, 
mqjnsanl la jiiNli«'t% on iw crainl jtoint, drvanl ni(*u, d'oppri- 
mcr C€*ux rjui nous mni **gau\ par la iialnri" i*{ par la rondi- 
lion (3). » Wut-on savoir la dillrnMirr du roi vi du lyran : 
• Lv vrai prinro ('onil)al pour k's lois ct |Kmr la iiln'rh.^ du 
pi'Uffk' ; Ic tyran nc croit avoir rk*n fail lant (ju'il n'a paa 
ftuppiime \vf> lois vi vvihni les ppuplrs vn sn-viludo. Le 



I 



(1) Voyez plus haiit p. :UI. 

(2) Jaab, Sarib, t'olicralUus^ Sivo et de »tf^Ji curialium: Lcvde 1595, 
1. VIJI. €. V. p. 412, 

(3J/ft,, 1, vy, e. XVII, p* -101, 



JEAN r>E SAUSBl'UY 343 

pritiC4? OAl unp hniv^v dv la Diviiiil('', el le lyran ost uno 
image dr LucifiT. Lt* printr, miv^i* dt* Diru, dnii t*ir« 
aim<% lianoiv, vriu'i*^ ; k* lyran , imaj^o de la nKH'ham'clH 
diaboli«[u<', doit rUv tue la plupart dii lemps, plentmtiue 
ovcidentitut (I). » O' ii'(*sl poiiil lu line ojuniuii jvU'c par 
hanard cl sans ^^Il^'\i(>u. Laiitciir rcviriu a plnsu-urs 
rrprisos Mir ro drnil dr Iticr U* tyran, tM riirnn* dv U' liicr 
avc<! pcrfidir. « II faiit so ctirnliiiri' aiitrriiii'iit aviH- un ivran 
tpravcr iin ami : il iiVsi [juim prrmis «io tlaMer un and, nv,m 
oil pcitt (lultrr un lyran. T^ir il f*Kt prrrnis tW tlatlcr ri'hii 
qu'il vni prrinis dc Iu<t. pj? namque licet ndtttari, quern licet 
cceittf>rt\ Xon si'idnni'iH Ukt mi lynni esl |iprniis, nials c'ost 
tiiic JH'tion roiiviiiabie t'l jiislr, d^qunm ot jushtm,,. C't'Ht 
Jiislomoiii t\m* l«*» droits s'annrni **oiUri' «'« Iiii ipii d^'HaniM* Ic« 
Uns, I't (|U(' la piiissanrc |»iddiijiio sv s(Hilrv<* r4uilrr rrliii (fui 
voiiL uiiraiiUr la puisntinn* |ku(di(]iir. I^arnii \vs crinirs do 
mnjoAli', il n'y vu a pus dr [lUis ^rAVii qut* rrlui qui cHt coiiiiniji 
coiiln* U* rur|)s iiii^mr dr la jiislirc. La lyraiiiiio ii\*!*l pas 
HiMdt'iiit'nl 1111 tM'inio piihlic, rVsi iiii vvlmv plus <|«f publir. Si 
W i'vUnr dr iiijijrslr [irul iHrv pitiii pal' loos, rundjicn plus 
rtdui'la ipd n|»pi'iii)i> lis lois mAmi'M cpii doivriit rumniaiidiT 
jri^(|n aux ♦*nipiT«'urs (-2). » Kniin il ccKidiniir w [>n'h'ndiidmU 
par \vs v\nn\i\vs dr I'hiHloirr prt*fant* rl dr riiislidrc sacree* 
(l4*|MMidaiit vviW duririno u si*» rxrt'pliuiiH. * Que lrs|*ri»ln»s no 
inVn viMnlli'iil pas^ditiU Rij'avcmc rpic iii4^iiM'panriii-ii\ il pi*iti 
SI* tn»uvi*r d«*H ivraiis.,. IVlai!< lorsipif los pnHroH prfiimMil le 
prrMiiiiia^r d<' lyrann. il n't*sl [mini pcMinis dr It'vrr i-oiilru 
cui le ^\m\v matiTirl, a raiisi' du n'spcrl di\ au sa<*n'airnl (3). i 
riH* MV<Hid<' i'\t'<'[»lion, ri^st la di-frtisi* dciiiplnyi-r l»^ |K*i>M>n, 
< i)ui»i(|U(> ji* saolii\ dit il, ipic \v poison a vlv cinpluyr* plus 
d utir Um (Kir U*s intidi'loH, ji* t*mi*i n>|H'iidaiil (|u'U m* faul 
puiut Ic iKTiiH'llff*. Nun qur ji* prnse (|ut*lc*s tyrans oe doivoul 



(I) /A, i. VIII, <*. xvji. p. 530. 

(t) /&. I. Ill, c. XV. p. 171, 17S ot I. VIM, c. XVIII, p. 558. 

pq L. VIII, e. xvu, p, 541, ot xviu, p. 553. 



344 cimisTiAKisME et 3U)yen age 

pas ^ire lues, inais ils doivenl I'^lre sans dominagc pour la 
religion, «tnc religionis honestatisque dispcndio(\). » Singu- 
liere casuistiquc qui irouve unc difl'erencc d'honneur et de 
moralite enlrc le fer cl le poison I II semblo cepondant reeuler 
devant ses propres consecjucnces : « Le meilleur et le plus 
sur moyen dc detruire les tyrans, dit-il, est qu(» les opprimes 
se refugient en s^huiniliant aupres du patronage dc la ele- 
mencc divine, el levant, leurs mains pures vers le Seigneur, le 
supplient de delourner d'eux le fouet qui les afllige {'2). » 

Ccs doctrines si violent(»s et si hosliles au pouvoir s'unis- 
scnt, comme on doit le penser, aux doetrines les plus hautiiines 
sur la suprematic sacerdotale. On vient di; voir deja (jue les 
pretrcs sont exceptes du eluUinicnt nu'rite par les lyrans. 
Voici maintenant comment le menu^ eerivain entend les 
i*apports du pouvoir spirituel et du ixmvoir tcMnporel : t Le 
prince recoil le glaive lempoi'el des mains d(^ rfiglis(» ; car 
clle-m^me ne pent tenir U' glaive du sang. Ceix'ndant, elle le 
possede, el elle sen serl par les mains du prince, a qui elle a 
accorde la puissance de punir les corps, se reservant lautorite 
dans les choses spii'ituell(»s. Le prince* (\st done; h* ministre du 
pr(Hre, exercant a sa place inw des fcmctions dc la sainte 
autorite, mais qui pai'ait indigne des mains du preire (3).' » 
Ainsi, dans celle llieorie sup(M'l)e, h^ pouvoir temporel est 
reduit au role de bourreau ; il tient le glaive, mais il le recoil 
des mains de I'Eglise ; il le lient i)our elle et exerce <'n son 
nom une ron<*tion dont elle ne veul pas se souiller. Il est 
impossible d'abaisser davantag*^ le pouvoir civil. 

Le decretum de Gkatien. — Ce nest pas seulement (|uelques 
esprits exaltes et passionnes, ni meme (juelque pape haulain 
el ambitieux, qui souliennent, au wi" siecle, les doctrines de 
la tlu'ocralic*. On voit ces doctrines se glisser el prendre pied 
jusque dans les monuments autlientiijues et ofliciels de la 

(l)L. VIII, c. XX, p. 563. 

(2i lb. ib. 

(3) L. IV, c. iir, p. 180. 



I.E r»#:ciii.T riE nniTrEX 315 

jiinsfunitlriirr cMiirmicnH', li i»ii jcirliriiHi'i' tl:ms If plus ^ruiul 
rl Ir phis <'rk'l)ri* onviagi* Hv ilrttil rrrl<''si:i.sliipit', (|iii rst t'li 
<|iirl(|ur sorlr !*• Diffeste du droil c'imoiiif|ii(\ li* Dtrret dc 
(iralit'ii (t), (lui jouil, an uuivoii j\j?i\ paniii U's jurist'oiisuUcs 
diim* aiilotiti' :m moins v<^i\]v a cvWv \\i\ Lihcr sentettfinrmn^ 

Li* DvrvH i\r (»t"Uirii, n'iii:in|ti;ilil<' par nil r(*i'taiti rs[ji'it 
pfii[(isnphi<]iii% Tost aiissi par Ir irta[i(|ii(' absolii di' c'riti(|m% 
ilclaiH dii rrsic <|iril laut aHrilmiM' a suii Innps : vv iiVsl pas 
u ivlU' rp*j(iiii' qiH' I'nn pauvail vrn[i(*r IVxarliliuIr li Fau- 
Uirtitifiit' dcs tc'Xli's. IHiis lai'd. l(U's<(uc la critique liil plus 
»vaiM*(''(^ uti [)apr 111 fnirc |»ar *U's ranliiiaiix li' I'rn'iistininit 
iJt's tTiTurs riJiilciHirs dans \v iku'rvt th' V,vi\X\vu, rt rciix-i'i y 
jti^nali'mil i|iinraiiti' ii tin ranons apocryplu's, \in;»;l-8i'pi 
«'aiM»fi\ aNrihiM's a drs airl(nih's i'(ranj;rn's. 4)iialiH'/<* faussrs 
d(*rr*''lalrs, On lie (m'iK dnni'pniiU si' <Hrrvh'drsi"ilalii)ns c'l^riinu* 
di' dui'tinicnts aiilht'itiii]U('s. Mais, fiar « riir ralsiiii mt*iiii% iU 
h''iiioi^rii('iit d aiilanl tiiii'ux dv VOVM des t^jmiioiiH an sircli' oii 
r»raUt"n \vs a iM'cyrillis rt niHSriiihh's. 

II stTail dilllrilr dc rrtucillir dans \v !)tkr(*t la trace ivgu- 
lim* H suivir d'um' dofinnt* poliliipit*. I'^Ilt* rsi dans Ir I'liijjx 



(1) Le />^rr?< do liralieu <iiti parui inr niilicij \Ui \w i^\w\o (ll.XKi, 
jius tc pA(»o Kti^«'n«^. Ill, H*(U.s tc Utic : IHArordauliatti fanaHHrn r««- 
^^mdia^ est plua coniiii sims Ic mmidc* lk:irt'tHm, < rsi li- CorpHM jurU 
emtomci du mnvm i^ifc, II AViiit I't^* pri'i<!iil<* par piusjcur^i ouvni^res 
du nirmr genre: EcrtfMUr dcrrelorum Hbri \X dc liiin-hmd^ rvi^qiic 
dc Worm* iI2i>0u ouvnigc que Ion appelln .lussi p.ir abrtHiation lo 
d4^!;ivi ihi Burcliard, l)6jtt cci uuvrnge i-ftl miirqud du cararlcrc 
utlniiiiont:iiu : it tHtlo do ciier los loin runiuinci. W* C'lpituhtires, ct 
il piiifto AlMindnnuuriit dauH los Fatttteg dt^crtflafes, Lo XX* liviv do 
iJtUU tnm mpfrataribHt, rnjihut, prinelpihu* qmim ttttbjeetit^ ent trt'ti 
imjiofiaiit el 4'onlicut d/ju Inuics U'h doclnncs lhe<icratt<|ueH i|U6 
nouH nllnni* rctriiuvor dans !•• tu*rrt't d** Gratioii, On cili? ctjcoro Ic 
il^crcl d'Vv<'» dn Ctiai'tfRH, HstrjfthmM cectetiMtknrHm reguUttum, 
scrM 111 fln du xi* si<\'lc, M:iis ••♦*?s ditT^Mvuu uuvra^en fun.'nl 
cltjuvH ct rcmplaco"* par Ic lldcrrt dc; Grntif'Q, pcr»«t»nimgc h 
Ctfltfbre au rnoycti A^^r, que Dnnic lut a fiiil une pla<Tc dans aoh 
poiradii*. • Dant cello eoui^Jtinc d'ci^iirit^ luniinrux , cc 5»uurirc dio 
liainme!( etit celui do Graltesi, qui a rendu do icU »crvicc$i k Tun ct 
{^(rt! dtvit que la vio bionJicuicuvc Fen a r6compcnJi£. • 



34G ainiiTLimswE r,T moven age 

vi hi (lixtrilnilion iirs iiialf*i'iatix, dans \vs diviTS tliros sous 
Irsriiu'ls sunt n'linis Irs dnnimt'iils, <taris rinUi'pr<'"Uilinn fjiii 
lour fst rlonrin% soil par raiih*nr liii-inrmr, soil [lar I(\s glosi^s 
tlos rnmmriilatriirs- (rest surtoul rlans cos glos<'s que la 
ppiiseV pf^litiquf dvs <'anonist('s sp fail jour. Los mninionla- 
U'lirs I'rriflirrissi'iil siir \v \v\U\ Va's glasos, iraillours, vn 
s'incnrpomnl u I'ouvrag:*', tml olXt'rni an run yon j\go unc 
aultn'ilf' prosquo f'j;a!f a ocllr ilv lautoiir Iiii-mrjtu\ rt coiiimc 
I'.lirs sniil dr eliHrn*nlos niaiiis (1), ollcs nous frHiniissrnl Irs 
principos^ non soiilomotil d\m iiidiviiiu, inais do loulo unc 
eeolo* 

r*nrnii los toxins ol los duoumonts roiHioillis par Cration^ il 
on ost iM/aufanfi t\uv iions ooimaisHims dojji : inais il y on a 
d'aniros ([iie nmis n'avims pas oncoro i^noonliN'S, oi doux 
surlout *|iii tml tni uno ^fando imprirlaiioo au nmyon ago, 
ct *pii suiU ra|tpnrlos lrMUi*Mo]nont. Lo proniiiT osl lo 
sornioni d'Oilinn ail papo Iviw. II osi nonimo Constihttio 
Othonix (2), Lo soooiid ont la oi'li'bi'o juooo ('(hiijiio s(ris lo 
noiii do la Donntion de Cons fan fin (H)» 

Lo i^onin'iit d'Oihtm rsl rap|M>i'h'' onuuuo iiin^ (nouvo do la 
dopoiidaiioo du i)ouv0ir" inipi'Mial onvors lo pnuvnir du papo, cl 
!u g]4)So (|ui \ osl ajuuhr s"i"\pr*iiiio alnsi : « On vtMi it-i roni 
nioiit lo papo OiIkui a juro (idolih* aii i>a[io Joan. » La glnso 
innisronno doiio ainsi oo soniionl on uno snrto d'lionnimgi! 
foodal HMulu (tar I'oiuiioroiir an pajM' ; oar lo aonin'nl de 
lidolilo osl laott* du vassal a Fi'gard di* sun suzoraiu. On (r'iU 
voir si II' soimrni d'OlImn S4' priHo aooUr* inlt'rprrliUiuiK Nou8 
lo rapfiorlons lidolonioiil : < .Moi. Ir mi Oihon, jo iais la pro- 
niossc el li' si'ntionl suivant au soi<;nour [lapo Joan: Jojiiro 
par lo !V'n% Ic Kils ol Ic Sainl-KspriL [lar w bnis do la sainlo 
iTuix, par oos roliquos t\vs .sainis, quo si, avoc la pormissioti 



(1) A 1ft virile* ellos in< sont pan ton Los du xir ^tieedc ; mais dies no 
80nt riu'ufi ilevelnijpefnetil plus ou moinH expllcitc du tcxtc m^me. 

(2) lk:criitum^ Pars I, DisUocL G3, c. xxxm, 
3j lb,, DislincL 96, c. xt. 



LF. i)f:cnF.T m GnAm.H 



357 



i\v Dion, j(' VH'iis i* Itoiiic, ji'^fi'vcrai IK^Iisr rnmniiK' i*l loi, son 
vUvW 84>toii moit iMiiivoir ; <i jamais In nr ixTilnH ni l;i vi<' n\ 
l<*s !nenii)iMS, ni hi di^^nili*-, jiat rna vylimf^*', on nmii rnnsf'il, 
ou mon ron9t*nu>iiicnt, mi int»ti rxhtHlaUtm ; <*t <laris ta villi* 
i\v IliMur, jr TM' frrai ui <l<''rrrt, ni rpn<lmi nurun oiilro auv 
UmU*h IrH rltus(i; (jui so ra^^piiiirnl a hii li nn\ Itfiinaiiis, sans 
loii rons<'il; je lo rondrai lonirs h'spuiiions ilu miint lorritoin* 
.qui oil! vir n'Mifili's a nnirr oni|»in% <i, {jurl (jiir soil colni 
liMijiM'l J4' ronlit^ U' rnyaiiirii- iritali«\ ji* lui frniis jnrrr iW. 
laiiln* a ilofi'inln* lo IrrnloiiH* dc naiui Pi<Tn\ sckm »(m 
lunivoir, • II t»«l dilTu'itr dr voir i\nm rrtlc pirco autro rlioftc? 
i|u'nfic' j^oiip i!(» traiU' par li^(|iirl rKmporour «'enj(aj^r^ ii 
ptnlngor avor Ic pa|it' la sonvrnnnt'ir^ dans llomf% ot a ivspoc- 
U?r lo lorriloirr irniporH, que Charloniaprne kii-m^'inc avail 
donm* a hi paftaiiir. Dp la a iin siTininit do !id«'irlo 11 y a loin ; 
Ifl nuHnt* im p*'ni diro tjnr lo um do ooilo piooo ohI honuroup 
plus ooiui d'nn prnlooU'in* ipio dun vasnal. 

Paf^»on» a l» prolonduo donalion do <^)nslanlin« On oonnnit 
I'hiHioiro do oollo d<»nalion ipii, apron avoir \i\\f<H(^ pontinnl 
tonl lo nioyoii ago punr uu lail liJKloiiqiio ot aylltonli(|yt% a 
i*U'* ooniplolonioni oi dolinilivomont <*'oarloo <lo I'liistoin* 
Horjonno par la oriiii|uo du xvr xioolo. (Iti prr-ti'ndail (pio 
1 ompoi'our tionstamin, on so roijnuil a CoiiKlanlinoplo, avail 
d<jnn«'' an |«:ipo Sylvontro I ontpiri* d OooidonI; quo di»puiH coUe 
op<K|U4* l;i papautr'' avail ilisposo do TKinpiro ooiiimo. oUo 
1 nvalt vonlu. ot (fu'ainNi IVmporour n'olail quo to vioairo du 
pH|^M% jM'ul voj'iudjio Hu/orain. Vf»iol liiolo fin'-tondn uii on 
eonlmt fill \mm* ; i\ (*J*l lir«' do la Vie tie anint Sylven!r€ (|). 
N0tt$ ne ft^priuluinuiH pa^ la jiiooo i'n oniior: noun on i'il<*rou$ 
les ptangOK los pins t^ailianls : 

# ffrnn doinioni^t !i |»artir do vi* moinonl, h notrc* port* SyK 
tOKtrt* ci u iM'8 Auooossourw, noiro pahnn imporial flo Lalran..,, 
1«! collier impi*M-laI, los vtHoniont.H* lo weptro 4*1 imis lv% orne- 



(t) On tc rcDcooLrr! doji ci(6 avant lo Ddcfet do Griliea d«09 los 
deux colleciioQs d'AnwImc et dc Dcu»»dcdil. 



3iH rMMtsm\%tsmK. et sote!i ioc 

nmu iflifNram, <*iiiB tons les signes estmeors de h puis- 
iannr ImpMalki ei b glum di^ noire poovoir... Et poor que b 
disure iKintificak* mr mt fMiiiil aliaLwp. pour que sa gloire et 
Ml ffUiMKiiire s'l^k'rvent au-^leiKus de b dignile de Tempir^ de 
b Utrrif, n^HM doonoiM et imhu bissons au bienheureax Syl- 
v<*Mr«; ncMi Mwlement notre pabis, mais loutes les proTinees, 
\m villeK H (*nfin ie terriUMre de I'ltalie et de I'Oecident... Et 
DOIM aviMW jiig^"* convenable do transporter en Orient notre 
ifmfiin; et notn; puissance, dans b magniGque province dc 
llyftam^e, de lisltir une ville de notn* nom, et d'etablir la notre 
(finpin;; ear, la oti b primaute du sacerdoec et Fautorite 
ftupr^e de b religion ont etc etablies par rempercur celeste, 
II n*4!St point Juste que rempercur de b terre ait sa puis- 
sance. * 

On voit avc(; quelle abnegation rempercur Constantin aurait 
almndonne, sidon cc naif document, la moitic de son empire a 
IVv^quiMhi Home. (ilfitU^ ridicule histoire,invcntceparquelqucs 
moines barbares, (;st dev(*nue au moycn Age Fun dcs litres les 
plus ftouvent lnvo(|U(*s par les (Icfimsiiui's du pouvoir ponti- 
licaL On iN>ut attribucM' a Graticn rimportaiicc nouvcllc de 
ce (lo(*uin(*iil ; car II avait cu jus(|U(^-Iu si pcu d'autorite qu(* 
(iregoin*. VII lui-nK^mc n'cii fait pas m(*nti(>n. Au rcstc, los 
grands paiM^s almaiciit ini<'u\ trouver roiigine dc Icur pouvoir 
dans rinslitulion d<^ l)i(^u et dans la nature mcmc dc Icui's 
foii(ii(»ns, (|uc <I»ns uii ixcU*. h'gal ct dans la donation d'un 
prince tciiiporcl. lis laissaicnl a Icurs dcfcMiscurs le soin d'cm- 
ploycr CCS arguments dc second ordrc, (|ui chlouissai(*nt V* 
vulgiui*c. 

Voyoiis niaiutcuHnt les opinions <iiii sc sont glissccs a la suite 
du Icxic precedent, ;\ Taich^ d(» la glosc ct dcs commcntaircs. 
Les (Mmunentatcurs, comme il arrivt^ loujours, ont foirc Ic 
sens de (pH'ltiucs |mssag4's, el ont fait dire au tcxtc cc qull ne 
dit pitint. (Vest ainsi que, dans Ic cclcbre passage : Mediator 
M H homittHm offiria poteslath utrimque discrevit, Ic 
glossiUcur, i^ pro|>os du mot discrei'it, ai^umentc coulre la 



LK 1>KCIU:T 1*K i,HAilE> 



349 



dmtiiiclion (li\s deux piiissnin'fs (I), II romiiuvncc par riaUlir 
ijue ri*s ilt'Lix pitissiujrrs <ii)r v\v rriinirs itaiis Ir (llirisl, w qui 
i*si larj^iinii'ul r«trKl:Hurni;i( dvs ullraiiiinilaiiis, ronibaUu (tar 
lous Irs jKirttsaiis <lii }M)uvoii" sorulirr'. Voiri n" (\iw ilil 1p 
gliKssiUnir : c Le Clirisl a fail rrriaiti(*.s t-luisrs m <[ttalitf' 
ir<*ui|n'n'ui\ par rxnu(^lt\ lnrs(|ii"il a <*liassr Irs mai'cliaiuls ♦I'ti 
Ti*in|il(\ v\ hirscjii il a [ioi*h' la npiironiK* drpiiirs, rr qui rsl 
\v si^nt* itr CKnqtin'. * Ma m* |h'iiI s'l'iuprchrr ilr sij^alrr 
ilan?^ i*r ilrnurr (rail iiii s<i|iliisinr |ialpa!>!r: ctnumrnl Ir si^nr 
dr rimuiilialit)U aurail-il |*u rlrr uii sjj^iir d audtntr vi dVm- 
pirc*? U^ ^lossalrur ajiHih\ a |iri»p<js du nnyl diHcnml: • f/rsl 
lo c'wilrairr. Jrsus-dliriHl n*a pas dlsliiijfur, niais ronrcrndti rrs 
drux pmivoirs ; r:ir lutiuruir a rrtiipll I'nur rl raiUtM* fane* 
lion. • II rsl vrai qur lrdi»niirr irait pnurrail parailn* ravoi*a- 
hlv i\ ta tliri^r tU* I indt'prodaurr drs (Miuvoirs : < Jr di.s qu1l n 
rt'uui lr>i *U*\\\ [Hiuviiirs, |»iinr ui^nlrrr qiir 1 iiii rl Eaufrr 
ctiutriU d'unr tarnir sourer* » hi Ir ^^lussalrur srinldr doiiiu'r 
niiAOii uu^ parlisaiis du p4Uivoir siM'ultrr, i|iii attrihuairiit 
imuiritialrmrnt a hiru rori^^itir drs i\vu\ piuivnirs; mats il r^«t 
iniilrut qti*rti Irs nmfuudatil ru Irsusrhrist, il Irs ntuft^ndail 
ru lUruir Iruips datis la prrsoufir du virairr i\v Jrsus-ClirisI, 
Csir, apK'Ji avair ttoiuu* rpirlqurs ai'<;iiuirnts ru favrur id* la 
dislinrtiou drs puissatic^rs, il s<* (ii'rld*' eu sriis rniilrairr, pai' 
«'rs U'iHs niisous: 1 ' Ir scruKnil d'Oiliun. drja rili* ; "2' Irs <*lr('s 
doiiiUH's a I'irrrr, rli'fs thi |miu\ihi' rrlrslr rl Irrrrstrt*; Tiv \\:\\w 
prul H^'posMT rrniprrrur. On vnil qur rliariUKMk* rr«.s mlsoilti 



{\) th. ih'crft.fOf li., r. vp. Ce iii\U% ilcjiV r'lU pluM hact dnujt 
HtOi'nuir (voy. i". 328). I'liti dr-* pla* mjuvoiU iM?iHpj«*»<, rnt <r«ilI^iirH 
l^ippork' d'um* iiiiioit'T)' trc-* iIimtw^ , ».*t Wm n i-i*! paw iCurcord «*ur 
M»a uri>,'iii«'. Gra(i«'a !«* ilontu* nwrimr <!•• Xiodos !•'; d'oianw TtiUri- 
btioril 4 Cyj>rirn on Ati pajM* Jiiliiri ; nuiin Ic plus «<oiiveoi tl c^i rite, 
<*i»miin* tire d'tini*' Irilrt^ du |».'ip»^ r»^la*<' A iVmp^rnur AniHl^«in. Voici 
Jo |Jrt>»saj,v : • Mi'^iluuir D*"i fi limninnm, in>mu Clinstus Jc^uh ^ic 
itcidm* iiropriiH ft diK^nitAtilitiH diHrmcus offlria [»otoHLiti« utnunqiic 
»li!»cr»*vil.., lit it fhriHtiani impcruinros j»r« luttrnii vila I'oatificibuK 
ifidijren^nt, tf^t PiHitificr* pru ciifsu t< mp'iraliiiru tiuiluiinin»do renini 
imiKTialihu!* Irjri'tu-t tiicroiiiur... i*tc. •On vail atH«.*nicot c|ue oe k'Xio 
pcul film int<?rprc"U' dau^ umr^ Ic* *cn«. 



350 CnRtSTlANISME ET MOYEN ACE 

suppose prei'iHrnu'iil r<» (jui t»sL i*ii (|in'siiu!i, Dans un aulrc 

enMroif, li« ffiossnttnir n^fjri'nil rvUe ilist^ussiuii, i'n itjoutiinl 
*Jrs arjiumnjls thuis li'S ilru\ st^im, H it cotiflul : * Jf rium 
iltmr les doux puissniKHis dis(iii»'ti»s, (|uih([ih* l(* pafM* puiBse 
(luettjorftMJi assunni' riiiic I'l riuilrc, ulntmque poffxtnlem 
sihi uHsnmere. » A propos U'lm auii'<* |>n?4s:i^n^ dr Sidnt 
Anibroise, oil le |muvarr dvil est ooijipaiM' an plomb, i't k* 
poll voir spiiilin'l a Tor, lo gltissalrui' ajouH^ : « La dillVi't'iire 
do rempir<* **t du sacrrdnrr est aiiHsi j^raiide que eelle dc* la 
lune i'l du soleil, * (j>nipat*aisnii a noler, parce (luVlle 
revieiil fi'(*<|Lieimuenl (iaiificeUe di.sriLssionji quVUe deviendra 
nK^iiie UI1 arfjiimenl. Enfiii, dims urte autre •jIhsp, je Irouve : 
« Quel est Ir vrrilable en]|irrrur M.es uns ilisml que eVsl 
reni|H*reui* de Constantinople... Mais I'Kglise romaine a Ifaiis- 
porte Fenipire d'Orient i-n OeridenL, et ainsi le vrrilable 
einpei"eut\ e'esi eelui tie Koine. * iVt*s{ 4'neore la une doctr'ine 
tivs considerahle du moyen i\j7f*,(]ue ta Iranslatinii de l't*iiipire. 
On simtenail qm* le pape, ayanl fe clnjii de disptfser de I'em- 
pire par la donation de Conshmtin, Tavail enh^ve aux (Jreea 
\nnw le lraiis|>orli"r au\ {leniiains, unt* premiere foU sur la 
leie dr tlhai^leuiugne, utic* seeijudi^ Tois sur la t<He d'Olhon le 
(Irancl. L'einpire ('Uiit tUnw r<euvre do saeerdoee. 

.\ons Yoiei nrriv(*s au \nf sierlr, e'esl-a-tlii-e a rapo»*ee du 
ptKivoir spirilnel, et au [Hmliiieal de Tun des deux ou Irois 
plus |j[rand:^ papes du nioyeu age, InnoeenL UL Ce pape est le 
dijfiie etjutinualeur dc (Ire^^oire YII. 11 soulient les mt^ine^ 
doetriiies, 4>1 euinnie lui il lie rraiul poiul d arj^'unirnler |Huir 
faire reecjTmaiire smi |Mnivin'r. Mais il a la parole jdus eahue, 
paree quH srui s*mi |ii>iivoir inoins eouLesle. Les pi'iueipes 
soul les mi'^mt^s. La itd]V'rt*nef est. dans It" ehoix des arguments. 

IxNocii.^T 111. — — ViHil-ini einuiaili'e la d<Hirine dlpno- 
rent lilt It L^'xpose vn Icrnies Ires elairs el ires fermes dans 
la leitrt* suivauli* an due tie r^iinj^ii*, a [iropos tk's ('leilious 
lnip<Tialrs : « Nuns reetnniaissons, ilil-rL aux <'lei'teurs le 
droit el la purssanee de eludsij' le rot i]uj di»it tlevrnir nnpe- 



BDI0C£>'T III $51 

reur, nous devons cci'.oiuuiiire uo droit qui repose ^iir un 
anti({m'. usiigi% tiiirUmi iniisqui* vi^ droit lour a rle dontu* par 
li* si«*gr u|»nNinlif|rn* liii-iiiriut', i|iii, (hms lii iHTHonnc du j»rund 
C'Ji;u'](*!i, a traiislV'rt' rLMiipiiv roiiiaiii di's Gives aux GerniaiiiH. 
Mai^ il I'aul en revane*he (|ut^ h*s [>riiir**s ri'romiuissti'nl quv la 
droll i:l la puissaiiiM^ d'rxaniiiR*r la pn'soniK' nous rejfardt% 
nouH (]ui souinics i-liar|<«''H dr roindrt', dr lo coiisarrer ct de le 
counmin'r. (aw il esl di? rrj^lc que rrxaiiii'n dr la pi»rsuriiH^ 
npiKirUriinr a i-rtui a qui iif^iarlii'til rini[joslli(»ii des itkiiiis. 
Kh (itiui ! M li's priuros sViilPtidaii'iil pour uli'voi* au raiij; de 
roi un sarrili'g*', uii exiommnoir, uii lyran, uii iiulxTJlc*, uo 
lii'n''iii|ur ou un paini, nnos srrioiis Icniis dr I'oindre, de le 
roDiiatTer (*l dv ie rouroiiiirr ? (^'la r*il iiiipussiblr ( 1 1. i 

])^n% cv. |)a9(Kag(% lunorciil HI allribur ati pu|M* ralisiojuc 
wiuvrrainrir. tlar 1**: cost lri>ap(' (|ui a iransfrir li'inpirc dvs 
(iri'CH aii\ (ic'rmiiinii ; '2" : i* Cst Uii qui a ctmrtrc Iv droil iMec- 
toral ; 3" : r'i*sl Uii miLin qui, par riiiqMisiiinii drs uiairis ct lo 
couronmHUPnl, i^t invfsli dii droit d rxaniimr, tt par eon&e* 
quriil th* rt'}i*\vr. Lv |»a|H\ ariiu'< du vclo routri' li*s rt«'i*iions 
impfTiaU'ii. sr Irouvc vn rralite It' smil rlcctfur. Kn oulrc, 
f*'(*iil a Ui rliairo do jiaiut Fit^rre dp d^n'itlrr ()iriiii .sitiimmiI e»t 
liritr uu ilUiilr i-i doit i^lre nu m* pas Mrv ^ardi* (2). CVlail 
jio rvHiTVi'i' le d<'ruifr reHs«n*l en niatiei e *le HiMiverainete. (iir 
eriui qui ju^n* \v M-rnieiil c'!*i MipcriiiM* a eelui (|ni re«;oil lo 
sennent. 

QiK^lqurH-niiH distii'ttl que, liM*S(|iie U* rtii peehe, d lie (iiVliii 
qii'euvers Uieu, et iiou eiivers les lioiiinieH. C'liail t*uU*viT 
au\ pn^treji U* driiil de juger h: nA pour \v n'lierver u Dieu. 
Innoeeui ui* (irul adnifilre un piireil priueipe. t Jei^us dis 
Na/an'lJi,dil il,