(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Histoire naturelle des végétaux: Phanérogames."

Google 



This is a digital copy of a book thaï was prcscrvod for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's bocks discoverablc online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journcy from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prcvcnt abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automatcd qucrying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do nol send aulomated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a laige amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogX'S "watermark" you see on each file is essential for informingpcoplcabout this project andhelping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep il légal Whatever your use, remember that you are lesponsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can'l offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search mcans it can bc used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite seveie. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps rcaders 
discover the world's books while hclping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full icxi of ihis book on the web 

at |http : //books . google . com/| 



Google 



A propos de ce livre 

Ceci est une copie numérique d'un ouvrage conservé depuis des générations dans les rayonnages d'une bibliothèque avant d'être numérisé avec 

précaution par Google dans le cadre d'un projet visant à permettre aux internautes de découvrir l'ensemble du patrimoine littéraire mondial en 

ligne. 

Ce livre étant relativement ancien, il n'est plus protégé par la loi sur les droits d'auteur et appartient à présent au domaine public. L'expression 

"appartenir au domaine public" signifie que le livre en question n'a jamais été soumis aux droits d'auteur ou que ses droits légaux sont arrivés à 

expiration. Les conditions requises pour qu'un livre tombe dans le domaine public peuvent varier d'un pays à l'autre. Les livres libres de droit sont 

autant de liens avec le passé. Ils sont les témoins de la richesse de notre histoire, de notre patrimoine culturel et de la connaissance humaine et sont 

trop souvent difficilement accessibles au public. 

Les notes de bas de page et autres annotations en maige du texte présentes dans le volume original sont reprises dans ce fichier, comme un souvenir 

du long chemin parcouru par l'ouvrage depuis la maison d'édition en passant par la bibliothèque pour finalement se retrouver entre vos mains. 

Consignes d'utilisation 

Google est fier de travailler en partenariat avec des bibliothèques à la numérisation des ouvrages apparienani au domaine public cl de les rendre 
ainsi accessibles à tous. Ces livres sont en effet la propriété de tous et de toutes et nous sommes tout simplement les gardiens de ce patrimoine. 
Il s'agit toutefois d'un projet coûteux. Par conséquent et en vue de poursuivre la diffusion de ces ressources inépuisables, nous avons pris les 
dispositions nécessaires afin de prévenir les éventuels abus auxquels pourraient se livrer des sites marchands tiers, notamment en instaurant des 
contraintes techniques relatives aux requêtes automatisées. 
Nous vous demandons également de: 

+ Ne pas utiliser les fichiers à des fins commerciales Nous avons conçu le programme Google Recherche de Livres à l'usage des particuliers. 
Nous vous demandons donc d'utiliser uniquement ces fichiers à des fins personnelles. Ils ne sauraient en effet être employés dans un 
quelconque but commercial. 

+ Ne pas procéder à des requêtes automatisées N'envoyez aucune requête automatisée quelle qu'elle soit au système Google. Si vous effectuez 
des recherches concernant les logiciels de traduction, la reconnaissance optique de caractères ou tout autre domaine nécessitant de disposer 
d'importantes quantités de texte, n'hésitez pas à nous contacter Nous encourageons pour la réalisation de ce type de travaux l'utilisation des 
ouvrages et documents appartenant au domaine public et serions heureux de vous être utile. 

+ Ne pas supprimer l'attribution Le filigrane Google contenu dans chaque fichier est indispensable pour informer les internautes de notre projet 
et leur permettre d'accéder à davantage de documents par l'intermédiaire du Programme Google Recherche de Livres. Ne le supprimez en 
aucun cas. 

+ Rester dans la légalité Quelle que soit l'utilisation que vous comptez faire des fichiers, n'oubliez pas qu'il est de votre responsabilité de 
veiller à respecter la loi. Si un ouvrage appartient au domaine public américain, n'en déduisez pas pour autant qu'il en va de même dans 
les autres pays. La durée légale des droits d'auteur d'un livre varie d'un pays à l'autre. Nous ne sommes donc pas en mesure de répertorier 
les ouvrages dont l'utilisation est autorisée et ceux dont elle ne l'est pas. Ne croyez pas que le simple fait d'afficher un livre sur Google 
Recherche de Livres signifie que celui-ci peut être utilisé de quelque façon que ce soit dans le monde entier. La condamnation à laquelle vous 
vous exposeriez en cas de violation des droits d'auteur peut être sévère. 

A propos du service Google Recherche de Livres 

En favorisant la recherche et l'accès à un nombre croissant de livres disponibles dans de nombreuses langues, dont le français, Google souhaite 
contribuer à promouvoir la diversité culturelle grâce à Google Recherche de Livres. En effet, le Programme Google Recherche de Livres permet 
aux internautes de découvrir le patrimoine littéraire mondial, tout en aidant les auteurs et les éditeurs à élargir leur public. Vous pouvez effectuer 
des recherches en ligne dans le texte intégral de cet ouvrage à l'adresse fhttp: //books .google. com| 



HISTOIRE NATURELLE 



DES ' 



VÉGÉTAUX 



PHANEROGAMES. 



Ji • 



■MSliUS ISIHTlUn, JfUtUUT IH-UUTAVO. 



SUITES A BUFFON 

FOBHiRT , AYBC LES OBUTBIS Dl CET ADTKUR , 

UN COURS COMPLET D'HISTOIRE NATURELLE 

EMBRASSANT LES TROIS RÈGNES DE LA NATURE. 

Les possenenn des Œurrcit de BUFFON pourront , avec ses SUITES , compléter tontes les parties qni 
leur manquent» chaque ouvrage se vendant sépitrémenr, et formant, tous réunis, avec les travaux de 
cet homme illustre, nu ouvrage générai sur i'Hihtoire naturelle. 

Cette publication scientifique, du plus haut intérêt, préparée en silence depuis pluMcurs années, etooo- 
fiéeà ce que l'Institut et le haut eriseignement possèdfent de plus célèbres naturalistes et de plus ha- 
biles écrivains, est appelée à faire époque dans les anniiles du monde savant. 

Lei noms des auteurs indiqués ci-après sont pour le public une garantie certaine de 
la conscience et du talent apportés à la rédaction des différents traités. 

ZoouMn dbf^aALB ( lupplé- 

ment i BuATon ) ou roé- 

moirrs «i Noiicea tiir la 

soologie, raDlhropoiogie et 

lliiiloire de la ■cieDce, par 

U. laidore Geoffroy Saint- 

Ililaire. i toi. avec al Us. 

Prii : flg.uoircs, 8 £ 5o e ( 

figures eoloriées. is fr. 
CftTAcfts ( Baleines, l>au« 

phins. etc. ), ou Berueil 

CI eiamen dés Faits dont te 

compose l'hiiloire de cet 

•oimauz, parU. F. Cuvier, 

memlire de l'Iastiiul, prx>- 

fesseur au Huséuiu d'His- 
toire naturelle, etc. t i 

toi. in-8, arec df uz livrai- 
ions de planches. {Ouvragé 

Urmini ). Prix : figurM 

noirci, i a fr. 60 c.| fig. co- 
loriée», 18 fr. Boe. 
BvnuM (Serpents, Léurds, 

Grenouilles, Tortues, etc.), 

par M. Duméril, membre 

de Hnslitut, professeur à 

la faculté de Médecine et 

an Muséum d^isloire na- 
turelle; et M* Bibron, 

aide-naturaliste. 9 toi. et 

Llitraisons de planches, 
s fOHMS 1 à 5 «I 8 êoni en 

rente; /es iomti 6 «f 7 pa- 
raîtront ineêuumment. Prix 

des 6to1. en tenloatee Ira 

pi. en noir, 67 f.{ color.75 f. 
PoBioss, par M. 
JEnovoLocii ( Introduction 

i l'), comprenant les prin- 
cipes généraux de l'Aiiato. 

mie et de la Physiologie 

des Insectes, des détails 

ior leurs maurs, et un ré- 

lomé des principaux ayslè- 

mci de classification , etc., 

par M. Laeordaire, profes- 

icnr d'histoire naturelle i 

Liège. fOnvraga termina , 

adopté et racommantf^ par 

rUniotrêiti pour itro plaei 

dons tea MéfietMf «aa dot Fa- 



euHéttt été Collêgêi, *i don- 
ni on prix aux élève».} t toi. 
in-8. Figurea noirea, 19 fr.; 
figurea colorifea, a a fr. 
InsacTBa coLtovtkxia fTan- 
thiridN, Cbaraoçooa Dan- 
nelona, Scarabéea, etc.), 
par >i. 

— OaTROFTkiBa (Grillona, 
Criqueia, Sautrrellra, par 
M. iserville , l'X-prèBident 
de la Société enlomologî- 
que de France. 1. toi. atec 
planrhet. Pi ix : figures noi- 
rra, 9 fr. 5o c, et li^. colo- 
riée», 1 a fr. 5o c. ( Ouvrage 
totmM' ) 

— UBMin-Èiia ( Ciialea. Pu- 
naises, CorbenilKs, etc.), 
par 11. Sertille. 

— LipiDOPTBRBS ( Papillons), 
par H. le doct. Boisdiitai ; 
tome 1*' atec deux litrai- 
aona de pUiicber. Prix : fi- 
g urea noires, 1 a fr. 5o c; K- 
gurra coloriées, 18 fr. 5o. 

— NÊTRonrkaEa iDemoisellea, 
Epbémérea, etc.), par BI. 
le docteur Bambur. 

— HTMJkKonàRBa ( Abeillea, 
Guêpea, Fourmis, etc.), 
par M* le comte Lepelletier 
dr Saint>FargeNU{ tumeai et 
a atec a litraiaona de plan- 
ches. Prix : tigurea noirea, 
19 fr.; figurea colorieea. 

a 6 fr. 

— DiPTkaaa (Meuchea, Cou- 
sins, etc.), par M. Mao- 
quart, directeur du Mu- 
séum d'Histoire naturelle 
de Lille, a toi. in-8* et a 
cahiers de planches. ( Ou- 
vrage tomùné, ) Prix : figu- 
res noims, 19 fr.; figures 
coloriées. i5 fr. 

— ApTà BBS (Araignées, Scor- 
pions, etc. }, par M. le ba- 
ron Walckenaer, membre 
de rinsiitut t tome 1 atec 
S cahiers de pi. Prix : figu- 



rea noires, i5 fr. 5o c; fig. 
coloriées, »4 fr- So c. 

Lo tome a et dornior paraîtra 
an 1841. 

Cactràcti ( Étretiuri , Ho- 
mards, Crabes, etc.), com- 
prenant l'Anatomie, la 
Physiologie et la Clasaill- 
cation de ces Animaux, par 
U« Milne-Edwars, mem- 
bre de riiistitut , profes- 
seur d'Disi. naturelle, etc.; 
3 Tolumes et 4 lÎTraisons 
de planchea. Prix: fi^turea 
noirea, 3 1 fr. 60 c. : figures 
colorieea. 43 fr. fio c. 

MoLLrSQOEa (Moules Hui- 
trsa, Eacargota, Limarca, 
(^onu'lles, etc.) par U. de 
BlaiiiTÎlle, membre de I In- 
stitut, professeur au Mu- 
aéum d uist. naturelle, etc. 

AaniLiDas (Sangsues, etc.), 
par M. 

Vaas iKTBSTixADX (Ver soli- 
taire, etc.), par M. 

ZooprrrBa acALBPnaa, (Phy- 
aale, fiéroé, Angele, etc.), 
par M. Leuon, correspon- 
dant de l'Institut , phar- 
marieu en chef de la Ma- 
rine, i leebefort. 

— BcHinoDBBUBa ( Ouraina , 
Palmettea, etc.), par M. 
Lacordaire, profeaseur 
d'hiatoire naturelle à 
Liège. 

«— PoLTPiBBS (Coraux, Gor- 
gones, Eponges, etc.), par 
M. Milnc-Edwarda mem- 
bre de rinalitut, profesaeur 
d'biat. naturelle, etc. 

—m IxrTiaoïBBa ( Animalcules 
microscopiquea ) , par M. 
Dujardin, doyen de la Fa- 
culté dea Sciencea, k Ben- 
nea. 1 toi. orné de % livrai- 
aonade planchea.Prix : la f. 
5o C-; hg. color. 18 f. £0 c. 

BoTimQra ( Introduction à 
l*Elude de la), ou Traité 



élémentaire de celle scien- 
ce , contenant TOrgano* 
graphie , la Physiologie , 
etc. , etc. ; par M. Alph. 
de Candoile , profeaseur 
d'histoire naturelle à Ge* 
nète. ( Ouvrage terminé «f 
autorité par l'Onivorùté ^ 
pour It» Collège» royaux 
et communaux. ) a toi. 
et un cahier de planches. 
Prix; 16 fr. 

VieÉTàrX PHAKÊBOGàMU ( i 

Organes sexuels apparents. 
Arbres, A rbrissevux. Plan- 
tes d'agrément, etc.), par 
M. Spurh. aide-naluraliBle 
au Muséum d'Histoire na- 
turelle; tomes I à 10, et 
14 litraisoiis de planchea. 
l'rix : figurea noirea, 107 fr. 
fig. cul., 149 fr. 

— (^nTProGiVES (à Organca 
sexuela peu apparenta ou 
cachés , Mousses . Fougè- 
res , Licbena , Champi- 
gnons, TruiTes, etc.), par 
M. de Brebiason de Fa- 
laise. 

GÈoLooiB ( nialoire. Forma- 
tion et Disposition des 
matériaux qui composent 
l'écorce du globe terres- 
Ire ;. par M. Huot, mem- 
bre de plusieurs Sociétés 
satantes ; s toi. ensemble 
de plus de iSoo pages. 
[Ouvrage terminé.) Prix, 
atec un Atlas de a4 plan- 
ches : 19 fr. 

MiKiBALOQiB (Pierres, Sels, 
Métaux, etc. ) , par H. 
Alex. Brongniart, membre 
de l'Institut , professeur 
au Muséum d'Histoire na- 
turelle, etc., etc.; et M. 
Delafosse, mnître dea cou- 
férencea à l'École Norma- 
le , aide-naturaliste , etc., 
au Muaéum d'Hialoire na- 
turelle. 



CONDITIONS DE LA SOUSCRIPTION : 



Les Suites a Buffon formeront 65 vo]. 
in* 80 environ , imprimés avec le plus grand 
soin et sur beao papier ; ce nombre paraît 
gafGsant pour donner à cet ensemble tonte 
retendue convenable. Ainsi qo'il a ëtë dit 

En mars 1844 , 



prëcédemment,chaqae auteur s'occupant de- 

{lois longtemps delà partie qui lui est confiée, 
'éditeur sera à même de publier en peu de 
temps la toulité des traités dont se composera 
cette utile collection. 



54 volumes Bont en vente, avec 40 livniioni de pltndies. 

Les penonnes qui voudront souscrire poor toute U Collection «ormit U liberté de prendre par portion, 

Jusqu'à ce qu'elles soient an ooorant de tout ce qui est paru. 

PODB LBS 80D8GIIPTIIIB8 A TOIJTB Li OOLLICTIOII t 

Prix dn texte • chaque voL (f ) d'environ 500 à 700 pag., 5 llr. 80. — Prix de chaque livraison d'envhx)n 

f pL noires , 5 fr.; oolinriés , 6 fr. 

Nota. — hn pertonnes qui lonaeriront pour det pnrtiM lépvéM paieront chtqtie folnme € fr. 5o e. 
Le prix dei volumes papier vélin aen doubla du papier ordinaire. 
(1) VéHiwn a^ant i payer pour cette eoUeelion des honorairea aux aoteon , le prix dea volnmei ne peat tire eamparé i 
UL dea réimpreaaona d'ouvragei appartenant aa domaine pnbUe cl exempts de droits d'aulenn, feb qoe Baffim , Yd* 
«are» ete., etc. 

'^SOPSan, SÀHB 11X11 FiVXl D'AVÂRCK • A u LimàlUX ERCTCUIPà>IQOI Dl RORET , iDITXOI Dl LA 






HISTOIRE NATURELLE 



DES 



VÉGÉTAUX 



PHANÉROGAMES. 



Pam tIL Edouaad SPACDB , 

AIDB-KATCRÀUSTE AU MUSEUM D^HISTOIRE KATURELLE , MEMBBB 
DE PLUSIEURS SOCIÉTÉS SAVAHTES. 



• • •« . 



•:: 



TOME DIXIÈME. 



OUVRAGE ACCX)MFAGN£ DE PLANCHES. 

» 4 



4 ) 






PARIS. 

LIBRAIRIE ENCYCLOPÉDIQUE DE RORET, 



.0 



RUE HAUTEFEUILLE, N lO BIS. 

1841. 



«. 



IMPRIMERIE SCHNEIDER ET LANGRAND , 
rne d'Erforth, 4. 



* * " 



• • " 

• • • ••••• 

••••: .••.-. •••.•;; 

••••• !•••• ••••• 

••••• • .• *•• , 

••••• •••; ••• 

••••• * ••••• 

• •. ••••• , , • 

•• • • ••» • • 

•• ••••• , .» 

•••:, : • •••• 

•••• ••• 

•..•.. •••• • •• 

••••• ••••• 

,•• ••••• ••••• 

• • • 

:.. 

•• •• 

..... 



•-^.. 



'•.. 






VÉGÉTAUX PHANÉROGAMES 

DICOTYLÉDONES. 



VEGETÀBILIA DICOTYLEDONEÀ. 



TRENTE-QUATRIÈME CLASSE. 

LES COMPOSÉES. 

COMPOSITM Bartl. 

1 

CARACTÈRES. 

Herbes, ou sous-arbrisseaux, ou arbrisseaux. Tiges et 
rameaux cylindriques ou anguleux. 

Feuilles éparses, ou opposées, ou verticillées , sim- 
ples, ou moins souvent composées, non-stipulées. 

Fleurs (par exception solitaires, ou agréées en ca- 
pitules non-învolucrés ) agrégées en capitule accompa- 
gné d*un inyolucre caUciforme (péricline\ sessiles sur 
un réceptacle - commun, tantôt toutes conformes et 
hermaphrodites ou par avortement unisexuelles (soit ré- 
gulières, soit irrégulières) , tantôt les unes (placées à la 
circonférence du réceptacle et constituant ce qu'on ap- 
pelle le rayon ou la couronné) irrégulières et unisexuelles 
ou neutres, les autres (occupant le disque, c'est-à-dire 
les parties plus centrales du réceptacle) régulières (ou 
du moins non-conformes à celles du rayon ) et en gé« 
néral hermaphrodites. 

rotahiqve. phah. t. x. 4 



^ CLASSE DES COMPOSÉES. 

Calice adhérent, à limbe (i), (quelquefois nul; en 
général accrescent) supère, soit réduit à un i*ebord 
membraneux et entier, soit composé de poils (simples 
ou plumeux) , ou de soies, ou de paillettes (en nombre 
déterminé ou indéterminé ) de forme variée ; très-rare- 
ment le limbe-calicinal est foliacé. 

Cbro//e épigyne, non-persistante, ou marcescente, 
soit tubuleuse et 5- (rarement 3-ou 4- ) lobée (à estiva- 
tion valvaire)j soit liguliforme (c'est-à-dire à tube très- 
court, et à limbe unilatéral, en forme de languette 3-5- 
dentée au sommet), soit 2-labiée, soit i -labiée (par ab- 
sence ou par avortement de la lèvre supérieure). Tube 
des corolles régulières à 8 ou lo nervures, dont 4 ou 5 
plus fortes, alternes avec les segments du limbe, se bi- 
furquant au sommet de manière à fournir une nervure 
intra-marginale à chacun des a segments voisins. 

Etamines (nulles ou abortives dans les fleurs femelles 
et les fleurs neutres ) 5 ( par exception 4 ) insérées au 
tube de la corolle., et alternes avec les segments du 
limbe. Filets capillaires ou filiformes, libres. Anthères 
linéaires , soudées par les bords ( de manière à former 
un tube cylindrique, engaînant le style), dithèques, in- 
trorses : bourses ( souvent appendiculées à leur base ) 
séparées par un connectif linéaire ou filiforme, souvent 
prolongé en languette terminale ( appendice'Opicilaire), 

Pistil : Ovaire i-loculaire (par exception à 3 loges, 
dont 2 très-petites et abortives), i -ovulé: ovule attaché 
au fond de la loge et renversé (chez les Synanthérées), 
ou suspendu au sommet de la loge (chez les Calycérées), 
anatrope. Style filiforme, terminé en général par a stig- 



(^ ) Le limbe-calicinal des Composées se désigne en phy tographie soiu 
le nom à^aigrette , même lorsqu'il est rédoit à un rebord peu apparent* 



•*::/<' 






CARACTERES. 5 

mates allongés. Disque cupuliforme , ou urcéolaire, ou 
plan, couronfiRBt le sommet de Tovaire. 

Péricarpe indâiiscent (en général sec; rarement 
charnu ou drupacé), i-sperme, le plus souvent couronné 
du limbe-calicinal soit plus ou moins amplifie' ^ soit peu 
apparent. 

Graine apérispermée (excepté chez les Calycérées), 
Tégument membranacé. Embryon rectiligne; cotylé- 
dons plans ou convexes, oléagineux^ foliacés en germi- 
nation; radicule (supère chez les Calycérées; infère chez 
les Synanthérées ) courte. 

Cette classe comprend les Synanthérées et les Calycé- 
rées (ou Boopidées). 



CENT SOIXANTE-UNIÈME FAMILLE. 

LES SYH\mHÈh:ÈES. — SYNANTBEREJE. 

Compotitœ Tourn.; VaiiL ; Linn.; Adam. — Cus, Dict. des Scieo- 
ces Nat. yoL 40, p. 434(^848).— Lessinç, Synopt. Ctmpoi, (4832).^ 
Kanth, ia Hnmb. et BonpI. Nov. Gen. etSpec. vol. 4. — DeCand. 
Prodr. Yol. 5 (4856)^6 (1858) et 7 (pars I, 4858). — Corym&t/enp, 
Cffnaroeephalœ et Ciehoraeeœ Juss. Gen. — Synantherem Rich. Anal.— 
Gassini ( MémoireM tur let Synanthirée$) in Ballet, de la Soc. Philom. ; 
Dict. des Sciences Nat. vol. 54 , p. 445 (4827) ; Opuscules phytologiques 
(4826). — Bartl. Ord. Nat. p. 454.— Reichenb. Syst. Nat. p. 484 
(eiclusis. Calyeereis), — Mutisiaeeœ, Ciehoraeeœ, Àeteraeem et C^fia- 
raeem Lindl. Nat. Syst. 

Les Synanthérées constituent la famille la plus riche 
en espèces ; car elle comprend près de la lo^ partie des 
phanérogames ; ces végétaux sont répandus sur le glohe 
entier, mais on les trouve en proportion beaucoup plus 
forte dans la zone tempérée que dans les régions po- 
laires, et c est dans TAmérique équatoriale qu'elles abon- 
dent beaucoup plus que partout ailleurs. Les usages et 
propriétés des Synanthérées sont très-variés; quantité 
d^espèces s'emploient soit dans l'économie domestique 
ou en thérapeutique, soit comme plantes d'ornement. 

Les caractères que nous venons d'exposer pour les 
Composées en général, s'appliquent de même aux Sy- 
nanthérées en particulier, à cela près que leur ovule est 
constamment renversé (c est-à-dire ayant son micropyle 
situé à lextrémité inférieure), attache au fond de la 
loge , et que la graine est toujoura apérispermée, à 
radicule infère ; c'est par ces caractères seulement que 
les Synanthérées diffèrent des Cafycérées. 

Nous allons énumérer, en suivant principalement la 
classification proposée par M. de Gassini, la longue liste 
des genres que renferme cette famille. 



FJUilLLE DBS SYUAHTHÉIUBES. 5 

I'- TWBD. LES LAGTUGÉES. — LACTUCEJE 

Gass. (i)« 

Capitules homogameSy radiatiformes. Corolle ligulU 
forme, S-dentéej 5-oa 6-neruée. Style pubescent "vers 
son sommet. Stigmates filiformes y divergents y arqués 
en dehorsy semi^cylindriqueSy papilleux à toute la sur^ 
face supérieure y pubescents à la surface inférieure, 
sans bourrelets. 

Section I. SOOiiYBDfiss. Less. 

Aigrette coroniforme ou paléacée (du moins l'exté- 
rieure ). Réceptacle garni de paillettes. — Herbes 
épineuses. Fleurs jaunes. Capitules sessiles. Corolle 
scabre en dessous. 

Diplostemma Hochst. et Steud. (non Neck.) — Sco- 
lymus Toum. — Myscolus Cass. 

Section H. i.ACTUOfss-P&OTOT'VPBS vraibs 

Cass. 

Fruit aplati ou tétragone; aigrette blanche, composée 
de poils filiformes, caducs^ légèrement barbellulés.-— 
Corolle jaune. 

Picridium Desfont. (ReichardiaRoth.) — Zolliko- 
foria De Cand. (non Neck.) — Lomatolepis Cass. •— 
Rhahdotheca Cass. (LaunaeaCass. Microrhynchus Less. ) 
— Mtheorhi!sa Cass. — Sonchus Tourn. ( Atalanthus 
Don.)— Trachodes Don. '■^Malacothrix De Cand.— • 
Youngia Qàss.-^ Mulgedium Cass. (Agathyrsus Cass.)-' 



(4) laeiueeœ Adanf. — Gass. Dict. des Se. Nat. vol. 8> p. S25; 
vol. 2b> p. 555; vol. 25, p. 59; vol. 48, p. 424. — Semifloteuloim 
Toarn. — idguiaiœ Gsrtn. — Ciehoraeem Yaill. — Juss. ~ Less. Syn. 
— De Cand. Prodr. vol. VU. — Ciehortm Spreng. Syst. 



6^^ CLASSB D£S COMPOSEES. 

Lactuca Tourti. — Phœnîcopus Cass. (Phœnopus De 
Cand. ) — Mycelis Cass. — Anisoramphus De Gand. — 
Picrosia Don. — Troximon Gaertn. ( Agoseris Raf. ) 

Section III. i.AOTUCâss-ORéPXiiiss Gass. 

Fruit allongé; plus ou moins aminci vers le haut. Ai- 
grette (quelquefois nulle) blanche, composée de poils 
grêles, fiUformes, légèrement barbellulés (quelquefois 
barbés). 

Lampsana Tourn. (Lapsana 'Lmn.) ^^^ Aposeris Neck. 
— Rhagddiolus Tourn. — • Kœlpinia Pallas. — Chon- 
drilla Linn. — Peltidium Zollik. (Willemetia Neck., nec 
alior. Wibelia Rœhl. Galycocorsus Schmidt. Aspideium 
Zollik. ZoUikoferia Nées. ) — Zacintha Tourn. — Hete- 
racia Fisch. et Mey. -^ Nemauchenes Cass. ( Endoptera 
De Gand. ) — Gatyona Cass. ( Endoptesa De Gand.) ^ — 
Borkhausîa (Mœnch.) Gass. (Agoseris , Lagoseris et Le- 
pidoseris Reichb. Barkhausia Spreng. Grenamus Adans. 
Closirospermum Neck. ) — Paleya Gass. — Anîsoderis 
Gass. (Hostia Mœnch. Barkhausia Link. ) — Catonia 
Mœnch. (non Cass. Omalocline Gass.) — Soyeria Monn. 
(Catonia Gass. non Mœnch. Hapalostephium Don. ) — 
Geracium Reichb. ( Inlybellia Monn. nec Gass.) — 
Crépis Linn. — Brachyderea Cass. — Phœcasium Gass. 
— Intyhellia Cass. nec Monn. (Myoseris Link.) — Ptero- 
theca Cass. ( Trichocrepis Vîsian. ) — Ixeris Gass. ( Ma- 
crorhynchus Less.) — Taraxacum Hall. ( Dens-leonis 
Tourn. Lasiopus Don. non Cass.) — Microderis De Gand. 
— Helminthia Juss. ( Virea Adans. Deckera Schultz.) — • 
Spitzelia Schultz. — Medicivsia Mœnch. — jP/cr/^ Linn. 
>'^ Rodigia Spreng. — Ammogeton Schrad.— PacAj/e- 
pis Less. — Pinaropappus Less. 



Section IY. LAÇTUOJÉBS-BlÉajLOKÉBS Gass. 

Fruit court, aminci à la base, tron(|ué au sommet; ai- 
grette (quelquefois nulle ou coroniforme) compo- 
sée de poils filiformes, raides, très-barbellulés, le plus 
souvent roussâtres 'OU jaunâtres. 

Prenanthes Vaill. — Lygodesmia Don. — Nabali^ 
Cass. (Harpalyce Don. Esopon Rafin.) — Rea DecaisnjS« . 
(Dendroseris Don.) — Schmidtia Mœneh. ( i^thiôltiûà ' 
Don: Polychaetia Tausch. nec Lesi. ) — Tolpis A.dans. 
(Drepania Juss. Ghatelania Neck.) — Krigia Schreb. — 
Fichtea Schultz. — Microseris Don. (Bellaridia Colla, 
nec alior. Lepidonema Fîsch.) — ÇynthîaDon, (Adopogon 
Neck. Luthera Schultz.) — Arnoseris Gaertn. — Apogon 
Elliott. — Apatanthus Vivian. — - Andryala Linn. (Erio- 
phorus Vaîll. Fomeum Adans. Voigtia Roth. Rothia 
Schreb. Cass.) 

Section Y. x.ACTUC£BS-SCORX019]ÊSi£BS Cass. 

4 

Fruit cjlindracé ; aigrette composée de squamellules à 
partie inférieure laminée , à partie moyenne épaisse 
et ordinairement barbée, à partie supérieure grêle et 
barbellulée. 

Robertia De Cand. (non Mérat nec Scopol.) — Meta- 
hasîs De Cand. — Phalacroderis De Cand. — Seriola 
Linn. (Piptopoçon (Cass. Agenora Don.) — Oreophila 
Don. — Achyrophorus Scopol. — »- Porcellites Cass. -^ 
Hjrpochœris Vaill. — Thrincia Roth. ( Colobium Roth. ) 
— Streckera Schultz. — Kalbfussia Schultz. — Leontodon 
Juss. ( Antodon Neck. Virea Adans. Apargia Willd. ) — 
Apargia Less. ( Fidelia Schultz. ) — Oporinia Don. 
(Scorzoneroides Mœnch.) — Millina Cass. (DeloderiuiQ 
Casîs. ) — 4stçrQthviop Ca§3. — r Podi^permum De Canil» 
(Podosp^rma LeM.{fion^Labill.) «^ Geropog^n Linn. -^ 



CLASSE DES COMPOSÉES. 

Tragopogon Tourn. — Scorzonera Linn. (Lasiospora 
Cass.) — Gelasia Gass. — Pentachlamys De Gand. — 
Polyclada'DeQàXià. — HjcoserisJuss. (Hedypnois Gaertn. 
Achyrastrum Neck.) ^-^ Hedypnois Toum. ( Hyoseris 
Gtertn.) — Hymenonema Cass.— Catanance Toum. (Ga- 
tananche Vaill.) — Hœnselera De Gand. — Cichorium 
Tovffn, '^ jàcanthophytonhess. — Calais De Gand. (Hy- 
menonema Hook. non Gass. ) 

!!• TRIBU. LES CXKUNÉES.-^CJRLINEjE Cass. (i). 

Capitules homogames ou hétérogames ^ incouronnés {par 
exception radiés^ Corolle des fleurs hermaphrodites 
régulière ou irrégulière^ tubuleuse^ ^-fide. ÉtaMinesà 
filets glabres f non-papilleux. Anthères a appendices- 
apicilaires longSy soudés inférieurement^ appendices- 
ba^ilaires très-longs^ barbus. Style peu ou point renflé 
au sommet y légèrement barbuy ou imberbe. Stigmates 
courts , subovaJes , obtus , confluents vers leur base y 
plans et très'lisses à la surface interne ^ papilleux et 
convexes à la surface externe. 
Section I. OAaiiXirAES-ziRASf TR<II|£b8 Cass. 

Aigrette (rarement nulle) composée de paillettes très- 
entières ( quelquefois accompagnées de soies fili- 
formes ). * 

Xeranthemum Toum. (Xeranthemum et Xeroloina 
Gass. Harrisonia Neck. ) — Chardinia Desfont. — Sie- 

(h) CaWt'neœCais. in Dîct. du Se. I^itt. v. 7, p. 357 ; vol. 47» p. 497. 
^ CyiMToeephalarwn genn. Vaill. -^ CardMorwn et XerafilAeMomiit 
geoD. Âdans. — Gurdicocearuifi et Labiatiflorarum genn. De Gand. in 
Ann. du Mas. vol. 46 et 49. — Barnodef torwin , FernofitoeeartMfi et 
CardiMcearum gcnn. Kunth> in Humb. et Bonpl. Nov. Gen. et Speç. — « 
Cyi^areœ-Cordopateœ , Cynareœ-Xeranthemem , Cynareœ'Carlineœ et 
Mutiiiaee&nÊm genn. Lom. Syn. — De Gand^ Prodr. vol. 6 et 7. 



FAMILLE DES STNANTHÉRÉES. 9 

bera Gay. — Nitelium Cass. (Macledium Cass.) — Dicoma 
Gass. (Leucophylon Less. nonR.Br. Xeropappus Wal- 
Hch. ) — Rhigiothamnus Less. — Cousinia Cass. -— 
Stobœa Thunb. ( Arelina Neck. ) — Cardopatium Juss. 
(Gardopatum Pers. firotera Willd. nec alior.) 

Section II. OAlULXiriB8-VROTOTT9B8 Cass. 

Involucre entouré de bractées foliacées^ ordinairement 
dentées-épineuses , formant un involucre externe. 

Carlina Toum. — Mitina Adans. — Carlowizia 
Mœnch. (Atharaus Neck. ) — - Chamœleon Cass. — 
AtrcLCtylis linn. — Acarna Willd. — Anactis Cass.- — 
Spadactls Cass. -*- Thenfenotia De Cand. ( non linn.) — - 
Ancathia De Cand. — - Auchera De Cand. 

Section III. OARUW^SS-BARWAilisxiss Cass. 

Corolle velue. 

Barnadesia Linn. — Bacasia Ruiz et Pavon. — Dia- 
cantha Lagasca. — Schlechtendalia Lessing. (non Wilid. 
nec Spreng. ) — Dasjrphyllum Kunth. — Penthea Don. 
— Fulcaldea Poiret. (Turpinia Humb. et Bônpl. non 
Vent. Voîgtia Spreng. non Roth. nec Homsch. ) — 
Chuquiraga Juss. (Johannia Willd. Joannesia Pers. 
Joannea Spreng. ) — Nardophyllum De Cand. — OU 
denburgia Less. — Sçjrtala E. Meyer. 

Section IY. OARlJMriBS-8T£B<i.X»£B8 Cass. 

Aigrette composée de paillettes filiformes. Involucre 
dénué de bractées. Corolle glabre. 

Proust la Lagasc. — Harmodia Don, — Calopappiis 

(4) CefUawriem Gass. Dict. des Se. Nat. vol. 7, p. 576; vol. SO» 
p. 358 \ vol. 44, p. 55 ; vol. 50 , p. 245 et 247. — CynaroeephalarwHi 
genn, Vaill. ; Jqss, — Cyftoreo-Cefifotfrteie Le«s. Syn. — De Cand. 
Prodr. vol. VI. 



iO ChÂSê'B, PR9 COMPOSÉES. 

Meyra* — Hjralis Don. — • Cyololepis Don. ( non Moq. ) 
-^ JLeucomerU Don, -^ Gochnatia Kunth. — Hedraio^ 
phyllum Less.^ •^ Pentaphorus Don. — PPlazia Ruiz 
et PftYon. *^? Flotovia Ruiz et Pavon. ^-^Stiftia Mikan. 
(Augusta et Sanhilaria Leand.) — - Anastraphia Don. 
— Leucomeris Don. ( non Blum. ) — Hirtellina Cass. — 
Barbetlina Cass. — Stœhelina De Gand. — Stechmannia 
De Gand. — Arctium Daléch. ( Arctio Lamk. Arction 
Cass. Villaria Guett. Berardia Vîll. ) — Dolomiœa De 
Gand. — Aplotaxis De Gand. (Eriostemon Less. Frolovia 
Ledeb. ) — Saussurea De Gand. ( Heterotrichum Bieb.^ 
non De Gand. Bennetia Gray. ) — - Lagurostemon Cass. 
(Cjathidium Royie. ) — Theodorea Cass. (non Neck.) 

IIP TRIBU. LES GWSiTXVmÈ%^,^CENTAUmEM 

Cass. (i). 

Capitules hétérogamea ( rarement hQmogames)j le plus 
souvent radiés. Fleurs^radiales neutres y \en géné^ 

. rai irrégulièreSn Corolle des /leurs hermaphrodites 
tubuleuse^ ^-fide^ après Vanthèse plus ou moins cour^ 
bée. Étamines à filets poilus pu papilleux. Anthères à 
appendiceS'Opicilaires soudés en tube ordinairement 
courbé. Style un peu renflé et barbu au sommet. Stig- 
mates articulés au style , convexes et papilleux à la, 
surface externe , plans et très-lisses à la surface in- 
terncy confluents par la base^ en général cohérents 
presque jusqu^ au sommet. Ovaire en général poilu ^ à 
aréole basilaire en général située dans une échancrure 
sur le coté interne. 

SlCTIOlf I. OBVTAVRléBS-PROTOTTPBS CaSS. 

Aigrette ordinairement double ^ composée de paillettes 



dont les plus longues sont filiformes^ rétréoies de bas 
en haut, barbellulées. 

Centaurea Linn. ( Subgenn. Ghartolepis, Phalolepis, 
Jacea, Pterolophus, Platylophus, Stenolophus, Sdzolo- 
phus, Gheîrolophus, Psephellus, Heterolophus, Melano- 
loma, Cyanus, Odontolophus, Lopholoma, Âcrolophus, 
Acrocentron , Hymenocentron, Crocodilium, Mesocen- 
tron, Verutina, Trîplocentron , Galcitrapa, Philosti- 
zus, Seridia, Pectinastnim, Microlophus, et Piptoceras 
Cass.) — Centaurium Cass. — • Crupina Cass. — MicrO' 
lonchus Cass, ( Mantisalca Cass. ) — • Zoegea linn. — 
Cnicus VaiU. ( non Linn. ) — Plectocephcdus Don. , — 
P Tetramorphœa De Gand. — - Tricholepis De Cand. -^ 
Tomanthea De Gand. 

Sjscnoif II. CEsiTAuai£E8-0BRT8£iB:ÉES Cass. 

Aigrette ordinairement simple, composée de paillettes 
rétrécîes vers la base, dentées, 

Alophium Cass. — Spilacron Cass. — Goniocaulon 
Cass.—* Fblutarella Cass. (Lacellia Vivian.)— (^û/iopw 
Cass. (Cyanastrum Cass. ) — - ChryseU Cass. (Amberboa 
Pers.) — Kentrophyllum (Centrophyllum ) Neck. (Ho- 
henwartha Yest. Heracantba Link. ) 

IV TWBU. LES CARDUINÉES, --CARDUINEJS 

Cass. (i). 

Capitules homogafnes ou hétérogameSy incouronnés {par 
exception ralliés ). Fleurs-radiales souvent neutres ^ 



(I) €ûrdnae$m Cass. Dict. des Se. ÏItt. vol. 7, p. 94 : toI. 20, p. 959 ; 
irol. 44 , p. 508; vol. $d, p. 465. — Ctvrâminem Çan. 1. c. v»l. 90 , 



12 CLASS£ DBS COMPOSÉES. 

mais élu reste conformes aux autres fleurs. Corolle 
tubuleuse^ ^-fide^ ringente ( les a incisions extérieures 
plus profondes que les autres) j après Vanthèse plus 
ou moins courbée en dehors. Étamines à filets poilus 
oupapilleux : appendices-apicilaires libres^ soudés in* 
férieurement. Style plus ou moins renflé et en général 
barbu au soifimet. Stigmates articulés au style, coU' 
vexes efpapilleux à la surface externe ^ plans et 
très'lisses à la surface interne* Ovaire comprimé^ par- 
faitement glabrcy à aréole-basilaire sessile, plane^ un 
peu oblique et latérale, ou non-oblique et terminale. 

Carduncellus Adans. — Onobroma De Gand. — Oir- 
tkamus Tourn. -« Cestrinus Gass. — Rhaponticum De 
Gand. — Stemmacantha Gass. — Leuzea De Gand (Rha- 
coina. Adans. — Fornicium Gass. ( Halocharis Bieb. ) — 
Acroptilon Gass. — Jurinea Gass. — Klasea Gass. — 
Serratula Linn. — Mastrucium Gass. — happa Tpum. 
( Arctîum Willd. ) — Aljredia Gass. — Echenais Gass. 

— Sifybum Vaill. — Cynara Vaill. ( Ginara Tourn. ) — 
Onopordon Vaill. (Acanos Adans.) ^— Spanioptilon Les- 
sing. — Platyraphium Gass. — Lamyra Gass. — Ptilos- 
temon Gass. — Notobasis Gass. — Erythrolœna Sweet. 

— Picnomon (Lobel.) Adans. — QmiumToMvn. (Gnicus 
Schreb. ; Willd. Lophiolepis, Eriôlepis, Onolrophe, 
Apalocentron, Microcentron^ et Orthocentron Gass.) — 
Breea Less. ( Girsium Cass. Gephalonoplos Neck. ) — 
Clavena De Gand. — Tyrîmnus Gass. — Carduus Toum. 
(Platjlepis, Ghromolepis, etStenolepis Gnss. Garduoty- 
pus Dumort. ) — Galactites Mœnch. 

p. 574 . — Cynarocepkalarum genn. Vaill? — Jass. ■— Cynareœ-Car- 
ikamwB , Cynareœ'Silybeœ , Cynarem-Cttrdwneœ , et CytMrem- Serra- 
tmiemy JLess. Syn. — DeCand. Prodr* vol. VI. 



FAMILLE DBS SYITAlfTHiRÉBS. 45 

V TRIBU. LES ÉCHINOPODÉES. — ECHINOPO- 

DEM Cass. (i). 

Capitules homogames^ globuleux y à inçoluere irès-ano* 
mole, rudimentcùre, formé de paiUeUes séuusées , ré» 
^fléchies, beaucoup plus courtes que les fleurs. Fleurs 
axicompagnées chacune cCun involucelle composé de 
paillettes pluri'sériées j diversiformeSy insérées sur le 
stipe de Vovaire. Corolle hypocratériforme, ^^fide^ 
non-ringente : tube très^droit. Étamines glabres. 
Style barbu et un peu renflé au sommet. Stigmates 
très'glabres et lisses^ planO'Conpexes, d^ahord conni- 
pents en forme de côncy finalement divergents et arqués 
en dehors. 

Echinops Lina. ( Echinopus Toum. Eohinanthiis 
Neck. ) — Acantholepis Less. 

VP TRIBU. LES ARCTOTIDÉES.— il/lCror/Z>J5i? 

Cass. (2). 

Capitules hétérogames^ radiés. Corolle^taminifère ré- 
gulière y droite , tubuleuse , ^-fide. Corolle des fleurs- 
radiales liguliforme ou biligulée. Étamines à filets Je 

plus souvent papilleux : appencUces-apicikUres courts, 
libres; appendices-basilaires courts, nus. Style fUi- 

forme y articulé au stigmate. Stigmate [de la fleur 
hermaphrodite) gros, columnaire, velouté y cilié à la 



{{) Etshinopodeœ , Gass. Dict. des Se. Nat. vol. 44, p. 200; vol. 20» 
p. 562 ; vol. 44 ^ p. 544 et 559 ; vol. 60, p. 572.— Cynaroeephalarum 
genn. Yaill.— > Jass. — Cynareœ-Eehinopndeœ Less. Syn. — De Gand. 
Prodr. vol. VI. 

(2) Aretotidem Gaat . Dict. des Se. Nat. vol. 2, Suppl. p. 4 4 8 ; vol. 20, 
p. 564 ; vol. 29, p. 447; vol. 60, p. 575. — Corymbifvrarum genn. 
Vaill. — Juss. — • CgnoTeœ^Aretotiàew Less. Syn. — De Cand. Prodr. 
vol. VI. 



.14 . CLàStE DBS COMPOSéBS. 

• 

arquées en dehors^ à êuifwoe supérieure plane y gla-- 
bre^ très'lisse^ autrement colorée que la surface infé- 
rieure. 

Section I. Aa0TOT»]M9^OoaTBax<C8 Gass. 

InTolucre forme d*éeailles plus ou moins soudées. 

Hirpicium Gass. — Gorteria Gaertn. (Personarîa LamL) 
— • Chrysostemma E. Meyer. — Gazania Gaertn. ( Mus- 
sinia Willd.) — Melànchrysum Cass. (Mœhnîa Neck.) — 
Cuspîdia Gaertn. ( Âspidalb Gaertn. ) — Didelta L'Hérit. 
( Clioristea Thunb. Favonium Gaertn. Breteuillia Bu- 
clioz.) — » Cullumia R. Br. — Stephanocoma Less. — 
Berkheya Ehrh. ( Rohria Vahl. Gk)rteria Lamk. non 
6«rtD« Zarabellia Neck. non Gass. Agriphyllum Juss. 
Basteria Less.) — Eçopis Gass. 

ScnioN II. AaovovtDBBs-vaoTOTYvsB Gass. 

Involucre formé d*écailles entièrement libres. 

Heterolepis Gass. (Heteromorpha Cass. ) — dlicrofte- 
pkîumîjess.''^ Cryptostemfna R. Br. (Gynoûs Hoffmans.) 
— •- Arctoiheca Wendl. — Landtia Less. ^^^ Haplocarpha 
Less.— P^enîdiumljess. (GleitriaSchrad.) — Cymlono- 
j^Cass. — Arctotis Gaertn. — Odontoptera Cass. — 
!^BgonotusXisss. •— . DamatrisC?LSS' 

VII« TRIBU. LES GALëNDULÉES. — CALENDU- 

LEjE Cass. (i). 

Capitules hétérogames^ radiés. Corolle-staminifere ré- 
gulière , droite , tubuleuse , ^-fide , à segments demi- 

(i) (MêmimUœCiua. Dict,des S<;. Nat. vol. 6, Suppl. p. 35; vol. 20, 
p. 566; ml. 50^ f. 522; vol. 61O4 p. 575. ^-^ Corymbiferarum genn. 
Yaill. — JuM. — Cyfwreœ-Cahnduleœ {exclutit Othonneis) Lesf. Syn. 
— D« Gand. Prodr. 



transparmUs, Canèk êm fkmi^mitkLlét ligtdif^rme. 
Étamînes a filets glabres i anthères à appencUces-bor 
suaires subulés. Stigmates (de ïa fleur hermaphrodite) 
courts , larges , obtui^ divergents^ arqués en dehors : 
mrfaxie supérieure plane, lissè^ bordée de a gros bota^ 
relets 'veloutéSy oblitêrù wrs lé sommet^ confluents k 
la baseaçec les bourrelets de Vautre stigmate; surface 
externe conPexe^ terminée en cône pUbescént. Ovairt 
inaigrettéj considérablement accrescent après laflo^ 
raison^ 

Calendula Linn. (Caltha Vaîll.; Mœnch , non Linn. ) 

— Oligocarpushess. -^^ Trîpteris Less. — Dimorpho- 
theca Vaill. (Lestibodea et Gattenhofîa Neck. Metcorina, 
Castalis et Blazium Gass. ) -^ Arnoldia Cass. ^-^ Acan» 
thotheca De Cand. — GibbariaQà&s. — Garuleum Cass. 

— Osteospermum Linn. •— Ériocline Cass. 

VIII* TRIBU. LES TAGÉTINÉES. — TAGETINEJB 

Gass. (i)« 

Capitules hétérogames {^radiés ou discoïdes) j ou rare- 
ment homogames. Corolle-staminifere droite, tubu- 
leuscj ^'fidcy a segments ordinairement inégaux. Fruit 
long^ étroit, ordinairement subcylindracé et strié^ por- 
tant une aigrette composée de plusieurs paillettes 
persistantes f fortes , r aides, fer mes, cornées ou coria^ 
ces , non-fragiles, Ini>olucre et feuilles ponctués de 
glandules contenant un su(^d^une odeur particulière 
( en général forte et désagréable ). 



(4) Tag^inem Gass. Dict. des Se. Nat. toi. 20 > p. 567; vol. 59, 
p. 64 ; vol. 60 , p. 574. -^ CorymSkxfmwntm gtmm, Vaill, — - Jtiss. •— 

Less. Syn. — De Cand. Prod. vol. Y et YI. 



■-> 



16 CLASSE DBS COMPOâflK. 

• ■ 

Section I. TAOfTSM<B8->»T0SO»ite0 Cass. 

Involucre double, ou caliculé, ou bisérië, ou imbriqué. 

Clomenocoma Cass. (Bartolina Adans. non R. Br.) — 
Dyssodia Gavan. (Bœbera WiUd. Dysodia De Cand. non 
Lpureir.) «— LebeUna Gass. ( Boebera Less. non Willd. ) 
^■^ Adenophyllum Pers. (WiHdenowia Gavan. Schlech- 
tendalia Willd. ) 

Section II. TAO^TXVtes - VROTOTT988 Cass. 

Involucre très-simple, formé deplusieursécailles soudées 

jusque près du sommet. 

Hymenaiherum Gass. -— Tagetes Tourn. — Diglossus 
Cass. — Enalcida Gass. -— Thymophylla Lag. 

Section III. TAOirixiBS - P<0TX»<B8 Cass. 

Involucre très-simple, formé de plusieurs écailles libres 

dès la base. 

Syncephalantha Bartl. — Porophyllum Vaill. (Kleinia 
Jacq.) — Pectidopsis De Gand. — Pectidium Less. (Pec- 
tis Gass. ) — - Pectis linn. ( Ghthonia Gass. Lorentea 
Lag.) — Lorentea Less. non Lag. (Gryptopetalum Gass. 
non Hook.) 

IX-TRIBU. LES ntLlA^Tnm&.--^EELUNTHEE 

Cass. (i). 

Capitules hétérogames ( radiés , ou moins souvent dis- 
coïdes) ou homogames. Corolle-stamini/ere régulière, 

(4) Helianth$œ Cass. Dict. des Se. Nat. t. 20 , p. 569; v. 38, p. 46 : 
vol. 60, p. VïA,^-'Corymbiferarwngenn, Yaili. — Jass. — Atieroideœ- 
Eelipteœ , Seneeionideœ^Melampodinem , SenecioiUdeœ'Helianêheœ , Se- 
neeiomdeœ^Flaverieœ f et Seneeionideœ^HeUnieœ Less. Syn. — De Gand. 
Prodr. vol. V et VI. 



PAIOLLB DBS SYVkJKTWi^ÛES. 17 

tidwiêuse^ 4'OU 5»fide. Anthères ordinairement bru'^ 
nés ou noirâtres^ Ovaire obopéy à /^ faces limitées cka* , 
eunepar une côte. Stigmates ( €le la fleur hermafhro^ 
dite } divergents j arqués en dehors y demi^tylàniîifptêS 
inférieurement, semi^oniques vers le sommai^ faAês^ 
cents sur la partie supérieure de leurfaee externe, et 
portant sur leurfaee interne s bourrelets fixement 
papilleuXy ordinairement contigus^ oblitérés v^s le 
sommet, 

" Section I. BiUAWTSlBS-BilitelÉBS Cats. 

Aigrette formée de plusieurs paillettes membraneuses, 
scarieuses, ou quelquefois de soies filiformes barr 
bées. 

n) CapiMei radiée. 

jichjrrachœna Schauer. -— Schkuhria Roth. ( Tetra- 
carpum Mœncb. Miersia Lallav. nec link. ) — Achyro^ 
pappus Kuntb. (Ghamœstephanum Willd.) -— Tricho^ 
phjrllum Nutt. — Eriophyllum Lag. — Bahia Lagasc,— 
Actinolepis De Gand. — Gutierrezia Lagasc. — - Actinea 
Juss. (Actinea et Dugaldea Cass. Actinella Less.) — 
BurrieliaDe Gand. — Lasthenia Gass. (Rancagua Pœpp.) 

— Hologymne Bartl. — Picradenia Hook. — Bceria 
Rsch. et Mey. — - Hecubœa De Gand. — Helénium 
Linn. (Helenia linn.) — Tetrodus Gass. -« Ambfyolepis 
De Gand. — Argjrroxiphium De Gand. — Rosilla Less. 

— LeptopoilaTUntl. ^-^Salduina 'Nuit.'^Actinospermum 
Elliott. <— Gaillardia Foug. (Galardia Lamk. Calonnea 
Buchoz. Yirgilia L*hérit. nec Mich.) ^-'Sabazia Gass. 

— Selloa Kuntb. (Fearai Spreng. ) — - Leontophtalmum 
Willd. (Modnna Lag.) — - Galinsoga Ruiz et Pavon. 

_ • 

(Galinsogaea Zuccagn. Wiborgia Roth.) — Ptilostephium 
Kuntb. — - Carphostephium Gass. — « Sogalgina Gass. 

■OtAViqKni. THAII. T. X. 2 




48 CLÂ8SB BEB GOMPOftiifiS. 

{ GftUnspgaa Kunth^ n»h Ruiz et Pat. ) -« Ift0à Hdok. 
-4 Trfdax linn. (Btdbisitf Willd* Bartolintt Adans»)— 
JlUocarpui Kunth. ( Alloisparmutti WiUcL ) -— f^argasia 
Jie Camé, *-« Blepharipûppus Hook. (Eki»pfl|ipu8 Arn. 
BJiii Dumof t« ) — CaleacteB.. Bté-^CallihpisDé Gând. 
Lènmtùun De Gatid» ( Gdleaetef Lesst née R: Br. ) 
rria De Gand* non Schrebi -— Schamburgkia'De 
Gând* 

b) Capitulet homogames , t ncoiironn^f. 

CaleaVi. Br,— Caljdermos Lag. — Calebrachrs Cass. 

— tilmerosîèmma Càss. — Marshallia Sclireb. (Persoo- 
nUfAB^hlii tidii Stii. 'Trànitiikia Pers. fion Willd.) — 
iStrIattM Ôëtldiûlij -^ Cephalophora Garâii. (Orémia 
Hook.) — Jaumea Pars. (Kleinia Juss. nec alior.) — Z/)^- 
menoxis Cass. — H^kirkkt Dé Gand. non Spreng. — 
Çereostxtos Less* — s- Espejoa De Gand. -?- Pofypieris 
Nutt. — Cluemictts De Gatid. — H/ikend^appâs L'hérit. 
j(Eochta Lanik.ii6ti Schreb. ) — * FiùrèàUha Gdss^ 

âjECTlSN il. BiLIAVXBiBB-COflUEoVSIBBBA GaM. 

Ovàttë dbëoiU^Hihé (fe'ësl-à-dirë dont lé plUs^i'àtid 
diàfnretré èiï dé débité â gàtiché ) f aigrette le filiis 
lëhvetit fotiUéé de ^ j^àillettes situées ÎUhé â droite, 
YMitè â ganctië, o^dinàii'ëiiiéiit trièdi^s et continués 
*fë« rtîtarré. 

a) Dif^ue moieuliflore. Couhnne fiiiUndllore. 

^ Clibàdium linm ( Bailleria AnbL Oswalda Gass. ) -^ 
Partheniwn Linn^ ( Hjsterophoms Yaill. Argyroohaeta 
Gavan. YillanoTa Drteg. non Lag.)'r-Z,^toi?jiz6 Pe Gand. 
'■^ Conioihele De Cand.-^iue/2£fe^ia De Candi-^iWbon/icz 
Arn. — GuardioU Hiunb» et fionpL — Hidalgoa LesB. 

— Sitphium linn. 



FÂMILLI BEê SnàJXTBÉMiSê. 19 

S/rIkdPèUa Qimii (Oamà Adate.) ^ CkfypioeàPpks 
tÉlk^Èlèih^ të Gàna. Aôft Paiil ^CAfySÙdhétttiik 

si>r«fig; eausèA s^éfig. ) ^ ifMtmai Gm. — iàùMb^ 

cardia Cass. — - Heterospermum WilldL ( HèièltiéipëMià 
Cavan. ) — Glossagyne Casa» -« NarvaUna Cass. (Need- 
hamia Cass. ) -— Thelesperma Less. — Isostigma Less.-» 
Dahlia Cayan. (Georgina Willdi éeorgia Spreng.) 

AéàMid De CMA. ^ Cdmpsis lAtiû. -^ J#/fâiè 
Scliiraiiik. (Leàehià GflliJ. Ad^ermum Nèèk. GhijrMitief ék 
Tausch.) -^ PeraMhus Râfin.^ Catkbpkiè ftèichb. (tA- 
plosastera Tausch.)— C%/7*.fa^^6mma Leas.'^^Philoglossa 
De Cand. — Campjrlotheca Cass. "^Bidens Linn. (Plu- 
ridens et Edwartfâ Nlîek; ) -^ Këfneria Mœnch. — - 
Cotmoê Ghtmii (QotuiMi Wittdi )-^ ddmwUpU Lei6. 



Ovaire comprima bilatéralement. Aigrette le plus sou- 
vent formée de 2 paillettes situées Tune en deliors, 
Tàiitré en dedans, péi'sistantes, ou caducpies , filifor* 
înès, où trièdrés, ou lameltiformès. 

SpUanthès linn. ^ Plàtypieriè Gasâé ^ Ditriehùki 
QÊàèé ^ Dunantia De Qànd. — Petrobium R. Br. -^ 
Salmea De Cand. ( Hopkirkiâ Spreng. ) -^ Melanthmu 
Rohr. ( Melananthera Micfa, Amellus P. Browne , non. 
linn.) 

b) CêfiMw radiés; /kwrM'MaUi fêm^ia. 



SO CLA88B DIS COMPOSÉfiS. 

— Acmilia 6icK. (Âfhrboia Neck.) — - Mieractis De 
Gànd. -^ Stmi^UaUà • Gavan. ( Lorentea Orteg. non 
LesSfc ) r-T' AnactU De Gand. -^ Zinnia linn. (Crassina 
Sçopor. ) — - Philactis Schrad. — > Tragoceras (Tragoce- 
ro$) Kunth. — Hamulkan Gaçs* — ' Ferbesina Linn, .-— 

Ximehesia Cayan. 

■ ■- *•■ ■■-:.. ' ' 

* 
Sinuia PeiV. -r- â^e^a Dé Gand. — Encelia Adans. 

( Pallasia L*hârit. non Linn. ) — Philoglossa De Gànd. 

— Actinomeriê Nutt. (Ridaa Adans. Pteropkyton Gass. 
Actîmens Rafin.) — Helianthus Linn. (Yosacan Adans. 
Gorona-solis Toum.)— Harpahwn Cas». •— Leighia 
Gass. — Flourensia De Gand. — Figuiera Runth. 

Section IY. «ÉUAVTBias-aOBBBOXziES Cass. 

Aigrette coroniforme. 

•} JHtqitê amârogtfnillorû; eonroiMie nmiMfore {rarmneni ««//«). 

Tiihonia Desfont. -— Echinacea Mœnch. ( Braunéria 
Neck. Bobartia Petiv. non Linn. Helichroa Rafin.) — 
Rudbeckia Linn. ( Gentrocarpha Don. Obeliscotheca 
Yaiii. Obeliscaria Gass. Lepachys et Ratibida Rafin.) — 
Dracopis Cass. — Andrieuxia De Gand. — Anomoste^ 
phium De Gand. — Aspilia Petit-Thou. — Gymnopsis 
De Gand. ( Gymnolomia Kunth, non Ker. ) — Wulfjia 
Neck. (Ghakiatella Gass. Ghylodia Rich. Gymnoloma 
Ker. ) — Tilesia Meyer. ^^Euxenia Ghanûss. (Podan- 
thus Lagasca, non Haw. ) 

Ferdinanda Lagasc. — Borrichia Adans. ( Diomedea 
etDiomedeila Gass. Odontospenna Neck.) — Heliopsis 
Pen. •-* KalUas Gass. — • Bidsamorhiza Hook. — Pas- 



FAMILLE. DES STlTAUTUblâES. 2H. 

calia Ortega. — - Bionfordia De Gand. — Helicia Gasi.' 
^^Jlarconia De Gand. — StemmodonUa CaM.— WedeUa 
Jacq. — Trichostephus Gass. ( Trichosteiiiina Gass. ) — 
Eelipta linn. (Blicreliuin Fonk. ) 

BqlHmora Linn. ( Ballimoria et Fougeria Moench. 
Niebuhiia ScopoL non De Gand. -^ C^^o^mim linn, 
( Diotostephus Gass. ) 

SscnoH Y. mÉKUkmT mtMmmi K nuutm i iw Gass. 

Offtire ordinairement large ou épais^ arrondi rers le 
sonunety arqaé en dedans, toujours absolument inai- 
grettë. 

MelampodUim linn. — Zarabellia Gass. ( Oysodium 
Rich. non Gavan. ) — Aldna Gayan. ( Gamutia Bonet. ) 
— Acanthospermum Schrank. (Gentrospetmum Kunth, 
non Spré^.) — Poljrmnia linn. — AfynuUa Neck. (Po- 
Ijmniastrum Lamk.) — Espeletia Mutis.— Berlandierà 
De Gand. — Pronacron Gass. ^^Aiolotheea De Gand.^ 
— > Trigonospermum Less. ^— Xenismia De Gand. — 
Scolospermum Less. — Blennospefma Less. ( Apalus De 
Gand. )''-^ Ichthiothere Martius. — Latreillea De Gand. 
— BiencourUa Gass. — Milleria Casê.'^Elifira Gass. (Me- 
ratia Gass. non LoiseL Delilia Spreng.) — Unxialinn. 
'^Madaria De Gand. — Hemizonia De Gand. 

b| Fhmn êm éUfitê kmrwMipkrodUêt, ou Ui «MMt kÊrm&phrùmn , Ui 

ÉÈMÊêTÛIÊ ^ÊkÂi^Ê 

yUlanowi Lâgasc. — Madia Molin. (Madia et Biotia 
Gass.) — Oafjmra De Gand. — Cafycadenia De Gand.— 
Sclerocarpuê Jacq. — Enydra Loureir. (Meyera Schreb. 



2S CLASSE DBS COMPOSÉES. 

Sobreyra Ruiz'et Par. Tetraotis Rcînw. ) — Brotera 
Spreng. (Naucnburgia Willd, ) — Claindllea De Cand. 
"^Plaçeria Juss. (Vermifiiga Ruîz et Pavon. ) — Mo- 
nactis Kunth. — Montanoa Lallar. ( Eriocoma Kunth, 
non Nutt. ^^nmuppb» Ca«3, Mwti^gll^ JH Cand. ) ~ 
O siéra Gass.-*- Trimeranthes Ças^. (Schkuhria Mœnph, 
non Roth.) — Siegesbeckia Lini), — Jœgeria ^unth*. -—: 
Gvizotia Cass. — Zaluzania Per^. — r Chrjrsophan^ 
Kunth. — - Hjrbridella Cass. ( Chiliophyllum Ae Cand. ) 

« 

Cass. (0, 

• T • i 

Omairû glahre y lissê^^prUfé HcàgretU. S^màiÊê (àgs 
fleurs hermaphrodites ) bordés de 2 gros bourrelets 
fortement papilleu^f ejfftftcés, jinthères libres. Co- 
rolle "verdâtre^ herbacée ^pyrif orme ^ 4'd^ntée. Flçurs 
unisexuelles. 

J^fitr^^tàuf 3wpm, r-' Iw li^n. ( Denir» A4af?s. ) — 
Cjrefçcf^tçffa fj^^m^ — ^vphrosjT^ De Gan4.?7^ PW^ 

Capitule^ r^diéSf oudiseoï^^^ pu incouron^^. Corolle 
'Stamjiifère régi^l^çre off fvi^réf^uUère, tyf)iUfiu^e^ ^- 

' ■' '...■■ -i, .' . . . f 

(\) Àmbràtieœ Cass. Dict. des Se. Nat. vol. 2, Suppl. p. 9 ; vol. 20 , 

biferarum et Urtieearum genn. fj^. -r* JKsneetofiïcIeiirtfm ^en». Leu. 
Syn. — De Cand. Prodr. vol. VI. 
(8) Àmékêmiékm Otfs. filet, des 8c. «fit. vol. 3. Si^ppl. p. 75 ; vol. QO, 

p. »7JJi irp|.^. ff. m-f Frf. 90. P- »T; yo>. W, p. W» -Çw»- 

— De Cand. Prodr. vol. Vï. 



FAMILLE DS8 SYJXÂXITBÉbAbB, S8 

déniée : segments otkileSj argués en dehors^ papilieus ' ^ 
à la swjace supérieure. Anthères sans appendàees»hm^''> 

silaires. Stigmates (^des fleurs hermaphrodites) dêi^é*' *■ 
gentSf arqués en de^QPfij ff^mi'fyHf^driqueSj inappen- 
diculés^ tronqués ef barbus au spmmet^ ^fil^ ^wérieufre 
bordée d^un bout ç, f^qutrepar 2 bourrelets papUleux ^ 
non^onfiuents ; face inférieure conveo^p^ glak^e.. 

Gass. 

Réceptacle sans paillettes. 



Abrotanella Gass. — Stilpnophytum LesS| — - Oligon 
spprus Gass. — Artemîsia linn.-— Absinthium Tpurn. — - 
Humea Smith. ( Galomeria Vent. Agatl^om^ris Delaui(. 
Oxypherla Hortol. Razurnowia Spreng. ^ — ; Crf^saste- 
phium Less. — Adenoselen De Gand. 

b) OifiimU» flio«-ra<H^ tm qfielqiiefbU eowrtemeni radiée, Frwiit 

Solivœa Ruiz et fjjy. ((^yf}};B9S$7Jps Juss.) — Pla- 
giocheilus Amott. — Hippia Linn. — Çryptogyne (^ss. 
— Monochlœna Gass. -— 'Erioçephalus ^nn. -^r- Lepti" 
nella Gass. — Machlis De Gancj^ — Sphœromorphçea De 
Gand. ---ilIf^Tfog^Tz^ Less. — • Cenia Goi^ers, (Lancisia 
Grflertn. non Ponted.) — Strongylospermqjjess.r'^CQfuîa 
Gœrtn. (Anantfaocyclus Vaill.) — Otochlàmys De Gànd, 
— • Peyrousea De Gand. ( Lapeyrqùsia Ihunb. non 
Pourr. ) 



I 'X 



c) GajHÏM/ef noM-rodt^. Ftu^U migretUt.^ 

Balsamita Desfont. ( piagiu^ Dç Ç^4; ) ~ P^!^t^ 
Thunb. — - Marasmodes De Gand. — Cidamrdophora 



34 CLASSE DBS COMPOSÉES. 

Ehreiib. — Ttmàcetum Linn. — Psànacetum Neck. «— 
Malricarioides Le^s. — Brocchia Yiâiam. -— Hippioide* 
De Cand. 

d} Capitula radiés. 

Gymnocline Cass. — Pyrethrum Gaertn. — Coleoste- 
phus Gass. — Ismelia Cass. — Glebionis Cass. — Pi- 
nardia Cass. ( Heteranthemis et Centrachaena Schott. 
Centrospennum l^eng. nohKunth. )^^ Arg^ranthe- 
wtti» Webb. — Chrysanthemum Linn. ( Leucanthemum 
Tourn. Phalacrodiscus Less. ) — Nananthea De Cand. 

— Brachanthemum De Cand. — Hisutsua De Cand. — 

— Phymaspermum liess. — Xànt/iocepkalumWilld. — 
Leucopsidium De Cand. — f^enegqsia De Cand. — 
Coinogj'fie Less. — Psilothamnus De Cand ( Jacque- 
montîa Bélang. ) -~ Gamolepis Less. ( Psilothonna K 
Meyer. )— Lidbeckia Berg. (Lancisia 'Per».) ^^ Steiro- 
glossa De Cand. — Matricaria Linn. 

SxcTioif II. AxrataiBtes-vaovoTTVBs Cass. 
Réceptacle garni de paillettes. 

Hjrmenolepis Cass. — - Gonospermum Less* — - ifo/o- 
phjrltum Less. (Pristocarpha £• Mejer^y^Lonas Adans. 

— Athanasia Cass. — ErioclaeUum LindL — Morysia 
Gass. -— Z>iotû Desfont. non Schreb. (Otanthus LinL) 

— l^antolina Tourn. — NaMonium Cass. — LyonetUa 
Cass. — Lasiospermum Lagasc. ( Lanipila Burch. Ma- 
taxa Spreng. ) -— Marcelia Cass. 

Anacyclus Pers. ( Hiorthia Neck. ) — - Cyrtolepis Less. 
^» Eumorphia De Osoïà^^^Aganippea De Cand. — 



FAMILLB OKS SYSîASîXIlilUÉES. '25 

Epallage De Gand. (Helicla Less. non Cass.) — - An^ 
themis linn. — Chtmuemelum Cass. — - Maruta Cass. -— 
Lugoa De Cand. — Ormenis Cass. — Cladanthus Cass. 
— Lepidophorum Neck. — PtamUca Toum. — - AchUlea 
linn.—- OsnUtopsisCaM.'-^ Osmites Cass. '^^Bellidiopsis 
De [Cand. ( Bellidiastnim Less. non Mich. ) — - Spano- 
irichum K Meyer. — » Ursinia Gœrtn. — Sphenogyne R« 
Ar. ( Oligaerion Cass. Thelythamnos Spreng. fil. Sper- 
mophylla lïeck. ) 

XU« TRIBU. LES INVLÉE8. ^ INVZEjE Ca$$. (i). 

9 

Capitules radiés ^ ou discoïdes ^ ou incouronnés. Corolle 
'Staminifere très-régulière. Étamines a filets soudés à 
la partie inférieure seulement du tube de la corolle ; 
article^anthérif ère grêle; appendiceS'basilaires longs, 
subulés, souvent plumeux. Stigmates (des fleurs her- 
mapkrodites ) tantôt semblables à ceux des Anthémi- 
dées; tantôt peu ou point arqués y arrondis au sommet, 
oh les ^ bourrelets confluent sur la face interne y pu* 
bérules en dessous vers le sommet. 

Section I. nnnuÉBS-oarAPBAU<B0 Cass. 

Involucre scarieux. Stigmates tronques au sommel. 
Article -anthérifère long; appendice-apicilaire de 
lanthère obtus; appendices-basilaires longs, non- 
polliniferes. 

Siloxerus Labill. (Styloncerus Spreng. Ogcerostjrlus 
Cass.) — Ifyalolepis De Cand. — - PfyUocafymna Bènth. 



(I) /iKile0 Cmh. Dict. des Sdenc. Nat. vol. 20; |>. 574 : vol. 23» 
p. 559 ; vol. 49 , p. 225 ; vol. 00 , p. 579. — Carffmbifêrairwm ^tvii. 
Vaill. -* Joss. — 'ifltroMMi-JiMilMi, ÂM&roiâêm'nupkialmêm , M Se- 
mniê n ié êm'GntfM^m Leii. Syn. — Dt Cmwà. Prodr. vol. V et VI. 



26 CLÀSSB DBS COMPOSÉES. 

— - Angianthus Wendl. (Himellia Oass.) ^^ Skirrko- 

phorus De Cand. — Myriocephalus Benth.— - GnepboêU 

Cass. — Calœephalus R. Br. '^' Cylindrosorus Bentb. 

^ Leucopkyta R. Br.'^Craspedia Forst. (Ridiea Labill. 

non Br. ) --^ Pjrenosorus Benth. -»- l^ontonya: Gass. 

(Spiral^pis Dpn.) -» Leontopodium R. Bv.'-^Endoleuca 

Cass. •«▼ ^nax^n Gœrtn. ( Argyrantfaus Neck. ) mm Pe- 

roÉri^heGBsSf{ Gymnadisena Reichenb. ) — Seriph^um 

Cass. (Acrocephalum et Pleurocephalum CaA%,y^tc^ 

linn. ( Eustœbe , Etaeranthis et Eremanthis Cass. ) — 

Disparago Gaertn. ( Wigandia Neck. non Kuntb.) — 

Amphiglo^a W. fi. m PE4^ru JMn^-r flxfropappui 

Gg*^ rrr M^fola^iq^ R, Pr. -t? PefalolepUt Cass, — Ozo- 

t^amnu9 B.. ^p'^ffrmpfyfçrah^s.-^f'amtula û^s,-^ 

Sf^ammerdc^mUi De CfiSkà^r^jintennariÇt ]}• Br.rrrfipdo- 

lepU I^ibiU* -^ Styhlepi^ Ï^Yvpfi. rr- /Sbo/f^ ^^; — 

Ixiolœng. Bmtbt r— MmotU^ Çst^ t- Morna ^ndl. 

( &hyli4ai)rlM» 3wtfi. ) -TT l^ptQrhynfifm V^^ ( Vj^ll^ya 
Ggudicb, ) r-^ Podotheç4f, Cais^ ( PofiQ^pfîirma J^abill. 

Phaenopoda Cass. ) ,15177 fi/uxfantk^ lipdUyr-J^Tf^fos^A^ 
Lindl. — Lawrencella lindl. — Pithocarpa Lindl. — 
RuHdosis De Cand. — Quinetia Cass. — Crossolepis 
LeiM. -r- lji4cilia Qm* *r- Che^fr^^ulia, Cfkss. r? IfpUchry-', 
sum GflBTli). 3^ Pentatf^iis Ppp. — léq^i^clif^ Cs^n (ju- 
chions I)QQ,Lepi|[;Une ^t Ëreciphyllim l4^s.) «17-* C%^o- 
nqstemma De Cand. (Leucostemma Don. i)0|i Bfsntb*}— 
Srnçflrpha Jie Cand. r- Areyrocom^ Q^rtn^ (Heliptei^m 
D^ Q^^- ) -r Dq^ironia Cass. (Aftelma Do^. Ârgjror 
come Schrank.) -— Macledium Cass. — EdmondUa Cass. 
( Aphelexis Don. non Bojer.) — Apkelexis Bojer. (non 
Don. J — Stenocline De Cand. — Achyrocline Less. — 

Linn. — EuQhU^n Cw. — Ouf^htks^» C(^ ^ CMq-t 



FAMILLX DES STNAlffTHÉRÉBS. S7 

chœta De Cand. — Pteropogon De Gand. — Lasiopogon 
Gass. — Amphidoxa De Cand. — Erythropogon De 
Gand. — Lctchnospermum Willd. ( Garpholoma Don. ) 
— - Pachyrkynchus De Gand. — • Trickogyne Less. — 
Ifloga Gàss."^ Phœnocomia Don. — Petalacte Don.— ^ 
AnaphalU De (lanc}. — 4vfmQhUm ^ Pn — Jûpodia R. 
Br. — Bhynea De Gand. — Cassinia R. Br. — Chromo- 
chiton Gass. — Achromolœna Gass. — Apalochlamys 
Gass. — Jï//fyw Gass.— Syncephalwn De Gand. — O/i- 
godorum De Gand. — Nestlera Spreng. ( Golumellea 
Jacq. nec alior. Stephanopappus Less. ) — Polychœtia 
Laid, ^-v Belhama L*hérit. -« PsUophyllum Lesf. •*— 
Edçpes Gœrtn. — Odontophyllum Less. -r- Rigiophylm 
lum Less. — • jRhynckopsidiam De Gand. (Rhynohocar- 
pas Less.) — Leyssera Linn. ( Asteropterus Vaill.) — 
Lamgehampia Willd. (Leptophytus Gass.) 

Section II. Xiraii]ÊB8-P&OTOTTPB8 Casf, 

Ecailles-inYolucrales non-sarieuses. Stigmates arrondis 
au sommet. Article-anthërifère long ; appendice-api- 
cilaire de Tanthère obtus; appendices-basilaires longs, 
i^on pollinifères. 

FUago Toum. (Gifobi OgUfa a| LogSa Gass. Impia, 
Aidbaritherium et Heroliujn Oluff et Fing.) -<- Mtcropus 
Lino. (Gnq>halode^ Toum.) -* Microp^ii De Gand* — 
Omyja Lion. -— Inula linn. ( Gorvisartia JAér9i» ) — 
Lfmkarda Gass. — F^icoa G«ss. — Allflgopappvs Gass,— 
ji^teridea lindL — • FrancfBuriaC^^. (Ducbi^liilia Ca#s.) 
-^ Pvlicaria Gaertn. — - Tubilium Gass. -« Jasonia Gass. 

« - ■ 

— Chiliadenus Gass. ( ]\Iyriadenus Gass. Orsina 6f r^ql.) 
TT ^^ijoçarpum Fisc):^ et Mey. — Çc^rpesium lixm* -^ 
DêneUm Thunb» — - Penfanema Gass. «<- Jphiona Gass. 
^ Pegolettia Gass. — - Minurothamnus De Gand. «— 



28 CLASSE DES COMPOSÉES. 

Cypselodjontia De Cand. -— Strabonia De Cand. — 
Geigeria Grissel. ( Zeyheria Spreng. fil. non Mart. ) — 
f^arthemia De Cand. — Rhanterium Desfont. • — Cylin- 
droclme Cass. (Lepidopogon Tansch.)— Telekia Baumg. 
(Molpadia Cass.) 

Section m. i»uufal8-Bll»BTAXiiniBS Cass. 

Involucre non-scarieux. Stigmates arrondis au sotnmet. 
Article-anthérifère court ; appendice-apicilaire de 
l'anthère pointu; appendices-basilaires courts , poUi- 
' nifères. 

Buphtalmum Neck. -— Nauplius Cass. (Asteriscus 
Mœnch.) — Pallenis Cass. — • Hochstetteru De Cand. — 
jÊnçUlea Cass. "^ Ceruana Forsk. — Egletes Cass. — - 
Xerobius Cass. — Pyrarda Cass. ~ Grangea Adans. -«- 
Dichrocephala De Cand. (CentipedaCass. non Loureir.) 
— Cyathocline Cass. — Lestadia Runth. — ? Gymnar- 
rhena Desfont. 

XIII* TRIBU. LES A8TÉRÉES. — ASTEBEJE 

Cass. (i). 

Capitules radiés^ ou discoïdes y ou incouronnés. Corolle^ 
staminifere régulière. Anthères privées d^ appendices 
basilaires. Oindre plus ou moins comprimé bilatérales^ 
ment, oblong, ou obovale-oblong. Aigrette irrégulière. 
Stigmates (des fleurs hermaphrodites) convergents j 
arqués en dedans y ayant une partie inférieure demi" 
cylindrique y bordée de a bourrelets non-confluents y et 



(I) ÀtUnm Cass. Dict. des Se. Nat. toI. 5 , Suppl. p. 64 ; vol. 20 , 
p. 575 ; vol 57» p. 458 ; vol. 60 , p. 584 . ^~ CorfwJbifmrairwm genn. 
Vaill ^ JuM. — ÀtUrûMm Nees^ Monogr. -^Àitêraidêm'Àêterèœ Less. 
Syn. — De Cand. Prodr. vol. V. 



ràMitlX DB8 8TNAllTBéKéni. S9 

une partie supérieure semi^conique ^ pubetcente à 
la surface externe. 

Sicnoif L ASTte^BS-SOUBAaUnfBS Gass. 

Qiptules radiés ou subradiés; couronne jaune. 

4 

Xanthocoma lLunûi.^Xerothamnus De Cand. — Ana^ 
gfypt^O' De Gand. — Gymnosperma Less. — BrachyHs 
Nutt. (Brachyachyris Spreng.) — ^^/n/oc/tjmDeCand. 
— Lepidophyllum Gass. — ? Gutierrezia Lag. — Grin* 
délia Willd. ( Demetria Lag. Donia R. Br. Giindelia et 
AureHa Gass. Grindelia et Donia Desfont. ) — Hetero» 
theca Gass.^ (Galycium Elliot. Diplocoma Don.) — 
Aplopappus Gass. (Diplopappus Less. ) — Rochonia De 
Gand. — SteiractU De Gand. — Amphirhapis De Gand. 
'^SolidagoIÀun. (VirgaureaToum.)— £ttfAai7t{aGass« 
— - Chrysopsis Nutt. ( Diplogon Bafin. non R. Br. ) — « 
Neja Don. — - Homochroma De Gand. — NidoreUa Gass. 
— Microglossa De Gand. — Psiadia Jacq. — - Elphegea 
Gass. — ? îFoodifillea De Gand. — Erato De Gand. — 
SarcanthemumCa^s.^^ Glyphia Gass. (Glycideras Gass.) 

Section H. ASTâ&<SS-BAOOBAaz]i<8S Gass. 

Gapitules incouronnés. 

Pachyderis Gass. — Scepinia Neck. (Pteronia et He- 
nantfaus Less. ) *- Pteronia Linn. ( Pterophorus Vaill. 
Gass. Pterophora Neck. ) — Nolletia Gass. — Unospis 
Lob. (Grinataria Gass. CrinataMœnch. ) — Chrysocoma 
Linn. — Pyrrocoma Hook. — - Bigelowia De Gand. 
( nec alior. ) *- Fresenia De Gand. — Blepharispermum 
Wight. -— Athroisma De Gand.— Sphœrantkus Vaill. 
'^Polypappus Less. -— « Sergilus CvL&s.'^Bacckaris Linn. 
— - Tursenia Gass. — Fimbrillaria Gass. 



30 CLASSE DSS COMPOSÉES. 

isonèii IIL AniAftn-VKàTomte Caàs. 

Capitules radiés; couronne point jaune, ths^e plus 
haut que hacf ; rédeplacle pkn^ 

Dimorphanthes Cass» •^— Lannecia GasSi -^ Eri^eron 
Linn. (TrimorphaBa Cass.) — Munjrchia Cass.— Thero^^ 
^erdn Ûë Cànd. -^ ffétèroéA^ia Dé Canâ. — Polyacti- 
«fiii^DéCand. (Pdljactià Lésa, non linn.)-— J^ii/Zârtonift 
fié (Jand. — f^ittàdihta "Ritli. Cl. — Léptàcdmà Less. — 
Méldnodèhdhoh ï)ë Q^hd. — Rhynchosperhiimi &éinw. 
— Mîcràgyne Lééâ. (iioh Câss.) — Simhloelihe De Candi. 
'^lïeiéropappûsîje^s.'^ Phatacrotoma tass.-— JfeB/ittria 
De Cand. — StènaéHs Cass. — Gymnosiephium Less. — 
Charieis Cass. ( Kàul^ussia ISfees. ) -— Chœtàpappa De 
Cand. ( ChœtopKbi^ Nutt. nec alior. ) — Diplostephium 
Kunth. — î)ij)topàppus Cass. — Rkinaciinà Less. — 
Notiàâstrum De^ànd. — Dtstasis De Cand. — Dœllinr 
gérta Nées. '-^ Aster linn. — Oleàrîa Mœnck. — i&a- 
r^*a Câss. -^ ISpongotrichum Nées. — BioilcL De Cand. 
— nèièasïrum Dé Când. — Machœrantherd ffees. — 
Séf'iédcàrpus'Mes&.^^ArctdgeronTie dànà."^ Asteropsis 
Less. -"^ EuiybiopsU De Cand. — • Galatella Cass. — 
Tripolium Nées. — Tovi^nsendia Hpok.— Z///?Ae/w Cass. 
'-^Mairia Nees.'-^Héierothatamus Les j. — Chiliotrichum 
Cass» (Tropidolepis Tansoh.) -^ Jgathc&a CasSé ( Detris 
Ada&s. ) «-^ Detiidlum I^éi^s. 

ISectiom IY. ASTi5a<B8«BSiiX.xii]ÊB& Cass. 

tinpituléà radiéâ; t^uronm* pôizit jàtttié. Disque plus 
latgé que haut. Réêéptôclé {)ItlÀ où moinâ élevé. 

jémellus Linn. — Corethrogyne De Cand. — Pofyar-- 
rhena Cass. •— - Felkia Cass» — « Calimeris ( Kalimeris ) 



FAMIUS BBS SYNANVHÉ&BBS.. 31 

Cass. ^^ TurczmrUhBPia De Cand. -^ Tetramokpium 
Nees.'-^Henricia C^ss.^^ Callisiepkus Cass. (Gallistéliiitlft 
Cass.) — Boltonia Hhéril, ^^Sommerfeltia Less. (non 
ScHdiff.) ^ ËàUiÛ ft. 6f . ^ AiiêrbfMbà filùiâ. ^ J^ra- 
chycome Gass. ( Brachjstephiuni Lesfi, ) — Pafuerina 
Cass. — Solenogyne Cass. — Lagenophora Cass. ( Lage- 
nifera Cass. Microcalia Rien. ) — Ixauchenus Cass. — 
Mpiàùm Lèêès (Èotryaéstiià Fiâdh. et Méy.) -^^ itèè^//a 
Dé tMà, ^ jipkàHûàiebkiià De Gand; ^ ^é^//l» Linn. 
(Kfbtfriti t(ééh) ^ Belitunt Lîfan; «^ Sfstttdiasttttm 
Micheli. (Margsffita Gandin.) 

XIV TRIBU. LES ^ftÈtîÙiSÈËÉ.'^SENECIONE^ 

QsMs{t)i 

Capitules radiés ^ ou discoïdes^ ou incouronnés. Corolle 
'Staminifère régulière. Anthères prii^ées d^ appendices 
bdàilairès; ârHùlê'ahihérifere épaissi èl êlrie. Ovaire 
èh gériéràl cylinaracéy strié; aigrette composée de 
poils filiformes , très-grêles , faibles , fragiles ^ striés , 
barbellulésy blancs. 

Secoq» I. siwÉçzoxrÉBS-noaoxioâBS Gass. 

Involucre formé d écailles a-on 3-sëriées. 

Arnica Linn. — Doronicum Linn. — Aronicum Neck. 
( Grammarthron Cass. ) -^ Dorobœa Qass. ^^^ Akpe- 
lina Cass. — Culcitium Humb. et Bonpl. ( Oresigonia 
Schlecht.) — Tetradymia Ce Cand. — Eriothrix Cass. 



(4) Senedowœ Gass. Dict. des Se. Nat. vol. 30, p. 577; ▼•!. 4S» 
p. 446 et 46è ; vol. 60 , p. 582. -r- Jaeobearwn et Conyxarwn genn. 
Adans. — Corymbiferarwm §ênn. Jqm. Gen. — Jaeobœarum genn, 
Kunth, in Humb. et Bonpl. — SenedonideœSenecioneœ Less. Syn. — 
De Cand. Prodr, vol. YI. 



39 cLàtSB DBS conroséBS. 

— Heteracîis De Candr — Notonia De Cand. — Bedfor^ 
ifiaDeGand. 

loTolucre caliciilë, forme d'écaillés i -sériées. 

a) CapUuki radiée. 

Huhertia Bory. — GynoxU Gass. — Synarthrum Gass. 
— Sclerohasis Gass. — > Jacobœa Touni. — Obœiaca Gass. 

— Brachystephium Less. — MadaraciU De Gand. -» 
Brachjrrhxnchos Less. 

Eudorus Gass. — Neoceis Gass. — Stilpnogxne De 
Gand. 

c) CapiMei incawronnéê. 

Cremocephalum Gass. ( Grassocephaluro . Mœnch. ) — «' 
Gynura Gass. -— > JEtheolœna Gass. — Carderina Gass. 

— Senecio Tourn. — Faujasia Gass. — Scrobicaria 
Gass. — PentacaUa Gass. (Psacalium De Gand.) — 
Kleinia Linn. non Juss. nec Jacq. ( Gacalia Gass. non 
Tourn. Gacalianthemum Dill.)^- Cacalia Tourn. (Ptiri- 
calia Gass.) — Acleia De Gand. 

Sectioit III. siavÉKOiOKÉBS-OTROVisÉBS Gass. 

Involucre non caliculé, formé d*écailles i -sériées. 

a) Cafitulei ineowronnii. 

Arnoglossum Gass. — Erechthites Rafin. — Emilia 
Gass. — PithosUlum Gass. — Notonia De Gand. — 
Raillarda Gaudich. -» Lopholœna De Gand. 

b) CapUulei dUeMêi, 

DoHa Thunb. 



FAMILLE DES STNAIVTHKRÉES. 55 

c) Capilulet radiéi. 

BrachyglottisCoiSS. — Gymnodiscus Le$s. — Othonna 
Linn. ( Arislotela Adans. non L'hérit. ) — Hertia Less. 
(non Neck. ) — Ruckeria De Cand. — Euryops Cass. — 

— Lachanodes De Cand. — ff^erneria Kuntb. — Cine- 
raria Linn. — Senecillis Gaertn. — Ligularia Gaas, nec 
alior. ( Hoppea Reichb. non L'hérit. ) — Mesogramma 
De Cand. — OligothrixTie Cand. — Asterosperma Less 

— Crocidium Hook. 

XV« TRIBU. LES "^S&^hXiWÈX&.^NASSAVYIEE 

Câss. (f). 

Capitules radiatif ormes ^ jamais radiés. Corolle a 2 /<?- 
Dres très-dissemblables : F extérieure plus longue et 
plus large y radiante y liguliforme ^ Z- dentée; Vinté* 
rieure OL-partie, Anthères longuement appendiculées. 
Stigmates semblables à ceux des Anthémidées ; bourre* 
lets très-menus. 

m 

SectioM I. KASSAUVXÉSS-TRXXXBÉES GasS. 

Capitules composés de plus de 5 fleurs, disposées sur 

plus d'un rang. 

. Jungia Linn. (Jungia, Dumerilia, et Martrasia Lag. ; 
Cass.; Trinacte Gaertn. Rhinactina Willd. ) — Piilurus 
Don. — Leuceria Lag. (Leucœria, Leucheria et Leuchœ- 
ria quorund.) — Chabrœa De Cand. (Lasiorhiza Lagasc. 
Cassiopea G. Don.) — Clarionea Lagasc. — Perezia 

{h) Natsaunieœ Cass. Dict. vol. 8 , p. 595 ; vol. 20 , p. 578 ; vol. 54 , 
p. 204; V. 60 > p. 5S5 et 598; Opusc. 2, p. 451. — Less. in Liunaca, 
4850 , p. 4 . — Nastawoiaceœ Less. Syn. — De Cand. Prodr. VII, pars I, 
p. 48. — Perdieieamm genn. Spreii{];. Syst. — Labiatiflorarum genn. 
De Cand. in Ann. da Mus. 49 , p. 59. -^ Chœnantapkorarum genn, 
Lag. Amœn. Hisp. 2, p. 29. 

BnTAHlQW. PHAV. T. X. 3 



34 CLASSE DES COMPOSÉES. 

Lag. — Drozia Cass. — Homoianthus De Cand. ( Isan- 
thus De Gand. non Mich. Homaeanthus Spreng. Gla- 
rionea Cass; nec alîor. Scolymanthus Willd.) — Acourtia 
Don. ( Perezia Lallav. et Lex. non Cass. ) — Dumerilia 
Less. — Trixis P. Bfowrie, — Alcithœ Don. — Prio- 
nanthes Schrank. ( Tenorea Colla nec alior. Eutrixis 
Hook. ) — Holocheilus Cass. (Platycheiliis Cass. Clean- 
thes Don. ) — Pleocarphus Don. — Moscharia Ruiz et 
Pav. (Moschifera Molin. Mosigia Spreng. Gastrocarpha 
Don.) — Dolichlasium Lag. — Pamphalea ( et Panpha- 
lea) Lag. — Cephalopappus Nées et Marti us. 

Section IL XffASSAUVZÉES-PROTOT'CPSS Cass. 

Capitules composés de i à 5 fleurs i -sériées. 

NussauçiaCommeTS. (Nassovia Pers.Nassavia Spreng.) 

— Mastigophorus Cass. — Triachne Cass. — Triptilion 
Ruiz et Pav. — Strongyloma De Cand. (Acanthoph jllum 
Hook. et Arn, non G. A. Mey.) — Caloptilium Lag. 
( Sphaerocephalus Lag. non alior. — PPortalesiaMeyen. ) 

— Polyachyrus Lag. (Bridgesia Hook. Mise; non Hook. 
et Arn. nec Berter. Polyachrus Hook et Arn. — .î^Dià- 
phoranthus Meyen.) — Panargyrum Lag. ( Panargyrus 
Lag. Pentanthus Less. non Hook. et Arn. ) — Pipto- 
stemma Don, — Pentanthus Hook, 

XVP TRIBU. LES MUTISIÉES. — MUTISIEjE 

Cass. (i). 

Capitules presque toujours radiés^ jamais radiatif ormes. 
Corolle à 2 lèçres isomètres : ^ extérieure Z-Jide; Vin- 

(\) Mutisieœ Cass. Dict. des Se. Nat. vol. 8 , p. 594 ; vol. 20, p. 579 ; 
vol. 55 > p. 4G2. — Mutisiaceœ Less. Syn. ; Linndea 4 850, p. 257 
(excL genn. ) — De Cand. Prodr. VII, para ï,p, ^ {excl, genn,) — 
Éjobiatiflorarum genn. De Cand. in Ânn. du ilii$. vol. 49, p. 484. — 
Chœnantophorarum genn, Lag. Amœn. Hi«p. '-Periieie^ Spreng. Syst. 



FAMItXE DES STNÀNTHÉRÉES. 35 

térieure ix-fide. Anthères longuement appendicniées. 
Stigmates courts^ non-dwergents j demi- cylindriques , 
arrondis au sommet^ ayant la face interne bordée de 
2 bourrelets très-menus^ confluents au sommet y et la 
face externe pubérule vers le sommet. 

Mutisîa Unn. — Guariruma Cass. — Aplophyllum 
Gass. — Ainsliœa De Gand. — Chionoptera De Cand. 

— Carmelita Gl. Gay, — Gerbera Linn. (Aphyllôcauloii 
Lag. Gerberia Gass. ) — Leptica E. Meyer. — Oreoseris 
De Gand. — Berniera De Gand. — iMsiopus Gass. — 
Seris Less. non Willd. — Amblysperma Benth. — î>i- 
chocline Gass. — Lycoseris Gass. — Diazeuœis Don. — 
JUoquinia De Gand. non Spreng. ( Spadonia Less. non 
Fries. ) Chœtanthera Ruiz et Pavon. — Bichenia Don. — 
Cherina Gass. (Enthrixia Don.) — Proselia Don. (Priono- 
tophyllum Less.) — Tylloma Don. — Pachylœna Don. — 
Brachyclados Don. — Isotypus Kuuth. ( Seris Wîlld. 
non Less.) — Onoseris De Gand. — Cladoseris Less. 
(GhaetochiaenaDon.) — Hipposeris Gass. (Gentroclinium 
Don.) — Perdicium Lag. (Pardisium Burni.) — Anandria 
Siegesi). (Leibnitzia Gass. Ghaptalia Ledeb. non Vent.) 

— Chaptalia Vent. — Leria De Gand. — Lieberkuhna 
Cass. — Oxyodon Less. — Loxodon Gass. — Cheifreulia 
Cass. 

XVn« TRIBU. LES TUSSIfiAGINÉES. — TUSSILA- 

GINE^ Cass. (i). 

Fleurs jamais hermaphrodites. Corolle régulière. Style 
lies fleurs-femelles a 2 stigmates très^courtSy cylindri" 
€jueSy arrondis au sommet, irès-finemeni papilleux sur 



(4) Tiiltt7aytiie<9 Gass. Dict. des Se. T9at. vol. 20,* P* 384 : vol. 54 , 
p. 4 9i ; vol. 39 , p. 203. — Ktfpalortactsamm q%%%* De Gand. ; Lesf« 



-•^-«r«'*»v» 



36 CIASSB OCS COMPOSÉES* 

toute leur surface. Style des fleurs mâles à stigmate 
courty groSy pubescentj bifide au sommet. 

Tussilago Tourn. — Adenocaulon Hook. — Petasites 
Tourn. — Nardosmia Cass. 

XVIÏI* TRIBU. LES ADÉNOSTYLÉES.— ^D£iV^O. 

STYLE JE Cass. (i) 

Capitules contenant toujours des fleurs hermaphrodites. 
Corolle régulière. Stigmates divergents^ arqués en de- 
hors y demi-cylindriques , arrondis au sommet ^ glan" 
duleux a la surface externe , et ayant la face interné 
occupée d^un bout à Vautre par ^ gros bourrelets ponc^ 
ticulésy presque contiguSy confluents au sommet. 

Celmisia Cass. — Homogyne Cass. — Adenostyles 
Cass. (Cacalia Tourn. non Cass. nec Less.) — PaleolaHa 
Cass: (Palafoxia Lagasc.) 

XIX» TRIBU. LES EUPATORIÉES.— JBrP^TOfl/fi^fi 

Cass. (2). 

Stigmates très^longs^ colorés , ayant une partie infé- 
Heure {ordinairement arquée en dehors) plus courte^ 
plus mince, demi-cylindrique , bordée de a bourrelets 
très- menus , et une partie supérieure ( ordinairement 
arquée en dedans) pbis longue , plus épaisse , subcy- 
lindracécy arrondie au sommet, papilleuscy ou glandu- 
leuse. Capitules homo^^am^. Corolle régulière. 



(h) Àdenottyleœ Cass. Bict. des Se. Nat. vol. 4, Sappl. p. 59 ; v. 20, 
p. 582 ; vol. S6 , p. 226. — BiupaiaHacearum genn. Lest. ; De Gand. 

(2) Eupaiorieœ C»s8. Dict. des Se. Nat. vol. 46, p. 9; vol. 20, 
p. 385 ; vol. 26 , f . 227. — £• ipatoriauœ Less. Syn. {exel. genn. ) — 
De Gand. Prodr. Y, p. 405 fexel, genn,) — Eupatorem Kaoth, in 
Hunib. et Bonpl. 



FAMILLE DES SYNANTH^niES. 37 

SeCHON I. SUPATORXiSS-AOiaATEBSCass. ^ 

Fruit subpentagone ou comprimé. Aigrette nulle , ou 
coFoniformei ou composée soit de paillettes, soit de 
soies. 

Nothites Cass. — Stei^ia Gavan. — Pliania De Cand. 

— Carelia Less. — AgrUmthus Martius. — Ageratum 
linn. — Pectinellum De Cand. — Anisochœta De Cand. 

— Cœlestina Cass. — Alomia Kunth. — Phalacrœa De 
Gmd. — Gymnocoronis De Cand. — Isocarpha R. Br. 
-^ Piqueria Gavan. — Orsinia Bertol. — Adenostemma 
Font. (LaTcnia Swartz.) — Sclerolepis Cass. (Spargano- 
phonis SCdiz. non Gœrtn.) 

Section II. suPATORZËSS^PaoTOTÎrPBS Cass. 

. Fruit anguleux. Aigrette de poils filiformes. 

Mikania Willd. — Gyptis Cass. — Eupatoriumïoxitiï. 
— Critonia P.Browne (non Gaertn. nec Cass. Wickstrœ- 
mia Spreng. non Schrad.) — Campuloclinium De Cand. 

— Hebeclinium De Cand. — Conoclinium De Cand. — 
Ooclinium De Cand. — Praxelis Cass. — Chromolœna 
De Cand. — Decachœta De Cand. — Carminatia De 
Cand. — Disyjiaphia De Cand. 

Section III. SUPATOaz£B8<«Z.ZATRZ]liB8 De Caqd. 

Fruit subcylindracé , à environ lo nervures ; aigrette de 

poils filiformes. 

Coleosanthus Cass. — Bulbostylis De Cand. — Kuhnia 
linn. ( Critonia^ Gœrtn. nonP. Br. ) — Catphephorus 
Cass. — Trilisa Cass. — Suprago Gsertn. — LiatrU 
Scbreb. — Claifigera De Cand. 



38 CLAME DES COMPOSÉES. 

XX« TRIBU. LES VERN(»iIÉES. — FEBNQNIEjE 

Gass. (i). 

Stigmates semblables à ceux des Lactucées* Capitules 
homogames ou rarement hétérogames. Corolle régu- 
lière, ou subbilabiée^ ou palmée. 

Seghon I. VBaHoari<BS-i.XABÉBS Cas8. 

Capitules radiés. 

Munnozia R. et Pav. •— Liabum Adans. ( Chry^acti- 
nium ILunth. Starkea Willd. Starkia Juss. ) — AUbum 
licss. — Andromachia Humb. et Bqnpl. (Viviania WiUd. 
nec alior. ) — Hectorea De Cand. — Xanthisma De 
Cand. — Oligactis Kuntli. — Cacosmia Kuntb» 

Section II. VBBBTOHlÉBS-PliUOBizH^BS Gass. 

Capitules couronnés, discoïdes. 

Epaltes Cass. ( Ethulia Gaertn. non Cass. ) — Pluchea 
Çass* (Stylimnus et Gynema Rafin. Leptpgyne EUiott. ) 
— Pterocaulon Elliot. (Chlaenobolus CaiS%)'~^Monenteles 
Labill. — Tessaria Ruîz et Pav. ( Gyneheteria Willd. ) 
— PhalacromesusC^iSS. — Monarrhenus Cass. — Blumea 
De Cand. non Nées nec Spreng. 



Section III. 

Gass. 



Capitules unisexuels, dioîques, en général pluriflores. 
Tcuxhonanthus Linn. • — Henotogyna De Cand. — 



(4) FernontMV Cass. Dict. des Se. Nat. vol. 20, p. 5^4; t6ûi., vol. 57, 
p. 358. — YerwiiiAaetm Less. Syn. ; De Cand. Prodr. Y, p. 9 ( exclus. 
Pedideis), — Eehinoptidearum , V«rnoniaeearum , ifltracm» et Bê- 
lianthearém genn, Kunth, in Hamb. et BonpI. 



FÂMILLB DES SYNAUTTHiRÉES. $9 

Brachylœna R. Br. (Oligocarpha Cass.) — Piptocarpha 
Gass. — Arrhenachne Cass. — Stephananthus Lehm. 

— Pingrœa Cass. 

Section IV. VERWOVXSBS-PaOTOTTPES Gass. 

Capitules homogames, 2-ou pluri-flores; fleurs herma- 
phrodites. 

• 

Ethulia L. non Gaertn. ( Kahiria Forsk. Pirarda 
Adans. Leighia Scopol. non Cass.) — Sparganophorus 
Vaill. ( Struchium P. Br, Athenaea Adans. ) — Oiosper- 
mum Less. — Herderia Cass. — Stokesia L'hérit ( Car- 
tesia Cass. ) — Synchodendron Bojer. — Centauropsis 
Bojer. — Tecmarsis De Cand. — Oliganthes Cass. — 
Piptocoma Cass. — Lychnophora Martius. -^ Albertinia 
Spreng. — Pycnocephalum Less. — Lychnocephalus 
Martius. — Chronopappus De Cand. — Pythecoseris 
Martius. — Stachyanthus De Cand. — Chresta De Cand. 

— Stilpnopappus Martius. — Blanchetia De Cand. — 
Strophopappus De Caiid. — Distephanus Cass. — Ha- 
plophyllum De Cand. — Wehhia De Cand. non Spach. 

— OdontQcarpha De Cand. — Platycarpha Less. — 
Bechium De Cand. — Centratherum Cass. (Arapherephis 
Kunth. Spixia Schrank.) — Cyanopsis Blum. (Cyanthil- 
lium Blum. Isonema Cass. non R. Br. ) — Decaneurum 
De Cand. (Phyllocephalum Blum.Gjmnanthemum Cass.) 
— VernonialÀTïn. — Acilepis Don. — Hololepis De Cand. 

— Vannillosma Less. — Strobocalyx Blum. — Trian- 
thœa De Cand. — Tephrodes De Cand. (Isomeria Don.) 

— Lepidaploa Cass. — Ascaricida Cass. — Centrapalus 
Cass. — Achyrocoma Cass. — Heterocoma De Cand. — 
Pacourina Aubl. (Meisteria Scopol. Haynea Willd.) — 
Pacourinopsis Cass. — Diahstal^uiilh, — DUtrfsptus 



40 CLASSE DES COMPOSÉES. 

Gass. (Pseudo-Elephantopus Rohr. Matamoria Lallav. et 
Lex.) — Elephantom Less. — Elephantopus Linn. 

Section Y. VE&lffOKz£B8-aox.A!lf BR^BS Cass. 

Capitules i -flores. 

Eremanthus Less. non Cass. — Haplostephium De 
Cand. — Shama Forst. — Monosis De Cand. '^-Ade" 
nocyclus Less. — Odontoloma Kunth. — Trichospira 
Kunth. — Spîracantha Kunth. ( Acosta De Cand. ) — 
Lagasca Cavan. (Noccœa Jac(j. non Mœnch.) — Nocca 
Gavan. (Lagascea Less.) — ? Cœsulia Roxb. — Rolandra 
Rottb. — Corymbium Linn, (Contarena Adans.) — Gu/t* 
délia Tourn. (Gundelsheimera Cass.) 

StNANTHEEEES de classification DOtTEUSE. 

Abasoloa Lallav. et Lex. — Allendea Lallav. et Lex. 
— Anisopappus Hook. — Apatanthus Vivian. — Ar* 
rowsmithia De Cand. — Atractylodes De Cand. — 
Cadiscus E. Mey. — Dipterocome Fisch. et Mey. '— 
Dolichogyne De Cand.— jB/acA/a De Cand.— Galeana 
Lallav. et Lex. — Galophtalmum Nées et Martius. — 
Gnaphalopsis De Cand. — Hysterionica Willd. — Me- 
tazanthus Meyen. — Microspermum Lagasc. -— OdoU' 
totrichum Zucc. — Onopix Rafin. — Ophryosporus 
Meyen. — Plaças Lour. — Psilostrophe De Cand. — 
Scalesia Arn. — Serinia Rafin. — Trimetra Moc. 



SX 



P« TRIBU. LES LACTUCÉES. - LACTUCEJS Ca&s. 

Capitules homogames , radiatijormes. Corolle ligu- 
liforme^ 5 -dentée^ S-ou G-nerpée. Style pubescent 
vers son sommet. Stigmates filiformes , dii^ergents , 



FAMILLE «ES SYllÂIÎTHéRéES. Ai 

arqués en dehors y semi-cylindriques ^ papilleux à 
toute la surface supérieure ^ pubescehts à la surface 
inférieure. 

* . • 

Plantes lactescentes» la plupart herbacées. Feuilles alternes. CSapitules 
plariflores. Involocreà écailles imbriquées ou 4 -scribes. Réceptacle na> 
ou squamelleux, on poilu. Corolle trés-mince, diurne, non-marcescente, 
en général jaune, quelquefois bleue , ou rouge , ou violette, ou orange ; 
jonction du tube et du limbe souvent garnie d'une houppe de poils; tube 
court; limbe long» étroit, à dents calleuses au sommet. Corolle des 
fleurs intérieures graduellement plus courte que celle des fleurs de la cir- 
conférence du capitule. Étamines à filets soudés jusqu'au sommet du tube 
de la corolle ; article anthérifére conforme au filet. Anthère longue : 
connectîf grêle; appendice-apicilaire oblong, libre» terminé en demi* 
cercle; appendices-basilaires oblongs» non-poUinifères^ soudés aux ap« 
pendices des anthères voisines. Pollen ordinairement dodécaèdre. Ovaires 
souvent stipités (àstipe souvent continu avec le réceptacle) ; leur forme et 
leur aigrette sont très-variées, suivant les genres» et souvent» sur la même 
plante, selon la situation centrale» marginale» ou intermédiaire des fleurs 
dans le capitule. 

La plupart des ijaetueiei ou Chieoraeées habitent Thémisphère septen- 
trional» et c'est dans les régions voisines de la Méditerranée quVUes abon- 
dent le plus. Le suc-propre de la plupart de ces végétaux est plus ou moins 
amer et narcotique; mais plusieurs espèces» du moins à l'état cultivé^ 
fournissent des aliments sains et agréables. 

Genre LAITUE. — Laciuca (Tourn.) Cass. 

Capitules pluriflores. Involucre conique «cylindracë, 
non-caliculéy composé d'écaillés imbriquées, appliquées: 
les extérieures ovales ; les intérieures oblongues. Récep- 
tacle plan, nu. Nucules suborbiculaires ou elliptiques, 
comprimées (quelquefois inarginées), non-stipitées , ter* 
minées en long col filiforme ; aigrette composée de poils 
nombreux , barbellulés, inégaux, filiformes, soyeux, très- 
caducs. 

Herbes annuelles , ou bisannuelles ; ou yiyaces. Tige 
feoillée. Feuilles indiyisées ; ou pennatifides , ou sinuées, 
•ouTent amplexicaules. Capitules petits , pédoncules , dis- 



='--, 



'j. 



49 CLASSE DES COMPOSÉES. . 

posés en panicule terminale. Corolle jaune , ou blan- 
châtre , ou violette , ou bleue : celle des fleurs marginales 
plus longue que rinyolucrew 

Laitue cultivée. — Lactuca saliva Linn. — Blackw. Herb. 
tab. 88. — Lactuca crispa et Lactuca capitata G. Baub, 
^^Lactuca laciniata Both.— Lactuca palmata Willd. — Aa- 
meaux-florifëres disposes en panicule subcorymbiforme. Feuil- 
les (déforme très - variable ) indivisëes ou laciniëes, lisses , 
inermes. Corolle jaune. — Plante annuelle, trës-glabre, hante 
de I pied à 3 pieds. Tige raîde, dressée, panîculee vers le som- 
met, feuillue inférieurement 5 rameaux plus ou moins diver* 
gents, grêles, garnis de feuilles beaucoup plus petites que celles 
delà tige. Feuilles minces, flasques, d'un vert gai (marbrées de 
violet dans certaines variétés) : les radicales arrondies, ou ob- 
longues, ou obovales, indivisées, ou sinuées, ou irrégulièrement 
laciniées, souvent rugueuses (crépues ou ondulées cbez certaines 
variétés), rétrécies à leur base ^ les caulioaires horizontales oi| 
subverticales, ovales , ou oblongues , denticulées , ou laciniées , 
ou sinuées, amplexicaules (à oreillettes arrondies); feuilles-ramu- 
laires cordiformes-orbiculaires, ou cordiformes-ovales, ou sagit- 
tiformes, acuminées,amplexatiles, en général très-petites. Fleurs 
petites, d'un jaune pâle. 

Cette Laitue, si fréquemment cultivée comme plante po- 
tagère, n'est probablement qu'une variété de quelque autre 
espèce de ce genre; du moins elle n'a jamais été observée à 
l'état sauvage , et sa culture remonte à l'antiquité la plus recu- 
lée. Ses variétés les plus notables sont : la Laitue pommée 
(ainsi nommée , parce qu'avant de développer sa tige, elle of&e 
une touffe de feuilles pressées les unes contre les autres, et for- 
mant une tête arrondie comme un chou); la Laitue/risée, dont 
les feuilles , plus ou moins découpées et crépues , ne forment 
point tête ; la Laitue romaine , caractérisée par des feuilles al- 
longées, dressées, non-bosselées ni crépues, formant une tête al- 
longée peu compacte; enfin la Laitue- chicorée ou Laitue^épi- 
n^rdf facile à reconnaître à ses feuilles sinuées-lobées et ne 



FAMILLE DES SYlffNTHili^ÉES. 43 

foimant jamais une tête. La Laitue possède des propriétés cal- 
mantes , relâchantes et diure'tiques : son extrait est Êdblement 
narcotique. 

Laitue tireuse. — Ldctuca virosaLinn. — Rameaux-florift- 

R ■ 

res disposes en panicule allongée. Feuilles horizontales , spinel- 
leuses en dessons (sur la côte) et aux bords : les inférieures in- 
diTÎsées ; les supérieures ordinairement pennatifides ; les cauli- 
naires amplexicaules à oreillettes pointues. Fleurs jaunes. Nuculfss 
scabres. — Plante tantôt annuelle, tantôt bisannuelle, haute de 
3 â 8 pieds. Tige raide , dressée ;, spinelleuse inférieurement» 
Feuilles oblongues ou oblpngues-obovales, obtuses , rétrécies 
vers leur base, sinuolées-denticulées , d'un vert glauque , quel- 
quefois toutes indivisées; denticules mucronées, piquantes. Ca- 
pitules plus ou moins longuement pédicellés , disposés en pani- 
cule lâche. Nucules noires. 

Cette espèce croit dans les haies, les décombres et autres lo- 
calités incultes ; elle fleurit en été. Son suc-propre , très-âcre et 
amer, a des propriétés narcotiques , analogues à celles de l'o- 
pium; l'extrait de ce suc a été préconisé comme un remède 
contre l'hydropisie. 

Laitue Scariole. — Laciuca Scariola Linn. — £ngl. Bqt 
Ub. ^68. — Laciuca sjrlvesUis Lamk. — • Cette espèce ne dif- 
ftre de la précédente qu'en ce que ses feuilles caulinaires sont 
verticales et en général toutes roncinées; elle croît dans les mê- 
mes localités que la Laitue vireuse , dont elle possède aussi les 
propriétés. On la nomme vulgairement Scariole : dénomination 
mal choisie, parce qu'elle est commune à une variété de la 
Chicorée cuUwée. 

Genre LAITRON. — Sonchus (LiAn.)yaill. 

Capitules multiflores. In volucre ovoïde (urcéolaire après 
la floraison), à écailles imbriquées, apprimées, obtuses, un 
peu membraneuses aux bords. Réceptacle uu , ^yéolé. Nu- 
€f|)^ cpmpriméea , aptèf es ^Cquel^v^ef pis ^ij^pvMfgin^) , 



4-4 CLASSE DES COMPOSÉES. 

non-stipitëes, non-rostrées, oblongues^ ou obovales, Ion- 
gitudinalement striées, transversalement rugueuses (quel- 
quefois presque lisses); aigrette composée de poils soyeux, 
très-blancs, nombreux, inégaux, barbeliulés. 

Herbes, ou arbrisseaux. Tiges et rameaux fistuleux. 
Feuilles de forme très- variée. Fleurs jaunes. 

Laitron commun. — Sonchus oleraceus Linn. — Flor. 
Dan. tab. 682. — Ëogl. Bot. tab. 843. — Sonchus ciliaius et 
Sonchus spinosus Lamk. Florl Franc. — Sonchus lœvis Blackw. 
Herb. tab. i3o. — Sonchus oj^rer Blackw. Herb. tab. 3o.— 
Flor. Dan. tab. 8g3. — Sonchus lœvis et Sonchus fallax 
Wallr. — Sonchus lacerus Willd. 

Plante annuelle, haute de. i pied à 4 pieds. Racine assez 
épaisse, pivotante, blanchâtre. Tige lisse, cylindiique, dressée, 
paniculée, glabre de même que les feuilles et les rameaux. 
Feuilles opaques ou luisantes , minces , plus ou moins raides , 
d*un vert glauque (surtout en dessous), de forme très-variable 
(Ijrées, ou roncinées, ou pennatifides , ou sinuées- dentées, ou 
indivisées) ^ denticulées, ou aristées-ciliées : les caulinaires am- 
plexicaules , à oreillettes tantôt pointues , tantôt obtuses. Capi- 
ti}les pédoncules, terminaux , disposés en cor^mbes. Pédoncules 
et involucres tantôt glabres ou floconneux, tantôt garnis de poHs 
glandulifères. Involucre-fructifere ovale-pyramidal, costé. Co- 
rolle d'un jaune pâle. Nucules tantôt lisses , tantôt transversale- 
ment rugueuses. — Cette plante, connue sous les noms vulgaires 
de Laitron y Laceron^ ou Palais de lièvre , est commune dans 
les décombres et les localités cultivées ; elle fleurit depuis le 
mois de mai jusqu'en automne. Toutes les parties du Laitron 
sont amères ; ses feuilles s'employaient jadis comme apéritives et 
rafraîchissantes ; dans plusieurs contrées, on les mange en salade, 
étant jeunes. 

Genre ANISODÉRIS. -- Anisoderis Cass. * 

Capitules multiflores. Involucre caliculé , campanule 
(urcéohire après b floraison) ^ composé d'écaillés subfo- 



FÀBULLG DES SYNÀNTHÉRÉES. 45 

liacëes, l-séiiées, égales , oblongues; écailles-caliculaires 
lâches, irr<%ulièrement disposées. Réceptacle plan ^ fim- 
brilUfère. Nucules non-stipitées, subcylindriques, aptères, 
striées, muriquées : les marginales tronquées au sommet 
ou courtement rostrées ; les autres longuement rostrées ; 
aigrette composée de poils soyeux , très-blancs, nombreux, 
pluri-sériés, barbellulés. 

Herbes annuelles ou bisannuelles. Tiges nues ou feuillées, 
en général rameuses. Feuilles pennatifides ou dentées : les 
caulinaires amplexicaules. Capitules solitaires , terminaux, 
nutants avant la floraison. Corolle jaune ou rouge : celle 
des fleurs marginales plus longue que l'involucre. Nu- 
cules du disque à bec graduellement plus long. Nucules 
noarginaies enveloppées par les écailles du réceptacle. 

m) Éeaillei'eaHeulairet ttiAtcariefuet , wales-laneioléet. Corolle d'un 
rote plus ou moins vif. Nucules marginales subrostries. 

Anisodéris rouge. — Anisoderls ruhra Cass. — Crépis 
rubra Lion. — Herb. de l'Amat. tab. i4* — Barkhausia ruhra 
Mœnch, Mcth. — Crépis incamata Visian. — Plante tantôt 
annuelle , tantôt bisannuelle , baute de Va pied à x Va pied , 
parsemée d'une pubescence scabre. Tiges dressées ou ascen- 
dantes, simples, ou rameuses, tantôt subapbylles^ tantôt feuil- 
lées. Feuilles siouolées-denticulées, ou sinuées-dentées, ou pen- 
natifides : les radicales oblongues -spatbulees; les caulinaires 
ovales-lancéolées, ou oblongues-IaDceolées, pointues, subsagitti- 
formes, ou bastiformes à la base. Capitules longuement pédon- 
cules. Écailles -caliculaires glabres, 2 à 4 fois plus courtes que 
l'involucre. Involucre bispide , long d'environ 6 lignes. Nucules 
brunes, grêles : les marginales à peu près aussi longues que les 
écaiOes-involucrales ^ les autres rétrécies en loDg bec filiforme. 

Cette espèce, indigène de PËurope méridionale, se cultive 
comme plante de parterre. 

b) Écailles caliculaires petites , subulées. Corolle d'un Jaune de citron 
en dessus , orangée e^ dessous. Nucules marginales non-rostries* 

ÂNisonÉRis FÉTinE. — Anisodéris fœtida Cass. — Crépis fa- 



46 CLASSB DES COMPOSÉES. 

tida Vinn. — Engî. Bot. tab. 4o6. — SarkhausiafœtidaDé 
Cand. f 1. Fr. — Hostia fœtida Mœncb, Melh. — Barkhausia 
graveolens Liok. — Barkhausia pinguis Rcichenb. — Bark* 
hausia rhœadifolia Bieb. — Barkhausia Candollii Spreng. — '< 
Barkhaiisia glandulosa PresL — Crépis glandulosa Gui^sôdJ 
— Plante baute de Va pied à 3 pieds , plas ou moins rameuse , 
tantôt anouelie , tantôt bisannuelle , plus ou moin^ visqueuse et 
incane (par une pnbescence g1aildulifei*e) , en outre parsemée de 
poils scabl-es. Racine pivotante, peu rameuse. Tige dressée, an- 
guleuse, feuillëb^ en général paniculée } rameaux plus ou moins 
divergents, i-'j-ce'pbales. Feuilles lyrëes, ou roncinées, ou si- 
nuées'-pfennatiOdes : les radicales rétrécies en pétiole } leS caù-' 
linaireâ amplexàtiles , à ôreillettes-basilaires pointues , pluâ où 
moins longues; les feuilles supérieures souvent linéaires-lan- 
céolées et très -entières. Pédoncules (ramules- florifères) longs, 
grêles, ascendants, ou divergents, tantôt glabres, tantôt pubéru- 
le.s et visqueux : les fructifères non épaissis au sommet. Invo- 
lucre plus ou moins velu^ ordinairement visqueux. Nucules 
brunâtres : les marginales à peine aussi longues que les écailles 
involucrales ; les autres rétrécies en long bec filiforme. 

Cette epèce est commune dans les localités arides et décou- 
vertes; elle est remarquable par une odeur très-pénétrante, ana- 
logue à celle du castoréum , qu'exbalent toutes ses parties, mais 
surtout sa racine. 

Genre PISSENLIT. — Taraxacum Hall. 

Capitules muhiflores. Involucre caliculé , campanule 
( urcéolé après la floraison ) , composé d'écaillés foliacée8> 
1-sériées, égales, oblongues, caUeuses au sommet; écailles 
caliculaires imbriquées ou réfléchies , subovales. Récep- 
tacle plan , nu. Nucules conformes , non-stipitées , sub- 
oblongues, un peu comprimées, striées, aptères, niuriquées, 
ou spinelleuses, brusquement acumihées et rétrécies en 
long col filiforme ; aigrette composée d% poils soyeux , très- 
blanc», nbmbreui , multisériés , barbellulés. 



FAMILLE DES STNÀNTHÉRÉES. 47 

Herbes rivaces, acaules. Hampes grêles, nues^ cylin- 
driques, fistuleuses, l-céphales , ou rameuses. Feuilles 
entières ou incisées , toutes radicales. Corolle jaune : 
celle des fleurs marginales plus longue que les écailles 
invoiucrales. Nucules marginales non-e.nveloppées pai* 
rinvolucré. 

• Pissenlit commun. — Taraxdcum Dens^leonis Desfont. 
Flor. Allant. -^LeontodonTaraxacum Linn. — Bull. Herb. tab. 
217. — Ëngl. Bot. tab. 5 10. — Flor. Dan. lab. 764. — Taraxa- 
cum officinale Mœocb, Metb. — Leontôdon palustre Smitb,- 
Ëngl. Bot. tab. 553. — Leontôdon lii^idus Walà, et Kit. Hung. 
tab. II 5. — Leontôdon salinus PoMich. — Leontôdon gymnan- 
thum Link. — Leontôdon caucasiens et Leontôdon alpinus 
Stev. — Leontôdon ceratophorus , Leontôdon glaucanthus , 
Leontôdon leucanthus ^ Leontôdon Stevenii et Leontôdon 
lyratus Ledeb. — Taraxacum erythrospermum Andrz. — Leon- 
tôdon ohovatus Willd. Hort. Berol. tab. l^'],-- Leontôdon cor- 
nicuîatus Kit, — Leontôdon apenninus Ténor, — Taraxacum 
Dens leonis, Taraxacum gfmnanthum, Taraxacum mexica- 
num, Taraxacum laiilohum^ Taraxacum caucasicum, Ta^ 
raxacum ceratophorumy Taraxacum lœ^figatum, Taraxacum 
eorniculatum , Taraxacum glaucanthum , Taraxacum gîw 
brum y Taraxacum erythrospermum , Taraxacum oboçatum , 
Taraxacum FFallichiiy Taraxacum eriopodum^ Taraxacum 
glaucescens (Reichb.), Taraxatum Ijrratum, Taraxacum al" 
pebtrCy Taraxacum apenninum^ Taraxacum palustre, Ta'- 
raxacum bicolor , Taraxacum collinum , Taraxacum parvu- 
lum^ Taraxacum Stevenii, t\ Taraxacum hirsutum {Boq\l,)^ 
DeCand. Prodr. 7, p. i4^''49* 

Plante tantôt très-glabre, tantôt plus ou moins pubescentë 
ou poilue. Racine pivotante, rameuse , en général polycéphàle. 
Feuilles de forme et de grandeur extrêmement variables ( mais 
assez constantes sur le même individu ) , minces , rosclées, en 
général étalées sur terre, d'un vert tantôt glauque, tantôt pluâ 
ou fflobs foncé, indivisées, rétrécies vers leur base (obovales^ 



48 CLASSE DES COMPOSÉES. 

OU obloDgues-oboyaleSy on oblongues y'ou lancéolëes-oUongiitt ) 
et plas ou moins profondément denticulées ou sinuolëes (quel- 
quefois très-entières), ou sinuees-dente'es, ou roncinées, ou pen- 
Datiparties, obtuses, ou pointues. Hampes hautes de 3 pouces 
à I pied, débiles, dressées, ou ascendantes, simples, i-céphales. 
Capitules de grandeur variable. Ëcailles-calicubirer ovales , ou 
ovales-lancéolées, ou oblongues-lancéolées , tantôt apprimées^ 
tantôt étalées ou réfléchies. C«orolle d'un jaune tantôt pâle, tanp- 
tôt vif, souvent rougeâtre en dessous. Nucules oblongues ou ob- 
longues-obovales, nrariquées, on squamelleuses (surtout vers leur 
sonunet), couleur de feuille morte, ou jaunâtres , on rougeâtres, 
a à 4 fois plus courtes que le col. — Cette espèce, connue sous 
les noms vulgaires de Pissenlit ou Dent de lion , est commune 
dans les prairies et autres localité découvertes, soit sèches, 
soit humides; elle fleurit depuis le mois d'avril jusqu'en été, et 
souvent de nouveau en automne. Toute la plante est amère; 
elle possède des propriétés dépuratives , apéritives , diurétiques 
et antiscorbntiques ; les jeunes feuilles. 9 ainsi qne l'on sait y sont 
assez recherchées comme salade de printemps. 

Genre ÉPERVIÈRE. — Hieracium (Linn.) Cass. 

Capitules multiflores. Involucre non-caliculé , campa- 
nule (urcéolaire après la floraison), composé d'écaillés 2-ou 
pluri - sériées , inégales, imbriquées , apprimées, folia- 
cées , sublinéaires. Réceptacle plan , alvéolé : bords des 
fossettes dentés. Nucules cylindracées ou subfusiformes , 
non-stipitées , tronquées au sommet, 5- ou 10-costées ; 
cAtes lisses, ou rugueuses, ou denticulées , ou murîquées; 
aigrette 1-sériée , composée de poils raides , filiformes, bar- 
bellulés , ordinairement d'un blanc sale ou roussâtre. 

Herbes vivaces, le plus souvent poilues. Pubescence sou- 
vent glanduleuse. Feuilles sessiles ou pétiolées , très-en- 
tières, ou dentées, ou incisées. Capitules solitaires ou fas- 
cicules, terminaux, ou axillaires et terminaux. Corolle 
jaune, ou rarement d'un rouge orangé, ordinairement 



FAMILLE DES SYNANTHéRÉESl 49 

parsemée de poils : celle des fleurs margÎDdles plus longue 
que les ëcailles-inyolucrales. Mucules ordinairement plus 
courtes que les ëcailles-involucrales. 

a) Plante acaule, stolonifère^ Hampe \~eéphale. Corolle Jaune en 

deuus, rougedtre endeuoutt 

Ëpervière Piloselle. — Hieracium Piloselîa Linn. — 
Blackw. Herb. tab. 365. — Bull. Herb. tab. 279. — Engî. 
Bot. tab. 1093.— Flor. Dan. tab. 11 10. — Hieracium pilosel- 
lœforme Hoppe. — Hieracium pumilum Lapeyr, — Hier a" 
cium hreviscapum De Cand. Fi. Fr. ( var. nana. ) — Hiera- 
cium Pelleterianum Mérat. — Reichb. Plant. Crit. VIII, le. 

— Racine pivotante , produisant uoe seule hampe (haute de 3 
pouces à' I pied] dressée , et plusieurs stolons feuillus , decom- 
bants , simples ou ramuleux. Feuilles laoccolëcs-oblongues , ou 
obloogues-obovales , ou lancéolées -obovales , obtuses, très-en- 
tières, rétrécies en pétiole, cotonneuses^blanchâtres ou vertes en 
dessus et hérissées de longs poils blancs; feuilles radicales rose- 
léès, étalées sur terre. Hampe cotonneuse, nue, grêle, par ex- 
ception 2'Céphale. Capitule de grandeur variable. Involucre 
cotonneux , quelquefois en outre bérissé de longs poils blancs. 

— Celte plante, nommée vulgairement Piloselle, ou Oreille de 
souris, est commune dans les pâturages secs et autres localités 
arides ; elle fleurit en mai et juin ; on lui attribue des propriétés 
dctersives et vulnéraires. 

b) Plante à tige presque nue , hérùsée de poili bulbeux. Capitulee en 
cyme terminale. Corolle d*un rouge orangé. 

Épervière ORANGEE. — Hieracium aurantiacum Linn. — 
Jacq. Flor. Austr. tab 4^^. — Plante tantôt non-stolonifere , 
tantôt munie de stolons plus ou moins allongés, subaphylles. 
Racine rampante. Feuilles-radicales roselées , étalées sur terre , 
obovales, ou oblongues-obovales, ou lancéolées- oblongues, très» 
entières , hérissées (de même que la tige) de poils blancs, à base 
noirâtre et renflée. Feuilles caulinaires petites et peu nombreuses, 
ou nulles. Tige haute de *A pied à i pied , grêle, dressée , sca- 

BOTAHfQUF. PHAH. T. X. 4 



SO CLASSE DES GOMPOSlâES. 

bre^ terminée |^ une çyme dense de 7 à iS" capitules. Gtpi* 
taies petits, ordinairement géminés ou ternes sur ua ooujrt fé-^ 
doncule {lauddeux ; pédicelles courts, i-bradéolés à la base. 
iDvolucre couvert de glandules stipitëes^ noirâtres, en outre plus 
ou moJDS parsemé de poils blancs; écailles pointues. Corolles 
marginales longues de 3 à 4 lignes. Nucules petites , brunâtres , 
à 10 cotes filiformes. — Cette espèce croît dans les prairies 
des Alpes; on la cultive conune plante de parterre; elle fleurit 
en été. 

e) Tige rwneute, femllie, non-stolonifère. Capitulât peu nombreuse , 
ê9litaire9f longuement pédoneulét , terminaux. Corolle jaune. 

Épervière murale. — HUracium murorum Linn. •— SU' 
rctcium sylvaticum Flor. Dan. tab. iii3. — Ëngl. Bot. tab* 
2o3 1 . — Hieracium pictum et Hieracium nemorosum Pers« 

Plante baute de 1 pied k 4 pieds, plus ou moins poilue (poils 
fu^v-glanduleux , blancs). Racine pivotante. Tige tantôt prescpie 
simple et médiocrement feuillée , tantôt plus ou moins ramease 
et feuillue, dressée. Feuilles d'un vert gai, ou glauques, sou- 
vent marbrées de violet : les radicales ovales , ou cordiformes, 
ou obovales , ou lancéolées-obovales , ou lancéolées-oblongues , 
sinuées-dentées , ou anguleuses , ou entières , longuement pétio- 
lées ; les caulinaires de forme très-variable : les supérieures ses- 
siles. Capitules en panicule plus ou moins lâcbe. — Cette espèce, 
nommée vulgairement Pulmonaire des Français , ou Herbe 
à l'épervier , est commune dans les bois secs et les buissons , 
ainsi que dans les localités découvertes et arides; elle fleurit en 
été; on lui attribuait jadis la vertu de guérir les bémoptysies et 
autres maladies des poumons. 

Genre DREPANIE. — Drepania Juss. 

Capitules multiflores. Involucre caliculé, campanule 
(urcéolaire après la floraison), composé d'écaillés l-sé- 
riées, égales, appliquées, linéaires, pointues; bractées- 
caUculaires plus longues que l'involucre, étalées, iné- 



FÀMILI^ DES SYNÂNTHÉRÉES. * 51 

». • 

gales f subulées, pluri-sériées (les inférieures insérées sur 
le pédoncule). Réceptacle plan, alvéolé : bords des al- 
véoles charnus , dentés. Nucules sfubcylindracées, canne- 
lées , non-stipitées , lisses , tronquées au somçiet ; îi- 
grette composée de 2 à 5 soies filiformes , alternes avec des 
squamelles membraneuses minimes ; aigrette des nucules 
marginales abortiye. 

Herbe annuelle. Tige rameuse , feuillée. Capitules ter- 
minaux y OU latéraux et terminaux , longuement pédoti- 
culés j souvent ternes à l'extrémité des ramules. Pédon- 
cules raides , fistuleux , dilatés au sommet (surtout après 
la ûorûson), jamais inclinés. Corolle ordinairement bico> 
lore (d'un pourpre violet vers sa base, jaune supérieure- 
ment) : celle des fleurs marginales plus longue que Tin- 
volucre. Nucules petites, beaucoup plus courtes que 
l'involucre. 

Diu£pANiE BARBUE. — DrepUTiia barbata Desfont. Flor. Al- 
lant. — Tolpis barbata Gaertn. -* Crépis barbata Linn.-— Bot. 
Mag. tab. 35. — Swertia barbata Allion. — Drepania umbeU 
lata De Cand. — Tolpis quadriaristata Bivon. Monogr. tab. i . 
— Pante baute de '/a pied à i pieds, glabre, ou pubérule. Tige 
ordinairement rameuse presque dès la base , dressée , grêle, ef- 
filée, anguleuse, striée ; rameaux dressés, ou plus ou moins di- 
vergents ou difiîis, souvent paniculés, médiocrement feuilles, ou 
siibapliylles ; ramules pédonculiformes , nus. Feuilles inférieu- 
res încisées-dentées, sublanceolées , rétrécies en court pétiole; 
feuilles supérieures lancéolées-oblongues, on obovales-oblon- 
gues, pauci-dentées, ou denticulées ; feuilles ramëaires ordinai- 
rement linéaires et trës-entières. Pédoncules de longueur très- 
variable : les' latéraux en général plus longs , plus ou moins 
divergents. Corolles-marginales longues de 5 à 7 lignes. Nucules 
noirâtres, plus courtes que l'aigrette; aigrette blanche, débordé, 
par l'involucre. — Cette plante, commune dans l'Europe méri- 
dionale, se cultive dans les parterres 5 elle fleurit en été. 



61 ' CLASSÉ DË^ CÙ^PO&iEà. 

Genre SALSIFIS. — Tragopogon Lind. 

Capitules miiltiflores. Involucre conique, non-caltciilé , 
oomposé'de 8 à 16 écailles 1 -sériées, égales , appliquées , 
soudées par leur base , réfléchies lors de la maturité. Ré- 
ceptacle nu , plan , foyéolé. Nucules non-stipitées , lon- 
gitudinalement striées , subfusiformes , longuement ros- 
trëes ; aréole latérale ; aigrette caduque, composée de soies 
nombreuses , 1-sériées , raides , filiformes , barbées dans 
toute leur longueur (à l'exception de ô qui sont plus 
longues que les autres, et imberbes à leur partie dé- 
bordante). 

Herbes bisannuelles ou yivaces. Tige rameuse , feuillée , 
souvent floconneuse aux aisselles des feuilles. Feuilles très- 
entières, nerveuses, longues, sublinéaires : les radicalea. 
rétrécies en pétiole ; les caulinaires sessiles. Capitules soli- 
taires, terminaux ; pédoncule fistuleux^ nu, souvent renflé 
au sommet. Corolle jaune , ou violette , ou rougeâtre. 

Salsifis des prés. — Tragopogon pratensis Linn. — Bull. 
Herb. tab. 209. — Engl. Bot. tab. 43ii.— Flor. Dan. tab. 906. 
— Feuilles carénées, plus ou moins ondulées; les caulinaires 
élargies vers leur base. Pédoncules cylindracés , grêles. Écailles 
involucralcs peu ou point débordées par les fleurs. Corolles as- 
sez larges, tronquées, jaunes. Nucules muriquées. — Plante bis- 
annuelle, haute de '/a pied à 2 pieds, en général très -glabre, 
moins souvent floconneuse aux aisselles des feuilles supérieures. 
Racine longue, pivotante, blanchâtre, de la grosseur d'un doigt. 
Tige raide , dressée , simple , ou plus souvent rameuse. Feuilles 
lisses, glauques, acumine'es. Pédoncules raide»,, dressés. In- 
volucre de 8 écailles ovales-lâucéolées. — Cette espèce, connue 
sous les noms vulgaires de Cercifi, Sersifiy Sarsific, ou Barbe 
de bouc y est commune dans les prairies; on la cultive^ mais 
moins généralement que la suivante , pour l'usage alimentaire 
de ses racines ; on attribue à ces racines des propriétés diuré- 
tiques, apéritivcs, sudorifiques et dépuratives; mais elles ne 



FAMILLE DES SYJVAJKTHÉfU££S. S5 

sont guère employées en médecine. Toutes les parties de la 
plante , mais surtout ses jeunes pousses, ont une saveur douceâtre 
et agréable; aussi les mange-t-on en salade dans beaucoup de 
contrées , et tous les bestiaux, excepté les chèvres, en sont très- 
friands. 

Salsifis a feuilles de Poireau. — Tragopogon porrifolius 
Linn. — Jacq. le. Bar. tab. iSq. — Flor. Dan. tab. 797. 

— Engl. Bot. tab. 638. — Tragopogon criospermus Tcnor. 

— Tragopogon coloralus C. A. Meyer. — Feuilles planes : 
les caulinaires élargies vers leur base. Pédoncules renflés vers 
leur sodUBet. Écailles-iovolucrales de moitié plus longues que 
les fleurs* Corolle violette, étroite, tronquée, ou denticulée. 
Nucules lisses oumuriquées. — Plante bisannuelle, haute de i 
pied à 3 pieds , glabre , ou moins souvent floconneuse aux ais« 
selles des feuilles supérieures. Racine longue, pivotante^ blan- 
châtre. Tige dressée^ raide, rameuse. Feuilles lisses, glauques, 
linéaires-lancéolées, acérées, assez raides. Involucre de 8 bu 
10 écailles oblongues-lancéolées , ou linéaires-lancéolées. Pé- 
doncules raides , dressés. Aigrette d'un blanc jaunâtre, ou vio- 
lette. — Cette espèce , indigène de l'Europe méridionale , se 
cultive fréquemment pour T usage alimentaire de ses racines , 
qu'on connaît sons le nom de Salsifis. 

Genre SCORZONERE. — Scorzonera Tourn. 

Capitules multiflores. Involucre subcampanulé ou cylin- 
dracé, non-caliculë, composé d'écaillés 2-ou pluri-sériées, 
imbriquées , appliquées : les extérieures courtes , ovales- 
lancéolées, subcoriaces, quelquefois appendiculées au 
sonmiet ; les intérieures longues, oblongues-lancéolées, ca- 
rénées au dos, membraneuses aux bords. Réceptacle plan» 
fovéolé , nu. Nucules substipités , non-rostrées , ob- 
longues-cylindracées , longitudinalement striées ; aréole 
latérale; aigrette composée de soies nombreuses , pluri- 
sériées, tiès-inégales , filiformes, plumeoses* 

Herbes vivaces ou bisannuelles) à radne pivotante, 



54 CLASSE DES COMPOSÉES. 

charnue. Tiges simples ou rameuses , feuiUées, Feuilles 
très^entières ou dentéees , nerveuses ^ acuminées , en gé- 
néral sublancéolées : les radicales rétrécies en long pé- 
tiole ; les caulinaires la plupart sessiles. Capitules solitaires, 
terminaux , plus ou moins longuement pédoncules , tou- 
jours dressés. Corolle* jaune ou pourpre : celle des fleurs- 
marginales en général plus longue que les écailles-invo- 
lucrales* 

Sgorzonèiœ CULTIVEE. — ScorzùTiera hispanica Linn. -« 
Blackw. Herb. tab. 406. — Scorzonera denticulata Lamk. — 
Scorzonera eduLis Mœncb. — Scorzonera glasUfoUa Willd. 
•^-^ Scorzonera rumicifolia Scbleicb. — Scorzonera iaurica et 
Scorzonera crispa Marscb. Bieb. — Scorzonera montana Mu- 
tel. — Scorzonera graminifoUa HofîÎDi. — Plante bisannuelle, 
haute de V, pied à 2 pieds , en général très-glabre. Racine 
longue, à écoroe noirâtre. Tige dressée, cylindrique, rameuse. 
Feuilles assez raides, d'un vert gai, très-entières, ou subdenti- 
culées : les radicales lancéolées , ou lancéolées- elliptiques , ou 
lancéolées -spathulées; les caulinaires la plupart linéaires ou 
linéaires-lancéolées, élargies vers leur base } les raméaires peti- 
tes , linéaires-subulées. Fleurs jaunes. Involucre plus court que 
les corolles-marginales. — Cette espèce , nommée vulgairement 
Scorzonère noire. Salsifis d'Espagne, ou Salsifis noir^ croît 
spontanément dans l'£kirope méridionale ; on la cultive pour 
l'usage alimentaire de ses racines, qui ont les mêmes propriétés 
que celles des vrais Salsifis. 

Genre CATANANCHE. — Catananche Tourn. 

Capitules ihultiflores. Involucre composé d'écaillés mul- 
tisériées^ imbriq[uées, scarieuses^ luisantes. Réceptacle 
plan , garni de poils raides. Stigmates courts , ovoides. 
Nucules obconiques-turbinées , non-rostrées , non-stipi- 
tées^ 5-sulquées , 5-costées, hérissées de poils couchés ; ai- 
grette de 5 à 7 paillettes scarieuses , longuement acumi- 
ûées-ctupidées , dehtidiléës. 



FÀMILLB DES SYNÂNTHÉRÉES . 55 

Tige simple ou rameuse^ subaphylle. Feuilles très-en- 
tiàrA) ou dentées, ou pennatifides, étroites^ sessiles. Ra- 
meaux longs, grêles, nus 9 dressés. Capitules solitaires , 
terminaux. Corolle bleue ou jaune : celle des fleurs- 
marginales plus longue que les écailles-involucrales. 

• 

Catananche bleue. — Catananche cœnilea Linn.— Schk. 
Handb. tab. 226. — Barr. le. tab. 1189. — Plante vivace, pu- 
bescente , touffue , haute de Va pied à i pied. Tiges dressées , 
grêles, raides, plus ou moins rameuses; rameaux simples ou 
bifurques. Feuilles lancéolées-linéaires ou linéaires , pointues , 
trës-entières , ou incisées-dentées , ou pennatiûdes , d'un vert 
glauque : dents ou lanières linéaires , ou pointues. Capitules 
grands, ovoïdes. Ecailles-involucrales ovales ou elliptiques, 
i-nervées, mucronées, subdiaphanes, ordinairement brunâti-es. 
Corolle bleue. — Cette espèce, nommée vulgairement Cupi- 
donc , croît dans l'Europe méridionale 5 on la cultive comme 
plante d'ornement ; elle fleurit en été. 

Genre CHICORÉE. — Cichoriwn Tourn. 

Capitules multiflores. Involucre foliacé, cylindracë^ ca- 
liculé , composé d'écaillés 1 -sériées , linéaires-lancéolées , 
égales , aipprimées , recourbées après la floraison ; écailles- 
caliculaires courtes, inégales, l->sériées (ordinairement 5), 
recourbées. Réceptacle plan, alvéolé, subfimbrilleux. Nu- 
cules non-stipitées , non-rostrées, glabres, subturbinées , 
prismatiques , longitudinalement striées ; aigrette très- 
courte , composée de paillettes scarieuses , raides , pluri- 
sériées, imbriquées. 

Herbes bisannuelles ou annuelles. Tige rameuse , feuil- 
lée. Rameaux raides , effilés , feuilles , fistuleux. Feuilles 
roncinées ou deiiticulées : les radicale^ rétrécies en court 
pétiole ; les caulinaires (du moins la plupart) et les ra- 
méaires élargies vers leur base , sessiles, subamplexatiles* 
Capitules géminés ou fascicules, sessiles, ou pédoncules, 



56 CLASSE DES COMPOSÉES. 

aûllaires. Gorolle bleue , ou par yariation blanche , mar- 
ginale , plus longue que les écailles-involucrales. gueules 
petites y beaucoup plus courtes que l'involucre. 

Chicorée sauvage. — Cichorium Intjrhus Linn. — Engl. 
Bot. tab. 539. — Flor. Dan tab. 907. — Blackw. Herb. lab. 
*i^7 et i83. — Cichorium Cicorea Dumort. — Capitules cemioés 
ou ternes : Tun sessile ; Tautre ou les 2 autres très-courtement 
pédoncules; rameaux fermes, cannelés. — Plante glabre ou pu- 
bescente , haute de i pied à 3 pieds, bisannuelle. Racine longue^ 
pivotante, assez grosse. Tige raide, dressée, rameuse, cannelée^ 
rameaux dressés ou divergents , subflcxueux , simples, ou sub- 
paniculés , florifères presque dès leur base. Feuilles-inférieures 
roncinées, ou lancéolécs-spathulées et indivisées. Feuilles-supé- 
rieures ovales ou ovales-lancéolées , acuminces , indivisées : les 
florales en général très-petites et recourbées, sou veat très-entières. 
Capitules disposés en grappe lâche. Corolle bleue, ou violette^ 
ou blanche. — Cette espèce est commune aux bords des che- 
mins et des champs, ainsi que dans les prairies sèches ; elle fleurit 
tout Tété. A Tétat sauvage , toute la plante est très-amère; ses 
jeunes feuilles peuvent néanmoins être mangées en salade ; c'est 
en la faisant pousser dans une cave sombre, à l'effet d' étioler 
( ou blanchir , comme disent les jardiniers ) ses feuilles , qu'on 
en obtient la salade appelée Barbe de capucin ou Chei^eux de 
paysan. Les racines et les feuilles de la Chicorée sauvage 
s'emploient en médecine comme remède apéritif, dépuratif et 
stomachique ; elles; entrent dans plusieurs préparations pharma- 
ceutiques. L'infusion de la racine torréfiée était fort en vogue à 
l'époque de la cherté des denrées coloniales ^ comme succédanée 
du Café. 

Chicorée Endive. — Chicorium Endivia Linn. — Blackw. 
Herb. tab. -578. — Cichorium pumilum Jacq. Obs. tab. 80* 
— Chicorium glabrum Prcsl. Flor. Sicul. — Capitules sub- 
fasciculés, subsessiles : Êiscicules souvent accompagnés d'un 
long pédoncule i -céphale, claviforme au sommet. Rameaux lé- 
gèrement striés. — Plante annuelle, haute de i pied k 3 pieds ^ 



FAMILLE DUS SYJNAUTUÉRÉES. 57 

glabre, ou hbpidule, ayant le port de l'espcce précédente. Feuil- 
les de forme très-variable : les radicales indivisées ou roncinées 
(crépues et décbiquetées chez plusieurs variétés de culture ) , 
obloogues , on lancéolées , eu lancéolées-spatbulées ; les cauli- 
Daires ovales y ou ovales-lancéolées , ou ovales-oblongues , ou 
oblongues , amplexicaules , acuminées , deoticulées ; les florales 
en général cordiformes et débordant les faisceaux de capitules. 
Involucre et corolle sembjables à ceux de l'espèce précédente. 
— Cette espèce , qui passe pour originaire de Tlnde , est fré- 
quemment cultivée comme plante potagère , et connue sous les 
noms vulgaires dUEndive ou Chicorée cultivée. On en possède 
quantité de variétés , qui se rapportent à a races principales , 
savoir : la Chicorée frisée y et la Chicorée Scarole , ou E$^ 
enrôle. 



n« TRIBU. LES CAKLmÉES.^CJRLINEM Cass. (i). 

Capitules homogames ou hétérogames {par exception 
radiés). CoraHe des fleurs hermaphrodites régulière 
ou irrégulière ^ tubuleuse^ ^-fide. Étamines à filets 
ff labres y non-papilleux ; anthères à appendices' api- 
cilaires longs y soudés injérieurement ^ appendices^ 
basilaires très-longs y barbus. Style peu ou point ren- 
flé au sommety légèrement barbuy ou imberbe. Stigma- 
tes courtSy subovaleSy obtuSy confluents infériei&ementy 
planes et très-lisses à la sur/ace interne ^ papilleux 
et convexes à la surface externe. 

Plantes Itcteiccntes oa non-lactescentes, herbacées, oa ligneuses» 
souTent épineuses. Feuilles alternes. Capitules pluriflores (par exception 

(4) «Celte tribu, » dit M. dCCassini, « quoique faiblement carac- 
» térisée, est naturelle et suffisamment distincte. De tous les caractères 
9 qui la distinguent des Gentauriées et des Garduinées , le seul qui soit 
» exempt d'exceptions consiste dans la gUbiéitè parfaite àtê file^ des 
9 étaimnes. » 



58 CLASSE DES COMPOSÉES. 

4 -flores). Involncre à écailles imbriqaées : les int^eiupef MaYent sur» 
montées d'un appendice scarieux, coloré, radiant. Réocptade em gènénl 
firabrilleux. Corolle jaunâtre , on roageâtre , on rarement bleue , le 
plus souvent subcartilagineuse ou coriace; tube des corolles stamini- 
féres plus ou moins allongé ; limbe souvent ringent ou palmé. Éta- 
mines à filets soudés inférieurement au tube de la corolle; article-antlri|- 
rifére plas étroit que le filet; appendice-apicilaire linéaire, pointu, 
coriace. Ovaire ordinairement cylindracé, non -comprimé , cooTert âè 
longs poils 2-apiculés, muni d'an moins ^S nervures fines, non •Mil- 
lantes; aréole- basilalre sessile, |K>n- oblique. Aigrette ordinairement 
régulière, composée de soies 4-ou-2-sériées^ a peu près égales, sondées 
inférieurement ou à la base, plumeuses, raides, le. pins souvent élargies 
inférieurement et filiformes vers leur sommet ; quelquefois Taigrette est 
composée de paillettes. — Les propriétés des Garlinées sont ou peu mar- 
quées, ou semblables à celles des Gentauriées et des Garduacées. 

Genre XÉRANTHÈME. — Xeranthemum Tourn. 

Capitules multiflores, hétërogames, discoïdes. Involucre 
à écailles imbriquées, pluri-sériéesy scarieuses (excepté 
vers leur base)^ apiculées : les intérieures (correspondant 
chacune à une fleur marginale) radiantes et colorées pen- 
dant la floraison , opaques ; les autres subdiaphaues. Ré- 
ceptacle plan, garni de paillettes cartilagineuses, opa- 
ques , subulées , ordinairement ô-parties. — Fleurs de la 
couronne 1 -sériées , stériles , ananthèfes, irrégulières. Co- 
rolle 2-labiée : tube charnu , épais ; lèvres liguliformes : 
l'extérieure pdus courte et plus étroite , dressée , bipartie ; 
l'intérieure plus longue et plus large , trilobée au som- 
met. — Fleurs du disque hermaphrodites , régulières. 
Corolle tubuleuse, ô-dentée, marcescente ; tube ventru et 
charnu inférieurement, coloré supérieurement; dents 
égales , pointues , dressées. Anthères incluses. Style inclus 
ou saillant , renflé à la base , légèrement barbu au som- 
met. Stigmates obtus , divergents , recourbés. Mucules 
subturbiuées, pentagones, soyeuses ; aigrette de ô paillettes 
scarieuses, diaphanes , 1- sériées , égales, U<^ires-4aii- 
céolées , acérées , très-entières , persistantes. 



FAMILLE DES SYNÀUTTHÉIUÊES. S9 

Herbes annuelles , rameuses , înermes ; tiges et rameaux 
feuilléd. Feuilles très-entières, plus ou moins cotonneuses, 
rétrécies en pétiole 'très-court. Ramules-florifères pédon- 
culiformes, grêles, non-épaissis au sommet, nus supé- 
rieurement. Capitules solitaires, terminaux. Ecailles- 
inyolucrales internes grandes , simulant des pétales , 
beaucoup plus longues que les fleurs. Corolle blanchâtre 
ou rougeâtre yers le haut, petite. 

Xérantheme élégant. — Xeranthemum omatum Cass. 
in Dict. des Se. Nat. vol. 69, p. 11 4- — Xeranthemum ra- 
diatum Lamk. — Xeranthemum annuum Jacq. Flor. Austr, 
tab. 338. — Reichb. Plant. Crit. VII, tab. 641. — JT^ran- 
ihemum inodorum Mœncb , Meth. — Plante haute de i pied à 
3 pieds. Tige dresse'e , anguleuse, cotonneuse, grêle, rameuse 
en général dès la base; rameaux ordinairement paniculés. Feuilles 
comme aranéeuses et d'un vert foncé en dessus , cotonneuses-in- 
canes en dessous , lancéolées , ou lancéolées-oblongues, pointues, 
mucronées, i-nervées. Capitules assez grands, snbhémisphéri- 
ques. Écailles-involucrales externes pluri- sériées, ovales, ou el- 
liptiques, arrondies ou acuminées au sommet, i-neryées, plus 
ou moins longuement apiculées par le prolongement de la nervure. 
Écailles-involucrales internes i -sériées, oblongues, ou lancéolées- 
bblongues, subapiculées, striées, roses, ou violettes, ou blanches, 
ou grisâtres, longues de 5 à 8 lignes, redressées après la floraison. 
— Celle espèce ( à laquelle le nom vulgaire à! Immortelle s'ap- 
plique ainsi qu'à beaucoup d'autres synanthérées dont l'involu- 
cre est scarieux) croît dans l'Europe méridionale; on la cultive 
fréquemment conune plante de parterre : elle se recommande 
par la longue durée de sa floraison; moyennant quelques soins 
de dessiccation ses capitules peuvent être conservés pendant long- 
temps dans toute leur beauté , et servir ainsi à l'olmement des 
appartements durant l'hiver» On en possède une variété kjleurs 
doubles, c'est-à-dire dont les paillettes réceptaculaires se déve- 
loppent en grandes languettes pétaloïdcs, semblables à celles qui 
simulent le rayon chez la pUnU à l'état Bt>r«ifll. 



60 CLASSE DES COMPOSésS. 

Genre CARLINE. — Carlina (Tourn.) Cass. 

Gaphules homogames, multiflores, iucouronnés. Inyo- 
lucre double : l'extérieur composé d'écailles pauci-sériées, 
imbriquées , coriaces , linéaires-lancéolées , spinescentes 
au sommet , aristées- ciliées (excepté vers leur base, qui est 
élargi et inerme) ; l'intérieur formé d'écailles subunisériées, 
presque égales , radiantes , scarieuses (subcartilagineuses), 
colorées, liguliformes , inermes, très*entières. Réceptacle 
plan , hérissé de fîmbrilles coriaces , inégales , subulées , 
plus longues que les fleurs , soudées en faisceaux par leur 
base. Corolle subrégulière , ouringente , 6-fide, très-gla- 
bre. Staminés à appendices-basilaires longs, plumeux. Stig- 
mates assez longs , soudés presque jusqu'au sommet , ob- 
tus. Nucules oblongues-cylindracées, soyeuses ; aigrette 
formée de 10 faisceaux égaux , 1 -sériés , contigus , libres : 
chaque faisceau composé d'environ 4 soies filiformes, 
longuement plameuses , soudées inférieurement en lame 
linéaire. 

Herbes vivaces ou bisannuelles ; tige feuillée , quelque- 
fois très-courte. Feuilles coriaces , sinuées-pennatifides , 
bordées de dents spinescentes très-inégales. Capitules 
grands, solitaires, terminaux. Fleurs petites, jaunâtres, 
beaucoup plus courtes que les écailles de l'involucre 
interne. 

Carline a feuilles d'Acanthe. — Carlina acanihifoUa 
Allion. Pedem. tab. 5i. — Carlina acaulis Lamk. Bict. (non 
Linn. ) — Carlina Chardousse Vill. Dauph. — Carlina UtZ' 
ka Hacq. Carn. tab. i. — Carlina Cynara Pourr. — Plante 
acaule ou subacaule , bisannuelle. Racine longue , grosse , 
pivotante. Feuilles grandes, roselées, étalées sur terre, pe- 
tioléès , ou subpétiolées , aranëeuses aux 3 faces ou du moins 
en dessous, réticulées, d'un vert pâle, plus oU moins profondé- 
ment lobées ; lobes larges, anguleux. Capitule subsessile, de a à 4 
pouces de diamètre. Inyolucre externe à écailles brunâtres, ap- 



FAllittE DCâ 8iriirAN1«HKRéES. 6i 

pliqùées, plus courtes que les écailles de Tinvolucre interne, 
lesquelles sont lancëolées-linéaires , pointues , blanchâtres , ou 
jaunâtres, luisantes, opaques, longues de près de i pouces. 

Cette plante, remarquable par Tciëgance de son port, croît 
dans les Alpes et les Pyrénées ; on la nomme vulgairement 
Chardousse^ Chardonnerette , ou Caméléon blanc ; le re'cep- 
tade de ses fleurs peut être mangé en guise d'artichauts ; les 
fleurs sèches, à ce qu'on dit, ont la proprie'të de faire cailler le 
lait; la racine, hors d'usage aujourd'hui, passait chçz les an- 
ciens pour un excellent remède contre les maladies pestilentiel- 
les , et elle s'employait aussi comme toniqjie. 

Les écailles pétaloïdes des Carlina sont hygrométriques : 
elles soBt conniyentes lorsque l'atmosphère est chargé d'humi- 
dité, tandis qu'elles s'épanouissent lorsque l'air est sec. 

Genre GHAMELÉON. -:- Chamœkon Cass. 

Ce genre diffère des Carlina .* 1° par son involucre in- 
terne à écailles ni radiantes , ni colorées ; 2<* par des an- 
thères à appendices-apicilaires tronqués au sommet ; et 
3*" par l'aigrelte à faisceaux 2-sériés. — La corolle est 
pourpre et plus grêle que celle des Carlina. 

Chameleon gummifÈre. — Chamœleon gummifer H. Cass. 
in Dict. des Se. Nat. vol. 5o, p. 5g. — Atractylis gummifera 
Linn. — Cavan. le. 3, lab. 22B. — Acarna gwmjîiî/êra Wilid. 
— Sibth. ei Smith, FJor. Graec, tab, 838. — Carthamus gum- 
mi/erus Lamk. Dict. — Carlina gummifera Less. — Plante 
vivace, subacaule. Racine charnue, fusiforme, lactescente. 
Feuilles longues de 1 pied à 2 pieds , pétiolées , raides , 
peonatifidcs , glabres ou un peu laineuses , étalées en rosette 
sur terre; lobes inégaux, bordes de dents spioescentes. Capi- 
tules solitaires , gros, subsessiles, terminaux. Écailles de l'invo- 
lucre externe laineuses, aristées-ciliées, 3-cuspidées au sommet. 
— Cette plante croît dans les localités arides et découvertes, en 
Barbarie, en Espagne, en Sardaigne, en Calabre, en Sicile, en 



G'St CLASSE PE$ GO)l?OSÉES. 

Grèce et dans FAroliipel. Le réceptacle de ses fleurs se mange 
en guise d'artichauts; la racine est également comestible , et 
d'une saveur de salsifis. Le collet de la racine et le réceptacle 
laissent suinter une gomme inodore et insipide , qui s'attache 
aux feuilles et aux écailles de l'involucre : cette substance est 
très- visqueuse et peut tenir lieu de glu. 



m» TRIBU. LES CENTAVKŒES.'^CENTAURIEM 

Gass. 

Capitules hétérogcanes ( rarement homogames)^ le plus 
soutient radiés. Fleurs de la couronne neutres ^ en gè' 
néral irrégulières. Corolle des fleurs hermaphrodite^ 
tubuleuse^ ^-fide {à segments égaux ou presque égaux)^ 
après Vanthèse plus ou moins courbée en dehors, Éta^ 
mines à filets poilus ou papilleux; anthères à appen- 
dices' apicilaires soudés en tube ordinairement courbe. 
Style un peu renflé et barbu au sommet. Stigmates 
articulés au style^ com^exes et papilleux à la surface 
externe^ planes et très-lisses à la surface interne, con» 
fluents par la base, en général cohérents presque jus- 
qu'au sommet. Ovaire en général poilu, à aréole-ba^i- 
laire ordinairement située dans une échancrure sur le 
côté interne. 

Plantes non-lactescentes, la plupart herbacées. Feuilles alternes. Capi- 
tules mulliflores^ solitaires, terminaux. Involucre à écailles imbriquées, 
coriaces, ordinairement pourvues d'un appendice terminal ( très-varié 
suivant les genres). Réceptacle plan^ épais , charnu, hérissé de fimbrilles 
longues, inégales, libres, filiformes, ou subulées. Corolle jaune, ou rouge, 
ou bleue, ou blanche, ordinairement glabre ; tube plus ou moins allongé, 
en général évasé supérieurement; limbe des corolles-staminifères ringent 
ou subringent, ou moins souvent non-ringent. Ëtamines à filets soudés 
inftriearement au tube de la corolle; appcndices-apicilaires subcartilagi- 
n«a^, arrondis ou pointus au sonounet \ appendices-basilaires soudés col- 
ktéral«iiient> frangés vers leur extrémité. Ovaire obové^ le plus sonvent 



com|^i|Bè BUT; les 2 ç^tés , à A cdtes plus ou moins pron<M»c#^, gtn^ 4* 
poUb.en gêiiéral rares ^t fugaces, capillaires. Stigmates le plna iiouYonl 
altongéb^ cohérents jusqu'au sommet. Aigrette simple ou double (par ex- 
ception nulle), composée soit de paillettes élargies de bas en haut, soit de 
floies fillfbrmes*subttléeg ( souvent barbellulées, mais jamais plumeuses), 
trèsHUBJ^omélres^ plurisériëes. 

c Les Gentanriées, a dit M. de CJassini, c ne diffèrent essentiellement des 
3 Gardninées €^e par Tovaire et son aigrette; c^est pourquoi il senUt 
> peut-être plus convenable de réunir ces deux tribus en une seule, qu'on 
9 diviserait en deux sections naturelles^ sous les titres de Cordtiifitfes- 
» C^mtauriiei, et Carduinées-prototypes. » 

Genre l^LÉCTOCÉPHALE. — PUctocephalus Don. 

GajKhnles longuement radiés ; couronne 1 -sériée. Inyo- 
lacre ovoïde; écailles coriaces, imbriquées, surmontées 
d'un grand appendice scarieux , non-décurrent, opaque, 
mutique , pectine - pennatifide , inappliqué : celui des 
écailles inférieures subarist;^ ; celui des écailles supérieures 
plus long , radiant , mutique. — Fleurs de la couronne sub- 
infondibuliformes , irrégulièrement 5-7-fides : tube et 
segments filiformes. — Fleurs du disque à corolle in- 
Ibndibuliforme , ô«fide , subringente , subrégulière. Nu- 
cules obovales-lenticulaires, subtétragones , lisses, striées ; 
aigrette simple, très-caduque , compose'e de soies subtri- 
sériées, inégales, roussàtres , scabres , barbellulées , toutes 
filiformes. 

Herbes annuelles. Tige et rameaux feuillus, épaissis 
au sommet. Feuilles indivisées : les radicales et les caulir 
naires-inférieures rétrécies en pétiole ; les autre» sessilesw 
Capitules sessiles ou subsessiles', solitaires, terminaux. -— 
Ce genre est propre à TAmérique. 

Pleciocefhale d' AuÉaiQUE. — Plect/ocephahÊOi am^ricU' 
nus Don, in Sweet, Brit. Flow. Gar4. ser. 2, tab* 5i. -^ Çen- 
taurea ammcana Nutt. Journ. Ac^d. Philad. iSi'2i„ p. 117. 
— Colla 9 Uort. Bip. i , lab. 6. — Centaures JSuttaUii Spreng. 
Syst. — Plante haute de 2 à 3 pieds. Tige raioeuse supéiri^urih 



64 CLASSE BÈS COMPOâÉËê. 

ment, ou simple, dressée, feuillue, anguleuse^ cannelëe, glabre^ ou 
finement pnbërule. Feuilles ponctuées et scahres aux a faces, très- 
finement pubérules, un peu flasques, d'un yert gai : les radicales 
oblongues-obovales, ou lancéolées-spathnlées, sinuées-dentées; les 
caulinaires la plupart ovales- lancéolées, ou oblongues-lancéo- 
lées, pointues , très-entières. Capitules grands , snbsessiles. In- 
Tolucre long de i pouce à 2 pouces; écailles striées, marginées : 
les inférieures ovales ou ovales-lancéolées , courtes , pulérulcs 
aux bords ; les supérieures oblongues ou linéaires, longues, gla- 
bres; rebord snbdiapbane, étroit, membranacé ; appendices rou- 
geâtres , ou jaunâtres , ou brunâtres , ou panachés ïe jaune et 
de brun : ceux des écailles inférieures ovales ou ovales-oblongs ; 
ceux des écailles supérieures oblongs , plus profondément fim- 
briés. Corolle glabre , d'un rose plus ou moins vif : celle des 
fleurs de la couronne longue de 18 lignes à 2 pouces. Nucnles 
noirâtres et inaigrettées àla maturité, longues d'environ a lignes. 

— Cette espèce, remarquable par ^'élégance de ses fleurs, est in- 
digène dans les provinces méridionales de l'intérieur des États- 
Unis; on la cultive, depuis plusieurs années, comme plante 
d'ornement; elle fleurit en juillet et en août. 

Genre ZOÉGÉE; — Zoegea Linn. 

Capitules radiés ; couronne 1 -sériée. Involucre subcam- 
panulé, radiant ; écailles coriaces : les extérieures et les in- 
termédiaires couronnées d'un appendice scarieux , oblong, 
pectiné-cilié, subdécurrent , appliqué ; les intérieures ter- 
minées en appendice très-long , radiant , liguliforme , sca- 
rieux , fimbriolé (quelquefois en outre aristé) au sommet. 

— Fleurs de la couronne à corolle liguliforme , 6-ou 4-den- 
tée au sommet. — Fleurs du disque : Corolle glabre , ré- 
gulière , infondibuliforme , profondément 5-fidc. Etamines 
à filets très-finement papilleux ; appendices-apicilaires li- 
bres, courts , droits, obtus. Stigmates longs , filiformes , 
soudés presque jusqu'au sommet. Nucules comprimées , 
obovées, écostées, lisses ^ couronnées d'un bourrelet cré- 



FAMILLE DES SYNANTHÉRÉES. 65 

nelé ; aigrette double : l'externe composée de 5 séries de 
paillettes : les extérieures minimes, obtuses] imbriquées; 
les intérieures sétiformes y aussi longues ou plus longues 
que la nucule ; l'aigrette interne de 10 paillettes très- 
courtes , égales y 1-sériées , linéaires , soudées par la base y 
tronquées et denticulées au sommet. 

Herbes annuelles , rameuses : tiges et rameaux feuilles* 
Feuilles la plupart (du moins des inférieures) rétrécies en 
pétiole : les inférieures pennatifides ; les supérieures très- 
entières ou subdenticulées. Écailles-involucrales internes 
de couleur pourpre , ou blanchâtre , ou jaunâtre^ plus 
longues que les fleurs du disque. Corolle d'un jaune yif. 

ZoEGÉE ELEGANTE. -— Zoegea Uptaurea Linn. — L'hérit. 
Stirp. tab. 29. — Jacq, le. Rar. i, tab. 77. — Centaurea ca- 
lendulacea Lamk. — Plante atteignant 2 pieds de haut. Tige 
dressée, en général rameuse dès la base, couverte (de même que 
les feuilles et les rameaux ) d'une pubescence fine et très-scabre. 
Rameaux plus ou moins divergents ,. ordinairement paniculés. 
Feuilles - caulinaires la plupart très - entières , oblongues, ou 
oblongues-spatbuléesy obtuses, submucronulées. Capitules du 
volume de ceux du Bluet. Écailles - involucrales peu ou point 
aristées : les extérieures et les intermédiaires à appendice cilié 
de poils bruns; les internes blanchâtres, subobtuses, subdenticu- 
lées au sommet. Soies de l'aigrette à peine plus longues que la 
nucule. — Cette plante, indigène de Syrie,' se cultive pour 
l'ornement des parterres. 

Genre GEINTAURÉE. — Centaurea Linn. 

Capitules radiés ou discoïdes (par exception incou- 
ronnés) ; couronne 1-sériée. Involucre non-radiant : écail- 
les coriaces , imbriquées , spinifères ou appendiculées au 
sommet (1). — Fleurs de /a coz^ro/mtf (soit plus petites, soit 



(I) Apfiendice oa épine de formes très-variées, suivant les espèces. 

BOTANIQUB. PHAN. T. X. S 



66 CLASSE DES COMPOSÉES. 

plus grandes que les fleurs du disque) à c<HriUe imfoiriî- 
buliforme ou tubuleuse, irrégulièrement 3-7<4de. -^ 
Fleurs du disque : GiMroUe régulière ou subrégulière, infc»^ 
dibuliforme, 5-fide; limbe plus ou moins ringent. Nuciiles 
comprimées , obovées , lisses , striées ; aigrette (par excep- 
tion nulle ou abortive) comme celle des Zoegea. 
. Herbes annuelles, ou bisannuelles, ou Tivaces, en géné- 
ral rameuses. Feuilles indivisées , ou pennatifides, ou â- 
nuées, épineuses chez plusieurs espèces. Capitules soÛ* 
taires , terminaux. Corolle blanche, ou rouge ^ ou bleue, 
pu jaune. 

Sout-genr9 CHÂRTOLEPIS Gass. 

Involucre oyolde ; écailles à aj^ndice scarieux, diaphane 
ou subopaque , non-décurrent , appliqué , mutique, où 
subâristé, très-entier, ou érosé, ou fimbrié. Fleurs 

- jaunes : celles de la couronne filiformes, profondément 
^d-^fidès , plus courtes que celles du disque. Stigmates 
filifohnes, allongés^ soudés presque jusqu'au sommet. 

Centaurée £ feitilleS de Pastel. — Centaurea gîastifo^ 
lia Linn. — Bot. Mag. tab. 6^. ^ Plante Tiyace , haute de a 
à 4 pieds. Tige dressée , fenillëe, paniéulëe , anguleuse, ailée 
par la décurrence des feuilles. Feuilles légèrement pubérules , 
un peu scàbres : les radicales longues d'enyiron i pied, lan- 
céolées, ou lancëolëes-spathulées y subobtnses, mucronulées, 
très-entières , ou pennatifides ; les autres lancéolées -linéaires 
ou sublinëaires , très -entières. Capitules assez longuement pé- 
doncules. Involucre -glabre , long d'eti^ÈOâ 8 lignes ; écailles 
Tertes , à peine marginées : les inférieures ovales; les supé- 
rieures oHongues ; appendice obovale , ou saborbicnlaire , 
diaphane, blanchâtre, mtftiqne , brunâtre vers Sa base, en 
général très-entier ,' 2 à 3 fois* plus court que la partie her- 
bacée de récaille. Cbtolle des fieurs du disque longue de la à 
4 5 lignes, à segments linéaires , obtus, iscmiètres , un peu plus 
courts que la partie évasée 4u tube. Aigrette externe roussâtre. 



FÀMILLI Pl^ SKMt^TVànàES. $7 

Cette espèce, indigène de VAxioéim et du Caucase, se çviùf^ 
comme plante d'ornement. 

Centaurée a grands capitules. — Centaurea macrôcû' 
phaîayf'ùlà. — Bot. Mag. tab. ia48. — Plante vivace, pu- 
bérule, touffue. Tiges simples, dressées, feuilhies, angulen- 
ses , i-cepbales, renflées et fistuleuses au sommet , hautes d'en- 
yiron 2 pieds. Feuilles scabres aux 2 faces , d'un vert gai : les 
radicales lancëolées ou lancëolëes-spatbulëes, grandes, pétiolées, 
dentelées, tantôt indivisées, tantôt pennatifides ou incise'es-den- 
tées vers leur base; les caulinaires sessiles, amplelicaules , 
subdëcurrentes , indivisées, en gëne'ral très-entières, oblongues, 
ou oblongues- lancéolées, pointues. Capitule atteignant le volume 
d'un œuf d'oie , sessile , accompagné d'une collerette de feuilles 
sublioéaires ; écailles glabres, coriaces : les extérieures subo- 
Taies; les intérieures oblongues^ appendices oyales ou subor- 
bicttlaires, opaques , grands, plus ou moias longuement ciliës, 
ou lacérés seulement au sommet , tantôt mutiques , tantôt subt- 
rist^ , bninâtres. Corolle des fleurs du disque longue d'enriroa 
I pouce. Aigrette d'un brun roux : l'extérieure à peu près aussi 
longue que la nucuk. — Cette éispèce, originaire du CaucaK , 
se cultive comme plante d'ornement. 

Sous'genre JAGEA Caif. 

Capitales radiés. Involucre ovoïde; écailles i appendicç 
- scarieux, subopaque, inappliqué, non-dëcurrent, wn- 
tique, concave, fimbriolé, ou plus ou moins longuement 
dlië. Fleurs de la couronne infondibuliformes, gnmdeftf 
5-7-fides. Stigmates filiformes , allongés » soudés preft- 
que jusqu'au sommet. Aigrette souvent nulle ou courte 
et caduque. 

• 

Centaurée Jagée. *- Ceniaurea Jacea Linn. — * Fior. Oaa. 
tab. 5 19. — Centaurea iuûara Linn. — - Ceniaurea pratends 
et C decipiens Tbuil. — Jacea supma Lamk. FI. Franc. — - 
Jaeea pratensis Cass. Dîct. des Se. Nat. vol. a4 , p* ^- ■*- 
Plante vivace , bautedei piedà a pieds^lantét (^flJMre, tan» 



68 CLASSE DES COMPOSÉES. 

ti6t pins ou moins incane. Tiges dressées , ou ascendantes , ou 
diffuses^ paniculées, feuillées, anguleuses de même que les ra- 
meaux. Feuilles très-entières, ou dentées , ou pennatifides ; les 
radicéles lancéolées, ou lancéolées-spathulées, pétidées ; les caa- 
lioâires lancéoUes-linéaires, ou lancéolées, ou oblongues, ou li- 
néaires , sessiles.' Capitules sessiles ou subsessiles, de grandeur 
Tariable. Écailles4nyolucrales glabres ou pubescentes ; appen- 
dices blanchâtres , ou ronssâtres , ou noirâtres , tantôt très-en- 
tiers, tantôt érosésy tantôt plus ou moins longuement ciliés (soit 
tous, soit seulement les inférieurs) , en général ovales. Nucules 
petites, brunâtres, en général inaigrettées. — - Cette espèce, 
connue sous le nom de Jacée , est commune dans les prairies 
et au bord des bois; toute la plante est amère et astringente; 
on assure qu'on peut en tirer une belle teinture jaune. 

Centaurée a feuilles blanches. — Centaurea dealbata 
Willd. — Centaurea sibirica Linn. — - Centaurea Marschal* 
liana Sfxen^. -^PsepheUus ealocephalus et Heteroïophus 
sibiricus Cass. — Plante yiyace , touffue , baute de 7, pied 
à a piedS;. Tiges simples ou rameuses, feuillées, dressées , ou 
ascendantes. Feuilles pennatiQdes, ou pennatiparties (à segments 
tantôt indivises, tantôt incisés-dentés ou pennatifides), cotonneu- 
ses-incanes soit aux deux faces, soit seulement en dessous : les 
inférieures péliolées; les supérieures subsessiles. Capitules de 
la grandeur de ceux de la Jacée, sessiles, ou subsessiles; écaille 
à appendice de forme très-yariable, pectiné-pennatifide, ou plus 
ou moins longuement fimbrié , brunâtre , ou jaunâtre , ou noi- 
râtre. Aigrette courte, roussâtre. — Cette espèce croît en Si- 
bérie et au Caucase; on la cultiye comme plante d'ornement. 

SotU'genre CYANUS Cass. 

Capitules radiés. Inyolucre ovoïde : écailles à appendice 
scarieux, opaque^ décurrent, appliqué, inaristé, cilié, ou 
pectine-dentelé. Fleurs de la couronne à corolle grande, 
infcmdibuliforme , 5-7-fide. Stigmates courts , libres , 
diverg^its. Aigrette courte. Corolle bleue , ou xougeâ- 
tre, ou bkufihâtrr. 



FAMILLE DES SYITÀIITHÉRÉES. 69 

A. Plantes annuelles y à tige paniculée, 

Gjemtatjree Bleuet. — Centaurea Cyanus Linn. — Eogl. 
Bot. tab. 277.— Flor. Dan. tab. gg3, — Blackw.Herb. tab.66. 
— - Cyanus arvensis Mœnch , Metb. — Jacea segetum Lamk. 
Flore Fr. — Tige dressée ; rameaux plas ou moins diyergeiits. 
Ëcailles-involucrales à appendice pectine- denticulé. — Plante 
haute de i pied à 2 pieds, plus ou moins cotonneuse. Feuilles plus 
ou moins incanes : les inférieures pennatifides, ou dentées, sub« 
spadinléeSy rëtrécies en pétiole; les autres linéaires on lanoéo- 
lées-linéaires, très-entières. Rameaux simples ou paniculés, nus 
Ters le. sommet. Inyolucre long de 4 à 6 lignes. Écailles à ap- 
pendice blanchâtre, ou brunâtre , ou noirâtre, court : les infif* 
rieures ovales ou oyales-lancéolées^ les supérieures oblongues« 
Fleurs bleues (par variation violettes , ou roses , ou blandies^ 
ou panachées ). Aigrette plus courte que la nucule* — « Celte 
plante, nonmiée vulgairement Bleuet y Bluet , Bluauy tm 
Barbeau y est très-commune dans les moissons , et se cultive 
aussi fréquemment dans les parterres. Les fleurs du Bleuet s'em- 
ployaient jadis en médecine , à titre de fébrifuge, dediurétiqnc^ 
d'apéritif, et de vulnéraire; elles sont amères, ainsi que tentes 
les antres parties de la plante. 

Centaurée déprimée. — Centaurea depressa Bieb. Flor« 
Taur. Cauc. — Tige en général divisée dès sa base en rameaux 
diffus. Écailles-involucrales fimbriées. — Plante ordinainmesil 
touffue, plus ou moins cotonneuse, haute de V* pied à i pied. 
Feuilles semblables à celles de l'espèce précédente , mais plus 
larges. Capitules plus grands , subsessiles. Écailles-involucrales 
à rebord tantôt noirâtre, tantôt blanAâtse, tantôt rouasâtre^ 
Feurs semblables à celles du Bleuet : les marginales d'un bleu 
vif, les autres violettes. Nucules brunltres; aigrette externe 
nmssitre^ un peu plus longue que la nucule. — * Cette esjpèce , 
indigène des contrées voisines du Caucase, màite d'itre cultivée 
comme plante d'«mement. 



70 CLA88B DE8 GOMPOSilS. 

B. Plante vwace. Tiges simples ou peu rameuses y feuillues^ 
ailées par la décurrence des feuilles. 

GentauriSe de montagne. — Centaurea montana Linn. •— 
Jaeq. Aiistr. tab. 271. — Bot. Mag. tab. 77. — JaumeSaint- 
Hili Flor. et Pom. tab. a46. — Centaurea mollis Wald. et 
Kit. tab« 21 g. — Centaurea stricta Wald. et Kit. tab. 178. 
.— Centaurea seusana Willd. — Centaurea Triumfetti Allion. 
«i- Centaurea ochroleuca Sims , Bot. Mag. tab. 1 175. — Cen- 
imarea cheiranthifoUaf C. Fischeri^ et C. axiUaris Willd. — 
faeea alata Lamk. FI. Fr. — Plante touffue , baute de Va pied 
à A pieds f plus ou moins cotonneuse et incane. Tiges dressées ou 
•aee&dantesy i-3-c^pfaales. Feuilles de grandeur très-yaiiable : 
let radicales lancéolées -spatbulëes, pétiolées, tantôt pennati- 
Sàdà^ tantôt incisées-dentées , tantôt très-entières; les cauU«- 
àftihes lanoédéesi ou lancéolées-oblongues , ou lancéolées-li- 
«éairet ^ ou oblongues, très-entières , ou dentées , ounumijeot 
ttcîtées-deAtées. Capitules [dus grands que ceux des deux esr 
phèe prëéédentes. Écailles-inyolucrales à appendice fimbrié, 
mâk moMite, tantôt brunâtre , tantôt blancbâtre, tantôt pa- 
•lelié. Fleurs de la couronne longues de la à i5 lignes y d'un 
bleu vif y ou moins souvent soit d'un blanc tirant sur le jaune y 
soit pourpres. Fleurs du disque violettes y ou brunâtres y ou 
j^irpres y ou blandiâtres. Aigrette plus courte que la nucale. 
«-<- G^e espèce, qu'on cuUiTe fréquemment comme plante d'or- 
iMSUftent, croit dans les montagnes dé presque toute l'Europe 
failli qu'en Orient^ elle fleurit au commenéement de l'été. 

S^mt-gewre LOPHOLOMA Gass. 

Capitules sùbradiés. %iyolucre ovoïde : écailles à appen- 
dice scariéux, opaque, subcorîace, apprinié, tantôt tnu- 
dqiie, tantôt Côuirtement àrîsté, longuement cilié, snb- 
Sdciirfent. Corolle des fleuri; de la bourbnne irréguliè* 
rmënt â-5-6de, àtv^e filiforÂié. Stigihates filiformes, 
allongés, cohérents presque jusi^^kti nStiiriiët, Aigrette 
externe à peu près aussi longue que fa nucule. 



fÀMILLB DES SYNAUTHÉRÉES. 71 

GsHTAQJKÊE d'Oriznt. — Ccntaurea orientalis Linn. — 
Centaurea tatarica Reichb. Plant. Grit. tab. 44^- — Centeat^ 
rea cahcephala Willd. — Reichb. 1. c. tab. 44^* ^ Centau- 
rea atropurpurea Wald. et Kit. HuDg. tab. 1 16. — Reichb. 1. c. 
tab. 447* — Plante vivace ^ haute de a à 4 pieds. Racine piyo- 
tamte. Tiges dressées, raides, paniculëes, feuillées, plus ou moins 
floconneuses ( surtout étant jeunes ) de même que les rameaux. 
Feuilles raides , tantôt glabres y tantôt pubescentes ou flocon- 
neuses : les radicales et les caulinaires-infërieures pëtiolëes, pen- 
natifides, ou peunatiparties, ou bipenniparties , ou lyrëes; les 
caulinaires sessiles, en gênerai pennatiparties; segments de forme 
très-yariable, souvent linëaires-oblongs. Capitules assez grands, 
tantôt sessiles , tantôt pédoncules. Écailles ovales ou suborbieu- 
laires (les intérieures oblongues), en général plus courtes que 
l'aj^ndice^ appendice jaunâtre, ou brunâtre, ou noirâtre, 
ovale, ou oblong, ou suborbiculaire. Corolles jaunes ou d'un 
poni^^ brunâtre. Aigrette roussâtre. — Cette espèce , indigène 
dans l'Europe orientale , se cultive comme plante de parterre. 

Sous'gewe HYMENOCENTRON Cass. 

Capitules longuement radiés. lavolucre ovoïde; écailles 
à appendice petit, appliqué, scarieux, subdiaphane, dé- 
current, ûmbriolé : celui des écailles inférieures cour- 
tementaristé ; celui des écailles supérieures submutique 
ou mutique. Corolle des fleurs de la couronne à limbe 
palraatiflde. Stigmates filiformes, allongés, soudés près- 
• que jusqu'au sommet. — Corolle pourpre. Feuilles su- 
périeures sessiles, décurrentes. 

Centaurée rose. — Centaurea dilata Hort. Kew. — Cen-- 
taurea elongata Schousb. Mar. — Plante annuelle, haute' de i 
pied à a pieds. Tige dressée , anguleuse , rameuse , ailée supé- 
rieurement par la décurrence des feuilles ; rameaux plus ou 
moins divergents , souvent panicùlés ; ramules divariqués. 
Feuilles assez raides , scabres en dessous et aux bords : les ra- 
dicales jurées } les caulinaires inférieures oblôngaes-spathuiéés , 



7â CLASSE DES COMPOSÉES. 

sinnëes-dentées ; les saperieures très-entières on dcBtécSy obl^n- 
gnesy obtuses; celles des ramolcs-floriféres petites, soblinéaircs. 
Capitules du ▼olome de ceux de la Jacëe commune. GoroUe d'un 
pourpre plus ou moins vif. Nncules petites, grisaties : aigrette 
blanche ; l'externe plus longue que la nucule. — Cette espèce, 
indigène de l'Afrique septentrionale , se culliye comme plante 
d ornement* 

Soui^enrt CALCITRAPA Caa . 

Capitules radiants ou discoïdes. Involuore ovoide ; écailles 
à appendice corné , spinescent , subulé , élai^ et penné 
à la base. Aigrette courte ou nulle. 

Centaurée Chausse-trape, — Centaurea Caleitrapa Linn. 
— Engl. Bot. tab. i a5. — CalcUrapasteUata Lamk* Flor. Franc. 

— Caleitrapa Hypophœstum Gxrtn. Fruct. a, tab. i63, fig. a. 

— Plante bisannuelle, formant une touffe arrondie, haute de 
I pied à 3 pieds. Tige dressée, rameuse dès sa base : rameaux 
divariqués, subdichotomes, sillonnés. Feuilles glabres ou pubes- 
centes : les radicales roselées , étalées sur terre, Ijrées, ou bi- 
pennaliparties ; les caulinaîres et les raméaires sessiles , penna- 
tifides ; les florales souvent indiyisées. Ramules - florifères 
oppositifoliés ou axillaires, i-céphales, très-courts, feuilles. Ca- 
pitules discoïdes, assez petits, en général débordés par les feuilles 
florales. Inyolucre glabre : épines longues , fortes , jaunâtres , 
horizontales. Corolle rose, ou pourpre, ou blanche. Nucules pe- 
tites, grisâtres, inaigrettées. — Cette espèce, connue sous les 
noms yulgaires de Chausse-trape ou Chardon étoile^ est com- 
mune aux bords des chemins , ainsi qu'en d'autres localités 
sèches et découvertes ; toute la plante est amère ; elle s'em- 
ployait autrefois à titre de remède diurétique , apéritif, et fé- 
brifuge. 

Genre CNICUS. - Cnicus VaiU. 

Capitules discoïdes^ muliiflores; couronne l-sériée, 
pauciflore. Inyolucre ovoïde, accompagné d'une collerette 



FAMILLE DES STNANTHÉRÉES. 73 

<ie grandes bractées foliacées ; écailles imbriquées, appri- 
méeSy coriaces, surmontées d'un appendice corné , spini- 
forme, aristé-cilié. Corolle des fleurs de la couronne plus 
courte que celles du disque , à tube capillaire, et à limbe 
irrégulièrement 3-5-parti. — Corolle des fleurs du disque 
subinfondibuliforme , ô-flde, ringente. Nucules oblon- 
gues-obovales, subcylindriques, cannelées, multi-costées, 
couronnées d'un bourrelet très-saillant, coroniforme, 
Gomé, 10-denté; aigrette double, caduque : l'extérieure 
de 10 paillettes longues , égales, sétiformes , raides , sca- 
bres, 1-sériées, alternes avec les dents du bourrelet; l'in- 
térieure dé 10 paillettes courtes , i-sériées , barbellulées , 
linéaires-subulées , un peu inégales , alternes avec les 
paillettes externes. ^ Ce genre ne comprend que l'espèce 
suiyante. 

Cnigus Chardon-beni.^Oiicus benedictu$ Linn. — Gaertn. 
Fmcl. î, tab. 162, fig. 5.— Centaurea benedicta Linn. — , 
Carduus henedictus Blackw. Herb. tab. 456. — Calcitrapa 
lanuginosa Lamk. Flor. Franc. — Plante annuelle , baute de 
I pied à 2 pieds, plus ou moins laineuse. Tige dressée , angu- 
leuse , paniculée ; rameaux plus ou moins divergents. Feuilles 
assez fermes , d'un vert clair , oblongues, i -nervées , réticulées, 
inégalement aristees-denticulees, mucronees, piquantes : les ra* 
dicales etlescaulinaires-inférieuressinuées-pennatifides; les au- 
tres sinuées-dentées , amplexicaules , subdécurrentes ; les flo- 
rales ovales-lancéolees , ou oblongues-lancéolées , débordant le 
capitule; côte saillante aux 1 faces, linéaire -lancéolée, blan- 
châtre. Capitules solitaires , terminaux , subsessiles. Involucre 
laineux : écailles subcbartacées , marginées, i-costées: les ex- 
térieures ovales; les intérieures oblongues ou oblongues-lan- 
céolées; appendice long, linéaire-subulé, blanchâtre, étalé après 
la floraison. Corolle jaune : celle des fleurs du disque longue 
d'environ 8 lignes. Nucules brunâtres, longues d'environ 4 lignes; 
aigrette roussâtre : Texterne un peu plus longue que la nuccde. 
— Cette espèce, nommée vulgairement ChardQri''bén^ y ci^olt 



7i CLASSE DES COUfOSkES. 

dais YEvatoft mëridioiiale ; toutes ses parties sont d'ime atrini 
amertume; elle jouit de propriétés toniques et fébrifuges très* 
pivnoHcees* 

Genre CENTAURIDE. ^ CerUaurUan Gass. 

Capitules discoïdes; couronne 1-sériée. Involucreoyoïde, 
non-radiant; écailles coriaces, imbriquées, apprimées, 
scarieuses aux bords , obtuses , miitiques : les inférieures 
inappendiculées ; les supérieures surmontées d'un petit 
appendice scarieux, diaphane, très-entier. Corolle des 
fleuri de la couronne profondément 5-fide , à tube fili- 
forme, — Corolle des fleurs du disque subinfondibuli* 
forme, subri^çiente. Stigmates filiformes, allongés, soudés. 
Nucule et aigrette conmie chez les Centaurées. 

Herbes vivaces. Tige feuillée , paniculée. Feuilles peu- 
natiparties. Capitules plus ou moins longuement pédon*. 
culés, assez grands. Corolle jaune ou pourpre. — Ce genre, 
très-caractérisé par le port , ne diffère pourtant essentiel- 
lement des Centaurées que par Tinyolucre à écailles la 
plupart inappendiculées. 

Gentaubide élancée. — Centaurea Centaurium Linn. — 
Blackw. Herb. tab. gS. — Jaume Saint-Hil. Flore et Pom. 
FraDç. tab. 241* — Feuilles à segments lancéole's ou lancéolés- 
obloDgs , acumîoés , doublement dentelés , décurrents ; pétiole 
largement ailé entre chaque paire de segments. Ëcailles-invo- 
lucrales rougeâtres aux bords , non- striées. — Plante très-glabre, 
haute de 3 à 6 pieds. Racine grosse , rameuse , pivotante. Tige 
cylindrique , dressée , paniculée et médiocrement feuillée vers 
le sommet; rameaux aphylles ou subaphylles. Feuilles infé- 
rieures longues de i pied à 2 pieds. lavolucre long d'enviroo i 
pouce; écailles très-lisses, verdâtres : les inférieures ovales ou 
ovales-elliptiques; les supérieures oblongues. Fleurs d'un pour- 
pre brunâtre. Nucules noirâtres , oblongues , tétragones-ancipi- 
tées ; aigrette nqir^foe ^ a peu près aussi longue que la nucule. 



FAMILLE DES SYNiJITHÉRÉES. 75 

-*<• Cette espèce , nommée yulgairemeDt Grande Centaurée y 
croit dans les Alpes du Piëmont et dans les Apennins } elle est 
propre à l'ornement des grands parterres. Sa racine est l^fire- 
ment aromatique et amère ; on lui attribue des propriétés toni- 
ques et sudorifiques. 

Centauride d'Afrique.— Cent^rur^a africana Lamk. Dict. 
•—Feuilles (d'un vert gai) à segments étroits, sublinéaires, acu- 
minés, denticulés, décurrents. Écailles-inyolucrales striées de 
bandelettes noirâtres. — Plante très-glabre, haute de 2 à 4 pieds. 
Tige cannelée, dressée. Rameaux-florifères apbylles ou sub- 
apbylles, ordinairement paniculés. Feuilles inférieures longues de 
5 à là pouces; dentelures fines, pointues, subcartilagineuses 
aux bords; racbis marginé par la décurrence des folioles. Invo- 
lucre long de 5 à 8 lignes ; écailles très-lisses : les inférieures 
orales ou ovales - elliptiques ; les supérieures oblongues , sur- 
montées d'un appendice oyale ou oblong , diaphane. Corolle 
jaune : celle des fleurs du disque longue d'environ i pouce. — 
Cette espèce , originaire de Barbarie , se cultive comme plante 
de parterre. 

Centauride de Russie. — CentaurearuthenicaJjajDk, Dict. 
— Gmel. Sibir. 2, p. 89, tab. 4i* — Feuilles (glauques , un 
peu charnues ) à segments ( souvent bifurques ) étroits , (^longs- 
linéaires, subobtus, denticulés, subdécurrents. Écailles-involu- 
cirales striées de bandelettes noirâtres. — Plante très-semblable 
à l'espèce précédente. Feuilles à segments plus larges , moins 
régulièrement décurrents. Dentelures acérées, subcartilagineuses 
■ax bords. Corolle jaune. Nucules oblongues, tétragones-ancipi- 
tées , luisante^, jaunes vers leur base, noirâtres supérieurement, 
longues d'environ 3 lignes; aigrette d'un bnm roux, un peu 
plus courte que la nucule. —Cette espèce , indigène de l'Europe 
onenlale , se cultive aussi comme plante de parterre. 

Genre CHRYSÉE.«-< Orfsêm Gobs. 

Capitules radiés; couron«M l-ou i-imiée. (nvoliuare 



76 CLASSE DES COMPOSÉES. 

oyoide : ëcailles coriaces, submarginées, imbriquées, ap^ 
primées, mutiques : les extérieures courtes , larges, inap-^ 
pendiculées , ou très-courtement appendiculées ; les inté- 
rieures longues, étroites, surmontées d'un appendicelâche, 
scarieux , diaphane , subovale , acuminé. — Fleurs de la 
couronne à corolle infondibuliforme , ample, irrégulière- 
ment multifide. — Fleurs du disque à corolle r^;ulière , 
subinfondibuliforme, 5-fide. Ovaire soyeux. Stigmates fili- 
formes, longs, soudés inférieurement, divergents et arqués 
en dehors à partir du milieu. Nucules prismatiques, tétra- 
gones, un peu comprimées , finalement glabrescentes ; ai- 
grette nulle ou simple , composée de paillettes in^les , 
pluri-sériées , subdenticulées : les extérieures courtes, 
étroites, linéaires ; les intérieures longues , linéaires-spa- 
thulées. 

Herbes annuelles, glabres. Tige rameuse, feuillée. Feuil- 
les pennatifides, ou lyrées, ou indivisées, la plupart pétio- 
lées. Capitules assez gros, terminaux, solitaires, longue- 
ment pédoncules. Fleurs blanches, ou pourpres, ou jaunes, 
odorantes. 

Ghrysbe odorante. — Chryseis odorata Gass. in Dict. des 
Se. Nat. V. 9, p.{i54. — Centaurium suayeolensCass. 1. c. v. 7, 
p. 397. — Centaurea Amherhoi Lamk. Dict. -^Centaurea am- 
braceaSchk,B.3Ludh, tab. 261. — Centaurea suaçeolens yVUli. 
— Feuilles non-glauques : les inférieures ovales, ou obovales, ou 
spathule'es, indivisëes, denticulëes^ les supérieures lyrées ou 
pennatifides. Écailles-involucrales inférieures surmontées d'an 
très-court appendice sphacélé. Corolle jaune. Nncules aigret- 
lées. — Plante baute de i pied à 2 pieds. Tige dressée, canne- 
lée, paniculée supérieurement; rameaux aphylles ou subaphylles, 
un peu divergents. Feuilles la plupart indivbées , subobtuses. 
Gapitules-florifbres longs de i pouce et plus. Écailles-involu- 
crales striées longitudinalement (de lignes rougeâtres) : les infé- 
rieures ovales ou ovales-elliptiques, à appendice minime, char- 
taoé, opaque, rougeâtre; les supérieures oblongues ou ovales- 



FAMILLE pES STNÀWTHÉRéES. 77 

oMongues, à appendice oblong, long de 3 à 4 lignes. Fleurs de 
la Goaronne à corolle très-cvasëe, longue d'environ i pouce. 
Nacnles noirâtres , longues de 2 à 3 lignes ; aigrette roussâtre , 
persistante, un peu plus longue que la nucule. — Cette plante, 
originaire d'Orient, se cultive fréquemment dans les parterres; 
on b connaît sous les noms vulgaires de Barbeau jaune , Am- 
hreUe jauncy on fleur du Grand-Seigneur; sa floraison com- 
mence en juin ou juillet , et dure jusqu'à la fin de l'étë : les 
fleurs, plus grandes que celles du Bleuet y sont légèrement odo- 
rantes*! 

Cu^Tsiis MUSQUEE. — Chî^seis moschata et Centaurium 
moschaUm Cass. 1. c^ — Centaurea moschata Lamk. Dict* 
— Amberboa moschata De Gand. Prod. — Feuilles glauques, 
la plupart pennatifides ou pennatiparties. Ecailles-involucrales 
infiâieures suborbiculaires , inappendiculëes , non-sphacâées 
au jsommet. Corolle pourpre ou blanche. Ovaires et nucules 
ipaig^ettës. — Plante semblable par le port à l'espèce précé- 
dente. Feuilles-radicales sublyrées ou indivisées. Feuilles cau- 
linaires en général profondément pennatiûdes , à segments fal- 
eiformes, ou lancéolés -oblongs, ou sublinéaires, acuminés, 
tantôt très-entiers , tantôt sinués-dentés , pu denticulés. Capi- 
tules florifères longs de i pouce et plus. Écailles -involucra-^ 
les à rebord pourpre, subcbartacé; appendice des écailles inté- 
rieures ovale, brunâtre, long de a à 3 lignes. Corolle des fleurs 
de la couronne longue d'environ i pouce. Nucules noirâtre^ , 
longues de 2 lignes. — Cette espèce, fréquemment cultivée dans 
les parterres, et connue sous les noms de Centaurée musquée , 
Barbeau musqué y ou Bleuet du Levant , croît en Grèce et en 
Orient. Ses fleurs sont très -élégantes; elles exhalent une odeur 
légèrement musquée , analogue à celle de Scabieuse pourpre, et 
beaucoup plus prononcée que celle de Fespèce précédente. L| 
floraison commence en juin, et se continue jusqu'en automne. 

Genre CYANOPSIDE Cyanopsis Cass. 

Gqi^itules longuement radiés ; couronne 1-sériée. laro- 



76 cxAass DBi couposées. 

lucre ovoïde, à écailUs imbriquées, appliquées 9 subeo- 
riaceSy marginées, acumiuéesi aristées : les supérieures 
scarieuses vers leur sommet ; arête étalée ou recourbée.-— 
Fleurs de la couronne amples , subiufoudibuliformes , irré- 
gulièrement 5-ou 6-fides.— F/eiir5 du disque à corolle sub- 
infondibuliformey 5-fide, subrégulière, un peu ringente. 
Stigmates longs , filiformes , libres presque dès leur base ^ 
divergents, arqués en dehors. Nucules oblongues, com]Nrîf> 
mées, 12-costées (à côtes égales, séparées par des sillons 
transversalement rugueux), couroimées d'un bourrelet co« 
roniforme, 12-denté; aigrette simple, composée d'envi- 
ron 6 rangs de paillettes imbriquées , étagées , meuibra- 
neuses, denticulées : les extérieures courtes, sublinéaires, 
obtuses ; les intérieures longues, linéaires-spatbulées. 

Herbe annuelle. Tige rameuse , feuillée. Feuilles infé- 
rieures pennatifides ou lyrées : les radicales rétrécies en 
pétiole; les caulinaires la plupart sessiles. Capitules soli- 
taires, terminaux , longuement pédoncules. Fleurs de la 
couronne pourpres. Fleurs du disque jaunâtres. 

G YANOFsroE RADIEE. — Çfonopsis vadiatissima Cass. in Dict. 
des Se. Nat. v. 12, p. 268. — Centaurea muricata Linn. — 
Centaurea muricata , et Centaurea pubigera Pers.— Ca2c/^a- 
pa elongata Mœncb. — Amberhoa mucronata De Gand. Prodr. 
— Plante haute de Va pied à 2 pieds, couverte d'une pubescence 
scahre. Tige dressée , cannelée , ordinairement rameuse dès la 
base ; rameaux panicules, aphylles supérieurement. Feuilles su- 
périeures oblongues ou lancéolées - oblongues , en géoéral 
très-entières ; pédoncules ( ramules-florifères ) dressés ou ascen- 
dants, très-grêles. Involucre pubescent , long d'environ 6 lignes ; 
écailles à rebord noirâtre , chartacé : les inférieures ovales ou 
orales -lancéolées; les supérieures linéaires -lancéolées; arête 
brunâtre, un peu plus courte que l'écaillé. Fleurs de la couronne 
longues de près de i pouce , à segments lancéolés-linëaires , 
pointus, plus longs que le tube. Nucules brunâtres , comme fo- 
véoléei entre les cotes, langues à peine de a lignes; aigicelte 



WjUffLLB DM8 SYlfàNfSlIbUÊES. 79 

Miarhiire, vm pMi fàm courle que It aueuie. «-GeUe âêfUm 
orok éfm VEnnfB méndiende; elle mérite d'être 
oomme plante d'ornement. 



IV« TRIBU. LES CARBUIHVÉES. - CARDUINEJE 

Gass. (i). 

Capitules homagames^ ou hétérogames ^ incouronnés 
{par exception radiés )• Fleurs extérieures souvent 
neutres^ mais du reste conformes aux autres fleurs. 
Corolle tubuleuse^ 5'fide , ringente (les 2> incisions 
extérieures plus profondes que les autres ) , après 
Vanthèse plus ou moins courbée en dehors. Éta-- 
mines à filets poilus ou papilleux ; appendices-apici" 
laires des anthères libres ^ soudés inférieuremenU Style 
plus ou moins renflé et en général barbu au sommet. 
Stigmates articulés au style ^ con{fexes et papilleux 
à la surface externe^ planes et très-lisses à la surface 
interne , presque toujours cohérents jusque uers leur 
sommet. Ovaire comprimé , parfaitement glabre : 
aréole-basilaire sessile , plane , un peu çbà'que et 
latérale^ ou non-oblique et termina^. 

Plantes non-lactescentes , herbacées, souvent épineuses. FeuiHes al- 
ternes. Capitules multiflores. Fleurs pourpres, on mohu souvent Jattu^, 
•« rarement bleues, ou quelquefois ( par variation) blmcbes. {nvMucre & 
éeailles imlnriquées, coriaces, souvent spinesoentes au sonmiat. R é o a pw da 
plan ou presque pUn , épais , cliarnu , liérisaé 4e tofariUes longues, liH 
égales, filiformes-laminées , libres; rarenoient le rée^tadeeit aliçéélé, 
sans fimbrilles. Corolle à tube long, grêle, accreacent pendant la flctrtK 



(4) c Cette tribu, » dit M. de Cassini, « diffère des Carlinées par I^ 
» filets des étamines, hérissés depoHs ou de papittes, et des GentaÀIrMèi 
a par la structure deTovairaet dêfltfgrette. a 



80 CLASSE DES COMPOSÉES. 

son ; limbe cylindracé^ à btse urcéol^, un peu giUieiue ducAté intértonr : 
segments longs, étroits, linéaires, médiocrement divergents^ point v^s 
en dehors , calleux au sommet , suWrtilagineux aux bords ; neryoïta 
fines, intra-marginales. Ëtamines à filets soudés inférieurement au tiibe 
de la corolle ; partie libre arquée en dedans. Article-anthérifére conforme 
au filet, mais un peu plus grêle et très-glabre. Anthères longues, éti^oites : 
connectif large; iippendices-apicilaires subicarieux, demi-lancéolés et 
libres supérieurement; appendices-basilaires très-variables, poUiniféres 
supérieurement, frangés vers l'extrémité» soudés coliatéralement. Ovaire 
obové, comprimé bilatéralement, muni de 4 côtes ou arêtes : 4 intérieure, 
4 extérieure, 2 latérales; point de. bourrelet basilaire; bourrelet-apici- 
laire peu distinct, coroniforme. Aigrette (souvent brune en sa partie 
moyenne) insérée en général sur un anneau corné (qui se détache spon- 
tanément à la maturité)^ ordinairement composée de soies pluri-sériées, 
irrégulièrement disposées, inégales, barbellulées, ou barbées : celles àei 
rangs intérieurs ordinairement élargies vers leur base, triédres vers leur 
milieu, filiformes supérieurement, quelquefois épaissies au sommet ; celles 
des rangs extérieurs plus courtes^ plus grêles, presque entièrement fili- 
formes. 

Genre CARTHAME. — Carthamus Tourn. 

Capitules hétërogames , incouromiés. Inyolucre ovoïde ; 
ëcailles coriaces : les extérieures très-courtes , surmontées 
d'un grand appendice foliacé , étalé ; les suivantes ovales, 
surmontées d'un appendice moins grand, inappliqué, 
aristé-cilié , mucroné ; les intérieures obloogues^ surmon- 
tées d'un petit appendice subcoriace , spinescent, apprimé. 
Corolle régulière , à tube grêle , cylindracé. Filets des éta- 
mines glabres , à peine papilleux. Appendices-apicilaires 
des anthères arrondis au sommet. Ovaires inaigrettés : les 
extérieurs allongés, grêles, inovulés, stériles. Nucules tur- 
binées, inéquilatérales, tétragones, très-lisses, inaigrettées. 

Herbe annuelle. Tiges feuillées , rameuses. Feuilles in- 
divisées , denticulées (à dentelures mucronées ou courte- 
ment aristées ) : les radicales longuement pétiolées ; les 
caulinaires la plupart sessiles. Rameaux-florifères 1-cé- 
phales, feuilles, épaissis au sonunet. Paillettes -réceptacur 
laires linéaires, pointues. Corolle orange. 



FAIOLLE DES SYNANTHjÉi^ISS. * 9i 

Garthake rmcTORiÂLE, — CarthanaiS'tinictmùs Linn. — 
Lamk. DL tab. 66iy %. 3. — Plante glabre, haute de i pied 
à 3 pieds. Tige grêle y dressée, effilée y. oannelée, l^reinent 
angnleiise, blanchâtre , rameuse vers son sommet;, rameaux 
singles, subCsistigiés. Feuilles fermes , luisantes , d'un yert. gai 
auxafiMes, subréticulées , pointues : les radicales et les caulir 
naire^-inferieures oboTales-spathulées ; les suivantes lancéolées 
ou lancéolées-oblongues ; les supérieures et.les raméaires oblon- 
gues^. ou oblongues-lancéolées , ou ovales-lancéolées. Capitules, 
assez grands. Écailles-involucrales verdâtres , comme aranéeuse^. 
à la sar£su;e externe ; appendices plus ou. moins longuement 
mucronés , réticulés : ceux des écailles inférieures semblables 
aux dernier^ feuilles-raméaires; ceux des écailles intermédiaires 
ovales ou dliptiqiies ; ceux des écailles supérieures jaunâtres y 
subtriangulaires. Corolle très -grêler atteignant jusqu'il i8 li- 
gnes de long ; tube à peine évasé au sonunet, beaucoup plu^ 
long que les segments. Nucules assez grosses , blanchâtres. 
— Cette plante , connue sous les noms vulgaires de Carihamey 
Safran bâtard , Safran d' Allemagne ^ ou Graine de perro- 
quet , parait originaire de Flnde, où die est fréquemment cul- 
tivée ainsi qu'en Orient et dans l'Afrique septentrionale. Les 
graines de la Garthame jouissaient d'une grande vogue dans la thé- 
rapeutique des anciens, h. titre de purgatif : emploi qui ne s'est 
pas maintenu jusqu'à nos jours ; dans plusieurs contrées de l'Inde^ 
on tire de ces graines une huile grasse , qui peut servir aux 
usages alimentaires. En Orient , en Afrique et dans l'Europe 
méridionale y la Carthame se cultive conune plante tinctoriale; 
ses fleurs fournissent deux couleurs : l'une jaune , extractive, 
et soluble dans l'eau ^ l'autre rouge, résineuse , et soluble dans 
les alcalis : cette dernière s'emploie surtout à la teinture des 
soieries et des plumes; on en prépare aussi le cosmétique connu 
sous le nom de rouge végétal. La Carthame mérite de trouver 
place dans les parterres : ses fleurs sont très- élégantes et léger 
rement odorantes. 



MlTAIIlQinr. PHAM. T. X. 



6 



82 CLAUSE DBS COMPOSÉES. 

Genre SÈl^RATULE. — Serratuta (Linn.) Gass. 

Capitules homogàmes , tlnisexiiels. Inyolacre conique ; 
ëcàtlles inûcronulées : les extérieures courtes 9 coriaces ; leé 
intérieures longues, scarieuses , colorées , submembrana- 
cjëk. Gordlle subinfbndibuliforuie , 5-fide, ringente. Éta- 
itainès (stériles dans les fleurs femelles) à filets papilleux ; 
àntliëres à appendices-apicilaires obtus. Ovaire stérile dans 
les fleurs mâles. Stigmates filiformes , obtus , libres pres- 
que dès leur base , divergents , arqués en dehors. Nu- 
cnles oblongues , comprimées , subtétragones , striées r ai- 
gfëtte composée de soies (roussâtres) scabres , caduques. 

Herbes vivaces , dioïques. Tige rameuse , feuillée. Feuil- 
les indivisées ou pennatifides , inermes. Capitules termi- 
naux , courtement pédoncules , ordinairement fascicules. 
Corolle pourpre ( ou par variation blanche ) , plus longue 
que Tinvolucre. Fimbrilles - réceptaculaires filiformes. 

Serratule tinctoriale. — Serratula tinctoria Linn. — 
Flor. Danf. tab. 281. — Engl. Bot. tab. 38. — Plante haute 
de I pied à 4 pieds. Racine fibreuse. Tiges raides, dres- 
sées , anguleuses , striées y ordinairement rameuses , souvent 
rougeâtres , glabres de même que toutes les autres parties de 
la plante. Feuilles d'un vert foncé , assez fermes , finement 
dentelées, tantôt toutes indivisées, tantôt toutes pennatifides 
bu lyre'es , tantôt les radicales indivise'es , et les caulinaires 
pennatifides ou lyrées ; les radicales et les caulinaires inférieures 
longuement pe'tiole'es ; les autres courtement pe'tiolees ou ses- 
siles; dentelures acére'es, très-rapproche'es ; lobes ou segments de 
forme très-variable. Rameaux en général courts et disposes en 
corymbe terminal , i -S-céphales. Capitules petits. Involucre 
long de 4 à 5 lignes : écailles vertes ou violettes, ciliolées j les 
extérieures ovales , ou ovales-lancéolées ; les intérieures oblon- 
gues - liguliformes, pourpres , de moitié plus longues. Nucules 
longues d'environ 2 lignes; aigrette roussâtre ou jaunâtre, à 
peu près aussi longue quQ»la nucnle. — Cette plante^ nommée 



FAMSJLLB BBS STNAirraéRÉES. 83 

Tulgairemest Sarrète^ est eominone sur les çiillinAs.di^dtes, 
et diiDS les clairières des bois ; ses feuffles da&neîH «r eo Falun 
uDe^ assez belle conieiir jaune y qui sert à kt nfe||ÎJSi(|î|i.ét^ 
Toute la plante a une saveur amère et a^iagdjplf. ^ A > 

Genre BARDANE. -^ Lappa,Tomi. 

Capitules homogames. Involucre subglobaleux, presque 
aussi long que les fleurs ; écailles imbriquées , appliquées, 
coriaces, oblongues, surmontées (excepté les intérieures) 
d'un appendice réfléchi où étalé , très-long , subulé y sub- 
corîace, se terminant en spinelle cornée , oncinée, cour- 
bée en dedans. Corolle infondibuliforme, ô-fide, parfaite- 
ment régulière : tube 10-nervé. Filets des étamines pa- 
pilleux; anthères à appendices-apicilaires terminés en 
languette filiforme ; appendices-basilaires très-longs , su- 
bulés. Stigmates longs , linéaires , obtus , libres presque 
dès leur base, divergents , arqués en dehors. Nucules très- 
serrées, oblongues, comprimées, striées, transversalement 
rugueuses; aréole-basilaire à peine oblique ; aigrette 
courte, caduque, composée de soies parfaitement fili- 
formes , barbellulées , pluri-sériées , libres. 

Herbe bisannuelle. Tiges rameuses, feuillées. Feuilles 
grandes , pétiolées^ indivisées, denticulées , plus ou moins 
profondément cordiformes à la base, cotonneuses ou pubé- 
rules en dessous, inermes. Capitules terminaux ou axillaires 
et terminaux , pédoncules , tantôt solitaires , tantôt fascicu- 
les. Écailles-involucrales intérieures scarieuses et colorées 
vers leur sommet, mu tiques, ou mucronées, dépourvues 
d'appendice subulé. Fimbrilles-réceptaculaires longues, 
inégales, subulées. Corolle pourpre, ou par variation 
blanche. 

BjkRDANE OFFICINALE. — Lappu officinalîs Spacb. 

— a : A INVOLUCRES GhjLBRES.-^jérctium Lappa t * , Lion. — 
Lappa glabra Lamk, — Lappa officinuUs Allion. — Lappa 



84 CLASSE 9BS COMtOSâsS. 

majarM Lappa mmor De Gaod. — jiretàtm mafms et Arc- 
iium mUmus Sehk. Handb. tab. 227. — Lappa majcrpa^. 
Bot. tab. 1228. — Arctium Lappa WiDd. 

^^ i i^ â h oiJiJW » ASiAtnbxnL.'^Aretitim Lappa : 6, liim. 
'-^Lappétéffkeniosa AUioii. — Arctium Bardana Willd. 
— ilivfîiam ftMR€?il05icmSchk. Handb. tab. 227. — Blill. 
le. tab. iSq. — Blor. Dan. tab. 642. 

Plante bante de i '/« pied à 4 pieds. Racine longue y piro- 
tante, bronitre, de la grosseur d'un doigt. Tige pubesoente ou 
cotonneuse^ canndée , ordinairement paniculëe; ranwaux plus 
ou moins diyergents, souyent f^abresoents et r o ng eâtres, tantôt 
pamcnlés, tantdt indivises presque jusqu'au sommet. Feuilles 
Tertes en dessus , cotonneuses-incanes ou moins souyent yerdâ* 
1res en dessous, plus ou moins ondulées aux bords, obtuses, 
ordinairement muoronées : les radicales et les caulinaires-in- 
fàienres très-grandes, longuement pâiolëes , cordîbrmes; les 
caulinaires-si^rieures et les raméaires courtement pétiolées , 
oyales, à base tantât subcordiforme , tantôt arrondie, tantôt 
cunéiforme ; doitelures petites, mucronëes. Capitules de yolume 
très-yariable, plus ou moins longuement pédoncules, tantôt so- 
litaires, tantôt en corymbes, en général tous terminaux. Écailles- 
involucrales yertes, souvent ciliolées de glandnles stipitées : les 
intérieures subradiantes, tantôt mutiques, tantôt mncronées, 
roageâtres vers leur sommet. Corolle d'un pourpre noirâtre (par 
variation blanche ). Anthères blanchâtres. Nucules 3 à 4 ^ois 
plus longues que leur aigrette, marbrées de brun et de noir. 

Cette plante, connue sous les noms vulgaires de Bardane^ 
Gîouterony ou Herbe aux teigneux ^ est conûnune aux bords 
des chemins et dans les décombres ; elle fleurit en juillet. Sa 
racine, dont la saveur est à la fois douceâtre et un peu amère, 
possède des propriétés sudorifiques et dépuratives fort actives : 
aussi la donne-t-on fréquemment en décoction , contre les ma- 
ladies chroniques de la peau , ainsi que contre les affections sy- 
philitiques et rhumatismales ; jadis on l'employait en outre à 
titre de fébrifuge, de pectoral, et de vulnéraire. Les feuilles de 



FAMILLE DES SYNANTHERÉES. , 85 

la Baidane sont très-amèresy et elles ont été recommandées 
comme un excellent remède détersif; du reste , leur volume 
considérable , joint à leur consistance molle , les rend assez pro- 
pres an pansement, à défaut de linge. Les jeunes pousses sont 
mangeables, et d'une saveur analogue à celle de l'artichaut; les 
racines, à ce qu'on assure, peuvent être substituées aux Salsifis. 

Genre SILTBE. — SUybum Gaertn. 

Capitules homogames. Involucre ovoïde; écailles ce* 
riaces, appliquées, mai^nées : les extérieures courtes , 
snbovales, surmontées d'un grand appendice foliacé, sub- 
coriace , plus ou moins étalé, aristé-cilié inférieurement, 
se terminant en épine cornée; les intérieures longues, 
étroites , appendiculées , mutiques , ou courtement aris- 
tées. GoroUe subinfondibuliforme, inégalement 5-fide,rin- 
gente; limbe subglobuleux vers sa base, deux fois plus 
court que le tube. Filets des et aminés monadelphes , pa- 
piUeux. Anthères à appendicës-basilaires courts , subulés ; 
appendices-apicilaires pointus. Stigmates filiformes , sou- 
dés jusqu'au sommet. Nucules obovales, comprimées, 
obscurément tétragones , finement striées et chagrinées , 
margtnées au sonunet; aréole-basilaire petite, subcen- 
trale , à peine oblique; aigrette composée de soies linéai- 
res-subulées , finement pubérules , soudées par la base 
en godet corné , caduc à la maturité. 

Herbe annuelle. Tige feuillée , ordinairement rameuse. 
Feuilles sinuées-pennatifides , épineuses aux bords, son- 
vent marbrées (de taches blanches) : les radicales grandes, 
rétrédes en pétiole ; les caulinaires la plupart sessiles, 
amplexicaules. Capitules grands, soUtûres, terminaux, 
un peu inclinés pendant la floraison. Fimbrilles-récepta- 
* %ulaires sétacées. Fleurs pourpres, plus longues que les 
écailles réceptaculaires. 

SiLYBE Chardon-Marie. — SUybum Mariamun Gcrtn. 



86 • CLASSE DES COMPOSÉES. 

Fruct. 2)tab. 1689 fig. 2. — Cardus Marianus hinn. — Ëngl. 
Bot- tab. 976. — Blackw. Herb. tab.- 79. — Siîjrhum macu- 
latum Mœnch , Meth. — Carthamus maculatus Lamk. — 
Plante haute de 2 à 4 pieds. Racine longue, pivotante. Tige 
dressée, cylindrique^ cannelée, ordinairement paniculée , plus 
ou moins floconneuse de même que les rameaux ; rameaux longs, 
en général presque dégarnis de feuilles. Feuilles fermes , lui- 
santes, glabres, d'un l^eaM^vert, le plus ^ouyent marbrées de 
blanc : les radicales longues de i pied k a pieds, profondément 
lobées; les caulinaires-supérieures et les raméaires petites, cor- 
diformes-OTales , acuminées , longuement arist^|BS-4entées yers 
leur base , aristées-ciliolées supérieurement. Capitules du to* 
lume d'un petit artichaut. Inyolucre glabre, comsie radié; 
écailles i-co&tées, convexes, à rebord blanchâtre, submembra- 
nacé : les basilaires à appendice court, suboibiculaire , non-acu-» 
miné; les suivantes à appendice beaucoup plus grand, ovale- 
ori>iculaire inCérienrement, longuement acuminé,suhodndupliqué; 
les supérieuitt à appendice plus court, orale-lancéolé; les pins 
ÏQtériettres linâiircs ou linéaires -lancéolées, débordées par le 
limbe des corolles. Corolles longues d'environ 1 5 lignes. Nucules 
brunes, luisantes, longues de 3 lignes ; aigrette d'un blanc sale , 
plus longue que la nucule. 

Cette plante, connue sous les noms vnlgaires de Chardon^ 
Marie, Chardon Notre-Dame, Chardon argenfe\ Chardon 
taché ou Artichaut sauvage , croît dans l'Europe méridionale ; 
l'élégance de son feuillage la rend propre à l'ornement des 
grands partert'es. Toutes ses parties ont une saveur amëre, et 
elles étaient préconisées jadis à titre de remède sudorifîque, diu- 
rétique , fébrifuge , et vulnéraire. Ses jeunes feuilles , del)ar- 
rassées des épines , se mangent comme herbe potagère ; les pé- 
tioles ont une saveur analogue à celle des cardons; enfin le 
réceptacle des capitules peut être mangé en guise d'artichauts. 

Genre ONOPORDE. — Onopordon Vaill. 
Gapituled faomogames. Inyolucre ovoïde ou subhémi- 



FAMlIiUE DES SYNÀJMTIlÉAéES. • 87 

• 

sphériqué ^ écaiHes coriaces , imbriquées. , apprimées j 
surmontée d*un appendice linéaire-lancéolé , subcoriace ^ 
spin^aç^nt au sommet > inappliqjLié (celui des écailles in- 
férîeuri» le plus souvent réfléchi ). Réceptacle profondé- 
ment alvéolé; alvéoles meifibranacées . irrégulièrement si- 
nuées - dentées. Corolle infondibulif orme ', inégalement 
ô-fide, ring ente; limbe ventru vers sa base. Etaminês à filets 
finement papilleux. Appendices - basilaires des anthères 
courts , subulés ; appendices-apicilaires linéaires-subulés. 
Stigmates longs, filiformes, obtus, soudés presque jusqu'au 
sommet. Nucules oblongues-obovées ou turbinées, tétra* 
gones^ancipitées , transversalement rugueuses ; aréole- 
basilaire petite , centrale, non-obhque ; aigrette composée 
de soies ûliformes-subulées , barbellulées , soudées par là 
base en godet corné^ caduc à la maturité. 

Herbes bisannuelles, quelquefois acaules, le plus souvent 
cotonneuses. Tige feuillée, ailée par la décurrence des feuil- 
let. Feuilles sinuées-pennatifides et dentées de même que 
les ailes ; dents spinescentes. Capitules gros, solitaires, ter- 
minaux y courtement pédoncules , dressés ; écailles-invo>- 
lucrales aranéeuses ou cotonneuses : les inférieures ovales 
ou ovales-lancéolées , courtes ; les supérieures graduelle- 
ment plus longues. Corolle pourpre (ou par variation blan- 
che), plus longue que les écailles-involucrales; tube forte- 
ment arqué en dehors. Nucules non*luisantes , à peu près 
aussi longues que l'aigrette , marbrées de fioir et de briln ; 
aigrette jaunâtre, ou roussâtre, ou d'un blanc sale. 

Les Onopordes méritent d'être cultivés dans les grands 
parterres; quoique hérissés d'épines, ces végétaux ont un 
feuillage élégant et un port très -pittoresque; le réceptacle 
de leurs capitules peut, au besQJia,.étii(,maiigé en git^se 
d'artichaut, et le pétiele de leurfi |p9iill49 a une sa veuf! 
analogue à celle des cardoos. Leç ^fè^/^ les plui i:emar-» 
quables sont les suivantes: - . 

Onopordk coMMuir. — - ûnofùrdon jéamUUum Lâni «-^ 



88 • CLASSE D£S COMPOSÉES. 

Flor. Dan. tab. 909. — Engl. Bot. tab. 977.— *iykoiio5 spi- 
nosa Scopol. '.- 

— p : Glabresgent. — Onopordon virens De Gand. Flore 
FraDç. Suppl. — Onopordon viscosum Horn. — Onopordon 
elamm Sibt]i. et Smith , Flor. Graec. tab. 833. — Onopor- 
don tauricum Willd. — Bieb. Flor. Taur. 

Tige dressée, pamcalée. Capitules subbénûsphériques. Écail- 
les-involucrales longuement appendiculées; appendices linéai- 
res-lancéolés : ceux des écailles extérieures à appendice étalé ou 
réfléchi.— 'Tige haute de i 7, pied à 5 pieds» dressée» angu- 
leuse» largement ailée » en général cotonneme de même que les 
feuilles. Feuilles radicales atteignant jusqu'à 3 pieds de long. 
Écailles-inTolucrales aranéeuses ou laineuses. Corolle longue de 
I pouce; tube 1 fois plus long que le limbe. Nucules longues 
d'ettYÎron a lignes ; aigrette roossâtre. — Cette espèce» connue 
sotts les noms vulgaires à^AcarUhine » Grand Chardon aux 
dnes. Artichaut sauvage j Épine blanche sauvage y ou Pé- 
dane , est commune aux bords des chemins ainsi que dans d'au- 
tres localités sèches et découvertes ; elle fleurit en été. Toute la 
plante est amère; on lui attribuait jadis des propriétés apéritives» 
diurétiques» stomachiques» et vulnéraires. 

Onoporde blancs. — Onopordon elongatum Lamk. Flore 
Franc. — Onopordon îZ/Kncuni Jacq. Hort. Vindob. tab. 148. — 
Cette espèce» indigène dans l'Europe méridionale et en Orient, 
diffère de la précédente par sa taille plus élance» sa tige et ses 
feuilles plus épineuses » ses involucres à écailles surmontées 
d'un appendice ovale-lancéolé. 

Okovokde b^Aaabie. Onopordon arabicum Linn. — Jacq. 
HMt. Vindob. tab. 149. — Bot. Hag. tab. 3399. — Tige 
danoée» largement ailée » rameuse au sonmiet. Capîtides oirm- 
des» courtement pédoncules. Étailles-involucrales laineuses; 
appendices dressés : ceux des écailles inférieures beaucoup plus 
courte que les supérieurs. — rr Tige haute de 5 à 8 pieds » en gé- 



FAMILLE DES SYNANTHÉRÉES. 89 

nëral laineuse de même que les ailes et les feuilles. Feuilles ra- 
dicales, bogues de*a à 3 pieds; dents courtement arist^s. Capi- 
tules moins gros que ceux des espèces prëcëdentes. -~ Cette 
espece.croît dans l'Europe méridionale et en Orieifl. 

Genre NOTOBASE. -- Notobasis Cass. 

Capitales hëtërogames , incouronnés. Fleurs extérieures 
stériles , mâles. Involucre ovoïde-subglobuleux ; écailles 
corifices , imbriquées , appliquées , munies au-dessous du 
sommet d'une glande dorsale nerviforme, et surmontées 
jd'un appendice subulé, trièdre j spinescent, arqué en de- 
borê. Corplle subinfondibuliforme , inégalement 5-fide , 
très-ringente. Etamines à filets poilus. Anthères à appen- 
dices-basilaires très-courts; appendices-apicilaires poin- 
tus. Stigmates filiformes , soudés presque jusqu'au som- 
met. Nucules presque osseuses, résupinées, turbinées, 
très-gibbeuses au dos, comprimées bilatéralement , obscu- 
rément tétragones, très-lisses, non-striées; aréole-basi- 
laire linéaire , verticale , dorsale ; aigrette composée de 
paillettes filiformes-subulées , plumeuses, 2-sériées, sou- 
dées par la base en godet corné, caduc à la maturité. 

Herbe annuelle. Tige rameuse , feuillée. Feuilles si- 
nuées-pennatifides et dentées : les caulinaires sessiles, am- 
plexicaules ; dents aristées , spinescentes ; côte et veines 
saillantes, luisantes, très-blanches. Capitules subsesailes 
oa pédoncules, terminaux, ou axillaires et terminaux (ceux- 
ci souvent fascicules) , accompagnés chacun d'une colle- 
rette de plusieurs feuilles semblables aux feuilles cauli- 
naires, mais plus petites. FinibnUes-réceptaçulaires sub- 
linéaires, libres, inégales. Fleurs miles ]^ttri-sériées , à 
ovaire abortif. Corolle pourpre ou blanche, plus longue 
que les écailles involu craies. 

NoTOBASK DE Syaie. nr- Noiobosts syHaca Cass. in Dict. 
des Se. Nat. vol. 35, p. 1 7 1 . — ^ Carifaiis 5^riacii5 Linn. — * 



90 CLASSE DES COMPOSÉES. 

Grsium syriacum Gxrtn. — Cnicus syriaous Willd. — 6ïr- 
sium maculaJtum Mœnch. — Cirsium bracteatum Link. — 
Cnicus obvaUatus Salzm. — Tige dressée , haute de a à 3 pieds, 
simple y ou paoiculée au sommet , ordinairement pubescçnte ou 
floconneuse. Feuilles oblongues ou ovales-oblongueSy d'un beau 
vert, glab|:cs^ ordinaireipent marbrées de blanc : les radicales 
et les caulinaires-ioférieurcs retrécies en pétiole. Capitules de 
grandeur médiocre, dressés, ordinairejnent débordés par les 
fçuiiles de la collerette. Involucre long de 6 ^ 9 lignes ; écailles 
pubérules, plus longues que leur appendice : l^s extérieures ova- 
les ou o?ales-lancéolées; les intérieures oblongues-lancéolées. 
Corolle pourpre on blancl^ie , longue de 6 à 8 lignes; tube aussî 
long que le limbe. Nucules longues d'envircm 3 lignes , asscc 
grosses , d'un brun clair , plus coarles que l'aigrette. Aigrette i 
paillettes blaodies, luisantes. — Cette espèce croît dans la rë* 
gion méditerranéenne; on la cultive, en Orient, comme plante 
à graines oléagineuses. 

Genre CYNARE. — Cynara Vaill. 

Capitules homogames , incouronnés. Involucre ovoïde ; 
écailles coriaces , imbriquées , apprimées , surmontées 
d'un large appendice' spinescent ou mutique , étalé , ou 
réfléchi : celui des écailles extérieures subcoriace ; celui 
des écailles intérieures subscarieux. Corolle subinfondibu- 
liforme, très-inégalement Ô-fide, ringente; limbe ventru 
et épaissi vers sa base , plus court que le tube. Etamines 
à filets papilleux ; appendices - apicilaires des anthères 
courts, obtus; appendi^s - basilaires courts, subulés. 
Stigmates très-longs , filiformes , obtus , soudés jusqu'au 
sommet* Nucules presque osseuses, obovales- oblon- 
gues, subtétragones , inéquiiatérales , finement striées, 
lisses, gibbeuses au dos; aréole-basilaire assez grande, 
centrale , orbiculaire ; aigrette composée de paillettes 
pluri-sériées , filiformes-sufoulées , plumeuses, soudées 
par leur base en godet corné , caduc i la maturité. 



FAMILLE UES SYNANTHÉAÉES. 91 

Herbes rivaces. Tige simple ou rameuse , feuiUée 
Feuilles indiviséesoupennatifides (dents ou segments iuu- 
tiques ou aristés) : les radicales et les caulinaires-inférieures 
amples , pétiolées ; les supérieures sessiles , quelquefois 
suhdécurrentes. Capitules sessiles ou subsessiles, gros, 
solitaires, terminaux, dressés. Fimbrilies-réceptaculaires 
inégales , libres , sétiformes. Ecailles-involu craies char- 
nues vers leur base, anisomètres : les intérieures gra- 
duellement plus longues; appendice des écailles infé'^ 
lieares foliacé , coloré en dessous ; appendice des écailles 
supérieures chartacé, luisant, nacré en dessus, brunâtre 
en dessous , à peine débordé par les corolles. Corolle à 
tube grêle, très-long , blanchâtre , arqué en dehors ; limbe 
d'un pourpe violet,* à segments très-anisomètres, filifor- 
formes-subulés , longuement débordés par les panthères. 
Anthères d'un brun pâle. Stigmates longuement saillants, 
d'un bleu de ciel très- vif. Aigrette.à paillettes blanches, 
luisantes , beaucoup plus longues que la nucule. 

Cynabe Artichaut. — Cynara Scolymus Linn. — Blackw. 
Herb. tab. 458. — Feuilles indivisées ou penoati parties ; dents 
mutiqucs ou subspinescentes. Écailles -involucrales à appendice 
mutique , ou mucroné, ou courtement aristc. — Racine grosse , 
longue^ pivotante. Tige haute de 3 à 5 pieds^ dressée, rameuse 
vers le haut , cotonneuse-incane , cannelée ; rameaux simples , 
i-céphales , presque dresse's. Feuilles inférieures très-amples , 
atteignant jusqu'à 4 pieds de long^ segments oblon^s ou sub- 
lancéolés , pointus , incises-dentés , ou pennatifîdes. Écaiiles-in- 
volucrales glabres : les inférieures ovales ou ovales-lancéolées ; 
les supérieures oblongues-lancéolées. Corolle longue d'envirc^p 
a pouces. Nucules longues de 3 lignes, marbrées de jaune ^ de 
brun, et de noir. — Cette plante , connue sous le nom dUArti- 
chauty paraît n'être qu'une variété de culture, issue de l'espèce 
suivante; personne n'ignore l'emploi alimentaire des capitules 
d'artichaut. 

Gymaiue: Cardon. — Cynara Cardunculus Linn. — - Cette 



93 (XAS6E DBS COMPOSÉES. 



• 



soBS les Bons de Cmràe^ CMnkm^ CéKrâammOÊe^ 
àrtidÊmA épèmoÊXj nedifim de r^rticftMt, qû 
âievBeTaiîélëde coltiire, qiîe par des innllcs 



», et par des ëcaâIles4Bniliicnles dont les 
levfippeadice lefi i é en ivte ipmt pbs «t 
— Le Cs^b» craà ^oUaBBBCBt daM les 
u Muliiiiiiri ; tooft le ■mms sat qpril e 
tîfc CQHMe pluie pntiy ir : c'est le pâiole de seslinnilcs ^n, 
ëbelé (oB, CHHBe dncat les jardniers, hUoÊtài) 

u aluKiitaÎBct 
>., r Tanâôy le Cmrdam, ie Toarf, qaies 

, et k Cumlo» ^^(«^ur, doBt les liBaffles SMri 
^se depovTMS f epnes. 

Le CWdns, de MM ^«e rjftfdkMC, BÔkest ne 
dbBslesgjnadspartcRcsetles jardnspBfsaçeESy taatà 
dele«snawie»fe«llesrirLiiii Btdëcpmëesygi^à cane de 
la 



GcBTC UKSiv, — CÀrùam Tomm. 



lAToliicie OToide; écailles iaibn^aées , appeimées, 
fÎMCs, awraMMstres d*«n appendice spinescent, oa aristé, 
on mncroné , inappByc, ctroiA. CosoUe infoodibali- 






CSOUltSy 






» » • • » 



9 ■ ■ ^» ^i T , ■^■■1 — i.^, » w«.B»w«aa«.w.«.9 

de pùlktties filifbnaes-snilnlécs , pln< 



cndnt à b HAlnrile. 

Habcs TÎTBccs on bèanumcHes , 



FAMILLE DES STNANTHÉRÉES. 93 

vent décurrentes ; lobes ou dents le plus souvent spines- 
cents on aristés. Capitules solitaires ou subfasciculës, ter- 
minaux, ordinairement sessiles ou subsessiles , souyent 
accompagnés d'une collerette de bractées foliacées. Co- 
rolles jaunes, ou pourpres , ou blanches, plus longues 
que les écailles-inyolucrales. Fimbrilles-réceptaculaires 
sétiformes, inégales, libres, ou soudées par leur basé. Ai- 
grette brune , ou roussâtre , ou grisâtre. 

Soui^genre ERIOLEPIS Gass. 

Ecailles-inyolucrales à appendice coriace,, aristé, très- 
entier^ aranéeux , ou laineux, plus ou moins recourbé. 
Fleurs toutes hermaphrodites. Feuilles pennatifides, 
épineuses, couvertes en dessus de poib scabres. Capi- 
tules gros , à collerette composée de bractées conformes 
aux feuilles supérieures , mais plus petites. Corolles 
pourpres. 

CiRSE A FEUILLES LANCÉOLÉES. — Cirsîum lanceoUuum 
Scopol. — Carduus îanceolatus Linn. — Flor. Dan. tab. 1173. 

— Eogl. Bot. tab. 107. — Lophiolepis dubia et Eriolepis 
Umceolata Cass. — Feuilles oblongiies- lancéolées , hispides, 
décurrentes, pennatifides : segments à % lobes diyariqués , spi- 
nescents. Écailles-inyolucrales à appendice légèrement aranéeux. 

— Plante bisannuelle. Tige haute de 2 à 5 pieds , rameuse , 
cannelée , yelue. Feuilles d'un yert pâle en dessus , subincanes 
en dessous. — Cette espèce, l'une de celles qu'on désigne vul- 
gairement par le nom de Chardons y est très-commune dans les 
localités incultes et découvertes ; elle flelirit en été. 

CiRSE LA1NEX7X. — Grsium eriophoTum Scopol. — Carduus 
eriophorus Linn. — Jacq. Flor. Austr.^tab. 171.— -Engl. Bot. 
tab. 386. — Eriolepis eriophora Cass. — Feuilles sessiles, pen- 
natifides, hispides : segments spinescents, souvent bifurques. 
Écailles-inyolucrales à appendice laineux. — Plante bisannuelle, 
haute de 3 à 5 pieds. Tige dressée, velue, rameuse. Capitules 



94^ CL4SSB DES COMPOSÉES. 

solitaires on sabfascicalcfs. Involucre long d'enyinm i pooce. 
— Celle espèce y nomra^ valgairement Chardon aux ânes^ et 
Charâen à grosse iête^ croit aux bords des*<&eiiiiDs et dans 
les décoifdbres. 

Somi^enre OMÔTROP^£ Giss. 

Ecailles-inyolnûrales glandulifères au dos (glande nerri- 
forme), à appendice mucroniforme , ou foliacé, subulé 

' au sonunet , non - piquant. Fleurs toutes hermaphro- 
dites. 

GiRSE oLÉRAcé. — Cirsium oZ^ac^am Allion. — Cnicusolc' 
raceuslÀioï. — Flor. Dan. tab. 860. — Cnicus pratensisLaok, 
— Plante yivace, glabre^ haute de 2 à 4 pieds. Tige simple ou 
presque simple, raide, effilée , feuillue. Feuilles minces, lisses, 
d'un yert clair, ciliolées-denticulées, incrmes, tantôt indivisées, 
tantôt pennatilobées : les radicales retre'cics en pétiole ; les eau- 
liuaires sessiles, amplexicaules. Capitules terminaux, subsessiles, 
agrégés en courte grappe, accompagnés chacun d'une collerette 
de grandes bractées ovales^ jaunâtres. Involucre conique; écailles 
à appendice dressé, foliacé, sublancéolé, subulé au sommet. Co- 
rolle d'un jaune pâle. — Cette espèce est commune dans les 
j)rairies humides, surtout dans celles dont le sol est tourbeux. 
Ses feuilles et ses jeunes pousses sont mangeables. 

Genre BREA. — Breea Lessing. 

Capitules homogames, dioïques. Involucre ovoïde; 
écailles imbriquées*, apprimées , coriaces , surmontées 
d'un appendice subscarieux, coloré^ mucroniforme, non- 
piquant , étalé ou plus ou moins recourbé. Corolle comme 
celle des Cirses. Etamines stériles dans les fleurs femelles. 
Ovaire abortif dans les fleurs mâles. Fruit conforme à ce- 
lui des Cirses. 

Herbes vivaces, à racine traçante.Tiges rameuses. Feuil- 
les sinuées-dentées ou pennatifides : les caulinaires ses- 



FAMILLE DES STNANTRÉREES. 95 

files, nèn d&urrentes ; dents et segments aristë^. Capitules 
solitaires ou fascicules^ pédoncules, terminaux. Corolle 
pourpré. 

Keusa coimuN. — Breea arvensis Lessing . Cdmp. — Serrai 
tula ofveniis Linn. — Flor. Dan. tab. 644- -— Engl. Bot. tab. 
975. -— Cnieus arçensis Heffm. — Cirsium arvense Lamk* 
— Tige dressée, sillonnée, paniculëe, glabre^ ou floconnense, 
haute de i pied à 4 pieds. Feuilles glabres en dessus , coton- 
nenses-incanes ou pubescentes en dessous^ ou glabres aux 2 fa- 
ces et glauques en dessous , assez fermes ^ oblongues , sinuées- 
dentées, ou sinuées-pennatifîdes, aristees-cilie'es. Capitules assez 
petits j en général rapprochés en panicuie vers l'extrémité de 
• chaque ramean. Involucre glabre ou pubescent, long de 5 à 8 
lignes; écailles munies d'un rebord violet de même que l'ap- 
pendice. Corolle d'un pourpre pâle , un peu plus longue que 
l'inWucre. Nucules petites, brunes, luisantes, beaucoup plus 
courtes que l'aigrette j aigrette roussâlre. — Cette espèce , nom- 
mée vulgairement Chardon des champs , et Chardon hémor- 
ixndal , croît dans les champs , les décombres et aux bords des 
irais ; elle se multiplie avec une rapidité étonnante , au moyen 
de ses racines traçantes , de sorte qu'elle devient souvent très- 
nuisible aux cultures. 

Genre CHARDON. — Carduus Linn. 

• 

Capitules homogames , incouronnés. Involucre ovoïde 
ou subglobuleux ; écailles lancéolées ou linéaires, spi- 
nescentes ou aristées au sommet, coriaces, imbriquées, 
appliquées , immarginées. Corolle subinfondibuliforme, 
inégalement ô-fide , ringente. Étamines à filets papilleuxf 
Anthères à appendices-apicilaires linéaires-subulés ; ap- 
pendices-basilaires très-courts. Stigmates filiformes, sou- 
dés. Nucules oblongues, comprimées , finement striées ; 
aréole-basilaire petite, subterminale, à peine oblique; 
aigrette longue, blanche, composée de soies filiformes, 



96 CLASSK DES COIOOSÙBS. 

înëgriei, finement barbellnlécs, aondte psrk 
godet cornéy cadnc à la mitorité. 

Herbes annuelles, on bîsannudles, ou TÎTaces. Tige 
meose, fenillée, le jin» souvent ailée par la décurrcnce 
desfenilles. Feuilles indiTÎsées, ou pennatUobées, aristfts 
dentées, ou aristëes-dliées : lescanlinaires sessiks, leplus 
souvent dëcurrentes. Capitules solitaires ou fiis r i a iMa ^ 
pédoncule, ousubsesùlesy dressés, ou nutantSytenÙBanz. 
Corolles pourpres , ou par variatiim Mandies. 

CaiEDoir HUTAirr. — Cardmms mamms Lînn. — Fkr. Dm. 
lab. 653. — Ed^. BoLisb. ma. — LapkioUfisnmÊÊaÊsCaaB. 
—Feuilles semi- dëcurrentes, sJances^pewnatifMcSy ép in euses 
anxboids» Capitules solitaiRS, grands, natants. ÉcaiDes-nTola— 
cnks lancéolées, aranéenses, spîneseentes an sommet : les eaté- 
rieores presque étalées. — Plante bisananeUe, bavle de i pied à 
4 pîedi. Tige sia^e ou peu lasMvse, dressée, iatennplé-ailéè. 
Feuilles d'an vert glaïKpie, raidcs, Cabres, oa pabesc eat es ans 
▼ehies; lobes plas on bmmbs plissés. Capitales sidibéaùs|ibârt* 
qaes, aMeignaat jusqu'à 3 pouces de diamètre. — Cette es- 
pèce , dont le port est très-el^ant , croît du» ks décombres et 
autres localités déconrcrtes. 

CaâBDOii A FcuiLXXS d'Acartbs. — CÊÊrdmms acanihoides 
Lina. — Jacq. Flor. Austr. tab. a^g. — Feuilles décurrentes , 
siaaées-pcnaatifides , ^ineuses aux bords. Capitules solitaires, 
pëdsnculés» subglobalenx, dressés. tcaiUes-iafolucralcs linéai- 
res, dressées, subolées aa Tommrt : les supérieures recourbées. 
— Plante bisannueUe, baulede a à 4pMds. Tigedressée, or- 
dinaircBMnt paaicalée; rameaux simples ou paaiculés; ramuks 
^•c^bales; ailes larges, épiaenses . Feuilles raîdes, f aa vert 
^aaqae, Cabres , oa pab e sce alcs en demous ; ks radicales pen-> 
nai^Hties, à segments larges, siHms4obés. Pédoncaks en gé* 
aérai courts, t r ès éj pi nen x. Capitules glafares ou pubesceaif, 
petits. larubMare loag de 4 i^ 6 Ugnes. — Cette espèce croît daas 
ks milmes lacaliléi une la aréeédcaie 



TkUtLtE DES sy^aNthérées. 97 

Chabdon crépu. — Carduus crispus Linn. -^ Feuilles si- 
nuëes-deat^s ou sinuëés-penDatifides , sublanccolées , aristées- 
ciliées, cotonneuses rincanes en dessous , dccurrcntcs. Capitules 
subglobulenx , sobsessiles , agrégés à l'extre'initc' de la tige et 
dés rameaux. Ëcailles-inyolucrales subulc'es, mucronc'es, plus 
çu moins recourbc'es. — Plante bisannuelle, baulc de 3 à 5 
pieds. Tige rameuse; rameaux ordinairement paniculés , large- 
ment ailds de même que la tige ; ailes aristées-cilic'es. Feuilles 
d'un Tert foncé en dessus. Capitules petits. — Cette espèce croît 
dans les mêmes localités que la précédente. 



V TRIBU. LES ECHINOPODEES. — ECHINOPO- 

DE JE Cass. 

Capitules homogames, globuleux y à involucre très-ano- 

mcdy rucUmentaire , formé de paillettes sétacées , ré- 

fléchies y beaucoup plus courtes que les fleurs. Fleurs 

accompagnées chacune (Pun involucelle (i) composé de 

paillettes pluri' sériées ^ dipersiformesj insérées sur le 

stipe de l'oi^aire. Corolle hypocratériforme^ ^-fide^ 

non-ringente : tube très-adroit, Étamines glabres. 

Style barbu et un peu renflé au sommet. Stigmates 

très -glabres et lisses j piano- convexes^ d^ abord conni- 

vents enf orme de côncyflnalement divergents et arqués 

en dehors. 

Herbes non-lactescentes. Feoilles alternes, cpînciises. Capitoles mnl- 
ti flores. Inrolncelle à paillettes imbriquées , étagées : les extérieures 
pluri-sériées, sëtiformes, blanches, barbellnlées, courtes; les suivantes 
soblancéolées ou spathulées, grandes, subeoriaces, luisantes, concaves. 



(4) La plupart des auteurs considèrent cet involncelle comme l'invo* 
lucre d'un capitule 4 -flore ; M», de Gassini, au contraire, le regardecomme 
nne aigrette externe, implantée sur le atipc de Tovaire. 

BOTATflQtTF. PWAïf. T. X. 7 



98 CLASSE DES COMPOSÉES. 



ssMces o« tfimBtcentei aa mmmiH, ciliéei w fiadîHëeé l«x 
bwdb (les sapérieeret , ckec plasieus «pècet , w i fet jatqa'aa Ml 4a 
Bûliea ). Fkan bleaes oa bbndics. Réceptide g l ah al ea x oa labg^i^a 
leaXy petit, ciuma, aréole» no. Corolle à take plas coait qae le lia^ko, 
êfasé aax 2 boati; limbeà segments an pea incgaax, étroits» aabliiiéaireg, 
pointas, dressés et contîços à lear iiase, lélléckis en debon aap é rie ar e- 
laent ( datant répanoaissement ) , garais à la bœ sapérieare, aâ diMai de 
la base, d^an tr ès - p etit appendice s^aamaJifonae, Filets des étamines mm^ 
dés jasqa*an sommet da tabe ; partie libfe eoaite, arfaée ca dfdms. 
i^pendices-apiciiaires des anthères liaéaires-lancéolcs, pointas; appea- 
dirrir hiriliirrrr coarts, sétifonaes, soadés coUatéfalemeat. Oraire S^ncrvé 
( à boarrelet-basilaire S-angalé, trè»-appareat, coriaee), eoarert d'ane 
pabesoence barbellolée. Aigrette coarte, cada^pe , aoit capalifonae et 
entière, soit coronîforme et composée de paiOettes I -oériées, toarcat aoa* 
dées Ters leor base. 

Genre ËGHINOPE. -r- Eckinops Liim. 

Capitules globaleox. InTolucre mdîmenliire ^ foimé. 
de paillettes sélacées , rabatta es , beaucoup |Au8 courtes 
que les fleurs. Corolle hypocratérifonne , profondément 
5-fide : segments subisomètres , non -ringenis. Nucules 
droites, soyeuses, chartacées, subhisiformes , pentaj^onës ; 
aigrette smt cupuliforme et entière, soit coroidforme et 
composée de paillettes courtes, étroites, 1 -sériées, l^ère- 
ment bàrbellulées , lînéaires4ancéolées , libres dès leur 
base, ou soudées inférieureinent. 

Herbes annuelles , ou bisannuelles, ou Tivaces. Tiges 
feuillées , le plus souvent rameuses. Feuilles sinuées-pen- 
natifides , ou ronciuées, ou pennatiparties , ordinairement 
cotonneuses en dessous : les inférieures rétrécies 6n pé- 
tiole ; les supérieures sessiles où amplexicaules. Capitules 
solitaires, terminaux, pcdonculés, dressés. Involucre inap- 
parent ayant la chute des fruits. lu volucelles débordant le 
tube des corolles. Réceptacle très-petit pit)portionnelle- 
ment au volume du capitide. Fleurs plus ou moins odo- 
rantes , assez grandes , très-serrées : les supérieures dres- 
sées , plus précoces ; les intermédiaires horixoiitales; les 



r'f 



i DES SÏRANTnËRÉËS. §9 

inférieures rabattues , recouvrant l'inToIucré. fruciil^& k- 
couveiles par les involucelles 
La plupart' des Echinopes e 
gance de leurs fleurs, agr^t 
riqurt ; les espèces suivantes 
d'être cultivées comme plant 

A. Aigrette rtt-_, 

EcHiHOPE Élancée. — Echinops exaltatas Scbrad. .Ilorl. 
Gcett. — ^chinops strictus Fisch. — Bot. Mag, tab. 14^4- — 
Echinops ftitro ScKk. ( non Lion. ) Handfa. tab. 268. — tige 
dressée , paniculée au sommet. Feuilles sinuées-peDDatifides , 
arisle'es-eiliolées, cotonneuses- incanes en dessous; segments 
ÏDcisés-deatcs : deuts aristccs. Capitules très- longue ment pe'- 
doDculés. luToluccUcs à paillettes acumine'es-subulees, gla- 
bres, non-spinescentes , fîmbriolées aux bords. — Plaûte vivace, 
baute de 3 a 5 pieds. Tige raidc, dressée, floconneuse, canne- 
lée ; rameaux dressés , i-cépbales. Feuilles assez minces , d'un 
vert fonce' en dessus, cottrtement spînelleuses. Capitules du vo- 
lume d'une grosse Noix.. Corolle d'un bleu clair , longue de 5 
à 6 lignes. Nucules brunes , longues de 5 à 6 lignes. — Celte 
espèce paraît être originaire de Sibérie. Ses fleui% exbaleni 
une légère odeur de Vanille. 

B. Aigrette jimbriolée. 

■I CapiMtê parfailemtnl globuleux, piioitettUi, PatllellM dtt fM*- 
Ittetllet toute* dUtindet. BiciptacU mi^fahffMte. 

ËCBiHOPE COMMUNE. — Echînops sphiBrocephalus Ltnn, — 
Echinops paniculatus Jacq. fil. Ëclog. tab. 49- — Bot. Keg. 
tab. 356. — Echinops persicus Vix)i, — Echinops vtscosus , 
Echinops villosus, Echinops alttûcus , ei Echinops giganteui 
Hortul. — Echinops multiflorus Lamk. — Tige dressée , ra- 
meuse supérieurement: rameaux dressés ou ascendants, in- 
canes, pubérnles-glanduleux, souvent paniculés. Feuilles li- 
nnéet-pennatifides ou roncinéet , colmtneuses en dessous , ordi - 



iM CLASSE DES CÔMt^OSKCSi 

nairement scabres et glanduleuses en dessbu», aristécs-ciliolées ; 
sefinieiits ^inescents au sommet. Inrolucelles à paillettes non- 
spinescentes , longuement subulées et ciliées au sommet , pu- 
bérules^glftiiduléiises k la surface externe. — Plante vivace, 
hauto-de a à 6 pieds. Feuilles assez minces, d'un vert fonce 
en dessus^ inçiBes ou blancbâtres en dessous : les inférieures 
grandes. Capitules courtement pédoncules ^ de i à 2 pouces 
de diamètre. Involucelles longs de 6 à 9 lignes : paillettes 
yerdâtres ou incanes à la surface externe. Corolle blancbe, 
longue de 5 à 6 lignes. — Cette espèce , nommée vulgairement 
Boulette, ou Chardon-boulette j croît dans toute l'Eifrope mé- 
ridionale y ainsi qu'en Sibérie et en Orient. 

ËcHiNOPE DE Hongrie. — Echinops bannaticus RocLcl. — 
Echinops ruthenicus Reichb. Plant. Crit. V, fîg. 642.— £cAt- 
nops Ritro Bot. Mag. tab. g3a. — Tige dressée, rameuse vers 
le sommet; rameaux raides, dresses , non-glanduleux. Feuilles 
scabres et pubérules en dessus y cotonneuses en dessous y aris- 
tëes-ciliolées : les 'inférieures subroncinées y à segments très- 
larges y irrégulièrement lobés ; les supérieures pennatifîdes ; 
lobes et segments courtement aristés. Jnvolucelles à paillettes 
courtement aristées y un peu piquantes, fimbriées, glabres. — 
Plante vivace, haute de 2 à 4 pieds. Tige, rameaux et surface 
inférieure des feuilles couverts d'un coton blanchâtre ou grisâ- 
tre. Feuilles d'un vert foncé et non luisantes en dessus*: les in- 
férieures grandes. Capitules courtement pédoncules , du volume 
d'une Noix. Paillettes des involucelles bleuâtres. Corolle d'un 
bleu vif, longue d'environ 6 lignes. — Cette espèce croît en 
Hongrie et dans la Russie méridionale. 

ËCHINOPE A FEUILLES MENUES. — EckiltOpS tenuifoUuS 

. — Echinops Ritro Ledeb. Flor. Alt. — Echinops Ri- 

ro ruthenicus Fisch. — Echinops Ritroy ^ : tenuifolius De 

Cand. Prodr. — Echinops ruthenicus Hort. Par. — Tige 

dressée, rameuse vers le haut, non - glanduleuse ; rameaux 

itides, grêles, dressés. Feuilles luisantes et glabres en des« 



fÂMllLE DES SYUAJDITHÉRÉES. 101 

SUS I cotonneuses en dessous , aristëes-cilîolëes : les inférieures 
penoatiparties , à segments allongés , assez étroits, pennatifides ; 
les supérieures pennatifides : lobes et segments courtement aris- 
tés. Inyolocelles à paillettes glabres^ courtement aristées au som- 
met, non- piquantes ^ plus ou moins fimbriolécs. — Plante yi- 
vace , liante de 3 à 4 pieds. Tige, rameaux' et surface inférieure 
des feuilles couverts d*un coton blancbâtre. Capitules courte- 
ment pédoncules, moins grands que ceux de l'espèce précédente. 
Paillettes des involucelles bleuâtres. Corolle d'un bleu vif , lon- 
gue de 4 à 5 lignes. — Cette espèce est originaire de la Russie 
méridionale. 

b) Réceptacle cylindracé. Capitules tettilet, tubglobulews, ïiwohteèllu à 
paillettes supérieures soudées jusque vers leur milieu. ' 

ÉcHiifOPE LAINEUSE. — Echiïiops lunuginosus Lamk. III. 
lab. 719, £ig. a. — Echinops grœcus MilL,Dict. — Xîgcs 
difiEuses , rameuses dès la base. Feuilles peclèl^s^pennatîpar- 
ties, aristées -denticulées, très-raides, glabr^ en dessus > co- 
tonneuses en dessous : segments linéaires>]ancéo1és ^ spinescents 
au sommet , indivisés, révolutés aux bords. — Plante vivace, 
très-touffue , baute de i pied à 2 pieds. Tige et rameaux très- 
feuillus, laineux, ou cotonneux, non-glanduleux; rameaux as- 
cendants, 1-céphales. Feuilles d'un vert foncé et luisantes en 
dessus, blancbes en dessous. Capitules du volume d'une grosse 
rioix. Involucelles à paillettes glabres, bleuâtres, aristées, pi- 
quantes, fimbriées. Corolle d'un blçu vif, longue d'environ 
6 lignes. — Cette espèce babite la Grèce et l'Arcbipel. 



VI« TRIBU. LES ARCTOTIDEES. --ARCTOTWEM 

Cass. 

Capitules hétérogames j radiés. CoroUe^stcuninifère ré- 
gulière , droite , tubuleuse , ^-fide. Corolle des fleurs- 
radiales liguliforme ou bUigulée. Étamines a filets le 
plus soutient papilleux : appendices-apicilaires courts. 



^jl^^ CLASSE DES COMPOSÉES. 

libres; appendices-basilaires courts ^ nus. Style filU 
forme y articulé au stigmate,. Stigmate [de la fleur 
hermaphrodite) gros y columnaire^ velouté^ cilié à la 
base y diçisé au sommet en 2 languettes divergentes y 
arquées en dehors^ à surface supérieure plane , gla' 
brCy très'lisse^ autrement colorée que P inférieure. 

Plantes herbacées ou ligneuses. Feuilles alternes ou rarement opposées. 
Flçurs jaunes-; quelquefois celles de la couronne sont blanches ou pour- 
pres. Réceptacle alvëolé, souvent en outre fimbrilleux. Écailles-involn- 
crales ordinairement imbriquées, quelquefois S-scriëes, rarement 4 -sé- 
riées, très-souvent soudées inférieurement. Capitules multiflores, à disque 
souvent masculifloire vers le centre , et androgyniflore vers la circonfë* 
rence. Corol)e-staminifère a segments longs, étroits, souvent calleux au 
sommet et subcartilagineux. Staminés ^ filets soudés jusqu''au sommet du 
tu)>e (jle \^ corolle ; anthères souvent noirâtres en tout ou en partie ; ap- 
p|n4ices-apicilaires souvent semi-orbiculaires, et imbriqués latéralement 
dorant la préfloraison; appendices-basilaires souvent pollinifères et soudés 
coiratéralement*' Chraire obconique ( rétréci en stipe cylindracé plus ou 
moins long ) , soyeux, ou laineux, ayant une face intérieure dépourvue 
de cAtes, et une face extérieure à 5 côtes longitudinales ; sa cavité inté- 
rieure est souvent divisée en 5 loges, dont une ovolifère ( correspondant 
)i la face intérieure), et 2 stériles semi -avortées. Aigrette tantôt nulle, 
tantôt coroniforme, tantôt composée de paillettes (-eu pluri-sériées, la- 
ndnées, ou filiformes*, barbeltulées. — Cette tribu, dit M. de Cassini, 
est très-remarquable par la structure de Tovaire , surtout lorsqu'il est 
S'iocidairc. Les Arctotidées ne sont pas moins remarquables par la con- 
formation du stigmate, qui démontre leur affinité avec les Echioopodées, 
les Carduinées, les Centauriées et les Carlinées — Toutes les Arctotidées 
appartiennent aux régions extra-tropicales de l'Afrique australe. 

Genre GAZANIE. — Gazania Gœrtn. 

Involucre cylindracé ou campanule , formé d'écaillés 
2-ou pluri-sériées , un peu inégales , soudées , surmontées 
i^^'^A ^ppçndice libre , foliacé, étalé. Réceptacle conique, 
il^fpjié, pmjïilijqué en dessous. FJieurs de la couronne 1- 
^r^e9, liguUformes , neutres. Fleurs du disque herma- 
P^|:o4i^(^$^ 6-dentées. Nucules petites, pjano-convexes , 



FAMILLE DES SY^JU^TUÉRÉES. jO{3 

aptères y écostjéeSy couvertes de longs poils soyeux; ai- 
grette composée de paillettes 2-sériées , pom]9reuse8 , un 
peu inhales, membraneuses , linéaires- subulées,; fine- 
ment denticulées , en général débordées par les poils de 
Toyaire. 

Herbes , en général suffrutescentes à la base. Tiges or- 
dinairement très-courtes. Feuilles indiyisées ou pennati- 
lobées (souvent sur le même individu) , pétiolées. Pédon- 
Gojes af i})aireç ojii terminaux, longs^ nus, l-céphales. Ca- 
pitules grands. Fleurs-radiales longues , jaunes ou de cou- 
leifr orange , avec une tache noirâtre vers leur base , éta- 
lées au soleil, redressées à l'ombre et la nuit. Fleurs du 
disqueplus courtes que Tin volucre. — lues espèces suivantes 
sç ciijljtivent comme plantes d'ornement de serre tempérée. 

a) Plantet subacaulei, à souche ligneuse. Involuere subcampanulé , 

légèrement ombiliqué à la base, 

j&i^ZANiE ELEGANTE. — Gazaniu spcclosa Ijcssîng, Syn, -^ 
Mussinîa speciosa Willd. — Melanckrysum spinujosup^Çass. 
Dicl. — Feuilles glabres ouhispidcs en dessus, cotonneuses-blan- 
ctâires en dessous : les unes laacëolees-spatliulc'es ^ les autres 
pcnnatiparties : segments sublinéaires, pointus, spinelleux-ciliés. 
Pc<^onçuleç ^^spides. Involuere à appencjjices linéaires : Jes ex- 
térieurs ciliés. — Soucjhe courte, polycephale, finalement li- 
gneuse, j^iffuse. JFeui)les raides, coriaces, luisantes et d'un vert 
foncé en dessus, longues de 3 à 4 pouces, pédoncules terminaux, 
ascep^nts. plus longs que jies jfeuilles. Involuere plus ou moins 
hispide. Fleurs - radiales longues d'environ i5 lignes, de cou* 
Jeor orange , bidentées au sommet. — Indigène du Gap. 
Fleurit au printemps, 

Gazanie OEil de paon. — Gazania Pavonia B. Br. in 
Hort. Kew. — Bot. l^eg. tah. 35. — Herb. de l'Amat. vol. 6. 
— Gorteria rigens Thunb. (non Linn.) — (iorteria pavonia 
Andr. Bot. Rep. tab. 5a3. — Feuilles hispides en ^essu^, co- 
tonoeuses-blanbhâtrcs en dessous : les unes indivisëes , sun- 
spatbulées^ les autres penuatiparties : segments elliptiques ou 



iOi CLASSE DES COMPOSÉES. 

oblongs, dëcurrents, réyolutcs aux bords. Pédoncules glabres, 
a à 3 fois plus longs que les feuilles. layolucre à appendices 
trîan^laires , pointus : les intérieurs plus longs que les exté- 
rieurs. — Plante semblable à respëce précédente par le port. 
Fleurs un peu plus grandes : les radiales de couleur orange , 
avec une grande tacbe noire vers la base. — Indigène du Gap. 
Fleurit au printemps. 

Gazanie raide. — Gazania rigens R. Br. 1. c. — Gorteria 
rigens Linn. — Mill. le. i, tab. 49. — Bot. Mag. tab. go. — 
Melanchrysum rigens, Cass. Dict. — Feuilles glabres en des- 
sus, cotonneuses (trcs-blanches) en dessous : la plupart indi- 
visées, spatbulées, obtuses. Pédoncules glabres, à peu près aussi 
longs que les feuilles. Involucre à appendices inférieurs subciliés, 
et à appendices supérieurs subscarieux, obtus. — Plante sem- 
blable aux 2 précédentes par le port. Fleurs plus grandes : les 
radiales longues d'environ 18 lignes , de couleur orange^ avec 
une grande tacbe noirâtre vers leur base. — Indigène du Cap. 
Fleurit au printemps. 

b) Plantet à Hget rameutet , herbaeéet , feiiillées, Involucre turbiné , 

profondément ombiliqué à la base. 

Gazanie a PEDONCULES SOLITAIRES. — r Gazania uniflora 
Sims , Bot. Mag. tab. 270. — Loddig. Bot. Cab. tab. 795. 
— Gorteria uniflora Linn. — Mussinia uniflora Wil!d. — 
Tiges décombantes. Feuilles glabres en dessus, cotonneuses- 
blanchâtres en dessous, oblon gués- spatbulées, obtuses, subrévo- 
iutées aux bords, très-entières, ou pauci- dentées. Pédoncules 
aicillaires, plus longs que les feuilles. — Tiges longues de i pied 
■à 2 pieds, suffruiescentes à la base. Feuilles longues de 2 à 4 
pouces, un peu cbarnues^ raides, d'un vert foncé en dessus. Pé- 
doncules grêles, glabres, ascendants. Involucre glabre, à ap- 
pendices subovales, acumioés, cotonneux ou floconneux \'ers les 
bords. Fleurs- radiales à corolle longue de 8 à 12 lignes , im- 
maculée^ d'un jaune de citron. — Indigène du Gap. Fleurit tout 



FAMILLE DES SYMÂNTHJÉRÉES. '105 

Genre ARCTOTIS. — Jrctotis Linn. 

loTolucre subhémisphérique , composé» d'écaillés im- 
briquées, appliquées, coriaces: les extérieures ovales, sur- 
montées d'un appendice étalé , linéaire-subulé , foliacé ; 
les intermédiaires inappendiculées ; les intérieures oblon- 
gues , surmontées d'un appendice décurrent, large , ar- 
rondi, membraneux, scarieux. Réceptacle plan ou un 
peu convexe , charnu , à alvéoles fimbriées. Fleurs de la 
couronne 1-sériées, liguliformes , femelles. Fleurs du 
disque : les extérieures hermaphrodites ; les intérieures 
mâles. Ovaire (des fleurs femelles et des fleurs hermaphro- 
dites) turbiné , très-poilu , 5-costé sur la face externe , à 
3 loges dont 1 seule ovulifère , et les 2 autres beaucoup 
plus petites , stériles , remplies de parenchyme. Nucules 
très-poilues, ' subturbin ées, triptères au dos ; ailes ordi- 
nairement dentées : la médiane plus étroite , rectiligne ; 
les 2 ailes latérales involutées, plus larges. Aigrette 
composée de paillettes 2-sériées , scarieuses , diaphanes , 
oblongues , arrondies au sommet : celles de la série inté- 
rieure ordinairement au nombre de 8. 

Herbes (caulescentes ou acaules) ou sous-arbrisseaux. 
Feuilles indivisées ou pennatilobées , pétiolées , souvent 
cotonneuses en dessous. Pédoncules solitaires , terminaux , 
nus , 1-céphales. Fleurs du disque plus courtes que l'invo- 
lucre : les mâles dépourvues de stigmate^ à ovaire rudimen- 
taire , presque inaigretté. Fleurs-radiales à coit^Ue longue , 
lancéolée-oblongue, légèrement 2-ou S-denléiJr^au sommet, 
le plus souvent de couleur orange, avec une tache npirâtre 
vers leur base. Ovaire à poils soyeux, très-longs y biapicu- 
lés, dressés, appliqués. Fimbrilles-réceptaculaires longues, 
filiformes, inégales. — Toutes les espèces de ce genre crois- 
sent dans les contrées voisines du Cap de Bonne-Espérance. 
Celles dont nous allons faire mention sont remarquables 
par l'élégance de leurs fleurs , et se cultivent comme plan- 
tes d'ornement de serre tempéréer 



j06 CLASSE DES COMPOSÉES. 

A. Plantes subacauïes, à souche suffrutescente. 

Arctotis agaule. — Arciotis acaulis fjjnn. — Bot. Q.eg. 
tab. 122. — Ahrctotis 5ca;?igera Thunb. — Arctotis humilis 
Salisb. — Arctotis tncoZor Jacq. I^ort. Scbœnbr. 2, tab. i5g. 

— Arctotis undulata Jacq. |. c. tab. 160. — Arctotis speciosa 
Jacq. 1. c tab. i6ï. — Bo^. Mag. tab. 2182. — Feuilles ip- 
divisces ou snblyrées ,> scabres on pubescentes en dessus , co- 
touneuscs-blanchâtres en dessous. Pédoncule dresse', cotonneux, 
poilu. — Feuilles longues d'environ i pied. Pédoncule aussi 
long ou plus long que les feuilles. Fleurs-radiales d'un jaune 
pâle, ou blanchâtres, ou orangées en dessus, en général pournr^ 
en dessous. Fleurs du disque d'un pourpre foncé. 

B. Plantes à tiges simples ou rameuses , feuiUées» 

Arctotis allonge. — ^fçtptis elong^fq Tbunb. FJpr. C^p. 

— Arcfotis grandiflorcf fiort, p.ew. (non J^çq.) — Jige Jipr- 
bacée , rameuse , cotonneuse jnférjcurenjppj , g)abresc^nt^ vjere 
le sompet. Feuilles sipueuse^, su]3lyrées, a^'apéeuses en (}essus, 
soyeuses-argeptées en dessous : §(egn^^nt |e^^^pa^ 3 -pu 5-neryé. 
Rameâux icépbalcs., — pcaijles-invojucraleç injtérieures à ap- 
pendice oblong-obpyale. f'Jeurs-radia^es poyfprçs ep des^piis , 
blanches en <|essuç avec ivje zope jaune ^p i^lieii , e^ upp zonp 
rouge vers ^a base. FJeur? cju Risque ^}^n ftopfp.re Jjrupl^rp. 

Arctotis a feuilles ltrqites. — ArçtoJi§ (P}S¥^^\f9li^ 
Lion, (non Jacq.) — Arctotis decumffçfis façq. f^pn- §çhopïjfjr. 



nervees, scabres en dessus, cotonneuses en dessous, inauricuiccs' 
à la base. Pédoncules poilus , à peine plus long$ que }e|feaille$. 
— Tige dressée ou ascendante. Fleurs-radiales jaunes en ^l^i^^, 
d'un rouge de cuivre en dessous. 

Arctotis a feuilles de Pâquerette. — Arctotis belUdi" 
folia Bcrg. Cap. — Arctotis muricata Tliun|). Cap. — ^ctp- 



FAMILLE DES SYNÀNTHÉRÉES. 107 

tis paniculata Jacq. Hort. Schœnbr. 3, tab. 38o. — Tige hîs- 
pide ou un peu cotonneuse, herbacée , ascendante; rameaux 
ailonge's , nus au sommet. Feuilles hispides en dessus , coton- 
neuses et scabres en dessous ^ oblongues : les supérieures cor- 
diformes-auriculées à la base , dentées , ou lyrées, ou sinuécs- 
pennatifîdes. Pédoncules scabres. Écailles -involucrales pubes- 
centes. 

Arctotis lisse. — Arctotis lœvis Thunb. Cap, — Arctotis 
glabrata Jacq ►Hort. Scbœnbr. 2, tab. 175. — Arctotis gran- 
di flora Jacq. 1. c. 3 , lab. 3-^8. — Arctotis squarrosa Jacq. 
1. c. 2, tab. 177. — Tige ligneuse , rameuse. Feuilles plus ou 
moins profondément incisées , ou pennatifîdes y glabres aux 2 
faces, ou aranéeuses : les supérieures semi-amplexatiles. Pé- 
doncules nus, plus longs que les feuilles. — Fleurs-radiales jau- 
nes ou de couleur orange, longues de 12 a 18 lignes. 

Arctotis décurrent. — Arctotis decurrens Jacq. 1. c. 
tab. i65. — Tige suffrutescente, rameuse. Rameaux plus ou 
moins poilus. Feuilles un peu hispides aux 2 faces, indivisées, 
obloDgues-obovales , à peine dentées, décurrentes sur leur pé- 
tiole. — Fleurs-radiales blanches en dessus , avec une bande 
noirâtre vers leur base , roses en dessous. 

Arctotis rampant. — Arctotis reptans Jacq. 1. c. 3 , 
lab. 182. — Tige herbacée, ascendante, rameuse. Rameaux 
hispides , feuillus. Feuilles hispides , subincanes en dessous , 
oblongues-obovales, sinuées-pcnnatilobécs, auriculées à la base, 
amplexatiles. — Fleurs-radiales d'un jaune pâle en dessus , 
striées de jaune et de pourpre en dessous. 

Arctotis superbe. — : Arctotis fasta^os ^apq. 1. c. ^ , 
taj). 166. - — Arctotis spinulosa Jacq. ). p. \^, ijSy. — "^igjB 
herbacée , dressée , rameuse , hispide. Fçjgiiljes sinjij^jBS pif ^en- 
tées, oblongues, poilues. Écailles- in volucrales externes à appen- 
dice cilié, réfléchi, ou étalé. — Fleurs-radiales grandes, de 
couleur orange, avec une zone pourpre vers îeur base. 



'lOS CLASSE DES COMPOSÉES. 

Arctotis aurigule. — Arciotis auricutata Jacq. I. c. 2, 
tab. 169. — Arctotis incisa Thunb. CaL]^.'-' Arctotis mêla* 
noc^ycla Willd. — Jacq. fil. Eclog. i, lab. 5i. — Arciotis 
aspera Lion. — Arctotis macuîata Jacq. Le. 3, tab. 879. 
— Arctotis auréola Ker, Bot. Reg. tab. 32. — Arctotis eu- 
prea Jacq. 1. c. tab. 176. — Arctotis arborescens Jacq. 1. c. 
tab. 171. — Arctotis lyrata et Arctotis hicolor Willd. — 
Tige dressée, rameuse, sufTrutescente à la base. Feuilles coton- 
neuses aux 2 faces, ou seulement en dessous et bispides.cn 
dessus , pennatifîdes , ou lyrëes : les supeneurcs cordiformes- 
amplexicaules à la base. Rameaux i-cëpbales, nus et coton- 
neux vers leur sommet. — Feuilles à lobes plus ou moins al- 
longés, très-entiers, ou dentcs , de forme très-friable. Flcurs- 
radiales de couleur orange , ordinairement noirâtres vers leur 
base, quelquefois roses en dessous. 

Arctotis revolute. — Arctotis revoluta Jacq. 1. c. 2 , 
tab. 178. — Tige dressée, herbacée. Rameaux anguleux, striés, 
cotonneux. Feuilles pennatîfides , incanes en dessus^ coton- 
neuses en dessous : lobes sublancéolés , dentés , réyolutés aux 
bords. Pédoncules bispidules. Écailles-involucrales externes à 
appendice arqué en dehors. — Fleurs-radiales jaunes , avec une 
bande noirâtre vers leur base. 

Arctotis a feuilles de Stechade. — Arctotis stœchadifo- 
lia Berg. — Arctotis grandis et Arctotis decumbens Thunb. 
Cap. — Arctotis rosea Jacq. 1. c. 2, tab. 162. — Tige li- 
gneuse à la base, rameuse. Feuilles arauéeuscs en dessus , co- 
tonneuses -incanes en dessous , linéaires ou oblongnes , dentées, 
ou incisées , rétrécies vers leur base, scssiles, ou semi-amplcxi- 
caules. Ëcailles-involucrales externes arquées en dehors , co- 
tonneuses. — Rameaux-florifcres plus ou moins allongés. Fleurs- 
radiales roses ou jaunes. 



ËAMitLiS DÊâ SYNA^THéil^Êâ. 40d 



VIP TRIBU. LES CALENDULÉES. -^CALENDU^ 

LE JE Gass. 

Capitules hétérogames^ radiés. Corolle'Stamini/ere ré- 
gulière y droite , tubuleuse y S-fide , à segments demi- 
transparents. Corolle des fleurs-radiales liguliforme, 
Étamines a filets glabres ; anthères à appendices-ba- 
silaires subulés. Stigmates {de la fleur hermaphrodite) 
courts , larges , obtus , divergents^ arqués en dehors : 
surface supérieure plane, lisscy bordée de 2 gros bour- 
relets veloutés, oblitérés vers le sommet^ confluents à 
la base avec les bourrelets de Vautre stigmate; surface 
externe convexe^ terminée en cône pubescent. Oi^aire 
inaigretté^ considérablement accrescent après la flo- 
raison* 

Plantes herbacées ou ligneuses, quelquefois épineuses. Feuilles ordi- 
nairement alternes. Corolle jaune ou orangée, moins souvent blanche, ou 
pomrinre, ou bleue. Écailles-involncrales 4 -sériées ou pauci-sériées. Kë- 
cepucle inappendîculé , ou rarement fîmbrillifère. Capitules multiflores; 
flears*radiales femelles , ou par exception neutres ; fleurs du disque mâ- 
les, ou rarement toutes hermaphrodites : quelquefois les centrales mâles, 
et les extérieures hermaphrodites. Corolle-staminifère pyriforme en prc- 
floraison. Etamines à filets soudés jusqu'au sonomet du tube de la corolle; 
article-antbérifère à peu prés conforme au filet; anthères noirâtres on 
brunâtres ; appendice-apicilaire libre , subcordiforme , cartilagineux ; 
appendices-basilaires non-pollinifères inférieurement , en général libres. 
Otaire cylindracé ou obové ( abstraction faite des appendices), quelque- 
fois comprimé bilatéralement, glabre. Nucoles en général dissemblables : 
les extérieures ordinairement difformes. Stigmates des fleurs femelles 
longs , filiformes. Stigmates des fleurs mâles soudés en forme de cône 
poilu à la surface externe. 

Les Galendnlées se distinguent par une odeur aromatique, qui leur est 
particulière ; la plupart des espèces habitent l'Afrique, et surtout la ré- 
gion du Cap de Bonne-Espérance; les autres croissent en Europe et en 
Asie, c Cette tribu , • dit M. de Cassini» « a de l'affinité ayec les Arcto- 



i\Ù ctis&t l)£s coiipbsÈÈs. , 

» tidéês, ainsi qu'avec les Hélianthëes-Millériées. Si nous n'aTions pas 
M cm devoir restreindre, autant que possible, la trop nombreuse tribn 
» da UéBahtliées, nous y aorions compris celle des CStlendoléeSy qui est 
p trés-faiblement caractérisée. » 



Genre SOUCI. — Calendula Linn. 

• 

Capitules èubhémisphéricfues. Involucre à écailles sub- 
uniéériéès , subisomètres , linéaires , pointues ^ foliacées , 
étalées pendant la floraison , puis réfléchies. Fleurs-radia- 
les pliirisériées , femelles , toutes fertiles. Fleurs du disque 
mâles , toutes stériles. Réceptacle convexe , presque plan , 
inappendiculé. — Fleurs mâles : Ovaire droit , grêle , lisse, 
cylindrique, inovulé, plein intérieurement. Corolle sub- 
infondibuliloime ; tube plus court que le limbe ; limbe 
à 5 segments inappendicùlés. Style long, filiforme. Stigmate 
court , conique , poilii , écdancré atl sommet. — fleurs fe- 
melles : Ovaire subcylindracé, très-arqué en dedafas. Style 
court. Stigmates longs , filiformes , papilleux vers le som* 
met, glabres inférieurement. Corolle à languette oblon- 
gue , tridentée. Nucules dissemblables , subcoriâces , ptiis 
ou nioins infléchies, muriquées, ou aristées au dos : les 
extérieures grêles , aptères , arquées , rostrées ; les sui- 
vantes cymbiformes , bordées d'une aile chartacée ; les in- 
térieures beaucoup plus petites, annulaires, aptères, non- 
rostrées ; certaines espèces n^ont point de nucules ailées , ou 
point de nucules longuement rostrées. (jrraine inadhérente. 

Herbes annuelles , visqueuses par un duvet glanduli- 
fère. Tige rameuse, feuillée. Feuilles indivisées, ordi- 
nàiretiient denticulées , molles : les radicales rétrécies en 
pétiole; lés caulinairès sessiles. Capitules solitaires, ter- 
minaux, dressés, pédoncules. Fleurs-radiales à corolle 
plus longue que Tiuvolucre , barbue à la base , d'im jaune 
de citron, ou orange. Fleurs mâles à corolle brunâtre, plus 
courte que Tinvolucre , munies d'un nectaire cyliddracé , 
charnu , blanchâtre. 



FAMILLE DKS SYNÂIÎTHEREES. lil 

1 

Souci officinal. •— Calendula officinalis Linn. — Black w. 
Hcrb. tab. 106. — Bol. Mag. tab. 3204. — Gaertn. Fruct. 
tab. 168. — Calendula denticulata Schousb. — Caltha offi^ 
cinalis et Calthà dentata Mœnch, Metb. — Fleurs-radiales 
3 à 4 ^ois plus longues que Tinyolucre. Nucules-margînales 
plus ou moins longuement rostre'es, muriquées au dos; nu- 
cules-intermëdiaires largement ailées ( à aile très-entière ), 
tantôt murique'es au dos, tantôt très-lisses; nucules - internes 
sillonnées , tuberculeuses. — Plante haute de »/, pied à i i/, 
pied^ ordinairement très-rameuse. Tige dressée, anguleuse; 
rameaux ascendants ou divergents. Feuilles très- entières ou si- 
nuolées-denticulées, d'un vert gai : les inférieures obovales-sga- 
tbulées, ou oblongnes-oboyales , très-obtuses, mucronulées : les 
supérieures obloogues pu lancéolées-oblongùes, pointues. Fleurs- 
radiales à corolle tantôt rouge, tantôt d'un jaune de citron^ lon- 
gue de 9 à i5 lignes. Capitules-fructifères denses, subglobulcux^ 
ombiliqués au centre , du volume d'une petite Noix. 

Cette espèce, nommée yulgairçment Souci ^ ou Souci des jar- 
dins ^ croit spontanément dans l'Europe australe et dans le nord 
de rÂirique. On la cultive comme plante d'ornement^ elle fleu- 
rit durant tout l'été; dans les jardins ses fleurs sont fréquem* 
meba doubles , c'est à-dire que la plupart des corolles du disque 
deviennent liguliforines. Toutes les parties du Souci officinal 
ont une odeur résineuse peu agréable. L'infusion des sommités 
fleuries possède des propriétés sudorifîques , antispasmodiques , 
et enunénagoguës. 

Souci DES CHAMPS. ■— Calendula arç^nsis Linn. — -Ëull. 
fecfî). tai). 23q. — Caltha arvensis IVIœhcb , Meib. — Fleurs- 
radiales de moitié à 1 fois pliis longues que rmvolucre. Nu- 
cules comme celles de l'espèce précédente. — Plante sem- 
blable à l'espèce précédente , mais plus petite en toutes ses 
larties. Tiges ascendantes ou diffuses. Fleurs-radiales à corolle 
ongue de 3 à 6 lignes, ordinairement d'un jaune orange. — 
[]lette espèce , iionunée vulgairement Souci sauvage , oii Souci 
des vignes y h'est pas rare dans les vignes et les cbamps; elle 



4^2 CtASâË DÈS COMPOSÉE^. 

fleurit depuis mai et juin jusqu'au commencement de Ftiiver; 
ses propriétés sont les mêmes que celles du Souci officinal. 

Genre DIMORPHOTHÈQUE. — Dimorphotheca Vaill. 

Capitules subhémisphériques. Fleurs-radiales l-sériées, 
femelles^ fertiles. Fleurs du disque : les unes (centrales) 
mâles , stériles ; les autres hermaphrodites , fertiles, in •> 
yolucre subcampanulé , à écailles linéaires-lancéolées, à 
peu près égales , foliacées. Réceptacle plan ou conique , 
nu. — Fleurs-radiales : Corolle à languette elliptique-ob- 
longue y 3-dentée au sommet ; tube et base du limbe hé- 
rissés de poils articulés. Stigmates longs , filiformes , ob- 
tus , à bo urrelets glabres. — Fleurs du disque : Corolle in- 
fond ibuliforme , à tube très-court : celle des fleurs mâles à 
segments calleux au sommet ; celle des fleurs hermaphro^ 
dites à segments non-calleux. Stigmates des fleurs herma- 
phrodites libres , divergents , barbus en dessous au 
sommet. Stigmates des fleurs mâles non-divergents , très- 
courts. Nucules minces y chartacées : celles des fleurs-ra- 
diales plus courtes, claviformes, obtuses , subtrigones ou 
trièdres , tuberculeuses , un peu courbées; celles du disque 
comprimées bilatéralement, droites, spathulées, bordées 
d'une large aile obcordiforme , membraneuse, subdia- 
phane, munie d'une nervure intra-marginale. 

Plantes herbacées ou sufi'rutescentes , plus ou moins 
visqueuses, pubérules , ou cotonneuses. Tige rameuse^ 
feuillée. Feuilles dentées , ou incisées-dentées : les infé- 
rieures rétrécies en pétiole ; les supérieures sessiles. Capi- 
tules solitaires , terminaux , pédoncules , dressés. Pédon- 
cules nus , plus ou moins épaissis au sommet. Écailles-invo- 
lucrales étalées pendant Tépanouissement', puis dressées et 
conniventes. Fleurs-radiales à corolle longue , blanche 
(du moins en dessus), avec une zone violette à la base du 
limbe, ou jaune, étalées seulement au soleil , redressées et 
conniventes à l'ombre. Fleurs du disque plus courtes 



FAMILLE DES SYNAMTHÉRÉES. i\ù 

que rinvokicre, à corolle jaune ou blancliâlre. ^ Toutes 
les espèces de ce genre croissent au Cap de Bonne-Espé- 
rance ; les suivantes se cultivent comme plantes d'orne- 
ment. 

a) Plantes annuelles, Tfueules du disque très-lùses, 

DiMonpuoTHEQUE PLUVIALE. — Dimorphothcca ptut^iaîis 
Mœnch, Metb. — Calendula pluviàUs Lîqd. — Mill. le. tab. 
79, fig. 1, — Calendula hyhrida Sweet, Brit. Flo^v. Gard, 
tab. Sg. (non Linn.) — Plante pubërule, visqueuse. Feuilles. 
e'rosé< s-denticule>s ou sinue'cs-pennatifîdes. Pe'doncules gicles, 
peu épaissis au sommet. Nucules marginales subtrigones, tu- 
berculeuses à toute la surface. Nucules du disque petites , exac- 
tement obcordiformes , à aile e'paissic aux bords. Fleurs-radiales 
à corolle discolore. — Plante haute d'environ i pied. Tige dres- 
sée j en ge'ncral rameuse dès la base ; rameaux grêles , dressés , 
souvent paniculés au sommet. Feuilles un peu charnues , d'un 
vert clair : les inférieures oblongues-obovales , ou obovales , ou 
oblongues-spathulees, quelquefois lyrëes ; les supe'rieures oblon- 
gues, ou sublinéaires, re'trécies vers leur base. Écailles-involu- 
crales membraneuses aux bords. Fleurs-radiales a corolle lon- 
gue de 5 à 7 lignes , jaunâtre ou violette en dessous. Nucules 
brunâtres : celles du disque longues de 2 à 3 lignes. 

DimorphothÈque a gros PEDONCULES. — Dimorphotheca 
incrassata Mœnch, Meth. — Mill. le. i , tab. yS , fig. 1 — 
Calendula hjrbrida Linn. — Dimorphotheca crassipes Cass. 
— Plante pube'rule-incane , peu visqueuse. Feuilles érose'es ou 
sinuc'es- crénelées. Pédoncules assez gros : les fructifères clavi- 
formes au sommet. Fleurs-radiales à corolle oon-diseolore. Nu- 
cules miu:ginales distinctement trièdres : angles ercnelcs^ faces 
lisses ou presque lisses. Nucules du disque grandes, oblongues- 
obovales, rctuses, à aile non* épaissie au bord. — Plante ayant 
le même port que la précédente ;> tige et rameaux en général plus 
forts. Feuilles d'un vert glauque, charnues, trbs-obtuses, la plu- 
part oblongues. Écailles-involiiferales immarginées. Corolle des 

BOTAIUQUR. PHAK. T. X. O 



il4 CLASSE DES COMPOSÉES. 

flcurs-rddialcs longue de 6 à 8 pouces. Nucules du disqqç Ion- 
gaes de 5 à 6 lignes, sur 2 à 3 lignes de large (y compris l'aile). 

• 

b) Herbes vivaeee, iuffruteieenUê d l« hase, Nueules du disque seabret au» 

bords. Flewrs radiales d corolle blanche enrdessus. 
DlMORPflOTHÈQUE A FEUILLES DE GrAMINEE. -^ DimorpJlO- 

theca graminifolia De Cand. Prodr. — Calendula gramini' 
foUa Linn. ^Mill. le. tab. 76, fîg. i. — Bot. Reg. tab. 289. 
— Arctotis tenuifoliaVovceX. — Souche multicaule , finalement 
ligneuse. Rameaux très-simples, x-cépliales, feuillus à la base, 
presque nus supérieurement. Feuilles linéaires ou linéaires-spa- 
thulées, trcs-élroites , très-entières ou pauci-denticulées. — Ra- 
meaux dressés ou ascendants, grêles , effilés, hauts de i pied à 
2 pieds. Feuilles longues de 3 à 5 pouces, larges de 7^ de li- 
gne à I ligne , obtuses , ou pointues , sessiles , glabres et lisses , 
ou scabres et pubérules. Capitules longuement pédoncules. 
Écailles-inyolucrales membraneuses aux bords , acérées. Fleurs 
radiales à corolle longue de près de i pouce , violette en des- 
sous. 

Dimorphothèque Tragus. — Dimorphotheca Tmgus De 
Cand. Prodr. — Calendula Tragus Jacq. Hort. Schœnbr. 2 , 
lab. i53. — Bot. Mag. tab. 1982. — Tige suffrutescente , ra- 
meuse. Rameaux feuillus presque jusqu'au sommet^ glanduleux 
et scabres de même que les feuilles. Feuilles sublinéaires , acu- 
minées, pauci-denticulées : les inférieures subsinuées. Capitules 
courtement pédoncules. — Fleurs -radiales à corolle pourpre en 
dessous. 

c) Sous-arbrisseaux, Fleurs-radiales d corolle jaune. Nucules du disque ■ 
lisses. NueuleS'radiales trièdres , tuberculeuses seulement aux angles. 

• 

Dimorfhothèque cunéiforme. — Dimorphotheca cuneata 
De Cand. Prodr. — Calendula cuneata Tliunb. Cap. — Ca^ 
lendula viscosa Andr. Bot. Rep. tab. ^12. —Arctotis gluii- 
nosa Sims, Bot. Mag. tab. i343. — Tige suffrutescente, gla- 
bre, rameuse, feuillue. Feuilles cun ciformes, incisées-dcntées , 



FAHJU.E 

subdécurrentes, glabres. ! 
cotonneuses aux bords. 
couleitT orange. 

DnfORPHOTBÈQirE PB 

Cass. — Calendulaflac 

photkeca aurwitiaca J)i 

sée. Rameaus i-céphalt 

Feuilles linéaircs-oblongi 

scabres. Ëcailles-ioToluci 

scabres au dos. — Feuill 

a k 3 lignes. Capitules longuement pédoncule's. Fleurs-radiales 

à con^ de couleur orange , longue de i pouce. 

Genre ARNOLDIE. — Anwldia Cass. 

Ce genre ou sous-genre ne diffère essentielleuient du 
précédent qu'en ce que toutes les fleurs du disque sont 
hermaphrodites , et absolument privées d'appendices cal- 
leux derrière le sommet des divisions de la corolle. < — Les 
fleurs-radiales sont munies de 5 étamines stériles. — On 
ne conuail: d'autre espèce que la suivante. 

Arnoldie X F£Dn.LES OE Cbrysahtbèhe. — jimoldia au- 
rea Cass. — Calendida chrysantkemifoUa Vent. Malm. tab. 
56. — Bot. R^. tab. 4o. — Bot. Ma g. tab, aai8. — Dimor- 
pkotheca chrysanthemifolia De Cand. Prodr. — Arbuste haut 
de 3 pieds ou plus. Rameaux dressés, effilés, striés, subcyliii- 
driqucs, I -c^pbalcs , feuilles presque jusqu'au sommet. Feuilles 
obovales, ou oblougues-obovales , ou laocéolées-oblongucs , ob- 
tuses, ou pointues, incisées-dentées , ou snbpennaù&des , ré- 
trécies en pétiole , finement pubéniles , un peu charnues , d'un 
vert glauque. Ëcailles-involucrales acérées , membraneuses aux 
bords, à peine plus longues que les fleurs du disque. Fleurs 
radiales à corolle longue de près de i pouce, d'un jaune orange. 
Nucules-^adiales trièdres , à angles tantàt entiers, taniôi créne- 



H6 CLASSE DES COMPOSÉES* «. 

lés. .Niicale%^ida,ij[^que obovalcs, lisses, largement ailées. -^ 
Cette plante, ^ri^a&e du Cap de Bonne-Esperance , se cultive 



comme aiéffSt$Wm^^U 

T ib n ia I I iiiiil m ii 1 — 



Vffl» TRÎBU. liES TAGÉTINEES. — TAGETINEM 

Cass. 

Capitules hétérogames ( radiés ou discoïdes) y ou rare- 
ment homogames. Corollestaminifère droite^ tubu- 
leusey 5;/îfife, à segments ordinairement inégaux. Fruit 
longj étroit, ordinairement subcylindracé et strié^ por* 
tant une aigrette composée de plusieurs paillettes 
persistantes f fortes y raides, fermes y cornées j ou coria" 
ces^ non-fragiles, — Involucre et feuilles ponctués de 
glandules contenant un suc d^une odeur particulière 
( en général forte et désagréable ). 

Plantes herbacées ou suffrutescentes , inermes, en général glabres. 
Feuilles opposées ou alternes, pennées, ou pcnnatifides, ou indiviiées, sou- 
vent frangées ou ciliées vers leur base. Fleurs presque toujours jaunes 
ou orangées : les radiales souvent veloutées. Capitules multiflores ou 
pauciflores, le plus souvent radiés : fleurs-radiales femelles, lignliformcs 
( à ligule cunéiforme ou obovale), peu nombreuses (excepté chez certai- 
nes variétés de culture dites à fUvktt doublée, où la plupart des fleurs du 
disque sont aussi liguliformes) ; fleurs du disque hermaphrodites. Récep- 
tacle inappendiculé ou fimbrillifére. In volucre à écailles libres ou soudées, 
ordinairement 4 -sériées. Corolle-staminifère à limbe ordinairement très- 
peu distinct du tube, divisé en lanières longues, linéaires^ dont la face 
supérieure est hérissée de papilles piliformes. Étamines à article- an thé* 
rifère long, conforme au filet ; appendice-apicilaire ordinairement dcmi- 
lancéolé» obtus; appendiccs-basilaircs presque nuls. Ovaire (des fleurs her- 
maphrodiies) cylindracé ou prismatique, long, étroit (quelquefois un peu 
comprimé), obscurément et irrégulièrement anguleux , légèrement strié, 
hispidule, quelquefois pourvu d'un bourrelet-basilaire très-élevé. Aigrette 
le plus souvent irrégulière, composée de paillettes 4 -ou pluri-sériccs, or- 
dinairement soudées par la base. Style (des fleurs hermaphrodites) cou- 
ronné d« 2 stigmates divergent*, arqués en dehors pendant la floraison. 



FAMILLE VE& SYNA»TU£RÉ£S. 417 

longs, dcmi-cylindriquGS , terminés en demi-cône obtus : face supérieure 
couverte de 2 bourrelets demi-cy1indri<jAs, finement papilleux» presque 
contigu8> oblitérés vers le sommet; face inférieure convexe, pubescente 
au sommet; chez plusieurs espèces les 2 stigmates sont soudés presque 
jusqu'au soqimet. 

<c Les Tagëtinées, » dit M. de Gassini, a ne sont réellement qu'une 
> section très-naturelle et très-remarquable de la tribu des Hélianthées, 
» dont ellef diffèrent principalement par la forme de l'ovaire; elles ont 
» surtout la plus grande affinité avec les Hélianthécs-Hcléniée5, ainsi 
» qu'avec les Hélianthées-Coréopsidées, et un genre d'Hélianthées-Pro- 
3 totypes ; cependant quelques Tagélinées' semblent se rapprocher des 
y» Sénécionécs ou des Âstérées ; mais c'est surtout pour diminuer un peu 
3 la trop grande tribu des Hélianthées, que nous nous sommes décidés 
» à ea s^arcr les Tagétinécs. » — Presque toutes les Tagétinées habi- 
tent TAmérique; elles sont remarquables par Fodeur forte et peu agréable 
dont sont imprégnées toutes leurs parties. 



Genre TAGETE. — Tagetes Tourn. 

Capitules radiés : disque multiflore; co^aitipne 5-10- 
flore , 1-sériée (excepté chez les variétés de culture dites à 
fleurs doubles). Inyolucre plus court que les fleurs du 
disque, campanule, ou subcylindracé, simple, 5-10-denté. 
Réceptacle convexe, subhémisphérique, non-fimbrillifère. 
— Fleurs radiales .* Corolle à limbe obovale ou cunéiforme, 
ample , arrondi au sommet , glabre , finement velouté en 
dessus. Stigmates filiformes 9 glabres,' inappendiculés. «— 
Fleurs du disque : Corolle infondibuliforme , inégalement 
5-fide : segments oblongs, pubescents en dessus, épaissis 
en bourrelet aux bords. Style à 2 stigmates libres , diver- 
gents, semi-coniques et poilus au sommet. Nucules minces, 
subcoriaces, linéaires, comprimées,' un peu aiq^Dileuses , 
scabres : les radiales un peu plus larges ; aigrettexc^posée 
d'environ 5 paillettes 1-sériées , inéjgales , dîsieitil^bles , 
de forme variable , subcoriaces, blanchâtres , luisantes , 
denticulées aux bords : une ou deux des paillettes libres ou 
presque libres , subulées au sommet chez les fleurs du 
disque, tronquées chez les fleurs«radiales ; les autres pail- 



il8 CLASSE DES COMPOSÉES. 

lettes plus ou moins soiulées inférieurement^ obtuses ou 
tronquées au sommet. • 

Herbes annuelles. Tige rameuse, feuillée, anguleuse. 
Feuilles pennées ; folioles denticulées, ou dentelées, ou in- 
cisées -dentées : dents souvent sétifères au sommet. Capi- 
tules solitaires, dressés. Pédoncules terminaux, fistuleux, 
claviformes au sommet. Capitules ovoïdes en préfloraison. 
Involucre un peu charnu , verdàtre , plus court que les 
fleurs du disque , à dents courtes ,.dressées. Fleurs-radiales 
à corolle grande^ jaune, ou discolore ( brunâtre en dessus, 
jaune en dessous). Fleurs du disque à corolle jaune^ glabre 
à la surface externe. — Ce genre est propre au Mexique. 
Les espèces suivantes se cultivent conune plantes de par- 
terre ; mais il est à regretter qu'elles ne soient pas aussi 
agréables à l'odorat qu'à la vue. 

Tagète élevée. — Tagetes erecta Linn. — Tagetes gran- 
dira Hortal. — Tige et rameaux dressés. Folioles étroites , 
lanoéolées , dmticulëes , sessiles . Pédoncules solitaires. Involu- 
cre exactement campanule. CoroUesiradiales cunéiformes-obo- 
valeS) subbild)ée8, jusqu'à 3 fois plus longues que les fleurs du 
disque. "^ Plante très-rameuse , haute de a à 4 pieds. Corolles- 
radiales à ligule loDgue d'environ i pouce , d'un jaune de citron 
ou de safran, quelquefois rayée d'orange, ou blanchâtre. — 
Cette espèce est nommée vulgairement Œillet d'Inde, Grand 
Œillet dinde y ou Rose dinde; elle fleurit de juillet en oc- 
tobre ; elle est fréquemment à fleurs doubles , c'est-à-dire que 
la plupart des fleurs du disque sdnt liguliformes. . 

TAoiïE ÉTALÉE. — Tagetes patula Linn. — Dill. Elth. tab. 
279, fig. 36l. — Bot. Mag. tab. i5o. — Tige dressée; ra- 
meaux plus ou moins divergents. Folioles lancéolées ou laticéo* 
lécs-oblongueS , dentelées , ou denticulées , courtemcnt pétiolu- 
lées. Pédoncules solitaires. Involucre subcylindracé. Corolles^ 
radiales souvent à peine aussi longues que les fleurs du disque. 
— PlaUte trè^touffbe, en général moins élevée que l'espèce 



FAMILLE DES SYNANTHÉRÉES. 119 

précédente, mais atteigoant quelquefois ^ a 5 pieds de haut. 
Goivlles-radiales à ligule elliptiqiie-orbiculaire ou flabelliforme^ 
siibretuse , longue d'environ 6 lignes , à peu près aussi large 
que longue y en général d'un brun orange en dessus , moins 
souvent panachée de brun et de jaune , ou jaune aux 2 faces. 
— Cette espèce est connue soué le nom vulgaire de Petit ÛEillet 
d'Inde. 

Tagete a feuilles menues. — T^getes tenuifolia Gavan. 
le. 2, tab. 169. — Tagetes signata Bartl. Hort. Gœtt. — 
T^e dressée, rameuse au sommet. Folioles lancéolées ou lan- 
céolées-linéaires, pennatifides, ou incisées-deiitées, subsessilês; 
rachis ttès-gtêle, immarginé. Pédoncules en corymbe. Involncre 
subcylindracé. Fleurs-radiales à ligule courte , flabelliforme , 
tantôt jaune aux 2 faces, tantôt orange eil dessus. 

Genre DIGLOSSE. — Diglossus Cass. 

Ce genre ou sous-genre diffère des Tagètes ; 1° par l'in- 
volucre, qui est grêle, cylindracé,pauci-denté, seulement 
5-12-flore \ â*" par la couronne > composée seulement de 
2 ou 3 fleurs, à ligule courte. 

DiGLOSSE A FEUILLES LUISANTES. -— DigloSSUS luciduS CâSS. 

-* Tagetes Uicida Cavan. le. 3, tab. i64« — Plante vivace<, 
touffue , haute de 1 pied à 2 pieds , glabre. Tige grêle , dressée , 
obscurément 4-gone, feuillue, rameuse au sommet; rameaux 
dressés , feuilles , dichotomes ou trichotomes au sommet. Feuil- 
les fermes , d'un vert foncé , un peu luisantes , opposées, sessi- 
les, oblongues, ou lancéolées-oblongues, ou oblongues-obovales^ 
obtuses, finement dentelées, pectinées-ciKées k la base. P^ 
doncnlcs 1 - céphales , courts , terminaux , tefués , subfkstigiés. 
Involncre long de 4 à 5 lignes. Fleurs d^un jaune vif : les ra- 
diales à ligule 2 fois plus courte que l'involucre, cunéiforme. 
— Cette espèce , originaire du Chili , se cultive comme plante 
d'ornement ; elle fait exception aux autres Tagélinées, en ce 
qu'elle a une odeur agréable, analogue à celle de la CiironeUe, 



120 CLASSE DES COMPOSÉES. 



IX« TRIBU. LES HELlXNTHEES.^HELUNTffÉ^ 

Gass. 

Capitules hétérogames ( radiés , ou moins souvent dis- 
coïdes)^ ou homogames. Corolle-stamini/ere régulière^ 
tubuleuse, 4'^u S^fide. Anthères ordinairement bru- 
nés ou noirâtres. Ovaire obové^ à ^fa^es limitées cha- 
aune par une côte* Stigmates ( de la fleur hermaphro- 
dite) divergents y arqués en dehors^ demi^cylindriques 
inférieurementy semirconiques vers le sommet y pubes- 
cents sur la partie supérieure de leur face externe, et 
portant sur leur face interne a bourrelets finement 
papilleuXy ordinairement contigus, oblitérés vers le 
sommet. 

Plantes herbacées oa ligneuses. FeoUlcs alternes on opposées, souvent 
5-nenrées. Fleurs jaunes, ou blanches, ou pourpres. Capitules miilti- 
flores on panciflorcs. Ecaillcs-involucrales ordinairement 4 -on 2-sériées, 
égales, ou peu inégales, souvent imbriquées. Réc^tacle inappendiculé 
on garni de paillettes. Corolle des fleurs-radiales liguliforme. Corolle 
des fleors-staminifères en général d'un jaune foncé, garnie de poils subu- 
lés^ articules; tube court; limbe en gênerai long et subcylindracd : 
segments courts, souvent hérissés en dessus de papilles cylindriques. Éta- 
raines a filet soudé a la corolle jusqu'au sommet de son tube ; article-an> 
thérifèrc à peu près conforme au filet j appendice-apicilaire libre, subcor- 
diforme, cariilagineux ; appendiccs-basilaires longs comme l'article 
anthérifcre, obconiques, poilinifôrcs, libres et divergents par leur côté 
intérieur, soudés coUatéralemcut par leur côté extérieur. Ovaire arrondi 
ou tronqué au sommet ; aréole-basilaire sessile, le plus souvent oblique- 
intérieure : aréole-apicilairc moins étendue que la sommité de Tovaire. 
Aigrette tantôt nulle, tantôt coroniforme, tantôt composée de paillettes 
peu nombreuses, \ -sériées, souvent soudées par la base, persistantes ou 
rarement caduques. 

« De toutes les tribus dont «e compose la famille des Synanthérées , » 
dit M. deCassini, c celle des Uélianthées est la plus nombreuse en genres, 
a lapins difficile k caractériser; elle est très-naturelle, et cependant il 
a n'y a peut-être pas un seul de ieê caractères qui ne soit sujet à beaucoup 
y d'exceptions ou de roodificatiops plus ou moint graves, a 



FAMILLE DES SYIfAlITHÉRÉES. 131 



■^ 



Section I. BÉUAWTB^ES-BÉLÉNZfiBS Gass. 

Aigrette composée de plusieurs paillettes membraaeu- 
ses, scarieusesy ou quelquefois de soies filiformes, 
barbées. 

Gem-e HELÉNIUM. — Heknmm Linn. 

Capitules multiflores^ radiés. Fleurs-radiales femelles , 
l-sériées. Fleurs du disque hermaphrodites. Involucre 
double : Textérieur composé d'écaillés foliacées , subli- 
néaires , nombreuses , réfléchies, soudées en forme de 
disque par leur base ; l'intérieur composé de paillettes peu 
nombreuses, beaucoup plus courtes, dressées, subuni- 
sériées , inégales , libres. Réceptacle globuleux ou hémi- 
sphérique, nu. Fleurs-radiales à coroUe grande , ligulée , 
3-5-lobée, ou quelquefois infondibuliforme etirréguUère- 
ment 3-5-fide. Fleurs du disque à corolle 5»fide. Nucules 
petites, subclaviformes , subtétragones , ordinairement 
8-GDstées; aigrette de ô à 8 paillettes l-sériées, acuminées- 
aristées, denticulées. 

Herbes vivaces ou annuelles. Tige dressée , rameuse \ 
feuillue. Feuilles dentées ou très-entières , alternes : les 
caulinaires décurrentes. Capitules terminaux , solitaires , 
coiutement pédoncules ; pédoncules dressés, épaissis au 
sommet. Fleurs jaunes , toutes plus longues que l'in- 
yolucre. 

Helenium AUTUMfTAL. — Edeniùm aiUumnale Linn. — 
Bot. Mag. tab. 299 4. — HeUnia decurrens Mœnch , Meth. 
— HeUnia autumnalis Gasrtn. — Helenium pubescens Hort. ' 
Kew. — Helenium pumilum Willd. Hort. Berol. — Plante 
^abre ou pubérule , vivace , touffue , haute de 3 à 6 pieds. 
Racine fibreuse. Tiges dressées, anguleuses, paniculées au som- 
met, ailées par la décurrence des feuilles ; rameaux grêles , dres* 



1S2 CLASSE DES COMPOSÉES. 

ses, i-ccpbales, ou oligocëphales, feuilles, subfastigiës. Feuilles 
lancéolées, pointues^ deiitelëes, assez fermes , d'un yert gai , en 
général un peu scabres en dessous. Fleurs-radiales à ligule plane, 
3-à 5-lot)ée , cunéiforme , ou spathulée-cunéiforme , d'un beau 
jaune, longue de 5 à ô lignes. Disque globuleux, d'environ 5 
lignes de diamètre. Aigrette 3 à 4 fois plus courte que les co- 
rolles du disque : paillettes linéaires-lancéolées. Nucules bru- 
nâtres , à peine Icmgties de i ligne , glabres , on pubérules. — 
Cette espèce^ indigène des États-Unis, se cultive comme plante 
de parterre ; elle fléuHt en août et en septembre. 

Gc&re OALARDE. — Gùillariia Foilgér» 

Capitules radiés ^ multiflores. Flear»-radiales neutres ^ 
l<4ériées , ligulées. Fleurs du disque hermaphrodites. In- 
Yolucre à écaille^ 3-ou é^^ériées^ foliatées , inégales ^ étroi- 
tes^ imbriquées, réfléchies après la flmraison. Récéptade 
petit, sobglobuleux, garni de paillettes subulées ou iné- 
gales. Corolle des fleurs neutres à ligule cunéiforme , 
grande, â-fide, multi-striée. Corolle des fleurs herma*- 
phrodites à limbe ô-fide , très-poilu à la surface externe. 
Stigmates longuement subulés au sonunet. Mucules cunét* 
formes y poilues, subtétragones ; aigrette de ô à 8 paillettes 
persistantes , l-^séiriées , suborales > acumin^es ^ longue- 
n>ent àHstées, subisomètres ^ 1-nervées : arête finement 
barbëUulé^. 

Herbes vivaces, poilues, ayant une forte odeur de Camo- 
mille. Tige rameuse , feuiilée. Feuilles indivisées , ou in^ 
cisées-dentées , ou sinuées-pennatifides , alternes : les radi- 
cales roselées , pétiolées ; les caulinaires sessiles. Pédon- 
cules terminaux , solitaires , dressés , longs , nus , grêles ^ 
1 * cépbales. Capitules grands. Ëcailles-inyolucrales éta - 
lées ou réfléchies : les extérieures plus grandes , à peu {>rès 
aussi longues que le disqtle. Disque presque plan au com- 
mencement de la floraison , finalement globuleux. Corolle 
des fleurs du disque rougeàtre à Tépoque de la floraison : 



FAMILLE DES SYWANTHJÉRÉES. 123 

limbe campanule ou cylindracé, à lobes acumînés-subulés. 
Corolle des fleurs-radiales marcescente, à ligule jaune ou 
panachée de pourpre et de jaune ; aigrette presque aussi 
longue que la corolle. Nucules petites , caduques à la ma* 
turité. — Les 2 espèces de ce genre croissent dans l'Amé- 
rique septentrionale; elles se cultivent comme plantes 
d'ornement. 

Galaïide LANCEOLEE. — Gaillardia lanceoUtta "MiàiX. Flor. 
Bor. Amer. — Gaillardia rustica Cass. Dict. — Jaume Saint-Hil. 
Flore et Pom. tab. 457. — Galardia fe/co/or Elliot. (non Lamk.) 

— Bot. Mag. tab. 1602. — Galardia aristata Pursli, Flor. 
Amer. Sept. — Bot. Reg. tab. 1 186. — Bot. Mag. tab. 2940. 

— Ecailles-inyolucrales plus ou moins velues , laineuses à la 
base. Réceptacle garni de paillettes subulées, submembranacées, 
égales. Corolle des fleurs du disque à limbe subcylindracé : 
segments très-velus, flmbrie's aux bords. — Plante baute de i pied 
à a pieds, touffue. Tiges dressées ou ascendantes, grêles, velues; 
rameaux dressés, effilés, feuilles inférienrement. Feuilles pubes- 
ceutes ou cotonneuses aux 2 faces, molles, un peu charnues, sub- 
incanes ou d'un vert glauque : les radicales tantôt indivisées , 
lanccolées-spatbulées , tantôt lyrécsoupennatifides ; les caulinaî- 
res inférieures variant comme les radicales ; les supérieures et les 
raméaires oblongues, ou oblongues-Iancéolées, ou ovales-lancéo- 
lées, grossement dentées, ou très-entières. Fleurs-radiales lon- 
gues de 10 à 1 5 lignes : ligule tantôt subflabelliforme, tantôt plus 
ou moins longuement rétrécîe vers sa base , glabre en dessus, pu- 
bescenteen dessous, tantôt d'un jaune de safran, tantôt d*un jaune 
de citron, tantôt panachée de ces deux couleurs. — Indigène dés 
États-Unis ; fleurit pendant la plus grande partie de l'été. 

Galarde élégante. — Gaillardia pulchdiaVoii^et, itiMém, 
de l'Acad. 1786. — Galardia bicolor Lamk. Dict. ( mm EtI. ) 

— Calonnea pulcherrima Buchoz, Xeon, tab* iâ6. *-*- Vitgiliâ 
helioides L'hérit. Diss. cum Icon. -* GaMardiU picta Sweet, 
Brit. Flow. Gard. ser. 2, tab. 067. — Gaiiiârdla bicolor var. 



i24 CLASSE DES COMPOSÉES. 

Drummondii Hook. Bot. Mag. tab. 355 1. — Gaillardia 
Dummondii et Gaillardia pulchella De Gand. Prodr. — 
Écailies-involucrales cilie'es , point laineuses à la base. Pail* 
leltes-rcceptaculaires coriaces , piquantes^ inégales. Corolle des 
fleurs du disque à limbe subcampanule' : segments ciliés , puLc- 
rules. — Tige haute de i ^l^i^ieà à 3 pieds , hispidule, dressée, 
rameuse. Feuilles variant de forme comme celles deTespèce pré- 
cédente, pubérules aux a faces, d'un jaune foncé : les caulinaircs 
souvent la plupart penoatilobées. Fleurs -radiales à ligule longue 
de 6 lignes à i pouce, flabelliforme, peu ou point rétrécie à la 
base, violette ou pourpre tantôt seulement à la base, tantôt 
presque jusqu'au sommet. Corolle des fleurs du disque violette ou 
pourpre. — Cette espèce croit dans la Louisiane et au Texas ; 
elle fleurit tout Tété. 



Section IL SDfeiilAlffTB£ES-CO&£oV8XDÉ&S Gass. 

Ovaire comprimé; aigrette le plus souvent formée de a 
paillettes situées Tune à droite, l'autre à gauche, or- 
dinairement trièdres et continues avec Fovaire. 

Genre SILPHIUM. — Silpkium Linn. 

Capitules radiés , multiflores; fleurs «radiales l-sériées, 
femelles, ligulées ; fleurs du disque mâles. Involucre cam- 
panule ou subhémisphérique , formé d'écaillés pauci-sc- 
riées , subcoriaces et appliquées vers la base , foliacées et 
inappUquées supérieurement. Réceptacle convexe, garni 
de paillettes submembranacées , linéaires^spathulées , ob- 
tuses , plus courtes que les fleurs. — Fleurs du disque : 
Corolle à tube très-court ; limbe long, cylindracé , 5 denté : 
dents étalées, pointues , poilues en dessus. Ovaire inovulé, 
irrégulièrement denticulé au sommet. Stigmate flUforme , 
entier, pub^cent. — Fleurs-radiales : Corolle à ligule li- 
néaire-oblpngue. Stigmates filiformes , arqués en dedans , 
ptpillçttx çn dessus i glabres en dessous. Nucules obovales 



^FAMILLE DES SYNAVTHÉRÉES. 05 

OU suborbiculaires, aplaties, échancrées y chartacées ^ ailées 
aux bords , inaigrettées , 2-apiculées au sommet. 

Herbes viyaces. Tige dressée, rameuse, élancée, cylin- 
drique, ou anguleuse. Feuilles indivisées ou pennatifides : 
les.caulinaires opposées , ou verticillées, ou alternes, sou- 
vent connées par la base. Capitules pédoncules , disposés 
en grappe ou en panicule terminale. Ecailles-involucrales 
inégales , plus longues que les fleurs du disque. Fleurs 
jaunes. — Ce genre appartient à TAmérique septentrionale ; 
les espèces suivantes se cultivent comme plantes d'orne- 
ment. Ces plantes ont un port très-élégant, et elles fleuris- 
sent jusqu'en automne. 

9) Tige cylindrique ou ohseurément hexagone. 

SiLPHiTJM LACiNié. — Siîphîum laciniatum Linn. — Lion. 
fil. Decad. tab. 3. — Jacq. £1. Eclog. i, tab. 90. — Silphium 
spicatum Poir. Enc. — Tige cylindrique , bispidule et subpa- 
nicnlëe vers le haut. Feuilles alternes , scabres , intcrrupté- 
])eDnatiparties , à segments pennatifides ou incisés-dentës : les 
ÎDferieures pëtiolécs ; les supérieures sessiles , subamplexatiles. 
Capitules disposés en panicule subracémiforme. Ecailles-invo- 
lucrales ovales , longuement acuminées , scabres , ciliées. — 
Plante atteignant 8 à 1 2 pieds de, haut. Tige grêle, dressée , 
subapbylle supérieurement. Feuilles fermes , d'un vert gai : les 
radicales longues de i pied à 3 pieds , quelquefois lancéolées , 
sÎDuées-dentées. Bamules florifères apbylles ou subapbylles, 
courts, ordinairement 3-céphales. Fleurs-radiales longues d'en- 
viron 18 lignes. 

Silphium TÉREBiNTHAcé. — Silphium ierebinthinaceum 
Linn. — Jacq. Hort. Vindob. i, tab. 43. — Tige cylindrique, 
striée, glabre, paniculée au sommet. Feuilles alternes, scabres, 
sinuolécs-denticulées : les inférieures ovales on elliptiques, plus 
ou moins profondément cordiformes à la base ; les supérieures 
ovales. Capitules ( la plupart longuement pédoncules ) disposés 
en panicule subapbylle. Ecailles-involucrales minces , glabres ,* 



1S6 CLASSE DES COMPOSÉES. 

ovales ou elliptiques , trcs-obtases. — Plante hante de 3 à 5 
pieds , contenant une gomme-résine copieuse, d'une odeur ana- 
logue à celle de la térébenthine. Feuilles fennes , d'un yert gai : 
les inférieures grandes, longuement pétiolées. Capitules de gran- 
deur médiocre. Fleurs-radiales à ligule longue de 8 à lo lignes. 
Nucules oboyales, 2-dentées. 

SiLPHiuM A FEUILLES TEENEEs. — SUphium tematifoUum 
Michx. Flor. Bor. Amer. — SUphium trifoliatum Linn. — 
Bot. Mag. tab. 3355. — SUphium tematum Reiz. — Silphium. 
tematum et SUphium trifoliatum Desfont. Hort. Par. — 
Tige obscurément hexagone , lisse , rameu3e. Feuilles dente- 
lées ou sinuolées-denticulées , scabres ( du moins en dessous ) , 
pointues : les radicales et les caulinaires-înférieures ovales , ou 
ovales-lancéolées, longuement pétiolées; les caulinaires verti- 
cillées-ternées ; les supérieures subsessiles, ovales, ou ovales- 
lancéolées, ou oblongues - lancéolées. Capitules en panicule 
fcuillée , subtrichotomc , souvent subfastigiée. Écaîllcs-involu- 
crales glabres ou ciliolées : les extérieures subobtuses. ; les inté- 
rieures très-obtuses. — Plante haute de 3 à 5 pieds. Tige dressée, 
souvent rougeâtre. Feuilles assez fermes , d'un vert foncé en 
dessus, d'un vert pâle en dessous ; les florales sessiles , pe- 
tites, suLlinéaires. Ramcaux-florifcres polycéphales. Capitules 
de grandçLir médiocre , plus ou moins longuement pédoncules. 
Écailles-ipvolucralcs oblongues, ou ovales-oblongues, ou ovales. 
Fleurs-radiales Ipngues de 12a 18 lignes. Nucules obovalcs, 
noirâtres. 

• 

b) Tige hexaèdre ou tétraèdre. Feuilles-caulinaires vertidlléet-ternées , 

ou oppotées, connéespar la base, 

SiLPHïVBl PEf^FOLiÉ. — SUphium perfoliatum Linn. — Bot. 
Mag, tab. 3354- — SUphium conjunctum Willd. — SUphium. 
Hornemanni Schrad. Hort. Gœtt. — SUphium connatum Linn. 
— Plante haute de 5 à 9 pieds. Tige dressée, rameuse, ordinai- 
rement lisse. Feuilles assez fermes , d'un vert foncé en dessus , 
scabres aux 2 faces, ciliolces : les radicales grandes, cordiformcs, 



FAMILLE DES STNANTHÉEÉES. ^(37 

incisdes-deQ^ccsj les caulinaires ovales, pu deltoïdes, ou spbcordi- 
formes, acunûnées, ou pointues, incisdes-dente'çs , ou denti^léçs, 
ou sinuolees-dentîculees : les inférieures pe'tiolëes; les supérieures 
sessilesT Capitules assez grands , plus ou ^loins longucQient pé- 
doncules, disposés en panicules tricholpmes, feuiljées. Écailles- 
myplncrales glabres ou ciliolces, obtuses, oblongues, ou ovales, 
oa ovales-oblongues. Feurs- radiales Ipngues de 12 à 18 li- 
gnes* 

Genre DAHLIA. — Dahlia Çav^Q. 

Capitules radiés , multiflores ; fleurs-radiales 1-sëriées , 
tantôt neutres , tantôt femelles ; fleurs du disque hernjia- 
phrodites. Involucre double : l'extérieur un peu plus court 
que Tintérieur, formé de 4 à 8 écailles foliacées, larges, 
libres, étalées ou réfléchies ; l'intérieur campanule, formé 
de 12 à 16 écailles membranacées, subbisériées^ libres^ ob- 
tuses, charnues à la baise. Réceptacle plan, garni de pail- 
lettes membranacées , oblongues, entières, obtuses. Fleurs- 
radiales à ligule elliptique , 3-dentée au sommet, veloutée 
en dessus. Fleurs du disque à corolle 5-dentée. Stigmates 
inappendiculés. INucules larges , minces , aplaties , ailées, 
tantôt inaigrettées , tantôt courtement bicornes au sommet. 

Herbes yivaces , glabres ou presque glabres , à racine tu- 
béreuse. Tige dressée , très-rameuse , feuillée. Feuilles 
opposées , pétiolées , imparipennées ; folioles dentelées, ou 
quelquefois pennatiparties , ou ir^régvilièreinçnt lobjpes , 
subsessiles. Pédoncules terminaux, ou oppositifoliés et ter- 
minaux , longs , grêles , nus , dressés , 1-céphales. Capitules 
grands, inclinés (excepté dans quelques variétés de cul- 
ture). Fleurs du disque jaunes (sur les capitulçç nop-dé- 
fomiés par la culture). Fleurs-radiales de çoulçur très- 
variable. 

Dahlia variable. — Dahlia variahilis Desfont. Cat. Hort. 
Par. — Georgina variahilis Kunih y in Humb. et Bonpi. Nov. 



■%■ 

y 
138 GLÂSSB DES COMrtSÉBS* 

*:■ ■ 

Gen. et Spec. — Dahlia pinnata et DahUa roseaCAYxa. Wi, 
tab. 80f et 3, tab. ^65. — Thouin, in Ann. ds Mus. III, tab. 
3, Gg. I et 3. — DahUa samhumfolia et Dahtia hidejjttifoUa 
Salisb. Panid. tab. 1 6 et 19. — Dahlia purpurea et Dahlia 
crocea Poir. Suppl. — Georgina variabilis et Georgina coo^ 
c»/iea Willd. Horl. Berol. 2, tab. 93-96. — Georgina super fiait 
et Georgina frustanea De Cand. in Ann. du Mus. — X^dêmHp 
superflua et Dahlia frustanea Hort. Kew. — Dahlia varia- 
hilisy DahliaCervantesiiti Dahlia coccineaDe Cand. Prodr. — 
Georgina Cen^antesiiSyreeiy Brit. Flow. Gard. ser. 2^ tab. 22. 
— Plante touffue, baute de a à 10 pieds. Tubercules fusiformes, 
fescicules. Tiges cylindriques , cassantes, tantôt trës-glabres , 
tantôt finement pubérules , souvent couvertes , ainsi que les ra- 
meaux , d'une fine poussière glauque. Feuilles à pétiole tantôt 
nu, tantôt ailé; folioles de forme et de grandeur très-variables, 
en général ovales ou ovales-lancéolées. Écailles-involucrales 
ovales, ou ovales-oblongues, ou oblongues, obtuses, plus lon- 
gues que les fleurs du disque, plus courtes que les fleurs-radiales. 
Fleurs-radiales à ligule longue de 4 lignes à i pouce. Nucules 
oblongues-obovales , noirâtres. — Cette plante, originaire du 
Mexique, et dont on cultive aujourd'hui tant de belles variétés, 
n'est introduite en Europe que depuis 1 790. Les tubercules de 
Dahlia ont souvent été prônées comme comestibles; mais, quoi 
qu'on en ait dit à ce sujet, ils ont une saveur peu agréable , qui 
répugne même au bétail. 

Genre GALLIOPSIDE. — Calliopsis Reichenb. 

Capitules multiflores, radiés; fleurs-radiales neutres, 
1 -sériées; fleurs du disque hermaphrodites. Involucre 
double : l'extérieur beaucoup plus petit, formé de squa- 
mules subunisériées, égales, libres, presque étalées, ovales, 
obtuses, foliacées, membraneuses aux bords; l'intérieur 
formé de 5 à 8 écailles submembranacées , 1-sériées, sub- 
ovales , charnues et soudées vers la base. Réceptacle pres- 
que plan, convexe , garni de paillettes Ihiéaires , membra- 



• 'f 



* tJCMn^E DES SYNANTHÉRÉES. 129 




'liacéeSj'S^neryées^ plus courtes que les fleurs , caduque» 
avec les fruits. Fleurs-radiales à ligule large , cunéiforme, 
in^alcnieut 3-5-lobée aii sommet. ^Fleurs du disque : Co- 
rolle 4-dentée. Stigmates barbus mais inappendiculés au 
sommet. Nucules minces, petites , comprimées , subtétra- 
mes , plus ou moins courbées , finement ponctuées , ob- 
les , ou elliptiques, obtuses aux 2 bouts , inaigrettées, 

. ailées aux bords , ou aptères. 

Herbes bisannuelles (annuelles étant cultivées) , glabres^ 

- Tige dressée, rameuse, feuillée. Feuilles pennées ou bi- 
pennées : les radicales longuement pétiolées ; les cauli- 
naires opposées , la plupart pétiolées. Pédoncules 1-cé- 
phales , terminaux , grêles , dressés , nus , ou pauci-brac- 
tëolés, en général ternes. Fleurs-radiales à ligule grande, 
tantôt tout à fait jaune , tantôt marquée vers sa base d*une 
tache plus ou moins grande , veloutée , d'un pourpre vio- 
let ou brunâtre. Corolle des fleurs du disque d'un pourpre 
violet , de même que les étamines : lobes ovales , obtus, 
étalés, glabres. Involucre-interne rougeâtre, semi-dia» 
I^iane , un peu plus long que les fleurs du disque , demi- 
ëtalé pendant la floraison , plus tard coqnivent. Nucules 
noires , presque imbriquées : les extérieures un peu plus 
grandes que les intérieures. 

CALLTOPsroE BICOLORE. — CalUopsîshicolor^eif^eïAi. Hort. 
Bol. tab. 70. — Coreopsis tihcioria Nultall. — Barton, Flor. 
Amer. 2 , tab. t^S. — Bot. Mag. tab. 25i2. — • Bôt. Reg. tab. 
846. — Link et Otto , le. Rar. tab. 33. — Sweet, Brît. Flow. 
Gard. tab. 72. — Diplusastera tinctoria Tansch. — Plante 
haute de i pied à 3 pieds. Tige grêle , dressée , striée , subté- 
tragone, non-ramifiée jusque vers le milieu. Rameaux plus 
ou moins divergents , trichotomes au sommet , opposés , souvent 
subfastigîés. Feuilles d'un vert gai : les radicales et les cauli- 
naires -inférieures simplement penne'es, à folioles oblongues, ou 
lancéolées - oblongues , tantôt indivisées , tantôt trifides ; les 
antres tantôt pennées, tantôt bipemiées, à folioles lînéafrrs, très- 

BOTANIQUE. PlIAN. T. X. 9 



iSO CLASSE DES COMPOSÉES. 

entières^ pliees en carène. Fleurs-radiales à corolle longue de 5 
à jo lignes, ordinairement bicolore. Nucules oblongues, apt^es. 

— Cette espèce y indigène des contrées voisines du golfe du 
Mexique y se cultive fréquemment comme plante de parterre; 
elle fleurit tout Tété. 

Galliopside D'ÀTKnrsoN. — Càlliopsis Atkmsomana HooL 
Flor. Eor. Amer. — Coreapsis Atkinsoniana Dougl. — Bot. 
Reg. tab. i^'jô.^^CaUiopsis cardaminœfoUa De Gand. Prodr. 

— Cette espèce ne diffère de la précédente que par des nucules 
plus larges, elliptiques , bordées d'une aile membraneuse, blan- 
châtre, assez large. Les fleurs-radiales ont la ligule tantôt toute 
jaune, tantôt bicolore comme celle du Càlliopsis bicolor, — 
Cette plante est originaire des mêmes contrées que la précédente, 
et se cultive aussi dans les jardins. 

Genre ANACIDE. — Anaeis Schrank. 

Capitules radiés, multiflores; fleurs^radiales l-sériées ou 
tarement pauci-sériées , neutres ; fleurs du disque herma- 
phrodites. Invçlucre double : l'extérieur un peu plus 
court, formé d'écaillés foliacées, membraneuses aux bords, 
étroites, étalées, subisomètres, obtuses, l-sériées , soudées 
par la base ; l'intérieur subcampanulé , formé d'écaillés 
submembranacées , colorées, l-sériées , presque égales, 
ovales , charnues et soudées à la base. Réceptacle hémi- 
sphérique ou conique, garni de paillettes caduques, mem- 
braneuses, colorées, obtuses , 2-nervées , élargies à la base, 
plus longues que les fleurs du disque. — Fleurs radiales à 
ligule cunéiforme , tronquée , inégalement 3-5-lobée au 
sommet. — Fleurs du disque : Corolle à limbe 5-denté. 
Stigmates inappendiculés au sommet. ' Nucules compri- 
mées, cymbif ormes, ailées aux bords, nîuriquées (par 
variation lisses) , couronnées de 2 paillettes marginales , 
larges, épaisses, très-courtes , denticulées , ordinairement 
oblitérées à la maturité. 



FAMILLE DES SYNANTHÉRIÉES. . ijt 

Herbes annuelles ou vivaces. Tige rameuse y feuiljée. 
Feuilles indivisées ou pennées : les radicales lon^^emqi^v 
pétioles ; les caulinaires opposées , le jdus souvent sub- 
sessiles. Pédoncules terminaux, ou dichotoméairà et ter- 
minaux, solitaires ou ternes , longs , grêles , nus , ou di- 
bractéolés vers le milieu, 1-céphales, inclinés au sommet 
pendant la floraison. Involucre-interne à écailles un peu- 
plus longues que les fleurs du disque , presque étalé pen- 
dant la floraison , puis connivent. Inyolucre-externe ré- 
fléchi après la floraison. Ligules grandes , le plus souvent 
complètement jaunes. Fleurs du disque à corolle petite , 
jaune ou moins souvent d'un poupre noirâtre. Nucules 
imbriquées , noires et caduques à la maturité : les ex- 
térieures plus grandes que les intérieures. — Ce genre 
appartient à l'Amérique septentrionale ; les espèces sui- 
vantes se cultivent comme plantes d'ornement. 

a) Fiantes annuellei. Feuilles toutes {ou du moins la plupart ) pennées, 
pitioUes. Réceptacle à paillettes ovales inférieur ement. Fleurs-radia^ 
' les à ligule marquée d'une tache basilaire , veloutée » d*un pourpre 
violet ou brunâtre. Fleurs du disque à corolle d*un pourpre violet, 

Anacide de Drummond. — Calliopsis Drummondii Sweet, 
Brit. Flow. Gard. ser. 2, tab. 3i5. — Coreopsis diversifolia 
Hook. Bot. Mag. tab. 347 A ( non De Cand. ) — Plante très- 
rameuse, touffue , haute de '/> pied à i 7« pied. Tige dressée, 
grêle, cannelée, rameuse dès la base, poilue de même que 
les rameaux , tricholome au sommet. Hameaux diffus , ou as- 
cendants , ûu subdivariqués , trichotomes. Feuilles d'un vert 
foncé , un peu charnues , plus ou moins longuement pétiolées 
(excepté les supérieures) , la plupart 3-ou S-fbliolées^ pétiole* 
grêle, poilu, submarginé^ folioles ovales, ou elliptiques, ou sub- 
oiiiiculaires , ou oblongues , ou laocéolées-oblongues , ou ob* 
ovales, obtuses, pubérules et un peuscabres en dessous, lisses en 
dessus , la terminale ordinairement beaucoup plus grande que 
les latérales. Écailles de Tinvolucre-exteme linéaires-lancéolées^ 
OQoblongues-lancéolées, ou ovales-oblongues, subobtuses, vertes. 



rongeStre» , subob- 
h g lignes , ordinai- 
ment muriqa^es. — 
! semblables à celles 



tu*, (Ht B-follati«i. Ré' 
teun-raâtalit toujourf 



Anicide i^JtcioLÉR.'—Anacis hmceoUtta Spach.— Coreop' 
sis Janceotala Linn.— Dill. Horu Ëlth. ub. 48, fig. 56.— 6»- 
reopsis crassifolîa Hort. Kew . — Leachia lanceolata et leaehia 
erassifoUa Cais. — Chtysomeîea lanceolata Tauicli , Hort. Ca- 
nal, fig. I . — Feuilles toutes très-entières , lancëolées , ou lan- 
cà>léei-oblongues, on lancéolées-elliptiques, subobtuses, lisses, 
très-glabres, on ciliolées, d'un vert glauque : les caulinaires 
conrtemeot pétioldes. — Plante touffue, liante de i pied à apieds. 
Tige grêle, effilée, dressée, obscurément 4-gone, striée, feuillue, 
«rdinairement glabre , tantôt presque' simple , tantôt tricbotome 
snpérieuremeDt. Feuilles longues de a à 3 pouces, un peu 
charnues. Pédoncules très-longs, souvent ternes. Écailles de 
l'inTolncre-esteme Tartes, lîoéaires-lancéole'esj écailles de l'in- 
Tolucre -interne ovales- lancéolées, ou oh! ongues- lancéolées ; les 
unes et les autres subobtnses , glabres. Fleurs -radiales à ligule 
longue de 6 à 13 lignes. — Indigène des Ëtats-Uois; elle fleurît 
en été. 

Anacide a grandes fleurs. — Anacis { Coreopsis ) gran- 
di/ïorfl Sweet, Brit. Flow. Gard, ser. a, tab i^5. —Feuilles 
snbciliolées : les unes indivisées , sublinéaires ; les antres tri- 
parties, ou pennatiparties, ou bipennatiparties j segments li- 
néaires on lancéolées-linéaires, longs, étroits. — Plante touffue, 
haute d'environ 3 pieds. Tige gréie, anguleuse, cannelée, tri- 
cholome, en général glabre. Pédoncules trbs-longs, souvent ter- 
nes, lavolucre- externe i écailles oblongues-lancéolées ou ovales- 



FAMILLE O^ SYUrAlfTHÉRÉSS. ISS 

oblongues, subobtuses, vertes. Involucre - interne à écailles 
rougeâtres, subobtuses. Fleurs-radiales à ligule longue de près 
de I pouce. — Indigène du nord des Etats-Unis ; elle fleurit en 
été. 

Genre GORÉOPSIDE. — Coreôpsis Linn. 

Capitules radiés, multiflores ; fleurs-radiales 1 -sériées, 
neutres ; fleurs du disque hermaphrodites. InVolucre dou«- 
ble : rêxtérieur plus court , formé de petites écailles fo- 
liacées, 1-sériées, égales^ linéaires, obtuses, libres, con- 
fluentes avec la base de l'involucire interne; involucre- 
interne subcampanulé , formé d'écaillés 1-sériées , égales , 
submembranacées et inappliquées supérieurement , char- 
nues inférieurement et soudées en forme de cupule* Ré- 
ceptacle plan , garni de paillettes linéaires, obtuses, mem- 
branacées , 2-nervées , caduques avec le fruit. — Fleurs- 
radiales à ligule elliptique, subtridentée au sommet. — 
Fleurs du disque : Corolle à limbe ô-denté. Stigniiates inap- 
pendiculés au sommet. Nucules elliptiques ou oblonguet, 
comprimées , lisses , un peu courbées, ailées aux bord» , ' 
couronnées de 2 paillettes très - courtes , dentiformes, 
trièdres, barbellulées. 

Herbes vivaces. Tige rameuse , feuilléé. Feuilles trifo- 
liolées, ou pennées, ou bipennées : les radicales (nulles 
sur les plAites florifères) pétiolées; lescaulinairespétip- 
lées ou sessiles, opposées. Pédoncules grêles, dresséd,"* 
monocéphales, nus , ou pauci-bractéolés, terminaux , or- 
dinairement ternes. Fleurs-radiales grandes, jaunes (ja- 
mais bicolores ). Fleurs du disque à corolle d'un pourpré 
noirâtre , non-débordée par lesécailles-învolucrales. Ecail- 
les-involucrales internes réfléchies au sàmmettEUit pendant 
qu'après la floraison. N ucules noirâtres, minées, à rebord 
membraneux, semi-diaphane. — Ce genre appartient à 
l'Amérique septentrionale; les 3 espèces suivantes se cul- 
tivent fréquemment comme plantes d'omenicfAt. 



^134 CLASSE DES COMPOSÉES. 

GoRÉopsiDE TRIFOLIEE^— 'Cor^opsû ttipteris Linn. -— Anu' 
as tripteris Schrank. — Chrysostemma inpteris Lessing (i). 
•— > Feuilles glabres : les inférieures pe'dalëes ov^ pennëes ( 5-oa 
7-foliolees ), pëtiolées ; les supérieures 3-foliolées ou simples. 
Folioles lancéolées, ou oblongues-lancéolées , ou lancéolées- 
oblongues, scabres aux bords^ très-entières, snbsessilês.— Plante 
haute de 3 à 5 pieds. Tige grêle , dressée , cylix)drique, striée , 
lisse, paniculée yers le sommet. Rameaux trichotomes. Folioles 
^assez fermes, d'un yert glauque, obtuses, ou pointues , souvent 
jnéquilatérales à la base et décnrrentes, pétiolulées , ou'sessiles, 
longues de 2 à 4 pouces. Pédoncules nus ou presque nus , très- 
gréles, très-lisses, assez longs, ordinairement temés. Involucre- 
interne à écailles ovales-oblongues, ou ovales-lancéolées, brunâ- 
tres, membraneuses aux bords. Fleurs-radiales à ligule longue 
.de 8 à lo lignes. Nucnles oblongues, obtuses aux 2 bouts, lui- 
santes , d'un brun noirâtre, longues de 3 lignes. 

G)RÉOPSIDE A FEUILLES DE CoNSOUDE. — COTCOpSiS del" 

pkinifolia Lamk. — Coréopsis verticiUata Linn. — Bot. Mag. 
tab. i56. 

— ^ : A FEUILLES MENUES. — Corcopsis tenuifoUa Ëhrh. — 
Coréopsis verticiUata Lamk. 

Feuilles 3-parties, sessiles, ou subsessiles : segments tripartis, 
pu pennatipartis , ou trifides ( rarement indivises) ; lanières li- 
néaires ou sublinéaires , très-entières, lisses, ordinairement mu- 
tronées, plus ou moins allongées. — Plante toùKue , glabre^ 
haute de i pied à i pieds. Tige dressée, raide, grêle, é^lindri- 
que^ striée, feuillue, rameuse ordinairement à partir du milieu. 
Rameaux plus ou moins divergents , trichotomes. Feuilles d'un 
vert foncé, fermes. Involucre interne à écailles ovales ou ovales- 
lancéolées, subobtuses. Fleurs-radiales â ligule longue de 6 à 9 
lignes. Nucules oblongues ou oblongues-obovales, longues d'en- 
viron 3 lignes. 



(4) Le Caractère dûtinctif de ce prétendu genre consisterait , suivant 
son auteur , en une aigrette coroniforrae» ce qui esttout a Aût faux. 



FAMILLE DES SYNANTHÉR^ES. i 55 

Genre COSMOS. — Cosmos Cavan. 



»' 



Capitales mukiflores, radiés; fleu rs-radialeid -sériées , 
•^H^^plûres ; fleurs du disque bermaphrodites. Invoiucre dou- 
1^, thacun foriné4e 7 à 10 écailles 1-sériées , acuminées, 
8(radées par la base : lea extérieures foliacées , un peu plus 
longues que les intérieures; les intérieures plus larges , 
membranacées, colorées. Réceptacle plan , garni de pail- 
lettes membraneuses^ longuement subulées au sommet. 
— Fleurs-radiales à ligule elliptique ou oblongue , 3-den- 
tée au sommet. — Fleurs du disque : Corolle à limbe 5-denté. 
Filets des étamines poilus. Nucules subfusiformes , poin- 
tues, obscurément 4-gones »^les intérieures plus longues, 
à aigrette nulle ou d'une seule paillette ; les extérieures à 
aigrette nulle, ou de 2 à 4 paillettes distancées , inégales , 
filiformes-subulées, subtrièdres, garnies cbacune de 2 ou 3 
spinelles rétrorses. 

Herbes annuelles , le plus souTent glabres , ordinaire- 
ment élancées. Feuilles opposées , bipennatiparties , sub - 
sessiles : lanières étroites , en général très-entières. Pédon- 
cules terminaux , 1-céphales, nus ou dibractéolés , grêles, 
dressés, ordinairement ternes. Involucre à peu près aussi 
long que les fleurs du disque ; écailles étalées supérieure- 
ment pendant la floraison , plus tard conni ventes. Fleurs- 
radiales à ligule blanche , ou jaune , ou rose , quelque- 
fois à peine plus longue que les fleurs du disque. Fleurs 
du disque à corolle glabre, jaune ,^tite : limbe à dents 
étalées. Stigmates longuement appendiculés. Nucules ca^ 
duques à la maturité avec les paillettes réceptaculaires. — 
Ce genre appartient au Mexique. 

Cosmos élégant. — Cosmos bipinmakts Cayan. le, t, 
tab. i4* — Cosmea bipinnéUa Wflld. — Georgia bipinnata 
Spreng. — Coreopsis formosa Bonato. —Plante glabfe ou légè- 
rement pubérule, haute de 3 à 5 pîeds. Tige drejfôée , rameuse 
presque dès la base , cylindrique, striée. Rameaux grêles, plus 



'^ 



.ii 



136 CLASSE DES COMPOSÉES. 

OU moins divergents , dichotomes , ou trichotQmes. Feuilles à 
lanières linëaîres-filiformes , acérées, ordinairement très -en- 
tières. Invo^cre-externe à, écailles ovales-lancéolées , acumi- 
nées, acénes, un peu plus longues que les fleurs du disqu^^*^ 
3 fois plus courtes que les fleurs-radiales. Involuere-inteme à : 
écailles ovales , subobtuses y semi-diaplianes , blanchâtres , .ôa 
rougeâtres. Fleurs-radiales à ligule rose, oblongue, arrondie 
ou tronquée au sommet, Ipngue de 8 à la lignes, à 3 dents ob- 
tuses, très-courtes. NuculeMoirâtres , assez grosses, longues de 
3 lignes. — Cette plante, originaire du Mexique, se cultive pour 
l'ornement des parterres; elle fleurit depuis le mois d'août jus* 
qu'à l'arrivée des premières gelées. 

Section III. B]Él.XAirTB£ES-P&OTOTTPSS Câss. 

Ovaire comprimé bilatéralement (c*est-à-dire, dont le 
grand diamètre est de dehors en dedans ). Aigrette 
le plus souvent formée de a paillettes situées l'une 
en dehors, l'autre en dedans , adhérentes, ou cadu-' 
ques, filiformes-trièdres , ou planes. 

Genre SPILANTHE. — Spilanlhes Jacq. 

Capitules subglobuleux , multiflores , homogames , in- 
couronnés. Involucre subhémisphérique , formé d'écaillés 
subbisériées ou pauci-sériées , subisomètres, appliquées, 
subfoliacées , étroitep^ Réceptacle élevé , cylindracé , garni 
de paillettes presque égales aux fleurs, demi-embrassantes, 
oblongues y membraneuses. Corolle à limbe large , 4-ou 
ô-lobé : lobes obtus , étalés, hérissés de papilles en dessus. 
Anthères noirâtres. Stigmates obtus, sans bourrelets, pa- 
pilleux en dessus , pubescents en dessous. Nucules ob- 
ovales, aplaties, ciliées; aigrette (souvent nulle) de 
2 paillettes opposées , continues aux angles marginaux du 
fruit, courtes, inégales, filiformes, presque lisses, ouà* 
peine barbellulées. 



FAMILLE DES SYJNANTHERÉES. i37 

Herbes annuelles ou vivaces, rameuses. Feuilles op- 
posées, pétiolées, indivisées. Pédoncules terminaux, ou 
dichotoméaires et terminaux , solitaires , dressés , nus , 
l-eéphales. Fleurs jaunes , ou blanchâtres , ou rougeâtres. 

La plupart des espèces de ce genre habitent l'Amérique 
seplentribnale. 

Spilanthe oléragée. — Spilanthes oleracea Jacq. Hort* 
Vindob. 2, tab, i35. — Pyrethrum Spilanthus M.edic. — 
Bidens fervida et Bidens fusca Lamk. — Spilanthes fusca 
Desfont. Hort. Par. (var.) — Plante annuelle, glabre. Tige 
diebotome , dressée , haute de 7, pied à i pied. Rameaux as- 
cendants ou diffus. Feuilles ovales, ou ovales-elliptiques, on 
deltoïdes, pointues, ou acumiif^s^ dentelées, ou sinuole'es, 
plus OU' moins longuement pëtiolëes , à base arrondie , ou tron- 
quée , ou cunéiforme , ou cordiforme. Capitules plus ou moins 
longuement pédoncules , de forme et de grandeur très-variables. 
Écailles-involucrales oblongues, obtuses, plus courtes que le 
disque. Fleurs petites : les extérieures jaunes ^ les intérieures 
souvent roussâtres. Nucules 2-aristées ou mutiques. — Cette 
plante , connue sous le nom vulgaire de Cresson de Para , est 
indigène de l'Amérique méridionale. Toutes ses parties , mais 
surtout les capitules à l'époque de la floraison , ont une saveur 
très-piquante qui provoque une abondante salivation , ce qui 
les fait employer avec plus ou moins de succès comme palliatif 
contre les maux de dents ; c'est cette plante d'ailleurs qui 
constitue la base de la préparation anti-odontalgique dite Pa- 
raguay-Roux, Cette Spilanthe possède aussi des propriétés anti- 
scorbutiques, et, dans l'Inde, on la cultive à titre de plante con* 
dimentaire. 

Genre ZINNIA. — Zinnia Linn. 

Capitules multiflores , radiés ; fleurs-radiales Insériées ou 
rarement pauci-sériées , femelles; fleurs du disque herma- 
phrodites. Involucre plus court que les fleurs du disque , 
cylindracé , ou subcampanulé , composé d'écàilles pauci- 



138 CLASSE DES COMPOSÉES. 

sériées, imbriquées , appliquées (par exception recourbées 
au sommet), oblongues^ striées 9 chartacées, surmontées 
d'un appendice membraneux , décurrent , obtus. Récep- 
tacle conique ou cylindiacé, plus ou moins élevé, garni de 
paillettes demi-embrassantes, con dupliquées , oblongues , 
carénées au dos , membraneuses , colorées et denticuUes 
ou fimbriées au sommet. — Fleurs radiales : Corolle con- 
tinue avec le sommet de l'ovaire , persistante , scarieuse 
après la floraison ; ligule échancrée ou tridentée, réticulée, 
bordée de denticules piliformes , crochues. — Fleurs du 
disque : Corolle à tube très-court ; limbe très-long, subcy- 
liudracé , ô-denté : dents longues , linéaires*, obtuses , 
arquées en dehors , hérissées en dessus de longs poils co- 
lorés. Anthères à appendices-basilaires très-courts. Nucu- 
lesmarginées ou immarginées, scabres, cortiquées, striées : 
les radiales subtrigones , inaigrettées ; celles du disque tri - 
gones ou aplaties (les extérieures ordinairement trigones), 
à aigrette persistante, soit réduite à un rebord biden té , 
soit formée tantôt d'une seule arête (continuant l'angle 
interne du fruit ) subulée , raide , cornée , barbellulée , 
tantôt de 2 ou 3 arêtes très-inégales. 

Herbes annuelles. Tige dressée , rameuse , hîspidule , 
oïdinairemcnt dichotome. Feuilles sessiles ou subsessiles, 
très-entières , 3-ou 5-nervées , scabres aux 2 faces , oppo- 
sées , ou verticillécs , arrondies à la base. Pédoncules soli- 
taires, terminaux , nus, claviformes, fîstuleux, 1-cépliales, 
dressés. Ecailles-involucrales subscarieuses, brunâtres, ou 
verdâtres, à appendice bordé de noir. Paillettes-réceptacu- 
laires à peu près aussi longues que les fleurs. Fleurs-ra- 
diales à ligule grande , ordinairement discolore ( face supé- 
rieure écarlate, ou pourpre , ou orange ; face inférieure 
d'un jaune livide), étalée ou révolutée. Disque très-accres- 
cent pendant la floraison, d'abord plan ou hémisphérique, 
finalement conique. Corolle des fleurs du disque à limbe 
jaune en dessus, rougeâtre en, dessous, marcescent; tube 
accrescent > finalement charnu. Nucules brunes , un peu 



FAMILLE DES SYKAKTBÉIUÉES. 139 

rétrécies à la base, tombant à la maturité avec les paillettes 
du rëœptaclé. 

Ce gemre est propre au Mexique. Les Zinnia sont remar- 
quables par l'élégance et par la longue durée de leurs 
fleurs; les espèces que nous allons décrire se cultivent 
fréquemment comme plantes de parterre. 

A. ÉctuUeS'involucraLes apprimées.PaiUeUeS'réceptaculaires 
finement denticulées ou légèrement fimbriolées au sommet» 
Nucules oblongues : celles du disque i-^-aristées : les ex- 
térieures plus ou moins distinctement trièdres. — Ligules 
à face supérieure écarlate ou orangée» 

a) Feuillet oppotéet. Involuere iubeylindraei. Fleurt-radialet 

sttbunieériéet. 

Zinnia roulé. — Zinnia tenuiflora Jacq. le. Rar. 3 , tab. 
590. — Bot. Mag. tab. 555. — Zinnia revoluta Gayan. le. 3, 
tab. 25 1 • <*- Tige seabre , finement puberule. Feuilles OTales 
ou ovales-lanceolëes , subobtuses , subcordiformes à la base, 
3-neryées. Ligules linëaires-oblongues ou linëaires-spathulées , 
a-dentées au sommet, rëyolutées , distancées. — Tige très-grêle, 
cylindrique, dicbotome , bauté de i à a pieds , souvent rougeâ- 
tre. Involucre long de 5 à 6 lignes. Paillettes- réceptaculaires à 
appendice rougeâtre, très-petit. Ligules longues d'environ 6 li- 
gnes , à face supérieure écarlate. Nucules du disque ordinaire- 
ment i-aristéesj crête plus courte que la loge. 

Zinnia Bresine. — • Zinnia muUiflora Kuntb. -— Zinnia 
muUiflora et Zinnia pauciflora Linn. -* Zinnim hjrbrida 
SimSy Bot. Mag. tab. 2ia3. (non Desfont*) — Tige hispidule. 
Feuilles ovales-lancéolées ou oblongues-lancéolées, subobtuses, 
3-nervées, subcordiformes à la base. Ligules obovales, subrévo- 
latéesy imbriquées par les bords , échaocrées ou 3-dentées au 
sommet. — Plante semblable à l'espèce précédente par le port et 
le feuillage. Ligules longues de 4 à 6 lignes , à faoe supériture 
tantôt écarlate , tantôt orangée. Nucules du disque en général 
i>aristées ^ arête 2 fois plus courte que la loge. 



440 CLASSE DES COMPOSÉES. 

b) Feuillet verHHlléet. Involucre campanule. Ligules S-ot» plwri" 

tériéet. 

Zinnia verticillé. — Zinnia verticillata Andr. Bot. Rçp. 
tab. 189. — Zinnia hyhrida Desfont. Hort. Par. — Plante 
haute de i pied à a pieds. Tige dressée, liispidule, angu- 
leuse, rameuse vers le sommet; raïqeaux dressés, i-cépliales, 
vertîcillés, feuilles. Feuilles ovales-lancéolées ou oblongues- 
lancéolées, subobtuses, S-neryées, yerticillées au nombre de 4 à 
8 (les raméaires souvent opposées ou éparses). Capitules plus 
grOs que ceux de l'espèce précédente. Écailles-involucràles 
courtes , très-nombreuses , à rebord noir. Fleurs-radiales très- 
nombreuses : ligules obovales, écbancrées, longues de 4 à 8 li- 
gnes, imbriquées, subrévolutées. Paillettes-réccptaculaires à 
appendice petit, légèrement fimbriolé, violet. Nucules du dis- 
que ordinairement i-aristées; arête courte. 



."'■'' 



B. Feuilles verticillées, Involucre campanule. Ligules 

5-ou pluri'sériées. 

Zinnia élégant. — Zinnia elegans Jacq. Te. Rar. 3, tab. 
589. — Herb. de l'Amat. vol. i. — Zinnia violacea Gavan. 
le. 1, tab. 81. — Andr. Bot. Rep. tab. 55. — Bot. Mag. tab. 
527. — Bot. Reg. tab. 1294 (var. coccinea). — Plante plus 
forte en toutes ses parties que les espèces précédentes , haute 
de i 7a pied à 3 pieds. Tige obscurément 4-gone, hispidule, 
dressée , rameuse , subdichotome. Feuilles ovales ou ovales- 
elliptiques , 3-ou 5-nervées , subcordiformes à la base , obtu- 
ses, ou subobtuses, sessiles, amplexatiles. Involucre campanule 
ou subhémisphérique , long de 4 à 6 lignes ^ écailles elliptiques 
ou obovales, verdâtres, à appendice noirâtre aux bords. Paillettes- 
réceptaculaires grandes, violettes ou pourpres à leur moitié su- 
périeure. Ligules subunisériées, imbriquées par les bords , ob- 
ovales, ou oblongues-obovales , écbancrées , longues de 6 à la 
lignes. Nucules longues de 3 à 4 lignes. 



FAMILLE DES STNANTHÉRIÊES. H\ 

Genre XIMÉNÉSIE. — Ximenesia Cavan. 

- Capitules muldflores , radiés; fleurs-radiales l-sériées^ 
femelles ; fleurs du disque hermaphrodites. Involucre 
étalé 9 presque plan*^ irrégulier , formé d'écaillés foliacées , 
linéaires-lancéolées , pointues , subbisériées , anisomètres. 
Bécèptacle peu éleyé , subhémisphérique , garni de pail- 
lettes membraneuses , colorées au sommet , 1-nervées , 
demi-embrassantes, lancéolées, persistantes. — Fleurs-ra- 
diales grandes , à ligule cunéiforme-oblongue ^ profondé- 
ment trilobée. — Fleurs du disque : Corolle subinfondibu- 
liforme ; limbe campanule ^ 5-denté , glabre ; tube court , 
hiSpide au sommet. Stigmates appendiculés au sommet. 
— Nucules- subcoriaces, comprimées, oblongues-oboyales : 
les radiales plus petites, tuberculeuses^ obtuses , immargi-* 
nées 9 obscurément 4-gones ; celles du disque plus grandes 
mais plus minces , aplaties , courtement 2-aristées au som- 
met, bordées d'une large aile chartacée , subcrénelée, 
St-fide au sommet ; arêtes insérées devant la base des dents^ 
formées par l'échancrure de l'aile, et plus courtes que 
ces dents. 

Plante annuelle , rameuse , finement pubérule. Feuilles^ 
opposées ou alternes , grandes , irrégulièrement dentées y 
rétrécies en pétiole plus ou moins largement ailé, à base 
cordiforme-bilobée , amplexicaule. Pédoncules terminaux 
ou subterminaux , tantôt solitaires, tantôt géminés ou 
temés , grêles , dressés , nus , 1-céphales. Paillettes-récep- 
taculaires un peu plus courtes que les fleurs du disque. 
Corolles jaunes de même que les organes sexuels. 

XiMENESiE Fausse-Enceue. — Ximenesia encelioides Cayan. 
le. 2, tab. 178. — Pallasia serratifoUa Smith. — Plante haute 
d'environ 3 pieds. Tige dressée, anguleuse, ordinairement ra- 
meuse presque des sa base. Rameaux paniculés. Feuilles flas- 
ques, pubérules aux 2 faces, d'un vert foncé en dessus, subiiK 
canes en dessous , longuement pétiolées , cordiformes , ou del- 






.:î, 



liiS CLASSE DES COMPOSÉES. 

toïdes, ou ovaks , ou (surtout les supérieures) ovales-lai^ce'olëes, 
acuminécs , pe'tiole des feuilles supérieures en général largement 
ailé , sinué-denté. Écailles-involncrales pubérules en dessous , 
i-neryées, an peu plus longues que le disque. Ligules loogues 
de près de i pouce. Nucules-radiales subturbinées, brunâtres, 
longues à peine de 2 lignes. Nucules du disque noires , ou mar- 
brées de noir et de bran , longues de 3 à 4 lignes, à aile blan« 
châtre et subdiaphane avant la maturité , finalement opaque , 
brunâtre, souvent ponctuée de noir. — Cette plante , originaire 
du Mexique, se cultive fréquemment dans les parterres. 

Genre HÉLIANTHE. -* HeUantkus Linn. 

• 

Capitules multiflores , radiés ; fleurs-radiales 1-sériées , 
neutres ; fleurs du disque hermaphrodites. Involucre com^ 
posé d'écailies paud-sériées , irrégulièrement imbriquées, 
foliacées , acuminées , inappliqués excepté vers leur base : 
les intérieures plus courtes que les extérieures. Réceptacle 
convexe, garni de paillettes oblongues , pointues, subco- 
riaces , persistantes , demi-embrassantes , plus courtes que 
les fleurs. — Fleurs-radiales grandes , à ligule elliptique 
ou oblotague, striée, tridentée au sommet. — Fleurs du 
disque : Corolle à tube court ; limbe infondibulifornte , 
ventru à la base , ô-denté : dents glabres , pointues , 
presque étalées. Stigmates appendiculés au sommet. Nu- 
cules coriaces , oblongues , ou obovales , subtétragones , à 
aigrette composée de 2 paillettes courtes , opposées ( Tune 
antérieure , l'autre postérieure ), acérées , caduques , ordi - 
nairement subulées. 

Herbes annuelles ou vivaces , rameuses , en général sca- 
bres ou velues, souvent très-élancées. Feuilles opposées ou 
alternes , sessiles , ou pétiolées , très-entières , ou dentées, 
le plus souvent triplinervées. Pédoncules 1-céphales , ter- 
minaux, plus ou moins épaissis et inclinés au sommet, 
nus , ordinairement solitaires. Capitules ordinairement 
grands. Corolles persistantes. Fleurs radiales à ligule 



FAHILLB 1^5 SYNANTHÉRÉES. 145 

jaune ou orange. Fleurs du disque jaunes ou d'un pourpre 
brunâtre. — Ce genre , propre à l'Amérique , renferme 
une quaraiitaine d'espèces^ dont la plupart se font re- 
marquer par l'élégance de leurs fleurs; quelques espèces 
sont en outre importantes à ^tre de plantes oléagineuses 
ou alimentaires. 

A. Plante annuelle. Pédoncules turbines, inclinés. Capitules 
très-grands , nutants. Feuilles toutes pétiolées , dentelées, 
alternes (excepté quelquefois les inférieures). Fleurs du 
disque à corolle d'un pourpre hrundtre ( à V époque de la 
floraison^ plus tard jaune). 

Hélianthe Tournesol. — HeUarUhus annuus Linn. -— 
Helianlhus platj^cephalusCass.'^ffelianthus indicus Linn. 
(yar. pumila). — Helianthus pumilus V&ts. '■^ Helianthus 
macroçarpus De Gand. — Helianthus oçatus et Helianthus 
patens Lelun. — <- Helianthus lenticularis Douglas , in Bot. 
Reg, tab. 1265. — Plante atteignant jusqu'à i5 pieds de liant.. 
Tige simple ou rameuse, dressée, assez grosse, cylindrique, fis- 
tuleuse , bispidule , scabre , feuillue. Rameaux dressés ou un 
peu divergents, ordinairement i-cdphales. Feuilles cordiformes, 
ou ovales, ou ovales-lance'olées , acuminées, 3-nervées, scabres 
aux 1 faces, d'un vert foncé ou glauque , longuement pétiolées, 
plus ou moins réclinées, amples (les plus grandes atteignant lo 
à 20 pouces de large). Pédoncules solitaires, bispides. Écailles- 
involucrales ovales , ou ovales4ancéolées , ou oblongues-lancéo- 
lées, longuement acuminées, scabres en dessous, ciliées. Capitules 
solitaires, larges de 3 pouces à i pied, subverticaus par l'inclinai- 
son du pédoncule. Paillettes-réceptaculairesliguliformes^ violettes 
supérieurement^ ordinairement 3 «cuspidées : l'appendice intermé- 
diaire linéaire-subulé, 3 fois plus long que les i latéraux; appen- 
dices latéraux linéaires-lancéolés , acérés. Fleurs-radiales i-ou 
2-sériées, à ligule longue de i Va pouce à 3 pouces, lancàïlée» 
elliptique, ou lancéolée -oblongue, pointue, ou obtuse, en gé- 
néral a-ou 3-deDtée, d'un jaune plus ou moins vif. Corolle des 
fleurs du disque longue d'environ 4 lignes : limbe d'un pourpre 



'144 CLASSE DES CÇMPOSéES. 

violet en dessus , ainsi que la surface externe des aùthères. Na- 
cales glabres ou strigueuses, noires on d'un brun noirâtre , im- 
marginees, ou submarginëes, obovales ; aigrette à paillettes ova- 
les-lancéolëes, acérées, denticulëes, Uancbâtres, très-cadu<jaes. 
— Cette espèce , connue sous les noms vulgaires de Toumesoly 
Grand Tournesol j Soleil , et Grand Soleil y se cultive tant 
comme plante d'ornement , qu'à cause de ses graines^ dont on 
exprime une huile grasse qui peut servir aux usages alimentai- 
res; ces graines sont une excellente nourriture pour la volaille. 
L'écorce de la tige est filandreuse, et peut servir à faire des cor- 
dages grossiers. Toute la plante contient beaucoup de nitre. 

On cultive, comme pknte de parterre, une varie'lé de Tournesol 
à fleurs presque pleines (c'est-à-dire dont presque tout le disque 
est garni de fleurs liguliformes et stériles) , et à tige ne s'ële- 
vant pas à plus de a pieds. 

B. Plantes vwaces» Pédoncules dressés (excepté chez une 
espèce) f 'peu épaissis au sommet. Corolles du disque à 
limbe jaune. 

a) Pemlhtntpirieuret alternes. 

Hélianthe multiflore. — Helianthus multiflorus Linn. — 
Bot. Mag. tab. 227. — Feuilles dentelées, pe'tiolées, trîpliner- 
vées, scabres aux 2 faces : les inférieures cordiformes ; les supé- 
rieures ovales. Pédoncules raides, subclaviformes , un peu 
inclinés. Ëcailles-involucrales oblongues-lancéolées ou linéaires- 
lancéolées, ciliolées. Fleurs -radiales très-nombreuses , subbisé- 
riées. Aigrette à paillettes linéaires-subulées. — Plante touffue , 
baute de 3 à 4 pieds. Rhizome rampant , subcylindracé. Tiges 
nombreuses, rameuses, dressées, scabres. Rameaux dressés, sub- 
paniculés. Feuilles grandes , d'un vert foncé. Fleurs -radiales à 
ligule elliptique - oblongue , obtuse , ordinairement échancrée , 
longue d'environ i5 lignes. Nucules elliptiques-oblongues, noi- 
râtres. Paillettes-réceptaculaires oblongues, pointues , ordinaire- 
ment I -dentées d'un coté. — Cette espèce, indigène de l'Amé- 
rique septentrionale , et nommée vulgairement Petit Soleil , se 
cultive comme plante de parterre. 



FAMILLE OE8 SYNÀIfTHÉRlÊiSS. 145 

' HÉLUNTHE TovijXAMBOVîL. "^ Heliantkus tuberosus Lîdd. 
— Jacq. Hort. Vindob. tab. i6i, — Jaume Saint-Hil. Flore et 
Pom. FraDç. tab. 17. — Feuilles' petiolëes, triplînervees , sca- 
bres, dentelées, longuement acuminées : les inférieures subcor- 
difonnes; les supcneures ovales ou ovales -lancéolées; pëtiolé 
cilië. Ëcailles-involucrales line'aires-lanceole'es, ciliées. Fleurs- 
radiales assez nombreuses^ i-sériées.— -Plante touffue, haute de 
8 à 1 5 pieds. Kacine rampante, garnie de tubercules oblongs, 
assez gros , rougeâtres en dehors , blancs en dedans , assez sem- 
blables à certaines variétés de la Pomme de terre. Tige dres- 
sée , scabre , rameuse et poilue au sommet. Pédoncules termi- 
naux , solitaires , grêles , dressés. Ligules longues d'environ 
X pouce , oblongues , on elliptiques-oblongucs ^ pointues , ordi- 
nairement 2-denlées. Nucules 2-aristces. — Cette espèce, nom- 
mée vulgairement Topinambour y est originaire de l'Amérique 
méridionale , et se cultive comme plante alimentaire. Ses tuber- 
cules ont une saveur légèrement sucrée, analogue à celle de 
l'Artichaut ; mais du reste ils servent moins à la nourriture de 
l'homme qu'à celle des animaux domestiques. La culture de 
cette plante est très-productive , et elle réussit dans les terrains 
les plus ingrats. Dans le nord de la France, le Topinambour 
fleurit en octobre. 

HiLiANTHE ELANCE. — Helianthus giganteus Linn. — • He^ 
Uanthus virgatus Lamk. — Helianthus altissimus Jàcq. Hort. 
Vindob. 2, tab. 62 (non Linn.) — Feuilles lancéolées, acuminées, 
dentelées, i-nervées, très-scabres , subsessiles. Écailles-involu- 
crales linéaires-lancéolées , scabres, ciliées, plus longues que les 
fleurs du disque. Fleurs-radiales au nombre de gà i5. Aigrette 
à paillettes oblongues-lancéolées, acérées, fimbriolées. — Plante 
touffue, haute de 10 à i5 pieds. Tige dressée, rameuse, sou- 
vent rouge. Rameaux dressés, paniculés ; ramules effilés, plus 
ou moins poilus. Pédoncules grêles, souvent en corymbe. Ligules 
oblongues, bidentées, longues à peine de i pouce. Nucules ob- 
longues, glabres. — Espèce indigène de l'Amérique septentrio- 
nale; on la cultive comme plante d'ornement; elle fleurit en 
automne. 

BOTAMIQUS. PHAMi T. 1. 40 



HÉLIANTHE DivARiQUE. — HeUanflius éUvaricatus Linn. *r 
Feuilles ovales ou ovales-lanceolées , pointues , scabres ^ S-uer- 
yéesy dentelées, subsessiles. Écailles -involucrales linéaires* 
lancéolées, pointues, ciliolées, réfléchies. Pédoncules subteméii. 
Ffeurs -radiées i- sériées, au nombre d'environ lo. Nqcules 
2-aristées.— Plante touffue , baute de 3 à 4 pieds. Racine ram- 
pante. Tiges dressées, cylindriques , rameuses. Rameaux subtri- 
chotomes , scabres vers le sommet , souvent rougeâtres. Pédoq- 
cules grêles. Écailles-involucrales à peu prës aussi longues que 
les fleurs du disque. Ligules longues de 6 à 8 lignes , ellipti- 
ques-obloDgues. Paillettes-réceptaculaires oblongues , pointues „ 
souvent 3-dentées. — Indigène de l'Amérique septentrionale. 
Plante d'ornement; fleurit en été. 

HÉLIANTHE DécAPÉTALE. — HeUanthus decapetalus Linn, 
• — Feuilles ovales ou ovales - lancéolées , pointues , 3-nervées , 
pétiolées ^ peu ou point dentées , scabres , pubescentes en des- 
sons. Pédoncules snbtemés. Écailles-involucrales linéaires-lan- 
céolées, pointues, ciliolées, réfléchies. Fleurs-radiales i -sériées^ 
au nombre d'environ lo. Nucules 2-aristées. — Plante sem- 
blable par le port à l'espèce précédente. Ligules longues de 
I pouce, elliptiques - oblongues. Paillettes - réceptaoulaires ob- 
longues, pointues, ordinairement tridentées. — Espèce indigène 
de l'Amérique septentrionale ; cultivée comme plante d'orne- 
ment; elle fleurit en été. 

Heliantqe pubescent. — HeUanthus pubescens Willd. -^ 
Bot. Reg.tab. 524* — HeUanthus molUshaTok. Dict. — HeUan- 
thus canescens Michx. — Feuilles ovales ou ovales-lancéolées, 
acuminées, i-ne^vées, subcrénelées, sessiles, semi-amplexicaules^ 
scabres en dessus, cotonneuses 019 mollement pubescentes (sub- 
incanes) en dessous. Écailles-involucrales oblongues- lancéolées, 
acérées, pubescentes, plus ou moins étalées, un peu plus longues 
que les fleurs du disque. Paillettes - réceptaoulaires oblongues, 
acuminées, entières. Fleurs-radiales nombreuses, subbisériéast 



FAMILI^ INS9 8Y||4lfTl|£U|àES. ^47 

ÂigreUe à |i^llette$ lipéaires-lancéolées, acérées. — Plante himte 
de 3 à 4 pieds. Tigeii nombreuses , pressées , ranieuses , cjlin* 
6^iqae$j pçiUues de même qu^ les ramei^^x^ iÇepill^ lobgQes ip 
a à 4 ponces, d'un vert glaiique en de^soQs. Pédoncules rai^esf, 
4ires#t, suticlaYiformes, scditai^e^. Liguées lopgiM» 4e la ^ ^|f 
lignes, elliptiques-oblonguesy obtnseç, ord^i^emenl i-ou 3-4<^- 
téfs? Npcules! petites, subturbinées, glabr^ <f-f Espace indigei^^. 
de l'Amérique septentrionale; fleurit en étéji cultiyée çomm^ 
plante d'ornement. 

Hbliantps a F£UiLi4£S DE DonoNic — HeUmthus 4ci^fmi- 
coûtes Lamk. — HeUanthuspMbescensYàhh (non WilUf^T^r 
fiot. Mag. tab. 2278. — Helianthus molUs Willd. (noq JiamliL.) 
— Espèce voisine de la précédente, dont elle diffère par des 
écailles-inyolucrales linéaires-lancéolées, longuement ciliées ; dei 
paillettes - réceptaculaires trifides^ des fleurs -radiales moins 
nombreuses. 

Genre LÉIGHIE. — Leigkîa Gass. 

Ge genre ou sous-genre ne diffère essentiellement dei 
Hélianthes que par le réceptacle qui est conique ou con- 
vexe; l^aiçrette est formée de plusieurs paillettes dont 
Textérieureet l'intérieure sont beaucoup plus longues que 
les latérales. 

a) Corolle de$ fiewn du di$qu0 à limbe d'un pourpre brunâtre. Aigrette 

caduque, 

LéioHiE ÉLANcis. — Letgkia orgjrdUs De Gand. Prodr. (sifft 
HeUantho),^^ Helianthus angustifoUus Lmu, (nonMichx.) 
— *Tige glabre, très-élancée. Feuilles linéaires-lancéolées, êoé* 
rées, subérosées, i7neryées, glabres^ lisses, sessiles, éparses* 
Pédoncules grêles, souvent en corymbe. Écailles -involucrale^ 
linëaires-subulées, réfléchies, subcilidéès. Paillettes-réceptacu- 
laires linéaires-spatbulées, firabrioWes an sommet. Aigrette à 
paillettes oblongues-lancédk'es,muerottée8, denticulées-ciliolées. 



148 CLASSE DES COMPOSÉES. ' 

— Plante vivace, touffue, haute de 6 à i% pieds. Tige dressée, 
rameuse; rameaux cylindriques, effiles, ordinairement panicn- 
lës. Pédoncules longs, trës-gréles, dresses. Feuilles fermes, d'un 
vert gai, longues de 3 à 6 pouces, larges de i ligne à 2 lignes. 
Capitules petits. Involucre h peu près aussi long que les fleon 
du disque. Fleurs-radiales au nombre de 12 à i5 : ligules ob- 
longues, 2 -ou S-fides au sommet , longues de 6 à 8 lignes. No- 
cules oblongues , glabres. — Espèce indigène des États-Unis; 
cultivée comme plante d'ornement ; fleurit d'août en octobre. 

LéiGHTE BICOLORE. — Lûigkia hicolor Cas s'. — Helianthus 
angustifolius Michx. Flor. Bor. Amer, (non Linn.) — Bot. 
Mag. tab. ao5i. — Rudbeckia angustifolia Linn. (exclus. 
syn.) — Feuilles sessiles, linéaires, rëvolutëes aux bords, i-ner« 
vëes, un peu scabres : les inférieures opposées ; les supérieures 
eparses. Ëcailles-involucrales linéaires -lancéolées, réfléchies. 
Paillettes - réccptaculaires cunéiformes, 3-fides, dcnticulées au 
sommet. — Plante touffue, haute de i \s pied à 3 pieds. Tiges 
dressées , un peu velues. Pédoncules longs , grêles , subsolitai- 
res, flcailles-involucrales à peu près aussi longues que les fleurs 
du disque. Fleurs- radiales i -sériées, au nombre de 12 à i5. 
Nucules oblongues , glabres ; aigrette de 2 à 4 paillettes. — 
Cette plante, indigène des États-Unis, se cultive aussi dans les 
parterres. 

b] Corolle des fleurs du disque d limbe jaune. Aigrette persistante, ' j 

LÉiGuiE A FEUILLES LINEAIRES. — Leighiu UuearisDe Cand. 
Prodr. — Helianthus linearis Cavan. le. 3, tab. 218. — Bot. 
Reg. tab. 523. — Helianthus squarrosus Kunth, in Humb. et 
Bonpl. 4? lab. 377. -—Leighia elegans Cass. — Plante vivace, 
touffue, très-rameuse, haute d'environ 4 pieds. Tige grêle, 
dressée, scabre. Ramules effilés, feuilles , plus ou moins diver- 
gents , scabres, pubérules, striés. Feuilles petites, éparses, 
sessiles, i-nervées, sublinéaircs , obtuses, très-entières, ré- 
volutées aux bords, scabres et subincanes aux 2 faces. Pé- 
doncules longs , grêles, solitaires, dressés. Capitules petits. 



FAIULLE DES SYITA^THÉRÉES. 149 

Écailles-involucrales scabres , linéaires-obloDgues , obtuses , re- 
coipdiëes. Paillettes-rëceptaculaires oblongues , acuminëes y mu- 
wanpeSj très-entières. Fleurs-radiales au nombre d'environ ao^ 
JËjiiW oblongues, bifides, longues de 4 à 5 lignes. Nucules pe- 
tifcs, noirâtres^ oblongues, strigueuses , ^' aristëes^ et en outre 
couroimees de 5 à 6 paillettes fimbriëes. — Cette espèce , indi- 
gène du Mexique, se cultive comme plante d'ornement. 

Genre HARPALION. — Harpalium Gass. 

Ce genre diffère des Hélianthes : l<»par Finvolucre formé 
d'écaillés régalièrement imbriquées, subcoriaces, inappen- 
dicùlées , entièrement appliquées; S"" par Taigrette, com- 
posée de plusieurs paillettes (1 -sériées, caduques) dont 
2 (extérieure et intérieure) grandes, opposées^ les autres 
petites, 

Harpalton raide. — Harpalium rigidum Gass. — Helianthus 
atrorubens Linn. — Bot. Reg. tab. 5o8. — Helianthus diffu- 
sus Sims , Bot. Mag. tab. 2020. — Helianthus nUssuricus 
Spreng. — Helianthus rigidus Desfont. Horl. Par. — Plante 
vivace, touffue, haute de 2 à 4 pieds. Racine rampante. Tiges 
dressées, paniculées , scabres et hispidules de même que les ra- 
meaux. Rameaux et ramules grêles, dressés, souvent rougeâtres. 
Feuilles d'un vert glauque, un peu charnues , raides , opposées, 
sessiles, triplinervées, hispidules et très-scabres aux a faces : les 
inférieures lancéolées-elliptiques, ou lancéolées-oblongues, poin- 
tues, subcrénelées ; les supérieures obovales, ou oblongues -ob- 
ovales, ou oblongues, obtuses , en général très -entières. Pédon- 
cules solitaires ou ternes, longs , grêles, raides, dressés, scabres. 
Écailles-involucrales plus courtes que les fleurs du disque^ ova- 
les, subobtuses, noirâtres, ciliées. Paillettes - réceptaculaires ob- 
longues, obtuses , mucronulées , ciliées an sommet. Gorolles des 
fleurs du disque à limbe d'un pourpre brunâtre. Fleurs -radia- 
les au nombre d'environ 20 , subbisériées : ligules elliptiques- 
oblongues , obtuses , échancrées, d'un jaune vif, longues de 12 



150 CLASSE DES COMPOSÉES. 

à i5 lignes. Nucnleë oblongues- obovales, glabres; aigrette. à 
paillettes orales -lancéolées, acerëes, fimbriolëes aui. bords. — 
Cette espèce, indigène des États-Unis, et très -remarquable p^ 
Télëgance de ses fleurs, se Cultive dans les parterres ; die fleurit 
en août et septembre. 



Section IY. BÉLZAKTSuÉBS-auBBSoxnÉBs Gass. 
Aigi'ette coronîforme ou nulle. 

Genre tltkÔNË. — Tithonia Jbiesfoiit. 

Çapiiuleë multidorèsy raclii^ \ Qeurs-radiales l-sériëes , 
neutres ; fleurs du disque hermaplirodiies. Involucré sub- 
campanule , forme d'ëcailles libres , irrégulièrement sub- 
trisériées : les extérieures subbisériées , un peu in^^alés , 
dissemblables , larges , coriaces » presque arrondies, multi- 
neryées^ appliquées, surmontées d'un grand appendice 
ovale I foliacé I inappliqué; les intérieures subunisériées , 
beaucoup plus petites, un peu inégales, çuboblongues, 
membraneuses , striées , inappendiculées. Réceptacle co- 
nique , garni de paillettes subcoriaces , striées , embrassan- 
tes, subspinescentesau sommet. — Fleurs^radiales astyles, 
à ligule elliptique-oblongue , multinervée , ordinairement 
3-dentée au sommet. — Fleurs du disque : GoroUe à tube 
très-court ; limbe très-long, cyliûdracé , 5-fide au sommet, 
globuleux et velu à la base : lobes oblongs-lancéolés, gla- 
bres. Stigmates très-longs , linéaires , subulés au sommet. 
Nucules lisses, oblongues , 4-gones, un peu comprimées; 
aigrette courte, persistante, coriace, opaque, composée 
de plusieurs paillettes très-inégales , 1-sériées , libres , ir- 
régulièrement denticulées , souvent accompagnées d'une 
ou de 2 arêtes continues avec les angles du fruit. 

Herbes annuelles^ velues^ rameuses. Feuilles alternes, 
pétiplées, dentelées, triplinervées : les inférieures quel- 
quefois profondément trilobées. Pédoncules terminaux , 



FAMItLÉ mSfl StNÂNtHÉRéES. 151 

oi|^j||kiytfeâ et tefmiiMux, nus , éiblitaires , l-céphales , 
itadâf ^ oressës , souTént clayifotinéâ au sdmmet. Fleurs- 
râdUiiài jaunes ett orangées. Fleurs du disque jaunes. 
Antibèm noilràtreS; •— Qè genre est propre [à rAmérique 

TiTHONB A FLEURS DB Tagete. — TlAoïUa tagetifloru Des- 
fimt; in Ann. du Mus. i ^ tab. 4« — ^PUnte haute de 3 à 4 pieds. 
Tige dressée^ cylindrique, stride, fistuleuse^lisse^ finement pu- 
bérule. Feuilles grandes, scabres^ mint^s ^ decnrrentes sur leur 
pe'tiole , reclin^Ës : les infe'rieures en gênerai profondément 3-lo- 
bëes , à lobes suboyales , acumines ^ séparés par de larges sinus 
àrroncUs^ les supérieures oyales, ou subtriangulaires, longiM- 
ment acuminées , plus ou moins profondément cordiibrmes à la 
liase* Pédoncules cotonneux , darifbrmes au sommet. Fleurs-ra(- 
dialeS à ligule de ooolenr orange^ longue d'énriron 6 lignes. -«*• 
Cette espèce , originaire du Mexique , se cultive comme plante 
d'ornement ; elle fleurit en autonme, et il est rare que ses graines 
arrirent à maturité dans le nord de la France. 

Genre ÉGHINAGE. — Echihacea Mœnch. 

Capitules multiflores, radiés; fleufs-radiales 1-sëriées, 
neutres ; fleurs du disque hermaphrodites. Inyolucre formé 
d'écaillés 3-ou 4-sériées, oyales-laffacéolées, inégales (les 
intérieures plus courtes), à partie inférieure appliquée, eoî- 
riace , et à partie supérieure foliacée ; finalement réfléchie. 
Réceptacle conique , très-éleyé , garni de paillettes demi- 
embrassantés , membraneuses, oblôn^ues, plus longues 
que les fleurs, terminées en pointé âhariiué, taide, 4-f;one, 
colorée, finalement spinescenté. ^^ Fteurs-radiales astyles, 
à ligule sublinéaire , ou elliptique , oti bblôiigue , bifide àti 
sommet. — Fleurs du disque : Corplle^à tilbè nul ou très- 
court; limbe cylindracé, ô*denté, gld)re, fortement gib- 
beux (antérieurement) à la bâSé. Stigihatés filiformes, 
longs, Subulés au sommet. Nfictiks tiltbhlées , 4-goiies , 



iSi^ CLASSE DES COMPOSÉES. 

subéreuses , lisses , un peu comprimées ; aigrette courte j 
.persistante, irrégulièrement 4-dentée et denticulée , de 
même consistance que le péricarpe. Graine inadhérènte. 

Herbes vivaces, ordinairement rameuses, glabres et 
lisses, ou couvertes d'une pubescence scabre. Feuilldb' 
éparses , pétiolées , dentelées , triplineryées. Pédoncules 
solitaires, terminaux, dressés , raides , épaissis au sommet, 
1-céphales. Ecàilles-involucrales plus courtes que les fleurs 
du disque. Fleurs-radiales à ligule longue^ pourpre , ordi- 
nairement réfléchie. Corolle des fleurs du disque petite , 
d'un rouge yerdâtre , à base très-épaisse , charnue : dents 
triangulaires, courtes, presque dressées. Anthères noirâtres. 
Paillettes-réceptaculaires uaviculaires , persistant après la 
chute des fruits. Aigrette peu apparente ^ yerdâtre avant 
la maturité. — Ce genre appartient à l'Amérique septen- 
trionale. Les espèces suivantes se cultivent comme plantés 
d'ornement. 

ÉcHiNACE POURPRE. -^Eckinocea purpurea Mœnch, Meth. 
— Rudbeckia purpurea Linn. — Bot. Mag. tab. a. — Schk. 
Handb. tab. aSg. — Mill. le. tab. 224, flg. i. — Gatesb. Ga- 
roi. 2, tab. 59. — Tige glabre, lisse. Feuilles glabres aux 2 fa- 
ces, pubcrules et scabres aux bords , dentele'es, decurrentes sur 
le pétiole : les inférieures ovales ; les supérieures lancéolées , ou 
lanccolëes-oblongues. Fleurs - radiales beaucoup plus longues 
que le disque , à ligule lancéolée-linéaire, très-étroite. — Plante 
haute de 2 à 3 pieds. Tige simple, ou rameuse, grêle, dressée, 
médiocrement fouillée; rameaux dressés , en générai i-céphales 
et presque nus. Feuilles fermes , d'un vert gai en dessus : les 
caulinaires la plupart longuement pétiolées ; pétiole longuement 
ailé jusqu'il la base. Écailles-involucrales ciliolées, à partie su- 
périeure oblongue-lancéolée , pointue.. Paillettes-réceptaculaires 
à pointe brunâtre, à peu près aussi longue que la lame. Ligules 
longues de 2 à 3 pouces, sur l 'y, ligne à 2 lignes de large, ré- 
fléchies, quelquefois ondulées, à 2 dents assez longues, pointues. 
Corolle des fleurs du disque à tnbe très - court , mais cependant 



FAMXLLB DES SYIIAMTHJSRÉES. "1 55 

évident. — Indigène des montagnes des États-Unis ^ fleurit en 
cte'. 

ÉcHiiTACE TARDIVE. — Echinacca serotinaSyreel^ Brit. Flow. 
Gaçi. tab. 4* — Lodd. Bot. Gab. tab. iSBg. — Rudbeckia his* 
pida Hoffm. — Rudieckia speciosa Link, Hort. Berol. (non 
Schrad. ) — Tige bispiduk, scabre. Feuilles scabres et pnbé- 
raies aux 2 faces, dentelées, peu ou point décurrentes sur le pé- 
tiole : les inférieures ovales ^ les supérieures ovales - lancéolées 
on oblongues-lancéolées. Fleurs-radiales 1 à 2 fois plus longues 
qne le discpe , à ligule oblongue ou elliptique-bblongue. — 
Plante ayant le même port que l'espèce précédente. Feuilles 
fermes, d'un vert foncé, acuminées : les caulinaires la plupart 
oburtement pétiolées. Écailles -involucrales scabres, ciliées, à 
partie supérieure linéaire-lancéolée, pointue. Paillettés-récepta- 
culaires à pointe d'un pourpre brunâtre, à peu près aussi longue 
ipie la lame. Ligules longues de 12 a 18 lignes, larges de 3 à 4 
lignes , 2-ou 3-dentées au sommet , ordinairement réfléchies ; 
dents pointues. — indigène des provinces méridionales des Etats- 
Unis ; fleurit en août et septembre ^ on la confond souvent, dans 
les jardins , avec l'espèce précédente. 

Genre RUDBÉGKIA. — Rudbeckia Linn. 

Capitules multiflores, radiés; fleurs-radiales 1-sérîées, 
neutres ; fleurs du disque hermaphrodites. In volucre formé 
d'écaillés bisériées , foliacées , inappliquées (excepté par 
la base), inégales. Réceptacle cylindracé ou conique, garni 
de paillettes subcoriaces, demi-embrassantes^ apiculées, 
ou cuspidées , ou mutiques , plus courtes que les fleurs. 
*— Fleurs-radiales astyles, à ligule elliptique-oblongue , 
ou oblongue, 2-ou 3-dentée au sommet. -^Fleurs du disque : 
Corolle courte , infondibuliforme , glabre , 3-dentée, non- 
réirécie ni renflée à la base. Stigmates à appendice court, 
obtus. Nucules tétragones, subcylindracées, un peu com- 
primées, subcoriaces, lisses; aigrette nulle, ou courte, 
cartilagineuse , irrégulièrement lobée ou crénelée. 



154 GLA86E OES COMPOSéSS. 

Herbes rivaces ou bisannuelles , rameuses ^ souvent poi- 
lues. Feuilles indivisées, ou lobées, ou laciniées, ou pen- 
nées, triplinervées : les radicales pétiolées; les caulinaires 
pétiolées ou sessiles , éparses. Pédoncules solitaires , termi- 
naux^ raides, grêles, dressés, nus, 1-céphaIes. Capitules 
^ssez grands, ovoïdes ou cylindracés après la floraisoiL 
JBcailles-involucrales le plus souvent aussi longues ou plus 
longues queledisque.Fleurs-radiales àligule longue, jaune, 
ordinairement réfléchie. Corolle des fleurs du disque d'un 
pourpre noirâtre, ou moins souvent jaune, subpersistante: 
dents triangulaires , courtes, dressées. Anthères noirâtres. 
Paillettes-réceptaculaires naviculaires ou subnaviculaires. 

ICe genre est propre à l'Amérique septentrionale ; on 
cultive comme plantes d'ornement les espèces suivantes : 

Sbctioii I. GENTROGâRPHA Bon. 

Réceptacle conique , garni de paillettes apiculées ou aris- 
tées. Disque pendant la floraison court, subhémisphé- 
rique , finalement ovoïde , à corolles d'un pourpre 
noirâtre. 

A. Plante bisannuelle. Paillettes-réceptaculaires assez Ion" 
guement aristées. FenUles-radicales et femUes-cauUnaires 
inférieures la plupart profondément ^-lobées ou pennati^ 
lobées. 

RuDBÉCKiA TRiuosé. -^ Rudbeckia triloba Linn.-— Jaume 
Saint -Hil. Flore et Pom. tab. 383. — Bot. Reg. tab. 525. — 
Rudbeckia triloba et Rudbeckia aristata Pursh. — Tige très- 
rameuse, un peu scabre, pressée, poilue ; rameaux divergents, 
paniculës. Feuilles un peu scabres, subciliolées : les supérieures* 
lanoëolées-oblobgues ou ovales-lancëolées, dentées, sessiles , ou 
rétrëcies en pétiole court. Écailles-involucrales linéaires-lancéo- 
lées, ciliées , i fois plus courtes que les fleurs-radiales , un peu 
plus longues que le disque. Aigrette réduite à un rebord peu ap- 
parent, obscurément i-i^'AeDXé. — Plante haute de 2 à 3 pieds. 
Tige et rameaux d'un pourpre violet, parsemés de poils blancs. 



FAMILLE DES SyUAJNfHéluêES. 198 

Feuilles flasques, d'un yert foncé : les radicales longuement pe'- 
tiol<^, tantôt indivise'es^ oyales , profondément crénelées, tantôt 
trîlobe'es ou subljfrées. Capitules en général courtement pédon- 
colés, trè^ombreux, disposes en panicule. Paillettes-rëceptacu- 
. laires de même couleur que les fleurs du disque^ subovales. Li- 
gules longues de 8 à 10 lignes, d'un jaune fonce en dessus, d'un 
janne pâle en dessous, elliptiques-obloogues , plus ou moins ré- 
fléchies. — Cette espèce croît dans les montagnes des Etats-Unis^ 
elle fleurit en août et septembre. 

B. Plantes vwaceSy à racine rampante. Feuilles indivisées. 
Paillettes 're'ceptacuUUres lancéolées, courtement api" 
culées. 

RtoBEG&iA BRILLANT. — Rudbeckia fulffd^ Bort. Kew. — 
Bet.Mag. tab. iggd.— Rudbeckia chjysom^laH&ichx.floT.Bor. 
Amer. — Rudbeckia aspera Desfont. Hort. Par. — Rudbeckia 
hirta Linn. — Sweet, Brit. Flow. Gard, x, tab. 82. — Dill. 
Hort. Ëlth. tab. ai8, fig. 285. — MiU. le. tab. 224, fig. i. 
— Tige dressée, paniculée, scabre et poilue de même que les 
rameaux. Feuilles pubérules ou strigueuses, scabres, dentées, ou 
crénelées , çu subdenticulées : les inférieures pétiolées , décur- 
rentes sur le pétiole ; les supérieures sessiles, subamplexicaules. 
Écailles- involucrales oblongues ou lancéolées -oblongues, obtu- 
ses, à peu près aussi longues que les ligules. Aigrette peu appa- 
rente. — Plante haute de a à 3 pieds, ep général rameuse presque 
dès la base. Rameaux simples ou paniculés, plus ou moins di- 
vergents, souvent rougeâtres. Feuilles assez fermes , d'un rougé 
foncé : les radicales longuement pétiolées, ovales, ou ovales-lan- 
céolées , cunéiformes vers leur base 5 les caulinaires inférieure^ 
conformes aux radicales, ou lancéolées-spathulées, ou obovales; 
les supérieures oblongues, ou oblongues-obovales, ou lancéolées- 
oblongues, ou lancéolées. Pédoncules en général très -longs. 
Fleurs-radiales à ligule oblon^ue, d'un jaune vif, longue de 8 à 
12 lignes. — Cette espèce habite les montagnes des Etals-Unis; 
elle fleurit en août et septembre. 



^(56 CLASSE DES COMPOSEES. 

RuDBÉGKi A ÉLÉGANT. — RudbeclUa speciosa Schrad. Ind. 
Sem. Hort Gœtt. — Tige dressée, paniculée, poilue et scabre 
de même que les rameaux. Feuilles scabres et pubërules eu des- 
sus y presque lisses en dessous : les ramëaires et la plupart des 
canlinaires sessiles : les inférieures profondement et inégalement 
dentëeS; les supérieures très-entières. Écailles-involucrales ob- 
longues, ciliées , la plupart de moitié à i fois plus courtes que 
les ligules. Aigrette peu apparente. — Plante haute de i pied a 
a pieds. Rameaux raides, divergoits, en général i-cépbales. 
Feuilles fermes, d'un yert foncé en dessus : les radicales et les 
caulinaires - inférieures longuement petiolées , ovales , ou ora- 
les - oblongues , ou ovales- elliptiques, ou oblongues-lancéolées, 
pointues , crénelées , 3-ou 5-ncrvces ; les autres obloogues-lan- 
céolées, ou linéaires - lancéolées , pointues. Pédoncules raides, 
anguleux , ordinairement très-longs. Fleurs-radiales nombreu- 
ses, à ligule obk>ngue , d'un jaune vif en-dessus , d'un jaune 
pâle en dessous, longue de 12 a i5 lignes. — On ignore l'ori- 
gine de cette espèce, qu'on cultive fréquemment dans les jardins, 
et qu'on confond ordinairement avec la précédente. • 

RuDBEGKiA A GRANDES FLEURS. — RudbecJùa {CeiUrocar^ 
pha) grandiflora Don, in Swect, Brit. Flow. Gard. ser. a, 
tab. 87.-— Tige dressée, bispidule^ peu rameuse. Feuilles sca- 
bres, pubescentes : les inférieures crénelées ^les supérieures 
très-entières. Ligules lancéolées-oblongues , beaucoup plus lon- 
gues que les écailles - involucrales. — Plante haute de 3 à 4 
pieds. Feuilles fermes, d'un vert un peu glauque : les radicales 
grandes, longuement petiolées, 5-ou 7-nervées, ovales, rugueu- 
ses, pointues, cunéiformes vers la base ; les caulinaires inférieu- 
res conformes aux radicales, mais moins longuement petiolées; 
les supérieures lancéolées -oblongues. Pédoncules longs, raides, 
scabres, hispidules, anguleux, sillonnés. Écailles-involucrales 
lancéolées-oblongues , longues de 4 À 5 lignes. Ligules longues 
de près de 3 pouces, d'un jaune vif en dessus , d'un jaune pâle 
et pubescentes en dessous. Aigrette courte. — Espèce assez rare 
dans les jardins ; indigène de la haute Louisiane. 



PAMIttB DES SYNÀNTHÉRIÊBS. i57 

Section II. OBEUSGÂRIA Gms. 

Réceptacle cylindrace , élevé , garni de paillettes obtuses ; 
mutiques , oblongues-spathulées , naviculaires. Disque 
subglobuleux ou cylindrace et élevé dès le commence- 
ment de la floraison y à corolles jaunes ou d'un pourpre 
noirâtre» Feuilles toutes ou la plupart pennées ou pro- 
fondément lobées. 

RuDBÉGKiA LAGiNiE. — Rudbeckia laciniata Linn. — Rud" 
beckiadigitataMiW. — Rudbeckia intermediay Rudbeckia art' 
gusUfoUa et Rudbeckia multifida Hortul. — Tige glabre, lisse, 
panlciilée, ésulquée. Feuilles scabres, finement pubërules. Pédon- 
cules en général de longueur médiocre. Ëcailles-învolucrales beau- 
coup plus courtes que les ligules. Disque subglobuleux, à co- 
rolles jaunes. Nucules aigrettées. — Plante vivace, touffue, 
baute de 2 à 3 pieds. Raciue rampante. Tige dressée, anguleuse 
de même que les rameaux. Rameaux plus ou moins divergents, 
souvent paniculés. Feuilles fermes , d'un vert un peu glauque , 
de formes extrêmement variables : les radicales et les caulinai- 
res-inférieures plus ou moins longuement pëtiolëes, tantôt pen- 
nées-trifoUolées (à folioles pétiolulées, subcordif ormes, ou ova- 
les , ou ovales - lancéolées , incisées - dentées : la terminale 
en général beaucoup plus grande, souvent profondément 3-]o- 
bée), tantôt pennatiparties ( à segments pennatifides, ou incises- 
dentés, ordinairement sublancéolés), tantôt bipennatiparti^ 
( à segments lancéolés ou oblongs ) ; les supérieures tantôt pen- 
natifides, tantôt 3-parties ou pennatiparties, tantôt indivisées 
( subcordiformes , ou ovales, ou ovales - lancéolées , ou lancéo- 
lées, ou oblongues, incisées - dentées, ou pauci - dentées , ou 
très-entières), subsessiles. Pédoncules anguleux, sillonnés , 
longs de a à 6 pouces , quelquefois pubérales. Êcailles-involu- 
crales longues de 2 à 3 lignes. Paillettes-réceptaculaires verdâ- 
trcs, pubérules au dos, un peu plus courtes que l'ovaire. Fleurs- 
radiales au nombre de lo à i5, à ligule longue de i pouce à 
2 pouces, oblongue, ou lancéolée- oblongue, 2-dentée, ou bifide 



iSg GUISE DES COUrOSiES. 

as sommet, léflédiie. Capitales-fnictifcres longs d'aiTiron 
1 pooce. — Cette espèce habite le Ginadacl les Éuts-Uiiis;elk 

EuDBÉCKJA FEHHE. — Budbeckîa pinuaaYaA. Hort. Gds. 
tab. 71. — South, Exot. Bot. tab. 3S.— Bot-Mag. tab.^3io. 
— LepûAys jmuuOifida Bafin. — Obeliscmnnjnmmaia Gass. — 
Tige paniculëe , siDomiée, pubàule et scabre de même qae les 
rameaux et pëdoncales. FeiiiJles scabres, pubéruIeSy sobincanes : 
les infnrieures pemiëès. Pédoncnles en général très-loi^. Ëcail- 
Ics-inrolacrales snblinéaires, 3 à 4 ^ois plos ooartes qae les li- 
gules. Disqœ ooniqae-cylindraGé , à oordles d'an pooipie nû- 
râtre. Nacnles inaigrettées. — Plante TÎrace^ tooffae. Tiges 
grêles, dressées, hautes de 3 à 3 pieds. Rameaux sonrent pani- 
culés. Feuilles fermes , d'un yert glauque : les radicales et les 
caulinaires-înférieures longuement pétiolées, 5-<^foliolées (fo- 
lioles petiolul^ ou sestiles, oblongues, ou oUongues- lancéo- 
lées , ou oyales-lancébléeSy ou oTales, pointues, 3-ou 5-ncr¥ées, 
inéquîlatéralesy in^;alement dentées ou incisées-dcntées : la ter- 
minale souvent trifide, en général plus grande; les latnales 
quelquefois profondément 2-lobées ; les supérieures pennées, ou 
pennatifides, ou S-fides, ou indiyisées, courtement pétiolées, ou 
subsessiles. Pédoncules très-grêles^ atteignant jusqu'à i pied de 
long. Ecailles - inyolucrales pubémles, subincanes, limgues de 
3 à 4 lignes. Fleurs - radiales au nombre de 8 à la, à ligule 
d*un jaune orangé en dessus , lancéolée-oblongue , longue de i5 
à 20 lignes, réfléchie, profondément a-ou 3-dentée au sonunet, 
Gapitales-fructiferes longs de 12 à i5 lignes, obtus. — Cette es- 
pèce croit dans les proyinces méridionales des États-Unii; elle 
fleurit en été. 

Genre DRACOPIDK — Dracopis Cass. 

Capitules mnltiflores, radiés ; fleurs^radiales 1-sériées, 
femelles ; fleurs du disque hermaphrodites. Involucre formé 
d'écaillés 2-sériées : les extérieures étalées , subisomèdres, 



lancéolées-linéaires, pointues ^ foliacées; les intérieures 
appliquées , petites, aMsolument semldaMés aux paillettes- 
réceptaculaires. Réceptacle conique - cvlindracé , grêlé, 
très-éleyé) garni de paillettes plus courtes que les fleurs, 
demi-embrassantes , nayicutf^ires , oblongués-spathulëes , 
acuminulées, submembraneuses. — Pleurs-radiates k ISgtilé 
elliptique^ â-ou 3-dentée au sommet. — Fleurs du disque : 
Corolle tubuleuse, ô-dentée, rétrécie inférieurement. Stig- 
mates à appendice subulé. Nucules subcylindracées, obscu- 
rément 4-gones, glabres , finement striées , chagrinées: 
les extérieures à aigrette réduite à un rebord peu appa- 
rent; les intérieures inaigrettées. 

Herbe annuelle, glabre, glauque, lisse, rameuse. Feuilles 
éparses , très-entières ; les caulinaires et les raméaires ses- 
siles , amplexatiles , cordiformes-bilobées à la base. Pé- 
doncules solitaires, terminaux , 1-céphaIes , longs , grêles , 
dressés. Écailles-involucrales beaucoup plus courtes que le 
disque. Fleurs^radiales à ligule grande, réfléchie. Paillettes- 
réceptaculaires tombant avec les fruits. Disque élevé, 
cylindracé , obtus , à corolles d'un pourpre noirâtre de 
même que les anthères. — Ce genre n'est fondé que sur 
l'espèce suivante : 

Dracopide amplexigaule. — Dracopis amplexicaulis Cass. 
— Rudheckia amplexicaulis Yahl. — Rudheckia amplexi" 
foliaJàcq. le. Rar. 3,tab. 592. — Rudheckia perfoliataCaLvan. 
le. 3, tab. 262. — Plante haute de i pied à a pieds. Tige 
grêle, dressée, striée, rameuse en général dès sa base ; rameaux 
plus ou moins divergents, paniculës. Feuilles ovales, ou ovales- 
oblongues, ou ovales-lanceolëes^ pointues. Écailles-involucrales 
externes longues de 2 à 3 lignes. Paillette^-réceptaculaires rou- 
geâtres et ciliées vers leur sonmiet. Fleurs - radiales au nombre 
de 7 à 1 o , à ligule longue d'environ i ponce , d'un jaune vif. 
Capitules-fructifères cylindracés, obtus, longs d'environ i pouce. 
Nucules petites , noires. — Cette plante, originaire de la Loui- 
siane, se cultive dans les parterres. 



160 CLASSE DES COMPOSEES. 

* • ' • .. . 

Genre HÉLIOPSIDE. — Heliopsis Pers. 

Capitules multiflores 9 radies; fleurs-radiales 1-sériées, 
femelles ; fleurs du disque hermaphrodites. Inrolucre 8ub-> 
campanule , formé d'écailles 3-sëriées^ presque ^les, im- 
briquées , à partie inférieure subcoriace et appliquée , à 
partie supérieure foliacée, inappliquée, réfléchie. Réceptade 
conique, garni de paillettes plus courtes que les fleurs , em- 
brassantes, nayiculairesy spathulées , obtuses, submembra- 
neûses , colorées au sommet. — Fleurs^radiales grandes , à 
ligule oblongue , 2-ou 3-dentée au sommet. — Fleurs du 
disque: Corolle tubuleuse , rétrécie à la base, S-dentée, 
glabre. Nucules coriaces , glabres , lisses , tronquées au 
sommet, inaigrettées , tétragones : les marginales plus 
grosses , turbinées , un peu comprimées ; les autres sub- 
cylindracées , point comprimées. 

Herbe vivace, rameuse. Feuilles opposées, indiyisées , 
pétiolées. Pédoncules solitaires, teiminaux, 1-céphales, 
grêles, dressés, nus. Ecailles-involucrales plus courtes 
que les fleurs du disque. Fleurs jaunes. Réceptacle gros, 
élevé. Capitules fructifères assez gros , ovales. — L'espèce 
suivante est la seule qu'on puisse rapporter avec certitude 
à ce genre. 

HÉLIOPSIDE Faux-Hélianthe. — Heliopsis helianthoides 
Spacb. — Belianthus lœvis Linn. — Buphtalmum helianthoi' 
des Linn. — L^he'rit. Stirp. tab. 45. — Silphium solidaginoi- 
des Linn. — Budbeckia oppositifolia Linn. — Heliopsis Icet^is 
Pers. — Bol. Mag. tab. 3372. — Heliopsis lœvis et Heliopsis 
scàbra Dunal. — Heliopsis canescens Don, in Bot. Reg. tub. 
59a. — Plante touffue, liante de 3 à 4 pieds, tantôt lisse et très- 
glabre, tantôt scabre et plus ou moins pubérule. Tiges dressées, 
lameuses ; rameaux simples, ou bifurque's, ou trichotomes, dres- 
sés. Feuilles fermes, d'un vert gai, triplinerve'es , ovales, ou 
ovales-triangulaires, ou ovales-oblongues, ou ovales-lancëolëes, 
acuminëes, dentelées, ou profondement dentées. Écailles-invo- 



FAMILLE DES SYVKNrnÛKÈES. i6l 

lucrales ovales, ou ovales-laace'olëes, ou oblongues, obtuses, ou 
pointues^ pubernies, souvent ciliolëes. Fleurs -radiales au nom- 
bre de lo à i5 : ligule longue d'environ i pouce. Paillettes-re'- 
ceptaculaires jaunes au sommet , caduques avec les fruits. Nù- 
cules longues de a lignes, d'un brun de châtaigne. — Cette 
plante y indigène- de TAmëricpie s^tentrionale , se cultive dans 
les parterres; elle fleurit tout Vété. 



Section Y. BiliXAHTBiBS-MrLUÊRzfES Gass. 

Ovaire ordinairement épais ou large^ arrondi au som- 
met^ arqué en dedans, toujours absolument privé 
d'aigrette. 

Genre MADIE. — Madia Molin. 

Capitules multiflores ou pauciflores, radiés; flears-ra- 
diales femelles, 1-sériées; fleurs du disque hermaphro- 
dites. Involucre subglobuleux, formé d'écaillés 2-sériées, 
foliacées , naviculaires , embrassantes, carénées au dos.,- 
appendiculces au sommet : les extérieures (en même nom^ 
bre que les fleurs femelles ) ordinairement plus longues 
que les intérieures. Réceptacle petit , plan, nu. -r Fleuxs'- 
radiales â corolle tantôt ligulée , tantôt pal|née , tantôt 
subbilabiée, tantôt infondibuliforme et irrégulièrement 
3-5-fide. — Fleurs du disque : Corolle tubuleuse , 5-dentée. 
Stigmates filiformes, barbus au sommet. Nucules turbi* 
nées ou obovales-oblongues , subcoriaces , aplaties, ou 
plus ou moins comprimées bilatéralement et obscurément 
pentagones , 4-ou ô-costées^ ou écostées, obtuses, finement 
ponctuées, ou tuberculeuses, glabres, plus ou moins 
courbées. 

Herbes annuelles, poilues, en outre parsemées de quan- 
tité de glandules stipitées , très-visqueuses. Feuilles li- 
néaires-lancéolées ou oblongues, 3-nervées , très-entières , 
ou subdenticulécs , sessiles : les inférieures opposées ; les 

kOTAniQVK. PHAH, T. X. U 



i6ft CLASSE DES COMPOSIÉES. 

supérieures éparses. Pédoncules terminaux ou axillaires et 
terminaux , nus ou bractéolés , courts ou plus ou moins 
' allongés I l-céphales. Capitules de grandeur médiocre , 
dressés, accidentellement incouronnés et homogames: 
les fructifères subglpbuleuiL. Fleurs petites y jaunes : les 
radiales ( de forme variable ches tontes les espèces ) beau* 
coup plus courtes que les écailles^involucrales. EcaiUes- 
involucrales conniventes. — Ce genre est propre à TAnié- 
lique. 

Madie GULTiviE. — MaéUa sativa Molin. Chil. — Plaf^tf 
iiante de i pied à a pieds. Tige simple ou rameuse, gréle^ dres- 
sée , effilée y très-feniilue. Feuilles plus ou moins visqueuses , 
molles , d'un vert foncé , oblongues , ou lineaires-oblongues , 
pointues, subdenticulees, ou e'rosees, ou très-entières : les infé- 
rieures atteignant jusque 6 pbuces de long, sur 4 à 6 lignes de 
large; les supérieures graduellement plus petites. Capitules tan- 
tôt muttiflores , tantôt pauciflores, disposés vers Textrémité. de 
fn ti{i^ et des rameaux en grappe plus ou moins longue; pé- 
doncules 2 -bractéolés, beaucoup plus cpurts que. les feuilles. 
Êcailles-iavolucrales velues et visqueuses au dos, membraneuses 
aux bords , les intérieures de moitié plus courtes que les exté- 
rieures, toutes surmontées d'un appendice liguliforme , fdiacé. 
Nucules noires ou grisâtres, ovales-oblongues , finement ponc- 
tuées , obscurément pentagones , un peu comprimées, peu cour- 
bées , longues de a lignes ou un peu plus. — Cette espèce crok 
au Chili, où on l'appelle Madiy et uù elle est cultivée à titre 
de plante oléagineuse ; ce sont ses graines qui fournissent, par 
expression, ou par la simple coction , une buile grasse d'une sa- 
veur qu'on dit être au moins aussi agréable que celle de l'huile 
d'olives; aussi cette buile est-elle employée aux usages alimentai- 
res. La culture de la Madie a été essayée, depuis quelques années, 
en Allemagne ainsi qu'en France , et il paraît qu'elle est assez 
profitable ; la plante offre d'ailleurs l'avantage de s'accommoder 
parfaitement de notre climat , même étant semée eu automne^ et 
de prospérer dans les terrains les plus médiocres. 



FAMILLE DES SYIfANTHÉRÉES. 165 

Genre MADARIE. — Madmé De Gand. 

Capitules multiflores, radiés; fleurs^radM^s l-^sériëes , 
fertiles ( femelles ) ; fleurs du disque inconiplétemexH 
hermaphrodites ( par imperfection du pistil ) , stériles. 
Involucre double : l'extérieur subhémisphërique , formé 
d'écaiUes 1-sériées , égales, libres ^ subfoliacées, navicu- 
laires , embrassantes , carénées au dos , surmontées d'un 
appendice plan 7 inappliqué , foliacé ; l'intérieur ( sùué 
entre les fleurs-radiales et les fleurs du disque) plus court, 
formé d*éçailles 1-sériées , submembranacées , égales , sub- 
nayiculaires , soudées jusque vers le milieu. Réceptacle 
court, conique, garni de courtes flmbrilles filiformes. — 
Fleurs du disque : Corolle infondibuliforme ; tube gi'êle , 
poilu; limbe 5-fide : segments étalés, ovales, obtus, faé- 
rissj^ de papilles en dessus. Ovaire grêle, cylindracé. Style 
court, terminé en stigmate indivise, subulé, poilu. — 
FTeurs-radiales à ligule beaucoup plus lonfpie que l'invo-» 
lucre , oblongue-cunéiforme , profondément trilobée. Stig- 
mates filiformes , finement paq)illeux. Nucules obovalaa ^ 
comprimées, chagrinées, écostées, calleuses aux bords , è^ 
peine courbées. 

Plante annuelle , velue , en outre couverte d'une pu- 
bescence glandulifère très-visqueuse. Feuilles éparses , ses- 
siies, en général très-entières, obscurément S-nenrées, 
étroites. Pédoncules axillaires et terminaux, nus, ou 
pauci-bractéolés , 1-céphales , ou oligocéf^ales , grêles , un 
peu inclinés pendant la floraison. Corolles jaunes ; les U- 
gules marquées à la base d'une tache oblongue , veloutée , 
d'un pourpre brunâtre. Ecailles-involucrales externes à 
peine aussi longues que les fleurs du disque. Anthères 
noirâtres. 

Madakie élégante. — Madaria degans De Cand. Prodr. 
-^MadiaelegansLiiiàl. in Bot. R^. tab. i458. — Bot. Mag. 
tab. 3548* — rige simple ou panicuiée , haute de 1 pied à 



i64 CLASSE DES COMPOSÉES. 

3 piedS| grj^Ie^ drQ&séc, cylindrique, feuillue (surtout inferieu 
reinènt^. Kdttiêiîhx^ ou paniculés au sommet , feuillds y 

dressés , effila. Feuilles, molles, un peu cliarûues , subincanes, 
plus ou moins lôiqiiÇMses : les radicales linéaîres-lance'ole'es ou 
Uguliformes y téàfitàfiàeBy denticulëes, plus ou moins hispides , 
étalées^ atteignant jusqu'à 6 pouces de long ; les caulinaires gra> 
duellement plus courtes-^ linéaires-lancéolées y ou oblongues-kn- 
céolées, pointues, plus 6u moins élargies à la base ; les ramulaires 
très-petites, sublinëaires. Capitules disposes en corymbe , ou en 
grappe , ou en panicule tantôt subfastigiëe, tantôt plus ou moins 
allongée 9 vers l'extrémité de la tige et des rameaux. Pédon* 
cules (ramules -florifères) beaucoup plus longs que les feuilles 
Supérieures. Fleurs-radiales au nombre de i5 à 20 : ligules lon- 
gues de I pouce ^ à lobes linéaires , obtus. Nucules longues de 
2 lignes, marbrées de brun et de noir. — Cette espèce, originaire 
de la Californie , et remarquable par l'élégance de ses fleurs , se 
cultive comme plante d'ornement. Ses fleurs, qpi se succèdent 
pendant plusieurs mois de l'été , ont une odeur analogue à celle 
des Tagètes. 



XI* TRIBU. LES A^TUEMTDEES-^JNTHEMWEjE 

Cass. 

Capitules radiésy ou discoïdes , ou incouronrtés. Corolle 
staminifère régulière ou subrégulière y tubuleuscy 5- 
dentée : segments oçaleSy arqués en dehors^ papilleux 
a la surface supérieure. Filets des étamines soudés a 
la partie inférieure seulement du tube de la corolle ; 
article-anthérifère subglobuleux. Anthères sans ap- 
pendiceS'basilaires. Stigmates Çde la fleur hermaphro- 
dite ) divergents^ arqués en dehorSy demi-cylindriqueSy 
inappendiculésy tronqués et barbus au sommet :face su* 
périeure bordée d'un bout à Vautre par 2, bourrelets 
papilleux y non^confluents; face inférieure convexe y 
glabre. 



FAMILLE DES SYNAIfTHÉRÉES. ^6S 

PUntes herbacées, ou saffrutescentes, ou ligneuses, en général amèrM 
et aromatiques» Feuilles alternes, le plus souvent profondément clécoii^ 
pées* Fleurt-Uguliformes' en général, blanches, moins souvent jaunes ou 
poQTpres. ^eurs-tubuleuses en général jaunes. Capitules multiflores, ou 
riorement paucfflores. Réceptacle soit appendiculé, soit garni de pailletteii 
ott'defimbiilUiS. Ecailles-ifivolucrales ordinairement imbriquées. Corolle- 
•ti4lliif^e<ntlinairement glanduleuse à la surface externe, à tvbe au moins 
auH^ loiog et. presque aussi large que le limbe, presque difforme, inégale 
ment anguleux, souvent prolongé par sa base autour du sommet de To- 
vaire, d'une substance très-épaisse^ spongieuse^ verdâtre ; limbe régulier 
ou subrégnlier, campaniforme, à nervul'cs verdâtres, divisé presque jus- 
qu'au milieu : lobes trés-calleox au sommet j glandules sessiles ou stipi- 
tées, dîd^es. Anthères courtes, faiblement soudées, pointues à la base, 
à ap^pendice-apicilaire liguliforme, charnu. Ovaire épais ou large, irrégu- 
UcTf anguleux, glabre, de formes variées, ordinairement glanduleux, 
muni dé côtes très-fortes, inégales , souvent dissemblables, irrégulière- 
ment disposées, arrondies, ou aliformes ; la -substance du péricarpe ren- 
ferme souvent des réservoirs de sucs-propres ; aTréole-basilaire sessile, 
large, irrégulière, point oblique. Aigrette le plus souvent nulle ou coro- 
nifoiine et irrégulière^ quelquefoiîs composée de paillettes distinetes. 

Les Anthémidées , dit M. de Cassini, ont beaucoup d'affinité avec les 
Hélianthées. Elles ressemblent, par les stigmates, à beaucoup d^Inulées, 
aux Sénécionées et aux Massauviées ; mais elles s'en distinguent bien 
par les autres organes floraux. 



Section I. ANTB:|iifXB£ES-CHRT8AarTBÉMÊBS 

Cass. ^ 

Réceptacle sans, paillettes. 

Genre OLIGOSPORE. — Oligosporus Cass. 

Capitules ovoïdes ou subglobuieux, petits, hétérogames, 
discoïdes ; fleurs-racUales 1-sériées, femelles, fertiles, îrré- 
gulières ; fleurs du disque mâles , régulières. Involucre 
OYOïde ou hémisphérique j formé d'^illes peu nombreu- 
ses, inégalés, pauci-sériées, imbriquell^ appliquées, larges, 
concaves, arrondies au sommet, subcoriaces, membraneu- 
ses aux bords. Réceptacle hémisphérique ou ovoïde , nu. 
— Fleurs du disque : Ovaire rudimentaire. Corolle â-<fide. 



1^0 CLàflSB DES COliPOStES. 

tvè^^aiiaMe» ^ sourent larç«s et îscisës-deiités lorsque la feuilU 
est simplement penDstisecte) } les supëriettres pennatifides , ou 
triûdes, à segments le plus souvent lancéolés ou linéaires-Iancëo- 
lés ; les florales petites , lancéolées-linéaires. Grappes simples , 
ou rameuses, oligocépliales , ou polycéphales , courtes, ou plus 
oti moins allongées, tantôt làcbeà, tantôt denses, seaTeot muila- 
té^les. Pamieule-générâle tantôt pjtâmidale, tantôt contractée et 
effilée. Capitules ovoïdes, ou oblongs, on subglofaulenx, dres- 
sés, ou inclinés, subsessiles. Écailles-inTducrales elliptiques o« 
oblongues^ pubérules on cotonneuses k la surface externe^ à pett 
près aussi longues que les flelirs. Fleurs jaunes, oa rougeâtres, 
ou blanchâtres.—- Cette espèce, nomm^ Tulgaireraent Herbe de 
ht Saint' Jean, ou Armoise (sans autre ëpitbète spéciale), est 
commune aux bords des obamps et des chemins , ainsi que dans 
d*atttrrs localités incultes ; elle fleurit en juillet et août. Toute 
la plante est amëre et aromatique ; ses propriétés médicales sont 
les mêmes que celles de l'Absinthe, qui toutefois est beaucoup 
plus efficace. \j Armoise commune était l'un des médicaments les 
plus préconisés dans la thérapeutique des anciens , qui en fai« 
saient un remède presque universel; aujourd'hui cette plante ne 
se prescrit guère qu'à titre d'emménagogue. 

b) Plantti ann^tellu. 

ARitfoist ANNUELLE. — Artemisîa annua Linn. — Air>maQ» 
Ruth. lab. 193, fig. •23. — Artemisia suaveolens Fisch. — 
Plante très-glabre, haute de i pied à 3 pieds. Tige dressée, ra- 
meuse dès la base. Rameaux paniculés , plus ou moins diver - 
gents. Ramules grêles , efGle's , ascendants , ou presque étalés , 
souvent réclinés, disposés en panicule tantôt subp^ramidale^ tan- 
tôt plus ou moins allongée. Feuilles d'un vert gai , 2-ou 3-pen- 
natiparties : les inférieures triangulaires en contour ) les supé- 
rieures oblongucs en contour; lobules courts, très-rapprochés. 
Grappes spiciformes, tantôt lâches, tantôt denses, de longueur 
très- variable , subunilatérales, ordinairement réclinées , axillai- 
res, disposées eu paniculés lâches, subpyramidales, plus ou moins 
allongées. Capitules petits , courtement pédcmculés y subglobu- 



FAMILLE DES SYUAlfTRÉRÉES. i71 

leuXy inclines, Ëcailles-involucrales elliptiques, presque scarieu- 
ses. Fleurs jaunes. — Celte espèce habite la Perse et la Sibérie 
méridionale ; elle fleurit en automne ; ses capitules ont une sa- 
Tenr très-forte , analogue à celle des Camomilles ; les feuilles 
sont ambres et odorantes. 

Genre ABSINTHE. — AbsUuhium Touni. 

^e Kenre ou sous-genre ne diffère des Armoises qu'en ce 
que le réceptacle est garni de finxbrilles filifonnes. 

Absinthe offiginjlle. — Absinthium vulgare Lamk 111. — * 
AftemiHa AbsinthiumLijm, — Blackw. Herb. tab. 17. — ^Engl. 
Bot. tab. 17.30. — Flor. Dan. tab. i654. — Plante bisannuelle, 
hante de 2 à 4 pieds.Tîges dressées, cannelées, pubérules-incanes 
on cotonneuses ; rameaux simples ou paniculés, dressés. Feuilles 
soyeuses (argentées ou grisâtres) surtout en dessous, larges , pé- 
tiolées : les inférieures !S-ou 3-pennatiparties ; les supérieui'es 
palmatifides ou triparties ; les florales linéaires, indivisées ; seg- 
ments oblongs, ou lancéolés -obloDgs, ou cunéiformes - trifides , 
obtus. Grappes axillaires , oligocépbales , disposées en panicules 
nutantes ou réclinées^ unilatérales , lâches , effilées. Capitules 
courtement pédoncules, hémisphériques, petits, inclinés. Ëcail- 
les-involucrales pubérules ou cotonneuses en dessous. Nucules 
grisâtres, du volume d'un grain de Pavot. — Cette espèce, nom- 
mée vulgairement Absinthe', Grande Absinthe ^ ou Alvincj 
croît dans les endroits pierreux et incultes de l^urope méri- 
dionale, ainsi qu'en Orient et en Sibérie ; on la cultive pour l'u- 
sage pharmaceutique. Toutes les parties dé l'Absinthe ont une 
odeur pénétrante et une saveur extrêmement ainère ; cette amer- 
tume est tellement intense qu'elle se Communique au lait et a la 
chair des animaux qui ont mangé la plante. L'Absinthe s'emploie 
fréquemment comme remède tonique et stimulant, ainsi que 
comme vermifuge et comme emménagogu^ : propriétés qui, du 
reste, sont communes^ à un degré pins ou moins prononcé , à la 
plupart de ses congénères , notamment à VAbsinihiurh glaciale 
et à T Absinthium Jlfue^Cmn, plantes habitant les Alpes, et qtie 



i7S CLASSE DES COMPOSÉES. 

les montagnards de la Savoie et du Danphinë nomment GénipL 

Genre HUMÉA. — Humea Smith. 

Capitules 3-ou 4-flores, homogames, incouronnés. In- 
Tolucre cylindracé, formé d'écaillés peu nombreuses, 
pauci-sériées , presque égales , imbriquées , appliquées , 
oblongues , scarieuses ( excepté vers la base). Réceptacle 
très-petit, inappendiculé, nu. Corolle tubuleuse, 5-dentée. 
Nucules oblongues, obtuses, glabres, glanduleuses , inai- 
grettées. 

Herbe bisannuelle , élancée , paniculée , odorante. 
Feuilles éparses , sessiles , amplexiçaules , très^entières. 
Capitules pédicellés , disposés en panicules axillaires, pen- 
dantes , bractéolées ; pédicellés en gcappes plus ou moins 
allongées. Ecailles - involucrales semi-diaphanes , blan- 
châtres , aussi longues que les fleurs. 

L'espèce suivante constitue à elle seule le genre. 

Humea élégant. — Humea elegans Smith , Exot. Bot. i , 
tab. I. — Calomeria amarantoides Vent. Malm. tab. «jS. — 
Tige grêle, dressée, cylindrique, pubérule, haute de 3 à lo 
pieds, simple inférieurement ^ rameaux plus ou moins diver- 
gents, feuilles, formant une longue panicule subpjramidale, gar- 
nis dans la plus grande partie de leur longueur de ramules«flo- 
riferes aphylles ou subaphylles, filiformes. Feuilles un peu 
visqueuses et finement pubérules aux *x faces , fermes , penni- 
nervées , rugueuses en dessus , réticulées en dessous , cordifor- 
mes-biauriculées à la base, acuminees : les inférieures grandes , 
lancéolées-elliptiques, ou lancéolées-oblongues , ou subpanduri- 
formes ; les supérieures graduellement décrescentes , oblongues- 
lancéolées, ou ovales-lancéolées. Inflorescence générale de chaque 
rameau subpyramidale, rédinée, longue de 7, pied à 1 pieds; 
panicules-axillaires beaucoup plus longues que les feuilles, très- 
rameuses , polycéphales. Pédicellés presque capillaires , plus 
courts que les capitules , accompagnés de bractéoles scarieuses. 



FÀAOLLE DES SYNANTHERÉES. 173 

Capitules longs de a lignes, panachés de blanc et de pourpre ou 
de TÎolet. Fleurs très-petites , rouges. — Cette plante, remar- 
^able par l'ëlegance de son înflorescenee , est indigène de la 
Nouyelle- Hollande^ on la cultive dans les collections de serrée 

Genre TANAISIE. — Tanacetum Linn. 

Capitules multiflores, hémisphériques, hétérogames , 
discoïdes. Fleurs de la couronne 1 -sériées, femelles, à 
ONroUe tubuleuse , 3-fide. Fleurs du disque hermaphro- 
dites, à corolle S-^entée. InTolucre cyathiforme , court,' 
formé d'écaillés pauci-sériées , imbriquées , appliquées , 
foliacées , petites , surmontées d'un petit appendice sca- 
rieux ,'décurrent. Réceptacle convexe, nu, inappendiculé. 
Nucnles conformes, subcylîhdracées, anguleuses, glabres , 
couronnées d'un rebord membraneux soit tronqué , soit 
S-denté. 

Herbes vivaces, quelquefois sufFrutescentes. Feuilles 
pennées ou bipennées , éparses. Capitules pédoncules y 
terminaux , dressés , disposés en corymbe , ou jen cyme ,. 
ou en panicule.Ecailles-involucrales presque aussi longue» 
que les fleurs. Fleurs jaunes , petites. 

Tanaisie commune. — Tanacetum vulgare Linn. — Blackw^ 
Herb. tab. 464* — £ngl. Bot. tab. 1329. — Flor. Dan. tab. 871. 

— Plante touffue , légèrement pubelule, haute de 2 à 3 pieds* 
Racine rampante , ligneuse. Tiges simples , ou rameuses au som- 
met, dressées, feuillues, cannelées , souvent rougeâtres. Feuilles 
d'un vert fonce, interrupti-penne'es; folioles sessiles : les vues 
très - petites , subovales , incisées - dentées ; les autres loogues 
de i!i à i5 lignes, oblongues en contour, profondément pecti- 
nées-pennatifldcs, à lobes courts, obtus, incises-dentés. Corym- 
bes ou cymes polycépbales , denses. Capitules larges de 3 à 4 
lignes. Écailles - involucrales ovales ou oblongues , obtuses. 
Fleurs trës-serrées, d'un jaune foncé. Nucules petites, grisâtres. 

— Celte espèce , connue sous les noms vulgaires de Tanaisie , 



il GLÀSSK DES COMPOSÉES. 

Tanésie , Herbe aux vers , ou Barhoiine , est commune dans 
les localite's incultes ; elle fleurit en juillet et août. Toute la 
plante a une saveur aromatique et amère , ainsi qu^une odeur 
très-pénëtrante; on l^emploie comme tonique^ fébrifuge, sadori- 
fique, vermifuge et emménagogue. 

Genre PYRÈTHRE. — Pyrethrum Gœrtn. 

Capitules multiflores^ radiés^ bétérogamea (ou, cbci 
quelques espèces , par variation honiogames et incouroiii- 
nés); fleurs-radiales 1-sëriées, liguliformea, femelles, à 
ligule elliptique ou oblongue , en général beaucoup plut 
kmgue que le disque ; fleurs du disque hermaphrodites , à 
corolle infondibuliforme , 5-fide. Involucre court, hé- 
misphérique , formé d'écaillés pauci-sériées , indoriquées , 
Impliquées, foliacées, petites, surmontées d'un peti* ap- 
pendice scarieux , décurrent. Réceptacle convexe ; um ^ 
inappendiculé , peu élevé. Nucules subcylindracées , angu- 
leuses, glabres, conformes^ couronnées d'un rebcH'd crénela 
ou denté, fourt, coriace. 

Herbes annuelles , ou bisannuelles , ou vivaces. Feuilles 
dentées , ou lobées , ou pennaticisées , éparses. Capitules 
terminaux , pédoncules , souvent disposés en corynibes ou 
en cymes. Ecailles-involucrales un peu plus courtes que 
les fleurs du disque. Ligule des fleurs-radiales jaune, ou 
blanche , ou rouge. Corolle des fleurs du disque jaune, à 
tube en général 2-ptère. Nucules petites , toujours ap- 
tères , relevées de côtes filiformes , inégales. 

A. Plante variant tantôt à capitules radiés , tantôt à capi- 
tules incouronnés, 

. Ptrèthre Balsamite. 

— a : A capitules iNGOUROir^és. — Pyrethrum Tanacetum 
De Cand. — Tanacetum Balsamita Litin. — Balsamita 
major Be&font, -^ Balsamita vulgaris Willd. — Balsamita 
suaveolens Pers.^^ Balsamita mas Blackw. Herb. tab. 98. 



FAMILLE PfLB S^fi^STBÉBi^S. 175 

— p: k CAPITULES EAoïÉs. — Pjrfeihnun BalsamUa WiUd. 
<•— Chtysanthemum Balsamita Lîiiq. 

Plainte TÎvace, touffue, liaute de 2 à 3 pieds , finement pnbe'- 
raky quelqiiefois plus ou moins incane. Racine rampante. Tiges 
dressées , anguleuses , feuillues, irameuses ) rameaux simples ou 
paniculés. Feuilles fermes^ subcoriaces, crénelées, ou dentelées, 
ovales 9 ou elliptiques, ou oblongues : les inférieures pétiolées*; 
les supérieures sessiles, souvent 2 -ou 4-âuriculées à la base. Ca- 
pitules larges de2 à 4 lignes, plus ou moins longuement p^on- 
culés , dispo>sés en cymes ou en corymbes tantôt lâches et oligo- 
céphaleSji tantôt denses et polycépbales. Ecailles - involucrales 
elliptiques ou oblongues^ obtuses, noirâtres aux bords. Ligules 
(le plus souvent nulles) longues de a à 3 lignes , blancbes j ob- 
longues. — Cette plante , connue sous les noms vulgaires de 
Grande Tanaisie, Menthe-Coq^ Menthe Notre-Dame^ Herbe 
au coq y Coq des Jardins, Grand Baume, ou Pasté, est com« 
mslfie dans l'Europe méridionale ainsi qu^en Orient, et fréquem- 
mâtt cuItiTée dans les jardins. Ses feuilles et ses fleurs ont une 
savèor aromatique et amère, jointe à une odeur forte mais asseï 
agréable; on les emploie comme remëde stomachique, anti- 
spasmodique et emménagogue ) en Italie, on s'en sert pour l'as- 
saisonnement. 

B. Capitules toujotars radiés. 

PiTRETHBS A FLEUfts TARDIVES. — FjTeArum setiitii^m 
Willd. — Chrjrsanihemum serotiaum Linn.—- P^refibnim uli- 
ffnosum Wald. et Kit. — Bot^ Mag. tab. 21706. -^Xig^ ra- 
BMuse vers le sommet; rameaux sublastigiiésy feuilles , ordin^- 
rement monocéphales. Feuilles «lancédiées imi IwaùéoUesr-ohUitk' 
gaes, pointues, incisées-dentées, sessiles. Fleurs-radiales a ligule 
blanohe , étroite, lancéûléeroblongue. ••>*• Plante glabre pu légè- 
«ement pubesoente , touffue , haute de 1 pied k 3 pieds. Racine 
rampante y yivace. Tiges dressées , feuilluies , canoelées, lisses, 
ou un peu scabres; rameaux dressés, grêles, quelquefois eorym- 
bifères au sommet. Feuilles d'un vert foncé an dessus, d'i|U fort 



A76 CLASSE DES COMPOSÉES* 

glauque en dessous, ordinairement un peu scabres aux a flaces ; 
dents grandes , acérëes. Capitules sûbsessiles , assez grands. 
Écailles-involucrales oblongues, obtuses , à rebord brunâtre ou 
noirâtre, diapbane, assez large. Fleurs-radiales à ligule longue 
de près de i pouce. Nucules d!un brun jaunâtre, à rebord ti*ès- 
court, légèrement crënelé. — Cette espèce, indigène de Hongrie, 
se cultive comme plante de parterre^ elle fleurit en septembre. 

Pyrèthre a fleurs gariiees. — Pyreihrum cameum Bieb. 
Flor. Taur. Gauc. — Pjrethrum roseum Lindl. Bot. Reg. tab. 
] o84* (non Bieb.) — ^ Chrysanthemum coccineum Sims , Bot. 
Mag. tab. 1080. (non Willd.)-^ Tiges simples, ordinairement 
I -cëpbales. Feuilles pennatiparties; segments lancéolés, ou lancéo- 
l^-oblongs, ou subfalciformes, incisés-dentelës, ou pennatifides, 
largement décurrents, distancés. Fleurs-radiales à ligule pour- 
pre ou rose, oblongue. — Plante vivace, glabre, haute de i pied 
k 2 pieds. Tige dressée, grêle, feuillée. Feuilles fermes, d'un 
vert gai : les inférieures pëtiolées; les supérieures sessUes, Ca- 
pitules de la grandeur de ceux du Chrysanthemum Leuean" 
themuniy longuement pédoncules. Ecailles-involucrales courtes, 
oblongues, ou ovales-oblongues , k rebord bleuâtre ou noirâtre. 
Ligules longues de 6 à 10 lignes. Nucules pyramidales, d'un 
brun clair, longues d'environ 2 lignes. — Cette espèce, indigène 
du Caucase, se cultive comme plante d'ornement. 

Pyrethre a fleurs roses. — Pyrethrum roseum Bieb. 
Flor. Taur. Cauc. — Chrysanthemum roseum Adams.— CAiy- 
sanihemum coccineum Willd. (non Sims.) — Tiges rameuses. 
Feuilles pennatiparties ; segments oblongs, pennatifides, subdé» 
Gurrents, assez rapprochés; lobes courts, incises-dentés. Fleurs^ 
radiales à ligule pourpre ou rose, oblongue. — Plante toufifue , 
yivace, glabre, haute de a à 3 pieds, semblable à l'espèce pré- 
cédente par les fleurs. Tige grêle, dressée, feuillée, rameuse 
au sommet; rameaux i-céphales ou oligooéphales, presque nus. 
— Espèce indigène du Caucase ; cultivée comme plante d'orne- 
ment; fleurit en été. 



FAMILLE DES SYNANTHÉRÉES. 177 

PyrÈthre Matricaire! — Matricaria Parthenium Linn. — 
Bull. Herb. lab. 2o3. — Blackw. Herb. tab. 192. — Flor. Dan. 
tab. G74. — Pyrethrum Parthenium Smith* — Pyrethrum 
Parthenium , Pyrethrum parthenifolium et Pyrèthrum puU 
çeruLentum Willd. — Pyrethrum niueum Làgasc. — Ma- 
tricaria odorata Lamk. — Chrysanthemum prœaltum Vent. 
Hort. Cels. tab. 43. — Chrysanthemum Parthenium , Chry* 
santhemum prœaltum,^ et Chrysanthemum parthenijolium 
Pers. — Tige anguleuse, panicule'e. Feuilles glabres, ou pu- 
bérules, ou incanes, la plupart pétiolees : les radicales et les 
inférieures bi pennées, ou pennées , à folioles pennatiûdcs ; les 
supérieures pennées ou pennati&des; les ramé^ires quelquefois 
cunéiformes ou spatbulées , indivisées^ Gymes ou corymbes là- 
cbes , oligocépbales. Écailles^involucrales liaéaires-oblongucs, 
l^èrement marginées , à peine appendiculées. Fleurs-radiales 
à ligule blanche, 2 à 3 fois plus longue que l'involucre , ellip- 
tique-oblongue, obtuse. — Plante touffue, bisannuelle , haute 
de I pied à 3 pieds. Tiges dressées ou ascendantes^ rameuses 
souvent dès la base. Rameaux simples ou paniculés , dressés, 
le plus souvent très-grêles. Feuilles d'un vert foncé ou incanes, 
molles, flasques; pétiole trigone, grêle, marginé, quelquefois 
2- ou 4-3uriculé à la base; folioles ou segments ovales, ou ob- 
longs , ou cunéiformes , bipennatilides , ou pennatifîdes , ou in- 
cises-dentés , ou profondément crénelés , de grandeur trcs-varia- 
ble. Capitules de grandeur variable, plus ou moins longuement 
pédoncules. Réceptacle hémisphérique. Ligules longues de 3 à 
5 lignes. Nucules minces , longues de Va ligne ou un peu plus , 
d'un blanc tirant sur le gris; aigrette tronquée, ou crénelée, 
ou dentelée, très-courte. — Cette espèce, connue sous les noms 
vulgaires de Matricaire , ou Espargoute , croît dans l'Europe 
méridionale et en Orient; on la cultive tant comme plante médi- 
cinale que pour l'ornement des jardins; toute la plante a une 
odeur forlement aromatique et un peu camphrée, jointe à une 
saveur trcs-amcre ; elle possède des propriétés emrnénagogues 
très-efficaces , et clic s'emploie en outre comme stomachique , 

comme fcbrifugc et comme anthelmintiqne; c'est Tiofusion des 
BOTAwigrn. piian. t. x. 42 



178 CLASSE DES COMPOSÉES. 

capitules qui sert plus sp^ialement à ces usages. On cultive 
dans les parterre^ juoe variété de la MatrUaire à fleurs pleines 
(c'est à dire dont les capitules n'offrent que des corolles ligulées), 
connue des amateurs sous le nom de Mairicaire Mandiane ; 
cette variété est vivace, et se multiplie par édats. 

Genre CHRYSANTHEME. — ChrysanÇiemum Linn. 

Ce genre ne diffère desPyrèthres qu'en ce que les nucules 
(du moins celles du disque) ne sont point couronnées d'un 
rebord; chez certaines espèces, les nucules marginales 
sont couronnées d'un rebord peu apparent , prolongé ou 
denté au sommet de l'angle interne. 

Chrysanthème LeucanthÈue. •— Chrysanthemum Leu- 
ctfn/^emumLion.— -Blackw. Herb. tab. 42. — Bull. Herb. tab. 
211. — Flor. Dan. tab. 994. — Engl. Bot. tab. 601. — Jaume 
Saint- Hîl. Flore et Pom. tab. i5o. — Plante vivace, berbacée. 
Feuilles glabres ou velues : les inférieures pétiolées, spathulées^ 
obtuses, incisées-lobées , ou incisées-dentces ; les supérieures 
oblongues ou oblongnes-lancéolées , prdfontlément dentées, ou 
dentelées, pcnnatifides à la base, sessiles, amplexicaulcs. Capi- 
tules solitaires , | cdonculés. — Racine rainp?ïnte. Tige baute 
de Va pied à 3 pieds, simple ou rameuse, fenillée, dressée, 
grêle, anguleuse, glabre ou poilue, souvent rougeâtre ; ra- 
meaux i-cépbales, médiocrement feuilles. Feuilles un peu cbar- 
nues , d'un vert foncé , ordinairement luisantes en dessus : les 
radicales roselées. luvolucre presque plan à l'époque de la flo- 
raison. Écailles courtes, oblongues^à rebord brun ou noirâtre. 
Fleurs-radiales à ligule blanche , oblongue , obtuse , longue de 
6 à 1 2 lignes. Nucules toutes inaigrettées , à peine longues de 
I ligne, grisâtres, à cotes minces, carénées. — Celte plante, 
connue sous les noms vulgaires de Grande Marguerite , Mar- 
guerite des prés , Grande Pâquerette , ou Grand œil de hœuf^ 
est commune dans les prairies ; toute la plante est légèrement 
acre et amère ; on l'employait jadis comme vulnéraire, apéritive, 
diurétique et dépurative. 



FAMILLE DES SYNANTHÉRÉES. 1 79 

Chrysanthème de Chine. — Chrysanthemum sinense Sa- 
bine, in Hort. Trans. — Chrysanthemum indicuinT\ï\mh, (ifjon 
Linn. ) — Bot. Mag. tab. 827, 204*2, et 2556. — Bot. Reg. 
lab. 4 9 4^5, et 616. — Anthémis stipulacea^ce^ch, — An- 
thémis artemisiœfolia Willd. — Anthémis grandiflora Hortul. 
— Tiges suffrutescentes, rameuses; rameaux corymbifères , pu- 
bescents; feuilles pétiolëes , sinuëes-pennatîfîdes , dentées, sub^ 
coriaces. Fleurs-radiales à ligule oblongue , beaucoup plus lon- 
gue que les e'cailles-inyolucrales. — Arbuste touffu , haut de % 
à 4 pieds. Feuilles d'un vert glauque, plus ou moins pube'rules. 
Giypitules grands , en corymbes* terminaux. Fleurs (dans les va- 
riétés cultivées en général toutes ou la plupart liguliformes ou 
longuement tubuleuses ) pourpres , ou roses , ou blancbes , ou 
jaunes, ou oranges, ou panachées. — Cette plante, fréquem- 
jnent cultivée dans les jardins, et connue sous les noms vulgaires 
4e ChTysanthème des Indes , ou Anthémis à grandes fleurs, 
jest originaire de Cbine ; elle a été introduite en Europe vers la 
j^ du dernier siècle. 

Genre ISMELIE. — Ismelia Cass. 

Capitules multiflores , radiés ; fleurs-radiales femelles , 
1- sériées , à corolle lignliforme. Fleurs du disque herma- 
phrodites, à corolle iufondibuliforme , 5-dentée. Invo- 
lucre hémisphérique on cam|janiforme, formé d'écailles 
pauci-sériées, imbriquées, appliquées, courtes, foliacées, 
surmontées (du moins les intérieures) d'un appendice 
membranacé, scarieux, décurrent. Réceptacle convexe, 
peu élevé , nu , inappendiculé. Nucules hétéromorphes , 
couronnées d'un rebord plus ou moins apparent : les ra- 
diales trigones , ou trièdres^ triptères^ convexes au dos ; 
celles du disque graduellement plus petites : les exté- 
rieures aplaties ou plus ou moips comprimées , ailées aux 
bords ; les intérieures tétragones ou pentagones , à angles 
plus ou moins lai'gementmarginés, ou immarginés à l'ex- 
ception de l'angle interne. 






'fSO CLASSE DES COMPOSÉES, 

Herbe annuelle. Feuilles profondément pennatifides, 
ou peiinatiparûé», séssiles, souvent amplexicaules. Pé- 
doncules longs,. solitaires y terminaux, 1-céphales. Fleurs- 
radiales à %t|lë ^rrandQ, cunéiforme-oblongue, 3-5-dente'e, 
2-nervéey blaoLche j pwiiàchée de jaune et de pourpre (ou 
seulement de Tune <f^u de l'autre de ces couleurs ) vers la 
.base y étalée au^$oi^il, rabattue à Tombre. Fleurs du 
disque à corolle d'un pourpre noirâtre ( ou par variation 
jaune) . 

IsMELiE PANACHEE. — IsmeUa versicoloT Cass. — Chry- 
santhemum carinalum Schousb. Marocc. lab. 6. — Chrysan- 
themum tricolor Andr. Bot. Rep. tab. 109. — Plante glabre, 
lisse , d'un vert glauque , haute de i/, pied à 2 pieds , ayant une 
odeur campbree analogue à celle de certains Pelargonium. 
Tige rameuse, dressée; rameaux ascendants ou diffus, ordi- 
nairement paniculës. Feuilles fermes , luisantes , un peu char- 
nues, spathulees en contour, incisées -dentées vers leur base, 
pennatiparties ou profondément pennatifides à leur partie supé- 
rieure ; segments linéaires ou oblongs , incises-dentés , ou pen- 
natifîdes. Ëcaiiles-involucrales ovales , obtuses , carénées au 
dos : les inférieures légèrement marginées , à peine appendicu- 
lées au sommet; les supérieures largement marginées, a appen- 
dice brunâtre , subdiaphanc , arrondi. Disque presque plan , 
large d'environ 6 lignes. Fleurs-radiales à ligule longue de 8 à 
10 lignes. Nucules brunâtres ou noirâtres, char lacées : les ra- 
diales à ailes subcharlacées , larges , à peu près égales ; les au- 
tres a ailes inégales, subdiaphanes (l'aile de Tangle interne no- 
tablement plus large que celle de l'angle externe, qui est souvent 
réduite à un rebord étroit). — Cette plante, originaire des en- 
virons de Mogador, est recherchée pour l'ornement des parterres ; 
elle fleurit pendant la plus grande partie de l'été. 

Genre GLÉBIONE — filebionis Cass. 

Capitules multiflores, radiés (par variation incouronnés) ; 
fleu rs -radiales femelles ^ 1-sériées, liguliformes; fleurs du 






\ 



FAMILLE DES SYWANTHÉRÉES. ^81' 

disque hermaphrodites, à corolle infondibuliforme , 5- 
dçDtëe. Involucre et réceptacle comme chez Vismclie. 
.JKucuIes incouronnées , hétéromorphes , turbinéeSy an« 
galeuses i les radiales Ô-gones , à 2 ou 3 ailes étroites y 
inégales Cl'intérieure plus large, denti forme au sommet; 
leffauires marginiforraes ) ; celles du disque graduellement 
plus petites : les extérieures plus ou moins comprimées 
bilatéralement , ailées à l'angle interne , marginées au dos ; 
les intérieures peu ou point comprimées , aptères, margi- 
nées à Tangle interne. 

Herbes annuelles. Feuilles penuatiparties^ ou profon-* 
démfent pennatifides , ou incisées-dentées, sessiles, am- 
plexicauîes. Pédoncules solitaires, terminaux, nus, 1-cé- 
phales. Fleurs -radiales à ligule jaune , large, inégalement 
3-ô-dentée au sommet. Nucules brunes, coriaces : ailes et 
rebords chartacés. 

Glébione des jaudins. — Glehionis coronaria Cass. — 
Chrjrsanthemumcoronarium Linu. — Plante ghbre, glauque, 
presque inodore, haute de % pied à 3 pieds. Tige dressée, ra- 
meuse, cylindrique ; rameaux ascendants ou diffus, en général 
paniculés. Feuilles fermes, luisantes, un peu charnues, profon- 
dement pennatifides ; segments linéaires , ou oblongs, ou cunéi- 
formes : les inférieurs entiers, ou bidentés au sommet; les su- 
périeurs trifides ou 3-dentés au sommet, ou subpennatifides, ou 
incises-dentés. Involucre campaniforme ; écailles ovales , obtu- 
ses , carénées au dos : les inférieures légèrement marginées , à 
peine appendiculées au sommet; les supérieures à appendice 
grand , arrondi , brunâtre , diaphane. Disque presque plan , 
jaune, large de 3 à 6 lignes. Ligules jaunes (ou par variation 
blancbes ) , ellipliques-oblongues, longues de 6 à 12 lignes. — 
Cette plante , nommée vulgairement Chrysanthème des jardins^ 
ou Chrysanthème à bouquets^ et fréquemment cultivée dans 
les parterres , croît spontanément dans la région mcdilerra- 
nccnnc; elle fleurit tout Tctc. 



182 CLASSE DES COMPOSÉES. 

Genre MATRIGAIRE. — Matricària Linh. 

Ce genre ou sous-genre ne dïSère de^ PjrrMt^ eCilfitf';*- 
Chrysaruhèmes que par la forme du jéceptacle , qui edt co- 
nique et très-élevé. Les nucules sont tantôt Jnaigt^iSiMetf -^- 
comme chez les Chrysanthèmes, et tantôt cotlIOIUl#ég'4^stf^ 
rébord comme <îhez les Pyrèthres 

MiLTRicAiRE Camomille. — Matricària Chamonîillaîjinn* 
— Curl. Lond. 5, tab. 63. — Chamœmelum Blackw. Herb. 
tab. 298. — Feuilles pennatiparties on bipennatiparties : seg^ 
ments linéaires-filiformes , allongés , souvent 2^ ou 3-fides. Pe'- 
doncules solitaires , i-cépbales. Nucules couronnées d'un rebord 
entier , très-court. — Plante annuelle , glabre , haute de i pied 
à 2 pieds. Tige ascendante ou dressée , grélc , striée , en géné- 
ral rameuse dès la base; rameaux ascendants, ou diffus , ou 
dressés y ordinairement paniculés. Feuilles un peu charnues, 
d'un vert gai. Capitules de grandeur médiocre. Écailles-involu- 
crales linéaires-oblongues , membraneuses aux bords. Disque 
conique ou hémisphérique , jaune. Fleurs-radiales à ligule blan- 
che, oblongue, longue de 2 à 3 lignes. — Celle plante, nom- 
mée vulgairement Camomille , ou Camomille communey croît 
dans les champs et les décombres ; elle fleurit tout Tété ; toutes 
ses parties , mais notamment ses fleurs , ont une odeur forte- 
ment aromatique , analogue a celle du camphre , et une saveur 
trës-amère. La Camomille est fréquemment employée en méde- 
cine à titre de tonique , de stomachique , d'antispasmodique , 
de fe'brifuge, et d'emménagogue. Les fleurs donnent, par la distil- 
lation , une huile essentielle d'un bleu verdâtre. 

Le Matricària suaveolens Linn. , qui ne diffère de la Ca- 
momille commune qu'en ce que ses fruits sont tout à fait inai- 
grettés , jouit aussi des mêmes propriétés médicales ; cette es- 
pèce, commune dans l'Europe orientale, paraît être rare en 
France, 



V 



FÀMILLS V£S SYNANTHKRéES. l85 



Sectioj^ II: ASrTBÉMIBÉES-PROTOTYPES Cass. 
> -. 

, V ^..'- .'k^V' Réceptacle garni de paillettes. 






■^^■>Gèj»ie LONAS. --^ Xonas Adans. 

■ •'■.-* 

Gapitulfissubglobjuleux^ liotYic^ames, incouronnës. In- 
Tolucre subbémisphérique, plus court que les fleurs, forme 
d'écaill^ pauci-sériéeSy imbriquées, appliquées, subco- 
riaces ^ membraneuses aux bords , oblongues, obtgses ^ 
concaves. Réceptacle subcylindracé, grêle, élevé, garni de 
paillettes submembraneuses , plus courtes que les fleurs , 
semblables auxécailles-involucrales, arrondies et colorées 
au sommet. Corolle tubuleuse, 5-dentée. Nucules petites, 
subturbinées y anguleuses, glabres ; aigrette courte, mem- 
branacée, cupuliforme, persistante, irrégulièrement den-- 
ticulée. 

Plante annuelle. Feuilles pennatifides : les inférieures 
opposées , subspathulées ; les supérieures sessiles. Capitules 
terminaux, courtement pédoncules, fascicules, ou en 
cymes, ou en corymbes^ ou solitaires. Fleurs jaunes. 

LoNAs INODORE. — Lonos inodora GserlQ. — Athanasia 
annua et JlchiUea inodora Lion. — Lonas umhellaia et Lo^ 
nas minima Cass. — Plante haute de '/^ pied à i pied. Tige 
dressée, grêle, anguleuse, efûlee, ordiDairement rameuse *dès 
la base ; rameaux ascendants ou plus ou moins divergents , or- 
dinairement paniculës , la plupart opposés. Feuilles glauques , 
un peu charnues, le plus souvent cunéiformes en contour ^ seg- 
ments linéaires, ou oblongs, ou linéaires^lancéolés ^ obtus, ou 
pointus , dislancés. Capitules^floriferes longs d'environ 4 lignes. 
Capitules- fructifères coniques, amplifiés. Nucules petites, gri- 
sâtres. — Cette plante , qui habite les contrées voisines de la 
Méditerranée, se cultive pour l'ornement des parterres; elle 
fleurit tout l'été. 



iSÂ- CLASSE DES COMPOSÉES. 

- Genre SANTQUNE. -- ^Saniûlina Toum, 

Capitules subglobuleux , muUiflores , hômôgames, în-. 
couronnés (ou accidentellement discoïdes, à quelques' 
fleurs-radiales fiemelles, très-courtement ligb^ead^). Inyp- 
lucre subhémisphérique , plus court que les^létirs , formé 
d'écaillés pauci-sériées , imbriquées, appliquées, ovales, 
ou oblongues^ coriaces, la plupart scarieuses aux bords. Ré- 
ceptacle gros y subhémisphérique ^ garni de paillettes plus 
courtes que les fleurs , demi-embrassantes , oblongues , 
subcoriaces , tronquées au sommet. Corolle infondibuli- 
forme, 5-fide ; tube long, très-arqué en dehors, à base pro- 
longée inférieurement en anneau engainant le sommet 
de Tovaire; lobes fortement calleux au sommet. Nucules 
siibcylindracées 'ou obconiques , anguleuses , subtétrago- 
nes 9 inaigrettées, glabres. 

* Herbes vivaces, ou arbustes, fortement aromatiques. 
Feuilles indivisées ou pennati-lobécs , petites , éparses , 
sessiles. Pédoncules solitaires , terminaux , 1-céphalcs , 
grêles, dressés, nus. Fleurs jaunes ou blanchâtres. 

Santoline commone. — Santolina ChamœcyparissuslÀxm, 
— Blackw. Hcrb. tab. 34^. — Santolina incanaLamk. — 
Santolina tomentpsa Pers. — Santolina squarrosa Willd. — 
Santolina villosa Mill. — Santolina villosissima et Santolina 
ericoides Poir. — Arbuste touffu , haut de i pied à 2 pieds. 
Tiges dressées ou ascendantes , très-rameuses , ligneuses' de 
même que les rameaux adultes. Jeunes pousses plus ou moins 
cotonneuses : les unes latérales , grêles , ordinairement simples , 
florifères , annuelles , à feuilles distancées ; les autres termina- 
les , finalement ligneuses , garnies dans toute leur longueur de 
ramules-stériles courts, très -rapproches, très-feuillus. Feuilles 
glabrescentes , ou plus ou moins cotonneuses , linéaires en con- 
tour , pectinées-pennatilobées : celles des rameaux-stériles per- 
sistantes; lobes courts, obtus, disposés sur 4 rangs. Capitules 
larges de 3 à 5 lignes. Écailles-involucrales glabres .ou pubes* 



FAMILLE DES SYNÀNTHËRÉES. 185 

centes , obloDgues-Iaocëolëes , subobtuses, non-scarieuses aux 
bords , carénées au dos. Fleurs jaunes. — Celte espèce , connue 
sous les noms vulgaires dH Auro ne femelle y Citronnelle y Gar^ 
dérobe y Petit- Cyprès , ou SantoUne y est commune dans les 
localités arides et découvertes de l'Europe méridionale; elle 
fleurit en juillet et août. Son odeur aromatique la fait cultiver 
comme arbuste d'agrément ; sa saveur est trës-amère; sts ca- 
pitules peuvent être employés , en médecine , aux mêmes usages 
que ceux des Matricaires. L'odeur forte de cette plante , lors- 
qu'on la met avec des étoffes de laine , préserve celles-ci de l'at- 
taque des teignes et autres insectes rongeurs. 

Genre ANACYCLE. — Anacydus Pers. 

Capitules radiés ou discoïdes , hétérogames ; fleurs de la 
couronne 1 - sériées , femelles , ordinairement ligulées ; 
fleurs du disque hermaphrodites. Corolle infondibuU- 
forme, 5-fide ; lobes gibbeuxau sommet : la bosse des 2 lobes 
intérieurs plus saillante ^ pointue. Involucre orbiculaire 
ou subhémisphérique , à peu près aussi long que les fleurs 
du disque , formé d'écaillés pauci-sériées , imbriquées , 
appliquées , inégales, ovales- oblongues , subcoriaces, sca- 
rieuses aux bords. Réceptacle convexe ou conique, garni 
de paillettes plus courtes que les fleurs , larges, presque 
planes , subcunéiformes , acuminées , submembranacées. 
Nucules obcomprimées , obovales , glabres , lisses , large- 
ment ailées, couronnées d'une petite aigrette coroniforme, 
irrégulièrement découpée , dimidiée, continue avec le re- 
bord (nulle sur les nuçul es-radiales d'une espèce). 

Plantes annuelles, où bisannuelles, rameuses. Feuilles 
pennatilobécs ou pennatiparties , éparses. Pédoncules so- 
litaires , terminaux , monocéphales , nus , dressés , le plus 
souvent épaissis au sommet Fleurs-radiales à ligule jaune, 
ou blanche , ou pourpre. 



186 GLASSB DES COMPOSÉES. 

Sout-^enre PYRETHRARIA De Gand. 

Fleurs- radiales à corolle marcescente , continue avec 
l'ovaire ; ligule large , pourpre ou blanche en dessus , 
pourpre en dessous ; ovaire inaigretté. Corolle des fleurs 
du disque à bosses presque égales. Pédoncules-fructi- 
fères point épaissis au sommet. 

Anycycle Pyrèthre. — j4nacyclus Pyrethrum De Gand. 
Flore Franc. Suppl. — Anthémis Pyretkrum Linn. — Mill. 
le. tab. 38. — Blackw. Herb. tab. Sgo. — Anacyclus officia 
narum Hayn. Arzn. g, tab. 46» — Plante tantôt annuelle, 
tantôt bisannuelle , diffuse , pluricaule , plus ou moins pubes- 
cente. Racine subfusifoFme^ pivotante, atteignant la grosseur 
d'un doigt. Tiges lon^u<.*s de y, pied à i i/^ pied , trcs-r.'imeu- 
ses'y rameaux ascendants, en ge'ne'ral i-ce'phales. Feuilles un 
peu charnues, d'un vert glauque, suboblongues en contour, 
penne'es, longues de 2 à 4 pouces; folioles pennatipartics ou 2- 
pennatiparties (les inférieures très-petites, ordinairement 3- 
fides ou indivisées ) 5 segments et lobules courts , linéaires , 
pointus. Involucre glabre ou pubescent , hémisphérique , large 
de 5 à 10 lignes. Réceptacle coiirt, subhémisphérique. Ligules 
r;idiantes , distancées . oblongues-obovales , 3-dcntées au som- 
met, longues de 3 à 5 lignes. Fleurs du disque à cor olb^ jaune. 
Capitules-fructifères subhémisphériques. Nucules s-errées, biu- 
nâtres, à aile blanchâue, subdiaphane. Cette espèce, indigène 
des contrées voisines de la Méditerranée , se cultive en Alle- 
magne pour l'usage médical de sa racine; cette racine a une sa- 
veur très-piquante, analogue à celle de la Spilanthe ( vulgaire- 
ment Cresson de Para , ou Salwaire^ ) , et qui agit non moins 
énergiquement sur les glandes salivaires; on l'emploie aussi 
comme palliatif contre les maux de dents ; les parties herba- 
cées de la plante sont presque insipides. 

Genre ANTHÉMIDE. — Anthémis Linn. 

Capitules radiés, hétérogames (par variation homogames 



/.*- 



FAMILLE DES SYIVAlTTHÉRÉES. 487 

et incouronnés ) , multiflores ; fleurs-radiales 1-sériées , fe- 
melles , ligulées ; fleurs du disque à corolle infondibali- 
forme, 5-fide. Involucre orbiculaire ou subhémisphérique, 
court , formé d'écaillés pauci-sériées , imbriquées , appli- 
quées y subcoriaces , membraneuses aux bords. Réceptacle 
conique ou hémisphérique , garni de paillettes scarieuses , 
cu^idées , demi-embrassantes, plus courtes que les fleurs. 
Nucnles lisses ou striées, cylindracées, ou obconiques, sub- 
tétïragones , couronnées d'une aigrette dimidiée ou cupuli- 
forme , courte, persistante, membranacée, irrégulièrement 
dentîculée , ou tronquée. 

Herbes annuelles ou yiyaces , rameuses. Feuilles pen- 
natiparties ou bipennati parties, éparses. Pédoncules longs, 
solitaires, terminaux, dressés, nus, 1-céphales, grêles. 
Fleurs - radiales blanches ou rarement jaunes , submar- 
cescentes. 

Antiuémide tinctoriale. — j4nthemis tinctoria Linn. — 
Blackw. Herb. tab. 439- — Engl. Bot. tab. i47^« — ^\ot. 
Dan. tab. 74^- 

— a : A LIGULES jaunes. — Anthémis tinctoria auctor. 

— P : A LIGULES BLANCHES. — Anthcmis austriaca Jacq. 
Flor. Austr. tab. 444* — Reichenb. PJaut. Crit. fig. 609. — 
Anthémis rigescens Willd. Hort. Berol. i, tab. 62. — An- 
thémis caucasica Horn. — Anthémis Triumfetti De Gand. 
Flore FraDç. Suppl. 

— 7 : A CAPITULES INCOURONNES. — Anthcmis discoidea 
Willd. 

Plante haute de i pied à 3 pieds , vivace , glabre , ou fine- 
ment pubescente , ou presque cotonneuse. Racine fibreuse. Ti- 
ges dressées , cannelées , anguleuses , raide» , le plus souvent 
rameuses dès la base ; rameaux dresses ou divergents , raides, 
simples , ou panicule's. Feuilles d'un vert foncé , ou soyeuses , 
ou cotonneuses-incanes , pcnnatiparties, fermes, un peu char- 
nues : segments sublioéaires, pectines -pennatifides de même 



188 CLASSE D£S COMPOSÉES. 

que le rachis : lobules dentiforues , ordinairement pointus. Pé- 
doncules longs de 5 à 6 pouces , cylindriques , stries. Involucre 
courtcment he'mispherique , ordinairement pubesccnt à la sur- 
face externe ; écailles oblungues , obtuses , (imbriolécs au som- 
met. Réceptacle court , hémisphérique. Ligules ordinairement 
d'un jaune vif ( moins souvent d'un jaune pâle , ou blanches ) , 
oblongues , obtuses , 2-ou 3*dentées au sommet , longues de 6 à 
9 lignes. Fleurs du disque à corolle jaune. Gapitules>fructifercs 
hémisphériques, de 5 à lo lignes de diamètre. Nucules cyliê- 
dracées ou obconiques , d'un brun clair , débordées par les pail- 
lettes du réceptacle ; aigrette petite , complète , cupuliforme , 
tronquée. — Cette espèce , nommée vulgairement Œil de bœuf y 
Camomille des teinturiers y ou Fausse- Camomille jaune y 
croît dans les pâturages secs; elle fleurit en juin et juillet. Toute 
la plante est presque inodore et à peu près insipide; les fleurs 
peuvent servir à teindre les laines en jaune. 

Genre CAMOMILLE. — Chamœmelum Cass. 

Ce genre ne difiFère des Anthémides qu'en ce que les 
nucules sont absolument inaigrettées. 

Camomille odorante. — Chamœmelum. nohile Allion. Fé- 
déra . — Anthémis nobilishmi^, — Engl. Bot. tab. 980. — Cha- 
mœmelum romanum Blackw. Herb. tab. 5i6, — Plante vivace, 
pubescente , haute de '/» pied à i pied. Racine grêle , oblique. 
Tiges diffuses ou ascendantes, rameuses; rameaux ascendants ou 
dressés, ordinairement simples , i-céphales^ ou oligocéphales. 
Feuilles pennées, éparses; folioles pennatiparties ou irrégulière- 
ment déchiquetées , en général rapprochées, sessilcs ; segments 
courts , linéaires-filiformes , ou sétacés ; rachis linéaire , étroit. 
Pédoncules solitaires , terminaux, i-céphales, grêles, dressés, 
plus ou moins allongés. Capitules du volume de ceux du Matri- 
caria Chamomilla. Involucre hémisphérique : écailles oblon- 
gues, floconneuses, surmontées d'un grand appendice scarieux, 
blanchâtre^ membranacé, subdiaphane^ décurrept. Réceptacle cq- 



FAMILLE DES SYNÂNTHÉRÉES. 489 

nique 9 obtiis^ assez élevé'. Pâillettes-rëceptacul aires mucronuléés 
ou mutiques , subfimbriolées aux bords, obloDgues , scaricuses^ 
UQ peu plus courtes que les fleurs du disque. Fleurs-radiales à 
ligule blanche, oblongue, 2-ou 3-deûtëe, longue de 3 à 4 ligues. 
Disque hémisphérique , jaune. — Cette espèce , nonunée vulgai- 
rement Camomille romaine^ ou Camomille noble, croît sur les 
pelouses sèches^ elle fleurit en été; les feuilles et surtout les 
fleurs ont une odeur aromatique et une saveur très-amëre; elle 
possède les mêmes propriétés médicales que la Camomille com* 
mune {Matricaria Chamomilla), et on l'emploie plus fréquem- 
ment que cette dernière , parce que sa saveur est plus agréable. 

Genre MAROUTE. - Maruta Cass. 

Capitules multiflores, radiés ; fleurs-radiales 1-série'es , 
neutres , ligulées ; fleurs du disque hermaphrodites , à co- 
rolle subinfondibuliforme, 5-dentée. Involucre hémisphé- 
rique, plus court que les fleurs du disque , formé d'écaillés 
pauci-sériées , imbriquées , appliquées , oblongues , à bor- 
dure membraneuse. Réceptacle cylindracé , garni de pail- 
lettes chartacées , subdiaphanes , subulées , plus courtes 
que les fleurs. Nucules obconiques ou subturbinées , 
anguleuses , glabres > tuberculeuses : les inférieures à ai- 
grette réduite à un rebord unilatéral ; les supérieures 
inaigrettées. 

Herbes annuelles , fétides. Feuilles éparses , pennées : 
folioles pennatipartles ou bipennatiparties , à lanières li** 
néaires , étroites. Pédoncules solitaires , terminaux , 1-cé- 
phales, grêles, nus, dressés. Capitules de grandeur mé- 
diocre. Fleurs-radiales à ligule blanche, absolument dé- 
pourvues de pistil. Tube des corolles du disque comprimé, 
2-ptère. 

Maroute fétide. — Maruta fœtida Cass. — Anthémis Co- 
tula Linn. — Curt. Flor. Lond. a, tab. ing. — Flor. Dan. tab. 
1179. — Anthémis fœtida Lamk. Flore Franc. — Chamœme- 



i90 CLASSE DES COMPOSÉES. 

lum Cotula Allion. — Cotula fœtida Blackw. Herb. lab. 67, 
— Anthémis ramosa Link. — Anthémis psorosperma Tenore. — 
Plante glabre ou pubescente, haute de i pied à 2 pieds. Tige dres- 
sée ou ascendaDte, feuille'e, rameuse ordioairement dès la base; 
rameaux ascendants , ou dressés , ou plus ou moins divergents , 
souvent paniculës. Feuilles ovales ou oblongues en contour , 
molles ,. ordinairement glabres. Folioles alternes ou opposées , 
sessiles ou pétiolulées, à lanières plus ou moins divariquées , de 
longueur très-variable, en général linéaires-subulées. Écailles -in- 
volucrales obtuses, à rebord blancbâtre. Fleurs-radiales à ligule 
longue de 3 à 4 lignes. Nucules petites, brunâtres , de moitié 
plus courtes que les paillettes. — Cette espèce , connue sous les 
noms vulgaires de Maroute, ou Camomille puante ^ est commune 
dans les champs incultes , dans les décombres, aux bords des 
chemins, etc. ; elle fleurit tout Tété ; elle participe aux proprié- 
tés médicales des Camomilles, mais^ à raison de son odeur forte 
et désagréable^ on ne l'emploie guère en thérapeutique. 

Genre CLADANTHE. — Cladanihus Cass. 

Capitules multiflores, radiés; fleurs-radiafes 1 -sériées, 
ligulées, neutres ; fleurs du disque hermaplirodites, subin- 
fondibuliformes , 5-dentées , à tube prolongé inférieure- 
inent en capuchon membraneux, irrégulier, oblique, sinué 
en son bord, engainant la partie supérieure de l'ovaire. 
Involucre formé d'écaillés 1-sériées , ovales , égales , sur- 
montées d'un grand appendice scarieux , fimbriolé. Récep- 
tacle cyliiidracé, garni de paillettes ( en même nombre que 
les fleurs et plus courtes qu'elles ) et de poils ; paillettes 
membraneuses, naviculaires, pointues, laineuses extérieu- 
rement ; poils très-nombreux. Nucules obovées , écostées, 
striées , glabres , inaigrettées , très-petites. 

Plante annuelle, très-rameuse; rameaux et ramules ver- 
ticillés. Feuilles alternes, ponctuées, pennati parties : seg- 
ments linéaires ou à 3 lanières linéaires. Capitules alaires 
et terminaux y sessiles, solitaires, accompagnés chacun 



FAMILLE DES STNANTHÉRÉES. 191 

d'une collerette de feuilles semblables aux feuilles-ra- 
méaires. Fleurs de couleur orange. Fleurs-radiales insé- 
rées sur la base des écaiUes-inyolucrales. 

Gladanthe PROLIFERE. -—Cladanthus arabicas Gass. — An- 
thémis arabica Linn. — Anthémis proliféra Pers. — Chamœ- 
melum proUferum Mœncli. — Cladanthus proliféras De Gaod. 
Prodr. -^Plame glabre , haute de 7^ pied à 2 pieds. Tige dres- 
sée ou ascendante, cylindrique , ordinairement rameuse presque 
àks la base, souvent rougeâtre de même que les rameaux. Ra- 
meaux grêles, plus ou moins divergents, médiocrement feuilles^ 
nus vers le sommet. Feuilles un peu luisantes , d'un vert gai : 
la plupart rétrécies en long pétiole linéaire-filiforme; celles des 
collerettes plus longues que le capitule. Capitules larges de 3 à 
6 lignes. Ligules elliptiques-oblongues, longues de 3 à 4 lignes. 
— Gette plante^ indigène de l'Afrique septentrionale, se cultive 
dans les parterres ; elle fleurit tout Tété. 

Genre PTARMIQUE. — Ptarmica Tourn . 

Capitules multiflores, radiés ; fleurs-radiales (au nombre 
de ô à 20 ) 1-sériées , femelles , à ligule elliptique ou sub- 
orbiculaire , débordant les fleurs du disque ; fleurs du 
disque hermaphrodites , à corolle subinfondibuliforme , 
5-Me. Involucre campaniforme , formé d'écaillés pauci- 
sériées , imbriquées , appliquées , à rebord scarieux , bru- 
nâtre. Réceptacle plan, ou convexe, ou subglobuieux , 
garni de paillettes scarieuses, naviculaires, plus courtes 
que les fleurs. Nucules inaigrettées : les extérieures apla- 
ties , ailées aux bords ; les intérieures plus ou moins com- 
primées, ordinairement marginées. 

Herbes vivace^. Feuilles dentelées, ou pectinées, ou pen- 
natifldes , ou penuatiparties , alternes : les caulinaires ses- 
siles. Capitules terminaux, courtement pédoncules, dispo- 
sés en cyme, ou en corymbe. Fleurs-radiales à ligule 
blanche. Fleurs du disque à corolle blanche ou d'un 
jaune pâle \ tube aplati , ailé aux bords. 



192 CLASSE DES COMPOSÉES. 

Ptarmique naine. — Ptarmica nana De Gaad. Prodr. — 
Achillea nana Linn. — Allion. Pedem. tab. 9, Ag. 2. — Tiges 
simples. Feuilles pennées oubipennees, trcs-yelues; folioles li- 
néaires, dentées. Capitules en corymbe dense. — Racine ram- 
pante. Tiges ascendantes ou dressées , laineuses , hautes de 3 à 
4 pouces. Écailles-involucrales obtuses , laineuses. Fleurs-ra- 
diales au nombre de 5 à 8; ligules obovales-orbiculaires y 
3-dentées, longues de 2 à 3 lignes. Corolle des fleurs du disque 
jaunâtre. — Cette espèce , nommée vulgairement Génipi blanc , 
croit dans les régions les plus élevées des Alpes; elle a une 
odeur aromatique très-agréable; les montagnards de Suisse et 
de Savoie la considèrent comme un remède contre la plupart 
des maladies. 

Ptarmique musquée. — Ptarmica moschata De Cand. 
Prodr,— Achillea moschata JaLcq, Flor. Austr. Suppl. lab. 33. 
— Achillea livia Scopol. Insubr. tab. 3. — • Achillea atraîa 
Linn. — Achillea Clusiana Tausch. — Tiges ascendantes ou 
dressées, simples. Feuilles ponctuées, pectinées-pcnnatîpartics : 
segments courts , linéaires , mucronés , trifîdes ou très-entiers. 
Corymbe oligocépbale. — Racines rampantes. Tiges hautes de 
3 à 6 pouces , en général glabres. Feuilles d'un vert gai : pé- 
doncules filiformes, pubescents, ou glabres. Écaillcs-involucrales 
glabres ou pubérules, elliptiques , obtuses. Fleurs-radiales au 
nombre de 5 à 8, à ligule elliptique-orbiculaire.ou cunéiforme, 
3-dentée, longue de u à 3 lignes. Fleurs du disque tantôt blan- 
châtres, tantôt d'un pourpre noirâtre. — Cette espèce, nommée 
vulgairement Ge'népi, Génipi y ou Achillée noire, croît dans 
les mêmes localités que la précédente ; elle participe aussi aux 
mêmes propriétés. 

Ptarmique de Sibérie. -^Ptarmica impatiens De Cand. 
Prodr. — Achillea impatiens Linn. — Gmel. Sibir. 2, tkb. 83, 
fig. I . — Tiges dressées, rameuses. Feuilles pectinées-pennati- 
fides ou pecti nées -dentées, lancéolées, ou linéaires-lancéolées , 
pointues ; dents ou lanières linéaires ou linéaires-lancéolées, acé- 
rées, le plus souvent ciliolées-denticulées. Capitules en cymcs 



FAMILLE DES SYNANTHÉRÉES. 193 

lâches ou denses. Fleurs-radiales au nombre de 7 à 9. — - Plante 
haute de 3 à 3 pieds, en général presque glabre. Racine ranH 
pante. Tige grêle , cylindrique , cannelée , en géneVal indivisëe . 
jusque vers le milieu ; rameaux grêles, dresses, subfastigiés 
Feuilles fermes, d'un vert gai. Gorymbes ordinairement multi* 
flores y Gourtement pédoncules. Involucre le plus souvent po- 
bescent à la suHace externe ; e'cailles ovales ou ovales-oblongues, 
subd>tuses. Réceptacle peu élevé , hémisphérique ; paillettes 
laineuses au sommet , conformes aux écailles-involucrales. Li- 
gules cunéiformes ou elliptiques , tronquées au sommet , ou ar- 
rondies , ou échancrécs , ou 3-dentées. Fleurs du disque blan- 
châtres. — Cette espèce, indigène de Sîl)érie, se cultive comme 
plante de parterre ; elle fleurit tout Tété ; ses feuilles ont une sa- 
veur piquante , analogue à celle de la racine de YAnaqyclus 
Pjrreihrum; les fleurs ont la saveur et l'odeur dc$ Camomilles. 

Ptarmique commune. — Ptarmica vuIgarisB] .ckw. Herb. 
tab. 256. — Achïllea Ptarmica lÀùiï. — Curt. Fltr. Lond. II, 
tab. 476. — Fior. Dan. tab. 643. — Achillea puhescens et 
jéchiUea linearis'De Cand. Flore Franc. — Achillea cartila' 
ginea Ledeb. — Achillea fragilis Balb. — Achillea speciosa 
Haenk. — Tige dressée , rameuse. Feuilles linéaires-lancéolées , 
ou linéaires-liguliformes, ou lancéolées, oulancéolées-oblongues, 
acuminées, ou pointues^ finement dentelées; dentelures contiguës 
ou imbriquées , subcartilagineuses aux bords , denticulées-cilio^ 
lées , acérées. Capitules en cjmes un peu lâches. — Plante gla- 
bre ou pubérule, haute de i pied à 3 pieds. Racines rampantes. 
Tiges dressées ou ascendantes ^ anguleuses , feuillues , le plus 
souvent rameuses seulement au sonunet ; rameaux subfastigiés , 
feuilles. Feuilles fermes , un peu charnues , d'un vert glauque 
ou très-foncé. Écailles-involucrales oblongnes, obtuses , plus ou 
moins pubescentes ou laineuses. Réceptacle petit , subhémisphé- 
rique ; paillettes oblongues , laineuses au sommet , souvent a- 
fîdes. Fleurs-radiales au nombre de 7 à 10; ligules elliptiques 
ou suborbiculaires , ordinairement 3-dentées , longues de 3 à 4 
lignes. Fleurs du disque à corolle blanchâtre. — Cette espèce , 

BOTAHIQUe. PH4N. T. X. 45 



i94 CLASSE DES COMPOSÉES. 

cetmaie sous les poms yulgaires de Ptarmique , Bouton d'ar- 
gent y ou Herbe à éternuery croît dans les prairies et autres lo- 
calités humides ; elle fleurit en juillet et août ; on la cultive aussi 
comme plante d'ornement. Les feuilles fraîches et surtout les ra- 
cines de cette plante ont une savear très-piquante ( analogue à 
celle de la racine de VAnacyclus Pyrethrum ou des capitules 
du Spllantkes oleracea ) , qui agit fortement sur les glandes 
salivaires; réduites en poudre et aspirées par le nez, elles pro- 
voquent des étemuments plus ou moins prolongés. Les fleurs 
de la Ptarmique, cultivée conune plante de parterre, sont le plus 
souvent la plupart liguliformes. 

Ptarmique a grandes fleurs. — Ptarmica grandiflora 
De Cand. Prodr. — Achillea grandiflora Bicb. Flor. Taur. 
Gaac. — Pjcretkrum ptarmicœfolium Willd. — Achillea 
dracuncidoides Desfont. Hort. Par. — Tige dressée, en géné- 
ral panictilée. Feuilles linéaires ou linéaires-lancéolées, inégale- 
ment cilioléeS'denticuléeSy pointues. Gymcs lâches, oligocé- 
phales. — Plante glabre ou légèrement pubescente , haute de 
I pied h 2 pieds. Racine rampante. Tiges grêles , anguleuses, 
ordinairement rameuses dès la base; rameaux plus ou moins di- 
vergents , très-grêles , non-fastigiés. Feuilles fermes , étroites , 
d'un vert foncé , subcartilagineuses aux bords. Capitules en gé- 
néral plus longuement pédoncules que ceux de rcspèce précé- 
dente. Ecailles-involucralcs oblongucs , subobluses , ordinaire- 
ment pubérules. Réceptacle petit, subhémisphérique ; paillettes 
oblongues , souvent 2 - (îdes au sommet. Fleurs - radiales au 
.nombre de 7 à 9 ; ligules elliptiques ou obovales , longues de 
3 à 4 lignes , ordinairement 3-deDtécs. Fleurs du disque à co- 
rolle blanche. — Cette espèce, originaire du Caucase, se cultive 
comme plante de parterre ; elle fleurit en été; elle jouit des 
mêmes propriétés que la Ptarmique commune. 

Ptarmique Herba-rota. — Ptarmica Herba-rotaDe Cand. 
Prodr. — Achillea Herba-rota AlUon, Pedeni. tab. 9, fjg. 3. — 
Achillea cuneifolia Lamk. — Souche suffrutescente. Rameaux 



FAMILLE DES SYNANTRÉR^ES. 195 

ascendants, simples. Feuilles très-glabres : les inférieures spa- 
thulees-cnnciformes , pauci-dentëes au sommet ; les supérieures 
lancéolées ou lancéoIées*oblongues , sessiles y très-entières , ovt 
dentelées à la base. Capitules en cyme assez dense. — Plante 
touffue, baute*de 3 à 8 pouces j rameaux glabres, ou pubérules 
vers le sommet. Capitules petits, en général courtement pédon- 
cules. Inyolucre glabre, ou pubérule; écailles ovales ou ellipti- 
ques , obtuses , subtrinervées. Réceptacle presque plan. Fleurs- 
radiales au nombre de 5 à 8 ; ligules très-entières ou 3-dentée8, 
elliptiques, ou oboyales-orbiculaires, longues de 2 à 5 lignes. 
Fleurs du disque à corolle blanche. — Cette espèce croît dans 
les hautes Alpes du Piémont et du Dauphiné , où on la désigne 
par le nom de Herba'rota» Toute la plante est très-aromatique; 
les habitants des Alpes l'emploient en guise de Camomille* 

Genre ACHILLÉE. — Ackillea Vaill. 

Capitules multiflores, hétérogames, radiés (par varia- 
tion homogames , incouronnés) ; fleurs-radiales 1-sériées; 
(au nombre de 3 à 7), femelles, à ligule cunéiforme ou 
suborbiculaire , courte; fleurs du disque hermaphrodites, 
à corolle subinfondibuliforme , 5-fide. Invôlucre oyolde 
ou cylindracé , formé d'ëcailles pauci-^ériées , imbriquées , 
appliquées , obtuses , subfoliacées , immarginées , ou bor- 
dées d'une membrane scarieuse. Réceptacle conique ou 
cylindracé, plus ou moins élevé, garni de paillettes sca- 
rieuses, naviculaires , plus courtes que les fleurs. Nucules 
inaigrettées , plus ou moins comprimées , elliptiques ou 
oblongues , écostées, glabres, lisses, ou striées. 

Herbes vivaces , à tiges dressées. Feuilles dentelées, ou 
pectinées , ou pennatifides, ou pennàtiparties , ou décom- 
posées , alternes : les caulinaires la plupart sessiles. Capi- 
tules terminaux, en cymes denses. Fleurs jaunes, ou roses, 
ou blanches : les ligules de même coilleur que les corolles 
du disque, le plus souvent plus courtes que celles-ci. Co- 
rolles des fleurs du disque à tube aplati , ailé aux bords. 



■■i 






i96 CLàSSE DES COMPOSÉES. 

A. Involucre o^'OÏde, à écailles scatieuses aux bords. Récep- 
tacle conique y peu élevé. Capitules toujours radiés; ligules 
plus longues que les fieurs du disque; disque 'j-WL-flore^ 
débordant à peine Vinvolucre, — Fleurs roses ou blanches. 
Feuilles une ou plusieurs fois pennées ou pennatipartieS: 

ACHILLEE ▲ FEUILLES DE ScOLOPENDRE* — AchîUea OSple- 

mfoUa YeDt. Hort. Gels. tab. g5. — Achillea rosea Desfont. 
Hort. Par. — Achillea crispa Lamk. — Feuilles glabres, pro-> 
fondement pectinëes-pennatifides : lobes ovales ou oblongs, ob- 
tus, subimbriquës , pennatilobés , ou indsés-dentës, ou dentelés. 
Fleurs toujours roses. — Plante baute de i % pied à 3 pieds. 
Racine rampante. Tiges grêles, anguleuses, cannelées, simples , 
on rameuses seulement vers le sommet, glabres^ ou puberules 
au sommet. Feuilles d'un vert foncé , un 'peu luisantes, oblon- 
gues-linéaires en contour; segments-basilaires amplexicaules. 
Gymcs denses, multiflorcs , subfastigiéés, apbyllcs, ou siibaphyl- 
les, très-rameuses^ en général courtement pédonculées. Capitules 
coortement pédoncules. Involucre long d'environ 2 lignes : 
écailles glabres ou presque glabres , elliptiques , ou oblongues , 
à rebord brunâtre. Ligules*( ordinairement 6 ou 7 ) cunéiformes- 
orbiculaires , longues de V» ligne à % de ligne. — Cette espèce, 
dont l'origine n'est pas certaine , se cultive comme plante de 
parterre; elle fleurit presque tout l'été. 

AcHiLLÊE MiLLEFEUiLLE. — AchUleu MiUefoUum Linn.-— 
Flor. Dan. tab. 737. — Curt. Flor. Lond. 11^ tab. 177. — 
Engl. Bot. tab. 758. ■— Bull. Herb. tab. i63. — Blackw. 
Herb. tab. 18. — Achillea lanata Spreng. — Achillea setacea 
Waldst. et Kitaib. Hangar, tab. 80. — Achillea magna Linn. 
— Achillea denliferaDe Cand. Flore Franc. Suppl. — Feuilles 
velues , ou soyeuses, ou glabres : les inférieures pennées , à fo- 
lioles pennatiparties ou bipennatiparties ; les supérieures pen- 
natiparties ou bipennatiparties , à segments incisés - dentés 
ou dentelés , subimbriqués , acérés , de largeur très-variable. 
Fleurs roses ou blanches. — - Plante en général plus ou moins 



FAMILLE DES SYNAN THERÉES . 197 

pubescente , haute de quelques pouces à 2 pieds r Kacioe ram- 
' pante. Tiges subcylindriques, striées, tantôt simples, tantôt plus 
ou moins rameuses; rameaux en général sub£ïstigiés. Feuil- 
les incanes ou d'un vert fonce'. Cymes polycéphales , planes y 
aphylles, tantôt subsessiles, tantôt pe'doncule'es. Capitules cour- 
tement pédoncules. Involucre long de 1 */, ligne à 2 lignes, or- 
dinairement laineux; écailles elliptiques ou oblongues, obtuses, 
â rebord brun ou noirâtre. Paillettes-receptaculaires obiongués- 
lancéolées , acuminees. Fleurs-radiales en général au nombre de 
5; ligules cunéiformes-orbiculaires , tridentées, longues d'envi- 
ron 2 lignes. — Cette espèce, nommée vulgairement Mille- 
feuille , Herbe au charpentier , ou Herbe à la coupure y est 
commune dans les prairies et autres localités découvertes ; elle 
fleurit tout Tété. On en cultive , comme plante de parterre, une 
variété à fleurs roses. Toute la plante est aromatique et légère- 
ment amère; on la considérait jadis comme un excellent vulné- 
raire et comme pectorale ; aujourd'hui elle est peu employée 
en thérapeutique. 

B. Involucre suhcylindracé ^ h écailles immarginees. Récep' 
tacle cyUndracé y élevé. Capitules tantôt radiés y tantôt 
incouronnés; ligules plus courtes que lesJUurs du disque} 
disque rnukiflorCy débordant V involucre. — Fleurs jaunes. 
Feuilles pennées y ou pennatiparties y ou indivisées, 

AcHiLLEE A CYMES COMPACTES. — AchUlca compoctu WiUd. 
— Jacq. fil. Eclog. tab. 88. — Achillea glomerata Bieb. 
Flor. Taur. Cauc. — Achillea velutina Desfont. Hort. Par. — 
Feuilles soyeuses : les radicales pennées; les caulinaires penna- 
tiparties; folioles et segments pennatifides ou incisés-dentés, 
oblongs ; dents ou lanières sublinéaires , acérées ; rachis denté. 
Cymes très-deoses , convexes , longuement pédonculées. «- 
Plante haute de 2 à 3 pieds. Tiges fermes, cylindriques, canne- 
lées , feuillues , plus ou moins rameuses , cotonneuses-incanes. 
Feuilles oblongues en contour , couvertes d'une pubesccncc sati- 
née. Capitules du volume de ceux de la Millefeuille, subsessiles. 
Involucre soyeux ; écailles oblongues, obtuses. Fleurs d'un jaune 



•fOS CLASSE DES COMPOSÉES. 

vif: ligules très-petites, au nombre de 3 à S. — Cette espèce , 
indigène de la Russie méridionale et de la Hongrie , se cultive 
comme plante d'ornemeot; elle fleurit en été. 

ACHILLEE A FEUILLES DE FlLIPENDULE. — AchUleajUiperi' 

duUna Lamk. — AchUlea Eupaiorium Bieb. Flof. Taur. 
Gauc. — Feuilles pube'rules : les iDférieures pennées ; les autres 
pennatiparties ; segments et folioles suboblongs , obtus , penna- 
tifides, ou iDcisés-dentés^ ou doublement dentés : rachis double* 
ment denté. Gymes très-denses^ convexes, longuement pédon- 
calées. — Plante fortement aromatique , haute de 2 à 3 pieds. 
Tige plus ou moins rameuse, anguleuse, cannelée, ferme, 
fisuillue , pubérule. Feuilles oblongués en contour , d'un vert 
foncé. Gymes à ramules subtrichotomes. Capitules courtement 
pédoncules. Involucre pubérule, long de a lignes; écailles 
obloDgues, obtuses. Fleurs d'un jaune vif: les radiales au nom- 
bre de 3 à 5 , à ligule très-courte. — Cette espèce, indigène 
du Caucase , se cultive conune plante de parterre; elle fleurit 
tout l'été. Toutes ses parties ont une très-forte odeur de Camo- 
mille. 

AcHiLLEE VISQUEUSE. — AchUlea Ageratum Linn. — 
Blackw. Herb. tab. 3oo. — Mill. le. tab. 10. — AchUlea vis- 
cosa Lamk. — Feuilles glabres, ponctuées , un peu visqueuses, 
sessiles^ oblongués , ou cunéiformes-oblongues , obtuses, den- 
telées, 2 -ou 4'âuriculécs à la base. Cymes polycépliales , très- 
denses, presque planes. — Plante glabre, touffue, fortement 
aromatique , baute de y, pied à i y, pied. Racine rampante. 
Tiges plus ou moins rameuses , dressées , ou ascendantes , ordi- 
nairement garnies ( ainsi que les rameaux ) de ramules-axillai- 
res stériles. Rameaux simples , ou paniculés , dresses , efûlés. 
Feuilles longues de 4 à i5 lignes, fermes , d'un vert foncé aux 
a faces. Gymes plus ou moins longuement pédonculées , ou sub- 
sessiles, solitaires, aphylles, 3- 7 -radiées : ramules tricbotomes, 
en général courts. Capitules courlement pédoncules. luvolucre 
long d'environ 2 ligoes : écailles uvales ou oblongués , obtuses. 



FAMILLE DES SYNÂNTHÉRÉES. IdO 

Paillettes- receptaculaires oblongues, subobtuses. Fleurs d'un 
jaune pâle. — Cette espèce , nommée vulgairement Eupa^ 
toire de Mésué , et Herbe au charpentier^ est indigène de 
l'Europe méridionale ; on la cultive comme plante d'agrément \ 
elle fleurit tout l'été; toutes sgs parties ont une saveur amère, et 
une odeur aromatique analogue à celle des Camomilles^ on 
l'emploie à titre de vulnéraire , de tonique, et de vermifuge. 



XIP TRIBU. LES mULÉES. — /iVra£J5; Cass. 

Capitules rudiésy ou discoïdes y ou incouronnés, Co- 
rolle-staminifère très - régulière .^ suhinfondibulifor- 
me^ &-fid£. Filets des étamines soudés a la partie 
inférieure seulement du tube de la corolle ; article 
-anthérifère grêle. Anthères à appendices -basilaires 
longSy subulésy soutient plumeux. Stigmates [de la 
fleur hermaphrodite ) soit semblables à ceux des An- 
thémidées ; soit peu ou point arqués y linéaires ou li- 
néaires-spathulés j arrondis au sommet^ inappencUcu- 
lés : face supérieure bordée de deux bourrelets 
confluents au sommet; face inférieure pubérule au 
sommet^ glabre inférieurement. 

Plantes herbacées , ou suffrutescentes, ou ligneuses. Feuilles alternes 
ou moins souvent opposées^ ordinairement indivisées, souvent coton- 
neuses. Réceptacle nu, ou poilu, ou garni de paillettes. Involucre ordi- 
nairement formé d^écailles imbriquées, souvent surmontées d'un appen- 
dice scarieux , coloré. Capitules souvent agrégés. Fleurs ordinairement 
jaunes. Corolle des fleurs de la couronne ligulce on irrégulièrement tii- 
bulée. Gcrollc-staminifère gréle^ à limbe pyriforme, peu distiact da tube; 
lobes courts, peu divergents, peu arqués, demi-lancéolés, épaissis aux 
bord^, termines en corne calleuse, garnis en dessous de poils apprîmes» 
glandulifcres. Anthères à appendice-apicilaire souvent sublinéairc» ob- 
tuSj un peu £ouJé inféricurement avec les appendices des deux anthères 
voisines. Stigmates planes en dessus, convexes en dessous. Ovaire o^di•- 
naircment ^réle, non-comprimé^ cylindTiqtte> arrondi aux 2 bouts, dé- 



200 CLASSE D£6 COMPOSÉES. 

pourvu de côtes ou de nervures saillantes, souvent garni de poils ou de 
papilles. Aigrette ordinairement très-longue , régulière, composée de 
soies 'l-iiériées, égales, barbellullées, assez souvent soudées par leur base, 
«r Beaucoup d'Inulëes^ » dit M. de Gassini, c ont les stigmates sembla- 
» blés à ceux des Anthémidées, des Sénécionées et des NassaOTiéei; 
M mais leur ovaire, leur aigrette, leufs étamines , leur corolle les fixent 
» «olidement dans la tribu des Inulées. D'autres Inulëes, au contraire, 
» sont fixées dans cette tribu par le style , quoi«|ue les autres organes 
» offrent dea anomalies. Les Inulées ont des rapports d'affinité avec les 
» Carlinées. — 11 y a des Inulëes dans les 4 parties du monde^ et surtout 
> dans l'Afrique méridionale. Presque toutes les Synanlhéréei desTerres- 
» australes appartiennent à cette tribu. > 



Section I. niOUiBS-GirikPHAX.zsBS Gass. 

Stigmates tronqués au sommet. Article - anthérifère 
long; appendice-apicilaire de l'anthère obtus; ap- 
pendices-basilaires longs , non-polUnifères. 

Genre AMMOBE. — Ammobium R. Br. 

Capitules multiflores , homogames, iacouronnés. Invo- 
lucre subhémisphériquej presque aussi long que les fleurs, 
formé d'écaillés nombreuses, plurisériées , imbriquées, 
appliquées , subcoriaces , petites , surmontées d'un grand 
appendice scarieux, concave ^ obtus , décurrent, inappli- 
qué. Réceptacle gros, conique, garni de paillettes sub- 
coriaces , oblongues - nayiculaires , acuminées - aristées , 
deuticulées au sommet , carénées au dos. Corolle très-gréle. 
Anthères 2- aristées à la base. Stigmates saillants, arqués, 
barbus au sommet. Nucules un peu comprimées , obscu- 
rément 4-gones, sublinéaires, lisses, couronnées d'une 
aigrette cyathiforme , cliartacée , courte , tronquée , tantôt 
mutique , tantôt 2- à 4-aristulée. 

Herbes vivaces, cotonneuses, rameuses; tige et rameaux 
anguleux^ ailés aux angles. Feuilles très- entières , alternes: 
les inférieures spathulées ; les supérieures sessiles , peu ou 



FAMILLE DES SYUAKTTHÉRÉES. 201 

point rétrécies vers leur base. Capitules solitaires ou sub- 
solitaires , terminaux , pédoncules. Ecailles-involucrales à 
appendice blanc. Fleurs jaunes. — Ce genre, propre à la 
Mouvelle^Hollande , ne comprend que l'espèce suivante. 

Ammobe ailée. — Ammohium alatum R. 6r. in Bot. Mag. 
tab. 2459. — Sweet, Bril. Flow. Gard. ser. i, tab. iB. — u4ni- 
mobium spathuîatum Gaudich. in Freycin. tab. go. — Plante 
toiiffiae^ haute de i pied à 2 pieds. Tiges dressées ou ascendan- 
tes, panicule'es ; rameaux subapbylles. Feuilles aranéeuses ou 
cotonneuses (subincanes) aux a faces (les adultes souvent sub- 
glabrescentes ) , acumine'es : les radicales spatbulées-lancëolées, 
ou spathulëes-obo?ales , roselées , longues de 4 à 8 pouces ; les 
cauhnaires-inférieures conformes aux radicales , graduellement 
plus petites ; les supérieures lancéolées ou linéaires-lancéolées ; 
les ramulaires très-petites, squamiformes. Capitules disposés 
vers l'extrémité de la tige et des rameaux en panicule très-lache, 
oligocéphale. Involucre large de 5 à 8 lignes : appendices ova- 
les , ou elliptiques , d'un blanc de 'nacre. Paillettes-réceptacu- 
laires plus courtes que les fleurs , blanchâtres au sommet, noi- 
râtres inféricurement. Corolle longue de ^ lignes. Nucules d'un 
brun noirâtre , longues de 1 ligne ou un peu plus ; aigrette 
brune : arêtes sétiformes , très-courtes. — Cette espèce se cul- 
tive comme plante d'ornement. 

Genre CASSINI^. — Cassiriia R. Br. 

Capitules 9-13-flores, homogames, incouronnés. Invo- 
lucre subcylindracé , un peu plus long que les fleurs, cour- 
tcroent radié , formé d'écaillés pauci-sériées , étagées : les 
extérieures et les intermédiaires inégales, ovales ou ob- 
longues , obtuses , laineuses extérieurement , un peu con- 
caves, entièrement appliquées, inappendiculées, coriaces, 
opaques , non-colorées ; celles du rang intérieur plus lon- 
gues, caduques, surmontées d'un petit appendice très- 
écalé, pétaloïde (blanc), scarieux, arrondi, radiant. Ré- 
ceptacle plan, garni de paillettes caduques , plus longues 



SOS CLASSE DES COMPOSÉES. 

que les fleiirs » analogues aux écailles intérieures de Tin- 
Tolucre. Corolle subcylindiacée. Anthères 2-aristées à la 
base; appendices-apicilaires pointus. Stigmates glabres. 
Nucules oblongues-obovées ; aigrette persistante, blanche ^ 
aussi longue que la corolle , formée de soies filiformes , 
un peu soudées par la base , très -peu barbellulées , épais- 
sies au sommet. 

Arbustes très-rameux. Feuilles petites , éparses , très- 
*entières , sessiles , révolutées aux bords , glabres en dessus , 
cotonneuses-incanes en dessous. Capitules petits, sub^* 
sessiles , agrégés au sommet des ramules. Corolle jaune ; 
aigrette blanche. — Ce genYe appartient à la Nouvelle- 
Hollande ; l'espèce suivante se cultive comme arbuste 
d'orangerie. 

Cassinie a petites feuilles. — Cassinia leptophjrlla R. Br. 
in Trans. Lion. Soc. — Calea leptophjrlla Forst. Prodr. — 
Arbuste haut de 2 à 3 pieds. Tiges et rameaux-adultes ligneux. 
Ramules très -nombreux, rapprochés, très-grêles , feuillus , sim- 
ples^ cotonneux-incanes. Feuilles longues de 1 ligne à 2 lignes, 
coriaces, persistantes, ohlongues, ou obovales , obtuses. Capi- 
tules longs de 2 lignes, agrégés en cyme ou en corymbc. 

Genre CHROMOCHITE. — Chromochiton Cass. 

Capitules 9-13-flores , homogames , incouronnés. Invo- 
lucre cylindracé , un peu plus long que les fleurs , non- 
radié , formé d'écaillés toutes uniformes , entièrement 
dressées ou appliquées , inappendiculées , glabres , coriaces 
et opaques vers la base , scarieuses et colorées supérieure- 
ment. Réceptacle et fleurs comme ceux des Cassinia, Ai- 
grette caduque , formée de soies filiformes , barbellulées , 
amincies vers le sommet, quelquefois un peu laminées vers 
la base. — Arbustes ayant le port des Cassinia, 

Ce genre est propre à la Nouvelle-Hollande ; les espèces 
dont nous allons faire mention se cultivent comme plantes 
d ornement d'orangerie. 



FAMILLE DES SYNAJNTHÉRÉES. SOS 

Gassinie jaune. — Cassinia aureaB., Br. in Linn. Trans. — 
Bot. Reg. tab. 764. — Feuilles lance'ole'es ou lancëolëes-lineai- 
res, subtrincrve'es, pointues, glabres, discolores, finement ponc- 
tuées, non-reVolute'es aux bords. Cymes terminales, trichotomes, 
très-rameuses, polycëphales. Ecailles- involucrales jaunes, ellip- 
tiques. — Arbuste glabre , haut de 2 à 3 pieds. Rameaux feuil- 
lus, subpaniculës ; ramules grêles, feuilles , subfastigiés , parse- 
més (de même que les feuilles) de glandules ponctiformes , 
résineuses. Feuilles subcoriaces, persistantes, longues de i pouce 
à 1 pouces, d'un vert foncé en dessus^ blanchâtres en dessous. 
Capitules courtement pédoncules, longs de i ligne ou un peu plus. 

Gassinie a longues feuilles. -^Ca5smia longifoUaK, Br. 
1. c. — Cette espèce ne diffère de la prëcëdente (dont elle est peut- 
être une variétë) que par des feuilles cotonneuses en dessous, et 
par des capitules à écailles brunâtres. 

Cassinie spinelleuse. — Cassinia aculeata R. Br. 1. c. — 
Calea aculeata Labill. Nov. HoU. tab. i85. — Feuilles raides, 
ëtalëes, linéaires , mucronëes, rcyolutëes aux bords , muriquëes 
en dessus , cotonneuses-incanes en dessous. Gymcs très-rameu- 
ses, polycéphales. Capitules 3-flores. 

Genre IXODIE. — Ixodia R. Br. 

Capitules, multiflores , homogames , incouronnés. Invo- 
Incre subcylindracé, plus long que les fleurs, radiant, formé 
d'écaillés imbriqiTées , appliquées , oblongues : les exté- 
rieures coriaces, vertes, arrondies etgibbeuses au sonunet; 
les intérieures subcoriaces , surmontées d'un grand appen- 
dice étalé, scarieux, coloré (d'un blanc pur), obovale , 
raide , ondulé aux bords. Réceptacle conique, peu élevé, 
garni de paillettes un peu plus longues que les fleurs , ob- 
longues-naviculaires , semblables aux écailles- involucrales 
internes. Corolle à lobes glanduleux en dessous. Anthères 
2-aristëes à la base. Stigmates glabres , papilleux au som- 
met. Nucules subcylindracées , papiUeuses , inaigrettées. 



â04 CLASSE DES COMPOSÉES. 

Arbuste très-rameux , très «glabre, visqueux. Feuilles 
éparses, coriaces, persistantes , sessiles, linéaires-spathu- 
léeSy très-entières, ou subdenticulées , ponctuées de ^^an- 
dules résineuses. Capitules petits, subsessiles, agréés 
au sommet des ramules. — Ce genre, propre à la Noa- 
velle-Hollande , n'est fondé que sur l'espèce suivante, 

IxoDiE Fausse-Achillee. — Ixodia achiUeoides R. Br. in 
Hort. Kew. — Bot. Mag. tab. i534* — Arbuste touiFu, haut 
d'environ 2 pieds, couvert sur toutes ses parties vertes d'un ver- 
nis gluant. Rameaux et ramules anguleux par la dëcurrence des 
feuilles. Feuilles obtuses, ctalécs, d'un vert foncé : les raméaires 
longues d'environ 6 lignes ; les ramulaires longues de 2 à 3 li- 
gnes. Involucre long d'environ 3 lignes, hygrométrique. Corolle 
grêle, à limbe jaune en dessus, rougeatre en dessous.— Cette cSs- 
pèce se cultive comme arbuste d'orangerie. 



Genre APALOCHLAMYDE. — ylpalochlamys Cass. 

Capitules 10-16-flores, homogames, incouronnés. Invo- 
lucre subcampaniforme , un peu plus long que les fleurs , 
formé d'écallies très-inégales , pauci-sériées , imbriquées , 
étagées, dressées , larges, minces, membrauacées, sub- 
diapbanes , mucronulées , brunâtres. Réceptacle petit , 
presque plan , garni d'environ 8 paillettes caduques, un 
peu plus longues que les fleurs , oblongûes , subdiapbanes, 
membranacées. Corolle subcylindracée, glabre, courtemeut 
5-dentée. Nucules obovées; aigrette caduque, longue, 
blanche , composée de soies 1-sériées , entièrement filifor- 
mes, barbellulées de la base jusqu'au sommet , un peu 
soudées par la base. 

Plantes' herbacées , plus ou moins cotonneuses. Feuilles 
éparses , sessiles , très-entières : les inférieures subdécur- 
rentes. Capitules sessiles ou courtement pédiceliés , petits , 
disposés en panicules très-rameuses, subpyramidales ^ po- 



FAMILLE DES SYNANTHÉRÉRS. S05 

lycéphales ; pédicelles solitaires , disposés en grappes uni- 
latérales y accompagnés chacun d*une bractéole basiiairç , 
scarieuse , semblable aux écailles -involucrales. — Ce 
genre , qui appartient à la Nouvelle-Hollande , a beau- 
coup d'affinité ayec le Humea (de la tribu des Anthé- 
midées ) , dont il est peut-être plus voisin que des Gna- 
pbaliées. 

ApIlochlamyde élégante. — Apalochlamys Kerrii'De Gand. 
Prodr. — Cassinia spectahilis Ker, Bot. Reg. tab. 678. — Herbe 
annuelle ou bisannuelle, haute de 3 à 4 pieds. Tige grêle, dres- 
sée, cylindrique, feuillue , cotonneuse, rameuse vers le sommet; 
rameaux dresse's , cotonneux, feuilles, panicules, formant une 
grande panicule pyramidale ; ramules grêles , cotonneux , sub- 
aphylles, panicules. Feuilles minces, acuminées, vertes et pubé- 
rules en dessus , pubescentes ou cotonneuses en dessous : les 
inférieures grandes^ oblongues; les supérieures oblongues-lanceo- 
le'es ; les ramulaires ovales-lancéole'es , petites. Panicules am- 
ples, plus ou moins reclinees lors de la floraison. Capitules sub- 
sessiles, longs de a lignes. Ecailles -involucrales mucronees : 
les extérieures courtes , suborbiculaires ; les suivantes ellipti- 
ques ; les intérieures obovales ou subspatbulées , caduques. — 
Cette espèce se cultive comme plante d'ornement. 

Genre LÉFISCLINE. — Lepiscline Gass. 

Capitules multiflores, bomogames, incouronnés; par 
variation offrant très-souvent à la circonférence 1 ou 
2 fleurs femelles à corolle plus grêle. Involucre ovoïde- 
cylindracé, à peu près égal aux fleurs , formé d'écaillés 
imbriquées , appliquées : les extérieures ovales , sca* 
rieuses ; les intérieures oblongues, coriaces, surmontées 
d'un appendice scarieux, coloré, oblong, dressé , concave, 
arrondi au sommet. Réceptacle petit, plan, sétifère, ou 
garni de paillettes plus longues que les ovaires ^ oblongues, 
obtuses , tronquées ou dentées au sommet. Anthères 2- 



306 CLASSE DES G01IK>SéBB. 

aristées à la base. Corolle 5-dentée. Nucules oblongaeSy 
glabres^ munies d'un bourrelet basilaire; aigrette caduque, 
composée de soies libres , filiformes , bsorbellulées , non- 
épaissies et presque lisses au sommet. — Herbes ou ar« 
bustes. FeuiHes ëparses, entières , sessiles^ souTent décur* 
rentes. Capitules disposés en cyme ou en corymbe. 

LÉPiSGLiif £ GTMEUSE. — LepiscUne çymosa Gass. — ÇtM~ 
pkalium cymosum Linn. -— Dill. Elth. tab. 107, fig. 118. — •_ 
Helichrysum cymosum Less. — Arbuste Haut de a à 5 pieds. 
Tiges' ligneuses , rameuses. Rameaux cotonneux , blanchâtres , 
feuillus. Feuilles longues de 6 à la lignes, larges d'enTÎroo 
3 lignes, étalées , semi-amplexicaules , nn peu décurréntes , bb- 
longues-lancëblées, mucronées^ S-nervées^ vertes en dessus , co- 
tonneuses-blauchâtres en dessous. Capitules 8-à lo-flores, longs 
d'environ 3 lignes , très-nombreux , disposés en cyme sessile , 
convexe , entourée d'une collerette d'environ 5 petites feuilles 
lancâ>lées. Écailles-învolucrales d'un jaune vif. — Cette espèce, 
indigène du Cap, se cultive comme arbuste d'ornement. 

Genre EDMONDIE. — Edmondia Cass. 

Capitules multiflores, bomogames, incouronnés. In^o- 
lucre radié , beaucoup plus long que les fleurs, formé d'é- 
cailles imbriquées , appliquées, petites , linéaires , coriaces, 
surmontées d'un très-grand appendice ovale-oblong ou 
lancéolé, scarieux, coloré, radiant. Réceptacle plan, garni 
de fimbrilles plus ou moins longues, de forme variée. 
Antbères 2-aristées à la base. Corolle ô-dentée. Nucules 
cylindracées , ou comprimées et marginées ; aigrette lon- 
gue, composée de soies filiformes , égales , plumeuses au 
sommet. — Herbes, ou arbustes. Rameaux feuillus. Feuil- 
les petites, sessiles, éparses, coriaces, presque imbriquées, 
cotonneuses en dessus, vertes en dessous, sublinéaires. 
Capitules solitaires, terminaux. — Ce genre appartient an 



FAMILLE DES STNANTHÉKÉES . SOT 

Gap de Bonne-Espérance. Les espèces suivantes , nommées 
vulgairement Immortelles , se cultivent dans les collections 

de serre. 

• 

£dmondi£ naine. — Edmondia humilis Less.-^ Xeranthep' 
mum sesamoides Curt. Bot. Mag. tab. l\i^. — Helichrysum 
spectàbile Lodd. Bot. Gab. tab. 69. — Xeranthemum humile 
Andr. Bot. Rep. tab. 652. — Aphelexis humilis Don. — Xe- 
ranthemum pinifolium Lamk. — Feuilles arrondies au dos. 
Involucre turbiné ^ à écailles acumioées . — Arbuste Haut de '/^ pied 
à I pied, multicaule. Tiges simples ou rameuses y dressées, ou 
ascendantes. Feuilles longues de 6 à 12 lignes, involutées. In- 
volncre glabre, long d'environ i pouce, d'un pourpre violet, ou 
blanc. Fimbrilles-réceptaculaires planes, linéaires, très-courtes. 
Ovaires glabres. 

£dmondi£ Faux-Sésame. — Edmondia sesamoides Less. 

— Edmondia splendens Cass. — Xeranthemum sesamoides 
var. Linn. — Helichr^sum sesamoides Willd. — Aphelexis 
sesamoidesDoïï. — Feuilles anguleuses au dos. Involucre ovoïde, 
à écailles acuminées. Fimbrilles-réceptaculaires subsétacées, peu 
nombreuses. — Arbuste très-rameux , baut de i à 2 pieds. Ra- 
meaux très- grêles, un peu cotonneux, souvent agrégés. Feuille^ 
longues de 3 lignes. Involucre long d'environ i pouce, blanc, 
ou rose. Ovaires scabres. 

Edmondie fasciculée. — Edmondia fasciculata Less. — 
Xeranthemum fasciculatum Andr. Bot. Rep, tab. 24* et 27g. 

— Xeranthemum heterophjrllum Laxnik.-'^Aphelexis fascicu- 
lata Don. — Feuilles anguleuses au dos, étalées. Involucre cour- 
tement turbiné , à écailles acuminées. Paillettes-réceptaculaires 
assez larges, condupliquées. — Arbuste semblable , par le port, 
à Tespccc précédente. Involucre jaune ou blanc. Ovaires scabres. 

Edmondie filiforme. — Edmondia filiformis Less. — He^ 
lichrysum filiforme Lodd. Bot. Cab. tab. 1954. — Aphelexis 
filiformis Don. — Feuilles anguleuses au dos, étalées. Involucre 



208 CLASSE DES COMPOSÉES. 

tur))mé : dcailles-intëiieures obtuses ou snbobtoses.—Rameauit 
filiformes. Feuilles condupliqnëes, longues de 3 à 9 lignes. In- 
yolncre long de i pouce : écailles«exte'rieures ovales, brunâtve$ ; 
écailles-intérieures j«unes ou roses. Paillettes-réceptacidâires 
larges , raides , condupliquées. Nucules elliptiç[uesK>blongaes y 
scabres. 

Genre ASTELME. — jdsulma R. Br. 

Ce genre ou sous-genre diffère du précédent par le ré- 
ceptacle , qui est alvéolé y et par l'aigrette, dont les soies 
sont longuement plumeuses dès leur base. — Les Astelme^ 
habitent l'Afrique australe ; les espèces suivantes se cul- 
tivent conune arbustes d'ornement. 

AsTELME ÉLÉGANT. — Astelma speciosissimum Don. — jffe- 
lichrysum speciosissimum Willd. — Xeranthemum spedo- 
sissimumLmu, — Capitules solitaires. lovolucre radiant, campa- 
nule : écailles-intërieures acuminëes. — Arbuste hant de quelques 
pieds. Tige ligneuse , apbylle inferieurement } rameaux coton- 
neux : les florifères apbylles et flexueux au sommet. Feuilles 
longues de i V» ligne à 2 '/« lignes, elliptiques, ou obovales, mii- 
cronulées , planes , semi-amplexicaules , cotonneuses-incanes aux 
a faces. Capitules grands, d'environ 9 lignes de diamètre. Invo- 
lucre blanc ou jaunâtre, campaniforme. Nucules subglobuleuses^ 
papilleuses, striées. 

AsTELME PANACHÉ. — Astelma variegatum Less. — Heîi- 
chrysum variegatum Thunb. — Xeranthemum variegatum 
Berg. — HeUchrysum spirale Andr. Bot. Rep. tab. ^62. — 
— Damironia cemua Cass. — Helipterum variegqtum De 
Cand. Prodr. — Capitules solitaires. Involucre radiant, campa- 
nule : écailles obtuses. — Tige baute de 1 pied et plus, ligneuse; 
rameaux alternes ou agrégés : les florifères allonges , médiocre- 
ment feuilles vers le sommet. Feuilles éparses , subimbriquées , 
linéaires, i-nervées, pointues, cotonneuses (ordinairement rous- 



FAMILLE DES SYNAJVTHÉlvéES. 269 

salves) aux a ftces, lon^pies de 8 à lo lignes, Gapitules grands, 
d'irn pouce de diamètre. Écailies-involucrales blanches, oïi pa- 
nachées de blanc et de brun, Nucules 8tibglobnJeu9e$ , papil- 
lepses . 

»■ m 

m, 

AsTBLME ZFviïd. -^ j4stelma virgatum Less. — ffelhhry- 
sum virgatum Willd. — Pteronia pauciflâra Sims, Bot. Mag. 
tab. 1697. — Xeranthemum StœJielina Andr. Bot. Rep. tab. 
428. — Capitules solitaires, siib-i a-flores. Inyolucre à peine ra- 
diant : ëcaillcs-iofériciires obtuses^ êcaiiles-supérieures poin- 
tues. — Espèce ayant le même port et feuillage que la précé* 
dente. Capitules phis petits , longs d'environ 6 lignes ; écailles- 
înTolucrales jaunes. Nucules obove'cs, papillcuses. 

AsTELME INCANE. — j4stelma canescens Don. — Xeranthc' 
mum canescens Linn. — Bot. Mag. tab. ^'20. — Xeranthemum 
serpyllifolium Lamk. — Helichrysura canescens Willd. — Ca- 
pitules solitaires. Involucre turbine : ccaiilcs plus ou moins ob- 
tuses. — Arbuste haut de i pied , ou plus. Rameaux alternes , 
étalés, grêles , cotonneux : les florifères aphyllea vers, le som- 
met. Feuilles longues de 3 lignes , subimbriquées , membrana- 
cées, cotonneuses-blanchâtres aux 1 faces, elliptiques-oblon- 
gués. Écailles-inyolucrales blanches ou roses, longues d'enyiron 
8 lignes. 

AsTELME MAGNIFIQUE. — Astclma exmUum R. Br. in Bol. 
Reg. tab. 532. — Gnaphalium eximium Linn. — Bot. Mag. 
tab. 3oo. — Capitules en corymbes. Inyolucre campaniforme. 
— Arbuste haut de a à 3 pieds. Tige grêle , simple , feuillue. 
Feuilles membranacées , planes , cotonneuses-blanchâtres, sub- 
imbriquées, semi-amplexicaules, i-neryées, elliptiques , acumi- 
nées, longues d'environ 2 lignes, sur i ligne de large. Corymbe 
simple , teiminal ; pédoncules cotonneux , longs de i pouce à 
2 pouces. Capitules longs d'environ i pouce. Involucre non-ra- 
diant, d'un poujpre violet; écailles planes : les intérieures ellip- 
tiques-oblongues. Nucules subglobulc^uses , papilleuses. 

BOTAMQl'F. PfIA^. T. X. \^ 



910 CLAin DBS COMPOSÉBS. 

Genre HÊUCHRYSE. — Heliehfysum (Yaill.) Gass. 

Capitules incouronnés ou discoïdes : fleurs de la cou* 
ronne peu nombreuses, 1 -sériées , femelles , subrégulières { 
fleurs du disque très-nombreuses , hermaphrodites. Inyo- 
lucre (soit é^l aux fleurs , soit plus long y soit plus court) 
plus ou moins radiant , ou connivent , formé d'écaillés 
appliquées , imbriquées : les intermédiaires subcoriacea ^ 
surmontées d'un grand appendice inappliqué , scarieux , 
luisant, coloré, ovale, concave; les extérieures presque 
réduites au seul appendice; les intérieures souvent presque 
inappendiculées. Réceptacle presque plan ou convexe, 
nu^ fovéolé , à réseau subdenticulé. Fleurs de la couronne 
très-grêles , 4-ou 5-fides , tubuleuses. Corolles du disque 
glabres, ô-fides y tubuleuses. Anthères 2-ari8tées à la base. 
Nucules cylindracées , obtuses, non-stipitées , à aréole 
terminale; aigrette formée de soies filiformes, scabres, 
libres, égales. 

Herbes ou arbustes. Feuilles éparses , sessiles , entières, 
ni éricoides , ni résupinées. Capitules solitaires ou agrégés, 
terminaux. «— La plupart des espèces de ce genre habitent 
TAfrique australe ; quelques-unes sont indigènes ; aucune 
n'appartient à l'Amérique. Ces végétaux, auxquels le nom 
vulgaire à^ Immortelle s'applique ainsi qu'à beaucoup 
d'autres Gnaphaliées , se font en général remarquer par 
*l*élégance de leurs fleurs , dont i'involucre conserve tout 
son éclat, non* seulement durant la floraison , mais long- 
temps même après la dessiccation. Les espèces dont nous 
allons faire mention se cultivent comme plantes d'or- 
nementi 

A. Ecditles-involutrales blanches , ou rouges y ou brunâtres y 

ou d^un jaune très-pâle, 

a) Capiiulei mbglobuUux, peu ou point radiants, —Àrbustêt du Cap de 

Bonne-Etpiranee, 

Hélichryse a grandes fleurs. — Helichrysum grandiflo^ 
rum Less. Syn. — tina^fhalîum grandiflorum Lîdd. -* Gna^ 



FAllIi.LB BB8 STUANIBÉRÉES. f1| 

phaUum fruticans Willd. ( non Linn. ) — Feuilles oblmi- 
gues-lahcëolées ou linëaires-laiicëolëes , sessiles, cotonneuses- 
blanchâtres aux 2 fa<ies. Capitules en cymes. Inyolucre campani- 
forme : appendices jaunâtres t les kiférieurs pointtts. — Arbuste 
dressé, suffrutescent, haut de '/a pied à 3 pieds. Tiges en général 
simples ^aphy liés yèrs la base. Feuilles longues de i '/» pouce 
à 3 polices , fermes , semi-amplexicaules , planes y trèsrappro- 
chëes. Gyme multiradiëe, trës-dense. 

HÉLicHRYSE FRUTESCENT. — Helichrysum ftutescens Lèés. 

— Gnaphalium fruticans Linn. — Bot. Mag. tab. 1802. -^^ 
GnaphaUum grandiflorum'Wiïld. (non Linn.) — Andr. Bot. 
Rep« tab. 489. — Feuilles elliptiques^ obtuses, mucronnléeâ, 
coriaces, trîneryëes, semi-amplexicaules , glabres en dessus , 
cotonneuses-blanchâtres en dessous. Capitules en cyme. Inyo- 
lucre campaniforme : appendices blancs , les extérieurs pointus. 

— Tige simple ou rameuse, cotonneuse, feuillue, siiffirutès- 
cente, haute de '/> pied à 3 pieds. Feuilles longues de i pouce 
à 3 pouces , coriaces. Capitules du volume d'une Cerise. 

HÉLICHRYSE AGRÉGÉ. — HeUchtysum feUnum Less.— »Gmz- 
phalium eloTtgatuni et Gnaphalium congestum Lamk. — 
Gnaphalium congestum Bot. Reg. tab. 243. — Bot. Mag. 
tab. 2328. — Gnaphalium felinum et Gnaphalium serraturk 
Thunb. — Feuilles ovales-lancéolées ou linéaires- lancéolées , 
acuminées , sessiles, rugueuses (tantôt glabres, tantôt aranéeusi^s 
ou poilues) en dessus, cotonneuses-blanchâtres en dessous; Ca- 
pitules en cyme. Involucre campaniforme. Appendices obtus. — 
Tige ligneuse, rameuse; rameaux divergents , allongés : les flo- 
rifères aphylles vers leur sonunet. Feuilles longues de 4 ^ 7 
lignes , larges de 2 à 3 lignes. Cymes dichotomes , subaphylles, 
plus ou moins denses. Capitules du volume de ceux de YAn-- 
tennaria margaritacea. Involucre pourpre , ou rose, ou pa- 
naché de blanc et de pourpre. 



SIS CLAMB DEft COMPOSEES. 

B. Écailles-involucraUs à appendice et un jaune vif {par 

variation blanchâtre ). 

a) Çapitulei petiii , âdtposét 9% cffmêi ou en eorymb^t, . 

• Hemghryse Stoechas. — B.tlichrysum Stœchas De Caiid. 
Flore Franc. — Gnaphalium Stœchas Linn, — GnapkaUum 
dtrinum Lamk. — Tige suffrutescente , très-rameuse , diffuse. 
Rameaux cotooneux, feuillus , subfascicule's. Feuilles linéaires , 
rëyolutées aux bords , cotonneuses aux 2 faces ou seulement en 
dessous. Capitules ovoïdes y disposés en cjmes denses. Inyolu- 
cre subradiant , un peu plus long que les fleurs du dbque ; 
écailles à appendice obtus ou subobtus. *— Arbuste haut de 
I pied à 2 pieds. Rameaux tantôt simples , tantôt ramuliferes 
au sommet y grêles , effilés. Gymes 3-à 7- radiées, sessiles ou 
subsessiles. Capitules longs d'environ a lignes, hctcrogames. — 
Cette espèce, nommée vulgairement Stéchas , est commune 
dans l'Europe méridionale ; ses feuilles et ses jeunes pousses ont 
une odeur aromatique agréable ; on les employait jadis comme 
remède vulnéraire. 

HÉL1GBRY3E d'Orient. — HeUchfysum orientale Gaertn. 
— Gnaphalium orientale Linn. — Tiges suffrutescentes , tor- 
tueuses. Rameaux simples , cotonneux. Feuilles i -nervées , co- 
tonneuses aux 2 faces : les inférieures lancéolées- spathuléés , 
obtuses; les supérieures linéaircs-spathulées ou linéaires, poin- 
tues. Capitules assez longuement pédoncules , en cyme un peu 
lâche. — Tiges ascendantes, atteignant 3 à 4 pieds de long; 
rameaux grêles , effilés. Feuilles plus ou moins rapprochées : 
les inférieures longues de 2 à 4 pouces , larges de 3 à 5 lignes. 
Cy mes sessiles, 5-à ()-radiécs, convexes, larges de 2 à 4 pouces. 
Capitules subglobulcux, larges de 3 à 4 lignes. lovolucre un 
peu plus long que les fleurs du disque; écailles à appendice el- 
liptique, obtus, souvent raucronulé, d'un jaune soit pâle, soit 
vif. — Cette espèce, originaire de Candie, est très- fréquemment 
cultivée comme arbuste d'agrément , et plus spécialement dési- 
gnée sous le nom à* Immortelle jaune ; elle fleurit tout l'été. 



FAMILLE DES SYMAUTHÉRÉES. SIS 

Ses corymbes , cueillis un peu avant la floraison ^ et desséchés 
avec les précautions convenables , s'emploient souvent en gui^ei 
de fleurs artificielles. 

HÉLiGHRYSE DES SABLES. — Helichrysum arenarium De 
Gand. — GnaphaUum arenarium Linn. — Flor. Dan. tab. 64 r. 
— Blackw. Herb. tab. 524* -—Tiges ascendantes ou dressées, 
simples, herbacées, cotonneuses. Feuilles i-nervëes, coton- 
neuses aux 2 faces : les inférieures oblongues-spathulées , obtu- 
ses; les supérieures sublinéaires, pointues. Capitules subglo> 
boleux 9 courtement pédoncules , en cyme dense. — Plante touf- 
fue j haute de Va pied à i pied. Racine ligneuse. Tiges cylin-; 
driques, grêles, effilées, feuillées jusq[u'au sommet , feuillues 
vers la base. Feuilles fermes , blanchâtres , souvent ondulées : 
les inférieures longues de i pouce à 2 pouces. Cyme ordinaire- 
ment multiradiée , convexe , subaphylle. Capitules larges d'en- 
viron 2 lignes. Involucre aussi loag ou un peu plus long que 
les fleurs : écailles à appendice elliptique , obtus , ordinaire- 
ment d'un jaune vif, souvent mucroné. — Cette espèce croît 
dans les landes sablonneuses de presque toute l'Europe; elle 
fleurit en juillet et août ; ses cymes s'emploient aussi en guise- 
de fleurs artificielles. 

h) Capitules grandi, radiante 9 solitaires, ou en corymbes simples. 

Heligbryse FETIDE. — Helickrysum fœtidum Gass. — 
GnaphaUum fœtidum Linn. — Bot. Mag. tab. 1987. -— 
Anaxeton fœtidum GxriJi. — Tige dressée, herbacée, rameuse. 
Feuilles grandes , planes , étalées , scabres en dessus , cotonneu- 
ses ou floconneuses en dessous , ovales-lancéolées , ou oblon» 
gues-lancéolées , pointues , cordiformes-amplexicaules à la base. 
Capitules solitaires ou en corymbe, subsessiles. Involucre hé- 
misphérique , de moitié plus long que les fleurs ; écailles à ap' 
pendice ovale-lancéolé, pointu. — Plante annuelle ou bisan- 
nuelle , haute de 1 pied à 2 pieds. Tige feuillée jusqu'au som- 
met , un peu visqueuse; rameaux simples, ou paniculés au 
sonwiet. Feuilles longues de i pouce à '6 pouces ^ minces | un 



JMi CLAiSB hbs coupcméb^. 

pftt charniies, plus pu uoîbs yisqueuses, d'un vert lonoe en 
4cisus- InTobcre, lors de i'épanouUseiiif Dt, large de 6 à 8 lignes ; 
ailles à appendice jaune ou d'un blanc argenté. — Cette espèce 
est originaire du Gap } ses feuilles et ses jeunes pousses ont une 
•deur bitumineuse. 

Hbuchryse brillavt. — - Helichrysum fulgidum Willd. 
'— Xeranthemum fulgidum Lion. — Jacq. le. Rar. i, tab. 
173. —Bot. Mag. lab. 41 4* — ^îg^^ feuillues , suffrutescentes 
à la base. Feuilles linëaires-oblongues , obtuses , mucronées , 
semi-amplexicaules y dressées , yertes et glanduleuses aux 2 fa- 
ees, laineuses aux bords. Capitules solitaires ^ subsessiles. In- 
Tolucre hëmispbërique y de moitié plus long que les fleurs. 
Écailles-inYolucrales à appendice oblong , acuminé , mucroné. 
-* Tiges hautes de </, pied à 7, pieds , plus on moios laineuses 
(surtout vers le sommet), grêles , efHle'es, ascendantes, ou dres- 
sées , trës-simples , ou divisées an sommet en 2 ou 3 ramules 
i««^ba]es. Feuilles longues de i V» pouce à 3 pouces, larges de 
a à 6 lignes , membranacées. Capitules , lors de l'épanouisse- 
ment, larges de x5 à 18 lignes. Inyolucre hémisphérique, d'un 
jaune brillant. — Cette espèce est originaire du Cap. 

Helighrysk bragtéolé. — Helichr^suxn (f if (;t£[«Uttm Willd. 
-^Xeranthemum hracteatum Vent. Malm. 2, tab. 'x. — Tige 
herbacée , paniculée , légèrement pubérule et scabre de même 
que les-feuillcs et les rameaux. Feuilles lancéolées ou lancéotées- 
linéaires, pointues, planes. Capitules solitaires, accompagnés 
de bractées foliacées. Ecailles-inyolucrales à appendice char- 
tacé ; celui des inférieures court , elliptique ] celui des inter- 
médiaires grand , oblong , acuminulé ; celui des intérieures li- 
néaire-lancéolé, ou oblong-lancéolé^ acuminé. — Plante annuelle, 
haute de 2 à 3 pieds. Tige dressée, striée. Rameaux simples ou 
paniculésy feuilles, un peu divergents. Feuilles longues de i 
pouce à 3 pouces, larges de 3 à 8 lignes, minces, d'un vert 
foncé eà dessus , d'un vert pâle en dessous. Capitules tantôt sub- 
sessiles , tantdt plqs eu m^ns longuement pédoncules. Involnere 



PAMILLIK USA SYIlÀHTIlilUtES. 940 

tantôl d'un jaune yif , tantôt d'un blanc argenté^ lors de Tëpa^r 
Douissement presque plan , large de i5 à !](o lignes , de mpitië 
plus long que les fleurs du disque. Nucules cylindrace'es, 4'!- 
gbneS) d'un brun de châtaigne, lisses, longues d'«nviron i ligne; 
aigrette blanche ou jaunâtre. — Cette espèce ^ fréquemment cu|t 
tivee dans les parterres, est originaire dé la NouveUe-Iiolland|e« 
elle fleurit tout Tété. 

Genre STYLOLÉPIDE. — Stylolepis Lehm. 

Capitules multiflores, radiés; fleurs-radiales l-sériée8| 
femelles , à corolle ligulée , 3-dentée au sommet ; fleurs da 
disque hermaphroditâi , à corolle infondibuliforme , 5- 
dentée, courbée en dehors. Involucre ovoïde, urcéolé| 
égal aux fleurs du disque, formé d'éçailles pluri-sérîées 
imbriquées, appliquées, petites, stipitiformes ^ charnuei» 
glanduleuses, surmontées d'un grand appendice scarieuz, 
membranacé, subdiaphane, inappliqué, ovule, l«nervé. 
Réceptacle concave , nu , aréole. Anthères à appendices^ 
basilaires capillaires. Stigmates épaissis au sommet. Nu- 
cules petites , elliptiques , comprimées , subtétragones , 
chagrinées; aigrette formée de soies filiformes, scabres , 
libres dès leur base, égalée. 

Plante annuelle, très-glabre, panieulée. Tige et ra- 
meaux raîdes, grêles , fragiles , très-lisses. Feuilles lancéo- 
lées ou linéaires-lancéolées, pointues, très-entières, raides, 
éparses : les caulinaires et les raméaires biauriculées à la 
base , à auricules adnées. Pédoncules grêles , raides , ter- 
minaux , 1-céphales , solitaires , clavifonnes au sommet s 
partie épaissie charnue , couverte de bractées semblables 
aux écailles-involucrales. Fleurs-radiales d'un rose très- 
pâle, ou blanchâtres, beaucoup {dus longues que les fleurs 
du disque. Fleurs du disque d'un rose vif. 

SrYLOLEPmE GRELE. --^ Stj'loUpis gracUis Ldun. Ind. Ssm. 
Hort. Hamb. i8a8. — PêdolepU graeilis Grahara, in Bol. 



316 CLA5SB D£5 COMPOSÉES. 

Mag. lab. 2904. — Sweet, Brit. FIow. Gard. lab. 286. — 
Plante bautc de i pied à 2 pieds. Racine grêle, pivolante. Tige 
drcsse'e, feiiillëc, plus ou moins flexueuse, ordinairement rott* 
geâtrc ; rameaift plus ou moins divergents, me'diocrement'feuil- 
](fs, ou suba^hylles, simples^ ou paniculés. Feuilles d'un rert 
gai et luisantes aux 2 faces , dress(fes, subrévolntées aux bords» 
fortement i-costëes en dessous et munies de 2 nervures latérales 
oblitérées vers le haut^ les feuilles radicales et les caulinaires- 
infërieures spathulees-oblongues, obtuses, longues de 2 à 3 
pouces ; les autres oblongdeslancëolccs, ou linëaires-lanceole'es, 
pointues , graduellement plus petites ; les ramulaires minimes. 
Écaillcs-involucrales à appendice incolore ou panaché de brun , 
ordinairement mucroné. Fleurs-radiales longues d'environ 8 
lignes, nombreuses; ligule linéaire-cuncifotmc ^ 2-ou-3-dentce , 
étalcc lors de l'épanouissement. Nucules d'un noir clair^ longues 
de '/i ligQc; aigrette blanche, 2 fois plus longue que la nucule. 
— Cette plante, originaire des côtes occidentales et australes de 
la Nouvelle-Hollande , se cultive dans les parterres ^ elle est très- 
élégante , et fleurit tout Tétc. 

Genre ANTENNAIRE. — Jntemiaria Gaertn. 

Capitules dioïques ousubdioîques^ multiflores, subglo- 
buleux, lavolucre aussi long ou plus long que les fleurs , 
subradiant, formé d'écaillés pluri- sériées , imbriquées , 
scarieuses , la plupart colorées presque dès leur base. Ré- 
ceptacle convexe, nu, alvéolé. Corolles tubuleuses , 6-den- 
lées : celles des fleurs femelles filiformes. Anthères semi- 
saillantes '; appendices - basilaires sétif ormes. Style des 
fleurs mâles tronqué ou courtemeut bifide au sommet. 
Nucules petites , subcylindracées ; aigrette formée de soies 
à peine barbellulées : celles des fleurs femelles filiformes f 
celles des fleurs mâles épaissies au sommet. 

Herbes vivaces , cotonneuses. Feuilles planes, très-en- 
tières : les caulinaires sessiles , alternes. Capitules tciuii- 



FAMILLE DES SYNÂMTHÉRÉES. ^17 

naux , pédoncules , ^disposés en cyities ou en corymbes. 
Ecaiiles-inyolucrales blanches ou pourpres. 

a) Piành sh(onifèr§, à Uge$-fiorifèrei iimples , dreuées» — Capitula 

abtolument dioïques, en eorytnbe serré. 

Antennaire dioïque. — Antennaria dioica Gaertn. — Gno- 
phalium dioicum Linn. — Bull. Herb. tab. 325. — Engl. 
Bot. lab. 267. — Fier. Dan. tab. laaS. — Antennaria hjr- 
perborea Don, in Eogl. Bot. Suppl. tab. 2640. — Racine ram- 
pante. Tiges hautes de 3 à 8 pouces, grêles, feuillées jusqu'au 
sommet, cotonneuses de même que les stolons. Feuilles subco- 
riaces, cotonneuses soit aux 2 faces, soit seulement en dessous : 
les radicales et celles des sftlons spathulees } les caulinaires li- 
néaires'lanceolces. Corymbe S-Q-ce'phale , en général très-serré 
(du moins à Tepoque de lâ* floraison ). Pédoncules grêles, coton- 
neux , tantôt à peine aussi longs que les capitules , tantôt plus 
longs. Inyolucre long de 2 à 4 ligues ; écailles oblougues ou ob- 
ovales , très-obtuses, laineuses à la base, glabres et colorées 
(tantôt blancbcs, tantôt d'un rose plus ou moins vif) supérieu- 
rement. — Cette espèce, connufsous le nom vulgaire de Pied- 
de'Chat (à cause de l'aspect soyeux de ses capitules ) , croît 
sur les pelouses sèches, dans toute l'Europe } elle fleurit en été; 
rinfusion de ses capitules jouissait jadis d'une grande vogue à 
tilre de remède pectoral. 

b) Plantée non-etolonifèree. Tigee rameutes au sommet. Capitules sub^ 
dioïques {les mdles ayant ordinairement une couronne de fleurs neutres) . 
Capitules en eymes. 

Antennaire de Virginie. — Antennaria margaritacea 
R. Br. — Gnaphalium margaritaceum Linn. — Engl. Bot. 
tab. 2018. — H elichrysum margaritaceum Mœnch. — Feuilles 
lancéolées ou lancéolées-linéaires , pointues , 3-nervées, glabres- 
centes en dessus , cotonneuses en dessous. Ëcailles-involucrales 
elliptiques ou oblon gués, obtuses. — Racine rampante. Tiges 
touffues, dressées, cotonneuses^ raides, effilées., feuillues, 
hautes de 1 '/^ pied à '2 V* pieds, ramulifères au sommet^ ra- 



SI 8 CLAiSB DJU COUrOSÉBS. 

moki mtfdiocreiiient Ceuillës on sobapbylks, siiUuligiés. Feiiil<- 
les loogaes de a à 4 poneeSy larges de a à 5 lignes , £emicSy 
d'un yert fonce et luisantes en dessus. Gymes 8-7 -radiées, sub- 
sessiles, denses, oonyexes; pédoDcnles cotonneux, en général 
à peu près aussi longs que les capitules. Capitules larges de 3 à 
4 lignes; écailles ootonneoses yers leur base, glabres, d'un 
Uanc argenté supérienrement. -— Cette espèce ^ indigène de 
TAmérique septentrionale ^ et connue sous les noms vulgaires 
d'Immortelle blanche , ou Immortelle de Virginie y se cultive 
fréquemment comme plante d'ornement; elle fleurit de juillet 
en septembre. 

A»T£imAi»c A FILLES >ŒRV>v>s. - Jntennoria tripU. 
nervis Sims, Bot. Mag. tab. 2468. — GnaphaUum nepalense 
Hortul. — GnaphaUum cjmoglossqides Treyir. — Feuilles 
acuminées, subamplexicaules , glabrescentes en dessus, coton- 
neuses en dessous : les inférieures obovales , ou lancéolées-ob- 
oyales, ou lancéolées -elliptiques, 5-ou 7-nerYées; les supé- 
rieures oblongues, ou oblongues- lancéolées, ou lancéolées- 
oblongues, 3-nervées. Écailles-involucrales ovales ou ovales- 
lancéolées, acuminées, ou pomtues. — Plante toufi&ie , baute 
d'environ 2 pieds. Racine rampante. Tiges flexneuses, dressées, 
feuillues , cotonneuses; rameaux plus ou moins divergents, ra- 
muliferes au sommet , médiocrement feuilles, tantôt subfastigiés, 
tantôt formant une panicule pyramidale. Feuilles fermes, lui- 
santes et d'un vert foncé en dessus : les inférieures longues de 
3 à 6 pouces , larges de i pouce à 2 pouces. Cymes subpaoicu- 
lées , polycéphales , assez denses , feuillëes. Involucre large de 5 
à 6 lignes ( lors de Pépanouissement ) , plus long que les fleurs ; 
écailles d'un blanc argenté , cotonneuses- ferrugineuses vers leur 
base, — Cette espèce , originaire du Népaul , se cultive conmie 
plante d'ornement. 



FÀMUaUB PES SYHinTHBREBS. 



Section II. zirni.£ES-PllOTOTTPE8 Gass. 

ÉfBaiUes-involucrales iion-scarieases. Stigmates arrondU 
au sommet. Article-anthérifère long; appendice-api^ 
dlairede lanthère obtus. Âppendices-basilaires longs, 
non-pollinifères. 

Genre PULICAIRE. — Pulîcaria Gaertn. 

Capitules multiflores , radiés ; fleurs - radiales nom- 
breuses 9 subunisériées , femelles , ligulées ; fleurs du 
disque très-nombreuses , hermaphrodites , à corolle infon- 
dibuliforme, ô-dentée. Involucre subhémisphérique, un 
peu plus long que les fleurs du disque , formé d'écaillés 
nombreuses , inégales , pauci^sériées , irrégulièrement im- 
briquées, linéaires-subulées , subfoliacées (les intérieures, 
submembranacées). Réceptacle presque plan, foyéolé, nu. 
Ifuculea cylindriques , obtuses aux 2 bouts ; aigrette dou- 
ble : l'extérieure courte , membr^nacée , cupuliforme , 
denticulée ; l'intérieure longue , formée de soies peu 
nombreuses, filiformes, 1-sériées, finement barbellidées. 

Herbes annuelles ou viyaces , rameuses , aromatiques , 
ordinairement velues. Feuilles entières ou dentelées : les 
caulinaires éparses , sessiles , cordiformes-biauriculées à lu 
base : oreillettes embrassantes. Pédoncules solitaires ou 
en corymbe , terminaux , 1-céphales. Corolles jaunes : l^f 
radiales à ligule linéaire , 3-ou ô-dentée au son^met. 

PuLicAiRE DYssENTERiQUE. — PuUcaria dyssentericaGsdrin, 
— Inula dyssenterica Linn. — Curt. Flor. Lond. tab. 178. 
•r- Fier. Dan. tab. 4ïo. — Fngl. Bot. tab. in5. — Plante 
yivace , haute de i '/> pi^ ^ ^ pieds. Racine rampante. Tige 
dressée , rameuse , velue ; rameaux grêles , velus , feuilles, plus 
ou moins divergents, ordinairement paniculés. Feuilles denti- 
culees, ordinairemeot pointues, vertes en dessus , eotennettses ou 



230 CLASSE DES COMPOSÉBS. 

pubescentes-incaaes eo dessous (moins souvent vertes aux 2 ûœes), 
un peu visqueuses : les radicales et les cauUnaires-inférieures lan- 
céolées ou lanccoiées-oblongues; les autres oblongues ou oblon- 
gnes-lancéolées y cordiformes-bilobëes à la base. Capitules sufaso* 
litaires ou en corymbe lâche ; pëdoncnles longs de i pouce à 2 
povoes, pubescents, visqueux, épaissis au sommet. Involucre 
velu y d'environ 6 lignes de diamètre. Ligules de moitié à i fois 
plus longues que le disque. Nucules trës-peHtes, brunes, strict. 
— Cette espèce, nommée vulgairement Herbe de saint Eockj 
est commune aux bords des eaux et dans les prairies humides ; 
elle fleurit tout l'été. Toute la plante a uue saveur astringente et 
Incrément aromatique ; elle passe pour un bon remède anti-dys-^ 
sentérique. 

Genre INULE. -— Inula Linn. 

Capitules radiés ; fleurs-radiales nombreuses , subuni- 
'sériées^ femelles, ligulées; fleurs du disque très-nom- 
breuses , hermaphrodites , à corolle infondibuliforme, ô- 
dentée. Involucre aussi long ou plus long que les fleurs du 
disque , subhémisphérique , formé d'écaillés imbriquées , 
appliquées, pluri- sériées : les extérieures plus larges, 
coriaces, surmontées d'un appendice étalé, foliacé; les 
intérieures étroites, linéaires, inappendiculées, submem- 
branacées. Réceptacle plan ou convexe, inappendiculé. 
Anthères ù appendices - basilaires sétiformes , plumeux. 
Nucules oblongues -cylindracées ; aigrette forméeMe soies 
fihformes^ barbellulées, inégales, subunisériées , souvent 
soudées par la base. 

Herbes rameuses , le plus souvent vivaces. Feuilles très- 
entières ou dentelées : les caulinaires alternes , sessiles , 
souvent amplexicaules. Pédoncules solitaires ou en co- 
rymbe, terminaux, ou axillaires et terminaux, 1-céphales. 
Corolles jaunes : celles des fleurs-radiales à ligule linéaire , 
2-ou 3-dentée. 

Inulk AuLi«Éii;.— •//la/a jtf ^/«/uam Linn. — Blackw. Herb. 



FAMILLE DES SYNÀNTHÉRÉES. âSi 

tal>,47^* — Eogl.Bot. tab. io8. — Flor. Dan. tab. 'j^Q.^^Cor- 
visartia Heîenium Mcrat , Fior4 Par. — Plante yiyace y haute de 
a à 4 pi^- Racine pivotante, grosse, charnue, rameuse, brune 
à Fettérieur, blanchâtre en dedans , d'une saveur acre , aroma- 
tique, légèrement amère. Tige dressée, cylindrique, velue, can- 
nelée, ferme, grosse, rameuse vers le sommet ; rameaux simples 
ou. paniculés , divergents , me'diocrement feuilles. Feuilles fér> 
mes , re'ticulées , inégalement dentelées , vertes et rugueuses en 
dessus, cotonneuses-subincanes (veloutées) en dessous : les ra- 
dicales lancéolées ou lancéolées -elliptiques, pointues, longuement 
pëtiolées, longues de i pied à 2 ^1* pieds (y compris le pétiole), 
larges de 4 à ^ pouces; les caulinaires ovales, ou ovales-lancéo- 
lées , ou ovales- oblongues, acuminées , amplexicaulcs , plus ou 
moins profondément cordiformes à la base. Capitules terminaux, 
ouaxillaires et terminaux (ceux-ci souvent en corymbe; les in- 
férieurs toujours solitaires ) , grands , tantôt scssiles , tantôt pé- 
doncules. Involucrc de 10 à 20 lignes de diamètre ; écailles-ex- 
lérieurcs à appendice grand, ovale ; écailles-intérieures glabres, 
rougeâlres. Fleurs-radiales à ligule longue d'environ i pouce , 
très-étroite. Nucules tétragones , striées , brunâtres , longues de 
a lignes ; aigrette blanche. — Cette espèce, connue sous les noms 
vulgaires à^Aulnée^ Aunée, ou Énule, croît dans les bois et les 
prairies humides ; elle fleurit en juillet et août. Sa racine est to- 
nique, vermifuge, emménagogue, apéritive, diurétique^ et su- 
doriGque ; on l'emploie assez souvent tant en thérapeutique que 
dans l'art vétérinaire. La plante se cultive aussi pour l'ornement 
des jardins. 

Genre LIMBARDE. — Limbarda Adans. 

Ce genre ne diffère du précédent que par l'inTolucre, 
dont toutes les écailles sont étroites , linéaires-lancéolées , 
snbcoriaces, inappendiculées, entièrement appliquées. 

LïMBARDE Faux-Crithme. — Limborda crithmoîdes Casa. 
'^Inida crithmoides Linn. — 'Engl. Bot. tab, 68,r— /nii/<i 



99S dLAMfe "tikà COMPOSÉES. 

Tige Éuffinteseente, dressée, lrèM»neiue. Ramèinit àfeoelidiiil^ 
tàiiesj efltàûnqfusi^ effiiët , Ibiiilliis , tanlAt simples , tatitAt gif- 
nis dans tonte leur longoenr de raintile&, les nus stériles, flrait* 
lus^ trësH»iitts, lei antres florifères, plus ou moins allongés, 
i-otfpbales, on oligoeépkales. Feuilles glabres ou finement ptt^ 
bérules, persistantes, charnues , glauques ^ innei^rées, planes eA 
dessus, convexes en dessous, sessiles, linéaires, od linéaire^-Spe^ 
thulées, obtuses, ou pointues ; les raméaires longues de i poueé 
k a ponces, ordinairement tridentées au sommet; les ramnkirêa 
plus petites, en général très-entiëres. Pédoncules solitaires ou en 
coiymbe^ terminaux, grêles, épaissis au sommet , garnis de htife^ 
téoles sétacéès. Inyolucre glabre, hémisphérique, lafge d'envlnm 
6 lignes, plus court que les fleurs du disque. Corolles jaunes : Ué 
radiales plus longues que celles du disque, à ligule a^u Mea- 
tée , linéaire , longue de 4 ^ 5 lignes. — Cette espèce croît siÈt 
les plages salines voisines de la Méditerranée; elle fleurit eà 
juillet et août; ses feuilles et ses jeunes pousses ont une saveur 
piquante et légèrement aromatique , analogue à celle des racines 
de Panais ; on les mange confites au vinaigre ou à la saumure ; 
elles ont des propriétés apéritives et dépuratives. 

Genre TÉLÉKIË. — Tekkia Bàumg. 

Capitules orbiculaires , radies; fleurs -radiales nom- 
breuses, 1 -sériées, femelles, à corolle ligulée; fleurs du 
disque très-nombreuses, hermaphrodites, à corolle infon- 
dibuliforme, 5-dentée, arquée en dehors. Involucre sub- 
orbiculaire , aussi long que les fleurs du disque , formé 
d'écaillés pluri-sériées , imbriquées : les extérieures ovales - 
oblongues, appliquées et coriaces à la base, à partie supé- 
rieure foliacée , inappliquée ; les intérieures appliquées, 
linéaîres-obloDgues y terminées en appendice inappliqué, 
élargi, arrondi, subscarieux. Réceptacle très-large , pres- 
que jrfan, garni de paillettes plus courtes que les fleurs, 
raides, Unéaires-sabulées. Anthères à appendices-basilai- 



FÀMILLI DIS SWmknVWBXéES. 195 

ret longs, sétAcës, plumeur. Nucules griles, lisses, striées^ 
subtrièdres; aigrette coroniforme, trèsrcourtei subcartila*- 
gineuse, irrégulièrement denticulée , offrant quelquefois 
une seule soie longue et filiforme. 

Herbes vivaces , rameuses , élancées. Feuilles double- 
ment dentées t les caulinaires alternes; les inférieures pé- 
tioléeSy profondément cordiformes à leur base ; les supé- 
rieures sessilesy amplexicaules , légèrement cordiformes à 
leur base. Pédoncules terminaux ou axillaires et termi- 
naux , solitaires, 1-céphales , bractéolés au sommet. Co- 
rolles jaunes : les radiales à ligule linéaire, très-longue, 
très-étroite. 

Télekie ELEGANTE. — Tclehiu speciosa Baumg» Flor. 
TraDsjly. — Buphtalmum cordifoUum Wald. et Kit. Huogar. 
3, tab. 1 1 3. — Buphtalmum speciosum Schreb. Decad. tab. 6. 
— Inula caucasica Pers. — Molpadia suaveoUns Cass. — 
Plante yiyace, haute de 3 à 4 pieds, ayant le port de VAulnée, 
Racine pivotante. Tige dresse'e , ferme , rameuse , cylindrique , 
pubescente, feuiUée. Rameaux simples ou subpaniculés, feuilles, 
plus ou moins divergents. Feuilles d'un vert gai et rugueuses 
en dessus, pubescentes en dessous (et en outre parsemées de glan- 
dules ponctiformes), acuminecs^ minces , odoranteS| yeincuses : 
les radicales à limbe cordifoime-oyale , long de près de i pied , 
sur 6 à 9 pouces de large ^ pétiole long de '/> pied à i pied, se- 
mi-cylindrique 'y les caulinaires-infe'rieures conformes aux radi- 
cales, mais à pétiole moins long, ailé ; les autres elliptiques^ ou 
oyales, ou oyales-oblongues, ou oyales-lancéolées, arrondies ou 
subcordifoimes à la base , graduellement moins grandes. Capi- 
tules terminaux ou axillaires et terminaux , plus ou moins lon- 
guement pédoncules. Bractées oblongues. Pédoncules pubescents, 
épaissis au sommet. Involucre large de i8 lignes à a pouces, 
glabre ; écailles obtuses : les intérieures à appendice fimbriolé. 
Fleurs d'un jaune yif : les radiales à ligule longue d'enyiron 
I pouce. — Cette espèce, indigène au Caucase, ainsi que dans 
les montagnes de l'Europe orientale ^ se cakiye comme plante 



2S4 CLASSE DES COMPOSÉES. 

d'ornement^ elle fleurit en juin et juillet; ses feuilles ont une 
odeur balsamique as$ez agrdaUe. 



Section III. xirn&<B8-BllPBTALlEiES Gass. 

Involucre non-scarieux. Stigmates arrondis au sommet. 
Article-anthérifère court ; appendice-apicilaire de 
Tanthère pointu; appendices-basilaires courts , polli- 
nifères. 

Genre BUPHTALME. — Buphtalmum Linn. 

Capitules radiés; fleurs -radiales nombreuses, femelles, 
1 -sériées, à corolle ligulée ; fleurs du disque très*nom- 
breuses, hermaphrodites, à corolle infondibuliforme, 6- 
dentée. Involucre subhéinisphérique, à peu près égal aux 
fleurs du disque , formé d'écaillés irrégulièrement 2-ou 
3-sériées, subisomètres , appliquées, étroites, pointues, 
coriaces, membraneuses aux bords. Réceptacle conique , 
peu élevé, garni de paillettes plus comtes que les fleurs, 
embrassantes , oblongues ou sublinéaires, l-nervées, su- 
bulées au sommet, submembraneuses. Nucules obconiques 
ou turbinées, lisses : les radiales trièdres, légèrement ailées 
aux angles ; celles du disque trièdres ou comprimées , à 
angle interne ailé ou marginé ; aigrette très-courte, coro- 
niforme, scarieuse, irrégulièrement denticulée et fini- 
briolée. 

Herbes vivaces. Feuilles peu ou point dentées : les cau- 
linaires alternes ; les inférieures pétiolées ; les supérieures 
sessiles. Pédoncules solitaires, terminaux, 1-céphales. Co- 
rolles jaunes : les radiales à ligule linéaire-oblongue, 3-ou 
4-dentée au sommet, plus longue que les fleurs du disque. 

BuPHTALME A FEUILLES DE SaULE. BuphtolmUm SalicifO' 

lium Linn. — Jacq. Flor. Aiistr. tab. 70. — Buphtalmum 
grandiflorum Linn. — Plante rouffue, hante de '/a pied à 'i pieds, 



FAMILLE DES SYNANTHÉRÉES. , 2â5 

Untot glabre , tantôt plus ou moins velue. Tige simple ou ra- 
meuse, dressée, feuille'e; rameaux dressés ou divergents, sim- 
ples ou panicule's, feuilles. Feuilles très- entières ou subdenti- 
culées, ou dentele'es, d'un vert foncé : les inférieures oblongues- 
spatbuWes ou lancéolées, plus ou moins longuement pétiolées, 
ordinairement obtuses; les supérieures linéaires-lancéolées, 
pointues. Pédoncules longs, grêles. Écailles-involucrales ovales- 
lancéolées ou oblongues-lancéolées , acuminées-cuspidées , par- 
semées de glandules ponctiformes. Fleurs d'un jaune vif ; ligules 
longues de 6 à 9 lignes. — Cette espèce croit dans les pâturages 
secs des montagnes; elle fleurit en juillet et août; on la cultive 
comme plante de parterre. 



3X 



Xffl» TRIBU. LES ASTEREES. — ASTEKEM 

Gass. 

Capitules radiés^ ou discoïdes y ou incouronnes, Co- 
rolle-staminifere régulière^ ou subrégulière ^ subin- 
fondibuliformcj ^-fide. Anthères privées d^ appendices 
basilaires. Ovaire plus ou moins comprimé bilatérale- 
menty oblongj ou obovale^oblong. Aigrette irrégulière. 
Stigmates [de la fleur hermaphrodite) convergents y 
arqués en dedans , ayant une partie inférieure demi- 
cylindrique ^ bordée de 2 bourrelets non-confluents y et 
une partie supérieure semi^ conique ^ pubescente à. 
la surface externe. 

Herbes, oa som-arbrisseaux , ou arbrisseaux. Feuilles ordinairement 
alternes , toujours indivisées. Réceptacle nu , ou moins souvent garni 
de paillettes ou de fimbrilles. Ecailles-involucrales ordinairement im- 
Indiquées ^ quelquefois 4 -sériées. Gorolle-stamlnifére jaune; limbe en gé- 
néral pyriforme avant l^épanouissement : lobes ovales ou oblongs^ sob- 
acvminés, membraneux > bordés d'un gros bourrelet cylindrique; tube 
•rdioairement poilu vers le sommet. Filets des étamines soudés ordinai- 
rement jusqu'au sommet du tube de la corolle ; artide-anthérifère ( sou- 
lOTAinQini. Piu«. T. I. 45 



SS6 CLASSE DES COMPOSÉES. 

• 

feat jaune oa orangé) très-distinct du filet; anthères à bourses arron- 
dies à la base ; appendioe-àpicilaire libre , demi-lancéolé , obtus. Oralra 
stipité, ordinairement poila (à poils bi-apiculés) , plus ou moins com- 
primé sur les 2 cdtés , muni d^une câte sur chacune des S arêtes^ et quel- 
quefois d'autres côtes moindres sur les 2 Csices. Aigrette (rarement nulle 
ou demi-avortée ) le plus souvent composée de soies filiformes ou subtriè- 
dres, épaisses, flexueuses, hérissées de barbellules longues et fortes, 
rapprochées , irrégulièrement disposées ; quelquefois l'aigrette est com- 
posée en tout ou en partie de paillettes. 

c Cette tribu , » dit M. de Gassini , * « est caractérisée principalement 
par les stigmates qui suffisent pour la distinguer de toute autre Iribu • 
quand les caractères de cet organe sont bien prononcés. Bans le cas con- 
traire , il faot recourir aux autres organes floraux , qui offrent aussi pla- 
sieurs bons caractères. Les Astérées sont répandues inégalement sur 
toutes les parties de la terre ; il y en a beaucoup dans l'Amérique septen- 
trionale et en Afrique. » 



Section I. ASTiB<B8-80LZBAGllviES Gass. 

Capitules radiés ou discoïdes. Fleurs-radiales à ligult 
jaune ( par exception blauchâtre). 

Genre VERGE-D'OR. — Solidago Linn. 

Capitules oblongs, radiés; fleurs -radiales au nombre de 
Ôà 15, femelles y i-sériées, plus ou moins distancées, li- 
gulées ; fleurs du disque tantôt plus nombreuses que les 
fleurs femelles , tantôt moins , hermaphrodites, à corolle 
infondibuliforme, inégalement ô-dentée. Involucre oblong, 
subcylindracé, plus court que les fleurs du disque, formé 
d'écaillés inégales , pauci-sériées , imbriquées, appliquées, 
foliacées, 1-nervées, ovales-oblongues, obtuses, membra- 
neuscs aux bords. Réceptacle petit, plan, alvéolé, à cloisons 
épaisses, charnues, ordinairement dentées. Filets souda 
jusqu'au milieu seulement du tube de la corolle. Nuculas 
cylindracées ou obconiques, un peu comprimées, striées ; 
aigrette 1 -sériée, longue^ composée de soies filiformes, 
barbellule'esy inégales, amincies au sommet. 



FAMILLE D£S SYNAIYTHERËES. 2^27 

Herbes vivaces , rameuses. Tiges dressées, cylindriques. 
Feuilles entières ou dentées : les radicales plus grandes , 
rétrécies en pétiole ; les caulinaires graduellement plus 
petites, plus étroites, éparses, la plupart sessiles. Capitu- 
les petits, pédicellés, disposés en grappes terminales, ou 
axillaires et terminales , denses ( souvent unilatérales et 
plus ou moins recourbées , rarement simples , ordinaire- 
ment composées de cymules oligocéphales ) ; pédicellés 
1-bractéolés à la base, dressés. Corolles jaunes (dans une 
seule espèce les ligules sont blanchâtres ) : les radiales à 
ligule linéaire , ou oblongue, ou elliptique , obtuse , ordi- 
nairement courte et étalée. — A l'exception de quelques 
espèces, dont une seule est indigène, ce genre appartient à 
rAmérique septentrionale. Beaucoup d'entre elles se cul- 
tivent comme plantes d'ornement ; ces végétaux sont très- 
rustiques, et ils s'accommodent des terrains les plus in* 
grats. Nous ne ferons mention que des espèces les plus 
notables. 

A. Grappes unilatérales , plus ou moins recourbées , grêles , 
en général rapprochées en panicule pyramidale. 

a) Feuillet triplinervées , en général étroitet. Grappes Irèt-dentet, dé" 
garnies de grandes feuilles, rapprochées en panicule ininterrompue. 

Verge-d'or élancée. — Solidago procera Hort, Kew. — 
Tige velue, élancée, rameuse vers le sommet. Feuilles scabres 
CD dessus, pubescentes en dessous, pointues : les caulinaires ob- 
scurément crénelées, ou érosées, ou dentelées, lancéolées, étroite^; 
les raméaires lancéolées , ou linéaires-lancéolées , ou oblongues- 
lancéolées, très-entières. Grappes peu recourbées , très-longues, 
nutantcs avant la floraison. Ligules très-courtes, liuéaires-ob- 
longues. — Tiges hautes de 4 ^ 'o pieds, feuillues. Rameaux 
non-fastigiés. Ramules-floriferes subfîliformes, garnis de feuilles 
courtes, lancéolées-linéaires, acérées, plus ou moins recourbées. 
Feuilles minces, non-luisantes, d'un vert foncé en dessus^ grisâ- 
tres ou d'un vert pâle en des.«^ous : les caulinaires longues de 3 



S2S CLASSE DES COMPOSÉES. 

à "B pouces 9 larges de 4 à 8 lignes. Capitules longs de a lignes; 
ligules plus courtes que Tinvolucre. 

Vebge-d'or du CkVàs>A.--'SoUdago canadensis Linn. — 
Solidago nuians Desfont. Hort. Par.— Tige velue, en ge'néral 
paniculée au sommet. Feuilles pubescentes aux a faces ou sea- 
lement en dessous , scabres : les caulinaires lancéolées , aauni- 
nées, fortement dentelées } les raméaires lancéolées on lancéolées- 
linéaires, très-entières, ou dentelées, pointues. Grappes longues, 
fixrtement recourbées. Ligules très-courtes, linéaires-oblongues. 
— Plante haute de 3 à 4 pieds , très-semblable à l'espèce pré- 
cédente par le feuillage et les capitules. 

Ys&ge-d'or glabre. — SoUdago glabra Desfont. Hort. Par. 
•— SoUdago fragrans et SoUdago gigantea Willd. — Tige 
glabre, lisse. Feuilles glabres et lisses aux deux faces, scabres 
anx bords , la plupart ( excepté les ramulaires) dentelées , acu- 
minées aux deux bouts : les inférieures lancéolées-oblongues ou 
lancéolées-elliptiques ; les supérieures lancéolées ou linéaires- 
lancéolées. Grappes longues, fortement recourbées. Ligules sub- 
linéaires, plus courtes que Tinyolucre. — Plante haute de a à 
4 pieds, semblable à Tespëce précédente par le port; capitules 
plus grands. Feuilles inférieures longues de 3 à 6 pouces, et at- 
teignant jusqu'à 7 pouces de large. 

Vergb-d'gr lisse. — SoUdago Uevigaia Hort. Kew. — Tige 
glabre et très-lisse, de même que les feuilles, en général simple. 
FeuiUes un peu charnues, subcoriaces, mucronées, très-entières, 
ponctuées : les caulinaires lancéolées-oblongues ; les ramulaires 
petites, linéaires-lancéolées. Grappes courtes, très-serrées, pres- 
que droites. Ligules oblongues, plus longues que les fleurs du 
disque. — Tiges hautes de 3 à 5 pieds, très-feuillues. Feuilles 
d'un vert gai : les caulinaires longues d'environ 3 pouces , sur 
9 lignes de large. Pédoncules pubescents. Capitules longs de 3 li- 
gnes. — Espèce très-distincte; à Paris elle fleurit en octobre et 
novembre. 



PAMILLB DES SYNAifTHéRÉES. S29 

Verge-d*or toujours verte. — SoUdago semperpîrensîÀtuï . 
— Tige élancée, effilée, anguleuse, très-glabre et lisse de iq^e 
que les feuilles. Feuilles un peu cliamues , subcoriaces , très- 
entières, ponctuées, terminées en pointe calleuse : les cauUnaires 
lancéolées-linéaires ou linéaires-lancéolées ; les ramulaires sub- 
linéaires. Ligules stfblinéaires , plus longues que les fleurs du 
disque. — Tige h^ute de 5 à 8 pieds, très-feuillue, simple, ou 
rameuse au sommet. Feuilles d'un vert gai : les caulinaires lon- 
gues de 2 à 4 pouces, larges de 3 à 6 lignes. Grappes tantôt 
courtes et plus ou moins, recourbées , tantôt grêles et droites. 
Capitules longs de 2 à 3 lignes. — Cette espèce fleurit en oc- 
tobre et novembre. 

b) Feuillet veineusei ou penninervéei : les inférieuret en général la/t" 
get. Grappei en général feuilléet, peu recourbées. 

Verge-d'or a dentelures pointues. — SoUdago arguta 
Hort. Kew. — Tige glabre de même que les feuilles. Feuilles 
lis^s aux 2 faces, quelquefois scabres aui bords , acuminées : 
les caulinaires la plupart dentelées ; les inférieures lancéolées- 
spatbulées, ou lancéolées-obovales, ou lancéolées-elliptiques; les 
supérieures lancéolées-oblongues; les raméaires lancéolées-li- 
néaires. Grappes feuillues , plus ou moins divergentes. Ligules 
elliptiques^ en général plus longues que les fleurs du disque. — 
Tiges dressées, en général paniculées. Feuilles minces , un peu 
luisantes , d'un vert foncé en dessus : les radicales longues de 4 
à 8 pouces , sur 2 à 4 pouces de large. Grappes plus ou moins 
recourbées, disposées en panicule tantôt pyramidale, tantôt plus 
ou moins allongée. Capitules longs de 3 à 4 lignes. 

Verge-d'or. scABRE. — SoUdago aspera Hort. Kew. —Tige 
pubescente. Feuilles scabres, pubérules, rugueuses, acuminées 
aux 2 bouts :^ les caulinaires lancéolées-elliptiques , ou lancéo- 
lées-oblongues , inégalement dentées; les raméaires ovales ou 
ovales-lancéolées, très-entières, ou l^èrement crénelées, petites. 
Grappes presque droites, disposées en panicule très-lâche. Capi- 
tules petits^ ligules courtes, sublinéaircs.— Tige dressée, pani 



330 CLAASB DES COMPPSÉES. 

calée, haute de 2 à 3 pieds ; rameaux trës-grêleSy effilés^ simples, 
presque dressés. Feuilles caulinaires longues de 1 pouce à 3 pou- 
ces. Capitules longs de 1 lignes. 

Yerge-d^or étalée. — Solidago patula Muhlenb. — Tige 
dressée, ordinairement paniculée : rameaux diyariqués, simples. 
Feuilles scabres, pubérules, acuminées : les radicales oblongue»» 
spatbule'es, crénelées; les caulinaires crénelées ou dentées, lan- 
céolées- oblon gués ; les raméaires lancéolées ou lancéolées-linéai- 
res, petites, très-entières. Panicule diffuse, interrompue. Grappes 
bractéolées, ordinairement courtes. Ligules sublinéaires, allon- 
gées. — Tiges anguleuses , effilées , baute de i pied à 2 pieds. 
Feuilles fermes, d'un vert gai : les inférieures longues de 3 à 4 
pouces. Grappes denses, bractéolées : les raméaires courtes. Ca- 
pitules longs d'environ 3 lignes. 

Yerge-d'gr glauque. — Solidago cœsia Linn. — Dill. 
Hort. Elth. 2, tab. 307, fîg. SgS. — Solidago graçilis Poir. 
-^Solidago Uvida Willd. — Solidago axillaris Pursh. — Sb- 
Ùiago Schraderi De Cand. Prodr. — Tige dressée, paniculée ; 
rameaux grêles, dressés. Feuilles très-glabres et lisses aux 2 fa- 
ces , glauques en dessous , la plupart dentelées : les radicales 
lancéolées-spathulées ; les caulinaires lancéolées ou lancéolées- 
oblongues. Grappes tantôt droites, tantôt courbées , axillaires, 
courtes^ disposées en panicules feuiilées, effilées. Capitules pau- 
ciflores : ligules oblongues, en général plus longues que le dis- 
que. — Plante lisse , baute de i 7» pied h 2 pieds. Tige grêle, 
cylindrique, souvent rougeâtre, en général rameuse des la basej 
rameaux en général simples , formant une panicule subpyrami- 
dale. Feuilles d'un vert gai en dessus, ordinairement pendantes; 
les radicales longues de 4 à 8 pouces, larges de i pouce à 2 pou- 
ces. Inflorescence très-variable. Grappes inférieures plus courtes 
que les feuilles. Capitules longs de 2 lignes. 

Verge-d'or effilée. — Solidago virgata Michx. — Soli- 
dago stricta Hort. Kew. — Tige dressée, simple, ou rameuse au 



FAMILLE DES SYirAMTHÉR£ES. 234 

sommet; rameaux très-grêles, effilés, simples, feuillus, subfas- 
tigiés. Feuilles fermes, glabres, scabres : les radicales et les eau- 
linaires-inferieures laDcëolëes-spathulécs; les supérieures et les 
raméaires petites, lancéolées , ou linéaires-oblongues , ou oblon- 
gues, mucronees, en gênerai très-entières. Grappes courtes, axil- 
laires, bracte'olëes, disposées en panicules racëmiformes, denses, 
effilées. — Plante haute de i Vi pied à 3 pieds. Tige verte, cy- 
lindrique , striëe , lisse de même que les rameaux. Feuilles sub- 
Goriaces, d'un vert gai : les inférieures longues d'environ 6 pou- 
ces, sur 6 lignes de large; les caulinaires-supërieures et les 
ramëaires longues de 4 ^ 8 lignes. Panicules grêles, longues 
de 4 À 8 pouces, en général denses. Capitules longs de 2 lignes ; 
ligules sublinëâires, un peu plus longues que les fleurs du disque. 

B, Grappes non-unilatérales ^ droites ^ en général oligocépha- 
les, disposées ordinairement en panicule oblongue. Feuilles 
veineuses : les inférieures larges. 

Verge-d'or a feuilles de Limone. — Solidago limoni" 
folia Pers. — Solidago mexicana Linn. — Tige ascendante, 
rameuse. Feuilles obtuses , très-glabres, toutes très-entières : les 
radicales lancëolëes-elliptiques, ou lancëolëes-oblongues ; lescau- 
linaires lancëolëes, ou obloogues; les ramëaires petites, oblon- 
gues. Grappes axillaires, courtes, lâches, disposées en panicules 
allongées. Ligules sublinëaires , un peu plus longues que les 
fleurs du disque. — Tiges assez grosses, fermes, charnues, cy- 
lindriques, striées, hautes de i pied à 2 pieds; rameaux dressés, 
non-fastigiës , en général racémifères à presque toutes les aissel- 
les. Feuilles d'un vert un peu glauque, veineuses , finement ré- 
ticulées en deiisous : les radicales longues d'environ i pied, lar- 
ges de I '/, pouce à 3 pouces, dressées. Pédoncules bractéolés , 
filiformes, allongés. Capitules longs d'environ 3 lignes. — Cette 
espèce, nommée vulgairement Verge-d'or du Mexique .^ croît 
dans les provinces méridionales des États-Unis; elle fleurit 
en été. 

Verge-d'or a feuilles de Lithosperme, —'^o/i^i/xgo lii}iO' 



Vekce-d'ob X GRANDES FLEUBS. — SoUdago grandijlora 
Desfont. Hoit. Par. — Espèce très-semblable à la pi^cédente par 
le port et l'inflorescence ; elle en diflère i' en ce que les féailles 
radicales sont notablement tnoioa grandes ( longues d'environ 6 
ponces, sur 3 pouces de lai^e), lancéolées-oblongues, pointues, 
dentela ; 1' par les feuilles caulinaires qui sont poÎDtnes , 
ovales-lancéolées, la plupart dentela; 3* par ses ligules no 
peu plus longues. 

Veege-d'o» PoiiBRnLE. — SoUdago hirta Wilid. — Tige 



PAMILLE DES SYftkNTHÈBÉES. 233 

Attsste i ordinairement paniculée (du moins au sommet) ; ra- 
meaHX snbfastigiés. Feuilles assez fermes, rugueuses, veineuses, 
pointues , inégalement ou doublement dentelées, pubérules, un 
peu scabres : les radicales lancéolées-spatliulées ; les caulinaires 
lancéolées ou lancéolees-oblongues. Panicules denses, thyrsoïdes, 
feuillëes, en géne'ral courtes. Ligules oblongues, plus longues 
que le disque. — Tiges hautes de i y, pied à 3 pieds, raides, 
droites, cylindriques, feuillues, souvent rougeâtres^ rameaux 
dresses ou un peu divergents, simples, feuilles , grêles, effilés. 
Feuilles d'un vert foncé en dessus, non-luisantes : les radicales 
longues de 3 à 4 pouces, larges de >/, pouce à i pouce. Capitu- 
les grêles, longs de 2 à 3 lignes, plus ou moins longuement pé- 
doncules. 

Verge-d'or flexueRe. — Solidago flexicaulis Linn. — 
Tige dressée, flexueuse, glabre, anguleuse , simple ou rameuse ; 
rameaux non-fastigiés. Feuilles minces, glabres, veineuses, ru- 
gueuses , acuminées , doublement dentelées : les radicales gran- 
des, lancéolees-oblongues^ les caulinaires ovales ou ovales-lan- 
céolées, brusquement rctrécies en pétiole ailé. Grappes axillaires, 
denses, la plupart plus courtes que les feuilles, rapprochées en 
paniculetbyrsoïde. — Tiges hautes de i */» pîed à 3 pieds, grêles, 
lisses de même que les autres parties de la plante ; rameaux grêles^ 
dressés. Feuilles d'un vert foncé en dessus, d'un vert pâle en 
dessous : les radicales lon(pies de 5 à 10 pouces, larges de 
I «/, pouce à 3 pouces. Fleurs odorantes. Capitules courtement 
pédicellés, 1od§s de 2 à 3 lignes. Ligules courtes^ elliptiques. 

Verge-d'or commune. — Solidago Firga-aurea Linn. — 
Engl. Bot. tab. 3o r . — Fier. Dan. tab. 663. — Solidago vul- 
garis Lamk. — Solidago minuta Linn. — Solidago alpestris 
Willd. — Solidago cambrica Hort. Kew. — Solidago minor 
Pers. — Solidago arenaria Hom. — Solidago littoralis Savi. 
— Solidago nudijlora Vivian. — Tiges simples ou rameuses, 
dressées, plus ou moins anguleuses^ rameaux non-fastigiés. 
Feuilles glabres , ou pubescentes; acuminées, ou pointues, den- 



S34 CLASSE DES COMPOSÉES. 

teléeSy ou créselëes, minces, veîoeiises : les ladîeales et les qpii» 
linaires-inferieures laocéolëes , oa lancéelëes-obkmgaes , oq Isa- 
oéolëes-elliptiques, ou lancéolées-spadHilées , pëtiolées ; les aubei 
laocéolëes ou lancéolées-oblongucSy la plupart subsessiles* Pédon- 
cules i-à i2-céphales , alloqgés, filiformes , axillaires, disposés 
en panicule thyrsoïde, assez dense , plos on moins allongée. Lî* 
gales lancéolées-obloDgoes, ddboidant les fleurs du disque. — 
Plante très-yariabley haute de quel({ues pouces (dans les localités 
arides ou alpestres) k 2 pieds. Tiges glabres, ou pubescentes, ou 
poilues, gréleSy plus 00 moins flexueuses, souvent rougeâtres^ en 
général peu ou point rameuses. Feuilles d'un Tert fbnoé en des- 
sus : les inférieures longues de 3 à 5 pouces. Capitules kmgs de 
3 à 5 b'gnes. — Cette espëce, connue sous le nom vulgaire de 
Verge-d'or j est commime dans les bois, les buissons et les pe- 
louses sèches; elle fleurit de juillet^ septembre; parmi ses 
nombreuses congénères^ c'est la seule qui soit indigène d'Europe; 
on l'employait jadis comme détersive, vulnéraire, diurétique, et 
astringente. 

Vebge-d'or bigolobe. — SoUdago hicolor Linn. — Tige 
dressée, anguleuse , en général paniculée. Feuilles fermes, sca- 
bres, pubérules : les radicales spathulées-obovales, crénelées , 
subacuminées ; les caulinaires laucéolées-obloogues, ou lancéolées- 
obovales, ou lancéolées-elJiptiques, subérosées , ou pauci-créne- 
lées, acuminées, ou pointues; les raméaires ovales, ou oblongues, 
petites, très-entières, subobtuses. PédoDcules 3-à 12-céphales, 
axillaires , disposés en longue panicule interrompue. Ligules 
blanches, courtes, elliptiques-obloogues. — Placfte haute de i 
pied à 2 Va pieds. Tige grêle, raide, pubérule , plus ou moins 
flexnense; rameaux très-grêles, effilés, simples, dressés, non- 
fastigiés, florifères presque dès leur base. Feuilles d'un vert un 
peu glauque : les radicales veineuses, longues de 4 ^ B pouces, 
larges de 1 y, pouce à 3 pouces. Grappes ou cymules tantôt 
plus courtes que les feuilles, tantôt plus longues. Capitides cour- 
tement pédicellés, longs de 3 lignes. Fleurs du disque à corolle 
d*un jaune très-pâle. Ligules longues à peine de 1 ligne. — Es- 



FÀMILLB DES SYNANTHERÉES. S38 

pece tres-distincte par la couleur des fleurs } fleurit en septembre 
éC octobre. 



Sectioft II. ASTBRÉES-BAOCBAaiBiBS Gass. 

Capitules idcoaronnés, homogames. 

Genre LINOSYRE. — - Linosyris Cass. 

GajHtules multiflores. Involucre cainpaniforme,plus court 
que les fleurs , formé d'écaillés foliacées , linéaires , poin- 
tues, inégales, pauci-sériées, plus ou moins recourbées , 
apfdiquées et élargies à la base. Réceptacle large, presque 
plan, fovéolé : cloisons basses, charnues, dentées. Corolle 
infondibuliforme , ô-fide : segments linéaires, très-étalés, 
arqttés en-debors. Anthères saillantes. Stigmates plus longs 
que les anthères. Nucules oblongues-obovales , compri- 
mées, non-rostrées, écostées, soyeuses ; aigrette rousse , 
plus courte que la corolle, composée de soies nombreuses, 
pauci-sériées , filiformes , barbellulées, amincies au som- 
met. — Herbe vivace. Feuilles non-ponctuées , linéaires, 
très-entières, sessiles, éparses. Pédoncules terminaux, 1- 
céphales , grêles , bractéolés , disposés en corymbe ou en 
cyme. Corolle jaune. 

LiNOSYRE coMMxnfE. — Linosytis vulgaris Cass. — Chry- 
socoma Linosyris Liuu. — Plante touffue, haute de '/a pied k 
3 pieds, finement pubërule et un peu scabre à toutes ses parties 
herbacées. Tiges simples ou rameuses, dressées, ou ascendantes, 
cylindriques, feuillues, grêles, effilées, souvent rougeâtres ; ra- 
meaux fastigiés ou subfastigiés , oligocéphales, médiocrement 
feuilles. Feuilles subcoriaces, d'un vert gai, i-nervées, pointues, 
longues de Va pouce à i pouces, larges de '/a de ligne à i ligne. 
Gymes on corymbes tantôt lâches, tantôt denses, 3-à-7-cephales. 
Capitules longs d'environ 6 lignes. — Cette plante croit dans 



936 GLAMB DES COMPOSEES. 

les pâturages secs; elle fleurit [en aoât et en septembre; on k 
caltiye dans les parterres. 

Genre GHRYSOGOME. — Chrysocoma Linn. 

Capitules multiflores, hémisphériques. Inyolucre large, 
campaniforme , plus court que les flbars, formé d'écaillés 
inégales , pauci-sériées , irrégulièrement imbriquées , ap* 
pliquéeSy linéaires-lancéolées, 'pointues^ coriaces, membra- 
neuses aux bords. Réceptacle large , plan , foyéolé ou al- 
véolé, à cloisons peu élevées^ charnues , dentées. GorçUes 
subinfondibuliformeSy courtement 5-lobées : les extérû^ 
res arquées en dehors; les intérieures droites. Authères 
^incluses. Stigmates saillants. Nucules obovales , compri- 
méesy non-rostréesy obscurément 1-costées à chaque bce, 
presque glabres ; aigrette blanche, subcaduque, composée 
de soies filiformes , barbellulées , épaissies au . sonui^et , 
l-sériées, contiguës, subisométres. — Arbustes très«rar 
meux. Feuilles linéaires , éparses, sessiles, le plus souyent 
très-entières. Capitules solitaires, terminaux, longuement 
pédoncules. Corolles jaunes. 

Chrysocome dore. — Chrysocoma Coma-aurea Linn. — 
Chrjrsocoma aurea, Chrysocoma patula, et Chrysocoma cer" 
nua Thunb. Cap. — Arbuste touffu, haut de 2 à 3 pieds. Tige 
et rameaux adultes ligneux , aphylles. Ramules ascendants ou 
plus ou moins divergents, grêles, feuillus, en général simples. 
Feuilles subcoriaces, persistantes, trës-entières, obtuses, longues 
de 6 à 12 lignes, larges de V4 de ligne à i ligne, le plus souvent 
étalées ou réfléchies. Capitules larges d'environ 6 lignes. — 
Cette espèce, originaire du cap de Bonne-Espérance, se cultive 
comme arbuste d'ornement de serre tempérée ; elle fleurit tout 
l'été. 

Genre BACCHARIS. — Baccharis (Linn.) Cass. 

Capitules multiflores , dioïques. Réceptacle aussi long 
que les fleurs ou plus court, campaniforme, ou cylindracé, 



^* 



FAMILLE DES SYNANTHÉRÉE8. â37 

formé d'ëcailles coriaces, membraneuses aux bords , im- 
briquées, appliquées, ovales, obtuses : les intérieures sub- 
linéaires. Réceptacle presque plan ou rarement conique, 
foyéolé, ou alvéolé. «- Fleurs mâles : Corolle infondibuU- 
forme , ô-fide. Anthères saillantes. Ovaire abortif , à ai- 
grette irrégulière, courbée, formée de soies inégales, chif- 
fonnées, 1-sériées, filiformes, barbellulées. Style indivisé, 
sans stigmates. — Fleurs femelles : Corolle filiforme, sub- 
tronquée. Anthères nulles. Stigmates saillants. Nuculés 
subcylindracées , obtuses, glabres, -lO-costées; aigrette 
longue, irrégulière, courbée, composée de soies nombreu- 
ses, inégales, chiffonnées, soudées par la base, filiformes, 
irr^;ulièrement barbellulées. — Arbrisseaux ou sous-ar- 
brisseaux (propres à l'Amérique, et abondant surtout 
dans les contrées intertropicales), le plus souvent résineux. 
Feuilles sessiles ou pétiolées , éparses , très-entières , ou 
dentées, penninervées , ou 1-nervées, ou triplinervées , 
coriaces , le plus souvent parsemées de glanduies poncti- 
formes , ou d'ime pubescence f urfuracée. Pédoncules ter- 
minaux ou axillaires et terminaux; capitules en général 
petits^ ordinairement glomérulés au sommet des pédon- 
cules. Corolle blanchâtre. 

BiGCHARis A FEUILLES d'Halime. — Bacchatis halimifolia 
Linn. — Duham. Arb. éd. i, vol. i, tab. 35; éd. 2, vol. i, 
tab. 60. ^^ Baccharis cuneifoUa Mœncb. — Con^za halimi- 
folia Desfont. Hort. Par. — Buisson ou arbrisseau haut de 5 à 
12 pieds. Rameaux paniculés, disposés en cyme touffue. Jeunes- 
pousses visqueuses, et plus ou moins anguleuses de même que 
les ramules-floriferes. Feuilles d'un vert glauque, ponctuées de 
blanc, penninervées : les raméaires rhomboïdales , ou ovales- 
deltoïdes, pointues , plus ou moins profondément sinuées-den- 
tées, pétiolées, longues de i pouce à a pouces } les ramulaires 
plus petites, lancéolées-obovales, ou lancéolées-oblongues , ou 
oblongues-spathulées, obtuses, sessiles, ou subsessiles, en géné- 
ral triplinervées : les inférieures dentées on sinuées-denté^s ; 



Genre lifUl>l£H£. — Erigeron Ijiaa. 

Capitules multiflores. Fleurs-radiales ■ubbîsëriëaffjfli^ 
■ées, femelles, liguléea, aussi longues ou plus longues que 
les (leurs du disque; ligules linéaires, ti'ès-étroiies. Fleun 
du disque tubuleuses, 5~fideB, hermaphrodites , ou le* 
extérieures femelles, les centrales Lcrmaphrodites. Invp- 
lucre aussi long que les fleurs du disque, subcylindracéf 
formé d'écaillés subfoUacées, pauci-sériées , irrégulière- 
ment imbriquées, Luéaires- Réceptacle plan, nu, fuvéoLé; 
bords des fovéoles dentés. Nucules oblongues, compri- 
mées , noD-rostiées , bispides ; aigrette formée de bOÎM 
filiformes , barbellulées, uombreuses, 1-sériées, plus lon- 
gues que la corolle. — Herbes, la plupart annuelles oubijl- 
aannelles. Feuilles entières, ou dentées, ou lobées, alter- 
nes. Pédoncules terminaux ou axillaires et terminauXt l- 
céphales, ou oligo-céphales. Fleurs-radiales blanches, on 
bleues, ou rouget. Fleurs du disque jaunâtres. 



■ . i' 



FAMILLE DES SYNANTHÉRÉES. 239 

• 

ÉRiciRE ACRE. — ErîgeroTi acre Linn. — Ëngl. Bot. tab. 
If 58. — Erigeron podolicus Bess. — Erigeron ciliatum et 
Erigeron elongatum Ledeb. — Plante bisannuelle, baute de 
'/, pied à 3 pieds, en ge'neral pubescente ou bispidule. Tige giéle, 
dressée, ferme, anguleuse, feuillée, plus ou moins flexueuse, 
souvent violette ou rbiige, tantôt simple et oligoce'pbale, tantôt 
rameuse au sommet, tantôt paniculée; rameaux grêles ou fili- 
formes, dresses, me'diocrement feuilles, ordinairement i-ou oligo- 
cëpbales. Feuilles d'un vert glauque, un peu charnues, glabres, 
ou pubescentes : les radicales lance'olëes ou iancéole'es-oblon- 
gues, pétiolëes, sinuolées-deoticulées , obtuses , mucronulëes , 
longues de 4 à 8 pouces ; les caulinaires lancéolëes-obtongues, 
ou oblongues-Iiguliformes ; les ramëaire3 en gênerai très-petites. 
Pédoncules terminaux (en corjmbe), ou axillaireset terminaux, 
i-cëpbales, longs, filiformes. Capitules subturbinës, longs de 3 
à 4 lignes. Fleurs-radiales blanchâtres, ou roses, ou violettes, 
aussi longues ou un peu plus longues que les fleurs du disque. 
Fleurs du disque la plupart femelles. Aigrette roussâtre ou blan- 
châtre, luisante, 2 fois plus longue que la ligule. — Cette plante 
est commune dans les localités dëcouvertes et incultes. 

Érigere du Canada. — Erigeron canadense Linn. — Eri- 
geron paniculatum Lamk. — Cœnotus panicuîatus^utt. — 
Plante annuelle, pubescen te, haute de i pied à 4 pieds. Tige 
dressée, effilée, feuillue, cylindrique ^ poilue, en général ra- 
meuse presque dès la base ; rameaux simples , très-grêles , ou 
filiformes, médiocrement feuilles , disposés en longue panicule 
tfayrsoïde. Feuilles molles, pubescentes, ciliées, d'un vert clair : 
les radicales oblongues-spathulées , tiès-obtuses, profondément 
crénelées ; les caulinaires lancéolées ou lancéolées-linéaires, poin- 
tues : les intérieures dentées ou dentelées ; les supérieures et les 
raméaires très-étroites, très- entières. Pédoncules i-à 5-céphales, 
axillaires, disposés en grappes allongées; pédicelles filiformes, 
tantôt épars, tantôt fascicules. Capitules petits, cylindracés. Fleurs 
radiales blanchâtres, dressées, à peine aussi longues que les 
fleurs du disque. Fleurs du disque jaunâtres, toutes bermaphro- 



* »'iw; 






S40 CL A^B DES COMPOSÉES. 

dites. Aigrette blancBe , Imsante^ à fois plus Joagae que la vi- 
eille. — Cette plante, qui passe j^ur origÎQaûre de rAnkëriqpae 
septentrionale, est depuis longtemps commune en Europe; die 
croît de préférence au bord des champs, et dans d*autres Idoilltës 
découvertes et sèches ; ses capitules ont une saveur plf^oite, 
analogue à celle de la Menthe poivrée. Les cendres de VBrigèfe 
du Canada contiennent beaucoup de potasse. 

Genre STÉNAGTIS. — 5lenacli5 Gass. 

Capitules multiflores.FleiirsHradialcs2-ou plnri^érÛes, 
femelles, ligulëes , plus. longues que les fleurs 4u disque : 
ligules longues, linéaires, en général très-étroites, trieurs 4^ 
disque hermaphrodites, à corolle subinfondibulifoime, 5- 
dentée. Involucre subhémisphérique , aussi long que les 
fleurs du disque, formé d'écaillés 2-ou3-sériées, subispmè- 
tres, appliquées, linéures, pointues, foliacées. Réoepta46 
plan ou convexe, large, plus oit moins fovéolé. Nucules 
oblongues-obovales, comprimées, hispidules, non-rostrées ; 
aigrette double : l'extérieure très-courte, composée, de pail- 
lettes 1-sériées, sublinéaires ; l'intérieure longue (maisim 
peu plus courte quela corolle), caduque, compilée de soies 
peu nombreuses^ subisomètres , 1-sériées, distancées, fili- 
formes, barbellulées. — Herbes ( la plupart indigènes de 
l'Amérique septentrionale) annuelles, ou bisannuelles, 
ou vivaces, ou suffrutescentes. Feuilles entières, ou den- 
tées, ou pennatifides, alternes. Capitules solitaires ou en 
corymbe, terminaux, pédoncules, en général assez grands. 
Pédoncules épaissb au sonunet. Fleurs du disque à co- 
rolle jaune. Fleurs-radiales très-nombreuses , blanches , 
ou pourpres , ou violettes , ou bleues. 

Sténactis glauque. — Stenactis gîauca Nées. Aster. — • 
Etigeron glaucus Ker, Bot. Reg. tab. lo. — Aster glaucus 
Besfont. Hort. Par. — Tige basse, suflrutescente. Rameaux or- 
dinairement simples, suh&istigiës, x-céphales. Feuilles glabres^ 



FAMILLI DKS STlfAlfTHéllÉBS. S41 

OU presque glabres , visqueuses, trineryëes, obtuses : les infé- 
rieures pétiolées, spathulëes-oboyales/dentëes^ies ramëaires 
ebloogues, ou oblongues-spathulées , ^essiles^ en ge'néral très- 
tmières. Ligules lancëole'es-oblongues. — Herbe vivace, suffiru- 
tesoente à la base, haute de i pied à a pieds. Tiges adultes 
apbylles inférieurement, feuillues au sommet. Rameaux ascen- 
dants^ poilus, plus ou moins allongés^ annuels^ subyerticillës à 
l'extrëmité des tiges, simples , ou rameux au sommet. Feuilles 
d'un vert glauque, fermes, un peu charnues, scabres : les cauli- 
nâires longues de 3 à 6 pouces, ordinairement roselëes; les ra- 
méaires e'parses , graduellement plus petites. Pédoncules longs 
de I pouce à 2 pouces^ turbine's au sommet, garnis de i ou 2 
bractéoles sëtacëes. Capitules à disque large de 8 à 9 lignes. Li- 
gules longues de 5 à 6 lignes, de couleur lilas. Inyolucre pu- 
bescent. Réceptacle presque plan. Aigrette roussâtre, deux fois 
plus longue que la nucule. — Cette espèce, originaire de 
Buënos-Ayres, se cultiye comme plante d'ornement d'orangerie; 
elle fleurit tout Tëtë. 

Stenagtis glabrescemt. — Stenactis glabella Nutt. {sub 
fngero.)— Bot. Mag. tab. ^29*28. — Racine rampante. Tiges 
simples ou rameuses , ascendantes, herbacées, yelues ( de même 
que les rameaux et pédoncules). Feuilles glabres ou ciliolëes, 
très-entières, acuminulées, ou obtuses et mucronées : les infé- 
rieures spathulées-lancéolées ; les autres oblongues ou oblon- 
gues-lancéolées, sessiies. Pédoncules terminaux, ou axillaires et 
terminaux (en corymbe), i-céphales, inclinés en préfloraison. 
Ligules linéaires, très-étroites , de moitié plus longues que les 
écailles-involucrales. — Plante yiyace, haute de i pied à 1 */apied. 
Tiges solitaires ou en touffe, dressées, ou ascendantes, feuillées, 
anguleuses, souyent rougeâtres 5 rameaux nuls, ou grêles et i-cé- 
phales , subapbylles : les supérieurs sub&stigiés. Feuilles min- 
ces, d'un vert gai , finement penni-neryées : les radicales rose- 
lées , longues de 3 à 6 pouces ; les caulinaires graduellement 
plus petites; les ramëaires très-petites. Pédoncules longs de 
I pouce à a pouces^ pubescents, turbines au sommet, nus, ou 
•oTàviooi* PHia* T. I. 46 



■nbaphyllei. Feaillet aticz fermes , d'un vert gai, laisantes en 
demis : le> inféiienres loogocs de 3 à 5 ponoei, la^M de 4 à 
8 lignei ; lei aiUre* ^^udlenust plu oonrles, saû auiî lar- 
get ou plus laides. Pédmicnles longs de i pouce à 3 ponces, snb- 
fasiigiés, nui, on pauci-bract^lâ, pnb^rules de même qne les 
e'cailleS'iaTolucrales. Capitules à disque large de 5 à lo lignes. 
Réceptacle pre«pie plan. Ligules d'un bleu tirant sur le viol^ 
langues de 6 à 9 ligues. Nucules petites, brunes ; aigrette blan- 
cb^lre : l'intérieure a fois plus longue qne la nucule. — Indi- 
gène de la Califomie; cultivée comme plante de partem; fleurît 
tout l'été. 

Genre ASTER. — AtlerUon. 

Capitules radiés; fleurs-radialea femelles, l-sériées, à 
ligule linéaire ou oblongue, assen large i fleurs du disqoQ 
hennaphrodiles, à corolle subinfondibuliforme, 5-deatée. ' 
Involucre aussi long que les fleurs du disque, ou plus 
court, subhétnisphérique , formé d'écaillés 3-ou plnri-*^ 



riiii (rartmtnt il^Mriéts), subfoUacéés (du moins au Mn- 
jntt)^ imlnâqaécBi plus ou moins racouibëos ou élalé«s 
mê Iflov sommot ( qudquofeis inuppliquées inreaque dès 
leur bêmy ou bien eompi^ment appliquées) > mem- 
hraneuscs aux bords. Réeepcacle pkn, alTéolé i boipds des 
alvdoks plus ou moins dentés* Nucules (glabres, ou pubé- 
ndes, ou strigueuses) obovales, obtuses, comprimées» 
immarginéesi aigrette simple^ persistante, composée de 
soies pluri-sériées, filiformes, anisomètres, barbellulées» 
Herbes yiyaces^ à rhizome rampant. Raciiie le plus 
souvent stolonifère. Tiges le plus souvent rameuses, por 
lycéphales, touffues. Feuilles très -entières ou 4^^^t 
alternes : les radicales et les cauUnaires-infërieures sait 
péâolées et notablemei^t plus larg^ que les autres, s<Ht 
senlen^ent rétrëcies vers leur baie ; les supérieures dente- 
lées ou très-entières, graduellement plus petites, en géné- 
ral sessiles. Capitules disposés en corymbes, ou en pani- 
cûlè9; qu en grappes, ou rarement solitaires. Fleurs-rsH 
diales (au nombre de 6 à 30, ou quelquefois plus) à ligulç 
blanche, ou rose, ou violette, ou bleue, le plus souvent 
plus longue que les fleurs du disque. — La plupart des 
espèoes de ce genre habitent l'Amérique septentrionale; 
on en çultiv^ beaucoup conune plantes de parterre; nous 
ne faxom mention que des plus notables. 

Sbctiov I. ALPIGINI Nées , Àsterim. 

BaûllcS'invelucrales étroites, herbacées, subisomètres. 
Ri^q>tacle scrobiculé, nu. Nucules hispidules; aigrette 
scabre, pauci-sériée. Stigmates courts, triangulaires. 
— Tige monocéphale, ou corymbifère au sommet. 
Feuilles en général assez larges : les inférieures den* 
telées ou crénelées, veineuses, ou subtriplinervées. Ca- 
pitules assez grands , & ligules longues. 

Aster des Alpes. — Aster àtpinus Linn. — Jac(j. Flor. 
Anstr. I, tab. 88.^Feuille^ radicales très-entières, subspatbu- 



t^éàm-wiriAumkt Uckea, UnoMte, on liintfiiM liiiftim. 
. — Plaite banU de qudqs» po«M) , Uipdak. FaaiUc»«Mili- 



ebOuCB , aindéa; les aapiéneârai lsM&iU»«lilMignf.>&nl- 
la-imolnoalet Goloréat, à peu prii «un loipiM ^oe ki Anw 
^.diiqm. Flnin-ndialci bl«tM, 9 tek jim hagêtt que Kk- 
Tolocic. — Cette etplce ccott dmi les BOBtegnec de l'Enop*; 

«Ue fleurit en Aé. 



SicTio* IL AMELLI Hecit I. «. 
EcaîUet-involucrBlefl ciliéet, plus ou moins rccoiûbéet: 
les extérieures herbacées ; les intérieures colorées, sub- 
membranacées (du moins rersleur sommet). Réceptacle 
alvéolé, à cloisons dentées ou fimbriolées. Stigmates 
lancéolés au sommet. Nucules striées. — Tige cor^m- 
bifëre ou paniculée, raide. Feuilles très-entières ou 
dentées , pubérules et scabres aux 2 faces. Ca{nttiles 
grands. 

AsTEt.Rii>VLi,. — j4iterRadula Hort. Kew. — Feuilles Un- 
cMées, dentelées vers le milieu, rugueuses, très-scabres. Ra- 
mules oUgocéphales, disposés en corymbe. Ëcaitles-inTolucrales 
(^longues, pointues, étalées au sommet, pluri- sériées. — Tiges 
hautes de i pied à 3 pieds , anguleuses , glabres , roi^eâtresi 
Feuillet longues d'envirpn a pouces, larges de 4^5 ligO", 



FAMILLE DKS. SYNAUTOÉEÉES. 245 

d'an tert foooéy à peu près de même grandeur tout le lon^ it 
la tige. Capitules du volume de ceux de V Aster Amellus. Écseul* 
les-involucrales plus courtes que les fleurs du disque. Fleurs- 
radiales à ligule d'un rose pâle, aussi longue que Finvolucre. — 
Indigène de TAmérique septentrionale; fleurit en automne. 

■ 
ASTER OBiL DE Cekov,^' Aster AineUus Linn. — Jacq. 

Flor. Austr. tab. 435. — Aster ameUoides Bess. — Aster ele- 
gans Willd, — Tige eorymbifère au sommet. Feuilles-caulinai- 
res oblongneSy ou lancëolées-oblongnes, ou oblongues-lancéolées, 
pointues, ou d>tases, subtriplineryëes, très-entières , ou paiici- 
dentdëes. Écailles-involacrales oUongues , obtuses, étalées. — 
Tiges hautes de i pied à a pieds, feuillues , hispidules , angn- 
leoseSy accidenteliement très-simples; ramules i-S-oéphales. 
Fenilks yertes ou subincanes, fermes : les inférieures oMongues 
ou q^athulëes, rétrécies en pétiole ; les supérieures plus petites, 
sessiles , très-entières. Écaiiles-invoiucrales presque aussi lon- 
gues que les fleurs du disque. Fleurs-radiales a fois plus longues 
que l'inToIucre, nombreuses-, à ligule lancéolée-linéaire , d'an 
Uen de ciel vif, ou d'un bleu violet; fleurs du disque à corolle 
jaune. — Cette espèce, nommée vulgairement Œil de Christ^ 
croît en Europe et en Sibérie, dans les pâturages secs; elle 
fleurit en août et en septembre. 

Aster de la Nouvelle- Angleterre. — Aster Novœ'Ari" 
gUœ Linn. — Aster spurius Willd. — Aster amplexicàuUs 
Lamk. — Aster roseus Hort. Par. {yar, ) — Aster decorus 
Hortul. — Tige raiae, feuillue, rameuse au sommet ; rameaux 
fermant une panicule thyrsoïde ou subpyramidale. Feuilles lan- 
céolées ou oblongues-lancéolées, bi-auricnlées à la base, subam- 
plexicaules, trèsnentières, 3-nervées. Capitales en thyrses. Écail- 
les-involacrales lâches , sublinéaires. — Tiges hautes de 3 Si 6 
pieds , hispidules; rameaux courts, ou allongés , ou ascendants. 
Feuilles d'un vert foncé. Fleors-radiales nombreuses, i à a fois 
plus longues que l'involucre, k ligule violette ou pourpre. 

Aster étalé. — Aster patens Hort. Kew. — Aster diver^ 



946 ciLAêft£ 0is6 GOtBPdftiÉè. 



sifpUus et ^5ter ampteticauto Midû:. --^ ifitel" phtëgifûliuk 
Willd.-^Tige rameuse; râMéàtit dlépbté^ èA ^aiiticale ihy^ 
soïde. Feuilles ôyale8M)bbiigiies ou ôbkmgne^-'laâcëoléei, ëordi- 
fonnes à la base, ampleticAoles^ trës-^tiëk^ , au pauci-deutê** 
lées. Pëdk>iicnle8 courts. Écaillâ-iûVolueràleS lâches^ seàbres» 
linéaires-lancéolées. — Tiges hautes de 2 à 3 pieds. Fleurs-ra- 
diales pourpres. — Indigène des États-Unis; fleurit en automne. 

Aster a geandes flbubs.-^ ^^sler grmndi florus JÂnn. *^ 
Tiges paniculées f poilues ^ rameàUK loàgs ^ raides f difergentSi 
Feuilles très-tcabros ^ très-entières^ selsiles^^éfléckies^ oblovf 
gues t ou lan€éolées-obloii|uei ^ obtuses y muenÉées k les taimiP» 
laires tràs^itei. Capitules solitaires on en corjmbe. ÉeaiUes^ 
inyolficrales linëâirts*lattcéolëes« ^^Tiges bautes de a à 3 pieds^ 
ordinairement rougeâtres de màne fse les rameaui;; rameaai 
en gênerai panieulés. Feuilles inférieures longues de à à 3 pou** 
ces* Capitules grands. Involucre à peu près aussi long ^e ks 
fleurs du disque. FleUrs-radiales i fois plus longues que Pînto* 
lucre , à ligule sublinëaire , étroite , d'un bleu violcté ^— Cette 
espèce, l'une des plus élégantes du genre, cnAi dans les foréti 
de la Caroline et de la Virginie ; elle fleurit en octobre et no- 
TembrCé 

Aster satiné. — Aster serideus Veut. Hort. Cels. tab. 33. 
— Aster argenteus Michx. — Tiges paniculces; rameaux diiïus, 
oligocépbales. Feuilles lancéoléos, très-entières , sessiles^ satir 
nées-argentées aux 1 faces. Capitules solitaires. Écailles-involu- 
crales satiDëes-argcntées, foliacées , recourbées. — Tiges rameu* 
ses, grêles, glabres, sufTrutescentes à la base, hautes de i pied 
à a pieds. Feuilles entières, 3-nerTées. Écailles-involucrales a 
peu près aussi longues que les fleurs du disque^ a fois p)us 
courtes que les fleurs-radiales , conformes aux feuilles«>ramulai- 
res. Fleurs-radiales longues do près de i pouce^ nombreuses, à 
jigule linéaire, très-étroite, d'un bleu violet i Aigrette rousse.-^ 

idig^n^ de l'IUinois et des contrées voisines du Missouri; fleu- 

it en septembre et octobre. 



FAMII.LB DBS SYNANTIIÉIIÉBS. S47 

SicTiOR III. GENUINI Neei Le. 

Écailles-involucrales appliquées ou inappliquées, plus ou 
moins tnembraneuses aux bords , presque entièrement 
membraneuses vers leur base. Réceptacle à alvéoles 
dentées* Nucules glabres ou légèrement pubérules ; ai- 
grette scabre, pluri- sériée. — Tige plus ou moins 
élancée. 

A. Feuilles inférieures {ou du moins les radicales) arrondies 
ou cordifonmes à la hascy pétiolées. 

Aster ▲ feuilles cordiformes. *— Aster cordifolius Linn. 
— Feuilles-caulÎDaires toutes cordiformes, dentelées, pétiolées, 
acuminëesy scabres en dessus. Rameaux grêles, divergents, mé- 
diocrement feuilles , disposés en padicule thyrsoïde ou subra- 
cémiformc. Capitules en grappes simples ou rameuses. Ecailles- 
involucrales étroites , appliquées. — Tiges grêles , dressées , 
flexueuses , anguleuses , pubérules ; rameaux ordinairement 
courts, simples, garnis de feuilles beaucoup plus petites que les 
caulinaires. Feuilles pubescentes ou glabres en dessous ; pétiole 
plus ou moins poilu. Capitules larges de 5 à 6 lignes, courte- 
ment pédoncules. Fleurs-radiales d'un bleu pâle, de moitié plus 
longues que l'involucre. — Indigène du Canada et des Etats- 
Unis; fleurit en automne. 

Aster panigulis. — Aster paniculatus Hort. Kew. — Aster 
cordifolius Lamk. — Feuilles pubérules et scabres en dessus , 
glabres en dessous : les caulinaires toutes pétîolées , ovales , ou 
ovales-lancéolées, cordiformes à la base, acnminées, dentelées. 
Rameaux feuilles, paniculés, dressés, ou presque dressés , dis- 
posés en panicule tbyrsoïde. Écailles-involucrales lâches, étroi- 
tes. — Plante pins rameuse et plus robuste qUé Fespècè précé- 
dente, k laquelle elle ressemble d'ailleurs quaùt aa feuillage et 
quant aux capitules. Feoilles-ramulaires petites, lancéolées, 
très-entières. Capitules petits, courtement pédoncules. Fleurs- 
radiales violettes. Fleurs du disque à corolle d'abord jaune, après 



l'anthèie violede.— lodigine dei Euu-Hiiii; fltnrit en aoàt et 
leplembre. 

AsTEB 

' Mur eoi 
His (ou A\ 
iintant 
mpérieur 
IJes-linài 
apprimëei 
Rameaux 
des 2 esp 
Indigène < 

An 
nutîl 

Asur 
bres c 

rie lire 
Beau? 

Tolucrales lâcbes. — Tige haute de 2 à 3 pieds, dressée, plus on 
moias flexueuse, ordinairemeot rougeâtre, rameuse presque dès 
la base. Feuilles minces , d'un vert fbucé ea dessus ; les ramu- 
laires très-entières ou deutclées, petites. Ramules-florifëres sim- 
ples ou paniculés, 1-7-cephales, grêles. Capitules en thpscs, 
ou en ternes, ou en cymules ; pédoncules en ge'ne'ral plus longs 
que l'involucre. Involucre long d'environ 3 lignes ; écailles snb- 
linéaires. Fleurs-radiales i fois plus longues que l'iavolucre , à 
ligule d'abord camée, puis pourpre. Fleurs du disque rougeâtres 
après l'anthèse. — Indigène des Etats-Unis; Itcurlt en aobl et 
Mptembre. 



PAMILLB DB8 SYNAlITHÉaéES. S49< 

b) F0riiie$ iawdotéêii ou obiongues'ianeéotéêi , cm iinMreê^lûmiotiêêi' 
i9mlei : lu inféritmm courleiiMfil ritrieiet à iêur jba$9, . 

1 

Aster thyrsiflqiœ. — Aster ihyrsiflorus Hoffia. Phytbgr. 
— Feuilles glabres, linëaires-lanceolëes, denticul<$es, macronëes^ 
tfmplexatileSy scabres aux bords. Rameaux longs, effilés, dres- 
ses, disposés en panicule thyrsoïde; ramules très-gréles^ fenUlâ;, 
i-cëphales, dressés, disposés en panicule racémiforme. EcaUles- 
involucrales anisomètres, lâches, recourbées, lancéolées-linéai- 
Sm. — ^Tiges hautes de 3 à 4 pieds, lisses , rougeâtres , dressées» 
Rameaux ramulifères à peu près à partir du milieu. Feuillef 
fermes, d'un vert foncé et luisantes en dessus, cordiformes-bi- 
auricnlées à la base. Involucre long d'environ 3 lignes. Fleurs- 
radiales I fois plus longues que l'inyolucre, à ligule bjeue. — 
Indigène des États-Unis \ fleurit en octobre et novembre. . 

Aster agréable. — Aster amœnus Lamk. Enc— ^5(tfr 
hispidus Lamk. Enc. — Aster puniceus L.^-^ Aster Jirmus Nées. 

— Feuilles rugueuses, glabres, scabres en dessus, lisses en des- 
sous, dentelées, acuminées, subamplexatiles : les inférieures 
lancéolées; les supérieures oblongues^lancéolées. Rameaux étài^ 
lés, en général paniculà. Ramules oligocéphales. Capsules snb- 
solitaires ou en cjmules. Écailles-involucrales lâches, subisomi- 
très, subttlées. — Tiges glabres on hispidnles, fermes, très-ra- 
meuses, hautes de n à 4 pieds. Feuilles fermes , d'un vert gai. 
Involucre long d'environ 3 lignes. Fleurs-radiales i fois plus 
longues que l'involucre, à ligule d'un pourpre violet, ou lîlas. 

— Indigène des États-Unis ; fleurit en septembre et octobre. ■ 

Aster élance. — Aster prœaUus Poir. — Asîer salicifo^ 
lius Hort. Kew. — Feuilles linéaires-lancéolées, acérées, sub- 
amplexatiles, scabres (du moins aux bords) : les inférieures sub- 
dentlculées; les autres trcs-entières; les r^mulaires sublinéaires, 
réfléchies. Rameaux presque dressés, effilés, garnis de r^tmoki 
grêles, feuilles, le plus souvent i-céj^ales, disposés en grappe. 
Écailles-involucrales lancéolées-linéaires, anisomètres, recpnrr 
bées au sommet. —Tiges très-ra^uses, hautes d^ 5 à S^^îid#» 



SBO CLAitB DBS coiirosiM- 

^db«i« HaMeaux-cupéricu» fuLfattigiéi • Feuilks fiemieS) ^nn 
Tert fonce* Invdliicrè kmg d'efifinni 9^ li^MS. Flewrs-fadiales 
I fois plus longues que rinvolucre , d'un bleu pâle. Fleurs du 
disque k corolle yiolette après Tandiese. —Indigène des États- 
Unis ; fleurit d'août en octd>re. 

. kÈttk tÂMDfF. — Jister iariifl&ms làttû. — Aster tœspUo- 
iuÈ Bortul. '^ i'etlilleâ glabres, scâbtes vers les bords, dentelles 
tfers lent iommet, obliquement ainpIexatQei, pointues : \e% ra- 
■lilhires petite, silborales, obtnses, souTent recouibées. Ra- 
ttèaiil panicilIëÉ, divâtiqtiâi, subEsiStigiés : ramules oligoeépluf^ 
bÉ. ÉttâDd^tttolitcHtlés fatahriquëes, recôUtbëe^ : les inférjétttti 
plUâ lotognèâ, ftubi«diàntë8.-«Tiges trts-Mdes, glabres , bâute^ 
de I V * pi<ïdi 3 piëcb. Feuillet fennes, luisantes , d'un vert 
foncé. RUnilléâ-fidriftNii grêle», diTergenti, feuillus presque ju^ 
qu'au sommet. Involucre long de a à 3 lignes. Fleurs-radiales 

i foiA plus longues que PinVoIucre, k ligule bleue ou liks. — 
Indigène des Etats-Uûis; fleurit en aoftt et septembre. 

Afini LissB. —AiterUtns Willd. — FeuiHes glabres , mucro- 
nëés^ nn peu scabres aux bords : les inférieures lancéolées, un peu 
dentelées^ les autres oblongues-lanoëolëes, très-entières, amplexa- 
liles; les ramulàires petites, sublinëaires. Rameaux paniculés ; 
ramules courts, submônocé|>hales , disposés en courtes grappes. 
Inyolucre plus court que le disque^ écailles linéaires-lancéolées, 
graduellement plus longues : les inférieures inappliquées. — 
Tiges bautes de 2 à 3 pieds, dressées, paniculées, lisses, gla- 
bres. Feuilles assez fermes, d'un yert foncé en dessus. Inyohicre 
long d'environ 3 lignes. Fleurs-radiales nombreuses, à ligule 
oblongue , d'un bleu pâle , longue de 5 à 6 lignes. — Indigène 
des États-Unis $ fleurit en août et septembre. 

AlTEft A FLEURS CHANGEANTES. — AstcT mutabUis Hort. 
K^.-^ Feuille glabté^, glauques en dessous, scabres aux 
bofdâ : lés inférieures lancéolées , dentelées vers le mi- 
lilitt; les âutféS oblongnés - lancéolées , subamplexatiles , or- 
iAfitàlttiûeiii très-étttièrcs ; les ramulairéS petite», sublinéaires. 



FAMUAI DBS SYMAXTi^ftABS. IM 

Râmetttx panieulés ; ranttales courts i diÊpoêéê an ihyrsa. la^po- 
Ittcre plus court que le disque; écailles ûblooguas-îaDoéoUeSy 
apprimées , graduellement plus longues. — Tiges glabres ^ très-» 
rameuses^ panicolëes, hatttes de 3 â 4 pieds ; rameaux disposél 
en thyrse dense. Feuilles asies fermes, d'un vm {bUeë éfi dciK 
sus. Radinles 3-7-oépIiales) capitules àubCaistigiës. Iot^imié 
long d'environ 3 lignes. Fleiirsrradialfls nombreuses, a ligidê 
longue de 5 à 6 lignes, oUongUe, d'abord blab^be^ plus tarft 
violette. Fleurs du disque à corolle d'un brun violet après Fan- 
tbèse. — Indigène des États-Unis; fleurit à'êétii ttt o^tcAire. 

Aster tersigolorx.— iislerv^ivloofer WiUd. 8pec**Jk*CMl 
iliisr ne difière du précédent, dont U est pirobableMut ube t»* 
tUtiy que par des feuilles lisses iièffle an bnrAi) «t vertu 
Aidt a Cicet. 

AstEH iwKKHT. — AsteT enUnens Nées. — i^sftr fmêcem 
HiMrt. Kew.'^Asier tùngtfoUus Lamk*— Feuilles glabres, 
scabres aux bords : les inftrieures lancéolées, dentelées v«rs h 
milieu ; les antres oUongues-lancéolées, snbampleiatiks, en gé- 
néral tritf-entières ; les ramulaires petites, snblînéaires. Rameau 
paniculés an sommet, plus ou moin» diveifoats; ramides i«^ on 
oligocephales^ subfestigiés. Écailks^^voluclales linéaîres4mH 
céolées, inappliquées, subisomètres : les inférieures plus ou 
laoiiis recourbées. -^ Plante j^abre^ baute de 3 à 4 pieds. Ea- 
ineaut disposés en panicuk thyrsoïdCé Eïnilks ternes, d'un vert 
ibtioé en deftsus , nn peu gkuqtes e» deMous. IniN)lucre hmg 
d'environ 3 lignes. Fleurs-râdialeB à liglikUeiii) longue de S 
k 6 lignes.— Indigène des Éurta^Unis^ flenril d'aoftt eft «q- 
tobiv. 

A#m A FEUILLES INI StàVUK. — • Mff JÉST f ot^fltttf WiUd» «^ 

Feuilles gUbres, scahics an bonb^ aeunaéea, slibldiiqplciali* 
les ï les infériénrea IrfncéaMésy demeUes vdra le milieu; les wtf 
pMeiiies «t les MMééiits^iiinigiiManèéolécs^ sMlveot tvka^- 
divisi leii iMirfMrté pKliw^ MMÊàéÊm^mâoïiÊm dUés, 



r 



. .' V 



9^ CLAMS DES GOMPOSéBS. ^ 

pÉOOCtiMft oa corymbiftires au sommet. Écattles-inTolticralas «nb- 
iiémitres^ lâdies. — ^Tiges raidet , dressées ^ glabres > lunrtes de 
I pied à 3 pieds, plus ou moins rameuses; rameaux presque 
dressés. Feuilles fermes , luisantes, d'un vert foncé. Involucre 
Isng d'enyiron 3 lignes. Fleurs-radiales i fois plus longues «jne 
Finvolucre, à ligule bleue ou rarement lilas.-^ Indigène de 
FJàmërique septentrionale ; naturalisé dans plusieurs localités en 
Fiance et en Allemagne ; fleurit en août et septembre. 

AsTBR.Jk iTEuiLiiES deG>bu)e.— ilsler cofiMfoîms Micliz* 
-^ Aster sparsiflorus Willd. Ënum. — Aster foUolosus fi : cori- 
HfUius Nutt.-- Feuilles pd^ërules y scabrea (du moins, aux 
boids) , réfléchies : les caulinaires linéaires- lancéolées^ acumi- 
nées, dentiouléea; les.raméaires et les ramulaires petites, suUi* 
néaires, subobtuses. Hameaux étalés, paniculés; ramuks fili-^ 
formes, divariqués, i-cépbales, feuilles jusqu^au sommet. Ëcail- 
ks-iaf^uerales appliquées, linéaires, mucrooées.— Tiges hautes 
de.i pied à a pieds, dressées, scabres, pubérules, très-rameuses. 
Feumes«ramulaires longues de I ligne à a lignes* loYolucre tur- 
biné, long de 3 lignes. Fleurs^radiales i fois plus longues que 
riuvolucre, à ligule sublinéaire, camée. Fleurs du disque à co- 
rolle jaune. Aigrette jaunâtre. -rr- Indigène de l'Amérique sep- 
tentrionale; fleurit en septembre et ocichre. . 

Aster mijltiflore. — Aster muUiflorus H. Kew. — Aster 
ericoides Lamk. (non Linn.) — Feuilles glabres , très-entières, 
linéaires, étroites : les ramulaires très-petites , roucronées , re- 
courbées. Rameaux plus ou moins divergents, disposés en pa- 
nicule pyramidale ; ramules filiformes, subunilatéraux, dressés, 
i-céphales, disposés en grappes. Écailles-involucrales subli- 
néaires , mucronées , appliquées ; pointe recourbée. — Tiges 
hautes de !i à 3 pieds; rameaux grêles, touffus, ramulil^res 
presque dès leur base. Feuilles fermes, d'un vert pâle : les ra- 
mulaires longues de 7^ ligne k i ligi^. Capitules petits, très- 
nombreux. Involucre long d'environ a lignes; écôlles fiertés 
an soBunet, blanches infeneurement. Fleurs-radiaiis à peine 



(dot loDgaet que celles du diiqiie, k ligule coniM, d'an Uoïc 
roageltre. Fleurs du disque violettes aprks ranthèse, ligraltt 
nrassâtre. — Indigène du Canada et des États^Ums; fleurit 
d'août en novembre. 

' AtftEAwsULGtUL.'^ Aster fragiUs'WTSlà. — Feuilles scahrêt 
aux bords, glabres : les infiSrieures obloognes , denticnUes ; les 
autres linéaires^ on linëairés-laneMée», sessiles, tris-eutièrss; 
les ranuilaires (qudquefeis sublanoéolëes) très-courtes, mocni» 
nées; talées. Rameaux plus ou moins divergents , ramuliftres 
en général dès leur base; ramules étalés, sdbfiliformes , feuiUés 
jusqu'au sommet , en général i-céphries, disposés en grappe. 
Eeailles-involucrales sublinéaires, apprimées, graduellemeat 
plus longues. -«Tiges glabres ou pubérules, laides, dressées , 
hautes de a à 3 pieds, en général rameuses dès leur base; ra- 
meaux grêles , feuillus , quelquefois horizontaux. Feuille» d'un 
vert foncé : les caulinaires (ordinairement réfléchies) larges de 
I V* ligne à 4 lignes. Capitules disposés en grappes plus ou 
moins denses. Involucre long de a lignes, plus court que ks 
fleurs du disque. Fleurs^radiales nombreuses, subbisériéei, 
I fois plus longues que l'involucre, à ligule blanche, elliptique» 
oblongue. Fleurs du disque à corolle violette après l'anthèse. 
— Indigène des Etats-Unis ; fleurk d'août en novembre. 

Aarma BÉCLoii. — Aster pemUilusEoiLKew. — • Aster 
horizonUtUs Hort. Par. — Feuilles pubérules et scabresen 
dessus : les caulinaires et les raméaires lancéolées ou lancéo- 
lées-oblongues, dentelées; les ramulaires très-petites, subovales^ 
très-entières, réfléchies, mucronées. Rameaux paniculés, divari- 
qués et rédinés de même que les ramules. Ramnles-floriftres fili- 
finrmes, en général courts et i-céphales, disposés en grappes. 
Écailles-involucrales aj^^liquées , sublinéaires, mucronulées. — » 
Tiges hautes de a à 3 pieds, tiès-rameuses, dressées, pubéruks; 
rameaux très-tou£fus; ramules très-rapprocbés. Feuilles d'un 
vert foncé. Involucre long d'environ a lignes. Fleurs-radiales 
presque i fois plus longues qpts l'involncre, à ligule rougeltve. 



AiTiB A rEuiiLxa Di Skutèhk. — jtsurericoîdes Iiimi. ^ 



isomètrea ; les ramulaires Iméaires-lanc^Iées, minimes. Tige 
iMwuM à paMk du milieu. Sameanx longs, tii>.^rtiei, effllâ, 
ïltdet,llntiUns, dressa, simplet, onramitiftra venleMumOM) 
nmules courts, filifermu, i-«tfphales, feuillus jusqu'au MnoMl, 
disposa en grappes «ubunilatérales. Ëcailles-iDrolucralM appli* 
^Dées, graduelioDait plus comtes. — Tiges liautsa de a à f 
pieds, ttis-grties, efClëes, lissa, cyllndriipes, sanvent roq- 
jeltres. Rameaux disposés en panicnle racAnifonne. Feuitlci 
famés, dressées > les {Bffrieurei longues de i à 3 pouces ; 1«* 
ramêaires snpérienrec et les ramulairâ longues de a à 3 lignes, 
presque indiriquées, plu ou moins recoari>te. Inrolucre long 
^enTinm 3 lignes; écailles conlormcs aux feuilles-ramulurts. 
nems- radiâtes r M» plus longHei que nanriuere, i llgnle d'un 



FAMILLI BSS SmàMnÊÛMÂES. 4M( 

pourprt TÎolet. Fkart in disque k corolk raigdilrt. *^ Fl|«it 
en joetdire et noTembre ; patrie Ineivtiiiie. 

Aster a tige rouoi. -^ iffer nUm^éUÛit htmk* Bm. *w 
Aster expansus et Aster glaueus Nées. — Aster eyaneus 
Hoffinf I%yt. — Feuilles glaucjues, glabres, seabres ans bords : 
les caalinaires-inférieiires lascéolées ou lancëolëes-oblongiieay 
souTent dentelées j les ramtfaires oblongues oa obloDgae^ 
lancéolées; les supérieures amplexatiles , très - entières ; les 
ramulaires petites, oyales- oblongues, ou ovales* lancéolées | 
étalées; les radicales spathulées-oboyales. Rameaux plus on 
moins divergents, paniculés ; ramules en grappes ou en thyrses 
lâches. Écaflles-involucrales appliquées, graduellement plus 
longues. — Tiges hautes de 3 à 3 pieds, grêles, raides, dres- 
sées, cylindriques, lisses, glabres, glauques, ou rougeâtres. 
Feuilles inférieures longues de 3 â 4 pouces. Inyolnore long de 
3 lignes. Fleurs-radiales i fois plus longues que rinToluero, k 
ligule bleu de ciel. Réceptacle à fbvéoles fimbriées. Nucules fi- 
bres ou pubérules; aigrette blanchâtre. — Indigène des États- 
Unis ; fleurit d'août en octobre. 

Genre BIOTIE. — Biotia De Cmà, 

Capitules radiés. Fleurs-radiale^ fem^Ues, l-sériéei» A 
ligule assez large. Fleurs du disque lmniuq[>brodi(es> ,.à 
corolle infondibuliforme, ô-denté^. Jnrolucr^ svboytitt* 
dracé, formé d'écaillés pluri-sériéef » appliquées, oWiQi|« 
gués, ou ovales, membraneuses aux bords, d^poumiep 
d'appendice foliacé. Réceptacle plan , alvéolé : bords des 
alvéoles légèrement dentés. StigtnatPi Irtbs-çmrteiyient ap^ 
pendiculés. Nucules (glabres ou pubérules) cylind^acéq^ 
3-costées, striées ; aigrette comme chez les jister. 

Herbes vivaces, peu rameuses. Feuilles alternes, den- 
telées, pédolées (du moins les inférieures) : les radicajes 
grandes , cordiformes. Capitules en corymbes , ou «n «y* 
mes, terminaux. Écailks-lnTolucraks graduellemcBtpiw 






3S6 ' CLAMI »tê COMPeSiBS. 

iM^lict. Fltiin-radîiics à ligttlt bbBcbe | ou d'un rote 
fêle. AijpretCe raide» «a génèriil roufiâtre. -^ Ce genre ap« 
partieiit à rAmérique sepCentrionale. Les espèces suiTantcs 
9t0sàûwwi ootnme plantes d'sgrément. 

. Biom Dx SouisEa. — BioiùtSchr^eri'Dt Gand. a- £^. 

• 

lyhia Schreberi Nées. — Tige glahie; mmeanz snb&stigiéi, 
papiculiSi au sommet. Feoill» glabres, rugneiiseSy scabres eo 
^lessus : les radicales réoifomies k la base; les caulinaires iofe- 
rienres ovales, rétrëcies en péliole foliacé ; les sapérieores ova- 
ies-obloogues , ou oyales-lancéolëes, subsessiles. Écailles-inyo- 
lucrales oUongues, obtuses, apprimëes, i fois plus courtes que 
)es fleurs radiales. — Tiges raides, touffues, mëdiocremeni 
fouillées, dressées, Hautes d*enyiron a pieds; rameaux grêles, 
dressés, sobaphylles, polycéphales : les inférieurs plus longs 
que les supérieurs. Capitules en cymes lâches : pédoncules di- 
vergents ou diyariqués, plus longs que les capitules. Involucre 
lipg d'environ 3 lignes. Ligides blanches. Aigrette ordinaire- 
ment rousse. -^ Fleurit en août et septen^re. 

BiOTiE a GRANDES FEUILLES.— JBiofia mocrôphjrUa De Gand. 
— Eurybia macrophyUa Cass. — Aster macrophjrlhis et 
Aster divarieàius Linn. — Tige pubérule ou glabre ; rameaux 
snbfastigiés, divergents, paniculés au sommet. Feuilles scabres, 
pid)escentes aux a faces , rugueuses : les inférieures cordiformes 
ou ovales, longuement pétiolées; les supérieures ovales, ou ovales- 
lancéolées, ou sublancéolées, rétrécies en court pétiole foliacé. 
Écailles-invôlucrales oblongnes-lancéolées, obtuses, apprimées, 
i fois plus courtes que les fleurs radiales. — Plante semblable 
k l'espèce précédente par le port et le feuillage ; rameaux en gé- 
iiéral oligocéphales; Fleurs-radiales blanches ou lilas. — Fleurit 
eh août et octobre. 

' BiOTiEACORTiiBES. — Bioiia eorymbosaDe Gand. — Eurybia 
eorynibosa Gass. — Aster corymbosus Hort. Kew. — ^Tige glabre ; 
rameaux sub&stigiés,dicliotomes au sommet. Feuilles lisses, gla- 
hret : les inférieures cordiformes on ovales, longuement pétiolées ; 



FAMILLB DES SYNAITTRÉItËBR . S57 

leinipémurcsoTalcs-lanc^l^esoiioblongne^-lancéolées.scgsilM, 

oa rétrécies en courtpéliale. 

gués, obtuses, apprimées, i f 

— Tiges dressées, flezueus 

pieds. Bameau^plns ou moi 

ni courts. Feuilles oînces, < 

cales hr^ de 3 à 3 poiio 

plus ou moins denses. Pédo 

on plus longs. Bractées ovale 

TÏTon 3 lignes. Ligules oUoi 

TÏolettes. — Fleurît en août 

Genre TRIPOLE. — Tripolium Nées. 

Capitules radiés ; fleurs-radiales 1-ou ^-sëriées, femelles ; 
Bears du disque hermaphrodites , à corolle infondibuli- 
forme, 5-fide. InToIucre subcylindracé, formé d'écaillés 
paucî -sériées , imbriquées, appliquées ou iuappUquées, 
colorées: les extérieures petites; les intérieures grandes, 
membraneuses aux bords. Réceptacle plan , alvéolé : al- 
véoles à bord denté. Stigmates subulés au sommet. Nu- 
cules oblongues, comprimées, écostées, barbues à la basej 
aigrette simple, pluri-sériée, composée de longues soies 
filifonnes, luisantes, scabres. 

Herbes annuelles ou vivaces, glabres. Fewilles char- 
nues : les caulinaires éparses ; les inférieures spatfaulées , 
pétiolées ; les autres étroites, sessiles. Capitules en corym- 
bes terminaux. Fleurs-radiales à ligule bleue ou blanche. 

Tripole cOHmiE'. — Tripolium imlgan Nées. — ^sler 
Tripolium Linn.— Fldr. San. tab. 6t5.— Engl. Bot. tab.87. 
— Aster maritimus Lamk. — Aster pannonicus Jacq. Hort. 
Vindob. 1 , tab. 8. — Plante bisannuelle , haule de 1 pied à 3 
pieds. Tige tantôt simple , ou seulement ramulifëre au sommet , 
tantôt paniculée; rameaux dreisés ou divergents, féuilléi, sim- 
ples, ou paniculés, ou cymeux seulenienl au sommet. Feuilles 
•OTAnQvi. rua. t. 1. 17 



les plages de l'Océan et de la Méditerranée, ainsi que dans les 
nurais salins de l'intérieur de l'Europe et en Sibérie ; elle fitu- 
riten août et septembre j on la cultive dans les parterrai- 

Genre GALATELLE. — Gtdaulla Casa. 

Capitules radiés; fleurs-radiales 1-sériées, neutres (à 
ovaire abortif, inaigrettë ) ; fleurs du disque hennapbro-^ 
dites, à corolle infondibuliforme, 5-fide. Involucre sub- 
campauiforme, plus court que les fleurs du disque, formé 
d'écaillés pluri-sériées, imbriquées, inappendiculëes, ap- 
pliquées ( les extérieures quelquefois inappliquées), ^a- 
duellemeut plus longues : les extérieures subcoriaces ; les 
intérieures submembranacées. Réceptacle presque plan, 
alvéolé, à cloisons fimbriées. Stigmates à appendices ova- 
les, subobtus. Nucules oblongues ou oblongues-ob orales, 
comprimées , soyeuses, ou poilues ; aigrette simple, ptwi- 
sériée, composée de poils filiformes, scabres. 

Herbes vivaces. Tiges feuillues, dressées, en général ra- 
meuses F^eulement vers leur sommet ; rameaux dichoto- 
mes, ou tricbotomes , ou à ramules disposés en cocymbe, 
Bubfastigiés. Feuilles conformes (les radicales plus petites), 
étroites, sessiles, subverttcales, ou réfléchies, trè«-entièm, 



IWNI 3-ii€rvée8| raides, scabres, le plus souvent marquées 
de fossettes ponctiformes. Fleurs-radiales ( en général plus 
longues que les fleurs du disque ) à ligule blanche , ou 
bleUe, ou pourpre. -—Les espèces que nous allons décrire 
se guUÎTent comme plantes de parterre. 

a) Feuilhs ponetttéei. 

G4I4TELLE 4 nsuiLLES d'HYSSoPE. — GalatcUa hyssopi- 
folia N^« — Aster hjrssopifoUus Linn. — Rameaux ascen- 
dants y subtrichotomes , disposes en corymbe <jiense. Feuilles U* 
nëaires ou linëaires-lancéole'es , mucronëes , 3-neryées. Fleurs- 
radiales presque i fois plus longues que celles du disque. Ligules 
lanc^lees-obiongues.r^Tlges raides, hautes de i pied à i pieds, 
quelquefois panicuiées. Feuilles d'un vert fonce' : les cauljnaîres 
longues de lo à i5 lignes, larges de i ligne à i '/* ligne; les 
ram^'aires et les ramulaires très-petites. Inyolucre long d'envi- 
ron 2 ligmes 'y écailles vertes, apprimées, obtuses. Fleurs- radia- 
lés longues de 5 à 6 lignes, à ligule d'un bleu pâle. — Indigène 
de r Amérique septentrionale; fleurit d'août en octobre. 

Oalatelle poifCTUÉE. -- GalatelUi punctata et Galatella in» 
termedia Cass. — Nées. — Aster punctatusyfaXàsi. et Kit. Hùn- 
gar. tab. 109. — Rameaux et ramules presque dresses, eu gênerai en 
corjmbe dense. Feuilles linéaires ou linéaires-lancéolées (souvent 
subfalciformes), fortement 3-nervées , acuminulées, mucronées. 
Ligules linéaires-oblongues, de moitié plus longues que les fleurs 
du disque. — - Tiges hautes de i V. pied à 3 pieds , quelquefois 
rameuses presque dès leur base. Rameaux corymbiferes ou pa- 
niçulés au sommet. Feuilles pubérules ou presque glabres, d'un 
vert un peu glauque en dessus : les caulinaires longues de i pouciQ 
à 1 pouces, larges de i V> ligne \k 3 lignes. Involucre verdâtre, 
long d'environ 3 lignes : écailles apprimées. Fleurs-radiaUs 
longues de 5 à 8 lignes, à ligule bleue. — Indigène de la Ho|dh 
grie et de la Russie méridionale; fleurit d'aoïU en octobre. 

Oai«at8lls iffCANE. — Golatella cana Gass. — Nées. — A^ter 
cmm$ Waldst. et Kit. Hungar. i, tab. 3o. — Rameaux et ra- 






â60 CLASSE DKS COMPOSÉES. 

mules divergents ou divariques, disposés en cyme lâche. Feuilles 
dbfofigues-lancéole'es, acumiai]^s, mucronëes, fortement S-ner- 
yëes , cotonneuses- jncanes (du moins en dessous). Ligtilesj^b- 
longues, un peu plus longues que les fleurs du disque. — Tiges 
hautes de i pied à 2 *!» pieds, e£fHëes, raides, souvent rameuses 
presque dès leur base; rameaux grêles, subaphjUes, paniculés, 
pubérules ou cotonneuses de même qujc la tige. Feuilles cauli- 
naires longues de 6 à 18 lignes, larges de a 1 3 lignes. Fleurs- 
radiales longues de 5 à 6 lignes, à ligule bleue. — Indigène de 
Hongrie; fleurit d'août en octobre. 

b) Feuillet non-poneMet, 

Galatelle AcviE, -^^ Galatelta aeris l^ees.'^Gdlatella.ri' 
glda Cass. — Aster acris Linn. — Aster acris ; p trineryis 
Pers. — Rameaux plus ou moins divergents , en général oligo- 
cëphales, en corymbe lâche. Feuilles linëaires-lancëolees ou lan- 
cà^lées-linéaires, acuminulees , mucronées , fortement $-^61$^. 
Ligules oblongues , presque i fois plus courtes que les fleurs du 
disque. — Tiges |*aides, glabres , effilées, hautes de i pied à 2 
pieds. Feuilles d'un v^ gai : les caulinaires longues de i pouce 
à 2 pouces, larges de i V* ligne à 3 lignes. Involucre long d'en- 
viron 3 lignes; écailles apprimées. Fleurs-radiales longues d'en- 
viron 6 lignes, à ligule bleue. — Indigène de TEurope méri- 
dionale ; fleurit en août et septembre. 

Genre DOELLINGÉRIE. ~ Dœllingeria Nées. 

Capitules radiés; fleurs -radiales 1 -sériées, femelles ; 
fleurs du disque hermaphrodites , à corolle infondibuli- 
forme , 5-fide. Involucre subcampaniforme , plus court 
que les fleurs du disque, formé d'écaillés herbacées, in- 
appendiculées, imbriquées, appliquées, ou inappliquées. 
Réceptacle presque plan, scrobiculé. Stigmates courte- 
mentappendîculés. Nucules oblongues-obovales, obtuses, 
comprimées, striées; aigrette double : l'extérieure courte , 
2-8ériée, formée de poils anisomètres, sétacés ; l'intérietire 



FAMILLE DES SYNAliTHÉRÉES. 361 

longue y formée de poils pluri-sériés, épaissis et infléchis 
au sommet. — Herbes yiyacés. Tiges rameuses vers leur 
sommet ; rameaux^jubfastigiés^ çymeux au sommet. Feuil- 
les très-entières oujdentelées^ Yehieuses,rétrécies^ court 
pétiole. Fleurs-radiales à ligtdç blanche ou rose , débor- 
dant les fleurs du disque. 

DoellingérijË^ OMBELLES. — DœîUiigeria umbellata'Nees. 
— Diplostephium amygdalinum Gass. — Aster umhellatus 
H. ICew. — Tiges bautes de i Va pied à 3 pieds, dresse'es , an- 
guleuses, un peu scabres, feuillées; rameaux grêles, feuilles, un 
peu divergents, disposés en panicule cymeuse. Feuilles lancéo- 
lées ou lancéolées-oblôngues , acu minées , un peu scabres, très- 
entières, d'un vert foncé en dessus, glauques en dessous : les eau- 
linaîres longues de ^ à 3 pouces. Capitules en cymes un peu 
lâches. loYolucre long d'environ i lignes : écailles linéaires ou 
oblongues, obtuses, inégales, verdâtres, membraneuses aux 
bords, apprimées. Fleurs-radiales blanches, peu nombreuses, 
distancées, longues de 3 à 4 lignes , à ligule oblongue. — Cette 
espèce, indigène des États-Unis, se cultive comme plante d'orne« 
ment; elle fleurit en août et septembre. 

Genre AGATHEË. — Agcuhea Gass. 

Capitules radiés; fleurs-radiales 1-sériées, femelles, 
fleurs du disque hermaphrodites, à corolle infondibuli- 
forme, 5-fide. Involucre campaniforme, formé d'un seul 
rang d'écaillés foliacées, isomètres, pointues, sublinéaires. 
Réceptacle alvéolé. Nucules obovales, aplaties, scabres, à 
rebord nerviforme ; aigrette simple, formée de poils scabres 
ou barbellulés, filiformes, blancs (persistants où caducs), 
pluri-sériés. — Herbes ou arbustes. Feuilles très-entières 
ou subdenticulées, opposées (du moins les inférieures), 
sessiles, oupétiolées, %!^^ 3-nervée8, en général scabres. 
Pédoncules tei^inau^ÇjldM^ 1-céphales, très-longSj 

nus. Fieurs-radialèlJ^Usfongues que les fleurs du disque. 







à ligule blme. Fleon Am dÎK|iic à coiolk jaake. -• Gi 
fmie ot pTO{H« an Gap de Boime-EqiémMc. 

AcUgiE CÉLESTE. — 

Se. Nat. le. — Cineraria 
de I à 1 pieds. Rameani 
fniîllà, aiceDdaDU. Fcui 
cnlalres, cAttuei , macroi 

bJxct, on subdeDticnlto , sobres , strignenses , d'un TOrt foncé 
* en desnu , d'no rert pâle ai dessous, toDtes opposées, longnei 
de 4 ' ^ '>g°"> larges de a à 4 lignes, snbtnnervées. Pédoncu- 
les longs de 5 à 1 o ponces. Ëcailles-inTolaO'ales loognes de 3 
i 4 lignes, i-neirées, pubérules. Fleois-radiales loogaei de 6 k 
- lignes, à ligule oblongne, révolntce, d'nn bien de del vif. 
Fleurs du disque h peine aussi longues qoe l'involacre , à co- 
rolle jaune. Nucnles petites, noirâtres, chagrinées, pubérnle*. 
-~- Cette espèce se cultïn comme arinute d'ornement; elle fleu- 
rit tout l'été. 

Genre CHARIÉIDE. — Cbtrûû Cas. 

Capitules radiés; fleurs - radiales 1-sériées, fiRtielltiS; 
fleurs du disque hermaphrodites, à corolle iofondibuli- 
forme, â-fide. Involucre hémisphérique, égal aux fleurs 
du disque, formé d'écaillés l-sëriées, isoinëtres, appri- 
mées, subspathulées, foliacées, membraneuses aux bords. 
Réceptacle presque plan, alvéolé ; bords des alvéoles fint- 
briés. Stigmates anîsotnËtres. Nucules cunéiformes-obo- 
raies, comprimées, mai^inées (i rebord ner*i forme ) : 
celii^s des fleurs radiales plus petites et inaigretl^ ; cell« 
des fleurs du disque couronnées d'une aigretM simple, 
formée de poils filiformes, plumeux, subisomètm, !•■ 
sériés. — Herbe annuelle, h ispide. Feuilles très-entières on 
légèrement dentées : les inférieures opposées ; lessnpérien- 
ret alternes. Pédoncules longs, nus, 1~rm|ii")|", solitùres, 
1-cépbales. Fleurs-radiales plus Jini|p||fijiii c^es du 
disque, i lifule bleu«i fleurs iliiîTlIiprlWiiHi jaune. 



FÀMiixi DU swmàmrmÈaàEs. MS 

CnAAtÉiDË, HÉT^ROPHYLLE. — ChaHeis h&t»rof}^Ua CéM. 
•^ K^ulfttssia arketloides 'Nées, Hor. Phys. Berol. p. 58, tab, 
II. -^Plante hante de 'A pied à i pied^ ordinairement muki» 
caule. Tiges diffuses, ou ascendantes, rameuseè. Feuilles lailo49« 
lées-spathnlées , ou oblongues-spatliulées , longues de i pouce à 
a pouces. lÉcailles-inyolucrales longues de a lignes. Ligules ob- 
longues, longues d'environ 6 lignes. — Indigène du Gap de Bonne- 
Espérance; cultivée comme plante d'ornement; fleurit tout Véié. 



Section IV. ast£r£es-bei.i.zb£es Gass. 

Capitules radiés; couronne point jaune. Disque plul 
large que haut. Réceptacle plus ou moins élevé. 

Genre FÉLIGIE, — Felicia Casa. 

Gapitulesorbiculaires, radiés; fleurs-radiales l-sériées', 
femelles, à ligule étroite ; fleurs du disque hermaphro- 
dites-, à corolle infondibuliforme , ô-fide. Involucre égal 
aux fleurs du disque, convexe, formé d'écaillés nombreii->* 
ses, subbisériées, subisomètres, appliquées, linéaires-subii» 
lées. Réceptacle convexe, inappendiculé, ponctué. Ma- 
cules obovales, comprimées ; aigrette courte, simple, ca^ 
duque, composée de poils 1 -sériés, isomètres, filiformes, 
barbeluUés, blancs. — Herbes ou arbustes. Rameaux suh-* 
fastigiés. Feuilles linéaires, un peu charnues, éparses* 
Pédoncules longs^ bractéolés, soUtaircs, terminaux, l-cé<^ 
phales. 

FÉLiciE nÉLiCATE. — FcUcia teneBa Naes. — Aster tenettus 
Lion. — Felicia fragilis Gass. — Plante annuelle, haute de 3 â 
6 pouces. Tige dressée ou ascendante, pnbérule, grêle, fragile, 
ordinairement rameuse dès la base; rameaux ascendants ou dif- 
fus, trës-grêles, ramulifères vers leur sommet, ou simples. Feuil- 
les longues de lo à i8 lignes, assez rapprochées, ciliolées i sidn 
obtuses, plus ou moins recourlMfcs, iEcailles»invo)ucrales IsogiiÉs 



CLUSE DES COMPOSÏBS. 



tées ou incisées -dentées : les inférieures larges, pétiolëes ; 
les autres sessiles. Fleurs-ra disks ( tubuteuses chez une 
Tariété de culture) à ligule bleue, ou blanche, ou pour- 
pre, ou violette, ou lilaa, ou panachée^ fleurs du disque 
jaunes (ligulif ormes et de même couleur que les fleurs 
•radiales chez certaines variétés de culture). 

Callistèphb de Cbine. — Callistephus ckinensis Nées. — 
CalUstepkus kortensis et CalUstemma hortense Cass. — Aster 
chinensis Lion, — Plante haute de •/, pied à 2 pieds. Tige 



FAMILLE DES SYlfAlîTHÉUÉES. S65 

grèle^ dressée, hispidule, souvent yiolette , ordinairement ra- 
ineiise ; rameaui longs, pins ou moins diver|[ents. Feuilles gla- 
bres, ciliées^ penninervées : les inférieures cordiformes ou ora- 
les, acuâinées, longues de a à 3. pouces ; pétiole largement ailé; 
les^suivantes l§|ii<^lées«oUi>ngues, on cunéiformes-oblongues ; les 
supérieures obloogues-spathiilées, ou linéaires-spathulées, très- 
entières, obtuses. Capitules larges de i '/• pouce à 4 pouces (y 
compris le rayon). Inyolucre externe à écailles obtuses, ciliées. 
Involucre interne à écailles très-obtuses, ordinairement pana- 
cbées de jaune et de pourpre. Nucules soyeuses, obscurément 
4-gones , longues d'environ 2 lignes. — Cette plante, si fréquem- 
ment cultivée dans les parterres, et connue sous le nom vulgaire 
de Meine'Margueritef est originaire de Chine ; elle a été intro* 
duite en Europe vers 1750. « 

Genre GALLIMÉRIS. — Cdlimeris Gass. 

Capitules radiés; fleurs- radiales 1-sériées, femelles ; fleurs 
du disque hermaphrodites, à corolle infondibuliforme , 
5-fide. lavolucre égal aux fleurs du disque , subturbiné , 
formé d'écaillés subisomètres, paucisériées, lâchement ap- 
pliquées, foliacées^ oblongues, 1-nervées. Réceptacle hé- 
misphérique, fovéblé: fovéoles subrhomboïdales. Nûcules 
obovales, comprimées, marginées, hispidules; aigrette 
simple, très-courte, persistante, formée de paillettes 1- 
sériées , sétacées , scabres. — Herbes vivaces. Rameaux 1 » 
céphales ou paniculés, feuilles , subfastigiés.Feuilles alter- 
nes, incisées dentées ( excepté les supérieures) : les infé- 
rieures rétrécies en pétiole; les autres sessiles. Fleurs- 
radiales grandes , plus longues que les fleurs du disque : 
ligules bleues ; fleurs du disque à corolle jaune. 

Galliueris a grands câpitulbs. — CalUmeris platycephala 
Cass. — GrindeUa incisa Spreng. — Aster tataricus Linn. fil. 
—Aster indsus Fisch. — jister sibiricus Hortul. — Plante 
haute de 1 1/, pied à ^ pieds. Tiges raîdes, dressées, anguleuses^ 
un peu scabres; rameaux grêles, plus ou moins divergents. 



«86 

FcnUlu lai 
AUX bords, 

Capitules si 
Fleuti-radi 
obloDgues, 
jauDJtre , r 
g^e de Si 
juilltt et ai 



Caintules radiés; fleurs-radiales ieuelles , 1-sériéei; 
fleurs du disque hermaphrodites, à cproUe infondibuli- 
forme , 5-Ëde. Involucre orbiculaire , plus court que les 
fleurs du disque , fovmé d'écaillés paucisériées , subiso- 
mètres , appliquées , herbacées, membraneuses aux bords, 
Bublinéaires. Réceptacle hémisphérique, alvéolé. Nucules 
oboyales - cunéiformes , aplaties , mai^inée* ; ùgrette 
courte, irrégulière , composée de paillettes sétacées , în^ 
gales , peu nombreuses , 1-sériées. — Herbes vivaces. Ha- 
meaux paniculés ou cymeux au sommet. Feuilles alteroea^ 
sessi les, glauques, fi oement veinées, étroites, très-entières 
(ou les inférieures seulement dentées}. Fleurs - radiales 
plus longues que les fleurs du disque , à ligule blanche ou 
d'un bleu pâle, étroite , sublinéaire ; fleurs du disque à 
corolle jaune. 

BoLTONE A P&DILI.ES DE Pastbl. — Boîtonio. glastifolia 
L'hÉrit. — Herb. de l'Amat. vol. •]. — Feuilles lancéolées ou 
lancéolées -obi on gués, scabres aux bords : les inférieures dente- 
lées. Âigrelte persistante : celle des fleurs du disque à 2 pail- 
lettes beaucoup plus longues que les autres. — Tiges hautes de 
3 à 6 pieds, dressées, grêles, anguleuses, glabres de même que 
tOBte la plante, hautes de 3 à 6 pieds ; rameaux plus ou moins 
divei^ents, feuilles, efSie's, ordiuairemeut paniculés au sommet. 
Feuilles subverticales, mucrouées , fermes : tes iaférieures Ion* 
gués de A à 6 ponces; les ramukires petites, sublii>ëùres. Ca- 



FAMIIiLB ras STWAKmllItBS. tfft 

jfM.^ tdlisoliuires, ou en corjmbtt lâcbcB^ oonitement féàlak" 
CvMt. I&Toliicre krge d'eAtiron 3 lignes^ Fleiirs-l'adiales l<m-^ 
f/ÊM de 5 à 6 lignes ) ligules blancbes on d'im bleu lilas. '— ht* 
digiaé de rAmérique septentrionale; cuhiTée comme plante d'i^*» 
iMmost } fleurit d'aoèl en octâ>rc. 

BoLTONE A FEUILLES d'Aster. — Boltonia astéroïdes L'hërit. 
— Matricaria astéroïdes Linn. — Feuilles trës-lisses^ toutes 
très -entières : les inférieures lancéolées -linéaires; 1^ supé- 
rieures liguliformes-oMongues. Aigrette caduque, à paillettes 
subisomëtres. — Plante ti'ès-glabre, baute de a à 3 pieds. Tiges 
dressées , anguleuses , médiocrement feuillées y en général ra- 
meuses seulement au sommet; rameaux disposés encyme lâche. 
Feuilles fermes, subverticales, mucronées : les inférieures lon- 
gues de 2 à 3 pouces, larges de 2 à 3 lignes. — Capitules un 
peu plus grands que ceux de l'espèce précédente ; fleurs-radiales 
& ligule blanche. — Indigène de l'Amérique septentrionale; cul- 
tivée cooune plante d'ornement; fleurit d'août en octobre. 

Genre PAQtJEttETTE. — Bdlis Tourn. 

Capitules radiés; fleurs-radiales 1 -sériées^ femelles; 
fleurs du disque hermaphrodites , à corolle infondibuli- 
forme, 5-dentée. Inyolucre plus long que les fleurs du dis- 
que , ôrbiculaire , convexe, formé d'écaillés subbisériées, 
subisomëtres, appliquées^ foliacées, oblongUes, obtuses. 
Réceptacle conique, élevé, nu, fistuleux. Anthères inclu- 
ses. Nucules obovales, margînées, inaigrettées, hispidules. 
— Plantes annuelles ou vivaces, acaules, ou à tige rameuse. 
Feuilles spathulées , pétiolées , crénelées : ks radicales ro^ 
eelées; les caulinaires alternes. Pédoncules terminaux bm 
âtiUairts, longs , très-grèles, mis^ 1-céphales. FleursHTA^ 
diales plus longues que celles du disqu«, â Hgule oblou- 
gue-linéaire , arrondie au sommet , blanche, ou rose, ou 
pourpre. Fleurs du disque à corolte verdâtre ou jaune : 
d«nts conniventes, arqijiéet €n dltcUoi. 



-1. tmfv^:^rxy!ir!'V''r 



XIV TRIBU. LES SÉNEClO\E,ES.~SEyECI0NEM 
Cass. 

Capitules radiés, ou discoïdes, ou incouronnés. Corolle 
-staminifère régulière, suhinfondibuhforme, ^-fide. 
Anthères privées d'appendices basilaires; article-an- 
thérlfèré épaissi et strié. Ovaire non-comprimé, cjT' 
tindracé, strié ; aigrette composée desoies filiformes , 
très-grêles , fragiles, striées, barbellulées , blanches. 
Stigmates ordinairement semblables à ceux des Ân- 
thémidées. 

Tigea herbacé on llgn«m«. Feoitlcs alternci , ou nremcnt oppoéu, 
■ontcDt pemulïGdes. Flenrs jaunes, ou rouges , on violelto, ou ano- 
g^.ou blauchitrca. Écailles-inToliicrilcsIcplus souvenH-iériées ou 
■nbnnltériécs, iaomitres, obloD^a> qnelquefoii toiidées inKricnrement. 
Escapade ordinairement iuappen^culé, tonvent alvéoli, qnelipiefaia 
fimbrillcni, jamali garai de paillettes. Corolle-slaminifire à tnbeliaie; 
limtM pyrironne, courtemenl 5-Ede, à lobes semi'Ovales, soQTent calleux 
an lommel, bordés d'un boanelet papilteux. Ëlamines à Gleli ordinaire- 
mcnl sondas jniqu'an anrometdntube: partie libre >ouT^tfleiueuiea*>D( 
!• floraiaan : anibère* I bonnes pointuei à h baie. 



..^. 



FAMILLE DEa SYNÀMTHlÊRéES. S69 



. ^ ,MpK_ — 

^-/'AfcicTioN I. s£srÉcxo»rÉBS-BOROsncÉss Gass. 

■ "^^^A: Involucre formé d écailles a-ou 3-sériées. 

Genre ARNIQUE. — Jmica Linn. 

Capitules grands , radiés ; fleurs-radiales 1-sériées , li- 
gulées , femelles ; fleurs du disque hermaphrodites. Invo- 
lucre égal aux fleurs du disque, formé d'écaillés isomètres, 
^-sériées, linéaires-lancéolées , pointues , foliacées. Récep- 
tacle presque plan , pubescent. Stigmates terminés en cône 
poilu. Nucules subcylindracées, hispidules , anguleuses ; 
aigrette longue^ persistante, composée de poils pluri-sé- 
riés , raides , filiformes , anisomètres , barbellulés. — 
Herbes vivaces , garnies d'une pubescence glandulifère. 
Tiges simples ou peu rameuses. Feuilles opposées, seisiles, 
très-entières. Pédoncules solitaires ou ternes , terminaux , 
longs, nus, 1-céphales. Fleurs-radiales à ligule très-longue^ 
orangée , oblongue , 3-dentée au sommet ; tube souvent 
muni de 4 étamines stériles. Fleurs du disque à corolle 
poilue : tube plus court que le limbe ; lobes papilleux à la 
surface externe. 

Arnique de montagne. — Arnica montana Linn. — Fier. 
Dan. tab. 63. — Plante baute de '/a piedàs pieds. Racine subhori- 
zontale, garnie de longues fibres filiformes . Tige simple ou peu ra- 
meuse, grêle, dressée, cylindrique; entrenœuds supérieurs beau- 
coup plus longs que les feuilles; rameaux toujours simples, 
i*cépbales, presque nus. Feuilles pubertés aux a faces, min- 
ces, d'un vert gai , finement 3-ou 5-nervées : les inférieures 
longues de 4 pouces à i pied, lanoéolées-obloogues, ou ellipti- 
qaes-oblongues, ou lancéolées-spathulées, pointues; les supé- 
rieures ovales-lanceolëes ou oblongues-lancëolées^ petites, souvent 
ahernes ; les rameaires sublinéaires, alternes. Capitules un peu 
inclinés. Écailies-involucrales longues de 5 à 6 lignes. Fleurs- 
radiales longues d'environ I pouce. — Cette plante, connue sous 



It tuniuutoires. 

Genre DORONIG. — Domùeum linn. 



res pëtiolees , cordilornies j les supérieures sessUes, aïo- 
plesicaules. Capitules subsoUlaires, termioaux, pédoncu- 
\éi. Fleurs jaunes: celles du disque à tube creusé intérieu- 
rement de â fossettes loDgitudînales. 

DononiG Pabdilukcue. — Doronicum PardaiianchesLiaa- 
— Jacq. Flor. Austr. lab. 35o. - Engl. Bol. tab. 63i). — 
Feuilles denticulées, hispidules de raéiae que ta tige. JUjûune 
rampaol, comme tubéreux. — Plante baule de a à 3 pieds. 
Khizome oblong, noueux, iibreuï. Tige simple, ou rameuse, 
gièle, dresse'e, cylindrique, médiocrement feuiUee. Saweaux 
i-cépbales ou oligocéphales. Feuilles supérieures coj'4ifara>ei, 
ou cordirormes -oblongues, ou spalbulées- orales. Pedoncults 
turbines au sommet. ÉcaiUes-iaroJucrales longuet d'cnriroD 3 
lignes. Fleurs-radiales longuet de 6 ^ 8 linOLes. — Cetw plante, 



«M>H 



VAMUAB BÊê ïïnàvrBÉMàtA. S7i 

niigaireiiieat Dcironie, croit dans ies Alpes et les Vj*» 



DoRONiG ^^'Oaient. •— Doronicum orientale Adams* — 
Oonmi&ém caucasicum Marsch. Bieb, — Doronicum Co*. 
luwmm Teoor. Flor* I^apol, lab. 79. — Rhizome pivotant» 
Feuilles siunees-deutees, glabres de même que la tige* — Plas^ 
tonftie, liaute de V> pied à i y. pied. Tiges dressées ou asceo- 
danteS) grêles y médiocrement feuillées, pauiculées au sommet». 
Rameaux i-céphales ou ûligocephales, subaphylles. Feuilles 
iinftt , d'uB ?iert gai ea dessus : les radicales et les canlinairès- 
iaîeriettres larges de 3 à 4 pouces, très-looguemeot pâiolées,. 
tantôt réoiformes ou rénilbrmes-oiraies, tantôt cordiformes-oiea* 
les, à lobes distants on équitaots ; feuilles supérieures en général 
cordifomies-ovales ou cordiformeS'Obloogues. laiNilacre long de 
5 à 6 lignes* Fieurs-radiales longues de i pouce. -— Indigène du 
Caucase et des montagnes de rËuit)pe méridionale $ cnkiyét 
comme plante de parterre ^ fleurit en avril et mai. 

Section II. ssvÉGXOw£ss-PROVOTVPB8 Cass. 

Involucre formé d'écailles i -sériées, accompagné d'un 

calicule. 

Genre JACOBEE. — Jacobœa Tourn. (Cass.) 

Capitules radiés ; fleurs-radiaies 1-sériées, ligulées, fe- 
melles ; fleurs du disque he^tuaplirodites. Involucre ordi- 
nûrement plus court que les fleurs du disque , cyiindracé, 
ou ovoïde, formé d'écaillés isomètres , libres, contiguës, 
appliquées , sublinéaires , pointues , un peu diarnues, or- 
éinairement membraneuses aux bords , presque toujours 
Boirâtresau sommet. Réœptade plan , souvent fôvéolé ou 
alTéolë. Corolles des fleurs^tadiales égales , uniformes , à 
ligule large , plus longue q;ue le tube , révolutées aprèff 
Pttithèse. Corolles du disque à Kndi>e à peu près aussi long 



...^.i^-vsii.mm^i 



an ditque i corolle jatioe ou rouge. 

Jacoiée cohmiihe. — Jacdbœ» vulgaris GxTtn. —Saueio 
JacfAxii'Lwi. — Ëngl. Bot. tab. iiSo- — BeilwTiTace; ra- 
meaux dreués,8iibCutigiés. Feuilles infàienres petiolto, lyréei. 
FeDillei supérieoTM ampleucaoles , siondes-bipeanatifides : seg- 
ments éroiés,réTolulés aux bords. Fleurs jaunes. — Plante glabre, 
on plus ou moiui colmueuse, hante de a i 3 pieds. Baciue fibreuse. 
Tiges dressa, cylindriques, striées, rameuses supérieurement, 
Feuilles un peu charnues, d'nn vert foncé étant glabres; lobes 
ordinairement obtus, divergents, subcunéifonnes. Cymes denses, 
polycéphales. Nucules hispidules, — Cette plante , connue sous 
les noms vulgaires d'âer&« 1^0 5iiint'/acfue5, FUur de Saint- 
Jacques, ou Jacobée, est commune dans les bois et les prairies; 
elle fleuriten juin etjuillet; ses feuilles etses fleurss'employaient 
jadis comme émollienies, résotutWes, apériiives et vulncraires. 

Jacobée ÉLÉGAtrrE. — Jacobœa elegans Cass. — Senecio 
eîegaTu Lion. — Jaume Saint-Hil. Flore et Pom. Franc, 
tah, 77. — Bot. Mag- tab. 238. — Plante annuelle, glabre. 
Feuilles amplesicaules, profondément sinuées-pennatifides; seg- 
ments oblongs ou cunéifomoes , obtus , sinnés-dentés , ou si- 
nnés-lobe's. Corymbes 3-7-cépbales, lâches; capitules longue- 
ment pédoncules. Fleurs-radiales à ligule pourpre (par TariatioD 
rose ou blanche ]. — Tigedressée , paniculée, haute de > pied k 
3 pieds, anguleuse ; rameaux simples ou paniculés, les supérieurs 
subfastigiés. Feuilles un peu charnues, d'un vert foncé eu des- 
sus. Corymbes plus ou moins longuement pédoncules; pëdon- 



FAMILLE DES SYNANTHÉRÉES. ' 275 

cules secondaires garnis de plusieurs bractéoles éparses, lineai- 
res-Iance'olëes, petites, foliacées. Inyolucre ovoïde, 3 fois plus 
long que le calicule. Écailles-calicttlaires oyales-lanceolées , 
noirâires au sommet, petites. — Indigène du Gap de Bonne- 
Ëspe'raDce^ fréquemment cultivée comme plante de parterre^ 
fleurit de juillet en octobre. 

Jacobee a grandes fleurs. — Senecio grandiflorus Berg, 

— Senecio venustus Hort. Kcw. — Bot. Reg. tab. 90 1 . — 
Senecio lilacinus Schrad. — Bot. Reg. tab. i34^' — l'ig^ 
finalement apbylle et ligneuse ; rameaux dressés , feuillus , an- 
nuels. Feuilles peonatifides, ou pennatîparties, ou inci.séc.*^- 
dentées, subamplexicaules : segments pointus, linéaires-lancéo- 
lés. Gorymbes lâches, 3-7-céphales, quelquefois subpaniculés. 
Fleurs-radiales à ligule pourpre. — Arbuste glabre, touffu, haut 
de 2 à 4 pieds. Rameaux simples ou panicufés, grêles, plus ou 
moins allongés, souvent subfastigiés, très-nombreux. Feuilles 
longues de !2 à 4 pouces, très-variables quant aux incisions, lan- 
céolées-obloDgues, ou oblongues, assez fermes, uu peu charnues, 
d'un vert gai. Capitules plus ou moins longuement pédoncules, 
du volume de ceux de Tespèce précédente ; pédoncules grêles, 
bractéoles. Involucre ovoïde, 3 à 4 fois plus long que le calicule. 

— Indigène du Gap de Bonne-Espérance ; cultivée comme ar- 
buste d'ornement ; fleurit tout Tété. 



Section III. sÉWBCZOïrBBS-OTEOirirsES Gass. 
Involucre non- calicule, formé d'écaillés i -sériées. 

Genre EMILIA. — Emilia Gass. 

Capitules incouronnés , homogames. Involucre ovoïde , 
plus court^ que les fleurs, formé d'écaillés contiguës^ iso- 
mètres, linéaires, pointues, sphacélées au sommet. Récep- 
tacle plan , inappendiculé. Corolle à limbe subringent , 
grêle ; lanières linéaires-lancéolées : les 2 supérieures un 

BOTANIQCK. FHAN. T. \. •• 8 



cuuis Bw comrotéMs. 



plus petites , liaéaires -lancéolées. Coryubes 3-^-ce'phaIes, lâ- 
ches ; pédoDcules filiformes. Capitules longs de 6 lignes. Corollet 
e'caiUlcs, près de i fois plus longues que l'invalucre : les exté- 
rieures arque'es en dehors. — Celle plante, connue sous lei noms 
yu\^attesdeCacaUaécarlate, oa Cacalia&feuilUs de Lmitron, 
et frequeinmeQt cultivée dans les parterres, est originaire de 
l'Inde; elle fleurit tout l'élé. 

Genre OTQONHE. - Othonna Lian. 

Capitules radiés ; âeurt-radiales fciuclleB, ligulées, !• 
séries; fleurs du disque mftlea. Involucrc ovoide, pliv 
court que Uifleiiridu disque, oh ^jyJiMtfflcu» du disque, 



FAMILLE DES SYZfAIVTHJ^RÉES. ^75 

formé d'écaillés isomètres , appliquées , contiguës presque 
jusqu'au sommet ( de manière à paraître soudées), soudées 
par la base, isomètres, charnues , quelquefois noirâtres ou 
sphacélées au sommet. Réceptacle convexe ou un peu co- 
nique , fovéolé ou subalvéolé , à réseau papilleux^ ou fim- 
briolé , oti légèrement poilu. Fleurs mâles à stigmate in- 
«jUviiiéy conique^ et à ovaire inovulé, grêle, à aigrette 
|iauci-«4rnéc. Mucules assez grosses , cylindracëes , striées ; 
aigr^^Ue longue # droite , composée de poils pluri-sériés , 
tr^Aombreux ^ anisomètres , barbellulés , striés longitu- 
dinalement. — Herbes ou sous-arbrisseaux. Feuilles mem- 
branacées ou charnues , indivisées , ou découpées , ou in- 
•iiét»# alternes. Capitules solitaires, terminaux , longue- 
nieBt pMonculés. Fleurs jaunes. 

OTaoaiiB A FEUILLES DE OiROFLEE. — Olkonnu cheirifolia 
Liai. ««* Daham. Arbr. a, tab. 17. — Bot. Reg. tab. 266. — 
Ot^oitiui eaîthoides Mill. — Sous-arbrisseau glabre, très- 
toalfu, haut de i pied à 3 pieds. Tiges diffuses, ou rampantes, 
très-rameuses, finalement ligneuses et aphylles. Rameaux cylin- 
driques, charnus, un peu flexueux, feuillus, ramulifères en gé- 
néral à toutes les aisselles^ ramules plus ou moins allongés, ou 
très-courU, dressés, très feuillus. Feuilles lancéolées-spath ulëes 
ou obloDgues-spathuiées, très-entières^ marginées , acamiuulëes, 
mucronées, ponctuées, glauques, charnues, subcoriaces, sessiles, 
érigées : les raméaires longues de a à 3 pouces ; les ramulaires 
plus longues. Pédoncules longs de 4 À 8 pouces, claviformes au 
sommet. Involucre long de 6 lignes, un peu plus court que les 
fleurs du disque. Écailles ovales-lancéolées , pointues, marginées 
au sonunet. Réceptacle plan. F leurs- radiales longues d'environ 
I pouce. Ligules elliptiques-oblongues, 2-ou Sdentées au som- 
met, étalées. — Cette espèce, indigène de Barbarie, se cultive 
comme arbuste d'ornement. 



CLASSE DES COMPOSÉES. 



XVU- TBIBn. LES TUSSILAGIHÏES. — rVSSllAr 
GINEM Gsss. 



poial oblique. Aigr*'*' formée de poiU GUromiei , Gnement birbelloléa. 
PreH{ue touiea les Tiuiilaginëe» habileot l'Europe. — H. Louing et 
H. de CindolJe rénniisent celle tribu aux Egpatorièet. 

Genre TUSSILAGE. — TussUago Tourn. 

Capitules multiflores, longu ement radiés ; fleurs-radiales 
pluri-sériées , ligulëes. luvolucie campanifortne , plus long 
que les fleurs du disque, formé d'écaillés subisomètres , 
subuDÎsérlées, appliquées, oblongues-linéaires , obtuses, 
subfoliiicées. Réceptacle plan , inappendiculé , foréolé. 
Fleurs du disque .- Corolle à segments arqués en dehors. 
Ovaire court, cylindracé, glabre, inovulé, abortif, à ai- 
grette de poils peu nombreux. Style inclus. — Nucules 
grêles, cylinâracées, glabres ; aigrette blanche , molle, très- 



FAMILLE DES SYNÀNTUÉRÉES. ^77 

longue , composée de poils pluri-sériés , anisomètres. — 
Herbe yivace. Hampe 1 « céphale. Feuilles anguleuses , 
denticulées , cordif ormes à la base. Fleurs jaunes. 

Tussilage Pas-d'ane. — Tussilago FaîfaraLinn, — Blackw. 
Herb. tab. 204. — Eogl. Bot. tab. 429. — Flor. Dan. tab. SgS. 
— Racines longues^ rampantes, brunâtres, de la grosseur du pelit 
doigt. Hampes subsolitaires ou touffues, grêles, araneeuses, rou- 
geâtres, ûstuleuses , dressées, bautes de 3 à 8 pouces, garnies 
d'écaillés oblongues ou oyales-oblongues, obtuses, submembra- 
nacées, rougeâtres, sessiles. Feuilles cordiformes-ovales ou cor- 
diformes-orbiculaires, pointues ou obtuses, d'un vert clair en 
dessus (les jeunes floconneuses), cotonneuses-incanes en dessous. 
Involucre glabre, long d'environ 6 lignes. Fleurs-radiales un 
peu plus longues que Tinvolucre, à ligule linéaire, très-étroite, 
i-nervée, entière ou échancrée au sommet, plane, étalée, 1 fois 
plus longue que le tube. — Cette plante, connue sous le nom vul- 
gaire de Pas-d'ane, est commune dans les terrains argileux, 
humides ; elle commence à fleurir dès les premiers jours du prin- 
temps. Ses feuilles et ses fleurs jouissaient jadis d'une grande 
vogue à titre de remède pectoral. 

Genre PÉTASITE. — Pctasùes Tourii. 

Capitules mulliflores , hétéroganaes, subdio'iques, dis- 
coïdes; capitules mâles oflrant 1 à 5 fleurs femelles mar- 
ginales , beaucoup plus courtes; capitules femelles oflrant 
1 à 5 fleurs mâles, centrales. Involucre subcylindracé , un 
peu plus court que les fleurs , formé d'écaillés ovales ou 
oblongues, subisomètres, subunisériées, appliquées, sub- 
foliacées, membraneuses aux bords. Réceptacle plan, 
inappendiculé. — Fleurs mêHes : Ovaire inovulé, abortif , 
à aigrette de poils peu nombreux. Style saillant. Corolle 
infondibuliforme , 5-fide. — Fleurs femelles à corolle fili- 
forme, ô-dentée au sommet. Nucules oblongues, cannelées, 
glabres ; aigrette longue , blanche , molle , composée de 



poil* jAmi-térii» , fliifcniitt » iMilMteitt. >^ HMM «I» 
T<oe>, A ndae ramputc BUlipet |ll(lfl <|JM l l ti; » MtÊttj 

6>tuletuea , garnÎM d'éctUlea é 



ràej ùffkindlis Gterli. — TauHago Patmntm Un. { bm».)»* 
Eogl. Bot. tab. 43i- — PUr. Du. ub. 84«. — KiO. Hnk 
Ub. 391. — TiusOaga hybrida RoA. f^Uta.) — Bof^. Bot. 

ub. 43o. — Feuillet pnbescentet en detcoiu. Gnppc'lhfiwiide : 
|i^oncules ordiDairetnent i-cephales. Flemi d'nii lilis plia. 
' Écailles-involucrales c^dkb, oblangoct-obonlcf. — BaciiiM 
longue*, grossM, chaninu, noirltrw cb diban. B>nipB(lnnHf 
de Vi pied ^ 1 pied, floconneétes; ànillM TÔdcnsi mi i'mt 
roagc verdltre, oTat» , on oTiUa-lancéoIéH, pin* on mmu fl»- 
eonoense*: les inférieum grandes; lessnpëriearesgndatUeBMBl 
plua petites; les florales lindaiTes-lancéid^; la ptapatt pin 
longues que \ei pédoncules. Grappe dense, longue de 3 à 6 
pouces : celle de* individus mâle* oTale-ot) longue ; celle des 
individus femelles olilongue. Capitules mâles Iours de 3 à 4 H- 
gocs. Capitules femelles longs de a à 3 lignes. Ëcailles-inTolu- 
cralcs glabres , ruugeâtres. Feuilles réniformes ou cordiforuc*^ 
glabres eo dessus 
nommée vulgairci 
Chapelière, croî 
eumarsetavril.; 
La l'acinedé cette 
que; on l'emploie 
et apérilive. 

Pe'tasite a I 
Tussilago alba I 
neuses-incancs e 



FAMltlB DES STlTANTiréRÉES. 979 

a-'^-èépbales. Écaines-involncrales Iinëdires-)ancëo)ees, (NnH- 
tirêis. Plears bhircbes. — Hampes hantes de 4 pouces à i pied^ 
di^sées, phis ou mmu^ cotonneuses. Écailles d'un jaune ver- 
dâtre : les inférieures ovales ou ovales-lànceoléesj les.supërieu- 
res linéaires-lancéolées. Grappe dense, subcoryinbiforme, longue 
dé 1 '/a pouce à 4 pouces : pédoncules en général plus longs 
qtte les écailles de la bampe ; bractéoles subulées. Capitules 
longs de 4 à 6 lignes. Éeailles-inTohicrales d'un jaune verdâtre. 
Feuilles cordiformes ou réniformes , atteignant jusqu'à i pied 
de large. — Cette espèce croît dans les bois des montagnes ; elle 
fleurit au printemps ; on la cultive comme plante d'ornement. 

Genre NARDOSMIE. — Nardosmia Cass. 

Capitules courtement radiés , multiflores ; fleurs-radiales 
l-sériëes , peu nombreuses , femelles , ligulées. Involucre 
subturbiné, égal aux fleurs de la couronne, formé d'écaillés 
subisomètres, subunisériées, appliquées, oblongues, poin- 
tues , subfoliacées, membraneuses aux bords. Réceptacle 
plan, nu. .— Fleurs mâles : Corolle infondibuliforme , 
5-fide, à segments arqués en dehors. Style saillant. Ovaire 
inovulé , abortif , à aigrette de poils peu nombreux. — 
Fleurs femelles : Corolle à tube long; ligule elliptique-ob- 
longue , entière ou légèrement 3-dentée au sommet , à peu^ 
près aussi longue que le tube , dressée. Style beaucoup 
plus court que la corolle. Nucules et aigrette comme ceux 
des Pétasites. — Plantes vivaces, ayant le port et le feuil* 
lage des Pétasites. Fleurs roses ou jaunâtres. 

Nardosmi£ odorante. — Nardosmia (Tussilago)fragrans 
Vill. A et. Par. i,tab. 12. — Nardosmia denticulata Cass. — 
Tussilago suaveolens Desfont. Hort. Par. — Cacalia alliance' 
folia Poir. Voy. (nonLinn.) — Hampe dressée, baute d'envi- 
ron I pied, cylindrique, striée, floconneuse, garnie de quelques 
/ écailles éparses, distantes, rougeâtres, pointues : les inférieures 
ovales-lancéolées ; les supérieures oblongues-lancéolées. Grappe 



dans ) plus longue , plus épaisse , sitbcylindracèc , oT' 
rondie au sommet, papilleuse, ou glanduleuse. 

Tijes herbauéet on ligneuses. Feuilles opposées aa allerrins. Fleun 
ronges, ou blanchet, on Mpucs, o>i raremCDl jaunes. Capitule' m gi^né rai 
mnllillorea. Eciilles-involucrales Imbriquées, nu 2-séri6es , nu \ -sérier». 
Réceplacle inappendiqulé ( moins aonvenl fjaroi de Gmbrillei ou de piil- 
leltes t. Corolle de forme variée. Etamines à artirle-anthérirârc quelqiir- 
foii épiiisi. Appendiee^apiciliire (nul chrz quelque! espéco) arrondi au 
sommet j appendices-basilairei nuls ou presque nuls. Ovaire obtung ( ra- 
remcnt comprimé), un peu épaissi de bas en baai, nrdioa remenl prisma- 
tique (à 3 races limitée- par 5 cât«s saillantei), quelquefois cylindracé, à 
S ou 411 nervures. Aigrette (rarement nulle ou cornnifortne) orrlinaire- 
meni composée de poils ou de paillettes l-on S-sériëss. — Presque toutes 
les Enpatoriéei habitent l'AméKqun ; une seule espèce eat inJî.ièna 



FAMILLE DES SYIDAiyTUÉRÉES. ^ ^8\ 

Genre STÉVIK — Stet^ia Cavan. 

Capitules 5-flores. Involucre cylindracé , plus court que 
les fleurs , formé de ô ou 6 écailles 1-sériées , herbacées , 
dressées, appliquées, subisomètres, oblongues, pointues, 
ou acuminées. Réceptacle plan , nu. Corolle subhypocra- 
tériforine, ô-fide. Ëtamines incluses. Nucules subcylin- 
driques , ou prismatiques, grêles ^ striées ; aigrette double : 
l'intérieure membranacée , coroniforme , ou de 3 à 5 pail- 
lettes distinctes ; l'extérieure ( accidentellement nulle) de 
1 à 5 arêtes filiformes , barbellulées. — Herbes vivaces , 
ou sous-arbrisseaux. Feuilles très- entières ou dentelées, 
en général sessiles : les inférieures (ou quelquefois toutes) 
opposées. Capitules petits, le plus souvent courtement pé- 
doncules, disposés enoymes terminales. Fleurs blanches , 
ou roses, ou pourpres. — Ce genre est propre à l'Amé- 
rique. La plupart des espèces se font remarquer par l'é- 
légance des fleurs: celles dont nous allons *faire mention 
se cultivent comme plantes d'ornement. 

t) Feuilles penniveinées , subcoriaces , toutes opposées y très-entières , 
étroites, rétrécies en court pétiole ; pétioles connés par la hase. Tige 
frutescente. Cymes denses , trichotomes ; capitules suhsessiles. 

Stévie a feuilles de Saule. — Stevia salicifoUa Cavan. 
le. 4> tab. 354. — Feuilles glabres, pointues, un peu visqueu- 
ses : les inférieures lancc'olees-oblongues ; les supérieures lan- 
céolées-linéaires ou linéaires-lancéolées. Rameaux tric^iotomes 
au sommet : ramules subfastigiés. — Arbuste haut de 2 à 3 pieds, 
très-touffu. Rameaux cylindriques, effilés, pubérules, visqueux, 
feuillus. Feuilles d'un vert gai et un peu luisantes en dessus , 
longues de i pouce à 3 pouces , larges de 2 à 6 lignes. Fleurs 
longues d'environ 4 lignes. Corolle rose avant l'épanouissement, 
puis blanchâtre. — Indigène du Mexique; fleurit tout Tété. 

b) Feuilles o-nervées, non-coriaces : les inférieures opposées, dentelées, 
rétrécies en pétiole ; les supérieures sessiles, ou subtessiles, très-entiè^ 
r$s ou dentelées, alternes. Plantes herbtseées. 

Stévie a fleurs pourpres.— 'Sffff'irt purpurea Pers.— Jacq. 



met. Feuilles d'un vert foncé en dessus-: les inférieures longuet 
d'environ 2 pouces, sur 6 lignes de large. Capilnles courtemeM 
pédoncules} corolle pourpre. — IndigèDe du Mexique; fleurit 
de juillet en octobre. 

Stévie a feuilles dentelées. — Stepia serrata GavaB. 
Te. 4i tab. 335. — Ageratum pitnclatum Jicf\. Hort. ScliieniN'. 
tab. 3oo. — Feuilles la plupart oblongues : les inférieure» lan- 
céolées , longuement pétiolées , profoedement dentelées pressa* 
dès leur base; les supe'rieures la nce'olées -linéaires, très- entières, 
Rameaux lrès-gr£les , sufafastigies , irrégulièrement dicholomes. 
Cjmes un jieu iàtlies, sobpanic^A»- Corotles > Ma plu fan- 
giws que l'inToltKre. — Planlo semblable, par le port, i l'e^èce 



FAMILLE DES SYM^NmiKÉES . t 283 

prëdélente, en général pubescente. Ram(>au3C médiocrement fbtiil- 
Uê» Feuilles étroites. Capitules distinctement pédicellés. Fleurs 
Maficbes. — Indigène du Mexique; fleurit de juillet en octobre. 

Stévie a feuilles d'Hyssope. — Stevia hyssopifoUa Ca- 

▼âB. Pralect. (non Kuntb, nec. Sims. ) — Stevia Eupatona 

Sials, Bot. Mag. tab. 1849- — Feuilles-caulinaires obloogues 

<m IdDcëolëes-obloogues : les inférieures courtement pétiolées , 

pauçb-dentelées vers leur sommet; les raméaires oblongues, ou 

ovales-oblongnes, ou elliptiques, très-entiëres, sessiles. Tige pa- 

nieulée ; rameaux simples ou presque simples , feuillus. Cjmes 

denses , subtricbotomes. — Plante finement pubérule, baute de 

9 à 3 pieds. Tige gréte, dressée, en général rameuse des sa base; 

rameaux eflilés, dressés , non-fastigiés. Feuilles d'un vert gai : 

les caulinaires-inférieures longues de 1 5 à 18 lignes , sur 2 à 

3 lignes de large ; les raméaires longues de 5 à 8 lignes , sur 1 

à 3 lignes de large. Corolles d'un rose pâle , à peu près i fois 

plus longues que l'involucre. — Indigène du Mexique; fleurit 

de juillet en octobre. 

Stévie a fleurs lâches. — Stevia laxiflora De Cand. Hort. 
Monsp. — Stevia purpurea Lagasc. non Fers. — Stevia hysso- 
pifolia Kun(b, non Cavan. nec Sims. — Tiges et rameaux pa- 
niculés. Feuilles la plupart alternes : les caulinaires-inférieures 
lancéolées-linéaires ou lancéolées, dentelées, courtement pétiolées; 
les supérieures sublinéaires, très-entières; les raméaires oblon- 
gues ou linéaires-oblongues , très- entières. Cjmes lâches, pani- 
culées , oligocépbales. Corolles presque 1 fois plus longues que 
l'involucre. Aigrette externe à 5 arêtes très-longues. — Plante 
pubérule, baute de 2 à 3 pieds. Tige dressée, souvent rameuse 
dès la base; rameaux grêles, subdicbotomes, plus ou moins di- 
vergents, médiocrement feuilles. Feuilles d'un vert foncé en 
desius : les caulinaires-inférieures longues d'environ 2 pouces, 
sur 'k kZ lignes de large. Capitules eo général longuement pe- 
dMHwlés. Fleurs pourpres, lengoes d'eiviroa 6 lignes. -*• Isdi- 
flut du Mk&ique \ fltutil de jviUei en «mehre. 



Capitules multiflores. Involucre campaniforme , plus 
court que les fleurs, formé d'écaillés pauci -sériées, subiso- 
mètres, appliquées, herbacées, linéaires-lancéolées, acé- 
rées. Réceptacle nu, conique. Corolle infondibuli forme, 
5-dentée. Elamines incluses. Nucoles grêles, prismatiques- 
pentagones. — Fiantes annuelles. Feuilles opposées (excepté 
les supérieures), pétiolées, dentées. Capitules petits, dis- 
posés en cymes tËrminales; pédoncules bractëolés. Fleurs 
bleues ou blancbâtres. 

* AcÉftATC A FLEURS BLEUES. — ' Ageratunt cceraleum Des- 
rom. Hort. Par. — .4^ervi(u>ninffX(canuniBot. Mat;, tab. 3534- 
— Plante haute de i ■„ pied à 3 pieds , plus ou moins pubes- 
nente, ordinairement plari-caule. Tiges dressées ou ascendantes, 
paniculées, médiocrement feoillées; rajneaui lrifari{nés on bi* 



FAMILLE DES SYNANTHÉRÉES. 38^ 

furquës au sommet , velus. Feuilles ovales , ou cordiformes, ou 
deltoïdes y obtuses^ ou pointues, fortement dentées ou crénelées, 
3-nerve'es, longuement pétiole'es , pubescentcs aux 2 faces. Gy- 
mes 3-5-radiees, longuement pétiolees , tantôt denses, tantôt là- 
4^es et subpaniculées ; rayons 3-5-cépliales. Capitules courte- 
ment pédicellës , subhemisphériques , larges de 3 à 4 lignes. 
Fleurs d'un beau bleu de ciel. — Indigène du Mexique ; culti- 
vée comme plante de parterre; fleurit de juillet en novembre. 

Genre GÉLÉSTINE. — Cœlestina Cass. 

Capitules multiflores. Involucre campaniforme , formé 
d'écaillés pauci-sériées , anisomètres, içibriquées , appli- 
quées, herbacées, linéaires-lancéolées, acérées. Réceptacle 
nu, conique. Corolle infondibuliforme, 5-dentée. Etami- 
nes incluses. Nucuies grêles, prismatiques, Ô-gones, gla- 
bres; aigrette subcartilagineuse, coroniforme, à bord irré- 
gulièrement sinué et denticulé. — Sous - arbrisseau , à 
rameaux subtrichotomes. Feuilles' opposées (les supérieu- 
res parfois subalternes), peu ou point dentées, triplineryées, 
courtement pétiolees , subcoriaces. Capitules petits , en 
cymes ou en corymbes terminaux. Fleurs bleues. 

Celestine bleue. — Cœlestina cœrulea Cass. Dict. des 
Se. Nat. vol. 6, Suppl. p. 8; Atlas du Dict. des Se. Nat. le. 
— Cœlestina corymhosa De Caod. — Ageratum corymhosum 
Zuccar. — Arbuste touffu, haut de a pieds à 4 pieds. Tiges adul- 
tes ligneuses, aphylles. Rameaux grêles^ un peu scabres, fine- 
ment puberules et glanduleux; ramules- florifères subapbylles. 
Feuilles rugueuses, d'un vert gai, et scabres en dessus, finement 
puberules et subincanes en dessous : les inférieures ovales, ou 
ovales-lancéolëes ^ les supérieures et les ramulaires linéaires- 
lancéolées ou linéaires. Bractées subulées^ courtes. Cymes den- 
ses, polycépbales, en général longuement pédonculées. Capitules 
longs de 1 % ^ lignes. Corolles et stigmates bleu de ciel. — 
Indigène du Mexique ; cultivée comme arbuste d'ornemeùt. 



^1, iMi^l!iii.iW'lH|il 



«bUH tmt cwirofiu. 



dessus : les inférieures luogaerneot pélîo'ees. Cymes denses, 
pelyceplules. Capiiola longs de 3 1 4 lignu- Fleun Uiaabes. 
— IndigcDe de l'Amérique sepMntrionale ; cultivée comme planM 
d'orneraent; fleuiit d'août en octobre. 

Agébatike a FEDiLLEs coBsiFOiiius. — Aggratma oaf4aUt 
Spach. — Eapatorium cordatum Wall. — Eupatorium me* 
Ussoiilâs ViiWd. — Diflère de l'espèce précédente (doQt «Ile «M 
peut-être une variété] par des feuilles profondément d^nlMC- 

Agébatihe Fadsse - ÂGÉftiiE. — Ageratirta aggraioidet 
Spach. — Eupatorium ageraloides Linn. fil. — Ageratim 
altissimum Linn. — Batsckia nive» Mcench^Meth. — Tig* 
glabre, jterbacée, paoiculée. Feuillei opposées, IripliDeirtet 



FAMILL£ DES STNANTHERÉES. 287 

ovales, ou ovales-deltoïdes , acuminëes, profondément dentées 
ou crénelées, arrondies ou subcordiformes à la base. Gymes 
denses, multiflores. Capitules sub-20-flores. Écailles-involucra- 
les lin^ires-laocëolees, pointues. — Plante y ivace, touffue, haute 
de !2 i 3 pieds. Tige et rameaux cylindriques; rameaux plus ou 
moins divergents, ordinairement panicule's. Feuilles lisses, d'un 
vert fonce' : les inférieures longuement pétîolëes. Fleurs blan- 
ches, semblables à celles des deux précédentes. — Indigène de 
l'Amérique septentrionale; cultivée comme plante d'ornement; 
fleurit de juillet en octobre. 

Genre EUPATOIRE. — Eupatorium Tourn. 

Capitules pauci- ou multi-flores. Involucre cylindracé, 
plus court que les fleurs, formé d'écaillés herbacées ou 
subcoriaces, anisomètres , imbriquées , appliquées, pauci- 
ou pluri-sériées : les inférieures petites. Réceptacle nu, 
plan. Corolle 5-flde, ou ô-dentée, infondibuliforme. Eta- 
mines incluses ou subsaillantes. Mucules cylindracées ou 
obconiques , 5-ou 10-gones , prismatiques ; aigrette com- 
posée de soies nombreuses , 1-sériées , anisomètres, fili- 
formes, barbellulées. — Herbes ou arbustes. Feuilles op- 
posées, ou yerticillées , ou alternes , sessiles, ou pétiolées, 
dentelées, ou dentées, ou crénelées, ou pennatifides, ou 
rarement comme digitées. Capitules petits, très-nombreux, 
disposés en cymes ou en panicules. Fleurs roses, ou pour- 
pres, ou blanches, ou bleues, jauaais jaunes. Aigrette aussi 
longue ou plus longue que la corolle. 

a) Femlle» la plupart opposées, eourtement pétiolées, comme digitées ( 5- 
ou h-parties) : les supérieures subalternes, ordinairement indiviséet, 
ou ^-aurieulées à la base. Cktpitules sub-'S- flores, Êcailles-involucralet 
rougedtres. Corolle courtement ^-dsntée, 

ËuPATOiRE A FEUILLES DE Chanvre. — Eupatovium connor 
hinumhvEkïi, — Flor. Dan. tab. 745. — - £ngl. Bot. tab. 4^8. 
— Herbe vivace, plus ou moins pubescente, haute de 3 à 6 pieds. 
Racine rampante. Tige cyliudriaue, dressée, obscurément tétra- 



Tent subfàstigics. Feuilles (au oombre de 3 à 6 par verticille ) 
LiQceol^ , ou ovales-lancéolées , ou oblongues-laucéolée 
ovales, acuminées, plus ou moins profoDilénieiit dentelées 
Déifonnes vers leur bcise, en général pubérulcs ou un peu 
bres (du mains en dessous), fermes, d'un vert foncé ea dessns, 
d'un vei't glauque en dessous. Cymes denses, convexes, polycé- 
phales, hraciéolées , plus ou moins longuement pédonculées. 
Bractées petites, subulées. Capitules pédicellés, 7-à lo-flores, 
longs de 3 à 4 lignes. Pédicellés filiformes. ËcaiUes-învolucrales 
obloûgues ; les inférieures ovales ou elliptiques; les supérieure! 
,v)ttoDgues. Fleurs roses. — Indigène de l'Amérique septentrio- 
nale ; cultivée comme plante d'omemeui ; fleurit en été. 



FAMU.UI DBS SYNAIVTHÉltiKS. 289 

c) FmiilUt oppotiet, indivùéet, iripiinervées, ritréeiu en court pétiole, 
Capiiuiet ^'ftort9, Êoaill9$-4nvolucrales herhaeies, vmrddtret. Corolh 
à Hmbo J^ftde. 

EupATOiRE ÉLANCÉE. — Eupatorium aUissimum LinD. — 
Jacq. Hort. Yindob. tab. i64* — Herbe virace, haute de a à 3 
pieds. Tige dressée , cylindrique , pubescente, paniculée ; ra- 
meaux plus on moins divergents , tricbotomcs au sommet. Feuil- 
les lancéolées^ ou lancëolëes-oblongues, pointues, inéquilatërales, 
pubérules , un peu scabres, fermes, d'un vert glauque : les infé- 
rieures crénelées ou dentelées vers leur sommet; les supérieures 
très-entières. Gjmes denses, tricbotomes , bractéolées , disposées 
en panicules terminales. Bractées petites , subulées. Capitules 
subsessiles, longs de 3 à 4 lignes. ÉcaiUes-inyolucrales oblongues, 
obtuses y pubescentes. Fleurs blanches. — Indigène de l'Amé- 
rique septentrionale; cultivée comme plante d'ornement; fleurit 
en juillet et octobre. 

d) Feuillet eonniee ou ampleaeieaulet, tettitee, opposées, indivisées, pe^- 
ninervées. Capitules 5-d 42-/Koref. Êeailles-involucrales herbacées, 
verdâires» Corolle à limbe 5-/lde. 

EupATOiRE A FEUILLES sEssiLES. — Eupatorium sessiUfolium 
Linn. — Tige glabre, rameuse au sonmiet. Feuilles ovales- lan** 
céolées, ou oblongues-lancéolées , acuminées, dentelées^ ou cré- 
nelées, un peu scabres, arrondies à leur base, semi-amplexicau- 
\es. Cymes assez denses, subtrichotomes. Écailles-involucrdei 
pubescentes, oblongues, obtuses. — Herbe vivace, haute de i pied 
à a pieds. Tige grêle, cylindrique, dressée ; entrenœuds plot 
courts que les feuilles; rameaux courts, simples, sub£istigi<^, 
médiocrement feuilles. Feuilles fermes, d'un vert foncé, longues 
de a à 3 pouces. Capitules coortement pédicellés, longs de 3 à 4 
lignes. Fleurs blanches. — Indigène des États-Unis; cultivée 
comme plante d'ornement; fleurit en été. 

EuPATOiBE PERFOLiEE. — Eupotorium perfoUotum Linn.^r 
Bigcl. Med. Bot. tab. a. — EuptUonum sahiœfoUum S^jJêêÎi^ 
Bot. Mag. tab. 7.0 to. — Eupatorium connatum Michx.' 

BOTA1V1QITE. PII\?r, T. X. 49 



Bar. Ammt. — fifwlarMMi MMMtM» WiUd.— Ti|« ixmé^, 
mIw, «diMàntiNM pMîMWk F<dlliHèlbngq«l htJtWiiou 
orales -laDC&Iëes , acuminëes, crénelto, on dentrifcs , CMUrifes 



tienre AYAPANE. — Jyapttim Epach. 

Capitules pluriflores. lavolucre campaniforme, caliculé, 
plus court que les fleurs, formé d'écaillés â-sériées, «ppli- 
qûées, inibrii|uée8, herbacées : les extérieures plus courtes ; 
tinctées-caliculaires petites, subulées. Réceptacle, fleurs et 
fruit comme chez Us £u;ia(oirej.— Herbes ou soua-arbris- 
l^ux. Feuilles opposées, indivisées. Capitules en cymes 
oif en panicules trichotomes. Fleurs jamais jaunes. 



Ayapame officinale, — Âyapana offtcmuUs Spsch,— -JSll- 
palorium Ayapana\ttX. Malm. lab. 3. — EupalotittM ttifU' 
nerpe Vabl.^ — Arbuste glabre, tcès-rameux. Tiges asceudanies, 
ramiçuscs ; rameaux panicdé», divariqués et tetragones de mèm^ 
queies ramules j ramules médîocrei&eDt feuilles, axillaires, op- 
posés. Feuilles subcoriaces, inéquilatérales, pointues, tripliner- 



FAMILia M» éYUAlITHtKéBS. 391 

jées^ tris-entières, r^trëcies exi court pétiole : les rai&ëairei lMi-> 
gués de !à à 9 pouces, lancéolées, ou laticéolées^oblongues; lêa 
ramulaires lancéolées-linéaires, petites. Capitules sub^^so^florcs, 
longs d'environ 3 lignes, k peu près aussi larges que longs^ Ion* 
guement pédicellés, disposés en panicules 5-à 1 5-cépfaales^ lAcJheSji 
trichotomes , divariquées. Écailles-involucrales iinéaires-laneéo' 
lées, pointues , membraneuses aux bords. Fleurs roses. — Cette 
plante croU au Brésil, où on la nomme Ayapana; elle passait 
jadis pour un antidote contre la morsure des serpents, et pour un 
remède contre une foule de maladies; mais il parait que ces Ter-* 
tus se réduisent aux propriétés communes À beaucoup d'autreê 
plantes aromatiques. 

Genre M IKANIA. ^ Mikania Willd. 

Ce genre ne diffère des Eupatoires qu'en ce que les ca« 
pitules sont toujours 4-floreSy à involucre de 4 écailles 
1-ssriées, isomètres, accompagnées parfois de quelque* 
bractéoles accessoires. — La plupart des espèces ont des 
tiges grimpantes $ toutes sont plus ou moins amères et aro-< 
matiques. 

Mikania Guago. — Mikania Guaco Humb. et Bonpl. Plant. 
Équat. 2, tab. io5. — Tiges herbacées, yolubiles, poilues. 
Feuilles opposées, pétiolées, ovales, subacuminées , rétrécies |i 
la base, dentées, veineuses, scabres en dessus, velues en de^ 
sous. Pédoncules ou ramules-floriferes axillaires. Capitules ter- 
nés, sessiles , disposés en cymes denses. Écailles-involucrales 
linéaires-oblongues , obtuses , pubescentes. — Tiges longues , 
cylindriques, très-rameuses; rameaux opposés, panicuIés. Feuil- 
les longues de 8 à 9 pouces ; dents distancées. Fleurs blanches. 
Nucules glabres. — Cette espèce croît dans la Nouvelle-Gre- 
nade, où on la nomme Guaco ou Huaco; on lui attribue la 
propriété d'être un antidote infedllible contre la morsure des ser-, 
pents venimeux. 

MiKAifiA GRIMPANT. -^Mikanlu icandens Willd. -^ £tt* 



r^ :.., 



1 ponces ; lu ramnitircs beinconp plai petit». Cymu polyc^ 
plûlei, subdirariquéct aprëi U floniion. Gipitulet longs de 3 & 
4 lignes, pédicellés, i -bract^lés & U bue. Bractées subiilees , 
plus courte! que l'iaTolucre. Fleurs d'an blanc bleuâtre. Nncn- 
iu Cabres, noires ; aigrette blanche ou nmgellre. — IndigbM 
dMËlals-Unii et du Canada; coltÏTée comme pUnted'omement. 

Genre LIATRIDE. — Liatru Schrab. 

Capitules 5-ou pluri-Bores. Involucre cylindracé ou caiu- 
psniforme, aussi long que les fleurs, ou moins long, cali- 
cnlé, formé d'ëcailles plnri-sériées , anisomètres, imbri- 
quées, appliquées , coriaces, surmontées d'un appendice 
foliacé, plus ou moins grand, |dus ou moins étalé. Récep- 
tacle plan, nu, fovéolé. Corolle tubuleuse, grêle, profon- 
dément 5-fide : segments linéaires, poilus en dessus, glan- 
duleux en detisoiis. Étamines incluses. Nucules obconiques, 
aubtrigonea , 10-nervées ; aigrette très-longue, composée 
de poils 1-sériés, mous, isomëtres, longuement plumeux. 

Herbes rivaces, aromatiques, à rhizome tubéreux, sub- 
globuleux, résineux. Tige simple, feuillue. Feuilles épar- 
ses, très- entières, coriaces, finement striées, ponctuées, 
étroites : les inférieure* rétrécies en pétiole foliacé; les au- 
périeures sessiles, graduellenimt plus petites; les 0orales 



FAMILLE DES SYNAIfTHÉRéES. S9S 

courtes. Capitules sessiles ou pédoncules, solitaires, axil^ 
laires, rapprochés en grappe ou en épi terminal : les in- 
férieurs plus tardifs que les supérieurs. Fleurs pourpres 
ou roses. — Ce genre appartient à l'Amérique septentrio- 
nale ; on en connaît 5 ou 6 espèces ; les 2 suivantes se cul- 
tivent comme plantes d'ornement. 

V LiÂTRiDE SQUARREUSE. — * lÀotris squafTOsa Willd. — 
Sweet, Brit. Fiow. Gard. tab. 44* — Serratula squarrosa Lino. 
— DiU. Hort. £lth. tab. 7 1 , fig. 82. — Liatris intermedia 
Bot. Reg. tab. 948. — Feuilles glabres ou pnbërules^ cartil^^- 
neuses aux bords, mucronées : les radicales obloDgaes-spathu- 
lëes ; les caulinaires-inférieures line'aires-spathulëes ou lancéo- 
lées-linéaires, très -longues; les autres linéaires. Capitales 
multiflores, cylindracés^ peu nombreux, disposés en grappe 
lâche. Écailles •involucrales à appendice ovale ou ovale-lancéoléi 
acuminé, mucroDé, étalé. — Tige haute de a à 3 pieds, pubes- 
cente, un peu scabre, grêle, effilée, striée. Feuilles d'un vert 
foncé : les luférieures atteignant i pied de long, larges de 3 à 4 
lignes. Grappe feuillëe, 3-à 5-céphale. Capitules longs d'envirun 
1 pouce. Écailles-involucrales ciliolées. Bractées-caliculaires 
linéaires-lancéolées, presque aussi longues que l'involucre. Nu- 
cules noirâtres, pubescentes : aigrette rougeâtre. Fleurs d'un 
pourpre foncé. 

LiATRiDE ELEGANTE. — Liotiis elegansViSid. —Bot. Reg. 
tab. 267. — Serratula elegans Hort. Kew. — Eupatorium 
speciosum Vent. Hort. Cels. tab. 79. — ^Feuilles cartilagineuses 
aux bords, mucronées, linéaires, ou linéaires-lancéolées, scabres 
en dessous. Capitules courtement pédoncules, 5-flores, cylin- 
dracés, nombreux, disposés en grappe spiciforme , dense. Écail- 
les-involncrales ovales-lancéolées, acuminées : les intérieures 
très-longues, ligu^fiMnoies, colorées. — Tige grêle, efiUée, dres- 
sée, subincane, hante de S à 5 pieds. Feuilles souvent siÂCdci- 
formes : les inférieures très-longues , obscurément 5-nervées. 
Grappe longue, cylindracée, feuillée. Corolle lilas, plus courte 
que l'involucre. Graines très-velues ^ aigrette colorée. — Indi- 



.994 cUhb oh coupQrfH. 

iIM- do piomces laA'idiomdfli d«i Attu-Uaû ; Bgmix rtn la 

Gevft SDPRAGE. — Supriig* C^. 

Capitules pluri-flores. InTotucrAcyUadrKJ oucanpaiù- 
fonne, aiuai long que les fleurs ou plus court, formé d'ë- 
nilfea berbAcées su subscariëûses , mémbranenses aux 
SdMsf obtuses, anisomitres, imbriquées, appliquées, ou 
jphts oa moins étalées : les extérieur orales tm oborales ; 
VHtintéiiettitl obkHtgUes, colorées. fcéce^Melr! petit, plan, 
M: Qonllc glabre, isfondibulifonHe , 5-fiâe; iidie grii- 
AtMlAnent évasé ; segments detnl-lattcéolés, pointas, glan- 
Anléttx k la sorfltce externe. Eumùaes Indusea. Iftlcules 
SblJÔBiques , subtrigones , fO-nerrëes; a^tette loi^e, 
(KMHiMsée àé soies subtriséiiées , nombreuse* , anisomi- 
M^tH^rtnes, courtement barbellulées. — TSeth& TÎTa- 
BtS. Rhlionié, tige, feniUes et infiorescetice, «et^EÉèe cbei 
tel t^trides. Ce genre est propre à* l'Amérii^ seîMen- 
frttfiUle; ou en connaît environ 13 espèces , fontes re- 
fRkr^tiables par l'élégance de leurs fleura ; les suÏTantes 
$« iiuhlTent comme plantes d'ornement. 

a) Innolucrt eanpattifomu : écailla herbaciei, colorieimue tordt : Ut 
inféri'ewti ilaUei; Iti inltrméiiairei apprimiei ; (M inlérimrtt ntr- 
aMMM*f d'un yaM ^ptndict inafpliijvé- 

SuPBAGE sCAHiErsE. — Suprago scttriosa Cass. — Liatris 
seariosa Willd. — Liatris suuarrulosa Midis. — Semtula 
sctaiosa Linn. 
on pubéniles , ] 
cébl^-spalliulé 
cÀilées-lînéaires 
siles ou pédoBcul 
grappe feuille, 
lès extérieures i 
oUnignei^lwTal 



WAMILLM Uia STVAlfTBÉAÉES. 9M( 

longues que Finyolucre.— Tige haute de a à 3 pieds^ dressa ^ 
effîlée y très-gréle, striée , glabre , ou pabërule , ou hispidttle, 
touvent rougeâtre. Feuilles snbeoriaccs , d'iio vert foncé : Uê 
infe'rieures longues de '/a pied à i pied ; les florales petites. 
Grappe longue , tantôt dense , tantôt plus ou moins lâche ; pi^ 
doncules bractëolës , longs de i ligne à 6 lignes. Capitules lar- 
ges de Va pouce à i pouee. Écailles-inyolucrales à rebord rouge. 
Corolles d'un pourpre foncé y plus lotïgues (pie rintôlncre. 
Nucules noirâtres , poilues ; aigrette rougeâtre. — * Indigène 
des proyinces méridionales des ÉtaUrlJois ; fleurit d'aoftt «n 
oetokre. 

b) Involuere qfHnéncé s ^Mi7/et ehartaeêeif iiutppendiculi^ twrkmn 

SxTPRAGt EN ifpi. — Suprago spicata Gass. -— Liatris spi- 
cota Willd. •* Bot. Hfag. tab. 1411. •* Andr. Bot. Rep. 
tab. 401. — Sweet, Brit Flow. Gard. tab. 49* — Liatris 
ffraoilis Lodd* Bot. Cab. tab. 1909. (non Nutt. ) <^ Ziotrû 
maerostackjra Michx.— - Liatris pilosa Bot. Reg. tab. SgS."*** 
Lodd. Bot. Gab. tab. 356. ( non alior. ) — Feuilles glabres^ ou 
ciliées vers leur base, nerveuses , pointues y subcartilagineusetf 
aux bords : les inférieures lancéolées-linéaires; les supérieure^ 
linéaires ou linéaires-lancéolées. Capitules sessiles ou subsessiles, 
6-à lo-flores, très-nombreux, disposés mk épi (en général dente) 
bractéolé. — Plante hante de 2 à 5 pieds. Tige grfle, effilée, 
dressée^ glabre. Feuilles-inférieures longues de i pied ou plus, 
larges de a à 4 ligues ; feuilles-florales la plupart réduites k des 
bractées plus courtes que les capitules. Capitules longs de 5 i 8 
lignes. Involucre plus court que les fleurs; écailles panachées de 
vert et de Uanc , ou de rouge et de vert» à rebord blanchâtre : 
les inférieures ovales on elliptiques ; les supérieures oblongues. 
Corolle ponrpre. Nucoks noirâtres» poilues^ aigrette rtogeâtre* 
— Indigène det États-Unis ; fkmt d'août en oO^re. 



..V 



1 DU COHKXÉES. 



XX* TRIBU. LES VERNCKÎIÉES. — VERNONIEJE 

Gass. 

Corolle à incision» égales ou inégales j mais Jamais sem- 
blaile à'celle des Lactucées. Stigmates sembieAlei à 
ceux ffw Lactucées. 

Tl^ bcrbw^a ou llgnioMi. Feailki tltemet, on nrmuiat oppoite, 
MravBDt ponctnèei. Floim ponrpTea, oa bUnchu, on blenu, on jkuna. 



deU Qoraîion, finemcnl pipillevx cndutui, pnbérulei en deiaout. 

Le» Vcrnoniéea ditféTcnt eMuilieUemeDt dei Lactacéei par U forme 
da la corolle, «t de tooteilea «utrei iribiu par lei idgraitsi, qui sont ab- 
«olument analogue! i ceni des Luluci«>. Cette tribu, qui comple un 
trèt-grand nombre d'espteet, la plupart iadigènea d'Amirlqae, eit tout à 
fait étrangère à l'Europe. 

Genre VERNONE. — Fernonîa Schreb. 

Capitules multiflores, androgyniflores , incouronnés , 
équaliflores. Involucre ovoide ou campaaiforme , plus 
court que les fleurs, formé d'écaillés régulièrement imbri- 
quées, subcoriacet, appliquées, mucronulées, ou surmon- 
tées d'un appendice subulé et inappliqué : les iatérieures 



■ . ■ ■ 



FAmLLB DBS 8YNÀarTHÉ&JSE5. S97 

âaigies et colorées au sommet. Kéceptade plan, foyéolé* 
Corolle subinfondilmHfoniie , 5-fide, ringente , arquée en 
dehors. Nucules subcjlindxaoées^ pubéniles, lO-costées, à 
bourrelet-baailaire cartUagmeux; aigrette doublet Texté- 
rienre courte, composée de paillettes linéaires ou subulées, 
1-sériées; l'intérieure longue, composée de soies filifor- 
mes, finement barbellnlées. — - Herbes yiyaces. Tiges ra- 
meuses au sommet, élancées, feuillues. Rameaux subCas- 
tigiés ou surfastigiés. Feuilles éparses, sessiles, ou subses- 
siles , dentelées , penninenrées. Capitules en panicoles 
terminales^ ou axillaires et terminales, bractéolées, lâchq^, 
subcymeuses , irrégulièrement tricbotomes. Corolles pour^ 
près. — Les 2 espèces suivantes se cultivent comme plantes 
d'omenïent. 

Vernone elakcéb. — Vemoma prœalta Nutt. — SemUula 
praalta Lmn.-^Diii. Ëlth. fig. 343.— Mill. le. tab. !i34.— 
Ecailles-inyolucrales mucronulées , inappendicuices , apprimëes. 

— Plante haute de 5 à lo pieds. Tige raide, dressée, effilée, 
caoDelée, pubérale, souvent rougeâtre. Rameaux simples, ou pa- 
niculés au sommet , feuilles, plus ou moins divergents^ ramules 
subaphylles. Feuilles lancéolées ou oblongues-lancéolées^ acumi- 
nées, denticulées, ou dentelées, subsessiles, rugueuses , glabres 
en dessus , plus ou moins pubescentes en dessous ; dentelures 
raides, acérées. Panicules lâches, ^-iS-céphales. Involucre 
ovoïde, glabre, long d'environ 3 lignes : écailles-extérieures 
ovales ou ellipticpies, arrondies ausonunet; écailles-intérieures 
oblongues, pourpres au sommet. Fleurs longues d'environ 6 li- 
gnes. Corolle d'nn pourpre foncé. — Indigène des Ëtats-Unis; 
fleurit en septembre et octobre. 

Vernone duNbw-Yorck.. — Vemonia noçœboracensisWûià, 

— Serraiula novœhoracensis'Lirm. — Bill. Elth. !i, fig. 34^. 

— Suprago glauca Gaertn. — Écailles-involucrales inférieures 
surmontées d*un long appendice subulé, inappliqué. — Plante 
haute de 3 à 5 pieds. Tige dressée, raide, pubescente, canne- 



CENT âODUNT&DEUXIÈME FAMILLE. 
LÈS CkLY CÈKÉES. — CALYCEREjE. 

CalffCêrem R. Br. in Linn. Trans. XII, p. 452. -*Rich. îb Mém. 
da Mus. YI^ p. 28. — BartL Ord. Kftt.^ , 195. — B« Gand. Prodr. Y, 
p. 4. — Boopidem Gass. in South, ât Pïïfk. 11146 ; Opusc. phytol. S , 
p. 344; Dict. das Se. Nat. Y, sappl. p. 26. — Synanthereœ, trib. II : 
Syneavpieœ , sectio III : Ca^fftriv » lUûihli* Syst. Nat. p. 4 82. 

Ce petit groupe, qui se rapproche beaucoup des 
Dipsacées et des Yalérianées, ne diffère essentieUement 
das Synanthérées que par rinsextion de Toyule^ qui est 
suspendu au sommet de la loge^ et par la grainci qui e$i 
munie d'un périsperme chamU| assez épais, à embryod 
axile, ayant sa radicule supère ; elles diffèrent don Pijp- 
sacées par le port et la nenration de la coroÙé» sembla- 
b]0ft à ceux des Synanthérées, ainsi que par la soudure 
pjius ou moins complète des filets et des anthères,Toute$ 
les Galycérées habitent rAmérique méridionale ; ces 
plantes sont d'un intérêt purement scientifique. La &- 
nulle ne se compose que de 4 genres, saYoir :^ 

Gamocarpha De Gand. •** Boopis Juss. — Cal/c^a 
Bich. (Galicera Gayan.)— -u^c/ca/pAa Jiw. ((^rypfqc^atrpba 
tu Br. Sommea Bory* Ecbînolema Jacq. fil A<um^o- 
sp«rma Arrab* ) 






■ ) • • 



*'j ■ 1 * ■ ' * ? * ' I ^ 



TRENTE-QUAIttlÈHE CLJlSSE. 



catÎTe ou contorrïve. 

Étamines en même nombre ou en plus petit nombre 
que les lobes de la corolle , interposées ( par exception 
antéposées), insérées au tube de la corolle (ou sut 
les onglets des pétales, ceux-ci étant libres). Filets libres, 
saillants, en général capillaires, en préfloraison le plus 
souvent indupliqués, ou inflécbîs au sommet. Anthères 
incombantes , a~thèques , libres , distantes : bourses pa- 
rallèles , contiguës , déhiscentes chacune par une fente 
longitudinale. 

Pislil : Ovaire inadhérent , ou adhérent, soit i-locu- 



301 

laire et i-ovulé , soit 3-loculaire et 3-OTulé, soit a-à 4- 
loculaire (par un placentaire central sepûforme ou à 
plusieurs lames ) et pluri-ovulé. Ovules soit anatropes et 
suspendus , soit amphitropes et peltés. Style indivisé , 
terminé par un stigmate soit entier^ soit !2-ou 3-fide. 

Péricarpe indéhiscent, (le plus souvent recoljivert par 
le calice ou couronné du limbe calicinal), soit i-locu- 
laire et i -sperme, soit 3*loculaire (Tune des loges i- 
sperme, les a autres par avortement aspermes) , soit a- 
ou 4-loculaire (à loges i -spermes, ou a-spermes, ou 
rarement polyspermes ). 

Graines périspermées ou apérispermées , inariUées. 
Périsperme farineux ou charnu, conforme à la graine. 
Embryon rectiligne , axile : radicule en général supère. 

Cette classe , qui n'est guère naturelle, comprend les 
f^alérianéeSj les Dipsacées^ les Globulariées ^ les Plom- 
baginées^ et les Plantaginées. -— M. Endlicher ( Gen. 
Plant, p. 35o ) admet aussi une classe à laquelle il 
donne le nom d* Agrégées^ mais il n*y place que les 
Yalérianées et les Dipsacées. 



•^ ï 



LES VALÉRÏANÉEB. — VALERlAîiEM. 

ËHpitMÊinm lect. II. Jim. Qtib '^ VkImrUmêm ]>t GmA. FL Wmaç. 
•d. 9,Tol. lY» p. 446; Mim. TH.*— ,|«m. InAiw. dii)lii«. ;](,p. |N)i|^ 

— Dafreme , 0utoir« naturelle et n^édlcale des Yalérianéei^ 4844. 

— DeCand. Prodr. IV, p. 623. — Bartl. Ord. Nat. p. 451. — Endl. 
Créa. Plant, p. 55d. ^ INSpioee», tribui III : fî»kHa%€m llelelieiik. 
Syit. Mat, p. 418* 

Le» Yalérianéis Qpt beaucoup 4*Affiiùtés n^iMpà^^ 
meut iLTeo les Dîpfaçéef, iniis ausâ avac les CaprifoUft- 
cees et les Rubiacëes. La plupart des espèces habitenc 
les régions Xempérée$ de rhémisphère septentnoiia)^ et 
surtout les contrées Toisioes de la Méditerranée, Jj$ 
racine de plusieurs Yalériauées est d'une odeur fort 
pénétrante, et douée de yertus médicdbrs tràs-pro- 
noncées. Plusieurs espèces se cultivent comme plantes 
d'ornement, ou comme plantes potafères. 

Caractères de la Famille. 

Herbes vivaces ( à souche souvent suffrutescente ) ou 
annuelles. Tiges et rameaux noueux avec articulation. 

Feuilles simples (entières, ou pennatifîdes , oupen- 
natiparties) : les radicales roselées, ordinairement rétré- 
cies en pétiole; les caulinaires opposées, sessiles, ou 
pétiolées; pétiole élargi et semi«amplexicaule à la base. 

Fleurs hermaphrodites, ou par avortement uni- 
sexuelles (soit monoïques, soit dioïques), blanches, ou 
bleues, ou rouges, ou jaunes, irréguUères, ou rarement 
subrégulières, solitaires- dichotoméaires, ou plus sou- 
vent disposées en cymes dichotomes ou trichotomes. 



Calice k tube tdftiérent ; Htftiiê tépigj^e, M géiiëral 
accrescent, tantôt rectiligne en prëfloraison, persiâ- 
tant, îrrëguliéfement 2^4 4-^enté, ou «^à 4 fidé) ou eo^ro- 
niforme^ tant&t formant un bounrelM d'abord involutë, 
se transformant nprès la flortiison en aigrette plumeude, 
finalement caduque. 

Coro/fe hypocrat^riforme, ou subinfondibuUforme, 
îrrégulière (rarement subréguîière), non-persistapte. In- 
sérée sur un disque épigyne; tube eylindracé ou obco- 
nique, à base souvent prolongée antérieurement en 
éperon creux ou en bosse ; limbe 5-lobé ( moins sou- 
vent 3-ou 4-lobé ), souvent 2-Iabié ; estivation imbrica- 
tive. 

Étamines au nombre de i à 5 ( en général moins de 
5),interposé«iy inséréci au tube de k corolle« Filets 
libres I saillants^ défléchis, en préfloraison infléchis au 
sommet. Anthères raédifixes, introrseS) versatiles : con^ 
nectif inapparent. 

Pistil : Ovaire adhérent, soit 34oculaire ( 2 4(^s 
loges inovulées, plus petites , quelquefois minimes t U 
3* loge i-ovulée), soit i-loculaire'et x -ovulé. Ovule «uia- 
trope, suspendu au sommet de la loge. Style fiUfopn^^ 
indivisé, terminé par i à 3 stigmates. 

Péricarpe coriace ou membranacé, indéhiscent | i^ 
sperme, soit i*loculaire (souvent par avortement), soit 
à 2 ou 3 loges dont i seule (en général difforme ) sémi* 
nifère. 

Graine suspendue, en général apérispermée^ tégu<* 
ment en générai nûace, membranacé. Embryon re^- 
ligne : cotylédons oblongs, épais , beaucoup plus longs 
que la radicule; radicule courte, obtuse, supère, conti- 
gué au bile. 



* 



Genre TfARDOSTXCÎIïS. — Nardotiaehys DeCtod. 

ïimbe-caliciiial foliacé, peniittst , 6-ptrti : segmoits 
o<vl«^longB, denticalét. Corolle régolièm, noa-ëperoo- 

née, 5-lobée; goi^ barbue. Étamines 4, imérée» vers U 
base du tube de U corolle. Ovaire 3-loGulaire. Style ter- 
iniaé pv un stigmate capîtelté. Péricarpe membranacé , 
l^perme, couronné du limbe -calicinal. — Herbes vivaces, 
à tiges ûmples , subaphylles. Feuilles très-entières ou 
dentées : les radicales allongées. Fleurs en cyme dense , 
involucrée. Corolle pourpre. 

Nardostacbys Jatahansi. — Nardostachys Jatamansi De 
Cand. Mém. VU , tab. i . — VaUriana Jatamansi Jones , id 
Asat. Bes. a. p. 4o5. — yaleriana Spica Vahl. — Palrinia 
Jatamansi Don, Népal. — Plante ayant le port du Seorionera 
kumilis. Racine pivotante, très-odorante, fibrillifêre au col. 
Tige relue. Feuilles piibesceates : les radicales linéaires-ob- 
loDgues;lescaulinairessablaace'olées. Cyme pédonculée. — Celte 
espèce croît dans l'HimsIaya; ses racines , connues en matière 
médicale sous le nom de Nord, ou Spica-nardi, fournit un 
parfum renomma de tout lempi cbezles Orientaux^ ses racines 



FAMILLE DES VALIÊEIAUÉES. 305 

jouissent d^lleurs de propriëtës médicales analogues k celles 
de la Valériane, et les Hindous en font usage & titre de stimu- 
lant. 

Genre YALÉRIANELLË. — Fderianella Mœncfa. 

Limbe-calidnal irrégulièrement denté ou lobé , persis- 
tant^ finalement subcoriace. Corolle subinfon^bulifonne, 
non-éperonnée, 5-lobée : lobes égaux ou inégaux. Stami- 
nés 2 ou 3 (en général 3), insérées vers la base du tube 
de la corolle. Ovaire 3-loculaire. Style terminé par un stig- 
mate entier ou 3-fide. Péricarpe chartàcé , couronné du 
limibe-calicinal plus ou moins amplifié , 3-loculaire , ou 
bien par oblitération 1-ou 2-Ioculaire. Graine ovale, acu- 
minée , comprimée , apérispermée. — Herbes annuelles , 
dichotomes ; rameaux subfastigiés. Feuilles sessiles : les 
radicales spathulées, très-entières; les autres très-entières, 
ou incisées -dentées, ou pennatifides. Fleurs petites, ses* 
siles , solitaires aux dichotomies supérieures , ou agrégées 
en cymes terminales , bractéolées. Fruit de formes très- 
variées suivant les espèces. — Genre renfermant environ 
20 espèces , la plupart indigènes des contrées voisines de 
la Méditerranée, et croissant de préférence dans les champs, 
les vignes, ou autres localités découvertes. Ces plantes 
sont connues sous les noms vulgaires de Mâche ^ Doucette, 
Blanchettey ou BoursettCj et fréquemment cultivées comme 
salades d'hiver. Les espèces habituellement cultivées sont 
les 2 suivantes : 

Yalérianelle commune. — FalerianeUa oUtoria Mœnch, 
— Eeichenb. PJant. Grit. I^ fig. 121 et 12a. — Faleriana 
hcusta : oc olitoria Linn. — Ëngl. Bot. tab. 811. — Fedia 
oUtoria Gxrtn. — Feuilles-caulinaires linëaires-ligulifomes , 
très-entières^ ou pauci-dentées vers leur base. Fruit 2-I0- 
culaire, suborbiculaire , comprimé, rugueux, 2-costë de 
chaque côté, obscurément 3-denté au sommet. — Plante haute 
de 3 pouces à i pied. Tige dressée, pubescente à la base; ra- 
MTAiogvi. rsAv. T. z. 20 






•ft'. 



FAMIUB PI» ViliRUHto. 367 

trè9-eptièr€s ; les inMrieiirts laincëdee» , ou lanctfolées-dlii^ 
qiies, oa Imodoléesfoblongues, pùntues, réirëcie&en pétiole^ ki 
supérieures ovales o^ oyalea-laiioéQléefi liHiguement acumiméia, 
subsessij^a; les florales eu grfmtfral pràtes, souvent incisAs^ 
deu^ i la basOy ou «ubpenuatîfides. Gjioes plus ou moins Ion* 
guemeat pédonouUes, dénies , disposées lant&l eu panienle i^ 
terroinpue, tantôt en thyrae assea dense» tantôt en ccnrjndie fifu 
minal. Bractées petites , linéaires^laofiéoléesi lougefttres. Goit^ 
pourpre, ou rose, on blandie : éperoA 2 à 3 fixis plus court ^ 
le tube y un peu plus long que l'ovaire; lobes oblongs , obtus ^ 
plus ou moins divergents , 3 fois plus oonrts que le tube. Éta« 
mine à peine aussi longue que la corolle, dâx)rdant le style, — 
Cette espèce, nommée vulgairement Valériane rouge y croît 
dans l'Europe méridionale; elle est fréquemment cultivée dans 
les parterres; sa racine est l^èrement odorante. 

Genre YALÉRIAME. — Faîeriana Tourn. 

Limbe-calidnal d'abord eoraniforme et involuté, après 
la floraison se transformant en aigrette composée de 12 à 
18 soies 1-sériées., longuement plumeuses. Corolle hypo« 
cratériforme ou infondibuliforme , subirr^;ulière t tube 
long , non éperonné, quelquefois gibbeux à la base ; limbe 
inégalement ô-lobé. Étamines 3 (chez certaines espèces 
nulles par avortement; ou accidentellement 1 seule éta* 
mine ) , insérées à la gorge de la corolle ; filets subulés , 
saillants ; anthères suborbiculaires , rétuses : bourses dis- 
jointes de la base jusqu'au delà du milieu. Ovaire l-locu- 
laire, comprimé. Style filiforme, saillant, terminé par 
3 stigmates subulés. Péricarpe chartacé, comprimé, ai- 
grette, mai^né , 1-nervé d'un côté , 3-nervé de l'autre \ 
l-loculaire,1 «sperme. Graine apérispermée, remplissant la 
cavité. —Herbes vivaces, ou sous-arbrisseaux. Tiges rameu- 
ses ( sarmenteuses chez quelques espèces exotiques) , ou 
simples et subaphylles. Feuilles (souvent dissemblablei) 
indivisées, ou triparties, ou pennatiparties , sessiles, oia 



a|iXaiticuktMB>,U*tâtâB^(«MnlniuMnBralifèn«aaia- 
hUm sup^riearei, tantdti nmaiM. m SMUDet ; entreniciid* ra- 
périeura beaucoup [dui longs que lea feuillts; rameaux trifhr- 
qu^t au (ommet. Feuillei gUbret on pnbesceutn : les radicales 
looguement pëlialéca, loi^uc* de '/■ |âed à i pied, 7-is-ja- 
guées; lei cauliuaires opposées, graduellement moins grandes; 
les sup^rieurei petites , panci-juguées , ou 3-parties , seuiles ; 
segments alternes ou opposés, sesiiles( lessupérieurs.décurrents), 
ovale*, ou ovales-lancéeléi , ou oblong^-lanc^lés, ou linéaires- 
laocéolés, acuminés, ou pointus, tautât trts-entieTs, tantôt dentelés 
qupauci-deutés.Cytnes plusieurs fois tricHotomeSfOmbdliformes, 
multiflorrs , denses, longuement pédoDcnléet, tentées au sommet 
de la tige et ordinairement aussi au sommet des rameaux supé- 
rieurs, solitaires au sommet desrameauxinfétieurs. Fleurs tou- 
jpuri hennapbrodites, loUtaim aux bifiircatiiini et fascicules aux 



FAMILLE DS5 VÀLÉaiÂlf É£S . 509 

extrëmitës des rayons de la cyme : les fascicules s^allongeantpeu 
à peu de manière à former des épis unilatéraux. Bracte'es ova- 
les-lancéolées, ou oblongues-lancéolées y pointues, submembra- 
naoées^ souvent ciliées. Corolle d'un rose pâle; tube non gib- 
beux; lobes étalés, blanchâtres, ou d'un rose pâle. Étamines et 
style presque aussi longs que la corolle. Fruit petit, ovale , ré- 
tréci en col court. -^Gette plante, connue sous les noms vulgai- 
res de Valériane sauvage^ ou FàUriane des bois y est commune 
aux bords des fossés et dans les bois bumides ; elle fleurit de 
juin en août. Sa racine a une saveur acre et amère, jointe à une 
odeur trës-pénétrante et assez désagréable; on l'emploie fréquem- 
ment en thérapeutique à titre de stimulant, et surtout comme 
emménagogue, antispasmodique, sudorifique, et vermifuge ; sui- 
vant le docteur Loiseleur Deslongchamps , elle possède aussi 
des propriétés fébrifuges très-prononcées. — Les racines de la 
plupart des espèces congénères ont la même odeur que celles de 
la Valériane officinale ^ et participent'plus ou moins aux proprié- 
tés médicales de cette plante. Les chats recherchent avec avidité 
les racines des Valérianes , dont l'odeur paraît exercer sur ces 
animaux l'effet d'un narcotique ou d'une boisson alcoolique. 

b) FemilUt - radietdei lei unei indivitéet , Iv autres triparties ou pro- 
fondiwient penfMti-lohées ; feuilles^eaulinaires pennatiparties. 

Valériane des jabdins. — ValerianaPhu Linn.— Blackw. 
Herb. tab. aSo. — Jaume Saint-Hil. Flore et Pom. Franc, tab. 
210. — Herbe vivace, très-glabre , haute de 2 à 5 pieds. Rhi- 
zome oblique, tronqué, brunâtre , fibreux. Tige dressée , grêle, 
cylindrique, fistuleuse, finement striée, glauque, ramulifère 
aux aisselles supérieures, très-simple inférieurement, quelque- 
fois seulement trifurquée au sommet; ramules aphylles , sim- 
ples, ou trifhrqués au sommet, très-gréles. Feuilles lisses, d*un 
vert glauque : les radicales longues de i pied à 1 pieds, veineu- 
ses, diversiformes, longuement pétiolées, obtuses, les unes (ou 
quelquefob toutes) très-entières , lancéolées-spathulées , les au- 
tres lyrées, 3-ou 5-lobées, à lobes très-entiers ou sinuolés, obtus 
(les latéraux oblongs, décurrents, le terminal suborbiculaircy on 



310 CLàÈÊm DBS âOliSÉBS. 

ébofûe, oa oUong-obarde, benoonp plnf giand) ; pAble ca- 
nalkalë. FaiilIef-eaiiliiiaiRS 3- k S-jngoées, k segments très- 
entiers 00 simioléSy dëcorrcnts, dtemesy on opposa : les seg- 
ments des feoilles-infifrieiires ordinairement larges, obtos, sob- 
oUongs, on elliptiqnes; les segments des feoiUes-sapâienies 
lancMéi on linéaires-lanoMéS , pointas. Infloresoence comme 
diez Tespiee précédente. Flenrs tonjonrs liennaphrodites. Co- 
rolle longue de 3 lignes, blanche, infiffidibnliforme, k lobes ob- 
longs, arrondis an sommet ; tube non-gibbenx. Ëtamines nn peu 
plus longues quels corolle. Fruitlong doi à Slignes, ovale-ob- 
kttg. — Cette espèce, connue sous les noms ,Tnl^aires de Va- 
lérkmefranekey Grande Falérianef ou (en pliarmaoeutique) 
PkUf croit dans les montagnes de la Bohême et de la Silésie; 
dk est fiéquemment cnltirée comme plante d'onieaient^ sa ra- 
cine participe aux propriétés de celle de la ValéîaDS officinale; 
mais comme elle est moins éhergiquei on ne Femploiè guère 
en médecme. 



CENT SOIXANTE-QUATRIÈME FAMILLE. 
LES DIPSACÉES. — DIPSACEjE. 

r 

DipiaeeœJuss. Gen. (excl. sect. II). — De Gand. Flore FraDç. IV, 
p. 224 ; Prodr. IV, p. 643. -^Bartl. Ord. Nat. p. 429. — £ndl. Gen. 
Plant, p. 555. — Gonlter, Mémoire tur hê Diptaeieif Mëm. de la Soc. 
d'hist. nat. de Genève^ II, p. 45. 4825. ~ Dtptaeearum trib. I (5ea- 
bioteœ) et II {Morineœ), Reichenb. Syst. Nat. p. 478. 

Cette famille appartient entotalité aux régioDS extra- 
tropicales^ et la plupart des espèces habitent les con- 
trées voisines de la Méditerranée. Les propriétés de la 
plupart des Dipsacées sont à peu près nulles. 

Caragteess de la Famille. 

Herbes ou sous-arbrisseaux. Tiges et rameaux noueux 
avec articulation, cylindriques^ ou irrégulièrement an- 
guleux. 

Feuilles opposées , ou rarement verticillées, simples 
(indiyiséeS| oulyrées, ou pennatifides, ou bipennati- 
fides, les radicales ordinairement non conformes aux 
autres), non-stipulées, soit sessiles et semi-amplexî- 
caules ( quelquefois connées par la base), soit rétrécies 
en pétiole élargi à sa base et semi-amplexicaule. 

JFTeurf irrégulières, ou subrégulières, hermaphrodites, 
le plus souvent sessiles et agrégées en capitule sur un 
réceptacle-commun, accompagné d'iin involucre formé 
d*une ou de plusieurs sériés de bractées ( soit squami* 
formes, soit foliacées); chaque fleur en général accom- 
pagnée d'une bractéole membranacée ou coriace ; les 
fleurs de la circonférence des capitules souvent ra^ 



Etamines 4 ( 1& place d'une 5', entre les a lobes nip^ . 
rieurs de la corolle, inoccupée ), ou moins souvent 5, in- 
terposées, libres, insérées à la base du tube de la corolle, 
en général subdidynames ( les a inférieures plus courtes). 
Filets dé£échis, indupliqués en pré Horaison. Anthères 
:es, dithèipies : bourses contigués, 
â-Tatves. — Les Morinées ont seule- 
insérées à la gorge de la corolle, et 
mes, insérés vers le milieu du tube. 
inadhérent (excepté chez les Mori- 
i-ovulé, complètement engainé par 



FÀMIUJS DES DIP5ACé£5>i 513 

le tube-calicinal. Ovule anatrope, suspendu au sommet 
de la loge. Style termmal,.filiforme, indivise , souvent 
adné par sa partie inférieure à la partie supère du tube- 
calicinal. 

Péricarpe membranacé^ ou chartacé, ou rarement 
coriacCi indéhiscent, i-loculaire, i-sperme, recouvert 
par les 21 calices, le plus souvent couronné du limbe du 
calice intérieur. 

Graine suspendue au sommet de la loge, périsper- 
mée ( apérispermée chez les Morinées), en général 
adhérente; tégument membranacé, à peine distinct de 
Fendocarpe. Périsperme mince, ou plus ou moins épais, 
charnu. Embryon rectiligne, axile, aussi long que le 
périsperme : cotylédons elliptiques ou oblongs, obtus, 
piano - convexes, ou subfoliacés, contigus ; radicule 
courte, supère. 

Cette famille comprend les genres suivants : 

I'« TRIBU. LES BIORINÉES. ~ MORIJSEM 

DeCand. (i). 

Limbe'Calicinal foliacé, a^labié, Étamines 2, insérées à 
la gorge de la corolle. Deux staminodes très-petits, 
incbUf insérés vers le milieu du tube de la corolle. 
Ovaire adhérent au tube du calice. Style inadhérent. 
Graine apérispermée, — Fleurs vertidUées aux ais- 
selles des feuilles supérieures. 

Morina Toum. ( Diototheca VailL ) 



(\) A notre avis, ce groupe 1 beaucoup plus d'affinités avec les Yalé- 
rianées qu'avec les Dipsacées , et il pourrait être considéré comme une 
petite famille intermédiaire. 



Genre MORINE. — Morina Tourn. 

Calicule Bubcoriace, obcoiuque, irr^ulièieuent nnaé- 
denté au sommet : dents uiitées , spiaesceotes ; 2 des 
dents (oppoa^)à aiétes beaucoup ^us longues. Calice 



FAIOLUE DES DIPSÀGÉES. 31S 

interne à tube adhérent ; limbe foliacé , veineux ^ tubu* 
levof., bilabîé : lèvres entières ou bilobées. Corolle subhy- 
pocratériforme : tube très-long, grêle, évasé au sommet^ 
décliné ; lèvres planes, inégales : la supérieure plus pe- 
tite, bilobée ; l'inférieure profondément trilobée. Eta- 
mines 2, saillantes; filets linéaires, comprimés; anthères 
obliquement cordif ormes, à 2 bourses inégales. Style fili- 
forme, un peu saillant. Stigmate capitellé , ou disdforme , 
pelté. Péricarpe coriace, rugueux , comprimé, convexe et 
3-costé d'un côté , presque plan et 1-sulqué de l'autre, 
inégalement 2-denté au sommet. Graine adhérente. 

Herbes vivaces. Tiges simples. Feuilles raides, coriaces, 
sinuées, ou pennatifides, ou indivisées, bordées de dents 
spinescentes : les radicales agrégées, rétrédes en pétiole 
ailé; les caulinaires sessiles , verticillées ; les florales gra- 
duellement plus courtes et plus larges, mais raides et 
q[>inescentes comme les feuilles inférieures. Yerticilles- 
floraux très-denses. Fleurs sessiles, ou subsessiles, soit non- 
bractéolées, soit accompagnées chacune d'une bractée 
coriace, aristée-dentée. Corolle rose ou pourpre^ grande. 

MoRUfE dePease. — Morina persica Linn, — ^Lamk. 111. tab, 
2i,fig. a. — ^Feuilles sinuées-pennatifides (lobes i-3-aristés, àaré- 
tes fortes, très-longues) : les radicales et les caplinaires-inférieu- 
res obloogties ; les florales ovales ou ovales-lancéolées , longue- 
ment aristëes, velues on pubesotnioi. Fleurs âiractédées. Lèvres- 
calidnales oblongues, arrondies au sommet, subrétuses, ou très- 
entières. — Plante haute de 2 à 3 pieds. Racine grosse, pivo- 
tsnce, très-longue. Tige dressée^ cannelée » veine sur la partie 
Boriftre, glabre infâriemement* Feuilles asses semblables k cel- 
les du Carduus nuians i ks radioales longues de '/> pied à i 
pied; les canlinaires-inférieores verticilUes-teniées ; les florales 
temées ou quatemées* Épi long de '/« pied è i pied. Yerticilles 
multiflores : les infiùrteurt distancés; les .supérieurs rapprochés. 
Galicule velu, long de 4 lignes. Calice long de 6 lignes^ un peu 
débordé par les grandes arêtes du calicule. Corolle pourpre, 



liitthe-coUànal cfathifom», ou aipuliforme, ou tUtci- 
forme, arcéolé à sa base, courmaté de dents ou de 
soies, ou tronqué. Étamtnes 4 ou 5, aiùsomètres , insé- 
rées vers la base du tube de la coraile. Point de sta- 
minodes. Ovaire inadkérent. Style adhèrent tnjé- 
riewementaa col du calice. Graine périspermèe. — 
Infloretceace en capitule» très-denses, solitaires, 



FÀMILLB DIS DIPSACÉE8. 317 

terminaux^ longuement pédoncules, inçolucrés, à ré* 
ceptacle commun garni de soies ou de ptxillettes 
[braetéoles solitaires sous chaque /leur) soit mem* 
branacéesj soit coriaces. 

Genre GARDIAIRE. — Dipsacus Tourn. 

Capitules cylindracés ou ovoïdes. Inyolucre foimé d'é-* 
Cailles sublinéaires, pointues, raides, coriaces, subbisériées, 
anisomètres, étalées. Réceptade-commun fusiforme ou 
cylindracé, très-élevé, garni de paillettes coriaces ou sca- 
rieuses, demi-embrassantes , nayiculaires , carénées a»^ 
dos , terminées en pointe subulée (ordinairement raide et 
piquante) au sommet. CaUcule subcoriace, prismatique, 
tétraèdre^ 1-ou 2-nerYé à chaque face, couronné d'un 
rebord chartacé, à peine apparent. Limbe-calicinal cupu- 
lifoime, 4-denté, ou tronqué, petit, finalement caduc. Go* 
rolle subrégulière, infondibuliforme, 4-fide : le lobe exté- 
rieur plus grand. Étamines 4, égales, saillantes. Style fili- 
forme. Stigmate petit , infondibuliforme. Fruit inaigretté. 
— Herbes bisannuelles, élancées , rameuses. Tige dressée, 
fistuleuse, souvent garnie (ainsi que la côte de^ fétailles) 
d'aiguillons. Feuilles indivisées ou pennatifides , penni- 
nervées : les radicales (dépéries la 2* année) roselées, ré-« 
trécîes en pétiole ; les caulinaires opposées, plus ou moins 
connées par leiur base. Pédoncules raides , dressés. Capi- 
tules verticaux , en général gros ; floraison commençant 
ordinairement par les fleurs situées vers le milieu du capi- 
tule , puis procédant à la fois de haut en bas et de 'bas en 
haut. Fleurs horizontales, plus courtes que les paillettes- 
réceptaculaires, ou à peine plus longues. Corolle blanche , 
ou carnée , ou lilas, ou jaunâtre. Fruit plus court que les 
écaiUes-réceptaculaires. 

Cardiaiiœ a foulon. — Dipsacus fuUonum Mill. — Engl. 
Bot. tab. ao8o. — Plante glabre, haute de 3 ii 7 pieds. Bacine 



dans l'Enn^ màîdionale ; elle fleurit ca été. Od U cnltire i 
CBtIse de ses capitules, dont les bonnetien et les drapiers font 
nsage ponr carder les laines. 

Genre ASTÉROCÉPHALE. — Astencephaltu VwH. 

Capitules presque plans , radiants. larolucre formé de 
bractées foliacées, mutiques, étalées, 1-ou 2-sériées, 
soudées par la base. Réceptacle conique ou bëmispbéri- 
que, garni de paillettes membranacéea, sublinéaires, mu- 
tiques, presque planes, à peine aussi longues que les 
fleurs, ou plus courtes. Calicule à tube 4-gQne, ésulqué 
inférieurement, creusé dans sa moidé supérieure de 8 fos- 
settes profondes, contiguës, lot^tudinales ; limbe c;»- 



FiIffUS DES nmuÊBs. 319 

thifonne, meinlMranacé , scarieux, plissé, muki-iierfé, 
denticulé au fonunet. Galice h tube souvent prolongé en 
col filiforme ou columnaire ; Umbe cbarnu^^ cupulifoârme ,- 
couronné de 6 soies filifonnes-sobulées , scabrea, alternes 
chacune avec une dent peu marquée* Corolles des fleurs- 
radiales ringentes, bilabiées : lèyre supérieure petite i 2- 
partie ; lèvre inférieure très-grande, profondément 3-lo- 
bée. Tube obconique , plus court que la lèvre supérieure. 
Corolles des fleurs du disque subrégolières, obconiques , 
ô-lobées. Staminés 4 ; filets capillaires ; anthères linéaires- 
oblongues , échancrées aux 2 bouts. Style filifornie, épaissi 
au sommet. Stigmate discifonne , ou unilatéral et oblique. 
Nucule petite, aigrettée, recouverte par le calicule dont 
le tube devient subcoriace. — Herbes, ou sous-arbris- 
seaux. Feuilles très-entières ou pennatifides, pétiolées; 
pétioles (de chaque paire ) connés par la base. Pédoncules 
dressés ou un peu inclinés dumnt la floraison. — Corolle 
lilas, ou jaunâtre, ou blanchâtre. — Les 3 espèces suivan- 
tes se cultivent comme plantes d'ornement. 

A. Tiges etrameaux^adultes ligneux, RamuleS'flonJères biS' 
annuels, feuillus. Feuilles très^rapprochées ^ toutes très^ 
entières j couvertes {ainsi que les jeunes pousses) d'un du- 
vet satiné'argenté. Pédoncules non^inclinés pendant la 
floraison. Stigmate subovale, unilatéral^ oblique. Inpokh' 
celles et calices très-soyeux, Involucre à Umbe peu ou 
point débordé par les soies du limbe caUcinal, Calice 
prolongé en col filiforme, 

ASTEROCEFHALE A FEUILLES DE GlAHlIféE. — • AsIefOC^hf- 

lus graminifolius Spreng. *- iScoiiosa fpraminifolia Linn. — 
Waldst. et Kit. Plant. HoDgar. tab. i88.—- Bot. Reg. tab. 835. 
— Jaume Saint-Hil. Floire et Pom. Franc, tâb, 64» -—Feuilles 
lincaires ou lancéolées-linéaires, pointues. Bractées-involu- 
craies linéaires- laocëolées , pointues. Calicule-firuetifère à tube 
c jflindracéy à peu près aussi long que le limbe. '^- Arbuste, 
ti ulîuy haut de */* pied k i pied. Tiges diffuses ou. ascendantes, 



réfléchies après la floraison. 

Gyrtostéumëdes lADDiNs. — CjTtostemma atropurpureui^ 
Mert- et Kocli. Deutsclil. Flor. {sub Scabiosa.)—Scabiosaatro- 
purpurea Lîiin. — Bol. Mag, tab. ■^47- — Plaote glalire ou fi- 
nement piibcrule, haulc ddà 3 pieds -Tige grclc, très -rameuse, 
dressée, r^liodrique, soiiveot luisante. Rameaux dressés ou as- 
cendants. Feuilles luisantes, d'un vert gai, quelquefois parse- 
mées de poils rpars : les radicales ordinairement oblongues-spa- 
thiilccs , tantôt très-entières , laotâl dentelées , ou ipcisees- den- 
tées ; les caulinaires à s^menls -latéraux en géne'ral linéaires ou 
sulilincaiies, et très-entiers. Pédoncules longs de Y» pied à m 
pieds. Capitules (y coninris les fleurs-rvdiales) larges de i pouce 



FAMiLLB BBS wrpsââiis. 3IS 

k ft p«lrtcf. Bratlë«itMtéluinlti taotât plot cMittcs qm bi 

fleurs, tantôt k peu près aussi longue» ou plus kMigiiii) IîiIbî-i 
res, pointues, subnaTiculaires, ordinairement pubescentes, élar- 
gies et subcoriaces vers leur base. Corolle ordinairement comme 
yeloutée et d'un pourpre yiolet, par yariation blancbe, on rose^ 
ou paqacbëe; lobes arrondis ou tronques au sommet, oblongs: 
ceux des fleurs-radiales souvent cre'nelës. Styles et filets orai* 
nairement d'un pourpre violet. Anthères et stigmate blancs. 
Galicule-fructifère long d'environ 3 lignes, blancbâtre, à em- 
bouchure large de près de 3 lignes. Aigrette k soies brunes, fi- 
nalement e'talées. — Cette espèce , connue sous le nom vulgaire 
àe Fleur de veuve y parait être originaire d'Orient; on la cultive 
fréquemment conraie plante de parterre ) elle fleurit de juillet en 
octobre ; ses fleurs répandent une odeur assez agréable , ayant 
quelque analogie avec celle du musc. 

Genre SCABIEUSE. — Scabiosa Vaill. 

Capitules subhémisphériques, radiants. Involucre formé 
de bractées herbacées, nautiques , étalées , 2-sériées, sub- 
isomètres, libres. Réceptacle subglobuleux, couvert de 
soies fasciculées autour de chaque fleur. Calicule prisma- 
tique ^ tétraèdre , un peu comprimé, ésulqué, innervé, 
tronqué ou irrégulièrement denticulé au sommet. Calice 
à tube prolongé en col filiforme ; limbe saillant , charnu , 
cupuliforme, â-ou pluri-denté , finalement caduc : chaque 
dent prolongée en soie filiforme-subulée^ scabre. Fleurf- 
radiales â corolle ringente, 2-labiée : lèvre supérieure pe- 
tite, indivisée , dressée ; lèvre inférieure grande , subhori-' 
zontale, profondément 3-lobée. Fleurs du disque à corolle 
infondibuliforme , subrégulière, 4-lobée. Étamines 4 ; filots 
capillaires; anthères lioéaires-oblongues. Nucule finale- 
ment nue , recouverte par le calicule devenu subcoriace. 

Herbes annuelles ou vivaces. Feuillea indivisées ou 
pennatifides : les inférieures pétiolées; les supérieurs» 
sessilea ou suhseasilea; pétiole» cMUiéa par la base. Tig» 



carafes, ou blaocbes, glabres, oupubérales â la surface externe; 
tobes obtus, ceux des corolles- radiales ordiDairfmeDt crénelés. 
Calicule-fciictifere oblong, obius, poilu, obscnre'meiit 4-deiite, 
long de '2 à 3 lignes. Limbe calicinal ordinairement à 8 soies. 
— Cette plante , contuie souj le ûom vulgaire de Scabieuse, est 
conimune dans Its prés, les pâturages, les clairières des bois, etc.; 
elle fleurit de mai va automne. On lui attribue des propriétés 
dépuratives. 

Genre SUCCISE. — Saccùa Vaill. 

Capitules hémisphériques, à peine radiants. Involucre 
formé de bractées herbacées, étalées, 2-sériées, aaiso- 
mètres, mutiques. Réceptacle suhelobulem, garni de 



FAIOLLE DES DIPSAGÉES. 3S5 

paiOettes berbacée» , presque planes , plus courtes que les 
fleurs. GaliculeoTOïde ouoblong, 4-'gO]iey Sncosté et 8-sul- 
que d'un bout à l'autre > couronné d'un limbe herbacé, 
4-denté. Galice à tube prolongé en col court; limbe petit, 
charnu , cupuliforme , tronqué , ou à ô dents prolongées 
en longue soie filiforme-subulée , scabre ; quelquefois 1 à 
4 des dents ne sont point sétifères. Corolles infondibulî» 
formes , plus ou moins inégalement 4-lobées : les radiales 
un peu plus grandes. Etamines 4, grandes. Style filiforme* 
Stigmate subdisciforme, pelté, oblique. Nucule recouverte 
par le calicule devenu subcoriace. — Herbes vivaces. Tige 
dichotome ou paniculée. Feuilles indivisées : les infé* 
rieures pétiolées ; les supérieures sessiles ou subsessilés , 
connées par la base. Fleurs bleues , ou blanches, ou roses. 

SucGiSE DES PRÉS. — Succisa pratensis Mœnch, Meth. -« 
Scabiosa Sucdsa Linn. — Flor. Dàn. tab. a^g. — Blackw. 
Herb. tab. i4d. — Engl. Bot. tab. 878. — Plaote glabre ou 
pubescentCy haute de i </, pied à 3 pieds. Racine oblique , noi- 
râtre, tronquée, garnie de longues fibres. Tige grêle, dressée, 
médiocrement feuiilée, souvent rougeâtre, ordinairement dicho- 
tome au sonuoet. Feuilles glabres ou légèrement poilues , d'uo 
vert foncé, souvent ailées, tantôt très-entières, tantôt dentées : 
les radicales et les caulinaires- inférieures cblongues ou lancéo- 
Jées-oblongues , obtuses, décurrentes sur le pétiole^ les supé- 
rieures lancéolées, pointues. Pédoncules longs, grêles, en général 
pubérules-incanes. Capitules d'environ 6 lignes de diamètre. 
Écailles-involucrales lancéolées on ovales-lancéolées, pointues: 
les extérieures plus grandes , presque aussi longues que les 
fleurs. Paillettes-réceptaculaires lanc^lées, acuminées , poi- 
lues. Corolles ordinairement bleues , moins souvent blanches ou 
roses; lobes obtus ^ entiers : le supérieur plus court. Calicule* 
fructifère soyeux, couronné d'on limbe ooroniforme, herbacé, 
4'fide. Limbe*ca1idnal à 5 soies saillantes, noirâtres. — Cette es- 
pèce, nommée vulgairement J^ifccistf, S câbleuse des hois^ Mors 
du diable y ou RemorS du diàbte^ eroît dans les piairies humi- 






SS6 CLISSB DBS kcmioÈM. 

dbs cl les bw| elle fleurit de joâiec en t^lendM^. ïotièà tes 
jperties ont une MTeor âstrJBgèice «t attère; la drfnètien dès 
ftniUes passe pour un exceUeiC remède centre les maladies de 
la peau. 



. . . 'k ' » ( i : . . i i ... • 3 



in .' 






» ■ ■ ■ « 



CENT SOIXilNl'E.ClNQUIÈME FAMILLE. 

f 

LES GLOBOLAftîÊËS. — iRlOÈUUhtËM: 

GitéétàHmB De Oand. Fltire Fmnç. III i p. 4BT. — ËÀfil. Ord. 
Mat. p. 467. •«- Gtmbew. ia Ann. dét Scieotei llirt. IX, p 4«. ^ MiR- 
finearwn genn. Reiçhenb. Gonsp. p. 12^. •— (r/o^l^aceo Daiii9rt. 
F«m. des Plant, p. 24 . •— Lindl. Nat. Syst. éd. 2 , p. 268. 

Ce petit groupe, qui n'est fondé qUe sur le genre 
Globularia Linn., a été réuni par M. Reichènbach aux 
Sélaginées, ayec lesquelles il paraît eh effet avoir plus 
d afËnités qu'avec toute autre famille. M. Endlicher, eh 
admettant les Globulariées comme une famille distincte, 
les place aussi à côté des Sélaginées. M. Dumortier les 
met entre les Brunoniacées et les Labiées. M. de Gaq- 
doUe et M. de Jussieu les rangeaient près des Primiiia- 
cées. — Toutes les espèces sont indigènes des régions 
extratrojiicalés de lliémisplièré septentrional; la plu- 
part habitent les contrées voisine^ de la Méditerranée; 
ces végétaux ont des propriétés toniques et purgatives 
très-prononcées. 

Caractères de la Famille. 

Herbes vivaces, ou souà-arbrisèèanâs^ d^ éi^brissèaàà:. 
Rameaux cylindriques, inarticulés. 

Feuilles simples, indivisées (très-entières ou dente- 
lées ), alternes, ou fasciculées, non-stipulées. 

Fleurs hermaphrodites, irrégulières, agrégées en ca- 
pitules (terminaux, ou rarement axillaires, en général 
solitaires ) involucrés. Réceptacle-commun convexe , 
garni de paillettes persistantes. 



"/ ~ " ' 7 ' • " — !^ ■" ' ' ** -V ^^'"^ '•^'=^»:-' - " ' r.^,-- ^ '^ 



328 CLAS5E DES AGACÉES. .^ * 

Calice herbacé^ persistant, inadhérent, régali^ment 
S-fide, ou moins souvent 2-labié (à lèvre supérieure 
3-fide, et à lèvre inférieure a-fide); gorge nue, ou plus 
souvent fermée' par une houppe de poib; tube 4~gone 
après la floraison. 

Corolle bypogyne, tubuleuse, non-persistante, a- 
labiée, ou quelquefois i -labiée; tiïbè cjlindracé; lèvre 
supérieure plus courte (quelquefois nulle), en général 
a-partie, moins souvent a-fîde ou indKvisée; lèvre infé- 
rieure 3-partie, ou 3-fide, ou 3-dentée, plus longue que 
la supérieure. 

Étamines 4y insérées à la gorge de la corolle, inter- 
posées ( l'interstice des a lobes supérieurs de la corolle 
non-staminifère). Filets filiformes, saillants, ififiéchb au 
sommet en préfloraison : les a supérieurs un peu plus 
courts. Anthères réniformes, iricombantes, a-thèques : 
bourses longitudinalement a-valves^ finalement con- 
fluentes. 

Pistil : Ovaire inadhérent, i-loculaire, i-ovulé. 
Ovule anatrope, suspendu au sommet de la loge. Style 
terminal, indivisé, saillant. Stigmate indivisé ou échan- 
cré, terminal. 

Péricarpe : Nucule mucronée, i-sperme, recouverte 
par le calice. 

(?ra//i& suspendue, adhérente, munie d'un périsperme 
charnu. Embryon rectiligne, axile, presque aussi long 
que le périsperme; cotylédons ovales, obtus; radicule 
supère. 



' ' .FAMILLE DES GLOBULARlisS. 399 

Genre GLOBULAIRE. — Globidaria Lion (1). 

Capitules ntultiflores , très-denses. Inyolucre formé d*é- 
caiUes imbriquées , subcoriaces , plus courtes que les fleurs. 
Paillettes-réceptacnlaires solitaires sous chaque fleur, con- 
formes aux écailles-involucrales. Calice 2-labië , on sub- 
régulier, 5-fide. Corolle 4-ou 5-fide, 2-labiée (par exception 
1-labiée, à lèvre 3-partie) : segments linéaires , étroits, 
inégaux. Etamines 4 , didynames, saillantes. Oraire 14o< 
culaire, 1-ovulé. Style filiforme. Stigmate indivisé ou 
échancré. Nucule petite, incluse, l-sperme, chartacée. 

Herbes vivaces, ou sous-arbrisseaux, ou arbrisseaux. 
FeuiUes persistantes ou marcescentes , coriaces, très-en- 
tières , ou paucî-dentées au sommet : les radicales roselées, 
spathulées , rétrédes en long pétiole ; les autres sessiles ou 
subsessiles, plus petites (quelquefois squamuliformes ) , 
éparses, ou sub£Bisciculées. Capitules terminaux (par ex- 
ception axillaires), sessiles, ou pédoncules , en général 
solitaires. Fleurs petites , bleues. 

Globulaire Altvov. — Gio&u^riA Afyp^^^ Lîdq.— Lois, 
in Nonv. Duham. 5, tab. ^\y fîg. i .--Tige et rameaux-adoltes 
ligneux, aphjlles. Feuilles éparses ou subùscicnlëes, persistan- 
tes, lancéolées-spathulées, on obovales-spathnlées, ou oUongues- 
spathulées, très-entières, ou i-à S-dentêes vers leur sommet, mu* 
cronées, i-nervées, courtement pétiolëes. ËoaiUes-involucrales 
très-nombreuses, ovales, subscarienses , ciliées. Gaptules termi- 
naux ou latéraux, sessiles, solitaires. Calice subrégulîer. Corolle 
à lèvre supérieure très-courte, bifide; lèvre inférieure très-lon- 
gue, 3-deDtée. — Arbrisseau toufiîi , rameux dès la base , haut 
de I pied à 4 pieds. Feuilles coriaces, d'un vert gai, assez rap- 
prochées , longues de 6 à ri lignes. Capitules de 6 à i a lignes 
de diamètre. Calice très-velu. Fmit très-petit , ovoïde , jau- 
nâtre. — Cette espèce, nommée vulgairement Turbithy et en 

(4) GloànterMi tt ilyjiiH» Tonm. 



teuffiies, étaléea sur terre, longuM de i paoce à 3 pouces. Ca- 
pitules de 3 à 6 lîgaet de diamèlre. Calice profondément S-iide, 
hispide; legmeDU linàùrei-subulés , ciliés ) gorge barbue. Go- 
rolle B tube plus court que le calice. — Cette espèce croit dans 
lu pelouses sèches; elle fleurit au printemps,- ses propriétés pa- 
raisient être les mêmes que celles de l'espèce précédente. 



CENT SOIXANTE-SIXÏÈME FAMILLE. 
LES PLOMB AGI NÉES. — PLUMBAGiNEM. 



JiMs. Gen; — Phm»èagiiiê9 Vent. Tabl. II , p. &7fi« — 
R. Br. Prodr. p. 4S5. — Bartl. Ord. Nat. p. 426. — Endl. Gen. Plant, 
p. 548. — Pltmbaginaeeœ Lindl. Nat. Syit. éd. 2 , p. 269. — Plumha-- 
gii^earum trib. II : Plumbagbœ Adchcmb. Syst. JUit. p. 202. 

Presque toutes les Plombaginées appartieimeot aux 
régioDS extra-tropicales , et la plupart d'entre elles se 
plaisent dans les localités emprrâites de sel marin : aussi 
abondent-dles principalement sur les plages de la Mé- 
diterranée, de la Caspienne et de TOcéan* Piusieiilrs 
Plombaginées sont acres et caustiques, tandis que d'au- 
tres sont astringentes et toniques. Beaucoup d'espèces 
se cttltiTent comme plantes d'ornement. 

Gjlblagtèees db la Famille. 

Herbes ( la plupart acaules, à souche suRhitescente , 
polycéphale ) , ou arbustes (à tige sarmenteuse chez 
plusieurs espèces). Tiges et rameaux (ou hampes) cy- 
îyndriques ou irrégulièrement anguleux , quelquefois 
noueux et articulés. 

Feuilles simples, non-stipulées, le plus souvent per- 
sistantes ou marcescentes, très-entières, ou dentées, ou 
rarement sinuées: les radicales toseléei, réttildes en pé- 
tiole, le plus souvent spathulées; les caulinaires ( chez 
plusieurs espèces réduites à des écAlIles sc&iiensés ou 
coriaces ) sessiles ou pétiolées, engainantes, ou àftiplèxi- 
caules, ou semi-amplexicaules, éparseâ. 

Fleurs hermaphrodites, ré|[ulières, 1-à S-bractéblées 
à la base, disposées en épis, ou en grlippés, ou en cymds, 



33^ CLASSE DES AGRÉGÉES. 

OU en panicules, ou en capitule involucré. Bractées le 
plus souvent scarieuses. Épis ou grappes ordinairement 
distiques ou unilatéraux. Pédicelles articulés aux 2, bouts. 
Floraison en général sans ordre r^[ulier. 

Calice articulé par sa base, iiiadhérent, persistant, 
tubuleux (par exception 5*parti), 5-denté, ou 5-ariaté, ou 
tronqué, ou infondibuliforme, 5-costé, 5-plissé, le plus 
souyent couronné d'un limbe scarieux, membranacé, 
5-nervé. 

Corolle bypogyne, très-délicate, non^rsistante, soit 
hypocratériforme ou infondibuliforme (à tube srâe. 5- 
pKssé, et à limbe 5-parti), soit de 5 pétales onguiculés, 
distincts, ou cohérents moyennant la partie inférieure 
des onglets. Estivation contortive. 

Étamine» 5, antéposées, libres, insérées soit sur un 
disque hypogjne, soit à la gorge de la corolle, soit à la 
base des onglets. Filets filiformes ou capillaires, souvent 
soudés par leur base, rectiligoes en préfloraison. An- 
thères introrses, versatiles, submédifixes, 2-thèques : 
bourses parallèles, contiguês, disjointes vers leur base, 
déhiscentes chacune par une fente longitudinale. 

Pistil: Ovaire inadhérent, i-loculaire, i-ovulé, 5-sul- 
qué, ou pentagone. Ovule anatrope, suspendu moyen- 
nant un funicule (long, filiforme, dressé, ou ascendant, 
infléchi au sommet ) inséré au fond de la loge : micro- 
pyle supère. Styles au nombre de 5 ( moins souvent 3 
ou 4 )) filiformes, libres dès leur base, terminés chacun 
par un stigmate filiforme ou subulé, papilleux; ou bien 
un seul style, terminé par 5 stigmates distincts^ par ex- 
ception un^tyle 5-furqué à partir du milieu. 

Péricarpe capsulaire (5-valve), ou indéhiscent, mem- 
branacé, ou coriace, i-loculaire, 1 -sperme, recouvert 
par le calice ou par exception saillant. 



FAMatE I>B6 PLOMBAGIiriES. 333 

Graine suspendue, en général inadhërente, périsper- 
mée {par exception apérispermée ) ; tégument mem- 
branacé ; raphé filiforme. Périspeime mince ou épais , 
farineux. Embryon rectiligne, axile, à peu près ausri 
long que le périsperme : cotylédons minces, plans, 
oblongs, ou elliptiques, contigus; radicule courte, 
supère. 

Cette famille comprend les genres suivants : 

I" TRIBU. LES T?ÏA}MBAGtES. — PLUMBAGINEJE 

GENUINJE Bartl. 

Calice entièrement herbacéy ou scarieux seulement entre 
les côtes. Corolle hjrpocratériforme^ ou injondibuli- 
/'ormcy non-staminifère. Étamines insérées au bord 
(Tun disque hypogyne, glandulaire^ cupuliforme^ en» 
gainant la base de l'oifaire. Un seul style, terminé par 
5 stigmates. Péricarpe coriace ou chartacé, S^T^alife^ 
— Fleurs en grappes point unilatérales. 

Plumbagella Spach (i). — Plumbago Tourn.— P/i/w- 
bagidium Spach. — Ceratostigma Bunge. — Fogelia 
Lamk. 



(1 ) Genre fonde sur le Plumbago mieraniha Ledeb. Il diffère des an- 
tres genres de la même tribu : A " par un calice profondément 5-fide , 
éeosté, scarieux seulement aux bords des segments « à tube finalement 
garni de 5 crêtes longitudinales, fongueuses, dentées, alternes avec les 
segments ; 2° par une corolle à peine plus lougoe ^ne le calice , tobn- 
lense-cylindracée, trés-courtement 5-fide ; 5** par un style court , à peine 
aussi long que les stigmates. — Cette espèce est annuelle ( en quoi elle 
diffère aussi de toutes les autres Plombaginêes ), à tige paniculée; ses 
feuilles sont sinuolées ou denticulées , minces, glabres, sessiks, «mplexi- 
caules, cordiformes-bilobëes à la base (à oreillettes plus ou moins adnées), 
couvertes en dessous d'une poussière glauque. Les fleurs sont gloméfnlées 
aux aisselles des feuilles supérieures et des bractées. 



terminée chacun par hA tttgMMujuir. eMitptitvi .; 



VER^ Bartl. . 

Calice entièrement herhncê, ouscarieux seulement entre 
les côtes. Corolle hypocratériforme, ou infondtbuli- 
J'orme, non-staminijere. Etnmines insérées au bord 
d'un disque hypogyne, glandulaire, cupulijorme , 
engainant la base de l'ovaire. Un seul style, terminé 
par 5 stigmates. Péricarpe coriace ou chartacé, 5- 
■valve. — Fleurs en grappes spiciformes ou subcorym- 
biformes (j>oint unilatérales ni distiques), ou bien glo- 
mérulées. Tiges et rameaux Jeuillés. 

Genre DENTELAIRE. - Plumiago Tourn. 

Galice coDoïde, â-costé, â-deaté, gcatieux entre les côtes, 
k base charnue, écostëe ; cdtes Urgea, pknef , l-nerréei , 



FAMIU.S hm phomMkmmiMs, 3S5 

preaqiM contî^uis j ciKéM de gknâules ati|été«t. GmoUs 
infoadibulîforiBc s limbe 5«»parti, subringent,. à segmenU 
presque dressa, subceiiTahitét, iœhnqiiéi pur lee bords, 
carénés en-dessous, un peu inégaux, Etamines un peu plue 
longues que le tube de la eorolle ; aiitkères elllpiiquet^ 
oblongues. Disque entier ou ô-lobé. Ovaire oyoide , pmmn. 
tagone, courtement slipilé. Style long, filiibrme, épÉûesi 
vers ]a base. Stigmates courts, filiformes, obtus, ciliés de 
glandules stipitées. Capsule crustacée , fragile , oyoide , » 
prismatique-pentagone, courtement rostrée , 5-yaLye, !• 
sperme, recouverte par le calice , dont la base ( devenue 
subcoriace ) est garnie de ô tubercules alternes avec les 
côtes. Graine conforme au péricarpe. 

Herbes vivaces, acres, à racine pivotante, rameuse, po-^ 
lycéphale. Tiges, rameaux, ramules et feuilles glabres, 
mais couverts de squamules ponctiformes , blanchâtres. 
Feuilles un peu charnues, sessiles, amplexicaules-biauri- 
culées, très-entières, ou très-finement denticulées. Grappes 
axillaires et terminales, solitaires^ courtes, sessiles, sub- 
corymbif ormes. Pédicelles très-rapprochés , presque con- 
tigus, solitaires (les inférieurs souvent subfasciculés et un 
peu éloignés des autres), courts, dressés, articulés par les 
2 bouts, 3-bractéolés à la base. Bractéoles herbacées, trèh 
entières, subpersistantes : l'une (inférieure) plus grande; 
les 2 autres petites , opposées. Corolle d'un violet pâle , . 
à nervures pourpres ; tube ô-costé, plus long que le calice 9 
limbe beaucoup plus court que le tube. Etamines d'un 
blanc carné. Style et stigmates blancs. Graine â tégiuneat 
simple, crustacé. Périsperme épais, blanc. Embryon jaune : 
cotylédons elliptiques, obtus ; radicule columnaire, pres- 
que aussi longue que les cotylédons. 

Dentelaibe commume. — Plumbago europœa Lion. — 
Schk. Handb. tab. 36. — Bot. Mag. tab. 1249. — Flof. 
Graec. tab. 1 91. --Plumbago lapathifolmBklMrai. Flor.Twv. 
Cauc? — Feuilles d'un vert ^uqoe, cordifonnes à la base, . 



e 



fjhitduleiiies aux bords : les extérieures oralet ou ovales- 
oblongues ; les inte'rieares linéaires. Calice TÏiqtKnx , d'un 
vert brunâtre , à l'époque de la (loraisou long d'cDviron 3 
lignes; dents courtes , snbobluses. Corolle longue de 6 à 7 
lignes; lobes longs de 1 ligues. Style velu jusqu'au milieu. 
Calice-fruciifere long de 3 a 4 lignes, à base turbioée. Capsule 
OTOïde, luisante , d'ua brun noirâtre, lo-uervée. Graine d'un 
brUD roussàtre, non-luisante, lisse, OTOïde, pointue, cylindrique, 
remplissant la cavité de la loge; rapKé filiforine, d'un brun noi' 
râtre ainsi ijue la chalaze. — Cette espèce, nommée vulgairement 
Malherbe, croît dans les localités arides du midi de la France, 
aiosi que dans les autres contrées de l'Europe mcridjonale; elle 
fleurit en août et septembre, et mérite d'être cultivée comme 
plante d'ornement. Toutes ses parties, mais surtout sa racine 
fraîche, sont trcs-âcre< et un peu améres; on l'emploie avec 
succis dans le iraiiement de la gale ; à cet effet on fait bouillir 
la racine ou les feuilles de Denittlaire dans de l'huile d'olives. 



TAmthtM DKl PLOMBAGINilS. 537 

et Ton frictionne ayec cette décoction les parties affectëes. La 
racine de DeDtelaire, étant mâchée, proToqueune salivation abon- 
dante, et, en rertu de cette propriété, l'on peut s'en servir à 
titré de palliatif contre lé mal de dents ; appli<{uée Graîche sur la 
peaa, elle agit comme vésicàtoire. 

Dentelaire a feuilles étroites. — Plumbago angusU- 
foUa Spach. —-Feuilles d'un vert foncé , pointues, à base sa- 
gittiforme, ou hastiforme, ou cordiforme (oreillettes souvent 
pointues) : les caulinaires-inférieures lancéolées, ou lancéolées- 
oblongues, ou lancéolées-elliptiqaes, finement denticulées et 
scabres aux a bords : les raméaires et les ramulaires linéaires, 
on lancédées-lioéaires, ou linéaires-lancéolées, en général très- 
entières et lisses aux bords. Lobes de la corolle ovdes ou ellip- 
tiques, acuminulés. Disque point lobé. -^ Plante haute de 3 à 
5 pieds, et notablement plus grêle que l'espèce précédente, fia- 
•mâiux très -grêles, effila : les inférieurs très-longs, diffus, 
panicnlés; les supérieurs graduellement plus courts, plus ou 
. moins divergents, simples ou garnis seulement de ramules très- 
courts. FeuÛles-caulÎDaires inférieures longues de 3 à 4 pouces, 
• larges de 6 à i8 lignes; les supérieures ainsi que les raméaires 
et les ramulaires étroites (larges de y, ligne à 2 lignes), gra- 
duellemimt plus courtes. Inflorescence comme chez la Dente^ 
laire commune, Galice et corolle plus grêles. Bractées petites, 
beaucoup plus courtes que le calice : les extérieures ovales-lan- 
céolées ; les intérieures linéaires ou linéaires-lancéolées. Galice 
vert on violet, à Tépoqne de la floraison long d'environ 3 lignes; 
dents courtes 9 pointues. GoroUe longue de 6 à 7 lignes : lobes 
longs d'environ a lignes. Style pnbescent de la base jusqu'au 
delà du milieu : pubescence glanduleuse. Stigmates tantôt sail- 
lants, tantôt inclus, toujours débordés par le limbe de la corolle. 
Galice-fiructifère, capsule et graine comme chez l'espèce précé- 
dente. — Gette espèce a été envoyée, il y a quelques années, an 
Muséum d'histoire naturelle, par le directeur du jardin bota- 
nique de Brest , sous le nom de Plumbago europœa;, nous 
présumons qu'elle* cntft spoBtanément sur les côtes des dé- 

BOTAUQDV. PHAlf. T. X. 



culeuse. 

AH)Uites t nmeaux diffus oa grimpants. Feuilles co- 
riaces ou subcoriaces , finement furfuracéea (du moins en 
dessous), très- entières, pennîveioées, rétréciei en |)éâole 
ibase amplexicaule ouBubamplexicaule, diltt*^, quelque- 
fois S-auriculée (c«mme 2-sttpalëe). Grappes terminales, 
ou axillaireset terminales, solitaires, ou géminées, ou ht- 
ciculées, subsesailes, ou pédonculëes, courtes, ou allongées, 
denses, ordinairnnent multiflores. Pédiceltes solitaires, 
courts, 3-bractéolés à la baset les fructifères finalement 
réHëchis. Bractées herbacées, petites, trèa-entières, sub- 
persistantes i l'une (inférieure) plus grande; les 3 antres 
opposées. Corolle blanche, ou bleue, ou pourpre, ou rose, 
k tube cylindracé, grêle, â-gooe, en général beaucoup plus 
long que le calice. Segment* obanin, obtus. 



FAMiuyK wê fw^oà^mÈM». 3^ 

PiL(MÉiJMME AtrftMvusB» «*«- PlumbUgidùim mmeukUtim 
Spadi. *■>* Flumbago . < nm nh fai ïiaiiEikt Oîct. -^ Hcil^.'aé 
l'AmaL t«l» §. ^ Pl^mbap^ ei0ulea Hortdl. --- PbuÊètigà 
capmm XkiiAb.j-«Bot» Mag« tib. miio««««BouBiig. tab. 4174 
-r- FtuiUei Qklmtgam, ou oUotigiies^tpédiulëei, ou oUoDgiMt^ 
obofikf, ablMsei| puMnileiitef «ndeisotis, i^^aiiriciiléeB^/NilMO^ 
iMc<s| aaricnlAt sabrâdfianneSy adnëoi. Grappes lenniiialeiOB 
axillaires et terminales , subatiailes ^ aourtef , OMfyiiibiiMrfltai* 
Gotes-caliciDales k aëtulcs snbbîjëriéea. CaroUe Uoi de efeL «• 
Arbuste très-rameux, atteignant jusqu'à 8 piedi de hàiA* B»* 
meaux anguleuzi ilaxueux : les florifères grêles, {eniUés, oïdK 
nairement simples. Feuilles longues de i pouce à 2 pouoeè^ 
luisantes et â*un vert gai en dessus, d'un vert glauque en des- 
sons. Galice rai, ri3({MeuS| lioog d'eatifOn 5 Ugnei. Gosolk A 
tube long de la ii 1 5 lignes ; limbe large de 9 à 10 lignes. Style 
glabre, blanchâtre, ordinairetnent plus court que le tube de ïâ 
corolle* — Indigène dei'Inde; cultiva comme arbuste d'orne- 
ment; en serre il fleurit presque toutThiver. 

Plombagide sàftMENTcusE. — Plumbogo scandais Linn.— 
Sloan. Jam. i, p. ai i, tab. i33, fi|;. i. — Jacq. Amer« pict. 
tab. 1 3« •— Feuilles ovales ou oyales-lancéolées^ subacuminées, 
subcartilagineoses aux bords, inauriculëes, lisses, h peine ponc- 
tuées. Girappes terminales, spiciformes. Calice très-hispide. 
Lobes de la corolle obovales, mutîques. — Tiges longues, 
flexueuses de même que l^i rameaux. Feuilles fibriaces, d'un 
vert glauque. Galice rert, visqueux, long de 5 à 6 lignes. Co-* 
rolle blanche, à tube i fois plus court que le calice. — Cette 
espèce /croit aux AntiUeS| où on la nofome vulgairement Ifprbe 
au diable; toutes ses parties sont très-caustiques : on les emploie, 
en Amërique, à titre de vésicatoire et de i^étersif. La planle se 
cultive aussi pour rornement des sents« 

Plombagide a fleuas boses. — Plumbogo rosea Linn. —7 
Plumbago zeyUmica Burm. 1^1. — Bot. Mag. tab. 23o» — r 
Herb. de l'Amat. vol» 5. — ^foUles ovales-oblfngues, pu ^11^ 



le plus souvent soudés vers leur base mojrennant les 
filets àes étamines. Styles 3 à 5, terminés chacun par 
un stigmate ; par exception : style unique, 5-/urqué 
à partir du milieu. Péricarpe membranacé, indéhis- 
cent, mais facilement séparahle en S valves. 

Genre LIMONIASTRE. — Limomulrum Mœnch. 

laflorescences paniculées, uon-inToIucréea. Galice tubu> 
leux, aubmeinbraDacé ( fîiiBlemeDt cbartacé ), S-deoté, 5- 
neryé, écosté, 5-plisïé : dénia raucronces, inégales. Corolle 
bypocratériforme, 5-lobée : tube long, b-aervé ; lobes ob- 
ovalei, obtus. Disque annulaire, adné à la base du tube 
de U corolle. Étamines 5, inoéréet i la base dea lobes de 



FAMILLE DBS^ PLOMBÂGIHÉBS. 341 

hcofolle, débordées |iar ceux-ci*; filets courts, filiformes^ 
dëcorrents sous forme d'ailes sur les nervures du tube ; an- 
thères sagittifo'rmes-oblonguesi obtuses. Ovaire oblong- 
cylindracë, 5^one , courtement stipité. Style filiforme , 
divisé à partir du milieu en 5 branches capillaires, termi- 
nées chacune par un stigmate linéaire, obtus, papilleux. 
Péricarpe petit, 1-sperme, oblong-cylindracé, recouvert 
par le calice. Graine conforme au péricarpe. — Arbrisseau 
très-rameux, comme tuberculeux sur toutes ses parties 
herbacées (par une pubescence furfuracée). Feuilles al- 
ternes, très*rapprochées, très-entières, charnues, subco* 
riaces , rétrécies en pétiole semi-cylindrique , plan en-des- 
sus, à base formant une gaine complète , inadhérente , 
submembranacée, tronquée et scarieuse au sommet. Inflo- 
rescences dichotomes (rarement soit ûmples, soit tricho- 
^ tomes), paniculées, aphylles, solitaires, terminant les jeu- 
nes pousses; rachis et ramifications subtrièdres, flexueux, 
articulés : chaque articulation accompagnée d'une gaine 
coriace, subcyathifoirme, point fendue, obliquement trçm- 
quée, membraneuse au bord, 1-à 4-flore; fucicules dic|io- 
toméaires et alternes-distiques^ subimbriqués ( moins sau- 
vent un peu distancés), disposés en épis. Fleurs sessues, 
enveloppées chacune dans une bractée coriace, subaciuni- 
née, membraneuse aux bords, convolutée en cornet, i peu 
près aussi longue que le tube de la corolle. — L'espJM:e que 
nous allons décrire constitue à elle seule ce genre. 

LucoNiASTRE ARTICULE. — lÀmoniostrum articuUUtim 
Mœnch, Meth, — StaUce monopeuUa Linn. -* Arbuste toufiu, 
haut de i pied à 4 pieds. Tiges dressées ou diffuses , très-ra- 
meuses, finalement ligoeuses; r^tmpjiwx dreisés, ou ascendants, 
ou diffus , plus ou moins régulijqpent dichotomes : les adultes 
ligneux, aphylles, anodes par lai g^Uies des anciennes feuilles. 
Jeunes pousses très-£euilluM| qi géipml^courtes. Feuilles longues 
de I pouce à 3 ponoesi larg^ de^à 8 lignes, d*un vert glauque 
ou blandbitre, eonme ehaipriiMSeSy assez ^^aisses , spadiulées- 



^2 fXAtsB DÉS kài^iàâ. 

lajjirioltis, 6u $patIinlé«-(Àloi^e^, tti ^/^ht obtAMtr,')ioUTMt 
Éiticrotmlijei. Panicnles plus oti mdltu MgUcÙ^til [lAtoridiiléei, 
AUltiflorei, dressées, en gëaëral usti dtmes, xnbcyineuses ; 
^((b peu ou point divergents : racliis râide, fortemeitt flexueux. 
Galne»-articulaires longues de 2 à 4 lignes, de tuéme eonsùtance 
^ les feuilles. Bractées brades, peu tm point ïqtiametleuses. 
Tàbe^sltcînal glabre, cylindracé , long de 3 i 4 l'g^)^- Corotle 
Violette : tube grtie, long de 5 A 6 lignes; limbe k seginenU 
oborales, plus courts que le tube. — Celte espèce croît dans les 
centra voisines de la Méditerranëe ; on la ciiltrre comme ar- 
bqtte d'oni^Daent. 



Ôenre ÀRMERIE. — Arnusna Wilia. 



couvertparle tube calicinal. Graine conforme au péricarpe. 
— Plantes caulescentes ou subacaules. Souches ou tiges 
frutescentes, feuillues au sommet. Feuilles toutes subtei- 
minalesou radicales, roselées, très-rapprocLées, très-nom- 
breuses, étroites, nerveuses, très- entières, rélrécies en pé- 
tiole membranacé, à base élargie, subamplexatile. Pédon- 
cules (Iiampes) longs, très-grêles , simples , 1-cépLales, 
dressés, radicaux ou terminaux, recouverts au sommet par 
use gaine membranacée , scarieuse, réfléchie, confluente 
avec la base des écailles-involncraltis externes. Capitule 
dense, multiflore , siibhénalspliérique , fonné'd'ùn grand 



FAMIULB DES PLOMBÂGluéES. S45 

nombre de pfetite» grappes 2-4 6-floreSy imilalëii|^/ glomé* 
rulëes, enveloppées chacune dans une bractée plus grande 
que celle qui accompagne chaque pédicelle. Pédicelles 
courts, articulés psir les. 2 bouts. Involiiare plus court que 
les fleurs, formé d'écaillés pluri-sériées, imbriquées, appli- 
quées, brunâtres i les extérieures plus petites, longuement 
cuspidées, quelquefois subherbacées; les intérieures ob» 
tuses ou acuminulées^ concaves. Calice à limbe blanebâ^ 
tre, subdiapbane. Corolle un peu plus longue que le ca-* 
lice, rose, ou lilas, ou blanche. Anthères jeunes. Graines 
à tégument Usse, mince, subcoriace ^ périsperme assex 
épais. Embryon jaune , presque aussi long que le péri* 
sperme. 

Aebc6iie GoimuNB. — ArmêHa nmlgtuis Willd. — « Statice 
ArmerialArm. — Flor. Bsd. lab. 109a.— Engl. Bot* tab. atiô. 
— Hooky Lond. tab. laa. — Statice ebmgata Hoffin. -— Stm^» 
tice Unearifqlia Lois. •^Armeria maritima Willd. (var.)— • 
Plante subacaule, en général pubescente. Racine longue, pivo* 
tante, rameuse, ligneuse, ordinairement polycéphale. Souches 
courtes, serrées. Feuilles d'un vert plus ou moins glauque, fermes, 
un peu cbamues, linéaires, i-nervées, ciliées, tantôt pointues, 
tantdt obtuses, longues de 1 pouce à 3 pouces , larges d'environ 
I ligne. Hampes hautes de >/, pied k 1 */, pied, fasciculées, sub- 
fastigiées, raides, cylindriques, ou un peu comprimées, glabrrs, 
ou pnbérules. Capitules larges d'environ lignes. Écailles- invo- 
lucrales externes ovales, longuement euspidées, à peu près aussi 
longues que les fleurs; écailles intârtenres dliptiques, arroddiês 
au sommet, oourtement mucronées. Braelifes obovalès, très-ob- 
tuses, luisantes, subdiapbanes. Pédicelles i peu près aussi longs 
que le tube calicinal. Calice à tube pubesoent; limbe à 5 lobes 
courts, courtement aristés. Corolle lilas, oupourpre, ou blanche. 
Styles velus. — • Cette espèce, connue sous le nom vulgaire de 
Gazon éCOfympe^ crott dans lès bealités sablomieuses, surtout 
an voisinage de TOcéan et de la Médkèrraiiée ; elle fleurit de 
mai en juillet, et souvent nne seconde bis ea auttwme; eft la 



, ,-.-v*'-- "T ■ V . ■■■^-'•- '.r " '•'' ■^. ■;''.:?; ^'-^■vr'îr 



344 CLÀ58E DE5. AGRÉGÉB5. , 

'S » ■ t 

qajEtainient comme plante.^ parterre^ parcQ^qu'eUe^eit 
e â faire de l^es bordures. 4 ^ 



Genre STATIGE. — Suaîee Lion. 

Inflorescences spiciformes , ou racémiformes ^ ou pani- 
culées, distiques ou unilaiéralesy en général ^nonrinyolii** 
crées. Calice infondibuliforme t tubç S-nerré, subscari^ux ; 
limbe incolore ou coloré, S-lobé, ou 5-denté| ou tronqué» 
scarieux. Corolle comme bypocratériforme ; pu|^iets cohé- 
rents Y&rs leur base. Etamines 5, plus courtes que la: co.- 
roUe; filets filiformes, soudés vers leur basejUmt ^entrejeu^ 
qu'aux onglets des pétales ; anthères '«agittiformes-oblQii- 
gués. Pistil, péricarpe et graines comme chez les Arméries. 

Herbes viyaces , ou sous-arbrisseaux. Tige articulée, en 
général rameuse, le plus souyentaphylle (mais garnie. ^n 
frface de feuilles, à chaque articulation, d'un^ ^caille co- 
riace ou sçarieuse, à base amplexatile ou suhamplçxatile). 
Feuilles-radicales pëtiolées, en général spatbufées et très- 
entières, rareme^t sinuées, ou acéreuses. Feuilles-cauli- 
naires (nulles chez la plupart des espèces ) éparses , ou 
semi-Ycrticillées , ou fasciculées, sessiles, ou pétiolées, 
engainantes, ou décurrentes, très-entières. Epis (rarement 
solitaires) en cymes ou en panicules terminales , aphylles, 
articulées et 1-bractéolées aux ramifications , en général 
dichotomes ou trichotomes. Fleurs solitaires ou subfasci- 
cuiées le long du rachis des épis ( quelquefois en outre 
alaires ), courtement pédicellées, 3-bractéolées étant soli- 
taires (à bractée extérieure plus grande, embrassante), 
1-ou 2-bractéoIées étant fasciculées : chaque fascicule nais- 
sant à l'ais^Ue d'une bractée plus grande^ embrassante. 
Bractées persistantes, soit coriaces, à rebord membra- 
neux, soit entièrement membraneuses et scarieuses. Calice 
herbacé ou coloré, plus ou moins accrescent. Corolle blan- 
che, ou rose, ou pourpre, ou bleue, ou violette, ou jaune. 
— La plup^t des espèces de ce genre croissent au voisi- 



FAMIUJI DIS' PLOMBàGinteS. 341$ '.. 

• ' à ■'■ ■ 

nage de la MédiUsKimiée ou de la Caipieiiiie. Toutes^les ^^^^' / --^ ^. 

parties, et notamment les racines des «fAUicM, sont-^lfJlî^'r' -.^- - 
astringentes. . . / - -'- ' 

Som^fmn UMCKNIUM Spach. 

Herbes nvaces. Tiges paniculées, garnies (en place de 
feuilles), à chaque articolation, d'une écaflle (coriace oiu 
subcoriace, membraneuse aux bords) à base subam- 
plezatile ou engainante. Feuilles-radicales coriaces, pét- 
ristantes, très-entières, ou subsinnolées, rosdées, rétré- 
^iesen pétiole. Epis disposés en panicules en général 
dichotomes ou trichotomes. Point de fleurs alaires. 
Calice à limbe 5-fide ou 



A. FeidOM-roâicaUs targes, pemfi-nervéês, très^etUiàfes^ à 
pétiole semUt^fxndnque^ profondément caàdUeulé en deS" 
sus; côte très-forte. Écailies incomplétemeniamplexatiles. 
Rameaux et ranutks trigonesj immarginés. Bractées très' 
entières , mutiques, nonHuarénées. 

Statige LmoifiUM. — Statice Limonium Linn« -— Bfatckw. 
Herb. tab. 481.— Eo^ Bot. tab. loa.— Flor. Dan. tab. 3iS. 
— Statice Lùnoniumj Statice Pseudo-Lùnonium et Statiice 
serotma Beichb. Plant. Crit. VŒ, fig. 997, gSg et 998. — 
Plante glabre. Tige et rameaox paniodés ; ramoles Ufor^iA 
ou dichotomes, en général sobCuâgiés. Feuilles oUongues, ou 
elliptiques-oblongues, ou spadialëes-dilimgues, obtuses, ou rë« 
tuses, mncronulëes, tris-entières : pointe molle, recourbée. Épis 
courts, denses, > subsoorpioïdes. Limbe-calicinal 5-fide : lobes 
orales, pointus. — Plante haute de '/• pied à a pieds. Racine 
pivotante, ligneuse, ordinairement poljoéphale. Feuilles étalées, 
d'un vert glauque, subcartilagineuses aux bords, ponctuées, 
longues de a à 6 pouce. Tige grêle, mais ferme, dressée, un peu 
flexueuse, lisse, subcylindrique, onobscurànenttrigone, rameuse 
tantôt presque dès sa base, taatôt seulement yers son ndlieu 
ou phis haut) rameaux gréksi .qiielqiieCHs sub&stigiés , taatiit 



enipli({ues, obtilMs, mucrtumlées , trï»-eiitièrei , pnbérules aux 
3 faces : pointe molle, recoaAée. Épis 5-à ii-ûorn, lâches. 
Fteun solitaires ou gimméa, Limbe-calictnal à S lobes ovalfs, 
pointus.— Plante haute de a à 3 pieds. Tige grêle mais fenne, 
éressee, obscur^inenE trigone, scabrc de même que les rameaux 
H iwilales. Feuilles d'un vert gai, longues de '/> pied a i pied. 
Écailles-cauliDalres inf^rieares lancÀiléss-spatbulées, poiatucs, 
qndquefbb suUbliaoées. Ecailles-raméaires petites , OTales-lan- 
eéoUes, acuminées, chartaeécs, membraneuses aux bords. Brac- 
tétB sobsearieuses : la plus grande presque aussi longue que le 
«alice. Galice blaocUtre, long à peine de 3 lignes. Corolle d'an 
Ued pâle, de nsitié plss longue que le calioe. — bdigène de 



FAMILLE DE9 PLOMBAGIIVÉES. 347 

la Russie méridionale; ctiltiTëe comme plante à*orHtmmA) fleu- 
rit d'août en octobre. 

B. FenUles-radicales 3-0» S^narvées, très^ntières (#n général 
étroites), à pétiole suh/oliacé, conoAve en dessus^ ÉcaUF^ 
leS'CauUnaires et écailles^raméaires incomplètement am- 
plexatiles. Rameaux et ramules trièdreSy à angles margù- 
nés. Bractées carénées au dos : la plus grande {de chaque 
fleur ou de chaque fascicule de fleurs) ^-cuspidée mu som- 
metj subcoriace f membraneuse seulement aux h&rds. 

Statigb de Tartarie. — Statioe iatanca Linn. — Gmel. 
Sibir. II, tab. 9a.— Sweet, Brit. Flow. Gard. tab. 37. — Sia^ 
tice trigonoides PaUas. — Tige dickotomei très-rameuae, glabre 
de même que toutes les autres parties; rameaux subfastigiés , 
divariquës. Feuilles lancéolées, acuminëes, mucronées, 3-ner- 
yées, glauques, finement ponctuées, longuement pétiolées. Épis 
plus ou moins lâches , allongés , flexueux. Limbe-calicinal pro- 
fondément 5-fide : lobes demi-lancéolés, acérés. Corolle à peine 
plus longue que le calice. -~ Plante haute de y, pied à i pied, 
ordinairement touffue. Racine pivotante, finalement ligneuse. 
Tiges grêles, fermes, dressées , obscurément trigones , rameuses 
en général dès avant leur milieu. Feuilles longues de 3 pouces 
à I pied, larges de a à 8 lignes, nombreuses , étalées , subcarti- 
lagineuses aux bords , à pointe molle et droite. Écailles ovales 
ou ovales-lancéoléeSy acuminées, snbcoriaces, courtes. Épis trè^ 
nombreux , multiflores ; fleurs solitaires ou géminées , plus ou 
moins distancées. Bractées mucronées : les extérieures ovales , 
petites. Galice long d'environ 3 lignes : limbe camé ou blan- 
châtre. Corolle pourpre, ou rose, ou camée. -—Indigène des co- 
tes de la Caspienne et de la mer N6ire; cultivée comme plante 
d'ornement; fleurit en juillet et août. 

Statige élégante. — Staûce speciosa Linn. — Gmel. Si- 
bîr. III, tab. 91 , fig. 1 . — Bot. Mag. tab. 656. — Sweel, Brit. 
Plow. Gard. tab. io5, — Cette espèce difiere dé la précédente : 
1® par dés feuilles plus larges, S^tfûrvées, spathtilées-obdirales. 



cultin comme plante de parterre. 

5cHM-;«M-< PTEROCLASUS Spich. 

Herbes nvaces. Tiges paniculées ou dichotomes, apIiyUes, 
ou feuillues, garnies (de même qme les rameaux et les 
ramulea ) de 2 & 4 ailes foliacées, inégales. Chaque arti- 
culation garnie (même lorsqu'elle porte des feuilles) 
d'une écaille scarieuse. Feuilles-radicales soit spatliulées 
et très-eutièrea, soil sinuëea-pennatifides. Feuillea-cau- 
tinaires loit DuUes^ ■oit,deim>TaticUlée& (tecnées) soua 



PAMILLB DBS PLOUOlÂGUriES. 349 

racaille articulaire, toit Casciciiléea à raifselle de Técaille 
artâculaire. Épis très-denses , scorpioides, disposée en 
eymes ou en panicules. Fleurs toi^ours fiisciculéessur 
chaque articulation du rachis. Point de fleurs alaires. 

A. Feuilles minces , point coriaces : les radicales sinuées- 
pennaUfides^ suhtyrées^ rétrécies en pétiole } les autres ses^ 
sHes, décurrentes surlesaUes, entières^ insérées au-dessous 
de récaiUe^articulaire. Ramules-florijères {disposés tantât 
en cjrme, tantôt en tJvyrse ou en grappe) courts ^ rapprO' 
chésy aUemes {tantôt unilatéraux , tantdt distiques ), sfnt- 
pleSf rapprochés^ largement Z^ptàres, Z-pf^lles au sommet 
{par le prolongement des ailes) , terminés par un épi ses^ 
silCf gloméruUforme , très'denscy composé de fascicules 
^'à 5- flores, serrés y distiques : chaque fascicule enveloppé 
dans une écaille coriace ou herbacée, caUciforme, convo- 
lutée, i-^arénée au dos, S^cuspidée au sommet, largement 
membraneuse aux bords, i-ou Z-bractéolée à la base. Ca- 
lice i*oii !X-bractéolé à sa base : limbe soit tronqué et mu- 
tique , soit S-Jide et S'Uristé (à arêtes . subulées , alternes 
avec les lobes ) , grand, coloré, 

a) Feuilles ( dee tiget, det rawieaux et dei ramulee ) temi^ertieilttes 
( ternées), comme triptèree {à nervure médiane largement ailée en 
dessout). Tige et principaux rameaux inégalement Â-ou }^tèreg. 
Braetéee-calieiformes herbacée» [finalement ehartades), à appendice» 
laminaire», peu ou point recourbé». Limb9-^<meinal tronqué, mw 
tique. 

Statige a fexhlles siNuézs. — - Statice sinuata Lino. — 
Bot. Mag. tab. 71. — Limonium sinuatum Mill. Dict.— Plante 
plus ou moins poilue, d*un vert gai, haute de '/> pied à 2 pieds. 
Racine pivotante, ordinairement pluri-caule. Tiges dressées, 
dickotomes, semi-articulées aux bifurcations, irrégulièrement an- 
guleuses : ailes larges de i ligne à 3 lignes, souvent ondulées. 
Feuilles-radicales longues de i pouce à 6 pouces , étalées, ob- 
longues-obovales ou oblongues-spathulées en contour, arrondies 
et mucronées au sommet (à pointe molle, siibiilée),plusfm 



camiw {Jute d'<vii«mn4. 



It) ptuillet ( du li0N, d«i mmiouz <l det roMKJM) aplèra, orSinaire- 
(Msl (pfitotrM ott oppoiiti , raremtnl terniei : In imfiriaira lowtnt 
., toMTta au praipu aiortivti. Tija ( onttnofreimi»! apljru ittférUu- 
rement) et rameaux lanldl t-ptèrti, lanlôt Z-pUni. Samula-flari- 
férn trit-larganml 3-p(èrei ( à aila-collaliralet formant une lame 
twtHformt nttHiHfBrm»^paih»Ui]. Brattéa-caliçifarmaeoriaai, 
. niiconif««(, cemr^nniti dt 3appe»dica inigaux, dent l'un {mi- 
f^n) raliUgttt, iretii, obtut , plut court , et iti 2 autra tn forât 
i» ioTfkf raiitt , ariiligi, recourbéet, aniiomètret. Limbe-ealicinal 
S-^d« ■' lobei alternii eltaoun tnee un appendiet lutuli ( prolonge- 
nt*! de la nervun torrt$ponàa»te ) , dibùrâanl. 

âiATics TttiPTBu. — ifutice tripieris Delile, £gypt. tab. 
aô, fig. 3. — >fft(ltc« Thonini yi-nan. — Statice œgypliaca 
Ptni — ^MÎM oZ«la Willd. — 4'tatHM çuimiUi Smilh. — 



Pknte |;Iabre pu l^gjbremçiit pnb^sf^te, d'un yort |;lavgue, oiid- 
ticahlc^ hatite dp V» pied i a pieds. Racine ^n^t^mti^ Ufipepse^ 
rameuse. Tigjes dreuéss, panicalëes de mâoie gné Us ràoeaw j 
rameaux plus ou moins. (^Teifeiits,^IVif&i< dic^ptiNqpes; r»- 
mules bifiirquâ; ou dichoton^s. EGaiUe8-artîci|iaire9..peHtes^ 
membranaoées, den^i-ainplexaliles^ pyid^^ ou oT4ei-lai)HBëoléeS| 
acmoi^ées^ Feuilles-radicales semtdables k celles de Feq^ 
précédente. FeniUes-cauUnaires aplaties a-^t^rdemeati hn^ilor 
léeSy ou linéaires-lancéolées^ quelquefois longues de la ^ 1.8 lir 
gnes, ordinairement beaucoup plus petites. Feuilles- florales de-: 
mi-oyales^ ou demi-lancéolées, ou subtriangulairc^, trà8-inéq[i)i- 
latérales, z-nerréesy ré^culées .ef jfobcfipf^o^ de xpubo^ que les 
ailes des rjamules-flonCbres. Inflorespsfice-gàiérale de la tige 
tantôt «^meose, taiitdf thjri)ioïde^ taptdc paniculée. Banmles^o* 
riferes disposés tantôt ep ^yiies, tantôt en grappes. Bractées-ca- 
liciformes 2-bractéolées à la base, glabres, à peu près aussi lon- 
gues que le tube calicinal^ bractéoles subovales, mucronées, 
membranacées, apprimées. Galice glabre^ long de 5 ligues; limbe 
d'un bleu dair, aussi long que le tube : lobes oyales , pointus. 
Corolle un peu plus courte que le tube du calice. — Cette es- 
pèce , indigène d'Egypte , se cultive comme plante d'ornement. 

B. Feuilles toutes radicales (ou accidentellement fasciculées 
à faisselle des ecaUles-articulaireSj et conformes aux ra- 
dicales)y coriaces^ spathulées, rêtrécies en long pétiole. JRo- 
mules florifères aphylles, i-ou Z-ptères , terminés par un 
épi simple ou bifurqué^ sessile^ très'dense, scorpioîde^ 
plus ou moins allongé, composé de fascicules i-^jlores^ 
distiques .* chaque fascicule accompagné de a bractées sca» 
rieuses y très^ntières y mutiqueSy demi-^mbrassantes , éca^ 
rénées, 

Statige mugronée. — Statiee mucronata Linn. fil. — 'L'bé- 
rit. Stirp. i, tab. i3. — Plante bante de'japiedà i Vapied^ 
parsemée de squamelles ponctiformes, blanchâtres, finalement 
caduques. Racine ligneuse. Tiges dressées on ascendantes^ 



ŒNT SOIXANTE-SEPTIÈME FAMILLE. 



r» 



LES PLANTAGINÉES. — PliiVriG/iVEiff. 

PUmtagifMi Jobs. Gen* — Pianiaifineœ Vent. TabL II, p.- 269. — 
R. Br. Prodr. p. 425. — BurtL Ord. Mat. p. 425. — Endl. Gen. Plnt. 
p. 546. — PkuUëgituKem lindl. Mat. Syst. éd. 2, p. 267. 

Cette CEonille, dont on connaît enTÎron cent espèces, 
est répartie entre tous les climats, mais elle abonile 
smrtout dans les contrées voisines de la Méditerranée. 
Les racines et les feuilles des Plantaginées sont ameres 
et astringentes; l'enveloppe de leurs graines reiifeinie 
une quantité considérable de mucilage. *. 

.Garactbrss bb la Fâmillb. 

■ ■> ^ 
Herbes (souvent subacaules), ou sous^rbrisseaux. 

Tiges et rameaux cylindriques. 

Feuilles simples (très-entières, ou dentées, ou pen- 
natifides),non-stipulées,aessiles, ou rétrécies en pétiole 
engainant, souvent nerveuses : les caulinaires opposées 
ou éparses; les radicales roselées. 

Fleurs régulières ou iirégulières, hermaphrodites, 
(chez le UttoreUa unisexuelles; chez le Bougueria po- 
lygames), disposées en épis allongés ou capituliformes, 
simples, longuement pédoncules, terminaux, ou radi- 
caux : chaque fleur en général accompagnée d'une brac- 
tée scarieiîse ( du moins aux bOrds), persistante. 

Calice herbacé, persistant, profondément 4-fide, ou 
4-parti : segments plus ou moins inégaux, scarieux aux 
bords, imbriqués en préfloraison. —-Dans le Littorella^ 
le calice des fleurs femelles est formé de 3 sépales dis- 
tincts, subunilatàmuz. 

•OTAingui. PHAS. T« I. 25 



temÛRal, filiforme, iodiTis^, en g^n^ral Millaat hon t> 
fl^r dès avant l'anthèse. Stlgmaie indivise, ou rarainent 
a -lobé, terminal. 

PéUcarve membranac^ et pyxidîen, on bien ( Mnle- 
ment chez les espèces k fienrs unisexuellet ) indéhiscsnt 
et osseus, g 

Graines solitaires, ou géminés, ou en nomin-e iodé- 
fini, périspermées, peltées chez les espèces à fruit p^xï- 
dien, basifîxes chez les espèces à fruit indéhiscent. Té- 
gument en général subcomé et se dissolvant en mucilage 
par la madéfaction. Périsperme charnu, épais, conforme 
à la graine. Embryon cylindracé, en général azile, recti- 
ligne^ presque aussi long que le pMsperme, panll^ 



au hile, à radicule infère ( ou, chez le Littorella^ pon- 
tigué au hile ) \ par exception embryon up peu arqué et 
transversalement périphérique ai|-d^jisu$ du péri$penqe, 
à radicule i^entrifug^, éloignée du bile, Gotyléclons 
piano-convexes. 

Cette famille n« renferme que S genres, savoir : 
Plant^o linn. ( PlantagQi Piyllium et Coropopus 
Tourp. Arnoglo^sum £odl.) — • fougueria Decaîsoe.-x- 
Littorella linn, 

acnre PliANTAIN. — Pltmtago Linn. 

Calice 4-parti; segmehti dressés, dissemblable^ : les t 
antérieurs un peu concaves, quelquefois soudés; les 2 
postérieurs naviculaires, carénés. Corolle faypocratériforme 
ou rotacée : tube ventru ; limbe 4-parti, à segments réflé- 
chis. Etamines 4, longuement saillantes, insérées à la base 
du tube de la corolle ; filets filiformes ; anthères cordi- 
formes à leur base, appendiculées au sommet. Ovaire 2-ou 
4-loculaire ; loges 1- 2- ou pluri - ovulées ; ovules peltés. 
Style terminal, simple. Stigmate simple, ou rarement i-fide, 
pubérule, continu avec le style. Pyxide 2-ou 4-loculairey 
membranacé; loges 1-2-ou poly-spermes ; placentaire 2-ou 
4-ptère, libre après la déhiscence. Graines peltées : tégu- 
ment épais, muqueux \ embryop axile dans un périsperme 
charnu, presque aussi long que celui-ci, rectiligne, cylin- 
drique i cotylédons elliptiques, plano-convexas \ radicule 
infère. — Herbes (souvent subacaules) ou sous-arbrisseaux. 
Feuilles très-entières, ou dentées, oupennatifides : les radi- 
cales roselées ; les caulinaires éparses ou opposées, sessiles. 
Pédoncides axillaires ou temûnaux, longs, nus , simples. 
Fleurs 1-bractéolées à la base, toujours hermaphrodites, 
disposées en épi cylindracé ou ovoïde. CaUce verdàtre, o« 
brunâtre, ou noirâtre. Corolle aubdJMphane, souvent poi» 
lue à la surface externe. 



d'anli-dysseatérique ; ou s'en sert auui eo gargarisme! contre 
les maux de gorge et les aphtes ; L'eau distillée de Plantain en- 
tre dans b plupart des potions et des collyres astringents. 

h) Cofwtila à legtt 4-ow i-tptrmgt, 

PiiiNTAiN MOiEN. — PUottogo média Lion. — Flor. Dan. 
tab. 56i. — Engl. Bot. tab. iSSg. — Feuilles elliptiques ou 
ellipliqaes-obloiignct, courtement pétiolées, subdentées, 5-à g- 
nervées, pnbescentes. Pédoncules (rflindriques, finement striés. 
Epis trës-denses, ofalongs^lindrac^. Bractées orales, glabres, 
membraneuses aux bords. Capsule a-à 4-sperme. — Heibe vi- 
vace. Racioe pivotante, garnie de longues fibres verticales. 
Feuilles d'un vert gUnque, étalées sur terre. Pédoncules longs, 
ascendants, pnbémles. Épis longs de i ponce k a pouces. Se^^ 



FA1III.LE DES PLÀlfTAGIlfÉES. 357 

ments-caliciDaux ovales, obtus, blaDchâtres, à carène verte. Lo- 
bes de la corolle obloDgs, obtus. 

Plantain LANcéoLé. — Plantago lanceolata Lion. — Flor. 
Dan. tab. 437, — Engl. Bot. tab. 607. — Feuilles lancéolées, 
pointues aux a bouts, subdentëes, 3*ou 5-ou 7-nervëes, cour- 
tement pétiole'es, glabres, ou pubescentes, ou soyeuses. Pédon- 
cules anguleux. Épis oblongs-cylindracës ou ovoïdes, trës-dcn- 
ses. Bractées ovales, longuement acuminées, scarieuses, glabres. 
Segments-calicinaux à carène barbue. Style peu saillant. Cap- 
sule 2-sperme. — Herbe vivace. Feuilles dressées , ou étalées 
sur terre , d'un vert foncé. Barbe-pétiolaire blancbe , soyeuse. 
Pédoncules dressés ou ascendants, longs, glabres, ou velus, ou 
soyeux. Épis longs de 7, pouce à a pouces. Bractées brunes ou 
noirâtres. Segments-calicinaux obovales : les 1 inférieurs soudés. 
Corolle à lobes ovales, pointus, brunâtres, à rebord blanchâtre. 

— Cette espèce et la précédente sont communes dans les prairies 
et les pâturages , ainsi qu'au bord des chemins et des champs. 

^L'une et l'autre participent aux propriétés médicales du P/^n- 
tain majeur, 

B. Plantes à tiges feuillées. FeuiUes-cauUnaires opposées. 
Capsule !i-loculaire : loges l'Spermes, 
Plantain des sables. — Plantago arenaria Waldst. et Kit. 
Hungar. tab. 5i. — Plantago Psyllium Bull. Herb. tab. 363. 

— Plante' annuelle, poilue, haute de V>pied à i '/. pied. Tige 
dressée, souvent rameuse dès sa base ^ rameaux op|iosé8. Feuilles 
très-entières ou subdentées, linéaires, étroites, pointues, pubes- 
centes^ d'un vert glauque. Pédoncules axillaires, opposés, grê- 
les , plus ou moins allongés , dressés. Épis ovales-oblongs , très- 
denses. Bractées imbriquées, ovales-orbiculaires ou obovales, les 
inférieures mucronulées ; les autres tronquées. Segments-calici- 
naux blanchâtres, scarieux, à carène herbacée : les % antérieurs 
spathulés, très-obtus, inéquUàléfaux ; les a postérieurs lancéo- 
lés, pointus. CoroUe à tube glabre; lobes lancéolés ou ellipti- 
ques, acuminés. Fruit globuleux, du volume d'un grain dé 



na DEftDuonnuâKWBs ufaoràmM. 



# • 




as 

DIGOITOBbONES AVÀTAtES 



TRENTË-âlXIÈME CUSSE. 

LES SALIiQlNÈES» ' 

"^ SAUamJS Marti. 

; CARACTERES. 

Arbres ou arbrisseaux; par exception herbes suffru- 
tescentes à la base. Rameaux cylinoriques ou anguleux^ 
ëpars. Bourgeons écailleux. 

Feuilles simples, indivisées (le plus souvent dente- 
lées ou crénelées), éparses (par exception opposées^, 
penninerv^esi veineuses, non-peràistantes, a-stipuléeâ, 
pétiolées. Stipules libres, soit membranacées et cadu- 
ques, soit foliacées et persistantes. 

iF^ttr^ dioïques, apérianthées^ i-briictéolées^ sessiléft, 
ou pédicellées, disposées en chatons racémifonnes oiui 
spiciformes, non-involucrés, souvent plus précoces que 
les femlles. Bractées subcoriaces ou scarieuses, squami- 
formes, inilivlsjsés^ oU liK^lAfely jpYattâi OU pi^si^e 
planes. 

Fleurs mâles : Étamines en nombre défini ( le plus 
souvent au nombre de a), ou en nombre indéfini, insé- 
rées sur récaille-bractâde, ou sur un disque cyathi- 
forme. Filets libres ou monadelpbes. Anthères dressées, 
a-thèques, sans connectif apparent : bourses parallèles, 



360 

lonnNBl^aalement a-Talves. — Aucun nidùnent de 



soyeux, soudés eo anoeau par la base. Embiyon recti- 
ligne : radicule infère de même que le Iiile. 

La famille des SaUcinées constitue à elle seule cette 
classe. 



{i) AccidenuUemcDt on lTOD*c piTini luOean luiiMiDdlet qnciqoM 
Hean herauphrodilu on iacamplétennnt hcnmp)irodiU«, 
hjpogrnw. 



^^-"—^mrmm^ 



CENT SOIXANTE-HUITIÈME FAMILLE. 
. LES SkLlClNÈES. — SALICINEjE. 

Àmêniaeearwm genn. Jnss. Gren. ^ Salieinem L. G. Eich. ex A Rich. 
Élem. de Bot. IV, p. 560; id. Bot. Méd. p. 447. — Bartl. Ord. ?lat. 
p. 448. — Endl. Gen. Plant, p. 290. — SalteoMm Lindl. Nat. Syst. 
éd. II , p. 1 86. - Am€fiUK9m-Saliew R«ichb. Syit. I^at. p. 4 72. 

Cette famille, qui faisait partie des Amentacées 
d*A.-L. de Jussieu, ne comprend que 2 genres, sa- 
voir : Salix Toum. ( ies Saules \ et Populus Toum. 
( lès Peupliers ). A l'exception de quelques espèces 
indigènes de la zone ëquatoriale, les Scdicinées ap- 
partiennent exclusivement aux régions extra*tropi- 
cales de Thémisphère septentrional. Les Saules et les 
Peupliers abondent en Europe, ainsi que personne 
ne l'ignore; ils sont tout aussi communs dans le nord 
de l'Asie et de l'Amérique. Tout le monde sait com- 
bien ces arbres sont précieux pour nos climats, par 
leur utilité dans l'économie domestique et rurale; en 
outre, récorce de plusieurs espèces s'emploie à titre de 
remède tonique et fébrifuge. 

Les caractères de la famille sont les mêmes que ceux 
de la classe qu'elle constitue. 

Genre SAULE. — Saiix Toum. 

I)isque réduit à une ou plusieurs glandules squamifor- 
mes. — FUurs'mâles 2-andre8 (chez quelques espèces 3- 
andres, ou polyandres, ou l-^ndres) ; filets libres, ou sou- 
dés par la base (par exception soudés jusqu'au sommet) , 
insérés à la base de l'écaille-bractéale. — Fleurs femelles : 
Ovaire 1-loculaire, multi-ovulé. Style très-court, à % stig- 



rapidite avec laquelle s'opère l'accroissement de ces végé- 
taux, dans les terrains même les plus ingrats, ou inappli- 
cables à d'autres cultures ; du reste^ comme combustible, 
le bois des Saules est supérieur à celui des Peupliers, et son 
cbarbon est l'un des meilleurs pour la fabrication de la|Mu- 
dre à caaoD. Pereomie n'ignore que les rameaux tenaces et 
flexibles de certaines espèces, c<Mmues sous le nomd'Otiers, 
s'emploient journellement comme liens, et sont imUs- 
pensablcs à beaucoup d'autres usages : on en dre parti 
surtout pour le* ounagea de vannerie et pour lier les cer- 



FAHILLB Dl^ «ALICINÉBS. 363 

clés àèB tonneaux ; auftsi les Osiers se cultivent-iken grand, 
dans les contre'es où ces espèces n'abondent p9A naturelle- 
ment. L'écorce des Saules est astringente et amère : elle 
sert au tannage et à la teinture ; celle de plusieurs espèces 
jouit en outre de propriétés fébrifuges très- efficaces. Les 
feuilles de beaucoup de Saules fournissent un excellent 
fourrage pour le bétail. Les fleurs , qui sont en général 
très-précoces, offrent aux abeilles la première nourriture 
au retour du printemps» Enfin^ le coton qui enveloppe les 
graines des Saules peut être utilisé poujr faire des coussins, 
des matelas et autres objets de même nature. Plusieurs 
SauIeSy en vertu de l'élégance de leur port, trouvent place 
dans les bosquets et autres plantations d'agrément. Tous 
les Saules sont remarquables par la facilité avec laquelle 
ils reprennent de boutures» soit de racines, soit de bran- 
ches, soit de rameaux ou de ramules : aussi n^a-t-on guère 
recours aux graines pour la propagation des espèces culti- 
vées* Nous ne pouvons traiter ici que des espèces les plus 
intérmantes. 

Section I. FRAGILES Kocb. 

Écailles-bractéales concolores, d'un jaune verdâtre, cadu* 
qués avant la maturité du fruit. •*— Chatons pédoncules 
(du moins les fructifères)^ solitaires, terminant de courts 
ramules latéraux , garnis de quelques petites feuilleÉ. 
Floraison et foliaisoti à peu près simultanées. Capsule 
stipitée ou substipitéé. Fleurs-mâles 2« à 10-«ndrei; 
disque de 2 glandules distinctes ; filets submonadelj^es 
et poilus à leur base. Disque des fleurs femelles Irëduit à 
une seule glandule. Feuilles lancéolées ou elliptiquel, 
très-acundnées, dentelées, luisantes, tarèé^glabres^ ou 
soyeuses. Arbres à iràfilieaux très-fragiles à leur inser- 
tion (surtout à l'époque de la floraison}* (iSTocA, Synopsis 
Plorœ germanxcœ et helt^ictisy vol. i, p. 643.) 

Saule pbutaiiobjb. — SaUx pentandrdLïvoi.-'-^Flor. Daii. 
lab. 943. — Engl. Bot. tab. i8o5. — Guimp. etHayn. Deutscti. 



jaanes, — Celte espbce, conuae sons les noms rulgaircs de JvuOe 



FAMILLE DES âALiCIMÉES. 365 

cassant j ou Osief cassant^ est commune dans toute l'Europe ; 
elle fleurit vers la fin d'avril ou en mai : on la plante assez com- 
munément autour des prairies et au bord des eaux. Ses usages , 
dans l'économie domestique, sont à peu près les mêmes que ceux 
du Saule blanc : toutefois ses rameaux sont trop cassants pour 
senrir de liens. Son bois, au contraire, est plus solide. Les 
feuilles sèches font un bon fourrage d'hiver pour Its mou- 
tons. La racine fournit une teinture pourpre. Parmi ses congé<> 
nères, le Saule fragile est l'espèce dont l'ëcorce paraît pos$ë« 
der les propriétés fel)nfuges les plus efficaces. 

• 
Saule blanc (vulgairement Osier blanc y Osier vert^ Osier 
noirj ou Saule pliant). — Salix alba Linn. — JEngl. Bot. tab. 
3430. — Guimp. et Hayn. Deutch. Holz. tab. 197. 

— p : A FEUILLES GLABRESCENTES. — Salix caruUa Smith, 

Engl. Bot. tab. 2481. 

— 7 : A RAMEAUX JAUNES (vulgairement Saule-Osier^ ou Osier 
jaune). — SaUx vitelUna Linn. — Engl. Bot. tab. 1889. 
— Guimp. et Hayn. 1. c. tab. 166. 

Chatons pédoncules. Fleurs-mâles diandres. Ovaire à stipe 
très-court, k peine aussi long que la glande : style court. Stig- 
mates échancrés. Capsules ovoïdes, acuminées^ glabres, substi- 
pitées. Stipules lancéolées. Feuilles ordinairement soyeuses. 
{Kochj l, c.)— -Arbre atteignant 60 à 80 pieds de haut, sur 
3 à 5 pieds de diamètre. Écorce des vieux troncs grisâtre, ri- 
meuse. Branches divergentes, formant une tête allongée (arron- 
die sur les individus taillés en têtards) : écorce d'un gris ver- 
dâtre. Rameaux divergents ou quelquefois inclinés^ très-flexi- 
bles, à écorce d'un pourpre violet, ou (chez la variété dite Osier 
jaune) d'un jaune orangé. Bourgeons petits, coniques, brunâ- 
tres , soyeux au sommet. Feuilles longues de a à 3 Va pouces , 
larges de 3 à 5 lignes, lancéolées, courtement pétiolées, fine- 
ment dentelées, ordinairement d'un glauque argenté : dentelures 
glanduleuses. Chatons cylindracés, denses, longs d'environ a 
pouces. Écailles-bractéales pointues, soyeuses. Anthères réni- 



; SH UiicuriH. 



Sablk Pi^VBXfsti.—Sâlix btfylomea LiiiD.— Dnbun, d. 
DOT. vol. 3, tab. 37. — Stipules obliqnemenl hneéotëts, acami- 
■aées, recouri>éei. Feuilles hnceolées-oblongaes ou lanceolsfi- 
ihiéaim, acuminëcs, denieléei , glabres. Chatoni arqués. Ra- 
meaox et ramules riclinés. Ovaire ovoide, aou-stipitè , glabre. 
Style court. Stigmates oTalec, c'cbaDcrés. — Arbre haut de 20 k 
3o ^eds. BraDches presque étalées. Rameaux trës-lougSj très' 
grêles, très-flexibles, k écoree d'un bran noiFàtre. Feuilles ton- 
fues de 3 i 5 pouces, larges d'enviroa 6 lignes , d'un vert tendre 
en dessDs, d'un vert glauque en dessous. Cbatons griles, cyliu' 
driques, un peu Uches , d'an jaune rcrdâtre, loDgs d'eufiroD 
3 ponces, un peu moins précoces que les feuilles. — Ce Saule , 
si firéquemment cnltiré comme arbre d'agrément, paraît indigène 
en Cbme ; nuis c'est de l'Orienl on de l'Afrique seplcntiioiule, 



FAMILLB DBS SALICillAlS. 367 

OÙ oa le eukiye ê&ui àm Its jardins ; qu'il a éié introduit en 
Europe, vers la fin du dix-septième siècle. L'individu mâle 
n'existe point chez nous. Les rameaux du Saule-Pleurenr sont 
tiès-flexibles, et peuvent s'employet eomne ceux des Osten, Les 
feuilles sont fort goûtées du bétail. 

Sbctiqv II* AMTGDALIMiB KmIi. 

Écailles-bractéales concolores, d'un jaune vçrdâtre, persis- 
tantes. — Chatons et disque comme dans la section I. 
Capsules longuement ou courtement stipitées. Fleurs- 
miles 2- ou 3-andre8. Fi\§U ^ubmonadelph^ e( poilus à 
leur b^se. FeuiUes ^ général lancéolées ou lancéolées* 
oblongues, acuminéçs, glabres (du oioins les adultes)^ 
dentelées. liameaiix effilés. (Kock, L c^ p. 644.) 

Saule a feuilles p'Amaiidieq. — Salix amxgdali'HiLiïm, 
— Engl. Bot. tab. igSô. — ^alix YiUarsiana Willd. — SfiU?: 
JloppeanaWiWà. — Guimp. et HayD. 1. c. tab. i58. — Écailleç- 
bractéales glabres au sommet. Fleurs-mâles 3-andres. Ovaire à 
stipe a à 3 fois plus long que le disque. Style très-court. Stig- 
mates horizontalement divergents, échancrës. Capsules ovales«OQ- 
niques^subobtuses; glabres, stipite'es. Stipules semi-cordiformei. 
Feuilles très-glabres. {Kochy L c.) — Arbre haut de i5 à 9$ 
pieds, sur I à 2 pieds de diamètre, ou buisson. Écorce des vieu^^ 
troncs rimeuse, d'un gris cendré. Branches et rameaux formant 
une tête arrondie ; écorce d'un gris verdâtre. Rameaux très* 
fragiles à leur insertion. Bourgeons coniques, luisants, noirâtres, 
ou d'un brun de châtaigne , assez gros. Floraison et foliaison 4- 
multanées. Feuilles longues de 4 À 5 pouces, larges de lo à i5 
lignes, fermes , luisantes , d'un vert foncé en dessus, d'un vert 
glauque en dessous, lancéolées-oblongues , ou lancéolées-ellipti- 
ques, ou ovales-lancéolées, ou lancéolées-linéaires. Chatons 
longs d'environ i pouce : les mâles cylindracés^ les femelles sub- 
ovoïdes. Ecailles-bractéales longuement poilues inférieurement. 
Anthères jaunes. Stigmates d'unjauneverdâtre*-^e Saule croît 
dans toute l'Europe, ainsi qu'en SthMe, eux bords des ^ux 



j j n-jjp.iim 



dia&dRS. Oraire i tf^ àpra fris an»i loaç qae h ^agdc. S^ 
alkii^. SdKBUrta a-fides. Stipvin »i-egrdiIonMS. Femlla 
laibcKoilc* cbnt jniDea : danclmcs glaBdaleucs, — kthn on 
baiiMn. Feuilles laBcéidte, loagoeineiit «cniBiDées, smumit 
ondnUes. Oraires et capsnin Unlàl glabres , tanlôt pnbescaHs- 
inones. — CnSt daos les mêmes localiiés que 1rs espèces prâé- 
deniM. Rarement caltÎT^. 

Samoa ni. PRUINOSE Eocb. 

EcaUlet-bnct^es diaoolores an sommet. Chatons laté- 
raux, toujonn seaailes. Antbim jaQnea après t'antbèse. 
Ecorce intérieure janne doraot l'ét^. — Chalona plna 
précoces que les fenilles, accompagnés d'nn ioTolocdie 
de pliuieim twsctées anbfoliacées. PImn-miles dîait- 
drM; fileta lïbna. Capanles atipitëes on nos-sii^tées. 



N. 



FAMaLE DES SALICIN^ES. 569 

Feiiillcs longuement acumi nées, luisantes, ordinaire- 
raent lancéolées : les jeunes ordinairement^ soyeuses ou 
pubescentes ; les adultes très-glabres. Buissons ou ar- 
bres. Jeunes pousses souvent couvertes d'une poussière 
glauque. (Koch, L c. p. 645.) 

Saule a feuilles pointues. — Salix acutifolia Willd. — 
SàUx violacea Andr. Bot. Bep. tab. 58 1. — Salix pruinosa 
Wendl. — Stipules lancéolées, acuminées. Feuilles linéaires- 
lancéolées, longuement acuminées , dentelées, glabres de même 
que les jeunes pousses. Ovaire non-stipité. Style allongé. Stig- 
mates linéaires-oblongs. Capsules ovales-coniques, glabres. — 
Arbre atteignant 20 à 3o pieds de haut. Rameaux d'un pourpre 
violet , couverts d'une poussière glauque. Chatons compactes, 
cylindriques, longs de i5 à 18 lignes.-^ Ce Saule, qui est pro* 
bablem ent une variété de l'espèce suivante, fleurit en mars. 

Saule a feuilles de Garou. — Salix daphnoides Villars. 
— SaUx prœcox Hoppe. — Willd. Baumz. éd. a, tab. 57, 
fig. a. — Guimp. etHayn. 1. c. tab. 168,'-' Salix cinerea et 
SaUx pomeranicaYfïWà. — Stipules demi-cordiformes. Feuil- 
les ovales-lancéolées ou oblongues-lancéolées, acuminées^ gla- 
bres ( les jeunes pubescentes de même que les ramules ), à den- 
telures glanduleuses. Ovaire non-stipité. Style allongé. Stig- 
mates obloDgs. Capsules ovales-coniques, glabres, non-stipitées. 
{Koch s l, c) — Arbre atteignant 3o à 40 pieds de haut, d'un 
port très-élégant. Tronc à écorce lisse, verte. Rameaux d'un 
pourpre luisant ou d'un gris verdâtre, fragiles, à leur inser- 
tion : les jeunes ordinairement couverts d'une poussière glau- 
que. Bourgeons-floraux ovoïdes, velus, très-développés dès 
l'automne : ceux des chatons-mâles pointus; ceux des femelles 
obtus. Chatons gros, ovales-oblongs, obtus, très-soyeux. Ecail- 
les-bractéales noirâtres, obtuses. Anthères rougeâtres avant l'an- 
thèse. Disque à une seule glandule. Feuilles longues de i pouce 
à 3 pouces, luisantes et d'un vert foncé en dessus, d'un vert 
glauque en dessous, fermes; pétiole court, pubescent. Chatons- 

WTAinQUI. PIUV. T. z. 24 



SuTLE POVBPU. — SitUx purpwrea Lim). — Bngl. BaH. t>b. 
i388. — Gaimp. etHayn. X»b. iQQ. — Salix BeUx Linn. — 
Guimp. et Hayn. Ub. i^o. — Sakx monandra Hoffin. — 
Salix Lamhenima SnûXh, Engl. Bot. tab. i343. — Feuil- 
les (aisez sonvenl opposa on teraées ) lancéolées on )aDcéo> 
lées - obovales, finemeat dentelées, planes , ordioairemeot 
g;labres. Flenn-mâles sandres : filets ordiDairemeDt soudéi 
jusqu'au sommet, à anlbères syngénèses. Style court. Stig- 
mates ovales. Capsules orales , cotonneuses, non-sdpitées. 
{Kock, l. c.) — Buisson baut de 3 à 6 pieds, on peut arbre 
de 8 à ta pieds. Ëcorce des vieux troncs riineuse, d'un gris 
Tcrdâlre. Branches et rameaux grêles , dressés, ou ascendants, 
effilés , à écorce d'an jaune verdâlre , mi d'un rouge verditre, 
on pourpre, ou grisâtre. Bonrgeons petits, ovales-obloaga, 
rongeSlres. Feuilles longues d'eirvinm 3 pouces, sur 6 lignes 
de lai«, mmces, hiûaiites, d'un vort gsî ai dessus^ d'an verl 



FAlfILLB DKS SALICINÉE8. 371 

glauque (ou quelquefois soyeuses) en dessous, courtement 
pétiolëes. Stipules fugaces, petites. Gbatons longs d'éoviron 
I pouce ^ velus, cylindracës, plus ou moins grêles. Écailles- 
bractéales 'ovales. Stigmates roses ou jaunes, plus ou moins 
allongés, -r— Cette (espèce, nommée Y^lgairemeot Osier rouge 
(nom par lequel on daigne aussi |e Saul^ à feuilles d'Amaa- 
dier), ou Osier bhuy est ooinmune dans tpute l'Europe, AubQrfl 
des eaux et dans d'autre» localités humides; elle fleurit en mars 
et avril. On la cultive Oréquemment en ^eraies , en raison de 
ses rameaux, qui ne le eèdeQt à aucun autre Saule sous le rap^ 
port de la ténacité. On la choisit de préférence pour Taffermis*- 
sement des digues et des rivages, parce qu'elle pousse une 
grande quantité de longues racines traçantes, L'écorçe et U9 
feuilles soi^t trèsdunères. 

Saule rouge. — SaUx rubra Huds. Flor. Angl. — Engl. 
Bot. tab. 1145. — Guimp. etHayn. tab. 171. — Salix fissa 
"Ehrh, '•^ Salîx Forbyana Smith ^ Engl. Bot. tab. i344* — 
Guimp. et Hayn. tab. 172. — Salix memhranacea et Salix 
olivacea Thuil. — Stipules linéaires. Feuilles lancéolées , al- 
longées , acuminées , sinuolées-denticulées, subrévolutées aux 
bords, d'abord pubescentes : les adultes glabres (ou quelquefois 
soyeuses en dessous). Fleurs-mâles diandres : filets en général 
soudés jusqu'au milieu seulement. Style allongé. Stigmates ob- 
longs-linéaires ou filiformes. Capsules ovoïdes , non-stipitées , 
cotonneuses. (Koch, /. c.) — Espèce semblable à la précédente 
par le port, et croissant dans les mêmes localités. 

Segtioii y. VIMDîAJJSS Koch. 

# 
Ecaillea^bmctéales discolores au sommet. Chatobs latë- 

raux, sessiles. Anthères jaunes après Fanthèse. Ecorce- 

intérieur^ verdàtre. -^ Florai30n plus précoce que la 

foUaiaon, ou contemporaine. Chatons accompagnés d'un 

involucelle de quelques bractéea subfoliacées. Chatons 

fructifèrea aeasiles ou courtement pédoncules. Feuilles 

trèiHtPti^^ ou l^èrement denticulées, allongées^ co« 



ti<rfe cylindriiiae, long d'envirooS lignes. — Cette espfece, ap- 
pela Tulgaltemeiit Osier bUmc (nom par lequel on daigne 
anui le Saute blanc, aiasi ijue l'eiptce suivante), et Sauie à 
longues feuilles, est commune dans toute l'Europe , aux bords 
des eaux et dans les bois humides ; elle fleurit en avril. Ses ra- 
meaux sont trÈB-tenaces :ils s 'emploient aux ouvrages de vanne- 
rie et comme liens. On la plante aux bords des rivières pour 
l'afiiermissemeat des rives. Son bois est plus solide et fournit on 
luillenr combnstible qne celui de tous les antres Saules. 

SattLK A FKUiLLSB HOLLEg. — Salix moUissiata Ehrii. — 
Salix puberaKoch. — Stipules ovales, poialnes. Feuilles loD' 
pies, lancéolés, légiremeat érosées-denticulées : les jeunes co- 
tonneuses eo dessons. Chatons sessîles ou courtemmt pMoncn- 
lis. St^e allongé. Stignutei linéaires, lùfides, unpendd»rdés 



FABULLE 1)£S SàLICUfÉES. 373 

par les poib des écailles-bractéales. Capsules ovoïdes-coniques, 
cotonneuses y non-stipitées. {Koch, L c.) — Espèce ayant le 
même port que la précédente ; feuilles plus larges , point lui- 
santes en dessous. Rameaux-adultes à écorce d'un yert olive. 
Bourgeons ovales. Chatons plus précoces que les feuilles , cy- 
lindracés, longs d'environ i pouce, moins denses que ceux du 
Saule viminal, Écailles-bractéales longuement poilues, d'un 
jaune brunâtre. — Cette espèce croît dans les mêmes localités 
que la précédente, avec laquelle on a vulgairement coutume de 
la confondre; elle sert aux mêmes usages. * 

Saule a grandes stipules. — Salix siipularis Smitb, Ëngl. 
Bot. tab. i2i4* — Stipules demi-cordiformes^ longuement acu- 
minéesy aussi longues que le pétiole. Feuilles longues, lancéo- 
lées , subérôsées , cotonneuses et un peu luisantes en dessous. 
Chatons* sessiles. Poils des écailles-bractéales à peine débordés 
par les stigmates. Style allongé. Stigmates filiformes, indivisés. 
— Buisson haut de 16 à ao pieds. Troncs droits, grisâtres. Ra- 
meaux d'un gris verdâtre. Chatons plus précoces que les feuil- 
les, plus longs et plus gros que ceux du Saule viminal. Feuilles 
longues de a à 4 pouces, larges de 9 à i8 lignes : les jeunes co- 
tonneuses aux 1 faces; les adultes glabres et d'un vert foncé en 
dessus , d'un gris glauque en dessous ; pétiole court, canaliculé. 
— Cette espèce croît dans les bois humides 'r ses rameaux sont 
trop fragiles pour servir de liens. 

Saule agum mé. — 5aZû: acuminaia Smith, Engl. Bot. 
tab. 1434* — Guimp. et Hayn. tab. igS. — '5aZfa; molUssima 
Smith, Engl. Bot. tab. iSog. (non Ehrh.) — Stipules subré- 
niformes , acuminées. Feuilles lancéolées ^ ou lancéolées-oblon- 
gues, ou oblongues-lancéolées, plus ou moins ondulées, subden- 
ticulées, en général cotonneuses-incanes (opaques ou luisantes) 
en dessous. Chatons sessiles. Ovaire à stipe aussi long que la 
glande. Style plus ou moins allongé. Stigmates indivisés ou bi- 
partis, filiformes. Capsules coniques, pointues , sessiles, coton- 
neuses. — Buisson haut de 8 à la pieds, très-touffu. Écorce 



Ttk 




dtâÊiif « flft broit jaMiltrtff lé^èÉcsm cilHMpa< Ckams fié» 

dtegMii ImaiiMS, iBfw t f . FlMs^^ki dBirihts. Aihiwi 
é^rilêf-MilMslMi» Ai^|Miis jMMk. FiÎAm kap"i 4»^^ & 4 
pèheeti lityi dTdWtqi t f<Mi# n i ^ i m iw <t i^ nwrt 
ai Jtiitts , ni|jltiit4hii glAw Htt 3g hÊm\ pétiak 
loB^deB ligM. S^pid^ aMi kfegM fMle péliole.^Gcii« 
espèce efl cominiiiie diàl|i«t0 PBirfpt, m bdioi dki «mil 
djDS les ibois biiiiiidcs. Oa cncuhiTe^daiis Ici jardins, une ^' 
riM à ftyite fiasehto. t^ nami ssM «M ic^^ 



Bl ^JMKMM ^<0M#§Mv fl^pMS* 

8iirL£iiiGiiti«'>^5«2ûrmetfiui 8clinBk«-«*4><>|Iût tipurim 
WiM -^Gnimp. «C Hqra. tab. 187. ^^SiOûf làHmilmlmfo^ 
Um tjÊfeyré ^ 8êU± mtffuUfoUa Point. ««-^Dahm. ad. nofé 
Tel < 3^ fdb. 9iQ^^^^^8Mst rostkarimfbiiaG€ftmnB'^&ilix Elasag- 
nô9 âcopoL-^Feohei koieéolées-liiiéairei on liiiéiiBeslaiioéolëes 
"éÊgoAcAléeêj éamnéttâcieiidestoiis. durtoni snhaMâles. Écailles 
braetëales prelqUéf lablres^ dHolëes.Oyaireà itipe à fois plus loD^f 
qtie la glande. Style allongé. Stigmates bifides. Gapscdes otco^ 
des-lancëolëes, glabres, stiftitées. (Koch^ l. c.) '«^BaiasoQ liant 
de 6 & 1 11 pieds, ou petit ai-bre de 10 à ao pieds. Rameaux d'un 
brun noirâtre , ou châtains , droits. Feuilles longues de ^ à 3 
pouces f larges de 2 à 4 lignes , pubérules et plus ou moins in- 
canes en dessus, blanches ott incanes en dessous; dentelures 
glanduleuses ; pétiole très-court. Stipules peu apparentes» Cha- 
tons précoces, grêles, longs dé 9 a 18 lignes. Écailles^bractéales 
jaunes , ovales , ou elliptiques , obtuses. FleurS-mâles diandres. 
Anthères ovales. Stigmates pourpres. -^ Cette espèce croît sa 
bord des torrents «t des ruisseaux, dans les vallées des Alpes 1 
ou la cultive comme arbre d'ornement; elle fleurit en avril. 

Secuoii VI. GAPREiE Koch. 

Itai-braetéaks discolores au sommet. Chatons latë- 



'FAMILLE DES SÂLIGUriBS. 375 

faux : les florifères sessiles^ accompagnés d'un inye- 
lueelle de plusieurs bractées subfoliacées. Bourgeons 
floraux accompagnés de bourgeons-foliaires. Chatons- 
fructifères plus ou moins longuement pédoncules. An- 
thères jauties après Tanihèse. Capsules longuement sti- 
pitées^ (Kock, L c. p. 656.) 

SâTTLE Marceau. — Salix Caprcea LinD. -— ËDgI. Bot. tab. 
14B8. — GuilDp. et Hayui tab; 192. — Salix tonieniosa Se- 
ring. -— Salix ulmifoUa Thoil. — Salix sphdcelata Smith y 
Ëngl. Bol. tab. a333. -^ Bourgeons glabres. Stipules rënifor- 
mes. FeuiUes ôyales, ou elliptiques, ou oboyales^ ou oyales-ob- 
loDgues, ou ovales- lancéolées, acuminées ( à pointe recourbée ) y 
ondulées^ crénelées (ou quelquefois très-entières), glabres en des- 
sus, cotomienses en dessous (ôii quelquefois aux 2 faces). Oyairé 
à stipe 4 à 6 fois plus long que la glande. Capsules oyales-lan^» 
céolées, cotonneuses. — Buisson touffu, ou arbre atteignant 35 
à 3o pieds de haut^ sur i pied de diamètre. Écorce des yieux 
troncs lotigitudinalement rinieuse , d'un gris cendré ; celle des 
branches d'un yert oliye ou grisâtre ; celle de^ rameaux d'un 
jaune yerdâtrë ou d'un brun rotil. Ràmcfânx très-tenaces, longs 
(atteig)naiit souyent, depuis le printemps jusqu'en automne, 6 à 8 
pieds de long ). Bourgeons grès j tm peu anguleux ; les floraux 
plus gros, d'un brun de châtaigne; leS foliaires d'un brun clair 
on d'un yert oliye. Chatons plus précoces que les feuilles (asseÉ 
déyeloppés dès la fin de l'antonme), longs de 12 à 18 lignés ^ 
soyeux j gros, très-denses, oyales-eylindrâfcés (oytA'des atant la 
floraison). Écailles-bractéales dbloiigues, d'un brun noirâtre. 
Disque d'une seule glande oblongue. FleurS-inâles diandres. 
Stigmates jaunes. Feuilles loâgtiès de t jik>fice à 9 pouces^ en 
général luisantes et d'un yert foncé ài dessus , blanches et in- 
canes en dessous; pe'tiole long de !2 à 3 lignes; Chatons-fructi- 
fères pendants. — Cette espèce, connue sous les noms yulgaires 
de Marceau f Marsault^ ou Malsaultf est commune dans toute 
l'Europe , ainsi qu'en Sibérie , surtout dans leis bois ; du reste 
elle prospère en toute sorte de terrains , tant dans les plus secs 



rif^fRF. DU B&UflUn&H*' 



bon d« te bois est excelleot pour la iabricttioa de U poudtti k 
cntoa. Les rainêiiUMnt uses tenaces. L'ocograe eA tmphjé^m 
lunuge des' oiin fins; |onVc& Mtt'tnai pour temdrt t^moa 
le diiovre et.k ootoi. ' 



glande. S^Ie tièsHXiait. Stigmates orales, 6JiaDcies. Caimles. 
ovales- lancAilto , cotoDOenses , stipil^. — Buisson h»at de 6 
à 8 piedj ; ^rcc des Tieilles tiges d'un gtb cendre. Rameau 
brunâtres ou roogeâtres, plus ou moins divergents. Chatons plos 
précoces que les feuilles, orales-cfUndracés, obtus, soyeux, 
longs d'environ ^ lignes. Feuilles longues d'raviron 2 pouces,, 
sur 1 y, pouce de large , fermes , vertes en dessus , d'uo gris 
glauque en dessons. — Cette espèce, qu'on confond vulgaire- 
ment avec le Marceau, est commune an bord des eaux et dans 
les bois marécageux; elle fleurit en mars et avril. Ses rameanx 
sont assez tenaces pour servir d'Osiers. 

SiuLE aQVATicuE. — SMUxiujuaticaSnnàtf Ei^l. Bot. tab. 
1473. — Guimp. et Hajn. tab. iqi. SalixacumituUaUa&a. 
(nw Smitb.J— SoAa; cMOva IJun.— £ngl. Bot. bb. 1897. 



FAMILLE D£S SALICinÉES. 377 

— Bourgeons iocanes. Stipules rëniformes. Feuilles elliptiques- 
obovales, ou lancëolées-oboTales, courtement acnmiDées^ dente- 
lées, subonduie'es aux bords ^ d'un yert grisâtre, pubërules en 
dessus, cotonneuses en dessous. Ovaire à stipe. 4 fois plus long 
que la glande. Style très-court. Stigmates ovales, bifides. Cap- 
sules ovales-lancéolëes^ cotonneuses, stipite'es. (Kochy l, c.) — 
Buisson très-touffu, baut de 6 à lo pieds, ou petit arbre de lo 
k iS pieds. Écwce g;risâtre ou d'un gris verdâtre. Gbatons cy- 
lindraces ou ovales-cylindracés , soyeux, plus précoces que les 
feuilles. Feuilles peu ou point rugueuses, de grandeur variable. 
— Ce Saule, qui n'est probablement qu'une variété du Marceau, 
est commun dans les mêmes localités que le précédent ; il: fleurit 
à la même époque, et sert aux mêmes.usages. 

Saule a long style. — Salix stylarù Seringe , Saules de 
Suisse. — SaUx phylicifolia Linn. — Flor. Dan. tab. i o5a. — 
SaUx stjrhsa De Cand. — Salix Amanniana Wilid. — Guimp. 
et Hayn. tab. 1 65. — Salix Andersoniana £ngl. Bot. tab. 2343 . 
— Salix spireœfoUaYfïHd. — Salix nigricans Smith j Ëogl. Bot. 
tab. I2.i3. — SaUx rupestris Smitb, Ëngl. Bot. tab. !2342. — 
Salix hirta Smith, Engl. Bot. tab. i4o4« — Salix cotinifolia 
Smitb, 1. c, tab. i4o3. — Stipules semi-cordiformes. Feuilles 
(de forme très- variable) dentelées, grisâtres en dessous : les jeu- 
nes pubescentes; les adultes glabrescentes. Ovaire à stipe 2 fois 
plus long que la glande. Style long. Stigmates, bifides. Capsules 
ovoïdes, longuement subulées, glabres, ou pubescentes. — Buis- 
son de 3 à 12 pieds. Rameaux plus ou moins pubescents , en 
général d'un brun noirâtre. Feuilles longues de i pouce à 3 pou- 
ces, minces, point rugueuses, vertes en dessus, ovales, ou ellip- 
tiques, ou obovales, ou lancéolées , ou lancéolées-obovales , ou 
lancéolées-oblongues. Chatons à peine plus précoces que les feuil- 
les, ovales-cylindracés. — Cette espèce est conunune dans les AI-^ 
pes et le nord de TEurope , au bord des eaux; elle fleurit en 
avril; ses rameaux sont très-tenaces. 



duquCs. Bourgeons enreloppés d'écaillés imbriquées ( le 
plus BotiTeut enduites d'une substance balsamique, vis- 
queUse, gommo-rësineusej : les Qoraux aphylles, plus gros, 
latéraux (sur les tamules de l'année précédente] , ou laté- 
raux et terminaux. ChatoUs sessiles ou pédoncules, muttî- 
Sores, cylindraces, pendants, plus précoces que les feuil' 
les : les fetneUea en général plus longs et moins Serrés qoe 
les mllea. Écailles-bractéales glabres où poilues, lobées, 
ou palmatifides, ou fimbciées, en général non-perastantea. 
Capsules verdâtres, glabres. Antbères de couleur pourpre. 
L'utilité des PeupUers n'est pas moins multipliée que 



FAHlIiLB DES fliLICUffÉBS. 379 

celle des Saules. De même que ces dentiers^ la plupart des 
espèces prospèrent dans les terrains les plus ingrats , et^ 
malgré la qualité médiocre dd leur boiSj ils sont d'uiL 
meilleur rapport que beaucoup d'autres arbres, grâce à la 
rapidité de leur croissance. La plupart se midtiplient éga- 
lement^ ayecla plus grande facilité, deboutures^ ou des re- 
jetons de leurs racines» Les feuilles et les jeunes pousses 
peuvent servir de fourrage au bétail. Les rameaux de quel- 
ques espèces sont flexibles comme ceux des Osiers, et 
servent aussi à fedre des liens , des paniers et autres ou-^ 
vrages de vannerie» Le bois des Peupliers peut être em- 
ployé avec avantage à la teinture des laines. Enfin, le cotoA 
qui enveloppe les graines de ces arbres^est applicable aux 
mêmes usages que celui des graines des Saules. 

SEôtioir I. LEUGE Relolilf* 

Rameaux et ramules cylindriques. Jeunes pousses-termi- 
nales et rejeton^ (chez certaines espèces aussi les bour- 
geons, la face inférietire des feuilles, et les jeunes ra- 
mules) cotonneul, ou veloutés, ou pubescents. Feuilles 
-ramulaifés en général aussi larges ou presque aussi 
larges que longues, à pétiole long, grêle, aplati. Fleurs- 
mâles 4- à 8*andres. Écàilles-bractéales plus ou moins 
poilues, ou laineuses, palmatifides (excepté chez une 
espèce). Stigmates à lanières étroites, divariquées. Cha- 
tons-fructifères plus ou moins serrai. 

# 

A. EcaUleS'bractéales tantât indwiséês, tantSt légèrement 
incisées au sommet : celles des fleurS'tnâles laineuses ^ 
celles des fleurs-femelles légèrement poilues^ caduques* 
ChatonS''femelles beaucoup plus grêles tfue les chatons* 
mâles. Disque des fleurs-femeUei cupuUforme ^ beaucoup 
plus courtque V ovaire, S txUU'ès^coUrt, indivise* Stigmates 
jaunes, i-partis {à lanières linélUres^ égales), confluents 
par la base, de manière à former une ^roix peltêe. 

PeupUer ^hkac.'^tùputuê alhàlÀtû. -^Ei^I. Bdt. tab. 
i6i8.~Giiiidp. et Hayn. ldy< M*k.^ PùpMui HM/àt BfiU. 



large. Feuilles des Ttjetoiis et des jeunes pousses-tenninales 
souveot longues de 6 pouces sur 5 pouces de lai^. Pétiole 
moins fortement aplati qae chez le Tremble. Stipules linéai- 
res-lancéolés. Chatons^raclifires grSles. Capsules petites, 
OTOÏdes, acuminées, verdâtres. — Cette espèce, nommée tuI- 
gaicemeut Peuplier blanc, Blanc de Boïlande, Abèle, et 
Ypreau, est commune en France et dans les contrées méridio- 
nales de l'Europe ; elle se plaît surtout dans les lieux frais et 
huBÛdes} mais elle prospère^alement dans les terrains secs, 
tandis qu'elle^se relue à croître dans les sglsc^Aiseox. Ik 0o- 



FÀMILLB: DES SÀLICINÉES. 581 

raison a lieu vers la fin de mars ou.au commencement d'avril , 
longtemps ayant le développement des feuilles. Ce Peuplier vit 
70 à 80 ans, et il acquiert presque tout son développement dans 
l'espace de. 3o à 40 ans. Son bois est blanc, quelquefois jau- 
nâtre, au centre (celui de la racine marbre de brun), l^er, te- 
nace- et d'un. grain fin; il est pins estime pour la menuiserie 
que celui des autres Peupliers indigènes : dans le midi de. la 
France, on l'emploie presque exclusivement à toutes les boise- 
ries de l'intérieur des maisons ; les tourneurs, les charrons, les 
layetiers et les sculpteurs en bois , en font aussi une grande 
consommation ; enfin il peut suppléer la gaude ou le bois-janne 
pour teindre les laines en jaune. Les feuilles et les jeunes pous- 
ses , soit séchées , soit en vert, fournissent un fourrage agréable 
au bétail. On forme avec le Peuplier-blanc de très-belles ave- 
nues, et on le plante. fréquemment dans les bosquets, où son 
feuillage mobile et d'un blanc argenté produit un effet très-pit- 
toresque. 

» 
B. EcailleS'hractéales {tant des chatons-mâles que des cha» 

tons-femelles) palmatifideSy garnies de longs poils soyeux. 
Chatons-femelles presque aussi gros ( à l'époque de la flo' 
raison) que les chatons-mâles. Disque des fleurs-femelles 
cjrathiforme , recouvrant tout V ovaire. Style bifurqué. 
Stigmates distincts^ pourpres, obliquement pekés, subfUt- 
belliformes, irrégulièrement 3-ott ^'fides. — Jeunes pous- 
ses et jeunes feuilles (du moins celles, des rejetons et des 
jeunes individus) cotonneuses, ou floconneuses, ou pubeS' 
centes, 

a) Fmillu dei rejetons et des jeunes pousses-terminales palmatin ervées, 

souoent 3-o« 5-loMef. 

Peuplier Grisabd. — Populus canescens Smith, Engl. 
Bot. tab. 1619. — Guimp. et Hnyn. tab. aoi. — Populus alba 
Willd. Arb. — Bourgeons pulvérulents ou cotonneux, point 
visqueux. Feuilles d'un vert foncé en dessus, cotonneuses (d'un 
blanc plus ou moins cendré) en dessous : les iraipulaires (finale- 



389 CLUBB DB8 SAUCUViBS* 

ment gbbrMceiites) orales , m ovalct«orbic«l«îi«s, on anboiftl- 
eolaîresy obtuses, sinnées-aiigiileiiseSy ou sinuées-créiidëeSy oa 
tinuëes-denttoy anoiidiet on saboordifoimes à la liafe; odlas 
des rejetons et des jeanes pousses-terminales plus oo aMWis 
profondànent eordiformet à leur base, acnminûte, simiolées- 
dentienlées on dentelëes, taslAl triangiilaîres om orales et ^as 
•n moins angalenses, tantAl palnite et plus on mmns praiMi^ 
dûment 3-ou 5-lobfcs.— Arbre de même taille qne le Pev- 
pUer hUmOy anqnel il ressemble aossi par le port et les feuilles; 
mais la Êice infiâîenre de ses feuilles n'est jamais d'im Uane 
par. Les feuilles de ee Peuplier #ont Caciles à distinguer de edles 
du Peuplier blanc ^ mais elles ne difiërent gnire de cdles dt 
PeupUer-' Tremble j qui n'est peut-être qne la même espèee sont 
une autre hrme. ^^hc PeupUer-Grisard (ou GrismUle) est 
eommun dans toute l'Europe ainsi qu'en Sibérie ; il croît dans 
les mêmes localité et fleurit à la même époque que le PeupUer 
blanc^ aveclequel il a été confondu par la plupart des auleins. 
Le Grîsard sert aux mêmes usages que le Peuplier blanc; ton- 
tefois il est moins gàiéralement cultivé qne ce dernier, dont le 
bois est préférable tant comme combustible que pour d'autres 
emplois. 

b) Feuilht jamaii palmati-lobées. 

Peuplier-Tremble.-^ PopuZus tremula Linn. — Engl. Bot. 
tab. 1909. — Guimp. et Hayn. tab. ao3. — Populus villosa 
Reiebb. Flor. Germ. Excurs.-— Bourgeons glabres, visqueux. 
FeuillesHramulaires suborbiculaires ou ovales-orbiculaires , ob- 
tuses, ou subacuminées, sinuëes- dentées, ou érosées-dentées, ou 
érosées-crénelées, discolores (d'un vertjgai et peu ou point lui- 
sant en dessus, d'un ytxX glauque en dessous) , à base arrondie 
ou tronquée : les jeunes glabres ou moins souvent pubescentes ; 
les adultes en général très-glabres. Feuilles des jeunes pousses- 
terminales et des rejetons cordiformes, ou triangulaires, ou ova- 
les , acuminées , plus ou moins profondément sinuolées et den- 
telées ou crénelées, veloutées ou cotonneuses (plus ou moins in- 
canes) en dessons (les jeunes veloutées aux a becs). — Arbre de 



FAMILLE DES SàLiaHÉES. 583 

60 à 10O pieds , et en gëne'ral d'environ a pieds de diamètre 
(dans les conditions les plus favorables , il atteint 6 à i a pieds 
de diamètre). Écoroe des vieux troncs rimeuse, d'un gris cen- 
dre. Branches et rameaux subhorizontaux ( à ëcorce d'un vert 
olive ou d'un gris verd^tre), disposes en tête conique. Rejetons 
et jeunes pousses- terininales pubescents ou veloutés. Bourgeons 
coniques, pointus, d'un brun de châtaigne. Chatons beaucoup 
plus précoces que les feuilles, ovales avant la floraison : les mâ- 
les longs de 3 à 4 pouces ; les femelles longs d'environ 2 pouces. 
Écailles-bractëales roussâtres. Anthères pourpres. Disque d'un 
vert clair. Stigmates à lanières obtuses, divariquées, veloutées 
aui( bords. Feuilles fermes : les ramulaires larges de 5 lignes à 
2 pouces^ longuement pétiolées; pétiole plus fortement aplati 
que chez l'espèce précédente. Feuilles des rejetons et des jeunes 
pousses-terminales longues de 2 à 3 pouces, sur i8 à 3o lignes 
de large , en général courtement pétïolées. Stipules lipéaires- 
lancéolées, veloutées. Capsules petites, ovales-coniques, ver- 
dâtres. Graines noirâtres. — Cet arbre , connu sous les noms 
vulgaires de Tremble, ou Peuplier-Tremble ^ habite toute 
l'Europe, ainsi que la Sibérie } il vient de préférence dans les 
sables frais, mais du reste il s'acconunode de toute autre espèce 
de sols, soit secs , soit humides. En France , sa floraison a lieu 
dès les premiers jours du printemps , et ses fruits mûrissent en 
mai. Le Peuplier-Tremble acquiert tout son développement 
dans l'espace de 5o à 6o ans , et la durée de sa vie est de 8o 
à 100 ans. Son bois est blanc, poreux, lisse, léger, et fort ten- 
dre ; on l'emploie aux mêmes usages que celui du Pey^plier 
blanc , mais il est moins durable. Le9 feuiUes et les jeunes 
pousses sont recherchées par le bétail. En Allemagne^ c'est sur- 
tout le Tremble qui fournit les longues perches indispensables 
à la culture du Houblon ; mais pour que ces perches soient du- 
rables, il est essentiel de les couper pendant que l'arbre est en 
sève; on assure même qu'en enlevant l'écorce d'un TreDDd)le en 
sève, et le laissant se dessécher sur pied après cette opération, 
il donne un bois de construction assez solide. L'éeorce peut ser- 
vir mi tannage et à la teintve; en Sibârîe, sa décoçûoft ppsse 



irts-grËle, aplati, souvent pourpre ou violet aÎDsi que les ner- 
Tnres. Chatoos-mâles semblables à ceux du Peiiptier-Ticinble. 
Chatons-femelles (suivant la figure de l'ouvrage de M. A. Hî- 
chaux) grêles, uD peu lâcbes. — Cette espèce croît an Canada et 
aux États-Unis, tant au bord des marais que daus les localité 
siches. On ne la cultive que comme arbre d'ornement. Son bois 
est inférieur à celui de la plupart de ses congénères. 
€■ ÉauUes-bractèaUs paîmatifidts , garnies âe longs poSs 
soyeux. Stigmates sessiles, pourpres, point peltés, con- 
Jluents par leur base, projbndément ^-lobés, réfléchis : 
lobes inégaux, divergents. Jeunes pousses et rejetons gla- 
bres. FeuiUes {même les jeunes) pubescentes seulement 
aux bords, ou iris-glabres. 
PsQFLiEn Faux-Tbehbui. — Pofulus iremuloides Micfa. 



FIMILLE DS8 SALICINÉB8. 385 

Flor. Bor. Amer. — Duham. éd. nov. vol. 2^ tab. 53. — Popu- 
lus IcBvigata'Wûlà, — Popufus grœca Willd. — Duham. éd. 
nov. vol. a, tab. 54* — Populus atk^niensisHoTiiiL — PopU" 
lus cordata Hort. Par. — Bourgeons glabres, visqueux. Feuilles 
discolmres (d'un vert fonce en dessus, d'un vert glauque en des- 
sous), suborbiculaires, courtement acuminëes, ace'rëes, finement 
dentelées, ou érosées-crénelées : les ramulaires ovales ou lon- 
guement pétiolees, souvent obliques, à base arrondie, ou tron- 
quée, ou subcordiforme; celles des jeunes pousses-terminales la 
plupart cordiformes, subobtnses, e'quilatërales. Cbaton s -femelles 
k écailles marcescentes. — Arbre en général d^environ 3o pieds, 
sur 5 à 6 pouces de diamètre. Écorce du tronc verdâtre , lisse 
( excepté vers la base des vieux troncs, où elle devient rimeuse). 
Branches et rameaux à écorce brune. Bourgeons coniques^ poin- 
tuSy luisants, d'an brun de cbâtaigne. Chatons plus précoces 
qaeles feuilles^ très*soyeux, longs de i pouce à 2 pouces. Feuil- 
les fermes , assez semblables à celles de l'Abricotier : les ramu- 
laires larges de i pouce à 2 pouces , à pétiole long de i pouce 
à 3 pouces , souvent rougeâtre de même que la côte et les ner- 
vures. Feuilles des rejetons et des pousses-terminales longues 
de 3 à 6 pouces, en général à peu près aussi larges que longues. 
Stipules subulées. Chatons-fructifères denses, cylindracés, longs 
de 2 à 3 pouces. Capsules petites , ovoïdes , acuminées , verdâ- 
tres. — Cette espèce croit au Canada et dans \ts provinces mé- 
ridionales des États-Unis. L'élégance de son feuillage lui fait 
trouver place dans les plantations d'agrément. Au témoignage 
de M. Michaux , son bois n'est employé à aucun usage , aux 
États-Unis. 

SicTioN n. LEUGOIDES Spach. 

Rameaux et ramules cylindriques. Rejetons , jeunes 
pousses et jeunes feuilles couverts d'un duvet pulvéru- 
lent, floconneux, non-persistant. Feuilles palmati-ner- 
vëes, point palmati-lobées ni anguleuses, très-larges : 
pétiole aplati seulement vers le sommet, cylindrique 
inférieurement. (Fleurs incomplètement connues.) ^ 

BOTAIIIQVB, PHAIf. T. X. 25 



Sectiom nt. AIGEIELOS R«Iehciib. 
Bourgeons et jeunes feuilles visqueux, ordinairement gli- 
bres, iaioais cotonneiui. Rameaux et jeunes pousses cy- 
lindriques ou polyèdres. Feuilles aussi larges ou pres- 
que aussi larges que longues, jamais ni anguleuses, m 
paltuali lobées, presque concolores (d'un vert clair) ain 
2 faces : pétiole aplati, long, grêle, Écailles-bractéales 
glabres, indivisées, fimbriées. Fleurs-mâles 8- à 30- 
andres. Style bifurqué. Stigmates rénifermes ou sub- 
orbiculaires, obliquement peltés, crénelés aux bords, 
jaunes, minces, réfiécbîs. Cbatons-fructifères Uès-U- 
ches, monilif ormes. 



Piunim weiK.-' Fcjmiitt n^ Lito.— Bbdw. Ho*. 



FAMILLE DES SALICIIfÉES. 387 

tab. a48.*— Engl. Bot. tab. 1910. — Guimp. et Hayn. tab. 
2o4* — Branches étalées. Feuilles deltoïdes, ou ovales, ou sub- 
rbomboïdales, aeuminées, acérées, crénelées, ou dentdées, très-* 
glabres, ordinairement moins larges que longues. Stipules ovt- 
les, acuminées» Stigmates suborbiculaires , courtement s-lobés 
au sommet* — Aibre atteignant 80 pieds et plus, sur 3 à4 
pteds de diamètre. Branches longues, très-rameuses. Cime am- 
ple, conique. Bois blanc, tendre, tenace, souvent marbré de 
brun vers le centre. Ëcorce des vieux troncs d'un gris cendré, 
rimeuse. Rameaux d'un blanc verdÂtre. Ramules jaunes on 
bruns, obscurément anguleux. Bourgeons ovales-oblongs, aca- 
minés, jaunâtres, im bninâtres, glabres. Chatons beaucoup plus 
précoces que les feuilles, longs de 10 à 20 lignes, arqués, cy- 
lindracés , densiflores : les mâles sessiles ; les femelles pcdon- 
cttlës. Écailles^bnM^ales javmâtres , subrhombokiales , bordées 
de kmgs db pourpres ; les écailles des c^tons-mâles caduques 
avant Tanthèse; celles des diatotos-femelles caduques peu après 
répanonissement. Fleurs-mâles ordinairement 6-à 8-andres 1 
filets blancs; anthères pourpres. Ovaire subglobuleux , ^-ml- 
que, presque recouvert par le disque. Style court. Stigmactes 
jaunes , condupliqués, recouvrant presque tout Tovaire. Disque 
cyathiforme , jaune , plus court que l'ovaire. Feuilles fermes , 
en général longues d*environ 3 pouces , sur 3o lignes de large 
(celles des rejetons et des pousses-govrmandes souvent l<m- 
gues de 5 à 6 ponces, sur à peu près autant de large), ar- 
rondies on cunéiformes vers leur base , termieées en pointe 
phistm moins allongée, très-entière; dentdures infléchies, i-à 4- 
glanduleoses ; pétiole rouge ou jaunâtre^ en général moins long 
que la lame. €hatons-fructifères longs de s à 3 pouces. — Le 
PeiipZter7ioir'( auquel on applique wissi le nom impropre 4' (F- 
sier blanc) est conmiun dans tes climats tempérés <ie rEmvpe; 
il ne prospère que dans les localités découvertes ^ dans un sel 
frais ; aussi Be plaît-il surtout an bord des eaux et dans lefprai* 
rkfB hnmîdes. Sa croinrance "est très-rapide , mais il ne diifv' 
gnèi^ pins de 8d ans. Il «e «ralt^Ue de botftures ou éie -dra- 
geons ans fistciicnail qoe tet^uIeB. Ses rqets sont Irès^en- 



ider^ de groues c6tes ; écorce finalement rimease , d'nn gris 
verditre. Branches très^nombreuses , éUnce'es , subTecôrâlléea 
presque dès la base du tronc, formant uae tête pyramidale 
tris-allonge. Bameaux et ramules jaunâtres ou d'un gris 
lordâlre. Chatons milles (les femelles sont inconnus) et bour^ 
geoDS comme ceux du Peuplier noir. Feuilles assez génénie- 
nient un peu plus larges que longues, du reste semblables k 
celles du Peuplier noir. — Cette espèce, connue sous les noms 
vulgaires de Peuplier d'ItaHe, Peuplier de Lombardie , ou 
Peuplier pyramidal, parait originaire d'Orient ; elle fut intro* 
doitedela Lombardie en France vers 1760. C'est) comme toat 
le monde sait, l'un des arbres les plus rechvchés pour les plan- 
tâtûnii d'agrément, et qui, d'ailleurs, l'anploie aux mêmes uia- 
gM économiques que le Peuplier noir ; il ofEre en outre l'avao- 
t^ de cn^tre encore plus rapidement que celui-ci, et de s'ac- 



FAMILLE DES SALIGIHÉES. 389 

eommoder de tous les sols, la glaise exceptée ; du reste ^ les 
conditions les plus favorables à son prompt développement se 
trouvent aussi dans les terrains frais, fertiles et découverts : à 
la faveur de ces circonstances, il parvient^ dans l'espace de a5 
à 3o ans, à une hauteur très-considérable. Le bois du Peuplier 
d'Italie passe pour être plus solide que celui du Peuplier noir, 
et pour être plus profitable , comme combustible, que celui de 
la plupart de ses congénères. Ce bois, ainsi que Fécorce et les 
feuilles, fournissent d'excellentes teintures, surtout pour diver- 
ses nuances jaunes, et l'on a même assuré que sons ce rapport 
le Peuplier d'Italie est préférable au bois de Quercitron. 

Peuplier du Hudson. — Populus kudsonica Michx. fil* 
Arb. 3, tab. lo, fig. i. — Populus hetulœfolia Pursh, Flor. 
Amer. Sept.— Ce Peuplier paraît ne différer du Peuplier noir 
qu'en ce que ses jeunes pousses, ses pétioles et la sur£aice in« 
férieure de ses feuilles sont légèrement pubescents , et que ses 
stipules sont linéaires-subulées. Cette espèce croît dans le nord 
des États-Unis et au Canada. 

b) Jêunes-poutiêt et ramulei {$t quelqwfoù auui let rameaux plut adul- 
tes) polyèdres, d angles margini formes ou ait formes, formés par l'ipi- 
derme de l'ieorce, et correspondants aux faiseeaux-^aseulaires qui 
pénètrent dans les pétioles. 

Peuplier monilifere. — Populus momlifera Ait. Hort. 
Kew. — ^Wats. Dendr. Bril. tab. loa. — Populus caroUnensis 
Borkb. — Populus virginiana Desfont. Hort. Par. — Bourgeons 
visqueux, bruns. Jeunes pousses à angles marginiformes, min- 
ces, jaunâtres, point subéreux, s'oblîtériant la deuxième eu troi- 
sième année. Feuilles deltoïdes, ou subrhomboïdales, ou ovales, 
acnminées, acérées, érosées-dentelées du crénelées, quelquefois 
subcordiformes k la base, en général à peu près aussi larges que 
longues : les jeunes ciliolées; les adultes ordinairement très-gla- 
bres. — Arbre atteignant loo à 1 20 pieds de haut, sur a à 3 pieds 
de diamètre. Tronc cylindrique, point sillonné, à écorce finale* 
ment d'un gris brunâtre, ri mcuse. Brandies ^ées, trèi-iameu- 




Biif icMM. Unoy 
yovfiflf â'oB vat janilie M olîie. BivgBow l«q^ 
pilaftii^ â*«i hnâi it fààlMJgÊt. CkÊÊÊm wm pat pli 
fne kf Cnullef : ks alks loagi d'carâM 3 fom»^ 9*^9* 
IMiMéi^tièi-dciiseitMiHktilttfHMdcsiaiigidti '/«fsaBi 
tt ftMcetygrao^ — pwi Hfiiiiy péfc[iMii<i.Énillii hi tillit 
kilvitiiltMf I CKoâCDnnes-oriHcdaHief, crfoq n e i dès Fai^hcie; 
cBi imif;! 9 ioéganu Disque mpnlifcffMg : cdai des icns-fe* 
adkf fugatiMBt Mukneiit la bne de IVnraire. AatUves pour- 
pfef . Owmxt ofKMîde, ecamiai^, frsulpiéi fiqrb S-un ifat t *^ 
Stigmates d'un jaune yerdâtre, réniComies-bilobés , fimfafîolés 
de eils rouges. Fenifles (firmes : celles des iudiridus adultes en 
gëttéral longues d'enriron 3 pouces, et larges de a ^4 pouces; 
base troncpi^y ou sid>eordifenney ou arrondie; pétiole soufcnt 
plus long que la lame, tantll Uanchâtre, tantéHmige.-^Glfle 
oipiee^qu'on désigne per lestions vulgaires de Pekptterstdsse, 
on Peuplier de FiifffiNr^ paraît originaire deFAnfrique scp^ 
tentrionale. On en tire le même parti que du Pèi^er noir et 
du Peuplier pyramidal, mais, au témoignage dé toutes les au- 
torités compétentes, c*est, parmi ses congénëres , Fespèce dont 
la culture est la plus ayantageuse , eQ raison de ^ crpî^a^Ace 
rapide; dans les sols frais et fertiles, elle peut acquérir , dans 
l'espace d'une vingtaine d'années, 70 pieds de haut, sur 3 pieds 
de diamètre ; du reste, elle réussit aussi dans les localités sè- 
cbes, soit sablonneuses, soit autres. 

PfUPLUBR DU Canada. -^Popuïus canadensis Desfont. Hort. 
Par.— Michx. fil. Arb. le. — Rameaux-adultes anguleux de 
même que les jeunes pousses : aogles presque aliformes, finale* 
ment subéreux. Feuilles deltoïdes, ou ovales-deltoïdes, ou cor- 
diformes ( surtout sur les rejetons et sur les individus jeunes ), 
acuminées, acérées, dentelées, ou érosées-crénelées^ moins larges 
que longues, glabres. Bourgeons visqueux, bruns. — Arbre at** 
teignant 70 à 80 pieds de haut , sur 3 à 4 pieds de diamètre. 
Tronc sillonné. Gime ample 1 conique. Branches plus ou moins 



FiMILLE DES SAUCUfÉES. 391 

distinctement relevëes de rebords blanchâtres (provenant des an- 
gles des rameaux). Rameaux d'un brun'verdâtre. Feuilles fér- 
ues , plus grandes que eiîlles de l'espëee précédente ; pétiole 
rouge ou d'un jaune yerdfttre : celui des feuilles des individus 
adultes en général plus long que la lame. Ghatons-femelles 
( suivant M. A. Michaux ) longs de 6 à 8 pouces. — Cette espèce 
croît au Canada et aux États-Unis , où on la nomme CoUon- 
H^ood (c'est-à-dire arbre à coton); elle ne prospère que dans 
les sols frais et fertiles. On ne la cultive que comme arbre d'or- 
nement. 

PEUPLiEa DE Caroliiii. — Pcpulus anguîdta Linn. — 
Michx. fil. Arb. B, tab. i^^t.-*- Rameaux adultes et branches 
anguleux de même que les jeunes pousses : angles aliformes y 
finalement subéreux. Bourgeons peu ou point visqueux , verts. 
Feuilles deltoïdes^ ou ovales-deltoïdes, ou oval^^, ou cordifor- 
mes (surtout celles des rejetons et des jeunes individus), acumi- 
néeSf dentelées , ou érosées-crénelées, glabres : celles des indi- 
vidus adultes moins larges que longues. — Arbre atteignant 8o 
pieds de haut, sur 3 à 4 pieds de diamètre. Cime ample , touf- 
fue. Rameaux brunâtres, k angles assez épais , persistant pen- 
dant 5 à 8 ans. Jeunes pousses d'un vert olive , à angles ordi- 
nairement rouges. Feuilles des jeunes individus et des rejetons 
longues de 6 à lo pouces, souvent aussi larges que longues. 
Feuilles des individus adultes longues de 2 & 3 pouces; pétiole 
et cotes jaunâtres ou rouges. Bourgeons courts, ovoïdes, poin- 
tus. — Cette espèce croît dans les provinces méridionales des 
États-Unis; elle abonde surtout dans les contrées voisines du 
Mississipi , et ne se plaît que dans les bas*fonds marécageux ou 
très-humides. On ne la cultive que comme arbre d'ornement; 
dans le nord de la France, elle sonfire souvent du froid et ne 
parvient pas à une hauteur oimsid^abla^ du reste, dans les lo- 
calités favorables, son accroissement n'est pas moins rapide 
que celui du Peuplier suisse. 



3M cLAUB-DBa UufiartM. 

sktic» ly. TAcAjtiàïc*.' ^Mk. ' '_'!;. 

imbescenU (iun>û cotonnem). RaMitaax et rejetons 
^ anguleux étajix jeimei. Feuillu large* ou étroitei, cU»- 
. cdorea (d'un Tert clair en d^nu, blanche* et hiimlnt 
. en dEUOUi), JBtnaû ni aBg;BleaM*.,.nÀ |«IiaBtikMe^ 
pétiole sabcjUndrique, pùat çen^imj, canaUcoU «« 
^dessus : cdaî des feailleg dei rqetonp et dea potuMS 



fig. 34. — Fùptdua ontariensU Hortnl. — f eniUa mnbfn» 
mes (moiiu souvent delto'ides on avales, à ba»e arrondie o» 
tronquée), acuminries, acérëei, ÎD^alement dentelées, Mavent 
pube'rules en dessons- Stipules (des feuilles ramulaires}graadet, 
lancâilées, chartacées. Rejetons et jeaoes pousses-terminales 
fortement anguleux. -^ Arbre atteignant 4o à 5o piedj de haut, 
sur 18 à ao poucesde diamètre. Écorce grisâtre : celle des vieux 
troncs rimeuie. Branches cylindriques de même que les vieux 
rameaux, formant nne cime lâche, arrondie. Rameaux d'an 
brun de Châtaigne, Jeunes pousses fioaneutpubescentes. Bour- 
geons longs, coniques, pointus, d'un brun jaunâtre. Feuilles 
larges de 3 y, à 5 pouces, d'un vert bncd en dessus, d'un blanc 
pâle en dessous (celles des r^etons de mime forme que les autres, 
mais plus grandes et moins longuement p^liolécs, ordinairement 
glabres dès leur apparition) : câie et nervures ordinairement 
roussâtres à la face inférieure; pétiole long de 1 '/> pouce à 3 



FAMILLE DES SALlClNÉES. 393 

pouces, souvent d'un brun de Châtaigne, ordinairement pubes- 
cent ëtant jeune. Ghatons-mâles bconnus. — Gbatons-femelles 
beaucoup plus précoces que les feuilles, pédoncules, glabres, à 
Fëpoque de la floraison longs d'environ i pouce, oblongs-cylin- 
drace's, obtus, très-denses. Écailles-bractéales jaunâtres, sub- 
rbomboïdales ,. longuement fimbriees, caduques. Style court, 
a-furqué. Stigmates d'un jaune pâle, re'niformes-bilobës, ondu- 
lés et crénelés aux bords. Disque cyathiforme , jaunâtre, recou- 
vrant presque tout l'ovaire. Gbatons-fiructiferes longs de 3 à 5 
pouces. Capsules ovales -pyramidales, obtuses, assez grosses, 
longues d'environ a lignes. Pédicelles-froctifbres à peu près 
aussi longs que la capsule. — Cette espace habite le Canada ; 
c'est probablement celle qu'on désigne dans ce pays par le nom 
de PeupUer-liard. Elle fleurit en mars. Son accroissement est 
très-rapide, même dans les terrains secs et médiocres. Ses feuil- 
les, ses jeunes pousses, et ses bourgeons ont une odeur balsa- 
mique très-forte, semblable à celle du PeupUer-Baumier. Au 
témoignage de M. A. Michaux, ce Peuplier est communément 
planté autour des habitations, dans quelques-unes des provinces 
les plus septentrionales des Ëtats-TJnis; mais son bois est tendre, 
et peu ou point employé. On le cultive en France, depuis une 
quinzaine d'années seulement, comme arbre d'ornement, sous le 
nom de Peuplier du lac Ontario ( i ) . 

b) Feuillet de formée trèe-variiet sur le mime individu {et touveut iur 
la mêmepoutse), et tuivant l'âge de l'individu, toujours plue longue» 
que larges: celles des rejetons suJbcordiformes ; les autres souvent trhe* 
allongées. Pétiole grêle, semi-eylindrigue au sommet, eanalieulé en 
dessus. 

Peuplier Baumier. — Popubis haUamifera Linn.— Duham. 
éd. nov. vol. a, tab. 5o. — Mich.fil. Arb. 3, tab. i3, fig. i. 
— Popuhis Tacamahaca Mill. Dict. ^- Popubis viminaUs 
Hort. Par. (olim.) — Populuscanadensis'FoaffT. — Populus 



(4) Dans U plupart des jardini dehotaniqae et autrei, c'est le Pofu^ 
ln$ halsamifera qa'on caltiTe sont le nom de P&pului eandieanif 



3^ OUWt WM HUOIltU. 



loDg, et I pouce à 3 pouces de lai^e. Stipules jaunes, TÏsqueu- 
ses : celles des rejetons et des jeuaea pousaeE-tenainales dcltcude* , 
beauœup plus petites que celles des feuiUes-ramulaires. — 
Cette espèce, nommée Tnlgaireinent Baumier, habite le Canada. 
On la cultive comme arbre d'ornement, mais son bois est de 
très-m^ocre qualité. Tous Les terrain^ lui conviennent, nuis 
il croît de préférence dans un sol [rais et sablonoeux. Sa crois- 
sance est extrêmement rapide. Ses jeunes rameaux sont etûlés 
et Bsiex flexibles pour suppléer aux Osiers. La substance vis- 
queuse qui enduit ses bourgeons et ses jeunes feuilles a iioe 
odeur forte, mais point désagréable ; les Canadiens emploient cette 
substance, qu'ils appellent Baume JoctA, comme vulaéraire et 
contre les maux de ner&. 

PsupLtM A ï£ViH>BS DE lauKiui. — Populas UmrifoUa 



FAMILLE BES SALICmÉSS. 595 

Lcdd). le. Fior. Alt. tab, 479* — PefntlushalsanUfera Pallas, 
Flor. Ross. I, tab. 4i . (non Linn.) — Jeunes rameaux fortement 
anguleux. Feuilles glabres on pabémlt s, subeiliolées, variant de 
forme comme chez l'espèce préce'dente : les ramulaires plus ou 
moins longuement p($tiole'e$ ; les futres en gifneral trèi-cpurtement 
"pétiolées. Stipules (des feuilles ramulaires) lineaires-lance'olées 
ou linéaires-subulëes. —-Grand arbre, k tronc de 2 à 3 pied$ de 
diamètre. Rameaux étalés. Bourgeons conmie chez les 2 espèces 
précédentes. Jeunes pousses en général pubérules. Feuilles 
blanches en dessous : les ramulaires longues de i pouce à 4 
pouces, larges de 3 lignes k a pouces, le plus souvent ovales ou 
oblongues. Feuilles des rejHons et des jeunes arbre$ plus gran- 
des, ondulées, subcordifonnes à la base. Chatons-femelles ( sui- 
vant M. Ledeboi^r) grêles, courteme^t pédoncules : racbis pu- 
bescent; écailles-bractéales cunéiformes-obovales, ou cunéifor- 
mes-orbiculaires , subtrilobées, plus longues que les fleurs, 
fimbriées. Fleurs courtement pédicellées. Ovaire verruqueux. 
Style 4-furqué. Stigmates sagtttiformes-trilobés. — Celte es- 
pèce croît en Sibérie. On la cultive comme arbre d'ornement. 
Ses bourgeons répandent la même odeur que les !2 espèces pré- 
cédentes : les habitants de la Sibérie les emploient pour aroma- 
tiser l'eau-de-vie. 






TRENTE5BFTIÈME CLASSE. 

L£S PROTËINÉES. 
PROTEntÈM B»U. 

CAR&CTËRES. 



bacé en dessous et coloré en dessus, le plus souvent 
persistant, ordinairement régulier, ou moins souvent 
irrégulier, adhérent, ou ioadhérent, plus ou moins pro- 
fondément fendu en 4 ik ^ lobes. Estîvation imbricative 
ou valvaire. Gorge quelquefois couronnée de squamules 
pétaloïdes alternes avec les lobes. 

Éttunines en nombre déEoi (le plus souvent antépo- 
sées lorsque leur nombre est le même ou moins que 
celui des lobes du périanthe }, insérées au pérîanthe ou 
rarement sous l'ovaire. Anthères terminales. 

PutU : Ovaire adhérent ou inadhérent, i-loculaîre, 
i-ovulé(par exception pluri-ovulé), i-g^le. Stigmate 
en général entier. 



397 

Péricarpe drupacé, ou nucamentacé, ou folUculaire, 
en général i-sperme. 

Graines inarillées. Périsperme charnu ou nul. £m- 
byron axilcp rectiligne : radicule à sommet contigu au 
hile. 

Cette classe comprend les Protéacées, les Thymélées, 
les Éléagnées. les SanUdacées^ et les Laurinées (i). 



(I ) M. Endiicher ( Gt». PUmt,), qui admettiMi k dasie des Protéinéei 
de M. Bartling ( maiien la déiisiuait parle nom de Tk$miU€$)^ y établit 
pluiieiirt Cunilles novrellef, Ibndéei aux dépent de qoelqnei^iiDi de« 
groupe» ci-detra cités. 



--- »•«■ 



:: »;;.i i^. 



,■■'' V^^' '■ 



CENT SOIXANTE^NEÇyonp Fii|Mn£^ 
LES PROTÉÀCÊËàl-Môi'MÉ-^. 

« * 

Trtni, X« «^ Bwl>. CM* MiV f^ 4|«V^ tiiii«i Hic. %ili 4l fi 

p. 4 97. ^ Endl. Gen. Plant, p. 5Sd. — Prokaeearum trib. I {Prattem) 
et II {PersoonUœ) Reichb. Syst. Nat. p. 469. 

Quoi(]tx<^ trè^rfche en eépèee^j k fdiikfllé d^ IVti- 
ïeacées èki absolument étrangère àui|] régions e^l^- 
tropicales de l'hénûsphère septentrional, tandis qu'elle 
abonde singulièrement dans l'hémisphère austral; la 
plupart des espèces habitent les contrées tempérées de 
la Nouvelle^ollande et de l'Afrique méridionale. Les 
Protéacées n'offrent presque aucun végétal remarqua- 
ble par des propriétés médicales, ou par quelque autre 
utilité particulière ; mais beaucoup despèces sont très- 
élégantes, et par cette raison recherchées pour l'orne- 
ment des serres. 

Caractères de la Famille. 

Arbres [en général peu élevés), ou arbrisseaux ; par 
exception herbes ; rameaux le plus souvent verticillés. 

Feuilles éparses, ou opposées, ou verticillées, per- 
sistantes, coriaces, indivisées ( soit très-entières, soit 
dentées ou dentelées), ou incisées, ou pennatifides, ou 
pennatiparties, ou irrégulièrement multifides ( par ex- 
ception composées ). 

Fleurs bractéolées, ou moins souvent ébractéolées, 
hermaphrodites (par exception unisexuelles par avor- 
tement), disposées en épi, ou en grappe, ou en co- 



WkmthZ DfiS FROTÉAGÉES. S99 

rymbe^ ou en capitule involticrë; rarement les fleurs 
sont solitaires et accompagnées d'un inrolucre ealici- 
forme. 

Périantke 4'f^TiijvLsqvCk sa base, ou tubuleux et plus 
on moins profondément ^-ûde ( quelquefois â-labié ), 
subcoriace, coloré ( du moins à la surface supérieure 
ou interne; la surface inférieure ou externe souvent 
soyeuse), caduc après la floraison, ou marcescent. 

Étamines au nombre de 4 (Tune d'elles stérile cbez 
certains genres ), antéposées, insérées au périanthe ou 
moins souvent sous Tovaire^ jamais plus longues que le 
périanthe. Filets courts ou très-courts, libres (par ex- 
ception en partie soudés ). Anthères adnées, dithèques 
(quelquefois les 2 bourses sont disjointes, divergentes 
dès leur base, mais soudées chacune à la bourse colla- 
térale de l'anthère voisine, de manière à simuler une 
anthère monothèque, 2-valve), linéaires : bourses dé- 
hiscentes chacune par une fente longitudinale. 

Squamules ou glandules au nombre de 4 (quelquefois 
moins de 4 ou nulles), alternes avec les segments du 
périanthe, distinctes, ou soudées, insérées sous l'ovaire 
ou moins souvent au périanthe. 

Pistil : Ovaire stipité ou non-stipité, inadhérent, 
i-loculaire, 1-2-ou pluri-ovulé. Ovules ( bisériés lors- 
qu il 7 en a 2 ou plus) anatropes, renversés, attachés 
soit au fond de la loge, soit à son sommet ou vers son 
milieu, soit sur une suture longitudinale. Style termi- 
nal, filiforme, indivisé, persistant, ou non-persiâtant, 
en général plus long que le périanthe. Stigmate iadiviséi 
ou échancré, ou quelquefois 2-fide , terminal, souvent 
oblique, le plus souvent glabre. 

Péricarpe .'Tfoix ou samare ou drupe i«ou 2-sperme, 






400 CLAB8B DBS PaOTÉUTÉES., 

i4pculaire| ou bien follicufe soil cofiacei «ait 
flHiperiiie) ou j^Jy^perme, i4opiJbàre,ou iiioiiii[souTeiit 
a-loculaire par une fausse cloison a-partible, libre, 
longitudinale, formée après la floraison» 

Graines ventrues ou plus souvent comprimées (en 
l^énéral ailées dans les fruits folliculaires), sespili^ 
apérisperm^esf raphé en général inapparent; chalaze 
veineuse, située à Textrémité supérieure de la graine; 
bile basilaire ou s,upra-basilaire. Embryon rectiligne, 
quelcjuefob à plus de a cotylédons : radicule infère. 

Cette frmille comprend les genres suivants : 

I" TBIBU. LES PROTÉËES. — PROTEEM 

Endl. 

Anthères libres^ insérées au milieu ou 'vers le sommet 

- des segments du périanthe. Ovaire i-oçulé. Péricarpe 

nucament€Ufé ou samaroïde. -— Fleurs en capitules. . 

Aulax Bei^. — Leucadendron Herm. ( Conoearpo- 
dendron Bœrb. Gonocarpus Âdans. non Linn. Eury- 
spermum, Gissonia et Ghasme Salisb. ) — Petrophila 
R, Br. (Petrophile, et Atyli sp. Salisb.) — Isopogon R. 
Br. ( Atyli sp. Salisb.) — Protea Linn. (Leucadendron 
Linn. Lepidocarpodendron Bœrh. Scolymocepbalus 
Herm. Erodendrum et Pleuranthe Salisb. Gaguedi 
Bruce.) — Leucospermum R. Br. (Gonocarpodendron 
Bœrb. Diastella Salisb. ) — Mimetes Salisb. ( Hypophyl- 
locarpodendron Bœrb. ) — Serruria Salisb. — Niuenia 
R. Br. (Paronomus Salisb.) — Sorocephalus R. Br. 
( Sorantbe Salisb. ) — - Spatalla Salisb. — Adenanthos 
LabiU. 






> FABOLUK, DBS nOT^AlGÉES. 4A4 

W TBIBU. LES GONOlâKRlIÉES. -~ COITOSPER- 

Anthères à bourses disjointes ^ soudées chacune à ta 
bourse collatérale de l'anthère ^voisine de manière à 
simuler une anthère l'thèque, ^'Valf^e, Ovaire i-ovulé^ 
Péricarpe nucamentacé, — • Fleurs en épis ou en ca» 
pitules* 

Synaphœa R.Br«— - Conospermum Svûiùim — r ChÛur 
rus R. Br. — Isomerium R. Br. — - Stirlingia EndL {Siuk>: 
sia R. Br. nec alior. ) 

m« TRIBU. LES FRANRLANDIÉES. — FRANKr 

LAI^DIEM Endl. 

Périanthe hjpocratériforme. Anthères adnées au tube du 
périanthe. Ovaire i^ovulé. Péricarpe nucamentacé. 
— Fleurs en épis» 

Franklandia B.. Br. 

IV TRIBU. LES PERSOONIÉES.— PERSOONTEJE 

Endl. 

Étamines insérées 'vers le milieu ou à la base des ses* 
ments du périanthe^ ou très-rarement sous Foçaire. 
Ovaire i-ou ^-ovulé. Péricarpe nuca?nentacéj ou sa^ 
maroïdej ou drupacéj i^^perme, ou très^arement 2- 
sperme. — Fleurs en épis. 

Symphyonema R. Br. — Agastachys R. Br. — Cenar* 
rkenes Labill. — ^ Potameia Thouars. — PersoorUa 
Smith. ( Pentadactylon G^rtn. Linkia Cavan.) — Bra- 
beium Linn. (Brabyla Linn.) — Guevima Molin. 
(Quadria Ruix et Pavon. ) — Bellendenia R. Br. 

BOTAmQmi. FIIAV. T. X. ^^ 



V" noix. L£8 

0vir9 t4e^UaiTt, Pér^arpe/olliaUtûn, i-à ii-fptrmt, 
eu pfJyêpermê. 

Anadenla R. Br. — GreviUea R. Br.—ZJssostfUs R. Br. 
(Ljuanthe Salisb.) — Ptychocarpa R. Br. — EriostjrUs 
lt.fir: (ât^m &«nsb.) — Phgtopotla R. Rr.— Coho- 
gytté À; Sr: •«» ÛjrBloptem R, Rr. •- ilaÈeà Schrad. 
(Conchium Smith.) — Lambertia Sàâtlh. -^ Xytûntelim 
Smith. — Orites R. Br. - 
R^.Rr.5 — Ifoupala Xubl. 
Scopol. Dickneckaria Fit 
%;luiU. { A^^Uiapeivlutn 
[0elitoi%llumBlum,)^ 
R. Br. 

b] Ocofra «iHl«'ao«I#. Follicule palgiptrwM, 

Embothriiun Forst. ^ Oreocallis R. Br. — Telopea 
R. Br. ( Hylogyne Salisb.) — Lomatia R. Br, {Trîcon- 
dylus SaHsb. ) — Stenocarpus R. Br. 

VI' TRIBU. LES BANKSIÉES. — BANKSIEM Endi. 

Ovaire i-localaire, ^-ovulé. Follicule en général n-locu- 
lairepar une fausse cloison libre, ligneuse, o.-partihle, 
qui s'est développée pendant la maturation. 
Bajiksia Linn. — Isostylis R. Br. — Dryandra R, Br. 

(Josephia Salisb. Diplophragma et Aphragiua R. Br.) 

— Hemiclidia R. Br. 



PAiinui nu ntOTiActo. ' 4tï 

r THJIBU. LES PROTÉÉES. — PROTEEM Eodl. 

Anthères libres, insérées au milieu ou "vers le sommet 
des segments du périanthe. Oifaire i-opulé. Péricarpe 
nucamentacé ou samaroïde. Fleurs ordinairement en 
capitules» 

Ge^re AULAGE. — Aulax Berg. 

Fleurs dîoiques. Fleurs-mâles : Périanthe 4-parti , ré- 
gulier. Etamines 4 , insérées au milieu des segments du 
périanthe. Ovaire abortif. — Fleurs-femelles: Périanthe 
comme chez les fleurs-mâles. Etamines nulles. Quatre 
squamules hypogynes. Style filiforme. Stigmate oblique, 
claviforme, hispidule, échancré. Noix 1-sperme, yentri^s. 
barbue, saillante. — Arbrisseaux (habitant Fextrémite 
australe de l'Afrique) très-glabres. Feuilles alternes, très- 
entières. Fleurs jaunes, terminales, 1 -bractéolées : les 
mâles en grappes nues, agrégées ; les femelles en capitules 
solitaires , involucrés , à écailles-inyolucrales samies en 
dedans d'un appendice multifide. — Les deux espèces sui- 
yantes se cultivent dans les collections de serre tempérée* 

AxjLAGE A FEUILLES DE PiN. — Aulox pinifoUà R. Br. — 
Protea pinifolia Willd. — Andr. Bot. Rep. tab. 76. — Pro- 
tea bracteata Willd. -^ Feuilles filiformes, canaliculées. 

AuLACE A OMBELLES. -^uAttlox umbelloia R. Br.^^ProteH 
umbeUata Willd. — Andr. Bot. Rep. tab. «4^. ^^ Protea au^ 
lacea Willd. —Feuilles spathulées-linéaires, planes. 

Genre LEUCADENDRE. -^ Leucadendron R. Br. 

Fleurs dioïques. Fleurs-mâles : Périanthe 4-parti, r^ii- 
lier. Étammes 4, nichëes danis le Creva, des segments dU 



44^* CLISSE DES FEOTÉOrÉES. ' 

périanthg. Pistil «bortif. — Fleurt^femelles^ : Périanthe 
comme celui des fleurs mâles. Staminés nulles. Quatre 
squamules hypogynes. Style filiforme. Stigmate oblique, 
çlaviforme, hispidule,échancré. Noix ou samare i-sperme, 
recouverte par les écailles du cône. — Arbres ou arbris- 
seaux (habitant l'Afrique australe), souvent couverts d'un 
diivet soyeux. Feuilles alternes , très-entières. Fleurs en 
capitules terminaux, solitaires, involucrés : bractées-in- 
volucrales imbriquées ou verticillées, souvent colorées 
(jaunes). — Les espèces dont nous allons faire mention se 
cultivent coname arbrisseaux d'ornement^ dans les collec- 
tions de serre tempérée. 

Leucadendre aegenté. — Leucadendron argenieum R. Br. 
— Protea argentea Willd. — Weinm. Phytanth. 4, tab. 900. 
—Bot. Reç. tab. 979. — Feuilles satînées-argentées , lancéo- 
lêk, vdues (ainsi que les rameaux) aux bords. Bractées-învolu- 
crales courtes, cotonneuses. Pârianthe des fleurs-mâles soyeux. 

Leucadendre plumeux. — Leucadendron pUunosum R. 
Br. — Protea plumosa Hort. Kev^. éd. i . — Protea obUqua 
Willd. — Protea parviflora Willd. — Feuilles glabres ou sati- 
nées, linéaires-lancéolées , mutiques , rétrécies et tordues à la 
base. Involucrés et périanthes des capitules-mâles glabres. In- 
volucrés des fleurs-femelles persistants, plumeux, 4-fides. Noix 
cunéiformes-obloDgues, velues. 

Leucadendre imbriqué. — Leucadendron imbricatum 
R. Br. — Feuilles lancéolées-linéaires, glabres, imbriquées, ob- 
tuses à la base. Cônes à écailles cunéiformes, rétuses, soyeuses. 
Noix poilues, cuspidées. 

Leucadendre Levisanus. — Leucadendron Levisanus R. 
Br. — Protea Levisanus Willd. — Wendl. Hort. Herrenh. i , 
tab. I . — Feuilles obovales-spatbulées, très-obtuses : les adultes 
glabres. Ramulcs poilus. Noix poilues, mutiques. 



FAlULLE DES PAOTl^ÀGiES. 40B 

Leugadeudre a feuillfs tordues. — Leucadendfwi io9^ 
mmR. Br. — Bot. B.eg. tab. 826. — Feuilles spathulëes-li- 
neaîres, obtuses, tordues à la base : les adultes glabres ; les jeu- 
nes soyeuses de même que les ramule^. Capitules-mâles pédon« 
cul^s. Përianthe soyeux. Noix mutiques, poilues. 

Leugadeiidre cendré. — Leucadendron cinereum B. Br. 
— Protea alha Willd. — Protea cinerea Horl. Kew. éd. i. 
— Feuilles spathulées-linéaires , satinëes-argentëes. Gapitulesr- 
mâles sessiles. Noix oboyales-cunëiformes, mutiques , légère* 
ment yelnes. 

Leugadendre a gorymbes. — Leucadendron corymbosum 
R. Br. — Bot. Reg. tab. 402. — Protea corymbosa Willd.— 
Audr. Bot. Rep. tab. 49^- — Feuilles lineaires-subulëes y im- 
brique'es, glabres. Cônes à ëcailles pointues, récourbées au som- 
met. Noix subcomprimëès , obcordiformes , poilues aux bords. 

Leugadendre orné. — Leucadendron décorum R. Br. -^ 
Feuilles oblongues, veineuses, terminées en callosité recourbée : 
les adultes glabres; les jeunes soyeuses de même que les ramu- 
les ; les florales colorées , demi-scarieuses. Cônes à écailles co« 
tonneusesy glabres etrétuses au sommet. Noix marginées, ponc^ 
tuées. 

Leugadendre congolore. — Leucadendron coneolor R# 
Br. — Protea globosa Bot. Mag. tab. 878. — Andr. B»t« JR.ep, 
tab. 307. — Protea strobUina Scbnid. Sert. Hannoy. 1, tab. i • 
— Feuilles spathnlées-oblongueS) surmontées d'usé callosité ar-? 
rondie : les adultes glabres. Ramales ydus. Bradées des capin 
tules-mâles ooncolores. Capitules-femelles à écailles rétuses, co- 
tonneuses à la base, ciliées. 

Leugadendre a grandes TUsaM."^ leucadendron gratta 
dijlorum R. Br. -^Ewyspemuim grandijhrum Salisb. P*- 
rad. Lond. tab. io5. — > FeniHes lanoéoléet-oblbDgttes, surmov* 
tées d'une caUosilé arroadie rka «didles ^kbres; lés' floltthfs. 



406 CLàBSE DBS PEOTÉnÉBS. 

otiortef* Ramukf finemenl cotonneux. Écailles des cjaptiitles 
(4b rtm et de l'autre sexe) ovales, ànbobtusesi glabres. . 

LeugIdendre raide. — Leucadendron strictum R. Br. — 
Ewryspermum salicifoUum Salisb. Parad. Lond. tab. 75. — . 
Protea œnifera Andr. Bot. Rep. tab. 54 1. — Feuilles line'ai- 
res, mncronées, glabres. Ecailles-inyolucrales oyales, pointues, 
Il l'ëpoque de la floraison plus longues que les capitules. Écail- 
les-bractéales dilatées, arrondies, glabres. Samares aptères, 
ponctuées. 

Leucidendre ascendant. — Leucadendron adscehdens R. 
Çr, — Protea pattens et Protea conifera Linn. — Feuilles li- 
néaires-lancéolées , pointues : les florales concaves, colorées. 
Ecailles-bractéales ovales, entières, cotonneuses-incanes. Sa- 
mares ailées, échancrées. Tiges subdiSuses : rameaux ascen- 
dants. 

Leugadendre a feuilles de SjLVhE. '-' Leucadendron sa- 
lignUtnlÉi, Br.-^ Protea saligna Linn. -— Bœrh. Lugd. 2^ 
p. 204, le* -^ Feuilles lancéolées-linéaires, mucrdnées, légère- 
ment soyeuses i les florales lancéolées, colorées. Ëcailles-brac- 
téales cotonneuses, dilatées vers le baut, rétuses-bilobées , gla- 
bres aux bords. Samares marginées, un peu élargies au sommet. 

Leugadendre des marais. — Leucadendron uliginosum R. 
Br. -^Protea saUgna Thunb. — Feuilles laDcéoIées-lincaires, 
satinées-argentées aux 1 faces , surmontées d'une pointe obtuse. 
Rameaux cotonneux. Écailles-bractéales des capitules- femelles 
soyeuses, dilatées, un peu ondulées, légèrement rétuses. Pé- 
riantbe des fleurs^-femelles à tube hérissé. 

Leugadendre fleuri. — Leucadendron floridum R. Br. 
— Protea saligna Andr. Bot. Rep. tab. 572. — Feuilles lan- 
céolées-linéaires, soyeuses , velues en dessus , surmontées d'une 
callosité pointue : les florales poilues en dessous. Ramules et 
périantbes des fleurs-mâles poilus. Écailles-bractéales coton- 
neuses, très-entières, dilatées au sommet. Samares aptères. 



LsuciosiiDiB A. ioÂMUM GOvuBgÉxa^-^XmcodtfiMlroii «iui- 
/ttm R. Br.— Protea inewrua Anclr. Bot* Rep« tab. 429. «*<* 
Feuilles-supérieuret lanoMëes-spathulées^ puntncs, strite. G^ 
nés OYOïdes, à écailles cohérentes par la base^ imberbes, reemir* 
bées aux bords. Samares siiborbiculaires, noires. 

Leucadendre a feuilles de Sapin. — Leucadendronahieti" 
imrnR. Br. — Proiea ierei^oUa Andr. Bot. Rep. tab. 461.-^ 
Feuilles toutes filiformct^ eanalieulées , sobobt^ses , lisses, Aa« 
léesy arquées en dedans. Cônes à écailles soudées infërleureM 
ment par les bords et par Taxe , distinctes et a^bées au som- 
met. 

Crenre FÉTROPHIUË. — PetrophUa R. Br. 

Capitules multiflores : inyolucre formé de bractées per* 
sistantes, imbriquées* Périanthe pon-persisUst (se déta« 
chant tout d'une pièce ) , 4-fide : segments concaTes au 
sommet. Etamines 4 , nicbëes dans le creux des segments 
du périanthe. Point de squamules hypogynes. Style fili- 
forme, à base persistante. Stigmate fusiforme, rétréci au 
sommet. Noix lenticulaire, l-sperme, poilue d'un côté» ou 
bien samare barbue à la base. <— Arbrisseaux très-ramsui^j 
dressés. Feuilles indiyisées, ou lobées, pennatifides ( sou-h 
vent de formes très- variées sur le même individu) , gla^ 
bres. Capitules ovoïdes ou oblongs, terminaux et aitiUai«« 
res, quelquefois agrégés. Capitules-fructifères strobilifor* 
mes, à écailles distinctes ou soudées^ imbriquées. — Ce 
genre appartient à la NouvcUe-HoUande. Les espèeea que 
nous aUons signaler se cultivent dans les collections de 
serre. 

Petropuile ELEGANT. — PeiTophUa pulchella R. Br. 
Prodr. — Protea pukheUa Willd. — Bot. Mag. Ub. 796. — 
Cavan. le. 6, tab. 55o. -— FeeiUes comme Ûtirnets t seg- 
incnts dsfssés. Pénantbe sofeiix» eotesmeu an ssamist. 






408 CLAME DBS P&OTÉIiriES. 

.^ÉnOPBILE A FEVILLBS DITBBilfOBlISS. — PetttfkiU di- 

^ersifoUa R. Br. 1. c. — Feuilles »-4m S-pennatifideSy planes ; 
ségàienis maeronës. Capitules axillaires, pëdonculés. Përianthe 
barbui blanchâtre. GAnes k écailles laineuses, cohérentes. 

Genre ISOPOGOM. — Isopogon R. Br. 

Capitules multiflores. Inroliicre formé d'écaillés soit 
iad)riqaées et persistantes, soit caduques après la florai- 
son. Périanthe 4-fide : tube grêle, subpersistant ; seg^len^ 
concayes au sommet, tombant avant lo tube. Etamines 4, 
nidiées dans le creux des segments du périanthe. Point de 
squamules bypogynes. Style filiforme, non-persistant. 
Stigmate f usiforme ou c jlindraoé. Noix monosperme» ses- 
sil^f poilue. — Arbrisseaux dressés. Feuilles planes ou fi- 
liformes, indiviséesy ou déchiquetées. Fleurs imbri^ées, 
ou fitftigiées. — Ce genre appartient à la Nouyelle-Hol- 
laiide. Les eqièoes sniTàntes se cultivent dans les ooIleQ» 
tiens de serre. 

4 FUmn imhri fÊé m •» «Sue» f leitilMi*; kneUu wàf ti tMm m im k 
HthifmHéuêoiê tomtety «oil ém Motiu in inférimÊra. 



IsoroGON A FEUILLES DE Fen ouiL. — Isopogon onethifolius 
R. Br. Prodr. -» Plrolea anethifolia Salisb. — ProUa acufera 
Cayan. le. 6, tab. 549* — Feuilles pennatifides ou bipennati- 
fides : segments filiformes (de même que le rachis), dressés, sil- 
lonna en dessus. Rameaux glabres. Périanthe (blanc) à tube 
pubescent ; segments glabres en dessous, barbus au sommet. 

Isopogon ÊLEGAirr. — Isopogon formosus R. Br. Prodr.— 
Bot. Reg. tab. 1 288. — - Feuilles comme tritemées : segments 
diTariqués, canaliculés en dessus, filiformes de même «pie le ra- 
chis. Ramules cotonneux. Périanthe (lilas) glabre, pubescent 
au sommet. 

IsopoGOv A FEUILLES D*AirÉiioif£. — Isopogoti (memom^o- 
Itus R. Br. Prodr. — ProÊÊagmemomfiim Bot. Mag. tab. 697. 



V» 



FAMILLE BÉ8 PaOTÉACisS. - 409 

— Andr. Bot. Rep. tab. B3a. — Protea triiacljrlites Gayan. 
le. 6 y tab. 548. — Feuilles S-parties oa bipennàtifidés s seg- 
ments linéaires , plans, peu diyei^ents , lisses en dessous. Pë- 
rianthe jaunâtre. 

IsopOGOM A FEUILLES trilob£es. — Isopogon tHlobus R. Br. 
Prodr. — Feuilles cunâfonnesi planes , S-lobées, rétrëcies en 
pe'tiole : segments trës-entiers. Ramules cotonneux. Fériantbe 
blanc. 

Genre PROTÉE. — Protea Linn. 

Capitules multiflores. Involucre persistant, formé d'é- 
cailles imbriquées. Réceptacle plan ou un peu convexe, 
garni de paillettes courtes, persistantes, quelquefois con- 
nées en alvéoles. Périanthe bilabié, 2*partible : Tune des 
lèFres plus large, composée de 3 segments plus ou moins 
soudés; segments concaves au sommet. Etamines 4, ni* 
chées dans le creux des lobes du périanthe. Quatre squa- 
mules hypogynes. Style subulé. Stigmate cylindracé, plus 
grêle que le style. Noix monosperme, poilue, longuement 
appendiculce par le style. — Arbres peu élevés, ou arbris* 
seaux, ou arbustes subacaules. Feuilles très-entières. Ca- 
pitules terminaux ou moins souvent latéraux. Réceptacle 
lé plus souvent glabre. Involucre turbiné ou hémisphéri- 
que, coloré. Lèvre majeure du périanthe souvent â-ou 3- 
aristée. — Ce genre appartient à l'Afrique; une seule 
espèce a été observée en Abyssinie ; les autres croissent 
dans les contrées voisines du Cap de Bonne -Espérance. 
Les espèces que nous allons signaler se cultivent dans les 
collections de serre. 

Protée AaTiGHAUT • — Pnteà qjmarùides Thunb. — Andr. 
Bot. Rep. tab. 288. — Bot. Ifaig. tab. 770. -^Feuilles sobôr- 
bicolaires, pétiolées. Invohiere sojfeiix : ëcMDes intérieures 
prâtœs, imbeibcs. Style pidMSosBt afei^dessous di| miJîtiÉi, -«-^ 



410 CLASSE Wa VMTÉI»£U. 

Ari^iH à soncfce hantt & pcàpe de i pied. Ci^Mles Ai Tolanw . 
de la Ute d'un enfant. PérUadw n>mq. . . - . 

Pnoriz A LOireuxs fleuri. — ProUa langiflora Lamk. III. 

— Protea lacticolor Salisb. Parad. Ub. 37. — Protea ochro- 
leaca Sw\k, £xot. Bot. a, tab. 81. — FeuUl» graies-obloi- 
gnes, i:«Kulf> ■ svhcw^^wnw ou anondi^ ii leur hva., 
Runeaux.cobHmeux- .loToUicre uysia : ,bntcteet-iiit^ri«u|«s 
allongées, ciliées. Périanthe à arêtes trés-coiirtes. Style glabre, 
plus Igng que l'inyolacre. 

Pbotée svnmé. -^IPnua speciosa Unn. (dte Bot. H^.) 

— Feuilles oborales-oblougnes , rétràûes à la base, glabres de 
nAne qut les taranux. luTaluon à bractto sojensci : les b- 
tArieiire* dilalto an sommet , barimes. PérianAe 0>l«tc) k art- 



même que ses arêtes. Stigmate épaissi au sommet. 

PaOTÉE BiœLOtiE. — Protea melaleuca R. Br. — ProtM 
speciosa nigra Ândr. Bot. Bep. tab. io3. — Protea Lepido- 
carpon Bot. Mag. tab. 674- — Feuilles liuéaires-liguUformes, 

mai^iuées, cîlie'es. Rameaux pubescents. lavolucre allongé, tur- 
biné. Bractées ciliées (de poils blancs] ; les eilérieures recour- 
bées; les intérieures cotmÎTentes, spatbulées, cotonneuses (noi- 
râtres) au dos. Périantbe noirâtre. 

PaoTÉE CttiBitAjrT. — Protea pulchellaK. Br. — Bot. Reg. 
tab. 20. — Andr. Bot. Rep. tab, 370, 277 et 44^. — Feuilles 
linéaires-liguliformes, nurgioées, luisantes, un peu «cabres. Ra- 
meaux légèremeBt cotpmieux. Biu^ees intérieure* à sommet 



FAinuB DM moTÉAcafa». 414 

hnoéoUj dilaté I scrfrax, cilitf de longs poik noirs. P^antho"" 
d'un pourpre noirâtre, à arêtes k peu prës aussi longues que les 
segments. Style pubescent. 

Protee ÉTALé.'^Proteapatens R. Br. — Andr. Bot. Rep. 
tab. 543. — Feuilles étroites, oblongnes, un peu ondulées, mar- 
ginées, rétrédes vers leur base, yelues. Rameaux ?elus,4ifïus. 
Involucre hémisphérique^ bractées soyeuses : les intérieures 
barbues de poils d'un pourpre noirâtre. Style pubescent vers la 
base. Périanthe à arêtes de la longueur des segments. 

Protee a longues feuilles. — Protea hngifoUa Andr. 
Bot. Bep. tab. i33, i33 et i44- — Feuilles allongées, linéaires, 
rétrédes vers leur base. Inyolucre turbiné : écailles glabres, 
pointues, imberbes. Périanthe (ncnrâtre) à arêtes plus longues 
que les segments. Style pubescent^ oouibé au sonunet. 

Protee mellifère. — Protea meZfi/^a Willdi — Bot. Mag. 
tab. 346. — Feuilles lancéolées-liguliformes, rétrécies vers leur 
base. Inyolucre turbiné : bractées presque glabres , imberbes, 
visqueuses. Périanthe (blanc ou rose ) à arêtes laineuses , aussi 
longues que les segments. Style glabre. 

Protee a grandes fleurs. — Protea grandiflora Willd. — 
Bot. Mag. tab. a447*~~'Bot. Reg. tab. 569. — Feuilles ob- 
longues, sessiles, glabres de même que les rameaux. Involucre 
hémisphérique, imberbe, presque glabre. Périanthe cotonneux, 
rose : onglets glabres au dos; arêtes très-courtes. Style glabre. 

Protee A PETITES fleurs. — Protea &o(f mus Willd. — 
Andr. Bot. Rep. tab. 4o9*— Bot. Mag. tab. 6g8. — Protea 
angustifolia Salisb. Prodr. — Feuilles linéaires-lancéolées , 
pointues, submucronées, rétrécies vers leur base. Involucre hé- 
misphérique : bractées glabres, obtuses. Périanthe (rose ou 
blanc) mutique. Tige rameuse, polycéphale. 

Protee a feuilles MUCioiiiES,— Protea mucronifoUa Sa- 



. f- 



un 

1^ lA. Soo. — Fcdks 
qaaalcs, arraidics à li b^ 

1, s^abns. Tîgc dion. 




SMlk, Exoc Bol I, tah. 44-— ^Voie» mem^bBm SMA. P^ 



9 ^ 



f^Mur Salid». Farad, tab. 70 — Fn 
pbuKSy léu éc i d Tcn lonr base, u pot scabics xêol bonis. Ka- 
neanx àêamhuâs. Litfoboe béMipbmqae, Mycn , obcas. 
FédaaAe à OBgkU pfcofse ^abvn ; aiéta bÔBOBesy de 
(ks eovfciipK les 



PkoTCE CAHALiGOUK. — FtoUa ommUrmlrniti Aafc. BoL Rep. 
tab. 437.— Feoillcs linéaiics, point yréaitts^ fisses, m peu 
coDcaTes en dessus, Cabres. Rameaux déooBbaBlSy Cabres. In- 
Tolacre obcns : bractées intmeures légèrement soyeuses. Pé- 
rîantlie (pourpre) à onglets glabres ; arêtes de moitié pins coor- 
tes qoe les lames, barboes. 

Pbotée acaitle. — Protea acémlis Wil]d.-^fVDlea gàut- 
cophjrUa Salisb. Farad, tab. 11. — Rameaox déprimés. Feuil- 
les oborales-obloDgaes, maipnées, reineuses, rétrécies à la base. 
Inyolacres bamspbériipies , inclinés. Bractées glabres. Périan- 
tbe mutique, brunâtre. 

Protée nAMPAirr. — Protea repens WiUd. — Tiges naines. 
Feuilles longues, linéaires , scabres, rérolutées aux bords. In- 
▼olucre turbiné : bractées obtuses, cotonneuses : les intérieures 
laineuses aux bords. Pàiantbe (roi^eâtre) à onglets tcIus ; arê- 
tes plus coûtes que les lames. 



FAlOLUt DBS nOTiÂCiES. 443 

Protex a fleurs TVti^wùiS»'^ Proiea turbin^ara R. Br. 
-^Erodendron turbiniflorum Salisb. Parad. tab. loQ.— -Pro- 
tea cœspitosa Andr. Bot. Rep. tab. 526.— Tiges naines. Feoit* 
les longues , lancéolées , marginëes , subondulées, lisses. Invo- 
Incre snbtnrbiné; bractées cotonneuses, obtuses. Périantbe lai- 
neux au sommet, rose, à arêtes aussi longues que les segments. 

pROTÉE Scolopendre. — Protea Scolopendrium R. Br. — 
Tiges naines. Feuilles allongées, lancéolées, marginées, lisses. 
Involucre turbiné : bractées lancéolées, acuminées, cotonneuses 
au sommet. Périanthe à arêtes de moitié plus courtes que les 
segments. 

Protee a feuilles cordiformes. — Protea cordaia Willd. 
— Andr. Bot. Rep. tab. 289. — Protea cordifolia Bot. Mag. 
tab. 649. — Feuilles cordiformes-subqrbiculaires , nerveuses , 
glabres. Fleurs latérales. Involucre glabre. Périantbe pourpre. 

Protee amplexicaule. — Protea ampîexicaulis R. Br. -— 
Erodendrum amplexicaule Salisb. Parad. Lond. tab. 67. — 
Protea repens Andr. Bot. Rep. tab. 4^3. — Feuilles cordi- 
formes-ovales, amplexicaules, diyariquées, recourbées au som- 
met. Involucre pubescent. Périanthe rose. Fleurs latârales. 

Protee agereux. — Protea acerosa R. Br. — Bot. Reg. 
tab. 35 1. — Feuilles subulées. Fleurs latérales. Réceptacle un 
peu convexe, à paillettes obtuses. Périanthe pourpre. 

Genre LEUœSPBRME. — Leucospemum R. Br. 

Capitules allongés ou déprimésy multiflores. Involucre 
polyphylle, imbriqué. Périanthe irr^;ulier,2-labié: Tune 
des lèvres 3-fide ; l'autre indivisëe , ordinairement libre. 
Étamines 4, nichées dans le creux des segments du pé- 
rianthe. Quatre squamules hypogynes. Ovaire 1-loculaire, 
1-ovulë. Style filiforme, non-persistaiit. Stigmate épaissi, 



«■i 



4|4 

^àbn, ifÊOÊfêdùm iirfi|»ihlànK Noix t^t/pmnoêf stnile, 



fOBnènz <m poilus. Feoillci trè^-enlières, oa dcaléc» «a 
tommcC CapmlM tenninraz. Flcon toit ûnbriqiiëesy et 
accompagna de bnctéet pernstantes, soit iab£Mlîgiécs 
sur «n léceptade pros^oe plan, ganû de paillettes cads- 
qnes. Périanihe jaune. — Ce genre est {nropre à TAfingiie 
australe; les espèces suivantes se coltirent dans les collec- 
tions de serre. 

LEVCosmaME a feuillbs uiffiâiaKS. «^ Lmeospernunm U" 

neare R. Br. — Protea Zîn^om Willd. — Bameanx (^aha. 

Feuilles linéaireSy entières, caUeuses et bailmes au sommet. Pé- 

* rianthe velu. Style saillant. Stigihate gibbeox. Inyolacre colon- 

nenx. 

Leucospermb intermédiaire. -* Leucospermum medàtm 
R. Br. — Feuilles linéaires-oblongues , paucidentées. Capitules 
nutants. Écaiiles-involacrales pubërules^ ciliées. Pàrîantlie velu, 
presque ft fois plus court que le style. Stigmate gibbeux. 

Leucosperme Conogarpe. — Leucospermum Conocarpum 
R. Br. — Protea Conocarpa Willd. — Feuilles elliptiques-ob- 
longues, 3- à 9-dentées. Ëcailles-involucrales très-poilues de 
même que les périanthes et les rameaux. Style saillant. Stig- 
mate subëquilatëral. 

Leucosperme a grandes fleurs. — Leucospermum gran- 
di florum R. Br. — Leucadendron grandiflorum Salisb. Fa- 
rad. Lond. tab. 1 16. — Rameaux très-he'rissés. Feuilles 3-den- 
tees ou entières, oblongues-lanccolees. Ëcailles-inyolucrales gla- 
bres, ciliées. Périanthe glabre, plus conrt que le style. Stigmate 
équilatëraly oblong-cylindracé. 

Leucosperme puberule. — Leucospermum puberumR, Br. 
'■^Protea puhera Willd.— -Feuilles lancéolées ou elliptiques , 
entières^ courtes^ pubescentes. Écailles-involucrales elliptiques, 



F^ctUA Mb nM)«fâ«iËs. 415 

ieogttMMQt ataEmriaée» ^ ^ii b€ > e<« l e»-k Hahc8. Vi$rlanthe poDii ^ 
plus court que le style. Stigmate ëquiktéral, ovitfde. 

LEi[TG05p£itM£ tximfnitxix.'^LmcospenhumtomerUosum 
R. Br. — Proteà 1oniehtosa'ffi\li.--'Protea canâicans Andr. 
Bot. Ri^. tab. fxgi. — Feuilles linéaires ou cunéifinmes , tri- 
dentées , cotonneuses. Écailles-inyolucrales lancéolées , à peu 
près aussi longues que le tube du périanthe. Style un peu plus 
court que le péEJantW* Tige idresilée. 

Û^e MIMÈTE. — Mimefes Sàlisb. 

. • * ■ 

Capitules mûltiflores. Réceptadle plan, garni de pail- 
lettes étroites, caduques. Involucre polyphylle, imbriqué. 
Pérlanthè 4-parti, régulier : segments concaves au som- 
met. Etamines 4, nichées dans les foréoles des segments 
du périantbe. Quatre squamules hypogynes. Style fili- 
forme, caduc. Stigmate grêle, cylindracé. Noix ventrue^ 
lisse, non-stipitée. — Arbrisseaux. Feuilles très-entières 
ou à dents calleuses. Capitules axillaires ou terminaux. 
Écailles-inyolucrales meml>ranacée8 ou coriaces. Ce genre 
est propre à rAfirique australe; les espèces suivantes se 
cultivent dans les collections de serre. 

MiMETE HispiDE. — Mimctes hirtus R. Br. — Protea hirta 
Willd. — Feuilles pointues, très-entières. Involucres équilaté- 
ranx, colorés, acuminés, demi-saillants, 8-à lo-flores. Périan- 
the à segments plumeux. Stigmate subulé. 



MiMÈTE GucuLuÉ.— Jfimettfs cucuUatus R. Br. — Proiem 
aiciiZ^te Willd.— Feuilles linéaûresHoblongues, S-dentées^ gla- 
bres ; les florales dilatées à la base, recourbées aux bords. In- 
volucres inéquilatéraux, subdimidiés, presque glabres. Stigmate 
subulé, très-pointu. 



. a.un HK MpTtoiw* 

kagKi, oblBiM, pabcMOUi. Sljla ^ibn. 

HiMÈTz rcatMra.-~MiwuUspBrfitmu S. Br.— i*n>fea 
pii/;purea Willd. — Tige procooiNiiie. RmieanK «iccndMli. 
^(iûllca linàiTO-tabnUts, «aniiliaiMf». P^ianAe & gc^mto 
sUbies. 

G«BM SERAURU. — SvTvria R. Br. 

Gapâtnles inT 
ftiéceptade cod 
.danthe 4-fide, 



les des segment 
gynes. Style fili 
!foix(^bJ)r« oa 
brisMinz. Fevil 
filiformea. Cainl 
composés, ordî 

membnnacé, imbriqué. Fleurs seuîles, pourpres. Ovaire 
aussi lôi^ que le périantfae. — Ce genre est jn-opre à l'A- 
frique australe ; plusieurs espèces se cultivent comme ar- 
brisseaux d'ornement de serre ; les suiTautes sont les plus 
notables. 

■) Capitultt rinpiN. Pidotttult* n%U ou t -tipkattt. 

Serhuria pznhé. — Serruria pinnaia B. Br. — Protea pin- 
noia Andr. Bol. Rep. lab. 5i3. — Tige procombante, p<^ue. 
Fcnilles pennatilides ou triades. Capitules terminaax et axillai- 
res , aubCucicnl^s. Bractées lancéolées , acumin^ , velues , de 
moitié plus longues que la corolle. Périanlhe à ooglels soyeux; 
segments barbus au sommet. 

Sebuhria Fausse-Cyane. — Semiria cyanoides R. Br. ^ 
Pntea c^rtmoides liiin.— Tige presque dressée. Feuilles près- 



rAiaU.B-DES PKOTÈkCàVM. 417 

que ëtalëes ; les inférieures plus courtes, 3-fide8 ; les supërien- 
res subbipennatifides. Capitules terminaux, plus longs que leurs 
pédoncules. Bractées orales-orlnculaîres , acuminëes, velues. 
Trois des segments du périantbe longitudinalement barbus; le 
quatrième segment imberbe. 

Serruria pà>ONCTJLÉ. — SeiTuria pedunculata R. Br. «*<- 
Protea pedunculata Lamk. III. — - Protea glomerata Andr. 
Bot. Rep. tab. 264* — Tige dressée , poilue de même que les 
feuilles. Feuilles a-oa 3-pennatifides. Capitules terminam, 
pédoncules. Bractées larges, oyales, cotonneuses. Périantbe 
courbé, barbu. 

Serruria Faux-Phtuca. — Serruria ph^licoides R. Br. 
— Protea sphœrocephala Linn. — Protea ahrotanifolia Aadr. 
Bot. Rep. tab. 507. — Capitules terminaux et axillaires. Pédon- 
cules ramuliformes, recourbés. Bractées glabres, de moitié plus 
longues que le capitule : les intérieures lancéolées. Trois des 
segments du pâriantbe barbus; opglets glabres. 

b) CtupiMn eampoiis. Védoneuie$ polyeéphat^. 

Serrttria A CAPITULES QuyuhiWuis. — Serruria glomerata 
R. Br. — Protea glomerata Linn. — Feuilles glabres, bipenaa- 
tiCdes. Capitules partiels multiflores. Bractées extérieures gla- 
bres. Bractées intérieures soyeuses. Pédoncules recourbés. Stig- 
mate claviforme. 



Genre NIVENIA. — Nimiia R. Br. 

Involucre 4-phylle, 4-flore , durcissant après la florai- 
son. Réceptacle plan, nu. Périantbe 4*fide, régulier, ionnr 
bant en entier ; segmeuts concaves au sommet. Etamines 
4, nichées dans les fovéoles defs segments du périanthe. 
Quatre squamules hypogynes. Style filiforme, caduc. Stif- 
mate daviforme, yertical. Noix luisante, ventrue, mn- 
stipitëe, indirisëe à la base.—- Arbrisseaux. Feuilles ipai- 

BOTAVIQUt. rilAV* T» Z. m 27 



■m^ çi4MM au tMTtJMtm- 

pe^ fiUfoivu*) 4u découpa ea Unièrw filif enM», p b ww 
Picole» 4iipcM^a m ^ pu an giopoéntlei tcnniavux. 
^Ijsurs pQurpree. — Ce gcnr« appartient à l'Afrique au>- 
frale; les ««piËfv* luiTantea h c^Uveut comme arbustes 
d'ornement de serre. 

HiviiHii ScCTTEK. — iV^tV«Riii A«ptnim R. Br.'— i*TOtert 
^ca;>tminWilld.— Feuilles dnivales ou si^lancéol^H, presque 



NivxHi* A lEuiLLEf DE Gkithue. — Nivenia erUhmifolia 
IL. ^t.—Protea Lagovus hada. Bol. fiep. tab. i43.— Feuilles 
glabres, divariquees. Epis cooiques-cyliadiaces, à peuprésaussi 
longs que les pédoncules, disposés en ombelle. Bractées ovales, 
acuminécs. Style velu jusqu'au milieu. 

Geure SOROCÉPHALE. — Sorocephalus R. Br. 

Involucre 1-ou paud-flore (à fleurs en nombre déliai}, 
â-6-ph;Ue i le fructifère point durci. Réceputcle ou. Pé- 
riantUe 4-fide , régulier : segments concaves au sommeL 
Etamines 4, nichées dans les fossettes des segments du pé- 
riautbe. Quatre squamules hypogynes. Style filiforme , 
caduc. Stigmate claviforme, Tertical. Noîz ventrue, cour- 



FA]fII.Ll DIS IftOTiÀCÉBS. 4^^ 

levuenl stipitée, ou écbaacrëc à la ba^e. — Arbrisseaux à 
mmeioix effilés^ Feuilles plants ou fiUfbrmes, éparses. 
ordinairement indivisëes. Capitules subsessiles, i-bractéo- 
lés, agrégés en épis capitiilifonnes. Fleurs pourprés. — 
Ce genre est propre à l'Afrique australe. Les espèces sui- 
vantes se cultivent comme arbustes de serre. 

SoROCÉPHiUE ujxœmL.'^Sarocephalus lanatus R. Br. -^ 
Protea laïutla Willd.«--^eaiQe^ filiformes, trièdres, i-suLqnëes 
en dessus. GapitnliBS mpltifiores. P^riantlie à segments barbus 
de poils plumeux. 

SoiocipBiJUB BfBBiQUÉ.— ^orace/»AaZ«5 imbrkaius R. Br .^- 
ProUm ànénoiite WiUd.— AD,dr. Bot. Rep. tab. 517. — Feuil- 
les lancédëes, scabres en dessous. Pâriantbe à onglets bàibtt!^ 
de poils glaadnlenx. : ' ^ 



•^•^•^e^ymie^ 



lËndi. 

Étaptif^ (par ^eeptîQf^ k^t^net ) imérées au milieu 
ou à la base des segt^f^fyf du^périanthe. Oçaire i-ou 
H'OPulé. Péricarpe nucamentacé , ou samaroïde^ ou 
drupap^j Qrdinaireififint i-sperific. -rr Fleurs en épis. 

Genre PERSQOMA. -^ Persoonia R. Br. 

Périanthe4-parti, régulier t segments recourbés. Éta^ 
mines 4, saillantes, insérées ^a miUeu des segments du pé^ 
riantbe. Quatre glandutes bypogynes. Ovaire 1-ou â~ovu* 
lé, 1-loculaire, stipité. Style filiforme. Stigmate obtus. 
Drupe cbamu, à noyau l-ou^ft-4ociilaire, l^ou 2-sp«rmé. 
— Arbustes ou arbrisseaux. Eeorce souvent composée de 
lamelles scarieuses. Feuilles épaiees , très-entières , pU^ 
ne^ l^écloBCtties. «udllaires» soUtainiy âiraclédiâ», ea 1« 



'».^%«v*¥ *«^.iO»-^«^'Ç^- 



'^wr^^r^ 



4S0 CLASSfi DM PlOTÉINéBS. 

bractMés. Fleurs jaunes. Embrj^n souvent à plus de S 
cotylédons.—-* Ce genre est propre à hi Non^eHe-HoHânde. 
On en cultive plusieurs espèces dans les collections de 
serre ; les 2 suivantes sont les plus notables. 

Pehsoonia a feuilles hivÈAiVES. -^ Pgrsoonia Umearis 
R. Br. — Andr. Bot. Rep. tab. 77. — Bot Hag. tab. 760. — 
Vent. Malm. tab. Ss.— -Feuilles ëtrottes^ linéaires, allongées, 
glabres. Pédoncules dressés, pubescents de même qae les pé- 
riantbes. Ovaire à stipe inarticulé.— Tige arborescente, à éoorce 
lisse. 

. Persooiiia a quilles lahcéolbss.*— PeflKKum ItaueoUua 
R. Br. — Andr. Bot. Rep. tab. 74.— FedUes lancéolées on el« 
lipti^es, mucronées, glabres, lisses. Pédoncoles asdllaires^ 
I -flores. Périanthe soyeux. Ovaire à stipe inarticulé. 



y« TRIBU. LES GBÉVUiU^S. — GKEVILLEJE 

Endl. 

Ovaire i^loculaire. Péricarpe folliculaire, i^à é^-sperme^ 

ou pofysperme. 

Genre GRÉVILLÉA. — Grei^illeû R. Br. 

Périanthe 4-parti, irrégulier : segments subspathulés , 
unilatéraux y révolutés. Etamines 4 , nichées dans les fo- 
véoles des segments du périanthe. Une seule glande hy- 
pogyne, dimidiée. Ovaire stipité ou non-stipité, 2-ovulé. 
Style ascendant. Stigmate soit oblique et déprimé, soit 
subvertical et conique. Follicule coriace ou ligneux, l-lo- 
culaire, 2-sperme. Graines marginées ou courtemeut ailées 
au sommet. — Arbrisseaux ou arbres , glabres, ou à pu- 
bescence médifixe. Feuilles indivisées, ou pennatifides, ou 
2-pennatifides, alternes. Fleurs en épis, ou en grappes, 



FAMILLE DES PAOTÉACÉES. 4SI 

OU en fascicules ; pédicelles géminés ou subfasciculés : 
paires ou fascicules 1-bractéolés. Fleurs rougeâtres ou 
jaunes. — Ce genre appartient à la Nouvelle-Hollande ; 
les espèces dont nous allons faire mention se cultivent 
dans les collections de serre. 

GRéviLLÉA SOYEUX. — GreuUleu sericea R. Br. — Embo' 
thrium sericeum WiWà. — Ândr. Bot. Rep. tab. loo. — -Bot. 
Mag. tab. 862. — Embothrium cyiisoides Gavan. le. 4 , 
tab. 386, fig. a. — Feuilles elliptiques ou oblongues, obtuses, 
mucronées, rëfracte'es aux bords. Ramules-floriferes dresses. 
Grappes courtes, recourbe'es. Fleurs roses. 

Greyillea a feuilles LINEAIRES. — GreMUa linearis R. 
Br. — Embothrium lineare Andr, Bot. Rep. tab. 27a. — Em^ 
hothrium linearifolium CaLY^n. le. 4» tab 386, fîg. i. — Gre- 
viUea incamata Bot. Mag. tab. a66i. — GreviUea alba Lodd. 
Bot. Gab. tab. 858. — Feuilles linéaires-lancéolées , pointues, 
mucronées, réfractées aux bords. Grappes courtes, dressées. 
Style très-glabre au sommet. Fleurs blancbes, ou roses, ou 
lilas. 

Gaevilléa des sables.— Gret'iZ^a arenaria^, Br.— Feuil- 
les oblongues, obtuses, mucronulées. Grappes recourbées, pau* 
ciflores. Pistil cotonneux. Périantbe lilas. 

GRÉviLLiA AcuiiiNE. — Grcnllea acuminata R. Br. — 
Sweet, Flor. Austral, tab. 55. — Feuilles lancéolées, sabacu- 
miuées , macronées , cbagrinées en dessus , cotonneuses -incanes 
en dessous. Grappes horizontales ou recourbées, pauciflores. 
Ramules pubescents. Périantbe (verdâtre) finalement glabres* 
cent. Pbtil poilu. 

GREviLLÉà A FEUILLES DE Buis. — GrcvilUa buxifoUu R. Br. 
— Bot. Reg. tab. 443. — Embothrium buxifolium Willd. — 
Andr. Bot. Rep. tab. 218. — Embothrium genianthum Gavan. 
le. 4 9 tab. 387. — Feuilles elliptiques, chagrinées en dessus, 
cotonoeoses-incanes en dessous. Stigmates orbîculaires. 



OLASBB !«• i*»iiiâta. 



que paire accompagnée d'une seule bractée. Pénaothe 
blanc ou jaunitre. •*- Ce genrfa appartient k la Nouvelle- 
HoUandej noua u'allDni signaler que Ica eqiicec qui se 
cultivent le plus souTent<datu les collections de serre. 

a) Ptwilèi lilînirignM. Fruit point iptrojmi. 

HiiKÉi A FRUIT pfGioNi FORME. — Hakea pugioniformis Ca- 
vaD. le. 6, lab. 533. — BaAea glabra Sàind. Sert. Uiaaov. 
3, tab. iij, — Conchîrim pugioniforme Smùli. — Feuilles fili- 
formes, indiïise'es, glabres. Prriaotlie soyeux. Follicules lan- 
céuiës, acuminés, droits, munis de chaque côté (au dessous du 
milieu) d'une crête transversale. 

HtKEi A FLEUBS OBLIQUES. — Hakea obliqua R. Br. — 
Feuilles indivisées. Rameaux cotoaneux. Glandule hypogyne 
adnée au sommet du pe'doocule. Périanthe soyeux. Follicules 
gibbeus, subtorulcux. 

b) FtuUlei cyltndn'giMt. Frui'lmuni au-deuaui ie ion tommtt d* 
2 iperom. 

Haeéi a fkuit gebbeux. — Hakea gibbosaCaran. le. 6, lab. 
534- — Hakea pubescens Schrad- — C^ncAium gibbosum 



*^ 



FAMILLB H^ PAOTÉACil». 4(10 

Smih.—Banksia gibbùsa Willd.— Feuilles filiforâieè^ indîvi^ 
sëes, légèrement sillonnëes en dessous^ subpubescentes de même 
que les rameaux. Jlïâmuies et pédoncules hérissés. Follienles 
gibbeux, lacuneux en dedans. Graines à aile demi-elliptique. 

Hakéa a feuilles acigulairès. — Hakea aciculatis B:. B#. 
— Hakea sericea Scbrad. — Conehium aciculareYent. Malm. 
tab. 1 1 1 . — Feuilles filiformes, indiyisées j glabres , légèrement 
sillonnées en dessous, aussi longues que les fruits. Jeunes pous- 
ses soyeuses. Pédoncules hérissés. Périanthe glabre , aussi long 
que le pédoncule. Follicules gibbeux, subrugueux, lacuneux en 
dedans. 

Hakéa odorant. — Hakea suaçeolens &. Br.r^Feuilles pen- 
natifides ou indiyisées, filiformes,, sillonnées en dessus. Fleuin 
glabres, disposées en grappes à rachis cotonneux. FoUicutai 
gibbeux. . ^ 

c) Feuillet planet. 

Hakéa multiflore. — Hakea florida H. Br. — Feuilles étroi^^ 
tes, lancéolées, finement ponctuées, spinelleuses et scabres ans 
deux bords. Ramules et pédoncules. finement. pufaescents. Fol-' 
licules un peu convexes, bi-éperonnés. , i 

Hakea a FÉtriLLES i>£ &oux. — Hakèa UkxfàHa B.é Br. — 
Feuilles elliptiques, (jaques ^ éinuéeé-déntéèé, Subpëtiolëes I 
dents spiiièscetîtes. Rameaux cottmneul. follicule bi-ép0nm-<> 
nés, OTcSdes, gibbéux, comprittiës au sommet^ «erobiculës eu 

dedans. 

1 -^1- 

Hakéa a feuilles luisantes. — Hakea nitida R. Br. «^ 
Feuilles lancéolées ou oblongues, rétrécies h la base , pauciden- 
tées (dents spinifonnes), on tt^-entièM$ laisàtitèij» yn p«a tei- 
neuses, très-glabres de même que lés lMHil«s. FMliciilM bi^pt^ 
ronnés, nti peu gibbeux, presque lisM en dedans. 

HAKÉa A VBUiois AmhKMmÊLVUMBk-^H€ikea amplexkaulè 



•:•; ■'■' ^ '^;^i^^^.y^ig^ 



/ 
414 CLAA8B.OI6 PAOTÉIHÉBS. 



E. Br.^^EeûUeB smuëes-dentees, Imsaoteifi an: peu iféànfmmy 
à base cKiaUe , cordifdnne , ampieucaak*, Tige piocowfcante. 
Rameaux glabres. Follicules point ëpero&iri&î; 

Hakéa PROGOMBANT. — ifiiA«a prostrata R. Br. —* Feuilles 
anguleuses, dentëes, cunéiformes au sommet, cord^bnnes-am- 
plexicaules à la base. Tige procombante. Rameaux pubesoents* 
FoUicules point éperoonés. 

Hakéa a feuilles G0BNUE8. — Hokea ceratophjrUoides'Ei.Br. 
— Conchium ceratophyîlum Smûk, — Feuilles pennatifides, li- 
néaires. Périanthe cotonneux-ferrugineux. Follicules point ëpe* 
ronnés. ; 

Hak^a a FEtf^tâ^âlnuLiÉES. — Hahea undulala R. Br. -^ 
Feuilles obovale^^^^ervëes, TeiDeuses, réticulées, ondulées, 
bordées de dents spinescentes. Follicules boufûs, point épe- 
ronnés. 

Haxéa a feuilles d'Ouyier. -^ Hokea oUœfoUa R. Br.-— 
Conchium oleifoliùm Smith. -<— Feuilles lancéolées, très«-entiè- 
res, x-nervées , légèrement veioeuses , mucronées , piquantes : 
les supérieures pubescentes. Rainules cotonneux. Follicules ter- 
minaux, bi-cperonnés, gibbeux. 

Hakéa a feuilles de Saule. — Hakea saligna R. Br. — - 
Conchium salignum Smith. — Emhothrium salignum Andr.Bot. 
Rep. tab. ai5. — Emhothrium salicijolium Vent. Hort. Gels, 
lab. 8. — Feuilles longues, lancéolées, très-entières, i-nervées, 
pointues, apiculées, toutes très-glabres de même que les ramu- 
les. Follicules axillaires, gibbeux, comprimés et carénés de 
chaque côté au sommet. 

Hakea a feuilles inganes. — Hakea cinerea R. Br« — Feuil- 
les longues, linéaires4ancéolées, très-entières, 3-nervées, obscu- 
rément veineuses, un peu scabres, apiculées, cotonneuses de 
même que les ramules et les écailles-involucrales. Follicules 
lancéolés, acuminés, un peu comprimés, point éperonnés. 



FAMIUJS 9ES PROTÉACÉES. 4S5 

!^ Hakéa a i^EuiLLEs NERVEUSES.— £raA;tfa dactyloides Gayan. 
le. 6f tab. 535. — Feuilles très-entières» triplioervëes, Teineu- 
' seSf obovales-obloDgtfcs. Ramules anguleux. Pe'dicelles poilus. 
Penanthe glabre. Follicules yerruqueux^ point éperonnés. 

Hakéa a feuilles elliptiques. — Hakea eUiptica R. Br.— 
Conchium ellipUcum Smith. — Feuilles très-entières^ 5-ner- 
véeSy veineuses, réticulées, elliptiques, ou elliptiques-oblon- 
gues, mutîques. Pédicelles glabres de même que le périanlbe. 
Follicules pointus^ gibbeux, luisants, point e'peronoe's. 

Genre LAMBERTIA. — Lambertia Smith. 

Périanthe tubuleux, 4-fide : segments révolutës en spi- 
rale. Etamines 4, saillantes, insérées âw segnients du pé- 
rianthe. Disque cupulifornie, ou de 4 glandules distinctes. 
Ovaire stipité, 2-ovulé. Style filiforme. Stigmate subulé. 
Follicule coriace , presque ligneux , souvent cuspidé d'un 
côté au sommet, 1-loculaire, 2-sperme. Graines margi- 
nées. — Arbrisseaux à rameaux verticillés. Feuilles verti- 
cillées-ternées, le plus souvent très-entières. Fleurs termi- 
nales, accompagnées d'un involucre formé d'écaillés im- 
briquées, colorées, caduques; réceptacle-commun plan, 
nu. — Genre propre à la Nouvelle-Hollande extra-tropi- 
cafe ; l'espèce suivante est remarquable par l'élégance de 
son inflorescence. 

Lambertia élégant. — Lambertia formosa Smith, in Linn. 
Soc. Trans. 4» P* ^^3, tab. ao.— -Andr. Bot. Rep. tab. 69.-— 
Gavan. le. 6, tab. 547. — Bot. Reg. tab. 54^* — Feuilles li- 
néaires-lance'ole'es, cuspide'es-mucronëes, reVolutees aux bords. 
Involucres 7 -flores : écailles roses, les intérieures aussi longues 
que les fleurs. Style poilu. Follicules bicornes. 

Genre XYLOMÈLE. — Xylomelum R. Br. 

Périanthe 4-parti, régulier : segments subspathulës, 
révolutés au sommet. Etamines 4, saillantes , inséra au- 



Àrte 

d«M>i» du fommet dca legmcoti àm p^riuHhei, QtMÎtre 
gluidulea bypc^aea. Onire Btipiti, 2-oTulé. Style fili- 
forme, caduc. Siignute rerdcal, cUviKunne, obtus. Folli- ' 
cule ligneux, obpyrifonne, excentriquemeot Uoculùre, 2- 



Lb JyioMMfwM pfH/imH* R. Br. (V<U« ffHfbrètk Càn». le 6, 
ub. 5SS}, M caltive duia la» collectlau de tm. 

Genre TÉLOPÉA. — Ttlopea R. Br. 

Périan(he irrégulier, 4-fide au Bonunet, longitudinale- 
ment fendu d'un côté. Etamines i, uichéei dan« lea fové»- 
let du legments du p^iianthe. Une «eule glande faypo- 
gyne, semi-annulaire. Oraire sdpîté , multi-OTulé. Style 
filiforme, persistant. Stigmate oblique, clanforme, con- 
vexe. Follicule cyliodracé, l-loculaire , polysperme. Gnà- 
■les prolongées au sommet en aile îmmarginée d'un côté^ 
marginée et veineuse de l'autre cdté, séparées les unes def 
autres par des diaphragmes membraneux. —Arbrisseaux. 
Feuilles dentées ou entières, éparses. Grappes terminales, 
corymbi formes, accompagnées d'un inrolucre à écailles 
imbriquées, non-persislaotes ; pédicelles géminés : chaque 
paire I-bractéolée. Fleurs écartâtes, très-élégantes. -~ 
Genre propre à la Nouvelle -Hollande. 

Télopéa lUGNrFiqnE. — Telopea speciosissùna R. Br. — 
Bol. Reg. tab. i ia8. — Embotkrium speciosissimumWi]iA.— 
Smith, New. HoU. tab. 7. — Bot. Mag. Ub. iiaS. — Embô- 
thrium speciosum Salisb. Parad. tab. 1 1 1 . — Embothriiurt spa- 
tkulalum Cavaii. le. 4t t^l)- ^89. — Feuilles-caDeiformes-ob- 
longuet, incisées^dentécs, veinenses, trb^labres de mimt que 
let écailles- ioTiducrak*. — Gultivtf dans tescoUectioncdc serre. 



FAMILLE DES PROTéâCÊB; 4S7 

Genre LOMATIA. — LomaUa R. Br. 

Périanthe irrëgulier, 4-parti : segmèilts ovales, unilalé* 
raux. Étamines 4, nichées dans les fovécdes des segments 
du périanthe. Trois glandules hypogynes, unilatérales. 
Ovaire stipité, multi-oyulé. Style filiforme , persistant; 
Sdgmate oblique, suborbiculaire, presque plan. Follicule 
elliptique-oblong, 1-loculaire, polysperme. Graines pro- 
longées au sommet en aile marginée , point veineuse, sé^ 
parées les unes des autres par des diaphragmes membra-^ 
neux. — Arbrisseaux. Feuilles pennatifides, ou bipenna* 
tiBdes, ou indivisées, alternes. Grappes terminales ou 
axillaires, soit lâches et allongées, soit courtes et corymbi- 
formes, point involucréès ; pédicelles géminés i chaque 
paire 1-bractéolée. Périanthe d'un jaune pâle. — - Genre 
propre à la Nouvelle-Hollande extra-tropicale; l'espèce 
suivante se cultive dans les collections de serre. 

LoKATu A FEUILLES DE SiLAus.— Xoiitatia silaifoUa R. Br. 
— Bot. Mag. tab, IÎ172. — Embothrium silaifoUum Willd. — 
Smith, New. Holl. tab. 8. — Embothrium herhaceum Gavan. 
le. 4 , tab. 384. — Feuilles bipenoatifides , très-glabres : seg- 
ments coDëiformes-linéaires ou lancéolés , incisés , pointus, 
mucronés, veineux , réticulés. Grappes simples ou rameuses y 
allongées, très-glabres. 



^st 



VP TRIBU. LES BANRSIÉES. — BANKSIEM Endl. 

Oifoire i-loculaîre^ %ovuté, FoUicute en général n-to» 
culairepar une fausse cloison libre ^ ligneuse^ tÀ-par- 
tiblcy qui s^est développée pendant la maturation. 

Genre BANRStA. — Barùisia Linn. 

Périanthe 4-parti ou 4-Aaè; ÉtMhiiies 4, nidiées dans 
les fovéoles des segments du périaÉltiië. QdiM sqfiaiinilte 



- .T-.nr \ • -rî-T^ 



498 CLUfB DBS P&OTÉUIKES. 

hypogynef. Oraire l-locolaire : otuI^ collatéraux, supra- 
médifixes* Style filiforme. Stigmate daviforme. Follicule 
ligneux, comme 2-loculaire, 2-sperme. Graines prolon- 
gées au ftommet en aile cunéiforme, attachées à la hase de 
la cloison. — Petits arhres ou arbrisseaux. Rameaux en 
ombellea. Feuilles éparses ou raraaaent yerticillées, enr- 
tières, ou dentelées^ ou pennatifides, souvent dissemhia* 
hles sur le même individu^ Epis dépounrus d'inyolucre, 
terminaux, ou rarement latéraux, ordinairement allongés. 
Fleurs géminées sur le rachis : chaque paire accompagnée 
de 3 bractées persistantes (dont 1 plus grande, ^Lterne, ao- 
lîtaire, lès 2 autres plus petites, collatérales), l^is-fructi* 
ftres à rachis épais , soudés à la base des follicules. — 
Genre propre à la Nouvelle-Hollande ; beaucoup d'espè- 
ces se cultivent dans les collections de serre, en raison de 
rélégance de leur feuillage ; nous ne ferons mention que 
des plus répandues. 

Banksu ÈLàoAxn.'^Banksia pulchetta R. Br. — Feuilles 
acëreuses, très-entières, mutiques. Segments du périanthe à on* 
glets laineux ; lames glabres. Stigmate capitellé, déprimé. 

Bamksia a fruit sphérique. — Banksia sphœrocarpa R. Br. — 
Feuilles acëreuses, très-eotières, mucronulees. Périanthe héris- 
se'. Stigmate subule'. Follicules ventrus, un peu comprimés au 
sommet j disposes en cône sphërique. 

Banksia a fleurs nutaittes. — Banksia nutans R. Br. — 
Feuilles acëreuses, très-entières, mucronulees. Épis nutants. 
Përianthe soyeux. Follicules déprimes, dilates au sommet. 

Banksia a feuilles de Bruyère. — Banksia ericasfolia 
Willd. — Andr. Bot. Rep. tab. i56.--Bot. Mag. tab. 738.— 
Gavan. le. 6, tab. 538. — Feuilles acëreuses, ëchancrëes au 
sommet^ très-entières aux bords. Epis allonges. Périanthe 
soyeux. Stigmate capitellë. 



FAMILLE DES PROTÉÂCÉES. 499 

Banksia spmBLLEUx.— -Fontetf spinulosa WiDd. — Smîth, 
New Holland. lab. 4- — Andr. Bot. Kep. tab. 457. — Gayan. 
le. 6, tab. 537. — Feuilles acéreuses, 3-dentées au sommet 
(la deot terminale plus longue) , spinelleuses ou très-entières 
aux bords. Përianthe imberbe à la base. Stigmate subulé. 

Banksu ogcidemtal. — Banksia occidentalis R. Br. — Feuil- 
les linéaires, sans veines en dessous, spinelleuses aux bords vers 
leur sommet. Bractées glabres au sommet. Périanth^ marcescent : 
onglets barbus antérieurement à leur base. Follicules yentrus, 
cotonneux, glabres et un peu comprimés au sommet. — Arbris- 
seau à ramules glabres. 

Banksia litiobal. — Banksia Utforalis R. Br. — Feuilles 
longues^ linéaires, spinelleuses aut bords, rétrédes à leur base, 
point -yeineuses en dessous. Périantbe non-per&istant. Follicules 
comprimés, cotonneux au sommet de même que les bractées.— 
Arbre à ramules cotonneux. 

Banksia a feuilles ma&ginées. — Banksia marginata Ga- 
yan. le. 6, tab. 544* — Feuilles linéaires, tronquées , mucronu- 
lées, très-entières, ou dentées, point yeineuses en dessous. Jeu- 
nes pousses bérissées. Bractées glabres au sommet : les majeures 
pointues. 

Banksu a feuillu entièbes. — Banksia imegrifolia Willd. 
— Gayan. le. 6, tab. 546. — Banksia oleœfoUa Gayan. 1. c. 
tab. 545. — Feuilles yerticillées, oblongues-lancéolées, entières, 
mucronulées, réticulées en dessous. Follicules cotonneux. Tige 
arborescente. 

Banksu YERTiciLLé.—JBanAisiaiitfrlfCiV/atii R. Br. — Feuil- 
les yerticillées, liguliformes-oblongues, obtuses, mutiques, d'un 
blanc de neige en dessous. Bractées cotonneuses, obtuses. Tige 
arborescente. 

Banesu a FLEimi ickwiATË/^^^Banksia eoècineà R. Br. «^ 



% < 






r 



• , 



a 



V'^T '^\^''J^'r/<^VÏ^!^7V^^^ 



430 isu66it ïm$ v%0TimtE$* 

feuilles cmiëift^npes-pliQyalfs ou Ki^lopgjie; ^ 4ti;^ef ^^^f^, 
^fopiiuëes, postëeiy réticiil«fif^ YCJDftases. Brapt^^ nnl^éipfy 
laineiues de même que le pe'riantl^e. Stigmate pyramidal. 

Banrsia d^ ^AB^is.r- Bi^nksia pal^dQS(i ^, ^r.— Familles 
subverticillëes^ cuoëiformes-obloDgues , subtronqaëes , rétrëdes 
k la base, dentelée» tei» le «WBiaet, m fm wwouAiu aux 
bords, réticulées en dessoiis* Pétioles et ramules glabres. Pé- 
rianthe soyefa.-^Arbrisseau. 

Tan. le. 6, tab. 54^. — Feuilles éparses, étroite» , aMopgfHiVty 
troncpiées, dentelées^ rétrécies à la base , réticulées en dessous. 
Proies et ramules cotonneux. Bractées m4<^ttfes acominées. 
Périanllie soyeux.— Arbrisseau. 

Bakksu à lauq^ feuilles. — J^oinksia latifQUa ti. Pr, rrr 
Banksia Rohur Gayan. le. 6, tab. 543. — Feiiilles obo?j|]^- 
oblongues, dentelées (dentelures spinesceutes), pointues à leur 
base, réticulées et cotonneuses-incanes en dessous. Périanfte à 
onglets soyeux^ lames glabres.-— Arbrisseau. 

Banilsia margescei^.— j6a7tÂ:5/a marcescens R. Br.— jPa/fit- 
siaprœmor sa Andr, Bot. Rep. tab. 258. — Feuilles cunéiforme^, 
planes, éparses, tronquées, dentelées vers leur sommet, pointues 
k la base. Rameaux cotonneux. Périanthe persistant , glabre de 
même que les follicules. 

Banksia a feuilles retrecies. —Banksia attenuata R. Br. 
— Feuilles longues, linéaires, tronquées , rélrécies à la base, 
dentelées vers le sommet , réticulées et cotonneuses en dessous. 
Bractées bérissées au sommet. Périanthe glabre. Follicules co- 
tonneux. 

Banksia a feuilles dentelées. — Banksia serrata Willd.— - 
Andr. Bot. Rep. tab. 8a. *-* Feuilles longues, linéaires, tron- 
quées, dentelée^*, rétrécies à la base, réticulées et presque gla- 



1 



Mwti wts notiicixa. 4$i 

bnt en desioof. Style pnbijnle à la faau. SdgmMc (^tiDdrâcé, 
nllanné, obliqneqieDt fptiui k U but. Tiga «riioiticciite. 

BiMESu A PEOTLLBS DE Cb£nk. — Bonksia quercifolia R. Br. 
=-f euillet «Uoqguef-cnnéifbnnef, snfattMiqadM, glabres, ioci- 
sëes-dentelrfef : îoeûin» mncrooto. Periantlie k i^imeats arii- 
tés. F«Uici|les presque gUbm. 

Bahuia HACNiFiquB. — Banksitt speeiosa R. Br. — Feuilles 
fiséaires, pennati^^sï : 1<^ trfjuigul^^vfi feniiTOT«l«s t vm- 
cronés, cotpimeDS (d'un bl^pc df ns^e) en douous et diKii- 
r^eot neireax. Pe'rianthe à fegmenti laùkepx Tf» l« soiaraot. 
Style pttbescent. Folliciilps colQimeax. 

Bankjia a eaAHpu w*Df». -7 /"«*<•# gT^^it WiUd. —1 
Feuilles p^nnatifides : lobef trlMgal4>|'e*-4F>bi) pointiu, plaM, 
Derreux et presque glabres en ilnsoDS. PAùqfhe glabre 4^ 
même que le truif. 

Bamksu lAtnuxi.—Sanksia repens L^iill. Voyage, 1, t^b. 
ni. — Feuilles pennali&des : lobes sinués ou déniés. Tige pro- 
combante. 

Genre DEïANDRA. — Diytmdra R. Br. 

PériantLe 4--p)u:ti ou ir6At. Etaninee 4, nichées dont 
les foTéoles des segments du périanthe. Quatre squamUlât 
hypogyaes. Oraire 1-loculaîre : ovules collatéraux, supra- 
nédidxes. Style filiforme. Sdgmate cUiTifwme. Follicule 
1-ou S-loculaiie, ligneux, 2-«penne. Graines ailées Au 
sommet. — Arbrisseaux en général bas ; rameaux épars 
ou en ombelles. Feuilles ^wnnaiifides ou incisées, éparsesL 
Fleurs agrégées en capitule snp un réceplade plan, invtK 
lucre, nu, ou garni de paillettes étroites. Involucre poly- 
pbylle, i écailles imbrkpiéea, apprimées. 
uaux on latéraux , sesaïles , solitaires , 
eiMouréi de SeniUM rasdées. — Genre 



■*i'' '-^y'r^'^'^^'r'^^if^'^ 



433 CLASSE DES PROT&NÉES. 

Iréet extra-tropicales de la NoaTeile-HolIaiide; les esp^ 
ces saÎTantes se coUhrent comme «rbnétesd^ttement de 
serre. 

DaTAN DRA MULTiFijoax. — - Dffanâra Jhribi^ida R . Br. — - 
Bot. Ibg. tab. i58i.*— Feuilles cunëifoniiM, incisëes-dente- 
lées, Écailles-ûayolccrales striées : les cxtërieares presque gla- 
bres. Përianthe glabre. Stigmate subclayiforme ^ obtus. 

Drtandra a feoillss cimiiFoaiiES. «^ Dryandra cuneata 
R. Br. — Feuilles cunéiformes y sinuées-dentées, épineuses, pé- 
tiolées. ÉcaiUes-inTolucrales toutes lisses, soyeuses. P^iahtlie 
barbu yers le sommet. Stigmate filifi>rme-sdbulé^ pointu. 

DsTAHDEA A FSuiLLBs PIQUANTES. — Dryondra armata R. 
Br.— Feuilles pennatifides : lobes triangulaires, plans , dîvari- 
quésy rectilignes, lÉucronés-spinescents (le terminal plus long), 
réticulés en dessou^ à veinules nues. Rameaux glabi«s de mime 
que le périantbe, S^le pubescent à la base. Stigmate sabulé, 
sillonné. 

DsTANDRA ÉLÉGANT. — Dryandra formosa R. Br. — Sweet, 
Flor. Austral, tab. 53. — Feuilles loogucs, linéaires, pennati- 
fides : lobes triangulaires, mutiques , plans, cotonneux (d'un 
blanc de neige ) en dessous. Involucre cotonneux : bractées in- 
térieures Hnéaires-oblongues. Réceptacle garni de paillettes. — 
Fleurs roses, odorantes. 

Dryandra plumedx. — Dryandra plumosa R. Br. — Feuilles 
longues, linéaires, pennatifides : segments triangulaires, mu- 
cronulés , un peu recourbés aui bords, cotonneux (blanc de 
neige) en dessous. Écailles-involucrales intérieures termi- 
nées en arête plumeuse. Réceptacle sans paillettes. 

Drtanora a feuilles obtuses. — Dryandra obtusa R. Br. 
— Tige décombante. Feuilles plus longues que la tige, linéai- 
res, pennatifides : lobes triangulaires, obtus , cotonneux ( blanc 



rmiLLB DBS noT^AcÉBS. 433 - 

de neige] en dessous , épiissU et recourt>ës âux boids. Écûl- 
les-involacralu extérieures ovales; écailles-îiiTolucxales inté- 
rieures linéaires-oblongues. 

SiTuisRA A FEUILLES BLutcHEi . — Di^onJni nicMB. Br. 
— Baaksia lùvea Labîll. Voyage i, tah. a4. — Feuilles li- 
néaires, pennatiGdes , presque aussi longues que la tige : lobes 
triangulaires, pointus, mucronulës, cotonneux (bUnc de neige) 
en dessous, recourbés aux boïds. ÉcaiUes-înTolucrales linéai- 
res-lancéolées, glabres, ciliées. Périanthe hérissé, pins court qae 
le style. 

Dktâniika a uiHamu veuilles. — Dtyandra lon^olia B. 
Br. —Feuilles très- longues, linéaires, pennalîfîdes , pointues, 
cotonneuses- incanes en dessous : bue rétréde, très-entière ; lo- 
bes triangulaires, ascendants, décurrenti, recouiMs au bord. 
Ëcailles-inTolncrales longues, linéaires, acQiqiDées-snbulées au 
sommet , barbues au bord , glabres à la snitace externe. S^- 
ments du périanthe à onglets laineux il la base; lames pmlueS. 
Tigeo 









C 



CENT SOIXANTE-DIXIÈME FAMILLE. 
LES THYMÉLÉES. — THYMELE^. 

Tk^melMf Jqm. Gen. — E. Br. Prodr. p. 558. — Bar€l. Ord, Nat. 
p. 444» — Arnott , in Edlnl). Encycl. 427. — Kanth ^ in Llnnaea» V, 
p. 667. — Daphnoiâem Tent. Tabl. — Endl. Gen. Plant, p. 529. — 
Tkifmèlœaeem RefeUb. Syft. Nat. p. 469. •— Thymelaceœ Lindl. Mat. 
Syit. cd.2,p. 495. 

Les Thymélées appartiennent presque toutes aux 
logions extra-tropicales; le Cap de Bonne-Espérance et 
la NouTelle-Hollande en possèdent le plus grand nom- 
bre. La plupart des espèces sont ornées de fleurs très- 
élégantes. Lécorce des Thymélées est en général trè»- 
àci^e et vénéneuse : propriété à laquelle participent aussi 
plus ou moins les feuilles fraîches et les fruits (surtout 
ceux-ci, lorsqu'ils sont charnus ) ; le liber est très- te- 
nace, et ses feuiUets forment des réseaux. Quelques 
espèces servent à teindre en jaune. 

Caractères de la Famille. 

Arbrisseaux^ ou sous-arbrisseaux; quelques espèces 
seulement sont herbacées. Rameaux cylindriques , arti- 
culés, ou inarticulés. 

Feuilles éparses ou opposées , simples, très-entières, 
non-stipulées, souvent nerveuses. 

Fleurs le plus souvent hermaphrodites et régulières 
(chez quelques espèces dioïques paravortement), axil- 
laires, ou terminales, solitaires, ou fasciculées, ou en 
capitules (involucrés chez plusieurs genres), souvent 
2-bractéolées. 



Périanthe simple, inadhéreni, coloré (blano, ou 
rouge, ou jaune, ou très-rarement bleu), pétaloide^ 
tubuleux : limbe 4-ou 5«parti ( par exception tronqué 
et très-court); segments égaux ou moins souyent in» 
égaux, imbriqués en préfloraison; gorge quelquefois 
couronnée de squamules pétaloïdes (soit en même nom- 
bre que les segments et interposées, soit en nombre 
double des segments et antéposées a à 2). 

Disque soit nul, soit cbamu et adné au fond du 
périanthe. 

Étamines en nombre défini ( soit en même nombrt 
que les segments du périanthe, interposées, ou par ex* 
ception antéposées; soit en plus petit nombre que le» 
segments du périanthe, antéposées; soit en nombi# 
double des segments du périanthe, bisériées : celles de 
la série supérieure antéposées), insérées à la gorge ou 
au tube du périanthe. Filets (quelquefois très-courts) 
libres, filiformes, dressés en préfloraison. Anthères dres- 
sées, 2-thèques : bourses parallèles, contiguês, s'ouyrant 
chacune par une fente longitudinale (soit latéralement, 
soit antérieurement ). 

Pistil: Ovaire inadhérent, i-loculaire, 1 -ovulé ( par 
exception 2-ou 3-ovulé), le plus souvent oblique d'un 
côté, rectiligne et stylifère de Tautire. Style (nul ches 
quelques genres ) latéral ou subterminal , indivisé, en 
général plus court que le tube du périanthe. Stigmate 
capitellé. Ovule anatrope, suspendu au sommet de la 
loge. 

Péricarpe baccien, ou drupacé, ou nucamentacé, 
i-loculaire, i -sperme (par exception 2-ou 3-sperme)| 
nu, ou recouvert par le tube du périanthe. 

Graine périspermée ou apérispermée, suspendue } 
tégument membranacé ou t^tacé ; rapha linéaire, lon^ 






436 CLA88B 1IB8 WWOttOtXS. 

gitudinal. Pénsperme nul, ou mince et chanut ^Em- 
bryon réetiligne : cotylMons plano-conTexeS| charnus, 
entiers, parallèles; radicule courte, supère; plumule 
imperceptible. 

Cette famille comprend les genres suivants : 
Dirca linn. -*- Lagetta Juss. — - Daphne linn. ( Ga» 
pura linn. Scopolia Linn. fil. Thymdœa ScopoL ) — 
Daphnopsis TAsitûas.-^ Schœnobiblas Martius. — Dais 
linn. — Lachnœa linn. — Passerina linn. — Stellera 
linn. — Diarthron Tmci. — Drapetes Lamk.— Pi- 
melœa Banks et Soland. (Banksia Forst. non linn. 
Gookia Gmel. Thecanthes Wickstr.) — Struthiola Limi. 
— Gnidia linn. (Canalia F. W. Schmidt. ) — Thyme- 
Una Hoffmannsegg. ( Nectandra Berg. ) — Linostoma 
Wallich. (Nectandra Roxb. nec alior. ) •— CoTw/era 
Juss. — Eriosolena Blum. — IFickstrœmia Endl. — 
Inaearpus Forst. — - Hernandia Plum. — ? Phaleria 
Jack. ( PDrymispermum Reinw. ) 

Genre DIRCA. — Birca Linn. 

Fleurs hermaphrodites. Périanthe subinfondibuliforme, 
obUquemeiit tronqué et obscurément 4-lobé au sommet, 
non-persistant, sans squamules. Disque mince, tapissant la 
base du périanthe. ÉtaminesS, 1-sériées, saillantes^ alter- 
nativement plus longues et plus courtes, insérées au-des- 
sus du milieu du périanthe; filets longs, filiformes ; an- 
thères petites, suborbiculaires y continues avec le filet, 
latéralement déhiscentes : bourses bivalves. Point de squa- 
mules hypogynes. Style filiforme, terminal, longuement 
saillant. Stigmate petit, capitellé, échancré. Baie charnue, 
1 -sperme, nue. Graine apérispermée. — Arbrisseau très- 
rameux. Rameaux dichotomes, articulés, renflés aux arti* 
culations. Bourgeons écailleux, solitaires, à la fois foliaires 



FAMILLE DES THYMÉLÉISS. 437 

et floraux, avant la chute des feuilles renfermés dans la 
base des pétioles ; écailles cotonneuses à la surface ex- 
teme, submembranacées^ imbriquées, 2-sériées^ caduques 
après la floraison. Fleurs plus précoces que les feuiUeS) 
latérales, nntantes, courtement pédicellées, ébractéolées, 
géminées ou ternées dans chaque bourgeon. Feuilles plus 
tardives que les fleurs, non -persistantes, minces, penni- 
nervées, courtement pétiolées, distancées; pétiole renflé à 
la base, Périanthe et étamines d'im jaune pâle. —L'espèce 
que nous allons décrire constitue à elle seule le genre. 

DiRGA SES MARAIS.— * Direct poLustiis LioD. Amœn. Acad. 
III, tab. I, fig. 7. — Schk. Handb. tab. 107, fig. 6. — Laml. 
111. I, tab. 293. — Duham. éd. noy. III, tab. 48. — Bot. Reg. 
tab. i^'x. — Gnimp. et Hayn. Fremd. Holz. tab. 49* — Arbris- 
seau touffu, haut de 3 à 6 pieds. Bameaux bruns. Jeunes-pous- 
ses flexueuses. Feuilles longues de a à 4 pouces, larges de i pouce 
à 2 pouces, d'un yert gai en dessus, d'un vert glauque en des- 
sous, oblongues, ou elliptiques-oblongues, ou lancëolées-oblon- 
gues, ou elliptiques, subacuminées : les jeunes pubescentes^ les 
adultes glabres. Bourgeons ovales, obtus : écailles ovales ou el- 
liptiques, jaunâtres en dessus, cotonneuses-ferrugineuses en des- 
sous. Fleurs glabres. Périanthe long de 2 lignes. — Cette espèce 
croît aux États-Unis ^ elle fleurit en mars et en avril ; on la cul- 
tive dans les jardins, comme arbrisseau d'ornement ; elle ne 
prospère que dans les localités humides ou marécageuses. La 
ténacité de ses rameaux lui a &it donner le nom vulgaire de 
Bois-Cuir; en Amérique on l'emploie à faire des nattes et des 
cordages. 

Grenre LA6ETTA. — Lagetta Juss. 

Fleurs hermaphrodites ou dioiques. Périanthe persis- 
tant, tubuleux, 4-fide; %ot%t, barbue, sans squamules, 
Etamines 8, incluses, insérées à la gorge du périanthe. 
Hait squamules hypogynes, linéaires, distinctes, ouioii* 



■s 



438 cLhSÊM wê ntOTinrÉM. 

Aéeê 8 à 8 par leur baàe. Otaire 1-à 3-<nmlé. Style termi- 
nal. Stigmate capitellé, échancré. Drupe 1-à 3-spenne, rc- 
couTert par le përianthe devenu charnu ; noyau fragile, 
ematacé. Oraines apérispermées. — Arbres ou arbrisseaux, 
babitaiit l'Amërique ëquatoriale. Feuilles opposées ou al- 
ternes, persistantes, coriaces. Fleurs en grappes ou en 
épis ; pédoncules terttdnaui. 

Les espèces de ce genre sont remarquables par leur liber, 
qu'on peut séparer facilement en un grand nombre de feuillets, 
formant chacun un reseau élégant et semblable à une dentelle. 
L'e^èce la plus nouble est le LageUa Unteanahu. {Daphne 
Lâg^tto Linn.)) indigène des Antilles^ où on le connaît sous 
le nom Tulgaire de Boi^dentelle ou Laghetto. 

Genre DAPHNÉ. — Daphne Linn. 

Fleurs hermaphrodites. Përianthe non-persistant, hy- 
pocratériforme : Umbe 4-parti ; gorge sans squamules. 
Etamines 8, incluses, ou peu saillantes, 2-sériées (les 4 
inférieures plus courtes), insérées au tube de la corolle ; 
filets filiformes, plus courts que les anthères ; anthères el- 
hptiques ou oblongues, cordiformes à la base, innées, la- 
téralement déhiscentes. Disque charnu, hypogyne, eu- 
puliforme, engainant la base de l'ovaire. Ovaire ovoïde ou 
ellipsoïde, substipité. Style court ou presque nul, termi- 
nal. Stigmate subhémisphérique, pelté. Baie nue , char- 
nue, 1-sperme, à endocarpe membranacé. Graine apéri- 
spermée. — Arbrisseaux à rameaux inarticulés ou articulés 
par leur base. Bourgeons écailleux : les floraux le plus 
souvent aphylles. Feuilles persistantes ou non-persistan- 
tes, sessiles, ou courtement pétiolées, alternes, ou oppo- 
sées. Fleurs latérales, ou terminales , ou axillaires et ter- 
minales, odorantes, en général ébractéolées, ordinairement 
subsessiles et fasciculées, rarement en grappes. Përianthe 
blanc, ou rose, ou pourpre, ou d'an jaune verdâtre. 
Graine ovoïde, lisse, pointue au sommet, remplissant la 



FAHILLB DBS THYMÉL^BS. 439 

cavité de la loge : tégument externe membranacé, adhé- 
rent ; tégument interne testacé. — L'écorce , les feuilles 
et les fruits des Daphnés renferment un principe très-âcre 
et yénéneux; néanmoins plusieurs espèces se cultivent 
dans les jardins et les serres , en raison du parfum âë 
leurs fleurs, ou de Tél^ance de leur feuillage. 

Sscncw I. MEZEREUM Spaeh. 

Bourgeons-floraux aphylles, axillaires (latéraux à l'époque 
de la floraison^ par suite de la chute des feuilles). 
Feuilles non-persistantes. Fleurs subsessiles, fascica- 
lées, ébractéolées, plus précoces que les feuilles. Pé- 
rianthe rose (ou blanc par variation). 

Daphne Bois-gentil. ^ Daphne' Mezereum Linn. — Flor. 
Dan. tab. ^268. •— Eogl. bot. tab. i38x. — Guimp. et HayD. 
Deutsch. Holz. tab. 4^.*— Duham. éd. nov. vol. i, tab. 8.«— 
Blackw. Herb. tab. 582. — BulL Herb. tab. i. — ^Feuilles lan- 
céolées ou lancëolées-spatbuléeS) subobtnsetf, sessiles. Fascicules 
2-à 4-flores, rapproches en épi ramëaire.Périanthe à tube sojeax( 
limbe à segments ovales ou elliptiques, pointus, aussi longs que 
le tube. Anthères des étamines supérieures un peu saillantes. 
Stigmate subsessile. Baie subglobnleuse, écarlato. -^Arbrisseia 
en général haut de 3 à 4 pieds, quelquefois atteignant jusqu'à 
10 pieds. Racines rampantes. Tiges dressées, rameuses, à écoree 
lisse, verdâtre. Rameaux grisâtres on d'un vert oli? e, inarticu- 
lés, effilés. Bourgeons ovoïdes , acumînés, &-à la-sqnamellés s 
écailles d'un brun bleuâtre , luisantes , subovales , ciliolées. 
Feuilles longues de 2 ài 4 pouces, larges de 5 à 10 lignes^ min* 
ces, finement penniveinées, alternes, rapprochées, d'un vert gai 
en dessus, d'un vert glauque en dessous : les jeunes pubéroles 
aux bords ; les adultes glabres. Périanthe à limbe large d'envi- 
ron 4 lignes. Baies du volume d'tm Pois, rarement jaunâtres. 
— Cette espèce, connue sous les noms rulgaires de Bois-f^eH" 
tily ou LauréoU gentille^ on GàtoUj crott dans les bois hil- 
mides } elle fleurit en mars et en avril , ou des le itiois de fi^ 



«- .. . ^ 



440 CLUS£ PB8 rmoTÙniss. 

▼rie^t lorsque llûyer i!*est pas rigoureux ; on la cukiye oomnie 
ÊAmUm d'ornement. Ses baies sont très^vénëneuses : en Bns^ 
sky le peuple les considère tomme u|i.bon remide contre l'hj- 
dSropisie et les scrofules. L'éoorce s'emploie comme épispasti- 
^j elle peut aussi servir, ainsi que les feuilles de l'arbris» 
seau, à teindre les laines en jaune. Les fleurs exhalent une odeur 
semblable à celle des Jacinthes, mais qui , & ce qu'on prétend , 
occasionne, à la longue, des tertiges et des maux de tête. 

Sscnov II. THTMEUBA Spach. 

t*fi|iUe8 non-persbtantes. Fleurs terminales, ou azillaires 
et terminales , subsessiles , fiasciculées , ébiactëolé^ , 
naissant des mêmes bourgeons que W feuilles. Pé- 
rianthe blanc. 

DiPHiri DES Avpvs.'^Daphne alpina Linn. — Lodd. Bot. 
GJb. tab. 66. — Feuilles lancëolées , ou lancëolées-oblongues, 
en lancéolëes-oboyales, ou suboyàles , subsessQes, ou obtuses : 
ks jeunes pubescentes; les adultes glabres. Fascicules 3-â 6- 
flores, solitaires, ordinairement terminaux. Périanthe pi^bes- 
cent à la surfine externe. Segments oblongs-lancëolés , acumi- 
n^, à peu près aussi longs que le tube. Stigmate sessile. 
Baie ellipsoïde, rouge^— -Arbrisseau trës-rameux, touffu, haut 
de I pied à 4 pieds. Tiges et rameaux diffus, ou dresses, ou as- 
cendants. Ramules-florifères souvent très-courts et feuillus. 
Feuilles longues de 6 à i8 ligues, larges de 3 à 5 lignes, min- 
ces, d'un vert glauque, finement penniveine'es , alternes. Fleurs 
un peu plus petites que celles de l'espèce- prëcëdente, d'un 
blanc tirant sur le rose. Fruit petit , ovale-oblong , d'un rouge 
pâle. — Cette espèce croît dans les Alpes ; elle fleurit de mai en 
juillet; on la cultive dans les jardins. 

Daphnjs de l'Altaï. — Daphne aliaica Linn. — Bot. Mag. 
tab. 1875. — Guimp. et Hayn. Fremd. Holz. tab. i3. — Espèce 
semblable à la précédente par le port et la forme des feuilles; 
mais ses feuilles sont glabres, plus glauques en dessous, sou- 






FIMILLE DES THTMÉLÉES. Hj^ 

Tent Opposées ; le périanthe est glabre^ pins grand, à segments 
ovales, acuminnlës. Baies petites, ellipsoïdes, ronges. Graine 
noirâtre. — Indigène de l'Altaï; fleurit en mars et ayril; cnl- 
tivë conune arbrisseau d'ornement. 

Sbctiov m. EUDAPHNE Spach. 

Feuilles persistantes, coriaces. Bourgeont-floraux termi- 
naux, ou axillaires et terminaux, aphylles, multiflores. 
Fleurs ébractéolées , subsessiles, fasciculées. Përianthe 
rose, ou pourpre, ou blanc par variation. 

Daphne satine. — Daphne sericeaYM, — Daphne colUna 
Smith, Spicil. tab. 18.-— Dubam. Arbr. éd. nov. i, tab. 11. 
—Bot. Mag. tab. 4st8. — Bot. Reg. tab. 82^.--^ Daphne nea- 
politana Bot. Gab. tab. 719. — Daphne oUoides Lamk. — Bot. 
Mag. tab. 191 7. — Jaume Saint-Hil. Flore et Pom. Franc, tab. 
826, fig. a et b, — Feuilles obovales, ou cunëiformes-obovales, 
ou oblongues-obovales^ ou oblongues-spatbulëes, ou lancëolëes- 
oblongues, arrondies au sommet, mucronëes, subsessiles, plus 
ou moins soyeuses en dessus , trës-glabres en dessous. Bour- 
geons soyeux. Përiantbe cotonneux à la surface externe : limbe 
à segments ovales, obtus, plus courts que le tube. Stigmate sub- 
sessile.— Arbrisseau haut de i '/a pied à 3 pieds. Tige dressëe; 
rameaux subdichotomes ; ramules feuillus. Feuilles longues de 
6 à 12 lignes, d'un vert foncé et luisantes en dessus, plus ou 
moins incanes en dessous. Fleurs de la grandeur de celles du 
Daphne Mezereum. Ovaire cotonneux. Baie petite, rouge. — 
Indigène de l'Europe méridionale ; fleurit au printemps et en 
automne ; frëtpiemment cultive comme arbuste d'ornement. 

Daphne odorant. — Daphne odora Thunb. Jap. — Bot. 
Mag. tab. 1587. — Daphne hyhrida Sweet, Brit. Flow. Gard, 
tab. 200. — Feuilles lancéolées, ou lancëolëes-oblongues, ou 
lancëolëes-elliptiques, pointues, mucronulëes , |;labres , subses- 
siles. Bourgeons pubérules. Përianthe à tube pubërule à la sur- 
face externe ; segments ovales , obtus , anisomètres , de moitië 



FAMILLE DES THT1IÉl£eS. 443 

Periantlie blanc ou pourpre : tube nn peu ventru, long de a U- 
gnes. Ëtamines toutes incluses. Baies petites, ronges, globuleu- 
ses. — Cette espèce, connue sous les noms vulgaires de Garou^ 
ou Sain-Bois f croît dans l'Europe méridionale. Son e'corce 
s'emploie aux mêmes usages que celle du Daphné Bois- gentil. 

h) Fleurs tubseuiks, fatciculéu (ou nombre (2e 6 d 20) au sommet dm 

jeunes pousses. 

Daphne Gneorum. — Daphne Cneorum Linn.-— Jacq. Flor. 
Austr. tab. 4^6.— Duham. éd. nov. vol. i, tab. lo. — Jaume 
Saint-Hil. Flore et Pom. Franc, tab. 3^6, fig. c. — Gnimp. et 
Hayn. Deutsch. Holz. tab. 5o. — Bull. Herb. tab. i2x. — Bot. 
Mag. tab. 3i3. — Daphne striata Portenscbl. — Tratt. Arch. 
tab. i33. — Tiges diffuses ou procombantes , grêles, souvent 
radicantes; rameaux ascendants : les jeunes feuillus'^ Feuilles 
oblongues , ou spatbulées-oblongues, ou lancéolées-oblongues, 
mucronëes, sessiles, glabres, petites. Segments du périantbe 
ovales ou ovales-lancéolës , pointus, a à 3 fois plus courts que 
le tube. Stigmate subsessile. — Arbuste multicaule, formant des 
touffes de 3 à 12 pouces de haut. Racine napiforme. Tiges te- 
naces , atteignant i à 2 pieds de long, souvent subditbotomes ; 
les adultes à ëcorce d'un brun cendré. Rameaux bruns ou d'un 
jaune rougeâtre : les adultes ligneux, apbylles. Jeunes-pousses 
glabres oupuberules. Feuilles longue^ de 5 à 10 lignes , larges 
de I ligne à 2 lignes, luisantes, d'un vert foncé en dessus, d'un 
vert pâle en dessous, plus ou moins rapprochées, ordinairement 
roselées au sommet des ramules de l'année précédente. Bour- 
geons terminaux, à écailles coriaces, subherbacées, ovales, mu- 
cronëes, ciliolëes. Périanthe rose, ou pourpre, ou moins souvent 
blanc, ordinairement pubérule à la surface externe, quelquefois 
très-glabre ; tube grêle , subcjlindracé , long de 5 à 7 lignes. 
Anthères des ëtamines supérieure^ un peu saillantes. Ovaire pu- 
bérule. Baies (latérales, par suite de l'allongement des ramules- 
florifères) ovales-oblongues, orangées , presque sèches. Graine 
noirâtre. — Cette espèce, fréquenuncDt cultivée comme arbudte 
d'agrément, croit sur les montagnes de la France, de l'AUema- 






444 CLASSE DES papTÉurÉEs. 

goe, et dès contrées plus méridionales de FEiiropej elle fleurit 
en mai ou en juin , et quelquefois de nouveau en aulMnne; ses 
fleurs ont une odeur très-agréable. En Sardaigne, on se sert de 
ses feuilles pour teindre en noir. 

Sienoir V. lAUREOIA Sptch. 

Feuilles grandes , coriaces, persistantes. Bourgeons-flo* 
raux aphylles. Fleurs en grappes très-denses^ bractéo- 
léeSy nutantesy solitaires aux aisselles des feuilles de 
Tannée précédente. Bractées coriacesy herbacées, sem- 
blables aux écailles des bourgeons. Périanthe d'un 
jaune verdàtre. 

Daphné Lauréole. — Daphne Zaz£reo2aLinn.— 'Jacq. Flor. 
Austr. 3, tab. i83. — Blackw. Herb. tab. 6a. *- Duham. éd. 
noY. vol. i, tab. xo. — Jaume Saint-Hil. Flore etPom. Franc, 
tab. 3i5. — Guimp. et Hayn. Deutscb. Holz.lab. 49* — Engl. 
Bot. tab. I ig. ^ Hook. Flor. Lond. tab. 3o6. — Arbrisseau de 

2 à 4 pieds. Tiges simples ou peu rameuses, dressées; ecorce 
d'un brun jaunâtre, finalement grisâtre. Feuilles longues de i k 
4 ponces, larges de 8 à i5 lignes, très-rapprocbées, étalées, ou 
réfléchies, très-fermes, luisantes, d'un vert foncé en dessus, d*un 
vert pâle en dessous, très-glabres, lancéolées, ou lancéolées- 
obloDgues, ou lancéolées-elliptiques, subobtuses, souvent mu- 
croDulées, rétrécies en court pétiole. Grappes 5-à i2-flores, 
courtement pëdonculées, beaucoup plus courtes que les feuilles. 
Bractées ovales ou ovales-lancéolées, acuminulées, concaves, non- 
persistantes : les inférieures plus longues que les fleurs. Fleurs 
presque inodores. Périanthe glabre, à tube cylindracé, long 
d'environ 3 lignes ^ segments ovales, acuminés , i fois plus 
courts que le tube. Anthères orangées : celles des 4 étamines 
supérieures un peu saillantes. Ovaire glabre. Stigmate courte- 
ment stipité. Baies ellipsoïdes, noires à la maturité, longues de 

3 lignes. Graine noire. — Cette espèce, connue sous le nom vul- 
gaire de LauréolCf croît dans les bois en France, en Autriche 
et dans les contrées plus méridionales de l'Europe } elle fleurit 



FAlfII.LB DBS TBtlliliBS. 445 

• 

dès le oommencement du printemps (soayent dis le mois dejfi$- 
yrier). Ce Daphnë se caidye dans les jardins y à cause de son 
feuillage touffu et toujours vert; les p^iniëristes s'en serrent 
pour y greffer les autres espèces congénères moins communes. 
Les feuilles, les fruits et Tëcorce du Laurëole sont très-caus- 
tiques; son ^rce s'emploie aussi comme ëpispastique. 

SBcnoH YI. LAURIOLOIDES Spach. 

Feuilles coriaces, persistantes. Fleurs naissant sur la par*, 
tie inférieure des jeunes pousses : pédoncules assez longs, 
inclinés y biflores au sommet, 1-bractéolés à la base ; 
bractées herbacées, subcoriaces, non-persistantes. Pé- 
rianthe d'un jaune yerdâtre. 

Daphné pontique. --^ Daphne pontica Linn. — Toumef. 
Voyage, U, p. i8o, le. — Bot. Mag. tab. laSa. — Arbrisseau 
touffu, haut de a à 3 pieds. Tiges dressées, grêles, peu rameu- 
ses. Feuilles longues de a à 3 pouces, très-rapprochées, lui- 
santes, glabres, d'un vert foncé en dessus, d'un vert pâle en 
dessous, obovales, ou lancéolées-oboyales , courtement acumi- 
nées, ou obtuses et mucronées, rétrédes en pétiole très-court. 
Grappes multiflores, un peu lâches, longues de i pouce à 2 pon- 
ces, couronnées d'une touffe de feuilles. Pédoncules longs de 
4 à 8 lignes, grêles; pédioelles très-courts. Bractées oyales ou 
elliptiques, obtuses. Pikianthe glabre : tube long de 4 à 5 li- 
gnes, grêle, cylindracé; segments inégaux, linéaires-lancéolés, 
pointus, un peu plus courts que Je tube. Anthères toutes inclu- 
ses. Oyaire glabre. Stigmate courtement stipité. — Cette espèce 
habite l'Asie mineure et les contrées yoisines du Caucase ; elle 
fleurit en automne et au printemps ; ses fleurs sont légèrement 
odorantes; on la cultiye comme arbrisseau d'ornement. 

Genre DAIS. — Dais Linn. 

Fleurs bermaphrodites. Périanthe bypocratériforme s 
limbe 4-ou 5-parti ; gorge point squamelleuse. Étaminès' 



FAmLLB DBS TflYlOBliES. 447 

l-sperme, recouvert par le périanthe. Graine apérisper- 
mée : tégument ligneux. — Arbustes ou arbrisseaux. 
Feuilles alternes. Fleurs solitaires ou agrëgées, axillaires, 
bractéolées. — Les espèces suivantes, indigènes du Cap de 
Bonne-£spérance , se cultivent comme arbustes d'orne- 
ment. 

Passérine filiforme. — Passerina jiliformis Lînn. — 
Wendl. Obs. tab. i^ fîg. i5. — Feuilles liDeaires, convexes, 
imbricpiëes sur 4 rangs. Ramules cotonneux. Fleurs petites, 
jaunâtres, agrégées vers l'extrémité des ramules. 

Passérine a fleurs gapitellees. — Passerina capitata 
Willd. — Wcndl. Obs. tab. a, fig. i. — ^Feuilles linéaires , gla- 
bres. Capitules pédoncules, cotonneux. Fleurs blanches. 

Passérine uniflore.— Pfl55mna WTu/îora Willd. — ^WendL 
Obs. tab. 2, fig. i8. — Feuilles linéaires, trièdres, opposées- 
croisées. Fleurs terminales , solitaires , blancbes. Ramules 
Sflabres. 

Passérine a grandes fleurs. — Passerina grandiflora 
Willd. — Bot. Mag. tab. 292. — Feuilles oblongues, pointues, 
concaves , rugueuses en dessous , très-glabres de même que les 
ramules. Fleurs terminales, sessiles, solitaires, blanches, 

Passérine ULCuE.^^Passerina laxaLiim, — Lodd. Bot. Cab, 
tab. 755.— Bamulcs lâches, notants. FeuiUes ovales , épafses. 
Fleurs blanches, capitellées. 

Passérine A ipis. — Passerina spicata Linn. — ^Wendl. Obs. 
tab. 2, fig. 19.— Feuilles ovales, velues. Fleurs latérales, so- 
litaires, blanches, rapprochées^ épis. 

Genre LACHNÉE. ~ Lachnœa Linn. 

Fleurs hermaphrodites. Përianthe tubuleuz, inégale- 
ment 4-fide ; gorge point aquameUifère. Etanoines 8 j â- 



/r * *,.';,--„ —- rr-'" '•»-■'- -'/T'T.-;^:7fï^^.T%7T*'**^^3r^^^ 



V 



1- 



448 CLA88S DB8 FROTiurfES. 

•iÉiéeti tailbintes, insérées à la gorge du périandie. Point 
de sqnAmules hypogynes. Style latéral, épaissi vert ton 
sommet. Stigmate capitellé. Noix 1-sperme, recouverte 
par le périanthe. Graine à périsperme épais. — - Arbris- 
seaux à feuilles opposées ou alternes, très-ri^prockées , 
imbriquées. Fleurs en capitules. — Genre propre an G^jp 
de Bonne-Espérance ; les e^èces suivantes se cultivent 
comme arbustes d'ornement 

Lachnée a capitules laiiœiix. — Lachnœa eriocephala 
WiUd.— Andr. Bot. Rep. tab. loi.— Bot. Blag. tab. ia95.— 
Feuilles opposëeSy imbriquées sur 4 rangs, mutiques, carénées 
en dessous. Capitules laineux. Périanthe (blanc) à segmenU 
pointus. 

Lachnée a fleurs pourpres. — Lachnœa purpurea Willd. 
Bot. Mag. tab. iSg^. — Andr. Bot. Rep. tab. ag3. — Feuilles 
opposées, imbriqu^^ sur 4 rangs. Capitules glabres. 

Lachnée glauque. — Lachnœa glauca Salisb. Parad. tab. 
109.-— Bot. Mag. tab. i658. — Lachnœa buxifoUa Andr. 
Bot. Rep. tab. 624. — Grddiafilamentosa Willd. — Feuilles 
éparses^ oyales-elliptiques. Capitules laineux. Fleurs blanches. 

Genre PIMELÉE. — Pimelea Banks. 

Fleurs hermaphrodites ou diolques. Périanthe infon- 
dibuliforme, 4-fide ; gorge point squamellifère. Étamines 
2, saillantes, insérées à la gorge du périanthe (devant les 
2 segments extérieurs ). Point de squamules hypogynes. 
Style latéral. Stigmate capitellé. Noix ou drupe 1-sperme. 
Graine à périsperme mince. •- Arbrisseaux. Feuilles op- 
posées ou rarement alternes. Fleurs soit en capitules ou 
en épis terminaux, soit axillaires. Capitules inyolucrés 
ou point inyolucrés. Tube du périanthe en général arti- 
culé au milieu, à article inférieur persistant. — Genre 
propre à la IHouyelle-HoUande et aux îles yoisi nés. Les 



FAMILLB DES THYlléLÉBI. 449 

espèces que nous allons signaler te cultivent comme ai^ 
bustes d'ornement. 

PiMÉLÉE A FEUILLES uNEAiRBs. — Pîmûlea UnifoUa Willd. 
— Smith^ New. Holl.tab. 1 1. — Bot. Mag. tab. 891 . — Feuilles 
oppo8<^, linéaîres-lancëole'es. Capitules terminaux, inyolucrës. 
loyolucre de 4 bractées oyales. Përianthe blanc, yelu à la sur- 
face externe. 

PiMÉLÉE A FLEUBS ROSES. — PiméUa Tùsca R. Br. — Bot. 
Mag. tab. i458. — Feuilles opposées, lancëolëès-linëaires , bu 
lancéolées, pointues, pubescentes. Capitules terminaux, inyolu* 
crés. Inyolucre de 4 bractées oblongues-lancéolées ou oyales* 
lancéolées. Périanthe rose, pubémle. 

PiMÉLÉE A FEUILLES CROISEES. — PîmeUa decussuta R. Br. 
— Sweet, Flor. Austr. tab. 8.— Feuilles opposées-croisées^ gla- 
bres, coriaces, très-rapprocbées, elliptiques ou oblongues , acu- 
minulées, subferrugineuses en dessous. Capitules terminaux, io- 
yolucrés. Inyolucre de 4 bractées oboyales ou elliptiques. Pé- 
riantbe rose, yelu yers la base. 

Genre STRUTHIOLE. — Stntthiola Linn. 

Fleurs bermaphrodites. Përiantbe 2-bractëolé à la base, 
infondibuliforme, 4-fiâe; gorge couronnée de 8 squ»- 
mules insérées 2 à 2 deyant les segments. Étamines 4, in» 
cluses, insérées au tube du périanthe , alternes ayec les 
segments. Point de squamules hypogynes. Style latéral. 
Stigmate capitellé. Noix 1-sperme, recouyerte par la par- 
tie inférieure du tube du périanthe. Graine à périsperme 
charnu. — Arbustes. Feuilles alternes ou opposées. Fleurs 
axillaires , solitaires. Périanthe jaunâtre , à tube grêle. 
— Genre propre au Gap de Bonne-Espérance; on cul- 
tiye dans les collections d'orangerie les espèces sui- 
yantes. 

Struthiole effilé, — Struthiola virgata Hort. Kew. — 

lOTAVlQOS. MU». T. X. '29 



m^ 



^é 



460 GMMB DBS mOTiOlÉBS. 

Attdr. Bot. Rep. tab. iSg. — Feuille orales ou or^lefrf^oii- 
gnes, poiniaes, nerveuses, opposées, presqpe iiiibrU{iiëeSy pu* 
bëniles de même que les ramules. Ramules visqueux, effilés. 
Fleurs roo^tres^ petites, pubérales. 



k 



SimuTHioLB ▲ TiGi DBoiTE. — Situthiola êrecta Thunb» 
^-* Rameaux glabres, tétragones. Feuilles littéaii«8, glabres^ 
Fleurs blanches. 

. STiujTttioLa iNBBiQi». -^ StruthUAm imbrUmiu Andr. Bot. 
]^. tab. ii3. *— Feuilles orales, sillonnées, imbriquées sut 
4%Dgs, eiliéeSé Fleurs jaunâtres. 



/ 



Struthiole CILIE* — StruthioUi eiUata Andr. Bol. Rep. 
tab. 1 19. — Feuilles obloDgues -lancéolées, mucronées, ciliées, 
concaves, in^tiquées sur 4 rangs. Fleurs blanches. 

Genre GMtDtA. — Gnidia Linn. 

Fleurs hermaphrodites, ou par avortement dioïques^ 
Périanthe infondibuliforoie, 4-fide ; gorge couronnée soit 
de 4 squamules entières ou 2-lobées , alternes avec les 
segments, soit de 8 squamules opposées 2 à 2 aux seg- 
ments. Étamines 8 , bisériées , insérées au tube ou à la 
gorge du périanthe, incluses, ou les supérieures seule- 
ment saillantes. Point de squamules hypogynes. Style la- 
téral. Stigmate capitellé, hispide. Noix 1-sperme, recou- 
verte par la base du périanthe. Graine à périsperme 
mince. — Arbrisseaux. Feuilles alternes ou opposées, 
très-rapprochées. Fleurs en capitules terminaux, invo- 
lucrés, ou entourés de feuilles semblables aux autres. Pé- 
rianthe à tube articulé au - dessus de rovaire : article 
inférieur persistant. — Genre propre au Cap de Bonne-Es- 
pérance ; les espèces que nous allons signaler se cultivent 
comme arbustes d'ornement. 



FAïaUB BBS THTMÉLÉBS. 404* 

a) F^willet éparset, 

Gnidia a tEtJiLtfe^ M Pm. — Gnidîa pinifoUa t^illd. — 
Andr. Bot. Rep. tab. S%. — Bot. Reg. tab. 19. ^ FeoiUes 
trièdres^ linëaires-subulëes , mucronëes : les florales lancéoléet^ 
plus courtes que le capitule. Periantke pubescent, à gorge eoo*, ^^^ 
ronnëe de 4 squamules barbues. ,h ^ 

Gnidîa imberbe. — Grddia imherbis Hort. Kew. — fiot*. 
Mag. tab. ï463.— Grddia pinifoUa Wendl. Obs. tab. a, % 
II. — Gnidia siMplex Ândr. Bot. Rep. tab. 70. — fedill^ 
linëaires-tièdre», pointues : les flofales linéaires-làncéoUM, 
plus courtes que le capitule. Périantbi; à gorge couronnée de 8 
squamules imberbes. >. 

* 

Gnidiâ a tiges SIMPLES. — Gnidia simplex Willd. — Bot* 
Mag. tab. 81 a. -—Feuilles linéaires, pointueai concaves : les 
florales aussi longues que le capitule. Përianthe glabre, coït- 
ronné de 4 squamules imberbes. 

Gnidia a fleurs cafitellées. — Gnidia capitaia Willd. 
*- Feuilles lancéolées, glabres. Capitule pédoncule. Périanthe 

5-fide. 

b) Fewillet opposiei. 

Gnidia a feuilles opposées. -^ Gnidia opposiUfoUa Lina. 

— Bot. Reg. tab. a. — Gnidia lœwgata Andr. Bot. Rep. 
tab. 89. — Feuilles lancéolées ou orales, pointoes, glabres» 
Périanthe couronné de 4 squamules. 

Gnidia soyeux. — Gnidia sericea Willd. — Gnidia op- 
positijolia Andr. Bot. Rep. tab. aa5. — Feuilles elliptiques- 
oblongues, obtuses, cotonneuses. Périanthe à gorge couronnée de 
8 squamules. 

Gnidia cotonneux. — &?iùfia tcmentosalÀmi. (nonWilld^) 

— Bot. Mag. lab. 2761. — Bot. Reg. tab. 767. — Feniikfl • 
elliptiques ou elliptiques-oblongues, obtuses, 3-neryées, soyeu- 
ses et pubescentes de même que les ramules. Périanthe coton- 
neux à 1 a surface externe : gorge couronnée de 8 squamules. 



■f 






45dl CLAsêB tfÉâ mOTim&Bà. 

Genre INOCARPE. — Irweajms Font. 

Fleurs bermapbrodités , accompagnées chacune d'un 
calicttle tubtileux, 'i-fide, non-persistant. Périanthein- 
fendibuUformey non-persistant : limbe 5-ou 6-parti. Eu- 
mlnes 10 ou 1% 2-sériées, insérées au tube du périantbe; 
filets très-courts; anthères didymes. Stigmate subsessile, 
concave. Brvqpe nu, un peu comprimé , 2-yalve au som* 
met, 1-sperme : noyau épais, coriace, fibreux, S-yalye* 
Graine apérispermée.— Arbres résineux. Feuilles alternes, 
péfioléesy sul>cordiformes, très-entières. Fleurs en é|Hs 
. axilbûres. — Genre propre à l'Asie équatoriale et à la 
Polynésie. 

Inogulpe a graines gomestibles. — Inocarpus eiuUs 
Lino. — Gaerto. fil. III, tab. 199 et 300. — Roxb. Corom* 
tab, a63. «— Gajanus Rumph. Amb. i, lab. 65. — • Grand 
aibrr. Tronc droit. Écorce lisse, d'un gris verdâtrc. Branches 
divergentes. Ramoles nombreux, distiques, flexueux, rëclinés. 
Feuilles longues de 6 i ta pouces, larges de 3 à 4 pouces, dis- 
tiques, courtement pétiolées , persistantes , oblongues, échan- 
créeSy entières, glabres. Stipules petites, caduques. Épis axil- 
laires, sessiles, solitaires, ou géminés, beaiicoup plus courts 
^e les feuilles, multiflores. Pcrianthe à limbe 5-fide; segments 
lancéolés. Filets inclus. Anthères ovales : ceux de la série su- 
périeure à peine débordées parlepérianthe. Drupe obliquement 
ellipsoïde, du volume d'un œuf d'oie, un peu comprimé latéra- 
lement , lisse , jaune à la maturité , s'ouyrant en 'i valves au 
sommet. Graine conforme à la nois ; tégument double : l'exté- 
rieur ferme, élégamment veineux; l'intérieur membraneux. Ra- 
dicule supère, cylindrique. {Roxhurgh, Flor. Ind, éd. 2, 
vol. "2, p. 417O ~~ C^ arbre élégant croît aux Moluques; ses 
• amiandes sont mangeables. 



CENT SOIXANTE-ONZIÈME FAMILLE. 

LES ÉLÉA.GNÉES. — EL^AGNEJE. 



Elmagni Jiui. Gtn. — ElmagnemK, Br. Prod^. p. 3S0. — A^ Rieh. 
(Monographie des Ëléagnées^ 4823). ^BtrÙ. Ord. Nat. p; 443. — 
Endl. Gen. Plant, p. 333. — ProUaeêm, tribus III : BimpgfMœ Reichb. 
Syst. Nat. p. 469. — Blœagnaeim lindl. Nat. Syit. éd. 2, p. 494. ^ 
BkBognidem Damoit. Fam. 



Caaagtèaes de hA FJlmille. 

Arbres^ ou arbrisseaux^ Rameaux inarticulés , quel- 
quefois spinescents. Parties herbacées couvertes d'une 
pubescence furfîiracée. 

Feuilles éparses ou opposées^ courtement pétiolées , 
simples (très-entières ou dentées), i-nenrées, non-sti- 
pulées. 

Fleurs hermaphrodites, ou dioïques, ou polygames j 
régulières, axi^aires, solitaires, ou en épis, ou en 
grappes. 

iPerianM^ inadhérent, herbacé, ou coloré seulement 
à la surface interne : celui des fleurs-màles 2-ou ^z 
parti ; celui des fleurs-femelles et des fleurs hermaphrodi- 
tes 2-à 5-fide ( à estivation valvaire ), à. tube (H:dinaire«» 
ment urcéolé, aocrescent. . 

Disque adné au tube ou au fond dû périanthe. 

Étamines en nombre double des lobes du périanthe, 
ou en même nombre que les lobes du périanthe et in-., 
terposées, ins^ées au bord du disque. Filets très-co^rta. 
Anthères dithàqu€;S| dresséesi baiûfixes, oii^siiinirbiMin- 



454 CLASSE DBS P&OTÉIHtES. 

fixes : bourses juxUposéeS| parallâes, s*ouvrant chacune 
latéralement par une fefite longitudinale. 

Pistil: Ovaire inadhérent (mais étroitement recou- 
vert par le tube du périanthe), i*locttl|dre, i-ovulé; 
ovule anatrope, renversé, attaché au fond de la loge. 
Style terminal, allongé, lingiiifornie, couyert d'un poté 
de papilles stigmatiques. 

Péricarpe indéhiscent, i-sperme, mince, recouvert 
par le tiitie du périanthe devenu drop^ OU bacci* 
forme. 

Graine apérispermée, repyerséc^i conforme au péri- 
carpe, attachée au fond de la loge. Tégument membra- 
naçé ou os^^ux: hile basilaire. lUpha latéral, «allant; 
Ç^ialaze apicilaire» Smbiyon rectUigne ; Qpt3^oB& 
^pais; radicule courte, conique, infère* 

Cette fEunille ne comprend que quatre genres, sa- 
voir; 

Elœagnus Linn. — Conuleum Rich. — - Shepherdia 
Nutt. (Lepargyrea Bafin.) -— Hippophaë Linn. 

Genre CHALEF. — Elœagnus Linn. 

Fleurs hermaphrodites ou polygames. Périanthe 4-à S- 
fide : lobes colorés en dessus, valvaires en préfloraison, 
recourbés pendant Tanthèse. — Fleurs-mâles : Périanthe 
campanule, ou tubuleux, non-persistant. Étamines en 
même nombre que les lobes du périanthe, insérées à la 
gorge, incluses; filets très-courts, décurrents. Anthères 
oblongues, supra-basifîxes, échancre'es aux 2 bouts. Dis- 
que petit , conique-tubuleux, inséré au fond du périan- 
the. Pistil abortif , à ovaire recouvert par le disque. — 
Fleurs'hermaphrodkes : Périanthe à tube subcylindracé , 
urcéoié ail sommet, persistant, accrescent,^ gorge couron- 



FAIULLB DBS ^LÉÀGNÉBS. 4S5 

née d'un disque conique-tubuleiix ; limbe conforme àû 
périanthe des fleurs-mâles, articulé par sa base, non-per- 
sistant. Etamines comme celles des fleurs-mâles. Ovaire 
oblong, engaîné par le tube du périanthe. Style allongé , 
engaîné inférieurement par le disque, claviforme au som- 
met. Péricarpe adné au tube du périanthe, qui s'est trans- 
formé en drupe charnu, à noyau ligneux, ellipsoïde , 
longitudinalement strié. — Arbres ou arbrisseaux. Bour- 
geons écailleux. Ramules souvent spinescents. Feuilles ar- 
gentées ou subferrugineuses soit aux 2 faces, soit seule- 
ment en dessous, alternes, très-entières, courtement pétio- 
lées. Fleurs pédicellées, ébractéolées, axillaires (solitaires 
ou en cymules), dressées, fortement odorantes. Périanthe 
à lobes jaunes en dessus. 

Ghalef a feuilles ETROITES. — Elœagnus angusUfoUa 
Linn. — « Duham. éd. nov. vol. 2, tab. ^Q. — Pallas, Flor* 
Ross, i, tab. 4. — Guimp. et Hayn. Deutsch. Holz. tab. 4. -— 
Bot. Keg. tab. ii56,-^ Elœagnus hortensis Mill. — Elœag;ims 
orientaUs Linn. — Pallas, l. c. tab. 5. — Elœagnus spinos^ 
Linn. — Axbre atteignant ao à 3o pieds de h^ut^» ou buisson. 
Racines rampantes, et produisant un grand nombre de rejetons. 
Tronc oblique, à ëcorce finalement grisâtre et rinieuse. Branches 
et rameaux vagues, tantôt inermes, tantôt épiiieux, disposés eo 
tête arrondie ou allongée. Bois blanchâtre, assez dur. Feuilles 
minces, fermes, non-persistantes, comme satinées aux a £su:eS| 
d'un vert blanchâtre en dessus, argentées en dessous : celles des 
rejetons ovales, ou elliptiques, ou obbngues, obtuses, pins gran- 
des ; les autres lancéolées, ou lancéoléès-didongues, ouoblqn- 
gués, ordinairement pointues, longues de a à 3 pouces, smr 5 à 
10 lignes de large ; pétiole canaUculé, long de 3 à 6 lignes. 
Fleurs solitaires ou en cymules, tirèsHioinbreii^es. Gymules 3- 
flores : la fleur centrale seule fertile (hermaphrodite). Pédi-« 
cdles de moitié plus courts que le périanthe. Périanthe long de 
3 à 4 lignes, argenté à la smrfiioe externe. Anthères rouges: 
Drupe jaunâtre o« foogeâtre, eBi^soide, du ytkxmt d'une OU ve : 



456 CLiSU DU PBOTÉniÉES. 

M^an ellipsoïde, oblus uix a boou. — Cet atbre, nraiv^ thI- 
gMrein«Di Chaltf, Olivier de Bohimt, o* OUvtÙer, erahdans 
toutes les contre Taisioei de la Mëditenanée, ainsi qu'au Can- 
tMM et en Pêne; il fleurit eu juin, et se plaît daui les temios 
pierreux ou sabloDoeiix, On le recherche pour les plantatioas 
d'agrément, parce que la couleur argentée de ses fènilles con- 
traste avec la Terdure des autres arbres, et que ses fleurs ezlu- ' 
lent une odeur forte, mais agrdable, qui se répod k de pudei 
distances : cette odeur est assez anal(^e à celle des fraises. Le 
irait est assez estimé chez les Orientaux ; sa cliaii est d'une sa- 
Tvqr douceâtre ; les Boukhares en préparent une sorte de boi»- 
MV vineuse; l'âMandt de ce fruit est oldagiliease, et l'on dit 
«{■'eOcdonne une bulle d'assez bonne qualité. Les feuillet et les 
jeunes pousses peuvent servir à teindre en brun. Le bois ne 
s'emploie guère qu'an chauffage. 



non-persistantes, longues de i pouce à 3 pouces. Fleurs soli- 
taires, ou g^in^, outercées, subsess il es, polygames. Périan- 

the subhypocrat<;rirorme,4-à6-fidc, argenté à la liurface externe, 
jaunâtre à la surface interne, long de 5 à 6 ligce; : segments 
ovales -lancéolés, pointus, plus courts que le luLn. Anthères 
jaunes. Style infléchi au sommet, débordé par les élamines, pu- 
bescent inférieuremeni. ( fVatson, Le.) — Espfccc indigène de 
l'Amérique septentrionale, et cultivée comme arbrisseau d'or- 



Genre HIPPOPHAË. — Hippophaè Linn. 

Fleurs dioïques. — Fleurs-moles : Périautbe 2-parti ; 
segments cohérents au sommet. Etamines 4, iosérées an 
fond du périanthei filets trèt-courts, basifixes; anthères 



.* 



FAIOLLB DBS ivtkGtitES. 457 



obloDgueSy échancrées aux 8 bouts. ^■^Fleurs^femelles : Pé- 
rianthe subturbiné, bifide au sommet. Ovaire recouTert 
par le périanthe. Style subdayiforme, obtus, saillant, 1- 
sulcpié d'un côté. Péricarpe membranacé , recouvert par 
le périanthe devenu charnu et simulant une baie. Graine 
à tégument osseux, lisse, 1-sulqué d'un c6té. — Arbris- 
seaux épineux. Feuilles éparses, très-rapprpchées, très- 
entières, sessiles, ou courtement pétiolées, furfuracées en 
dessous. Fleurs 1-bractéolées : les mâles en épis denses, 
latéraux, solitaires, aphylles; les femelles en épb très- 
courts, solitaires, latéraux^ terminés par une touffe de 
feuilles. Périanthe herbacé^ furfuracé à la surface externe. 

HippoPHAÉ Rhamitoide. — Hippophaë Rhamnoides Liim.— 
Flor. Dan. lab. !i65. — Engl. Bot. tab. 4^5. — Guiknp. et 
Hayn. Beatsch. Holz. tab. igg. — Buisson haut de 6 à i5 
pieds. Racines très-Ioogues, rampantes, produisant quantité de 
rejetons. Tiges dressées, très-rameuses. Rameaux divaricpiés. 
Ramules le plus souvent spînescents. Bois très-dur, d'un blane 
verdâtre. Écorce d'un brun noirâtre, finalement rimeuse. Jeu- 
nes-pousses subferruginenses. Feuilles longues de a à 3 pouces, 
larges de a à 3 lignes, fermes, non-persistantes, d'un vert foncé 
en dessus, d'un blanc ai^enté en dessous, lancéolées, pointue, 
sessiles. Épis-mâles longs d'environ 6 lignes : bractée» ovales ou 
elliptiques, d>tuses, caduques, argentées à la sur&ce externe. 
Périanthe à segments elliptiques, obtus, verdâtres à la surface 
interne , argentées à la surface externe. Etamines plus courtes 
que le périanthe. Anthères jaunes. Fleurs-femelles très-petites, 
à bractées foliacées, oblongues, obtuses. Stigmate charnu, d'un 
jaune pâle. Périanthe-fructifère d'un janne orangé, du volume 
d'un Pois, ellipsoïde, ou obové, addnle, astringent. Péricarpe 
jaunâtre, dlipsoïde. Graine conforme au pàîcarpe, obtuse aux 
3 boute, d'un brun roux. — Cette espèce, nommée vulgairement 
RhamnoUe ou Argoussiery croit sur les j^ges sablonneuses de 
presque tonte l'Europe, ainsi qu'au bord des torrento dans les 
Alpes et autres oiopta|nes^ ses flrârs s'^panonissstt an printemps, 



CENT SOIXàNTE-DODZIÈME FAMILLE. 
LES SANTALACÉES. — SANTALACEjE. 

Santalaceœ R. Br. Prodr. p. 550 ; Gen. Rem. p. 568. — Bartl. Ord, 
Nat. pi 4^2. — Endl. Crcn. Plant, p. 524. — Lindl. Nat. Syst. éd. 2, 
p. 495. — Elœagnorum et Onagrarum genn. Juu. €ren. — Santalacem, 
Otyridem, et Nyuacem Jius. [in Ann, du Mus. et ia Dict. des Se. Nat. — 
Osyrideœ Martius, Gonsp. •— Osyrinem Link, Handb. — Santalacearum 
tribus II : [Nyaem , et III : Santaleœ (excl. genn. ) Reichb. Syst. Nat. 
p. 467. 

Ga^àGtIrES PB LA FÀ.^fhJJE. 

Herbes, ou arbustes y ou arbrisseaux ^ ou arbres. Ra- 
meaux cylindriques ou anguleux, inarticulés. 

Feuilles alternes (quelquefois subopposées), simples, 
très-entières , coriaces, ou un peu charnues, penniner- 
vées, non-stipulées, quelquefois nulles ou réduites à de 
petites squamules. 

Fleurs hermaphrodites , ou polygames , ou dioïques , 
axillaires, ou terminales, petites, solitaires, ou en épis, 
ou en grappes, ou en capitules, ou en panicules. 

Périanthe adhérent, ou rarement inadhérent, 3-à S- 
fide, en général herbacé à la surface externe, et coloré à 
la surface interne ; limbe persistant ou non-persistant : 
estimation valvaire. 

Disque adné à la gorge du calice, ou au sommet de 
Tovaire, entier, ou lobé. 

Étamines insérées à la base des lobes du périanthe, 
en même nombre que ces lobes, ou en nombre double, 
libres. Filets subulés, en général plus courts que le 
limbe du périanthe. Anthères a-thèques (par exception 
4-thèques), terminales, loftgitudinalement déhiscentes. 

Pistil: Ovaire adhérent, m ffavefupit îaadhérent, i- 



460 

loculaireii placentaire oenHaly Vbr^ OUanat^ oo co- 
lonmaîr^ >4 4'<jfWfBHé (par eioeplioit i-onilé). Ovules 
adnés au aonmiet da placaitaiie. Scjle oomty tennmaly 
indifisé. Stigmate capildlé (indmaé, oa 3-oa 34dbé), 
on raDranenl itelhfonne. 

P^icorpe drapaeé oa nncamantaoéi i-focuUrey par 
afOftcuMBul l'ipciiBe. 

Graine perispermée, ordinairemeiit adhoente. Pé- 
rôpemie chamm Embryon rectOigney azile (par excep- 
tion oblique), cytÊndracé, en génénl coutt : radicale 
snpere (par ezceptioa centrifb^). 

Cette fimnlle compt en d les genres anivann : 

I« TRIBU. UBS SANTAUBBS. — S^NTALEJBimu. 

Ovaire adhérent, Étaminet en même nombre qae les io- 
bes dupénanihe. ^— Fleure hermaphroiJUes^ ampofy^ 
games^ ou diotques. 

QtdnchamaUum Joss. — Arjoona Gavan. (Ariona 
Pers. ) -— ThèsiumJÀsm. (Alchimilla Toum. non linn.) 
-^ Thesiosjris Reichenb.—-iPmca Reichb.— iVoiuM^ea 
Banks. — Choretrum R. Br. — - Leptomeria R. Br. — 
Comandra Nutt. — Fusanus Linn. (Colpoon Berg.) — 
Otyris linn. ( Casia Toum.) — Sphœrocarya WallidL 

— Santalum linn. ( Sirium linn.) — Mida Cunningh. 

— Pyrularia Mich. (Hamiltonia Willd. Calinux Rafib.) 

— ? Octarillum Loureir. — ? Myoschilos Ruiz et Pavon. 

— ? Stemonurus Blume. 

n« TRIBU. LES GRUBBIÉES. — GRUBBIEJE ( Grub- 

biaceœ) Endl. 

Ovaire adhérent EtanUnes en nombre double des lobes 
dupérianthe. — Fleurs hermaphrodites. 

Grubbia Berg. (Ophira Linn.) 



FAMILtS ma SÀlfTALÀCÉBS. A64 

m« TRIBU. LES NYSSÉES. — NYSSEJE {Nysiactêéi 

Joss. 

Oifoire adhérent. Éiamines en nombre dotale des lobes 
de la corolle. — Fleurs pofygames^didïques. 

Njrssa Linn. (Tupelo Adans.) 

IV* TRIBU. LES ANTHOBOLÉES.— ^i72!ffOi?0££ir 

Bartl. 

Ovaire inadhérent 
Anthobolus R. Br. — - Exocarpus Labill. 

Grenre SANTAL. — Sanudum Linn. 

Fleurs hermaphrodites. Përianthe adhérent inférieure* 
ment; limbe supère, ventru, 4-fide, non-persistant. 
Quatre glandules comprimées^ insérées à la goi^e du pé- 
rianthe, alternes avec les lobes. Staminés 4, filets barbus 
postérieurement ; anthères 2-thèques. Ovaire semi-infère; 
2-ovulé. Style filiforme. Stigmate obscurément 2- ou 3- 
lobé. Drupe charnu, 1 -sperme, échancré au sommet. — 
Arbres ou arbrisseaux. Feuilles opposées, planes, assez 
larges. Pédoncules axillaires et terminaux, subtrichoto- 
mes, pluriflores, garnis de bractées caduques. — - Crenre 
propre à l'Asie équatoriale et à la Polynésie. 

Santal blanc. — SanUUum aïbwn Linn. — Rumpli. Am- 
boin. vol. a, p. 42» tab. ii*. -— Turp. in Dict. des Sciences 
Nat. le. — • Hook. in Bot. Mag. tab. 3a33. — Roxb. Gorom. 
tab. I. — Feuilles ovales -lancéolées, pointues, veineuses. 
Fleurs en panicule terminale, subthyrsiforme, feuillée à la base. 
— Tronc haut de ao â 3o pieds, sur 2 Va à 3 pieds de circonfé- 
rence^ ramifié peu an dessus de terre. Ëcoroe brunâtre, scabre, 
rimeuse. Branches nombreuses, tris-ramifiées, formant une tète 
sphériqi}e. Jeunes-pousses cylindriques, lisses. Feuilles pétîo- 
lées, glauques en dessous, longues de i y» à 3 pouces. Tbyrses 









<^f^( 



46S CbfMB W$ VMTÉBXiSS. 



cottrtS| aiillair«f «1 lt]nrâDaiK| iy|KifiiK$ p^ioellei. tp^tproés. 
Aeurs notnbreusesy prîtes, à â^rct àW jaune pi(e, plas tard 
d'un pourpre ferrugineux, inodores de même que toutes les 
pairties kerbaèées de la planlet PëriaBtbe à segments oyalés^ ni 
peu pointus. Glandules arrondies, diamues^ petites^, jaunâtres, 
de la longueur des filets. Une touffe de poils blancs derrière 
chaque filet. Style de la longueur du p<^ànl^è. Ifirupé globu- 
)tux, lisse^ noir à la matafké^ de la grosseur d'une Cerise) 
noyau sphërique, trigone. 

Le bois de cet arbre, connu dans le commerce sous le nom 
de Santal hlanCy est tris-^odofaùt. Plâsiétih commentateurs de la 
Bible pensent qu'il est le même que le célèbre àbMigf^n, Algean 
tiré d'Opbir pour la construction du temple de Salomon. De 
nos jours les Hindous l'emploient pour la fabricatrôn des ido- 
les, et les Chinois comme encens. Il est aussi très- recherché 
pour ks ouvrages de tour et de marquetme. Ce Santal abonde 
dans plusieurs contrées de l'Inde contiBeniale ainsi^qaé dans les 
aréhipels voisins ; mais c^'est surtout dans les montagnes delà càiè 
de Goromandel qu'il paraît être plus commun que partout ail- 
leurs, et il fait pour ce pays l'objet d'un commerce très-im« 
portant. 

Le docteur Hamilton a donné, dans la relation de son voyage 
au Mysore, des détails intéressants concernant le bois de San- 
tal. Les arbres, assure-t-on, doivent être coupés pendant la 
décroissance de la lune, et les troncs partagés en blocs de deux 
pieds de long, après en avoir enlevé l'écorce. On enterre ces blocs 
dans un terrain sec^ où on les laisse durant environ deux mois ; 
pendant ce temps les fourmis blanches en dévorent tout l'aubier 
sans toucher au bois du centre, qui est le vrai Santal. On assortit 
ensuite ces blocs selon leur volume. Plus la couleur du bois 
est foncée, plus il est odorant; il y en a de rougcâtre, de jaune 
et de blanc. Les parties provenant de la base du tronc et des 
racines fournissent en général le bois le plus odorant. Avant 
d'être livré au commerce, il est essentiel que le bois de Santal 
séjourne pendant au moins trois ou quatre mois dans des maga- 
sins, à l'abri du soleil et du grand air ; ce procédé empêche que 



FAMILLS DES 8A3fTALACiB8. 463 

le bois ne se fendille plus taid^ et il eft angnente k parfon. Lai 
e'clats da bois de Sanul s'exportent pour l'Aradiie; les blocs les 
plus volumineux s'envoient en Chine ; ceux d'un volume moyen 
se consomment dans l'Inde. 

Le Santal rouge du commerce provient du PUroearpus san^ 
talinuSf arbre de la famille des Papilionacëes. 

Genre NTSSA. — N/ssa Linn. 

Fleurs polygames-dioNiques. — Fleurs-mdles : Përianthe 
5-parti, non-persbtant. Disque presque plan, adné au 
fond dû périanthe. Etamines 5 à lO, insérées au bord du' 
disque; filets plus courts que le périanthe; antlières di- 
dymes. — Fleters^hermaphrodites : Périanthe à tube adhé- 
rent; limbe supère, d-parti, non-persistant. Disque épi- 
gyne, presque plan. Etamines S, insérées au bord du dis- 
que; anthères stériles, point lobées. Ovaire infère. Style 
subulé, infléchi : stigmate indivisé. Drupe charnu^ 1- 
sperme ; noyau anguleux, fibreux. — Arbres. Feuilles 
très-entières, ou anguleuses et denticulées, alternes, pé- 
tiolées. Inflorescences axillaires, solitaires, longuement 
pédonculées. Fleurs petites, jaunâtres : les mâles en grap- 
pes ou en capitules ; les femelles solitaires ou fasciculéos 
au sommet des pédoncules. — Genre propre à l'Amérique 
septentrionale. La plupart des espèces croissent dans les 
bas-fonds humides ou marécageux; Télégance de leur 
feuillage les fait cultiver en Europe conune arbres d'or- 
nement ; toutefois le climat du nord de la France ne leur 
est pas favorable, car, en général, ils y restent piietits et ils 
n y fructifient jamais. 

Nyssa multiflohe. — Nyssa muUiflora Wall. — Jfyssa 
viUosa Micb. fil. Arb. 3, tab. ai. ^^NjrssaintâgrifoUa Hort. 
Rew.— Feuilles elliptiques-oblongues, très«entières, acuminées 
aux a bouts ; pétiole, cote et bords vdus. Pédoncules des fleurs 
hermaphrodites 3-à 8-flores. Drupe court, obové, à angles obtus. 
— Arbre atteignant 4o à 5o pieds de bant, sur a à 3 pieds de 



FAMILLB DBS SAHTàLàCéBS. 465 

fil. àA. 2 y tab. 19. -— Feuilles longuement pëtiolëes, •llipti- 
^nes-obloDgueSy acuminëes^ cotonneuses en dessous, sinuëes- 
denticulées : dents acnminëes. Fleurs femelles solitaires. Segments 
du përianthe cunéiformes. — Croît aux bords des riyiëresy en 
Floride et en Géorgie. 

Ntssa a feuilles anguleuses.— 'i\^55a anguUsans Michx. 
Flor. Bor. Amer. — N^ssa denticulata Willd. — Nyssa 
grandidentata Miclix. fil. Arb. — Njrssa uniflora Walt. — 
Gatesb. Garol. i, tab. 60. -— Feuilles oyales-Iancëolëes ou 
oblongues-lancëolëeSy acuminëes, irrégulièrement anguleuses et 
dentées, subpnbescentes en dessous : les inférieures subcordi- 
formes. Fleurs-femelles solitaires. —-Arbre de 60 à 80 pieds de 
baut, sur a à 4 pieds de diamètre. Feuilles grandes. Drupe el- 
lipsoïde ou ovoïde, d'un bleu noirâtre : noyau irrégulièrement 
sillonné. — Cette espèce croît dans les étangs, les marais, et les 
bas-fonds très-bumides, dans les provinces méridionales des 
États-Unis. Son bois, blanc et mou^ devient assez compacte en 
sécbant : on en fait des caisses, des baquets, etc.; le bois de la 
racine est aussi l^er que le liège, et conserve sa mollesse même 
après la dessiccation, mais il manque d'élasticité, et ne peut ser^ 
vir à dire des boucbons. 



»;. 



BOTAHIQUE. PHA!f. T. X. 50 






' iMirilBM. Gm.; Id. inAju. duHiu. TI,p. 497.- 
«it C G. Iteei Éb BAoHeek , Urlnblcll ;1 



lecorce et les feuilles; chez beaucoup d'espéb«i lé farldt 
est imprégné d'une huile grasse, fétide ou aromatique; 
quelques Laurinées ont des sucs - propres acres et 
colorés. 

GAHACtÈKES DE LA FaHILLE (i). 

Arbres ou arbrisseaux aromatiques ( excepté les Cas- 
syta, qui sont des herbes aphjUes, volubîles, sembla- 
bles aux Cuscutes par le port, point aromatiques ). Ra- 
meaux cylindriques ou irrégulièrement anguleux, inar- 
ticulés. 

(1) Suivant M. Reichenbach, les Ménispcrmées et les Uamamélidéei 
constituent deux autres tribus de la ramilte des Laurinées. 

(2) D'aprèa leSjrtfMia lawrïnami» de M. Neei d'EKobeck. 



PAlÉiLLÉ ÙÉ5 LÀUKilfÉES. 467 

Feuilles épatses^ ou i^réihëiit opposées^ sinlples, très- 
entières (par exception lôkèes), non-stipulëes, pétio- 
lées, 3-iieryée^, ou tripliuervëes, ou penninervëes, touvent 
réticulées, en général coriaces et persistantes, ponc- 
tuées en dessous (de glandules oléifères); pétiole ordi- 
nairement articulé par sa base. Bourgeons écailleux 
ou nus. 

Fleurs hermaphrodites ou par avortenient ùnisexuel- 
les (soit polygames, soit dioîques), régulières, blanches, 
ou jaunâtres, ou verdâtres, petites, exhalant en général 
une odeur spermàtique, disposées en gtappes, ou en 
ombelles, ou en cymules, ou en cymes subtrichotonies, 
ou en fascicules. Inflorescences axillàires , ou termina- 
les, ou latérales, nues, ou involucrées. 

Périanthe 4-ou 6- (rarement 8-) fide (par exception 
nul), inadhérent, persistant en tôùtou en partie, ou 
non-persistant; segments alternes- bisériés, imbriqués 
en préfloraison. 

Disque charnu, tapissant le fond du calice, souvent 
accrescent. 

Étamines périgynes (insérées ftu bord du disqiief) , éh 
nombre défini (le plus souvent en nombre double des 
segments du périanthe; moins souVent en nombre soit 
triple, soit quadruple, soit quintuple, soit sextuplé des 
segments du périanthe; ràreiiient en même nombre seu- 
lement que les segments du périanthe), alternes a-ôu 
pluri-sériées (le nombre de chaque série correspondant 
toujours à celui d*une série des segments du périanth^ : 
les 2 séries extérieures antéposée^. Lorsqu'il y a plus de 
3 séries, Tinterne est stérile (réduite à des stammodés 
soit parfaits, soit plus ou inoms abortifs). Ulets libres, 
sublinéaires, fermes, souvent élargis vers leur sommet : 
lés intérieurs en général garnis dé 2 glandules basilai- 



rwTmfwmmmmmm 



the plus ou moins amplifié; par exception le péncarpe 
est UD carcérule utriculaire, recouvert par ud périanthe 
devenu bacciforme. 

Graine suspendue, apérispermée, ovoïde, ou subglo- 
buleuse. Tégument externe membranacé, ou chartacé, 
ou coriace, ou carlilagineux, ou osseux : hile transverse, 
supère, subterminal : raphé interne ; chalaze infère, ter 
minale. Embryon huileux, rectiligne, conforme à la 
graine : cotylédons piano-convexes, gros, charnus, su- 
pra-^asifixes ; plumule diphylle, en général à peu près 
aussi grande que la radicule; radicule supère, courte, 
conique, recouverte parla base des cotylédons. 

M. C. G. Nées d'Esenheck classe les Laurinées ainû 
qu'il suit : 



FAMILLE DK5 LàURUfÉBS. 469 

I** TRIBU. XES CmNAMOmÉES. — CINNAMO- 

MEJE Nées. 

Fleurs polygames* Staminodes parfaits. Anthères /^-and- 
Dulaires : les intérieures extrories. Périanthe à limbe 
articulé. — Arbres de VAsie éqwUoHale. Bourgeons 
nus. Feuilles (en général subopposées) Z-nerpées ou 
.tripli^nerçées , persistantes , rapprochées par paires. 

Cinnamomum (Burm.) Nées. 

II* TRIBU. LES CAMPHORÉES. — C4MPE0REJE 

NeesCi). 

Fleurs polygames. Staminodes parfaits. Anthères ^-val-- 
çulaires : les intérieures extrorses. Périanthe a limbe 
caduc. — Arbres habitant VAsie équaiorialcy ainsi 
que la Chine et le Japon. Bourgeons écailleux. Feuilles 
persistantes, longuement pétioléeSy triplinerçées, glan- 
duleuses aux aisselles des côtes ^ ponctuées en des* 
sous. 

Camphora (Bauh.) Nées. 

Iir TRIBU. LES VWBXÉE&.'--PHOEBEJE Nées. 

Fleurs hermaphrodites. Staminodes parfaits. Anthères 
2'OU I^alifulaires : les intérieures extrorses. Limbe du 
périanthe persistant, durcissant, constituant finale- 
ment une cupule engainant la base du fruit. — Ar^ 
bres indigènes les uns des Canaries, les autres des An* 
tilles ou de l'Asie équatoriale. B<nirgeons nus. Feuilles 
veineuses^ penninerpées, persistantes. 

Apollonias Nées. — Phœbe Nées. 
(4) M.MMae(atiii|iiWi,L)r4— ilci>tetrib«àlifiéqédert^ 



Vif TRIBU. I<ES Aq]lO0KII<IOIÊ1i!9< — JrCRODJ. 

CLWIA Ne^s. 

Fleurs hermaphrodites, Stamînodes soit nuls^ soit deh' 
tiformes et comprimés. Étamines 3 ou 9. Anthères a- 
valpulaires {<valifules poriformes^ suhapicilaires)^ sub- 
sessiles : les intérieures extrorses. Péricarpe charnu^ 
d^ abord recousfert par un périanthe pomiforme {pm- 
biliqué au sommet, à lobes conniventij^plus tard sail- 
lanty engaîné inférieurement par le périanthe devenu 
cupuliforme. Inflorescences thyrsoîdes, ou paniculées, 
ou subcapitelléesy pubérules. Périanthe souvent injon- 
éUbuliformCy à lobes courts. Bourgeons nus. Feuilles 
persistantes j veineuses, cuspidées, le plus souvent pu* 
bérides. — Arbrç^ d^ rjfrnérique équatêriale. 

Aydendron Nées. — Evonymodaphne Nées. — Acro- 
d^lidium Nées, -— misajiteca Schlephtend. 

\II« TRIBU. LES NECTANDRÉBS. — NECTAti- 

DREJE Nées. 

Fleurs hermaphrodites. StanUnodes dentiformes ou 
moins souvent capitellif ormes. Étamines 9. Anthères 
subsessUes, larges, à valvules basilaires, disposées en 
arc; les anthères intérieures extrorses. Périanthe à 
segments assez larges, étalés, caducs : l^ extérieurs 
plus larges. Péricarpe charnu, engednè inférieure» 
ment par un périanthe cupulijorme, tronqué. Inflo» 
rescences paniculées, assez amples. Bourgeons nus. 
Feuilles persistantes, veineuses. — Arbres^ indigènes 
de V Amérique équatoriale. 

Nectandra (Rottb.) Nées, (Pomatia Nées.) 



FÀIOLLE DBS LÀU&llfÉBS. 473 

Aubl. — Gœppertia Nées. — Haasia Blum. — Oreo- 
daphne Nées et Mardus. — Camphoromœa Nées et Mar- 
tius. — Ocotea Aubl. — Gymnobalanus Nées et Mart* 

X- TWBD. LES FLAVIFLORES. — PLAriFLORJE 

Nées. 

Fleurs dioiques ou polygames. Staminodes nuls. ÉtamU 
nés g, toutes introrses; anthères ^•ou J^-^alçulaireSm 
Périanthe mince, rotaeéjjaime. Baie assise surunpé^ 
dicelle presque nu , souvent charnu. Inflorescence en 
grappes ou en ombellules précoces, involucrées^oubrac' 
téolées. Bourgeons écaîlleux. Feuilles membranacées, 
non-persistantes. — - Arbres ou arbrisseaux, indigènes 
de V Amérique septentrionale. 

Sassafras Nées. -— Benzoin Nées. 

XI' TRIBU. LES TÉTRANTHÉRÉES. — TETRAN- 

THEREJB Nées. 

Fleurs ordinairement elioïques. Staminodes nuls. Étami" 
nés 9 à i8 ( lorsque il y en a plus de g, le périanthe 
est dépourvu de limbe, ou à segments l'sériés). An- 
thères ^'Ou /l'Valvulaires, toutes introrses. Baie assise 
sur le tube du périanthe devenu disci/orme. Fleurs en 
ombellules involucrées. Bourgeons nus , ou écailleux. 
Feuilles persistantes, veineuses. — Arbres de l'Inde 
(à l'exception d'une espèce qui habite la région médi' 
terranéenne). 

Cylicodaphne Nées. — Tetranthera Jacq. — Polya- 
dénia Nées. — Laurus (Linn. ) Nées. — Lepidadenia 

Nées. 

Xir TRIBU. LES DAPHNII>IËES.--JD^PAflr/Z>/iS 

Nées. 

Pleurs dioïques ou hermaphrodites. Staminodçê mtU. 



. .,"."' i'IlJ.liWWPPili 



GSODÏB TOISra DBS LltmiNÉBS. 
OTROOABPÉm — GTROCABPEjE Damort. (i). ' 

Étamiaet en même nombre que les lobes dupérianf^. 
Ovaire adhèrent. Péricarpe drupacé. Cotylédons fo- 
liacé*, convolutés autour de la radicule.-— Arbres de 
la zone êquatoriale. 
Gyrocarpus Jacq. — llligera Blume. 

Genre CANNELLIER.— Ci>iwwiomaffj (Burm-) Nées. 

Fleurs polygames. Périanthe 6-fii]e ( rarement 4-ou 8> 
fide), coriace: limbe articulé, finalement caduc en tout 

(^^ Gymtêrpta Oumart. F«ni. — Nées, Progr. 20- — Illigerts 
Blâme, Hov. fam, — Nées, Laurin , p. 695. — Illigeracta Lioil. Jiu. 
Si>t. ed.ll,p.202. 



FÀIOOLLE BES LÂURINÉES. 475 

OU en partie, ou rarement persistant. Etamines 9 (6 lors- 
que le périanthe est 4-fide ; 12 ou plus lorsque le périanthe 
est 8-fîde) : celles de la série interne extrorses, accompa- 
gnées chacune de 2 glandules basilaires. Anthères ovales, 
4-Yalvulaires : valvules inférieures plus latérales. Stami- 
nodes 3. Stigmate discoïde (quelquefois subtrilobé). Baià 
1-sperme, engaînée inférieurement parle périanthe grossi 
(qui est cupuliforme et tronqué , lorsque le limbe s'est 
détaché en entier, ou bien qui est6-fide, lorsque le limbe 
persiste en tout ou en partie). — Arbres dont Técorce est 
tantôt d'une saveur de cannelle plus ou moins prononcée» 
tantôt d'une saveur plus acre et analogue à celle des clous 
de girofle^ ou quelquefois plus ou moins camphrée. Feuil- 
les 3-nervées , ou triplinervées, persistantes, rapprochées^ 
par paires, le plus souvent opposées ou subopposées, d'unQ 
saveur de girofle ou un peu camphrée. Bourgepns nus. 
Inflorescences axillaires ou terminales , nues^ cymeuses,. 
trichotomes, pauci- ou multi-flores. Fleurs polygames- 
monoïques j ou polygames-dioïques : les stériles plus pe- 
tites, mais du reste hermaphrodites comme les fertiles. 
(Neesj S/stema Laurinarum, p. 31. ^ Blumey Rumphia^ 1, 
p. 26.) — Ce genre, dont la plupart des espèces sont re- 
marquables par des écorces pénétrées d'un arôme plus ou 
moins agréable, renferme les arbres qui fournissent les 
différentes sortes de cannelles du commerce et de la phar- 
maceutique , ainsi que plusieurs autres écorces officina- 
les. L'histoire et les caractères distinctifs de ces végétaux 
n'ont été éclaircis que depuis peu d'années, par les pré- 
cieux travaux monographiques de MM. G. 6. Neesd'Ësen- 
beek, et Blume, auxquels nous allons emprunter tous les 
détails relatifs à ce sujet. — M. Nées a décrit ^7 espèces de 
ce genre ; nous ne pouvons traiter ici que de celles qui 
sont remarquables par leurs produits. 



-^l.i.,,k l»V*"W)*.»!l*J 



lîndrîque, 1od|; k peine de 6 lignes. P^rianlhe 6-fide. Baie el- 
lipsoïde, presque recourerte par le p^rianthe devenu cnpuli- 
forme. [Blume, Rumphia, I, p. 27.} — Cet arbre croit ant 
Moluques; au lémaigoage de M. Blume, c'est cette espèce qui 
fournit l'une des meilleures sortes de la catmeUe'girofiée qu'on 
importe en Europe. 

CiNHELLiER ROUGE. —C/nnamontum rubrum Blum. Rnmph. 
I, tab. ij flg. I . — Cortex Caryophyiloides ruber Rumph. 
Amb. II, p. 66. — Laurus Caryophyllus lionreit. Cochincb.? 
— Feuilles obtongu es gu lancéolées, tiès-Ionguement acuminées, 
pointues à leur base, S-oerrées, ou courtement triplinerrées , 



(1) Toulu 1m eipécea de celte Mi 
MmnDe •oui le nom de CWilnMiM, od Cinnella giroflée , et qa'oo 
longUmps DO fimetûz que dn Iwtrw QMMmt Linsi 



FAMILLE DES LÀURIIféES. 4-77 

glabres; nervures subexcurrentes. Gymes axillaires et termina- 
les, trichotomes^ racëmiformeSy paucifiores. Périantlie k seg- 
ments persistants. — Arbre de taille médiocre. Éconse rougeâ-? 
tre. Rameaux presque étalés , brachiés. Feuilles longue^ de 
I Va pouce, d'un yert foncé en dessus , glauques en dessous. 
Fleurs petites, blanches. Périanthe 6-fide : segments oyales- 
lancéolés, étalés. Baie petite, ovoïde, rougeâtre. {BlumCy L c, 
p. 39). — Cette espèce croît dans les mêmes contrées que la 
précédente; elle fournit aussi de la cannelle-giroflée de très- 
bonne qualité. 

Gannellier SiifTOG.*— Cmmimomzim|Smloc Blume,Rumpb. 
I, tab. 12. — Hayn. Arzn. XII, tab. a4« — Feuilles ovales-ob- 
longues ou lancéolées-oblongues, acuminées, subobtuses (les flo- 
rales ovales, obtuses), à peine pointues à leur base, tripliner- 
vées , glabres , faiblemeiyt réticulées en dessous : nervures-laté- 
rales oblitérées au sommet, souvent biforquées à la base. Fani- 
cule terminale, étalée, veloutée. Segments du périanthe tombant 
en entier. — Arbre atteignant 80 pieds de haut; branches fortes, 
longues, divergentes, très-rameuses. Ëcorce du tronc épaisse, 
rimeuse, d'un brun grisâtre à la surface, roussâtre en dedans. 
Ramules cylindriques , à écorce d'un brun eendré , très-aroma- 
tique , d'une odeur analogue à celle d'un mélange de noix de 
Muscade et d'essence de Lavande, d'une saveur amère et un 
peu astringente. Jeunes-pousses comprimées, tétragones , très- 
glabres. Feuilles luisantes et d'un vert foncé en-dessus , d'un 
vert glauque en dessous, conrtement pétiolées, ayant une saveur 
de dons de girofle. Pédoncules un peu comprimés, tricho- 
tomes. Fleurs conrtement pédicellées. Périanthe 6-ou 8-fide, 
roussâtre et velouté à la sur&ce externe, soyeux à la surface in- 
terne. Périanthe -fructifère turbiné, tronqué. Baie ellipsoïde, à 
moitié recouverte par le périanthe. (Bîume^ l. c. p. 3o. ) — 
Gette espèce croît dans les montagnes de Java (où on la nomme 
Sintokf Sintuk, et Sendok) et dans celles de l'Inde méridionale 
(les habitants des Nélligerrys l'aj^pellent Béloré). 

GikNNELLiER A ifERVurBES JAUKES. ^^Cinnomomum xantha- 



FAMILLE DES LÂURIllEES. 479 

p. -3. — Nées, jun. Crffic. Pflanz. Suppl. IV, cum fig. — ^Feuilles 
elliptiques ou elliptiques-obloDgues , rëtrecies aux 2 bouts (le 
plus souvent sphacélëes au sommet), â-nervées^ ou coulrtement 
triplineryees, presque sans veines, glabits , à nervures subex- 
currentes. Gjme terminale, composée, presque aussi longue que 
les feuilles. Fleurs satinées. Pérîantlie à segments caducs au mi- 
lieu. — Ëuissoh ou arbre très-rameux. Écorce mince , bi^unâtre. 
Bamules subbrâcbiés, cylindriques, d^un brun verdâtre^ finement 
stries, glabres : les jeunes tétragones ou tétragones-ancipités, fi- 
nement pubérules. Feuilles longues de â à 5 pouces, larges de 
1 8 à 28 lignes, luisantes et très-glabres en dessus, d^un glauque 
verdâtre en dessous ; pétiole subcjlindrique, long de 4 ^ 6 li- 
gnes. Panicule cymeuse, composée de grappes simples^ presque 
aussi longues ou aussi longues que les feuilles, axillaires, ou su- 
pra-axillaires, divergentes. Bractées petites, sessiles, apprimées, 
ovales, pointues, concaves, soyeuses, fugaces. Fleurs-fertiles lon- 
gues d'environ 2 lignes. Périantbe semi-sexfide : segments dres- 
sés, connivents, isomètres, obtus, concaves : les extérieurs ova- 
les^ les intérieurs ovales-oblongs. Antbères ovales-oblongues, 
obtuses, plus larges que les filets. Staminodes cordiformes, cour- 
tement pédicellés. Baie ellipsoïde, d'un violet noirâtre, engai* 
née à sa base par la partie subsistante du périantbe devenue 
cbarnue, turbinée, 6-dentée. {Blume^ L c. p. 35.) — Cette es- 
pèce habite l'Inde, le3 Moluques et les lies de la Sonde; son 
écorce est plus ou moins aromatique, mais elle a'eiitre point 
dans le commerce. Les feuilles ont une saveur de olcm de girofle; 
elles se trouvent mêlées, dans le commerce^ avec les leuilles de 
Malabatre. 

Gannellier iifsiPiDE. -*- Cmusmomum ùwrs Blume, Rum- 
pliia, I, tab. 17 et 18. — Laurus iners Nées, jun. Disp. de 
Ciunam.— Feuilles elliptiques-oblongues ou lancéolées-oblo»* 
gués, légèrement pointues aux 2 bouts (le plus souvent spbacé- 
lées au sommet), cour tement triplinervées, point veineuses: 
nervures-latérales oblitérées vers le sommet. Panicules racémi- 
formes, rameuses, subterminales, plus longues que les feuilles. 



'f/. 



FAMILLB DES LÂUEINÉBS. ^ 481 

Section II. Cimnamoha vera Blume.^^JScoree à arôme d*une 

saveur douceâtre. 

Gannellier deCeylan* — Cinnamomum zeylanicumBr ejn* 
— Nées y Syst. Laur. p. 45. — Rameaux subtétragones, glabres. 
Feuilles oyales ou ovales* oblongues, acuminees, obtuses, tripli- 
nerve'es, ou 3-Dei^ëes, réticulées en dessons, glabres : les su- * 
périeurçs plus petites. Panicules axillaires et terminales, pe'doo- 
culëes. Përiautbe soyeux, lucane : segments oblongs^ caducs au 
milieu. {Nées, /. c.) 

— a : Gannellier COMMUN.— CmTktmomuT?» zér^ZamcumcoiTt- 
mune^eesy 1. c. — Cinnamomum neylanicum Blume, Bydr. 
-^Cinnamomum zeylanicumï^^ees, in Wall. Plant. Asîat. 
Rar. — Cinnamomum zejrlanicum vulgare Hayn. Arzn. 
Gew. XXn, tab. ao. — Persea Cinnamomum Spreng. — 
Laurus Cinnamomum Linn. — Nées, Disp. de Ginn. — 
Laurus Cassia ipot. Mag. tab. i636. (non Linn.) — Cinna* 
momum Blackw. Herb. tab. 534- — Feuilles ovales ou ova- 
les-oblongues, oLtuses^ ou très-courtemeot cuspide'es (à pointe 
obtuse). 

— P : A FEUILLES suBCORDiFORMES. — Cinnumomum zeylahi' 
cum : ^, subcordatum Nées, 1. c. — Cinnamomum zejyla* 
nicum cordifolium Hayn. 1. c. tab. 21. — Feuilles subcor- 

diformes. 

• 

— 7 : Laurier-Gasse. — Cinnamomum zeylanicum : y j Cassia 
Nées, 1. c. — Laurus Cinnamomum: p, angustifoUum Roxb. 
— Laurus Cassia L. — Cassia lignea Blackw. Herb. tab. 
391. — Karua Hort. Malab. I, tab. 67. — Feuilles ellipti- 
ques ou oblongues, plus ou moins longuement acuminees, 
pointues à la base. 

Arbre ou arbrisseau. Tête allongée. Rameaux roussâtres, fi- 
nalement grisâtres; écorce d'un brun roussâtre en dedans, plus 
ou moins aromatique (quelquefois presque insipide), douceâtre. 
Jeunes-pousses obscurément tëtragones. Feuilles longues de 3 
à 5 pouces, larges de i5 à 3o lignes, d'un vert gai, souvent 

BOTAIUQUB. PHAV. T« X. 51 ' 



FimLLB DES LAURINÉBS. 4B% 

« 

pointues aux a l^onts, Teinulenses en dessous, triplinerYéea : 
neimres oblit{Srées vers le sommet. Panicules grêles , satinées* 
— Arbre ëlëgaot. Eamules et rameaux ët^lës : les adulte} gr|^ 
sâtres. Feuilles longues de 5 à 9 pouces, larges de 2 à 3 y, pou» 
ces, souvent pendantes, d'uq vert gai en dessus, d'un vert glau* 
que en dessous ; pétiole long tl'environ 6 lignes. Panicules aiil- 
laires et terminales , un peu divergentes , longues d'environ 3 
pouces (y compris lé pédoncule , qui est de près de a poucea)» 
Pédicelles gros, longs de i ligne. Périanthe campanule ^ d'ua 
blanc jaunâtre , long de i 7* ligne : segments ovales, obtus , 
égaux, aussi longs que le tube, caducs dès leur base. Étamioei 
plus courtes que le périanthe; anthères ovales , obtuses, d'un 
jaune orange. Appendioes (glandules) des 3 filets intérieurs pel- 
tés, suborbiculaires, subfermgineux , stipités. Staminodes sa« 
gittiformes, trigones, blanchâtres, courtement stipités. Baiedb* 
longue, semblable à un Gland, d'un bleu rougeâtre, acre, en* 
gainée k la base par un périanthe cupuliforme, 6odenté, verdâ- 
tre. [Nées, L e.)-^ Cette espèce croît en Chine; on la cultive à 
Java ; il paraît que c'est Tune de celles qui fournissent la Can* 
nelle de Chine du commerce. On la cultive souvent dans les 
collections de serre, sous le nom de Laurus Cinnamamum* 
Son écorce est douceâtre et très-aromatique. 

CAifNELLiER Tamala. — Cînnamomum Tamaïa Nées, jnn^ 
Handb.; id. Plant. Off. Snppl. fasc. IV.— Nées, in Wall. Plant. 
Asiat. II, p. 75; id. Syst. Laur. p. 56. -^Laurus TanuUa 
Hamilt. in Act. Soc. Linn. Lond; XIII, 3, p. 555. (excl. syn. 
Roxb.)— Persea Temutla Spreng. — Laurus Cassia B, Wall. 
Cat. — Laurus albiflora G, Wall. Cat. — Rameaux subcylindri- 
ques : les jeunes pubérules , scabres. Feuilles oblongues-lancéo- 
lées, acuminées, pointues k la base, glabres, triplinervées : ner* 
vure-moyenne point rameuse yetf le sommet. Panicules sub- 
terminales et axillaîres, pédonculées, divariquéès. PéHanthe 
campanule : segments obovales , pointus , soyeox-incanes aux 2 
&ces, caducs au dessous du milieu. -—Arbre de taille médiocre. 
Branches très-rameuses. Ramoles sobtétragoiies ou angahi»» 



?> 



Ceylan. 

Ojldellizb doux. — Cinnamomjutt dalce Nées, in Wall. 
Plant. AsUt. Rar. U, p. 75. — Laurus didcis Roxb, nor. 
lad. — C'amtanamum chinense filum. Bydr. — Laurus Bar' 
numm Nées, Dûp. deCinnain. p. 57, Ub. 4] &g. i- — XdH- 
rus ctTuiamomoidâs Hort, Berol. — Bamules cylindriques, 
glabres. Feuilles oblongues, acumindes, obtuses, poiutues i la 
base, glabres, concolores, tripli-nervées : nervures-latérales et 
côte fineSj ramifiées vers le sommet. Pauiciiles axillaires et ter- 
minales, k ramules triflores. Périanthe à segments étalés, ellip- 
liques-oblongs, caducs au dessus du milieu. — Arbre d'un port 
disant. Tronc droit, élancé; écoice grisâtre, lisse. Branches 



FAMILLE DES LlTTRUTÉES. 485 

vagues, souvent rëclînées. Cyme grêle> allongëe. Feuilles longnes 
de 4 à 5 pouces, larges de la à i8 ligues, pendantes, cotr- 
tement pëtiolées , lisses , d'un yert foncé aux a faces, colorées 
étant jeunes. Panicules courtes, grêles. Pédicelles grêles, longs 
de 2 Va à 3 lignes. Périanthe jaunâtre, profondément 6-fide. 
Etamines presque aussi longues que le périanthe. Staiminodes 
ovales, pointus, subréniformes à la base, à stipe aussi long que 
le capitule. Périanthe^fructifère à tube court, obconique , et à 
limbe étalé. Baie subglobuleuse, mucronée, du volume d'un 
Pois. {Nées, SjrsU Laur. p. 62. — Roxburgh^ Flor. Ind. 
éd. 2, vol. 2, p. 3o3. ) — Cette espèce est cultivée en Ghine^ 
au Japon, dans l'Inde et aux îles de la Sonde ; son écorce a une 
saveur douce : la cannelle qu'elle fournit est l'une de celles qu'on 
appelle dans le commerce Cannelle de Chine. 

Ganellier de Lgureiro. — Cinnamomum Loureirii Nées^ 
Syst. Laur. p. 65. — Laurus Cinnamomum Loureir. Flor. 
Gochinch. ( excl. syn. ) — Rameaux tétragones-comprimés, 
glabres. Feuilles subelliptiques, rétrécies aux a bouts, acnminées 
ou obtuses, finement squamelleuses en dessous, triplinervoes : 
côte ramifiée au sommet ; nervures-latérales ncrvuleuses du côté 
externe. — Feuilles longues d'environ 4 pouces, sur ao lignes 
de large; pétiole semi-cylindrique, canalicnlé en dessus, long 
d'environ 6 lignes. (Nées, Le.) — Cette espèce croît dans les 
hautes montagnes de la Gochincbine ; au témoignage de M. de 
Siebold, on la trouve aussi en Chine ( où on l'appelle Kio KUi) 
et au Japon ( où on l'appelle NiKei). L'écorce de ses jeunes 
rameaux est d'une saveur très-douce, et, suivant Loureiro, elle 
fournit une cannelle beaucoup plus estimée que celle de Geylan. 

Gannellieb Kiamis. — Cinnamomum Kiamis Nées , in 
Wall. Plant. Asiat. II, p* ^S; id. Syst. Laùr. p. 67. — On" 
namomum Burmanni Blnm. Bydr. — Laurus BurmamU 
Nées, Disp. Ginnam. tab. 4^ ^S* 3« — Bamules tétraèdres : les 
jeunes pubérules, scabres. Feuilles elliptiques-lancéolées, poin- 
tues aux a bouts, glabres, glauques en dessous, triplinervées : 
nervures-latérales et côte ramifiées vers le sommet. Panîcales 






tentiiualet. Fleurs petites, blaDchâtres. (NeM,Sxst. Laur. 
p. 87.) 

M. C. G. Nées d'Esenbeck a décrit 4 espèces de ce 
gente ; toutes les parties de ces végétaux, mais priocipale- 
inent les radaes des vieux individus, contiennent beau- 
coup de camphre, et répaodent, quand on les broie, 
l'odeur pénétrante qui csr&ctérise cette substance. Du 
reste, le camphre existe aussi en quantité plus ou moins 
considérable chez plusieurs autres Laurinées ^surtout du 
genre Cann^er), ainsi que chez quelques arbres de U 



FAMILLE DES LAURINÉES. 487 

famille des Diptérocarpées (notamment le Dryobalanops 
CamphorUf qui fournit le camphre de Sumatra, et le Shorea 
robusta). 

Camphrier officinal. ^ Camphora officinarum Bauh. — 
Nées, Syst. Laur. p. 88. — Blackw. Herb. tab. 347. — Lau' 
rus Camphora L. — Jacq. Coll. 4» tab. 3. — Dabam. éd. noy. 
vol. sky tab. 55. — Bot. Mag. tab. 3658. — Cinnamomum 
Camphora Nées, jun. Plant, offic. tab. 127. — Perse a Cam- 
phora Spreng. — Feuilles triplinervëes, luisantes en dessus, 
glanduleuses aux aisselles des veines.. Panicules axillaires et 
terminales, rapprochées en corymbe. Perianthe à surface externe 
glabre. {Nées, SjrsU Laur, p. 88.) — Arbre atteignant la 
taille d'un grand Tilleul, Écorce du tronc raboteuse. Rameaux 
lâches^ à écorce lisse, yerdâtre. Feuilles^longues de 2 à 3 pou- 
ces, d'un vert gai en dessus, glau^es en dessous, lancéolées- 
elliptiques, ou lancéolées-oblongues, acuminées aux a bouts., 
acérées^ souvent pendantes ; pétiole grêle, long de 1 2 à 18 lignes. 
Panicules longuement pédonculées. Fleurs petites, courtement 
pédicellécs. Perianthe à segments oblongs, subobtus. Ëtamines un 
peu plus courtes que le périantbe. Baie noirâtre, du volume 
d'un gros Pois. — Cette espèce, nommée vulgairement Laurier- 
Camphrier j ou Camphrier y sans autre désignation plus spéciale, 
croit en Chine et au Japon. C'est de cet arbre que provient tout 
le camphre que le cpmmerce exporte du Japon en Europe. On 
obtient cette substance en faisant bouillir dans un grand vase de 
fer, rempli d'eau, le bois du Camphrier coupé en petits morceaux : 
la chaleur volatilise le camphre, qui se dépose sons forme de 
grains dans un chapiteau rempli de paille, et adapté herméti- 
quement au vase de fer ; dans cet état il est livré au commerce; 
on le soumet à un nouveau raffinage en Europe. liC bois du 
Camphrier est dur, blanchâtre, et veiné de rouge ; on remploie, 
au Japon et en Chine, à l'ébénisterie et à beaucoup d'autres ou- 
vrages; son odeur pénétrante y subsiste à temps indéfini. 

CAMPHBixn VERHUSB. — - Comphoo^ ûufnctaNiBes, in Wall. 
Plant. Asiat. UI^ p, 3a; li, Syst. Laur. p. 89. — -Fenille» 



\ 



qae les Staminés. {Ifees, 1. c.) — Cette fsptce croit dam les 
montagnes du N^paul. 

CufPHaiER DE Cbimz. — Camphora chinensis Nées, Sjtt. 
Laur, p. gi. — Laurus ckinensis Eort. Berol. — Feuilles 
elliptiques, coocolores, opaques, finemeot léticul^ et traïUTer- 
salemeot reiiiuleuses, trlpliDerrto (côtes et nervures Teinnleih- 
set an sommet), poreuses en dessous aux aisselles des nervures, 
— Feuilles longues de 3 pouces, sur 3o lignes de large, rétr^- 
cies vers leur base, longuement acuminées-cuspidées {k pointe 
obtnse), d'un vert foncé; pétiole long d'environ 6 lignes. Ra- 
mules glabres, cylindriques, k écorce verte, fiouigeons pedls, 
puMndes. (Fletmetfruît incranna.) (iVÎMi, Ue.) — L'aoteor 



FAIOLLE DES LkVKtSiEBi 489 

de cette espèce prësame qu'elle pourrait être une variâé du 
Càmphora îHuncta, * ^ 

Genre PERSÉA. — Persea Gaertn. 

Fleurs hermaphrodites, ou par avortement dioïqfues. 
Périanthe 6-parti, persistant ou finalement caduc, point 
accrescent : segments égaux ou inégaux. Etamines 9 : les 
3 intérieures extrorses ; filets filiformes, velus : les 3 inté- 
rieurs garnis à leur base de 2 glandes globuleuses. An- 
thères oblongues, 4-yalyulaires : valvules oblongues, iné- 
gales. Staminodes 3, à tête cordiforme-triangulaire. Stig- 
mate discoïde. Baie assise sur le périanthe, ou immédiate- 
ment sur le pédicelle plus ou moins épaissi et charnu au 
sonunet. — Arbres à feuilles coriaces, persistantes, penni- 
nervées. Bourgeons 2-valves, incomplets. Inflorescences 
paniculées ou thyrsoïdes (rarement pauciflores), axillaires 
ou terminales : pédicelles ordinairement fascicules. Pé- 
rianthe étalé après la floraison. (Nées, SjrsU Laur, p. 123.) 
— M. Nées d'Esenbeck a décrit 32 espèces de ce genre ; la 
plupart croissent dans l'Amérique équatoriale. 

.SoM-néurè GNESIOPERSEA Nées. 

Périanthe à segments égaux ou inégaux. Staminodes im- 
berbes. Glandules des filets substipitées. 

Inflorescences muUiflores. Pédoncules-fructifères peu épais" 
sis y dressés j point mlavif ormes» Périanthe à segments 
égaux y ou presque égaux. Fleurs hermaphrodites. 

Perséa Avogatibi^. — Persea gratissima Gaertn. fil. Frqpt. 
p. 2^2. — Nées, in Wall. Plant. Asiat. III, p. 3a ; id. Syst. 
Laur. p. 128. — Bot. Reg. tab. i258. — Laurus Persea JÀsm. 
— Sloane, Jam. a, p. 182, p. 122, fig. a. — Pluk. Alm. tab. 
267, fig. I. — Plum. Gen. p. 44? **^' ao. —Feuilles ovales, 
ou ovales-oblongues, ou obovales, pointues aux 2 bouts, réti- 
culées en dessous, pubescentes, Q-costées, glauques. Pâriaiithe 




In GrA>lu l'eitiraent comme l'un des meillean A» esta it 
l'Amérique, et ib ont coutume d'en manger avec les viandes, 
ou bien en l'assaisoiinant avec du sucre et da jus de cîlrràj 
presque tout les animaux, mime les cbieQS et les cliats, en sont 
aussi très-friands. L'amande de la graine est remplie d'un suc 
laiteux, qui rougit un peu a l'air, et qui imprime au linge des 
lAches iDe&fablei. L'infusion des bourgeons de l'arbre passe 
pour vulnéraire et emméoagt^ue. 

Perski X FEUILLES OB Dkïhis. — PiTsea drynujatia 
Schleolilead. in Limtxa, YI, 3, p. 365. — Ifees^ Syst. Ijaui. 
p. i3i. — Feuilles elliptiques-oblongiiea, pointues aux a 
iioati, en dessous Ucheuentiéliculees, glauques, fiiniT»ffM piibé- 



FiMlLLB DES LÀURUrÉES. 491 

rules aux nervuresi Panicules presque simples, Përianthe à seg- 
ments presque égaux, ovales. Fruit pyriforme. — Jeunes rameaux 
anguleux, comprimés. Feuilles opaques, discolores, 7-à9-costées 
de chaque côté, les plus grandes atteignant 6 pouces de long, 
sur 2 V4 pouces de large; pétiole long d'environ i pouce. Pani- 
cule-générale terminale, plus courte que les feuilles. Fleurs 
jaunâtres. Fruit moins grand que celui de l'espèce précédente. 
{Nées, Le.) — Cette espèce croît au Mexique, à Papantla; les 
Espagnols l'appellent Aguacate oîoroso (Avocatier odorant). Son 
fruit est aussi mangeable, mais d'une saveur moins agréable que 
celui de F Avocatier. 

Perséa des Gamaries. — Persea indica Spreng. Syst. <-*- 
Nées, Syst. Laur. p. i35. — Laurus indica L.— Pluk. Alm. 
p. a 10, tab. 3oi, fig. i. — Wendl. Obs. Bot. tab. 3, fig. 2a. 

— Aldin. Hort. Fam. tab. 60. — Feuilles oblongues, pointues 
aux a bouts, scrobiculées, réticulées, opaques : les jeunes pu- 
bérules en dessous ; pétiole soyeux-incane (de même que les 
ramules et les panicules ). Panicules axillaires. Périanthe à 
segments ovales, pointus, presque égaux. Baie subglobuleuse. 

— Arbre de 3o à 40 pieds, à tête ample, arrondie, touffue.^ 
Ramules cicatriqueux. Bourgeons ovales - lancéolés, soyeux. 
Feuilles longues de 4 à 6 pouces, larges de i5 lignes à a pouces, 
rapprochées, d'un vert glauque en dessous -, pétiole gros, subtri- 
gone, long de 8 àg lignes. Pédoncules k peu près aussi longs que 
les feuilles, comprimés, ancipités, rameux à partir du milieu ; 
panicules composées de cymules 3-à QF^flores ; pédicelles très- 
courts. Périanthe blanchâtre, campanule, long de 3 lignes, lai^e 
de 4à 4 */* ligoes. Ëtamines un peu plus courtes que le périan- 
the. Baie d'un bleu noirâtre, du volume d'une petite Gerise.*- 
Gette espèce, nonuAée vulgairement Laurier d'Inde^ qjx Laurier- 
royal, ne croît point dans l'Inde, mais aux Canaries et à Ma- 
dèr^. On la cultive, comme arbre d'ornement, dans l'Europe 
méridionale et dans les collections d'orangerie. Son bois sert à 
faire de très-beaux meubles \ on assure qu'il ne le cède guère « 
l'Acajou. 



7> 



-communs pubesceols, longs de 3 à i8 lignes. Périantlie kag 
de a '/■ l'giies, large de 3 lignes, snbumpanuld, soyeux i 11 
snrface externe. Pédicelles-fructif^es assez gros, pourpres. Baie 
orale, d'un bleu-noirâtre. — Cette espèce, nommée vuIgaÎK- 
ment Laurier Bourbon, croit dans les provinces mériditmalei 
des Étals-Unis; les habitants français de laXouisiane l'appel- 
lent Laurier rouge, et les Anglo-Américains Red Sajr. On la 
cultive, comme arbre d'ornement, dans l'Ennipe méridionale, 
et dantles collections d'orangerie. Son êcorce et ses fenilleswnt 
trfes-aromatiques : le bétail les recherche avec avidité en hiver. 
Le bois des vieux ariiies est employé aux États-Unis k des oa- 
Trages d'Aénùterie, et aussi estimé que l'Acajon. 



FAMiLLB pis LAURnrisa. 4-93 

* 

Genre BOLDOU, — Boldu Nées. 

Fleurs hermaphrodites, paniculées. Pirîanthe &fide, 
xoÛLcéj persistant, point accrescent ; segments chattacés, 
presque égaux. Etamines 9 : les 3 intérieures extrorses, 
à filets garnis de deux glandules basilaires, non-stipitées.- 
Anthères subovales, 2-yalvulaires :. valvules infra-apici- 
laires. Staminodeç 3, subsessiles, triangulaires-subulés. 
Baie assise sur un pédicelle charnu au sonmiet, accompa- 
gnée du périanthe. — Arbres à bourgeons 2-valves. Feuil- 
les subopposées, coriaces, persistantes, penninervées, ré- 
ticulées. Panicules petites, raides, axillaires. (JNeesy Syst. 
Laur. p. 177.) 

BoLDOuDU Chili. -— Boldu chUanum Nées, L c. p. 178. 
— FeuiU. Pér. éd. germ. II, p.. 4^9 tab. 6, fig. a. — Boldus 
chilensis Molin. ? — Laurus Belloio Miers. — Peumus fra- 
grans Bertero, Mercur. Ghil. (non Pers. ) — Arbre haut de 3o 
à 4o pieds, et atteignant la grosseur d'un homme. Bois grisâtre* 
Ëcorce mince, roussâtre, aromatique. Jeunes-pousses compri- 
mées, anguleuses. Feuilles longues de 3 à 5 pouces, larges de i 
pouce à 2 pouces, ohlongues, ou elliptiques, ou ovales-ellipti- 
ques, obtuses au sommet, arrondies ou pointues à la base, lui- 
sante^ et glabres oulégèrementpuberules en dessus, pubescentes 
en dessous; pétiole long de a à 3 lignes, cylindrique, canali- 
culé en dessus. Pëdoncules-communs longs d'environ i pouce, 
cotonneux-incanes : ramules 2-ou 3 flores ; pédicelles très-courts, 
obconiques. Périanthe long de i '/» ^^S^^ ^ 2 lignes, cotonneux- 
incane, scabre : segments ovales-orbiculaires, obtus, dressés, 
coriaces, plus longs que les etamines. Baie ellipsoïde, douceâtre, 
mucilagineuse, d'un vertjaunâtre, du volume d'une grosse Olive. 
( NeeSy l, c. ) — Cet arbre croît au Chili, où on le nomme j9oZ- 
dou» Son écorce a une saveur analogue à celle de la Cannelle ; 
les habitants du pays l'emploient à aromatiser le vin, et comme 
assaisonnement ; la décoction de cette écorce passe pour un re- 
mède antisyphilitique et antihydropique. Le! froit estmangeable. 



presque glauques en destous, rétîculëes aux 9 fâcet, oblongne»- 
obovales, arrondies ou rAusesan sommet, cunéifoimes Ters tenc 
base; pétiole plan, long de 3 i 4 lignes. Pauicule longne de a pon- 
ces, sessile, pubérule : ramules étalés, ëqnîdistants, longs de 3 k6 
lignes. Pédicelles longs à peine de i ligne. Fleurs longues de ali- 
gne, sabinfondibuliformes : tubeobconique, 3 foisplua court qne 
le limbe: segmentselliptiques-oblongs, obtus, un peu plus longs 
que les élamines. Périantlie-frucEiftre pjriforme ou orale-gj^ 
buleux, du volume d'une Cerise, fongueux à la surface extervi 
coriaee en dedans, et offrant, à sa partie inférieure, 6 plis r(ft- 
tranti. ( Nées, l. c. ) —Cet arbre crott i Madagascar, où il porte 
le non d« Bave^lswm (eeqû veut dire boute icaîlle). Sa 



FÂMnXE DBS LAVRIlflËES. 495 

feailles, son ëcorce, et Teoyeloppe de ses fraits (c*esl*&-dire 
le perîantlie), sont pëoëtrés d'un arôme trës^grëable; les Ma- 
dëcasses les emploient comme ëpices^Tamande du firuit fratche- 
ment cueilli a également une odçur aromatique très-recheiw 
chëe, mais sa sayeur est amère et très-âcre. L'arbre fleurit en 
janvier et février; le fruit n'est parfaitement mûr que lo mois 
après la floraison ; on le cueille à 6 ou 7 mois, parce que c'est 
à cette époque que ses qualités aromatiques ont acquis la plus 
grande perfection. 

Genre MESPILODAPHNË. — Mespilodaphne Nées. 

Fleurs dioïques? Périanthe 6*fide; tube obconique; 
segments ^aux, persistants. Etamines 9 ; les 3 intérieures 
extrorses, à filets garnis de 2 glandes basilaires^ sessiles, 
non-stipitées. Anthères 4-valyulaire89 ovales i les 3 inté- 
rieures plus étroites. Staminodes 3, courtement stipités, 
à capitule cordiforme-lancéolé. Stigmate capitellé, dépri- 
mé. Baie d'abord recouverte par le périanthe épais, subé- 
reux, fermé pai: la connivence des segments, finalement 
plus ou moins saillante par suite de la chute des segments 
du périanthe. — Arbres à feuilles persistantes, coriaces, 
penninervées* Inflorescences thyrsoïdes ou paniculées, 
axillaires, avant la floraison renfermées chacune dans un 
bourgeon écailleux. {Nees^ Sjrst. Laur. p. 235.) — Genre 
propre à l'Amérique équatoriale ; on en connaît 4 espèces. 

Mespilodafhnê. Can^ulla. — MespUodaphnâ pretiosa 
Nées, Laurin. Sellow. in Linnaea, Vm, i, p. 45 ; id. Syst. 
Laur. p. 237. — Crypiocarya pretiosa Martius, ined. — 
iMurusCanelilla'WïWd, Herb. — Laurus Quinos Lamk. Ënc. 
— Rameaux glabres : les jeunes anguleux; les adultes subcj- 
lindriques, à épiderme roussâtre on grisâtre, comme réticulé. 
Bois rougeâtre. Écorce très-aromatique, rousse en dedans. Bour- 
geons-foliaires petits, lancéolés, 2-valves, incanes. Feuilles 
longues de 5 à 7 pouces^ larges de i V« à a '/» pouces, oblon* 
gués, ou elliptiques-oblongues, rétrécies aux 2 bouts , obtuses, 



FAiOLVB DBS LàxncoxixB. 4-97 

sommet. Ramules grèles'i cylindriques, glabres, feuillus au som- 
met. Bois blanchâ^, mou. Bourgeons tous terminaux, solitai- 
res, écailleux, ovoïdes, obtus, cotonneux. Feuilles longues de 5 
à 6 pouces, larges de i8 lignes à % ponces, subdistiques, lui- 
santes et trè^labres en dessus, 'finement pubërules en dessous^ 
oUongues, acuminëes (à pointe subobtuse), pointues k leur 
base; pétiole long d'environ 3 lignes, gros, cylindrique. Pani- 
cides fructifères longues de a à 5. pouces, trè»-raides : ramules 
pauciflores. Périanthe-fructifèce ciqpuliforme, obconique, épais, 
coriace-subéreux , verruqueux à la surface externe, tronqué, 
larçe de 4 à ô lignes, 2 fois plus court que la baie. Baie longue 
de 6 lignes, ellipsoïde, obtuse, mucronulée, à chair assez épaisse. 
{Nées, L c.) — Cette espèce habite les provinces intertropi- 
cales du. Brésil; les naturels de ces contrées l'appellent Cuju- 
marjr. L'amande de ses graines est très-aromatique, et elle passe, 
chez les colons du Brésil , pour un excellent remède stoma- 
chique. 

Aydendre Faxjx-Pichury. — j4ydendron Laurel Nées, 
Syst. Laur. p. 249. — Ocotea Pickurim Kunth, in Humb. et 
Bonpl. Nov. Gen. et Spec. U, p. 166. — Arbre à rameaux 
pendants, cylindriques, strie's, glabres, à écorce d'un brun gri- 
sâtre. FeuiUes lancéolées ou x)bloDgues-lancéoIées , acuminées 
aux 3 bouts, glabres (les jeunes soyeuses en dessous), luisantes 
en dessus, réticulées, longues d'environ 6 pouces, sur 18 lignes 
de large, aromatiques; pétiole long d'environ 6 lignes, canali- 
culé. Pédoncules -communs axillaires, multiflores, beaucoup 
plus courts que les feuilles. Périanthe-fructifère cupuliforme, 
coriace, tronqué. Baie de la forme et du volume d'une Olive. 
( Kunth, L c.) — Cette espèce habite les environs de Vene- 
zuela, où on la nomme Laurel (Laurier); ses fruits ont les 
mêmes propriété que ceux de l'espèce précédente; mais c'est à 
tort, suivant M. de Martius, qu'ils ont été considérés comme 
identiques avec ceux qu'on appelle Fèi^es de Pichury, 



■OTAnQCI. PHAV. T. X. 52 



PAIOLLB DES LAURINÉBS. 499 

fêriearement, anguleux et verrucpieux vers leur sommet. Bois 
dënîey bUncliâtre. Écorce roussâtre en dedans, épaisse, aroma* 
tique et amère. Bourgeons ovales ou oyales-lancëolës, cuspidës, 
2-TalyeSy glabres. Feuilles longues de 5 à la pouces, larges de 
de I y> pouce k 2 pouces, rapprochées vers l'extrémité desra- 
mules, à pointe subobtuse; pétiole semi-cylindrique, canali* 
culé; long de i pouce. Pédoncules-fructifères longs de 18 lignes, 
assez grêles, anguleux. Gupule-fructifere longue et large d'en- 
viron i pouce, épaisse, couverte à la surface externe de ver- 
rues blanchâtres. Baie ellipsoïde, ombonée, longue de 18 li- 
gnes à 2 pouces, à chair aromatique. — Cette espèce croît dans 
les forêts-vierges de l'Orénoque et du ftio-Negro ; son tronc sert 
à faire des pirogues ; Fécorce est employée au Brésil à titre de 
stomachique. 

Nectandra FAUX-CAirNELUEE.— JVectanJra cmnamomoi" 
des 'Nées, Syst. Lanr. p. 807. — - Laurus cinnamomoides 
Kunth, in Humb. et Bonpl. II, p. 169.— Fenilles oblongues, 
acuminées-cnspidées, acérées, pointues à leur base, subcoria- 
ces, glabres et luisantes en dessus, finement pubérules en des- 
sous. — - Arbre à rameaux cylindriques, glabres. Écorce très- 
aromatique. Feuilles longues de 5 à 7 pouces, larges de 1 5 lignes 
à a pouces, subdistiques; pétiole glabre, long d'environ 6 lignes. 
Fleurs et fruits inconnus. (Kunth, 2. c. ) — Cette espèce croît 
dans les Andes de la Nouvelle-Grenade, oh on la nomme Cb- 
nela (Cannelle); on la cultive près de Mariquita. Son écorce 
s'emploie dans ces contrées en place de Cannelle, et sa saveur 
approche beaucoup de celle de cette épice. 

Negtakdra Puchury- majeur. -* IfeeUmira Puchuty 
major Nées, Syst. Laur. p. 3a8. — Ocotea Puckwy major 
Martius, in Buchner, Repert. i83o, XXXV, p. 171; id, in 
Féruss. Bullet, i83i, p. 13. — Feuilles elliptiques ou oblon- 
gues, cuspidées, subcoriaces, concolores, glabres, réticulées. 
Pédoncules courts, axillaites. Cupnle-froctifère très^grande, 
spongieuse. — Aibre. Rameaux assez gros, raides, presque 
étalés, cylindriques, gldxrei : les jeunes anguleux. Bois pN 



FAMILLE DES LAURIIfÉES. 501 

extrorses. Filets étroits. Antlières oblon[5nes , 4-vaIvu1ai- 
res : valvules superposées 2 «î 2. StaminoJes nuls, ou su- 
bulés. Baie plus ou moins enfoncée dans le tube du pé- 
riantbe transformé en cupule épaisse, tronquée. — Arbres 
ou arbrisseaux. Bourgeons incomplets. Feuilles persistan- 
tes, veineuses. Inflorescences paniculées, ou racémiformes, 
ou thyrsiformes, ou ombeliéés, axillaires, le plus souvent 
denses. (Nées y Syst. Laur. p. 380.) — Ce genre comprend 
60 espèces, dont presque toutes habitent TAme'rique équa- 
tonale. 

Sout^enre AGRIODAPHNE Nées. 

Fleurs dioïques ou polygames. Périanthe rotacé, ou cam- 
panule j ou subinfondibuliforme. Staminodes nuk. 
Baie profondément enfoncée dans la cupule. Fleurs en 
grappes, ou en petites panicules. Périanthe petite gla- 
bre, ou pubérule. 

OiiEODAPHNE ÉLANCÉ. — Oreodophnc exaltata Nées, Syst. 
Laur. p. 4o6. — Laurus exaltata Syrartz, Prodr. — Persea 
exaltata Spreng. — Feuilles elliptiques-obloDgues, acuminées 
( à pointe obtuse ), rétrécies à la base, glabres, subcorîaces, d'un 
vert pâle en dessous, point poreuses aux aisselles des veines. 
Panicules corymbiformes, à peu près aussi longues que les 
ramules. Baie ellipsoïde, recouverte jusqu'au milieu par la cu- 
pule. — Arbre élancé. Tronc cylindrique, très-droit, à ccorce 
lisse, d*an brun roux. Rameaux lisses. Feuilles longues d'envi- 
ron 3 ponces, luisantes, d'un vert foncé ; pétiole long de '/a pouce. 
Fleurs petites, blanches. Drupe ellipsoïde. ( Ne^Sj 2..c. )r— Cet 
arbre croît dans la Jamaïque,^ où les Anglais le désignent par le 
nom de Timber-sweetwood} il fournit un bois de coDstniction 
très-estime, et considâra))lement plus dur que le bois de toutes 
les autres Launaées des Antilles. 

Sow^enre GERAHOPHORA Nées. 

Fleurs dioïques ou polygames. Périanthe infondibuliforme 
ou rotacé. Staminodes petits, mbulés ou nuremeiit ter- 



502 CLAME DES PROXilirÉBS.' 

minet en cajpîtnle. Fleuri en gsuppes ou en penienle» 
•étrmtes. • ' 

A. Fleurs pofygames» Glandules des filets intérieurs petites. 

OvksDàxmi gupulaiki. — OreotUfhnc eMfuime Ifees, 
Sjst. Laor. p. 43S. — Laurus cupàUris : yar. a» Limk. Eue- 
— FeniDcs orales-cUipt^aeiy poiotucs «qx 9 bouliy réttéàM 
en pëtidCi légèrement réticol^Sy glabresy point poreuscl en 
dessous aux aisselles des veines. Grappes pancifloreSy incanesi 
rapprodiëes en panicale racémiforme. Përîanthe-fractifère sub- 
gld>nlenx. -^ Grand arbre à éecnee odorante, d'une saTciir 
acre et-eamplirtfe. Ramnles eoumnenx. Feuilles longMi de 4 à 
6 poecti, larges de 2 à a '/» pouces. Pamcule longue de i 
ponoe à % pouces. Baie oro'dei mamebnnée et mnon»^ au 
sommety eo&noëe jusqu'aux */| dans la cupule.— «Cet sdbqp croit 
aux îles de France et de Bourbon, où on le nonmie beisde ûnt- 
nelle. Il est cultiTé à Gayenne. Son ëcorce peut étivVmplojée 
en guise d'épioes. Son bois a une odeur pénétrante; il est dur 
et recherché pour la menuiserie et les constructions. 

Oréodaphné FETIDE. — Oreodaphnefœtens^ecSf Syst.Laur. 
p. 449* ~~ Laurus fœtens Ait. Hort. Kew. — - Bnch, Descr. 
Iqs. Canar. p. 140, cum fig. — Persea foetens Spreng. — 
Laurus maderensis Lamk. Enc. — Laurus TU Poir. £nc. 
Suppl. — Feuilles oblongues, subobtuses, pointues à la base, 
réticulées, glabres, barbues et finalement pertuisées en dessous 
aux aisselles des veines. Périanthe à segments plus longs que le 
tube. Staminodessubulés. — Grand arbre. Bois dur, très fétide. 
Écorce roussâtre. Jeunes-pousses anguleuses, pubérules. Feuilles 
longues de 3 '/• pouces k 5 pouces, larges de i pouce à a pon- 
ces, subconcolores, luisantes, d'un vert gai, subcoriaces, cour- 
tement pétiolées; les jeunes pubérules. Pédoncules anguleux, 
subdichotomes, longs de i à 2 pouces : pédicelles courts, dispo- 
sés en courtes grappes. Périanthe jaunâtre, subrotacé, large de 
I 'A ligne ; segments ovales, obtus. Pédoncules*âructiferes longs 
de 3 à 5 pouces. Cupule hémisphérique, de 4 à 6 lignes de dia- 



FAMILLE DES LÂUmNÉES. 503 

mètre. Baie snbglobuleuse, noirâtre, du yolnme d'une petite 
Cerise. {Nées. Le.) — Cet arbre croît aux Canaries et à Ma« 
dire. M. de Buch assure que lorsqu'on en coupe un tronc^ le 
bois répand une odeur tellement fétide, que force est aux ou- 
vriers d'abandonner leur tâche , et d'y revenir à plusieurs re- 
prises. 

Genre SASSAFRAS. — Sassafras Nées. 

Fleurs dioïques.* Périanthe 6-parti , membranacé : seg- 
ments égaux, marcescents. — Fleurs-mâles: Étamines 9, tou- 
tes introrses : les filets des 3 intérieures garnis de 2 appendices 
épaiS| stipités. Anthères linéaires, 4-valvulaires : les 2 valvu- 
les inférieures latérales , recouvrant les supérieures. Point 
destaniinodes ni de rudiment de pistil. — Fleurs-femelles : 
Staminodes au nombre de 9 ou de 6 : les trois intérieurs 
souvent monadelphes. Ovaire à style filiforme. Stigmate 
capitellé, déprimé, fiaie portée sur un pédicelle épaissi et 
charnu au sommet, couronné par le périanthe point am- 
plifié. — Arbres à bourgeons écailleux. Fleurs petites, 
jaunâtres, plus précoces que les feuilles, disposées en grap- 
pes ou en corymbes; pédoncules latéraux (à la base des 
jeunes pousses), bractéolés à la base de même que les i>é-' 
dicelles. Feuilles alternes, minces, non-persistantes, pé- 
tiolées, souvent lobées. Bois et écorce aromatiques. (Neesj 
SysU Laur. p. 487.) 

Sassafras commun. — Sassafras officinale Nées, jun. 
Handb. — Nées, Syst. Laur. p. 488. — Laurus Sassafras 
Linn. — Pluk, Alm. tab. 222, fîg. 6. — Catesb. Carol. I, 
p. et tab. 55. ^^ Mich. fil. Arb. le, — • Dubam. éd. nov. II, 
tab. 34. — Persea Sassafras Sfiren^, — Feuilles pubéruleset 
gros^iement veineuses en dessous, tantôt indivisees ( lancéole'es- 
oblongues, ou lanceolées«eliiptiques, ou ovales-lanceole'cs, ou 
ovales-obloDgues, ou obovales, cunéiformes vers leur base ), tan- 
tôt cune'iformes et plus ou moins prpfonde'ment i-ou 3-lobëes. 
Fleurs en grappes lâches, pédonculées. — Arbre de i5 à 3o 



FAMILLE DES LAURIMÉES. 505 

OU d'un buisson ; elle se plaît daos les terrains légers, et dans 
les localités ombragées; la floraison a lieu au printemps. Ce Sas- 
safras , très- remarquable par ses propriétés médicales, mérite 
aussi .d'être cultÎTé c^me arbre d'ornement; il est du petit 
nombre des Laurinées qui résistent , sans abri , aux hivers du 
nord de la France. L'infusion de son bois et de son écorce s'em- 
ploie fréquemment^ surtout aux États-Unis, comme sudorifique 
et comme fébrifuge ; c'est surtout de la racine qu'on fait usage 
à cet effet ; l'écorce entre aussi dans la composition de diverses 
liqueurs de table, et l'on dit qu'elle donne aux laines une cou- 
leur orange très-durable; la saveur de cette écorce est d'an 
arôme particulier et trës-agréable. 

Sassafras blanc. — Sassafras albiduml^eeSy Syst. Laur. 
p. 490* — EvosmusaUfida l^uiU gen. (ex Nées.) — Tetran^ 
thera albida Spreng. — Feuilles cunéiformes à la base, ellipti- 
ques-oblongues, tantôt indivisées, tantôt subtrilobées, très-gla- 
bres, finement veineuses en dessous. Bourgeons et jeunes-pousses 
presque glabres. Grappes denses, subglobuleuses. — Arbre sem- 
blablcy par le port, à l'espèce précédente. Ramules glauques. 
FéuUles plus minces, à pétiole plvs long. Pédoncule-commun 
long à peine de 3 ligties^ fleurs larges seulement de 2 à 2 '/> li- 
gnes. Anthères plus courtes, plus OYsles, (NceSy l. c.) — Cette 
espèce est conmiune dans les Garolines , où on la distingue de la 
précédente (qu'on appelle Sassafras rouge) par le nom de Sas» 
safras blanc. Le bob de sa racine est blanc et d'une saveur 
beaucoup plus camphrée que celle du Sassafras commun. Les 
jeunes-pousses sont très-mucilagineuses : on les emploie aux mê- 
mes usages culinaires que les fruits du Gombo. 

SassafrasParthénoxylb. — Sassafras ParAenoj^IonVeeSj 
1. c. p. /igi .^^Cmnphora Partkenoa^ylon Nées, in WaU. Plant. 
Asiat. II, p. 73. — Laurus Panhenoxylon Jack, Mal. Mise.— 
Laurus porrecta Roxb. Gat. Hort. Galcutt. — Laurus Pseudo" 
Sassafras Blnme, Bjdr. — Feuilles subtriplinervées, opaques.' 
Fleurs en petits coiymbes paraissant à la mime époque que lés 
feuilles. —Grand arbre. Rameaux glabres , étalés : les adultes 



906 

aa « • 1_^ • ■ - Ê^ -- *MI ■ * • V ^ 

MnpM^||fctCBcat wj H iii e» Bois MOMy ponsB^ loudÉiCy wùh 
êtiùùi^ tjtM nnft oiaa aranMiqoe^ doueeltEe, analogiie i cdk 
dn bw da SétSéÊfms eommmm. B o uig cdh s ofrado, ofatas^id»- 
tormiBans^ I ^caflkf aoHbtcoM^ iilicariace^nriMwitiiia^ofc- 
tmcty jaodto», iiMnkuaiMt nsboris, i^alm^ 
gocs de 5 àôpooeet, laigeide so à 3o ligBCi» dDUpâiMi^ 
cimrtiaaait cn^drfw an loamcl, acAéei, ^faines ^ pédale ktg 
de i5 lignes. Gorjmbcs t M àaéa û is, panciflorcs, diessés, pé- 
doDcnUs; pédicdies simples on »-on 3-florcs, giéks, kap dt 
• à 3 1%Bes. Périandie iolae<| k peine large de 6 lignes, |^iAr 
en dessons, eoton n enx en dessus : segncnls ovales, ofatns, non- 
{lenistanis. faimtnas isitiles pins eonries qne le pérfanAe. 
(iKaai, SjsL Laxtr. p. 491-)"**^^^^ espèee enrft k Ja?i cti 
Sunatra* 

Gewe BENJOIN. ~ Bmom Nées. 



Fleurs dioSques, inTolncrées. ^Fleurs^mdla: Périanthe 
6-parti : segments ^iiz, persistants. Bumines 9, tontes 
introrses t anthères oTales, 2-Talyulaires. Six ou neuf 
glandes stipitées, alternes soit ayec les 3 séries staminales, 
soit seulement avec les 2 séries intérieures. — Fleurs^fe^ 
melles : Périanthe comme chez les fleurs-mâles (mais plus, 
petit), persistant, point accrescent. Neuf filets stériles^ al- 
ternes avec autant de staminodes spathulés. Ovaire à style 
court. Stigmate à 2 lobes oblongs, divergents. Baie nue 
ou accompagnée d'un périanthe point amplifié. — Arbres 
ou arbrisseaux. Bourgeons écailleux : les florifères aphyl- 
les. Feuilles alternes, pétiolées, très-entières, non*persis- 
tantes, minces, plus tardives que les fleurs. Fleurs en om-> 
bellules (soit fasciculées et pédonculées, soit disposées cti 
ombelle au sommet d'un court pédoncule), accompagnées 
chacune d'un involucre de 4 écailles caduques. Périanthe 
jaune. (Nees^ SysL Laur. p. 493.) 

Benjoin odorant. — Benzoin odoriférant Nées, in Wall. 



>AMILLE DES LAXJRINÊES. 507 

Plant. Asiat. p. 63; id. Syst. Laur. p. ^g'j.-^Laurus Ben- 
zoin Linn. — Commel. Hort. I, tab. 97. — Pluk. Alm. tab. 189, 
fig. 3 et 4* — Laurus Pseudo-Benzoin Mich. Flor. Bor. Amer. . 
-^ Evosmus Benzoin Natt. Gen.— Feuilles cuDëiformes-oblon- 
gues ou cunëiformes-elliptiques. Ombellules agrégées , pédon- 
culëes. Bourgeons presque glabres. — Arbrisseau ou buisson tris- 
rameuxy haut de 6 à 10 pieds. Rameaux e£Qlés, cylindriques, 
glabres, à écorce verdâtre ou brune, mince, aromatique de même 
que le bois. Bois blanc, dur. Bourgeons petits, supra-axillaires. 
Feuilles longues Ae ik ^ pouces, pointues aux a bouts, vertes 
aux a faces, glabres en dessus, pubérules ei^ dessous, penni- 
neryëes ; pétiole long de 2 à 3 lignes. Ombellules 3-à 5-flores, 
agrégées au nombre de 3 à 5 dans cbaque bourgeon, nutantes 
avant la floraison. Pédoncules longs de >/, ligne à i '/a Ug^^f 
nus, glabres , assez gros. Involucre presque aussi long que les 
fleurs, formé de 3 à 4 ccailles-bractéales coriaces, glabres, el- 
L'ptiques, obtuses. Pédicelles pubescents, à peine aussi longs que 
les fleurs. Périantbe subrotacé, large à peine de i Va ligne : seg- 
ments ovales, obtus , aussi longs que les étamines. Antbëres 
presque aussi longues que les filets, ovales', glanduleuses aux 2 
bouts, jaunes. Staminodes au nombre de 6, stipités , alternes 
2 à a avec les 3 étamines intérieures. Baie ellipsoïde, pourpre. 
{NeeSy /. c.) — Cette espèce, nommée vulgairement Laurier 
Benjoin, Laurier Faux-Benjoiny Benjoin^ et Faux-Benjoin 
(noms sous lesquels on confond aussi l'espèce suivante), croît 
dans l'Amérique septentrionale, au bord -des ruisseaux , depuis 
la Floride jusqu'au Canada ; les Anglo-Américains l'appellent 
Spice-Wood (axbre à épice, ou bois épicé). Le nom de Benjoin 
lui vient de ce qu'on a cru autrefois qu'elle produirait le Ben- 
join , (gomme-résine balsamique, qui provient d'une espèce de 
Styrax de l'Inde). Les baies de cet arbrisseau ont une saveur 
aromatique approcbapt de celle du Piment : aussi, en Améri* 
que, le peuple les emploie-t-il à la place de cette épice, ainsi que 
comme remède stomacbique*— Cette espèce résiste au climat du 
nord de la France ; mais il parait qu'on ne la possède pas vivante 
en Europe; car, suivant M. Nées d'Esenbeck, tout ce qu'on y 



•» 



PÀMILLB DES LitJRUréSS. 509 

# 

valyesy rouges. Feuilles longues de i '/» pouce & 4 ponces, lar- 
ges de 9 à 1 2 lignes, arrondies ou subacuminées au sommet, opa- 
queSy incanes en dessous, penniveinées ; pëtiole long de i ligne 
à a lignes, velu. Ombellules 3-à 5-flores. Involucre à folioles 
suborbiculaires, velues » scarieuses. Pédicelles courts, yelos. 
Fleurs d'un jaune yerdâtre. Segments du përiantbe oyales. Pé- 
dicelles-friictifères épaissis au sommet. Baie elliptique-oblon- 
gue, écarlate, du volume d'un Pois. (Nées, Z. c.) — Cette espèce 
croît dans les proymces méridionales des lËtats-Unis, au bord 
des marais et des ruisseaux. 

Genre LAURIER. — Laurus Linn. 

Fleurs dioïques , inyolucrées. Përianthe 4-parti : seg- 
ments égaux, non-persistants. — Fleurs-'mâles : Etamines 
12, S-sëriées, toutes introrses ; filets fermes, droits, tous 
biglanduleuz vers leur milieu. Anthères oblongues, S- 
yalvulaires. Point de staminodes ni de rudiment de pistil. 
— Fleurs-femelles : Deux ou quatre staminodes onguiculés, 
subhastiformes-trîlobés. Ovaire à style court, columnaire. 
Stigmate subcapitellé, obscurément trigone. Baie nue. — 
Petit arbre. Bourgeons-floraux aphylles, axillaires, écail- 
leux. Bourgeons-foliaires 2-yalves. Feuilles coriaces, per- 
sistantes, penninervées, alternes, très-entières, courtement 
pédonculées. Fleurs en ombellules pédonculées, subfasci- 
culées (dans chaque bourgeon-floral), involucrées (avant 
la floraison) par les écailles du bourgeon. Périanthe jau- 
nâtre. (Nées y Syst. Laur. p. 379.) — L'espèce dont nous 
allons traiter constitue aujourd'hui à elle seule ce genre. 

Laurier commun. — Laurus nobilis Linn.-^Blackw. Herb. 
tab. 175. — Doham. éd. nov. II, tab. Sa. — Laurus vulgaris 
Duham. Arbr. I, tab. i34, et tab. i35. — Arbre de i5 à 4o 
pieds, à tête allongée, d'un port semblable à" celui du Peuplier 
d'Italie. Racine rampante, produisant beaucoup de rejetons. 
Tronc droit, élancé. Bois tendre, mais soople et assez tenace, 



FiJOIXE DES LàURUÏlÊES. 511 

OU en les faisant bouillir dans de l'eau, une huile grasse, verdâtre, 
de la consistance du beurre , d'une odeur plus faible <pie celle 
des fleurs ; cette huile, qui passe pour avoir des propriétés réso- 
lutives très -efficaces, s'emploie fréquemment dans Tart vétéri- 
naire. Dans le midi de l'Europe , le Laurier est très-recherché 
comme arbre d'agfément; dans le nord de la France, il ne ré- 
siste pas, sans abri, aux hivers rigoureux. 



Disque hypogyne, ou adné au fond du pérlanthe. 

Étamlnes en nombre défini, insérées au bord du dis- 
que. Anthères a-théques : bourses déhiscentes chacune 
par une fente longitudinale. 

Pi til: Oraire inadhérent, i-loculaire, i-oTulé, i-à 
3-style; ovule ortbotrope ou campjlotrope, attaché au 
fond de la loge. 

Péricarpe utriculaîre ou nucamentacé, indéhiscent, 
t-spenne. 

Graine périspermée, le plus souvent adhérente. Pé- 
rûperme farineux. Embryon rectiltgne, ou plus on 



X 



• • 



513 

moins arqué, ou condupliquë, intraire, ou extraire, 
axilc; ou excentrique, ou unilatéral, ou périphérique ; 
cotylédons foliacés, souvent condupliqués ou chiffon- 
nés; radicule supère, ou infère* 

Cette classe comprend les Nyctaginées et les Polygo- 
nées. 



WQftkVKpn, PHAH. T. X. 



55 



FÂMILLJB DÈS inTCtÀGINèfe^. Si S 

(quelquetois pétàloide ) et 5-parti,perâht2lnt, ou ti6h- 
persistant, 

Périantke. fétaXoidé ou subpiétaloïde^ in adhérent, tu- 
buleuX; ou hypocratériforiHé , oii infondibulifbrilits, à 
limbe entier, ou 5-dentë, ou 5 -lobe, plisse en préflorài*- 
son ; tube à partie inférieure ventrue, étranglée au-des- 
sus de Tovaire, persistante, accrescisnte, durcissant aprè^ 
la floraison,- partie supérieure du tube en général knaiv 
cescente et tombant avec le limbe pè'ù après là floraison. 

Disque annulaire ou urcéolaire, hypogyne. 

Etamines en même nombre que les lobes ou les 
plis du périanthe, ou moins, ou plus, insérées au 
bord du disque, quelquefois unilatérales. Filets inflé- 
chis en préfloraison, inclus, où moins souvent saillants^ 
quelquefois inéquilatérauZ) souvent soudés au tube du 
périanthe dans une partie de leur longueur. Anthères 
dithèques, basifixes, ou supra-basifixes : bourses paral- 
lèles^ contiguës, disjointes aux i bouts, déhiscentes cha- 
cune par une fente longitudinale. 

jPw^/Z ; Ovaire inadhérent, i-loculaire, i-ovulé, i- 
style (ou, par exception, astyle), recouvert par le tube 
du périanthe. Ovule campylotrope, renversé, attaché au 
fond de la loge. Style terminal ou sublatéral, filiforme, 
roulé en crosse avant la floraison. Stigmate claviforme, 
ou capitellé, ou pointu ; par exception le stigmate est 
pëniciUiforme, sessile immédiatement sur l'ovaire. 

Péricarpe membranacéou chartacé, indéhiscent, t- 
sperme, recouvert par la partie inférieure du tube du 
périanthe durcie et plus ou moins ampUflée, ordinaire- 
ment anguleuse ou costée. 

Graine adhérente : tëguoieiit mince, presque oblitti^. 
Périspeime en général épais. EadMnfon «uperficidi> Mtt 



Tcpli^ Mit ncdGgiw; cotjUdoa* 
le pMipMine;ndiciileçoiiitB«a 
Cette frnille coni^endki gaa 
BeaAoMda Iàbsl — CotigmoH 
JoML (lUcntu L'Hait.) — WrabHU Liim. (Jab^ 
Tban. NtcUi^ Jdh. ) — OtriiÇfAwJL'IUm. [(U7X- 
I^BMOtt OiUg. Gdljinaiia Pm. Tîttranna T^n^) ~- 
^JZfoKia Iiiiii.(WeddûLœffl.)— OEoitoSfdiiaâeL» 
lyujrcla Cmn. — BoMgainvUlea Commen. ( Jt»qdia 
Flor. Flum.) — Balekenbachia Sjnvi^, — - '^b^AmÂh 
, ; Hlanb. et BonpL (BoUoa Cnin.) — Niiia' Kibb «t 
•Â.ÏW. (MitMdurlidàe KnadL) — MMisFloni. (Odpi- 
' dÏR Thonui. ) 



Geare HTCTAGE. — IBnimt Udb. 

InTOlocre catiôfoime, herbacé, penûtant, campunU, 
Mobé, 1-flore. Périuitbe péuloïde, hypocrat^riforme : 
tube allonge, i pulie inférieure ventrae, nrcëolaire, her- 
becëe, peniitante, accrescente, et à partie supérieure lon- 
gue, grêle, lubmarceMeute, finalement tombent avec le 
limbe ; limbe 5-angulé, 5-deDté. Etemines 5, subsaillaD- 
tei, insérées au bord d'un disque cupuUEorme, chama, 
urcéolé. Style filiforme. Stigmate capîtetlé. Périantfae- 
fnictifère épais, coriace, subglobuleux, on ellipsoïde, 
pentagone, caduc i la maturité, accompagné de l'involucrt 
peu ou point amplifié. — Herbes vivaces (annueUes dani 
les jardins d'Europe), indigènes du Mexique. Radne ta- 
]>éreuse, pivotante. Tige dîchotome ou trichotome . Fcuil* 
les opposées, Bubcordiformcs,' très - entières, isomèlres. 
Fleura terminales, Cssciculées, subsesiiles, ou courtemeot 
pédw el l é et, épbémèrea, noctumefl, odorantes. P&rûmthe 



FABULLB DES NYCTÀGINÉB8. 517 

rose, 011 jaune, ou blanc, ou panaché, à tube notablement 
plus long que Finyolucre. — Les 2 espèces suivantes se 

cultivent communément comme plantes de parterre. 

• 

Nyctage BiLLE-DE-Nurr. — Mirabilis Jalapa Linn. — « 
Bot. Mag. tab. 87 1 . — Blackw. Herb. tab. 4o4* -^ Jalapa 
congesta M œncb, Meth. — Nyctago Jalapa Juss.. — Plante 
presque glabre, point visqueuse. Fleurs pëdicelle'es, dressées. 
Périanthe-fructifère pointu à la base, étranglé au-dessous du 
sommet. — Périantbe jaune^ ou blanc, ou rose, ou panaché. 
Périanthe-fructifère noirâtre. Feuilles d'un vert gai. — Plante 
connue sous Jes noms vulgaires de BeUe-de-imitj ou BeUe^de^ 
nuit commune. 

Nyctage XLOVGVESFLEVRS,-'^ Mirabilis longiflora Linn* 
— Smith, Exot. Bot. i, tab. a3. — Jalapa longiflora Mœnch, 
Meth. — Nyctàgo longiflora Juss. — p Plante couverte d'une 
pubescence visqueuse. Fleurs subsessiles, nutantes, à tube du 
périanthe trës-long.. Périanthe-fructifère ellipsoïde, obtus aux 2 
bouts, point étranglé. — Feuilles d'un vert glauque. Périanthe 
toujours blanc, à tube long de 3 '/a pouces. Périanthe-fructi- 
fère brun, fortement tuberculeux. — Vulgairement Belle^de^ 
nuit à longues fleurs. 



néral accompagaées d'une gaîne-stipulaira oppositifo* 
liée, close, adnée inférieurement ou dans toute sa 
longueur aux bords ou à la surface supérieure du pé* 
tiole ( quelquefois en outre à la tige), membranacée, ou 
coriace, ou herbacée, souvent fimbriée au sommet ; pé- 
tiole à base épaissie, plus ou moins dilatée, compléta* 
ment ou incomplètement embrassante ( en général en- 
gainante lorsqu'il n'y a pas de stipule ). Yernation inyo- 
lutive. 

Fleurs hermaphrodites, ou par avortement uni- 
sexuelles, axillaires, ou terminales, disposées en pani- 
cule, ou en grappe, ou en épi, ou en cyme, ou en ca- 
pitule^ quelquefois accompagnées ( soit chacune, soit 
par fascicules) d*un involucre cyathiforme ou tubuleux 
et simulant un calice extérieur ; pédicelles nus, ou plus 
souvent bractéolés à la base, ordinairement articulés au 
périanlhe; bractées i-ou pluri-flores, le plus souvent 
semblables aux gaînes-stipulaires. 

Périanthe herbacé, ou pétaloïde (blanchâtre, ou 
rose, ou rarement d'un pourpre foncé ), inadhérent, 
marcescent, ou accrescent, ou rarement non-persistant, 
3 'à 6- parti, ou rarement tubuleux et 3-à 6-fide ; lobes 
ou segments imbriqués en préfloraison, soit i -sériés 
et égaux, soit 2>sériés et souvent inégaux (les intérieurs 
ordinairement ^lûs grands). 

Disque lamellaire ou annulaire, tapissant le fond du 
périanthe,' en général peu apparent. 

Étamiaes insérées au bord du disque, en nonibre 
défini (soit géminées ou ternées devant chacun des seg- 
ments externes du périanthe, et solitaires devant chaçqn 
des segments internes ; soit putes insérées devant les 
segments externes j soit solitaires devant tous les seg- 
ments, ou rarement interposées). Filets filiformes ou 



F4MIU«B DES poLT^oiré^. 5S3 

ments extérieurs divergents , lancëolés; segments intérieurs 
obovales^ obtus, dresses. — Cette plante croit dans les régions 
arctiques et dans les Alpes } ses feuille» et ses tiges ont la saveur 
de rOseille : elle remplace celle-ci chez les habitants du Nord. 

Genre RUMEX. — Mumex Linn. 

Fleurs hermaphrodites, ou unfa^uelles, ou polygames. 
Pérîanthe6-parti, persistant ; segments ^-sériés : les 3 ex- 
térieurs herbacés, confluents vers leur base, étroits, plus 
courts ; les 3 intérieurs plus larges , colorés ou submem- 
branacés , distincts dès leur base , dressés, accrescents, 
après la floraison con ni vents valvairement, souvent munis 
yers leur base d'un tubercule osseux, pennatifldes ou den- 
tés chez beaucoup d'espèces. Etamiues (nulles dans les 
fleurs femelles) 6, insérées 2 à 2 à la base des segments 
externes; filets courts, filiformes; anthères oblongues, 
basifixes, dressées, échancrées aux 2 bouts, latéralement 
déhiscentes. Pistil nul dans les fleurs mâles. Ovaire triè- 
dre, 3-style. Styles filiformes, réfléchis. Stigmates péni- 
cilliformes. Nucule coriace ou crustacée , trièdrè, aptère, 
recouverte par les 3 segments intérieurs du périanthe. 
Graine adhérente , à périsperme farineux. Embryon laté- 
ral, légèrement arqué ; cotylédons étroits, plans, conti- 
gus ; radicule allongée. — Herbes annuelles ou vivaces ; 
quelques espèces sont frutescentes ou suffrutescentes ; 
parties vertes le plus souvent plus ou moins acides. Feuil- 
les pétiolées, alternes, très-entières, ou subdenticulées, 
à base le plus souvent soit cordiforme, soit sagittiforme 
ou hastiforme; gaine -stîpulaire membranacée, plus ou 
moins profondément fendue, adnée inférieurement au 
pétiole. Grappes terminales ou axillaires et terminales, 
souvent p«nici|léc8, articulées ; articles munis d'une feuille 
stipulée, ou seulement d*une gaine-stipulaire ; pédicelles 
veniciliés ou subverticillésa^ix articulations, pendants, ou 
réclinés, souvent très-serréç : les florifères filiformes pu 
çapiUairQi; | les frucûf^es souyent çpais^is w spmwet- 



FÂMÎLLÉ I)ÉS POLVGb]Br£ë§. 5^7 

Som-genre AGETOSÂ Tourn. 

Fleuri dioïques^ ou polygames-moAoïqutfs. Pénanthe- 
fructifère à segments intérieurs mdmbranacés^ subdia- 
phanesy scarieux^ très-entiers^ en général point calleux. 
Stigmates multifides. Feuilles pennineryées ou pàlmati- 
nervées , succulentes ^ plus ou moind fortement acides 
(de même que les autres parties herbacées de la plante), 
à base ordinairement sagittiforme ou hastiforme. Yier*- 
ticilles pauciflores. 

a) trieurs dioïquet. Segment du pèrianthe point calleux, figes dretdet, 

EuMEX OsEu^LB. — Rumcx ^c<to5a Linn.—Biackw. Herb. 
lab. ^3o. — EDgl. Bot* tab. 127. — Jaume Saint-Hil, Flor. 
et Pom. Franc, tab. 473. — Racine pivotante. Feuilles sagitti- 
formes, ou bastiformes-oblongues, veineuses: gaine -stipulaire 
déchiquetée an sommet. Segments intérieurs du périantbe cor- 
diformes-orbiculaires, réticulés, entiers, munis à la base d'une 
squamelle réfléchie; segments extérieurs réfléchis. — Plante 
vivace, haute de i pîed à 2 */» pieds. Tîgë dressée, cannelée, 
paniculée et aphylle au sommet, glabre , ou finement pubérule. 
Feuilles d'un vert gai : les radicales obtuses; les cauUnaires 
pointues ; les supérieures sessiles. Verticilles 3-à 4*flores, plus 
ou moins distancés^ aphylles. Pédicelles articules au mili«u^ 
rouges de même que le périanthe. Fleurs très-petites. -« Cette 
plante, nommée vulgairement Oseille^ OêeiUe cotAmunâf Su*' 
relie j et Vinette^ est commune dans les prairies et kl pâturages 
secs; on la cultive, comme l'on sait^ a titre de plante potagère; 
elle fleurit en mai et juin ; ses feuilles sont rafratchiàsantes et 
antiscorbutiques. Cette espèce et la èuivante contiennent beau- 
coup d'oxâlate de potasse (vulgairement sel d'Oseille) : mais 
ce sel se retire plus généralement de VOxaUs AeetoseUa que dfe 
l'Oseille. 

b) Pleure polygamet-mônoïquet. Segmenté îù pHrianike j^oVni eéitmi, 

TigèèâtiiiiâaMéi. 

RUMEX A FEUILLES SGUTELLIFORIIES. — ÈumeX SÏutaiuS 




s» 

Lia. — Bhdàr. H«b. lA. So& — 

Bar. M^tA»t^. '-^Bmaiitx'hmdJMÊg' WmkiMÊV — . 

MMk» La^L — lacM fbMiMfc FcnBtt 

— fifcijOaffMMgilrôMf à bne h irtiimwe y oi 

ménean àa. fAîilh 

idflBBB* bJKBBB MIMBBBf 

Miifrt, iifiMff, souTcal i o ugrfti€* > FcoOks d*u mc |jh»- 
^pie^ de fome trit^firiable, cb gé^àal kagws dTcmna iS 
UgB» sur antnn de laige. Gnqpfa tmihMilw, apkg^kiy 
na|iiMi; tcrtidikt 3-à Sfticet. Pâicdkf esntSy 
Ml m ■uira* Flms p tl i U iy TcrailKi» — Gcllis (ff|iiicf^ d^ 
■M soos les noms t(heiOê romame, Oteille ronde, tmlhtik 
Osdtte, cnb dans kt bcditéi ToedUcnm <m jieatmm; dk 
IgaritfcmaifnJMlkl^cBhcdhifediiif lCT|inlyiiyqiffcB8 
ibrOnilb coimiiaitf y doit dk m diflkt paatoHit « 
pffvpnBm* 

Génie BHDBABBE. — JOaim Lfam. 

■ 

- Fkon pcdygamce-moiiciiqaes. Périendie aobpilikflde 
(blandiâtre, ou rarement d'un pourpre riolet), maroescent, 
G-parti : les 8 segm^tB intérieurs plus larges, npprîméi 
après la floraison. Étamines 9, géminées deyant les s^- 
ments externes, solitaires devant les serments internes ; 
filets subulés; anthères ovales, versatiles. Pistil abœrtîf 
dans les fleurs-mâles. Ovaire pyramidal, 3-èdre, 3-style 
(accidentellement 4-èdre , 4-8tyle ). Styles courts, étalés, 
terminés chacun par un stigmate subdiscoïde, entier. Nu- 
cule crustacée, ovale-trièdre (accidentellement tétraèdie), 
obtuse, beaucoup plus grande que le périantfae; an^ei 
bordés d'une aile chartacée, en général amincie et presque 
diaphane vers les bords. Graine adhérente, à périsperme 
farineux, plus ou moins rugueux. Embryon rectUigne, 
tantôt subaxile, tantôt excentrique : cotylédons plans, 
contiguS| aussi larges que le périsperme, minces, ellipti- 



FÀMnXB DES POLTGONÉES. 5S9 

ques^bloDgs ; radicule courte. — Herbes viyaces , en 
général élancées, à rameaux effilés, dressés, striés', dispo- 
sés en longue panicule pyramidale. Racine grosse, char- 
nue, rameuse, pivotante, polycéphale étant adulte; par 
exception traçante. Feuilles indiyisées, ou rarement pal- 
matifides, palmati-nervées, ordinairement réniformes ou 
profondément cordiformes à la base, le plus souvent min- 
ces et molles : les radicales longuement pétiolées , très- 
amples; les caulinaires (quelquefois nulles) alternes^ gra- 
duellement moins grandes et plus courtement pétiolées ; 
les supérieures et les raméaires subsessiles ; pétiole ferme, 
gros, plan ou concave en-dessus; gaîne-stipulaire sca- 
rieuse, adhérente seulement par la base, ou inadhérente, 
lâche, plus ou moins profondément fendue du côté qui 
regarde le pétiole, point fimbriée. Inflorescence terminale, 
paniculée, ordinairement très-rameuse ; rameaux et ra- 
mules subverticillés aux articulations , lesquelles sont 
garnies chacune d'une gaine semblable à celle des feuilles ; 
les articulations inférieures du rachis sont garnies soit 
d'une feuille, soit seulement d'une gaine. Pédicelles fili- 
formes ou capillaires, inclinés, subverticillés, accrescents 
après la floraison, disposés en grappes simples ou rameu- 
ses, en général très-denses à l'époque de la floraison; pé- 
dicelles-fructifères pendants, épaissis au sommet ; verti- 
cilles 1-bractéolés à la base. Fleurs petites, innombrables. 
Ce genre appartient aux contrées extra>tropicales de 
l'Asie : presque toutes les espèces croissent s«ir les plateaux 
et les montagnes de l'Asie centrale. Les racines des Rhu- 
barbes constituent, comme l'on sait, un médicament pré- 
cieux et d'un emploi très-répandu ; ces racines, remar- 
*quables en général par la grosseur qu'elles acquièrent 
avec l'âge , ont une saveur fort désagréable, amère et as- 
tringente ; elles jouissent de propriétés à la fois toniques 
et purgatives. £n raison de ces propriétés médicales, plu- 
sieurs espèces sont devenues l'objet d'une culture assez 
importante, tant en France que dans d'autres paya de 

BOTANIQUE. PHAIf. T. X. 54 



FÀlfILLE DES POLTGONÉES. 531 

d'Asie, et ^i se trouyent dans le commerce sous le nom de 
Rhubarbe de Chine, elles proviennent, sinon toutes, du moins 
en partie, d'autres espèces congénères. 

Hhubarbk compacte. •— Rheum compactum Linn. — Mill. 
le. a, tâb. 3i8. — - Feuilles fermes, luisantes en dessus, sub« 
cordiformes , très-obtuses, légèrement sinuëes-lobëes, glabres, 
cartilagineuses et denticuldes aux bords; lobes arrondis. Grap* 
pes nutantes. — Plante haute de 4 à 6 pieds. Racine grosse, 
jaune à l'inte'rieur. Tiges glabres, cannelées, rameuses vers le 
sommet. Feuilles radicales amples. — Cette espèce croit dans 
les mêmes contrées que la précédente. On la cultive pour l'em- 
ploi médical. 

Rhubarbe a feuilles ondulées. — Rheum undulatum Linn. 

— Feuilles cordiformes, obtuses, molles, pubescentes, ondulées, 
crépues aux bords : pétiole semi-cylindrique, plan en dessns, à 
bords tranchants. — Plante haute de 3 a 5 pieds. Racine d'un 
jaune foncé en dedans, brune k la surface. Tiges fortes, angu- 
leuses, rameuses, rougeâtres, ou jaunâtres. Feuilles minces, 
opaques, d'un vert un peu glauque : les inférieures à lame lon- 
gue de I pied à 3 pieds ; pétiole gros, strié en dessous, souvent 
rougeâtre. Panicules grêles, allongées, un peu lâches, distancées, 
dressées de même que leurs ramifications. Nucules longues de 3 
à 4 lignes, d'un brun noirâtre : ailes d'un brun pâle. — Vul- 
gairement Rhubarbe de Moscovie. Habite la Sibérie méridio- 
nale et les plateaux de TAsie centrale; cultivée comme plante 
médicinale et dans les potagers ; ses racines sont moins estimées 
que celles de la Rhubarbe palmée. ' 

Rhubarbe Rhafontig. — Reum rhaponticum Linn. — 
Sabb. Hort. Rom. i , tab. 34* — Ghaum.Flor. Méd. 6;tab. 296. 

— Feuilles cordiformes, ou cordiformes-orbiculaires, obtuses, 
légèrement ondulées, molles, glabres en dessus, pubérules en 
dessous ( du moins aux veines et aux nervures) : pétiole semi- 
cylindrique, sillonné en dessous, plan en dessus, à bords arron- 
dis, Panicules à grappes diffuses. — Plante ayant le même port 



FAMILLE DES POLYGONÉES. S33 

pubërule, haute de 3 à 5 pieds. Tige grêle, rameuse, souvent 
rougeâtre ; rameaux dressés , simples, disposes en panicule très- 
alloogee. Feuilles molles, minces, opaques, d'un vert foncé, ob- 
tuses, cordiformes, légèrement ondulées aux bords, rugueuses : 
les inférieures longues de i pied à 2 pieds. Grappes denses, 
spiciformes. Fleurs très-petites, Nucules d'un brun roux, ru- 
gueuses, longues de 3 lignes, sur autant de large (y compris les 
ailes, qui sont opaques, fermes, plus étroites que l'amande). — 
Cette espèce croît dans l'Himalaya ; on la cultive depuis quel- 
ques années seulement en Europe ; il parait que ses racines ne 
le cèdent pas à celles de la Rhubarbe palmée ^ quant aux proprié* 
tés médicales. 

Genre ATRAPHAXIS. — Alraphaxis Linn. 

Fleurs hermaphrodites. Périanthe coloré, persistant, 
4-parti ; segments 2-sëriés : les 2 intérieurs plus grands , 
accrescents, conni vents après la floraison. Etamines 6, gé- 
minées devant les segments externes, solitaires devant les 
segments internes. Filets subulës, épaissis à la base. An- 
thères suborbiculaires^ médifixes, versatiles. Ovaire com« 
primé, immarginé. Styles 2, très-courts. Stigmates capi- 
tellés. Nucule lenticulaire, subcoriace, recouverte par les 
segments internes du périanthe. Graine à périsperme fa- 
rineux. Embryon latéral , un peu courbé : cotylédons 
plans, elliptiques ; radicule allongée. — Arbrisseaux très- 
rameux. Ramules souvent spinescents. Feuilles petites, 
alternes, ou fasciculées par l'avortement des ramules, co- 
riaces, persistantes, très-entières, rétrécies en court pé- 
tiole articulé au-dessus de sa base ; gaine-stipulaire mem- 
branacée, scarieuse, petite , adnée iuférieurement aux 
bords du pétiole, bifide (finalement 2-partie du côté op- 
posé à la feuille). Pédicelles axillaires ( soit immédiate- 
ment aux aisselles des anciennes feuilles, soit sur de courts 
ramules naissant aux aisselles de ces feuilles), fascicules, 
filiformes, inclinés, articulés vers leur milieu. £ériantfae 



FAMILLE DES POLYGONÉES. 537 

' cultivée en France depuis plusieurs années; mais jusqu'aujour- 
d'hui on n'a pas encore trouvé de procédé assez économique pour 
permettre d'en extraire avec avantage la matière tinctoriale. 

h) Fleurs T-andres, à style bifurqué. 

P£RSiCAiftE D'QRrBNT. — PersicaHa orientalis Tourn. — 
Poljgonum orientale Lînn. — Bot. Mag. tab. 2i3.— Plante 
annuelle^ haute de 5 à i o pieds. Tige ferme, dressée, rameuse 
au sommet; rameaux paniculés, scabres^ pubesceuts. Feuilles pu- 
bescentes, d'un vert gai, acuminées, penninervées : les cauli- 
naires grandes, cordiformes, longuement pétiolées; les raméaires 
ovales, ou ovales -lancéolées ; les ramulaires étroites, lancéolées. 
Gaîne-stipulaire brunâtre, courte, cyathiforme, ciliolée; pé- 
tiole marginé par la décurrence de la lame. Épis longs de i pouce 
à 3 pouces, denses, cylindracés, pédoncules, disposés en pani- 
cules lâches, simples, aphylles. Fleurs pourpres. Nuculcs lenti- 
culaires, luisantes, d'un brun noirâtre. — Cette espèce, connue 
sous les noms de Renouée d* Orient ^ Grande Renouée y et Po^ 
lygone d^ Orient y est indigène de Chine ; on la cultive comme 
plante de paiterre, et ses graines peuvent servir à nourrir la 
volaille. 

Genre BISTORTE. — Bisiorta Tourn. 

Fleurs hermaphrodites. Périanthe coloré, persistant^ 
profondément 5-fide, peu accrescent; segments presque 
égaux. Étamines 6 à 8, dont ô interposées ; filets subulés : 
les intérieurs (ou quelquefois tous) glanduleux à la base ; 
anthères ovales, médifixes, versatiles, introrses : bourses 
disjointes. Ovaire trigone, 3-style. Styles longs, filiformes. 
Stigmates petits, subglobuleux. Nucule crustacée, trièdre, 
recouverte par le périanthe. Graine à périsperme corné ; 
embryon unilatéral, largement arqué : cotylédons étroits, 
plans , contigus ; radicule allongée. — Herbes vivaces, à 
rhizome rainpant^ ligneux. Tiges très -simples. Feuilles 
alternes, pétiolées, très-entières : les supérieures à pé- 
tiole adné, dans, toute sa longuelir à la gaine-Btipulaire; 



FAMILLE DES POLYGONÉES. 539 

Disque de 8 glandes insérée s au fond du périanthe. Etar 
mines 8 : dont ô interposées, insérées en dehors du 
disque; les 3 autres insérées en dedans du disque; filets 
subulés ; anthères introrses, médifixes^ versatiles, ellip- 
tiques : bourses disjointes. Oyaire pyramidal, 3-gone, 
3-style. Styles courts, divergents. Stigmates petits, capi- 
telles. Nucule pyramidale , trièdre, crustacée , beaucoup 
plus grande que le périanthe : angles marginés, ou im- 
marginés, ou tuberculeux. Graine à périsperme farineux. 
Embryon axile : cotylédons larges, foliacés, irrégulière* 
ment convolutés, enveloppant en partie le périsperme; 
radicule courte, cylindracée, recouverte par les cotylédons. 
— Herbes annuelles ou vivaces. Feuilles alternes, à base 
sagîttiforme ou profondément cordiforme : les inférieures 
longuement pétiolées; les supérieures sessiles ou courte- 
ment pétiolées ; gaîne-stipulaire membranacée, courte ou 
tubuleuse, point fîmbriée, finalement fendue ou irrégu- 
lièrement déchirée. Inflorescences axillaires et terminales 
(celles-ci souvent fasciculées ou en cyme au sommet du 
pédoncule- commun), racémiformes, denses, subscorpioï- 
des, pédonculées, aphylles, ou rarement garnies de petites 
feuilles; pédicelles filiformes, fascicules : les fructifères 
recourbés ; chaque fascicule accompagné d'une bractée 
membranacée, petite, engainante. 

Les Sarrasins sont remarquables comme plantes ali- 
mentaires; leurs graines fournissent une farine blanche et 
nutritive, mais de qualité inférieure à celle des vraies cé- 
réales; toutefois ces végétaux sont une ressource précieuse 
pour beaucoup de contrées, parce qu'ils prospèrent dans 
les terres les plus ingrates. 

Sarrasin gomiouv. — Fagopyrum esculentum Mœnch, 

Meth. — Po{ygonum Fagopjrum Linn. — Eogl, Bot. tab. 

' io44' "^ Veuilles sagittiformes-triangulaires ou oordiformes , 

pointues. Grappes courtes, denses, spiciformes, aphjlles : les 

axillaires solitaires ; les termiiiales geminéeSy ou en oorymbe. 



FAMILLE DES POLYGONÉES. 541 

core peu répandue en Europe, se cultive fréquemment dans les 
contrées montueuses du nord de l'Inde. 

Sarrasin cymeux. — Fagopfrum cymosum Treviran. (sub 
Polygono.) — Tige élancée, flexueuse. Feuilles sagitiiformes ou 
subliastiformes, acuminées, acérées, toutes pétiolées. Grappes en 
cymes axillaires et terminales, apbyiles. Nucules acuminées, à 
angles marginés. — ^Plante yiyace, multicaule, haute de 6 à 1 3 
pieds. Tiges grêles^ dressées, rameuses vers le sommet, glabres, 
finement striées. Feuilles minces, d'un vert gai en dessus, d'un 
Tert glauque en dessous : les inférieures atteignant Va pied de 
large; pétiole grêle, ordinairement pubéruled'un côté. Pédon- 
cules grêles, dressés, les inférieurs longs de 3 à 6 pouces. Grap- 
pes plus ou moins recourbées, grêles, assez denses. Fleurs pe- 
tites, blanches. Nucules brunes. — Cette espèce croît au Népaul, 
où on la cultive aussi comme plante alimentaire ; elle est re- 
marquable par la hauteur de ses tiges, ce qui doit faire présu- 
mer qu'on la cultiverait avec avantage, en Europe^ comme plante 
fourragère; elle résiste aux hivers les plus rigoureux du nord 
de la France, mais se^ fruits n'y arrivent que rarement à ma- 
turité. 

Genre GOCGOLOBA. — Coccoloba Jacq. 

Fleurs hermaphrodites. Périanthe ô-parti, subcoloré, 
accrescent; segments presque égaux. Étamines 8, toutes 
antéposées ; filets subulés , monadelphes par la base ; an- 
thères globuleuses, didymes, versatiles. Ovaire 3-8tyle, 
trigone, à base adnée au périanthe. Stigmates capitellés. 
Nucule trièdre, spongieuse, recouverte par le périanthe 
amplifié et devenu charnu. Graine à périsperme fieirineux. 
Embryon axile : cotylédons larges, ondulés. — Arbres ou 
arbrisseaux. Feuilles sessiles ou pétiolées, alternes, en 
général grandes ; gaine- stipulai re herbacée, obliquement 
tronquée. Fleurs en grappes ou en épis oppositifoliés, al- 
longés;' bractées conformes aux gaines - »tipulaires. — 
Tous les Coccoloba habitent l'Amérique équatoriale; ces 



FAMILLB DES POLTGOKÉES. 543 

G.oGGOLOBA EXCORIÉ. -— Coccotôha excoHata Linn. -* 
Plum. le. i46y fig. I* — Feuilles ovales-oUongueS) pointues, 
à base cordiforme. Grappes pendantes. — Arbre de hauteur më> 
diocre. Écorce des rameaux très-mince. Feuilles coriaces, jau- 
nâtres en dessous. Grappes longues. — Indigène des Antilles. 

CoGCOLôBA A FRUITS BLANCS. — Coccohha Tiwea Syrartz. — 
Jacq. Amer. tab. 78. — Feuilles oblongues, acuminées, yeineu- 
âeSj luisantes en dessus. Grappes presque dressées. — Arbre 
d'^Tiron ao pieds de haut. Feuilles minces. Fruit douceâtre, 
Uane k la maturité.—- Indigène de Saint-Domingue. 

GOGCOLOBA A FEUILLES DE L AUBIER. ^-CbcCO/o^tf lawi/çUa 

Jacq. Hort. Scbœnbr. 3, tab. 267. — Feuilles coriaces, lancéo- 
lëes-oblongues, obtuses, glabres, luisantes. Grappes dressées.-— 
Arbrisseau haut d'environ 10 pieds; écorce d'un gris cendré | 
rameaux diffus. Feuilles longues de 4 à 5 pouces. Grappes cy- 
lindriques, denses, longues de 3 pouces.— -Croît aux environs 
de Caracas. 



CLA88B DBS >RISTOLOCHIÉE8. 845 

M. Baitling comprend dans cette classe les Balaruh 
phorees (i), les 'Cjrtinées (2), les Asarinées (Aristolo- 
chiées Juss. ) et les, Taccacées. Cette dernière famille, 
suivant tous les autres auteurs, appartient aux Mono- 
cotjlédones. 



(4 et 2) On est loin d'être d'accord sur la classification de ces deux fa- 
milles. M. Endlicher réunit les Cytinées (aux dépens desquelles il a cra 
devoir établir une nouvelle famille : les Rafflésiacées ) et les Balanopho- 
rées en une classe particulière, qu'il appelle Rhizanthées (nom par lequel 
M. Bhime avait déjà désigné les Gytinées seules), et qu'il considère comme 
un groupe de transition des Cryptogames aux Monocotylédones ; car 9 
suivant lui , et plusieiàrs autres botanistes célèbres , les graines des Rhi- 
zanthées seraient dépourvues d'embryon , et ne se composeraient que 
d'un tbsu cellulaire rempli de sporules analogues à celles ^t» Crypto- 
games. D'après les observations de M. Blume, confirmées par celles de 
M. Meyen et de MM. Nées d'Eseabeck, les graines des deux espèces de 
Rhizanthées examinées par ces botanistes, n'offrent qu'un tégument 
membraneux, recouvrant un tissu cellulaire homogène, lâche, grumeux, 
entremêlé de fils confervoides, irrégulièrement ramifiés : d'où M. Blume 
conclut aussi que ces graines ne sont autre chose que des spores , et que 
par cette raison les Rhizanthées (Cytinées) tiennent le milieu entre les 
Cryptogames et les Phanérogames.— L. C. Richard, au contraire, avait 
placé les Balanophorées parmi les Monocotylédones, auprès des Aroldées ; 
et M. R. Brown croit que les graines des Cytinées ont la même structure 
que celles des Asarinées. Toutes ces opinions , | ce qu'il nous semble » 
sont également hypothétiques : car les graines de la plupart des espèces 
n'ont pas été* examinées , et leur germination est absolument inconnue ; 
du reste, les graines des espèces sur lesquelles des recherches ont été faites 
sont extrêmement petites, et, par cette raison, il est peut-être impossible 
d'y découvrir Tembryon , ainsi que cela arrive aussi chez la plupart des 
Orchidées. On ne saurait donc se prononcer positivement sur la place 
que les Cydnées et les Balanophorées doivent occuper dans la série Atn 
familles naturelles, tant qu'on n'aura pas observé leur germination. 
Quant à l'interprétation que M. Blume donne de la fructification de ses 
Rhizanthées , on peut assurer qu'elle est fausse , car il est de toute évi- 
dence que les organes qu'il décrit et figure comme de jeunes spores^ ne 
sont autre chose que de jeunes ovultss, dont le nacelle n'éf t pas encore 
recouvert par le tégument. 

BOTAIIIQUI. PlIAV. T. X. 55 



FÀMILLS DES BiLANOP&OAÉSS. 547 

unisexuels ou androgjrniflores; par exceptioâ \es fleurs» 
mâles sont disposées en panicule terminale. 

Fleurs-males sesales ou subpédicellées, i-andres, ou 
3-andres, ou 4-ândres. — • Périanthe soit ( lorsque les 
fleurs sont i-andres) squamiforme, tronqué, creusé anté-» 
rieurement d*une fossette dans laquelle est niché le filet 
de 1 etaniine, ou bien engaînant letamine, quelquefois 
accompagné de squamules subverticillées; soit (lorsque 
les fleurs sont 3-ou 4-s^dres) 3-ou4-parti^ ou tubuleux 
et 3-ou 4'fide , estivation valvaire, ou induplicative, ou 
par exception "îmbricative. — Étamines en même nom- 
bre que les lobes ou les segments du périanthe^ anté- 
posées (insérées à la base des segments, ou au tube). 
Filets libres, ou sou4és en androphore tubuleux. An- 
thères basifixes, extrorses, libres, ou sjngénèses^ x<- 
thèques, ou 2-thèques: bourses (juxtaposées et le plus 
souvent inégales lorsque les anthères sont 2-thèques) 
s'ouvrant chacune par une fente soit dans toute leur 
longueur, soit seulement au sommet. -— Pistil nul ou 
rudimentaire. 

Fleurs-femelles sessiles ou subsessiles, serrées, quel- 
quefois cohérentes, le plus souvent séparées les unes des 
autres par des squamules. ''^Périanthe adné à Fovaire : 
limbe inapparent ou réduit à quelques squamules su- 
pères, unilatérales. — Pistil : Ovaire soit i-loculaire et 
I -style, soit 2-lociilaire et a-style. Ovules solitaires, 
suspendus au sommet de la loge. Styles terminés chacun 
par un stigmate discoïde ou capitellé. 

Péricarpe nu, coriace, ou rarement chirnu, indéhis- 
cent, i-loculaire, i-sperme^ quelquefois tous les fruits 
d'un capitule sont entregreffés. 

Graine conforme à la cavité du péricarpe. Tournent 
coriace ou osseux» L'amande, suivant MSI« Schott et 






CENT SOIXANTE-DIX-SEPTIEME FAMILLE. 
LESCYTINÉES.— CYTINE/E: 

Cyiintœ Brongn. in Ânnal. des Se. "Nat. 4824^ I, p. 29. (excl. gen.)— 
Bartl. Ord. Nat. p. 80. — Reichenb. Syst. Nat. p. 464. — MûonlAeo 
Blume, in Diar. Batav., i 8ât5, n^ XII ; Fior. Jav. fasc. I. — Cytima et 
Raffletiaceœ Dumort. Fam.— Schott etEndl. Melet. — Endl. Gen. Plant, 
p. 75. — Cytinaceœ et Raffletiaeeœ hindi. Nat. Syst. — Ârittoloehiarum 
genn. Juss. Gen. --m Pittiaeearum gcnn. et Hydnorinœ Agardh. 

Les Cftinées forment un groupe très voisin des Bala- 
nophorées; de même que ces dernières^ ce sont des 
plantes parasites charnues, aphyIleS| jamais vertes, dé- 
pourvues de système vasculaire, et ressemblant parfaite- 
ment, du moips dans leur jeunesse, à certains Champi- 
gnons. Mais presque toutes les espèces offrent cela de 
particulier, que Findividu entier n'est constitué que par 
une seule fleur, attachée immédiatement à la racine ou 
au rameau du végétal ligneux qui le nourrit, et recou- 
verte, avant l'épanouissement, par des écailles imbri- 
quées; chez quelques espèces cette fleur acquiert une 
grandeur énorme, et peut à juste titre être comptée au 
nombre des productions les plus extraordinaires du rè- 
gne végétal. Cette famille ne renferme qu'un petit 
nombre d'espèces, dont la plupart habitent la zone équa- 
toriale : le Cytinus Hypocistis est l'unique représentant 
de la famille dans toute la flore de l'hémisphère septen- 
trional. 

Caractères de la Famille. 

Plantes -parasites (sur des végétaux ligneux), char- 
nues, aphylles, jamais vertes, dépourvues de système 



FAMItXE DBS CYTIIfÉES. S51 

Péricarpe ch2irnvL ou coriace, pulpeux en dedans, 
polyspertne. 

Graines nidulantes dans la pulpe. Tégument coriace 
suivant M. Endlicheri membranacé suivant M. Blume. 
Amande conformée comme chez les Balanophorées. 
' Cette famille comprend les genres suivants : 

- V 

m • • 

P« TRIBU. LES EUCYTINÉES. — EVCYTINEJE 

Spach. {Cftineœ Endl. ^^ Cytinaceœ Lindl.) 

Plantes caulescentes, ou acaules^ mais pourvues dun 

rhizome rameux. Etamines en nombre défini, Anthè* 

res ^'Ou polf'thèques : bourses s^ ouvrant chacune par 

. une fente longitudinale^ flexueuses et anisomètres 

lorsque V anthère en a plus de deux. 

Cyiinus Linn. (Hypocistis Tourn. Hypolepis Pers. ) 
— Hydnora^hxxxài, ( AphyteiaLinn.) 

II* TRIBU. LES RAFFLÉSIÉES.— /îilFFZJS'i'i^CJE^ 

Schotl et Endl. ( Rhizaniheœ Bl. ) 

Plantes acaules, arhizes^ réduites à une seule fleur at* 
tachée immédiatement à la racine, {par exception au 
rameau) de l'arbre ou de V arbuste qui la nourrit {i)y 
et accompagnée d*un grand nombre d^ écailles -brac- 
téales imbriquées ( recouvrantes avant VépanouissC" 



(1) D'après les observations de M. Blume, ces parasites naissent, 
comme certains Champignons, sous forme de masses globuleuses^ homo- 
gènes, solitaires, grefîées à la sur(^ce dp bois, et dans Voriglne complète- 
ment recouvertes par Técorce ; mais k mesure que le parasite prend de 
l'accroissement , il soulève peu k peu cette enveloppe certicale ^ui , «près 
s'être rompu(>, persiste sous forme de coupe ou de gaine à la base de le 
fleur. Du reste , les racines dos espèees sur lesquellca H. BlQmç a trouvé 
des RafQésiées rampent à la surface du sol, de sorte qne jamais aucune 
partie do ptrasite ne se trouve sous terre. 



FAMILLE DES'CYTINÉBS. . 553 

ainsi que dans les autres contrées voisines de la Méditerranée ; 
' elle fleurit en mai ; ses fruits ont une saveur acidulé et astrin- 
gente; on l'emploie, dans le midi de l'Europe, contre les dys- 
senteries, les hémorragies, etc. 

« 

Genre RfflZANTHE. — Rhizmdhes Dumort. 

Plantes acaules, arhizes : une seule fleur constituant 
tout l'individu. Fleurs hermaphrodites, avant répanouis- 
sement recouvertes par des écailles-bractéales imbriquées. 
Périanthe subinfondibuliforme , charnu , glabre à la sur- 
face exteiiie, cotonneux À la surface interne, déliquescent 
peu après la floraison (ainsi que toutes les autres parties 
delà plante) : tube (partie supère) campanule, continu 
avec Tovaire et la base du style, rétréci vers la base ; limbe 
5-p'arti, étalé : segments inégaux, finalement 2-ou 3-fides ; 
gorge couronnée d'environ 15 tubercules charnus ; esti- 
vation induplicative. Anthères nombreuses, sessiles, cohé- 
rentes, subglobuleuses, 1-tbèques, transversalement 2-lo- 
culaires, 1-sériées^ verticillées autour de la base du stig- 
mate, nichées chacune dans une fossette, et s'ouvrant par 
2 pores dorsaux superposés ( ou quelquefois par un seul 
pore). Ovaire infère, comme pluri-loculaire par des {dacen- 
taires septiformes, charnus, nombreuXj atteignant presque 

• le centre de la cavité , ovulifères des deux côtés. Ovules 
innombrables, nidulants, très-petits. Style court, gros, 

' charnu , columnaire , élargi vers la base. Stigmate gros , 
fubgioDuleux, pelté, terminal, cotonneux à la surface ex-^ 
terne, concave au sommet. Fruit : l'ovaire déliquescent 
peu après la floraison sans avoir pris de l'accroissement (l). 
(Extrait de la description de M. Blume, Flora Japœ, Rbi- 
zantheae.) — Ce genre ne comprend que l'espèce suivante. 



(4) Les omles qui se trouvent en quantité innombrable dans la palpe 
de )'oraire déliquescent» sont considérés par M. Blâme comme des 
mlcs, et, suivant ce botaniste, la plaate ne produit pas de gtmlnes. 



BtM ' CLAB8B DU ABISTOLOCnÉBS. 

RaUAimt OB ZipfEt..*^ JIUMnflef ZinfMllAnmê{sifê . 
Bfugmansiû)^ Flor. JaT. Bliiunilies, p. 17, xA. 4, 5, et 6.— < ' 
ZipfêUa Brugméuista Reichenb..Syftt. Nat. p. 164. (in adoot.) ' 
— Plante croissant à la surface sapëricore des radnes au 
Cissus tuberculata Bluioe ( ce Cissus est un arbuste^griot- 
pant, à racines rampanl à ^ur de terre), tantAi sli^ire, tantôt 
en nombre plus ou moins grand sur chaque ra^âK?^ Ces para- 
sites, dit M. Blume , croissent cpielquefob si près les uns des 
antres, qu'ils se compriment mntnellcmeot, mais sans jamais ' 
sVntregreffer. — Ëouton du volume d'un œuf d'oie veii l'épo- 
que de iVpanouissementy à peine du volume d'an F^ lorsqu'il 
(Bommeoee à paraître, assis sur une sorte d'involucrfe cuputifiniDe, ^ 
' rugueux, coriace, provenant de l'ëcorce dd Cissus. ÉeaiUes- 
bract^ales au nombre d'une vinguinei 'imbriquées, insérées sor 
la base de l'ovaire, d'abord blanchâtres, puis bràaes, finalement 
noires, épaisses, coriaces, anisomètres : les inférieures plus'pe» 
titest ffuborbioulairM^ adhérentes au rcbeptade-eoftical; les soi- 
Tantes ovales, arrondies, appliquées ; les intérieures oUongues. 
Périantheblanchitreau moment de l'épanouissemeot, finalement 
roussâtre, glabre à la surface externe ; limbe large de 4 3^ 5 peu- ' 
ces : segments ovales, à 3 ou 3 lanières acuminees; tubercules 
de la couronne linéaires-oblongs, glabres, équidistants, cachés 
par le duvet. Style et stigmate inclus, blancs. Anthères blao« 
châtres; pollen ellipsoïde oii subglobuleux, visqueux. (Ex* 
trait de la description de M. Blume.) — Cette plante habite les 
forôts des montagnes de Java ; à l'époque de l'anthëse elle exhale 
une odeur cadavéreuse ; toutes ses parties sont très-astringentes. 
t 

Genre RAFFLÉSIA, - Rqfflesia R. Br. 

Plantes acaules, arhizes : une seule fleur constituant 
tout l'individu. Fleurs hermaphrodites, ou par avorte- 
ment dioïques, avant l'épanouissement recouvertes par 
des écailles bractéales imbriquées. Pcrianthe subrotacé, 
charnu, déliquescent peu après la floraison (ainsi que 
toutes les autres parties de la plante) : tube (partie snpère) 



MJULLE DES GTTmÉES. 555 

court, ventru, continu avec l'ovaire et la base du style ; 
limbe Ô-parti, étalé : segments égaux, indivises; gorge 
couronnée d'un anneau cbarnû, continu; estivation imbri- 
cative. Anthères nombreuses, sessiles, distinctes, subglo- 
buleuses, l-thèques,.concèntriquement pluri-loculaires, 
1 -sériées, verticillées autour du style, à demi enfoncées 
chacune dans une fossette de celui-ci, et s'ouvrant par un 
pore apicilaire. Les fleurs-femelles sont dépourvues d'an- 
thères. Ovaire infère, comme pluriloculaire (par des pla- 
centaires pariétaux^ charnus, septiformes, nombreux, at- 
teignant presque le centre de la cavité, ovulifères des deux 
côtés), garni (autour de la base du style) de 2 anneaux 
charnus, superposés : l'inférieur plus gros, multisulqué ; le 
supérieur ésulqué. Chez les individus mâles Tovaire n'offre 
ni cavité., ni oVules. Ovules innombrables, nidulapts. 
Style court, très-gros, charnu, en forme de col, continu avec 
l'ovaire, dilaté au sommet en disque cupuliforme, stig- 
matifère en dessus, anthérifère en dessous (au bord du col). 
Stigmates coniques, distincts, nombreux, charnus. Fruit 
comme chez le genre précédent. (Extrait des descriptions 
de MM. Blume et R. Brown.) — Ce genre, de même que 
le précédent, paraît appartenir aux îles de la Sonde ; on 
n'en connaît que 3 espèces, dont les 3 suivantes sont sur- 
tout remarquables par la dimension monstrueuse de leur 
fleur. 

r 

Rafflesie Patma. — Rafjlesia iPatma Blum. Flor. Jav. 
Rbizantheae, p. 9; tab. i, 2, et 3. ^^ Fleur hermaphrodite. 
Periaatbe à tube glabre et de couleur pourpre en dedans ; limbe 
d'abord d'un blanc carne, pub d'un brun roussâtre. Stigmates 
rectilignes^ à sommet tronqué. — Plante croissant ( en gênerai 
solitaire J sur les racines du Cissus scariosa Blume ( les racines 
de ce Cissus rampent à fleur de terre). Bouton vers l'époque de 
l'épanouissement sobglobuleux ( et, tant qu'il est encore plus ou 
moins recouvert par les écailles-bractéales, il offre le volume et 
l'aspect d'une asses grosse tête de Chou) , assis sur une sorte 



FAMILLE DES CYTINÉBS. -557 

Fleurs dioïque's. JPériaptbe à tube bërissë en dedans de longs 
' [Jbils bleuâtres^ filiformes, simples ou rameux; limbe et cou- 
ronne d'un jaune orange. Stigmates flexueux, anisomètres, très- 
nombreux, fimbries.ou irrégulièrement laciniés au sommet. — 
Plante croissant sur les racines du Cissus an^ustioUa Roxb. 
Bouton, vers l'e'poque de l'épanouissement, de la forme et du vo- 
lume d'une tête de Cbou, assis, comme l'espèce précédente, sur 
une cupule corticale. Écailles-bractéale^ nombreuses, arrondies, 
coriaces, très- glabres, rugueuses, brunes. Përiantbe à tube 
court, suburcéole', lisse à la surface externe ; limbe large de près 
de trois pieds : segments très-epais^ suborbiculaires, très- entiers, 
glabres,-, lisses à la surface externe, verruqueux en dessus, longs 
de près d'un pied; couronne épaisse, convexe, de même couleur 
que le limbe, à surface interiie moucbetée de poils fascicules. 
Style cbarnu, gros, inclus, remplissant presque tout le tube du 
përiantbe : disqu^ presque plan en dessus. Stigmates très-nom- 
breux, concentriquement pluri-sériés, saillants, de couleur orange, 
souvent barbelluîës au sommet. Anthères du volume d'un Pois : 
pollen petit, lisse. ( Extraitdes descriptions de MM. R. Brown^ 
et Jack.) — Cette espèce croit dans les forêts de Sumatra, où on 
la nomme Uruhuitl Ambun; on ne la trouve que durant la sai- 
son pluvieuse. Gomme chez l'espèce précédente, la première 
apparition du- bouton précède d'environ 3 mois l'épanouissement 
de la fleur, et toute la plante pourrit peu de temps après. A l'é- 
poque de Tanthèse, cette fleur, qui est sans doute la plus volumi- 
' neuse que l'on connaisse, exbale aussi une odeur cadavéreuse 
très-forte; au témoignage de sir Stamford Raffles et de M. Jack, 
elle pèse de isà i5 livres. 



Cahactskzs de i^ Fuulle. '. 

Herbes vÎTaces, ou tous-arbrisseaux, ou arbrisseaux 
(le plus souvent grimpants, à bois très-poreux, sans 
couchet-conceutriques bien distinctes). Tiges simples 
ou rameuses, cylindriques, ou anguleuses et caunelées, 
subarUculées (souvent noueuses), feuillëes. 

'euilles alternes, simples, pétiolées, pédatÏDervées, 
rarement penninervées, ordinairement réticulées, 
-entières, ou dentées, ou ( rarement) pédatifîdes, à 
) le plus souvent profondément cordiforme ou râû' 
le; péUole subamplexicaule. Stipules nulles, ou 



FAMILLE DES ÂSAlUNéSS. 559 

solitaires - opposiûfoU^s ( équamiformes ou subfo- 
liacées), f 

Fleurs hermaphrodites ou unisexuelles^ solitaires, ou 
fasciculées, ou quelquefois en grappes, aiillaires, ou ra- 
rement terminales, pédicellëes, le plus souyent irrégu- 
lières. 

Périanthe adhérent inférieurement à l'ovaire 5 partie 
infère herbacée; partie -supère tubuleuse ou campanu- 
lée, caduque , ou persistante, pétaloïde, ou subcoriace, 
colorée, à limbe soit régulier et 3-ou 5-ou 6-fide (à es» 
tivation soit valvaire, soit induplicative), soit liguliforme 
et indivisé, soit 2 -labié et ringent. 

Étaminés au nombre de 6 ou de 12 (rarement au 
nombre de 5 , ou de 8 , ou de 9, ou par exception en 
nombre indéfini) , soit libres et insérées sur un disque 
périgyne ou épigyne, soit adnées ou insérées au style 
ou au stigmate. Filets courts, ou nuls (du moins com- 
plètement soudés au style). Anthères extrorses ( par ex- 
ception subintrorses), 2-thèques, dressées : bourses pa- 
rallèles, contiguês, déhiscentes chacune par une fente 
longitudinale. 

Pistil : Ovaire infère (par exception semi-supère ), 
6-loculaire (moins souvent 3-ou 4-ou 5-loculaire); pla- 
centaires axiles, multi-ovulés. Ovules horizontaux ou 
renversés, 1-2-ou pluri-sériés, anatropes. Style nul ou 
columnaire, terminal. Stigmate discoïde, ou globuleux^ 
ou stelliforme ( à autant de lobes ou de dents que Fovaire 
offre de loges ), terminal. 

Péricarpe capsulaire, ou carcérulaire , ou baccien, 
6-loculaire (moins souvent 3-ou 4*ûu 5-loculaire); 
loges poly spermes (par exceptioh oligospermes, ou pai* 
avortement i-spermes). 






« • 



' i» 



., ^gHium^aïadinMieé on «Diiaoeiâbi» 

rïïptÈé k pliif fouTeiit supcrfiddy grond^mii cm Sm^ 
goau», Périqpcfnic diarntt oa wbcomfc 
oomiimiietiiicIai^ToubidB^jb; ootjlédontCBgénoil 
à peine «pparanu sfinl h gcfanaticMi. ' '^• 

Cette fimdDe oooi^ieiid les genres soifuits : 



.k 



!•• TKPU. LES A11BTOIOGHIBB8L — AUSTO- 
LOCHIES On^oM. (feiffcrtnw lâ^) 

Étamlneê dépowvues-defleis; anikires odnéeM.ou m- 
êéréeê au stjrle au au stigmate. Pirianthe caduc au 
marceicent. 

TAotUa Boub. ^- BragauUa Loureir. (Cenumom 
UnnL Yanhallia Sdiult. MonnicIdj^^ReMlilL Trimêriza ' 
lindL ). — Jristalûchia Tourn. (pioBiuk Rafin. Gtema- 
tids Enàl. Pbtolochk Rafin; Garaiolocliia et Serpecta- 

ria Reich.) — Eudodeca Rafin. — Enomeia Rafin. 

Dictyanthes Rafin. — hotrema Ra&p. (ÎSîpb'^ia Rafin. 
HocquartiaDumort.SiphoEndl. Siphonolochia Reichb.) 

ir TRffiU. LES ÂSARÉES. — ASAREE. (Asarineœ 

Link. — Dumoit. ) 

Ètamines libres^ a filets insérés sur un disque épigyne ou 
périgpie. Périanthe persistant ^ accrescent. 

Asarum Tourn. — Heterotropa Morren et Decaisne. 

GbNRB INCOMPLETEMENT CONNU. 

Trichopodium Lindl. 



PAIOLLK DES ASABinéBS. ^ S61 

Groupe voisin des A^arinées. 



LES NEPENTBIDEES. — JVEPENTHWEjE Du- 

mort. (i). 

Fleurs dioïques^ Etamines monadelpheSy syngénèses^ in" 
sérées au fond dupérianthe, Opaire inadhérenU Péri- 
'carpe capsulaire, à placentaires médii^alves^ pariétaux. 
— Feuilles terminées en urille portant un appendice 
enjorme d! ampoule munie d^un opercule mobile. 
Nepenthes Linn. (Phyllamphora Loureir. Bandura 

Bunn. Gantharifera Rumph.) 



Genre ARISTOLOCHE. — jirîstolochia Tourn. 

•Fleurs hermaphrodites, irréguUères. Përianthe siipère, 
coloré, non-persistant, à tube rectlligne ou courbé, ventru 
à la base; limbe 1-ou â-labié. Anthères 6^ sans filets, adnées 
à la surface externe du stigmate, ou au sommet du style. 
Ofairejpfère, 6-ioculaire ; loges multi-ovulées ; ovules ho- 
rizontaux, l-sériés dans chaque loge. Style court ou nul. 
Stigipate subglobuleux, ou discoïde^ ou stelliforme, 6-I0- 
bé, ou 6-radié. Capsule membranacée ou coriace, 6-locu- 
laire, septicide-sex valve, ou irrégulièrement ruptile, po- 
lysperme. Graines aplaties, strophiolées, ou recouvertes 



(4) IfefwUhidem Domort. Fam. (4829). — JVepeMlAetf Ba/tl. Ord. 
Nat. p. d4 , in adnot. — Blâme, Ennm. Plant. Jav. I » p. 84. — R. Br. 
io Edinb. Phil. Mag. 4852. — Endl. Gen. Plant, p. 545. — Korthab 
( Jfonoyr. iVepeiUA. ) in Verbandel. over de naturl. Gegch. der nederl. 
oyerzeesch. Bezitt.j Botan. fasc. I , cum fig. — Iftptmthinem (Ariitolo- 
chiarnm sectio ) Link, Elem. — Neptnthacem Lindl. Nat. Syst. — > Fy- 
drockaridtairum trilms II : Nepenih§œ , Reichb. Sytt. Nat. — Cyh'fMO- 
r«m gen. Brongn. in Anniles de< Se. nat. 4 824. 

■OTABJQrS. PRAH. T. X. 36 



rifome. Graines recouvertes d'un arille fongueux. — Herbe yî- 
vace, touffue, haute de i pied i a pieds, glabre. Racine rain- 
pante, garnie de longues fibres. Tiges ftesneuses, dreuëes. 
Feuilles fermes, d'uo vert glauque. Perianthe d'UD jaune livide, 
long d'environ G lignes. Fruit d'abord charnu, finalement sob- 
coriace, obsauréBie&t hexagone, du T«lu»e d'un «auf à» pigeen. 
Graines triangulaires, presque plaies : arille épais, brualir». 
— Cette espice, connue sous le nom vulgaire d'Âristolocht 
Clématite, est commune dans les vignes et au bord des chemins j 
elle fleurit en mai et juin. Toute la piaule, mais noUkOUlKnt U 
racine, a une odeur forte, et une saveur âue M tri«-»uk«) «U» 
jouit de propriétés toniques et si 



àRMTOiiOGHE lioif6x. '^ Aristolochid rotunda Lian. *^ 
BlànkW. Herb. tab. a56» «^ Tij^ dressëè ou dëcotnbtiite. 
Ffttilles oordiftrmes, obtuses^ subsessiies, glabres, non^stipu- 
]«'t5. Pédoncules courts, solitaires, i -flores, dressés. Tube du 
periâDtbe rectiligne^ subclayiforme, à renflement basilaire glo* 
buitux, stipitule'. Lâbelle obiong, obtus» — Herbe yivaoe, 
glabre» Racine charnue, tuberculeuse, subglobuleuse, de la 
grosseur d'une Noix» Tige grêle, longue de '/a pied à i pied, 
un ptti rameuse à la base, flexueuse. Feuilles fermes^ lisses, d'un 
Tért glauque. Përianthe long d'environ i pouce : tube jaunâ- 
tre; labelle d'un yiolet liyide* Stigmate subglobuleux, stipi- 
tttlé , couronné de 6 mamelons. Fruit oyoïde. — Cette espèce 
habite l'Europe méridionale ; elle croît dans les localités sèches 
et découyertes; fleurit en ayril et mai« Sa racine a une odeur 
forte et aromatique I jointe à une saveur acre etamère; elle jouit 
de propriétés toniques et stimulantes; on l'emploie surtout 
comme remède emménagogue, et c'est à ce titre qu'elle était 
célèbre dans la thérapeutique des anciens. 

Aristoloche longue. — Aristohchia longa Linn. — 
Blackw. Herb. tab. 267. — Mill. le. tab. 5i, fig. 2. — Plante 
semblable à l'espèce précédente par le port et la plupart des ca- 
ractères. Racine subfusiforme, allongée. Feuilles moins courte- 
ment pétiolées, subréniformes. Périanthe à tube plus fortement 
claviforme: labelle ovale-oblong. — Croît dans les mêmes con- 
trées que la précédente, dont elle a aussi toutes les propriétés 
médicales. 

h) Tigei ligneuses ou iuf frutescentes f votubiles, 

AaisToiiOCHB A GBAHDES FLEURS» -^ Afiitùlochid ginndi' 
flofm Tusiac, Flore dvs Antilles, voL 1, p. 189 ; tab. i<). *^ 
Tiges sufifrutescenus ) ramules striés. Feuitleii oordtforifiM, 
gUbrei, pointues; pétiole très-long, cylindrique* Plriafithe A 
labelle très^grand, cordifome, longuement sppitidioulé au ma- 
met. Pédottcules i -flores, iiianis vfrs leur niiliétt d'une bractée 
perfolWs. «^ Tigel itfto-toÉguii, pMut brftnehués , èubéreuses 






564 . CLAMB DM AUSTOLOCBltlji. 

jvfqoTà ^ÊAffM pîedi de hanteor An odbt de k nciiie. Be- 
netax filiformety Uchety^rèt-noiBbeiix, iurbaeés. Feoilki 
amples; pëtiole pli» gros que les ramnles. Përiandie à tnbe. 
Ikoagoney long de 8 à g ponces, et de pins de i % pooœ de 
diamtoedans certaines parties; au-dessus de sa bi^^ est 
pointue, il y a une coni^pre f«itme;«il se redresse- cnsnile,. 
défient pins teoit, et presque ^- dans son diamktBeyjnsfie 
Ters son sommet/ et se termine par une ouTertnrèoTale^ obiîqnef 
limbe large de 7 à 8 pouces, plan, ayant desnerrures saillantes 
qui partent des bords de l'orifice et s'étendent en ferme de 
nyons jusqu'à la marge du limbe, doitt la pointe aetenninepar 
un appendice linéaire long de plus de i fixa. Gor{^ c ou r o nn é s 
d'un anneau pnbesoent, de coulenf poorpre. Le tnbe du férian- 
tbè est cotonneux en dehors, et de couleur blanchâtre; le dedans 
est d'un pourpre terne. Le dessus du limbe est ja^ de bbnc 
jaunâtre et de pourpre: le dessous est blandiâtve. Gapsule^Uo^ 
.gne, hexagone. XTiiiMk;. I. c.) — Cette espèce, rcinar^aU<c 
par l'ampleur de ses fleurs, crott à SaintJ)oniiig|ie; ces Qenrs 
exhalent une odeur très-fétide, analogue à celle du* Chenoipo- 
dium Vulpana. La racine et les Jeunes pousses sont un poîs^m 
pour tons les animaux domestiques. 

Aristoloche a longue queue. — Anstolochia caudata 
Bot. Reg. tab. 1435. — Nouy. Herb. de TAmat. Il, tab. 35. 
— Tiges sufiirutescentes. Feuilles stipulées : les inférieures réni- 
formes-triangulaires, ou légèrement 3-loI)ées; les supérieures 
profondement 3-lobées, à segments subobloogs, rétrécis vers leur 
base. Périanthe à tube courbé en forme de siphon, Tentru à la 
base ; labelle plus court que le tube, cuspidé : pointe terminée 
en appendice filiforme, tortillé, beaucoup plus long qoe le pé- 
rianthe. -— Feuilles larges d'enyiron 3 pouces, pétiolées, d'un 
yert glauque, à base réniforme. Stipules amples , subcordifer- 
mes. Pédoncules solitaires, arqués, i-flores. ^Périanthe à tnbe 
d'un yert liyide ; labelle d'un pourpre yiolet, large d'enyirai 
18 lignes ; appendice long de près de a pieds. — Cette espèce, 
indigène du Brésil, se cultire dans les collections de scrc : die 



rA]nLi4i DIS asàrinAbs. S65 

est remarquable par la longueur de Tappeiidiee du labelle de son 
périantlie. 

Sowg^nre PISTOLOGHIA la6a. 
Limbe du périanthe bi-Iabié, subringent. 

a) Tifêt velukiiei. 

Aristoloche a grand labelle. — Aristolochia labiaS0 
Ker, Bot. B.eg. tab. 689. — Bot. Mag, tab. 2545. — Nouv. 
Herb. dei*Amat. II, tab. 3i. — Aristolochia ringens Liok, 
Hort. Berol. tab. i3. — Feuilles réDÎformes ou cordiformes-or- 
biculaireS) très-obtuses, stipulées. Përianthe à tube court, très- 
yentru infeneurement, courbe en forme de siphon ; lèvre infé- 
rieure très-grande, plane, bilobée au sommet ; lèvre supérieure 
beaucoup plus courte, naviculaire, oblongue-Iancëolee« — Tiges 
très-longues, subéreuses à la base. Jeunes pousses grêles, cylin- 
driques, d'un vert glauque. Feuilles larges d'environ 4 pouces, 
d'un vert gai en dessus, d'un vert glauque en dessous. Stipules 
réniformes. Pédoncules solitaires, 1 -flores, tortueux, inclinés, 
longs d'environ 4 pouces. Périanthe long de près de i pied, blanc 
à la surface externe ; tube beaucoup plus court que la lèvre infé- 
rieure, marbré de tacbes brunes, de même que la lèvre supé-» 
rieure, qui est plus courte que le tube ; la surface intérieure du 
tube et la partie inféneare de la lèvre inférieure sont d'un pour- 
pre brunâtre ; oelle-ci est longae d'environ 6 pouces, rétréde 
au milieu, très-élargie vers le sommet, et marquée de quantité 
de points bruoa, disposés en réseau. — Cette espèce, remarquable 
par Fampleur de sa fleur, est originaire du Brésil ; on la cultive 
comme plante d'ornement de serre, quoique ses fleurs exhalent 
une odeur cadavéreuse. 

b) Tigm hêriaeiu, drtiséa. 

AaiffOLOGBB SsAFKifTAiaE. — uiristohchia SerpenUaim 
Linn. — Tije flexueose. Feuilles cordiformes-obkmgues, aen- 
minées. Pëdimcidessiibntdicaux. Périanthe irrégulièrement cam* 

96. 



FJplILLE DBS ASARUféBS. 567 

tiokgrèie, cylindrique, loDg d'enyiron 3 pouces* Bourgeons 
petits, cotonneux, pointus. Pédoncules solitaires,* ou génunés, 
ou ternes, souvent plus longs que les pétioles. Përiantbe d'un 
brun verdâtre, glabre ; limbe large de 6 à 9 lignes, étalé, plus 
court que le. tube. Stigmate subglobuleux, subsessile. Anthères 
rouges. Capsule chartacée, brunâtre, longue d'environ 4 pouces. 
Graiues obovales, à arille subéreux. — Cette espèce, nommée 
vulgairement Aristoloche à grandes feuillesj et Aristoloche 
Siphon^ est indigène de l'Amérique septentrionale ; on la cultive 
connue arbuste d'ornement : ses nombreux sarments et son ample 
feuillage la rendent propre à couvrir en peu de temps des murs, 
des berceaux, etc.; -fleurit en été. Le bois a une forte odeur de 
campbre; il est très -poreux, de sorte que, coupé transversale- 
ment, il a l'aspect d'une dentelle. 

IsoTRÈMB coTOvvEVJi. ^^ Isotrema tomentosum Sims {sub 
^jiristolochia)y Bot. Mag. tab. 1869. — Tiges ligneuses, voln- 
biles. Feuilles cordiformes-orbiculaires , cotonneuses en des- 
sons. Pédoncules i-flores , subsolitaires, ébractéolés, pendants. 
Pcrianthe velu : tube en forme de siphon. — Arbuste semblable 
à l'espèce précédente par le port et l'ampleur du feuillage. Pé- 
rianthe d'un jaune verdâtre. — Indigène des États-Unis ; se cul- 
tive aussi comme arbuste d'ornement. 

Genre ASAR£T. — jésarum Linn. 

Fleurs hermaphrodites, régulières. Përianthe subcam- 
panulé, persistant, accrescent, 3-fide, subcoriace; tube 
adhérent inférieurement ; estivation valvaire. Disque 
charnu, adné au sommet de l'ovaire. Étamines 12, libres, 
incluses, insérées au disque, alternativement plus longues 
et plus courtes. Filets courts, filiformes, prolongés au delà 
de l'anthère en appendice subulé; anthères extrorses, el- 
liptiques, adnées au filet. Ovaire infère, 6-loculaire; loges 
multi-ovulées ; ovules nidulants, vagues. Style court, gros, 
columnaire. Stigmate gros, à 5 lobes obtus, recourbés, pa- 
pilleux en-dessus. Péricarpe chaitacé, couronné, fr-Iocu- 



FAMILLE DES ASARINÉES. 569 

sarel, à Fëtat sec, est un violent sternutatoire : il fait la base de 
la préparation pharmaceutique appelée poudre de Saint-Ange. 
Jadis cette plante était en vogue comme sudorifique, diurétique, 
fébrifuge, emménagogue, et céphalique. 

jàsARET DU Canada. — Asarum cànadense Linn.— -Sweet, 
Brit. Flow. Gard. tab. gS. — Pédoncule 2 à 3 fois plus long 
que le périantbe. Périanthe cotonneux : segments oblongs-Ian- 
cëolés, acumînés, réfléchis. — Plante ayant le même port que 
YAsaret d'Europe, Feuilles plus larges, plus velues surtout au 
pétiole, d'un vert glauque. Fleurs d'un pourpre violet. — Cette 
espèce croît au Canada et aux États-Unis, où on l'appelle Oin- 
gemhre sauvage; ses propriétés sont les mêmes que celles de 
l'espèce précédente ; les médecins anglo-américains l'adminis- 
trent souvent à titre de fébrifuge. Fleurit au printemps. 

b) Tigei preêqm nullet, 4 -phyllet au sommée, 

AsABET DE YiBGiMiE. — uésarum *virginicum Lintï, — Sweet, 
Brit. Flow. Gard. tab. 18. -- Feuilles cordiformes-orbiculaires, 
glabres, coriaces. Fleur subsessile. Périanthe campanule, glabre 
àlasurfaice externe. — Plante semblable à l'espèce précédente 
par le port. Feuilles marbrées de taches blanches. — Indigène 
des États-Unis^ cultivée comme plante d'agrément, à cause de 
l'élégance de son feuillage. 

AsARET A FEUILLES DE GouET. — .Asuntm arifoUum Mich. 
Flor. Bor. Amer. — Hook. Fxot. Flor. tab. 4o« — Feuilles 
cordiformes ou sagittiformes, souvent pointues. Périanthe ur- 
eéolé : segments connivents, pubescents à la surface interne. — 
Racine assez grosse. Feuilles subcoriaces, pubescentes aux bords 
et à la surface inférieure, d'un vert foncé en dessus, marbrées 
de tadies blanches; pétiole pubescent. Fleur comme radicale; 
pédoncule souterrain. Périanthe d'un pourpre foncé. — Croît 
dans les provinces méridionales des États-Unis; cultivée comme 
plante d'agrément; fleurit au printemps. 



r ii » wjp i i ^iwiiiippijpj| 



■411 ■ 



MniM, trèv-^ndirec, narrcnaea, cagatiiatiut I Itnr btkct 
cimffcrM >ii «MnmM i vrille pendante, limpUt {dus M 
MoÏBi tortilla, préhmille, dilatés aa Mtnniet an amiieal* 

coriace ou herbacée, operculée, redreasët, loilvent colo- 
rée, plus ou nioJDS aplatie (et quelqufois 2-ptère) anté- 
rUurement i orifice muni d'un rebord en Forine de bour- 
relet, (trié, de couleur plus foncée que celle de l'ampoule 
même ; les feuilles supéiieures ont quelquefois des vrilles 
dépourvues d'ampoule. Fleurs petites, trés-Dombreuses, 
dllpostfea en grappes ou en pauicules terminales {ou oppo- 
Sitlfollécs JMr Suite de l'allongement du rameau ou de U 
tigfl)> — La Structure des feuilles Aea Aêpatihet a étèai- 
gnilée depuis lobgletups comme l'une des curiosités le! 
plttl atraordlnalrés du règne végétal. Le sîngntier appea- 
dite qui sut monte la trille de ces feuilles (et qu*on appelle 
urne ou sscide) est une sorte d'outre ou d'ampoule, dont 



PÂXILLB Dit ASA&lHilM. B71 

la fofimt et la grandeur ▼arieiit suivant les différentes es- 
piees an genre. Dans leur Jeuneèse, ces urnes sont rem-- 
]dies à peu près jusqu'à moitié d'un suc limpide^ pres^ 
que insipide, et leur orifice est complètement fermé par 
un couvercle (ou opercule) : lorsque l'urne approche da 
terme de son développement, son opercule s'onvre moyen- 
nant une sorte de charnière ( articulée à l'angle postérieur 
de ISirne), mais il ne se referme jamais après, et, le li- 
quide une fois évaporé, il ne se renouvelle plus (1). La 
strÙQture de la tige des Népenthes offre aussi des particu*> 
larités non moins remarquables que les feuilles de cet 
plantes, et elle s'écarte beaucoup de la structure habi- 
tuelle des végétaux dicotylédones. Le bois de ces tiges ne 
présente aucune trace de couches concentriques, tandis 
que les trachées y abondent, de même que dans la moelle; 
et, entre Técorce et le bois, se trouve une autre couche, 
entièrement composée de trachées. 

On connaît aujourd'hui neuf espèces de ce genre , dont 
une indigène de Madagascar ; toutes les autres appartien- 
nent à l'Asie équàtoriale, et la plupart d'entre elles aux 
lies de la Sonde. Ces végétaux croissent dans les localités 
humides ou marécageuses ; ils se prêtent très-difficilement 
à la culture en serre : aussi en possède-t-on bien rare- 
ment dans les collections de plantes vivantes. Nous ne 
pouvons faire mention que de l'espèce la plus ancienne- 
ment connue. 

I^ÉrsNTHs Di&TiLLATOiRB. — Nepéfithés distUiatoHti Linn. 
— Burm. Zeyl. p. 4^, tab. 17. — Piuk. lab. 337, fig. 3. — 

(4) On avait avancé que le couvercle de l'urne des Népenthes se fermait 
chaque soir, pour se rouvrir le lendemain, et que, durant cet intervalle, 
l'urne , par une nouvelle sécrétion de liquide, réparait la perte que lui 
avait fait éprouver Févaporation journalière; mais, au témoignage de 
MM. Blume, Jack, Korthals, et autres botanistes par lesquels les Népen- 
thes ont été observés dans leur climat natal , ces assertions sont absolu- 
meot erronées.