(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Iconographie des champignons de Paulet, recueil de 217 planches dessinées d'après nature, gravées et coloriées, accompagné d'un texte nouveau présentant la description des espèces figurées, leurs synonymie, l'indication de leurs propriétés utiles ou vénéneuses, l'époque et les lieux ou elles croissent"



LO 
LO 







L1BRAHY 
OF THE 
U N I VER.SITY 
OF J.LL1NJ3' 



^ 




L57i 



NAT. HIST. 



1 he person charging this material is re- 
sponsible for its return to the library from 



lief 



ore 



the 



which it was withdrawn on or 
Latest Date stamped below. 

Theft, mutilation, and underlining of books 
are reosons for disciplinary action and may 
resuit in dismissal from the University. 

UNIVERSITY OF ILLINOIS LIBRARY AT URBANA-CHAMPAIGN 






L161 — (1-1 0'ir, 



Digitized by the Internet Archive 

in 2011 with funding from 

University of Illinois Urbana-Champaign 



http://www.archive.org/details/iconographiedescOOIv 




'<mmM*#^ï*t 



ICONOGRAPHIE 



DES CHAMPIGNONS. 



OUVRAGES DE J. J. PAULET 



CHEZ LES MEMES LIBRAIRES. 



Trait»' «les* « 'l>aiM|iiguoiis . ouvrage dans lequel on trouve l'histoire analytique et chronologique 
des découvertes et des travaux sur ces plantes, suivie de leur synonymie botanique et des tables néces- 
saires, la description détaillée, les qualités, les effets, les différents usages, non-seulement des Champignons 
proprement dits, mais des Truffes, des Agarics, des Morilles et autres productions de cette nature, avec 
une suite d'expériences tentées sur les animaux, l'examen des principes pernicieux de certaines espèces. 
et les moyens de prévenir leurs effets ou d'y remédier. Paris, 179.'), 1 vol. in-4 de li'i 11 et 47ii pages. *20 (ï. 

Flore et l'aune de Virgile, ou Histoire naturelle des plantes et des animaux [reptiles-insectes) les 

plus intéressants à connaître, et dont ce poète a fait mention, par te docteur J. J. Paulet. Pans, 1XH4. ni-S. 
avec 4 planches gravées et coloriées 5 fr. 



Coiibiu., lyp, el stér. de Crète. 




°j \ lïii' . ^ (ifi^ fiXîtî jj^^o icj^^) 



ICONOGRAPHIE 

DES CHAMPIGNONS 

DE PAULET, 

RECUEIL DE 217 PLANCHES 

DESSINÉES D'APRÈS NATURE, GRAVÉES ET COLORIÉES, 

ACCOMPAGNÉ D'UN TEXTE NOUVEAU 

PRÉSENTANT LA DESCRIPTION DES ESPÈCES FIGURÉES, LEUR SYNONYMIE, i/lNDICATlON DE LEURS PROPRIÉTÉS UTILES 
OU VÉNÉNEUSES, L'ÉPOQUE ET LES LIEUX OU ELLES CROISSENT. 

PAU J H. LÉ VEILLÉ, 

Docteur en médecine (le la Faculté de Paris , membre de la Société de Médecine de Paris, de la Société 

Philomathique delà même ville, et membre correspondant de plusieurs autres 

Sociétés savantes nationales et étrangères. 



A PARIS, 



CHEZ J. B. BAILLIÈRE, 

LIBRAIRE DE l'aCADKMIE IMPÉRIALE DE MÉDECINE. 

RUE HAlTEFEl ll.I.E , 19. 

LONDRES, NE W - Y O 11 K , 

H. BAILLIÈRE, 2111, REGENT STREET. II. BAILLIÈRE, 2110 , BROADVt 11 

MADRID , C. BAILLY-BAILLIÈRE ,11, CALLE DEL PRINCIPE. 

1855 



£} O /* ^^-r^ 

S LS-îL y*/-. 






PRÉFACE. 



\J Histoire des Champignons de Bulliard et celle de P.iulet sont les deux ouvrages aecom- 
pagnés de planches , les plus remarquables qui aient été publiés en France. Le premier a 
obtenu, à juste titre, le suffrage de tous les botanistes qui se sont occupés de mycologie: 
le second n'a pas été aussi favorisé. Les travaux de J. J. Paulet sont cependant assez impor- 
tants; lorsqu'on les parcourt, on a bientôt acquis la conviction que sa vaste érudition et son 
zèle infatigable, lui permettaient de remplir, aussi bien que possible, la lourde tâche qu'il 
s'était imposée. 

C'est en 1793 qu'il publia son ouvrage. Mais déjà en 1775 il en avait présenté le ma- 
nuscrit à l'Académie des sciences et à la Société royale de médecine qui l'avaient honoré de 
l'accueil le plus flatteur et avaient exprimé en même temps le vif désir de le voir promptement 
livré à la publicité. Le texte fut d'abord imprimé en deux gros volumes in-4"; les planches 
parurent ensuite par livraisons. Si les figures laissent quelquefois à désirer dans ce qui con- 
cerne les détails, elles rachètent en général ces défauts par l'exactitude du dessin et de la 
couleur qui donnent aux champignons une apparence de vie. Avec ces qualités, l'ouvrage 
devait prendre son rang dans les bibliothèques et dans le monde savant. 

Les espérances de l'auteur ont été trompées. Les mycologues français et étrangers pendant 
de longues années, ont porté peu d'attention à l'ouvrage de Paulet. i\ous croyons devoir rap- 
porter cet oubli, au mouvement révolutionnaire qui occupait alors vivement tous les esprits, 
à la nomenclature française que l'on a trouvée bizarre , bien qu'elle ne fît que rappeler, 
dans un grand nombre de cas, des noms vulgaires usités dans plusieurs de nos anciennes 
provinces; et enfin à la publication des planches qui ne fut terminée qu'en 1835, et encore 
bien des années après la mort de Paulet. Ce grand travail, quia absorbé une grande partie 
de la vie d'un savant laborieux, serait peut-être resté incomplet si M. Ilouel Paulet. 
son neveu, ne s'était chargé de publier les dernières livraisons. 

Les planches qui composent cet Atlas sont au nombre de 217 ; elles représentent la ligure 
de 464 espèces. Toutes ces espèces n'appartiennent pas à Paulet ; il en a emprunté un certain 
nombre aux auteurs qui l'ont précédé, tels que Sterbeeck, Micheli, Batseh et autres. Dans sou 
ouvrage, il donne, de chacune d'elles, une description plus ou moins étendue et qui est 
constamment suivie de l'indication de l'époque à laquelle elle croît, du lieu où on la trouve 



vi PRÉFACE. 

et de ses propriétés; souvent même il lui arrive de faire connaître les moyens de la con- 
server ou la manière de la préparer pour l'usage culinaire; et si, par le t'ait d'imprudence, 
elle a causé quelque accident un peu grave ou un véritable empoisonnement, Paulet a tou- 
jours le soin de rapporter l'observation avec tous les détails qu'il a pu recueillir. 

Lorsque Persoon publia à Gottingue en 1801 son Synopsis fungorum, il est probable qu'il 
ne connaissait pas Paulet, parce qu'il n'en fait mention dans aucun endroit de ce précieux 
ouvrage. C'est seulement en 1819, dans son Traité des Champignons comestibles, et en 1828 
dans la troisième section du Mycologia europœa qu'il le cite quelquefois. Persoon est mort, 
laissant incomplète cette dernière œuvre qu'il avait commencée depuis longtemps et dans 
laquelle le nom de Paulet aurait été souvent rappelé, comme nous avons pu nous en con- 
vaincre, en parcourant les planches du Traité des Champignons annotées de sa propre 
main et dont nous devons la communication à la bienveillance de notre excellent confrère 
M. le docteur Cordier. Quand on consulte la Mycographie suisse, on voit que M. Secretan'a eu 
entre les mains Paulet , et qu'il y a puisé quelques renseignements utiles. M. Fries, dont les 
connaissances en bibliograpbie mycologique sont si étendues, ne parait pas avoir eu à sa 
disposition le Traité des Champignons, du moins pendant le temps qu'il élaborait son Stjstema 
mycologicum, dont le premier volume fut publié en 1821. Rien dans cet ouvrage, qui pro- 
duisit alors une révolution dans l'étude méthodique des Champignons, ne révèle l'existence 
de Paulet : maison 183G, quinze années plus tard, il en avait fait une étude approfondie, et 
il en consignait les résultats dans son Epicrisis Systematis mycologie/'. Le savant professeur 
qui, dans un grand nombre de circonstances, a su, et avec un bonheur souvent étonnant, 
rétablir des espèces très-douteuses et même méconnaissables, en raison de l'absence presque 
totale des caractères énoncés par les auteurs, a passé en revue la plus grande partie de celles 
que Paulet a décrites et figurées : aux unes, qui étaient déjà connues, il a restitué leur véri- 
table nom; aux autres, qui ne l'étaient pas, il en a donné un nouveau; parmi ces dernières, 
se trouvent un Agaric et un Bolet qu'il a consacrés à la mémoire du botaniste français. 

Tous les mycologues connaissent les difficultés que l'on éprouve lorsqu'on a besoin de 
consulter le Traité des Champignons de Paulet. Si le texte est assez commun , il n'en est pas 
de même de l'atlas qui doit l'accompagner. Les exemplaires de l'ouvrage complet sont 
rares : il est probable que, du vivant de l'auteur, il n'a été tiré qu'un petit nombre de 
planches, car après sa mort on n'en a pas retrouvé, tandis que tous les cuivres étaient en bon 
ordre et en parfait état de conservation. En devenant propriétaire de ces Planches 
M. .1. B. Baillière, a pensé qu'une nouvelle édition, ne serait pas sans utilité pour la science : 
cette heureuse idée nous a conduit, malgré l'aridité du travail, à y joindre un lexte nouveau. 
concis et en rapport avec l'époque actuelle. 

Les descriptions de champignons, chez les anciens auteurs, pèchent constamment par 
trop de brièveté; celles de Paulet. quoique plus étendues, laissent le [dus ordinairement 



PREFACE. vn 



planer le doute ; elles ne sont pas faites avec assez de méthode, et d'ailleurs on voit manifes- 
tement que les figures devaient leur servir de complément. Les nôtres ont pour but de faire 
disparaître quelques incertitudes et surtout d'établir la concordance synonymique avec Per- 
soon, Fries, Bulliard et tous les auteurs les plus estimés de notre époque. Cette concordance 
étant établie, l'ouvrage de Paulet ne reste plus isolé, il peut être consulté partout le monde. 

Il eût été facile d'entrer dans de longues discussions sur la valeur de plusieurs espèces, et 
surtout de faire preuve d'érudition en multipliant les synonymes. Nous avons évité les unes, 
parce qu'elles n'auraient convaincu personne, et nous avons été très-sobre des autres, 
parce que généralement plus ils sont nombreux, plus y a d'espèces différentes confondues. 
Nous avons préféré n'en donner que deux ou trois qui font connaître l'auteur de l'espèce, la 
source à laquelle Paulet a puisé et la meilleure figure que l'on connaisse. Malheureusement 
il y a un certain nombre d'espèces représentées qu'il nous a été impossible de reconnaître, 
tjuelques-unes, offraient des caractères que l'on pouvait encore saisir, elles ont été dé- 
crites et ont reçu une nouvelle dénomination ; d'autres, et elles sont assez nombreuses, ont 
été rappelées, mais en y joignant la description même de Paulet, afin de ne pas mutiler 
l'ouvrage et de laisser à chacun la liberté de les interpréter comme bon lui semblera. 

L'atlas du Traité des Champignons ne se recommandait pas par la régularité dans la «lis- 
position des planches. Si chaque feuille, comme c'est le cas le plus ordinaire, ne porte qu'un 
seul numéro d'ordre, il y en a qui sont indiquées par bis et ter, d'autres qui sont multiples, 
c'est-à-dire, qui renferment deux ou trois planches, enfin on en trouve qui sont complé- 
mentaires et dont la série des numéros commence par 4, 5 ou 0. Cette disposition vicieuse. 
rendait l'ouvrage de Paulet d'un usage difficile, {/auteur cependant avait remédié à cet in- 
convénient, en répétant sur les planches, à la suite de chaque nom spécifique, le chiffre 
correspondant à la pagination de son texte, de sorte que chaque description renvoyait à la 
figure, et chaque figure à la description. Ces indications ont été conservées sur les nou- 
velles planches pour ceux qui possèdent le texte de Paulet. Nous avons seulement, afin de 
rendre les recherches plus faciles, donné un seul numéro à chaque planche et régularisé 
ceux des planches supplémentaires. Ces légers changements ne modifient pas l'atlas; il con- 
serve toute son intégriié, et sa disposition est plus régulière. 

Lorsqu'on suit la description d'une espèce avec la figure sous les yeux, il arrive quelquefois 
que les couleurs indiquées ne sont pas celles qui sont rendues; on croirait volontiers que 
l'artiste s'est oublié un instant. VAgaricus Aquifolii en offre un exemple remarquable : le 
chapeau de ce champignon est peint en rouge. Paulet a corrigé lui-même cette faute, en 
donnant une seconde planche sur laquelle le rouge est remplacé par le jaune qui est la cou- 
leur naturelle. Cette espèce n'est pas la seule, il y en a d'autres qui pèchent également, sous 
le rapport de la couleur, mais dans quelques parties seulement; nous avons cru devoir re- 
toucher ces couleurs afin de mettre les figures en harmonie avec le texte. Ce sont les seuls 



vin PRÉFACE. 

changements que nous avons fait éprouver à l'ouvrage. Tout le monde conviendra que c'était 
une nécessité, et qu'il ne fallait pas laisser subsister des négligences qui pouvaient entraîner 
des erreurs en présentant des espèces revêtues de couleurs qui ne leur appartenaient pas. 

Enfin, pour rendre les champignons plus faciles à reconnaître, nous nous sommes abstenu 
d'employer des termes scientifiques; c'eût été agir contre les idées de Paulet qui voulait 
que tout le monde pût le comprendre. Nous avons conservé, autant qu'il nous a été pos- 
sible, tous ses noms spécifiques latins; mais nous rappelons avec regret, que le professeur 
F ries qui, dans tous ses ouvrages, s'est fait une loi de restituer à chaque espèce , le nom pri- 
mitif qu'elle a reçu de chaque auteur qui l'a fait connaître, s'en est complètement affranchi 
à l'égard de Paulet qui, dans un grand nombre de cas, avait une antériorité incontestable 
sur beaucoup de mycologues modernes. Nous ne chercherons pas à connaître les motifs 
de celle injustice, nous n'avons pas cherché à la réparer, mais nous devions la signaler. 



Une table alphabétique des noms de chaque espèce, des noms synonymiques et des noms 
vulgaires était indispensable. Nous l'avons faite ; elle facilitera les moyens de consulter cet 
ouvrage trop peu connu. 

LÉ VEILLÉ. 

Paris, juillet 1855. 



TABLEAU EXPLICATIF DES SIGNES FIGURÉS AU BAS DES PLANCHES. 

\iJ Champignon de bonne qualité. 

\_J non mal-faisant. 

\l) qui peut nuire ou contracter une mauvaise qualité. 

/ \ de qualité suspecte ou de classe mal-faisante. 

/i\ qui nuit ou incommode évidemment. 

£± qui est encore plus nuisible 

£^ qui met en danser de mort. 

^^ qui est mortel. 

A qui n'est pas propre à être mangé, sans avoir rien de vénéneux. 

A qu'on ne mange pas, mais qui peut nuire si l'on en fait usage. 

La lettre c. après le signe, annonce une espèce commune. La lettre r.une espèce rare, et la lettre p. une espèce particulière 
à certains pays, ou certains cantons. 



CONOGRAPHIE DES CHAMPIGN 



S' S 



D.EDAIEA OUERCINA. Persoon. — PI. I, fig. 1,2. 

!i£BtR»TiiE ktrille. — Agaricus quercinus. Linné. 
Chapeau sessile, sémi-orbiculaire, subéreux, très-tenace ; sa surface est plane, d'une couleur pâle ou légèrement 
violetée, nue, lisse ou tuberculeuse et marquée de zones concentriques. La face inférieure est garnie de lames 
épaisses, subéreuses, obtuses à la marge, beaucoup plus larges que le chapeau n'est épais et anastomosées 
entre elles de manière à former des sinus inégaux qui ressemblent à un véritable labyrinthe; ces lames sont 
blanches dans le jeune âge et comme recouvertes de poussière, plus tard elles prennent la couleur du chapeau. 

Habitat. En hiver et au printemps, sur les troncs et les vieilles poutres de chêne. 

Agaricus quercinus. L. FI. Suce. 1241. 

Agaricus làbyrinthiformis. Bull, lîist. Champ, tab. 352 et 442, fig. 1 . 
Propriétés. Les auteurs disent qu'on s'en sert pour nettoyer les cheveux et étriller les chevaux. On peut en retirer 

de l'amadou, mais de qualité inférieure. 

SCHIZOPIIYLLUM COMMUNE. Fuies. — PI. I. fig. 3, 4, 5. 

l.a Petite coostheee pétoncle. — Hyponevris multifida. Pailet. 
Chapeau membraneux, coriace, flexible, sessile et atténué vers sa base, recouvert d'une couche tomenteuse, presque 
spongieuse, d'un blanc grisâtre et marqué de quelques sillons concentriques; marge entière, lobée ou multifide. 
La face inférieure est d'un blanc violeté ou rougeàtre, formée' de lames disposées en éventail et entremêlées 
d'autres plus petites; elles sont repliées à leur marge, tomenteuses en dehors et lisses en dedans. 

Habitat. Sur l'aune, le tilleul, le tremble et beaucoup d'autres arbres, au printemps. 

Agaricus alneus. L. FI. Suer. 1242. 
Propriétés. On ne connaît aucun .usage à ce champignon. 
Obs. — Le Schizophyllum commune n'est pas un agaric, quoique tous les auteurs l'aient considéré comme tel ; il 

est beaucoup plus voisin des Théléphorées que de toute autre famille, et le genre Cora parait être celui 

dont il se rapproche le plus. 

DiEDALEA QUERCINA. Persoon. Var — PI. 11, fig. 1. 

liABimfTiiE bochib — Agaricus quercinus. Pailet. 
Cette variété diffère de l'espèce type en ce que les laines sont moins anastomosées entre elles, qu'elles semblent 
rayonner d'un point commun et que plusieurs d'entre elles sont divisées, libres et forment des dents aplaties. 



2 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

Haiiitat. Sur les poutres de chêne. 

Agaricus labyrinthiformis. Bill. Ilisi. Champ, pi. 442, fig. 1. 
Propriétés. On ne les connaît pas. 

D/EDALEA QUERCINA. Persoon. — Var. porosu. — PI. II, fig. 2, 3, 4. 

libi»»the (iiiPEtii. — Agaricus quercinus. Paulet. 

Dans cette variété la face inférieure n'est plus garnie de lames simples ou anastomosées ou en forme de dents, 
elle est poreuse comme celle des Poix pures. Les cloisons qui forment les tubes sont épaisses, de la même 
nature que le chapeau, et recouvertes de poussière comme les lames ou les dents de la membrane fructifère 
(Hymenium) ; l'ouverture des pores est plus ou moins anguleuse et obtuse à la marge. 

Habitat. Sur les vieilles poutres. 

Agaricus labyrinthiformis. Bill. llist. Champ, pi. 442, fig. F. 
Propriétés. On ne lui en connaît aucune. 

LENZITES SEPIARÎA. Fries. — PI. II, fig. 5. 

«•-tint de Saixt-Clocd. — Agaricus resupinus. Paulet. 
Chapeau subéreux, réfléchi ou résupiné, attaché quelquefois par le centre, développé en largeur ou d'une 
manière orbieulaire ; sa surface est zonée, veloutée et brune. Les lames sont épaisses, d'inégale longueur, 
anastomosées, simples ou bifides, subéreuses comme le chapeau et de couleur jaune sale ; elles deviennent 
noires dans l'extrême vieillesse. 

Haiiitat. Sur les planches de sapin. 

Agaricus de Saint-Cloud. Vaill. Bot. Par. \>. 3, tab. 1, fig. 1-4. 

Agaricus sepiarius. Plks. Syn. fung. p. 41S7. 

Agaricus abietinus. Bill. Ilist. Champ, tab. 442, fig. 2, et 451, fig. 1. 
Propriétés. Sans utilité. 
Ons. — Le champignon de Paulet est représenté dans la position résupinée. La synonymie qu'il en donne ne laisse 

pas le moindre doute sur son identité avec celui que décrit l'auteur du Botanicon Parisiense. 

POLYPORUS IMBERBIS. Bulliard.'? — PI. 111. fig. 1. 

■iODirR NiiiKni.iv. — Xylometron lobatum. Paulet. 

Chapeau sessile, lobé, subéreux, épais, d'un gris sale. Pores grands, uiégam, en forme de lyrelles, jaunâtres ou 
de la couleur du chapeau. 

Haiîitat. Sur les vieux arbres. 

Polyporus imberbis. Fit. ? Epie. Syst. myc. p. 451. 
Propriétés. On n'en connaît pas à ce champignon. 
Oits. — Cette espèce est très-douteuse, parce que Paulet n'a pas dit un seul mot de la forme ni de la couleur de 

la face inférieure du chapeau. 

SISTOTBEMA MOLACELM. Peusoon. — PI. 111, fig. 2. 

agaric îpiseix. — Xylometron spinosum. Paulet. 
Chapeaux plus ou moins nombreux, résupinés ou réfléchis, et alors imbriqués, sessiles, sémi-orbiculaires ou lobes, 
coriaces, flexibles, presque membraneux, tomenteux et d'un gris sale. Face inférieure formée de polîtes lames 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 3 

étroites, aplaties, alongées, d'une couleur violette, et réunies quelquefois à leur base de manière à former des 
tubes inégaux, anguleux, presque superficiels. 

Habitat. Sur les vieux troncs de sapins. 

Hydnum decipiens. Schrad. Spic. p. 180. 

Polyporus abietinus. Fr. Stjst. myc. 1, p. 371). 
Propriétés. On ne lui en connaît pas. 
Ons. — Ce champignon est un de ceux dont la forme des dents varie le plus ; c'est ce qui fait qu'on le range 

indifféremment parmi les Agarics, les Hydnes et les Polypores; mais quand il est bien développé, la structure 

de sa face inférieure ne permet pas de le placer dans aucun de ces genres. 

POLYPORUS SANGUINEUS. Fries. — PI. III, fig. 3,4. 

A«.»nac §.ikgiiix. — Xylometron sanguineum. Paulet. 
Chapeau dimidié, réniforme ou orbiculaire, subéreux, flexible, zone, glabre, aplati et un peu relevé en bosse 
à sa base ; pédicule nul, latéral ou quelquefois central, mais toujours très-court et assez souvent dilaté en écus- 
son à sa base. Tubes très-courts, si petits qu'on ne les voit pas à l'œil nu ; leur ouverture est anguleuse et le 
bord obtus. Tout le Champignon est d'une belle couleur rouge de sang. C'est même de là qu'il tire son nom. Sa 
substance intérieure est d'une couleur fauve pale. 

Habitat. On le trouve très-abondamment sur le tronc des arbres à Surinam et dans toutes les Indes occidentales. 
(Test à tort que Paulet dit qu'il croit aussi en Europe. 

Boletus sanguineus. L. Sp. pi. p. lG'jti. 
Propriétés. Swaitz dit que les nègres le mangent lorsqu'il est jeune. Quand on fait attention à sa consistance, 

on est en droit de demander quelles sont les qualités qui le recommandent comme aliment. 

AURICULARIA MESENTERICA. Bulliard. — PI. III, fig. 5. 

l.»: uÉi..iTi»:i's a ««ses. — Tremella mesenterica. Murray, Paulet. 
Chapeaux sessiles, dimidiés, imbriqués, entiers ou lobés, libres ou le plus souvent adhérents les uns aux autres, 
coriaces, villeux, zones et d'un gris sale. La face inférieure est lisse, d'un aspect gélatineux, marquée de veines 
plus ou moins nombreuses, quelquefois anastomosées et de couleur violette ; dans un âge avancé, elle se 
couvre d'une poussière blanche qui est formée par les spores. 

Habitat. En automne et au printemps, sur les vieux arbres. 

Agaricum squamosum et lichenosum, etc. Mien. Nov. pi. gen. p. 124, u" G, tab. GG, fig. 4. 

Thelephora mesenterica. Pers. Syn. fung. p. 571. 
Propriétés. Quoique sa saveur et son odeur ne soient pas désagréables, on n'en fait aucun usage. Sa consistance 

d'ailleurs semble s'y opposer. 

v 
HYDNUM GELATINOSUM. Scopoli. — PI. III, fig. G, 7. 

e-e gélatixecx a PAPiixEg. — Tremella hydnoides. Jacquin, Paclet. 
Chapeau charnu, de consistance trémelloïde, dimidié et toujours de forme très-variable, à bord entier ou lobe ; 
il est supporte par un pédicule, court, latéral, papilleux à sa surface. La face supérieure du chapeau est 
lisse, molle, visqueuse, glabre, quelquefois recouverte d'aiguillons; sa couleur est tres-vanable, blanche, grise 
ou jaunâtre. La face inférieure est glauque, couverte d'aiguillons mous, de forme pyramidale, couches le plus 
ordinairement obliquement et très-adhérents au chapeau. 

Habitat. En automne, sur les vieux sapins. 

Ilyrfnum gelatinosum. SchyEff. pi. CXL1V etCXLV. 

Propriétés. On ne lui en connaît aucune. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



POLYPORUS VERSICOLOR. Fries. — PI. IV, fig. 1-3. 

AeAKic a riii'ïi.LKs di rosi:. — Agaricus versicolor. Paulet. 
Chapeaux imbriqués ou disposés en rosace, dimidiés, libres ou adhérents les uns aux autres, coriaces, subé- 
reux, élastiques, aplatis, minces, d'une égale épaisseur presque dans tous les points. La face supérieure 
est veloutée, douce au toucher et marquée de zones très-distinctes de différentes couleurs ; la marge est le plus 
ordinairement blanche. La l'ace inférieure est blanche également et couverte d'une infinité de tubes très-courts 
dont l'ouverture est arrondie ou anguleuse. La substance qui forme le chapeau est blanche et homogène. 

Habitat. Sur les branches et sur les troncs d'arbres. 

Propriétés. L'Ecluse dit qu'en Hongrie on s'en sert pour médicamenter les bestiaux. Paulet n'ajoute aucune foi à 
cette assertion et pense qu'il est plus propre à orner un cabinet d'histoire naturelle. Dans ce cas, il faut l'em- 
poisonner, caries insectes en sont très-friands. 
Fig. 2. Var. /'. infundibuliformis. (Agaric nus ex entonnoir. Agaricus infundibulum. Paulet.) 
L'épaisseur, la consistance, la variation des couleurs, etc., du chapeau sont comme nous venons de le dire, seule- 
ment il est simple et prend la forme d'un entonnoir. 
Fig. 3. Var. c. cyathiformis (Agaric nus ex coupe. Agaricus cyathiformis. Paulet.) 
(Jette variété diffère de la précédente par le chapeau qui est en forme de coupe et supporté par un pédicule 

central. 
Obs. — Ces deux variétés, clans les ligures de Paulet, au lieu d'être zonées de différentes couleurs sur leur face 
supérieure, sont, d'une teinte verte. C'est une couleur accidentelle, qui est due, comme on le voit souvent, à 
la présence d'une algue microscopique verte, le Protococcus viridis. Ag. 



HYDXUM CYATIIIFOPiME. Bulliard. — PI. IV, fig. 4, 5. 

*«„.nta« »:r« rREi'SET. — Agaricus concrescens. Pai let. 
Chapeau d'abord alongé ou turbiné, piaf ou convexe en dessus, puis creusé en entonnoir, brun, zone, d'une 
consistance subéreuse, se terminant par un pédicule gros, épais et souvent difforme. Quand plusieurs individus 
croissent les uns a cote des autres, ils se réunissent par les bords. Leur surface inférieure est couverte d'ai- 
guillons cylindriques, aigus à l'extrémité et friables : dans le jeune âge, ils ont une couleur rousse, puis ils de- 
viennent bruns et très-rarement ils son! violets. 

Habitat. Croit à terre, dans les bois de haute futaie. 

Hydnum concrescens. Pers. Syn. fung. p. 556. 
Propriétés. Ce champignon n'est d'aucune utilité. On pourrait peut-être en faire de l'amadou, mais qui n'aurait 

jamais de prix en raison du peu d'extension qu'il pourrait prendre par la préparation. 



MYŒLllM AGARICtfiCAMPESTRlS. L. — PL IV, fig. 6. 

EiEAxt' b»e iiitnpifi^ot. — Première fermentation des semences. Paulet. 

Filaments blancs, cylindriques, ou aplatis, rameux, anastomosés, formant quelquefois des membranes et agglu- 
tinant ensemble la paille, le fumier ou la terre dans laquelle ils se développent. On leur donne le nom de 
Mycélium ou de blanc de champignon ; ils sont le produit de la végétation des spores qui représentent les 
semences des végétaux supérieurs. On ne doit pas les considérer comme des racines, mais bien comme des 
troncs, des rameaux souterrains sur lesquels se développent les champignons qui représentent alors de véri- 
tables fruits. 

Tous les Champignons oui un mycélium qui se comporte de la môme manière, mais il n'est pas toujours aussi 
visible, parce qu'il n'est pas toujours blanc ni aussi abondant. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



AGARICIIS PI. IV, fig. 7. 



iiK Racikier bl.ixc — Agaricus radicosus. Paulet. 
Cette figure, dont Paulet ne donne pas l'explication, représente également un mycélium, mais dans un état 
plus avancé, puisqu'il en naît des champignons : leur forme est si peu caractérisée, qu'il nous paraît impossible 
de dire à quelle espèce ils peuvent appartenir. 

XYLOSTROMA GIGANTEUM. Tode. - PI. V, fig. 1-3. 

Amadou bi,*hc. — Pyrenium giganleum. Paitet. 
Mycélium membraneux, plus ou moins épais, quelquefois cylindrique, se moulant exactement sur les surfaces 
sur lesquelles il se développe, remplissant même les cavités pratiquées dans les troncs par les insectes. 11 est 
blanc, composé de filaments très-ténus, anastomosés et si bien feutrés ensemble, qu'ils forment une membrane 
qui ressemble à de la peau mégissée. 

Habitat. On trouve fréquemment cette production dans les cavités des vieux troncs. 

Propriétés. Autrefois on s'en servait, comme de l'amadou, pour arrêter le sang des plaies et pour se procurer du 

feu. Le Xylostroma giganleum dégage quelquefois en brûlant une odeur qui rappelle celle de l'encens. 
Oiis. — Le Polyporus Vaillanti i, Fr. (corallo-fungus, omentiforma. Vajll. Bot. Par. p. 41, tab. YUI, fio. j) 

ressemble primitivement aussi à une membrane, mais elle est parsemée de veines rameuses qui restent 

quelquefois stériles. 

POLYPORUS TORULOSUS. Persoon. — PI. VI, fig. 1. 

Ao.%nir Miinot rori,i:TB de s-ei. — Pyrenium igniarium. Paulet. 
Chapeau sessile, dimidié, large, aplati, subéreux, marqué de sillons concentriques irréguliers, velouté et d'une 
couleur rousse. Dans un âge très-avancé, le duvet disparaît et le champignon prend une couleur plus foncée. 
Marge entière ou lobée, ondulée, obtuse et tuberculeuse, le [dus ordinairement, plus pâle ou jaunâtre quand le 
champignon est en état de végétation. Face inférieure un peu concave ; tubes courts ; pores très-petits, anguleux ; 
les cloisons qui les forment sont obtuses, de la même couleur que le chapeau dont la substance est faine et 
sans zones intérieures apparentes. 

Habitat. Très-fréquent sur les vieux chênes. Il végète en hiver et dans le printemps. 

Boletus torulosus . Pers. Myc. europ. 2, p. 70. 

Boletus igniarius. Bill. Hist. Champ, tab. 454, fig. c. 

Polyporus igniarius. Fr. Var. c. Kl. fung l,p. 109. — Polyporus fuliginosus. Epie. Syst. myc p. 451. 
Propriété*. On peut en retirer de l'amadou, mais de mauvaise qualité. 

POLYPORUS FOMENTARIUS. Frius. — PI. Vî, fig. 2, 3. 

LMeinii amadou i»b,at oR»iNAinE. — Pyrenium fomentarium. Paitet. 

Voy. pi. VIII, fig. 4^. s— 4r 
*/.<*■ 

POLYPORUS FOMENTARIUS. Fuies. — PI. VII. fig 1 4. 

Fig. 1 . i>e sadot udsvtvi. — Pyrenium ungulatum. Paulet. 
Fig. 2-4. a>i: asouET mgieis. — Pyrenium lignosum. Paclf/i 



6 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

Chapeau sessile, convexe, demi-circulaire, le plus souvent en forme de sabot de cheval, subéreux; sa face supé- 
rieure est d'un blanc gris, zone, glabre et dure comme de la pierre ; la l'ace inférieure presque toujours concave, 
glauque, brunit avec l'âge; elle est formée d'une couche de tubes continus avec la substance du chapeau dont 
ils partagent la couleur et la consistance; leur ouverture est arrondie, très-petite et parait produite par une 
aiguille très-fine. La substance du chapeau est épaisse, d'un tissu très-serré, subéreux et composé de deux 
ordres de flocons, l'un qui se dirige vers la face supérieure du chapeau, et l'autre vers les pores. 

Habitat. Croit pendant toute l'année sur le tronc des arbres dans les bois, principalement sur le hêtre. 

Boletus fomentarius. L. FI. Suec, p. 153. 

Boletus fomentarius. Fr. Syst. myc. I, p. 374. — Epie. Syst. myc. p. i'i-l. 

Boletus unçjulatus. Bull. Hist. Champ, tab. 491. 

Boletus fomentarius. Sow. Engl. fung. tab. 133. 
La planche de Paulet donne une idée plus exacte de ce champignon que celles de Bulliard et de Sowerby. 
Propriétés. C'est avec ce champignon que l'on fait le meilleur amadou. 

POLYPORUS LUC1DCS. Leyssek. — PI. VIII, fig. 1, 2. 

Aci.&sut' ,%ji4bsi' vERxa on .u.tBic thvellii — Pyreiiium vernicos'iUii. Paulet. 
Chapeau orbiculaire, dimidié on réniforme, aplati ou légèrement convexe, égal dans tous ses points ou zone, nu, 
lisse, recouvert d'un vernis rouge et brillant; il est supporté par un pédicule latéral, très-rarement central. 
alongé, cylindrique, recouvert du même vernis que le chapeau. Marge obtuse, de couleur blanche ou jaunâtre, 
seulement quand le champignon végète, et formant plus tard un petit cordon qui entoure la couche formée 
par les tubes. Ceux-ci sont d'abord blancs, comme pulvérulents, puis fauves, et enfin bruns; leur ouverture 
est petite, anguleuse et obtuse sur les bords. 
Un/ans lucidus. L. Gmel. Syst. nat. 2, p. I i32. 
Boletus obliquatus. Bull. Hist. Champ, tab. 7 et 159. 
Oits. — Cette espèce est une des plus répandues sur la surface du globe. Nous la rencontrons en France princi- 
palement au pied des vieux chênes, où elle commence à végéter au printemps. Quand on l'a vue une fois, 
on la reconnaît toujours en raison de sa couleur brillante ou de si forme qui lui donne de la ressemblance 
avec une truelle de ramoneur. 



POLYPOMS FOMKNTARIUS. Fuies. — PI. MIL fig. 3-5. 

i.i: sibot siiiérdi'ï, — Pyrenium fomentarium. Paulet. 
Voyez pi. VI, fig. 2, 3, et pi. VU, fig. 1-4. 

F1STI L1AA BUGLOSSOSDES. Bulliard. — PI. IX, fig. 1-5. 

S'i»fefE on Pu»; an bhi;«is'. — Dendrosarcos hepaticus. Paulet. 
Chapeau dimidié, atténué vers la base, charnu, épais, d'un rouge brun, recouvert de papilles et visqueux dans 
les temps humides; marge obtuse. Tubes distincts, cylindriques, jaunes, d'abord fermés et recouverts d'une 
membrane légère qui disparaît promptement, puis ouverts et granuleux sur les bords. La substance du chapeau 
est de couleur rouge marbrée de blanc et composée de libres qui s'étendent de la base à la lace supérieure ; 
elles deviennent très-manifestes quand on cherche à les séparer. 

Habitat. Vers la fin de l'été jusqu'au milieu de l'automne, sur les chênes, et quelquefois sur les châtaigniers. 

Bolelus hepaticus. Pers. Syn. fung. p. 549. 
Propriétés. Quoique cette espèce soit comestible, nous n'avons encore vu personne qui nous ait dit en avoir 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



POLYPORUS HISPIDUS. Fr. — PI. X. 

Chair »es pommiers ou AeiEic-pojuBï. — Dendrosarcos rutilenis. Paulet. 

Chapeau sessile, sémi-orbiculaire, épais, relevé en bosse à sa hase; sa surface dans le jeune âge est veloutée, 
douce au toucher, jaune, brune, ou rousse ; à un âge plus avancé, elle est couverte de soies inclinées d'arrière 
en avant et d'une couleur roux foncé; la substance est assez ferme et fibreuse. Les tubes sont alongés, de la 
même nature que le chapeau et un peu plus pâles ; leur ouverture d'abord arrondie, puis anguleuse, est d'un 
jaune d'ocre, qui devient brun ou noir dans l'extrême vieillesse. 

Habitat. Croît sur les pommiers, les noyers. Dans le midi de la France on le trouve sur presque tous les vieux 
mûriers. 

Boletus hispidus. Bill. Hist. Champ, tali. 210, fig. 1, 2 et 403. 

Boletus hispidus. Pers. Syn. fung. p. 526. 
Propriétés. On se sert en Italie de ce champignon pour la teinture des étoffes. 

POLYPORUS SULPHUREUS. Fries. — PL XI. 

Agaric flamme. — Dendrosarcos imbricatus. Paulet. 

Chapeaux charnus, cassants, dimidiés, imbriqués, dilatés, ondulés vers la marge et naissant d'une base commune; 
leur surface un peu veloutée dans le jeune âge, puis glabre, est d'une belle couleur jaune tirant sur l'orange. 
La face inférieure est jaune-citron, formée par une couche de tubes très-courts. Chair jaune, en vieillissant elle 
blanchit et se brise facilement en grumeaux, son odeur est à peu près nulle, et sa saveur n'a rien de désagréable. 

Habitat. Croît vers la fin de l'été et le commencement de l'automne sur les saules, les hêtres, les poiriers, les 
ormes, et particulièrement les chênes. 

Boletus caudicinus. Scileff. tab. 131 et 132. 

Boletus citrinus. Pebs. Syn. fung. p. 524. — Myc. europ. 2, p. 49. 

Boletus sulphur eus. Bill. Hist. Champ, pi. 429. 
Propriétés. Paulet a essayé ce champignon sur lui-même, accommodé à la poulette ; il l'a trouvé très-bon et n'en 

a pas été incommodé. Aussi pense-t-il qu'il peut être utile dans quelques circonstances. 

POLYPORUS SULPHUREUS. Fries. — PL XII, fig. 1. 

tt.utii sni'iiiMi, — Agaricum stypticum. 
Malgré la description que Paulet donne de cette espèce, on ne peut s'empêcher de la réunir a la précédente. 

POLYPORUS QUERCINUS. Fries. — PL XII, fig. 2-4. 

Faux «habic blanc. — Agaricum conchatum. Paulet. 
Chapeau dimidié, développé tantôt en largeur, tantôt en longueur, d'une consistance subéreuse, mais molle et 
aqueuse quand il est pénétré d'humidité ; sa surface est convexe, d'abord floconneuse, granulée, puis glabre, 
d'un blanc grisâtre ou jaune pâle. Face inférieure blanche, garnie de tubes très-courts faisant corps avec la 
substance du chapeau. La chair est blanche uniformément, d'une odeur forte, désagréable, et sa saveur douce, 
puis amère. Les insectes en sont très-avides. 

Habitat. Croît en automne sur les chênes. 

Polyporus suberosus. Krombhz. Esb. schwaem. tab. v, fig. 3-o .' et tab. xlviii, lig. i 1-13. 
Propriétés. Rien n'engage à faire usage de ce champignon. 
Obs. — La figure 2 de Paulet donne une idée aussi exacte que possible du Polyporus betulinus Fr. qu'on ne 



8 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

trouve que sur les bouleaux. Si nous ne le présentons pas sons ce nom, c'est uniquement parce que l'auteur 
dit qu'il croit principalement sur les chênes. 

POLYPORUS SQUAMOSUS. Pries. — PI. XI!!, fig. 1,2. 

Oki.iij.i: «m Coçrii.iï ticbïk »k l'objie. — Polyporus Llnn. 1 AULET. 
Chapeau charnu, ferme, presque orbicuïaire, rarement dimidié, convexe ; la surface est blanchâtre ou d'une 
teinte d'ocre et parsemée d'écaillés pileuses brunes ou noires ; la t'aee inférieure est blanche, rarement jaune, 
formée de tubes qui t'ont corps avec le chapeau et dont l'ouverture est large, anguleuse, quelquefois denticulée. 
Pédicule excentrique ou latéral, plein, ferme, crevassé, écailleux et noir. La chair est blanche, agréable au goût 
et à l'odorat. 

Habitat. Croît en été et en automne sur l'orme, le hêtre, et particulièrement le noyer, 
Boletus squamosus. Scileff. tab. 101 et 102. 
Bolelus Juglandis. Brrr. Eisl. Champ, tab. 19. — Boletus polymorphus, tab. 119. 

Propriétés. Mélangé avec de la pâtée et donné à des chiens, ce champignon ne leur a causé d'autre accident qu'un 
cours de ventre. Dans le département de la Nièvre, on en fait souvent usage, on le trouve très-bon et il ne 
cause jamais d'accidents. 11 est vrai qu'on ne le mange que quand il est jeune, et par conséquent encore 
tendre. 

Obs. — Paulet, dans son Traité des Champignons (tom. 111, p. 103), mentionne la Coquille tigrée du noyer (pi. 10, 
fig. •'!). Cette planche n'existe pas ; ce qu'il dit du reste de cette espèce, ainsi que la synonymie qu'il en donne, 
suffit pour démontrer < pi' il s'agit du Polyporus squamosus dont nous venons de parler. 

POLYPORUS OFFICINALIS. Finis. — PI. XIV, lig. 1. 

agaeiic ibsj .nïLizi: prnGA'nr. — Agaricum purgans. Paulet. 
Chapeau charnu et épais, sessile, en forme de sabot de cheval, mais souvent irrégulier; sa surface est lisse, 
blanche, zonée et gercée dans la vieillesse. Face inférieure jaune, garnie de tubes courts qui font corps avec le 
chapeau. La chair est également blanche, friable quand elle est sèche ; son odeur est presque nulle et rappelle 
un peu celle de la farine fraîche ; sa saveur, d'abord douce, est ensuite amère et désagréable. 

Habitat. Croit dans la Carinthie, les Alpes du Dauphiné, sur les vieux mélèzes. 

Boletus Laricis. Bull. Hist. Champ, tab. 196. 

Boletus purgans. Peiis. Syn. fung. p. 531. — Boletus officinalis. Myc. europ. 2, p. 07. 
Propriétés. Ce Champignon était autrefois très-employé comme purgatif, il ne Test presque plus aujourd'hui. 

POLYPORUS OFFICINALIS. Fuies. - PI. XV. lig. 1-3. 

Afï-iniic i»»' siÉi.iïii piBUATiF, — Agaricum purgans. Paulet. 

Voyez la planche précédente. 

(►lis. — Les iigures 2 et 3 représentent ce champignon, tel qu'on le trouve dans les pharmacies, c'est-à-dire dé- 
pouillé de ses tubes et de sa couche corticale. 



POLYPORUS SUAVEOLENS. Fuies. — PI. XVI. 

A«« issu 01..1KC a oisEtit Ei'iRiD. — Agaricum suaveolens. P.u let. 
Chapeaux sessiles, dimidiés, imbriqués, sémi-orbiculaires ou irréguliers, épais, blancs, sans zones, recouverts 
d'un duvet qui disparaît avec l'âge ; marge presque obtuse. Pores assez grands, anguleux, à bords obtus, d'a- 
bord d'un blanc sale, puis bruns. Substance blanche. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 9 

Habitat. Sur le tronc des saules. 

Boletus suaveolens. L. Spec, pi. 1646. 

Boletus suaveolens. Persoon. Sipt. fin/g. p. 350. 

Trametes Bulliardi. Fr. Epie. Syst. myc. p. 490. 
Propriétés. Enslin, dans une dissertation fort remarquable sur ce Bolet, en a recommandé l'usage dans Les 

affections de poitrine, et surtout contre la phthisie pulmonaire. Si on ne l'empoisonne pas, il devient 

prompteinent la pâture des insectes. 

AGARICUS ALLOCIIROUS. Var. A. ochraceus. Persoon. — PI. XVII. 

Oreille de soie». — Dendrosarcos Juglandis. Paulet. 
Chapeau charnu, dilaté en éventail, convexe, glabre, lisse, quelquefois gercé et fendu, d'une belle couleur noi- 
sette ou café au lait, supporté par un très-court pédicule. Lames assez rapprochées, larges, d'inégale longueur, 
blanches, aiguës aux deux extrémités et adhérentes à un des côtés seulement du pédicule. Celui-ci est blanc 
également et un peu tomenteux. Chair blanche, ferme, d'une saveur agréable. 

Haditat. Croît solitaire ou par groupes sur les noyers, et le plus souvent aune grande hauteur. Quand il est vieux, 

il se dessèche et devient tout noir. 
Propriétés. Quand ce champignon est jeune, il est très-délicat, plus tard il est coriace et ne vaut plus rien. Paulet 
nous apprend que les Chinois en font le même usage que nous. 

AGARICUS ALLOCHROUS. Var. ochraceus. Persoon. — PI. XVIII, fig. 1. 

Obeii.ee i>e noyer. — Dendrosarcos Juglandis. Paulet. 
Voyez pi. XVII. 

AGARICrS MOLLIS. Scii.eff.? — PI. XVIII, fig. 2. 

Coorii.EE »e Uiïe. — Dendrosarcos Alni. Paulet. 
La figure de ce champignon dont la surface est zonée, représente plutôt un Polypore qu'un Agaric, mais les 
lames dont sa face inférieure est garnie indiquent manifestement qu'il appartient à ce dernier genre. La des- 
cription qu'en donne Paulet ne permet pas de le rapporter à aucune espèce connue, ni même de le décrire 
comme une espèce nouvelle. 

AGARICUS DRYINUS. Persoon. — PI. XVIII, fig. 3, 4. 

L.& Coquille »e chêne. — Dendrosarcos quercinus. Paulet. 
Chapeau charnu, dimidié, convexe, d'un jaune grisâtre, tomenteux, puis écailleux ; marge tranchante repliée en 
dessous. Les lames assez espacées, d'abord très-blanches, prennent avec l'âge une légère teinte jaune ; elles 
sont d'inégale longueur, larges, aiguës aux deux extrémités et décurrentes sur la face antérieure du pédicule. 
Celui-ci est latéral ou plutôt la continuation du chapeau, court, plein, ferme, glabre ou légèrement tomenteux, 
blanc ou un peu gris. Chair blanche, ferme, d'une odeur et d'une saveur agréables. 

Habitat. Croît en automne sur le tronc et les branches des chênes. 

Propriétés. Rien n'annonce qu'il soit dangereux ; il n'a causé aucun accident aux animaux qui l'ont mangé. 
Oiss. — Dans le jeune âge, ce champignon est pourvu d'une cortine, on n'en trouve pas le moindre vestige 
quand il est entièrement développé. 



10 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



AGARICUS SPODOLEUCUS. Fries. — PI. XIX, fig. 1, 2. 

coquille soiBi: di niTiti. — Dendrosarcos nigrescens. Pailet. 
Chapeau charnu, entier, convexe, lisse, glabre, de couleur variable, cendré on légèrement violet, palissant avec 
l'âge. Lames aiguës aux deux extrémités, très-nombreuses, de longueur inégale, blanches et décurrentes sur la 
moitié supérieure du pédicule. Celui-ci est le plus souvent excentrique, plein, terme, nu, d'un blanc sale et 
atténué à sa base. 

Habitat. Croît sur les troncs du hêtre. 

Propriété!!. On ne possède aucun renseignement sur ses propriétés. 



AGARICUS GIBBOSUS. Persoon. — PI. XX, fig. 1. 

i>.% du, i,i n des ,4»iniiKs. — Dendrosarcos cochlearis. Paulet. 
Chapeau charnu, dimidié, convexe, et recouvert de petites écailles pileuses ; il est d'abord grisâtre, puis fuligi- 
neux, sec, se continue avec un pédicule latéral, courbé, quelquefois très-court, plein, ferme et blanc. Lames 
nombreuses, d'inégale longueur, assez larges, aiguës aux deux extrémités, longuement décurrentes sur le pédi- 
cule; elles sont d'abord blanches et prennent ensuite une légère teinte jaune. 

Habitat. Croît en septembre et octobre sur le tronc des chênes. 

Propriétés. Sa chair est blanche, ferme, cassante, elle n'a pas d'odeur appréciable, quoique la saveur en soit 

assez agréable ; on ne le mange pas ; donné cru en grande quantité, et mélangé avec d'autres aliments, il 

n'a causé aucune incommodité aux animaux. 



AGARICUS SALIGNUS. Persoon. — PI. XX, fig. 2, 3. 

3iii.ii «1,1,1. un imunM^iiii D'iwm:. — Dendrosarcos Hippocastani. Pailet. 
Chapeau charnu, ferme, consistant, dimidié, horizontal; sa surface est glabre, blanche, grisâtre, jaune ou rous- 
sâtre, un peu déprimée à sa partie postérieure. Lames assez rapprochées, d'inégale longueur, aiguës aux deux 
extrémités, décurrentes, souvent anastomosées à leur base, blanches ou légèrement teintées de gris. Pédieide 
plein, ferme, dressé, courbé, blanc et lomenteux à sa surface. 

Habitat. En automne sur les vieux saules. Paulet l'a trouvé sur le tronc d'un marronnier d'Inde. 

Agaricus salignus. Fit. Sijst. myc. p. 1, p. 183. 
Propriétés. L'odeur et la saveur de ce champignon sont assez agréables ; il ne paraît pas dangereux. 
< >bs. — Paulet l'a ligure seulement, et n'en fait pas mention dans son Histoire des Champignons. 



AGARICUS .lOXyi'lLLA. Léveillé. — PI. XX, fig. 4. 

».» Jonquille »u (hèh:. — Dendrosarcos mollis. Paulet. 

Chapeau charnu, sessile, dimidié, atténué â la base, convexe, recouvert de peluchures soyeuses d'un jaune pâle ou 
orangé. Lames aiguës aux deux extrémités, nombreuses, d'inégale longueur et d'un rouge pâle. 

Il abii it. Croît à Fontainebleau sur les vieux troncs de chêne. 

Propriétés. La chair de ce champignon est de consistance molle, aqueuse, presque transparente, dune saveur 
analogue à celle du champignon de couche. Il n'a causé aucun accident aux animaux auxquels on l'a fait 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. H 

Obs. — Cette espèce a beaucoup d'analogie avec VAgaricus mollis Scfleff., mais elle en diffère manifestement 
par la couleur du chapeau, les peluchures soyeuses qui recouvrent sa surface, et la disposition des lames. 

AGARICIS POMETI. Fries. - PI. XXI, fig. I. 

u »■»<.! i de lîMitiiiii. — Dendrosarcos Pometi. Paixet. 
Chapeau charnu, entier, convexe, déprimé au centre, lisse, glabre et de couleur blanche. Lames aiguës aux deux 
extrémités, larges, inégales en longueur, assez éloignées les unes des autres, blanches et décurrentes sur la 
moitié supérieure du pédicule qui est le plus souvent excentrique, plein, nu, fibreux et blanc comme les lames. 

Habitat. Sur les vieux pommiers pourris. 

Propriétés. L'odeur et la saveur sont assez agréables ; on ne le mange pas, quoiqu'il n'ait causé aucun accident 
aux animaux. 



LENTIXUS UMBELLATUS. Fuies. — PL XXI 



i.im.ii du soteb. — Dendrosarcos lingulatus. Paixet. 
Chapeau d'abord en forme de bouton, convexe, puis déprimé, enfin infundibuliforme, le plus souvent irrégulier, 
d'une consistance charnue, mais ferme; sa surface est glabre, jaune ou d'un gris jaune. Lames étroites, très- 
nombreuses, blanches, presque toutes de la même longueur, aiguës aux deux extrémités et décurrentes sur la 
partie supérieure du pédicule. Celui-ci est rarement simple ; il se divise en deux ou trois parties qui portent 
chacune un chapeau. Sa consistance est ferme ; sa surface blanche et glabre. 

Habitat. Sur les noyers et les peupliers. 

Propriétés. Paulet l'a expérimenté sur lui-même et lui a trouvé un très-bon goût. 

Obs. — Ce champignon est représenté d'après des individus qui n'avaient pas encore acquis tout leur dévelop- 
pement. 

AGARICIS RUFUS. Scopoli. — PI. XXII, fig. 1-3. 

«oiceoli: a lait AtKE. — Hy pophyllum tonuinosum. Paixet. 
Chapeau charnu, convexe, mamelonné au centre, puis infundibuliforme ; sa surface est, clans le jeune âge, très- 
légèrement veloutée, glabre à un âge plus avancé, et d'un rouge de brique également répandu sur tous les 
points. Lames très-rapprochées, d'inégale longueur, aiguës aux deux extrémités, adhérentes au sommet du pé- 
dicule, et d'un jaune rougeàtre. Pédicule plein, cylindrique, un peu atténué à la base, glabre, blanc ou un peu 
plus pâle <pie les lames. Chair blanche inodore. Lait blanc très-àcre. 
Habitat. Très-commun à terre, dans la forêt de Fontainebleau, où il croit par groupes sous les pins, en été et 
en automne. 
Agaricus rufus. Kbombhz. Esb. schwaem., tab. 39, fig. 12-lo. 
Agaricusnecator. Bill. Hist. Champ, pi. xiv. 
Lacttirius rufus. Fr. Epie. Syst. myc. p. 347. 
Propriétés. Ce champignon est un des plus dangereux que l'on connaisse. Il serait à désirer que personne n'i- 
gnorât cette funeste propriété. 
Obs. — Paulet ne parle pas de cette espèce dans son Histoire des Champignons. 

AGARICUS OLEARirS. De Candoixe. — PL XXIII, fig. 1, 2. 

Champic;*©* piiosphobiqte. — Dendrosarcos phosphoreus. Paixet. 

Chapeau charnu, d'abord convexe, à bord replié en dessous, puis déprimé au centre, et enfin infundibuliforme, 
mais pas constamment, orbiculaire ou irrégulier, ondulé à la marge ; sa surface est glabre, sèche, d'un beau 



12 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

jaune tirant sur le roux. Lames de la même couleur, mais moins rousses, très-rapprochées, de longueur 
inégale, obtuses vers la marge du chapeau, aiguës à l'autre extrémité et décnrrentes. Pédicule central, le 
plus souvent un peu excentrique, plein, glabre, ferme, atténué à sa partie intérieure et de la même couleur que 
le chapeau. Chair ferme, jaune. Odeur presque nulle. Saveur fraîche légèrement acide. 

Habitat. Croit en touffes, rarement solitaire, en automne, dans la France méridionale, au pied des oliviers, des 
charmes, des peupliers blancs et de plusieurs autres arbres. 
Polymyces phosphoreus. Battar. Fung. Arimin. p. 39, tab. xiu, fig. A et B. 
Agaricus olearius. Pers. Myc. europ. 111, p. 46. 

Agaricus olearius. Fr. Syst. myc. 1, p. 273. — Epie. Syst. myc. p. 210. 
Agaricus olearius. Tut. Ann. se. nat. 3 1 ' série, tom. IX, p. 33N, pi. 20, tig. 1-10. 

Propriétés. Micheli donne ce champignon comme vénéneux. Battara au contraire dit qu'il ne l'est pas. 

Obs. — Micheli paraît être le premier auteur qui ait signalé la phosphorescence de cette espèce dans la nuit; 
depuis, elle a été constatée par un grand nombre d'auteurs, et nous-mème nous avons démontré dans le 
Voyage dans la Russie méridionale, du prince Demidoff (tom. II, p. 36), que la phosphorescence était d'au- 
tant plus vive, que les champignons avaient plus de vie, pendant le jour comme pendant la nuit, pourvu 
qu'on fût dans l'obscurité, et qu'elle ne devait pas être rapportée à la décomposition ni à la présence du De 
matium umbrinum. Fr. Nous ajouterons que ses spores sont blanches et que, dans la classification du pro- 
fesseur Fries, il doit être rangé dans la section des Pleurotus, et non dans celle des Crepidotus. 

AGARICUS OLEARIUS. De Caxdolle. — PI. XXIV, fig. 1-7. 

Ori «a.a.i. de L'oLivicn. — Dendrosarcos 01e;e. Pailet, 1, 2. 

Oreille de chêne vert. — Dendrosarcos Ilicis. Pailet, tab. xxiv, fig. 3, i. 

Oreieee de charme. — Dendrosarcos Carpini. Pailet, tab. xxiv, lig. 5-7. 
Agaricus Carpini. Fit. Epie. Syst. myc. p. 210. 
Obs. — Persoon regarde ces espèces comme des variétés de Y Agaricus olearius. Nous partageons son opinion. 
Voyez pi. XXIII. 

AGARICUS GE0GEN1US. Var. alba. Fuies. — PI. XXV, fig. 1, 2. 

L.E »emi-e>to^xosr. — 1 1 \ p< iph ylluin semi-infundibuluni . Pailet. 
Chapeau charnu, dimidié, presque en éventail, se prolongeant â sa partie inférieure en un court pédicule ; sa face 
supérieure est unie, convexe à sa partie antérieure, creusée en gouttière à sa partie postérieure, blanchâtre et 
comme recouverte dune poussière grisâtre. Lames blanches, nombreuses, rapprochées, d'inégale longueur, 
longuement décnrrentes sur le pédicule, qui est court, plein, convexe en avant et canaliculé en arrière. Odeur et 
saveur désagréables. 

Habitat. Croit à terre, en automne, aux environs de Paris. 

Fungvs infundibulum dimidiatum imitant, etc. Mich. Nov. pi. gen. p. 123, n° 24, tab. 65, fig. 2. 

Agaricus semi-infundibulum. Pers. Myc. europ. an. 3, p. 35. 
Propriétés. Un chien, à qui Paulet a fait manger ce champignon, a eu le ventre gonflé toute la journée et n a 

voulu rien prendre ; mais il n'en est pas mort. 

AGARICUS (lactarius ?).... PI. XXV, fig. 3. 

i;iv«T<i»«<em zom'. — Hypophyllum zonale. Paulet. 
Obs. — Ce champignon ne nous est connu que par le peu de mots que Paulet en dit au bas de la figure. — Ses fu- 
nestes propriétés nous empêchent de le rapprocher de Y Agaricus deliciosus L. dont on fait un si grand 
usage dans le Nord sans en être jamais incommodé. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 43 

AGAR1CUS PRUNULUS. Scopoli. — PI. XXVI, fîg. 1, 2. 

0.* Raqikttb: uLti>(iDi:ouia Petits sb t'u i.j.i:. — Dendrosareos Mamola. Paclet. 
Chapeau entier ou dimidié, horizontal ou relevé à la marge, charnu, lisse, blanc gris ou argenté, un peu vis- 
queux dans les temps humides. Lames nombreuses, de longueur inégale, aiguës aux deux extrémités décur- 
rentes sur le pédicule, d'abord blanches, puis rosées. Pédicule central, excentrique ou latéral, nu, blanc, plein, 
ordinairement courbé et tomenteux à la base. La chair de ce champignon est aqueuse, blanche fragile et sent 
fortement la farine nouvelle. 

Habitat. A terre , vers la fin de l'été et en automne, sur les pelouses et les allées des bois, parmi les gazons. 

Agaricus Prunulus. Scop. FI. Carn. tom. Il, p. 437. 

Agaricus Prunulus. Pebs. Syn. fung. p. 473. 

Agaricus Orcellus. Bill. Hist. Champ, tab. 573, fîg. 1. 
Propriétés. Cette espèce est une des plus délicates que l'on puisse trouver; si l'inconstance de sa forme la rend 

difficile à caractériser, son odeur la trahit toujours et la rend facile à reconnaître. 

AGARICUS TORULOSUS. Persoon. — PI. XXVI, fig. 3, 4. 

Chair »e Bavière. — Dendrosareos Bavariae. Paiïlet. 
Chapeau infundibuliforme ou dimidié, de consistance ferme, presque coriace, glabre, rouge de chair, quelque- 
fois rosé ; marge convexe, repliée en dessous. Lames de longueur inégale, assez espacées les unes des autres 
étroites, aiguës aux deux extrémités, d'un jaune tirant sur le rouge, et décurrentes sur un pédicule central ou 
latéral, court, épais, un peu renflé à sa base et recouvert d'un duvet grisâtre. 

Habitat. Sur les troncs et principalement sur ceux du bouleau. 

Agaricus carneo-tomentosus. Batsch. Elenc. fung. 1, p. 89, tab. vu, fig. 33. 

Panus torulosus. Fb. Epie. Syst. nnje. p. 397. 
Propriétés. Ce champignon est comestible et recherché en Bavière. 

AGARICUS DIMIDIATUS. Rulliard. — PI. XXVII, fig. 1, 2. 

la Pecplièbe enta m — Dendrosareos populeus. Patlet. 
Chapeau charnu, dimidié, en éventail, convexe, canaliculé à sa partie postérieure ; la surface est couleur noisette, 
sèche, glabre, lisse, un peu peluchée dans un âge avancé. Lames blanches, rapprochées, de longueur inégale, 
aiguës aux deux extrémités et décurrentes sur le pédicule, qui est lui-même comme une continuation du cha- 
peau; il est souvent très-court, blanc, plein, très-ferme et tomenteux à sa base. Chair blanche, ferme, d'un 
goût et d'une odeur agréables. 

Habitat. En automne, sur les chênes, les peupliers et autres arbres. Paulet dit l'avoir vu sur du tan. 
Propriétés. Ce champignon, que l'on confond avec Y Agaricus ostreatus, est bon à manger. 

AGARICUS DEPLUENS. Batsch. — PI. XXVII, fig. 3. 

ça Famille pétokcee. — Dendrosareos depluens. Batsch. 

Chapeau charnu, mou, presque membraneux, d'abord résupiné et ensuite réfléchi, dimidié; sa surface est 
blanche ou d'un blanc gris suivant l'humidité de la saison, lisse, tomenteuse à sa partie postérieure. Lames 
assez nombreuses, d'inégale longueur, aiguës aux deux extrémités, insérées sur un tubercule latéral qui 
remplit les fonctions de pédicule, elles sont d'abord d'un gris roux et plus tard rouges. 

Habitat. En automne, à terre après les pluies. 



,4 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

Agaricus epigœus. Pers. Obs. myc. 2, p. 47. — Agancus depluens. Syn. fung. p. 484. — Myc. europ. 3, 
p. 29. 

Agaricus depluens. Fr. Sj/s/. myc. 1, p. 275. — Epie. Syst. myc, p. 212. 
Propriétés. Ce champignon n'a pas de propriétés malfaisantes et on ne songe pas à en faire usage. 

AGARICUS CORNUCOPLE. Persoon. — PI. XXVIII, fig. 1-3. 

ï-a corke D'ABuiDA^ct. — Deiulrosarcos cornucopi». Paulet. 
Chapeau charnu, entier, dimidié ou déprimé au centre, en forme d'entonnoir; sa surface est glabre, 
lisse, d'abord blanche, puis d'un jaune roux. Lames assez éloignées les unes des autres, blanches, d'inégale 
longueur, aiguës aux deux extrémités et décurrentes sur la partie supérieure du pédicule ; celui-ci est central ou 
latéral, plein, ferme et blanc. Chair blanche, ferme, ayant un bon goût et une bonne odeur. 

Habitat. Au printemps, au pied des chênes, dans les bois des environs de Paris. 

Agaricus conchatus. Fr. Syst. myc. 1, p. 181. — Ag. conchatus in Linnœa, tom. 5, p. 703. — Agaricus 
glandulosus. Var. h. Epie. Syst. myc, p. 133. 
Propriétés. Ce champignon est bon à manger surtout quand il est jeune. 

POLYPORUS FRONDOSUS. Fries. — PI. XXIX, fig. 1,2. 

BoiynKT de chkie< Coquille ou Bouquet. — Polyporus frondosus. Paulet. 
Chapeaux très-nombreux, dimidiés, irréguliers, divisés, rameux, dilatés à la marge, atténués à la base et réunis 
à un gros tubercule commun ; leur surface est convexe, d'abord brune, un peu tomenteuse, ensuite grise ou 
d'un gris roussàtre. Face inférieure, blanche, garnie de tubes très-courts, faisant corps avec le chapeau ; leur 
ouverture ou plutôt les pores sont très-petits, arrondis en général et quelquefois obliques. La chair est molle, 
cassante, d'une odeur particulière qui rappelle celle de la souris, tandis que la saveur est agréable. 

Habitat. Au pied des vieux chênes, vers la fin de l'été et le commencement de l'automne. 

Boletus frondosus. Flob. Dan. tab. 952. 
Propriétés. Paulet dit que cette plante a beaucoup de chair, une saveur et une odeur agréables de champignon ; 

elle est aussi de très-bonne qualité, et bien loin d'incommoder ou d'être lourde sur l'estomac, elle semble rendre 

plus légers ceux qui s'en régalent. 

POLYPORUS FRONDOSUS. Fries. —Tab. XXX, lig. 1-4. 

l'oLipom: coqi'illieu. — Polyporus multiconcha. Paulet. 
Ce champignon n'est même pas une variété de l'espèce précédente. L'un et l'autre ont le même habitat et les 
mêmes propriétés, seulement les chapeaux paraissent plus nombreux, et naître d'une souche commune, d'où 
il résulte qu'ils sont imbriqués, étalés, au lieu de s'élever. 
loyer, pi. XXIX. 

POLYPORUS ASPERFLLUS. Léveii.lé. — PI. XXXI, (ig. 1-3. 

Esce darde ou Savateeee Hum. — Scutiger tuberosus. Paulet. 

Chapeau charnu, ferme, convexe, irrégulier, chagriné ou grenu, noir; sa marge est ondulée et repliée en dessous. 
Pores larges, anguleux, d'abord blancs, puis légèrement roux, ne dépassant [tas l'extrémité supérieure du pé- 
dicule. Celui-ci est latéral ou excentrique, plein, glabre, de la même couleur que le chapeau. 

Habitai. A terre, dans les environs d'Angoulème, d'Angers, de Toulouse. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 15 

Propriétés. Paulet dit qu'il ressemble à la truffe par la couleur, le goût, le parfum, et qu'il est fort recherché 

pour l'usage. 
Ous. — Le professeur Fries le rapproche, mais avec doute, du Bolet pied de Chèvre (Polyporus pes Caprœ, Pers. , 

commun dans les Vosges, et dont le chapeau est lisse, les pores et le pédicule d'un vert jaunâtre. 

POLYPORUS PAULETI. Fries. - PL XXXI, flg. 4. 

sayateele biie-briai:. — Scutigcr badius. Paulet. 
Chapeau charnu-coriace, dimidié et contourné en forme d'entonnoir ; sa surface est lisse, nue, brune en dessus 
Les pores blancs, anguleux. Le pédicule latéral, courbé, inégal, creusé en gouttière et de couleur plus pale 
que le chapeau. 

Habitat. A la base des troncs dans le midi de la France. 
Polyporus Paulet). Fr. Syst. myc. p. 449. 

Propriétés. Paulet cite cette espèce comme comestible. 

HYDNUM OCCIDENTALE. Fries. - PL XXXII, fie. 1, 2. 

EirruARDi: éphïise. — Scutigcr spinosus. Paulet. 
Chapeau charnu, ferme, convexe, irrégulier ; sa surface est glabre, inégale et d'un roux tendre. La face inférieure 
est de couleur brune, olivâtre, garnie d'aiguillons cylindriques, aigus à leur extrémité et ne dépassant pas le 
sommet du pédicule. Celui-ci est latéral, gros, irrégulier, plein et blanc. Chair ferme et d'un blanc sale. 

Habitat. A terre, au pied des chênes dans la partie méridionale de la France et dans les environs d'Orléans. 
Propriétés. Paulet regarde ce champignon comme malfaisant. 

HYDNUM SUBSQUAMOSUM. Batsch. - PI. XXXIII. tig. I . 

a;*j 1 darde PAPiLi.ÉE. — Scutiger subsquamosus. Paulet. 
Chapeau charnu, ferme, quelquefois irrégulier, d'abord convexe, puis concave, d'un roux brun, recouvert de 
fibres soyeuses qui simulent des écailles. Aiguillons cylindriques, aigus au sommet, d'un roux pâle, légèrement 
décurrents sur le pédicule qui est plein, ferme, cylindrique, le plus souvent atténué à sa base, de la même cou- 
leur que le chapeau, et scabreux surtout vers sa partie supérieure. 

Habitat. A terre, en août et septembre, dans les forêts de pins. 

Hydnum subsquamosum. Batsch. Elench. fung. 1. p. 111, tab. 10, f. 43. 

Hydnum , squamosum. Bull. Hist. Champ, p. 310, tab. 409. 

Hydnum badium. Yar. B. subsquamosum. Pers. Myc. rurop. 2, p. I06, tab. XXI. 
Propriétés. On ne lui en connaît aucune. 



AGARICUS ATRO-TOMENTOSUS. Batsch. — PL XXXIII. fig. 2, 3. 

EsciDtRoi; 1 11 iiiiT» terre DoiiBBE — Scutiger hypophyllurn. Paulet. 
Chapeau irrégulier, ayant le plus souvent la forme d'une cuiller, charnu, convexe, puis concave, sec, nu ou 
parsemé de petites granulations tomenteuses et d'une couleur bistre plus ou moins foncée. Lames larges, 
aiguës aux deux extrémités, anastomosées au bas, décurrentes et se terminant à la même hauteur ; elles sont d'une 
couleur jaune sale et peuvent se détacher du chapeau. Pédicule le plus souvent latéral, court, plein, cylindrique, 
ordinairement courbé, recouvert de granulations et d'un duvet épais, grisâtre, violeté ou noir. La chair du 
chapeau est blanche ; celle du pédicule prend une teinte violette au contact de l'air. 



\6 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

Habitat. En été et en automne, au pied des pins et des sapins. Persoon et Pries l'indiquent aussi au pied des saules. 

A garicus atro-tomentosus. Batsch. Elenc. fung. tab. vin, fig. 32. 

Agaricus (crepidotus) atro-tomentosus. Fr. Syst. myc. vol. 1, p. 272. — Paxillus atro-tomentosus. Summ. 
veget. p. 306. 
Propriétés. Ce champignon n'est d'aucune utilité. 

HYDNUM AURISCALPIUM. L. — PI. XXXIII, fie.4. 

EgrtDiRDE cibe-obiille. — Scutiger Auriscalpium. Pailet. 
Chapeau coriace , dimidié ou incisé sur un des côtés , plat , presque membraneux , recouvert d'un duvet 
gris, puis roux, et marqué de quelques zones concentriques. Aiguillons cylindriques, aigus au sommet, 
de couleur brime. Pédicule latéral, rarement central, cylindrique, alongé, très-terme, hérissé de poils de la 
même couleur que le chapeau, et pourvu le plus ordinairement d un mycélium blanc. 

Habitat. Sur les vieux cônes enfoncés dans la terre, dans les forêts de pins. 

Ce champignon, malgré les nombreux changements qu'a éprouvés la synonymie en mycologie, a conservé 

jusqu'à ce jour le nom que Linné lui a donné. 
Propriétés. 11 n'est d'aucune utilité. ' 

Oits. — Depuis qu'on ramasse les cônes des pins pour allumer le feu, ce champignon est devenu assez rare 
dans les environs de Paris. 

HYDNUM L.EVIGATUM. Swartz. — PI. XXXIV. fig. 1-3. 

i!8ri'DiBDE toiLEiTBE. — Scutiger maculatus. Pailet. 
Chapeau charnu, mollasse, presque tomenteux quand il est jeune, puis glabre, irrégulier, d'un brun cendré, 
marqué de taches plus foncées; il est supporté par un pédicule épais, cylindrique, nu, plein, de la même 
couleur que le chapeau. Aiguillons cylindriques, aigus au sommet, de couleur grisâtre, puis bruns. 

Habitat. A terre, dans les forêts de pins. 

Propriétés. Ce champignon, qui a été mentionné par les anciens, a toujours été regardé comme suspect. 



HYDNUM REPANDUM. Linné. - PI. XXXV, fig. 1, 2. 

i.,\ chuyiimtene. — Ilypothele repanda. Pailet. 
Chapeau charnu, rarement régulier, convexe, ondulé vers le bord, convexe, nu, sec, cassant, d'une belle couleur 

chamois, quelquefois blanc. Aiguillons cylindriques, très-rarement aplatis, aigus, friables, d'une couleur un 

peu plus intense que celle du chapeau et recouvrant la partie supérieure du pédicule, qui est cylindrique, plein, 

nu, jaune et souvent atténué à sa base. 
Habitat. En octobre et en novembre, à terre, dans les bois, où il forme le plus souvent des portions de cercles. 

Propriétés. Ce champignon est comestible et fournit une abondante nourriture ; quelques personnes le repous- 
sent pourtant en raison de sa saveur qui est un peu poivrée et qui rappelle celle de la Chanterelle, Can- 
tharellus cibarius, En. 

HYDNUM SQUAMOSUM. Linné. — PI. XXXV, fig. 3. 

liBMRE CmETBF.TtE »*: Si'ishe. — Ilypothele squamata. Pailet. 

Chapeau charnu, d'abord convexe, puis étalé, déprimé au centre, de couleur bistre assez foncée, recouvert d'é- 
cailles brunes qui sont la suite de gerçures qui se forment du centre à la circonférence. Aiguillons fragiles d'un 
griscendré, puis bruns, décurrents sur la partie supérieure du pédicule. Celui-ci est gros, court, glabre, plein, 
le plus ordinairement renflé à la base, et de la même couleur que le chapeau. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 17 

Habitat. A terre, en automne, dans les forêts de pins. 

Hydnum cervinum. Pers. Myc europ. vol. Il, p. 158. 
Propriétés. Comme la précédente, cette espèce est comestible, mais moins recherchée et beaucoup plus rare. 

HYDNUM PUSILLUM. Brotero. — PI. XXXV, fig. 4. 

Chevrette es kvextaie. — Hypotbele llabelliformis. Paulet. 
Chapeau presque membraneux, dimidié, contourné eu entonnoir, nu, fragile, blanchâtre ou de couleur noisette. 
Aiguillons courts, fragiles, blancs et décurrents sur le pédicule qui est grêle, glabre, atténué à sa partie infé- 
rieure, et de la couleur des aiguillons. 

Habitat. A terre, dans la forêt de Sénart. 11 croît par groupes composés de cinq à six individus qui ressemblent 

à de petits bouquets de fleurs. 

Hydnum pusillum. Fr. Syst. myc. vol. I, p. 407. 
Propriétés. La saveur de ce petit champignon est assez agréable au goût ; les expériences que Paulet a faites sur 

les animaux prouvent qu'il n'est pas nuisible. 

HYDNUM VIOLACEUM. Ai.bertini et Schweiniz. — PI. XXXV bis. 

Chevrette niin: à odeur d'iris de Florence. — Hypotbele indigofera. Pailet. 
Chapeaux convexes, puis plats, déprimés au centre, et enfin en entonnoir, le plus souvent irréguliers et réunis par 
leurs bords ; leur surface est tomenteuse, douce au toucher, presque zonée et de couleur violette, et plus pâle vers 
la marge. Les aiguillons sont cylindriques, aigus, blancs ou d'une belle couleur violette, décurrents sur le 
pédicule, qui est également violet et le plus ordinairement renflé à sa base. 

Habitat. A terre, dans les forêts de pins et de chênes. 

Hydnum violascens. Tuore. inêd. 

Hydnum ciolaceum. Pers. Champ, corn. p. 249. 
Propriétés. Persoon dit que le goût et l'odeur sont très-agréables, la chair cassante, tendre, ce qui prouve sa 

bonne qualité : pourtant ce champignon n'est pas recherché pour l'usage alimentaire. 

CANTHARELLUS CIBAR1US. Fries. - PI. XXXVI, fig. 1-5. 

eiROLE on CntuTEBEHE. — Hyponevris cantharellus. Pailet. 
Chapeau charnu, consistant, convexe, puis infundibuliforme, ondulé, sinueux, souvent plus développé d'un côté, 
nu, sec, de couleur jaune d'œuf, quelquefois un peu orangé et rarement blanc. Les lames sont représentées par 
des plis très-saillants, bifurques deux ou trois fois, obtus sur la tranche et décurrents sur un pédicule plein, 
épais, nu, cylindrique et atténué à la base. 

I 1aiiit.it. A terre, dans les bois, vers la fin de l'été et en automne. 

Agaricus cantharellus. L. Spee. pi. 1(339. 

Merulius cantharellus. Pers. Syn. fung. p. 488. 
Propriétés. On en fait généralement une grande consommation dans les campagnes. Sa saveur, quand la saison 

n'est pas trop humide, est un peu poivrée, lien existe une variété qui est toute blanche et qui est également 

comestible. 



CANTHARELLUS TUBIFORMIS. Var. B. cinereus. Fries. — PI. XXXVII, fig. 1. 

Knioi.i: prkixée. — Hyponevris pruinata. Paulet. 
Chapeau charnu, élastique, déprimé, puis infundibuliforme, ondulé, rugueux, ecailleux, sec, de couleur fuli- 



18 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

pilleuse assez intense. Plis droits, dichotomes, cendrés, comme pulvérulents, légèrement décurrents. Pédicule 
alongé, fistuleux, nu, cylindrique, le plus ordinairement renflé à la base et jaune. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois de liante futaie. 

Agaricus pruin-atus. Batsch. Elenc. fung. pars l,p. 93, tab. ix, fig. 35. 

Merulius tubiformis. Prns. Myc. europ. il, p. 17. 
Propriétés. Son odeur est nulle, sa saveur assez désagréable; aussi n'en fait-on aucun usage. 

CANTHARELLUS RUFESCEXS. Fries. —Pi. XXXVII, fig. 2. 3. 

(.mon en ci-seau. — Hyponevris rufesceiis. Paulet. 
Chapeau charnu, déprimé, ensuite infundibuliforme, à bords réguliers; sa surface est sèche et unie. Les plis assez 
nombreux, dichotomes, décurrents sur la partie supérieure du pédicule qui est ferme, alongé, atténué en haut 
et plein ; toute la plante est d'un roux fauve. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Propriétés. Les chiens auxquels Paulet a fait manger ce champignon cru et mêlé avec de la viande n'en ont 

éprouvé aucun dérangement. 

* 

AGARICUS CNJSTA. Fuies. - PI. XXXVII. fig. 4-0. 

fàlitOLE iiEivrcB.i.c osa (.«on; blanche. Pai i ri . 
Chapeau mince, pourtant charnu, à surface humide, nue et blanche ; bords repliés en dessous. Lames d'un blanc 
sale, arrondies à la base, de longueur inégale, anastomosées entre elles par des ramifications latérales. Pédicule 
atténué à sa partie supérieure, nu, ferme, d'abord plein, et ensuite creux. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Propriétés. La saveur de ce champignon est agréable, il n'a point incommodé le? animaux auxquels Paulet l'a 

donné à manger. 
Ons. — Le professeur Fries pense que les lames sont représentées d'une manière inexacte. 

AGARICUS AQUIFOLII. Fries. — PI. XXXVIH. 

Chajipi&no:* nt hot\ on i.iiuim; <ui nsn.c — Hypophyllum Aquifolii. Paui.et. 

Chapeau large, charnu, convexe, ensuite plat ou déprimé, sec, uni, doux au toucher, quelquefois crevassé et de 
couleur jaune. Lames larges, assez éloignées les unes des autres, de longueur inégale, aigiies à leur extrémité 
inférieure, se terminant à la même hauteur du pédicule?autour d'un bourrelet circulaire; elles sont également de 
couleur jaune, mais plus foncée que celle du chapeau. Pédicule plein, solide, blanc, nu et un peu comprimé. 

Habitat. A terre, en automne, à Cliampigny près de Paris, sous le houx. 

Propriétés. Paulet dit que son odeur et sa saveur sont très-agréables et qu'il est bon à manger. 
Obs. — Persoon, 3lyc. europ. I H, p. 46, considère la figure que donne Paulet comme négligée et représentant 
l'Agaric de l'olivier (Agaricus olearius, DC). (Jette appréciation nous paraît peu probable. 

AGARICUS ERYXGI1. De Candolle. — PI. XXXIX, fig. 1-3. 

Oreille de charbon, — Hypophyllum Eryngii. PalxET. 

Chapeau convexe, régulier dans la jeunesse, ensuite excentrique, plat ou déprimé, charnu ; la surface est seclie, 
glabre, de couleur jaune ou légèrement bistrée. Lames assez rapprochées, aiguës aux deux extrémités et décur- 
rentes. Pédicule latéral ou excentrique, le plus souvent courbé, plein, blanc et recouvert d'un duvet de la 
même couleur à sa base. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. iy 

Habitat. En août et en septembre, sur les vieilles racines mortes de l'année précédente du Panicaut [Eryngium 

campestre, L.). 
Propriétés. Ce champignon est d'excellente qualité, malheureusement on ne le trouve qu'en petite quantité. 

AGARICUS GEM1NUS. Fries. — PI. XL, fig. 1-3. 

Ijes Jcncicx ftwiiic — Hypophyllum geminum. Pailet. 
Chapeau charnu, compacte, convexe, sec, nu, ondulé, se crevassant quelquefois finement, de couleur rousse; la 
marge est réfléchie en dessous. Lames nombreuses, serrées, blanches, aiguës vers la marge et se terminant à la 
même hauteur autour du pédicule. Celui-ci est court, épais, fibreux, plein et de la même couleur que le chapeau . 

Habitat. Ce champignon a été trouvé à Champigny, près Paris. 

Agaricus arcuatus. Bill.? Hist. Champ, pi. 443 et 589, fig. J. 
Propriétés. 11 est très-bon à manger. — Sa saveur et son odeur agréables indiquent un bon champignon. 

AGARICUS LEUCOMPHALUS. Léveillé. — PI. XLI, fig. 1, 2. 

le Xombhie dlmï. — Hypophyllum umbilicatum. Pallet. 
Chapeau charnu, convexe, déprimé au centre, à bord replié en dessous ; la surface est blanche et glabre. 
Lames assez éloignées les unes des autres, blanches, d'inégale longueur, aiguës vers la marge du chapeau, ar- 
rondies à la base, puis échancrées et adhérentes au pédicule à l'aide d'un court prolongement. Pédicule blanc, 
court, plein, glabre à la base. 

Habitat. Trouvé à Champigny, près Paris. 

Propriétés. Cette espèce est très-bonne à manger, d'après Paulet. 

AGARICUS MIL1TARIS? Fuies. — PI. XLII, fig. 1, 2. 

Le pais »e vache. — Hypophyllum vaccinum. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, ensuite plat, sinueux, ondule sur le bord; sa surface est sèche, nue, lisse et douce au 
toucher. Les lames sont assez nombreuses, d'inégale largeur, aigués vers la marge du chapeau, denticulées à 
leur marge et se terminent à la partie supérieure du pédicule qui est court, plein, nu et plus ordinairement un 
peu courbé. Ce champignon est d'une couleur rousse uniforme dans toutes ses parties. 

Habitat. Il a été trouvé en automne dans les fossés du bois de Boulogne. 
Propriétés. Les vaches le mangent et n'en paraissent pas incommodées. 

AGARICUS NUDUS. Bullivrd. — PI. XLII, fig. 3, 4. 

Le pied-dï-chèvbe. — Hypophyllum caprinum. Paclet. 
Chapeau charnu, convexe, ensuite plat ; sa surface est nue, lisse. Lames très-serrées, aiguës vers la marge du cha- 
peau, arrondies à la base et adhérentes au pédicule dont elles s'éloignent plus tard. Pédicule plein, nu et fibreux. 
Ce champignon est d'abord violet dans toutes ses parties, à mesure qu'il avance en âge cette couleur pâlit, et 
il prend une teinte rosée sale. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Propriétés. On le trouve souvent endommagé par les larves d'insectes; il n'a pas incommodé les animaux aux- 
quels on l'a fait manger. 



20 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

ÀGARICUS AURATUS. Fries. — PI. XLIII, fig. 1, 2. 

i-r. i»oni' nr roucrciie ou «oeercat. — Hypophyllum Ruthense. Paulet. 

Chapeau charnu, convexe, nu, lisse, sinué et ondulé sur le boni, d'une belle couleur jaune un peu plus pâle 
vers la marge. Lames larges, épaisses, assez éloignées les unes des autres, aiguës au sommet, arrondies à la 
base, un peu échancrées et adhérentes à la même hauteur à la partie supérieure du pédicule qui est court, épais, 
ferme, fibreux, plein et de la même couleur cpie le chapeau. 

Habitat. A terre, dans le midi de la France. 

Propriétés. C'est une espèce assez recherchée et dont la saveur est agréable. 

AGARICUS BREVIPES. Buixiard. — PI. XLIV, fig. 1, 2. 

L.* tobiie ou ee bouclier. — Hypophyllum Testudo. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, avec un mamelon très-obtus, puis étalé et plat ; de noir qu'il était, il prend une couleur 
bistrée; sa surface est sèche, lisse, humide au toucher. Lames nombreuses, aiguës vers la marge du chapeau, 
légèrement échancrées vers le pédicule sur lequel elles se terminent en pointe ; leur couleur est d'un blanc sale. 
Pédicule court, fibreux, ferme, plein, glabre, assez souvent renflé à la base, de la même couleur que le chapeau 
ou presque noir. La chair est spongieuse, d'un blanc sale, et se pénètre facilement d'humidité. Odeur nulle, sa- 
veur fongueuse, assez persistante, qui n'a rien d'agréable. 

Habitat. A terre, en automne, souvent à une époque très-avancée parmi les Graminées, dans les bois ou sur le 

bord des chemins. 
Propriétés. Paulet, d'après des expériences qui lui sont personnelles, dit qu'il est plus fin et plus délicat que le 

champignon ordinaire. 

AGARICUS CRASPEDIUS. Fuies. — PI. XLIV, fig. 3. 

les Mams 'mettes urises. — Hypophyllum plicatum. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, ensuite irrégulier, ondulé sur le bord et même infundibuliforme, nu, lisse, re- 
couvert d'une poussière grise qui s'enlève avec le doigt. Lames larges, assez éloignées les unes des autres, d'un 
blanc sale, aiguës vers le bord du chapeau, arrondies à la base et adhérentes au pédicule ; celui-ci est court, 
plein, inégal, aplati, fibreux et excentrique. 

Iîaiiitat. En automne, par touffes, au pied des arbres, dans la forêt de Sénard. 

Propriétés. Toute la plante, dit Paulet, a une saveur de champignon ordinaire ; donnée crue et par poignées aux 
animaux, mêlée avec la viande, elle n'a produit aucun effet sensible. 

AGARICUS SPERMATICUS. Feues. — PI. XLV, fig. 1-3. 

les aii.es he pickos ou ee l'n»npiGto\ sperwatiove. — Hypophyllum spermaticum. Paulet. 
Chapeau convexe, ensuite dilaté, ondulé sur le bord, un peu visqueux quand le temps est humide, brillant et d un 
beau blanc quand il est sec. Lames larges, tendres, aqueuses, blanches et souvent brisées, assez éloignées les 
unes des autres, aiguës vers la marge du chapeau, arrondies à la base et adhérentes au pédicule sur une même 
ligne circulaire. Pédicule long, cylindrique, glabre, également blanc et plein ; en vieillissant la substance qui le 
remplit disparaît, et il devient creux. 

Habitat. A Vincennes, en automne, sous les chênes et les bouleaux. 

Propriété*. Sa saveur est fade, son odeur rappelle le nom qu'il porte : les expériences qui ont été faites sur les ani- 
maux ne nous apprennent rien sur ses propriétés. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 21 

AGARICUS ALBUS. Persoon. — PI. XLVI, fig. 1, 2. 

liE Blanc d'arcent. — Hypophyllum undulatum. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, puis dilaté, ondulé vers le bord; sa surface est blanche, brillante, un peu soyeuse 
et sèche. Lames blanches, rapprochées, d'inégale longueur, aiguës vers la marge du chapeau, arrondies, 
échancrées à l'autre extrémité et adhérentes au pédicule à l'aide d'un court prolongement. Pédicule blanc, 
droit, cylindrique, fibreux, glabre, plein et tomenteux à la base. Chair blanche ; l'odeur et la saveur sont 
faibles et agréables. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Propriétés. Rien ne permet de supposer que ce champignon soit vénéneux. 

AGARICUS...... PI. XLVII, fig. 1, 2. 

Le Cheviller «ors. — Iiypophyllum Fibula. Paulet. 
Chapeau d'un roux foncé dessus et dessous avec une tige blanche, haute de 3 à i pouces ; il est assez en 
chair et cette chair est blanche. Les feuillets, de longueur inégale, se réunissent en formant le cercle autour de 
la tige sans s'y implanter. Toute la plante est sèche, à tige fibreuse. (Paulet, Hist. des Champ., tom. 11, 
p. 140.) 

Habitat. Se trouve en automne dans les bois des environs de Paris. 
Propriétés. Ce champignon, donné aux animaux, ne les incommode pas. 

AGARICUS PRATENSIS. Persoon. Var. alba. — PI. XLVII, fig. 3, 4. 

Le Cheviller blanc on la Cheville en coin. — Iiypophyllum cuneatum. Paulet. 
Chapeau charnu, d'abord convexe, puis plat et même à bord redressé ; sa surface est blanche, lisse, humide ou un 
peu visqueuse et se gerce dans la sécheresse. Lames blanches, épaisses, très-éloignées les unes des autres, d'iné- 
gale longueur, obtuses vers la marge du chapeau, aiguës à l'autre extrémité et décurrentes. Pédicule blanc, 
glabre, atténué à sa base; il est d'abord plein et devient creux en avançant en âge. Chair blanche, aqueuse, 
presque sans goût et sans odeur. 

Habitat. A terre, en automne, dans les prés et dans les endroits découverts des bois. 

Agaricus (paxillus) lepista. Fr. Epie. Syst. myc. p. 316 (icône non visa). 
Propriétés. Ce champignon est comestible, mais extrêmement fade. 

AGARICUS FUSIPES. Bulliard. _ PI. XLVIII, fig. 1. 
Le Grand Clou rave de Meudon. — Hypophyllum Clavus. Paulet. 

AGARICUS FUSIPES. Bulliard.— PI. XLVIII, fig. 2. 
Le Clou moyen de Sénard. — Hypophyllum Senardianum. Paulet. 

AGARICUS FUSIPES. Bulliard. — P+r-XCTr\ fig. 1-3. </ J £ if 
Le Clou gercé du bois de Boulogne. — Hypophyllum lacerum. Paulet. 



•22 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

AGÀRICUS FUSIPES. Bulliard. — PI. L, fig. 1-4. 

e.e chèsier vestbii. — Hypophyllum fusipes. Paclet. 

Chapeau charnu, d'abord convexe, puis étalé, mamelonné, obtus, glabre, humide au toucher et d'une couleur 
rousse uniformément répandue. Lames assez espacées, blanches, d'inégale longueur, aiguës vers la marge du 
chapeau, arrondies, émarginées à l'autre extrémité et adhérentes au pédicule à l'aide d'un prolongement descen- 
dant. Pédicule renflé au milieu, le plus ordinairement atténué à la base, glabre, fibreux, sillonné, plein et de 
la même couleur que le chapeau. Chair blanche, sans odeur, d'un goût assez agréable. 

Habitat. Dans les bois, en automne, au pied des arbres, et principalement des chênes, par groupes fascicules. 

Agaricus crassipes. ScHjEFF. tab. 87 et 88. 

Agaricus crassipes. Sow. Engl. fung. tab. 129. 

Agaricus fusipes. Pers. Sgn. fung. p. 312. 

Agaricus contortus. Fr. Epie. Syst. myc. p. 83. 

Agaricus contortus. Bill. Hist. Champ, pi. 36. 
Propriétés. Ce champignon est comestible. Son goût est assez agréable, mais il faut le manger quand il est jeune 

et avoir soin de rejeter le pédicule qui est toujours coriace. , 

AGARICUS MOLYBD1NUS. Persoon. — PI. LI, fig. 1. 

liA Tète i»e cbapaiu. — Hypophylluni caput Bufonis. Pallet. 
Chapeau charnu, convexe, glabre, lisse, humide au toucher, de couleur brun sale. Lames éloignées les unes des 
autres, épaisses, d'inégale longueur, très-larges aux deux extrémités et adhérentes au pédicule dans presque 
toute leur hauteur, elles ont une couleur grisâtre ou cornée. Pédicule plein, fibreux, plus pale que le cha- 
peau, recouvert de petites écailles à la partie supérieure et glabre intérieurement. Chair blanche et cassante. 

Habitat. A terre, dans les bois sablonneux des environs de Paris. 

Agaricus molybdocephalus. Bill. Hist. Champ, pi. 523. 

Agaricus molybdinus. Fr. Syst. myc. p. 49. — Epie. Syst. myc. p. 04. 
Propriétés. Cette espèce est dangereuse : les chiens auxquels on l'a donnée, l'ont rejetée et en ont été incommodés. 

AGARICUS SCRUPOSUS. Fries. — PL LI, fig. 2-4. 

Kiiitts b>es PBOTEitrins. — Hypophy llum Provinciale. Pallet. 
Chapeau charnu, convexe, obtus, et enfin étalé ; sa surface est glabre, inégale et brune. Lames blanches, rappro- 
chées, d'inégale longueur, aiguës vers la marge du chapeau, arrondies, échancrées à la base et adhérentes au 
sommet du pédicule. Celui-ci est droit, plein, atténué à la hase, glabre, de la même couleur que le chapeau 
et muni d'un anneau blanc, fugace, placé à sa partie supérieure. Chair blanche, ferme, d'un goût et d'une 
odeur très-agréables. 

Habitat. A terre, dans les pâturages du midi de la France. 
Propriétés. Cette espèce est très-recherchée et très-délicate. 

CANTHARELLUS AURANTIÀCUS. Fries. — PL LI, fig. 3. 4. 

Fausse ««inoLE rtnixii:. — Hypophylluni gemellum, Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, puis plat, et enfin à bord relevé, lisse, glabre, ou très-légèrement tomenteux, humide 
au toucher. Lames espacées les unes des autres, obtuses à la tranche, d'inégale longueur, aigués aux deux extré- 
mités et adhérentes. Pédicule glabre, cylindrique ou atlénué à la base et plein. Chair molle, aqueuse, jaune, 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 23 

sans goût et sans saveur. Tout le champignon est d'un beau rouge, qui pâlit seulement quand il a absorbé 
beaucoup d'eau. 

Habitat. A Sénard, mais très-commun en automne, à Fontainebleau, sous les pins. 

Agaricus cantharelloides. Buix. Hist. Champ, tab. 503, fig. 2. 

Merulius aurantiacus. Pers. Syn. fung. p. 488. 
Propriétés. Paulet dit que ce champignon n'est pas vénéneux, on l'accuse cependant d'avoir occasionné quelques 

accidents. 



AGARICUS CRUSTULIMFORMIS. Bulliard. — PI. LU. fig. 1-3. 

i,e Rorx Ravier de Viscev\es. — Ilypophyllum raphanoides. Pailet. 
Chapeau charnu, convexe, obtus, puis étalé, ondulé vers le bord ; sa surface est glabre, lisse, d'un jaune roux 
Lames serrées, d'inégale longueur, aiguës vers la marge du chapeau, arrondies à la base, échancrées et adhé- 
rentes au pédicule à l'aide d'un court prolongement ; leur couleur est d'un roux cannelle qui prend plus d'inten- 
sité avec l'âge, leur tranche est finement dentelée et comme larmoyante. Pédicule blanc, cylindrique, plein et 
granuleux, surtout à sa partie supérieure. Chair blanche, assez ferme, odeur et saveur désagréables. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois où il forme souvent des portions de cercles très-étendues. 

Agaricus circinans. Pers. Obs. myc. I, p. 10. — Agaricus fastibilis. Syn. fung., p. 326. Mue 

europ., 3, p. 172. 
Agaricus fastibilis. Fr. Sijst. myc. 1, p. 249. — Agaricus crustuliniformis. Var. b. lamellis spadiceis ' 
Epie. Syst. myc, p. 180. 
Propriétés. Quoiime ce champignon n'exerce qu'une faible action sur les animaux, il n'est pas comestible 

AGARICUS PILOLEUS. Léveillé. — PI. LUI, fie. 1. 

1<E Cuipeac »e soinii. — Hypophyllum allipes. Pailet. 
Chapeau charnu, convexe, puis étalé; sa surface est glabre, lisse et de couleur marron. Lames blanches écartées 
d'inégale longueur, aiguës vers la marge du chapeau, larges, échancrées à l'autre extrémité et adhérentes au 
pédicule. Celui-ci est long, cylindrique, plein, glabre, d'un blanc sale à sa partie supérieure et gris en bas 

Habitat. En automne, à terre, dans la forêt de Sénard. 

Propriétés. On doit considérer cette espèce comme suspecte en raison des légers accidents qu'elle a déterminés 
chez les animaux. 



AGARICUS PRUINOSUS. Léveillé. — PI. LUI, f 



lff. z. 



Ije ciiAiirie>os PBtsE »e uo*siecb. — Hypophyllum pruinatum. Pailet. 
Chapeau charnu, convexe, ensuite égalé, lisse, abord replié en dessous; sa surface est d'une couleur brune 
ou puce, tirant sur le violet et couverte d'une prairie d'un gris blanc, elle se gerce surtout au centre. Lames 
blanches, d'inégale longueur, échancrées à leur insertion vers le pédicule. Celui-ci est cylindrique blanc, 
plein et recouvert de flocons pileux qui simulent des écailles. Chair blanche, pas désagréable ni au goût ni à 
l'odorat. 

Habitat. Croit par petites touffes composées de trois ou quatre individus dans les bois. 
Agaricus fastibilis. Var. B. pileo purpureo-brunneo. Fr., Epie. Syst. myc, p. 178. 

Propriétés. Les accidents, quoique très-légers, que ce champignon a causés à des chiens, engagent Paulet à le re- 
garder comme très-suspect. 



24 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



AGARICUS RENIDENS? Fries. — PI. LIV, fig. 1, 2. 

i>e isoihniiioi iioiiKDii le itoRK Bn,Bixïi\. — Hypophyllum auricolor. Pailet. 

Chapeau d'abord ovoïde, puis étalé, convexe, protubérant au centre, peu charnu, glabre, lisse, sec, de couleur 
jaune. Lames assez éloignées les unes des autres, d'inégale longueur, aiguës vers le bord du chapeau, larges 
près du pédicule, adhérentes, fermes, de la même couleur que le chapeau, mais plus foncées. Pédicule un peu 
renllé à sa base, glabre, fibreux, plein et jaune. Cortine? filamenteuse, jaune. 

Habitat. Dans les bois des environs de Paris. 

Propriétés. Paulet dit que ce champignon n'a ni odeur ni saveur et que rien n'invite à en faire usage, parce qu'il 
n'a pas de chair. 

AGARICUS PI. LIV, fig. 3, 4. 

le R»cx club. — Hypophyllum fulvuni. Pailet. 

Cette espèce se fait remarquer par sa couleur rousse, et par des écailles fines ou soies très-serrées, ce qui le rend 
comme piqué à l'épingle ou finement chagriné. Ce champignon, ainsi que le précédent, n'a presque pas de 
chair ; ses feuillets ont aussi la même disposition, mais leur tranche est un peu taillée en dents de scie ; ils sont 
hauts de 11 à \ lignes, durs, coriaces et bien rayonnes, de la même couleur que celle du chapiteau. La 
tige, blanche du haut, brune du bas, est pleine ou demi-pleine d'une moelle qui se dissipe, et dont l'absence le 
rend creux, ainsi que la partie qui est en terre, qui était d'abord bulbeuse. La substance de ce ebampignon n'a 
pas plus d'une demi-ligne d'épaisseur. (Pailet, Hist. des Champ, tom. 1!, p. 147.) 

Habitat. On le trouve dans les bois des environs de Paris. 

Propriétés. Donné aux animaux, il ne les incommode point. 



AGARICUS PI. LIV, fig. 5. 

Iuk ciiinpietoï bégu^esile. — Hypophyllum glycyrrhisatum. Pailet. 

Ce champignon est partout de la même couleur, c'est-à-dire à peu près de celle de la substance de la réglisse. 
Toute la plante n'a pas plus d'un pouce et demi de haut ; elle a une faible odeur de mousseron, et sent un peu 
le bois qui se gâte ; sa chair est molle et un peu humide ; ses feuillets sont inégaux, reeoquillés, serrés. La tige 
d'un diamètre inégal, quoique cylindrique et comme un peu renflée vers le milieu, est pleine d'une moelle qui 
se dissipe, ce qui la rend bientôt fistuleuse. (Paulet, Hist. des Champ., tom. Il, p. 147.) 

Habitat. On le trouve au bois de Boulogne. 

Propriétés. Ce champignon n'incommode pas les animaux ; malgré cela, il n'a pas les caractères des bonnes 
espèces. 

AGARICUS LÂCRYMÀBUNDUS. Bulliârd. — PI. LV, fig. I. 

Vil Feiii.ee morte. — Hypophyllum xerampelinum. Paulet. 
Chapeau charnu, campanule, soyeux, ensuite étalé et glabre ou presque dénudé ; la surface est lisse, humide au 
toucher, rousse, un peu plus foncée au milieu. Lames serrées, d'inégale longueur, aiguës aux deux extrémités, 
libres, d'un roux foncé et piquées de points noirs. Pédicule cylindrique, atténué de bas en haut, blanc ou 
grisâtre, listuleux et pourvu d'un anneau blanc, arauéeux, fugace. Chair blanche, molle, sans odeur ni saveur 
bien prononcées. 

Habitat. A terre, en automne, par groupes très-nombreux en individus, dans les prés et sur les pelouses. 

Agaricus velutinus, var. R. Fit. Epie Sijst. myc. p. 223-224. 
Propriétés. Ce champignon n'est pas vénéneux : on ne le mange pas. 



ICOMMiUAliilE DES CHAMPIGNONS 



AGAR1CUS QUINQl EPART1TUS. Lixxé. — PL LV, fig. 2, 3. 

1»: Ciiajipicsos ctK«t FAitTg. — Hypophyllum qiunquepartitum . Paulet. 

Chapeau charnu, presque membraneux, conique, puis étalé, fendu en plusieurs parties, mamelonné, obtus, vis- 
queux, d'un jaune sale, lavé de gris. Lames blanches, éloignées les unes des autres, d'inégale longueur, obtuses 
vers la marge du chapeau, échancrées a l'autre extrémité, adhérentes au pédicule et réunies entre elles par 
des prolongements latéraux. Pédicule cylindrique, plein, glabre, blanc et lavé de jaune vers le milieu. Chair 
blanche, molle, sans odeur ni saveur désagréables. 

Habitat. A terre, dans la forêt de Sénard. 

Agaricus conicus? Fr. Index Syst. myc. p. 38. — Agaricus quinquepartitus. L.iisd. Epie. Syst. myc. p. 27. 
Propriétés. Donné à des animaux, ce champignon ne les a pas incommodés. 



AGARICUS SORICINUS. Lêveillé. — PL LVI, fig. I, 2. 

va sociais bose. — Hypophyllum murinosum. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, puis étalé, conservant un mamelon obtus ; sa surface est d'un gris de souris uniformé- 
ment répandu, sèche, glabre, luisante, comme satinée et douce au toucher. Lames assez rapprochées, de lon- 
gueur inégale, anastomosées entre elles par des prolongements latéraux, larges vers la marge du chapeau, 
arrondies à l'autre extrémité, adhérentes au sommet du pédicule et d'une belle couleur rosée. Pédicule blanc 
ou légèrement gris, atténué de bas en haut, glabre et plein. 

Habitat. A terre, dans la forêt de Sénard. 

Agaricus turbidus. Var. Fr. Epie. Syst. myc. p. 147. 
Propriétés. Ce champignon n'est pas dangereux. Des animaux qui en ont mangé à différentes reprises n'ont pas 

éprouvé le plus léger dérangement. 



AGARICUS RUSSULA. Sch.effer. — PL LVII. fig. 1. 2. 

le chahpecsox lie be vis. — Hypophyllum vinosum. Paulet. 

Chapeau charnu, convexe, ensuite étalé, à bord replié en dessous; sa surface est lisse, un peu visqueuse, glabre, 
quelquefois couverte de très-petites écailles, et de couleur rouge, le plus souvent inégalement répandue. Lames 
blanches, rougissant quand on les froisse, assez serrées, épaisses, d'inégale longueur, aiinies aux deux extrémités, 
un peu décurrentes sur la partie supérieure du pédicule. Celui-ci est gros, cylindrique, un peu renflé à la base, 
fibreux, glabre, lisse, blanc, légèrement teinté de rouge. Chair ferme, d'un blanc roux, sans odeur et sans 
saveur prononcées. 

Habitat. Dans les bois des environs de Paris. 

Àijaricus Russula. Krombhz. Esb. schwaem. tab. 63, fig. 1-9. 
Propriétés. Ce champignon n'est pas vénéneux, on doit le considérer comme suspect en raison des dérangements 

du ventre qu'il a causés aux animaux qui ont servi à constater ses effets. 

AGARICUS HETKROPHYLUS Vittadini? — PL LVII, fig. 3, 4. 

le veiht mes unis. — Hypophyllum virens. Paulet 
Voyez pi. LXXV, lig. 1-5. 



26 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS 



AGÀRICUS LEUCOCEPHALES. Bulliard. - PI. LVIII, fig. 1-4. 

iti\ iioisbekoiv blanc or HocssKRON lAivADE des nois. — H y pophyll uni decipiens. Paulet. 
Chapeau charnu, d'abord presque rond, puis convexe, blanc, glabre, lisse et sec ; vers le milieu de sa hauteur, il 
présente le plus souvent un rétrécissement circulaire. Lames assez espacées, blanches, d'inégale longueur, 
aiguës vers le chapeau, larges à l'autre extrémité, arrondies, échancrées et adhérentes au pédicule à l'aide d'un 
court prolongement. Pédicule blanc, cylindrique, assez ordinairement atténué à sa base, glabre, fibreux et 
plein. Chair blanche, ferme, d'une odeur et d'une saveur désagréables. 

Hakitat. On le trouve abondamment en automne dans presque tous les bois. 

Agaricus albus. Fr. Syst. myc. !, p. 53. — Epie. Syst. myc, p. 47. (Non Persoon.) 

Propriétés. Ce champignon est de mauvaise qualité. En 1782 on l'apportait sur les marchés de Paris, il causa 
plusieurs accidents. A cette époque, Paulet le signala à l'autorité, sa vente fut défendue et en même temps 
parut une ordonnance qui est encore en vigueur aujourd'hui et qui prescrit la visite des champignons avant de 
les livrer a la consommation 



AGAE1CGS PI. L1X, fig. 1, 2. 

Basset de cave, — Pai.xet. 
Le chapiteau, de couleur presque noire, comme découpé ou langueté irrégulièrement aux bords, se creuse pro- 
fondément ; sa surface est humide et un peu rude au toucher. Sa tige, aplatie du haut, est éebancrée au milieu 
et de couleur brune. Ses feuillets de longueur inégale, mais bien rayonnes, droits et serrés, sont d'un blanc 
sale, ou grisâtres. 

Habitat. On le trouve dans les lieux ombragés et bas, comme les caves. 

Propriétés. Ce champignon donne a un chien, l'a rendu malade, l'a dévoyé, mais sans le faire mourir. Pailet, 
llist. Champ., tome 11, p. 153.) 



AGAUICES PI. L1X, fig. 3, 4. 

va swccoepe peae ixsitce — Paulet. 

Chapeau creusé en manière de soucoupe ; sa surface, douce, unie, sèche et semblable à celle du liège, se fait re- 
marquer par cette particularité et par sa couleur olivâtre. Les feuillets, de longueur inégale, sont d'une substance 
délicate, minces et ondes, comme on le voit ici (lig. 4). La tige est cylindrique, pleine, blanche, ainsi que la 
substance intérieure. 

Habitat. A terre? dans les bois, en automne. 

Fungus esculentus odoratus, parvus, acetabuli modo cavus, obscurus <-t adolivœ conditœ colorent nonnihil ten- 
dens. Micu. Aov. pi. ym. p. 149, n. 2. 
Propriétés. Odeur et saveur agréables. Cette plante, essayée sur les animaux, n'a produit aucun effet. (Pailet, 
Hist. Champ., tome H, p. loi.) 



AGARICUS RERER. Sch.effer. — PL EX. 

L'ENToxifoin bocoe DOB». — Hypophyllum laccatum. Pailet. 

Chapeau charnu, d'abord convexe, puis déprimé et enfin infundibuliforme ; sa surface est lisse, sans stries, un peu 
visqueuse et d'un beau rouge. Lames assez écartées, blanches, presque toutes d'égale longueur, obtuses vers la 
marge du chapeau, atténuées et en pointe vers le pédicule au sommet duquel elles adhèrent. Pédicule blanc, 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 27 

gros, glabre, cylindrique, plein et devenant creux plus tard par la destruction de la moelle qui le remplissait. 
Chair blanche, cassante, sans odeur et d'un goût acre. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Agaricus sanguineus. Yitt. Fung. mang. tab. 38, fig. 2. 

Agaricus (Russula) ruber. Krombiiz. Esb. schwaem. tab. 65. 

Russula rubra. Fit. Epie. Sgst. mgc p. 354. 
Propriétés. Ce champignon est regardé depuis longtemps comme vénéneux. 



AGARICUS INVOLUTUS. Batsch. — PI. LXI, fig. I, 2. 
■/E3TONNOIB des fosnes. — Hypophyllum fossaruni. Pailet. 

AGARICUS INVOLUÏUS. Batsch. — PL LX1I. 
tu Verbe a patte. — Hypophyllum Scyphus. Paclet. 

AGARICUS INVOLUTUS. Batsch. — PI. LX11I, fig. i. 

i/ehtomsoib de» jiititi>« — Hypophyllum infundibuliforme. Paclet. 

Chapeau charnu, convexe, déprimé au centre, ensuite infundibuliforme, nu, visqueux dans les temps humides. 
sec, luisant, de couleur fauve quand il est sec, et marqué de grosses stries à la marge dans un âge avancé. 
Lames aiguës aux deux extrémités, d'inégale longueur, pouvant se détacher de la substance du chapeau et re- 
couvrant la partie supérieure du pédicule sur lequel elles forment quelquefois des anastomoses ou un réseau 
qui simule des pores ; elles ont une couleur d'ocre qui devient brune quand on les froisse. Pédicule court, 
plein, épais, nu, assez souvent atténué à la base qui devient noirâtre assez promptement, tandis que la partie 
supérieure reste pâle ou colorée par la chute des spores. La chair est jaune, d'abord ferme, puis molle et spon- 
gieuse. 

Habitat. Très-fréquent sur les pelouses, le bord des fossés, le long des chemins. 

Agaricus involutus. Batsch. Elench. fung. tig. 61. 

Agaricus contiguus. Bill. Hist. Champ, tab. 240 et 523, fig. 2. 

Pajcillus (tapinia) involutus. Fb. Epie. Sgst. mgc. p. 317. 

Ruthea involuta. Opatow. Comment, de Fung. bolet, p. 3. 
Propriétés. Ce Champignon est sans odeur. Sa saveur très-faible et aqueuse. Paulet a constaté par des expériences 
qu'il ne causait aucun accident aux animaux, et Weinmann dit qu'on le mange en Russie. 

AGARICUS GABIDELLI. Fries. - PL LXIII, fig. 2-4. 

Pimèdo des l'iiuii .*« ■•;.%» ix. — Hypophyllum Garidelli. Paulet. 

Chapeau charnu, convexe, déprimé au centre, nu, lisse, et de couleur de chair; marge courbée en dessous. Lames 
d'inégale longueur, aiguës aux deux extrémités et décurrentes sur la partie supérieure du pédicule. Celui-ci est 
court, glabre, renflé à la base, d'abord plein et se creuse avec l'âge à sa partie supérieure pour former avec le 
chapeau un véritable entonnoir qui retient l'eau. Tout le champignon a la couleur de chair ; sa substance est 
ferme, blanche, d'une odeur et d'un»! saveur agréables. 

Habitat. A terre, en Provence, sous les pins. 

Fungus infundibuli formant referens, colore carneo, vulgo Pinèdo. Garidel. Hist. des plantes qui croissent 
autour d'Aix. 
Propriétés. Ce champignon est très-recherché en Provence. 



28 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



AGARICUS PER1STER1GIUS. Léveillé. — PI. LXiY, fig. 1, 2. 

t.:* Coi.ombettes »e J. itarmv — Hypophyllum columhare. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, déprimé au contre, blanc, sec, glabre, abord sinueux replié en dessous. Lames 
blanches, écartées les unes des autres, épaisses, d'inégale longueur, aiguës aux deux extrémités et décurrentes 
sur le pédicule. Celui-ci est également blanc, court, plein, glabre et obtus à la base. Chair blanche, ferme à 
l'extérieur, moelleuse à l'intérieur. Goût agréable. 

Habitat. Ce champignon a été trouvé à Passaient, près de Paris, ainsi qu'au Chénois, dans le Montbelliard . 

Von agaricus Columbetta. Fr. Epie. Syst. myc. p. 32. 

\n» agaricus i/llm*. Pers. Syst. fung. p. 363, neque Myc. europ. 3, p. I I \. 

Son agaricus Columbetta. Letel. Supp. a Bull. pi. t>2b. 
Propriété.". Paulet dit que ce champignon est excellent et très-recherché. 



AGARICUS PESCAPR.E. Léveillé. —PI. LV. fig. I . 

l'ë\to«xoib fik» de cbhèvke de boxdt. — Hypophyllum pes Caprœ. Paulet. 

I ihapeau charnu, infundibuliforme, à bord replié en dessous ; sa surface est sèche, glabre et lisse. Lames éloignées 
les unes des autres, de longueur inégale, aiguës aux deux extrémités et décurrentes. Pédicule cylindrique, 
coudé, glabre et plein; sa base est un peu renflée. Toutes les parties sont couleur de tabac d'Espagne. La chair 
est molle et un peu teintée de la même couleur; elle n'a pas d'odeur ni de saveur prononcées. 



'1 vi. ri. n. On le trouve en automne dans la forêt de Bondy. 

Propriétés. Ce champignon n'a produit aucun effet sur les animaux qui ont servi à étudier ses propriétés. 

Ohs. — Cette description a besoin d'être refaite sur le vivant. 



AGARICUS TUBA. Fries. - PI. LXV, fig. 2-5. 

j,ig tbohpettïs «seakches. — 1 lypophylluiii tuba'lorme. Paulet. 
Chapeau charnu, infundibuliforme, a bord replié en dessous; sa surface est lisse, recouverte de petites soies 
brunes ou noires. Lames assez rapprochées, d'inégale longueur, aiguës aux deux extrémités et décurrentes sur 
la moitié supérieure du pédicule. Celui-ci est plein d'abord, puis il devient creux, glabre, lisse, atténue vers sa 
base qui est souvent recouverte d'un duvet blanc. Ce champignon est blanc a l'intérieur comme à l'extérieur. 

Habitat. A terre et même sur les arbres .' 

Propriétés. L'odeur et la saveur de ce champignon ne sont pas désagréables. Sa couleur invite a le manger. Les 
animaux qui l'ont mangé n'ont éprouvé aucun accident. 



AGARICUS INVERSUS. Pries. — PI. LXV1, lig. I. 

ïjJk (ilHOI.1! TItOMPECSK. I Ij'pOpIl ylllllll gVTaUS. PaI'I.ET. 

(ihapeau charnu, infundibuliforme, à boni replié en dessous; la surface est glabre, lisse, douce au toucher, d< 
couleur jaune ou un peu rousse, également répandue sur toute son étendue. Lames blanches, un peu éloignées 
les unes des autres, d'inégale longueur, aiguës aux deux extrémités et décurrentes sur la partie supérieure du 
; dicule. Celui-ci est blanc, cylindrique, glabre, fibreux, rempli par une moelle spongieuse; sa base est un 
peu renflée et recouverte d'un duvet blanc. Chair blanche, cassante, d'une odeur et d'une saveur peu pronon- 
cées, mais pas désagréables. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 29 

Habitat. A terre, en automne, clans les bois. 

Agaricus infundibuliformis. Bull, llisi. Champ, tab. 553. 
Propriétés. Paulet regarde ce champignon comme très-suspect. 

AGARICUS VIRGINEUS. Persoox. — PI. LXYI, fig. 2, 3. 

vr. blasc d'ivoire mortel. — Hypophyllum eburneum. Paulet. 

Chapeau charnu, convexe, un peu mamelonné, puis plat, enfin déprimé et infundibuliforme ; sa surface est lisse, 
blanche, douce et un peu humide au toucher. Lames éloignées les unes des autres, d'inégale longueur, quel- 
quefois réunies par des prolongements latéraux, aiguës aux deux extrémités, décurrentes sur la partie supé- 
rieure du pédicule, et s'arrêtant toutes à la même hauteur. Pédicule cylindrique, quelquefois aplati et atténue 
à sa base, glabre, d'abord plein et ensuite fistuleux. Tout le champignon est d'un blanc parfaitement pur. 
Chair molle, aqueuse, presque sans saveur et sans odeur. 

Habitat. On le trouve en automne dans les prés, au milieu de l'herbe. 

Agaricus ericeus. Bill. Hist. Champ, pi. 188. 

Agaricus virgineus. Fr. Sgst. myc. I, p. 100. — Hygrophorus virgineus. Ejusd. Epie. Syst. myc. p. 327. 
Propriétés. Quoique Paulet signale ce champignon comme très-suspect, on peut le manger sans avoir rien à re- 
douter, mais il est loin d'être délicat. 



AGARICUS GEOÏROPUS. Bulliard. — PL LXVII, fig. 1, 2. 

■j'Ektoknoir vé\ésecs. — Hypophyllum fistulosum. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, puis infundibuliforme, mamelonné ; sa surface est sèche, glabre, lisse, jaunâtre ou 
roussâtre. Lames très-rapprochées, blanches, d'inégale longueur, aiguës aux deux extrémités et décurrentes. 
Pédicule blanc sale ou gris, fibreux, plein, glabre, renflé et tomenteux à la base. 

Habitat. Très-commun dans les bois, vers la fin de l'été et en automne. 

Agaricus geolropus. Fr. Epie. Syst. myc. p. 70. 
Propriétés. Paulet, d'après les expériences qu'il a faites sur les animaux, regarde ce champignon comme véné- 
neux. 

AGARICUS CONTROVERSUS. Persoox. —PI. LXVIII. fig. 1-4. 

e.e UiiiEiis poivré Biist. — Hypophyllum piperatum. Paulet. 
Chapeau charnu, pesant, d'abord déprimé, tomenteux et à bord fortement replié en dessous, puis infundibuli- 
forme et glabre ; la surface est lisse, humide au toucher, blanche, souvent marquée de taches rouges. Lames 
nombreuses, très-étroites, de longueur inégale, aiguës aux deux extrémités, adhérentes à la même hauteur 
a la partie supérieure du pédicule ; elles sont d'un blanc jaune ou rosé. Pédicule court, épais, atténue a sa 
base, glabre, blanc et plein. Chair blanche, ferme, cassante. Lait blanc très-acre, ne changeant pas de couleur 
à l'air. 



Habitat. A terre, dans les bois, vers la fin de l'été et en automne. 

Agaricus sanguinalis. Batsch. tab. 36, fig. 251. 

Agaricus acris. Bill. Hist. Champ, tab. 53S, û^. C, [), E, F. 

Lactarius controversus. Fr. Eptc. Sgst. myc. p. .355. 
Propriétés. Ce champignon, malgré son âcreté, est comestible, mais peu recherché, si ce n'est dans les cam- 
pagnes, où on le confond avec V Agaricus acris, Bill. , et V Agaricus cellereus, Fit., sous le nom de I aches. 



30 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



AGARICUS VELLEREUS. Fries. — PI. LXV1II, fig. 2, 3. 

Lu i.tiTiii poivré ni.AHio. — Hypophyllum piperatum. Paulet. 

Chapeau charnu, pesant, déprimé, puis infundibuliforme , à boni replié en dessous; sa surface est sèche, 
blanche, recouverte d'un duvet très-fin et doux au toucher. Lames nombreuses, larges, épaisses, souvent 
divisées, surtout à la base, aiguës aux deux extrémités et adhérentes au sommet du pédicule ; elles sont d'abord 
blanches, puis jaunâtres. Pédicule ordinairement court, très-gros, atténué à la partie inférieure, glabre, lisse 
et plein. Chair ferme, cassante, blanche, répandant quand on la blesse un lait blanc et très-acre. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Agaricus acris. Bill. Hist. Champ, tab. 538, lig. G, H, N. 

Lactifluus piperatus. Fr. Epie. Syst. myc. p. 340. 
Propriétés. Cette espèce est comestible malgré son àcreté. 

Obs. — L'interprétation que nous donnons de ces deux figures repose sur les caractères mêmes que Paulet leur 
assigne. Hist. Champ, tome 11, p. 165). 

AGARICUS UMBRINUS. Persoon. — PL LX1X, fig. 1 . 

le i.iitii\ poivré terre iKuniiii. — Hypophyllum umbrinum. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, fortement déprime au centre et à bord réfléchi en dessous; sa surface est sèche et 
d'une couleur terre d'ombre également répandue. Lames très-rapprochées, étroites, d'inégale longueur, aiguës 
aux deux extrémités et décurrentes sur le pédicule; elles sont d'une couleur jaune sale tirant sur le roux. 
Pédicule court, gros, atténué à sa partie inférieure, plein et de couleur cendrée. Chair blanche, répandant 
quand on la brise un lait blanc très-âcre qui prend une teinte grise en se desséchant. 

Habitat. Ou le trouve à Bondy en automne. 

Lactarius umbrinus. Fr. Epie. Syst. myc. p. 339. 
Propriétés. Un chien, après avoir mangé un de ces champignons en entier, n'en a ressenti aucun mauvais effet. 



AGARICUS PLUMBEUS. Bclliard. — PL LXIX, fig. 2. 

le laiteux poivré soin — Hypophyllum nigrum. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, déprimé au centre, à bord réfléchi en dessous; sa surface est humide au toucher, 
glabre et lisse, et d'une couleur plombée presque noire; elle devient inégale, bosselée dans un âge avancé. 
Lames très-rapprochées, étroites, d'inégale longueur, aiguës aux deux extrémités, adhérentes au sommet du 
pédicule ; leur couleur passe du jaune sale au roux. Pédicule plein, devenant creux avec l'âge, cylindrique, 
mais le plus souvent gros, court, glabre et de la même couleur que le chapeau. La chair est d'un blanc sale, 
très-ferme, d'une odeur faible mais désagréable; elle laisse couler quand on la brise un lait blanc très-âcre qui 
ne change pas de couleur. 

Habitat. Croît assez abondamment dans les bois vers le mois de novembre. 
Agaricus plumbeus. Bill. Hist. Champ, tab. 282 et 539, fig. 2. 
Lactarius umbrinus. Fit. Epie. Syst. myc. p. 3.39. 
Propriétés. Nous ne possédons aucun renseignement sur les propriétés de ce champignon, qui répugne même 
quand on le voit. 

AGARICUS VIRIDIS. Fries. — PL LXIX, fig. 3, 4. 

Lu laiteux poivré veut. — Hypophyllum viride. Paulet. 
Chapeau charnu, pesant, infundibuliforme, glabre, d'une teinte verte également répandue sur toute sa surface. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 31 

Lames très-serrées, étroites, d'inégale longueur, aiguës aux deux extrémités, adhérentes au sommet du pédi- 
cule et d'un roux jaune sale. Pédicule d'abord plein, puis creux, atténué à sa partie intérieure, glabre et de la 
même couleur que le chapeau. Chair blanche, sans odeur. Lait blanc et acre. 

Habitat. A terre, en automne, dans les parties les plus sombres des bois. 

Agaricus chloroidès. Kromhiiz.? Esbar. schwaem. tab. 69, fig. 8, 9. Les lames sont colorées en vert. 
Lactarius viridis. Fr. Epie. syst. myc. p. 339. 
Propriétés. Ce champignon, malgré son aspect, n'est pas vénéneux. Paulet le trouve un peu plus agréable que 
l'Agaric poivré blanc. 

AGARICUS TORMINOSUS. Schiffer. — PI. LXX, fig. 1, 2. 

!.e Mon»». — Hypophyllum zonatum. Pailet. 
Chapeau charnu, très-ferme, convexe, profondément déprimé et prenant enfin la forme d'un entonnoir ; la sur- 
face ordinairement humide est d'un roux pâle tirant sur l'orange, marquée de zones concentriques d'une cou- 
leur un peu plus intense et recouverte d'un duvet d'apparence pileuse, très-épais surtout à la marge, où il 
persiste longtemps. Lames très-nombreuses, de longueur inégale, aiguës vers le bord du chapeau, légèrement 
arrondies et échancrées vers le pédicule sur la partie supérieure duquel elles se terminent au même niveau par 
un court prolongement ; elles sont de couleur jaune sale un peu orangé ; quand on les blesse, ainsi que les autres 
parties, elles laissent écouler par gouttes un suc blanc très-àcre. Pédicule nu, plein, quelquefois creux dans 
un âge avancé, un peu atténué à sa partie inférieure et plus pâle que les lames. 

Habitat. Croit abondamment en automne dans les bois. 

Agaricus torminosus. Sch^iff. 

Agaricus necator. Bill. Hist. Champ, tab. 529, fig. 11. 
Propriétés. On le regarde généralement comme très-vénéneux, Paulet cependant dit l'avoir mangé et n'avoir pas 
éprouvé le plus léger accident. 

AGARICUS LURIDUS. Persoon. — PL LXX, fig. 3,4. 

le Laitecx z.oxé ï»e Vaillant. — Hypophyllum fasciatum. Pailet. 
Chapeau charnu, presque plat, un peu déprimé au centre, légèrement visqueux, d'une couleur roux cendre, mar- 
qué de zones concentriques brunâtres. Lames nombreuses, serrées, d'inégale longueur, aiguës aux deux extré- 
mités, adhérentes et un peu décurrentes ; elles sont d'abord d'un blanc sale et rougissent ensuite. Pédicule 
cylindrique, un peu atténué à sa base, glabre, creux, d'un blanc sale tirant un peu sur le roux ; sa base est 
recouverte de poils byssoïdes blancs. Chair blanche, cassante, sans odeur. Le lait est acre, et de blanc qu'il était, 
il prend une teinte rousse. 

H Ami at. On le trouve en automne dans les bois. 

Lactarius luridus. Fr. Epie. Syst. myc. p. 338. 
Propriétés. Ce champignon n'est pas vénéneux, on n'en fait aucun usage. 



AGARICUS THEJOGALLS. Bllliarf.. — PI. LXXI, fig. 1-4. 

lk Lait dobé oc le Laiteux, uitiot « tb — Hypophyllum lateritium. Pallet. 
Chapeau charnu, convexe, déprimé au centre, à bord réfléchi en dessous; sa surface est un peu visqueuse, glabre, 
de couleur de brique pâle, marquée de zones concentriques encore plus pâles. Lames très-rapproehées, assez 
étroites, d'inégale longueur, aiguës aux deux extrémités, adhérentes au sommet du pédicule et d'un jaune 
roux. Pédicule droit, cylindrique, glabre, plein, de la même couleur que les lames. Chair blanche, un peu 
teintée de rouge, sans odeur. Lait jaune d'une saveur désagréable, et acre au bout d'un certain temps. 



32 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

Habitat. A terre, dans les bois, en août et en septembre. 

Àgaricus Thejogalus, Krombhz. Esb. schwaem. tab. I, fig. 23 et 24. 
Propriétés. On le mange dans quelques campagnes. Paulet le trouve plus agréable que l'Agaric poivré blanc, 
ce qui ne prouve pas beaucoup en sa laveur. 

AGARICUS PR^EGNANTISSIMUS. Léveillé. — PI. LXXII, fig. 1, 2. 

i,K Laiteux tHEviui. — Hypopliylluni pnegnantissimum. Pailet. 
i Ihapeau d'abord convexe, puis étalé, légèrement déprimé au centre ; sa surface est glabre, sèche, d'un jaune roux 
très-pâle, uniformément répandu sur tous les points. Lames rapprochées, étroites, d'inégale longueur, aiguës 
aux deux extrémités, adhérentes au sommet du pédicule, et de couleur jaune sale un peu roux. Pédicule atténué 
du sommet à la base, glabre, blanc et plein. Chair blanche. Lait acre, blanc, très-abondant. 

Habitat. Trouvé en août dans les bois de Marly, sous les châtaigniers. 

Fungus lacteseens prœgnantissimus. \ aux. Bot. par. p. 61, n. 9. 

Lactifluus pyrogalus? Fn. Epie. Syst. unie. p. 339. 
Propriétés. D'après les expériences de Paulet sur les animaux, ce champignon ne parait pas vénéneux. 
Ohs. — L' Agaricus pyrogalus, Bill., s'éloigne manifestement de celui-ci par la couleur du chapeau qui a' une 
teinte plombée interrompue par des zones concentriques plus foncées en couleur. 

AGARICUS PR.EGNANTISS1MUS. Léveillé. — PI. LXXII. fig. 3, 4. 

le woMiœwBii i,*itïbx. — ilypnphyllum rul'um. Pailet. 
i le champignon, suivant la remarque de Vaillant, doit être considéré connue une variété du précédent. En effet, 
il n'en diffère que par sa couleur qui est marron clair dessus et dessous, et par la forme de nombril que prend 
le chapiteau. Sa tige est taillée également en cheville et pleine ; la chair est blanche, mais teinte un peu de 
fauve; son lait est blanc et acre, et cette plante n'incommode point les animaux. Paulet, Hist. Champ., 
tome 11, p. 112.] 

AGARICUS CAMPYLl'S. Otto. —PI. LXXII. fis. 5. 6. 



l O ' 



lit cm*siwb»'os ni cïkï. — Il \ pi ipliy llum cerviiumi. Pailet. 
Chapeau charnu, convexe, mamelonné, à bord replié en dessous, déprimé au centre, toinenteux surtout a la 
marge, et de couleur bistre roux également répandue sur tous les points. Lames très-rapprochées, étroites, 
d'inégale longueur, aiguës aux deux extrémités, jaunes et adhérentes au sommet du pédicule qui est cylin- 
drique, glabre, plein, ferme et cendré. Chair blanche, ferme. Lait blanc et acre. 

Habitat. Croît en automne à Yinceimes et à Pantin. 

Laclarius campylus. Fis. Epie. Syst. myc. p. 334. 
Propriétés. D'après les expériences de Paulet, ce champignon doit être rangé au nombre de ceux qui sont vé- 
néneux. 

AGARICUS ASPIHELS. Fries. — PI. LXXII, fig. 7, 8. 

Le Laiteux noi'CiissANT. — Hy popli yllum pudibunduiu . Pailet. 
Chapeau charnu, d'abord convexe, mamelonné, villeux à la marge, puis déprimé, glabre, visqueux, de couleur 
paille uniformément répandue. Lames très-distinctes les unes des autres, épaisses, blanches, d'inégale longueur, 
aiguës aux deux extrémités, et adhérentes au sommet du pédicule. Celui-ci est droit, cylindrique, glabre, 
blanc comme le chapeau, plein et listuleux plus lard par la disparition de la moelle qui remplissait son inté- 
rieur. Chair ferme, très-blanche, prenant une teinte rouge ou violetée au contact de l'air. Lait acre, blanc et 
prenant une couleur lilas. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 33 

Habitat. En Italie et en Piémont, dans les lieux humides. 

Lactarius aspideus. Fit. Epie. Sijst. myc. p. 330. 
Propriétés. Une observation de Pico mentionnée dans le recueil que nous venons de citer, prouve que ce cham- 
pignon est très-dangereux. 

AGARICUS PIPERATUS. Scopoli. — PI. LXXIII, fig. I. 

iiE Pbévat niiANc. — Hypophyllum album. Paulet. 
Chapeau charnu, d'abord déprimé au centre et à bord replié en dessous, puis en l'orme d'entonnoir, glabre, lisse 
et très-pesant. Lames éloignées les unes des autres, de longueur inégale, souvent bifurquées, épaisses, aiguës 
aux deux extrémités et adhérentes à l'extrémité du pédicule. Quand le chapeau est en entonnoir, elles paraissent 
décurrentes. Pédicule gros, court, cylindrique, glabre, souvent atténué à la base. Toutes les parties de ce 
champignon sont blanches, quand on le divise il verse de nombreuses gouttes, blanches comme du lait et d'une 
saveur très-piquante. 

Habitat. On le trouve vers la fin de l'été et en automne, dans les bois. 

Agaricus acris. Bill. Hist. Champ, pi. 200. 

Agaricus aniarus. Sch^ff. tab. 83. 

Russula delica. Fr. Epie. Syst. myc. p. 350. 
Propriétés. Quoique Paulet, dans sa description, ne parle pas de lait blanc, nous ne croyons pas que ce soit un 
motif pour ranger ce champignon parmi les Russules. 

AGARICUS MIRABILIS. Léveillé. —PI. LXXIII, fig. 2. 

i>k Prévit lilas. — Hypophyllum lilacinum. Paulet. 
Chapeau charnu, plat, lisse, de couleur bai-brun. Lames assez éloignées les unes des autres, d'égale longueur, 
quelquefois bifides, obtuses vers la marge du chapeau, aiguës à l'autre extrémité, adhérentes au sommet du 
pédicule, et de couleur lilas. Pédicifie atténué à sa partie inférieure, blanc violeté, glabre, creux en dedans par 
suite de la disparition de la moelle qui le remplissait. Chair blanche, ferme, d'une saveur piquante et ne chan- 
geant pas de couleur au contact de l'air. 

Habitat. Paulet a trouvé ce champignon à terre dans les bois aux environs de Paris. 

Propriétés. Il n'est pas vénéneux. 

Obs. — Cette espèce est la seule qui, dans la section des Russules, présente des lames dont la couleur s'éloigne 
du blanc ou du jaune. Espérons qu'un jour on la retrouvera comme le professeur Kickx a retrouvé le Rus- 
sula cyanescens, qui avait été indiqué par Sterbeeck, et dont les botanistes de notre époque ne soupçonnaient 
même pas l'existence. 

AGARICUS FURCATUS. Lamarck. — PI. LXXIV, fig. 1 

BiE Prévu vibdoust. — Hypophyllum integrum (virescens). Paulet. 

Chapeau charnu, déprimé au centre et plus tard infundibuliforme ; sa surface est lisse, brillante comme de la soie 
et de couleur variable, blanche, grise, mais le plus souvent verdàtre. Lames assez éloignées les unes des autres, 
toutes de la même longueur, bifurquées. à la base, blanches, plus larges vers la marge du chapeau, aiguës à 
l'autre extrémité et attachées à la partie supérieure du pédicule, sur lequel elles envoient un court prolonge- 
ment. Pédicule blanc, cylindrique, un peu atténué à sa base, glabre, rempli d'une moelle blanche qui dispa- 
raît et laisse une cavité. 
Habitat. Très-commun en automne dans les bois. Chair blanche, ferme, ne changeant pas à l'air et n'ayant 
pas d'âcreté. 
Agaricus bifidus. Bull. Hist. Champ, tab. 21. 



34 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

Agaricus virescens. Scheit. tab. 94, fig. 1. 
Agaricus furcatus. Kromijiiz. tab. <>2, tig. 1, 2. 
Russula furcata. Fn. Epie. Syst. myc. p. 352. 
Propriétés. On regarde généralement cette espèce comme vénéneuse. 

AGARICUS LACTEUS. Persoon. — PL LXXIV, fig. 2. 

le Phéi'u au ioïb. — Hypophyllum integrum [columnare). Pallet. 

Chapeau charnu, ferme, d'abord convexe, puis déprimé au centre, glabre, sec et blanc. Lames assez espacées, 
blanches, toutes de la même longueur, quelquefois bifurquées, libres, beaucoup plus larges vers la marge du 
chapeau, qui est droite et tend à se relever. Pédicule gros, glabre, blanc, rempli d'une moelle spongieuse. ( ihair 
blanche, ferme, sans odeur et douce au goût. 

Habitat. En automne, dans les bois. Assez rare. 

Agaricus lacteus. Krombhz. tab. 61, lîg. 1, 2. 

liittstria lactea. Fis. Epie. Syst. myc. p. .'i.'i.'i. 
Propriétés. Quoi qu'en dise Paulet, cette espèce est comestible et ne cause jamais de mal. 

AGARICUS VATERNOSUS. Fuies. — PL LXXIV, fig. 3. 

Li gbijide BorciEOTTE oc Pbév.» cebire pile. — 1 Iypophv 'Hum integrum (Russula). Pau.et. 
Chapeau charnu, plat, puis déprimé au centre, lisse, rose on rouge et pâlissant plus tard au milieu ; marge mince. 
a peine fléchie en dessous, et enfin droite. Lames assez écartées les unes des autres, jaunes, entières, delà 
même longueur, sauf quelques-unes, plus larges vers la marge, aiguës à l'autre extrémité et adhérentes au 
somme! du pédicule. Celui-ci est atténué à sa partie inférieure, blanc, glabre, rempli d'une moelle spongieuse 
qui finit par disparaître. Chair blanche, friable, ne changeant pas à l'air, d'une odeur presque insensible, 
mais d'une saveur piquante. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

fltmsttla vaternosa. Fis. Epie. Si/st. myc. p. 354. 
Propriétés. Malgré son àcreté, c'est une espèce que l'on mange en Italie. 

AGARICUS IIETEUOPIIYLLUS. Vittadini. — PL LXXV, fig. 1-5. 

i>a icisoite. — Hypophyllum livescens. Paclet. 

Chapeau charnu, convexe, puis plat, plus tard il se déprime et prend enfin la forme d'un entonnoir ; sa surface 
est lisse, rarement striée, d'une couleur brune dans la dépression et grise dans le reste de son étendue, sèche, 
brillante quand le temps esl sec, et visqueuse quand il est humide. Les lames sont assez espacées les unes des 
autres, d'égale longueur, blanches, plus larges vers le bord du chapeau, aiguës à l'autre extrémité, très-rappro- 
chées du sommet du pédicule, mais libres. Pédicule court, cylindrique, glabre, blanc, rempli d'une moelle 
spongieuse qui le rend cave en disparaissant. Chair blanche, cassante, ne changeant pas à l'air. Son odeur 
est presque nulle et sa saveur n'est pas assez piquante pour qu'on doive la mentionner. 

Habitat. Croit vers la fin de l'été et en automne, dans les bois, les jeunes taillis et les allées des bois. 

Russula viridescens. Kkombhz. Esb. schtcaem. pi. 67, fig. 12-15. 

Russula vesca. Fit. Epie. Syst. myc. p. 352. 
Propriétés. C'est une des espèces dont on fait le plus d'usage, surtout en Uourgogue. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 35 



AGARICUS EMETICUS. Bulliard. — PI. LXXV, fig. 6-8. 

la Roigeotte ordixiire. — Ilypophyllum Russula. Pailet. 
Chapeau charnu, convexe, puis déprimé au centre ; sa surface est d'un beau rouge, brillante, lisse, et striée vers le 
bord dans un âge avancé. Lames assez éloignées les unes des autres, très-blanches, d'égale longueur, plus larges 
vers la marge du chapeau, aiguës à l'autre extrémité, rapprochées du pédicule sans y adhérer. Pédicule blanc, 
cylindrique, glabre, obtus à la base et rempli d'une moelle spongieuse qui finit par disparaître. Chair colorée 
en rouge sous l'épiderme du chapeau et blanche partout ailleurs, cassante, d'une odeur particulière et d'une 
saveur très-poivrée. 

Habitat. On le trouve à terre, dans les bois, vers la fin de l'été et dans le commencement de l'automne. 

Agaricus pectinaceus. Bill. Eist. Champ, tab. 509, fig. 0, P, Q, U. 

Agaricus integer. Linz. Nuts und Schœd. schwaem. tab. 5, fig. 14. 

Russula emetica. Vitt. l'ung. mang. tab. 38, fig. 1. 

Russula emetica *Clusii. Fb. Epie. Syst. myc. p. 358. 
Propriétés. Cette espèce est très-vénéneuse. 

AGARICUS VIRESCENS. Schiffer. — PI. LXXY1, fig. 1. 

Champioxo»- des dames. — Ilypophyllum viridans. Pailet. 
Chapeau charnu, d'abord convexe, puis dilaté, déprimé au centre, et enfin infundibuliforme ; sa surface est 
sèche, comme veloutée, de couleur vert-de-gris, lisse ou gercée, de manière à former un grand nombre de 
petits compartiments et souvent striée. Lames assez espacées, larges, blanches, de la même longueur, quelque- 
fois bifurquées, aiguës près du pédicule, au sommet duquel elles s'insèrent. Pédicule blanc, souvent atténué 
à sa partie inférieure, glabre, plein et spongieux à l'intérieur. La chair est blanche, ne change pas de couleur, 
d'une odeur douce et d'une saveur agréable. 

Habitat. Croît à terre, en automne, dans les bois. 
Agaricus virescens. Sch.iff. tab. 94, fig. 2-6. 
Russula œruginosa. Kbombhz. tab. 67, fig. 1-10. 
Agaric Palomet. Thore. Chloris des Landes, p. 477. 
Russula virescens. Fr. Epie. Sgst. myc. p. 355. 
Propriétés. Ce champignon est très-recherché dans le département des Landes. Dans les environs de Paris, ou il 
croît en assez grande quantité, on ne le mange pas, parce qu'il n'est pas connu. Sa couleur est probablement le 
motif pour lequel on le repousse. 

AGARICUS CYANOXANTHUS. Sch.effer. — PI. LXXVI, fig. 2, 3. 

iiA UoRCiE-DE-piGiEox. — Ilypophyllum cyanoxanthum. Paulet. 
Chapeau charnu, ferme, d'abord convexe, puis déprimé, glabre, d'une couleur bleue ou violette souvent très- 
intense. Lames nombreuses, souvent bifides, blanches dans la jeunesse et jaunissant avec l'âge, plus larges vers 
la marge du chapeau, aiguës à l'autre extrémité et adhérentes au sommet du pédicule, qui est gros, plein, 
cylindrique, glabre et d'une teinte violette, mais pas constamment. 

Habitat. A terre, dans les bois, en été et en automne. 

Agaricus cyanoxanthus. Scileff. Icon. Jung. Bav. tom. 1, tab. 93. 

Russula vesca. Fr. Epie. Sijst. myc. p. 352. 
Propriétés. La chair est blanche, assez ferme, sans odeur ni saveur, ce qui l'ait qu'elle se prèle à tous les assaison- 
nements. Depuis longtemps on fait un grand usage de ce champignon. 



36 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

Obs. — Parmi les Russules, cette espèce est l'une des plus faciles à reconnaître, c'est pour ce motif que nous 
avons cru devoir la conserver. 



AGARICUS OCHROLEUCUS. Persoon. — PI. LXXVI, fig. 4. 

j uxiTTK et beasciiotte. — Hvpophyllum luteo-album. Pailet. 
Chapeau convexe, déprimé au centre, lisse, visqueux et jaune. Lames assez serrées, d'inégale longueur, plus 
larges vers le bord du chapeau, aiguës à l'autre extrémité et libres. Pédicule cylindrique, glabre, blanc, plein, 
et rempli de moelle à l'intérieur. Chair blanche, très-cassante, ne changeant pas ta l'air, sans odeur et d'une 
saveur un peu piquante. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Agaricus emeticus. Var. D. Fr. Sysl. myc. p. 57. — Russula fellea. Epie. Syst. myc. p. 354. 
Propriétés. Donné aux animaux, ce champignon ne leur produit aucun effet. 



AGARICUS L.ETICOLOR. Léveillé. — PI. LXXVII, fig. 1. 

EiE l'iitiii ibicolob ou Violet éyèque. — Hvpophyllum tricolor. Pailet. 
Chapeau charnu, convexe, puis dilaté et plat; sa surface est parfaitement lisse, glabre, un peu humide au 
loucher, et d'une belle couleur violette. Lames nombreuses, assez pressées, d'inégale longueur, aiguës aux 
extrémités et un peu décurrentes sur le pédicule ; leur couleur est d'un roux foncé, qui devient violet quand on 
les froisse. Pédicule plein, ferme, fibreux, cylindrique, tordu, un peu renflé à la base, et de la même couleur 
que le chapeau. Chair d'un blanc violeté, d'une odeur et d'une saveur agréables. 

Habitat. A terre, en automne, dans la forêt de Sénard. 
Propriétés. Paulet donne cette espèce comme comestible. 



AGARICUS L.ETICOLOR. Var. minor. Léveillé. — PI. LXXVII, fig. 2. 

L.E Petit violet ou I'l.itmi' »e Sainte-Lucie. 

Celle variété se distingue de l'espèce parce qu'elle est plus petite et qu'elle sent le bois de Sainte-Lucie. 



AGARICUS FUSCELLUS. Léveillé. — PI. LXXVII, fig. 3. 

le moyeux noisette. — Hvpophyllum setigerum. Pailet. 
Chapeau charnu, d'abord arrondi, puis étalé, plat, mamelonné, glabre, lisse, de couleur noisette. Lames assez 
serrées, d'inégale longueur, rousses, aiguës vers la marge du chapeau, tronquées à la base et adhérentes au 
pédicule ; leur bord libre est denticulé. Pédicule alongé, atténué à la base, plein, lisse, luisant comme de la soie. 
fibreux et tordu. La chair est très-blanche et a une légère odeur de petites raves. 

Habitat. A terre, en automne, dans la forêt de Sénard. 

Hygrophorus limacinus. Fit. Epie. Syst. myc. p. 324. 
Propriétés. Ce champignon n'est pas en usage, quoique parfaitement innocent. 

Obs. — La description du professeur Fries n'a pas la moindre ressemblance avec celle de Paulet, c'est ce qui 
nous a engagé à donner un autre nom. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 37 



AGARICUS TURCOSINUS. Léveillé. — PI. LXXVII, 6g. 3 bis et 4. 

Le Plateau iïlei »e ciel oc la Tibçboise. — Ilypophyllum caeruleum. Paulet. 

Chapeau charnu, convexe d'abord, puis étalé, plat, sec, uni, d'une belle couleur bleue. Lames assez serrées, de 
longueur inégale, aiguës aux deux extrémités et adhérentes à l'extrémité supérieure du pédicule; leur couleur 
est d'un blanc sale un peu teinté de bleu. Pédicule ferme, cylindrique, blanc, plein, moelleux en dedans et se 
creusant dans un âge avancé ; sa partie inférieure repose sur une apparence de bulbe qui se flétrit bientôt. 

Habitat. Trouvé pendant l'automne dans la forêt de Sénard. 

Propriétés. Ce champignon, dont la saveur n'est pas désagréable, n'a pas incommodé les animaux auxquels 
Paulet l'a fait manger. 

AGARICUS PRUNULUS. Scopoli. — PI. LXXVIII, fig. 1, 2. 

Le Plateau hiiisiu — Hypophyllum farinulentum. Paulet. 
Propriétés. Ce champignon est peut-être le plus délicat et le moins indigeste de tous ceux que l'on mange. 
Voyez pi. XXVI, fig. 1, 2. 



AGARICUS NUDUS. Bulliard. — PI. LXXVIII, fig. 3. 

le Plateau vbolet-améthtste. — Hypophyllum ianthinum. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, puis plat, bord quelquefois relevé ; sa surface est lisse, douce au toucher, d'une belle 
couleur bleu-violet qui, avec l'âge, se ternit et passe au roux. Lames très-rapprochées, d'inégale longueur, 
bleues ou violettes et enfin rousses, aiguës vers la marge du chapeau, arrondies à la base et adhérentes au 
pédicule par un court prolongement. Pédicule plein, glabre, cylindrique, ferme, violeté à sa surface, un peu 
renflé à sa base, qui est le plus ordinairement recouverte de filaments byssoïdes blancs. La chair est ferme, 
blanche, quelquefois un peu violette, sans odeur et sans saveur. 

Habitat. Commun, en été et en automne, dans les jardins et les bois. 

Agaricus nudus. Bull. Hist. Champ. tal>. 139. 
Propriétés. Ce champignon, dont on ne l'ait pas usage, est très-bon et très-délicat. 



AGARICUS NEBULAR1S. Batsch. — PI. LXXIX, fig. 1-5. 

plateau obis odorant. — Hypophyllum cucurbitinum. Paulet. 

Chapeau charnu, convexe, à bord replié en dessous ; sa surface est sèche, lisse, glabre et d'une couleur grise uni- 
formément répandue. Lames blanches, nombreuses, rapprochées, d'inégale longueur, aiguës aux deux extrémités 
et décurrentes. Pédicule blanc ou grisâtre, droit, ferme, fibreux, plein, atténué de bas en haut et tomenteux à 
la base. Chair blanche, ferme, d'une odeur et d'une saveur assez agréables. Les insectes le recherchent. 

Habitat. On le trouve, vers la fin de l'été et en automne, dans les bois. 
Agaricus pileolarius. Bull. Hist. Champ, tab. 400. 

Propriétés. Paulet pense que ce champignon n'est pas malfaisant, pourtant il conseille de s'en méfier. 



38 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



AGARICUS VOLEMUS. Var. B. Fries. — PI. LXXX, fig. 1-3. 

liA RoicEoiTE .*. lut doux. — Hy poph\ Hum lactifluum. Pailet. 
Chapeau charnu, ferme, déprimé au centre, puis infundibuliforme, sec, lisse, ondulé à la marge, d'une couleur 
rouge assez vive. Lames larges, d'inégale longueur, aiguës aux deux extrémités et adhérentes au sommet du 
pédicule; leur couleur est d'un rouge pâle tirant sur le jaune, elles rougissent ou brunissent quand on les 
froisse. Pédicule plein, glabre, atténué le plus souvent à la base, de la même couleur que le chapeau, mais 
constamment plus pâle. Chair blanche, quelquefois d'un brun pâle, très-consistante. Lait blanc, abondant et 
doux. 

Habitat. A terre, vers la lin de l'été et dans le commencement de l'automne, dans les forêts. 

Agaricus rubescens. Scop. /''/. Corn. p. 453. 

Agaricus (lactitluus) ruber. Tratt. Esb. schicaem. p. 89, tab. N. 

Lactarius pallidus. Fr. Epie. Syst. myc. p. 343. 
Propriétés. C'est un champignon dont on fait un fréquent usage en Allemagne et dans les Vosges. 



AGARICUS ICHOBATLS. Batsch. — PI. LXXXI. lîg. 1, 2. 

itoi'hKOTTi: * iait. Rorss»:. — Hypophyllum ichoratum. Pailet. 
Chapeau charnu, convexe, légèrement déprimé au centre, à bord replié en dessous ; sa surface est sèche, lisse, 
douce au toucher, d'un jaune roux ou rousse et quelquefois légèrement zonée. Lames nombreuses, d'inégale 
longueur, légèrement rosées, aiguës aux deux extrémités et adhérentes au sommet du pédicule. Celui-ci es! 
atténué à sa base, plein et glabre. La chair est ferme, participe de la couleur du chapeau, et verse quand 
on la brise un lait blanc d'une saveur peu agréable, mais non poivrée. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Agaricus tithymalinus. Fr. Syst. myc. 1, p. 71. — Lactarius ichoratus. Epie. Syst. myc. p. 345. 

Agaricus ichoratus. Batsch. El. j'ung. tab. XIII, tig. 60. 
Propriétés. Ce champignon n'a pas eu d'action vénéneuse sur les animaux qui en ont mangé. Son goût n'engage 

pas à en faire usage. 



AGABICUS SANGUIFLUUS. Fries. — PI. LXXXI, Kg. 3-5. 

i,i itoK.imn Dig Toulousains. — Hypophyllum sanguitluum. Pailet. 
Chapeau charnu, convexe, puis étalé, un peu déprimé au centre, glabre, dune belle couleur de sang également 
répandue sur toute la surface. Lames blanches. Pédicule atténué de bas en haut, glabre, blanc, lavé de rouge, 
rempli d'une moelle spongieuse. Il s'écoule de la chair, quand on la rompt, un lait doux, rouge et abondant. 

Haditat. A terre, dans le midi de la France. 

Lactarius sanguifluus. Fr. Epie. Syst. myc. p. 341. 
Propriétés. Paulet dit que c'est un champignon très-recherché dans les pays où on le trouve. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 39 



AGARICUS SIXAPIZAXS. Fries. — PL LXXXII, fie. i-3. 

xe HociiBniER m: séward. — Hypophyllum sinapizans. Pailet 
Chapeau charnu, d'abord convexe, puis dilaté, glabre, un peu visqueux au toucher, de couleur rouge très-pâle. 
Lames assez pressées, très-larges, d'inégale longueur, fragiles, aqueuses, de couleur cannelle, aiguës vers la marge 
du chapeau, très échancrées vers le pédicule au sommet duquel elles sont adhérentes. Pédicule gros, ferme, 
fibreux, blanc, luisant, granuleux au sommet, renflé, obtus à la base ; l'intérieur est formé par une moelle 
spongieuse. Chair blanche, molle, ayant une odeur de moutarde. Sa saveur rappelle celle des plantes crucifères, 
mais elle n'en a pas le piquant. 

Habitat. On le trouve à terre, en automne, dans la forêt de Sénard. 

Agaricus grandi*. Pers. Myc. europ. p. 283. 
Propriétés. Ce champignon n'empoisonne pas les animaux, il leur répugne et leur cause des vomissements. 



AGARICUS MADIDUS. Fries. — PL LXXXII, fig. 4. 

Le (hi9pig>o!« ti;bébi\the. — 1 1 vpophy Hum terebiuthinaceum. Pailet. 
Chapeau charnu, convexe, obtus, à bord replié eu dessous ; sa surface est glabre, un peu visqueuse au toucher, 
d'une couleur gris-brun, inégalement répandue, plus foncée au centre. Lames d'inégale longueur, de couleur 
jaunâtre tirant sur le gris, échancrées à la base et adhérentes au pédicule. Celui-ci est ferme, un peu plus 
gros et blanc à la base, violeté dans le reste de sa surface, garni de fibrilles fugaces, et rempli d'une moelle qui 
disparait en partie. 

Habitat. A terre, dans la forêt de Sénard. 

Propriétés. Administré avec de la pâtée à des chiens, ils l'ont rejeté presque aussitôt. 



AGARICUS FUSCO-CASTAXEUS. Léveillë. — PI. LXXXIII, fig. 1 , 2. 

ib Satihé mirboj, — Hypophyllum fusco-castaneum. Pailet. 
Chapeau charnu, convexe, ensuite dilaté, d'une belle couleur roux foncé ou marron et satinée. Lames d'un roux 
beaucoup plus foncé, larges, d'inégale longueur, fragiles, adhérentes au sommet du pédicule, qui est alongé, 
gros, cylindrique, un peu atténué à la partie inférieure, fibreux, comme tordu ; sa surface est lisse, soyeuse ou 
peluchée et d'un roux plus clair qui se rapproche de la couleur d'or. La chair est molle, blanche, avec une lé- 
gère teinte de brun. Son odeur ressemble à celle du bois humide, et sa saveur n'a rien de désagréable. 



Habitat. On le trouve à terre, en automne, au bois de Boulogne. 

Propriétés. Des expériences faites sur les animaux ont démontré que ce champignon n'est pas vénéneux. 

Obs. — Nous ne connaissons pas cette espèce, la description que nous donnons est calquée sur celle de Paulet. 



AGARICUS MURLXACEUS. Buxliabd. — PL LXXXIV, fig. i, 2. 

l'étoile gbise. — Hypophyllum stellatum. Pailet. 
Chapeau charnu, convexe, avec un mamelon très-obtus, soyeux, puis recouvert de petites écailles pileuses et de 
couleur grise. Lames écartées les unes des autres, de longueur inégale, larges, d'un blanc sale ou gris pâle, 
plus larges à la base, échancrées et adhérentes au pédicule par un prolongement très-prononcé. Pédicule plein, 
fibreux, glabre, blanc ou grisâtre. Chair blanche, cassante; son odeur nous rappelle plutôt celle du champi- 
gnon ordinaire que celle de l'esprit de nitre; sa saveur est herbacée, fade et n'a rien d'agréable. 



40 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

Habitat. Très-commun à terre, en automne, dans les bois. 

Agaricus nitratus. Pers. ? Syn. j'ioig. p. 356. 

Hygrophorus murinaceus? Fit. Epie. Syst. myc. p. 333. 
Propriétés. Paulet regarde cette espèce comme suspecte. 

AGARICUS DURUS. Léveillé. —PI. LXXXIV. fig. 3-5. 

M ( iiùun di r — Hypophyllum durum. Paulet. 
Chapeau presque pas charnu, ferme, coriace, d'abord convexe, puis aplati, un peu déprimé au centre ; sa surface 
est glabre, lisse et sècbe, de couleur rousse ainsi que les autres parties. Lames assez rapprochées, de longueur 
inégale, aiguës vers le bord du chapeau, larges à l'autre extrémité et entièrement adhérentes au pédicule. 
Celui-ci est droit, cylindrique, fibreux, lisse, glabre, plein, plus tard il devient fistuleux par la disparition de la 
moelle qui le remplissait. Chair un peu teintée de roux. 

Habitat. On le trouve en automne, à terre, sous les chênes, au bois de Boulogne. 

Propriétés. Paulet dit que sa saveur fade n'engage pas à en faire usage : cependant, essayé sur les animaux, il ne 
leur a l'ait aucun mal. 

AGARICUS ARENARIUS. Laterrade. — PI. LXXXV, fig; 1, 2. 

Le doré s®itfré. — Hypophyllum aureo-sulphureum. Paulet. 

Chapeau charnu, convexe, obtus, puis étalé, glabre, de couleur jaune rutilante. Lames assez éloignées les unes des 
autres, d'inégale longueur, aiguës aux deux extrémités, mais plus larges vers le pédicule à la partie supérieure 
duquel elles adhèrent. Pédicule jaune, glabre, fibreux, cylindrique, plein, le plus souvent bulbeux à la base. 
Chair blanche. Odeur douce. Saveur agréable. 

Habitat. Croît assez abondamment en automne dans les sables de la forêt de Fontainebleau. 
Agaricus sinuatus. Var. B. arenarius. Latebr. El. Bord. 4 e éd. p. 534. 
Agaricus arenarius. Li:v. Ann. se. nat. 3 l série, tome IX, p. 119. 
Agaricus bufonius. Fr.? Epie. Syst. myc. p. 40. 

Propriétés. Ce champignon est très-recherché à Bordeaux, et le serait également à Fontainebleau, s'il était mieux 
connu. 

Ors. — La planche de Paulet le représente avec un pédicule sans bulbe à la base, comme on le trouve quel- 
quefois, mais rarement. 

AGARICUS SULPHUREUS. Bullurd. — PI. LXXXV, fig. 3, 4. 

1.E citrow. — Hypophyllum citrinum. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, obtus, puis étalé, à bord réfléchi en dessous; sa surface est jaune, glabre, sèche et lisse. 
Lames jaunes, éloignées les unes des autres, d'inégale longueur, aiguës vers la marge du chapeau, arrondies, 
échancrées et adhérentes à l'extrémité supérieure du pédicule. Celui-ci est également jaune, droit, cylindri- 
que, glabre, fibreux et plein. Chair jaune, ferme, inodore, le plus souvent fétide, dégoûtante et d'une saveur 
désagréable. 

Habitat. Très-commun en automne, dans les bois. 

Agaricus sulphureus. Pers. Syn. fung. p. 323. — Myc. curop. 3, p. 187. 

Agaricus sulphureus. Fr. Syst. myc. 1, p. HO.—Epic. Syst. myc. p. 40. 
Propriétés. Ce champignon ne parait pas vénéneux. Les animaux s'en accommodent très-peu. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 41 

AGARICUS PALUMBINUS. Léveillé. — P]. LXXXVI, fîg. 1-3. 

ii* lijiicb corge-de-piceo*. — Hypoph y 11 uni Hmacinum. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, puis dilaté, sans mamelon ; sa surface est lisse, visqueuse, d'une couleur fausse qui ré- 
sulte du mélange du roux, du bleu et du violet. Lames assez espacées, d'inégale longueur, adhérentes à la partie 
supérieure du pédicule; elles sont d'une teinte rousse qui rappelle le dos de la limace rouge. Dans leur jeunesse, 
elles sont recouvertes d'une cortine blanche ou voile aranéeux qui disparait promptement. Pédicule droit, 
plein, cylindrique, bleu ou violet. Chair assez ferme. 

Habitat. A terre, en automne, à Vincennes et au bois de Boulogne. 

Propriétés. Paulet dit que ce champignon se conserve très-bien sans se corrompre et qu'il n'incommode pas les 
animaux. 

AGARICUS PSITTACIXUS. Schiffer. — PI. LXXXVI, fig. 4, 5. 

■iE Petit Perroquet, ou Petit Atbobe oi.ki . Paulet. 

Chapeau peu charnu, conique ou campanule, mamelonné, visqueux, glabre, strié quelquefois, de couleurs 
verte, jaune, aurore, ou bleuâtre plus ou moins fondues ensemble et changeant avec l'âge. Lames éloignées 
les unes des autres, d'inégale longueur, larges vers la marge du chapeau, coupées perpendiculairement à la 
base et adhérentes au pédicule qui est cylindrique, glabre, listuleux, fragile et de couleur variable comme le 
chapeau. La chair est molle, aqueuse, d'une teinte jaune, sans goût et sans odeur. 

Habitat. On le trouve en automne, dans les prairies. 

Agaricus Cameleo. Bell. Hist. Champ, tab. 545, fig. 1. 

Agaricus psittacinus. Grev. Scot. FI. pi. 74. 

Hygrophorus psittacinus. Fr. Epie. Syst. myc. p. 332. 
Propriétés. Ce champignon n'a pas de propriétés malfaisantes. On ne lui connaît aucune utilité. 

AGARICUS ALBUMINEUS. Léveillé. — PI. LXXXVII, fig. 1, 2. 

le Borx Gi.untix. — Hypophyllum viscidum. Paulet. 
Chapeau convexe, régulier, lisse, roux ou fauve, recouvert d'une couche de mucilage. Lames assez éloignées les 
unes des autres, d'inégale longueur, de la même couleur que le chapeau et adhérentes au sommet du pédicule. 
Celui-ci est droit, cylindrique, plein, glabre, de la même couleur que le chapeau et recouvert comme lui de 
mucilage. 

Habitat. A terre, en automne, dans presque tous les bois des environs de Paris. 

Hygrophorus glutini fer. Fr. Epie. Syst. tnyc. p. 322. 

Ab Agarico glutinoso, Bull. Hist. Champ, tab. 539, fig. B, et 258, certissime diversus. 
Propriétés. La saveur de ce champignon n'est pas désagréable; donné aux animaux, il ne les incommode pas. 
Obs. — La description de cette espèce manque de détails, qui doivent être recueillis sur le vivant. 

AGARICUS LIMACINUS. Scopoli. — PI. LXXXVII, fig. 3. 

liE Glaireux baliieib. — Hypophyllum scoparium. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, lisse, d'une teinte grisâtre ou roussâtre, plus pâle vers la marge, recouvert d'une 
couche mucilagineusc. Lames assez éloignées les unes des autres, jaune-citron et adhérentes au sommet du pé- 
dicule. Celui-ci est blanc, plein, ferme, visqueux à sa partie inférieure, sec et granuleux au sommet. 

Habitat. Trouvé à terre, dans le bois de Ville-d' Avray. 



12 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

Àgaricus limacinus. Var. B. Pers. J/j/c. europ. p. 94. 
Hygrophorus limacinus. Fit. Ept'c. %>7. »»/r. p. 324. 
Propriétés. La saveur de ce champignon est fade. Les animaux qui ont servi à reconnaître ses propriétés, n'en ont 
pas été incommodés. 

AGARICUS RHODOLEUCUS. Léveillé. — PI. LXXXVII, fig. 4. 

le «eaireex bayonwe. — Hypophyllum radiatum. Pailet. 
Chapeau charnu, convexe, régulier, lisse, de couleur rousse et recouvert d'une couche mucilagineuse. Lames 
rouges, écartées les unes des autres, d'inégale longueur, adhérentes au sommet du pédicule. Celui-ci est blanc, 
visqueux et cylindrique. 

Habitat. A terre, dans les bois, aux environs de Paris. 
Propriétés. Ce champignon n'a pas de propriétés vénéneuses. 

Ous. — La description de cette espèce demande à être complétée sur le vivant avant d'être acceptée comme 
définitive. 

AGARICUS PI. LXXXVHI, fig. 1, 2. 

le boissflet mabbo» — Hypophyllum cinnamomeum. Pailet. 
Champignon de taille moyenne, c'est-à-dire de deux ou trois pouces de haut sur autant d'étendue au chapiteau, et 
dont le dessus est de couleur de noisette ou roux très-étendu, et le dessous, ou feuillets, couleur de marron. Sa 
surface est sèche et douce au toucher. 11 n'a presque pas de chair, et le peu qu'il en a est blanche. Ses feuillets, 
de longueur inégale, montent sur la tige de toute leur largeur de base. La tige qui est lavée de la même cou- 
leur que les feuillets, est moelleuse et finit par devenir creuse. Sa base est presque bulbeuse. 

Hahitat. On le trouve, en automne, au bois de Boulogne. 

Propriétés. Sa saveur et son odeur n'ont rien de désagréable. 11 n'incommode pas les animaux. (Paulet, Hist. 
Champ., tom. 11, p. 195.) 

AGARICUS PI. LXXXVHI, fig. 3, 4. 

le RorsNiLKi >cm. — Hypophyllum llavo-atrum. Pailet. 
Champignon de taille moyenne dont le dessus est d'un roux très-tendre, mais dont les feuillets sont très-bruns 
ou noirs. 11 a à peu près le port et une apparence de champignon de couche. Ses feuillets fins, bien rayonnes, 
sont de longueur inégale et adhèrent au haut de la tige de toute la largeur de leur base. La tige cylindrique est 
blanche, mais teinte ou salie de la couleur des feuillets, creuse, avec des parois fortes et épaisses, fermes, tas- 
santes, et de couleur rousse à l'intérieur, de trois ou quatre lignes de diamètre. 

Habitat. A terre, dans les vergers, surtout sous les pommiers. 

Propriétés. Saveur de champignon ordinaire, mais un peu nauséeuse. Les animaux qui ont mangé cette espèce 
n'en ont pas été incommodés (Paulet, Traité des Champ., tom. 11, p. 195.) 

AGARICUS CARTHUSIAXUS. Lëveille. — PI. LXXX1X, fig. 1-3. 

Le (HiitTBLix or velixiti de Vaieeast. — Hypophyllum villosum. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, puis étalé, à bord réfléchi en dessous ; sa surface est sèche, lisse, jaunâtre, brillante, 
soyeuse, comme drapée. Lames grises, empourprées, très-nombreuses, rapprochées, d'inégale longueur, aiguës 
vers la marge du chapeau, larges, échancrées à l'autre extrémité, et à peine adhérentes par une pointeau 
sommet du pédicule. Celui-ci est droit, cylindrique, glabre, fibreux, élastique, blanc ou beaucoup plus pâle 
i|ue les lames. Chair blanche, pas désagréable au goût. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 43 

Habitat. A terre, en automne, à Versailles et dans la forêt de Sénard. 

Propriétés. Ce champignon n'est point innocent, il a incommodé les animaux auxquels Paulet l'a donné a 



AGARICLS LMBRATILIS. Fries. — PI. LXXX1X, fig. 4, 5. 

L'Œil i»i;-c objum ,e — Hypophyllum corvinum. Paulet. 

Chapeau peu charnu, presque memhraneux, d'ahord convexe, puis déprimé au centre ; sa surface est d'un brun 
noir très-intense, glabre, lisse et légèrement striée à la marge. Lames nombreuses, rapprochées, d'inégale lon- 
gueur, brimes, aiguës vers le pédicule et un peu déeurrentes. Pédicule de la même couleur que le chapeau, 
droit, cylindrique, fibreux et plein. Chair blanche, aqueuse, d'une saveur très-désagréable. 

Habitat. A terre, dans les environs de Paris et de Nevers, sur le bord des fossés. 

Propriétés. Paulet rapporte une observation curieuse d'empoisonnement causé par ce champignon à La Charité- 
sur-Loire (Nièvre). 



AGARICLS LATERITIUS. Sch.effer. — PI. XC, fig. 1, 2. 

le Champignon ai nom; des ardues. — llypophyllum fulgens. Paulet. 
Ce champignon, que l'on serait tenté de rapporter au premier aspect à VAgaricus aureus de Sowerby, en diffère 
évidemment par la forme, la couleur des lames, par l'absence d'un anneau et la forme du pédicule. Nous 
croyons devoir le rapprocher de VAgaricus lateritius de JScha'iïèr, quoique les lames aient une couleur 
rouge, pourprée, et que le pédicule soit grêle, cylindrique et glabre. Quant à l'absence d'un anneau, qui dan^ 
cette espèce est placé très-haut, à peu de distance des lames et en partie fugace, il aurait disparu dans l'échan- 
tillon, ou il aurait été oublié par Paulet et le dessinateur. Pour ce qui concerne les écailles du chapeau, elles 
sont assez fréquentes sur les vieux individus de VAgaricus lateritius, pour permettre ce rapprochement 
Dans tous les cas, la description et la figure de Paulet laissent beaucoup à désirer. 
Voyt:- pi. C1X. 

AGARICLS CALTHLCA. Lëveillé. — Pi. XC, fig. 3. 

Le Champignon soicb de koïeb. — Hypophyllum Calthuca. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, puis étalé, glabre, lisse, sec, d'une belle couleur jaune ou orangée. Lames assez pres- 
sées, d'inégale longueur, aiguës vers la marge du chapeau, larges, échancrées à l'autre extrémité, adbérentes 
au pédicule et de couleur rousse. Pédicule cylindrique, courbé, glabre, ferme, fibreux, plein et blanc. Chair 
jaune, d'une saveur qui n'est pas désagréable. 

Habitat. Sur le tronc des noyers. 

Propriétés. Paulet dit qu'il n'incommode pas les animaux et qu'il passe pour comestible. 

Obs. — Ce champignon, malgré sa simplicité apparente, demande à être étudié de nouveau. 



AGARICLS LEPIDLS. Léveillé. — PI. XC, lig. 4, 5. 

Le Champignon »e chêne. — Hypophyllum lepidum. Paulet. 

Chapeau charnu, convexe, ensuite étalé, plat, glabre, sec, de couleur noisette. Lames rosées, écartées les unes 
des autres, d'inégale longueur, adbérentes au pédicule. Celui-ci est droit, cylindrique, blanc, fibreux, glabre, 
plein, et d'une consistance très-ferme. La chair est molle. Sa saveur et son odeur n'ont rien de désagréable. 

Habitat. Sur les chênes, dans les forêts. 



U ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

Propriétés. Donné à des animaux, ce champignon ne les a pas incommodés. 
Ons. — Cette description sera probablement rectifiée, quand on aura un individu vivant entre les mains. La 
figure de Paulet rappelle assez bien V Agaricus caryophylleus. 

AGARICUS ULMICOLA. Léveillé. — PI. XCI, Kg. 1, 4. 

m Champignon dï iobm. — Hypophyllum ulmicola. Paulet. 

Chapeau charnu, convexe; sa surface est glabre, se gerce assez souvent, de couleur noisette ou roux tendre. 
Lames nombreuses, assez rapprochées, d'inégale longueur, adhérentes au sommet du pédicule et couleur lilas. 
Pédicule droit, cylindrique- ou renflé à la base, glabre, fibreux, ferme et de même couleur que les lames. La 
chair est blanche, ferme, d'une odeur agréable qui rappelle celle de la farine fraîche. 

Habitat. Croit en touffes sur les ormes. 

Propriétés. On peut regarder ce champignon comme dangereux, surtout quand il est vieux, parce que les ani- 
maux ne le digèrent pas, qu'il les atterre, et qu'ils finissent par le vomir. 

AGARICUS SAMRUCIMJS. Léveillé. — PL XCI, fig. 5, 6. 

BiK i iï»iii'h.\o\ si» si'Btii. — Hypophyllum sambucinum. Paulet. 

Chapeau peu charnu, presque membraneux, convexe, puis étalé, plat, lisse, glabre et blanc. Lames blanches, 
écartées les unes des autres, de longueur inégale, trois ou quatre fois plus hautes que le chapeau n'est épais, adhé- 
rentes au pédicule et un peu décurrentes. Pédicule cylindrique, fibreux, plein, glabre, tirant sur le vert. La chair 
est un peu coriace, d'une saveur pas désagréable. 

Habitat. Ce champignon donné aux animaux, les étonne un peu, dit Paulet, et ne les incommode pas d'une ma- 
nière sensible. 

Obs. — Cette description est incomplète, mais cependant suffisante pour reconnaître ce champignon, si le hasard 
le faisait découvrir. 



AGARICUS CERUSSATUS. Fries. — PI. XCII, fig. 1-4. 

l.e ('if«wD>i«.*o* toit blasc. - Ilypopli ylliuii totum album. Paulet. 
Chapeau très-charnu, d'abord convexe, puis étalé, blanc, glabre et doux au toucher. Lames très-nombreuses, ser- 
rées, d'inégale longueur, aiguës sur la marge du chapeau, larges vers l'autre extrémité, arrondies, un peu 
échancrées et adhérentes au sommet du pédicule à l'aide d'un court prolongement, Pédicule blanc, cylin- 
drique, ferme, plein, souvent tomenteux à la base. Chair blanche, ferme, d'une odeur et d'une saveur qui 
rappellent celles du Mousseron. 

Habitat. Croit à terre, en automne, dans les bois ; il décrit des portions de cercle souvent très-étendues. 

Agaricus albellus. DC. avec lequel il a, du reste, la plus parfaite ressemblance. 

Agaricus cerussatus. Pehs. Myc. europ. p. 119. 

Agaricus opacus. Sow. Engl. futig. lab. 142. (Vix.) 
Propriétés. Malgré l'aspect avantageux sous lequel ce champignon se présente, il faut bien se garder d'en faire 

usage ; a notre connaissance, il a causé plusieurs accidents très-graves, mais qui n'ont pas eu de suites 

fâcheuses. 



AGARICUS CAMPESTRIS. Linné. (Ânnulo deslituto.) PI. XCII, fig. 5, 6. 

»>k CH&ttPicNQN DR couche. niBBON tardip non collcté. — Hypophyllum pseudocanipestre. Paulet. 
Voyez pi. CXXX. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 45 



AGARICUS FIRMUS. Fries. - PL CXIII, fig. 1, 2. 

va toupie n Et in doickow. — Hypophyllum turbinatum. Paulet. 

Chapeau très-charnu, convexe, sec, glabre, roux clair. Lames nombreuses, très-serrées, d'inégale longueur, 
aiguës vers la marge du chapeau, libres et arrondies à l'autre extrémité, de couleur d'ocre. Pédicule blanc, 
gros, plein, bulbeux à la base, pourvu à sa partie supérieure d'une membrane aranéeuse, ferrugineuse et 
fugace. Chair blanche, ferme. Bulliard dit que sa saveur est amère et désagréable, et Paulet, qu'elle a le goûtdu 
bon champignon. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Agaricus araneosus. Bull. Hist. Champ, pi. 96. 
Propriétés. Quoique ce champignon n'ait pas causé d'accidents aux animaux, on doit s'en méfier. 

AGARICUS VIOLACEO-CINEREUS. Persoon. - PL XCIII, fig. 3. 

Le Chijifigdosi violet. — Hypophyllum violaceum. Paulet. 
Chapeau très-charnu, convexe, sec, d'abord couvert de poils couchés qui, dans un âge avancé, forment de très- 
petites écailles ; dans le commencement, il a une belle couleur violette qui prend une teinte grise en vieillis- 
sant. Lames nombreuses, rapprochées, arquées, d'inégale longueur, aiguës vers la marge du chapeau, arron- 
dies, adhérentes à l'autre extrémité, et d'une couleur brun rouge. Pédicule de la même couleur que le chapeau, 
ordinairement bulbeux à sa base, atténué un peu à sa partie supérieure, plein, glabre, muni d'une cortine rousse 
et fugace. La chair est blanche, sans odeur et d'une saveur agréable. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Agaricus violaceus. Sch.eff. tab. 3. 

Cortinarius violaceo-cinercus. Fr. Epie. Syst. myc. p. 279. 
Propriétés. Paulet pense que l'on peut faire usage de ce champignon. 

AGARICUS CYCNEUS. Léveillé. — PL XCIII, fig. 4, 5. 

le ssocle-de-bocto-v. — Hypophyllum lobuliforuie. Paulet. 
Chapeau charnu, d'abord convexe, puis étalé, plat, blanc, humide au toucher, glabre et lisse. Lames blanches, 
nombreuses, serrées, d'inégale longueur, adhérentes au sommet du pédicule. Celui-ci est également blanc , at- 
ténué de la base au sommet, glabre, sans anneau, fibreux et plein. Chair blanche, sans goût et sans odeur. 



Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Propriétés. L'expérience a prouvé qu'il n'a aucun effet sur les animaux. 

AGARICUS GALEATUS. Léveillé. — PI. XCIII, fig. 6. 

le chaupioiom i«asqdé on Mascariele. — Hypophyllum personatum. Paulet. 
Chapeau charnu, campanule, obtus, glabre, très-souvent fendu et de couleur brune. Lames nombreuses, larges, 
d'inégale longueur et blanches. Pédicule de la même couleur, long, cylindrique, glabre, plein et fibreux. 
Chair blanche, d'un goût agréable. 

Habitat. A terre, en automne, dans les départements méridionaux de la France. 
Propriétés. Cette espèce est très-recherchée dans les endroits où on la trouve. 

Obs. — Cette description est tellement incomplète, qu'elle a besoin d'être refaite sur le vivant. La figure de Paulet 
n'est pas suffisante non plus pour s'en faire une idée. 



46 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



AGARICUS LEPIDOPUS. Léveillé. — PI. XCIII, fig. 7. 

le utti.KT tbompecb. — Hypophyllum lepidopus. Paulet. 

Chapeau charnu, convexe, glabre, lisse, gris-roux. Lames blanches, écartées, fermes, de longueur inégale, adhé- 
rentes au sommet du pellicule. Celui-ci est droit, un peu plus gros à sa partie moyenne, également blanc, plein, 
et recouvert d'écaillés dont le sommet regarde en haut. Chair blanche, terme, sèche. Sa saveur et son odeur 
n'offrent rien de désagréable. 

Habitat. On le trouve, en automne, au pied des chênes, dans les bois des environs de Paris. 
Propriétés. Il a causé des vomissements aux animaux qui ont servi à étudier ses propriétés. 
Obs. — Cette espèce, qui parait très-curieuse, n'est pas suffisamment décrite. Le texte et la figure de Paulet ne 
fournissent pas les éléments nécessaires pour une bonne description. 

AGARICUS OREINUS. Fries. — PI. XCIII, fig. 8, 9. 

Lk basset ou téteuo*. — Hypophyllum depressum. Pailet. 

Chapeau charnu, d'abord convexe, puis plat, et à bord relevé ; sa surface est glabre et d'un gris roux pruineux. 
Lames blanches, nombreuses, serrées, d'inégale longueur, larges vers la marge du chapeau, arrondies à l'autre 
extrémité, rapprochées du pédicule et s'en séparant dans un âge avancé. Pédicule court, cylindrique, plein, 
fibreux, de la même couleur que le chapeau, granuleux à sa partie supérieure et glabre dans le reste de sa 
surface. 

Habitat. A terre, dans la forêt de Sénard. 

Âgaricus testudineus. Pebs. Myc. europ. 3, p. 218, tab. 23, fig. 1, 2. 
Propriétés. Paulet dit que l'on peut le manger sans inconvénient. 

AGARICUS SCRIRLITA. Fries. — PI. XCIV, fig. ^ '6. 

Le Moa sskiu»:* n'.titMAS ou Mousseron des prés. — Hypophyllum scriblita. 
Chapeau charnu, convexe, puis dilaté, plat, d'un gris tirant sur le roux, très-sujet à se gercer. Lames d'inégale 
longueur, assez éloignées les unes des autres, d'un blanc sale, adhérentes et se prolongeant sur le pédicule. 
Celui-ci est également blanchâtre, plein, glabre, un peu renflé à sa partie inférieure. 

Habitat. On le trouve en Italie et dans le midi de la France, dans les prés. 

Propriétés. Suivant Paulet, cette petite espèce se conserve très-bien et est très-bonne à manger. 11 est malheureux 

que nous n'en ayons pas une bonne description ni une bonne ligure. 
Obs. — Le professeur Fries (Epie. Syst. myc. p. 22) le rapporte avec doute de l' Agaricus (armillarius) scruposus, 

supposant que l'anneau a été détruit. 



AGARICUS GRAYFOLEXS. Fries. — PI. XCIV, fig. 5 



le iioebseron PBBNEEEED'iTAEiE. — Hypophyllum prunulum. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, glabre, de couleur gris de lin, à bord replié en dessous. Lames nombreuses, étroites, 
d'inégale longueur, blanches, aiguës aux deux extrémités et décurrentes sur la partie supérieure du pédicule. 
Celui-ci est plein, glabre, atténué à sa partie supérieure et gris cendre. 

Habitat. On le trouve en Suisse, en Italie et dans l'est de la France. 

Propriétés. Sa chair est blanche; il a un parfum et une odeur très-agréables. Les Comtois et les Suisses en font 
le commerce. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 47 

Obs. — D'après la synonymie que Paulet donne de ce champignon, on voit bien manifestement qu'il veut parler 
de l' Agaricus prunulus de Scopoli, mais la figure, qui représente deux individus mutilés, en donne une idée 
très-fausse et dans les anciennes planches où il est peint gris violeté, il rappelle plutôt Y Agaricus nebularis 
de Sowerby que tout autre champignon. L'interprétation du professeur Fries, qui le rapproche de l'Agaric 
mousseron (Tratt. Aust. tab. 19), àeY Agaricus pritmriusliiwsmm. (tab. 2, fig. 2-6) ef du Mousseron gris du 
même auteur (tab. 55, fig. 2-6), est-elle bien juste"? nous n'oserions l'affirmer. La description que nous 
donnons, calquée sur celle de Paulet, ne convient pas à Y Agaricus prunulus. 

AGARICUS ALBELLUS. De Cvndolle. Var. flavicans. Léveillé. — PI. XCIV, fig. 7-12. 
Le Mocssebo* Isabelle »e Scisse. — Hypophyllum rotundius. Paulet. 

AgARICOS ALBELLUS. De CaXDOLLE. PL XCIV, fig. 13-18. 

Le SIoesserox de boirgogxe. — Hypophyllum muscicola. Paulet. 
Agaricus Georgii. Fr. Epie. Syst. myc. p. 43. 
Obs. — Ces deux champignons ont la même structure, la même odeur et le même goût que Y Agaricus albellus ; 
comme lui on les trouve seulement au printemps, ils n'en diffèrent que par leur couleur qui est d'un jaune 
blanc : c'est pourquoi nous ne les regardons que comme de simples variétés. Voyez Agaricus albellus. DC. 
dans la même planche. 

AGARICUS ALBELLUS. De Cvndolle. — PI. XCV, fig. 1-8. 

vbh siocsserox »e FnistE. — Hypophyllum aromaticum. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, ferme, lisse, avec le bord fortement replié en dessous. Lames très-nombreuses, 
d'inégale longueur , d'abord très-étroites , ensuite assez larges , aiguës vers la marge du chapeau , ar- 
rondies près du pédicule, échancrées et adhérentes à l'aide d'un court prolongement. Pédicule gros, plein, 
glabre, ferme, cylindrique, quelquefois un peu renflé à la base. Ce champignon est blanc dans toutes ses par- 
ties. L'odeur et la saveur sont très-agréables. On le conserve en le faisant sécher ; il faut alors le récolter quand 
il est très-jeune, parce que plus tard il est dévoré par les larves d'insectes. 

Habitat. On le trouve principalement parmi la jeune herbe dans les bois, le long des haies, dans le mois de mai et 
le commencement de juin. 
Agaric Mousseron. Bull. Hist. Champ, p. 142. 

Propriétés. Ce champignon est très-recherché en raison de sa délicatesse ; tous les habitants des campagnes le con- 
naissent. C'est un de ceux dont la synonymie est le plus mal établie dans les auteurs. 

AGARICUS AMETHYSTINUS. Fries. —PI. XCV, fig. 9-11. 

Le jUocssERos PâiojiMTE he8 BÉARSAis. — Hypophyllum palumbinum. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, glabre, ondulé, de couleur bleue violetée, gorge de pigeon ; marge repliée en de^ous. 
Lames nombreuses, d'inégale longueur, blanches d'abord, roussissant un peu ensuite, très-aiguës vers la marge 
du chapeau, arrondies, sinuées à la base et adhérentes au pédicule par un court prolongement. Pédicule plein, 
cylindrique, glabre et blanc. La chair est ferme, blanche, ne change pas de couleur. Sa saveur et son odeur 
sont agréables. 

Habitat. A terre, au printemps et en automne, dans les Pyrénées, aux environs de Paris, sur les friches et parmi 

les mousses. 

Agaricus Palomet. De Cand. FI. franc. Suppl. p. 49. 
Propriétés. Ce champignon est un des meilleurs que l'on connaisse. On peut, suivant Paulet, le manger cru 

sans craindre d'en être incommodé. L'espèce que Thore a décrite sous le même nom est différente de celle-ci, 

elle appartient à la section des Russules. 



i8 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



AGARICUS GRÀMMOPODIUS. Bulliard. — PI. XCVI, fig. 1 , 2. 

Le jambieb BLiitc. — Hypophyllum médium. Paulet. 

Chapeau d'abord ovale, puis étalé, charnu, protubérant au centre, glabre, lisse, sec et blanc. Lames nombreuses, 
d'inégale longueur, blanches, fermes, aiguës vers le bord du chapeau, larges, arrondies et échancrées vers le 
pédicule auquel elles adhèrent. Pédicule alongé, droit, plein, renflé à la base, atténué à la partie supérieure, 
fibreux, blanc et marqué de quelques stries longitudinales. Chair blanche, assez ferme. Odeur et saveur assez 
agréables. 

Hauitat. A terre, en automne, dans les bois des environs de Paris. 

Agaricus grammopodius. Fr. Syst. myc. 1, p. 93. 
Propriétés. Ne parait pas vénéneux. Des animaux auxquels Paulet l'a donné à manger , n'ont éprouvé aucun 

accident. 

AGARICUS PI. XCVI, fig. 3, 4. 

leJaubiibbéglisse. — Hypophyllum glycyphylluni. Paulet. 
Champignon de taille moyenne, haut monté, de couleur de réglisse répandue partout, dehors et dedans, mais 
plus foncée au chapiteau, un peu moins aux feuillets et beaucoup moins à la tige, qui n'est que légèrement 
teintée. Ce champignon est d'ailleurs d'une consistance assez ferme, sec et sujet à se fendre au chapiteau. Ses 
feuillets, de longueur inégale, un peu plus épais à leur base qu'à leur tranche, sont taillés en biseau et un peu 
plissés ou ridés transversalement ; la tige, d'une substance filandreuse, est pleine et ferme. 

Habitat. Dans les bois des environs de Paris. 

Propriétés. Saveur ni rebutante ni agréable. Donné à des animaux, ce champignon ne les a pas incommodés. 
(Paulet, Traité des Champ., tom. 11, p. 210.) 



AGARICUS PLATYPIIYLLUS. Persoon. — PI. XCVII, fig. 1, 2. 

lit Parasol aoueix. — Hypophyllum fissum. Paulet. 
Chapeau peu charnu, d'abord convexe, puis étalé, plat, mamelonné; sa surface est sèche, grisâtre uniformément, 
un peu soyeuse et très-souvent gercée en rayonnant. Lames blanches assez espacées, d'inégale longueur, aiguës 
vers la marge du chapeau, larges à la base, échancrées et adhérentes au pédicule. Celui-ci est alongé, cylin- 
drique, un peu atténué de bas en haut, blanc, fibreux, glabre et iistuleux. 11 présente souveut à sa base un 
mycélium qui ressemble à de longs fils blancs, sur lesquels on trouve de petits tubercules charnus qui ne sont 
autre chose que déjeunes champignons. La chair est blanche. L'odeur nulle, et la saveur peu prononcée, mais 
désagréable. 

Habitat. En automne, à terre ou sur le détritus des vieux arbres. 

Agaricus grammocephalus. Uist. Champ, pi. 594. 
Propriétés. Ce champignon n'est pas comestible, quoiqu'il ne soit pas vénéneux. 



AGARICUS CAND1CANS. Persoon. — PI. XCVII, fig. 3, 4. 

Le Petit Bijoi «u i>r de eait. — Paulet. 

Chapeau charnu, d'abord convexe, ensuite déprimé au centre, et à bord fortement replié en dessous ; sa surface 
est blanche, glabre et sèche. Lames assez rapprochées, blanches, d'inégale longueur, aiguës aux deux extrémi- 
tés, légèrement échancrées à la base et adhérentes au sommet du pédicule ; elles s'insèrent toutes à la même 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 49 

hauteur, et dans un âge avancé, elles sont un peu décurrentes. Pédicule grêle, cylindrique, glabre, fistuleux et 
blanc. Chair blanche. Odeur et saveur presque nulles. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Agaricus umbilicatus. Bnx. Eist. Champ, pi. 411, fig. 2. 

Agaricus umbilicatus. Bolt. Hist. fung. pi. xvu. 
Propriétés. (Je champignon n'est ni vénéneux ni comestible. 

AGARICUS HELICLXUS. Lé veillé.— PI. XCYII, fig. 5. 

le Counirox. — Paulet. 

Chapeau charnu, campanule, déprimé au sommet et contourné en manière île colimaçon ; sa surface est cendrée, 
glabre, très-finement striée vers le bord. Lames blanches, d'inégale longueur et adhérentes au sommet du 
pédicule; elles sont si. étroites qu'elles ressemblent à des nervures. Pédicule grêle, alongé, cylindrique, glabre 
et blanc. 

Habitat. Sur la terre, à Bondy, en automne, par groupes composés de cinq ou six individus. 
Propriétés. Ce champignon, dont l'odeur et la saveur n'ont rien de désagréable, n'a produit aucun ellèl aux ani- 
maux qui l'ont mangé. 

CANTHARELLUS INFUNDIRULIFQRMIS. Fries. - PI. XCV1I, fig. 6. 

B>i PETITE UïBOLE ME VABEEASiT. PaIXET. 

Chapeau charnu, presque membraneux, d'abord convexe, puis déprimé au centre, et enfin infundibuliforme ; sa 
surface est jaunâtre, rousse ou bistrée et recouverte de petites écailles. Les lames qui forment la face infé- 
rieure ressemblent à des plis, assez éloignés les uns des autres, bifides, obtus à leur marge, aigus aux deux 
extrémités, et décurrents sur la partie supérieure du pédicule; leur couleur est jaune cendré, et en avançant 
en âge, ils se couvrent d'une pruine grisâtre. Pédicule atténué de lias en haut, glabre, fistuleux, assez souvent 
comprimé et jaune. 

Habitat. A terre, dans les bois, vers la fin de l'été et dans le commencement de l'automne. 

Fungus miniums flavescens, infundibuli forma. Bauhin. — Vaux. Bot. Par. p. 60, n" 2, tab. 1 1, fig. 9-10. 

Merulius tubiformis. Peks. Syn. fung. p.. 489. 
Propriétés. Cette espèce n'est pas comestible, quoiqu'elle ne soit pas vénéneuse. 
Obs. — La description de ce champignon a été faite d'après la synonymie que donne Paulet, la figure qui le 

représente ici donne plutôt l'idée d'un Agaric que d'un Cantharellus. 

AGARICUS RAD1COSUS. Bulliarp. — PI. XCY11 bis, fig. 1, 2. 

le pabmol ïisçcEïs. — Hypophyllum radicosum. Paclet. 

Chapeau charnu, d'abord arrondi, puis étalé, glabre ou recouvert de très-petites écailles, visqueux, d'un roux 
pâle tirant sur le jaune. Lames très-nombreuses, inégales en longueur, aiguës vers la marge du chapeau, arron- 
dies à la base, puis échancrées et adhérentes au sommet du pédicule par un court prolongement ; de pâles 
qu'elles étaient dans la jeunesse, elles prennent une couleur ferrugineuse en vieillissant. Pédicule plein, 
annulé, blanc, cylindrique el glabre au-dessus de l'anneau, écailleux, roussâtre et renflé au-dessous ; il se ter- 
mine par une grosse racine qui lui donne l'aspect fusiforme. Anneau membraneux, ascendant, persistant, peu 
éloigné des lames. 

Habitat. En automne, au pied des arbres, par groupes de trois ou quatre individus. 
Agaricus radicosus. Fit. Syst. myc. tom. 1, p. 2 42. 

Propriétés. La saveur de ce champignon n'est pas assez agréable pour flatter le goût des amateurs. Aucune expé- 
rience ne nous apprend s'il est bon ou mauvais. 

7 



50 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



AGARICUS PI. XCVIII, fig. 1, 2. 

le pibisol uni. — Hypophyllum striatum. Paulet. 
Champignon de trois ou quatre pouces de hauteur, sur un pouce et demi d'étendue au chapiteau, dont le dessous 
est couleur de marron et les feuillets couleur d'ombre. Ce champignon n'a pas de chair, i! n'a que des feuillets 
couverts d'une peau transparente et dont l'impression la rend rayée. Ces feuillets, de longueur inégale, sont 
tins, serrés et bien rayonnes autour île la tige arrondie du haut. Cette tige, dont la couleur est un mélange de 
gris et de roux, est nourrie par une substance moelleuse qui s'épuise en partie. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Propriétés. Ce champignon, dont la saveur n'est pas agréable, ne produit aucun effet sur les animaux. 

CANTHARELLUS PAPYRACEUS. Léyuillé. — PI. XXVIII, fig. 3, 4. 

i>s; ivtitiHni, FtiiBtrÉ. — Hypophyllum papyraceum. Paulet. 
Chapeau membraneux, étalé, plat, glabre, lisse, de couleur noisette. Lames en forme de [dis épais, ranîeux, 
anastomosés, rapprochés du pédicule et de la même couleur que le chapeau. Pédicule droit, cylindrique, glabre, 
plein et de couleur noisette comme les autres parties. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois des environs de Paris. 

Propriétés. Paulet dit que la plante est sèche, sans odeur, fade au goût d'abord, puis piquant un peu la langue. 

Elle n'incommode pas les animaux. 
Ous. — On ne connaîtra exactement ce champignon que quand on en aura fait une nouvelle description sur le 

vivant. 

CANTHARELLUS 0L1VACEUS. Lévuillé. — PI. XCVlll, fig. 5, 6. 

LE Parasol olivitbe, — Hypophyllum olivaceum. Paulet. 
Chapeau membraneux, d'abord convexe, puis dilaté et plat, glabre, lisse, d'une couleur olivâtre ou d'un mélange 
de jaune, de violet foncé et de vert. Lames en forme de plis épais, ramifiés, anastomosés, de couleur brune, 
adhérents au sommet du pédicule et décurrents. Pédicule droit cylindrique, plein, glabre, lisse, de la même 
couleur que le chapeau. 

Habitat. A terre. 

Propriétés. Mêlé à de la pâtée, ce champignon n'incommode pas les animaux. 

AGARICUS ROTULA. Scopoli. — Tab. XCVIII, fig. 7, 8. 

LEiiitnpuiivoM âJiiBMsia, — Hypophyllum Rolula. Paulet. 
Chapeau membraneux, d'abord ovale, puis hémisphérique, déprimé et pourvu au centre d'une papille noire, 
marqué de grosses côtes égales ; sa surface est blanche ou grisâtre. Lames peu nombreuses, blanches, toutes 
de la même longueur et attachées à leur base autour d'une membrane en forme d'anneau. Pédicule grêle, 
eriniforme, glabre, brillant, fistuleux, noir à sa base, plus pâle au sommet, quelquefois rameux et d'une con- 
sistance très-ferme, comme cartilagineuse. 

Habitat. On le trouve, en automme, sur les feuilles et les branches d'arbres tombées à terre. 

Agaricus Rotula. Pers. Syn. fung. p. 407. 

Marasmius Rotula. Fr. Epie. Syst. myc. p. 3Sj. 
Propriétés. Ce champignon n'est d'aucune utilité; il est seulement remarquable par la collerette autour de laquelle 

les lames sont attachées. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 51 

AGARICUS RHODOPOLIUS. Fries. — PI. XCIX, fig. i. 

ce Saxixk kiii i i \ cexdhé. — Hypophyllum cineritium. Paulet. 

Chapeau peu charnu, presque membraneux, d'abord campanule, mamelonné, puis étalé, plat ou ondulé; sa sur- 
face est lisse, comme satinée, d'un gris noirâtre quand il est pénétré d'humidité, d'un gris pâle, sale, quand il 
est sec. Lames espacées les unes des autres, d'inégale longueur, aiguës vers la marge, très-larges à la hase, 
adhérentes au sommet du pédicule parmi petit crochet; elles sont rosées dans le jeune âge et prennent en 
vieillissant une teinte plus foncée. Pédicule alongé, cylindrique, glabre, blanc et fistuleux. Chair blanche 
aqueuse. Odeur et saveur presque nulles. 

Habitat. Très-commun, au printemps et en automne, dans les bois parmi les herbes. 

Agaricus rhodopolius. Krombhz. Esb. Schwœm. tab. uv, 6g. 17-22. 
Propriétés. Ce champignon n'est pas vénéneux ; nous avons vu des personnes le manger ahondamment et sans 
éprouver le moindre dérangement. 

AGARICUS COLUS. Fries. — PI. XCIX, fig. 2-3. 

liA <ti iioi un mo!ciÉE. — Hypophyllum Coins. Paulet. 
Chapeau peu charnu, campanule, avec un mamelon très-obtus ; sa surface est lisse, glabre, douce au toucher et de 
couleur brun marron. Pédicule alongé, atténué de bas en haut, nu, fibreux à l'extérieur, rempli d'un tissu mé- 
dullaire qui finit par disparaître ; il est d'une couleur rousse, mais beaucoup plus pâle que le chapeau, et pourvu 
à sa partie supérieure d'une voile aranéeux, blanchâtre, coloré en jaune roux par la chute des spores ; sa base 
est un peu bulbeuse et conserve quelquefois les débris d'un mycélium rouge. Lames assez espacées, d'inégale 
longueur, veinées, aiguës vers la marge du chapeau, légèrement échancrées à sa base et adhérentes au pédi- 
cule ; elles ont dans le jeune âge, une couleur de cannelle pâle qui devient rousse en vieillissant. Chair d'un roux 
pâle, et molle. 

Habitat. A terre, en automne, dans la forêt de Saint-Germain en Laye. 
Propriétés. Ce champignon n'a pas incommodé les animaux qui en ont mangé. 

AGARICUS GALACTIXUS. Lëveillé. — PI. XCIX, fig. 4-6. 

e/éteigkoir niair de ea.it. — Hypophyllum extinctorium. Paulet. 
Chapeau membraneux, conique-campanule, mamelonné; sa surface est lisse, glabre, ou couverte d'une très-légère 
poussière, finement striée vers le bord et d'un blanc de lait. Lames espacées, d'inégale longueur, blanches, larges 
vers la marge du chapeau, aiguës à l'autre extrémité et adhérentes au sommet du pédicule. Celui-ci est alongé, 
grêle, cylindrique, glabre, blanc, à peine fistuleux, terminé par un prolongement radicifonne, conique et noir. 

Habitat. A terre, en automne, dans les gazons. 

Agaricus prœcox. Mull. FI. dan. tab. 830, fig. 2. 

Agaricus sericellus. Fit. in ind. Stjst. myc. p. 36. — Species ineertœ sedis in Sijst. rnijc. I , p. 161 . 
Propriétés. Ce champignon n'est ni vénéneux ni comestible. 

AGARICUS PHYSÀLOIDES. Fu. Var. Muscicola. — PL XCIX, fig. 7. 

l i:i i i«.\oebi leui \ — Hypophyllum brunneum. Paulet. 

Chapeau peu charnu, d'abord campanule, puis étalé; sa surface est lisse, glabre, un peu visqueuse, de couleur 
rouge et d'un gris sale quand le temps est sec. Lames nombreuses, d'inégale longueur, d'un roux ferrugineux 
quand elles sont jeunes, et noires dans un âge plus avancé; elles sont très-larges, adhérentes et légèrement dé- 



52 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

currentes. Pédicule droit, cylindrique, plein, comme fibrilleux, de coulent' pâle à sa partie supérieure, et d'un 
brun roux à sa hase. 

Habitat. En automne, à terre dans les endroits couverts d'herbe. 

Agaricus physaloïdes. Bill. Hist. Champ, lib. 366, fig. 1. 
Propriétés. Ce champignon n'a pas de goût prononcé, il ne paraît pas vénéneux. On ne songe pas à en faire usage 

mi raison de sa petitesse et de sa couleur, qui n'a rien d'attrayant. 



ei 



AGARICUS HYPXOIiUM. Schrank. — PI. XCIX, fig. 8. 

&e SiBJiarssi.— Hypophyllum hypnorum. Pailkt. 
Chapeau membraneux, d'abord campanule, puis dilaté, plat, mamelonné ; sa surface est lisse, glabre, striée vers 
la marge et d'un jaune d'ocre. Lames assez éloignées les unes des autres, d'inégale longueur, larges vers le bord 
du chapeau, tronquées à l'autre extrémité, adhérentes au pédicule et de la même couleur que le chapeau. Pé- 
dicule grêle, alongé, cylindrique, jaune, fistuleux, pruineux à sa partie supérieure. Chair molle, aqueuse, sans 
odeur et sans saveur prononcées. 

Habitat. Très-commun en automne sur les mousses. 

Agaricus hypnorum. Batsch. Elench. fung. p. 127, fig. 90. 

Agaricus hypnorum. Sch^eff. lab. 63. 
Propriétés. Ce petit champignon ne présente d'autre intérêt que sa gentillesse. 

AGARICUS COBALTINUS. Léveillé. — PI. C, fig. 1,2. 

iiimpiesox AMih'HvsTi; (petit). — Agaricus amethystinus. Paclet. 
Chapeau charnu, convexe, proéminent et ombiliqué au milieu, glabre, lisse et d'un roux plus ou moins foncé. 
Lames éloignées les unes des autres, de longueur inégale, aiguës aux deux extrémités, décurrentes et bleues. 
Pédicule cylindrique, glabre, plein, un peu renflé à la base, de la même couleur que les lames et surmonté 
d'un voile aranéeux, violet et fugace. 

Habitat. A terre, en automne, dans la forêt de Saint-Germain en Laye. 
Propriétés. Ce champignon n'est pus vénéneux. 

AGARICUS CYANl'S. Persoon. — PI. C, tab. 3, 4. 

(Hitipn.iio^ .&niiTnssiTE (grand). Agaricus ianthinus. Batsch, Paixet. 
Chapeau charnu, convexe, ensuite dilaté, ombiliqué au centre; bord replié en dessous; sa surface est lisse, «labre, 
sèche et violette. Lames assez rapprochées, d'inégale longueur, aiguës aux deux extrémités, attachées au som- 
met du pédicule, d'une couleur bleu gris et passant au roux en \ ieillissant. Pédicule cylindrique, glabre, violet, 
plein dans le jeune âge et finissant par devenir creux ; à sa partie supérieure, il porte un voile aranéeux, violet, 
fugace, qui devient roux par la chute des spores. 

Habitat. A terre, en automne, dans la forêt de Saint-Cermain en Laye. 

Agaricus ianthinus. Sceleff. tab. 31, tîg. 5. 

Agaricus cyanus. Pers. Si/ii. fung. p. 276. 
Propriété^. Quoique ce champignon ne soit agréable ni au goût ni à l'odorat, on ne doit pas le regarder comme 

vénéneux ; il n'a produit aucun effet aux. animaux qui en ont mangé. 

AGARICUS COLUS. Fries. — PI. C, fig. 5, 6. 

Bja tti'iiffouiixK a iossette. — Hypophyllum Colus. Paulct. 
Voyez pi. XC!\. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 53 

LENTINUS SUFFRUTESCENS. Fries. — PI. C bis. 

aoaricis BADïosrs. P allas. — ITypo|>hylIum radiosum. Paulet. 

Chapeau charnu, très-coriace, d'abord convexe, puis à bord relevé et presque infundibuliforme, glabre, lisse, 
jaune, quelquefois blanc. Lames d'inégale longueur, assez espacées, plus pâles que le chapeau, aiguës aux deux 
extrémités, dentées à la marge et décurrenles. Pédicule alongé, cylindrique, plein, fibreux, très-résistant, glabre 
ou écailleux, d'un blanc sale. Cortinc? fugace. 

Habitat. Tête-de-Buch, en automne, sur les troncs des vieux pins. 

Agaricus suffrutescens. Brot. FI. lusit. p. 4GG. 

Agaricus tubœformis. Scbleff. tab. 248 et 249. 

Agaricus (lentinus) suffrutescens. Ftt.Syst. myc. 1, p. 377. — Lentinus suffrutescens. Epie. Syst. myc, p. .'193. 
Propriétés. Jamais probablement on n'a songé à faire usage de ce champignon, sa consistance ne le permet pas. 
Obs. — L'agaricus radiosus de Pallas, que Paulet cite comme synonyme, croit à terre, dans les forêts de pins, non 

loin du fleuve Irtisch, dans la Russie d'Asie. 11 paraît appartenir au genre Battarea. 

AGARICUS PUDENS. Persoon. — PI. CI, fig. i. 
i-e Rkimek tord, ïEcii.LKTs noix. — Ilypopliyllum tortile. Paulet. 

AGARICUS PUDENS. Persoon. — PI. CI, fig. 2, 3. 
Vk RâcniEB cotossEcs. i?ecbm.ets BL»ti> — Ilypopbyllum lanuginosum. Paulet. 

AGARICUS PUDENS. Persoon. — PI. CI, fig. 4. 

Le Bacixier bl*^c et bois. — Hypophyllum rotulaceum. Paulet. 
Chapeau convexe, peu charnu, mais consistant, avec un mamelon très-obtus ; sa surface est veloutée, douce au 
toucher et d'un roux fauve plus ou moins foncé. Lames assez espacées, d'inégale longueur, termes, résistantes, 
blanches, quelquefois un peu jaunes, aiguës vers le bord du chapeau, larges à l'autre extrémité et adhérentes 
au pédicule. Celui-ci est long, presque fusiforme, très-atténué à sa partie inférieure, plein, fibreux, cassant, ve- 
louté et de la même couleur que le chapeau; le plus ordinairement il est tordu et sillonné longitudinalement. 
Chair blanche et ferme. Odeur et saveur nulles. 

Habitat. En automne, à terre, dans les bois. Le pédicule prend toujours naissance sur des racines ou des mor- 
ceaux de bois enfouis dans la terre. 
Agaricus longipes. Bull. Hist. Champ, tab. 232 et 515. 

Agaricus radicatus. Var. D. pudens. Fr. Sijs/. myc. 1, p. 118. — Agaricus pudens. i'pic. Syst. myc. p. 81. 
Agaricus radicatus. Var. D. pudens. Pers. Syn. fung. p. 313. — Agaricus pudens. Myc. europ. p. 140. 

Propriétés. Ce champignon n'a pas de propriétés vénéneuses. 

AGARICUS NUMMULUS. Léveillé. —PI. Cil, fig. 1-3. 

MocggEftox D'ï.tr. ou les pexitts cii.ipe.us. — Hypophyllum aquosum. Paulet. 
Chapeau d'abord convexe, puis étalé, plat, glabre, sans stries, peu charnu, très-cassant ; dans le premier âge 
il est blanc, il devient brun et se gerce en vieillissant. Lames nombreuses, d'inégale longueur, rapprochées du 
pédicule sans y adhérer; elles sont d'abord rosées et passent ensuite au noir. Pédicule droit, cylindrique, bul- 
beux à la base, glabre, blanc, plein et enfin fishileux par suite de la disparition du tissu moelleux qui le remplis- 
sait. Les feuillets sont recouverts d'un voile aranéeux qui se dissipe quand le chapeau s'étale. 



54 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

Habitat. A terre, en automne, par troupes nombreuses, dans les endroits humides. 

Propriétés. Odeur et saveur agréables surtout quand il est see. Panlet le regarde comme comestible et dit, que 

donné par poignées aux animaux, il ne les incommode pas. 
On?. — Ce champignon, en raison de son voile membraneux et fugace, se rapproche de Y Agaricus ccrnuus 

de Wahl. 

AGAR1CUS BARBATUS. Batsch. —PI. Cil, fig. 4-6. 

Tacs, mocssebo* iii.ah de lait. — llypopbylluin lacteum. Pailet. 
Chapeau d'abord convexe, ensuite étalé, plat, peu charnu, lisse, glabre, un peu usqueux et blanc. Lames rappro- 
chées, d'inégale longueur, adhérentes au pédicule, de couleur cannelle ou rousse. Pédicule blanc, cylindrique, 
droit, glabre, un peu renflé et tomenteux à la base, plein quand il est jeune, et tistuleuxdans un âge plus avancé ; 
il porte à sa partie supérieure un voile aranceux très-fugace. Chair ferme. Odeur assez agréable. Saveur légè- 
rement amère. 

Habitat. A terre, en automne, dans les endroits découverts. 

Agaricus barbatus. Pu. Syst. myc. p. 237. — Cortinarius crystallinus. Epie. Syst. myc. p. 270. 
Propriétés. Les expériences que Paulet a faites sur lui-même, démontrent que ce champignon est dangereux. 

On doit bien se garder de le récolter et d'en faire usage. 



D" 



AGAR1CUS OREADES. Botton. - PI. CI1I, fig. 1 



-i. 



Mors8F.no* D'AiTonxE or uocsserox godauli. — Hypophyllum odoratum. Paulet. 

Chapeau charnu, convexe, obtus, presque mamelonné, présentant le plus souvent une dépression circulaire à sa 
partie moyenne; il est glabre, lisse, d'abord blanc, puis légèrement roux et strie sur le bord. Lames blanches, 
d'inégale longueur, éloignées les unes des autres, aiguës au sommet, libres et arrondies à la base. Pédicule 
cylindrique, plein, fibreux, très-résistant, recouvert d'une membrane veloutée ou tomenteuse blanche, que l'on 
enlevé facilement ; dans un âge avance, il se colore en brun et se contourne comme une corde. 

Huutat. On le trouve au printemps et en automne, dans les prés et sur le bord des chemins. 

Agaricus pseudo-mousseron. Bill. Uist. Champ, tab. 14 i et 328, fig. 2. 

Agaricus tortilis. De Caktj. FI. Franc, tom. 1, p. 104. 

.4<7ai icus collinus. Pers. Syn. fung. p. 330. 

Marasmius oreades. Fr. Epie. Syst. myc. p. 375. 
Propriétés. Cette petite espèce a un goût très-agréable et n'incommode jamais. 

MARASMIUS PLANCUS. Fries. — PI. CIII, tab. 5-6. 

Moi !«»! «s»\ iiiu-Boiiini: or MorbSEBo* cheville. — Hypophyllum clavatum. Pailet. 
Obs. — Celle espèce est la même que la précédente, représentée dans un âge plus avancé. 

AGARICUS EQUESTRIS. Lixsé. — PI. CIV, fig. 1. 2. 

L'Etoile polaire. — Hypophyllum équestre. Pailet. 
Chapeau charnu, convexe, puis dilate, sans mamelon, nu ou recouvert d'écaillés pileuse.-, un peu visqueux, de 
couleur rousse et s'éraillant quelquefois au sommet de manière à former ce que l'on appelle un crachat <d'où 
lui Aient sou nom . Lames jaunes, assez nombreuses, d'inégale longueur, aiguës vers la marge du chapeau, ar- 
rondies à la base et adhérentes par un court prolongement au pédicule. Celui-ci est droit, cylindrique, glabre, 
d'un blanc sale et plein, avec indication d'un canal rempli d'un faisceau blanc et cotonneux. Chair blanche ou 
un peu jaune, aqueuse, sans odeur, et d'une saveur qui n'est pas désagréable. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 55 

Habitat. Eu automne, dans les forêts de pins. 

Agaricus aurais. ScaiEFF. tab. 41. 

Agaricus equestris. Fr. Epie. Syst. myc. p. 26. 
Propriétés. Ce champignon donné à des animaux, ne les a pas incommodés. 

AGARICUS CINNAMOMEUS. Var. Fries. — PI. CIV, fig. 3, 4. 

Faux ihocssebow mdiuif. — Hypophyllum psendo-muscosum. Paulet. 
Chapeau peu charnu, d'abord convexe, ensuite dilaté, aplati, glabre, sec, de couleur cannelle pâle. Lames nom- 
breuses, rapprochées, d'inégale longueur, larges, adhérentes au pédicule, et de la même couleur ou un peu 
plus foncées que le chapeau. Pédicule cylindrique, glabre, plein et jaune avec un voile aranéeux, fugace, de 
couleur cannelle. L'odeur et la saveur n'ont rien de désagréable. 

Habitat. A terre, dans les bois, en automne. 

Funyus minor colore citrino, etc. Vaux. Bot. Par. p. 66, tab. 12, fig. 12-14. 

Propriétés. Paulet dit qu'on le récolte souvent avec Y Agaricus oreades ou Mousseron de Dieppe, et qu'il n'incom- 
mode pas. 



AGARICUS CERASINUS. Léveillé. — PI. CIV, fig. 5, 6. 

Le spiii \ y oc Firx hocssero* i-leiblix. — Agaricus Sphinx. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, obtus, glabre, un peu visqueux et de couleur rouge. Lames serrées, d'inégale longueur, 
touchant au pédicule, blanches et légèrement teintées de jaune. Pédicule droit, cylindrique, glabre, rougeàtre 
et muni d'un anneau. La chair a peu d'épaisseur, elle a une légère odeur et saveur de mousseron. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Propriétés. On le mélange quelquefois avec les mousserons; ceux-ci perdent alors leurs bonnes qualités et engen- 
drent des coliques. 

Obs. — Nous ne connaissons pas cette espèce et la description que nous en donnons est très-incomplète, mais il 
nous semble ipie Paulet a commis une erreur en la rapprochant de Y Agaricus Sphinx de Batsch [Agaricus 
vetulipes. Curt.); ce dernier n'a pas d'anneau. Elle paraît appartenir à la section des Lépidotes de Persoon et 
devoir prendre place dans ie voisinage de Y Agaricus cristatus. 



AGARICUS CORONILLUS. Bulliard. — PI. CIV, fig. 6 bis. 

F\is*i: Koi n; de jeige. — Hypophyllum pseudoglobosum. Paulet. 

Chapeau charnu, obtus, ensuite plat, nu, visqueux et jaune dans les temps humides. Lames nombreuses, d'iné- 
gale longueur, aiguës vers la marge du chapeau, arrondies à la base et adhérentes au pédicule dont elles se 
séparent plus tard ; leur couleur est rosée, blanche à la marge et noircit à mesure qu'elles avancent en âge. 
Pédicule plein, charnu, souvent atténué en bas, blanc à sa partie supérieure, un peu jaune dans le reste de sa 
longueur et pourvu d'un anneau descendant, qui forme autour du pédicule une petite couronne marquée de 
stries verticales noires. 

Habitat. On le rencontre très-fréquemment en automne, dans les prés, et dans les endroits couverts d'herbe. 

Agaricus coronillus. Fh. Epie. Sgst. myc. p. 163. 
Propriétés. Il n'a pas d'odeur, sa saveur n'a rien d'agréable. On ne lui connaît aucune propriété. 

Paulet n'a rien dit de cette espèce, dans son traité des Champignons 



56 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



AGARICUS FRAGRANS. Pkrsoon. - PI. CIV, fig. 7-9. 

Vf.» fcioni.T» mortes. — Hypophyllum excelsum. Pailet. 
Chapeau peu charnu, presque membraneux, d'abord convexe, puis plat et enfin à bord relevé, tantôt convexe, 
tantôt déprimé au centre ; sa surface est lisse, glabre, de couleur variable, jaunâtre dans les temps humides et 
blanche dans les temps secs. Lames assez espacées, de grandeur inégale, aiguës aux deux extrémités et adhérentes 
au pédicule, sur lequel elles paraissent un peu décurrentes quand le chapeau est relevé ; elles ont une couleur 
blanche, sale. Pédicule alongé, grêle, cylindrique, glabre, cartilagineux en dehors, rempli de moelle en dedans, 
blanc ou de la même couleur que le chapeau et pourvu à sa base de filaments byssoïdes blancs. La chair est 
d'un blanc sale, d'un goût très-agréable et d'une odeur qui rappelle celle de l'anis. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Agaricus collinus. Fr. Epie. Syst. myc. p. 90, cumdubio. 
Propriétés. 11 est très-bon à manger, on pourrait même l'employer comme condiment, si on en avait une certaine 

quantité. 



AGARICUS ESCULENTUS. Wulfen. — PI. CV, fig. 1-3. 

£«tDici« clives. — Pailet. 
Chapeau presque membraneux, d'abord convexe, légèrement mamelonné, puis étalé, plat et même déprimé au 
centre; sa surface est un peu humide, lisse, glabre, de couleur jaune tirant sur le roux. Lames assez rappro- 
chées, d'inégale longueur, blanches, ventrues, aiguës aux deux extrémités et adhérentes au sommet du pédi- 
cule qui est alongé, cylindrique, glabre, jaune, lisluleux et terminé par un prolongement radiciforme. 

H \iiitvt. On le trouve au printemps, dans les prés, et sur les bords des chemins. 

Fungus pediculo croceo, splendoris participe. Vaux. But. Par. p. 09, tab. 11, fig. 10-18. 

Agaricus Clams. Lin. ex parte. 

Agaricus perpendicularis. Bull. Ilisi. Champ, tab. 422, fig. 2. 
Propriétés. Ce champignon frais, a un peu d'amertume. Quoique très-petit, il est recherché pour la table, surtout 

en Allemagne, ailleurs, on n'y fait pas attention. 



AGARICUS LAAATUS. Fries. — Varietas a. — PI. CV, fig. 4-8. 

ls t'M»« dobé rose. — Agaricus rosellus. Batsch, Paulet. 

Cette variété croit sous les pins, elle est constamment beaucoup plus petite que l'espèce type ; son chapeau est 
comme décoloré ou couleur de tabac d'Espagne; ses lames sont rosées et le pédicule légèrement violet. 

AGARICUS PERFORANS. Hoffmann. — PL CV, fig. 9, 10. 

la xîiTu »*ÉP'a-««!,E Boncix. — Agaricus Abietis. Batsch, Paulet. 

Chapeau membraneux, d'abord campanule, puis étalé, rugueux, de couleur roux pâle. Lames éloignées les unes 
des autres, d'inégale longueur, plus large vers le bord du chapeau, blanches ou d'un blanc grisâtre, aiguës à 
l'antre extrémité et adhérentes au sommet du pédicule. Celui-ci est grêle, capillaire, lisse, velouté, d'un brun 
noir et moins foncé au sommet. 

Hauii'at. Sur les feuilles de sapin, en automne. 

Agaricus perforans. IIihtiu. Nomencl. j'ung. tab. 4, fig. 2. 

Marasmius perforans. ¥n. Epie. Syst. myc. p. 314. 
Propriétés. On ne lui connaît pas de propriétés. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



ÂGARICUS TENELLUS. Batscu. — PI. CV, fig. 10 bis. 

b,.» 1ÈTB d'épikcule boi8§e. — Agaiïcus tenellus. Batsch, Pailet. 

Chapeau membraneux, campanule, glabre, strié et de couleur rousse. Lames éloignées les unes des autres, blan- 
ches, d'inégale longueur, plus larges vers la marge du chapeau, atténuées à l'autre extrémité et adhérentes au 
sommet du pédicule sur lequel elles forment un petit crochet. Pédicule alongé, filiforme, glabre, un peu vis- 
queux, fistuleux, jaunâtre, tomenteux et blanc à la base. Odeur et saveur nulles. 

Habitat. En automne, à terre, parmi les feuilles et le plus souvent sur les brindilles des pins. 

Agaricus eitrinellus. Pebs. Icon. et descript. tab. 11 fig. 3. — Sijn. fung. p. 384. 

Agaricus citrinellus. Fr. Var. B. Syst. myc, 1, p. 155. 
Propriétés. Ce champignon n'a pas d'usage. 
Obs. — 11 n'est pas fait mention de celte espèce dans le texte de Paulet. 



AGARICUS JUNC1. Paulet. —PI. CV, fig. 11. 

tiA TÈTE IJ'ipiSOlLE SS.affKAMKE. PaI'LET. 

Chapeau très-petit, membraneux, hémisphérique, strié, glabre et roux. Lames peu nombreuses, éloignées les unes 
des autres, blanches et adhérentes au pédicule, qui est capillaire, glabre et brun. 

Habitat. Micheli l'a trouvé en Italie, sur des joncs. 

Fungus omnium minimus, etc. Mien. Nov. plant, yen. p. 162, tab. 80, tig. 9. 

Agaricus juncicola. Fk. Epie. Syst. myc. p. 119. 
Propriétés. Ce champignon est si petit qu'il faut le chercher pour le trouver; on ne lui connaît aucune propriété. 

AGARICUS CAP1LLARIS. Schumacher. — PI. CV, fig. 12. 

l,a tète D*éï*Bs&]i>E i»œ chèie. — Agaricus ilieinus. Paulet. 
Chapeau membraneux, campanule, glabre, lisse, strié par transparence et blanc. Lames blanches, peu nom- 
breuses, éloignées les unes des autres, d'inégale longueur, plus larges vers la marge du chapeau, atténuées vers 
l'autre extrémité et adhérentes au sommet du pédicule. Celui-ci est plus ou moins long, très-grèle, filiforme, 
glabre, blanc, légèrement rouge au sommet et à peine fistuleux. 

Habitat. Au printemps et en automne, sur les feuilles mortes et sur les brindilles tombées a terre. 

Fungus minimus candidus, etc. Mien. Nov. plant, yen. p. 146, n°33, tab. 80, fig. 10. 

Agaricus lac/rus. Bill. tab. 601, fig. 2, C. 

Agaricus capillaris. Var. A. Fu. Syst. myc. 1, p. 160. 
Propriétés. Sans utilité. 

AGARICUS SARCOCEPHALUS. Fkies. — PI. CVI, fig. 1-4. 
<4ehi»»:mt kousettb et sont. — Hypophyllum longipes. Pailet. 

AGARICUS SARCOCEPHALUS. Fries. — PI. CVI, fig. 5-6. 

t'Bi.%si»'a«it««»i« noisette. — I] ypoph y llnm pallido-rufescens. Pailet. 
Chapeau charnu, d'abord convexe, puis étalé, plat, glabre, sec, de couleur noisette plus ou moins foncée. Lames 
pressées les unes contre les autres, adhérentes au pédicule, d'un brun cendré dans le jeune âge et noues dans la 



58 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNON^. 

vieillesse. Pédicule alongé, flexueux, glabre, beaucoup plus pâle que le chapeau, fistuleux, un peu tubéreux à 
sa base et pourvu de quelques fibrilles de mycélium. 

Habitat. A terre, dans les forêts, en automne. 

Propriétés. On ne connaît aucune propriété à ce champignon. 

Obs. — Paulet [Traité des Champ., p. 226) a réuni ces deux espèces dans une même description. Le professeur 

Pries Epie. Sysf. myc, p. 228) pense que l'on pourrait rapporter quelques figures (2, 3) à VAgaricus pe- 

diades, Fr. 

AGÀRICUS MINIATUS. Fries. — PI. CVI, fig. 7. 

Ijv. fiwu nv.m WARABS. — Ilypophyllum sanguineum. Pailet. 

Chapeau peu charnu, aqueux, d'abord convexe, puis plat et enfin à bord relevé, glabre, lisse, sec et d'un beau 
rouge. Lames éloignées les unes des autres, d'inégale longueur, fragiles, larges, ventrues, échancrées à la base, 
adhérentes au pédicule, de la même couleur que le chapeau et safranées à un âge plus avancée. Pédicule droit, 
plus ou moins long, glabre, lisse, fistuleux et rouge. Chair molle, teintée de rouge, sans saveur et sans odeur. 

H \bitat. A terre, en automne, dans les lieux humides. 

Agaric, scarlatin. Bull. Hist. Champ, pi. DLXX, fig. 11. 

Hyçjropkoruî miniatus. Vu. Epie, Syst. myc. p. 330. 
Propriétés. On ne les connaît pas. 



AGARICUS FASCICULARIS. Hudson. — PI. CV11, fig. 1-5. 

liEs tiôti;s n»; s©ii'bi:. — Hypophylium sulphuratum. Pailet. 
< lhapeau charnu, convexe, ensuite étalé, plat, conservant une apparence de mamelon glabre; sa surface est jau.. 
de soufre et, dans un âge avancé, assez souvent briquetée. Lames très-nombreuses, pressées, d'inégale longueur, 
aiguës vers la marge du chapeau, arrondies, échancrées à la base et adhérentes au pédicule ; elles sont d'abord 
d'un jaune verdàtre, puis elles deviennent noires et éprouvent un commencement de déliquescence. Pédicule 
cylindrique, fistuleux, un peu floconneux, de la même couleur que le chapeau, le plus souvent blanc, obtus, 
tomenteux à la base et pourvu d'un anneau blanc, filamenteux qui demeure en partie à la marge du chapeau. 
Chair jaune. Odeur désagréable. Saveur amère. 

Habitat. On le trouve au printemps, en été et en automne, au pied des vieux arbres. 

Aqaricus jenensis. Batsch. tab. 7, fig. 2!t. 

Agaricus puherulentus. Bull. Ilisi. Champ, tab. 49. 

Agarieus epixanifius. Fk. Epie. Syst. myc. p. 122. 
Propriétés. Ce champignon n'est pas comestible. Son odeur et sa saveur sont désagréables. Il serait dangereux 
d'en faire usage. 



ne 



AGARICUS ELEODES. Fries. — PI. CV1II, fig. 1, 2. 

L.eb Tktks b»b: wkv nniàinES. — Ilypophyllum fasciculare. Pau. et. 
Chapeau charnu, convexe, puis aplati, sans mamelon, glabre, lisse, de couleur de brique ou jaune tirant sur le 
rouge. Lames très-rapprochées, de longueur inégale, d'un jaune vert, et enfin noires, aiguës vers la marge du 
chapeau, arrondies à la base, échancrées et adhérentes au pédicule par un court prolongement. Pédicule grêle, 
alongé, cylindrique, égal, floconneux, fistuleux et pourvu d'un anneau placé très-près des lames, composé de 
filaments blancs, laissant le plus souvent des vestiges à la marge du chapeau et autour du pédicule. La chair 
est jaune. L'odeur et la saveur sont désagréables. 

Habitat. On le rencontre dans presque toutes les saisons au pied des vieux arbres. 
A'jaricus amarus. Bill. Hist. Champ, tab. 30. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 59, 

Agaricus lateritius. Pers. Syn. fung. p. 421. 
Propriétés. Les expériences faites sur les animaux ont démontré qu'il ne fallait pas faire usage de ce champignon. 
Oiss. — On le distingue facilement de M Agaricus fas-icularis, Bill, à la forme du chapeau, qui chez ce dernier 

est conique-campanule et mamelonné. 



AGARICUS LATERITIUS. Sch.effer. — PL CIX. 

les tètes »e fee soeekéks. — Hypophyllum lateritium. Pallet. 
Chapeau charnu, convexe; marge repliée en dessous, même quand il est étalé; la surface est sèche, d'un 
rouge assez foncé, vif au milieu et jaune vers le bord. Lames très nombreuses, d'inégale longueur, aiguës 
vers la marge du chapeau, arrondies à la base et adhérentes au pédicule par un prolongement descendant ; 
elles ont une teinte verdâtre et deviennent noirâtres dans un âge avancé. Pédicule cylindrique, listuleux, annulé, 
d'un jaune pâle en haut, plus foncé à sa partie inférieure qui, est quelquefois atténuée ; son canal est rempli 
par un faisceau blanc qui ressemble à du coton. L'anneau est composé de filaments très-fins, fugaces, ou qui 
restent attachés à la marge du chapeau et autour du pédicule ; son insertion est toujours très-élevée et à quelques 
millimètres de distance des lames. Chair ferme, jaune, d'une odeur et d'une saveur désagréables, mais 
sans amertume. 

Habitat. Se trouve en automne, à terre ou au pied des arbres, en groupes composés d'un plus ou moins grand 

nombre d'individus, où il produit un Ires-bel effet quand il est en pleine végétation. 

Agaricus lateritius. Sch.eff. tab. 19, fig. 6-7. 

Agaricus lateritius. Knojnmz. tab. 44, fig. 1-3. 
Propriétés. Ce champignon n'est pas comestible; il a causé des accidents aux animaux sur lesquels on l'a 

expérimenté. 

AGARICUS 1IYDROPHILUS. Buixiard — PI. CX, fit;. 1. 

Les tètes r.ii'Tïs. — Hypophyllum epidendrum. Pallet. 

Chapeau peu charnu, presque membraneux, convexe, ensuite étalé, glabre, fragile, de couleur variable, brun ou 
jaunâtre quand il est jeune, et d'un blanc sale quand il devient vieux; sa surface est un peu inégale, rugueuse, 
tandis qu'elle est lisse au centre. Lami s nombreuses, rapprochées, d'inégale longueur, larges vers le bord du 
chapeau, tronquées verticalement à l'autre extrémité et adhérentes au pédicule. Celui-ci est alongé, droit ou 
courbé, cylindrique, fistuleux, fragile, filamenteux à sa surface, blanc ou sali par les spores. 

Habitat. Croît abondamment en automne, dans les bois, au pied des arbres. 

Agaricus hydrophyllus. Fr. Syst. myc. I, p. 225. 
Propriétés. Odeur nulle. Saveur aqueuse, il ne nuit pas aux animaux. 



AGARICUS INCLINATUS. Fries. — PI. CX, fig. 2. 

Les Tètes Bti-GEtrni». — 1 1 y popl i \ Hum spadiceum. Pallet. 
Chapeau presque membraneux, d'abord globuleux et incliné, puis convexe, plus ou moins dilaté el redresse ; sa 
surface est glabre, sèche, striée jusqu'à la moitié de sa hauteur et d'une couleur rousse plus ou moins intense. 
Lames blanches avec une légère teinte grise, assez rapprochées, de longueur inégale, plus larges vers le boni 
du chapeau, atténuées à l'autre extrémité cl adhérentes au pédicule. Celui-ci esl grêle, alongé, cylindrique, 
strié à sa partie supérieure, listuleux, blanc ou un peu fauve. 

Habitat. Croit en touffes, composées de six a huit individus ci même plus, au pied des arbres. 

Propriétés. Sa saveur n'a rien d'agréable. 11 sent le bois pourri. Donné aux animaux, il ne leur produit aucun effet. 



60 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



AGARICUS CERNUUS. Wahl. — PI. CX, fig. 3. 

Eiem tètes blanches E» noibes. — lly popliylliuii bicolor. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, glabre, lisse, très-fragile, d'un blanc sale, ordinairement roux dans les temps humides. 
Lames nombreuses, d'inégale longueur, aiguës vers la marge du chapeau, arrondies et échancrées vers le pédi- 
cule, auquel elles adhèrent par un court prolongement; elles sont d'abord rosées, puis elles passent au noir plus 
ou moins foncé. Pédicule alongé, grêle, cylindrique, droit ou tortueux, fistuleiix, glabre et blanc. 

Habitat. Ce champignon croît par petites touffes composées de six ou huit individus, à terre, vers la fin de l'été 

et en automne. 

Agaricus cernuus. Fu. Syst. myc. tom. 1, p. 298. 
Propriétés. Il n'a ni odeur ni saveur. On n'en fait pas usage. 



AGARICUS PQLYCFPHALUS. Fries. — PI. CXÏ, fig. 1,2. 

Les Boutons d'or. — Hypophyllum polycephalum . Paulet. 

Ce champignon forme des touffes composées de plus de quarante ou cinquante individus. Les chapeaux dans le 
jeune âge sont arrondis, puis ils prennent une forme presque hémisphérique ou campanulée, ils n'ont presque 
pas de chair ; leur surface est glabre, lisse, sans stries, jaune, roussâtre, et enfin d'une couleur pâle. Lames nom- 
breuses, d'inégale longueur, très-larges quand on les compare à l'épaisseur du chapeau, tronquées vers le 
pédicule, auquel elles adhèrent d'abord et dont elles se séparent ensuite; leur couleur est rousse. Pédicules 
grêles, cylindriques, listuleux, pressés les uns contre les autres, blancs, très-légèrement pruineux au sommet 
et un peu fibrilleux en bas. 

Habitat. Croît en automne par touffes au pied des arbres. 

Propriétés. 11 n'a pas d'odeur. Sa saveur est aqueuse et, quoique faible, elle a quelque analogie avec celle de 
l'Agaric cultivé. Il n'a causé aucun accident aux animaux auxquels on 1 a donné. 



AGARICUS RAMOSUS. Rulliard. — PI. CXI. Ili>. 3. 

Lies i°et»ts ciivpeaen. »'ik«e»i. — Hypophyllum argenteum. Paulet. 

tic champignon croit par groupes composés d'un grand nombre d'individus. Les chapeaux sont minces, presque 
membraneux, d'abord globuleux, puis hémisphériques, enfin plats et le plus souvent déprimés au centre; leur 
surface est lisse, glabre et blanche. Lames assez nombreuses, d'inégale longueur, larges, aiguës vers le bord 
du chapeau, arrondies à la base, et adhérentes au pédicule dont (Iles se séparent plus tard ; elles sont d'un blanc 
sale tirant sur le roux. Pédicules cylindriques, grêles, pleins, glabres, blancs el réunis ensemble à une souche 
radiciforme commune. 

Habitat. Croît en touffes, en automne, au pied îles arbres. 
Agaricus ramosus. Vu. Epie. Syst.mijc. \>. Sli. 

Propriétés, (le champignon n'a pas d'odeur. Sa saveur est peu prononcée. Quoiqu'il n'ait pas incommodé les ani- 
maux auxquels on l'a donné, il ne tant pas en l'aire usage. 



AGARICUS GhOTROPUS. Bulliard. — PI. CXII. 

le tnun amjkii me nuissk et de i'iiiM'KK-cniiTi'. — Hypophyllum helveticum. Paulet. 
Chapeau charnu, en forme d'entonnoir, mamelonné au centre et à bord replié en dessous ; sa surface est lisse, 
glabre, sèche, blanche, tirant quelquefois sur le jaune ou le roux. Lames blanches, nombreuses, rapprochées, 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. <;i 

d'inégale longueur, aiguës aux deux extrémités et décurrentes sur la partie supérieure du pédicule, qui est alongé, 
droit, atténué de la base au sommet, plein, fibreux, blanc et tomenteux à sa base. 

Habitat. Dans les bois, en automne et à terre. 

Agaricus pileolarius. Sow. Engl. fung. tab. CI. 

Agaricus geotropus. Fr, Epie. Syst. myc. p. 70. 
Propriétés. Paulet dit que ce champignon est de très-bon goût, qu'il a l'odeur de l'ail et qu'il n'incommode ni les 

hommes ni les animaux. Nous n'avons jamais trouvé qu'il sentit l'ail. 

AGARICUS VIRGINEUS. Jacquin. — PL CXI1 bis, fig. 1-4. 

le Bouxosi piiTEii, Blaxc de eait. — Hypophy llum lacteuiu. Paulet. 
Chapeau d'abord convexe, puis plat, avec un mamelon très-obtus, enfin tout à l'ait plat et à bord un peu relevé ; 
sa surlace est blanche, visqueuse dans le jeune âge ou dans les temps humides, sèche et quelquefois gercée 
quand il est vieux ou que le temps est sec. Lames peu nombreuses, très-écartées les unes des autres, d'inégale 
longueur, aiguës aux deux extrémités, quelquefois anastomosées par des brides latérales, décurrentes et blan- 
ches. Pédicule de la même couleur, glabre, lisse, sec ou visqueux, plein et atténué du sommet à la base. Chair 
blanche, molle. Odeur et saveur presque nulles. 

Habitat. Très-commun, en automne, sur les pelouses et dans les prés. 

Agaricus ericeus. Bill, tlist. Champ, tab. 188. 
Propriétés. On peut le manger sans crainte d'aucun accident. Cuit, sa saveur n'est pas agréable. 

AGARICUS OPACUS. Withering. — PL CXH1, fig. 1, 2. 

le cjraxd jimEioïiÉ ni/Axe. — Ilypophyllum papillare majus. Paulet. 
Chapeau charnu, d'abord convexe, puis dilaté, aplati, mamelonné au centre ; sa surface est lisse, un peu flocon- 
neuse. Lames très-nombreuses, très-rapprochées, d'inégale longueur, aiguës aux deux extrémités, un peu 
décurrentes et blanches. Pédicule droit, presque cylindrique, glabre, fibreux, plein et de la même couleur que 
le chapeau. Chair blanche, assez ferme. L'odeur et la saveur ne sont pas désagréables. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Agaricus cretaceus. Pers. Sijn. fung. p. 369. 

Agaricus opacus. Sow. Engl. fung. tab. 1 J2. 
Propriétés. Paulet le regarde comme suspect, quoiqu'il n'ait pas incommode les animaux auxquels il l'a donné a 



AGARICUS LEUCELLUS. Léveillé. —PL CX1IÏ, fig. 3-4. 

les Petits mamelowxés dliscs. — Ilypophyllum papillare minus. Paii.et. 
Chapeau charnu, ferme, d'abord convexe, puis étalé et mamelonné au centre; sa surface est parfaitement blan- 
che dans le jeune âge et légèrement grise à une époque très-avancée, glabre, lisse, quelquefois fendue. Lames 
nombreuses, rapprochées, très-fines, d'inégale longueur, aiguës vers le bord du chapeau, arrondies à l'autre 
extrémité et rapprochées du pédicule sans y adhérer. Pédicule droit, un peu atténué de bas en haut, glabre, 
fibreux, blanc, plein quand il est jeune, et listuleux quand il devient vieux. Sa base est quelquefois tomenteuse. 

Habitat. A terre, au printemps et en automne, sur la lisière des bois. 

Propriétés. Odeur nulle. Saveur forte, peu agréable. Paulet dit qu'il n est pas vénéneux. 



AGARICUS CLYPEAÏUS. Linné. — PL CXIV, fig. 1,2. 

Le Crottin de (iiihe, — Ilypophyllum papillare Fimus equinus. Paii.et. 

Chapeau peu charnu, d'abord ovale, puis dilaté, avec un mamelon très-marqué au centre; sa surface est lisse, 



62 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

glabre, grisâtre quand le temps est humide ; brillante, satinée, rousse et très-souvent fendue quand il est sec. 
Limes assez éloignées, d'inégale longueur, larges, aiguës aux deux extrémités, adhérentes au pédicule et d'un 
rouge aqueux. Pédicule plus ou moins long, cylindrique, égal, glabre, fibreux, plein et blanc. Chair blanche, 
molle, aqueuse, presque sans saveur ni odeur. 

Habitat. Au printemps et en automne, dans les bois, parmi les graminées. 

Agaricus phonospermus. Bull. Hist. Champ, tab. 534. 

Agaricus fertilis Alb. etScHWEiN. Conspect. fung. Lus. p. 171. 
Propriété*. Ce champignon, qui est insipide, n'est pas dangereux. 

AGARICUS.... PI. CXÎV, fig. 3, 4. 

l>e a»ii:« mot fc.»TiY pale. — Hypophyllum papillare amblypos. Pailet. 

Champignon de trois pouces de haut environ, de couleur blanchâtre, dont la surface est sèche, unie et lisse comme 
un satin, dont il a le luisant; son mamelon est petit, et le chapeau sujet à se fendre. Ses feuillets, de la même 
couleur que celle du dessus, sont minces, très-serrés, et forment un sillon au haut de la tige, sans s'y implanter. 
La tige est d'un roux tendre, taillée en pied bot, et creuse. 

iIaiîh \t. A terre, en automne, dans le bois de Boulogne. 

Propriétés. Il n'incommode pas les animaux. (Paulet, Hist. des Champ., vol. XI, p. 238.) 

AGARICUS DICHROUS. Persoon. — PI. CXIV, fis. 5 

ï.ï; Pï.tit boitos esi.as. — Hypophyllum papillare lilacinum. Pailet. 
Chapeau peu charnu, d'abord convexe, puis plat, glabre, lisse, mamelonné au centre et d'une belle couleur violette. 
Lames assez rapprochées, de longueur inégale, larges, ventrues, adhérentes au sommet du pédicule et d'un 
rouge tendre un peu sale. Pédicule droit, cylindrique, glabre, plein et de la même couleur que le chapeau. 

Habitat. A terre, élans les bois, en automne. 
Propriétés. On n'en connaît aucune à cette espèce. 

AGARICUS GEOPHYLLUS. Bulliard. — PI. CXIV. fig. 6. 7. 

1.1; i'itit boiitom blm( a i'ei-seeets iioi'x, — Hypopb v lli m i papillare bicolor. Pal'let. 
Chapeau peu charnu, d'abord convexe, puis plat, mamelonné au centre ; sa surface est blanche, satinée et lisse. 
Lames assez serrées, d'inégale longueur, larges, ventrues, adhérentes au sommet du pédicule et d'une couleur 
rouge pâle et sale. Pédicule droit, cylindrique, glabre, plein, blanc, un peu renflé, tomenteux à la base et 
pourvu d'un voile aranéeux très-fugace. Chair blanche. Odeur nulle. Saveur désagréable. 

Habitat. A terre, eu automne, dans les bois. 

Agaricus ai gillaceus. Pers. le. pict. tab. l'i, lîg. 2. 

Agaricus geopltyllus. Sow. Engl. Jung. tab. 1 14. 
Propriétés. Paulet dit qu'il ne produit aucun effet sur les animaux. 

AGARICUS 1NFUMATUS. Léyeillè. •- PI. CX\ , fig. 1-4. 

ï,e:s Mami:i.®»*ks eîb&tese. «-«A'iie et petit. — Hypophyllum fuliginosum. Pai lei . 
Chapeau peu charnu, large, dilaté, aplati, mamelonné au centre, glabre, lisse. Lames nombreuses, de longueur 
inégale, rapprochées du pédicule sans \ adhérer. Pédicule droit, cylindrique, fibreux, glabre et légèrement tistu- 
leux. Ce champignon est d'une conleur bistrée dans toutes ses paaties, sa chair seulement est blanche 



le. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 03 

Habitat. A terre, au printemps, dans le bois de Vincennes. 

Agaricus decastes. Secret. Mycog. suisse, n o 822. 

Agaricus coffeatus. Fr. Epie. Syst. myc. p. 65. 
Propriétés. Il n'incommode pas les animaux. 
Ons. — L' Agaricus coffeatus de Fries a les lames décurrentes, celui-ci les a libres, par conséquent on ne doit pas 

réunir ces deux espèces en une seule. 

AGARICUS C.ERULATUS. Léveillé. — PI. CXV, fig. 5,6. 

l.e sa im ,i,«%^i: ardoise. — Hypophyllum papillo-ardosiacum. Paulet. 

Chapeau peu charnu, large, plat, mamelonné au centre ; sa surface est d'une belle couleur bleu foncé ou ardoise, 
rugueuse et striée à la marge. Lames nombreuses, d'inégale longueur, larges, rapprochées du pédicule sans 
y adhérer et rosées. Pédicule droit, cylindrique, glabre, lisse, d'abord plein, puis un peu fistuleux et de la 
même couleur que le chapeau. 

Habitat. A terre, en automne, dans le bois de Meudon. 

Propriétés. A cause de sa couleur, Paulet le croyait suspect ; mais les expériences qu'il a faites sur les animaux 
lui ont démontré le contraire. 



AGARICUS MRINACEUS. Rulliard. — PI. CXVI, fig. 1-3. 

le Mamelon soi'Bis. — Hypophyllum myomyces. Paulet. 
Chapeau charnu, d'abord conique, puis étalé, mamelonné, déprimé autour du mamelon, soyeux, écailleux dans 
un âge avancé, blanc ou d'un blanc grisâtre. Lames assez serrées, d'inégale longueur, aiguës vers la marge du 
chapeau, arrondies, échanerées à la base et adhérentes au sommet du pédicule par un court prolongement; leur 
couleur est blanche. Pédicule cylindrique, plein, ferme et glabre de la même couleur que les lames. 

Habitat. A terre, solitaire ou par groupes très-épais, en automne. 

Agaricus terrevs. Fr. Epie. Sijst. myc. p. 34. 
Propriétés. Ce champignon a une odeur terreuse et sa saveur est voisine de celle de Y Agaricus ulmam 

AGARICUS RIMOSUS. Ruiuard. — PL CXVII, fig. 1 , 2. 

i, a. Mamelle douée i.thaîée» — Hypophyllum papillare aureum. Paulet. 
Chapeau peu charnu, assez consistant, d'abord conique, puis étalé, mamelonné au centre; sa surface est d'm. 
jaune plus ou moins intense, lisse, glabre, satinée et le plus souvent fendue, ou gercée en rayonnant. Lames 
nombreuses, d'inégale longueur, larges vers le bord du chapeau, atténuées à l'autre extrémité, adhérentes au 
sommet du pédicule et de couleur rouge pâle qui, plus tard, prend une teinte ferrugineuse. Pédicule plein, 
cylindrique, glabre, pulvérulent, fibreux, blanc et renflé à sa base. Chair blanche. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Agaricus aurivenius. Batsch. El. fung. tab. 20, fig. 107. 
Propriétés. Cette espèce est nuisible. Paulet a observé qu'elle occasionnait des vomissements et la diarrhée aux 

animaux qui en avaient mangé. 

AGARICUS RIMOSUS. Bihxiard. Varietas. — PI. CXVII, fig. 3, 4. 

i iriK.ioiit doué n«i! BBint. — Hypophyllum papillare auratum. Paulet. 
Voyez])]. CXVII, fig. 1,2. 



64 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



AGARICUS PURUS. Persoon. Var. rufo-violaceus. — PI. CXVII, fig. 5, 6. 

le xictaiopiçii. — Hypophyllum papillare nyctalopicum. Paulet. 
Chapeau presque membraneux, d'abord convexe, puis étalé, mamelonné au centre ; sa surface est sèche, lisse, 
un |>L-ii soyeuse el de couleur rousse. Lames assez éloignées, d'inégale longueur, larges, ventrues, échancrées à 
la base, adhérentes au pédicule et de couleur brun foncé. Pédicule droit, atténué de bas en haut, glabre, fistu- 
leu\, de la même couleur que le chapeau. 

! I un r vi . A terre, en automne, dans la forêt de Sénard. 

Propriétés. Paulet dit qu'il rend les animaux tristes, leur ôte les forces et leur éteint presque la vue ; leur prunelle 
se dilate sensiblement, et peut-être éprouvent-ils une nyctalopie, mais ses effets se bornent là, et ils en 
reviennent. 

Obs. — La nature de ces symptômes nous fait douter de notre interprétation, car nous avons vu manger impuné- 
ment Y Agaricus pwwsvar. roseus de Persoon, dont les propriétés doivent être analogues. 

AGARICUS RADICATUS. Reliian. — PI. CXMIL 

Le Racikieb, nmEELE de chair. — Hvpophyllum radicato-mammi isuin . Pai'let. 
Chapeau charnu, conique-campanule; sa surface est glabre, inégale, quelquefois veinée, visqueuse, de couleur 
tantôt d'un blanc sale, tantôt rousse. Lames très-espacées les unes des autres, d'inégale longueur, blanches, plus 
larges vers la marge du chapeau, adhérentes au sommet du pédicule. Celui-ci est long, glabre, fragile, plein, 
souvent strié, tordu et de la même couleur que le chapeau ; vers sa partie inférieure il se renfle et se termine 
par une racine conique qui s'enfonce profondément en terre. Chair blanche. Odeur et saveur presque nulles. 

Hachât. Lu automne, après les pluies, au pied des arbres. 

Agaricus radicatus. S<>v\ . Eitij. fung. tab. 18. 

Agaricus macrorhizus. Pers. Obs. myc. \, p. 47. — Agaricus radicatus. Syn. fung. p. 313. 

Agaricus lancipes. Vu. Epie. Syst. myc. y. 83. 
Propriétés. Ce champignon ne se mange pas, quoiqu'il n'ait pas de propriétés vénéneuses. 

AGARICUS PURUS. Persoon. — PI. CX1X, tig. 1-6. 

Lus cabwés m; vaili*st. — Hypophyllum subrubens. Pau et. 
i lhapeau presque membraneux, d'abord conique, puis étalé, mamelonné, déprimé autour du mamelon, glabre, strie 
et même rugueux à la marge, humide au toucher et de couleur rosée. Lames assez éloignées les unes des autres, 
de longueur inégale, larges, aiguës vers la marge du chapeau, arrondies à la base, puis échancrées, adhérentes 
au sommet du pédicule par un court prolongement; elles sont rosées comme le chapeau, qui présente dans leur 
intervalle des nervures, visibles surtout par transparence. Pédicule alongé, cylindrique, atténué de bas en 
haut, glabre, lisse, d'abord plein, ensuite creux, un peu plus pâle que les lames, blanc et tomenteux à la base. 

Habitat. On le trouve, en été et en automne, dans les bois, parmi les herbes et les feuilles. 
Agaricus rusais. Bill. Flist. Champ, tab. 507. 

Propriétés. Ce champignon n'a presque pas d'odeur, quoiqu'on écrive qu'il sent le raifort. Sa saveur n'a rien d'agréa- 
ble. Nous l'avons vu manger abondamment sans qu'il ait causé le moindre accident. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 65 

AGARICUS CONICUS. Scopoli. — PI. CXX, fig. 1-10. 

Hypophyllum conicum. Pailet. 
Chapeau peu charnu, presque membraneux, aqueux, fragile, conique, puis dilaté, mamelonné, glabre, humide 
ou visqueux, satiné quand il est sec, fendu assez souvent et de couleur variable : mais le plus souvent jaune 
doré, orangé ou carminé ; son bord est presque toujours irrégulier, quelquefois plus développé d'un côté. 
Lames éloignées les unes des autres, d'inégale longueur, très-larges, atténuées vers le pédicule, à la partie 
supérieure duquel elles adhèrent ; leur couleur varie comme celle du chapeau ; elles sont cependant générale- 
ment jaunes et prennent une teinte verte très- foncée ou noire, comme les autres parties, quand on vient à les 
froisser. Pédicule alongé, droit, cylindrique ou un peu atténué à sa base, glabre, humide, fibreux, fragile, 
fistuleux et le plus ordinairement jaune. 

Habitat. A terre, en automne, dans les prairies, sur le bord des chemins. 

Agaricus croceus. Bill. Hist. Champ, pi. 50. 

Agaricus aurantius. Sow. Engl. fung. tab. 381. 

Agaricus conicus. Fr. Syst. myc. p. 103. — Hygrophorus conicus. Epie. Syst. myc. p. 331. 
Propriétés. Ce champignon n'est pas vénéneux. 
Obs. — La couleur des différentes parties varie beaucoup suivant l'âge et l'humidité de l'atmosphère, mais sa 

forme est constamment conique. Jusqu'à ce jour, on n'a pas encore expliqué pourquoi il devient noir quand 

on le froisse ou qu'on cherche à le dessécher. C'est une des espèces qui présentent le plus de variétés. 
Le Cbmd Cose dobk de louiviiiiiir. — Pailet. Fig. 1,2,6. 

Agaricus conicus auctorum plerumque. 

Agaricus conicus. Fr. Syst. myc. p. 103. — Hygrophorus puniceus. Epie. Syst. myc. p. 331 (status expallens). 

Le Petit Cône diihi. — Pailet. Fig. 3. 

Cette figure représente la forme la plus fréquente et dans le jeune âge. 
LE mamelon iirobe. — Pallet. Fig. 4, 5. 

Dans cette variété, le chapeau a une teinte aurore ou orangée. 

i/Aigi im.e o» Flèche kou.i:. — Pailet. Fig. 7, 8. 

Variété dans laquelle les lames sont jaunes ou orangées; le chapeau et le pédicule carminés. 
le Veot des orties. — Hypophyllum virgum. Pailet. Fig. 0, 10. 

Variété dont la teinte verte passe promptement au noir. 
Obs. — Les formes qui viennent d'être indiquées, quand elles se présentent d'une manière constante dans une 
localité, méritent d'être étudiées. Aussi croyons-nous, que l'on trouvera un jour deux ou trois espèces bien ca- 
ractérisées parmi les nombreuses variétés que l'on rapporte à V Agaricus conicus, et dont les caractères repo- 
seront sur la forme et le mode d'insertion des lames au pédicule. 



AGARICUS PHALENÀRUM. Fries. — PI. CXXI, fig. 1. 

le bonnet bomaii. — Hypophyllum pileatum. Pallet. 

Chapeau membraneux, campanule, obtus, fragile, glabre, lisse, gris ou roux. Lames nombreuses, rapprochées, 
d'inégale longueur, très-larges, ventrues et libres ; leur surface est d'un brun foncé, marbrée et enfin noire. 
Pédicule grêle, alongé, droit, glabre, fistuleux, de la même couleur que le chapeau. 

Habitat. En juin et juillet, dans les bois et les jardins. 

Agaricus papillionaceus. Bill. Hist. Champ, pi. 58. 
Propriétés. Il n'a ni mauvais goiit ni mauvaise odeur. Il se corrompt en peu de temps. (Bull.) Donné aux animaux, 

il ne les incommode pas. (Paulet.) 

y 



66 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS 



AGARICUS S1LIGINEUS. Fries. — PI. CXXI, fig. 2. 

irœ bonnet ii'AitboT a feoillets Boit. — Hypophyllum aciiminatiini. Paulet. 
Chapeau membraneux, conique, fragile, glabre, lisse, légèrement visqueux ou sec, blanc et brillant. Lames un peu 
espacées, de longueur inégale, larges vers le bord du chapeau, atténuées à l'autre extrémité, tronquées ver- 
ticalement, adhérentes au pédicule, et de couleur d'ocre. Pédicule long, grêle, cylindrique, glabre, blanc, fis- 
tuleux et tomenteux à sa base. 

Habitat. A terre, en automne, parmi les graminées, au milieu desquelles on le remarque en raison de la couleur 

argentée de son chapeau. 

Agaricus tenir. Sch/eff. tab. 70, fig. 1. 
Propriétés. Son odeur et sa saveur n'ont rien de désagréable. 11 n'est pas dangereux. 

AGARICUS SUBATRATUS. Batsch. — PI. CXXI, fig. 3. 

le Bonnet de matelot. — Hypophyllum nauticum. Paulet. 

Chapeau membraneux, conique, campanule, obtus, glabre, strié vers le bord, luisant, de couleur roux tendre. 
Lames nombreuses, rapprochées, d'inégale longueur, aiguës aux deux extrémités, libres, d'abord d'un roux 
foncé, puis noires. Pédicule alongé, cylindrique, droit, blanc, glabre ou un peu pruineux, fistuleux et tomen- 
teux à la base. 

Habitat. A terre, dans les jardins, parmi les graminées. 

Agaricus subatratus. Batscii. Elench. fung. tab. 18, fig. 89. 

Agaricus papillionaceus. Fr. in ind. Syst. myc. p. 43. 
Propriétés. Paulet pense que l'on pourrait en faire usage. 



AGARICUS GALERICULATUS. Scopoli. — PI. CXXII, fig. 1. 

les tètes de ciBPc. — Hypophyllum cyprinum. Paulet. 
Chapeau membraneux, un peu coriace, d'abord conique, puis campanule et enfin étalé, mamelonné, glabre, strié, 
sec, gris-brun. Lames éloignées les unes des autres, de longueur inégale, plus larges vers la marge du chapeau, 
blanches ou d'un blanc grisâtre, quelquefois rosées, plus étroites et légèrement tronquées vers le pédicule auquel 
elles adhèrent. Pédicule long, grêle, élastique, fistuleux, glabre, d'un blanc grisâtre, tomenteux à sa base ou 
terminé par un prolongement radiciforme. 

Habitat. On le trouve constamment par touffes, en été et en automne, au pied des arbres. 
Agaricus fistulosus. Bull. Hist. Champ, tab. 518, fig. D, F, H, 1. 
Agaricus galcriculatus. Fr. Syst. myc. tome I, p. 143. — Epie. Syst. myc. p. 106. 

Propriétés. L'odeur de ce champignon est faible, sa saveur peu agréable. 11 n'est pas vénéneux, mais rien n'en- 
gage à en manger. 



AGARICUS GALERICULATUS. Scopoli. Varietas. — PL CXXII, lig. 2. 

i.» toi h k huouiîiii, — Hypophyllum saponarium. Paulet. 
Cet Agaric ne diffère du précédent que par l'odeur et la saveur qui ont de l'analogie avec celles du savon blanc. 
Les expériences faites sur les animaux ont également prouvé qu'il n'était pas vénéneux. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 67 



AGARICUS CONFLUENS. Persoon. — PI. CXXII, fig. 3. 

les TimmiM violets. — Hypophyllum Tintinnabulum. Pailet. 
Chapeau membraneux, un peu coriace, d'abord ovale, puis étalé, obtus, glabre, lisse sur le disque, rugueux vers 
la marge, et d'un roux pâle. Lames assez nombreuses, de longueur inégale, arrondies à la base et adhérentes 
au pédicule, dont elles se séparent plus tard, et de la même couleur que le chapeau. Pédicule long, grêle, cylin- 
drique, fistuleux, d'abord roux à la partie supérieure, puis blanc et pruineux par la chute des spores, blanchâtre 
et tomenteux à la base. 

Habitat. Au commencement de l'automne, parmi les mousses et les feuilles tombées l'année précédente, au milieu 
desquelles il forme des touffes composées le plus souvent d'un grand nombre d'individus adhérents entre eux 
par les pédicules et même par les chapeaux. 
Agaricus confluens. Fr. Syst. myc. tome 1, p. 123. 

Propriétés. L'odeur et la saveur de ce champignon sont désagréables ; rien n'invite à le manger. 11 n'est pas 
nuisible. 

Obs. — C'est probablement par erreur que ce champignon a reçu le nom de Timbres violets et qu'il est repré- 
senté avec cette couleur, car Paulet dit positivement (Hist. des Champ., tome II, p. 251;, qu'il est d'un roux 
tendre partout. 

AGARICUS ALLIACEUS. Jacqlin. — PI. CXXII bis, fig. 1 . 

L'âiiiFB di; nosTAcxE. — Hypophyllum alliaceum. Pailet. 

Chapeau membraneux, flexible, d'abord campanule, puis dilaté et conservant au centre un mamelon très-obtus; 
sa surface, blanche, grisâtre ou un peu rousse, est glabre et marquée de stries dans un âge avancé. Lames éloi- 
gnées les unes des autres, de longueur inégale, aiguës vers la marge du chapeau, arrondies et libres à l'autre 
extrémité, d'abord blanches et enfin d'un blanc roux. Pédicule alongé, droit, cylindrique, corné, fistuleux, noir, 
velouté et pruineux. 

Habitat. Croît en été, en Italie et en Franche-Comté, dans les endroits montagneux. 

Fungus alpinus, odore etsapore allii, etc. Mien. Nov. pi. gen. p. 144, tab. 78, fig. 4. 

Agaricus alliaceus. Fr. SijsI. 7)vjc. p. 140. — Marasmiusalliaceus. Epie. Syst. myc. p. 383. 
Propriétés. Toute la plante a une odeur d'ail très-prononcée ; elle n'est pas vénéneuse, on peut s'en servir comme 

condiment. 



AGARICUS SCORODOMUS. Fries. — PI. CXXII bis, fig. 2, 3. 

Le Petït Allier. — Hypophyllum alliaceum (minus). Paulet. 
Chapeau membraneux, flexible, d'abord campanule ou convexe, puis plat et le plus souvent un peu déprimé au 
centre; sa surface dans le jeune âge est glabre, lisse, rousse, plus tard elle blanchit ou prend une teinte jaune 
ou roussâtre, et devient rugueuse, plissée et même striée vers le bord. Lames peu nombreuses, éloignées les 
unes des autres, d'inégale longueur, aiguës vers le bord du chapeau, arrondies à l'extrémité et adhérentes fai- 
blement au pédicule ; elles ont une teinte blanchâtre. Pédicule grêle, cylindrique, glabre, brillant, fistuleux 
et noir. 

Habitat. On le trouve à Fontainebleau, en automne, sur les feuilles et les brindilles tombées à terre. 

Agaricus alliutus. Sch^eff. tab. 99. 

Agaricus scorodonius. Fr. Syst. myc. p. 130. — Marasmius scorodonius. Epie. Syst. myc. p. 379. 
Propriétés. Ce champignon a l'odeur de l'ail. Depuis longtemps on s'en sert comme condiment. 



68 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



AGARICUS FOENISICII. Persoon? — PI. CXX1II, fig. 1. 

CHAnpieno!« des peintes potaciebes. — Agaricus olerum. Paulet. 

Chapeau presque membraneux, fragile, d'abord conique-campanule, puis dilaté ; sa surface est glabre, lisse, sans 
stries, blanche ou grisâtre selon qu'il est plus ou moins pénétré d'eau. Lames assez rapprochées, d'inégale lon- 
gueur, rosées et enfin noires, larges vers la marge du chapeau, aiguës à l'autre extrémité, libres ou légèrement 
adhérentes au sommet du pédicule. Celui-ci est alongé, grêle, cylindrique, glabre, blanc et fistuleux. 

Haiiitat. A terre, en été, dans les prés et les jardins, après les jours de pluie. 
Propriétés. Sans usage. Pauletdit qu'il n'est pas dangereux. 

AGARICUS HYDROPHORUS. Bolliard. — PI. CXXIII, fig. 2. 

Champignon de t,\ chicobée. — Ilypophyllum Cichorii. Paulet. 
Chapeau presque membraneux, fragile, campanule, avec un petit mamelon, puis plat et enfin à bord relevé ; sa surface 
est glabre, striée, d'un blanc pâle, qui varie suivant l'humidité du temps. Lames étroites, nombreuses, d'inégale 
longueur, aiguës vers la marge du chapeau, un peu tronquées à l'autre extrémité, adhérentes au pédicule et 
d'une couleur rousse, sale, puis noires et se réduisant en un liquide de la même couleur. Pédicule grêle, 
alongé, un peu atténué de bas en haut, glabre, fistuleux et blanc; sa base est recouverte de filaments 
byssoïdes blancs. 

Hauitat. On le trouve dans les jardins. 

Agaricus hydrophorus. Fr.? Epie. Syst.myc. p. 238. 
Propriétés. Il n'est d'aucun usage et n'a pas de propriétés malfaisantes. 

AGARICUS DISSEMINATUS. Persoon. — PI. CXXIII, fig. 3, 4. 

i>es Clochettes b.%tées. — Ilypophyllum campanuliforme. Paulet. 
Chapeau membraneux, fragile, fugace, d'abord semi-elliptique, puis campanule, passant du jaune d'ocre au gris, 
strié dans presque toute sa hauteur. Lames très-minces, de longueur inégale, libres, arrondies vers le pédicule, 
d'un blanc sale, rosées, rousses, puis noires. Pédicule grêle, alongé, atténué à sa partie supérieure, glabre, 
blanc et fistuleux et tomenteux à la base. 

Hauitat. On le trouve pendant presque toute l'année au pied des arbres en touffes très-volumineuses. 

Agaricus digitaliformis. Bill. Ilist. Champ, tab. 525, fig. 1. 

Agaricus strîatus. Sow. Engl. fung. tab. 160. 

Agaricus disseminatus. Fr. Epie. Syst. myc. p. 439. 
Propriétés. Ce champignon n'est pas vénéneux, et malgré son abondance on ne songe jamais à en faire usage. 

AGARICUS GRACILIS. Persoon ? — PI. CXXIII, lig. 5. 

i/Htdbophobe wmi\. — Ilypophyllum sericeum. Pailet. 
Chapeau campanule, avec un mamelon très-obtus, presque membraneux, glabre, finement strié. Lames assez 
éloignées les unes des autres, d'inégale longueur, d'un gris noirâtre, puis noires, rosées à la marge, obtuses vers 
la marge du chapeau, tronquées verticalement à l'autre extrémité et adhérentes au pédicule. Celui-ci est grêle, 
alongé, cylindrique, glabre, blanc, fistuleux et tomenteux à la base. Chair aqueuse, fragile, sans goût et 
sans odeur. 

Haritat. Dans les prairies, parmi les graminées. 

Agaricus gracilis. Fr. Epie. Syst. myc. p. 238. 
Propriétés. Cette espèce n'est pas vénéneuse. Sa ténuité n'engage pas à la ramasser. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. m 



AGARICrS.... PI. CXXIII, fig. 6. 

cn\nviu%oM de hithbidite. — Hypophyllum campaniforme. Paulet. 

Petit champignon hydrophore, de deux ou trois pouces de hauteur, avec un petit chapeau taillé en éteignoir, de 
deux lignes de diamètre, et une tige comme un fil, de couleur de lilas tendre, qui croit sur les plantes 
graminées qui se pourrissent. 11 n'a qu'une peau qui couvre ses feuillets, dont l'impression la rend rayée ; sa 
tige est fistuleuse. Toute la plante n'a qu'un goût fade, et ne nuit point. (Paulet, Hist. Champ., tom. II, p. 254.) 

Obs. — Ce champignon a reçu le nom de Mithridate, parce que Welsch l'a trouvé autrefois sur les bords de la 
mer Noire. 



AGARICUS CONGREGATUS. Rulliard. — PI. CXXHI, fig. 7,8. 

Le8 Dîsâ loiuui:. — Hypophyllum digitatum. Paulet. 
Chapeau membraneux, d'abord campanule, obtus, puis dilaté et fendu le plus souvent sur le bord ; sa surface est 
glabre, humide, un peu visqueuse, striée et d'une couleur jaune d'ocre uniforme. Lames nombreuses, d'inégale 
longueur, libres, étroites, aiguës aux deux extrémités ; de blanches qu'elles étaient dans le jeune âge, elles 
deviennent rosées, noires, et enfin se réduisent en une eau noire. Pédicule grêle, alongé, cylindrique, glabre, 
fistuleux et blanc. 

Habitat. Croit en touffes très-épaisses, sur la terre, dans les bois et les allées des jardins. 

Agaricus congregatus. Bull. Hist. Champ, tab. 94. 

Agaricus congregatus. DC. FI. franc. 2, p. 151. 

Agaricus congregatus. Fr. Epie. Syst. myc. p. 249. 
Propriétés. Sans usage. Paulet assure que les vaches le recherchent et qu'elles le mangent sans en éprouver 

aucune suite fâcheuse. 



AGARICUS.... PI. CXXIII, fig. 9-13. 

Lus Petits Œufs nnt\s. — Hypophyllum ovatum. Paulet. 
Petit champignon en forme d'œuf, lavé de brun, avec des feuillets blancs et une tige grise. Ses feuillets sont 
presque tous d'inégale longueur, sa tige fistuleuse ; toute la plante est d'un tissu aqueux et extrêmement frêle. 
On a beau donner de ces champignons par poignées aux animaux, il n'en résulte jamais de mal. (Paulet, 
Hist. Champ., p. 256.) 

AGARICUS CAUDÂTUS. Fries. — PL CXXIV, fig. 1, 2. 

CHinpiexom »c hhiib. — Hypophyllum fimetarium. Paulet. 
Chapeau presque membraneux, conique ou campanule, strié, blanc, pulvérulent, puis glabre, légèrement roux, 
plus foncé au sommet. Lames nombreuses, de longueur inégale, libres, plus larges vers la marge du chapeau, 
rousses, perlées et noircissant, sans se réduire en une eau noire. Pédicule long, 'grêle, cylindrique, glabre, 
fragile, fistuleux, blanc, se terminant par un prolongement radiciforme. 

Habitat. On le trouve sur le fumier et dans les jardins bien fumés. 
Propriétés. Paulet dit qu'il n'a pas d'action sur les animaux. 



70 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



AGARICUS NUTANS. Fries. — PI. CXXIV, fig. 3, 4. 

ch.»wpig*o» d«j fi juin. — Hypophyllum fimetarium. Paulet. 
Chapeau presque membraneux, conique ou campanule, s'étalant ensuite, blanc, floconneux, strié à la marge. 
Lames nombreuses, d'inégale longueur, rousses, puis noires, ne se fondant pas en une eau noire, aiguës aux 
deux extrémités et libres. Pédicule long, grêle, blanc, fistuleux, atténué à sa partie supérieure, un peu plus gros 
en bas, obtus et recouvert de filaments byssoïdes blancs. 

Habitat. On le trouve sur le fumier et sur la terre le long des fossés. 
Propriétés. On ne lui un connaît aucune. 

AGARICUS CORRUGIS. Persoon. — PI. CXXIV, fig. 5, 6. 

Lit: s Clochettes ou Petit» Bonxets. — Hypophyllum pileolum. Pailet. 
Chapeau presque membraneux, fragile, campanule, mamelonné ; sa surface est glabre, lisse, d'un blanc jau- 
nâtre, et rugueuse dans un âge avancé. Lames assez éloignées les unes des autres, d'inégale longueur, étroites, 
aiguës vers la marge du chapeau, atténuées à l'autre extrémité, légèrement tronquées et adhérentes au pédicule, 
elles ont une couleur violetée sale, et passent ensuite au noir. Pédicule alongé, grêle, cylindrique, glabre, fistu- 
leux, blanc et tomenteux à la base. 

Habitat. On le trouve à terre, en automne, dans les prés et les allées des bois. 

Âgaricus pellospermus. Bull. Hist. Champ, p. 561. ? 

Agaricus corrugis. Fr. Epie. Syst. myc. p. 431. 
Propriétés. Ce champignon n'est pas vénéneux. Il n'est propre à aucun usage. 

AGARICUS DELIQUESCENS. Bdixiabd. — PI. CXXIV, fig. 7. 

i/éteicxoib a l'encre. — Il \ pophyllum extinctorium. Pallet. 

Chapeau peu charnu, presque membraneux, d'abord ovoïde, blanc, puis campaniforme et d'une teinte jaunâtre 
plus foncée au sommet ; sa surface est glabre et strié. Lames larges, nombreuses, collées ensemble, très-aiguës 
vers la marge du chapeau, obtuses, libres et appliquées dans une grande étendue de la partie supérieure de leur 
marge sur le pédicule ; elles sont d'abord blanches, ensuite rouges et enlin noires ; alors elles se fondent en 
une eau noire, mais jamais complètement; la partie supérieure du chapeau se conserve pendant longtemps. 
Pédicule long, blanc, glabre, fistuleux, atténué de bas en haut. Quand plusieurs champignons croissent 
ensemble, leur base ne se confond pas, elle est moins grosse, mais toujours distincte. 

Habitat. Il se montre au printemps et en automne dans les prairies, sur le bord des chemins. 

Coprinus extinctorius. Fr. Epie. Syst. myc. p. 24o. 
Propriétés. Ce champignon n'eu a pas de vénéneuses, mais on ne pourrait en faire usage que quand il est jeune. 

AGARICUS RUFOCANDIDUS. Schiffer. — PI. CXXV, fig. 1. 

st iiriiu. » lescbe. — Hypophyllum atramentarium. Pallet. 
Chapeau conique, campanule, presque membraneux, à mamelon obtus, persistant, strié et fendu sur le bord; sa 
surface est d'abord grise, pulvérulente, puis rousse. Lames nombreuses, de rosées elles deviennent noires et 
se liquéfient en une eau noire. Pédicule long, cylindrique, fistuleux, d'un blanc gris, un peu renflé à sa base. 

Habitat. Trouvé dans les bosquets du parc de Versailles. 

Agaricus cinereus. Fr. index Syst. myc. p. 40. — Coprinus fuscescens. Epie. Syst. myc. p. 244. 
Propriétés. Vaillant dit que ce champignon a causé des vomissements à des chiens auxquels on l'avait donné, niais 
qu'ils n'en sont pas morts. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 71 



AGARICUS NFVEUS. Fries. — PI. CXXV, fig. 2. 

Les Œctb a la neige et a l'eicbe. — Ilypophyllum oviparum. Paulet. 
Chapeau membraneux, d'abord ovale, puis campanule et dilaté, conservant alors un mamelon obtus; la surface 
est blanche, sans stries, recouverte de petits flocons en forme d'écaillés qui disparaissent sous le doigt. Lames 
nombreuses, très-minces et d'inégale longueur, étroites, aiguës aux deux extrémités, à peine adhérentes au 
sommet du pédicule, passant très-rapidement du roux au noir et se réduisant en un liquide noir. Pédicule 
long, grêle, très-fragile, Hstuleux et recouvert de flocons blancs ; sa base est un peu renflée et garnie de 
filaments blancs byssoïdes. 

Habitat. Sur les fumiers et dans les jardins. 

Agaricus nivcus. Pers. Syn. fung. p. 400. 

Agaricus nivcus. Mull. Flor. dan. tab. 1671. 
Propriétés. On ne lui en connaît aucune. 



AGARICUS FERRUGINEUS. Persoon. — PI. CXXVI, fig. 1-3. 

bonxets hâtés a i/ENCBE. — Ilypophyllum plicatum. Paulet. 
Chapeau membraneux, fragile, campanule, obtus, strié, d'un roux jaunâtre, plus foncé au sommet et recouvert 
de petites écailles furfuracées. Lames libres, de longueur inégale, obtuses aux deux extrémités, d'abord rosées, 
puis noires et enfin se réduisant en un liquide noir comme de l'encre. Pédicule blanc, long, cylindrique, glabre, 
dépourvu d'anneau, fistuleux dans toute sa longueur. Sa chair est molle, aqueuse, sans odeur ni saveur. 

Habitat. Croît par touffes, à terre ou au pied des arbres, pendant presque toute l'année. 

Agaricus micaceus. Bull. Mist. Champ, tab. 240 et 565. 

Agaricus micaceus. Fr. Syst. myc. 1, p. 509. — Coprinus micaceus. Summ. vcget. p. 298 
Propriétés. Essayé sur des animaux, ce champignon n'a produit aucun effet. Il est peu probable qu'on songe 

jamais à en faire un objet d'alimentation. 



AGARICUS COMATUS. Muller. — PI. CXXVII, fig. 1, 2. 

La Bouteille a i/emcbe. — Ilypophyllum oviforme. Paulet. 
Chapeau membraneux, ovale, alongé, puis campanule, blanc, un peu roux au sommet; sa surface est recouverte 
de larges écailles soyeuses, disposées presque circulairement. Lames très-nombreuses, adhérentes les unes aux 
autres par leur marge, comme coupées en biseau vers le bord du chapeau, arrondies et libres à l'autre 
extrémité ; elles sont d'abord blanches, puis rosées, et se réduisent enfin en une matière liquide noire comme 
de l'encre. Leur marge est droite quand le champignon est jeune, concave dans un âge plus avancé, et con- 
vexe quand il tombe en déliquium. Pédicule long, cylindrique, atténué à son sommet, blanc, pourvu d"un 
anneau et fistuleux dans toute sa longueur. Le canal est traversé par une longue mèche de filaments blancs, 
soyeux, qui plus tard se collent à ses parois. L'extrémité inférieure du pédicule est un peu renflée et se ter- 
mine en un prolongement radiciforme plus ou moins long. L'anneau est charnu, brun et mobile quand il aban- 
donne le chapeau. 

Habitat. On le trouve assez abondamment en septembre, octobre et même novembre, dans les prés et sur le 

bord des routes. 
Propriétés. On le mange quand il est jeune. Quelques personnes le trouvent très- délicat. 



72 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



ÀGÂRICUS COMATUS. Mlller. — PI. CXXVIII, fig. 1-6. 

Champignon itPHoiDE on Masse d'eac. — Hypophyllum. Paulet. 
Variété de la précédente espèce, qui n'en diffère véritablement pas. 

AGARICUS ATRAMENTARIUS. Bulliard. — PI. CXXIX, fig ; 1-3. 

ëjvm Toiffe« .him.>ti:i:n. — Hypophyllum argenteum. Paulet. 

Chapeau peu charnu, presque membraneux, campanule, très-obtus, souvent avec une très-légère dépression 
au sommet; il est d'abord blanc, puis d'une légère couleur ferrugineuse, finement strié et marqué de grosses 
côtes verticales, causées par la pression ; le sommet est le plus souvent écailleux, et le bas toujours glabre. Les 
lames sont toutes de la même longueur, très-nombreuses, adhérentes ensemble, libres, obtuses aux deux 
extrémités; elles sont d'abord blanches, puis rosées, enfin noires et se fondent en un liquide noir. Pédicule 
gros, cylindrique, listuleux, blanc, glabre, atténué à sa partie inférieure, il conserve une impression circu- 
laire comme s'il eût été comprimé. 
Habitat. Croit par touffes dans les bois, les prés et les jardins, vers la fin de l'été et en automne. 
Agaricus atramentarius. Sow. Engl. fung. tab. 187. (Icon optima.) 
Agaricus atramentarius. Bill. Ilist. Champ, tab. 164, ne le représente pas fidèlement. 
Coprinus fîmetarius. Fr. Epie. Syst. nuje. p. 243. (Excl. syn. Bull ) 
Propriétés. Quelques personnes, d'après les conseils de Paulet, ont fait usage de ce champignon sans qu'elles aient 
éprouvé le moindre accident. 

AGARICUS CAMPESTRIS. Linné. - PI. CXXX, fig. 1-il. 

champignon ob»ikaibe ou de cotjche. — Hypophyllum campestrc. Paulet. 
Chapeau charnu, d'abord convexe, presque hémisphérique, puis étalé ; sa surface est blanche ou rousse, sèche, gla- 
bre et recouverte plus tard d'écaillés pileuses brunes. Lames nombreuses, d'inégale longueur, aiguës vers la 
marge du chapeau, libres et arrondies vers le pédicule; elles sont d'abord rosées et deviennent ensuite noires. 
Pédicule cylindrique, blanc, glabre, annulé, plein, quelquefois tomenteux et un peu renflé à la base. Anneau 
blanc, membraneux, persistant et descendant. Chair blanche, prenant quelquefois une teinte rouge ou jaune, 
ferme, d'une odeur et d'une saveur agréables. 

Habitat. Croit au printemps et en automne, dans les prés, les champs et même les forêts, surtout dans les endroits 

où on a déposé du fumier de cheval. 

Agaricus campes/ris. Scfleff. tab. 33. 

Agaricus campestris. Sow. lab. 305. 
Propriétés. Ce champignon est connu de tout le monde. Cette espèce est celle dont on fait le plus d'usage. 
Obs. — Les fig. 3, 4, 8,9, 10, 1 1 , le représentent quand il est encore jeune et dépourvu d'écaillés. C'est la forme 

la plus ordinaire qu'il présente quand on le cultive. 

AGARICUS PAXILLUS. Fries. — PI. CXXXI, fig. 1, 2. 

Le (irmd Canneeeier de Fontainebleau. — Hypophyllum cinnamomum. Paulet. 
Chapeau charnu, ferme, convexe, avec un mamelon très-saillant au centre; sa surface estsèche, lisse et de couleur 
cannelle foncée. Lames épaisses, assez éloignées les unes des autres, d'inégale longueur, larges, aiguës aux deux 
extrémités, décurrentes sur la partie supérieure du pédicule et de la même couleur que le chapeau. Pédicule 
très-fort, droit, atténué de bas en haut, glabre, fibreux, plein, de couleur cannelle également et portant à sa 
partie supérieure un aimeau blanc, membraneux et persistant. Chair blanche et compacte. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 7.3 

Habitat. A terre, au pied des arbres, en automne, à Fontainebleau. 

Fungus carnosus pileo elato. Batt. Fung. ag. Arim. p. 31 tab. 9 fig. D. 

Agaricus mutabilis. Bill. Hist. Champ, tab. 543, fig. Q. 
Propriétés. Il n'incommode ni L'homme ni les animaux. 
Obs. — Cette espèce n'est pas décrite par Paulet dans son Histoire des Champignons. 

AGARICUS VAPORAR1US. Krombholz. — PI. CXXXII, fig. 1,2. 

Chmpimoï des caiks. — Ilypophyllum cryptarum. Pailet. 
Chapeau d'abord presque spbérique, puis dilaté ; sa surface est lisse, sèche, glabre et brune. Lames aiguës vers la 
marge du chapeau, libres et arrondies vers le pédicule ; elles sont d'abord rosées, puis elles prennent plus tard 
une couleur noire. Pédicule cylindrique, glabre, plein, annulé, plus pâle que le chapeau. Anneau membraneux, 
blanc, descendant, ne durant que peu de temps ou restant adhérent au bord du chapeau. 

Habitat. Dans les caves humides. 

Agaricus vaporarius. Krombhz. tab. 26, fig. 14, 15. 
Propriétés. Il jouit des mêmes propriétés que le champignon ordinaire (Agaricus campestris, L.) dont il n'est 

probablement qu'une variété. 



AGARICUS SETIGER. Fuies. — PI. CXXXII, fig. 3, 4. 

Chijipigiox de coïcme xarro). — Ilypophyllum setigerum. Pailet. 
Chapeau charnu, convexe, ensuite dilaté et plat, de couleur rousse et un peu soyeux. Lames nombreuses, de lon- 
gueur inégale, aiguës vers la marge du chapeau, libres et arrondies vers le pédicule ; elles sont d'un rouge tres- 
vif et passent en vieillissant au brun noir. Pédicule alongé, cylindrique, annulé, plein, mais avec une tendance 
à devenir fistuleux ; sa surface est recouverte de petites soies qui brunissent au sommet. Anneau mince, blanc, 
membraneux, quelquefois de courte durée. La chair est assez ferme, légèrement colorée en roux. Son odeur et 
sa saveur rappellent celles du champignon ordinaire (Agaricus campestris, h.). 

Habitat. On le trouve à terre et à l'ombre, dans les bois. 

Propriétés. D'après Paulet, c'est une espèce dont on peut faire usage sans la moindre crainte. 



AGARICUS SYLVICOLA. Vittadim. — PI. CXXXÎII, fig. 1-5. 

Bon.»: de itEECiE. — Ilypophyllum globosum. Pallet. 
Chapeau charnu, spbérique, puis étalé, plat, conservant un mamelon obtus; sa surface est glabre, blanchi; 
comme de la neige, quelquefois un peu visqueuse. Quand on la froisse, il n'est pas rare de lui voir prendre une 
légère teinte jaune. Lames nombreuses, d'inégale longueur, aiguës vers la marge du chapeau, libres et arrondies 
près du pédicule ; elles passent successivement du blanc au rose et au noir. Pédicule élancé, droit, cylindrique, 
glabre, blanc, annulé, bulbeux à la base, plein, devenant creux quelquefois dans un âge avancé. Anneau mem- 
braneux, mince, descendant, persistant. Chair blanche. Odeur forte. Saveur agréable. 

Habitat. Assez commun en été et en automne ? dans les bois. 
Agaricus edulis. Krombhz. tab. XXIV, fig. 11-14. 

Propriétés. Ce champignon est aussi bon que le champignon ordinaire. Son odeur cependant est plus péné- 
trante; il lui arrive quelquefois d'avoir un goût d'âcreté si prononcé , qu'il n'est plus un aliment 
agréable. 



10 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



AGARICUS ARVENS1S. Schiffer. — PI. CXXX1V, fig. 1, 2. 

Le pitibou m, »■*« . — Hypophyllum cxquisitum. Paulet. 
Chapeau charnu, d'abord presque sphérique, puis dilaté et plat, glabre, sec, d'un blanc mat, terne, un peu 
grisâtre et ne changeant pas de couleur quand on le Croisse. Lames nombreuses, d'inégale longueur, aiguës 
vers la marge du chapeau, libres, arrondies vers le pédicule, blanches dans le jeune âge, puis elles deviennent 
rosées et passent enfin au noir. Pédicule cylindrique, plein, glabre, annulé et blanc. Anneau large, membra- 
neux, descendant et persistant. 

Hauitat. On le trouve dans les prairies, les endroits découverts. 

Agaricus edttlis. Kromuhz. tab. 23, fig. 1 1-14, tab. 2G, fig. 9-13. 

Agaricus vxquisilus. Vitt. Fungh. mang. tab. 20. 
Propriétés. Ce champignon est très-recherché en raison de sa délicatesse. 



AGARICUS PLUTEUS. Ratsch. — PI. CXXXIV, fig. 3. 

cbampicnox dk cocciie «ATARI». — Hypophyllum urnbrosum. Pailet. 
Chapeau charnu, d'abord convexe, puis dilaté, glabre, humide au toucher, de couleur grisâtre tirant sur le roux ; 
souvent il arrive, en se développant, qu'il se tend et se gerce. Lames larges, d'inégale longueur, rosées, 
larges à la base et libres. Pédicule blanc, glabre, cylindrique, plein, fibreux, se creusant dans la vieillesse. La 
chair est blanche, nulle, cassante, sans odeur. Sa saveur n'a rien d'agréable. 

Habitat. A terre, en automne, dans les forêts. 

Agaricus cervinus. Scileff. lab. 10. 

Agaricus lividus. Bill. Bis t. Champ. Fr. 
Propriétés. Donné aux animaux, ce champignon ne les a pas incommodés. Plusieurs personnes nous ont assure 

en avoir fait usage plusieurs fois, et n'avoir jamais éprouvé le plus léger accident. 

AGARICUS SURTOMENTOSUS. Krumbholz. — PI. CXXXV, lig. 1-3. 

La c©cee«ei,ee. — Hypophyllum Columella. Pailet. 
Chapeau charnu, d'abord ovaîe, puis étalé, aplati, sans mamelon prononcé, blanc ou grisâtre, recouvert au 
centre de larges écailles brunes ; sa surface est fendillée et soyeuse vers la marge. Lames blanches, nom- 
breuses, inégales en longueur, larges vers le bord du chapeau, atténuées vers le pédicule et attachées a une 
espèce de bourrelet, d'abord appliqué sur le pédicule et qui s'en éloigne plus lard, laissant alors un large 
espace circulaire vide entre celui-ci el les lames. Pédicule alongé, blanc, annulé, lisse, bulbeux à la base. 
Anneau large, épais, adhérent à la marge du chapeau et s'en séparant plus tard pour devenir libre et mobile. 

Hauitat. A terre. 11 croit abondamment à Champigny, près Paris. 

Propriétés. C'est un champignon délicieux à manger. 

Obs. — Paulet, dans sa description, a réuni cette espèce et la Coulemelle proprement dite [Agaricus procerus, L. que 
l'on reconnaît facilement à sa teinte brune générale, à son chapeau pourvu d'un mamelon très-proéminent, à ses 
écailles qui sont disposées presque circulairement, et à son pédicule recouvert d'un grand nombre de petites 
écailles brimes qui lui donnent de la ressemblance avec la peau d'un serpent. Elle a beaucoup plus de ressem- 
blance avec l'espèce suivante. 

AGARICUS EXCORIATUS. Scu.fffer. — PI. CXXXV bis, fig. 1-6. 

i.,% t»e«iEWEi,EE des PBÉtt. — Hypophy llum globoso-camei atum. Paulet. 
Chapeau charnu, d'abord convexe, puis dilaté, sans mamelon prononcé, d'un blanc grisâtre, tirant quelquefois 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 75 

sur le roux, sec, glabre et couvert d'écaillés. Lames blanches, plus larges vers la marge du chapeau, d'iné- 
gale longueur, attachées par l'autre extrémité à un bourrelet qui entoure le pédicule. Celui-ci est cylindrique, 
atténué de bas en haut, bulbeux à la base, blanc, glabre, fistuleux et pourvu d'un anneau. Le canal est rempli 
d'une moelle iloconneuse qui disparait dans un âge avancé. L'anneau est membraneux, presque sans consis- 
tance, mobile autour du pédicule et disparaît assez souvent. La chair est blanche, molle, cotonneuse. 
L'odeur et la saveur presque nulles. 

Habitat. Croit en automne, dans les prés, les champs et les bois. 

Agaricus excoriatus. Krombhz. tab. 24, fig. 24-30. 

Agaricus excoriatus. Vitt. Fungh. mang. tab. 35. 
Propriétés. Cette espèce est très-bonne à manger. On la laisse perdre parce qu'on ne la connaît pas assez. 
Obs. — Paulet n'en t'ait pas mention dans le texte de son ouvrage. 

AGARICUS CLYPEOLARIUS. Rulliard. — PI. CXXXYI, fig. 1,2. 

La Coulemelle d'eau. — Hypophyllum colubrinum. Paulet. 
Chapeau peu charnu , presque membraneux, conique-campanule, mamelonné ; sa surface est humide, un peu 
visqueuse, blanche, rousse au sommet et recouverte d'écaillés floconneuses et brunes. Lames assez serrées , 
blanches, libres, d'inégale longueur et beaucoup plus larges vers la marge du chapeau. Pédicule alonge, 
cylindrique, renflé à la base, fragile, pourvu d'un anneau et fistuleux ; il est glabre au-dessus de l'anneau et 
floconneux au-dessous. Le canal est rempli par un faisceau cotonneux. L'anneau cotonneux et fugace. La chair 
est en petite quantité, molle. Son odeur est très-forte, mais sa saveur n'est pas désagréable. 

Habitat. A terre, en été et en automne, dans les endroits humides ou ombragés des bois. 

Agaricus colubrinus. Pebs. Syn. fung. p. 258. 

Agaricus clypeolarius. Fr. Syst. myc. p. 21. — Epie. Syst. myc. p. 15. 
Propriétés. Ce champignon passe pour vénéneux ; plusieurs personnes nous ont assuré qu'elles l'avaient mange 

avec plaisir et qu'elles n'avaient éprouvé aucun accident. 

AGARICUS CRISTATUS. Rolton. — PI. CXXXVL fig. 3, 4. 

La a»ETixE corLEiaEELE. — Hypophyllum concentricLim. Pailet. 
Chapeau peu charnu, presque membraneux, mamelonné, la surface est de couleur blanchâtre, grise, jaune, 
d'abord lisse, soyeuse, puis recouverte, excepté le sommet, de petites écailles brunes ou noires. Lames assez 
serrées, libres, blanches, de longueur inégale, plus larges vers la marge du chapeau. Pédicule droit, cylin- 
drique, fistuleux, pourvu d'un anneau filamenteux qui disparait promptement ; au-dessus de 1 anneau il est 
glabre, blanc, et au-dessous un peu grisâtre et recouvert de flocons dont l'existence est de courte durée. Le 
canal est rempli par un faisceau cotonneux. La chair est blanche. L'odeur et la saveur peu prononcées. 

Habitat. Croit vers la fin de l'été et dans l'automne, sur la terre, dans les bois, les prés, les jardins. 

Agaricus subantiquatus. Batsch. fig. 205. 

Agaricus clypeolarius. Krombhz. tab. 25, fig. 20-30. 

Agaricus clypeolarius. Sow. tab. 176. 
Propriétés. Plusieurs personnes mangent cette petite espèce et la trouvent très-délicate. 
Obs. — Dans la figure de Paulet l'anneau n'a pas été dessiné. 

AGARICUS LATERITIUS. Schiffer. - PI. CXXXV1I, fig. 1, 2. 

t,E Yicre i»es iBBBEi. — Hypodeiidrum squarrosum. Pailet. 
Chapeau charnu, convexe, à bord replié en dessous ; la surface est d'un jaune foncé tirant sur le roux, glabre 



76 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

ou parsemée d'écaillés brunes disposées presque circulairement. Lames serrées, d'inégale longueur, de couleur 
d'ocre sale quelquefois un peu verdàtre, aiguës vers la marge du chapeau, arrondies à l'autre extrémité et adhé- 
rentes au pédicule par un court prolongement. Pédicule plein, le plus souvent atténué à sa partie inférieure, 
très-terme, annulé couvert au-dessous de l'anneau d'écaillés disposées en cercle, glabre et nu au-dessus de 
l'anneau. Le canal qui le traverse est seulement indiqué. Anneau descendant, éloigné de quelques millimètres 
des lames. Chair blanche ou légèrement jaune, ferme, d'une saveur et d'une odeur de champignon moisi et 
désagréable. 

Il ibitat. En automne, au pied des vieux arbres. 

Agaricus pomposus. Bolt. Engl. fung. tab. 5. 

Agaricus amants. Bull. Bist. Champ, pi. 30 et 262. 
Propriétés. Paulet, après avoir reconnu qu'il n'avait aucune action sur les animaux et en avoir mangé lui-même, 

pense qu'on ne court aucun risque à en faire usage. Bien ne le recommande, si ce n'est son volume. 

AGARICUS LATER1TIUS. Schiffer. — PI. CXXXVIH, fig. 1, 2. 

C'HiiHPiciios aurore du hêtre. — Hypodendrum Fagi. Pai let. 
Voyez pi. CXXXVII. 

AGARICUS.... — Pi. CXXXVÏII, fig. 3, 4. 

i.a CoiLEniiiE du chêse. — Hypodendrum Quercus. Pai let. 

Champignon de trois à quatre pouces de haut sur à peu près autant détendue, qui croit au pied et sur le tronc 
même des chênes ; dont la surface est toute couverte d'écaillés rousses, de grandeur à peu près égale, disposées 
presque circulairement sur un fond blanc, et produisant un bel effet. Ses feuillets, un peu ondes, sont de cou- 
leur roux foncé, entremêlés de petites portions de 1 feuillets et adhérents à la tige. Cette tige est d'un gris blanc, 
sèche, ferme, composée de fibres longitudinales et comme filandreuses; elle est remplie d'une moelle dont 
l'épuisement la rend fistuleuse : quoique cylindrique , elle n'est pas de grosseur égale ; elle est légèrement 
colletée. 

Habitat. A Vincennes, en automne. 

Propriétés. Saveur peu désagréable, suivie d'un peu d'âcreté et d'astringence à la gorge, mais ne causant aucun 
autre accident. 

AGARICUS ATTENUATUS. De Candoixe. —Pi. CXXXIX, fig. 1-4. 

Eir collet dla^c du saule. — Hypodendrum salicinum. Pai let. 
Chapeau charnu, ferme, d'abord convexe, puis plat et enfin à bord relevé; sa surface est lisse, glabre et blanche 
ou un peu rousse. Lames nombreuses, d'inégale longueur, aiguës vers la marge du chapeau, larges à l'autre 
extrémité, un peu sinuées et adhérentes ; elles sont d'abord blanches et prennent ensuite une teinte rosée et 
brune. Le pédicule est blanc, plein, atténué à sa partie inférieure, fibreux et pourvu vers sa partie supérieure 
d'un anneau blanc, membraneux et persistant. 

Habitat. En été et en automne, sur les vieux saules. 

Agaricus attenuatus. Noul. et Dass. Champ, corn, et vén. p. 1 Ï2, fig. 32. 

Agaricus attenuatus. Letell. Suppl. à Bulliard, pi. 632. 
Propriétés. Ce champignon, que l'on désigne sous le nom de Pivoulade, est très-bon à manger. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. " 



AGARICUS MUCIDUS. Persoon. — PI. CXXXIX&is, fig. 1,2. 

i,e Coliet niorurv i>c hêtre. — Hypopliyllum mucidum. Paulet. 
Chapeau très-peu charnu, presque membraneux, convexe, puis aplati, lisse, blanc ou d'un jaune gris, recouvert 
d'une couche très-épaisse de mucilage. Lames très-éloignées les unes des autres, blanches comme de la neige, 
de longueur inégale, aiguës vers la marge du chapeau, larges, arrondies à la base et presque libres. Pédicule 
atténué de la base au sommet, courbé, plein, résistant, blanc, pourvu d'un anneau membraneux, large, per- 
sistant et blanc. Chair blanche. Odeur et saveur à peine prononcées. 

Habitat. On le trouve, en automne, par groupes composés d'individus de différentes grandeurs, sur le tronc des 
hêtres, à une hauteur presque toujours assez grande pour qu'on ne puisse pas l'atteindre avec la main. 
Agaricus nitidus. Muix. Flor. dan. tab. 773. 

Propriétés. On ne lui en connaît aucune. 

Obs. — Paulet n'a pas décrit cette espèce dans son Traité des Champignons. 



AGARICUS rLEMATOCHELIS. Billiard. — PI. CXL, fig. 1, 2. 

liE Fcseaii ni hwii it. — Hypophyllum fasciolatum. Paulet. 

Chapeau charnu, convexe, obtus, puis dilaté ; sa surface est sèche, de couleur fauve et recouverte de petites 
écailles pileuses. Lames rapprochées, d'inégale longueur, aiguës vers la marge du chapeau, échancrées à la 
base et adhérentes au pédicule par un court prolongement ; elles sont d'abord de couleur cannelle et deviennent 
plus foncées dans un âge avancé. Pédicule long, atténué à sa partie supérieure, renflé et même fusiforme à sa 
partie inférieure ; il est plein, ferme, blanc, marqué vers son milieu d'une tache rouge ou brune en forme 
d'anneau. Cette tache est le reste d'une cortine, ou anneau composé de filaments arachnoïdes qui recouvrait 
primitivement les lames. Chair d'un blanc sale, d'une saveur ingrate, quoique douce. Nous ne lui trouvons 
pas l'odeur de rave signalée par Persoon. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Agaricus notatus. Var. B. hematochœlis. Pers. Syn. fung. p. 206. 

Agaricus sublanatus. Fr. Syst. myc. 1, p. 214. 
Propriétés. Des expériences tentées sur des animaux ont prouvé à Paulet que ce champignon n'était pas vénéneux. 

AGARICUS PLATYCEPHALUS. Léveillé. — PI. CXLto, fig. 1-3. 

plateau a ioilii. — Hypophyllum platycephalum. Paulet. 
Chapeau charnu, d'abord convexe, puis plat et enfin à bord relevé ; sa surface est lisse, glabre, sèche et de couleur 
fauve. Lames un peu écartées les unes des autres, d'inégale longueur, aiguës vers la marge du chapeau, larges 
vers l'autre extrémité, adhérentes au pédicule et d'un brun pourpre. Pédicule plus pâle que le chapeau, plein, 
cylindrique, fusiforme ou renflé à sa base, floconneux à sa surface, et pourvu d'un anneau blanc, membraneux 
et persistant. 

Habitat. A terre, en automne, dans la forêt de Sénard. 

Agaricus armillatus. Fr. Epie. Syst. myc. p. 293. [Icône non visa.) 
Propriétés. Saveur du champignon ordinaire. Donné aux animaux, ce champignon ne leur fait pas de mal. 

AGARICUS PERSOOMI. Fries. — PI. CXLI, fig. 1, 2. 

i.e (.imi oc ee «RAxn Coei.et blanc — Hypophyllum giganteum. Pailet. 

Chapeau d'abord convexe, visqueux, puis étalé, plat, bombé au centre, sec et blanc. Lames de la même couleur, 



78 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

nombreuses, pulvérulentes, d'inégale longueur, larges, arrondies vers la marge du chapeau, un peu atténuées 
à l'autre extrémité et adhérentes au sommet du pédicule. Celui-ci est plein, cylindrique, blanc, glabre, pourvu 
d'un large anneau blanc, membraneux et persistant. Le sommet est strié par suite de l'impression des lames, 
et la base renfermée dans une volve blanche et membraneuse. 

Habitat. A terre, en automne, dans le parc de Saint-Maur. 

Propriétés. L'odeur et la saveur ne sont pas désagréables. Donné aux animaux, il ne produit aucun effet. 

Oiis. — Le champignon de Paulet [tarait avoir été dessiné d'après un individu mutilé, sa partie inférieure est brisée 

et ne présente pas même de débris de volve; ce qui laisse de l'incertitude sur la valeur de cette espèce, que le 

professeur Fries place parmi les Amanites. 

AGARICUS CAPERATUS. Persoon. — PI. CXLII, fig. 1-3. 

le régulier doré. — Il ypophyll uni helvolum. Paulet. 
Chapeau charnu, d'abord convexe, puis étalé, avec un mamelon très-prononcé et obtus au centre ; sa surface est 
jaune, sèche, glabre, lisse ou marquée de dépressions irrégulières qui rayonnent du mamelon vers la marge. 
Dans le jeune âge elle est recouverte d'un voile membraneux fugace. Lames assez rapprochées, de longueur 
inégale, larges, arrondies vers le bord du chapeau, échancrées à l'autre extrémité et se prolongeant sur le pédi- 
cule à l'aide d'une petite dent; dans le jeune âge elles ont une couleur d'ocre qui devient plus foncée en vieil- 
lissant. Pédicule alongé, droit, plein, fibreux, atténué de bas en haut, arrondi à sa base, blanc, et pourvu d'un 
anneau blanc, membraneux et persistant. Chair blanche, assez ferme 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Âgaricus caperatus. Kisombuz. Esb. Schwaem. tab. 73, fig. 10-12. 

Agaricus caperatus. Fit. Syst. myc. 1, p. 2 -il. — Cortinarius caperatus. Epie. Syst. myc. p. 2oo\ 
Propriétés. Presque sans odeur et sans saveur. Paulet dit qu'il ne produit aucun effet sur les animaux. 

AGARICUS UMBRATUS. Léveillë. — PI. CXLII, fig. 4-6. 

a>K RÉeoi.iER r.vuvi:. — Hypophyllum unicolor. Pailet. 
Chapeau charnu, ferme, convexe, mamelonné, glabre, lisse, de couleur rousse. Lames assez rapprochées, d'iné- 
gale longueur, aiguës vers la marge du chapeau, larges vers l'autre extrémité, échancrées, adhérentes au pédi- 
cule et de la même couleur que le chapeau. Pédicule roux, atténué de bas en haut, droit, plein, fibreux et 
muni à sa partie supérieure d'un anneau roux, membraneux et persistant. Chair ferme, blanche, légèrement 
lavée de roux. 

Habitat. A terre, dans les bois, en automne. 
Propriété*. Ne produit aucun effet sur les animaux. 

AGARICUS AMYGDALINUS. Léveiixé. — PI. CXLIII, fig. 1. 

s/amande *mèbé. — Hypophyllum amygdalinum. Paulet. 
Chapeau charnu, d'abord convexe, puis étalé, aplati, un peu mamelonné au centre, de couleur café au lait, légè- 
rement visqueux. Lames nombreuses, rapprochées, d'inégale longueur, aiguës vers la marge du chapeau, 
arrondies, sinuées à l'autre extrémité et adhérentes à l'aide d'un court prolongement au pédicule, qui est droit, 
plein, d'un blanc sale, peluché et muni à sa partie supérieure d'un anneau blanc, membraneux, persistant; sa base 
se termine et s'enfonce en terre par un prolongement conique radiciforme. Chair blanche, ferme, très-épaisse. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois de Vei rières et de Boulogne. 

Propriétés. Paulet dit que toute la plante a exactement l'odeur et la saveur de l'amande amère et qu'il ne cause 
aucun dérangement aux animaux. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 79 



AGARICUS GALERICULATUS. Scopoli. — PI. CXL1II, fig. 2. 



le SiTosNiEii. — Hypophyllum saponarium. Paulet. 
Voyez pi. CXX1I, fig. H. 



AGARICUS MORI. Fries. — PI. CXLIV, fig. 1-7. 

CHAHPiewoif du 'initni biaic. — Hypophyllum arboris Mori. Paulet. 
Chapeau peu charnu, convexe, puis étalé et le plus ordinairement fendu du centre à la circonférence ; sa surface 
est lisse, visqueuse, d'un gris roux qui devient presque noir avec l'âge. Lames assez espacées, d'inégale longueur, 
très-larges, et adhérentes au pédicule, plus pâles que le chapeau. Pédicule plein, courbé, fibreux, sillonné, 
glabre et d'un gris brun. 

Habitat. Croît dans le midi de la France, sur le tronc des mûriers, par groupes composés de quatre à si\ 

individus. 
Propriétés. Saveur astringente, désagréable. Paulet n'a pas remarqué que ce champignon eût une action sensible 

sur les animaux. 

AGARICUS /EGERITA. Fries. — PI. CXLV, fig. 1-5. 

Cnijipioioi dv pigpuEB ou Pivoilide dis Laxccedocieivs. — Hypodendrum populeum. 
Paulet. 

Chapeau charnu, d'abord convexe, puis plat et enfin à bord relevé, un peu saillant au centre, d'un blanc sale, 
grisâtre quand il est jeune et, fauve dans un âge plus avancé ; sa surface est lisse, un peu soyeuse et sèche. 
Lames nombreuses, rapprochées, larges, d'inégale longueur, aiguës vers la marge du chapeau, arrondies, 
échancrées à l'autre extrémité et adhérentes à l'aide d'une dent au pédicule. Sur les vieux individus, quand le 
chapeau est retourné, elles paraissent décurrentes ; elles sont d'abord d'un rose pâle, puis elles deviennent rous- 
ses. Pédicule blanc, plein, fibieux, cylindrique, glabre, muni à sa partie supérieure d'un anneau ascendant, 
membraneux, persistante! blanc. 

Habitat. En automne, par groupes quelquefois très-nombreux, sur les peupliers. 

Propriétés. Odeur et saveur agréables. C'est un excellent champignon ; les anciens mêmes le recherchaient. 

Ous. — Auguste Saint-Hilaire dit qu'on peut le cultiver et se le procurer abondamment dans presque toutes les 

saisons de l'année, en recouvrant d'une couche de terre des tranches de peuplier, que l'on arrose de temps 

en temps pour activer la végétation. 



AGARICUS LUXURIANS. Fries. — PI. CXLVI, fig. 1-3. 

Lk Ciiinpionoi soïebx du ïiiMï. — Hypophyllum sericeum. Paulet. 
Chapeau charnu, d'abord convexe, puis dilaté, souvent fendu en rayonnant et conservant un mamelon très-obtus ; 
sa surface est soyeuse, puis elle devient peluchée, comme recouverte de petites écailles, de couleur de chair qui 
passe ensuite au brun. Lames nombreuses, rapprochées, d'inégale longueur, aiguës vers la marge du chapeau, 
d'un gris rouge, puis brunes. Pédicule grisâtre, puis roussâtre, plein, fibreux, glabre, un peu atténué de 
bas en haut et pourvu tout à fait à sa partie supérieure d'un anneau blanc, membraneux et fugace. 

Habitat. Au pied des chênes, en automne, à Fontainebleau et au bois de Boulogne. 

Polymyces simplcxluxurians. Battar. Fung. Ag. Arim. p. 50, tab. 23, fig. B. (Monente Cel. Friesio, in Epie. 
Syst. myc. p. 164.) 
Propriétés. Saveur assez agréable d'abord et qui devient ensuite acre. Paulet a essayé plusieurs fois ce champignon 

sur les animaux, et jamais il ne les a incommodés. 



80 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



AGÂRICUS HYPOXANTHUS. Léveillé. — PI. CXLVII, fig. 1, 2. 

le ('HAnpieii'ox de L'imiE. — Ilypodendrum croceo-sulphureum. Pailet. 
Chapeau charnu, convexe, glabre, lisse, sec, de couleur rousse plus ou moins intense. Lames nombreuses, rap- 
prochées, d'inégale longueur, jaunes, étroites proportionnellement à l'épaisseur du chapeau, aiguës aux deux 
extrémités, adhérentes au pédicule, sur lequel elles paraissent décurrentes dans un âge avancé. Pédicule droit, 
plein, ferme, fibreux, atténué de bas en haut, blanc ou de la couleur des lames et muni à sa partie supérieure 
d'un anneau descendant, membraneux et floconneux, persistant et jaune. 

Habitat. En automne, au pied et aux racines de l'aune, du marronnier dinde, sur lesquels il croit par touffes com- 
posées de cinq ou six individus. 
Agaricus alnicola. Fis. Epie. Syst. myc. p. 187 (Icône non visa). 

Propriétés. De deux chiens auxquels a été donné ce champignon, l'un l'a rejeté en vomissant, l'autre l'a rendu 
avec ses matières, sans être digéré, mais aucun n'en est mort. (Paulet.) 



AGARICUS MELLEUS. Wahl. — PI. CXLVIII, fig. 1-3. 

la tète de uéuese. — Hypophyllum polymyces. Pailet. 
Chapeau charnu, convexe, quelquefois avec un mamelon obtus et enfin dilaté, aplati; sa surface est sèche, recou- 
verte de petites écailles pileuses, lisse, striée vers le bord dans un âge avancé, et de couleur jaunâtre ou un peu 
brune. Lames nombreuses, assez rapprochées, d'inégale longueur, aiguës aux deux extrémités, décurrentes sur 
la partie supérieure du pédicule et d'un blanc sale ; quand le champignon est vieux ou qu'on les froisse, elles 
prennent une teinte rougeâtre. Pédicule long, cylindrique, fibreux, floconneux, plein, grisâtre ou roux, 
pourvu à sa partie supérieure d'un anneau ascendant, membraneux, blanc et persistant. Chair blanche et 
ferme. 

Habitat. En automne, au pied des arbres, sur lesquels il croit en formant des groupes composés d'un nombre im- 
mense d'individus. 

Agaricus annularis. Bill. Ilisi. Champ, tab. 377 et 540. 
Agaricus melleus. Kbombhz. Esb. Schwaem. tab. 43, tig. 2-(i. 
Agaricus polymyces. Pebs. Syn. fung. p. 2(J9. 

Propriétés. Ce champignon, malgré les observations de Paulet, est très-bon. Trattinnick dit qu'on en apporte tous 
les ans des quantités considérables sur le marché de Vienne. 



AGARICUS UMBELLA. Léveillé. — PI. CXL1X. 

le (ib4id parasol bl«i«(. — Hypophyllum Umbella. Pailet. 

Chapeau charnu, convexe, puis étalé, plat, sa surface blanche finit par prendre une légère teinte rousse, elle est 
lisse, sans stries, nue, un peu humide au toucher. Lames nombreuses, d'inégale longueur, larges, de couleur 
tirant un peu sur le vert-pomme. Pédicule droit, plein, renflé en massue à la base, glabre, blanc, muni à sa partie 
supérieure d'un voile floconneux qui se dissipe promptement. 

Habitat. A terre, à l'ombre des grands arbres. 

Agaricus (amanita) lenticularis. Vi\. Epie. Syst. myc. p. 10. (Icône non visa.) 
Propriétés. Paulet dit que l'odeur de ce champignon rappelle celle de la terre humide, et sa saveur, celle de la 

neige fondue ; il se putréfie très-promptement. On n'a pas encore recherché ses effets sur les animaux. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 8 I 



AGARICUS NAUCINUS. Fries. - PI. CL, fig. 1.2. 

oronge &kkckb> — Hypophyllum scissum. Pailet. 

Chapeau charnu, convexe, ou légèrement mamelonné, soyeuxà sa surface, doux au toucher, puis couvert, excepte 
au sommet, de granulations très-fines. Lames nombreuses, libres, d'inégale longueur, d'un blanc sale passant 
au rose. Pédicule atténué de bas en haut, bulbeux à la base, blanc, annulé, fibrilleux, plein, mais devenant fis- 
tuleux plus tard. Chair blanche, ferme. Odeur et saveur du champignon ordinaire. 
Hahitat. A terre, dans les bois; trouvé dans la forêt de Saint-Germain en Lave. 

Pailet. Champ, à bourse, in Hist. Soc. roy. med. Par. 1776, p. 440, V, pi. IX, lig. 3. 
Agaricus leucothites. Vittad. Fung mang. p. 310, tab. 7. 
Agaricus sphœrosporus. Krombiiz. lab. 34, 6g. 20-23. 
Agaricus (Lepiota) naucinus. Fr. Epie. Syst. myc. p. 16. 
Propriétés. Cette espèce est comestible. 

AGARICUS VAGLXATUS. Buluabd. — Pi. CL, fig. 3. 

©KOÏ6B satbkée et BiiïK. — Hypophyllum elatuin. Pailet. 
Chapeau peu charnu, d'abord campanule, obtus, puis dilaté, plat; sa surface est sèche, lisse, comme satinée et 
rayée vers la marge. Lames blanches, assez pressées, d'inégale longueur, larges, arrondies vers le bord du cha- 
peau, atténuées à l'autre extrémité et libres. Pédicule long, quelquefois grêle , cylindrique, glabre, fibreux 
et blanc ; sa base est renfermée dans une volve étroite, longue et blanche et qui reste souvent en terre quand on 
arrache le champignon sans précaution. Chair blanche, molle. Odeuret saveur presque nulles. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois dont le sol est sablonneux. 

Fungus griseus, holosericeus, pileo crenulato. Vaill. Bol. Par. p. 63, n" 15. 

P.u'i.et. Champ, à bourse, in Mém. Soc. roy. demèd, Paris, tom. 1, p. 447, IV, pi. IX, fig. 1, 2. 

Agaricus (Amanita, naucinus. Fit. Epie. Syst. myc. p. 10. Icône non visa. 
Propriétés. Il est comestible. C'est la Grisettede Montpellier. 
Obs. — ■ Quoique Paulet et le professeur Fries regardent cette espèce comme différente de celle qui est figurée au 

n° 2 de la planche CLI, nous croyons devoir les réunir, parce que la figure 2 de la planche IX des Mémoires 

de la Société royale de médecine, la représente avec une volve, et que le collet, que Paulet dit exister sur des 

individus et manquer sur d'autres [Hist. des Champ, tom. II, p. 308), semble plutôt appartenir par sa position 

a un morceau de la volve qu'à un véritable anneau. 



AGARICUS SFMIGLOBAÏUS. Batsch. — PI. CL. fig. 4, 5. 

FïxiTii Obosge ïibk jaise. — Hypophyllum cereum. Paulet. 
Chapeau peu charnu, hémisphérique, glabre, lisse, jaune, un peu visqueux. Lames assez. nombreuses, d'inégale 
longueur, aiguës vers la marge du chapeau, très-larges et coupées perpendiculairement vers le pédicule 
auquel elles adhèrent dans toute leur hauteur; leur bord libre conserve mie position horizontale; elles sont 
d'abord rosées, puis brunes et enfin noires. Pédicule grêle, alongé, cylindrique, glabre, blanc, ou d'un jaune 
très-pâle, annulé, bulbeux à la base et légèrement iistuleux. Anneau Liane, membraneux, disparaissant quel- 
quefois. Odeur pas désagréable. Saveur de champignon, mais peu agréable. 

Habitat. On le trouve au printemps, en été et en automne, sur les crottins de cheval. 

Agaric lustré. Bill. Hist. Champ, pi. 566, fig. 4. 

A'jaricus semi-globatus. Soxv. Engl. fung. lab. 248. 

Agaricus coprinus. Fr. Epie. Syst. mue p. 221. icône non visa. 
Propriétés. Paulet dit qu'il n'a pas d'action sur les animaux. 

I i 



82 ICO.NOGFiAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



AGÀRICUS VAGINATUS. Bulliard. —PI. CLI, fig. 1 

i/orimue sceKKK. — Hypophyllum saccharatum. Paulet. 
Aminiiia spadicea, B. fulva. Pers. 5yn. /ttnj. p. 248. 
Cette variété ne diffère que par la couleur du chapeau qui est fauve. 
Voyez pi. CL, fig. 3. 



AGARICUS VAGINATUS. Bulliard — PL CL!, fig. 2. 

e.'dbmue sstsski:. — Hypophyllum sericeum. Paulet. 
Voyez pi. CL, fig, 3. 

AGA1UCUS RHODOMELAS. Lasch. PL CLI, fig. 3. 

»R«s«K s»es vicions. — Hypophyllum vinearum. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, puis dilaté, aplati, satiné, glabre, lisse, un peu visqueux et couleur bistre. Laines 
larges, d'inégale longueur, rosées, libres, plus larges vers la marge du chapeau. Pédicule atténué de bas en 
haut, bulbeux à la base, blanchâtre, glabre, sans anneau, Gstuleux, rempli d'une moelle blanche, floconneuse, 
abondante. Volve blanche, large, déchirée et persistante. La chair n'a presque pas d'épaisseur. Sa couleur est 
gris-perle. L'odeur et la saveur sont presque nulles. 

lluiiTAT. En automne, dans les terres sablonneuses, à l'ombre des feuilles des vignes. 

A(jaricusvolvaceus*rhodomelas. En. Epie. Syst. myc. p. 138. 
Propriétés. On ne doit pas se fier à celle espèce, quoiqu'elle n'ait pas incommodé les animaux qui en ont mangé. 



AGAKICUS VH'EKLMS Fries. — PL CLI. fis. 4, . ! i. 

«siitwsifcE sïspii^T «te on»jti: ««ratais. — Hypophyllum anguinum. Paulet. 
Chapeau charnu, conique, glabre, lisse, grisâtre, brillant comme de la soie. Lames libres, d'inégale longueur, 
d'un blanc jaunâtre. Pédicule alongé, cylindrique, glabre, d'un blanc sale, fistuleux, rempli, à l'intérieur, 
d un tissu floconneux. Volve petite, blanche, enveloppant étroitement la base du pédicule. La chair du chapeau 
est d'un blanc grisâtre et celle du pédicule blanche. 

II iBiTAT. A terri', sur le bord des chemins dans le Piémont, en été et en automne. 

Agaricus conicus. Pieo. Meletematu, p. 142, fig. 2. 
Propriétés. Ce champignon est très-vénéneux. Tico rapporte l'observation d'une famille composée de six personnes, 

dont les unes moururent et les autres éprouvèrent les accidents les plus graves. C'est une des observations 

d'empoisonnement par les champignons qui a été laite avec le plus de soin. Sous ce rapport, elle sera toujours 

lue avec intérêt. 



AMAMTA CRUX MELITENS1S. Léveillé. — PL GLU, lig. 1. 

8/oiub^k crosï b»e ss.4i.tk. — Hypophyllum Crux melitensis. Paulet, 
Chapeau presque membraneux, humide au loucher, glabre, avec une papille au centre et se divisant en plusieurs 
loties à peu près réguliers. Lames presque toutes égales en longueur., libres, et s'inséraut a un bourrelet circu- 
laire a leur extrémité interne. Pédicule droit, bulbeux a la base, muni d'une volve, atténué presque subitement 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 83 

vers le milieu de sa hauteur, annulé et iistuleux. La volve est membraneuse, blanche, et persiste à la base du 
pédicule. L'anneau est également blanc et inséré vers le milieu du pédicule. Toutes les autres parties et la sub- 
stance même ont une couleur de chair. L'odeur en est très-agréable et se sent de loin. 

Habitat. Ce champignon a été trouvé dans le mois d'août à Pantin, près de Paris, dans un bois. 

Fungus bulbosus, cruciformis, odoratissimus. Paulet. Champ, à bourse, in Mèm. Soc. roy. méd. Par. vol. II, 
p. 446, 447, VII, pi. X, fig. 1. 

Propriétés. La malheureuse et unique expérience que Paulet a faite sur lui-même ne laisse pas le moindre doute 
que cette espèce ne soit très-vénéneuse. 

Obs. — Personne, à notre connaissance, n'a retrouvé ce champignon depuis Paulet. Persoon nous disait que 
c'était une monstruosité, peut-être un être idéale. Le professeur pries la regarde comme paradoxale. Nous 
l'avons décrite, parce que nous avons trop de confiance dans la loyauté de l'auteur du Traité des champignons, 
pour croire qu'il ait inventé de toutes pièces un champignon, que Fossier, son dessinateur d'habitude, aurait 
dessiné par complaisance ou tout autre motif, et qui enfin, pour comble d'imposture, aurait servi à empoi- 
sonner Paulet lui-même. Nous devons avouer cependant que le dessin et la description semblent appartenir 
à un champignon d'un autre climat que le nôtre. 

AMANITA OPH1TES. Lévetllé. — PI. CLII. fig. 2. 

onotGE coui.eij\'ke. — Ilypophyllum colubrinnm. Pailet. 
Chapeau charnu, d'abord campanule, ensuite dilaté, plat et strié à sa marge ; sa surface lisse, un peu humid 
au toucher, retient quelquefois des fragments blancs membraneux de la volve, qui contrastent avec sa couleur 
qui est tantôt rousse, noisette ou jaune paillet. Lames blanches, libres, d'inégale longueur, larges vers le 
bord du chapeau. Pédicule alongé, droit, muni d'une volve et d'un anneau, atténué de bas en haut, bianc, 
peluché depuis le bulbe jusqu'au-dessous de l'anneau et glabre au-dessus ; son intérieur est rempli d'un tissu 
floconneux qui disparait avec l'âge. Anneau blanc, membraneux, persistant, placé assez haut. Volve mem- 
braneuse, glabre, blanche, persistante à la base du pédicule. 

Habitat. Croît à terre, en automne, à Meudon. 

Fungus bulbosus et spongiosus, pileo rufescente. Pailet. Champ, à bourse, in Mèm. Soc. rog. méd. Par., 
tom. II, p. 446, VI, tab. X, fig. 1. 

Agaricus (Amanita'; porpliyrius. Fr. Epie. Syst. mgc. p. 4. 
Propriétés. Les expériences que Paulet a faites sur les animaux, lui ont prouvé que ce champignon n'est pas 



e 



dangereux. 



AGARICUS PrLETOPaiS. Fries. — PI. CLH!. fis. 1, 2. 



,->• 



i/obo^ce TA«KtE ©bj ■«iarkost. — Hypophyllum castaneum. Paulet. 
Chapeau peu charnu, presque membraneux, d'abord campanule, obtus, puis étalé, fendu, glabre, humide au 
toucher, strié vers le bord, d'une couleur marron plus ou moins intense , uniformément répandue sur sa 
surface. Lames blanches, assez éloignées les unes des autres, de longueur inégale, plus larges vers la marge du 
chapeau et atténuées à l'autre extrémité. Pédicule blanc, atténué de bas en haut, glabre, sans anneau, fistuleux 
et pourvu à sa base d'une volve ample, membraneuse, blanche et persistante. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Oronge tannée. Paulet. Champ, àbourse, in Mém. Soc. roy. méd. Par., p. 1-44, II!, pi. VIII, fig. 12. 

Agaricus badius. Scii.eff. tab. 245. 

Agaricus (Amanita) prœtoriùs. Fr. Epie. Syst. mgc. p. Il 
Propriétés. Paulet indique ce champignon comme suspect. 



84 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS 



AGÀRICUS RFGIUS. Fries. — PI. CLW, fig. 



3 K 



obo^gi: coqcejieile. — Hypophyllum cucullatum. Paulet. 
Chapeau charnu, d'abord convexe, ensuite étalé, plat, blanc, glabre, sec. Lames rosées, assez rapprochées, d'iné- 
gale longueur, libres, larges vers la marge du chapeau, atténuées à l'autre extrémité. Pédicule blanc ou un 
peu jaune, plein, glabre, pourvu d'un anneau et d'une volve. L'anneau est membraneux, blanc, persistant, 
quoiqu'une partie reste souvent au bord du chapeau. La volve est blanche, ample, membraneuse et persistante. 
Chair blanche, ferme, d'une odeur et d'une saveur agréables. 

Habitat. Croit à terre, dans les départements méridionaux de la France. 

Propriétés. Une longue expérience, dit Paulet, a appris que ce champignon n'incommode pas; il est très-recherché 

et s'accommode comme l'Oronge. [Agaricus cœsareus, Sch.eif.) 
Obs. — H faut bien se méfier des Amanites à lames roses, il n'y a peut-être que cette espèce et Y Agaricus leioce- 

phalus DC. qui soient comestibles. 

AGARICUS C.ESÀREUS. Schiffer. — PI. CUV, fig. 1-3. 

i/obaue vans. — Hypophyllum csesareum. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, puis étalé, lisse, glabre, de couleur orangée, taché quelquefois de blanc par les débris 
de la volve. Lames très-larges, d'inégale longueur, (tressées les unes contre les autres, jaunes, libres, [dus 
iarges vers la marge du chapeau. Pédicule gros, cylindrique, annulé, atténué de bas en haut, glabre et blanc. 
Anneau large, membraneux, blanc, descendant et persistant. Volve ample, épaisse, persistante et blanche. 
La chair est blanche. L'odeur et la saveur presque nulles. 

Habitat. On le trouve rarement dans les environs de Paris (Ville-d'Avray, Verrières', mais très-communement 
dans la France méridionale. Il fait les délices des habitants. 
Agaricus aurantiacus. Bill. Hist. Champ, tab. 120. 
Agaricus (Amanita) cœsareus. Fr. Epie. Syst. myc. p. 3. 
Propriétés. Ce champignon est connu depuis longtemps comme un des meilleurs que l'on puisse manger. 
Obs. L'artiste, qui a dessiné cette planche a négligé de représenter l'anneau. 

AGARICUS PHALLOIDFS. Fuies. — PI. CLV, fig. 1-i. 



c ■ 



»Bft»nE ti«.it jAisiiBE. — Hypophyllum virosum. Paulet. 
Chapeau charnu, d'abord campanule, puis étalé, glabre, quelquefois recouvert des débris blancs et membraneux 
de la volve, un peu visqueux, jaune, et prenant une teinte légèrement verte avec l'âge. Lames nombreuses, rap- 
prochées, d'inégale longueur, libres, larges vers la marge du chapeau, atténuées à l'autre extrémité. Pédicule 
blanc, glabre, annulé, plein quand il est jeune et creux dans la vieillesse, atténué de bas en haut, bulbeux à la 
base et muni d'une volve blanche, ample, membraneuse et persistante. L'anneau est également blanc , 
quelquefois un peu jaune, descendant , membraneux et persistant. Chair blanche. Odeur et saveur dés- 
agréables. 

Habitat. Croit dans les bois, en automne. 

Paulet. Champ, à bourse, in Mém. Soc. r<>y. méd. Pari*. Tome 2, p. 436, 1, tab. Y, fig. 1 et 2. 

Agaric bulbeux. Bull. Hist. Champ, tab. 2. 
Propriétés. Ce champignon est un des plus vénéneux que l'on connaisse. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 85 



AGARICUS MAPPA. Batsch. — PI. CLV, fig. 2-4. 

obosse cieiiE jiniTBi;, — Hypophyllum virosum. Paulet. 
Ne diffère de la précédente que par la couleur fauve du chapeau. 

AGARICUS PHALLOÏDES. Fries. — PI. CLVI, fig. 1-2. 

Diffère des espèces précédentes par la couleur verte du chapeau. 
Obs. — C'est la variété la plus répandue. 

AGARICUS VERNUS. Ruluakd. — PI. CLVI, fig. 3, k. 

Oronge cigee iii.a*< m; oc de printemps. — Pai let. 

Chapeau charnu, d'ahord campanule, ohtus, ensuite dilaté, plat ; sa surface est lisse, sans stries, humide au tou- 
cher. Lames blanches, nombreuses, rapprochées, d'inégale longueur, libres, larges vers la marge du chapeau, 
atténuées à l'autre extrémité. Pédicule blanc, plein, quoique floconneux dans un âge avancé, atténué un peu de 
bas en haut, glabre, annulé, bulbeux à la base et garni d'une volve blanche, assez ample, membraneuse et per- 
sistante. Anneau blanc, descendant, membraneux et persistant. Chair blanche, assez ferme, d'une odeur et 
d'une saveur désagréables, celle-ci est encore plus sensible quelque temps après l'avoir mâché. 

Habitat. Croit dans les bois, au printemps et en automne. 

Pailet. Champ, à bourse, in Mém. Soc. roy. méd. Par. p. 438, I, pi. VI, fig. 1, 2. 

Amanita verna. Pers. Syn. jumj. p. 2o0. 

Agaricus (Amanita) virosus'vernus. Fr. Epie. Syst. myc. p. 4. 
Propriétés. Ce champignon passe à juste titre pour un des plus dangereux ; c'est à lui qu'on doit rapporter le plus 

grand nombre des empoisonnements causés par ce que l'on appelle les champignons des bois. 

AGARICUS CANDIDÎSSIMUS. Léveillè. — PI. CLVI bis. 

4>ro3ce i>e ifEicE. — Hypophyllum niveum. Pailet. 
Chapeau charnu, convexe, ensuite dilaté, blanc et glabre. Lames assez pressées, blanches, de longueur inégale, 
libres, larges vers la marge du chapeau, atténuées à l'autre extrémité. Pédicule blanc, glabre, sans anneau, 
bulbeux à la base et pourvu d'une volve ample, blanche et persistante. Chair blanche, sans odeur ni saveur par- 
ticulières. 

Habitat. Croit en automne, à Fontainebleau. 

Propriétés. L'expérience unique de Paulet prouve que cette espèce est vénéneuse. 

Obs. — Cette Amanite, dont la description n'est pas complète, est remarquable par la blancheur de foules ses 
parties. 

AGARICUS SOL1TARIUS. Biiiiahi». —PI. CLVI, fig. 1, 2. 

Oboj«e l'inciÈBi: de PicARDiK. — Hypophyllum pellituin. Pailet. 
Chapeau très-charnu, d'abord convexe, puis plat, et enfin à bord relevé, blanc, parsemé de larges lambeaux mem- 
braneux de la même couleur. Lames blanches, très-rapprochées, d'inégale longueur, larges vers la marge du 
chapeau, atténuées et se terminant en pointe à la partie supérieure du pédicule. Celui-ci est blanc, gros, plein, 
bulbeux à la base, glabre ou iloconneux, pourvu d'un anneau et d'une volve. Le bulbe est ovoïde, ferme, com- 
pacte, recouvert de membranes floconneuses qui se recouvrent et ressemblent à^des écailles; sa partie inférieure 



86 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

est atténuée et simule un prolongement radiciforme. La volve disparaît et ses lambeaux restent collés sur le 
chapeau. L'anneau est blanc, membraneux, épais et descendant. 

H viut.t. Croit en Picardie, dans les environs de Guise et dans la forêt de Saint-Germain en Laye, en automne. 

AyariciM solitarius. Bill. Hist. Champ, tab. 48. 

Agaricus (Amanita) solitarius. Fr. Syst. myc. 1, p. 17. — Epie. Syst. myc. p. 6. 
Propi iétés. Ce champignon a empoisonné trois demoiselles, à Guise, en Picardie. 
Ons. — Paulet ne l'ait pas mention de cette espèce dans son Traité des Champignons, il en donne seulement la 

figure avec indication de ses propriétés. 

AGARICUS MUSCAR1US. Linné. — PI. CLYII. lier. 1-3. 

liA Fausse obohoe. — Ilypophyllum muscarium. Paulet. 

Chapeau charnu, d'abord convexe, puis étalé, plat, un peu visqueux, d'un rouge très-vil et parsemé çà et là de 
débris d'une membrane blanche. Lames serrées, blanches, d'inégale longueur, plus larges vers la marge du 
chapeau, aiguës et adhérentes au sommet du pédicule. Celui-ci est alongé, blanc, cylindrique, glabre, bul- 
beux à la base, annulé et filamenteux en dedans. Anneau blanc, membraneux, descendant, flasque et retombant. 
La volve disparaît complètement, et reste collée sur le chapeau, sous la forme de lambeaux. Chair blanche, 
molle, ne changeant pas de couleur. Odeur et saveur nulles. 

Habitat. A terre, très-commun en automne, dans les bois des environs de Paris. 

Agaricus pseudo-aurantiacus. Bull. Hist. Champ, pi. 122. 

Agaricus muscarius. Pers. Syn. fung. p. 253. 
Propriétés. Paulet a essayé ce champignon sur lui-même et en a été incommode. On doit se méfier de l'assertion 

de Mérat, qui dit avoir vu des gardes du corps s'en régaler impunément. L'extrait expérimenté par M. Go- 

bley sur des animaux à la dose de 25 grammes, a causé des accidents mortels à des lapins et à des cochons 

d'Inde. 



•\GARÎCUS MAPPA. Batsch. —PI. CLVIII, fig. 1, 2. 

«&»®^«;e blaivciie os; caTROK. — llypophyllum albo-citrinum. Paulet. 
Chapeau charnu, d'abord convexe, puis dilaté, plat, jaune uniformément, lisse, glabre ou parsemé de pellicules blan- 
ches, irrégulières, qui sont les débris de la volve. Lames blanches, très-rapprochées, d'inégale longueur, libres, 
larges et obtuses vers la marge du chapeau, atténuées et obtuses à l'autre extrémité. Pédicule blanc, droit, 
cylindrique, un peu atténué à sa partie supérieure, bulbeux à sa base, d'abord plein, fisluleux plus tard, pourvu 
d'une volve et d'un anneau. Volve fugace, laissant une marge plate à sa place, à la partie supérieure du bulbe. 
Anneau blanc, membraneux, descendant, persistant. Il arrive cependant quelquefois qu'il disparaît ou qu'on 
n'en trouve que les débris. Chair blanche, molle, sans odeur, mais d'un goût désagréable. 

Habitat. Croit en automne, dans les bois. 

Paulet. Champ, à bourse, in Mém. Soc. roy. mèd. Par. 2, p. 548, VII, iab. XVI, iig. 1, 2. 
Agaricus bulbosus. Bill. Hist. Champ, tab. 577, fig. G, H, M; 1< bulbe laisse quelque chose à désirer. 
Amanita citrino-alba. Vin. Fung. mang. p. 70, tab. il. 

Propriétés. Cette espèce est cause de nombreux accidents en raison de sa ressemblance grossière avec le champi- 
gnon ordinaire (Agaricus campes/ris, L.). 

AGARICUS GEMMATUS. Fries. — PI. CLVlll, fig. 3. 

»a«vei: borée, pkblke. — Uypophy Uiun nilido-guttatum. Paulet. 
Chapeau charnu, d'abord convexe, ensuite étalé, plat, de couleur jaune ou orangée, parsemé de verrues blanches, 
strie vers le bord. Lames nombreuses, blanches, d'inégale longueur. Pédicule droit, bulbeux à la base, un peu 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 87 

atténué à sa partie supérieure, Lia ne, glabre, plein, sans anneau, avec une volve qui se brise promptement et 
dont les débris restent sur le chapeau. Chair blanche, ferme, pas désagréable au goût. 

Habitat. Croît en automne, dans les bois, aux environs de Paris et de Pétersbourg. 

Pailet. Champ, à bourse, in Mèm. Soc. roy. méd. Par. 2, p. 457, VII, pi. XV, fig. 3. 
Propriétés. Les expériences que Paulet a faites sur les animaux, ne prouvent pas qu'il y ait du danger a faire usage 

de ce champignon. 

AMANITA AMPLA. Peesoon. — PI. CLIX, fig. 1-4. 

okiiv.1 viMunai. dabibeïsi:, — Hypophyllum maculatum. Paulet. 
Chapeau d'abord convexe, puis étalé, plat, gris roux, un peu visqueux, parsemé de verrues blanchâtres qui sou- 
vent, après leur chute, laissent des dépressions à leur place. Lames larges, très-rapprochées, d'inégale lon- 
gueur, libres et obtuses à leur extrémité centrale. Pédicule long, blanc, bulbeux à la base, pourvu d'une volve 
dans le jeune âge et d'un anneau plein, mais devenant cave par la disparition du tissu floconneux qui est dans 
son intérieur. La volve disparait de bonne heure et reste sur le chapeau sous la forme de verrues plus ou moins 
grosses. L'anneau est blanc, membraneux et persistant. La chair blanche, d'une saveur agréable. 

Habitat. On trouve le plus ordinairement cette espèce en automne, à terre et sous les pins. 

Pailet. Champ, à bourse, in Mém. Soc. roy. méd. tom. II, p. 452, II, pi. XII, fig. 1-4. 

Amanila ampla. Kbombhz. Esb. Sc/ncaem. tab. 29, fig. 14-17. 

Agaricus (Amanita) excelsw. Fr. Syst. myc. 1, p. 17. — Epie. Syst. myc. p. 8. 
Propriétés. Ce champignon est généralement regardé comme vénéneux. 



AGARICUS SPISSUS. Fries. — PL CLX, fig. 1, 3. 

Obodgi: peki.ue. — Hypophyllum margaritiferum. Pailet. 
Chapeau charnu, d'abord ovale, puis plat ; sa surface est grisâtre uniformément et recouverte de petites verrues 
blanches. Lames blanches, nombreuses, rapprochées, d'inégale longueur, plus larges vers la marge du cha- 
peau, atténuées, aiguës à l'autre extrémité et adhérentes à la partie supérieure du pédicule. Celui-ci est bulbeux 
à la base, atténué en haut, plein, devient creux avec l'âge ; il est annulé et pourvu, dans le jeune âge seulement, 
d'une volve dont les débris couvrent le chapeau, il n'en reste pas un vestige sur le bulbe ; la portion du pédi- 
cule située au-dessus de l'anneau est glabre et blanche, celle qui est située au-dessous, est grisâtre ou violetée 
et un peu écailleuse ou floconneuse, l'anneau est blanc, peu consistant, descendant et persistant. Chair blanche, 
sans odeur ni saveur bien prononcées. 

Habitat. Croît en automne, dans les bois sablonneux. 

Paulet. Champ, à bourse, in Mèm. Soc. roy. méd. Par. tom. II, p. 45 4, III, tab. XIII, fig. 1 et 3. 

Agaricus ciner eus. Otto. Agar. p. 39, n° 44. 

Agaricus cinereus. Kbombhz. Esb. Schwaem. tab. 29, fig. 1-5. 
Propriétés. Paulet, d'après ses expériences, regarde ce champignon comme nuisible. 

AGARICUS PANTHERINUS. DeCandolle. — PI. CLX, fig. 2. 

Okosge feks.ke. — Hypophyllum margaritiferum. Paulet. 
Chapeau charnu, d'abord convexe, obtus, ensuite étalé, plat, un peu déprimé au centre, strie a la niai--.', vis- 
queux et de couleur bistre clair, recouvert de verrues ; ces verrues paraissent composées d"uue agglomérai ion 
de grains brillants. Lames blanches, éloignées les unes des autres, do grandeur inégale, larges, obtuses près 
de la marge du chapeau, aiguës à l'autre extrémité et adhérentes au sommet du pédicule. Celui-ci est cylin- 
drique, blanc, bulbeux à la base, rempli à l'intérieur d'une moelle floconneuse qui disparaît plus lard; il est 
muni d'un volve et d'une anneau. La partie supérieure de la volve se brise et abandonne ses fragments sur le 



8 8 ICONOGRAPHIE [)ES CHAMPIGNONS. 

chapeau, la partie moyenne se rompt au niveau du bulbe et paraît former un second anneau, le reste fait partie 
du bulbe. L'anneau est descendant, blanc, membraneux, fragile et souvent fugace. Chair blanche, sans goût 
et sans odeur. 

H-àiuivT. Croit en automne, parmi l'herbe, dans les bois. 

Paulet. Champ, à bourse, mMèm. Soc. roy. mèd. Par. tom. II, p. 455, IV, pi. XIV, fig. 2. 

Amanita pantherina. Krombhz. Esb. Schwaem. tab. 29, fig. 10-13. 

Agaricus pantherinus. Vitt. Fuikj. mang.]>. 304, tab. 39. 
Propriétés. Paulet regarde cette espèce comme dangereuse. 

AGARICUS RUBESCENS. Persoon. - PI. CLXI, fig. 1-4. 

Oboici: viiitiiSE. — Hypophyllum vinosum. Pallet. 
Chapeau charnu, d'abord convexe, puis étalé, quelquefois déprimé au centre; sa surface est d'une couleur 
rougeàtre, parsemée de verrues proéminentes, farineuses, grises. Lames nombreuses, d'inégale longueur , 
blanches, prenant une teinte rousse quand on la froisse, plus larges vers la marge du chapeau, adhérentes au 
sommet du pédicule. Celui-ci est atténué de la base au sommet, blanc, recouvert d'écaillés tomenteuses, annulé, 
plein et devenant listuleux, dans un âge avancé. Anneau membraneux, blanc ou rosé, descendant et persistant. 
La volve disparaît entièrement, et n'est plus représentée que par des verrues qui couvrent le chapeau. La 
;hair est d'une feinte rouge, molle, aqueuse, l'odeur et la saveur presque nulles. 



ci 



H mus ii . A terre, vers la fin de l'été et en automne, dans les bois. 

Pan. ici. Champ, a bourse, in Mém, Sue. >•<»/. mèd. Par. p. 453, III, tab. Xlii, tig. 1-i. 
igaricus pustulatus. Sch.eff. tab. 91. 
Agaricus rubescens. Vitt. Fung. mang. tab. 4i. 
Agaricus verrucasus. Bill. L'ist. Champ, pi. 316. 
Propriétés. On l'ail une très-grande consommation de ce champignon dans le département de la Meuse, où on le 
lé: igné sous le nom de Golmotte. I Voyez Cordier, Hist. Champ, alim. et vén. p. 1 10. 

AGARICUS STROBILIFORMIS. Vittadini. — PI. CLXII, fig. i. 

s/obosi&i; a p®5iM!E s»sc pas. — Hypophx 'Hum sli'obiliforme. Paulet. 
Chapeau charnu, puis étalé, plat ; sa surface est blanche, lisse, recouverte de larges squames anguleuses, grises ou 
brunes qui sont les débris de la volve. Lames très-rapprochées, blanches, d'inégale longueur, libres, larges 
srers ia marge du chape;-.!:, atténuées et obtuses à l'autre extrémité. Pédicule blanc, gros, bulbeux à la base où 
es! marqué d'un ou deux sillons circulaires, floconneux, plein, pourvu d'une volve et d'un anneau dans le 
jeune âge. La volve se déchire de bonne heure et reste sur le chapeau sous la forme d'écaillés. L'anneau est 
blanc, descendant et fugace. Chair blanche, assez compacte, sans odeur marquée et d'une saveur aigrelette. 

Habitat. A terre, eu automne, à Saint-Cloud ei à Saint-Germain en Lave. 

Fungus bulbosus pileo strobiliformi. Pallet. Champ, à bourse, in Mém. Soc. roy. mèd. Par. loin. 1!, p. 458, 

'ia, iab. ÎG, fig. 2. 
Agaricus Amanita) strobiliformis. Fr. Epie. Syst. myc. p. 5. 
Propriétés. Paulet regarde ce champignon comme innocent, et le professeur Vittadini le donne comme délicieux. 
i très-rare dans les environs de Paris. 



AGARICUS N1T1DUS. Fuies. — Pi. CLXII, fig. 2. 

ouosuk a cicciïiig »e BiiHisic — i h "popliy llum adamantinum. Pallet. 
Chap( au charnu, convexe, puis étalé, blanc, recouvert de grosses verrues anguleuses et brunes. Lames blanche*, 
très-rapprochées, d'inégale longueur, larges vers la marge du chapeau, atténuées à l'autre extrémité et ton- 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 89 

chant le pédicule. Celui-ci est bulbeux à sa base, aminci à sa partie supérieure, blanc, plein, pourvu dans le 
jeune âge d'une volve et d'un anneau. La volve est blanche, se brise de bonne heure, au point de pouvoir être 
contestée et ses débris restent sur le chapeau sous la forme de verrues anguleuses. L'anneau est blanc , d'une 
faible consistance, et disparait presque entièrement. Chair blanche, fine, délicate. Saveur un peu aigrelette. 

Habitat. On le trouve en automne, à terre, dans le parc de Saint-Cloud. 

Fungus colore candido tubercuhs flavofuscis elegantissime variegato. Vaill. Bot. Par. p. 7o. 

Pailet. Champ, à bourse, in Mém. Soc. rog. mèd. Par. tom. 11, p. 458, VII, tab. XVI, fig. 1. 
Agaricus (Amanita) nitidus. Fr. Epie. Syst. myc. p. 8. 
Propriétés. Eprouvé sur les animaux, à la dose d'un seul, ce champignon n'a produit aucun effet. 



AGARICUS PAl'LETI. Fries. — PI. CLXIII, fig. 1 , 2. 

Oboxge a foutes de râpe. — Hypophyllum Radula. Paulet. 
Chapeau charnu, d'abord convexe, puis étalé, de couleur noisette, recouvert de verrues pointues et d'une teinte- 
plus foncée. Lames blanches, très-serrées, d'inégale longueur, plus larges vers la marge du chapeau, atté- 
nuées à l'autre extrémité et adhérentes au sommet du pédicule. Celui-ci est blanc, court, annulé, bulbeux à la 
base, plein d'une substance moelleuse. Anneau membraneux, blanc, fugace, abandonnant ses débris à la marge 
du chapeau. 

Habitat. Croît à terre, dans les bois des environs de Paris. 

Fungus bulbosus pileo aculeis tenuibus exasperato. Pailet. Champ, à bourse, in Mém. Soc. rog. mèd. Par. 
vol. II, p. 459, IX, pi. XVI, fig. 3. 

Agaricus (Lepiota) Pauleti. Fr. Epie. Sgst. myc. p. 17. 
Propriétés. Ce champignon se décompose promptement et répand une odeur virulente, ce qui indique, suivant 

Paulet, qu'il serait imprudent d'en faire usage. 



AGARICUS ECHLXOCEPHALUS. Fries. —PI. CLXIII, fig. 3. 

Obox«e a poistes de trois-qïarts. — Hypophyllum tricuspidatum. Pailet. 
Chapeau charnu, convexe, puis plat, à bord souvent relevé ; sa surface est blanche et recouverte de verrues pyra- 
midales qui se détachent facilement. Lames très-serrées, de longueur inégale, larges vers la marge du chapeau, 
aiguës à l'autre extrémité et adhérentes au sommet du pédicule; elles sont d'abord blanches et jaunissent ou 
verdissent ensuite. Pédicule alongé, blanc, floconneux, annulé, plein, devenant creux dans un âge avancé ; sa 
base se termine en une pointe qui s'enfonce en terre et qui est revêtue de flocons qui simulent des écailles. L'an- 
neau est blanc, descendant, il ne persiste guère que sous la forme de débris. 

Habitat. A terre, en automne, à Saint-Maur, Maisons, près de Saint-Germain en Lave et dans le parc de Saint- 
Cloud, où nous l'avons observée plusieurs années de suite, tantôt solitaire, tantôt croissant par groupes com- 
posés de trois ou quatre individus. 

Pailet. Champ, à bourse, in Mém. Soc. rog. mèd. Paris, tome II, p. 4G0, X, pi. X'\ I, fig. 4. 
Agaricus echinocephalus. Vitt. Fungh. mang. p. 346. 
Amanita Flandiana. Plée. Fam. des PI. (Champ.) 

Propriétés. Ce champignon est vénéneux à un très-haut degré : il faut d'autant plus s'en méfier qu'il a la couleur 
et l'odeur du champignon ordinaire (Agaricus campestris, L). 

Obs. — La planche de M. Plée représente un individu solitaire qui a végété dans un terrain très-sec. Les flocons 
de la partie inférieure du pédicule sont trop fortement accusés, et la coloration brune appartient à de la 
terre qui y reste attachée. Quand les individus croissent en groupes, le prolongement radiciforme n'existe 
qu'à l'état rudimeutaire et dépourvu, le plus souvent, de mycélium nématoïde filamenteux. 

12 



90 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



FAVOLUS ARCULARIUS. Léveillé.— PI. CLXIV, fig. 1, 2. 

le Petit Polïpobh sec. — Polyporus umbilicatus. Paulet. 

Chapeau coriace, flexible, convexe, un peu déprimé au centre, blanc, jaunâtre ou roux, glabre ou fibrilleux, 
cilié à la marge. Face inférieure blanche, formée par une couche de tubes faisant corps avec le chapeau et 
recouvrant la partie supérieure du pédicule ; leur ouverture est grande, alongée, rhomboïdale ou à six côtés 
égaux. Pédicule droit, cylindrique, plein, très-ferme, glabre ou revêtu de quelques écailles et de la mémo cou- 
leur que le chapeau. 

Habitat. Au printemps et en automne, sur les rameaux tombés à terre. 

Polyporus exiguus, pileo hemisphœrico, etc. Mich. Nov. plant, gen. p. 130, tab. 70, fig. 5. 

Favolus alveolarius. Fh. Syst. myc. 1, p. 343. — Polyporus alveolarius. Epie. Syst. 7nyc. p. 431. — Poly- 
porus (Favolus) arcularius. Syst. myc. 1, p. 340. — Polyporus arcularius. Epie. Syst. myc. p. 430. — 
Polyporus arcularius. Nov. symb. myc. p. 33. — An Pol. alveolarius'.' /oc. cit. p. 33. 

Polyporus agariceus. Berk. Ann. andmag. of nat. Ilist. X, p. 371. 

Favolus ciliaris. Mntg. Ann. se. nat. 2 e série, vol. XX, p. 305. 

Favolus agariceus. Lév. Ann. se. nat. 3 e série, tome V, p. 1 44. 
Propriétés. Ce champignon n'est pas comestible en raison de sa consistance coriace. 
Ous. — Ayant eu l'occasion de voir en nature les échantillons qui ont été recueillis par Rose dans la Caroline et 

qu'il a décrits [Berl. naturf. mag. 1811, p. 84, tab. 4, fig. 1), nous pouvons garantir que les synonymes 

que nous venons de citer appartiennent tous au même champignon. 

POLYPORUS LEUCOMELAS. Fries. — PI. CLXIV, tig. 3, 4. 

Le Poltpori: igiiiiiKi^Miii ni B»oncEi,ET uni ■%. — Polyporus carbonarius. Paclet. 
Chapeau très-charnu, d'abord convexe, puis dilaté, aplati, noir, glabre ou un peu soyeux. Face inférieure blan- 
che, formée par une couche de tubes très-courts, faisant corps avec le chapeau et adhérents à la partie supérieure 
du pédicule, qui est gros, court, renflé à la base, atténué en haut, glabre, plein et de la même couleur que le 
chapeau. Chair blanche, fragile. Odeur et saveur assez agréables. 

Habitat. En automne, à terre, en Italie, en Suède et dans la forêt Noire. 

Polyporus esculentus parvus, etc. Mich. Nov. plant, gen. p. 131, tab. 70, fig. 2. 

Boletus leucomelas. Pers. Syn. fung. p. 515. 
Propriétés. Mieheli le signale connue une espèce comestible en Italie. 

POLYPORFS PERENNIS. Fries. — PI. CLXIV, fig. 5, <i. 

Poltpobe zone. — Polyporus fasciatus. Paulet. 
Chapeau presque membraneux, très-coriace, flexible, déprimé au centre, plat, infundibuliforme dans un âge 
avancé ; sa marge est mince, le plus souvent stérile et lisse en dessous. La surface est jaunâtre d'abord, puis 
rousse, veloutée et marquée de zones concentriques. La face inférieure également rousse, couverte d'une couche 
de tubes très-courts qui font corps avec le chapeau ; leur ouverture est anguleuse et les cloisons très-miuces, 
finement denticulées ; ils recouvrent la partie supérieure du pédicule et paraissent décurrents quand le chapeau 
est infundibuliforme. Pédicule droit, plein, fibreux, très-résistant, velouté, de la même couleur que le chapeau, 
un peu rentlé à sa base. 

Haiutat. A terre, au printemps et en automne, dans les endroits sablonneux. 
Boletus perennis. L. Flor. suée. 1243. 
Boletus perennis. Sowerb. Engl. fung. tab. 192. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 91 

Propriétés. Ce champignon n'est pas comestible. Sa consistance n'invite pas à le manger. 
Oits. — Paulet n'en a pas donné la description dans son Histoire des Champignons. 



POLYPORUS TUBERASTER. Fries. — PI. CLXV, 6g. 1, 2. et CLXVI, fîg. 1, 2. 

pierre a cii:%)ifigxo!i d'Italu» — Polypocus tuberaster. Paulet. 

Chapeau charnu, consistant, d'abord convexe, puis infundibuliforme, glabre dans sa jeunesse, devenant écailleux 
en vieillissant, d'un jaune roux plus ou moins foncé. Face inférieure blanche, recouverte d'une couche de 
tubes faisant corps avec le chapeau et décurrents sur la partie supérieure du pédicule; ces tubes sont très- 
courts, d'abord peu marqués et enfin ouverts et anguleux. Pédicule plein, ferme, consistant, glabre, blanc, sou- 
vent courbé, de forme très-variable, cylindrique, atténué en bas ou à sa partie supérieure. Chair blanche, 
ferme, d'une odeur et d'une saveur agréables. 

Habitat. A terre, en Italie, sur une masse de terre plus ou moins volumineuse à laquelle on donne le nom de 

pierre, mais qui n'est véritablement composée que de terre, de petites pierres et de débris de végétaux réunis 

par un mycélium blanc, byssoïde, très- abondant. 

Boletus esculentus. Mich. Nov. pi. gen. p. 131, tab. 71, fig. 1. 

Boletus tuberaster. Pers. Syn. fung. p. 514. Myc. europ, 2, p. 40. 
Propriétés. C'est un excellent champignon que l'on cultive pour l'avoir au besoin. On lui a attribué quelques 

propriétés médicales, notamment celle de guérir la phthisie pulmonaire. Aucune observation bien constatée 

ne le prouve jusqu'à ce jour. 

BOLETUS LUTEUS. Linné. -PI. CLXVI bis, fig. 1-3. 

cèpe fiseaii colleté. — Tubipoi'us aimulatus. Paulet. 

Chapeau charnu, convexe, jaunâtre ou d'un brun roux et visqueux. Tubes jaunes, moins longs vers la marge du 
chapeau qu'auprès du pédicule, au sommet duquel ils sont adhérents ; dans un âge avancé ils paraissent décur- 
rents ; leur ouverture est également jaune et anguleuse, ce n'est que plus tard qu'ils prennent une teinte ver- 
dàtre. Pédicule plein, cylindrique et annulé; au-dessus de l'anneau, il est d'un jaune tendre ou blanc, parsemé 
de petites granulations. Anneau ascendant, membraneux, devenant plus tard visqueux et formant autour du 
pédicule un cercle irrégulier noir. La chair est blanche, saus saveur ni odeur. 

Habitat. Croît abondamment, en automne, sous les pins, à Fontainebleau. 

Boletus annulai us. Bill. Hist. Champ, pi. 332. 
Propriétés. Contrairement à l'opinion de Paulet, qui considère cette espèce comme nuisible, Lenz dit qu'on la 

mange par millions à Prague et qu'il en a souvent fait usage lui-même. 



BOLETUS EDULIS. Bdlliard. — PL CLXV1I, fig. 1-3. 

cèpe i'raxc. I'ètk Rorssv. — Tubipoi'us edulis. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, glabre, d'un roux pâle ou fauve, doux et humide au toucher. Tubes non adhérents au 
pédicule, plus courts vers la marge du chapeau, d'abord blancs, puis d'une teinte jaune ferrugineuse. Pédicule 
gros, cylindrique, ordinairement très-renflé à la base, glabre, d'une couleur pâle, et réticulé au sommet. La 
chair est blanche, ne change pas de couleur, et se laisse facilement déprimer avec le doigt. Sou odeur et sa saveur 
sont très-agréables. 

Habitat. Croît en été et en automne, dans les bois. 

Suillus esculentus. Mien. Nov. pi. gen. tab. 68, iig. 1- 
Bolvtus bulbosus. Scileff. tab. 134 et 133. 
Boletus edulis. Pers. Syn. fung. p. 510. 



92 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

Propriétés. Ce champignon, que l'on connaît dans le département de la Meurthe sous le nom de Polonais, est 
extrêmement recherché dans les parties méridionales de la France. On en t'ait une grande consommation. 

Ous. — Coupé par morceaux et séché, il se conserve très-bien et devient alors un objet de commerce plus impor- 
tant qu'on ne le croit. Dans cet état on Tacheté de confiance et on le mange sans crainte. Plusieurs lois nous 
avons été consulté à Paris, pour des accidents survenus chez des personnes qui avaient mangé de ces cham- 
pignons ainsi conservés. Ces accidents nous font supposer que ceux qui les récoltent et les préparent, pour- 
raient hien, sans mauvaise intention, mais pour grossir leur récolte, y introduire des espèces qui ressemblent 
au véritable cèpe et qui n'en sont pas. 



BOLETUS EDULIS. Bulliard. — PI. CLXV11I, fig. 1-4. 

cèpe tbhc a tète koire. — Tuliiporus ustulatus. Pavlet. 
Cette variété diffère de la précédente par la couleur du chapeau qui a une teinte fuligineuse presque noire, et 
par ses pores qui sont d'un jaune tendre. Elle est beaucoup plus rare. Sa couleur la rend quelquefois 
suspecte ; c'est à tort, car elle est également bonne. 



BOLETUS EDULIS. Bulliard. — PI. CLXVIII bis, fig. 1, 2. 

CÈPE DE FOSTIHEBLEiC ET DE BOBDKlfX. — TldjipOrUS CSCuleiltUS. P.U'LET. 

Cette variété est plus fréquente que la précédente, son chapeau est roux et ses tubes ont de la tendance à passer 
au vert. Les individus qui ont acquis tout leur développement, surtout quand la saison est humide, sont bien 
moins délicats que ceux qui sont en pleine végétation. 

Ons. — Paulet, dans son texte, n'a pas fait mention de cette variété, qui est aussi bonne que le Cèpe franc et qui 
se conserve aussi hien. 



BOLETUS VEBSIPELLIS. Friks? — PI. CLX1X, fig. 1, 2. 

Cèpe de juillet oc mocssecx. des i,in.tci:s. — Tuhipoi'us Julïi nieiisis. P.ULET. 
Chapeau charnu, convexe, finement velouté dans le jeune âge, granuleux, écailleux à une époque plus avancée, 
sec, d'un roux pale. Tubes courts vers la marge du chapeau et vers le pédicule, libres, d'abord blancs, puis ver- 
dâtres quand le champignon devient vieux. Pédicule plein, atténué en haut, d'une couleur blanchâtre et recou- 
vert de petites écailles noires. Chair blanche, molle, ne changeant pas au contact de l'air. L'odeur et la saveur 
sont peu prononcées, mais assez agréables. 

Habitat. A terre, en été et en automne, dans les bois. 

Boletus magnus Julii moisis. Dell, l'ut. Giesf. p. 188 ? 

Boîetus ru fus. Sch^eff. tab. 103 ? 

Boletus scaber. var. rufus. Pers. Mijc. europ. p. 147. (Excl. syn. Bulliard.) 
Propriétés. Ce champignon est bon à manger, mais aucune qualité ne le recommande. 



BOLETUS TESTACEUS. Persoon. — PI. CLXIX, fig. 3-4. 

Vk cèpe ihiix, — Tubiporus rubescens. Paulet. 

Chapeau charnu, épais, convexe, glabre, humide au toucher. Tubes libres, jaunes, puis verdâtres dans un âge 
avancé. Pédicule gros, plein, nu, glabre, atténué à sa partie supérieure, le plus souvent obtus à sa base, de 
la même couleur que le chapeau. Chair blanche, ne changeant pas à l'air, un peu colorée en rose près de 
la surface du chapeau et en jaune près des tubes. Son odeur, quoique désagréable, n'éloigne pas les insectes. 

' >n ne le mange pas. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 93 

Habitat. On le trouve à terre, en été et en automne, dans le bois de Vincennes. 

Boletus cyanescens, car. B. fulvidus. Fr. Syst. myc. I, p. 128. — Boletus fulvidus. Epie. Syst. myc. 

p. 426. 
Boletus castaneus. Krombiiz. Esb. Schwaem. tab. 4, fig. 28-30 (teste Cel. Friesio). 
Propriétés. Ce champignon n'est pas comestible en raison de son odeur. 



BOLETUS iËSTIVÂUS. Fries. — PI. CLXX. 

cèpe mu u ou «RiRD Mousseux d'été. — Tubiporus aestivalis. Pailet. 
Chapeau charnu, d'abord convexe, soyeux, doux au toucher, ensuite aplati ou à bord relevé, granuleux, d'un 
jaune roux tendre. Face inférieure d'un blanc gris, garnie d'une couche de tubes que l'on peut séparer du 
chapeau et formant une dépression profonde à l'extrémité supérieure du pédicule auquel ils adhèrent. Pédi- 
cule gros, ferme, droit, glabre, plein, renflé à sa base, atténué à la partie supérieure, de la même couleur que 
le chapeau. Chair blanche, assez ferme. Odeur et saveur agréables. 

Habitat. A terre, en mai, juin et juillet, au bois de Boulogne. 
Propriétés. C'est un des meilleurs champignons que l'on puisse manger. 

POLYPOBUS .ESTIVALIS. Fries. Var. —PI. CLXXI, fig. 1. 

Le petit Mousseux d'été. — Tubiporus spumosus. Pailet. 

Habitat. A terre, en juillet, dans les environs de Pantin. 
Propriétés. Odeur et saveur agréables. 

Obs. — Paulet (Hist. Champ, vol. II, p. 372) dit qu'il ne diffère du précédent que par sa tige, qui est moins ren- 
flée à la base. ( Voyez pi. CLXX.) 



BOLETUS OBSOMUM. Fries. — PI. CLXXI, fig. 2, 3. 

L'Obsox oc Cèpe obsox. — Tubiporus Obsonium. Pailet. 
Chapeau charnu, convexe, étalé, doux au toucher, légèrement soyeux, de couleur cannelle pâle ; marge mince. 
Tubes jaunes, puis bruns, très-courts vers la marge et le pédicule dont ils touchent le sommet ; leur ouverture 
est ronde, obtuse et de la même couleur. Pédicule fort, plein, ferme, glabre, d'un jaune pâle, cylindrique, le 
plus souvent un peu fusiforme à sa base. 

Habitat. A terre, dans les bois, en automne. 

Boletus leoninus. Pers. Myc Europ. 2, p. 143. 

Boletus leoninus. Krombhz. Esb. Sckwaem. tab. 76, fig. 12-14. 
Propriétés. Ce champignon, comme son nom l'indique, passe pour un des meilleurs. 



BOLETUS SUBTOMEXTOSl S. Linné. - PL CLXXII, fig. 1-6. 

Fi"-. 1. i>œ hibbbé eeeieee mobte. — • Tubiporus marmoratus {major). Pailet. 

Fig. 2. liE Uabbbï bistré. — Tubiporus marmoratus fuliginosus. Paulet. 

Fig. 3. 1-e marbré olivâtre. — Tubiporus marmoratus (minor). Pallet. 

Fig. 4, 5,6. l.e Marhré de plusieurs couleurs. — Tubiporus marmoratus multicolor. Pallet. 

Chapeau charnu, convexe, recouvert d'une pellicule qui lui donne l'apparence d'une peau de chamois, la surface 



9S ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

est lisse douce au loucher, le plus souvent jaune, quelquefois un peu bistrée, gercée dans les temps secs, de 
manière qu'elle semble divisée par compartiments ; la marge du chapeau est le plus souvent obtuse, arrondie. 
Tubes jaunes, prenant plus tard une teinte verte, plus courts vers le pédicule, autour duquel ils forment une 
dépression circulaire, et sur la partie supérieure duquel ils se terminent par de courts prolongements linéaires 
souvent anastomosés. Pédicule ferme, plein, glabre, lisse ou marqué de quelques stries linéaires et le plus sou- 
vent atténué à sa base. Toute la chair a une couleur légèrement jaune, elle est d'une consistance assez molle. 
Son odeur est presque nulle. Sa saveur rappelle celle du champignon, mais sans aucun agrément. 

Habitat. Croît à terre, très-abondamment dans les bois, sur les bords des chemins, en été et en automne. 11 est 
souvent envahi par un byssoïde, qui lui donne une belle couleur jaune. (Sepedonium mycophilum, Link.) 

Propriétés. On peut manger ce champignon sans aucun inconvénient. Par la cuisson , sa chair devient 
muqueuse, désagréable au goût. Nous ne conseillons à personne de le manger, quoiqu'on dise qu'il n'est 
pas dangereux. 

BOLETUS SUBTOMENTGSUS. Linné. — PI. CLXXIII. fig. 1-4. 

Fig. 1, 2. Le Moucheté iiïtimiti. — Tubiporus guttatus [major). Pailet. 
Fig. 3, 4. Le pitit HnctiiïTÉ. — Tubiporus guttatus (minbr). Pailet. 

Ces deux espèces représentent deux formes du Boletus subtomentosus, chez lesquels les pores ont passé du 
jaune au vert. 

Voyez pi. CLXX11. 

BOLETUS RADIC ANS. Persoon. — PI. CLXXIV, fig. 1-3. 

cèpe écAiixé, eoxciee ticie. — Tubiporus longipes. Paulet. 

Chapeau charnu, convexe, à bord replié en dessous ; sa surface est douce au toucher, légèrement veloutée et de 
la couleur de pain d'épice. La face inférieure est jaune-citron et formée d'une couche de pores qui s'insèrent à 
la partie supérieure du pédicule et que Ton peut isoler du chapeau. Pédicule droit ou tortueux, glabre, plein, 
ferme, fibreux, jaune et un peu rouge. Chair jaune, prenant d'abord une teinte verte, puis bleuâtre. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Boletus radicans. Krombhz. Esb. Schwœm. tab. 48, fig. 1-6. 

Boletus radicans. Fis. Epie. Syst. nuje. p. 415. 
Propriétés. Saveur et odeur désagréables. Paulet le regarde comme de mauvaise qualité. 



BOLETUS PSITTACINUS. Léveiu.é. — PI. CLXXIV, fig. 4-6. 

le cèpe piiiHtM.n i r. — Tubiporus psittacinus. Paulet. 

Chapeau charnu, d'abord convexe, puis à surface plate, lisse, glabre, d'un roux jaune et sujette à se gercer. Tubes 
verts, adhérents à l'extrémité du pédicule à l'aide de courtes lamelles. Pédicule droit, cylindrique, glabre, 
plein, de la même couleur que le chapeau. Chair blanche, prenant une teinte verte, aussitôt qu'on la divise. 

Habitat. A terre, dans les bois. 

Propriétés. Paulet regarde cette espèce comme suspecte en raison des changements de couleur qu'elle éprouve 
quand ou la divise. 

BOLETUS AUTUMNALIS. Léveii lé. — PI. CLXXV, fig. 1, 2. 

Le cèpe connus oi Potibos bous. — Tubiporus autumnalis. Pailet. 

Chapeau charnu, épais, assez ferme, convexe, glabre, doux au toucher et de couleur rouge briqueté. Tubes fins, 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 95 

très-serrés, égaux ; leur ouverture est d'un gris blanchâtre tirant sur le vert. Le pédicule très-gros, glabre et 
lisse, présente la même couleur. La chair est blanche, ferme, et ne change pas de couleur. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Propriétés. Paulet, à qui nous empruntons la description de ce champignon, car nous ne nous rappelons pas 
l'avoir jamais rencontré, dit qu'il est assez commun, facile à confondre avec d'autres espèces et qu'il a causé 
plusieurs empoisonnements. L'absence d'un réseau à la partie supérieure du pédicule, ne permet pas de le 
prendre pour le véritable Cèpe [Boletus edulis, Bill.). 



BOLETUS LUBIDUS. Schiffer. — PL CLXXVI, fig. 1,2. 

i/Oigivon de loup. — TubiporusCepa. Paulet. 
Chapeau charnu, ferme, convexe, sec, légèrement tomenteux, d'une couleur d'abord grisâtre, puis olivâtre. 
Face inférieure d'un rouge vif, formée d'une couche de tubes jaunes, très-serrés, courts vers la maire du cha- 
peau et vers le pédicule, autour duquel ils forment une dépression circulaire. Pédicule plein, ferme, droit, 
fibreux, glabre, bulbeux à sa base, atténué, réticulé à l'extrémité supérieure et de couleur rouge teintée de 
jaune. Chair blanche, ferme, bleuissant promptement au contact de l'air. 

Habitat. Croît à terre, en automne, dans les bois. 

Boletus rubeolarius. Bull Hist. Champ, tab. 100. 

Boletus luridus. Krombiiz. tab. 38, fig. 11-17. 
Propriétés. Ce champignon est vénéneux, et malgré la richesse de ses couleurs, il n'engage pas à le manger. 



BOLETUS ALBUS. Puusoon. — PI. CLXXVII, fig. 1 . 

Lu cèpe ni.Aitc. — Tubiporus albus. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, glabre, lisse et blanc. Tubes distincts, d'un blanc terne, aqueux, très-courts vers la 
marge du chapeau et vers le pédicule à la partie supérieure duquel ils adhèrent légèrement ; leur ouverture est 
parfaitement ronde et d'un blanc d'argent. Dans le premier âge, toute la face inférieure est recouverte par une 
membrane extrêmement fine qui disparait quand les pores commencent à s'ouvrir. 

Habitat. A terre, en été, dans les bois de Ville-d'Avray. 

Porcino, e Cepatello buono, biancho. Mich. Gen. pi. p. 127. 
Boletus albus. Pers. Champ, corn. p. 233. 

Propriétés. La chair de ce champignon est blanche et ne change pas de couleur, elle est sans odeur ni saveur sen- 
sible. Les animaux auxquels Paulet l'a présentée, l'ont mangée avec appétit et n'en ont pas été incommodés. 



BOLETUS LUBIDUS. Persoon. — PI. CLXXVII, fig. 2, 3. 

Le Cèpe mvide. — Tubiporus livido-rubricosus. Paulet. 

Obs. — Ce champignon n'est qu'une forme du Boletus luridus, Scu^eff., dans un âge plus avancé. 
Voy. pi. CLXXVI, fig. 1, 2. 



BOLETUS SCABER. Bulliaro. —Pi. CLXXV11I, fig. 1, 2. 

Le cèpe hhiu. — Tubiporus fusipes. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, glabre, doux, humide au toucher et de couleur fuligineuse. Tubes longs, blancs, ver- 
dissant un peu quand on les froisse, plus courts vers la marge du chapeau. Ils adhèrent au pédicule par leur 



96 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

moitié supérieure et s'en éloignent à un âge avancé. Leur ouverture est également blanche et anguleuse. Pédi- 
cule alongé, plein, ferme, atténué de bas en haut, de couleur blanchâtre ou bistrée et parsemé d'un grand 
nombre de petites écailles granuleuses noires. La chair est blanche ; quand on la divise, elle prend quelquefois 
une légère teinte bleue. 

Habitat. Croît abondamment en été et en automne, dans les bois. 

Propriétés. On mange ce champignon, mais il n'est pas recherché en raison de son insipidité et du peu de consis- 
tance de sa substance quand il est cuit. 



BOLETUS CASTANEUS. Bulliard. — PI. CLXXVIII, fig. 3. 

le cèpe «ni iv. — Tubiporus fistulosus. Paulet. 

Chapeau charnu, d'abord convexe, puis à bord relevé. Sa surface est sèche, lisse, veloutée, douce au toucher 
et de couleur marron plus ou moins foncée. Tubes blancs, distincts, très-courts vers la marge du chapeau et 
vers le pédicule, avec lequel ils n'ont pas d'adhérence ; leur ouverture est blanche et arrondie. Pédicule le plus 
souvent atténué de bas en haut, lisse, velouté, de la même couleur que le[chapeau (blanc, Paulet), il représente 
un cylindre dont la texture est homogène, cassante dans tous les sens et remplie d'une moelle blanche et sans 
consistance. La chair est blanche, elle prend quelquefois une légère teinte bleue. 

Habitat. On le trouve assez abondamment à Vincennes, en automne. 

Propriétés. L'odeur et la saveur de ce champignon sont très-agréables. C'est un des meilleurs que l'on puisse 
manger, même sans lui faire subir aucune préparation. 



BOLETUS PACHYPUS. Fries. — PI. CLXXIX. 

Le Cèpe cordon h«k.i. dit boise de tache. — Tubiporus extensus. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe; sa surface est sèche, presque tomenteuse et de couleur pâle, jaunâtre ou feuille morte. 
Face inférieure jaune, formée par une couche de pores séparablesdu chapeau, jaunes et adhérents à l'extrémité 
. du pédicule. Celui-ci est gros, court, renflé à sa base, atténué à sa partie supérieure, plein, de couleur rouge et 
jaune. Chair blanche, molle, bleuissant au contact de l'air. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Suillus esculentus crassus, etc., n° 21. Mien. Nov. pi. gcn. p. 129, tab. 69, fig. 2. 
Propriétés. On peut regarder ce champignon comme suspect, en raison du changement de couleur que sa chair 

éprouve quand on la brise. 



BOLETUS LUBIDUS. Schiffer. — CLXXX, fig. 1, 2. 

l'nin moyen, dit «iTi:.\i de i,«ii>. — Tubiporus rufo-rubricosus. Paulet. 
Voyez pi. CLXXVI, fig. 1, 2. 



BOLETUS GBAiNULATUS. Linné. — PI. CLXXXI, fig. 1, 2. 

LiE PlNKAIl J1IH4TBE. dit PAIN DE LOUP. P.\ULET. 

Chapeau charnu, convexe, glabre, d'abord jaunâtre, puis brun et recouvert d'une couche visqueuse très-tenace 
qui ne disparait qu'après une longue sécheresse. Tubes très-courts à la marge du chapeau et vers le pédicule 
au sommet duquel ils sont adhérents. Dans un âge un peu avancé, le chapeau se relève , ils paraissent alors 
un peu décurrents. Ils sont jaunes et prennent seulement une teinte ferrugineuse en vieillissant; leur ouverture 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 97 

est anguleuse, jaune et parait sécréter un suc laiteux qui se présente sous la forme de gouttelettes. Le pédicule 
est jaune pâle, plein, cylindrique, souvent atténué à sa base ; la partie supérieure est parsemée de petites gra- 
nulations (jue l'on chercherait en vain quand les individus sont vieux. La chair du chapeau est blanche, sans 
odeur et sans saveur bien marquées. 

Habitat. Croît abondamment, après les pluies, dans les forêts de pins, vers la fin de l'été et en automne. 

Fungus porosus. Vaux. Bot. Par. p. 50, n° 7. 

Boletus circinans. Pers. Sijn. fung. p. 503. 

Boletus granulatus. Fr. Syst. mye. I, p. 387. 
Propriété*. Une observation de JeanBauhin prouve qu'il faut bien se garder de faire usage de ce champignon. 



BOLETUS SANGUINEUS. Withering. — PI. CLXXXI, fig. 3, 4. 

l.e Piseac tète BotGt< — Tubiporus erythrocephalus. Paulet,. 
Chapeau charnu, convexe, puis plat, glabre, un peu visqueux, d'un rouge sanguin. Tubes jaunes, adhérents au 
pédicule ; leur ouverture est anguleuse, irrégulière et de la même couleur. Pédicule cylindrique, glabre, plein, 
de couleur jaune orangé. La chair et les tubes deviennent liions au contact de l'air. 

Habitat. A terre, en automne, dans la forêt de Saint-Germain en Lave. 

Boletus subtomentosus. Var. B. Fr. Syst. nnjc. I, p. 390. — Boletus sanguineus. Epie. Syst. mue. 
p. 412. 

Boletus sanguineus. Sow. Engl. fung. lab. 223. 
Propriétés. Paulet, d'après un fait qui n'est pas bien circonstancié, croit que ce champignon est vénéneux. On le 

distingue du Boletus subtomentosus, auquel ii ressemble pour la forme, à son chapeau qui est parfaitement 

glabre et un peu visqueux. 



BOLETUS GBANULATUS. Linné. — PI. CLXXXH, fig. 1, 2. 

iiE piseai jaisi:. — Tubiporus flavo-sulphureus. Paulet. 
Cette espèce ne nous parait qu'une forme du Boletus granulatus de Linné. Les caractères et la figure qu'en 
donne Paulet ne sont pas suffisants pour que l'on puisse établir une discussion à cet égard. Fig. 1, 2. Voi/ez 
pi. CLXXXI. 

BOLETUS CHALCEDOXICUS. Léveillé. — Pi. CLXXXII, fig. 3,4. 

Le Petit cèpe agate or h Cokxalixe. — Tubiporus eastaneus. Paulet. 
Chapeau charnu, convexe, glabre, sec, de couleur marron, interrompue quelquefois par des veines noires. Tubes 
adhérents à l'extrémité du pédicule ; leur ouverture est couleur gris de lin ou lilas tendre. Pédicule cylindrique, 
fibreux, plein, glabre et de la même couleur que le chapeau. Chair blanche, ferme, cassante, ne changeant pas 
à l'air. Saveur agréable. 

Habitat. A terre, en automne, dans la forêt de Bondy. 

Propriétés. Paulet ne lui suppose pas de qualités malfaisantes, il dit même qu'on le mange en Allemagne. 

Obs. — Cette description est incomplète ; nous pensons cependant que les caractères indiqués sont suffisants 

pour faire reconnaître cette espèce, sans qu'il soit besoin de l'ajouter comme variété à une autre espèce, ce 

qui est toujours facile quand on n'a pas les échantillons vivants sous les yeux. 



98 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

BOLETUS ILEMATOPUS. Léveillé. — PI. CLXXXII, fig. 5. 

Le Pied bouge oc i,k Pineau a trois cocleubs. — Pailet. 

Chapeau charnu, convexe, lisse, blanc sale ou gris tirant un peu sur le roux. Les tubes sont jaunes et deviennent 
bleus quand on les froisse. Pédicule cylindrique, plein, terme, fibreux et rouge ; la partie inférieure est colorée 
plus vivement. La chair est blanche et passe promptement au bleu quand on la coupe. 

Habitat. Ce champignon a été trouvé en automne, dans la forêt de Sénard. 
Propriétés. Elles ne sont pas connues. 

BOLETUS PABVULUS. Léveillé. —PI. CLXXXII, fig. 6, 7. 

le cépieeow. — Tubiporus parviilus. Paulet. 

Chapeau charnu, convexe, glabre, de couleur jaune. Tubes de la même couleur, mais plus vive, se détachant du 
chapeau, plus courts vers la marge du chapeau et vers le pédicule, adhérents ou très-rapprochés du sommet de 
ce dernier. Pédicule cylindrique, plein, glabre, jaune de soufre. Chair molle et jaune. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Propriétés. Paulet regarde cette espèce comme très-suspecte. 

BOLETUS SUBTOMENTOSUS. Linné. — PI. CLXXXIII, fig. 1-5. 

Fig. 1, 2. cèpe ttoiFBK. — Tubiporus sulphuratus. Pailet. 

Boletus chrysenteron, Bllliaud. Hist. Champ, lab. 490, fig. II. 
Fig. H. cèpe a bris. — Tubiporus brachiatus. Pailet. 
Fig. 4 5. cèpe en ciieviei.b veeoijtk. — Tubiporus subtomentosus. Paulet. 

Obs. Le Cèpe à bras n'est même pas une variété, car on rencontre souvent plusieurs individus du Boletus sub- 
tomentosus qui croissent ensemble, et la division du pédicule en deux parties qui supportent chacune un cha- 
peau, ne peut être considérée que comme un accident de végétation. ( Voyez pi. CLXX1I.) 

BOLETUS PELLITUS. Léveillé. — PI. CLXXXIII bis, fig. 1, 2. 

Le Cèpe peaussier ou a \ ■ :kbues. — Tubiporus pellitus. Pailet. 

Chapeau charnu, d'abord convexe, puis plat, de couleur roux pâle ; surface sèche : de veloutée qu'elle est dans 
le premier âge, elle se couvre ensuite de petites verrues que l'on peut détacher avec le doigt et finit par se gercer. 
Face intérieure de couleur gris de lin, couverte d'une couche de tubes qui se laissent facilement détacher de 
la substance du chapeau ; ils forment une dépression circulaire autour du pédicule et s'insèrent à son extré- 
mité supérieure. Pédicule gros, court, plein, fibreux, atténué de haut en bas, velouté et de la même couleur 
que le chapeau. 

Habitat. A terre, en automne, au bois de Boulogne. 

Propriétés. Paulet dit que c'est un champignon excellent à manger. 

EXID-IÂ AUBICULÀ JUDJL Fries. — PI. CLXXXIV, fig. 1, 2. 

OBiniii de Judas. — Peziza Auricula. Pailet. 
Héceptacle sessile, membraneux, gélatineux et coriace en même temps, convexe, ondulé, irrégulier. Bord arrondi, 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 99 

fléueux, entier, quelquefois fendu, velouté, brun ou verdâtre et veiné à sa face externe ; la face supérieure 
est rousse ou bistrée, veinée et glabre. Le parenchyme est formé par une substance gélatineuse très-tenace. 

Habitat. Au printemps, sur le tronc de quelques arbres et particulièrement sur ceux du sureau. 
Tremella Auricula. L. Syst. veget. éd. 15, p. 1018. 
Peziza Auricula Judœ. Bill. Hist. Champ, p. 241, tab. 427, fig. 11. 
Tremella Auricula Judœ. Pers. Syn. fung. p. 624. 

Propriétés. On faisait autrefois usage de ce champignon pour remédier aux angines, aux hydropisies, aujour- 
d'hui il ne figure même plus dans les traités de matière médicale. 

POLYPORUS VARIES. Fries. Var. CONVOLUTUS. Persoox. — PI. CLXXXIV, fig. 3. 

La Coxqite habixe. — Peziza conchata. Paulet. 
Chapeau dur, coriace, de forme très-variée, le plus souvent dimidié, alongé et se terminant en un pédicule 
presque ligneux, glabre et plein ; sa surface est glabre, lisse, elle passe du gris sale au roux et enfin au brun. 
La couche de tubes présente à peu près la même épaisseur que le chapeau ; les pores sont très-petits , visibles 
avec une loupe seulement dans le commencement, d'abord blancs et ensuite d'une couleur rousse. 11 leur 
arrive souvent d'être mangés par les limaces. 

Habitat. En été et en automne, sur le tronc des vieux saules. 

Propriétés. Ce champignon n'a aucune propriété. On conçoit difficilement comment Paulet a pu le faire man- 
ger à des animaux. 
Obs. — L'interprétation que nous donnons de cette figure peut être vivement contestée. Elle est fondée sur 

l'inconstance de la forme du champignon, sur sa consistance et son habitation. La figure I, tab. 27 de Ster- 

beeck, que Paulet cite comme synonyme, parait être la même espèce. 

COLLEMA SATURNINUM. De Candolle. — PI. CLXXXIV, fig. 4. 

la co*Qt f oreille frisée. — Tremella lichenoïdes. Paulet. 
Thalle étalé, coriace, trémelloïde, lobé, lisse, glabre, d'un vert noir : les lobes sont entiers, bien découpes, ondu- 
lés, arrondis à la marge. La fructification consiste en apothèces éparses sur la face supérieure, elles ont la forme 
d'une petite cupule rouge ou rousse, sessile et dont la marge est saillante et obtuse. Le dessous du thalle est gri- 
sâtre et un peu tomenteux. 

Habitat. Sur le tronc des arbres, rarement sur les rochers. 

Parmelia satumina. Ach. Meth. lich. p. 221. — Collema (Mallotium) saturninum. Syn. meth. lich. 
p. 320. 

Propriétés. Cette plante , mêlée à de la pâtée, n'a produit aucun effet sur un chien. 

Obs. — Le Collema saturninum n'est pas un champignon, mais bien un lichen. La couleur grise de la face infé- 
rieure du thalle est le seul caractère indiqué par Paulet, qui nous ait mis sur la trace de l'espèce dont il a 
voulu parler. 

PEZIZA OCHROLEUCA. Scileffer. — PI. CLXXXIV, fig. 5. 

La Petite oseille de cochox. — Peziza leporina. Paulet. 
Réceptacle sessile, membraneux, friable, en forme de cupule, fendu sur un des côtés, contourné sur lui-même, 
farineux et d'un brun pâle en dehors ; blanc ou jaunâtre, glabre et lisse en dedans. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois, tantôt isolée, tantôt en groupes. 

Peziza cochleata. A. umbrina. B. disco expallente. Fr. Syst. myc. 2, p. 50. 
Propriétés. Odeur nulle. Saveur aqueuse. Cette Pezize donne un aliment insipide. 
Obs. — Nous pensons, comme le professeur Fries, que cette espèce n'est qu'une variété de la suivante. 



100 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



PEZIZÀ UMBRINA. Persoon. — PI. CLXXXIV, fig. 6. 

i/Orkille ishmi or inoiiiiiiBii. — Peziza cochleata. Paulet. 
Réceptacle membraneux, fragile, de consistance de cire, en forme de cupule fendue sur un des côtés et contournée 
sur elle-même ; il est farineux, brun en dehors, lisse et de la même couleur en dedans. 

Habitat. On la trouve à terre, par groupes composés de cinq ou six individus et même davantage, dans les bois, 
après les pluies d'automne. 

Peziza cochleata. Bill. Hist. Champ, p. 268, pi. loi, fig. A, E. 
Peziza A., cochleata. Fr. Srjst. unie. 2, p. 50. 

Propriétés. Ce champignon, qui n'a pas d'odeur et dont la saveur est aqueuse, peut être mangé sans incon- 
vénient. 

PEZIZA?... PI. CLXXXV, fig. 1, 2. 

1>A CàHAKBK OlilII.I.E DE C'Of II»*. FuilgOldeS llYOF tis. P\ULET. 

Plante membraneuse et creuse, d'environ deux lignes d épaisseur sur deux ou trois pouces d'étendue, dont la 
partie creuse ou cave est d'une couleur mélangée de brun et de fauve, et la partie externe jaune, avec un 
pédicule ou soutien dont le haut est jaune et la partie inférieure brune. Elle est d'une substance ferme et 
cassante, et semblable à celle de la cire en bougie, elle a le goût et l'odeur des champignons ordinaires et 
n'incommode pas les animaux. On la trouve, en automne, dans le bois de \ itieennes. 

Habitat. En automne, à \ incennes. 

Propriété*. Paulet dit que les habitants tics campagnes la mangent, et n'éprouvent aucun accident de son usage. 

Obs. — Les ligures de Paulet donnent une idée Ires-juste du Polyporus melanopus, Pers. Si nous ne les avons pas 

inscrites sous ce nom, c'est que le texte de l'auteur s'\ oppose complètement. — Voyez Paulet, Disi. Champ. 

tom. Il, p. 398. 

PEZIZA ILMURINA. Persoon. — PL CLXXXV, fig. 3, 4. 

i/Obi:ilie i»'.mh ov o'wi'its. — Omorrhiza onosotis. Paulet. 

Voyez pi. CLXXXIV, fig. 6. — Cette ligure représente très-probablement un individu plus développe, 
parce qu'il a crû isole. 



NOSToCfl COMMUNE. Vaucher. — PL CLXXXVI, fig. 1, 2. 

i.i xostoi'ii oitm .iiiE.iFiLLi; «n «sel. — Tremella Nostoch. Linné, Paulet. 

Fronde membraneuse, foliacée, sessile, simple ou lobée, plissée ou contournée en divers sens, humide au toucher, 
de consistance gélatineuse et de couleur verte. Examinée au microscope, sa structure se compose d'une sub- 
stance gélatineuse, ferme, parsemée de filaments composés de corpuscules arrondis, glabres, articules bout à 
bout, comme les grains d'un collier et donl le dernier est plus volumineux que les autres. 

Habitat. Apparaît d'un jour à l'autre, après la pluie, dans les allées des jardins. 

Tremella Nostoch. L. Sp. pi. 1625. 

Ufoa œtherea. DC. /•'/. franc. 5, p. 3. 
Propriétés. On a attribue à eetle plante un grand nombre de propriétés, maintenant elle est tombée dans le plus 

grand discrédit. 
Oiis. — Le Tremella Nostoch ne doit pas être rangé parmi les Champignons, mais parmi les Algues. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. loi 



TRUMELLE MESENTERICA. Persoon. — PI. CLXXXVI, fig. 3. 

e,e wostoch i»m: des arbres. — Tremella undulata. Paulet. 

Réceptacle sessile, membraneux, de consistance charnue mais coriace, lisse, plissé, ondulé, simple ou le plus ordi- 
nairement composé de plusieurs individus réunis, et d'une belle couleur jaune doré ou orangé ; sa base est cachée 
sous l'écorce et se présente, quand on la met à découvert, sous la forme d'un tubercule ondulé blanc ou jaune 
pâle. Quand ce réceptacle est sec, il se contracte sur lui-même, perd beaucoup de son volume, se couvre 
d'une poussière blanche, et quand il se décompose, il se réduit en une pulpe jaune et visqueuse. 

Habitat. Croît en automne et en hiver, sur les vieux troncs et sur les branches tombées à terre. 
Nostoch luteum mesenterii forma, etc. Vaux. Bot. Par. pi. XIV, fig. 4 (sans description). 
Tremella chrysocoma. Bill. Hist. Champ, p. 130, tab. 406, fig. A, B. 

Propriétés. Paulet dit que l'on l'ait usage sans inconvénient de ce champignon, en Allemagne, où on le conserve 
comme les Morilles. Il est aussi bon à manger que les Morilles dont il a le goût. En France il ne fixe l'at- 
tention que par sa couleur jaune d'or. 



PEZIZA ALUTACEÀ. Persoon. — PI. CLXXXVI, fig. 4, 5. 

Oreii.ee de ckat. — Omorrhi/.a carnosa. Paulet. 
Réceptacle membraneux, sessile, fragile, isolé ou réuni à plusieurs autres, à bord inégal, incisé sur un des côtés, 
d'abord en forme de cornet, puis dilaté, flexueux, d'un blanc sale tirant sur le jaune en dehors, et fuligineux 
en dedans. Le plus ordinairement les spores sont lancées de temps en temps sous la forme d'un nuage. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois, après les pluies. 

Peziza cochleata. Bull. Hist. Champ, p. 268, pi. 154, fig. B, C, I). 
Propriétés. Cette Pezize n'a pas une saveur désagréable. On peut la manger sans courir le moindre risque d'être 

incommodé. Par la cuisson, elle perd considérablement de son volume. 



SPILERIA FRAC.IFORMIS. Persoon. —PI. CLXXXVI, fig. 6, 7. 

l'Oriilletti liort.i: mes arbres. — Tremella eoccinea. Paulet. 
Réceptacles sessiles, isolés, mais le plus souvent rapprochés, en forme de coussin ou presque globuleux, papilleux 
à leur surface, d'une belle couleur rouge et noirs quand ils deviennent vieux. Lorsqu'on les divise, leur inté- 
rieur est noir, brillant c< au charbon et leur surface externe présente un grand nombre de cellules arrondies 
vides on pleines d'un n nage, d'abord gris, puis noir; ce sont les conceptacles qui renferment les organes de 
la reproduction et qui s'ouvrent à l'extérieur par un pore placé au centre de chaque papille. 

Habitat. Croît en hiver et au printemps, sur l'écorce des arbres, principalement sur celle du hêtre, du noyer, du 

marronnier d'Inde. 

Lycoperdon variolosum. L. Syst. veget. éd. 15, p. 1019. 

Bypoxylon coccineum. Bull. Hist. Champ, p. 17 4, tab. i95, fig- -• 
Propriétés. Ce champignon ne jouit d'aucune propriété. 



SPILERIA PUNCTATA. Sowerby. — PL CLXXXVI, fig- 8. 

le 4>o»et tROTixiiviu — Sphœria punctata. Paulet. 

Réceptacle dur, coriace, en forme de cène renversé et pourvu d'un pédicule plus ou inoins long, dont la surlace 
externe est noire; la partie supérieure, légèrement creusée, blanche, est parsemée de points noirs saillants. Quand 



102 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

on la coupe verticalement, son tissu est compact, homogène, blanc, et présentée sa partie supérieure une ligne 
de conceptacles ovales, noirs, qui renferment les organes de la reproduction. Avant que ceux-ci soient déve- 
loppés, par conséquent dans le jeune âge, la cupule du champignon est couverte d'une poussière rousse. 

Habitat. Croît au printemps, sur les crottins de cheval, d'âne et de mulet. 

Peziza punctata. L. Syst. veget. éd. 15, p. 1017. 

Poronia Gleditschii. Willd. FI. berol. p. 411. 

Peziza punctata. Bill. Hist. Champ, p. 259, tab. 252. — Peziza coriacea, p. 258, tab. 536, fig. 1 (dans le 
jeune âge). 

Spharia Poronia. Pers. Syn. fung. p. 15. 

Sphwria [Poronia] punctata. Fit. Syst. myc. 2, p. 329. — Poronia punctata. Summ. veget. p. 382. 
Propriétés. On n'en connaît pas à ce champignon. 



LEOTIA LUBRICA. Persoon. — PI. CLXXXVII, fig. 1, 2. 

Coccicrce km cninpiesox. — Pailet. 

Champignon en forme de clou, la tète ou le chapeau est convexe ou déprimé au centre, charnu, d'apparence géla- 
tineuse, élastique, visqueux et d'un jaune vert; le bord est très-obtus et seulement visible en dessous. La face 
inférieure est concave ; du milieu naît un pédicule plus ou moins alongé, cylindrique ou comprimé, recouvert de 
très-petites écailles, fistuleux, jaune et trémelloïde, comme le chapeau. 

Habitat. En automne, dans les bois, sur la terre. La figure 2 représente un individu qui s'est développé d'une 
manière anormale. La saveur et l'odeur sont presque nulles. 
Fungus gelatinosus /lavas, etc. Yaill. Bot. Par. p. 201, tab. 11, fig. 7-9. 
Leotia gelatinosa. IIill. Hist. PL M, p. 247, n ob 3, 4. 
Hehella gelatinosa. Bill. Hist. Champ, p. 200, tab. 473, fig. 2. 

Propriétés. Ce champignon n'est pas vénéneux. Des animaux l'ont mangé en grande quantité sans en être in- 
commodés. 

Obs. — C'est à tort que Paulet dit que le Leotia lubrica croît sur le bois. On le trouve toujours sur la terre. 



CRATERELLUS CORNUCOPIOIDES. Persoon. —PI. CLXXXVII, fig. 3. 

Tbomputte de» munis. — Omorrhiza venosa. Paulet. 
Chapeau en forme d'entonnoir ou plutôt de trompette, membraneux, élastique, ondulé, à marge repliée en des- 
sous. La partie concave ou supérieure est de couleur noire ou fuligineuse et recouverte d'écaillés pileuses. La 
face externe ou inférieure, est lisse ou présente quelquefois des rides, d'une teinte pâle gris bleuâtre, ou un peu 
rosée et enfin noire. 

Habitat. A terre, vers la fin de l'été et en automne, dans les forêts, surtout dans celles dont l'essence consiste en 

chênes. 

Peziza cornucopioides. L. Sgst. pi. éd. Reich. p. 017. 

Merulius cornucopioides. Peus. Syn. fung. 491. 

Cantharellus cornucopioides. Fk. Syst. myc. p. 321. — Craterellus cornucopioides. Epie. Syst. wyc.|p. 532. 
Propriétés. Ce champignon est sans utilité. 



PEZIZA BADIA. Persoon. — PI. CLXXXVII, fig. 4. 

Oseille de si*«e. — Omorrhiza venosa. Paulet. 

Réceptacle membraneux, eu forme de cupule, sessile, llexueux, entier, fragile, blanchâtre ou brun et farineux 
en dehors ; l'intérieur est lisse ou marqué de quelques veines rousses ou verdâtres. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 403 

Habitat. En automne, à terre, par groupes composés de trois à six individus. 

Fungoïdes auriculam Judœ referens, etc. Vaill. Bot. Par. p. 57, tab. 1 1, fig. 8. 

Peziza (Aleuria) baclia. Fr. Syst. myc. 2, p. 46. 
Propriétés. Donné par poignées aux animaux, ce champignon n'a produit aucun effet. 

TREMELLA [CORYNE) SARCOIDES. Fries. — PI. CLXXXVU, fig. 5. 

OBEULEDEiiicE. — Omorrhiza venosa. Pailet. 

Réceptacle sessile ou atténué à sa partie inférieure en manière de pédicule, de consistance gélatineuse, visqueux, 
simple ou lobé, comprimé, contourné, de couleur de chair, violeté ou visqueux, se réduisant enfin en pu- 
trilage. 
Habitat. En automne, sur les troncs coupés. 

Helvella purpurea. SchyEff. Fung. tab. 323 (pro parte). 
Tremella améthyste a. Bull. Hist. Champ, p. 229, tab. 499, fig. i. 

Acrospcrmum dubium. Pers. Comm. de fung. clav. p. 92. — Tremella dubia. Syn. fung. p. 630. — Mgr. 
europ. i, p. 106. 
Propriétés. Ce champignon, donné par poignées aux animaux, ne les incommode pas. 

Obs. — D'après les figures et la synonymie, il est évident que Paulet a réuni sous le nom d'Oreille de singe, deux 
champignons qui n'appartiennent pas au même genre, l'un croissant sur les troncs et l'autre sur la terre. 



PEZIZA VESICULOSA. Bulliard. — PI. CLXXXVU, fig. 6. 

I/UttNE COIBOHXEE. PaCLET. 

Cupule d'abord globuleuse, puis ouverte à la partie supérieure et en forme de toupie ou camparralée, fixée au sol 

par un court pédicule qui ressemble à une racine ; elle est aqueuse, fragile ; sa face interne est furfuracée, d'un 

blanc sale, rousse ou fuligineuse; son ouverture est granulée ou crénelée. L'intérieur lisse et un peu roux. 

Habitat. On la trouve au printemps, en été et en automne, après les pluies, sur les fumiers ou sur la terre 

fumée. 

Fungoides pyri inver si forma, etc. Mien. Gen. pi. p. 207, tab. 86, fig. 2. 
Peziza lycoperdoides. DC. FI. fr. vol. Il, p. 37. 
Propriétés. On ne connaît pas ses propriétés. Sa saveur fade ne la rend pas suspecte. 

CYATHUS CRUCIBULUM. Persoon. —PI. CLXXXVU, fig. 7, 10. 

COCCIGBCE A LENTILLES. PaLLET. 

Réceptacle composé d'une seule membrane, cylindrique ou légèrement campanule, de consistance tubéreuse, 
tronqué à sa base et adhérent au bois à l'aide d'un mycélium plus ou moins épais; sa face externe est jaune 
ou ferrugineuse et recouverte d'un duvet très-court ; l'ouverture dans le jeune âge est fermée par une 
membrane blanche ou épiphragme qui se déchire et met à découvert des corps lenticulaires ou sporanges 
lisses, glabres, qui baignent dans une gélatine blanche et qui finissent par s'échapper comme dans respect; 
suivante, sans que l'on sache par quel moyen. 

Habitat. On le trouve, en été et en automne, sur les bois morts. 

Nidularia lœeis. Bull. Hist. Champ, tab. 488, fig. 2. 

Nidularia Crucibulum. Fr. Sgst. myc. 2, p. 299. 

Crucibulum vulgare. L. et C. Til. Ann. se. nat. 3 e série, tom. I, p. 90. 
Propriétés. On n'en connaît aucune à ce champignon. 



104 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



CYATHUS VERNICOSUS. Df. Candolle. — PI. CLXXXVII, fig. 11, 12. 

C^CCIGREE A IiEWTIIiliES. PaULET. 

Réceptacle membraneux, coriace, sessile, d'abord presque rond ou ovale, puis largement campanule, formé de 
deux membranes : l'externe est tomenteuse, veloutée et de couleur grise, l'interne brillante et plombée. Sa cavité 
renferme dans le premier âge un mucilage épais, blanc et des sporanges ou corps lenticulaires blancs attachés au 
fond de la cupule à l'aide d'un cordon élastique; à l'époque de la maturité, le réceptacle s'ouvre et laisse voir un 
opercule membraneux, blanc, qui ne tarde pas à se rompre et met à découvert les sporanges ; ceux-ci sortent à 
leur tour par un mécanisme qui n'est pas encore connu; alors le réceptacle est vide, campanule et brillant comme 
si on y eût passé une couche de vernis. 

Habitat. En été et en automne, sur les vieux bois, mais surtout sur la terre. 
Nidularia wrnicosa. Bill. Hist. Champ, p. 164, pi. 488, fig. I. 
Cyathus Olla. Pers. Syn. fung. p. 237. — Nidularia plumbea. Champ, coin. p. 110. 

Propriétés. Ce champignon a fixé de tout temps l'attention des botanistes quoiqu'il n'ait aucune utilité. 

PEZIZÀ CUPULAR1S. Linné. — PI. CLXXXVIII, fig. 1,2. 

ïj.% fspti.i: di gl.»d. — Peziza cupularis. Pailet. 
Réceptacle en forme de cupule ou campanule, charnu, cassant, à bord le plus souvent frangé ou denticulé ; sa face 
externe est farineuse et grisâtre ; l'interne lisse, de couleur pale, cendrée ou jaunâtre. Il est supporté par un 
pédicule court, enfoncé en terre et pourvu d'un mycélium assez abondant. 

Habitat. A terre, en automne, quelquefois au printemps, surtout dans les endroits où on a fait du charbon. 

Fungoides glandis cupulamreferens, etc. Vaill. Bot. Par. p. 57, tab. 11, iig. i, 3. 

Peziza crenata. Bill. Hist. Champ, p. 261, pi. 396, fig. 3. 
Propriétés. On n'en connaîtpas à ce champignon. 



PEZIZA ACRANTIA. Persoon. — PI. CLXXXYIII, lig. 3-4. 

Fig. .'!. Peau du noBiiiE. ixiiit de capijcine . — Peziza eoecinea. Batscii. Pailet. 

Fig. 4. Peau de noituxt: u iw. — Peziza numismatalis. Battais. Pailet. 

Réceptacle sessile, solitaire, le plus souvent réuni avec plusieurs autres, membraneux, très-fragile, en forme de 
cupule entière ou fendue sur le côté, contournée ou s'étalant sur la terre, blanche en dehors, légèrement to- 
menteuse, et d'un beau rouge vermillon ou orangé en dessus. 

Habitat. En automne, sur la terre elles vieux troncs d'arbres. 

Peziza coccinea. Bi il. Hist. Champ, p. 269, tab. 47 i. 

Peziza aurantia. En. Syst. myc. 2, p. 49. 
Propriétés. Mérat dit que l'on peut manger ce champignon sans crainte d'être incommodé. 

RIIIZINA UNDULATA. Fries. — PI. CLXXXVII!, fig. 5, G. 

Peac de morille a piliers. — Peziza rhizophora. Willdenow, Pailet. 
Réceptacle sessile, charnu, plat, en forme de disque, puis ondulé, sans rebord apparent. La face supérieure est 
glabre, d'un brun très-foncé, presque noir, et laisse échapper de temps en temps, comme les Pezizes, des nuages 
de poussière qui sont formés par les spores; le bord est tomenteux, blanc ou légèrement jaune. La face inté- 
rieure est d'un blanc sale, recouverte de flocons blancs qui se réunissent en plusieurs faisceaux séparés qui fixent 
le champignon à la terre ou à l'humus. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 105 

Habitat. Feu A. de Forestier a trouvé ce champignon en automne, à Fontainebleau. Nous l'avons rencontré à la 

même époque abondamment à Teste de Buch sous les feuilles de pin. 

Elvella inflata. Scii.eff. tab. 153, fig. V et VI. 
Propriétés. Paulet dit qu'elle a un goût de morille et qu'elle n'incommode point. 



FULIGO VAPORARIA. Persoon. - FI. CCXXXVIII, fig. 7, 8. 

Finit de tan ou takmèe. — Mucor septicus. Lin. Fuligo vaporaria. Persoon, Paulet. 

Réceptacle membraneux, très-mince, spongieux, floconneux, sessile, en forme de coussin, de couleur blanche, 
jaune ou rousse, renfermant une pulpe molle comme de la crème. A l'époque de la maturité, cette pulpe pré- 
sente un graud nombre de cellules très-petites ; la couleur primitive disparaît, devient brune, puis noire ; enfin 
le réceptacle se déchire, les spores s'échappent sous la forme de poussière noire, et il ne reste plus que des dé- 
bris filamenteux et une membrane adhérente au corps sur lequel le champignon s'était développé. 

Habitat. On la trouve le plus ordinairement sur la tannée. 

Spongia fugax, mollis, etc. Marcii. Mém. de l'Acad. des se. ann. 1727. 

Reticularia hortensis. Bill. 'Ilist. Champ, p. 8b, pi. 424, fig. II . 

.Ëthalium septicum. Fr. Syst. myc. 3, p. 93. 
Propriétés. On ne lui en connaît pas. 
Obs. — On observe souvent à la base de ce champignon des veines jaunes, anastomosées, qui forment un 

réseau. Si on en prend un morceau et qu'on le mette dans un verre d'eau, il s'y précipite, et le lendemain 

ou le surlendemain le fond du verre est couvert d'un réseau semblable, mais beaucoup plus petit et qui est 

une continuation de la végétation, quoique dans des conditions anormales. 



HELVELLA PILLA. Holmskiold. — PI. CLXXXVIIÏ, fig. 9. 

Pezize a lentille oc porte-drapeau. — Peziza lcutifora. Paulet. 
Chapeau membraneux, composé de trois ou quatre lobes renversés, libres, ondulés, de couleur rousse ou bru- 
nâtre; il est supporté par un pédicule droit, cylindrique, plein, glabre et de couleur fuligineuse. 

Habitat. Trouvée à terre, dans le mois de novembre, en Italie. 

Fungoides fungiforme fructum, etc. Mien. Nov. pi. gen. p. 204, tab. 86, fig. 9. 

Helvclla pulla. Holsmk. Otia, p. 49. 

Helvella pulla. Fr. Sgst. myc. 2, p. 20. 
Propriétés. Paulet dit que cette plante n'a pas de qualités malfaisantes et qu'on en fait usage en Italie. 



PEZIZA VESICULOSA. Bulliard. — PI. CLXXXVIIÏ, fig. 10, 11. 

Chajipigrio!! a la bacie. — Peziza polyinoi'pha. Lightfoot, Paulet. 

Plante de couleur brune, dehors et dedans, d'un pouce environ d'étendue, avec des parois de près d'une ligue 
d'épaisseur, de consistance un peu ferme, n'ayant rien qui annonce des qualités suspectes, ni rien qui invite a 
en faire usage. 

Habitat. Sur le terreau, en automne, dans les jardins. 

Propriétés. Paulet dit qu'elle ne nuit pas aux animaux. 
Voyez Paulet. Hist. Champ, tom. Il, pi. 407. 

Obs. — Nous donnons avec doute cette espèce comme une des formes du Peziza vesiculosa. L'habitat, la tonne, 
la couleur, la consistance, l'époque de végétation et même la description ne se refusent pas à ce rappro- 
chement. On explique difficilement comment Paulet a pu donner comme synonyme le Peziza polymorpha de 

1 i 



106 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

Lightfoot,ct V Elvella pulla de Schaeffer (pi. CLVI1I), qui sont l'un et l'autre le Bulgaria inquinans, Fr., que 

l'on trouve principalement sur le chêne et qui est si remarquable par sa forme, sa couleur et sa consistance. 

PEZ1ZA.... PI. CLXXXVIII, fig. 12. 

la *%i « iiiii: a ■» itette. — Peziza navicularis. Pailet. 
Plante de couleur grise au dehors, d'un roux foncé ou rouge en dedans, de consistance un peu forte et d'une chair 
cassante, d'une ligne d'épaisseur ; toute la plante qui peut avoir un pouce et demi de longueur sur un de 
diamètre, n'a qu'une saveur de morille, et n'incommode pas les animaux. 

Habitat. On la trouve, en automne, sur le bord des fossés. 
Propriétés. On ne lui en connaît pas. 

Voyez Paulet, Hist. Champ., tom II, p. 409. 
Obs. — Paulet a évidemment emprunté cette figure à Battarra [Fung. arim. pi. 3, fig. E), et pourtant il ne le 

cite pas dans la synonymie. Comme les deux auteurs donnent une description et indiquent un habitat qui ne 

paraissent pas se rapporter au même champignon, nous n'avons pas voulu augmenter les difficultés en 

donnant une nouvelle description qui eût été fautive et incomplète. 

MORCHELLA ESCULENTA. Persoon. — PI. CLXXX1X, fig. 9-11. 

Morille ordinaire housse. — Cœlomorum esculentum. Paulet. 
Réceptacle (chapeau) charnu, globuleux, ovoïde ou conique, de couleur brune, jaunâtre, rousse ou fuligineuse, 
creux à l'intérieur ; sa surface est garnie de cellules tantôt régulières, tantôt llexueuses, abords mousses ou 
arrondis. Il adhère par tout son bord inférieur au pédicule. Celui-ci est blanc, lisse, glabre, fistuleux, entier 
ou laeuneux et de forme très- variable. 

Habitat. On trouve les morilles, au printemps, quand l'herbe commence à pousser. 

Phallus esculentus. L. FI. suec. n° 1262. 

Phallus esculentus. Bill. Hist. Champ, p. 263, tab. 218. 
Propriétés. Presque tout le monde recherche ce champignon, quoiqu'il n'ait pas beaucoup de goût. 

EROMITRA GIGAS. Léveillé. — PI. CLXXXIX, fig. 4. 

morille a chapeau. — Cœlomorum giganteum. Pailet. 
Réceptacle (chapeau) charnu, conique, brun, celluleux à sa surface, adhérent par le sommet et la partie moyenne 
de sa lace interne au pédicule. Celui-ci est droit, renflé à la base, atténué au sommet, fistuleux, parsemé 
^'écailles et d'un gris cendré. 

Habitat. Croît aux environs de Florence, pendant le printemps, dans les terrains sablonneux. 

Phallo-Boletus, esculentus, pilco conico, etc., n° 1 . Mien. Nov. pi. gen. p. 202, pi. 84, fig. 1 . 

Morchella (iigas. Pers. Syn. fung. p. 019. 

Verpa speciosa. Vitt. Fungh. mang. p. 120. 
Propriétés. On mange, en Italie, cette espèce comme la morille ordinaire. 

SPARASSIS CRISPA. Fries. — PI. CLXXXIX, fig. 6. 

Morille em arrre. — Cœlomorum ramosum. Pailet. 
Réceptacle membraneux, à divisions nombreuses, larges, foliacées, irrégulières, crépues, glabres, recourbées au 
sommet, fragiles, blanches ou jaunâtres, naissant d'un pédicule commun, charnu, court, plein, solide, atténué à 
sa base. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 407 

Habitat. Croît en touffes en automne au pied des pins dans les forêts. 

Elvella ramosa. Sch^ff. tab. 163. 
Propriétés. Cette espèce est d'un excellent goût et très-recherchée. 

VERPA PATULA. Fries. — PI. CLXXX1X, fig. 8. 

uiMiiui en bonnet. — Cœlomorum pileatum. Paulet. 

Chapeau membraneux, campanule, libre en dessous, lisse, de couleur fauve. Pédicule cylindrique, glabre, fistu- 

leux et blanc. 
Habitat. Cette espèce croît, en automne, dans les environs de Rimini. 

Boletus pileo monachi. Batt. Fung. arim. p. 25, tab. 111, fig. D. 

Helvella conformas. Pers. Mxjc. europ. p. 216. 
Propriétés. Battarra donne cette espèce comme bonne à manger. 

HELVELLA MITRA. Var. nigrescens. Persoon. —PI. CLXXXIX, fig. 5. 

Morille en mitre. — Helvella Mitra. Paulet. 
Chapeau membraneux, divisé en trois ou quatre lobes rabattus sur le pédicule auquel ils sont adhérents; leur sur- 
face est lisse, glabre plus ou moins ondulée, d'un brun foncé ou noir. Pédicule plein, droit, ferme, blanc, un 
peu atténuéà sa partie supérieure, lacuneux et creusé à sa surface de profonds sillons. 

Habitat. Croît au printemps et surtout en automne, dans les terrains sablonneux. 
Helvella lacunosa. Holmsk. Fung. dan. 2, p. 45, tab. 24. 
Helvella Mitra. SchzEff. tab. 154. 

Propriétés. Ce champignon est très-bon à manger, mais il faut avoir soin d'enlever le pédicule. 

0ns. — La couleur et la forme du chapeau sont très-variables ; celui-ci est toujours adhérent par quelques brides 
au pédicule; c'est même le seul caractère qui distingue cette espèce de Y Helvella lacunosa, Fr., s'il y a quel- 
que différence entre les deux. 



HELVELLA MONACHELLA. Fries. — CLXXXIX, fig. 2. 

Morille a pans. — Cœlomorum quadripartitum. Paulet. 
Chapeau membraneux, charnu, divisé en trois ou quatre lobes, rabattus sur le pédicule et adhérents; leur face 
supérieure est lisse, plus ou moins flexueuse, de couleur brune ou noire. Pédicule cylindrique, un peu atténué 
à sa partie supérieure, glabre, lisse, floconneux à l'intérieur et blanc. 

Habitat. Sur la terre, au printemps et en automne. 

Boletus albus pileo complicato nigro. Batt. Fung. arim. p. 24, tab. 11, fig. 11. 

Fungoides fungi forme, crispum, laciniatum, etc. Mich. Nov. gen. pi. p. 204, 6, tab. «6, fig. 8. 

Helvella quinqueloba. Pers. Myc. europ. 1, p. 216. 
Propriétés. Paulet dit que cette espèce est bonne à manger. 

PEZIZA CÀLYCIFORMIS. Fries. - PI. CLXXXIX. fig. 1 

Morille en coupe. — Cœlomorum calyeiforme. Paulet. 
Réceptacle coriace, d'abord arrondi, puis en forme de soucoupe et enfin irrégulier, llexueux ; sa face externe 
est brunâtre ou verdâtre, recouverte de très-petites venues ; l'interne ou le disque est lisse, quelquefois avec des 
côtes saillantes et noires. Pédicule gros, plein, épais, lacuneux ou sillonné, glabre, blanc, souvent fuligineux a 
la base. 



108 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

Habitat. Nous avons trouvé cette espèce, dans le mois de juin, à terre, dans la forêt de Fontainebleau. 

Boletuscalycifornis. Batt. Fung. arim. p. 25, tab. 3, fig. C. 

Peziza cœlata. PÉBS. Myc. europ. I, p. 218. 
Propriétés. On ne les connaît pas. 

HELVELLA LEUCOPHiEA. Persoon. — PI. CXC, fig. 1,2. 

iimiiiii de jioi\e. — Cœlomitra lichenoides etsulcata. Paulet. 
Chapeau membraneux, fragile, d'un blanc jaunâtre, divisé en deux, trois ou quatre lobes rabattus, libres, 
c'est-à-dire qui n'adhèrent, pas au pédicule. Les organes de la fructification sont placés sur la face externe; ils 
consistent en thèques nombreuses, renfermant chacune huit spores, que l'on voit souvent s'échapper en masse 
sous la forme d'un nuage. Le pédicule est plus ou moins long, blanc, atténué à sa partie supérieure et lacuneux 
dans le sens de sa longueur. 

Habitat. Croît vers la fin de l'été et en automne, à terre, dans les bois. 

Boletus leucophœus. Batt. Fung. arim. p. 25, tab. 3. 

Helvdla Mitra. Sow. Engl. fung. tab. 39. 

Helvella crispa. Var. a. Fr. Syst. myc. 2, p. 14. t 

Propriétés. Ce champignon est aussi bon que la morille ; il faut avoir le soin de rejeter le pédicule qui est 

coriace. 

HELVELLA CRISPA, Var. Fries. — PI. CXC, fig. 3. 

i>.% PETiit: KFXKiisriE. — Cœlomitra monacella. Paulet. 
Chapeau membraneux, fragile, plié sur lui-même, divisé en plusieurs lobes irréguliers, contournés, libres, de 
couleur brune, rousse, ou noirâtre. Les organes de la fructification ressemblent à ceux de l'espèce précédente 
et occupent la même place. Pédicule atténué à sa partie supérieure, glabre, blanc, lacuneux, marqué de grosses 
côtes longitudinales. 

Habitat. En Italie, croit dans le mois de mars et d'avril, avec les morilles. 

Boletus pileo spiralibus plicis conlorto. Batt. Fung. arim. p. 24, tab. 1 1, fig. G. 

Peziza conforta. Pers. Myc. europ. i, p. 218. 
Propriétés. Cette espèce est comestible, mais peu recherchée. 



ASTEROHiORÀ AGAR1C01DES. Fries. — PI. CXC, fig. 4. 

i>t; isan-ro* de* tBB.iTBPift'to^sc — Sphœropus fungorum. Paulet. 

Poussière jaunâtre, formée par des spores qui, vues sous le microscope, ont une forme étoilée. Ces spores sont 
supportées par des filaments blancs, raineux, qui ont envahi, à la manière des urédinées, le chapeau d'une 
espèce d'agaric qui est également parasite (Âgaricus parasiticus, Bull). 

Habitat. On trouve ce champignon en automne, sur les agarics de la section des Russules et des Lactaires. 

Agaricus lycoperdoides. Bill. îlist. Champ, tab. 519, fig. 1. 

Aslerophora lycoperdoides. Dimi. in Sturm. Deutschl. FI. 1 1 1, p. 53, tab. 2<j. 
Propriétés. On n'en connaît aucune â ce champignon parasite. 



ONYGENA EQUINA. Persoon. — PI. CXC, fig. 5. 

lis Boitov a tige dc sAuoT ut chi.vali — Sphseropus equiiius. Paulet. 
Capitule d'abord spbérique, puis lenticulaire, déprimé â sa partie inférieure, blanc, furfurace, gercé dans tous 
les sens et supporté par un pédicule gros, court, naissant souvent au milieu d'un mycélium blanc. Les organes 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 109 

de la fructification, visibles seulement au microscope, sont renfermés dans le capitule ; ils consistent en utricules 
alongés (thèques) qui renferment huit spores ovales simples et à une seule loge. 

Habitat. En hiver et dans le printemps, sur les sabots et les cornes des animaux. 
Lycoperdon equinum. WlLLD. FI. Fierai, p. 412, tab. 7, fig. 20, 
Lycoperdon equinum. Sow. Engl. fung. tab. 202. 
Onygena eguina. L. R. et Ch. TVl. Ann. se. nat. 3 e série, tom. 1, p. 369, pi. 17, fig. 12-17. 

Propriétés. On ne lui en connaît aucune. 

Obs. — Ce champignon devient très-rare depuis qu'on enlève pour les besoins de l'industrie, les cornes et les sa- 
bots des animaux. 

ASEROCYBE BÀSSîI. Léveillé. — PI. CXCI, fig. 4-6. 

phallus ex nmii'inîn TEIILI.ETÉ ob fiiinis de Bassics. — Phallus Bossii. Pallet. 
Chapeau campanule, charnu, entier, lisse, recouvert d'une humeur fétide de la consistance et de la couleur du 
miel ; face inférieure recouverte de lames pressées les unes contre les autres, d'une blancheur éclatante, larges 
vers la marge, où elles forment un bourrelet rugueux et déchiqueté ; leur extrémité supérieure est terminée en 
pointe et n'adhère pas au pédicule. Celui-ci est blanc, lacuneux, spongieux et fistuleux ; son extrémité su- 
périeure est un peu atténuée et adhère au centre du pédicule ; l'inférieure se termine par un prolongement 
radici forme. 

Habitat. Croit dans les terrains humides et sablonneux des Alpes de Bologne. 

Phalloidastrum Bononiense alpinum Bassii. Batt. Fung. arimin. p. 75, tab. 40, tig. A, B, D. 

Propriétés. On ne les connaît pas. 

Obs. — Ce singulier champignon n'a pas été retrouvé depuis Battarra, tous les auteurs de mycologie l'ont passe 
sous silence, pensant sans doute, que c'était un phallus monstrueux ou mal observé, ce qui paraît peu pro- 
bable quand on lit les réflexions que l'auteur fait à cette occasion. La présence des lames le rapproche du 
genre Battarrea dont il s'éloigne par la couche visqueuse qui recouvre le chapeau. 



PHALLUS IMPUD1CUS. Linné. — PI. CXCI, fig. 1-3. 

Phallus osi kobille osdiu.ubk. — Phallus pervius. Pailet. 
Chapeau campanule, coriace, percé au sommet d'une ouverture dont le bord est saillant. Sa surface est couverte 
de larges cellules remplies d'une matière verdâtre, d'abord charnue, qui se résout ensuite en un liquide 
de la même couleur et d'une fétidité repoussante. C'est dans cette matière que sont contenus les organes de la 
reproduction. La face inférieure du chapeau est lisse, nue et blanche. Le pédicule alongé, blanc, lacuneux, 
spongieux, fistuleux, adhérent par l'extrémité supérieure au sommet du chapeau ; sa partie inférieure est un 
peu atténuée, recouverte quelquefois d'une gaine membraneuse et blanche, elle adhère à la volve, qui dans 
le jeune âge, est ronde ou ovale. Dans cet état le champignon ressemble à un œuf. Cette volve est com- 
posée de deux membranes coriaces, blanches, qui sont séparées par un mucilage de la même couleur, épais 
et très-consistant. 

Habitat. On le trouve à terre, dans les bois, au printemps, en été et quelquefois en automne. 

Phallus impudicus L. et omnium auctorum. 
Propriétés. Ce champignon est vénéneux, mais son odeur de charogne répugnera toujours à ceux qui seraient tentés 

d'en faire usage. 

MUTINES B1COLOR. Léveillé. — PI. CXCI, fig. 7. 

Phallus eh pilon. — Phallus caninus. Paulet. 
Pédicule en forme de massue, blanc, fisituleux, à parois spongieuses, terminé par un chapeau conique, obtus, 
lisse, sans marge, adhérent et faisant corps dans toute son étendue avec le pédicule; il est d'abord entièrement 



,10 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS, 

rouge, puis sa partie supérieure devient verte, l'inférieure conserve sa couleur naturelle et il se résout enfin 
en un liquide sale et très-fétide. Volve blanche, membraneuse, formée de deux membranes entre lesquelles se 
trouve une substance visqueuse et blanche ; elle est fixée au sol par un mycélium filiforme. Dans le jeune âge 
ce champignon ressemble à un œuf, on ne le voit à son état parfait que quand la volve est rompue. 

Habitat. Croît sur les feuilles pourries dans les bois des Etats romains, de mai en octobre. 

Fungus exilis Marattœ. Batt. Fung. arim. p. 66, tab. 40, fig. F. 

Cynophallus caninus. Fr. Syst. myc. 11, p. 284? 
Propriétés. On ne lui en connaît pas. 
Ors. — Les caractères de cette espèce reposent sur la couleur primitive du chapeau et le changement qu'elle 

éprouve plus tard. 

AGARICUS FASCICULARIS. Hudson. — PI. CXCII, fig. 1-3. 

Le doiotier humain. — Digitcllus clih'omorpha. Pallet. 
Pédicules fascicules, cylindriques, alongés, pleins, recouverts de filaments blancs ; ils naissent d'une couche de 
filaments semblables et se terminent à l'autre extrémité par un petit chapeau obtus, roux, dont le bord est uni 
au pédicule par une cortine blanche filamenteuse et fugace. 

Habitat. Sur les appareils des fractures. 

Propriétés. On ne lui en connaît pas. 

Ous. — Lémery [Eist. de l'Acad. des se, ann. 1707) a signalé cette production fongique comme se développant fré- 
quemment, en automne, à l'Hôtel-Dieu de Paris, sur les fanons des appareils de fractures. Un fait semblable 
s'est présenté dans le mois d'octobre 1853, à l'hôpital de la Charité, dans le service de M. Velpeau, sur les 
linges et les.cartons d'un bandage amidonné que ce célèbre chirurgien avait appliqué a un malade pour une 
fracture de la jambe. Les champignons nous ont été communiqués par M. Ch. Robin. Après les avoir 
examinés et comparés avec ceux dont parle Paulet, nous ne doutons pas qu'ils ne soient identiques et qu'ils ne 
doivent être rapportés à YAgaricus pulvérulent us de Builiard [Ag. fascicularis, IJids.). 



PODISOMA JUMPERI COMMUNIS. Feues. — PI. CXCII fig. 4. 

le xostocm du «ExÉvRiEK. — Tremella juniperina. Linné, Pailet. 
Réceptacle charnu, gélatineux, comprimé, rameux, rarement simple, naissant de l'écorce et perçant l'épidémie ; sa 
surface est lisse, comme veloutée ou pulvérulente, et d'un jaune orangé qui persiste même après la dessiccation. 
Quand on l'examine au microscope, on voit que la substance est composée de filaments appliqués les uns contre 
les autres, et qu'ils se terminent à l'extrémité par une spore biloculaire qui a la forme de deux cônes accolés 
par leur base. 

Habitat. On trouve cette plante sur les genévriers pendant presque toute l'année ; mais on ne la remarque bien 

qu'après les temps humides, parce qu'alors elle est étalée. 

Tremella clavariœformis. Jacq. Collect. 2, p. 174. 

Tremella ligularis. Bill. Hist. Champ, p. 223, tab. 427, fig. 1. 
Propriétés. On a attribué à ce champignon beaucoup de propriétés, et notamment celle de guérir de la paralysie ; 

maintenant on ne lui en accorde aucune. 

CLAVARIA PISTILLARIS. Linné. — PI. CXCII, fig. 5, 6 

le Petit et le «.ko* Pilon. — Clavaria pislillaris. Pallet. 
Réceptacle charnu, simple, rarement bilobé a sa partie supérieure ; il est d'abord cylindrique et prend, en se déve- 
loppant, la forme d'une massue, pleine ou creuse. Sa surface est glabre, lisse, quelquefois sillonnée, de couleur 
jaune, fauve, rousse ou fuligineuse. Le pédicule est cylindrique, plein, recouvert assez souvent d'un duvet blanc 
à sa base. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. ! j i 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. Cette clavaire est très-commune à Saint-Germain en Laye. 

Clavaria pistillaris. Bull. Hist. Champ, tab. 224. 

Clavaria pistillaris. Pers. Syn. fung.[i. 597. 
Propriétés. Ce champignon n'a pas de mauvais goût ; quoiqu'il ne nuise pas aux animaux, on ne le mange pas. 

CORDYCEPS MILITARÏS. Fries. — PL CXCII, fig. 7, 8. 

Fig. 7. IiA Masse a ciebbieb. — Paulet. 

Fig. 8. E.A ceayaire iii^nnx. — Clavaria Cicadse. Paulet. 

(Capitule charnu, ovale, alongé, quelquefois sphérique, simple ou bifide, orangé, parsemé de petits tubercules qui 
correspondent à autant de conceptacles sphériques, nichés à sa surface et qui renferment les organes de la repro- 
duction. Pédicule delà même couleur, cylindrique, glabre et plein. 

Habitat. Croît, en automne et au printemps, constamment sur les larves ou sur les insectes parfaits, à terre, 

dans les mousses ou sous les écorces des arbres. 

Clavaria militaris. L. Syst. nat. XII, 2, p. 725. 

Clavaria militaris crocea. Vaill. Bot. Par. tab. 7, fig. 4. 
Sphœria (cordyceps) militaris. Fr. Syst. myc. 1, p. 323. — Cordyceps militaris. Summ. reget. p. 381. 
Obs. — Le champignon que représente la figure VIII ne nous paraît pas, d'après le peu de mots qu'en dit Paulet. 

avoir été dessiné d'après un individu arrivé à sa maturité. 

GEOGLOSSLM ATROPURPl'REUM. Persoon. — PL CXCII, fig. 1 1 ■ 

le «iiAiiD de terre. — Clavaria atra. Batsch, Pallet. 

Clavule ovale, simple, ou bifide, quelquefois marquée d'un sillon dans sa longueur, lisse, glabre, d'un brun 
pourpre foncé et supportée par un pédicule droit, charnu, plein, fibrilleux ou écailleux, un peu plus pâle que 
le capitule. 

Habitat. A terre, parmi les graminées, vers la fin de l'automne. 

Clavaria atropurpurea. Batsch. Eleneh. fung. 1, p. 135, tab. Il, fig. 47. 
Propriétés. On ne lui en connaît aucune. 
Obs. — Le champignon qui est ici représenté, est beaucoup plus gros qu'on ne le trouve habituellement. 

SCLEROTIUM CLAVUS. De Candolle. — PL CXCII, fig. 9. 

Eboot oc nik.ii — Clavaria secalina. Paulet. 
Corps alongé, droit ou un peu courbé, plus ou moins obtus aux deux extrémités, convexe sur une de ses faces et 
marqué d'un sillon longitudinal sur l'autre ; sa surface est noire ou d'un violet très-foncé , lisse et souvent 
gercée dans différentes directions ; l'intérieur est ferme, cassant, d'un blanc sale ou légèrement violeté. Odeur 
et saveur désagréables. 

Habitat. Croît en été, sur le seigle et beaucoup d'autres graminées, au lieu et place de la graine. 

Propriétés. Cette production, quand elle existe en grande quantité, est un véritable fléau pour l'humanité, elle a 
causé certaines années des accidents épouvantables, tels que la gangrène plus ou moins étendue des extrémités 
supérieures ou inférieures, et des affections nerveuses d'une nature particulière. La médecine a su pourtant 
l'utiliser, et tous les jours, ses différentes préparations, administrées avec prudence, servent à activer les con- 
tractions de la matrice dans les cas d'inertie de cet organe, ou à se rendre maître d'hémorrhagies souvent 
très-difficiles à arrêter. 



112 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



GEOGLOSSUM GLABRUM. Persoon. — PI. CXCII, fig. 10. 

i-» Liauock de serpent. — Clavai'ia ophioglossoides. Linné, Pailet. 

Clavule alongée, simple ou bifide, quelquefois sillonnée suivant sa longueur, glabre, lisse, sèche, noire, décur- 
rente le plus ordinairement sur le pédicule. Celui-ci est droit, simple, cylindrique ou comprimé, un peu écail- 
leux à sa surface, d'abord plein, puis creux. 

Habitat. Croit à terre, en automne, parmi les graminées. 

Clavaria ophioglossoides. L. Sjiec. pi. 1052. 

Clavaria ophioglossoides. Bill. Hist. Champ, p. 190, tab. 372. 
Propriétés. Saveur fade, aqueuse. On ne lui connaît pas de propriétés. 
Obs. — La figure de Paulet, telle qu'elle est placée, ne donne pas une idée juste de la plante, on croirait plutôt que 

c'est un ergot dont on a exagéré la longueur. 



HYDNUM ERINACEUS. Bulliard. —PI, CXCIH. 

le uÉmsNos. — Hydnum Erinaceus. Bulliard, Pailet. 

Chapeau charnu, sessile, très-rarement pédicule, convexe, sans marge, fibrilleux et d'un blanc jaune. La face in- 
férieure est couverte d'aiguillons pendants, imbriqués, jaunes, simples, pleins, fragiles, gros, arrondis à la base, 
puis atténués jusqu'au sommet qui est aigu. Chair blanche. L'odeur et la saveur n'ont rien de désagréable. 

Habitat. En automne, sur les vieux chênes et quelquefois sur les hêtres. 

Ilijilmun Erinaceus. J'eus. Syn.fung. p. 500. — Hericium Erinaceus. Myc.europ. 2, p. 153. 

Hydnum Erinaceus. Fb. Syst. myc. 1, p. i07. — Epie. Sijst. myc. p. 512. 

Hydnum Erinaceus. Krombhz. Esb. Schwœm. tab. 51, fig. 1-3. 
Propriétés, i >n peut manger ce champignon sans aucun inconvénient. 



CLAVARIA AMETHYSÏEA. Bulliard. — PI. CXCIV. fig. 1. 2. 

barbe-»e-chèvre ordinaire. — Clavaria coralloides. Pailet. 
Ces rameaux naissent d'une souche commune ; ils sont divisés à la manière du corail, nombreux, droits, cylindri- 
ques, lisses, pleins, fragiles et obtus au sommet. Toute la plante dans le jeune âge est d'un violet tendre, qui 
passe ensuite au bleu qui devient noir en vieillissant. 

Habitat. A terre, en automne, dans les Lois. 

Clavaria amethystina. Pebs. Sijn. fung. p. 590. 

Clavaria amethystina. Eu. Obs. myc. 2, p. 285. 
Propriétés. Cette Clavaire est très-recherchée eu raison de sa délicatesse. 



CLAVARIA ERYTHRINA. Léveili.é. — PI. CXCIV, fig. 3. 

ittitm; ni iinviti ordinaire. — Clavaria coralloides. Pailet. 
Réceptacle charnu, rameux ; branches principales réunies à la base et divisées en rameaux dressés, cylindri- 
ques, pleins, lisses, fragiles, obtus au sommet ou divisés en palmettes. Toute la plante est d'une belle couleur 
rouge. 

Habitat. A terre, en automne, dans la forêt de Saint-Germain en Laye. 
Propriétés. Paulet dit que cette espèce est comestible. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. H 3 



CLA VARIA FLAYA. Persoon. - PI. CXCIV, fig. 4. 

Biiim in (iiiiitt oiiiim uni . — Clavaria coralloides. Paulet. 
D'une souche charnue, blanche, tomenteuse le plus ordinairement, s'élèvent des branches qui se divisent elles- 
mêmes en rameaux cylindriques, charnus, pleins, fragiles, droits ou courbés, le plus souvent bifides et aigus au 
sommet; leur couleur, ainsi que celle des tiges, est jaune-chamois. Chair blanche. Odeur et saveur presque 
nulles. 

Habitat. A ferre, en automne, dans les bois. 

Clavaria coralloides. Bill. Hist. Champ, tab. 203. 
Propriétés. Parmi les Clavaires, cette espèce est celle que l'on mange le plus communément. 



PTERULA PENICILLATA. Fries. —PI. CXCIV, fig. 5. 

l.» Petite «biffe. — Clavaria laciniata. Paulet. 
Tige simple, pleine, arrondie, grêle, divisée en rameaux, le plus souvent aplatis, glabres, lisses, fibreux, termines 
eux-mêmes par des rameaux simples ou disposés en palmettes. La couleur de la tige est ordinairement brune et 
celle des rameaux jaune, rougeâtre ou safranée. 

Habitat. En automne, sur les branches tombées à terre. 

Corallo-fungus croceus, ornithopoides. Vaill. Bot. Par. p. 41, tab. 8, fig. 3. 

Clavaria penicillata. Bull. Hist. Champ, p. 207, pi. 448, fig. 3. 
Propriétés. Nous ne connaissons pas les propriétés de ce champignon et probablement en raison de sa ténuité on 

ne songera jamais à les constater. Bulliard nous apprend qu'il colore très-promptement en jaune, l'eau avec 

laquelle on le met en contact. 

CLAVARIA BOTRYTIS. Persoon. - PI. CXCIV, fig. 6. 

La l'uni oc «.aiiimmi. — Clavaria purpurascens. Paulet. 

Branches principales courtes, courbées, naissant d'une base commune difforme, et se divisant en rameaux courts, 
inégaux, qui se terminent par des rameaux plus courts et plus petits, très-pressés et réunis en glomérules comme 
les boutons d'un chou-fleur. La plante est le plus ordinairement blanche ou grise ; on en trouve quelquefois 
qui ont une légère teinte jaune ; le sommet des rameaux est rosé ou rouge. Quand la saison est humide, la plante 
est moins rabougrie et moins colorée que quand elle est sèche. 

Habitat. A terre, en été et en automne, dans les forêts. 

Clavaria plebeia. Jacq, Collect. 2, p. 101, tab. 13. 

Clavaria Botrytis. Kbombhz. Esh. Schwaem. tab. 53, fig. 1-4. 
Propriétés. Cette espèce est très-bonne à manger. 

HYDNUM CORALLOIDES. Scopoli. — PI. CXCV, fig. 1, 2. 

La c ohm be cerf. — Clavaria Cornu cervi. Paulet. Fig. 1. 
Forme insolite et méconnaissable de VHydnum coralloides dont nous ne devons la connaissance qu'à la synonymie 
que cite Paulet. Voyez la description qui suit. 



18 



H4 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 



HYDNUM CORALLOIDES. Scopoi.i. — PI. CXCY, fig. 2. 

!• a (iiiviirm: des arbres. — Clavaria hydnoides. Paulet. 

Tige principale simple ou multiple, rameuse, naissant d'un tubercule plus ou moins volumineux. Les rameaux 
sont nombreux, dressés, divergents, atténués de la base au sommet. Les aiguillons subulés, entiers, pendants, 
attachés seulement sur un des côtés des rameaux. Toute la plante est charnue, fragile, d'abord blanche, puis elle 
prend une teinte jaune. 

Habitat. En automne, sur les vieux sapins. 

Hydnum coralloides. Sch.eff. tab. 142. 

Hydnum ramosum. Bmx. IJist. Champ, p. 305, tab. 390. 

Hydnum coralloides. Pers. Syn. fung. p. 563. — Hericium coralloides. Comment, de funij. clac pi, 23. — 
Myc. europ. pi. 2, p. 150. 
Propriétés. Ce champignon est très-bon à manger. 
Oiîs. — Quand il croît dans les endroits obscurs comme dans les souterrains, les aiguillons au lieu de se développer 

sur un des côtés des rameaux, en couvrent toute la surface. 



FUNGUS NONDUM EVOLUTUS. - PI. CXCV, fig. 3, 4. 

L.A Houppe »»:« arbres. — Clavaria multicoma. Paulet. 

Ce champignon tel qu'il est décrit et représenté, ne peut être rapporté à aucune espèce connue. Paulet dit que 
c'est un coralloïde de couleur roux tendre ou de chair, qui a exactement la forme dune houppe à poudrer et 
qu'on trouve sur les chênes. Ses sommités sont comme frisées; le reste est une masse de chair blanche de la 
consistance à peu près de celle des champignons de couche ordinaire, dont cette espèce a d'ailleurs un peu 
l'odeur et la saveur. 

Habitat. Sur les vieux chênes. 

Propriétés. Cette plante est d'une chair fine et très-bonne à manger. 

Ofis. — 11 n'est pas rare de trouver sur les arbres des productions semblables, et tant qu'elles n'ont pas acquis tout 
leur développement, il est impossible de dire à quel champignon elles appartiennent. 



MORCHELLA PLEOPOS. Paulet. —PI. CXCVI. 

horbeee m: loup. — Morchella pleopos. Paulet. 
Ce champignon n'a pas été retrouvé depuis Paulet. Aucun auteur n'en fait mention, et l'auteur lui-même ne 
consacre à son histoire que les quatre lignes que l'on voit au bas de la planche. C'est une espèce à chercher 
et surtout à expérimenter de nouveau, car c'est la seule de son genre, à laquelle on attribue des propriétés 
vénéneuses. 

SPH.ERIA HYPOXYLON. Ehrhart. - PI. CXCVII, fig. 1, 3 et 5. 

Fig. \. — DfPoiiLOH a sonniTÉM m t\iiii:$. — Sphaeria hypoxylon. Paulet. 
Fig. 3. — «..es Petites Corses ese «-erf. — Sphaeria trifida. Paulet. 
Fig. 5. — HipoiTLoit a fcatAs^s. — Sphaeria clavala. Paulet. 
Pédicules libres, isolés ou réunis par groupes, comprimés ou cylindriques, villeux, noirs, dans le jeune âge ; leur 
extrémité supérieure tantôt aplatie, laeiniée, tantôt cylindrique, simple ou divisée, est recouverte d'une poussière 
blanche comme de la neige. Quand cette poussière est tombée, toute la plante devient noire, glabre, et se couvre 
de petits tubercules plus ou moins saillants. Ces tubercules sont remplis d'une matière mueilagineuse, mélangée 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. H5 

avec les organes de la reproduction. La plante dans toutes ses parties est d'une consistance subéreuse et for- 
mée d'un tissu blanc et compact. 

Habitat. En hiver et au printemps, sur les vieux arbres. 

Lichen Agaricus nigricans, etc. Mien. Aon. pi. yen. p. 104, tab. 55, iig. 1. 

Clavaria hypoxylon. L. FI. suce, n° 1267. 

Sphœria hypoxylon. Pers. Syn. fung. p. 5. 

Sphœria (cordyceps). Fr. Hypoxylon. Syst. myc. 2, p. 325. - — Xylaria hypoxylon. Summ. ceget. \>. 381. 
Propriétés. Ce champignon n'est d'aucune utilité. 

Obs. — La figure 5 empruntée à Micheli, ne constitue pas une espèce distincte, elle appartient manifestement au 
Sphœria hypoxylori. 

SPH/ERIA DIGITATA. - PI. CXCVII, fig. 4 et 7. 

Fig. 4. — liE Kkuiia des b'wi.o's us. - Sphœria Keuka. Paulet. 
Fig. 7. — Hipowloi iioitni n. — Sphseria digitata. Paulet. 

Cette Sphérie croît par groupes, composés d'un plus ou moins grand nombre d'individus qui sont tous réunis pur 
la base. Les pédicules sont droits ou courbés, à peu près cylindriques, d'une consistance subéreuse, glabres et 
solides. Les capitules qui les surmontent, sont ovales ou alongés ; d'abord blancs, puis d'un brun noir et enfin de 
cette dernière couleur. Leur surface, d'abord lisse, devient bientôt verruqueuse par la proéminence des récep- 
tacles qui recouvrent la surface ; le sommet est constamment stérile et saillant. 

Haritat. On trouve cette espèce, au printemps et en été, sur les vieux bois. 

Clavaria digitata. L. Syst. veget. Ed. XV, p. 1010. 

Clavaria digitata. Bull. Bist. Champ, p. 192, tab. 220. 

Sphœria digitata. Pers. Obs. myc. 2, tab. 11, Iig. 1 et 6. Syn. fung. p. 6. 

Sphœria (cordyceps) digitata. Fr. Syst. myc. 2, p. 326. — Xylaria digitata. Summ. veget. p. 381. 
Propriétés. C'est à tort que Loésel attribue à cette plante la propriété de guérir l'épilepsie, les maux de gorge, les 

coliques et de rendre fécondes les femmes stériles. 

SPH/ERIA POLYMORPHA. Persoon. — PI. CXCVII. Iig. 6. 

uiposiloxdoigtieb. — Sphœria digitata. Paulet. 
Les individus qui appartiennent à cette Sphérie croissent séparés et quelquefois assez éloignés les uns des autres. 
Le pédicule est plus ou moins long, cylindrique ou comprimé, droit ou tortueux, noir, glabre, plein, ferme et 
blanc à l'intérieur. Le capitule qu'il supporte est ovale, alongé, arrondi ou comprimé, toujours très-obtus, 
noir, d'abord lisse, puis légèrement tuberculeux par la saillie des conceptacles situés à sa périphérie. L'intérieur 
est blanc et composé de fibres rayonnantes. 

Habitat. On la trouve, au printemps et en été, sur les vieux troncs. 

Lichen agaricus terrestris, etc. Mien. Nov. pi. gen. p. 104, tab. 54, fig. 4. 

Sphœria digitata. Sow. Engl. fung. tab. 60. 

Sphœria {cordyceps). Fr. Syst. myc. 2, p. 326. — Xylaria polymorpha. Summ. veget. y. 381. 
Propriétés. Comme les deux espèces dont nous venons de parler, celle-ci n'a pas de propriétés. 

TUBER MAGNAT1ÏM. Pico. — PI. CXCVIII, Iig. 1, 2. 

Tuim: a t.'» pi,. Tbi;#fe blo*di:. — Tuber alliaeeuin. Paulet. 
Tubercule charnu, variant du volume d'une noix à celui d'une grosse pomme et même davantage, arrondi, com- 
primé, irrégulier ou formé de plusieurs lobes. Sa surface est sèche, blonde ou d'un jaune sale ; à l'œil nu, elle 
paraît lisse, mais avec une loupe, on voit qu'elle est recouverte de très-petites verrues anguleuses. Quand on [ a 



i!C. ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

coupe ou qu'on la brise, sa substance est d'un blanc sale, jaunâtre, et rousse dans un âge avancé; les veines 
qui la traversent, dans tous les sens sont constamment blanches. La pulpe est formée en grande partie par les 
organes de la reproduction; elle est comme savonneuse, d'une odeur forte qui rappelle celle de l'ail. Lors- 
qu'elle sent le vieux fromage, sa décomposition n'est pas éloignée. 

Habitat. Croît dans le Piémont, en Lombardieet en Italie. Réquien l'a trouvée àTonelle, près d'Avignon. 

Truffe grise de Boncn. Lettres sur les Truff. p. 5, tab. 1-1 1. 

Tuber griseum. Pers. Syn. fung. p. 127. — Champ, corn. p. 267. 

Tuber magnatum. Til. Fung. hypog. p. 151, tab. 6, fig. 10, et tab. 17, fig. 6. 
Propriétés. Cette truffe est très-recherchée. Quelques amateurs la regardent même comme l'espèce la plus délicate. 



TERFEZ1A LEON1S. Tulasne. — PI. CXCVIII, fig. 3, 4. 

Tmiri blanche n'AFBiQiE. — Tei'fex. Tuber terra 1 Fex. Pailet. 

Tubercule presque sphérique, charnu, compacte. Sasurface est lisse, d'abord blanche, puis jaunâtre, glabre, lisse, 
pourvue à sa base, qui est quelquefois assez proéminente, d'un mycélium filamenteux auquel le sable reste at- 
taché. Dans le jeune âge, son tissu est mollasse, d'un blanc sale homogène, mais à une époque plus avancée, 
il est parsemé de taches très-rap] trochées, qui passent du jaune au brun. Ces taches sont formées par les or- 
ganes de la reproduction qui consistent en thèques ou sporanges, presque globuleux, qui contiennent huit spores 
rondes et hérissées de pointes obtuses. 

Haditat. Dans les terrains sablonneux. On a cru pendant longtemps que ce champignon ne se montrait qu'en 
Afrique. Depuis quelques années on l'a trouvé dans les environs de Rome, eu Sardaigne, à N'aples, on le 
trouve aussi dans quelques provinces méridionales de la France. 
Terfez Africanorum. .1. Bach, llist. plant, unir. lib. XL, cap. LXXX1, p. 851. 
Tuber niveum. Desf. FI. ail. 11, p. 436. 

Choiromyces (Terfezia) Leonis. Til. Ann. se. nul. 3 L ' sér. 1 1 1 , p. 350. — Expos, scient, de l'Alg. Part. Bot. 
1, p. 432, tab. 24, fig. 22-30. 
Propriétés. Cette truffe est très-recherchée en Afrique. Celles que l'on a trouvées jusqu'à ce jour en France, sont 
d'une qualité si inférieure, qu'elles ne méritent pas la peine d'être récoltées. 



TUBER BRUMALE. Micheli. — PI. CXCVIII, fig. 5, 6. 

l.% fui m: noire des iir.xuH. — Tuber brumale. Paixet. 

Tubercule dont le volume varie depuis celui d'une noix jusqu'à celui d'un œuf et même plus, le plus souvent ar- 
rondi, quelquefois lobé, anfractueux. Sa surface est noire et recouverte de verrues anguleuses, plus ou moins 
saillantes. Son intérieur, quand on le coupe ou qu'on le brise, est d'une teinte grise, foncée, interrompue par 
des veines blanches, nombreuses, anastomosées et qui se dirigent clans toutes les directions. A mesure que la 
maturité approche, la teinte devient pins foncée en raison du développement des organes de la reproduction 
qui consistent en thèques ou sporanges presque globuleux qui renferment de une à cinq spores assez petites, 
elliptiques, d'un brun cendré et dont la surface, à un grossissement de 300 à 350 fois, paraît hérissée de pointes 
aiguës. Odeur et saveur très-agréables. 

Haiutat. On trouve cette truffe abondamment dans le midi de la France et surtout dans les environs d'Avignon. 
Tuber brumale, pulpa obscura adora. Mien. Nov. pi. yen. p. 221, tab. 102, fig. I. 
Tuber brumale. Vittad. Monog. tub. p. 37, tab. 1, fig. 6. 
Tuher brumale. Tul. Fung. hyp. p. 135, tab. 7, fig. ] 1, et tab. 17, fig. III. 

Propriété*. C'est une des meilleures truffes que l'on puisse manger. 

Ous. — Cette espèce, ainsi que le Tuber melanospermum, Vitt., œstivum, Vitt., mesentericum, Vitt., ont été géné- 
ralement désignés chez les auteurs par le nom de truffe noire, Tuber cibarium. Il est en effet assez difficile de 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. !I7 

les distinguer : on n'y parvient, avec certitude qu'à l'aide du microscope. Si nous avons adopté l'espèce de 
Paulet comme le Tuber brumale, c'est que lui-même s'est servi de cette expression pour la distinguer des 
autres. 

SCLEROTIUM SEMEN. Tode. — PI. CXCVIII, fig. 7. 

l'indu m choii. — Sclerotium Semen. Pailet. 
Petits tubercules libres, arrondis, durs et sphériques. Leur surface est brune, puis noire, lisse et nue ; elle devient 
rugueuse quand ils sont secs. L'intérieur est blanc, compacte et d'un tissu homogène dans tous les points. Leur 
odeur et leur saveur sont presque nulles. Ce champignon se montre d'abord sous la forme d'un tissu byssoïde 
blanc, au milieu duquel le tubercule se forme. Le tissu venant à disparaître, le tubercule reste seul. 

Habitat. En automne et au printemps, sur les végétaux en décomposition. En raison de sa forme et de son volume, 

il a été pris souvent pour des graines et particulièrement pour celles du chou. 

Sclerotium Semen. Pers. Syn. fung. p. 123. 

Sphmria Brassicœ. Dicks. PI. crypt. brit. p. 23. 
Propriétés. Ce champignon n'est d'aucune utilité. 
Obs. — Le Sclerotium Semen, comme les autres du même genre, n'est qu'une forme transitoire d'un champignon 

parfait. Nous ignorons, malgré sa fréquence, l'espèce à laquelle il donne naissance. 



RHIZOCTONIA CROCORUM. De Candoli.e. — PI. CXCVIII, fig. 8. 

iiobt du mai h» v — Mors Croci. Paulet. 
Filaments (mycélium) très-fins, dispersés dans la terre ou établis à la surface des tuniques des bulbes du sairan, 
tant à l'extérieur qu'à l'intérieur; ils y adhèrent par des espèces de suçoirs charnus et coniques ; de temps en 
temps et à des intervalles inégaux, ils présentent de petites masses tuberculeuses que l'on a considérées 
comme des truffes, mais qui ne sont véritablement qu'une masse feutrée. La couleur des filaments est d'abord 
d'un rouge violeté, puis elle passe au violet et enfin au noir. 

Habitat. Cette production parasite s'observe surtout dans le Gâtinais où l'on cultive le safran. 
Tuber parasiticum. Bill. Hist. Champ, p. 81, tab. 420. 
Sclerotium Crocorum. Pers, Syn. fung. p. 119. 
Rhizoctonia Crocorum. DC. Mem. mus. 2, p. 209. 

Thanatophyton Crocorum. Nées. Syst. d. Pih. tab 14, fig. 135 (fig. de Bulliard). 
Rhizoctonia violacea. Tul. Fung. hypog. p. 188, tab. 8, fig. 4. 

Propriétés. Cette plante n'est malheureusement connue que par les pertes qu'elle cause. 

Obs. — Des expériences nous ont prouvé que le Rhizoctonia Crocorum ne se développe pas primitivement sur les 
bulbes des safrans, mais bien dans la terre, qu'il y végète, s'y étend et s'y convertit en tubercules. Quand il 
rencontre ces plantes, il s'y attache, prend une végétation plus active à leurs dépens et les épuise entière- 
ment. Lorsqu'il se manifeste et qu'on s'en aperçoit, il faut cerner l'espace en creusant un fossé de 3 ou 
4 décimètres de profondeur et avoir soin de rejeter la terre en dedans du fossé; par ce moyen on par- 
vient souvent à arrêter ses ravages. Plus tard c'est dans l'amélioration du sol qu'il faut rechercher le véritable 
remède. 

ELAPHOMYCES GRANl LATUS. Fries. — PI. CXCIX, fig. 1, 2. 

Tnmi; i»i ceri B'AuEDUfiWEi — Sclerodenua cervinum. Pailet. 
Réceptacle (péridium) globuleux ou elliptique, rarement déprimé, variant du volume d'une noisette a celui 
d'une grosse noix, d'une consistance ferme, homogène et indéhiscent. Sa surface est couverte sur tous les points 
de petites verrues distinctes, anguleuses et obtuses. Le parenchyme est d'abord blanc, puis il se nuance de 
petites taches violacées ou pourprées et enfin se réduit en une poussière d'un brun pourpre mélangée de fila- 



H8 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

ments blancs. Celte poussière vue au microscope est composée de spores sphériques, lisses, qui, avant cette trans- 
formation, étaient renfermées dans des thèques. 

Habitat. Croit au printemps dans la terre, d'où il ne sort jamais. 
Scleroderma cermnum. Pers. Syn. fung. p. 156. 
Tuber cervinum. Nées. Syst. d. Pilz. p. 101, tab. 15, fig. 147. — Elaphomycesy offkinalis, pi. off. 

tab. 1 , tîg. inf. 
Elaphomyces granulatus. Tul. Ann. des se. mat. 2 e série, tab. 1, fig. 3, tab. 2, fig. 7, et tab. 4, fig. 3.— Fung. 
hyp. tab. 109, fig. 19. 

Propriétés. En Allemagne ce champignon est débité comme un puissant aphrodisiaque, mais il ne jouit nullement 
de cette propriété. 

Obs. — Quand au mois de juin on cherche l' Elaphomyces granulatus, on le trouve ordinairement avec un mycé- 
lium jaune et enveloppé dans une coque qui est formée par des racines feutrées. 



RHIZOPOGON RURESCENSTilasne. — PI. CXCIX, fig. 3. 

iiinii em bïu de brasdebouius. — Scleroderma reniforme. Pailet. 
Réceptacle membraneux, ferme, arrondi ou elliptique. Sa surface est d'abord blanche, puis devient jaunâtre ou 
olivâtre. Elle est le plus souvent recouverte de fibrilles qui ressemblent à des racines. L'intérieur ou le paren- 
chyme est mollasse, d'abord blanc, puis d'une couleur olivâtre et tout parsemé de cellules ou de vacuoles 
persistantes; dans un âge avancé, il se réduit en un liquide de la même couleur. Les organes de la reproduction 
sont représentés par des basides bi ou quadrifides qui tapissent les parois des vacuoles et qui supportent deux ou 
quatre spores très-petites, ovales et transparentes. 

Habitat. Croît au printemps, en été, dans les endroits sablonneux, à très-peu de profondeur ou à la surface 
du sol. 

Tubrr subterraneum testiculorum forma. Menez. Pugill. PI. rar. tab. 0, lig. 1. 
Tuber album Alb. et Scnw. Consp. fung. nisk. p. 77. 

Propriétés. Si ce champignon n'est d'aucune utilité, on peut le citer comme un exemple de la versatilité de la sy- 
nonymie en cryptogamie. Yoy. Tel. Fung. hypog. p. 89. 



SCLERODERMA VERRUCOSUM. Persoon. — PI. CXCIX, fig. 4. 

PonME de i.in >' * » i.niii es. — Scleroderma verrucosum. Paelet. 
Réceptacle spbérique, épais, de consistance ferme, d'abord d'un blanc sale, [mis jaunâtre ou roux, et recouvert 
de petites écailles noires. Pédicule court, épais, plein, cylindrique ou comprimé, le plus souvent lacuneux et 
muni à sa base d'un mycélium blanc, membraneux, filamenteux, qui simule les racines. Dans un âge avance 
le réceptacle s'amincit et se déchire au sommet ; assez souvent sa base est percée de trous pratiqués par des 
insectes. Le parenchyme qui était d'abord ferme, compacte, d'une couleur blanche uniforme, se tache, du 
centre à la circonférence, à mesure que les organes de la fructification se développent, de points bleuâtres, 
distincts, qui finissent par se réunir ; il ne forme plus alors qu'une masse homogène et se réduit en une pous- 
sière d'un brun pourpre formée par les spores détachées des basides qui les portaient. 

Habitat. Croit en été et en automne, dans les bois et le long des chemins. 

Lycoperdon verrucosum, sphœricum. Vaile. Mot. Par. p. 122, tab. 10, fig. 7. 

Lycoperdon verrucosum. liri.i.. Hist. Champ, p. 157, tab. 24. 

Scleroderma verrucosum. Fit. Sijst. myc. 3, p. 49. 
Propriété*. Ce champignon n'est d'aucune utilité. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. U9 

POLYSACCUM CRASSIPES. De Candolle. - PI. CXCIX, fig. 5, 6. 

Vesbe de ioip bacinièbe a 1 1 im » u* _ Scleroderma tinctorine. Pailet. 
Réceptacle sphérique, gris ou blanc, glabre, formé d'une substance coriace et épaisse, supporté par un pédicule 
plus ou moins long, gros, plein, irrégulier, lacuneux et divisé à sa base en plusieurs parties qui imitent les 
griffes des renoncules. La partie renfermée dans le réceptacle est composée d'un grand nombre de concepta- 
cles globuleux du volume d'un pois, membraneux, jaunes, remplis d'une pulpe jaunâtre. A l'époque de la 
maturité, le réceptacle se brise, et la pulpe des conceptacles se réduit en une poussière brune, abondante, 
mélangée de filaments jaunes. 

Habitat. Croît en Italie et en France, dans les terrains sablonneux. 

Lycoperdon album tinctorium. Mich. Xov. pi. gen. p. 49, tab. 98, fig. 1. 

Scleroderma tinctorium. Pers. Syn. fung. p. 152. 
Propriétés. On s'est servi quelquefois de ce champignon pour teindre des tissus en violet. En Italie on le man^e 

quand il est jeune. C'est un mets assez désagréable auquel il faut être habitué pour le trouver bon. 

LYCOPERDON BOVISTA. Linné. — PL CC, fig. 1. 

Vesse de loip tête d'homme oc le Cbmi. — Lycoperdon craniolare. Pallet. 
Réceptacle globuleux ou ovale, blanc, fragile, s 'ouvrant irrégulièrement ou par fragments larges et anguleux. Sa 
surface parait glabre, mais elle est le plus ordinairement floconneuse. Le pédicule qui le fixe à la terre est simple, 
cylindrique et si petit qu'on le prendrait pour une corde. Le parenchyme dans la jeunesse est blanc et parsemé 
d'un nombre infini de vacuoles qui lui donnent l'apparence d'une éponge ; dans un âge plus avancé il jaunit, 
se ramollit et ressemble à une pulpe d'un vert sale ; enfin il devient pulvérulent et laisse échapper quand on le 
touche, une quantité considérable de poussière brune fuligineuse formée par les spores. Il ne reste du champi- 
gnon que la base, qui représente une large cupule dont la texture, la consistance et la légèreté rappellent une 
éponge. Odeur et goût de champignon dans le jeune âge, mais très-désagréables à l'époque de la maturité. 

Habitat. Croit à terre, en automne, dans les prés et sur les pelouses. 

Lycoperdon giganteum. Batsch. Elench. fung. fig. 165. 

Lycoperdon Bovista. Bill. Hist. Champ, p. 154, pi. 447. 

Lycoperdon Bovista [giganteum). Fr. Syst. myc. 3, p. 49. 
Propriétés. On peut manger ce champignon quand il est très-jeune, et convertir sa base en amadou quand il est 

vieux. 

LYCOPERDON.... PL CC, fig. 2. 

Vesse de cor p e* poire. — Lycoperdon pyriforme. Pailet. 

Lycoperdon en forme de poire, à surface unie et blanche, qui s'élève à la hauteur de 4 ou 5 pouces, sur 3 ou 
4 de diamètre, dont la pulpe est blanche d'abord, un peu ferme, et qui finit par s'ouvrir comme toutes celles 
delà même famille, etc. (Paulet, Hist. Champ, tom. XI, p. 445.) 

On se sert de la base celluleuse de cette espèce, en Allemagne, pour arrêter le sang qui s'écoule des 
plaies. 
Obs. — La description et la figure de Paulet laissent quelque chose à désirer pour la détermination. Si la surface 
lisse rappelle le Lycoperdon Bovista, L. , la forme rappelle les Lycoperdon cœlatum et hiemale, Bill., dé- 
pourvus de verrues. 



120 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS 



BOVISTA PLUMBEA. Persoon. — PI. CCI, fig. 1. 

ïesse de loup iiiimiini. — Lycoperdon ardosiaceum. Billiard. Paulet. 

Réceptacle globuleux, sessile, glabre ou très-légèrement verruqueux, blanc et fixé au sol par un mycélium fila- 
menteux. Son intérieur ou son parenchyme est blanc, spongieux et se réduit enfin en filaments et en une pous- 
sière noirâtre; vue au microscope, elle est composée de spores rondes très-petites, lisses et pourvues d'un pédi- 
celle. Quand la maturité approche, la membrane blanche du réceptacle se détache sous la forme de lambeaux ; 
il ne reste plus que le conceptacle qui a conservé sa forme et son volume ; il a pris une couleur noirâtre ou 
ardoisée et sa consistance rappelle celle du parchemin ; enfin il se déchire au sommet pour donner issue aux 
spores qu'il renfermait. 

Habitat. Croît à terre, en automne, dans les prés et les allées des bois. 
Lycoperdon ardosiaceum. Bill. Hist. Champ, p. 146, tab. 192. 

Propriétés. Ce champignon n'est d'aucune utilité. 

0ns. — Les auteurs ont répété d'après Bulliard que le Bovista plumbea croît sur le bois; s'ils avaient consulté le 
texte, ils auraient vu qxie Bulliard a lui-même rectifié cette erreur. La figure de Paulet a été faite d'après 
un très-mauvais échantillon ; elle peut être très-exacte, mais elle donne une fausse idée de cette espèce. 



LYCOPERDON PERLATUM. Var. GEMMAÏUM. Fries. — PI. CCI. fig. 2. 






Vesse de loi ip ivoire Lycoperdon truncatum. Pailet. 
Réceptacle globuleux avec un mamelon peu prononcé, obtus au centre et supporté par un pédicule plus ou moins 
alongé, gros, verruqueux, blanc et adhérent à la terre au moyen d'un mycélium blanc et filiforme. Sa surface 
est blanche, recouverte de verrues aiguës qui se détachent facilement. L'intérieur ou le parenchyme est d'a- 
hord blanc, spongieux, puis il se convertit en une masse d'un jaune verdâtre, humide comme s'il était pourri, 
enfin, il se dessèche et se réduit en filaments et en une poussière brune formée par les spores. Le réceptacle 
s'ouvre alors irrégulièrement au sommet, répand sa poussière ; la partie supérieure se détruit et il ne reste 
plus que le pédicule qui ressemble à une coupe dont les bords sont irréguliers ou frangés. 

Habitat. A terre, en automne, dans les bois. 

Lycoperdon hirtum. Bull. Hist. Champ, p. 148, tab. 340. 

Lycoperdon perlatum. Pers. Syn. fung. p. 145. 
Propriétés. Cette espèce n'est d'aucune utilité. 
Obs. — Ce champignon est représenté ici dans le dernier état de vétusté et méconnaissable quand on ne l'a pas 

observé. On trouve des dessins semblables dans Dodonée, Sterbeeck, Bosc, Bulliard, etc.; ils ne méritent pas 

de fixer l'attention. Le Lycoperdon truncatum de Murray que Paulet cite comme synonyme est le Buhjaria 

inquinans de Fries. 

SCLERODERMA YULGARE. Fries. — PI. CCI, fig. 3. 

Vesse »e loi p e;» pomme. — Lycoperdon pratense. Persoon. Pailet. 

Réceptacle sphérique ou un peu déprimé, dur, coriace, s'ouvrant à sa partie supérieure irrégulièrement ou en 
plusieurs lanières et supporté par un pédicule court, lacuneux, plein, divisé à sa base en lanières blanches ou 
jaunes, membraneuses ou filamenteuses qui simulent des racines. Sa surface est le plus souvent jaune, quelque- 
lois un peu rougeâlre et recouverte d'écaillés de la même couleur, libres et obtuses généralement à leur partie 
supérieure. L'intérieur ou parenchyme est compacte, solide, d'abord blanc, puis se nuance de points bleuâtres à 
mesure que les organes de la fructification se développent; ces points sont séparés par des veines blanches qui 
finissent par disparaître. Enfin le parenchyme se réduit en poussière brune ou noire et en filaments. Cette 
poussière est formée par les spores et s'échappe lentement par l'ouverture du réceptacle. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 121 

Habitat. Croît en été et en automne, dans les endroits sablonneux. 

Lycoperdon aurantii coloris, etc. Vaux. Bot. Par. p. 123, tab. 16, fig. 8, 9. 

Scleroderma cilrinum et aurantium. Pers. Syn. fung. p. 253. 

Lycoperdon aurantium. Bill. Hist. Champ, p. 15G, tab. 270. 
Propriétés. On ne connaît aucune utilité à ce champignon. 
Obs. — Toute la synonymie que donne Paulet dans son Traité des Champignons, n'a aucun rapport avec cette 

espèce. 

LYCOPERDON BOYISTA. Linné. - PI. CCI, fig. 4. 

vesse dk loup citrouille. — Lycoperdon giganteum. Paulet. 
Voyez pi. CC, fig. 1 . 

LYCOPERDON PYRIFORME. Persoon. - PL CCI, fig. 5. 

yesse de i.ori» a grappe. — Lycoperdon fasciculatum. Haller. Paulet. 

Réceptacle plus ou moins arrondi, se confondant le plus ordinairement par sa portion inférieure avec le pédicule ; 
ce qui lui donne la forme poire. Sa surface est blanche, couverte de verrues aiguës, fragiles, caduques, et sou- 
vent très-ténues ; on remarque à son centre un petit mamelon, qui s'ouvre irrégulièrement pour donner issue 
aux spores. L'intérieur est d'abord blanc, spongieux, puis il se ramollit et se convertit enfin en filaments et en 
une poussière fauve. 
Habitat. — On le trouve dans les bois, à terre, parmi les mousses et même à la base des arbres. 
Propriétés. On ne lui en connaît aucune. 

Lycoperdon (Proteus) var. ovoideum. Bull. Hist. Champ, p. 148, tab. 435, fig. 3, et 475, f. B, C, D, M, N. 
Lycoperdon pyri forme. Fr. Syst.myc. 3, p. 38. 
Obs. — La forme de ce champignon, qui le fait distinguer au premier coup d'oeil, n'est pas représentée exacte- 
ment dans la figure de Paulet. Il est en outre très- remarquable, parce qu'il croît toujours par groupes sou- 
vent très-nombreux, et que la base de son pédicule est pourvue d'un mycélium abondant qui ressemble à des 
fils blancs. 

LYCOPERDON EXCIPULIFORME. Persoon. — PL CCI, fig. 6 . 

Veshe i»e loip montée. — Lycoperdon gemmatum. Paulet. 
Réceptacle globuleux légèrement mamelonné au sommet, blanc, recouvert de verrues plus ou moins saillantes, 
friables et caduques ; il est supporté par un pédicule alongé, cylindrique, glabre ou verruqueux, le plus souvent 
rétréci à sa partie supérieure et renflé à sa base. Dans le jeune âge, le pédicule et le réceptacle sont celluleux et 
spongieux. A l'époque de la maturité, ce dernier se ramollit comme s'il était pourri, prend une couleur jaune 
verdâtre sale, et enfin se réduit en filaments et en une poussière brune qui, lorsqu'on le presse, s'échappe sous 
la forme d'un nuage, par une ouverture irrégulière qui s'est formée au même point (pie le mamelon occupait. 

Habitat. Croît à terre, en été et en automne, dans les bois. 

Lycoperdon proteus , var. 7, excipuliforme. Bull. Hist. Champ, p. 149, tab. 475, fig. F, G, H, I, 
et 450, fig. 2. 

Lycoperdon gemmatum, var. a excipuliforme. Fr. Syst. myc. 3, p. 37. 
Propriétés. On s'est servi, il y a déjà longtemps, de la base de cette espèce, comme de celle des autres Lycoper- 

dons, pour arrêter des hémorrhagies légères et pour faire de l'amadou. 



Mi 



122 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

TULOSTOMA BRUMALE. Persoon. — Tab. CCI, fig. 7. 

petite vesse de «obi* montée. — Lycoperdon minimum. Vaillant. Paulet. 
Réceptacle sphérique, membraneux, parcheminé, blanc, glabre, muni à la partie supérieure d'une ouverture 
circulaire tubuleuse, cartilagineuse et proéminente. Il est supporté par un pédicule alongé, cylindrique, 
fibreux, très-résistant, blanc, fistuleux et traversé dans toute sa longueur par un iîl blanc. On remarque souvent 
à sa base les débris d'une membrane blanche et friable qui enveloppait le champignon dans le jeune âge. L'in- 
térieur du réceptacle est rempli d'une substance d'abord blanche, spongieuse, qui plus tard se réduit en filaments 
et en poussière de couleur fauve. Cette dernière est formée par les spores qui s'échappent par l'ouverture car- 
tilagineuse du réceptacle. 
Habitat. Croît, au printemps et en automne, dans les endroits sablonneux. 
Lycoperdon pedunculatum. L. FI. suce. n° 1276. 
Lycoperdon mamniosum. Mich. Nov. pi. gen. p. 217, no 10. 
Lycoperdon pedunculatum. Bull. Hist. Champ, p. 101, tab. 294 et 471, fig. 1. 
Tulostoma brumale. Pers. Syn. fung. p. 139. 
Propriétés. Ce champignon est très-curieux et sans aucune utilité. 

(Mis. — La figure de Paulet, en raison des tubercules qui recouvrent la surface du réceptacle et de l'absence de 
l'ostiole, ne donne pas la moindre idée de cette espèce. 



GEASTER IIYGROMETRICUS. Fries. — PI. CCII, fig. 1 . 

■yïvtoile de terri : . — Glycydiderma stellatum. Paulet. 

Volve globuleuse, blanche, coriace, nue ou revêtue d'un léger mycélium filamenteux. A une certaine époque, 
elle se divise en six ou huit lanières qui se réfléchissent et mettent à découvert le réceptacle qui est sphé- 
rique, sessile, membraneux, papyracé, blanc, glabre ou un peu tomenteux ; il s'ouvre au sommet par une 
ouverture irrégulière et laisse échapper, sous la forme de poussière, les spores qu'il renfermait. 
Habitat. Croît sous la terre, en été et en automne. 

Geaster major osculo stellato. Mich. Nov. pi. yen. p. 200, tab. 100, fig. 2-0. 
Lycoperdon stellatum. Bull. Hist. Champ, p. 160, pi. 238 et 471, fig. 1. 
Geastrum hyyrometncum. Pers, Si, m. /"».'/■ p. 135. 
Propriétés. On ne lui en connaît aucune. 

Ons. — Il suffit de mouiller et de laisser sécher alternativement cette curieuse espèce, pour comprendre comment 
elle arrive de la profondeur, a laquelle elle s'est développée, à la surface de la terre, où on la trouve habi- 
tuellement sous la forme d'une étoile. 

CARPOBOLUS STELLATUS. Persoon. — PI. CCII, fig. 2. 

ii * petbte ktœbb.e a rojibeo — Cai'pobolus albicans. Willdenow. Paulet. 
Réceptacle sphérique, blanc, un peu floconneux à sa surface ; à une certaine époque il se divise en cinq ou six 
lanières qui s'étalent horizontalement ; dans cet état, il ressemble à un vase divisé en étoile rempli par un 
sporange qui a la forme d'une petite sphère. Les lanières se replient en dessous et il arrive un moment où le 
sporange est lancé en l'air comme une petite bombe. 
Habitat. < Iroît, en automne et au printemps, sur le vieux bois, la sciure de bois, la paille à moitié pourrie. 
Carpobolus. Mien. Nov. pi. yen. p. 221, tab. 101, fig. 1, 2. 
Sphœrobolus stellatus. Tode. Fung. meckl. 1, p. 43. 
Propriétés. Si ce champignon est inutile, il est très-curieux à observer. 

< >ns. — En raison de sa petitesse, quelques botanistes ont cru, que le sporange était la semence même du cham- 
pignon, et que, placé dans des circonstances favorables, il donnait naissance à un Carpobolus; c'est une 
erreur. Comme les corps lenticulaires des Cyathus, il renferme les spores dans sou épaisseur. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 123 



LYCOPERDON MAMM/EFORME. Persoon. — PI. Cil, fig. 3. 

Vesse de loup ew bobe. — Glycydiderma lanatum. Paulet. 
Réceptacle sphérique, blanc, floconneux, supporté par un pédicule blanc, cylindrique, glabre et muni à sa base 
d'un mycélium qui simule des racines. L'enveloppe externe paraît jouer le rôle d'une volve ; elle se sépare, sous 
la l'orme de larges écailles ou de lambeaux membraneux, de la membrane interne ou propre du réceptacle. 
Celui-ci, à l'époque de la maturité, se ramollit, se déchire au sommet ; les spores passent du jaune vert au 
brun pourpre, se réduisent en poussière et s'échappent. 
Habitat. On le trouve en Italie, sur la terre. 

Lycoperdon album lanuginosum corticem primarium exuens. Mich. Nov. pi. gen. p. 217, tab. 97, fi<*. 2. 
Lycoperdon gemmatum. Var. A. excipuh forme. Fr. Syst. myc. p. 37. 
Lycoperdon velatum. Vitt. Monog. Lycop. p. 43, tab. 11, fig. 111. 
Propriétés. On ne connaît, pas les propriétés de ce champignon. 



GEASTER D1DERMA. Desveaux. — PI. CCH, fig. 4. 

Vesse de loi p cm voûte et a collier. — Glycydiderma collare. Pailet. 

Les auteurs regardent cette espèce comme une variété du Geaster hygrometricus (Voy. pi. CCI1, fig. 1), elle en 
présente en effet tous les caractères ; mais elle en diffère par la présence d'une membrane mince, blanche, placée 
à la base de la volve qui lui sert de calice. 

Habitat. Croît en été et en automne, dans les mômes endroits que le Geaster hygrometricus. 

Lycoperdon stellatum. Bill. Hisl. Champ, p. 1(J0, tab. 471, fig. 0, P. 

Geastrum diderma. Desv. Journ. bot. 2, p. 102. 

Geastrum duplication. Cuev. FI. Par. 1, p. 359. 
Propriétés. Cette espèce n'est d'aucune utilité. 

PLECOSÏOMA FORMICATUM. Desveaux. —PI. CCH, fig. 5, 6. 

Vesse de ion- a voûte ou a piliers. — Glycydiderma fenestratum. Paulet. 
Volve arrondie, le plus souvent ovale, blanche, glabre, munie à sa base d'un mycélium nématoïde qui ressem- 
ble à de véritables racines. A l'époque de la maturité, elle s'ouvre et se divise en quatre ou cinq parties qui se 
réfléchissent en dessous; le plus ordinairement la membrane externe se détache et reste attachée au sommet 
des lanières; on dirait alors que le champignon est supporté par quatre ou cinq pieds. Du centre de la volve 
s'élève le réceptacle, qui est arrondi, papyracé, pédicellé et prolongé au sommet en un cône plié, strié suivant 
sa hauteur; c'est l'ostiole par lequel s'échappent les spores. 
Habitat. M. Cosnard nous a donné plusieurs échantillons de ce champignon, qu'il avait trouvés vers la lin de 
l'automne, en 1854, à Fontainebleau. 
Lycoperdon fenestratum. Batsch. Elench. fung. fig. 168. 
Geastrum quarlrifidum. Pers. Disput. melh.fung. p. 6. — Syn. fung. p. 133. 
Geaster formicatus. Fr. Syst. myc. 3, p. 12. 
Propriétés. On ne connaît aucune utilité à cette espèce. 

USTILAGO SEGETUM. Bauhin. — PI. CC1II. 

Le Ciiibboi ou \ielle des blés. — Neci'osis graiiiinum. Pailet. 
Poussière noire, composée de granules ou de spores extrêmement fines, sphériques et glabres, qui se développent 
dans le grain des Graminées au lieu et place du germe et de la partie amylacée ; elle envahit même le péricarpe 



124 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

du grain et les enveloppes florales. Au moment de la maturité, toutes ces parties se déchirent, la poussière 
tombe et est emportée par les vents. 
Habitat. On l'observe vers la fin du printemps et en été sur un grand nombre de Graminées, principalement 
sur l'orge, le froment, l'avoine et le fromental, dont elle envahit le plus ordinairement les épis en totalité. 
Credo segetum. Pers. Disp. meth. fung. p. 56. — Syn. fung. p. 224. 
Beticularia segetum. Bill. Eist. Champ, p. 90, tab. 472, fig. 2. 
Charbon îles grains. Tess. Mal. des grains, p. 295, pi. 6, 7. 
Propriétés. Ce champignon est très-nuisible certaines années aux céréales. 

TILLETIA CARIES. Tulasne. — PI. CCIY, fig. 1. 

L* Ci-oque or Carie uf.b blés. — Lycogala Cocculus. Pailet. 
Poussière noire, grumeleuse, fétide, occupant, sous le péricarpe des grains de quelques Graminées, la place même 
du germe et de la partie amylacée. Les grains qui en sont affectés conservent h peu près leur forme, seulement 
ils sont plus arrondis et rabougris. Cette poussière est entièrement composée de spores qui, vues au microscope, 
sont noires, exactement sphériques et dont la surface est réticulée. 

Habitat. Croît, au printemps et en été, sur quelques Graminées et particulièrement sur le froment. 
Credo Caries. DC. FI. Fr. 6, n° 615. 
Carie des grains. Tess. Mal. des grains, p. 215, pi. 4. 

Propriétés. Ce champignon cause de grandes pertes dans les récoltes de grains. Il communique au pain un mau- 
vais goût, une mauvaise odeur et une couleur sale. 

LYCOGALA EP1DENDRUM. Fries. — PI. CCIV, fig. 2. 3. 

Fig. 2. Vesse de i,»ip sAwomxE. — Lycogala pisiformis. Pailet. 
Fig. 3. Les Cocttfj de s*»e. — Lycogala epidendrum. Pailet. 
Réceptacle presque globuleux, sessile, formé d'une seule membrane, mince et d'une belle couleur rouge ; sa sur- 
face est lisse ou recouverte de très-petites verrues. La substance qu'il renferme est d'abord molle et rouge. 
A l'époque de la maturité, il devient cuivré, brun, s'ouvre irrégulièrement à sa partie supérieure et laisse sortir 
une poussière d'un jaune sale, entremêlée d'un petit nombre de filaments. 
Habitat. Croît vers la fin de l'été sur le bois pourri, tantôt isolé, tantôt par groupes dont les individus sont plus 
ou moins pressés. 

Lycogala griseum. Mien. Nov. pi. gen. p. 216, tab. 93, fig. 2. 
Lycoperdon epidendrum. L. Syst. reget. éd. 15, 1020. 
Lycoperdon epidendrum. Bill. Ilisl. Champ, p. 145, tab. p. 503. 
Lycogala miniata. Pebs. Syn. fung. p. 158. 
Propriétés. On n'en connaît aucune à ce champignon. 

ASCOPHORA MUCEDO. Tode. — PI. CCIV, fig. 4. 

ii.» MoisissritE blmche. — Mucor hydrophora. Pallet. 

Réceptacle sphérique, membraneux, très-petit, d'abord blanc, puis gris, et enfin noir ; il est supporté par un pédicule 
plus fin qu'un cheveu, droit, simple, rarement rameux et fistuleux. Lors de la maturité, il s'ouvre circulaire- 
ment à sa face inférieure en se séparant du pédicule et laisse échapper des spores exactement rondes et lisses. 
Habitat. On trouve ce champignon dans presque toutes les saisons sur les matières végétales ou animales en 
décomposition. 

Mucor grisea. Pers. Disjiut. met. fung. p. 14. — Mucor Mucedo. Syn. fung. )>. 201. 
Propriétés. Les substances alimentaires qui se couvrent de moisissures, sont toujours malsaines. On doit éviter 
autant que possible d'en faire usage. 



ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 12n 



PENICILLUM GLAUCUM. Link. — PI. CCIV, fig. 5. 

Moisisscre verte. — Mucor viridescens. Paulet. 
Pédicelles simples, très-fins, dressés, iistuleux, cloisonnés ; ils naissent d'un mycélium rampant, rameux, et se ter- 
minent à leur partie supérieure par un pinceau de rameaux droits, simples et verts, composés dans toute leur 
longueur de spores arrondies, glabres et articulées entre elles, bout à bout, comme les grains d'un collier. Cette 
disposition ne peut être constatée qu'à l'aide du microscope. 

Habitat. Croît sur les matières animales et végétales en décomposition auxquelles il donne une couleurde vert-de-gris. 
Mucor peniciUatus. Bull. Hist. Champ, p. 107, tab. 504, fig. 11. 

Monilia digitata. Pers. Syn. fung. p. 093. — Penicillum glaucum. Myc. europ. 1, p. 40. 
Monilia digitata. Ffi. Syst. myc. 3, p. 411. 

Propriétés. Les aliments couverts de ce champignon sont malsains, indigestes et de très-mauvais goût. 

Obs. — Le Mucor fur/uraccus de Linné, que Paulet cite comme synonyme, est le Coniocybc furfuracen Fr. qui ap- 
partient aux Lichens. 

STEMONITIS FERRUGINEA. Ehrenberg. — PI. CCIV, fig. 6. 

LEg Tuais d'orcsiie. — Tubulina ferruginea. Paulet. 
Réceptacles alongés, cylindriques, mous, collés les uns aux autres, d'abord blancs, puis roux et enfin noirs; ils sont 
supportés par des pédicelles fascicules, grêles, pleins, noirs et qui, comme un axe, les traversent dans toute leur 
longueur, excepté vers le sommet. A l'époque de la maturité, la membrane très-mince qui forme les réceptacles, 
disparaît entièrement; le parenchyme se dilate dans le sens de son diamètre transversal, forme un réseau ana- 
stomosé à travers les mailles duquel les spores sortent sous la forme d'une poussière de couleur pourpre fer- 
rugineux très-abondante. 

Habitat. Croît en automne, sur les bois pourris. 

Stemonitis f'asciculata. Pers. Syn. fung. p. 187 (pro parte). 

Trichia axifera. Bull. Hist. Champ, p. 118, tab. 477, fig. 1. 
Propriétés. Ce champignon n'a aucune utilité, mais on le voit toujours avec plaisir en raison de la délicatesse de 

sa texture. 



MORCHELLA ESCULENTA (Pileo destituta). Persoon. — PI. CCIV, fig. 7. 

e.a Boebsette ui,M) iie — Clathrus Loccllus. Paulet. 
Ce champignon auquel Sterbeeck donne le nom de Boursette en raison de sa ressemblance avec une bourse, a fait, 
jusqu'à ce jour, le tourment des mycologues. Je ne crains pas de le considérer comme le pédicule d'une Morille 
blonde ordinaire dont le chapeau a été enlevé. Des échantillons ainsi mutilés, de cette variété, que j'ai trouvés il 
y a déjà quelques années avec M. Decaisne dans le bois de IMeudon et au mois de mai, rappelaient exactement la 
figure et la description du célèbre botaniste belge. Comme la langue flamande n'est pas très-répandue, et 
que je puis me tromper dans mon interprétation, je donne la traduction littérale du passage qui concerne cette 
espèce, afin que chacun soit à même de se faire une opinion. 

« J'ai trouvé cette espèce près d'Anvers, le long du canal d'Ehrenthals, près des peupliers blancs, le 13 du 
mois de mai 1673. Je ne peux mieux la comparer, pour la longueur, la largeur et la l'orme qu'aux petites bourses, 
que les femmes portent (pendantes) à leur côté, qu'elles ouvrent et qu'elles ferment au moyen d'un petit cor- 
don, et qui offrent dans la dernière position une infinité de petits plis. Du côté supérieur elle présentait une 
petite ouverture dans laquelle on pouvait introduire un doigt, mais à sa partie inférieure elle était d'une con- 
sistance dure et sans aucune ouverture, elle n'avait pas de racines, seulement sa base était entourée d'une 
mousse tendre et grise. Sa texture n'est pas plus épaisse qu'une plume à écrire, très-transparente et claire, 



126 ICONOGRAPHIE DES CHAMPIGNONS. 

ce que l'on voit en regardant par l'ouverture du haut ; la face inférieure est très-lisse, recouverte d'une pellicule 
blanche, ce qui lui donne l'apparence d'une doublure de taffetas. L'extérieur a l'apparence d'un cuir fait avec 
la peau de mouton (celui dont on se sert pour essuyer l'argenterie, les meubles, etc.), elle était un peu déchirée 
ou endommagée, ce qui provenait de la morsure des insectes ou des vers, que j'ai même trouvés à l'extérieur et 
à l'intérieur de la bourse. 

« Son odeur était fraîche et bonne, elle l'a conservée pendant trois jours et surtout elle n'a présenté aucun 
mauvais signe ; sa substance était très-cassante, car quand elle est tombée de la table (à mon grand regret) elle 
s'est brisée en plusieurs morceaux. J'ai retiré de ces morceaux une eau douce et claire que j'ai trouvée de bonne 
qualité. C'est la seule que j'aie vue de ma vie et les auteurs ne parlent d'aucune espèce semblable, j'ignore 
aussi si elle se montre à une époque plus avancée de l'année. » 



CLATHRUS CANCELLATUS. Linné. — PI. CCIY, fig. 8. 

La bokbsette rouge oc ee Feu des bois. — Clathrus cancellatus. Paulet. 
Volve membraneuse, arrondie ou ovale, sessile, lisse ou marquée de compartiments, blanche, supportée par un 
mycélium radiciforme, rameux ; elle s'ouvre irrégulièrement à sa partie supérieure, et il en sort une sphère 
sessile, blanche, jaune, orangée ou d'un beau rouge de corail, composée de rameaux arrondis ou comprimés, 
spongieux, ondulés et anastomosés qui forment un réseau à mailles larges et à plusieurs côtes. Dans le jeune âge, 
cette sphère renferme un réceptacle également sessile, dont le centre est formé par un mucilage épais, et la pé- 
riphérie par une substance grisâtre, brune, et même noirâtre qui se réduit promptement en un liquide sale, très- 
fétide, qui entraîne avec lui les spores. 
Habitat. Croît en été, en Italie et dans la France méridionale. 
Clathrus ruber. Mich. Nov. pi. gen. p. 213, tab. 93. 
Clathrus volvaceus. Bull. Hist. Champ, p. 190, pi. 441. 
Propriétés. Aymen rapporte une seule observation, pourtant pas assez concluante, qui tend â prouver que 
ce champignon, pris même en petite quantité, peut occasionner des accidents très-graves. Thore nous ap- 
prend que dans le département des Laudes, on croit généralement qu'il suffit de le toucher pour attraper 
la gale. 
Obs. — Le Clathrus cancellatus a besoin d'être examiné de nouveau pour la dénomination exacte des parties qui le 
composent. 

ARCYRIA PUNICEA. Perso.w. —PI. CC1V, fig. 9. 

ti:§ Bocrsettes a réseae. — Stemoiiitis crocaia. Paulet. 
Réceptacles plus ou moins rapprochés, mous, ovales, d'une belle couleur rouge; ils sont supportes par des pédi- 
celles grêles, droits, pleins qui reposent sur une membrane commune. Lors de la maturité, le réceptacle se 
rompt à sa partie supérieure, et sa base persiste sous la forme d'un petit calice ; le parenchyme qu'il renfermait 
se dilate, prend la forme d'un réseau, et les spores s'échappent par les mailles. 

I i vbitat. Croit en automne, sur les bois pourris. 

Clathrus denudatus. L. Sijst. veget. édit. Ci, p. 1017. 

Trichia cinnabarina. Bill. Hist. Champ, p. 121, tab. 502, fig. 2, B, C. 
Propriétés. Cette jolie petite espèce n'est ni utile ni nuisible. 



Kl.N 



TABLE DES MATIÈRES. 



Acrospermum dubium 103 

jEthalium septiiMim 105 

Agaric à feuillets roses 4 

— Amadou couleur de feu 5 

— Amadou plat ordin 6 

— Amadou verni 6 

— blanc (faux) 7 

— blanc à odeur d'Iris 8 

— bulbeux 84 

— de l'Olivier 12 

du Mélèze purgatif 8 

en coupe * 

— en creuset * 

— épineux 2 

— Flamme 7 

— Iris en entonnoir 4 

— lustré 81 

Mousseron * 9 

— Palomet 35, 47 

— Pomme 7 

— Saint-Cloud 2 

— scarlatin 58 

— styplique 7 

— Truelle • 6 

Agaricum conchalum :■• 7 

— purgans - • 8 

— squamosum , etc. 3 

styptieum 7 

— suaveolens 8 

Agaricus aliietinus 2 

— Abietis 56 

acris 29, 30, 33 

/Egerita 79 

— albellus 44,47 

— albellus (flavicans) 47 

— albumineus 41 

albus 21 

— alliaccus 07 

— alliatus 07 

allochrous 9 

— alneus 1 

— alnicola. . . 80 

— amarus 33,58,76 

— ametliystinus 47,52 

amplus 87 

— arnygdalinus 78 

annularis 80 

— Aquifolii 18 

— araneosus 45 

arcuatus 19 

arenarius 40 

— argillaceus 62 

— armillatus 77 



Agaricus arvensis 74 

— aurantiacus 84 

aurantius 65 

auratus 20 

aurais 55 

— aurivenius 63 

— aspideus 32 

— attenuatus 7 6 

atramentarius 72 

alro-tomentosus 15 

— badius 83 

barbatus 54 

bifidus 33 

— brevipes 20 

— bufonius ' l0 

bulbosus 86 

— caerulatus 63 

— cssareus 84 

— Calthuca 43 

— Cameleo 41 

— campestris 44,72 

— eampylus 32 

candicans 48 

eandidissimus 85 

— Cantliarellus 17 

cantharelloïdes 23 

— capillaris. 57 

— caperatus 78 

— carneo-tomentosus 13 

— Carpini , '2 

Carthusianus 42 

— caudatus |; 9 

— cerasinus 55 

— cernuus GO 

cerussatus 44 

— cervinus 74 

chloroides. 31 

— cinereus. ... 70, 87 

— citrinellus 57 

cinnamomeus 55 

— circinans 23 

— Clavus 56 

clypeolarius "5 

— clypeatus 61 

cnista ,s 

— cobaltinus 52 

— coffeatus 63 

— collinus 54, 50 

— colubrinus 75 

Colus 51,52 

— comatus 71,72 

conc.hatus > 4 

concresc.ens 4 

— confluens 67 

congrcgatus 69 

— conicus 25,65,82 



Agaricus Coprinus 81 

— contiguus 27 

— contortus 22 

— controversus 29 

— coronillus 55 

— cornucopiae 1 4 

— corrugis 70 

— craspedius 20 

— crassipes 22 

cretaceus 61 

— cristatus 75 

— croceus 65 

— crustuliniformis 23 

— Crux militensis. 82 

— cyanoxanthus 35 

— cyanus 52 

— cyathiformis 4 

cycneus... 45 

decastes 63 

— deliquescens 70 

— depluens 13, 14 

dichrous 62 

— digitaliformis 68 

dimidiatus 13 

— dissemiuatus 68 

— dryinus 9 

durus 40 

— echinocephalus 89 

— edulis 73,74 

— elaeodes 5s 

emeticus 35, 36 

— epiga;us 14 

— epixanthus 58 

— ericeus 29,01 

Eryngii 18 

— equestris 54 

— esculentus 56 

— excoriatus 74, 75 

— excelsus 87 

— exquisilus 74 

fœnisicii 68 

— fascicularis 58, 1 10 

fastibilis 23 

— ferrugineus 71 

fertilis 62 

— firmus 45 

fistulosus 66 

fragrans 56 

furcatus , 33 

fuscellus 36 

fuseo-castancus 39 

— fusipcs 21, 22 

galactinus 51 

galeatus 45 

galericulalus 66, 70 

Garidclli 27 



1-28 

Agaricus gemmatus 86 

— geminus 19 

— geogenius '! 

— geophyllus . 62 

geotropus 29, 60 

— gibbosus '0 

— glandukisus 14 

— gracilis 68 

— grammocephalus 48 

— grammopodius 48 

— grandis 39 

— graveolens 46 

— helicinus 49 

— hematochœlis 77 

heterophyllus 25, 34 

— hydrophyllus 59 

— hydrophorus 68 

— Hypnorum 52 

— hypoxanthus 80 

— ianthinus 52 

— ichoratus 38 

ilicinus 57 

— inclinatus 59 

infundibuliformis 29 

— infundibulum 4 

— infumalus 62 

— integer 35 

inversus 28 

— involutus 27 

— Jenensis 58 

Jonquilla '0 

Junci • ■ 57 

junciola 57 

Iabyrinthiformis 1 

lacrymabundus 24 

lacteus 34, 57 

— lxticolur 36 

— lanatus 56 

lancipes 64 

— lateritius 43, 59, 75, 76 

— lentieularis 80 

— lepidopus 46 

— lepidus 43 

— lepista 2) 

— leucellus 6l 

— leucocephalus 26 

— leucomphalus 19 

— leucothites ■• 81 

— limacinus 41 

— lividus 74 

longipes -■•• 53 

— luridus 31 

— luxurians "9 

— lycoperdoides 108 

— rnacrorhizus 64 

madidus .. 39 

Mappa 85,86 

— melleus .... 80 

— micaceus 71 

militaris 19 

— minialus 58 

— mirabilis 33 

— mollis 9 

— molybdinus 22 

molvbdocephalus 22 

Mori 79 

— mucidus 77 

— murinaceus 39,63 

— muscarius 86 

— mutabilis 73 

— Nummulus . • 53 

naucinus 81 

— nebularis 37 



TABLE DES MATIERES. 

Agaricus necator Il, 31 

— nitidus 77, 88 

— nitratus 40 

— niveus 71 

— notatus 77 

— nudus 19,37 

— nutans 70 

— ochroleucus 36 

— olearius H 

— olerum 68 

— opacus 4l,6l 

— ophites 83 

— Orcellus 13 

— oreades 54 

— oreinus 46 

— palunabinus 41 

— panlherinus 87, 88 

— papillionaceus 65, 66 

— Pauleti 89 

— paxillus 72 

— pectinaceus 35 

— pediades 58 

— pellospermus 70 

— perforans 56 

— perislerigius 28 

— perpendieularis 56 

— Persoonii 77 

— Pes capraj 28 

— phalenarum 65 

— phalloïdes 84, 85 

— phonospermus 62 

— physaloides 51,52 

— pileolarius 37,61 

— Pileolus 23 

— piperatus 33 

— plancus 54 

— platycephalus 77 

— platypus 48 

— plurubeus 30 

— pluteus 74 

— polycephalus 60 

— polymyces 80 

— pometi il 

— pomposus 76 

— porphynus 83 

— praecox 51 

— pnegnantissimus 32 

— praHorius 83 

— pratensis 21 

— pruinatus 18 

pruinosus 23 

— Prunulus 13,37 

— pseudo-aurantiacus 86 

— pseudo-mousseron 54 

— psittacinus 41 

— pudens 53 

— pulverulentus 58 

— purus 64 

— purus (rufoviolaceus) 64 

— puslulatus 88 

— quercinus ... I 

— quinquepartitus 25 

— radicalus 64 

— radicatus (pudens) 53 

— radicosus 53 

— radiosus 5,49 

— ramosus 60 

— regius 84 

— renidens 24 

— rhodoleucus 42 

— rhodomelas 82 

— rhodopolius 51 

— rimosus 63 



Agaricus rosellus 56 

— roseus 64 

— Rotula 50 

— ruber 26,27,38 

— rubescens 38, 88 

— rufocandidus 70 

— rufus H 

— Russula 25 

— Saint-Cloud 2 

— 9alignus 10 

— sambucinus 44 

— sanguifluus 38 

— sanguinalis 29 

— sanguineus 27 

— sarcocephalus 57 

— scriblita 46 

— scruposus 22 

— semiglobatus 81 

— sepiarius 2 

— setiger 73 

— siligineus 66 

— sinapizans 39 

— sericellus 51 

— solitarius 85,86 

— soricinus 25 

— spermaticus 20 

— Sphinx 55 

— spissus 87 

— spodoleucus 10 

— striatus 68 

— strobiliformis 88 

— subantiquatus 75 

— subatratus t 66 

— subtomentosus 74 

— suffrutescens 53 

— sulphureus 40 

— sylvicola 73 

— thejogalus 31,32 

— lenellus 57 

— tener 66 

— terreus 63 

— testitudineus 46 

— tithymalinus 38 

— torminosus 31 

— tortilis 54 

— torulosus 13 

— Tuba 28 

— tubœformis 53 

— turbidus 25 

— turcosinus 37 

— ulmicola 44 

— Umbella 80 

— umbilicatus 49 

— umbratus 78 

— umbratilis 43 

— umbrinus 30 

— vaginatus 81,82 

— vaporarius 73 

— vaternosus 34 

— vellereus 30 

— velutinus 24 

— vernus 85 

— verrucosus 88 

— versicolor 4 

— violaceus 45 

— volemus 38 

— volvaceus . . 82 

— violaceo-cinereus 45 

— viperinus 82 

— virescens 34,35 

— virgineus 29,61 

— viridis 30 

virosus 85 



Aiguille rouge (T) 65 

Ailes de pigeon (les) 20 

Allier de Franche-Comté C0 

— de montagne (i') C7 

— de Suisse (le grand) 60 

Amadou blanc 5 

Amande amère (1') 78 

Amanita ampla 87 

— ca?sarea 84 

— citrino-alba 86 

— excelsa 87 

— Flandiana 80 

— lenticularis 80 

— naucina 81 

— nitida 89 

— pantherina 88 

— prœtorius 83 

— porphyrius 83 

— solitaria 86 

— spadicea 82 

— strobilil'ormis 88 

— veina 85 

Arcyria punicea 1 20 

Ascophora Mucedo 124 

Aserocybe Bassii 109 

Asterophora agaiicoides 108 

— lycoperdoides 108 

Auricularia mesenterica 3 

Aurore bleu (le petit) 41 

B 

Barbe-de-chèvre ordinaire 112, 113 

Basset :1e) 46 

— de cave 26 

Bijou blanc de lait (le petit) 48 

Bisotte (la) 34 

Blanc d'argent (le) 21 

— de champignon 4 

Blanchotte (la) 36 

Blanc d'ivoire mortel (le) 29 

Bolet ligneux (le) 5 

— trompeur (le) 46 

Boletussestivalis 93 

— albus 95 

— albus, pileo coniplicato nigro.. . . 107 

— annulatus 91 

— autumnalis 94 

— bulbosus 91 

— calyciformis 108 

— caudicinus 7 

— castaneus 92,96 

— chalcedonicus 97 

— chrysenteron 98 

— citrinus 7 

— circinans 97 

— cyanescens. B. fulvidus 92 

— edulis 91, 92 

— esculentus .. 91 

— fomentatius 6 

— frondosus 14 

— fulvidus 92 

— granulatus 96 

— granulosus 97 

— haematopus 98 

— hepaticus 6 

— hispidus 7 

— igniarius 5 

— Larkis 8 

— leucomelas 90 

— leucophajus 108 

— lucidus 6 

— luteus 91 

— luridus 95,96 



TABLE DES MATIERES. 

Boletus obliquatus 6 

— Obsonium 03 

— ollicinalis 8 

— pacliypus. . . 96 

— parvulus 98 

— pellitus 98 

— perennis 90 

— pileo monachi . 1 07 

— pileo spiialibus plicis contorto.. . 108 

— polymorphus 8 

— psittacinus 94 

— purgans 8 

— radicans. . 94 

— rubeolarius 95 

— rufus 92 

— sanguineus 3,97 

— scatier 95 

— scaber. B. rufus 92 

— squamosus 8 

— subtomentosus 93,94,97,98 

— suaveolens 9 

— sulpbureus 7 

— testaceus 92 

— tuberaster 91 

— ungulatus 6 

— versipellis 92 

Bonnet d'argent à feuillets roux (le)... 66 

— de matelot (le) 66 

— romain (le) 65 

Bonnets (les petits) 70 

— rayes à l'encre "1 

Bouclier (le) 20 

Boule de neige . 73 

— de neige (fausse) 55 

Bouteille à l'encre (la) 71 

Bouton blanc, à feuillets roux (le] 62 

Bouquet de chêne 14 

Boursette blanche (la) 125 

— rouge (la) 126 

Boursettes à réseau (les) 126 

Bouton à tige de sabot de cheval (le)... 108 

— des champignons (le) H'S 

— lilas (le petil) 02 

— plateau, blanc de lait (le) 61 

Boutons d'or (les) 60 

Bovista plumbea 120 

V 

Cannellier de Fontainebleau (le grand).. 72 

Cantharellus aurantiacus 22 

— cibarius 17 

— cornucopioides 102 

— infundibuliformis 49 

— olivaceus 50 

— papvraceus 50 

— rufescens 18 

— tubiformis 17 

Carie des bips (la) 124 

Carnés de Vaillant (les) 6i 

Carpobolus albicans 122 

— stellatus 122 

Cèpe à bras 98 

— agate (le petit) 97 

— à verrues 98 

— blanc (le) 95 

— commum (le) 94 

— creux (le) 96 

— de Fontainebleau 92 

— de Juillet 02 

— en cheville velouté 98 

— éraillé longue tige 94 

— franc à tête noire 92 

— livide (le) 95 



129 

Cèpe Fuseau (le) 05 

— mousseux des limaces 92 

— Obson 93 

— peaussier 9S 

— Perroquet (le) 94 

— Pineau colleté 01 

— royal 93 

— soufré 98 

— vineux (le) 92 

Cêpillon (le) 98 

Chair de Bavière 1 3 

— des pommiers 7 

Champignon à la bague 105 

améthyste (petit) 52 

— androsacé (le) 50 

— aurore des arbres (le) 43 

— aurore du hêtre 76 

— cinq parts (le) 25 

— de couclie 72 

de couche bâtard 74 

de couche marron 73 

— de couclie, non colleté 44 

— de la chicorée 68 

— de l'aune (le) 80 

— de Mithridate 60 

— de l'orme 44 

— des caves ... 73 

— des dames 35 

— des plantes potagères 68 

— du chêne (le) 43 

— du cerf (\e) 32 

du fumier 69, 70 

— du houx .. 18 

du marier blanc "9 

— du' peuplier 70 

— du sureau 44 

— feuilleté de Bassins 109 

— musqué 45 

— noisette 57 

ordinaire 72 

— phosphorique 11 

— spermatique (le) 20 

— Souci du noyer (le) 43 

— soyeux du chêne (le) 79 

— térébinthe 39 

_ tout blanc (le) 4i 

— typhoïde 72 

— violet (le) 45 

Chanterelle ' 7 

Chapeau de Sénard (le) 23 

Chapeaux (les petits) 53 

— d'argent (les petits) 60 

Charbon des blés (le) 123 

— des grains 124 

Chartreux (le) 42 

Chênier dur (le) 40 

— ventru (le) 22 

Chevelure des arbres (la) 114 

Cheville en coin (la) 21 

Cheviller blanc (le) 21 

— roux (le) 21 

Chevrette bleue H 

en éventail ' " 

Chevrotine (la) "' 

— de Suisse (grande) 16 

Choiromyces Leonis ' 16 

Citron (le) 40 

Clathrus cancellatus 126 

— denudatus 128 

— Locellus '25 

_ ruber <''» 

— volvaeeus 1 2G 

Clavaire d'insectes (la) • 1 ' 

Clavaria amctbystea " 2 

I" 



130 

Clavaria amethyslina "2 

— atra "' 

— atropurpurea 'il 

Bolrytis "3 

— coralloides 1 12, 113 

— Cornu cervi ... 113 

digilata "S 

— erythrina. " 2 

— flava U3 

— hydnoides •• tH 

— hypoxylon "5 

— laciniala 113 

multicoma 114 

— ophioglossoides 112 

— pcnicillata "3 

— pislillaris 110, m 

plebeia 113 

purpurascens 113 

— sccalina 111 

Clochettes (les) 70 

— rayées (les) 68 

Cloque des blés (la) 124 

Clou doré rose (le) 5(1 

— gercé du bois de Boulogne [le) 21 

— moyen de Sénard (le) 21 

— rayé de Meudon (le grand) 21 

Coccigrue à lentilles 103, 104 

— en champignon 102 

Cœlomitra lichenoides 108 

— Monacella 108 

— suleata , 108 

Cœlomorum calyciforme 107 

— esculenlum 106 

giganieum 106 

— pileatum 107 

— quadripartitum 107 

ramosum îou 

Colimaçon (le) 40 

Collema salurninum 99 

Colombettes de J. Dauliin 2S 

Collel blanc (le grand) 77 

— blanc de saule (le) 76 

— muqueux (le) ...... . ■ •• 77 

Cône doré (le petit) 65 

— doré de Tournefort (le grand) 05 

Conque Oreille frisée 09 

— marine (la) (10 

Coprinus extinctorius "0 

— fimetarius 72 

— fuscescens 70 

— micaceus 7 1 

Coquemelle des prés (la) ... 7 i 

Coquille de chêne 9,11 

— de l aune ' ,~jm 9 

— du marronnier cTrnde 10 

— noire du hêtre 10 

pétoncle (la petite) 1 

— tigrée de l'orme 8 

Coquillère 100 

Corallo-fungus cioectis, ornithopoides.. 1 1 3 

Cordyceps digitata 115 

— hypoxylon lii 

— militaris ni 

Cornaline (la) 97 

Corne d'abondance (la) 14 

— decerfUs) 113 

Cornes de cerf (les petites! 1 1 i 

Cortinarius calerai us 78 

— crystallimis 64 

— violaceo -cinereus 45 

Coulemelle (la) 7 4 

— (la petite) 75 

— d'eau (la) 75 

Coulemelle du chêne (la) 7 6 



TABLE DES MATIERES. 

Crâne (le) 

Coryne sarcoides 103 

Cralercllus cornucopioides 102 

Crottin de cheval (le) (il 

Crueibuliim vulgare 103 

Cuiller des arbres (la) 10 

Cupule de gland (la) 104 

Cyathus Crucibulum 103 

— Olla 104 

— vernicosus 10 i 

Cynopliallus caninus. 1 10 



Daedalea quercina 1 

Darmas des Provençaux. 22 

Dendrusarcos Alni 9 

— Bavaria j '3 

— Carpini 12 

— cochlearis 10 

— cornueopias -. 14 

— depluens 13 

— hepaticus 6 

— Hippocaslani .. 10 

— Ilicis '2 

— imbricatus 7 

— Juglandis 9 

— llngulatus ' ! 

— mollis ■ ■ m 

— nigrescens 10 

Oies 12 

— phosphoreus 1 1 

— ponieti H 

— populeus 13 

quercinus 9 

— rutilensis 7 

Dés à coudre (les) 69 

Digitellus chirophora HO 

Doiglier humain (le) 1 10 

Doré bulbeux (le) 21 

— du Itouergue (\e) 20 

— soufré (le) 40 



iî 



Elaphomyces granulatus 117,118 

— oflicinalis 118 

Elvella infula '05 

Eleignoir à l'encre ([') 70 

— blanc de lait y V). 51 

— brun (F) 51 

— des jardins (1') 27 

— des prés (!') 27 

— doré lige brune ([') 63 

— Pied- de-chèvre (F) 28 

— Rouge-bord (T) 26 

— vénéneux (1) 29 

— zone (F) 12 

Ergot de seigle III 

Eromitra Gigas 106 

Escudarde Couleuvre 16 

— Cure-oreille 16 

— épineuse 15 

— feuillets terre d'Ombre 15 

— papillée 15 

— Truffe 14 

Etoile à bombe (la petite) 122 

— de terre (V) 122 

— grise (!') 39 

— polaire (1').. 54 

Exidia Auricula Juda: 98 



!• 



Favolus alvenlarius 90 

— agariceus . 90 

— arcularius 90 

— ciliaris 90 

Feu des bois (le) 126 

Feuille morte (la) 24 

Fille du ciel 100 

Fistulina buglossoidcs 6 

Flèche rouge (la) 65 

Fleur de tan ■ 105 

Foie de bœuf 6 

Fuligo vaporaria 105 

Fuseau rubanier (le) . 77 

Fungoides Auriculam Juda; referens 103 

Fungoides fungiforme, crispum, lacinia- 

tum 107 

Fungoides fungiforme fructum, etc 105 

— glandis cupulam referens 104 

— hyosotis.. 100 

— pyri inversi forma 103 

Fungus alpinus, odore et sapore allii 67 

— bulbosus, cruciformis, odoratissi- 

mus 83 

— bulbosus et spongiosus, pileo ru- 

fescente 83 

— bulbosus pileo aculeis, etc 89 

— bulbosus pileo strobiliformi.. . . 88 

— cainosus pileo clalo 73 

— colore candido tuberculis, etc. . 89 

— esculentus, odorus 26 

— exilis Marattae . , 110 

— gclatinosus, flavus 102 

— giiseus, holosericeus 81 

— giiseus, holosericeus, pileo cre- 

nulato 81 

laelescens pra'gnantissimus . . . . 32 

— minimus candidus 57 

— minimus flavescens, etc 49 

— minor colore citiino 55 

— omnium minimus 57 

— pediculo croceo, splendoris parti- 

cipe 56 

— porosus 97 

Ci 

Gallinole{\a) 113 

Gâteau de loup 9C 

Géant (le) 77 

Geaster diderma 123 

— fornicatus 123 

— bygiometiicus 122 

— major osculo stellato 125 

Geastrum duplicatum 123 

— hygrometricum .... 122 

— quadriddum 123 

Gélatineux à papilles (le) 3 

— a soies .... 3 

Geoglossum glabrum 1 12 

— atropuipureum 111 

Glaireux balayeur (le) 41 

— rayonné (le) 42 

Gland de terre (le) '" 

Glycydidermacollare '23 

— lanatum. . 123 

— stellatum 122 

Godet crotmier (le) . 1°1 

— montés (les) 56 

Gorge de pigeon ila) 35 

Gouttes de sang (les) '24 

Griffe (la petite) "3 

Gyrole n 



Gurole (grande) IS 

— blanche. 18 

— Dentelle 18 

— de Vaillant (la petite) 49 

— en fuseau 18 

— femelle (fausse) 22 

— p ruinée 17 

— trompeuse (la) 28 

H 

Helvellaconformis 1 07 

— crispa 108 

— gelatinosa 102 

— lacunosa 107 

— leucophœa .... lus 

— Mitra 107, IOS 

— Mitra. Var. nigrescens 107 

Monachella 107 

— puila lOo 

purpurea . 103 

— quinqueloba 107 

— ramosa 107 

Hericium coralloides 111 

— Erinaceus 112 

Hérisson (le) 112 

Houppe des arbres (la) 114 

Hydnum Auriscalpium 16 

— badium 15 

— cervinum 17 

— conerescens 4 

— coralloides 113,114 

— cyathiforme 4 

— decipiens 3 

— Erinaceus 112 

— gelalinosum 3 

— Isevigatum i G 

— occidentale 15 

— pusillum 17 

— ramosum 114 

— repandum IC 

— squamusum i6 

— subsquamosum i:> 

— violaceum 17 

— vioîascens 17 

Hyirophore soyeux ')') 08 

Hydrophorus limacinus 36 

psitlacinus 41 

Hygrophorus conicus 65 

— glutinifer . . 41 

— limacinus 42 

— miniatus 5S 

— murinaceus 40 

— puniceus 65 

— virgineus 29 

Hypodendrum croceo-sulpbureum 80 

— Fagi 76 

— populeum 79 

Quercus 76 

squarrosum 75 

Hyponevris Cantharellus 17 

— pruinala 17 

— rufescens 18 

Hypophyllum acuminatuni 66 

— adamantinum 88 

— albu-i itnnum 86 

— album 33 

— alliaceum 67 

— allipes 23 

— amygdalinum 78 

— Aquifolii 1g 

— aquosum 53 

— arboris Mori 79 

— argenteum 60 



TABLE DES MATIÈRES. 

Hypophyllum aromaticum 47 

— alramentarium 70 

— auricolor 24 

— bicolor 60 

— brunneuni 51 

CiTruleum 37 

— caesareum 84 

Callhuca 43 

— campaniforme 69 

— campanuliforme G8 

— caprinum 19 

— Caput bufonis 22 

— cereum 81 

— cervinum 32 

— Cichorii (;S 

— cineritium 51 

— cinnamomeum 42 

— Cinnamomum 75 

cyprinura 00 

— citrinum 40 

clavatum 54 

— Clavus 21 

— colubiinum 75,83 

— columbaie 28 

Columella 74 

— Colus 51 

concentricum 75 

conicum 65 

— corvinum 43 

— cucullalum S4 

cueurbilinum 37 

cuneatum 21 

Crus melitensis 82 

— cryptarum 73 

cyanuxanthum 35 

— depressuni 46 

— digitalum 09 

durum 40 

— cburneum 29 

— elatum si 

— epidcndrum 59 

Eryngii 18 

— équestre 54 

— excelsurn .... 50 

— extinctorium 51,70 

farmulentum 37 

— fasciatum 31 

— fascieulare 5S 

— fasciolatum 77 

— Fibula 21 

— fimetarium 69, 70 

— fistulosum 29 

— fissum 48 

— flavo-atrum 42 

— fossarum... 27 

— fulgens - 43 

fuliginosum 02 

— fulvum 24 

— fusco-castaneum 39 

— fusipes ... 22 

Garidelli 27 

— gemellum 22 

— geminum 19 

— giganteum 77 

globoso-cameiatum 74 

— globosura .... 73 

— glycyphyllnm 48 

— glycyrrhisalum 24 

— gyrans 28 

— helvelicum - C0 

— bypnorum 52 

— ianthinum 37 

— iiifundibuliforme 27 

— integrum (columnare). . . . 34 



131 

Hypophyllum integrum (Russula) 34 

— integrum (virescens) 33 

— laccatum 20 

lacerum 21 

lacteum 54,61 

lactifluum 38 

— lanuginosum 53 

— lateritium 31,59 

— lepidum 43 

— lepidopus 46 

— iilacinum 33 

— limacinum 41 

livescens 34 

— lobulifurme 45 

longipes 57 

luteo-album 36 

— margariliferum 87 

médium 48 

— mucidum 77 

muscarium 86 

— muscicola 47 

— inyomyces 03 

nauticum 66 

nisrum 30 

— nitido-guttatum 80 

mveum S5 

— odoratum 54 

— olivaceum 5(1 

— ovatum .... 69 

— oviforme 71 

— oviparum 71 

— pallido-rufescens 57 

— palumbinum 47 

— papillare amblypos 62 

papillare aureum 63 

— papillare bicolor 62 

— papillare. Fimus equinus . . 01 

papillare Iilacinum 62 

papillare majus. 61 

— papillare minus 61 

— papillare nyctalopicum. ... 64 

— papillo-ardosiacum 63 

— papyraceum 50 

— pellitum S5 

— personatum 45 

Pes capra? 28 

— pileatum 05 

Pileolum 70 

— piperalum 29 

platycephalum 77 

plicatum 20, 71 

polycephalum 00 

— polymyces 80 

— pr;cgnant:ssimum 32 

— provinciale 22 

— pruinatum 23 

Prunulum 46 

pseudo-campestre 44 

pseudo-globosum 55 

— pseudo-muscosum 55 

— pudibundum 32 

— quinquepartitum 25 

_ radiatum 42 

— radicato-mammosum 64 

radiosum 49, 53 

— Radula 89 

raphanoides 23 

Rotula 50 

— rotulaceum 53 

_ rotundius 47 

— rufum 32 

Russula 35 

ruthense 20 

— 6accharatum 82 



132 

Hypophjllum sambucinum 44 

— sanguifluum 38 

— sanguineum 58 

saponarium CG.79 

scissum SI 

seopamim il 

Scyphus 21 

Senardianum 21 

seiïceum 08, 79, 82 

setigerum 3(i,73 

sinapisans 39 

spadkeum 59 

spermaticum 20 

stellaturn 39 

striatum 50 

strobiliforme S8 

subrubens G4 

sulphuratum 58 

terebinlhinaceum 39 

— Testudo 20 

— tortile 53 

lorminosiim Il 

totum alljum 14 

tricolor 3C 

Iricuspidatuin 89 

lubœforme 28 

tmbinat uni 15 

ulmicola il 

Umbella.. 80 

umbilicatum 19 

umbrlnum 30 

umbrosum, 74 

undulatum 21 

unicolor 78 

vaccinum 1!) 

villosum 12 

vinearum 82 

vinosum 25, Ss 

violaceum 45 

— virens 25 

virgum C5 

viridans 35 

vii ide 30 

virosum 81 

— viscidum Il 

xeiampelinum 21 

znnale.. 12 

— zonatum 31 

Hypothele indigofcra 1 7 

— repanda 1G 

— squamosa 10 

Uypoxylon à grains 114 

— à sommités blanches 111 

— Doigtier 115 

Hypoxylon coccineum lût 

J 

Jambier blanc (le) 48 

— Réglisse (le) 48 

Jaunotte (la) 36 

Jonquille du. cliëne 10 

Jumeaux cannelle (les) . 19 

Keuka des Polonais (le) 115 

Ii 

Labyrinthe Chapeau 2 

Étrille 1 

Rocher 1 

Lactarius aspideus 33 

— campylus 32 



TABLE DES MATIÈRES. 

Lactarius controversus 29 

— ichoiatus 3S 

— luridus. 31 

— pallidus 38 

— rufiis Il 

— sanguifluus. . 38 

— umbrinus 30 

— viridis 31 

Lnctifluus piperatus 30 

— pyrogalus 32 

— rub'er 38 

Lait doré (le) 31 

Laiteux briquelé (le) 31 

— Cheville (le) 32 

— poivré blanc (le) 29,30 

— poivré noir (le) .'0 

— poivré terre d'Ombre (le) 30 

— poivré vert (le) .'. 30 

— rougissant (le) 32 

— zone de Vaillant 31 

Langue de bœuf G 

— de noyer 11 

— de pommier 11 

— de serpent (la; 112 

Lentinus sull'rulescens 53 

— umbellatus 11 

Lenzites sepiaria 2 

Leotia gelatinosa 102 

— lubriea 102 

Lepiota Pauleti 89 

Lichen Agaricus nigricans 115 

— Agaricus terrestris 115 

Lie de vin (le champignon) 25 

Limace gorge-de-pigeon (la) 41 

Lobier subéreux 2 

Lycogala epidendrum 124 

— griseum 124 

— miniata, 123 

Lycoperdon album lanuginosum, etc.... 123 

— album tinctoiium 119 

ardosiaceum 120 

aurantii coloria 121 

aurantium 121 

Boïista 119, 121 

cilrinum ... 121 

craniolare 119 

epidendrum 124 

equinum 109 

excipuliforme 121 

fasciculatum 12 1 

fenestratum 123 

gemmatum 1 20, 121 

giganleum 1 19. 121 

hirtum 120 

mammaefnrme 123 

— minimum U2 

ovoideum 121 

pedunculatum 122 

perlatum 120 

pisiformis 124 

pratense 120 

pyriforme 119, 121 

— stellaturn 122, 123 

truncatum 120 

variolosum 101 

— velatum 123 

— verrucosum . . . us 

— verrucosum, sphœricum. .. . 118 

M 

Mamelle (la petite) 31 

— à l'encre 70 

— dorée et rayée (la) 63 

Mamelon aurore (le) G5 



Mamelon blanc (le grand) 61 

— souris (le) 63 

Mamelonné ardoise (le) 63 

Mamelonnés bistre, grand et petit (les).. 62 

Mamelons blancs (les petits) 61 

Manchettes grises (les) 20 

Marasmius oreades 54 

— perforans 50 

— Rotula 50 

— scorodonius 67 

Marbré bistré (le) 93 

— de plusieurs couleurs (le) 93 

— feuille morte (le)... 93 

— olivâtre (le) 93 

Marron tardif non colleté 44 

Mascarille 45 

Masse d guerrier (la) III 

— d'eau (la) 72 

Merulius aurantiacus 23 

— Canlharellus 17 

— cornucopioides 102 

— tubiformis 18,49 

Moisissure blanche (la) 124 

— verte 125 

Monilia digitata 125 

Morchella esculenta 106 

— — pileo destituta 125 

— Gigas 106 

— pleopos 114 

Morille à chapeau 106 

— a pans 107 

— de loup 114 

— de moine 1 08 

— en arbre 1 06 

— en bonnet 1 07 

— en coupe 1 07 

— en mitre 107 

— ordinaire rousse 106 

Mort du safran 117 

Moucheté (le petit) 94 

Moucheté verdûtre 94 

Mnule-de-bouton (le) 45 

Moutardier de Sénard (le) 39 

Mousseron blanc (faux; 26 

— blanc de lait (faux) 54 

— Cheville 54 

— d' Armas (le) 4G 

— d'automne 54 

— d'eau 53 

— de Bourgogne 47 

— de France (le vrai) 47 

— des prés 46 

— Godaille 54 

— Godaille (faux) 55 

— isabelle de Suisse 47 

— Palomette des Béarnais 47 

— pleureux (faux) 55 

— Prunelle d'Italie (le) 46 

— sauvage des bois 26 

— Tire-bouchon 54 

Mousseux d'été (le grand) 93 

— d'été (le petit) 93 

Mouton (le) 3l 

Mucor hydrophora |2 4 

— penicillatu? '25 

— septicus 105 

— viridescens I2 5 

Mutinus bicolor '"9 

Mycélium agarici campeslris 4 

Necrosis graminum " 3 

Nidularia Crucibulum "" 

— lsevis m 



Nidularia vernicosa 104 

Nielle des blés (la) ■ 123 

Nombril blanc lie) 19 

— laiteux (le) 32 

Nostoch commune 100 

Nostoch ordinaire 100 

— du Genévrier (le) 110 

— jeune des arbres (le) 101 

Nostoch luieum mesenteri forma, etc. ... loi 

Nyctalopique (le) 5i 

O 

Obson (Y) 93 

OEil-de-corneille (!') 43 

OEufs à la neige et à l'encre (les) 71 

— bruns (les petits) (J9 

Oignon de loup (I') 95 

Omorysa camosa lOi 

— onosotis 100 

— venosa 102 

Onigena equina 108, 109 

Oreille brune (!') 100 

— d'âne HIO 

— de chardon 18 

de charme 12 

— de chat 101 

— de cochon (la grande) 100 

— de cochon (la petite) 99 

— de Judas 98 

— de l'olivier 12 

— de noyer 9 

— de singe 102 

— d'ours 100 

— du chêne vert 12 

— tigrée de l'orme 8 

Oreillette rouge des arbres (I') 101 

Oronge (la fausse) . 86 

— à facettes de diamants 88 

— à pointes de râpe 89 

— à pointe detrois-quart 89 

— à pomme de pin [Y) 88 

— blanche 86 

— Ciguë blanche 85 

— du printemps 85 

— — jaunâtre 84, 85 

— Cire jaune (petite. 81 

— Citron 86 

— Coquemelle 84 

— Couleuvre 83 

— Croix de Malte 82 

— déneige 85 

— des vignes 82 

— dorée 86 

— gercée 81 

— Marron (I') 83 

— peaucière de Picardie 85 

— perlée 86, 87 

— satinée (!') 82 

— satinée rayée 81 

— sucrée (Y) 82 

— tannée (Y) 83 

— vineuse 88 

— vraie 84 

I» 

Pain de loup 96 

— de vache (le) 19 

Parasol aqueux (le) '18 

— blanc (le grand) 80 

— olivâtre (le) 50 

— papyracé (le) 50 

— rayé (le) 50 



TABLE DES MATIÈRES. 

Parasol visqueux (le) 49 

Paturon blanc (le) 74 

Paxillus atro-tomentosus 16 

— involulus 27 

— lepista 21 

Panus torulosus 13 

Parmelia saturnin;! 99 

Peau de morille à piliers 101 

— de morille en écu 101 

— de morille fleur de capucine . 104 

Pénicillium glaucum 125 

Perroquet (le petit) 41 

Pétoncle (la famille) 13 

Peuplière brune (la) . . . 13 

Peziza alutacea 101 

— auramia 104 

— Auricula 98 

— Auricula Juda? 99 

— badia 102, 103 

— cœlata 10s 

— calyciformis 107 

— cochleata 100,101 

— cochleata. Var. umbrina 99 

— coccinea 104 

— conchata 99 

— contorla 108 

— coriacea 102 

— cornucopioides 102 

— crenata 1 04 

— cupularis 1 04 

— lentifera . 105 

— leporina 99 

— lycoperdoides 103 

— navicularis 109 

— numismatalis loi 

— ochroleuca 99 

— polymorpha 105 

— punctata 1 02 

— rhizophora 104 

— umbrina 100 

— vesiculosa 103,105 

Pezize à lentilles 105 

l'ballobolelus, esculentus, pileo conico. 106 
Pballoidastrum bononiense , alpinum 

Bassii 109 

Phallus Bassii 109 

— caninus . 109 

Phallus de Bassius 109 

— en morille ordinaire 109 

— en pilon 109 

Phallus esculentus 106 

— impudicus 109 

— pervius 109 

Pied bot, salin pâle (le). 62 

Piei-de -chèvre (le) 19 

Pied rouge (le) 98 

Pilon (le gros) 110 

— (lepetil) 110 

Pineau à collet 77 

— à trois couleurs (le) 98 

— jaunâtre 96 

— jaune (le) 97 

— moyen 96 

— tête rouge (le) 97 

Pinedo des Provençaux 27 

Pivoulade des Languedociens 79 

Plateau bleu de ciel (le.) 37 

— de Sainte-Lucie (le) 36 

— fa rineux (le) 37 

— gris odorant 37 

— tricolore (le) 36 

— violi t améthyste 37 

Plecostoma fornicalum 123 

Podisoma Junipcri cominunis 110 



133 

Polymyces phosphoreus 12 

— simple* luxurians 79 

Polypore coquillier 14 

— Charbonnier (le' 90 

— (le petit 90 

— zone 90 

Polyporus abietinus 3 

— agariceus 90 

— arcularius 90 

— asperellus 14 

— carbonarius 90 

— esculentus parvus 90 

— exiguus, pileo hemisphœrico.. 90 

— fasciatus 90 

— fomentarius .' 6,6 

— frondosus 14 

— fuliginosus.. . 5 

— hispidus 7 

— igniarius 5 

— imberbis 2 

— leucomelas 90 

— lucidus 6 

— multiconcha 14 

— officinalis 8 

— Pauleti 15 

— perennis 90 

— Pes caprae 15 

— quercinus 7 

— sanguineus ;j 

— suaveolens 8 

— suberosus 7 

— sulphureus 7 

— squamosus r 

— torulosus 5 

— tuberaster 91 

— Ulmi s 

— umbilicatus 90 

— varius. V. convolutus 99 

— versicolor 4 

Polysaccum crassipes 119 

Pomme de loup à verrues 118 

Porcelet brun (le) 90 

Porcino, e Cepatello buono, bianco 95 

Poronia Gleditschii 102 

— punctata 102 

Porte-drapeau 1 05 

Potiron roux 94 

Poule (la) 113 

Prévat au tour (le) 34 

— blanc (le) 33 

— cerise pâle (le) 34 

— lilas (le) 33 

— verdoyant (le) 33 

Prune de Monsieur (le champignon 1 53 

Pterula penicillala 113 

Pyrenium fomentarium 5, 6 

— igniarium 5 

— lignosurn .', 

— ungulatum 5 

— vernicosum c 

<» 

Quenouille à fossette (la) 62 

— montée (la) 61 

B 

Racinwr blanc (le) 5 

— blanc et roux (le) 53 

— cotonneux, feuillets blancs (le). 53 

— mamelle de chair (le) 64 

— tord, feuillets roux (le) 53 

Hoquette blanche (la) 13 



134 

Ravier de Vincennes (le roux) 23 

Réglisse sale (le champignon) 24 

Régulier doré (le) 7S 

— filtre -(le) 18 

Religieuse (la petite) 108 

Reticularia hortensia 105 

— segetum 124 

Rhizina undulata 104 

Rhizoctonia Crocorum 1 1 7 

— \iolaceum 117 

Rtiizopogon rubescens - H8 

Rouergat (le) 20 

Rougeoite (la grande) 34 

— à lait acre 31 

Rougcotte à lait (la) 38 

— à la it doux (la) 38 

— ordinaire (la) 35 

Rougillon des Toulousains 3S 

Rousse (la) . 3S 

Rausselel marron (le) 42 

Rousset noir (le) 42 

Roussillim duré (le) 24 

Roux clair (le) 24 

— glaireux (le) 41 

Russula œruginosa 35 

— delica 33 

— tmetica 35 

— emettca*, Clusii 35 

— feliea 36 

— furcala. 34 

— lactea 34 

— rubra 27 

vaternosa 34 

— vesca 34,35 

— \irescens 35 

— vu iilesccns 34 

Ruthca involiita 27 

« 

Sabot ligneux (le) 5 

Sang des marais (le) 5S 

Satiné soyeux cendré (le) 51 

— marron (le) 39 

Saucier,' à navette (la) 106 

Savatelle baie-brune J5 

— Truffe 14 

Savonnier (le) 79 

Schizophyllum commune 1 

Sclerodcrma ceninum 117, lis 

reniforme 1 18 

— tinctorine 119 

— linctorium 119 

— verrucosum IIS 

— vulgare 120 

Sclerotium Clavus 1 11 

— Crocorum 117 

— Senien 117 

Scutiger Auriscalpium 16 

— badius 15 

— hypophyllum 15 

— macnlatus 16 

— spinosus 15 

— suliMjuaniosus 15 

— tubcrosus 14 

Serpent noisette et noir 57 

Sistotrema violaceum 2 

Soucoupe, peau douce (la) 26 

Souris rose (la) 15 

Soyeux noisette (le) 36 

Sparassis crispa lofl 

Sphœria Biassicae 117 

— clavala 114 



TABLE DES MATIERES. 

Sphaeria digitata 115 

— fragiformis 101 

— liypoxylon .. 114, 115 

— Keuka 115 

— mililaris 1 1 1 

— polymorpha !15 

— Poronia 102 

— punctata 101 

— Irifida.. 114 

Sphserobolus stellatus 122 

Sphaeropus equinus 108 

— fungorura 108 

Sphinx (le 1 55 

Spongia fugax mollis, etc 105 

Stemonitis crocata 126 

— fasciculata 125 

— ferruginea 125 

Suillus esiulenlus 91 

— esculenlus crassus 96 

Surmousse (le) 52 



Tannée 105 

Terfei 116 

Terfez Africanorum . . 1 16 

Terfezia Leoms 116 

Tête de crapaud [la) 22 

— de Méduse (la) 80 

— d'épingle de chêne (la) 57 

— d'épmgle rouge (la) 56 

— d'épingle rousse (la) 57 

— d'épingle safranée (la) 57 

Têtes bai-brunes (les) 59 

— blanches et noires (les) 60 

— de carpe (les) 66 

— de feu olivâtres (les) 58 

— de feu soufrées (les) 59 

— de soufre (les 1 58 

— faines (les) 59 

Téteron (le) 46 

Thanatophyton Crocorum 117 

Tilletia Canes 124 

Timbres violets (les) 67 

Tigre des arbres (le) 75 

Thelephora mesenlerica 3 

Toupie pelure d'oignon 45 

Tortue (la) 20 

Touffes argentées (les) 72 

— savonnière (la) 66 

Trametes Bulliardi 9 

Tremella Aui icula 99 

— amelhystea |0;j 

— chrysocoma loi 

— clavariaeformis 110 

— coecinea loi 

— dubiu 103 

— juniperina 110 

— hydhoides 3 

— lichenoides 99 

— ligulans 110 

— mesenlerica 3, 101 

— Nostoch 1O0 

— sarcoides 103 

— undulata loi 

Trichia axifera 125 

— cinnabaiina 126 

Trompettes blanches (les) 28 

— des morts 102 

Truffe à l'ail 115 

— Hanche d'Afrique 110 

— blonde 115 



Truffe de cerf d'Allemagne 1 17 

— de chou 117 

— en rein de Brandebourg M8 

— grise 116 

— noire des Français (la) 116 

Tuber album us 

— alliaeeum H5 

— brumale - ne 

— brumale pulpa obscura il 6 

— cervinum us 

— griseum ne 

— magnatum 115,116 

— niveum ng 

— parasilicuni 117 

— subterraneum lesticulorum forma. 118 

— terra Fex \{g 

Tubiporus aestivalis ... 93 

— annulaliis 91 

— aulumnalis 94 

— brachiatus 93 

— castaneus 97 

— Op> 95 

— erylhrocephalus 97 

— esculentus 95 

— fistulosus 96 

— Qavo-sulphureus 97 

— fusipes 95 

— granulatus 97 

— guttatus (major) 94 

— guttatus (minor) 94 

— Juin înensis 92 

— liviilo-rubncosus 95 

— longipes 94 

— marmoralus fuliginosus 93 

— marmoralus (major) 93 

— marmoralus (minor) 93 

— marmoralus multicolor 93 

— Cbsonium., 93 

— parvulus 98 

— pellitus es 

— psittacinus 94 

— rubescens 92 

— rufo-rubrieosus 96 

— squamosus 93 

sulphuratus 9s 

— ustulalus 92 

— versipellis 92 

Tubilina fer rugi ne.i 125 

Tulostonia brumale 122 

Turquoise 1 la) 37 

Tuyaux d'orgue (les) (25 



1 



L'Iva cDlherca 100 

Uredo Caries 121 

Uredo segetum 124 

Urne couronnée (1') 103 

Cslilago segetum 123 



Vaches 2D 

Yelucati de Vaillant 42 

Verpa paiula 107 

— speciosa 1O6 

Verre à patte (le) 27 

Vert des bois (le) 25 

— des orfes (lu). . 65 

Vesse de loup a grappe 1 2 1 



Vesse de loup à piliers . : . . . . 1 23 

— de loup à voûte. . 123 

— de loup ardoise 120 

— de loup Citrouille 121 

— de loup en pomme 120 

— de loup tn poire m; 

— de Uup en robe . - 123 

— de loup in voûte et à collier 123 



TABLE DES MATIÈRES. 

Vesse de loup montre 121 

— de loup montée (petite) 122 

— de loup noire . 120 

— de loup racinière à teinture 119 

— de loup sanguine 124 

— de loup tête d'homme 119 

Violet (le petit) 30 

— é eêque (le) 36 



U5 

Xyiaria dlgitata ub 

— hypoxylon 115 

— polymorpha us 

Xylometron ssnguineum 3 

— spinosum } 

Xvlostroma giganleum.. 5 



FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES. 



AVIS. 



La table qui suit indique les changements qui ont été apportés, dans le cours de l'ouvrage, à l'ordre numérique des plan- 
ches. Au moyen de cette table, les possesseurs de l'atlas des anciens exemplaires de Paulet pourront disposer les planches 
suivant l'ordre qui a été suivi dans la rédaction du nouveau texte. 



Les planches 



I et V deviennent les planches I 



III et XI 

IV etCXXXI 

VI 

Vil 

VIII 

IX et X 

XII 



XIII 

XIV 
XV 

XVI 
XVII 
XVII bis 

XIX 
XX iis 

XXI 
XXII bis 



III 

l\ 

V 

VI 

VII 

VIII 

IX 

X 

XI 

XII 

XIII 

XIV 

XV 

xvi 

XVII 

XVI11 

XIX 



Les planches 


XXII deviennent les planches XX 


— 


XXIII - 


XXI 


— 


LXIX iis — 


XXII 


— 


XXIV iis — 


— XX11I 


— 


LI — 


- L 


— 


L 


- 1 I 


- XCI et LXXXV 


XLI 


- XCV11 et LXVI 


XCVII 


- XCVII, 


fig. 3 et 4 


- XCVII iis 


— 


CX1I — 


— CXII iis 


CXXII et C1V 


— CXXII iis 


— 


CXLVII1 ter — 


— CXXX1 


— 


CXL - 


— CXL lus 


— 


CXLVI1! — 


CXLVHI iis 


— 


CLVI iis 


- CLVI 1er 


— 


CXX1X iis - 


— CLXUiis 


— 


CXC ils — 


CXC VI 



Au moyen de ces rectifications, les 217 planches de I'Iconographie des Champignons sont divisées régulièrement n ' 1 
àCCIV, puis n<" XXXV bis, XCVII bis, C bis, CXII bis, CXXII bis, CXXXV bis, a CXXXIX bis, CXL bis, CLVI bis, CLVI ter, 
CLXVI bis, CLXVIII bis, CLXXXIII bis. 



CORBF.IL. — IMPMMEKIfc ET STliKKOTVPlE DE CCETE. 



Pi. 1 




"V 




' $K J,!y ^ 
























Labyrinthe Kti-illcâi /..„, . ■/•-.,' 



1/ 








//niii'/ Paulct eïiU 





I .i petite Coquille fetoncL 



'a^ls^~irfîùi*JsCCcsisx 



\J Tom _ /','•: 



Jî 



/; 



.1 h Baillièrc. Libraire, h l'aria 



.f/m/A ■- •.// 



»L. II 





^ T % 





ski ' 



4 Jpg&£l3âî£ 



~ Lal)vrmtli(- Roche r.iEk. /;■», 2 l' 7 i, ■ 



J.B. B.uDLi'rp, Libraire, à Pans. 



Z&ue/Thafe e&7 ■ 



Fig..^ à.Açariciur Tècàiliun t CJ OloLaJj>~as < 

l..\I>\ rinllic cliapeau tri. /■■„, 2 p-i; 



w 



j£ '*0- f^o^c po-rttcc- 



A 



Fio" 1 .> - I,i,ii ii ir.i- resupùuu 

Ao-aric de S! (loin! iS. z& 



'/'//'//.: Ji) e--^-3^&-<? s&feA-'^sisLtx- yvi._ 



PL. Il 














V 



( I ( 



¥xgJ.Jty&me*ron loiatum Lolier sxOjercŒs A Tom iJP- 7 8 (pehùf,-fa-&^C^j ^A/y< 

2J[y/omefrwi jpàvoj-iem X' Ao-aric épmcnx A n m 2 /',-,» iS^. t^^ï^t-tyi/iy fr v<r ^ e£ ^ M *' 

àet l±\i//,/nie/run .iwt(/rtirnw/i ._ L'Ao'iinc sanguin A/™..- y" r , (PpCtfJg <r*-"<^l A <z<~^-<£frlAslsulLtj-' Tt - 








c ( K-I.ihiii'ux ,i suicsii /."« -■ /y" x/ c ' -> c 



a //>.<„/,■/ ./.■/ 



~6,./7. 7>,v„,//„ /,,,,/„„„/,., ./,„,/„„, Le (I.-I.iiIik-un àP.-vpiUes A /;,„, ,■ . /'..y- j\/ yd- tL 

.1 .11 11., ,11, .-iv, l.ilM-a, ,-,■.., Purin, ■''«"■■' : 



SiLcjt 




PL W. 

. ÉSfe 

S» ■■?.•■::' Vi ï- : - 

1 p 
--W ■ a IPfcï ; - A ! i' 

/M ■ 

■ ■', ■ ■ 

1 

Jïo\ 1 ■ -Jt/tls/<//.r trer.r/ro/or Ai^ai'ic à iVllllleS de rose EX Ton, 2 S/il.) Lj 

2 . -4yaricus infividi&ulum Ao\nic nis en entnimiiii" A\ Tom . 2 1> 81 .> (PcK^f £HHsC<-J If 1 ,f ~~ 

5. -dyaricur cya&ufbrmzir Avarie iris en coupe EX.Tnm.sf8j J 

4.5. Ajaricus concrescen* Agaric en creuset A T«n , X s 2 U^cC^c^^^ (^0-ZLcÂrin^<^ S 






lïff. §.-Blan&<Ze C/uu?yaù?7Von /"' /rrr,irn/,i//,>/i ,/,:, j-emence* Torn î.P.îjd . vt-lvC£XX^ t/l/l*siJ 

'1 '■ -dyarieuj- rcuficosiu .\ LeHacinier alanc v_y 



a^UJ&uJ a-,,. 



BourJAvJr/ ,/,■/ 



,1 11 Baillièi-e, Libraire à l'.-u 



il 



PI. V 



FioM. 








-gm; 






m, ,«r 


— 


A ^11 








• 






■ 


/- 









S- 














/ 






? 



r 








-cigl- 2. "h ■J'j/reium i/yra.nteum . 



Amadou l.l.nic T»m.*.j>as Jàk/O </£<S>-<L&Tn^aS 



</ 



'Y^tX-^factst^^ Kr- 



•' B 11; ère, mimurc, ,i I'.mm: 



PL. VII. 




--■ *.; ï'-iv. 







\Ëmmm 





■-■*m* • 





VA,,/,/,/,/. 



Fig.i. Pureff-csn M/igriela/uT/i 



Le s.iliol ligneux.. ±\ /.'., 
Le saboi ligneux. £\ 



; : ;:j ^y^-^ 



,) H BaUh'rre Lîbrahv , À I'.., -, 



^-iC-k^Ccl^I^Cu) [fr 



pi. vin. 





' 



■ ■:'" '- -" "-"*-. 





m 



!■■>*--' 






■//!,„ /e ,, M 





7>, 



J^Am*^, LeSabol subcreux 

■-^.•'-«■."...Hl,,,,,,.,-,,,.,,,, Ao.,,„. !,,„ 




■' R Bailli*,* Li 






braire .1 l'.u-:. 






Jj-ZyjMM. 



.kX-< 



PL. IX. 




Lamme on Foie <!<' bord O . c . 






/'.'>...'.•' ^/ 



.1 11 liaiUirro 



PL.X 




Chair (Ki poimiiier, ou Agaric pojnnioO 
fi'//- 7!>//< 2 z> oo 



c^y^cA. -0 



d£6Lc4J i d'r- 




\<r;inc I la iimie O r 



/.<•-.. /."•• _• /• 



FwàrM 



J B Biullicpr, t.ïbi-ain- .1 l',u-is 



l'L.XU 






"•*>"Sî<£ 



;,#" 







Jl4y{Jz££Cé 



"'- \^n,|,| ;nu ,^^ 



''"""■'■'' tibrain., , r, Ilf 






PL. XIII. 




:m- 












\% 



# 









lii 



m Vi ^ 
H S « M 'ov 



■ - - 



«i 



Sa 



:ft% 



TutatéJd 



fù 



l 1 ^ 




■ 



;y /.'■' A/,,,,,,,.,,, , //w 



Oreille.o., Co^iU. tigrée de l'Orme, e ' 



^ 



Je 



:. 






PL. XIV. 




*•>»&* ,/,/. 



rig . 2 . l,/,,/i, ■„,„ /,,//.,/„„.,. 



i 





'-x :--C^Ot-c &- 






Ifmïe/ \Pm,/ e f ^/, 












PL . XV. 












Fig.l.2 3 . At//rf>rcr<jn />ur V an<r. ..l'Agaric du mélèze, purgatif. A /;„„ _. /',...-.. 




e^c +*-cJt<4 ?r 



■• 15 Bailliore, l,i l.r :,à .'. 



l'I.. WI 




lyariatm smweolfJi,r J J ^y.Àx_<T/-<^3 

V<vaïic blanc à odeur cl'lris £* /•■<» - /''«'■ 






,.//:,.,;./■/,' 



J f, liailliére Libraire, à L'ar 



1- 




> 



: 









i l 



% 



- 















< 



PL . XVIII 






M 



z V . 




y 





Comrille du chêne G 



.r ?</. y 7)t'/s<//'(>j'a/ r -(W /u&é&za&à J 



Oreille ctu aoyer () 

UJ . 



"^- HJ Ùy^^nyLuc<J ' Cl££^r&*>-^&^-<3 . fysLJ 



S?,/ Jt /)< 



Y/if/;>,ra/'r'<'<r ////// . 



Coquille de I aulne O 



A»,;/;, 



PL. XIX. 




MmÙt. ,/e/ 



La Coquille noire du lietre.O 



aM 



*dLA*Sb'Xr\A*si\S^'fd v~ X<K!£xa« -v«-a /^: 



.f \\ Bai H icrc, l.i braire, à l'an 



/::.,-/ ,/, 




La Cuiller <.lt\s Arbres. \J 



Coaui-lle du maronier d'inde. O 



/ / ',iv i ," //<' 



jw^ ô^. Lï ^ ^i^-,^^ 



ÏÏWîiir tèf. 



La Jonquille du chêne.-. w 



.1 11 ISnilIicrc l.tbrairr o l'a. 






PL Wl 



Fïû.j. Denurosarcûs por?ii*ft 



Lancnie c 




lu pommier C 



|P^ ■ XvTfU)) feoWVttC^, 





Wff. 2 3- Dendrosarcos anqu/aûto' 

Lamrue du noyer O 

"" / 7b/?! -'/• /.'/ 






PL. XXII 






//./ £. jt . .' '/// /////','/'/////////// A>r///f//<>.i//'/l 

Rouo'eole a lait acre A. 

t '/? i //,/////>/<///>'//. <///<>// /v<- /r<w< : t '// ,/,v? < r,//,///..'tW /<:'/>///.<: /// ,////<>//s/s<a\i/</\ <>///<///■ n>/fi/<\/// 
, //,//<///,•///,■/?/<•/,/////<' crfœà" /,////fi///< • , >// ,/r/.-<///v /////; // ////,//',■., ■///;:• a< /: '. /:'>>>//, ■.>///■/;• ,//////,.//. 
///:•■ *»iWf(iwri'^, &r //v'/Yr. /:>■ ///,//,////,, ////////',//■ /:■ ///<///■<■.//'/,•//.■■//// ■■•;•///, •\;;v/r//.>\ y/,-/-/////.//. 

,////./// /',•:•/// Calalos ,/i •■ /ït'r,/,-/,//.f . /Àp'itricos \w* ,\u>v /,• A'/////./.-,/, /Ag-arii us lacnaaosusdî' Jï&tçfi 

; Iî Bailli. : i I Lbrari c S l'aris /Wv/ ,' 



- 



PL. XXII] 




Fier .1.2. Denx/rotrarcof phoxrphoretur . 

Champignon pliosphoricjiie . ZA 

ft Champignon aue Batùtra ajaù connaître se trouve au, ped des „/,,,,,::,„,,■ enotron. 
de. MonfydKer.il est dune sulstasœe e/uzrmce , f feuilleté ,d une saveur peu 
cufréalle.Il a /o propre remaraualle de bure dans l'olscurite On ne 
conseille à personne d'en laà-e usape auoiyue flattera le tttmne pour 
Cliampiqnon non mtwatsant 



Roiuai />.'/ 



Toitrcati/ • '■ '. n 



.1. 11 Iï.uIIiot. Libraire, à L'nri 



^] ÇXlAAA^Àx . 



PL. XXIV 




^T^- 










7' ' ■ 



Oreille de J Olivier 





mm* 



4 



,t- 
W 






/ I JJ" 



;^ 



Oreille du cliene vert m 




-. ? 






?S\ 



^* C »V V . 









7. I 
il - 

, ■ i, . ' >, * 



•:' s" 



^ 




- ,'ï 



\ 



^■&< 




'■ ■ ..'-/ 



/' ///. . ' (" - /A- y*// m » y// v ■ < '. / ' t <z/y>, 



t/yv/u 



Oreille du charme ( ) 



.) IV Bnillicro Mbrairc À Paris 



/ .: 



-.y/ 2 ." .'.' 






PL. \\\ 




,) 



Fiq- 



Hypopïiyïïum .ret/imlitii</t'/>tt/utn\ 

Tom 



lOlll , - ■ /'lit/ ■ "' 



v) . ////popAp//tii/i zoncue 

I , ' Entonnoir zone 



^ev 



/■o.-.r/.T />,-/ 



fur. 3 . I 'Aampiçnon d'automne . de la Forêt de FoiUtiîùteau . à c/ia/r mol/e. participant de (a couleur ,/-■ sa/ra/, 
de dej-j-us. d'odeur leaère de CAampiffrwn ordinaire, de .raueur acre, portent à lat/ortje. Donne 
à la dose d'une moitié me&e. avec de la mande, à un c/u'en; U l'a rendu truie ri malade pendant 
3 ou 3 /ours et a p'nc par /<■ mettre <t mort 



lotircati/ Jculp 



.1, I! Buillicrc l.ilir.nn ,\ l'nvis 



PL . XXVI 



/''/</ / 





Fa/. / _' Dc^drvsarcos 



"/<////<>/,? 



,>/„ 



l.,i Raquette bl anche ou i.i petite rnaminele . \i) 



M 



rfUui Idyi^vu-^M-i 



I 




r—- 






rzw. ^ 



•F--*? 




4 -s 



^ 



__ 



( ll.l II' <l i x ! > ,l\ K-I'C 
.1 I'. liailliiTc I.iLi.h, , ., l'an» 






A' Zw - 






PL. XXVII. 



. 



/"v 



r 



J 



> 



\ 




La Peupliexe brime O 



/ 



Tiff. 3 /)<v/,/r,>.r r // t ;>j (ÂaMV/ZJ 



iclc G 



.1 B B.iilKorc, libraire, à fiu'ij 



■ ,,, ./•/ 



La baimile peton< 

/,:'/<■- '/■/■■l - I 



CK^AJ ■ ' '.JImX^ ( ft 



PL.XYVHL 




■. 



Fù/.i.ji,.3. Dendrosarciw cormtcopiœ.. 
La Corne d'abondance O 



l'.nilliiVi-, l.il.i 



Toi/ Timi . . 



'Aj '1-rr 



PL. XXIX. 




JW«y ,fc7 



lionaiiel des cliones. O 

.1 li Baillièr. . Li'brniii i Paris 






PL XXX 







T 1-2.3.4 Klyporu, MulticoncA 
I o]yp 



W l,Vi 



ore roniii/Jor Q 7; „ „ 

I -t-s a tn ^ tan f>i 



'Il 



s "tzE^ : " 



PL. XXXI. 




^■rf- ^-o 



:.,,::■, ,/,./. 



J'z'a.j. 2:3. 2f. . . . Seutcaeï' £u£eraruo\ 



$c$Mftw-^ twWu^i ( \sJUl . 



Es eu darde ou S avatelle -truffe (■) 



■' ; w '■ , '' 




S;i\ ;ilcll e baie-ormio (~). p 



.1 1'. ILnlIi,'-,',., I.,l.i 



^XkWv^-Is \ .. - ' $ r . 



Tom.II 



/> . 122 








' ,\ ; V ', 



/../// // /' /-■ 






PL. XXXII. 




f'iÇ. 1. 2 '/// . . . . -S 1////1/1/ .iV'/M'i//!' 

Kscudurdo épineuse A p 



.1 !», Bailliccc, Libraire à Par 



*|^(Wuwvv^ : 



. 






PL. XXXIII. 



Fn 



'/ ■ 1- 




Lscxidarde papille < 



A p 



Tom ji p. 12*.. 



^u(Lvuaaw saaIts 



'in.uavittu.^ 




/''</ 2.,'i '/// Scuùger ht/aophi/Utun 

Lseudarde ,< teuillels [cric iVombre. A p. 






Fit; / 7/1 ficu//Î7fr ..v,/.." 
I . si il .l.ii.l >• Cure-oi n ii 



,i r. i',.,, il, ;■!-.. i.,i,n.ui, :. r.. 



/'«/« '//■ /. ^ 






M 0-N^-^ °^^ - towuui tVvvvi Sb «X^L . 



\A-n-i <Lvv\A \-vv <X/Vv/VUi fcXIjUuM,! ii . 



PL. XXX IV 















Escudarde conlctrs rc A . .. r 

.1 lï.JS.-ulliriv, liiWaiiT ., Ilri» 









fc> ^Jl'WVH, V Ûî, : VTtQ tXuA^V "V^^j^ ^ t ^rxx \ 1 ; . 



/.', ■ 




PL . XXXV 









../.■'■,'''■ 






ri-~ 






Fz</. j. & . ^U. . . Ili/pot/iele r^epanda 

La Clievrotme.O ^jûuJuvwv/so . \ 












' ; 




/ 3. M.. . . Hl/pothelt saïuzm/na/a-. 
PTanne ( uevrete de Suisse 

Tem // y -i~ 

\ 



"V^U OA/WvAvv, %tt^iWX*>^,\,w «b 





_/>,/, 5 y// . J////>i>//h-/ï /7,r/>c ////'>. 



*!//■ 



'/'///<". 



( hc\ Tête rji éventail O , 

7<w // /■ - 



PL.XXXVto 










771.. . Hypothele. ùvdïqofba. 
( hevrete bleue, a odeur d iris de Florence A v- 

.1. li. It.nlli.'i-', J.il.r.nn- S Ru'ia 



. . J 



PL, XXXVI. 



( 



s/77' * 



'/J7" 



\ 



: :■-« 



7 










m 



' ' - .- - 



' 



' 



: %• 









,'•• ' 






ftp. *.ji.3.4.â-.M. Hyvone<Prir canma/'cMuj 
Girole ,<// ( lianlorollo. () 

.1 11 Uaillic-L-c UliiMU-. . .1 l'.in'.s 

la- 



/;'//, // ■ . 



. 




Il 



.o" 



Gvrole prumée A .r . 








Fin z 2 ■ ' 1)1 ïïyponevrv rufaee/u 

Civi'ole fuseau. O c 



^CoUXXaU^j(JJu^S rvÂSJr&L^ i>. 



7? ma 



'77111.1- 200 



tom JZ p l3a ~ _l •! 



/V.T-. /o. c/s c 









ÉSI 



%m 






m^ 







, 






■ 



\ 






Fotlùr U*i 



fia 4..Ô 6" 1)1 Ilyponenris dent? fia 

Gyrole dentelle ,•„ G. Manclio O r 



.1 11 liai II ii- ri-, lal.i 



/('»«; // ." /.'V 



a lari-s 



i; 



A '-' ■- ■ ■ :J^jfr<*.- ' - '' ' 



^>s> 



PL . XXXVIII 



ê 



riÉ 




\ 






» 



C liniiipioTuoii du lioux <?« la PTanae g^irolc 







■<■ /, / 



A. 5iâMA*>W • ) CvWm,^ 



,i i; l'..u 11 [-■[■.■ . Libraire à !' ; 

■V. 



7 -■ • . 



J'-L. \\\I\ 




fi- •> 



M... Hypop/n/llwm ('n//i t /it 



Oreille <lo cliardoii. O „.<■. ,. 

/(>//!. II. / 






.1 |] liai Mirée Lilic.-uw, à l'.u-is 






j\ . Vvj(jUWSA>^ W^iuÀ ^h- 



PL. XL . 







^ 



a K 








I? ■-:•■-> 



'/ 



> 



t .r ./.•/ 










/■ 



5 






v;, y j />'. •77l....II$o/>\¥fl« m ,9' fm " lu,n 



Les Jumeaux canelle 

,1 |-, r,,, II, ;.,-.■. I.Lbrnirr » '"'" 



O - r 



,. ,.<. 



J^.\^t\AX\A^Uv- 



PL,. XLI 





J< 



'/</ /. m . 



jm:... //?//?< y?// ///////// ur?wzÂi atiim 



L e Nom uni blanc . O 



K WK r ./<■/ 



,1 11 l'.Ailh.-T-.- I. airo,o l'a 



Tom, //• /' <■'>'■ : 






- 



ri. \i.ii 





I . 




•iï 



Fïo:. 3 a 



//i//><yi/i ///////// vaccinum yl "j "|M-< "AW , 

o 



,e 1 aiii de vache . 



//w/ j /'ut/ i3o 



HypopJu/Uzim caprinum ^ x U^W^-Aj^cvvvvcÎU^^ 

Le Pied de clievre/lavure Je eliair Z_A Ttm.a.iha rf$. 



.1 5 Baillicrc Libraire, à L'aria 



lÔurcaty <'\-uîp 



PL . XL II! 









J^n? J J2 . -/-/ Hi/pop/ii/llum rut/ienss 

Le Dore de Ronergnie - 

Q 
.1 11 l'wilhn, [jlu'ain ■ 



on eri p 









■ ' ■■ 



PL.XL1Y 







, -^Iv^Uv^w WmA^ 




Fl<£ . 1. 2 . Ht/popÀulftan /,'.iY//,/,j . 



Fij 



La Tortue. v_y /.v« a /w /.?- 

Ht/po/>7n/t/um pftmùtm 

Les Manehetes crises. Vv /,' w , j /:,., :.!,'>'. 



.1 P> B.uIIk'iv Libraire à Paris 



PL. SIX 




Fi<r. 1 . "2 . ô . Hi/pop7i2/làon s/>i'r//ut/wii//i 

Les Ailes de picrcon, ou Champ, spcraiatiq . A . 



Toill — . /'tu/. toO. 



iAA^JL-CavO % 



/,m:.y,v />,•/. 



I. Il Bnillinvc. Libraire h l'ai Us 



Tottrctih/ i !'<■//// 















PL. XI. VI 













J 



'h 



! 

î 



j^r x 




- 









i 



Le Ul.uic cl'ai'o'eut O /«>« _• /v.v 



J B Baillicrc 



V ^V\A/< ,w^\ (x\\^ - 



■ 



PL XI MI 






riff.l .2 . /////>< y >At/ /////// // /)///<! 







ULOU-J 



Le ClieviTler roux . w 






7,'t/n i . /'in/. /^<> ■ 



T i£\ o. A . /h/noi>/)i///rt/ii cuneaturn 



■ 
Le ( beviHer blaiic ou ( lie\ Ole ci) coin U r,»,, ■* p,™ ^. 



.(. 1> l'»a 1 1 1 ière, Dibraire, à l'an; 



PL . MA III. 








■■(//, 



" ; -Ciiï 




^ 




\ 



I 



Kl£ . J Hypopkyl/zwi (7,u>u.r . JUX\,% 



Le g*rana Clou payé de Meudon". {) '/<">< î^v 

/ 10^* . J . Ihwopftt//lum Senardùium . 

Le ( !ou moyen de Sénard . Za /;«/ « /.y 42. 



.1. IV RnilLicre. [.Iln-nin . à L'ai 



■ 



.--'-' 

x / 



PL. \I.I\ 



t" i w 




r !<v . i .2. ,) . //i//>on/i////(///i laceruni . 

° ' - • > ^ V 

Le ( !ou g*cree cln bois (Je I>otuo£iic. ZA 7,v. - vw ..y-' 



■jus ;WJi i 



.... 



.1 I', Baillièrc I.ibr.iir. ■ I ■' 






PL. L 















; 



■:.,.■;■,; ',/ 



l'io". 1, 2 , O , 4- ■ Hi/t'on/ii/l/ani ///. ■■//><• 

! e ( lurnior \ onlru O 







■ ■•./.:■ 



r. r..nilu'1-r i.ii» 



PU. 



%» — - 










,4 





%pop/w«<«» <; V>/ „ a vAw „. I Uafoî . 



Lli Tcil ' a ° frnpaiii A 



<VU/4 



l'ig ■ 2. â. 4 . ff V pop/ n/ // um prooùicùtA* ^ " '^~ ^^ 

D'annas des IVou,,,,,,^ Q 



U,vi>-L\t 



Kuissc (jirolo i'uniol'lc. () 

■1 I) Bailli, ,-, 



*«*>*»* "HW^ 



',;„, .. • . 






w 



?iïj: 







Fiy . I 



-- 



2.7). BfrapfyHum rap7w7wïcùs j\ \Mil)Jl£û VU**} (t^iWt uU^ 14 ^/ 
! ,e Ivoux ra\ ier d< \ mcemies a» . %mi . 2 ./>«</. *j j. . 



à*M. 



/,,;■„■, />,/ 



.'/••■ h rr/f/ 



.1. |i. IJaîllicrc IÂbrainc, à Paris 



PL.). III. 





Fiœ . 1 . ffiipophyUum al/ipe<r. ^ -~ 

peau de ScnarcL. L \ 7ôm.2.j'<ia.us. 



,e ( 



Fio-.l' . Hi/popki/là 






~\-fi -jj- Tst^-rv 



Le v nainiuo'iHni prime ao Monsieur, / \ /Aw .■ /■■ 



ta 14. 



J.B, Baillièrc, Libraire, à PaTÎs 



/,'•///: .//.', .<<tt/p : 



PL.LIV 






■ 






^^ 






;// 



_i 



33 



Ti vWxilj <//!. ( *éi><\-%.'tA SjWuLif^œJi- 



Fig L.2 • Ifypophi/tlum aiiricabr. &VV^\AJX\AS*M 

Le Bossillon dore ou le Dore buTbuleux. W a™ -•/;<./ '■>'' 

I*ii»'..>.4 Ifypop/iyllum /îi/pti/n — ■ 

Le luiu\ clair. vv /,„,, i /w,, ,j- 

1']^' . . » . lliipop/iy/tttm tj/i/ci/rrtJti/itm 

Le ( liampiqnion reg-lisse, sale Vy a™ s a,,/ y; 

■'■' .1 R IS a illifcre. libraire o L'aiU / '""' , "'' / •''''"*'' 



1>L . L\ 




2 






\ 






v ^^Mïs 




Vi*y 1 .... y/'//»'/ ifwtftmi xera/npe/mum ■ 4. I^H-^ kit^*'*" 1 <]rtZ-U3C^\,\^f Y*. [iLM-i I 

La Feuille morte . O j^.i.%.^. f^^W^^w , J^^l/c - 

Fio; 2 .3 - 7/i/popki/làvn yiunpie partiftwi ■ ji .[4a. i b-Jun*^-^] ^p^ .-<^n ulpa-ru. C"^ «b. &c #yw*~u. & 

Le Champignon cinq parts. U /<v« ;/!/-.///'' 



PL .LA I 



.-'"":"" 












j 



it/n murwiorOiteum 



r i»i' .1.-2 • //1//1 <>/>/<///// 

La Souris ros< 



o » 






I li Bailli ère, l.i br.ii i-i' à L'aris 



j\.„r..„,, r 



PL. LUI 




à 



WÊm 










FV . 1 . 2 . Hi/pi >/>/u///«»i vincu •< mm ■ 4 . ^(V^JLùin^^ ) KM ****& *-, 
Le Champignon Lie de vin. ZA 7:»» j ■/'.;,/ /■- 




Kio-.ô. 4. UupopA., nm-n.v L^Wâ-Jl^ ^/utmja J - -^| 

^ - ( 

!.c\ei'( (H'S l)()IS K_) Tbm i.Faa.jti 

.1 11 ftnilliôrc, Libraire, à Kiri» *"'" ? 



" 



VL.L\ lll. 


























. 



4 






!<>• 



2.6 



I'.iiin Mousseron blanc ou Mousserou'- 
sauvAO'c des lims . /\ ^ 



1 



■■'■e-tL£fo 



/•„„ 



■I 11 Bnill 



PL. MX. 



1 





o . 




«npK^ .'■: 




i(v. 1, 2 . Bassel de Cave. 

3, 4- La Soucoupe — Peau douce. 



A t,,,,.- 2 /'/...- (\AwcU1jl vuuAAjtcb 



i > 



/.■:„■//:,„/.■/./■/ 



Il Raillifre, Libraiii •' ft 






PL. IA 







.4 



L Liiitomioir ron^ebord O 



-nyuM^^isJllcjJ. 



7b?n . _' /%(/ . Aï t î 



■ u-ft-r AY. 



Toureafif • Vcttlp 



■ I ti Bn i llici'c. Libraire . â Paris 



CI. I.\! 






Bfc 







gft>.- 



I 



W 



■A V 



V, 



m 



ï. 




Fio\ 1.1?, ffypophi/llwn /o.r.rarr/m $G^-U^ 

I r.nlonn oii' dos fosses U /,'.,„. ... >. 



/, ■.„.,■ />,■/. 



foitt'i'rtUf . U-iiir 



J. 11. l'iailILcrc l.il» 



r.i i ri, .i i .i cis 



PL. I.\ll 




Ifi/pop/uff/um o-ci/pfcis \ . -o-fe-ùX 

Le \crre a patte O . :' !'•><> *»- 



i 






,] !■ I-.: . Taris 



PL.LXIIJ . 





I 






L<£.1 . BypophyUum mfiindibuli/oriiu' Ji L( - 



L Entonnoir des Jardins A 
I' LÇ\2.3-4 ■ Hypopln/Ilum ,/,///</</// 



/,.,„ - /W ,., 



I modo des l rovcnceau.N O n 



Â:,iil.lt^i^ e 






/// _■ / -/*/ 



/■ ,;rtiv a-/ 



toMCl/,, f, 



■ '■ I' ! ; .r [licre , Libraire .1 Pai Ls 



PL. LXTV 







■ 




/}fj 2 j/ Hypofï/u/llwn cokanbare 
Les ColomLeUes cle J.Baului 



. (•> p 



j-_ 



'/:■/// ti ■/> '■■•' 



-'. ... .. 



.1.?, BaiUicrc, lùi-ram 



i'.m> 



flcnarf 



PL. J.W . 




F%. I. l^/pop/u/Sum^p&r caprœ 1 ^^ %j Ua.u<~. (L^reh. ^kft- Wx. 

I- knionn oir pied de clie^re cle Bondi w, //>«,. _\ /:../ ;.•./ 

hV. 2.3. .i . .> . BypopJiylàtm hiboîforme 

Les IroTLipeltes blaniciies O . Km 



Zt^Jj^ A^lru 



/■;,,-,■;.;■ /),■/. 



Tmtrcahi ■ <rt, '■ 



Y] [iailjicre, Libraire, .'< Paris 



PL. \.\\l . 






l.a l/vrole trompeuse on trompette Z\ . /;•„, -j />,,,,„ .•,». 



2 . Jlupopfntlhnn elwrneum \\%^W °™J & '*■ » 3 Û*A"4 ( ir. 



I<>" . , 



/■;..,■,.<;,;■'/>,•/. 



o !>!<'!!!(• d ivoire inci'h' 



J 11 !',., 1 1 1 1 èire, Libraire, n !'. 



ï 



/'/// - . l'.l.t 



'/:■ ,-,.,/„ .'.'///. 



'I. . LWII. 




Jio^ , 1 . _ . Tli/pophifUum //■'■////<'.'■///// 
L'Entonnoir \ énéneirx 



Ton» , -'. l'.i.i . /<•'.'> . 



- 



Ut 



■erDel. 



Toun'tiiit 



■ 



■ nicrc Libraire, à 



PL. I.XYHI. 




I 



■J ■ 




^.m : 






_/'/,/. j . j> . 3. j. '/// 2i/7>0p/ii/ffum f/jpt'rafam 






*&qo. vi 



e I, mieux poivre luaiH' C* 



I I', l'..iilii.']'i-. i . i !>i .< j I-'- . à Pari 



PL. LXIX 







Le Lcdtenx poÉre terre domine . O 



Tifm 2 /> . z£$ 




-^</ - ///. . JZypopÀywum ni/rzan ; . 
Lé Laiteux poivré noir O 



^w -? y ^i*' 





' ~7W 


' 




* 


























/. 



(V 



I .c I .,11 leurs non re \ erl 

.1 V. li.-iifli.Vi l.il.i-nin :, l'.il-is 



i>tn t & >. èSXLÔfcasiUAé OjkaaxLka YcucUl , 



'/, ■ .■■ '4 . ' 



PL 



"LXX . 







• - 









-, / 












1 / 






/ 







Le* Mouton O 



1/1AU4 trrnA/iÂ/iA<?-4ct4& 







/vv ,V ^ /// 7////< t >/'////////w farcrafam 

I ,c I ..i il t'iix zone de \ ailla ni O 

.1 11 li.xilliôrc Libraire à Giris 



<^JLA^ClXA-VU^> {x-i/uA-u.4 $£/ 



' 






/fnur.: 



PI. 



LXXI. 















/y,/ i. j2 S ^ '///. ffi/pop\vfficm coâ 



'œ&riûum ? , cW^aïA^Tut f D Ot oJUjU \&1 



Le Lait dore <?u Le Lairlexo; briquete O 



■.■...' 



,1 W . IViilhcre, l.i hr.ii re, à L'an; 



/h/fi -* /' -/"Y 



. ' 



A\-n.!, 



pl. iizn, 



■ V 






-Fit/ J- J! . v/l ... IIi/fu>jp/ii/[lwn //rœpTumtwsimam 
Le Laiteux cheville \J 



^ft^MX/U4A4 k'VlAlK^^AU^lULiX^ hliT. 



i>m _■ r i-- 



-■ r J - 



' ! i .:.^v 




i 



Fza. 



Le Nombril Luteux O. 



- r v* 



\1 



1/16L14. 



JjjJiXAA,UM A^i* lu 




/'/,/ &. (>' '/// /(i/pop/ii/t/urn ctrpzn&m ' 

Le ChampigTicm du CerJ O 



-^ 



7 



* 



yv„ 



S '/// 7fi//\'/'//j///i!ri />t/,M>!aiJ//m ' 

Le Laiteux roxLeissanl A 



•> . 



': il 









l', ll.ulh.Tc- lal.r.u.'. à Paris 



Ri'/urr.ï , '. /. ■/. 



PL. LXXIII. 




/////><y>/it/////m awitm 
eval blanc O 




Lo Prevai Ll a s O 

:' 

riHirvr, Litu-ain .; l'.irb 



t r. 






PL LXXIV. 








Fit? 2 /// /f///'<y>//////////t ///Ay/y/m ( caàunsuvc > 

Le Prévat au four O 



/}< / / /// /f///>iy>/n////wiw/fc/r//mf ! -;. ■,..„•..•.. 

Le Prévat verdova:ii< O 



/;-, /7. 








3 




<■/ 



J'y 3 /// //;//>, >/>/w/////// //!/<y/////i ( ,......,. ^ 

grande Rouovofcv/ Pi 

•is 



La g,Taiide Roiiffeofe /w Pr. cerise pale O 

J. B ftaiUièrc, Lil.p.Mi-,- .1 L'avis 



In 



**«-■ ^ ' .:, e. >5~/ 



PL. LXXV 




Jfyç.i.2 3.4 S, /// Hi/z>o/?7u/l&t/n litres cer&r 

La Bisote O . 

Tarn // /> j~ 



\<A*AAaaLuÙ lAJtttt^Uîu/ji^ $ Ï. 





/'/,/ é'.y.^. /// /////', y////////w /v/.i\r///,/ 
La Rouiçeofe ordinaire C 

J Y, Baillifcre, Ubranv. à Paris Tom.JZ.fi J~~ 




^ nj-v-x,. 






Jtf/llfi ■■■' , . 



PL LXXVT. 




lu 



'</■ J- 



lût/, j. ///■ Sypo/?Aylàim &truuzns kJ 
cli ampi^rt ondes dames 






■ 







J 



' 



La (roro-e de pig'ooii O 



C 



(MA^pOiA^ 



t A-\J 



,1 11 ISailliciM , LiliM l-.-, à l'm 



, y,/ 



/y,/ / /// /fj//><y>/t//./7/f//t ///A ' -,//7w. 

Jaunote ei l)l,i ii< liore O 



(R. 



/<' 



v M.ia£^ 




<so S^- 



. V ./ 



PL. IA\v|l 








Fi<r. J • Hypophi/lhim tricolo/- 






Lolet 



Fio- 

Fio- 



Fio- 



Le l'Iatcau tncolor ou vioiei eveque 



C ) '!'.,,,, .2 PtUJ.Jcïo. 

Vy Ton: 2 /!/.' /'*>'/ 



2. Le Petit violet ou plateau de S r Lucie . 

Le Soyeux noisette. W r» -■ /w " ,; > 

(A/.^< ■'< 4 • ïïi/pop/n/llum ra'rttfeiim ■ 

Le Plateau bleu de ciel on la Turquoise. C ) n* -• /'- '■'• 

.I n BnilliiTC Librniro a l'ni is 



H. . LWYIII 






. " ':■ 
f 






bio* .1 . A . /////'<>/>/////////// /<// ■//!///< 



i ■//////// 



Aj^vJl^ 



Le Plateau farineux. O z™ .- .;•„., ,<•; 









fri-o Z/IÀ 



\o- . K ) 



Le Plateau violet nnielhisle. v ) /;■„, ■ r„„ 

- 



.1 li Baillière, Libcai ce . i .* n> 



PLI XXIX. 












£ içr . Y.2i . . 4 ■ O ■ Ih//>of>/ii/t/u/>i ( Ui ///■/>//// iiz/n . J\ . \Jv\Av P^ VTv. ^ i v. 

Le Plalcau ans odorant Za 



7,OT! -' /i 



f'/ •■"V 



i li BaiUièrc l.il>: 






PL. LXXX 




Fùf.i.n.3, M.... /////>,>/>/////////// lac/i/bazm ■strt.t-elù-tJ-i-tJ irert&yuAXj }, 



ry. UOL^. 



Kouopolr a Jail doux . 



• I. « BaiIJtéiT, LLbnurc à Paria 



' • „r.i ./:„.-: 



PL. LXXXI 






M 







fin/ / s 



■ M **ZAj //i//><->/>/[i///ti"i w/ioratum 
Roupie oie a lait,ronsse 




Jm^lautu 



ut 




O 



2 i>//l JJ ■ a zoâ 



L 





/■;., 



itr /./ 




•v,.- <■ ■ - K^XFrt'—ysv 



.// ifypophyllt 



>i stZTK/iafluum "aTZ^CV^x. 



V„ 



Le Routrilloii dos ! oiilou^aiiis. G 






J, 15. l'j.ulli.'rc, Libraire, à Paris 



J?<WU" ,: ■'<■ 



PL. LXXSE 



1 



éi ; ; 1 ni 

i 




A.twW^^ ^ - 



/•/// . -' . pcta 



'.A. VlOflM^,'' 



Le Moutardier de Seuard A 

K,V . 4 . iï/pop/n/ïïum fereèmt/zùui, -ewn t W <n t u M ; \ L c x civX^ , & 

Le Cbampiornoii térebintlie A . /^ s.r*r.M 



.'.'..■ nt /W 



|', BdilUèi-e. Libraire, n Paru* 



7i| 




; 



w 



m 



PI..I.XXXIII 





-ft\ 






J 



'1 

I 



i/rif? 



im 



<>';, 






,/,, 



f lff.J HypophyUunv /îu-eo-caj-taneum . \^ 

Le Salmc marron O /o m : i>„o ,ss 



ce. I 



Tourctztit . feu/p 



PL. LXWIY. 



% 



'^ 



s 



i] 

m 









y l 










Fie; . 1 ■ 2 . Ifypophi/lhim stellatem 
L'Etoile crise.. 



Le Clieméf dur 



,'///// 



O Toni z-p a <f '.'>•' 



A. 






F,,.,:,/,-/- Del ■ 



j B P..ull, -■>'•'. Libraire, à Paris 



PL . LXXXV . 



t 



' 







M . 






■■■ 



FlO' . 1. 2 . /A/ non Ai///, 

Le Doré soufre O Tom 2 p«.j ,,,> 



Fiq\ 7) . 4 • Eypophylkcm Ci/ruuun ^jQrrt/eWtf 



Le ( lll'Oll A Tom 2 Pag igi 

J., IS li.iillicrr. Libraire, .i Paris 



tout • >ih; • leu/p 



ûli^ 



PL.I.WWI 



^ 






Àc{JJY~ "- 



i 



\ ï tdU,{ v •- v Im~ "l 'lu 4 À>£ <r . 



FiQ7 . 1.J2 . 3 . Hypopfa/Hum. Ivnactruun jA 

La Limace , o-oro-e de Pio^eon. U 

L 7 i^4.5. [fypopki/ltum pj-ilacvwm . J\ , J^m a Y»UU<nru^ ] W^^AAAA^ 
Le Petit Perroquet, ou Petit aurore et bien. v7 a» .• /w/„. 



.1 P> l'i.nUi.-ro, l.il.iau .-. à Paris 



7'.:ir, ,lfll ■ '.' ■.■,/,■ 



PL.LXWVIl 




^fT^WM^ 




w 





Fio> .1.2. Eypopkullum visciïum \È^\r^Af^\\KA\ J oXm\ V fc- 

Le Roux çrlaireux. \J v>m ■= /'•>,-/ <■>■■ 
o 

Fig;. 3. Hypophyllum, j-coparùans. A J^ , MfYWb) U/U^0UMaaa^> ^&*t 
Le Glaireux balayeur. vJ /."•/« -•/':■/ <<v 



FlO'.À' ffupophzjttum radiatum 

Le Glaireux rayonne . U 



vJV*c*aa^cvc4 



■> 



\ V CiLt: U. <^ ^û \j4 17 



7,'w 2 /!/./ /.w 



J.1V Ba-ûlière, [îbt'aire, à i'aT-i* 



/,W,.,<7 .',.. 



PL.JAWYlll 







V\^\.'2.Hx/popkiflhan cmamomeum . Art I^J^IUÀ^ 

Le Kousselel marron O /■.„,,:•/:,, v a 
|- !<>>. ."). 4 .Hijponli yllwn flavo-afrum . J^ \,chu-XiMaX 

Le Lions s ciel noir O /;- -• /v < 



/ ■ . ,viv ./.■/ 



J.B BailHère. Libraire , à Paris 



'tnurruhi il'eit//> 



PL. LXXAl.W 




I llïiT 




/)</. j. 2. 3. / /y/ . . . . Myvop/iyl/um viliosum 

Le Chartreux ou "Velue atu de Vailiauf À 



4- - 



^ -M-iO 



/J'/W 2- P-ZÇÔ 




Fia. 4-o. '///.... 2Zi/z>oz>hy/àcm eantznum 
L'Œil de Corneille A. 




àuiwïuj) J^\^JÇVbX\X-KA ^f 



r . 



Z3m 2 z> (<ji' 






I B Baillièrc, I.ihi 



aire, a 1 an s 






PL. XC 









n\> 




-x 



là 




//■'/./ / 2 '///... /fi/zhy>/u///w'- 
- fù// <■//.•■ 

Le Cliaiiipio'noii aurore 
des arbres. O..I 




1 • 0.11 \U 



^ 



^ 



^ 







Fp. 3. '///.. EypepAyiïum cr/Muca . ^^AA^^A (^iltcv^Vv^ 



Le (.'liaiiniumoii souci mi nover . Ov.r. ^; w a. z> ^v,/ 



ï 






• 






a.™». „■<?/. 



/A/. ./ , '' '///■ HyBOpny//rtm Ay /,/////( 



A^CMrue^, JULcAi^\ £mU 



Le C lia nunejnon du chêne . O .r 










/.w - /' vv<; 



/" f* 



.1 B l'.ullière. Libraire, à Pans 



,-.: /:,.■ ,.■ « 






Ph. XCI 




Iiq: . 1 . 2 , S . 4 . Hypophyïïum ubrticvla o\ 

Champion ou de l'or nie Z\ , Sm, i./^. { ^ 



fA^.l!.v*,1.vt^^^y ■ajUv, 



'i<£ . b . b Ez/popTu/lhan sam&ucvizan 

( hampioMion du sureau i±X . ïbm.s.Patj <ga 



' w 



r<?.'\rwi- Del 






>n 1 1 icre, Mbrai pe , a L'axis 



PI I WY\II . 


















^ 



■ rviv ,/:/ 







( 



-«' v n.iiMj.K^n,,,, lu, ,1 blanc. O , , / „„ / , ; 

F%. o 6 m /pnph yii t , m / Z l ,^,.. wir ,..,, r . l , A , o il , 

Le Chan.pi.no, de couche 5 M«^X «W~ , 

marron lardif non colleté O 



/.'//„■ 2 /w,/<- -'.».' 



J B Baillicra, [., („■.,,,,• ., Pari* 



PL.XCIU. 



^a00Œl 




Fig. 
Fig. 

Ëg. 

Fis;. 



La Toupie pelure aOiwnonO '/$™ -■ r W 

-///// / ? ;K- (r ■ &> 

Le ( liaill Pio'tion \ liill'l C) 7,'w :■ /■ sas 



4.0 .S/popihylfum loèulj/nrvrte 

Le Moule de Bouton O ZV« a /• ■-■"-■ 



6 E/pejifa/2/um. personaàan tJ-_ 

Le ( liamnio'iion masque ou niasonrilic U /,'•//.■:,' v. 



Lp lïolel 'li'onijH-ur A /7™ s /> so." 






- 



'8(1 ffi/non/n/M/m ifcprr'.Mttm 

1 if' ,t, r ■ n 

Le iijulet m' leteron O /,»„ s /• ■■••- 

■ !', |., ni;,.'- .■ . i..'.. Lri ■ L'ar:s 



C 



PL. L \\Y\XIY 









II 

2i 






**&%$&. 






(i , 



/,'v. .' 5 J / '/// . . Hyp op/iuEurn scriblita 
,o Mousseron clarjnasoii Alac aron des près v) 




























/'/,/.' /•', '/// //>//• '/'/'/ UUin /jriaîll/l ■ , 

Le Mousseron prime! e _ <! Il aire Op. 



^*N \ 



•■&;, 






■ ~, r - 







Fi? 7.8.^.10.11.12 ■///.. .Hypoptyllum rotu/icZuis . j\ U>1 

I,o Mousseron Isabelle de Suisse O ,, 



7\„n * p -■.■/•' 



~r 



; 



V \ 



i/ 









,.<■' 












J 11 B.niln'-ic, Libraire, à Pans. 

//',/ t3.jj /■> /<>'/-. /,'•'. '/// . .//;//> iy >//////// u; f/i//.i 

I,e Mousseron <lo Bour<roo;no Op 






— ^-V :u^ V - | 



PL. XCV, 






—. > 



iv 







^ 




■ 



Vrai Mousseron "blanc de France. Or rom.n.p zo 7 . 





// 




/ty.j.z»jE. M. Hypophyttum palumhinum \ i^Wa. '. 

Mousseron Palomette des Bearnois . Op_ 



Fossùr Jtl . 



J, li l'iailLicre Libraire, i Pans 



ZWv/ '■ 



PL . XCVI. 















à 




.< 










// ■».■//:,„/,., ,/./ 



' ig.i.s . Myc . . . M/pop/n/ffum meta 

T>4 - M M//-»/'/'.///,,,,, ,,//</.;,//■/,,,//, 



Le .'....il.,.-,- L.e S Ii ss «..0 _ 






L iM.lffhccl 



■' B BailHèrc, UTn-aims, à Pari 



i'i.. XXVII. 



a 




.■^m^W< 






n. 97 . Fio;.i , Parasol aqueux. ftfc 

ic petit n [îou 
Le ( olmiacon 



^ 






î.^3 Le petit Bijoa blanc de Lait.^. ', . 



//'//'' '/'//'//////// //.i.i///// 



■v- -rii^ 



. ■■ ..■ . . ,•■ 



-A. 

La petite Cm-olle de Vaillant^ J\ „ 






.' l; lUillirrr Librair 



ii tir. 



.-;-—-"" 



PL.XCVII. bla 

Famille des Glaireux 










V içr .1.2. Hrmopfn/llum radieosum . 



'//'"ri '' 



Le Parasol vismioux. \J 






'/ont 2. /'rf</- 212 






J B.Baillière Libraire, à Pams 



S*w* 



f 3 i> . xcvm. 






i 







//'//•ty/ri////,/,, .<■///,,/,,„,, f.e parasoi rayé. 

.,.1. .1/. //,,/,,,/, Ai,//,,,,, /,„/,,,.,.,,, .,,,„„ | , e p araso ] papyraoé. 

*Xt..V.//y/i»f>/a/M tU ti ouba.cptr.rn.. Le parasoJ olivâtre 

i"' '/ //i/i>,y//i//////ii roae/a 



.'■'I .' / 2/ 






Le champignon androsnec. 



1 



.1 Il RaiIbiTC I., 



PL . \cr: 




Fio* . 3 . Hi/pon/u/f/itm (•//itvifrewi 

Le Satiné Soyeux cendre. K_J 



Tom. -../>,/ /A, 





Hioiumille montée . vy 



/,,,, 






-•.y,;./ -v 



"> 




r 10; • %■ O. (>. //i//i<>n//i///////i eaUinctorium ■ ,— 

I. 1'" Umomiou' blano de lait. V ' 



r in* . o , 



Hi/pop/u/l/u/tt /•/■iui/ii-ii/ii 

."'i: ,..;„' :.. , O 



Font -•/'.!</ .>.•/■ 



/:■„, . .• /:, 



l l'i loiOMlOlI' OlMIll 

//i//ni/>/ii///i/ri /ii//>/K>f///ii 
Le Surinons se 



O 



.) Il BMlllràe, Libraire, ,, l'ar 






PL. C 






■ *&&£ 










Fiq;.i^/ 2 . .//. //i/iitin/i y/7///// ;. /'<,/„.<■.. La quenouille ;i tosselte 

I .1 ////-/■/>■//,>■ /,///////////,v fla&rc/t 
ô.i.5.6. 



9 / ** - 



4.0.0. ..!.<• cLaaupiffn-OM améliiisle, <//«W ,•//„■///. HÀ 

\A, /l „;,-/,r „/,„-// ll/ ,//, l /,.„.\. 









'/ /'cj,i; S,./ 



,1 15 Baillifrpc, Libraire, à Paris. 



PL . C . bis 




iiiiiii^ ^ ^,*zttËËËmÈËËBËKKÈËm 

Hi/nopfu/fftan radioswn .. \<jart,-u,<- radio-rus I allas . 

Clianipïsrncm des tombe aux, ou cru sapin A . 
Ce Ouunpiffnon. découvert par Pal/as dans les salle* de silène . sur des débris de sapin . 
a été trouve en fiwice sur une caisse, dans an fomleaa . et ' est Je aille te de mauvaise odeur . 
el très sttspeel.E a été peint 'par Mal. Pinçon, o„ù<w Jcuip.rit 









.l.li ftmllii-rc, I,ilrniir<\ ;. l'a 



PL. CI. 






Fier . 1.1, Hi/pop/a/làim /<>/■/'/<■ ■ 

Lellaeiuier tord ,/éuillcls roux vJ 



Tom 2 /?/,/ 21I' 



Yiw.2 o . Ifypopfwlâim lanuyùiosum ■ 

Le Racinier eoloneux, feuillet s blancs. vJ 

Fia». 4 . lÂ/pop/n/llum roù(/acea/n. 

Le Racinier blanc cl roux U 



Tom 2 /',>,, 217 






Yofft 2 /'■''/ 2/7 



;•;, 



.1 I', li.iillii-r-, -, l.il.r.ini , a i wis 



PL Cil. 



m- 






V 



_, V.-- r 



- 



3 



'.. kl 



ta 






■•3 

MoTisscron ci eau, ou les pelils chapeaux (jj ■ -.""■ - /v - 

J'lo\ 4 . J> . b . //t//>ty/n//////// /(U'/i'N/n 

baux Mousseron, blanc de lait v3 £/«. -'./«</. L>n>. 

.1 11 liaillicrc l.il.r.inv à Pari 



PL. CIII 



^ 






? 






J 



' V 




Fu/. z. 2. 3. 4.. M... JTi/fOfJii/llum oJoratum I 

Mousseron cl automne ou W ■ P^odaille . O c 



Tom.JI. 



v . £^ i 





Fîy. S.Ù-. M.. . JL, F o F ktfllum c&vaium 

Mousseron tire-bourre ou M. c lie ville. O c. 

Zûm U ; _ _ 

;■:.,..,. J,./ J.B.Baillière libraire, à Paru Renard Se; 



PL. OY 







, -"% 






Fio; ■ 1. 2 . Hi/pophyïïimi équestre 

L'Etoile polaire 63 



!, BaÙUcTi Libraire À L'an 



7<>m 2 pag . 222 






l'W .3 . 4 • fiypoph/iïum pj-eiuhmiurcosian 

l*aii\ mousseron Q^oaaille Z\ . #« -■ ./'"■/ 222 

Vr ' C // / // / ' 

Le Sphinx, ou laux mousseron pleur eux t/ . nm. s.pà^.aaa . 

1<W .7.8.0. Hypophi/llum exeelrum J\ 

Los Godets montés O . #/« ■-' ■ y»/ -^ ■ 



/■o.t.ncr />,■/ l'io;.(» (Uis) Ilifpop/u/flwn pseiu/oif/ol>0j'tiin 

~^ l'AllSM' OOltLe lll" IHMOH' O //;//<■ /.rttlHMi ml. /,'■/////■/.•■ cotlfotu ,/■■ c/ull'r iVIItlll 



7viumh/ , Ictt/p 



[M.. CY 




I; 



; 










il Bis 





Fig.i.2.5 
4.5.<j.-.8 

Cy.10 . 

10 Bis . 



f/,„ie/ /',m/c/ ,/,■/ 



Acariens e/at'us./in I 

At/a/ves/if /v,ivv///.'\ /'.r/.'-r/i 

{(fariet/i? aôzetir. BatecA-. . I 

Aijarwtts A//, ■////. f /:,!/.<■, ■// . I 

. ti//l/'/t 7AT ( /////< Y . I - I 

U/'f /•/'■//> r/ee/uw ■ 2\ I 

.1 II Ra-illicrc, I 



lou .1 
!...■ .1 

te .1 
l,. ,1' 
le .1 



rou<ce . 
rousse - 
sairanée 
du chèuc 



_ 

e 

e _ 
e _ 






VL. CV! 




]' i<^ - .'> . (> Hi/pop/u/Uuin pallîdo-ruf encens . 
Cliampi<£non noisette O 

/„„,"•■/'"■/'-•'■'. Sei'peixl noisette cl noir O A • :o>Ms> $<*■. 




],i' Saii'>' (les marais A /«. 2 /w. h-j- , 



■ 


















.<,." 



I! I',.i 1 lli.'-i-v Ubrairo, à Pais 



A,,/,,,,, ,;-,' ■ 1 ... 



IM . CVD 



s >' 



■/ 






- 












k ' '. 1 




1, 



f 



m 



m 












- 



» 






\"j . L. '_!..). 4.,). aupopmj llum fulnhwahtm 

! 



Les Icli-s de soufre A . /..//>, _' /.,/,/. 22//, 

y * \V -Mi Ii.ullinr 1.1 '.h\;:i< ., LJlMS 



/A/A-.-,- .','v/,;-..v/ . 



1 






PL. (MU. 




ig 1.1. Hiipopla/Uum fkrcùmlare 



r D.-/' 






Les [êtes <)<• fèn olivâtres A. . 



- /"." 



■ I B Bailli™ L.l.r.n,,.. ,!:,„. 



' : . ." ,/„ /;„, ,/crfr. 



PL.C IX 




/*w ..4 ' 



/// .. . ffypop/vyUum laéerzécum . 
Les lotos de Km soufrées À c. 




,1 il Baillièrc . r.ibrairc, à I'.h 



PL. 



v 



v 




Fio;. 1 . Hi/popJwThan epidendriun 
Les Tètes fauves O 

Tarn, J l'un. s3o. 



mil m. 

Mm' 




l'iÇ. ii , ax/poplvuflum jpaaiceum 

Les ièles baibranes O 

A.0L . r - 3 - 7 " 



*«..*&,. 

K 






y -•,(/ 



■ atu4 £ 



FiÇ". 3 Hyaop/u/ffum ùi 

Los lèles blanclies et noires O 









Uf.J. 15. Baillicrc, [.{braire, .v l'aiis. 



DulwU .'. ,.■,/. il 



PL. CXI . 



. 



■ . 

1S> 






***£} 









^/ 























.> 









Ho; 1. _ . Jlt/noplu/llam volycephahmi 
Les Boulons d'or . 

H- 2 '''•■" f ft 
$v OUj 'Joui. 

.1 B Bafllicie, l.ibr.i 



I'io_' . <■> . JJi/pi>i'/ui/liiin arqenteian 

Les Petits chapeaux «l'argent O 



A 









/>„Av.. X>ulf>Slt 



air» 1 , ,i l'arts. 



PL. (XII 




m/pop/u/ftum he/oef/cum 4t ^ufcttij (ht) W^ 

Le ( rrand Al Lier de suisse 

el de brandie ( ointe O. /,„,, .». /•,,„ . '.'g 

/,'... ■.-/;■/ /W Toumihi > 

3 IV li.iillii'rc. Libraire, a ['ans 




m 



fU 



PL. C XII 



bis 





1 




; 






f 10*. 1. 2. •>. 4 . Sî/pophulàan 7acà 



um ■ 



ypopm/uimi taeteum . 
Le Boulon plateau , blanc de Lait. vJ 



'/i>/// 2 , /V< 



.1 \\ Baillicre , Libraire, à Paris 



PL . CXIII. 






, ^ m 




Vuy .1.2,. /li/Pt>n/)(///a/n papillare ma/ia 

Le Grand inaininolonno blanc . vJ 






Tom -' /!"/ 2.3Ô 



ï' io". o • -l • //>/i)oi>/u///i(/n papiUare nvtuur . 

Les IVlils nianimolonnôs blancs. U /;.„, 2 />„„ i:u; 



.1 15 llailHcrc, Libraire, i Pa 



. 






:; 






pl cxrv 






BF" 




I 






i 

































Fie 



Fie-. 



f ÎP'.O • .> 



]' 10 



1.2. Ilx/pophijUum pap/7. fimu. <■ < ytri/iH. r . 

Le Crotiii de Cheval. O /;.■,■, !■/',■./ -■•>'- 
3. 4 • Ht/pophyllitm papil <//.'//>////'<>■'■ 

Le Pied bot , Salin pâle. O /.v» 2 y>/ A?<->* 

fh/pop/n/lhim pape/ Maeùtwn ■ 

Le Petit Bouton lilas. O 7,™ 3./>*?..iâ#. 

ne ,1 feuillets I ou: 



. G . - . Hifpop/u/llwn papil fnco/or 

Le Petil Bouton blanc à feuillets 



.1 11 RailHcrc, Lïbrain à L'ar! 




PL <\Y. 






„ 












. 



l'io- .1. 2 . o /L • Ilypophi/llwn fliliçm 



et '■ 
'/<•„, 2 /;,,r2,y 

Lœ.b.G. ■ ■ 7/i/pop/n/lâwi papï/lo-an/o.riaeum 

Le Mammeloii ai 1 dois e . U ."•« •• /w 2^» 



Il [i.ullioiT Libraire ,i Pans 



PL.CXVT. 



■ 



H/! wm "■ m 








ïig.1.,2.3. /h//>o/>Ai///a//> rm/omyces . , 

Le Mamœeloii Souris. O Za (Tam,.2.Paç.a4o.) 






.1 B. Baillièrc Libraire, à IV 



/:-. 



pl cxvn. 















^.-k ; 








Fi«r 1.2 . ÏÏT/popJii/llum papiïïarc euirewn ■ 



La Maumiele dorëe et raiee. cl± 



7'onl 2 /Ut/ 241 



Fig. .>..!• Ilypopkyllum papi/tare auraù/m ■ 



L'Eteiomoir clore Ikvo brirae. i-^ 






'/'•m 2 ./il,/ 241 



Kio-. 5 . 6 . Ilypophi/iïum papilïare m/cta?opicum 



Le Nvelalopioue . £JA 



'/''/Il . 1' /!/</ 14 - 


















/;.,>,v..^ ,/./r 



.1 11 r>.iilli(M'<\ libraire, ,1 l'un 



■;;■;, ,;■,./„ .■:,„} 



/ 



PL.çxvin 

„- -r<: 














>;..,:.;.-r P.-/ 



niammoo'iem 



/////>, y>/ti///< //n rackettât- 

l<- Racinier, mammelle de Chair. O 






'■"■•»' :>' /'„,, -h. I 



■' » H..III..-.V tibrairo , L'ai-i 



PL (' XIX. 












i 





• 















Les Carnés de Vaillant \U (%m 2 r ,-, 



Fio^ . L 2 o . 4 ■ b 6 . JI)//>o/>/u///n/ii ifubruberur . 



,/ jy_ 240.) 



/;...-..•„■/■ /'.•/ 



.1 B Bailliére, Libraire, .1 Paris 



. 



IM. ('XX 




t/trtt ( '< >/u< rff/t 



2-3. A. 5. 6. 7. 8. //i//>.y>/ii///rt, 

Fiœ -. 1.2.6. Le o'i'and ( ône ,-uiror 
I' i<>' . .) I ,c I Ytit ( oiie dore 






Fiœ.A . 5 . ... Le MainiiH'Ion airrore 
l'i<v." T .o I .Aïo'iiillc <>u Pleelie l'imo'c 

FlC£ . Ci . lO . . . /////<< >/>/ii//////n vifi/nm 



I ,e \ cri des orties 






/...,•..■,../-/»./ 



o 

() 
o 



■ . w riiiii-u: r.ii" 



.in. .■ l'.vri 




A 



'!■' 



<\)- 




■ 



Fiw . I . /////'t'y/////////// pz/eaùun j\ . 

Le Bonnet romain L \ (lom .» /W -v,v y 

A 



o&aa ■::<•, 



Le Bonnet dlAryont . à feuillets roux. Z_A {km - Ai,/ -u., > 



Fig 3 .//,//>,'/,/,,///,„„ naethciirn j\ /^ ullti^ ri! 



Le Jionnei de matelot 



O 



(2h/?t 2 Pfief j-,t,> : 



> / 



J.B lïaillière, Li-braire, à Paris 



/>>tl/;;t/// . I , ,///■ 



PL. CXXll 







\ à 



Ko- . 1 




; ' v I ; ; | 



Rjpoph/ïïum eyprirmm i\ , J|\|U { 
Les ïétes cle carpe O 







%jul <?L \\fb m - 



.'. /;« ai 




l'"i<r . '2 . E/popfu/iïum j-oponarium 

La Touffe saromere O 















> À Xv 

IV' 



- ^ 



'& 

7 



L or , 






Fio; . ."» . ïïifpophyttum tin&nnabulum J\ . 






/,.,,„, Vd. 



Les Timbres violets O.; -'./V *»■ 

,1 11 Baillière, Libraire, à Paris 



PL. CXXIlf' 







K.o 












," . //ifpov/n/f/u/n alliacwm (mmiisj 
Le Pc.il Allier O 



/<>/// ■ X ■ /h 



U^U^\K\xjs %$. 



S'Y- 






l'io; . 1 . Hi/popftyïïitnvaMaceum \j$\ 

L Allier de montao:iie vJ 



. 



2o7ll ■ - . J\l*T 



/.,.>,;.; //,■/. 



TiiWt'tttt/ ■ ',r///- 



J R Baillièrp, Lirait-.- à l'.u-.s 








PL. (XXIII . 
KA.MII.IJ', DES HÎDROPHORES 




•> 



4 



Fur 2 
l'i<r. •> 
Fiç; ■ 4 
r !(>.• . .) 
L-W . - 
rio_; . <) 




; 



/"" -'■ 






/...,,..., /M, 



Hypop/o/lùmi oL-rum ,ji . w : ' *&0\ . 
("hnmpio-noii <lrs Plantes potaVeres O 

Hypop/u/lSm cxchoru, \. j Jt " U*I(UVî. 

CJbamp. de la Chicorée O. Jim 2 /•„,,. i/-i,J' . 

IJvarophore sovcux ^J. ///<_/-.;./ </;./., y, ^ 
//i/pop/ti/J/u/n ini//i/-u/it/t<.-ii/ii 

Cliainp.de Miihridate O. Km. a /.;./ A;/. 
6 . ffi/popfu/Hum camparuforme >^^jtu^n 

Les Clochettes raiées O . Km. 2 /.;./ -v 
» . ffypophi/Hum diftiutum fe'M^A/WVVA/û ^M>TfUL .^ ^ ^4AA. • 

I .es \)vy, à coudre O. 7im. -j . /■.[,* -■■■' 
10 . 11 . 12 . IO . fIi/pop/n///um evaftnn — - 

! ,os petits œufs bruns O. X™ , ? ,™./ -■ 

.1 11 llnilVicrc, Moriiico n l'-ni ts 



PL . C'XXR 




Moj. 1 2 . 5 . 4- • fli//'<y>/n///u/)i ftmetnrium 

Chaïupiçniou du hunier A 

Tor?7. 2. Jït.7 l'.'t' — \ H 




n 
O 









|vl 






f-t/ (VK- 



_ - 



Fi<£. o.b, JEtypop/n/ffutn pi/couan 

Les Cloclietes ou petits bonnets A 



Ko;.-, Ut/pop/it///u//i e.vtèw&rûmi 
L'Lteiiruoir à l'encre A 



w> 






/,'..<■..•&•/■ A-/. 







llièn 



-. .. 



^IVa.) 






ri,, cxxv. 




/ 






10*. 



^® 



î - 




a 



y 



j** 






9 




1 . IIi/p op/u//////// aframenfari'u/n 

Manunelle à l'encre A ■/;„„ 2 ,/;,„ s ss, 





' 









j'iœ 2 . J h/pop ht/ /ùmi ooïparum 

Les Citais à la uei^e et a L'encre A 









I 



! li ftai tlièi e l.i braira à Pni'is 



PI, CXXvl. 




Fio- .1.2.3 



ffypophyttum pilcatum Kh W 



\\ 



oni 



ici s raies à l'encre A . JW a.Jk 



uj . 25g . 



■ /',•/ 



fluitir f' r Ju/loi Scu//> 



,1 B. BaiUièrc, Libraire, à Paris 



PL. CWVI1 




FiQ 



1 . — /////'< >/'//////u//i oui/orme 

La Bouteille à l'encre Z\ . '/;■„, -■/■.,., ->(>« 



K,,,;.;. //./. 



J. IV Bailli ère, Libraire, a Paris. 









PL . CXXYITT. 




//..■.,.■:■,• />„/. 



Jpl%.l 2^.X.oXt.//i//'o / >/u///t,m h, r /,oïd*r 

( liaïupiiviioii typhoïde, ou masse <l<\m O L\ 



.1. r, RailUrre Mreairr .. IV 



<■'" -' /•■,'■/ -''•- 



ïtmrctt/i/ . '. 



\J^A/wi^M Gtr\ 



/.'■■ ■..'/,./■ />,./ 




-es Touffes OTo^eiitées O. A 



•' B, BaUlU-re, Li4. 



^MatmMUuLu^ 



. 



PL. C XXX . 



•i 






■ 



Ai »; 



~~x 



V 






X 



:*/&« 









I 

1 






& i '.,'„iH 










,v 



*• 






y 



\ 
\ 







fii,/ z. x'. 3. 4. 0./7 S.i 



M..., ffi//> oz>hi/llum t 'czmpt \ itre 



"Cha 



Fanrier dfl 



1 pignon ordinaire ou 

S I» BaiTlière, Libraire, à Fans 



de couche O 7 s T , 

/,'//! // V. 2ÔÔ 



Seaiin/ Seul? 






'■"WM 




PL. C.XXX1 



> 








\ 









-T' 



Iff 



j$i > 



j 






, cùmamomeam . h l 9{\ffîMw)\ M O^XUjUé ' 



• ■ . • 



F io' . 1 J/i/i>(>/>/u///ffm 

Le o'rand Cnnellier de Fontainebleau.. W 

r i oj . _: . Couve du Chapiteau 

('<■ CAampzqnori,guL. paraît- parficutier a tu Forêt (te Forittrùtt't>teait , n itnc iVitrir 
terme et trÀr Stasicfie ■ < la • rw/eiee, j~e<r tei/it/eAf et ■ <•</ //,/,■ ,n>stt tte même to/i >ir coitti'iw ito 
('n/n-f/e fuie , ou tte t'e'corce intérieure c/// Quùioui/in // ri e,rf ptr,r trèo ■ p< zr/iimo , 

rni/l. >■ il /!•• /tfrt ,/ffru/l mfft /// <rr/.r /lO/}ime<.r./1t ./,*.'./• <:•;■.' 

.1. li, ftaillièi-e Libraire .1 l'aria '/r,,,:;,/,, ,<;■<,//■ 



pl,. cxxxr 






/'/,/ j a . '///. f/i/in>p/!i/Uuni crypifar'um 

Le ( ' h, mi u ni i'iion des caves O.O.'p 



j\. PsJkA' : ;^ ll 



^ ,H>° 









AiSëS 



1 



S 











% 




^j. 


■ 


r-~i,. 




■ .. ' 








/SI 



-, 





Le C liampio'iion de conçue niarronOi 



/■,. , <Yl 



I B llaillicrc Libraire, S IV 



/,.. , , <;.,. 



PL. CXXXIU 




% 






j^i</ . j. ^i. 3. 



sjitrr tùf 




4>.à. M.. 7Ii//>iy>/u///u//? globoJicm 
\ .<\\ Joule de nnp'o . c 



^>uJ 



I !!■ I'miM in ,■ Libraire, ,i l'.ins 



2\<//i . // /' a8S , 

Renurd , '.' . ; 



PJ . CXXXIV 










; 






i\koitwu 



^ k jjj 






Le Paturon blanc O - 



To> 



F- 2S * 



- ■ 




%v 







/v.j?. ///. 



l\;lV\lt 



CL 



impii'iioii il r i" o m 



c li o. I) a l a l' il . r. 



■ . 



- /' -*■'■ ■ ■ .. ' 



PL . cxxxv, 



or, 




k «}iï 



/M 1 














;■/ ,/•/ 




T* 



1' iq? ■ 1 -2 ■ O ■ Ifi/pophullum cohmiel/a . ù\ 
I.a ( Ollleiliclle . Oc Tom.o 

■ l. B haï ûièrc, Libraire à Taris 



|0/bfrW 



AûodLui l/itt 



.'.'.■.■■ . . 



PL. CXXXV-fe 




te- - : 

"-" ' ftf&'l ... 



•■'; $^*-î^^. 







o 



&9.Z.4 3.. 



^x%.v> 



"«/■.y/,,,//,,,,, .,/,/,....,,.., 




*»ii?/\itu/n ' 



■/-/ 



L- Co^&> «fô^T'^Hl- 



lière, l.i l>r;i M.- a Paris. 



A',v,.„.y ./;.„, 



^'." 




PL . CXXXVI. 




•"h 



V 



% 



è^* 




, \\ - 



; 




1" îg.l. 2 . Hi/pophxjliion colubi'inum . 

La ( oulemelle d eau A /. 
V\<£.o.ù j .,Hypophi/lhun concentricum . 



p<uje i;</7 



vUU (iLfku^^V^^. 



La Lctite CoulemcJlc O r„„„- -,,,,„■ :, : |>vwwù.a> 



/■■„.,:,■„.,■ ,/,■/ 



J B ('..itllu-vc, Libraire à l'nris 



/;»///■. .r/v ./'f«/ 



'■'"/■ 



PI.CXXXMI. 

A - 




^.^w 



Fier .1.2. Uypodendrtan squarrosum 
Le TWré dos arbres 



o 



(AA 3 , OO^A 



fa 2.pa$.2g3. 



Tbitrcaly Scalp 



/;..,.,„■/• a-/, 



,1 f, BaiUicre. libraire, a Pans 



PL. (' XXXVIII 




CliAmpionion aurore du Iloiro O . r..„, . •< .,„,„ ■>,,+ . 

rio". O . _j- Bypodendmmi <///<•/' u\f — 

La Coulemelle du chêne © . y;,,,,. 2 

Jbd'j'zer /h>/ , 



\t\. 



/'./,/ 2g. > 



•II'. Ii.nl h, '-,•>■, I.il.r.iin- n Pai 



/ûirn'ii/i/ Satip 



PI. . CXXXE 




Fio". 1. 12 . v> 4. . /////><>//('//<//', 



4. Ui/portentfrvm saàemwn &\Q:'i-^Xjl^ 

,0 Collol blanc cki sanle O . '&„• -./'„,, agi 



' '.'.'. •'/,'/' /)[>/. 



/.'//-■>■..'/// Jc'f/U' 



.1 i> r..uiii.Mr Lii.r.ui- 



PL. <: XXXIX (bis) 





Fiç: .1.2. ffypodentfr 



Vf/U 7>ll/C/lt///)l ; 



WAA^-LcU-^ Q J^A, ûci . 



Le Collcl muquoux du Ketre 



te CAamp-upwn automnat. /(>/// èlanc . 7ie croit <pue sur /<> Tietre . // 'est couvert 
de mucosité . // 'a presque- peu 1 de cnaxr , d'un usage suspect ■ 



/<'.'■.''<(*/' Jsei 



ïi'in'i'atif Scii/t 



,1 B Rail] 



cre, l. <■ i . i.. 



I>l.. CXL. 




- (I 




$: 












FlO.l 2. //l//it'/i/ll///////l /il.uli'/il/////' 

} 10' i .2 Le Fuseau ruoaiiier. O /<-/" - /• -',<v'' 



!t«iielJ>„„/fl iM 



.1 IV Baillièrc, Libraire, à Taris 



PL.CXL 



^Nqgpi 








j 



Fier. 1. 2. 



J h 



Plateau a collet . O // w , .2 ./>,,,/ s 9 â 



'( 



.1 11 [îaillièrc, Lit 



rairc, <i I aris 



r.nu-nM, .>:■„/,■ 



PL. CM. 



"^4 







■ 










"V--- "'" 



;.,., ' .... 



//,/ / 2 .// llti/io/i/n/l/it/n ///tytr/tà'ff/// 

I c' Géant où le oYaud éollol blanc. A ',■ 



Vr 'V . ,, ^.\ : v 



vu\aaa\,<x,\ ^UtfMviV Ki 



/;/,/ j,;.' 






PL. CXUÎ. 






L' I oj . 1 . 2 ■ <> • //i//ny>/ii///////i //l'/t'ti/u.r . 

! ,e Régulier dore . 
Flç^.À.O.6. lït/popfn/llum Urucofor ■ 
I i<> Ro«'iilicr liuivc . 



.fîWTgf 



i 



M 



(j Tarn .2. Ai,/ tpS . 



l uJàifroXkK 






«0 ( \! l^j, 



^ XvuA,\nf~MAX4 k>^A) 



/;.,„..,/., ..;„,;. 



lia illière, Libraire à l'iirù 



pi., cm. m. 





Ko\ 1 . Hi/voo/n/I/iim (zrm/qdalini(m 
\\ Amande amexe O 

/■:■,,:.,■ Oet. 



Fio.2. /////>i>/i//////////i saponapùi/n 
Le Savonier O 






Répète exprès Je 

Ai /,'>'.' /.iofttixi'on . 



/<•/// - . Art, 



j 



.-', 'ttrrttfy 



J 11 r>.iilhnv Libraire Û I'.hi, 



PL. CXLW. 













Fur .1 2. 3. 4-^-6. 7. Eypophi/llitm <//■/>,>/■/■'■ mûri v 

ClianinioMioii du minier blanc A s™ 



jW«/- /?•/. 



Wêlu ^UYV 



A,A...r- //'' ,/u A-r <>:■/,/:• 



«.' S 



.1 B Baillièce Libraire, à ftu-i. 



PL. CXLV Marquée CXIV. P„ 9 . ;;„, .T. 2 

















0A\ 



rlj£. 1 . 2 . .) . 4. . »> . Ëti/poderufricm i>oint7rieimi 



hS§\^^Cù\ua^v 



Chai 



mpitvnon tin p^uj 

<>// Piooulade des LaniTiteiifocïe/ij 



1 du peuplier w 







J lî Baillièrc, Libraire, à Paris 



/l'iifi-ti/u • '' //,/• 



PL. CXI A I. 




f% J. 2. ~>. ll,, r o f . /,„//,. 

Le( 



/ww Bel. 



'mu j'ericeum . 
lampjgnon soyeux du cliène O z;„, _> 

' B.Baillière, Libraire, à Pari* 



A'^VW^ lAM^VA^avvA v&mtL 



V., GTitiJfoi Sculf, 



PL. CXLVH 




I' Kr .1.2. ïïypodejuh 



///>/!/ 









i/iwiU'/iiirunt croceo->ruipnweiiTn .-\ - 
Le C nanipicr\H>n de L' aulne ia 



AAMA UaI«^3 T ' 



'i'in . 2 />,w 



FoMÙr A/. 



ïourcatll . '- //' 



I'. lumière. Libraire, .1 l'.u-is 



PL. CXLVBŒ. 




"F' i '' ~ 



La Tête de méduse A 



-<"■• . l' 'ai :, 






C S ■;' ■' ' ' ■ -' W/W £ 



' - . . . 






PL. CXLE 






: -M%&* 



.j-S 



«r 




/7f/ / . . '/ h ' i/nopja/ihrui //////•<'//</ 

Le Grand Parasol blanc A Tun, ■j.£> 



.1 I'» [iaillicrc , Libraire, à Paris 



PL. CL 








4- 5 . jii/pot~>/n/ui//n cefcii/>i 

Petite Or on «y e cire jaune O './A 



Oronge gercée O. nJm,3,j,ag. 3o?, 
O . Jzi/pop/ii/iïu/ii e-ùztum 

Orono'o satinée et raiée O. Hm - ^ M 

.1 11 BirilLièro r.ilirurc i Un,., 



PL. CLI 




i . ITypoptu/Uu/n vùiearum 

Oroiicc des viennes O 



'Juin . - . /' . ou. 



'2 . HypopTa/Uwn j-cricez/sn 

C Or on a 1 esatrn.ee O. 

^ 1' .1 1 

.1.1', Baillicrc tibrairc, à Paris 



. £> . HypopJufïïum aruprinevm 
Oronge serprat 
ou Oronçe souris 



Jôm ■ ~ ■ f- '''"'*' 



PL. CL1Ï 




i . Mli/pop/u/iUun crux meliferwij* 
] ' r 01101 c oroi"x c.o zr.aithe A 




«e 



mtta 



i,flr"*"'" 










— , J/iipop/ur/Iam colubrin 

J.w: . 2 , r.d. \ - 



r .:■/ , 



PL. CLHl. 




1,2, Jft/f>of>/u/ffum acwéaneum 

L' Oronge tannée otl marron [\ ,n m .2. F a^, $i 7 




o . q , 5 . J/i/Pojp Ai/ //um eueu//a/am 

L Oioupe ooqxLemeTLe O 

Tarn . 2 , /><!<? , 3sS . 



.1 B Baillièrc, Libraire à Pa 



p L. Cljv 




. 



/■:■.,,, 



,&/. 






L Oronge vrai» Q 7 



14 Bai ll„ .. 



■'/. /■ :;,,, 



PL , CLV 




) . 12 . i) . -J- . ffï/popht/i/iim viroj'UTn . 

O r cm oj e ci oui c , ) avm a.tr e A Tom 2 p.,,, 3i»\ et fuie . 



PL. CLVI 




2 Oronge ciguë très verte, A a» 

3. 4.. Oronge oigne blanche ou tto priutems, A 7,™. «.,„,„. ,;,.// 



'ii/n 



■I B li.ulli.T, |.,|,, 



PL.CLYI. bis 




'jrrfdVi 




1 . '2 J/i/pon/u///uj)i p&ZUéum 

Oi'omvi' peaixciere de Picardie A 

En.j8ia,lroir demoiselles des environs de ûuise.cn Picard*:-, aueifonl 
imprudemment cette ar/>ec&. eéen deoieruu nt Lv oielàw : frit rendu 
pullù; et a&isté par ie Prefeâ du département ' di l'aùr/te . 



PL. CLVI. toi 








Hypopfn/llum ruveum 
Oronge de neicve A . 

Cette orojwe.quza cause la mort à un chien le 3* Jour après en avoir ma/içe 
•nviron une once crue mêlée à de lapâte'e de viande ei Je pain, se trouve dans 
le parc de fontainebleau en - '"" Ce cliampianon estteutMaiic.p.vbutstms odeur ri. 
. w particulières M fait le complementde la jo e livraison des oron/es dévoilées de fi'ona 

: ''•■' .1 \\ Baillièrc, [.ilwai-re. à PLiris 



ÎW.1* .'',«//• 




1 . 2 . il . J/..., Hypôphuuum nuw'caruim 



pl , cia 11L. 





"^miU^| 



■ -/.'/■ del . 



J , 12 . IJlf^op/ll/l/lWl a//>0-C{/rinitrn ■' U »» re. l,a>r:ùf< .. Paris 

Orono'o blanclxe ou citron, ;Gk . Zwi -./-«y •'■•' 
o. Bï/po^hyïïummtiJo-tyuSaàan QaOA 



Orono'e cLorée .perlée U. Zwivz.pay, 




A. 1 . 6 . -f • Svpopm/uu/n /mn'u/a/um 
/,'...•../,/•,/•/ Oronge visi|iuhiso, dai'liHMise ek . Jô» 



.1 I! Bailli 



il'r.mv ,i l'.uis 



PI.. CUL. 
















y 







7.3 



'Iwùr ./.■/. 



1 . '2 . O . SypopTu/Ilzun rnargrarià firum 



.1 !'. Baiilu'PC Libri ntvi 



1M. . CIA! 






\\\ i I 









mm 











■<: 



■ ■ ^K'^WfaMff 



ImBfi '■"' 



'■'■ 




■ -/'•-<>'., .. 






' 0L^mM 



■^~ 










'•.« 



i i 



. , 



I . L . 3 . 4- . Sypophi/llum vinoiTum 
Or once vinmisc iJ 



- . /<.;./ &>- . 



PL , CLXU 








:'M 



, .;■* * p 







I/t/pop/n/l/am j-tro /'i/i'f'ormc 

i ' A 

i,' Oronge pommt' àe pin *-* 



1? l/i/i>o/!>/ii///um adaman/ùtzi/n 

Oronci'o à facettes cLe diamant AJl 

Z>/7f , ^ /«,/ . 3SS . 



J.B Baillicrc, Libraire, à Pari». 



pi> . CLxni , 




> 



! -« , ■ 



1 ■ ... - 



' A ' * '' ' ^ 



«P 





J ■ — . Hiipop/n/l/nm rai/u/a 

Orono^e a pointes le râpe XlA 



o . Hiipop/n/llum briaurpidahim 

Oronge apointes île trois unnrt 



7. 



<w. _ . potf, ooq , 



J.B Baiffiëre, ï.i l.i- 




PL. CIA1V. 




îts. 






l'HV 




1. 




o. 


l'V 


5. 



2 . Pok/porus layi&iucatiw 
Le lViil Polypore soc 



e- 






/ÎW/ 1' . /'('•/ 



4 . Poh/poriùr carboruumu" 

lePok pore charbonnier ou Porcelet brun (J . /'/•''> 

0) . Poluporiur fascieùu 

Polvpore zone fc/ . 



/ ww e/uur ferme ures.jue /(pneus* t« '(</' »«><//eiM 



/:,.,,■,,,■ M 



; /'■'"'■■ /'■ 

,;■ Po/i/i>ore fient (fieoin/iux/er 

,1 11 llailliéiv, 1.1.1" 



7orrrrtt/l/ i '•"/■ 



'- 



PI. . ( I.XY 



» 

A. 






' 



d 



,y 4 * 





... 



§ 



riçr.l, •_> . Pohmoriur tu£>ercurter 

Pierre à diaiiipiœnon d'il.ilic \u . ■/;■„, ,-'./>.,./ . .<Vi> 



//.,/„, />,/ 



1 '' I . Pierre à cAampiçnon ■'•///.■• ferre ou foute nu, 
NV 2 . Couverte </<■ terreau ,/<///.>■ ////<■ .-a/.<:i i r . 

.1 I', liaillicw. I.ibr.ni. .i L'ari» 



2itrfreiifi/ \-r// 



PL. CIAVI. 





J/dULn ; • ' aÀsUAs. 



ii^. 1 . '2 ( liampicrnons développés de La Irulîe pierreuse O 



/(»/// . 1'. /</,/ .'V'i*' 



/W«v /><-/. 



/••u/u-.t/i , ',',■ . ■ 



.1 15 Baillière, l.i 



PL.CLXVI. b.s 





'**& 





| 




Fiœ.l. 2.3. TkSporuj- tmulatrur \ . t '' 

Cèpe pineavi colleté &. 

Ce C Ope ,/// ,w trouve, en 8"!' e et </'!''' >'•«"■<• fat oins à/emtame(>fam <.</ t/'wi e//èl a/i.ts; 
■ /<!////, -/•<■(/.!■ <///,■ /,/ //,>//,/,',>/,' à /,!// acre (i) e 'Livraison ) ,/,>/</ // '//<• t/i//ère t/ue par .w /r/fieo- . / un 
éfam ' /eitiffefe celui-ci luùu/ettx . ff donne </■.'.<■ cofîqu&r ■/>; Aira/i/e.t . e( /ait périr ite ,/"■■,•;■///<•'■'<■ 
et ne /<///,///,■///• au f',>ir/ ,/'nii nwuf environ . 

/.tVSHfM/ Del :„:,.,,. 

.1 11 Baillii-rc, Libraire, .. L\-u i> 



PL. CLXYII . 





fcï 









Fi<£.l. 2. O //... 7itï>rhoriw ù&i/ù- ■ '. ' .,' / ; > l '~l , fi 



/y,r,.r /><■/. 



( èpe franc , tète pousse 



.1 IV Dailhrre, Lil>: . i 



Zv/i . i* . /.'/./ 



PL. CLXYIII 






Fiç? . 1 . — . ,) . 4 . M... Tu&iporw lùrùdatus 

Cèpe franc , à trio noire O 



S . />,;./ ■■/■■■ 



/■;,,-.,.-r />.■/ 



/ ■;. ■. ;.'/;, 



Il iftillière Libraire, à 



PL . ('LXVIII. bis. 














< :uL ^ .^fhj; ■ 













^: : yJ!L,\ 







;. y, i 



"Vy«W 



' ' ' .:' ' 



: 



ï 






: ■ i 



2 



■ 




,:•«; 



S' fr 






« 



- 






• 




Cig.1.2 7i//'y;<//,..- ,'.,,!//,■/////. r 

( epe de l'ont.ïmoNoau , e1 de Bordeaux 

LvJ-.ru/rn/ Del >T tllOOS \ "<'!'( S , POJKÇe (1CS l,illl,100S O 



.1 li ISailIioi-c, Librain-, , I', 



ïfuri\ifij • '(V 






PL. CIA2X 







jnfifTMfflfRl ' ' ' ^.rr-- 










if 



J^-'-^Aifli,, L il!,:,,il!ltJ ; "t'" 






ai ; 



I 




..,, — 



if 



.. 



Cèpe «le Juillet , <v/ Mousseux des limaces O /:.,,, -.,■.;., ... 

J,;,,,. u . r J K ./ ( *.M>e \ IIK'll\ O &..' /-././. .'-.'- Xv,/-. ..-/,/ .'.W 



,! li BaLLlicw, l.il.i. 



: 



PL. CL XX 



- -■ ■• ■■ . 









i , , 



\ 






■f-m-j 



W 



bj 






/'OôSier i/et 




I T. II.nl h, T.', l.l t.. .. I ! ■■ I i'iU lï 



M. 7u3âp0r'zàr œJâva/ù 

CèiXM'ovaLw lo o'rand Mousseux deie. O 

I - O f ""' ' /' " 



■'■■' •*'•■■■ 



PL. C'IAXI . 



i k:< 






■ 






■ ■ ~- ■■•' v- - ' 

, "■ .-_" T -*...V ".' • . ' '_."•. :. ' ". r . 











/' v,.v„- A/ . 



riir . 1 , ////•//','/■//.> .,y,/////, ,,,//, r 

Le Petit mousseux cLété O ' . /./ 
ri'ij. _. .) . ////'y, '/■//.:■ ,'/'.>■, 'm/mi 

I. Ooson, ou ( ôi>o ol)S()u O '/■'•»•■ -',/■■!./■ ■'•' 



? rvC^-ols ^■àjl4yi^^^L-ct.t i /y% 



A'//.': : S /. 



- 1 fi BaiUicrc , Librain à Paris 



PL. ( I.W1I 




viçr . I. Tubiponu marmoraàw (ma/or) 

Le Marbre Icuillc morte \LJ 



Km 



/'■'•/ ■''•' 



L<T . _ . /uoûjortw ///<r////<i/(////.f fuuaùwJ'Uà 



Le Marbré bistré 



o 



7om - . />,;„ 3-4 



ri<£ . ») . luoiporiur mar/noratiof i/iuni>/'i 

Le Marbré olivâtre vJ . sv« 2 . /».«/ . -y-v • 

r i ( i\ 4...) . D, TuoiporuJ' marmoraùu' nut/tico/or 

Le Vlarbré <lc plusieurs eoiileurs ^ . £«< 



A'...,-/ /V/ 



I 11 l',.,illi.-i,- , LU.. 






PL. CIAXI1I 



<*»d' 











.■ « * ■ ? 

■ .■ ■'- • 











. '-"-• 






/.'...,„., /'.■/ 



Le Mouclieté verdatre Ê\ 

l'io' . .) . 4 . 7ii/>ri>.'/ti.,- (jfuffaùur /„,„..,■ 

!.<> IVfil tuoucliete A /;,„ . 

.1 I! Ii..,lli,'-,-.- I.iU-.mk',,, l'nris 



yfw _' 



/'",'' ■ 



/••///•<<l/i/ , h 




/;■-.,-,,,- />,■/, 



Fi<i,' . I. 2 . .) . fiièihoruj' umt/i/i>e.r 

( epe eraillé , Ioiiomh* ti<>;<- A . ftm , :• /w .'•'-/> 



(,' 



ï;,,,:./, . 



Il 11. Mil,-,, I.ll.l 



PL. CLXXY 



■-&S " 






rais '"' 






Fia 



£»«■ />V 



Cèpe coiiumm ou PotnroD roux 



/v». .- /:.v 



A 



/.■,:■/..//" ■ ''■ "If 



J 11 IïiuIIumv, Libr.inr. a l'aris 



PL. CIAW1 




Foj-sier A-/. 



4 




IV .1.2 



2. . lùbiponiir cepa 

\ . Oignon i\c Loup izk 






Paq , 382 . 



7tW<\;(< Jeufe 



J B.Bafllicre, Libraire, à Paris 



PL. cLxxyn. 



1 












' 








: ! f 

■..■y 



■;:??* 









Fosfier Del . 



Le Cèpe blanc vJ. ,..„.-•/<.« •>- 
Fi<22 - . 3 . Tabiporus Iwido rubricosicr 

I *e C èpe livide «à . TSm.s.p^- w 



/ t >urt\i(i/ Seul/' 



.1 11 ll.ull.vi,'. Libraiiv ,i 



IM. tl.WYIII. 




.'.'.,,.„/ />,■/. 






y 1%. I • — . /uoùwiur /usines 



Le ( è|>o fîiseau O. /,;,„. j.,.,,,, .«,-. 

l c r- O . Tiiôiponis /i.i-////,h<-/t.f 

Le ( epe loiuro creux O. 



Ii.ull.r-r, Ubrnm-, .t V. 



VA' _ • 

■ . : 



PL CIXXTs 




■$W 



w 



K ^às$t 




Le C epe cordon rouqje^dil Bonze de vache Êk 



ïom.2 /:,„ 38, 



Fossicr /'.■/ 



X 15. BailHère, Libraire, à l'.n 



/ 'ureaht ■ 'ai 



PL . C'LXXX 





l'io'.l. _ ïulunorits ru/jfo- r/eoncoj'iw 

Pineau moveii, dit crateau tle loup Êk . /.., 



/,:■,,;■ A/ 



.1 li IïaiUièri-, Libraire, à l'.ins 



1 , /'in; "liti 



pi. clxxxt 





l'ioj . ] . '2 



7iièïjporu*r mufaèilù- 



l'io- v ) 



/■':■'.;,;■ />,/ 



Le Pineau jaunâtre, dit Pain do loup A 
Le Pineau tête rono^e A 



^'"•' -' . /'.;,/ 38- 



■' B I5.mII, ;.,•, libraire ., !'.,,.,> 



lourcalti . ' .... 



PL. CLXXXH. 




_ Tiibïiroriur flavo-j'ulphureu^ 



,e I nioaii laun 



e A 



7ôm . 2 /',/,/ S8r) 

l'Hi' ._). J. . /n/'r/><i/-//.'- casfa/iejis 

I .v Letit ( èpe a^atlie, ou la ( ornaliiic O . Km. 2 r 



1./ . >'.'•'<; 



l'i*i'.v> . iuotpornj' e-ri/Ûu'opiur 

-> ' ■ ' 

Lelieci rouo;<.\ou lo Pineau trois couleurs A . /,;„< : r .,„ ,.„ 

I' LS£ . O . — . /it/>ii>i</ii.f parvitluj' 

Le ( o pi lion A . /„„. _ /„,, ;<.•>;., 



/■:.,., ,rr /)<■/. 






J. 15, IUuIIhVc, l.lln'.iirr .i l'.ins 



pi.. ejAWui 






• 




« 



tmî 



.•JE, l 




, 










ts M. 








Fia; . 1 . 2 . /{//>//>, '/■//.'■ .'////■/////■ I r//t.<- 
( epe sdtil'iM- li\ , z, m 

!']<); . v> . ////>//', '/■//.■■ />/■,/<.■///<////.>• 

(C|x- à bras O . &> 

Fi<r . 4 . .> . ////'//'/>///■'■ ,!•///'/. >///, •///,/. i ■//■• ■ 
/;■.,„;■ y./ ^ epe eu ilx'\ ille velouté Zn . Zw . 

J 13 I'miIIl.t.- I.ilir.u.1-. à l'aria 



/',;,/ .;,// . 



- /'•.' 



/, ■!!/■.■.!/.• 



PL. Cl. XXXIII . bis. 




Le ( èpe peaussier ou à vernie s O 



/'ti,/ . *,;/' 



/ <■ Cèpe >/<• ùz forêt >/>• 7^on/iTihe/*wau est f encore metf/eur à r/ia/u/er 



Ûe M7ùi\>"u7m/ /*••/ 



/fur; ,//// , /('///» 



.1 l'> Bailliéro [ibrain , à l'aria . 



PL. CLXXXTV 







éf 



A 












\ 

N y 






■y- 





.: ' - . .,:■/ 



Fig.i.2. Pex.vz.tz ,r/rrr,///,f Oreille de Judas. 

.-> /'<■■./■,,/ ,-,>//, //,i/,r . La conque marine.. 

4. ïremella. //,//<■//, >/</,:,■. La conque oreille lî-lsée. 

6. /',-\/.,r /,yi,ir/n,r . ...La pelile oreille de eoelion. 

6. /','■./':„ ,;>,/,/,■„/„ l'.Ot-eule bi-u 'omiillièec. 



Il li.ulll.-n-, l.iln-.un-,/. r.,n- 



P y,,,' 



.-.„■■■ 



PL. CLXXXV. 




tm 






j/,j ,„/ p„„/,-/ ,w 



t'ig.i.a. 7ùifif/où/e,r /'//<>. r< ///,<■. La irrnndp oroïllr dp popIioii, O /:■>,, .■ f'.Syg. 
0.4. ( h/n>r/\<r i'//.',iv//,i',,1 I Orpillp <l aile tm d'ours. .]./,/ 



.1 P. liaillifco, Cdbraiw.A I'.m-i 




pl.clxxxyi. 












-^ 




Fig.1.2. 7/-eme//ri \, :>■/<•, A . /„ 
5 . 7renir///r ft/tf/f/Ar/a. 

4..). ÛMWtetf tt//'/n>. i-u 

6 .7 . T/v/ne/ta eocdnetr . 

8 . >l'/i/t<ivv t r /w///-/,r/,r 



■'.. ./.,-;■/ 



N'ostocli ordinaire lill.- .In ciel . A /:■„, ~ /> .-..,„ 



le \oslorh jaune îles arbres. 
Or., Il,- ,)>■ clial 
L'Oreillette ronoze des arbres. 
Le o'oil.-i crotiuier.. 

- 1 B Baillicrc, Libraire, à l'aria 



o 



+0(>, 

j.01 

^ l> ^ 



PL. CL XXXVII 





i ' jf 








■ 



*~>«SïBK- 5fS**SSgfe 



-,^3pT»-=. 





YtX 




7 7.8.0 .10 



.'/,./„■/ /'„„/■/ ,/./ 



Flg.1.2. Coccigrue en cL.ajlipieu.OIl. Tm/fanf-. O 3àm.a.P. ±nj. 

ô . Omorïaa corruccopz'oT'des . Trompette des uiorts , -io-i-- 

4.5. Omorùza tienosa . Oreille de singe ,,„.;. 

6. l'I'-pn*" enraromiée . ^,..;. 

.8.9.10.11.12 Coecio-rue à Lentilles. ,,,./.' 

.1 6 Baillicrc, tibrairc h Paris 



PL. CLXXXVIU . 














ITtiiel PattUt ,!./ 



Fig.i.2. Pex/xa. ,„,/„„„„■/,/,„ /,.,.,, |.,. Champignon à I., bague. ' r am , /:j„. 

:<./',■:,-.„ „,„,„■„/,„■,,■ r.a Saucière ou la navette. 

+ ./,'-./•_,/ wemtj-ma/tr/e.r./in/faa.'Cïn.u de morille «mi e'cu. ' <i 

/ /'■-'■■" coccthea, /w.,,./, p eau de morille fleur de capucine» . l„v 

<>.-./;-/-.,/ euftu/artj-. La cupule de o-laud. 

— H.o./^z^ rAï^f/Avr,, l'eau de morille à piliers. 

10. Pe*** lenft/ê,;, p exij[C ,, |,,,„||,. „„ |m ,. ( „ Hr apeau ^ 

11.1a. V^orscf//^,:,.* /„/,„„ „„/„„■,„■„,/:,:, KIourdcTanoulmmoe. 

■I B ft.villii.TC, l.i.bt-.-uri' ., L'ai ,, 




pi. . clxxxk 










//■//.-//.w-/-,/./. 



'io*.i. P — Cœ/o/norft/ti ctr/tctyos'ftie. Mor 

2. P.... tœ/û/noru/Pi <///<!(//'//'(?/'///////( - \Ior 

3 . 1 . . . . s tt'/f////<>/'///// />//*'*/////// Mop 

4- J.... / rt'/ft/z/t*/'///// f//</<r/t/f(///t . Moi* 

.'>. A'/i't'/ff mifra VIor 

<>. P..,, / <r/<t//t, //■///// fur/// <>•>'////* . Mor 

.8.9.10 .m. P. . . . Ûœ/o/norti/n c*r cet/est ùtsn . Mov 

.! B Bajllicre, Libraù 



llo en coupe. ) /<>?,> j./' j.ti. 

Ile à pans. ^// 

Qe en bonne I . /«, 

île a cJiapeau . +,, 

lie en mitre. /„. 

Ilr en arbre ■ //a. 

II» 1 ordinaire rousse . //a. 

!, .1 Paria, 



PL CXC . 






Yi<£,. 1.2. (tp/<>//ii//,r //t/i/'///>/i/t'.r .<■ ,)'///,-, r/,r . Morille de Dioiae . O Vmi i.P.4,14.. 

3, ( fi>A>////f/'n ///<>//<r<-<'//<r . La petite religieuse., k) +i.'. 





//..„.-//■„./,■/ ./,■/ 






,0 boulon .1, 's ri 



l.lllimo-nous 






.. /'.;„ 



Le boilloil .1 iKL'i' 'lu SilllOl lit" ohoval . <£x /,'i /' , - J.U. ftintlicri' I, mr. n l'.i 




PL.CLXLI. 












: 

i 










Fur. 



_ | /'//*/////.*■ ///'/•/'/'//. r. _ 

I /'////////, \- /////>//<///'//.'■. / /. 

i. .■;.<; . /■/,,,//,,.,■ />;,..:•„ 

7. / //I/////.'' < If///// //,''. 



l'Iiiillu^ ni Morille, ocd i ii.i i im- . C7 /,'), 



.illus en 



iMijti*rnon louillole' , 



I ...i Phallus do Bassins. 
Phallus fil pilou 



e 
e 



-/' ." 






liiilhi ci l.ilw.-iii-i , (i l'. 



im. clxxxxh. 

















lluj I 2 3 7)ii/itcffu.r r/iiromorn/tti .1 
4- y'rpriteïïtr /it/ll/w/r/iit . /.f/i 

Ïïom.2. ô.LeDoiçlier litmiiuii /<•», s /^.w^ttA. 
4. LeJSostocï: du Genièvre rj./>ps£k 







■^ 






Fio 1 5 CfaiHiria /.i(jn/a.\fi'/tie//ir. 

7 Clcwaria w/7/forû /,/// 
Eïg.5 G.Li'IVlil H le (u'osl'fkm. 7'.- /.',*.•.<( 
7 . La Masse a Guerrier /'_• /',»' w 




LC) 



Le Gland ie terre /;>,«.■ /^-;v t? 
La Lanç-ae «lu Serpeul 2 / V-y v3? 

(YtTDtZrftl ////y/. /îaArr/t . 

1 7/tiMT't/i op/iiof//ris*mùh's. //// . 



ig". o tërool il h Sciorle /.'•/» - /'•;•" *™ 
11 Clavaire Josinseetes T 2 J> tfi £3 
(Vtwtirid .rcat/t'fiti ■ 



//«„.■/ /:„,/.-/ ./,/ 



,1 15 l',.,,llu-,-i . Librairo, .1 l'i 



ri,, cxcm. 




//i/,//////n A'rr/irr. v •/,,' f.o Itôrisson. /,,„,-■/' 



"I 



<c 



pl . cxcnn . 



■ ■'■ ... 



: 



IX 






, ,, i ' 




X i ! P " 







4.H1S 



/-•■ . ■..,, • ... 



Fia:. 1.2.5.4- t'/,n>,r/w,r ,,>/•,///,•/,/<'.<■ .J.m 
— 4-l^îs. {y<tl>(r/*ùi /v//vv//v/,'V.y/.'-.. I . 
5.. {YfWe.r/v-er ?er.r-fst f.a/tr .i\//,r.-// t '-r 



Barbe ,!,• elié\ r«- ordinaire.© JT- 
La Poule on Gallinolo. 
I,a nelitc Q-riffc . 



.*./>.+*! 



P 



,1. Il K.nllinv. I.ibrn 



.-:...,*; ■• : 



1'], . cxcv 




'., ■■ 






- I 







, 



I 



£ 




















Fiq; i. {'/*'/><//■/</ f.o/wtt 'V/7V.-I La corne de n'i't 

ï. i Y,ri>,r//,r //!/,///<>/</• :*■ . La chevelure des «rlu'es . ,.-•- 

3 et +■ < 'Yrr/>,rrr'tr //11////1 -n/iii r La lioupe des ai li ri' s . ,1a,-. 

,| !', l;,.,ll ,.-,■. Lilimin . 1 l'n.ris 



CXCVI. 







■■A 



Fiq 1 2 .3 4 



tyforcAcIla plcopos 

Morille de Loup. 



Cette, morille au 'on trouve au mïritemps dans la lo/el de Ibnâeuncàfuxu-, dans 
les /riches et pamu As ôrue/èrcs,a de/à cause des accidcns presotre mortels 
Elle diffère de la morille o?dinaire par sa /hnn irrée/uleire.par sa tige i/nr n'est peu 
creuse . pur un vilain aspect et par son odeur. 



■ ■ ■ 






PL . exe vu 



M Ci 




7 









-F?//,j. 2 . Sp/iœrni /nnn',ru/i>ii . Ilvnoxvlon a sommités blanclies © Tom 

. 3 . SpTuena truzaa . .Les petites cornes de cerf. © 

/ Sphcena Kciika . Le keuka des Polonais © 

- â Sp/uï'r/u c la va/a lKpoxvJou a oTanis . © 

6 ■ Splueria diçifatûi Evpoxylou doioticr. 

.1 li BailUcrc. tilirair. . ù Piu Ls 



u . P. j.3i 

4. te 



y. --■ 



PL.cx.cvni. 

Truite à l'ai], truffe blonde. 



■ >.+ . '////><*/■ terres fret?.. 

â.ff. Fuier bruma/e. Mc/ieZ£. Truffe noire .les français 
J.Sderotùim j-er/ien.Jkrsmm.Tr-aSe du cWu.. . 







* /' i3j 



Truffe blanche d 'affilia ne, Tcrfes.. O 

.. G 



4 .>,,. 
4-5S, 




••• 






S 












-, 



■ 




/ .'/Y.' 



Fit/ ô' .!/,":,■ Croct 



Morl ilu Sali'.u 



•/ta/srr///' */// 



.:;,//■,,„ ,:,/„„,■ ,,,,,„■ /,,,//<■ y,,, ' .,-;„/..,y„,, ri - ,.„/,-,. /, /,„//,,. ,//„.,„,„„.,, /,. , w/ ,,, ,/. ,;./,,, 
■ /,<„„„ ,/• ,„/,,,,„„ ... ,-,,„/,. .Y,,.,,,../,;,;,,,. r„/A- ,■„/.,,„„,. ,/,■ j-auenr „,,;/„,/,■ /„„,/„„■ .,,■ ,;;/„„■,■ ,■„,„„„ 
J " w ">"'■<■■>■■' /■'/«' ou r, y,.,,,/,- , /f „ /„ ,;,„/,.„,„/ par se /.;„,/,,■ „, „,,„■/..„ /,■,.„/„„■„/,,,„ ,/,■ ,;■//,■ ,■„/,,.„„■, ,/„ ,, 

■o,„„„> , r „„,■„,, ,/,■ ,„//„„ ,.„ ,.,/ ,„/.„/,„■ ,', /„ ,„„/,,„,„;/,■ ,/,. /„ //,.,„■ //„ .., , . ,/■„„/,., ,.,.,„:■,/.■ , Wl „„ „ „.//,. ,„„/,„/„ r/ „, 

./ ,/vv,V, / i,/ 7 v W v», / r,,,r,v,, 1 vv^v/™,«7/ J .«,// / .,.-,* / „,„ torro.nm. ■ , .,,..,< ,//„„/,■ », 

■ ' n J '. . . , II:., . I. ,!.,.„,, ., l'an» 



t /'it/ trrre/'V' ,re.rprot/re.f 



i'i. cxcrs 



¥!q.r 







sM '" - 



■- 



IMS 







' "■-* 





Ifi/. /. ^ St'/cn>i/e//H(i ci'rrtnu/n /:-/:>,>,"/ 

3 Sclerodcrmizrenijbrme . M . 

/. Sc/erotzcrnia vcmt.cotfWn . JPersot 

.> Ii ScJcroaerma ûncforinc ./'enroon-. 



. Inifio de cerf cl AllemaoMie . . tSk 7b 

Trnffe en rem du l'u.iudebouro-. *2k 

Pomme do loup à verrues. JÊk 

\ i'sco de loup racmiere a loinUirc. «» 






j„ m i ::,„i,t M 



J.B.BaxEKère, Libraire, à Paris, 



i r < 



'■'rîfe' * - 



■ 



Fîq;.i. Jïycopere/tï/t r-r, ////<'/>'/■/• \osso de Loup tête <i homme ou le cràxie AUjT™ .'/', 



■' 



\ : \iy.-j../.i/<<y:'/,/.,///>i////,'>/vrrr . VeSSP de loup on poil'»' . i . Xum.s./I, 

I V, IV.iMin, I il.r , l'.iris 



PL. CCI 





O 



■! 





/ 



- 






4 






V 



J 



y 



ïrW 



4> 



s »fi 







Fï# . i . Zi/coperdon ardosuicurn . £iM'wi/ . . Vesse de loup ardoise, 

2! . Ll/tV/'Cr,/i'/l (TimcaÙun . Mirrtti/. VcsSC (le loup IHUPC. 

>'! Lycoperden pralense . /'.;■.,,■,■„ Vesse de Loup en pomme 

,/ Lyroperdon ejùvanteiim .Jin/n-rA Vesse de loup citrouille. 

,; . Li/coperi/on /,'i.r, /,•////>////// //<>//./■ Vessc de loup à grappe. 

6' Lyroperdon çemmaùan . - Vesse de loup montée. 

- Lycoperdon i/ii/ii/mm: . r,, ,//„„/ .. P?.Vcssc de loup montée. 

.; !5, BaiULcre, Litrairc, à Paris 



A 
A 
A 
A 
A 
A 
A 



A'/// . 2 



z 7 . //■' 
446. 



H 



M? 



/:,<•/}/■/>:■■■■'■■> ,'■'■ 



PL.CCH. 







# 









: 





2 . I ',//■/,,,/,,, /„., ,r//./, ;,/,.,■ Il,//,/,,,,, 



. ■..;'/:„,/,■/ ./../. 



l'Etoile ,1,- terre ^ /.,, 

La petite Etoile à bombe. A 

Vesse .le Loup ni pote . C^. 

Vesse il.- loup envoûte cl ,i collier A 
\ esse .1.- loup à voule .-l ., inlioiv i^ 



-• /'.,.' 



■I D BajUicm I.,!..., 



PL. ((III 




C barbon ou ruelle des Blés 

. \ <■(■/'< m /.r (rril/filfU/l/l 



t..,,, j /■ j-. 



■■■■><■> 



.1 !') Bai] làflTZf. , LH>1 à r.ir: .-. 



PL.CC1V 







~% : 






i I 







La Cloque ou o:\vi 
Vesse ie loup souçuin 



//„..• /:,„/.' .M 



4 . ,///„w /n/tfrop/wra 
."1 . .!///<■,"• i>/'/-/iA:i; ■"■< ■■ 
G . TuAit/t/t/r //v/'ur/r/teri 
- . (V«//i/rf.r /,>,<■//".<■. 
8. (Ytif/wtw <-,i//<f//,r///.<.. 
o . ,l'/,v/^'/////.'' croi-a/ri 



des bleds 



Moisissure blauolic 
Moisissure verte. 
Les Tu\ ."ix d'orgue 
La Boursette blimolii 




- Vcî^V t ' 



, .r'.' 3 / ^ ' 



A 

,.A_ -• 
A_ 

1 Dourseiii- •'■■»' . 

, „ 11111 . s ,.|loro..M-..o..leK.-u.lesl...;.- A 



Les Boursetlos . 

,1 i; BivilUèrc LCbl aire, h I 





■■■■■.■':v,"' ■ ,