(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "JOURNAL DE CHIMIE MEDICALE, DE PHARMACIE, DE TOXICOLOGIE"

Google 



This is a digital copy of a book that was prcscrvod for gcncrations on library shclvcs bcforc it was carcfully scannod by Google as part of a projcct 

to make the world's books discoverablc onlinc. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose legal copyright terni has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, cultuie and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journcy from the 

publisher to a library and fmally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we have taken steps to 
prcvcnt abuse by commercial parties, including placing lechnical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use ofthefiles We designed Google Book Search for usc by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrainfivm automated querying Do noi send automated queries of any sort to Google's system: If you are conducting research on machinc 
translation, optical character recognition or other areas where access to a laige amount of text is helpful, please contact us. We encouragc the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogX'S "watermark" you see on each file is essential for informingpcoplcabout this projcct and hclping them lind 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are lesponsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countiies. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can'l offer guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search mcans it can bc used in any manncr 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organizc the world's information and to make it univcrsally accessible and uscful. Google Book Search hclps rcadcrs 
discover the world's books while hclping authors and publishers rcach ncw audicnccs. You can search through the full icxi of this book on the web 

at |http: //books. google .com/l 



\i 




JOURNAL 



DE 



CHIMIE MEDICALE, 

DE PHARMACIE, DE TOXICOLOGIE, 



BT 



REVUE 



NOUVfiLLES SGIENTIFIQUES 

NATIONALES ET fiXRANGfcRES, 



■KM M )L4 MoiAvi oir cnnin MăotaA&B , 

m 

MM. Beral, Ghetailier, Dckas, V&e^ Guibourt, 
Lassaigne, Orfila,Payen,E. Păuoox, Q. Pelleta», Pelouze, 

A. RiCHAh9j 5. Robinet. 



PARIS. 

^ LIBRAIM l)E LA FAGULTE DE MEDBGINE y 
WLâOL » ii'ioou 1» ukBKsn, M* 4- 

1845 



JOURNAL 

DE CHIMIE MEDICALE, 

DE PHARMACIE ET DE TOXICOLOGIE. 

CBUSnE KEDXCAXCb 



«OUVKU^a mtÂiMBUM£i sus J-KS ALCAUS «MH,ÎWfOti ; 

Par M. GKaiiARDT. 

Ce savaai, lâauttu lei f»iit coaualu-e «€ 

qH'Ua «bterw! Jars^e been libIîs ei'guitiques. 

(k» recbfiruhes «ni «tril wr la biuciiie et 

IV Viaipuruttlc reitoiiua .( trwaiit cci alca- 

loide {UIT l'acJde aiirioue. _, (|u'il 6*; produit 

alwfianeottliicîuioii ronj;erouc^,et.que.cGUei'âac[i&n.e&t d'iute 
lelk «esiiJMUU, fu'oiJ'a iiecoiBaiajidee pauries xeciier^^bes 
de jnedeciBe legale. M, X^tvbardi ii ku .Qu'eii mame tatups gue 
la ookwaUoa se produisaLt, U y avaU degaj^cneiu d'ua ga;t odo- 
rantAiutOanuuable, tjuelc melaDges«cbauffait; niai6,&i anjie 
fakpaaiateriteiur âe obidaur lonlfideUea ii ja^ iasAgeai 
Tapenrs nitrensCB, ni acide carbooique. Le produit se pceod «p 
oatKfu lesebDiâi!aesa£atfSlpr.iitMt alors uoe teuUe aran- 
gtie. >I. Gectuu-dtsestAS&ure.queieţţaK qui accanif^ftiui le 
cAii» rot^e -eal de l'^diber aiireux,4aiii.)e degagcmeot capUnue 
iBqii'i.ce.gue ia-derui^re parcelle de brucioe ait.dispac)i dana 
le liţttide^ABJiacte oue m nelauţe est .uoe vexUable .fiAuneâ 
d'âi&er uiceBX. 



lOU&NAL DE CHIlflB h£dICALB, 



EXAMEN CHIMIQUE DE GONGRiTIONS BLANGHES GRAlfULTFORlIES 
TROVYiBS DANS LES GANGLIONS h£sENT£rIQDES ET d'aUTRES 
TISSUS, CHEZ UN GHEYAL MORT A I.A SUITE d'UNE CfltA'O^ 

mesentdriie. 

Les concretions sur lesquelles a port^ notre attention dans 
celle Doiice, ont ele observees ă l'autopsie d*un cbeval, mort ă 
la suite d'une maladie, que M. Prudhomme regardecorome une 
enteriieavec engorgement iuflaromatoire desganglions mesen- 
teriques el degenerescence luberculeuse de ces organes. Sous 
ce rapport, ceite afieclion du cbevalse rapprocheraii, el par les 
sympidmes qui ont ele remarques et par les alleraiions pro- 
duites,dc celle qu'on designe en medecinc humabe souslenom 
vulgaire de carreau ou de tcrofulei tnisentdriquei. , 

Dans divers tissus de Tanimal en question, on a rencontr^ 
des concretions se pr^seniant sous forme de peiits grains , 
biancs, mamelonnes, semblables ă de petiis tubercUles, et' 
pariiculierement dans le tissu des ganglîons m^sen teriques, 
dODt la subsiance ramollie eiait convertie en une pulpe blaa-* 
cbăire, au milieu de laquelle se trouvaient une muititudedeces 
petiies concretions. D*autres , analogues , mals reunies en 
plaques d'une ceriaine epaisseur, existuient, les imessurdi- 
verses parlies du tronc aoriique, les autres, ă la surface de la 
s^reuse qui tapisse Tinl^rieur de l'oreilletle posterieure gauche 
du cceur. 

Des porlions de ces differentes concretions nous opt ^l^ re* , 
mises par lessoins de M. Prudhomme» pour les soumettre ă une 
analyse comparative. Celles qui se trouvaient appliqu^es super- 
ficiellement aux membranes ont pu ^ireexlraitesen grattant 
celles-ci ; quant & celles qui ^talent dans les ganglîons, mâan- - 
gees ă leur subsiance ramollie » noasavons pu les s^parer, soi t en 



DE PHAEVACIE ST DB TOXJCOLOaiB. 5 

delayant la masse pulpeuse dans Teau et laissant d^poser Ies 
concreiions plus denses^soit, ce qui no.us a mieus. reussi, ainsi 
qn'on peui le voir sur Ia portion que dous mettons sous Ies yeux 
de la soci^te, en traitant ă une douce chaleur par une solution 
faible de potasse caustlque. Cet alcali a dissous parfaiiement 
le Ussu ramolii des ganglions, en laissant intactes Ies concrâ- 
tions qui se sont s^parees en se prăcipitant au fond de Ia disso- 
luiion. 

Une porlion des ganglions, ramassee , examinăe ă part, a 
fourni de Palbumine $oluble, de la maiiâre grasse, et de talbth- 
mine eonorSiie insohible dans l'eau. 

Lesconcr^tionss^par^sdesdivers tissus rapportes plus băut 

cot ete analys^es par Ie m^me proceda : elles ont presentâ la 

m£mecomposition,ainsrqu'on peuten juger par Tinspeciion du 

tableau que nous enavonsdress^. En definiiive,cesconcr^tions; 

analogues sous tous Ies rapporls aux tubercules calcaires qui 

seformentsifrequemment dansle tissu du poumon, celui du 
foie et quelquefoissur le mesent^re, ont, comme ceux*ci, pour 

basc principale , deux sels inorganiques ă base de chaux : Ie 

phospbaie et Ie carbonate. 



na 



BaaoBB 



NOMS 

»KS PAATIU 8C& USQOILLBS ON 
▲ EXTAAIT CKS COHC&KTIOHS. 



Ganfplioos m^eolăriqaes .... 
Portioo da tronc aortique .... 
Portiofi de Poreilleue gaoche . . 



lunăsi 

OMAAlQOt 
«01 100 



■ATliU IlOlfiAIlIflDI SBB 100. 



ÎS, 5 
40,2 
81,1 



PHOSnUTB 

Dl 

CBADX. 



62,8 
45,8 
55,1 



CAIBORATI 

AB 

CBADX. 



8,9 
6,S 
7,6 



SSi.8 
ALClLIBft 
lOLOBLIfl. 



15,8 
7,S 
6,3 



BAProm 

PBOaPIATB 

AO 
CABBONATS 



I 



: : 7 : 1 
: : 7 ; 1 
;; 7; 1 



La pins grande proportîon de matiire organique qu'on a 
rencontree dans Ies conoretions du tronc aortîqae etde TurciN 
lene gaucbe du coeur, est due , sans douie, ă ce qu'ayant et^ 
wltfes par T^ction m^canique des membranes auxqueiles ellea 



ad&^raienty eAes om eoiiMt^ efieore me psirtie de ees der- 

If lăres, fdndrs qM eeff(» det ftngffra» n^iifMqires ont ete 

etff af te$ pâtr Pârcffofn ehfmfqve de in potasse sur le tissa gan- 

gllGun^ite liif-AiAife. 

t7n fai t retson cepettâtttri âe ten trois aimtTses, e'est qne Ies 

deii5C S6Ts iitorganiqcres caleaffet, qoi fondent la pmie solide 

de Ces cotrerftions et se trotirent en proportions sî rarlables 

dans une mame qaaniit^ de matiire, sont enire eux ă pea prte 

dans Ies m^es rapporfs. Ceite obsert ation dfeoterait qtte la 
fH^lie dtuse ffiovMfiqtte a prodoii îel m aiâiB0 effel sur dhrers 

tissus de r^conomie animale. J« L. Lassaigiib. 



■ttBMOa 



fR0Ofr»i» POUM BtouiKfe LB CHLOllIIRB h'a&OBBT BT OVTEVUL 

1.B H^TilL. 

M . Oercbsie, eootrAletir desittooRate», propose^ povr opdr^ 
If rMwsî\M dtl cblofure d'arg^enc qn'on obfient dana Teşeai 
des fllliage»^ par yoi(> bamide , Templol de Kaef ion gaWanIque. 

Aprfts avoir lav^ avec soin le cfilornre d'argent , jusqn'â ce 
qii'il ne reoferitie pf us de traces d*acîde , on le faît s^cher jus- 
qu'â consisiance de bouillie epaisse , et on Ie iiiâfe, en cet ($tat, 
avec itn aoloiom satar<ţ de eblonire de sodîinn (sel flMrin). 
Celle masse bumide est plac^e dans un vase porevx oa dans le 
fond d'un pot 4 fleur, dooi le tron est boncb^. Dana un vase 
de falenee ă fond plat y d'une forme dtff^rente , on met deux 
tasseaux de bois d*un cenlimeire et denii de cdi(^ , et sur ceux* 
ci une plaqut de zinc amalgama, prăsentant une surface 
^gale â celle du vosd poretix. Sur cetie plaque de zinc » on 
poae deux iubea pleina, de terre , potir recevoir le vase coq«* 
teoanl le chlorure d'argenl. Dans ce dernier, on iolroduit une 
plaque oiince crargent ou de platine, qu'ou met en communica- 
Lion ) au moyen d'une petiic bande de Tun ou de Tautre de ces 
meiaux , ;iyec la plaque de zinc dijfosie dans le vase infe* 



rieiit; on plODge la htme de zine au'miHeu d*M laăllttge 
de 1% parties d^eaa et de i pârtie d^acide sulftirique. 

Par suile de cette disposidon , ii en r^sulte nae aciton giA^ 
nniqae qtii riămt le ckiorure (f argent dii centre ii )a oircon» 
fâ*ence. De tempe ă airtre , lersque reffenrescenee se ratentlt 
sar hi zinc , on ajocie un pea d'aeide sulAirique , peur rem- 
phcer cehii qai s'est combina avec ce mAal. On reconnatt 
qa» toui le ebtorare d'^argeat est rMiill dans le tase hit^pieop, 
lorsqii'eB agilasi la Ifqneur, elle B^a plBs l^ipparenee lalteuse^ 
U decompoaHîo» ^tant tepmiB^e j en decaste Ia selutioii de 
se! qnl auivage Fargent; ob la^e eelBl-el, et, apr^ l'arroir 
ftit s^ker. Oft le feftd dBBe no ereu^t aveo iib peu de pe* 

ShWbbi l^aneQr, la fddyelţaB du oUoryre d'argOBl par ee 
fiwiâ&y ^e eoftie pa^^ la «nari dta fraia neMatitte pour la r&- 
dnetioB |tfir la ic^nlii i^i» s4^ Wi'ob esipleyail aiitrcfob. . 

L'argent r^duit du chlorure , par ce proc^d^, Ml w poBdre 
si fiae qu'U peul toe enplay^ pour enduire , avec ua pÂBceau, 
Itt oţtî^ KM^WK «H cţr# que Vw X€^ pepro^aif e aW 1« gajh 
^anoplasUi», 

N^ş du v44<^^Mr, V^ mo^w des pluş şimpţ^s cwşiţţe ă 
preu^re te ct^lor^e d'argeut l)iea l^vâ, ă le metip^ eo cofii.:iK^ 
nec H^e lame de zigc (d^n» uoe cs^psi^ţ^ d/ş p^cfil^ift^Qi ^ 
bire chauffer y si Ton veyl qţie i'op^ratiot marcl^fi.plifş^ Y^le, 
et a ^jQuţer quelqueş. gputt^ d'ac^de ţul(uriqi^ ; di^na ces 
lieox cas , Targe^t da cblorMre est reduit ea 4re$ p^u; 4t 
iiiDp&^ Nous faisona ceue op^ratiQB daoa no& leţon% ^ eiC#ii« 
JXtfs ce proc^d^ ^ ^ ^t di!k i^ M, Ar(re(j^i| » bo«ş a «iMil^ 
lemmrilWSţ. i^. Ca* 



^^^^iiF . ' !it . .. 1 . L ■ - u j I. - .. . ! I ■<' j M ■ . ' I Mj i iiliitp ay 
$rR VX UOYKN D'BCA^aB SUR J^E TfvV^BB ; 

Par M. SiMowm , de Nancy. , , . 

Jeviensvous communiquer, en peude mots^une maniere 



9 . lOIULM^L PK CHIMIE MiOlCALB; . 

facite de grayer tur le verre , des divisions , lettres et capc<- 
t&res inali^rables dont Ies chimistes. Ies pharmaciens , ele., 
ont sonveDt besoin dans des localit^s ou une industrie speciale 
ne peut lei|r venir ea aide. On etend, avec un pinceau doux, 
du yernis de graveur sur Ies tubes, flacons , etc; quand ii est 
sec, on trace ou on ^crit k la pointe en enlevant le vernis ; et 
sur ces places on ^tend une couche peu ^paisse d'une pate 
moUe faite ă Tinstant niâme avec du fluate de cbaux en poudre 
et de l'acide sulfurique concentra. Aprâs quelques heures de 
contact , on lave, et le verre est suflSsamment rong^ et creusd. 
Pour marquer d'une maniere ind^l^bile Ies lignes , etiquettes , 
etc.ionpeut, pour rendre l'action plus âaergique , couvrir 
cette pate d'une feuille de plomb lamina mince. Commejeme 
suîs servi souvent , avec avantage , de ce procMâ , que je ne 
crois indique nulle part, vous pouvez , si vous croyez comme 
moi qu'il puisse rendre quelques services, le publier dans 
votre Journal. 



aSCHERCHE SUR Ul GOVPOSITION D*UNE UAINE ALBUM INEUSB , 
RENDUE DAIIS UNE AFFECTIOK DES MINS. 

L'urine sur laquelle a port6 dernierement notre examen , 
provenait d*une jeune femme affectee , depuis plusieurs mois , 
d'une maladie ayant son siâge aux reins , et confiee auxsoins 
de notre collegue M. ie docteur Ramon. 

Ce liquide , d'une legare odeur ammoniacale , bleuissait fai- 
blement et peu ă peu le papier rouge de tournesol ; îl avait une 
teinte rougefttre tris peu prononcee, ii ^tait troubl6 par 
quelques flocons blanchăires qu'on a reconnus pour de Talbu- 
mine, et qu'on a s^par^spar la filtration. Sous cet etat, la 
densit^ de cette urine ^tait moins grande que celle de Turine 
dans l'eiat normal $ nous Tavons trouvee, ă + 15^, de 19023, au 
Heudely025, 



BK VUâMlUCUL BT t/E TOlIdOLOGlE. d 

Sonoitfe ă Factian da calorique , elle devient , peu ă peu , 
opaline , et lorsqu'eUe est chaaff^e jusqu'ă l'^bullition , elle se 
irooMe tout ă fait et abandonne de peiits flocons blancs, qui se 
predpitent par le refroidissement, et pr^seotent tous Ies car 
nctires de ralbumine coagul^e. 

Examiote par Ies r^actifs; elle a offert Ies r^sultats sui- 
▼aiits: 

i** L'acide azotique la trouble instantaniment, et y deter- 
mine un pr^ipUe blanc flocooneux , que Ies alcalis redissol- 
vent ayec facilita ; 

f* Le solutum de bichlorure de mercure se comporte de la 
mime maniire que Tacide azotique, mais le precipita formd 
daasce demier cas est plus abondant et est renda soluble par 
le solatum de chlorure de şodium ; 

V L'acide ac^tique n'exerce aucune action sur elle, mais 
Fadde tannique la trouble et la precipite bientât en flocons 
Uano-jaonftire ; 

4' L'eau de chaux trouble leg^rement cette urine sans y 
prodaire de precipite , m6me au bout de 12 heures ; 

i* L'oxalate d'amiBoniaque, l'azotate de baryte et celui d'ar- 
gent ne produisent que de legers precipites avec cette urine , 
tandts que ces m^mes reactifs sont foriement troubi^s par 
furiae ordioaire. 

Poor d^terminer la quantitâ de subslances fixes solubles 
qoeGontenait cette urine , ainsi que la proportion exacte d'al* 
iHunine qui s'y trouvail en solution, comme Tavaient demontr^ 
Ies r&ctifa ci-dessns employ^s, on en a fait ^vaporer, ă une . t^ 
doQce cbaleuri jusqu'ă siccit6. 

Le rfeidu de cette evaporation ^tait acide ; desseche â + 
100^, etpes6 ensuite, ii formait Ies 6/1000 du poids de Ţarine , 
ce qui porte la proportion d'eau qui y ^tait contenue k 99/i/iOOO. 

Ce pr^oiier resultat fait voir que Ies substances fixes ne 



^ 



JOURNAL 



DE 



CHIMIE MEDICALE, 

DE PHARMACIE, DE TOXICOLOGIE, 



ST 



REVUE 



NOUYELLES SGIENTIFIQIJES 

NATIONALES ET fiXRANGfeRES, 

# 

JMB mmmwmaB m aa mKXteâ oir aHiMia mAoigaui . 



MM. BeRAL, GHEYAiLXER, DCKAS, F^By GuiBOURTy 
LaSSAIGNE, ORFILAyPxYENyE. P^LIOOT, Q. PeLLETAN. PeLOUZE, 

A. KicHAiiDr^ S. Robinet. 






PARIS, 

^ LIBRAIM DB LA FAGULTB DE MEOBGIlfE , 

ruat as l'Aoou bb wâtmun, h* 4* 

i845 



lâ JOUBNAIi DE CHimB. MEDICALE ; 

bumine est presque la m6me. D*aprâs Ies reoseignements qui 
nous ont ^t^ fournis par M. le docteur Ramon , Teiat de la 
malade n'a pas cbangâ depuis ies premiers essaîs auxquels oa 
a soumis son urine. J. L. Lassaigne. 



SUR l'bxtraction de l'asparagine. 

M. Menici, de Pisei dit qae pour obtenir l'asparagine en 
grande quantile , ii faut l*extraire du vicia sativa (la vesce), 
culiiv^e dans Tombre et ^tiol^. 

Ce savant a observă que par la privation de la lumiâre, l'a- 
midon et quelques principes du sucre se iransformaient en 
asparagine. 

Toxxoo&ooa. 4 

GAS d'empoisonnehbnt PAR l'oenanthe GROGATA; 
Par M. le docteur Bosset. 
Vingt-un condamnăs ătaient employăs , le h fevrier 1843 , 
aux travaux sur le bord du canal de Tarsenal de Woolwich ; ă 
onze heures, huit ou dix d'entre eux s'eiaient approchăs, 
pour netoyer leurs ouiits, d'un ătang voisin ou ii y avait une 
assez grande quanţjle d'cenanthe crocala. L'un d'eux , pre~ 
uant cette plante pour du crieri , en arrache un pled , le lave j 
le goâte et en offre a ses compagnons , qui aussitât en arra- 
chent une plus grande quantilă, qu'ils mangent et distribuent 
ătousles autres ouvriers. Yingt minutes apris onzeheures^ 
au moment ou ils allaient se mettre en rang pour aller dtuer, 
et lorsque plusieurs mangeaient encore ces racines, dont 
leurs poches etaient pleines , Tun d'eux fut pris subiiement de 
coQvulsions qui ne durdrent que peu de temps, mais lui laîs- 
s^ent un extreme pâleur, uo aspect bagard , et ne tardârent 
pas ă le reprendre. Pendant qu'on s'occopait de iui ^ im şecon4 



DE PHABHAGIE Vt VE TOXtCOLOOn. ÎS 

ifidividu tombait dans le mdme ^tat , puis un troisiime et 
mame nn qnatri^me. Arriv^ k midi moins un qnart, ponr leur 
donnerdes soios, le docteur Bossey vil neuf hommes, tous 
jeones et forts , se dâl)attant dans de violentes convulsions 
et sans connaissance. Trois, dans T^tat le plus deplora- 
ble, ^taientsons un han gard, trois Tenaient de tomber dans 
lacour, et trois autres se debattaient dans Ies convulsions sur 
le pont du navire. 

Bes trois premiers, Wilkinson ^tait monrant , la face con-* 
gestionn^e et livide ; l'ecnme sanguinolente qui sortait de sa 
boQche et de ses narines, sa respiration stertoreuser et convul- 
sive, la proslration et Tlnsensibilită compl6tes, ne laissatent au- 
cuD espoir. Tout ce qu'on put faire, fât de lui souicver la tâte 
et Ies ^paules ; au bout de cinq minutes, ii etaft mort. 

KDight, le second, qui se tronvait presque dans le mdme 
etat apoplectique, ne pouvait rien avaler; onecarta avec 
force la mftcboire inf^rieure , malgr^ la resistance des muscles 
Toisins; on ^tablit dans son estomac , au moyen de la pompe 
gastriqoe, un double courant d'eau tiide , qui entratna quel- 
qoesfeuiUes; maisla violence des spasmes ne permeitait que 
diiBcilement la manceuvre de Finstrument. II mourutau bout 
d'un qnart d*heure. 

Le troisi^me, Wilson, avait aida h porter Ies deux pre- 
miers , et quand îl fut arriv^ prâs de la cour, on le vit pâlir et 
tirepris de convulsions violentes;'apris Taccâs, on chercha 
â le faire vomir, maîs Ies convulsions recommenc&rent , et Ton 
ne put retirer de l'estomac, ă Taide de la pompe, que quelques 
debrisde racioes et de feuilles; el ce malheureux expira pen- 
dant Ton de ces acc^s, ă midi et demi. 

Des vomitifSy administres ă ceux qui ^talent tomb^s dans la 
cour, amen^rent des vomissements abondants et surtout une 
graode qaantil^ de d^bris de racines , imparfaitement mft- 



IA jQSiMMâh ML £lllili£ uâUBâMM • 

chees» A 4mi b sfirlie fii soivîe d'tia sontegfipcttl o«MMes 
des frJaioDS dg^uăe^ fiuvent f^atiq^ees siv iaa «ţiFăniies^ 
tandis qa'i TiiUiăneiur ob adaiatorjâl i'aiDiaoDîaqw et ie jrJiwi 
avec Mn i;mau dair, jusqf'ă c^.gue I4 riacUon fHit ăublja mn- 
jAMemifai. Daş Tajnixife fureui ad«ji«6tr^ aux imi» iii^da4e$ 
qiii ^akat .surle gaat dju navire , Mmsi ^ve 4e forias Migpăea 
au bras el ji la jiviilai^^ j et^i j'aJ4e4le la i^oipi^ oo oblîm 
quelques dăbris de la racine qu'ils avaiciit niaBD^ff^ fit rn lpi 
envx>yaii Tb^piial ou iw leur adnuiatm d^Jiaii^ |4os^bimi- 
dus» 4Mi dtfieiKUuu «fi |uivem empâdier d^Kile^ .mjitedfi de 
sucfioi^ber : i'a&, k Aeuviâvie îoiir, Taiitr^ le oo^te^e 4e ieur 
emrie-^i'liillpiul. 

lloai, 3Dr w lioris f rodiiHo» psor celle pl/in>e ioxiiue ^ 
quatre earent lieH dans rii£iii«4tti«uiviliUiigestioii, ^4mx 
auixmtde plusieursjaurs» ^t toajoars fiur j'eStit Ao^ acddCTts 
priiaitîft, savoir : la disposition a la ^ncope 6( A la şxwmr 
tio». Ce qal â^oute encone â l'iniir&t de ceut jţlisenKaUom 
c'est queles syxDpidoies n'oDtpuâire comhaUasâvecefficjft- 
citd par Ies sliniulanis,, qui D^ameoaieDt qu'ooe reaclion dilB- 
cile el accompagoee d'une irritahiliiiS louie ip^ciale. XI est 
probable, cependanti que ceuye cojiiiQuaiioji des mâmes JiQOi- 
dents, pendant toute la durăe de Ia maladie » a iQoins teau,ă 
Tenergie de la premiere Jnipression re^ue par r^coDomie , gu'ă 
la conlinuation de Tinfluence de Ia substance malfaisaate, ă 
mesure qu'elle s'avan^^aii .dans le canal d^gesiif. 

Noie du redacfeur. L'oeoanthe crocaia a donne lieu ^ on 
grand nombre d'empoisoDiiements ; (rent£*sept soldais furent 
enuioisonn^s pour avoir mange de celte racine (Joumtal dm 
me'deeine de Lerouxj t. 48} p. 23B3. Des cas nombjeeux d*ac- 
cidents determin^s par ceţteplan te ont ^^observes en FranGe, 
eu Corset, en Anglelerre^ en HoUande. 

XiC prîncij[>e ioxique de ce produit n!a j[)as escore ete isol^^ 
et on ne connatt pas encore son antidote. 



H llj mII fcL/><UHltH kiUH I Ml un 

IUVOII^PniHlM^ •'BIC HttfiirAt ffiArtt liR LM7«8R*«OSE.; 

M. de B...., tresories^tifttir ă Aone^ 4^fifîl m <^6M^sfl 
9ileîBi«d\nife onlidîe «slaA^e »doni ie ^tfg« >prlD«ipfri ^laft la 
tâie; «iwitfiiiaâretaxiEtcttiJb8d»ne^^ afffecfiiM «^k te 

fă^fk'gmiLUmMRmam^^^t^^oL Ies %«liims«^fWt Mtf^ 
remeot disparus «soas AVnrfIoeiroe ^te hMtonft aMHf^^^^cre^s «ep» 

< ! ■ — Mi iti M -«iuMnw T»wr^ - wi l lisan 

(loriqMB note ^lAtftMt eOMMt^>l<«r(^^uir^ «^v«n^ ^dp- 
UoD, plus intense qae la prenUfre, tcMvrit la t£te et une pârtie 
4tac4*MwiAeSt. .w.yŞMiittMiPlt'^iitoî'iît^ipele lawie^^ 
MpliDfi «loe Mc«fts isMMte Ift^K^^to, ^pmt k^i^vIbes.ftUth 

AiîBe «saB^etpMr {fB^i€r«oii db&M. fin ccmS'- 
1^ M At «M '4ib(fcAoit (te ifeoUii» 4e ^ndrlM a v«e laqiielte 
itaMknt^ iţMneim n^rifleB^ Iki «^ 4et 1« eou'Ae QHmfma/l. 
dmt ţr^şMMîdB ^2c rietteiMat ^omui^mifie^ , qti'^le ftlirit 
iittaJttdhme.H|ift(ilquasm6tMift«|M4lsrft dH 

y tfe «bmai «at (dts'vevLJgQiSytidiaiKieta i^enAom^cfl^ii^ 
HiiaiiM6s9*^s>lotiiba'^t«Doaim, m tunftcâe'dDuic h^Mird», 4fins 
des convnlsions affreuses. TotatesiprilS4iiOttiiles(pflr la^ooe-- 
im de4ia«leniiBe ^Aaient tamb^ 




W BJSCWMOW M (L AASBfiMG. 

ÎL BevaBfjppoposeie 4[irafleâi§ evîvantgpoiir hivejreoot) safire 
lajmsmce 4e Tarseiiic : 

Ou vene i^m un tube<iux>k,-{eniie jt riiaede-fies^eiilvtoitesy 
lue^ertaioe ^auiUe da^^^ <^^i*^^^ ^iendii «de quatrefeis 
soD |i«ids ii'UNlf x)e JMoi^eii reoii^lir la/oioiUe 4u tube. X)n 'tn- 
troduit dans ce tube unetlsoue de cuivre 'bien 4eeep^9<on fok 
crater ^4e^H^4u Uqiţî4ie afţidiS/UfieNCouabe^ewif foinlii,(qtti, 
eo se yfnoyjywtatt^ «feiw^im <)iapţ^a0(»M'qHls4parete4)aiiiie 



16 IlOUMAl. 1>E CHIMIE IlilIICALi; 

de la lame plong^ de la pârtie de la lame qui est au dessus. 
Sar ce diaphragme, od place la solation arsenicale, et, au bout 
de six heures, l'arsenic m^ialliqae se troave separa da liqaide, 
et ii est d^posâ sur la lame m^talliqae. 

On peut, ă Taide de ce proc^d^ , reeonnattre 'et apprteier 
quantitativement jusqu'a une centi^me degrain d'arseiiic. 

TJne lige.de ziuCy plac^e dans Ies m^mescirconstauoes, donne 
le m6me r^sultat , et plus promptementencore. 

BKPOISONffBMBIIT PAR l'ÂASBNIC. AAPPOET MiBICAL FAIT 

A CB SUJKT. 

Un suspiciou de tentative d*einpoisonnement amenait une 
n^gresse sur Ies bancs de la Cour d'assises de la Guyanne. Cette 
affaire criminelle, fqui s'est d^battue sous la pr^sideaee de 
M. Ludovic Pauliaire^ a donnă iieu & des dăbats asses s^rieux, 
en ce sens qu'ils ont d^montre que la toxicologia est âtudi^e 
dans ce păys par Ies magistrats, et qu'elle est repouss^e avec 
dâdain par Ies hommes de Tart^ qui devraiest âtre aa niveaii 
des decouvertes que fait chaque jour cette science. On pourra 
s'assurer de ce que nous avangons, en lisant le rapport sui- 
vant dont nous donnons le texte : 

« Nous, docteurs en m^decine de la Facult^ de Paris, et 
pharmacien de deuxi^me classe, entretenu de la marine, soas- 
sign^s, requis par M. le procureur du roi, nous sommes trans- 
port^s Ies 7, 8, 9, 10, 11 et 12 de ce mois, au laboraioire de 
chimie de ThApital militaire, a TeAFet de proc^der ă Tanalyse 
des matiâres contenues dans un bocal clos et caohet^, k nous 
remis par M. le procureur du roi, de constater la nature et Ies 
propri^i^s de ces matiires, et de rechercber si elles recelaient 
quelque substance ven^neuse ou nuisibte. * 

« Le flacon d^tachâ et d^bouchâ le 7, ă deui heures aprte 
midi, nous y avons trouv^ un liqmde trouble, d'un gris jaa«* 



DB PEARVAGIE ET DS TOXICOLOGIE.' 17 

Bâlre, eihalant une odear aigre, ammonîac^le et fortement 
oauseaboDde, tenant en suspeusion, precipîtees au fond du 
vase, sous Tappareuce de poudre blanch&ire et grossi^re, de 
peiites parcelles, recounues ă la loupe, de chair de poisson trâs 
nuDoilie, et d^tachees, par la maceration, de sept morceaux 
assez coDsiderables de machouaran blanc flottant dans le li- 
quide. 

- Ce poisson, bouilli dans Teau, sans addilion de corps 
gras, nons a păru constituer la preparation culinaire connue 
daos ce pays sous le nom de pimentade^ mais alterne par la 
putrefaclioD, et exalant des ^manations infectes. 

« La pârtie liquide contenue dans le bocal pesait 205 gr.; 
eUea ^te divisee en trois portions egales. 

« La premiere, mise dans une capsule en porcelaine plac^e 
sumo bain de sabie, evaporee convenablement, puis fiilree, a 
ete iraitee successivement par Ies reaclifs suivants, propres ă 
liure reconnaître la presence des sels arsenicaux, savoir : 

• i^ L*eaa de chaux ; 2® le sulfate de cuîvre ammoniacal ; 
SMenitrate d'argent; &®rbydrosulfure d'ammoniaque; 5Ta- 
cide hydrochlorique. 

« Le nitrate d'argent seul a fourni un pr^cipit^ blanch&tre, 
qoi doU 6tre un chlorure d'argent form^ par Ies hydrocblorates 
contenus dans Teau saumâtre ou sal^e employee ă.la cuisson 
do poisson. 

• Quant aux auires reactifs, ils n'ont donne lieu ă aucun 
precipita appreciable et qui puisse £lre dd termina. 

• La seconde portion, ^vapor^e jusqu'ă siccii^, a et^ mise en 
coDtact avec une mediocre quantit^ d'eau distill^e et filtr^e; 
soamise aax m£mes essais que la precedente, elle a donne des 
resoltats entidrement analogues. 

• Une poriion de ce r^sidu, projetee d'abord sur des char- 
boas ardents, n'a r^panda aucune odeur alliac^e. 

2* s&Bis. li. 2 



18 lOURlfAL DE CHIMIB HfiDIGALE, 

« La troisi^me portion de Ia pârtie liquide a 6l6 reserv^e 
aux operaiions suscepiibles de faire reconnatire la presence 
des sels de cuivre, d'aritîmoine ou de mercure. 

« Elle a ^t^ trait^e par : 1** Ies hydrosulfates ; 2° Ie prussiate 
de potasse ferrugineax ; 3° rammoniaque ; U^ Ia lame de fer de- 
cap^. 

« L'emploi de ces rdactifs D'a fourni aucun indice de Ia pr^- 
'sence des substances recherchees. La lame de fer ne s'est point 
coloree. 

« La chair da poisson pesait deux cents grammes. Elle a 
6i6 soumise ă Tebullion dans deux cent cînquante grammes 
d'eaa distill^e. La liqaeur, trail^e par Ies mâmes reacttfs, n'a 
donn^ ^galement aucun indice de sels v^n^neux. 

« De tout ce qui pr^câde, ii rdsulte pour nous que ies ma- 
ti^res soumises ă nos recherches ne recellent aucune substance 
toxiqae, m^iallique ou minerale, susceplible d*occasionner la 
mort ou de donner lieu ă des accidents graves. 

« Cayenne, le 1& marş 18&4. 

« Signe : Ginouy£s, Guilbert, Virgile. * 

On doit s'^lonner de voir un serablable rapport rădige 
en ISkkf mais ce qui doit enpore plus ^(onner, c*est 1« que Tim 
des âuteurs de ce rapport, le sieur Guilbert, a, devant la G>ttr, 
repousse l'idee d'essayer Ies rdactifs employes dans Ies ana- 
lyses, celle d'^tudier Ies auteurs qui, dans ces derniâres an- 
ndes, se sont occupes sp^dalement de toxicologie, et en Ies 
traitant de charlatanS| d'empiriqueSi et voulant,.dit-li, fo/^ 
de ses propres ailes (i); 2^ que le sieur Leprieur aitose 
dire que des ouvrages sp^iăux de toxicologie âtaient icri\s 

(1) Plus tard^ le sieur Goilbert d^arair D'afoir pas pv tmpkoyer l'ap- 
pareil de Marsh, parce qu*il n'ayait pas la main ezerc^e, et parce qu'ti 
n'en avait pas lliabitude. 



BB PHABMACIB «V BB TOKICOLOGIB. 19 

peur des enfmniâj ou paur dei pirsonnes guineea nhaiueni 
rien en chimie. 

La leoiorc da compte-rendu ds la Cottr d'ăwSies de la 
Gay«De(i) oooi a iMpir^un seniimeot p^ible, et ootn nous 
fiOBuneft demaode ce qu'ou doii faire pour prâaerver le» aitcu- 
ite ct la sociale, conire ie daoger qui r^aulle da la confianee 
qa'oD aceorde, pour des ei^periisea nddico^Ugales, ă des 
homaMB qtti, par ainour^prapre, rfifuEeat de 6'cciairor de l^ex- 
pfrience dea aalears, ei qui piua tard taxds d'insouciaoce par 
laite de reiameii de iears (suvres, se vengent> par la calomnie, 
d*an ^cbec qai defait Atre la suite de travaux qui ne soot plus 
de BOtre <poque. A. G. 

HOTB SUR L4 YBMTB DE L ARSENIC; 

Par M. Larvb dd Barbt. 

Un article que j'ai Iu dans le Journal de chimie medicale j 
naarfro d'octobre, page 571, m'a sugg^re ies r^flcxious sui- 
vantes : 

L'arsenk est non sealeinent un poison des plus energiqoes, 
aiais c'est eocore un poison qui jouit, malheureusemeai, d'uue 
beauconp trop grande popularile : Ies tribunaux et Ies feuliles 
paMiqaes se sont occupds si sotivent de cetie subsiance, que 
le dernier enfant du peuple connatt ses propri^ies pernicieusesi 
U BM seaible qu'on poiirrait rendre plus rares Ies crimes conir 
fliis BYec Tacide arienienx , en crtanl des difflcnlt^s pour se te 
precorar. Poarqaoi Ies pbaroiaciens ue renonceralent-lls pas 
sveodre des prAparations arsenicales ? Dans la plupan des 
îilIeB de France 9 en ne troove de Tarsenic que chez le phai- 
BBCieii , BB aorle que si ee dernier refusait d'en vendre , on 
•crak fored de ne plns faire usage de ceiie mort-nux-ratâ, qui 
devieoi trop soovefit une mort-aux*hommes. Pour la ttesiru^- 

(I) Veir 1« Gazelie tUs Trilfunaux des Ui 12 ct 13 noTembre 1844. 



20 JOURNAL I>S €HIKIB MiDICÂLB»' 

tion des rats et des mouches , ii serait facile de substituei ă 
l'arsenic ane drogue moîDs connue du public. 

Eq second liea. Ies arsenicaux devraient âlre bannîs de la 
m^decine : il est fâcheux de voir quelques praticlens Ies pr6- 
coniser, qtioiqu'ils aient k leur disposilion des m^dicaments 
dont Temploi esi plus facile , plus eiBcace ei surtout moins 
dangereux. Ce n'est pas de nos jours seulement qu'il est arriv^ 
des accidents ă la suite d'une m^dication arsenicale , plusieurs 
auteurs aocieos nous eu citent des exemples ; Fabrice de Hil- 
den, entr'autres, nousrapporte quelques cas d'empoisonne- 
ments par Tabsorption cutan^e, et il critique Ies m^decîns de 
son ^poque qui ordonnaient des lavements et des suppositoires 
arsenieux contre la dyssentrie. Je suiş persuada que Fowler 
aurait renonc^ au traiiement des fiâvres intermitlenles par la 
liqueur qui porte son nom, s'il avaît connu le sulfate de qui- 
nine. 

Eu r^sum^^ Ies pharmaciens devraient s'abstenir de veadre 
de la poudre aux mouches et de Tacide arsenieux , afin de 
rendre Ies empoisonnements moins fr^quents par Ies diffi- 
cultes que ies malfaiteurs auraient ă se procurer ces loxiques. 



nOMIHATION d'uHB COMUISSION POUR STATUER SUa LA VENTB 

DE l'arsenic. 

On sait que , depuis plus de six ans , nous demandoDs , 
chaque annee j que la vente de Tarsenic soit le siijet de mesares 
l^gislatives , et que des pr^cautions soient prises relaiivement 
aux moyens de rendre le crime d'enipoisonnement plus diffi- 
cile et par consâquent moins frequent. L'adminlstration a sans 
doute entendu notre voix , car on Ut dans le MtmUeur Tariicle 
suivant , qui fait connaltre la nomination d*ane commission qui 
doit s'occuper de cel objet d'une tr^ haute gravita : 

« Des proces tristement fameux ont, depuis quelques aoD^es, 



SB t>HAR]l4CIB Vt 1»K WUCOLOOIt. SI 

appele rattenUon da pabtto sv la dangereuse facilita avec la- 
quelle Tadde arsenieox et qnelques aatres prăparations arse- 
nicales soot soavent livr^s k dos maiiis criminelles oa impra- 
denies. 

« L'adttiiiiftiratioii ne ponvait rester indUKrenie ă de cela 
avertissements : ausai a-t-elle examina, avec Ie pias grand soin, 
Ies drrerses proposiUons qni ont iii faites poar reodre impos- 
sibles ou au moins exlrâmement difBciles Ies erreurs et ies 
meprises qne peuvenc favoriser Ies caractires extârienrs de 
Tacide arsenieax da commerce. 

• L'Acaââoiie royale de mMecine, l'Ecole de pharmade, le 
CoDseil de salabrhâ , le Comită coosaltaiif des aris et mana- 
toores, ont dăji donnă ienr avîs ă ce sujet. 

• Mais ii restait ă examlner la question de savoir josqa'ă quel 
pttot Temploi de l'acide araenieux est indispensable ă la m^ 
âeciae et ă Tindustrie. M. le ministre de Tagriculture et du 
coiiimerce a era devoir confier Texamen de cetle question k 
des bommes dont le nom fait antorită dans Ies sciences^ ou qui 
eiercent Ies princîpales branches d'industrie dans lesquelles 
Tacide arsenieax est particali&rement employâ ; ii a pris, ă cet 
efet, l'arrftt^ soivant : 

• Alt. i**". II est formă nne commission spăciale pour exa« 
omer la qaestion de savoir si Ia vente de l'acide arsenieax peat 
^prohibtfe, d'une maniere absolve, sans inconvenient grave 
ponr la mădecine et ponr rindustrie. 

« An. 3. Sont nommăs membres de ladite commission : 
MM. Gaj^Lussac , pair de France f prăsident $ 

Koard , membre da Comiţii consoltatif des arts et mana* 

factures; 
Dumas , de TAcadămie des sciences ; 
Pâyen , de TAcadăroie des sciences ; 
Orftia , doyen de la FacMtă de mădectoe { 



SS loumNAii M OBiioi inbicixi; 

YTarti iaspacteur g^năral des todta t^t^naim ; 
Buflty , înrofesseor ă l'^ie de phannaeie da Paris ţ 
y ieoiDt« de Rools , iibriciHlt i 
Lemire, fabricant $ 

Meilbeurai, direeteur des affiiirea crimmeHea as minis- 
tere de la jusUoe ; 
S^nae 9 directeiir do eonmerce wtdHeor ac dea teblis* 
aenents saniuires. 
• Le chef du bureaa sanîiaîre au nîaisitea de ragriealliire 
et du commerce remplira Ies fonolioiisde seer^aii^. • 

J)/et9 du BedaeUwt. Nous penaoiia ţ^ nos ooDftgaea qai 
avraient des observations â faire aitr la grave qneation qiii va 
s'agiier, doivent Ies adresscr^ mus lte0uv4rid»M. ie Minieire 
de rmgrieulfure ei du eammereey qoi a ie fori frane^ â M. le 
pr<§sideQt de la eominiji^ioB. Deja aoas avons reţu da oes ah-- 
se^vatioaa^ 

«aQHBaoHBs saa ta saaa. 
M. Beuii^n^ a preseotd an nouvem prooddă poar raeaa* 
natlre des tacbes tris minimea de aang. II eaasiste k praadre 

une eprouvette en verre de Om. 020 de lonfnaar et Ae OnitOM 
âe:dianitlf&iaiMetir$ oadtfooape la tadie^ ea rintftxlaftdaBS 
r^prouraice k 6 ntiiltaaetres du fond, et ou yarie par desftosi k 
l'aide d*aaie pîpeue captilaire , Ogr.iO d'ean distilMa finaida. 
Bientdt apres, Ia panie colm*ante du sangeat attaqit^i alia ae 
d issout daas Tean et forme des stries plus an moins rmiges» qai 
gagnenl la pariîe ief^teuce de reproavatla.Lorsqae ialaebe 
estoompleiaflifceotKJâeolarfie^ r^ qai arriva ordinafaremant au 
bout d'un quart d'beure, on faîi rougir une capsula plane en 
ar^ţent, sur une lanipe ă alcoel^ puia 00 reprend la liqueur 
rouge au nioyen d'une pipette capillaire, eton la proiette.sur la 
capsule ei) soufflaai falMeimial pari'axtrteiliă aai^^rieaaa de la 



BB PHAEMACIE ET M TOXICOLOGIE. 2S 

pipeUe. Cetle op^ration est k peine termina que Ia liqueur a 
perda sa f ransparence ei acquis Ia couleur gris-verdâlre îndi- 
qa^ par Ies autears. On touche celle liqueur avec rextr^miie 
d*ane baguette de verre treiop^e pr^alablement dans une solu tion 
de potasse caustique, et elle recouvre ioimediatement sa trans- 
parence. Elle presente alors ă Tobservateur la couleur sui 
genm$ tirant sur le Terţ, Tue par r^flexion, et la couleur tui 
gentris tirant sur le ronţ^e, vne par r^fraction. 

SI on tooche de nouteau la liqueur avec un tube plong^ 
prdalablemeni dans l'acide chiorhydrique, elle perd sa trans- 
pareaee poar la recouvrer par Taction de la potasse, et ainsi 
de luite presque ind^Sniment. Dans le cas oii l'on voudralt 
iDQltiplier ces observations, îl faudrail ajouter de temps ă autre, 
oaegoiitte d*eaa pour que la liqueur conserv&t son volume pri- 
sutif. 

^as^^a^aaatacs . i ^ miiu i w , ■ ' r 

lOE L'ABSniCm hU li'ABSBHlC BAIIS LE BL£ CHAUii PAE GB 

TOXIQUB. 

M. Lonyet vient d'adresser ă M. Dumas une lettre par la- 
qseile îl fait connattre ă cei aoad^micien que, par suite de 
rassertion ^ise, gue le bU chauU ă Varâsnic foumitsaii 
detplantes dans leMquelies (ar$$nie ge ironvaiien quaniiiJ 
afprieiablet ii ^'^st Kvre ă de nouvelles experiences, en se 
plaţant dans Ies condîtioos Ies plus favolrables ă i'absorpiion 
de ce toxiqne mineral . 

Lesr&uUats fournis par ceâ experiences om ddmontr^ ă 
M. Lonyet, et ils ont ^t^ exaciement Ies mâmes que ceux re- 
saluni â'exp^riencespr^c^deittes, que, dans Ies diverses par- 
lies de la plante â laqueHe on avait chercbă ăi faire absorber 
an compost arsenical , l'analyse la plus delicate n'a pu i^ire 
reooonaitre aucune trace d'arşenic. 

Cesreaultatsviennentencorecombattre Ies assertions ^mises 



si JOUttlIAl DS CHIMIE MEDICALE , 

ţbr M. Trinchineui , et dont nous avons parle dans le nam^ro 
d'octobre du Jourral de Chimie mMicale, 



MORT DE M. HOUZEAU MUIEON. 

Le corps pbarmaceuiique vient de perdre un des d^fenseurs 
de ses droits dans*la personne de M. Houzeaa Muiron , che- 
valier de la Legion-d'Honneur , dopate de Seiae-et-Marne, 
membre du Conseil gdneral du mame departement, dicâAe le 
19 octobre 1844. M. Houzeau Muiron ^tait connu par des tra- 
vaux scientifiques et par d'uiiles applications de la chimie aux 
arts industriels. 

On doit se rappeler que M. Houzeau Muiron, dans la stfance 
du 6 marş 1844, lorsde la dîscussion du projet de loi sur Ies pa 
tentes, sut prendrela d^fense des pharmaciens, de cette classe 
d'bommes qui font pour ainsi dire exception dans T^tat actuel 
des choses, puisqu'on exige beaucoup d'eux et qu'on ne leur 
coDcdde rien. 

Les bonnes intentions de Houzeau Muiron n'eurent pas le 
r^sultat qu'il avait le droit d'en ailendre, mais ses coil^gues ne 
lui ea doivent pas moins de la reconnaissance. 

A. Chevâllier. 

UN PHARMAGIEN PEUT-IL D^POSEE DBS H^DIGAMENTS GHEZ UN 
£PICIER POUa QUE CELUI-CI LES YENDE? 

Un pharmacien ayant depose, chez un ^pîcier de Paris, des 
cbocolais medicamenteux, du ehocolai tanigue au ferrugi- 
neuxj du ehocolai vermifuge avec le proiochlorure^ du eho* 
cglat purgatif^ du ehocolai ă la digitale^ Tun des professeurs 
de TEcole, charg^ des visites des ^piciers, fit consiater cette 
cpotravention par lf> cpiqaiissaire de police qui raccompa* 



DE PBAMfACIB KT DB TOXICOLOGIE. 25 

guait; celoi-ci cruţ devoir faire saisir Ies boties contenant le 
cbocolat, ainsi que Ies prospectus. Par suite de cette saisie, le 
pharmacien et T^picier furent cit^s devant la 8' chambre, ju- 
geaotcorrectionnellement, souslapr^vention d'avoir annonc^, 
prepara et nlîs en vente des preparations pharmaceutiques. 

CoDform^ineDt aiix conclusions de M. Tavocat du roi Mon- 
p&, qai a requis contre Ies prdvenus rapplication des articles 
32, S3 et 36 de Ia Ici du 21 germinai an XI , et de la loi du x 
29 pla?iAse an XIII, le Tribunal condamna le pbarmacien par 
defaut h 100 tr. d'amende, et P^pîcier k 25 fr. d*amende. 

PRiPARATION DE l'iODOFORHE ; 

Par M. Clart de Figeac. 

Oo praid 1 kilog. d'eau mdiie d'un 7* ou d'un 8* d'alcool, on 
y ajonte 100 grammes d'iode et auiani de bi-carbonate de 
s<nde, on chauffe I^girement au bain-marie, pour deierminer 
la reaciioD. Au bout de qnelque temps, ii se d^gage des vapeurs 
d'eaii m^l^s d'^ther ac^tique et de quelque peu d'iode, surtout 
si la temperatnre est trop ^levee. Apris deux ou trois heures, 
la decoloration ^tant achevee, on ajoute une nouvelle quantite 
diode tet aotant que la liqueur peui en d^colorer. Si on en avait 
^onti ane trop grande quantii^, on flltf erait aprâs refroidisse* 
flient, pais on laverait le precipita k Teau froide et on le ferait 
essuiie s^faer. 

L'^poration des eaux-mires donne de Tiodure de sodium, 
qm peat non seulement £ire employ^ en th^rapeutique dans 
loos Ies cas ou l'iodure potassique est indiquă , mais qui, plus 
ntionnellement, peut aussi, comme ce dernier, Âtre utilisâ pour 
bpreparation desiodares de mercure et de plomb. 

Par Temploi do bi-carbonate de soude au lieu du bi-carbo- 
nate de potasse usit6 jusqa'ioi pour pr^parer Hodoforme, on 
obUcptoe demier produit dans un plus grand ^tat de beaut^i 



26 YOURKAL DB CHIMIB niDICAU; 

en pios forte proporiion , et ă an prix de re¥ient qai est noU- 
blement moindre. 

aaaeacass i . i i ■ ' ■ i » i , , < 

FORMULE DB LA POHMADE DE LIHAţONS. 

Un de nos coll^ues , M. Claris , nous detnaodant Ia formule 
de la pommaie de Hniaţons; nous lui donnons celle qui a ^te 
adoptee par M. Soubeiran. 

Pr, : LîmaţOBS de yigne n* 50. 

Cire blanche 500 grammes. 

Huile d'aiBaadesdoaces.. MOO — 
Huile essentielle de roses. 2 gouues. 
Oq pulpe d'abordy dans an moriier, la cbair de limaţons ; 
d'autre part , on foit un cerat avec la eire el rhuile ; on încor- 
pore la pulpe de lima^as ; ă la Gn, on ajonte Thoile easen&Mle 
et on m6!e exactement. 

La pommade de limagons elait employ^ contre Ica ger^ares 
des l^yres et des mamdles. 

I ■■ ! ■■ i iB, IU BI i' KaBascaga— 

SUR UN CfiRAT AVBC LA STiARXKB. 

Monsieur le câdacteur, plosiears confrires m'aTaîent mon- 
ivi da cerat d'aue extreme blancbenr, et quand je laur deaiaii- 
dals leur formule , ils se renfermaient conalamment dans le 
slleoce le plus absoln. AujQurd*hui qoe je n'ai plas de doute 
sur Tidentite de la formule que je vous (fonne ci-dessoos arec 
celle qai psi actaellement en pratique, je n'ai pas b^silă un 
seul instant ă vous la faire connatire^ pensant qu'il est plus 
g^n^reux de publîer ses apergus , quelque pen m^ritoiresqnlls 
soient , que d'en faire myslâre pour Ies exploiter. Le nombre 
des sp^cîalîstes est d^jă trop grand. La sp^cialit^ est la l^re 
de notre profession ; c^est un cancer qui ronge lentement et 
sourdement la pbarmacie , et ce mal est d*autant plus effrayani, 
qtt*il ^mane du sein mame de la viile la plus civOiste , et qtt*il 



eu trop miveiii enbardi psr rîmpiBitt^. Le grade de bachelier 
semblait avoir Aeri la pbtriaacie ; la aeppresaioii dea breveta 
aorait dA porier tueinte ă Ia puiaaaoee dea apMalistea , maia 
riea jQiqu*iei n^a pn meltre im fraio k leura ap^cvlations. Quoi 
de plus d^ccnrageani pevr un jeuM bonnoie qui a ooiiaacr< sa 
Yîe preiqaa eBiiire ă Telude i qui a engaţd quelqnefois tontae 
ses reaioarcea p^csaiairea poar obtenir le dipldqQe de phar^ 
macâea, qoe de Toir aoB arenir coaipromis par l'acoapafemenl 
pivgreaiif deeap^ialiatea. Car, ii oe faoi pas se le disaiamler, 
ils Toadraient centraliser la pharmaoie aa pr^judice des Trals 
plnmaeiem el de la seei^ toot eoti^. Cest en pNisence 
de senblablea nalliciifs , notisleur le rMacteur, qne votre 
oMeoors , joint ă oelai des bomines d^ivoa^s an progr^ de la 
seieaee, devlest n^oessaire. Yolre position voas permet de 
Ivuor avânta geasemeat contre tente invasieo sascepilble de 
porter attelme k nes drolis. 

Pvdea de eette petite digressien , Je reviens i la formale da 
ojrat stt^meiiilOQa^* 
Oa prendt 

St^rloe 180 grammes. 

Ean de roses — 975 

Buile d*ainandes douces. . 500 
P. 8. A. GeeMne en le voit , la cire blanche est reniplac^e 
pir faeidn ai^arfqife , aveo un excedent de 60 gr. sur la dose 
da codex. 

Ce proeMfi t l'avaflfageile donner un e<irat d'one blancheur 
tt d'aaa hoaMgdiiMd parfliiies } U est d^nne onctuosil^ de eold^ 
eream ; ane benre snUt peiir le pr^parer. II est de pios ane 
ceaiidemlion qne j'h^aitata i faire vaMr» ife^ celle de F^o- 
oomie p^nniaire. Cependant, eofome 11 ne rdsnite anena incon* 
Tenient ă ae servir de ce cdrat, qa*il est toot aussi effloace que 
c^ai do codex • peulHSire poariaU-uD le conseiller pour Tiisage 



28 JOUBRAL Dl CHIMIB HfolGÂLK; 

des bdpitâux, ou Ton emploie de la cire jaone , sabstance d'un 
prix beaucoup plus ilevi que celui de la st^arine. 

Angers, le 13 novembre iSbh. Bauoi, pharm. 

JVote du r^daeieur. £n ins^rant la formule qui dous est 
adress^^ par M. Barbin, nous ferons obsenrer qu'il serait utile 
qu'une commissioD , dite du cade» s Ait cr6^e pour examiner 
Ies produits pharmaceutiques nouveaux , et pour ^meitre son 
avis sur leur emploi , leur efflcacit^ et leur utiliui , oar nous ne 
pensons pas qu'on puisse ă pr^sent substituer le c^rat de stâi- 
rine au c^rat prdpar^ avec ia cire. 

l^OTB SUE l'eXISTSNGB DU SULFATE DE CHAUX £M ALOfolE. 

Ce pays-ci est aussi curieux pour le naturaliste que pour 
celui qui s'occupe d'arcbeologie. Le Sidi MesM^ montagne 
qui domine la viile de Constantine» est une inunense cristallî- 
sation de sulfate de chaux ; on n'a qu'ă suivre le moindre cou- 
rantd'eau qui sort de ce rocher gigantesque et Ton est eertain 
d'arriver, soit dans une grotte magnifique tapiss^e de stalac-» 
tites qui ^ectent tonte espâce de formes (1) » soit dans une 
galerie immense qui conduit souvent k un carrefour oii abou- 
tissent plusienrs autres^galeries. On voit de loin ă loin quel- 
ques bassins taill^s dans le roc et qui sont rempUs d'une eau 
cbaude et limpide qui alimente un grand nombre de petlis 
ruisseaux. L'air chaud et bumide qu'on y respire donne ă ces 
lieux un aspect anim^. 

La province de Constantine a ^t^ visit^e quelquefois par des 
membres de la Soci^t^ scientifique , mais ces visites nV>at pas 
eu Ies r^sultats qu'on aurait pu en attendre. 

Je m'occupe dans ce moment du chanvre et de l'eflet de ce 
narcQtique sur ceux qui en ftiment. 

J'ai,eto. Laeub du Baeet, • 






(1) Ces suinctites Mttt-elles de sulfate ou de carbonate de cbaoi? 



DB »BAMAeiB « DE TOXICOLOGIE. 29 

Nou iu rJdaet0ur. M. Lame 'du Barry anrait dâ nous 
dire si le sulfate de chaux qui existe en Alg^rie peut servir 
dans Ies coastructions ; dans le cas contraire , îl Siarait dft 
essayer si Ton ne pouvait pas en tirer parti comme on le fiiit 
du plâlre de Lagny, en le darcissant par Ies moyens indiqu^s 
par MM. Greenwood ei Savoie. 



NOTE SUR LA GOVlfB-LAQUE ; 

par M. Lardb du Barry. 

La gomme-laqae, loc en arabe, est une matiâre rdsinense 
qoi se prăsente sous la forme de croâtes arrondies, de diff^ren- 
tes dimensions, mais qui n'exc^dent jamais 50 millioi. de long 
etl5 millim. d'^paissenr. Sa sarface est mamelonn^e, laisante, 
cooleor d'an rouge brun fonc^; sa saveur est astringente, d'une 
amertame tras sensible d'abord , mais qui disparatt au bout de 
qoelqnes secondes apris qu'on a mis la ruşine dans la bouche ; 
soDodear est l^g^remeut aromatîque ; elle esi friabie, crie sous 
ladent; on remarque Qă et lă quelques larmes opaques, couleur 
d*acajou ă Text^rieur et jaunes ă Tint^rieur. Sa cassure est bril- 
iante, dle offre un grand nombre de cellules irregulî^res qui 
renfennent beaucoup de petiies larves blanches dess^ch^es, des 
ddbris d'insectes et rarement des insectes entiers. 

Si on prend une pincăe de laque grossi^rement pulveris^e , 
qa'iMi la mette dans un verre plein d'eau, on la voit descendre 
peu ă peu au fond du vase, et bientdt ii ne reste ă la surface du 
liqaide que qaelques parcelles de eoceus lacca ; Teau prend 
QDe teinte amarante et acqufert la propri^t6 de rougir (aible- 
ment le papier de tournesoL Gette demiâre exp^rience que j'ai 
repetee plusieurs fois pour bien m'assurer que la reaction ne 
pouvait £tre attribuee a la matiire colorante de la laque , d^- 
montre qae cette snbstance renferme un acide libre soluble 
dans l'eaa. Qaelle est la nature de cet acide? Je ne puis le 



30 lOVMAIf M CBIVIB viMCMJt» 

dîre, mes reMOttroes anâlyUqueB elftnt irte bâhi^e» i CteM»^ 
tine. 

Expoftee au feu^ la laque fond, se boiinoofla el brAle â?ec 
uoe beUe flauuiHi blaachei chaiiiMe dau qne oapiule d« por- 
celainei elle se fond» repaod ime vâpetir blanobs qai csiHdt uoe 
odeur parlicuHdre assez agr6abk €1 4111 a ia propriii^ de roo^r 
le papier bleu de tournesoL 

Si on ^puise la gomme-laque par Teav bouillante et qu'on 
evapore la liqueur chargde du priocipe colorant^ on obtieutun 
exirait sec qui a Taapeei de celui de răgliate. Par îmi esposi- 
tioQ â Tair, ce produii se dessdcbe coDsîd^rablemeai eţ devîeat 
ttts cassant. Sa sayeur esi plus auiii^» mluameîaa attringefite 
que celle de la laque bruie; îl se diasoul eDlierenenl dana Teau 
Iroidei et ceae dissoluiiou ue jovit pas de la propria de roa- 
gir le bleu de tournesol, ce qui ne fait croire que Facide que 
j'ai sigualâ plus baul esl Yolatil el qu'il a dispăru peBdani Top^- 
ratioD faiie k Taide de la chaleur. Cet extratt esl insolable dans 
r^tber sulfurique; iraiie par Talcool» îl deose un prdcipllâ 
brâu et communique k cei agent nne belle coutear safran^cr ; 
ce prteipil^ esl insoluble dans T^er auquel oependaoi ii 
donne une teinle jaunfttre. 

Le sous-aceiaie de plomb versâ dans nne sohKîon dTeKirah de 
gomme-laquey a'empare de louie la maiiâre coloranie quli se- 
pare sotts ia forme d'un pr^cipil^ cailleboil^ cobleur lie de vio. 
Ce pb^nomtoe est digne de rewarque i el je pense qo'on pcorrai t 
employer avec avautage le produit qui nous oecui^, dina ies 
empoisoanenenis par Ies pr^pai aUons plomftMqntey enr ii aeni- 
ble avoir sur TexU'aii de saturne une acUon analogne ţk eelle de 
Talbumine sar le sublime corrosif. 

Administra k petiies deses, i'esiraii de gonMse-*iaqiie a nne 
action umiquesur Ies voîes diţesiifes; k ia dese d'uo grunme, 
tt oai sudorlfiquo ţ si on es pnend quaire gnMMBi 00 reaaeiti 



Dl PHAAMAGlfe BT DB TOXICOLOGIE. Si 

de Ia moiteur» une aiigmentation de chalenr ă la peaa ei des 
picoltemenls ă ia Ti\^\on dorsale et ă la parlie interne des cuis- 
SCS. J'efi ti pris jasqa'ă diK grammes & la fois ; j*^lais alors 
dans une agitation extrâme, je ne pouvals resier en place, cM- 
taii un acc^ febrile de trois ou quatre heures, qui, se tcrminait 
par nae Ugtre c^phalalgie et des sueurs abondantes. II y aoratt 
daogcr ă en preudre nne plus forte dose. 

Le principe de la gomme-laque soluble dans Teau, a besoin 
ikre eittdie plus k fond ; je crois que s'il ^lait mieiix connu , 
on pourrait I'employer ayec succto dans le traitement de piit- 
sitirs maladies. 

Les Mavreft et Ies Jnifs de ce paţs*ci, qui ne connaissent pas 
dliatre aubstance ponr teindre lenrs ^toffes en rouge, choisis- 
Mt de pr^rence Ia gomme-Iaque qui contient le plus de 
bites et de d^bris d'lnsecies, parce qu'elle fournit davantage 
de matidre colorante. 

MOTB iua l'csage dv chaktrb en ALOăaiB; 
Par M. Lae0b du BAsar. 

Le cbmvre , iehkrouri , est cultivd dans TAlg^rie , dans la 
nfgeace de Tunis et dans toutrOrient. Les fumeurs de cbantre 
ae font iisage que de la feuilie de cette plante , et ia tige , si 
prfdeose daas notre pays, est rejet^ par eux comme inutile. 
II est vrai qu'elle serait peu propre ă la fabricatîon des tissus, 
cir ie chaDTre, de mtoe que tous les vegetaux de ces climats, 
est pefH, maigrelet, sans force et sans vigneur. 

Ualgr^ la defense religiense, Ies Arabes fument joumelle- 
ttem da iekknmri : quelqves uns, bons musulmans, font leur 
Aîf (adion de fiimerdu cbanvre) dans leurs malsons, ou ils ne 
&0Dt TOS que de leurs femmes et de leurs esclaves , deux sortes 
<f(tres qui soiit beaucoup moins esiim^s qu'un cbeval par les 
iec ta t eo r a de Tepoax d'Alcba. Mais en g^fral ^ ils fument pu- 



32 lOtBVAt DE GHIWE HiBIGALS, 

bliquement. Ils se r^unissem, ă cat eflet, dans des ^tăblia- 
sements Domm^s cafes des achechs (des fumears d'herbe); ils 
s'y couchent ă demi sar uoe natte $ un negre, dds qu'il Ies voit 
inStall^s , leur porte du feu pour allamer leur pipe , et une tasse 
de d^coction de cafă, sucree d'avance avec de la cassonade. II 
en est qui se contenlent de fumer une pipe de chanvre seule* 
ment en prenant leur cafe , mais d'autres en font un usage im- 
mod^rd et ne cessent de fumer que lorsqu'ils sont complete- 
ment iyres, Sousla domination turque, on ^tait trds s^vâre 
envers Ies fumeurs de tchkrouri , mais cette s^yerit^ ^tait bien 
plus grande lorsque le coupable ^tait une femme. Le dernier 
bey de Consiantine faisait trancher la t6te ă loule mauresque 
prise en flagrant dâit , tandis qu'un homme en ^lait quiţte 
pour quelques coups de bftton , et encore si c'^iait un person- 
nage haut placd par sa fortune ou par ses relations, Tautorit^ 
fermait Ies yeux. 

Parmi Ies femmes, on ne voit guăre que Ies fiUes publiques qui 
font usage du tchkrouri ; elles le prennent de prdfârence sous 
la forme de confiture (madjoun). Le madjoun-tchkrouri n'est 
autre chose qu*un m^lange de miel et de feuilles de chanvre 
en poudre qu'on fait cuire au bain-marie pendant deux ou trois 
heures. Cette pr^paration a la mame actioo sur le systdme 
nerveux que la vapeur qu'on aspire au moyen d'un tuyau de 
pipe. 

Pour pr^parer la feuille de chanvre , Ies Arabes Ia font se- 
cher^ la coupent d'abord tras menue avec un couteau con- 
vexe ^puis ils la mettent dans un mortier ou ils la triturent 
jusqu'â ce qu*elle soit reduite en poudre grossiâre. Quand ils 
veulent fumer, ils la tassent dans une petite pipe en terre rouge 
adapt^e ă un long tuyau en merisier. 

Un arabe qui fait son kif est tellement absorbi par cette 
occupation , qu'il parait ^tranger ă tout ce qui se passe autour 



Dl PHAKIIAC» BT DE TOXICOLOOIB. 33 

de loi; Ies yenx fix^s sur sa pipe, ii aspire la vapeur narco- 
tiqne avec leDteur, la laisse s^journer dans la bouche comme 
poormieuţ la savourer, puis ii Tavale. II fume ainsi des heures 
eoiîeres sans prof^rer une parole ; Ies sons discordanis de la 
musiqne qa'on fait ordinairement dans Ies caf^s des achechs, 
ne semblent produire sur lui aucune impressioo bonne ou 
mantaise. 

Cepeadant , le chanvre occasionne des d^ordres d'imagi- 
nation extraordloaires : Ies musulmans qui sont sous Tinfluence 
deTivresse qu'il produit, ont des verliges, des extases,des 
accis d'bilaritâ sans objet, des mouTements impeiueux et d^ 
sordoones , roublî de touies cboses ; ii en est qut voient sans 
cesse ă leurs cdi^s un profond pr^cipice ; d*autres, assîs contre 
uoemuraille, croîent la voir tomber sur eux. J'observais, un 
jour, QD spahis arabe qui sortait d'un care , ii ailaii traverser 
brue, lorsqu'il s*arrâta epouvante k Taspect d'une flaque 
d'eaa; an peu remis de sa frayeur, ii s'en approclia avec pre- 
caatioD, ii en mesura de Toeil la largeur, fit quelques pas en 
vriire pour prendre son 4ian et sauta de Tautre c6ie de la 
flaqoe; puis aprăs , îl regarda derri6re lui et se prit k rire du 
toor de force qu'il venait de faîre. 

Lcs fumeurs de chanvre ont un amour platonique pour Ies 
jeooes garţonSy ilsleur font miile care^ses, sont aux pelits 
soios pour euXy et ^prouvent un bonheur infini, uneespice 
d'eiuise k fixer sur eux leurs pupilles dilatees par le narco- 
tique. Ils recherchent la chair du porc-^plc , et la mangent de 
preference en compagnie de ces enfants. Enfin, le cbanvre 
procure , selon ces fumeurs , des sensations d^Ucieuses qui 
doflaent k tous Ies objets de la nature un nouvel aspect et de 
ooQYelles couleurs. L'ivresse qu'il produit est accompagnee de 
rtîeries agreables, et de Timage des plus doux plaisirs^ mais 
dle emousse la sensibilite , et ii semble que , sous son ior: 
r sâaiB. 11. 3 



34 IOI)liIfAi« M QHIlflP lf&PICAI<«» 

Quence, le cerveau perl Ia fîicuUe de ţransoiettre wx muscles 
le principe d'excitabilîie. Ea effet , m homine dans cet eut 
recoit des coniusions » des blesaures mame qui daos r^tat oor- 
mal şeraieot dangereuse». J'eo ai va ua se mettant dana Ia 
boacheun obarboo iocaodesceot » un autre aaisissant uu fer 
rouge , un troisiime i ^tenda ^ terre, se laisiant danser sur Ie 
veotre, sans eprouver la moiodre douleur. 

Ilresvlte de Tabus du chanvre i des g(^ts d'indQlence et 
d*apatiiie » des pencbants gţossiers i des passions effir4n^ea el 
immoQdeS|Ua sentimtut depeur,ua aSaibUssement consJe 
dârable et una vieillesse prâeoce« 

£1 ArouQh (Algirie), 21 novembre iSAft, 

C^ROM^TRIE. 

HOTKN M nSCONNAjtftV IiA FAtSOriCiiTIOII DB IiA CIR& 

P4E I«E SUIF, 

£n aâme (emps ^e M. Lepage, de Gisors, nous travaillions 
ec avions Teapoir, en consultam le point de ftisioB de la eire 
pure et celui du suif , de tpouver un moyen d'enptelier Ia 
fraude qqI souvent a lieu en ajoutant plus on moins de la 
demldre de oes deux subsianoes k la prenîdre^ 

Ponr tenter Pexp^rienee , un matras k long col ftil assiq^ti 
dans «n vase plein d'eau $ on descendH dans le col du matras 
un tbemondtre dont la boule ^lait gamie d'uno coaohe asaez 
ipaissi de siitf , el on mit celte sorte d'appareil sur n feu trâ$ 
doux. Le thermomitre indiquaîi lentement r^vation de la 
temp^rature de Tair eontenn dans le matras , atmospb^ au 
miilea de laquelle se tronvait la boule du thermom^tre chM*gee 
de sttîf. A O 4- 6A , d^jă la eouehe s^beuse ohangea d'aspect ; 
maîs e# ne Alt que lorsque Finden ent aecus6 M de te gpd r » - 



ture am dedans du matras , 4|tie le suif conmaaQa ă eraler go«ie 
igome. 

L'appareil entev^ du feu, le suir de hi bovte fiH remplacA 
par de la cire Jaune pure et exemple de suif. Ii Gallaip celte foi*, 
qae Ie Ihermomitre iadiquât 64 pour qrn la tmon de la cire 
se fit comne s^etaii op^r^ cM% du mit. 

Lt cire jtooe, it son taur, f«t refnplaefe par 4k ia cire 
Uaii€ii6 doBC la puref e immm ^ii porfaitetneoi coaiMie. Nmm 
peoskNM qn'elte diVfereraii petil*£(re m peu 4e la Ja«ne; 
mit avane 6&,5 la fusioii avaii eu lleo (I). Ausal ayaut, par 
soîte , toojours obcenu dea r^uUato semMablea de loocet le* 
expMeocea qoe Hooa avons aftemaitveoient fait«s sur chocvne 
â*elle8, en parlatit de la cire , nous enteadona parter indiaiiiic* 
tement de Tune ou du Taulre. 

Sur eette diffireiiee de fuslbillie remarqu^e entre le sulf ei 
heire, ii novs parat poaaiMe d'^blir tiae ^cheile tadiquatti 
toos Ies melanges de ces deux subsiances , en qoelqae prop^« 
UoB qB*îl6 fuseeat. Afaal , disfet n m m m , cioqoati^ pariiea de 
cira et cîpqvaaia panka de anii dolvtat fuiidre k% -i- bhţim 
Toii, d'apr^ le tableau qui suit , qu'il n'en est pas aiuai. 
Usdrpttrlbadâ e4>â6* eaau 

ipart.;eeai<iaiif[eflaiidi # A7 

i ^ k O Mfi 

1 ^ ă « 59,6 

1 «^ k 6 U,$ 

i ^ i « fit 

(I) Mms rcfre|lMi»qu« no« dona^^ «or |a fuBM>o de l« «ire Maoclie, 
M i'accordeDt j^s «vec celle de notre estinabje confr^rc de Giaors. Le 
^iot de U cire pure cbez nou3# eat, cbez M. Lepage, celui d*iiD m^ 
Inge de dre et de sulf ă pârtie ^gale. A quoi est dac cette discor- 
^Meet Hotis verrenSf fitis Iaht, ta cire Jame et ta dre blandie etre d'^ate 
taaiU« 



Safir, ifpm. 


,eive, 


Saîf, 


7 


~ 


ciffia, 


S«if, 


6 


<«. 


eiref 


Saif, 


S 


— 


cire. 


Sair, 


i 


.^ 


dre. 



26 JOU&NAL DB CHIMIB MiDICALK, 

Suif, 1 — cire, 3 — ă O 60,5 

Suif, 1 — cire, 5 — ă O 61,6 

Suif, 1 - cîre, 7 — ă O 62,5 

Suif, 1 -. cire, 11 — ă O 63 

Suif, 1 ^ cire, 19 — ă O 6& 

La cire pure sans suif ajout^, fond k* O 6& 

L'inuoiformit^ qui r^gne daos ces donu^es , ne peut per- 
mettre devulgariser un proc^d^fonde surla fusîbilitâ, car 
ii serait difficile, pour la plupart des experts, de reconnaltre la 
fraude k moins d'un dixi^nie de suif ajout^. Ces recherches ne 
pourroni donc, quant ă present,.qu'indiquer d*uiie maniere 
imparfâiie qu'ii y a fraude j encore n'y aura-t-il que le sera- 
puleux observateur aux experiences duquel ii sera permis d'ac- 
corder confiance. 

Peu satîsfait du cdte de la fusibilit^ , nous poriâmes nos vues 
sur la densite. Ici , nous croyons pouvoir offrir des r&uUals 
plus satisfaisants. 

Ne sachant pas qu'aucun auteur aii signal^ la pesanieur sp^ 
cifique de la cire el du suif, nous dumes la chercher par Tex- 
p^rience. 

j Un flacon , exaciemenl rempli d'eau distillee ei muni de son 
bouchon en verre , ful mis dans le plaieau d'une balance par- 
faiiement ajust^e ; on mii ă cdic une peiiie masse de cire jaune 
pure , du poids de 4 gr. 09 ceni.; ie poids de ces objels connu , 
on ouvril le flacon , on y iniroduisil la pelile masse de cire , et 
on boucha avec soin pour ne pas laisser d'air dans le flacon ; Ie 
flacon , parfaitemeni essuye , fut remis sur Ie plăteau de la ba- 
lance. La difference, seirouvanl egale au poids d'iin volume 
d*eau ^gal ă celui de la cire iniroduite dans le flacon , ful de 
6,25. Ainsi, nous dtmes : 4,25 : 4,09 :: 1000, poids de Teau, 
est ă celui de Ia cire cherche ; nous etUnes pour r^ponse 962 , 
poids sp^cifique de la cire jaune pure. 



DE PHAftM ACIE BT DE TOXICOLOGII. 37 

La cire blanche , exemple de suif , a fourni un rdsultat sein- 
blable. 

Le mame travail sur ane semblable masse de suif purific , 
oous donna , par Teau d^plac^e par ce corps , lifiU. Ainsi , par 
lamtme op^ration : &,6& : 4,09 :: 1000, poids de l'eau, est & 
jr,le poids cherche du suif; la r^ponse fut 881 , poids sp^ci- 
fiqae du suif. 

Dans Ies deux op^rations , nous avons n^glig^ Ies restes 
fractionnaires. 

Cette diff^rence que nous avions pr^vue entre Ies pesanteurs 
specifiques de Ia cire et du suif, nous donna bientdt un moyen 
facile de reconnattre dans quelles proportions serait un me- 
lioge donn^ de ces deux substances. D^jă , pour rhomme ha- 
bi(o^ aux operations dâicaies , ii serait ais^ de connahre Ia 
qoaoiite de suif uni ă de la cire par uue op^raiion semblable k 
celle ci-dessus ; car 0,81 de diff^rence peuvent fournir une 
ecbelle assez elendue pour n*avoir ă redouter qae de tr^s I^ 
geres erreurs. Mais suivent deux mani^res d'op^rer qui soot , 
siooD plus promples, plus ă la port^ des personnes peu fami- 
lieres avec Ies operations minutieuses : 

1" A la temperature de 15' au dessus de O, on prepare avec 
Talcool et Teau deux liqueurs c^ro-măiriques : Tune dont Ie 
poids d*au volume soit egal au poids d'un volume semblable de 
cire exemple de suif; elle iudiquera â i'alcoomâtre de Gay* 
Lossac, 29*"; Tantre dont un volume sera ^gal en poids ă un 
▼olame de suif exempt de cire; elle marquera & l'alcoo- 
milre, 46». 

Un melange de ces deux liqueurs , ă parties ^gales , repre- 
tetera un melange de 50 parties de cire et 50 parties de suif, 
Hloai melaqge de ces deux liqueurs , dans quelque proportion 
<pi'il soit , reprăseniera loujours un melange de cire et de suif 
y correspondant, 



38 twmwăA Dl CHuns mâmtkhEţ 

T C^aoyflD ^st pifts doiple encora s m piwd vn Miantil- 
Ion de la cire ă soumettre ă rexpertise ; on leplonge dans ime 
lk|nw dfrfHife^M|iic ^ i tf i ^fe ă • + i6% iM^rte a^ec Feau 
•I ralooal dana det proportioiM lelltfa «oe T^aaiillon reale 
•iiapenda au milieu du ii^aide aaaa poavoir m gagaer la sur- 
faet| Di ătteindfe le fond. L*tfcilailliUoB de oire ealevâ» on Ie 
remplace par l'alcoomiire , et Ie degr^ qu*il peut indiquer alors 
ium% toqjoftra eHlre 39 ec M i indiene i aaua erreur» la ridiesse 
en cire de rechantillon soumis ă rexpdrience. 
Aiuai I la liqiieur otfro-meiriqiie iadiquant k Talcoomitre : 

89% repr^Dlera^.*.* cire, lOOf suif, O 

SS,S| — — 75, — M 

a7|5, — — 60, — 50 

»i,7, — -- a», — 76 

A9i •-- «•••.•«•«• ^ O» —«100 

Oa ooittprtadi dte lorai qa'ă Taide de ralcoomâire , et ea 
âfiaaaDi ăvec lea prenaailoaa ndeetaairea i on povrrai coaune 
noua ravoaa fait, rtconoatlre la quâDiil^ de suif iulroduiie 
daaa une aiaaae de cire , a*y en eilll-il que deux ou trois cen- 
tiemes. Ce proceda pourra^ ii Boua aeaiUe» auffire k Texper- 
lise. La cire du coromeroe» falaifl^ par leauif i ne devant ja- 
maia cooleair ce produit moins que la faible proportion qoe 
ootti y avona aisdment rec€Hinue« 

Dă quelqU9â soim A ptendtB avani iQpirer* 
Poitr se precurer un ^clianillloii de la cire suSpeeie, capable 
do reprfcentar fldelemeat son degre de paret6» ii faut le ooaa- 
poscr de toutes Ies pari ies de la uiasse : du dessus , dtt desaous 
oiduceoirei el Aiifsi de tous Ies poima coMposant la ma&se. 
Toutes cea pariies, devăui foriuer rochaaiîllon d'essai , doîYoni 
âire foadusa ensemble , nielties par agiiuiion et cbauffees jua- 
qu'â cerdtude qu'il n*y resie plus d^huffiidtte) puis abandon- 
nees a un refroidissement leut. Pour faire usage de cetle nsasae, 



aprts i'âvoir detach^e du vase dans lequel «lle a»ra refh>idi » 
par ime legare chalear, on en formera de petits paias ronda 
Miofoidea* 

L'MiâBiilIOD d'tnal y âinai pr^ai^ , M oompaet aatanl qa'll 
pcnt Vkrt ţ U M rMferme ni 'mu , ni inteniicea capablea d'en 
diafiger la densitrf reelie^ 

L'oaa el Talcool k amployâr doivant Atrt asiea pura ponr 
doaner coujoura par lenr m^lange una liqueur c^rcHn^rique 
limpide* 

On opiren a?ee mi alcoomdira d'une rigourause exactltMe^ 
jiflfa'ă ce qoe ca proc<d4 , a'il aailifAic aut beaoias da corn-' 
Borca at dea arta , niceasite la conatractlon d'un cdronnAf re ^ 
fii, comme le pişe vioalgre , offrirait piua d'eapace entre aea 
itpis* Sur son Cheile i degr^ ccnuhiflnauii , le polot intiS^ 
rieur^ eire 100, rdpondraii 4 29 de ralooomj^tre , et te aup^rieur , 
€ireO,ăM. 

ChaiDbon » le Si octotare i8M« V. Lboiui». 

Nof A. II serait k desirer que M. Legrip fit aasai des essais 
flir l'acide atearique qne Ton liYre au oommeroe et qee Ten 
BMe a la cire* 

ara LB O&AtJlAM DU bl£. 

Doui, 27 septembre iSftft. 

Monsienr le r^dacieur, le num^ro de septembre demier, da 
Jomnai de chimie m^dieaie^ oontfent en ariicle criltque sur 

ce qui vona a iii adressâ k titre de renaeigDements au bu)^ du 

diaalage dea o^r^alea, par divers correspondants. Enoeqnime 

coBcerae, je croia devoir y r^pondre pour rectifler quelqoea in* 

lerpretaiionaînexactes. Je vais tăcher de dimontrer qae ce que 

ÎL C. Regnard appelle une ooniradictton ă Tendroit da salfate 



AO JOUAUAL de CHIHIB lliDICÂLE; 

sodique serait ă plus forte raison [appiicable au sulfate cui i 
vrîque. 

M. C. Regnard n'accepte pas le sulfate de soude propose 
par M. Deschamps, d'Avallon, et ii s'appuie sur Tautorit^ de 
M. de Dombasle parce que je suiş d*une opiuion contraire, ou 
tout au plus un peu moîns afflrmative. Certes\ c'est me faire 
beaucoup trop d'honneur. M. C. Regnard, apr^s avoir cit^ 
tout ce qui a eii dit conlrairement ă son syst^me de chaulage, 
n'hesite pas ă proclamer le sulfate de cuivre comme sup^rieur 
h tous Ies autres modes, lorsque MM. Descbamps, Audouard, 
Dttville et Yillet ^mettent avec moi une opinion oppos^e, pre- 
conisant d'autres substances. Ainsi, tout ă Tbeure, en face 
d'une câ^brit^ telle que M. de Dombasle, mon opinion ^tait 
d*un certain poids comme contradictoire pour d^pr^cier le 
sulfate sodique; un instant aprăs, vis-ă-vis de M. C. Regnard, 
cette m^me opinion , corrobor^e par quatre honorables col- 
legues, n'a plus de valeur pour combattre le sulfate cuivrique. 

Cette quesiion : quel est le meilleur mode de ekaulage ? 
ne figure pas parmi celles enoncees par M. Chevallier dans le 
num^rodejuini8A3^ /ouma/ de chimie tne'dicale. Je n'ai 
donc point la pr^tention d'y avoir repondu. Yoici ce que j'ai 
dit en parlant de Tacide arsenieux et du sulfate de soude : 
• Uacide arsenîeux, melange a'i'alun et ă la cbaux d'une part , 
le sulfate de soude et la chaux de Tauire, sont Ies deux moyens 
Ie plus generalement suivis; ils reussissent presque constam- 
ment. • Ces deux procăd^s sont donc sur la m6me ligne, donc 
f arsenic nesi plus neoessaire , puisgu'il a un e'quivalent. 
Celf me semble răsoudre d*une maniere satisfaisante la pre- 
miere question posee par M. Cbevallier , question que M. C. 
Regnard n*a pas jug^ ă propos de reproduire dans son article : 
« Le chaulage du bte' doit-il eire n^cessairemefii praiique â 
Faide de farsenie ? * D$ms un aulre passage, j'ai dit : « L'a^ 



DB PflAHHACIB ST BE TOXICOLOGIE. Al 

cide arsenieux n'est point indispensable ă Tagriculture comme 
moyen de chaulage, puisquMl peat 6tre remplac^ par plusieurs 
sobsiances, et Dotamment par Ie sulfate de soude, dom TefTet 
est pios constant. J*ai donc attribu^ une superiorii^ au sulfate 
sodiqoe en termes positifs ; donc j'ai pu, sans erreur de Io ) 
giqne, conclure ii une suhstitution avantageuseparee seL 

Non seulement Ia premiere question est resolue, mais aussi 
lâ deaxiime, et je ne donne pas gain de cause au sulfate de 
soode tout seul. Si la chaux mtMe de sel marin est ^quiva- 
lente, on cboisira. La seconde question est ainsî pos^e : 
QueUessoni ies me'ihodes de ehaulage qu^anpeut subsiituer 
wec avantage â la me'ihode de ehaulage avec Farsenic ? 
Qn demande donc plusieurs m^thodes de ehaulage, on n'ini- 
pose pas Tobligation de trouver la meilleure. Si j'ai bien com- 
pris, le principal butque l'on se propose (j*en appelle ă M. Che- 
nllier lui-m£me), est moins de trouver un proc^de sup^rieur 
qoe d'eo faire abandonner un excessivement dangereux. On 
b') pas eu, j*en suiş persuade, Tintention de demander un pro- 
ceda avantageux seulement sous le rapport de la propri^i^ 
pr^rvatrice de Ia carie. II y a des avantages d'un autre ordre 
Vii doivent fortementpeser dans la balance : l'economie, llnno- 
coiti de la sobstance, la securit^ publique, etc. Personne ne 
Toodrait , je pense, substituer ă l'acide arsenieux le sublima 
corrosif, possMftt-il & un plus băut degră Ies qualit^s inhă- 
^tes au ehaulage? Cest dane avânt tout Femploi d'une 
*Aitanee nan dangereuse que Pan re'clame. 

Je reviens ă cette question : Quel est le meilleur mode de 
ehaulage? Je ne la rejette pas; au contraireje suiş d'avis 
qQ'elle n'est pas resolue, pas mdme par Temploi du sulfate cui- 
^qoe; ii faot, ponr la r^soudre, le concours d'un plus grand 
ooinbre de correspondants ; je dirai mame qu'il y aurait de la 
pr^somptioQ â irancher ainsi cette grave question, TftcbQBs 



&d lOUBKAL hU CHIUIE lliMC41il\ 

d'arriver k la solaiion â l'aide de reoseignenrenls phia ttidti* 
pliea. Nai douie que Ies personnea oaBTenablentat plaoiiet 
po«r recueillir Ies r^suhata dea eip^riencea localesţ voudrom 
bien r^pondre ă l'appel de M. Cbevallier^ tur le ohaulage en 
gdn^ral. J'ai aioi-mâme provoqu^ rintervention delaSociM 
induatrielle de Maine-el-Loîre ; ai aoâ ballelin eontient dea re* 
aultats îDi^ressanta aur celle matidre Je ai*einpreaaerai de le 
faire connahre. 

M. C. Regoard appeUe ta diseuaaion sur le prooMi ^a'il 
propose , parce qu*il reconsatt qu'il peut avoir quelqoes «m 
des inconv^Dieots que Ton reprocbe ana; subsiancea v^n^eusei. 
. Ges incoDY^nîenis sont pour moiţ je Tavoue, plus a^rietix «ine 
Tauteur ne paraţi vouioir rinsiauer. Le auifaie de ouivre oc- 
cupe uQ raog trop ^levd parmi lea poisona ponr qu*DB putaae 
aoDger ă le substituer ă Tacide arseaieux* Lea sela de cuivre 
sonten general ir^s redouiables } loui le nonde aoii oombien 
d'accideQis seoijourDeliemeni oooastoaDea pat le veri^e^grisi 
qui cepeadant %'esi pas Ie plas ocUf de toas. 

M. Orfildi en pariam de raaion du sulfate de caivre sar r<^ 
conomie animale, dii : • II agil conime le verl-de-grls loraqull 
est iotroduit dans resiomac, maia ii esi beauoouppita «teer^ 
gique. » (Jiiideeine Ngale^ ^ volume, page SOA)i II est dotic 
SmiHemmeni v^4neum a tintMmtr ; b la dose de qoelqttes 
centigrammesy 11 produit sioon la mort, aâ moîua iet accideois 
Ies plus graves. Je laisae i decider s'il serali prodeui de cenfler 
ă lani de maias, souveni inhabiles el inqprudenteS) i'emplel 
d*UB tel poisoa. Ceite objection, que je ei^s d'un oeriain 
poids, me dispense d*en forimiler d*autres. Je ne pr^tenda point 
ici imposcr mon opinion, mais J'al Tintime conviclion qn*elle 
aera partagee par un grand nombre. 

M. C. Regoard u ecrii^ dans son article : « Jc ne regarde pas 
le pfobl6me r^olu quond j^eniends dire : Jamais la rteolie n'a 



nx ta^miuciiB vr bb tougolmib; ikt 

Mnoin lâchtede Boir. • Je la r^pdte encore uBefoto) Botrt 
aiMloa Be pom aii pa» iire de r^udre une qttostioB que Ton 
06 BOBa bybU pa» poate* (Je demaBde pardon dâ cea reditea.) 
OanoBt a deoMB ăi des docamenta propres ^ formar la coBvic* 
A de rAcaddmie i ii itait de Botre devoir de iraosoiellre fi- 
deieoieac lea reoaeigaemeDia que noua auriOBs pria avec une 
BBnBiieBsa exactilude. Poar aiieîndre ce but| Je me suia adretse 
au ciiltivateura poar eavoir m lear proceda de chaalage rena- 
lii d'aae nanidra aatisfaisaBia ; lons m'oiit r^pondu affirmati- 
TMMot. A caile auira qiiettiOB : Quafid voire aamenca a ^l^ 
bieo prepara, quand rieu ne vous a Btaaqui pour cbaoler 
MBveBaUemadt anivafli voire procedai la rfeoUa eai-«lle pure, 
h ee polot qii*0B n'y paiaae raneonirer un seul 0'pi noir ? tona 
Mt r^pOBdo : Qndquea dţ^U nair§ n'eBdommagent paa une r^ 
toile, ai tt eai trte rare qu'il a'y ea aii paa quelqttea unai anr- 
iMt lorsqiia la Aoraiaoa a^eai eBteinte eena riBfloeBca da Ia 
|Me al du broiitUard. Tons a'accordeBi k dire que Ies cdr^alea 
i*OBt jamaia ^ta moina iach^es tU «latr que depnia qu'ila font 
ittge da gutfaie Je tOudn* Auoun n'oae affirmer que dana car- 
UidMaBB^ea la chaulaga aai aBfBsaAt pour pr^aenrer le grain 
'■aenteidra aisQlue^ ((ualla que soii la anbatanoe employ^ 
Cttt vBe obaanraiion quila ool faite. Lea dpis carMa aom plu^ 
ta Mina nuraa, aeiao que la temps a M phia ott moina fovo- 
nUe k la Aor«koo. Je me euis faii ripiler cea falia tout der- 
■UraneBi anoarB păr tm graad nombre da cttititateura* Leur 
opiaioa» ^bbdi & la caitte ă laqoelle iia atiribuanl la caria est 
tmote lâna douiai ptrfaqulia sobi perauadda pour Ia plupart 
^ee'eei la brouHlard qui Veng^ndre. Pour eux» le noir n'eat 
poiot OD chanipignon ; c'est une maladie du grain qu'Us deai^ 
peaiBOila la nom da poHrriimre/ au lieu d'un ^tre organise, 
Us sa vaîatf t qua la râauliai infurme da la puireDaciion. Au 
Ptiai da viia aaieniiflquet leur raiaoaneme&i eai Eaiuxi maia 



&& lOURNAL DB CHIMIE MJEdICALB; 

Tobsenration reste un fait acquis, et Ies agricalteurs instruits, 
qui saveDt que ce qiii constitue la carie n'est point. dA ă la dă- 
sorganisation vegetale, mais bien ă une plante părăsite qui se 
nourric aux d^pens de l'^pi, sont d'accord sur ce point, oue 
I'influence atmosph^rique joue un grand rdle dans Ie deverop- 
pement des uredo. Doit-on apris cela esp^rer un moyen de 
chaulage infaillible ? Je ne Ie crois pas. Uexpffrience a de- 
montr6 que Ies semences chaulăes produisent moins d'^pis 
noirs que celles qui ne le sont pas ; que telles substances sont 
plus efficaces que teiles autres : ii est donc prudent de ne pas 
semer sans avoir chaul^. 

II est une autre question plus difflcile que Ies pr^cedentes, 
et dont la solution merite bien d'âtre recherch^e : Gomment 
agit le chaulage comme pr^servatif de la carie? d^truit-il im- 
m^diatement Ies germes de Vureio ? — II faut admettre, dans 
cettehypoth^se, qu'ils preexistent dans la semence; c'est bien 
Topinion ia plus r^pandue, mais on doute qu'il en soit aiosi, 
quand on trouve fr^quemment, sur le nUme epi^ des grains 
eariSs et d'autres parfaitement sainâ. (Cette ann^e, la recolte 
a ^te magnifique ; parmi trente gerbes, j*ai trouv^ un seul epi 
caria, et la moitiâ en ^tait tris saine.) Si ies germes ă'uredo ne 
preexistent pas dans le bl^, ilssont donc port^s par Ies vents 
sur l'epi en fleur : dans cette hypothâse, on le conţoit, l'atmo- 
sph^re doît avoir Ia plus grande part d*influence. On a remar- 
qu^, comme je Tai deja dit, que Ies matin^es brumeuses suivies 
d*un soleil ardent pronostiquaient en faveur des ^pis noir»^ ec 
que plus celles-lă ^talent fr^quentes^ plus ceux-ci ^taient nom- 
breux. Gomment alors le chaulage peut-il 6tre de quelque ef- 
ficacite ? 

Pour concilier ces deux suppositions avec Ie r^ultat, on 
peut admettre que le chaulage modifie, dans la semence, la 
nature de T^pi qui doit en nattre; que Ies sjumihi de$ uredo 



DE PHAaVAClB BT DB TOXICOLOGIE. 45 

n*j renooDtrent plus Ies condilions favorables ă leur accrois- 
semeDtţ et qu'alors Tinfluence atmosph^rique est iDsufBsante 
poar le d^yeloppement g^n^ral. Ceux qui apparaissent qk et lă 
foot exceptioD, et en agricuUure plus qu'en tout autre art, on 
est forc^ d'en subir de nombreuses. 

£st-U besoin de dire que je n'attache pas une grande impo^- 
tanoe ă ce que j'appelle une eonoiliaiian, Je ne me dissimule 
pis ce que peut avoir de vague une hypoihese bas^e sur deux 
9dfpo$iii4msi c'est un terrain trop mouvant pour qu'on y 
poisse Mifier d'une maniere solide. Cependant, ă ce point de 
vue, la question me parait assez int^ressante pour m^riter 
Ilioimear de la discussion. Qui sait si la lumiire n'en jailiira 
pu? 

Je crois, en terminant, devoir adresser une demande ă 
M. CheYallier : c'est qu'il veuille bien reproduire, dans le 
Journal de chimie medicale^ l'article sur le chauiage qu'il a 
pablie dans Ies Annalei ithygiine. La discussion semble de- 
Toirse prolonger pour r^ciaircissement de la question ; ii y au- 
nilavantage ăce que le Journal de chimie medicale conttnt 
tont ce qui a etâ dit sur cette matiere, peut-âtre aurait-on 
besoin 'd'y recourir ? (1) Peltier, pharmacien . 

SUR LE CHAULAGB DU Bl£ ; 

Par M. AuDOUARD fils , pharmacien ă B^ziers. 

Le nouTcau mode de chauiage, propos^ par M. Audouard , 

consiste ă mettre au fond d'un petit tonneau , defonce d^uncât^ 

et tres solidement cercii , 15 hectogrammes de chlorure de 

chaai sec , aussi pulverulent que possibie. On ^outera ă ce 

(r« Noiu ne poavoos acc^der au d^ir de M. Peltier, notre article sur 
le ckaolage est trop long, ii prendrait ane place qae nou9:^estinon8 k 
d'ntres nutMaaz qaiy nons le croyons y int^ressent dayantage Ies 



&8 lOURNAL BB GHIMIB MiBICAUE, 

de faire foi josqa'â preave contrtire. Or, on ne pouYait oonAid^rer 
comine une preuYC contraire. Ies eip^riences faites par le juge de police, 
et auxquelleSf d'ailleurs 9 la science, dans I'int^rât . de Ia r^putation 
d'exactitude du galictomdtre, se chargerait, tu besoin, de foamir une 
r^fatation. La Gour, sur le rapport de M. le conseilier Jacquinot-Godard 
et aur lea oondusiona oonfonnes de M. TaYOcat-g^n^ral de Boissieu, a 
cass^ le jugement du tribunal de simple police de Nay. 

EXBECICB ILLEGAL DE LA PHARlf ACIB. 

Le sienr Flatz, herboriste, le sieur Toussaint, herboriste, la dame Ga* 
bory, ancienne ^piciâre, Mme veuf e Desforges, marchande d'eau dite de 
Hicci^M. Morin, offlcier de sant<S, ont i^t^ traduits deyant Ia 6* chambre. 
Ies quatre premiers, accusiU d'afoir Tendu des medicamenta, Ia dame 
DesforgeSy d'aToir annonc^ /'eau de itieci, comme ^tant un medicament. 

Le tribunal a reuToye le sieur Flatz de la plainte, attendu que la Tente 
de mddicaments n*a pas 6i6 ^tăblie ; ii a condamna la dame Gabory k 
25 fr. d'amende, le sieur Toussaint ă 500 fr. d*amende, le sieur Morin k 
600 tr, d*amendet en ordonnant la conflşcation des mddicaments saisia. 

EAU DB PULLNA AHTIFICIELLB. 

Un pharmacien de Paris Tient d'^tre condamna â 50 fr. d'amende, pour 
afoir vendu de Veau depullna artifieielle^ dans des cruehons portant un 
timbre qui pouvait faire croire que cette eau ^tait natureile. 

La Gour, consid^rant que le fait d'aToir'vendu cette eau artiflcielle, 
dans des crucbons, portant : Mau de putina^ constitue Ie d^lit de trom- 
perie sur Ia nature de la marcbandise, pr^f ue par I'art. 423» condamne 
rinculpe â fr. 50 d'amende et aux d^pens. 

FAL8IFICATION DE LA FBGULB 1i^ POBOIBS DB TBBBB DBSTIlfftB A 

l'alimbbtatioii. 
Nons avons fait connattre Ia premiere condamnation rendne contre 
un marchandy accus^ d'aToir mt\€ de la poudre d'albAtre k de la f^cule 
destinde ă ralimcntation des enfants. Procte-Terbal ayant ix€ dreas^ 
contre le sieur Blondei, marcband de fromages, rue de la Reynie » 10 , et 
une assez grande quantite de cette substance ainsi alt^r^e ayant €tâ aai- 
aie dans sa boutiqueiil a ix^ traduit devant le tribunal de poUoe oor- 
rectionneUe. U « inf oqu^ sa bonne foi et U a indique le nom de a^go- 



BB PHAaiUCIE KT DE TOXICOLOGIE. &9 

ciaot de qm îl teaait cette Moale, «inai ^ae plosienrs marchaiids qiil» 
coame laiy eu «vaient acheU de bonne foi ane aaaez grande quantit^* 
La premiera jogea ataient condamna le sieiir Blondei ă six jours de pri- 
MB et 50 fr. d'amende. Maia le ministre public a fait appel â minima ; 
ct la Coar, malgr^ la plaîdoirie de M* Deaoiareat, et aur Ies oonclusiona 
ooBfonnes de M . ravocat-g^n^al Breaaon, a ^ler^ k quatre moia Ia durte 
de rcmprisoiuiement. 

— !■ ^ I i ■■ I I aaaa^şg " ' , ', ■ ,^m ■ ■■ ■ ": — m 

FaULBS DIHA17T. 

Caur de cassaiion: Condamnation da vendeur ă 600 fr, d'iunende , 

mais sans confUcation, 

L'art. 6 de la dtelaration du roi, du 25 aml t777, qui punit d'une 
anende de 500 franca toute personne tendant, sans autorisation r^gu- 
llfcre, des compoaitiona entrantes au corpa humain, ii*a pas M abrogS 
par la lai du 21 germinai an XI, 

£n eonUquence, cette disposition doit ^tre appliqu^e â l'officier de 
imnti qui vend des mddicaments quelconques. 

Un arrât, en appliqnant la p^nalit^ de la d^claration du 25 avril 1777» 
ne peut Y ajouter la peine de la confiscation des mMcaments, 

La caasation du chef prononţant la conflacation, doit 6tre prononc^e 
aans renToi deTant ane autre Gour royale. 

La Emilie Dehaut avait ^t^ traduite en police correctionnelle» pour 
cantrarention aaz loia aur Texercice de la pharmacie. M. Dehaut fila, of- 
ider de aant^, ayant ^t^ condamna h une amenda de 500 fr., par appii- 
ciDoa de l'art. 36 de la loi du 21- germinai an XI, poar la Tente de pi- 
lotei dltea pilales Dehaut^ interjeta appel de cette d^ision. La Cour 
rajalc de Paria, par na arr^t d^fi^râ auJourd*hui â la Cour de caasation, 
iiftrma ce Jugement, par le motif que la loi de germinai an XI n'^tait pas 
apflicable â Teap^ce, et maintint năamoina l'amende et la conflacation 
do medicamenta aaisia, en s*appuyant sur Ies dispoaitiona de l'art. 6 
4e la d^daration da roi, du 25 atril 1777, qui punit toutes peraonnea 
fcndaot, aana autoriaation Idgale, dea compositiona entrantea au corpa 



aTOcat du demandeur, en caasation , a aoutenu le 
i. n a Slabii, d'une part, que la d^claration de 1777 a €{A abrog^e 
par la loi du 21 germinai an XI, qai Ta reproduite en pârtie Hfeis dea 
MdiioiKraf. D'jotro partt qn'en aoppoaaot cetta dteUrgtion eneore 

ritoiB. 11. 4 



M JOVAtlAIi 0B «IMIB MIMCAU; 

ttfstante ânjotirdlittf, la Gour royale #▼«!! cdniiiifs im ext;^ ie pcoToir 
eu proiiottţatit tine conflacatloti qae la loi n'autorfae paa. 

Ce ftystftmey partag<S par M. I'aTOcat-gttei^l de Bdlttlea, a ^td aane- 
tfotin6 par la Cour, qiii, sur le rapport de M. le eoBteilfer Vincena St-* 
Laurenty a dassă Parr^ de ia Gour royale de Paris, potir tlolatlon de rart.4 
da Code pteal, et Ia pari ie de l'arrât qa! atalt fMnIoBii6 la eoniacation 
des medicamenta saisia. La Gour a cass^ par toie d« retranehetoent, et 
eHe a, en eona^nenee, dMdd qn'il n'y aTait paa ttmi k r«a?of«r l*alfair« 
deyant une autre Gour royaie. 

SUR L*EXBRaCB DE LA PBABSlACfK. 

Ghampdenicrs, 26 novembre 1844. 

Monsieur, Ies pharmaciens» membres du Jury mMical du d^partement 
des Deux-Sâ?re8, ont enfln compris que leur misslon ne se boroait pas 
ă ▼isiter Ies officines de leurs confrâres et ă Ies f^llclter ou Ies blftmer, 
selon retat dans lequel ils Ies trouvafent. Ils ont, lors des f isites qa'Us 
ont faites cette ann^e, fait part aux pharmaciens du projet qu'ils aTalent 
form^, d'âtablir une Socl^td de pharmaoie, sous la d<!nomlnation de 
Gercle pharmaceutique ; et, k cet effet, fls ont, au^sItAt leur rentr^e» 
Gonvoqu^ tous ceux de leurs conA'ires qui y atalent adh^rd, pour 
qu'ils alent A se rendre, le l«* decembre prochaln, ă Nlort, afin de flxer, 
dans celte premiere rdunlon , Ies stătuta sur lesquela aera bas^e la 
Soci^te. 

SI Ies pharmaciens de diaque ddpartement agissaient alnsli ils poar- 
rafeDt adresser collectiTcmcnt, et aprds Ies af olr discut^ea, leura obacr- 
f dtlons au gOQVcrnemfent, qni, eofln dclatr€ sur l'^tat ddplorable dana 
lequel se trouye la mddecioe et la pharmacle, se dMderaft, sans doute, 
ă pr^senter de suite aux Cbanibres ce projet de loi dont on nous parle 
depul9 si longttnnps, et qui serait fidoessafremcnt mteux Stabil et plus 
en mpport atee Ies hesohis d*<tne classe de cltoyens, exerţant une pro« 
fcssion tonte de d(i?oucmenr, s'il ^tait la cims^quence de toutes Ies 
Justes r^elatt.^tiona 4e la majerM dea pharaieclena de la Franee. 

II ftiudralt Kifrkout que fe eherletanisne, de quelqne aialiteaa qii*il se 
couviti, mt altelnt pai^ oeite noufelle loi ; qu'ellafât fvpltoyable pour 
celte muSe d'llidKldttB battt et Inw plae^ q«i, profitam de Taveogle ori* 



atiitf (ifs bwKpiei 4« tQot«« leş d^as^ de la ^d^t^^ p'fu>t 9a» ţicişţş 
de jurAncr, a?ec grand reiifort fl^ prQşpcctua ţiV d'^fficfi^i UBte qiuanţfţd 
casii4^fil»le de pf^m^raţiopa i^barqifcţttUqnţa ^ doqi U pl|ia |;ra|id 
MMDlNWfl'Qiit qoe pen ou painţ deşpronri^ qm'ihl Işqr. atU:iţ)HfKnţ.,t:r 
U loi B> paa aaaes fait 5^ l44to<Hm h caa Jb«HHiM# 'fl.m44a« de^ H9 i»aa 
leprifaioir d'an l^r^ei d'4iaf epMoa ^\i'Ua quţ Qht^^9» «ţ gii>(ii»'a(»raH 
janaiidAleiuracoordcr. . > 

Isnşa'UntMra pH» iiera^d*<4Criri|iţ poMiapf^PF^NMm niiuicfif»# 
OD ae lerra |iU»a d« eaa n^dadoa ^of» paH fiQiideia dl? (m? atller« pr/^ 
fireiit lire dea proap1?ct^a, qţ j itf9Ht<)ofc foi, f^iriş la as^iiiHnf» /*«! jJ^JpftM*^ 
ta couiaM on dopt je 1^ puia iai|>^ia refiţplfr fa*an pşf ^f l^.^rd^gi- 
UBcct, yaţfic ^la*!! na preacţril ftff^ft f^^^^ rpgiMţa aocpal» A ftf^jnar 
UIm, •! qiie f e» ai fort pea dapa o^a pbi|rimde,(i|u«lqui$^ pAi>aa a^ţe- 
veat). ilA pbanţaa^iePt iP«iaB|bfiiş diţ jnf^f mtfrţioal, «|i>i vonţalţ şa ooofor.7. 
moMrictemeiiI A laioi» ş £U obligii d'aţQfr qMelqgea ra)li^d<< ^ecrfsţţţi 
tti fnlas pâtaa ăt niMidamaa de vesB^ laraailioiia dea A4raliaa» foaa 
aefiinir diaartiif iialApartiv da aaa pnftiqoaiy 4«i co*ai«UnMlt aa 
ibnmeie cawoaa lii^ apşvMaknaia, pareci şn^il icta> «afirfiait aîrtiBBa 
■MicaMStat ^iiftl i|epf««aftt lewlra aaaji traanfar aaaa la v^fm da* 

a aa faadraît p«adaiui7fl aMnaui^ al par aalMt da ^ItmmmffB^nfi 
NttMt paa. dea vteaa pHall^gea «aa cariaima.dia ICMira caţifr/kraa- H 
boMtqpa laa Tiaiiai daa «pbanaadaa faaaa»lf l^iiia» par daa bami^ea 
¥âm^ lmfmne9X rf&crlbH^a^ «I qxd ppurraia»^ pj»f/camriv le pl^ş ae.* 
oeicnda^ paaaîM» Im vMlaii an tea d^paFtaptaim qu'iU «wra}^ ^ ii^r. 
P«tir,9ai»a aulvre o» ilîp^iake «ut» da la loanl^Fa donţ aa 1^^ lea vi^ 
t^wm^tmuktf aaa pneaqiaa taiPienra afn»u ^ Vi^afMc )/a^ g^â peri9f)( 
<B ihnfan»> «daUfanl, p«MMr aa pac Aa aapri? )d'¥«a aMtF« f^W^^uji^, 
4iMtra de c6id ta»! aa qaâ paaaraît le <^fi9pnwfiame« Par apilip j^ 
ee BOQfun mode de viaitef t a w ti jw ai lfa aaai t an»ia«iiff laat l^ttt^mf^. 
QttMaiâl faaad da Miuaxa»Dapfliila99W(>«P» pfMpa«/(( a^H^t^i^ di» .^ 
■oaccr 4 la (Mnda^ ^«at laîa^daafeţftaiaa /yMidana J^ ca^M^s/eail^ L» 
^'^^K^^fiite an ^4!^ yiia|na | |ff t i<|p ainsi falte, produirait, la aroia, ^'^- 
^'at^oa d^cllet* 411a laa ^i^ gi nft cwi a^ aaralfot fhargj^f ae trouveraJant 
r^ aa deaaoa âf pbaraMaiaa» ^*ii» aun^l it vlaltar , et aeraient , 
poor aniai dire, la^ilta d^oaUa ftirc^âlavfieadMaaire pftiirBn impo- 
Kr. Peat-ll ca diar atai dea.plan*aoiBaa# Meaiivtoa Aaa furj mMical , 



ii] iovaMal^hb GHIVIS irftDl^LB, 

umionrs oonsid^r^ comme des ^aitx |»ar lenrs oonfriresl Kon.^ D'ail- 

lears,ne doit-on pas cratndre qu'ils ne.soient.qaelquefois arr^t^ ou ex- 

cit6s dana Veiercîce des deroira que leur impose la \oi, par des oonsi- 

d^rationa d^amiti^ oa d'eiiTie. Bt puia, qnds sont lea pharmacieiis qul 

ne Tivent pas des abus qu'ila detraient rdprlmer. ^ Ie ne fals ici «ucnne 

allusion i ce sont des găn^ralit^ qne }e pr^ente. II fandrait aossi que 

la fente dea m^caments simples ou oomposte fftt IdipMettsenient d^- 

fendue ă tontes ces commanaut^ qui, soos nn semblant de charit^, 

n^aliaent des b^ndflces assez considdrables > au diâtriment des pfaarma- 

ciens, en doonant d'uoe niain et recevant de Tantre. 

' Les pharmaciens ne deTraienMla pas» qaoiqo'avec plus de charges qne 

cesbonnes ftmes, Tenir au secours des malhenrenx en d^ifrant ^atis; 

ă ceox reconnus et d^igntfs par raatorit<$ , les m^ieaments ttont ils 

poarraient atoir besoin. Oepois 14 ans, Je donne, k Ghampdeniers» sans 

aacune r^tribntion et sur des ordonnances de mMecins, Ies medica- 
menta aux panvres de la conunune , qui sont assist^ par le bureaa de 

bienfaisanee. Je oonfois que, dana une grande fille, ii ne ponrrait ea 6tre 

alnsi. Cependant n'arrîTerait-on paa au mtee r^ultat ou ă peu pr^, 

en employant un moyen que je proposeral loraque llubiterai Niort (d*ici 

ă un an). II y aura alors, dans cette TÎlle» 8 pbarmaciens. Eh bien ! si cha- 

que pharmacien donnait une somme de 100 fk*., ensembie 800 fr., qui se- 

raient remis au pr^ident du burean de bienfaisanee, pensei*Tous que 

cette somme ne sufflralt pas ponr solder tout, ou la plus grande pârtie» 

des m^dicameots qul seraient lifr^ aux pauvres, pir les pbamiaclens, 

sUr les ordonnances des m^decins du bureau Ae blenfaisanoe; non paa 

au prix ordinai re, mala bien au prix coâean$, Je ne Youdrais pa4 qa'on 

pharmacien ftkt d<Ssign<6 ponr faire seul celle lltraison ; Je vOndraia 

laisser aux malheureux la liberte de s'adreaser ă celui qui lui iMplre- 

rait le plus de conflanoe. Les confrtees ne ^pourraient en Atre jaloax» 

puUrquIt n'y anralt aucnn b^n^flce k r^liser. 

L'iht^rât que tous afez toujours port^ k tolit ce qui touche notre tnal- 
heureuae profession, mfont engagâ k Tons soumettre ces rMexions. 

Je suiş, etc. J. Hovdbinb, pheurmacienn 



PBBPABATION mAPIDB DU VBI Gfl[ALTBB. 

Pr. vin du Rhin de qualită auperieure.^ 1 litre. 
Rooille de fer ordinaire Ut^ . » • • • 80 grammes* 
On introdnit le tont dana une cornue de Terre, et on la place pen- 



Dl PMAMMkCIM BT M TOXICOLOaiS. 88 

diBt ane heiire dans un liain d'eaa k 100*» eu ăjukt aoin d'agltâ^ oon- 
tfaiaeltemeiit. Le lendenain » oa filtre s la ooUtare est brime, presqoe 
B€ire, d'nn g/aăt qoi b'« riea de dtegr^aUe et qoi ne donne jamais de 
Moaâeâm 

La dese est de 19 k 46 grammes» trola Ma par Jonri poar Ies adoltes ; 
ta peaty assoder le colombo» la gentlane» etc. 

Ga obtienty par oe prac^^» dans Tespace de Tlngt-qnatre henres sea« 
knieat, an ■Micament ponr la pr^paratkm daqnel Ies dlterses phamia* 
copto digent ewiron dens mois. {Dublin medical Press,) 

nPMU nu baphA Mteftufton dans i<b tbaitbmsnt nu psouasis; 

Par M. le doctenr Gazbnavjb. 
U pios souTent M • GaxenaTe administre simplement nne ddooctioii 
MBcastrte de squine ou de salsepareille, k laqnelle ii fidt ajonter nne 
petils qnantitd de daphn^ mMt6on • Ainsi ii cmploie fr^nemment la 
ImalesiUTante : 

Fr. Salsepareille oonpte 60 grammes. 

Bancomniane «.. 1)250 

Fiife îNNiilIir jnsqn'â r^dnctlon d'nn tiers, en ayant soin d'^onter 
dasles dîi demitees minutes de r^bnlUtion. 

Daplia^ mMr^on • 1 gramme. 

Fttser an travers d'ane Etamine. 

Geitedtoctinndoit 6tre Molcorte avec le sirop de sqnine» et sedonner 
1 U doie de trois verres par Joar. 

ÎL CaienaTe prcscrit sonyent aussi le diphnă m^^rdon sons forme 
^drop, ponr ^aloorer la dteoction de salsepareille, oa comme pâr- 
tie iatdgrante d'an m^langedans leqnel ii se troave asaoci^i nn m^« 
teawBt dont Ies propri^t^ sont analogaes, da mâange saitant, par 
doiple: 

Pr. Hyposalflte de sonde • . . • 4 grammes. 

Sirop de daphn^ mMr6on. • . • 135 

Sirop de sqoine. 125 

' M. ft. A. 

Oa administre oe m^iange k la dose d'ane cnlUerde k bonche matin 
dMir. 

Ce mode de traltement est ordinairement secondd paissamment par 
l'ittge simnltand des bains de vapear aqaense. 

{Jnnaies des nudadies de le peauJ 



Ift xovwmxh BB CHini miwoâMAi 

CHAHCaitBMV ^âTAV DflS: OMMUIAIBOIIS ilMlC8kttLIA« 
BN VBâSMCB BBS 0IIMtABN>Bi OHOABIBIIB»} 

Par M. le docteur Ribgbl. 

des ph^nom^nes chîmico-]^r»io«iitiqQ#t| ifs'llt d OfJtoat G«pnHMiB% 
pfMidre pMUr ««ide priMiiiNa leraqnil amăgit dtfMmler^ fOBI dâBi FH»- 
biuide de ft%»aîrt Taddîtioo de Mdf nereariili^ el peftk«Miiiwutdtf 
bichkNmMydaae eerteiBâstreps, tels qoe eem de QoîiMervde ie^oaiirei 
tfe QeBoO'HMve'i etc« wP^ ee 80Bs ^feeueiDOBv eeB Bonee «e prcperBUfnis 
f lutftteasBU^itfei 4Bt eettl le plM M^ettef i «e ăMrm» dpm WW d6« 
liyraDGe «ux malâdefti fMM^oe ^ii'dles fleof ortliBtlrement prcscrites en 
^TBeBUcde cBBild^peMea * la fob| ei «e'^eni be^ofti «e ieiBi fMM- 
lien peer lear een e en aH ee» «IM ae ierdetft {lae * M tMillhre^ «Mtwr 
peraoBBn qui eent Meaglree â rari de le plienHeddi 

M. Riegel a fait une s^rie d'exp^riencea, deaqoellttl ff fCiMIe 4IM f^ 
ferment et qnrtţew eottes cerpt fegiaiilmiliii aoei d|>tei ă prodaire 
une d^compoaition (la nfdeetioB) dea eembiseleaBe HKMiiriellea. 

€)ta t^SBltaaacortmeBt lea «late Ailta aBiMeuf eiBeBt ptrw mMi md L t 
et Wackenroder, et d^mootfcat le aicesoM de ne |Bae pi^eanMre fe el^ 
rop de salsepareiUe eeapea^, avaoaddiiien âe auMMed» par bouteillea 
de demi-kilogrammea ou mame d*an hHe giWMiB e y <îeiHnii« eu 1^ liltfQs- 

qftfkB» ii), {/akf^ek ftM$ ptttmttkn rhtmMi^^ 



* . m * »^«*» •«■^^ »_^ 



• f •• 



FORMULE D*ON LINIMBNT ANTI-ASTHMATIQtE ; 

Far Vi, le docteur ^aÂVES, (te Dublin, 

Pr. Acide ac^qne fort. 2 gramiBes. 

Esprit de t^r^benthine 12 

Eau de roşea ..»•. e 

Huile de citron.. . • qnelq. (^uttea. 

Jaune d*oenf g. a* 

M. et F. S. A. UQ liniment parfaitement homogâne. . . 

Oo a'av aerl foiur faice dea Moiieu, % l'aUe d'c»e #p e Bgei ane la 
nuque, Ies c6t^ du con et la pârtie antdrieure de la poitrine. 

(1) Cea faits afaient d^jă ixl aignalda defiOa len([;leţipa (^ 1301 » t» 
1811 el en Utlj) şar NIL IHftuUajt Henrj» Moliier. 



m raâlllAfl» KT M MXICOUMIIS; s« 



9Wfmmi MBimeAU na »• a. Asmen 

U i«|ati«B 4ii(B»kiiila lU fp^w Ml mm oofttredil I'om ăn prâpuN^ 
ikna pharmacentiqiies Ies plus ânergiques, et l'on ne peut contMter m 
haau MM«it4 ^aqa l« tjr«teaifiiit de mtUism maladiM cnîanâu isliro- 
Bjqaes, sptei«l«iiirnt dţ ceJltt qui «IfMtMit U temfl sq««nMieu#^«l yn- 
pM|iMM0i IMlIitaHVMmtttb m «Mtenoit ^rteate plittlMsţ;ntf es 
lMMf#îMU iali^retif • mi wifilM. AiMî i *; * 

1* II ne peat toe preacrit que par ţ^attM } 

t* Um traaiitiiwi im vm br«H«t A'bm dM« A «ne ăutra şmI» diHm, 
Mtrt «a dingir iM i^Qfs du maMo; 

3* U dănominatioii d* MlvIiOA uNSmicok Mf un fdriUble dpmi* 
Tiitiil pMnr Im ««Mms «iiMi «'mHI pm rart d'^ tiMratr t«l reea- 
fcat de?^ «Ml 9M0ei M liMUCoap de mededna aont-iU empMida de 
UpnaariMaaUpar ee mMII, mU yr MefaiM d*ww a d Mln totwrttett pea 
soîgDeoae. 

Cest dasa le bot d'obvier ă cM neoaviaients que M. Devergie propose 
h formale MiiTanţ9«<]ui| en permetunt de prMcrîre Im dMM Im piva 
fractioQii^M» per grammes, ne oonduit qu*A une peţ^ qq A ene aimple 
BKatiiratioii depa m tube gradul, et met eiiui Im preliciees et Im ma- 
hdes i l'abri dM eogmentaticma QotablM de la dMe di| n^dicaineat 
preicrit» par aoite d^une erreur ou d'une n^gligence. 

Pr. Acide eraeoîeiiz..^ 10 ceaţigr^ouMM. 

Carbonate de potaase* 10 

Eam di8tillte.« 500 graipmM. 

Alcoolat de m^lisse coipppa^... $0 ceatigramniM* 

Alcooli de cocbenille 9* s. ponr colorţr Msez fortement. 

a. et F. dissondre S. A. 

Cette solation, dont la confection a ^t^ autoria^e ponr le aerrice deq 
liApitau, a reţu la diSnomination de SoluHon minerale de Devergie, 

BUe est preacrite par grammes, et cbaqae greqipie repr^ente une 
ţamxt de la aolution arsenicale de Fuwler. 

L'akoold de cochenille y est ajoatâ, afln que la coloration qui en r^- 
<tfte pafsse, A la atmple TUe, falre juger de la prdaence de cette solution 
dat «n talep cm une potion. 



UmVEIIT 8AV0NMBVX TlSRlSBBNTHllVfi; 

Par M. J. 1a£k, de Salem. 
Le praticten Mt scuvent embarrMs^ pour prMcrire un mode con? e- 



S6 lOUARiJL DB CHIMIB MiDlCALB, 

Bible d'appUcatioii de llmile Tolatile de iMbenUdne, lorsqu'il s'ag^t 
d'employer cette substanoe k VtxtirituT, La fdrniiile sulTante eat, d'a- 
prte M. Jacky celle qoi dense le prodult le plus fkcUe k employer de oelte 
matitee. 

Pr.Savon animal sec et pnlvârfis^ 10 grammes. 

Huile Tolatile de tMbenthine • 160 

Ob Itfkdig^rer pendant nne nnit ; pendant ce temps, le saTon se ra* 
molUt, et ii ne reste pios ensaite qu'ă chanffer au bain-marie poiir en 
opârer ensuite la dissolntion. 

On Terse cette dissolotion encore chande dans des flaoons approprl^, 
oenx par exemple qni seiVent ordinairement k contenir le banme opo- 
dddoch, et dle s'y soliftlle par le refroidiasement. 

On pent encore y ajonter, soiTant le besoin, des hniles ^th^rto ou da 
camphre. (Budmer's Repertorium,) 



BHUUIOII DB CIBB ; 

Par le mdme. 

Fonr mienx snspendre la dre dans nne dmolaion, on a ordinairement 
recours ă TintennMe d'nne hoile grasse, par exemple» de l*huile d'a- 
mandesy etc* M . Jack fiilt pr^parer de la mani&re sniTante un mdange 
meilleor etde plus facile consid^ration, bien qu'll n'y fasse peint entrer 
dlioile fixe. 

Pr. Poudre de gomme arabique. .15 grammes. 
Eau commnne. • . < 15 

On fait chanfrer le tont dans un mortier, sur nne lampe k esprit de 
▼in» ety quand la gomme est dissente, on i^o^^^ - 

Cire blancbe fondne. 8 grammes. 

La dre, qni y est d'abord flg^, se liquMe promptement ; on retire 
alors le mortier du fen» et on agite bien le contenn» en y ajontant peu 
âpen: 

Eau bonillante 90 â 110 grammes. 

Lorsqne tout est mHâ d'nne manidre nnifbrme, on Tintrodnit dans 
ane fiole ă m^dedne, et on agite continnellement Jnsqu'ă refroidisse- 
ment ; aprte qnoi, on ajonte enfln le restant des substances qni peuTent 
avoir ^t^ prescrites par le mMedn, de TeaUi da sirop, etc. 

Pr6par^ de cette fayon» le m^lange est tom A fait sembUble A nne teul* 
don liailtoie parfiltemenţ lioiiio(|tef. (Mc^} 



m PHAHMACII ET BE TOXlCOLOOlS. 57 



KM PLOI DB UL ClAOBOTB GONTAB LIS HMVI MATSBNI. 

Sehn II. Thante» de BknSibttţh ^ ^r^oMte est na eiodlent topiqne 
ponr coBbattre Ies dUfomiiUs dnes auz navi maierm; pour ceU, on 
âeDd piua ou moine d'eeo la crăoeote, puls on trempe des linfes dans 
ten eriosoi^e^ et on appUqoe ces lingea en compresees, qa'on change 
de boit henres en hoit lienres. A l'aide de oet empld, la surface du jub- 
i'iif s'eicorie ; eBe s^altte; enAn^elie disparaţi : la cicatrice cons^cntire 
oflirt nne sorfaoe lisae et d'nn bon aspect. 

SCa L'niFLOI DU NAPHTK DANS UB TaAlTJEBfBNT DB LA PHTHI81K 

r 

pulmonaibe; 
Par KM. ies docteurs Hastuig et Wilson. 

MIL Hasting et Wilson pnblient chacnn une obsertation des saoc^ de 
Penploi da naphte conune antiphtbisique. Mais ils reconunandent sar- 
toatde n'employer que du naphte ă i'^tat de părete parfaite; parce qae, 
disent-ilsy cette băile est parfois m^lang^e de substances ^trang&res qul 
ptmrraient de?enir nuisibles aui malades et donner liea k des accidenta 
piu oa moins graves. 

M. Wilâoo, qai la prescrit sans l'associer ă d'autre medicament, fait 
oofflmenoer par diz gonttes trois fob par jour, et fait augmenter gra- 
dadJement jasqa'ă ce qae Ie sajet en prenne soixante gouttes par prise. 
Ibis obez lemalade dont ii rapporte la gu^rison» le napbte, ă cette der- 
aid-e dose, ayant d^termln^ des symptOmes cdr^brauz, force a ^t^ de 
biisscr la dose ă qaarante gouttes trois fois par jour» ce qui a ^t^ con- 
tma< jasqa'i Tentier r^tăblissement. 

N. Hasting assode le napbte ă l'opium, d'aprte la formule sniTante : 

Pr. Napbte rectific 32 grammes. 

LaudannmdeSydenbam..... 8 

M. S. A. poor ane miztnre dont on donne quinze goottes trois foia 
par jonr. 

Cbaqoe prise est administra dans ane denii-«tasae d'eau con? enable^ 
meat Mnlcor^ aToc du sacre oa avec un sirop appropritf. 

U naiade qai fidt le snjet de robsenration rapporte par M. Hasting, 
fat go^'i tont k fait apr^ aToir fait asage de cette mixture pendant deaz 
^ (1). {Sehmidt's Jahrbuecher.) 



rt*M*ia*a 



(O On salt qoe Ies bitames ont d<iă ^t^ propoa^ poor oombatire la 
pbthisie. 

r SiBIB. li. ^ 



V^ ^M'Ti^T^^'^^ ^f^ M^*^^^ ▼W^r^^fl^f 



baias ioduri ; 

7^ 0110 I g Hwrdw - 1^ B i rtilB» phimiulvii ă Anger^y fcffire qvf ooBtfeAl 
lâ fbrttitiîte d'dh d!rat' prepară aVec îa st'âarîne ; 

3o Une lettre de M. Genest, ptiarmacien k kngjus, qui noua donande 
ai noas conaacritbns unc notîce bfographîque k la m^moire de QOţre 
<!dlI6g'ue Ctarion. ^. Ccnest, ă cet ^gard« noiis rappelle Ie aoin que ca 
pt6tts&eiir apportait â nnstrucllon des d^yes, dana dea herbQriaatlona 
Oft it avalt ptQtdt Tair d*an p^re entonr^ de aea eoAiota, qiie d'un pro- 
fe!(8eii]^ ftoatraisaiit sea âătea. n sera rdpondu k nptre coll^gue qae noua 
^tbiii toiii de qiilî noaa sera possible pour noua procurer Ies mat6- 
riaux d'one notice biographique sur Clarf on ; qu*il en aera de m^e re- 
Iatty<(m6nt aux portrafls qne nous nous proposona de publier, et parmi 
lesqliels figuteroiit tea portfalls de ăotiquet, de Mfetier et tona ceuţ 
que nous poiiri'oiia nous procurei^ (1). 

4^ Une \€ttrt' de M. Larue dit Aarry, acrite do câmp de Sidi^^Ma' 
ăi^tff fAlgtfrtte% qtal don^vtt qtiefques ddtâfls sur PAlg^ie, et dea notes 
aHf ra /d^ff, nutVarif^e et iut te nMon (laurîer-rdse] i 

5* De rinflaence dea boia aerrant I îa ftbrfcâtîdn des barrlqnes, aor 
la qiIMftWdl» Viris, moyett d^eik ««iltMi^ek* Vtttkt et de se ae^ir dea boia 
blaaca , pai^ ik, lllaMei^; 

6* Une note de M. VridagAnren, ehl boirandafB, fkftitolte : Rbt ilbsb- 

lIllâirA'itf.lltiriftlfeMaMtmAlSâtrftGM tfl âOtflVVtlJKB ZBtFBTAlfDI- 

GHEID. Nona n^afooa puy]nsqu*ă pr^nt, trouver de tradnctear ataes 
atf e&Mt^ des* metMii dliMiiktWia , pour |k>ttVolf fafî^e traAiire ceCte 
note; ii eftt €lâ ă'dKsMr djăe M. V.-^., quî ietit te francâfa» nona eAt 

(1) Noua rappelleroQ<^ k Qet <gard, ă nos lecteurs la deniande q/^e nmia 
leiic ayima.faUey dfe a o u a pr o c u rer laa- p o rtf a lt s d ea ph ara i acicae qui nul 
faffr 



Dl PBABXACIB IT DB TOXICOLOflli: 59 

y pv occasioDyU tradnction de cette notet noas TeiiMloiis 
iaaMt dans notre Journal ; 

7* Une lettrc d'nn de nos ooUdgneSi qai noua demande 8*11 pent col- 
tiver dana aoD Jardin la nlcotiane, destina ă la oonfection do bannie 
traaqiiiUe ; vn employ^ aapirteir 4f la #âgie lot ajant dit qu'il ne pou- 
Tiit le faire. Noua pcnaons qne notre collâgoe ne peat caltWer da tabac, 
pov l'naage de son offidne, qn'aprte en avoir demande rantoriaaUon ă 
H. le directenr des eoMriHiHMis i»c|irecf«ft4e H looilit^, en Ini faisant 
coBDaltra ses besoîtş. a^S y av^lC t#f «|, ii c|B?f all a'adinesaer ă M. Slmăon, 
£reeteiir gdnâral de l'adminiatration centrale ă I^^aris. 

8* pc3 lettres de plusieara phaxmafiiaBadu d^partement de Selne-et- 
Oisei qni noua signalent, non aealement la vente de sobstances niW- 
camenteasea par dea ^picSers de ce d^partement, mais ancore raononoe 
de cette Tcnte, sur la devantore des boutiques de ees ^piciers. Noos 
prioDS HM. Ies pbarmaciena de ce d^partement qni nona lisent, de noos 
Cure ^rrenir dea dit^ils ^eonsl^nei^s sur ces iUigaliUs^ aflQ que 
aons pofssions Ies transmettre ă M. le pr^ident do jory, avec pritee de 
Mto shMp aw abiiii'lfMii^aNMrMs iMtiv ^ traMRMHeftaaff cea ^MCafn, d^* 
V pas Mc« coioaUre }mwmimm^\^şp^ d« qpl wvm Ht M^Mk 

T Une lettre de H. Larae do Barry, sor l'asage do (haoTre en Al« 
firte; 

1» annlrtiiij ănU^ ■iwJbIai» MrPeMiirteetfa ft ^wmmkti 

U* Dcnţantrea leitrea aor le mCneauţet. 



¥^ •* 



l > 



AVIS 

A NOS ABONNfiS. 



BTmi Mhmmmfm mmnt prl<«9 s'ils font relior lew 
jMunua^ de fliire aiMire â piurt, le« fe«ill«i d« 
mcn^mVAnUB DW TEUm, qul leur ont 
^t< mToj^cfl eu IMA» jparee qu'Il iMMUi eeralt 
ImpeMlMe de renijpliieer le« fe«iUe« pevdite». 

I4i f ewiUe 4 de eet ^uwrmsm pwndtr» daaui le 
wmmnfwm de ff(6vrier 9 11 es aem de Maime dsi 
pertvAlt de H* JD mi m m^ f q«e newv veMOOM de 
ffalre UOiosnHpUer. 



4t riubOGQinil» rMlMMta»>Tlilikii, IC 



rfTAliA 18&53 

JOURNAL 

DE CHIMIE MEDICALE, 

DE PHARMACIE ET DE TOXICOLOGIE; 



«H^MHMHPBV 



SUB LA BIGITALE ST SUR LA BIGITALUIB. 

Exiraii JCun me'moire de M* Nativelle, pharmoioUH 

^Pabis. 

Les recherches faites sur la digitale, dans le bat d*en ex- 
tnire Ies principes actifs, sbnt nombreases,etron doit se rap-* 
pder Ies travaax entrepris sur cette plante, par MM. Destou- 
ches, Bidault de Tilliers, Planavia, Leroyer, de Geneve, 
DoloDg d'Astafort, Pauquy, Bein et Haase, de Stockolm, Wel- 
diiig, Henry, de Pbalsboarg,Tromsdoff. Un travail plus rdcenC 
vieat d*£tre publi^ par M. Nativelle. Nous avons cru devoir 
bire connatire ce travail, qui a de rimportance (i). 

Exiraeti4m de la digiialine. 

Lorsque la digitale estpeu avanele, comme celle qui se r^- 
eolte eu marş et avril, ses parties, encore imparraitement âa- 
bor^s , trop aqueuses et pourvues d'une surabondance de 

(i) SdoB M. Natifetle, la digitale oontient : 1* de ladigitaline eo corn- 
kiaaisoa avec de Tacide tanniqae» 2* ttoe substance cristallbable, 3* an 
pnacipe aromatlqae, 4"* onematiâre r^loeose cristallisable» 5* une huile 
txe, 6* da socref 7* une mati^re colorante rouge solable dans l'eau, 
8* de la diloropbylle , 9* de Teitractif, 10* de Talbumine, II • des sel$ k 
iddet ^^g^tauxy 12* des aels ă acides inorganiqaei. 

2* si&TS. 11. g 



ci lOURNAt Bl GHIMIB MiDICALB, 

sucs, contiennent |>eu de t>riAclpe îidif| felalivement ă la 
quaolit^ qui se renconlre ÂaBs lă piâDte ţlus d^velopp^e ; si , 
au coDtraire, celle planie esi Irop avanei, moni^ en tige et 
fleuriei la |)r^dr(lot] dii principe ăclSf h'esl ^s btouebttp plus 
forte que dans le premier cas. Ce n'esi donc pas ă ces ^poqnes 
oppos^s de ia Y^tation, que la digitale dirit ^ire r^coit^ 
pour Tusage de la medecine el rextraciion de la digitaline ; 
mais uu peu a^aul le dâTeloppement de la lige, en juin et juil- 
lety au moment ou la plante a acquis de 25 ă 80 cemimâires de 
hauteur. En g^n^ral ^ l'tipoqiii de ta nteBtte ne peut 6i/e indi- 
quee que d'une maniere approximative : on trouYe, au mois de 
mai dejăy de la digitale en pleine maturit^ ; cela cependant 
ne tend pas it prouver qu'eHe suit d'un emploi aussi avantageoz 
que celle qui crott dans une saison plus chaude; pourtant. Ia 
plus ţrande pariie de la digitale que le commerce consomme, 
se recolte en avril et mai, mais cela n'est pas une consid^ra- 
tîon. La digitale de Ia seconde ponsse, qui croh en automne, 
offre des r^sullats aussi avaniageux que la precedente , lors- 
qu'elle a ^t^ r^coR^c ii la mdme p^riode de veg^tation. 

tine causequi iuflue sur la qualitd de la digitale, est la ma- 
niâre prompte avec laquelle cette plante s'altire paf uae mau* 
Yaise dessiccation. Si la digitale ă s^cher a ^i^ mise dans an 
endroit peu a^ră, eUe s*ecbauffe, noircit et fermente bient6t 
aox d^pens de sa matiâre sucrăe ; si la dessiccation n*; Yieot 
mettre un terme, Tacidite d^velopp^e peu apr^s, r^agit sur le 
principe actir^ nne plante, ainsiavariăe,oirre de manvais r^ul- 
tais â Tanalyse. 

Povr i^Mier a«i pbbenpaUof» isTdcMinlM , J*ăi 6T«iti< ^r 
la qihmtftlS il'ettt^ît ^c oVimi , h Hcfaîâs^e d^ '^uaVr^ dîgltâVâ, 
prises ă diViifentes ^pbques : 100 parties ie cbacune d^eUes 

furentlraiteespardeplacementjusqu'ărefusdecoIoraiion,avec 
deTalcooIă 0,50,commeeta&tlemeillettr diis^vafitdţaprîUct* 



Dl PBABKâCiB BV WK TdXfOMOOUE. M 

pes de Ia plantei moios ies luaţi^es grB6se$ el la chioropliylle. 
La premi&re digiure soumiae k Tessai avaii eie recolieei ii y 
adeax aos, daos le couraot de juillel; elle doniiail 5d pour 
100 d'exirait. Le secood essai» fait sur uoe digitale de l'aa 
passe, recoll^e au eonimeoceiuenl de juioi eu donnaii ft7 pour 
100. Da Ia digitale toute jeune de cetle anaee, rocaltee eo avril| 

eu doDoait &3 pour 100 j enfini uq deruier es&ai faii avec de la 
digitale culti?^ eu pieÎDe fleuri et r^coU^ h la fio de juiti de 
ceiieami^, n'en donoalt que 40 pour iOO. G(!t extroii ddliques* 
cent iaîssait apercevoir de petites aigiiilies incolores, qui pa* 
nisiaiemAtrede Taceiate potassiquo; Ies auires eilraits n'or- 
raienlpasceaoarâct^res» Ladigitaline» du reste, s*est presentee 
de b m^me maniere dans chacun d*eux. 

Poar Jfioier la digitaltoe de sa cc^mbiaaisoa taniiique, aucun 
aaeot n'^tait piua propre que Tocdiate plombique ; cependant, 
Temploi de ee ael pr^eniaiii par la naiure mame de la digiia*» 

liaei pluaiears difficull^ : Texcâs de plomb oe pouvait âtre 
precipita avec avantage par Tacide sulfhydrique (1). Des cod- 
siddrations que je relaterai plus loin, m'obligeaîent aussi ă evi- 
teri'emploi de la cbaleur. La grande solubilite de Ia digitaline 
et lOR eut tncristallisable, ae me permettaieut pas uoi» plus 
dVoir recours aux evaporatieus spoutanees ^ qui d'ailleurs 
a'aoraient donii^ qu'uue mati^re eneore complexe, c'est ă dire^ 
00 miiaiige de digitalinei de sucre et de sels deliquesoeflts. II 
bllait doDC| pour s^parer Ia digitaline des mati^res qui Tac*- 
campagnaieut eneore, la pr^eipiler^ eu 8'emparant| ă i'aide 
d'aa sel trte aoluble, de ta iiqueur qui la tenail eu solution. Le 
tulfaie ammoniquef par la modicite de sob prix, sa graude 
iolubilit4 dans Teau, et soa iosolabilii^ complete dans Talcool, 

!' 0)L*aciâe salfhydrique mettatit ă nu Tacide ac^tlqae da 9el plombique 
c^oy^cto ctote» ce d^mier adde, comttie ou Ie verra ailleurs, peut r^a« 
|lr aar la BlgitMlei nuiioiil par le oMcours ăt la chaleur. 



6& lOUEtriI. DB CHIM» MiDICALBy 

est trto propre ă cet usage ; ii a en outre Tavantage de per* 
meitre, sans r&iclion aucune* l'exacte s^paration da plomb. 

On met dans un cylindre ă d^placement, 500 grammes de 
poudre irhs grossiire de digitale ; cette poudre, tasste l^gdre- 
menty ne doîl avoir dans l'appareil, qu'une hanteur ă peu prâs 
^gale au diam^tre qu*elie occape :on verse, dessus, de l'alcool 
ii 0y50, en quantil^ suffisanlc pour la p^n^trer; on laisse ^cou- 
ler librement la premiere lîqueur, et donze heures apris, la 
poudre etant sufiBsamment gonfl^e, on commence le deplace- 
ment. Celle op^ralion se fait d'abord assez lentement; cela 
n'est pas un inconvenient, car, si eIJe est moins prompte qu'en 
ne tassant pas la poudre, T^puisement a lieu d'une maniere 
plus r^guliire. 

Cinq parties d'alcool suffisent pour ^puiser totalement une 
pârtie de poudre ; on ajoute, sur la fin du d^placement, une 
quantite suffisante d'eau ; Talcool reienu, se trouvant alors en- 
tratn^ presque compl^tement, acbâve T^puisement des demi6- 
res coucbes de poudre. 

L'alcooie obtenu, d'une couleur rouge foneme, est mis sur des 
assieltes, dans une etuve ă courant d*air, pour qu'il s'^vapore. 
L'extfaii qui en răsulte est dissout avec un kilog. d*eau tiide ; 
le tannaie digitalique se rassemble en une masse poisseuse, 
on le lave dans un peu d'eau, et on ie met de cdi^ pour Ie trăi- 
tor ă part, comme ii sera dit plus loin. On sgoute ă la soiution 
de Textrait, une qnantitâ suffisante d'eau pour avoir en tout 
b kilog. de liqueur. On verse dans cette liqueur, et en ayaat la 
pr^caution d'agiter,l,000 grammes d'ac^tate pfombiquebasique 
du Codex, marquant 20 de densite; ii se forme un precipite d^un 
jaune-verd&tre ; on filtre quelque temps aprâs ; la liqueur qui 
passe est en masse, d'une teinte ambree clafre ; Ies filires ^gout- 
tes sont enveloppes dans un coutil serre et mis ă la presse, ii 
s*en ^coule une ceriaine quaniile de liqueur* qui, apres avoir 
M filtree, est r^nnie ă la premia. 



M rSAlUfAC» BT I^M TOZICOLOOIS; 6K 

On fait passer daas celte liquear, jusqu'ă r^action compl&te 
d'aciditd, et en ayani la precaution d'agiter, un couraot de gaz 
carbooique (1) : l'ac^tate basique qu'elle contient est d^com- 
pos^y le carbonate plombique iourd et cristallin quî se d^pose 
eotraloe avec lui la deraiere trace de matiire colorante. 

Cetteliqaeur en niasse est presque sans couleur; dans un 
verre i exp^rience, elleest entidrement incolore. On faitdis- 
soodre dans cette liqueur, jusqu'ă cessation de pr^ipit^, nne 
qnamit^ sofflsante de sulfate ammonique, environ ipo grammes 
O* priparation de ce sel est d^crite plus loin); Tac^iate neutre 
qn'ellecontieDtest decompos^, nne pârtie du sulfate plombique 
lepr^cipite ; on filtre pour s^parer le double d^pAt ; on preci- 
pite ensuite la digitaline, en ajoutant ă la liqueur bien transpa- 
rente, antant de sulfate ammonique qu'elle peut en dissoudre; 
poar cela, le tout mis dans un ou plusieurs flacons, et agita for^ 
lement pendant quelque temps; apris un instant de repos on 
dtente, pour s^parer de Texc^s de sel la liqueur satur^e, qui est 
placee dans d'autres flacons. Cette liqueur, l^girement opaque, 
bisse apparattre, peu de temps aprte, la digitaline,sous forme de 
looons blancs nnageux; on laisseen un lieu tranquille; peu ă peu 
kslocoosse rassemblent au fond du vase; 24 h. environ apr^s, 
OB separe la plus grande pârtie de la liqueur devenue transpa- 
rente. On mec le depât clair sur un filtre, et lorsqu'il est ^goutt^, 
on verse dessus une quantit^ suffisantc de solution satur^e de 
nlbte ammonique : ce lavage, par filtration, a pour but d*en- 
tritner la derniâre trace de.matîâre sucr^e quepourraitretenir 
î&tcrposte la digitaiine, afin d'^viter que la solution saline s*e- 
v>pore , ee qui obstruerait le filtre ; on couvre Tentonnoir de 
pliisiears doables de papier mouille; le filtre, une fois egoutie, 
^ itendu sur un marbre, et ă Taide d'une carte en corne, on 



^t) Voir pios loÎB la deicription d'uB appareit â gu carboiiiqiM(« 






(8 J0U1BAL »B CBIMIl MiUiALBi 

enlftve It digitaline. Cett6 substancete pr^Miito, ^taiit hmide, 
aoua la ferme d'unş maaae poisaeuse blanche» tenant, h l'^tat de 
milaoge, du sulfate plooibique; on la a^pare facilemenide ce 
ael criitallio ei iusoluble, en Ia disaolvaut danaS foia aon poida 
d'eau pure j qd opâre la filtraiiou de cetie aolmlon, en la fttiamnt 
paaser au travers du depât qu'elle comient ; pour eeliiyoa met le 
tQUţ daps un peiit cyllndre eu verre ou dana ub eutoimoir dost la 
duuille efit gamied'un tampou de cotooj lavd d-abord ă Talcool, 
et enaui^e ă l'eau ; apr^a quelques inaiâota» la liqueur paaae peiv 
faiiament traqapfirenţe ) elle eat entiârepeut privte de plomb i 
lea r^actifa u'en d<^c(^|ent aucuue trace* Oo prteipite de eauvean 
la digiialine, coiume precedemroeut, an sainrant cette aolutioa 
trâa amdreypar uu e:teâa de sulfate anoiouique; le tont eal 
mia sur uu filtre, et celui-ci âgouui^ ou l'filepâ aur plnaieura 
do^blaa de papier de soie (i)i poar ^iter la oriataUiaatien de 
Teau mare saliue, op couvre le .filtre d'un vaae dout lea paroia 
ont eie mouill(iea legârement. Loraque la digitaline eat deveoue 
d'une eoDsistaoce poisa$use9 ou Tenlive avec aoin de desaua le 
filtre, et po Tdtend m couches miucea, aur dea aaaiett^a, poer 
la faire secber $ on la reduit ensutie en pondre, eten la mei daoa 
uu flacon sec, avec uue quautitd auffisante d'aleool & d,96$ on 
laisse eu contact peoda^t 2A beurea, en ayanţ le aoin d'agiter 
de cempa eu tempa j Ia digitaline aeule ae diasout ; on Sdec le 
toui sur le petil cylindre deja indiqutf, et la filtration a'opire 
avec facilita; op recobobe pluaienra fois la liqueur, Juaqa'ă ee 
qu'eile soU pMrfaiiement tranmiarente ; on verae aur le r^iido 
de sulfate ammeniquei un peu d'alcoirt, afin d'entralner la aolu* 
tioB dlgiieUqoe qu'il retieat ; cet alcooid eat d*ane teinte idg^ 
reoient ambueei on le mei ă l'dciive, et eprta aon dvapovelloa, 

(1} Pour absorberla solutioD saline, ii ne faudrait pas faire nsage de 
doublea de linge; ceai««-ci retenant toajourt un reste delesaive, ne tar- 
deraient pat ă mtttre H fio $f Taniiiionlaque» qaialtterait la digitaline* 



siche ec feodîU^, qa*il laisse dans Ies aşsiouş^ (ţ). 

îs iifUfMm yytv fergie iine poudre bl^ncbe, tr^ soluble 
dmr<aii|iii0iiisMliibUd|nft 1*^^001 copoenţfti, et i^Ml^bla 
Am l'^ţp; 4'no# 6«v§iir mkn% exoaşiivemoni imufte» fiM* 
loptt i pelte da li) dîgîMia, mai» piu» ^qepgiqna «i se famat 
iosatawpa seniir sur U laagaa iNir soa Acretd. ^ 

Oa varia biaaUU sou» aaallas iaflaaaaes l^raa la digiialiae 
peii pepdaa eu pârtia sa solubilii^ dans Taau , «ana dipiianar , 
psoroala, il*îataiis|iii d'aaiariiwifl. 

StirseUan d€ h i^f îtoMfK du $a$miii0 dn^Uqţ^. 

Bîap que TopifraiioD qui vieat d'Acra dtoita, donna, d'iuie 
■aaiiis sîfliple, ia digitalioa ă l^iai de pprel^, ii ast pios ra>- 
tiasatl c^p#iidaai da Tobteaip du tatiwa^ie difUoUquâ isald 
iei liqiieoaa esu^aiives. On a vu pniatfemineal qve, da Ia so- 
kliaa da rextraiti ana paFiia seolaqieDt de eeita cembiiiaison 
brotese s^parait, mais qo'au moyen de Tacide laBnlque ob 
li^iptuit facileaBeat rautre. 

Yoici coniment oa op6re : on verse dans la solutioii de Veşi" 
trăit de laquelle s'est i^parda le laooaiş preexistau^ une quan* 
tiis saSsama d'aetda taoaiqaa; 11 sa forme uq pi^pipH^ fioeon- 
MUL al abaodaaty qui na larda pas k s'agglutiner au fond 4b 
Hsaţ aa ddaaaia la liqaaar şaraagafiata» oa verse sur ce laur 
ISIS de f aau d'abard na pan cbaude ; ii se Uqoiifia ; oa Tagiia 
ia leas seaa» afla da la s^parep de la liqaeţr extractive adiiir 
leşia. Oa cAaUaae eacojpa trois ou quatre fois Ies lavages» ea 
ie Bialaxaat dans Teau tiide. Ce uanale est entiteement iden*- 
tiqae par sob aapeet et ses prepri^l^s ebimiques ă eehii qai se 

<!} L»Mf«>«a palf^KlM la digUaliB*» si l'o« a'a pu l« laia de •*€« ga* 
naUfy aila Irrite fMrttaeat la «eMbtaot muqasvfle et pm? oqae aa 
awfanaait iasappefUbleţ lei yeai m aeiseaieot ^sleaieBl de son 



t 



6t lOURNALftDI CHIMIB kAMCALBi 

Separe spontaD^ment. Od isole la digitaline de Tuii ou Tautre 
de la maniere suivante : 

Pour chaqae 20 grammeş de tannate humide (1^, mis en 
contact pr^alablement avec un peu d'eaa tiMe, on ajoute 
10 gouttes d'ammoniaqoe : Ia dissolution ne tarde pas ă avoir 
lieu par Tagitation ; on l'^tend de i^OOO grammes d'eaa \ on 
Yene, dans ceite liqueur transparente et \ pea prte sans ac- 
tion sur Ie papier de lournesol rongi, un excis de solaiion d*a- 
c^tate plombique neutre ă 20 de densit^ ; Ton filtre ; si Ia li- 
queur n'^tait pas entiârement incolore, on y ajomerait une pe- 
tite quantitâ d'ac^tate plombique basique, et on y ferait passer 
un courant de gaz carbonique. On ajoute ensuite un peu de 
sulfate ammonique, et, le d^pât de plomb s^par^ par la filtra- 
tion, on sature la liqueur par un excte du mame sel ; ia digiia- 
line se pr^ipite en l^gers flocons blancs aprte quelque temps 
d'agitation. On precede pour le reste de Top^ration comme ii 
a ixh dit d^jă. 

La digiialine obienue ainsi, est parfaitement blanche et d'une 
grandepuret^. 

Digitaline moiifUt. 

J'indique, pour tenniner Textraaion de la digitaline, quel- 
ques autres niodes ă Taide desquels on peut Tobtenlr, sans 
UToir recours & la pr^cipitation par le sulfate ammonique. Si 
ces moyens, par Ies r^suliats qu'ils donnent, sont sans avan- 
lages sur ceux que je viens de d^crire, ils prouveront, au moîns 
d'une maniere Evidente , quelles sont Ies modiflcations que 

(1) Lorsque ces tannates tont conserrtfs filasieurs scmalnes aous l'eaa, 
ils perdent leurs adb^reDces poisseoBes et eiigeot ane plus grande 
qaantU^ d'ammoniaque pour te dissoudre : ii par alt ae former, dana ce 
eas* de racld<{ gallique. C*eftt aaua donte aprts une transformatien 
semlilable, opârte dans lea feuiUes de la digitale probablenient tieillief 
que Weldiog a recoBim la pr^aence de cet acide. 



ra VHABIIACIB BT BB TOZIG0L06IB. 69 

cette tnbslaoce subit de lapartdelacbaleur, au mUiea sartoot 

d'nne liqueiir rendae l^g^rement acide. 

On dissoai Textraii obtena de 500 grammes de digitale dans 

2,000 grammes d'eau ; on verse, dans cette solation, un eicte 

d'ac^tate plombique neutre ; on filtre ou fait passer dans cette 

liqueor encore coior^e un courani d*acide suifbydriqaejus- 

qa'â entiâre pr^cipitation du plomb ; on filtre de nouveau, on 

tfapore aux trois qiuuis cette liqueur, on y ajoute une petite 

qoantit^ d'acide ac^tique $ la digitaiine se precipite qoelques 

joors aprâs,ou de suite, si Ton chanffe, sous forme de petits gio- 

boles ol^ginenx transparenta : en cet ^lat, elle n'a rien perdu 

de son amertume &cre,et elle ressemble aux principes imm^ 
diau d^hydrat^. La cnicine possâde ce caractere â un haut 

dq;r^ (1). La digitaiine qui a subi cette modification ne se dis- 

8out plus facilemeut dans Teau i Talcool devient son meilleur 

dissolyani ; apris son ^vaporaiion lente, ii la laisse comme 

confos^ment cristallis^e. 

Oo peut obtenir aussi cette digitaiine, en traitant par le 

r (1) La cmicime est nne sabsUDce amire, intense, d'nne sa?eur franche, 
cristaUisint ea belles aignîlles blanches» soyeuses, qne J'ai ddcon?erte 
Ci 1837, daas lea feaiUes du ehardon hinit^ et dans toutes Ies plantes 
laiftsde la oombreuse tribu des cynaroc^phales. 

Ut fenSlIes de memantke oontiennent ^alement une substanţe quI 
tbeanooap de rapportssTec la cnicine, par la manile prompte atee la- 
qoelle elle se desbydrate an moyen de la cbaleur et perd la propri^t^ de 
cristaUîser. Cette substance, que j*ai isolăe pea de temps apr^ la cni- 
dac, jonily comme elle, d'nne savenr am^ trte prononc^, maia diff^ 
rcate,et qni rappelle Ies feuilles dn trefle d*eaa ; elle cristallise en lon- 
giei alfttilles ramifldes & ^lat satina d'nne grande blancbeur. Ces cris- 
tei, examina ă la loupe, se distingucnt de cenx de la cnidne par la 
■aaidre dont ils sont groop^. 

DiBs nne note particulidre, Je ferai connaltre, bient6t le mode d'ex« 
inclion de ces deox snbstances f6brifqges, appelto â remplacer un Jonr 
^ alcalia da qninqaiDa, 



ntaM noyeB le tSBBaie digitatiqiie prealableneat dissMis 
comme ii a âte iodiquti d^jă. ComB|^ celle feoluiieo est d4* 
poarvae de matiire e&traciive, ou peut, uoe fois ddeolerdepar 
le plombi r^vaporep Jusqu'ă pFeaqne %\Qc\ti i la digiiaUne ap^ 
paraţi sans qa^t soit n^esaaire d'ajoutev de lucide, la liqveur 
eu coBlieal assei pap la decesaposiiion de Pesete de eel plom* 
biqiie. Ce sioyen eo donae pep, on en obiient davaatage aa 
disaqlvani, daqs l'alcool fatble, ce laBoale, ipaitaat par le sel 
plembique, fllcraai et soumeaeat au gaat aufbydriqae* 

Ob l'obiieol eaeoHi irto aimpleaieac ea ajoulaai ii la şelatiea 
pea tfieadue de t'exirait^ uoe quaBtiti 8un«aaie cţ'aeide ao^ 
tiqae : le ţaBaaie digiiallqae ae pnioipiieqaelques teaips apreaţ 
OB le lave et ob le dissout daas Talcool, pour le traiier comnie 
ii est dil ci-des8U8. 

La digitaliBe est fortemeat aeiive ; ob pent esp^rer que la 
m^deciBe troavera deas soa emploi, ă de tris pelitee doses, des 
avaatages certaias sur Ies Teuilles de la digitalei doat Ies effets 
soBt queiquefois iBcoastaou. 

Quetques eşsaiş m'oBt d^nioiitr^ qne Ia digilalioe aj^t n|or- 
tellsmPD^ m le^ apiipaţjx, k {9 dose de 1 decigr^ioime, lorşque 
l'flmpbag^ eat Ue, D^ai te fsan ppatraire, \fi% vomiş^eaieaiş 
frâqueats qui oat ou lieu, expiilsaat, ea pariiOi la aubaiaaee 
toxiqaOi l'animai peut se p^tablir en quelques jours. 
Ewamen chimique de la digitaline, 

Je aedooae que leş propri^t^s princîpales de ceitţ sobstsince 
aoiţvpll^, le jLemps m ni^aauauţ ppiir m faţre oae ^tw4^ piui 
dteadue. 

Ladigitaliue est aeutre, azel^ (1), fasible, aoa volatilei 
chauffăe sur uoe iamc de plaiiae, elle food, se colore et se d^- 
compose ea repaodant dans l'air des vapeurs aromattqoes qi|i, 

(1) Li prteDce de Faiote fat consulte 8or de ia dî^tallae prteiplt^ 
fâf H m\M$ sodi^as tfHeuri, 



ii l^pppodM d'nn oorps eo igaiUoo, brftIeBi B?ec um flamme 
MaBcke, ftiligiaense ; i| reste ud charbon iuisunt et l^ger, qui, 
april aan iBeiDaraiioB, ne laissa aucan r4&idu. 

La digitaline est îBcrisialiisable, elle se pr^seDte en maaae 
inofipkfi (raoaparante et friaUe comise lea r^aiaes, se pdduiaan t 
beiimeBi en poadpe, inalt^nihle k l'air, d*iine aaveur amife , 
acre vris prononc^e. 

Uean diasent la digitaline en toata proponien, eependant 
die ie posside bien eette proprldld qu'autant qu'elle n^a polnl 
fM liimoditcationa qui ont iii signaltea. L'alcool opdiaaire 
ladissoat facilemcnt, l'alcool aţ^olnla dUaeni ă peine, Nther 
]nrae|adi6aotttpaa« 

L'acidetannique mis dans une seludon aqneuse de digitaline 
h precipite ; la liqaeup bl^pcbe qnl en r^lte laisse apparattre, 
q9elquş« instanţş 9preŞ| de^ Qqcqiiş YPluniineu)^ qiţi, eu se ţiu- 
DisşaQţ, fonu^Qţ qqe p[|a9se mollai ^mţir^^i tr^şp^ir^pte, de l^t 

coqiisţ^nce de Id poU- Cetie co|Dl)ipsiisQp, p^r sa ş^venr^iţ^^rţi 
asiriQgentei rsippelle 1^ deux mbstaoceş qui w\ servf 4 M 
formation ; elie en diffi&re n^nmoins par son peu de solublUt^ 
({ansTean. 

Ce tannate, â part sa puret^» eşt l'gn^logue 4e celui qui eţiste 
tont form^ dAoa la digitale, 

L'ac^tate ploipbiqqe basique precipite la digitaline, sj Ia sor 
Ifltion o'eai pas tfop ^tep^ner ^ac^tate neutre ne la pr^Qi- 

Si Ton a})andonne ă upe douce temp^raiure» ijaus pi) v^rftl 
<^4ven d*np papier seuleaţeqt, ane şoluUon ătendae de digk- 
tdiae dans Teau pure, e|le preqdţ aq boqt de plusişups joupai 
ODepdeqrţrte ^Igr^able de counţ^rine} pţas Urd, elle r^paa4 
lout i la fois r^râme de la connţarine et diţ laurier^amandier. 
^r^nt ceite r^ciion , oţ roxyg^ne de Tair paratt iniervenirt 
^ K|prs Popppa }»imfŞf W parşişşeni 6fr« 48 li ^şW»^ 



73 lOCBKAIi hUL CHIMIB mAdICILI , 

line modifi^e^ se d^posent ; quinze jours aprte, Todeor mixte, 
quoique moins suave , eiait encore appr^ciable ; la soluiion , 
devenue Idgiremeot acide, n'avait rien perda de sa saveur ftcre, 
amare. 

Les acides faibles prăcipiteDt lentement, eD la modifiant, la 
digitaline dissoute dans Teau ; par la cbaleuFi Taciion est im* 
mediate. 

Les alcalis caustiques, ^tendus ă la temp^ratare ordinaire, 
agissentsur la digitaline plas profond^ment que ies acides ; Ia 
savear am^re disparatt; en satarant la liqueur , elle reparat t, 
mai» chang^e d'une maniere appr^ciable. 

L'acide azotique et Tacide sulfurique dissolvent la digitaline 
avec coloration rouge sombre. 

Acide earbonigue. 

L*emp1oi fr^quent de l*acide carbonique dans les recbercbes 
que j'ai faites sur la digitale m'a donn^ Fid^e de Tappareil que 
je yais decrire; je pense qu*il sera de quelque utilitâ daos 
les laboratoires,etant, par sa disposition, toujoursprât ă fonc- 
tionner. 

Du premier flacon destina ă scrvir de reservoîr ă facide, part 
un lube ă Textr^mii^ duquel est fix^ une petitebouteille form^e 
par Ia jonction de deux Teuilles de caoutcbouc. Une vessie rem- 
plirait la m£me indicalion. Un second tube droit, ă diamitre 
assez large, et qu'on ferme avec un boucbon, sert k i'iniroduc- 
tion de i*acide. Un troisîeme tube enfin, plongeant jusqu'au 
fond, se rend dans le second flacon , qui contient le roarbre ; 
Textremit^ de te tube est courie et rentre librement dans un 
tube plus large, ouvert des deux bouts ; ce tube a pour utilite 
de conduire Tacide sur le marbre, teul en ^viiaot Tabsorption; 
un sypbon place ă cdie de iui perniet, sans demonter Fappareil, 
de retirer le chiorbydrate calcique ; les deux demiers fla- 
qons contiennent de Teau» ils sont destin^s au lavage du- gaz. 



ra FHARMi^CIB EX BB TOXIGOLOOtB. 7S 

Uappareil Iote, ii suffit de comprimer la petite bonteille pour 
porter sur le marbre Ia quantit^ d*acide qn'on juge o^cessaire ; 
apres chaqiie pression , le gaz qai se produit sert d'abord ă la 
Rfflpiir, eo sorte qu*on peut la faire fonctionner autant de fois 
qo'on Ie d^ire. Pour retirer la liqueur calciqne, on produit un 
peude gaz ; la pression exerc^e sur le llquide aoiorce le syphoo. 
Uappareii ne se demonte que pour mettre du marbre. 
Furtfieaiian du sulfate ammanique grii. 

Le salfate ammonique qui convient le mieux ă la pr^ipita* 
uoo de la digitaline est celui qui provient des usines â gaz ; ce 
sel, a pen pris pur et blanc, ne contient que des traces de fer; 
ii ne possMe point, corome celui qu'on obtient des matiires 
aoimales, Todeur infecte de l'huile de Dippel ; une legare odeur 
de benzine le caractărise seulement. Ge^sulfate, qui se prepare 
alaYilletteet ă Yaugirard, ne coate que 53 fr. Ies 100 kilog* 
Rieo n*est plas simple que sa purification. 

Od fait dissoudre dans Feau froide, jusqu*ă saturation com- 
plete, 5 kilog. de ce sel ; on ajoute ă cette solution 250 grammes 
de Doir animal en pondre fine ; aprâs quelques instants d'agila* 
tioD, on filtre ; on yerse ensuite dans la liqueur parfaitement 
incolore et mise dans un flacon, 250 grammes d'ammoniaque ; 
on agite fortement ; Ia liqueur devient opaline et l^girement 
ocreuse par la prăcipiiation de quelques phosphates et du fer ; 
onlaisse en contact pendant vingt-quatre beures; on filtre et 
OD mpore la liqueur jusqu'ă siccil6 dans une capsule de porce- 
iaioe : cesel,purifle ainsi, est d'un blanc de neige parfaitement 
prlîe de fer et pulverulent, comme ii le faut pour la digitaline. 
Qoaire parties de ce sel se dissolvent dans cinq parties d'eau 
îroide. On peut purlQer par Ie mame moyen, lorsqu'il n*est pas 
trop impur , le sulfate provenant de la d^composition des ma« 
tiires animales ; l'huiie empyreumatique se fixe en pârtie aa 
Aoir, et le reste s'^happe par l'^vaporation. 



7& lOomHâii Mi euM» «foieALt) 

■ ■ ■■ ■■ -^ "' '■'■ ■*— " 



ROTI ftlTR BBUK 1IOVYB417X UiTAVX DiCOUTBRTS DANS LBS 

TANTALITfiS DK BAYliRB. 

M. Henri Roee a coasUi^ţ par ua eiameo approfMdi de oca 
nln^ranx, 411HI exisiaii dana ceaxHci deox actdea Bat^talliţues, 
doBt Vnn resaemble beaucaop ă l'acide tauuliqiia netlrd des 
tantalites de Finlande, ei l'aatre en diffirant aoas ditert rap* 
ports. Le nom de nieUum^ Aitbfi de celui de NioU^ fille de 
Taniate} a iii âonni au m^tal de cet acide 1 el eelai d*aclde 
nioUşue ă sa combinaisen avec Foxygiue. 

Le milal qui a eid rencoalr^i dans le premier acide« a M 
iitigfki sous le nom de Pelopium^ de Pelopsi L'acide nio^ 
bique, qut a iii particuliiremeal ^udi4 par M. Rose, res- 
semble ă Tacide litanîque $ calcin^i k Tdtai d'hjrdraie^ ii perd 
son eau, prdsenie le phdnomtee d'igniiiea, en preaani uae 
couleur jauoe, trte proooncdei qul disparaţi par le refroidisie* 
meni. Cei acide fenne» avec Ies alcaliş, des sels selnblea, d*ou 
Ies acides pr^cipiienl l'acide niobiqae k T^tai d'hydraie biaac. 
Eniyeutaat k un solutum de niobate de sondei aigulsd d*aoide. 
cUorhydrique, nne infnsion de noiR de faUe» 11 sy fomne aH 
pr^cipit^ jaune-oraogtf tMic<> tandis qne, dans la laninlate de 
sonde, ce reacUf prodnil un prtfcîpil^ jaune dair. Le Gyaaare 
da fer el de potassinm, %ouid au mtoie ael acide, ddierasiae 
tm ffMpite' raug9 irds prooonce. Uoe lame de sin« preci- 
pite dn lantalate de sonde rendu acide par an pen d*acide 
snlftiriqne, de Tacide unialiqne en flocons bianes hydratds, 
landis qne le m£me m^tal occasîonne nn prdeipUd bien^ q«t 
passe an bmn dans le niobate de sonde* 

Le perchlorure de niobiuB| pnipard en laisanl paaser da 
chlore sec sar nu melange de charboa ei d'acide niobiqne, esl 
incolore^ mfuHbU , et irte pen ToUiil $ ii absorba le gas am^ 
Boniaque sec, ei fonmii nn cUornre donUe qnl^ chanMi nair« 



M raâmMn «T MB MiioeLeeii. ?• 

dt| ea w dfSconpesaoti et ddnne ane povAte nolre^ t|iii est IU 
ni$imm m^Uiqiie. Ce flernier, la?^ et ^ichi^ br&le atee 
igaiiioD, quaad on le chaoffb li fair, et se change en acide nio^ 
iMţoe bhDC) L'aeide asoiiqiie ei Tean regale ne raiiâqueBi păs 
■iaeâebaad» mato ii est dissoos par ub niAange d'adde 
Miqae et d'acide iaorhydrtqne. (CeirlpM rendni de tAt^ 
imie 4$$ Seieneei i 9 dieelnire i8M.) J. L. 

sea k*i(eTi0iv i>u tiiAAWii. 

hml lesoarpe ^iii pessddent le plasde prepriMs ohiniqaes^ 
(tdoot Tanifâ est le pltts Npandu dans M artSioa deit pleter 
le daiiioti. Ses prepri^tfc phystţdes seat tstes bted ooniiaes } 
itb ses proprIMe chlmlqaes ne le aeat pas ^neore aaasi 
Meu, MIgri iăe tHivau itapel*ianu des chlinisies moderato i 
Dvitties prot>ri^iâs ne Mens seni doAc pas d^teil^i et ii i^esM 
«leore iMancMp ft Mre sui* ki rtfaciioiis qa*il exerce sar tes 
eor{»iilrf«llqiie9 et iMMitetlIqlii's. M. Gheraliier tlent de slgnA* 
Ier ttiie)M^e(irteid Impeftanteda eliariN)ii,e'estsoB aeiioa sar Itl 
sohMas iMItllhiai». 0^ chknttte â remaiHinii que te cbarboa ea 
{MrsI, a sMiNi IM inătlM^s d*Mi II etaR it« e!itrait> ^Mi pine 
M moins apte ă s'emparer de divers oxydes constituant Me 
^ I bassft miStătttqnBS ; qne rette di^inposition âvait Ifen â 
froid (fttts c^rtaîii^ tâ^ , itaite qtk'elte te if^îsait plbs ilsipideteeAt 
iraide de la dâtfen^-tiM des ^ki& d*ăpt)ticaUon avaient 
M faitSy et qu'on a reooftittl, f^ e!fceittptei que l'eau de flenr 
d'Mia|e^ dn cemnierde s qni cehtient des sds de plomb > pânr 
nnte de sa coAaerriMieB dans de^ estăgfiofts dtam^s avec de 
TMa mtli 4e filomb « pent Mre t)rlT^e de ces seh par l'emploi 
Ai charbon t pov cela, on n'a qn*ă la meitre en eentact aTOC 
dn charbon animal lav^, ă apter ă plosieurs reprises, ă laisaer 
(Kpoaer et ă Shfer. 

Oeite ţfrafMiM Au «Iwboa M e^mpatrer dei MydM iMtah 



16 JOOBNAL DB CHIM» lfiM€ALB; 

liqnes a d& , dans divers cas de chimie jodiciaire , dit M. Che- 
yallier, 6tre la cause d'errears : eo effet, dans un grand nombre 
de cas , ies aateurs imposent l'obligation de d^loreri par le 
charbon , Ies liqaeurs dans lesqaelles on doit rechercher des 
sels m^talliqnes, qui sont snsceptibles d'6tre enlev^ par le 
cbarbon. Cette indicaiion de Temploi de ce corps existe noa 
seulement dans des ouvrages anciens, mais dans des oavrages 
rteemment publife : lă on trouve la preseripiian farmelle de 
Meolorer par ee eorps des Uquidei dans Usquels an doU 
ddterminer la prJsenee d^un sel de plomh ou davtres sels 
mtftalliques. La publication faite par M. Gheyallier doit faire 
proscrire cette prescription formelle, puisqae Temploi da char- 
bon donnait lieu ă la pr^ipitation des m^taux que Ton voulait 
rechercher dans Ies iiqueurs d^color^es. II est prpbable que 
M.Chevallier coniinuera lesessais qu'il a d^ă communiqu^s i 
TAcad^mie des sciences , et qu*il s*occupera de Taction du 
charbon sur Ies autres sels m^ialliques , tels que ceux de fer, 
de cuivre , de zinc , de mercure , d'arsenic , d'antimoine, etc; 
puis de Taction de ce corps sur Ies alcalis orgaaiques. Ces 
recherches peuvent » selon nous, ayoir une grande impor- 
tance. L. D. 

• 

▲NALTSB CHIHIQUE DE ]>BUX CALGULS ViSlGAUX, EXTRAITS 

DE DEUX ESPiCBS DE TRIONIX ; 

Par M, Lassaigne. 

Calcul urinăire extraii de la vessie d^une esphee de irio^ 

nix de Fj^me'rique septentrionale. 
Ce calcul ^tait oblong, de la grosseur d*ane pistache 
moyenne. Sa couleur ^tait jaun&tre , son poids ^uit ^gal 
â0«'-,7S0. 

Sa denslt^^ compar^e k celle de Teau , ss 1,780 (teoip<!ra- 
ture -f ^ centigrades), Sci^ dans le sens de sa iongueuri ii a 



M <nAKHAClE XT M TOXICOtOG». 97 

ţrisetitiiy ii son centre, une plaque a^sez dure, qni, d^gag^e 

par le froitement , avec nne lame de canif , de Ia matiire s^di- 

menteasequi la recoavrait, ^tait jaane-verd&tre d'un cdt^, et 

d*DD blanc-nacr^ de Tautre. Uq fragment de cette plaque , mis 

daDs un verre de montre avec de Teaa acidulee par Tacide 

uoUque, a produii une vive effervescence, en se dissolvant eu 

pârtie, laissant one^miitiâre jaun&tre , transparente et molle^ 

qui s'est en^oite carbonis^e aa fen , en r^pandant l'odenr des 

maijires animales brftl^es. Examin^e au microscope | ă ua 

grossissement de 150 fois, cette matiire organique a pr^- 

seot^ ane structnre lamelleuse et celluleuse. La dissolution 

ttDdqae s'est un peU troubl^e par Tammoniaque, et a foami 

eosaite un pr^cipit^ blanc, pulverulent , assez abondant, par 

foxalate d'ammoniaque. 

L'aspect de cette matiire , et Ies reacţiona cbimiques qa*elle 

aoffertes, semblent dămontrer qu'elle provenatt des d^bris 

fone coqnille , etqu*elle a dft, en cons^quence, servirde 
Boyau k ce calcul v^Ieal. 

j^nalyse'de ta maiihre ealculeuie. 

i* Une portion de la sobstance calcnleuse , chaaff^e ă la 

lAmme dn ehalomeau» dans nne cnillerde platine, noircit,en 

repandaat Todeiv amoioiiiacale des matiires animales briii to| 

et iorsqv'on Texposeensuiieăla flamme oxydante, elle blancbit 

ttos cbanger de volume» etsans ^prouver ni ramoUissement» ni 
ÎBsion. 

2^ L'acîde azotique , itenda de son volume d'eau, dissoat 

bcîiementy ă froid , la substance de ce calcul , en produiaant 

ane l^re effervescence; une portion de cette dissolution, âva 

poree â siccit^) laisse un r^sidu blanc-jaun&tre, qui ne prend, 

â aucaae ^poque de Tăvaporation, de couleur rouge pourpreiy 

L*acide si^^iqu^., en agissantsur une portion de ce calcţi ^ 

la transforme ea un magma blanc qui se dişsouţ wsuite dana, 

3* sta». 11. 7 



UQŞ sttflBsaate qoantiie d'eau froide; rammoniaqiie , ajoui^ a 
oelie dissolulion » y d^ierDiine an precipite blanc, gâatioeux, 
de pbosphaie de chaux, et la liqueur surnageaBie , filtree , se 
trouble ensuite Hgirement par Toxalate d'ammoniaque. 

V Le solutum de poiasse causiiqae est sans action sur Ia 
substance de ce calcul , ce qui denote ane l'acide urique oe 
fait pas pârtie de ses el^oieotSi et confirme la conclusion 
qu*on doit tirer de la non coloration en rouge de la dlssolu- 
tion azotique , par son evaporation ă siccil^. 

Les essais prec^dents nous ayant ddiDontr^ que ce calcul 

^lait formă principalement de pbosphate de chaux uni k une 

petite quantiiă de carbonate de cbaux, et ^ une matidre orga- 

Dîque, nous avons entreprîs d'en dâterminer lea rapports 
par les moyens ordinâires. 

II răsulte de des exp^riences , qne ce calcul est compost i 

saToif : 

r Phosphate de châux • . • 64,70 

2^ Carbonate de chaux • * 1540 

8* Matiire orgat^ique et ea^i 20,20 

^^^^^^^^^^^^^ 

100,00 

Carienx de comiaicre k qul dut de aaiiinilofl 8« tr5atilc la 
phosphate de chaux retM de oe calcul , nous en avons AU IV 
Aalyse, aftn de d^terainer dans qnel rappoft eiistaleni la 
ohânx et l'acide phosphoriqae. Le moyea que bms afOM em* 

ployă, a consistă ă dissoudre une certaine quantită de ce 
phosphate sec, dans de Teaa acidniăe par la plus pedte pro- 
ponion d'actdechlorhydrique, et ăprăclpiter toute la chaux 
par roxahite d'ammoiiiaqoe. 

L^otalate de chaux qui s*est formă par cette răaction , re- 
cnellli, cafeina et transformă en sulfate de chaux anhydre , 
nof^s a indiquă la proportlon exacte de chaiu qnl saturai! P«f 
dde pfaosphoriqne. 



I 



M »9iEXACIK n n TOUCţLOOIt. 79 

Cette expdrience» faiite avec soio, nous a appris qae ce phos- 
phate toiţ qonipos^, s«r 100 ptnies» i% i 

Acide phosphorique 5S,&7 

Chaax.*. 66,13 

100,00 

Ce Ml caleaire diShre dosc eMeniiellenieDt du eone^boş- 

pliate de cbaox qni existe dans le Ussa osseux , mais ii se rap- 
proche beaucoup du phosphaie de cbaux neutre, tel qne 

M. Berzeliusen a ^tabli Ia composiiiou. Ce phosphate, cn 

coDsequence , serait forme de deux atopies de cbaux et d'un 

atome d'acide phosphorique (Ph' O , 2 Ca 0). 

Cafay/ exiraii de la veaie de la irioniw spini ferue du 
fFaioih (jStaU'Unis d^Amdrique). 

Ce eskieXy de la grosseur d'an ceof de pigeon, un pea aplati, 
m btee^jauntoe k TexUrieur* et blanc k Tint^rieur } II est 
mipoai de conobes eoncentriques qui ii'ont qu'une faible 
•ir^UoD 9 ^ se riduiseot faciiement en potidre. Aucuo 
corps iiraoger Q'eo forme le noyao \ quelquee d^bris de co- 
fDiUages ODi M ooastat^s dans Ies coucbes Ies plus superfl- 
oeHea. 

Lopoida de o# o;dc«l entier iuit de le^^^dM. 

Sa deMitd diaîi de » i,875. 

Sooirfa A rwalyaei ii a doiuid 

Vioephaie dechau*.* .»«**.«.••• {6,19 

Carbonaie de ebau ..*•..•,•«*.«.. tfik 

GarboMte de magadsie #••««.••.«««. 1,10 

Qnarte eD petiis grai «a iranspafiMa. &,76 

Sala idcaUna et BMtiire erganiqoe solublea. « . 1^91 

MatMre orgiBiqie iBseliiUe* «••««.««. 11,00 

auMdîtd-»«*««*«««« •«.«•<• #««••* 20,00 

100,0* 



80 lOWNAL DB CHIM» Utixtktti ' 

Les calculs sur lesquels nous avons op^r^ , noas onl 6t6 
remis par M. Ie professeur DoyernoiSy membre correspon^ 
dant de I'Acad^mie royale des sciences, qui les avait ex- 
trails des animaux rapport^s de rAm^rique par les soias de 
M. Lesaeur, nataraliste distingă^. J. L. L. 

DUL0N6. 

La nature quoique f^conde en prodiges, se montre cependant 
avare de ces g^oies exiraordinaires destio^s ă reculer les 
boroes des sciences , les enrichir de faiis importants et leiir 
imprimer une marcbe nouvelie. 

Tel fut cependant le chimiste câibre dont nous reproduisons 
ici les traits. 

Dolong naqyit ă Rouen, le 19 f^vrier 1785. Son enfance fot 
peu beureuse, car daus un &ge tr^ tendre, ă peine ayait-il 
& ans 9 qu'ii devini orpheiiD et qull fut abandonn^ presqae k 
des mains ^trang^res. Aussi , doit*on croire que toates les 
briilantes qualit^ dont ii fit preuve furent son ouvrage. 

La vocation de Dnlong se decela pendant qu'il se livrait ă 
des ^ludţs scholastiqiies ; on le vit se iivrer avec enthonsiasnie 
ă i'^tude des sciences, et ses progrte furent tels qu^l fut admis 
ă r£cole polytechniquci dont ii devint nn ilhve des plus distin* 
gu^s. Sa sant^ , compromise par bn excâs de travail » le for^^ 
cependant d'en şor Jr avânt la fin de la deaiiinie annte* Ce tal 
alors qu'il se livra avec succâs ă P^tude de la botanique et de 
la m^decine. U fut re^u.par Berthollel dans son laboratoire i 
ii y flty dâs 1811, des exp^rieoces d'un haui intfr6t. 

Reţu docteur en m^ecine , ii exerţa pendant qnelque temps 
ceite profession dans le douzi^me arrondissement. Dans son 
exercicei rien n'^gala Ie z61e qu'il apporiaii k soulager les paa* 
vres, si ce n'est son desinieressement et sa bienfaisance. 

Frappe de ce qu'il y avait de conjectural dans rapplication 



.^^"^ 



deFarlde ga^rir, ii abandonaa la prjiiique de la m^decineiţQur 
se livrer k Tetude d^ sciencespbysiques et chimiques, scieoces 
fa'il eDrichit de ses travaiuu La chimie avait poor Dulong iia 
auiait irr&iatible : cet aitrait resulial t de ce qoe par la^ prailqaa 
decette acienceon arrivenonsealemenţărexpUcationdespbd* 
Booiteea naturela, mais encore parce qu'elle donne lieu k la Car- 
matioD de produtcs aouveaqx , produila qui peavent 6tre appii* 
qaiSf atilesou brillanis^et qui peuvent eai-mâmes deyemr lea 
iostramenta 4a ddcouvertes ulterieures. 

Dolojig pnblia d*abord sod beaa travaîl surla d^eotnposififin 
muimette de» $elt inioluhUâ et dessefi soluiiesţ ii Tul bieoUit 
odTî de la d^coiiverte du etUorure iazete (1), compost dâ- 
tonxuai des pios dang^reux, 4}jai 1q prîva d^ua cbU et de deux 
doigis de la maia droUe^. Malgrâ ceue mutilaiioo i Aulong 
B*eii cOBtioua pas moins ses rediercdţes , surtout celle sur liţş 
combinaisona de Voşygine,apee hfhoephore. II fiţay^i^.con- 
niAtn Tacide hffpaphaephorewf ; îl trata Tbisioire /des pro* 
priiies de Vaeide hyponitrique , si mal c^nnu jusqu'alţrş 5 ii 
todia ensuiie Vadde ojtalique , Ies eompo$ie de'ionnantâ^ , leş 
Jmregazj ele* ; ii s'^ccupa eo ouire d*iiae foule d'autres eţp^* 
rieoees qui sont du double dpmi^ine ,de la pbysiqne et de li| 
cidaiie. Duloog ne borna paft:lâ ^es âttidesi ii embrassa ţel^ 
de toBies Ies sciepiţes exaeies. Personue « dii M. Arago 0. fţeu$ 
fbiâ de $4UHnr qu^ luiţ,persnnne n^en a fai$ un plus brilfanţ 
uiage; eee magnifiquee iravauof resierani ^/emme dea mpi 
iUe$ de MagaeM^ dewaoţUude'ide pdn^tration etjde pq/^ 
tM«f . CdiigiU y fl^ojate N« €beTre9lii 149 hefuf^^nj^ dnUnefU gaur 
le ioepir^ Aueţm§ eoieneei 4t.A(,.T^dp^rd^ ne lui ifait 
Strângere; it lee n»^ iofUee e'iwfideş.i 

(t) Roas croyoiM ihitifi d^^aeler id nkktaqvLÎăit^t» tratanx de Hu^ 
loiig;B9fu fţţ^aojw, ^coţos6n's~4'ei|'par1eî^^ comoie chimiste. Aiodt 
Mitnfaasaar U Tspeur» sar le caloriqii€ţ^.^coii4eUe»^i^ll|lea^,ţţc|^ 
*^ |iaa ^ ramrţ 4a la phyilqae. 



âi IMUfifi BB CHIMII MiblCâtt; 

tMong y mk professenr 4e chimie k lieole wjA€ d'Al» 
fort (i),ne tdrda pas k V%m k cette m£me £eole poljrteehafqm 
dom ti devint, plus tard. Ie dlrţcteur des tii^des. II fot aasal 
seoi^taire perp^vel de TAcad^mie royale des sclences , place 
honorable dool fi se d^mit. 

Noarri iir^ole de nilastre BerthoHet, DalOQg senblalt 
avoir b^ritd des bfillantes qoalh^ de son maUre : II aoctteiliail 
tout le tBOdde aree one bonid admlrable , el cMmMHif qsalti 
sans nulie r^serve, Ies frults de ses tastes eonnatssances $ daas 
ses conrs, II 6talc dair, precis et mdthodlque ; II ne Ytsalt Ja- 
mats k reffet , mais ii instruire. Car, ea chtinfe , quel eac le 
miirite de plaîre auprfts de ceini tfintdreseer e ki phras^logle 
qui (tarfois Bous ^Mouit, ne serit q«'& oadier ki panvreiddes 
faits et H st^rUlttS dea pensiîes. Aaasi > Ies 4Mves taf tnoa* 
traleikt de l\tttachement|<de la ocMifianoa ei um rtaooMiaaaBce 
sanabdnies. Sa probit^ ^It talto4]piYI rtipeciA ttMj<Mm ^ fwk 
ifOiM ârertfpule , Ies droits de eeui k qni une itriorliri tiSiH due. 
ii regrettalt que le vaste champ de iVibservalioa fut soui^ H 
tb^ătre des discussions haineuses ^ losfieiura naisibles atit pro^ 
gras des seieaoes. Tont , en Dafong, montrait rhoraoie de Men, 
rhomm^ exeelleni, rhomine probe et dMoifreas^; II <talt Im* 
j^osfllble d'Atre plui modeste el meHiettr que lai. Atee qoelle 
rd^ielhre H a'^tprlmalt sur ses travaax^ et atee qaeHe blenvefl* 
lance ii parlait de ceux des autres ! Jamals an mot MeoMiit iM 
soni de ceite boncfae qol a Mt oonnaltre ei propaga tani de 
grandes viSriuis. SI son defoir le farţak quelqaefbia k qnelque 
Jugeneat s^v^^ 11 eâ <taii aillig^ , aibrs sa fxwaelenee ei IV 
jttour de la scieace toient en- hitie a?ee ta feontd iaatttrelle qol 
adoucissait ce que la criiique pouvah avoirde tropMier« 
. X>tt(ong teoai^ par Ies pliiş ^lu şţui^enirş k cette îooîe pol^- 



; ' ■■ ■ ■ ■ ■■ . ţi. 



(O Notr^ coll^ue U. tăUkiţtie | rettiplâc^ iMilbag â^s U cbsirs 
M e&IjDkiie ds rscole d^il^ 



7 



DB niHVÂClS ET Dl TOXTCOLOO». 8S 

tediDFqiie qiii acceuillU son enibnce ; W Tălmatt comme ane 
mire aime son fils , et II s'en occupatt comme un bon p^re 8*oc- 
eiipe deces enfants. tJn deshommesqui ale mieux connn cet 
excellent bomnie, tt. Ârago, a dit de Tui : ^vee dei deh&ri 
fMd$^ ee savant iUuttre avait le cmur le plus affectueux , 
kplus aimani; e^Aaii le meUleur mari, le pere le piue 
kndre^ Pamileplue iUr; jamăU un sentiment de ja/ousîe 
n'efllewra sa helle Ame. Dalong Ait atteinl , II y a ptusîeurs 
lOD^, d*oiie gasCro-ent^rite qui fit crâlndre lon^temps pour 
Ks joors; depuis, fi trafna une vie languiss^nte ]usq)i*au 18 
juillet !8S8 , qtif fut le dernler jour de sa vie. 

Par cette morf, le monde savant a 6i6 priv^ d^un physicien 
calibre /d\iii des plâs habiies cbimistes, la France, d'un de 
ses meilleiirs ctioyens , d'iib^ homme de bien , qu( r^uiiissait 
aaidons Ies plus ^lev^ du g^nie^les plus pr^ieuses qualites 
du coBur. * ' ' 

Dnlonga latsa^ plilst^urs fils et une veuve sans fortune.' 



• 'i' 



u: 



Â. 






l( . . • * • ' • 



• Iii I • 1* ' ••^^^'' «» < .11 



/ 



Toici eneore on'aecâ iaits qiii, maiheureusement, ne gue-- 

••I»» 

riront pas Ies gena cr^dules de leur conflance dans Ies charlâ*' 
Uns. Ia dame A...^ propn^taire, rue du'flărley, ^lait affect^e 
depoisloiiigitâMps â^un'cancer'au sein ; Ies hi^decins 'd^cid^rent 
qv^one lÂb^iiâtiofi ^âlifVi^cessăîre; mais'redoutant dese son- 
iMtM keitte (io«lfdA-)6ii«e opdrarion, la dame A... pr^f^ra snp* 
pMer sotf Mflr^t^ sAIr Ies cons4!q^en<;i^. Elle ^tart dans ces 
AqKMitIMÎI, lor^'MAAMliii'pâHer de IHiX.., (fui aVitlt fMt , - 
disait-on , des cures merveilleuses dans le trattcttient de' 
MMIetMflMiblilfr i'lfl «iemie. Teul AiiMf^ i IVspefr 4*iAi6 



prompte gu^risoa , elle ne prit aucujie information ec alia 
ţrouver Thomoţe qui devait lui rendre la ^nte. 

Cel indîvidu ^taU abseni lorsque lad|ime A... se pr^senta 
chei lui } sa femme seule s'y trouvait ; el lorsque Ia malade eut 
expliqu^ le but de sa demarcbOi Mme Xm. lui rdpoodic quela 
pr^sence de son mari etait inutile , puisqu'elle ^tait au courant 
aussi bien que lui de ia nature du remMe. 

La dame A..» ne recula pas devaut cette ebjection » el se li- 
yra & la science.de ce docteur d'un nouveau genre. Cette femme 
lui flt plusieurs incisions dans le sein malade, etlui appliqna 
ensuite un emplătre. JUa dame A..., pm lieu d^âtresoulagee, 
sentit bientdt son mal empirer, et trois jours aprâs SOD^ leimr 
ă Paris, elle expirait en proie i d'atroc^s şonffraniBes. Sa <a- 
miile, informa de ce qui s'^tait pass^ , ^ d^nonc^ le fait i la 
justices on analysa r^mpl&ure apposi par^Mme X..., eţ on re- 
connut qu*il contenait du sulfure d'arsenic. Les docteursOlivier 
d^Angers et Yernois oot ^le cbarges dejaire fautopsie pour 
s*assurer si c'est par Teffet du poison que la dame A.. • a suc- 
combâ , et ils ont detach^ du cadavre le foie et le sein qui doi- 
vent âtre soumis, & part, ă iine ândiysettuniiqoe. De son cdi^, 
la'jnstice informe contre ceunjui ont administra ce remMe 
violent; et un măJ^ci|y(ui auraitprâtâ l'9D|pyi^ji%son nom pour 
en assurer le d^bit, se trouve, dit-on , compromis dans cette 
grave affaire. . . 






PRiSENCB nu CUIVRB BAlf S LES . OBGANBŞ D^N .PP^MB BMPOl'^ 
SORJKi PAR l'aBSBNIG.^ EXPj^ICATiaM;.DB CB FAIT^ 

Pans une analyse f^ite iYşoddme pfiţ-i|M^£a}Ş4Hl, ffişsy 

et.Chevallier, du corps du Qomm4.Qog^i las eiperts consiar 

torent dans les orgpinfp extraHii dp^d^nev.ţt de»ne«iC; el 

des traces.de euiyre. ;', . / : • b » : • ' • • 

i ^in d^i9| 4ev«iil iles «Bfiişes de fit<iift^ki;iwwi')de Jtodfir 



DB, »BAftlUGIR BT pB K0XiCOI.MIB. SS 

leDce do caifre trouvâ dans le cadavre fiit Tiy&it : Pun des 
iocolpâ ddclara qne Hogu avait dft p^rir par Tarsenic qui 
mit iii administra, mais qu*on avait, avânt de tenter de 
Tempoisonner par Tarsenic, faitnsage da vert de gris , qai Ta* 
Tait rendn malade, mais qai n*avait pas d^iermin^ ia mort (i). 
Ce dîre de l^incuip^ expliqua la prunce du cuivre dans Ies 

organes extraits de ce cadavre. 

t i ■ I 1^ 

IMPOlSOKNEIfBIfT PAR LES CHAMPIGNONS v£n£nEDX. 

Le 81 decembre, la femme Ricbe ^tait appelăe devant la 
coor d'assises de la Seine , pr^sid^e par M. Zangiacomi , sous 
riDcoIpation de Tempoisonnement de deux enrants que son 
mn avait eus d'un premier mariage, et de tentative d'empoi- 
sonnement sur un troisiâme enfant provenant du m£me lit. 

Linstruction et Ies d^bats ont fait connattre que la femme 
Biche avait fait 'manger h ces enfants, un ragoât de champi- 
gDODs v^nâienx qu'elle avait ramass^s dans le bois de Yin- 
ceoiies. Par suite de ce repas, la fille Marie-Josephine, &g6e 
delO ans, expira au milieu de violentes convulsions; ii en Ait 
demime, mâis plas tard,de son fr^re E'douard, &g^ de 8 ans; 
qnant k nne autre peiite flUe, aussi ftg^e de 8 ans, elle declara 
qo'elle avait bien souflfiert^ et qu*elle avait beaucoupvomi; elle 
itaasd connattre comment Ies champignons avaieni iii ăotk" 
D^ i sa soeur et ă son f rare. 

La femme Riche a 6x6 condamn^e ă 15 ann^es de travaux 

SE LA PROHIBITIOIC DE l'aRSENIG. 

Lavente de Tacide arsenieux peut-elle £tre probib^e d^une 
maniere absolue sans inconvenient pour la m^decine et Tin- 

iosirie? 

(I) Os ttomjt aoasi des trac^ decai? rle 4*qs Ies or|ţaD«9 de peraonne» 
V>>a'«at pi«.4tdcaijiglaQOBte if$ţ le cţiivre. Ifoos TenoiUy^eMaTeaii, 
^ ţoMtatar ce fiif. 



Telia eBt Ia qoestton grave qui eecupe eu ce 'raonieiit QM 
commiflsioii sp^iale appel^ ă Ia r^sondre. 

Les int^r^ts de la medecine ei de Piodustrie n'^iaient pas , 
selon noas , Ies seals k consid^rer. On eAt dft ajouter : Et sans 
avoir i redouter que cette prohibldon n'exeite ă la recherche 
de nouTeaux agenta plus secritement raeurtriers, le g6iiie 
malfaisaot de rhomine capide et haineux ? 

Quelques consid^ratioos joiotas k cette deroiârei Qoas ont 
port^ ă croire qu'il serait ill^gal de proscrire ii jamais l'arseDîc 
des mains da mMecio , de Tiiidustriel et de Tartisie. Malgrâ 
Ies redpuubles effets de Tarseiile comme poisoo , beaucoup d9 
m^decios recomioandables n'oot pas crainc de remployer 
contre plusieurs affections, ^nire autres Ies maladiea de Ia 
peau , Ies engorgeoienis scrofnleqx. Ies fiâvres iotermiueiites » 
eic.y etc. La plupart des cures n'onţ it£ publi^es par leurs aa« 
teurs, qa'aprte des annăes d'obsenratioo , et aucun d*eax n'a 
par la saitet remarqui aucane l^sîon orgaoique cbez ies siyeu 
gu*il avait trait^s pios ou moios longtemps par le terrible maia 
«alotalre agent. D*un aotre e^i6, on salt que dea amis de llm- 
manlt^ d'one part , et de Tantre lea aatagonistes dea «aţeom 
de cures par Tarsenic, ont public que, trait^s par ce m^<* 
cainenti Ies malades devai^nt s'attendre k tratner un reste 
de vie languissante ; qu'ils avaient reinarquâ cţite m^catioa 
presque ton|ours suivie de pl^hisie ou d'inflanmaUoQ chro- 
nique de restomac. Nous ne pourrions pr^tendre ătablir Josţ 
qu^k quei point Parsenic a iii pi^cieux pour ies premiera , el 
quel degrâ d'exactilude porte Tassertion des dernlers. Nous 
sommes seulement convaincuqu'en prohibant I*emploî de Far- 
seniCy on paralyseră le zk\e du praticien laborieux, sans, peut« 
£tre , voir dinvnuer Ies cas de phtbisie et de gastriie chrbnique 
atirlbote ii Tarseftic , ei qui pouvaleM iire dues k une foule 
(Tf utres cAuses demenrCes inconnues k fobservatieur* 



M PHAlllf ACIB BT Bl TOXICOLOG»; 87 

Les mMecios v^t^rinaires font une grande consomniation 
facide arsenieox , surtout daos le traitement des bfites ă laine. 
Eooore qnlls remploient ă d'enormes doses, nous igoorons Ies 
cas oa eox ei Ies proprietaires des troupeaux aîenl eu ii regret- 
ier Temploi de cette substance , soit par Ia perte des bestiauxi 
uit par IlDsacc&s. Ici, le m^decin el Ie proprietaire d'animaut 
nalades iroaveraient ill^gale Ia prohibilion d^uoe substance 
qa! letu* ^tait ntile. 

Onire ces deux considârations qui nous semblent reclamer, 
poar Ies bommes sages et eclaîres, la libert^ d'employer Tacide 
tfseoieax, Ies artset Hudustrie, qui, dans une foule de cas, 
soBfriraient d*en fitre priv^, n^en r^clament-ils pas aussi Ia 
Teite|{bre,niais legale? 

Le demîer moiif, enfin , qui nous feraît trouver pios qu^n- 
itilc le besoin de problber d'une maniere absolue la vente de 
rancDîc , serait le besoin în^vîiable o4 seraft reduît I'esprît 
cipide oa haineux de d^couYrir de nouveaux agents inorti- 
fees. Ne Yerrions-nous pas renattre des Borgia , d^s ExHî , des 
Siiflte-Croîx, des Brinfilllers et leurs siecles de douloureuse 
Bemoire. Ih ne seront pas plus tdt ă roeuYre, que, au poînt oik 
ttesi h sclence , leurs recherches, bientdt couronndes de 
»«48 , Ies rendront plus redoutables que Ies empoisonneurs 
fa temps pass^ : et que fera le ISgisIateur alors pour arr£ter 
teprogrfts d^m mal que sa prudence aura faît nattre? Et, en 
*i, tous Ies min^raux presque aussi aciîfs que Tarsenic , ce 
P»d nombre de Tig^uux , plus redoutables que lui par Tob- 
8«wit< qatk lalsseralent dans Ia constalioh du crime, ne se- 
fAnt-ns pas autant d'armes dont l'assassin pourrait se servii* 
*»«c pios de chance d*impunite? Sera-t-il difflcile aux nou- 
^^ alchtmisies de d^couvrir Ies propri^tes du pavoi, des 
*^Ddes»deseuphorbiac^8|du laurier cerise et d^une fonte 
''*iWt<|^Uax7NQUs vendons cbaane jour Ia noix voiniaue 



88 JOUBITAL DB CHIMII h£dIGALB| 

et autres substances pour la destraction des animaux noisi- 
bles. Encore qae noas repondions d'ane maniere obscure i ceax 
qui Ies emploient, lorsqu'ils nous demandent si elles seraieut 
poisons pour Khomme , n*eo doutons pas , lorsque Tassassio 
sera sans espoir de trouver de rarsenici ii saara bieniât 
qu'une arme perdue 11 peut eu retrouver miile. Nous sommes 
si convainca qu'il peuten 6tre aiusi, qae nous ne doutoDs pas 
que le cyanure ferroso-potassique ne fixe, avânt peo, Tatiention 
de rhomme ă criminels projels^si Tarsenic lui est ravi. Cet 
arsenic lui-m6me , que sera-t-il ? un objet de commerce clan- 
destin par le profit quMl oflfrira aux secrels d^tenteurs. Tous Ies 
colporteurs de remMes» eefle'au trop iolere de la socieU^ qoi 

4 

fournissent toutes sorles de drogues aux habitants des cam- 
pagnes , Ycndront tout aussi illicitement Tarscnic qae tous Ies 
soi-disants remedes compos^s qa'ils d^bitent. Oh ! si Tautorild 
connaissait comme nous Taudace de ceue dasse d'hommes pios 
redoutables poor la societ6 que le cbarlatan mame » elle com- 
prendraic que de quelque coup qae soit frapp^e la vente de 
Tarsenic , elle aara toujoars liea tant qa*une police severe ne 
inettra pas fin ă la vente clandestine et illicite des drogaes. 

A part rimmense tort que quelques classeş 0*honorables ci- 
toyens en ^prouve, on ne peut que g^mir sar le mal g^nâ'al 
qoecaase llnconcevable tolârance qui, chaquejonr, enhardit. 
et fait accrottre le nombre des vendeurs de drogues simples et 
composees. Pour s'en convaincre, quelques recherches feraieot 
ais^ment connaltre que sur cent cas d'empoisonnement par 
Tarsenic , qnatre-vingi-dix ont iii commis şans gn'il f(kt pos- 
sible de consiater Tachat da poison dans ane pharmacie. De 
cette simple reflexîon , ii est ais4 de conclure qa'ane bonne 
police m^icale et la loi rigoureusement observee , sont toate 
la garanţie voulue pour la soci^te^et non la prohibîtîQii d*nae 
des miile armes lev^ contre elle, et qui ţoii^ţeş pe^veot lut 
Urt Inoiensives âussitAt que Tautorite raoni voulii. 



M PBARMACIR BT M TOXICOLOGII. 89 

Aiasi y comine quelques uns de nos confrires , nous ne de- 
fflaodoDs pas que la vente de Tarsenic soit d^fendue ă tous ; 
maisi avecle plus grand nombroi nous ddsirons ardemment 
qn'elle soit de nouveau r^gl^e et r^serv^e ă des mains sages et 
devouto i rhumanitâ ; qu'au pliarmacien seul soit r^serv^ le 
droii de Ie livrer ă la consommation ; qu'il ne pnisse en d^Hvrer 
sans qu'ţa pr^alable ii n'ait 6i6 , par lui^ colora et rendu sa- 
pide, comine beaiicoup de nos conf râres et nous le faisons ; qu'il 
fi'en ddljvre & qui que ce soit ă moins d'itre dtUnent autorisă par 
raaiorit^ de sa commttoe k en faire la demande ; qu'il exige la^ 
legalisation de la signature du certificat si elle ne lui est pas 
assez connue ; qu'il inscrive , exactement et sans retard^ cba- 
qae Tente snr un livre ad hoe , et fasse signer Tacheteur, ou, k 
debut de ponvoir le faire , qu'il se fasse assister de deux ii-^ 
Boiosjque d^claralion, sinon d*une vente, mais de plusieura 
diQson delai prescrit, soit exactement remise ă l'autoritâ lo- 
cale^ que le magislrat qui recevra ces d^claralions en tienne 
actey ainsi que du certificat qu'il aurait lui-m£me dâivr^^ 
eofio , qu'une forte amende ou peine soit reserr^ et appli^ 
queeiseloo la gravita du ddlit^ ă qui aura vendu ou poss^d 
de rarsenic sans avoir rempli Ies conditions voulues paria 
M appel^e ă r^gir la Yente des poisons. 

Disons, en terminam» que si nous n'avons jusqu'ici parl^ que 
de Tarsenic, c'est que lui seul a ^t^ designa k la commission 
qui doit s'en occuper ; maîs nous ne comprenons pas inoins la 
Becessită de regarder comme poison toute substance k qnel- 
qo*ordre qn*elle appartienne, lorsque, employ^ k qnelque 
dose possible, elle pourrait (roubler Ies fonctioos vitales ; aussi» 
tontes doivent-elles £tre , comme l'arsenic , assi^dties aux 
ntees mesores de police comme poisons. 

Lesprogr&s de lascience ayant consid^rablement augmenta 
lenombre des poisons, une liste exacle en deYiendra n^ces* 
taire ; nous en laisaons le soin k l'administration l^gislaii?eJ 



90 JOU&lfAIi ra CHWIB MiDICALBi 

Qa*on nous pardonne la s^v^rit^ de notre diciion coDlre uoe 
mesure qui ne sera peut-£tre pas adopţie; an sentiment d*bu- 
manit^ et notre conviciion nous Tont seuls dict^e (1). 

Chambon » le 16 decembre iikk. Y. Lbgup. 

lUR LA POSSIBairK D*A»PLtQUtll tS POTASSltm A LA 

CAOTt&ISATIOBr. 

Dans nne c^nyersation qne nous eAmes avec M. Dam^ril, 
tt sitant noos entrednt de la possibllitâ qa*ll y aurait de fatre 
utfir le potassiam ă la cant^risatlon* 

Ayant depuis r^fl^chl sar Tidie Urnise par ce savant profes- 
senr, noas avons pense qa*il serait bon (Ten dtre un mot, dans 
un joamat scientiflqaey et de flxer Taitention des praticlens^ 
qui , seuls, pourraient faire usage de oe produiti et fiiire con* 
naltre sa valear et son utilit^. 

Le potassiam ponrrait servir & tâ caot^risatlon, dans Ies 
kdpitanx > et surtoui dans Ies hdpitanx oA Pon reţott Ies tini- 
f lens ; Tusage de ce m^al ponrrait ikire disparattre Ies fen st 
lei faumeau»9 destina k la cattt^risatiott> inscroments qoi 
frappent Ie malade de terreor. 

II oous semble que Ton pourratt, ă l*aide du potassiam et 
tfinstroments destin^s ă son appplicatlon , porter, sorlepointi 
caatMser, le mtel, qai , rencontrant de rhumidlt6« s'enlbuiH 
merait et brtUertit, en prodalsant TelTet qa'on attend d*ua 
cant^. 

Le potassiam pourrait toe rMnit en de petites lames qu*oa 
dteonperait, poor le disposer d'one maniire convenable â 
eette appilcation. A. C 

(1} Les obserratioos de M. Legrip noua porteot A oooicUler de asa* 
TCau de colorer et de readre taplde rarsenic. A. C 



t: 



SB PBABUAai ST OB T0XIG0I.06IB. f t 



toctftri n mAvoyabcs. 
La Soci^c^ de VrivojMce de< phannâcteDS da d^pariement 
de la Seiae B ters^, i titre de aecourSi bux maina de MM. Ies 
Baires de Paris, pour âtre i^pariis entre ies bureaux de cha- 
rite de la viile , la somme de douze cents francs, provenant de 
eoodamnations obtenues par ellej poar la r^pressloo de l'exer- 
dce inegal de la pbarmacîe. 



lOUULB D^im BBUiOB CONTBE LBS Mâtt DB DENTS (1). 

Brizei Jtifwentian deeinq ans^ aceord^ au sieur Claro 
{4ugutiin\ Ueutenani au 7* lanei$r9^ lei% mar* 1839. 

Pr. Liqueur d'Hoffmann 6 parties 

Extraitalcooliqued'absiDlhe.... 2 parties l/i 

Od preod de la pierre ă fasii, en poudre, on la fait rougir 
a fea, et on verse la liquear dessas. On met ie tout dans un 
nse de verre que l'on ferme herm^tiquement. 

U faat, avânt de se servir da rem^de^ agiter fortement la 
booteOle I et la tenir queiqnes instanţa dans la main, pour ti^ 
fir la liquear. 

Oq îmbibe un peu de coton» on Tintroduit dans ia dent ma- 
bde , aossi pr^ du mal que possible ; si le colon ne pouvait 
i\n iatrodttit dans la dent, ii faut se servir de ia barbe d'ttne 
plome ou d*un pinceau Impr^gnd de Hqueur ; et on passe sur 
b pârtie douloureuse. 

Ifou iu MMaeieur. On voit par fa description de ce bre^ 
Tet qQ*il £tait facile de se rendre possesseur d*un medicament 
breveta , puisqu^on dâivrait ces breveta saBs examen pr6a- 
Urie. 

(I) cnia ll^MBr CSI Mite ^i pertMt la BMB Au» M ttun. 



91 lOmiRAL BB CBimi MfmCAtB,' 

lUXIR ARTIBILIEUX DU SI£UR iTIENHB 

(Joseph-Brano), de Marseille. 

Brev0i d'invenHon^ de cinq ans^ en date du iSJuillei^ 

dechuy par ardannanee du roi^ du ISjuillei 18&8. 
Pr. Rhubarbede la Chine enpoudre.. 50 gram. 

Ipdcacuanha en poudre 25 » 

Safran oriental en poudre 10 • 

Scammon^ d'Alep en poudre • • . . hS » 

Jalap en poudre 150, • 

Denxî^nie ^corce |de sureau • • • • • 12 » 
On fait macdrer pendant quarante-huit heures dans : 

Eau-de-vie i 20 degr^s 3 kilogr, 

Prenez ensuite : 

Sucre raiBnd ^ • • • 1 » 

r 

On fait dissondre Ie sucre dans une forte d^coction de roses 
p&ies , on clarifie avec un blanc d'oeuf, on fait cuire en coo- 
sisiance de sirop que Pon mile, apris filtralioUi avec le pro- 
duit de la maceration.! 

Cet Elixir purge tras bien, ă la dose d*un verre ă liqueuTi 
pris pur, ou ni£l^ avec 2 ou 3 onces de iait d'amandes sucre et 
aromatisĂ; pour Ies vieillards, la ^ose est plus forte, ordlnai- 
rement, d*un verre ă un verre et demi. 

BISCCIT8 fBR&UGUIBUX. 

Formule du sieur Cellier (fieorges)^ i ParU. Brevei din^ 
venihn^ en date du 8 octolobre 1840 , d^ehuş par ardan- 
nanee du raif le 15 juillet 18A3. 

Les biscuits, pour lesquels le sieur Cellier avait pris un 

« 

brevet d'invention, se fabriquent avec le sous-carbonale de 
fer : le n* 1 contient 2 grammes de ce sel» pour douze biscuits; 
le n» 2 en contient k grammes ; le n^ S, six grammes ; en sorte 
que chaque biscuit devait renfermer 15, 30 ou 65 ceniigram. 
de sous-carbonate de fer. 



DX MAUf ACIB R Bl llbncOLOGlE. H 

MLAOteS AaABIQUES COMTRB LA TOUX. 

Brev^ ttiiwcntioHj de emq ai|#, dilivf^ au sieur RosAii 
{FOis), JUehu le 15 juiUet \ikl. 

Pr. Gomme arabique choisie 1 kilogr. 

Sacre blanc en poadre • 8 » 

Beojoia en larmes • • • 1/2 » 

On fait digerer le benjoio rMuit en poadre, dans de9xktlo-i 
gnmmes d'eau de footaine, oa filtre ă travers un papier non 

« 

coUe, oa verse, sur la gomane l^girement concasa^, im litre de 
ceite eaa satura d*acide benzoiqoe , et fortemeot aromatique. 
Oq forme i froid un mucilage fort epais, auquel on incorpore 
Ie sucre, en poudre tras flae. 
Oa forme uoe masşe trte consistante, on l'dtend aur nne 
taUe de marbre, et on la divise, ă Taide d'un couteau> en dra- 
gee$, d^^gale groaseur, que Ton fait s^cher ă Tătuve^ 

MORT DE M. PREMPAIN. 

Uq des condisciples de Vauquelia et deLaugier^ un modeste. 
pharmacieD, qui avait eludie avec ces savants, et qui avaît 
aide Yaoquelin dans Ies etudes auxquelies ii se iivrait, pour 
Kquerir des connaissances que sesparents n'avaient pu lui 
bire doooer, vient de lerminer sa carriire. 

Noel-Franţois Prempain], ancien pharmacien ă Argentan , 
^ deceda, le 12 decembre 18&ft, dans cette viile, &g^de 
^iunte^ix-neuf ans. 



rAI.8IFIGATIOm. 

tot LA PALSinCATION DBS HUILES ESSElfTIELLSS PAR L^HCIUB 
VOUTAB DE TftntBBNTHIffE. MOTEN DE LA RLGONNAITRE; 

Par M. Mero^ de Grasse. -' - 

Lesfliilaoges qui se font impun^ment avec Ies builes essen- 
2* siRiB. It. S 



f6 jrOimVAt. BB eSlMIB MiMCAU, 



DB LA ROn BXISTBRGE DB l'aBSBIIIC DAKS LE BLt 

GHAULi A l'ARSBNIC. 

Dou^ , 26 decembre 18&&. 

Monsieur , au mois de juillet 18&S, j'eus rhonneur de vous 
adresser une leitre sur le cbaulage ; ă la fin de cetie leitre, je vous 
faisais part des r^sultats negatifs que j*avai8 obteaus en recber- 
chant si Ies graios provenant de semences cbaulees avec Ta- 
cide arsenieux contenaieut de Tarsenic. Ty manifesbis aussi 
le dăsir que j'avais de voîr nos coll^gues s'occuper d'une ques- 
tion aussi ini^ressante. Piusieurs se sont, en effet, occupes de Ia 
soluUon deceproblim^, et, comme loujours, voire zile n'a pas 
fail d^faut dans ceue occurrence. Mais Ie nombre des expiri - 
meniateurs estbien faible eocore, et la questioo reste toujours 
ă r^iat de cootroverse. Yoici quelques nouvelles exp^rieaces 
entreprises dans le mame but. 

Le ble sur lequel j*ai experimente m'a etă foumi par un cui- 
tivateur qui ne cbaule pas autrement qu*avec Talun et Tacide 
arsenieuxi substances que je lui procure moinanAme en quan- 
tit^ suffisante pour chauler toutes ses seinences. La plante en- 
tiare a iii apport^e chez moi garniâ de la terre sur laquelle 
elle a v^g^te : je mentionne cette circonstance, parce qn'elle 
leve tout soupţon sur Torigine des grains soumis â l'analyse, 
et que Ies condiiions sont Ies mâmes que si j'eusse semi sur 
mon propre lerrain. 

J*ai donc op^r^ sur trois substances s^pardiQent : 

1*" Sur la lerre adhereuie aux suuches , 

2"* Sur Ies souches surmont^es de chaume de 15 centimitres 
de hauteur , 

V Sur las grains. 



ra 9HA&IIACIB BT DB T0XIC01.0GIK. 97 

Examen de la ierre. Une analyse rigoureuse n'a pas et^ 
bite, elle ii*^tait pas n^cessaire; îl iinportait seulement de con- 
9tăier ia presence de Talan et de Tacide arsenieux qui, par 
suite de ehanlage, devaienty exister, etj*y suisparvenaenasant 
(ks iDoyens ies plus siinples. 

1^5 gramnies de terre ont ^te trait^s ă deux fois diffi^rentes 
par 250 grammes d^eau distiilee booitlante; ^vapor^ apris 
filtration josqu*ă la r^ductlon d'un quart de son volume. Ie li- 
qaide a ^t^ ftractionii^ et trăite par le chiorure de baryum, Ie 
inchlorure de platine et rammoniaque^ qui d^notirent tris 
sposiMement \k pr6sence de VtAxxn, 

D*aatre part, )'aî fait bouiUir 125 grammes de cette terre ă 
trois repriseSţ eniployant cfaaque fdis' 2S0 gramnies d'eau dis* 
tfll^; Ies iiqnide^ riîunis, filtr^^Cl) et r^iduits par evaporaiion 
1 100 grammes, ont^t^ traversaşi |>âf un courant d*aeide sulf- 
iiydirique (2) josqu'ă cessation depr^cipit^. Le precipite re- 
eaeilli et s^ch<(, a i\6 Intrdduit avee un pea de flux noir dans 
nu tobe ferm^ pai^mî bout ; j'ai cbauflîâă Ia lampe â esprit de 
vin, et fai obienu %in annean d'ak'senlc mi^ialliqae, qui m'a 
servi k produire toutes Ies rfociions qui i;aracterisent ce metal; 

Je puia done aflSrftiiefy malgr^ que \e n'aie pas sem^ moi- 
mame, qne le v^g^tal sur lequel j*ai ta^vi a bien ^t^ produit 
par une semene^ dionl^e avec Palun et rarsenic (3). 

Examen de» iâuehes surmonte'e» deeh^umes deiS cenţi" 
netree de hnuteur: 250 grammes de soucbes ont ^t^ nettoy^s 



- (i; Bipicr Bersâlos, ti^aarpoKt^ frr6|vMsluble. 

, (a) Pf^d«il par Jia Iţ^ctl09r4^ Vac^cţ sulfurjqae ^tenda, sor le proto« 

nlfqi'e de fer artiflciţl, toiift4eax chijipiqaenieiit purs. 

(3) II est prolMblB qae U terre ^tait une terre siliceuae, car nona ayona 
TU qne Ies terrea calcairea dana lesquelles on sinie da bl6 cbaul^ ne 
f<ranili«eiit jpak d*âraeillc par l'eaa , tandis 4a*on en obtlent loriqo'on 
cttplofe d« rte^ «t «tt i|BUe« 



98 louENAt VE cnniiB nfeuiAii; 

au oioyen d*une brosse , puis incis^s et earboeis^s par fiO gram- 
mes d'acide sulfariqaa; Ie charbon cbauff^ jasqu^â skcUepar^ 
faiie, a ^le humect^ avecsufflsanteqaaDtiid d'acide cţiloro^oio- 
tique, dans le bai de sqruxyder le GomppM^ arseoical fiii 
exîstait, puis dessecb^ et trăita ă denx rc\prişeş p^r -r^li 
distiilee boaillaote. Le liquide r^suHant ^e Ig, SUratioa a 
don ne dans l*appareUde Marsh qnelqDaaţ tacbe» bnin^ sai^c 
eclat metallique ; dî^soutes par Tacide nîtnqqe, el|es oot 
produit, avec Tazotaie d*argeat, un pr^cipiiş jaune sate 
irâs peu abondani, et qui n'avait pas l^rs c^Rict^res dof 
arseniates. Pr^sumani que ces tach^s otal^qf doet ^ qiţet 
quea parties terreuses,qoe Ia brosse n'sviHl pţaş eolev^, J*ai 
repete Texp^ience sur nne Bo«ve|le qu^niit^ da soiiobes. 
Cetie fois, apres Ies avoîp brosadesi je \m ai wmi«#6^ k «9 
lavage avec de Teou i^g^rement potasste ţ^i ţbfmffito ^ 6f # 
evitant avec grand soin deiaiseev p^n^trer de Tfiaii damrîiK^ 
rieurdeschsumes. Le lavage n*a i|on^ M pratiqae qnV^ 
rieurement. Le reslede ToperatioE a^ţ4|Cq|idi|UconweQÎr 
dessos; seulemeni, pour plus de pr^i^Qii} 1^ ga?: p'a.dti 
^nflamm^ qn'apres avoir traversa une soluliou d'azoum «rgaa? 
tîque, excelleat moyeo de concentratian » comoe l'uidiqae 
M. Lassaigne. Cette «olutiop a M troubţ^ ^«me elle Fast 
ordinairemeoti par le gaa bydrogine pmt^muş rinflueoce des 
rayoAs lumiaeux dNbs§ oiais le pr^^ipiţ4o*a |^s dPW^de 
reactîoQs arsenicalesi et Ia porce|;iiiie ii!^ pasaţii t^di^pw^to 
oembosiien du gaa. 

Quelle que soit ia natura des taebMobttnucB daua la .pre- 
miere exp^rience, ou pteut afflrner qu^l^ont^t^ feurates par 
Ies parties terreuses adh^rentes aux sooches, et nonpar leS 
l^arjies constituantes du vegetal. Ce qui le prouverait^ cVst que 
Ies souehes, aprins ,^v/^ir ei^ tniqmieusemwt J^u^^oy^^s ^ li 
brosse, laissaient voir au mîcroscope dea-şaif iaa lamaa aiMk> 



tonta qui n^Aal^iit plus Ti9H>les aţ)f<f» le1avagii$i 'M i)ii''iim 
mnltitade de petites cavităa qui tie pmtoflateit pas aur tes ra-^ 
cioes avânt qn'elles aient iii iavees, ^taient trte appttfenie^ 
aprte cette op^ratloii. 

Examen de$ g¥a(nâ. Ceue pârtie de la plante dtant le i^kţgi 
riA de la question, j*ai dft ne rien n^gli|(er poiir arrii'er I tfii 
resnltat qiri ffftt la cons^aence d*une op^ration bien 'dlr!|;$e. U 
at presai q«e tm eaFbenlsattoflB mlfepiqoes kVaIr sotitbo^ 
jettes ă qnelqae d^pardhion par tirite de la disiillation des li- 
fudta et dala projection acnidenielie dat antidret. Fanr me 
Bettra ă IVibrt da catta olqeeim, jU ftiit ne carbonbatkmeii 
VMg clMt doat wici le dteil. 

J'al aonitf im' appareil coame pour l'diher i eofnoe , al^ 
kwfe et balloa, le teul termfa^ par nu petit iiaeoa k detHx ta* 
kalarea eomenam one solatlon d*a<otaie d'argent. Tai ftnrddtift 
danslaoormie l^OM gramme» de bW avec 90O graaiMeatfâ'^ 
cMe ralhiriqae. J'ai obaolK Jusqu'ă carbenlsatlâri ^ompl^i 
FtpparaU d^moat^ » J^al rassembld le etarbon de ia eeimae^lM 
eilqi progecA dane le eol et Ju»qae dans raliongei ces deax obăi^^ 
boasoat ini rteala i na trolaî^e, prodoitde la earboiilaatiMi^ 
i Pair , ds » kllofgrammes d» VM. '^ . 

Cea cbarboBs Mt M bamect^alif^e sufflsartlfe ^aadtlt^ d^ă» 
dde ehtoi^aaotlqM, pata d^Mii^wtrait^ ă deaa reprimea 
par raao dlatlMa boaUlaoteţ cea d^eeetris de ^barbotf om 
M faifrodaha daii9 un Ibfeon ă bydrdgMiavee kKqtrtde rt&mh 
AsBsidaDalalHMafrileHavItataMaiegttilff - >( "j* 

La soltition argentique contenue'daos le flacon qui terebloalt 
raipareil a itdteateaieat prtfotptidefw llieids salfateflir qM se 
Mgagaaii da la txtţvnm^ nala it^n'^ pas doosd de trahee om^ 
liealea, :. '1 p •., . 

Lea oDaclaaloUs da eelte noie soat t 

rQMlaaiflivaliis «i, depola le^gnes auadse^' amn eiiee^ 



IM lOUmRAL J^ CBIMUI liiDlCAU, 

neneds avec des graios chanl^ saivant la m^thode arsenicale, 
contieniienl assez d*arseiiic poar qa*il soil Cadle de l*isoler par 
ks mof eos connas ; 

3* Qu'aucane pârtie de la plante veniie i matorit^ ne con- 
lient d'arsenic, malgr^ qu*eUe provienne de semences chaulees 
ayec Tadde arsenienx. 

£ece?ez, etc. ^ Peltise. 

ava LB CHAiTLacB nir aiJ. 
• Aprte hoit anndes de recherches et d'eaaais comparaiifsy 
•eooodtf par Foffidenr concoors de plaatenrs proprMiaires de 
b contree, en vue de connatune la nmUenie aiethode k svint 
poor larchaulage da ble, j'ai atccssiveaen t employe la chaoi, 
l>ydro^loraie de sonde ei celni d'amnwnipc» le sulfate de 
aonda eţ le sulfate de cnitre. J*abrif{e Ies deiails el Ies ianttles 
fi^titiens que Jidcessiierait une serie^ d'expMences suîvies, 
gnî in*OQi aneai a reconţaitre qne de ces divers agents, m 
mni^le^faie de ewtvrt, poaaM^ eminemneni la propriei<S 
dedetroire opmplet^ent le chari>on, on carie dn bl^, si pr^ 
jndiduible k ragrlcnltnre^et k la saaiă pnblic. J'avais jei^ 
qnelques notes snr le papier, el me dispoaais ă vons Ies bire 
parfenir, ▼« qm Tepoqne de rensenMtteement des Ierresap- 
proche, lorsqae le Jourmmt de p h km ie miiihmh de ce moîSf 
de septenbffe, ni'est panrena« J*ai vu, avec nae vrale satisfac* 
tîon, qi|e M- C. Beffsard mVail pidMd^» -H. tniiA oe siqet 
beanconp mienx qae je ne rensaa Wu Gdtti lai aoienlrefr- 
dnes! >. 

^penset Monsieur» qn^ep.prdoonînM Cengiei de ce«o|eii 
4|nÎ9 saM 4tre nonveau, nlen eai paa «oiaa piMeax, oe serait 
rendre service h Tagriculuire et k Hînmanite. Moins qae tout 
antre, ii josiifierait nn abandon irrdMcU. II ne Bi*a jamais 
iaiUii nan plus ş^k bo^ nnnAre da prafridlavas k qni J« l'at 



Dl PHA&HACIS BT ]>B' TOXICOLOGIE. 101 

conseîll^. Le. sulfate de cuivre, presque ignore, ii y a dix ans, 
dans DOS cooţşees, y devient d'ua usage ă pea prâs gâiăral. 
Lachaux^donion usait beaucoap, malgr^ Ies plus faiblessuc- 
cksy est bientOt delaiss^e. La routiue pâtii devant le Oambeau 
de rexperîence qui dclaire un le.gitUHe progres. 

JTemployais d'abord 250 grammes de sel cuivrique par bec- 
toiilre de semence, mais le dăbours^ si mioime qu'il f&t, rebu- 
tait encore quelqaes iosoucianls; Je diminuai cette quaniil6; 
j(isqu*4 125 grammes ; la reussite fut la a)£me : cette derniere 
dose a prdvala, et snfiBi, en effet, pujsque je pourrais citer plus 
decentpersonnesOa propriile ierritoriale est ici extr^m^ment 
morcel^e), qui n'en mettent pas davantage, et obtienoent de 
bdles moissous sans nuUe tache de carie. J*observerai, n^nr 
moins, que danseertains terrains au le cbarbon est, potir aiosi 
dire, emdemiquef ii faudrait elever la dose jusqu'ă 200 grammes. 
Oa faii dissoudre le sulfate dans suffisapte quant it^ d'^au cbaude 
pour qae le bl^ soit bien mouili^. On le dispose en tas en laîs- 
sânt un creux dans le milieu, on y verse le soluium froid ă deux 
oa trois repriaes, en ayant soin de bien remuer, avec une pelle 
de bois, de la circpnference au centre, jusqu'ă ce que.loul le 
ble woii parfieiiiement impr^gn^ ; on abandonne le tout pour le 
sener le lendenMajn. Je partage voloniiers Tavis judicieux de 
M. G. Regnard^ qui prefire un cuvier appropri^ ă ce seul 
osage, mşiis, e^e petits proprietaires. Ies moyens Ies plus 
simples sont pr^^r^ lorsqu'Us r^iississent egalem^nt Jivec un 
pea plus de soin.. 

De ce que le sulfate de cuivre est un compost toxique, 
doit«on lebaa9ir4*ttiiemploi si utile, alors qu'aucune substaace 
connne ne peut rivaliser sea propri^tâs ? Je ne le pense pas : 
Taspect de ce selibriement colon^, sa saveur stypiico-canstique 
pi^tedifficilement k Terreur, et ne sanrai t se d^guîser assezpour 
deveniruu puissiiit anxiliaire du crîme. . . :i . 



IM lomuiAt BB mamn niBiOAit, 

II Mt m lacoDfteieiity Je dois le dire, qne je ii*bI pa eneore 
toialeneiit exiirper, ou i^otdl ao coopable abos entretesn par 
l*ai?arieedeqoelqiies Indifiint. Yolcl A qiielle occâsioo. 11 reste 
presqne loojoors an petit exoMant de Md saihtd qnl «e tromre 
sans emploi, mals qiie le ealUfaceur ne vent pas perdrt. Cer- 
taina Tdebangent eontre ane quantitd dgale d^antre bid k eeiix 
qni n'ont pas eneore aemd ; d*aatres le eonservent ponr ane 
aaire aaa^. II ea estqai le donnent ă ia YolaiKeQ'al aeqafs la 
eertiinde que ce {raia dianld ae leur fait aaoaa aial), maia ii 
est anaal des impradents qnl mdlaageni ce bId ă d*aatre et Fen- 
Toient aa aranlin. Je tlens d\ttk propri^udre aisd qae, par saite 
de plaies iaeessaiites et da la salsoa STaaefc, ii lai resta sans 
emflkn ea?iroa i hectolltre de oe bId toat prdpard $ II le mMa k 
t hectolltfes de bld ordiaaiM, et At manger k sa nsaBONivra tont 
le pala aa proveaant, sans qa'aa seni ladi?ida ea fit Ibcobh* 
Bodd. Je le blftmai comaie je le demis, et Ini fit eomprtedre 
Ies conseqnences ddplorables o<i peavait aboatir cette coupalrte 
impradenee. M als je sois fortearant persaadd, qa*ă Taide des 
reeomniandatlons que ne «lanqneront pas de fiiire ceax qal 
tlrrent ce toxique, eet abas ne se reprodnira plns. 

En rdsum^, je snis fondd ii cnoire qne le salllte de cairre est 
le meillenr prodait dont oii peot se serrîr petar chadier elB« 
eacement Ie bid ; ii le garantit da charbon dans Ies aiiatmes 
proportioas de 125 grammes par bectoHtre poar le terraia or- 
dinafre, et dans Ies terraia^ prMisposds ă le i^rodairei en dle- 
vânt la qnantit^ jnsqo'ă 200 grammes. 

J'ai, etc. ' AuxoL. 



GBAULAoa an nJ. 
La qaestioa da chaalage diaat de noofaaa agiide* aoas 
orojoos devoir ftiire coanaltre ies rensrfgaeaMBts saivaota , 
qai nous ont ^td adresads par Tua de nos coiUfaa^, M* Roa« 
când, pharmacien â Naolten-Magiioac (Haates^Pjrdades). 



Oa peoC trts bien se dispenser d'eniployer TaneBie pour Ie 
chaulage du bl^ et des autres c^ales. Ce toxiqae pent £tre 
remplae4 par divers $ulfkie$^ tels que oeui de euivre^ de fer 
et dfl $im , qai remplissent on ne peot mieai Iq mima ^oi. 

Dans ces coBtrdes que j*babite depais ▼ingt-deiix ans , ii se 
foii ane coBsommation de piua de A,0(H) l^ilogramodis d'arsenic 
poiir le chMlage dea grains chaque aon^ei et j*ai coDSiait 
qoe, sar oeat propri^taires » soiiante se serveai d'^raauio , 
fisgt, de sulfate de cuivre, dix, d^ <diaiix ^taîQta k laquelle ob 
iljoaie deiiE UlegvaoHnes A' urine ^ et Ies dix autrea» dea sulfa* 
ttt de fer, de aioe ob des ceadres du f^yer. f^eid h» iitmr$ 

Vproe^iU. Pr. Arsenic polv^ris^ 9§ gram. 

Oq Ie fait bouillir dans env Iron 80 partles d'eaB , oa 
I»i90 graomies ; puia» k Taide d'^oa petit^ braBcba de bnis, on 
aspsrge bh ii^^lolU^e de bla o% d>voioa, ele., ^leadiţ aur le 
tai ei 91*00 şfimw ^^^ c^^îtd , popr le biaa îmiregMr de 
Teaa arseak^ i îininediaiaiDeiit qq va le seaier. 

2* proc^dJ. Pr. Sulfate de cuivre (vUriQlbleu). 100 gr. 

Sap cbauda*T « t ^OOOv 

Oa proe^^e (|e |a piioie a^aiiitoe que ppar rarswie. 
S^ f99o44^v Pp- Sulfate de ciij^re , de fbr ou de wio. 
Oa pr^d rpii pu Tauire de cea troia sela ..... . 2^ gr. 

On te MidîaaoBdre dans eavireB 80 lltres d*eau cbaudeţ 
pnis ă hdde ie tamis ou de paniers, on immergeiea semedoes 
teslaaolQtioB, puia Pon sAme. Ordinairement, eetteqnan* 
M sBfBl pour ehaiiler Ies graiosi d'un petit mânofr. 

V proeMi. Consiste, ponr (i^rcaines personnes, k n^em- 
irioyer que la mame quantft^ deces sulfotes qiie d'arsenic, 
e*e8i ă dire, SO grammes ou nne pârtie sur 80 , erSO partiea 
'aaii ekauâe. ' 



.10& JOUMAL ra CHIHIB lliDICALB| 

$* proeddJ. Pr. Chaux ^teinte, enviroo 600 gr. 

Urine 2000 » 

On in£le Ie tout ă un hectoJitre de graio et on same. 

^* proeSdJ, Consiste ă m^ler environ deux kilogrammes de 
oendres du foyer ă un hectolitre de bl^ , et puis semer. 

Tous cesprociM^, usU^s dans c^pays, donnent de tris 
bons r^sultats. J'at essay^ Ies uns et Ies auires dans mon petii 
manoir, et je me suiş convaincu que Ton pouvalt abandonner 
fusage de Tarsenic. Aussî, toute mon activii^ et tons mes 
soîns sont'toujours employ^s ă persnader aux propri^taires de 
ne plus se servîr d'arsenic- Geux qui m'ont bonorâ de leur 
confiance, m*ont remercie des bons r^suUats tiu*ils avaient 
obtenus jfcvjec Ies sulfates, et de Ies avoir exemptes des dan- 
gers qui r^sullent de Temploi. de 1 arsenic. 

Malbeureusement, te plus Ifrand nombre d^s personnesde la 
campagne ont toujours de Ia d6fiance, ils n*âiment pas Ies inno- 
vationS) ri^n ail monde ne peut Ies porter ă cfaan^erleur ctaau- 
lage ă Tarsenic ; aussi Ie commerce de ce (oxiquâ se fait-tl ici 
d'une maniii'e eifrayante. 

Jamaisy jusqu'â pr^sent , on n*a remarqn^ que le \A6 cbaul^ 
avec Tarscoic ait nul au laboiireur qui Ta sem^. Itelativ^nient 
aux sacs ou toile qui ont servi au transport du* bl^ chaul^ k 
Tarsenic, ii estarrlv^ trtesonvent desaccidents^ suitesde Fi- 
gnorance ou de Ia n^gligenc^ qu'oo a'mise inei^int laver et 
bien battre ces sacs» avânt de Ies Mre servir atx trtnsports 
oud^âts deforine» ou autres substanoes martoives-,;: parce 
que beaucoup.d'arsenic restii iosoluble dans le U^su des toiles, 
se m6Ie i,. ces substances^ qui serventa Ia ; nottrriture des 
ţersonqefii : aussi ai-je vu pluşienrs fois des faqiifles.^tteioies 
d^.coliqiies el de vomissemeuts jpravesy sans piomoir dire d*oii 
venait ce d^rangement ; ce qui met Ie m^decin d/|nş Fenibar*- 



]>B PHARHACn XT BB TOXICOLOaiB. 105 

■ 

raS| sur Ie choix ă faire d'un remdde propre ă combadre ces 
accidents. 

Je poairais ' citer ane infinita de cas oii des empoisrane^ 
rneots se sonc commis volontairemeBt et iovolontaHrement 
dans ces contrtes , el ici mame : j'ai iii appel^ poor coneta- 
ter, aprte Tautopsie des cada?res , Ie genre de poison qu'on • 
anit donne ă ces persooDes ; et dans d'autres j k dooner de 
prompts secoars ă des personnes empotsoDD^es, 

Enfiii, charg^ des fonclions nmnicipaies , j'ai vu et C0DStal6 
cerudos faits d'empoisoDnement de volailles et d'autres ani- ^ 
Bau domestiques; j'ai su aussi que des accidenta graves 
K>ot dus ă rimprudence : souvenl Ie m^decin ayant ordoonâ 
desseis purgaiifs ouraf^atchissants, pour £tre fondus dans des 
tisaaes, eh bien ! ies gens de la maison contondent un paqaet 
d'arsenic avec un des sels prescrits » et Ies individus succom* 
baieot; et loui cela arrive par le peu d'importance que Ton 
Det ă Uvrer st facilement Tarst nic , et ă le tenir sous cl^. 

GăaeraiemeBt, Ies oflSciers de saat^ iSiabiis ou ii n'y apaş 
d'offîcîne ouverte, Ies marchands et ^piciers du payS|Usent. 
largemeat de Tart. 27 de la loi Uu 21 germinai an XI, sur la 
ţiiarmacie : iis ont chez eux, dans leurs magasins, des 
quaniites ^norines d'arsenic , qu'ils vendent sans se meltre 
es peine du danger et de i'amende qu'ils encourent, da- 
pfes Ies art. 34 et ZS de la loi prăcit^e. Tous ces d^bitants 
se Ibnt une concurrence indigne ; ils livrent Tarsenic ă |tput 
îeoant, au prix de 5 et de 7 centimes 1/2, le petit paqaet 
^ 30 grammes. Au moment des semeoces, au marche da 
dief-liea de ce canton, on voit jusqu'â trente personnes ă , 
la fois chez Ies dăbitants, aitendre leur lour, pour avoir 
aoe qoantite considerable d*arsenic ^ on voit mame. quelque-^ 
fois sur leur magabin, des ^criteaux annonţant la vente des 
irogues pour Ic ehaulage da grăim* 



Ei>fio, fD deraiere analyMi je ciierai ud bit dont Ies 
tribunaux ont retenti. « Ily a quelquesaoDees, un phap- 

malign m pronia aii aoriir de la niesM) daas dea corn- 
niiiDea voiaiiies i lif ii fii piiblier qve ceux qui voudraieot iui 
aebetar de ranenîo dif ise en paqoet de SO graaiaies, ă 10 
oeiitioieii qv'il ^lait la pour ieur en diairibner â Yoioate, h 
qoe dana la aemaine ils en iroaveraieoi chez Fofficier de 
sanie du liea, chea lequel ii en laisaait un d^pAl. II en veodh 
conslddrablement , sana 4tre mame muni d*un regiatre, tans 
diaiinetion de personnes. Grotsir le ddbii, YOliă touL L'au- 
torM localei soit par îgnorance, aoii par faiblesse, ne prii 
polai la BM>iDdre meaure de pricaoiion) aassi observa- 
t-oii beavcottp de petiies vengeances, beaueoop de volailles 
fareat empotsonn^es. Alorsi la coDnaiasanoe du Caii parvist 
* am ereilles du procureur du roi| qui se bata de pouraaivre 
le pbamaden ei Tofloier de sani<i dlstributeur d^positairs. 
II n'en r^nlia riefl, on relata ces deux indlvldoa, el Ton a 
loajours eru que oe rela&e <itait dA ă l'<normii< de PaoMade 
de t,000 Br.} ei dana le fait, on devraii la gfwbier* 

Ea 1885, dana ^ne răunion de pharmaciens de oe d^parte- 
aent, je ftia nommA cooimissaire avec denx de nea col* 
l^eSy ă reffet de rMîger uue p^tition el un mdmoire , 
dans le but de demander aux l^alatenrs une r^ialon de 
la lot, aftti d'am^iaref Teieroice de la phartnacle, et de d^ 
tralfe Ies libus qui la compromelteni. Ceue pAitioa el oe lae^ 
nolve foreiit imprimds ei adresai aux membres de li 
Qiambre ' des d^ut6s. II Ciait rortemeni qoeatlon de cei 
ventes de poisons; Ies choses en soni resides li, el Aoua aitea* 
dons louJuurs« Aussi Ies vrais philaniropes g^miasenl-ib dl 
voir un pareil relftcbement 

Je tous obsenrerai encore que tous Ies chanfarges aeraieni 
aasa necessii^, si Tagriculieur choisissait Men ten grainl 



bieo pur el \Am tormi^ ets*U avait le solo da le teitier sur 
n lerraiB de boniie nature, bien preparti el bien tnmi. 
Saos ce cas, ii n'y aurait jamais de charbon; maiS, 6ur Ies ter- 
raios maigres, Tatigues, mal prepares, avec pea oa sans de 
de bon fomier, ei sur lequel ou Urne du grăia de meuvatse 
nauirev te charbun arrWe GOfiscammeai ; puls las ioieaipdriM 
des saisons, Ies rayons d*uH solell ardent aprts nn brottil-»* 
Itrd, su moment de la floratson, sont d^ordinaire Ies causes 
qoi prodttisent le cbarbon. 

De toutes ces cpils^qtteoces que j*ai bien etndi^ea« je di**' 
dtre qne le obaulage par Tarsenic dok 4tre bttmi et inierdic 
Ptftout,ecjefai8desToeinL pour que Tarsenic salt reiir^ des 
BiîBs des marchands dont Tesprit mercantile est souvent la 
caose des maiheurs affreux qui desolent Ia soci^t^. Que Ton 
permeite seulement aux pharmapiens d'en avoir uoe tria 
peiiie quantil^ pour certaines pr^aralions toxiquss^ ălora ii 
} sBia noiiis d'^mpoison&eniwts* RovcaU», Phamscieii. 



:&e 



8ocniuAsaaiirnnQUB8KTExnjMTs bks JoeaiVAint nuuvQAts 

BT iniAlIGfiRS. 



SA0S: matisLAMMB. 

n CaaanmcE bb thAMB fluunr tmâ^ majol bt^bo-bulfurAbs bb 

UL CBAUIB BBS VYKttntWBr BT BAIUS LA BABaOIIIB ; 

Ptf M. O. HlIlIBT. 

U pr^MBcc da l'iode dans Its coafer? ts rccocUUs» an h^U^A'Mmwtt 
^4riâ,k Fidi^^et dtos oeUeft d« SainUMonorâ^ l'exUUooA «owi plat au 

■MU naDifette de ce priDCÎpe daiu fe« eaui ellas«>«idmea , a portd 
V. Henry & Ic chercber dans Ies eaux aalfureusea de la cbalne dea Pj-« 

Des cxpdrieDoea faites par M. Henry, U r^uUe ; 
1* Qae Viode se troave dana Teau aalfareuae de Cantereta A eâU da 
Ulimtni sul/ureuxf et probablemeat k Niai d'iodureţ 



108 lOOBNAL M CHIM» HfelCAlS, 

2® Qtt'il «n est probablemeDt de m^me poar toales Ies autres eanx sol- 
fareiues de U cbatne des Pyriate, si «nalogues eatre elles par leor 
compoaition chimique ; 

3^ Qae la bar^ine recueillie, tant aux Eaux ehaudes<iu'k Barzun^i 
Bareges tt k Cauierets^ a fourni aassi des traces sensibles d'iode; 

4* Eniliiy qae Talcalu coDsid^r6 par qaelqaes cbimistes comme carbo- 
nata dans ces eau, itaralt j Htt r^ellement, comme on l'a? ait dit d^jă, 
presque toat entier* k T^tat de silicaie. 

La pr^sence de Viode au nombre des priacipes minâralisatenrs des eaux 
sulfureuses des Pyr^ndes , principe qae M. Henry a reconno tout r6- 
cemmeot dans toutes Ies soarces alcalines de yicky^ d'Hauterive, de 
Cuiseif ele., ne peot*elle pas ezpliqaer qaelques aaes des propricit^s si 
remarqaables qa'on troave k ces eaax naturelles» et qae ne sembleraieat 
pas justifter Ies autres ^l^ments min^ralisateors pios apparenla Y Lorsqoe 
chaqoe jour l'analyse Căit apercevoir dans Ies eaux naţurellea des pria- 
cipes ^bappăs k nos devanciers, parce quMIs n*en supposaient pas U 
pr^sence, u^est-oa pas ea droit de penser que d'autres» sans doute, pea- 
Tent nous tehapper encore ? Alors, commeot poarrait*on T^rltablemeDt 
cbereher k ^tablir un paralizie entre Ies eaux naiureiits et Ies eaux 
prepoHes artifieieUtmwnt ? Contentons-nooa d*admettre oellcs-ci conune 
des medicamenta en gto^al tr^ otiles» maia gardon»iiona de Ies coa- 
fondre avec Ies eaax que la nat^are nons foomit , et diabore dans soo! 
taste laboratoire; car non seolement nous ignorons bien souTent U 
maniire exacte dont sont groapa Ies priacipes min^alisateurs de ces 
eaux, mais encore ii est qaelques autres ^Itoents» doods pourtant d'ln* 
fluenoe, qne la nature cacbe ă nos yeux avec un certain myatire. 



HIITOIBB HATUBBUiB. 

SUB LB CmmONLă. Cini.K2fSIS, 

■ 

.M. F. Lebeaf, pharmacien k Bayonne, a adressd des notes â P Academii 
des Sciences» sur One plaule originaire du Br^il, appelte chiroraa clu^ 
lensis, Gette plante, populaire au Br^siU^galementemploy^een Espagne, 
est prescrite dans Ies congestiona sanguines et dans dlversea maladiesj 
loriqu'U est ndcessaire d'att^oaer le sang ou d'en r^gulariser la circu^ 
lation. Cette plaote* dit Tauteur, qui, dans la patrie du qulnqalna, est es' 
timte k r<^al de cette pr^ieuse dcorce, merite rattention de la science 
Vt cbironia chilansis, terxihrea dulensis de Persoon , nonun^ auss! 



DE PHAAHAGUB KT DB TOXICOLOGIE. 109 

caekin la huer, a diSjA ^t^ signal^ comme f^brifage» contre la Jauniase , 
le rfamnatitme, commeatomachique» et ii a dt^A 6t6 Ie aajet de recherche^* 
Fttullde, dans son Voyage au ClUli^ t. II, p. 747, eo donne U fţescrip- 
tioB ; Molina, M. Lesson, ont pu appri^cier ao Chili rusagequc Ton fait 
deoctteplaate^ nomm^e cacAa/otfiziy et qoi est, d'aprds Lamarck, la 
geHtiana peruviana, plante dont le nom chilien sigoifle herbe â la pieu" 
Hsie, Voîr Molina Sur te Chili, p.ll9, le vuyage m^cal de Lesson, p. 15. 

ROTB 8I7B UN MEDICAMENT NOUVBLLBMENT INTBODUIT DANS LA 

MATltBB M£D1GALB EUB0P£ENNE ; 

Par M. ScHACHT, pharmacien ă Berlin. 

Depnis qaelqae temps, dil M. Schacht, on trouve, dana le commercii 
ăt la drogaerie, sous le nom de Lichen de Ceylan^ un medicament qu î 
troDfeson indication dans tous Ies cas oii le cairagaheen est lai-m^mc 
iadiquă. 

O'aprte Ies dcrni^res determin ations qui en ont ^t^ faites, ce lichen 
est le SpharococcuB ou Fucus lichenoides (1). 

Soas le rapport de son emploi pour la prdparation d'ane gdlatine m6-^ 
dicinale, M. Schacht a fait quelques esaais comparatifs sur le nouveau 
crjptogame, sur le carragaheen ct sur le lichen d'lslande j et ii en r^uUe 
qae, pour obtenir 100 grammes de gdlatine presquc au m6me degrâ de 
coasistance, ii faut employer 24 grammes de lichen d'Islande, 4 grammes 
de carragaheen f et 6 grammes de lichen de Ce jian. Ce dernier est donc 
Boins g^latineuz que le carragaheen , mais II a sur lui Tavantage de 
foornir une gelatine moins color^e et presque compl^temeut blanche. 

B. le docteur Siegmund pr^tend que ce nouveau medicament ve con- 
tieat pas d*iode; mais la pr^sence de ce principe peut facilement y âtre 
âânontr^ede Ia manile suiTsnte. On incinăre le lichen ; on trăite» ă plu- 
fierni reprises, le rdsidu, par Teau chaude ; on ^vapore Ies llquides r^u- 
aisjosqu'i sicclt^; on agite la masse solide obtenue, avec de Falcool 



(1) Ce lichen, ou plutM ce varec, qui a 6i6 d^crit par Lamarek dans 
yitiCŢchpidie boianique, t. 8» p. 397i est tris slnguller ; ii ressembic 
piatAt k un tiohen terrestre et rameui qo*A un fucus, tant par sa forme 
ct son port que par sa couleur blanchâtre ou d^un vert oendr^, et par sa 
cQDsistance cartilagineuse* Ce varec croit sur Ies rochers, dans Ies fus- 
i^ maritimes, dans Ies lacs saumftţres des bords de la mer, sar Ies cdtes 

<i'4Bgleterre, en France, et s ur Ies cdtes de la Barbarie. 

2* SABIE. 11. 9 



110 lOUllHÂL BB CHWR siDICALB, 

rts rec tlfld, polâ oa lalsae reposer ; ou s^p^ l'alcool pal* dteănUtioD, 
•I oa le fâlt ^tporer. Le prodalt dfc oette ^f aporatlon est latrodnlt dans 
un tube de f erre bieii aec ; ou terae par desstts qaelqnea goattca d'adde 
aalftiriqae concentra ; on ferme promptement le tnbe a?ec ou boitduui 
de papier amidoiiii6, et on diaaflft doacement. La ooloratlon bleae da 
boachon de papier d^montre la pr^ence de Tlode. 

U est dif&dle de ddterminer la proportion de Tiode oonteilii dans le 
llcben de Gejlan oomme dans le carragaheen* 30 grammes f orent tralUs 
conime U vi^t d'^tre dit^ a?ec cette difiKrenoe, tontefois, que le produit 
de r^aporatlon du aolatd aloooliqae« fdt redissoos dans Tean distlll^ 
pnis pr6ciplt< par le nllrate d'argent en solntion. 

Le prddpit^ form^ fot recaetlU» et dâay^ d'abord ayec de Taclde nitri- 
qne ^tenda» pnis a^ee rammoniaqae liqaide dilo^e. Aprte a?oir €t6 oom« 
pUtement dess6cb^, ii pesait on oentiţramme» et II consistait en iodure 
d'argent : cette quantit^ d'iodare argentiqae correspond k Ogr.000460 
d'lode ponr 31 grammes de Ucben de Geylan. 

Une pareiUe qnantit^ de carragaheen^ soamise an m£me traitementf a 
fonmi Ogr.OlSS d'iodare d'argent, on Ogr.00057 d*iode; de telle sorta 
qne le carragaheen contient plus d*iode qne le non? eaa m^eament. 

PU TEâlTUUIT ABABIQVB. 

M. lauMi a p«bli4 dans le Journal de la SocUU pratlque de Mo/U" 
peiUert qudqnes partlcolarit^ anr le traitement arabiqae dont ii a 
4$6 qnestîoa depnla qndqae tempe dans la presse mMicale. Ce traite- 
ment est employ^ par Ies mMedns da midi de la Franc^ contre Ies sy* 
pbylis inTdtMes» tes^'eUes ont văsbt^ anx m^dksationa rdgali^remsnt 
iastitvto. 

n y a 150 ana entiron qall fat import^ dlt-oua k Marseille, par na 
pharmaden espagnoL 11 a'est coaserr^ par tradltkm dans cette ? iile et 
dans Ies bicalitte enTironnantes. 

11 se compose de piloles» d'an opiat, d'ane tiaane et d'on r^me par* 
Mcnlier, oonnu soos le nom de diite idcAe» 

Piluies araHques. 



Mcteure coulant pur. • . . 
Pento^diUirore .•«•••.,.•/ i 



I de chaque 2 grammes. 



Sâi^.*.*..t.. ,. 

Ob rddnit eu pon4re \ţB iubstuio^ jig^U» | 0i| dirMe OicHaviţ 
le Bcrciire ooiilmit şTep le 4is|ito-clilonHre 4e aoqirff l^nf*h oe qiţfl 
la glebolct mâaiyqnet aient cowifi^kKmiKl diip^nii (nnUţş» af«ţ k 
■id, •» 1^ »e «iiie «gte difiifi i» |llţ|« 40 10 1 i« ocnligM^^ 

|ffitKOftiM«*ft.Mt« ff 10 O 

flWnWw » artirtiM ţmiUm,* ao • 

Girafle. •••••••••••#i 4 » 

Oi «I şMMrit Mir ti miti»» depsia 8 foB^M li 
U tiMme sniarMqiift ttf lUle atee la aalacparcRIe el la 8qiiiiie;cfeit 
h Mole beiaton pemiiseaii mdade^lleiiboitiiii litre ea deax dans le 



Uv^fner^eneles allBMii erdlnaifeti el se eenaiiie ^*eB grft U e ii 

nefaiy fl^ees t Mm^ aauedes leeiliiai. Ou le legiide gd- 

Beame «b aetoApagneincBl lediipeesaMe* 

TMUeidpe idee leqed tea temOdca aeatadilahtrd s fMFiMeie 

WlB,et far diiiaa tia tem de te llaaae «uderMqoe t «aeleereptaa 

M| Peflat ft te dese ladlqe^ avee ui aeeoad terre de te tiaaiie» 

^ Mir^ OB rcpte te aiteie cheseţ ce qid reste de te liiaBe eit eoB-* 

daBa te eoBraat de la lomsn€t, pendaBtlfla repaa on daBi lea lim 



Li doae dv ffal>1lmd ^ entre dans la oompoiitlea det pilolet sembte 

■ 

inp iorte ; cepefidant II est Inonl ^e cea pilales aient JamalB prodult 
fa cfliett BBisiblefl. tt^allleors» te cbimle a proa?^i par dea analyaee 
ttaetea, qne te anblhBd eat d^compoi^, et qa'il forme ălora nn eompoad 
tacuri el Bourean» dont te natore n'eat paa encore bien connue^ et an* 
^leapartiaaDs da traitement arablqae attribnent eaaentidlement te 
pr*]iri^td antlayphflitfqne. 

U ăuHe de cette m^dlcatlon Tărie de trente ă dnqnante Joura » II eat 
nreqn'on aolt obligd de ddpasaer le quaranti^mck Quelquefoia on ▼oft le 
pttalUme a« montrcr Tera la flo, maia presqne^oujours alors le trăite- 



112^ IOURUAL BE CHIHIB MfiDICALB ,' 

ment pe t £tre oonsid<Sr^ comine rafftsaiit; et rirccident, arr^t^ par 1 
ccssation hi remhde, ne prend Januis de proportions s^riease^. 

Dana le « 3nimencement, Ies malades a'accommodenttriabteD de la di^t 

bizarre q .'on lenr impoae ; iear appMt nvteie eat remarqnable. Maii 

piua tard, cet apj^ddt diminne» et Tera lâ fin lla attendent arec impa 

c 'ience le 4hme d'ane alfmentatlon tuaai monotone. II eat rare, ioatefoii 

^ulla refi'sent d'aller Jnaqo'aa bont. '' - 

' Tel eat le traitement arablqney d*apr^a Veipoatf de- M. Janines. Gertea 

aux yeaz de la acience modeme» II dolt parattre biaarre et incoh^rent 

Lea profeaaeura de MontpelUer .n*onr paa .craint cependant d'en czp^ 

I Imenter TelBcaeit^ derana leora dMteai et M. lanmea rapporte dew 

obaerrationa cniienaeade aypbilia'tDv^tMe^dataiit de plvrienrs anntea 

ţn^ria par M. LaHenund aa boat de trente et de qnaraatQ^iara, et «ani 

t ^ldi?e. 

Ds L'acTioif xxaacte fam ouaTauit xtoicamm» mm U0 niFrt- 

BBHTJW FacuLma hk L'sawT HUHAisr; 

Par If • le doctanr Otto» de Gopenhagne. 

Tontea Ies aabatanoea ezcitantea d^termlnent Tattni da saiig ?era/e 
cerreaoi et Ica Caealttfa lateUectaellca ae trourent ezcttte ai la doae de 
a anbatattce ne d^paaae paa oue eertaina limita ; imala on renanpie 
d'ailleara qne ciiacim de cea ezeitanta a nne mani^ d'a^jr ^i lui cat 
laropre. Alml, Vtmamâaqoit. et ka pr^peratioBS dont elle conaticae U 
baae» le rnnaci, le eaalorâim, le vin et l'^ther ddreloppeBt rfanagiBatioB 
et rendent-ploa Caolle Teaereloe de la mâdlltatlon* Lea haUea pyrogida^es 
diapofflat k la m6Uncolie« k la nui|Talae hnmeor» ana balludnationa. Le 
pboaphore atimnle lea organea de la gda^atkm ; aaaai« dana qnelqaes 
caa» a-t-on pn l'adndniatrer ayee ancote contre rimpniaaance. L'iode pro* 
dolt dea effeta analognea; m^a» ea mtee tempa. ii donne liea k ane di- 
minationdea facnltda intellectaellea. n en eat de mdme aaaal dea can» 
tbaridea, tandia qae le contraire a lleu poor le camphre. 

L'aaage de l'araenic dtermine Ia trlateaae, celui de Tor eat aaifi de 
gatt^ i le mercure entretient une aenaibilitd morbide et un ddgoAt pro- 
noncâ pour quelqne occupation que ce aoit. 

Parmi lea corpa gazeuz, Tauteur mentionne aeulement le protoiyde 
d'azote, qui» pria en Inaplralion^ fait naltre dea aenaationa dălicienaea. 

Toufl lea narcotiquea n'agiaaent paa de la m6me maniere. L'opinm ac- 
tive l'inatinct ărotique alnai qae lea facult^ inteUectuellea» et ap^cia- 



DB PHA&XACIV IT DB TOXIGOIOQIB. HS 

lement llmigiiiation ; ao« abos donne loiivent naissance an priapisme s 

â dose Idg^rCf ii fait nattre des idte ^t profoqae des hallodnatlons, 

de telle soite que Tesprit semble oontlBaer k vefller, tandis que Ies or- 

giiits sont en repos. M. Ie doctenr Gregory note encore la loqnacttd 

conme od des effett prodnits par ropinni et sartoat par le chiorhydrate 

de morphiDe; ii afflrnie avirfr observa oe pb^iomioeciies tons Ies indi- 

tjdus aaiqneto 11 â fiiit prendre cet agent mddieamenteniy et ii dit qa'il 

Pa aossi dproav^lni-mtee. II aentidty ajoate-t*-!!, se d^elopper en lui, 

a^ Padarinistnition do sel de morphlne» ane loqoacitd irr^istible, 

sfec itee faeilit^ remnrqvable dMIoeotion. Anssi Ta4<41 Jasqu'â con*- 

sdBer Hsfettion d^une Mg^ dose dV>pian k tons cenx qui ont ă parler 

CB pnbUc et A prononcer na dfaoonrs defant une assembl^e qorelGOttqoe. 

Us «Qtresnaroatiqaes DeddterndDent pas sur l'ene^phale Ies m^mcs 

efVets qne Ies pr^rations opiaoto : ainsi» la belladone amoindrlt rao« 

ti«n intellcctuelle; la Josqniame rend Ies îndiTidns tristes» violents et 

oeMriqnes ; la dgniS porte ane atteinte profonde k ractivitâ derintellect ; 

b digitale agit k la manile des aphrodisiaqaes ; le chanvre fait naltre 

«ne intarissable galeta, et c'est poor cela qne Ies Indiens le font entrer 

dans la composition de plosienrs boissoos enivrantes; Tamanite, faasse 

orange, ezdtait chei Ies anciens guerriers de la Scandinavic une fareur 

unvage, an coarage qui tenait de la f^rocit^ ; enfln» le tabac exerce, 

■teie sar Ies individos qoi en font nsage, ane inflaence analogue k celle 

de roplom. Aossi Ies fomeurs s'accordent-ils k dire qa'il fait nattre des 

kldes en eax. 

n assaassa ■ , n s=aa 



BUH VWaOMSUM Ba LA POABHAGIB. 

Uli de Bof coOAgnes noas 6cfit la note soivante : | 

Hoasieor, oonu&e toos le saTei, la rareid d'dM?es ayant repa una 
MttcatloD oenrenable poor remplaeery «omme aoavent ii en est besoin j 
an phannaclen obliga de qoltter son oIBdne, ftit qne ee dernier doii 
cbercher k se garantir des errenn qoe Ies premiers poarraient corn- 
BMttre. Alaait «diacon de nona » en proTincOt est obligd de se oontenter 
d'on petit Jeunelntaioie de qoatone k qaiaae ana, qoi ne sait qoe pa^ 
Mbleaent lire et dcrire» maia qoi ignore conpUtement le ealcal an peo 
âef^ ct» k pios forte raiaon» la latin et le grec. Cest ponrqnoi, ne eon* 



|ţ4 4QPBSM. JIR PHimi «|9ţ<;4|.|t, 

n«i9i«m |)M U limgna |«Ua«, i\ poorraiţ trti şoaTC^I trM^irt If41e 
^Kiq^ettţ (ţ'ape miini^recofltrairei an fMţaUevKgn&AcMl^Bi «t par ivite 
commettredei eireors gra?e«» covime <>ellfl quţ ciţt lieo 4erfiidr«iiC9it I 
L«.«| pil 199 J^iUE ^U^fe 490114 de r^ătique |i jiu |i«ce de ţv^ipe de 
Urtre, CraigniAt un şepablalile ma||ieQr cbeşmolf f#i F^ la i^Mţulîea 
de nieţtre dţrrî&r^ tp^e mea bf^cauţ fiM UtiqiKmMfailei Ww IMW aa e e t 
A |a ^laie, porţii U tradiH^ţioq ţits^eţede l'Mqiictti l»tiBe,«if aiM* 
ţ^Ati Iputefi^ia, Ies nouţa |klţi4 mireni qmt peal m pi9 la •«balevce» et si 
c*eat HO poiacia, f jf lOaee Vw Y^ ^S ¥% aekin ipie le pradoil «it miiM 
011 pivs v^^Bei4( : aiiMVt V* Mt neina yifmfmm uve Vi» V> real moîes 
qn% Vt ^c Cecţ a imv b«t, ||A|iai«wrf ▼•«• )• î«9C<^ de fMppcr VdMşe 
jadaager de reajital d» teen^aiai ţall tiealfcIfMfa, elfAPeon* 
a<qa«Bt de le rşppeter i k wcwMpiieiieii» ^ dtall eae k paiBt de #ai 
dearter. -if. ' 

MoDsiear le Kădacteur, 

Une lettre d'an hoporable confrire de LjoD| M, E, HoachoQ » a soa- 

leT^ une qaestion qai int^resse trop vivement nee nombreose portion 

de pharmadens, poar qa'elle n'ait point bâte de la Toir rdsoudre. Le 

numere de decembre contient une r^ponae de M. G. G.^ qae moii phaiv 

macien re(u par Ie Jurj^Je ne puîs laisser pasaer sans protestercontreses 

tendances. p'abord, la nettetd de la qaestion poşte en tdte de la lettre 

de M. M oachon, et reproduite textadlement par M. C. G., doit faire tomb<:r 

rinsinqation de confasion dont ii accose ce coll^p$€ » et rend as iBoiiis 

d^placte» surtout dans ane affaireaussi graTe» l'affectation avec laqoelle 

M. C. G. appnie sur le mot ichanger^ qai« aelon moi et beancoap de nos 

confr^es^estle seni k employer. Qae M. G. G. ne a'j trompe polnt^ nous 

sommes pbarmadena oooMaelitl c le M 4e getnind an XI dit formelle- 

ment qne ies examees aenml Ice mtace dana lea EceiM el deitantles 

|iirya»et.niak«rdmUHmcei|aeieeii(;|inB^dtablide eeatfgMi^panii Ies 

iterwaeîeDa. La difiS^rence est 4^»a qae» peaw TflO fr. ^m vmm a? es 

^yd« pilii Que noiis, M«a Mreaae/Ml# le dB«^ d*âM nfenii^ d'oa yaxj* 

de fona ^aliUr par lonle |a Iraaee« et tn Tieient le paeagraplie IS de la 

tel 4e tl^mi^ en XI» qnl dit qn'iMi iplcevaile d^ itteia aa piua aera 

J9I4 eihlre ebaqne eiwpMOy de 1^ paeeer qo|ind Tana le ▼onles. Qfal rtel- 

^ieiviUire n*e iamaia, k nu eawiaîesjtiacev proieat^<ientre celte «Melfon.) 

Oe, im «9M qii*a«Qun r^il m nona eet aoeoisdd. 



BB l^llâMA^tB Bt biB MxiGOlOGlB. li^ 

Jtf U IMteiU iMbI Ih diSdMoA ttiriîilttHttIfe doUt parieiit ttH. &ây et 

G. G. Um r^ponse de M. le Rddacteor ătt ibtttAăt de Chimie tnSdieHti^ 

iasMeăns Ie niimdro de f^vrier, page 120, et sar te tn^me Bt^Jet , 

prott^ itn*! eeltfe Cpd^ti^, lioh atiulettiâtit cM ftieasifenrs ile la connais- 

laieiit |al| ttulb iMtofe tpi'A oeite ^poqtie ila partâgeaient ropinion de 

M. ioudiOB. £& effet, 1ă noutelle brdotanaoce royate n'exige le dipldme 

de liadeljer telvtlrw i|ilfl poW Ies eiiidlMts ătt tim âfc pharmacieo » 

et, jele r^pte» noiis ne aommes point dans ce cas » et je persiste, ayec 

M. Ifooeiion, i Toir li nne Tfolation de nos droits, et quol qa'en dlse 

II.G. 6.» un effet r^troactif imprima i la loi. 

Qaeiqaea mots snr la positîon inattendue qae cette d^dslon crtoait 

aax phannaciens d'Alg^ie » prouTeront combien elle est inapplicable. 

Hons ifona ici tris peu de phannaciens d'^coles» bon nombre de pbar- 

Baciens reţns par un Jari crM k Alger, et qui a oessă d'exister i la fin 

de 1835, eafln. Ie pios grand nombre est compost de pharmacieas de 

JV7> de France 9 antorMs ţiar U. le goaTeraesr gâiâral i ezercer en 

Algdrie. 

Qoeles seoonds soSent, ponr canse de sant^, et cela pent se Toir toue 
Ies jonrs» obliga de Tendre learstftablissements et de rentrer en France, 
1LC6. poorralt-il nons dire oe qae feront ces hommes, qui sont ses 
^ox, et qoiy comme 1q1| oat fempli, tors de lear rdeeptkm, ies forma- 
iili£f slors exigdesT 
Ut tnMteaea sont aatoris^t mais nne antorisation est rtftocable^ Et 
ţae deaaiB aa dipl6nie d'^sole soit eiig^> et ces hommes seront obllg^s 
ic e6dcr k vil prlx on de ISermcr lenrs offlcines qn'ils ont on achette m 
^paisanttovtes lenrs ressonreeSy oa fond^es an piSril de leurs Jonrs (denx 
Httnnadens aont morts k Bonne pendant Ies ^pidteies qui avtrefols 
ddciaudeat la pşpolatîon)» 

IL C O. iio«8 dira»t-41 qm*ila derdent » uiwât la promnlgation de la 
Ui ^empreaser d'obtenir ce titre? Mals dans cette loi rlea ne Ies attri- 
paît I Os aTaiaat tont le tempa de foire cette ddpense. La preuTe» Cest 
laU a falia falre interrenlr «ne no«Telle dddsion poor ini donner ee 
«as. ■• Cm O. dira*l-ii enoore qM a'y a point en cffst r^troictlf ? 

lieos devMM dane fliire looa nos efibrts ţcnt Mre rapporter eette 
■aihenrewe dMskmţ mds Ies pharmsdeiis dn Jar| sont isotds , et nne 
vcprteatatinn eoUeetite pent senle amener quelqne risttitat. Cest doae 
«tte rcprdtoBlatloB edlectitn qa*tt seralt kaperunt de Mre. 



116 JOUMMAh AX GHIMIB HiftlGAUl, 

Je ttmttăt M. Houcbon d'avoir pcis llnltialiTe, et fespire qall m 
«'«rrfttcra pas en si beau chaaiiii. 
▼eoillo agrta*, etc* 

A. MOHDBHAKD, phanudm de 1'Eoola aeeondaire delooen 
ct cx-preoiîcr ^tft de la pbannade Gobley-ficniandcs. 



5eaiice <l« 11 Jmmvier 1845. ^ La Soci^t^ reţoit : 

!• Uoe leUre de H. Homdy pharmadeB k Ges» qui demande que, dans 
le noaite> do Joomal pabU^ chaqae annte au 1*' JaiiTier, noiu impri- 
mioiu la conaoltation que noua aTona fail ftire relatlTement k la yente 
des mădicamenU par Ies hospioes el par Ies maisons rtUgieuses, consul- 
tation qui se tromre iiisMe dans le nun^ro d*aoAt 1841. 

11 sera r^nda k notre eolligiie qnll ooas est Imposaible de r6pdter une 
parcitte pablicatioD» qui preodrait vne pârtie da omiidro, et qui n*aorait 
d'ÎBt^rttqae poor Ies Boayeanx abomi^ el non poar oeuz qai reţoiteat 
le Journal depois plusieurs ann^es. 

Le mteie membre BOns demande si le baccalanrdat esl exigible devant 
Ies Jorys. 11 aera răpondu que, depuis Janvier 1844 » nul ne peol se pr6- 
aenler» soit deranl les^ooles» soUdeiranl Ies Jurys, s*ll n*est porteur da 
diplome de baciielier. 

1* Une leltre de M. M..., pharmaclen » qui nons demande la fdrmule 
d'on lopique el d'un baniM asiringeni anti-patride» d'un aienr Terrat. 
n acra răpondu que nons ne oonnaissona ni ces pr6parationa, ni Ies for- 
mnles de oes pr6parations doni noua n'avons Jamais entendu parter. 

3* Une leltre de U. B.» qid demande si un Htte en pharmacie qai a. 
pass6 son premier eiamen en 1843, deranl un jnry m6£cal, peal se pr^ 
aenler de? ani le mtee Jnry poor tcrmiaer aoD eiamen, sana dtr« bach^ 
licr ^s-leltres. 

AyanI pris des renadgncmenls au s^|el de celte demande» ii nons a ^U 
r4M>ndn : « Qn'Mdemmenl un â^ve qui a pass^ le premier examen en 
«1843 defani un jury, el qui a 4U adads, peni ae prtenter deTani le 
« mtee Jnry pour subir Ies aulres eiamens» aans afoir ^U re^a bache* 
« lier. Si au eoniraire 11 n'afail pas satislUl au fMvmier eiamen , oel 
« acte serail oonsld^r^ comme non afenu, el V^^e ne poorralt reoom 
« mcDoer, sans toe bacbeliar te4eltres. » {DMsiom du Omseii roya 



wutnimu lt$ 4lev€i refus4s ou ajoumds par itâ S€ok0 em Id4& mm 
prtmicr examtn.) .« ^ . . 

4* Uaelettredfaopbwniaden da d^pirt^meat de IToone» qntAttiioiiee 
^eleprtfet da ce d^partemeiii t'occupe de l*ttrg«iiiaatMm d'voe vifîte 
do jnrj B^eal^fUite qui n'aTftIt jpas dt^ faite depou plus âm qviine aai«- 

6« Uae latte d*ii« de nos eoU^oet, qol oooa demande de ftire om- 
Batire Jes canet^rei atoquela en doii recoanaltre i|oe offidve qal mârtte 
h cwiiaBoe da poblic. 

n sera i^ponda : f • qa*il est impossible de'd^termf ner ces caractirea, qul 
ae resiorteat qae de rezamen approfondi qae doiTent faire Ies peraonnes 
diirfto dea Tiaites dea ofAcinea qa'ils ont i Tiaiter. 

2* Qaecepeodant Ton doi t pr^fdrer lea ofAcinea dans lesqoelles U r^gne 
ie plus grandordre etlaplosgrande propret^, celles oh le phannacien se 
fintl la pr^paration da plas grand nombre dea produits qa'il d^liTre 

n pQblic, en tenant compte des prodiiits employâ, da rendement qu'ils 

♦ 

ilraraissent i la soite des op^rations. 

U mtoe pbarmacien noos demande ce qo'on peot penser de ces an- 
loBoes oA ii est dit, en parlant d'oo remMe secret, d*une pr^paratlon 
ipMale : Ce produit ne se trouve que dans Ies honnes pharmacies, , 

n serar^pondn i ce aojet qo'vne annonce semblable est ridicule^ que 
^ pios elle poorrait Taloir dea proc^ 4 son aoteur. Ea efTet^ rieo n*eni- . 
pteheralt on pbarmacien qoi ne voudrait pas teair d^pât de Ia sp^ialU^ . 
propostey parce qo'elle est r^proov^e par Ies loiSy d*actionner rhomme 
qu iurait, par cette aunonce, cherch^ k d^crier Ies pharmscies dana 
Ittqnellea on se conforme et on obeit i la loi. 

I* Une lettre de M. Peltier* de Doa^, Aţr.iit.qpm eaialeBce de raraenic 
^leUăchaald. 

7* Une lettre de M. Uaillot» pbarmacien â Pontarlierr qoi nooa de- 
uodeqa'ane notice sor Gaillemin, qoi. a M notre coU^oe*pour la 
pabUealioa du Dictionnairedeadrogaea, aoit ins^^ dana le JofinuJ, et 
qu nona oflire dea docoaneata poar la r^dacţioa de eette notice, >ll aera 
lepondo ă M. Uaillot qoe Ie Joornal acceptera atee reoonnaiaşaooe Hea 
dMomeata qu'U ae propoae d*envoy/er, et qofil en s^a fait uaage. 

a* One lettre de M. Mondeoard» pharaMcieoi â Banoe (Algih*ie)y aor lee. 
litreadea pharaiaciena reţoa par leinry, et ceai dea pbarmaeieiiareţtta. 
Şir ka takiea. 

2« sftm», it. 4t 



Ut MilM dft ^ahna^i* H^pOM Ies trola infete d« firix nittBtttt : 
PHm nu^ iu HtHimfâă ta&odHgui». «— c DAeratiie»» pât ăH etpMefteei 
ptMmâ^ iţttMIi Mat ta degirte de Faleeol Ies ^loi AiteraMca h la pr«N* 
ratien dea lelaturea aiceottqniia mddlelMlaai qaelle cm li fireportlen 
d'aleQol UidtaHimbte ponr dlaieadra taotaa lea psrtiaa ami ie a daa attb* 
atances mddicameDteases le plus gdn^alenMiil emplefiaa» 
« Le prix eal une m^daUle d'or de la faleor de (00 fr. » 
Prixmr riiJia(yvc de ici /citfe- •• • Uoe aaal|«e de la aeillei falia «fee 
Ie secoars dea donn^ foc U acieaoa a aoqmea depiiia le travall de 
TlUoy, pe peot manquer de donner dea rdialtats plelu d*Uitdr^ La 
Soîc^t^ de pharmade deounde qae lea ooncarreiiu teatiit «ne iBoa?dle 
ana!|fe de la acUle. Qa*iU s'attadieiit auitoat â oliteiiir k l'^lat d« pa« 
fU le priocipe Acre eţ ftagace el le pripdpe amer et fUe qae la plaala 
paralt contenlr, et qu'ils faasent aoe hUtoIre cemplite de cea prodoiti. 
Ha de? ronţ Joiodre k lear traTail qudqaea eip^rieiicca thdrapevtiqiics 
qul poissent faire eonniltre l'actÎTit^ m^îcale de cea oorpa» ei lea rap* 
ports qui existent entre leurs proprl^tds et odles dea aquammes de idile. 
« Le prix sera nfeie m^llle d 'or de la Taleur de 500 fir. > 
Piix tu^ i*itud€ ââ VătHon dts bases atcăliHfs Mttr Ies maiUrts az^^ 
tSei n^hhiqwes. -^ • La Soclul ăk pha^ade n*exige pas Peiamen de 
l'actlott des alcalls sar on grand nombre de sabstanees , et sana en dd- 
sfgÂer aacane en parllculler, die demsndel^^tade coînpl^e deTactlon 
des alcalls sur d stibsiancca aiotăes profenant des corps organiada. Ia 
d^termloation des diveraea T^ctlims qal peatent se saccdder, et Tana* 
IjFse dea prodolia sAteacs, aia ^'il det ieâne peeslble de drei' dtea falta 
qadqaea oons4§qttences gdn^rales. La Sod^td appelle prIJidpaleBeftt l%t« 
teafioi stil* lea quatre prtndpalea matiilru neotres de rdoooenrie ani- 
ande; c^t ft dire, sat la ftbritte> falbamlne, la gelatine et la eaaâne. 
Qoelqve hH^fasaaat ^ae i^iaae iire na trttaH sar des prodalta ddrf Tda 
dea aalMf aoees ot<gaalqaes» II oe pnorralt itre eenptfa daaa le oottibre de 
eiOi qoe la Soeldld di ^iuunaade riceoipeoseralt. 

« Les Mloolres, derits ea frao^ls oa en latin , detronl dtre eavo^da» 
ftoMade^irt, â M. •oaidraB^ aaeriiaire «indral da la ioddld di Vkniw 
BBieleb raa da rârlialdii,* Paria, a?aat le t*|a*lla fa4% pior ftsa den 
darolteea qoesUooa, et le 1** aodt ia4S, poar la preasttre. 
• U piU «era iţoi oBddaUie dNir de U valeor de aOQilt. a 



u wâttuein tr DB ntitotiMtt; it!l 

sSsââaaessatafeesess=aBBaBB±assaBsaaHlBite9B0 

MoatMrt nidiaria, Ae phonMle •! de toiteologle povr IMft» mm^ 
tant Jt rdMtttf ««• Iraviu lktopetttl4|oc$ ^ toticologlqittt, publici 
CB 1344» <t l€t feromles de« mMiciiiitaU noaTeanz, soit I d'an M^moirt 
lor la dl^tioD des corps gras, par MM. BoncbaKdat et Sandru» et d'ose 
ntfce iar la natore «t le traitement dea calcula biliaSreai par M« le doc* 
tear Boechardal, pharmacieii ea chef de IWtel-Diea. I voi. graod ia*33 
^SSOpaget. ^ix : 1 fir. S6 e. 

i Paris, chea Germer-Bailll^ei llbralre, 17 » roe de rEce)e«de-M^* 
dedne. 



lARVBL rSATIQITB DB L*AVVAEUI» DB MABSH , OB GOIBB BB I/BX«* 
KIT TOZlGOLOOnTB PABt LA BBCBBHCBB BB I.*ABTOfOniB KT 
BtL^ABSBNIG (i)i 

fir A. Gbbtaixibb, ckimiate. Membre de rAcadânie rejale df |Mde« 
deeiae, da ooaaeîl de aalubrlt^ protaafor e^ohit k lltoole dBfbar* 
Baciede Pariat etc. 

El Par Jolea IUbuu pliannackMhIfliiate k Rloni. 

GetoBTca^lBdiapeBaable aos plMraMeieBa Bl «n aiădeelBi« 4ai dl* 
TN< CB U dia^lreaa le preiBier eoBtieal dat «eBalddretleaa prMBl* 
wm 9m le ddonnferte de Marah ; le deaiMme reBftrae dea seilena 
gteMce avr Taraeale el aaa oeaibiBalaQBe ; le ifei a M B ie , lea praoMda 
Qdeaa fol dIaleBi aaU ea praHqae pear le reeiMtbhe de re ro aBl o t Ib 
fMMta% de FaaliBMilae el de aaa oeiMBalBeBe ; le etaqBttaae^ deaatt» 
oiaa preoMda aaltla peor la lecberdie de VaatlaaeiBe $ le ai att aie» 
rwtumkvm 6u pfoeMd de MBnh i le aepUtaet dee appariile diia de 
ibnb alde laBf ea^ploi i le boitlteet da ehaU d'aa apparcil daaa lea 
recherchea Biddioo*ldgaiea ; le aeaTlime, dea aabataneeaeaaşIefdaadaBi 
kpcacMd da Marjli» el dea iBBjfBf de lea parifler I le dIaiiBMt dea pff4- 
ttatioaa k prendre dana remplol de Tappareil de Marah ; le onxitee» de 
U pi^paratioB dea aiaiMrea d'aaaljae aTaal de lea ialiodBîre daaa Ta^ 

(I) Ua woU ia-ft*» â Paria, ches Lab^, aacoeaeeor de Mchet Jeaaaplibraţre 
k U Pacoll^ de Mddedae, 4, phice de rEcoleni^^M^eciBe. Prlx : 5 fir., 
et fraae da paM,B li^ «Be. 



I2i JOUBUAL I>B CJIUIIB K^mCALB» JKTC« 

pareil ; l€ dovzitee, des taches obteoaes k l'aide de rappareil d« lUnh; 

le treizitee, dea Taaes et astenailest des taches qui lear sont docs ; le 
quatoniteey de la m^thode de Reinach, ou de Taction da coifie m^tal* 

lique sor Ies diasololioBa de oertains m^Uax, ct ea partkiilier sor m 

•mploi eomne rdactif de farsenic. 



LI¥BB-RB6ISTaB POUK I.A. VBBTB I.BOAIJI thUB MHMNia; 

Par MM. CnvALLiBa et Thuhjixen. 

(Deuxiime e'dition.) 

La premiere Wtion do Livre-regiitre poor la Tente legale des poîMNis, 
^tant ^pais^ depais qaelqaes mois, noua aTÎons renonc^ k ea ftire pa- 
raltre ane seconde ; noas pensiona qae qnelqae libraire se chargerait de 
cette pablScati<vi. Aucan ne l'ayant fait» ce livre ^tant demand^ et 
qoatre pharmadens de la Tille de Tend6nie (Loir-et-€ber) ajant M 
condamna tont r^cemment pour avoir Uvri^ quaique avec des autoriM- 
tions de MM. Ies maires^ des substanees ioxiqueSf chacan k 3*000 fr. d'i- 
mende (12,000 fr.)f >^oaa noos sommes occop^ de salte. Toalant soos- 
traire nos coll^gaes k des oondamnations et k des ameadea ralneoses, de 
la pabllcatlon de Ia deaxltee tiitlon da IM^re-registre^ modiflant cette 
Mltiim de manitee k la rendre encore plaa atile. 

Le li»re»reglUtr€ oontleat : !• Pexplieatlon des canses qal ont donn^ 
lica k la pabllcatlon dea loia ct arr^tds relatlCi k ia yente des polsons ; 
2«ces lols et arrfttds i 3* des ezemples qal d^montrent qae ces lots sont 
appilcablea aox pluurmadens, au dplelers, aai drogalstes, aax nur* 
chanda de ooolears, enlln k toas oeox qal vendent , sans avolr rempli 
Ies fofmalitds voalocs par la lol» dea sabstances sosceptibles de d^ter- 
olnerlamort ; 4* an tableaades sabstances minfrales, T^tales et ani- 
moles qoi ne peaTeat dtre d^li^rto sans qae Ies Ibrmalitds prescritcs par 
la lol aoleal rempUes ; 5* des detaila amr oe qae dolTent fkire Ies phar* 
maciena, relatiTmeat aox ordoanances mMicalea k Talde desqoelles oa 
ddIiTre des aabstonees acUfes ; 6* dea fealliets dlspos^ poor reoeroir Ies 
Inscripţiona» lors de U vente dea sabstances qoi peaveat 6tre consid^ 



Oa se proevre de oes registres ao prii de um frame dmqmamte cea- 



QhciMM. LabA, place de l*Eeole-de-MMedni»,4t MBIIIBE, pharmacten 
drogolste, me des Lombards» 37 ; JoAicif bau, libraire, qaai Saint*Mi« 
diel» )S; Tlluiii.LBif, raede la Chaass^e-d'Anrin» 34. 

^■1 ■ ■ ■ ■ I» ■■ ■ ■ .1 ■ ■ !■ I ■ 

* Plus vooMR» tmnatt mrnammnnk 



MAU 18ftS9 

JOURNAL 

DE GHIIIIIE M^DIGALE, 

0£ PHARMACIE £T DE TOXICOLOGIE; 



» 

SUa LA DI6ITALI1IB (1). 

Dans Ie dernier nun^ro da Journal d» chimie mddieatef 
ooos avons fait oonoattre le travail de M. Nativeiie ; nous allons 
maintenani faire eonnattre, 1"* le procăd6 d'extraction de la 
digitaiiae, par M. Homolle ; 2® ses propri^t^s phyaiqaes el 
chimiqaes; V eofin Ies priparaiions dans lesquelles ou peat 
ture entr^ la digitalioe poar son administra tion medicale (2)* 

Esiraciion de la digiialine. On prend 1 kilogramme de 
feailles de digiiale seche, de Tann^, grossidrement pulv^i- 
«eeSf liiiniect^espr^lablenient avânt d'âtre mises dans on appa^» 
feil ă deplacement^, qui doit dtregarpi i sa douille de. coton 
card^; on trăite enşniie par Tean froide, afin d*obienir un aolnt^ 
trte concentra. On ^pnişe ainsi tonte la digitale ; Ies liqaenrt 
reonies sont imm^diatement-pr^ipit^s par le sous-aoetate 

(1) On D01U a foit le reprocbe de n'aToir pas parl^ de la discuasion de 
sonleT^ entre MM. Homolle , QaeTenne et NatiTclIe. Noas r^- 

k ce reproehe qae le Journal de Chimie midicale 8*occape des 
Căita, et qii*!! n'admet la pol^miqae» dans aes publicatloDSy qae lorsqa'il 
■e peat faire autrement. • 

(2) noos aTons eztrait ce traTail da Bulleiin gen^rmi de Thârapeuiique^ 
pobU^ par M. Niqud. 

f aftnix. 11. 11 



122. JOURNAL BB CUIMIB V^BICALK , 

plombique ; on filtre, et te Uqiiide ptsse itupide et presque 
conipletemciu decolora. On ajome de nouveaH, dans Ie liquide 
fiiire, du carbonate sodique, jusqu'ă ce qu'il ne se forme plus 
de pr^ipi^s plombiques; on filtre de Douvtaai et on d^Mirasse 
ce liqoide flltrâ d*un peu de uiagnesîe qu^il peni contenir, en 
ajoutant du pbosphate ammonîacal que l'on separe egalement 
par la flliration. Le solute, ainsi d^barrass^ de la maiiere colo- 
rante et des sels magnesiens qu'il conteuait, est iraitd par un ex- 
chs de launia pur; ii se forme un abondant precipite qui est re- 
cueîllisur un filtre; on indie ceprecipii^^encorehumide, avecle 
cinquiâme de son poids d'oxydede plomb (litharge) pulv^ris^. 
La pftte molie qui en r^sulte est placee entre des feuilles de 
papier non colld ; on la fait s^her ă Tetuve, puis on la pulv^ 
riAe. DoHM cet rital, on plaoe cette pdadra 4aiis l'appareil ă d^- 
placemMi^ et ca Pipăite atee de Talcool ooieeairă. Le Mdoti 
alcodîqM qal en provieot est ddcolorA par le oharboa aainali 
M ftitrei ea taiii dvaporer, et Ton a poar r^du ăt FAtapera- 
tieai ane mitse graauleasej jaunAirO) qoi, lav^ avee ua pea 
d'eaa distilMei igonitie «t reprise par f alooet boailtant, lalsse 
d^oter iar le» parois de la capsnie, par I^^Taperailea, Ia di- 
gitaliiie, soot fonae granuleuse mamehMiti^. 

Egoattte et t<ehtfe» la digiiallne doit encore £tre hiTde i 
deax repriset par Tether eoneeairi bottlllaat, qui en sdpare» 
entra aatres sabstaaeea, aae naiiAre Mascbe oriatalline, el 
&m traeea de «MtMres Tertes et de principe celerani. 

Ckru!6$ir€$ phfftiquei tiehwnquef. La digitaltae obtenne 
et purifice que nous venons de d^crire» se presante sous forme 
d'ttoe poudre blancbe inodore, d'one savaar ooiâre eacessife, se 
faisaul sariaot seaiir k rarri^re-boaehe^ saaeepiibte de prora* 
qaer de violeatt Ateraaiaeiiis Vor^a'eHe eet ea partiealee df9« 
semin^es dans l'air ; ik peine soluble dans Teau fk'oide, plQS solU' 
ble dansfeau bouiIlante,se dissolvant en toute proporiioa dans 



Talcool faibleou concenurâ. L'^her B*Aa <)isso;it que des iraces, 
oaii la pliis l^âre additioa d*aIcooI aagmeaie coosid^rable- 
ment le pouvoir diaaolvant de ce vebiculo. y 

Compliiement d^pourvne de r^acUon «cidis ou alcaline, la 
digiialine ii*eat auecepilble d'aocttoe coiobiDaUoa avec lea addes 
el avec Ies bases« 

L*acide salfurique coaceoiN la dissout en la colorant en 
roage fonc^. 

La dissolaiion ^tendue d*eaa devient vertei et lalsse ddposer 
desflocons. 

L'acide azoUqne concentra la jaunit en la dîMolvaati et en 
loi faisant perdre son anertnme. 
L^acide hydrocbloriq«e Ia colore eo vert» 
L^aoimoAiaqoe et la sonde causiique la colorent en jaune- 
bnu. 
Elle ne contient pas d'ozote. 

/V^Hiratfefit pkarmaeţutiqu0$. 
Les principales fomes sous lesquelles oa pent administrer 
Ia digiuline soni ; 

Granula iă di§iiaim§. 

Pr, DigUaline. i granune. 

Sttcre blanc* f O 

ponr miile grannles , qfi» Von pr^parera ă la manile des 
asisde Yerdno, Cesgrannlesi conienaotcbacane i milUgramme 
de digitalioe» pourrool 4tre adnuiistrte ii to dose de 4 â S 
dans JMviii|[tnqn8ire lienimi 

Ceii# formnlOi dam laqn«He U â'emre imiipiojnwit qoa du 
mere comme excipient, n'est qu'une amâioraiion des pikdes» 
fii efine le triple «vantafe d'nn deeage laeiie , d'mie adMînis- 
inimi acrdaUe «l d'we soliibUi&6 rapida et compUta t tm qni 
MnqMioiivMi Ml pUttles m raison des cfadioBs «Hm lat 
difera eMpMDtt qn'M f fiUt dMrer. 



124 lOUMAI. DB CHnU MiMCALE^ 

Sirop de digUaline. 

Pr. Dîgitaline 50 centigramnies. 

Sirop de sucre 1500 grammes. 

Faitesone solution alcooiiqae de la digiialine, qae vous ajoih 
terez aa sirop : ce sirop contient i milligramme de digilaline 
ponr 15 gram. de sirop. U peut 6tre admioistr^ ă la dose de i i 
6 cttilier^es par joar, pur oa dans an verre d*infasion appro- 

pri^. 

. 1 ■ I 

DfiS PROCfoiS AlfALTTIQOES A VETTRB Elf FEATIQUE DANS L*E3CA- 
■Blf BBS TINS H ATUBBLS , BT DANS CEUX QOB l'oN SUPPOSI 
AVOIB Mt VALSIFifts DANS LE COHXERCB. 

Les nombreuses faisiflcations qae Ton a pnitendn avoir fait 
sabir, ii y a qaelque temps, ă certaines espices de vins, ont ex- 
cita de la part des chimistes an grand nombre de recherches 
tant sar Ies yins naiorels, qae sur beaucoap de ceax qai ont ete 
soapţonnes livres au commerce, apr^ avoir iit addîtionn^s 
d*eaa et d'one certaine quantit^ d*alcooI. 

Cette qoestion , d'un tris haut interât , a ^t^ trait^e et de- 
battue dans plasieurs affairesprte le tribunal de simple police 
de Paris. Son importance engage aujonrd'hui les r^dacteurs 
da Journal de Chimie medicale ^ pour r^pondre aux demandes 
qal leur ont etd adressfes par plusieurs de leurs abonn^s des 
d^partements, ă publier un court precis des moyens qu'il con- 
yient d'employer dans ces sortes de rechercbes, moyens qui ont 
6tk mis en pratique avec succte, dans diverses expertises, par 
MM. Payen ^ Chevallîer, Cotiereau , Labarraque , Lecanu et 
Lassaigne. 

Si les qaalit^s des diverses esp^es de vins varient saivan^ 
le climat, I'^poque de la recolte du raisioi la maniere dont \4 
mo&t a fermente, etc, on peat raisonnablement admettr^ 
qae les vins du m6me cruj fairiquA dane le mime iempil 



1>B PSAKIIAAIB KT DE TOXICOLOGIE. 125 

» 

et par Ies memes proe^d^i f offriront ane certaiiie analogie 
de composiiion dans la proporiîon d'aicool et dans celle des 
âements fixes qu'ils contiennent. Cest ea etudiant ainsi, 
comme lypes de comparaison , des vins natarels, de soarce 
certaine , qu'il a ivi soateot possible de s'assarer , soit de la 
purete des mâmes vios livrds aa commerce, soit de lear md* 
laoge a aoe ceriaioe qaaatitâ aaormale d*eaa et d*alcool. 

La comparaisoa d'ua via ă aa 'aatre du mame crin ne peat 
donc £tre v^ritablemeat ^tăblie qu'ea examinant Ies r^snltats 
obtenns sar Ies deux ^cbantilloas, c'est k dire, en meltant ea 
regard Ies qoaatil^ dWii» d* alcool pur^ ^exiraii^ de hilar" 
trate de poiasee et de eele inarganiquee ou mindrau» , qui 
OBt Ae extraites de ces vins. Cest ainsi qu'on peut arriver, 
snivant nons, sinoa ă aae solutioo complete de la qaestion pro- 
pos<fey au moios ă des r^aUats certaios qui permettent de for- 
maler one coavictioo fondee sur Tidentit^ de composition ou 
^ivtn^iniiii des vins soumis ă Taaalyse. 

Toos Ies essais chimiques qui conduisent ă la demonstraiion de 
cette verite , doivent 6tre pr^c^des des dpreuves par lesquel- 
Ies ii est permis de constater lespropriei^s physiques des vins, 
teUes qoe celles qui r^alteat de leur eouleur^ de leur odeur^ de 
lear eaveur^ de lear deniiie\ appreci^es ă ane m6me temp^* 
more ă i'aide d*un ardomitre. Sous ce dernier point de vue, 
ooos avons reconau que Talcoomitre cent^simal pouvait trte 
bieo servir, ooa k evaluer direeiement Ies proportions d'al- 
cool contenues dans Ies vins, mais k fournir quelques donn^es 
tor la densit^ comparative des vins qu'on doit soumettre ă 
Teumen cbimiqae. 

Scos le rapport de Tintensitâ comparative des couleurs 
des vins , on tire, aa pani avantageux de Tempjoi du eo" 
brjm^tf perfecţionai parM. Collardeaa; ea ua mot, par 
Fensemble dea caractires physiques et des propri^tte chi- 



IM iwurui M canoi miMtăSM ; 

■iqaes } ou airife k Aablir vm eompindaoB plm <m moini 
rigDO TCT M e» d*oii II est permis, iioqs le croyons, de dMoire nne 
eoBS^uence traie sur te pnrecA d*iiB tIii m soo tli^ratkNi. 

Lâ d^terminatioii des prloeipes ergtniqMs et hiorgaDiqoes 
des tiDS, indiqode dans im graml aombre d'oQ^fages ei de fli<* 
moires p&nicoHert, se rdduii ă des prieelpes ftadraax fMles 
ă appHqoeri et qn on doit meitre eu praiique atee toot le soia 
qn'on est en droii d'atiendre de ceu qai se Ihrreot aiwo coa- 
adeiiee ă des reefc e rc hes chteiqees. 

i* Jhâol. (Se d^ermloatioii dtts ies f tas.) La dlsiiilaiiea 
ituk fohne nesord de "via est le aieyea g< B <rai ei a e > t vsM 
pear estiaier la proportloa de ee prtoefpe volatil, dorn la qaaa- 
tild absoioe est appr^eMe, ă la teaip^ratare de + ii • ceatif . 
par ralcoom^fe eentdsimaL Le volame do ItqaldedistltM dok 
s^Aerer aa tiers da toloaie da via aaaiysd, et afaat d*an ^a* 
laer le degrd ă Taide de l'aleoomiire, O est adoessalre de eoa-» 
stater sa temperaiare a?ee aa thenaoaiitre, soit poor le rame* 
nor ă + iA* ceatig., si sa lenip^raiare est aa-dessas, soit poar 
le porter & eetie tenip6ratorS| si elle est aa dessoas. 0a baia 
d*eaa fh>ide oa d'eaa tiMe pemet de rdaliaer flieileaient cei 
dea& eoadiiiOBs. 

Le aonbre eipriaiant le degni de Talcool, s^pard da via 
qa*OD ezanine, doit Atre div)sd easoite par 9, poor atoir te^o- 
laaie r^l d^alcool absola eoatena daas IM tolames de tId. 

i^ Eau. (SoB dvaloatloB daos ies tias). La qaaotltd de ce 
priacipe daos Ies vios ae peut 8*<Svalaer d'one maoi^ directe, 
mais elle se dMuit de la proportioa des priacipes taes que 
laisse l'evaporation d*an Tolame de tîd, en dddalsaat easaile 
des partles f olatil{s6es(eaa et alcool) qu*oa ooaaalt, la propor- 
tioa en poidsd'alcool absola qoe l*alcooai^re a iodîqafe ă -^-iV 
daas la premiere exp^^rieace. La diMreace reprăseate feaa 
co ate n ae daas la tIb. 



yMaiih^ wl&rantâ deiwinf. Le principe ctilorant des 
viâsrooges n'est point special sa raisin, ii est rapsodii dans 
aa gmd nombre d'autres fniits; et qaoiqa*il ne soit pas lou* 
joBfs permis de reconnattre si le principe colorant d'un vin est 
bien eelvl qni exisiait dans l'enTeloppe da raisin, on peut ce- 
pendant, par certaines răaciions sur ce principe colorant, 
ooDStatar s*il a M addiiionnd de certains principes colorants 
oCran^ers* 

L'action At la potasse et de rammontaqne sur Ies vins rouges 
qai font toamer an vert btunătrB on hhuAtre leur couleur 
roafa natorelie, celle de i'ac^tate plonibiqne tribasique, qnl 
deealore enti^ment le vin et precipite sa couleur sons fornie 
d^oe laqve d'un hUu lapi* tirant sur le gris, senreat dans 
Is pios grand nembre des cas k ^tablir son identii^. L'eau de 
ckaox employde en excH sur Ies vins ronges Ies fait passer an 
bnia-jauiiAire , eu y occasionnant un pn^cipit^ floconneux 
aboedant de la m^me coulenr, quî est surnage par un liqnide 
coleri en Janne fanve. 

Ce principe colorant paralt, dans certaines esp&ces de vins, 
joier le HMe dti tannin, ce qoi a fiiit admeitre Texistence de ce 
priacipe imm^diai au rang des principes consiiiuants ^e ces 
Tias : anasi ces esptees de vins agissent sur Ie solntnm de ge- 
latine, sur eetai de snlhte de qoiniae , snr l'^m^iique et snr 
Ies leb d% pefosyde de fer, comme le fisiit une f^ible soluiion 
ds tanafo. L'eaoplol ovlrd de la gelatine petit amener qnelque» 
fois la d^ieeloratien presqne complete de ces vins, comme Ies 
s^gociants en vins ont iii souveni ă mame de le constaier. 

Ua grand nombre de vins n'exercent pas d*aciion, on une 
trkpea sensiMe, snr ces derniers r^actifs : ce qui prut per- 
Bsltre, dans certains cas, de distingner le tannin dtranger qnl 
lear a M ajont^. 

jteiig8 Ubr99 dbt vAit. LHieidit^ Datnrelle des vins est due 



138 J01}BllALtfI>B CHimB MtolCALEi 

taot ă un peu d*acide malique, qu'au bitartrate de potasse 
qu'il contient toujours ea quaniii^ variable, mais faible. La 
pr^sence de Tacide taririque dans Ies vins est uii faitexceplion- 
nel^ ainsi que nous Ta demootr^ Tanalyse de plus de cinquante 
espâces de vios de France. Cel acide, ă T^tat de liberia, peut 
6tre recoonu dans Ies vios, en syouiant ă ceux*ci deox fois 
ieur volume d'un soiuium satnră de cblorure de potassiunii et 
agitam vivement le m^lange avec une baguette de verre qu'on 
frotte contre Ies parois du vase de verre oii Ia r^aciion doit se 
produire. Au boul de huit ă dix minulesi le vin additionn^ 
d'une faible proportion d'acide tartrique, se trouble et d^pose 
du bitartrate de potasse en poudre blanche crîstalline, qa*on 
peut s^parer par decanta tion. Ce pr^cipit^, redissous dans un 
exc^ d'eau distill^e, forme ane liqueor qoe l'eau de chaux 
precipite ensuiie abondamment en flocons blancsi solubles â 
froid dans un solutum de chlorhydrate d'ammoniaque. Ce so- 
lutum sature de cblorure de poiassium peut aussi pr^cipiter, 
au bout de plnsieurs beures, le bitartrate de potasse dissous 
natureilement dans le vin, mais Teffet est tel que nous Tavons 
rapportd lorsqu'il y a de V acide taririque lihre ajouti dans le 

vin. 

SeU fixet organiquee ei inorganiqusi, Lesprincipessalios 
flxessoni -Aebitariraie depoiaae^ le ehlaruredepoiasiium^ 
Ie tartrate de ehau»^ le eulfaie de potasse, le sulfate de chaux, 
lephosphate de chaux, auxquels ii faut âyonter, pour certains 
vins, d'aprâs quelques auteurs, le tartrate alumina^pota^ 
sique et le tartrate de fer. 

La quaniii4 de bitartrate de potasse est evalu6e, en traitant, 
par l'alcool ă bffi, Textrait obtenn par Tevaporation d'un volume 
connude vin, recueillant la pârtie insoluble de cet extrait, la 
lavant ă plusieurs reprises ă Talcool et la dess^chant. Ce pro- 
duiti qui. represente le tarir^ brui cu im^Hir, est pesi apres 



BE PHARMACIK ET DE TOXICOLOGIE. 129 

dessiccationcomplâte et carbonisi ensuitedans une capsule de 
platine. Oo trăite alors le charbon obienu par Teau cbaude, 
qni dissout Ie carbonate de potasse provenant de la decompo- 
aiioD du tartre : pour appr^cier la quaoiîie de ce demier sel, 
ii n y a plus qu*ă saturer exaciement, par une liqueur acide 
iltree, le soliitum alcalin. Par la quantît^ de liqueur alcalinii 
trique employ^e, ii devient facile de calculer celle de la po- 
(âsseetparsuiiela proportion correspondante du bitarlralede 
potasse. £n faisant usage d'une liqueur alcaliaieirique composee 
de 900 parties d'eau distillde, et 100 pariies d^acide suirurique 
al,8/î2 de densiie^ ii faut 2 centimâtres cubes, 75 de cette li- 
qneQr acide pour saturer toute la potasse qui existe dans un 
gramme de bitartrate de potasse pur crisiallise decompos^ par 
lecalorique. 

Les sels insolubles dansTeau se retirent de rincineration, 
an contact de Tair, du cbarbon lessiv^, et la cendre qui en pro- 
vient est dissoute i cbaud dans Tacide cblorbydrique pur. 

Poar s^parer Talumine du phosphate de chaux et de Toxyde 
de fer, on precipite par un excâs de potasse h Talcool, on filtre, 
eton sursature la liqueur alcaline filtr^e par un solutum de chior- 
bydrate d'ammoniaque. L*alumine se d^pose en flocons gela- 
tinetix demi-transparents. Le precipite de phosphate de chaux 
etd*oxyde de fer est redissous par une pelite qaantitâ d'acide 
chlorhydrique, et la liqueur evaporee a siccite fournit un r^- 
tiduqaoQ trăite par Talcool pour separer du phosphate de 
cbauxjepercblorure defer qui s'est forme dans cette reaction. 

Les reaciifs que Ton fait agir sur diverses poriions de vin, 
dans le but de reconnattre la pr^sence des sels, sont le chlo^ 
nirede haryutnj Voxalate dammoniaque , V azotate dCar^ 
^tnt^Y acide iulfhydrique. L'examen particulier de la cendre 
do TiD permettrait de s'assurer, par la presence de quelques 
oxydes m^lUques ^trangers aux viDs, de certains sels m^tal* 



IM XOTOHAft M CHIMII mIdICAIB) 

liques qni y anraient itA f ntrodaics, soit par lnadveriaiioe> lott 
avec intentlon. J.-L. R. 

HOTB SUR LBS SXPLOStOlfS FRODUITIS FBIIBAIIT LA OOMB08* 

TIOR DO POTASSIUM. 

En llsant dans Ies jouroanx raccident arriv^, ti y a qudqoe 
tempsy ă M. Malagatti, professenr de chimie k la FacuM des 
Sciences de Rennes, qui, en essayant Ia rdaction da poussium 
sor tine substaoce organique noavelle , eut la main gaaclie 
ddcMr^ par des 4clats de rerre lanc^s par l^explosion qui se 
fit dans Ie tabe ot ii op^rait , cet accident m*a rappeU nn fait 
qul ni'est arr{v6 personnelieaent, 11 y a d^Jă plnsieors annto. 

Tarals Jet^ sur Teâu nne petite boule de potassium ; elle s*; 
enflamma aussiiAt et briila en sillonnant vivement la sorhce 
du liquide. Quand, par la combustion, la petite boule tui ri- 
dulte ă nn certaln volume , 11 se fit u>at*ă-conp une exploston 
qui lanţa , dans ditR^rentes dlrections, des parcelles de polas* 
sium enflamma : une de ces parcelles alia llrapper au front uae 
personne qui ^tait pris de moii et elle occaslonna une l^ire 
eschare. 

Ce ph^nom^ne me surprit d*auiant plus, qu'ayant cet acci- 
dent, ayant mis ă diiKreuies reprises du potassium eu contact 
UTCc reau, 11 avalt brfttd et s*^tait enclirement converti en po- 
tasse, sans foire eiplosion. 

Je n*ai pas la pnftention de voulotr expliqner nn phdnomiiie 
de cette naiure, et d'en donner une th^orie quelconque comme 
positire. Cependant J'ai cherch^ & me rendre compte de cetie 
particularii^ , ei pour cela, j'ai r^O^hi k toutcs Ies circon* 
stances qui penrent ooncourir k fa production de ce ph^uo- 
mAne. 

Le potassium qne j'employais avait iii essuy^ avee 4u pa- 
pier joseph , pour le d^barrasser du naphte sous lequel ii ^it 



M vnăMMăta n MTrnnmMn: ISl 

eoBserf^; sa rarteee Aait reconrerte d'mie I^gAra eovche 
foxyde. Je ne peose pas que cet itzx particalier da polaa- 
liom ait pa favoristr eo qoeiqne choae Ia prodociioa da phă- 
Doaitee. En soppoaaot qoe le potassiua ait retena aae petlie 
qoantit^ de aaphie, qne IliydrogâDe de ce carbare, ea se eom- 
biasat i Poxygtee de Pair, ea mtoie lemps qae son earbone 
fl^inisiait ă Pdcat d*aeide earboniqae ă Poxyde de |k>tassiam , 
et qae ees r&icUons aient ddierniiBd Texplosioa , ce qai est pea 
ppsbable 9 eHe se flit manifesta dte le eoameneement de la 
eombastion ; raab ood^ qaaod Pexplosioo se fit, la m^jeare 
pirtie da potasshim <tait d^ eonvertie ea potasse, et ce 
i'est qae sar la fia de PexpArleooe qae Texplosion eut llea. 

D*aa aatre cdt6, on sait avec quelle Energie le potasslaoi 
<Weonqi»osa feaa, doat l'hydrogtoe, ă la tenpdraînre 41evee 
rteliaat de la eonbinalson ehimiqae, s*enllaaioie aa contact 
<h Poxygtae atmospMriqae. Ne peot-on pas adnmtre que, 
soos l^iaflaeace capriciease des forces ^lectriques , et dans des 
ditoasiaaces qa*il n'est pas donnd ă la sagacttd taamaine 
(Tappr^ier avec certitade, II peat arrlTer an momeat cili la 
(hable coaboition da poiassium et de rhydrogftne naissant 
M peat plus s*epA«r d*aae maniere normale, et qu*alors a 
liea Pexplosloa. 

Dans loas Ies cas, oa voit par lă qae, lorsqaV>n expdrlmente 
ntc le poiassioniy soit qaV>n le fasse agir sar des sabstances 
ayaai poar principes constitatiats Ies ^l^msats de Peaa , soit 
qs*oa le brMe sar ce liquide, ii est toujoars prudent de se 
MUM ă Pabrl des eiplosions fortuites qui peuvent avoir 
liea : e^est na Mt qae J'al voala constater. 

DuTirna» phmrm. â Charhrss. 

SUR LA HATORATION DBS VaUITS. 

M. Tremy, qni a Iu ă rAcadeniie un travaii # tir lă mahâra-' 



132 JOURM At DE CHIMIE UthlCAhl^ f 

Hon des fruits , a resume son travail par Ies coDcIu&ions sui* 
vantes : 

l"" On arr^te la maturation des fruits lorsqu'on Ies enduii d*un 
vernis qui s*oppose ă la fois au cooiact de Tair aimospb^rique 
et h la iraospiration. 

2"* La iransformaiion de Toxygine de Tair en acide carbo- 
oique pendant la maturation , est uu phânomâue qui parait 
d^peodre de rorganisation du fruit. 

tfi Le gaz que Ies fruits contiennent est souvent un meiange 
d'azote et d'acide carbonique; l'oxygine ne se trouve en quan- 
tit^ Doiable que dans ies fruits qui sont encore veris , r^sultat 

qui confirme Ies observaiions faites sur la respiration des 
fruits. 

k"" L'acide tarlrique contenu dans Ie raisin n'est pas le pro- 
duit de la modification d'un autre acide j ainsi que Toni cru 
quelques chimistes , car ii existe dans le grăia ă son premier 
etat de developpement comme dans celui qui est m&r. 

h"" Les fruits qui se developpent en pr^sence d'une iiqueur 
alcaline, ne contiennent pas sensiblement de sucre. 

&* Au moment de la maturation , les acides des fruits sont 
en pârtie satures, et forment des sels de cbaux ou de potasse. 

T Les cbangemenls quVpronvent les fruits qui sont d^ta* 
ches de Tarbre appartiennent ă une p^riode de d^coniposiiion 
sur laquelle Tair exerce une grande influence ; dans certains 
casy les cellules du p^ricarpe ont perdu leur adb^rence. 

V* Quelques maliires azol^es« d*origine animale ou t^^- 
tale, peuvent iransformer les sels organiques en carbonates. 
Ceite propri^tă curieuse, qui demontre comment les alcalis se 
reg^nârent dans la veg^tation , permet d'expliquer aussi ces 
depdis de carbonate de chaux que Ton troure fr^quemment 
dans le tissu des feuilles. 



BB PHAmVACIE Ef Bl TOXICOLOQIB. 18S 



IROCfoi POUH RBCOMNAITRE LES FILS DE GOTOU BAR S LES TISSUS 

BEUN; 
par M. EI7B. B0BTT6ER. 

Parmi Ies principaux moyens vantes et reconuiiaDd^3 jusqu'i 
pr^sent dans Ies journaux de technologie et de chimie, pour 
demoofrer la presence des fils de lin dans Ies lissus de colon , 
ii y en a un qui consiste ă imbiber le tissu ă essayer, d'une 
dissolation tr6s satnree de sacre el de chiorure de sodium, ă le 
laisser s^cher, et puis ă meitre le feu aux fils mis ă nu de la 
trame et de la chatne. Les fils qui, d'apr^ş ceite maniere de pro- 
ceder, se cbarbonnaient avec une couleur grise^ devaient âtre 
infiU de lin; cenx qui prenaîent alors une couleur noire de- 
Taient âtre des fUs de coton. D*autres moyens ont 6t6 encore 
vanies et mame couronnes par des soci^t^s savantes » et Ton 
coDseille dans des ouvrages modecn^ Temploi du microscope, 
eomme iiant tres avaniageux pour reconnattre les difierentes 
fibres, soit animales, soit v^etales. Tous ces moyens n'ont 
pas para ofiirir ă M. Boeilger une sâret^ parfaite et une aussi 
facile ex^cnlion que celui qu'il propose, qui consiste a prendre 
une dtUMoluHon eompote'e de pariiee egâles enpoide'cChy^ 
draie de poiasee ei dCeaUj letquelle colore aesez fori^meni 
enjaune lee fils de lin ă la ehaleur de VebulUiion^ tandis 
que eeux de eoion ne se eolorent pr^que paSf ou ne parais-: 
Mo( que si peu colores en jaune^ qu*il est possîble de les» 
dittiogner trte bien les uns des aiitres, et ă Vmi nu, et sanala* 
moiodre meprise ; l'on pent mânie rendre un compte exact de 
chaque fii dans le tissn soumis ă ressai. A cet effet^ il^fout 
metire un Bu>rceau de la grandeur de 0m.027 carr^ environ,' de 
la toile â essayer, dans un melange de parties ^gales en poids 
dliydrate de potasse et d'eau, deja port^ ă r^bullitioi^ la plus 
Ibrte,ry laisser pendant deux minutes, puis leretirer, avec uner 



petite bâgtiette de rerre, de ia cdpsttie d*arşrent tm de porcetatoe 
dont Ton se sert poar cette op^ration, ptih rexprlmer l^ftre- 
ment et superficiellement , eat&s le laver d*abord avec de Teao, 
entre plusiears feuilles de papier blanc noo coll^, et lî^er alors 
8ticces6tTeiiient« snr le c6ii de la chatoe et sar cela! de la tramei 
enTÎron 6 ă 10 fits.On disUnguesuNe-ehaoip Ies fila de eoton de 
cetix de lin : en effet, Ies 6ls de coaleur Jaane fone^ Bont oeux 
de lin et Ies flis blancs ou d^uo Jaone clair soot ceax de ooioo. 
On eomprend de soi-mâme que ce mode d*eaaai, d*MM «x^ 
euiiott faicileponrtout le monde, n*est appllcablequ'kdeatiaaiu 
Hanes , et ne Test point anx tiaaas cotorfe i on , dans ea cas , 
Femploi du microscope oa d*one forte loupe aran^eioai enoore 
un dea mellieara moyena ponr reconuatire ia airadaiv do 
difHrentes fibres. 



OAS n^iBBMiaoiiiruaiiv »Aft u eâmaoiiAm m tMiuu 
Obtertation racnaiilte par M. Io daetemr SomuT» 

do Drambniif • 

Un Jeono garţoDi Ig^ d*iM viogtaino d'ann^ d^wio oob« 
atitstioa robuaio, omployd comaM bonme do poioO| diait loiir» 
monid par ane savear aeido et nao cbaievr dea ploa ioooaiK 
modoa dans la rdgion dpigaatriqno. Sea airis tal ajrant conaollld 
de prondro do la craie pottr ao ddbarraaaor do cea aeoideotai 
H ddroba, k «n poiotro qai dialt ocoopddana laa apparleflMBU 
do aon asattre, m morooan do blanc do Kremnita, qv*il prit pour 
do la oratO) et U on arala de vingt i vlngH|aatro graainoa» 

Qaolqnos heores aprte ringeation do coUa aobstonoa, ii nor* 
tint de fortes douleors aroc aenaailon do brAlaro i IVpicaairot 
et des Tpmisaements violenta qni pershtteent pendant plnsloura 
nenres* 



Bl PBA&HACIK KT M TOXIGOLOGIB. iti 

Lonqie H. Schubert fut âppeld aupris du malade, enviroii 
Tiogi-qattre heures apr&s Tempoisoniienent, H le trouva <en 
proiei des doaleurs tris intenses dans l'abdomen, paniculiâ- 
remcDt aa creux de Testomac et ă Ia r^gion ombilicale. La face 
<uit Toluieuse et tunefl^e ; leayeux ^laieot brillanis et foi- 
aient laillie bora des orbiies; la langue eiait sicbei et, ainsi 
qiie Ies aatres parties de la cavit^ buccale, elle offrait de la rou- 
geor. Lemaladei loarment^ par une soif inexiiogaible, racla- 
oaiti graods cris de l'eau froide. L'abdomeii ^tait ballonn^ eţ 
pf^tait ane exceasive seaaîbilît^i oiais seulement au toucber 
nperSciel» car one preasioa forte el profoode adoueissait Ies 
doaleurs : auasi, lorsque ces douleora devenaient par trop for- 
tts, le patient s'empreaeaiHl d'appuyer fortement son ventre 
coQtre la table* 

II ii*y arait plus eu de vomissemeots depuis pluşieurs heu- 
res, et II existait de la constipation, 

Oq administra de suite la potiop suivante : 

/V. : Sulfate de magnisie • • . 2U grammes 

Eaacommune «• 350 « 

F. dissondre $. A.» et ajoutex au aolut^ 

Alcooli d'opium t t 1 • 

M. 

A prendre eu me seule fois» 

A la suite de oette potton» plnsieura autres dosea asaex forte» 
in mtme sel taresnii donn^ea daos une ^mulsion buileusei et Ia 
gi^risQo ne ae ftt paa attendre loiigtemps« {Caipţr WoehHir^ 
^^rift fuer die guammie ktilkumde; 1844,n<* 26.) 

CAS D^SVOlSOmiEltEIfT ȉR LBS MORitLBS. 

Observation recoeillie par M. le doctenr Bkbgki (1)» 

■ « 9CJS ^tt Q ■806B irec|Qoiii6o vvCBBioira Q uusci fer CW9 na* 



^^P>i«^n^~^r««W«i<«W^"^i^P'^^nV«^«V«tPV<B'^HP^a*^Ba^^i4n 



(1) Koos Bc coanâlafionf Joi4|u'iei «neon extinple d*cm^isoiuicoiea| 



136 jOtlUNAL AE CHIltlB ]l£l>ICAM,' 

ladîes gaslrîques, aprfes Tusage alimenUire des morilles {Ma 
chelia eseulenta)', M. Berger a eu la preuve, par Ies cas sai 
vanls, que ce cryplogame si recherch^ des gourmets, peut au« 
donner lieu â des accidenis graves d'empoisonnement». 

Deux femmes, Tune d'une faîble complexion , Tautre d'an 
constiluiion plus robusie, dînferent avec des morilles. Le mal 
ire de la maison eu mangea de mame, mais en peiile quantif 
seulement, el îl n'en eprouva aucun inconvenient. Dans Ia soi 
ree, Ies deux femmes curent des naus^es, des vertiges, des vo 
miiuriiions el des vomîssemenis penibles et douloureux 
accompagn^s d'un sentiment de faiblesse. Ces sympidme 
augmenl6rent considerablement pendant la nuit; Ies vomisse 
menis, presque coniînuels, n'amenerent que des liquides glaî- 
reux; sans aucun m^lange de maiiires alimentaires. Vers l( 
mălin, Ies accidenis s'amend^rent un peu. 

Chez La malade la plus faible, ii survint pendant le cours d< 
la nuit, une forte diarrhee, et Ie canal intestinal fut d^barrassc 
de toules Ies maiiferes nuîsibles qu'il pouvait contenir. II en re- 
sulla que Ies accidenis lilt^rieurs ne tardirent pas â se calmerj 
el que la gu^rison fut assez rapidemeni obtenue. 

Cbez la^malade la'plbs forte, ă laquelle se rapportent surtoot 
Ies d^tails quî suivent, ii y avait de la constipalion. On n'eut re- 
cours au m^decin que vingt-quatre heures aprds ringestîon 
des nfiorilles, parce qu'ă la suite de ramdlioration passagire da 
matin, ii s'etait manifesta de nouveaux accidenis plus graves 
encore que Ies premiers. M. Berger trouva Ies deux malades 
tris souffrantes , en proie ă des vomituriiions incessantes, et 
presque toules sans r^suliat : leur aspect offrait une grande 
analogie avec celui des indtvidus qui sont affectes du cholera 



cansâ par leilf. eseuienta. Ce prodoit, comine le champignon de concbe» 

i • • 

paratt suiceptible de deyeoir T^ndneax lors^a'il n'est pM r^ent A. G* 



Bl MARMACIB n Dl TOXICOLOGII. 127 

ion faibledegr^. Le poals^tait peu Mquenty difDcile ă trou- 
Ter et nerveax; Ies matiâres vomies consisiaienl en des ma- 
oosil^bran&ires; la peau ^tait fratche au toucher; la face, p&Ie 
etplomb^e autour des yeax, ătait couverte d'une sueur froide; 
de temps en lemps ii survenait des vertiges accompagnăs d*ea- 
ties de voniir ; la r^gion precordiale dtait ^urtout douloureuse, 
eteaoolre ii existail une constriction spasmodique da iborax, 
Qoe grande anxietă, de rinqui^tude et de raffaiblissemenL 

Ces symptdmes arriTârent, cbez la malade la plus robuste, 
i UD degr^ tel que Iod dut craindre pour sa vie. Cooime tous Ies 
medicaments port^s dans restomac furent aussitdl rejetesi on 
eoi recours ă des lavements reităr^s d'infusion de camomille. 
Oq provoqua une emission sanguine, et on cbercba ă pr^venir 
rinflammation imminente de la membrane muqueuse gastro- 
intestinale. 

Le quatriime jour, Ies accidenis commencârent ă diminuer, 
et ils cedirent le cinquiâme, en laissant tontefois k la malade 
QD sentiment delassitude extraordinaire. 

II est possible qu*aud^but des symptdmesd'empoisonnement, 
Tadministration d'un vomitif aarait pu conper court k tous Ies 
acddents qui se sont d^velopp^s ult^rieurement. 

Les morîlles qui avaient occasionn^ i'empoisonnement donC 
ii TieDtd*âtrequestion,avaient^i^coQserv^es pendant plusieurs 
joors, exposees ă l'action d'one temp^rature ^lev^e $ sans au- 
cno doute, c'est ă celte circonstance qu'il faut rapporter Talt^- 
raiion qu'elles auront ^prouv^e dans leur constitution chimi- 
que, et qui Ies aura rendues v^n^neuses. (Mediciniiohe Zei" 
tung; 18&4, n** 56.) (1) 

(1) On Toit qae noas sommes d'«ccord avec le r^dactear de Partide, 

tor Ia caose qui a donneS lieu aox accideDfs caas^s par le MaekeUa eseu* 

knta\ noua avons au qu'en mara dernier dea accidenta «Talent €t€ d^- 

tcndate par des chanpigaoss de conches, rdcolt^ depnia quelqaea Joura* 

V sim». 11. 12 



199 lOURNAL BB CMIVlIt h£i>ICALB, 



CAS D^EMPOISONNEMENT CHBZ UN JBUNE ENFANT, PAR L*IlfGBS- 
TION b'uNB forte DÂCOCTlOIf BE PAVOT. 

ObsenralioD recueillic par M. Ie doclear Pupke, de Gnessen 

(Prusse). 

TTnem&re,pourcalmer son nonrrisson, &g£ de 6ixsemaines, 
lui avalt adminisirc plusieurs cuiller^es h cM d'ane d^coction 
coDcentr^e de iStes de pavot. Eaviron un quart d*heiire apr6s 
ringesiioD de ce liquide, Tenraot £tait lombâ dans un sonimeil 
profondy dont Ies parenis ne purent le llrer> malgrâ tona lenrs 
effoits poury parvenir. 

Trente-sîx heures s^^taient ă6]k Jconlees depuis le commen- 
cement de ce narcolisme profond, lorsqu'on rădama Ies conseils 
de M. Pupke. 

A son arriv^e, ce m^decin trouTa l'enrant dans un ^tat k pen 
prts d&esp^r^ : Ies yeux ^taient enfonc^s dans Ies orbites ; Ies 
paap1feres,& demi-ouvenes, âiaient entour^es d'an cercle li- 
Tide ; Ies pupiltes ^taienl dllat^es, insensibles ; la face ătait pate 
et tfrant sur le bleu&tre ; Ies extr^mli^s ^taient presqne para- 
lys^; Ia respiration tr&s accâ^r^e ; le pouls excessivenieot 
fr^quenCi treniblant etpeitt ; le front baign^ d^une sueur froide; 
la m&choire fnf^rieure pendante. De temps en temps, Teufnot 
produisait un certainbruil & Vaide de sa langne qui sortait de 
Ia bouche. II n'y avait eu nf ^vacuaiion atvine, ni ^mlssion d'n- 
rine, depuis Tinvasion des accldenis. La facnhâ de sucer sem* 
blatt ne [plus exister; toulefois la d^glutiiion s'exerşalt assex 
bien. 

II n'y avait plus possibilii^ de tenter l'expulsion du poisoa 
par des molifs que tous Ies praiîciens comprendront facilemeDt 
saos qa*il soit besoin de Ies inoncer. Dans cetie occurreuce» 
M. P«pke ftt pfieoijte da suîi^ 4 i*6A£»ot qnelques peiiies C4ul- 



DB »HARVACIE ST D« TOXt€<M.(MII«. IM 

et dM bTemenu vinaigi^s camphr^s. En oiiire, II fu pionger, 
aosai prompiemeut que possibic, le peitt malade dans un baia 
cbaud camphr^. 

Soos rinfluence de cette tn^dlcation, tea accidenta se dissi* 
pirent peu & peu^ et t'enfant fut rendu ă la sant6. {Mediei- 
niteke Zeiiung ; 18b&, a"* 88.) 

Le cas dont ii vient d*£lre question, noas paratt d*autant plus 
important et d'antant plus digne d'^ire signală ă rattentioii des 
praiiciens, que nous avons la certitude que, chez nous aussf, 
ceruines nourrices, pour avoir plus de libert^ et se trouver 
moiosastreintesaupr^s des Jeunes enfants confi^s ă leurssoins, 
ottt la foneste habitnde de leur aJministrer nne d^coctian de 
itie de pavot, par pettte cuiller^es, jusqu'ă ce qu'il en r^uh« 
rasseopissemeot. Sans donte, ces femmes ne recoorent k Tem- 
ploi de ce moyen, qne parce quVlles ignorent tont ie mal qui 
peut en Atre la suite pour Ies noorrissons ; car ii n'est pas bosoia 
que des accfdents de narcotisme soient produits, pour que fes 
jenoes eofants ^pronvent ane infloence făcbeuse de la boisson 
opiac^ qni lenr est donn^e ainsi sans n^cessit^. En efTet, la d4- 
coction de pavot d^range l'^quilibre des fonctions digestives, et 
pr^dispose aux congestiona pulmonaires, et surtont enc^pba- 
liqnes : affections graves auxquelles Ies jeunes sujets ne sont 
l^ji que trop expos^s par suite de leur coustitulion. On ne peut 
donc donner trop de publicit^ aax cas d'empoisoDnement de ce 
genre, qni sont recueiilis dans telle ou teile autre locriit^, afin 
de prânanir, contre ane pratique anssi dangereuse que oelle-Iă| 
Ies pcrsonnes qai sont appel^es k donner des soins aoK enfanU 
da premier &ge. 

Noie du rJdacieţsr du Journal de chimie mMteale. Les 
cu d'empoUoiiiieiD^t par las pr^paraiions fu^dicamenteuses 
•bi«uMav«6 le pavot, aoit nonji^reui;. Xoui r^ce/omeot ancore 
r&Ao ds Imfroniieimf public k YalsBilîtBoeş, faisail coanaUri 
Ies fiita qai saivent : 



lAO JOURNAL DB CHIMIE MiDIGALK, 

Le pavoty qae l*oa nomme oeillelte dans Ie pajs, et qae Ton 
cuUive daos Ies environs de Yalenciennes et de Cambraii pour 
faire de rtiuiie domesliqaey est le veritable opium da Nord. Eq 
faisant une ÎDcision preş de la t6te de la plante» avânt sa mala- 
rite, ii en decoule une liqueur dont leseffets narcotiques soni de 
la nature de Topium. Des enfanis d'un des faubourgs de Cam- 
brai viennent d*en faire la terribie exp^rience. Au nombre de 
troiSy ils ont suc^ des l6tes de pavols avânt Ia măturile, et re- 
pus de ce singulier mels, ils sont rentr^s cbez eux, ou ils n*ont 
pas ^le longtemps sans ^prouver le besoin de dormir. 

Yers le milieu de la nuit, leur mare fut ^veillăe par Ie brait 
exlraordinaire de leur respiration : c'^iait un râlement laborieux 
et aigu. Les parents approcbenl de leur couche et trouvent que 
cespetiismalheureux avaient la paupi^e dilai^e, Toeil bagard, 
Ie visage p&le el le corps convulsif. Tout annonţail les terribles 
effets du poison ing^re. Le medecin appele ne put sauver 
que deux enfanis ; on fit de vains efforts pour iniroduire Vime- 
tique dans Testomac duplus jeune; la d^gluliiion etait arrit^e, 
le morlbond ^cumait $ ii mourut quatre heures plus.tard. 



SUR L*AGTION TOXiQUR DES COMPOSiS DE PLOUE (1). 

Le plomb ou ses pr^parations salines peuvent-Us agir 
comme loxique sur T^conomie animale et provoquer Ia mort ? 
Cette quesiion, que plusieurs auieurs de toxicologie ont der- 
nidrement pr^senl^e comme douteuse,parali 6tre touie r^solue. 
Ea effet> sans chercher iqi â developper les effets de ce toxi- 
que I on peut se borner & relater un fait qui se trouve d^crit 



(1) Cette note nous ajant ^t^ adress^e , noas la publions toot en fai- 
sant observer qae ce n'est pas le plomb seul qui causa les accidents 
obserfds, mais le plomb et le caWre. En effet, les treillages avaient 6U 
couyerts de curase, de Terţ de gris et dliuile de lin {Obse/vatioms et 
riflexions sur ia coU^ut de poison, etc, chex DebarCt Hbraire â Paris). 



DE PHAEMACIB KT DE TOXICOLOGIE. iUt 

dans Ie Journal de medecine^et de pharmacie de Yander* 
monde , juillet 1760, p. 159. Yoicl' le faii : On sait ă combiea 
de maax differents sont expos^s Ies pauvres artisans qui sont 
oblig^s de se servir, dans leurs m^liers, de lilharge et de cu- 
rase; mais on aurait peine ă se persuader que le plomb fAt 
aossi redoutabte. V 

M. de Ia Yalli&re, ii y a qnelque temps, fit enlever ă sa mai* 
son de campagne de Mont-Bouge, aux environs de Paris^ Ies 
ireillages de ses jardins, pour en faire construire de nouyeaux; 
Lejardinier ayant un four ou ii faisait cuir son pain, jngea k 
propos de se servir de ce bois pour le cbaaffer. Les treillages 
etaient couverts de ceruse, et ce poison se rjpandant dans le 
foar, se communiqua au pain, et produisit des effets tr&s fu* 
nestes k 9 personnes qui en mangirent. Les deux premiers 
SQjetsqni en furent attaqu^s, furent trait^s par un chirurgieni 
et ils p^rirenty sans qu'on ait pu au juste s*assurer des symp- 
p(6mes de leur maladie ; les sept autres furent saisis de dou- 
ieors, de coliques des plus Tiolentes, qui firent d^s-Iors soup> 
(ODner qu*îl y avait une cause commune k tous ces accidents. 
Oq fii appeler le docteur Gombalusier, qui reconnut les effets 
d^QDecolique m^tallîque, et qui, apr^s s'6lre informa de la 
raisoD qui avait pu occasionner cette maladie, les trăita comme 

des gens atlaqu^ de la colique des plombiers, et les gu^rit. 

^=^^^— ■ — «• 

DE l'eVPOISONNEMBNT DES TiC^TAUX PAR l'aRSENIG. 

Les travaux public depuis quelques ann^es sur Tacide ar- 
seoieux, ont permis d*^iablir une tbeorie salisfaîsante de Tem- 
poîsonnement de l'homme ou des animaux par cet agent toxique. 
Toates les fols qu'il est iniroduit dans le corps, qu'îl agisse ou 
ooQ d*abord sur le point ou ii a ^t^ d^pos^, ii est absorbi et 
passe dans le sang : s'il est en quantit^ consid^rable, ii d^ter- 
Buae te mort au bout d*uii temps variable) qui d^pend du de- 



142 JOVHKAI. UE CmMIE IlipiGALB; 

gri de r^^taBce qae lliomme ou Tanimal oppose k Faction du 
poisoB } 8'il eftt en proportion trop faible poar tu^ immMia- 
tement, ou si la resistance est telle, que la mort n'arrive qu'on 
certaîn temps aprâs, le poison est elimiD^ et sort de Torgani- 
saiion par Ies urines. Ies sueurs, etc, destinees ă s^parerda 
sang Ies subsiances nuisibles ou ioipropres ă Ia Hulrition. Ob- 
serve-t-on dans Ies plantes des phdnomânes analogues ă eeox 
qui ont iiâ constat^s d'une maniere aussi nette obez Ies ani- 
maux ? Cest une questiou qui n'est pas nouvelle, et la science 
possâde des travaux remarquables de Jeger » Segnin, Marcet, 
Macairei etc#, relatifs aux effets toxiques de Tacide arsenieui 
dans Ies veg^taux. M. Cbatin s*est proposă d'etudier de nouveao 
ces effetSy et il a pr^sentă le frult de ses recherebes k l'Acade- 
mie des Sciences. 

Yoici Ies principaux r^sultats qu'il a obtenus. Une plante 
ătant arros^e avec plusieurs liires d une solution satur^e dV 
cide arsenieuxy peut mourir au bout de quelques jours en se 
dess^cbanty si elle est placee dans un endroit sec , et en se 
puir^fiant , si elle est entonr^e d'bumidil^. I( n'en est pas 
toujours ainsi : souvent elle rasiste, et on observe alors des 
pbenomenes bien remarquables. Aprâs avoir absorbe Tacide 
arsenieuxy la plante eprou?e de graves sympldmes d'empoi- 
sonnement, tels que Tarrât de sa croissance, la coloration eo 
jaune et le dessdchement de ses feuilles. On voit quelquefois, 
sous i'ibflueuce du poison , des plaques noires d'appareoce 
gangrdnease se monlrer dans differents poinis diî parencfaţme 
vegetali et surtout ă la surface des tiges. L*^t^ hftte Ia maoi- 
festatton de oes pb^noniines ^ Tbiver, au contraire, semble Ies 
retarder. L*acide arsenteux^ ^tant absorbi par la plante, n'est 
pas ^galemeot răparti entre Ies diffiirents organes qui Ia corn- 
posent : accumuld dans Ies fleurs, il est encore assez abondant 
dana Ies fruiid^ leş semences el Ies tiges : c'est du moina ce qae 



DB PHABHACIK KT DE TOXIGOLOOIE. IU 

MflMMlre rualjse chtniqoe. Les r^sultais suivuits ont M 
«gDâlte ponr la premiere fois par M. Chatin. Si le v^g^tal ne 
neomba pas aox gra?es ph^nooiiiies d'empoisonnement dont 
1008 TeaeiiB de parter, Tacide araeuieux eat pea k peu ^Urnind» 
el soB expulsioB met cb gdndral ub lempa assez loag k ae faire. 
L'agaBi louqiie se oosiblBaiit atee ka alealis coBteniis dans la 
plante, donne naissance ă dea s^ solablea qui soni excrdtds 
psr les raeines, el qa'on ironve enccHre un eertaîB lemps aprte 
dttslesol. 

L'anieBr prdlead qoe le eblorure de calciom esl un coBlr»- 
poison de Tacide arseoieux absorbi par Ie v^g^tal, 

«aaas= , ssssssssm 

WmABMACBS. 

IU1BQUB8 SUR LA PRiPABATION DU SIROP D^EXTRAIT D^O^IUB. 

Le CodeM prescrh , pour la pr^paraiion du sirop d'extrail 
d'opiani , d*ajouter ă 600 gram. de sirop simple, une solution 
iaile a?ec 9 decigrammes d'extraitd'opiom el 16 grammes d*eau 
distins ; de filtrer la solution el de Tajouler au sirop booil- 
iaai. J*ai dtd curieux de m'assurer si le filtre au iravers duquel 
la iolnlion avaii pass^ ne retiendraii point une quanlil^ d'o- 
piom suffisanie pour diminuer d*une manî&re sensible la dose 
d'exiraii qui doii se trouver dans le sirop. A cel eflSeli j*ai fail 
Texp^rience suivanie : 

Apres atoir fail dissoudre 9 decigrammes d'exiraii d'opium 
dsns 16 grammes d*eau disiill^e , j'ai fllirâ la liqneur et laissd 
le filtre ^outter pendant quinze heures ; au boul de ce lensps, 
j*ai enlevd le filtre de dessus Tentonnoir el faU passer un peu 
d*ean dans celui-ci, afin d'enlever quelgiies goultes de solulion 
qui pouTatent adherer k ses parois. 

Le filire etani repiace de uouveau dans Tentonnoir , j'y ai 
vCTs6 16 grammes d'eau distill^e ; celle eau a pass^ l^g^rement 



Ift4 JOVRHAL BB CHIMIB XiDIGALE ^ 

color^e d'abord $ mais, rayant renvers^e sar le filtre une se- 
conde fois, elle est devenue plus fooc^e en couleur. Lors- 
qu'elle a ^l^ enti^rement ^coulde, je Tai faii ^vaporer dans ua 
petit vase de porcelalne ă la chaleur da bain-marie. J*ai obtena 
pour răsidu 8 centigrammes d'extrait d'opium sec/quî, ra- 
men^s eo consistance d'extrait d'opium tel qae je Tavais em- 
ploy^y pesaient 10 centigrammes. 

n est ceriaia, d'aprâs ce qui pr^cidet que le sirop d'opiam, 
qae Ton a cru jusqu*ici contenir 5 centigrammes d'extrait d'o- 
piam par once de sirop, n'en contient guâre qae & centigram- 
mes et demi. 

Un demi-centigramme d*ex(rait d*opiam de moins par once 
de sirop est-il suflBsant pour infiuer d*une maniere sensible sar 
ses propri^t^? Je Ie pense..., et j'engage mes confr^res k 
suivre le proc^de saivant , qui , tout en ne chang^nt que pea 
de cbose ă celui du Codex , permet d'introduire dans le sirop 
tous Ies principes solubles (dans Teau) de Textrait d'opium. 
/V. Extrait d'opium. ... 0,9 grammes. 

Eau distinge i 26,00 

Sirop simple. • ? ; . 600,00 

Faites dissoudre Textrait d'opium dans la moiti^ de Teaa 
prescriie, filtrez la solution lorsque la liqueur sera entiire- 
ment pass^e ; versez de nouveau sur le filtre 6 grammes d'eaa 
distinge, iaissez ^couler, et ensuito versez Ies 6 derniers gram«- 
mes d'eaa restant. 

Terminez le reste de l'opăration comme rindique le Codex. 

En agissant ainsi, on est sOr que la liqueur dont le filtre 
reste impr^gn^ n*est que de l'eau pure, ou au moins de Teau 
ne retenant qu'une trte faible quantil^ d'opium, ainsi qae je 
m*en suiş assură & diSîirentes reprises. F. Jourbaii, 

;; Pharmacien k Salnte-Marie-durMont (Mancbe). 



D8 PHAItIfACIB ET DE TOXICOLOGIE. i&5 

I a 

SIEOP BÂVURATIF AMER BE BEVERGIE (1). 

Pr. ' Racines de bardane | 

de patience > 1 kilogr. de chaque. 

Feuilles de saponaire ' 

Bois de galac rap^ S kilogr. 

Doace-amăre 1 kilogr. 500 gram. 

Feuilles de sen^ O kilogr. 250 gram. 

CassoDade et miel. • 5 kilogr. de chaque. 

Faire deus decoctions avec eau 15 kilogr.; concentrer Ies 
tlecociioDs et faire le sirop. 
Oq en preod quatre cuiller^es par jour. 

UCBEECHE SUR LA COMPOSITION DU BAIIT AESBNIEUX DE TES* 
SUR, EHPLOTi DANS LE TRAITEHENT DE LA GALE DES 
lOUTORS. 

Les văt^rinaires emploient, avec le plus grand succes, pour 
combattre ia gale des moutons, ainsi queTa conseiiie Tessier, 
11 ja loDgtemps, un baia compost de protosulfate de fer (vi- 
triol yen) et d*acide arsenieux, daos les proporiions sui- 
laoies : eaa ordinaire, 94 litres ; acide arsenieux, i kilogramme^ 
protosulfate de fer, 10 kilogrammes. 

Les bons effets therapeuiîques de ce m^dicamejEit, reconnus 
|ttr de nombreuses exp^riences, ont fait admettre que la pro- 
prietă toxîque de Tacide arsenieux ^tait, sinon entierement, au 
iDoins en paitte, neutralis^e dans cette pr^paration par une 
pariie de l*oxyde de fer du sulfate. 

Cette assertion, ^tăblie plutdt par suppositîon que par Tex- 
penence, măritait, snivant nous d'6tre verific surtout dans 

(1) Un de 1108 aftonoăs nous «yant demand^ la formale da sirop d6- 
psntil ftmcr do De?ergle » ohirurglen aa Yal-do-Orâco , nous donnons 



IM IOUMâL Bl CHimE llillICAI.B| 

u MOBMt (A l'aiteBtk» gtednile est attir^ tor l'emploi des 
pr^parations aneiiicaleaei surlaft graves inconv^oieiits qui peu- 
vent en £tre la suite. 

Aflu d'eiaittiiier ce <}ui poavait se passer dans la prepara- 
tion du bain de Tessier, nous avons fait dissoudre, ă chaud, 
dans un ddeiliiM deau diHilUe^ 1 grammâ daeide ans- 
ni0U0f r6d«it en peudre fine ; le solutum retird du feu, on y a 
fail dissandreţ par Tagitation, 10 grammes de protosalfate de 
fer rfeeminenl criatallis^ : aussitdt le liquide a pris una teinte 
jauneH^ltron en se tronblant l^girement ^ mais, par le refroi- 
dissement, ă Tabri de Fair, la coloration a dispăru pour la plus 
grande pariie, et le liguide refroidi^ alorS'Claîr» conservaiti 
' petne mie trte Mg^e ieiirt# jannâure. ^ 

Vne pariie de t% mi9%n.Uh abandiHiiiAe ă Tair daos on flMoo 
MboMb<, ne s'ec^ mllMieM troobi^«, nâme dant Tespace de 
trois jours, ă une tenip^rature de •{- 5® ă -f- 6"* centigr. Pour 
eonnattre si Tacide arseaien s'y irouirait Ubre au eomUni^ 
n<ms en aTona pris une portion qne nous avons m^laogfe avec 
tfols fois son totame d'alcool ii W cent^iman ; ee aolotum 
s'esi ittfliMiiiteaieAt trosbl^ en laissant d^poser une pondre 
eristallifte^ d*an MaiM^terdâtrei qiie nous avons rediasonte fa- 
cilemeni dans Teau distilMe , et qni nous a prtfsentd toos Ies 
caraciires du protosolfate de fer* 

Le liqnlde alcooliqne, ^lendu d^ean» jaunissait aussitdt par 
le soluiam d'acide sulfbydrique et furmait, avec ce râK^tîC au 
boQt d^nn eeriain temps, un precipitd lloconnewx Jaune de 
iulfur0 tPanenie, soluble dans Tamnioniaque. Evapora k sic* 
cii^ dans une capsule de porcelaine, ii a laiss^ un r^idu blanc- 
grisătre qu'on a lav^ avec de petites qnantit^s d'eau froide 
pour s^parer un peu de persuifate acide de fer qui s*y trouvait 
mâliS. Ce r^sidu, gris-blanc, projei^ sur Ies charbons ardenis, 
s*exhulait entiirement en fumeei blanehesj dume faric odeur 



BB fliJOUCIB Bt BB TOBIGOLOGIB. 147 

aUk$d0ţ dMwM dBM wi Mdbe teseM par ui bont, tt s'esl 

sobUm^, poar la pisa giado pârtie, en laîMaDt un l^er r^sidu 
ooir, boursouffl^y qui s'est br&lâ en le cbauffant au rouge 
obscur aa ooDiaci de Tair j ii n'eat restâ, aprto cetia calcina- 
UoB, qae des tracea imponderablea d'oxyde de fer. 

Les effBta «d^servâi cî^esaus en diasolvant^ dana de Teau dis* 
dll^, de Tacide arsenieux, ei ajoutant ji ce solutum du proto- 
solfate de f(Br, dteonireDt qa'il n'y a aucune r^action chimi- 
qne entre cea divera corpa, mdme en abandonnant, pendant 
qoelqoea joira, le liquide ft Taction de Tair ^ mais en e&t-il de 
Bime lorsqa'au lieu dVau pure^ on fail usage A'eau ordi^ 
%air0 tenant en lolution plus on moins de carbonate de 
cbaax, comnae ia plupart des eanx de puiia des enviroos ? U 
es( hors de doutCi ainsi que Texp^rience Ta d^monlre depuis 
loogtempsy qoe oe carbonate, dissous dana Teau ă la faveur de 
Ticide earbooiquei venant ă d^composer ane certaine quanlitd 
de proiosolfate de fer, dAlernine la s^paration de son oxyde, 
qoî se auroxydant sous Tinfluence de Tair, peut s'unir alors k 
Qoepanie de Vaeide aneni&us^ et la pr^clpiter k l'etat d'or- 
Maife de fgr imoluble. 

Toutefois, ainsi qne nons Tavons constata sur Ie liquide sur- 
oageaat le d^pdt ocreux pr^cipit^ du bain de Tessier, prepara 
nec de Feau de puits de TEcole d'Alfort, la plus grande parlie 
del'adde arsenieux restait en solution» ni£l^e au sulfate de fer 
nm d^eampoei. 

Si Tttsage de cea bains pr^sente moins de dangers dans Ia 
pntique que le bain pr^par^ avec le simple eoluium d'aeide 
^nenieux dam FeaUy ii faudra sans doute eu chercher la 
cause dana rastriction que le protosulfate de fer produit sur 
Ies tissos de la peau, asuriction qui modifie ainsi Tabsorption 
cutaoie. j. l. L. 



lâS JOURNAL DE CHIHIB M^DIGAtBy 



HI8TOIRB HATURZLLE. 

EXTRAIT B UN TRAYAIL SUR SIN6AP0RE, ADRESS£ A M. DE LA- 
GREN£b, MINISTRE-PL^NIPOTEICTIAIRE EN CHINE ; PAR LE DOG- 
TEUR TYAN, MÂDECIN DE LA LÂGATION ET PROFESSBUR A 
L'iCOLE SECONDAIRE DE M^DECINE DE MARSEILLE. 

Maniile, Ie 1*' aoftt 18&ft. 
Les GbÎDois sont Ies seals habitants de Singapore qui s'oc- 
cupent de Ia fabrication de Ia substance connue dans le com- 
merce sons le nom de gamhier^ et de terra-japoniea^ et de Ia 
culture de Tarbuste qui la prodnit. Je vais df^crire succincte- 
ment leur proc^d^ de culture et de fabrication. Le gambier, 
nauclea-gamUerj dont je ne donne pas une description botaDî- 
que, qui se trouve dans tous Ies ouvrages sp^ciaux, est un ar- 
brisseau de Ia familie des rubiac^es , qui atteint de buit ă dix 
pieds de hauteur. Ses branches flexibles s^etalent en tous sens 
et occupent un espace considdrable ; elles sont gr£Ies, cbargees 
de feuilles, qui ne donnent qu*une ombre îngere, que traverse 
facilement les rayons du soleil. Quelquefois, Ies Chinois si- 
ment les graines de cet arbuste pour obtenîr les plants qui 
leur sont n^cessaires ; d'autrefois, et c'est la mdthode la plus 
gen^ralement adoptee, ils se contentent de (ixer en terre des 
boutures enievdes aux plantations existanies.Pour cela, on pre- 
pare Ie terrain d'avance en enlevant les plantes qui pourraient 
gâner le developpemeni de celle qu'on veut faire pfosp^rer ; et 
on met un intervalle d*un mitre et mame plus, entre deux pieds 
de nauclea. Cela fait, on abandonne la plantation ă elle-mime; 
la seule culture qu'elle regoive plus tard, c*est de la debarras- 
ser quelques mois apris des plantes parasites qui Pont envahie. 
Du quatorziime au seiziime mois, les arbustes ont atteint toat 
leur d^eloppement et Ton peut s'occuper de la premiire r^ 



BB FHABMAGIJK IT BB TOXICOIOOIB. 1&9 

colte de feoilles avec lesquelles on prepare Textrait connn sous 
le nom de gambier. La preparaiion de cet exlrait se fait de la 
maDiere la plas simple : un fouroeau des plus grossiers, ane 
chaudiire en fonte ou en cuivre etablie sous un hangar, sont 
Ies deux seals objets indispensables pour ceite operaiion. On 
sonmet k Taclion de la chaleur la chaudî&re remplie d'eau et 
de feuîUes de nauelea^ei on souiient rebullilion jusqu'ă ce que 
Ies feailles soient compl^tement ramollies et decolorees par la 
coctiofl. AlorSi â l'aide d'une fourche, on enl^ve Ies feuiiles et 
on ies place sur un morceau de bois creusâ en goulti^re et dis* 
|K)se de maniere ă ce qu'H raniene dans la chaudiere Teau dont 
Ies feoîlles ^talent impr^gnees, et qui s*ecoule peu ă peu. Si la 
decoctionn*est pas suffisammenl chargee du principe exlractif, 
OQ ajoute de nouveiles feuiiles ; si elle en est suffisamment char- 
gee aa contraire, on rapprochelellquide jusqu'en consistance 
d'exirait. Le point de concenlration aiteini, on coule cet extrait^ 
daos une esp^ce de caisse ayant des bords peu elev^s, et on Ie 
coupe en morceaux ^gaux entre eux. Si ceite substance doit 
^U% vendue aux gens du pays et surtout aux Malais, qui la »£• 
Im a la chaux, ă la noix d*arec, qui joignenl ces ingr^diens k 
lafeuilie du betel qu'ils mâchent consiamment, on la divise par 
fragments de trois centimâtres de large sur huit ceniiniâtres de 
loDg ; si, aa contraire, elle doit âire livree au commerce d*ex- 
portationi Ies morceaux ont dix centima tres de large, quatorze 
ceoUmitres de long et une ^paisseur de quatre ă cinq. Au fur et 
nesare qaW săpare ces parties de la masse principale, on Ies 
tnosporie sur des nattes en palmier, qui sont exposeesau soleil 
pour obtenir une entiăre et rapide dessiccaiion. LegambieTf 
uaat d*6tre complilement sec, est d'une couleur jaune peu in- 
tense, ii offre peu de consisiance, se laisse facilement dcraser 
soQs Ies doigts sans y adhărer par Tefiet de la pression. Dâs que 
la dessiccaiion commeace k s'opărer , sa superflcie noircit et une 



150 lOimtfâL DB MIHIE «iMeAU, 

couleur bruae foneme se prononee dans t*f otMear. Les n^go- 
ciants de Siogapore d^signent eeiie 6ab6(aaee ftovui le aom de 
ealheu, de ierra-japonioB et de gamhier qae lui donneiK 
plus spdcialement les Malais ; et poar Ies premiera, Ie eaekm 
et ie gamhier^ sont uae substance absoluoieot ideotiqiie, bieo 
que provenaot de pays et de văg^taux diff^reois. II est bîea 
Trai que i'extrait des feuilles da naudea^gamUer a les ploi 
grands rapports avec le cachou extrait de Vaeaeia-eatheeu et 
aussi avec la goaime-kiiio ; mais ees trots cerps sont Ioîb 
d^£lre identiqaes : c^est pourquoi f eo joins piusieurs păios 
comme ^chantlllons k cette lettre. 5e pense que s'ila ^ieot 
adress^s k M. le professeur dliistotre oaturelle de la FaeoltJ 
de m^decine de Paris , ce savant professeur, certain de leiir 
origiqe, da mode de pr^paraiion emploj^ poar les obteiiir, d^ 
terminerait les caraet^res qai tear sont pro|Mrts, comparative* 
mentă ceux qui caract^risent t'exirait de Vaeaeioreatheeu^ de 
Vareca-catheeuj da pteroearpui-erinaeeuSf ou de toot autre 
extrait analogue. Toutefois, ce qui me paratt aetaellettient de- 
monir^, c'est qu'en aacon pays la substance connue aous le 
nom de gomme*kino, n'est produite par le nauelea-^amhier; 
le Bom de gomme de gambie que lui donnent qaeiquefois les 
n^gociants, a seul M cause de l'erreur dans laqaelle som 
tombes ă cet ^gard, les auteors d'oarrages de matMre medi- 
cale. Les Chinois et les Malais attribuent ă Textrait de nauelea 
de grandes propri^t^s m^dicinales ; lls Peraploient surtoat avec 
succ&s dans les cas de dysenteries elironiques. Soua ees di- 
mats d^bilitants, ies propriet^s astringemes qu*il possMe, 
sont âninemment propres pour rendre aux organes «ne cont* 
cit^ qui r^tablit ieurs fonctions. Toutefois, ce n*est pas i eause 
de ses propri^tfo m^dicamenieuses qae la euHore du ganbie^ 
a pris depuls qaelques ann^s una si granda exiensioB 1 6lDga«» 
pere* Depafis un temps inmteerial) oa emfM# w CWm coi 



DB PBMMACIB BT DB TOXfCOtOGIB. 16t 

extratt ponr Ie taoDage des cuîrs; et Ies Aagfais, si pronpts ă 
s'eioparer des proc^d^s iodustriels mis efi praiiqiie avec suc- 
ds dans Ies autres parties du monde, n'ont pas tard^ k appr^ 
cier ies propri^t^ tanoantes d'uo corps doat l'^nergfe ne sau* 
rait £tre compara k celle d'aucune autre substance astringent«. 
Aassi transpor(e-t-oe aujourd'bui eo Angleterre d'^normes 
qaantit^ d*exCraiC de ganibier. J'^spâre qn'en France , on ne 
tardera pas k affecter aax «n^es usages eette substance qu'on 
]i*jemploie eocore f ndustriellement que pour la leioUire, sous le 
Bom de terra-japenica, et que notre pays pourraic se procurer 
bîeatAt, sans av<rfr reeo«fs k celle produite par Ies pessessîons 
âruigiferes. Ec i eet effet, J'oserai proposer de foire panrenir 
m respectaUe et sarant dlredeur du Jardin botantqoe de notre 
colonie de Bourbon, un eenain nombre de pieds de gambier. 
Cetarbnste se plah sur la lisfdre des bots» dane ies lieuB arides 
et montoeux ; ii n'exige pour sa cnlture nt engrais,n{ amende- 
neat, II se contente d'un terraf n peu profond ; son exploitaii^ 
ne B^eesshe qu'un travail presque insigoiftanc, et je crois qu*il 
trotrerak dans llainease planue des Paimters, qu'on a vaioe- 
neai ekercftd k mettre en cuUure, lottM ies eanditions pr o- 
pres I son d^veloppenent. Ce eeraît donc rendr» un viăriiaMe 
service k netre colonie, que de la doter d'une esp^e Ti^giiialey 
qti lui pemeitratt de naetire en pleioe cultnre une superficie 
fc lorraia execssivement considăraJMe qui ne peui (bire aulre- 
neot utiiia^e $ car dans cetie panie de i'tle, ia l«rj« regetale 
ctt peu prpfMide, «t on ne trouve au deasoua qu'uoe terre dure^ 
râisiaace, qui n'a pas eid attaquăe par Ies agenls exuărieurs* 
Teites lea planiaii^s de gambier sont k «ne eenaine dîstaMe 
dela viHe 4e Siagapore el dans dea UenB «k existent des plan- 
MioBsdepoivrien.LestoiilIea cttHesduMucleasontwiexc^ 
katengrais şour la plame aanMenasase qmi doose te poivre 
aoîr, €t Ies âamn aâmm te cesplitoit «nlaelteiBeaL 



153 lOOUIAL BB CBIMIS MfolCAU^ 

En s^journant un certain tenps aa milieu d^uue popolatioa 
malaise, je devais oaturellemeDi songer ă connattre la prepa- 
ration que ce peuple faii subir ă leurs krels, qui passeot pour 
des armes meurirîâres, et dont Ies blessures sont r^putees 
morteiles. Un Malais en qui j'ai toute confiance et qui a parmi 
ses compairioies une certaine renomm^e, m'a monir^ le pro- 
cede generalemeni employe pour rendreces armes veneneuses. 
On decape d'abord la lame de TiDStrument avec de la chaax 
vive, on saupoudre ensuiie un des c6tesavec de Tacide arse- 
nieux en poudre împalpable, el on arrose cette panie avec du 
suc de citroD ; apr^s cette premiere operation, on abandonne 
cescorpsen contact aussi longtemps qu'on croit qu'ilsexercent 
une action Ies uns sur Ies autres. Lorsqu'on voit que le suc de 
cilron est presque complâteaient absorbe, on essuie tres iege- 
rement Ia surface sur laquelle on a opere et on Tenduit du suc 
rapproche d'une raciue, que je crois âire celle du menuper" 
fium-eoceuluSf dont j'ai pris une certaine quantile que je me 
propose de soumetire ă Tii lustre auteur du trăita classique de 
toxicologie. On op^re sur Tautre face du kreSs absolument de 
la mame maniere, apr^s quoi, on passe sur Tinstrument une 
tr^s petite quantite d'huile de coco. Ges armes ne conservent 
pas pendant bien longiemps leurs proprietes (osiques ; car j'ai 
vu un chien de moyeone taille, frapp^avec uoe d'elles, qui avalt 
ei6 nouveilement prepar^e, et qui est mort dans Tespace d*une 
heure en donnaot tous Ies signes d'un empoisonnement par ies 
poisons narcotiques ; landis que des personnes, ă qui j'ai ete 
api>el^ ă donner des soins, ble:»s^s avec des instruments em- 
poisonnes depuis plusieurs annees, n'ont eprouve que Ies ac- 
cidenis qui accompagnent ies blessures Ies moins graves pro- 
duites par des instruments trauchants. £q cas de maladie. Ies 
Maluis de Siugarore n'ont jamais recours auxm^decins curo- 
peens. U existe parmi eux certains faerisseurs qui sont ea 



DB FHARXACIE ET BB TOXICOLOGIE. 158 

possession de leur conlance, et qui ont ă leurs yeux des secrets 

tradiiioDDels sar la connaissance et le traitemeot des maladies 

qa'on chercherait vainement ailleurs. Ua de ces homuies m'a(- 

lirma qa*il possedait des lîvres de m^decine qui lai avaient 6i6 

iraDsmis par ses aieox Ies Malais ; mais ces pr^teodus livres 

dem^decioe ne sont qae des recueils de recettes plus ou moina 

bizarres qui leur ont iii ligais par Ies Arabes, de qui ils tien- 

Deot lout ce qui constitaeleur individualii^ sociale, c'est ă dire^* 

kor religion, leurs coutumes et leurs iodustries. Je m*assarai 

qoe ies m^decins malais ne pratiquaient de saign^es dans au- 

CQiicas, et que leur systfeme de d^ligation ressemblait beau- 

coQp a celui de nos reboutenrs de France. Toutefois, j'ai trouvâ 

ces Malais ea possession d'une plante qui peut rendre de ir^g 

graods services en m^decine, et dont la th^rapeutique anglaise 

t'estdejăempar^e: c*est le fnenigpermum-^errueoium qu'iis 

eiDploient comme anti-p^riodique^ et dont je rapporterai ea 

France des quantit^s assez consid^rables pour faire de nom- 

bfeaxessais. 

Oo tronve, sur Ie march^ de Singapore, une substanee d'uo 
prix eicessivement ilesi et qui m^ritait d*atiirer notre alten- 
lion : cette substanee est te camphre, connu sous le nom de 
canphre malais , et de eapur-barus. EUe se pr^sente sous 
Tapparence des corps blancs cristaliins, compos^e de mor- 
oeau dont ancun ne d^passe gu&re la grosseur d'un ongle or- 
dioaire, et affectant une forme rectangulaire. Chaque morceau 
puitt fonn£, ă la maniere des cristaux, de petites particules 
semblableSy unies Ies unes aux autres. Ce camphre est certai- 
Dement un produit naturel, c'est ă dire, qu'on le trouve ă T^tat 
coocret dans certalnes pârtie de Tarbre qui le produit, sans 
qQ*oo lui fasse subir la moindre pr^paration. Les preuves ă 
fappui de cette opinioo sont foumies par le t^moignage des 
oaiorels de Bomeo et de Sumatra, oii on le recolte, et mieux 
2« siaiB. li. 18 



ibU JOURNAL DG CBHHG MâDIGALI, 

encore par certains caraciires dqni je vix'is parler. La presqoi 
transparencc de ce corps, sa durele comparee ă celle de oo! 
campbres rafiiaes, anaoncent quMl ne s*est forma qu'avec uoi 
extrÂEDc lenteur; sa forme lamellaîrei son apparence micacee 
prouvent d*ua autre c6li , qu*il ne 3'est pas consolide ăi Tai 
libre ; mais que cetie cristallisation s*est oper^e dans un espao 
resserr^.Plusieurs auteurs snpposenique cecamphre,quî est pro 
duil par le dryahalanot camphora ou âharearobusia^ decoul 
des iocisions qu*on prailque sur lesbranches el le tronc de ce 
arbre. Mais celle opinion est inadmissiblci si on a ^gard ăTex 
tr£me volatili l£ de celle substance. Aussi ceux qui admetleD 
que c'est sous l'^corce de l'arbre, ou mieux encore daos se 
racines, qu*on Ie rencontre, me paraissent seuls daos le vrai 
Totttefois, le prix excessif de celle substance ne s'explique pas 
On sait qu'une tres grande quantil^ du campbre importa ei 
Europe vieni de ChinCi et c*est pr^cis^ment pour ce pays qu* 01 
acb&le toul le camphre malais nkoli^ k Borneo et ă Sumatra 
oh Ies Chinois le paient, la livre, le prix qu*ils vendenl leu 
camphre le quintal ! ! Aussi, je ne crois pas <ţa*on en ait jamai 
transporta en France la moindre quaniiie. Le prix qu*ott y al 
lacbe, vient-il de fătat de purelă qu'il pr&ente, compare ai 
camphre brut? Mais dans cette snpposition, Ies Chinois appre 
cieraient bien plus nos camphres raffinăs, qui ont une bien ploi 
belle apparence ; tandis qu*ils ont refusă d'acheter celui qu'oi 
leur a offert. Les m^ecins Chinois bnt-ils, comma on 2e di 
vulgalrement , dăcouvert ceriaines propriăics medicinale 
dans le camphre malais, qui n^existent pas dans celui produi 
par le launu-eamphora ? C'est peu probable. Le eapuf' 
barut ne paraţi pas differer sensiblement du camphre ordi* 
naire. II esi plus compact, ii est vrai, d*une pesanieur sp^i; 
flque peut-£ire un peu plus grande , d'une volatilii^ moirn 
grande ; mais tous ces caraci^res qui liennent au mode d'ar 



M fBMIMACIB n Bl TOIIBOLBAIB. I#S 

iti fC B io^ t BMMBBliire BB Bie pAraîMent pas BufllMiilts pour 
Iii fiippoBBf des propri^^s sp^cCMes. ToticeftiiB, ii a şbni mite 
a M. 1b BAiimlre^plteipoientîBik^ en Ghin^, de taiBUre Ies houiw 
ftfft s^iBttx dB Ddtre pajrs ii auftaie ds cOnstalBr par des brb*- 
1}8M el dBB Bxp^rîBnCeB directaB, iâ diflârentie qui pMt eBisMr 
enire ce camphre et le camphre eDipioyii en fioropa ; ei ncMift 
iOBs aOBnBMiB nittttiB k eette ÎBteBCtdn dâ qUaiqileB ^bbafiiiUons 
lie CC eBrp». D*aprte ce qie j'ai vu» lea Chiaoii ei Ies Matais de 
SiagBpore «l de Malacca amphiiettl te eapifr^af-u» paBr IHilre 
d«s frtBHBM BBP te$ panpiiiref en promenani sur cps pâMie* Bii 
oiorceao d^one surface aussi grande que pM^ibte, 6b qui expU>- 
qot paucqaoî ce caktiphre s^ vetld d'autattl plus ctiBr qne tes 
fnffuBBlB BB soni phis frandsv Ges frictteBs procuretit ube 
IVatoiiBar BiionmMBO^e^ eioeBsif enentairiiabiB. et Idraque VcM 
est faiifui piar Tlictel dtf M iBintera oli pAr ba eterotee trap 
]tfoloBg4» «lleB obt p0or efat de Ibi raiidre ibatantaB^aat 
lauiB ia pr^cisiM ti vk nattaie. Lâ oanphhl rafllBd d'EuropBv 
employ^ au mame usage n*aurait pas , sil fasi en eroiiti dat 
eapMenoe qai m'eal pBV^oâlIbllBf te mAoiB propri^td bâloaiailie. 

anrcwton wvMţkiVMk l^âMIn«AVI9«•» 

UffBAIV B*IJB B4PH>aT BB M. PAVBII flVB hk VABBţAAtlOR 
BU GLUTBN ORAIfOU4f ^TABUB BAA MM» YfoOlf FBftBM. 

n y a quBlqaeB aBseea , aprâs de lenta el peradT^f aata «f- 
foris, M. Martin de Vervins perfeciioDiA l'dpuratioB dea pnB^^ 
diuia aoiylac^i an pi^rayani d'abord la gteiea ă freid : d^s 
tors, ii assainissait cette industriei en augesentaii Ies produiia 
ct rtervaiii coiBiBe substanee aliaientairBf la perttoB te {rtua 
BaBrrisaaBte du fromenii au liea dB T^liBiiBari oemoie bb^tb* 
Msy par te patr^faction . 



156 10UUIA1. DB CHIHU MfelCALB; 

Le glutai, dans Ies premiers temps, fiut employi ă Ia nour- 
riture des animaax; bientAc ses propri^t^s alimentaires , 
mieox appr^^i^ , le flrent admettre dans la confection des 
plas beaux pains de la boulangerie de Paris i de sod cdt^, 
M. Robine en confeciioDnait des pains l^gers poar Ies diab^- 
tiqaes et Ies coQvalescents. 

II semblait diflScile de lui trouTer des appUcations pios con- 
venables, ies amidonneries nouvelles s*eo contentaient , et 
MM. y^ron frires ioiroduisaient, sar ces dono^es , Ies pro- 
c^d^ Mariin dans lear Tasie ^tablissemept de minoterie, sis i 
Ug^gtf pr^ de Poitiers. 

Cependant la difficuUe d*4couler , k Vitai firais , tont le 
gluten, au far et k mesure de son extraction, eniravait leurs 
travaux ; iis cherchaient Ies moyens de conserver cet impor- 
tant produit en le dess^chant, puis le ridaisant en poadre : 
mais, lors m6me qa'on y fftt parvenu d'ane fagon ^onomique, 
ou n'eftt encore obtenu qa'ane sorte de farine propre k la fa- 
brication du pain. 

Une Id^e beareuse venoB ă MM, V^ron a tranch^ la diffi- 
caltâ, en simpliflant toate Top^ration, diminuant Ies frais et 
donnantf an liea d'une mati&re premiire» un prodait d'one ra- 
lear plus grande et vendable directement aux consommateurs. 

Uinvention consiste : 

i^ A granuler et dess^cher le gluten : dds lors la ridnction 
en poadre est inutile et la difficult^ cesse ; 
^ 2^ A s^parer en trois oa qaatre sortes, saivan t lear gros- 
s^ur. Ies grains tont formes ; 

8** Enfln ă livrer le gluten ainsi pr^pâ^d pour 6tre employ^ 
sartout ă la confection des potages. 

Nons devons faire remarquer que ce produit nouveaa reunit 
Ies conditions Ies plus avantageases pour Temploi de Ton des 
meilleurs aliments connus. 



BB TJuaauLtnL ws bb ToxicoLOCfiB. iB7 

II reoferme, en ef et, plus de gluten que Ies pfttes dltalie 
Ies plus estiffl^es. 

Or, Ies propri^t^s ^miDeminent Dutritives da giuten sont ad- 
mises depuis longlemps par Ies chimistes, Ies agronomes et Ies 
physiologistes. On attrîbue g^n^ralement ă sa pr^sence et ă 
ses proporticms Ia sup^rioriti du fromenţ sur Ies auires c^* 
r^es, et la qualiti meilleare deş pr^paratîons alimeniaires 
obtenues des bles dura r^oltâ» dans Ies coutr^es m^ridib- 
Diles. 

Cespropri^t^ importanles du gluten ont ^t^ mises borş de 
dame par des expâiences d^cisives sur Ies aaimaux, et ceux- 
ci, mtaie parmi Ies pios exigeantspour leur nourriture, le 
UDgeat airec avidM, avertis, sans doute, de sa qualite nu- 
tritive par rinstinct de leur consenration, qui Ies trompe ra- 
remeat. 

SoQs rinluence exclusive du gluten, des cbiens et des porcs 
ODt pa £tre nourris complâtement. MM. Y^ron ont engraiss6 
des boeob avec du gluten. Us en donnaient, par jour, ă clia- 
coo, 12 kilogrammes^ dlvis^s dans environ 6 kilogrammes de 
pos son : rengraissement fot rapide. Le tissu adipeux des 
aniaaox offrit la coloration et plusienrs caractires des ma- 
ti^res grasses du b\i. 
Ces fiiits, remarquables ă plusieurs ^gards, seraient-ils en 
opposition avec Ies nombreuses exp^riences qui ont montr^ 
VK chaque snbstance organique, isol^ment, est d^pourvue de 
hlacQltid'entretenir la vie desanimauxTNon, sansdonte: 
OD reconnatt, au contraire, que la propri^t6 nutritive du gluten 
&'accorde avec toutes ^es nolions de la Science^ lorsque Ton se 
nppelle que cette substance renferme , avec la plus grande 
panie des principes imm^diats azot^ du froment (glutine, 
^bomlne, cas^ine, flbrine), des matiires grasses, en propor- 
^ dooble au moins des farines blanches ; qu'il contient, en 
^*ure, de ramidon, des phosphates» etc. 



BeteUd mrtd qm fw poumit dAfi^r li Miim te cei al- 
ment r^llement complet, ea le comparant k la ikmdm fri 

semt wto aTeci (Hi pftki* 

Noijtt allona 4teaairtr ecMaeai, paf aiAe 4aa prMffaftea e» 
uşag^ chaa^ MM. Y^roft» t9« «mMtoin gl«lea aoni aiifsx a^ 
nag^ qiiQ 4a^s |Qui«ii t«ft a«uaa ptiptrationa a a wiaa da 
p^6ad«(^*ooieM, 

Le glaten est d'abord extrait suivant Ies procddes de M. Biav» 
tiui o» Viim tanc firaia daaa de U teiae^ eiiplop4i|k peids 
^gailuM^ '««M k pffOftMff 4aia dMolUiaipeer ladiilBeraii 
n^ni^aa liwteea, ^m «ifir» la tlriiie i^erpoade » alMa oe 
POYM ta ţwl daaa«oe «oue de^pifirâa» o^l» diviaiea s'Mikaa 
mdcaaîmnyi^K ewUfe 4aaft egriiadfea aoaneaiMfuea levaant 
dans le mâroe sens, mais animăs de viiesses tr^ diflKrentaa, al 
dQjM Xw^ I^ plM petif , ((^î iew«a leiMeflieiii» eai aana &m 
grMd Me4>re de di^viltaa laUlMiaa^ 

ţ4e pffodiMi de cette uciuiratiea «q pa^aeMe aoaa laiMnBedi 
gTMi^ oWottga, caoapefi^ de glaim teoferawir de li^ hrlm 
interpol i oa l» desi^cbe daei» ape 4uif e I eMcant tf aâr, 
chaMffăe ^ M ^ sa degrte el garnie da liceire qiit AMUitamtas 
chargemeots et dechargements ă Texi^rieur, 

(>eş taim^es au Uravera d» eaoevaa aidiellMpias k oMiilIss 
oO^m^ dea o«veruirea gradul dewiear. dfraeieaMii daa 
graioa de^ «aaire grewewik diSirteAea» aviia dTMe qaaMtd 
îd^iUMw». 

Ywii cevuneiM e» peafc 9e leodve eeanua de le«r oeatipo* 

sîlion : 

iW kil. de gluiM flraia^ ceeiit»a<rt W da ghHeii aac, 
dîTîs^s. par 200 kiL de farine » eoiiiMMl 9& de glateo. 

Ea M)ui 300 luL^ sa rediiweni» par ki AwaiocaiiM» k SM» 
com^oam «x.kjl. de g\m9^ 



M MAAMÂCIE BT Dl TOXICOLOGII, 159 

Donc, 100 kilogr. de ce produit granula renfermcfDt 29,2 de 
gloten sec, c*est S dîre, plus du double de Ia quaniite cooienue 
daosla farioe emploj^e. 

Cetce richesse en maii^re fon nutritive n^est pas le seul avan- 

tage que pr^sente Ie produit nouveau, si on Ie compare avec 

lespâtes dites vermicelle, semoule, etc. Dans celles-cî, Ies 

pi^parations, qui consistent ă p^trir avec de Peau bouillantei 

puis ă âirer sli chaud, ont coagula plusieurs des principes im-- 

mMia6 azot^s; Ies grains d^amidon hydrat^s k cbaud restent 

sood^sentre eux. Les pfttes siches ainsi obtenues acquiirenf 

QDe coft^sion et one dureţi telles , qu'ane ^bullition plus ou 

noios sontenue devient n^cessaire pour Ies bydfater ă point 

daos Ies potages, tandis que Ie gfuten granula ă froîd et s^cb^ 

soQs i*înOuence d*uâe douce temp^rature, restant perm^able, 

slijdrate en deux minutes dans un Tiquide ă 100 degr^s, et 

permet ainsî de conserver au bouillon lout son arome : 40 ă 

U grammes suffiseni pour un litre de liquide. On conţoit que, 

le gtttten ^tant toujours ainsî uniform^ment bydrată , sans 

qn'on ait prolong^ T^buUition , le potage obtenu soit plus 

agrâibfe, plus nourrissant et ptus I^ger. 

L'^tat normal sous lequel se pr^sente Ie gluten dans Ies pro- 
daits de MM'. T^ron, tel, en un mot, qull ^talt dans Ie fro- 
BUîQt, permet ă cbaque consommateur de v^rifier et sa qualitâ 
etses proportfons. II sufBt, en effet, d^en bumecter une pelite 
qoantit^ entre les dents pour retirer la substa(nce ^lastique ; 
OD peut aassi en malaxer ă flroid, dansTeau, un poids deter* 
oiD^, peser le gluten frais que Ton obtient, le Taire gonfler au 
foar on, mieiix encore, dans raleuromâire de M. Boland, et 
co&staier ainsI sa proportion et sa qualile : ce sont autantde 
garanties contre les alUrations uît^rieures, accidentelles ou 
franduleases : garadties pr^cieuses que ne sauraient offrir Ies 
piies coDimerciales ordinaires. 



IM' jouaiiÂL DB cHiiiiB mimcâhm. 

La comparaison serait bien plus [favorable encore si ou 1'^ 
tablissait avec Ies diverses pr^paraiioos făcalentes, irr^gii* 
liires dans leors qoalites, qui ne taissent pas de contr61e aax 
acheteurs, et, par lenr nature, semblent plotdt destina i 
tromper l'app^tit qo*ă saiisfaire Ies besoins d'une alimentation 
r^elle, l^gire et salubre. 

' Les donn^ qoe noos venons d'exposer, et Ies avis trfts fae- 
Yorables et nnanimes de loates les personnes qae nous avons 
consulta apris leur avoir enToye des ^baniillons de gluten 
granal^, d^montrent de^la maniere la plus Evidente les qua- 
Utâs du nouvel aliment, et nous autorisent k considărer d*an 
point de vue plus ^lev^ la qnestion qui nous est soumise. 

Que Ton consid^, en effet, cette pârtie de la popnlation 
qui compose les ^quipages de nos vaisseaux, remplit les cadres 
de nos arm^es ou s^joume dans les asiles de detentioui cha- 
cnn comprendra combien ii importe de lui fournir des alî- 
ments trto nutritifs, sous un volume donn^, faciles ă conser- 
▼er, i transporter, k emplojer, sans embarras et sans deper- 
dition. 

Tons ees avantages noos semblent les attribnts dn gluten 
grannW. 

Si on le compare ayec les farines, les bl^, le riz, Ies biscnits 
d'embarquement, ii n*est pas improbable que sa facnli^ antri- 
tive puisse s'elever, en un grand nombre de circonstances, au 
double pour un poids ^gal. 

On doit prfeumer qu'ă l'aide de plusieurs prtoiutions fit- 
cileSi en l'enfermant en barils ou autres Tases bien dos au mo- 
ment m^me de sa dessiccation , son transport k toutes dis- 
tanoes, par toutes les temp^raiureSi s'effectneralt sans la 
moindre ali^ration, comme on Ta constata depuis longtemps, 
en Am^rique , k Tdgard des farines de blis durs, bien des- 
steh^. 



ra PHAmMACIB BT DB TOXIGOLOGIB. 161 

Poarrait-on douier de la preference qu'accorderaient dos 
oarios ă cette subsiance alimentaire bien conserv^e, lorsqu'on 
connatt Ies inconvenîeiils, atiaches ă Teoiploi du biscuît ? Oa 
sait qae ces iDcoDveoienis se iManifesiem surtout au moment 
de le coocasseri afin de le faire iremper ; lorsqu*on s'aperQoil 
qu'il faat d'abord essayer d'^liminer^ au moins en parde^ Ies 
îersqQî, d*avaDce, en ont dăvor^ la meilleure substance, lais- 
saot ă sa place Ies residus rebuUints de leur digestion etdes 
diîerses alterations auxquelles ils ont donne oaissanc^. 

Nod sealement Temploi d'un aliment plus nutrhif, oecupant 
muins de volumoi m£me ă poids ^gal, allegerait Ies transporis 
et occasionnerait moins d'encombrement, mais encore ii per- 
meurait d'ameliorer certaines farînes, de rendre beaucoup 
|rios DODirissantes Ies pommes de terre ou d'autres produits 
qii*oo trooTerait en route et qui eussent et^ insuffisants par 
eox-mdffles pour bien nourrir Ies hommes. 

En fonrnissant ainsi aux hommes de mer et aux troopes de 
terre un aliment sain et irâs nutritif, ne meitrait-on pas un 
puissant obstacle ă la principale cause des maladies et n'ac- 
crotirait-on pas en mame temps Ies forces effectives et la puis- 
aoce de nos troupes^ en diminuam Ies dăpenses de leur en- 
tretien? 

Dans leur ^iablissement| ou d^jă deux machines ă d^m£Ier 
tt Ies ^tUTes suflSsent ă une production journaliire d^passant 
1)000 kiiogr., MM. Y^ron, par le travail actuellement perfec- 
tiono^ de leur minoterie et la force hydraulique existante dans 
leor nsine, subviendraient ă une production d'environ 6,600 ki- 
logr.ipar jour, ou 1^380,000 kiiogr.par an. 

Cette production, quelque consid^rable qu'elle parAt, serait 
ttcore insuffisante pour Ies grandes applicaiioos que nous 
atoos en voe. 

Le prix de 1 franc le kilogrammei avantageux pour ies con* 



aaii ia tewft hăbitneb des pfttes dltafie, ne permettnlt in» 
dnqipliqser le glatea aax approrbioiinCTients de la gaerre , 
de Ia Marine, des Mpitani, etc.; mais, dis aojonrdliai, 
IIM. Y^ren rMniraient k 70 eentimes le prix dn kilogramme 
povr ces fovmitares et cdles des grands dtabllssemenu en 

TI serait facile d*enricliîr encore le glaten obtena, en appH- 
qnaDt i sa premi&re division de Ia farine prdalablement des- 
s^b^e, et dont on rMairait ainsi sans peine de 25 oa 30 cea- 
tlimes Ia qnantile utile ă cette op^ration. 

Si Ton ajamail anx divera mojena de perfeeUoBMr el 4'^*» 
tendre rinduatfie nouţ elle, Teaploi dea meUleora o^yeM- de 
caoserration dea bl& dans lenr âat normal^ a Tabri des iar 
sectes et das causea nombrenaea et variables d'aheniiieo, ea 
anrait, nous n'en douions pas, r^sela (Insienra preblteea da 
la piua bante ponăe dana rini&^ de l^imoatatie», de b 
sanbâ des boaunas et da diveloppemeoi das fbccea 4s la pe* 
pnlation. 



BAtJX na FLBURS D^ORANGKn SALIBS PAR DBS 8ELS DE PLOHB. 

Le proto-medical de Turin, en i8&&i lors de Ia visile des offi- 
cines de Nice, ayani iroav^ des sels de plomb dans ces eaox> 
fit citer Ies parfumeors de Tarin devant raoiorite locale; et \i 
ii lenr fit connatire que si, en 18&5,lors de sa visite, ces eanx 
contenaient des sels de plomb, leurs magasins seraient ferm^s 
pendant six mois, et qne cbacun d^eux seraît en outre passible 
d'nne amende de 5 ă 600 francs. 



HOUYELLESSCIEIITinQlTESETEXTaAITS DES JOUaNAUX PBAMţâMI^ 



80CSTB MEDICALE DU TEMPLE. 

mcînnoii bblativb a l'ubagb de i/AmsBNic kn MteBciNi* 

Le dioger que prdsente, selon nous, Temploi de Varsenic daos Ies pr^- 
pintioDs pharnaceotiqaes, noua a port^ k tâirt coDoaltre lea dîTerses 
opiiiona tebes dana noe socl^t^ de mMedoei^ă propos de l*iiMg® ^^ ^ 
Uak|iie. 

M. Mimat, Depoto qnelque temps , Ies jonrnaaz de m^dedne annon- 
ccBt, ooBUBe Booveaa» le traitement dea QdYrea intermittentes par Tar* 
aeue. CependaBl ce traitement est ca uaage depnis un temps trte 
reeiil^ dana Unde» priocipalement contre Ies flifres tlercea. Les mMe- 
cni an^ia ne traitent pas aalrement cea affectiona, et moi-m6me 
fai cmpiojd an trte grand nombre de foia l'arsenic en pareil caa» et 
tMjoors avec succ^ Ea France, on h^ite, et ron se demande a*tl est 
OBOTenable de faire naage de l'araenic comme medicament. II y auralt 
paartant an grand avantage ă se servir d'un remMe dont l'efflcacite 
ot bien constata, et qui est beauconp moina cber qae le sulfate de 
qaiaine. 

Jf. Jmâdăe Laiour, Cest trte r^cemment, en effet, qa*on a de nouveaa 
appeie Tattention sur Temploi de Tarsenic dana les fi^Yrea intermit-* 
tcites. Cest M. Boudin qui a pr^conis^ cbez noua ce m^icament. Mais 
ee qae vient de dire M. Btfnet, M. Boudin l'a dit anssl. II n'a pas pr6- 
teada avoir dto>UYert ce mode de traitement, mals seulement l'aToir fait 
ttanaltre en Ffance ptna qu*il ne l'^iait, malgr^ les trayanz de Fod^r^ 
ctdeqnelquea autres. 

M,5u)kmltkL J'al donn^ derniirement des soins k une malade affect^e 
de M?re intcrmiltente, et apris l'aYoir trait«^ en Tain par Ie aulfate de 
qoiaine, Je Tai gu^rie au moyen de Tarsenic que je lui donoai i la dose 
d*ta dixitee de grain, m^lang^ avec du poitre. Au bout de dii jours» la 
Mlădie r^idiTa ; Je la combat tis par le mdme moyen et j'obtins le m^me 
Mocte.l'aTaisdiSjl eu occasion, en Pologne, de constater Taction efficace 
de ee traitcmenL âenfermd dana ane forteresse et maoquant de mMi^ 



164 JODEKAL DB CVIlIIl lliDICALB, 

camenU» J'eos Maveat recourt k Tarseoic, et je lui dos an grand Dombre 
de go^rÎBons. 

JH. Bourrieres. Un fait analogue TÎent d*aToir lîeu dana le fiaboarg 
du Temple. Uoe dame, traiUe aans snccte par Ie sulfate de quiuine, fut 
gu^rie par rarsenic, k la dese de 6 centigram* dissous dans 500 gram. 
d'eau. Elle preoait ane cuiilerde de cette solution, matin el soir» dans 
un demi-Ycrre d'eau sucrde. Avânt la douzitoe cueillerte, la fl&Tre ayait 
dispăru. 

M. Bonnafont. Lorsque le sulfate de quinine ^houe, cela tient, sans 
doute, k ce qu*on n'en dl^ve pas sufflsamment la dose. II ne fkut pas 
craindre d'aller jusqu'ă 2 gram. Alors on r^usslt toujours. 

M, jimieUe Latour. II s'agît moius de sa?oir si Tarsenic gu^rit, cela 
paralt incootestable, quede saToir 8*il n'est pas daagereuz depopolari- 
ser ce moyen. 

M. Binei. Quel danger y a-t-ll k prescrlre TÎngt-quatre pUulet coute- 
nant ensemble 5 centigrammes d'arsenic, et dont II doit 6tre pris seule- 
ment deuz par jour ? Quand mdme le malade anrait la fantaisie de don- 
bler ou de tripler la dose, quel grave IncouT^nlent ponrrait-il en r^- 
sulter ? D'ailleurSy n*emploie-t-on pas tous Ies Jours des m^caments 
tout aussi dangereux ? 

M, G4ry, Quand on poss^de un moyen aussi pulssant qde le sulfate 
de quinine, k quoi bon en chercher un qui peut devenir nuisible? D'all- 
leurs, U ob le sulfate de quinine ayait ^bou^, on r^ussit queiquefois 
afec Textrait de qninquina, ou le quinquina lui-mtae en natnre. Ainsi 
doiic, sans sortir des pr^parations de quinquina, on peut satisfairei toos 
Ies besoins de la tb^rapeutique. 

Jlf. F^Ux Legros appiaudit k la pbilanthropie qui a dict^ Ies craintes 
relatives k l'emploi de Tarsenic. Mais ii fait observer que la mati^re me- 
dicale est en possession de ce remide depuis longtemps pour d'autres 
maladies que pour Ies flivres intermittentes. A Saint-Louis, on en fait un 
fr^quent usage dans certaines affections cutanto. II pense que ce me- 
dicament doit rester dans la tbtfrapeutique. 

Jf. Forgei. L*emploi de Tarsenic est imprudent ; car on ne peut Jamais 
determiner â Tavance Ies timites pr^cises de l'actlon d'un medicament, 
quand on ne con nalt pas la constitution des malades. D'aillenrs, pour 
Justifler l'usage des moyens dont ii s'agit, ii faudrait des faits et non 
des assertions. Le cas qui a M c\U tout k l!beure, d'uue gD^rison ob- 
tenne par Tarsenlc aprte quinie Jours de Templol inutile da solfata de 



M VHABIUGU BT BB TOXfCOLOGIB. i6S 

qiiaiaet poomity k la rigoeur, reDlrer dans Ies câs ordinaires. Ed effet, 
oen'cst pas toajonn immMiatemeiit qu'un nMicaaseDt agit; ii faut 
q«'il ait 4ti6 «asimll^ qa'il ae aoit identifl^* pour afnsi dire, avec l'or- 
gudsmct moldcale k molecule : or, ii faot un certaîn temps poar que 
eette loitede aatoralion s'accomplisae. SI, fitigu^ d^attendre ce r^5ultat; 
«a YÎcnt k dOBBer m aatre mMcuaent, et qa'en mtae temps la gn^rl- 
soB ae flumitote, on sera port^ k attriboer au dernler rem^de employ^ 
ce qni ne sera rtellement qa'on effet tardif du premier. 

ir. Szokaiiki. Dans le cas qoe J*ai clt^, on poarrait, k la rigueur» sup- 
poser qoe J*ai attribo^ k tort» k Tarsenic, la premiere ga frison ol>- 
ttaoe, lorsqoe le solfate de quinine arait M pr^cMemment employ^ 
Itis qnand la rMdiye eot lieu, I'arsenic fnt donn^ de prime*abord ; 
b Balade n'tolt certalnement paa alors satura de sel qniniqne, et ce- 
peadant le r^snltat a ^t^ anssl satisfaiaant et anssi prompt que la pre- 
■J^fbis. 

Jf. F€y dit flpi'îl a Iu, dans le JMetionnaire de maiiire midieale^ qoe 
rottge prokMig6 des prdparations arsenicales donnait lien k des hyper- 
trephies da coenr, du fole, etc 

Jf. Bimet. H. V<orget a demandd qii*on dtât des falls posltlfs eonsta- 
tat i'eficacit^ de I'arsenic* Bn fold s e*est que je Tai prescrit moi-m£me 
pendant cinq ana, etque Je Tai toojours yu r^ussir. Je declare, en outre, 
qae Je n'ai obsenr^, k la soite de son usage, aacune affection de Tappa- 
Rfl drcidatoke, ni da foie, ni d'auonn autre organe. Ainsi robjcction 
nppeide par M. Foy» n'est qa'une.hjpothte. 

M.G^fjT' Au point'de Toe mMico»l^l, et en prdsence des crlmes 
■Mibrcox qoi se commettent, de nouTelles et l^times considdrations 
i'appQScnt k Temploi de Tarsenic comme medicament. £n cas de mort, 
« troorera dans ies orga nes des trrioes de oette sobstance qnl poar ronţ 
iiire crolre,â tort, k an empoisoiintment, oa le dissimuler sil a eu lien 
Clement* . . . 

Jf. Gaide4 Je sais eDCore k trp«Ter an caa tont-i-fait rebelle au sulfate 
^ quinine. Sa pr^^minence sor TaNenic est donc poar moi un fait 
iicB dteonţrd, et Je n'j inaisterai pas. Maia on a dit que l'emploi de 
ftncnie <tait aurtont aTantageni dans ies villages : or , â mon stIs, c'est 
tt rartont qn'il serait dangereui. Le m^edn de campagne ne Tiaitant 
iievent son maUde qu'ă piosieurs Jonrs d'lnterralie, est obliga de lui 
liiiicr ane prorisloa de mMicamenta sulBsante pour attendre son re- 
tov. On aait; cn oatre, comment Ies paysans en usent arec Ies rem^ea 



106 IMUIAI. Ml CBHIB SiHCSârt, 

qaf l«ar tMt prescriu : ila «mienif ««vent litai fali« m pnmtmit m mt 
setie fato cg qtt'wi l«ar a 4it dt yfaiA» •■ p lMai a u re jMrs. Oa m 
«Muraic 4oae, aau das^ar» oMltoc kba oart«iie<lai«4'anNAfi:tatrel(Mi« 
«ai«a. 

ar. Bommtif^mi. Dana Ica f iltagw» oA !•• AfttrM teiMtitaBias nat 
MdteiqiMai !•«• toa paftaua ost chaB Mx da auiite da ^«teiaa ta ^ 
qaata «a m fîliilaa» aC at Tadateialfettt aaaa T^rdoanaoM da «Moda. 
Quant ă Tarseniiv aaa aaa|C« a «larttIaeaMM daa dattc«ni CaaMnaat ae 
faitil» d'aiUcurs, qa*aa m^dMafeitat ^!p»a«T4| dU-aa» far ttat 4tVMibt% 
de salcia» a'aU paa ancoft pa a^iapatroniaer ahw aaaa T 

Jf, Miaf, Par aaite de Teapri I de raiHiae. CoaiHCiB ae fai%4l eu^ii q« 
la aiarelle aait aj({aalde oeaiDM daagereaae, taadii qae aem aaeao «Ift- 
aiat, d«velopp4e aa aaleâl aa â l'aaibre , dle a'a de qaaltl«a aaliftMii, 
qtt*eUe aat tr^ boiiBe k nanfar ea aalade» qae jVa ai waaif^ mm m^mit 
et falt manger â an de noa coIlf.gBea ? 

On taiu par attile de ceite diatfaaklba, qaa lea avii aeat taeafe far- 
tafii» ac qae quelqaea p fa lfa leaa ae eraifaaat pea da |n<ae>tBW l'catM 
^'aa toxique qai peat ^tre la caaae de gravea daagefi. 



Lea Maileatloaa qae Ite MX wM* aax diftra pfadaiCe ^fm ita 
porte est naiaible aax iatârila de la ifeaaoe, ea a6 aeaaţa* tava atfa 
dalia aoal BMdalaiiaat aaapiciaaaCa» da ft^aa qt*ea a*|ieMia tenx qui 
▼leaiMftt de Praaae qaa qaaad aa aa peat s'eA p ie ea ie f dlaitrai» INd 
eaaere ka exeaiple daaee frattdea aaialMea aat falMli de tf«tv« pift- 
ii y a «laelqae leaipap la Jearaal iatittfd x MeuM Mair»rdMUc*t 
CMtrmmt^ qai ae paMIa * lauardBM^ aaaaafa q«e dea flaa ţal dtaleai 
arrif^ de Bordeaax k BataTla, capitale de Tlle de Java» avllMI #^ 
Jettfa â ia wm ţmt aidre dea aatarild8« parte qae l'aa alalt raroBnn 
qae eaa flaa aaateaaieat dea aabataneea aalaiUea * la aattid. WH 
aaateUe flit dteeaiie par qaelqaea IMIIIea de Bardeadtf Mata otfl^ 
teaeni le aiteejaaraal de ftatterdaai iaadre» daaa lett tiUBidii» d« V)U^ 
vier, rcxiraii d'aae letire de baUfla, qa'il a M ofM«llM«iil a«ier!li 
A puMIeri el qai caaflnae la oeavelle an qaeatio«< TaM W aettia de el 
aatrailda la leiira de Batatla* qai petta la datada li nfn iniif n der^ 

•UT» 



M I^IABMâCIK KT l»B TOXICOLOGIE. M7 

> Derai^reiDCOt aoiit «rriv^es ici directemeot de Bordcaox deuz ccaU 
barriqoes de Tin coosigD^s k un graud odgociant de notre lille. Ce 
D^ociaiit Ies tendit aur-Ie-^banp ea bloc k ao de ses cosfr^ret, le- 
9oel| 1 son teurt eu fendit f lasieon berriquea k des particoUcrs. Paraal 
ces derniers se troavjiit le prdiident de BaUviai qal ea a? «it Mcquiâ ««e 
barriqae. Ois qoe ce băut foDctioaaaire eut bu eaTÎroa le valeu r d*uae 
demi-boatcilledu via ea qaeetioBi ii ae troava anlMleuieal oial; eft ceoine 
ii crat devoir ettribuer aoa iadUp^kaltioa au via qu*il veaaii de ])oire« ii 
•oouaa uae comauaaioB compost de pluaieurs membres de la Faculld 
dem^deciae» qa'U chargea d*aaalj4cr la barrîqoe de vio qu'il avait ache- 
t6e. Gette commiasion ooaaUU qae le lif uide ooateau daaa la liarriqua 
ae realieriBait pas oae seale gouUe de via, maia se eonapoiait d'iagr^» 
dieata si aolsibics k la seat^^ qae la valear de deox booleillea de ce lî- 
leide solOrait poor dter la vie ă uae persoaue. 

« Bieat6t on apprit q«e Ies pr^teadus viaa de Bordeaux avaieat cauad 
des ouladîes k ua. graad pooftbre de persoaaeSi ei qa'ila avaieat mAme 
d^enoio^ la mort de Tooe d'elles. 

« Cest par suite de ces faits que Ies autorit^s de Batavia flreat Jeter 
i la BBcr tout ce qu'eUes pareat saisir de ces pr^teadiis vias, venos de 
Bordeaoz. » 

On coaţoit toat le mal qae doit faire so commerce de Bordeaux de 

aemblablcs poblicatioas ; Ies marchaads de cette viile auraieat doac 
toat iat^r^t A sigoaler ies falsiflcatioas que Toa falt subir k ua vin coa- 
âĂM, par le plus graad aombre, comtne le meilleur de tous Ies vias* 

Â. G. 



yrmB wAMsană/k 

U miUufge de feau dans du vin eomtitue ie dilii de faliificathn di 

ăm$tom% i^ f b'<' •^ P^^^ P^ '«^* ^k dm Oode pUnaL 
Teici ^«a %miaim eiroaastaâoei le tribnaal dialt appeld A proaoacer 

ier oetie qoeetioa qtti iatdreasA ao plas baot point Je camoieroeda vIbs 

clica oeMomosaiaont 
Aax taraea da daot p i a€A»*fpt b aoiţ ea dale des 7 el 9 aoveiabra \Uh 

dressAs par Ies dAgustateors des boisaODS da la viile de Paris, II tal 

Hisi taat w part Saiat-Nloolaa %%'k TBatre^ da Bercii 4«ua oaat 



168 JOtTKNAL DB CHIlflB lliDICALB; 

trente-quatre ttis de Tins appartenaDt aa sîeur Regttault, chef d*iiM 
importante maison de commerce de Tins de Ronen, etexp^ito par bl 
poar Bercy. Des experta chimiatea, MM. Pajen, Chevallier et Barniel, et 
des experts-gourmets piquears MM.Rayon et Depaqait,appet^ ăprononcer 
sar la qoalit^ de cea Tina, qu'on pr^tendait Yenir des crts de Gobaac et 
de rtle de Rb^, oni d^clar^ que Ies Yins STaient ud goAt de poarri; qu'ils 
ne aauraient €tre assimil^ k aacun des tIds naturels dea proTcnancei 
indiqa^es ; que Ies principes immădiata» eztralts par l'analyse, ne lais- 
saient aucun doute k cet ^gard, et constatent qu'ils ont ^t^ moafll6 
aTcc un ou deux dixiimes d'eau» d'ob ii r^ulte qa'ă 741 hectolitres de 
tin, on aurait aJont6 184 hectolitrea d'ean eiiTSron. 

Tradait k raîaon de ce fait deyant le tribunal de simple polioe, le 
aleur Regnault s'y est entendn condamner, par Jugement da 8 mai der- 
nier, k dix fir. d'amende; le tribunal ordonna, en outre, que Ies 234 ffttl 
de Tin saisla aeraient nSpandua sur la Toie publlque. 

Or, c'est de ce Jugement que le sîeur Regnault Tient former appcl aa- 
Jourd'bui de?ant le tribunal de police correctionnelle (8* chambre). 

II d^lare que lea Tins salsis sur lui sont purs et naturels» et proviea* 
nent, sans aucun m^lange, des cr^s de Gubsac et de Tile de Rb^, ainsi 
qu'ii Ta annonc^. 

Le tribunal, apr^ a?oir entendu M* Mărie, pour M. Regnault, a reada 
le jugement dont la teneur suit : 

« Le tribunal statuant sur Tappel, 

a Attendtt que Tintroduction, de maia d'homme, de l*eaa dans le vior 
en d^nature la substance. et conatitue la falaiflcation pr^Tue par Vu* 
ticle 475 du Code p^nal ; 

<c Que la loi ne dlstingue paa entre Talt^ation et la falsiflcatioDi em* 
ployant indistinctement Tune et l'autre expression pour qualifler le 
fait d'immixtion dans Ies boissonSf de mati^rea ^trang^res , nuisiUes 



ou Don i 



« Que ai la science est enoore Impuissante pour reconnattre k dle seule 
rintroductioQ aprto coup de Feau dans le Tin, en distinguant entre It 
substance aqueuse qu'il oontient naturellemeni et Teau qui y a ^^ n^ 
1^ artiflciellement, c'est aux juges, en tenant compte de oftte difflcaJt^i 
k Interroger Ia acience et Ies autres moyens et ^16nents pouTant coB' 
coorir Ii former aa contiction ; 

« Et attenda qu'il rdsulte des docaments du proc^, notamment des 



DE. rHAEXACIB BT DB TOXlCOIiOGlE. 169 

npporU dct eipKBrts-chimiates et gonrinets en boisspQft» qoe loos Ies 
vios dont ii 8*agit ont 6i6 falsific par le oiouillage ; 

c Adoptant, au surplus, Ies motifs du premier Juge, dit qu'il a 6t6 bien 
'}ugi, mal appel^ ; 

c Ordonne» en conse'quencei que le jugemcnt dont est [appel sortiră 
son plein et entier effet, et condamne Regnault aax d^pens d'instance et 
d'appel. 

yoie du redflcteur, Nous concevons que des vins dăclards falsifi<^ ne 
(oieotplas lÎTrfo k la consommation â r^/a^d« v/nj, mais nous nons 
dunandoos s'll est blen rationnel de jeter sur le sol, un prodoit qui peut 
tToir quelqne utilit^, qui peut aider au soulagement de la misdre. Sup* 
pMons qae le fin saisi sur le sieur Regnault eAt €ti distilld, on auraît pu 
ea retirer de &8 â 59 pî&ces de bonne eau-de-vie ; cette cau-de-Tle aurait 
pu £tre f eadue au profit, soit des bureanx de charit^, soit des hApItaux, 
etsoolager bien des mls^res. En effet, pourquot nne loi ne dirait-etle pas : 
la vÎM et Uqueurs alcooliques faUifiis seront saisis et distilliSf ies pro* 
imt$ obtenus de ia disiiiiation seront vendus au profit des hospices^ 
hopiiaux et bureaux de cliariti, Pour qu'il y eAt pnblicit^ dans la r^«- 
pression de la fraude, on pourrait enlever ces liquides des magasins des 
Tcadcors, k l'aîde de tonneaox spdciaux, portant, en gros caract&res : 
bfuides saisis^ pour itre distiiUs ; ies produits distillis sont appiiquis 
eu tottiagemeni des pauvres, A. Ch. 

BAU DB BROCHIERI. 

Condamnation du sieur Brochieri ă 700 fr. d'amende. 

Le sieur Brocbieri, qui a fait annoncer une eau dite JUmostati" 
ffff, di le Anti^corbutique (que l'on pr^teod 6tre Teau de Binelli), et 
({Bi a ^1^ condamncS, en 1840 et 1841, k Tamende pour Tente de rem^ 
des secreta, ^tait de nouTeau traduit» le 31 decembre, deyant la sep« 
tidne chambre jugeant en police correctionnelle, soua rinonlpation da 
triple dâit d*exercice ill^al de ki m^decine, d'annonces et de rente 
de remides secrets. 

Le sienr Brochieri a declara quV/ ne vendait pas Tean h^mostatîqaey 
■ais qn'j/ ia donnaît, Les pitees du dossier semblaient, aa contraire» 
dteontrer que le sieur Brochieri yendait 4 fr. le flacon de cette eau. 

Balgr^ le beau talent de U* Gremieux, qui d^fendalt Tlncnlp^, le tri- 
i^aal a rcBToy^ le pr^Tenu da chef relatif â Texerclce iil^galde la m^- 
derîse, mais ii Ta oondanui^ pour rente de remMca secrets» ă 600 fr 
r sftmic. 11. 1& 



170 lOUUIAI* DB GHIMIB MiBICAU,' 

d'amende» et» pont annoBoe de ces mteiaB reniMn» k ane dmntoi 
«mende de 200 fr. 



eAPOIVINB BT GANTAINB. 

M. Dotignau, pharqiacien, a?ait pris un bre?et poar une pr^paration 
destinde aa nettoyage des gants, pr^paration qa*il avait d^igo^ da 
nom de aapoDine et qu'il pr^parait, tCapris le brwetftiitc Ies sabstanoes 
saÎTantes : 

1** SaTon eo poodre (1) .•......•. 2&0 grammes* 

2* Chlorure de potasse (eaa de Javelle)... 166 

3"* Ammoniaque liqaide • 10 

4* Eaa 155 

Baban t du tont une pAte^ impr^nant de cette pite un moroeau de fla- 
nelle, 6teodant la saponinesur le gant etfrottant Juaqu'A ce qaele giat 
f6t confenablement nettojd. 

M. Bahau prepara de son o6t^ et fit vendre un produît qu'il nomini 
gant^ine, produit qui ac pr^arait avec du aaTon» de Teasence de citroa, 
conTertissant ce sa? on en une pate et Tintroduisant dana lea pota (2). 

M. Duvignau actionna M. Bubau ; troia experta farcnt nomm^ poor 
examiner ies deux produita et conatatev leur reaaemblance ou )eur difr- 
aemblance ; ils reconnurent : l*que la gant^ioe lîtait du aayon et de 
Teau ; 2* que la aaponine ne conteoait que de Teau et du sa? on, et que ce 
deroier m^lange n'avait pas de rapport au produit ăicr'M dans le brevet. 

Le tribunal de polire cot^rectionnelle du Havre a reiidu un jugement 
par lequd ii a d^boutâ le sicur t)ufignau de sa demande, et Ta coiidamoe 
ă 50 fr. de dommages-Intdrâts et aux ddpens, en se fondant sur ce qae 
la gant^ine n'avalt aucune a*naIogie avec la saponine, telle qu'elle est de- 
cnte dans Ie brevet du 14 novembre 1842 , et sur ce qu*un proc^d^ de 
nettojage des gants par la voie sdche , ^tatt d^crit daus VJfmanach de 
France t publld par Desrez (Paris, 1^41), dans lequel on lit quii faut 
prendre un morceaude flauelle, rinibiber l^g^rement d'eau, et^tendre 
de la poudre de savon sur cette flanelle, proc^d^ qui ne diff&re de celoi 



i«M 



(1) Ce aavon p«ut dtre parfuma. 

(2) It y a plus de denx ana, que nous avons pr^par^ potir M. Dîcu- 
donn^,de la pAte de aavon poar nettoyer Ies gants, pAle qat ăMt loot stan- 
plement du aavon animal rMofit en pAte par de rana. A. G. 



DB PHAmMÂGIB ST M TOXICOLOGIE. 171 

deDafigaaa, qa*eii ce qa'il met l'eau dans Ie satod, tandis que le r^ao- 
trar de VÂlmanach^ la met aur la flanelle. 

OBJETS DIVERS. 

CAS DE MORVE C0MMUNIQU£E A L*HOMHB. 

On aait que la mor?e a fait en France, depuU quelques aon^es, de 
lombreuses Tictimes. On Tient d'en constater an cas en fielgiqae. Voici 
l'artide ina^r^ dana un Journal de ce pays : 

> Un ftiit allligeant k conatater, et dont tea hommea de Tart eux- 
ffltocs paraiaaalent encore donter naguire, c'eat que la morve, cette 
niiladledo ctierat, pevt se commmifqncr â niomme et hii 6tre fatale. 
Cs exemple recent Tîe»l i^eMtcr ma cm d^ă aombreux, signal^a de- 
pQis pea.Un palefrenier, domicilia i Bruxellea, employ^ dans une grande 
atreprise, oh ii atait de trente A trente»cinq ctievanx k aoîgner tous 
Icajonrs, vient de succomber k cette maladie» qa*il n*a pu ^videmment 
oontracter qa*en se trouTant en contact avec dea chCTaux mal ades. Ce 
a'est qa*apr€s avoir soiîffert d'atrocea doulenrs qae ce malhenreux« mal- 
gr€ toos Ies soina et Ies secours de Tart, a expira. « 



PROClfiDti DE D£s1NFBCTI0N DES BAUIS llB BAABGBS. 

Ce piaoM^/psor Icqitel Ies sievra Bb^qvbt Xt Gmi.LBMiH avaient 
•btoiv ttt kctvot dfiBTOitioiit le at ddcemtee 1S40, ddchu le 15 tuiliet 
UA3» c— atsi s k leaser^dans uae bsi gB s kt comUnwokt an bain de Bartges» 
lOS graiMMS de SBlitts 4fr adas polvMs*. G0 scl Meorapose le salfitff de 
potaariumy et forme un sulfure ilssine iiiodors(f}. 



WnOCâDÂ POUa RBNDBE LES ATOVFES UCPBBKBABLBS. 

Breret, en date dn 25 Jain 1S40, aux sisurs GiOet et Monnier, k Mar- 
•dlle, dMlB par ordonnance du 15 Jaillet 1843. 

Csoateboncdiaaoosdanareaaencedet^^bentliine. 100 gram. 

Alamfse • , ••...•..rf- 30 

On m£te Ies deoz anbatances,et» apr^ sToir bien tendu le drap sur nne 
taMe, OB ^tend Ia pr^paratlon aTec une broaae awr le drap et on laiaae 
i^dier. 

On pent donncr piua ou moins d'^paiaaeur â la o ouche en renouTelanC 



(1) Roos MttimmumkntB paa Is bre? et, maia nov ta aaTlons que ee pro4 
cM< «Uit aaiti dani digera dtablisaemcnta de ba^ ia de Paria. ^ 



172 JOUEKAL DE CHIMIE uihXChLJBi^ 

Fop^ation pliuleiirs foia, mais en ayint soin de laisser a^cher comme U 
faut apr^ chacane. 

Si le c6t6 qai ne doit pas 6tre endait se trouTail tach^, ou le nettoie- 

rait ayec de l'alcool. 

• 

Ifote du Biidacteur, Cest par ane op^ration semblable qii*on prepare 
Ies draps Imperm^ables ; mala, dana ce cas, on conţoit qn'on appliqae 
czactement ane deaxitoie ^toffe sar celle qai a ^t^ eodaite de la pi^pi- 
ratlon agg1atinati?e. 

L*haile de t^r^benthinc k emplojer poar dlssoadre le caoatchoac doit 
âtre parifl^. 

8TATIITIQVB TOXIGOLOOIQOB. 

Dans on releva statistiqae qae Tient de pablier le doctear Becki dans 
le fome VI des Trans. ofthe New»York^ etc.» concemant Ies empoisoa- 
nements qai ont ea liea k New-Tork pendant Ies ann€es 1841 9 42, 43» on 
troaye an total de 83 cas , T^fl^ offlciellement par Ies enqa^tes de b 
Gour d'aasises de la Tille et des enTirons. Rapport^ am eaptees rdatiTes 
,de poisona employds» ces cas se aont troaTds distriba^ de la mani^ 
aaiTante : 

Arsenici 13; oplnm» 8; Uadanom, 39; parăgoriqae, f ; morphine, 3; 
sublima corrosif, 3; colcbique, 1; acide solforiqae, 2; telntare de san- 
gainaria, 4 ; tartre stibi^, 1; alcool, 1 ; gin, 1 ; alcool et Uodanam, 1; 
cao-de->Tie et laadanan^ 1 ; strychnine, 1 ; acide prasslgue, 1 » phospbore, 
1 ; carbonate de potasae, 1. — ToUl, 83; 

Sar ce total, on ne troa?eqae deax seals saicides. Par accident (erreur 
ca ignorance), 28 cas ; de soarce incoonae, 5. 

II rănite de ce tableta, qae lea poiaons Ie plas souTcnt employ^ soat 
I'arsenic etropiam, suva diverses formes. Les plas faibles doses d'arsenic 
employ^es ont €vt de 4 grammea (an gros); les plas fortes, 8 grammes 
(2 gros). Le temps Ie plas court mis par ce poison ă prodoire U mort a 
^t^ de qaatre beares; Îs plus long de deax joars. Qaant k Topiam, les 
plas petites qoaatit^s ont €i€ de 4 grammes; les plus fortes, de 45 gram. 
(ane once et demie). ILe temps le plas coart poar arriTer k la mort par 
ce toiiqoe a M de hui t heures, le plas long, de vingt beares. 



DB PHARHAGIB BT DB TOXICOLOGIE. 17S 
BEMiOE CONTBB LE T0UENI8. 

Toas Ies cultiTateara sa? ent que le tournU , cette maladie quE enlif e 
lonaeUement aiix deTeurs un si grand nombre de moatoDS , est caas^ 
par la prtenoe de boalea d'eaa dans le cer?eaa, et que ces boules d'eau 
ne soDt aatre chose que des hydatides » animaux parasites dont on n'a 
pu encore pa d^Sbarraaser Ies moatons ane fois qu'ils en sont attaquds. 
Uo docteur en m&lecine, secr^taire du corni t6 agricole de Mărie, dans le 
d^partement de TAisne, lui a commoniqa^ dernidrement Tiodication d'on 
traitement fort simple : si Texp^rience Tient en conflrmer Ies premiera 
esiiis, ii diminnerait de beaucoap le nombre des fictimes de cette re- 
dootable maladie de Tespice ofîue. 11 sufflt, d'apr^s ce docteur, de 
Bdtre dans des tinettes» au milieu des bergeries , une forte quantit^ 
deferranie, et d'y abreuTer Ies tronpeaux sussitAt quUIs reviennent des 
pircs. 

EllPOIBONNBMENT PAE nEGLIGBNGE. 

On toit de Bourg (d^partement de TAin) : 

• Une familie tout entiire de Bourg a failli £tre victime de la n^Ii- 
gmce afec laqnelle on cooserTe souTent dans Ies m^nages des prepara* 
UoBS arsenicales. On avait m^lang^ une petite quantit^ d'arsenic ayec 
ne certaine quaniitd de farine destinde auz rats. Le tout fat mis sur 
tneassiette laiss^ dans un placard. La domestique ayant besoin d'nnpeu 
de farine pour faire un plat qu'elle pr^parait, en prit une pi nete dans 
cette assiette. Toutes Ies personnes de la maison furent saisies de tîo- 
icDtes cotiques,quIbenreusementn'ont eu aucun r^sultat fA9heaz, grftce 
ila tris petite quantitiS du mdlange mise dans Ia sauce; mais l'assiette 
eaii^ aurait pu 6tre employde par la domestique» et qui sait alors Ies 
nilbeurs qui anralent pu en rdsulter ? v 

On dit que la Commission qui s*occupe de rdgler la Tente de l'arsenic 
eiigcra que Ies personnes â qui ii sera dălivr^ de r«rsenic soient res- 
poBsables des accidenta qui ponrraient 6tre attribu^ k la ndgligence 
qn'eUes raeltraient â sa conserTation. 



m 



SVE LBB CHAIIPIGIIONS T0ZIQUE8. 

DiDs one leltre, sans signature, on noua reproche â'sToir dit que 
cmains duuDpigaoos ^talent toxiqaes et pouTaient d^terminer rcm«« 



J7& JOUBHAL DB CHIM» MimCALB, 

poisonnement et la mort; on nont failobiaiTer TqveBor) SUVlaeett 
minge indistioctem cot de toas let ehampigaonii S'qae Ies cosaqoes 
maogeaient indistioctement toutes Ies «aptett de cbampignons. 

Nous r^pundroni au critiqiie aoooyne 1* que nona atona 6U timmi 
oculaire de la mort de troia peraonnea qni avaieat maiig6 dea ebanpi* 
gnona toiiqnea ; 2* qae ai lea ooaaqoea mangeat dea ebampignoBa mbi 
qo'ila eu aoient roaladea » c'eat que, oomnc lea payaaaa de beaoeovp de 
noa d^partementa, ila aarent ne riSoolter que ceui qai aopt alimentalrca 
et qoi ne aont paa dangereos. 4. C* 



UQQtkTi 9B iOBMMM BltDIOABJk 



S^anct du 3 furier, — La Soci^t^ revolt ; 

r Dea lettrea de remerdemeot poar lea dipI6iiMi et mddaillce qa*elle 
a d^cem^ea k MM. Faur^, Clary, Jacob, Boayaaon et Boollier. 

2* Une note anr la pr^paration do airop d*extrait d'oplam, par 11. Jow 

daPt phannaden â Ste-Marie-dn-Mont (Cântai). ; 

3* Un mteolre de M. Beqjean» phamaden k Ckambdry, aur Fergo» 
tiame gangr^neu» d^tcrmind par le aeigle ergotd aor deu cnfaata. 

4* L*eitrait d'oB travail aar Bângapora, adrcaad A M. LagrcBda, miaiatre 
pldaipatimtialta an GUne» par M. ladoetanr Tf an. 

ii Dif era JonmanZy ontragcs» aolea. II en aera fUt dea ettraita qai at* 
imil Ina^rte dana le jonrnal. 

a* Une lettre de M. C. aor la rente dea medicamenta par lea rdi- 
gleoaea. 

7* Dea notea de M. Bigliini,d'Oleggio, anr Tacide falMaBique, aor la 
tridaee, anr nn nonveau mode de prterfer lalioiaiUe de fer de l'oiy* 
dation. 

UndanQaoaU&gaeanaaadainandaoA i'onpentaapraatrar latrafafl 
de M. Favrdy de Bordeaux, Amtfyst ekimişm€ 9i compmrH daa vimi date 
Qtf w df . U aara idpandn que ca mdmeira a dtd teprimd par Hanry Faya, 
rue Ste-Catherine» 139, k Bordeaux; mais que nana «e aarona paa ai ca 
beau traTatt a ^td Uid en aaaei grand nombre» pour qnll en aoit liir^ 
dea exempliirea 90 oommerce. 



M PHAMUkClM n Dl VOSICOLOGU; 175 



AAT IIB tOlONSB tB8 MAlADSS, 

Od TrtiM des connâlsaaiicea a^eflsftim ăux personnes qtii realent 
donser ta aalna aai iiuilâdefl » ouvnge utile ă toates Ies classes de 
UaodMi 

Bar le doctear Locia Bbbtsand* 

Prii 1 3 fr. — ▲ Paria» ă la Ubrairie de Fortin^Maaapn et Gie, place de 
PE0ole4e*llddeeiiie9 1 ; m^me malaon» chca L. Miofaelsca« A Lelpeio ; cbea 
H. Trayet de Sarey ct Gie^ imptimeors^Ubraf rea , roe de 6df rea» 37-39« 

MAHIJSI. ll*BTOlfillB« 

Oe Bistoire des moyeBS propres A eoaaerTer Ia sant^ et A perfBCIfoimer 

le phyaique et le moral de rhonune ; 

Far M. le dectear Fot, pharmaeleii en chef de rh6pita1 SI^LoqU. 

N. le docieur Foy Tient de pablier an oavrage qal ne petit mătiqner 
l'€tre Qtile am Jetmes mddeclns et anz Hkies aspirant an grsde de 
teseor. Eo efiet« dans son Manuel^ M. le deeteor Foy prisellte an leiH 
tnr, S0US un format comoiode et pnrtatif, dens nn style eonrt «t precis, 
ie r^fum^ de la sdence bygi^nique. Mettant A contribntlon Ilis ouf rages 
dtt laSeie genre, tant anciens que modcmesi ii divise sun traM en deux 
piitics distinctes : MaiUres de thygiHief Sujeit de i'^giint» Dans le 
preaiiAre pârtie se trouTC l'^tude dce inflaences ezercdes saţ notre teo- 
■oaie par Ies eboaes et Stres e^iestesf c'est*A-dtref des chotes r^pandnes 
daae respacCf comme l'air» Ies astres» Ies m^t^res, etc. La seconde pârtie 
oMDpreed tont ce qul est dâ A la usture ou A rindustrie des boames : 
■ous arons nommd Ies locelitds. Ies dinsata » Ies salsons, Ies babltations, 
ies TetenctttSy Ies alimcnts, etc. 

Ceite etude est imm^diatenient sui vie de celle de l'bonime ct de Ia 
taoK* ces Siijets de VhŢgiine > sujets apparaissant an monde avec leur 
aediU» lenra faiblesses, leurs Tsglssenients » leurs besoins^et deTattt 
vifrearec leura donleurs , leurs iiiflrmiUsf leurs passions» leurs tra- 
Tittx, leurs priva tions » etc. 

D'sprte ce qui pr^c^de, on voit que M. Foy a faît marcher de front 
r^tade de Iliygiâiie publiqoe et celle de l'hygi^ne priv^e. 

Parmi Ies dfftSrents cbapitres et artides qui composcnt I'oufrage du 



176 JOUBNAL BB GHIMIB hSbICALB, £TC. 

pfaannacien de St-Louis, nona signalerons surtout â Taltentioii da lec- 
tear ceuz qui ont rapport k la aanU , anx climats , aux T^tementa , aux 
liabUalions, k l'aYimeDtatioii, k r<^ucation pbysique et morale. Nou seu- 
lement ces diff^renta chapitres aont au niTeaa de la acience , rendent 
exactemeni Ies îdies dea auteiira qui font autor it<^ dana le nionde me- 
dical , maia ila renferment en ootre dea aperţua et dea critiqaea qa'on 
ne tronte pas ordin ai rement dans Ies simples rdsum^ ou manueh, 

Les articles hâpiîauXf vilieSf bourgSf prisons^ cimeiiires^ Uissent 
pen k d^irer pour an travail oii il fallait mettre beaucoop dans un 
petit espace. Enfio, Fauteur a abord<S ane question pleine d'int^r^t et 
k Tordre da joar, celle da syattoie p^nitentiaire. Li« oomme dans 
d'aatres ciro^nstancest cQmme dans d'aatres ^rits» notre eonfrire 
et coUdgae a lait prea? e d'homaniti^ » de coarage et d'inddpendaDce« 
Aoasi nooa rdsumona*nous en diaant qae le Manuel d'hxgUne de Bl. Foy 
eat l'oeaTre d*an coeor droit et honn^tei d'ane Ame d^f oa<Se au bien-^tre 
de sea aemblables» et qae sa lectare et sa mdditation nepeuTent avoir 
qa*an rdsaltat'atUeet henreax (1). 

^M^»^^— M^^^— ^^M^— ^ ■ ■ Pil ■■■ ■ 1M*^— ^M^— ^^— M— I ^1^— » 

MUniBL J>K9 BXPBATS AFVKLtB DBVANT I.BS TBIBUNAUZ, DAIW L18 

GA8 d'bmpouonnbmbiit* db vaux bn BGBiTumBs, n'AsaAsn- 

NAT, BTG», BTG. 

Koos oocopant d'an oavrige dans leqael noas noos proposons, dans 
di? ers cbapitrea destinde k serrir de Manuei ăux experU^ de faire con- 
naltre les deToirs qae les experts ont k remplir dans ies eas d'ezpertises, 
les prtoiations k prendre» les condilions dans lesqaelles ils doivent se 
placer, etc., noas avons pensdqae noas devions, k cet ^ard, recueiilir 
les obserrations des praticiens : noas engageona donc noa colligues des 
df&partenents k nons fiire oonnaltre et A noos trananetlre les obsenra* 
tions'et râiexions qae leur ont auggjM ies drconstances dans lesquelles 
ils se sont trouT^s, afin qae nona pnissions tenir compte de ces droon- 
stanccs» et indiquer A an expert ce qa*il doit faîra dana les caa divers. 
Noas recevrons avec reconnaiasance les docnments qoi noas seront en- 
ToydB sar oe sajet imporunt. A. Chetaixibb. 



(1) Chei M. Baillidre (Germer), 17» rue de rEcole-de-MMecine. 
^rix : 5 tr. 



Mia bOCOmil, nHlUft«4»Tlil*n,iib 



JOURNAL 

DE CHIMIE MEDICALE, 

DE PHARMACIE ET DE TOXICOLOGIE; 



BZ L'mVLUBlIGE BBS BOIS SERVANT A LA FABRIGATION DES 
BiRRIQCES, SUR LA QUALtTÂ J>ES VINS ; MOTENS D*EN NEU- 
TRlLISSa l'bFFET ET DE SE SERVIR DES BOIS BLANCS. 

Aa Dombre des soins indiqu6s pour la conservation des vîns, 
ii fant admettre el reconnaîire Tinfluence que produisent sur 
eox Ies bois divers dont sont fabriqu^es Ies barriques qui Ies 
coDtieDnent, soriout ă T^tat neuf ou recent. 

Celle iofioence varie selon leur essence , leur origiae, et 
consiste dans la r^actioD du principe extractif pvopv% ou par* 
ticQlier ă chaque bois qui en relieni toujours, malgrâ Ies la«- 
'ages. 

L observatioD a signal^ depuis longiemps cet inconvănient â 
Ia qaaiîle des vina, et Tu^age a faît pr^ferer Tessence de châne 
aox essences de châtafgnier et de sapin, ă cause de leur 
porosită et de leur plus sensible r^aclion -, Pon a m^rne recannu 
qne Tessence de chtae provenant da nord de FEurope ^tait 
meilleure que celle indigâne; aussi-^en sert'on g^D^ralement 
dans le Bordelais et daus tout le midi de la France. 

Comme la diminiition , aiijourdliui , du prix des vins doit 
lendreă procurer ă nos bois Ies propriăr<$s qui leur manquent 
poar Temploi des barriques, ii importe que la thtorie explique, 
2* fft&iB. 11. iS 



178 lOURNAL DB CHtHIB MÂDICALSi 

par Tanalyse de leurs divers exiraclift, Ies cffees de lenr r#ac- 
lion, et indique Ies nn^efis die Ies en priver conipleiement. 

L^extraciifou la s6ve, dans lous ces bois, est different seloa 
Ie sol et le climat : aiosî, le chene origioaire du nord, le cbâoe 
et Ie chătaignier elevc^s daos un sol humide, produisent un ex- 
traciif aqueux ou gommeuxso\ii}\e ă Teauet peusolubie dans 
le vin, tandis que ces mâmes essences, prises dans nos clî- 
malssur un sol aride^ silîceux, fournissent un extraciif r^W- 
noide Qugommo'resineux peu soluble ă Teau et d*autant pios 
soluble dans le vin qu'il esl geoereiix. Yoilă sur quoi est fon- 
dee avec raison la pr^ferenc£ qu*on accorde aux chânes da 
N4>rd9 malgre que nos cbtoes, d'jina den&it^ supâjeure, soîent 
plus conv^uables pour eyiter Tabsorpiion des vins. II en est de 
mânie d^ bois blancs du K^ord| quisont pUie poreuxet radios 
resi/ieux que ceux de nos pays. 

Le^ CDooaiisajDces de ia pbysiologie v^g^tale onc cMstafe 
ce fait de Ia diver^ită d«i ^[>riMeişe wiraeMf dao^ Ies bois, 
selon leur origine et leur essesee^ et elies indiqiieoi qne sa 
quaaCtt^ doii âtre en raison inverse de leur^tensin^ die otoe 
que la diminuiloa ou l'evaporatlon des vins dans Ies tonacaux 
doît âtre moindre dans ceux tris densea coauue le cb&ne. 
De la, pour leur conservation, ne devrait-on se servir que de 
fals confectionn^ avec celte esseucei Ia moins poreose, laais 
ţ>iejp privee de son exiraietif ? Sana4|ooi^ ce priooqie iannMiat 
jiuirait ă la quaiitd des vins en Ies alleraot dans leurgoâtet 
dans leur couleur, 6tirU>ot Ies vins hi^mes. 

L'analyse chiiQique^ oia effeii rawBnaU ponmie cor^ con- 
sUiuanU de Jeur ^traţuUf. :; . . 

Dans le cbâne : TalbnnMne^ le tannuii nne sobstMce extrac^ 
tiveoua^ii^si^au resinoţdei suivant le sol| et un peu de na- 
tive colorame. 

Daos 1^ châtaigaâer : Kalbiiraioe^ «n peu <|e laiou», iu»e aub* 



DB PHABHACIB n DE TOXICOLOGIE. 179 

staace «tracUve resinoide et deux mait^res colorantes rouffâ 
tljaune, d^une saveiir un peu amere. 

Dans Ies bois blancs : principalemeni de la r^ine jbt une 
huile volatile esseoiielle. 

Principes , tous capables de reagir sur Ies vins selon qne 
Ies tonneaax en retiennent plns ou moins. 

Les lavages ă Teaa bouillante, seule ou a?ec le chiorure de 
sodium (sei de euisine), ne sont pas sufiisanis : l'asage et le se^ 
joarde Teao de chaux r^^cente caustique et en exc^ dont oo 
emplirait lesbarriques, dissoadrait d'avaotagc d'exiractif, sup- 
toat si cetie eau de ctiaux contenait deja en solution 250 k 600 
gramoies de poia^sede eommeree / cet aleali devenant cans-- 
tiqueparla râaction de la cbaux vive, aurait une bien ptns 
forte aetion dîssol^nte sur les bois, mdsie resinenx. L'on 
ponrrait faire servir cette mame eau successivement h plnsieurs 
aaifes borriques , et ii n'y aarait qu'ă syouter de la.cfaavx et 
deb poiasse au besoln. 

Cepeodafit, l'eiq|»erieDce ayant denaontr^ que la p^n^tration 
des divers agenta ehimiques, propres ă laconservaiion des boîs, 
a'est pas compl^ , n*aueinl pas toute la profondeur des li- 
gneux, ni£me par inmersîon, Ton peut parvenir ace r^snttat 
CD plgngeant les bois destines k la confection des barriques, 
dansl'eau de chaux et de potasse en vase closet seusTlnfluence 
de la pressioo, en snivant le procedă de M. Breant; ou encare 
en se cootentant de les soumeiire k Ia vapeur, d'apris le pro- 
c^d^ de M. MoUy avânt i'îmmersîon. 

Un antre plus grand avânta ge serai t de ponvoir empleyer 
le bois Mafie dans lă oonfeciion destonneaux pour lesvlb6 
nalgr^sa por06it<Setson odeurr^sineuse, en le rendantlm* 
permeable ; «laîs ii fkudrait que ie moyeo ne pât donner aueon 
gotoaa via. 

Si, apris avoir trăita le merrain de boia blanc ă l*eau de 



chaax et de potasse, comme ii vient d*6ire expos^ , et l*a?oir 
lav^i on le faisait easuite tremper daos une eau bieo sator^e 
d^aiun, et de ce bain daos une soluiion d'hydro-chiorate de 
cbaux, avânt la confeciion imm^dîate des tonneaux, leara pores 
ae rempliraient ainsi de sulfate de cbaux et d'bydrate d*alla' 
mine ; ce bois deviendrait plus dense, plus dur et moinş com- 
bustible ; et si encore Fon enduisait exi^rieurement Ies tonoeaux 
(faits avec toutes autres espices d'esseoces de bois) ou de 
goudronSy ou mieux d'un vernis {(ras, compost d*buile sicca- 
tive ă la liibarge et d*oxide rouge de fer, Ton âviierait toute d^ 
perdition, soit des vins, soit mftme des alcools, et l'on rendrait 
Ies barriques et leurs cercles presque indestructibles, siirtoot 
kscercles ayaiit iii impr^gn^s auparavanl de chlorure de cal- 
eium (muriate de chaux) en soluiion k 15^, lequel lenr consenre 
toute leur souplesse. 

Je ne pense pas que Ton ait ă redouter, comme dans certaines 
eaux, le go&i de erudita du sulfate de cbaux , Talcoul s*oppo- 
sânt ă sa soluiion ; quani k Talumiue, elle ne pourraît qae 
râagir bien faiblement sur ie principe colorant du vin rouge 
en se pr^ipitant mutueliement et encore «envelopp^ de sulfate 
de chaux ; ceite action me paraţi peu possible. 

Ces mâmes proced^sd*immersion et d^enduitconviendraient 
^galemeni aux merrains de châne et de ch&taignier, en aug- 
meniant leur densitâ et leurduree : ils suflSraient, sans avoir 
recours aux moyens de perfeciionnement de MM. Breant et 
Moli. 

Dans Ia confection des barriques, ii ne devrait entrer, pour 
leur solidit^, que des bois de fenie et non de sciage, la pios 
grande force des bois consistam toujuurs dans la lo6gueur de 
leurs fibres ; aussi, ea Anjou, od Ton n*emploie qu» des mer- 
rains de chÂDC ei de fente, se cunienie-i-on d*uiie ^paisbcur de 
ţrois lignes (six miUimiures) , tandis que > avec le boîs de 



W VHARlIACn ET DE TOXICOLOGII. ISi' 

sciage, îl faut au moios Ie double d'^paisseur. 11 en r^snlte, 
arec TavaDiage de la force, Economie de maii^re et de poîds 
dans Ies traosports ; ii y a plus de souplesse, et nos barriques 
^Dt plus cinir^es, poss^dent moins de cercles etne favorisent 
pas la fraude de Tajustage de pi^ces , que Ton trouve souvent 
daos celles ditesbordelaises. 

En Angleterre, la compression commeQce ă £tre appliqu^e 
sur Ies bois destiu^s aux m^canîques, pour leur procurer plus 
de force : dans l'nsage des tonneauxi ii faudrait commeacer 
par Ies priver de leur ex tractir. 

II serait peut-6tre plus simple, plus avautageux de faire ab-> 
sorber aux bois vifs, selon M. le docteur Boucheriţţles solu- 
tioQs alteroatives que jMndique : Ton sait que c'est avec celle 
d'alon qo'll rend Ies bois incombustibles , et, avec d^autres 
solotioDs, qu'il leur doone de la dor^e ou de la coulenr, qn*il 
▼arie ă son gr^ ; mais ces bois ne pourraient plussubir la fente 
et doÎTent 6tre d'un travail plus r^sistant ă Taction des outils, 
eo raison du pifttre et de Talumine qu'ils contiennent dans 
ieoK pores. 

£n employant ces moyens, ii me paratt demontr^ qu'on peut 
oesser d^âire tributaire des bois etrangers dans la confection des 
Inrriques pour nos vîns; qu'on doit mame, ind^pendamment 
deravaniage p^cuniaire, leur pr^fârer Ies ndtres, et qu'au be- 
soin, par bonomie de nosessences de châne et de cb&taignier, 
u recherch^ea pour nos consiructlons et autres nsages. Ton 
pcui se senrir do bois blanc priv^ de son extractif ; enfln, qnV 
▼ec rappiication ext^rieure d*un enduit qui empâche l'iivapo- 
ntioD, toas Ies tonneaux, de quelque bois qu'ils soient, de- 
^neot presqae iodestruciibles, et sans que cet enduit puisse 
Wrc craindre la r^action du vin, vu Tinterposition du plălre et 
falnmine dans Ies pores des bois. 

II est iiicîle d'appr^der le bas prix de revient de cbaque bar- 



it% JOUBHAL 1>B CHIM» MfolCAU; 

riqae pr^par^e d'apr^s ces proc^d^s, suriout, si Von se con- 
tente de la simple purgation de l'extractlf parFeau decbaaxet 
la potasse, et ensuiie de Tenduit; quant aux immersioas dans 
Ies bains d*ainn et dhjdrochlorate de chaux, et quant ă Ten- 
duit, ces subsiances sont ă bon march^, et sont d'aillears absor^ 
b^es en assez faible quaniite pour en cleverpeu le prîx, sur- 
toul fait en grand ; Ton pourrait fabriquer Tbydrocblorate de 
cbaux ă r^iat liquide, pour eviler Ies frais d^evaporaiion. 

L'etat de la science, au moment ou plusieurs caiisea tendeot 
ă diminuer la production des bois^ malgre raecroisseaent de 
leur eoDSommation, permet douc, soit par la duree, sott par Ia 
substiiuiion des essences, de r^soudre le probleme de leur 
conservaiion d de leur suiBsance a nos besoins, Tiuie des plus 
importantes qnestions d'economie publique. 

II faut reconnattre en compensation, de qoelle dur^e et de 
quelle conservaiion seraient avantageuses ces barriqnes pour 
Ies liquides alcooltqucs ! 

O. Mahier, pharmacien, 
ă Cbăteau-Goniier, ddpartement de la Mayenne. 

Ce memoire a ete fait pour repondre aux questîons posees 
dans Ies programmes des congres scieniifiques d*Angers, et 
vinicole de Bordeaux , en 1843. ToQs ies deux en out ordonai 
rinsertion dans leur compte^^rendu. 

ANAtTSE D*UK GAILLOT TROUVÂ DANS L*A01ITB POSTiRIEURE 
d'hJ» GHEVAL, au MIVEAU de SES BIVISIONS TERIIIIIALES ; 

Recueîlli par M. Gcubaux, cbef des travanx anatomiques k 
1 rfecole d'Alforl. 

Ce cailloty qui occupaii presque toute Ia capacit^ de cette 
art^rey <taît d'une consistance assez ferme, d'une ^lasticit^ 
sensible, etd^unc couleurblancbel^g^rement grîsătre. It fuc 
drvi^^ en trois parties : Ia premiere pârtie ful (raitee parl'acide 



DB MARIfMfR KT M VO11COI.001B. 18S 

ae^(iqtfe bouiflant ; hi deniime, par Tean bouiliante; la troi- 
siiflM pârtie fac calcifia. 

La portion sovmîae ă Taction de Tacide acetiqae boaillant , 
pendant demi-beore environ, abandonna une petite quantitâ 
deiibrhie, doat H fut facile de co^stalet la pr^sence dans le li- 
quide filtra, eu traitant ce dernier successiyement par lea aci- 
des azotiquey chlorhydriqiiey la pouisse, el le cyanure de fer et 
d« patasgjma, reacUfe qulf iattSy jaumeAt de la propriile de 
frecipKer fa ftbrine. 

La portîon soumiae i^ l'aeUo» de TeaUf abandonna une ma* 
riire comme g^iaiineuse, plus» des sels alcalins ă base de p(H 
tasse et de tonde, aoluUes dans Teau, doat Ies r^acUfs aeeusA- 
reflt laprfeeiifce et la naiure. Lesproduits salins ^taient des 
sulfates de potasse et de soude^ du chlorare de sodium , eofin 
de la sonde. 

Ces deiix portions de caillot ^laient form^es, en outre, d'une 
snbstaoee qui avaît rasiste ă Taciion de Tacide et de l*eau, et 
qni fttt recooDue pew £tre de ralbumine. Ce principe, qui se 
irooTa en grande qnantit^ dans le sang, formait la presque to- 
talitedn cailTot, et se pr^sentait, apris son ebultilion dans le 
Tioaijprei arec un aspect g^fatineux; mats ii âtait ferme et 
dense apr^s son ^bullitîon dans Teau. Dans le premier cas, H 
sedWîsaittrâs facilement; dans lesecond cas, ii ofTrait plus de 
rfsistaoce ă Ia traction qu*on pouvait exercer sur Iui. 

Enfin, ane troisi^me portiou, pesde, de ce mftme caillot^ sou 
mise a Taction d'une temp^rature de + 100* environ, perdii 
UM Mrtal«6 ifiiaatM d^eav, tfii, eonypar^ air poMs loial de 
ceue m£me poriioir, ca repvi^sevtait Ies 7h cenii^raes. Apris 
revaporactoB, la caieimitionf de ce qm resurit permit de calcu- 
fer la qaantit^ d)s matiire animale qm avait M briilie : elle 
euitdeUpoarlOO. 

Bl rMkiv MncMif^ mti au hwâ 4e la eapeMe de piaiine, 



184 JOURNAL DB CHIIIIB 1i£dICALB; . 

qui servit ă cette derniire op^ration, pesait 1 d^cigramme 
(i pour 100). Ii ^lait forma des sels alcaUns ci-dessus desi- 
gn^s, plus, d*une pelite quantite de phosphate de chaux, qui 
se precipita sous Tinfluence de rammoniaque vers^ dans uq 
solutum d'acide chlorbydrique, qai avait servi ă dissoadre ce 
r^sidu de la calcînation. 

Rhunt^ de tanalyse. 



s» 



s 



BAU. 

74 


MATI&AB 

aDimale. 


SBLS 
alcalina 


COHPOSITION 

de la maliere animale 


COMPOSITION 

des sels alcalins. 


9S 


i 


Fibrinc, 
petile auaniit^. 

Aibumîne, 
grande quaniît^. 


Soode. 
Sulfatesde ^^ 

Cblomredesodium. 
Phosphate de chaax. 



Eau 7ft 

Mati^re animale. . . « 25 
Sels alcalins 1 



100 



Les faits observ^s dans cette notice sont dus en pârtie ă la 
coop^ration de M. Clement, chef des travaux chimiques et 
pbarmaceutiques ă r£cole d'Alfort, qui, sous notre direction, 
ft'est charg^ de Tex^cuiion de ce travail. J. L. Lassaigke. 



TOZXOOZiOGIX. 



NOTE SUR LA PRiSBNCB DU PLOMB BT DB l'aRSBRIC DAKS 

BB LA CBiME DE TABTBJB; 

Par M. Rbtscht, pharmacien ă Ilten, prăs de Hanovre. 
M. Retscby voulant pr^parer deroiirement de Tac^tate de 
potasse, en satorant^ par du vinaigre distill^^ de la potasse pro- 
venant de la d^mposition du tartre, et en brftiant da tartrt 



DI PHAUfAGlE BT M TOXICOLOG»; 185 

depur^sQivaDtle proc^d^ conseill^ par M. Ie professeur Wac- 
kenroder» a d^ouvert uoe grave sophisiicaiioo du larire d^- 
pur^; sophisUcation qui, suivantlui, n'a paseocore ^lâsignal^e. 

A Tonverture du creusel , la masse charbonneuse restante 
presentait celte coucbe de plomb qui se produit sur le cbarbon 
dans le point ou Ton cbauffe avec Ie chalumeau. Par la lixivia- 
tîon de celte masse , on obtint un r^sidu qvi , non seulement 
coDtenaitdu plomb, mais encore renfermait dos traces ăvidentes 
d'arsenîc. 

La potasse blaocbe de premier cboix en presentait eUe-m6me 
aussi. 

H. Ie docteur Bie3% Toit, dans cette observation , la ndces- 
site de soumettre ă un examen prealable louies Ies prepara- 
tloDs cbimiques et pbarmaceutiques qu*on tire du commerce; ii 
peDse que, dans le cas dont parle M. Retschy, Tarsenic prove- 
naiido mQiage des tonneaux avec du souffre arsenifere, et le 
plomb des cbaudi^res de ce mdtai, que Ton fait servir ă la puri- 

fication de la crime de tartre. {Archiv der Pharmaeie; mai, 

18W.) 

CAS D^EMPOISONIIEMCIfT PAR LA CHAUV. 

Observation recueiilie par M. le docteur Lion, de Breslau. 

Uq petit garţou de trois ans, quî jouaii dans une cour oii des 
ma^osetaieot occup^s ă travaiiler, goâta de la chaux ^teinte; 
i'ayant trouvee d*une saveur douce&ire , ii en avala une assez 
graode quantit^. 

Les parents s'en<^tant aperţus de suite, retirirent avec 
soJD la chaux qui se trouvait encore dans la bouche et dans Ies 
cavit^s nasales, ils firent appeler aussitdt M. le docteur Lion. 

Cemedecin administra d'abord un vomitif compost de pou- 
dre dlp^cuanba et d'oximel scillitique ; mais ii dut en faire 
Vf^Tt plosieurs doses assez consid^rables, pour provoquer 



186 JOURNAL DB CHIM» nttltkLt; 

le vomissement. Les matiires rendues consistaienl ea UM 
masse grise, ressemblant ă du moriier. 

Le petit malade fut ensuite mis ă Tusage d^irae âmirisiM 
artificiede prepar^e avee de Tbaile d'aBumdes doace». 

La Dnit fut agit^e ; refiCant evt de la flâr?re et bnt beaucoop- 
II se developpa des pblyci^net sur hi membraDe mqnease 
buccale ; les l^vres prirent uoe couteur blanebe cretacee ; Tab* 
domen deyînt'brâlant et doutoureiix aa toacher, et les^ garde- 
robes sanguinolentes. 

M . Lion prescrivit la coDtinnation de T^mulsioni etit appli* 
quer quelques sangsues sur l'abdomen , puis des cataplasmes 
dmollîeiits. La booehe fut iolioon^e de lemps ea lenps avec de 
rhuile. 

Soas rinflueace de ce trai^roe»!, Ies aecîdeots c^d^rent ra* 
pidement, et an botrt de buit jotMrs, Teofani âtaît parfeiiement 
r^tabli. (Casper'â fFoehemehrift: iS&ft» n*" 33.) 

JNotâ du r^d0ât€%ir. Jusqu^ă present oi> D*ayak pas, ă nolre 
Gomiaiseaftee, de fah d'empoisonneBaeBt par la ebaax. On savaîc 
cependaot qu'a la dose de 12 ă 16 grammes, la cbaux ^laic an 
poisoir irritant powr Ies ebiens. 

La cbaux, comoie onr (e şart, fait pârtie du b^tel, mastîca- 
toire dont Tont nsage ies Indiens^ eile eatre dans le spâcrfique 
anti-febrite de Cfotl, contre les fi^vres iatermittenies. 



D*UIC KOUTEAn MOYÂIV I>8 CONSTATER l'kXISTBNCS DBS 

TAGHES X>E SAM6. 

M. Persoz a iadîqae Tacide bypo - cbloreux comnie un 
r^actifpropre ăd^celer rexistence destacbes de saDg,alors 
que ces laches, par suîie de la vAnsi^, et peut^dtre anssi de 
certaines circonstances encore inappr^ci^es jasqir'icî, neci- 
dsnt plus rien de leiir maiiâre coloraote ă Feau , seit pure, 
soit ceoant^de la poiasse e& sokiim». Geue propridie de Tacide 



M PHARHACR m 1»B TOXICOLOGII: 117 

bfpo-€bloreax a ^t^ mise ea usage, ponr la premiere fois, par 
IUI. Orfila et Coiiereau , dans une aoalyse medico-l^gale, ă 
ToccâsioB d*QQe pr^vention d'assassinat (1). 

La chcmise qui couvrait le sujet assassia^ leur avah iii 
adress^e, conjoinfement avec nne blouse saisîe sur FiDCulpe 
et mie faalx , dont ce dernier ^tait porteHr Ie joar da crime; et 
ils aTakDt poormission de constater si des taches existant 
sar la bloase et sar Ia lame de Ia faulx, avarent ^te produites 
par do sang , et , dans ce cas , si le sang , anqaef elles ^talent 
daes, ^tait Ie m^ine que celni repauda sur le yâtement du d^ 
ciâi. Nous ne nous occuperons ici que de Ia constataiion 
de i'existence du sang. 

La bloose, eu toile Meoe, paraissail aervîr defrais long- 
temps. Eile presentait, tant sur sa face anlărievre qoe sur sa 
face posierieuret un tres grand nombre de tacbes plus ou 
moins larges/ dont quelques unes tres petites et en quelque 
sorta poBCiu^es, semblaient dues a du sang desseche: 
c'euit du moins ce que leur aspect et leur couleur brune-rou- 
ge&tre perm^ltait de supposer. Les auires , d^une teînie 
binne-grisâtre, dues, soit ă des frottemenis repeta, soit au 
contact de matiâres ^trang^res diverses, auraient pu aussi 
avoir ete produites par du sang qu'un lavage, ă Teau simple, 
ii*aorait enleve qu'imparfaitement. 

Quant ă la faulx, elle eiait couvertc de rouiile, sur Tyn el 
Taatre cdt^. £n outre, elle pr^seniait sur sa face inf^rieure, 
sp^ialement depuis son milieu jusqu'ă l'iDsertion du manche, 
lin certatn nombre de tacbes, bien disiinctes , malgr^ la rouille 
qui les environnait de toutes parts , d'une nuance plus foncee 
que le reste , affectant la forme de larmes, et paraissant avoir 

(1) Nona afuB« da rendre compte de ce proc4$d^ , ud de nos eoUâgues 
Boas en ayant fait la demande ; mais, nous Ic dirons, Temploi de l*acidc 
>i7P<M:liloreux a besoin d'^tre etndi^. 



IM «OOmilAl. DE CHIVIB vitKAW, 

£d peu d^uMlant&i la couieur bleue a dispăru et le tisstt est de- 
venu blanc. On eu a aiors ver&6 sur le restaoc des tacbea pooc- 
luees, qui toutes oot r^isi^^ et soot devenues brunes-noirâ- 
tres, oomne ii arrive lorsqu'oD opere sur du saog. Parmi Ies 
tacbes bniaes-c^risătres, ii s'ea est trouve un bon nombre aussi 
qui ODt resiste de aiâme ă Tactioa decolorante de oe puissant 
reactift et, par la, oa a acquîs la ceriiiude qii*elles ^taieoc 
dues ă do saogi que Von s^vait tenl^ de faire disparatire par le 
lavage. 

Les taches de la lame de la fanix n'ont rien foumi I Teaa 
distiilee. Elles se soni dissoutes^ presqne couiplMementydans 
l'aclde chlorbydrique , en donnant naîssance â un chlorure d€ 
fer. L'acîde hypo-chioreux n'a dona^ avec elles aneun r^sultat. 

MM. Orfila et Cottereau ont condu des exp^nences qui 
Tieanent d^âlre relatees : 1** Que plusieurs des taches exîstant 
sur la blouse ont ele produiies par du sang ; 2® que rien ne de- 
montre que les diverses taches observ^es sur Ia lame de Ia 
faulx soient dues ă du sang. 

Yoici ce que M. Persoz nous ^crivaît^ relativement i 
Temploi de Tacide chloreux, pour reconnattre les taches de 
sang. 

Monsieuri ^tant indisposd etretenu au lit^ lors de rarriv^ 
de votre leitre du 1*' courant , j'ai et^ priv^ du plaisir d'y re* 
pondre de suite, ainsî que je l'aurais deşiră. Aujourd*hui, eiant 
en ătat d'ăcrire , je me fais un devoir de venir, sans plus de 
retard, satisfaire au dăsîr que vous m'avez exprlo^. 

Gamme ii arrive souveot que des taches de sang, qui se 
trou?ent sur des tissus, perdent la propriete de lae diasondre 
daos l'eau, on ne peat plus, povr les caracteriser, aroir re* 
cours i la marche indiqo^ d^aa les oiivrages de a^decine \i^ 
gale, J'ai donc M dans Ie cas, en 1826, d'eofloyer VacU* 



HS MA&IIACIB ST DE TOIICOLOGIB. 191 

hfp^^kUreMP (i) de Biliard, pour reconnattre des tacbes de 
saftf sttr Hne blouse ou »e irouvaieBt, ea outre, de nom- 
brauses taches de ▼in. Cei acide, ă Texceptiou des tacfaes cau- 
i^s fut Ie ttftg et la rouiUei d^truU tmaiediaieaient toutes Ies 
aotres tacbes. 

Potir aa?otr si ks tacbes qni ost resistiă ă l'actioa de l'acide 
kifptHMorensL «ost prodHîtespar la rouUleou par le sang, ii 
bat ies iraiter par m «elange de chloi*ide-liydrkiue et de 
chionire statfienK, Jeqad aiătaiige blaocbît Ies tacbes de 
roiiiUe, et laisse iouctes celles oGcasionn^es par le sang. 

nSABMACIE. 

VtMOUlS SUR LSS intfiOlâS ou TEIRTURES iTH^EÂSS ; 

Pir Emile MoiveHOir, pbanaiaeieD, prdmdeni de la Soeiet^de 
pharmaeie dt Lyan ei du dSpartement du Hhâne; membre 
Hi ulaire d>0 ia Soeidte' de medeeme de la mime vills^ cot' 
reepeetfdoMt de plueie§$re Academiei et de plueieure «Sp- 
eUie'e eaepânâăenaiif^nahe e$ eiran^ree, etc, etc. 

11 est toii}Mws niMe d'eisayer de fNyer H ro«l«y 
fMB4 ndoie «lle «crj4t imparfaitement trac^e. 

Orfila. 

Si tont le moDde se mâle de fuire dea ezp^iiencea 

«t «e croit en €l»t d'ev fake, şea de ^u aont ct- 

pablea de lea bien faire; îl faat. pour cela, «oa 

lournure d*esprit speciale qui nVst pas donn^e k tona. 

Pahbnt Duchatelbt« 

PEBHI&RE PÂRTIE. 

I 

La queslioD des teinmres ^tberees ou ^ih^rol^s, n'a, jus- 
qn*4 pr^seol, que CaiblenMent occup^ Ies esprits ^ mais ii con- 

(1) Uacide bypo-c4iloreuz employfî pour cet op^rations, eat Ye prodilH 
Ivrut de factiea d« chtore ««r Tex^de ineroorique cn anapeiiaion dane 

reao. 



• k 



192 JOUENAL Dl CHIMIB MiDIGiXI, 

vient de dire aussi que ces produits n'ont vraiment acqais iine 
ceruine împoriancc que depuis vingt-cinq ou treote ans au 
plus : c'est ă peine s*ils etaient coudus da temps de Baume; 
aussi trouve-t-OD que ce c^li^bre pharmacologiste n'âiiet rien 
que de vague ou d'îDceriain sur leur compte. 

A Texcepiion de Thonorable M. Cap, qui a public dans le 
temps un memoire interessaut sar cet important sujet, ancun 
auteur n'a rien ou presque rien entrepris de s^rieux, soit pour 
^clairer Topinion des hommes de science sur la 'valeor reelle 
de ces m^dicaments, consider^scomme agenis th^rapeutiqaes, 
soii sur le choix des meilleurs modes de pr^paration ă suivre 
pour Ies rendre tels que nous devrions ies supposer pour ea 
jusiifier pleinenient Templbi. 

Les teintures eiherees en g^n^ral, que j'appellerai aussi 
dlheroles, avec MM. Henry el Guibourt, ne m'ont jamais ins^ 
pire une grande confiance, si j'en excepte quelques^unes que 
je comprends parmi celtes que le Codex recoinmande de pre- 
parer par maceraiion. La chiorophylle jouani le plosgrand 
r6ie dans la piupart de ces preparaiions ^iberiques, et cette 
substance ^tant de sa nature insipide el inodore, Je ne saurais 
irouver en elle rien qui milîie en faveur de ce groupe de roe- 
dicaraenls : Teiber esl la Tagent priocipal, el sans lui la me- 
decine n'auraii pas grand chose ă esperer de Taciion medica- 
trice des 6ih^roles. 

Yoyons pouriani ce que nous devons penser de chacun de 
ces agenis en particulier^ avânt d'en venir aux faits que je 
crois propres k ^clairer la quesiion. En faisant un appel aux 
connaissances de noire ^poque, nous irouveîons peui-Ălre Ic 
moyen d'eiablir des distinclions favorables pour quelques- 
nns de ces mâmes agents, en mame temps que nous pourrons 
nous faire une idee ă peu pr^ exacte de i'^ut de la question 
dans le moment aciuel. 



DS PHAUlfACIK ET BS T0XIG0106ÎB. 19S 

II importe d'autaDt plus de se livrer ă un examen sur chaque 
{iherol^ en pariiculier» qu'en entrant dans Ies consid^rations 
relatives ă chacun de ces produiis, je.trouverai Toccasion de 
piacer des observations qui me sont propres et qui r^pondent 
parfaiiement au but que je me suiş propos^. 

jtppreeiation des MA'oUs d^aprhs hi eannaisiances 

aequises. 

Teiniure AhMe JPaeonit. M. Soubeiran dît qu^on n*a fait 
aucoDe exp^rience pour apprdcier Ia composition de cette 
teiotare, et ii se demande si Taconitine y est en dissolution. 
Uaconitine se dissolvant bien dans T^tber sulfurique, ii sem«- 
blerait qa^elle doit faire pârtie constituante de ceite pr^para- 
tioD; cependant je puis certiHer que j'y ai vainement cbercbi 
oe principe imm^diat. Pour faire Ia contre-^preuve^ ii aurait 
falia le cbercber dans Textrait dont je vais m'occuper, mais 
j'aToae que je n'ai pas pouss^ mes invesiigations jusqiies-lă. 
Cet^bărol^ laisse pour r^sidu, dans la capsule oii on Ie fait 
^aporer spontane^ment, un seiziime de matiire solide, d'un 
Terţ sombre, ayaot une odeur et une saveur assez prononcees. 

Extrait aleoolique iTaconii, Apr6s avoir trăita par T^ther 
rectific soixante grammes d*aconlt en poudre, pour recueillir 
deoxcent cinquante grammes dYtb^rold, j*ai fait agir sur Ia pou- 
dre de ralcool^ ă Si"* Cartier jusqu'ă complet ^puisement. II est 
resulte de ce second traitement deux cent cinquante grammes 
deteintare aleoolique, m61ee d'une certaine quantii^ d'ăiber, 
<pie j*ai fait ^vaporer jusqu'ă consistance piiulaire, apris ton- 
Wois avoir filtre Talcool^ bouillant, pour en s^parer un peu 
de mati^ sous forme de coaguium. La masse extractive re- 
cQttlIie pesait nn pea plus de dlx grammes, et pr^sentait tous 
Ies caract^res de l'extrait aleoolique d'aconlt. 

Teiniure AhMe tTamiea. L'^tber a une action faible sur 
rmica : c'e»t i peioesi trente grammes de ce menstme dissol- 
V Omjm. 11. 16 



vent quinze centigrammeş de inaii^r« r^sinett«e JaPQ^i ajant 
Tarome caraci^ristique (ie la fleur. 

II d'en e9t pas de m£me de l'alcool faible qae Ton fai t mac^ 
rer avec la poudre deja trait^e par T^lher &uirurique : ii ăpuise 
assez bien la masse vegetale pour en extraire plus d*im qnart 
de matiere aciive, tris odorante, et tout-ă-faiţ analogue ă Tex- 
trait alcooltque des pharmacies. II est probable que par des 
traitements ă cbaud, ii en ţDl^verait ane plus grande quantU^, 
s'il est vraiy comme le dit ^. SoubeiraHi que Talcool k 66* ep 
enlâve jusqu^ă 40 pour ceut. 

Teinture Ahe're'e d'mia'-fiBtida. Cette teinture doit poss4^ 
der des propriet^s ^oergiqueş, la ruşine aromatique, amereet 
ă odeur alliacee etant soluble daosTetber, dş mâuieqaesoo 
buile volatile. M. Soubeiran n'en dit riea et ellţ Q*esi pascoa* 
slgoee dans la pharmacopde de MM. Henry et Guibourt. 

Cette teinture m'a fourni un neuvidme de matiârQ solide, 
tr6s odorante, transparenţe» d'un jauţ^e clair^ soluble daus 
I*alcool, etc. La matiire est resi^e liquide peadaot lo^gtemps; 
elle etait alors composee d*buile esseutielle et de re&ÎQe. Cest 
la resiae seule qui a constitue le neuvienie dş la mas$e. Ayant 
neglige de reconnattre le poids des deui^ corps r^tmis, je n'ai 
pu reconnattre que celui de la mali^re r^sineu$$- 

Teinture dtheree de hfOLume de iolu* Qa doit suppcmer cette 
teinture active^ la r^isine et Tbaile voIa.tile devwi y 6tre en di&- 
solution. Les pharmaqologistes n'toetţent aţiMine opinion i 
cet egardy probablement parce qu'il n'e^t pas pliis permis 
d*emettre un doutş şur les proprieies du prodigi quf& wr celtes 
de r^thdrole d'assa-foetida. 

II y a un buitiemc el plus de matiere dissou^ dans cel ^tbe- 
rold. On reconnatt cvideinmeai daus Ie ţesidu dO Tovaporaiioa 
une matiăr^ resineuse uuio ă un^ huii^ volatile. 

Teinture etf^erţe de ^i(^iţ^oi}f(. SwvAiU 1^ otoearatioos 



de lUmiQe, la teinture <t)»^r^ de belladone doU fttre active» 
ii U. Soabeira», Oo pouirait partager oette opinion, qn r^ 
O^cbiiwit k la solubililâ de Tairopine dans Teiber sulfuricine 
et Talcool abaola, qui » du re^te, agisaeot wieux sur elle i 
ckaud qu'ă froid* 

L*extrait âthârique franii par l'^thărol^ de belladope a'^lke 
i DD seizieme. Ses caractăres physiques sont Ies mftinea qne 
ctQx de l'extrait ^#riqiie d'aooQil» et ne diffăreot pas non 
plus de oeux des aoires solanees. 

E»(Taii afeoolique dş ielladene. L'extrait alcooliqufi que 
Toa pent recueillir aprte Ies traitemeata da la poudre par l'e- 
tbtf 8'^l^?e presque constamment k ua huUi^me , s'il n'a 
qtt'aae coaaistance semi-pilulaire, et k uo diiitede» s'il peut 
iirt roul^ eu pUuIea. Ce secood produiti compara ă celui que 
fownit la belladone qui n'a pas subl Tiofluenee de l'^tber» ne 
p&enie rien de pariiculier : Tun et Tautre ont Ies mâmes ca* 
neiires, el ne difTâreat nullement. 

Tnnhtre S$hMe da baurgeoM de fougirâ. Elle est dou^e 
de toate la force medicalrice delaibug^re, atteadu qu'elie con- 
tieflttoute rol^or^sine de foug^re de Peschier ; aussi n'ai-je 
ucmie observaiion paniculiire ă Taire sur son compte, sinon 
que c'est un exceilent medicament qui merite la confiance qui 
Ini ett aoeordee. 

Tritiiure dthir^e de eoitorium. II est ă supposer que cette 
teioiure jouit de propri^tes marqu^es, en rai«Qo de Thuile 
vobiUe qui en fait pârtie, cette huile devant iire consid^r^ 
coBBe Tageot principal du castoreum, bîen plus que la casto- 
riie, quoique eelle-ci, que Brandes considere comme Ia ma- 
tiere MMicanenteuse, ait l'odeur pariicuU^re du castor^um. 
L^ rfeine, d'ailleurs, peut ajouter aux propri^tes de 1'^^ 
roii. > 

Meu que j'apprenve i'enpidi de quairo partiea d'^iher pour 



196 loroHAL M camn utmcktEi 

vne de substance k ^puiser, lorsqa'il s'agit da traitemeot des 
plantes, je reconnais ici llnsuflSsauce de ces proponions, hoit 
parties de menstrue ne poavant pas enlever au castor^um toot 
ce qu*il peut lui căder : ies liqueurs soDt cKiarg^es jusqu'i la 
flfl. Cest donc avec quelque fondemeni que quelques pbarma- 
cologistes consacrent une pârtie sar huit ă la pr^paratiou decet 
^therol^. 

Qaatre grammes d'^ih^rol6 de caslor^am, pr^par6 dans la 
proportion d'ane pârtie sur huit, iaissent dans Ia capsule 
quatre dteigrammes (un neuvi^me) de mati^re trte odoraDte, 
brun&tre, dont pârtie est soluble dans T^ther et Tautre daas 
Talcool faible; de consistance presque s&che, apris un mols et 
plus d'exposition ă Tair pour en chasser l'buile volatile, qn^ 
l*on ait eu recours k la mac^ration ou au d^plaoement. II est 
Evident, d'aprto ceb, que la mac^ration recomroand^ par le 
Code» est compl&temeni inutile. Mais, en raison de la nature 
du corps k ^puiser, ii faudrait avoir le soin d'op^rer ane dila- 
tion dans une pârtie du menstrue, avânt de proc^der au de- 
placement, et cela de manl&re k reduire le castordam en un 
magma liquide. Sans celle pr^caution, on devrait s'aitendre i 
Yoir Toperation tratner en longueur, siţrtout si Ton op^raitsnr 
des quantii^ un peu consid^rables. 

Teinture aleoolique de castore'um. Lorsqu'on recueille 
250 grammes d'alcoole par d^placement, ensuite du traitemeot 
par r^iher, sur 60 grammes de poudre, on complete T^puise* 
ment de la substance, et Ton a pour produit un liquide aussi i 
fortement charg^ en couleur que T^lh^rol^, bien que T^iher ait i 
produit tout son effet. Alors on n'a plus qu'un r^sidu inerte, | 
dont la quantiiă, par rapport ă celle de la mati^re animale | 
employ^, nVst plus que d'un tiers environ, si le castoreum a 
iii exempt d*impuret&. 

li'^aporation de Talcoolâ donae pour produit an sixi^nie de 



M raABMAeu ST m.ToxieoLooiJs: 197 

matiere solide, d*un aspect bruoâire, d'ane odeur p^nătrante 
coome celle du castoreum» et d*ailleurs assez analogue au r^* 
sidu de Tethâ'Ol^ , priv4 de son huile esseniielle ; ce qui 
dâiote qae Fetber dissout tras imparfaitement la maiiâre 
active, bien que T^th^rol^ de casloreum soit un des plus ^ner- 
giqoes. 

Teinture e'thdrde de cantharidet. Nous connaissons deux 
eili^rolfedecantbarides : Tun que Fon prepare avec une pârtie 
de ces coldoptires et trois d'^iber sulfurique \ Tauire, qui est 
d^pi^ sous la d^Domination d'eih^rol^ ac^tique de cautba- 
rides, s'obtîent ordinaireinent en faisant mac^rer pendant huit 
joars uoe pârtie de canibarides dans huit d*âiber aceiique. 
limet l'autre ^^rol^s passent pour £tre tr^s ânergiquesj 
cependant si l'on fait ^vaporer s^par^ment eţ spontan^ment, 
daosdeax petites capsules, 30 grammes de chacun de ces pro- 
doits, oa ne trouve dans cbaque vase ^vaporatoire que quatre 
oociaq centigrammes de maii^re active. Y a*t-il lă de quoi 
jvtifier la r^putation de ces deux ^tb^rolăs? Je nele pense pas, 
) noias qn'on ne suppose que la cantbaridinei qui est ti*6s vo- 
biile, m^nie ă la temp^rature ordinaire, ait pu se volaiiliser • 
pe&dant T^vaporation ă Tair libre, ce qui est trte probable, et 
^pea priscertain, car on ne peut refuser & ces teintures une 
^ion vraiment ^nergique. Gette supposiiion est d'ailleurs 
d'aaunt plus fondee qu*elle est Justifice aussi par la volatilii^ 
des deux menstrues. 

TebUure e'thdrSe de eigu^. £n consid^rant que la conicine 
oBcicaiineest un corps trte solnble dans T^ther, on peut pre- 
<<UDer que l'etherole de cigue est un bon niMicament, d'auiant 
plttqaece produit a une odeur de cigue bien prononc^ qui 
P^ fonifier ceue pr^&omption ; cependant 11 faut reconnattre 
1>ec'est un de ceux qu*on emploie le moins. 

Va douzitaie de mati^ pilulaire obtenu est le r^sulut de 



I'^vaporation spontana de ce liquide ^tbdriqud* Iei on recon- 
natt aussi I'odear caraci^Hsttque de la planta. 

Exiraii alcooUque de eiguS. En soumettant ă l*a<3iien d*oii 
bain-marie le menstrae alcoolique qtii a succ^d^ ă l'^ther, ott 
r^alise une masse extractive qui se recomdiande parfiiitemeot 
par ses caractăres physiques, et que Ton est aulorise ă croire 
^nergique. C*esl encore un hurtîfeme envtroil que fotirnlt Tal- 
cool^ de cFguS, c*est ă dire, que 60 grammeft d^ pdudre ne 
donnent pas moina de 8 gratnmes d*extrait. 

Teinture iilUrJe de digitale. « Cette teitititf 0^ dK M. Sod* 

beiran, qui est constd^rde g^n^ralement comniefon tiiăcaee, 
est regard^e, au contraire, par quelques prăticiens comine 
n^yant que ks propri^tes propres ă l'^ther snlfuHque. ■ J*a- 
joule que d l^opiblon de M. Duiotig ităit fend^e, ii faudrail 
supposer que ceâ derniers ont raison, tandis qa'en croţant 
avec MM. Retâ, Haase, Planâtia et LerOjef que r^herâtalfo* 
rique est le mellledr di$$olvailt du principe actif de la digitale 
(digttaline), ou se rangerait do cdt£ de ceUi qui croiem & Tef* 
ficacit^ de T^th^rol^: L*obserf ation făpport^e paf M. Berz^- 
liiis seraft propre aussi ă faire penser qtre ce prbduH ne de- 
Yi^ait pas Âire ddpourvu deâ propriătes de la plantd, s'il ^tait 
vrâi, coinuie ^Ue porterait ă Ie croire, qUe la chlof opfaylle de 
ce vdgetal fut tr^s active elfe-ffi^me*. Au reste, Ies travâui re- 
cenis de MM. Quevenne et fiomolle, sembleraient Jeter qd 
nouveau jour sur cette questioni la digitalioe de ces messieurs 
n^dtaot que tras faiblemene solubie dans P^ihef pur, et deve- 
nânt tris soluble dans ce meustrue lorsqu^il est additiona^ 
d'alcool. 

Get ^ihdfolelaissedanala capsule tin seiiîdme d*e&trait mov, 
que Ton pourrait stipposer aclif^ en lejugeanc d*aprâs son 
odeur particulîâre, qui rappelle un pen celle de la plante qiri 
rafotiml. • ' - 



SE ^BÂRMACIfi tr Ut TOXtCOLOGIK. 199 

Extmit dleootî^ue de digitale. En agUsant coiiime Je Tai 
iDdiqu^, on obtient un sixiâme d*extraît solide propr^ ă £lrâ 
roul^ eh pilales. Si ce prbduit est compare ă Textrait alcooli- 
qoe des pbarmacieS) ii peiit âtre facilement confonda avec liiii 
unt 11 lui e$i analogtte. 

Temlure MA'ee dejuiquiame. Ce que j'ăi dit de Ia tein- 
ture etb^rde debeltadone m^ ftarait pouv6ir &*appliqi2er ă celle- 
d, Hiyosciamine ayant plusieurs caract&res qui la confondebt 
avec rătropine. . 

Cest ebcof^ lin â^zlătne ii peti prâs que Ton trduve dani 
li capsule, fii l'on recueille le r^sidu par ^vaporation spon- 
linie. 

TiîHiUf^ătcooUque deJuiqiâfM. LeS 250 gi*ammes d*âl- 
cool obtenus laissent dans la capsule un peu plus de 8 gram. 
d'extrait ()iltllaire, soit un buitii^rjie dlfe la plante emplbye^. 
II y a encore Idlentltd ^fitre cet extrait et Tcxtrait atcoolique 
dejQsqdiădiâ prepara comm6 de coiuidme. 

Teiniure Aheree de safran. L'eiber rectlfl^ ne touche que 
trfe biblement aut principes solables du safran. îl n'en 6'st 
pas de tnâmel dâ Iii liqueur miii^rale d^fioffmann, qUî prodult 
mie teiniurfe paâsableftoent charg^e en couleur ; ce peut 6(re 
alors tiii tits^t bon itiedlcamerit , cependant ia teintnfe pro- 
Teoant de Paction d'nn mâange ă partles ggales d'^ther h S6^ 
et d^drakool k H"" Cartier, doit lui 6tre prdf^ree comme 
etant sensiblement plus colorde. Ii n'y a pas une grande diffd-^ 
rence ţKiiir la <;oiileiir, entf^e fc^Me d^rniftre e( I'alcdol^ db ssl- 
frao. Du rcjste, Vtmt laiM6 dan^ lă eăpâule nn Vingti^me de 
r^sfdd, ti fatltre nb s^iziime etiVifofi. Ces r^marqties prou- 
Tentassclz ^vtd^ttiment qne ceiHltSto\6 pf^pard, isoit avec la' 
liqneor dPHorfffnanb, soit avec Fetheir et rhydrafcool, devrait 
occopei^ une place dans bos pbarmacopee^, et partant dan$ 
Ies pr^Apttdb^ lii4idf^;9ttes, tănrdi» qifon nt 16 Voit flguro^ 



200 JOUENAL BK CHIMIR MfioiGALS; 

noile part : ce serait, sans contrediti un des meillenrs de nos 
i\h6rol6s. 

Teinture iiheree de itramoine. On peut encore appliquer 
ă ce produît ce qui a et^ dit de la teiniure diherde de bella- 
done,la daturine, biea que moios soluble dans T^lherque 
dans l'aicool, pouvant 6tre supposee en soluiîon dans ce mens- 
true, doDt T^vaporatioa laisse pour residu un seîzi^me de ma- 
tiare moUe. 

Teiniure alcooUque de itramoine, Cette teinture fonrnît 
encore un extrait qui ne peut pas £tre mieux compară qu'ă 
toos Ies extraiis alcooliques des solanăes, et, en paniculier, i 
celui de stramoine de nos pbarmacies. La concentration per- 
met de răaliser un buiti^me, ă quelque cbose pr^s» de masse 
solide. 

Teinture e'lhdrde de vaUriane. Vi\h€vQ\& de valăriane 
tient en dissoluiion touie la maii^reresineuse, Tbuile volatile 
et Tacide vaidrianîque , c'est ă dire, touies Ies parties aciives 
delaracine. (Soubeiran.) 

Si Ton fait ăvaporer 8 grammes de teinture ătbărique de 
valăriane dans une capsule, ii ne reste dans ce vase que 
20 centigrammes de maiiâre d'un jaune clair tras aroma- 
tique, tres &cre, de nature răsineuse, molie et poisseuse. 
Ce n'est certainement pas lă toute la mati^re active de la val^ 
riane ; cependant cet ăibărolă doit âtre un des plus ânergi- 
ques. 

En faisant passer sur 60 grammes de valăriane en poudre, 
traităe par l'ătber, 200 grammes d*eau , ou acbâve compl^te- 
ment r^puisement de cetie racine , et Ton recueille ainsi nu 
bydrolă tras cbargă en couleur, qui laisse dans la capsule 
12 grammes d*extrait pilulaire passablement aromatique, au- 
quel on ne peut pas refuser des propriăiăs mădicales aciives* 
Cet extrait eiit i\& plus actif» sans doute, si Teau avait i\i 



DB PHJLRHACIS BT DB TOXICOLOGIB; SOI 

remplacfe par i'hydralcool , et ii est ă pr^sumer qu'aa liea de 
12 grammes de prodoit on n*en anrait r^alis^ que 8. 

L'exposă rapide qae je viens de faire ne comprend pas 
qaelques ^th^rol^ tras peu usit^s de nos joursi dont je n'ai 
pas era devoir m'occuper, non seulement parce qa'ils ne me 
permelieat de rien dire qui ne soit superfla, mais aussi parce 
qulls me paraissent complâtement tooibăs dans Toiibli > biea 
qa'ils me sembleot dignies, pour la plupart, de la confiance 
qai lear a ilA accord^e dans le temps. 

{La suite auprochain fttiin«V*0.) 

exergigb de la parmacie. 

Moosieur, je viens vous faire part d'un nouveau fait qai in^ 
t^resse Ia pharmacie. 

Dans une petîie viile da Cântat ou ii n'y avait pas de phar* 
macien, un jeune bomme vint s'eiablir. II n*y resta pas long- 
temps, sans que des soeurs desservant un hdpital, ou un bureaa 
de bienfaîsance, ne lui fissent une concurrence si terrible, qu'il 
se rit force de Ies poursuivre. Condamnation s*en suivit : Ies 
soears alors lui offrirent , s'îl voulait Ies laisser exercer la 
pharmacie y une rente annuelle de hOO francs. Refus de la part 
de rhonnâte pbarmacleny qui ne voulut pas transiger avec ses 
droiis. 

Ces dames cbercbirent alors ă lui susciter un concurrent, 
mais qui devait exercer pour eiles. Croirez-vous, Monsieur, 
qa'il se irouva, parmi nos coU^gues, un bomme assez deloyal 
poar se mettre ă la disposiiion de ces dames, et, par li, con- 
coorir i la ruine d'un maiheureux coll&gue. 

Je Uens, Monsieur, d*autant plus ă vous faire connattre cette 
circoDstance, que dans notre viile, oii sont ^tablis quatre pbar- 
o^eos, Ies sosurs de Phdpital, ii s'en irouve parmi eUes une 



qui fail de lâ m^decine gratis » mais qui tend ât ne doune pas^ 
c*est bien entenda, Ies m^dicaments, et je pilis cerlifter qa*eUes 
diiblient beaucoup plas que toas Ies pbarmaciena ensemble. 

Sur le rapport du Jory medical, M. le profet lear a ^crit pla- 
aieurs fois, maia sans succte i on Ies a mdme menac^es de Ies 
potirauivre i elles r^pondirenl que^ dana ce cas^ elles se pro- 
carei^ient un phal*niacien^ ce qui pour nons n'en serairni plas 
ni moitis. Maia U paraţi qae parmi toutes oes dames, c'est un 
parti pris de se procurer un jettutf bmume reţu^ si oa veut ies 
pour6uitre« 

SeeeTes) Moasieuri elc; 

Ifoi€ du rHaeieur. Celte lettre d^montre lout Tint^rât qae 
pr^sente le procds des pbarmaciens de Lyon. Ii vaudrait beau- 
coup mieux, si on tolire de semblabies abus, fermer Ies ^coiesi 
que d*exposer des ^l^ves ă une ruine certaine lorsqu'ils ont 
obtend lin diplÂme, dlipldmeăl^aideduquel ilsesperentexercer 
sads avoir ă craindre une concurrence ill^gale, mais toieree. 

EXEaCICE tiL^GAL ht LA PMAtlMACtE. 

f^ehte de medicamenta par iitie perionne n^aydnt pas le ti' 

ire de phărmăeien. Mpome h dek quesiiohs relativei â 

deltă tente. 

Le §tedr Didief F£vt*e i^^tant crtt TitiVeuteur du liquide ga- 
zeux qu*on obtient en mâlant ă de l'eau, de i*acide tartrique et 
du bl^ai'bonate de sOude; beladge qui doniie lieu i de l*eaa 
charg^e de larirătâ de SGfude 6t d'acid^ carborilque, m^iange 
doflt la pr^pafation a h% indiqu^e par Oadef-Oassicourt, pha^ 
madciu de rEmper^f, datis le BulleHn de pharmacie^ t. 6, 
p. 57, fit annoncerla teiite de ce proddit par des afflcfaes; H fit 
îDlfprfrh^r des pfospeetus dan& lesqnels ii ftifsait contiattre 
TactioA medicale de \ti preparation r^uitant de oe m^lange. 

L^ Soci^te de pr(^oyairte des phar niaeiena dtt ddparcemeot 



de la Seioe; aprâs avoiri ce ^qui ett un tort immeiise (1), laâti^i 
exeroer aa sieur Fâvre, udo pârtie de Tart pharmaceutique, 
apr^ l'aToir laissâ afflcher ce qu'il appeiait la poudre Fkrn^^ 
signala enfln cet abas â raatoril^ ' judiciaif e : une itistruction 
em lieu, et Ie sieur F&vre fat ranvoy^ devant la 8* Cbambrei 
jogeaat cd police correctionDelle^ Ayaol ^1^ appel^ pendant 
riostractioD, noQs refasftmes la mission qai oous ^tait oonfi^e, 
par la raUon que nouB avlons donnâ ă ua de dos GQofrl^rest 
platdant contre le aiear FAvre au Tribanal de ceaumercei ua 
am deAiTorable i ce dernier. 

Sor notre refas , OUivier d'Angera el M* Cetterean fureni 
appeMsf et lew rapport fut que le produit veoda par le siear 
Ft?re ^laft un mMîcament, AppeM devAni le tribunal (2), lori 
de la plaidoirie, noaa dmtmes Tavis qae le sieur Fâvre exerţait 
la pharmacie, qu*il veodait des medicamentat que le bi^carbo*^ 

■ ■ ■ ■ ■■ ■ , — I .. fc fc « tfc L I 

(I) Li Soci^t^ de pr^foyance, iustita^e dans le but de faire cesser Ies 
abui qQi flont noisibles aax int^râts de l'art et k la sant^ publiqae, n'a 
p» toojoursagi comme elle aurait pu le faire; insouciante des empi^te- 
oenU de cerUltis cbarlatans, elle a qaelqoefoitf poursultl des hotutneâ 
doatle seul tort ^tait de chercherdans la Tente de prodults ladttMrlels» * 
01 MttMee qviis n'obtenafeBt plns de l'exerriee dtf Isitr proffeaiion* Getie 
UoM M distingite oependant par aou d^roaemeat el par aoo d^iiit^« 
Kssement. 

(3) Nona ne nona expliqnions pas pourquoi n'ayant pas experimenta 
dans l*affiBire P^?re,noas ^tions appel^, nous sAmes plus tard que le 
lieor r^rre d^siralt que nous fussions ă Tandlence, (it^tendânt qa'AU- 
tnMs ^taiit t*oii des rMaeteurs da Journal dti connaissanceâ ufiles^ 
■eas ăHnm ytmtâ Vtkn dita de Seltx, pr^parSe atee lei poiidres | mats tt 
ert dte«Btf^ nettement poar taut ^e monde^ que Jamaia nottţ B'ft^^iis 
<sUoetU opioion, qa'aa ooBtraireyeB iM%{f^ir ie Bu4Min ^iral de 
tyrapeatique m^dităle et chirurgicale, pubHi paf' M, Micquel, t. S, p. 
liS), nona aoas ^tions âet6 atee fbrce codtre fk iuhsHtutioh de VeăU 
^tgie de tartrale dii soude ei d'ăcide carbohiştte, â Veau de Seliz^ 
lidiqiiaBt 1«8 meyens de recomialtre eetteffiltide. 



20& lOOUHAL 1>S CHUIB VfelCALB ; 

nate de soade ^uit un mMicaoienty qae Tacide tartriqne italt 
UD m^dicameDt, que , pris k baote dose, c'^tait un poisoa; 
Apr^s que Ie tribunal eut entendu M. Fâvre» M. TaTocat du roi, 
MongiSy qui soutenait la pr^vention dont ^tait inculpe le sieur 
Fivre, ii fu 1 9 sur la plaidoirie de M* Chopin , plaidant pour 
M. F^vre^ contre M. Baroche, qui d^fendait Ies interits de la 
Socl^tă de prăvoyance, rendu un jugement qui renvoyait le 
siear F^vre de la plainte, attendu qu'il n'etait pas constate que 
la preparation, l'eau eharge'e d' acide earbonique ei de tar- 
trate de saude^ r^sultat de la d^composition du bi*carbonate 
de soude par Taclde tartrique, ^tait un medicament. 

Appel de ce jugement ayant ^i^ fail, M. Looradour noas 
adressa quelques questions auxquelles nous nous empressoos 
de r^pondre , en donnant ă ces r^ponses , une publicite qoe 
nous croyons năcessaire. 

A M. Louradour, pharmaeien i Parii. 

Yous me demandez par votre lettre du 13 făvrier : 

1** Si l'acide tartrique peut âtre considera conime un medi- 
cament ; 2^" s'il peut âtre toxique ; 3^ si le bi-carbonate de soude 
est un medicament, 

II n'y a aueun doute, et Ton peut affirmer , sanscrainte d'iire 
dâroenti par toute personne de bonue fol : V que l'acide tartriqoe 
est un medicament ; 2^ que cet acide, ă bauie dose, est toxique; 
Z^ que le bî-carbonate de soude est un medicament (1). Mais 
11 nous paratt convenable d'etablir ce fait, l"* par la leciure do 
Codex, de la Pharmaeopde frangaiie^ dans lequel Tacide tar- 
trique et le bî-carbonate de soude, le mode de Ies pr^parer, sont 
decrits; 2"* par Ies ecriis des savants franţais et etrangers qui. 

(1) Aax termes de la loi du 21 germioftl, an XI, art. 1&» nul ne peat 
obtenir de patente pour exercer la profesftlon de pharmaeien» oaTrir uoe 
offidne de pharmtcie » priparer, vendre o» dMier aveum m4dieem€Mt, 
i'il n'a M reţa idon Ica ftumes Toulues. « 



ra PHARMÂCn BT BK TOXIGOIOOIB. 205 

oiit trăita de Tart medical. Noas citerons seuiementiciqaelques 
eiemples : Noas troavoDS daas le Dieiionnaire universel de 
Matiire medicale ^ par Merat et Beleas, 1829, t. 1*', p. &5, 
Ies citations suivantes : 1* Poar ce qui se rapporte ă l'acide 
tartriqae , on Temploie en mddecine, V acide tartrique^ (ă rin- 
star de Tacide citriquei qa'il est soavent destine ă remplacer) 
cooome lemperant dans Ies maladies aigues, ă la dose de 7 i6^ 
cigrammes 1/2 ă 15 d^cigrammes, dans une pinte d*eau su- 
cire: c*est ce qu'oD nomme limontuie vegetale ou tariaret^e. 
Od Tadministre aassi sous forme de poudres, de pfttes. Ii faît la 
base du sirop tartareux, et est souvent substitui k l'acide ci- 
trique 00 aa sac de citroo^ et dans la formule de l'anii-^m^tique 
de Rivi^e. 

A haate dose, cet acide văg^tal serait suscepiible d'occa- 
sionner nne scrie d*empoisonnement, qu'il faudrait combattre 
par des boissons aqueuşes dono^es en abondance, ou mienx 
encore, par de la magn^sie tenue en suspensioo dans l'eau. 

Pour ce qui concerne le bi-carbonate de soude : 

£o pbarmaciei on prepare avec Ie bi-carbonate de soude» une 
poudre laxative ei gazifere, fort usit^e des Anglais, sous le 
0001 de sedliiz pawderif ainsi que le soda powder et le soda 
witer.UesM alcaline gazeusede beaucoup de pharmacop^es, 
legere soliiiion de sous-carbonate de soude surcbarg^e d'acrde 
carboniqae, paratt esseniiellemeot form^e par ce sel, qui fait 
aossi la base des eaux minerales alcalines gazeuses naturelles. 

Ce sel est la base des paslilles de Yichy ou de d'Arcet, mises 
eo Togae par ce chimiste (elles sont consign^es au Codex) de- 
pois 1826 ; elles sont form^es d'nn grain de ce sel contre 19 de 
SQere,etont iii preconis^es comme succedanees des eaux de 
Tichy, qooique 20 n'en repr^sentent qu'un verre. Ces pastilles 
iUiroit rhumidite de l'air. Elles sont usit^es, aromatis^es avec 
la Qenthfe, la fleur d*oraiiger, le baome de tolu, etc, ou encore 



M6 xanBiAL bi crnmtn uiwckhMf 

aromaiis^es, dans Ies cas d'aigreurs de Tesiomac, de dlgestioDj 
penibles, d'indigestions mâme^ dans certaines affeciioDs diid 
glaireuses ou pituiteosea , daos la gravetle, la lithiaaief ia 
goutte, etc. ; la dose est de 

Robiquet a signalâ Ies avantages lithontrlptiques du bicir* 
bonaie de soude ; Orfila a indiquâ dansqael cas ii doit 6tre em 
ploy^ , etc. 

Bouchardat {JElimenU de tnattire medicale ei de pharm» 
eiej 1888, p- 557) dit qu*on empioie en m^deciae trots produiti 
diff^rents, sous ie nom de carbonate de soude : 1* le carboaau 
de soude neutre ; 2" ia soude du comnierce ; y le bl-carbonaU 
de soude ; puis, page 669, 

A i'articie bi-carbonate de soude, on lit : 

PropriăA medicalei. Le bi-carbonate de sonde est ud sd 
tr&s fr^quemment employ^ aujourd'hui : et, en efltet, toates Ies 
fois qu'il s'agit d'adminisirer & rinl^rieur des substaoces 
alcalines, c'est lui qu'on doit pr^f^rer. Ce qne Je vais dire 
peut £ire appliqu^ d*une maniere g^n^raie ă loutes Ies sub- 
stances dont je trăite dans ce cbapiire. 11 est absorbi par Te- 
cononiie ; ii p^nitre dans le sang et peut souvent modiler ses 
propri^t^s d'une maniere utile, car son action est rapide et 
^nergique; sous ce point de vue, je Tai conseillâ dans Ies effl- 
poisonnements par Ies acides, lorsqu'on soupţonne qu'ilssoot 
absorbes, et qu*ils peuvent causer ia mort par coagulaiion du 
sang. Cest encore dans le but de modifier ie sang que le bi- 
carbonate de soude a ii& prescrit dans le traiiemeni du cbo- 
lera asiatique. Le bi-carbonate de soude est rapidement âimio^ 
du sang par Ies organes s^cretoire's : ainsi, on le rctrouve 
bientdt dans Ies urines et dans le lait. On comprend saos peîoe 
quels services cet agent pourra rendre , lorsqu'il sera utile de 
modifier ainsi Ies liquides s^cr^t^s. Ii agit aussi en augmentaşi 
la quaotitâ de Turine : c'est ce qut Ta fait dasser, par plasi^ais 
th^rapeutistesi au raDg des substauces diur^tiques» 



Bl tIAJMIACIB n M fQUflaUftU. 167 

Son adodBiftirttioa n'est accompagnăe ni d'ftceâl&atim de 
b cifcolaiioD , ni d^aagmenUtion de la chaleur $ janalt, d'aîW 
leon, U ne provoque ni la diaphor^ , ni r^canlement des r^ 
gies. II est trte employâ dans le trailement des aflieciions oaV* 
cdfloses, lorsqu*eUes dependent de la surabondanee d '^de 
orique; maia, daps ea ca8o^ ie bi»carbaDale de sonde agit 
d'one maniira maili^matique, ii faut aYoir soin, penv en dir 
riger Tadministralion, de s'assurer, au moyen du papier r^ac* 
tif, de t'^tat acide ou aloalin des urines. Le bi-carbonate de 
nade pent Atre trte ntite dans Ies afleciions goulteuses, oii 
l'eeoDomie est ^galement sous l'influence d'an escte de pre? 
dacUon d'acide nrique. 

Oa prescrit journelleoient te bi*carbonate de soode, d'aprâs 
lecoDseilde M. d*Arcet^ pour faciliter la digestion etr^tablir 
espeu de temps Ies fonctions de TestomaCi suriout lorsqu'ellea 
MDt troubl^s par >a formalion d'une trop grande quantitd 
i^de t ce qui arrive souveni aux gens de leiires et aux per* 
MBaes trop sMentaires. Cest le bi*carbonate de soude qui 
doiiae lenrs propri^t^ prinoipales aux eaux min^rales alca- 
Kaes qoe nous allons ^tudter plus bas. On a encore vani^ Ies 
preparations alcalines dans Ies hydropisies passives , Ies en- 
gorgemente visceraux , Ies scroAiIes. 

Joordan, Pharmaeope'e universellâj I8&O9 1. 1^, p. l21 et 
nivsntes, t. 8, p. &98^ parle, 1* de Tacide tartrique, de ses pro- 
priet^ comme raffratchfssant et drur^ique, des doses aux- 
qadles on Fadminlstre, et des preparations dans iesquelles on 
hit entrer cet acide : la limonada siehe. Ies tahUttes tartH* 
9v^') le julep rafratchistantj la Umonade iartrique^ la 
}9Am adduUej h sirop daeide iaririque^ la tis ane a t acide 
tartrique , preparations qui sont formul^es dans Ies diverses 
Fkarmacopees franţalses et etrang^res ; 2* du bi^arbonate de 
^'^^ et des {Nreparations medtcamenteuses dans Iesquelles 



20B IOUBUAL OB chimii HiBIOAtE, 

on Ies fait entrer : la poudre digesHvej Ies taUeitei de U- 
carbonate de sondei Ies iab/eiiee au baume de iolu , au gp- 
rofte^au choeolai^ ă la vanilie, a la menihe^ Feau alcalin» 
gazeuse, Feau de Fiehy factice^ Fe'muliian niphrdtique, 
tinjeeium alcaline^ la potion absorbante de Fogi, la ţotim 
aniistrumale de Peschier^ la potion fibrifuge^ la potion sIÎf 
tnulante^ la tisane alcaline j la tisane diuritique. 

Th^Dard^ 183&, t. 3, p. 102 de son Traiti de chimie dU- 
mentairej dit, en parlant des bi^carbonates : On prepare ac- 
tuellement ă Yichy ces irois bi-carbonates (Ies bi-carbonates 
de potasse , de soude, et d'ammoniaque) et particuli^rement 
de soude, pour lesbesoîns des laboratoires et de la midecine. 

Lassaigne, Abrdgd e'ldmentaire de chimie^ 18&2, t. 2, p. 96, 
dil : Les exp^riences recentes teni^es par M. Robiquet, oot 
prouvâ TuUliie de ce sel dans ie traiiemeni de la gravelle; la 
dose est de 5 grammes^ qu*0D r^it^re pendant plusieurs joors. 
£n combinant ă ce traitement un r^gime appropri^ , eo raison 
de rinfluence marqu^e qu*il exerce sur les fonciions de Testo- 
mac , ii a eii conseillâ par M. d*Arcet comme Tun des plas in- 
nocents digestifs que Ton connaisse; aussi entre-t-ii dans la 
composition des pastilles dites digestives ou de Tichy. 

BerzeliuSy Trăite de chimie (ediliou de Bruxelles, 1839), 
p. 231, dit : 

On s'en sert (de Tacide tartrique) en teinture, en mMecine, 
et on en fait de la limonade en poudre. 

L'acide tartrique peut-il £tre consid^r^ comme toxiqae? 
Voici la r^ponse ă cette quesiion , ă laquelie Mârat et Deleos 
ont d^jâ en pârtie r^pondu. 

Orfila, Me'decine Ugale^ Traitd de mddeeine UgaUj 
S* e'dilion^ 1836, p. 56 ; de P Acide tartrique. 

Comment peut-on connaltre que Tempoisonnement a ea 
lieu par cet acide (l'acide tartrique) ? Pour les sjmptAjnes, les 



DB PHAmMACIB BT DB TOXICOLOGIE. 209 

Usms de tissa et racdon gdn^rale, Fauteur renvoie aux para- 
grapbes 89 et 100 ; ii iDdique Ies caract^res de cet acide. 

Marely Des poisons cotuideris sous le rapport de lam^ 
ieekie praiique et de la me'deeine le'gale , 1832, p. 15&, 
doDne d*abord Ies caractires de Tacide tartrique, puis, ă la 
page 155, oo Iii : SymptSmes et apparencet morbides. 

SoDtsemblabies ăceux causăsparles acides min^raux. (Voir 
page UO.) 

Nous pourrions citer encore un grand nombre d*auteurs ; 
nousaousborDeroQScepeadaatăfaireobserver: 1"" qu'en 1830, 
daosle Traitidle'mentairedeiriaetift^^vIbWi avec M. Payen, 
V edition , t. 2, nous avons donnă des lableaux de toxicologie 
i l'usage des pharmaciens et des el^ves en mădecine, et que 
daDs ces tableaux, page 609, ou trouve Tacide tartrique classâ 
parmi Ies poisons, avec rindication de ses caraci^res sp^cifi- 
ques, des secours ădouner dans lescas d'empoisonneoient 
par cet acide , des r^actifs qui peuvent le faire connattre ; 
2*qne le resultat du m^laugede Pacide tartrique avec Toxyde 
de sodium, du bi-carbonaie, le tartrate de soude est un medi- 
cament que le docteur Waller a eoiploye avec succis dans 
deux cas de douleurs vives de Tesiomac avec vomissements 
coDiinuels : ce sel, dans ce cas, avait 6x6 donn^ ă la dose 
de 18 ă 2& d^cigrammes^ trois ă quaire fois par jour. QF. jinr 
noneee scientifiques de Ferruaac^ t, 2, p. 63.) 

A. CHfiYÂLLIEa. 



HYOZSm PVBXiXQVB. 



ntGOnSMS OABG&iNEUX PRODUIT PAR LE SEIOLB ERGOt£ SUR 
DEUX BIfFANTS MALES. AMPUTATION DES DBUX JAMBES CHBZ 

l'un, suitib db mort ; cauTB d'unb JAMBE CHEz l'autre : 
GuimisoN. 

Am mois de fdvrier dernier, j'eus rbonnenr de communiquer 
2* siaiB. 11. 17 



k riosiitut royail de France trae note ayant potnr bl^et de proH'* 
ver, contrairement ik f opinion g^n^ralement admise , qae le 
aeigle ergoi^ perd ime portion de ses propri^t^ toxiqnes par h 
enissoB et la fermentaiion panaire. II s'agissait ators de fem- 
poisonnement de tonte nne familie qa! s'Stait nonrrte pendant 
quelques jonrs d'un pain dans leqnel ii ^lait entr£ nne assa 
grande qnantit6 d'ergots. Mais, dans ce cas, Ies maladesnV 
Taient ^prouv^ qne Ies symptdmes primiţi rs qne d^veloppe 
ordinairement ce părăsite , lorsqnll est introdoit dans Ies aii- 
ments, c'est ât dlre, Ies acddents nenreux qui constituent ce 
qu^on nomme ergotinne convuMf. 

Anjonrdiini, j'ai llionneur d*adresser ă Ia Sociăt^ de Chimie 
medicale nne observation de ce genre, beaucoup pins extraoi^ 
dinaire , et dans laquelle l'ergotisme gangr^neux s'est mani- 
festa avec tons Ies caract^res de cette affreuse maladie. 

Dte qne je fus instruit de ce triste ^v^nement, je cherchai 
d'abord k me procurer tons Ies d^tails qui Tavaient prdcM^, 
accompagn^ et suiri dans sa marche ; et c*est pour atteindre 
plus sftrement ce but que je me suiş transporta. Ie Ift novembre 
demier, sur Ie th^&lre m^mede Paccident, lieu dit laBridaire 
(province de Sayoie propre), commune silu^e ă deux lieues du 
pont de Beauvoisin , et distant de dix lieues de Cbamb^ry. Li» 
assist^ de M. Ie docteur Pichat, m^decin au Pont, qui a ea 
Tobligeance de m*accompagner et de faciliter mes rechercbes, 
j'ai recneini, au sein m£me de cette mallieureuse £unille , tons 
Ies documents qui oat servi de btse h llistoire qui va suîvre. 
Franţois Carlet, agriculteur, âg^ de quarante-sept ans, n^ et 
dMiieiiie k ia Bridoîre^ sine, en avril 186A, da seigle qtii eoa- 
ten^U irois i^qiiatra pour oeat d'avoioe. Celte-ei l^e m lofatii^ 
et marii parfaitesieott sus prodoire ua seai ergoc Le leigle, 
au contraire, avorte en grande pârtie, et, en outre, prasqo^ te 
^okii dtt peiil Mwbrt d'iph qai parvieanaiic k l'diac de matn* 



ra MJl&HiLClB BT BB TOtICOLOGIB. 211 

iM coBtiennent des grains ergoi^s. A ta fin de JuiUet suivant, 
ODi^eoIte quinze livres de seigle rentermant une livre d'ergots, 
ousept pour cent environ; on anrait obtenu soixante livres de 
semence si lom le seigle seme efit r^ussL 

Ces quinze livres de seigle, ainsi ergoi^, sont mâang^es avec 
ciflqnante livres d'autre seigle oii se trouvait encore 1/50, soix 
deox ponr cent d^ergots , et un peu d'avoine; et ces soixante- 
ctoq livres de grains moulus servent k pr^parer ensuite une 
quantit^ de pain qui n'a pu âlre delet'min^e , mais qui a ^t^ 
eonsomoi^e en trois semaines par une familie composee de huit 
fflembres, savoir : 1* le pire, quarant^-sept ans; 2<» la măre, 
qnarante ans; }^ une fiile de dix-huit ans; &* une autre fiUe de 
dix-sept ans ; 5* un gargon de dix ans ; 6*" une troisidme fille de 
dnq aus, et enfin deux garţons jumeaux &g^s de vingt-huit 
mois. Tottle ceite familie est g^n^ralement bien constituie et 
Men portante* 

D^but de la maladie. Quinze jours s'^taient d^jă ^coul^s 
depuis qne cette familie se nourrissait de ce pain dangereux, et 
eependant aucun symptdme morbide appr^ciable ne s'etait 
encore declare. Tout ă coup le garQon de dix ans se plaint 
d'aoe dottleur qui se fait sentir au pli de Taine gauche, d*ou 
elle disparaţi denx ou trois jours apr6s pour se porter sur Ies 
denx jambes ă la fois. Ceiait alors le 8 sepiembre. Le 12, on 
envoie chercher M. le docteur Pichat, qui Yemarque aux deux 
Bollets nne rougeuf de couleur foneme, de la largeur de Ia 
paume de la main, et paraissani âtre le prdlude d'un phlegmon. 
Le toucher y occasionne de la douleur, et Tenfant souffre d^jă 
beaucoup. Les jambes, d'un froid glacial, ne peuvent supporter 
k eontact d*un corps ^tranger , ce qui oblige Ie malade a Ies 
tenir hors do lit, qui, du reste, paratt augmenter Tintensit^ de 
ses donleurs. Gomme ii ne peut marcher, le pere et Ia mire Ie 
pfOBiinent presque sans cesse, en le tenant dans leurs bras. Le 



312 lOUBHAl. DB CHIMII HilIIGALB, 

m^decin prescrit une application de saiDgsues et des cata- 
plasmes ^mollients, dont Ies pareots ne jugent pas ă propos de 
faire usage. — A dater de ce jour, le mal fait de seosibles pro- 
grds : Ies jambes et Ies pieds se tumefient et se couvrent de 
phlyctftoes qui se rompent successiveoient, en laissant ^coaler 
une petite qaantit^ de liquide s^reux. Eosuite , une viye d^- 
mangeaison se fait sentir au tiers supdrieur des jambes, et 
bientdt apr^s la gangrine apparatt dans toute son effrayaate 
undita : elle commence d'abord par le tiers inf^rieur des jam- 
bes 9 et se limite d'elle<-m£me au tiers sup^rieur, apris aToir 
envahi Ies pieds. Depuis cetle ^poque (2& septembre environ), 
Ies douleurs sont moins fories ; l^enfant peut rester au iit , et 
m£me y trouver du repos et y tenir ses jambes. La deman- 
geaison qui existe , ai-je dit , au point m£me de d^marcaiioa 
que s*est trace la gangrine, est si forte, que le malade est 
obliga de se gratter jusqu'au sang pour se soulager. Quelqaes 
l^gires contractions se font sentir dans Ies membres inf^rieurs 
seulement et ă de rares intervalles. D*abondantes sueurs ruis- 
şellent parfois de toute la surface du corps,surtoutauxmomeDt8 
ou Ies douleurs sont Ies plus aigues : ces accis n'ont rien de 
i^guiier. Vers Ia fin du mois, Ies chairs deviennent puirides, 
se contractent ă la pârtie inf^rieure , et meltent Ies os ă ou. 
Malgr^ cet ^tat avanei de la d^sorganisation des tissusyles 
souffrances sont g^n^ralement moins vives^ă Texception des 
orteils, qui sont toujours le siige d'une vive douleur, bien que 
Tos soit d^jă enti^rement d^nud^ ă sa pârtie sup^rieure. Les 
jambes r^pandent une odeur si infecte, qu*il est ă peine pos- 
sible de se tenir dans la chambre du malade. 

Quelques jours ensuiie, la gangrâne est ă sa plus grande p^ 
riode, el la denudaiion des membres est presque complete. Les 
parents se d^cident ă le conduire ă THâtel-Dieu de Lyon, oii ii 
entre le 14 octobre, salle d'Orleans , n* 189» dans le service de 



HB PHAElfACR BT M MxfCOlOCiBr 21S 

M. Peireqnm, chirurgîen major dodit hdpîial , qui a eu Tobli- 
geance de me transmettre Ies details quî ont pr^c^de et suivi 
rimpatation faite ă ce malheureui enfant (1). 

Etal du malade a son entre'e i VHotel-Dieu. — Les pieds, 
jusqu'au dessus des mall^oles , sont totalement noirs et rao* 
comis ; ils offreotun type de gangrioe siche, tandis que Ia 
portion malade des jambes , la livre gangr^nte da cercle âi* 
mioatoire , ^tant contiDuellemeni en contact avec le pus , offre 
im tjpe de gangrine humide. L'odeur Urnise est trte infecte; 
caractârisUque de la gangrtee. En appuyant ies doigts dans le 
creuxpoplit^^ on ne sent aucune dureţi » mais on fait beau- 
conp souffrir le malade , de m6me qu'en comprimant la cnisse 
00 en remuant legdrement les membres sphac^l^s. La douleur 
soit parfaitement le trajet de Tartare femorale ; mais elle suit 
^galement bien le trajet du grand nerf sciatique. L'artdre K-^ 
mofale, explora avec beaucoup de soia dans tonte son ^ten-* 
due, ne laisse percevoir des baitements que depuis l'arcade 
crorale jusqu'ă trois pouces au dessous. L'^tat g^n^ral se com* 
posed'un ^tat febrile bien marqu^^d'une agitation caract^ris^e 
par ane mobilit^ extraordinaire des yeox et des traits» etpar 
on iremblement des mains lorsqu'elles sont port^es vers un 
point quelconque. L'intelligeDce est intacte; le tube digestif 
parfaitement sain, car l'app^iit est conserva, la langne normale 
el les seUes anssi. I>e pouls, filiforme et vth& flr^uent, conserve 
de la rigularit^.— Le malade venant d'arriver de la Savoie par 
OB băteau ă vapeur, le voyage a pu augmenter ichacun des 
symptAmes observa. 

Amputaiian des dsux jambss. — • Le 15 octobrd , aprte la 
viate da matin, M. Petrequin pratique une doubie amputation^ 
en sciant les deux os d^nnd^s au niveau du point oJl commence 

(1) Cm detaila ont ^t^ recaeUiis par H. Claadiua Bcmard, interne dos 
b6yitaDX da Lyon. 



^It JTOUENAIf BB GHIiaB IUEdICAuV 

la ehair vive» c'est ă direi quelqaes lignes au dettoas de Te- 
pine antărieure du tibia. 

Avânt de passer Ies traits de scie, ii faut relever avec Ie bte* 
toari un lambeau qui, de chaqoe c6lâ» s'avance en laoguette 
sur left os mortifies. Les ampuiaiions soni faites sans doalenr 
et presque sans effusion de sang ^ eependant, une artire notir- 
rld^re du tibia droii fournît un jet peu volotnineus i qtii est 
arrâie immddiatement par une compression faiM au ttoyen ât 
cisailles sor les lamelles osseuses enrironnaot f artere cfn qaes* 
ţion. -* Les moignonsj qui ne sont pas trop trr^fuliers, sofit 
pans^ ă plat 

Tottt ^tait alle jusqu'ici d'une mani^r^ assez satisfaisante, 
lorsque le 1& novembre» apr^ s'6(re plaint tcmte la nnit ^ le 
malade perd la parole vers les qCtatre beures du mat in, ă fa 
suite d'un violent frissod. A Ia visîte du niatln, ii entend parter 
at pousse de petUs crîs* La peau est siche, ie ponls tr^ fr^ 
quent ei plus forl que de coutome. Les piaies, imnediatement 
examinees, sont toujours belles. M. fioucbaconrt, eMrnrgien 
en ciief de la Gharii^, diagnostique une răsorption purulente ; 
M. Petrequin diâgnosUqae une meningite e^brale. Cei eut 
augmente insensiblement ; ramaîgrissemeat devient consid^-* 
table, la fi^re de plus en pios forte. La diarrh^e sarvient, 
pois l'excr^tion Involontaire des matiâres fecales , et reofant 
neurt enfin dans ia nuit du 19 au 20 ndvembre » trente-cipq 
jonrs ăprte Top^ration. 

jiutopâie cadatfAique* -^ Cerveatr sain. — 'Teines des m^ 
ninges tr^s fortement injectees. — M^ningeâ saines. «^ Une 
cnilier^e ă caf^ d'une s^rostte rosrfe dans ehaque veatricale ci- 
ribrale* «- Le poumov droit est pass^ autroisiime degr^ de Ia 
pneumonie dans les deuit tief^ inrerie^\ et au secoiid degriS 
daos Ie resie de son eienSue. — La pârtie ant^rieure et super- 
ficielle de ce poumon presente un seul abc^s capaMe de leger 



M MAmiiMii wt M wxicolo#ub; 215 

Qfl osnf de poide. — Le poumoo gaiidie offre le premier degr< 
de la pocumoDie i U est trte foriement coDgesiioDiid } pas de 
teberculeei pe» de peiiu abcte. — Le foie est aussi sain qiie 
pMsible^<— Les Yeiaes qai revienneiit des iBoigooDs sont saines ; 
din^a^es foaqiie dans l'abdomeBi elles ne pr^sentent pas de 
tiaoss de rdsorptkm. ^ Les artirea sobi oblit^r^es, conrerties 
c* ria eorden ibren datts T^lendie d'un ponce ă partir dea 
BiigBaas I eiamkides «fee le pios fraiid soiii , eHes Be prd- 
MDteai aoeMe ali<ratioD. -^ Les BerA sem ^Issîs dans r^ 
uadae da i|ael^es ttfMi vers lesr eslrioiM eoop^ , fls pa-» 

niMBtSttBS. 

rtiditplaa faaalqfdeles preniersşjrdiptdBiesde oţitce eraelle 
Bihriia s'dialeiit dMards ckea est eofant le S sepiembre. Deoi 
joart aprtSf le plas jeaBe dea deot jQmeaax eoamenţait ă 
^nwfer l«a sigaes nea ^ivoqaee de raetioB d« ralimenc 
dBigweBft. CIME ee deroldr, la Jambe droHe seulement est at- 
tetsia. AaeoA le 16 sepienriire ^eaM. Ie doctear Piebat, ii est 
triifl dana Tdiat sKÎTaat t Le pled drolt est froid et inoMi ; 
s) tei dorsBil esc reeâuterte de fdilyctteea ddjă rompaes ; 
r<miieBtBeif*tse« 

IWitiMMis^. ^ SolBiloB de chlorare de ehaiit k restdriear^ 
doMropdeqBiBa iirintdriettr« LagsBgrtee se declare et suit nne 
Birche rairiie $ eottiBe daas le eas prteddent , elle commeBoe 
as dirs iBf<rie«r de la Jttnbei gagne saecessivemeBt le tiera 
MpMear, H se linriie eofia ă rariieulathm dB genoii* Lea 
chsirs ddeeulNMdea vdpliideBt ane odeiir infecte , et la Jambe 
te dteshe d'elle*mteie i le 34 sepiembrei sans la molndre 
kteonbagle, latsaMil bb6 plalir anssi firafche ^ne si la perte du 
■Mbre eki dii le rdenliBt d'nae epâmthm chirorgicale. 

Cot ie ift Berembre (cio(|Banie joars apvto is cbute dtt 
wtobre), qne je th eetie iai^ressaote creatur e. Son ^tat de 
WM Mdi «ea iiiis sâiiehlsanf s. La piâle, ferm^e de diiiri 



216 JOURIIAL l>B CHIMU HiDICALS; 

vives et roses, ^lait de la largeur d^un ivn] on se bornait ăla 
recouvrir d*uD pea de charpie enduitede c^rat. 

Huit jours avânt de perdre sa jambe, Dotre petit malade ent 
line diarrh^e qui persista diirant vingt-cinq ă trente jours, ce 
qui ie fit un peu maigrir ; mais ii ne tarda pas ă reprendre l'em- 
bonpoint dont ii joufssait auparavant. Pendant le conrs de sa 
maladie , Ies douleurs ^taient si faibles , qu'ii se plaîgnaiti 
peine. II a toujours dormi comme d'Kiabitude, m£me lorsqae 
le mal etait ă son apog^e, k l'exception d*une seule nuit qoi 
paratt 6tre Tepoque ou la gangr^ne atteignait son plus graod 
d^veloppement et pendant laquelie ii a un peu cri^ et plemn!. 
L'app^iit avait diminua d*un tiers environ ; ie lait ^tait Tunique 
boisson qui lui fut agreable et dont ii consenttt ă faire usage. 

Examinons maintenant ies ph^nom^nes insolites qne ceue 
cruelle affeciion a preseotes tant dans sa nature que dans sa 
marche. Touie une familie se nourrit exclusiTement du mime 
pain , et sur huit membres qui la composent , quaire n*^proa- 
vent absolumenl rieo , deux fort peu de chose, tandis que deux • 
seulement sont profond^ment atteints. Les trois filles et Tatoe 
des jumeaux ferment la premiere categorie ; ia deuxiâme cob- 
prend le pere et la mere. Cbez ces derniers, le poison s'est 
borne ă produire une grande lassitude des bras el desjambes, 
qui &*est prolong^e pendant huit jours ches le p^re; la mire 
en a eu pour irois semaines durant lesquelles elle n*a pu trăire 
ses yacfaes, tant ses bras etaient faibles. Ces symptdmes, 
d'aiileurs , ne se sont manifestiSs que du 16 au 20 septembre» 
alors que le paio ergot^ jătaii deja entiâreilienl consomnM^. 

Quant aux deux pauvres enfanis qui ont ^te les tristes vie- 
times d'un si redoutable agent, leur maladie miime offre une 
particularite qui doit âlre remarqu^. G*est aipsi qu'ils n'ont 
^prouv^ ni maux de tâte, ni veriige, ni trouble de la vue, ni 
assoupissement^ en un ipot , aucun de ces ph^nomenes ner- 



DB PHAEVACnB BT )>B TOUCOLOGIB: 217 

veiB, Don plus qQ^adcun signe da plas l^ger narcotisme, ph^« 
Domenes doDi Tenseoible constituece qu'on appclle ergotisme 
eonvuliif. Cette p^riode de sympti^mes a compl^lement fait 
djfaatdans lobservation qui nous occupe , et Ia maladie elle- 
mime s'est pr^senl^e dans son plus grand etat de simplicit^, 
eDuiremeDt depourvue de cette foule de complicaiions f&- 
cheoses observ^es dans la plupart des ^pid^mies de ce genre, 
et d^crites par Dodarl , Brunner, Noel , Langius , Duhamel , 
Salerae , ele. 

Cette absence de symptdmes qui constituent Tergotisme 
coovulsif , a d^jă iii observ^e dans quelques circonstances 
analogiies. Je citerai T^pid^mie gangr^neuse caus^e par du 
paio qui contenait , dit-on , un tiers d'ergots , arrivăe pendant 
raatomne de 1816 , dans le d^partement de Flsere , el d^crite 
par M. Janson , dans le compte rendu de Ia clinlque chirur-* 
gicale de THâtel-Dieu de Lyon. Cette ^pid^mie offre la plus 
grande ressemblauce avec la maladie des enfants de la Bri- 
doire; je dirai mdme que, dans Ies deux cas, ii y a eu* la plus 
parfaite identite de symptdmes et de r^suUats. 

Qoarante malades fureni alors traites dans ce vaste hdpital ; 
chez tous, la gangrioe exerţa ses ravages : en effet, dix-huit 
OQ Yingt perdirent Ia jambe ; trofs ne conserv^rent que Ies 
eoîsses; chez cinq ou six , le pied se d^tacha eo totalii^ ; d'au- 
tres enGn ne perdirent que quelques phalanges des orteils » 
i&als aueun ne fut pris d*ergotisme convulsif. 

Bana ces derniers temps, MM. Trousseau et Pidoux se sont 
demand4 s'ii fallait attribuer ă Taction du seigle ergotă ies 
. terribles epîd^mies d^crites sous Ies noms ăWgotUme , 
e^nvuliio eerealis epidemica , etc, ele, et ces savants pra- 
ticiens ont repondu par la negative (Voir leur Trăite de ihS' 
Tttpeuiique el de maiiere midicale^ 1843 , 1. 1*', p. 800). Je 
ae chercherai poinl ă approfondir ici Ies raisons qui ont servi 



3iS lOUEXAL DK CBIMIB llăDICâUj 

de base ă TopinioD de ces babiies thirapeiitisces $ je ae r^sena 
d'entreprendre celte tftche daoa un oavrage que je deis iocM- 
sammenl publier sur le seigle ergotă. Je me barneral ă dira 
aujourd'bui qae , sans parler de tous lea faiia qoe la aeience a 
recueiilis ă cet egard , Tobservatioii que je tiena de rapporter, 
joiote i celle que j'ai eu rbonoear deeomnaDiquer k V 
en fevrier deruier, sont des plus propres ă diaUirt d'aae 
niire ceruiine ^ que tous Ies accideals deeriu daas lea divars 
ouvrages sous ies noms A'ergotitme convuUif^ mrgoiimni 
gangr^0ux ţ etc. , soni ^videmmeot le r^sultat de la prăseace 
de Tergot dans Ies produits alimemaires. CeiteaiserUoB, qae 
je regarde comme une T^rii^i cessera d^finiiivemeBi d'6tie 
robjet d'un douie, si i'on considâre que} dans leadeaxcas 
precităs , j'ai ¥u et toucbă moi-noifeiDe l'ergot qui diatt entre 
dans le pain incrimina, et qoe toot oe que i*ai dil k ee %v^ a 
i\i puis^ ă une source autbentiqoe* 

Pour me r^umer, 3 livrea d'ergots enl M eottaonaflitoi ea 
trois semaioes,par une familie cempoate de bult meabrei. 
En tenant compte de la diflUrence d*4ge de chaqM iodirida, 
attendu que Ies enCsints maogent moina qoe lea adnlies » oa 
peut repartir ainsi Ies S2 onees de maiivaia grain 2 
Pour 1^ pâre, ia m^re ei Ies deux graadea ftUaa« ii«m«. ^w^ 

Pour le garţon de dix ans* • i^. * •••••••• 4 1 

Pour ia fille de cinq ana * • • S I 

Pour Ies deux jumeaux de tittgHhuU nwîa. • * • ; S « 
D*ott ii r&Blte qu'en n^gligeanc qoelqiias fe«ctioiia, eba^ 
membre de celle familie a pria , saveir : 
Le pi^e f la m^re el lea deux fUiea ain^as , 

cbacun %. Sgroe d'ergota par jear. 

Le garson de din ana »•• i f/a \i. 

La fille de cinq ans • . •« 1 i/# id. 

Leadeuxjameaua, cbacun.* • M% lAr 



DE rHAlMÂCIB BV n VOUCSOIOGIB. S19 

robsenrerai enio qae la proportion relative de ce paratite , 
prise par chaqoe inditida (comme je vieas d'en iracer le ta- 
bleau), doit snbir de fait one r^dactîofi d'un tiers au moliis , si 
ToD cousidâre que ia cuiseon et la feirmentation panaire att^ 
Bieni sfugaliireiDent Ies propiiM^s loxiqties de celle espdce 
dechampigoooi ce que j'al mia hor» de doute par dea etp^ 
riences qoî ne laiaaent rîen ă d^irer, ei TobserratiM d'ergcH 
tisme coDYiilsîf que j'ai d^)k fait coDnattre. Ea fatsant donc ia 
part de celle circonaiaDce ^ pour me rapproclier, atftaut que 
possible, de la y^ritâ , oo peat admelf re , en demidre analyse , 
qse renfani de dix aos n*a r^elleflient pils 9 efi treia aemaines , 
4|M3i groa d'ergots, et son petit tttfn^ 8 gros^ aoit ttae euce 
sealement) ce qui farait, par jovTy 2 aerttpiiiea pour cetni^i, 
eti gros pour eeini'-lă. 

£b r^ll^liiasaiit un peu aur le Mmbre et la gravita de& acci« 
<ieau qae l'ergoi a ăijk caua^a» ou ae demande naturellemeut 
ii D'exJsie aacan mojen de pr^enir un Mm qvi a d^sol^ 
taitde famiUes, moiasounâ îMi de ticflmes. Aa premier 
abord, ia qaesilon paratt peu suscept}l>le d'une solatiorr 
saiisfaisante ; cependant , je suiş convaincu qn^il serait possi*- 
bie de aarm6nter loolea iea difBcuil^a qae seilible presenler 
^ eaUrepriae ausaî ^arinemiBeiit aIHe. Par de sages uiesures 
Wgi^oiquea , la polica medicale a^eftof ce de tious metire ă l'a« 
bri de toutes ies causes d'inaalalbrM qui peaveui , cbaqoe 
jovr, eoffipromettre notre exfstence; ne fera-t-elle rieo pour 
ttQstraîre ie maiheureux poysan acnc effets d'une si affreuse 
maladie? Pour moi, je connaîs peu de sujets plus dignes d'ex- 
citer la sorveillance active d'au gouvernement. 

Poar atteindre ce but que Thumanite reclame ă de s! justes 
tilres , je crois qu'il saiBrait , d'une part , de meltre en jea i'ijt- 
^r^tdes culiiva(eurs par i*appas du gaîo, eai s'eogageani ă 
1^ pater quatre k ciaq foia le prn du aeigte tottl Kerg6r qiiirs 



220 JOURNAL M GHIimt ViniOALB; 

poDiTont recolter, et de derendre ensuite anx meoniers de re- 
cevoir, pour le moudre, du ble quî serait infecta de ce mau- 
vais graio. Le mal deviendrait alors presqa'impossible , et 
raatorite trouverait loujoars ă se defaire , sioon avantageuse- 
ment , du moins sans perte , de tout le seigle ergot^ qu'elle au- 
rait aiosi recueilli , et aaqael ses osages eu m^decine assignent 
aiyourd'hui uoe assez grande valeor comnerciale. 

Avani que cette mesare de prtoiatioii soit eavigaeor, O 
serait ă d^irer qu'on r^pandtt pabliquement dans Ies cam-* 
pagneSf habitoellement infecta d'ergots » des instraciions sur 
la maniere d'en combatire efficacemenc Ies effets dăsa&treax. 
Les localii^ qui sooc prÎTăes de m^decins , troayeraient ches 
MM. les cur^ de chaqae paroisse tout le z6le et toate Tintel- 
ligence necessaires pour appliquer eux-mimes les premiers 
secours de Tart dans ces sortes d'accidents. £n paratysaot 
ainsi le mal dans son d^but , en retouffant, poor ainsi dire, 
dans son germe , on parviendrait sans doute i :dimuiQer de 
beaucoup le nombre des malbeureux qni saccottibent \ oue 
maladie d*aatant pios terrible , qu'on s'empresse pea de la pf^ 
▼enir dans sa marcbe. 

J. BoHiEAK, jiktanm. lauriai de la SoeUiede 
pharm. de Paris ^ et memire eorrespendani 
de la SoeUie' de chimie medicale, 

Cbambery, Ie 1"^ janvier 18&5. 

TUBmiAIIX» 

BXIBCIGB DB Ul nUUUiACIB CnriLB PAB LBS HOPITAIIX. 

THbaiial dvil de Ljoo (2* duunbre). — Pr^ideacc de M. Chalej* 

JuMemee du t%/^riâr 1845. 
Depvb loBgtempe» ob le saif» les phamucicBs de notre TiUe ost r^ 
dam4 eoBire le dâNt de mWcamciits fidts par Ies phanDacles des hoe* 
piecs : îl 7 a Ii pour eu nae ameureaos redimlable i Ue ^jtaxmKkeB 



1>B. VHAKHACIB BT DB TOXICOLO01B. 2M 

09t intenta ane action auz hospices» et ă Taudience M* Humblot a soo- 
teaa qae Ies pharmaciens avaient seuls le droit, ă l'ezclusion de toate 
latre persoane oa Corporation, de Tendre des remidea : M* Fafre-Gillf 
a pUid^ poar Ies hospices qu'aucane r^clamation ne pouvait leur ^tre 
formfe, qae l'art. 25 de Ia loi du 21 germinai an xi, declare senlement 
qne nul ne poarra ouvrir ane officine, s'il n'est pbarmacien » et qae Ies 
lu»plce8 Mtisfont k cette obligation en plaţant un pharmacien k la t£te 
de kur pharmacie. 

Keprodaire ces deuz plaidolries nous eAt entratn^ dana de trop longs 
d^eloppements ; noas uous bornona k rapporter lea concluaiona donn^es 
par M. Merder, alocat du roi» en faveur dea pbarnuciens. 

M. Mercier est d'abord entr^ dans quelques considdrations sur la poi^ 
tbt da proc^y Tintdr^t des parties» Tinstitution des bospices ; ii ne 
bat pas se laiaser loflaencer par cette ciroonstance , qae la vente faite 
pir Ies hospices profite engdn^al auz classes pauvres. Les pbarmacieus 
peafent dire aussl » de lenr c6t6, que cette charitd 8*ezerce & leurs dd- 
peos : en fait donc, ii n'y a pas de ddbat ; c*est en droit qa'il faut eza* 
niser la qaestion. 

Les hospices penTent*i1s, soos rigide d'un phannacien tilulairey prd- 
parcr, Tendre oa ddbiter des medicamenta ? A la iMx6f si nous consul- 
t0Bf la loi do 21 germinai an xi, nous ne rencontrons pas de prohibi- 
tio&iBoas remarquoas, au contraire, qu'an grand principe la domine : 
c'est le droit d'ouvrir ane offlcine dans toute l'dtendue de la circons- 
criptioa d^termlnde par l'examen snbi. Nous yojons bien dans la loi que 
le titalaire est aupposd propridtaire de l*offlcine, et qu'il doit âtre pa- 
tenta, etc...} mals c'est plus loin que cette obserfation trouTera sa place. 
Adieseotey elle serait, nous le croyons, insuffisante, et nousrecon- 
■fissoBS que la lot de germinai ne contient pas de prohibi tlon qui soit 
ippiicable; maia cette loi de germinai ne forme pas une Idgislatlon com- 
pttte ; elle ne prononce pas l'abrogation des dispositions antdrienres de 
1> l^sUtion, qai seraient compalibles avec son esprit et avec sa lettre» 
BOQs n'j troavons rien de pareil ; tout au contraire, l*art, 30, pour cer- 
taioes sancţiona pdnales, renvuie « pour Sire procidi contre les delin^ 
V^nts^ conformSment aux lois antirieures, » 

Les lois aotdrieures ne sont donc pas expressement abroga ; elles ne 
ie aoQt que dans lears dispositions incompatibles afec la loi de germi- 
ul ; sons le b^n^fice de cette observation» parcourons en remontau t dans 
Itl^latioB» lea dispositiona qai peutent atoir aar Ia questioa queU 
Wiiflaenoe. 



Kotts MMHoftrfNM ^«btHlIe ăikn/t âmtmM% t^^ftfil fvidiBeii 
libert^ de riadafltric el prononoe ia seţipressioa des mittriMi «tjvii- 
de8« en ^iblissant Ic droit oa I'imp6t de la pateole. 

« k compter da l*' aviil, dit l'art. % Ies breveta eC Ies letires de nal- 
triaes et jurandes» eeux du eotiege de pharmaeie et^toas Ies privii^ 
de prefesauNiB, aoat qvelque ddaomiDatioii que oe soit, soat ^Icmat 
soppriai^a. 

«A compter do mtoejoar, dit l'art. 7f ii sera libre I tonte peneene de 
faire tel n^goee ou d'eiercer telle profeasioii, ari ea uMer qv'dle bnu- 
vera boo; miU elle sera teoae de ae poarTotr auparaTant d*ane patentei 
d'en acqaitter le prix laiTaDl Ies tanx ci-aprte d^temle^ et de se oei- 
lonuer aax r^lements de poUce qni sont ov poarroDt 6tre fiits. • 

Ce decret n'a qu'aa bat, c'eat la aappreaslon des maiirUes, 4^1^ 
randes et da coiiege de pharmaeie ; da reste« par sa disposilioe iaslei 
fw cette obligatioa iai poate de se confonoer aox r^lemeats de poHne 
qui soni oa pourront 4ire faîtSt ii relie la H^Utloa qol ta selvre tH 
râgleneots existants. 

Cette remarqae essentielle s'appaie encore sur ies preteriptioM 
«U^ieurcs : le dteet du 14 atril de la mtee anute (1791), erdoane 
qoe : 

c Les lols, statala et reglementa existaşi aa 1 marş, relatift 4 resereiee 
et 4 renseignement de la pbarmacie poar lapr^wm^o», venti el 
disiHbuticn des drogues et midicamenis^ gortinubront B*âTRB BXi« 
cniTta saiTant lear forme el tenear, aoos les peiaes porltes par Icaditi 
lois el r^lemenis. » 

Cest rassembUe naţionale qoi ordonne rappiicatioa des lois el r^^ 
menta ant^eors : partoat noua remarqaons le mtee soln d*unir, en ce 
q«*elles onide compatible» Ies branches saocessiTes de la Idgfalation ea 
cette maliire s la loi da 21 germinai an xi» le dtoret da 14 avril 1791» 
eelai da 2 mara 1791, oni toos ane disposition ISnrmelle sar ee pointi 
Boos Tavons tu. 

Qael ^talt donc, k T^poqne da premier dteret (2 marş 1791), Ie dcr* 
nier mol da l^slatepr T Noos le trouTons dans la dtelaration da roi da 
22 sTril 1777; l'art. 3 contient ane probibition expresse: 

« Ne pourront les commanaut^Ss s^cnli&res m^mes les hâpitaux et re- 
Ugieax mendiants avoir de pharmaeie, siee n'estpour leur UsagepartU 
emUer iniirUur; lear d^fendant de tendre et d<Sbiter aacones drogues 
simples oa oomposdes ii peine de 500 livres d^amende, » 



M NAMIACm «f M VOXfCOlMIB. SIS 

Oâ. ■lieii, «yiis M f|ve immis tenons de Toîr« est*n encore eu ii- 
IW9 M plotM ne ftadraAt-il pas d<moiitrer qa'il a eess^ de l'^tre? 

Oea dllqve eetU MclaralkNi n'^ttit qae d*une appiicatfon locale» 
fM k iHre afauf q«e divert âvtlelce, ne s'uccQpaieat qne de Paris. Gette 
lijirtiiBertTrsie poor U titre de la dMaratfon» Ies qaatre premiers 
vdcles et le onzttoe et dernler, qaf traHent de riDStitntion d*an col- 
U|t de şharande â Farle; naîs elle ne peot €tre sonteone pour Ies 
mtim arlicifls ; lear leetore va nons containere qalU statoent d'ane 
mtmhn fdndrale et nen pas restreinte k Paris sealement. M M. Tato- 
otdn ni donat Icdare des art. 6» 6, 7, 8, 9 et 10 de la dMaration da 
tt avra 1717 ; II vkşjuâe : 

t Art. §. Ln fermUsion donn^e anx maltres en pharmacie de tfrer 
ians drafws de Pdtranfer. 

« Art •. L'aasnl^tisseaient des droguistes aax visites des doyen et 
teem de la facnită de addedne et la d^fense qoi leur est faite de dd- 
lirrcr ancun mddicanent €Uirani au eorps humain^ ni de faire aaeune 
■■iMi de dfvgnes pear administrer en forme de m^lecine. 

« Art. 7. L'injonctioB aux pr^6ts de la pharmade de se transporter 
te iei Ucax mă ils aoroat avis qull se fibriqae, sans aatorisatloni 
dn dragncion eomposltlons nddiealesy et d'y dresser proc^Terbal sal- 
vat oertaines ionBaUtds» 

• Art 1. La ddfense aux covaianaiit^ et aax hApitaax d'aToir des 
|kinucia% al oe n'est ponr lear nsage fntMeor. 

• Art. • et 10. La dăiense, en renoa^ellement de l'Mit de joillet 1682» 
■X Maltres en pharmade, dpfdcrs oa antres, de distribuer de Tarsenlc 
« intcs aatrea drogaes rdpat^s polsons, si ce n'est A certai nes per- 
i>inci et «?ee o e r tai nes fsrmalit^ et Ies prtoiations indiqa^es poar la 
Mcatfian da polson. • 

Gi aoBi IA des dlsposltions ^f idemaent faites dans un but dintărftt 
l^al, d'atilitd pabliqae et non pas applicable A Paris seulement. 

tei , catte dddaratlon da rol, par Ies matitoes qu'elle embrasse, se 
tectndeox parties essentidies bien difMrenteSi bien distinctes: 
'^ qoi InslHae ane corporation soos la d^nomination de coll^ge de 
temacie 1 Tantre » qni rAgle d'ane maniere g^n^rale le commerce de 
^^ficcria et de la drogoerie simple oa compost soit de la pharmade : 
^ irwiAre, rddoHe A Paris par lâ condition mtoie de son instîtntion ; 
^'•ultee, appIicaMe ^one maniere gte^ale: celle-lA comprenant 
^ qaatvt preniers artficica €t le oniiAme et demier ; celle-ci compre- 



22& lODBHAL DB CHHll MiDIGAU, 

Bant tOQS lei aatres articles : Ies uns abolis comine privil^ge par le d^ 
creţ da 2 marş 1791 ; Ies aatres maintenus par le mtoe d^rct et pios 
formellement par celui du 14 avril. Aussi, la jurisprndeDce, sansUd^- 
darer eu des termes formels, a-t-elle reconna et sui vi oette grande dis- 
tlnction, par l'applicatioD d^sormals incoutestable de TarK. 6 .de la d<- 
ciarati»D du roi. Cet art. 6 est ainsi (onţu : 

«Art. 6. D^fendons aux ^piciers et k toates aatres persoanes de ftbri- 
qner, vendre et dAiter aucuns sels, compositions ou pr^paraiious eo-' 
trantes au corps humain, en formes de mMicaments, ni de faire aocuiie 
mixtioD de drognes simples pour administrer en forme de m61ec!oe, 
sous peine de 500 livres d'ameode, et de plus grande s'il y tehoit. Yoa- 
loDS qu'ils soient tenus de repr^eotcr toates leurs drogues, lors des Ti- 
aites que Ies doyen et docteurs de la Facult^ de m^ecine» acoompagnâ 
des gardes de r<ipicerie, feront chex eui, k Teflet, s'il s'en troure de d<- 
tdriortoy d'en âtre dress^ proc^-Terbal, sign^ desdits docteurs et gar- 
des, pour y 6tre pourru ainsi qu'il appartiendra. » 

II en doit ^tre de m6me de l'art. 8 qni n'est abroga impHdtaaent ai 
explici tement par acune loi sub$6iaente; cet article ne pourrait ^tre d& 
clar^ abroga qu'autant qa*il serai t consid^rd oomme iaailtod non pas 
dans au motif d'intdr^t publid « mais dans an but de priTil^ge en favenr 
du Goll^ dft pbarmaciet excluşi vement ; ce qui n'est pas. 

La place de Fartide tdmoigne que telle n'a pas dtd Tintention da 1^ 
gislateur ; ii a voulu qu'une phannade dliospice toate de bienraisaooe 
ne se ddtoumât pas de son but dans an esprit de spdculation mercas- 
tile ; ii a ? oula que Ie malade paoTre occupAt k lai seul l'int^r^t de Tad- 
ministration : ii a craint que cette confdsioo de distribatlona int^eurcs 
et ext^rieures nVntralnât souffrance dans Tun et dans Tantre acrrlcey ii 
a voulu qn*un pbarmaden ne devtnt pas un commis» 11 a Toalu qa*eatre 
pbarmacient la condition Ittt dgale : ii cti facile de Tolr qu'eUe ne 
Test pas. 

Nous STons fait rcmarquer en oommenţant, qae partont Ies termes de 
la loi de germinai supposent ane offidne appartenant en propri^td k ce- 
lui qui rexploile. Le pbarmaden que reconnalt la loi est d'ailleurs as- 
aojdtiâune patente» ii devientjusticiabledes tribanaax decxHumerce, 
Gontraignable par corps, passible d'amende, d*emprisonnement , ponr 
certains cas de contravention ; c*est la sanction imposde k Taccomplis^ 
sement rigoareux de ses devoirs qai sont de deax sortea : l* garanties 
de capadtd ; 2* garanties natdricUes et persoonelles^ 



Ce deoxitoe ordre de garintfes se rencontrera-t-il cbcitf le pitfrinâ- 
deii«gagiate des hospices T 

11 oepaie pas de patente parce qve Ies hospices sont affrancbls d« Pini* 
pAt, 11 n'est poar sea transactioDS Justiclable d^aucun tribanal coi»- 
mcrdaly ni m6me civil ţ car II ne possMe ni la pharmacie , ni Ies dro* 
gaes, ii n'est pas contraignable par corps, comme garanţie de l'exdcu- 
tion des JogementSy car ii n'est pas ndgociant. S*ll eneoort qaelqne 
iBende, c'est l'hoapice qni paiera ; s'll est Bonmla k une oondamnatioii 
femprisonnementi ce aera poar dea contraTentlona que lol-m^me peut^ 
ttre n'aora paa commlses» qu'll n'aura pa empâcher ni pr^Tcnir 1 8*11 
eoatrarie vn aenrice qai ne lai parattrait paa r^galier, ii encoart Ies 
tbqaes d'toe r^oqa^ car ii est r^Tocable- enfln, impuiaaant â foamlr 
ntre cbose qne des garanties lUasoIres, 11 est pri?^ mtoie dans aon tra« 
nil de l'tenlation des b^n^flces ; car son traitement est fixe. 

Ifons ssTona bien qae Topulente administratlon des h/^pltaax sap« 
pUera largement anx garanties que son pharmacien poarrait ne pas of- 
frir, maia ced est une consid^ration qui ne sanrait entrer dans Ies rai« 
MU dlnterpr^tation de Ia loi. Restons donc dans le droit. 

De tont ce qne noos tenons de dire, U r^alte que le pharmacien d« . 
rhospioe prdaente une pârtie des garanties Toulues ; Tautre pârtie ii ne 
roffre pu: au point de Tue de rint<Sr^t public, ii ies doit l'une et l'aatre» 
NU le rapport de Ia concurrence qu'il 6\^ie aux autrea pharmaciens. 

Ia abolisaant Ies prifil^es du coll^ de pharmacie, le l^gialateor n'a 
P» en sans doote la pensie de Ies reporter ailleurs; ii a touIu, aooa la 
KQle difMrence da degr6 d'aptitude et de sacc^s, oufrir â toos une 
f^nUrt d'^galit^ : cette ^lit^, messtenrs, Toadries-Tous la rompre en 
Mitenant, contre dea ^tablîssements qui subissent des cbargea et des 
iBp6ts, un ătabllssement qu'aucune cbarge, qu'aucun imp6t, grâce â 
ttdesUnation, ne aanrait atteindre, qui b^n^flde de rimp6t tont an oon- 
tnire, qai a une part d^termin^ dans le recouTrement des amendea et 
loiversedans sa calase cdles qai sont eneoiirnes par Ies contreTeoants 
'către Ies autres pharmaciens. 
U tribanal a rendu le Jugement aolrant : 

« ittenda qae la loi organique de la pharmacie dn 21 germinai an zi» 
ttt le Code de la pharmacie, que c'est en tain que Ies demandeurs pr^- 
^csdcat qae cette loi n'a en pour objet que l'organiaatlon des ăooles de 
VltSTBade, qall ae Cant pas s'arr^ter k son intitald ; maia qu'en Ia con- 
■Uiraat dans son ensemble, on Tdt qae Ies 17 artidcs qui oomposent 
!• sfoii. 11. 18 



126 loroxAii M cHuui vimcAu, 

8011 litre» sont «ntitenent rtUtili â It poUce d« U phinaicle, qiu 
titre embrasse toates Ies disposltions des loie «nt^iiearci qnela lilw 
prockttn^ de toutes Ies indiiAtries et de toutes lee oâncurreaoei» pem 
tait aa l^gUlateur de oonaerfer ; 

c Atie»da que si le IdgisUteur etX teola T*ftW^''^fr oa crdcr i 
prohibitioD contre Ies hospicesi ii ^tait tout naturcl qu'U Fâion 
tians ce titre ^ que s'il a gard^ le ailence, c'est avec Inteation, c'est qi 
a tottltt Ubser Ies b6pitaaz dana le droit oonunvii, 9m preaaiit sa| 
ment en oonsid^ratîon la circonstanoe, qu'ils sottt somnia k la snrrc 
lance absolue da gouTcrnement» leur tiiteur natwr^^ qul pcut lent i 
terdire reiercice de l» pl\arinafiie tovtes Ies foia qa'U l« Jogera cai 
teiable; 

• « Atiendu qae (fest mal k propoa qoe lea pbsnmcleoa iQToq9(»l, 
l^ippni de lenr pr^teatioa, l'art. 8 de la dtfdaratlon da a& awil 177 
•qni d^fend anx bâpitanx de Tendre et d^lter des drogaea almplai 
composto ; parce que d'abord cette d^aratlon n'a ^td faite que poi 
Paria» et qu'eUen'a M enregislr^e qa'au Parlement de Parts» qo'dlee 
tomb^ en d^su^tude* et se trouTe implicilement et Tirtuellement abn 
g^e par la loi organique du )1 germinai an xi; parce qu'ensiUCe» V4um 
4istiactioQ admise par Tart. tt de la d^laration 4u 26 afdl 1777 i 
pouTait pios frspper ies bOpitaux, du moment oii le corpa pritil^c <^ 
aTait le moaopole ^tait aboli» et que la libert^ d'exercer la pbsnniq 
^tait ottverte k tous, en se conlormaat aux condiUons de capaoittf eii|^ 
paria loi du 21 germinai an zi; 

« Alleodu que sous ce nouţei ordre de okoses» îl teit pea t alsoaaabl 
do pr^odre que Ies b&pitaoz pouTaient atoir ane pbaroiadepoar l«si 
malades, et non pour le public; parce qu'oa ne peni paa douter qael 
Mglslateart en Imposant des cooditions de garsatleset âe capacli<s*if 
aotant pr^oecupd de la satttd des malades dea bospkses» qoo de caUe4i 
publici 

« Attenda qoe Ies bospiocs se sont souBiis depais loagtamps â toate 
Ies exigences de Tart. 25 de la loi du 21 germinai an xi» qa'ilsoatplifl 
k la t^te de leur pbarmacie^an phermaeien poarra 4'iut diplAme ; qoe s 
pbaraMSleo respoosable, qul admlnlstre leur 4tabllascment»etsurTdl| 
la pr^paratWn des remMes» pr^scntt toutes Ies garanties da c*P*^ 
dMrables; 

« Atteadn» dAe-^lon» que IM. Ies pbarmactoiia aşpl msî ^Midb ^ 
leur dflfliaDde»eiq«i oftat io om de la Mjeteri 



DB numsâciB st bb toxicolocib. St7 

« fir IMiOM motifti, te triliuuil tUtuurt par JnfaBfliit eaţfwnte» 
tmttt^nmmkt Im Impieta d'iaatanoey condâmM Ies demandeors aux 
dipeas.» 

Us pbamiaeteBa ottt fait appel de ce ]«cmeDt et la Gour royale aura 
I ee frano&oar. 

Noti dm MămeUmr* Qoelle q«€ wAt llasne de oe proete« qui doU Intâ^ 
RMT toaa Ies pharaiacSeat, ne doit-on pas Mre remarqaer id comMaB 
la şatition ăm pluvaiacien est dificile: on eiige de lai sacriflces d^ 
tsdei, sacfUlces de stage, drolts d*eiameDB> de diplome, puis oue IIbIb 
n(«,1i est eaoora tsna de se aoaniettre * des loto qni le frappent daoa 
n fertoae, sU oomniet une errenr, 8*il livre nne sabstanoe toaiqae» ea 
aigliseant de reatplir tootes Ies formalit^s voulues par la lei. 

IMs OB dira qae saM doute en Miaoge de toates ces exigencts, oa 
CMsMaaa phamacicii qneKfves drolts: 11 n'en estrien. Ea effet, dÎTera 
pradaili plhanmccatiques «ont Tendns : 

1* i^r des persoBses qai a'ont eu que la peine d^onvrir nne bontlque ; 

2* Par des charlatans sans titre et sans profession sfon^e » 

3* Par des porticrs^ par des commâres» qai se sont arrogtf le droit 
^ tnâter Ies ■udadea, sans qn'il y ait r^pression de ce d^lit i 

4* Pir des peraonnes qai, ponrraes, ii est Tni» de diplome, ne paient 
PM patente i mak qui firent nne offlcine an nom d'nne SoâiU» 

&* Par dea religievaes» dont, certesi personne plus qoe i^ons n'booore 
tel Tcrtns» ne respecte le caract^e; maia qai n'ont pas la capacittf too- 
lae par kd, et qni font nne cboee ili^ale» qui commettent une action 
qai ne peat toe Jostiflte i qaelque raison qa'on puisse donner pour le 
tun, 

Ca td dtat de cboscs ne pent» dana ce sitele, 6tre sapport^, et la Jaa- 
âce» lei minlatresy doiveat, si la loi n'est pas sufflsante , en ISaire pr4- 
waternne nonvelle anx cbambres, afin de consacrer des droita acqaia 
ct da rcpeoaaer dea pr^tentions iqiastes et exorbitantes. 

A. Chbvalliea. 

TUBIIBAI. OB POLICB GOBnEGTIONNBLLB DB PABI8 (8* chambre). 

Pr^idence de H. P^rot. — Aadieoce du 15 f^Trier. 

Somicide par impntdenee^ tmpaUotuitmtnt par la itinture de coUH^ 
fa€; l/ept condamna â ia prUon^ pharmacitm eandamnd ă paytr mie 
n^t viagirt» 
U aienr Bnanlt, coinviia k la baUe m^ teinaai ae aentant Idgiremenl 



SS8 iovMSkL BB cBnu vfoiCAu; 

iadif|NW<» fit appeler aaprte de lai aon m^deda habitiMl, Ie doctor 
Tanier^ qni pretcrivit de falre prendre au malade ane inftisioii detreate 
gouttes de teinture de colcbiqae dans ane tasse de boaillon auz herbek 
Par aarcroU de prudence dans remploi de ce mMicament , le doeteur 
eatlesoin d'terire ea toates lettresle mot trentegoutiest qa'il aonUfna 
năme, et de plas, H flt obserrer â la daone Enaolt» qol derait allercher- 
cher la drogoe, qa'on la Iul serWraic dana ane petite fiole de It lumteor 
de la moitiâ de aon ponce enTiron. Manie de Tordonnance , la daai 
Enanlt ae transporta A la phanaacie de ll« C. • • Elle s'adressa k madame 
L...9 Tente da prM^cessear de M« C...» et qui» en Tabsenoe nuMnea* 
tante da chef de r^tablissement i tenait roflicine. Madame L... pasat 
Tordonnance an aieur H...» premier mtwe da sleor €•••» et , par vas 
iitalit^ terribley celai-d serfit treate grammes aa liea de trente goattu 
de teinture. Eentr^e cbes elle , madame Enanlt Tersa tont lecontenade 
la fiole dana nne tasse de bouillon qu^elle fit prendre k aon malheoreiix 
mart. Vingt-qaatre heores aprte , II cipirait dana dea tortotca atrocci 
et malgrd tons Ies secoars de l'art. 

Cest en ralson de cet ^poarantable accident qaot aor la plnlate de 
madame veate Bnaalt, la dame L. . . et Ies sienra H. . . et C. . ., oe dcr- 
Bler eomme dvilement responsablct aont dtds derant le Tribnnal de po- 
lice Gorrectionndie (8* chambre), aoos la prdfenllon d'hMBlcIde per 
imprndence* 

M* Blondei sontient la plainte an nom de madame Teate Enanlt, qal 
■*eat portte pârtie dvilc, et denunde 1S,000 fr. i titre de dommafci- 
inUMs. 

Aprte atoir entendn Ies plaldoiriea de M* Mărie et Plooqne ponr ki 
prdTenns» le Tribnnal» confbrmdment aoi conclnaiona de M. Tafocat da 
roi Saillard, a prononcd le Jugement sulvant : 

« Attenda qne, dana le coarant de decembre 1844* la Tente L. • •* H« . . 
etG...9 ont^td, par lenr impradence. lenr inattention et lenrn^- 
gence, inTolontairement la cause de la mort da aiear Enanlt, aaToir : U 
Teare L. . . par son inattention k l'ordonnance da doctear Tanicr, qoi 
portait en tontes lettres : i irenie gouttes de teinture de colekique^ • 
tandis qn'elle a donnd Tordre â H. • • d'en ddllTrer trente grammea, ordre 
qn'die pouTait aappoaer dcToir dtre aoiTÎ aTeagIdment par ce jeaoe 
dl^ve^habitnd â agir soos aa dircetion; H..., par son impmdeace; 
aon inattention et aa ndgllgence k ddllTrer le mddicament qni Ini dtait 
dtmnndd aana lire de ace proprea yeni rofdoMMBceqiiE en emtcBaitla 



M PHAftMACIB BT BB TOXICOLOOtS. 229 

l»«scr^tkm;G..., par son impradeiice â laisser, pendant ane aaaes 
loDgoe abience. Ia pbarmacie abandonn^e k la surveillance d'une femme 
ct d*ini âif e trop Jenne , trop pea instruit et ineip^riment^ , aiosi qae 
ronţ rtffâd ies faiU du procte, et aînsi qu*il l'a prouTd lai-mdme par aea 
r^poaaei aux questions quelui fiiisait Ia femme Enanlt» et qui auraient 
it r^dairer aur Tdnormitd de la dose qu'il dâiTrait; 

« Qa'ainai Ies pr^Tenus se sont rendna coopables du d^Iit pr^TU par 
l'trtide 319 du Code p^nal ; 

c Atteadu, lotttefois,qu'il eiiste des circonstancei atttonantes cn fa* 
Tenr des prdrenoSy maia k dea degrda difKients; 

« Condamne H. . . â diz jours de prison. Ia tcuto L. . . et C. . . chacun 
i 100 fr. d'amcnde. 

• Ed ce qui touche Ies dommages^int^râts : 

1 Attndtt que la mort du sieor Enault est ponr sa Tente et ses ea- 
bnts mlaenrs, qu'il soutenait par son tratail, une cause de pr^Judice 
doDl n leor est dik r^paration ; 

« Ancndn que la somme de la^OOO f^. est ezag^r^e; que d'ailieurs, 
dus Ies cireonstances de la cause, et eu 6gard * la position respecliTO 
da parties, ii est plus couTenable de constituer une rente tiag^e au 
iniflt deaa veute et de ms enfaots; 

t Attendn qu'U est juste, en outre, de leur allouer une somme k titre 
de rcititution, condamne la teuTC L..., H... et C..., soUdairement 
eatre eoz, k payer i la tcutc Enault et i^ ses enfants : r une somme do 
MO franca i titre de restitution ; a> une rente annnelle et Tîagire de 
400 fr., exigible par quart, de trois en trois mois , k compter de ce Jonr 
€t tfiTsnce; dit que ladite rente dtoroltra proportionnellement au dMs 
dscfaacme des partiesau profit desquelles elle est constituie; 

« Condamne Ies pr^Tcnus auz ddpens. » 



IXMICUC K njJtOAL DK LA MBDEGINB BT DU LA PBAMtACIB. 

Oa tronTC dans le )oamal de BambouUlet , V AnnoncUUeur^ l'article 
MifaB 

^^ €ux ekariatmut uux reboutturs €t aux sois qui craitni a Uur 

priiendut science* 

Depais longtempa la police fait tont ce qu'elie pent pour empâcher 

ctftaiaa indiTidus d*âtre tictimes du voi dit ă l'amMcaine; maia, mal- 

€rd tous ses efforts et Ies nombreuses condamnations prononcto par 

te trttvBaox coBtr« leş lUoni qui h Unent li ccttQ noblq inioatriet oi| 



du hUn public ne Ies ait pis empteh^s d'toe condtmn^Si Teitard I vb 
mois, et Brunet k quioze jours de prison. 

Nous regrettens de ne pouToir reprodaire Ies chaleareiues parola 
pronone^ea dana cette afTaire par le ministere public : ellea emp^e- 
raient aana doute ie peupU trop cridule , comme dit le prospectus » 
d'^tre Tictime des gens d$ ia plus vile espice et des destructeun du 
genre humain^ c'eat-ă-dire, Ies charlatana et compagnie. 

•VB8TA1ICES yAuBNBVSBS.— DEOGUISTB.— iAMOIBB FEAMAlfT A ClJ. 

La Goar royale de Paria, chambre eorrectSonnelle, a dMd^, le 26 de- 
cembre demier, anr la pourauite dirig^ par le minlattoe paMic contra 
Ie aieur Thuillier, qtt*il n'y arait pas liea de prononcer ramcnde da 
3,000 fr. Mictde par Tartide 34 de la loi da 31 germinai an XU contre le 
droguiste qni a omis de placer dans ane armoire fermant k cid lea sob- 
stanceat^n^nenses, objets de son oonimeroe. Le procureur-gtetol prit 
la Gour royale de Paria s'est ponrra cn oassation; mais la Gonr, sar la 
rapport de M. le ounselller Tiocens-Saint-Laarent et lea oottdnsions ds 
M. l'aTocat-g^n^ral Qndnaolt , a conflrmd la Jarisprndence ddjă toblic 
par un arrdt du 23 Juillet 1836, rendn an rapport de M. le oonseiller De- 
haussy de Rob^coort ; et, en cons^uence , elle a rejet^ le poarrol d« 
procurenr-gdndral prâs la Gour royale de Paris. 

Ifoie du Mdacieur, Nous penaona qu'il n*y a pas liea de oondanuier 
k 3,000 d'amende, maia k applîqaer des pelnes de simple police, conaie 
Gontratention anx ordonnances. 



SOOlfTB Um CDBQOnB llfcDIOALB< 



iSiante du mois d$ marş. •— La Soci^t^ reţoit : 
V Un mteofare de M. M oachon de Lyon, anr Ies 6thito\€» oa teiatam 
dth^rte 

3« Un Jonrnal, la Justice, oui contient Teipos^da prochs Justemeni 
intent4p par Ies pbarmaciens ae Lyon, k ra^teVoieu de cette fille; 

30 une lettre d'nn pharmaden qni nons fait connattre Temploi d*aB 
garant, par des dames religieuses exer^ntla pharmacie ; 

4* M. Glary de Figeac, qui prie la Soci^td de faîre rectifler une erreor 

Sal s'est gliss^e dans le compte-rendu de son proc^d^ pour la pr^pert- 
on de riodoforme. M. Clary dit : qu'apris deuxou trois heurej, la di- 
eoloration dtant achevde, on ajoule de nouveau de i'iode autant que la 
Hqueur veut en dicolorer; mais que si on en avait ajouti une trop grtmdt 
quantitd, ii faudrait dicolorer le liquide ă taidede quelques ^utta di 
soude liquide ; fillreret laver le precipită. 

5* Une lettre de M. Peretti, profeaseur de pharmacie ă Borne, afec des 
notes : V sar l'^ooroe de pereira ; 2* sur des urines renducs par unoii- 
lade atteint de fl&Tre Intermlttente. II sera donn6 des extraits de ce» 
notes* 

6° Une note de M. Ortlleb, pbarmacien k Saint^Marie-aoz-liiMli *"' 
la pr^paration du sirop de baume de Toi a. 

Fiu LOCQOIR, FM IM>^4M.ykia*ii, iU 



MAt 184$; 

JOURNAL 

DE GHIJDIIE MEDICALE, 

DE PHARMACIE ET DE TOXICOLOGIE; 



SOTE SU& LA KIESTiiNE; SVB8TANGB PARTICVLt^RE A L*URI>IE 

DES FBÎiUES ENCEINTBS; 

Par M. Lonis-Victor Audouard flls atn^, pbarmacîen 

ă Beziers. 

Qoeiqnes docteurs dtrangers, MM. Bird, Stark, Lethicy,' 
TannoDi elCozzi,s« sont occupes, lour ă tour, de T^tuded'une 
subsiance qni se trouveexclQsiveineiit dans Turine des Tenimes 
eoceîmes, ei ă laquelle on a donnâ le nom de gravidîne on de 
Uestiine. Les journaux scientîflques frangais, ccux du moins 
qae je lis, D'ayant donne que de simples extraits des iravaux 
de ces experimentateors, je r^soius de saisir la premiere cir- 
coBStaoce fâvorable pour tenter quelqoes essais sur Ia mfime 
substaiice. 

Uoe jenoe dame de B^ziers, enceinte de trois mois et d'une 
tris boBne conslitatioD, ayanl bien voulu, en novembre der- 
oier, se pr6ler avec la meiileure grftce du monde ă mes essais, 
c'est-i-dire» 1 me fournir de son urine ă plusieurs reprises, ii 
ne fot permis d^examiner la kiesteine. Les r^sultats que 
robiioSy ne s'acoordant pas tout ă fait avec les r^sultais men- 
tJoonds dans les extraits des travaux qîie j'ai cit^s, je me de- 
cide avgourd'hni ă poblier nne note sur cette substance. 
2* sftm». 11. 19 



^M JOURNAL DE CHTIflE MEDICALE, 

L*urine qui ine fot fouriie ^laiţ loi^oirf celle da matio, 
aiosi que jc Tavais donandii. Examinde deux ou trois heores 
seulement apr^s son ^mission, ce liquideavait bien une odeai 
urineuse, mais je poavais y distiogaer ane aaire odeur f arti- 
culiire, coinme fade et douceălre, qu*il m'est d'ailleors impos- 
sible de ddfinir exacieipeni. II 4(ait peo color^ ii roiigbsaii 
sensiblement, mais lentement, le papier de tournesol. Aban- 
donnd ă lui-m6ine dans une grande ^prouvette de yerre, ii lais- 
sait ddposer, en peu de temps, une quantil^ assez consîd^rable 
de pellicules blanch&ires : on sail que ces pellicales consti- 
tuent la kiestdine ou gravidine. 

Je filtrai y ă chaque exp^rience, environ trois ceois grammes 
de cette urine. La liqueur filtra fbt tout 4 fait transparente ; 
ii ne s'y fornia, par r^buHition, aucune esptee de coagolnm. 

Les pellicules ^taient rest^ au fond du filtre ; je Ies lavai 
parfaitement, en versant, ă plusieurs reprises, sur ce filtre de 
l'eau distinge froide. Puis» Tayant retoum^, je plongeai 
son bout infdrieur dans cent grammes environ d'eau disiillee 
toujours froide. Je prolongeai Tiaimersion pendant qaatre 
heures. Apr^ ce temps» les pellicules s'^taient diftacb^ dn 
filtre, et Teau ^tait devenue biancbâtre. £n agissant ainsi, je 
pus isoler la kiest^iue, et l'obtenir simplemept dâay^ dau 
Teau. Yoici les caraci^res qu*elle pr^senta daiis cet âat. 

Les acides sulfurique et azotique en dissolvaient şeotemes^ 
une pârtie. II resiait toujours dans la liqueur gveUtues peliî' 
cules indissouties. Les exp^rimentateurs toapg^rs que î^^ 
nomm^Si ont trouvd, au contraire, la kiest^ioe compl^oieot 
soluble dans ces dqux acides. 

Chauffde jusqu'ă ^buUitlon dans une capsule de porcelaiaei 
Teau conienant les pelliciţles dissolvait oellftş-ci^ et daveaaU â 
peu prâs transparente : le dissolutum bpHiU^nt ^tail neutra 
Mais le refroidissemeni de la Uqiievr ne Hmit p«io( Vt^ 



DE PHABMAC» ET BC 10X1001.0611. \135 

ndtredenooveaaiontes Ies pelUcales, comme rontannonc^ Ies 
mimes exp^imentateurs. Aprte un temps tris long, qaelques* 
noes leolement se montraient ţă et lă aâh^renies au fond el 
aox parois du yerre ă exp^rience. La liqueur d'oii elles s'^taienl 
precipitjes insensiblement, conservait la viscosit^ d'un leger 
solotun gommettx : Tinfusum de noix de galle, le sons-ac^taie 
deplomb, Ie bi-cUornre de mercure y faisaient nattre d'abon- 
dants fiocons blanch&tres, ce qui rapprochait cette liqueur du 
sdmum aqaenx de sperme et d'autres matiâres mnqueuses. 

Agit^ pendant quelque temps avec de T^ther sulfurique 
dam QD vase cylindrique boucb^, puis laiss^e en repos pen* 
dant Tingt-quatre heures, la m£me ean contenant lespelliculet 
oflirait Ies pbâiomânes suivants : 

La liqueur ^tait devenue tris limpide ; T^lber en avait se- 
pare Ies pellicttles, et Ies retenait au haut du liquide, non plus 
soas la forme < de pellicules, mais sous forme d*une matîâre 
eniilti?e grisfttre qui donnait & la conche inf^rieure d'^ther k 

pes pite l'aspect du sirop d'orgeat Aprte avoir itâ s^parA 

aree tontes Ies prtomUons nricessaires, T^ther, Evapora d'abord 
a la tenp^raiture ordinaire, puis ă une tr6s faible cbaleur, lais« 
tait au fond de la petite capsule un couche lig^re d'une sub- 
ttance gris&ire.Cette substance d^lay^ avec un peu d'eau dis- 
tOMe froide, se changeait en pelUcules blanchătres ayant Ies 
■imes propri^t^s, puisqu'eUes ^ient solubles en pârtie dans 
Ies addes sulfurique et azotiquci en entier dans Teau distiUte 
boaillantei et que le solutum aqueux d'oă quelques-unes 
s'iuient s4par^ longtemps aprte le refroidissement, prăci- 
pitait par le sous-ac^tate de plomb, par Tiuftisum gallique et 
par le bi-chlorure de mercure. 

Tets furent Ies di?ers caractires que me pr^senta, & plu- 
iieurs reprises, la kiest^ine qu'il m'avait €i6 possible d'exami- 
ner.Un fait principal me paratt r&ulter de mes essais comme 



136 lOUHlIAL BB CHIMIC HiOICALS, 

des travaux ^trangers dont j'ai parle, ă savoir qne Ia d^coa- 
verte de la kiest^ioe dans i'urine rScenie^ offre un excelleat 
moyen de se prononcer sur i'^iat de grossesse, daos des cas 
plus oa moins doateux. 

Depuis mes experiencesi j'ai eu ă examiner six ^chantillons 
d'urine provenant de jeunes femines aiD^Dorrbolques. Tai 
trouve la kiesteioe dans cinq de ces ecbaniilloDs. Le sixiime, 
dont l'odeur ^tait XTh& forte et la couieur iris prononcee, ne 
coDtenait pas de pellicules, mais un dep6t blanch&tre, pulve- 
rulent, tris abondant, compost presque en eniier de phosphate 
de chaux. La femme ă qui appartenaît celte dernîire urine, 
n'a pas ^t^.enceinte : une graye affeciion des reins et de la ma- 
ţi ice, pour laquelle elle est en traitemeot, donnait lieu ă Turine 
anormale qu'elle rendait. 

J'ai eu, de plus, ă examiner l'urined'une jeune actrice da 
theâtre de Beziers, qui se croyait tantât enceinte, tantdt en 
proie ă un maladie dangereuse. Ici le cas e(ait assez difficile. 
Gette dame eprouvait, nuit ct jour, depuis deux mois, une 
soif extraordinaire, une soif vraiment inextinguible : le besoin 
de boire ^tait si imperieux chez elle, qu*on Tavait vue, pla- 
Bîeurs fois, obliga de quiiter subitement la scâne pour aller se 
d^sak^rer dans la coulisse. La grande quantit^ d*eau dont elle 
se gorgeait ă tout instant, la forţait de vider trte souventsa 
vessie : celle-ci ne conteuait jamais d'urine bien form^e. Aussi 
ne me fut-il possible d'agir que sur un liquide incolore, insi- 
pide, inodore et n*ayant que tris faiblement Ies caract^es de 
l'urine normale. Cependant, trois pellicules de kiesteioe qne 
je parvins ă y d^couvrir et ă en extraire, m*engagireni ă an- 
noncer h la jeune dame que, selon moi, ii y avait, pour elle, 
presque ceriitude de grossesse. L'avenir a confirma mon opi- 
nion, et maintenant ii ne reste plus de doute sur l'int^ressanie 
siiuaiion de la jeune actrice. Le besoin de boire existe toiuours 



DB VBABMACIE KT 0B TOKlCOtOGlB. âS7 

chez elle preaque au in£me degr^, naais ii conslitiie probable* 
meot une de ces pariiciUarit^s, souvent bizarres, que preseote 
la femine dans Ies cas de grossesse. 

L.-Y. AuDOUA&D filsatn^i de*B^ers. 



^ 



ALLIAGE d'uM JAUNB PALB, IMPOBTi d'aNGLETK&RE POUB CON- 
FECTIONIVER DES GOUVEaXS, QUE l'ON ARGEETB ENSUITE PAA 
UBS PROCtois GALVANIQUES. 

Cet aUiage m'a ^t^ remis par uo commerţani qui d^siralt en 
coEDattre la v^ritable composîiioo. 

Cet alliage, analys^ avec suin, n'a pr^sentâ dans sa compo** 
siiion, que du euivre^ du zine^ du plamb ei des iraees de ier 

&&1IS BICKEL. 

Lesproportions de ces mătaux allies, ont.^tă trouv^s de : 

Cuivre....» 68,2 

Zinc 31,6 

Piomb 0,2 

Traces de fer O, 

100,0 
Cet alliage a donc la plus grande analogie avec te laiton des 
toorneurs. J. L. 

POETRAIT DE M. CHEVREVL. 

NoQS donnons ănos lecieurs le portrail de M. Chevreul, 
chimiste , membre de riostiiut et professeur au Jardin des 
Planies et ă la Manufacture royale desGobelins. 

UCHERCHES GHI1IIQVE8 SUR DITERSES PRODDCTIOIfS PATnOLO- 
CIQDBS RBCUEULIBS SUR LA YAGHE DARS UR GAS DE PiRtr 
tRBDHORlB CONTAGUBDSB^ 

Par J. L. Lassaigrb. 
DiBs an pr^cMent mtooire que dous avons eu rbonneur de 



2S8 lOUaNAL DE CHIMIE UioiGAUl ; 

lire, eu decembre dernier, k Ia Sociitâ vMriiiaire de la Seine, 
sur Ia composition des fausses membranes qui se d^vdoppent 
parfois sur la muqueuse intestinale dans le cheval et Ia vache, 
noas aronâ reconnu que ces prodaits anormaux poayaient pr^ 
senter, suivant Ies divers cas pathologiques, des diiKrences 
dans leur composition. £n temiinant Texposă de ce premier 
travail, nous ^mettions cette pensie qu'en maltipliant ces so^ 
tes de recherches, pour ajouter de nonveanx r^saltats ă ceux 
Ai}k obtenus et acqais par la science, ii serait possible de d^« 
m£Ier un jour Ies rapports existant entre Ies naladies dans les- 
quelles ces produits ont 6tâ form^s, et Ies dUmenU organir 
ques et inorganiques qui Ies consthaent. 

Cest dans un pareil bat, qui nous paratt devoir int^resseria 
pathologie g^nârale, que nous avons enirepris Ies noayeaux 
essais dont nous nous empressons de communiquer aojour- 
d'hui le r^sum^ k la Soci^t^. 

Les produits sur lesquels nous avons op6r6 nous ont ^t^ re- 
mis par notre coU^gue M. Delafond , qui Ies a extraits lai- 
mâme sur une vache affect^ de la peripneumonie contagteuse, 
et pr^sentant des alterations pathologiques d'autant plus re- 
marquables qu'elles ont et^ observ^es plus rarement en mede- 
cine v^t^rinaire. Cette circonstance, nous Tavouons ici, a du 
nous engager ă ne pas n^gliger ce nouvel examen dans leqad 
nous avons ^t^ aid^ par M. Clement, chef de service ă l'Ecole 
d'Mfort. 

Tous ces produits, au nombre desquels se trouvaient des 
fausses msmbranss formăes sur la pietre ţ des eanereHont 
moUes ironehiquesf et des cloisons blanches d^pos^ dans 
Ie tissu interlobulaire du poumon, ont 6t& trăita par Ies miiaes 
procM^s analyiiques. Chacun d'eux a iii soumis i Tactien de 
Teau froide, pour en s^parer les diverses mati^res solubles, 
varnu lesqueUes ou a constata les principes albumineux et sa- 



]>B f BăUMI€lK M BE VOXlMIiOCaB. M9 

lins dg sdrum dii sang. La proportion ainsi que la natare de ces 
derniers priocipes min^raux fixes, ont 6i6 estim^es par Tin- 
ciaeration, dans un creuset de platine» d'une m£me quantite de 
ekaqaa aidbsiaBce partiesUteey I/ea» d» oombinateon detous 
ees proimtft a iti ^alu^ par mie desefecation , dans mie 
torre i Tapetir, jnsqa'i dlsparitioa de toute humidit^, dont 
la prunce a 6t& consiat^e & pldsieurs reprises par la ba* 
lance. 

£a soumettant ă Taction r^nnie da ealerf<}ne ef de făcld^ 
ae^liqaefaible, chaque portlon de ces tissus organiques, ii nous 
a ^te permis de reconnattre dans Ies uns, Ve'lAneni fibreuw 
presqae pur , dans Ies tatres^ ee m4«M Moment assod^ ă i'^^ 
Uwmiâ albumineux, et de tirer de Tobservation de ces faits. 
Ies conclnsions que nous pr^sentons dans Ies deux tableaux sy- 
aoptiques rapport^s ci-deMOW. 

RgMumJ des analyses faiies sur Ies eubtianees dani 

Ies nome euiveni. 



m 



^am 



Ks rEimviTS 

PATI 



Mk). 



o,m 



BoUes 
iet bcooehflt. 



0,800 



■ATlftU 
AHUUU 

1000. 



0,910 



COMPOtlTIOII 

Dl LA KATOkai 

AMtf&UI. 



▲Ibattiae 



0,100 I 



filtiMt 

Albumioe 



f 



HUilAOZ 
1000. 



■BHBBsasaesaoB 
GOMPOUTUni 



Sonde. 

0,010 Chlonm de sodiiim. 
V Phospbale de cbamt 



0,010 



■«•M«*i^i*^ 



Soade. 

Chlonire de sedtam 

PboephaieâefilMUix. 



CMtea bliiielie 

du ttea 

toier4obiilalre 

«ipewAeo. 



O^MO 



a^itf 



FibiM f 

Albominef 

ipeaprdspar- 
ties dgales. 



Sonde. 
0,Ofr { Ghlorore de eodinm. 
Pboepbaledeobanx 

I 



SS8 locmiwb DB GHiUB mim 

lire, en decembre dernier, k la Soci^td v 
ftor la composition des fiiiuses membr 
parfois sor la maqaense intettinale d? 
noua noni recoonu que ces produits 
senter, snivant Ies divers cas patl. 
dans leur composition. En tenniD:j 
travail, doub ^metiions cette pfns 
ies de recherches, ponr ajoater i 
d^jjk obtenas et acqnis par la &' 
mfiler un joor Ies rapporls exisi 
qnellea ces produîu ODt 6v^ I 
tutu et tmcrguniqusi qni le 

Cest dans un parell bat, r 
pathologie g^n^le, que i 
essais dont noua nous eu 
d'hai le r^sum^ k la Soci 

Les produits sar lesq' 
mis par notre colligin' 
mame sur nne vache ; 
et pr^seount des ali 
marquables qu'elles 



cine v^t^riaatre. C 
nouEengageră ni 
nonsavons^t^ :i 
d'AlforL 

Tous ces pT'- 
fatUM$tm«mi 



MDtS BK TOXICOUMn. 

â propos de drrenes 
ea raison de llnl^r^ 
:»■ Aa* iaserces daas notre jour- 
:ţ ^■^■Fcteeu-de mm leeieurs 

.«..^iWM r'MÎrrî de part et d'aotre. 

VU LI 



^ m.M i ct pu- ies coBposte, esl 
. « nfa * CDBţoit : les seU tolii- 
■» ^idfH dea pin ddupte- 
fK kâ ftA niMi' I" POlK» et ip- 



rilS ST M.90XIG0Um«. S&i 

'^mpoisonncon n'en foDt-ils pas 
(^ aux pr^paratioos arseni* 

iM:pesde recbercheft 

cure, TienneDt de 

ous alloBS doBoer ici 

r qm, dans la classe des 

iut aTec l'arseBic^ râeaient 

! sse tomber «itte des mains 

poses, le deoto-chonire ou so- 

. t im lemps le nom de pourfre d# 

uisoin de la Brintilliers, et le prin- 

la fameose casaette de Saiale-croix, 

emeoi. £a 161S, ce fac psir ce polsoa 

iiesse de Somerset ftrenl p^ir sir Tho- 

. me dans la lour de Londres. Les mear* 

.>ucce86itemeiK sur la viciioie reau-forie, 

.1 ede diamant, la pîerre causUque, de grandes 

s cautfaarides ; le sobUme corrosîf, administre 

, amena la nioit eu moins de Yingt-quaire benres. 

le croire que te sublimi corrosif a 6^ comiu desaii- 

t prepare paniculiireraent par la femme irop câttre 
, aii fait assodatiqB de crimes atee Wirou, el quidisliilait 
poisons dans le palais impâial — 
Danarâude losicologiqae du mereure, Ie seul progrte dik i 



(I) La «iMtfioQde sipidiU a iU eoatrovcn^ Mooa awBi cbcnM 
ea tmgkfjtml Umte» Ic» pr6:aDtioiis conTouiblcs, â la rtfaoodre, ct boos 
i'aToaa rccoDoa aos arieniraiix qa'OB «oAl A peine perceplible. 

(1) IB France, Ie perchlorure , «or 194 caa d^empoiumnement/a <t^ 
«iptof^ 10 fMif ce ABgletem , 11 foto mr W . 



1 



S&O joinvAL n. chimiis niMCAu; . 

4 
# . « W > 

CompOHtian de cei produtis morhideSj alsiraeiion 

făiie de Feau. 

AliQ!d'etalilir ime eoni|ianiiibii- pios «ensitte .dans U oomposîtioa 
des.dlv«r$ produiu nu^iii^ii^ plus haut, novs ayons (Slabii le npport 
des principas qui s'y lr<^uvenl, sur ces produUs amendau mame ^t 
de desşiccaijon , c'esi ă dire, privds de louie la quanlit^ d'eau qu'ils 
conienaient dans T^lat oii îls ODt ^te recueilli sur ranimal. 



«IHMAIlfii rLiSMUf. • '. « I 



( FUirine et albumiiie . . tt^ 
Sels min^raui M8 



• •• I 



loo/n 



( FibriDc ei albamine . . M,74 

Jkmciuitioiit ii«i.uw ns» «aoRons.. 1 

\ Sels mineraox 5^ 



CL0I80M8 ou TUSO iNTEa-LOBULAiaS M POOIMMI . I 



100,00 

( Fibrine et albumliie . . 88,9i 

Sels min^aux 11,08 



. 100,08 

TOZICOIâOOU. 

I. . ■ 

DISCUSSIOR^ SUR DIFFâBBNTS POINTS DB TOXICOUM»». 

Les (lîscussîons qui se sont ^evie^ k propos de diverses 
questions de toxicologie, nepouvaienl, en raison de llnlerâl 
quVlles presentent, manqner d'^ire ins^rees daos notre jour* 
naJ : noiis Ies rupporions ici afin que chaciia-de nos leetetirs 
piiisse SC pronoiiccr sur Ies opioioiiB ^mises de part et d'autre. 

JIECHERCHBS T0XIG0L0G1QDB8 SVR L'bMPOIBOIIIIBMENT PAB LB 

MEBCURB. 

L'efflpoisoDuemeDi par le mercare ei par sea composta, est 
fort beureusemedt tris rare, et cela se conţoit : ies sels solo- 
))les de mercare oat une saveur m^tailique dea {dus d^atgrăa- 
bles, qui avertit la Tictime» qui lui fait rejeter Ie polion el ap- 



r 

m 



1» nAUMAGIB ST M. VOUGOLOGIB. S&l 

pder des seqoQrs. Aussi Ies empoisoDiieura n'en font-ils pas 
usage, et donnenMls Ia pr^fărence aax pr^paratioDs arseni* 
caies qai sont presqu'insipides (i). 

MM. Dan ger et Flandin, qui se sont occnp^de recherehes 
relatives ă rempoisoonement par le mercure, viennent de 
preseoter â Tlnstitut un m^moire dont nous allons doaner Ici 
un extrait. 

II est ii peine necessaire de rappeler qoBj dans la classe des 
mâaux, le niercure est aprte on ptiiiAt atee Tarsenic^ Fâernent 
toxîque le plus dangerenx qui pnisse tomber entre des mains 
eriminelles (2). L'an de ses compos^s, le deuto-chorure ou su- 
blima corrosif , a porte pendant un temps le nom de poudre JU 
iuecarian. Cetait un des poisons de la Brintilliers» et le prin- 
cipal, que Ton trouva dans la fameuse cassette de SaiBle*croix, 
doDts^empara le gottyernement. £n ISiS, ce fot par ce poison 
qae le comte et la comtesse de Somerset firent perir sir Tbo- 
mas Overbury, enfermâ dans la tour de Londres. Les meur* 
triere essayirent suceessivement sur la victime Teau-foriei 
i'arsenic, la poadrede diamanti la pierre caustique, degrandes 
araignto et les caniharides ; le sublima corrosif, administra 
en iavement, aa^na la mort en moîns de vingt^inatre heures. 
U y a lien de croire que le sublima corrosif a 6\& connu des an- 
cteosy et prâpară particali&rement par la femme trop câibre 
qui avait fait assodation de crimes âvec N^roSi et quidistiilait 
des poisons dans le palais imperial... 

Dans r^ude toxicologiqne du mercure, le seul progrto dft ă 



(I) La qnMtioii de sapldit^ a M ooDiroverste Nous «vous chercU 
en emplojaot tvates let prtoiotioiM coavouibles, i U r^aoudre, et nooi 
Q'aTODS recoDna aus arseniraux qa*an got^t k peine perceptible. 

(1) En France, le perchlorare, sur 194 cas d*empoi8onnement/4i M 
Mploy^ 10 Itolsi en Aogleterre , fi foii sur 40f • 

( JVbiKtf du H€^t€UK) 



Ui «OVMAI. »B fiUWE mtBKAMMi 

Botra ipo(pi99 <f est la Mocnnrerie et remploi de la pUe de Snilk- 
80D. On sait qaels aont Ies ^Umeiits de ce pe& appareil: ne 
lame d'^taio recoaverte par ane lane d^or d^eloppte ea wft 
rale. L'ătaio eomitne rdMaeat flectro-n^gatif, el Ver, IMUmeot 
dteoin>*po6itit. Plengte dam ane dittDloiioâ coniaiaiit da M^ 
cure» celle pile en a^re l'^ldment B^lallîqae qoi se porte tir 
Tor, el le blancbit. II saflBt ult^rieorement de volatiliser le m^ 
tal dana ud petit tobe, povr Tobteair k l'iiăt de globale li- 
qnide ieot^*fait caraoiărlsiiqae. 

Poor rexanen eooiparattf des rteeiioas propres k d^eeler te 
mefeare dana ses disaoltttioiia» noua noos sommes aaaores qie 
f acthm galvaidqae eu galvaaepbuaiqae <tait le pios sensiUe. 
II MOS a M permiiy k l'aide de cette rdactîoii» de icaetUBr 
restoteiriee du aiefeare daaa «ne disaotauloo titrde au oNit aiil- 
Hdtte. Cest la Hiaiie qm noua mh somocb impo&ie dans aot 
recbefekea pfăcddeate». Nous sonHnea haufeu qn'il sV ait 
peint ea d'eicepiioa ă faîre k F^garA d'on SMCal qni aeD-eea* 
lement est an poiaon redootaUey auiis qoi» sous diveraea fomct, 
eal un atMicament pr^cteox et trte frdqoeriMMnt emplojd. 

Ce D'est pas l'appareil gahraniqpe tel qoe Ta imagina Saiib- 
son, qai nooa a scnri data nos ^prenvea, oooa n'eo avons cod« 
neni qua le principe. Poar Ies rechercbes toxieelogiqaes, cet 
ingteieux insiruaMnt aarait ea dae ineonvMenta qoe noat 
a(rona wnlu ^viler. Yoici Tapparefl que wws propoaons it 
substiluer ă celui da chimiste anglais. 

UuTaae sen derâeişmnau ligoMb d'^pieave^Sdron sip* 

UVIC CoC aUAlflv WamO OvilO tt VUiVIIllUll ţ IvriBIHV fMn Wf tWv 

efBI6 doM rafre est presqae capfllaire. Ce mbe d'a}<mtage 
forme, avec Ie corps de rentonnoir, un angle de 90 degvis. Le 
vase, rempli du liqiiide suspect, est reuverse dans le petit 
entonnoir. Au moyen d^une arlicolation du soppoity on peat 
donner k Ifapşareil en place, telle inclinaison que l'on joge con- 



Tenabiepoiir T^contanent du liquide. Dans la paitie ^iras^e de 
rentonnoir est plao^ te conduotenr HectnMiigMt d'itne pile 
l un seul Goople de Bansen, et dus Taire du tube capillaire est 
introdok le conducteur âectro-positif. L'un et Tantre ii, dans 
h panie da raoins qoi toucbe ao liquide, doU 6tre en or pur. 
Les deiR pAles aeront rapproGh^ presqoe Jusqa'aa contact; 
Par soite de Texote de pression sur roavertnre captllaire du 
tibe, le liqaide preod son ^ontement goutte ă gontte, et on 
le re(oit dans nne capanle. Le vase remplissant le r61e du 
¥886 de Mariotte ou d'une fontaine iotennittente, la pression 
rata constante sur le liquide , et r^oulement est r^gulier. 
Get ^coulement pent 6ire accdl^tf ou ralend au gri de To- 
pjratenr, p» le degrA d'inclinaison donn^ ă Fappareil. U 
miis a para qoe , dans les cas ordKnalres, II devait £tre r^glâ 
de nanlire qu'en tombant, chaqoe goutte du liquide marquăt 
ane iatenralle de cinq seoondes. La pile , mise en actiyit6 , un 
d^gemeni de gaz plus ou moins abondant s'opftre aux pdles, 
indice de rintensil6 du courant, et le mercure de la dissolution 
seddpose sur le fii d'or âectro-positif, et le blanchit. Ponr 
s'assorer que cette coloration est due au mercure, ii ne reste 
qn'ă volatiliser le m^tal dans un petit tube de r^duction, au 
aH)jen de la lampe ă 6mailleor. 

Certainsy avee cet appareil, de d^couvrir les plus faibles traces 
de mercure que la chimie puisse reconnaltre, ii nous resiait, 
poar aiteindre le but que nous nous ^ions propos^, ă trouver 
un procM^ propre ă s^parer le mercure des matiires organi- 
qnes, ă Ten isoler autant que possible sans perte. L'Acad^mie 
a bien touIu donner son approbalion au proc^d^ de carboni- 
tatioB par Tadde sulfurique que nous avons propose, et ce pro^ 
ctdiiest gteâralement pratîqu^ anjourdliui dans lesexpertises 
de mMecine Mgale. U nous fallait faire nos efforts pour Pap- 
pliqaeră la recherche da mercure; nous y sommes parrenus 



2 A6 JaUBNAL DS GHIVIK WfilDlCALE , 

sans qu'il soit besoio, aiosi qne nous TavioBs crsUnt d'abord, 
d'avoir reconrs ă la di^iilIatioD, c'est-ă^ire , ă ane op^ration 
d'une application assez difScile dans Ies epreaves quelquefois 
si d^isives de la toxicologie. 

Yoici le procM^ qu'ă la suite de nombreax essais noas avoDS 
fini par adopter : nous liqu^fions, ă la temp^rature de S 00 degr^s 
environ. Ies matiires animales, par le tiers ou la moitid de lear 
poids d'acide sulfurique monohydrald, selon la mdthode ordi- 
naire. Cette liquefaction op^rte, ce qui n'exige qu'une heure 
et demie ă deux heures au plus, nous reiirons la capsule du fea 
et lui laissons subir un certain degrd de refroidissement. Alors, 
apres avoir placa le vase au-dessous d'une cheminee d'un bon 
tirage, pour garantir Topârateur contre le degagement des gaz, 
nous versons par fragments dans le liquide noir de la carbo- 
nisaiion, du chlorure de chaux saluri, en agitant le mdlange 
avec une spatule de yerre. Au fur et ă mesure que la matiire 
s'dpaissit en blanchissant, on y syoute de Teau distiilee qui fa- 
vorise la dissolution du chlore, et Ton ne s'arr6te dans ceue 
manipulation que lorsqu'on a jugd ă Tceil qae ie liquide k se- 
parer par le filtre est presque incolore. La quantitd de cblo* 
rure de chaux ă employer, sera toujours, ă tras peu prâs, dans 
le rapport de la proportion d'acide sulfurique ndcessaire â la 
parfaite liquefaction des mati^res animales. Pour 100 grammes 
de foie, en raison de la bile et des graisses que contient cet or- 
gane, ii faui quelquefois jusqu'ă 50 grammes d'acide sulfurique 
et 50 grammes de chlorure de chaux ; mais on est rarement 
oblige de depasser cette proportion. La maiiâre blanchie et 
ameoeeăl'aspect d*une terre calcaire, on l'humecte intimemeot 
ă froid avec de l'alcool absolu ; pour 6tre plus siir d'aiteindre 
le cotuposd mercuriel, on fdtend d'eau distilldei et Ton filtre en 
lavant le pr^cipitd ă diverses reprises. Si le liquide est trop 
abondantf on le coneentre par âvaporation i aprte quoi on le 



BB PHÂBVACIB BT DB TOIIGOLOOIB. 2A5 

soomet dans Tappareil d^rit k Faction d^un courant galvani- 
que. II Doas a ^t^ d^monlrâ par Texp^rience, qoe le courant 
Toltaîqne favorisait la pr6cipicatioo du mercure sur le fii d^or, 
el qoe dans tousles cas, au moins, elle avait l'ayantage d'accă* 
Mrerson opdratioD, qui, sans le concours de cette aciion, exi* 
geraitpent-Atrebeaucoup de temps pour s'accomplir. 

Le Di^ial obtenn sar le conducteur electro-positif de la pile, 
ii faut, pour enlever toute mati^re grasse, laver le fii d'or dans 
Peiher ou Talcool bouillant, el ie s^cher avânt de i'introduîre 
dans le tube ă reduciîon. Gclui-ci devra âtre pr^par^ et souffl^ 
arec Ies pr^cautions requises pour ^vîier rhumidite qui pour- 
rait sottiller le globule de mercure, quelquefois extrâmement 
petit, qu*il s'agtt de rendre sensible aux yeux. 

ABSEVCB DU MBRCUBE CONSTATÂB DANS DES MÂDICAMENTS A 
l'aIDB de la pile DB SHITHSOU. 

M. Orfila a adresse a rAcad^mie des scienccs la lettre sui- 
Tante : 

• En rendant compte de la scance de TAcademie de lundi 
deroier, un journal annonce , d*apr6s MM. Flandin et Daogcr, 
qoeriDventeur d'un certain rob aurait ele condamnă par Ies 
tribunaax, parce que Ies experts ayant fait usage de la pile de 
Smidison, auraîent conclu ă Texistence du mercure dans ce 
rob^ alors que cet instrument, mal employd par ces experts, 
Depouvait donner que des resultats fautifs. 

• J'ăiais rapporteur de la commission cbargăe d'examiner ce 
rob, et j'aflBrme que tout cela est controuve. Avânt la rădaction 
darapport. Ies experts savaient tr&s bien que la pile de Smith- 
soQ,employăe comme Tavait indique son auteur, ătait un ap- 
parei! infidele ; ils savaient aussi que le rob dont ii s'agit ne 
coBtenait pas un atome de mercure. 11 me suffira, pour justifier 
nou dire, de citer textuellement la premiere conclusjon du 



3&6 I^VBSAIi BB GHniIB MfelGAU, 

rapporty r^dig^ le i^ mai 1839, el signă par Pelletier^ Cbeval- 
lier el mm. Yoici cette coDclusion : 

« Ni le sirop dâpuradf r^g^n^ratear du sang, ni le rob anti- 
« syphilitiqae, ni la mixtare, debil^s par M'''''', ne eandennent 
« aueune prJparation mereurielle , ni aacnne sobstaooe 
« v^n^neose (1). » 

• Peu de temps aprte la r^daction da rapporl, je pnbliai un 
travaii sur la pile de Smithson , dans lequel je fiiisais con- 
natire Ies diverses cauaes d'erreurs auxquelles pouvait donoer 
lieu Temploi de cette pile, aiosi que Ies pWcaulions qn'il im- 
portait de prendre pour ^viter ces errenrs. Ces pr^caniioni 
Bont exactement Ies m£mes qne celles qai viennent d'âtre io- 
diqu^es par MM. Flandin et Danger seize ans plas tard. L'A- 
cad^mie pourra s'en convaiocre en lisant mon m^moire, ins^r^ 
dans Ies Annales de Phynque et de Chimie (t. II, p. 92, 
1829), ettous Ies oovrages quej'aipnbli^sdepnis cette ^oqae. 

« Qu'il me soit permis, ă cette occasion, d'adreaser i TAca- 
demie la pri^re de vouloir bien hâter la pr^sentatlon du rap* 
port de la commission charg^ de lui rendre compte des tra* 
vaux de MM. Flandin et Danger. Des errenrs grares ont itti 
d^bii^es par ces messieurs, et bien des faits ont ^t^ donnfe par 
eux cemme nouveaux , quoique je Ies eusse public dqpais 
longtemps. £n propageant ces errenrs, la presse qnotidiemie 
teod ă faire accepter comme vrai ce qui ne Test pas; lesjnrfe 
et Ies magistrata ne savent plus quel pani prendre nu milieo 
d'asserlionsanssi contradictoires. 

« IMjl, dans deux de mes Communications, J'ai appd< Tat*- 
tention de TAcad^mie sur ce point, el je me suiş mis ă sa dis- 
position pour d^monlrer Texactitude de ce qne j'avais avanei. 
II apparlieni i un corps savant aussi băut plac^ dans Topi- 



(1) Voir le Journal de chimie mdHcale, t. 5, p. 297 el SS5, 



^ ■*■ 



DK MABKâCII n BB TOXIflOUIQIB. M7 

■ioB psbUqae^ de tabstitoer Ia ^iriti ă Terrear, et de reidre i 
chacnn ea qui tai est dA. » 

mn ToucoLOfiiQOBB ABinmois bt niwvTts , tachbb f t bo- 

B0-AB6BRICALB8, ARSENIC DES TERRAIRS BBS GlMBTIÂaBSf 
LOCALIfiATIOH DBS POISOHS | BXISTBBCB DU GUIYBB DIT BOR* 
BAL, BT&, BTO. 

U latre BBhrante vient d*4tre a^ress^a par M. J. Barse k 
rAcad^mie des sciences : 

Depais plaaiears ann^es, MM. Flandio et Danger ont sou- 
■ii h rAcBdteiie des scieaces un grand nombre de m^moires. 
Dus la dermdre s^ance, ces aatessleors ont pr^seotri un travail 
daat lequel on lit ce qni suit : • Vaccueil favorable que TA- 
« cad&Bie a bien tobIu faire ă nos premiires recherches sur 
« lespoisons m^talliques, nous a misdans Tobligation de Ies 

• povsaivre, et , autant quUl a d^pendu de nous , de Ies 

• eomiri^ter. D^jă, dans plusienrs m^moires , nous avons 
« trait< aoccesshrement de Tenipoisonnement par Tarsenic , 

• p» rantimolne, par le enivre, par «le plomb, et en g^n^ral 

• par Ies m^taax fixes. Pour clore la liste dea poisons dits 

• m^lalliqiieB, ii nous reste k parler du mercure. » 

Ces paroles , pronono6es dans le sein de rAcad^mle des 
sdences, ins^r^s dans le Bnlletin , et reproduites au debors 
paria presee, ont nne tr6s grande ponte dans Topinion pu- 
blique, parmi Ies magiatratSi parmi Ies jur^s, Ies avocata, Ies 
pas du BM>Dde : MM. Flandin et Danger paraissent avoir reţu 
de f Acadânie un aeeueil favarahh pour des doctrines qoi 
kar sont propres, el la consteration de propri^td des Aiits 
qQlb pretendent atoir dteonverts Ies premiera, n n'en est ce^ 
pendant rfen, puisque la commlssion chargte de rendre 
cooptedetons ces travaux n'a pas eneore fait de rapport. 

II est de la plus grande Importance de s'opposer ii 



248 lOUaVAI. BB GHIMIB MfiDICALB, 

tement au credit que pourraît aînsi obtenir l'aiinoBce de 
MM. Flandîn et Danger. J'ai Thonneur de vous prier de re- 
meitre sous Ies yeax de la savante compagnle r^nomâration 
soccincte des poinis snivants, exiraîis des travaux de ces mes- 

sienrs. 
MM. Flandîn et Danger ont successiyement annonce : 
1** Qa'il y a des taches qui offrent Ies caractires physiqoes 

et cbimiques de Tarsenic : Ies acadiâmies ont declara inexacte 

cette alTirmation. 

â<> Que Ies terrains des cimetiăres ne contlennent pasd'ar- 
senic ; or , Texpirience acquise ă Toccasion de plusienrs pro- 
ces d'empoisonnement , a demontrd que ceruios cimeii^ 
contiennent ce metal ; et MM. Flandîn et Danger, agisiant 
eamme experU^ ont signâ, sur ce porat, le coniraire de leor 
affirmatîon devant TAcad^ie. 

S° Que Ies animaux empoisonnes par l'arsenic n'urinent 
pas : or, le rapport fait ă TAcad^mie de medecine sur le trayail 
deM. Delafond qui confirme Ies r^sultats obtenus precMem- 
ment par M. Orfiia, prouve le contraire. 

A° En 18&3, ces messieurs annoncent, comme noareau, 
qu'en vertu d'une loi qu'ils ont d^ouverte, Ies poisons se cod- 
centrent dans le foie : or, ce fait avait etâ publid en iS&O par 

M. OrfiU. 
5"* A deux reprises, ces messieurs ont ni^ la possibilit^ et le 

fait de Texistence du cuivre dans le corps de Thomme non em- 

poisonn^ ; ils d^clarent avoir suivi dans leurs recherches de 

ce mâtal, un procdd^ exceptionnel, sensible a un eeni mii* 

Ueme : or, Yauquelln, MM. Sarzeau de Rennes, Boudet, De- 

vergie, Osmin Hervy , Boutigny , Orfila , Ghevallier^ Lanaoi, 

Folitn, Pelouze et moi , en suivant Ies procM^s ardinaires de 

la cbimie JUmâniaire , nous avons retir^ du cuivre m^talliqae 

de viscires dans lesquels ces messieurs nient que ce metal 

puisse se rencontrer. 



DB PHABMAGIK BT DB T0XtGOI.O0IE. S49 

6° Ces messieurs proclamenl une loî d'iacompaLibilile des 

poisoDsavec Petal de sani^ : or, ta presenccdu phospborei de 

la soade libre , de piusieurs acides, et| en dernier lieu surioul» 

celle du cuivre et du plomb, faU jusiice de celle assertiou. 

T Ils indiquent comme un sympidme nouvellement observe 
par 601, Ja salivaiion dans Tempoisonnement par Ies sels de 

cuivre : or, ce sympidme est decrit pariout depuis un siăcle ă 

peu preş, et notamment daus le lome f , page 319 de la Toxi-- 

cologie de M. Orfila, imprim^e en 1818. 

8^ Ils nient Texistence des poisons dans lesang des ani- 
niauiempoisonnes : or, M. Orfila a prouve le coniraire par 

desexperiencesdirectes, et, depuis, tous ies loxicologisles ad- 

meiieol que Ies procedes de recherches de MM. Fiandin et 

Daoger eiaient vicieux. 

9"^ Ces raessieurs onl aunonce qu'il est preferable, dans Ies 
experiises judiciaires, de fraciionner Ies matieres, et qu'il suf- 
fiid'operer sur cent grammes d'un foie, par exemple, pour 
resoadre la question de pr^sence d'un poison : or, tous ies chi- 
mistes protestant conire Texactiiude de ceite meibode, et la 
coDsid^nt comme raitonnellement infidele en praiique, si 
elle est exacte en tbdorie. 

10* Enfin, dans leur m^moire presenie dans la s^ance der« 
Aiire, MM. Flandiu et Danger persistent ă s'atlribuer le pro- 
ceda de carbonisation par Facide sulfurique : or, ii est imprima 
dans le Journal de Pharmacie ie novembre 18&0, que la 
communication de ce proceda a et^ lue, dans la s^ance prece- 
dente de la Sociâtd de pharmacie, parM. Jutes Barse, de 

■ 

Riom. MM. Ies rapporteurs de TAcademie de m^decine, dans 
la grande qaestion de Tarsenic, ont reconnu Ia l^gitimitâ de 
celte rtelamaiion de priorii^ (1). 

(I) L'caiploi de Tacide sulfurique a ^t^ signal^ par M. Barae, qui a, 
piticrit de mettre Placide avec le aang dana l'appareU de Marah. 

V siaiB. 11. 20 



■ ■■ ' ■ "' ■ ' 'I ■ 1 11 1 1 1 III 'i< II 

DISCUMIOIf ftOR LA PItB 9E 6MITHS0N , EMPOlSOKlflMIIT PU 
l'arseiiig, GOIVAM ACGIDENTEI., XTG. 

MM. Flandia et Danger oBt adressâ k rAoaMmie des 
Seiences la letire suivante : 

L'Acad^mie a reţu, lundi dernier^ deox lettres qat notis con* 
cernent : Tune de M. Orfila, Talitre de M. Barse. Cest ă regret 
que Dous nous voyoDs forc^ d*y r^pondre. La scleocen'ârien 
ă gagner ă des discusslons qiii n'ont d'autre mobile que lin- 
t^r^t persoanei. 

Sur la parole d'un joumal, M. Orfila nous reproche d'avoir 
attaquâ ă faux un rapport fait en justice, et qui Iui 4tait corn- 
mun avec MM. Pelletier et Chevallier. SUI eAt attendu la pn- 
blication de notre m^moire, M. Orfila aurait vu qa*il n'y est 
nallement fait allusion au rapport dont ii parle, mais seule- 
ment ă des expdriences ă la suite desquelles deus ehbniiUt^ 
sur de fausses indications de la pile de Smiihson , avaientcm 
uninstant ăTexistence du mercure dans une liqueur oudaas 
un rob qui n'en contenait pas. L'erreur, du reste, disions-nous, 
avalt et^ r^par^e, et « d^lors le precepte donnâ de ne pas s'en 
• tenir au changement de couleur de la lame d'or pour pro- 
« noncer sur Texistence du mercurei mais d'exiger, sous forme 
« de globule, la reduclion du metal dans un tube. » 

SI M. Orfila eiit connu ces paroles , qui sont celles de notre 
m^moire, ii se fut abstenu sans doute de reclamer lâ priorit£ 
d*une id^e que nous n*avons pas songâ ă lui ravir, lldde de ^o- 
lacillsek* dans uA tube Ie ni61*clire appliqij^ sur Ia lamed'orde 
lă pile de Smithsofi. 

Eu rappelant quUl a publie * un travail dans leqaet it a Aut 
« connattre Ies diverses causes d'erreur auxquelles pouvait 

mafis €oM»t MU. FhiiHAfn «t Dftogifcr qnl odt preseril IVmyloi d0«et acid« 
poar op^r«r 4m earboalsAfioM eonpMles. *^ 



DE PHâRMACIE UT DR TOXICOLOGIE. 251 

« dODOer lieu Teaiploi de ceite pile , aînsi qae Ies pr^uUMs 
« qi'il importait de preodre pour ^vicer Ies erreurs, • M. Or- 
fila noas aUeste implîcitement que Terreur donc nous avons 
parM avait 6i6 coHunisenon loin de lui. MaiS|On peut s'en 
assarer par la lecture de nolre m^oirci dous n'avons rien dit 
qui d&t donner k penser qu'une pareille erreiir ait et^ consi- 
gn^e dans nn rapport d'experts, let surtout qu'elle ait entrata^ 
nne condamna tion judiciaire» denx choses que Ton nous a fait 
dire ă nolre grand regret et ă notre plus grande surprise. 

M. Orfila, en terminant sa Icttre, soUicite l'Academie de 
foiloir bien h&ter la pi^seniation du rapport de la cominission 
charg^ de lui rendre compte de* nos travaux. « Des erreurs 

• grayes, ajoute-t-il, ont el^ d^bitecs par ces messieurs , et 

• bien des faits ont 4xA donnes par eux comme nouveaux, 
« qooique je Ies eussepubiiis depuis loogiemps. » M. Orfiia 
noas paratt trop dispose ă regarder comme un empnint k ses 
iiKestottt travail fait en dehors de lui en toxicologie, de mttae 
qa'ji laxer d'erreurs graves touies Ies opinioos qu'il ne partage 
pas. Mais le celebre professeur ne s'expliquant pas sur Ies er- 
fcursott Ies larcins qu'il nous impute, nous ne ponvons ici que 
joîadre nolre pri^ k la stenne pomr demander ă TAcad^mie 
de vouloir bien biter la pr^eniaiion du rapport de la eom- 
miaiion cbargte doini rendre compte de nos travaui. 

L'auteur de la seconde letire est plus explicite que le mattre 
doit ii paratt adopter Ies doctrines : îl vent bien formuler quels 
soBt nos plagiats ot qnelles soni nos erreurs. 

m 

Selon lui , d'une pari , nons avona donn6 oomnie un fait noii- 
^eao, en 1842, la eoneeniration despaiMom dam ie foiâf faiC 
asnonc^ par M. Orfiia dte 16A0. Nons le demanderons aux 
savanta qui ont pris int^r£t ă ces questions, de quelle dfeM est 
Teipression dont on veot bien se sertir ai^rd'bui, o»ncen- 
fnUfsfi d09 poiionw dans le feU? EHe esi poal^rieuro ii celle 



S62 JOURNAL DE GHIMIB HâDIGALE, 

de l'expression localuation des paison$ , pir laqnelle noiis 
croyODS avoir. Ies premiers, appel^ raueniiou desphysiolo- 
gistes sur un phenom^oe sîDgulier et ioattendu , ă savoir : qae 
Ies poisons n'^taient pas portăs ^galement partout , qne F^me- 
tique ne restait pas dans Ies poumons, que le cuivre n'appa- 
raissait pas dans le liquide de la secreiîon renale , etc. Pourse 
rendre raison des causes qui faisaient trouver dans le foie plus 
de poison qu'ailleurs , M. Orfila invoquait taniât la plus grande 
vascularii^ de Torganei tantdt la naiure de ses fonciions 
comme appareil de secreiion. De notre cdte , ant^rieurementi 
tout antre , nous croyons av6ir monire par Texperience que le 
transport des poisons dans le foie ^tait direct , qu'il ^lait opiri 
particulîârement par la veine*porie , haguere empirîquemeni 
appelde la porie des mauaf. Or, n'etait*ce pas Ik des opinions 
assez nouvelles pour ni^rlier d'âtre signalees aux pbysiolo- 
gistes ? 

D*autre part , Tauteur de la seconde letire regarde comme 
inexactes plusieurs proposiiions qu'il dit avoir et^ soutenues 
par nous , ă savoir : 

« Que 9 sans conteuir d'arsenic i ceriaioes taches peuvent 
« offrir Ies caracieres physiques et la plupart des reactioas 
« chimiques des v^rilables taches arsenicales. • 

L'Acad^mie a prononcâ sur ce point. « Tout le monde se 
« rappelle qu'elle a proscrit complâtement la m^tbode des 
« taches , qu'elle a dMari sans valeur Tappareil de Marsb, 
« consid^r^ comme moyen de produîre des taches. » (Voyez 
« Comptes^endus de PAcad. des scieneesy t. XIII, p, 57). U 
est donc inutile de nous d^fendre ici nous-m6me$. 

« Que Ies terrains des cimetidres ne coniiennent point d'ar- 
« senic. » 
Comment aurio|is-D0us pu ^mettre uoe pareille proposiiion'! 

L'arsemc esi un element mineral du glQ}>ey ae peut-il pas, ae doit- 



DE PHARHAGIE £T D£ TOXICOLOGIE. 35â 

ii pasadvenir qa'on ait ^tabli des cimelieres dans des tcrrains 
ou ce metal se rencontre nauirellemeni? A la suite de guclques 
essais sur Ies )erres des trois prîncipaux cimeii^res de Paris , 
Doas avoDS aDDonc^ que nous n*y avions pastrouve d'arsenic. 
Mais qu'on recherche ce que nous avons ^crit ă ce sujet, et Ton 
verra que de Tabsence de Tarsenic dans tel point d*nn cime* 
tiere, nous n'avons pas niâme Induit que ce m^ial ne pul pas 
se rencontrer dans un point plus ou nioins ^loign^. U faut au 
moins accorder ă ses adversaires la logique du bon sens. 

« S**Qae Ies animaux empoisonnes n'urinent point. » 

Dans Ies empoisonnements aigm par l'arsenic, nous avons 
dit , d*ordinaire Ies animaux n'urinent point. L'absence^la 
raret^ de Turine , sont un des symptdmes de cette esp6cc d*em- 
poisonnement; Ies m^decins ne Tignorent pas. Depuis qu'ii a 
passe soQS nos yeux ud assez grand nombre de rapports faits 
en jastice par des m^decins instruits , nous avons vu se con- 
firmer pour l'bomme ce resultat aperţu d6s nos premiâres ex- 
periences sur Ies animaux. 

« h^ Qu ii n'existe point de cuivre a i'eiat normal dans Ies 
• organes de iliomme. » 

Nous persistons dans cetic opinion , en supplîant qu'on ne 
confonde jamais Ies deux expressions cuivre normalei cuivre 
oeeidenieL 

• 5** Que dans le sang des animaux empoisonnes on ne re- 
« irouve point de poisons. » 

Nous n'avons pas ^mls une propositiou aussi formellement 
absoloe : nous avons dit qu'on ne trouvait pas dans le sang cer- 
Utint paieone , tels que le^ cuivre et le plomb. Nous savons 

qa'oQ y retrottve Tarsenic et rantimoine. Nous espâ^ns pon- 
voir, un jour, tirer de lă quelques inductions qui ne seronl peal- 
ttre pas sans utilM pour la th^rapeutlque. 

EoflOi Tauteur de la seconde leţtre proteste âgalement contre 
cette aiierdoo, qae > dans Ies expertises judiciaires, ii estpr6- 



25& lOURNAI. DB CHiMn MfolCALS; 

« f6rable de fractionner Ies maUâres, et qu'il snfflt, par exein- 
« ple, d'op^rer sur 100 grammes d'ao foie pour constata b 
« pr^sence d'un poison. • 

Oui , selon nous , dans Ies expertises judiciaires , ii est utile 
de fractionner Ies mati^res, et, dans Ies cas ordinaires, ii soflBt 
d*op^rer sur 100 grammes de foie pour constater la presence 
d'un poîson. Des proces r^cents nous ont pronve qu'ă cet ^gard 
nos assertions n'avaient rien de trop hardi, et nous Ies mtin- 
tenoos. II est bien entendu, du reste, quesi l'on ne trouvait 
rien sur 100 grammes, ii faudrait op^rer sur 300, sur 500, ou 
m£me sur 1000. 

L'Acad^mie doit âtre fatiguee de ces vai nes et trop longues 
discussions. Nous pr^Tonons, quant ă nous, que pour nous 
metire ă l'abri d*une controverse irritante , nous nous abslîen- 
drons d^sormals de r^pondre ă des objections qui n'auraient 
pas plus de fondement que Ies pr^^dentes (1). 

■j .1 t III I I . ■ =ssga 

SUa I.A PAiSEIVGB DB L'iULSENIG DA1(S LES BOUGIES STfABIQUES. 

Monsieur et bonorâ mattre, 
Plusîeuţ's fois deju quelques personnes m'avaieut dit avoir 
remarqu^ que Ia combustion des bougies st^ariques ^tait ac- 
compagnee d'une odeur d'ail assez prononcee ; je n'eus pas la 
curiosită d*y rechercher Tarsenic que Taccident arrive, je crois 
ă Nancy, par du c^rat prepare avec ces bougies, m*avait appris 
y exister, sans qu'il y eut douie sur sa presence, convaincu qoe 
ce m^tal y eiait en quantite tellement faible qu'il ne pouvait en ' 
r^sulter aucun accident, lorsqu'en 18&2, ^tant en pharmacie k 
Bordeaux, un M. D., marchand de papier, m'^tant vena troo- 
vep, et peut-âtre pr^occupâ par un proces d'empoisonnemeat 
qtti alors occupait beaucoup de monde, se plaignant de ce que 
ses bougies rdpandalent une odeur d*ail insupportable , et loi 

^«^1 ^ I ■■ ■■ ■■» ■■ ■■■ ■■!■■■ II ■ II 11— ^M , I 

(1) Noas receyoDs copie d'ane noayelle lettre adressde par II. Barse i 
i'ACad^mie des sciences; eUe entrera dans le nuinâ^ produln. 



DB PIUMAGIB BT DB TOXICOLOGIE. S55 

anienl doniii ă» colique« (faU que t da reste , Je crois un pen 
eugM; cependanti je dois tou8 dîre que ce monsieur veillait 
bri tard, dans uoe chambre d'entresol tr^ petite). II me pria 
aiors de recbercber Tarsenic que Ies d^bats du procte lui 
aviient appria k recoonattre ă Todear d'ail. Je me mia ă l'cea- 
vre, Biais TimperfecUpo des moyeBs k ma dispoaition» et pro- 
baMamest avsai moa iaexperience oe me permireat qae d'ea 
racoQiiattre |a pr^seoce. Je loi fia pan de mea r^soltaca, el ii 
comprit qae pendant tont le tempa que dure la combuation 
d'aae bougiet la quanUuS d'araenic vaporia^e dans une atmos- 
phire qai se renoavelle sans cesse devait £lre insufflsante 
pour prodttire Ies effets dont ii se plaignait : ii continua Tusage 
des bougles , cbangea de fournisseur, et ne ressentit plus de 
coKques. 

Deputs cette ^poque, je n'entendis plus personne se plaindre 
de cet inconvenient, lorsque dernîârement , ă Reimsi pendant 
an procte d'empoisonnement, celui de la veuve Godart, oii Ies 
mots d'arsenic et d'odeur d'ail, ^talent dans toutes Ies bou- 
cbes, un de nos clients vint me prier de recbercber de Tarsenic 
dans des bougies qui, me disait-il, r^pandaient une odeur d'ail 
iris prononc^Cy ce que je fis avec grand plaisir ; et aida de 
Totre excellent ouvrage sur Tappareil de Marsb et des bons 
conseils que vous voulAtes bien me donner, cette recbercbe me 
derint extrâmement facile. Je fis bouillir k plusieurs reprises 
ane de ces bougies dans un matras avec de Teau distill^e , et la 
d^coction filtra et ^vapor^e me donna 150 miiligrammes d'ar- 
senic que je recueiilis dans le tube de r^duciion de Tappareil : 
cette quantit^ m^a iv& fournie par une bougie pesant 60 gram- 
mes et dite des 8. Quelqu'imparfaite qu'ait iii ma premiere ex- 
pâience , je crois pouvoir aiBrmer que la quantit^ d'arsenic 
de beaHooop ploa conaid^rable (1). 



(I) Li pr^cnoe de Tarsenie dani Ies bongiea ^tant dangereuse » M. le 



SS6 lOUKIfAL DE CHIMIE UimtkLEi 

Pardonnez-moi, mon cher matire, d'avoir tardă si long- 
temps ă V0U8 rendre compte d'une exp^rience que tos travaax 
ont rendue si facile ; maîs vous savez que mon temps ne in*ap- 
partient pas, et que la saison dans laquelle nous sommes est 
celle ou Ies pharmacieos sont le plus occup^s. Je n'aî cepen- 
dant pas neglige la rechercbe des renselgoemenis que vous 
ni*avez deniand^s, au sijyet des incendies spontan^s par la 
lainegrasse, j'cn ai d^jă recueilli plHsieurs, que j'aurai rhon* 
uenr de vous adresser prochalnement. 

Veuiliez agr^er, etc. £. Dannegt, pharmaeien. 

Reims , le 23 marş 1865. 

CAS d'bMPOISOIVNEHBIVT par l'ac£taTE de ILOMB. 

Observaiion recueillie par M. Htiding , de Weil (Danemarck). 

Ce cas est remarquable en raison de la grande quantite 
de sel plombique qui a ^t^ ing^ree ; ii parle en faveur des mc- 
decins qui prescrivent l'acetate de plomb ă des doses âleviei 
contre la phihisic pulmooaîre et le typhus abdominal. 

Une jeunc fillc, qui diaii sujetlc k la consiipaiion, avait Tba- 
bitude de prcndre de temps en temps 30 grammes de sel an- 
glais (sel d*£psom, sulfate de magaesie)^ elle en avait con- 
serva uoe dose. Au moment pîi elle voulait s*en servir, elle 
trouva, dans le tiroir ou elle Tavaît d^posee, une poudre blan- 
che envelopp^e dans du papier, el elle la prit pour lesei qu'elle 
cherchait, ne sachant pas qu'une autre personne avait place 
dans ce nieuble de Taceiate de plomb destina ă pr^parer de 
l*eau de saturne. La jeune fille prit donc sans r^flexion celte 
poudre, dom Ia dose etait de 12 grammes au moius, dans une 
tasso dv bouillon. 

A midi, deux beures environ aprte Tingestion, elle ^prouva 



profet de poHcc a fait dtfendre aui fabrlcantt de bougiet qal 

la capitale^ l*eoiplolda c« tozique dana la prtfptration de leura boogtci« 



0^ ^C^^^Vr-^^,^ 



BE PHABMAaE BT BB TOXICOLOGIE . 257 

dans le ventre de fortes donleurs qnî fiireat snivies de vomis* 
lemeotSi et ce dernier accident persista sans interruption jus- 
qa'aa soir, aprte quoi ii devint de nature bilieuse. 

La malade cependant ne se doutait pas encore qu'elle courftt 
ancoii danger ; ce ne fut qu'au bout de trois jours, lorsque 
rabdomen devint tr^s tendu, que voyant la constipation r^sis- 
tera Temploi qu'elle croyail avoir fait de son moyen ordinaîre, 
ei faisant atteniion ă la savenr m^tallique dont sa..boacbe eiait 
imprdgnee , elle fit part de ces particularit^s k la personne par 
laqaelle le sel de plomb avait et^ d^pose dans le tiroir. Celte 
personne, effray^e de Terreur commisei courut aussiiAt cher- 
cber M. Hvîding. 

Cemedecin, consideram Ie long intervalle ^coul^ depais Tin- 
gesiion da poison, pensa qu'il ^tait inutile de recourir aux vo- 
miiifs; mais ii prescrivil pendant quinze jours radministration 
d'one dose d'buile de ricin, et, pour tout ruginie di^t^tique, un 
potage au gruau d'avoine. 

SoDs rinfluence de ce traitement, toutes Ies douleurs abdo- 
mioalescess6rent, Ies ^vacuations alvines eurent lieu quoti- 
dieunemeni, et la sant^ se r^tablit enti^r emeni ; la malade se 
iroava m£nie beaucoup mieux qu'avant son empoisonnement. 

H. Eviding mentionue, ă cette occasion^ Tobservation d'un 
aoire malade qui , au lieu d'employer topiquement de l'eau de 
saiurne prescriie contre une ophihalmie, en prenait trois cuil- 
iereesâ bouche interieurement, et cela, sans en ressentir d'autre 
iacoQT^nient que des douleurs legâres et passagâres ă la region 
de resiomac. {Zeitchrifi fuer die gesammte Mediein.) 



PHABMAGIE. 



■iaOlBB 8UH LES iftTHiROLfiS OU TBIRTURES tlHiaiSS ţ 

Par M. Emile Movghon, pharmacien. 

8BC0HDB PARTIB. 

I4s detaila qui prdcMent sont sans doute faiUdieui pour 



258 lOUARAL BK CHnUB HiMCâU; 

certftiiis espriu I^gers qui tiennent peu k connaltre le fond 
des choses; eependant ils ne doivent pas parattre d^nuds d*ia- 
terât ă ceax qui r^fl^chisseot mAremeoti et quI venlent des 
faitspositife pour asseoir ieur jugemoit. Or, en posaiil des 
falts ă cAt^ des donn^es acquises, Je erois ddjă avoir prouTe, 
jusqu*i UD pertain point, que ces donu^es sont faosseset sa- 
jettesă contestation , en ce qui concerne presque loas Ies 
^th^rol^ qui jouent le plus gnnă râie en mădecine, et 
qu'elles peuvent Atre yraies pour quelques autres , sans ee- 
pendant avoir rien de compl&tement d^isif pour personne. 

En effety st d*une part nous avons bien r^fl^chl ă la natare 
du dissolvant par rapportă celle des substances k traiter; si 
nous avons bien observa que la mati&re dissoute est en faible 
quantit^y eu ^gard ă celle qui a r^sist^ ă Tactlon de ce dissol- 
yant; si, d'une autrepart, nous avons acquis la certttude que 
Ies traliements ^thMques laissent intacte tonte la matiâre ex- 
tractive» celle, en un mot, qui doit constituer Ies propridt^s de 
certains v^g^taux , servant de base anx prodnits qui nousoc- 
cupenty tels que Ies solan^, Taconit, la digitale et la ciguS; 
si nous r^fl^chissons, dis-Je, ă toutes ces choses, que devons- 
nous penser de tous ces âh^rol^ qui doivent fixer le pios 
notre attention? Rien de bien avantageux, sans doute, et ce 
n*est pas sans peine que Ton voit sa conviction si fortement 
^branl^e , en prdsence d'un groupe de mddicaments dont la 
mădecine consacre Journellement Temploi depnis longaes 
anndes , sans chercher ă se rendre compte de la vâritable na- 
ture et de Taction physiologique de ces m£mes agents. 

Ainsi que nous Tavons vu, tous Ies extraits alcooliques re- 
snltant du second traitement sont en tont semblables aux ex- 
traits ftieooliqaee du Codex. Ponr m'assnrer de ce fait| que je 
considere comme probant , j*ai eu le soin d'dpuiser avec de 
l'alcool h 2l^y et, par deplacement , de la cigue, de Faconit, 



DK PHA&IUCIB ST DB tOXICOUIGU; S59 

de h bdltdone , de la digiule pourpr^, de U jasquiaine el de 
lastrammne, afin de pouvoir comparer la quantit^ desprodoits 
obtams avec celle que j'ai pu retirer des mâmes plantes dpui- 
seespar rhydralcool, apres Ies traitemeots par Teiber salfu* 
rique. Ce que j'avais pr^vu est arriv^ ; ă quelque chose prâs , 
soit eo plus, soit en moins, j'ai toiiyours recuetUi de part ei 
d'antre la mame quautită d'extrait, et, comoie j'ai eu occasion 
de Ie dire plosieurs fois, j'ai coastamment trouvâ une identitâ 
parfaite entre Ies prodniis examinâs pbysiquement. Au sur- 
plus, Dul n'ignore que Tether n'exerce aucune aclion sur Ies 
prîDcipes extracUfs, et ce que j'ai verific ă cet âgard oe vieut 
qae confirmer ce que Baumă sayait d^jă , bien que, comme ii 
le disait lai-m^me, ou n'employât de son temps que Ies tein-* 
Uires ^^r^de castor^um et de succin. 

Oq ne pent tirer de tout ceci qu'une conclusion tout-ă-fait 
dâiiTorable ponr Ies ^th^rol^s , et ropinion qui leur est con- 
trăire se fortific de plus en plus, ă mesure que nous avanţons 
davuitage dans ie champ des investigations $ cependant, nous 
oetrouTons encoreque des probabiiit^i fortes ii est Trai, et 
DOQs avons besoin d'acqu^rir des certitudes positires pour ne 
nea laisser dans le doute. 

Qae reste*t«il donc ă faire pour que notre conviction soit 
pleîDe et eatiere ? La chose est fort simple : ii faut ^ludier 
pbysiologiquement et comparativement tous Ies extraits ^the- 
riques, r^sidus des ^ih^rol^s concentr^s , et tous Ies extraits 
alcooUqnes recueillis , soit apr^s l'^puisement par l'^ther, soit 
â laide du traitement direct de la plante par Talcool faible. 
îl est evident que si l'aciion de ces premiers produîts est re- 
coonue nnlle , et que Fautre, au con trăire, soit tr6s energi- 
que et mtine mortelle pour Ies animaux que nous aurons li- 
▼r^ aux chances de la mort, nous aurons compidtement 
iMnri le ?oile qui jusqu'ici nous cache un mystire , et le buţ 



260 lOURNAL DB CHIMIE hIdiGALC, 

principal que je me sais propos^ sera complfetement aueint. 

Les renseignemenis utiles qui devront n^cessairement re- 
sulter des essais physiologiqaes et toxicologiques qnî font Ie 
sujet de cette seconde pârtie, devront nous faire seotir la ne* 
cessitâ d*entrer dans des considerations g^n^rales relatives 
tnx modes op^ratoires ă mettre en pratique, ălanatureda 
dissolvant ă eroployer , et nous conduiront naturellement a la 
recherche des moyens propres ă faire tourner en realite, do 
moins autant que Ia chose [nous paratt possible, ce qui n*est 
sans doute que le rfeullat d*une snpposition gratuite. Ce sera 
lâ ie sujet de la troisiâme pârtie de ce m^moire. 

J'avais d'abord pensa qa*il pourrait 6tre convenable de 
passer sous silence tous les faits qui n'ont eu qu'un r^ultat nai 
ou k peu prâs nul ; mais un peu plus de reflexion in*a fait corn- 
prendre qu'il ne serait peut-£tre pas superflu d'entrer dans Ies 
d^tails circonstanci^s relatif^ ă ces mâmes faits, pour ceux de 
mes lecteursqui peuventvouloirdescitatious positives propres 
ă leur inspirer une confiance pleine et eniiire sur la v^raciie 
de mes assertions, et plus particuliârement pour ceux qui 
peuvent avoir le d^ir de s*occuper aprte moi du mame sojet) 
soit ayec l'intentiou de soumetire mon travail ă un contr6le 
s^vire, soit avec Tespoir d*approfondir un peu mieux la qaesr 
tion que je n'ai pu le faire moi-m£me, bien que je n'aie riea 
nâgligâ de tout ce qui m'a păru suscepiible de la rendre aussi 
int^ressante ei aussi claire que possible. 

EXPfeRIENCES PHYSIOLOGIQUES ET TOXICOLO- 
GIQUES. 

P&BMliaS SiRIS. — EXTRAITS iTHftElQUBS* 

EwpMenees n^ i.—Exirait Ahe'rique d'aeamt. 
On a flit ^vaporer dans une capsule 8 grammes ă'iibiroUf 
dooi le prodttit s'est ilevi h 60 centigramines d'exirait moii. 



ra raâRMACIB ST DE TOUQOLQOIB. 261 

L'eiber stdfuriqae ayant ane grande iofluence sur ceriaiiii 
aoimaaii el en particulier sur Ies gallioac^s, ainsi que je m'en 
sais assoră » j*ai ^^ le soîn d'exposer loDgtemps ă Taclion de 
Tair Textrait dth^rique d*aconit , ainsi que tous ceux que j'ai 
employes pour mes essaisţ afin d'^viler toute aclion ^iraogâre 
â celle des produils. 

Ces 60 centigrammes d*extrait ont et^ imroduits, dîvis^s avec 
nopeu de sucre et d'eau, dans l'estomac d*une poule adulte , 
qui n'a donne aucun signe de malaise, el qui a mauge avec son 
avidite ordinaire lorsqu'on lui a presente des alimenls. 

La dose a 6te doubiee quelques jours apres , puis quadru'- 
plee, sans que Tanimal en aii ete faiigu^ : ses allures sont tou- 
joQrs rest^ Ies m^mes et son app^iit n'en a poini souffert. Or, 
OD remarqaera que la derniire dose repr^sentaii 30 grammes 
de leinture elh^r^e d'aconit. 

Evideounent je n'aurais pas obtenu ie moindre effet d'une 
quaotile plus forte de cei extrait eiherique ; aussi n'ai-je pas 
cm deYoir poosser plus loin ces essais sur la poule avec le 
mime produit. 

ExpMenees n" ^.^Extrail elhe'rique de belladone. 

L'eiu*ait ^therique debeiladone n'a pas plus agi sur la poule 
qoe le prdcedenty que nous ayons employâ le produit de 8, 16 
et 30 grammes d'elherol^. 

II en a ^te de m6me d'un extraît r^suUant de l'^vaporation 
de SO grammes d'eth^rol^i ayant pour menstrue la liqqeur 
Bioerale d'Hoffmanuy que j'aurais cru propre jusqu'ă un cei^ 
t^in point ă dissoudre Ies principes aciifs du vegetal, et qui 
poartant a foarni un tiers de moins de residu que T^th^rol^ par 
1 etber pur. 

Exp^iences n^ 3. — Extrait ethe'rique de cigue, 

Oa s*esl comporta ici comme prec^demment. La premiere 
dose d*extrait jk'a pas păru avoir de Tinfluence sur la poule ^ la 



264 lOVRNAt^BB CHIM» IlftDICALK, 

journec. II y a eu engourdissement manifeste, somnolence, (Stat 
de malaise visible, inapp^tence, s^cr^tion, sur le soir, d'uriaes 
sangaînolentes trds feiides et rappelant no peu Todear de k 
ciguâ. Le lendemaio, retour ă la sant^, et gu^rison complete. 
Esperiences n* 9. — Extrait e'iMrique de digUale. 

Les dîfferentes ^preuves quî precedent celle-ci, m^ayant 
rendu beaucoup plus hardi que je ne devais Tâire dans le 
principe , j'ai dâ avoir recours , dans cette circonskance, i 
de fortes doses d'exirait ^therique : or j'ai employ^ du pre^ 
mîer coup, 8 gramoies de cette niatiire, repr^seotant 64 gram- 
mes de teinture eth^ree. Ce que j'avais pr^vu est arriv^: le la- 
pin n'en a nullement ^t^ influenc^; II a mangâ commede 
couiume, sans anooncer aucun genre d'indisposition. II en a i\i 
de mdoie le lendemain, bien que 16 grammes du mame eitrait 
lui aient ete donn^s en une seule fois; car ii faut qu'on remarque 
bien que ces 16 grammes provenaient de 125 grammes de tein- 
ture ^th^r^e, et que ceite teinture esi consid^r^e par un graod 
nombre de pratlciens, comme Tune des plus activesparmi celles 
que nous employons journellement. 

Je mentirais pourtant ă ma conscience, si je considerais 
comme tout-ă-fait nulle Taction de cet extrait ^thârique de di- 
gitale pourpr^e, car ii est yrai de dire que la ster^tioo urinaire 
est devenue d*autant plus abondante , sans Tâtre excessîTe- 
ment, que les doses de cet agent sont devenues plus fortes; 
mais ii faut dire aussi que c'est ia tont Teffet remarquable que 
je puisse citer. Les ^vacuttions alvines n'ont pas ivk plus ilr^ 
quentes que de coutume -, aucun signe de malaise^ d'irritatioDi 
n'a eu lieu dans Testomac, qui a support^ la natiire sans ^proo- 
¥er aucun mouvement anti-p^ristaliique, aucun spasme suseep- 
tible de d^terminer la plus l^gire vomiturition. U est digne de 
remarque, au contraire, que les fonclions digestives se sont 
faitea sans apparence d'aucun trooble insolite, car ten animaox 



DB FHA&MACIB ST DB TOXICOLOGIE. 265 

soomis ă ce genre d'epreuves, ODt pn manger uoe heure, comme 
plttsiearsheures apr^ringesiion de Texirait ^iherique, qui n'a 
paseti le seuly au surplus, ă aagmenter le cours des urines. 
EspAienee^ n® 10. — Extrait Ahdrique de juâquiame 

noireeiauire$. 

Pluş je maltipUe mes exp^riences sur Ies teimures ^ih^r^es, 
et plus je dois consid^rer comme superQus Ies faits nouveaux 
qai viennent â l'appui des premiers. Aussi je pense qu'il serait 
oiseux et abusif I pour meslecteurs comme pour moi, defourair 
an plus grand nombre de preuves pour convaiocre tout le 
moDde de rinuocuite des ^ib^rol^s, sur lesquels on devrait ie 
plus compter. Eu eflet, que i'oo essaie, comme je Tai fait, 
et ă trte fortes doses, l'eib^rol^ de jusqniame noire, sur un 
lapin, ou que i'on soumette ă la m£me epreuve Ies ^th^rol^s de 
nicotiane, stramoine et autres de cetle nature, on sera toojours 
sftr d'arriver ă un r^sultat n^gaiif ; la teinture ^tberee de ciguS 
seiilement devra faire exception, puisqu'eile s'est monlree, dans 
deax cas, dou^e d*une certaine Energie , sans cepeodant re- 
poodre d*une maniere bien satisfaisante ă ce qu'on devrait exî- 
gerd'elle; car ii est Evident qu*elle ne peut produire quelque 
dki qu'ă des doses qu*il n'est permis d*employer dans aucun 
cas. Serait-il possible m^me d*en user alnsi, pour Tusage ex- 
terne, qa'U n'y aurait rien ou presque rien ă esp^rer de ce m^ 
dkament. 

Qae conclnre encore de ce qui prâ^âde? Que Ies ^th^rol^s en 
g^D^ral, moins quelques uns sur lesquels j'aurai occaston de 
rerenir, sont de trto.mauvais m^caments, qui ne peuvent in- 
spirer 0004100 confiance ; et que s'il leur arrive quelquefois de 
produire an effei salutairci ii faut en attribuer tout le merite ă 
f edier suKiirique seul, et non aux principes qu'il tient en dis- 
solation. 

Ces considâratioDs» qui n'ont certes pas besoin de corn* 

r SiEIB. 11. 21 



l 



206 JOURHAL BE CRiIlIB tfiBIGAM, 

meotaires^ vont 6tre sancţionai pleinement par de nonTelles 
preuves, plus convaincantes encore que oeiles qne Je viens de 
fournir. 

Oq comprend ais^meot qu'il s'agit maintenanl d'aborder la 
questioD des extrails alcooliqnes dont j'ai parl^^ et I'od n'attend 
pas moins de moi, qn'une longne sMe d'exp^ienees pbysio- 
logiqaes et toxicologiques aur cfs prodaits, pour Jnger definiţi' 

▼ement la question. 

(£a âuiie A «n prodhăin nuiiM^.) 

GONSVLTATtOlf RELATIVE A LA YEKTB DBS M^DIGAMBIITS PAt 
DES MtDBGIirSt OU PAR DES 0F9ICIERS DE SAKîft. 

Dans Ie nombre des r^ponses faites par Ie Gonseil de notre 
Journal, aux avis demand^s par nos abonn^s, nona avonsre- 
oiarqu^ la consultaiion suiyante. La question r^solae est d*lioe 
Importance trop grande, et d*un int^r^t trop g^n^ral, pour que 
nous ne nous empressions pas de la faire connattre. 

Le Gonseil soussign^ , etc. 

M. A. , pharmacien ă M., dans sa leitre du 27 marş dernier, 
demande : 

Si tin mMecin , ott offlcier de sant^, pent licitement, Uen 
quliabitant nne commune oii ii existe une officine onrerte, 
ftrarnir des m^dicaments k des malades r^sidant dans mie 
commune oâ ii n'y aurait pas de pharmacien. 

M . Lasterrade, p . 1 5ft , decide cette question par raflhmdtive. 

« II parattralt, au premier abord, dit-ll , que la leitre de ta 
Ini, en parkint • des offlciers de sant^ âablis dans Ies boargs 
oA ii n*7 a pas de pharmacie ourerte » a vouln circonscrtre h 
fticttlt^ qu'elle leur accorde , dans Ies Hmites mâmes du bouri 
ou de ia commune oii rofflcier de sant6 est ^tabli ; maia Tespril 
de la loi et un examen plus r^fl^ohi de son texte mame, repott^ 
aent cette interpr^talion jodafqne. Qu\i toulu, en efltet, la loi? 



1>K PBAmHACIl IT M TOXICOLOGIE. 967 

Que Tofficier de sant^ pât, dans le cercle de ses auributions 
qa'il tient de son titre, suppl^r personuellement k l'absence 
mat^rielled'un pharmacien. Or, si comme on Ta tu plus haat, 
cet officier de santi ne sort pas de son d^partement , bien qu'il 
francbisse ies limites de sa comDiune , si son titre Ini donne le 
droity en vertu de Tarticle 29 de la loi du 19 ventAse an xi, de 
s'itablir, c*est-&-dire, d'exercer sur toate T^tendue du d^parte- 
ment ou ii a ^t^ reţu ; si Tarticle 27 de la loi de germinai semble 
fiiToriser eette opinion, en se servant de Texpression g^n^rale, 
• aux personnes prte desquelles ils sont appel^ » ; si en defi- 
nitive oette facnlte a iii introduite, non dans l'int^rât privi des 
oiBciers de santi, mais dans Tint^rât gin^ral, et si la santi 
pabliquen'en saurait iprouver aucune atieinte, nous pensons 
qQ*an officier de santi, en pareil casi ne commettrait aucune 
infraaion ă la loi. » 

Nous avons dijă eu occasion de combattre cette opinion , et 
nous avons cit6 un arr£t de la Gour royale d'Orlâms du 27 Că- 
vrier i8&0 (Journal de Chimie me'dieale , 18M, p. 283), qui 
aelaissait aucun donte sur la solution. 

Tairât suivant de la Gour de cassation nous dispaise d'une 
noavdle discussion. 

« La Gour, tu Ies art.1 27 et 3S de la loi du 21 germinai 

«BXI, 

• Yo pareillementirarticle unique de la loi du 27 pluvidse 
anxiu, 

« Attendu qn'il răsulte des dispositions de la loi du 21 ger- 
Buaal an xi, que Ies pfaannacieas ont seuls le droit de vendre 
des drogues au poids m^ical, des eomposRions ou pripara- 
tioDs pharmaceutiques ou m^icamenteuses ; que si ji'Art. 27 
de ladita loi pennet aux officiers de santâ de foumlr, dans Ies 
boargSy villages ou communes, des midicaments simples ou 
Miposâi aux personnes prâs desquelles ils seraient appeldsi 



268 lOUARAL DB CHIIIR mCdIGALB, 

cette facalt^ ne leur est accord^e qa'autant qu'il n'y anrait pas 
dans lesdits bourgs , viliages ou comoiunes , des pharmaciens 
ayant officine oaverte : d*oii ii suit que, dans le cas oii ii y a un 
pharmacien ayant oflScine ouverte^ la prohibition subsisiei 
leur ^gard ; 

« Attendu que lă d^fense faiie par l'art. 86 ă tous autres qne 
Ies pharmaciens de vendre des drogaes an poids m^ical est 
g^n^rale et absolue, et qne, hors Ie cas pr^vu par Tart. 27| elle 
s'tpplique aux offlciers de santâ comme k tous autres, et que 
Ies individus qui y contreviennent doivent itre punis correc* 
tionnellement des peines prononcees par Ia loi du 27 pluvidse 
an XIII ; 

« Attendu que Ie jugement attaqu^ reconnatt et d^are con- 
stant en fait que G^rard, oflScier de sant^ ă Pouilly, oi!i r&ide 
un pharmacien ayant officine ouverte, tient renfermăe chez lai 
une certaine quantit^ de m^dicaments simples ou composăs, 
qu'il debite et distribue au poids medical ă ses malades, 
autres toutefois queceux habitant la commune de Pouilly; 
que ce jugement ajoute que ce fait ne tombe pas sous l'appli- 
cation de l'art. 86 de la loi du 21 germinai an xi , mais renire 
dans Texception ^tăblie par Tart. 27 de ladite loi, pour laquelle 
la loi du 27 pluvidse an xiii n*a pas âtabli de sanction pdnale ; 
« Attendu que ledit jugement s'est fond^ sur ces motifs ponr 
prononcer la relaxe de G^ard des flns de la poursnke dirig^ 
contre lui : 

« Attendu que Texception Stabile par Tart. 27 de la loi da 
21 germinai an xi ne s'applique, d'aprts Ies termes duditar- 
ticle, qu'aux officiers de santâ ^tablis dans Ies bourgs, villages 
ou communes oii ii n'y a pas de pharmacien ayant officioe 
ouverte; que cette exceplion est de droit 4troit, etne peut avoir 
ancune extension ; que n^amoins le jugement attaqu^, tout eu 
f econnaissant que G^rard, offlcier de sani^, est dtabli ă PottiDy, 



Dl PBARXACnS BT BB TOXIGOLOGIB. S89 

ojll n existe im pharmacien ayant offlcine oaverte, et qu'il d^* 
bite ou distribue au poids mMical ă ses malades, antres qne 
cenx habilant la commane de Pouilly , des mMicaments simples 
ou composis, a relaxa Ie pr^venu des fios de la poursuite, en 
ie f ondant sur celte circonstance, que cet oflBcier de santâ ne 
dâ>ite des mMicaments qu'i ceux de ses malades qui n'ha- 
bitent pas la commune de Pouilly , en quoi ledit jugement a 
âendu Texception port^ en rart.*27 de la loi du 21 germinai 
sa XI, a m^nnn et tîoI^ Tart. 36 de ladite loi, et vIoM, en 
a'âppliquant pas la loi du 27 pluvi6se an xiii ; 

« Par ces motiCs, casse Ie jugement du tribunal de police 
eorrectionnelle de Neversdu 6 mai 18&A. 

« Du 16 octobre 18&&, Ch. Crimin $ M. Crouscilhes, faisant 
foaction de prudent. » 

Dans Tespdce cit^e par le consultant , MM. Ies mMecins ne 
prennent m6me pas la peine d*aller porter Ies mMicaments 
bon de la commune, ils font venir Ies malades chez eux $ c'est 
peut-£tre plus commode, mais c'est encore plus ill^gal, si c'est 

possible, et M. A n*en obtiendra que plus facilement leur 

condamnations'il porte plainte contre eux. 
12 ayril 18&5. L.*S. Lacoir , 

Avoeai a la Courroyale. 

SUE LBS YASBS DBSTIIViS A BEMPIRMEH LE8 POISOMS. 

J Mamieur le Rddaeieur du Journal de chimie m^cale. 

Monsieur, Je crois que vous rendrei service ă tous Ies phar- 
Bttciens tos abonn^ en leur faisant connattre , dans votre 
prochain num^ , un moyen qui aidera , je pense , ă prăfenir 
ks empoisonnements qui peuvent se commettre par impm- 
dea e. 

Yoici le moyen dont je me sers : 

Pour Ies bocaux contenant des substances vdndneuses et pou 



S7* lOUaiUli M CHIMIX xiMOAu; 

vânt reoefoir un OGuverde de liige de pea d'tfpaisseiiry Je colb 
autonr du goulot du flacon un ruban noir et minee anqoel 
j'atlache la rondelle de liâge qui bouche le flacon, et mt leqoA 
bouobODy je colle une carie poriant le nom de Ia substancei 
Ies dosea auxquelles on Tadministre le piua ordinaurement ă 
rinldri^ur, et Tindication qu'elle ne doil toe d^livrte que sor 
ordonnance de mddecin. Yieni ensuiie la capsule du bocal. 

PoQr . Ies flacons boucbea ă Temeri ^ contenant des sub- 
atances ^râi^neuses , j'ai fâii faire des oapsnlea oarrtfea eu tet* 
blanc (peintes au besoiii). Je verse dana chaque capsule la 
moilM de sa contenance de cire k cacbeter fondue, et je plonge 
dans cette cire la t£te du bouchon de verre tenu biea droit. Sur 
la fsoe sup^rieure de ces capsules , je oolle une carte portant 
Tinscription cit^e plus.haut, et je recouvre eelte caparieda 
celle qui servait primitivement au flacon. 

Faur lea exiraits Yâi^neuz, je place immMlaiement sur 
TouTerture du pot une ronddle de mâtal approprii k rextrait, 
et de râpaisseur d'une carte , laquelle est retenue par un fii 
fbrt 6*attachant sur le bord de cette rondelle , et altache dgal»* 
ment au fond du pot ă une petite rondelle da mtnie m^tal que 
Ton pousse sous Textrait. Sur la rondelle du baul, |e place 
rinscription , et recouvre le tout du couvercle du pot ou de son 
parchemin, 

Poar le^s autres vases ou Ies bottes contenant des substances 
Y^n^neuses , Je precede de Ia mame maniâre , en appropriant 
Ie premier couvercle ă Ia nature de la substance, et loujours 
en agissant de AiQon qu'aprte av(Hr enlev^ le premier oour 
vercle , ii s'en trouve nn second fixe et portant nnscription. 

II est important que cbaqne inscripdon se lise et se eouH 
prenne bien. Je crois utile de ne mettre que le mode d'emj^i 
pour rint^rieur, afin d'eviter Ia confusion. Je place Ies inscrlp- 
tions sur Ia mfime direction que IMtiquette pos^ sur Ie vase. 



r 



BB f HAUACIB IT M VOXIOOUMIB; S7l 

Ce moyen , facile ei pe« coAteux > paut offrir dM aTantages 
qne le pharniacien apprteiera biea , et qu'il serait trop long de 
dtoire* 

L'agoada medical de MM. Băcbet et LaiM, k Paris , aidera 
beaaoosp poor Ies inscriptions. 

Je travaille en outre , daos le mame bot , ă faire enirer sur 
noe 8â*ie de tablettes lout ce qoe le manipalateQry dans ane 
phannacîe, a souveot besoiu de consulter imm^atemeat. Ges 
uUeues seroBi log^ dans im portefeuilie droit posă. sur le 
conptoir de service. 

Je sois , etc. J .«M. Daubsghjuips , pharmaeim 

ă Parii. 

Paris, le 25 f^vrier 18&5. 

I . ■ ■■ sa» 

SCa LB ciRAT X LA STiARIRB. 

Je iroave dana le nnm^ro du mois de janyier de votre eşti- 
ittble Journal , un proceda propos^ par M. Barbin^ pour la 
biMîcatioii da c^rat de Galien , proc^d^ qui a Axi mon atten- 
tion, et sur lequel je viens vous dire ma fason de penser. 

M. fiarbtii |»i>po8e de remplacer la cire blancbe par la 
it^arine, ei U assure qne par ce changement le câat sera plus 
blaoc et moias cber. Je ne crois pas qne ces motifii sufflsent 
poor faire eobstituer une pr^paration cbimique ă nne sub- 

siaaee «mrelle. An reste , selon moi » ii e&t iii avânt tont 
nfcessaire qne M. Barbin proav&t que le c^rat ainsi compost 
powMe toBiea Jespropriălte medicales du c^rat, si toutefois ii 
eopossMe. 

Si, dans le c^rat, la cire a pour seul objet de lui donner de la 
consistance, et que M. Barbin veuille la remplacer par la 
st^ncy parce que celle-ci est moins cbire (ce qui n^estpas 
«i£qpagQe),iiOQsiui proposerions l'emploi du suif recent, qui 



272 louairAL he chimis uimckLEi 

remplira mienx Ies condiţiona qu'il se propose d'oblenir; 
mais Dous ne voudrions ni da suif, ni de Ia stearine. 

Si, au coniraire, nous donnons â la cire quelques proprl^ies 
medicales, ponrquoi la remplacer, sans examen, par nnesub- 
siance si differente dans ses el^ments et dans ses effets? Ne 
Iroave-t-on pas dans la cire, comme l'a proav^ John, irois 
prodails differents, qui sont bien loin de se rencontrer dans 
l'acide st^arique? Et ne peut-on pas croire que c'estă ces pro- 
duits particuliers que le c^rat doit quelques unes de ses pro- 
pri^tes? N'est-ce pas, suivant Topinion g^n^rale, ă la grande 
quantiid de cire qui entre dans sa composition que la pom- 
made de Fray-Gosme doil ses propri^t^s? 

Je n'ai point Tintention de critiquer ici M. Barbin ; je res- 
rccte, au contraire, ses connaîssances, et, pour ce qui est de 
la proposition que j'ai faite , de remplacer Tacide st^arique 
par le suif, je ne veux nullement faire enire ces deuxsubstances 
des coniparaisons qui pourraient le convaincre de la facilita 
avec laquelle clles peuvent se substituer. J'ai yooIu , tout 
en le remerciant de Tinterât qtt*il prend ă combatere le char- 
laiaiusme, le persuader que le c^rat fait avec de la cire 
blanche est aussi blanc et se fabrique aussi promptemeot 
qu'avec de la stearine. Je dosire qu'il ne limite pas ses tra- 
vaux ă une composition d'un si mince interftt, lorsqne la 
Science que nous avons embrass^e nous offre un champ si vaste 
d'etudes. J'ai Thonneur, etc. Sign^, Joşi Saltadob. 

Valladolid, le 10 marş 18&6. 



OBJBTS BXTBRS. 



MORT DE MM. RIBES ET OLLIVIER (D'ANGERS). 
L'Acad^mie royale de m^decinei qai t M depiis qoelqvof 



M PHAAMACIE CT I>fi TOXICOLOGIE; 273 

iQOdes 81 eraellemeDt d^cim^e, vient encore de perdre deui de 
sesmembrestitulaires, MM. Ribes et Ollivier (d'Angers). 

M. Ribes a succombe dans sa quatre-viogtiimeann^e, mais 
sa mort fut cependant h&t^e par sa mise ă la retrăite. Yoici ce 
que H, Hippoly te Larrey disait sur ce sujet, que nous avions 6i6 
i m^me de constater. 

• J'h^site ă dire, en finissant , ce qui fut pour M. Ribes un 

• coup de douleur profonde : ii avait ^l^ appel^ ă la place de 

• medecin en chef des Invalides vers la termiDaison de sa 

• carriire, et lui aussi ^tait heureux de se retrouver au mi- 
« lieu des d^bris vivants de tous nos champs de bataillei dans 

• ce lieu mame ou ii avait port^ pour la premiere fois Thabit 

• d'officier de sant^ militaire; mais Ini eut aussi ă g^mir de se 

• Toir deposseder bienldt d'une position qu'il regardait 
« comme la seule retrăite m^ritee par ses services. II fut donc 

• obliga de se s^parer de ses vieux compagnons d'armes. 

• II lenr adressa une lettre d'adien, dont voicî Ies dernîers 
« mot& : jidieUf mes braves ei chert amitţje detoendrai 

• dans la tomhe plein de reeonnaiuanee pour la eon" 
" fianee quOf dans tous Ies iemps , vous mHavez accorde'e. 

• Tespere que nous nous reverrons dans une autre vie^ ou 

• nouspourrone ouhlier Ies maux que nous avons soufferis^ 
« iipardonner Ies injusiiees que nous avons essuydes. • 

Ces paroles de M. Ribes nous inspirent de douloureuses r^- 
fleiions : elles nous rappellent la mort de vieux amis que nous 
a?ODs vn succomber , abatius par des chagrins dus ă la priva- 
tion d*emplois qu'lls avaient m^rites par d'immenses travaux, 
par des ^todes cootinuelles. La peine que nous avons ^prouv^e 
i leor mort noua a soavent conduits ă nous demander, si Ies 
saimaia, doni on deplore la mort quI lenr est donn^, soit 
pour Ies besoins de rhomme, soit parce qu*ils ne sont plus 
viiiesy oe sont pas plus heureux que quelques hommes qui , 



pour r^mpense de leurs travaux sdentifiques , de teors 6a« 
crifices de toute naturei sont abreuv^s de chagrins sur la fin de 
ieur carriire? D*aprâs ce que nous a?<His vu, d'aprtsceqne 
noas avons observa, nous avons acquis rintime confiction qae 
Ies animaux , que Ton condait ă Tabaitoir, sont Ies molnsmal- 
heureux : ils sont tues d'un seul coup, Ies bommes som ta^ 
lentement , car ils succombent accables par le chagrin. 

OUivier (d'Angers) est mort jeune ; heureux soos le rapport 
de la fortune» ii avait ii6 bless^ dans aes affections Ies pios 
cbâres ; la fin de sa carridre a iti des pios ptf nibles, car ii anit 
priva sa mort, et ii s'esc vu mourir. 

OUivier (d'Angers) itait mddecin , mais U estimait Ies pha^ 
maciens , et on sait qu'il avait acqois des connaissances en chi- 
mie : appeli souvent comme expert, dans des recberches loxico- 
logiqoes, ii avait fr^uenti Ies laboratoires i ii avait, en travsil* 
lanţ avec Ies cbimistes, acquis des notions de chimie qai le 
metUMent ă m6me d'entendre parfaitement Ies rapports de chi- 
mie judioiaire, et mAme de faire de jnstes observations lors de 
la lectnre de oes rapporu. 

Rtbes et OIlivier sont morts en laissant apris enx Ies re- 
grets qa*0B accorde aux hommes de bien, anx hommes ntilesi 
Ieur pays. A. Ch. 



SUm LA COUQUB DB CUIVBB» 

M. ledootear Blandet a pr^entă ă rAcadteîe dea scienoaii 
un iravall sur la colîque de cuivre ohes Ies oavriers tonrneors, 
ciseleurs, monteurs, fondeurs en cuivre, etc. Qe mimoire^ dit 
Tauteur, est destina k lever tous Ies doutes ă Tigard de Texu* 
teocede lacolique de cuivre» et i iadiquer aux viagt milii 



]>■ fBAUucn H bB toiacoLoeix: Ut 

oQTrien peot«0tre qid traTaillenl le coifre ă Partd, Ies Traies 
rigles de l'hygitee et Ies i^r^pies ezacts de la tb^rapeaUqae; 

L'aQteiir eombat d'abord oeiie id^ Urnise par Chriatison el 
qMlqoes antres raMeciii8,qae la maladie desoavrleraen oaivre 
estdtteaii plomb d'alUage contenu daas Ies mat^riaux dont ils 
st KTfeiity 6t qa'ils ne aont en rteltiâ atteints qae d'unecoliqoa 
de plomb. D'abord Texlsience du plomb d'alliage eai imagi*- 
vme, ii n'en entire pas un atome ; donc c'est ao coivre seal que 
ees otniers doiTeni leur maladie. U Ia trouve mame plus frâ- 
qoente qu'ou ne le croit gâi^ralemeni, et par des rtkfte ii ar^* 
riTe I penser qa'eUe se trouve dans la populatiOn găn^rale des 
Upitauxydans la proportion de 1 ă 1,S00. 11 en cite plusieurs 
obserrations aTec analyse des matiâres fecales, qui ne laisse 
aoGon doate sur la pr^sence du cttivrejdans lesmatii&res des 
dejections. II r^ulte encore de ces obsenrations, que la des- 
cripdoQ donnJe par Ies anteurs de eelte affection est fort diffd- 
RQtede celle qu'on observe dans Ies atellers, son ?dri table 
dkâtre. L'auteur a parcouru un grand nombre de ces atellers» 
et iKulout it a rencontră la maladie plus ou moins fr^quente, 
pios ou moins grave» mais prdsente partout. U indique la pro- 
pbylaiie qu*il croit la plus utile et qui consisterait en une po^ 
tioB albumineuse, que Ies ouvriers boiraient en mangeant. II 
sranarqu^ que Ies ouvriers intempărants ^talent plus sonvent 
^ pios gravement malades. 

Qnant au traitement, Tauteur conseille Teau albumineuse, 
kslavementsopiac^Sy des caiaplasmes laudanis^s sur Ie ven* 
^e. Iln*a recours aux purgatifs salins que dans Ies cas de con- 
s^padon opiniâtre. 

Le mfime auteur a remarqu^ certains accidents dans Ies ate- 
iiersoft Ton fond le zinc, accidents I^gerspour la plupart, et 
ţoi ne 86 montrent que Ies jours de fonte ; ii Ies attribue ă la 
iiibliiDaUon do m^tah 



S76 JOURNAL DB GPUIIB MiUGAiiţ; 

Note du ridaeieur. Noos ^tant troav^ dans la position 
d'^tudier le siyet trăita par M. ledocteur Blandet, noos pon* 
Yons rassnrer nos lecteors, et lenr dire avec ane pleineeten- 
tiire conviction, qu'ily a des coliques qui soni, ii est vrai, daes 
au cnivre; mais qu'elles sont fort henrensement rares, â td 
poiot qne Ton en a constata pen de cas» 1* ă Paris, ou ies » 
riers en cnWre sont trto nombrenx ; 2^ ă Yilledieu-les-Poeies 
(Manche) oii Ton travaiUe Ie cuivre en de trte grande qnaoiit^; 
30 â Durfort (Ţarn) oii Ie trayail du cnivre constitue rindustrie 
de la population. . 

A. CHBVALUSft. 



SUR LES BFVBTS BU ZINC BAMS LBS FONDBRIBS. 

M. le docteur Blandet a adress6 ă rAcad^mie des sciences 
un m^moire qui a ponr titre : Sur Ui effets du zine dam Ies 
fonderies de euivre. D'aprâs ce mdmoire , ioui fondeur 
dprouvej Ies jours de fonte vers trois heures du soir ou le 
hsndemain^ des \flieeident8 non eneore relate't et dani voia 
Ies prineipaux : courbature^ douleur dans Ies museles^ q\i 
soni raideSf opprssţion^ vomissements » etphalalgie^ froU 
glaeialj frissons intemes^ quidurent trois ou quatre heures 
ei se terminent par des sueurs eopieuses et une retaetion 
febrile, Ces accidenlsparaissentâtre Teffei de rintoxication de 
r^conomie par Ie zinc, lequel entre pour 35 centiâmes et plus 
dans le bronze. II n'y a qu*une voix dans Ies ateliers pour le 
rapporler au zinc. Gependant cela ne s'observe pas dans Ies | 
fonderies mâmes de zinc ; sans doute parce qu'il n'est pas 
chauffi6 au degr^ de sa volatilisation, tandis qne dans Ies foo-j 
deries de euivre ii esl projete dans un creusei dont la chaleor 
est de 27 degr^s du pyromâtre. Dans celles oii Ton fabriqoe le | 
maillechort, la chaleur> eneore plus forte, le fait ^vaporer 
plus abondamment. La cadmie, ou fleur de zinc, remplit Ti- 



DB »HÂBtf ACIB BT DB TOXIGOLOGIB. 277 

tdier^ oh elle se d^pose sur Ies murs. Cette cadmie, blan€he 
et pore, recneillie, a pr^sente ă Tanalyse chimique une pro* 
portion approximative d'an cinguantiâme de cuivre. 

Lamaladie caas^ par le zinc ne duregaire que vingt-quatre 
OD qoarante^uit heares; elle sevit en raison des mauvaises 
eonditions suivantes : quandla cheminăe tire mal, que le vent 
est contraire et rabat la fum^e dans Tatelier, quand Tatelier 
est dos coatre Ie froid, quand on verse au milieu de l'atelier 
Btme le mdtal en fnsion. Les mouleurs sont toujours ynalades 
(paad Tatelier de la fonderie et celui du moulage sont com- 
mnns, comme ils le sont habituellement. Les habitants Yoistns 
fiioe fonderie en ressentent aussi les effets lorsque les condi- 
tioDs atmosphăriques pr^citees sont les m£mes. 

Poor rem^dier ă de tels accidents, ii importerait : 1"* de s^ 
parer Tatdier de moulage de la fonderie ; 2* d'op^rer Ie verse- 
oent de la fonte sons Ia cbeminde prolong^e sous les fourneaux; 
V d'eloigner les fonderies des quarliers popnieux oii cette 
mdosuîe est concentric aujourd'hui. Les sueurs, les purga- 
tioDs paraissent h&ter la rdsolution des accîdents caus^s par Ie 
onc. Le vin chaud et Ie ih6 sont fort en usage ă cet effet. 

Sote du rJdaeieur. Lesfaits publi^s par M. Blandetm^ 
riient, ă canse de leur gravite, un examen s^rienx. II est ă 
desirer qu*une enqu^te soit faile dans les fonderies, pour ob- 
ierrer Ies ouvriers , prendre note de ce qu'ils ^prouTent , 
tfn d'obTier aux inconv^nients signal^s dans Ie m^moire de 
M. Blandet. 

Depuis Ia pr^sentation de ce m^moire, on a signal^ Ie fait 
fooe fonme YOisine d'une fonderie, femme qui serait malade 
lesjoars de fonte. Nous avons iii ă mame d'examiner de tras 
pres ce fait; noua pensons qu*on lui a donn^ plus de porţie 
qo'il n'm a Y^ritablement. 

Toid l'expoa^ de ce fait : 



S78 JOUaUAL BB CHWm uihlCÂJLBj 

Dans UD quartier populeax et central de Paris, M. X., co^ 
donnier , habite une boutique asaex vaste» avec sa fesune et 
deux ouvridres. Cette boutiqae est contigua k ane fonderie de 
cuivre , dans laquelle on emploie da zinc. Cette fonderie a 
fi mâtres 50 centimâtres de long sur fi mfttres de large, et dans 
un f space aussi r^trăci se trouve r^uni un matdriel asses oon- 
eid^rable, le monlage, T^tave , Ie foumeau et le noioalin. II %'j 
trouve de plus huit ouvriers qui , ă chaque fonte, sont obliga 
de sortir de ratelier ă chaque instant, poar ne pas 6tre asphyxidi 
par Ies âmanations qui s'en ^happent , et n'ont d'aatre issoe 
que des ouvertures prattqudes sur la voie publique* 

Les jours de fonte , Ia boutiqae de M. X. est fr^enuneat 
remplie d'une vapeur blanchâtre , qui p^nâtre par les fentei 
qui Ia s^parent de la fonderie. Yoici les effets dâerminis sar 
les habiiants de la boutique : 

Madame X. est la plus malade. Les jours de fonte, vers Ie 
soir, frisson violent de trois quarls dlienre ă lue heure, a^ 
compagn^ d'uue violente c^phalalgie. Bient6t, an frisson sn^ 
cMe une chaleur vive, une fiâvre intense aocompagn^ d'm 
sentiment d'accablement, de courbatures, de doaleors dansM 
membres. Dans la nuit , sueur abondante, qui aenible 6tre h 
crise ; ii ne reste plus que la courbature. La aantă de oett^ 
femme s'est gravement alt^r^e. ^ 

Les autres membres de la familie ^proavent des MddeBQ 
analogues , mais moins forts. 

i 

▲CGIUENTS OBSKRViS SUE LKS OUVmBRS QUI DAHi UUMS TSAl 
VAUX EMPLOIENT L'AaSBIIITB BS CVrTM, UI VBET Al 
SCnWUElNFUaT. 

M. BIandet« dont on ne saurait trop louer le z&le, a ea l'id^ 
d'employcr ses connaissances mâdicales, ăT^de des maladiei 
qui aflligent les ouvriers. 



DB rVARMACIB BT DB T0XIG0LOG1B. S79 

Ce mMecin yient de pr^senter ă rAcâd^mie nn m^moire sur 
Ies acddents cans^s par le terţ de Schwueinfurt dans Ies ma- 
Dufoctares de papiers peints. 

Selon loi Ies m^decins contoaissent maihenreosement asses 
mal rempoisonnement arsenical intenie, oa Tintoxication par 
fiogestion d'one substance contenant de Tarsenic ; mais rem- 
poisonnement externe, ou rintoxîcation caus^e par Tinspira- 
(ioD de la poussiăre ou de toute antre ^manation arsenicale, 
D'apas encore iii le sujet de lear investigatiion. Ce travail est 
destina ă combler cette lacune. 

L*aateur rapporte d'abord plusieurs observations et fait en- 
suite ia description g^n^rale de la maladie, qui pr^ente d*ail- 
leors, a?ec un moindre degre de gravite, Ia plupart des sym- 
ptdmes de Tempoisonnemenţ interne. Le symptAme special de 
la maladiei c'est Fcedime douloureux des bourses, priciAi de 
boofflssare du Tisage et d*^ruptlon papuleuse ou pustuleuse de 
lapean. 

Les causes de la maladie sont ^videntes : ce sont Ies op^ra- 
tions de fabriquer le vert de Schwueinfurt, d'imprimer les fonda 
irec ce vert» et de satiner oes fonds imprim^s. Gelte demi&re 
opilration est Ia plus dangereuse : elle consiste k brosser assez 
les ioprimfe en yert, de maniere ă Ies rendre lisses et brillants 
de ternes et raats qu'ils ^talent. La brosse d^tache ainsi une 
notable quanlil^ de poussiâre d'acide arsenieux, poussidre 
Uaaclie qui vollige autour de i'ouvrier, qui se fixe sur les pai^ 
lies ext^rieures» et que Tinspiration et la d^glutition entratnent 
dans r^conomie. L'ouvrier se reitase atţjourdliui ă lisser plus 
de dix rouleaux par jour, et ii est encore quelquefois atteint 
do mal. Qu'^tait-ce donc ii y a quinze ans, abrs qu'un seul ou- 
vrier lissait ou satinait cent rouleaux, deux cents m6me sans 
cbaager de tiavail ! 

L'ounier se ounnall que deUL renaides contre CM aooidenis : 



280 lOUBKAL Dl CHinV IfiDICALB, 

le lait, contre Ies accidents internes^ coliqnes prostratioii,eic.; 
Tessence, contre T^rupiion cutan^e et l*oed&me : deax remides 
piioyables, selon M. Blândei, qui conseitle l'asage da peroxyde 
de fer hydral^, m6me cooime moyen preservatif. 



NOUYELLES SCIENTIFIQUES ET EXTRAITS DES JOUENAUX FRANQAlS 

ET ^TEANGERS. 



OBIETB DIVERS* 

M OTBIf DB BBCOmiAITBB 81 DBS TI8SUS DB LAINB BT DB 80IB 
CONTIENNKNT OU FIL BT DU COTON. 

Un ing^nienr de Rouen Tîenc d'adreMer k un Joarnal de oettt Tflk 
nne note sar au mojen simple de ddooaTrir le coton introduit dans na 
tisau aTec la laioe ou la aoîe. Noua rcprodotsons cette note , en pensant 
que le proc^d^ qu'elle indiqae pourra 6tre utile k une fonie de per- 
sonnes iut^resato, et quii n'dyant paa rbabitnde de reconnaltre Ies 
alimenta qui compoaent lea dtoffea, pourraient ^tre Tictimes de Ia maa- 
▼aiae foi : 

« On a indiqad bien dea moyena de d^couTrir la fraude, qui conaiatc k 
Introdnire du coton dana lea tbaua en laiue ou en aoie : la plupart aont 
d*u&e manipalation difAcile, eiigent Tcmploi d*acidea oa nutrea agenta 
chimiquea, oe qui a*oppoae k ce qu*ila deyiennent popnlaireaj nona al« 
lona en indiqner nn qui eat d'une grande aimplicit^y et qui pQorra, noa 
poiir tous lea caa, maia pour un grand nombre» acrtir ă faire Fanaljta 
eiacte d'un tiaau donn^. 

« D^coupeXf dana le tiaau dont tous foules reconnaltre la oomposi- 
tion, nn moroean carr^ de troia k quatre centimitres enyiron ; effllei-le, 
c^eat-4-direy tirei-en tona lea fila, en travera (oenz de la tiaaure)» et txMS 
lea fila en long (ceuz de la cbalne), puia, lea prenant Tun apr^a l'antre, 
brikles-Iea ă la cbandelle : oeuz de coton, de cbanfre ou de lin brAleront 
a?ec une flamme Tive, aana laiaaer de r^idn , et donneront ane odeor 
francbe de linge bhilă ; ceuxde laine ou de aoie brikleront mal, un cliar- 
bon apongieaz ae formera ă lenr eztr^mit^ et en arr^tera la oomboation: 
ii ae d^agera une odeur forte et dtegrdable» trop caractdriatiqiie ponr 
i'y tromper nn aeol instant. Ainsi» ii sera fadle de cooipter le nombrc 



DB PRARHACIB XT BB TOXICOLOGIE. SSl 

deiills de laîne ou de soie, et le nombre de ceiiz en coton. Cette analyse 
de la oatare d'un tissu est parfaitement exacte , et D*ezige ni science ni 
agenta : elle est k U porţie de tout le monde. » 

PAPIBR PHOTOGiftNIQUB. 

B. Gandin acommanîqad k rAcadtole des sdences la cooaaissanced'an 
aoQfeaQ papier pbotog^nlque qal peat 4tre trte utile dans Ies arts, pour 
Ies artistes et poar Ies Tcjageurs. La simplicitdda proo^d^ et des prdpa- 
ratioDS est telle* qn'aa ezpos< sjafffira pour eu d^montrer la port^. line 
feuille de beau papier blatic et fort est exposte k la vapeur de l'acîde by- 
drochloriqne Tersd dans nne capsule ; Ies tapeurs qnl s'en d^agent natn- 
Rllcment imprdgnent le papier. On paase ensuite s,nr la feaille ainsi pr6« 
pir^ une solntlon denltrate d'argent neutre, et on la laisse s^ber dans 
Fobscoritd. Lorsqne Von yent s*en servir, on l'ezpose dans une chambro 
oliscare absolument comme une des plaqaes dont on se sert par le pro- 
M€ ordinaire, selon la force de la chambre et de la luml^re. On laisse 
ce papier ezpos^ k Timpression de Timage (de cinq seoondes â cinq mi- 
Butes). Retir^y on ne foit sur le papier auQjane espice dimage , nuis 
CB lliamectBnt d'une solntlon presque concentra de proto-sulfate de 
fer adduM par Faclde snlfnriquei l'image paratt imm^diatement. Pour 
la Ixer, c*est k dlre, pour qne la lumiire n'ait plus action sur ce papier, 
ii iiilllt de le laier k grande ean et de Ie plon||;er ensuite dana de l'eau 
additionnte d*nn dixitoe d'ammoniaque (alcali volatil). II fant le laisser 
de diz â quinze minutes en remoant plusienrs fois et avec pr^cantion , 
j«9qa*â ce que le vert soit enti^rement blanc. On y passe ensuite une 
coadie dliulle. Ce procM^ donne une ^preuTe iuTerse, c'est â dire qne 
Ici noirs sont k la place des blancs; pour obtenir Ies aoirs â leur place, 
ii (aut appliquer le premier papier sur un second, Tezposer â la tundere 
et agir eomme cl-dessns. L'on obtient alnsI un T^ritable dessein en noir. 

■MPOISOmiBMIlIT DB L'BAU 0*1111 PVITS. 

U 18 mart 9 au Tlllage de DInglinigen » prte Larb en BriagaUt m 
kanue, mt. par une Id^ Infernale » se gUssa fbrtlTwnent prte du prin* 
tipal pnits public de cette locallt^, y Jeta un paquet , et ausslt6t aprte 
Oprit la Mte. Des personnesqui s'^taient aperţucs de cette manoeuTfe 
retlrtrent aui^le-dianip le paquet et le portirent cbes le bailli » lequtl 
le aoomit A Tezamen de denz m^declns qui rtconnurent que le oontenu 

S« simiB. 11. 22 



S82 JOVRlfAL DE CHIVIB k£dICALK, 

de ce paquet secomposaîtde percliToruje de mercare, pcrfson trts iMeUL 
La police cantonnalc a mis ses agenta en rampagne poar rechercber 
l'auteur de cette criminelle et înexplicable tentatite. 

C0MP08ITI0N pom WMmm mws mjambs fagtigbs. 
(MxiraU du bf9V€t 4Hi»r4 mitx Murs Maeon e/ €irmrd, â» 1^, 

Icdl/ajimria41.) 

R^ainepotM^ •• M kilogr. 

Plerre Uattcfae 4et miBM de Sof atei* 160 

Saliite de îNnrjte d« GbepoBoat , prte Lyon* liX> 
Od fiit fondre la r^ine ct ob ajeite la pierre blaaciM et Ie auUUe de 
karyte HdniU en povdre Vtk» fine. 

Cette prepara tton est blaBche; oa pe«t loi desBer dea oenlaon dî- 
teries; poar cela ou enapleie aograM. d'ime BialMre ooleraate, aur MO 
grâu. de m^laage. 

vouroui D'VN iruiajGKB m tvaxm* 
Brtvei d^inp^miom de 5 am^ dm 14 moAif dâehu pmr e r de m tea ct 

da» t$ iiMâi. 

▲loeel A aa». • 4 8 litrei. 

TiMigveblaned'OffMaaa... S » 
Ea«deGoiefae«*.«i««..««.« ifl » 
Eitr«ltdebeiiJolii.,....â.«* «O grammea 

«• da alerai....* <0 » 

▼iMigTepar(l)..... I3S > 

laaaBea de levaade* «.••••• 4S. » 
«« deeaiiiielle*«...«.. 4 » 

-^ digireie *, 4 » 

Aieali f oiatil 4. 4 » 

0»Bâle e w ai mbi e r alo e eU lea a aaeM a i» e» t^aa* Maedr» peadaat 
huit jours en remmaM de lampa e» tampaJUa J^eoteeaeaftle lea vinaigres 
l^fudM Celegne, laa citraitai i'aloali. Oa âoaae la oavlew »?ee rersaiHe 
et Oft filtre aa papieri 

■W»B llfJKTTAtCiailiBf ^'AVMfta I«A FOAaEin.B DU aUWR BJyQATTA. 

OQ' Aiit.ţee lea Ibfvitilea poar la pr^paratien dea enerea inddldbUct 



1 



■■> *i 



(1) L'auteur entend sana doute du Tinaigre de boia pur tc cotieentrd. 



DB rSARM ACIE BT DE TOXICOLOGIE. 288 

MNit DoiriireiiMs; la saiTante a iU le sajel d'mi brevet d^iaventiov» d6- 
lÎTr^ i MD anteor, breret dlntention qai a ^t^ d^cba par ordoanaBoe 
da roi, ea date da 15 jaîllet 1843. 

Pr. Eaa 1500 grammea. 

Noir de famto. 30 » 

Potasse eanstiqiie 30 » 

Oniiitboiilllir; ou filtre» on lavele prddpit^ et on le mâle avcc : 

Eeorce de chtoe 500 » 

Moixdegille 375 » 

Garasee 68 » 

Gampâcbe 8 * 

Sacre candi 08 » 

Bao O litrea. 

Apris dens beores d'âmltitioD, oa ajoate : 

Sulfate dlndigq 3 grammes. 

Sulfate de fer f32 » 

Gomme arabique 190 » 

Od doano an booillon; on laisae refiroldir et on paaae; on ajeate k 

rencre oae pinode de chlorore de sodiam par litre. 



14 



POUDEB POVE LE NETTOIEMENT DE I.A TETE. 

9rtvtt tTmvtntion de 5 tuu^ d^livr* ie 19 fivritr fOSQ, au sieur COQUET 

(Nicolas), A •Bordeaux, 

Pr. Carbonate de aoade. 350 grammei ; 

Poadre de savon 1S5 » 

Poadre de ponce •• 100 » 

Poudre de toumesol 15 » 

On mâe on pea de cette poadre dans de Tean» et on it frotte blen 
^ diereazy qo'on lave ensuite avec de Teaa pure. 

GBnnZ) PHABMACiEp TSteAPEIfnQUB* 

ABSENIATB DE QUININE. 

X.Boari&res9 pharmacien , vient de faire connattre un nouTeau sel, 
I'trseniate de quiuine, A Taide duquel ii propose de remplacer Ta- 
^^««aenieuxy menacd d'one proscription ddfiaitiTe, k cauae des dan* 
KV8 <pil peaTent răsolter de son usage. II a obtena ce sel directeinenl| 



28& JOURNAL DE CHIMIR m£dICALB, 

en traitant la quinine pure par racîde.arseniqne. Ce demier corpi ^nt 
pluA solable dans l'eau» et produisant d«s sels plus neutres que Fadde 
arsenieiu, et qui sont mieax cristallisds, ii a dA lui donner la prdfdrencc 
M. Bonrrî^rea espdre que ce nouTeau compost Jonira de l'efRcadt^ bien 
constat^e de Tarsenic dans Ies fi^Tres intermittentes rebelles, en offrnt 
Tavantage d'^tre excluşi vcment rdservâ â Tusage m^lical , ce qui pr6- 
TÎendra tout danger. Sans pr^tendre que le peu de quinine qui entre 
en combinaison dans l'arseniate de cette base dolTe a? oir ane grande 
part dans l'action du m^icament « cependant 11 ne pense pas que sa 
prdsence soit tout-A-fait inutile ; et en cherchant k former avec l'arseDic 
un nouveau sel â propri^t^s fiăbrifages, ii a dd naturellement s*adre»er 
k la quinine. 

8AT0N D'IOOUBB D£ POTASnUM ; 

Par M. HaeusteRi deSobernheim. 

Pr. SaTon animal . . . < 24 grammet. 

Espritdcvin 315 *. 

lodure de potasslum 44 » 

Faire dlssoudre S. A. dans un vase de ? erre, et filtrer. 
Ce savoD, qui est applicable dans tous Ies caso& se troute indiqu^ U 
pommade iodur^e, est de beaucoup pr^f^rable k celle-ci, fous Ie rap- 
port de sa facilita de conserTation. Toutefois, pour Ie garantir plus s&re- 
ment de toute alt^ration, ii est convenable de verser la solution eacore 
cbaude, dans des flacons que Ton remplit bien et que Ton bouche eosniu 
berm^tiquement. (Jahrhuch fuer praktische Pharmacie; t. VI, p. 119.] 



A 



EBIBROGATIOIf V£g£TALE DE ROCHE, CONTRE LA GOQVSLUCHS 

(Rein^de secret) ; 
Par M. W. MusLLEiu 
Ce m^icament est an liquide huileuz, ayec lequel on pratique des 
frictions sar la r^gion ^pîgastrique, et qu'on dit £tre un ezcellent moycn 
contre Ia coqueluche des enfants, contre l'baleine courte» la toox opi- 
nîÂtre et l'insomnie des adultes. II se debite, k Londres, dans des fla- 
cons de soixante grammes entiron, qui seTendent au prix de cinq fîrancs 
Xquatre scbcllings). 

^ M. MucIIer croit a?oir trouvd sa compositlon» qu'il indique delama« 
ni^re suîvante: 



DB PHAHHACIE ST tJi TOÎIGOLOCIE.' S85 

• 

Pr. Assa foetida d^par^ 2 grammes. 

Haile de payot 30 » 

Triturer, puis faire dig^rer â la tempdratare d*uii bain de Tapeur, pen- 
dant qnelqaea heures; d^canter ensuite pais ajouter ii Fhuile limpide : 

Pr. Huile ? olatile de carri 2 grammes. 

— de t^r^beDthine. t » 

«• de bergamotte. . 2 » 

H. S. A. {Arehiv der Pharmacie ; aoAt 1844.) 

8im L'lODUBB DB FBH DB8TIN£ AUX VSAGE8 THfiHAPEUTIQUES ; 

Par M. C. HOFFMANN. 

Ce compost, fr^aemment mis en asage depuia quelques ann^es, ne se 

tronve pas toojoars dans Ies pharmacies, & l'dtat oh ii defrait^tre; ce 

qai, d'ailIearSf n'offre rien de bien surprenant, tu la promptitude de sa 
dfeoffipoaition ; aussi, Telfet obtenu ne r6pond-il pas toiijours â l'at- 

tcDte des prattciens. II est donc rMIement at antageux de ne Tadminia- 

trer qii*â l'^tat de dissolutlon dans l'eau dtstill^e, et de ne le faire pră- 

parer qn'aa moment oă Ton yeat s'en servir. 

St Ton tritiire40 centigrammes d'iode et 10 centigrammes (oa mame 
na pea pios) de limaille de fer, avec un peo d*eau distill^e, et qu'on sou- 
tienae la tritaratlon jusqu*â ce que la r^action commence ă s'op^rer , 
00 obtient 50 centigrammes d'iodore de fer pur, qu'on filtre et auqucl 
oa aJoQte cnsuite la quantit^ d'eau prescrite. 

Ce mode de pr^paratiou procure au m^eoin un medicament toujours 
ideotiqoe dans sa composition, et tuujourssâr dans sa maniere d*agir, 
et, qa*en outre, Ies maladea ont ragnîment de prendre sans jamais 
^prottver de n^ugnance. 

M. Hofrmann prepare, ^d^jA depnis longtemps, Tiodure de fer de la 
Buniire qnl vient d'^tre indiqute, parce que Ies mădecins qnl prati- 
qaeat dans la localUe qu'il babitej ont ponr babitude de ne prescrire ce 
idqn'âl'^tat de disaolution. 

(Jahrbueh fuer praktisehe Fharmaeie; t. VI, p. 108.) 

ma l'bxploi en mBdbgine de la racinb du momordiga comm e 

817CCBDANE DU JALAP. 

Un jottrnal belge annonceque M. Landerer» pbarmacien do S. M. le roi 
doUGr^ce, a fait coânaltre l'emplol , dans le paja qu*il habite, de la 



28S lODAZfAL DE CHIMII HJDICiU; 

nidne da momordica» radne qni Joairait, selim qae Ton enpl^rfc la pâr- 
tie sup^rienre oa U pârtie inf^rieure» de la propriătâ puii^atiTe, oa de 
la propri^t^ TomiUfe. 

II aerait 4 d^irer que M. Lauderer fit connaltre ai le T^tal employi 
est le momordica cyUndriea , dont le fruit amer est purgatif , oa bien si 
on doit faire osage de Ia racine du momordica elaterium oa purgans, 

ClfiAUlTTBS DITJBS PBCT0BAI.B8. 

(Brevei d'impauion de 5 ans diUvrd le TQiuin 1839* mu sieur MspiCf 

de Bordeaux.) 
Pr* : Feoilles choisies de bdladone (atropa beladona]*. 3 dââgruL 

— de Josqaiame (byoscyamaa niger). 15 oentigraB. 

— de 8tramoiiittiii.(datara atram.}«* ti eep t i gr aa. 
-* de pbellandrie aqaatîqae • 5 centigraiB. 

Extrait gQnuBeax d'opinm 1 oeBtigr.1/4 

Eaa diatiU^ de laarier-ceriae, qaaBtit6 aofOsaste. 

Lea feailles» aMidea atee aoln et mond^ea de lears nermres, soat ha- 
chte et m6\ting6es exactemcaU 

L'opiom est diasoaa dana nne qaantit^ aaffiaante d'ean distUUe de 
laarier-^eriae; le aolatum est r^parti ^alement anr la naaae. 

Lepapierqaiaert â oonfectionner lea dgarettesdoitdtre pr^lablemcat 
laf^y avec un mac^ratam des plantea ci-desaaa dtaitea , dans l'ean dis' 
till^ de laurieiw;erlse, puia atek^ conTenablement. 

Fwner de deox â qoatre cigarettes par joar. 



FOUDHB ANTIAETHAITIQVS. 

Formule du docteur Scheifer, de Neuhcf/en» 

Msincde gaiac 5 dMgr. 

Sonlk^ dor^ dfantlmoine 5 centîgr. 

Proto-cblomre de mercore. ... 5 — 
016>-5aecbarani de vaMriane... 12 dMgr. 
Faltea da oatte dose troia partica ^galea. On dolt anlvre radministra- 
tion de ce medicament qui doitdtre donn^ avec pradence. 



FOnMITLB DU SttOP 08 DIGITALB DB LABBLOIfTB. 

Un de noa abonnia nona ayant dcmand^ la formale da sirop de digi- 
tale de Ubelonye, nooa donaoM oette lormule : 



DE pBAiuuaB n M toxigomgie; 287 

Prr:Ei|triitalcoolSqoe de digitale.. I gramnie. 

Sirop de sacre 2 kilogr. 

Diasolfcs l'extrait dans ane petite qaantil^d*eatt flUr^e^etintroduisei 
dSBB le sirop. M^lei exactement. 

{Breifet dâlwri Mtx sUurtJGrouU ei Souttm^fMmusei.) 

Onprend : Sacre paUâds^ •...*••• Hfţrammes. 

Sioile.... fl6 

Pjpiannm d'lflTfttnfrf ■ i 92 

Cacao «avafv» torr^^ et polf ^ia^« 31 
Cacao maragnan torr^flâ et pul? ^r^ 31 

Vanilie pnlf^ris^ 1 

On mtte esfcteneat» et on fait une poudre tveţ lagoielle oa pi^pare 
des potages â l'eaa et aiţ lait. 

L'^ieantre» aTanţ 4*6tre rddoit en poudre diâaignte par le nom de 
trimet doU 6tre coit k la ▼apeur, pois dess^h^. 

U ţarine ordinairct la fecale, peuvenţ remplacer avec aTanUge 1'^ 
peaotre. 

Hâv âMWjf^wmwmăMjmiQam p% ounry, »■ Bomniaiix. 

ifirm^ di^ams diU»râ h 7$ wrU 1839.) 

SaUtetfi Ae aine ca poiadre eo graaunes. 

Iris de Florense ea poodrc... 15 

Eaa de featalse • 3 kilogr» 1/2* 

Cetttcaa a la plaa graade analogie » oomiae on le voit , a?ec la pr^pa- 
ntion dont nona avons parU â plosienra reprises dans notre Journal , et 
qal a iM le si^eţde pearsallas tadicUives : eaa qni est connae sous Ies 
BMBsderjEtfai de Viplcitr Brideau, £au de la duchesse SAn^ulime^ 
ieudeProvence, 

le liqnide de Greapy^ lorsqa'on Temploie» doit 4tre agit^ ^ on a'en sert 
pwr ae lat er las yeox, trois ou qoaire fois par Joar. 

SAU aAJUIAlUQUS 0B JAKSQJPI. 

[brevet d'invention de han* delin^re ie 29 avHl 1839, au sUur JUilleret.) 

Pr. : Zcstca ded^rooa et oraages flO graaimes. 

Badva d'aagilfqfa de Bolitea..* .« 40 



» 



S88 lOUHKAL Ab GHIMIB MEDICALE ,* 

Galac concasa^ 180 

P]rrâthre. . ; « . . I80 

BaamedeTola eo 

BeDJoi n (K) 

Cannelle « 15 

Vanilie 15 

UyFrfae. ;••••• ..••• 16 

Ecorce-de^rtnade • «.. 15 

Alcoolâ32'' 2 lUrca. 

Goncasaex ie foat et ffaitea mac^rer A une donce chaleor eu vase dos 
pendant huit Joura , en agf Unt de tempa en tempa , et dîatlllei an tiaia- 
mărie jusqu'A aiccitâ. 
Ajoutez enauite : 

' Alcool iafT', 1/3 litre. 

Alcool de cochMaria l/l 

Alcool de menthe 1/4 

Coforez le tout aTec la teintare d'orcanette en qnantit^ aafflaante. 

Mode (sCempioi. — On met ane cniller^e k caf^, piua ou moins dans on 
Tcrre d'eau ordinaire, on ae rince la bonche apr^ d^Jeaner et dtner. 
Pour la toilettc da matin, on trempe dana Ie m^lange ci-desana «ae 
broaae dooce oo ane ^poa|ţe llae-, pour Mctionoer la aarfaoe dea deots 
et dea genclTes, puia on ae gargariae et on oonaerte la deraiere gorg^ 
Cette eaa balaamiqoe peut «oaai a^emplojer dana un biin , comme oa 
emploie teau de Cologne oo l'eaa de m^liaae. 

Sm I.B8 BrFBTS PBODIIIT9 PAE Ii'AGtBB PBOBPBOBIQUB 

jNsm OU impob; 
Par MM. Wbiobl et G. Kbuo » de Gaaael. 

Plu^leura m^declns distingutfa ont ayanc^ qae, aona TinUnence âM 
Tadministration soutenne de l'acide phosphoriqoe offlcina! » anz doscs 
ordinai res,'i) $e manifeatait une modiflcatlon de la tuniqae mnqveose 
de Testomac, modificat fon qui, apr^â la mort, se tradnîaait en dea tacbes 
rongea ou d'un rouge-brnn. €es praticiena, partant de cette obaem- 
tion, ont consellM de ae d^er de l'uaage longtempa continua de l'acide 
phosphorique, comme d'une pr^paratlon dangereoae. 

Mais toua Ies m^ecina n'ont po ae ooDTainere de la Jaatcaae de ce 
fait» qui n'arrlf e aans donte qoe raremeBI, parce qoet d'aprte lear cxp^ 



Dl PHAKIUCIE BT DE TOXICOLOGII. 289 

rieaee, l*acide phosphorique i ^t^ employ^ pendant longtemps a? ec nn 
nceks remarqaable. 

Ia dWergence de ces opinlons contradictoires a fait nattre, dana l'ea- 
prît de MM. Weigel et Krug* l'id^e qiie cette diversit^ d*action pourrait 
proTenir d'one Itfgire diffifrence dans la constitution chimique du mâ- 
diciment : en effet, un acide pbosphoriqae pur, administra k dosea m6» 
dicinales, n'eat pas capable de produire un pareil effet. Mais tont phar- 
nacicn instruit sait que,par un vice de pr^paration» l'adde phosphorique 
peat trto facilement contenir de l'acide phosphoreui » et m£me » dans 
certaines ciroonstancea» de Taclde arsenieux. 

Ces dens saTants i gnid^ par cette id^e» se d^terminărent k entre- 
preodre une aMe d'exp^riencea comparatifes sur lea effets de Tacide 
phosphorique pur et sur cenx de l'acide alt^r^» soit par Facide phospho- 
reQX,»soit par l'acide arsenieux. 

L'acide phosphorique fat pr^par^ en traitant le phoaphore pur par l'a* 
dde azotique, et, k l'analyse, ii fut trou?^ chimiquement pur. 

L'acide phosphorique, alt^Sr^ par Tacide phosphoreux, fut pr^par^ en 
traitant le phosphore pur par une dose inauffisante d'acide azoliqne : 11 
eontenait euTiron 10 ponr cent d'acide phosphoreux. 

L'idde phosphorique, altera par l'acide arsenieux, fiit pr^par^ en trai- 
tant dn phosphore arsenical par une quantitiî sufflsante d'acide aiotlqne 
pur : ii eontenait euTiron un quart pour cent d'acide arsenieux* 

Les cxp^iences furent faites sur des lapins dn m^me Age, et souniis k 
U m^e alimentation. 

Les autenra auraient d^ir^ adninistrer k cea animaux les trois sortea 
d'adde phosphoriqne k l'^tat de solotion et pendant un temps asses pro- 
loQgi, comme on le fait ordinairement dans la m^ecine humaine ; mais 
les difBcalt^ que pr^entait leur ingestion ont n^cessit^ un change* 
ment dana Ie mode de proc^der. Ainsl, ces acides furent donn^s â l'^tat 
de cooccotratioD et par gouttes sealement , en appiication sur la base 
<Se U langue : pour faciliter cette appiication , les mflchoires ^taient 
^art6es au mojen de bandes, de ligatures appliqu^es derriire Ies den ta. 

Les r€sn1tats de oes exp^riences ont diSmontrâ que l'acide phospho- 
riqoe pur, anx doaes usuelles, ne peiit pas produire d 'effets nuisibles sur 
^ parola de Testomac, parce que, m£me k l'^tat concentra, 11 n'a donn^ 
lleQ i aucune actibn canstique, malgr^ la faiblesse des animaux mis en 
exp^rimentation. 

n Ol ressort aussi que Ia mame quanllt^ d'acide phosphorique, qui k 



SM ioeMTAL M camnK miutMM j 

V6tMt por peut 6tre adniiiistr^ auM aucan inooAvdniciit » ooeasSouiei 
lorsqu'il est alt^rtf par l'acide phoaphoreuZy des accidenta trte graTCii 
par exemple » une pblegmasie gaogr^oeuaa de la membrane maqaeaie 
de restomac. La caaae de cet elfet particulier pourrait peotp^eaetroa* 
rer dana le d^fdoppement d'on composta trte TâuSnauXt l'bydrogiae 
phospbar^ ; car l'acide phosphoriqtte qul contient de radde photphoreox 
d^ge» en a'^haottint â Tair, une oertaine quantit^ de oe gai. Pea^ 
^trc aoaai poarrailM>n rapporter Ies accidenta k ane oxjdation plai 
grande de l'acide phoaphoreuz pendant aon a^oor dans reat«niac 

L'acide phosphoriqae alt^r^ par l'acide anenienx est, mfioie â petitei 
doiea» nn pciaon violent. 

MM. Wcigel et Krttg sont donc oonvalncoa qoe ai, «prte l'cmploi in* 
teme de l'acide pboepboriqoe , «n ctserve k Tautopaie rcxiatance de 
taches roogea ou d'an ronge-brun sur la tnnique TiUeuae de l'estyaisc, 
oette particularM âmt Utre rapporlte «niquement k renpkki d'on adde 
phosphoriqttc altM par l'acide plioapbereaXt ce qui peut radlenaat 
arriver loraque, pour la^ pr^paration de l'acide, on ne fiit paa interrenir 
ane aalfiaant» qnantit^ d'acide nitriqoa. (Casptr's ŞToehMsc*) 

MOUVBL BMHiOI TBfiOAPBUTIQIJB DB L'ATOINB ; 

Par M. le doctenr TateONT, d'Atii (Bdglqoc), 

Soirant H. Tbtoont, TaToine possMe nne Terţa diarMqae des plus 
remarqaable. Cest sous la forme de dteoctfon qae ce pratiden lamet cn 
osage, d'aprte la formale sulTanle : 

AToine deaz fiortea poignto. 

Eau commune trois litres. 

Faire boaillir Jusqu'i ce que le liqaide soit râdait k deaz litres, pois 
tirer k c1a!r. 

On administre cette ddcoction par tasses, de temps en temps. 

Soas rinflaence de cette boisson, M. Ie docteur Th^mont a tu, dans un 
cas d'bydropisie par hypertrophie da cceor, ane diar^se abondante s'^ 
tablîr dhB le troisidme jour de l'asage de la d^coction, et cette dlnr^sct 
qui continua pendant plusieurs Jours, termina l'bydropisie. 

BFFICAGITA DB l'acide CAHBONIQUB CONTBB LA GOUTTB; 

Par M. J. Pahkin. 
L'auteur a d^Jă fait oonnaltre lea rdsultata de son ezpdricnce for 



BB »]UBicAiaB BT M toxicomoib: 291 

Ympki de ce moyen; ii iNibUe Mdeaniluii denx aemveUci ehicrf«<- 
tiooj qni Ini ont ^t^ commiuiiqudes par des eonfr^es • 

Ub Espagnol, Ag^ de qiian«te ans, atteiiit d'aiia gouUe aux iMcdt et 
aoz mains qoi rcTenait ordinairemeat trois foia |iar ao, eal reooura k 
l'addecarboniqae dana un de aea acc^ qoi olTrit qb degră de gravita 
ioaccoatam^ Toates Ies troia heiurea, U prit une dose d'eau carboaiqoe, 
et cela avec ob tel aoGcte» qu'au liout de troia j4Nira ii reata k peine qael- 
%QU fctUgea dea douleora et da IMtat ioflaflunatoire. Le m^icament 
fiitcontiiia^ et pria troia foit par Jour, et soua son influence, lea deraia* 
ratraoea de la maladie ne tard^ent paa i disparaltre. 

DiBf un Doa? el acoâi» Ie malade recourut au mâine moyen d^ lea 
prfaien Inatanta de riniaeioa» et qoelquea jonra aufflrent ponr oom- 
bittitlenaL 

L'antearyanrpria lai<»mtoe d'on aucoia auasi prompt et aiiaai aignal^, 
croit de?oir l'appUquer eu pârtie k oette dreooatance qu'en Eapa^ne* 
beaaooap de maladiea okit une intenait^ moindre et offrent moina de 
cQBpUcaUon qu'en Angleterre. Gepeudant» auiŢant Tauteur» le gaa acide 
carboDiqne doit« par aa propre actîon, ^loigner^ dans nn tempa pios ou 
moina long, aelon la grafit^ de la maladie* la caaae de la goutte (cette 
caaser^ida, d'apr&s lei, dans un principe morbide du sang qui, par aa 
combioaîaon avec le gaz acide carboniqne» perd tonte sa nocuitd), et ainsi 
difflinaer la dnr^e de l'acc^, tout en prolongeant lea interrallea qui 
i^parent lea paroxysmea. 

n n'est paa besof n de dire ici qne ce mode de traitement reaterait im- 
pnissant s*!! exiatalt d^Ji des I^ions de structure dnes k des aceia an« 
t^eers. {The Lond. med. Gaz.) 



KMPLOi tii£rapbiitiqu£ db l*oxtde d'abqent; 

Par M. le docteur Ljj«b. 

M. Lane, a*appnyant aur quelques douzainea de succ^, continue de 
recoamander Tadminiatration de l'oxjrde d'argent dana lea maladiea aui- 
vantea : la cardialgie ( 25 milligrammra dcux fois par jour), la pesanteur 
d'estoouc, le sentiment de pldnitude apris le repas (a. cenţi gr. par Jour), 
^ gastrodynie et la colique, lea parozysmes de douleur d'estomac, Ies 
^nictationa (Bird a tu ce medicament ^cbouer dans Ies cas oik ce sym- 
P^e d^pend de Texistence d'un ^tat muqucux), la diarrb^e dyaent^ri- 
qve et p^riodique» Ies sueura nocturuea, la diurne, la m^norrbagie; 



29S lOURNAL DS CHIMIE J|£biCALB, 

c'est sartont contre cette demitee que cette pHparatioii parttt «Toir nne 
poissance poar aiosi dire infaiUible. 

Qoant k la maDi&re de se procarer Toiyde d'argent, M. Dohimel 
recommande Ies proc^d^ sufYants : 

1* On fait dissoadre l'argent pur dans l'acide azotique, et Ton pr^d* 
pite le solut^ par la potaase caastiqae oa par l'eau de chaiii. 

3® On fait dissoadre 30 grammes d'azotate dUrgent cristallis^ dans 
00 1^ 90 grammes d'eau ; d'un autre c6tâ, od fait dissoadre 210 grammes 
de potasse pare, dans 500 grammes d*eau. On miSlange ces deax soln- 
tions en Ies agitant avec ane bagaette de verre, puis on Ies yerse but m 
filtre; on separe le sel et la potasse qni peat y rester adii^rente^aa mojea 
de laTages safflsants, et enfln on fiiit s^cher avec soin. On obtient ainsi 90 
grammes d'un produit gris-branâtre, qui devient plus fonc6 en i^ 
chant : ii est peu soluble dans Tean» et ii exerce ane r<Uction alciliae 
sar le papier de toarnesoi pr^alablement rougi par un acide. 

{Zeitsehrift fuer die gesammte MedietnJf 



^ 



OB8BBTATION8 8Vn L'EMPLOI TH1&BAPBUTIQUE DE L'JXCALI TOLÂTU 

FLUOR CONTRE LA COQUELUCHE ; 

Par le docteur Levbat-Perroton. 

L'exposâ d'une observation sufflra pour donuer une id^e de Ia m^- 
tbode de traitement employ^e par Tautenr. 

Un enfant de dix-bnit mois, encore ailaltă, est alteint d'nne coqae- 
luche si Tiolente, qu'aprto chaque quinte sarviennent des convulsions 
efhrayantes. Le 15 fdtrier 1839, Ies conTulsions sont tellement fortes 
qu'on ddsesp^re an moment des jours du petit malade. Des sinapismes 
sont appos^ sur toas Ies membresţ des frictions ^thdr^es sont prati- 
quto sur toat le corps, et notamment sur la t^te. Ces moyens ne pro- 
curent ancon soulagement prompt. Temoin de cette sc^ne afBigeaDte, 
qui dura plus d'une henre, Tauteur conseilla, sans trop de conflance, 
qnatre sangsues k chaque bras, snr la face ant^rieure de Tarticalation 
cabito^bnm^rale, et de faire prendre par cuiUerde, d'heure en heare« 
aassitAt que le malade pourrait aTaler, la potion compost coaune ci- 
aprte : 

Pr. Eaa distillde de laituc 125 grammes. 

— de fleur d'uranger 8 

Sirop de piTOine 30 



Bl PHABMACIE BT DE TOXIGOLOaiB. 298 

— de belladone 8 

Alcali Tolatll flaor 6 goattes. 

M. S. k. 

II quitta le pauf re petit enfant dans la soir^ avec la donlourease 
peaste que Ie lendemaiD matin on viendralt lai annoncer aa mort; 
mait heareusement H o'en fat poiot ain^i ; on TÎnt aa contraire lui 
dire qu'il avait bien passe la nuit, en Ie priant de lai contlnuer aes 
loiDs. L'^tat de cet enfant a'eat ameliora de Jour en joar aoos Temploi 
toQtena de Ia potion alcaline , ct le 10 marş ii dtait en pleine conya- 
lesceoce. 

Dans troîs aotres caa, toas tr^ graTes, le mtoe m^decin a obtenu Ie 
m^ioe soccte. 

P ' M. ■ ■ I .. I I . ■ III .^ 

KOTIIIS POUE COMBATTEK LES DOULBUBS D0E8 A LA PR1^8BNCB DES 

GALCULS RENAUX ET V1Î8ICAUX ; 

Par H. Ie docteur TotTi de Ribnitz. 

SaiTint M. Tott , U n*existe pas de meilleur nioyen , poar apaiser Ies 
doaleors oocasionn^s par Ies concr^tions calcaleofles des reinsou de Ia 
tcBsie, qae T^mulsion saivante, dont la formule est dae ă M. le dc^teur 
John alo^ : 

Pr. Huile d'amandes douces 30 grammes. 

Sirop de paTot blanc , 30 

Poudre de gomme arabiqae 8 

Jaune d'oeaf cru 13 

Eau de chauz 100 

Alcooli d'opiam 4 

E. et F. S« A. ane potion toulslve parfaitement homoginc. 

A prcndre par cuillerdes ă bouche toutes Ies deux bcurcs. 
Dans qnelques cas , M. Tott fait aossi un grand cas de la pr^paration 
d-dessoQs : 

Pr. Lycopode I) grammes. 

Sirop de guimauTe 4 

■• «• A* 

Aprendre par cuiller^es A cafâ de temps en temps; 
H. Tott a pu, de mâmCt procurer un notable soulagement par l'admi- 
Btttrationde laTemeuts pr^par(b avec I'assa foetida et Topium. 
QQnt aux moyens Tant^ comme litbontriptiques, le m£me praticien 



294 jotJBiiAt DE GHian mtmokLEf 

Ies a tous mia en usâge saccessiTement sans eu obtenir le moindre nf^ 
sultat aTantageui; l'eau minerale de Wîldang a seule fait ^vacuerune 
grande quantit^ de graTÎers, apr^ quoi Ies malades sont rest^ loog- 
temps sans ^prouTer de noavciles donleurs (1). 

Qaelques personnes ausal aont parreiiaea ă se aoolager des doolran 
que leur faisaient ^pronver Ies calcula nrinairea, en fidsaut uaage de 
riiuile dite de Horlem, arcane compost de soofre d^pnr^ et dlinîle folih 
tîle de geni^f re. {Hufeland's Journal,) 

FORMULE D'UNE POMMADB CONTRE LB8 BNGELURES; 

Par M. le doctenr Brbfrld. 
Le gon?ernement wurtembergeois a achet^ k M. Walher^pastenri 
Kopferzell, la formale d'un arcane contre Ies engelures. Cetteformolei 
M pn blide dans le Medicinische Correspondenz-blatte des ffuerUmh, 
(t. VI, n. 35). La Toici : 

Pr. Suif de Tache « 600 grammes. 

Axongedeporc 500 » 

Limaillc de fer en poudre tr6s t^nue... 6 » 
M. exactementy puia faitea chauffer dana un taae de fer» en agitait 
contînuellement avec un pilon de mame mdtal, Jnsqu'i ce qae k mkr 
lange devienne noir ; laiaaer d^poaer, puia d^canter et ajouter : 

T^rdbenthine de Yenîae 00 grammes. 

Huile de bergamotte 4 » 

Bol d*Arm^nie (prdalablement tritur^ 

ayec de l'buile d'oliTes) 30 » 

M. et F. S. A. un onguent parfaitement bomog^nc* 

On €tend cet ongnent sur de la toile ou sur des plumassetui decbar- 
pîe dont on recouvre ensuite Ies surfaces malades. On pent r^p^ter ces 
applications une ou deaz fois par Jour. 

M. le docteur Brefeld fut surtout ddtermin^ A tenter Tessai de cette 
prepara tion, parce qne le fer,aeton lui, en fait pârtie; cem^tallui parais- 

(1) Note du R^dacieur. L'eau de Wildang (Weatpbalîe) contient nne 
mati&re bitnminense, da chlorure de sodium, du sulfate de soude» un 
ael de fer, du carbonate de chaux, da sulfate de magndsie, de la silice, 
enfln de l'acidc carbonique libre. Ces eaux doivent £tre moina contt- 
nables pour combattre la graTelle que ies eaux de Vicby« A. C 



DE PKUmAClE n Dl TOXICOUM»». 295 

Mild^ r^Bdre ă priori k la natare furticali^re des cngelares» ^u^îl 
regtrde oonune easentielleiiient asth^Dii|ae avcc grande tendaace k la 
gangrtoe et k la putrescence. 

SaivaBt et pratideii» TaTantage de oe moyen ii'est pas bien Evident 
dos le cas tf eDgdnre l^gdrei et on peat le mettre sar la m^me ligne 
poor TelBcaciU avec beaacoup d'aatres pi^paraUona coBnaes ; mais soa 
aokkm fvrorable devient ^f idente lorsqu*iJ s'agit d'eogelares ulctfr^es 
ifcwpagii^ea de Tivea doaleun^ aurtout aaz pieda, et meiaţaBt de 
paner k VH»t gangrdiieiiz. Ob f olt Ies dottlcttrs c^der presqne iaim<- 
diatcMOitaoni aoB inflacace, et la ga^isoa est obtenae ea tria pea de 
toips* 

n «t ben de ftdre obeerrer ici qae, poar ses eMais, M. Brefeid a mo» 
difl4 la ftinaale prinitlTe ea remplaţaat Ic» six grammes de poadre de 
liaafile de fer par soiiaate graaimes d'oxyde bmn de fer. 

fOHIlâVB »■ K. BKVmoIS GONTaS IiSt ■BOBI.OBBS. 

Pt. Axonge 30 grammes. 

Gr^ote 10 gouttes. 

Sons-actote de plomb llqnldc^ 10 gouttes; 

Kxtrait th^balqae 10 ccntigrammes. 

F. S. A. Boe pommade. 

WNnriav m<mm D'nipun db tA stbtghiiuib gontbb l'amaubosb. 

Depnis qaelqae temps, on emploie, en Angleterre, contre l'amaurose, 
la strydinine soos forme d*an Ifniment pr^pard d'aprte la formule sui- 
Tinte; 

Pr. Strycfaniiie 7 grimmes. 

Hailed'ollfes 45 • 

■• et F. dissondre S. A. 

Oa emploie ce liaiment en frictions, trois fois par Jour, sur Ies r^gions 
icmporiles. 

U dose est de dH goattes povr chaque friction. 

ti est arantâgcui d'appliqocr un cataplasme sar Ies surfaces friction- 
B#ei, pour farorîser fabsorptlon de la snbstance actire. 



FOSBULB i>*U!f B ROUTELLE PEiPABATION ANTlBLENNOEEnAGIQUE. 

Cette priparation » pour laqadle MM. Jozeau et Mage unt obteou un 



\ 



296 JOUHNAL DS CHIMIE 1|£dICALB , 

brevet d'JOTentioD le 28 decembre 1840» brevet d^ha par ordo&imc« 
du Roi en date da 15 Juillet 1843, est sanadoate celle qoi portait ia non 
de Copahine Mige, 

Four obtenir ce produit, on prend 500 grammea de tdr^benthiaede 
Bordeaax, priv^e de son haile essentielle par abulii tion avec Teaii: oo 
la place dana one capsule de porcelaine, avec 125 grammea d'aeide aso* 
tique ^teudu de buit fois son poids d'eau; on laisse le toat pendant 
deux benres au degnî de r^bullition, en ayant aoîn d*agîter constam- 
ment. Au bout de ce laps de temps, on ajonte de nottveaa 64 grammei 
d*actde azotique, en remplaţant tontefoia l'eau au fur et k mesare qa'elle 
a'^vapore ; on agite la masse jusqu'ă ce que la r^ine ait pria une coa* 
aistance semi-solide k cette tempâratnre , et qu'elle puîaae ae tirer ea 
longs fils d*nne couleur Jaone dor^e, ou, ce qni vaut mieux , Juaqa'i oe 
qu*une gootte d'ammoniaque prodniae aur ce corps refroidi ane ticlie 
pnrpurine. Dans cet ^tat, ce produit Joue le r61e d'on acide aaaea âier- 
giqae, et est un peu solnble dana Teau, mala bien plus enoore dans 1'^ 
ther et dans l'alcool ; ii d^compose Ies carbonates alcalina k la tempfrt- 
tureordiuaire, et forme dea aelaavec Ies bases. 

Ce corps n'est pas semblable au tannin artiflciel ddcouTert par Welter, 
car ii est d'un Jaune clair et ne se d^compose paa en apotbtee soos 
rinfluence des alcalia; ii s'y unit seulement» et au point de Tenretirer 
par une l^gdre addition d'un acide quelconque, en flocona blancsqoi 
joulssent de toutes lea propridtds qui le distinguaient aaparavant. 

Ce produit obtenu, on doit le laver avec ^soin dana l'eau bouillantet 
afin de le priver de l'acide qu'ti pourrait retenir; on le met ensniCe ea 
contact avec du carbonate de sonde, on dăcompose k l'^buUitioa avec 
sufflsante qnantit^ d'eau, l'acide carbonique se d^age» et on obtientoa 
sel de soude d'une couleur purpurine tris intense , qui , ^vapor^ ea 
consistance d'extrait mou, est ramen^ k T^tat pilnlaire par ane powire 
appropri^. 

Ce corps, ainsi obtenu» remplace le copahu, sans en avoir Ies iaoofr- 
v^nients, et c'est en l'employant que depuis longtemps toulea Ies blen- 
norrbagies qui se sont prdsent^es k la maison royale de aant^ ont â^ 
gu^ries radicalement dans une moyenne de buit Jours , ipris l'appUca- 
tion des antipblogistiques. 

Ontre cette pr^paration , on tronve encore dana le brevet Ies deax 
prodoltsqui suivent. 

Si, dans la diasolution de ad de sonde faite avec de i'eaa priv^ d'air» 



DE railUf ACIB BT BB TOXICOLOG». S97 

. se oue diasolntion de salfSite de protoiyde de fer, faite ^alement 

e Vtău non a^r^ et obtenae par ]e procM^ de Tromsdorff, ou ob» 

mr double ddcomposition un sel de protoxyde de f*;r qai paasetr^s 

oent k r^Ut de aesquioxyde : auasi doit-on le flltrer et faire 

ter dana Tappareil couTert de Rieoff, prdalablement rempli d'by- 

ae. Qaand U est bien ^ottd» on le dess^be ă ODe tcmp^atare 

degr^ dans an matraa aplati pr^entant beancoapde surface, qne 

.nra plac< aur im baiu de sabie : au col da matras soot adapt^a 

tobesy Tan condoisant an coarant d*bydrogtoe dess^cb^ k Taide da 

orede calcinni,et Tantre rejetant ce gaz dans Tatmospbăre. Ce sel de 

)arfahemeDt aec qoi est restd k r^tal de protoxyde au moyen de ces 

antioDS, est mM k une sufflsante quantit^ de baume de Ia Mecque 

Fon a priTtf d'ean en le plongeant pendant quarante-buit beures 

ile Tkle, sar nne assiette entour^e de cbauz ▼ÎTe.Gette pr^paration, 

atles aatears, triompbe, cbez lesfemmes, des leucorrbto,et notani- 

it de ceUes qui ^talent rest^es rebelles auz autres agenta ib^rapea- 

ies. 

.0 oopabn et anz autres tăr^bentbines, trait^es, comme ii Tient d'âtre 

> par Tadde nitriquei si am lieu d'ajouter du carbonate de soude dis-< 

J9 dans reauy on emploie de Ia sonde taustique dissoute dans l'alcool, 

^'ă ce que la comblnaisqn soit dcTcnue d'une couleur purpurine 

uisparente , on obtient un produit qui» ^vaportf au bain-marie pour 

asser Talcool, acquiert nne con.siatance semi-solide. On peut ajouter 

«n nne certalne quantit^ de magn^ie calcin^e pour solidifler le pro- 

lit : la qnantitâ de magn^ie varie suifant la saison ; elle pent dtre 

QO Tingtiime k un quaranti^me. 



niPLOI DB X.'AMM0NIAQUB contre L*EMPHT8£MB PULafONAlBE. 

M. lUyer a administra rammoniaque liqaide, k la dose de 8 gouttes 
inu 120 grammes d*eau, k un indifidu affect^ d*empbysinie pulmonaire. 
Qaq Jonrs aprte l'usage de ce medicament, une amâloration notable a 
^ obserrte; maU k la septi^me potion» le malade s'est plaint de maus 
deoceor et de battcments dans la poitrlnc. On a snspendu Tadmlnistra* 
tisa de la potion, et le mieuz a persista. 

NOtnrEAU MODE DE PREPAR ATION DU PROTO-LACTATE DE FER; 

Par M. F. Roder, de Lenzburg. 
M. Roder prepare ce sel en ajoutant de Ia limaille de fer ao lait, ad- 

2* siRlE* 11. 2S 



S98 jovmNAL ra obihib MiBicâu; 

ditifuia^de «Mre de UU, ausai^t qne ce dernier conuMBoe ă tfiiştk. 
II lâiflse repoeer le toot « es «a Ttae bies clei» «uni loBflenps qa*«i | 
remarqoe encore des •fgact de răăciioBk II filtre emvite aveo npMit6 ae 
traTcra d^une toile i ct ii ftdt dfaporcr aeiei proi^pteaMBl|tae penlfcle 
Jvaqa'ă crlBCalliaatloa. 

8i Ies cri stăm obieBUâ ae soat pas aBScs blanci» en Ies reeadUe tar ea 
filtre, et OB Ies lave â l'eaa IMde Jaaqn'â oe qa'iia aoient airifite aa degii 
de parettf afeessalre. 

n est ladispeasaUe; poar obteair de beaaz oriataaz et ponr ae fm 
^prottfer de perte» d'op^rcr» avtant ^e ftire se peat, k Tabri da coatact 
de rair« paroe qae la solatiea da lactate de protoifde de fer abiorlM 
bieatdc de l'oxyflae atmospMriqaei et pasae aiasi â aa degrd d^4a- 
tioa sapMear. 

socitnft BB umwiK ■tenAfts» 

S^mnee €p€vrii 1845. — La Soci^tă regoit : 

I® Une lettre de M. Rif^hiai d'OIegîOt qai oontieat qaelqaes faiu 
BOUTeaax relatib an sous-ac^tate de bismath; 

2« Ua traTail du mtee aateor sur Tacide Tal^riaaiqae et sur le 
cbloro-Taldrianate de zinc; 

3* Uoe note de M. Legript de Cbambon , sar Tabsorption des sds mf* 
talUqaes par Ies T^^taax ; 

4* Une note sor la Uesttine» par H. Aadoaardş de BMers ; 

6** Une lettre de M. E. Dannecy sar la pr^enced'an prodait arsealcal 
dans des boo^es st^ariqnesi 

6* Uae note de M. Bofsseaot, de Ghâkms-sar-SadBe» relatif k la csa- 
tersfoa, tlans an cas d'enpolsoaneBieatf de l'acide arsealeax ea aoUlure 
d'atsenic; 

7* UHe lettre dMa de dos abonate qai sifasle le tort qae hit k la phB^ 
macfe la Tente des mMioaaicats : 1* par ies m^ledas et Ies offidera de 
sant^ d'an grand aombre de ooiimanesf 1« par ies ^plciers» 3* par lei 
soeurs de la cbarită ; 4** rinsoacianoe des Jnrys aiMicaax sar la tiolstioa 
de la lol. Noas ne ponTons que răp^ter ce qae nons a?ons d^k dit; qull 
n'est qae trop Trai que raulorit^ mnnicipale» qae le Jory, dans an frasd 
nombre de localitte, oablient, dans qaelqaes cas» de faire respecter la Id; 
qa'il foadra nteessaircment, poar faire cesser oes abus , qae Ies phar- 



BK MuuiAcn m m toxkolooib; 299 

auctaii s'âModMiU tesent im fonda oomniiB ponr pounuifre }«a^e 
derant UiGowrdte oasMUîonles dtiitsrelatiteâreicrcice de la phannaciei 
qiH firadn ^[«e* d«is chaipie d^parCeme»t , vmt oiMiimsaiea cDmposte 
de pkanBJcieiis t«r ietqads ob ae pnisac exeroer l'înlaeBce de la 
cniateet de la menace, soli charfăe de tradnire derant tos trilmiMBX ies 
ceatrefeuBta ^mU ^n'ila aeieat» afia d'obtenir Juadco. 

Notre oonreapondant d^lore aossi l'emploi dea annonGea^affiches pla- 
eudie» dana iea Tillea et aui carreaux de certainea offlcinea. Noua rtf- 
pondrona qoe Iea Jurya m^icanz feront, qoand ils Ie Tondront, ceaaer 
cea Tîolationa de la loi; mais ii fa ut qn'ila Ie Teuillent et noua ne poa- 
vooB leur en donner la tolontd. 

8« Une lettre d'un pharaiacieny qtd nona aignale la Tente par dea ^pi- 
(kn de mWoaBOits et de plantea » et qml noua domande ai cea ăpiciera 
Mt le drait d'emvcr auasl la phamacie et l'berboriaterie» Ifova r^n- 
drana qa*il ne a'agit que de lire Iea artidea 35 et 37 de la loi da 21 ger» 
ainal an zi| ponr afoir Ia riSponae, râponae n^atlTe, qni eat k la quea« 
tioa qni nona eat faite. 

Le mteie pharmaclen nona demande f* ai Iea m^ecina et oiflciera de 
iUkU dea commnnea ont le droit i en vertu de Tarticle 17 de la loi dn 
U germinai an zi» de vendre dea m^camenta hora de leur communei 
et de Iea porter dana Iea commnnea ^loignte de leur liabitation de 2, 4, 
ftetmdmo 8 kilon^lrea» commnnea oik dea pharmaciena aont ^tăblia? 
Hoaa dirona, en rdponae k cette qneation» que Iea m^edna et oCflciera 
de aant^ n*ont paa le drdt de fournir Iea m^icamenta dana Iea oom«- 
Biuiea eh nn pharmacien eat ^tabli» et que alia ^taient pouranifia et 
^e le ftit de fonmitnre fAt d^ontr^t ila doTraient £tre condamna. 
2" Si Iea mddicamenta qni aont chez cea mMedna doivent €tre Tiait^ 
ftt Iea mendM'ea dn JuryPNoua ne ponvona vdaoudre cette qneation, 
nuia dana na bnt d'int^r^ g^nâraiy nne inapection de cea mMicamenta 
derralt avclr lien annuellement. En effet , noua aTona tu chez dea md- 
dectea» dea prodnita qui Aaient }ourneIlement Ihtis comme mMica- 
BKota» et ii en cat r^idt^ ponr noua la prenre Mdente qoe cea prodnita 
a*tTitent piua» par auite de leur Tatuata et de leur dtf tdrioration» ancune 
Taleur m^icale. 3** Si Iea m^dicamenU dea T^tărinairea devraient ausai 
<tre aonmia k nne inapection ? Selon noua, le T^tdrinaire n'a paa le droit 
de Tendre dea m6iicamenta » ii ne devrait donc paa en afoir chez Ini. SI 
OB lui coMddait ce droit, qni ne peat ae faire qve par nne loi nouvelle, 
ii fittdrait l'asanjtf tir k U Tiaite. 



300 JOUUIAL DB GHIMIB KăBICALB» BTC. 

go Une lettre d'on pharmaden qni iioas fait coim#ttre que. des ni^e- 
do8| babltabt la mtoe ?iUe que lui, fendent des mMicaineDU dina 
cette tille» et qai nous demande un avis. Notre avi^est qae le phaima- 
cien dolt faire constater ce falt, puis tradaire ces m^decins derant Ies 
tribvnauxy en demandaDt des doaimages-intăr^ts. A. Cu. 



BIBUOGRAPHIB. 

RAPPORT ANNIVL «QR LB8 PR00RÂ8 DB LA GHIMIS» 

TriimtifU 31 marş 1844, d l'Acadimie royale du scienees de Siockholmt 

Par J. BBRBBL1U8. 

. 1 Tol. in^So* Ms : 5 tr,f et 6 fr. par la po6te« 
Chei HM. FORTDi et Habson , libralres, n* I, place de l*Eoolfr-df 
llMecine. 

Le rapport pnblltf chaque ami^e par M . BerzâiuSf est un ovmtgt in- 
dlspensable k toos ceaxqnl s'occapentde chimie; car Tautenr fait con- 
naltre , daos cet int^ressant rdsamă» toas Ies faits qal se rapportent i 
la science chimique. 

La dlTision adoptde par M. Ben^lins permet aa lecteur de Toir de snite 
Ies objets qui Tintdressent, Cette divislon est Ia sulTsnte : phdoo- 
mtoes-chimico-pbysiqaes eu gdn^al, mătallofdes et leors combinaisons 
mataelles, mdtauz , aels, analyses chimiqaes, mindranz noaTeaaz, mi- 
ndrauz connns noa ozyd^, miD^rauz oxydds, acides Tdgtoux , bascs 
T^gdtales , mati^res T^g^tales îndiffdrentes , balles grasses , builes to- 
latiles f r^inesy matiires colorantes, mati^res propres & oertaitts ri^ 
tanZi produits de la fermenta tion alcoolique, prodaits de la fermcDta- 
Uoa acide, prodttits de la potrtfactlon , produits de la distîllatloii sMie, 
enfln la pârtie de la science qui se rapporte ă la chimie animale. 

A. C 

AVIS A NOS LECTEURS. 

L'abondance des matiâres ne noas permet pas de donner 
daDS ce num^ro la feuiile 7 du Dictionnaire des tmrmw : elle 
parattra dans le num^ro de juin. 



Fiux LOCOUIR, rMN^/4ct>yiet«irti, ti. 



jum 1865 

JOURNAL 

DE CHIMIE MI^DIGALE, 

DE PHARMACIE ET DE TOXICOLOGIE; 



EUUIf CHIMIQUB DU PRODUIT QV'ON OBTIENT EN GHAUFFART LB 
CHÂBBON S17LFURIQUB DA5S UHE COBNUE; 

Par M. o. Heurt. 

La sabstance que j*avaîs ă examiner, avait ei6 obteDue en 
chaaffant forlemeniţ dans une corone de verre, un charbon 
solfarique prepare avec une matiire organique, par le proc^d^ 
deM.FIandin. 

Par Taciion de la chaleur, ii s'est d^gag^un produit qui bien- 
tAt s*est attach^ ă la voâte de ta cornne et dans Talloage jointe 
i ce vase, en produisant une cro&te sublim^e, d'un blanc 1^ 
g^ment jaunâtre par places^ et comme soyeuse ou aiguillee. 
Ceue cro&te avait une odeur piquante, ammoniacale, un peu 
fruMnquej rappelant aussi Todeur de la volaiiiisation de 
quelques produits du benjoin ou du baume de tolu chauffes. 

Oq adissousi ă l'aide d'un peu d'eau pure^ ce produit volatil, 
et on Ta filtra pour separer quelques portions noirâtres, char- 
bonn^es. 

Le liquide ciair ddgageait beaucoup d'ammoniaque par la 
potasse ou par la chaux ; ii pr^cipitait fortement en noir bru- 
niUre par an solut^ d'azotate d^argent ^ ii faisait effervescence 
2* siaiB. 11. 2k 



302 JOURNAL DE CHIHIE MEDICALE, 

par i'acidc sulfurique, et le d^gagement avail uue odeur sea- 
siblemeni sulfureuse ettrâ» l^girement prussique. 

Traiie par un sel de chaux soluble , ii fournissait un dep6t 
blanc abondant. 

Mia avec trois fois son volume d'alcool h SS^, on a vu s'y for- 
mar un depâi blanc en belles aiguilles soyeuses, qui fut separe 
du liquide el examina ă part. G'^tait un carbonate ammonia" 
cal presque pur (i'ignore lequel), mais qui se d^composait avec 
une vive effervescence par Ies acides, qui fournissait de Tam- 
moniaque, par la potasse, sans qu'il y aut aucun precipiţi. Ce 
sel produisait un depdt dans Ia soiution de chlorure de cal- 
cium. 

La liqueur alcooli^vei lonail encore vu pau d« carboaaie 
d'ammoniaquei, wais beaoeoup de eulfet^anurt de cette base, 
et une mătidre organique (feri pan abondante). Ce liqaide, 
additionne de poiasse ă l'alcool ^vapor^e k sec, et repris 
par Talcool ă ftO*, a donne un sel tras soluble; cristalliaabte, 
qui rougissait Ies persels de fer acidules» en couleur cramoisi, 
et qui donnait un d^p6t blanc par le sulfate de cuivre sy^ris 
Taddition du protosulfate de fer. 

La rencontre de produits d'hydrocyanaie et d'hydramlfak 
JCammoniaque a dii donner lieu ă ce sulfocyanure. 

Le sublima examina renfermait donc beaucoup de eafio- 
naiâ et de sulfocyanaie dammaniaque, 

RBCHBKCHSS CHllflQUBS SUR l'UEINB DES SUJETS kfnCjiS BB 

FliTEES UITERIf ITTENTB8 ; 

Par M. Ie pix)fesseur Pistro-Pe&ettii de Rome. 

Le v^rilable but que s'est propos^ M. Pereţii dans cetravail» 

a et^ de reconnattre surtout si Ton pouvait retrouyer dans Tu- 

rine des individus pris de fi^vres p^riodiques, quelque por- 

tion des princîpes actifs du quinquina^ comme cela a ete dit| 



DB PHAftHACIB BT DB TOXICOLOGIB. SftS 

H si Ies principes constiiuaots de Ţarine sont Ies ni^mes chez 
ces malades que chez ies iDdividus saias oa affecl^s d'autres 
maladieSi 

U r^sulte des exp^riences faUes par M. Pereili, que Ies 
nrioes examina semblaient priv^es d'ur^e et d'acide urique, 
et qu'elles conlenaient un sel cristal iisabte en prismes dom ies 
caracteres paraissaîent se rapporter ă ceux du cyanate d'am- 
moDiaqoe. Les urines, rendues avânt i'ingesUon du valeria* 
BaledeqQinine) ^taient acides par un exc^s d*aciâe cyanique 
qui se volaiilisail par l'^bulliiion, aprâs quoi îl n'y restaitplus 
que da bicyanate d'ammoniaque, dâ sans doute ă la deconipo- 
sitioD de l'aree. Cette opinion est d*aulant plus admissib]e que, 
saiTaat Woebler» I'arde a la m£me compositioa que le cyanate 
d'aBunoniaqne. 

La premiere action de la quînine a păru s'exercer sar Tacide 
cyanique libre, puis sur le cyanate ammonique, et ii en est 
lesulie une formaiion de nouvelles sabstances, par suile de la- 
qaelle i'arine, rendue apres l'ingestion de la dose enti^re deva- 
lerianate de quinine, contenait un sel interniediaire au cyanate, 
et peut-£tre au benzoate, ou bien encore au paracyanurate 
d'ammoniaqoe ţ plus tard, enfin^ Tiirioe renfermait un acide 
crisudlisable, que ses caracteres paraissaient ddnoter comme 
de l'acide hippurique. 

D*ailleurs, dans toutes les experiences de M. Peretti , ii n'a 
pa iu*e retrouvâ aucun des principes actifs du quinquina, de 
telle sorte qu'il faut admettre la deconiposition totale de ces 
priacipes. Et comme, d'un autre câte, ii a iii annonc^ qu'on 
iTait constata la pr^senee du sulfate de quinine dans Turine 
d mdiTidus f(ăbricitants, ii est plus que probable que cette clr- 
coBsumce doii uniquement 6ire rapport^e ă ce que le sulfate 
qaioique a iii administra ă une ^poque ou deja la fiivre avait 
iii combauae par lea doses da principe f^^brifuge, donn^es an* 
tfriearement. 



S0& JOURNAL BE CHIVIB uthlCkhEi 

ANALTSB DE LA Y^BITABLE iCOEGE DE PEEEIRA, EMPLOTifi 
^AU BRiSIL CONTRE LBS FIJ^TRES IRTERIIITTEHTES ; 

Par M. le professeur Pietro^Pbretti i de Rome. 

M. Pereni a retirâ de cette ^orce l'alcalolde qn'il y avait 
d^coavert en 1839, et dont Texistence a iii depuis conflimfe 
par Pelletier. 

Suivant ce chimiste, cet alcaloîde se distingue par Ies pro- 
pri^t^s ci-dessous indiqu^es. II se pr^nte sous Ia forme d'uoe 
poadre d'uiţ jaune clair , dou£ d'une saveur trte amare. D est 
solnble dans Talcool et dans T^ther salfuriqne ; mais ii ne se 
dissout qa'en tris petite quantite dans l'eau : Ies solat|£s alco- 
oliqae et ^th^râ laissent , par l'^vaporaiion, un r&ida janne, 
granula. Soumis ă Taction da calorique, 11 se fond en praiant 
une coalenr roage, pais ii devient noir et laisse ddgager des 
vapeurs ammoniacales. 

II se dissoat dans Tacide azotiqae, et la solution prend noe 
teinte d'an roage vif. 

II se dissoat dans l'acide salfuriqae tras affaibli, et semble 
le neutraliser ; la solation âvapor^e laisse an r^sida confos^ 
ment cristallis^. Si ce r^ida est moaill^ d'acide azotiqoe, ii de- 
vient roage. Si Ton ajoute un pea d'hydrate de potasse ă Ia dis- 
solution salfariquci ii ne se forme pas de pr^cipit^, et, si od la 
fait ^vaporer, on obtient des cristaux blancs, grenus, qaî, par 
le contact de Tacide azoiique, prennent ane teinte de coulear 
rose : ces cristaux ont ane saveur amare. 

Lesmfimes effets sontprodnits avec rammoniaque; seole* 
ment Ies cristaux obtenus sont aciculaires. 

La coloration blanche de ces divers cristaux condait ăpen* 
ser que Talcololde en question devra aussi âtre obtenu avec Ia 
m£me coulear. 

La petite quantitâ de matiâre dont M. Peretti pouvait dis- 



DE PHA&MACIB £T BB TOXICOLOGIE. 805 

poser oe lai a pas permis de poasser ses recherches plus loin. 
htbactioii db la f£gulb des bulbes du tulipa gbsnbriana 

BT DB l'iBIS XIPHOIDBt. 

On a pris s^par^ment Ies bulbes de ces v^g^taux, on Ies a 
soumises ă Taction de Ia râpe, on a pris un poids donnâ de la 
palpe obtenue ă l'aide de la râpe» on Ta divis^e dans un mor- 
lier de porcelaine, ă Taide d'un pilon, en ajoutant de Teau pure; 
On a jete Teau de lavage sur un tamis de soie ă tissu tras serrd. 

On a de nouveau broy^ la pulpe avec de Teau pure : puis on 
a portă de nouyeau le produit du lavage sur le tamis. 

Cette opăration a encore 6i6 ripMe deux fois. On a , en 
dernier lieu, jetă la pulpe sur le tamis, et on a termind le la* 
Tage ă l'aide d'eau pure. ^ 

Ueau de lavage provenant des quatre opărations et du der- 
nier layage a iii laissăe en repos ; elle a laissă dăposer une fe- 
cale d'une belle couleur blanche. Cetfe fâcule, săparăe du 11- 
qnide^ a 6i& recneillie sur un filtre, lavăe ă grande eau, săchde, 
pais pesăe. 

30 Grammes des bulbes du tulipa gesneriana ont donne 
Cgrammes 60 de făcule sâche, ou 21 pour 100. 

60 Grammes de bulbes de Tiris xiphoîdes ont donnă 1S,S0 c. 
de făcule s^che, ou 22^50 p. 100. 

On peut obtenir de la fi^cule de ia plupiirt des racines bul* 
beoses. Cette Kcule, quand elle est bien lavăe, n'a pas de sa- 
Teur d&agrăable. 

15 octobre 18&2. A. Cheyallier. 

BBCBEBGHES POUB DiTEEMIlIBE LE MODE d'aGTION QU'eXBRCE 

la saliyb vube sur l'am idon a la temf£ratubb du GORPS 
bis anixaux mahm iflferes , bt a celle de + 75* ceiitigb. 
Les nouTelies experiences que M. Mialhe a entreprises , 



S06 JOURHAL DB GHIMIB ifelGALB, 

dans ces derniers temps, sur l^action qae Ia saltf€ honaine 
paraţi eiLercer sur la fecule amylacee dana l'acie de la digeir 
tion I el Ies r^suUaisqu'il a aunooces ă rAoad^drie dea acieacet, 
dans la seance du 31 marş 18&5 , noua ont engag^ ă r^peter, 
sur lasalive d'uu animal herbivore, sinon toutes Ies experieo- 
ces qu'il a indîqu^es dans son m^moire , au moios une des plus 
importanles sous Ie rapporl physiologiqae. 

Noire but, dans ceite circonsiance , n'a pas iii d^examiner 
Ie principe pariiculier qu'il dit avoir extrait de la salive ha- 
maiae, et auquel ii a imposă le nom de di^i$a$0 salivaire, en 
raison de TactioB qu'il a sur Tamidon, mais de nous assurer $i 
la salive pure, obtenue par la section du canal parolidieo eur 
UD animal , agissait k la maniere de ia diasiase sur ramidon, 
soit ă la temperature du corps de cet animal , soit en la por- 
tant jusqu'ă -f- TS*" ceniigrades, Cette expârience ayant poar 
objet de consiaier ai Ies effels observ^s avec la salive de 
riiomme, recueillie par la bouche, seraient îdeniiques avec 
ceux que presentcr^^it la salive d'uu de ses canaux et non me- 
langee aux nuicosit^s buccales. 

ţ" SoixaiUe-dix grapnmes de salive extraite par la sectioa 
du canal paroUdiea, ^uv un cheval sacrifie pour des etudes 
anatomiquesy ont ele places dans un flacon bouch^ ă Teiaeri 
avec deux grammes de fecule de pomme de terre parfaite- 
ment laveeet dessechee. Ce melangea eteexposâ dans nu 
bain-raarie d*eau a une temp^ralure de + ^^ ceniigrades, 
pendant douze lieures , eu agitant de temps en temps pour re- 
metire cu suspension la fecule. Pendant toute la duree de ceiie 
digestion, on a essaye a diflerenies reprises le liquide clair 
paf la leinture dHode, et, ^ aucune ep^ue de Top^atioa, 
i\ i^'a iii possible de coqsiatep la s^utiw . de U fecule- 
O^ta dernî^re^ est resi^e eu granules inţaets $ ii9B 9fioR^ 
el s^ns s^\(eration au^uiie ; recueillie sur un filtre el lavde â 



DB raAftMAGIB KT DB 9OX1COL0GIB. 807 

reaB dittill^ firoide, elle n'atftit perdu qu'iue tras faible pâr- 
tie de son poids qai ne s'est ^lerd qo'ă Op-^OIS, c'est ă dire , 
i 0,007 da poids primitif. Ceite XthB l^g^ difiKrence qad 
noQs a?ODS observ^e est^ sans doute, due au pins grand ^tat 
de dessiccation soas kquel la ftoile s'est pr^sentfe dans cette 
deraia circonstance. Examln^e an microscope, apris cettd 
digestion dans la salite, cette făcole n'ayait ^pronvii aucon 
cbaBgeaieiit ni dans la forme de ses gr anoles, ni dans lenr vo- 
loflie respectif. 

2* La poitioa de salire qni avait servi ă Texp^rience pr^ 
cedente, iltr^e, afin de Ia dâbarrasser de toate Ia fecale qni y 
aTaitdt^ iqootfey a ^A mise en eontact dana nn flacon bonchdi 
aec an gramflue de fdcale pare. 

Ce mflaiig», plac^ dans an bain-marie d'eaa, a ivk porţi ft 
ime tempirature de + 76'' ă + IV ccmigrades qa'oa a entre-' 
(eaae peadaot croia heares et demie % la ttcule s'est gonOie et 
djsteodae bientAt ea fonnaat an mocUage ipais qai s^telair^' 
ciiiait aveo peine par le ţepos et n'a, 4 aocane âpoque de To- 
p^rstiinif pria la flaiditâ du aolotom de tteole converiie en 
deuriae. La ttqoear provenant de cette r^action , examinie 
d'sitlears ji difiiireotea ripoqoea par la teintnre d'iode, a too- 
joQrs d^veloppi ane belle coalenr hUu d indigo. Cette riac* 
ii<m oolorie indlqoait dono qae la Mcule n'avalt pas M con- 
vertie en dexirîne ai en glneoae* PiMir recbercher ces denx 
priacipea dana la liqaear, nons Tatons flltr^e, et par son iva« 
poraiioa k «ne deoce cbaleor, et le traUement de Textrait par 
f^ioooly OD a'eat assnri qne TamidoBe de la fifenle avait (x6 
<)i«Mite en pârtie ţmt reaa de la aalire, et nnllement f ransfor* 
i&^e ni en dextrincj ni en itAcre. Ce dernier r^aaltat est donc 
opposA k cefaii q«*on auraît dii obtenir en adneitant , d'aprAs 
H. Mialhe , ^n'il existe dans \% seiite de tons Ies aniroaax an 
priaeipe anategne a la diă$imie v^g^kUe , et qai , soivant lui , 
ioae le m£me rdle qu'elle ă Tegard de Tamidon. 



308 joubual de ghimib iiiDiCALE, 

Afin de comparer, ă diff^rentes temp^raturesi Taction de la 
salive humaine recueillie dans Ia bouche , nous eu avons mis 
uae portion dans un flacon avec un demi-gramme de Cicnle 
pure. Le tout a et^ expos^ ă une temp^rature de + S^*" P^^ 
dant trois heures. La fecale est rest^ sans se dissoudre , en- 
tierement intacte, et n*a pr^ntâ aucune alt^ration dans ses 
caract^res pbysiques et chimiques. Ce r^ultat s'accorde donc 
avec le fait que nous avons observa plus haut^ en exp^rimen- 
tant ă + 38* avec de Ia salive pure de cheval , obtenue direc- 
tement du canal parotidien. Une seconde exp^rience a â6 
tent^e, en traitant ă + 75° de la fecule avec de la salive hu- 
maine. Dans certe conditioui Ia fecule s*est promptement con- 
vertîe en dextrine , et a fourni , au bout d'un temps plus long, 
une peiite quantit^ de glucose qu'il nous a ^t^ facile d'en s^ 
parer par Taction de Talcool ă 88® centfeimaux. 

Les conclusions qu*on est en droit de tirer des exp^riences 
relat^s dans cette note sont les suivantes : 

V La salive de rhomme et celle du cheval, ă la tempera- 
ture de -f 38** centl||^ades(eiialeur du corps des mammiferes), 
n'exercent âucune actioBdissolvante sur la făcnle : ce prindpe 
reste, sans auoune altâration, dans sa forme comme dans toates 
ses autres propri^t^s pbysiques et chimiques. 

T foni k une temp^raiure de + 70^" ă + IS^ centigrades, 
et maintenu dans cette condition pendant trois beures et demie, 
ce fluide des glandes salivaires du cheval n'agit pas autrement 
que Teau sur Ia fecule, c*est ă dire, que Ies granules de ce 
principe , plac^s au milieu de Ia salive du cheval ainsi chaof* 
f^e, se gonflent et se distendent sans se transformer ni en dâs* 
irine^ ni en glueae. 

y La salive humaine rendue par Ia bouche, qui est, da 
reste, sans action sur Tamidon , 4 la temp^rature du corps des 
animaux, convertit en peu de temps ce principe en dexirine 



DE PflAKMAGlE BT DB TOXICOLOGIE. 309 

i nne temperatare de + 70* ă + 75"" centigrades, et trans* 
forme ensaite celle-ci en glucose ainsi qu'on Tavait deja re- 
marquâ. 

&° Dans l'acle de Ia digeslion des substances amylac^es 
crues, la salive qui est ă la temp^rature du corps des animaax, 
oe joueraîi donc pas Ie rdie quelui a attribu^, tont r^cemment, 
H. Mialhe : elle contribuerait, ainsi que la plupart des physio- 
logistes anciens et modernes Tont reconnu, ă humecter ies 
fflatiâres alimentaires, et ă dissoudre quelqnes uns de leurs 
priocîpes naturellemeot solobles dans Teau qu^elle contient. 

Uavrill8&5. J. L. Lassaigre. 

IBCHERGHES SUR L'aCTIOIT Qu'eXBRCE LB TISSU PANCR£aTIQI7B 
DD CHEVAIf StJU l'aMIDOU GRU OU EH GRAINS, £T l'aMIBON 

CDiT daus l'eau ou a l'âtat d'bkpois $ 

Par M. Lassamrb. 

Les r^ultats annonc^s par MM. Sandras et Bouchardat sur 
la conversion de Tamidon en dextrine par Ie suc i»nGi>ăatique 
ec le tissu pancr&itiqae, nous ont port^ k Caire qaelques ex- 
periences ă ce sujet. 

1* Deux grammes de fiăcule pure ont il& dâay^ daus 
30 grammes d'eau distillte el plao^s dais un flacon, au baiu-- 
mărie, avec 6 grammes de tissu pancr^atique coupe en petits 
morceaux. Ce mâange, maiuienu ă une temp^ratnre de 
+ 38"* pendant quatre beures, a iii agit^ de temps en ;temps. 
La Mcule est sestee insoluble, en conservant son apparence 
graoulifonne et tous ses caractires physiques. Recneillie et 
debarrass^, par plnsieurs lavages ă l'eau froide, de tout ce 
que le tissu pancr^atique avait pu fournir, elle s'est prăsent^ 
Avec l'aspect qu'elle poss^dait avânt t'exp^rience, ainsi qu*on 
t'a constate ă Taide du microscope. Le liquide, au milieu du- 
quel la Câcule el le tissu pancr^tique ^taient en contact, exa- 



SIO lOURNAL DE GHIIIIB IfiDICALK, 

oiinâ ă pluftieurs epoques de l'op^ration n'a jamais indiqoA n\ 
la pr^seoce de f amidon en âoiuHon^ ni celle de la de^trine, 
Gette premiere expdrience d^montre donc d*Dne mani^ 
positive que Ies granules d'amidon ou de f^ule ne soot nalle- 
meat altăres, â la iemperaiure du corps des animaux^ par 
le tisstt pancr^atique, bien que ce niAme Ussu, ă la tempâra- 

w 

ture de + 70° ă + 75"* , aglsse dlrectement et rapidement surla 
fecule hydrau^e ou converlie en empai$^ eu la fluidifiant el la 
iransforniant en dextrine^ aiosi que MM. Sandras et Boucba^ 
dat en ont fait ia curieuse observation. 

S*' Uae roâme quantîte d^ fecule a ^t^ introduite dans on 
flacon avec 20 grammes d'eau distillăe; le tout a ^t^ porte 
ă + 74° centigradea pour^tranaformer la fecule en empois; â 
cctte ^poqne, on a d^iay6 dans celuin^i Ikk grammes de tissa 
pancr^atique ; aussilAt le mâiaage, l'empois a perdu sa coosi^ 
tance, est devenu tran^Mirent, et s'est fluidifi^ en moins de 
deuK mkiules. Ceite llqueur a ^t^ maintenue ă la temp^aiore 
de + 75° pendant deuii beures et demie, ai ayant le 
soin d'agiter le vase de temps en temps. FUtrtfe et ^apor^ i 
une douce chalenr, elle a laiss^ un produit sirupeux d'uneia- 
venr doiice et un peu sucr^e^ qai a offert tooslea caraciâres de 
la d€JBirin0 liquide mâlee a M peu de. ghicise. 

3*" Ceite propri^t^ du tîssu pancreatiqae d'agir sur Tempois 
ă la temp^raînre pt dans Ies oMdUitions oili la diastaae rtegit 
aussi sur la fecule hydrai^e« nous a engag^i vecherchersi le 
tissu jottirait de Ia mame action dans toutesr Ies. eirooosianees* 
On salt, d'aprâs Ies exprdrience& de MM. Persoz et Payea, qae 
la diasiase perd sa propriâe remarquaUe d'agir sur Tempois, 
lorsqu*eUe a iii expos^ k Qoe temp^rature de + 100^ ou aa 
dessous. Cetic modiflcaiion, d^rmin^ par le calorique, s'ob- 
serverait-elle aussi pour le pancreas qui aorait ^te chaulTe 
ă +109°? Cesi. une quesiion quil itĂii mmni de peseryet 
qu'il imporlait de resoudre par Texperience. 



r 



BB PHAKMACIB BT BB TOUGOLOGIB. 311 

Les esnis que noas avons entrepris k cet <gard , fâcilet h 
rifiier eih diriger, nous ont appris que le tissu pancr^ailquey 
chaulK dana Teau ă + 100*> pendant cinq k tk minutes, 
amra^â nn ^lat de demi-cuissoQ , n exerce plus d'action sur 
Tempois d*ainidon k + S8* (temp^rature du corps des animaux 
mammifires), tandis qu'avant sa coction dans Teau, le iissu 
pancr^aiique rând fitside^ âcâtte mtme iemperature^ Vem- 
pois d'amidan et le convertit en dextrine. Cette nullit4 d*ac- 
tioa da pancreas cuit est contr61^e d*iine manidre directe, car 
eo ajoatant an na^tange de ce Ussn cuit et d'cmpois un petit 
morctau de lissu pancr^atique cru, en moins d'uns ă deux mi-- 
nutet. ă la temperature de + 88" centtgradea, la fluidifica*- 
(IOD de Tempois a lieu. 



TOzxccMboaix. 

EMPOISOmiEMEIfT l»AR L^ARSaNIC. DISCUSSI0N8 TOXICOLOGIQUES. 

A M le redacteur du joumal de chimie medicale. 

MaDsieur« Tinsertion que vous avez Taite dans votre journal, 
des discussions qui se sont elev^es dans le sein de rAcadâniic 
des seiencesy relativement ă des questions de toxicologie , me 
ponent ik yous envoyer la letire que je viens d*adresser k TAca- 
dAnie des sdences, en r^ponse k celle de MM. Flandin et Dan* 
ger. Mon but, en vous priant d'inserer ceiie lettre m Mlm#o, 
estd'appelw Tatieniion de vos lecteurs sur cerlniiios pratiques 
qsi lendeat k s'^tablir dans la dîsciiasion scientîfique. De tout 
lemps, ies equivoques, les faux fuyants ont M la ressouree des 
■SQTaises eauses et des mau vaîH esprits ; mais ă aveune ^poque 
ces ressources n'avaient iii organlsees en sysieme, et jamais 
svrtout ellea n*avaient obtortu le succes qn'ellea (rfHiennent ati- 
JoardliBi. II appartient^ux jQuraaax scientiiiqoes de favoriser 



SI 2 JOUENAL ]>£ CHIMIB HiDICALB, 

Ies efforts de ceux qai veulent expulser d'aussi regrettables 
moyens, et ramener Ies habitudes de bonne foi et de loyaaie 
scientifiques, sans lesquelles ii n'y a pas de discnssion possible. 
J'espere done, Monsieur, que vous voadrez bien âccorder place 
ă ma letire daDS votre prochain num^ro. 

Agreez, Monsieur, etc. 

A M. le pretident de tAendimie des eeiencei. 
Monsiem* le pr^sident , 

La Gour d'assises de la Meuse prononce en ce momeut sur 
la culpabilii^ de Mărie Wattier, accus^e d'empoisoonement. 
L'analyse da cadavre de Tune desvictiinesafoumiaaxeiperts 
UDe certaine quantit^ de cuwretn^tallique. 

Si Ia justice eut appelă ceux des chimistes qui, comme 
M. Flandin, nient Texistence de ce m^tal dans r^conomie de 
rhomme qui a succomb^ k une mort naturelle, Mărie Wattier 
aurait vu ce cuivre se dresser contre elle en un corps de ddlU, 

Mais Ia justice, ayant confi^ Texpertise ă MM. DeTergie, 
Lesueur et moi , la d^couverte de ce cuivre devra £tre sans 
importance contre cette accus^e, car nous avons declara, ea 
honneur et conscience, qu'il existe dans des proportions sem- 
blables chez des individus nou empoisonn^s. 

Tclle est la cause grave pour laquelle j'ai cru devoir adres- 
ser une protestation 6nergique contre M. Flandin, quaod j'ai 
vu ce m^decin s'appuyer de Tautorită de TAcad^ie poor des 
doctrines que je croîs erron^es. II n*y a point iei de quetUon 
pereonnelle ; ii y a danger iniminent pour la sociale, jttsqo^i 
ce que la commission nomm^e veuille bien apprendre ă Ia ma* 
gistratnre, qui de M. Flandin ou de moi entratne la justice dans 
des fautes irr^parables; car, lorsque Tun de nous tend i faire 
condamner, Tautre tend ă faire absoudre. 

J*ai signal^ une premiere sărie de dix erreurs dans Ies tra* 
vaux de M. Flandin. Dans sa r^ponse ă mes observatiooS) 



BE PIlAlUffACIB BT DB TOXICOLOGIE. 31S 

H. FlandiQ garde Ie silence sur Ies unes : c'est admettre qu'el- 
Ies ne soDt point contest^es ; ii me r^fute sur Ies autres en d^- 
claraDt qae j'ai mal interpr^t^ ses ^crits. La question exige 
nne pi^mpte rc^plique : onjuge ă Saint-Mihiel pendant que 
Doas dficutons ici. 
Premier poikt. — « M. Barse regarde comme ioexactes, dit 

* M. Fiandin, plusieurs propositions qu'il dit avoir iii soute- 

* nues par nous, ă savoir : 

• 1* Qu'il n'existe pas de euivre ă T^tat normal dans Ies or- 

* ([anes de rhomme : nous persistons dans cette opinion, en 
« fuppUant qu'on ne confonde jamais Ies deux expressioDs , 
< cuiTre normal et euivre aceidentel. » 

Si Ton SLâmeilaiiupplique de M. Flandin, on devra donc re* 
fliserde croire ă Texistence du euivre normal, tandis qu'il fau- 
dra admettre l'existence du euivre aceidentel? Tel est, si je ne 
me trompe , Ie sens que M. Flandin dosire voir donner ă ses 
fcrits. 

Or, ponr M. Flandin, ii y a deux ans^ c'^tait une seule et 
mimechose, et ii n'admettait pas plus Tun que Tautre, comme 
le proQve ce qui suit (J'extrais ce passage d'un rapport de 
U. Flandin, en Cour d'assises, et publie par lui-tiiâme) : 

« Le 1& aoAt 18ftS, dans un travail qui lui est commun avec 

* denx âives du laboratoire de M. Orfila , M. Barse annonce 

* U'Acad^mie des scieoces, ânotre grandetonnementy qu1l 

* avait trouv^, non pas, ii est vrai, du euivre et du plomb nor* 

* ma/, mais du euivre et du plomb accidentels dans Ies organes 

* d'individus non empoisonn^s : M. Barse changeait le moi , 

* mais ii ne changeait pas la efMse I 

• S*il existait des poisons dans nos organes ă l'^tat sain, ii 

* n'y amnit pas de toxicologie , et nous ne devrions pas £tre 

* ici. > ( Compte-rendu du proces Pouchon, page il5 de Ia 
'«ww icientifique. ) 



316 JOURNAL DB CHIMIE ||£dICAI.B, 

J'atieods donc qne M. Flandio explique ă l'Acad^giie oeqa'il 
entend aiţjourd'liui par ces deux d^nominaiions i s*il trOQve 
qu^en changeant le mot on cliange la chose. 

DeuxiIemb point. — J'ai reprochă ă M. Flandia de s'âtre at- 
tribal la decouverte de la localuation ou de la oanteniratm 
( je tiens ă ne pas jouer sur des mots) des poisous daos le foie, 
tandis que M. Orfila avail annonce ce fait dâs Tanu^e 18&0. A 
cela, M. Flandin r^poud qu'il croit avoir moDtrâ, par Texpe* 
rience, que le transport des poisous dans le foie âtait direci) 
qu'il ^tait op^r^ particuliârement par la veine^parie. 

Je ne trouve dans Ies Comptes-rendus de rAcad^miei ni dtos 
Ies publications de M. Flandin , renoncă d'aucune exp^riesce 
qui vienne ă Tippui de son assertion. La transmission des poi- 
sous par la v^ine-parte n'y est m£me pas signalie avânt 18&i, 
Je lisy au contraire, dans une lettre adressee par M. Orfila i 
la commission de llnstitut, le 6 juillet 18&2, cette phrase : 

« Le foie, en effet , reţoil le premier , & Taide des Taisseau 
« qui ferment la veine^parie ^ la presque totaliti de la svb- 
« stance toxique. » 

M. Orfila entendait parler des cas oii le poison est introdoit 
dans le canal digestif. 

Mais» sans m'arrâter ici i une question de priori t£» si j*exi- 
mine le fond, je maintiens que, pour renverser la thiom de 
Tabsorption de M. Magendie^ M. Flandin n'articule que des 
idăes tout a fait conjecturales, et qui sont ea opposition ayec 
Ies faits Ies mieux av^r^s. Qui ne sait, pour ne citer qu'un seul 
exemple, que Ies animaux sont gravement empoisonB& par 
suite de Tintroduction sous la peau des cuisses, ou dans la ca- 
vit^ des pldvres, d'un grand nomlnre de substances v^nâiemes? 
Admettez, comme M. Flandin le faisaiten 18&&, que Ies poisoQS 
ne se trouvent pas dans le sang des vaisseaux qui aToisiaent Ies 
cuisses ou Ies pl^vres , et qu*il est pris par Ies vaisseaux de Ia 



DE PRARHAOIE tT DE TOXICOLOGIE. 815 

vetne-portâj pour £(re transmis an foie, vous arrivez ă ane 
consdquence pbysîologiqae moiţstrueuse, et qui, d^s lors, ue 
sera admise par persoane* 

TRoiuiHS pouiT. -^ J'ai reproche ă M. Fiandin , et je viens 
de le r^p^ter daas Ie paragraphe qui precede, d'avoir mi l'exi- 
stence des poisoas dans le sang des animaux empoisonnes. A 
eda, ii r^pood : 

• NoQs n'avons pas ^mis une proposilion aussi formellemefU 
« ahiolusi aous avons dit qu'on ne troovait pas dans ie sang 
< eertains poisoas, tets qae le coivre et le ploaib ; nous savons 
« qa*OB y retroave Tarsenic ei raniimoiae. » 

Voici textoellemeat ce qu'avait dit M. Fiandin dans soa m^ 
moire (Voy. X, 18 des Campies^endu9 ^ p. 173) : 

• LoTMqu^un eompoM^ mAallique a iii introduit dans l'es« 

• tomacott appliqu^ soas la peao, c'est particuliârenient dans 
« le foie qoe Taaalyse le fait decouvrir. Quel que soit le mo- 

• ment ou Ton saigne ranimal durant Ies phases diverses de 
" rempoisonaement» on ne retrouve pas Tel^ment toxique 
« dans le sang. 

« On ne l'y retrouve mame pas semiblement , lorsqu'apris 

• ia mort on recueille toute la moise de ce liqaide pour la 

• soQfflettre ă Taaalyse. » 

QuATEiiMB POiNT. — J'al rcproch^ ă] M. Flaadin d'avoir 
iTanc^i contrairement ă rexp^rieoce , que Ies ^nimaux em- 
poisonnes par l'arsenic n'arinent pas. M. Fiandin r^pond : 

• Dans Ies empolsonnements aigus par Tarsenic, i^ardmaire 
« Ies animanx a'nrineat point. > 

Cittms oMore le texte du mteolre ftdress^ le 23 marş 1841 , 
^ ykadimie de mMeciae, par M. Flaodin : 

• Une reoMHrqtte que novs ayoiis faiie, dit-il, c'est que dans 

• l€s c» d*empoisonnemeiit aiga, soit que Ie poison ait ^t^ ap^ 

• pKqoâ 80» Ia peaa ou quH ait ete introduit dans Ie tube di- 



M6 lOUENAL DB CHTVIE II£dICALE, 

« gesUr, let anitnatuc fCurinent pai ^ et qn'apr^ leor mort 
« on retrouve la vessie vide et contracţie. » ( Voy. le memoire 
d^pos^ aux archives de TAcademie royale de m^decine. ) 

Si cette coDtradiction ne suffisait pas pour montrer corn* 
bien est inexacte l*assertion primitive de M. Flandini nous cite- 
rioDS Ies experiences 10 et 11 da rapport de la commissioD de 
rinstitut , dans lesquelles Ies commissaires disent avoir tu 
M. Orflla retirer de Tarsenic, de 100 grammes d'arine trouvee 
dans la vessie de chiens empoisonn^s d'une maniere aigue. 
Nous citerioDs encore le travail fait post^rieurement par M. De 
lafond I approuv^ par TAcademie de m^decine^ dans lequel on 
voit, entre autres faii8,les chevaux empoisonn^ d*ane maniire 
aigue , donner , celai-ci , de l'urine arsenicale au bont de cioq 
heures et demie; celui-Iă, au bont de trois henres et demie; 
d'autres, qnatre, six ou sept heures apr6s le commencementde 
l'exp^rience , et la quantit^ totale d*urine foiurnie par Ton de 
ces animaux pendant Tempoisonnement s'âever jusqo'i trois 
litres et demi : ii en est de m£me pour Ies chiens, aux propo^ 
tions d'urine prâs. 

GiMQuiiiMB poiNT. — J'ai reproch^ ă M. Flandin d'avoir pr6- 
tendu ă tort qu'il y eiit des taches qui pr^sentent Ies caraciâres 
physiques et chimiques de Tarsenic, et j'ai annonc^ que Ies 
deux Academie's avaient fait justice de Terreur de M. ţlandin. 
Au lieu de r^pondre, le m^decin d^place la question ; ii dit : 

« Que TAcad^mie a prononcd sur ce point , et qu'elle a 
« proserii completement la m^thode des taches. » 

Rien n'est plus inexact : ii n'y a nuUe part, dans ie travail 
de ia commission , un seul mot qui se rapporte ă uiie paretUe 
proscription. Loin de lă , TAcad^mie verra , par Ies citations 
qui vont suivre, que dans ce rapport, ă chaque instanţa la 
commission conclut & Texistenoe de l'arseniCf uniqti^neni 



BB PHARIIACIB BT DE TOXICOLOGIE. 317 

d*apres Ies taches obtenaes, ou ă Tabsence de ce m^ial quand 
Ies taches ne se montraient pas. 
Premiere eitaiicn^ p. 1096, de ce rapport : 

• Les sept exp^riences pour d^terminer le degre de sensi- 
« bilite da proc^d^ de Marsh ont iii faites par la m^lhode des 
« tachee : ii resulte ^videmment de ces exp^riences que les 
« iachee ne se montrent pas mieux avec de grandes quantit^s 
« de liquides qu'avec de petites quantit^s , et qu'il y a avan- 

* tage ă op^rer sor des liqueurs concentr^es; ces taches sont 
« alors beaucoup pios fortes, mais elles se manifestent pen- 
« dant moins longtemps. » 

Dewneme eiiaiian^ p. ilOl. Les exp^riences pour Ii re- 
cherche de Tarsenic dans Ie corps de rhomme ă l'^tat normal 
oot iii faites par la m^thode des taehes. 

MM. les commissaires n'en ont pas fait une seule par un 
aotre proc^d^ pour Irancber celle grave question. 

Troieieme eitationj p. 1035. Ici la commission va plus loin : 

« Pour recueillir des iaches , nous conseillons aux experte 

* de se servir de soucoupes de porcelaine qui n'aient pas de 

* vemis plombeux. » 

Quairieme eitatian j p. IIOS , article Conclusion •• 

• On peut mettre Ie feu au gaz qui sort de Tappareil , et es- 
« sayer de recueillir des taches sur une soucoupe de porce- 
« laine. » 

Qae si Ies citations qui pr^câdent paraissent insuflBsantes ă 
M. Flandin , et qu'il persistat ă soutenir que Ia măthode des 
taches est proscrite» nous demanderions pourquoi, dans le pro- 
cis LacostCf M. Flandin a sign^ un rapport dans lequel, aprâs 
avoir dit qu*il avait recueilli des taehee^ qu'il pr^sentait au tri- 
bunal, ii conclut en ces termes : 

« A Tensemble des diff^rents caractâres fournis par ces ta- 
« ches, U ^tait impossible de ne pas reconnatire Tarsenic. » 
r siaiB. 11. 25 



318 lOVENAL BE CHItffIS h£bICAT.B, 

( Rapport insera dans la GazeUe des Ttibvmauxy Ie 15 jdl*- 

letl8M.)* 
Sixi&ME ET DBA1IIE& poiNT. ^^ J'ai reproch^ & M. Fiandin 

d'avoir soutenu, contre toate raison, qu'il est preflârable dV 

p^rer sur etnt grammes d'un fbie pour n^soudre la qttestîon de 

Ia pr^sence des poisons. Yoici le texte de son memoire : 

« Apres ia mort, c*est dans le tobe intestinal et dans le foie 

« excluşi vement qu*on retrouve le cuivre absorbe. A6 4 60 gr. 

• de ce viscere $uffUtnt pour acqa^rir juridiquemeiit la prenve 

« d'un empoisonnement. » {Page 157 du tome 17 des Campki- 

rendus. ) 

Et ă la page lO&O da tome 16» M. FUadia dit : 

« Qu'one expertise m^dico-l^gale soit demaod^e dans mie 

« localitd qui manque d'bomues habitu^ aux rechercbes toxi- 

« cologiques , ii Mufitra aux magistrats instructeurs de faire 

« preparer, par un phamiacieB , telU ou ielh pârtie da ea* 

« davre sur lequel ii s'agit de troaver ie poisoOi et d'envof er 

• la matidre aiosi pr^ar^ k des chimistes de professioa. » 

Eh bien ! â la suite d'oa texte aussi clair» qa'^Joute attjou^ 

d'hui M. Flandin comme tons-efitendu ? 

• II est tien entendu que si Ton ne trouve rien sar cent 

« grammes, ii faudra op^r sar deus eenis , sur einq cenit^ 

« et mdme sur miile. » 

Je Ie demande ă tout homme de raison, esl-il possible de pro- 

poser une maniâre de proo^der plus d^sastreuse ? 

« Fractionnes, fractionnez tout d'abord, s'ecrie M. Flandia, 

« puis ) si voas ne trouvez rien en petiti yous cbereberez ea 

« grandi • 

Et M. Flandin ne s'aperţoit pas qa'U foit user la madereen 
tentatives successivement infructueases ! 

« ChercheE sur miile, si vous ne trouvez pas sur cinq cenis^* 
s'ecrieM. Flandin, • toos, experts^ a qulj'aiconseill^d'anean* 



DB PEâRBA^B BT BB T0XICOL9QIB. tl9 

• ijr la masie, en agissut saccessivaniBat sur 68, 60| 100, 200 
« eUOOgraiBBies. » 

£a T^ît^, ii fi'y a qu'ane maniire de qualtfief caile doctrine» 
c'est une manifeste et dangereuse absurdile i 

Je snis, Monsieur le Prudent, etc. 

Jdlb» Babib. 



3= 



bmpoisonnexbnt pab l'acide oxauqub (i). 

Le Journal London medical Gaz. fait oonnattre un caa 
d'empoisoDnement voiontaire par Tacide oxalique. Une fille 
deTjogt-deux ans, habituellement en bonne saBt^> ayant priB, 
i la suite d'un accâs de jalousie, une forle duse d'acide oxali* 
que, sttcoooiba par suite de celle mgeslioni et fui trouv^e 
morte le lendemain dane sa cbambre. 

L'aniopsie cadaverique ayant et^ faiie , on reconniitqne la 
surface interne de restoiuac etait g^u^raleweni blancbe,el que 
Ies membranes etaient ramoities â ce point, qu'on pouvatt ă 
peioe Ies manier sans Ies dechirer. Sur le c6te gauche de te 
Tiscire, Ies tissus avaient une consistance pulpeuse> et ils 
pr^sentaient plusieurs perforaiions. 

Le liquide, separe du ventricule, pesait 180 graminess sa 
cottlenr ^tait noire» son acidite ^tait tres marqn^e ; son ana- 
iyse fit voir qu'il contenait 12 grararnes d'acide oxalique. 

M. Leiherby, qui s'est occup^ du faii d'empoisonneaient 
qae none venons de rapporter, fait observ er que ce cas d^ 
nontre i'action corrosive de Tacide oxalique sur restoniac « 
acţionai a'avait M observa que rarement jnsqu'A pr^eeiit, 
malgri Ies nombreuses expMences de Gbrisiisonet de Taylor. 
L'opinion de M. Letberby est <M>nlrovers^, car on a fiiic ob« 

(!) L*âdde oKsliqae est souTenti en Angleterre, la cause d'empoison- 
Mmeiits accidentels : aussi le docteur Yenables af ait-il proposiS de colo- 
Kr cet adde. 



830 lOUaifAL BE CHIHIE HfiDICAIE; 

server que la perforation, au lieu d'âtre auribu^ ă Tacide 
oxaliqae, pourrait âtre regard^e comme ayant ^t^ le r&nltat, 
apr^s la mort, de ia dissolation chimique qui a ^t^ ^tudi^ et 

ddcrite parM. GarswelL 

* ■ ■ III ■ ^- . ■ ■ 

BMPOISOIfNEHENT PAR l'aGIDE f AETRIQUB , MORT BU SUJET. 

Nos lecteurs doivent se souvenir qa'il y a peu de temps, 
Tan de nos coli^gues, M. Louradour, nous posait la question 
de savoir si Tacide tartrique ^tait toxique, et s'il ponvait £tre 
considdr^ comme poison (1). Nous r^pondtmes aflSrmative- 
mentă cette question, appuy an t notre r^ponse de preuTes: 
ces preuves sont corrobor^es par le fait suivant, que nous ex- 
trayons du Pharmaceutical joumal and transacHonSy pu- 
blic, ă Londres, par Jacob Bell, dans le mois de f^vrier 18&5, 
fait que T^diteur a puis^ dans le joumal The Times j du 19 de- 
cembre 18&ft. 

D'une audience tenue par M. Wakiey, sur le corps de Wil- 
liam Wats, conducteur de cabriolet, et des d^positions de sa 
veuve, ii r^sulte que Wiliiam Wais, âg^ de vingt-quatre ans^ 
demeurant rue du Brasseur, n" A, ^tant effectâ d'un rhume, se 
rendit ie 7 du mois chez le sieur Charles Watkins, droguiste, 
rue Midieton, dans le but d'acheter 60 grammes de sel dTpsomy 
qui lui furent livr^s. Ayant observa que, dans la boutique du dro- 
guiste, ii y avait d'autres sels, ii demanda que le sel d'Epsom 
qull venait d'acheter f&t echange contre un auire sel n'ayant 
pas de saveur marqu^e ; ia personne qui lui avait livre le sel 
d'Epsom, M. Pierre Watkins, fr^re et apprenti de M. Charles 
Watkins, adh^ra ă cette demande. Wats, de retonr chez lui, 
fit dissoudre le produit qu'ou lui avait livre, puis ii en avala la 
solution. Sa figure, quelque tenips aprâs cette ingestion, de- 



(I) f^oir le num^ro d'afril, page 204, 1845. 



DE PIAHMAOIB BT BE TOXICOLOGIE. 821 

TintroQge: U s'^cria qu'il £tait empobonntf, pais ii cessa de 

]Mffler. Les aoeidents qui se cUveloppirenr ă la suite donnâ- 

reot Uea ă la mori de Wats qui, apres Atre rest^ au lit jusqa'au 

16, soccomba. 

M. Brood qui flit chargâ d'examiner une pârtie da prodait 
qai 66 trouvait dans le verre dans lequel Wats avait bu, recon-» 

nat quele d^c^d^ avait pris de Tacide tartrique. 

Une enqaâte ayant iii faite, Tâ^ye WatUns avoua Terreur 

qu'il avait cominise; illattribua cette erreur ă ce que le bocal 

qui contţnait Facide tartrique avait ^t^ chaagâ de place , et 

qull occopait la position oii se trouvait ordioairement un sel 

insipide. 

Lejury charg^ de prononcer sur Tenquâte rendit un verdict dţ 

nou colpabillt^ relativement ă Charles Watkins , faisant suivre 

ce verdict d*une recommandation pour qu^ Ies ^tiqoettes ap- 

pos6es sur Ies flacons continssenti en lettres irh grottety riU" 

dication des substances qu'ils contiennent , afin de pr^venir 

poar la suite toate chance d'erreur . 

Lechef du jury ă son tour admonesta Charles Watkins. 

La discassion de savoir si Tacide tartrique est un poison , a 

i^ controversa. Pomm^r, Orfilai sont de cet avis, Coindet 

etCbristison voyaient differemment, mais le fait de Wats est, 

selon nous , la preuve la plus concluante, puisqu'elle ^tabliC 

qoe I'acide tartrique , pris ă haute dose , est un poison qui 

peat d^terminer la mort. A. Ch. 

'OTB SUA l'KXISTEITCE DE^Ii^ARSENIG DAHS LBS POUMES ^LBVES 
BB COBALT, GOBAUSS SODS liE BOX b'aZUB; 

Par Octave Briffand. 
Dans la visite annuelle faite ă Paris des etablissements des 
confiseurs (1) , M. Chevallier ayant su que de ces industriels 

(t) Ob Mora qne, par orare de radminlBtratlon , chaqae ann^e, «u 



disnieai Qsage da hlău ţfazur^ pour taopoadiw oMtiis 
fruiu, afin de leor donacr l*Mpeei vtlom^, cmţat la craiM 
que GO \Aw ne coiUtat ane sab^Qce loiiqne (dal^taik) ()). 
II nous engagea ă examiner un ceriain nombre d^MiaatiHoiii 
Ae C9« bleui prU dani le eommeroe 9 c'ett le r^eiiltat 4a ce tra- 
vail qae neiia allons ftiire connattre (S). 

Le verre puhrMs^ compost d'oxyde de cobalt, de sabie sili- 
oeux , d'oxyde de fer et de potasse, connu sons Ie nom d^azar, 
est olas8< dan» le commerce snivant sa nnance et îa floesse 
plus 00 molns grande de ia poudre qu'il fournh. Les nombreih 
tea varidtdft de ee prodait sont distingu^es entre elles par l« 
d^nominatîoDs suivantes : azur un feu^ deux feuXj irois 
ftuMj etc : d^neminatlons impropres dans lesquelles le moi 
fea, prls dans le sens d'^fat , semble* servfr d*tinit^. dans l'âp- 
pNeiatien de la nnance de ces pondres. 

Les especes suivantes sont, du reste, les seules que noa $ 
ayons rencontr^es dans le commerce et dont nous nous soyoos 
occup^. Ce sont les variet^s ^'azur 8 Teui, 6 feux^ 4 feui, 
3 feox , !! feux , 1 feu, enfia d'asur p^ie. 

Ces poudres sonţ employ^ed i^ Tqppret i)es toiles de Un ei 
des lis&us de <;otoa ; op ş'en şeri (tour colorer les papierSi l*a- 



iţpois de «Ucembre , leş ^ti^blissţmeplfl de «mifisear» de U ^t^Uik soot 
▼istt(Î8 par uDe cominission prise dana Ic sein du Cooşeil de salobrit^» ^ 
qui est compus^e de MM. Beaade , CheTallicr, Gaothier de Glaubry tt 
Goi^rard. 

(t) 1144 ee chimiste atalt ea l^OGcation de nconnattre qne des tîsstn» 
impr^a^ fi*eBit»it «otord pa» !• blM Casar, pato raptstis, aTUO^ 
donn^ lleu h des ^ruptioqi li U paau* droiilttaas qu'il attribaa A U prf- 
ajipce d'un prgdaţţ 4r3eoic«i d4af Vemp^it mls fiţ u^KS* 

(ay Noua devons deş remercieipeDts A M. iffnîec, phii^nadca-^r^^^^'' 
qui a mii la plus grande complaisaace k noas procurer Ies MiaatiUoas 
«ur l«şquel8aoiţ9 SToiiq qjfMy 



DB PBiKHACIţB ţT M TOXţCOIiOGIB. 338 

QidoBi Ie» imam > 1^ verres 3 U est nas&i ^ dit-on, emploj^ <« 

Difiml d^ ţ^ff4ri0nc0M faii^* sur eu pQudreM. 

f" A^uf 8 feu^. 

L'azar 8 bm fst W^ paudre fiM d'mi b^aa bleu de ciel un 
ffKKUmi* 50 grai»iDf« de ceue paudre^ trait^e par Teau di»- 
mieo, MUS om fouroi qd liqiiîde^ d'uo gris*bleuâtre ne don* 
nant aoewi precipita par le cyaniirct de potasslum, par le chlo- 
mre de baryum , pa? Toxalaie d'anwooiaque , par le nitrate 
d'arfeat. Ce Uqiiide > iiHrodiiU da^s l'appareil de Mardi , a 
doone Uen, sur-le^cbamp, ă la produciioii de nombreuses ta- 
ches; maii ime mouM^^ abe«daiite s'^iani divelopp^e , elie eu- 
trava ia marebe de Tep^aiion^ If oi|s prtmes le parti de car* 
in^aiseir» pwr l'aeî^ Mdbnriqney la matiâre organique , dom la 
pr&eaee noua ^tait Hyili^ par la sioas^e. !Le Uquide, aia4 
traiii» Im dei noMvew introdoîi dana un appareil de Marsh 
DMioi d'nD tube garftî d'auMame et cbauffă ^ la flamme de Tal* 
QooU Par şaUe de <:ettei laaDipulaUon}, nona obttnmes un 
meiu brillam d'arsemc m^talUque» que soqs avons pes^ 
<^^icieinaim M vA nana a ddmomrâ la pr^aence de Os^-^s^ 
d'awMe dma 190 granm^ de Vaaur qiie noas euminiona. 
^ 'f #SMH9fKM« /iM^< sur f^zur dit azur 6 feux. 

U yiSffiiyi 4'aaardi^ ^ {am se p]^4«^me squ$ la forme d'uoe 
poQdre ine A*m bleu de ckA aa^a pur, mm uo peu moina 
foDce qţie le |ir9iiii^« J^i^iis avoţia de n^me trăita 50 grammes 
de cette poodre par Teau diaUll^ a la chaleur de TebulUtion, 
ei oMemi «a licmid^ analogul au pţ^dem uu peu plus oo- 
l«rii M^eewiMt Wa mdmea «apraOiiiM mâgaUfs par ies reactifa 
pr^cedeomieBi ^^awr^a^ V^m avona trăita <:e liquîde par 
4<^«^ CWM«frd'aoMe $¥lftiţi4i«e pur eţ conce«tr^ , pour de- 
şire lea mmiâfea Ofganiques qui auraieni pu g^ner Topera- 
tioa. }j% r^sidu de V^p^Mon fiat fiKir^ e% introduit dans ua 



32& JOUENAL DE CHIMIE hIbICALE; 

• 

appareil de Marsh modific, ^tabli comme nous Tavoas dit pios 
haut ; par suite de cette opăration, nous recoeilltmes dans le 
tabe un anueau brillaut d'arsenic qui nous a d^montrâ qae la 
vari^t^ d'azur 6 feux contenait 0,120 d'arsenic ponr 100. 
3® Expdrieneet faiies $ur Pazur h feu». 
L'azur & feux ne diffi&re des pr^c^dents que par sa niiaaoe 
qui est moins pure et moins fonice. Nous avons flaiic subir i 
quatre ^chantillons de cette variA^ Ies op^rations pr^cMem- 
ment d^crites , et nous avons obtenu des r^ultats identiquesl 
Texamen fait ă Faide des rtectifs. L'anneau d'arsenic obtena 
par le traitemeut de 100 grammes de ces pondres, nous a bit 
voirque cet azur contenait en moyenne Os^^^ogO d'arsenic. 

^ k* Expdrienees faitet mut Fazur S feu». 
La poudre azur 3 feux est plus p&le et plus doiice an ton- 
cher que celles qui avaient d^jă ^t^ examina , elle commence 
la s^rie des nuances dites elaires. Le iraitement de 100 gram- 
mes de cette poudre par l'eau distill^ n'offre rien de partico- 
Her, si ce n'est Ia prunce du sulfate de chaux qui noos fat 
d^montr^e par Ies pr^cîpit^s insolublea que nous obdmnes 
par Ie chiorure de baryum et par Toxalate d'ammoniaque. Le 
liquide obtenu du traitemeut de cet azur, introduit dans Tip- 
pareil de Marsh, en prenant Ies pr^cautions indiqa^s ptkir 
demment, a foumi un anueau d'arsenic qui nous a fidt c<»h 
nattre que cet azur contenait 09r-,060 d'arsenic pour 100. 

5* Experience» sur Ies azurs 2 feux , 1 feUj et sur 

fazur pale, 
Les trois variet^ d'azur qui nons restaient ă examiner fturent 
âiudi^es avec soin : on reconnut que les liquides obtenos da 
lavage de ces poudres ne donnaient, par rappareil de Marsh, 
aucune trace d'arsenic. Les deux premiires ayant i^ traitto 
par un acide ^tendu (acide sulftirique), nous ont encore foarai 
quelques taches arsenicales, maia elles ^taient si peu nom- 



BB PHA&HAaB BT BB TOXIC0LO6IB. 325 

brenses qn'il noos a semblâ inutile d'en rechercher le poids. 

L'azur dii azur pAle trăita et par Teaii et par Tacide sulfo- 
rique ^tenda, ne nons a donnd aucune tache arsenicale. 

De ce qiii pr^cMe , ii r^suke : 

1^ Qae Ies poudres bleues du counneree, connues sons le 
Bom ă'azur contiennent : celles '^dites 8 fetuf^ 6 feuXf & feus 
et 3 feux f des quantit^ pond^rables d'arsenic qu'il est focile 
disoler par nn simple lavage ă l'eau ; 

2^ Que la pr^sence d'un produit solable d'arsenic dans des 
poudres obtenues par ealcination et par des lavages , paralt 
pr^senter quelque int^rât ; 

V Que ces poudres ne doivent pas £tre employ^es par Ies 
confiseurs, non plus que dans divers usages ^conomiques, 
pnÎBqtt'elles pourraient 6ire dangereuses. 

= m 

8UE l'aCIBB SULFUEIQUB ABSBlIIViRE. 

M. Dnpasquier a adressâ ă TAcad^mie des sciences un tra- 
vail dont voici Ies conclusions : 

1* L*emploi des acides sulfuriques arsenif&res dans Ies tra- 
vaax de rindostrie ^ et dans la prăparation des compost chi* 
mtques et pharmaceutiques, peut entrainer de graves inconYd- 
Bients et mdme des dangers. 

3* L'arsenic dans Ies acides sulfuriques du commerce est ă 
1 eiat d'acide arsenique. 

3* La proportion deee toxique dans ces acides est variable; 
maison peut Testimer , en moyenne, ă un milliâme et demi. 

V L'emploi de l'acide bydrochlorique est comme celui du 
gaz acide sulfbydrique, insufflsant pour purifier Ies acides 
soirtiriques arsenifdres. 

5* L^emploi des sulfures alcalina offre un moyen d'arriver ă 
tmeparification aussi complete que facile de ces acides arseni- 
fires. 



326 IQUKKAl» Al «KHIE lUfctlCAIiB» 

6^ Le sultan de baryaasi, mus Ie rapport de r^coaonie 
eenme seus celiii de la pureti de Tacide snlfuriqiie s est de 
beaucoup prdMrabie aux antrea aulfureaalcaliDş; ek U oSre ua 
moyen, pen couteux et facile k netireea pratkpe, d'obteair la 
pariication parfaiie dea acidea sulforiquea arseBif&rei peo- 
daat laur prăparatioQ dana Ies fabriques. 

D'^f^te ce qHi pr^cMet et parUcuIiirement dans l'iniârit 
de la sanie publique , M. Pupasquier poae la questioa sui- 
liante coanase coadusion deraiere* 

Pilisque TeiWidQi de Tacide aulfarique sauiUe d'arseaic pre- 
senie des inconv^nienis et des dangera, puîsqu'ou poss^e ud 
moyei^ de le purifier san^ augmeater seosiblement le prix de 
fabricatiw, ine şerait-ii paa convenable que l'autorite d^feo- 
dtt ă l'avenir la vente des acides sulforiqttes arsenifâres ? 



m£hOIRE SUa LES ^THiKOLis ou TEIlf TURES £TH£aiBS ; 

^Par M. Emile Mouchon, pharmacien. 

SEGONDE PÂRTIE (Suite (1). 
DEtlXlâHE StRIE. — EXTRAITS ALGOOLIQUES. 

ExpSriences n^i. — Extrait alcooUqtie dTaconiL 
On a dâay^ dans quelques grammes d*eau,60 centigrammes 
d*extrait alcoolique d'aconitnapel, recueilli apris la prdpara- 
tion de Tetherole, et Ton a fait avaler ce solutum ă ane poale. 
Dessignes de malaise se sontmanifest^s toutaussitdt. L'animal 
avai( beaucoup de peine ă se soutenir sur seş paites; ilcbance- 
lail souvent, ii ouvrait et refermait alternativement le bec, et 
semblaitfaîre desefforts pourrejeler le poîson ; cependant, udc 
heure apris Tingestion de ce toxique, ii mangeait d^jă passa- 
blement et semblait ne plus soufTrir. 

(1) Volr Ies nunidros d*afrii ct de mai. 



OK MâBMâffl» Sr BB lOXlCttMMI. 827 

Le IcindeniftiD, on 9 ftiti prmdre ă eetie mteiepiMle» tO oenti- 
grammes d^extrait d'^eonit napel, rteiltant de T^aporatioB ^ 
Nmfedaaacdt la plante. Al'iBaiaBimtaMyde^aigBeareMea»- 
blant ă uoe sorte de siFaBgBlatiaii, ae aoat maBifeat^. Conne 
pr^cMefliHieBl, l'aaipiaifaiaaildeamoavefneiiualtenuilîfi d'in- 
fflnfâm el de d^glutitlaBi qui aMOBgaieBt une gine eiirteie 
(h»» ia reapiratîOBt Vne kmte apris» lea eigves de aialaia^ 
exioaiont dana toiiie leur forc^ ^ tea alimeBi»4ui«B^ ţefu^^a 
C» n'eH que gqelquea beurea piua lard qa'il a şssayi de man^ 
ierqiielqiiea grainad'Qrge,e|ceii'^sţ wasi nuequelques beureş 
apr^ q«# fioftuence de Ve^ţtraU ;i^ păru eesniţr. A^ milieu 4u 
joor, le^alifoeRta itaieui accueilUa comnie ă rordiuaire, el riep 
n'iadiqMail le plus Idger d^iaBgeiueiiI dapa la şaiil4 de celle 
poale, 

Etapt kieii ^QDYaîpeu d^Miia lougieiup&qae l>i|traU d'dcoiut, 
Mire de la planie Mclifi» i Taide d*uDe cb^eur d'einve, e&l 
seosiblevieDt plaa aoiif qpu Texiraii alQciQlîqu^ Vdin$iire , j'a^i 
dâ lai doimer U pr^ferance , paur ^lablif upfi comp^raisou 
nuioauelto eu faveur do pro(}aiţ ^cogliqoe doo^ j'^ladi^iiş i'ac^ 
tioa pbyai<dQgique. 

Qaelquea muia apr&a l'epoque de^ deux e^ip^i^ces pree^^ 
dentes , j'iDtr(Hluiaia daua TefloiBac d'uu coq Agramme^ du 
mime e^^ir^it alcooKque d'aconii qoi avait eld es&aye 6ur la 
poale. Des accideuis foroiidablea eur^ ui \ie\\ iniai^îaleipeiu 
apris riugeaiiqn. Ila fureui lels qu'ea moiuş de deux beurc^ 
laDinial eui ceasâ de vîvre , apr^a avoir pouss^ plusîeurs cvia 
^gUB ei^priqiaiii ooiumede r^ffroi, siprea uue agiţfilion e^ir^m^ 
e( comne coQvulsive, ao<H»npagQ^e des sigueţ m^uifeaMs d'uue 
i^ifaUpu Meiante > aaccadee ei sarioui Ir^a acc^i^ree. Ua 
lOQoveiDept WBTulsif violeal leroiioe eeiie sctoe*^n împrimani 
a raoioi^ pue espicede r^ideur g^a^rale el comode i^iaaiique • 

Oo jogera coiaipe HM» 9 d'î^prte cf resMliai 1 49'U efti ele au- 



S28 ' JOUBNAt DB CHIM» viDICALB» 

perflu d'essayer Textrait de snc d*aconit , celai*ei ne pouTănt 
pas laisser le moindre doole sur son action Coxique, ă la dose' 
de & grammes , dans un cas semblable ă celui que je viens de 
rapporter, car qui peut plus peut raoins. 

Expdrieneei n^ 2. — EwUraii alcoolique de belladone, 
Soixante cenligrammes de cet extrait n'ont eu aucane in- 
fluence sur une poule adulte. Deux grammes Tont fatigo^ 
beaucoup pendant quelques heures, ă tel point que je la croyais 
empoisonn^e; cependant, ces quelques heures ^coulto,lV 
nimal , qui jusque*l& avait ^t^ en proie au genre de malaise 
produit par Ies 60 centigrammes de suc d*aconit r&luit ă con- 
sistance d'extrait , n'annonţait plus aucune Tatigue et mangeait 
presque comme k Tordinaire. II n'a pas /allu moîns de k gram- 
mes de cet extrait pour d^termioer des accidenta mortels, i 
peu pr&s analogues ă cenx qui ont coikii la vie au coq , avec 
cette dtCKrence qu'ils m'ont păru moins formidables , et qn'ils 
n*ont caus^ la mort qu'aprds quatre heures et demie de doree. 
L'dtat convulsif a eu moins de force , mais la raideur generale 
survenue dans Ies demiers moments a ^t^ ă peu prfts la mame; 
Les cris brusques que l'animal a fait entendre aussi par inter- 
valles y m'ont păru occasionn^ par une sorte de contraction 
spasmodique simulant une văritable strangulation. 

Expirieneet n® 8. — Exirail alcoolique JFaeonii, 
Cet extrait, ă Ia dose de 2 grammes , n'a ea aucune influence 
sensible sur un lapin. L'animal aurait mangâ tout anssi bîen 
un quart d'henre aprâs avoir avai^ l'extrait que quelques heures 
plus tard. Quatre grammes , administrăs quelques jours plus 
tard, ont fatiguâ sensiblement le m£me lapin^ qui a para 
affaiss^ toute la joum^, mais qui , cependant , sans avoir ses 
allures ordînaires, a mang^ mod^rement de loin en loin. L'in- 
fluence du poison s'est fait sentir durant toute la journ^ da 
lendemain , mais le surlendemain elle-^tait nuUe. 



BB PHARHACIfi BT BE TOXICOLOGIE. 329 

Uce m£me quaniite (& grammes) de suc ^issi de Ia mfime 
plante a produit nne perturbation generale, manifestee par un 
moavemeut non ioterrompu des mâchoires , une s^cr^tion ba* 
Teose abondante , un changement continuei de position , des 
sigDes non ^uivoques de souffrance , rimpossibilit^ presque 
absolue de se tenir longtemps sur ses pattes , des secousses 
abdominales , des efforts pour rejeter le poison , le refus pro- 
loDgâ des aliments qu'on lui pr^sentait , etc. Get ^tat de souf- 
fhiQce s'est soutenu pendant quarante-huit henres, temps 
apres lequel le qnadrupMe a commence k manger, sans avoir 
repris ses allures. Ce n'est que trois jours aprâs Tingestion de 
la sttbstance v^n^nense que le r^tablissement s'est compl^t^, 
do moins en apparence. 

L'extraît alcoolique des pharmacies ,' ă la dose de & gram- 
mes, n'a pas produit, sur un autre lapin, un effet plus pro- 
noDc^ que pareille quantită d'extrait alcoolique recueîlli en- 
saite des traitements âth^riques. Les remarques ont ^tă abso- 
lomoit Ies mfimes. Ainsi donc ii y a eu ideniite d'action enire 
ies deux extraits alcooliques. 

ffaprte ce qui prăcâde , c'est encore Textrait de la plante 
fratche, resultant de la concentration du suc ă Tetuve, qui s'est 
montr^ le plus ^nergique. 

Quoi qu'il en soit, je ne doute pas que 10 ou 12 grammes de 
lan des trois extraits employ^s n'eussent d^tcrmin^ la mort , 
iesravages caus^s par chacun d'eux , et surtout par Ie second, 
etant de nature ă faire nattre cette certitude , que d^autres faits 
josiifieront pleinement. 

Expdrieneei n? &• — Extraii alcoolique de belladone. 

Deux grammes de cet extrait, repr^sentant ă peu prâs 16 
Sr^mmes de plante sâche , ont iii ingeres dans Testomac d'un 
^MQ. L'effet toxique a ^te ă peu pris complâiemeni nul; 



II efi a M abiohuneat 4e mteie da S graiMMi d'exinit pilih 
laire aqoeu im bf UadoM stehe. 

Dana l'm et l'autra eas, le lapio a fait nu aocoaU trte favo* 
nible WJL aUamli q«i Im oat M pi^iiantito , «i aaa hibiuides 
sont resc^ea lei mteeiftk 

A quelqaes joura de lă , ob easaie d*introdiilre dans retfcomac 
d'nn lapia ia graomea d*eztrait alcooliqaa de beUadoaei retiri 
de la plante aprte le passage de l'^ther, maia on ne peat gaere 
lui en faire avaler que la moiti^, lea pr^atioDS n^oessairw 
pour eTiler eetie perte n'ayaBt pas ihi astea bien prîMi. 
L'aatre moitiii eai rejeife au dehors par cel anioial, qai faii des 
efforts inouls, dans^tous ies cas de ce geare, pour se son&traire 
ă rîotroduction du poisoo. Les signes qai caract^rîseot Teis- 
poisonoement sont les suivanls : mouvemeDt continuei des 
m&choires, secoQSses pr^cipităes el r^iterees des deuz paUes 
de devant , qu*il porte parfois vers le moşeau cumme pour ei- 
pulser Tagent mortifâre qui le lourmente. Ce sentiment msai- 
feste de malaise dure presque toute la joarnde. Sur le soir, ce 
d^sordre semble faire place ă un pen de calme, et le iendeash 
maiin quelques alimenis sont ing^res en petiie qaanUte , bieo 
qne le malheureux animal soit encore tourmente par inter- 
vailes. Quelques frdmissements momentan^s , quelques coaps 
de dents portds contre les barreaux de să cage , et de frdqoesis 
mouvemenis d^sordonn^s , d^notent chez lui quelques soaf- 
frances passageres , qui se dissipent pourtant vers le dddin da 
jour pour ne plus se reproduire. 

11 est pr^sumable que Tanimal aurait succombd, s'il avait 
reţu les 12 grammes d'extrait. Cest un fait que J'aurais i^ 
curieux de vdriier, si i'avaia eu ă ma dîaposilion «ae qaaslit^ 
saffisante de cet agent » mais malheareusemeat mu jietiie pit>- 
vision se trouvait a peu prte dpuis^e $ ja me repoaais atfM 
d'ailleurs sur les experienees suivantes i poar u*^Ue pas teai' 
d'eu pr^parcr d'autres. 



DB VH&RMACU «T Dl VOKieOMaiE; tSt 

E»pirienee$ n* 5. -^ Esirait ahobUque de dgu'e. 

(Conium măculatum.) 

Un iapin avale six grammes â*extrait de ciguS. Aussildt 
apres Tingiirgilatioa de ce lo&ique, des symptAmes d^empoi*» 
sonnement se d6clarent : lels sont des contractions violentes 
des vis€ires abdominaux; mouvemeuis brasques et saccad^s, 
aaiquels succâdent par moments un ^tat de torpeur ou de 
somnolence, ane pf osiralion tras prononc^e, lorsque des sîgnes 
certaiDS de souffjrance ne d^urminent pas Tagitation. Douze 
OQ treime heares sont ă peine dcoul^es que Inanimat rend des 
nrines sanguinolentes, ou, pour mieux dire, du sangpresque 
par, translucide, d'une odeur fetide, rappelant un peu celle de 
la cigti€, comme dans le cas oii dix grammes d'extrait ^th6- 
riqne de cîgue a^aient ^t^ administrds ă un Iapin. (Voir Ies 
experîences n* 7 de la premiâre s^rie.) La nult ^coul^e, le la-^ 
pin parattmoins fatigu^; cependant ii nemange pas de toute 
la joorafey et ii en est de mtme un Jour plus tard, du moins le 
Btaiin, car Ie soir ii commence ă recevolr quelque peu de 
JKHirritare. Le retour ă la sântă ne paratt ă peu prte complet 
<pe le quatriime jour de cette rude ăpreuve, si voisine de la 
om. 

Douze grammes du mame extrait de cigue fatf guent horri- 
Mement un aatre Iapin adulte, qui, pour le coup, paratt ne pas 
^ fappeier. Ce sont Ies mimes symptdmes portiis ă un plus 
IttQt degră ; miftsi Ies accidents se succ6dent-ils avec plus de 
npidită. Lei progrds sont tels, que la mort paratt de plus en 
ptuiamlnente; oependant eile ne survient que sept heures 
^prte Tingestion de la matl^re toxique, dont Ies effets sont 
<^lspo«r l'Animâli qHi sttccombe dans uneagiution extreme, 
ttestpoiirmnt k remarquer que M. Orfila avec le eoniuin ma- 
^^»khtm k oaasă r arement des accidents morteis, bien qu*il 
1*^( expMiMitiS Mf «a grand npmbre d'animaux, et ă ibrtes 



332 lOimKAI» BS GHIMIB MfolGALB ; 

doses. Que pensera ce calibre toxicologisie, lorsque ce fait 
arrivera k sa connaissance ? II doutera peat-£lre dela veraciie 
de mes assertions ; cependant rien ii*est plus positif que ce qae 
je>ieos de rapporter, et ne prouve pas autre chose, suion qoe 
moQ extrait alcoolique de cigue est aussi energique que me 
paratt devoir Tâlre uo produit de cette natare, qu'il râsulte de 
la plante d^jâ traitee par T^iher^ comme celui'Ci> ou du m£ffle 
v^g^tal ^puisâ seulement par Talcool faible. 
JExperieneei n^ 6. — Extrait alcoolique de digitale pourpree. 
Quatre grammes d'extrait alcoolique de digitale pourpree 
fatiguent visiblement un lapin adulte. Quelques Tomituritions 
surviennent, un quart d'heure aprte l'ingurgitation ; un pea 
plus tard, on remarque chez Panimal une esptee d'^lat cod- 
vulsif, de raffaibUssement, mais pas autre chose. Une heore 
aprto Tingestion de ces quatre grammes, on en administre une 
semblable dose ; peu de lemps aprâs des efforts de vomissemeot 
oDtlîeu; Tagitation est extr£meet comme convulsive; ceue 
agitation cesse apr^s une beure environ de dur^ pour faire 
place ă une espece de prostraiion momentana; puis Teut 
convulsif se s^veille et un vomissement l^er a lieu ; un autre 
lui succede un peu plus tard. Le malaise paratt extrdme; ce- 
pendant le mouvement anti-p^ristaitique paratt c^der et Tanh 
mal retombe dans Tabattement, ou plulât dans une esp^ de 
eoma iomnolenium^ qui ne cesse qu'au moment oii de non- 
veaux efforts de vomissement se d^clarent sans que le vomis- 
sement ait lieu. Une troisiăme dose de quatre grammes est 
introduite dans Testomac du lapin, quatre heures aprâs la pre- 
miere. Alors on observe de nouvelles convulsiona et de noa* 
▼eaux sympt6mes qui dănotent un plus grand malaise. Les 
vomissements suivent de prte Tinlroduction du poison; iis 
soDt plus frăquentSi mais ils sont peu abondants. A ces efforts 
d'expulsiott succâdent encore des signes d'une prostncîOA gf: 



BB PHAAMACIS BT BB TOXICOLOQIB. 3S3 

o^rale, un nonvel ^tac comateux et une sorte de stap^factiou 
qoi denote que le cerveau est fortement congestioDn^. Cet 6tat 
dare quelqnes heures ; ii s'aggrave in£me sensiblement vers Ie 
soir el indiqoe ^videminent que TaDimal ne doit pas tarder ă 
sQCcomber. Ea effet, dix heures aprte Tingestion de la pre- 
miere dose y ii succombe sans donner aucun signe d'agitation. 
Peadani que tout ceci se răalisait, un autre lapin vigoureux 
iuit soumis aux mftmes influences, mais avec de semblables 
doses d'extrait alcoolique des pbarmacies, provenant de Ia 
m£me proTîsion de digita*'». Le peu de dlffdrence que faie re- 
marquâ dans Ies phiSnomines se tronve dans deux ou trois vo- 
missemeiits de plus, et dans Ia moindre dur^ de ces ph^no- 
mines, auxqaels la mort mit fln neuf heures aprâs Ia premiere 
administration du poison. 

U est probable que si nous avions pu empteher Ies vomisse- 
mentS) la Tiolence du poison n'aurait pas permis ă ces animaux 
de vivre anssi longtemps. 

roubtiaisde dire que Ies urines ont ^t^ fr^quentes, abondantes 
ei un peu lactescentes pendant Ia dur^e des deux ^preuves. Ce 
bitassez peu important merite cependant d'âire not^. 
SfpMeneeâ n^ 7. — Extraii aleoolique dejusqutame noire. 
Ud lapin n'ayaât ^prouv^ de huit grammes de jusquiame 
qoe des accidenta ă peu pr6s anaiognes ă ceux que six grammes 
d'extrait de belladone avaient prodails sur le lapin qui fait Ie 
sQjet de la troisiime exp^rience qui figare au n® ft de cette 
s^rie, on Ini en administra seize quelques jours plus tard. 
Alors on eut lieu de croire que Ia mort suivrait de pr6s cette 
^inistration, car le quadrupâde f ut imm^diatement haletant,' 
cniellement tonrment^i tris agii^, atteint de vomituritions qui 
Ini firent rejeter one foible quantită de la matiâre ingdrde, et 
Vii me flrent craindre des vomissementa, tant Ies mouvements 
9Miodiqae8 de Testomac ^talent fr^uents et fortement pro- 
f simiB. 11. 26 






28& jouniiAi* DB cmnm «fiDicAiB» 

nonc^s. Cepaodant, bien que Ies desordre^ eaaite allasseot en 
croissaut d*une maoi^ manifeste pendant la premiere heure, ii 
ne survini aucun vomissement; On remarqua seulement que b 
respiraiion paraişsaU de plns en plus acc^l^r^, quetenasean 
^laii coniinuelleroenţ en mouvementiremarque que j'ava» foile 
dans tous Ies cas ou le poison avait exerci une forte influenct. 
On remarqua de plus que Tanimal portait con$tamment sa tto 
haute, en sigoe d'une respiration dificile^ qu'U agitaii de 
ţemps en temps ses deux pattes de devant et Ies portait parfots 
vers le naseau aveo vţvaciie i que le regard ^laitfixeet moroe, 
Ies yeux ternes, etc. Les in£mes syropiâmes se soutinreat i 
peu prÂs dans Ie mâmeitat durant toate la- jonmte; cepeo- 
dant sur Ie soir ils semblâreni s'amender un peu, bien qnll 
existat une sorte de torpeur, caract^ris^e par la rarete des 
mouvements de locomotlon . 

Le lendeinain aucun cbangement en mieux n'est surveno, 

Tanimal est mame plus abattu ; ii semble ne pouvoir raster â 

rinfluence toxique de Textrait. Vers le declin du jonr , on es- 

saîe de lui faire prendre quelque nourriture> maisc'est en vaio. 

Le troisi^me jour, toate cbance de gu^risoo est k jamais de- 

truite j une prostration cotnplâte d^noie une fia prochaine. 

Vanimal est plongd'dans un assoupissement profond, dkont od 

a de la peiae ă te tirer i sa r^spiratioa est beaacoup nains ao- 

G^lâr^e; la sâcr^ilon urinairei aaspeadaeiusqu'iilQrs» aeretar 

blit un peu « et les uriqea n'onţ nea d^anoroal, du moins ei 

apparence. La |oara^e a'^couto saas qu'Qu puîsse foire d*aa- 

(rea reotarques : oa s'j^erţ ait sealeneai qoe rabauetteai est 

deveau {dos graod v^s le soir, ei que ie terme fatal approche; 

aussi le lendeooain «e trouve-t-OQ pius qa'ua eadaTre firoid ei 

raide. 

Prenani abrs 1& graiMiea d'exir^iil alcoâiiqiie de jiiaqBiaaie, 
prepara ave^î la v^m^ plante , d^prte le prooMi ordiAMe, 
je souaus un autre lapin ă Tinfluence de ce prodttîl. 



|»B raAEVACllI BT M TOirCOLOCIB. 83$ 

JMerire ee qae j'observai dans ce cas serait chose complete- 
Bem iaaiile j Ies remarqiies pr^^dentes poayant s'appKqaer 
parfaiiemeot iei, a? ec cette difffrence que la mori survine 
diDs le couram du troisidme Jonr, sur le soir, et que je vis Ies 
■enbresHe ranisal se convulser daos ses demters indmeDtSf 
DDs que rien de bîen remarquable eflt anneiic^ jnsque-Ui me 
fio prochaine ; car, d'aprds Ies obserrations de rexperietice 
frioMeaie, je poovais sopposer que la vie se prolongerah au 
Boins josqii'aii lendenain. 

Toili encore denx faits k peo pr^ ideotiqiies, qui vienneiit 
dipoeer eu faveiir des extralts alcooliqoes qui nous occupent, 
Uen que la îDon, qui peoi d^peiidrede IMdiosyncrasîe de ra-> 
mai, ait M moins tardive de quelques beiires dana le der- 
uereas. 

Ces faits acconiplis^ j'anrais pu diriger mes essais sur d*att« 
ires atraits alGOolîqoes provenant de poodres v^getales trai- 
teeiparl'ether, notammeiit sar Textrait de stramoine ei celui 
de Dicoiiane ; mals je confesse qa*H me tardait d^en Snir avec 
CCS rodes i^reavcs, qii oul ^t^ si faoestes ă plasieurs ani- 
Btoi, ea mAme tempa qn'elles ont coAt^ ă ma sensibilic^ plus 
dine eaiotiOD p^ible dont je se crains pas de faire Taveu. II 
t'eii pas douM k toBS Ies boaunea de se livrer InpundmeBt & 
^ lelles recberches ; et s'ii est pemis de taxer de faibiease le 
MiaiaBl de piti^ dont je n'ai pa me dtfendre en pr^sence de 
cts malhenrettses victimes, q«e j*aî cm devoir Imaioler dans 
TiMerit de la scieace, j'avone que moo courage a fltebt plus 
ioae fois dans le cours de nes experieseea, et j'avoae aoasf 
|B plus d'uBe fois j'ai dik le retremper poapooDsommer le sa« 
ftiSce. Ainsi doBe, si j'ai pu Hie dăeider k vaincre mes r <ptt- 
V^^ces taai que j*ai seuti la uecessit^ de lea combatlre , je ae 
pvais me livrer k d'autres essaia de cette aamre, alors qall 

k'est permis de Ies eonsiderer CMame eoaniMemeai imiUaa. 



i 



886 JOUEITAL DB CHIIIIB IliDICALB,' 

Les faits que j'ai rapport^s sool d'ailleurs plus que snffisants, i 
mon aviS| pour d^truire tonte esp&ce de doate sur la Dnllitj 
des ^th^rol^s que nous avona ^ludi^. IIs sont tels qa'ilspor- 
tem avec eux plus d'un enseignement utile; car, s'ils noos 
metieot ă m£me de răsoudre la question pos^e, ils peuTent 
aussi, ce me semble, venir en aide ă la science toxicologiqae, 
en lui fournissant de nouvelles lumidres. 

Eo effet, 11 ressort de tout ceci, inddpeudamment de ceqoe 
j'avais ă coeur de prouver, que nous serions dans une bieo 
grande eireur, si nous pensions que nos organes ne sont pas 
plus impressionnables que ceux des animaux en g^o^nl. 
N'est-il pas bien Evident, au contraire, que rhomme, par sa 
nature propre et toute excepiionnelle, par sa grande sensibi- 
litâ nerveuse, par ce comemus universel qui forme le carac- 
tere sp^iflquede toute Torganisation humaine, et qui jone un 
rdle si important dans toutes les actions vitales propres aa 
systime nerveux ; n'est-il pas de Ia derniâre âvidence, dis-jef 
que Tbomme doit £tre plns fortement impressionnâ par ce^ 
tains agents toxiques que les animaux qui, aprâs lui, occapent 
le premier rang parmi Ies £ires organis^s? S'ilen ^taitautre- 
ment y comment expliquerionsrnous, par exemple, cette ifi- 
fluence si puissante k doses fractionn^es des solan^, de Ia 
cigue, de la digitale sur nos organes, lorsque des quantites 
consid^rables de ces m6mes plantes n'ont pas tonjours dete^ 
min^ la mort chez Ies animaux que j'ai rendns ?ictimes de 
mes essais? D*ailleurs cette grande vdritâ physiologique poiu^ 
rait-elle £tre douteuse pour nous, en pr^sence de ces faits si 
remarquables expos^ avec tant de pr^cision par ThoDorabie 
M. Orfila, dans son Traiie' de mJdecine Ugale^ ă Tendroi^ 
dessels demorphine? Ces sels, si ^nergiques pour nous,ill 
dose de quelqnes centigrammes n'ont it& mortels pour dd 
chiens qn*ă des doses extr£mement ^lev^s; « Ainsi^ dij 



DS PHARMAGIB BT DB TOXIGOLOGIB. 337 

M. Orfila, si Ies chiens sont forts et adultes^ ils peuvent sup- 
porter defortes doses d'acdtate de morphine sans p^rir; s'ils 
sont jeones et de moyenne stature, ii sufQt, poar Ies tuer dans 
Tespace de quatre ă six beures, de leur faire prendre quarante 
ODsoîxante grains de poison. » Or, je le demande, quel esC 
rborome^ qnelque vigoureux qu*on puisse Ie supposer, qai 
pOQirait rasistei* ă Taction toxtque d'an tel agent^ mame en le 
SQpposant sous Tinfluence d'une quantit^ beaucolip moindre 
de ce poison redontable? A coup sftr, ii n'en est aucun, cârje 
ne sache pas que la nature humaine puisse braver ainsi la 
poissaoce de Topiom ou de ses d^rivds , ă moins qu'une 
loDgue habitude n^ait accoatumâ inseosiblement Ies organes ă 
Faction du poison. 

Aiflsi donc, sHl est un grand nombre de substances v^n^- 
oenses qai exercent sur rbomme et sur certains animanx une 
actioD i peu pris semblables, ii en est aussi beaucoupi surtout 
parmi celles qui exercent plus sp^cialement leur influence sur 
iescentres nerveux, qui agissent plus violemment sur rbomme 
que sur Ies animaux, et Ies plantes dont nous venons d'etudier 
Ies produits doivent appartenir ă ces demî^res. On ne peut 
argoer d'ailleurs de la mauvaise nature de mes extraits, at- 
teoda le soin tont particulier que je mets toujours dans le 
choîx des plantes que je destine ă la pr^paration de tels pro- 
duits : lliabitati Pexposiiion, T^poque la plus favorable de Ia 
saison , la recolte au moment de la floraison , toutes Ies coudi- 
tioDB enfin propres ă une parfaite âlaboration des principes 
aciifs, sont auiant de consid^rations que je ne manque pas de 
meitre ă profit, autant qu'il m*est permis de le fâire, et aux- 
VKUes se joignent n^cessairement celles qui se rapportent ă 
la confecUdn de ces produits. Je suîs trop p^n^trâ de tonte 
Timporlance , de tonte la valeur de ces conditionSi pour avoir 
jamais i mi ireprocher de Ies ayoir n^glig^i et une exp^ 



8S8 sQvnnkh dx cvimib MioiCAis, 

rience joumaliâre me prouve suffisamineiiti do restei qi|6 tot» 
mes extraits r^pondeot parfaiteoi^nt tax pr^canUonş qoe je 
preads pour Ies avoir (els qu*Us doivent £(re. J*ipsiste lă-des- 
sqsy DQD poiir satisfaire ă un vain sencimeot d'a^)QU^ propre^ 
loujours deplace an pareil cas, niais bien pour dopoer de la 
valeur aax faits que je viens de coosigner dans ce m^moirei 
aUisi qu'aux con^id^rations qu'ila oot d6 faire natire, 

Je dois faire remarquer ici, en passant, que quelqne impres- 
sionuables que soieut nos organesi bous noua rnoutronş gini- 
ralemeut beaucoup trop timides sur la posologie de ces m^î- 
caments hdrolques. II n*est pas douteux que la prudence ne 
doive rendre Ies praiiciens irâs r^^ertds sur reoiploi de ce$ 
ageDts, suriout dans nos climats lemp^r^; mais ii ue fautjMis 
pousser cetie r^serve au poiot de rendre nuU Ies effeu qa*ils 
doivent produire, et c'est, ]e crois, ce que Ton fait assez gene* 
ralemeui de nos jours. Pourquoi? parce que la maiidre medi- 
cale n'esl pas ^tudi^ assez ă fond. Si nous mauquons souYeot 
le but, ne devons-nous pas parfois en trouver Ia cause daos 
celle timidit^, pouss^ ă Texc^s, qui me semble caract^riser ce^ 
taiues prescriptions niâdicales de notre ^poque. Rappelons-aoos 
que si Siorck et ses imitateurs ont vu Ies exiraits decigueipar 
exemple, rdussir k merveille sous leur habile direciioo, c'est 
qu'ils n^oni pas craintd'en pousser graduellemeut Ies dosesjusr 
qu'ă 1 graoinie et plus du premier, et jusqu'ă 16 graimesda 
dernier. Or, je le demande, quel est Ie m^decin aiyoQrd'liui,qai 
serait assez hardi pour adopter une telle posologie ? Ancao. Lais- 
sons Ies hom^opaihes se ridiculiser â leur aise avec leurs inftoi- 
ment peiits; mais, pour avoir raisou du peude cas que iţous fai- 
soţis de leur doctrine, ne tombons pas nous-md,Q(ij^ 4ţ^n$ Ie ri- 
dicule d'une tb^rapeutique timor^e, car ce serait p^ l^en de 
nous suicider avec nos propres armes, tout en r^i^d^^ţp mau- 
v^iiş service k Thumanit^. Je crois donc qu'ea teoa^t ţf^ie des 



ra pmkMMkim vr m MxiootMtB. 8S9 

de aaa ciinau ttmpMs sur M dtiveloppetneiil d^ed' 
priiidpes aotifsdes v<gâtaiiK qui noiis ooeu|>eiit, iiott& der rlonft, 
saiis iio«s jeter .dam aţcun exote dau^ereax , nim% momM* 
beiQcoap plus hardU qve aoa$ ne sommes. 

Je m'aperţois que je me suiş un peu trop ^cartd de tnou eii^li ' 
maifl j'ofte espârer que Ten me pardoiiaera ceiie difression en 
faTeor du motifi et c'est aveo cet espair que îe pasae k la prd«*i 
paraUea de$ tfibât>ltfe. . , 

(La iuiie au nwtUro proiohmin.y 

I ■ ■ . ■ ■ li I 

EXERCICE ILLfiaALB DE LA PHARHACIE. 

Affaire correctiounelle poor Ie Ministere public et Ie siear 
Docognon , pharmacien â Avise , pârtie civile intervenante 
dans llBstanee, contre Ie ftienr Monot, docteur en n^decine 
ao mame iien. 

TRIBUNAL ^B ^ESHttRE IlfSTA^CE D^iPERRAY. 

Andienoe da M A^mbre 18&A. 
DiipodUf du ju§9mm^ 

• Âttenda que, des d^bats, ii ne r^sulte nuUement qne le 
doGteorAbft^ aii lena officine onvtrte, qu'ii ait prdpar^, 
Teoda en gros ou en d^tail d^ mddioMMnts sloipiea ou. 
composda^ 

• Maia ailendn qu'il en răsulu ce foit constant et avoue par 
Ini , qu'il a donn^ gratuitement, dans Tann^e mii bnit cent 
qurante-quatre, des doses de poudres m^dicinales ă des 
nalades qu'il traitait, et ce sans acception de leurs fortunes 
oa conditions ; 

« Attendu que Tarticle 27 de la loi du 21 germinai an 11 d^- 
feod i tont olBcier de sânte de fbumir aucun medicament I 

» 

tesmalades , lorsqnll y a un pharmacien dtabli dans sa rdsl- 
deoce ; ce qui a lieu dans la cause ; 

• Attendu que l'article 36 punit nou seulement la vente , 



3A0 , JOUAKAL BB CHIMIE utMCÂLBj 

iqaiB eneore ie dâDit d6 toos m^ieamento au poids medicinali 
c'est ă dire, par dosea prâtes ă 6tre administr^es, qne, do np- 
prpcbement du moC dehUer et du mot faumir^ et de Tesprit 
g^n^ral de Ia loi, ii r^ulte qu'elle interdit le dan coaune b 
veni€ et le punit ; 

« . Auendu que Ducoguim , pharmacieii & Avise, a soaffert 
demmage par le faic de Monot, puisque plusieors des malades 
auxquels ce demier a fait des dons, se fouroissaient chex Ini ; 
que reparation est due ; 

« Yu Ies articles 27 et 86 de la loi du 21 germinai an xi, la 
loi du 29 pluvi6se an xiii, et par application d*ioeux, 

« Condamne Monot ă vingt-cinq francs d'amende; 

« Le condamne en dix francs de dommage»et int4r£ts en- 
vers Ducognon, et aux frais. » ( Yoia' le compie^enâm de la 
e^anoe de la Sooietd de Chimie m4dieale. ) 

Le sieur Monot ayant fait appel, le tribunal dfappel ii 
Seime j dans eon audienee du 2 mai 18&5| a rendu le joge- 
ment suivant : 

« Attendu que Ies faits de la cause ont ^\â exactement ap- 
prăoi6s par Ies premiera joges ; 

« Aitendu qu'il en r&ulte que Ies mMicaments qa'a fonraif 
Monot k plusieurs de ses malades, Tont ^t^ gratnitement; 

« Aiteqdu que la (i vraison gratuite de mMicaments ne renttt 
pas dans Ies prohibitions port^es en Tarticle 36 de la loi du U 
germinai an xi ; 

« Par ces motifs, infirme; 

« Renvoie le pr^venu des fins de la double acUon du minis- 
tere public et de la pârtie civile , et condamne cette deitiiire 
aux d^pens. » 



DE PHAmif AGIE BT Bl TOXICOLOGIE. 3ftl 



ROUTIAU MOTEN BB PB^PABER LE PBOIO-IODUEE DB FEB 

PABPAITBMEIIT PUR; 

Par M. KoPy pharmacien ă Bolterdam. 

On sait que le proto-iodure de fer, pr^par^ d'apr^s le pro- 
ceda habituel , ne peut pas £tre obtenu pur ă F^tat solide. Le 
solut^ liinpLde el iocolore emprunie une certaine proportion 
d'oxygâne k Tair atmosphărique, d'oii r^sulte uoe oxyda- 
tioD plus grande pour noe pârtie da fer ; en mame temps , ii se 
forme du deuto-iodure de fer : de sorte qu'on a ppur produit 
im mâange d'iodure et de bi-iodure de fer avec du tritoxyde 
de fer. Si on fait dissoudre ce milange dans de Teau , ou a un 
sQlniâ de couleur jaune-rouge , suivant la quantit^ plus ou 
molQs grande de bi*iodure de fer, ou encore d'iode ă Titat 
libre , qui se trouve dans le liquide ; de plus , ce dernier paratt 
trouble^ en raison duperoxyde de fer qu'il tient en suspension. 

L'auteur a r^ussi ă pr^parer de la maniere suivante , un 
proto-iodnre de fer parfaitement pur. 

On prend quatre parties d'iode qu'on triture dans un vase 
large avec deux parties d'eau distiU^e, puis on j ajonte 
promptement , et en triturant tovyours, une pârtie delimaiUe 
de fer irks fine. Au bont de quelques instanls, ii şe manifeste 
ime â^valion consid^ralrie de temp^rature , avec d^gagement 
de Tapeur d'iode. Parfois, snrtout lorsque Ia temperature de 
Tair ambiant est basse , la chaleur qui se d^veloppe dans Ie 
fflâange est insuffisante, pour determiner le d^gagement des 
npeura iod^es ; mais , dans ce cas^ ii suffit, pour faire r^ussir 
loperation, de chauffer l^ârementile m^lange, imm^diate- 
ment apres raddition de la limaiile de fer. Le melauge est ii- 
qulde, mais ii ne tarde pas ă se solidifier. 

II existe, dans le proto-iodure de fer ainsi pr^par^, une tris 
peiite qqantitâ de fer qu*on peut facilement en B^parer par le 



342 lOUIUfAL PB CHWIB 1I&PICAU, 

filtre y au moment ou Ton veut se servir de la solution. Oa ob- 

tient alors un solut^ limpidei şaua aucan nuilange de bi-îodiire 

de fer, ni d*i6de libre. 

Gette pr^paration peut facilemeat s'administrer sons forme 

pilulaire, au moyen d'excipieots appropri^. 

(jSchmidi^M JahrhMchsr^ 18&&.) 

SUa IA FASiriCA9IO!f BB LA RACINB D^AHOftUQOB; 

Par M. le doctenr HAavuNG-SciiWAattKOPP, de Cassel (Hesie). 

II y a quelque temps, M. Hartung â r«cu par la voie da coA' 
merce, une eertaine quantitd de raeine d*angâiqae. En etami- 
nant bien cette sobstance, 11 a reconnu qu^elle ^tait en gnnde 
pârtie compoaiSe de raeine de liTficbe, qu'on avait habilemeDt 
treaste en fafibceaux pottr imiter Ia disposition propre aux n- 
cines d'ang^ique. II a'y troufait en outre, mais en plas petite 
quaniii^y de la raeine d'imp^ratolre. 

M. Hartung indiqnei comme moyens de reconnattre celte fal- 
siflcatioQ, Ies caractires salvants : Todeur forte et aromaiiqae 
de la raeine. II est vrai que Todenr de la raeine de liTAche est, 
80US eertaine rapports, assec analogue ă celle de rang^Kqae; 
cependanl, en comparant attentiyement Ies deux racines, ii est 
poBsible d'en oonstaier snffisamAient la difiE^ence. D'aUleors, 
la raciae de ItvAche se distingue aassi par la moeiie Jannltre 
qu'etls oemfeat, tandis que la raeine d*ang<$liqoe est d'nne coih 
lear Manehe ft Tini^rleur. 

Qitant ă la raeine d*imp<ratoire, efle poss&de bteo aussi noe 
odeur qni se rapproche de celle de rangâlqoe , mais qvi est 
plns p^^trante. A la section, la substance interne pr^sente 
una coloration iauae^terdâtre. ( Arekiv. der Pharmaeu. 
JuîB i8&4.) 



3SE 



paâVM BXBRciB SUB LBS aAiios«Ba* 
Les Yisiiea des magasins d'taerbarisierie de la capiiale 



BB fBAMIACIE BT BB TOXlQOLOaiB. ZM 

fiitei par Ies profesMBrs de T^cole de ptasmaeieţ des ren- 
seignements obtenus ă Toccasion d'un procte, doiis odi donn< 
la coaBaiasanoe de faits qui doireni to*e signaKs aox pharma- 
(kf»f afin de lea meţtre en garda contre one fraude qui 
powrail lenr atlirer de gravea d^sagr^enta, qui pourrail 
Doire k lear rdpatatioa, qui poBrraUpaiii-Atre donaer lieu» 
dau diferă caa, & dea demandes en domniages et int^râts. 

n rfenlte de faits positife : 1"* que la plnpart des sangsues 
qui sODt Tendues ă Paris et en province, que let tangsuei qui 
mU 0xpddiSf$ de Parte en protince , sont gorg^ee de iang^ 
c'estidire qa*on Ies a grossies en leor faisantprendre du sang 
provenant desanimaux, dans une proponion de 65 ă 50 p. 100. 

Par cette manoeuvre fraudaleuse, Ies individus qui font ce 
commerce , converlissent lei eangtuee dites filete , qui se 
Tendent au kilogramme, en petites sangsues qui se vendent au 
cent; lee petiiee eangsuee qui se vendeni 75 fr., en eangtuee 
nioyetmee qui se vendent 130 francs, enfin Ies eangsuee 
moyenneej en iangiueţ grosses qui se Tendent 280 francs \ 

V Que Ton reprend dana des maisonsi ou l'oo a appos^ des 
afficliea ponr taire connattre ee commerce» des sangsues qui 
ont servi , payant Ies sangsues au prix de I ceotiaies pi4c6 
aoi personnea qui ies rapporteat \ cea sangsues sont ensuUe 
d^gorg^ puis vendqes par des colporteurs qui ont soin de ne 
pas faire connatire leur origine. On conţoit que ces sangsues 
peovent £tre d^gorg^s de nouveau une deuxitoe et une troi* 
siiffle foia, puîs revendues» etc. , etc. 

Ces deuB «odea de faire constituent seloo nona une ironi- 
perie ssr la naiire de la marcliandise, et on pourrait appii* 
qatr jiceux qui a*eB rendent ocupabies, non seBleaientl'ariicle 
42S du code penali giais encore, dans le oaa de maladiea A6^ 
temia^ea par des sangsues ayant serv! , donner lieu ă une in- 



84& lOUEKAL DB CHIMII lliDICAU| 

stance en dommages^int^râts. Mais voyons ce qui arrive de 
Temploi de ces sangsues. 

Les sangsues gorg^es de sang ne prennent pas fiicilemeat , 
et lorsqu'elles prennent , elles ne tirent pas au malade la 
mame quaniite de sang qae les sangsues pureM «f vierges : 
alors la prescription du m^decin n'esi pas accomplie. 

De plus I ii est ă craindre que les sangsues qui ont et^ go^ 
g^es du sang d*animal ne soient, par leur applicalion, la cause 
d'accidenis plus on moins graves. 

Relativemeut aux sangsues qui ont servi aux malades et goi 
8ont vendues aprâs avoir iii d^gorg^es, on ne peut pr^voir 
primitivement tout ce qui peut resulter de leur nsage sa^ 
tout si elles ont iii appliqu^es sur des malades affectes de 
typhusy de syphilis , de maladies de la peau, de scrofules, etc. 
A cet egardi on trouve dans le Dietionnaire des Dictiatmairet 
de midecine^ t. Flly p. i&8, le passage suivant : Le$ sangiues 
peuveni-elles irammettre let maladUt eontagieutes ? On 
a rapparie'des eas de eyphilU eommuniqu^epar des sang* 
eue» qui avaient pr^c^demtnent servi â dee persannee affec' 
tJee de maladiee vJnMennee. (1) On doit done prendre dei 
pre'cauHont pour Mter la erainie ou la suite de pareili ae- 
eidente ( Martin Solon ^ 

Yonlant autant que possible donner \ nos collâgues les 
moyens de distinguer les eangiuet garge'es de celles qui ne 
le sont pas , nous allons leur indiquer les principaux carac- 
teres de ces sangsues. 

Caraeieree de la iangeue non gorgde. 

La sangsue non gorg^e a le corps allong^ et deprima ; sa 
peau ă lexterieur pr^ente un aspect velom^ particnlier, 
elle se meut dans l'eau avec une vivacit^ extrâme en se pr^sen- 
tant sous une forme allong^e remarquable ; son ^lasticit^ est 

(2) NoQveUe Bibliothique wMicale, 1. 1., Ut. 



DI »HA&irACtE BT DB 70XIG0L06IB. 8ft5 

teDe, qa'on peat Ia prendre, T^tendre et s'en entourer Ie doigt 
comme on le ferait avec un ruban ; elle peut £tre compri- 
mee dans loute sa longuenr ^ elle ne doit pas, par une forte 
pression oper^e de la tâte h Ia guene, foumir de sang ; et s'il 
s'en ^chappait une minime quantitd, ce qni s'observe quelque* 
fois snr Ies grosses sangsues de marais , ce sang, au lieu d'âtre 
rouge comme celui fourni par Ies sangsues gorg^es, est vis« 
qaeux et d'un noir^erddtre. 

Caraethret de lasangsue gorgJe. 

La sangsue gorg^e a Ie corps moins allong^ que Ia prec^ 
dente; elle a de la tendance ă se pr^senter sons Ia forme d'une 
olive; elle est souyentylorsqu'elleest plac^ dans Teau, engour* 
die et comme somnolente; l'aspect velout^ de sa peau n'est pas 
le mame que celui de la sangsue non gorg^e ; quand on la presse 
aiite Ies doigts, on aperşoit un reflet rougeâtre ; cet annelide 
ne s'allonge pas entre Ies doigts, et quand on Ie presse , de Ia 
tite ă Ia queue , on voit bientât que Ie sang dont ii a ^te 
gorgâ s'accumule vers Textr^mit^ ; si on presse plus fortemeuti 
le sang en est expuls^ alors quelquefois sous forme de jet. Ce 
saog est rouge et ne peut £tre confondu avec la liqueur 
noire-verdătre que laisse quelquefois exsuder Ia sangsue des 
marais. Quelques marchands pretendent que ie sang qu'on 
trouve dans Ies sangsues gorg^es provient de ce que Ies mar- 
chands de sangsues le leur donnent pour leur permettre de 
sopporter le long voyage qu'elies ont ă faire. Gette assertion 
n'estpas acceptable: Ies sangsues gorg^es voyagent difflcile- 
meat, on ^prouve des pertes , Ies sangsues vierges supportent 
mieux Ie voyage. 

Nous donnerons prochainement dans Ies jlnnalen <f Ay-* 
^iefM, des d^tails sur Ies sangsues, details que leur longueur 
ae nous permei pas d^ins^rer dans le Journal de Chimie 
M^dieale. A. Chbvallisr. 



346 loraHAL ra cBOf» vfeiCAU^ 



VHABMACDB. 

SXTBillT DB Stot UQUIDB ; 

Pn M. le profeaseor CmmnnBan. 

Pr. fOttdre dCiSraiia • ÎS pmîim. 

Bau 60 

Tralter la poudre par le liquide, i Taide d'an appareil â d^plaoaDent; 
puia ^Yaporcr» dana ane dtave k air rar^fi4S« jasqu'â ce qu'il ne reale piu 
que 10 partiea. Ajouter ălora : 

Thdriaqae desa^ch^e 1 la tapeur.. parties. 

Alcool reetîM i part. l/t 

Bau Q« S. 

pour obtenir ane maaae repr^entaat ih partiea. 

Gbaque trente grammea de cette priSparation ^olfaat ălora â one 
quantitd pareStle de a^n^, au poînt de vue de TactioD aur l'organisme. 

La doae eat de 8 granmea pour un adulte, et n'occaaîonoe poînt d'ae- 
ddenta, tels que trancluSea, etc, ooHme îl arrfve an Urni* 

iPharmmefuticmi Jomrmml.) 



mrmm 



TAFFBTA8 ET PAPIER V£8IGAlfT8 ADH£SIF8. 

M. Pripp a communlqo^ la formule aultante dana raaaembl^ dea aa* 
luralistea acaadinaTea i Stockholni : 

Pr. R^inede aapin 4 partiea. 

Eaaence de tMbenthIne o 

F. diaaoudre S. A., puia ajouter : 

Poudre de cantbaridea 3 

Faire digtfrer, exprimer et appliqner le liquide r^aultant de Pexprea- 
aion, ă Taide d'an pincean, aur du'tafretaa ou du papier qui a pr^a- 
bleimMit €16 enduit d'oiie aol«tioa d*lchtbyooolle. 

[Ar€hit^, 4Mr Phmrmaiit^ j«te 1M4.) 

KODfBAU MOYEll DE PUAVENIR L'oiTDATlAN DE LA UHAILLE Bl 
FER DB8TIlf AB AUX C8AGB8 PHARMAGEUTIQUES ET MtDlCmAVXf ' 

Par M. GioTAifin Rwhini. 
Tona Ica plNirmadcna aatent A qoel point ii 6at dlllclla da prtfaifc 
l'ozydatioii da la limallle de fer; car cette aabataaea a'aayde mtm 
dana dea Taaea parfaltement boucb^ et compMtement ranplia. II. 1^ 



DB Pn)LRHACII ET OE TOXICOLOGIE. 8&7 

ghini a d^contert qae t'on peat conserter, pendant nn temps tndtSfiniy 
la limaille de fer pure, r^daite en poudre impafpable, en la triturant 
ifec one ^gale quantii^ de socre bien sec. Le m^lange, qui est d'ane 
coDlev de plomb clair, peat ^tre renferm^ dans an papier qoe Ton a 
loin de garantir de l'action de Fhamidittf. 



tHIGULIKR BVFBT PEODCIT SUR LB8 DEIITS PAB L'IODVEK OB fEE 

▲dministeB a l'uit£biece; 

, Par M. GlOYANNI RlGHIIfl. 

Uae dame, affect^ d*ane graye maladie atrumeuse ct d'une amdnor- 
Mt ÎDT^t^r^, prenait avec avantage du proio-iodure de fer sous forme 
depQales. Apr^ aYoir augmenta graduellement la dose de ce m<klic»* 
mcBt, elle Tit tout*â-coap ses dents, primitîYement d'an blanc tr ^ pur, 
derenir toat-l-fait bteaes. Efh^ayde d'an pareil pb^nom^ne, elle fit 
appeler M. G. Rigbini, qui B*e«t paade pcise h la rassurer en lui expli- 
qojDt qae ce pb^nomâne, parement accidentel, (Stait dâ ă Taction d'ane 
petite quantit^ d'iode mise k nu et qui ^tait eibald ă T^tat de Yapeurs 
daat l'acte de la respiration. En effet, ce chimiste put faire disparaltre 
iutantan^ment la coloration bleuc au moyen d'une solution de aoas- 
carbonate de aoude. 

Hoos ne pensons pas qa*un pareil fait ait dt^ signalfS Jusqa'ici, et, â 
ce titre, îl est digne d'£tre portiS k la connaissauce des praticiens. 

mJILLII DU CAFEIBR flfDIQUEES COHHE SUCGEOANAbS DES FEVILLBS 

DE THE. 

Oo jODmal assnre qae Ies feailles da cafăier peatent servir de succiS- 
da&< an tbă. L*aatear de Tartide se fonde : t* sur Ies recherches de 
M. Nonter, dUtrech, qui a ^tablt qae Ies feuitles de th^ contlennent de 
bcafâne; T qae des exp^iences faites k Java, en pr^sence des d^gusta- 
tctira de th^, ont proat^ que Mnfas^ de feailles de cM peat £tre 
pria pour de Tinf^sd de tb^ Soucbong, PâLin,Kongo, Scbin, etc. ; 3* qae 
lodeur, le gofit et f apparence des fbuilles de cafdS pr<Spar^es sont exacte* 
Bentceax da tb^; 4® qu'â Java et k Sumatra, Fusage desfeullles de ca- 
tfier, comme soec^an^ da tb^, est g^n^ral parmi Ies classes inf^rieares. 



CVBTVRB »B L'OHVM BM ALOBRIB. 

yaţffte le» et^riMMts da im. EinM» at Lardy, o» hectare de tcrrain 
caltiT^ en p«vot, pour Textraction dt Teplvn, ceAterait ; 



3ft8 JOURMAL DB GHUIB HiDICALB; 

Laboarage 192 fr. 

Semis.... 88 

Binages U8 

Recolte de ropiam 468 

— des semcnces % 74 

ToUl 930 

Cette caltore prodairait : 

Opium • • • . 698 fr. 

Semences de patotB 330 

Bottes de tiges 09 

Total 1097 

D^penseSy 930 fr.; prodait, 1097 fr. ; IxSo^flce net, 167 fr. 






OBnVS BXYBBfl. 

PATE PHOIPHOBJ&B POUR LA DBSTKVCTIOlf VtB BATC BT DBS tOVIB; 

Par M. SiMON» pharmacien k Berlin. 
Le27 aTTil 1843, le gouTemement prosaien rendit nne ordonnaace 
pour aubatituer cette p&te i Tarsenic comme moyen de d^truire Ies ntt 
et Ies sourisy en eojoignant auz autorit^ des ditcrses proTincei de 
communiqaer, dans le d^Iai d*une ann^e , Ies r^altats qnl seraieot oIh 
tenus dans Ies ezp^riences faites atee ce mâange» afin de r^onir too 
Ies ^l^ments n^cessaires k la confectiou d'nne loi sar ce sqjet. 

Voici la formule de cette pftte, telle qn'elle a €U pnblide dans le Ur- 
liner medicinUche Zeii ung : 

Pr. Phosphore 8 grammcs. 

Fafare liqn^fler dans 

Eau tîMe -... 180 

Verser le tont dans un mortier, et ijonter promptement 

Farine de seigle 180 grammcs. 

iorsque le refk^idissement est op^r^, y mâanger 

Beurre fondu (brtll^) ; 180 grammes. 

Sacre 125 

Si le pbosphore est flnement dîTis^, ce qui demande an pea dlubi^ 
tude , on peut mettre ce m€lange en contact imm^diat a?ec dei n^ 
stances inflammables sans Ies bHUer. 



»B PHAElf AGIE BT DE TOXICOLOGII. 8ft9 

ie mâuige est siuceplible de cotuenrer son efflcadt^ pendant plosienrs 
lante, parce qne le pboaphore ae tron? e prot^g^ par Ie bearre, el ^*il 
ae s'ozTde qn'ă la snrface. 

Us rata et lea aouria mangent atldement ce mdlange : apria quoi ila 
^frooTentda balkmnement» et ne tardentpaa.â anccomber. 

M. Simon, «ini emploie ce mdlange depaia plnaieura annto et atee un 
fuoc^ oonatanti en coipTre de Tienx coaterclea qu'U place enanlte dana 
Ies endroita frdqnent^ par cea animanx. Soifant Inii le phospliore en- 
tralne de moindrea dangera qne Tarsenic, parce qne» en admettant qne 
le milange aoit mal pr^par^, par auite d'nnedivision imparfaite dn plyis- 
fdbore, roxydation de ce oorpa dana l'eapace de qnelqnea Joura le rend 
imsqne inactif, et qne, d'nn autre c6t^, ii aerait preaque imposalble dn 
Femplojer ponrlempoisonner nn homme avec intention. 

tiBBlCATlO!! D'UN PAPIBB INFLAMMABLS BaULANT 8ANi BBUIT, ET 
D'ALLUMETTES a FBIGTION 8ANS SOUFRB. 

Bcettcher a public d^Ji^ la formale snlTante poor la pr^paration d'al« 
lamettea chimiquea br Alant aans brnit : 

Pf. Gomme arabiqne ••• 16 partiea. 

Phosphore 9 

Mifirate de potaaae 14 

Mangantee 16 

V. et F. S. A. une maase parfiutement homogtoe. 
PIna tard, ce chimiste ajant ^t^ engag^ & oomposer nne masae anail 
boaae» maia d'nn priz moina ^ler^ , 11 a'est arr^ttf anz proportiona indi* 
qate dasa la formale d-desaona : 

Pr. Pboaphore. 4 partfea. 

Nitrate de potasse » 10 

Golle de mennlder ••• 6 

Mininm on ocre roage. 5 

Sfflălt 1 

On raanoUit la colle en la mettant en contact af ec nn pen d*eaa pen* 
dnt Tfaagt^-qnatre henrea. La gelatine qni en rănite est miae dana nn 
petit HMvrtier de porcelaine prtelablement chanfM ponr la ftire liqn<- 
ler. Ott agonie enanlte, d'abord le pboaphore, pnia le niUate de potaaae, 
ct, CB deraier llen, le mininm et le amalt, en uitnrant continnellement 
ame In pik» de porcelaine» Jaaqn*A ce qne le mâange aolt utii6 1 nne 
«tMntaMBOgtetfltd etpniiaepreiqiia 4tre Mr^en forme da Bla, 

V limn, 11. )7 



i$% lOVMAli'Dft CHimB MiBI€AL«, 

PeBdanl toQte k durfe de cette opfrftUoA , U tanpdf atin« m Ml J«« 
maii d^passer to d^A d« Mitimiir, bI ott M t«at pts dMMNT Het ă 
rinflamnution det particales de phosphore. 

Catie waaaadoll 6rre appiiqada aur de paiiiea tlfaB^a bolii fitpm4a 
ad koc^ oa âw tfe Tamaten, qrn'o» fait alaker f ot â Mt Mit I datti 
■aiiiraa* 

Oft obitaM atae catta tiaaaa ăm attameitaa «n ţaplferi bfitat atia 
tamaia et aa tihalant hm «deur aitrdaM , an eftdtlMHl iea tanbaaat 
de papier efdlttalre» Mir lettra daek ftMea» a?ee de la lelftUM de feetftte, 
et eft applhiaMit «Mefta ă taera ekttdaillda , 4 Pilde d*aii petK plfteaae 
ift) iiiie «tnaftUtă «itfBaanta de Ia muae eu ^eestloii. 

Ht dfte fMoUiMi aur une aurAice rude» la maaae iTMifianifte^ pala ae^ 
ait6t aprte le papier, aafta qaM aelt baaof ft de retettrir A IU uraftiiaa 
da aoefre. 

Oe obtieet dea allamettea A fiictioD, aana aonfre, en falaant liqe^flff 
de la cire blaacbe i la hautear de 2 millimtoes eoTiroD, dana ou Tase de 
fcr-blanc plat; puia» en prenant aee botte enti^e de petitea tigea d'aa 
boia le moina Telnenx poaaible, et oonp^ea tootea d'une ^ale baateor. 
On cbarbonne aeperflciellement Ies extr^mit^ en lea appoyant aur vne 
plaqne de fer chanfKe an roage , apr^a qaoi oa lea trempe pendant 
qaelqoea aecondea dana la dre qal commence k ae Itqaâier; on Ies ea 
retire promptement ; on enliye Tezcte de cire en imprinunt on moave- 
ment de rotation & la main qui lea aoatient; enfin, on lea trempei toos 
a^par^menly dana la maaae inflanunable. 

M. Dieael» d'Eberadorf, dd? e de M. Wackenroder, a, d'aprte le ooascil 
de M. le docteor Bley, analys^ ane excellente maaae inflanunable, et ii y 
a troa?^, aar 100 partlea» lea proportions soi van tea : 

Pr. Phoapbore 17 parties. 

Nitrate de potaaae » 38 

Mininm 34 

Colle ^....... 3t 

U.$.Â. 

(Arehip der Pharmaeie^ mal 1844.) 

paAPARAtioii nn L*BifCEt bukvi; 

Par M. HoRNVNO. 

!!• HorQung donne la formule ăuiTante coftittie la tteilleure : 

On d&aie 4 gramnica de percbtoruM de fcf en IfqaeOr dafts t$0 grilii 
vi: 



D« MAUlACIi IT »B VOX|Qai.OQIE. 151 

ifum^ pâB OB pfMpiIt w njoiitm 4 gr am^ft 4« «y«iiiir« 4« poiaulm 
ordfaiaire pr^lablement diitiMM d«M nve «fiilaiia 4« gt&mwm 4'mw. 
6« wmunte !• cjaiwt d^ fir pro4u|l, el oa la la? a ă plualeiura rapriaea, 
Hii OB le laine^0a«mviiiif|B'* ca qaa la pAU nalla qv'il caaalltee na 
fte plqa q«a 909 wmm anvi? ai|. Oa id^ita alara l granuBa d'ai;îd0 
oxaliqae» et on fat orise la dissolatîon da cy^mure dani cet acide §n, im- 
pnaiant qiiekittf a aaaouaiaa aq f aia q«i cmtişiit la mdlange. 

yj^ţie» da gaaftnia eţ da a««ce aat lauUlai biap plna» alia para^ 
cxercer ane inflaence d^favorabla aof la iMaotâ de eette encre. Cetţa daf* 
niire se conierre loof Uippa aaoa aocaDe additioa* el a*il TeBait k f*en 
itfparar ^u^ peţita qvaatiU d'eau Unpide» U aufflrait d'agiter le ndapge 
poor en rttablir rhomog^n^il^. {jirehtv, der Pharmacie^ Joillel \M4 

BMMny vevE im PÂioiwTf ut lm iniFBLBa. 

Pr. Cire 600 grammea. 

laa cemaiBiia 1 demUlitre. 

taire A«dFe ă ase desee ehalaar, puie «JoalaB : 

Potasse C4 grammea» 

ţrialibleaaaot diaiovte daaa 

Caa benlllaBte 138 

On 7 net eaialte 

SafBB vert...*« 40 

EaadeOalQgBe « ai 

Ob remiB peadaBl «n qiiari d'hettra» aprte qaei w laiaN reCfoidIr 

peadaBt viBfHPialre hearea. BBiB es aloiile : 

Oererevgefln «.. 12 fraBHBg^ 

laveMMBBBe ...., Q.lb 

Ob ăumâ bb aiflaBga mt le patqBt atee bb halaî» lat laa BMMiMaa 

iTcc OB chiffoB; au beat d'aaa dani^lieura, ob l^etta arec ane breise» 

iaaqa'ă ce qae lea aarfacea devienBent brillantea. 

iioijybllb BoiaaoN vm suaE ; 
Par M. le docteur DVMOifT, d*Arbois. 

Pr. Feuilles et Jeunes tiges de Tigne.. • to kilogram. 

Tigesdemab SO 

Brojei cea devx aabitancea sous une pierre dliaflerie; plăcea «lea dana 
na toBneaa â portei et Jelea deaaus deia bectolitrea d*eaB chaude, puia 



252 JOUftNAL DB CHIM» MfolCAtB; 

remuei fortement le tout. €e ra^Iange ne tardera pas I entrcr eafcr* 
mentation et ă produire nne liqaear Tîneose* 

La feaille de la Tigne oontlent da ferment; lea liges de mab costicn* 
nent da sacre : oes denx sabstances, ^tendnes d*eaa> aidto par la di»- 
leor f fermentent et foamlssent de l'akool , prindpe TineaZt cn propop* 
tion de la qaantitd de sacre. 

Si l'on ddsire donner k la boisson nneooalear roage » on pent Fobte» 
Bir en y ajoatant des bettes roages caites aa fonr et râpto : dles Ido- 
niront enoore da sacre «Tec la eoalear. 

Les baies de geni^?re donneraient sacre et arAme. 

Les froits Cpommes et poires) toasds ajoateralent da aacre et an acide 
agrdable. 

Aprtola fSermentation et Tentonnaison da liqaide, le marc, presi6, 
serfirait de noarritareaa b^tait, oa donncrait de reaa«de*Tieâ la distU- 
lation. 

Gette esptee de Tin serait aassi salabre qae le Tin de raisin* 
I I ■ ■■ ! ■ saai 

TBBHU IlOGHBOlfB. 

Le Temis atee leqael on donne aaz gra? ares colorite et au lithogn- 
phies Taspect de tableaai peints k lliaile est le saivant : 

On m^le an litre d*baOe Tolatile de tMbenthine , SSO granunes de 
mastic grossiirement polt ^rls^ » et 12$ grammcs de Terre r6dait en 
pondre fine. On expose ce m^lange pendant Tingt«clnq Jonrs an leleil, 
ety pendant ce temps, on a soin de Tagiter de tenips en teaipi. Bnsaitei 
on ajoate 600 grammes de ^răbentbine de Venise de premier choix;piuS| 
aprds SToir expos^ de noaTeaa k Tacdon des rayons solaires pendant 
qaelqaes Joars, on filtre. {fiingUr^i Journal^ t. 89.) 

fMmkvk DB CHIWfB llfcDIOAIiB. 

Sianee du 5 mai 1845. La Socidt^ reţoit : 

1* Diffi^rentfl numeros de Joumaux franţais et ^trangers. n en serafut 
des extraits poar 6tre ins^^s aax nouYelIes scientifiqaes. 

V Une lettre d'an pbarmacien de proTince qui reproche k Fnn des r^« 
dactears da Joamal d'avoir donniS son approbation & an sirop qn'oB 
pbarmacien annonce dans les Joumaux. Nous r^pondrons qae le râlic- 
teur n'a pas donnd son approbation et qa*il s'occape de ce qai doit tot 
fait pour faire ccsser Tabos qae Ton falt de son nom* 



DB PHAEMACIB BT BB TOXICOLOGIE. J5S 

3* Uae lettre de H. Badin sur Ies tirops atee Fiodare de fer. II sera 
r^pondu i cette lettre. 

4* DiTcrses notes de la Sod^t^ de Pfaarmacie de la Mosdle. Noua fcroDa 
conoaitre le r^lement el Ies traTaax de cette aod^tă, le but qu'elle se 
propoie. En ioTitant nos coll^aes dea antres d^partements & ae r^unir 
comme le font Ies pturmaciena du d^partement de la Moselle, nona lenr 
nppellerona qne Puniom foii Im foree. 

6^ One lettre d*aii de noa abono^ qoi noua demande des detaila aur 
le Mânoire public par II. Frydag'Zintn relatltement k rarsenic. Noua 
r^pondrona ă notre oorreapondant qae nona n'avona pa faire tradnlre 
Ie mteoire, lea peraonnea aacbaiit Ie boUandaia qae noua aYona conaol- 
tte ne comprenant pas lea termea adentlflqnes, n'ont paa ? oala se ba- 
ttrder k laire cette traductlon. Noua dlrona aeulement que le trat aii de 
ce savant rappelle lea qaestiona auif antea extraitea de quelqaea traltte 
de toadcologie. T Dans quelle proporiion i'arsenic tst-il susceptibU 
tPagir comme poUon ? 2* Quelie esi ta quantiU d'arstnic capable de 
ioMer la mori ? 

L'aatear, d'aprte leatraTaui deplasfeurs toxicologistes, fait Toir qae 
lenrs rdaollata aontcontradictoireaetquelesdeaiquestionsposto ne 
lont pas rtelaca. 

Noaa ne renonţona ^pendant paa k faire connaltre k nos lecteura le 
texte da mânoire de M. W. Zynen. Noua chercherons de nouYeau un 
tradaeteor familier atee Ies expreasions scientlflques employ^es dana 
cette pabllcatlon; mala noua regrettona titementqae Tauteur» qui terit 
le fraa^Sy ne noua ait paa adress^ ane copie de ce trayail, qui d^j& se- 
nlt ina^r^ dana notre Journal, o& elle aurait ^t^ lue atee intârăt. 

6* Une lettre d'nn de nos coUigues, qui nous pose la question sui- 
▼late : 

Ca mMedn, qui Teat faire arroser de trenţe gouttes de laudanum 
di Bousaeau un cataplasme de farine de lin, peut-il, en supposant qa'il 
soit dans sapens^ de faire renoufderTingtfois ce cataplasme, ordonner, 
A une persoane assea rapproeh^e d*an pbarmaclen pour aller cbec lui 
pluieora fbis dans Ie mtee Jonr cbercher, si cela est n^cessalre, Ia quan^ 
tiii de dnquante ă soixante grammes de ce laudanum ^ sans encourir 
>Qam peine legale ? Un pbarmacien peut-il d^livrer une aussi grande 
^uatit^ de ce laudanum aans aToirrîen icraindredela loi, m£me qoand 
leoitiicament donne la mort. Cela par crreur inddpendante toutefois de 
^ îolont^ da m^decin et du pbarmacien ? 



9ift lOUUfiX BB CmmB Mi^lOALI, 

Xous răp«n4itMM que rien dwM la lol ne a'oppose k o$ q«» le a^- 
decin, dans le cas pr^it^, ne d^liyre une ordonnanee pmup la qnntiK 
de laudanom tm Ml 4tre enploy^ ă plnaienra r^ria«t «M* qoantili 
|i^t-*eUe ccUa da M 4 ttO gramm^. La lOiaratacieA dok, iMrafiia l%idan- 
aance Iul oat pfteftUe» a^aaqii^ir de ruMce de ee lîqiiide, teeeauuHi- 
der de U pf ndence aw penoonea â q«i ii d^ki? re le prodsil et awteet 
coDserver par deferă lui l'ordonnane^ qui eai le Hlre k FaidedoqiMl ii 
Itti eat permia de d^livrer la prdparatien dteandde^ ordonnanoeqnl eat m 
garanţie. Nous ne penaoaa oependanţ paa qu'il aeit prudent de rcmcttre 
aux naina de peraoaDea qui n'ant paa de cennaiaaancea mddiealai, de 
grandea quantitda de iandanuM. Dta falta, el un en pavticvller» qni eit 
loul r^ent, dtoonirent lea dangeva qni r^nltenl de ce înţde de fdrc 
7* Une lettre d'iin pharmacien, qui nona demande al w& nddedn paat 
diatribuer gratuitemeat dea m^eamenta aux valadeaqm leeonanitcat 
dana une localii^ otk une pliarmacie eat oafcrle. Ce pharwariiM naes 
aaaure qWun iugemeni viea$ de cooaaerer oe principe* 

Nous r^pondrons que la loi du 21 germinai, an XI, arlicla H« di- 
fend positiTement au m^decint non aealenentde^nfudra^mi^eBeecf de 
dMUr dea mWcamenta : ori en aab qne le bm>I «Miler «e«t nnaai diie 
distribuer : ainsi on dit d^iter des nouveites; on on sait qtt'os mt tcnd 
paadeanouveUea. 

Uiugement rendu doit donc 4ire dUM k la Qour de GniMlicii^ oar iHl 
duit pernia ă un mddeda de diatribiier dea nddioMMiilPy 9m cenţait 
qu'il pourrait : l"" ae aervir de ce mode de faire pour lairo une eQn0»- 
rence nuiaible ii aea confr^rea; cen«nrrence que cewt-ci ne peufraicat 
aoutenir qu'en employant le mâve mede de faire; %^ qu'^ penmit 
«laşi eftercer» aoua le pr^teite de diatrilwtioa de nUdicamenla^ ol ia p^ 
decineet la pbarmacie, ce que la loi d^fend positifement. D'allleuradcs 
«rţ^ta oat fait Juaţice de cette pr^tention» et lout rdoewmeat «iNOore io« 
HfVnavu dea mădeclna 6tre condamna par le tribunal 49 F^Uceotncc* 
tionnella de la $eine, quoiqu'ila aieat alldgod 4^um leqr i^iesm V^"^ 
4onMiUai et qu'iU ne ven4ai4ni pa3 k» m ^cwa gn ta i||a*Ua vu^ 
disiribuU k leura maladea. 

Noua penaonst «i le pbarnucien condamad falt eppel ea^ ««mlî«B,q«e 
toua aea coU^uea doi? ent lui venir en aide, pour aeuloair u proc^ q«i 
intdresae toua lea pharniaciena (i). 



(1). Nona reccTons ă Tinataiit lea piteea de ce proc^ et aou5 lea ia^ 



]>l MAHIAGII n »X TOXieOLMCi. SM 

•* UMklM 4*ui ptormaden d« ftoje» qai «•m dcmaade ai IHaaorip- 
tfoB de U ttftta dHme anliitaiica toiiqfua Mie atr le Utre dea poiaoss cat 
lafliMBta» €t i*ll peat ae dlapeiiaer» lot« dea teatea^ ă%n oertifloat de 
■« le CMattfaeaf te de ^Itoe. iro«a Mipe&dfotta k notre celMifiie qee le 
JageaMat rettdii A Yeud^uie a deaMRiM qte leeertiiclit dea amteriMa 
fflanicipales n'cat pas aufflaaa^ et quil lli«t| «atre oe oertfloet»qtt*il y 
aitiMttfptieB awr un titre de Tente dea tMiMM. 

U emileat de m* le ceumiMalre de pdifce pcut âtte vlBe^ <1 ? ient 
aiiUa att idiamaden, nafa aetti ft ne aneCiMt ptm le fdiarniAcieB k 
ribri das fewaultee. Sa effBt, FattMe 36 de la iol prttcrlt wi re» 
fistre coH 4i parapM par le maire ou le commissaire de pMoe, et ii ne 
mentionne Ballement le certificat que ponrralent dâlvrer ces ma- 
gistrata. 

— âMMiiBB «upon tuatamtămm av emviHâViQVB» 

A L*CaAâE DKe CCIOLIIS, 

])*apria la natare et Ies T^tables principea de cette lanfi^e, recoti- 

nna par lea Greca aadenaet modemes; 

Ftf l&tiCBae Harcellai meoibre de pliuieara fleci^da aaTaiKea 

et philaathropiqaea» ete. 

1 Tolaoie in«»8^ de 145 pages. Cheal^Aatetir, 31, roe Saint-Jacquea, â 
Piris. 

Qaoiqae cet ouTrage ^Mnentaire aoit plat6t da reaaort dea ^tudea 
«aivcnltalrea, que dea aeiencea piiyalq«eat|ui foai Tol^et de ee joarnatt 
MHu atoaa peaa^ eu conaidâratloa da Irat de Tealeor, d>eo faire men^ 
tion ici. On ne aaaralt trop falre connattre ta m^tbode aticclncte et m&^ 
ibodiqae qoe H. Marcella a employ^e pour faciliter T^tode de la langae 
ITBQqaa, al «€i1e aajeard'hoi k tooa oeox qoi calti?eiH lea acienceu ou qai 
Mveat tttt Joar ea parooarir la carrii^. 

La preaai^re pârtie comprend Ies principea et lea n^lea part^eali^ea 
de la Granunalre grecqae; la aeconde pârtie, que Tauteur d^aigne aoua 
le Bom de technologie du langage , reDferme lea riglea de la formatioa 
^partlea da diaeaara. 



raisdanale nam^ro de Journal. Noua apprenona avec plaisir que le cercle 
P^rmaeeutique dâ la Marne ^ ^tabli k Reima, vieat de faire acte de 
loyaoti et de confratemit^^ en pr^tant aide k M. Dnoognon. 



SSC lomtiiAL ra CHmiE ii£dicaiB| btg; 

L^aotenr, blen connu par Ia position qa'il a occap6e dana rinstnico 
tioDy a compost oette Grammaire : i^ en consaltant la natare dalia» 
gage humain ; 2* en ayatânatUant lea parties da diacoars ; 3* en r»* 
tranebant lea exemples auperflaa dea dăclinaisona el dea Terbes; 4* ea 
raîsonnant atee lea d^tea, et leiir faiaant connaltre Ies raiaona qai d»* 
Taient leur faire adopter tel ou tel principe. 

Gette Grammaire eat aaccinte, claire et complet» ponrleahdldniitOy 
car, aniTant raateor» ceax-ci prononţant littâralement B*o&t beMîaqne 
de peu de r^lea d'ortbographe, etn'apprenant pas k dcrire le grec andea 
eomme lea Greca modemeai ii ne lenr fant qu'on petit ndmbre de rt- 
gles de la ayntaxe. J. L. 

nBCITBIL DB LETTU8 ET DB MAMOIBBS ABRESS^S A L'AGADBXIB DBS 
8CIENCES PENDANT LE8 ANN£B8 1842 ET 1843; 

Par M. Lebot-d'£tiollb8 , doctear en m^decine, etc. 

Un fol. in-i8**. Paria, 1844. Ghez J.-B. Baîlliire, libraire, me de TEcoIe- 
de-MiSdecine^ 17. 

Dana ce Tolame, qni comprend an trop grand nombre de ai^iela Tari^ 

pour qall aoit po8$ible d'en donner ici Tanalyse, Pantenr parle ancce»- 

aitement : 1** de aes rechercbes sar rinsafflation des poamons conaid^r^ 

comme moyen de aecoara k donner aux personnes noyiSea on aspbyxi^ ; 

2^ de aes recbercbes sar Taction d€\6ttte du sang noir; 3' de Temploi 

du gaWanisme dana Ies bernies ^tranglte et lea ^tranglementa internes; 

4* d'exp^riencea relatif ea & la reproductlon du criatallin ; &* de la par- 

ticipation de la mtoinlque aux progrds de la cbirnrgie; 6* de la dino- 

lation des calcula urinairea; 7* de la n^yralgie du col de la Teasicda 

spasme de l'ar^tbre et de Tbypertropbie commenţante de la prostate ; 

^ de l*b^maturie abondante et dea moyens d'extraire de la Teaaie Ies 

caillots qul la remplisaent; 9* de la dlatbte et de la d^^^rcecenoe 

canc^reiiaes ; 10* de moyens nouTeaux ponr Ie traitement dea fistulei 

Y^ico-Viaginales; U*^ de F^lectricit^ animale; 12'' de TintroductioD de 

Tair dana lea veines; 13* de r^lectro-puncture» 14* da coarade labfle; 

IS^deTiextraction dea corps <Strangers solides introdaits ou d^Tdopp^ 

dans r^eonomie vivante; 16* de rinflammation aignS des trompes ut6* 

rines et des ovairea ; 17® de la snapension du conrs do sang dana lea ar- 

tirea pomr la gu^rlson des an^vrismes dea membrea; 18* de diverses op<- 

rations pratiquto sur le rec turn ; 19* de la lîgatnre des polypes da pba- 

rynx;20''de la pupille artificielle;2l* de la rdaection dea amygdales; 

22* enfln de l'dtude bistoriqae de la litbotritie. 

Gette aimple ^num^ration auffltpour montrerqoel hantdegr^d^inUrCt 
prtente le livre que nona annon^ns ici. 



Fiu LOCQimi, n$flA^^4ifnMmjin.f 



T 



lUILLET 1U5 

JOURNAL 

DE CHIMIE Ml^DIGALE, 

DE PHARMAGIE ET DE TOXICOLOGIE; 



sase 



UGHBHGHB8 8tR LA TAKAISIE; 

Par M. Lerot , phannacien ă Braxelles. 

Comme je r^pondais ă Totre deroiâre leitre , relative anx 
reoseigoemeiits que votts m'aviez demand^ sar rinflaence 
qu'exerce sar la saot^ de Toavrier, rindostrie du tabac , j'^tais 
occup^ă faire quelques rechercbes chimiques sar Ies somnii* 
\h fleuries du Tanaeeium vulgare; je m^empresse de Toas 
Ies commoniqaer en en attendant de nouvelles sur cette sob* 
sunce. 

Josqu'ici que je sache, ii n*y a que M. Peschier qui^ait falt 
bire an pas ă l'histoire chimique de ce v^g^tal. 

Qoand on Ut son travail, on remarque que le savant exprime 
ie regret de n'ayoir pu işoler le principe amer du ianaeetwm^ 
qai est tout ă la fois soluble dans T^iher, Talcool et l'eau. 

II y a quelque temps, ii m'est venu ă Tid^e d'appliqaer aux 
lOffimit^ du ianaeeium vulgare ^ le moyen de recb^cbes qui 
a ea un r&ultat si heureux entre Ies mains de MM. Quevenne 
« Homolle, pour la digitale. 

Je me dispenserai donc de tous donner la relation de l'or 
pfration. 

V timiB. 11. S8 



S58 JQUBIIAL 1>B CHIMIR MfiDICALE, 

Le principe que J'aî obtenu, ihaf s kfi peiîte quaDtil^, d'me 
premiere rechcrche, s'est pr^sent^ avec Ies caract&res soi- 
vanis : îl est sous forme granuleuse mamelonnee, d'ao blanc 
legărenient jaun&trei inodore, don^ d'ane sayeur iris anire, 
l^g^rement acre dans rarri^re-bouche ; îl est tres solubie dans 
radier sffirariqoey moine solable danft Tal^ol et pea soiable 
dans Teaii, ă laquelle cependant la plus petite qaanlit^ com- 
mmiiqiie ttBeaavettr amire trit proBoiiote(i) f ii se dissoiit k 
froid dans Tacide sulfuriqae concentra, en lai communiquant 
une couleur rooge-hyacintbe. Expos^ sur ane lame d*argent i 
ia flamrae de Ia lampe ă Taleool, ii se liqu^fie îmmMiate- 
ment, et ne tarde pas ă se colorer en braoi, en r^pandant ane 
odeur aromatlque qui se rapproche de celle da melilot. Eo 
coniinuant Texposition, ii laisse pour r^sidtu un cbarbon pea 
volQminedt. 

YotHi teul ce qne je pnis tous doniier potir le momedt sur ce 
principi, auqtid je eroii ponvoir donner le nom dh tana- 

in qMs devoir toes fâire remârqaer qtie Tacide tanniqne 
eti exete n^enl^re pas bn totallt^ Ia sareor amSre ă lâ solutiod 
qui provient du lessivage de la poudre de ianaceium^ ce qui oe 
fail sufposer qne le prhieipe que j'ăi isolK y existe as^cl^ ă ud 
autrequi u'est pas prddpitaMe parfacide tanntque. La solutioa 
de laqaelle f arais prăcipit^ le principe amer , qui <tait inco- 
lore, limpidei ayanl etă abandonare pendant quelques joors 
au contact de la himi^rej n*a pas tard&ă acqu^ir une couleor 
aadbrfe, eo qui me fait tiroirO que, parini Ies priticipes qoi 
toiOQi restris en soltttfon, ii dn est qtil se soât ut^difi^s sous 
rinfitiiBBcA de I'eaa et de la lomiiire. 

(f) dttie saVeiir fdpftelfâ bien celle du ianaceium. 



DE FHARIUGIS ST DK TOXICOLOGIE. S59 

MOUYELLB OBSBRVATION SUR l'aGTION QUE LA SALIVE EXERGB 
SUR LBS GRANULES DB f£cULB, A LA TEMP£raTURB DU CORPS 
DESAlflMAUX MAMHIFÂRES , ET SUR l'£tAT DANS LEQUEL SE 
TROUTE l' AMIDON DANS LES GRAIVES C^R^ALES APRlfeS LEUR 
VASTICATION ; 

Par M. Lassaigne. 

Dans nolre premiere notice , inserde dans Ie num^ro 19 des 

Comptes^rendus de F Academie, nous avons d^monir^ que 

la salive humaiue et celle du cbeval ii'exergaient aucune 

action sensible sur la f^cule en graius ă la lempcraiure de 

-f 38<» cenligrade, mânie pendant six heures. Nous avions conr 

clu de ceite observation, conlrairemeni a ce qui a ^le avance 

par quelqnes auteurs, que la salive qui , au moment de son 

excr^lion se irouve ă la tcmp^rature du corps des animaux pr^- 

cites, ne peui agîr seule sur la fccule ou Tamidon renferm^ 

dans Ies matiăres alimeniaires crues qui en admeltent parmi 

lears divers principes. M. Mialhe a essay6, dans une nouvelle 

iioie, de refoter celte contradiction , en nous opposant deux 

faits rapportes dans son premier memoire; savoir : 1** que la 

salive hamaine aliaque sensiblement la fecule agreg^e ou en 

grains, aprâsdeux ou irois jours de contact, k une temperature 

de + &0* ă + A^^ ; ^"^ queTamidon desagrăg^ est plus prompte- 

meot alt^r^ par celle-ci j et transforma bientât en dexirine et 

ensuiie eo glucose, ou sucre. Une action de Tordre de celle 

^noDcee dans la premiere proposiiion, nous paratt devoir 6tre 

difficilement admise comme un ph^nomine qui doive s*accom- 

plir dans Tacte de la digestion \ quant ă la deuxieme, ii restait, 

saivant dous, avânt d'en appliquer Ies consequences ă cette 

mteiefoDCtion, de s*assurer si, dans la trituration par Ies dents 

des matiâres amylac^es, la fecule etait ddsagr^gde, ainsi que 

Ta sappose Burdach. Cette th^orie, toute sp^cieuse qa*elle esr^ 



S60 lOURNAL BB CHIMIE MiDICALi; 

n'a poÎDt ^t^ soumise^ que nous sachions , & aacune vârifica- 
tion; au mpins, M. Mialhe, qui la rapporte ă l'occasion de son 
travail, ne cite aucune exp^rience propre ă Ia confirmer. 

l"» Plus rigoureux que ce dernier exp^rimentateur, nous 
avoDS soumis pendant dnqjoun eonseeuiifsy ă la temp^ra- 
ture de + 38^, de la fâcule en graios ă Taciion de la salive 
humaine. Cetle derni^re est restee toujours sans acUon sur 
ce principe. Apr^s ce laps de tenips, elle ne contenait ni dex- 
irine ni glucose , ainsi qu'on s'en est assure par T^vaporaiion ; 
d'ailleursy le poids de la fiâcule employee n'avait pas sensible- 
ment diminua, et son examen au microscope a d^montre que 
ses grains ^taient intacis. 

Cette uullii^ d'aclion de la salive sur la fiăcule agregee ou ea 
granules peut, suivant nous, âtre ^tendue ă Tamidon que con- 
tienneni Ies graines ou racinesamylacees qui, dansleuretatde 
erudite, sont mang^es par Ies divers animaux. La Kcule desa- 
greg^e par sa triluraiion dans un mortier dragate se comporte 
autrement que la făcule agr^g^e : ainsi qu*on Ta d^jâ indique, 
Tamidon se dissout dans la salive, et est transforma en dextrine 
tras promptement, car la solution perd en moins de deux ă 
trois minutes , m£me ă la tempdrature de + ÎS"* ă + 20** cent., 
la proprieie de se colorer en bUu foneS par la teinture d'iode, 
mais prend par ce r^actif une legere teinte iilas. Ce r^sultat se 
v^rifie d*une maniere plus directe en faisant imm^diatement ua 
m^lange de soluium d'amidone et de salive. En abandonnant 
pendant douze heures de la fecule d^sagregee avec de la salive 
humaine, ă la temp^rature exposee ci*dessus, nous avons ob- 
serve que Ies teguments s^pares par la fiiiralion, se coloraîent 
encore en hleu-violet fonafpsLV le solutum alcooliqae d'iode, 
tandis que ia salive filtr^e n*dprouvait aucune coloration par ce 
râiciif. Soumise ă Tevaporation ă une douce cbaleur, cette sa- 
live a laiss6 un r^sidu transparent , gommeux el Tîsqueux , 



DS ibHABXAClB IT l>B TOXIGOLOGIB; 861 

d'kioe savenr Mgârement sucr^Oy qai a 6tâ traitâ par Talcool 
1 88* cent&imaax. Ce r^sida ^tait tormij pour la plas grande 
panie, de dextrine mHee ă nne petite quantitâ de glucose. 

Daos Ie but de nous assnrer si, dans Ia mastication des grai- 

nes amylac^s. l*amidoii qni y est contenu etait d^sagr^g^ en 

pârtie par Faction des dents, nous avons tent^ plusieurs exp^- 

rieaces directes h ce sujet. Nous avions d'abord soumis ă une 

exp^rience des grains d'orge mftch^s entre Ies dents, mais 

flOQs n'avons pas tard^ ă reconnattre que cette maniere d'op^ 

rer pouTait 6tre une cause d^objection s^rieuse , en raison de 

Taction directe et prompte que lasalive hnmaine exerce» mame 

i la temp^rature de + 20% sur Tamidon dăsagr^gd, aclion quî, 

dans le cas oii ce deraier principe eAt exista aiosi d^gr^ge 

daos Torge m&ch^e, aurait transforma Tamidone des grains dd- 

chir^ en dextrine dans un temps assez court. G^est pour nous 

rnetu^ dans de meiUeures conditions d'exp^rimentation , que 

noas avons entrepris d*examiner le produit de Ia masticatio^ 

des grains chez un animal dont la salive est sans action directe 

sur l'amidone; or, le cheval devait parfaitement convenir ă ce 

ţenre d*experience. 

Noas avons pu, avec Tassistance de notre collâgue M. Bou- 
ley fils, professeur de clinique ă r£cole royale d*Alfort, et celle 
de H. Prndhomme , chef de clinique dans cet ^tablissement , 
aoxqnels noas avions communiquâ nos id^es, obtenir une cer- 
taine quantit^ d'avoine trilur^e par Ies dents d'un cbeval , et 
cottvertie en bol alimentaire. A cet effet, apr^s avoir isol^ une 
parue de Poesophage d'un cheval, on Fa coup^ transversale- 
flient aux den tiers de sa iongueur, de maniere ă mettre en 
npport cette ouverture artiflcielle avec un vase servant de rd- 
Qpieot ponr le produit de la d^Iutition. De Tavoine a ^t^ pr^ 
Kntfe ă ranimal ; celui-d Ta prise avec aviditâ, et n'a pas tardâ 
i la mâcher et k la d^utir comme dans F^tat ordinaire. Le 



bol alfaentaire, qai sortiiU par l'oavertore anomatei prium* 
taie exactement la forme cylittdrique de roesophage, dus ie- 
quel ii a'^tait moqM k aon passage, et avait la eonsistanee d'ane 
p&te an pea ferme* 

Dana ce bol, qui oftrait aoe rdaction alcaline aa papier rougi 
de toorneaoly oo aperce?ait un grand nombrede grains terasa, 
d'aQtrea en pârtie bris^ «t d^barrasa^a de lenr enveloppe , ec 
enfin plusienrs gratna d'aToine non alt^r^a a?aient aana doate 
Mkftppi k Taction des denta molatrea. Une pârtie da ce bold*â« 
voiaea^t^drilay^dans reattdifttill^,etlaliqaeur a dtdamtitit 
fliirăe. L'addition de la teioture d'iode n'a apport< dans celle- 
ci aucone coloration , ni bleue ni viohiie, ce qni aarait dft 
avoir lieu si une pârtie des graina d'amidon ayait i\i dtegre- 
g^e par Ies dents pendant Tacte de la mastieation. DSin aatre 
c6td , nous avons extrait par on lavage , sur un tamis , d'nns 
aotre portîon da m6me bol , tonte la farine qa'elle renfer- 
mait : cette farine, recoeiilie et laT^e par dtfcantation» a ini 
examiniie aa microscope ă un grossissement de 300 fois. Cet 
examen pbysique, compare ă celai qai a et^ fait aveo une por- 
tion de farine d'avoine , reliree par le gonflement dea graias 
dans Teau, a dteontră que Ies globules d'amidon dana l'aviMae 
soomise ă la masiication par le cheval n'avaient paa iiâ itst 
gr^^s, etqa*ils pr^ntaient exactement la mtoe foraie qua 
ceux de Tamidon extrait par la maoăration dea grawa d*af oiae 
dansT^iOf et lenr compression. 

La consistance pfttetisa du bol alimentaire obtenoe tfeelV 
Toine, noas a engag^ ă proflter de eetce exp^rienee pwir re> 
chercher qaelle pouvait At^e Ia proportion de aal{?e abaorb^e 
par cet aliment pendant sa mastieation. Pour r^itdre oetts 
quesiîon, qui noas paraissait int^ressante, noas avona d'abord 
dessiSobâ ă -l* i 00 une quaotite d'avoine d6glutie, obtenne dais 
Ies circonstancea rapport^es ci«dessas» et noua aTons fidi la 



mime c^raiioa sur ane portion de la mame ayoiae $implement 
knsie dans un moriier , afin de d^ierminer l'eau qne ceite 
graioe renCermait natureUement. La proportion d'eaj» ft'est 
^levee ă 0,S7 pour le bol d'avoine i tandîs qii*elle ^tait seule- 
ment de 0^i& dans Tavpine qui a ^ryi ă Texp^rience : de 

1 * 

cesiiom]l)res, ii nous a iiji facile de deduir/e la proporiion d'eau 
apparlenant k la salive, et, par Tanalyse de cette demise dans 
le cheval, ă quelle quantitâ de ce liquide elle pouvait ^qai?a- 
loir. Le r^ultat que npu$ ayons obxenu , et que nous nous 
empresspns d'enre|^istrer ici comme une donn^e curieuse et 
ini^ressante ţjQur c^tte fonction pbysiologique , a ^i^ que 
1000 parties d'avoine» apr^ avoir paşs^ jpar la s^rie dQş diver- 
ses actions organiques par laquelle elleş ont ^t^ converties 
ea bol alimeptaire, avaieni augmenta de iOiO^ c'est k dire, que 
cei aliment absorbe chez le cheval , pendant l^ masiicaiion , 
plas que son poids de salive, 

Tous Ies ^unents ^i'absarbeut pas, sans doute, la mame quan- 
tit^ de fialive pour 6tre d^giutisj la proporiion de celleHîi 
doitvaricar ayec leur im naturel de siccite oţ d'httmidite : 
tnssi Boas prc^osops-nous de la rechercber, par re^Lp^rience» 
sar Ies di^vs alUiiwts employds k la noorrîtpr^ des animawL 

hetbiroTQi. 

Les nouTeaux faits rappori^s dans ce mâmoire, nous per- 
meuent de conclui^ : 

i* ^f^ Tapidoii ou iisfl», ^ş l'^ d'tigB^gaMan 9h ii 
existe dans las^Ainwt» W W .«I9intiwnwt , n'est point alt^r< 
par ia sjattvş % \aiM»9ii^^m^ 4» <^orps das a^imaux i^ammi* 
ftres; 

r Qw 4n98 r^ae de Ia masiication dee graines câp^ales 
UBylaG^es^ Tanidon n'est point d^sagr^ pas les denis des 
soimi^x» GOln<Ae.qne^ues physiologistes 4*av.fl^ient supposâ, et 
qse.coBid^uapMHWt ^ itrîoGÎpe ne peul .4tce transforme en 



86& lonaKAL di ghivib rimcAu; 

dexirioe dans la s^rie desactions organiques qui pr^cidentla 

digestion stomacale et intesiinale ; 

8* Que dans leeheval sar leqael rexp^rience a iii Mte, la 
m^iamorphose de Tamidon en dextrine ne peut avoir liea, non 
sealement parce qae dans Tavoine m&ch^e et d^glutie Ies glo* 
bales d*aniidon sont intacts, mals parce que, fnssent-ils mtme 
ddchires et broy^s par Ies dents molaires, la salive de cet 
animal ne pourraic r^agir sar lear sabstance int^rieore oa 
amidone , ainsi que le ftiit la saliTe humaine ; 

4* Qae la salive humaine, qui n*a aucune action sur Tami- 
don crft et en granules ă la temp^rature de + 38^ centigrades, 
agit m£ne ă la temp^rature de + 18^ ă + 20^ sur Famidon d^- 
sagr^g^ f qu'elle convertit en moins de douze heures son ami* 
done, pârtie en dexirinej pârtie en glueoie^ en conservant aox 
t^uments d^chir^s, qui formaient son enveloppe. Ia propri^te 
de se colorer encore en bleu violet par Tiode ; 

5* Que chez Thomme qui se nourrit d'alimentsKculents cuiis 
oa fermentes et cuits , Tamidon renferm^ dans ceux-ci doit 
^prouver , de Ia part de la salive secr^tto pendant leur masti- 
oation, une pârtie des effets rapport^s dans le paragraphe qui 
pr^cMe, ind^pendamment de Taction dissolvante que ce liquide 
a sur Ies aatres principes allmentairesi natarellement aolnbles 
dans Teau. 



80B I.'aCIDB TALiRIAlIlQOBt BT SUB LA HARliBB BB LB BBTIBBI 
BD SUC BB IiA BACtRB BB TAL^BUIIB; 

Par le professeur Giovabui Rigbibi, d'Oleggio. 
Dans UB m^moire luă Milan, devant la section de chimie qui 
faisait pârtie du sixi&me congrte scieniUlqne italiea, M. Bi- 
ghifii âublissait que Tadde vaMrfanlque n*exbte pBs dans la 
racine de valMaue ă T^tai libra ; maia que, pour aa formation, 
ii est besoin d'uBe tempâraînre de 110 degr^ oeatigrBdeSi tem* 



DB 9HABIIA€IB ST 1>B TOXICOLOGIB. 865 

peratore qai est n^cessaire au ddveloppement de Thuile vola- 
tile, doot on peat, comme on le sait, retirer de Tacide valdria- 
nique pur. M. Righini ajoutait, en ontre^ qu'il est certain que 
lesproduits imm^diats dont est form^e la raciue de val^riane, 
coDjointement avec la temp^rature ^lev^e ă laquelle Thuile 
Tolaiile se d^veloppe, răagissent sur une portion de cette der- 
niere, eo d^tenninent Ia d^composition , et que de lă resulte 
l'acide valerianique. A Tappui de cette assertion, Tauteur a fait 
cranatlre le moyen suivant, ă l'aide duquel ii est parvenu ă se 
procnrer Tacide en question. 

On prend dix kilogrammes de racine de val^riane sauvage, vi- 
cokee dans Ies mois d'octobre ou de novembre; et, apris Tavoir 
lay^e ăTeau et coap^ en tr6s petits morceaux, on la pile dans 
an morlier de marbre, en y ajoutant peu ă peu une sufflsante 
quaotîtă d'eau pour en retirer tout le suc ă Taide de Ia presse. 
Le soc obienu est place dans une petite bassine, et chauffâ jus- 
qn'aa poiat d*â>ttllition : alors on y projette du carbonate de 
chanx en poudre tris fine, ou encore de Teau de chaux; ii se 
prâ:ipite du val^rianate de chaux, et, apris un repos de deux 
itroisheureSy on verse sur ce precipite, deTeau aiguis^epar 
de Tacide chlorhydrique. Ce dernier, en se combinant avec Ia 
cban , donne naissance ă du chiorure de calcium et met IV 
cide valerianique en libert^. On soumet le tout ă une douce 
cbaleor; et, aprte avoir continua l'^vaporation presque jns- 
qu*i pelliculei on introduit Ie liqnide dans une cornue, et on 
distille au bain de sabie pour retirer Tacide val^rianiqnei tan- 
dis que Ie chiorure de calcium reste comme r^idu dans la 
cornue. 

La distillation doit £tre pouss^e jusqu'ă siccit^. 

La dose de racine indiqu^e plus hant a donn^, par ce pro- 
^j i M. Righini y cent soixante grammesd'acide vaMrianique 
«rtspur. 



366 iOVMXlÂh U CBIMIB IlfolCAU» 

L'auţetir a eocore trouv^ uoe auire niiibode poor obuuf 
^coDomiquemeDt et en quantii^ consid^rable, le niâme acide. U 
se reserve de la communiquer plus t^rd, avec ton» Ies dâaîte 
ndcessaires, k Ia Sociit/6 de chimie medicale. 

TOZICO|«OOIB. 

VEHTB j>jEs poisone. 

L'oa aait qoe depms Joagtemps noue oous sommes occn- 
p^s des dangers qae pr^sente la veate des poiâ^m non co- 
lori^Sf 0i$urioui de ceux quine$ontpa$ sapideSf demandaot 
que ces polsons funeni colorit et miUe ă dâs $ub$taMce$ 
aj/ant des eaveun trie intensei. 

L'admiaistration vient de s'occuper de cette vente qQi io- 
târesse la saot^ et la vie des populations : elle a pr^seiii6 ob 
expose des motifs et ba projet de ioi. Yoici et cet exposi et ie 
projet de toi sur lequel Ies Chambres auroat ji se pronoacer : 

EseposS des motife. 

Le Goaveraemeat 9 d*accord avec TopiaioB publiţue, s'ett 
viyement pr^occup^^ depuis quelques aanto, de la iMqoeoce 
des empoisoDBemeats et de la focilit^ avec laqBelle oa peut se 
priM^orer des substaaoes vâiăneuses , particuliiremeat Tarse- 
nic, qui sert| daas ie pios graad aombre des cas, ă conuBettre 
Icicrime. U a fait ^tudier avec soia la l^islation existaate poar 
y ^ercher Ies moyeas de rem^ier aax daagers qpie prăseau 
cetle faaeste facilita. Malbeareuseaieat cette l^gislatioa ae 
poavait suffire pour atteiadre le but, et garaatir complitemeoi 
la morale et 1^ sâret^ publique. 

Les articles 3A et 95 de la loi du 25 germiaal aa XI, con- 
ceraaat Texercice de la pharmacie , soumetteat la veate des 
sabsiaaces veaâaeuaesi des prdcauţioas spdciales^et aitachent 
uae pdaaiîlâ sevdre ă la violatioa des formalit^ qa*iU pra* 



Dl 9BAUÂCtE BT M TCXIGOI1O6U. 36? 

crivent. Hait ces dispositioBS , trop rdglenentaires , aoEK in-" 
compiiMc Mnsi, la d^sigoaiion des snbtancea v^s^newies au&« 
' qiielles s'appliqiie la loi , est Tftgae et p^ot douner iieu k dea 
dilieiiit<8 d'iaterpr^tatiOD . L*arttcle 3& porte que ces sabstasces 
D6 pourroBt âtre vendaes qa'ă des personnes connaes ei domi* 
dWies, qai pourraient en avoir besoin pour leur profession ou 
(MNir esQie coonoe ; mais, par ces demiers mots , ii ouvre ia 
porte au abiis Ies plus d^plorabies, car» soos le pretexte d*uQ 
Qsafevttlgairef on s*est trop soavent procură de Tarsenic daos 
des mteBtiens eriminelles. Aacuoe pr^anUoo ii'a , d'aUleurs» 
eti ifflposte aux maDufacturiers , aux comiDertaDts, aux agri^ 
caheors» qui peuvent avoir besoin de ceruines substaoces v^» 
Dâieoses. 

Ea ontre, la peine fixe de 3,000 francs, proQoncee par la loi 
contre Ies pharmaciens et Ies ^piciers qui auraient venda du 
poison saus avoir rempli Ies formalit^s iodiqu^es, a Tiuconve* 
nient d*£ire beaucoup trop 4iev^ lorsqu'il o'y a» de la part des 
coDO^venaots, qne simple năgligeuce ou iguorance de la loi, 
et, dans beaucoup de cas, ceţte circonstauce assure Timpunii^, 
Nons avoDS donc pens^ qu*il imporiait de remădier d'uoe 
maniere eiBcace & cet ^tat de choses si mena^ant pour la sAret^ 
des citoyens et la moralii^ pnbiîque, et le Gouvernement y au« 
rait inuuMiatement pourvu, mais ii a ^t^ arr£te par la consi-r 
d^tion de rinsuffisance manifeste des peines prononc^es par 
Ies articles &71 et suivauis du Code p^nal, contre riofractiou 
>ox dispositipns des r^glements de Tautorit^ administrative. 

Le projet de loi qne le Roi nous a ordonn^ de vous pr^sen* 
ter,et qui vient d'itre d^liberd au Conseil d'£tat, a pour but de 
combler eette d^plorable lacune. 

L'arcide i", dom le principe a ^t^ emprunte aux disposi*- 
(iODS 4e Tartide ftlS du Code p^nal, donne aux riglements d*ad- 
ministnition publique , qui seront public pour d^terminer Ies 



868 louaNAL M GHiMiB uimcio^mi 

conditions de Ia vente» de Tachat et de Temploi des sobstances 
v^n^neuseSi une sanction penale assez eiBcace pour eo garan- 
tir Tobservation , et qui , poovant 6tre proporlionn^ ă la gra* 
vit^ da d^lic et aux circonslances qui Tauront âccompagn^, 
assnrera une r^pression plus efflcace que Ia peine unique de la 
loi du 21 germinai an XI. 

Les ordonnances ă intervenir sur la matiire snivront imme- 
dialement la publication de ia loi ; elles y rigleront la Yente en 
gros et la vente en d^tail des substances v^n^neases, leur tranSf- 
port| leur emmagasinage et leur emploi dans ies arts, lin- 
dustrie et l'^conomie doroestique. 

AusitAt aprâs la promulgation de ces r^glements, les art. 3& 
et 85 de la loi de germinai deviendront sans objet, et ii etait 
n^cessaire d*en prononcer Tabrogation : c'est ce que foit Tar- 
ticle 2 de la pr^nte loi. Les dispositions de simple police 
que renferment ces deux articles ne sont pas ă leur place daos 
une loi ; et, quoiqu'elles doivent £ire maintenues en tres grande 
pârtie, ii faut, pour qu'eiles puissent se coordonner avec celles 
qui devront £tre inser^es dans Tordonnance, qu'elles soient 
pr^sent^s sous la mame forme et appuy^es de la m6m^ saoc- 
tion. 

Nous esp^rons que ce projet obtiendra votre assentiment, 
car ii est destina ă remedier au mal present, et ă prevenir^aa- 
tant que le peut la prudence humaioe, le criminei usage qui se 
fait trop souvent de ces dangereuses substances, que ia science 
a sa employer au soulagement de lliumanitâ. 

Le projet de loi est ainsi Congu : 

« Art. 1*'. Les contraventions aux ordonnances royaiespo^ 
tant reglement d*administraiion pubUque sur la vente, Pachat 
et i'emploi des substances vdn^neuses, seront punies d'aae 
amende de 100 fr, ă 8,000 fr. , et d'un emprisonnemeot de six 



DB raAKMACIK ET DE TOXICOLOGII. 369 

joors ă deux mois, sauf rapplication, s*il y a Heu, de Tart. &63 
do Code penal. 

* Dans toas Ies cas. Ies tribunaux pourront prononcer Ia 
coofiscation des substances saisies en contraveniion. 

« Art. 2. Les art. 34 et 35 de la loi da 2i germinai an XI 
seront abrog^s, ă partir de la promulgation de Tordonnance 
qoi aura statua snr la vente des substances ven^neuses. » 



l)AIVGli& DES UfJEGTlOirS AR8ENICAUBS DANS LES CADAYRBS 

LITRiS AUX ANATOMISTES (l). 

Le coDCOurs qui a ^u lieu derniirement ponr la place de 
cbef des travaux anatomiques k Ia Facult^ de Montpellier, a 
demonlr^. Ie danger que pr^sente Temploi de Tarsenic dans Ia 
coDservalion des cadavres destinăs aux dîsseciions. 

Lesconcurrenis, au nombre de cinq, qui se sont occupes de 
dissection sur des cadavres qui avaient et^ injectes avec une 
soluiion arsenicale, n'ont pas tarde a âtre en proie u des acei- 
deots plus ou moins graves. Les uns ont ^prouv^ des sympiâmes 
c^rebraux, des etourdissements, des ^blouîssemcnis, Taction 
înteJleciuelle est devenue lente el p^nible ; les nutres ont sp^ 
cialement souflfert daus les organes gastro-inicsiinaux : des 
iraacheesy des coliques» de la diarrh^e, des naus^es, des vo- 
nitssemenis sont survenus au deuxiâme jour des manipulaiions ; 
tis ont iii suivis d'une insomnie febrile. 

Chez tous, 11 s'est manifeste un accident que Ton peut appe** 
1^ pathognomonique, tant ii a pr^sente un caractere uniforme 
ttq)^cial : en eCTet, tous les concurrents ont eprouve une dou- 
1^ excessive , lancînante et continue dans Textr^miie des 

doîgts. Cette douieur a eu son siâge principalement dans la 

"^ -' — 

(1) On ne dolt pas non plas, par des raisons m^ico-l^gales, emplojer 
^ lajectioiia arsenicalesdans rembaamcmeiit d'an cadafre. 



970 'loijum. »R cnnii niwcMMMp 

palpe des deigts, et an nifeau de Ia circonfdreaoe des otglei; 
elle avait mis ces concurrents dans rimpossibilite de msnier 
tto Instrament quelconqiie. Uinspection des dotgts a permit de 
constaier ud gonflemeot de leor exti^mitâ, oue injeeiioB vi- 
sibie ă travers le lissu de Tongle et semblabie k oue ecchymose, 
et enfiOy des baitements tras Tiolents des arlâres coliat^ralei; 
Tongie s*est plus urd complitement ş^par^ des tissos soofr- 
jacenis dans tous Ies points ecchymosăs. 

SUa L'aBSORPTION des SBLS MăTALtlQVaS PA& LBS TiGiTAUX, 
ET StR LE DANGBR DE RiCOLTBR «OR DBS TSRRBSQVIORT 
LONGTEMPS SOBI LE CHAULAGE ATEG BES SVBSTAHCBS tM- 
ITEUSES; 

Par M. Legrip , pharmaeien ă Chambon. 

Aiiisi qae nous nous T^tions propos^ , nous venons donner 
suite aux recherches qae nous avons eutreprises Taunee der- 
niirCi sur Ies bl^s cbaul^s ă Tarsenic, recherches que nous 
d^sirions ^tendre jusqu'ă pouvoir dire quelle est Timniinence 
du danger offert par des terres qui auraient subi longtemps le 
chaulage avec cette substance v^n^neuse. (Journal de Chimie 
medicale^ 18&&y page 25&.) 

Non que nous ayons voulu rendre plus frequent Tosage de 
chauler Ies bl^s avec Tarsenic , deja trop răpando i nous nV 
vions en I8&&1 conime aujourd'hui, d'autre d^ir que celui d6 
faire connatire une conviciion ă rous acquise par des exp^ 
rieuces auxquelles tout le soin possible avait et^ doniid. 

Sur quelques doutes manirest^s, toucbant la prăcision de 
nos exp^riences de 18&4, par M. Audouard, de Beziers, et sur 
Topinion Urnise par des hommes distingu^, que Ies sels metal- 
liques ne sont pas absorbea et charri^ dans Ies vaisseaux ab- 
sorbants des veg^taux, nous d4mea, avane lom 9 fipiw et 



os VriiRKACII BT ra TOXICOtO^iB. S71 

^ndre dos exp^rieiicf 8 , eu te qni concerne Ie hU surtout. 

Acette fin, noos avons cfaanl^ do bl^ par plusîenrs proced^â : 
Tavecla cbaux et Tacide arsenieux; ^ avec Talon et Tacide 
irsenienx ; S« avec Tacide arsenicnx seul ; puis , comme Tan- 
Dee deraiere , ndus avons fortement arseniă un lerrain snr 
leqnel noos atons en»aite sem^ et r^colt^ du b\6 ; enfln, nous 
Vfon% arros^, avecune eaa arseniffere au 250®, pendant toute la 
saisoD, de vtgoureu^es plantes de bl^ transptant^es en caisses 
d^f^vrier iSik. 

Toici le fnrit de ces derniires observaUons : 

Poof Ie bM chanl^ par Tun ou Tautre des trois proc^des cit^s 
plashant, abs^nce totale d'arsenlc, Aon seulement dans Ies 
grains , mâis atissi dans Ies ^pis d^barrasses des semences , 
dans le chaume, coapâ ă t^ois ou quatre centira^tres de terre ; 
dans Ies feuilles, soit avânt ou aprâs complete roaturit^ • enfln 
daos Ies feuitles ou berbe ou !1 ne nous a pas âii possible d'en 
sigDaler Pexistence. La racine fut la seule pârtie de la plante 
qnl, avânt comme apr&s Tentiâre maturite, recele une tras 
faible quantit^ d'arsenic ; et encore, comme nous l'avons d^jă 
dit, peut-6tre est-elle nioins due k l'absorption qu*ă la faible 
portlon de tefre que, malgr^ Ie lavage, la soucbe retient tou* 
joars, et qui â pu se trouver arseni^e par le contact de la se- 
meace chaul^; 

Voyons, sans retard, si quelque calcul approxlmatif pourrait 
falre volr ou au molus pr^sumer d'autres r^sultats. 

Combien cbaque semencede bl^ chaul^ reiient-elle^ par 
ceite op^ration, d'acide arsenieux? — moîns de 0,«"'"0006 : 
eti (ie colDpte faut-il en avoir employe 50 gram. pour un bec- 
tolitre de bl^, quicontient pr^s de 1,400,000 semences (ladose 
la pios ordlnăire e^t 30 gram.). Si cette quantitâ d'arsenic em- 
plojd pour une semence, arsenic vendu rarement pur dans le 
commefti^y Hi s^ flissout pas entierement au pied de la plante , 



372 lOVBNALlBI CHIMIB HtoCALS; 

Ia quantk^ d'arsenic absorbi par Ies racines se trouTe donc en- 
core reduite A un oa deax cent-milliimes de grammes.Et toate 
ceite quantitâ dissoute peut-elle âlretoute absorbăeîNoD^sans 
doute ; ou ii faudrait admeure qu'ă Ia maturii^ de Ia plante, 
Ie sol oii elle aurait \6g6ii ne serait plus qa'une terre inerte. 
II n'en est pas ainsi. II n*y a donc pas plus d'nn millioni^me 
de gramme d'acide arsenieux d'absorb^. Encore que nous 
soyons bien convaincu qu'il y ait absorption, convenons 
qu'on peut n'6tre pas bien surpris que d'habiles expârimenta- 
teurs n'aient pu Ie signaler, mame dans Ies seaches; maisqnii 
y a lieu de Tâtre davantage, qu'on en ait tromre mdoie oue 
quantit6 appr^ciable dans Ie grain. Disons encore qu'iI n'y a 
pas rooins lieu de s'etonner , qu'un millioni&ue de gramme 
absorbe et rdpandu dans une souche, quatre ou cinq tiges, mie 
grande quantit^ de feuiUes et un nombre prodigieux de se- 
mences , puisse avoir la propriăt^ d'emp^cher Ie noir ou char- 
bon dans Ie ble. Nous pensons que, quand ii ne manquera 
plus que ce soin agronomique pour obtenir d'excetlentes r^ 
coltes de cereales, on pourra se dispenser de le prendre, 
quand mame on substiiuerait ă I'arsenic Ie fer , Ie zinc , te 
cuivre , etc. Oh ! nous passerions et approuverions m£me Ie 
chaulage devant £tre en rapport avec Ie besoin de la terre. 
Nous ne pr^tendons rien indiquer ici ă ce siyet. Dane chaqae 
contrăe, quelques personnes ^clair^s pourront prescrire^ se* 
Ion la nature des terres, quelques sels de sonde ou de potasse, 
Ies cendres m£me, la chaux ou quelques-uns de ses sels , mais 
noUi disons-le, k des doses homoeopathiques. 

Nous avons abandonne Ie tableau des r^sultats de nos ezpe* 
riences. Nous y revenons. 

Le bl^ cultiva en terre fortement arsenic, renfemlaitdel'a^ 
senic dans sa soucbe, soit en herbe, soit aprto Ia recolte; Ies 
fenilles radicaleş en contenaient en moindre proportioii $ celles 



fiB 9RAEKAGIB BT fiB TOXICOLOGIE. Ut 

dela tige et Ie cbaume n'en conienaient pas; dans Vipi et Ie 
graio, abseace complete. 

Pour le ble r^oh^ sur uoe terre qui D*a ei^ arros^e qu*avec 
nneeauaneoifere au 250*, lessoucbes vertes ou en herbe en 
renfermaient un pen moîns qae dans Texp^rience pr^c^dente ; 
siches, elles en accusârent une plus forte proportion (elles 
afaient ea pios d'arrosements ) ; Ies feailles en rec^laient ^a- 
lement et en proportion pios grande qae sur la terre arseni^e ; 
nais elles ont pa en recevoir inToIontairement des arrose- 
neatSy et qae Ies lavages, qaelque complets qo'ils aient ^t^, 
a'aient pa enloTer. Quant au cbaaoie effeuill^ et au grain , ii 
Boas a M impossible d'y dteouTrir Ia pios ligjbre trace d'ar- 
seaic. 

D'aprte de semblablesdonn^esypeut-on s'^tonner encore 
qne Ia semence d*ane plante qai aura absorbi an plus un mll-* 
lioDiime de gramme d'acide arsenieax par ses racines, puisse 
fi'eopas contenir dans sa semence une qaantit^ telle qu'elle 
soit aensible dans l'analyse ? Non, nous ne pensons pas que, par 
^aeoB procM^connu, Tappâreil de Marsh lui-m^me, puissance 
merreiUease, surtout lorsqu'on s'en sert par Ie modus faeiendi 
idopitf par TAcad^mie, et que nous suivons rigoureusement ; 
noQs ne penscmspas^ disons-noas, qu'il soit possible de proa- 
Yer TexisieiiGe de Ta? senic dans le bl6 dont la semence a 6\& * 
daulte ayec ce toxique. 

£o pabliant l'annăe derniâre Ies mfimes exp^riences , Ies 
Btees r^soltats, la mteie couTiction, sans conseiller Ia pra- 
tiqoe da dumlage ik rarsenic, nous disions qa'autant qu'on la 
CNirait utile au saocte d'une meiUeure recolte » rien d'offensif 
poor ia sociit^ ne a'opposait ă ce qu'on en asftt librement. 
Tait ea la ironvant aojourd'hui au moins inutile, est-il permis 
de tenir un autre laagage? 
Ba pvouf ani riaaoeuiti da bM r^cdt6 de semtnces chaul^ 
V siaiB. it. 29 



I7& lOOaHAI* BB CHIlflB «tMCAiK , 

ii Tarfienic, dous disioos qu'il serail uUle de savoir ti oue Mm 
sur laquelle on auraiirbabitude de recoUer des bite ainsichao- 
les ne pourrait pasy par uue longue suite d'aoo^es, commuii- 
quer, soit aux racioes, soit aus^ plantes herbacees, unequalite 
del6t6re qui pât Ies readre impropres a falimeataiioa de 
rbomme el des auimaux. Nous n'^iioos pas eioigne d'toe de 
eeue opiaion. Yoici ce qni nous est acquis par quelqueseipi- 
riences que nous alious faire connaUre. 

Aii^i que qous Tavons dit pJus băut, nous avona pr^rd ose 
ţenre forteoieiii arşesiee } pour cela, sur des surfaeea d'uo mint 
carrd, nous avans eolf^ du sol quioce ceBtiBitoes d'dpaiA- 
seur; a c^tte quaaiitd de terre enltv^t lOtts avona mAid iati- 
mement 200 grammes d'acide arsenieuXf prdalablementpultd- 
risdy puîsi te terrain a did redressd ea TOliettMt la tirte ă S2 
place. JWous avotis euiourd de briqves sur cbanp chacaae de 
ees surfaces arseoi^es, el noas avosa seaid oo planta Ies f dfd- 
taox que noos desirioos sottoieitre k l'expdrieaee* 

Ont M seiDds : la caroiie, la beuerave, k torMpe oii cheu- 
rave, le navet, le trefle et le pavot. Ont 6li pla»t<» oo nşir 
quda : le cboux» la laitue» le poireao ei lei lorneps* Touiet lei 
grainee seiMes opt parfEuteoieot levd. Oa a pria aoia deioaM 
ce^ieiiaes plaates : oa a arrosi, sarcM et delairca coaveBaUe* 
rnepu Totttest ^ l'excciptioQ des uornepa qai pdriraiit Mettdi, 
poussârent bieo. Les caroites et Ies betletsnres deviareat dala 
pl«8 balle grosseur ; leş aavets et le$ pavota aa laita>fsai rieri i 
ddsirer i ki tr^e seal parat leoirir «a peii. 

Pariai les plaates repi^itdes , îl ne aaaa a |)as ^< poaiâ>M d'sk* 
teaîr aae seule laitue passable i auqan dea^bom a'a i^a rdsiMr 
plus de deox mois 4 Taction corrosive de iVaePie } reeorc^dn 
la racine s*e$t tp^wToa. corrodde^ et sa wmih Veat cbartiaa* 

4 

nde compl&tement $ les poireauxoQi'biea^^BfHiaadi'lea turaapi 
oat aaqN* w ddvetopfimţpi f sfpqw f^toiUrt» 7atia» fes 



DE niâssAi!» ir m fetnoumt. 875 

phftM qui <mt refinrf de pfoasMr omâe arraeh^es, lat^, s^ 
di^eftâyee mid, et mises en risem isoleiseof . En ti^mps oppor- 
loii, OD a enleT^ des feiiUles de tootes Ies anires plantes , Ies 
capsttles mdireB d» pavot, ies tiges, et ptas tard, des racines de 
toQies Ies esptees cultiva, Toutes eea drrerses r^colf es, aprte 
lavage, incision et divîsion pour ce qui Ie rtetamalt, ont iii 
9ikik6tB k 0+BOf pilees et mises en r^sen e cbacane seus mie 
^liquette distinctive' 

Oa saii irop Ia niarche h saitre dans Temploi de Tappareil 
deMarsk DK|difle, pour qee boiis prenions k tăcbe de d^crrre 
ebacHoede nos op^aiions. Tostes Ies dissolutfons aqneases des 
prodiiits de Ia carbonisation de ehaqtie r^olte distiede, exa-^- 
mifl^avec I'altesthm. Ia plus scropalense, nous oni donne 
^f r^hat , savQîr : 

Semences, eapsules ei pârtie snpdrie^fre de Ia tige du pa vot : 
sksence d'arsenîc ţ ies feuitles radîcales, vertes : l^g^re» tra-^ 
ees ; racines : traces plas senstMes. 

Le trefle, jeunes et premiires feuilles : l^g^res traces ; planttf 
enii^re; la moine eicept^ : indices ptas faibies eneere. 

Les jeeMB ponsses des chrax*raves, ^i ne parent v^g^ter, 
donoireBi^destiftcesassez narqn^s d'arsendc ; r^pfderme, ou 
ariene r^ooree de h raeine de eeoi quI avaîent ii€ i^epiqa^s , 
<i qii devterem ^aormes, en cenenali ^galement ; Ie coliet en 
^aniiODi des mcea moins setosiUes } la ptfipe de h rachie et 
ks ieiiUlea la^en demiferent pas Ie moladM hidioe. 

Pour ki betterave, Ies r^ottais fateiit, on pene cRre, Ies 
Btaes : iraoes irte sensibles dans r^pldemle, presqne miilea 
pour le eoHet, enfiii absenee toule dass Isf patpe^ de la* raeine et 

issfemlles. 

Qoani k 1* ewrotte, l'arsenic existaH ^n pios forte p^oportîoif 
dana r^pidenoe et aartaot daos le coUtij que cbei Ies â0M 
plasMf vdo^desiesi el Ies feniHes en aecdsAreaideBiraeee 



976 lOUMAI* DB CHIMIB MiMOALB, 

sensibtes ; poartant nous n'avons pa eo conscater rexittenee 
dans de toutes peiites et jeunes feailles , surtoat da centre da 
oollet : ne peut-on pas penser delă que Ies ligeset moins encore 
Ies fruits n'en coniiendraient pas ? Dans la palpe de la racine, 
autrement la pârtie alimentaire, nous n*a?ons pa y en recon- 
natire l'exisience. 

Les r^sultats obtenus sar le navet peavent se confondre aiec 
ceax prodaits par le turneps. 

Le poirean, ainsi que nous nous y attendions, noos a donne 
ă conaatire qa'il contenait dans sa pârtie inf^rieure plus d'ar- 
senic qu*aacun des autres T^găiaux traii^s ; les feailles coapto 
ă quelques centimiires au dessus du sol en recilaient ă peine. 
Comparant malntenant notre terre arseni^e ă une terre ordi- 
naire qui a support^ le chaulage ă rarsenic , par Ies r&ultats 
que nous avons obtenus, ii sera facile d'^tablir jasqo'ă qael 
point ii devient imprudent d'employer cette substance aachao- 
lage, par rapport ă Ia propri^iâ malfaisante qu'on lui soppose 
devoir acqu^rir ă Ia longue. 

Ghaque foisqu'oa ensemence une terre avec du bl6 cbanle ă 
Farsenicy on rupând par mâtre carre moins de grammes 0,ft de 
ce sel (environ 7 grains). Aprte cent annăes de cette pratlqae, 
chaque mâtre carr^ de terre en aura reţu 60 grammes, le cin- 
quiime de la quantitâ que nous avons employ^e d'ooe seule 
fois ) etqu'on nous permette de ledire, du gramme 0,& dechaqae 
ann^, c'est ă peine si un dixi^me pent 6tre absorbi; et sur ies 
neuf dixiâmes restants, une pârtie est insoluble , une antre ie 
deyient ă telle ou telle profondeur, ou elle est entratnde par les 
eaux pluviales, en s'unissant ă telle ou telle base, et constituant 
des arsenites. Aussi, aprâs un silele, pensons-nous, la terre ne 
sera pas beaucoup plus ă craindre, comme arsenifăre , que ie 
premier jour oh le chaulage ă l'arsenic aora ^t^ mis en pratiqne 
sur elle. U nous semble donc, en r&um^, eneoire qoe Tabsorp- 



\ 



DB PBARMAGIB BT BB T0XIG0L06IB. S77 

tion de Tarsenic soit Evidente, que si nos plantes, caltiv^es sous 
rinflae&ce d'une proportion d'acide arseoieux cinq cents fois 
pios coDsid^rable que celle employ^ pour le chaulage, peu- 
vent £tre employ^es comme aliment sans ombre de danger, 
certes, on peut 6lre en toute securit^ quant k Tasage de tout 
aliment v^g^tal obtenu d'nne ierre,disons s'ii le faut, devenue 
arsenif&re par la longue pratiqne du chaulage ă Tarsenic. 

Nous Dous proposons d*£tablir, par des experiences subs^- 
qnentes, Ie degră d'absorption des v^g^taux pour plasieurs sels 
m^talliques, tels qae le cuivre , le zinc, Ie fer, le plomb , et 
aotres. 

Tont le monde connatt le cbangement de couleur de Thor- 
teosia ( de rose en bleu ), lorsqne d'une terre ordinaire on le 
transporte dans nne terre de bruy âre : sans doute cet effet prouve 
^fidenunent l'absorption , et on ne peot douter qu*il n'aurait pas 
lieu si la terre de bruyere ne contenait pas , ou au moins en 
proportion plus grande que la terre ordinaire, certain sel ca- 
pable de r^agir sur la couleur rose de la fleur, un alcalin ians 
douie. Delă ne peut-on pas supposer que plus d'un agent s'u- 
oit k la lumi^re dans la coloration des fleurs , et que Ies effets 
des substancesmetalliques, soit naturelles, soit ariificielles, sur 
Ies Y^g^taux, loin d'Âtre connus, offrent encore au chimiste une 
large voie ă parcourir. Dans notre pelite viile isol^y le temps, 
et plus sonvent encore» Ies moyens d*ex^culion nous manquent. 
Ces raisotts, plus que toute antrOi nous portent ă publier nos 
reflexionSy dans Fespoir que quelque coll^gue, mieux plac^ , so 
liyrera ă des rechercbes toucbant Tabsorption des v^g^taux , 
dont Ies r^sultats seront, nous le pensons, d'un haut int^rdt. 



BaPOISOmiElIBlIT FAR LBS ALIMBHTS GORSBRVis BANS DBS 

VASE8 Bir POTBBIE UfSALUBRB. 

De tont temps , on s'est occup^ de rechercber quels seraienk 



178 louuruf m% chihib viDiOALi , 

Ies vernis k meiire eur lea poteries communes, poar Ies rtadre 
salubre»; ii paraţi qu'oB n'y eu pas eiiCDre parveau. La ques* 
tioOySiir ce sujet, fot mise au concoiirs, en 1779, par TAca- 
d^mie de Besanţon ; ea 1760 , par la soci^ttf patriotique de 
Miian ; en 1785 , par rAoaddmie des sciences deTouloose; 
euflo, en 1798 , par riusUtiit naţional. Maigr^ Ies recberches 
faiies, ii parale qu^on estencore loin, dans dîverses localii^, 
d'avoir atieint la bnt. Le jooraal h Brei&n fait eonnaltre Ies 
Ibits snivants : 

« A Ancenis, uue familie nombreuse courut le risque de 
s'empoisonner eo se servant , pour composer une boisson k sod 
nsage, dans laquelle ii entrait un acide , de ces vases grossîers 
cn terra cuite , enduiis ă i'lntdrieur d'uoe couche de vernis. 

« Cetie familie ignorai t sans doute que le vinaigre « le marc 
4e raisin et genăralement Ies acides^opirentassexprompie- 
ment ia dteomposition de ce vemis^dans lequel ii enlrede 
l'oxyde de plomb , oxyde tris facile k dissoudre , et qui , ă l'^tst 
llquide, devieoi tout ă foit malfoisant. Tous ses membres, 
apr^s avoir bu de la boisson ainsi pr^par^e , ^prouvireDt de 
violentes coiiques , el demeur^reni plusieurs jours fort ma- 
lades. 

« Pareil accident s'est reproduit aux Sables , et par Ia 
m^me cause. Sur quatre personnes qui ont avaK de la bois- 
son qui avait fermenta dans un vase en terre cuite vernie , an- 
cune n'a di^ exempte de vives douleurs d'intestins; mais, dit 
ane letlre que nous avons sous Ies yeux , denx d'entre elies 
ont ^rouv^ des souffrances excessives. Ce n^6st qu'avec beau- 
coup de peine et aprte un long lemps qu'on a pn apporter 
quelque soulagement k ieurs maux. Tel a et^ m6me leur ^tat 
inqui^tant, que, duraut plusieurs jours, Ies hommes de Tart 
om ^t^ daus ia riecessit^ de leur prodiguer des soins consiaots.* 



DX PBAAMA€II VT DB VOXIGOLOGIE. S7t 

Bsaas^aiasa^sa ■ i ! ■ i i ssas=s , ■ i a sasaaBBSBassa^ 

IVPOISOITNIHSIIT PÂA VNB PaâPAXATIOK PHOS»HORiB , OHAR-- 

LATAHISMB BN AUGLETBRRB. 

Les onvrages scieniiBques foal conoattre des cas d'empoi* 
sonnement par le pbosphore ; et od doit rappeler les observa- 
Uons de Weickardy de Zessler, de Loebestein-Lcdbel, de Brera, 
d'Hofelandy de Lauth, de Worbe, de Diffenbachi de Baoiutz, 
de Giulio, d^Orfila, de Mazettii etc.| qui font connatlre Taciion 
de ce toxiqae. 

Yoici UQ nouveaa fait : 

Un enfant de dix ans atteint d'une maladie inâ^tenninăei 
fal trăita par un charlaian anglais, qui lui prescrivit le pbos- 
phore soas divers ^tats, et particuliâremenl 72 gouites ă pren- 
dre en qaatre fols de la pr^paration suivante : 

Huile d'olives ft8 grammes. 

Pbosphore Sgrammes. 

Eseence de bergamotte. • • • • • Q. S* 

Par laite de ce traitement, qui ftit continua pendant vingt- 
quatre joursi le petit malade f ut saisi de vomissements avec 
violentes douleurs d'entraiUeSi de stupear avec convulsions» 
d'aoe dyspn^e extreme, puis ii succomba. 

Lors de raatopsie, on reconnut dana la pârtie inlirieore de 
r<BSophage, sur une longueur de 6i millimitres, une ligne 
noire «emblable k celle qui aurait ii6 produite par Ie contact 
d'an pinceau imbibâ d'une forte solution caustique qu'on au- 
rait passi sar ceite pârtie. 

On trouve dans le Journal de Chimie mSdiedle^ tome zx, 
page 510, rindication d'un empoisonnement d'un enfant de 
trois anS| par de la pftie pbosphor^e. 

BXPOisoirnBBBiiT PAR DES REM^DES YVLGAiRBS (^Rentldee iiu 

de honne femme). 

La Gazetie medicale Belge fait connattre Tempolsonne- 



S80 lOUBRAI. DE CHIMIE HiBICALE» 

ment de irois personnes ă Wondelgfaem (Flandre), qui âTadent 
fait nsage d'ane de ces prăparations mMicales qoi se C0D9e^ 
vent dans plusieurs familles, et dont on fait usage d*ane ma- 
niere inconsid^răe, contre toutes sortea de roaladies* 

Ces preparaiions m^dicinales doot ii est question, sont coa- 
nues en Flandre sous le nom de Poep. Elles se pr^parenl en 
faisanl infuser dans de l'eau-de-vie ou dans da geniivre des 
plănies et racines jouissant de propri^tds ^nergiques. Dans te 
cas dont il^'agit, quatre personnes avaient fait usage de Tune 
de ces infusions : trois ont succomb^, la quatriâme ^tait grate- 
ment malade. 



BMPOISOHimiBirT PAR IMPEUDEHCB. ARSENIC SVBSmtt 

A UN TEEMIFUGE. 

Nous FaTons dit, nous le r^piterons sans cesse, la venUde$ 
paisons ne deerait ie foire qu'avee des formaUîSe iettUf 
que de$ accidente ne puUsent arriver^ que des erimes ne 
puissent Sireeommis, 

Deux empoisonnemenls par imprudenceont eu lieuiCrand- 
HaUeux , Luxembourg. Une femme, mire de sept garţons, s'e- 
tant imagina que ses enfants avaient des vers, chargea une 
messagire de lui rapporter le vermi/uge connn sous le nom de 
semen-eonira, Cette messagdre remit, par m^prise, k Tan des 
enfants de cette femme, ane forte dose d'arsenic : deux des 
enfantSy qai prirent de ce poison, substitui au vermifuge^suc* 
combârent, l'un au bout de diX| Pautre au bont de doaxe 
benres. 

On se demande comment la mire n'a pas yu que le produit 
qui avait ^te donni par la messagire n'^tait pas du semeiir 
contra : en effet, le semen-contra est tellement diffărent de 
Parsenic qu*on ne comprend pas cette m^prise. 



DB PHABMAaB £T 0B TOXICOLOGIE. S81 

8UE l'eMPOISOHNEKBNT PAE L*ARSE1IIG. GONTBRSIOir DE l'aGIDE 

arseuieux bn sulfurb. 

Dans une note de renvoi que vous avez inser^e dans le/our- 
nal de chimie me'dicale^ ann^ iS&l, page i&l, vous nous 
adressiez la question de savoir : Si dam le cos de Fempoison- 
nement de Fahvier^ ii avaii M bien eonsiatJque Fempoi- 
tonnemeni avaii eu lieu par t acide anenieuao ei nonpar le 
tulfure â!ar$enie ariifidel^ qui ai un milange d^aeide ar* 
tmieu» ei de sulfure (Tarienie. 

Noas venons, Ies docteurs Canat, Lăpine fils et moi| de ter- 
miner une expertise dans un cas d'empoisonnement par Tacide 
arseoienXy qui a eu lieu sur la personne du nommc^ Prieur, 
Tieillard de 77 ans, habitant Ia commune de Moroges^ arron- 
dissement de Qi&lons-sur-Sadne. II nous a pr^sent^ le m£me 
phâionitee de coloralion de Facide arsenieuXy#oi/« tinfluenee 
dun eommeneemeni de puir^faciion ^ c'est-ă-dire gue, 
comme dans rempoisonnement de FabTier, Tacide arsenieax a 
ete iog^ră en poudre grouierey et que sur divers points de la 
membrane muquense de Testomac , nous avons rencontră des 
traces d'nne inflammation d'un rouge violac^, accompagn^es 
de repaiwssement de la muqueuse et de larges taches jaun&tresy 
daes ă rincmstatiou de fragmenie d^aeide areenieuw^ que 
ooos avons pu d^tacber et soumetire ă l'aclion de Tanimonia- 
queliqnidey qui a dissout le sulfure jaune, qui n'^tait que su- 
perfidei, et nous a laiss4 Ies fragments parfaitement blancs, 
traasparents, jouissant de toutes Ies propri^l^s physiques ec 
chimiques de Tacide arsenieux. 

Ce second fait vient donc encore confirmer la supposition de 
M.OrftIa ; car, comme dans le premier, Texhumaiion de Prieur 
dealieudouzejoursapreslamort. Si vouspensez que cette 



382 lOVaRAL DB CHIM» MfelCALS, 

peUte obsenration soit mile k eoB&idm, v^uiUez, je Tai» j^, 
la faire insirer dans votre jouroal. * 

A* BoissKNOT fiU| pharmacieD. 



ACCIDBNTS C4US6S PAR LES MOULES. 

Oo sait qae Ies moules, mytilu» eduiisj d^terminent des ac- 
cidents plus ou mofns graves chez Ies personnes qni eu font 
usage; mais Ies causes de ces accidente qui se renoavelleni i 
de certaines ^poques, ne sont pas encore bien connues. Qoei' 
ques auleurs Ies altribuent ă des prâiispositiona particuHirei 
des personnes qui en font usage» d'aulres k de peiits crabes 
qu^elles renferment, d'autres k des alt^rations qu'elles ^proa* 
venty d'autres enfin ă des produiis dont elles ont pa accideo- 
tellement se nourrir. Quoi qu'il en soit, nous pensons quH y a 
encore lă ane ^tude k faire, et le moment serai t peot-£tre pro- 
pice, car nous trouvons qae, dans deux localit^s ^loignto, le 
Havre et Ia Belgique, des accidents se sont montr^s depois 
quelque temps. En effet on lit, 1^ dans Ie Courrier du Bion 
I'article suivant : « Des faits d'empoisonoement sont sooTeDC 
produiis par Ies moules mang^es dans une saison inopportaoe. 
Hier, k Ingouville, M. Jacquemont, m^decio, a iii appele 
dans diff^rentes maisoos pour visiter des enfants pris subite- 
ment de violents vomissements et de fi^vre ardente. M. Ja^ 
quemont a reconnu, daos ces indispositions, des symptAmes 
d*empuisonnement causes par Ia mauvaise qualile des mooles 
mang^es par ces enfants. » 

T Dans Ia Gazette medicale Belge, n* 25, 8 juin 1861: 
« Depuis quinze jours, on colporle des moules dans Ies rues de 
Bruxelles. Quelques cas d*empoisonnemeni ont d^jă eu lieo. 
Nous appelous Tatlention des confrâres sur ce point, poar 
qu'ils previennent Ie danger qu*on court en consomoiant ceue 
esp&ce de mollusque. 



ra MASKACn «f M nrOXUALOQIB. Stt 



nkWMAca. 

idâOlMt SUB LBS iTEiKOhkS OU TEINTURES iTEÂRESS i 

Par M. Emile Mouchon, pbarmacien. 

TROISlftlfE 9ARTkB. 

MparaiUm deâ JilufroUs. 

S'il M de la daroiira dTidence que Ies Ahitol6% qai doiveat 
MU iat^saer le plus, tont de irte mauTais medicamentos qai 
ie peaveac agir aur noe organes que par l'^tber loi^mAme , 
nm devons ou Ies faire disparatire k jamais de dos pharaa* 
des, oa Ies pr^arer de maniere ă Ies rendre digaes de ţoa(e 
aotreooDflaaee* 

Oti qoels seraient Ies moyens i mettre en eeavr e poar at- 
teiadre ee but? Serait-ce en remplaţant l'ătber paria liquevr 
d^HoAnanu? Cetie substilniion sembleraitpr^enter des avan- 
Ufies r^ls, en răfl^chissant ă la double naiure du menstrue 
Aii<ro-alcooUque$ cependant, ii est vraide dire que, passe 
qoelqnes rares €XceptioD8| qui ne sauraient faire r&gle, ce li« 
quide ne m*a rienoffert d'avantageux pour Ies rdsultats. Serait- 
OB plus beureux en usant d'un m^iange ă pariies ^gales d'^iher 
^ d*hydralceol ă 31**? Pas davantage. Ccs deux m^langes pr^- 
sentent mame des inconv6nients graves, qu'il est important de 
sigaaler. Ainsi, si Ton fait agir, par d^placement. Ies deux 
neasuiies ft la foiSy sur de la digitale, de Taconit, de Ia cigaS, 
de la bdladone, de la jusquiame ou toute autre plante ricbe ea 
cbloropbylle, ii arrive qu'ă mesure que la p^netration deş li-s 
qoides s'effectne, la dissociation a lieu, en raison de la grande 
^Hnit^ de T^iher pour ta chiorophylle, et de Taicool aqueux 
poor la matiire extractive. Le rdsuliai final prouve rnAmc que. 
^ deux agenta se nuisent mutuellenient j car, en poussant l'o- 



886 JOOUAL DE CHIMIE MiDICALE» 

p^ration Josqa'& ses derniftres limites, c'est-ă-dire» eu bisut 
agir de l'alcool faible oa de i'eau, sur la poudre vitale, pour 
en acbever T^puisement, oo obtient, d'une part, moins dMthe- 
Tolij moins de r^sida ou extralt ^th^rique, d*une quantM H- 
terminăe de teinture ^th^r^e; et de Tauire, âioins d'extraital- 
coolique. 

On peut facilement se rendre compte du dăpart qni s'opire 
entre lesdeux liquides, par laioi des affiitit^s; mais on s*ei- 
plique moins facilement Ie deficit Enorme que Ton trouTe dans 
r^th^rolâ obtenu, lorsqu^on ne tient pas compte aassi de la loides 
pesanteurs spteifiques. Qn'arrive-t-il, en effet, lorsque Ies deos 
menstrnesse s^parentdans la colonnev^g^tale? L'alcool faiUe, 
plus pesant que l'^tber, tend plus fortement que ce dernier, a 
gagner la pârtie inferieure de Tallonge du vase, chasse au des- 
sus de lui, du moins jusqu'ă un certain point, une pârtie de cet 
^iber, et en laisse passer avec lui une aulre pârtie. Cet effet, 
devenu sensible lorsque le menstrue ^tb^ro-alcoolique a pu se 
saturer d'une quanlitd de mati^re soluble assez forte pour don- 
ner lieu ă une s^paration, Test beaucoup plus ă mesure qne 
Ton vient & cbasser par Teau le liquide qui doit constituer Te- 
therol^. On remarque plusparticuliârement alors qu*uae pârtie 
de l'^lber, par un mouvement ascensionnel plus prononc^, ga- 
gne la pârtie sup^rieure du vase qui contient la poudre, et s'ac- 
cumule suiBsamment pour rar^fter Tair con tenu dans la capacite 
vide de ce vase, ce qui a lieu, du reste, depuis le commence- 
ment de Top^ration, de telle sorte qu'en approchant nneboogie 
allumee, de Torifice du col, on produit une inflammation qoi 
peut durer longtemps, et que Ton peut renouveler par inle^ 
valles, ă mesure que le d^placement par l'eau a lieu. Si ce de- 
placement est fait avec de l'alcool faible, en remplacement de 
l'eau, le m£me ph^nomine se prdsente, mais d'une maniire 
moins sensible. 



DS tHABlIACIR KT Bl TOUCOLOGIB. 985 

U rtohe de cette rar^factioDy qae l'^iher se trouve plus dis- 
pos^ ă prendre la direciion de bas en haat, qui, au surplus, a 
liea dSDS tous leş cas d^oe mani^ plus ou moîns sensible ; 
aussi ii fauibien se persuader qu'il y a toujonrs une perteassez 
coDsid^rable de menstrue, quelque pr^cauUon que l'on prenne. 

La mac^ration seule affranchit de ces inconvenieots, mais 
elle ae permet pas d'obtenir de meilleurs produit^, que l'^iher 
soit employe seul ou combina avec un liquide alcoolique. Le 
r&idu ^th^rique est toujours en moindre quaniiiă, lorsque cette 
association existe , et ii n*est pas plus abondant lorsqu'elle 
D'eiiste pas, que celui que foiirnit l'^ib^rold obienu par d^pla* 
cement. Son emploi ne pr^senterait donc un avantage r^l 
qtt*autanţ que le mâange des liquides seraii jug^ convenable ; 
mais ii est Evident qu'il faut y renoncer, pour chercher quelque 
chose de mieux, si ce n'est pour tous Ies cas, au moins pour ceux 
qQifont plus particuUerement le sujet de ce travail. 

Apris avoir essnyd tous Ies m^omptes r^sultant des nom- 
breox essais tent^s jnsque-iă avec une pers^v^rance et un soin 
exti^mes, j'ai dft avoir recours ă d'antres moyens. De ces moyens 
mis en oeuvre, aucun ne m'a r^ussi comme le suivant, que je 
coisidftre comme le seul capable de fournir de bons produits, 
etqae j'adopie sans hâsiter, non seulement pour ob4ir ă cette 
consideration capitale, mais encore pour d*autres motifs qu'il 
sera facile d'apprdeier lorsque j'en aurai fait ressoriir tous Ies 
STaniages* L'id^ en est si simple, qu'il me semble qu'elle n'au* 
nit ătt ^chapper â personne. En voici i'expos^ dana tous ses 
^Uils, que j'applique au basard k la pr^paration de Vithiroli 
d'aconit. 

Teiniure AhM0 dacmU. 

Pr. Aconit napel, en poudre fine* • 125 grammes. 

Ether snlfnrique) ă 56* 250 » 

Alcool &2r Cartier 250 • 



IM lonHAL ra camn siMOiuui, 

InlrodttifleB 1» pondre daas to vMe wapMwKt it fappmil 
DoBovan , au ba» doqiiel tovs aares pkioi uae mteheos la»- 
poB de cou>D eard^; reeoaTres cette pfwidre, taiss^ aTeesoii, 
d'uBe rondelle de laiae, oq, mieux ftaoore, d'aoe fertd coache 
de Terre pil^, et pratiqaes des alTiiaioDa d^^lheri p» panies «k- 
eessiveSy josqu'k Femploi total de ce fluide TolatU, plosuBeiris 
d'environ 15 ou ao graaimes, pour oompeaser la perte; fsutes 
aucc^der Ies affusions alcooKqaes aut affastons^tkdriqaes; miis 
employez ici un grand excte de ce liquide aleooliqiie, pour pre- 
venir tout ni^lange entre Ies parties que yous a?es ă recueîllir, 
et l'eau, puis coutinuea ă d^placer aveo ce deraier v^liieHle, 
jnsqu'i ce que vousayei pu complăter 600 grammes de teiatiire 
^Mro-^tooolique, homogâne dans toutes ses pariiea, et qie 
V0U8 recueilleres dans ub vase, par le tMMt infăriear de 
rapparetl. Ii sera mteie trteconvenabledereoneîUîr eeprodvii 
de temps ă autre, si l'on veut rendre la perte snoias aeBsikk. 

Lă se trouveat r^anies toutes Ies conâitioBS propresicoo* 
stituer des ^tb^roi^s doute depropri^lte vralmeut ^aeigigoei, 
tous Ies principes mMicameBteax des vegetau souaiîs i ei 
genre de traitement ^tant ea disaolutkni dana ces produits, lei 
aeuls qui mâ^itent la coafiaaoe qae doit aoas iaapirer leat ae* 
dieaoMut appeM ă joaer an r6le importaat dana la th^rapea* 
tiqae. Cest faire comprendre qae Ies leialareaMiiMea it be^ 
ladeae, de cigae, de digitale, de jwquiane, da aidoiiane e( 
autrea de voAme aaturoi doiveat ttn so u arisea k ee *nl p na ed d i 
Qaaoit aox aatres, ii iBi|>orte beaueoup aamia qafeUaftrefoifiBC 
la doaMe inflneacade rdtkei et de Tâlcoot, ncn aealeaaBi paree 
qu'elles soni moins importantes par eUea-mdmes» maiaanii 
parce qu'on ne peai aiar raclioB plas oa moins seaslble de ti- 
ther sar lea principes aeâfa de l'asaa-fesiidat da bâuaiede tolii 
du castorăum , des cambarides, de Fanuoa, da aâfiiini de la pjf- 
r^tbre, de Tambre gris^ da Binaoi att^ 



VI PHAMACIl BT DB TOXICpLOOrB. 887 

Esiima&t n^tninoiDS qu'il serait assez oonyeDable de sou- 
mettre ao double traitement tous Ies agenu qui peuTent s'y 
prâier avec avaotage, comnie ceux que Je viens de d^noromer 
daos cette seconde serie, Talcool exerQaDt egalement sur eux 
ime aciion dissolvante qui peut doubler leur energie, je suiş 
tout-â*fait disposă ă n'adopter qu*un seul et m^me mode pour 
tODS Ies ^ihdroles, moius ceux qui se font par simple sohuion 
de toute Ia maii^re ă traiter, et qui ne se prâlent nullement au 
d^placement. Je suiş du reste d'autaot plus port^ ă g^neraliser 
ce mode, que je reconoais la complete inutilii^ de la macara- 
tioD, pour te siqei qui nous oeeupe : T^ther agit avec assez d'^« 
Bergie sur Ies «abstances qu'il a la propridtd de dissoudrei 
poor que tout contact prolong^ soit juge superflu. J'aid*aUleura 
iacompMteeertitude que la oiac^ration a*est utile que 4an8 un 
U^ petit Dombre de cas j j'oserai mame dire que j*eo ai rare** 
meat reconnu Tutilit^. Traitez, en effet, par mac^ration, toutea 
00 preaque toutes Ies substances que le Codex recommande 
de iraiter aiBsi, vous n'en obtiendrez pas plus de matiâre dis«> 
soaţe; vouă «u obtiendrez m6me moins, dans certains cas, que 
li Yova|e«r aviez appliqu^ la lixiviation. Le seul avantage que 
je hm reeoDoaiase» c'esi de donner plus de fixit^ aux principes 
dîMoiSi naîa aevlenent peur Ies CBooles et autres produits de 
cetienaiure, nomfluement pour le laudanum liquide de Syden- 
hiiD, que j'ai reuonc^ ă pr^parer par d^placemeot, depuis que 
f ai vo ee produii d^oser aboudamment par suite de Temploi 
deee A^ţeau bemiii'U a'agit d'aloool^ ou dMth^rol^, la qnes- 
tioa fhangr rtr ptf '?nf rf i pourvu loui^fois que Ton fasae un 
«aga \6tm raisoni du d^placeaient; car il esi^vident que ceite 
■<iMe peiiittoveeir trte vkieBse eiitre Ies maias d*un routi* 
Bîer ea d*B»AoBme aăgligeut. Ge aerail Ikf certes, le aiţjet 
tmbluagmăkuimiâăiw^ aiai» je ae doia pas oublier que je 
M şaa k at^cMBi^r kâ da oe fiţjti iaworUBi. Je aie pr(qpQ0a^ 



888 lOUMAL HB CHIVn )riiDIC4I.B , 

au surplus, de tralter ă fond cette questioii dans un travail 
lout-ă-fait sp^ial, avec l'intention de mieux faire apprecier 
qu*on n'a păru le faire jusqu'ă pr^sent le d^placemeut et ses 
quelques auxiliaires, qu^on n'a pa8encore8iifflsamment^tadi&. 

L'appareil de Donovao , dont on troove la deacription daas 
Ies pharmacop^es modernes, est celui qu'il faut pr£f<ărer i toos 
Ies autres, lorsqull s'agit de ia pr^paration des ^iherol&. U 
est beaucoup plus convenable que l'appareil Robiqnet modific, 
dont on se sert assez g^n^ralement ă Lyon depuis qoelqoes 
ann^es, et qui consiste en une carafe, dans le col de laqaelle 
vîeut s'engager uneesptee d'allonge, us^ 4 Tâneril i sa 
douille, et bouch^e exactement ă aa pârtie sup^rieure atee od 
boucbon en cristal. 

Donovan avait compris que Tair interposâ dans la poudre 
ne pouvatt 6tre chass^ de haut en bas par le liquide sans aug- 
menter la masse de ce fluide gazeux contenue dana le reâ- 
pient, et pariant sans former un obstacle ă la chnie da liquide; 
de iă ce lube de communication qui, en maintenant r^ailibre 
enlre Ies deux vases, pr^vient tout inconvenient de ce genre, 
inconT^nient d'autant plus graad d'ailleurs, qo'avec Tair ac- 
cumuie ii se forme une certaine quantiti de vapeor ^th^riqoe 
qui tend aussi ă refonler cet air de bas en haut et ă empMm 

m 

aussi la filtration du liquide. Aussi ii arrive un moment, afec 
l'appareil Robiquet, ou cette filtration n'est plus posaiblei si 
touies Ies issnes se trouvent exactement fennto , et ne poit 
continuer qu'autant qu'on permet rinm>diiction de Pair dans 
Ies deux vases, en interposant une bande de carte entre Ies 
parties usfes ă Temerii : or, on pr^vient ce beaoin indispen- 
sabie par le tube de communication, et Ton ^vite par lă la pate 
d'une grande quaniittf d'^ther, Men que dana lons lea cas ii 
fiadlie ae r^udre k en essuyer une asaes cenalAfoaMe, ettnda 
qn'il y a toujours refonlement oa ascension d'mM pârtie de ce 
fluide. 



1)S PRARHACIE BT DB TOXlGOLCHilK. 389 

Les consid^rations qui pr^c^deot me forcentădîre que Ro- 
biqoet ayait tort de considerer comme une chose avantageuse 
cerefouiement de bas cii hautproduit par la vapeur d'elber, 
d'aulant plus quli est d*aulres moyens d'eviter rinfiltration trop 
rapide du iiquide , en ferniant le robinet pratique vers la 
doaiUe, ou, ă defaut, en raleniissant les affusioos desUn^es ă 
repuisement de la matiire. Mais, je le r^p^te encore, cet ^pui- 
sement est si facile avec un menstrue tel que l'^ther ou Talcool, 
qae cette prăcauiion 'peot £tre loutră-fait inutile, quelque ra- 
pide qu'on suppose le passage du Iiquide ă travers la poudre ă 
^ttiser, pourvo toutefois que cette poudre soit fine et convena- 
blement dispos^ dans Tappareil. 

Je vois avec regret que les pharmacologistes ne soient pas 
d*accord sur la quantit^ d*^ther sulfurique ă employer pour la 
eoofection des ^iherol^s. Ainsi que j'ai d^jă eu occasion de le 
dire, Ies quatre parties sur une adopt^es par le Codex pour la 
plopart de ces pr^parations , me paraissent les plus conve- 
nablesi surtout lorsqu*!! s'agit d'ăpuiser une substance v^g^- 
tale. J'ai dit aiilears, ii est vrai , que le castor^um se laisse 
epuiser difficilement par quatre parties d'^lher, je poiurrais le 
dire aussi du safran et de plusieurs autres substances \ mais îl 
(aot reconnattre aussi que le double traitement de l'ether 
tt de Taicool domie beaucoup moins de force ă cette ob- 
jection; l'^puisemeot se faisant mieux par ces deux mens- 
tmesque par Tiăther sulfurique seul. On pourrait donc ă Ia ri- 
gaear s*eii tenir strictement aux proportions du Codex ^ bien 
qae ces proportions restent toujours insuffisantes jusqu'si un 
oertain point pour le casior^um , le safran , les caniharides, 
Tamica, etc. Le point important est de r&iliser desmMicaments 
tossi actifs que possible, et cette condition se trouve ă peu pr^ 
Rfflplie en appUqnant ă la confection des âth^rol^ le modue 
fadendi que j'ai adopta. Ce qu'U y a de certain da reste, c'est 
V siEiB. li. 30 



.B9S JOUaNAL DR CHIMIE utDlCkhK^ 

poudre qui, nous le rdp^tons^ doit Atre consid^r^e commean 
medicament qui ne devrait âtre vendu que par le pharmacien. 



PHARMAGIENS VENDANT DES RBK&DES SEGKETS. 

La Socîetd de phaimacie etablie ik Aovers a eiabli comiDe 
principe qu*clle ne recevra au nombre de ses membres litu- 
laires, correspondants, ele. , que Ies pharmaeiens qui ne 
vendent ei qui tCannoncent aueun remede seereL 

Cette Societe s'occupe aciivement : aussi , en fevrier , elle a 
reţu des travaux de divers pharmaeiens , MM. Yander AuYe^ 
meulen, de Gând; Goris, de Bruxelles ; Pasquier, de Fiearos} 
Cordemans, Acar. En marş, elle a reţu divers envois de qoel'' 
ques uns des savants d^jă ciles, puis de M. Meyer, de Brugcsj 
de M. Yanhal, de Louvain. 

— " ' ' ' " ' ' ' " I '■ ■ 

FOEMULE d'uNB LIQUBCR At PERCHLOROEE DE KBRCVEE POUI 

LAVBR BT COIVSEEVER LE8 INSECTES. 

Cette liqneur , dans laqnelle on trempe quelquefois Ies io* 
sectesy que d'autres fois Ton emploie au pinceaa sar des in* 
sectes que Ton veut conserver , se prepare de la manidre sai- 
vante : 

On prend alcool k ZZ"" 250 grammes. 

Perchlorure de mercure 5 centigram. 

On fait dissoudre le perchlorure dans l'alcool, on filtre et on 
conserve pour Tusage. 



IES PHARMACIENS DB LTON ET DIJ D^PARTEMENT DU BHdlfK A 
HESSIEURS LES MEMBRES DE LA CHAMBRE DBS D^PUTiS. 

Lyon, le 20 mai 1845. 
Messieurs Ies Ddputes , 
Depuis longtemps une loi organique des professions medi- 
cales est soUicit^e de toutes parts. Le goQveraementi cedaat 



BB PHA&1IACI1S BT DB TOXICOIOGIB. i%t 

aox i^Iamations g^ndrales, s'est adressă anx hommes Ies pios 
efliinents dans ies diverses branches de Fart de gu^rir, pour 
obteDir, comme derniire et complete expression des besoins 
de Dotre ^poque, an ensemble de disposiiions nonvelles, desii* 
D^si remplacer TceuTre imparfaite de la l^gislation existante; 

Les pharmaciens de Lyon et du d^partement dn Rhâne ont 
Thonnear de vons adresser leurs vives instances pou** la pr^- 
seniation de la loi nouveJle, en vons fournissant Ia prenve de 
nosafflsance de celle qui existe. Cetie prenve r^sulte de Texpe* 
lieoce acqoise dans la Intte engag^e depuis longtemps entre 
les pharmaciens et les hospices de notre viile ; c^est Tissue d'un 
proois en premiere instance, dans lequel l'avocat du roi a r^ 
sonii en faveur de la pharmacie lyonnaise, tous les argnments 
qoe pouvait fournir la ligislation actuelle, d^montră la diff^ 
rence qoi existe entre le pharmacien gagiste des hdpitaux et 
les pharmaciens proprîitaires d'offlcines , et prouv^ siirtout 
rinconv^nient grave d*iin service partag^ entre les exîgences 
do public et les besoins des malades de Tint^rieur. 

Malgr^ cet ^loquent riqoisitoire, le tribunal a condamna les 
pharmaciens, en basant principalement son arr6t sur Tabsence 
des dispositîons sp^ciales dans la loi de germinai an XI ; et 
coDsidirant la d^laraiion de 1771 et 1777, soit comme abro- 
fie, soit comme sp^cialemeni appiicable au ressort du parle* 
ment de Paris. 

Les pharmaciens ont form^ appel de ce jugement. Mais, 
q^elle qoe'solt Tissue de cette seconde ^prenve judicaire, ils 
001 bâte de signaler au gooveraement oette violation de l'unlt^ 
administrative, cecte lacune dans la loi, qui ouvre la porte ă 
desabussans nombre, et qu'un texte plus clair ferait aussiiAt 
cesser. 

Cetie pitition, Messieurs, n'a donc pas seulement pour but 
de hâter la preseniation de la loi nonvellCi mais surtout de 



IM lOUMAi* M eaiviE «ioicAU, 

de rappeler au goureroement et anx chambres Iegfs1iiiveg(|ii6 
Ies pharmaciens de Lyon aont dans one positioD exceptios- 
oelle ; que Ies abus dont îis se plaigneot le plus, soni ptesqae 
tous incunnus ă Paris, et qa*il serait ă craindre que l€s noa- 
veaox texies eman^ d'uoe commissioQ parisienne ne fosseni 
pas d'une applicaiioa compieiemenţ efflcace ei Clement pro- 
tectrice pour lom ie royauipe. 

A Lyon, par exemple, la cite prifliaiiale , le boalerardda 
caiholicisme , ou cbaque jour voit s'accrotcre le BMibre et 
rimportance des congr^gaiioQs religieuses, reiempla de b 
vente exldrieure pratiqu^ par Ies bApitaux, a encouragiS Ies 
couvenis ă user de la mAme ressource. Dans tous ces itablis- 
semeois , k câte de la peos^ religieuse , se place la prteccii- 
pation des besoins oiaieriels , et peut-£tre aussi la tendance â 
tbesauriser pour Ies besoios d*Ho aveDir vagiie et ieeoeBS. 
Qu*est-il arrive? Cest que presque loutes Ies maisoas reti- 
gieuses , qui n*opt ă supporier aacun des ia^pdţs dool noos 

sommes grev^, oei cboisi peire professioo pour se cnier des 
revenus , et toutes le font d*uoe ntuuiâre ill^gale^ soit ea ren- 
daot claQdestînemept^ soit eu 6*abritapt derriâre ud priie- 
nora, moyen condamoable, quoB doît proscrire et fldlrir, al- 
lendu que le tiiulaire, qui ne r^side pas ordiuairemeut, ne peni 
pr^senter qu'une garanţie illusoire. On imi le faire d'niUeon 
autant dans rîni^rât de la sant^ publîque que pour satisCiice 
au principe d'eqţiii^ qui dQjt proiecMPQ k upe profession lib^ 
rale dont ou vient de relever la dignii^ par uae mesnre aaive^ 
sitaire, roaîs qui n*oglrifaU plus qu'une carrttee ^s av^r, si 
l'appui do gouvernefieni ne c^pondait pas aux exjgencee de 
toute esp^e qui lui soni imposees. 

Aolis picndrons encore la liberie de vous signaler, cpmn^ 
un iibtts panicuiier a noţre YÎlle, renipi4teiU8Pt loi)JQars crois- 
bani des berborisies, et la n^cessite dV meure uu terme ea 



SDpprimant la dâivrance des brevets pour c^tte profesşioiL 
L'exp^rience a prouv^ qu'elle est toot ă fait părăsite ; qn*elto 
nepeat se soutenir que par ses incursions dans le domaine de 
la phannacie , et qu'elle est , par cela mame , non seulement 
iAotilp partoaţ o^ se tro^veiDtdles q^cinef r^guli^res , mais 
eocore eşsentielţement dangereiţse. ^*^ mulUpUcaiion extreme 
des berboristes dans notre viile , loin d'6tre Texpression d*uD 
besoin , n'est donc qiie la preiţve ^videqte d'une sp^culatioii 
avaatageuse food^ sv^r la venţe illicile des medicamenta sim- 
ples oa composta ; et oous }e fip^toas, c^s deux caases prio- 
cipales de U d^ca^ţncje (}(^ Qos pfiScioes n'^iLisieot pas k Paris, 
(A Ies bdpitaox sont ce qolls doiveat 4ţre ; des asiles pour la 
soiiSrance, oji|ouş lesşqioţ.el ţous Ies insiams appartieDDeot 
aox malades, o ă TaxiAme rei saera miter reţoit sa plus ooble 
et sa plns coippl&ti^ appUcaţioo. 

Qil'il Douş şpit permis^ Messieurşi de soHiciter pour Ies mal- 
benreux , cqmme pour noqs le bi^q^fice de cettş organisalion 
toUlaire , et d'iayQqoer ipi le principe de Tunit^ administra- 
tive, qoi cţoit ^tce le but de tont bon gouverp^mept. Cest donc 
avec cQn&aape quf) ^jQş insistons ^uprte d^ vqus , Messienrs , 
pour ob^ir un teţte ^ loi qlair et pr^ , gui interzise for^ 
oMfgnept I9 ?repi|; ex)tfriei|re df|s iD^dicniQeiţu aua^ l|<l|pitaux, 
boiifiqBS el congr.^g|4îifnş reMgţţnseSi npw pn r^pportant, 
ppvr Iţ n^rţ sşion dfs autr^ al^us » zjf^ lup^idres dş 1^ corn- 
mission cbarg^e de r^former et de cw^\^^W Toeiuvr^ iipp%p> 

fait» 4a ta MmiMw de s^r!iWM4 M XI • 
Paoş celle a||«n)^ $ţc. 

Nota. La m£me p^tition vient d*£tre adress^e aussi â la 
Chambre des pairs. 

(JSuiventprii de eent iignaturet.) 



S96 lOUaNAL DE CHIKIB IliDICiXB , 



**■ 



EXE&GIGE DE LA PHABMACIB. 

Metz , le 12 f^vrier 1U5. 

Monsieur et cher professeur. Ie zile et le d^vooemeDt avec 
lequel voiis accneillez tontes Ies quesiions relatives ă \z phar- 
macie, Tinter^t tout particuHer avec lequeJ vons Ies repro- 
duisez daos votre jonrnal , ea nous prodignant des enselgoe- 
meols pr^cieox, m'avaient fait esperer nne r^ponse ă Ia lettre 
que je vous adressais le 13 juin 18&3. Comme cetie r^ponseqne 
voas aviez promis d'ins^rer dans ie Journal de chimie meiir 
cale n'y a pas encore para jusqu'ă ce jour, je prends Ia lil)eite 
de vous rappeler succinciement ce qai faisaîi l'objet de na 
leure : 

i^ Un pbannacieD qui ne peut dAivrer un mddicament 
compost sans Ia prescripUon d'un m^ecin , n'est-il pas oblige 
de garder cetie prescription qui devient sa garanţie? 

Riponte. II serait ă d^sirer que dans la nouvelle loi on exi- 
geftr que le pharmacien restât detentear des ordonnances qa*!! 
a dft ex^uier. A Paris , ii y a des pharmaciens qui ont un re- 
gistre sur lequel ils font copier Ies formules qulls ex^utent 
Si Ic pbarmaclen a ex^ur^ une formule contenant un mMi* 
cament aclîf , ii dait en eonserver la formule; ii peut cepen- 
danten donner une copie ă la personne qui vient feire execater 
Tordonnance, si elle Texige. 

2* Les soci^t^s phannaceuiiques des d^panements prenoent 
des mesures qui doivent abr^er le râgne des sp^ialistes; 
mais ies premiera coups ne devraient-ils pas âtre port^s k la 
venie des remMes secrets dans Paris^ modale de la province? 

Bepome. Des poursuîtes cootre Ies vendeurs de remides 
secrets ont ixâ exercees a Paris ; mais ce qui detrairail ces 8p<^ 
ciaiităs , ce serait la mise ă execution de Fanicle 86 de Ia loi da 



BB FHARIIACIB £T BB TOKICOLOCIB. 8$? 

M germinai , qai d^fend Yannanee ei fafflche de cei remedei 
ieerett, 

3" Les ilkwes en pharmacie quî auront employ^ sept oii hnic 
ann^săfaire leurs ^tudes dans les coll&ges pour obienir le 
titre debachelierj ne peuvent-ils pas esp^rer qu*on abrâgerâ 
la durde de lear stage? Ne poi]rraient*ils pas offrir, apris six 
aos, autant de garanţie qu'en donnaient, apris huit, de§ 
jeunes gens dont rinstruction premiere ^lait sonirent bied 
resireinte? 

Se'pofue. Noiis ne pouvons r^pondre ă ceite question ; on 
coDCoit qu'elle ne peut itre r^solue quepar des dtspositions 1^ 
gislatites. 

V" Cbaque faApiial civil a son medecin et mame plnsieorj 
m^decins ; Ia pr^paratlon des medicaments y est g^n^ralement 
abandonn^e ă des soeurs trte cbaritables sans doute , mais qui 
fl'oDt pas les connaissances n^cessaires ponr exerc^r la pbar- 
macie. Je crois que ces soins si importanis devraient £tre con- 
fi^ I un pharmacieD. II y aurait moins de chance d'errenr, la 
pbarmacie y gagnerait de la consid^ration , ia m^decine nese* 
raît plus si sonvent exercee par des femmes , qui , ponr avoir 
executa une ordonnance , substiiuent. souvent lear formule ă 
celle du medecin. Lorsque le gouvernement consultera l'Aca- 
demie de m^decine , tie pourrait-elle pas proposer cecte am^* 
lioniiton? II y a deux bdpitaux consid^rables ă Metz , et aucnn 
pbarmacien n'y est attachd. 

Rdponie. Nons sommes tout ă fait de l'avis de notre coll^ 
goe : la pharmacie ne devraît £tre exercee que par ceux qui 
OQt la capacitâ convenable ; mais ii est diiBcIle de r^primer 
les abus , sartoui lorsque ces abus sont anciens. 

5^ Dei certificats de hait annees de stage sont-ils n^ces* 
ttires lorsqo'on se fait inscrire ou seulement lorsqu'on se pr£* 
Mate ă ses examens ? 



998 ^ovMAt SE CHIM» HimcALf y 

RJp9n$^ IjCS pert|fica(| ne wot exig^$ qw lorfqiie X&^ 
se pr^sente poar s'inscrire et subîr son premier examen; maii 
le8 certificata ne devralent £tre d^livr^ qa'apx ^Uhrea qai se 
sont fait iqacrire dans Ies mairies , ou qui auraient rempU 
ţoute antre forqalittf donnani de la vateur ă cea certificau. 
£n effet, poi|s avoos tu dea i\hy^ ae pr^nter avec de faox 
certificata qi|i leur avaient iii d^livrea paţ* dea peraonnes qoi 
nVaient paa r^fl^cbi ă la gravU^ de l'action qa*eUea commet- 
taient, end^livrant ce qn*on appelie des c^rli/fcaiif deeom'^ 
y/af#aiuitf|CommetU|ntdaf|8 ce c^ia fmfftuzfrdeiu etf^mpâr 
la lai. Jl.*inscription dea 6\^ye$ dana lea mairiea pşrpiettrait, ea 
caa de dichs du pharmacien, de constater qne tel ilkye eat rest^ 
lanţ de lenipa chez ie pbarmacien d^ced^. 

V" Dana lea d^partenueota , lea jnrya sopt gtiu^ralement cod- 
aîd^r^ comoie une inştiţution vicleuae. Un pbarmacien peot-il 
d^emipent iiller contrAler ce qui ae paase chez aop Toiain ? Qoe 
peut-il fairş cbf» un cooGrdre qpi eat avec lui en relations de 
comiperce ei d'amîti^îLeavisiteade pbannaciea n'aurontoa 
caractere a^rieux qpe loraqu'ellea aeront confisca k dea inspee- 
teura ap^ci^ux , pbarmaqiena aana offlcinea et commiaaiomiis 
du gonvemement. Lea exameqs devaot lea jurya cesaeroDt 
d'ettx-m^0a ; lea Plivea bacbeliera se pr^eoteront dans Jes 
Ocolea. Snpprimer Ies jurya, cest donc ^npprimer aenlement 
lea vişiteş dea pbarmaciens qui , la plupan du temps , soat 
illusoires. 

M4pon$e L'institution des jurya eat Ticieuae en ce qui cod- 
cefTi^ lea recepţiona, car on ne devrait paa .CQnufttre deai 
aortes de pbarmacien ; ellc pouvait âtre rendpe otjle pour Ies 
visites : i' en reglant la nature de ces visites ; 3"* ^n ^tablisaant 
lea reactifa k emporter, lea exp^rieocea ă Taire, lea piedica- 
menta k examiner ; maia ii faudrait que lea membrea du jurj 
qui feraient cea viaitea ne pniaaent faire oaa viaitea dapa lear 



cantoni mais dans le canton vQisinţ qai k son tour fournirait 
Ies Tîsitears. Une inq>ection geniale , raite par une comoiis- 
aion analogne ă celle qoi vîsite Ies coU^ges, serait meilleure, 
nuais c'est une instltution ă crter. 

T L'ecQle de pbarmacie est, jecrois, la seule qui n'ait 
point son examen 4Scrit. Les ^lives cependaqt le d^sirenl g^- 
Q^ralement. Ce serait pour le merite Qne occasion de briller, et 
Fignonince ne pourraît plus se couvrir des dehors de la tînţi- 
dită. 

B^jMmse. Nous voudrions que cette ^preuve fOt ajout^e i 
celles exigfes jusqu*ici. Nous sommes convaincuş que ţes ăl^ves 
qDiont beaucoup travaill^i gagneraient beaucoup par ce mode 
d'eiamen. 

Agr^z, etc. J. Jacqubmin. 

FAXiBZFICATIOaEB. 

FALSIFICATION DU POIVRB BIf POUDBB. 

jSpieei d^uvergne. 

Oo IU dans les joumanx Tarticle sui vânt : 

• Ed yerta d'ordres donn^s par )e profet de poHce, des vişiies 
ODt ^li faiteş par des professeurs de TEcole de pliarmacie, as- 
8istesd*|in cooimisşaire depolice, ctiezles ^pîciers, droguisţes, 
bqtprisies, etc. , ă Toccasion d*one fraude qui se prq ijq ue depuîs 
qnelqne temps k l'aide d'une denr^e connue sous le nom d'«'* 
ptcpi fjfuvprgne^ et que l>nalyşe cbiiniqqe a fait connattre 
pour se composer simplement de graine de chioevis» d^ fecule 
de pomme de terre et de pellicules de poivre ; ils composaient 
on toat qu'ils d^bitaient comme du poivre pur et dont ils reli- 
raient ainsi de gros b^n^fices (300 pour 100 enyîron). 

« Ceite matidre offre ă la vue, en effet» toule Tappareoce du 
poivre ordinaire, sauf le montant et la force : du reste, elle n*a 



&00 JOURNAL DB CHIMIB kAdIGALE , 

rieo de noisible et n'est pr^judiciable qu'k la boarse du coa* 
sommateur et ă la qualit^ de ses alionents. Ud grand nombre 
de marchands ont ^t^ trouv^s eo defaut et aurout ă r^poodre 
devant la justice de ce doi reprehensible. » 

Cet article n'a rien d'exact. £n effet, od sait qae chaque an- 
D^e, poar ob^ir ă la loi da 21 germinai an XI, Ies proresseurs 
de I'Ecole de pharmacie, autorîsăs par le prefet de police, font 
la visite des magasîns d'^piceries. Lors de ces visites, ils exa- 
minent toutes Ies iharchandises qu*Hs supposent £ire alt^rees, 
Ies selSy Ies vinaigres, Teau de fleur d'oranger, Ia colledepois- 
80D, le sucre, etc. Ils exigent que Ies substances alimentaires ne 
soient pas renferm^es dans des papiers color^s par des sub- 
stances toxiqnes (par le veri artenieal de Sehweinfurth^px 
exemple) ; enfin , ils prennent toutes Ies mesures convenables 
pour que la sant^ publique n*alt pas ă souffrir de Fincurie de 
personnes qui exercent une professioo importante pour ia- 
quelle ii n*ait matheareusement pas fait (Tapprentiss^zge pon- 
vant faire connattre ce qui est bon ou mauvais (1). 

Lors de celte visiie , ils surent qu*on vendait sous le nom 
d^e'pices d!Auoergne^ non de la pondre de pain de cbânevis, 
comme cela se faisait deja autrefois, mais de la terre poutrUj 
et que ces dpieei etaîent achet^es par des gargotiers , par des 
marchands de vins, par de petits tralteurs, pour m6!er an 
poivre servi sur Ia table, afin de diminuer la consommatîon 

■ 

de ce produit, dont quetques personnes font un grand asage. 
Cest Texamen de ces produits qni a donne liea au dire in* 
8^r£ dans Ies journanx. 



(1) Des profeMcars ont troav^, cette aonde, des paîns A cacheter oo- 
lor^s par le Terţ de Schweinfurt : un seul de ces pains A cacheter aurait 
snftt pour empoisonner un enfant. 



D£ PHARVACIB ET BE TOXICOLOGIE; &01 



VEIITB DBS SANGSUES GOaGÂES, RiCLAMATIOlf. 

Paris, le 8 juin 18&5. 
AMom'ieur Ckevallier, profeneur ă FEcoh de pharmaeiel 

Monsieur, 

Dans le Journal de Chimie medicale ei de Pharmaeie du 
mois de juio i8/i5, num^ro 6, vous avez fail parattre un ar- 
ticle sur la fraude qui s*exerce dans le commerce de sangsaes. 
Tous dites qu^il resulie de faits positifs , que laplupart de$ 
iangguee qui soni vetiduet ă Paris ei en provinee, ei qui 
toni expedie'es de Paris en provinee^ soni gorge'es de sang. 

Permeitez-moi, Monsieur ie R^dacteur, de r^clamer contre 
cestermes absolusque je viensde citer, et de vous exposer 
ce qu'ils peuvent avoir de pr^judicîable a mes interzis. En ne 
faisant aucune disiinction , vous failes n^cessairement peser 
sar moi un inierdit dont la moindre cons^quence est de jeier 
le tronble et la defiance au milieu de roa clientele ; d'un autre 
cAt^, en frappant plus particuliărement le commerce de Paris^ 
TOUS le mettez dans un plus grand ătat de suspicion , et vous 
facilitez la fraude au dehors ; en d'autres termes, vous donnez 
aox personnes (1) qui gorgent Ies sangsues Ies moyens d'exer- 
cer leur coupable industrie avec beaucoup plus de succds, 
puisqu'il est connu» et vous-mâme ne Tignorez pas, qu*on gorge 
Ies sangsues ă Strasbourg, ă Lyon,ăLabadie,prâs Venise, etc. 
Ies personnes qui gorgent peuvent se servir des termes de 
votre article et dire : Les sangsues se gorgeni ă Paris^ mais 
nm a Straslourg ei a Lyon , ainsi nous pouvons donc vous 
offrir des avantages incontestables qu*aucun marchand de 
saogsues ne peut vous donner. 

(1) Boiis aTons retir^ de la leltre de M. Martin des noma proprea : nous 
bÎMna U guerre aux abaa, mais nous ne Toolons Inculper pcrsonne. 



kOi lOURNÂL Dl GliliilB MfotCAU, 

Je tuis persuada, Motasienr, que ces feits vons ont ichappâ 
et que vous h^avds eu nuUement rinteniion de me porter pr^ 
judice. Vons Avez iii k mame , daus plusieurs circoustances, 
d'appr^der mes operaiions, et voos savez que , comme vom, 
je poursuis le gorgement des sangsues, et que je demaode des 
mesures răpressives pour mettre un terme ă cet odieux trafic. 
De teltes ioieotions , et Tempressement que j*ai toujours mis k 
r^pondre ă vos questions et ă vous fouroir Ies documents qoe 
vous m'avez demand^s^ mefont esp^rer que vous voudrez bisa 
lîer ma cause ă la v6tre , et que dans rarticle que vous vous 
proposez de publier prochainement, vous voudrez bieo m*ac- 
corder la petiie r^paraiion qui m'est due, en ne m*assimibnt 
pas aux marchands de sangsues quî gorgent ces annelides. 
. Je vous serai infiniment obliga, Monsieur, de vouloîr bien 
vous reporter ă la Laneetie frangaise du 19 avril deruier, et 
aux lettres qui vous ont M âcrites par MM. Montau et Per- 
rine, et vous verrez que je liens ă ne vendre que de la sangsue 
pure, et que je n*aî pas voulu m'associer au commerce illicite 
de mes concurrents. Votre rapport, d'ailleurs, le d^fflonu*e,et 
je suiş heureux d'invoquer ici votre t^moîgnage. 

£n definitive, le gorgement ne se pratique point ă Paris; nne 
pârtie des sangsues qui y arrivent sont gorg^es ă l'avanoes 
eiles arrivent gorgees de Lyon et de Strasbourg (1). MM. Mon- 
tau et Perrine vous ont positivement fait connattre ces opera- 
tions. Dailleurs, le proces que j'ai intente ă une sociale, et 
dans lequel vous avez etd nomm^ arbitre rapportenr, a jusiifie 
ce que j*avance , puisque cette socî&e a transige avec moi, 
aprte avoir vu, par ies plaidoîries, que Ies conclusions de voire 



t^) It Bcrâtt a iMsIrcr qae \ dms'ca TiHa ^ MV* fes pvtfBlâ -Iteoit ti* 
former sar le gorgement des sangsues , afin de faire cesser ime frauM 
naisible aux malades, aux Wpices et aux bareaox de charitâ. 



/ 



M MAHkicift ut »K torlfioiiioiui. tH 

npport, qnl aecaeiltait tonies mes demanded ^ poumieiit bieii 
£tre adopt^es par le tribanal. 

Je votts laisse le soin d*operer cetie recUficaiion coiiini6 
Tous le jogerez conveilable y ce n'est point une i^lame qae 
je solliciiey je demande seulement la constaiatton des ftiita qtil 
existent. A cet effet, je crois devoir vous rappeler que Ies cer* 
tificatsqne je possMe, et desquels vous faites mention, m'ont 
ete dâivr^ par suite des cousultaiions qae j'ai prises auprâs 
des membres de la Facalti pour arriver ă d^truire le gorge- 
ment. Cette circonstance vons est encore connue , et elle t^ 
moigne assez faautement de mes voeux et de mes intentions. 

Eafln, Monsieur, si, pour arriver 3i emp6cher le gorgement 
des sângsues, vous avez besoin de nouveaux renseignements, 
je m*empresserai toilijours de vous communiquer tout ce qui 
peut (tre li ma conuaissauce. J'unirai miîme mes efforts auz 
TAtres si cela est n^cessatre. 

Agreez, M'6bsieur, Tăssurance de lâa faaute et respectueuse 
considiSratiob. SignS Josbph Martin, 

Rue Jean-Jacques Rousseau, ÎS, et rue Mommartre, 20: 

Note du Jte'daeieur. Nous publions la lettre de M. Martin 
avec quelques retranchements. Nous peusons que cetie publi- 
catioD est sufflsante ; si elle ne T^tait pas, nous d^clarons hau- 
tement ici que, dans notre article, nous n'avions pas rinieniion 
d'io% hostile ă M. Martin , que nous reconnaissons : i"* qu'il 
tmd de$ $angs%$ei loyalei et marchandet , Ies seules qu'on 
devrait employer dans l'usage medical (1); 2^ qu'il n*a pas 

(!) Od dl't que Ies sangsues pures sont â*un prix plns ^lev^ : cela doit 
tet; măis, en Ies payant plus chcr, on fait une âcouomle, paisqall est 
^moDthl que âlr sangsues vierges tîretkt autant que trente et mime qua- 
f^te sangiue^ qul ont ^t<S gurgde^. Un pharrtiacien ne doit pas regarder 
<|aâ est le prii des sangsues, ftt s'H y en a â meiUeur marcM* ti doH 
Hajlre des sahgsab pures, oâ n*en păsTendre da tont. 



t^Ok lOUIUIAL BB CBIVIB J|£MCALE| 

voulu accepter celies qai ^taient gorg^es de âang $ S<* qa^il a faii 
venir des sangsues vierget ou pures pour alinieater sa clien- 
tele; enfia qu'il a fait lout ce qu'il est possible de faire , pour 
qae Ies praliciens qui ordonnent des sangsues puissent âtre 
s&rs que Ies emîssioQS saoguiaes qu*ils veoleot oblenir seront 
r^alisdes. A. C. 

KOTE SUR LES SANGSUES QUI ONT SBRYI. 

£d sepiembre 18&A, un pharmacieD s'adressa k la Sociale de 
chimie medicale de Parisi pour savoir s'il y avait an mojende 
reconnatire et de distinguer Ies sangsaes qui ont servi, des 
sangsues dont on n'a pas fait usage : ii fat r^pondu par ceite 
Sociale savante , qu'on ne connaissait jusqu*ă pr^sent aacoo 
moyen de Ies difiKrencier. (Voir le Journal de ehimU me- 
dicale, 18/^4, p. 612.) 

J'ai voulu tenier quelques recherches ă ce sijyet; recherches 
qui m'ont conduit ă la d^couverie d'un moyen qui me permet 
de Ies distinguer ies unes des autreSi pendant cinq ă stx mois 
seulenient -, passe cette ^poque, ii ne m'est plus possible, at- 
tendu que le moyen que j'emploie est basâ sur ce fait bieo 
connu, que Ies sangsues qui ont servi conservent dans leur es- 
tomac, pendant ce laps de temps environ, une certaine qaao- 
titd du sang qu'elies ont suce; sang qui ne s'y troave plus aa 
delă de ce terme (1). 

Ce moyen consiste ă placer sur un linge blanc la sangsoe 
que Ton veut essayer, ă la saupoudrer sur toute Ia pârtie an- 

(I) Je ne pâis pr^ciser d'une manile absolue le temps que Ies s«Dg« 
sues qui ODt servi emploient h dig^rer le saog dont eiles se seat gorgta, 
parce que Ies personnes qui m'ont procura celies dont je me suiş seni 
dans mes exp^riences n'ont pu se rappeler exactement l*^poque o& elles 
Ies ayaient appliqu^es. D'un autre c6t^, J*en a?ab d*une date certaine i et 
qui remontait ii trois mois; mais» par soite d'uie m^prise, noos E'aTMi 



BB PHARMACIE ET DE TOXICOLOGIE. â05 

tMenre da corps, d'uoe forte pincde de chlorure de sodium 
redait en poudre fine : Ia sangsue n'est pas sitAt en contact 
avec ce sel, qu'elle se tord en tous sens, s*aHonge et cherche h 
fuir; on profite de ce moment pour lui repandre de nouveau 
une petite quantit^ de sel sur Ies ouvertures buccale et anale. 
On lavoitincontinent se contracter etd^gorger dans Tespace 
de trente secondes, si elle a servi, une petite quantite de sang; 
effet qui n'a point lieu si elle n'a jamais eii appliquee, ou si 
Tayant deja ete, ii s'est ^coule cinq ou six mois depuis ce mo* 
ment et celui ou Ton fait Texpedence (1). 

Âussitât que Ia sangsue est restăe avec le cblorure de so- 
diam le temps indiqu^, on s*empresse de la laver dans de Teau, 
afin de la d^barrasser de ce sel. 

Malgrâ Taciion d^i^iâre que le sel marin exerce sur Ies 
saogsues soumises longtemps ă son contact^ on n'aura rien ik 
craindre (pas mdme une îndisposition) si Ton a soin de ne Ies 
laisser soumises ă son influence que Ie temps n^cessaire ă Tex- 
p^rience, et de Ies laver aussitdt. 

Voici^ d'ailleurs, des expăriences qui prouvent ce que j*a- 
vance : 



pa Ies eiaminer. J'eoRage donc mes confr^res des hâpitaux, qui sont 
plaotfs dsns des condiţiona favorables ii ce genre de recherches, ii rdp^ter 
moD ezp^îencef et k s'assnrer positiTcment da temps qa*eUes mettent k 
digtfrer cet excte de nonrriture. Je Ies engage aussi k easayer si des 
UBgsacs gorg^ de sang ne pourraient point âtre vidto compl^tement 
en Ies sonmettant k Taction da sel marin. 

(1) Bien qall t(kt naturel de penser que le sang que d^rge ies sang- 
•nes qui oul servi provient de celai qu'elles ont suctf, J'ai voala cepen- 
dant m*as8nrer si Festomac de celles qui n'ont pu servi n'en contiendraft 
poittt ^alement : k cet effet , J*en al oovert plosiears des unes et des 
antreSy et J'ai troav< Ies cellnles de Festomac pleines de sang dans tootes 
oellca qalavaient serfi, tandis que dans Ies autres ces cavit^ en ^talent 
fntîirement priv^cs» et ne contenaient qu'un liqaide claîr et limpide 
comme de Tean. 

2* siBlB. 11. SI 



&06 JOURNAL M CHUIIK xioICAIiBi 

J'ai pris trois bocauxi j'ai mis dans Ton dome tanimi qid 
avaient servi, et dans chacun des deux autres douze saagiMS 
qui n'avaient point encore ^te employ^es ă la succion : U>osltt 
huit jours, pendant deux mois, j'ai vipiii mon exp^rience,telie 
que je Tai decrite, sur Ies douze premi^res^ et sur douze seole- 
menl des derni^res : pas uue seule n'est morie, tandis que des 
douze dernieresy sur lesquelles je u'ai point op^re, ii en est 
mort une. 

Ges faitSy je crois, prouvent suiBsamment lUnnocuit^ du pro- 
dăiy sans qu*il soit besoin d'y en sgouter d'autres. 

Ainsi on pourra mainlenant reconnattre d'une maaiâre cer* 
taine ies sangsues qui n'ont pas servi, des sangsues qui ont 
d^jă ei^ employees aux ^missions sanguines, pourvu qu'â l*e- 
poque ou Ton fera i'experience ii se trouve encore dans Tesio- 
mac de celle-ci, une peiite quantiie de sang \ car aprăs fenliere 
disparition de ce iiquide, ie moyen indique sera tout ă (alt 
insuffisant pour Ies differencier. Cliercher ă Ies distinguer i 
cette epoque, sera tonjours, je crois, tr&s-difficile, pour ne pas 
dire iaippssible. Benjamin-Fiavien Jourdan, 

PharmacieD ă Sainte-Marie-du-Mont (Manche.) 

LB TTPHUS EST-IL C0NTA6IEUX? PROPHILACTIQUB. 

Un rapport Iu ă TAcad^mie royale de m^decine par M. le 
docteur Brichetau, a, selon nous, d^montre que ie typhus est 
contagieux ; ce que contestent diverses persoanes. 

Que l'une ou Tautre de ces deux opinions soit admise, nons 
pensons qull est utile et convenable d'indiquer aux per- 
sonnes qui sont dans la necessite de se trouver en contact avec 
des personnes alteintes de maladies typhoîdes. Ies nioyens 
qtt*on peut employer comme prophyiactiques. 

l"* II faut se iaver Ies mains avec une eau chioruree preparee 
avec : 



«T BB TOXICOLOGIS. 409 

\*>romise depuis vingi aD8» et sur let 

^ ^ tkum^ro, qu'un de nod abonn^ 

^uteurs da Journal de, chimie 

nacien pour faire Yaloir un 

ce pbarmacien, qui 




^<^ iilL 






âu chK "< ^^ -^^ \ «'"^"* *^"' ^"*' *** 

lâlee ă 9 Dar ^ ^^ V^' «pprobation qui 

aussl preparer des ^ \ ^^ f^it aunoncd 

^ destinde ă Taproseoieot, p 
^y qu*on lai^e secber ă Tair avânt Oi^ ţmyaît du 

Les precautions que iioui^ venons d'indique. Journal 

plusîeurs reprises, un enfaoi de la peiile rougeolc, ^^^^ 

eât epidemie de ceite maladie. On ne voulaii pas que ct^ 
fant, qui etait trâs-faiblei contractat cette maladie. Pia$ ţ^^^ 
Venfant dtant plus fort, et i'epidemie ayant 8^vi de nouvenţi^ 
OQ ne prit plus de precaution, renfant eut la petiie rougeole. 



CHAULAGE DES 6RAINS. 

La Gazette medicale Belge ^ n^ 23, 8 juin 18/i5| contient 
un article de M. Benoit du Pouligner, dans lequel îl proteste 
contre Topinion Urnise par MM. Châtin et Boutigny, d'Evreux, 
que le ehaulage du froment par t arsenic^ et genSralement 
foute eipeee de chautuge est inutilef en ce sene qu'il ne 
fMrdvientpas lee ravages de Furedo, 

Ce savant fait connattre les eip^riences qui viennent h Tap* 
pui de sa protestation ; et ii ^tablit que si le ehaulage n'empÂ- 
che pas le eharhon^ Vuredo, cela tient i Fimperfeclion du 
procM^ et au peu de soin qu'on apporle ă celte utile opera-> 

tJOD. 

Nou partageoDs Topinion da M. Benoit, et nous renvoyons 
les peraonnes qat ne pensent pas camme M, Benoit, & la lec* 



&08 iOUAKAL 0B CHIMIE viBlCALB , 

ture : 1^ du m^moire ayant pour titre : Pr^oi$ des expdrieneii 
faite» ă Trianon sur la cause qui corrompt Ies bles^ par Til- 
let, de l'Acad^mie des sciences, 1756 ; 2** des travaux de Tabb^ 
Texier, Encyelopedie me'thodique^ Agriculture^ t. 2, 1791; 
S*" au mdmoire de Parmeniier^ Sur Ies avantages qus h 
royaume peut retirer de ses grains* 

TRANSMISSIOV DE LA G0NORRH£e PAH UK BAIN . 

La gonorrh^e est-elle transmissible par un baiu ? Celle 
quesiion semblerait răsolue par un fait insera dans la Gazeiie 
medicale du 3 mai; l'auteur dit qu'une jeune fillede huilanS) 
qui avait pris un bain avec sa mire alteinte d*une gonorrhee, 
fut elle-mâme affect^e de ceite maladie. 

Si ce fait est exact, on doit riglementer Ie mode ă l'aide 
duquei doiventâtre nettoy^es lesbaignoiresemploy^es dans Ies 
bains publics et dans iesquelles tout le monde se baigne. 



nocMjttJk BB omam uiDioAus. 



Sianee da 2jttin 1845« 

ta SocUtâ a re^a : 1* un oa?rage de M. Cadet Gaaslcomt» intitula : 
Fremiers secours avânt Varrivie du me'decin i 2* une letire de M. Mar* 
tiu, 8Qr la vente des sangsaea gorgiSes : cette Jettre Sera imprima; 
3* une note de la Soci^tiS de Pr^Toyance ^es pharmaciens indiquant li 
compositlon de son conseil d!adtfîinistratîon ponr 1845; 4* le dooble 
d'ane p^tition adresare k MM* Ies D^pulds paries pharmadens deLjoD; 
5* ane note sur Ies sangsues qui ont servi, par M. Joardan, pharmadea 
A Sainte-Marie-du-Mont (Manche) ; 6" une note de M. Leroy, pharmadeD 
A bruxelles, sur la tanaisie ; 7? une lettre d*un de nos coU^ues^qai 
nous demande quelques renseîgnements sur Ies emplois du phytoUcj 
decandra; 8^ le Journal de la Greuze, du 8 juin, qui contient ud artide 
intitula : Un au de mort aitribui â un remede vendu clandettinemeni ; 
9* unc|lettre d'on de nos colUgues, membre da Jorj» rdattTeawBt ii la Id 



BE PHAaMACIE ST BB TOXICOLOGII. 409 

rar rexercîce de la pharmacle, Io! promise depula vingl aD8» et sur lea 
iQcret falsific par la glucose. 

Nous a?ODS dity dans notre dernier numere, qu'ua de nos abonn^ 
soas avait ^crit que le nom'd'ttn des r^dacteurs du Journal de,chimie 
midicale a?ait ^t^ emprunU par un pharmacien pour faire Yaloir un 
sirop qull li?re an commerce. Nous STons fait Tenir ce pharmacien, qui 
a d^ar^y sur son konneutf qne le fait ^tait inexact. 

D^âle pr^ldent de la Soci^t^ de pharmaciede Ntmcs ayait ^crit au 
r^dacteor du Joarnal une lettre relative ii une pareille approbation qui 
aorait €t€ donn^e, disait-on, ii un papier dii chimique.Ce r^dacteur fut 
forc^ de r^pondre qu'on ayaitabns^ de son nom, et que le fait aunooc^ 
n'^Udt pas vral. 

Dcrniirement « dans le SUcie , un aieur Pierre Simon s'appoyait da 
Journal de chimie medicale pour se vanierf et ii disait que ce Journal 
arait rendu compte de la gu^rison de cinquante cas de hemies par une 
m^thode qui Iui est particuliire. Noua ne pouTons que dtoentir le fait; 
le Joarnal n*a pas eu k appr^ler cette m^thode ni sa iTaleur. 

Eafin, tont dernidrement , un commissaire de policcde la yille de 
Paris demanda k Tun des rădactenrs du Journal» qui est membre du 
Coaseil de salubrit^ un avis sur un eckantillon de sel blanc. Ce r^dac» 
tear cmt devoir r^pondre; maia sa lettre k ce magbtrat de?int, sans 
qall flit consultul et sans la participation de la personne k qui elle ^taie 
adreas^, la baaa ă^nn prospectus, danslequel on faisait inter?enir deux 
y«f l'homme qui atait crn devoir donner dea renseignements ii l'autorite« 

Indigna de cet acte de charlaianisme et dUndilicatesse, mais n'ayant 
eo sa possession ancon moyen de faire cesser de suite un empront atissi 
ind^centf puisqu'il ne nut safoir par Tordre de qui ce prospectus avalt 
^^ Imprima, Ie r^acteur sUciressa ii la personne ii laquelle ii a?ait ^crit ; 
TOicî la r^ponac qui Iui fut faite : 

Paris, 25 mai. 
« Monsieur, 

« Tai Vbonneur de tous informer qu*il n'y a rien de raa faute daos 
ia publication qui Tient d'âtre donn^e k la lettre que tous ra'aTîez fait 
HtoDneur de m'toire en r^ponse k la demande que jc yous avais faite de 
rcBadgnementa sur Ies qualit^ d'un ^chantillon de sel qui avait accom- 
RigB< ma lettre. 

« J*ai QB h^rt qal est dana le commerce tt qui est encore associ^ d'iin 



&10 JOURNAL DE CHIMIB viDICAU, 

M. LaTolIto, qai a acqnis des mines de aet dans le dăpartement 4ei 
Basses-Pyr^nto. 

« Mon MrCf qai doit blentdt qultter sa maison de commerce, anit 
reţu Ia proposition de tenir un d^p^t, ă Paris» du sel dont je tous ti 
transmis un ^chantillon ; mais, aiant de traiter avec Ies propri^taiits 
des sallnesy ii m*aTait t^moigo^ Ie ddsir de savoîr si ce sel ne contenait 
rien de nuislble k la sant^, et pr{6 d'obtenir aupris de Fan des membres 
do Gonseil de salabrit^ tons renseignements n^cessalres. 

« Aassitât Yotre lettre reţue, ]e m'empressai de Ini en doDoer oommB* 
nication. 

« Quelqucs jours apris , mon fr6re Tint me Toir, et m'annooţa qa'H 
aTait renoDC^ k tenir le ddp6t de sels, parce qae des difiMrends s'dtaient 
lileY^ entre Ies proprldtaires des mines et Int. 

« Je n'cDtendis plus parler de cette affSiIre deputs , lorsqae )e rtţoi 
une petite boite carr^ en bois blanc, oontenant une petite qnantit^ de 
sel en cristaoz semblable k celui que tous etktes la complalsance d'ezp^ 
rimenter, stcc un prospectus renfermant unegrande pig^lc des tensei 
contenua dans TOtre lettre. 

« J*ignore si mon Mre a eu la feiblesse de donner cAmmuaieafion de 
YOtre lettre k M. lavollde» et comment ii se falt que le traftant alt M 
aatorisd ii a'en serrir pour Vinsdrer dans son prospectus : taojoufs est^il 
qoe ceia s*est fait sans ma partidpation et k moa f rând regret. 

c Mon Mn est en voyage en ce moment : fatteods son retoar ponrle 
prier de faire des ddmardies afin de falre oesser Ies annoQces qui tou 
ddplaisenty etje m'emprcsserai de tous en faire connaltre le rdsnltat 

« Croyei bien» Monsleur» k tout le regret que j'dprouTe de la publici- 
tlon qui a dtd faite sans ? otre autorisation; mais» Je tous le rdpite» ii a^ 
a riea de ma faule dans tout cola. 

« Veuilies, Monsieur, agrder rexpression bien sincere de nou cntier 
ddvoâment. GEOimu. » 

On Tolt, par tout ce qui precMe, aTec quelle rdserre on doit r^pondret 
mdme aux personnes qui tous demandent des conseils dans un but d'in- 
t^rât public. 

Jfote du R^dacieur, Nous ddclarons positiTement que» si mras appre* 
nons dd:$ormais que l*on ait U\% frauduleusemeni nsage, soit du titre dn 
Journal, soit do nom de ses rddacteors, pour annoBcer des Mts ftn» 



M PHABMACIB BT BB TOXIGOLOGIB. 411 

BOU aoNM raMors au tribuiiâiixt dam le but luiqaa de h\tt ooaaaltre 
la ikit6. 



BIBUOORAPHIE^ 



IpUBHUBS SEGOUBS ATAIIT L'ARRIVBB DU lOftDBCIN, 

Ou Petit Dictionnaire des cas d'orfence^ h l'osage des gens da monde ; 
sui? i d'une iastractlon sur Ies ChampigDons ; 

Par M. F, Gadet-Gassicourt, docteur^mMecin, membre da oonseil 

de salabrlM, etc. 

Un ToL in-lS. Prix : 3 fir. 

Cbei Lab^y libralre, place de TBcoIe-de-M^leciDe, 4. 

Lebot qae s'est proposâ l'aateur est de faîre connaltre ce qu*il est in- 
dispensable de ssToîr lorsque Ton se trooTe en prdsence d'nn de ces cas 
â*urgsDce qui se rencontreat si soavent sur dos pas » non seulement 
djns ies grandes vlUes, mais encore dans Ies pro?Inces, oh Ies secours 
MBt plus âoigndSi plns difBciles k se procurer. 

L'oDYrage est r61ig^ d'ane maniere claire, precise, ni^lbodiqoejrau- 
toir B'a pes ddpass^ Ies borses qoe lui iraposait le titre de son li? re : ii 
o'a point indiqad aa Talgaire l'art d'exercer ia m^ecine » mais ii a in- 
diqu6, dans Ies cas d*argence, quds sont Ies premiers secours k donner 
avânt qne le mădecin qu'on a fait appeler ne soit arrÎY^. On convoi t 
tOQt le parti qu'on peut Urer d*oa li?re qoi permet d*agir rationnelle- 
BCQt dans un eas presta. 

Tantear a ea la bonne id^ d'adopter,pour Tlmpression de son traTail, 
on caractere llslble» bien espac^ : en effet » on sait que Iorsqu*on est 
troaU^, on fit diflldiementy loraqu'il s'agirait de lire vite et de bien lire. 

La pârtie de Toavrage qui a le plus flx^ notre attention , est i'instruc- 
ft9H relative aux ckampignons. Cette instruction est d'autant pios utile, 
<l«e de BOBbreox exemples ont d^montrâ qtt*an grand nombre de per- 
soQDes ont succomb^ ponr avoir fait ujtage de champignons qu'elles 
tvaicnt r<Scolt^ dans Ies bois, croyant avoir fait choix des esp^ces qui 
<ont slimcntalres. L*aateur a cnricbi son livre de huit piancbes repr€- 
>«ntant : 1* Ies Agaricus campesiris, procerus, annuiarius, deliciosus^ 
i^ousseronf pseudo^mousseronf pyrogalus, necator; 2* Ies Amanita au^ 



&12 lOURNAl. DB CnmiB MiBICALB, BTG. 

rantiaea , muscaria^ oronge^ dites ciga^ blanche et cigoC rerte; 3^ lei 
Boletus edutis et aurantiacus. 

L'oavrage public par M. Cadet est nn oa?rage utile et indispeimble, et 
qui doit ae trouYer dans toutes Ies familles. 

■ ■ ■ ' ^' -■ 

RBCHERCHB8 BT OBSfiRVATIOIfS SUB LE8 BAUX MINBRALES Dfi 

LABABTHB OB NBBTB; 

Par If . MoNTAOlf Al docteur-niMecio. 

Brochure de 144 pages. Imprimerie de J. P. S. Abadie , ă Saint-Gaa- 
dens, 1844. 

DB LA CULTUBB DU THE; DB SA PB^PARATION BN FBAICCE; 

Par M. Lbcoq. 

Brocbnre in-S** de 35 pages. Prix : I fr. 25 c. Ghez Michaad, libraiie, 9, 
boulevart Saint-Martin. 

DE MONTFAUGON BT DB LA SUPPBESSlOIf DE TOUTB TOIEBIB; 

Par M. SOMMIBB f maire de la Yiliette, membre du conseil-g^o^aL 
Brochure in<»S de 13 pages. 

DB L*BliPLOI MtiTHODIQUE DBS BAUX MIIfBBALBS 

Dans ie traitement rationnel des maladies eutan^es; 
^ Extrait d'un ouvrage de M. Ie docteur Hereau. 

Brochure de 52 pages, avec planches. Chex Lab^, libraire» place de l'E- 
cole-de-MMecine. 



LIVRB-REOISTRB POUR LA TENTE DBS POISONS; 
Par MAT. ChBVALLIBR Ct TRIBULLBNt 

Deuiitoe ^ition. — Prix 1 fr. 50 c. 

Ce registre* destina k rinscription l^ile des TSBtes f altei dai lab* 
stancea tuxtquei» se Tend k Paris : 

Ches Jouanneaui quai Saint-Michel, 25. 
Ches Lab^, place de l'Ecole-de-MMedue, 4. 



Parii. -IgDprtmeric D*iiiz. BA.ILLY, ne lM>HlM>Vklolni, IC 



AooTns45. 

JOURNAL 

DE CHIMIE IMEl^DIGALE, 

DE PHARMACIE ET DE TOXICOLOGIE; 



fiS L'eHSTBHGK d'UN principe ilR8£flIC4L DANS LES BAUX DE 
HAMMAM-lfESGOCTINEy BN ALOiRIB ; 

Par M. O. Hbiirt, membre de TAcad^mie de medecine. 

Les eaax de Hammam-Meieouiine sitii^s en Algerie, k 
quelqnes lieues de Constaniine, sont remarquables non-seule» 
meot par leur temp^rature tris-^^ley^ (elles ont jusqu'ă 95^ 
centig.) mais encore par les concr^tioos calcaires qu'eiles fer- 
ment ă la snrface du sol. Lă elles donnent lien ă des cdnes de 8, 
10, 15 et m£me 25 pieds d*ălevaiioo. Ces cdaes se prodaiaeol 
de dedans en dehors par r^coulement de l'eaa qui laisse alors 
d^poser les carbonates et sulfales terreux, bases de ces concr^- 
tions. 

U y a qadques ann^es, ă la suite de Tane des expiditions 
de Constantine, M. Tripier, pharmacien*major, eot occasioa 
d'analyser les eanx de Mescoutine et une pârtie desconcr^tions 
prodnites par elles, comme nous venons de te dire, a Ia sarface 
da soL Parmi les principes quMl signala dans son travail, U 
aanonţa l'existeoce d'un sel ars^nical (rarseniate de cbaux ou 
de barite) f ce fait parat d^autantplus curieux que jasqu'alors 
aucan aateur n'avait reconnu dans Ies eaux minerales naiurel* 
les on principe analogae. 

2* sftm». 11. 32 



Ulk JOURNAL DB CHIMIE m£dICAI.B, 

Les cssais r^peids peu (k ienips apit^s a Paris, sar desăchan- 
tillons rapport^sj[>ftr M. Biiudioa, tio confiroitreiit pas la de- 
couverte de M. Tripier. U restait doDC des doutes ă cet ^ard. 

Ayant eu occasiou d^examiner uae fieoondt fois Teai np- 
portia par M. S. Bcodet, aprte rexcursion qull fit en 184S aox 
eaax de Mescoutioe (bains maudiis); j'ai pa conslater alors 
d^ttoe maniere positive avec moii confrfere el ami QievaUier, 
dans les sels solubles irait^s convenablement par Ies acidei 
nitrique et sulfurique trte-purs, et k Yaide de la mAhode de 
Marshi ia pre'ienee d'une eertaine quantitdd arsenic primi- 
tivement i Vdtat d'arseniaie. 

Ce principe fat retroavă ^galement dans U» ooncr&îoM cal* 
caires, et d^ lors Ie fait aDnoDcă|ar M. TripiaTi antârienre- 
ment, se trouva pleioement confirmă. 



SUR LA DIGITAURB. 

La d^couverle du principe aciif de la digitaline par M. H(h 
moUe^ a engagă M. O. Henry ă rappeler qu'il y a dixana Uavait 
proposă Temploi du tannin pour TobteDlion de quelqaca pro- 
duits de nature organique. En s'applaudissant d*avoir danii 
r^veii ponr rapplication de ce moyen d*extraction, ii a dA r«- 
connattre le bon usage qui en a il6 fait pour isoler la digiier 
line» 

Cest aussi d'apr&s ce m otif qu^il a era pouvoir apporier aa 
procedă de M. Homolle quelques modifications afin d'obttur 
plus promplement et en proporiions plus grandas» le principe 
actif de la digitale. Voici ces modifications: 

On prendune quantilă determinăe de digitale atebe» rMaiie 
en poudre grossiâre i on forme avec cette poudre et Talcod â 
iZ^ une pate , on exprime forienient pour en iaoler Talcoolei et 
on răpâte une seconde opăration semblable* 

La llqueur alcoolique est distill^ et le răsida 4iaîtă par aac 



DS VBAMACII KT »B VOXMDIilMiB. iM!5 

ceriujw ^pMuniii d'eM ^MtM^ fwr raciile aoMfine , on Altre 
ea on Meante et ou şjcmte 4ans la iiqiicRr tolaircrie, lAelViift- 
lioB touamiriB M mx&x ide Galtai jasşi'Si 'ceaBatioii de pi4- 
cipit< (ii faut que la liquear soit un peu acidule). Im ddpftc se 
rasMiMe m w fittMf«|ă loonieux qui s'aggluiine an fond 
da «MM ooPMie «ne feMMţ •■ il^enlâre avec soin, on le tricure 
.tvte^KaâMBent aMcmi "^okH 4e iiţhttrge ^ feudni'trte^^A- 
nie, «tt fl\)o«te «îtaMWi ţem 4!alâo»l, poor iiiie«K*iâ|i;«r le 

Le tamaieide fd^ab fonn^ on <nite le toat k Taide dVme 
doMecUlMr, M >oo ftO* joeatig. par l*atoaol i 36 rMiifl^^ On 
iilti«, M diatf le«c Mifait af ir air ler^sida T^iAber aulforiqne 
chaudy ă deux ou trtis repriaes. La pârtie insoMote eat la di^ 
gUaiime^ q«i «st doofe d'vne ameiMine exces6i!?e, sediaaout 
i peiiie dans l'eaii, beancoiip'dans Tatcool, provoqne r^tennie- 
«eal fMMid on ia rMoit^n /poudi>e;Jcdiau8ăe, elte aefaad et ae 
Ure en longs fils jaunâtres pr^sentanl4Hi reflet naerâ f refroldîe, 
elle est facile ă r^duire en une poudre d*un blanc jaanăire, 
qtt*il fast oofisenrtf ă Tabri de Tair ec de la iumi^«. 

On peni anssi la disaoudre daos i'alcool et T^tendre sur des 
assiettes ou sur des plaqqaa de verre, de fer*blanc, etc.; elle s'y 
dessidie et ae d^iacbe en âcaillea blancbes d'un assez bel aa- 
peet. 



MoDsieuri j'ai l'bonneur de vous adresser un petit tmiiyi 
qne je viena de faire aur la prdparation de rjodofonne. Le 
prooddâ que je propose fourait enviroB quatre fok antfaot d'îor 
dofome poar une quantit^ donn^ d'i()4e , q«e le meiUear de 
toaa eeiUL qui sout babilMlleneiit enpkqf^, SarieaM^oiis aaaee 
boB ponr toşărar 4aaa votre joivâal t^yu^ piAiie jum^ poea^ 
drapeod'«0pafie?|aimi«e0smyiaiivte-M^^ * 



t^ 



416 lOUMTAI. BX CUIilI MEDICALI ; 

Je m^occupe, depnis entiron 8iz moiSi d'on înraUsorh 
covposiUon chimiqae des tins da dipartemeot de la Haaie- 
Garonne ; j'aurai rhonneur de tous Tadress^ anaiiidi qtfil 
aera termina. 
J'ai y etc FiLHOL , proftnmur ds ckmit 

â tEeol§ de mddeeme de Teulo^H. 
Nouveau proe^ddpaurfrdpofter tiodoforme , par £• FUkd^ 
profe$Meur de ehimib i FEeole de mddeeme de TeuUmu. 
Les meilleurs procM^s connus ponr la pr^paration de Tio- 
doforme fournissent raremeot aa dett de ÎS ă 1& de ee prodoit 
pour 100 d'iode employ^ ; le reate de oe mdcaUoide pane i 
r^tat d'iodore alcalin, dans les eau-mires oii ii se troa?e wM 
atee Texcâs du carbonate dont on s'est servi* 

Ayant eu ă pr^parer dans ces derniers temps ane qasDtit^ 
assez notable d'iodoforme , j'ai riussi ă obtenir avec cent |Mt^ 
liesd'iode environ &5 parties d'iodoforme $ j'en ai mteie qiiet- 
quefois obtenu josqu'ă 50. 
Voici comment j'op^re. 

Je prends : Carbonate de sonde cristallis^. 2 panies, 
lode 1 — 

Alcool • « • 1 — • 

Ean 10 --* 

Je prepare a?ec ces mat^riaux nne premiere dose dlodo- 
fbrme en snttant la m^tbode ordinaire \ j'en obtiens ainsi de 
12 ă 1& ponr 100; je trăite ensuite Teau-mire de la maniere 
stiî?anie : 

J'y fais dissoadre une nouvelle dose de carbonate de soude 
pareille ă Ia premiere ; j'ajoute nne nouvelle dose d'alcool ; je 
porte la liqueur ă une temp^rature de 60 ă 80 degris, et j'y bis 
passer nn conrant rapide de chiore ; Tiodoforme apparatt Vita* 
tât en abondance. Lorsqa*il s'en est prodnit une for le quanUt^, 
i'interromps le eourant de cblore; Je lai^ae la liqueur se d^co- 



lorer; Je rănifo cette seconda ponioB âlodoforme I Id pre^ 
mţirei et je somaeta reM-m^re k un noavean traiieofieot pa- 
reil ă odni que je tiens dlndiqner. Uop^ratfon est termtn^e 
lorsqne le chlore ne met plus d'iode k na dans la liqoenr. 

Ueao-mâre renferme une quaniitâ notable d'iode unt tfy 
troof e ă V6m d'acide iodiqne, et ferme avec la sonde de llo- 
date de cette base. On pent facilement retirer cet iode en ^a- 
poraot Ies eaox^mtees ii siccil^ , chanffant Ie r^ida an ronge 
pomr transfomer Tiodate en iodureiCt emploţant ensniie Ies 
moyeos mis orfinairemenl en naage povr retirer Hode des 
iodures. 

Le procMi qne je viens de dferire permettra d'obtenir Fiodo* 
forme en quanlit^ oonsid^rable, ft^ec beauconp moins de frais. 
Liode coikte anjoard*hui 110 fr. le kilogramme i ponr oblenir 
100 gram. d'iodoforme par Tanelen proceda, ii fant employer 
ao moins 700 grammes d'iode qut valent 77 fr. La m^thode que 
j*emploie permet d obteqir la mAme qnantitâ de prodnit a?ec 
200 gram. d'iode qni necoiktent qne S9 fr. J'emptoie,il est Trai, 
on pen plus de carbonate de sonde et un peu plus d'alcooi ; 
mais Ie prix de ces demiers est pen âe?A et augmente pen Ia 
d^pense. 



ROTI SUm LA VAniAnB DB SB COMFOBTBE DBS BAVI BISTILLteS, 

HISBS BH VJUtoBBCK DB, L'iOBB ; 

. ParM.GaORBB. 

Les eanz qni contiennent de Thuile essentieile absorbent, si 
OD les m^iange a?ec de Tbaile, une proportion d*iode qui cor- 
respondă la quanttl^.d*b vile essentieile; desorieqne l'amidon 
se r^agit plus sur cet iode. 0^ peut donc, ă Taide de ce moyen, 
deierminer la valenr r^elle d*un^ eau distillee. Pour cet objet, 
on te sert avec avaniage de Talcoolâ d*iode 4(eodu. 

M. Grnner a recQonu, par VexpArhncej qn'unt; fleroi-orue 



MHAIUJU J» QWIHI irfiMCâMy 

bammi^ d^ portUNW d>iule y^^ile «Mpesdtte»» etdes 
pariies mpcUagiBeusaşi «bterbmti Işat quMtMs. d'ted* hh 

9]rdfolatdeCeD4MiU.»- i»--* 0,M. gpaiD diode. 

de p^rsU. • ,.* .;«;« - •: 0,03<r 



» • 



• •ti 



^paoipbre).... .0|(UL& 

dţcamie^^. ii.« iM 

id. viuease 0|02 

de meBtbfi poivnie 0,08' 

id« viaeiu^. *• 0,16 

id. €v6pH)..«. 0,OS 

deokăliase. 0,tf 

de capiomtHe •••»••• • 0,Oft 

dişsauge 0,03 

deiflMMdeeureM*.«**f«« O,0ft 
de>rose&(d€iroeeafMlchesX**>*< 0,000 
deiP0«i»8i(d»rDseftSAlie&)k «..••: 0,01 

de fleurs d'oranger 0,0S 

d>.ffraaboiiet. 0,0t 

d0rftMr8*llllMl;..* 0,00» 

de valMnei ^. • . : Oi,0f 

de rue (plaataieâclve^. •.'...#.• 0,01 
db cMran (^eoroee frahihea). • •> 0,05 

d*^oroe d^vaoSlB 0,01 

d'opiUflii 0,01 

•aroDMUlqiie^ 0,00 

viilo^raire Tineme 0,09 

d'aaaatecida 0,11 

d'asaa Aeiida compost 0,05 



DB PÂA&1IAC1E BT DB TOXIGOLOOIB. &19 

Eau BDtKkyst^riqae'de Pragoe 0,10 

HydrobteoDcentre d^amaodes amires» . 0,0S 

de laurier cerise. . • 0,13 

de eerises noires 0,10 

de moQtarde 0,60 

de feoiiles de Prunus Padui. . . 0^0 
Lliydrolat de mootarde laisse d*abord prăcipiter du soufre, 
et, pios tard, de Tiodure de soufre jaune-rouge ; son odeur ne 
se perd pas, mfime par un excis d*iode. 

Les alcoolats peuvent âtre ezamin^s de la mfime maniire ; 
maiSy avani de les soumetire ă cet examen, ii faut les troubler 
par Qne addition d'eau. Voici les r^suUats pour quelques-uas 
fentre eux, touJDurs en operant avec une deroi-once : 

Alcoolat de romarin • 0,84 grain d'iode. 

de serpolet 0,10 

de mastic compost 0,S2 

de m^lîsse simple 0,33 

de fourmis 0,06 

decochl^aria 0,26 . . 

v6 lavancte •••^•••••••••••••« 0,38 

.denwes 1,60 

Celte BB^ode d'examen n^est pas appiicable aux alcoolats 
quieoiitlenneDCdo camphre. D^ailiears, par ce moyen, ou ne* 
peat qae constater la qualii^ de lliydrolat on de Talcoolat, et 

■ 

ooB la quantit^ absolue de lliutle Tolatiie, parce que les diver- 
seakuiles ^sentlelles agissentd*une maniere tr^s diffăreniesur 
llode. Oq pient, par exemple, imiier les hydrolats indiqufe ci~ 
deflsos, et aa Brtdie degnS de force, en prenant pour 

frains dlittUes: 

Lliydrolat de teaoail SA one. d'eau et 3 ,6 

dementhepoivr^* id. 5,8 

de menihe cr6puc. id. 3,6 



1 



&S0 jouanAL db chiiiib nimCALB, 

decitroQ id. ^fi 

de roses id. 0,53 

de cannelle id. 20,00 

Une demi'Once d'bydrocblore , prepara d*aprte la phir- 
niacop^e de Prosse, d^iruii 0,6 de grain d'iode. 

Uoe demi-once d'eau de cbaux fait disparattre 1,2 de graio 
d'iode. (Jahrhueh fuer praki. Pharmacie; L VII, p. 30&.) 

TOZIGOLOGIB. 

emploi sb l*ar8ekic dans dbs liqububs dbstintes 

▲ l'bmbauhement. 
II r&ulte d'exp^riences cbîmiques faites k Rouen, par 
M. Gîrardin, eo pr^sence de M. Morin el de Ia personne qaî 
avaii fait i'enibaamement , i* qu*uDe petite quantit^ de ma- 
Uere grasse, cxiraite du corps de Brune, 2* qu^une petite 
porlion des muscles de la cuisse , ont ^l^ reconnues conteoir 
de l*ar8eDic qni provenait des liquides employds dans le but 
de conserver le cadavre de cet bomme si regrelttf de ses cod- 
citoyens. 

l'arsenic existe-t-il ou noif daus uss HuiuBS BB BcansiB? 

Dans un iravaii adress^ -i l'Acaddmie des sciences, M. Cbe- 
noi a Slabii que Ies builes de schiste conteoaienl de TarseDic. 

Dans une note presentee ă la nafime acadânie, SI. Selligoe 
refute fopinion finise parM. Cbenoi; ii ^tablit: l^qoeles 
schistes qu'il exploile ne contiennent pas d'arsenic ; 2* qve 
t'obsence de ce meial esi d^moutree par Tabsence d'odenr al- 
liacee des vapeurs, parce que Ies oavriers se trouTent en coa- 
tact avec ces vapeurs pendant deux beures, sur vingt«qoatre , 
et qu^ils ne pourraiont pas r^sisier 5 raciion de ces vapenrs (!); 

(I, Noiis aT0D5 vu , N. Bayard et moi , un exemple des daiifcr» qoe l'on 



DB VIAEIUCUS n DB T0XI00I.061B. &S1 

V qae cette absence est enoore constata dass ces schistes 
parce qne Ton ne trouve pas d'arsenic dans une pariie de Tap- 
pareil, oii ii devrait se condenser pendant Ies op^rations; 

V qae ceita absence est encore certaine en raison des traiie- 
meots qne Fon fait sabir ă rhnile brnte par le nitrate de plomb 
et par la pr^sence d'an bydro-sulfate , produils qui dAermi- 
Deraient la pr^cîpi talion de l'arsenic; 5*" que ia diffiărence de 
volatilii^ de Tballe legare de schiste et de Tarsenic est encore 
UD fait qui merite d'âtre pris en consid^ration. 

H. Selligne termine sa note en disant qu^ayanti ainsi que 
H. Laugier» qui dirige Ie traitement de ces builes, fait des 
essais sur le minerai et sur Ies builes de schiste^ ils n'ont pu y 
recoanattre la pr^ence de {'arsenic. 

M. Selligne attribue le finit signal^ par M. Cbenot i ce que 
oeltti-ci aurait employ^ , pour traiier Ies huiles de schiste, de 
Tacide sulflurique eztrait des pyrites, acide qui contient des 
tracead'arsenic. 

aAIfS LBS CAS d'eHPOISOKIVEMENTS, LES AOBIITS TOXIQUBS SO- 

LUBLBS ARniVENT-lLS JUSQU^AU FOBTUS? 

.1 * • 

M. Audouard^ pharmacien ă Beziers, a adress^ ă TAcademie 
ane nute sur cetie question : Les agents toxiques> Ies sels so- 
lubles arrivent-ils jusqu'au fceius? 

L'auteur a cherch6 ă r^soudre ceite question en exp^ri- 
meaiant sur des animaux, et ii est arrir^ aux conclusions sui- 
vanies : 

r Les agents toxiques, les sels solubles p^n&trent» en effet , 

<^«rt eo s'eiposaDt «uz Tapeurs irs^nicalea • opdriot ivec Fippireil de 
Mtnh dans une des saltea de rHdtel-de-VilIe de RomoraDtin (Loir-ct- 
Cber),Mneqiil n'^tait pas ytniilit. Noos lAmes pris subitemeot de ' 
BMu de tite esoeasift , de moi de gorge; nuds ayant disocmthiad bos 
^P^icBoes, oei IndispoiUl^os n'ewent pu de suite. A. G. 



^^ 



&S0 JOUailAL DB CHtlIIB lliMCik]LS 9 ^ 

decitron id. ţi jb 

de roses i<i* ^ i^ f fe. 

decannelle i# -^ I ^ i6> 

Une demi-once d'bydrocblore , pi^ s M i i '^f 



niacopte de Prusse, d^iruit 0,6 de ^ ? 9 ^ jf | liie^ 

Uoe demi-once d'eaii de chaux / 1 î ! f 4, ou 

d'iode. (Jahrbuch fuer praki. /fi f i 'ţt ^ i^ 

■~ — rWilî' *- 

///f i ^ *^ animale, 

.; / ^ u)iiq«e 

II r^sulte d'exp# / 



EMPLOI IIB L AR8BV i i i, W .^ ^^^ ^ 



M. Girardin, eo r/^ ^ ^, .^ ^„5^ ^^^ ^^, 

avaii fait Tenib 



V -H< O» ■* doit dMo pas n^gliger 

^ ^oiaoB da«a le plaoeMl^ daw let eaoi de 



aere grasse, ^^^ 

porlion des 

de Tarsep' 

-r^BNT PAR LE TBET-DB-GRI8 PAR LB BOCTBDK 

x*rtH* , SCIŢI 1>B ROTLBXIONS SUR l'eMPLOI ]>BS HED- 
CIlOY' /^ 
■ J^sAHTS CHIMIQIfBS BANS LES BMPOISOlflCEMBBTS ; 

I Par M. Barbet Lartigub , de Bordeaux. 

(fn lioniin^ Phillbert declare , Ie & făvrier 18&8 , a la mairie 

^ Bordeaux , qa'il vient de s^empoisonner avec du verhde- 
grU afouiiS ă da vin; au bout de queiqaes minutes ii 
^prouve des voibfsseiiientSy dans lesquels od retrouve en 
effet y la pr^sence de Tac^tate de cuivre ; on le transporte im- 
m^iatement ă rhdpital, oâ on lui faii prendre, en grande 
quantitâ, de Feau albumineuse , et â onze beures du maiin oo 
pul lui adminisirer le proio-sulfure de fer bydrai^^ deox caii* 
ler^ toutes Ies denu-benres, ea continuant fusage de Teae 
albuaiaeiMei ea lui adinimsiFaBt ^§aleiiie«fe dt» lareaeaii 
^molliiniai faisant rappifGaiioii 4e siaapisaita tox Janbes. 



Le Mrfr, ii neiif henresi comntencement de r^actlon » Tomie- 
snneBle, diiirrMe, mais le tentre est molits doulooreui (bainSi 
proto-snlAire de fer toatea lee heaiM). 

Le 5, noit assez calme , le malade n*a pas vomi depuis plu- 
siears heores^ diairh^ei pouls'â90, plein, douleurs vives i 
r^pigastre, ventre tendn (vingt sangsues sur 1 abdomen ^ 
bain, boisson albumineuse, lavements ^moliienls). 

Le 6, amâioraiioD marqude (continuaiion du m£me trăite- 
ment ayec quelques i^gers bouillons). 

La 7, le malade ne aonflre pkia , ii peiit qultier ThApital. 

M. B. Loriifie» ei i^ppelaiit eette <d>ienrâiioii, fatt remar- 

qaer qvo Pon adc^ige trop seirreiity daos Ies cas d^empolson - 

nencM, Teisploi des Mtideies cbimiqaes indiqa^ dans ies 

osvrages; aftisif dtM celol^ci^ remploi de Talbimiiiie , dn 
sacre et surtoQt da proto-sulfare de fer, sont des omire-pot* 

sQBs h^nâqiies» qai, ayanţ M aAniaistrfe k tenps» eot aoieii^ 

un prompt r^tabliasenieai» eipar ooosdqaeBl peaveot pri? enir 

de grayea omlheursi ea sauvast Ies malades. Ces obsenr aiions, 

JQsies par elle^-mtees « ne sont pas toaîoar» appfieables daos 

toosks cas ovi le nMeeîii est appel^^ Eo effei, la plupart d« 

toaps^ lora^oei le mMeein arrive prte da naiade, II y a 

ea an laps de ttaq>s dcovl^f et ai k aialade n'a pn roailr 

imaMiateiMBt^ le toxique 'mgM » eu le teapa d'agir sur Ies 

<vpnes el A'âm absoiM. Quoi ta'il es soli, dans tona lea cas 

d'empolsonnemeni , on doit facUHea r^taenatîeii dm texiţae^ 

toit par Vea« iMde et la liiîllaliOQ d» la gorge airee la harke 

d'one plaaia tf saît, loiW|a'en peia te faire ă Faide de la poaipe 

KMriqtte, doat rosagoesi pei( Npaada panai noas, naie qat 

est sontenţ ^tHişie en A a g l e t erre aprte Ies Tomisaf laeais^ on 

Peat avoir reeoars aua nemralfai»ts. 



626 loumiuL ra caivic viMCiLi.9, 

DK L'ACnOlf DB l'hUIU TOLATILB DB GBBliTBB STO l/oUA- 

IHMB ahuial; 

Par M. le doctear F. Sbhoic , de Berlin. 

Jusqn^ici ii n*avait pas encore ^le fait d'expârielices direciei 
daDs le bat d*appr^cler Ia maniere d*agir de lliuile essenlielle 
de geniivre sur l'^conomie vivante. Salvant M. Semoa, i 
peiites doses, elle agit de Ia mame maniire qne Teasence de 
t^r^benthine ; elle n*augmente pas, on du moios ellen'ang- 
mente qne irhs pen Tapp^iit et la digestion; elle acc^Iire 1^ 
rement la circulation ; elle aoorott la calorieit^^ et elle eitiM 
toutes Ies s&^r^iioos, parUc^Uârement. celle des reins; die 
coBininniqae k Turine Todeur de la violetle. En coBChioant soa 
usage pendant loogtempS} elie fialt par affecter lea. reins de 
niaoiâre ă d^termioer la strangurie, la dyenrie, risohnrie et 
mame Tb^maturie. 

Quant i son emploi â doses dlev^, M. Semon a fait qnatre 
cxperience&y dont ii tire Ies oonclnsioDS snivantes : 

.1^ L*baile volatile de geni^re donnte i hanţe dose 
(SO grammes) est nn poison qni, d-aprte son degri de force, 
vient ă pen pris se ranger k cAttf de Tessence de t^rdbentiitoe ; 

2^ Elle est absorbâe (comoie le pronve Todenr qfn'exhale It 
cavtt^ abdominale, lorsqne fon onvre le pdritoine) ; 

y Elle est 41iminfe de l'organisme, en pârtie par Texhaia- 
tion pnimonaire, en pârtie par la adcr^tlon nrtnaire (ce ip'oii 
reconnatt i Todenr de Ţarine) ; 

V Elle n*occasionne point rinflammatlon de restomac ai 
des intestins ; mais elle donne aenlement lieu qneiqnefois t 
ane cougestkm des vaisaeanx dn j^Jnannii et toQjonrs ft nn d^ 
lachement pins fort des ^cailles d*<pftbdliumi parfois mAne 
k an l^er cbangement des cellales d'ipiibdIloBi et fc nne ex- 
travasion de sang dans restomac ; 



«I riAtlIACII » M TOXIQOLOOII. &25 

S^ EOe agit foriemeot snr Ies reins, car ils ^laient gorg^ 
desuig; 

ff Elle agit qudquefoift sur le gros intestin comme Ie fait 
l*haiie de târâ)entliine| mais rarenient,car cet effet n*a ea lieu 
qa'one fois sar quatre. {Medieim$ehe ZeUung.) 



Âcnon M l'huiu volatile m pohmb bb tebeb svu 

L'teONOMII AmHALB; 

Par M. le doctenr Edoard FubbsTi de Berlin. 

On sait qae Tean-de-vie de pommes de terre doit ă Ia pr^ 
seace d'ane bnile essentielle parttculiire l'odeor et Ia saveur 
dtegrdables qa'elle pr^sente lorsqu'elle n*en a pas ^t^ corn- 
pKiement d4barrassâe par ane parification convenable. Cest 
sar cate haile qae M. Faerst a entrepris ane s^rie d'exp^- 
rieoces. 

Ceite haile, ă Tetat de paretă , poss&de Ies propri^t^ chi* 
miqoes saivantes. Cest an iiqnide buileax , Incolore, d'one 
odeur tr6s d^sagr^able, et qai atlaque forlement Ies organcs 
de la respiration; sa saveur est brâlanle et ftcre; ii est plus 
Kger que Tean, et son poids sp^ifiqoe est d*environ 0,8. Ses 
principes ^l^mentaires sont le carbone, l'ozygene et Iliydro- 
gioe. Lorsqa'on renflamme, ii brftie avec ane flamme tr6s 
claire. En versant quelques goattes d*ane solation aquease de 
blanc d*oenr, ii se separe aa fond du vase ane masse g^latineuse. 
Parraddiiion de quelques goattes delait, ii se forme uncoa- 
gQlam de coaleur blanche. 

Cest sur des lapins, principalement, que M. Fuerst a fait ses 
exp^riences avec ceite huile ; ii Ta porţie ă la dose de fr â 
SO grammes jusque dans Tesiomac de ces animaox , ă Taide 
d*aDe sonde CBsophagienne. 

Les rteoltats qa*il a obtemis Pont condnit a«x conclusions 
Minaies: 



1 "* L'buite volatile de pomms» de len^ doii Atrf ruffei «ns 
coDirediti parmi Ies poisons, parce qae, donnfe k doseasiai 
forte, elle determiae la mort eo tras peu de lemps* A petites 
dofies, elle nV^ccasioane i4ua la mort ; mşk alfw elle prodiii 
des effeta remarquftbles sir te semariuw^ D'abord dleeimte 
fortemeniy et donne lieu ă un ătat qui rapprocbe beaaoeiipde 
Tivresse ; piiis «lle ei^eiM iin^ ncimi d^prâiaiM nr ttwt le 
sysi^me nerveux, ea provocant na aaeoipisaement doat le ah 
jet ne sort qu'au koat de qfwlfM tenips. 

V Cette haile agit, imni^diatement et par. sgrmpatbiei de 
restomac sur Ies autres orgţnes : la rapidit^ de aes effeis eu 
est uneprcuve; car» si ce poisoa devait £tre d'abord transpone 
dans le torreot de la circujaiioa avânt d*agir, soo action se- 
rait beaucoup moins prompte. Oo ea tronve uoe autre preaie 
encore daus Taciion ăuergique qu'elle exerce sar la mem- 
brane maqueuse de Testomac et des intestina , avec laqodle 
elle se trouve direclemeot en conuct : en effety r^thtiium et 
loute la tunique viileuse du tube gastro-intestinal sont eoJiiit 
ment d^truiis, et mame la tunique propre de ce condait est tel- 
lement aitaqu^e qa*on peut la detacher sans difficoh^. Ges li- 
sions se rencontrent principalement dans le fond da ventricule, 
tandis que Torifice cardiaqne ne pr^sente jamais rien deparoL 
En outre^ on a trouv^, dans la plupart descas, une extrayaaoa 
sanguine qui paraissait provenir de la destroction des vais- 
seaux de la tunique vasculaire* 

3*" Cette huile est aussi absorb^e, ainsi qa'oa peat le reeoa- 
nattre aux faits suivants : 

A. Totttes Ies parties de la cavit^ abdominale <Mtt eonstaii- 
ment laissâ exbaler Todeor propre ă cette băile* 

B. L'air respira prdsentait pareillement cette mâoie odear, 
pea de temps aprâs Tingestion dans Testonuic* 

&"* On ne peut pas prâciser d'une maniere exacte m|Mi k 



DB ««MIIAG» ST BB «OZICOLOGIB. kVI 

pamagft de oecie knite dans le «orreoi de la circiiletioo comri* 
twe ă la prodneiioB de Tivresse; oepeodant, ii est piobableqiie 
oet effei eonfriboe beaucaup an d^doppeinem de ce ph^ 
Bomioe. ( Meiieiniuhâ Z&iiung. ) 



JSS60&B xmm Moav AamuBuiB ▲ uii abiiAob yătma 

Chaque joor la jusiice, el piua eoeere l'bamaBitdi fidcIaBie 
contre la funeaie lol^a^ce de rameriiiS ^ni fait ae renoiveler 
ehaqae jonr davaatage lea iaCractiom â la loi d« 91 germinat 
aoXI. Le lait auivaBi, qai a eotmi Ja vie ă «ae «Mlbeiireoae 
nire de fiamiUe , prouve combiea eai argeme la BMnetie lei M 
loDgtemps promise > qui doit r^ler an proit de tons la vente 
des pABcaients , ea aa moina an aHeadant , l'appKeatkm a^ 
vire de celle de Van XL 

Aa commencemeDi de fiTrier dernier, la femme Boarge- 
role, dont le mari est propriiiaire k Saint- Marcel ( itiier) , est 
accoachte. La sto&ion dit lait , peu abondaata obez cette 
m^re, lui permetiait k peîne de nourrir eon eaduit : du resle » 
loos denx ae portaient bien. Uo oolporteur de m^icamenta » 
drognisie ambulant, coaame la prorince de Daaphlo^ en fonr* 
nil tanty se tronvant dans ceite oomr^e, passe k Saim-M arcei, 
et se pr^sente cbez notre mire de fiaaulle qn'il savait nourel^ 
lement acconcbâej ii Ini propose Tusage d'nne pondre bonete 
qu'il dit 6tre §aUici»paUliqu0. La malbenrense^ conflante anx 
parolea de Ignorant maia cupide oolporteur, jonk d'avanee dn 
boDheor qn'elie ^prouvera de ponvoir aiaiter aon enCsnt. Elle 
achite la pondre prriconiate, Baaia n'en Isit naage qne le leu* 
demain» alors que celui qni Tavaii eonaeilite el tendne diall 
parti ponr exi^iier aîUenrs la orădnliiâ de nonveau maladea. 
—A peine cette femme bien poraansa »4^1le comnienc^ Tasag^ 
de la poiidra Uanche, qn'elie ressent un malaise ind^flnissable : 



628 lOtJ&RAL DE CHiyiB MftlIICALt , 

elle a volontiera soif, mais ne veut point manger. EUe pense qiie 
ce qu'elle ressent est dft ă Ia poudre qu*elle a prise > et elle ne 
ae trompaU pas, sans douie; mais elle pense au&i qoe ceteiet 
doit avoir liea avânt qae le mâdicameni ait aueint Ie bat iodh 
qo^y etelle en continae Tusage. Ob ! alors, elle tombe griire- 
ment malade , et en qoelques joars , malgr^ Ies soios et Ies 
lomiires de M. Pangaud , doctenr en m^decine k Maniilat, 
ane. flâvre des plus ardentes tue cette malbeurense mirei 
qui ftnit par regarder comme senie canse de sa mort Ia Citale 
poQdre qu'elle a prise ; et pleine de connaissance encore, i sos 
moment soprâmei cetie triste yictime s*offre en exemple i toot 
le TlUage d^ldqni Tentenre, et d^fend ă tona d'acheter jamais 
des remides ă de semblables hommes. 

M. le doctenr Pangand est lni-m£medemenr^ convainca qoe 
la mort de la femme Bonrgerole n'a eo poor canse premiire , 
saivant Iui , et distincte, qne Temploi de la pondre vendoe i 
Teffet d'ezciter la s^cr^tion du lait. 

Nous regrettons beaucoup qne M. Pangaud , dans sa convio 
tton y encore qu'il n'y eAt pas de- poursuite possible contre no 
individtt qu'on n*avait qu'entreru et qui devait 6(re loin, n^ait 
pas remis ă un chimistele reste de la poudre, sil y en avait en- 
core aprte la mort, ou, ă difaut, Ies tiscires de la femme Bonr- 
gerole. Nons dirons, quant ă nous, que c'est avec le plus grand 
d^int^ressement que nous aurions lev^ le voile qui peut eocore 
cacher la v^rit^ : notre premier bonbeur eAt ^t^ de nier la pr^ 
sence du poison. Mais si , comme tout porte ă le croire, la 
femme Bonrgerole est morte empoisonnde, Ie fait demonir^ par 
des donn^ îrrjâfragables, eftt iii une assertion de plus pron- 
vant la n^cessit^ des frequentes r^clamations anprfts du pon- 
voir, pour emp6cher la vente des substances mMieamenteases 
par OBUx qui n'en ont pas le droit. 

Lbgeif. 



DE PHAnVACm BT M TOXICOLOGIB. ftS9' 

' r' I . 1 ■ ■ I ■■■ ■ — .— —j 

FALSinCATION I^ LAIT. GOItOAinVATIOIf A LA P&ISOIf. 

OoDoas^crit de Rouen, que rAdmînîsirâtion mutiicipale lîent ^ 
en respect Ies fraudears, et qiie Ies marchands de lait c^Qi al- 
loDgeot ce prodait d'eau, occupent sonvent Ies bancs da tribu- 
nal r^rv^ aux accdste. ' 

Le Domm^ DesmaretSi condamnd d^Jik plusieurs fois pour 
aYOîr baptist soalait, ce qu^il faisaît, disait-il, dans TinterSi 
d9i09praHqu0ij a^t^actionn^ en recidive. II a all^$ţue pour 
nison qae sa femme seule ^tait coupable. Le tribunal, ne trou- 
▼aot pas dans Ies faits all^gu4s de circonstances ailenuantes, 
a condamna le mari responsable, sans doute des faiis de sa 
femme, ă einqjaurs dâ prisotij 10 fr. d'amende et aux frais. 

SATOF MEBGUaiBL D*APa6s LA FO&MVLB DE M. HÂBBRT. 

On preod : Mercure pur 125 grammes. 

Acide oi trique 125 — 

On Aiitone dissoluiion ifroid ; lorsqa'elle est oper^e, on falt 
foDdre aa bain*marie| dans noe capsule de porcelaine, 
Graisse de yeau bien' lavee 580 grammes. 

OA.relire du feu la graisse fondue, et on y ajouie ia dissolu- 
tion men^uriellei puis on agile jusqu'ă ce que le meiaiige aît 
acquis la consisianoe d'ua emplfttre. 

Ces op^ratioDS tennin^S) . on- preod la pommade mereu - 
ridle, ă Tacide oiiriqoei pr^par^ comme on vient de le dire , 
150 grannmes; soade caustique ă S6* (lesshe des sayoQiiî^rs), 
60 grammes; on mâiCi puis onporphyrise ces sabstauces, avec 
Qoe molette, sur un porphyre ou sur no marbre, de maniere ă 
oblenir un savon qui doit âtre parfaiteraent solubie dans l*eau. 

Le saYOQ mercnriel aiosi pr^par^, s'emploie, dit Tanieur, 
avec snccis contre ies affections cuian^es ^ lorsque celtes-ci 
OBt lenr aî^e k la Face, ă ta main, aux arant-bras; II peut 

2"* SfiBIB. 11. M 



6^9 JQU«llfL M Gpil|ip4itB|6a4B, 

romplacer Ic savon ordinaire dan» Les &oio6 de propreti. Loit* 
qu'elles ailect^ot le% aiujr ^ pariie» .dy corşs , ob 9'ea sert soit 
oomme ea von» aoîţ ă T^i dp ponipadei aoitil'^tat de aotaiioi 
dans Teau. 






8IB0P DIODU&B DB^BH. 

Formulei pn^oi^a par M. De¥]PBAIb* 
L'associaiion de l'iode aa fer ă T^tat d'iodoc^ ^ qm imnH 
yation beureuse dopt la iherapeutique eşf, redevjible â la akî* 
mie. Mais le compost qui en rusalie a'^liire av/ic ia piua graade 
facilii^. Aussi bon nombre de prooid^s Q^ţ. iia i^ pr^poi^ 
pour coDsiituer une pr^paration ă Tabri de cei iocoayifoieat 
Aiosi ali^r^i Tiodure de fer paşae, par iMie s4rie 46 degr^ d*VB 
m^dirameni aclif ă une subsiance preşqw inerte. D'iue fUU 
left avauiages que j'ai reUr^ de soo emploi daea iea caa tfwmi- 
norrb^e^et comme modificatew da aysiinie lyafphaUqoe; 
d'une auire pan» liea produiia variee qui dtaient foumis par Ies 
meillenra phermaciens de Parja, m'aiil âiMmmi â adopter li 
formale suivante poar ia pr^paraiiM d'un aiiwp qne je deaat 
ă la doşe d*iiiie cuiUeree le matin et d'ane caiUertfe le sw, 
dşşs S qa S oncea d*e«Q epviraii* La foraude eat oeHa-ci : 
Pr. .: Fer en limaille, porpbyria^e 

et non oxyd^ O gnm. M eaotigr. 

lodd t --* W -^ 

Eap 8 -^ 

Combines et i^oiit^ aieop de 

auarq MO — 

Qa mfile enspaible dana no mortier de porcelaiae le fler, llod» 

et Teaai od triiure, et cn quelqnea inaianu on obtieai na ia* 

dare 14ger, epoore ioduri y que Tob incorpora de aoiie i U 

quantHi donoi^ d^ airop. 

SI le niAw W fiti bien Eait,6taarloviailali8iai)lo DtaKptf 



ox}di(e, w obtienţ un sirop 9 pen colora, doot la saveur 
tr^prMomliiaiM ^t celle du fqr; rod^ur 4'iode est ă peine 
Q^ll^. Du reste» ou peut reodre le sirop pluş ou moins io4^ 
en raişon de riadîcatioo que Ton se propose d^ remplir. Or, en 
9e bor^aut k \x prescripiioj^ ţ Mprâs, qpi represente la pre- 
cedente : 

l^r. : Sirop ^i9ple« ..,,•••• f 00 gr|uni|ieB. 
Proţorip^ure. dţ fer. . , 9 — 
£t eo adressapt ţeMe forniiţle k dix pharmacieas d|ffăreots, 
)e sttis cf rifiin que Ton aura ioi uo sirop aussi limpide que le 
sirop de sii^re , y^ais şauş savei^r <e fer appr^ciable ; iă uo si- 
rop d'un brun-marron foncii avec uoe Enorme pr^dominance 
d'iode, 9U point qqe ce sirop prend k la gorge, aiusi qu'ou le 
dit, et que Ies malades repugnenl k Tavaler; puis toutes Ies 
Duauces intermMiaires enire oes deux espices. Du reste, je 
prescris ce sirop dix ă douze jonrs avani Tepoque des râgles) 
je le doone joumellement dans ks pas de flueurs blaocbes, ppur 
coffibaiire Ies gastralgies qu'elleş d^ţerminenl. Je le fais pren- 
dre pendant plusieurs mois de suite comme modificateur du 
qfstime lympb^tique. 

FARIBE niTE ARABigUB DU SIKUE ABAUTRET. 

La poblicaiion du brevet pris par le sieur Abautret » pour 
nne farine diie arabique, se compose de cioq lignes dans Ies- 
quelles on trouve : Le$ proce'de'â employe's soni lei mimes que 
pour obienir Ue auiree fmrinee g U^ euheUrncee eoni : i"* la 
itmetiee du fago irilieum (du sarazin) de la> familie des 
polygone'es; 2** la raciţie du rad\aB orchis maseula dArahie^ 
On doii prioer Ies semences et Ies bulbes de leurs ecorces^ 
et Ies repasser pour qu'il ne reste pas de taches. 

Le vendeur de la fyrmţ dite or^ţt^ fut actiounâ pour 
vqite dş rcjon^es secretş. 



US iwiiiAi. n CHimii viMCâu; 

80& LB aiTA&Alf4y PAULURIA toMBIlA. 

Un de nos colligues nous demande des renseignemeDis sar 
un oiMicameot, le PaulUnta, qui serait noutellement dtoHh* 
vert ec noavellement employ^ fc l'^iat de poadre contre Ies gss- 
tralgies. 

l^paulUnia iortilii Ibnrnit, selon Manius^ un sncqoi, 
amene â f^iat d'extrait, est connu sons le nom de Guarana. 

Le guarana se presente sens Ia forme d*on cenrelas dopoids 
de 126 ă 250 grammes, sa couleur est brnne; mals la masse 
qai est form je de cet extralt est ni£l^ de grnmeanx pios os 
moins colora , plus on moins dnrs. 

Le guarana a une saveur l^g&rement amire ; ii est nsitâ aa 
Br6sil contre la diarrhde, Ies maladies des voies arinaires pir 
relâchement. On en rappe de & ă 8 grammes que Ton prend 
dans un verre d'eau. 

Quelques anteurs pretendent que le guarana n'est pas Tex- 
trăit pur du pauUinia iorUlu^ et qu'on y m£Ie un pea de pite 
de cacao. 

Cadety qui a experimenta sur ce produhi Ta tronve compose 
d^une matiire soluble dans l'alcool, d'une mailire solable dans 
Teau y el d'un r^sidu insoluble dans ces liqnides. Baika a 
atinonce qu*on avait dăcouvert dans le guarana un alcaloide 
qn'on avait designa par le nom de gnaranine. 



■ţ*"! !, 



OBSBRYATIORS CBiniGO-»HA&lf AGBUTIQUB8 , 

Par M. le professenr Pibtro Pbebtti. 

1** Sur la Mantonine. 

Suivant M. Perettl , la santonine, telle qn'elle se trouTe 

dans le commercei n*est pas un alcalo!de : elle consiste en no 

acide combina avec la poiasse , et elle constltne ain nn sd 

pariiculiefi pour leqnel U propoee la d^nominatioB de K^ha- 



SiB fBAUUCIB n DB TOSlCOLOaiB. A8S 

toniate de potaase* Cest, dit-il, me substance capable de sa- 
tarer encore de nouvelles quantit^s de potasse. Si oa aonniet 
Qne aolotioD aqueose de ce sel ă raction d'un coarant ^lectro' 
cbimiqoe, Tacide aaotonique se porte aa p6ie clectroHiâgatir» 
€i b potasse au p6le ăleciro-posiiif. 

Les moyens k Taide desqaels M. Pereţii retire Ie bi-santo- 
Diate potasalqae des semences qui le contienDent , sont ceux 
dont ii s'est servi pour isoler les bi-r^sinaies atcalius qui 
constituent le principe amer de la plus grande pârtie des v^ 
getaux. II fera connattre ces moyens , avec tous Ies details 
n^cessaires, dans un m^moire qa'il livrera bient6t ă l*im- 
pression. 

2^ Sur Faeide vdldrianique. 

M. Pereţii annonce (ce qui a d^jă is\& reconnu et constata 
par plosieurs pbarmaciens cbimistes. franQais)| qae Tacide va- 
leriaDique qui eiiste dans la val^rianci et que Ton en retire 
par la distillation de Teaa sur cette racine, ne forme qu'une 

minime pârtie de Tacide contena dana cette plante , parce qae 
la proportion la plus consid^rable ş'y trouTe ă T^tat de com* 

bioaison avec la potasse. Ce professeur a retir^ le val^riauate 
de potasse de Textrait alcooliqoe de val4riane \ puis , en distil- 
lantle val&iaaate avec Tacide oxaliqne, ii en a s^pard Tadde 
valManiqoe. 

. V Smr tm aeidâ pariieţUier ă tJ^4Tolat d»mtU9i^0ir9. 

L'ean diatilUede matricaire* r^oemment pr^parde,.ii«a poînt 
de rtection acide } mais ii en eat tont antrement lor«|ft*elle*a6t 
prepar^e depais > kingtemps. L*acide qui s'y d^veloppe ai«si 
satnre les acides, et, par sa combinaison avec la ohaax^ ii 
donne naissance ă un sel cristallisable. M. Peretti ppopose 
d'appeller cet acide : aciJU parlheniqua^ du noni spectfique 
de Ia ptonte (.Matriearia parlhemumş Litt.% et, par i:ousc- 



4I& lOORHAft Dl GHllflS ntW(WLUţ 

qoeBty de d^signer sa oomblnaisoD avec lăcbtax par lad^aoK 

ttlnariM depariMnta^ de ehătuf. 

&* Swr le principe aeiifde la digiiate» 

Epflo , M. Pereni annonce qu'il a drieea? ert, dam le ne 

exprima de la digitale pompr^, oae UduveUe aiAstance qoi a 

^chappe jusqu'ici k ratiention^des cbimistes. Cetie substanee, 

isolee de la maiiâre colorante jaane de la digitale, est yolatile 

et peut âtre dissoute dans Talcool. Ce chimiste sappose que 

ce nouyeau principe et le resinate de potasse (contenu dans la 

digitale et forniani la pârtie amfere de cette plante) peoyent, 

par leur r^union, consiitaer la pariie active de ce vegetal. 

{Nuovi annali dâlle Seienze naturali di Bologna.) 

KiCBSSITi DB GORSBRYER LBS P0IS09S DANS DBS ABMOIBES 
FERMÂES A CLEF. AYIS AUt PHARKACIENS. 

Tdut recemnient^ en Betgique, une femme a ^t^ condamna 
k mort, pour cHme d^empoisonnement sufune servante. Les 
debats firent cdnnatire : 1^ que Taccnseeavait substitui de 
Tat'setjie & une potion purgative pr^par^e au sulfate de magn^ 
sie, qui avăit M prescrite par le in^decln ; S^qo^elle avait pris 
ce toitqae dana raieliet' de son toail qui ^Isitt orfăvre. 

Le's^«(^me d6 ddrens^ adopta par cette femme tendalt k <t^ 
blir que Ie pAarmâtdeti &*^ta1t trompa, et quMI avaft litr^ de 
Tarsenic au lieu du sel purgalif qui Iui avaii ^te demăndd. 
* ii at iii dairemenf drfi^iitrţ, (mr leă d^ti», qite te pbar- 
tnaicieii, M. Geerste» dTpMa, tt'atalc pa coiiiMttre lame- 
fnise i|M VnccfMtB lui iMputah. 17a dea deMgvts de li am^ 
lotastoa previndale lint dMarer dev ant la Goor que roCdoe 
de M. Geerste ^ah b'ien ienue» et que les poieoae, soigoeoie- 
ment dtiquec^â, ^aient lenus sous elef. 

Une d^posliion pea bleeveitlaTite d'tfn pbarmaclea caotre 
son colMgae, M. Geersfe, a ^ accueillie dea sfMetaiearB 



If6e4#rr«iir. Ce pbâroiaeieii , tdmăin â Moharffe^ estteAli 
dMardr(|M M. GeerttefMiiiM/par/Wf im^reAof^ ;imif tufe 
iBlr#, «I f M MB nMUaim^nU n*Mtft&nii pai piws, Not» ib 
OMBaiMooB pas M. G,, qiii b iM joBdBA fit te mfemblr^ de ki 
mwiiiaîoD smSdicale dTpres , nom d#- wBnBlsBonfl pâs son 
ooll^e, mais nous sommes convaiocus que loiis Ies bomine^ 
deMiB mat ▼hramit peivte, hmqtflti enfendent au pharma- 
den en acciuer un atitre : ih sotit pcftiis k croire que oette 
accDsation pem 6ire le rteUaf de la coDcarreDce <m de dis- 
ttaillMiitB ^^taoMMlB. 

80i Ii*lUff BOI BV «LOBII&B BB CâkUt .DABB LBB GB8 

te BBULUIIBf « 

M« Sai^av^ de Saisi^Nicolad, Belgiqiif , â Io ă la Soti^i^ de 
midecine de Gând, une obaervation sur hb cas de brftiure 
ftenqfatt fkkirâlei tmit^eetigflârîepBr rinDierftion dniiialade 
dMM un btf B de oMorare de oban, et par PappIioBlion conil* 
BBdIe de compresBea impr^B^ de ce cMorure. 

M. Segk^ra a'^ioABejde ce qm TeBaploi du eblorare de ebaut 
dans le IraHeiieBt dea brMorea bb soit pas f^^^Blemeti sbîvI. 

Lors de ceita lecidre, ea fit obsenrer k TanieBr qoe la solii^ 
tioB frBide de drtorore de ehaaoe, iuAi g^B^aleaweBt empl6y^ 
dUM Im hApfcBK helgea. 

LiGisLÂTioM hIbico-bhabmagbvtiqM; • 
Ob m âmaU Gmmi$0 Mâkăh beige bT 15, pe«f ISU, le 
HUBgla «BitIM : 

« A AQ¥iHr»el daaa d^Botres yîOeSt loradet dleetloBs pour la 
Chaaibre deii rdp wiaeiimB tB, piuatenra aiMeciosei pharma- 
cieBB Mt iraTâflliS poti^ Ies eBAdidviB de I*bv et Fautre pariL 
Cea BiMeciBBel ptiarroacMDS B'aBraleni-ils pas mieui faft de 
t'eBtBBdre pQ«r deoMr li^Bni ? oU el cellea dont ils poirifBieBt 



Mfi iaumNAL DB Cmilll HiDICAUS, 

i.4i6peser a ceui cfenire Ies candMais^ de n'hnporte quel pani, 
.qni vpulus^cuiţ s'eogager ă d^fendre ft la chambre Ies intirte 
du .corps iu^ico:pbaMi<ieuUqiie ? Une ceiuioe de voii de 
,plua ou de moins dana la balaace n'eai pala mus influeoce dans 
Ies eleciioua. Qua Moa cMfireres ne foablieni pas mie aatR 
foU«» .... 



I I. ■ ,,i ,. jg gsp^aas ■ I i n — tţt 



m^k^iiWW 



wAjsmoAŢiomu, 

SUR LS8 8ANGSUSS, SUR LBUR PRIX BT LA MAIITAISB WAUli 

BS CBS ANNiUDBS. 

Noua trouvoua dans le Journal du Midi une note de M. Rey, 
pharmacien ă Pdrigueux » qni trăite de la fraude des sangsaes 
et des noyens de la pr^?6Dir.M. Rey propose, poor rem^dier i 
la fraude, d'eiablir : 

i"" Qiie Ies sangsiies qui pâseraient moios d'on kilogranme 
el demi le wille soient declara impropres au -service mMical ; 

V" Qu'il soit nommii dans loutes Ies villes oii se fait le coa- 
iDorce eo gros des sangsaes i des agenta charg^ de'verifier si 
qelles qoi sont sonniises ă la vente oat on non le poids dâer- 
inine, et de plus si elles om itii goiţf^es de sang ; 

Z^ Qull soii Slabii des r^rtoirsqui reecvraieni Ies sang* 
sues irop peiiies ou gorg^s, pour qne cdlefr-ci aoianc ptan 
tard 9 loraqa*elles aeraient grossies ou d^gorgiesi Tendiies aa 
pi ofit de r£tat. 

Lu prenUre proposition de M. Hey nepent Mreadoptde,par 
Ia raisoa qu'il y aurait impossibilit^, si on radopndt, de fouroir 
aux praiiciens Ies snnpnes dont ils auraienc beaoin ; en Toici 
i( s caases : 1^ Ies sangsnea nous arrîTent de T^tranger ea 
uiuiiis grande quaolit^ au)ourd*h«i qu'il y f quelqves aoato^ 
puisqu'il eii esi enir^ en France en 18d5, Aii^65&,300 1 eu IMS, 
20,38â,M8, et aenlenieul 15,224|673 enlSM» et qne ces 



DK FBâBKAGlB BT DB. VOZieOLOSIB. M7 

15|2S/^673 soni compost de ţfiro9i4$ , de ifioyMii#r , de 
ţitUei mayenne$f 

T Les siAigsiics qui noas airivent sont: Ies iăngMuH gti99* 
i«v , Ies MonffMuef ma^enneâ , ie» tangnui p^iUi^ imoyenneâ 
a Ies peUiBM. Lesgrosses sftogsaes seules tMurraient'ftlre eoh 
ployries; car Ies iangiues moyenmesnb pteeni qa^de 1 UI. 
125 gram. â 1 UI. 2Sd gram;; leu peHUi mayemuifă; de 6Uf 
i 650 gram.; 

f Lei. sangaues ae lirent pas da saiig eu raiaon de Imir 
groasenr; en effec, M. Alph: Samson a tu qae des sauganea 
«oj^ennes avaieot ttrtf 6,69 ou prte de sepi foia leiio poids de 
sangy tandw qiie lea grosses n'en araiieiit tir^ qiie 5v8| da eiaq 
fois an tfers lemr poida ; 

4* Parce qo^lfaudrait , noua le pensons, nne Ibi poar anlo- 
riser la confiacation de cea aonAides , leur mise en basaiii et 
leor veaie aa profit de TEtat (1). i 

Nous admeitrkMia la er^atiM d^iospecteurs charg^ade con- 
suter la fraude sar la naiure de lamarcbandise, d'eii dreaser 
proces-terbai et de dtrerer Ies vendeurs aax tribtmaua poiir 
qu*il leur soit foit l'applicatira de l'article U5 du code pdnid. 

La question soulevto par M. Rey est en ce moment pendante 
devani TAcademie royale de medecine, qui a ^t^ conanltee par 
le ministre sur cette fraude qoi lui a ^le signaMe par M* Mar- 
tin , quiy Iiiteat le commerce dea saagsues , veat je fefre loya- 
Icmeat. I 

soK LA Baxrania bt sub la vraBti db «b niUbtir. 

On sait que la dextrioe est mainlenant employ^ dabs Tusage 
medical pour enduire Ies bandages employ^ dans Ies appărdils 

(I) No«u,euMJon9iuieui aim^ qu*«n pat cooflsqu^ ces undides, atcc 
1^ p<>«sibiliu* de lea livrer aux bureaux de charit^i apr^ leur d<*gorge- 



k MMieii , el qu'elle d«it şar eoBstfqwat se irmnrer dans ta 
offlcines des pbarmaciens. Mais ce que le idiariBteîeai ăok n- 
T0ir» e'ese qn'il y a de tai bonm et de la maavaiae dmriie. 

Mont «Hens iodigiier ies caraclAres qiii p^mem penieMn 
de chotsif ce prodidt. La dextrâie de bomie quKtda nae ukm 
qni lire l^gtrenent sar le jaime^ eUe a «te odevr doaeeltn, 
pâHiculidre et cftractMstiqne, one aatevr sactde ivtoHtfr» 
qote; elle ne cr^pite pas sous Ies doigts comine lianiidMi} 
kMTsqW^on tai nahRe aiveo de Fcai»*de^iey elle ae<piiere li coa- 
lenr, fai eoaakaniee et le pdssant ăă nttlf el eo diendaat m 
ndhiiige d'aae sMflbMteqnntitd dTeaa elMiiide^ ou a «ne sol» 
tioD qai fdult d'we propriM afglQtiMtiTe tfâs>*aMh|iide. 

La mauvaise dextrine est plus blanobe^ nouţa aaerăei dta 
er^e mui tea doigts presqee oemm» Famidte; «ve6 TttB 
froUtef elle est toot ă fait iaipropre ă foHmb «ae selatias 
agglutîDative. 

La dexiriae de boane qaalM dtfayde daas Fean» puia trsllee 
par Teao iod^ey pread ane teinie roage^-Tlneax oa pelnre d'ei* 
gnott. La deiirine de mauvaise quaUcd prend ane teiaie d*aa 
Ues^ioiet qntiâdikioe la* prteaee de l'aaiidon. 



ana ii'aii»bai nn la katiJuib c<»x>bantb du »bttoi.agc4 ai- 

«▲ana^ tonn 0014OEW us Tina- 

Ua de «oa aj^anois nona demniNle si Ton e^ut t aaaa coaue- 
Yenir ă la Mgislaiion, sans se rendre passible de peines, se stf- 
¥ir de la awiire colo r an ie do pbyiolacca decandra ponr col<^ 
rer laa fitş] il^ae baser ponr faire ceue qoeştip^ysur TarUcie 
anifant iQsdr6 dans un journal scieotifique : 

« Le pi^fflQla^ca de^anţffaf volg. rauin if ^m^Mf «#, est 
o r i g inai r ed e Ut Y irg i nia . C el l e ptainte hiiA introdnite^enl770» 
l^ar Ies m6ideă^ de CarbdiiiettTi dans Ies environs de Bofdeaax, 
ponr ţ £tre empibyte i colorer Ies vins. Les oiâeaux, eo man- 



BB tSAMUClB BT BB TOIIOOLQGIB. M' 

geant g6B ftvks, Mt transporta etttA plaote dMi6 toal le Midi 
delaFnmee. » 

Notts r^pondrons ă la questfon qai notts est po6^ : V Que 
DOiis mijoi» qve le tio, po«r qo-'i! n'y tH pas fraude, deti Acre 
colortf par tai matiire eolorante ds raishi ţ V qae Ies baies du 
pbytolaoea ne doiveoipas âire eoipfloy^ k eet asage. JSois sa- 
1008 qa^etles oBt M enploydas ea Porlogal, iHaîB aaas 
MfOBS ea ooftre qae la eotoratien dii Yîa par ie pby uriacea^ en 

aMraii la qadiid : aassi it^il ordevad de sooper <es ptatates 
amt la floraisoii, peof fam eesser la fraode i Z"" qoe Ies bales 
oe doif eat pas toa eaipley6es, paroe qu'elles donaent aa yId 
tfAofi pat ell^ d^ propriei^ pargatives. 

Le phţfolaeca decandra foumiit, d'aprte M. Bpaeenaoc, uae 
telle qaantlt^ de potasse, qnesa caltore poorraU Aire profta* 
Ue i celai qai s'ei> occnperait; en efTet, d'apr^s oe savant, 
50 kilogrammes de cendres de phytolacca ont fourai 83 kilo- 
p*aiDoies ăciotfti reaferuani 2ţ kifograBifljffs de potasse pare, 
ei que de plas an ponrraltf 1** pir M fleiraiemation et la distilla-* 
(ion> obienir des baies de phytolacca du Talcool qui pourrait 
ttre employ^ dsBls Ies afls ; y cbairf fer le fiwr avec Ies tiges de 
cette plante. 

■B-^-^— aiB—aii^^iB^i^Hli^BaMaaMai^B^iaiMMa^B— Ma^^^Hnv^ii^^^^^^^B^B^i^K^l^^— ^■Boi^H^BM^^BaBi^'^Biia^^^aMK^ 

^MaB_aai^_aaH«_ii^^^— WH^^_i_^_*^^viaBaWi^a^»^Mii— ^BiaiMaaH^i^M^i^^B^»ai^^>^— ^-••^■— >— o^B^Bia—B^-^nĂ 

FALSIFMAJrtoB BO tâWPMUi MOL LB 8BL AMMORIAQUB. 

H . Ol. 6ofi& I Ipharmacletf ă BmieUes, a adress^ ă la So- 
dAd de pbainnaeie d'AdTMtr aM nAM 0ut te fiOnfUfoUon du 
^fHphn păi^ 90 âăi tf miii 0iM0f M • 

NoQS ne connaissons pas ia note de M. Gorîs, niais lieaa di- 
ams : 1* qufH est trte flicile dd recoanaltre par la po- 
U88e, la sonde ea la cban , si le caaipbre contient du sel 
ammoniaqne ; S* qu^oo pourra s^parer Ie camphre du set am- 
DODiaqne par reau, qui ne dissout qne des atomes de camphre, 
taadii qu'elle dissout parfaiieaieat le sal aoMBoniac. 



&Ă0 lOt^lOf AL HI CHIIftB «tmCALB , 

N01I8 dMrerioDft savoir si le campbre qm est mtU de te 
ammoniaque est le camphre sublima ou le eanphre e 
poudre (1)? 



SOR LA FALSIFICATION DBS POUD&BS BB GBRTIAIIE. 

Mons tTonSf'dans l'ttn des numiros ăa Jaumal de ekM 
mddieaUf signal^ la fiilsification des poadres de gentiase c 
noos STons dit que M. P^kier de Doui, Maine-ei*Loire, ani 
reţu de la poudre de geniiane coBteoant de 26 ă M pour lOi 
d'ocre jaane. M. Davalou» pbarniaciea 4 Lyon, vieat de ooa- 
stater la^mÂme falsificaUon : ii a trou?^ qae celle poodre qe 
Ton trouve dans le comnieree de Lyoo, provient du departe 
meni de la CAte-d'Or, ou on le prepare, et eonUoit 50 pour IM 
d'argile ferrugineuse, d'ocre jauoe. 

Ne sei^ii-oe pas le cas d'appliquer aux vendeurs rartide W 
du Code p^nal ? 

BSSAIS SUR LBS BAUX limtBALBS. 

La laîMiii det tnax mlneralet «t lerene : 

apret tant de aouffnncet, tant de mediobâiii 

inAractueusement anbies, lea pannet laabtki 

' iroîMit lotee^ea joarad'eapniMadMi ritlciM 

k» itamaît. G^Baoi. TonKi. 

Ou a pu coBStaler que Ies eaux mindrales naturelles ga<ris- 
seni un grand nombre de miladies; mais ponrqiiei las goM- 
seBtrelles? 

L'impossibtliti de i^pondre k ceite qnesiion demontre po- 
siiiveuent ia nteessM quHl y aurait i"* de faire de nonvetles 

« 

(1} On dit quc U Sociali de pharmacie d*Aii?ers publie on Journal de 
pliarmncie : II srraft utile qii'elle ftt an ^change de ce jOBroftl contre k 
Journal de ehimh m4dic0f€."{jlvis au Mucitur^ ) • 



ra * MAillACtB- 1» M MVOMMIB. kbi 

ncherclM sur Ies eau min^rales; V de faire ane bisloire 
compKie de ces etitx (1) qiii, pCMtr de certaineft localit^Si pea* 
▼ent âire ooittidMes oonmie le phia sAr moyeo de donner l'exia- 
teace k one grande panie de la populadea (2). 

Les reciierches ă faire aur Ies eaax mia^ralea ne peutest 
tlre biies qae par les soins et avec le concours de rAdmlnis- 
tntion } en effet, que pourraient faire quelques cbimistes, quel- 
qves mMediis qoi passeraient oa ou deu mois pour examiner 
et analyser les eaax d^nne localii^ ? Us passeraient lear vie k 
Texamen des eaux min^rales qai existent en France, sans 
pooToir rien faire de cpmplet (8). 

II fandrait, pour que l'analyse des eaux min^rales de France 
pât ttre faite d'une maniere couTenable» que rAdmintstration 
(etcette d^pense tournerait au profit du pays) cr^ftt une^ole 



(1} II sera imposrfUe â un aaleor de faire ane hJatoire complete des 
crai mln^ales, et de la foire imprimer k moins de coorir le risqae de 
d^ser «Be somne ooosid^rable, ponr ne pas rentrer danslce d^pen- 
ses. II OQt aviont Tonla tenter cette entreprise ; maia noas avons M forc^ 
d^KBoncer. 

(t) On a ^ubll par des ehilfres que ks sommes laissto en France, dans 
M8 ^Ublissenents d'eaaz mtn^ales, s'â^ent, ann^ conunane» de II â 
1) ailllooa de francs. Ges sommes doobleraient si nos ^tabUssements 
teient tenna d*one manile plus confortable, si Ies moyena de s'y rendre 
^UMBt pios facilest si les Toitares ^talent plas commodes* 

(3) Qaelqnes personnes pensent, d'aaires disent qae l'analyse d*une 
ean nindrale e9t nne op^ration fiieile, qai se fiilt en pea de lemps. Noas 
qai Boos sommes oocap^ de ce genre de recbercbest noas crojons qae, 
psor biem faire oue aaaljse, ii ftiat employer an temps eonsid^rable, ne 
V» ^re ptessd; II font, qoand on a fa, reroir encore. II est Trai qa'il est 
des ansteurs qai s'imaginent aToir fait ranalyse d'ane ean parce qu'iU 
nt ritiU rteblissement, qa*ils ont goAtd l'eau, qu'ils ont fait qaelqnes 
op^iencct ă Talde do thermomMre et des r^aetifs les plus asitds. Qn 
«eţsit qodie peat «tre la Taleor i'spalyses fUtee poor ainsi dire â ia 



A4i IMMIAL M QBIBIK HâlMAftt, ' 

de jennes ohioBisies ex«rc<8 k Vnăt/m. Geite isolA» dhi|h 
pftr aoe cooiniifisioB de cUmliiee apifiţatmti^j choiiiidaiitle 
seio de P Aoadteîe des scieiioeB el de rAetddnie voyile de ni* 
decine, et qui peorref i Alrş aoMpesde de MM. Oums» Giy* 
Lassac, Mouie, Tbeeard» OsBtaiHilenrf (1) at 4Vui |del«|ie; 

(1) Parmi Ies chimistes qui se sont le plus occnp^ de rezamen de 
eaax mlndrâles, on doit dter M. Henry, ehef dts trafaat ddniqeM M 
rAcad^mie reyaie de oi^eciee* Qe eafaat a Mt fratnltwifit el par le 
ordm de FAoadtele»dea traf a|»s ^el «enl iiewifiyeţ. Telcf fe qiiei|se 
BOU le rteipiS de oea IrşYAQXr 

jânafyses imporiantes. — Eae d*Efaiix OCreiue), 7 aoitrces; examen des 

oonferTes : iode, Eau d*Enghien, b soarcee. Eaoz de Yichjy de Coiset, 

d'HauterÎTe, 10 sources; examen des conferves : iode. Baa de Boarbaa- 

TArchambault, 5 seurces. Eaa de Ghalles (SaToie). li» de MetcMtiic 

Alg^rie), % soorcca ; examen des fncrealatlens : ammc. Bae de f erce 

(Seine-lnf^rienre)» 3 aouroes | examea dea ddp6ta ictâmate» Ean de Paaq 

(Seine), 4 soarces; formations aallarcaaea. Eae de Oateeoîi (Baa-âliiB), 

2 sottrces. Baa de Yie-soMlerre, x aoaroea. Bau de lJMiette4ea*Buas 

(Is^re), 2 sonrces. Eau de Bessang, 3 aoarces. Baox de Biaenolt (Loiire); 

exameB des coaferres. Eaa de B^ris; examen des ooefer?ea; Mc. Baox 

des Pyr^a^s ; ^tat du soufre; examen des confenres : iode, Eaa de Gras- 

Tilte (Bare), Mâ et/er. Bau de Ordoeto, 1 aooroas» laa de U Golabe 

(Solsae). Baa de Sail-aeas-;€eaMB. Eaa de Balel^Geloiier. Baa de Poe* 

gmea (Vf Afve). Baa de Ojateldee iAUid»), $ aoarces. Baa de Sainl-Xec- 

Uire (Pay'-dedMmel » x soartei. Bau de POfiteilMad iidţm) , a soercek 

Sulfhydrom^trie^ Mannel d'aealise d'eaox adeteles el prooddds diTcn, 

pobli^, etc. Baox de la Seloe, de la Marne, d*Aicaeil, des Prde-Saiatr 

Gcrfais, de Oreedlc, da canal de roaroq, S (iraTalien traln). 

jiHifyse$moimiimporimmi9s. « Ban de Blo. Baa de BiUMAi» 3 Morce». 

Ban des lles Philipplnes (Maniile). Ban de PWngea» prte Arpajea. lae 
d^iol Qs^re). Ban de Gaditao. Baa dea pnits ftirte arUaleee de fiaia»- 
Oaen, 1. Ean de Salnt*Amand et Boues. Ean de Barbotak et Boeea. Ian 
de Satl-les-Châtean-Morand. Ean de Preisdriscball. Baa de Seltx, csm- 
paratîTement. Ban de Sainl-Honord: ddp6ts, conferves« Iede. Ban de 
E6bdnac. Eau de BxgnoHes (Orae). lae de Bagccxi el de leadeen (Aile- 
magne). Ean de la mer, ele., etc. 



der4coie Im bu^FW^ ^ euiploy^f les^^xp^ir^eoces k fai|r# pour 
aamijMr lelle op tejle loiurce ei poiir arriyer k %ş faire una 
boime anal J8^ (2)^ 

Si una «anţblabla icoUi il^\t 4iabl|e, şlle fericii prograaaer Ia , 
umţe ai q^ nş y|ffpf)raii pai fi^fs ^ira f i|f <fa k^ii^ ţ^^ţţur^lr 
Uşşanift^i 0a^ş 9>9ţifi^Uf9 mf ^eoid^ţ^lhş^ «ua Ies eaw 
oiaiiralaş pir^p^r^ d!app^ Işs şi^lyşea poblj^, nţ aoifl 
baiuei i rii)^; ţ^u effişfi &i leş ^tpalyşeţ des ^nx oMpi^rşţfsa ppr 
bliees soot exacies. Ies eaux artificielles pr^partea fMpI^ 
nmt^ d>pr^ aeş 99alF«^> şpr94ţ P^î|^» 4i ceş f qHlyaaş ş^nt 
a» cootr;iire |qţif)cteŞ| l^a eaux pr^psir^eş 4'^pr^ pea npfriyaea 
a'aoroot paa de valaur* 

Noiu ne pepsopa paa pepeiidpnţ qv'op patsşe j«ma|a ţepro* 
daira/ţ^^lffyMmleQ eaw nipAnilaş naiproU^i Rvco qa'U eat 
des principaa qoi iţcbappenţ k ranalyap ; naiş ce n'esţ pas un^ 
raison ponr repousser Ies eapx qi|i coniiepifrQDţ la plupari dea 
priocipes qui donneat de la vul^pr ţui; eauf piţp^les natu- 
relles. €'est aux mMecias k en eiudier Tusage. 

Uae foia qae T^le pour Tanalyae dea eaux minărales aerait 
teblie^ U foudrah que Ies ^lâven de eeue ^eole s'occupaaşeiit 
i* de rechercher quellea aont lea cauaea auxquellea on doii aw» 
tribaer la min^ralisaiion des eaux ; V s'il existe des dilKrencea 
eotre Ies eaux min^rales froides ec qui sont chauSlies ă la tem- 
ptemre n^essaire pour adipinistrer des baiosi ei leş eaux 
theroialea naiprelles, ei queiles sopi cea diffârepces şous le 
nppori sindical? t" ai Ies eaux qui contienneni do aulfiire de 
Mdian el qa*on a appel^s eauw mimirmhâ naiutâlU»^ se mii 
D^raliseni de la m^me maniere que se ferment Ies eaux qu'on 



(O U aciait «Itta qne Ies ai*?ci| uşiMş d'aa gtelofna, tişUaşscallas 
Uhk ti iassnt 4m aaalyiM dAM tos loodf tis aft sa tvasf tal Iss şaaiceş» 



hhh iOtMAL Dt Cnilltft UtotGALB, 

a appel^es €auw artifieielUă faiUâ par la naiur^f ou Im eu* 
core eatup aecidentMes naiu reUes ei qui sont mlB^ratistoptr 
des hydrosulfetes de chaux, de magn^ie de potasse. Nom som* 
mes port^s ă le peoser ; d'aprte ce que noos avons yh, eu efet, 
aotts avoDS pa coostaterque des soluUons de sultele de sonde et 
de magn^ie op^r^es avec de Teau de Ia Seine, tenail eu disso* 
hition des matiires organiques, passaient k VitMt d*eanx hj- 
drosuifat^ avec nne grande rapidît^ ; c'est donc ue qaes- 
tion qui , quoique r^lue par Ies faits , mârite no sărienx eu- 
men (I). 

Mais pour Tavenir des eaux min^rales, pour TaTenlr des Io- 
calit^s oii elles existenţi ii faudrait eu outreqa*eaBitoeCeo|M, 
qu'on ^tabliraii. une ^cole pour Tanalyse des eaux fluuMes 
oncr^&taussi une commission m^icale snpMeure k laqueUe 
on soumettrait des quesiions d'un haut întărât et qui jusqolci 
n'oDt pas ^t^ abord^s d'une maniere franche et netie. 

Ces questions pouvaient porter 1* sur Ies eaux ou Ton poo- 
rait envoyer ăepr^filrence Ies malades aiteints de telle ou lelle 
maladie (2). - - 

(1) It fiitdrtit prat-etre encore qae rinalyfle des'easx mMrales ttt 
Mte d« diz en dlz ans, poor savolr al cea eaux o«t chang^ de sa- 
ture. Ea effety nona afona'ta qoe la aooroe da Par» â Chaodcs-Aifiio, 
dooae par aa 209,188 kil. de aela aecs ; ii est probable qae oes 309,188 bl. 
fbrmaieot ao baa salin qal a pu ^tre dissoas, et soas lequel poaTiit st 
trouTer ua deaiitoe bao Gonteaant d*aatres sels. 

(2) Nous dlsons de pr^f^rence, parce qa'il ttoos est dtooatr^ qoelV^ 
tioo des eaux mln6ra1ea ne a'ezpliqae pas, poar la plapart da t«Dp9« 
par Ia natore des prjacipes signal^ par l'aoaljae. Eo eflet, ooos aieos 
To des eaux min^raies, cellesd'Aix, de Cbaudes-xâlgues, de UChaMctte, 
de Vicby, de Plombi^res» etc, etc, d^terminer des ga^riaons qui ne 
pouTaieat ^tre atlribute aux princSpes d(!couTerta par Tanalyse. Seloa 
BoaSf Josqa'icl la chioiie» «ppliqa^e â ranaiyae» &'a pas Adt taot ce 
qu'Mt povTăU Uk% et U est probable q«e piaa.tard l'aaaHwe ierad^ 



S* Sar Ies rfeultats obienos de Tiisage des emx miu^rales 
qui se trouYent dans Ies 86 d^partements. 

rSor Ilnflaence que pettvent avoir pomr Ies malades le chan* 
gemeni d*air aaquel Hs s'expoSent en se rendant aax sources. 

V Sar rinfluenee que peai avoir poar Ies malades Tabandon 
des aAiires. 

5* Sar l'inflaeBce que pea?enl avoir sur Ies malades Ies amu* 
seaienls que Ton peui se procurer aax eaux. 

^ Sur la possibilitâ de faire osage des eaux minrfrales natu* 
relles ă d'antres ^poques que celles habiiuellemeni employ^s 
poar prendre Ies eaux. 

La premiere de ces questions, par sa solation, ferait cesser 
Ies luitea qui existent entre de certains ^lablissements, luites 
qai se font ă coup de prospectus et par des on dU^ luttes qui 
ne soDt pas toajours trte-loyales, puisqu'il s'agit d'^ioigner de 
telle ou telle sourceles malades que Ton veui attirer dans une 
aatrelocallt<(l). 



cooTrlr, comme ceki est arrM de nea Jonn , At^ corps qui , comme te 
hnm€t i'iaief taeidi erimiqM^ tic.; qui a*<taicBt d^robte aQS recher- 
ehc» de Bojles» de Dnclee, de Bourdclio, de NârirefT, de Rouelle» de 
UonBet, de nergmann» de Geeffroj, et d'an grend nombre de ebUnUtea. 
(f ) Parmi Ies eanx minâralea qui ont eu k lutter contre lea on dit qui 
dcfaient lea faire consid^rer comine iDefflcaces , on doit placer en pre- 
■tMrelIgne lea eaux d'Bughlen. Cea eauv, dtora?ertea en I7e6« par Te 
Fere Gotte» cnrd de Nontmorency, n*attirent le public que depnia que 
r^tabliteement a M dirigd par N* Boiiland; maia cela a'explique par lea 
dirca r^ndua aur cea eaux. Ainai » on diaaii que cea eaux ^talent tr^»» 
fiiblca« qu'ellea n'avaient poiut d'cfacacit^ i on a mtoe tX€ Joaqu'â dire 
qu'eilu eiaient priparits artificiethment. Ce dernier propos a'explique, 
poiaqu'ellea ont M daaatfea dans lea eaux accidenteiieSf dana ies taux 
maiurtUes que la maiwe pripare par artifiee. Quoi qu'il en aoltţ cea eanx 
noua ont d^i? rd d'une maladie qui n'avait pn €tre gndrle par lea eaux de 
Vicbj, ui par ceUea de Bonrbonne^lea-Baina» 

S* sinin; 11. 94 



64$ ioiiâii4L OK cmiiA mtmMhmţ 

Oa pourraii demandcrâ la coauntisian d'exâoiuier tet nt- 
lades qui se sont rendus au eaux sulfi$e0u$p$ frMsş^ qaî sont 
cbauffltea pour Avte adminiairte ea baiasi ec qai «Mi guMi, 
pour ^tablir qu'ib seni Uen guSris. La oominisBion avaii i 
examiaer ies maladea qui m rendeai k Engbieft^ ăUriage(lBire), 
ă la Roche-Posay (Vienoe), ă Gamarde (Landes)» 4 GaiUoi 
(Doubs), ă Trebaa (TarQ)i ă Puzaicbello (Gene)» * Labwiire 
(Hauies-PyreoD^es)t oili Ies soarcea soni ă iV^b^ k PioaCi oi 
ellcfa n*0Dl que iV 70, etc^ ete. 

La qaesiion de aaToir ai le cbangenaBl d'air ett «ne ta 
causes influeotes de raction des eaai nîDJralef » est dW 
gnmde iioporUBoei et nova penama ^'eUe narile m «aiaea 
approfandi. 

Celle de savoir si Tabaudoii et râoigoemeat dea afliiMs ait 
iioe de ces caosea qui ne me paraU paa auasi facile k răaoodrt. 
£o eiEet noua avooa TiaiUi lea eaux d'Ai» (Itoiieliea-te^RhoiieX 
de Baius (Vosges), de Balaruc (H^rault), de BtHirima^Laaflf 
(Sa6ne-ei-Loir)» de fiourbon-rArcbambaal (AiUer), de Boor- 
boDoe (Haate-Maroe)i de la Cbaldette. (GamaOt de CbAiaaa- 
]ieHr(P«y-de*>D6inie),de aiaieldoB(Piqhde^DtaM),deGha«dc»' 
Aigaea(Gimtal), deCiermont^Femiit (Piiy-deDAme),deC(m* 
tretefine (Yosgcs), d'fivaax (Crease), de Fdrges (Selne-Infi- 
rîeure), de Forges (Seîne-ei-Oise), d'Hanierive (AIIier)| de 
Luxeuil (Haute-Saâae) , du Moai-d'Or (Puy-de-Ddme), de 
Iferia (Allier), de Plombi^roa (Yoagea), de PiMiguea (Ntivi^ 
de SaiDi^Marie (Gamal), de Sain^Mart (P«y^ie-IMne), de 
8aiiit<^ectafire (Puy-de-Dditie), de Salnt-Pardoux (AiKer),de 
Vichy (AlUer), de la TroUîfere CAIlîer) (1), et dans louies ces 

(4) nou tTQBt ¥blt6 ces eaox lorsque nous aTlom tid^e de puMîer va 
SHeti0knmire des Eătis minirales. Oaire ces tSMX, aons eu avMâ to qei 
•»«leat eflicaees , auls Hles soat pea eoamies , ^ ne sont ttttfiMi^ 
qae par Ies habiUats des loealMs oik^ eUes souMtat. 



locâlitds nous avons reeoDOu que Ies honunes qui ont quitiă Ies 
affaires poor subir uo traiteoiejit sooţ, 8auf qaelques-uns» fa- 
tigu^ de ne pas savoir, Qomme ils le voudraient, ce qui se fait 
pendant leor absence, si laurs ini^rdts sout n^glig&, eio. J'ai 
tq i Bourbon-rArcbambauIty un n^goeiant de Lyon qui atait 
tona Ies jovrs la fl&vre, fiivre qui cessaH lorsque Ie coutrier 
iVkxi arriv^S. 

La qaaadon dea amuaeqents wax eaux sera bleutdt i^solue. 
Saaf qaelqtiek dtddilisseineits, tx Ib seni rarest oh Ton peut 
troQVer qnelqnes iostmts de plaisir, ii b'eiiste pas daos Ies lo- 
ealiiis CVI Ton prend Ies ean ea France, des moyens de passer 
agr^ablemeiit son lenips; ceia est si vrai, que prenant Ies eanx 
daas une viile ojk J'avais de nombreuses donnaissaoces, je trou- 
n\% enoore des henres entlires oii J'^tais assailli par Tennul. 

La question la pliis imporiante, selon moi, ă traiter par la 
commission, serail celle de saVoir si Ies eaux min^rales peu- 
vent £tre administr^es en tous teinps, et si Ton peut oblenir la 
gu^rison des malades ă d'anlres ^poques que celles qui sont 
designâes par Ies mois saison des eaux. 

Deja cette question a ete le sujet de publications. £o effet, 
00 trouve dans \e Journal de Ferdun^ mai 1731, page 328, 
une lettre de M. Marier, seigneur d'Odival, leitre qui a pour 
bai de d^montrer que Ies eanx de Bourbonne sont aussi salu- 
taires pendant toute Tannăe que dans Ies mois de mai et de 
aeptembre. A cette lettre sont jointes Ies observations de rhu- 
maiismes et de paralysles gu^ris, borş saison, par ces eaux. 

NoQS avons SU| ă N^ris, qiie des traitemenls borş saison 
avaient r^ussi. 

On aaH de plus qu'aii grand ^blissement de Yernet^les- 
Bains rătablissemeot est cbaiifl6 et qu'avant ei aprâs la saison 
11 regoîl ^aspensiiiDnaires qui y ifOUTent le bien-^tre 



M8 lovAKAL M CHIM» vfoicixi ; 

et la sânte. Noos avons vn madame B. qui j iisAt en marş de 
celte ann^e, mois qui a ^t^si froid, et qui mal^n^ celaaeti 
sinon gu^rie, du nioios soulag^e par 8od s^joar ă ces bains. 

A Vernet-le»-Bain8 (Pyr^n^s-Orientales) c'est avecletrop 
plein de la source principale sortant immMiatemeot de la ro- 
che ă une temp^ralure de 58*» qu'on a cr^ an syst^aie de 
cbauflage dans le bătiment des anciens Thermes, oft te 
ironvent pr^cIs^meDi tons Ies moyens caratifs; des tajauxen 
zinc remplis d'eau chaude contournent Ies ehambras, corridors, 
salonsy pas perdus, etc, de maniere k procarer i ces locan 
une lemp^raiure douce et toojours ^le, de 18 ă IV ceoti- 
grades, ce qui permet anx personnes Ies plus malades de teoir 
se faire traiter dans Ies temps Ies plus rigoureax. 

Nous rappellerons qu'ă Cbaudes-Aigues, la plupart des mai- 
sons de cette viile sont chanffees par l'eaa de Ia souree du 
jPar qui est ă Sl^ceniigrades; celle source, endt^, est conduite 
dans le rimontalou^ dans Tbiver elle ne se rend au remonta- 
lou qu* aprâs avoir parcouru Ies maisons qu*elles doic chauffer. 

Nous avons vu sur nous-m£me que borş saison Ies eanx mî- 
n^rales 6(aient efficaces. En eflet, ayant besoin de nous soih 
mellre k Taciion des eaux, et forc^ de ne quitter Paris qu'eo 
sepiembre, nous avons pris la plupart du temps Ies eaux ă des 
^poques oii tous Ies malades avaient quiit^ Ies ^tablissements, 
et toujours nous avons ^prouvâ un noiable soulagement de 
celte praiique, et cela malgr^ le froîd, la pluie et Teunui. 

Si Ia question que nous soulevons ici ^lait ricine d*uDe 
maniere afBrniative, Ies avaniages qui pourraient r^suUer de 
Tadministration des eaux en touies saisons seraieot Ies sui- 
vanis : 

1"* Les malades ne seraient pas expos^s i sooffrir peodaai 
huit mois de Tann^e en aitendant la saison des eaux. 

V Les malades pen fortnnes ponrraient profiter des wwri^ 



hE PHAAMMilI BT Dl TOXICOLOGII. A&9 

iamm » des saisooft oii Ies occupatioiis de natore diverse ne 
rJclsmeot pas leur prunce, pour aller chercher, eo faisaot des 
dipeoses qai seraient ă learport^, ud sonlagement que, popr 
la plupart da temps, ils ne peuvent se procnrer, l*^poqae de la 
saison des eaux ne leur permeltant pas d'abandonner des tra • 
vaux qai doivenl £tre fails ă ^poque fixe. 

3* Un grand nombre de malades qui n*obtiennent pas tout 
ce qu'on peat atlendre de Taction des eaux» parce qu'ils ne se 
soigQent pas convenablement pendant la saison des eaux» en- 
traioes, par {'exemple, ă des fatigues qui r&ultent souvent de 
promenades longues et mal calculâes avec leurs forces, et parce 
qu'ils font des ^ris de r^me ă la suite de ces promenades, 
seraient forc^ de suivre un traiiement r^gulier qui, aidani k 
l'kciion des eaox, amineraii la gu^rison. 

V* L'administration mililaire pourrait tirer un grand parii de 
Tusage des eaux minirales ă une ^poque oh Ies offlciers ei Ies 
soldais n'ont pios ă assister aux exercices. 

y Les populations o& sont silu^ Ies sources se ressenti- 
raieot d'one maniireavanuigeosedece mode de faire, poisque, 
hore la saison des etax, ces localit^s deviennent d^erles. 

On noas objeciera, 11 est vrai, que poor qu'une parellle me- 
sure paisse £ire mise en asage, et pour que les eaux puissent 
^ prises horssaisanf ii faudrait que les ^tablissements fus- 
seat dispos^s convenablement et que pour cela ii fftt n^ces- 
saire : 1^ que dans chaque ^tablissement, ou trte-prte de cet 
iiablisseinent, 11 y edt des chambres ă la disposition des bai« 
gnears; S* que daus le second cas les baigneurs pusseni eire 
aDien^s dans des cbaises ă porteur closes ou bien cbaoffees ; 
S" qoe les baigneurs pussent au soriîr du bain se rendre sans 
eprouver aucun refroidissemenl dans un salon chaufiecouvc- 
sablementi afin de ne pas 6ire expos^ au soriir du bain ă ooe 
variatioD sid>Uede lenip^raiore i A* que dans qaelques cas, ct 



459 JOinuTAi. ns caiiin iiibUSAU, 

cela d'est d^jă teit, que le malăde pit ptendre son baiu 
sa chambre* 

On dira qne poar faire tous Ies Am^nageiiieiita n^cessairei 
cela seraitcoAteux, noas r^pondrons qu'on ne fait riea poar 
rien, et que l'argent d^pens^ en travaux ntiies n'est pas de l's^ 
gent perdai c'est de Targent distribuia aax ouYriers qui k leur 
tour en le d^pensant, le verseat dans Ies mains de cenx qui leur 
fournissent Ies objets n^cessaires ă la vie. Cet argent retoarae 
ă la sonrce primitive ; nous pensons, contrairement ă nn graad 
nombre de personnes, qn'il est n^cessaire qoe Targent qaere- 
ţoit le riche soit diipeus^, pour que l'onvrier puisse viyre bono- 
rablement de son .^tat, et pour qn'il n'ait pas recoars ă la cha- 
rit^ pubitque. 

On conQoit qu'il serait facile dans Ies ^tablissemenls dier- 
maux, de faire usage, comme on Pa fait au Yemet, de la cha- 
leur des eaui pour le chauffage des locaux destina anx malt- 
des. Dans Ies autres, Teau qui aunUi nervi m$» haing^ ean qai 
est ensuite perdue, ponrrait £ire utilis^e pour le chauffage des 
diverses pi^ces de r^ablissemeai, et eela sans preaqueCiireiie 
d^penses. 

Ifous anrions touIu, et nous en avions parid i M. Boulind, 
p^re, qu'ott essayăt ce mode delbire ă Eoghien ; ii me eenbto 
que l'on aurail pu ivMxt dans eefte loealM une maiMH ib 
$antS^ oh Ies mMecins de la capitale anraient pu en^i^er leen 
malades et oft, eo toate saison, on anraii pu Ies aonmettre i 
Taction des eaux. La facilitd qu'on aura de se rendre dans eetu 
localltd par un cbemin de fer, permettrait aux praticteaa d*Mler 
▼cir leurs malades. 

II me semble que si Enghien recerait cetie deatinatioa, on 
verrait acconrir des diffiirentes partfes de Ia France et de 1'^ 
tranger des malades qui pourraieat et coasnlter Ies mddecist 
Ies plus distingu^y et se soumettre pendant tonte fanade i M 



Dl MAAMÂCtt CT M TCQUOOUMII. ftSl 

triimaMit 411I, dans «1 trte-grand nombre de cas, turait de 
reflcaeitd. 

Les opinioM qae noua dmeitom ici doivent, selon oous, 6tre 
le sQjet de recherchesi d*exp^rienees. Cest ă l'AdniiDîsiratîon 
i les proToqner et de vof r si elles pea?ent 6tre mises ea pra- 
tiqae. A. Chstallieh. 

SUa LA VKHTB DBS BAUl: MlNiaAtBS NATUBELLES. 

V\m de DOS coll^gues ooos a demaud^ h qoi ii devrait s*a- 
dresser poar se procurer des eanx mio^rales natorelles, pou- 
?aBt ture Tendaes avee s^uriui et provenaat d^une origine 
certaine. 

Nom r^pondrons ă ce coll^gue qu'tl peut se fournir de ces 
eaoi k VEnirepâi des pharmaeUm , rue de$ BiUetie» , n"* 5. 
Roos alloiis en quelqaes aiots lai fliire eomiatire l'in^titution 
de eei entrepdt , qoe tons les pharmaciens doivent conDatire , 
pQisqn'ils pourront s'y approvisionner atee certitude de satis- 
faire ă la demaode du mMecin qoi veat areir de feău natw 
rellej ei non de Teau imiiant Teau naiurette, 

Eo 18&1 , pittsletirs pharmaciens de Paris se rdonireni poQr 
formeTi soqs le nom de SoeUtd hydromMieale^ un ^tablisse» 
meoi pour la vente anx pbarmaclens et au commerce de la 
drogaerie des eaux min^rales, naturelles. La mort du gerant 
de cette Soci^t^, qul survint an bbut d'nn an, amena sa disso- 
Indon ; malselle se reconstitua aussitAt sous le nom A'Entrepâi 
dei pkarmaeiene du dipartement de la Seine , et sous la 
directioa de trois des anctens socidtaires, MM. Pace , Blon- 
deau et SBBBADE1.LE, qui en ^ablirent le si^ge rue des Bil* 
iettes, n*S. 

Fkire rentrer dans le domaine de lâ pfaarmacie cette branche 
si importante de la th^rapentique , offrtr aut pharmaciens de 
la France toute Ia garaniie qu*its peurent dMrer/'et lear 



U^ lOOâllAL »B CUIUB lliBl€ALI, 

donner la certHude qoe Ies eaox qui leur seroQi ImieA soni 
tirees directement des sonrces et o'oot subi aucone aUiratioDj 
tel esi le bat que se sont propos^ trois cQlligaes d^ă coodiis 
par un long exercice de la pharniacie. 

Les pharinaciens paraisseot, eu pârtie » atoir compris llm- 
portance d'ao tei ^tablissement, qoi a d6jă puissammeni cob* 
tribul ă donner une extension consid^rable ă la venie des 
eaux mio^rales naturelles par les pharmaciens, tandiş qa'il ; 
a peii d*ann^ mime ce d^bit de m^dicamenis, dont pea de 
pharmaciens s'6taient spteialement occop^s, diait livrd k di- 
verses personnesqui, enUdrement dtraogires a la phamacie, 
ne pouYaient prdsenter toutes les garaniies qne le praticien, H 
suriout le malade, est s&r de rencontrer cbez ceux qoi, par 
Icurs dmdes spdciales, connaissent toutes les c0n(UtioBS qne 
duiveoi rdunir les eaax mindrales naturelles pour 6tre effica* 
cement administrdes aux malades, et aussi qoelles prdcautioos 
on doii preodre pour leur conseiTation. 

I/eoirepdt diabli par les pharmaciens fera , nous n*eB doa* 
lons pas, cesser les fraudes nombreuses qai se pFattqnaient sor 
les eaux mindrales naturelles, fraudes qui conslstaient i ra- 
cheier les boutetUes vides pour y introdnire de feau artifi- 
cielle qui eiaii ensuite vendue comtnâ naiurelU. 

L'eoirepdt des eaux min^rales naturelles dtabli par dei 
pharmaciens , el qui tient eu concurrence avec des ddpAts oi 
Ton Taii le in£me commercei sera, sans doute, un siyet de criti- 
q ues et a'atiaques, suite de ce sysiime k l'aide dnquel on enlite 
h la iihsu-macie la vente des mddtcaments que senls (aux lenies 
de ia iui) ies pharmaciens devraient vendre j c'est donc aux 
pharuiaciens k Taire justice de ces procddds, en ne prenant les 
eaux fuinâ-ales naturelles, que chez des colMgues dont la ci- 
pacite et la booiie foi leur sont bien counnes. 

^ous i^avons deja que , par suite d*une publication qoe noas 



OB PM A&MACIB BT BB TOUCOLOGIB. &SS 

oeqQâliflerons pas, des eaus natur§lUi de Spa ei de Con'* 
tresmlie oDt et^ prises ă Yenirepâi dee pharmaeieni , puls 
examinfes par M. Beaude, m^decin inspectear des eanx min^ 
nles poor le d^partement de Ia Seine, et qa'elles oni iii 
reconoues provenir des sources dont elles portent le nom. 
\t Ncusvoadrioos cependant que nos coll^aes, poar qa*on pAt 
distÎDgaer Ies eaux qai sbrtent de leur eotrepdt , pussent , noa 
fM eapeuler le» bouteilles , ce qui ne dit rien , paisqae cela 
emptehe de voir Ie cachet appos^ ă la sonrce^ mais joindre ă 
leur boateille un petit plomb, comme on le fait pour Ies objets 
douatiA. La pr^sence de ce plomb, portant le cachet de l'en- 
irepAt , dânontrerait positivement qae oes eaox sortent d'ao 
ttablîssement dirigii par des homines capablea. 

Coniprenant toate Timportance qu'H y a ă ce que Ies eaox 
minirales soient tendues pour ce qn'elles sont (1), nous avons 
cin , avânt d'indiqner ă nos coUdgoes Venirepâi de$ phar- 
maeienif devoir le visiter, consulter Ies certificata de puise- 
meot des eaux aux sources, pr^lever des eaux de SpUj de 
Coniresevilie , de Buaang , destinfes ă 6lre livr^ au com- 
nerceiet Ies soumettre ă Tanalyse. Toutes ces op^raiions nous 
ODi demontr^ que Ies phamiacîens peuvent avoir toute con- 
bace dans r^tablissement dirigâ par MM. Page , Biondeau et 
Serradelle. A. Chbtallibb. 

(1) NoQs atmdioos Unt d'lmportance k U Talear tMVt des mddi* 
cuneDta « ^'il y a qnelqaea annta » ayant €tit nomin^ Inspecteur, aTec 
trâitencst, d'yn dtakiUaaeiiieDt olt l'on dcfait donner des bains d*eaus 
nia^ralet qol devaient £tre fabriqu^es d*aprto Ies formoles tirdes des 
*Balj9es Ies ptas rdcentes, nous donoâmes notre dtoisslon â la suite 
'*sBe disciissioB qai s*âeTa entre nous et Tan des assod^f qoi foulait 
MQteair qu'il a?aU ea raison de tronqaer la formale repr^sentant Ies 
c'tti Biin^rales de PiombMres. 



Uh lOVHRAL •■ eram niMCAUi» 

ţ— — — — * ■ ■ '■ > *i^^— i**— ■— 1— 1*— -»— — 

8UK l'eAU MlfiBAIil VEKRUOmSUSB DE sAmi^mMiir. 

Monsienr le R^dacteur, m'^tant aeeup< de TanalyBe in» 
source minerale ferraglneuse que Bonrges possMe prcsţii 
son insOy bien qn'elle ait M llorisMinte avx rr* et xyi* tiiele, 
je viens voqs pri«r d'en ins^rer lesr^ltata daas witreiirochaiD 
nnmito ăn Journal de ehimU mdiieaU , aoqael }« sos 
abonn^i afln qMaon non «eit lir^ d'oa oobK tanMi<,et 
(fu'oa Iei restime son rang parai las eaax niniratoa miikit 
mentenses qae la France exploite de nea jonra. 
Un litre, ou dteiniAtre cnbe^ m'a fonrm e 

Protoodfate de Ier •,!< 

— demagndeie 0,07 

— * deetaaux ••» 0,02 

Per-carbonaie de fer 0,00 

Chiorure de magaMoai 0,04 

Matiire organiqae azetde • • 0,0t 

— grasae iris^ iBd^rmMe. * iraeeM^ 
Ifota. Elle ^tait connae aooa le nom de Foniaims dt fwri»k 
de SP-Firmin (i). 
Aijr^es , etc. Pautbhomsb , pharmăeiâm 

Boarges» 1& juttlei t8A5. de tEcole de Patru. 

Note du Rddacieur. La Fontaine de fer ou de St-Firmin i 
iii le SQjet de pablications qai remontent ă un temps âoigiie; 
on trouye dans ces pnblicationa, qn*oucre la Fontaioe St^irain 



■in 



(f ) Oette flooroe , n^glig^ da raite depefs laeaset «satot teit t^ 
Gonterte ă sa snrftice d'one emidie isaai ^ptisse de eeefiervtt «■ dtoa* 
positlott. J*attribDe ă cea maUM^a orgaalqBea lea mati^raa aiotto ţ^ 
J'al algaaMcs dans moB analyae. le se doate paa «fue» d<baitMafr d« 
pr^ciph^ ferrofhieQt qni IV^batment et en arrMeat le eoora, Je ae d^ 
couTre de l'acide carboniqne tibre, teeant ea diaaolatiea aae pleafraa^ 
proportlon de carbonate de fer.] 



&B MAmUACIB BT DB TOXIGOLOeiB. &SS 

ii y aniti k me disunce de SOO mitres de ceite somrce, ane 
foDiaine d'eaa minerale dite de THApiial. Les travaax publi^s 
SDr Ies eaox de St-Firmia sont : 1^ le TraM dei eawe min^ 
raki de Bourge^ par BbbmabPi IfiSIr ; 3^ le Diseours iwf les 
veriui ei facultJ» des eau9 m^dieales ei mindrales en gAid^ 
ralst em pmtHcuUer de la Foniaine ee Si^FirminysUuJe au 
kurg de ShPrM-Us-Bemvee , par £. M., 1612, ip-6^ 
3* FofUetimee mindrules de la viile de Beurges^ par Mavrigb 
M MoicTBBOiiti IţSi \ V le Trăiţi des eau» minerales de la 
Foniaine de fer i Bourges , par Etienne Cousturiei^ , i6SS 
etl065, ln-13} i^XAfMlysedee eau9 minJraies deBeurges^ 
par Vaiwibb , 1762 ; 6^ Eclaireissemenis sur les usages ei 
ţrofriite's des eaum minerales de Bourges , par Dupbbib , 
1776. Lee renaeigoemeQts donn^ suua le rapport de ranalyse 
chimiquedans tous cesouvrages nepeuventâire conauU^s; car 
les auteers qui ont traile de ees eanx parleni de TexisieDce , 
daos cea liqQîdea, de ntlra, de viiriol^ de ierre iolaire^ d'a/un, 
de soufire^ de sel iris^ivisd. Duperin parle dans son iravatl 
de la sonrce dite de rHApitaL 

Ce qa'on pourralt tirer de cea anciens oBvrages, ee sont les 
faits qoi peuvent faire connattre ies propri^t^s et les nsages de 
ceseaux. A. C. 

BiSULTATS OBTBVUS DE £.^ANALTSB DB L*BAU DE BATH DA1I8 
LE SOMBBBSBTSCHIBE (aHGLETBEBe). 

M. Noad a reconnu qu'un litre d'eau de Bath renferme : 

i Chiorure de calciam O gram. Sil 

79 Chiorure de magD^sium • . O — 08& 

80 Sulfate de soude ••• O — AOO 

4* Carbonate ^e soude- • • • . • O *-* 070 

Ş^ Sulfat^ de chaux O — 763 

S' Silice O - O&O 

7* Frotocarbonaiectefer.*.. O — 006 

1 gram. 67A 



656 JOP&lfAL DB CHIMIB HiDICAi.B, 



HK L'iRPLUBHCB du TOIBIRAGB DBS MARAIft 8ALÂRTS 

SUB LA SANTft. 

M. le ministre du Commerce et de l'Agricalture tieni de 
consuiter T Academie royale de m^decine «tir rinfiuene^reUf 
iivemeni â la ianie'd$M voinnageg de9 fnarau golanii* 

L' Academie a nooim^ ane cominissioD pour r^popdre ă ceite 
question. 

Faisant pârtie de cette commission, nous prions nos colle- 
gues qui sont voisins des localiiăs ou ii existe des marais sa- 
laotSy de dous adresser Ies obsenratioos qu*ils auraient pa ftire 
sur ce sujet. A. Chbvallibb. 



iBrs«s: 



POBTBAIT DB H. PATBIC. 

Nous donoons ici le portrait de notre colligoe, M. Ptyes, 
membre de Tlustiiut, du Conseil de salubrii^, professear tu 
Conservateur des arts et măiiers, etc. 



NOUVBtXES SCIENTingUES. OBJBTS DIVEBS. 



BlfCOBB LA POUDBB DB 8BLTB. 

Noas croyioDf ii*a?oir pios ă parler d'one âffâire termliiăe ţ maU to 
lettre suivante nous ramdae sar cette qaestioa. Noos eurioiia pa , \\ ctt. 
Trai» ea refaser rioaertion; maia ayant trăita daos notre Joarnal de U 
grafe qaestion qai 8*e8t agitte derant Ies tribanaox, noua ne foyons 
aacone raUon poar ne pas rimprimer. A la Htit , elle contieat bifa 
quelqaea attaqoea, quelquea impolltesaes contre nous ; maia oes «i* 
taques nous font pe.u sensibles : pharmaeUn n'exereant pluit a''/**' 
aaeua mUr^i dam la queseion^ mous avons rempii noire devoir ea 44- 
feadani Its iniMts de la prdfession; it faat bten qae nona ayoB$ as^i 



Bl flAAMACIB n Dl TOXICOtOGII. A57 

Botre ptrt dans Ia perte du procte; senlement» noos diroDs qve noaa 
aTOu appris avec la peioe la plas Ti? e 1* qae des phannaciens , reniant 
Ictir professioDy sont all^ complimenter M. Fd? re de ce qo'il avalt gagnd 
ion proete , oonune si le procte gagn^ par M, Pd? re ne mettait pas en 
qnestion Ies Intdrte de tous Ies pharmadens. Ea effet , si Ton nie 
]• qne Faeide tartHque et le hicarbonate de soude toni des medica^ 
menis^ t*qae le iartrate de soude qui risulte de teur eombinaison est un 
midieamenit ii n*y a pas de raison pour qne d'aatres personnes ne Tien- 
aeat snoceaslTemeni all^guer qne tel ou tel medicament ne peat plus 
Hn conaiddrd oonme tel, parce qu'il est employ^ depais un Iapa de temps 
şlos oa moins considdrable dans Ies nsagea domestiques » oo dans Ies 
trts : alors qne deriendra Teiercice de la pharmacie» poar lequel on 
eiige tant de la part des âdfes? 

2* Qae des pharmaciena sont all^ chei M. Fifre lai proposer la direc' 
tion d^an Joarnal destina k d6crier Ies pharmacieoa. 

3* Qae des pharmaciens lai ont communlque des notes sur telle ou 
telle malson, sar telle on telle offllcine, sar tel oa tel pharmacieo. 

On se demande ce qa'il faat penser de phannaciens qai sont assex 

ennemia d*eux-mtees pour se com porter de Ia 8orte.Nous ne r^pondrons 

pas k cette qaestibn; mais noos a?ons toujoors dit, et nous r^p^terons 

MBS cesse qae Ies pharmaciens peuTcaot ne pas a?oir d'amitiiS Ies uns 

ponr Ies autres, mais qa'ils de^rsient pobliqaement se soatenlr, se dd- 

fendre, qae Vintdr^t de la profession le demande. Mais ces sages con- 

adls ont dtd rcpoussds : Ies pharmaciens s'attaqoent mutuellement; Ies 

nas exercent la profession comme on dolt le faire; d*aatres comme îls 

Tentendent et sans esaminer a'ils agissent d'une mani&re contraire k la 

profcttloa qulls ont M appeI<Ss k exercer» aprte afoir fait preu?e de 

capacft^ et aprte aTolr prătd le aerment d'exercer lear art atee probi td 

et flddiitd. 

Paris»Ie2S]ain 1845. 
Monsiear le Rddactenr, 

Anssitdt qne mes occnpations me le permettront » )e me propose dV* 

dairer la religion des magistrata et de dteasqoer le chsrlatanismc , si 

haat plae^ qall soit, en pohliant dans tons ses d^ails le rtdicnie proces 

qai m*a Ha intenta par la Socidtd dite si singuii^rement de Prdfoyance. 

Jedîscnterai alors phrase par pbraae» mot par mot, chifTre par chifTre, 

et le rapport de votre ami M. Cottereau, et le long article qne Toaa avez 

inuM contre moi dans Totre namdro d'airil. Aaioardlial « )e mc con^ 

tente d^ r^ndre quelqaes mots. 



458 iQ9Bim^ M CMfU^W llfol«U.l 

c 1* Le Alear Fd? re s*<u«t ora Ho? entesr 4^ lii|Bfcle fewHi ele. • 

Vous ^tici pr^eDt lorsque f al fait conaattre ao fribaaal vat aaleîa- 
a^r^e k ma demandc dana VjHMuaire dei t«tu» minimUs 4e 1840, d ti 
Je dia poaitiTement şue ma poodre n'eat aotre choie qne It aoda-vatar 
des A>DgiaÎ9. Vouă aatiea donc parlkitemeat qae|a me işe a«ia iaaabai 
era rioTenteur, ni donn^ poar TinTeiiteiir da ttqoide gaievz^ «lic|ea*ii 
Jamais ea d'aotre pr^eotion qae celle de labriqaer mieqx^veaeieai* 
carreota ; et ▼oaa a?ei voalu toat aimplement me rendra rldicokica 
me pr^Unt ane aoţUae. 

« 2* La Soci^i^ de Prdi^oyance» iBaoadaste dea enţpiHrpacBta deev^ 
taina charlatana, etc. » 

Je r^pondrai k cette attaqae dana ane brockore qoi aorş pwir titre: 
Qu'esi^^r qu'un eharlatan ? et leqael de nova deuz eat nn charlataif de 
voaa ou de moi (I). 

« 3^ Le aieur f^^Tre ddairait qae nona finsalona k raudieaoe» etc. « 

Eat-ce qae Toaa eap^rez fiiire croire ă voa lecteors que le minbtire 
pablic m'a cooault^ lâ-desaaa? S*il l'eAt fiii t, ii eat bien certaia qae, 
dana un proces oii J'a?aia pour ad? eraaire la Socidt^ dite de PrdTojaace, 
Je n*eu88e iodiqu^ ni foua, ni Totre ami H. Cottereaa, maia un aataati 
imparţial et iod^pendaot, qul ne tlnt ni de prte ni de loin â la pliar- 
macie (2). 

«4* .... Pr^tendant qu'autrefoia» ^tant Ton dea rMacteora da Journâl 
des ConnaUsances utiles, noua aviona tant^ Teau dite de SelUt pr^parde 
atee lea pondrea , etc. (3). » ' 

Je le pr^tenda piua qae Jamaia» Monalear le R^dactewr» et Je prooTenl 
qae l'article n'a ^t^ ioa^r4 dana le Joornal qa'ayec TOtre approliatioa. A 
cette occasloHt Monaieur» permettcz-mol de me plaindre da peo de re- 
connaiasance que Toaa a?ea montr^ en? era moi. Loraqoe Tooa afo dit 



(Ij Nona ferona obaerrer qae, dana notre article, nona parllona noode 
M. FdTre, maia de peraonnes qae nona ne poafona Boomer» aooa peîH 
de recestoir une lettre et peui-Ure pire: nooa lai^iaeroBaă Bea ledeanlc 
droit de r^pondre k la qaeation poate par M. F^vre. 

(2) Le Căit cat qae, n'ayant paa op^r^ dana l'affaire F^fre« par anile da 
refoa que fen a? ala fait, j'al ^td cit^ et fbro^ de parattre dana oelte af- 
faire. 

(3) Le fait citd par M. Fivre eat inciact» pour ne paa a'CBiprkKr plai 
Iertement. 



M trikottl X Vd fealiM cet «rticJe dâiu le Journal det CpnMUsamxs 
Măettmrut ec M. Lecanua eopi< na recUflcation dans le Journal des 
^ommluânrtt mtiies^ Je foua ai tq si embarraaa^, que j'ai eu piti^ 4e 
nat(l). U m'Aalt si facile de vova rdpondre : L'artide de II. Lecanit, 
şâ a'cit fn% «ae rectifloatiea, eat de f 833 ; fona n'aves fond^ le Journal 
4a OMummmmtos ţUceuairţM qii*tA 1939 (2) : oomoieiil 4piu> M. Ucami 
mil-il oopi^ en ia33i «« pr^teadve rectiflcation qui o'a pa paraltre 
^'aa aroisa aix aaa «prda ^ Bl puia» ai 1 V^icle a? aii ^chapptf d'abord â 
wtre lagacttd» po«rqiiei donc ne )'aiiriez-f oaa paa rectiflă dana le Jour^ 
ml BlflM dâs ClmiuUstancet uliles^ qui ^il â votre diaposilion (3)? 

« h» Daaa le BuiUUn §in4ral de Ihdrapeulique, noua noua ^oaa dlev^ 
mc iwroe contre la anbalitaliim de i'eaa clurgte de lartrate de aoude et 
d'tcide carbonlque, ă l'eau de Seltz» indiqnant Ies moyeaa de reeoanaltre 
Ktte fraode. » 

D'abord, oe n'^ail paa mon eau de Selti que foua afiea en ine, car 
wu reoommandez, pour reconnaltre la fraude, de foire tffaporer lea sepi 
kttiti^es du llquide, et d'examioer la forme des cristaux. Or, Je ne 
Tou forai pas riujnre, Monsieur le R^dacteuf» de ? ous croire aasez Igno- 
mt en chimie pour ne pas safoir qu'on aurăit beau faire ^f aporer ies 
sept huitiimes de mun eau de Seltz, on n'y apercevrait paa l'ombre d*un 
(Tistal. Ah ! par exemple, si Ton jetait 4 grammes de blcarbonate de soade 
ct 4 grammea d'acide tartrique dans 8 ooces d'eau , comme tous l'lndi* 
qoieien 1829, ce serait difT^reol; mala , comme j*ai eu Thonneur de le 
dire A la Gour, de Tean de Selts faite ainsi , j'aime autant que îf . Ghe- 
^er la boite que moi. £si modus in rebus , ele. (4). 

■ > 

(1) Je remerde M« Firre de la piti^ g^n^reuae iiull a bien yonltt m'nc- 
c**«ler : Je Ini ateae qne je ne m'cn ania paţ aperţo, et que je ne lui en 
*ipasobligation. 

(3) Avani de^rtfpondre , 11 faudrait entendre : Je n*ai paa parld du 
^ounuU des Connaissances nicessairu, maia du Bulletin de Miquel et 
^ Journal des Connaissances usueltes de Gillet de Oanmonl. 

(3) Jen'al qaitt6 ie Journal des Connaissances uiiles qne paroe qne Je 
a'etiji paa ubre de ftdre tontea Ina rectifloationa qneje eroyaia eenfnf- 

(4) Uean dite de ieHi de H « Fivre donneralt, par l'draporatlent dn la»- 
^te de sonde; dle ne difCfere de I'eaa de Selli tail je pfritf a «n» le 



fc60 lOtMAL BB CHtMIB HilIICALt, 

Ensnlte, si fai bonne m^molre, votre artide oomaMsce I pta piii 
aiosi : « Un mMecin hablle ayant ordonn^ de Teaa de Schi Ba*tiirdle k 
ff UD malade, fot fort ^tonn^ d*ea obtenir an effet mWcal âitNxtA de 
« celoi qa'll eu attendait. Examen falt deoette pr^endne eandeSelu, 
« on rcoonnnt qn*elle renfermait nn tel pnrgatif, el YnaacinlilaiUrcm 
€ de Sediiti. » II est blen ^tident I* qne oette pr^tendne ean de Sdti 
renfermai t du sulfiite de sonde, et ainsi ne ressemblait pas â la «ieue ; 
)• qne, pnisqn'il s'agit d'un mideein, d'nn malade^ d'nn eflat midkalk 
obtenir» ii s'agit donc de l'ean de SelU oonsld^r^ comne r€mide. Si ia 
pharmacien a r^ellement Tendu ă an malade ane pardlle •nlatien pov 
de l'ean de Selts natorelle, ce dont Je donte beauooap, ee phamada i 
oommis ane escroquerie, et Tona aariei dA le dănonccr â M. le praenfv 
da roi (1). 

c e* Jippel^ derant le tribunal, lors de la plaidoirie, nona doitees riTb 
qae Tadde tartrlqae. pris k haote dose, ^tait an poison (2). » 

Bulletiu de M. Miqael que par Ies dosea. Voici ce qae f to*i?ais cn 1839, 
Buiietin giniral de TMrapeutique^ t. III, p. 154 : « Dans la capitale, 3! 
« est aossi des personnes indaites en erreorpar des recettes ;ellcscrokBt 
« pr^parer de Teaa de Sdta ea introduisant dans ane bouteille d>aa or- 
« dinaire 1* un m^lange d*acide citrlqne et de bicarbonate de soo4e;i 
« 2® an mdange d'acide tartrique et de bicarbonate de sonde; S* oi 
« mdange de sons-carbonate de sonde, de bicarbonate de sonde et d'a-i 
« cide salforiqae , ferment ensnite la bouteille comme on le fait pfur 
« de l'ean de Selts. Les personnes qoi proposent et yendent ces Itqoidei, 
« n'ont sans doute pas r^dchi qu'dles ne donnent point anx persooaaj 
fc de fesa de Selts, maia da dtrate, da tartrate, on da sulfkte de| 
« soade dlssous dana de l'ean cfaargde d'adde carbolkiqae. Cest ane; 
« ff aade, etc. » 

(1) Moas laissoBS ă qal de droit la foaction de dteondatear : noa^ 
n*aTons nollement k nous en occaper ; nous r^ndons ă la Jostice quas^ 
dle nous'interroge* mais nous ne proroqnons pas son actioo. i 

(2) Nons sommes forcd de dire» ponr dtre poli« qae votre ndnnire esl 
maavaise. Oui« Tacide tartrique, k baote dose, est an poison, qoos V^ 
Tonsdit, nous le r^pdtons ; d'ailleurs, les faits rontprooti. V^ dil,i^ 
est frai » que le rapport fiit k la Justice n'duit pas de mei, qae Je ne M 
coanaissiils pas, et eela ^lait vral. 



M PHAAHACIB BT BE TOXIGOLOCns; b6i 

Non ŞM, MoBsiear le RMaeteor; toat eu aTiex bonne eDvie« maia toni 
n'aTes pas oa^. Aprte m'avoir entenda diaeiiler le rapport de votre anif 
ToosaTez dU : « Du reala, Meaaienra, je votia le datare, ce n'eat paa'iiiol 
I qui ai falt le rapport, Je n*y aula ponr rien. v Vouă atez ajoot^ aeul»- 
ment : « Je peraiate I aoatenir qae Vacide tartriqae k haute doae poor- 
riit oceaaioBaer dea aeddenta.» Et aongei, Hooaieor, que Je potirrais 
ioToquer k ce aajet lea sonvenira da tribunal. 

1 7* Oo peat affirmer» aana crainte d*6tre dement! par toate persoane 
tle bonne fol, qoe Fadde tartriqoe eat nn m^icament, etc. v 

Si tootea lea peraonnes de bonne fSol en confiennent, toatea celies qui 
a'en conTiennent paa aont donc de mauTaiae fol'(lţ? Or, lea Jugea de 
premiere Inatance et d'appel n'en aont paa conTonas, palsquMls ont con- 
damna TOtre Sod^t^ dite de Pr^? oyance aax d^pena ()) : c'eat donc A 
eu qoe voire reproche de mauTaiae lol a'adreaae. 11 y a longtempa qne 
Boas aotrea ^plclera Booaaommea habitat auz Injurea dea phannadena : 
ett-ce qo'anjonrd'hni cea inj arca a'â^veraient Joaqn'aoi magistrata qui 
iiou rendeat dea arr^la et non paa dea aervicea (3) ? 

« 6* Le urtrate de aonde eat un mddicament qoe le doctenr Waller a 
mploy^ a? ec aoccto dana deaz caa de douleora TiTea de Teatomac atee 
vomissementa contiDUcla. » 

Si Tona avies bien Toulu me conaalter, je Toaa auraia fait connattre 
bien d'autrea caa de douleora Tivea de l'eatomac, avec ou aana Tomisae- 
ments, qai ont AU pr^venaa par l'eaa cbarţ^e de tarirate de sonde et 
d'on Tolome et demi d*acide carboniqoe; et probablement anssi qnel- 

(1) Noua peraistons dana notre croyance, et nui ne poorra nooa faire 
croire qne Tadde tartriqae, qae le bicarbonate de aoade, qoe le tarirate 
de soode» ne aont paa dea mMkamenta. 

(2) Toaa rdpdtes atee intentlon vetre SoeiM de Pr^voyance; Tona de- 
niei, Toaa qoi dtea al blea Inatruit, par lea pharmaciena qui Toaa Ibnt 
dea rapporta, qal Toaa ddaoacent lenra conMrest aavoir que Je n'ai ja^ 
mms faii pârtie de ta Soeiiti de Prâif^ymnee^ que Je m'ai JamaU assist^ 
tux siancet de eette #ocfd^, queje n'aijamais eo^mu ees d^Ub^mtionSf 
que Je Vai attaqate en mainte» et mainiee oceasions* 

(3) Nona n'avona paa k rdpondre A cette qneetion : nooa respectons Ies 
Jngementa rendus, maia nous ne pooTons admetire qae Paeide tartriqtte^ 
qoe le biearhonate de eoude^ que le tarirate de soude» ne sont pas des 
mâdicamenfs, 

^ stftiE. 11. 35 



qnu pftprMMs da t«rtnit« de «mde qiU «*iQttt pat «tliră |«ifiPI prtMt 
TftiteBtiM des ««lean. Mais, soulflw le BMaetear» e8t*«e ^(«e leid d 
to viMigret I« leit et le Miel, a'oat paa •■aai de WMMbreoeei ptopriM 
ntfdlcelet? Da rcete» Je reviendnd lA-deM«a (1). 

« 9* Ea t830| daas le t/^ON Mmâtttain des fHacHfs ^ pfAM vtc 
M. Payes» on troQTe l'aoide tartriqse elaaa4 păitti lea pohona» ateu 

II fant conyenf r qne M« Baredle^ vacre avaoat , a eu lă aa beaa nMt- 
Temeat : 11 a ^cndu la maia aar uae doaaaiae de volaOMBi ca a^teitit: 
« Tous Ies aataars qae Je cite^ |e lea ai li» Meartean, et je lub pr^ I Us 
mettra appa Ies yeox da la Gour. « Foar moi» f ai firid toat boBBcaiait 
M* Baroche de «e pasacv Ia Trmiii dei răaetifs^ ^ditioa de 103» : ii ic 
rarait pas. Aiars J'ai dit k Ia Cear : « iie TnuH deâ rhMtf» de MM. Ghe^ 
Talliar et Payep reaferasa taitudlement eatte phnse : Vmtiâe Ua^fiqm 
n?€Si p0M rtgafdâ eomme poifaa. Qaa M* Baroeka dmiae an mot I OMa 
filSf qai est prisent A raadieaea* ii ira eharalier IVafrage diee tt. Cbe» 
▼allier lalHotea» et la Qaar terra qBi oherrha A 4gamr la rellgioa da 
magifltratSy de M. Gherallier oa de aloi (a) i » 

Je termine par aaepetitaeteertilionk Ea votre qaalitd d'etpert-eki- 
miste, f oţu aviea fait aae dddlaration entra Ies aiaias de M. le Jege din- 
struction ; tous aviez ^t<S appeM par le minlstAre paMio eomam tâBsin; 
Toua aviea dana rempU an quelqne iortedea iimoliona pnbliqaes dus ie 
procAs. Eţ, pala, antra le jngemcat da tribunal ct l'arrat de la Goar, toos 
donaea H^a eoaaalutioa k rteaediersairaa, tooa iinsdrea dans fotre 
jQDrnalf fons la rdpandea dans toate la Aranea 4 grand aombre d*exeffl- 
plaîrea O) ! M o nsieu r le Bddavteur, )e ne suia qa'on panere ^plder, niib 



khai^MM 



( 1) VoHs faitas iei da la mMeaiae^ ce qao Tooa B*avea paa le droit de 
faire, et ? ous proa?ez que Ie tartraie do aoade eat aa mddicaaieat. 

(2) Psos le TraU4 4ks r^tmUfâ^ laae^ page 408» l'acido taitriqne cit 
placd^ dană Iu tatltauM âe twUâoipgigf aprAa l'aeide ozalique» qai eertei» 
est an poison, et ii aal dit s Cti mckU ^'esi fms MgamU eommepoUon; 
ii ne causerait d'mccidemiâ gfavu fac ^ii ^Mi pHs aa jolafffaa eoacca* 
trie, M. FArre fait plaa qae do le livrer en aolotioa ooaceatrae» li le Mfrt 
â Vilat solide, 

(3) M. FAvre a dtd mal laforaid : J'ai refaad ă H, le joge dlastraelioD 
Deanojers de foire aa rmpport sur ies poădres ; je ne p&mvms me re- 
fuser âune âiiUion de JusHce^ et ea teri? aat daaa la Jaurnmi de rhimie 
midieale j'ai tis^ de mon droit. 



VE wuiMâeiB sr m ««xioetootK. Mi 

«i f atalA eu 1$ mtSkm/t de n«miier k m ftUnt ft tonte di^itd , k tdute 

III ■ I I 1 . 1 ■ ■ 

U preuYf} de ee qoAj'eTaace r^ftdte du npffrt tnhtmt que J'tttrais 
d*an Journal qni « reiidu oompte da procte de M. F&f re : 

c H. Deeoojera^Jo^ dlDttraelîa** comnit fen M. Ollifier (d'Angers) 
et H. Cottereao, poar eiamioer Ies eabaUuces emploj^es par II* F^jre, 
et qoi aont le blcarbonate de aodde et Tacide tartriqae. Les experta ost 
f^nda dans Ies termes aoiTanta aux qacationa qai lear ^taieot aon- 



« Itend^re qaestîon. — Cea deux pondrea peutent-ellea dtre conaid^ 
He» oonune nn m^camentt 

« Le blcarbonate de aoade et l'acide tartriqne doWent inconteMtabU-- 
ment /ipe cansidiris comme des midieaments ; en effet, ila poaa^ent Tun 

et Faatre la fiicnlt^ de modifler T^tat actuel de rorganiame Aosal 

MBt-lla l'an et Tantre emploj^ JoumeUement dans la pratîqne medicale* 

« Le blcarbonate de sonde, par exemple, est de tontes Ies pr^paratiooa 
diunico-pharmaceotlqnes, celle qui est la plns frdquemment prescrîte. 
n pent, sulyant la doae k laqoelle 11 a ix€ administra, modifler fortement 
Ies propri^t^ du aang, car son action est prompte et ^nergiqne. 

c L'aeide tertriqne est employ6 en mddeclne k titre de temp^ant dans 
Ies matadies algo<!s, mala k petltes dosea senleraent, car, k baate dose , 
3 deficnt ansceptible d'exercer ane action toxiqoe snr Tdconomle , et 
pent donaer Uen k nn Tdrltable empolsonnement. 

« Da reate, ce qne nous tenons de dire da bicarbonate de soade et de 
Fadde tartriqne ne se rapporte qa*â Tun et k Tautre de ces m^lica- 
ments prls s^parteent. Lors de leur assoclation, sMls se trou?ent r^unis 
en proportiona eblmlqnement conyenables , fls cessent d*exister comme 
snbsuncea dlatinctes ; et en r^gissant matuellement l*an sur Tautire , 
ils donnent nalaaance ă denx autres combinaisons qai, bien qne consti- 
tnant mMlealement denx autres medicamenta, n*ont piua de rapport , 
aoos le polat de Tue de lears propri^t^ m^icinales, avec ies corps dont 
la r^ction Ies a prodnlts. 

« De«xltee qaestloB. — Ces denx substances, dlssontes dans Ies pro- 
pertleoa faidiqate et dana wm boateille d*eau, font-elles ce qn'on ap- 
pcDe de Feau de Seltt , et cette ean alnst pr6par€e pent-elle £tre dange- 
renee on nnialble k la aant^f 

• Ce a^Brt, ea rdalltd^ qae par un ddplorabltf aboa de langage que Ie 
pr^cBi a pa ap pU qaer le nom tfeau de Mb an prodnlt de ta dlatolu- 



46& JOUftIfAL DK GHIIUB MiMCAU, 

conTenunce, )e n'oacrais pios aocepter, âmn hututkt occasion, let hooo* 
rablcfl foBctioas d'expert (1). 
JesniSf M. le RMactear«TOtre trto-humble ettrte-^iMbsantsenritnrt 

D. PJETEB , 

PrMdem de fa SociiU pour îa difaut de fiţkerk, 

P. S. M. Fftf re, qui ATait cra> d*apr^ qaelqaes rapporU qai Ini aTtiat 
6t€ tâWSf qae noas noas occapSons de lai, est vena, en noua apportaat 
ceţte lettre, nona demaader 1* ai Je conlinueraia ayec lai ou la paix ou k 
gnerre; 2® al J*avais adress^ nne circulaire pour fiire inqai6ter aea d^ 
positaires en proTince. Noua aTona r^ponda ă M. F^f re 1* qae nooa ne lai 
a? iooa Jamaia fait la gaerre, que nooa ne Ia faiaiona qa'aoi aboa ; S*qae 
itoua n'ayioBa point A noua occuper de ce qui ae faiaait en prorince, et 
que c*€tail â tort que dea pharmaciena lui ataient d^lar^ qae nooa aons 
^tiona occup6 de circulairea. Ici, comme dana pluaieura occaaiona, las ia- 
dicateura qui foumisaent â H. Fdvre dea renaeignementa aor lenra col- 
l^gucs ODt mal rempU leur miaaion, en lui fouruiaaant de Caox rapports, 
de faussea nouTellea. A. C. 



tion de Tacide tartrique et du bicarbonate de aoade dana rea« 
ou ordin ai re. En effet, d*aprte Tanaljae qai en a M foite par BergBMaa, 
Teau de Seitz contient , outre le gaz acide carbonique, du gaz ozygtee, 
du carbonate de cbauz; da carbonate de magn^aie» da carbonate de 
sonde ct du chlorure de sodium {Opmeules^ 1. 1, p. 306). Dana deozav* 
trea analysca faitea depnia celle que noua venona d'lndiqaer, l'nne par 
Andrea, l'autre par Weatrumb, on j a trouT^, oatre lea principea aoa- 
<$nonc^, du aulfate de aoade, da carbonate de fer et de la ailice (Mâ'at et 
de Lena (Dictionnaire universel de matiire midieaiCf t. TI, p. 397)< 

a Lea experta ajoutent qoe^ dana leur opinion» l'aaage Joamalicr de 
Tacide tartriquct k Ia dose d'un gramme au moina et peat-^tre plosi chei 
des indifidus plac^ dana des circonatancea tr6s-f aridea de constitatioa 
et de sant^, n'eat paa sans incouT^nienta. • 

(f) Je remercie U. F^vre de aea conaeils; mala i*ai lliabitadedejager 
par moi-mdme de ce qui est bien et de ce qai eat mal, et Josqn*! prdseat 
je n*ai rien k me reprocber ; Je aaia que J'ai pa, en disant la virili fi^ 
dtSsagr^able k quelquea peraonnea : Je suia, Je l*avooe, incorrigible aor ce 
point, car rien ne pourra m*emp6cber d'dtre trai, dât oette maalira de 
(^ire m'aitirer de pouTeUes lettrcai d<; nonTema oonaeîla* 



DS PHABHAIHB BT 0B TOIICOUMIB. i65 



SUB L'BXBECIGB DB L4 VHABlUiaB. SUE LBS TJHTBS DB8 JVBTS.. 

MoBsieart 

Tafais Jnaqa'ă oe Jo«r cooier? ^ ane laenr d'esp^rance de Toir eofla 
pNscDter k cette seatioii la loi sur rezerdce de la phannade, qne depuie 
tiDt6t Tlngt - cinq ana, Ica bureau ^laborent. Ce laboiieoz enfan- 
lenent Be a'op^rera-t-il pointP Le terme ea eat-il eacore ane foia 
^aină iBd^flniment ? J'aTaia pens^qoe U. Bolaael, Ion de la prteaUtion 
de U p^titioB dea pbarmadens de Bordeaui, aaralt ia? It^ le miniatre de 
raaplir lea eagagementa qB'il aTalt pria derant Ies Ghambrea; nuia Je 
■*<tiia ^traDgemeBt abaa^. L'bonorable M. TalllaBdier aeul a eu lecon- 
nţe de dlre qae, depnia Tiugt aaa, lea mlaiatrea falaaieat aoBoelleoient 
li promease de prdaenter nne loi rtorgaBiaatrice i et qu'il fallalt enfla 
qae cette promeaae eAt un terme. Noaobataat » lea cboaea demenreat 
tonjeura daaa le itatu quo» 

Youa ae poBTei , Moaslear» Tooa iauglaer T^tat d^plorable de Tart 
pharmacentiqae dana lea d^partementa. Lea pbamudeaaae livreat k aae 
foaie d'eatreprlaea tont k Căit incompatiblea avec la pbannade ; et»d*aB 
aatre o6t^ lea aceora, lea T^tMnairea, lea ^pidera, lea coaflaenra* Tcn» 
dent ploa de m^camenta qae lea pbarmadena. 

Tona dires aana doute qu'il eat da deToir dea membrea da Jary me- 
dical de r^primer tona cea abas. Eb blen, Monaiear» nona avoaa fidt toot 
ce qd a d^peada de noaa poar obteair ioatice; maia tooa noa efforta 
aoot Tcnoa ae briaer derant la force dlnertie qni nona eat oppoa^ par lea 
iotoritda adminiatratiTea. Voaa en Jagerez voaa-m6ne par la r^poaae de 
V. le prtfet aox demaadea qae nona loi aTiona aoamiaea aTaat de corn- 
nencer riaapectioB de 1845. Toîd ea qoela termea 11 a'ezprlme : 

« Dana Totre lettre da 10 nul 1846 » Toaa me aoamettei d'aillears 
« ploalears qaeatioaa aur leaquellea Toaa me demaadei dMaloa, 

« Ea ce qoi ooaccrae lea aucrea, TOoa poarrcsy Meaaieara» comme ran« 
< nde deraiere» aar rdqaiaitioa speciale de MU. lea mairea» inapecter cet 
« objet de cimaommation et le aoamettre k Tanalyae ; maia je ne tous 
« diaaimnlepaaqa'il ae rencontrera degravea difttcnltte poar poaraai?re 
« le d^taillant en caa de m^lange aTec la glocoae» car le ministre des 
« flnanceSf consulta â ce aojet, m*a falt la r^ponae anlYante (36 d6cem- 
• bre 1844) : « Par ma drcnlaire da 14 mara dernier, J'in? itaia MM. lea 
« prtfeta k donaer dea ordrea poar que lea falsiflcatloaa dea aacrca qat 
ft i'op^aicat A Taide d'aatrea aabataaoea foisent dâKvrmda r^rim^ea i 



c— »ri< i B— t «wrMpoiltkMii de Furt. HtS ăn Osăt piaţă; mtkh 
fiioalll^ preîNMiefti pâtbtt irtf de m MMvtH «Maindre tai penoiMi qoi 
fdiit oa?ertenient le oommeroe d«s socres m^lang^ , p«iiq«e dos oe 
eat fl n'y • plw falaiieatiMf et ^«e Pickaiear a^M pu tr«np< sv li 
ABtim de U ■Mrclieaâitfe. S «'«liste dte Iert ««Mm Moyctf d'oift* 
chcr, qoantăprdeetttyle ad i ea g e aieti IMt de boBMMelAIa 
naltaiaiioe ds cenlemBiateBr. « 

« Yew aurtsylieatlettra, i^ blaa nddlter eetie r^fiettie dveMtdt 
ataicr tente eentravaeiieii de Ftoapece deet B a*aglt« 
« Ba prdseace dce ârt. S6 et 81 de le lol da ti gerariael ea xi , }e ae 
paia qae TOaa aatoriaer 1^ ooBttatcr lea llMgalltte parteat eft teat lei 
re a eoat r ere » , ea oe qot oeneerae I* laa pBarmaoteaa qal toaleat daai 
kara ofBeiiiea aa autre coauaeroe ea d^lt qne eelal des dre^eea oa 

* 

pNparatioaa. aiddloiDalaa; t^ lea TMrlaairea qel eiereenleBt Fart de 
la pharmacie ; 3* eofla^ Ies soears da Saiet-Bsprlt , ifil Toas est âA- 
moatrd qa'elles se litrent A l'eiereice de la mddeciae aiogreaaaat si- 
laire» et qa*ellea Teadeat des aaddleaiaents aai persoaaee aiste. 
c A rdgard de la deaiaade qae tods me f aHeSy poar safair si Ies pda- 
trea et auurohaada de eealean qai tendeot da salflire d^araealc » da 
Tert-de-griSy etc.» peuTent âlre asswjettis A tos tlaltes» et* ăăns oe cu, 
passfbles da drolt , Je soameta, daea moa Incertltadei la qaeaden aa 
Bdnlati% et auaaltet qae sa dddsloB aie sera parreBae, faaral FhoB- 
aoar de ?oas ea IMre part« « 
Alaalt tiaasieari d'aprAa I'stIs de ■• le ttialstre des iaaaecs» II est 
penala de flUsUer, pearfa qa'oa le ftsse oatertemeat : e'est , oe ut 
seable» deaaer A la lei aae iaterprdtatlea blea Aastlqae. Qalea peaso- 
▼ons (O? 

Neas ae defroas* d'aprAs ■. le prdfct^ eenStater qae lea aoeara eontre- 
Tienaent A la lei» qa'aatant qaH aoaa aera ddaioatrd qae oes fenuaes 
Teadeat A prix d^argeat. Ceauaeat pearreas-aeas fklre eetie preatef 
SI Je ae craifaala dlabosef de vetre cemplaisaaoe , Je tobs priersis, 

(1) Noua ne coBoeroas rîea aa eoateaa de oette drcalelte» et aees ae 
oompreaoQS pas ce qa'cUe entead par cea moţa : maU lapimmliHpr^' 
noncit parcei ariieU cMin U$ peiwoN«e# e«i famiowmrHmemi la as»" 
mtree des sueres mUangii! Cenaalssei vena daas ?ee leealltde des air* 
GhaBds9«4alea/aiMeise^dasMicpes ai^/!eivds^dee achetearageiaieat 
achetd de cea aoorcs apcAa «Teir did ef ertlal 



ra MilMOB IT W TOZiCOIMII. MV 

Mmâmatfâ» mm Uht Vhăm^mat d» mt dlre d$ qvtito tttUM ptttftnt 
tot ■€• Hilltfi al «oaş Udom covple dti ohtlicli ^m mm o p y t M 

JesniSf etc. V. H...*.. 

9 Joia 1846. Jf fin^M 4» #«i;rv 

5^<iji«e 4» 13 iuillei 1845* — U Soci^t^ reţoit : 

I* Une lettre de M. Filhol, professear de chimie k l'Eoole de m^eciBe 
de Toaiouse» ftTee une note sUir lă pr^parttion de Tfodoforme. 

2* Une note de M. PanTrhomme» phannacien ă Boarges» qni oom- 
niaikiae Ie rdiultit qnH a obtena de l'analyM de t'eaa d'une aonrce 
fcrragineuac qni se troaye k Boarges, et qui £tait oonnae aona ie nom 
de Murce Saint-Firmin, 

3* Une latira d'nn da noa coU&gaea de provinee» qni nona deaiaade a'U 
peut, sana contreTenir aux lola qui r^gtaaent la pharmacie, lenir dana 
500 offldne le tUpâi d'un Oguidepour la riginiratiom desch^vtux. Noua 
r^pondrona k natve oallAgaa qae nana lai oenaeîliona de ne pas receToir 
ce (Mp6ty qni aera beaaooup mieax plde^ chet le pefruquier de la loca- 
\\ii\ nona ini dirona en oatre que noaa regardona la vente dea pom- 
mades , liquidea , etc. | poor la r^g^nCration dea clieveuz « comme une 
tromperie exercde eoTera le public, et que, al noua ^tiona dana la poaition 
de Ie faire» nona diriona auz yendenrs de cea arcanea : Foici des hommes 
thauvts, si dans deux mois ils iCont pas de cheueuXf vous serez traduits 
dtf^ant Ies iribunaux pour ditit d^eseroquerie, Une telle maniere de faire 
fcrait bientdt ceaaer cea annoncea Strângea k l'aide doşqnellea an faic 
duqaejour dea dopea. 

4*Uoe bracbnre publlde par M. TourdM» prafeaaeur de m^eclae 1^ 
fale ă la Faeoltdide SIraaboarg, et qat a p^r titre : Mxereite iffSgal de 
la mHeeime ei 4e ia pharmaeie â Sirashourg, Mapport prtsemti ă la 
Soeiiti de midecine au nom du eomitâ depotiee mMeale. 

Nona flomniea heureux de partager lea oplniona teiaes par M. Tourdea 
dau ia brochure, et noua diaona hanlenent qu*il aaralt ndceaaaira qa'oa 
reacMtrât partaat dea hoaimea aHimăa comme Iul du d^fr du blen 
pablic. 

S* Un mannacrit intitula : HisMre virUigue des pkarmaciens en chef 
dei kâpUaux de Faris ei de quelques pkarmaciens spiciaiisies de Paris. 



A6ft JOOftHAL M CftlMBHiblCALBi RC. 

La lectore dt qnfAqtm pages de ee fltctem nona a dtoontf^^^M s'ot 
trempă d'adreMe : son iosertion ealirait fes iMf cs â^nm jonnial datina 
ă des pablicatloBS scieatiAqaes, et bod k des personnalil^ de maavais 
goikU 

6^ Une bredrafe intitula : JssoeiatioH midieaU de la Sarthe^ Vmo' 
eiatioii mddicale de la Sartbe, qal se compose de mddeclBS ct de phA^ 
BMcienSf a pour bot la i^presaion du eharlataBisme et de Teiercioeil* 
Mgal de la mMedne et de la pbarmade* 

BmUOOHAVHIB. 



tkaitA complet dss Bains 

Gonsid6r€8 soos le rapport de rbygiine et de la m^ecine , oo nonveia 

Galdedes baigneurs; saifld'an expos^ de l'hydroth^aple ; 

Par M. COBBBL-LA6IIB4U, doclear en mddecioe. 

Uo voi. iB-n de 210 pages. Prii : 3 fr., et 3 fr. 60 c. par la poşte. 
Cbes LabB, libraire, place de TEcole-de-M^ecine, 4. 

■ — — — II- ■ ■■ I ■ >■ -^^gi» 

TBAITB OB TOZICOLOGIB MtelGO-LteALE BT DB LA FALSIFIGATIOJI 
BBB AUMBirrt» nE9 BOIBSBOAB BT DBS HBDICAUBIITS ; 

Par le docteur C. P. Galtibb* professeur particalier de pharmaoolofie, 
de miiti^re m^icale, de tb^rapeutique et de toxicologie. 
Premise partfe. Polsoosioorgeniques oa mloeranx. 
Un fol. ÎD-S de 7S0 pages. Prix : 7.fr. 50 o. 

A Paris, cbes J.-B. Bailli^re, libralre de rAcadtoie royalede mMecioe, 
ruedel'Ecdle-de->MMecJBey 17. 
A Londres, chez L. Bailli^re, 29, Rfgent-Street. 



BICTIOIflIAlBE DES ALTBbATIOIII , DBS FALSIFIC ATI02V8» DBS SUB- 
STANGE8 ALIXBIITAIBBB, DBS PB0DCIT8 CHIMIQUBS BT PBABVA* 
CBVnOOBB, BTC.; 

Par A. Chbtallibh. 

Etant pr^t ă mettre soas presse notre Dictioanaire, noas prioas bm 
coll^aes qnl aoralent quelqBes llifts noayeaux â noas signaler» de vou* 
lolr bten dous Ies sdresser le pios prosoptement qu'ils le povrroiit 



PBtCie DB CBIMIB OBGANIQUB ; 

Par Cb. Gbbhabdt, professear k la Faealtd des sdences k 

Montpellier. 

Tone deaxitae etdemter. PrIx: 8 fr. (Prfx dePoavrage complet: 16 fr.) 
A Paris» cbes Fortin*Massoti et Gle.» 4, place de rEcole»de»ll(McciBe. 
A Leipsig, mdme maisony cbes L. Micbelsen. 

Parto.*lHprtBcrtc »*Am. BilLLT, rMlf^v4«-TkMrtt,tt. 



SBPTEMBKE I8&9; 

JOURNAL 

DE CHIMIE MEDICALE, 

DE PHARMACIE ET DE TOXICOLOGIE. 



VE L^fiHGRAISSEMBlIT DES ANIKAUX. 

M . BoQssingaalt s'est de nouveau occop^ d*exp^rimentations 
sur la formation de la graisse. Ses noavelles recherches parais- 
sent ^tablir : 1* que Ies porcs &ges de huit mois, aprăs avoir iii 
eiev^ an r^gime normal de Ia porcherie, coDtiebDent beaucoup 
pios de graisse qa*ils n'en ont reţa avec Ies aliments ; i" que Ies 
porcs nourris pendant six mois avec des pommes de terre , ne 
produisent pas plus de graisse que n'en renferment Ies tuber- 
cules; S* que dans l'engraissement des porcs (II a iii opiri sur 
nenf piices) ii y a beaucoup plus; de graisse assimil^e qu'il ne s'en 
trouve dans la ration ; &* que Ies aliments qui, administrds seuls, 
n*ont pas la facult^ de d^velopper du gras, acquiârent cette fa- 
cultă d'une manile ătonnante aussitdt qu'on y joint de Ia graisse, 
bien que la graisse donnăe seule produise i'inanition $ 5"" que Ies 
rations engraissantes qui ne contiennent qu'une quantite mi- 
nime de graisse sont toujours riches en principes azotds. 

M. B. a engraissă des oies, et, comme M. Persoz Ta vu Ie pre- 
mier, 11 a reconnu que la graisse produiie excide considărable- 
ment Thuile contenue dans le maîs. Ainsi, sur ce pointi ses 
expăriences confirment pleinement celles que M. Persoz a 
communiquăesărAcad^roie, et, comme un des commissaires 
nommes pour examiner ce travail, ii ăprouve le besoin de voir 
proclamer bien haut cette concordance. 

2* 8&BIB. li. S6 



&70 lOUENAL DE CBIMIK HiDICALl , 

Voicicomment M. B; cofistatş ţ|i rapMl^hiflvencedelaptisBe 

tonte form^ danii rei>grais8«ne»t. Des cananls ont iii gaf& 

avec da riz qoi ne contieot qoe qaelques milliimes de matito 

grasica. D'autres eanards du inAnie poida el d'ortgîEfi sem- 

blable ont reţo Ia m^me dose de riz, maia dana ceiie ratioa 

on avait ajout^ du beurre. Les canarda au rit au maigre soat 

Mania k pea de cboae ptte ce qu'ila ^Uient au ffiawMaafal 

de I'exp^rience ; les caoards au riz au gras aont de? enos en 

qnelquea joors de v^ritables boules de graisse. 
Dans toutes ces observaiions, M. B.a constamment tq Ia fo^ 

mation de Ia chair accompagoer Ia producUoD de la graisse. 

RECHEBCHES SUR LKS QUANTITfiS DBS PLUIDE8 SAUVAIEI BT 
MUQUEUX QUE LBS DIVERS ALIMBRTS ABSOEBBRT PBHDAHT U 
MASTIGATIOR BT l'iRSALITATI OR CHSZ LE GHBTAL BŢ LE ROUTCR. 

Par M. Lassaigre. 

La connaissance de cette dono^e, ind^pendamment de rin- 
tivii qui ratlache celte questioD ă la physiologie et k Tetode 
des phenomânes de la digesiion, peut s'appliquer, dous le pen* 
sons, directementărbygi^neetălaiherapeulique vei^rinaires. 

C*est dans ces divers buts que nous avoos ponrsuivi le mode 
d^experimeniation qui a ^t^ ^tabli dans Ies premidres obser* 
vallons que nons avons d^jă pr^sent^es , et qne nons noos 
^lioQs propos^ d*eiei\dre sur la mastication et llnsalivatioa 
dans quelques animaux ruminants. Le puîssant concoara qvl 
nous est offert ă TEcole royale d'Âirort dans le z^le et Ihabi- 
let^ de notre coU^gue , .M. Bouley» nous a permis de tniier 
cette question sous ce demier point de vue, et de la coniplâer 
en quelque sorte. 

Nous publions auJourd*hui Ies r^ultats qoe nons avons ob-* 
ţenus aur le cbeval et le belier : ils sont d*autant piua compa* 
rablea entre eux , que Iţş. ez|(»^rişnces qui lea pnţ (bor^ ont 



oB nuiBAcn n m mucolo^u. 471 

kiffcm la plAparii fik«B4ttr le mliiie ^Imal « el <}m Itt dif- 
lirences (fn^'w } renaniiie m peavim Hrt atiribaiet i cdles 
ftti d^peaivii teuvwi dts dWen iBdividM svr lasqwlt on 

opire. 

Ces i^snltats, qne nons rapportona dans qn tableaa synop- 
tiqQe, pemettraa^ mm doute de rdsoudre plusieurs quesiioos 
inportanies ; ils expliqaeroot poarquoi certaias alimenis , w 
mtme degre de dessiccation ou d^amidilâ, exigent, poar £tre 
d^loUs.y des quantii^ si diffirentes de saEve ; ils rendroot 
Qompie denofltience quepeut exercer tel ou tel aliment y^g^tal 
mr Feicr^ tioB de h stlive dans VmAe de la mastication , et de la 
ţritirence qu*on sera en droii d'accorder ă une esptee d*alt- 
meot sur une autre espâoe, suivant Tindicaiion qu^on voi^ra 
Kmplir. Le mMeciD-v^i^rinaire , dans le traitement de pin- 
aiears maladies, y puisera des consid^rations imporiantes snr 
le mode d*aUnientatioa auquel ii croira devoir soamettre Ies 
aoimaax confi^ ă ses soins. 

Les cons^quences physiologîqoes qu'il nous est permis de 
tirer de eet acte pr^liminaire de la digesiion dans le cbeval 
Muit simples : Ia mastication et rinsalivatio» soat deux actes 
ooocomitants qoi , ainsi que Tont reconnu la plupart des phy- 
dologistes modernes, ont pour but de diviser et d'att^nuer les 
alimenta de mani^ ă en pr^parer Tassimilation dans les or- 
|anes digestii^. 

Ceite op^ration est commencte par la salive» liquide essen- 
tfellement aqiieax, qui ramoBit le tissn des alimenta, leur com- 
nnniqoe, atee feaa qii'il contient , ses principes fixes et alca^ 
lins I et dissottt Ies princip es solables qolls renferment. La 
qDaaiiid plus ou moina grande de salive qui husMCte ka ali- 
laents pendant la mastication, tend ă expliqoer rutilit^ des 
b>i8aM8 dana lea repa» qui, lout en dâayant le cbyme daaa 
llntomac^ fav^riaent Tabaorption^ et dohreni ripavar la perlp 
9ii%4i(iM6aaiflBB4apaf takadcnAiitta 



.* 



47S JODftRAL Bl CBIUB MiMCAL*; 

TABLE AU tynoptiqtte mdiquant Ui proporiiptu d0ffmde$ 
taUvaire «t tnuqueu» qu'absorbent Ut aUmentt Au om- 
mauas herbivorei (jnonodaetyUt tt didaetgUt), pendant 
la ntaitieation et Fintalivation. 






g 



s 

N 
< 



m 



■i 



8 

r 



B 






R. 

r 
63 



et. 



E8P6CE 
D* AL im UT. 



Foto 



Firine d'orge. . 



ÂToine. . • . . 



Feoilles et tiges 
d'orye Teries. 



Lmerne, 



Paille. 



AToine. 



FariM d*orge. 



r I Feaillds et tiges 
g I f«netdafHieBi 

wmmmm 






0»15 



0,15 



0,14 



0,79 



0.10 



0,07 



0,14 



0,15 



0,7» 



ti 

Ei 



031 



0,70 



o,eo 



0,81 



0,79 



0,81 



0,55 



<W 



GOKPOSniOR 
da 

BOL ALIHINTAIRB. 



Foio •••■•• 
Fluide Mli?ain. 



Farine (Porge . • 
Fluide salifaire. 



ÂTotee • • • • • 
Fluide laliTaire. 



Orge Terţe. . . . 

Fluide salivaire. 



9D,4 
79,6 



idOfi 



84^« 
65,4 



1003 



46^07 
63,08 

10030 



67^ 



Luiene 

Fluide aaliTaire. 

Paille 

Fluide aailTaire. 

Avoiae. . • • . . 
Fluide saliTaire. 



Farine d'orge . . 
Fluide aallTaire. 



ii 



Li 



Feuiliet Teriea . 
Fluide aaliTaire. 



100,00 



883 
T/J 

1003 



193 
80,8 



1003 



513 
48,4 

1003 



100 



71,7 

883 

1003 



SSSS 
3- 



1000 



ii» 



lOOQ 

481 



1000 

8484 



1000 



1000 



ConeluH&ni. 

II r&ahe des dbservations raplport^ dans <;e tabfeaii : 

r Qae Ies foarraiges secs (palHe et foin) pendant lâ masti- 
cation, absorbent environ quatre fois leur poids de salive pour 
iire d^glutis par Ies oberaux ; 

2* Qiie Tavoiiie tritnr^e par Ies dents de ces mâmes animaux 
absorbe un pea plas de son poids pour 6tre d^glatie et bon- 
Tertie en bol alimentaire ; 

V Qae la farine d'orge n'exige, ponr cetie m^e opăration, 
qu'on poids de salive double da sien ; 

&• Les foarrages verts, tels qae Ies tiges vertes d'orge et feailles 
de vesce , en raison de r^norme qnantit^ dVan de v^gătatlon 
qa'ils contiennent, n'ont besoin qne de s*assimiler les quaranie* 
hait centiimes de leur poids de salive ; 

5*Chez lernoulon, la proportion de salive qu*exige Tavoine 
pour noe premiere trituration ne forme qae les quatre^vingt* 
O^ize centi&mes de son poids , tandis qae les feuilles et tiges 
vertes de la vesce n'absorbent qae Ies qnarante centl^mes pour 
itre d^gluties. ^ 



I » ■ 11 ^ ■ o— — — «■^ I 



K 



HOOVX^V PROCidi POCa CONSTATUI la PmfaSHCI i^o socrs 

• • • 

0AV8 l'uRDIS MS DIABinQUBS.' 

Par M. le dooteor Capbzsijou. 

La proprMt^ bien connae qae possâde le suore de rMoir» 
rosyde de cnivrei propiMi6 qa'oat Aliliste presqee eodateie 
lemps M. Frpmoiera et M. le profeaseu? Taddei, mals avec.des 
proedd^s un peil dlflKrents^ pour diMbigver eptre elles kt» dir^ 
vertes eapteea de socre, a dMani&(i M. CapeKsoeK lldte d!ei|. 
hira ane appliqeiioa aiile i la paUiokf0le< . : 

Ce n'eit paa oomme Tont Mk les dem prewlers «spiriipttH 
lHeerSt ă la solaiion albamioorpoieMiQue d'oiyde doicaivre 
qne ce tetier a.reeoiiriipimr dâfi^lev Texiaiepce duşuove dans 



A7A f omuuL wm 

rmina des ditMUqaes fraicheieiit recneillie et plaofe dans 
un vase cyUodriqoe ou cooiqae et ^trob^ niait tenleoieftt i ipet- 
qaes fnim d^oxyde de coivre bydiiiii, ei k voe tolBiiOD de 
potasse cansUqae , ^oatte en soflkante qiiaiiUiă poar dooiNr 
au liquide uoe r^action sensiblenient alcaline. 

L'op^ratioD se fait A la temp^rauire ordiiiaire i on agite le 
m^lange^ pois oo Tabandoiiae au repus. L'arine esl d'abord 
troubl^e par la pr^ipitaiion des pbon^bates qu'elle tieat ea 
dissoluUoDy et par Tozyde de caîvre qai s'y trott?e en sospcn- 
sioD ; mais ii se precipite peu & pen un d^p6t volumineux, et 
Ie liquide devient limpide : ce liquide est jaune p&le» ei prend, 
avec le temps, uue couleur jaune-oraoge , puis ronge-ji^obe. 
Le precipita forme offire d'abord une ieinie de bleu celestei 
puis, au boul de quelques beures, on voii se fonner 4 sa surface 
no cercle jauoe-seriQ qui s'^iend par degr^s, ei floii ordîDsire- 
meni pa^ enval^ir tonte la masse ; ensuiie, une conleor rovgi 
plqs on nio|i)jţ foneme f et disposte en forme de zone , vieat se 
W))l^tiiuţf k I9. cQUleur Jaune» soii en pârtie» soit en tetalite. Ce 
pheoomâne, qui se produii dans Tespace de vingi -qnaire hea- 
ras* nst Ja fesnkat de. kt r^aetioft dtt snere snr l'^xyde da c«vre« 
En?olei7^ oei omd&pani ştn ă pca roiygâta qnll cMlieef , 
Jusqu*â ce que la m^ist aaii endirsmeDt reivMM. Le sucre ab- 
sorbe Toxygdne, et an nnoalornift annoni ea acide formiqQei 
qjm UttmUâm avec ki poi^sse. 

Ii«qrdaciio« «« vive tariqn'alle $f0ptf9 snr le sncM da m^ 
aU , emaMT M arrive atee rnrîne des diabdMqoes 1 car on saii 
qile «tel cett# eapioe dcr siN)i« qo( s> tnmve eoMaoM. La som 
june et IU nsM rong^ qâi Idi svecMe sent rdelleaMM des ^ 
gnescaract^risiiqnesilelarpiaiaeDeedn sveredlttarailDedesdia* 
htAqfmi^nt<mmtm abiient JaiMia tvee rurlnedes individoi 
anlDs aitafleeite da flMMIea antres qoe le diiMt«. Oo pewrail 
cmMie şa» In priianti M nert «•Miir'dna 



DB piABaAcn At ftE TOxicotoGtk. vii 

868,116 ddmiâtlieu ă la prodaction At ph^Domines semMableft 
â een qai Tienneiit d^Aire Aforits, ptrce qae, comna oo le 
sait, ce sacre se rapprocbe beancoop dli sucre de raisin ; maîs 
oet effet n'est produit qne dans Ies eas od le sucre de lait se 
troiife contenu en proportion coBsid^rable dans Turine, et eii«> 
core ne se manireste^t-tl qn'atec une bien plus grande teniear. 
II en esl de Di£me k T^gard des urlnes qni renfermenl des 
kniles eeseniielles de târtSbentbine, 4e copaha» etc. 

Ponr plus de ceriKade , i'afiiteiir a fait une contre-^preave, 
so o|)4nnt de la m£ine mani^ saf de Ţarine fournie par des 
Mtjets sainsy et pr^atablement addittonnde de miel ou de sncre 
de raisin; ii a constaBiment encore obtena ia zone rouge sar 
le prteipii^ , et cela presqte toi^onrs «preş avoir ?a parattre 
la ceulear jaone serin . 

La mpidit6 avec laqoelle la r^action s'opire, el Ia TVfaeitrf 
pittsoa moins grande desteinies prodnateS) dependent, seit 
de la d^composition plas ou moins complexe de rurine, soit de 
fexcte de la potasse et dn tncre. Asssi , iorsqm le pfarinomtoe 
ie m iftnifeste pas dans l'espace de vlngtH]Qatre beores, sof- 
fiHl^ peu^ dritemâintr SM apparMte^ d*ajonter une pelil5 
(puntitd de poiaobe. 

Oe mof en de reeiniitte l'efcistenM da suere dans rmrme 
des dtafeddqoea est d^n ettplol «mi mdliif facile qqe sta* daos 
«tt rdaottatft. 

aacHEncB£8 sun la coastitution ghimiqub dbs semeuces 

DU LACTUGA 8ATIYA HORTBMSlS 9 L. , BT MOTBM DBN PRj6- 

PAEBB UH BXTBAIT SUSCBfTIBLB DB BBMPLACBE LA THRI- 

DAGB; 

^ tli'. GlOVASMI Kli&HINI. 

ti^^nteur, ă la page 22 5 de son CamMentaire de pre)fiarUttOMf 
anatyiei et observaiions ehimiquei ei pharmaeeutiquee ^ a 
traliâdQ i^Qc de la laiiue desjardins,6t âespr^parations^'on 



476 JOUBHAI^ Dl CHIUIE MfolGALB, 

en retire, c*e8t-ă*dire du iactucarium etde la/ArtVae«;mais, 
dans ses coDsid^ratioos exp^rimeaiales sur cette substaiice, ii 
ne lui est pas venu ă Tid^e de soum^ttre egalemeni Ies semeor 
ces de la mame plante ă racUon des agents chimiqnes. Ceue 
acnne Ta engagâ ă continuer ses ^tudes sur ce point, et ii pense 
âtre, par suite, arriv^ ă des r^snltats qui ne seroni pas sans ati- 
Iit6 pour la th^rapentiqae. 

Pour ce qui regarde Ies principes imm^diats qui oonstitoest 
Ies semeoces de la laetuea saiiva^ ii n'a rien ă ajonter â ce 
qu'il a d^jă ^crit, parce que, sous le rapport de la composition, 
elles ne paraissent pas diffârer du suc exprima des feuilles et 
des tiges de ce v^g^ial. Tontefois, ii y a constate Texisteoce 
d'une huile grasse, saponifiable, et d'une odeur sui genmrit. 
II a fait ses exp^riences sur Ies semences de la laitue des jar- 
diris^ ayec rintermide de Teau, et voici ce quHl rapporte des 
produits qu'il a obtenus, et des propri^t^ chimiques qni Ies 
distinguent. 

Ginq cents grammes de semences de laitue cultiva ont âi 
contuiăes» pais roises <n mâc^ration dans deux kilognunmes 
et^denii d'eau distiU^ Apris vingtHiuatre heores de contact, 
on sonmii le tout ă la distillation, et on en retira sept cent cin- 
qnante grammes d'un hydrolat doni d'uie odeur herbacfc trb 
proDoncee» ot qui paraţi propre au plantes cbiccMaoăes : ce 
liquide ne se troublait pas par raddition d*un solatâ d*axotate 

argentique. 

Le residu de Ia distillation fut pass^ au travers d'nne toile, 
el soumis ă la presse ; ii donna un liquide brun dair, qui ftit 
filtra puis evapora au bain-marie, Jusqu'i consistance de si- 
rop. II se rassembla, ă la surbce du liquide, nne huila fixe, de 
couleur I^girement verte, d'une saveur analogne A edle da 

bouillon assaispnn^. de beurre, et insoluble dans Talcool. Cette 

■ 

buile, ayant ^t^ reg^rfi^e QQOime d<poonrue d'action medica- 



DB PHAEMACIS BT DB tOXIGOLOOlS. 477. 

meiiteose, fat Up^rie da liquide qa'elle siârnag^ait; aprte' 
qaoi TevaporatioD fat contioade de la mame maniâre , et eo 
agiumt aans cesse jasqu'ă cousiştance extractiforme. L'ex* 
trăit ainai obtena prăsente Taspect de la gelatine qai răsolte de 
r^vaporatioD convenablement mânag^e de bon boaîUon de 
Yiande de boeuf $ ii a ane odeur d'osmazome assez caractăristiqae 
pour qull soit permis de croire qa'il euicontient ; par ia pres- 
sioo entre Ies doigts» ii laisse icoaler:ane snbstapce boilense 
qai, restant combin^e ayec Ies antres mat^riani de Textraiti ne 
rancit pas avec le temps. Mis en contact ayec Ies organes du 
goftt, ii presente une satear amire, mais qai n'a rien de 
«Msagrâable ţ 11 ne fait pas ^prouyer la moindre sensation d'ane 
mati^e saline* Dissous dans de l'ean distillte, et essayi par 
razotate d'argent , par ies sels barytiqaes solables et par ies 
acides, ii ne presente aacane trace de sabstance saline. Get ex- 
trăit, urnita par Talcool ă 36 degr^s (BaomQ cMe facilement k 
ce menstrae sa pârtie am&re , dont on peut retirer, par nn 
traitement appropri^i la thridace pure qai constltae alors nn 
mMtcament prteieux poar le praticien, en raison de i'absence 
complete des sels qai en diminnent ordinairement la yalenr 
ih^rapeatiqae. Donn^e int^rieorement dans cet dtat, elle pro- 
care da sommeil, elle calme Ies doalenrs, la toax et T^tbisme 
nerrenx, avee moins de oertitode, 11 est Trai, qoel^ami mais 
anssi atee moins d*irritation qoe ce demier . 



ava l'eiipi.01 vb l'bspbit bb bois ▲ ii*icLii|U0B» 
M. Fabre annonce qae, placi k la t£te d*an tohiissemeat 
dans leqnel on distille le bois en vase cloSi 11 a fait des exp^ 
riences dans le but d'appliquer de la maniire la plus avanta- 
g«Ne Ies divers produits de cetie industrie 1 11 a vq, par soite 
de ses opirations , que Vuprii de boU peut iire emplofi k 
rMairago. Ce liqvide, obtena par one troisiin» distlUatimi 



est liiiipid#i*tMofere, d'ane odeur fortemeiit ^tbMe, 11 Bir* 
^« te 6S k tO degr^ ă Par^omMre cefit^imal ă inie.teiip6- 
ramre de <«H M degr^s. 81 Yott tfiMe k parties de cet espric 
afiisf rectNM ă ane pârtie d'esseace de tâ*£bentfaine aa«i 
reciilde Mt la ^baux vive, ob okiient an liqufde qui , plao< d»s 
itCie laikipe k e^rh de lin, oloaie d'an beo analogne i ceiri 
diMdrt M 6ef si^n pcrar le mdlaiige tpi^tm noarnid aajoufd'hni ky- 
dfbgtiM liqttlde, brflle i(ve6 ime belle lumi^ blandie sus 

SANO LACTiaOllIT. 

Le aang d^me ^Sâi% taiie i u bomme du aânrioe de 
M« Rayer^ a doont da afraai laeieseem. Gette parUcolarice 
dialt due, cofluoe li. Qudyemte a*«n est asaure, k Ia pr^aeaoe 
d'aae matidf e graaie. Au microaoape, ce s^nm hd a prtenie 
olie anilliilde de graMiiei aaaeB semblablea aia noyaaxdes 
| )iaba i e o pmrMeou. Le globule do ckjle n'e$t pas ^tteeniaire : 
aat^neareflMnt i lai, ii y a le granale moKcalatre qiti eac forni 
d'iiM fllaliii^ grafiae. ¥ a«raît«41 aa ireoble de la Buirklondaai 
leqnely par uBa raaon qaeleottqM^ Ies granolasiie ae prea- 
Amîeni pas t» glaboles ?... 



baus iM bilk **AiMI«obMs1M^ , iAailiits wkM a*Hii- 
tottt* VMT itifoU6MiîalK»t #A* U nou cttisi tna 

Pă)^ M; AitaBD Tatloe. 
£/*OMiry ftppta avdir rappbrtil tpi6 făi^iimld a dtd Mifl 
dsaeid <atig ei dans rniiae dts lIldAMie, rnuMtouMM dais l*»- 
rlM ii dMM M^ fftMMi «t Ifr eiiMV 



nent des mtiiiaiit empoUoDD^i ăvec ce iii<ial , (andi« qM M 

ttercQra n'ă encore iii rencootr^ ni dans le sang , ni dans Iei 

ttnides iâcrM^ de niomnie ou des animatox, donne Ies d^iaili 

(Tini empOlsonnement paf le plomb , observa surunevache, 

et oft II a constata Ia pr^aence du pioittb dans le lait. Yoici letf 

priDcipaleft cifcoDStanceâ de cet empoisonaemeiit , qai ne mau- 

qaepoiDt d*i]it4rdi sous le point de t ue de la toiicologie el de 

fhygitoe. 

Uoe vacbe avale une certalne qnaiitittf de carbbnate ăd 

plomb qni avait ^i^ pr^par^ poar la peiâture , et que Ies peln- 

tres avaient laiss^ o^giigemmeDt ă la port^ de cet animal ; ii 

7 avait entiron noe demi-Iivre de couleur. ^eu de teinps aprte, 

la vache pariit £tre dans un 4tat de vives suffrances , i^estant 

dans an ^tat de contractare prolong^e et Ies cornes âx^es 

coutre Ia maraille; elle eut une constipation opiniâtre^et 

le huitiime joar une pai^lysie g^n^rale du tronc el des mem^ 
bres qoi ne Ini permetcait plas de se tenif sor ses Jambes. De 

fortes dosea de sulfate de magn^sie , de carbonate d'ammo^ 

aiaqoe et d^essence de tdfâ^entbhie tti! forent administr^es , 

pnis de^qnantitds consid^fable» de stfHhre de âonde en sdlu- 

tion. La Taehe ftat ph)ntptement soilhig£e , măline fht gn^rie 

ca a p M s cM ent qa'ao bom de dhi aeinaiWB ; eBe teii, ă l'dpoque 

de f accident pleioe de deax moii et demi, et« tfois sentines 

aprtSf elle mk bas «oTeae qai avait touie la ferea de aon ăge 

<i qai a^oIBralt aMcoe c^aee de a e a l li r au ee. 

Pendant qne la vacbe souffrait des accidents de reaqioiaDn<* 

BOMit^ ea raab iil^aatciir uae piote #e aoa bk, pear qa*U 

^FcxiariBAt; iile treava rkhe ei trisNtteieua. ApMa ea avelr 

i<par<laef6afettte»trailaftoiiee paip rb^dio^ealftee d*am-» 

ttoalaqaeiial B-f rdtAla aaeaii indiee de rexisteaoe da pionib« 

Peasaac aiort qae le m^aal ai dbvait y 4t#e qpi'eo trte^peiil» 

ptoporifaa I ifti» Maair an eeamdl de gii bydreiftiM saltar^ 



680 JOUKMALi^DK CHIHIB MiDlCALŞ, 

ă travers iO onces du mame lait , et , au boul de pea de temps, 
tout le lîquide prit une teinte d'un brua tr6s-/onc^ , et , an bont 
de quelques heureSj ii y avait au fond du vase un prfcipite 
noir et floconneux , mais eu si petite qaaDtit^ qa'oa ne put le 
traiter par aucun des moyens propres ă faire reconnatire le 
sulfare de plomb. Cependant M. Taylor croyant devoir faire 
quelques exp^riences comparaiives avec Ie lait d'autres yaches, 
fit passer dans denx ^chantiilons de lait en ^gale quantiie, qd 
courant de gaz hydrog&ne sulfura , pendant plusieurs heores, 
sans y d^terminer la moindre alt^ration. 

Mais y ayant mis une tr&s-petite quantittf d'une solution d*aD 
sel de plomb, ilne tarda pas ă voir apparattre la coulenr 
brune qu'il avait observ^e dans Ie lait de la vache empoisonnee. 
L'auteur fait remarquer, en terminant i comblen la coulenr 
blanche du lait favorise , dans cette analyse , Ia d^ouverte de 
petites quantit^s de suKure de plomb coir. 

U n*en serai t pas de m6me si on operai t sur le sang oii sw 
Turine. 

BMPOlSOHIfBVBlIT PA& JM DBUTOCHLOaUBE DB ■BBCUBB. 
QUBSTIOIf IMPOBTARTB DB MiDBGIIfB LAGALB. 

L'obsenration d^prte, due au decteur Taf lor, eit trfts-re- 
marquable par cette particularii^, qoe FindivSdu qni Ta oferte 
^nt mort cinq Jours apr&s a:roir avalâ 8 graott&es de aoblimi» 
aucune parcelle de oe polsoiir n'a M remnmte par fanatj» 

chlmiqne. 

Un honme de trente-hait nt^ bieo oonititiitf, atvale A fram* 
mea de sublim^y puls tt boit one pinte d'eatt. Quatre ceafi Iti^ 
aont fanmMlatement administra Tomiiaementa abondaots; 
albumipe ă plusieurs reprises. Une aaliration coaaid^rable ae 
manifeste avec gonftement de la kngne ţ Ies vomiaaemeiits per- 
sistent. Ualbomiofe de vingt qoatpe ceuli eal avaMe par le om- 



DE PHAAIfACIE ET DE TOXIGOtOGIE. &81 

Iade, oQlre deux pintes de lait. Les mfimes symptdfDes per- 
siiteDt avec des selles sanguinolentes et du d^lire jusqu'ă Ia 
mort, qni a lieu cent trois heures aprte TiAgestioD du sel mer- 
cnriel. 

L'examen des orgaoes n'offrit qne des alt^rations habituelles 
apris un empoisonnemeut par le sublima. L^analyse chimique 
fut faite ayec soin. On chercha d'abord s'il ^tait vesti quelque 
trace de poison dans Testomac : a cel effet, les liquides que con- 
teoait ce ^iscare ayant ^t^ acidul^s par Tacide chlorhydrique, 
VD fii d'or et de zinc y ftit plongâ pendant pinsieurs heures, 
mais sans aucnn r^sultat. Ces maiiires, soumises ă IMbuIliiion 
pendant deux heures, ne produisirent pas la moindre tacbe sur 
Tor : preuve qu*il ne restait point de sublima ă l'etat de solu- 
tioD. Pour s'assurer s'il existait du sublima combina avec Tal- 
bumine des oeufs ou des tissusi on hacha l'estomac, on le fit 
boniilîr avec Tacide azotlque; apris avoir satura Texcfts 
d'acide, on traiu la liqueur par le fll d*or et de zinc, mais sans 
saccte. L'examen du sang de la rate , de la s^rositâ du p^ri- 
toine n'a pas signal^ Ia moindre trace du sel mercnriel. 

La conclasion de cette observation , remarquable au point 
de vue m^dico-Idgal , c*est que les experis ne doivent pas , en 
mati&re d'empoisonnement, afflrmer qne Ia pr^ence du poison 
dans les organes de la victime est la seule preuve certaine que 
Ia mort ait ^t^ le resnltat de Tingestion d'une substance v^nâ- 
neuse. 

EMPOISOICNEMERT PAR ABSOEPTIOII. 

Tine affaire des plus importantes sous le rapport de la m^* 
decine legale a ^t^ appel^e, le 18, devant le tribunal de poHce 
correctionnelle de Pontoise. II s'agissait de deux femmes qui 
avaient succomb^ j)ar suite des traiiements qu'on lenr avait 
bit aubtr. Ces femmes ^taient affect^d'un cancer au sein. 



A83 lOUaifAL DB eBip» MiOICALB, 

Depnis tongteiDps oq 3avait ijue |a feoime DdilleiditeU 
^0rdehale d^Om^f^ 96 livrait k Tesercice ill^gal de Ia oiMe- 
cioe, el qa'ă T^ide d'une poadre eUe ir^iţait lea ulciresi can* 
cersy etc. Deja une premi&re foia elle avaU ivi tradaile ea 
ppUce c9rreciiQiinel|e i pi|is coqdafiin^. 

Celte renunci oe voulai^iplaa exerqer ouyertementi s'ama- 
gea avec le sieur Barub , docteur en macine , qui exerce i 
PoDtoise. Barub a ^t^ xe9u en Aogleierre ; mais ii n'execce ea 
France qu'en verlu d'une ordonnance di| roi. 

Yoici ce qui est r^uk^ de cetie aasociation et ce qai i^ attir< 
rattention de Ia jusiice (1). 

II ; a quelque temps, une dame Auvillain, babitant Pariiiet 
qsi ^lail affeci^ d'uQ cancer au aein» ae presanta, le %l no- 
vembre dernieri cbea la femme Deliilei 14 elle Ux opirfc 
ea rabsence du sienr Barub par le sieur DeliUe en pr^sence 
4e sa femme » celle-ci ^laut malade. La dame AaTiUain, aiasi 
opâr^e j ^proava peu de temps apr^s et pendani la route une 
ifriiaiion vive, une soif ardente, un malaise g^n^ral : bientAt 
snrvinrent des vomissementa , une fiivre intense , des d^eo- 
tioiis sanguinolenies, le delire, Talteratlon de la voix. EUe 
snccomba le 29 novembre , sept Jours apfte ropăraiioa. La 
iusUcOt saisie de cette aSiure, Si analjaer Ies BMii^res appii- 
qu^ sar le sein par ]dM. OUivier (d'AngersX Chevallier «i 
Flandin , et 11 f ut reQoanii : 1^ que le medicameit appiiqiri 
aur le sein de la malade , et qni consistait en un emplâtre r^ 
couvert d*nne poudre rouge que Toa avait appliqo^ sur dei 
Incisions faiies sur la pârtie maladeill la suite d'incisions faliei 
avec un canif , renfermait de Tarsenic blanc , de Vaeide an^ 
nieuxj T que la mamelle soumise k des operations cbinuqaes 
fournissait de la substance toxique , de Tarsenic ; 2* que Iei 

(f) OaasdMBandaoonmaiitcadAitaMalIoBBtimitSDMri. 



DB pnkwmn vr bb fo»QQi'«>oiB. AM 

lotm oi«9«e6 ei^traî^ da qi4«vre de la dame AuviUain ne 
cootmiieol paa de oe poiaon* 

De9 reeh^rcbes f^ites aa domicile de la fewiao PeUHe Mie- 
Bireot la saiaie d'aoa poivriire dans laqiieile oo iroun la 
compotition (1^ pondre) employ^e par la femme DeHUe coelrş 
le cancer i on recopmu qw ceue poadre conteoaii li peur 100 
d'acide ars^oieux, et %i partida de aolfure d'arseiiic ree(erf|iai)| 
00 peu d'oxyde de fer. 

Pea de tempa aprâa Ia wert de Iţ dame Anvillain » la damf 
Girard , de Jouy-en- Josas , prâş YeraaUlea» el qei ^taîi aeasi 
affect^e dun cancer ae seiţiţ ae pr^epta k Oany le )7 novem- 
bre ^ \i elle ful op^r^e h Taide du m^me proc^d^ qui avaU iti 
mis en usage pour la dame ApTillain ; maî$ ce proceda fat ap<* 
pliqa^ par le aieur Barub , en prâsence de la (emma Delilki* 
Les i^soliats de cette op^ration (^reiu dea piua funeaies. La 
dame Girard saccomba le 2 decembre, cwiiiie a^aU auccombd 
la dame Auvillain , apr^s avoir eproayd dea aympl6mea sem- 
blables ă ceuxqui avaient ^t^ observes cbez la dame Auvillaip^ 
et en pr^piaot toua les symptdmes d'un empoisonnement par 
Tarsemc. Uanioritâ , ă laquelle se fail ful defiăr^ i fit faire une 
aotopsîe le 21 decembre, et MM. Bayard t Cbevallier et Flan* 
dinfureut cbarg^s de Tanalyse cbimiqne dea organea esiraita 
da cadavre } ils reconnurent i* que TemplAtre appliqo^ sor le 
sein de la dame Girard ^tait reconvert de la poudre ars^nlcale ; 
2* que les organes extraiis du cadavre , le foie , le cmur^ la 
rate , Ie sein, le rein , conteoaient de Tarsenic i 3* enftii qoe 
cette femme avait succombd k on empoiseniiemeiil par ce 
toxîque. Devanc le tribunal de Ponteise, M. Yemoiay docte» 
ta mMedne ă Paris, qui avait donn^ des soins ă la dame Au- 
Yillain; M. le docteur Yitry, de Yersailles, qui avait fait Tau- 
topsie de la dame Girard ; MM. Cbevallier et Flandin , qjui 
avaieni fail Tanalyae de la poudre employde par les iucnlB^ 



ft8& lOUANAL DE GHimE MiDICALIi 

et des organes des deux personnes d^căd^es, ont ixi entendits: 
tous ont ^t^ d*accord poor d^clarer qne la mort des dama 
AaviUain et Girard ^tait le r^snltat de l'application d'oae sob- 
Btance toxiqoei de Tacide ars^nieux, falte d'aoe maniere im- 
tioDnelle (1). 

La femme Delille avait , comme c'est Fasage , fait appeler 
un assez grand nombre de t^moins , qai, ea venant d^clarer 
qu'ils avÂient ^l^ gu^ris par ses m^dicationSi Tenaient aassi 
attesier que cette femme exerţait ill^alement la mMecineet 
Texerţait coDtioaellemeDt (2). 

M. Soret de Bois- Brunet pr^fdait; M. B^riat St-PriX| pro- 
cureur du roi, occupaii le si^ge du ministere public. L*aifaire 
ftit conţinuse au 30 juin, et le jugement qui fut prononcd le 
25 juin est le snivant : 

« Consid^rant que la mort de la demolselle Auvillaia est 
imputable ă Timprudence des ^poux Delille ; 

« Gonsid^rant ^galement que la dame Girard a succomb^ i 
reffet du toxique appliqu6 sur elle par Baruh ; que cette pre- 
paration, formul^e contre Ies r^gles Ies plus vulgaires de firt 
medical, et dansjlaquelle Tacide ârs^nieux entrait pour 75/100, 
combina k 25/100 de sulfure d'arsenic et d'oxyde de fer, mise 

(1) Le sicur DdiUe ^talt» en oatre, aocos^ de la mort d'oae dame O* 
cfaelenz, morte en 1842» et d'an aiear Harang de Fr^pUloa » âMââ ei 
1843 ; mala II n'a pa ^tre Stabil al le dtete de cea deax peraooDCfl poi* 
tait ^tre attrlbaâ k Pioflaence des mddicatlona auxqaelles ces malada 
afaient ^t^ aoumb. 

(a) II nona aemble que ces d^positSons» qutlquefoii vmies, quelqwt' 
fdis mensotigires 9 d^poaitlons qal constatent un d^lit » ne defraleatpis 
^tre entendaes devant Ies tribanaoz ; c'est ponr Ies ^arlatans aa pai** 
aant moyen de faire connaltre lenr adresae et de Yanter lear piaac^i 
aussi Fan d'eaz disait*il : Si Je pouvais iîrt condamni en polict cot' 
rtctionnelle, ei que ceia nefât pas cher^ ce temut une bonme ajfainţoer 



DE PHARHACIE ET DE TOXICOLOGIE. &85 

en coDiact avec Ies chairs fraichement incis^es jusqu'au sang, 
constiluait de Ia part d'un m^decin une imprudence grave, une 
faute lourde, des suites de laquelle ii doit âire responsable ; 

< CoDsid^raDt en outre comme prouv^e, ă T^gard des ^poux 
Delille, Ia pr^vention d'exercice ill^gal de la m^decine; 

< Leur faisant application des articles 319 du Code p^nal , 
35 et 36 de la loi du 19 ventose an xi , et de Tarticle &0S du 
Code p^nal , condamne Baruh ă 500 fr. d'amendes , la femme 
Delille ă 300 fr., Delille ă 200 fr.; 

« Declare Baruh et Delille acquittes des poursuites quant 
au chef de blessures involontaires sur la personne de la femme 
Cacheleux; 

« £t en ce qui touche Ies conclusions de Ia pârtie civile : 

• Dit quMI y a lieu ă surseoir jusqu*ă ce qu'il ait iii statua 
sar Tappel incident des ^poux Delille. » 

Le ministere public a immâdiatement interjet^ appel ă mi- 
nimA de cette decision. 

Cette affaire sera de nouveau plaidee ă Versailles. 

Ii a iii dit dans le cours des debats qu^en Alletnagne on 
iniroduisaii Farsenie dans Ies fromages. On a pu voir dans 
Ie num^ro d*octobre du Journal de chimie medicale Ies ac- 
Gidents qui ont ^t^ dătermin^s par Ies fromages qui avaient iii 
trait^s par Tarsenic pour pouvoir faire mourir Ies vers qui se 
deveţoppaient dans ces aliments. 



RouvsAu pRocini poue RECOimArrRB lbs tachbs de sârg. 

Le num^ro de jnillet des Annales d^hygiene renferme un 
DOQveau proc^dd conseill^ par M. Persoz, professeur de pby- 
sique ă ia Faculte de Strasbourg, pour reconnatire ies taches 
de sang, et consistam dans Temploi de Tacide hypochloreus. 
Cet acide, disait M Persoz, deiruit imoi^diatenient toutesles 
taches , excepte celles qui sont form^es par Ia rouille ou par 
V siRiB. 11. 37 



A86 JOURNAL DB CHIMIB ViDICALE. 

du sang. Ces derni^res deviennent d*uD bruo noirătre par le 
contact de lacîde ; îl est d*auiant plus importam de faire usage 
de Tacide bypochioreux , qu ii arrive souveot quedestaches 
de sang qui se trouvent sur Ies tissus perdent la propriile de 
se dissoudre dans Te^u, et ne peuvent par cons^quent pas £tre 
d^cel^es par ce moyen. Quelque tenips aprâs cetle comţiaiii- 
cation^deuxpharmaciens deBordeaux, cbarg^sd'une expertise 
m^dico-Mgale, essay^rent, d'aprte Ies conseils de M. Orfila, ce 
nouveau proc^d^ 9 mais ils remarquirent que Ies laches de sang 
directement faites par le jet du saog contre r^toffe » et celles 
produites seulement par le contact d*un objet tach^ de sangei 
encore buniide , se comportaient diff^remnient ; tandis que Ies 
tacbes directesbrunissaientd*abord,p&Ussaienţun peuensaite, 
etpersisiaient mame aprâs plusieurs beures de macăraiioo dans 
Tacide bypochioreux , Ies tacbes mediatement produites ou 
secondaires dlsparurent eu pârtie seulement de la mAine ma* 
ni&rei c'est-ă-dire que Ies fils de la trame , plus sailiantsqoe 
ceux de Ia cbatne, et qui, par le contact de Tobjet sauglani, 
avaient dA s'imbiber davantage du liquide , conservirent aoe 
empreinte brun&ire; Ies fils de la cbatue seuls furent d^colo- 
t6s, Cesexperts pens6rent donc, d*aprăs des expdriences re- 
p^t^es , que ies tacbes directes et Ies tacbes secondaires se 
comportaient de deux maui^res diffdrentes , cbose importante 
et qui n*avait pas encore -eli signalee. 

A cepropos, M. Orfila cruţ devoir multiplier Ies exp^riences, 
et cbercber ă constaţer d'une muiere posiţîve l'^iion de IV 
eide bypocbloreux sur Ies tacbes de saog. Voici Ies codcIu- 
sions auxquelles ii est arrivâ : 

l"* De tous Ies moyens propos^s jusqu'â ce jour poor recos- 
nattre Ies tacbes de saog, celui qui cousiste a traiter ces tacbes 
par Teaui et a agir ensuite sur la dissolution, est sans contre- 
dit le meilleur. M. Persoz s'est trompe lorsqu'U a dit que soa- 



YeDt Ies taches de sang qui se trouvent sur des tissas perdent 
la propri^l^ de se dissoudre dans l'eaa, et ne peu^ent 6tre con- 
s^quemment d^cel^es par ce moyen ; 

3* L'acide faypocMorenx n'a poînt tous Ies arantages qn'oo 
lui a suppos^. Les taches de sang, minces ou ^paisses, răcentes 
4NI 9Poi#piieş , di«p9rai9WD^ m^Uifum^iiX ou prenqne eoţUre- 
P^rpar na s^îouir un peu ptaioip^^w l'w^ dypochloreax. 
Si quislqueş-unes demCre ^lle» ne disp^ir^waQQt p^ compl^te- 
menty loin d^ deyenir d*un rouge brwii elles n^ laissent qu'une 
teinie grisfttre, coAservanţ queiquefoîs sulemeni une colora- 
iloo brune â )eur centre. Lşs i^cbes faites sur un Unge avec 
des substanpes gra3ses et la garance, TorcaneUd, etc. , se com- 
ponent avec Tacidc by^ocbloreux & pw pr^s cpmme Ies taches 
de sang ; 

3"* Cependant» 8*U est insufflsant pour faire reconnatire po- 
sitivement qu une tache est form^e par du sang, Tacide bypo* 
chloreux peut £tre employe avec avantage comme moyen ac- 
cessoire, pourvu qu^il ne reste en contact avec la tacbe qu'une 
ou deux niinuies au pluş, temps pendant lequei ii ne fait pas 
disparaltre ie sang, et se comporte autrement avec les autres 
8ubî4ances colorees \ 

h^ U est ineiScace pour distinguer Ies taches epaisses de 
sang sur du Ter, el celiesproduites par la rouille ou par le m^- 
lange de substances grasses ou de colcoihar ; 

5^ La deriiiere proposiiion de M. OrQla n*est autre chose 
quela reproduclion deTopinion des pbarmaciens de Bordeaux, 
relaiivement aux taches directes et aux taches secondaires du 
du sang. 

Note duredactenr. Des exp^riences faites, 1* par MM. Or- 
fila, Labarraque et Chevallîer \ 2"* par MM. Orfila j Cuuereau 
et Chevallier, ont fait voir que Tacide hypochloreux etaiiun 
moyen qui ne pouvait pas, dans la plupari des cas » 6tr9 tin? 
ploy<. 



A88 JOORMAL DS GHIMIE M^DIGALS, 



BST-IL P08SIBLB D9 DISTIUGUBR Lk CBRD&B QUB LAISSB LI BOIS 
BRVLi , BB CBIXB QUI SBBAIT LB BfeULTAT BB UL COBBUSTIOI 
b'ub bufant BOUTBAU-Ni ? 

M. Orfiia fut condoit ă s'occuper de oelte quesiioh par b de- 
mande qne lui fit un professeur d*ttne ^le secoudaire de 
mMecine aaquel elle aTait it/6 posde. Sans entrer daas le d^ 
tail des nombreuses expdriences auxquelles rauteur s'esi iim 
dans cette circonstancei nous nous contenterons de reproduire 
en abr6g^ Ies conclusions qu'il a era pouToir en tirer. 

l"* Lorsque la cendre d'un feetus ne sera pas m^langfe de 
fjragments d'os qui permeitent de la distinguer au premier as- 
pect des autres cendres, on la recoonattra aux caractires soi- 
vants : si on Ia calcine avec de la potasse dans un creoset de 
porcelaine « on obtient du cyanure de potassium , facile â con- 
stater par Ies r^actifs ordfnaires ; en traitaot la cendre par 
Tacide sulfariqne , on d^gage constamment de Tacide sullby- 
drique. La dissolution acide qui en r&ulte apr^s une reacUoa 
de deux ou trois Jours , contieni loqjours du biphosphate de 
chaux. 

2* La cendre des charbons de châne et de sapin , calcin^ de 
fliAme avec la potasse , ne coniient pas de cyanure de potas- 
sium, ei ne d^gage pas d'acide sulfhydriqne ; elle ne fonmit 
pas de biphosphate de chaux par Tacide sulfariqne. 

S^La cendre des mottes ă brfiler et du sarment de vigae 
laisse seulement d^gager quelques traces d'acide sulfhydrique. 
^ .jH b!" La cendre du coak ne fournit pas de cySinure de potas- 
silim, mais donne une proportion notable de biphosphaie de 
chaux avec d^gagement d'une grande quantite de gaz sullby- 
drique; 

r La cendre de ch6ne ou de sapin i m^lang^ de cendre de 



DB. PHA&lfÂGlB BT 0B TOUCOLOGIB; A89 

eoak^ et de d^bris de matiires aoimales , se comporte, k peu 
de chose prâs, comme la cendre du totns, si ce n'est qa*elle 
fournii beaucoup moina de bleu de Prusse , d*acide sulfbydri- 
que et de phosphate de cbaux. 

6* La cendre de tourbe ne foumit ni cyanure de potassium,' 
ni phospbate de cbaux » mais elle degage beaucoup d*acide 
solfhydrique, quand on la trăite par Tacide sulfurique pur. 

V II suit de ce qui pr^Me que ies experts devront itte ex- 
cessivement r^serv^s avânt de se prononcer sur la nature des 
ccDdreSt toutes Ies fois qu'ils n'auront pas pu s'assurer que la 
combustion dufoetus a 6x6 op^r^ avec des bois de chfine ou de 
sapin, ou avec d'autres bois qui ne conliennent ui de l'azote, 
ai du soufre, parce qu'il existe d'autresmati&rescombustibles, 
qui ă la rigueur auraient pu £tre employ^es , et qui se compor- 
tent, sinoD avec tous , du moins avec quelques*uns des agents 
indiquâ, ă peu pr6s comme la cendre des foetus. 

nOUVBAU GOBTRB-POISON nu DBDTOCHLOBURE DB HEBCnBE. 

M. Ponmeti d'Orl^ans, a public dans Ies jănnales d^hygiene 
an m^moire dans lequel ii propose de substituer ă Talbumine 
et an gluten» regard^s Jusqu'ă pr^sent commş Ies meilleurs 
contre-poisons du sublima corrosif, du proiochlorure d'^tain, 
qui Jouit, comme on le sait, de ia propri^tâ de d^composer le 
poiion, et de le rMuire & Tătat m^tallique. Le protocblorure 
d'^tain a le grand avanugei selon Tauteur, sur Ies autret con- 
tN-polsonty de se rencontrer dans toui Ies laboratolres, dans 
tontei Ies matl&res mMlcales, et d*Atre InfaiUiblement suivi 
de suocte. M. Poumet s*est llvr4 ă une s^rie d'exp^riences , 
dasquellet ii rdsulte que si i'on donne Ie contre-poison avânt 
Ies premiera vomissemenis , ii convient d*en faire prendre une 
qoanUtd ă peu prâs double de celle du compost mercuriel. Lors- 
qu*il y a eu des vomissements , ii ne faut doimer qu'une dose 



iDoindre, ăppf olimaciyeineiit douMe de la qnantitf da fiel Mt^ 
tufiel non endore voftiie. 

Note du r^daeieut. Noas ne sanrions doser, dans nn css 
d'empoisoDnement , la quantit^ de chiorure dViain ă dcmner, 
nous aarions peur de d^terminer des accideots dos au chio- 
rure d'etaia. 



Mta 



se 



LOf SUR LA TElfTB DES FOISOIfS. 

La loi sar la vente des poisons a ^t^ pr^sent^ dans Ia sârnce 
du 1*' juîUet de la Chambre des d^put^s. Personne n'ayantde- 
niande la parole , la chambre a proceda an YOte dea ariicle^ 
qui scot ainsi condus : 

« Art. 1''. Les contraventions aux ordonnances royales 
portant r^gfemeni d*admioisiration publique sur la Tente, Ta* 
ehat et Temploi dea substances T^n^neuses, seront punies d'une 
amende de 100 (t. k S,000 fr., et d*an emprisonnement de six 
|Ottr^ ă dent inols, sauf appiication, s'il y a lien, de Part. U3 
dtt Code p^nal. 

• Danstousles cas, Ies tribunanx poarront prononcerla 
cenfiscatioD des substances saisies en coniravention (Adopi^.* 

• Art. 2. Les art. 5& et Si de la loi du âl germinai an n» 
seront abroga ă partir de la promnigation de rordonoance 
qui aura statud sur la vente des substances v^n^neoses. » 
(Adopta.) 

Voici le răsuflat du vote d'ensemble : 

Nombre de votanta S36 

M^oritd absolue 119 

Pour Tadopiion SS6 

Contre.» * 

La Chambre a adoptd. 

A propos de cette pr^sentation , Thonorable M. Tiillaadiary 
qut d^ă a bien vdula s'occnper de Ia Ici sur Vetetcit^ de !• 



DB PHAAIÎACIB fiT DE TOXICOLOGIE. &91 

pharmacie, et prendre Ia ddfense de la professlon, â demand^ 
qoele gouvernenient prtt desdispositionspourpr^senter cette 
loi. 

M. le ministre du commerce a r^ponda qve le gouvernement 
s'en occopait avec activit^. 

Observaitan importante. Cette loi a ^t^ inser^e au ilfo- 
nitiur^ mais elle i{ abroge pas imme'diatement , eotnme le 
petisait Tun de nos cotlegtiei. Ies art, SA ei 35 de la loi du 21 
germinai an XI/ ii tCy aura abrogation que lorsquetordon^ 
nanee eomplernentaire de la loi aura păru. 



lODlPIGATIONS A APPORTER DANS L ArPARElL RE MARSH f BV 
DANS LA NiTBODE DE GARB0III8AT10N DES SUBSTABCES. 

M. Btondiot pcDse qu'on doit apporter deox perfectionne- 
ments ă la meihode de Marsh pour Ies recherches mădico* 
I^gales : i* eu faîsant la d^sorgaoisation des matîires animales 
par l'acide sulfurique, comme le coDseillent MM. Flandin et 
Danger, ii ne faudrait pas carboniser jusqu'Ji avoir un charbon 
legeret friable, ce qui cause une perle de la maii^re toxique; 
îl faudrait s*arr6ter au moment od Ies matiires ont une consi- 
stance p&ieuse, reprendre par Teau et faire passer ă travers la 
liqueur un courant de chiore pour d^truire Ies matiires orga- 
niqaes. Cetie liqueur serait employ^e pour agir, avec Tacide 
suirurique, sur le ziuc; 2* Tappareil de Marsh serait ferm^ par 
DD lube de Woulf, ă travers Tune des lubulures duquel passe- 
rait un tube portant des iames de zinc enroul^es en spirales. 
Pour ralentir ou acc^l^rer Ie courant d'hydrog^ne, on ^l^verait 
oa on abaisserait ce tube , el la liqueur agirait alors sur une 
plus ou moins grande surface du zinc. Nous reviendrons sur 
ce sujet. 

Nous donnerous, dans un procbain num^ro, des detaila plus 
expliciu» sur le travail de M. Blondlot. 



&92 JOUBNAL DB GHIIIII MfolCALB, 



nOTB SUB L*HTPO-SULFITB DE 80UDE OU SULf ITB 8ULF0BB DB 

SOUDE. 

Par Emile Movchor, pharmacien, ă Lyon. 

L Aheille mSdioale da moift de juin consacre nn articleen 
faveur de l'bypo-sainte de sonde. Cette feuille deplore comme 
nous le complet abandon dont ce puissant agent a 6x6 Tobjet, 
et applaudit en m£me temps aux louables efforts tent^, avec 
un succâs complet, par Ies dermatologistes Ies plus disiinguds 
de noire ^poque, pour remettre en credit nn produii qae Ies 
louanges de Cbaussier et de Biett anraient dft metire ă Tabri 
de tonte influence fâcbeuse. 

£n feliciiant M. le docteur Quesneville de llieureuse idee 
qu*il a eue le premier de remettre en honneur nn anti-ber- 
petique aussi recommandable, reprochons-lui d'aToir fait sa 
propri^t^ exclusive des moyens qu'il met en usage ponr b 
pr^paration de son sirop d'bypo-solflte de sonde, et deman- 
dons-lnî la permission d'^tablir ane formale qni de?ienne la 
propri^tâ de lous. 

Le sulflte sulfura de sonde se prâte facilement, par sa na* 
ture, ă ce genre de transformation. Sa grande solubilit^ da&s 
l'eau permet, en effet, de recourir ă ce moyen sans avoir i 
craindre ie moindre insaccte, et tout pbarmacien qni toii- 
drait se donner la peine de mettre un moment son intelligence 
ăcontribution, pourraitâtre ă mdme de constituer ane fomole 
rationnelle. En voici une que je crois aussi bonne que celle 
de M. Quesneville. Elle est d*une grande simplicit< \ aussi 
n'a-t-ii fallu qu'uo moment pour y r^flecbir et la mettre i 

execttlion. 



DB PHABMAGIB £T DE T0UG0L06IB. &9S 

«Strop tthypo-iulfiie de ioude. 

Pr.: sulfite sulfura de soude &5, 

£au distins &55, 

Sucre en poudre grossiăre. ... 1000. 

Faites dissoadre» ă froid, Tbypo-sulflte dansTeau dislill^; 
ajoatez le sucre ă ce solui^ et op^rez-en la soluiion ă Ia temp^ 
ratare ordinaire, ou ă la /Cbaleur d'un baia-marie, pois filtrez 
le sirop an papier. 

Trente grammes de ce sirop repr^sentent un gramme 
dliypo-sullite, et qui permet de Teniplojer depnis trente jus* 
qa'i cent-viDgt-cinq grammes dans Ies vingt-quatre beures. 

Âucun inconvenient ne paratt attacbâ ă Tbypo-sulfite de 
soude. Cette consid^ration, Jointe aux avantages incontesta- 
blesqni r^snltent de son eflScacitâ dans Ies cas d'affections 
exanth^matiques d*irritations vives de la peau, d'engorge- 
ments lents des viscăres, de scrofules, de maladies lym- 
phatiques, etc; cette consid^ration , disons-nous , doit£tre 
poar ce produif sulfureux un ei(âment -de succte de plus 
qni fortific d'antant la bonne opinion que nous devons aTobr 
de son avenir. Qnant au sirop en particulier, ii nous paratt 
tris-propre ă favoriser l'emploi de cet agent^ que nous recom- 
mandons ayec d'autant plus d*empressement d'ailleurs qu'il 
est maintenant tr&s-facile de Tavoir toujoursbien dafini et trte- 
pur, grâce aux applications daguerriennes ; car 11 faut bien 
recoonattre que Foubli dai s lequei 11 ^tait tomb^ tenait eisen- 
tiellement & sa mauvaise pr^paration. 



PAPIBB iriSPASTIQUB. NOTE SUa SA PRAPARATIOIT f 

Par WisLiN, pbarmacien ă Gray. 
Le grand usage que Ton fait ai^ourd'bui du papier ^plspas- 
tique dans Ie pansement des v^sicatoires. Ies bons effets que 
Ton en obtient« joints ă la facilita de son emploi, ont donn^ d e 



A9& lOtJRNAL DB CHimi vIdiCAIK; 

la vogue ă cette pr^paration ; cependant, faute d*en connatUre 
lafabricatîon, elle est restie le monopole de quelques phanna- 
cieDS de la capitale. Je n'entends parler ici que da moyen 
d'^tendre anirorra^meDt sur Ie papier ia composition ^pispas* 
ttque, mais non de cette cooiposiiion elle-m^me, laplapartdes 
formulaires en renrermant de nombreuses formoles. 

Tons Ies tr ait^s de pharmacie, in£ine ies plus r^cents, indi- 
quent pour faire ce papier i'emploi du sparadrapier ordi- 
naire, ce qai est tout ă fait impossible eu ^gard ă la consistaoce 
des mati^res employ^es, qui seront toujours, selon la tempi- 
raiure, ou trop lîquides, ou trop solides, et jamais ne po^^ 
rom conserver leur fluidit^ comme ies diverses composiiioos 
emplastiques. 

On salt que toutes ces pr^parations ^pispastiqaes ont potir 
baseTatoiige et la cire, substance qui n'ont jamais uneconsîs- 
tancemoyenneet passenty sans irausilion, d'uoeexcessiveflai- 
dit^ăune consistaoce beaucoup trop solide pour Atre couleeaa 
sparadrapier. Aussi, est-ce apr^s avoir vaioement essaye ct 
moyeuy que j*en ai rechercli^ un aulre : Yoici celui qui m*a 
r^ussi. 

Apris avoir pr^par^ des bandes de papier fin, blanc, pea 
coll^, de six centimâtres trois millimitres de largeur sur qoa- 
rante-cinq centimâires de longueur, ou fait fondre la composî* 
tion ^pispastique dans une assiette plac^e au dessus d*an vase 
d'eau en ^buUiiion ; on prend I^extr£aiii4 d'nne des baodes 
de papier avec la main gauche, pendant que la droite tieot 
l'auire relevee de mauiâre ă ce que le papier decrive un arc ; 
alors on approche de la composition liqu^fi^e» le bord Mi- 
rieur du papier, en le faisant rapidement glisser ă la surface, 
et surtout en ayant soin que cette composition, qui ne doit 
enduire qu*un c6i^, ne passe pas du c6te oppos^, ce qu'un peu 
d^habitude fera facilement ^viter. 



]>i MAMAC» n M toncoiootB. 49S 

Eo mtmB lemps qve le papier, ălrigi par la main gancbe» 
pasM sar la snrface de la composiilon^ la droitft suit ce inoa- 
yemeoi eo abandonnant Tauire extr^mitâ lorsqu'elle arrlve ă 
la fin; le papier (toujuurs soaienu par la main ganche) se 
trouve alors place borizoatalemeni au-dessus de Tassieite, sur 
laquelle od le maioiient jusqu'au refroidissement, qui, do reste» 
esiJflsiaotaD^. 

Au fur et ă mesure qu'ils sont faits, ces papiers sont rang^s 
soruDe (able, Ies uds ă c6i^ des auires ; mais, peude minotes 
sprâs, on paul Ies superposer sans crainie de Ies voir adb^rer 
enire eax. Oa coupe ensuite au cîseau ei on Ies rdunit dans des 
boties; cbaque bande de papier de la dimension indiquee fera 
jusie cinq morceaux. 

Eu variant la temp^rature» on peut ă volont^ faire ce papier 
plus ou moins cbarg^ de composition ; ainsi, pour cetuiqu'on 
veut peu ^pais, on aura soin de maintenir Teaa du bain-niarie 
60 ^bolliiion ; si, au coniraire, on le deşire avec une coucbe 
pios forte, lei qu'on Temploie le plus ordinaireuieni, ii faut 
noechaleur au dessous de 100^ centig., qu'on obiient facile- 
meat en interposani une assîeite enire l'eau bouillanie et celle 
qui renferme la composition; si on le veut pluscbargi en* 
core, on le repasse une seconde fois sar le m^lange epispas- 
tique. 

Qaant aux degr^s de force du papier, qu*on est dans Tusage 
dmdiqner par Ies numeros i, 2 et 5, c'est le m^lange seul qui 
le donne, ^tant plus ou moins charg^ de principes ^pispastiques. 
Si mon expiicaUoo a tft^comprise, on verra que cetie op^ 
ration est excessivement simple, et qu'en peu d*instants est on 
Mqoerra assez d*babitude pour la faire tris-promptement. 

Noie du re'daeieur. Nous pensoiis que notre coildgue aurait 
pa compWier ceite note, en noas doiinant la formule, qu*il re- 
garde comme la plus raiionnelle , pour la pr^paratiun du pa- 
pier i^plspastique. 



ft96 lOUmilÂL DB CHIMIE IfiBICALBy 

nOTB SUB LA PBiPABATIOII DU SIBOP DB BAUHB DE TOLU. 

Depuis peu, an certain nombre de modes de pr^parationdo 
airop de baume de tola, ont ^te pabli^s dans Ies divers ioQ^ 
naox consacres ă la pharmacie. Je prendsla libert^, Monsieor, 
de Tons commnniqaer la maniere dont je prepare ce mMict- 
ment , et vous prie de Juger TOus-in£me l'opportunii^ de sa po- 
blicaiion. 

Je prends , baame de tolu, & grammes, dissous dans Q. S. 
d'alcool ă 33*; la dissolutiou filtreei je Tincorpore dans un ki- 
logramme de sirop de sucre, par une forte agitatioo. Apris 
quelqaes heures de repos^ je filtre au papier. 

Par ce proceda, j'ai constamment obtenu un sirop d^uDeiim- 
pidit^ parfaite, dont Todeur et la saveur ne laissent rien ăde- 
sirer (1). 

Recevezy etc. AbtiiIBBi 

Pbarmaclen ă Sainte-Marie-aux-Hinei. 



SUB LA COPAHIBB. 

Paris,l6i6jnUl6tl8&5. 
* Monsieur, 

Abonnâ au Journal de chimie midiealey depharmaeU, 
de iomoohgie et revue dee nouvellee eeieniiflquee noHo" 
na tei ei dPranghree dont vous âtesle rMaoteuri je Tois dau le 
num^ro de mai 18A5| la formule de Xeieopahine^ mais ayao dei 
erreurs, qui| je ne sals par quelles ciroonstances, se tont glii- 
s^esy jusque dans le rapport qui a M {Ut par M • Collerier i 
rAcad^mie royale de M^decine. 

D^sirant que ce m^dicamenti qui sans dtre universel, est, 

ti ) Ce tlrop ne peat Stre sobstito^ au sirop de baune de tola de Godcit 
II ne lui ressemble en rieo. 



DE PHARMACIB IT 0B TOXICOLOGIE. A97 

jecrois» Ia meilleure pr^paration copabique , puisse, sans dîf- 
ficult^i £tre prepara par tous mea conMres, Je viens vous si- 
gnaler lesdites erreorSi pour qu'elles soient reciifi^es dans 
Yotre prochaiD num^ro. 

Nous aYons bien dit, M. Mige et moi, qn'en caa de blocna 
coQtinental, on ^wmii, avec la t^r^beothiDe de Bordeaux et 
par Ies mdmea proc^d^s, obtenir un produit analogue et jouis- 
sânt des mftmes propri^t^s, mais ă nn degr^d'action moindre; 
et nous prătendions que Ton ne devait employer cette t^r^ben^ 
thioe indigene que dans Ies circonstances ou le baume de co« 
pahu viendrait ă nous faire d^faut; nous disions mame que ce 
serait un moyen de nous afflranchir d'up tribut que nous 
payons ă l'âtranger. 

Noua n'avons ^galement jamais pr^tendu que Ton dftt pri* 
Ter Ie baume de copabu, ni la t^r^benibine de leur huile essen* 
tieUe, puisque I'action de l'acide nitrique a principalement 
lieu sur ce corps en iui c^dant de roxygâne. Ie rendant plus 
facilemenl digestible et lui enlevant son action naus^o-dras- 
tique. 

Bien que Ton doive ^vaporer en consistance d'extrait mou ' 
le produit pr^lablement lav^ ă Teau bouillante, ii est pr^f^ 
rable de pousser moins loin T^vaporation et d*en terminer la 
soIidiScation ă I'aide d'un vingliime de magn^sie calciul et 
d*iin dixiâme decachou en poudre. 

Poar Ia prdparation ferrugineusei on peut substituer au 
baome de la Mecque Ia copahine que je viens de d^crire ; on 
obtient une preparation aussi active. 

J*ai l'honneur, etc. j 6. Jozeau; 

rEAVDBS BT FALtlflCATIOini. 

VRAUDB DAUS la TBHTB DBS SANGSUBS* 

Noofl avons d^montr^ qu'ă Paris, ă Lyon, i Strasbourg, la 



vente des sangsqe» ^tait le «ujet de fraude» graTes;fOîci€e 
qu'on acrit de fiordeaui: : 

« La jusiiceest oaotied'npe affaire umw ptirievae. Uteapî* 
taiae avait acbet^ chez M. L...., marchand de aaikgiaai, 
700 de ces aiiiiuaux pour m voyage de loDg ooara, 

« Ces «angsues allaieal 6ip# eoibarqM^, lorsqu'on pr^înt 
le capikiine qu'eUea o'avaieoi pas coura daoa le eomoierce, 
qu'elles avaieui peui-âtre iiâ pAcbeea daua iea maraia ba- 
geux de la viile, et qu^eofiii leur ^pipioi euit defenda par h 
nedeciue elle-mime ^ leur piqikre vepioieuse provoqvait ordi- 
naireiiieut uae itiOamiuaiioo souveol daogere^^se» 

m Ce capiiaiae a porie pUioiet et )e corps du delk, aifoti 
dans un bocal^ a ^le mis Ies sous yeux de M* i# procareur da 
roi avec un procăs-vei bal dresai par M» liecaii wmouttiirc 
de poliee* » :, 

Nous priona nos coUeguea de Bordeaux de noua faire şa? oir 
ce qu*il advieudra de ce procis, qui pr^aente de riut^rftt daos 
le moniem aciuel. 



SUE LA FALSiFlCATIOa DU SA^FA^SI ET I>£ hk GASM^MADI, 

ji M, Chevallier^ ehiiOisie. 
Je vieas vous sigaaler uue fraude sur uue graude ecbeltei et 
vous adresse eo uiâuie tcaips ua ecbaaiiiloa de 2 granimei 
d'uu preieodu safran, dont it a ele veudu eu quiuze jours (iu S 
au 22 juiu), preş de 100 kiiugraiu. (veuie piouvee par des ac- 
quiis de ia duuuue). Uaus uuire depariemeoi et dans uoe 
de la Belgique, ces uouveaux iudusiriels (espaguols) 
offertă quelqucs^uDs de mes coiifreres, aiusi quâ moi| je lei 
sigualai a la pulice, qui au.uU^t iea fit arr^ter et saiaii provif 
soiremeui leur warcbaudiat:. Cbarge den faire i'aDatyse,jl 
trouvai ce sal'rau couipose, sur 100 parties, de 25 parties de s» 
franetde75 partiea cariiiame, to lout forumimi impr^e ănsâ 



joe pai Ui 
y eu a>afl 



DK PHARVACI£ KT DE TOXICOLOGIE. 699 

substance grasse que j'ai estimde ă 15 p. 0/0, et Unduit d'ane 

maliire blanche cristallioe (poids non deteroune)} pr^seotant 

Ies caraci^res sQîvants: fixîie au feu, tr^s-peu soluble daas 

Teaa (soiution quî cependani donDait un precipite par le ni- 

trate de baryte), difiScileuient soluble daas Ies acides sulfa- 

riqne et Ditrique conceptr^s, oii cepeudaut (apr^s deux jours 

de repos) j'ai observă quelques aiguilles cristallines tr^s-finea. 

La soiution nitrique prăcipiiait par le niirate de baryte, par la 

sonde causiique, par le carbonate d*ammoniaque, et pas du 

tout par rammoniaque caustiquei d'oii je conclus que cette 

matiire n'est auire chose que du sulfate de chaux. Le croi- 

rait-oOy Monsieur, le procureur du roi auquel TafTairea^td 

refer^e a jugă qu'il o'y avait pas lieu ă saisie, atiendu quMl n'y 

avalt pas eu vente en notre viile; de sorte que ces individus 
ODt puy d^s le lendemain, ailer exercer ieur coupable industrie 

dans la viile voisine. 

Je serais charniă, Monsieur, d*apprendre dans votre esU- 

mable journal qu*il exist&t des lois pour empâcher cette 

fraude, colportăe de village en yillage. 

Agreez, etc. Yaiidenbrouckk. 

Bergues (Nord), 5 juillet 1865. 

P. S, J*oubliais encore de vous dire que quelques jours 
apr^s un epicier m'a priă d^exaniiner un ăchantillon de casso- 
nade blancbe, et que j'y ai trouve 12 p. 100 de fecule de 
pomme de terre ; mais par suite du insultat de la prăcădente 
affaire, je n'ai pas ose Tengager ă poursuivre son vendeur de- 
vant Ies tribunaux, purce qu'il n'avait plus la facture consta- 
tam la vente du sucre. 

ISote du r^fiaeteur. Le rădacteur du journal n'est pas ju- 
risconsulte i îl ne sait pas si la tnise en vente seuletnent d'une 
marchandise fraudăe peut entratner la mise en accusation de 
ceu qoi en proposent la vente ; mais ta vente opMc i fdph 



500 JOUBNAL DE GHIHIE MEDICALE 

cier^ de casionade mele'e , pouvait donner liea ă Tapplicaiion 
de rarty &23, lîv. III, du Code p^nal. 



FALSIFIGATION DB LA POUDRE DB b£OLISSB. 

M. WicbmaDD {ArehiveM de pharmacie) signale la falsifi- 
cation de la poudre de reglisse, pai le siil-de^rain (1), blsi- 
fication qui se ferait en Hollande. 

Si la quantit^ de itU-de-grain est en qnantit^ notable,eIlese 
fait connatire : i® en ce que le poids sp^cifique da mâange Kt 
plns grand que celui de la poudre de reglisse pure ; 2* eo ce 
qu'enrbumidifiant avec Tbaleine, elle acquiert une odeur argh 
leuse ; 3^ par le lavage : dans cette op^ration on separe seule- 
ment la pârtie la plus grossiăre du sHMe-gratn^ la pârtie h 
plus t^nue reste avec la poudre de reglisse; &^par l'acide chlo^ 
bydrique qui donne lieu ă une effervescence ; lorsque la poudre 
de reglisse contient du stil-de-graini la solution bydrochloriqoe 
coDtîent de la cbaux et de Talumine. 

Note dure'dacteur. Nous pensonsqu'on pourrait obtenirde 
bons resullats de la calcination et de Tincin^ration de ceite 
poudre m^lang^e ; car le stil-de-grain qui est compost de ca^ 
bonate de cbaux , d'alumine et de la matiăre colorante de ia 
graine d'avignon, laisse un r^sidu terreux que pe laisae pas la 
poudre de reglisse. 

8UR LA FALSIFIGATIOlf DB LA POCDRB DB QUUfQUUU tOUGI 

PAB LA POCDEB DE SANTAL. 

On remarque que , depuis qnelques annăes , Ies quinqoiiias 

(1) On sait qae Ie stiMe^grain vânt 55 centlmes Ies 500 grasiBc^fj 
Undis que U poudre de r^Uase Taut, selon sa t^ouit^, 1 fr« 75, 1 fr. 1>>I 
60 c.« enfin, 45 c. la piua grosai^re, On con^it qae c'eat la poadre U 
plaa flne qni est ainsî mt\it. 



Dl PHAftHACIS BT Dl TOXICOLOGII. 501 

roages vifsi r^IIement dignes de porter ce nom, sont tr6»- 
rares. II y a cependaot , malgrâ cela j des persoDnes qui ont 
le talent de produire des poudres de quinquina d'un rouge 
magnifiquei el ă des prîx it^-^oua, expression dpnt ils se 
servent. 

Ges pondires de quinquina sont , tout simplement , m£l^s de 
santal rouge , et probablement on ne prend pas pour ces m^ 
langes ce qu*il y a de mienx en quinquina jaune ou gris •, c'est 
une sp^ulation ; plus elle est lucrative , meUleure elle est ; 
seulement le malade en souffre. 

Uessence de t^r^benthine et T^ther sulfurique ddnotent 
Clement cette fraude , ă froid et instantanement si Ia pro*- 
portion de santal est assez forte ; au bout de quelques minutes 
si elle est faible. 

Le vrai quina rouge ne communique pas de couleur ă ces 
deux agents. Le quina m&l6 leur communique une couleur 
safranfe qoi varie d'intensitâ suivant la proportion de santal 
ayont^. Peltier, pharmacien ă Doua. 

Noie du RJdaeieur. L*un de nos correspondants, M. Houd« 
bincy nous ^crivait qu'^tant ââve, ii avait ^t^ forc^ de faire du 
qtdnquina rouge par le proc^d^signal^par M. Peltier, comme 
une falsiflcation j nous lui r^pondions qu'^tant âlâve, nous 
avions ^ obliga de faire du petit lait factice , dans lequel ii 
n'entrait pas une goutte de lait. 

DC Uk PBiSEHGB DU PLOHB DANS I«'eaU DB FLEURS d'oeANGBBS. 

Grasse, iSjuiUetlSW. 
Monsieur Ie professeuri 

Un parfumeur de notre viile est venu ă differentes repriseS 

m'apporter des ^chantillons d'eau de fleurs d'orangers et me 

prier de vouloir bien lui dire si cette eau conienait des sels de 

plomb ; comme parmi le nombre de ces ^chantillons ii y en 

f steiB. 11. 8S 



602 JOURNAL DB CHIMIB HiOICAUf 

eut plusieurs qui me donoereDl un precipita noir par Tacide 
sulfbydrique, ii nie demanda du charbon animal & Teut de pu- 
rele; je n*eii avais pas la plus niinime quaalile i ilvUtoui 
mes confrâres qui, comnie moi, 8e trouvârent audepourru^ 
ii revin t ă ma pharmacie, et ce fut alors que î'eusl'id^ de lui 
faire essayer le carbonaie de magn^sie, et la magnesie calci- 
Bee, je fis moi-mâme des exp^riences avec ces deax subsr 
tances, et j'acquis bient6tla certitode qu'eiles r^oasissaieiu» 
delă m£me de mes pr^visions. 

Je craignais d'abord que la suavit^ du produit n*6B fât coa- 
sid^rabiement alieree, tandis que cette ali^ration est k peioe 
sensible. £n outre, je n'osais esp^rer que 1 gramme 10 ceoti- 
grammes de Tune ou de l'autre de ces deux sabsiances fasseac 
suiBsants pour purifier un estagnon de la capacilă de 24jUurei| 
tandis qu'ii n*eu a pas fallu d'avaniage. 

Persuada d'avance, Monsieur le professear, que voas yoqs 

faites (oujours un vrai plaisir d'accueiliir dans votre eBcdleat 

joumai toutes Ies observaiions qu'on vous soumet, je voas prie 

de vottloir bien £ire assez bon pour donner dans votre prochaia 

Dum^ro une place k mon proceda, si touiefois votre scienct 

profonde et voire haute intelllgence ne vous font d^coavrir 

aucun inconvenient dans son emploi, qui m*a pam si simpie,qae 

tout me fait esp^rer qu'îl ponrra ftfire utile ă mes confrâres. 

Recevezy etc. 

6. Maunier, 

Pharmaqien de TEcole de MontpeUier. 
P. S. Je ne sache pas que Ie moyen que je propose ait ele 
publi^y mais si cela ^lait, regardez ma lettre comme non av^ 
nue. 

Not€ du Jiedaeieur. Le proc^â indiqud par M. Maonieri 
a ^le employ^. M. Naveteur» pharmacien de Paria, a'en est 
servi pour enlever ă des eaux de flenr d*oranger8 qui ae trot- 



Dl FHAaMACIl BT DB TOXICOLOGIE. 50S 

vaient dans Ia maison M..., le plomb qu'elies contenaient; mais 
ie proc^d^ n'a pas 6ti publi^. De plus , ii donne des eaux de 
flears d'orangers dans lesquelles on re trouve de la magnesie , 
et qui ponrraient £ire consid^rees comme artificielles; en 
effet, M. Guesnay, ilhve en pbarmacie, a vu qae Ies eaux arti-* 
ficielles pr^par^es par Ies baiies essentielles et la magnesie , 
GODtenaient de cette magnesie» soit ă Teiai de carbonate, soit â 
celui d'ac^iate. 



NOUTELLES SGIENTinQUES ET EXTRAITS DES JOURNAUX FRANţAIS 

ET ÂTRANGERS. r 



PHABMACIB. 

nm UR GAOSTiom roiuiA db safban bt d'acidb sulfuriqub. 

Dana ane sârie d^eip^riencea auzquellea ii se lÎTre depuis longtemps 
sur Taction de diffârents cauatiques potentîela , M. Yelpeau s'est arret^ 
deinîdremeDt k l'acide aalfarique solidiflă h Taide du safirao, qai a para 
donner des r^altlits dignes d'attention. Pour concr^ter Tacide solfa- 
riqoe sous forme de pAte ductile oa plat6t de pommade un peu consia- 
tante , non susceptible de fuser au delă des limites qu'on Iui a trac^es, 
Q a falia passer par une foule d'essais et de tâtdnnements : ii s'agissait 
le trottTer «n corps ou des corps qui, assod^s au liquide mineral , 
MMicr^CeraieDt oeliii-ci ă l'^tat humSde sans luf enle?er ses qualit^ cans- 
tiques. L'ainiante, le charbon ^la farioe, diff^rentes autres substances, 
At Mioo^. On a^est enfin arrăt^ au safran, qu'on incorpore ais^menty 
» qaantită sufflsante pour faire une pommade de consistance conTe- 
lable. Le eaCran €Cant carbonis^ par TacidOp U en r^ulte une pAte d'un 
leaa n^ir ^«li rappelle Tencre de Chine, ou plat6t le cirage dont se 
er?eaC certaias bottfers. Gette pAte est Ters^ dans un petit pot de 
Uenoe : ie dtintrgien en prend avec une spatule et Totale sur la r^gion 
■aUde ooaiaM du o^at an pea ferme; 11 en fait une coucbe ^paisse de 
ieax ă qoatre mlUim^treSf plus ou moins; on arrondit Ies bords,on cir- 
OMcrit Aea Italtes ^os la p^rfphMe mtee de la maladie , et on la 
ai«e4teai<â Pair fadqae tempt, fnsqn'ă ce qn'elle ateht; unt croate 



50/lr JOUaif AL de chimie HiDICALB , 

ae forme bientdt : on la conTre ălora d'une comprease et d'aae bande. 
Le caoatiqae restant dana le pot ne peat aerrir longtempt , Tacide 
anlfarique attirant aTec aTidit^ rbumidit^ atmoaph^que; maia oeloi 
qn'on applique sar lea ehaira forme une croAte dare, aonnant comne 
da charboD , parfaitement atebe et propre , bom^ dana lea limites de 
rapplication et d*ane profbndear agale ă r^pdaaeor de la ooacbe ap- 
pliqu^e (1). 

Ceite eacarrbe a commenc^ k ae d^tacher da hnititee aa dixîtee 
Jour, cbez un sujet ot rapplication ayait 6i€ fort reatreinte; chei na 
aatre, oft Ton ayait appliqa^ ă lalfois plna de cent grammea de la pon- 
made cauatique, on a remarqa^ avec aatiafaction qa'aacon pb^nomiic 
de r^orption n'a?ait eu iiea, et qu'en oatre le caoatique avalt eo poir 
effet d'enlever compl^tement cette odeur rtpoaaaante qae le cancer 
ezbalait Jusqae*Iă , et qni infectait le malade et lea personnes qiii IV 
Toisinaient. Noua dirons m£me qae la puantear da cancer ae trooTst 
cbea ce malade remplac^e par une aorte d'odear qa! n'ayait rien d'ia- 
fect, et que qnelquea personnea ont trou?^ agr^able. Nona ne sanrioas 
dire par quel tra?ail cbimiqae Tacide sulfariqae eihale ici ane pareiUe 
odeur; maia on peat afflrmer qa'elle eat moina ddsagr^able qae rodeur 
da cblore, qai n'agit qu'ă distance. L'acide salfurique, en effet, pr^TÎcat 
le d^gagement dea gaz f^tides, tandia qae le cblore n'opire qo'en leor 
pr^sence, et toujoura incompl^tement dana lea bdpitaaz , aans ooDpter 
d'alllears lea incon?^nienta de la pr^senca du chlore dana raians* 
pbire (2). 

En attendant qae de Doaveauz faita noaa permettent de mieu appr^ 
cier la bontâ da nouvei agent, nous de?ona appeler Tatteation sar tnis 
conditions importantes, savoir : l*la circonacription exacte de sonao- 
tion sar la limite trac^e par la pommade ; 2* le prompt d^cbancnt de 
Teacarrhe ; 3* l'absence de rdaorption s^rieaae* 

Note du Ridacteur. Noua a?iona mia aoaa preaae l'article rdatif iTc»» 
ploi de Tacide aulfarique m61â aa aafran , lorsque noua re^Ames la fii* 
zette medicale de Strasbourg, qui contient une r^clamation aiţnde IL 

(1) On pourrait conserver le mdlange dana un vaae A large oarertnre 
ferma a a verre. 

(2) Pourqnoi, dana lea hâpitaux, ne se aert-on paa dea cUomres paria 
m^thode de Maauyer ? (Yoir lea Annales de chimie^ t. LXiy»2' Mti 



DB PHAIUUCIB ST 0B TOXICOLOGIE.' 50S. 

Noas eu donnons ici un extrait* en mame temps que de i'article qui a 
donn< liea k cette r^lamation. 

« Noua ne poa?ons qa'approayer de tout point Ies concIusîoDa tir^ea< 
par M. Yelpeau, car noas a?ons ea occasion de Toir eoiployer ce rem^de. 
uses souvent sous la direction da professeur Rast , et nons avona eu 
^alement Toccasion de nous en serfir nous-m^me depuis quinze ana 
daDs mainteoccasîoo. Sealement noas crojons de?oir prd?enir noa con* 
fr^es qu'il n'y a qae l'acide sulfurique bien concentre qui soit asses 
actif ; d^ qa*U est affaîbli par rhumidit^ de l'atmosph&re ou par des ad- 
ditions frauduleuses» la pftte caasliqae reste sans effet. De plus , noua 
devons ajouter qu'il faut faire pr^parer une nouYelle dose pour chaque 
appiication, car, ainsique le fait remarquer Farticle des AnnaleSf le 
m^Dge se ddcompose promptement. La dose ordînaire du professeur 
Hast ^tait de dix grains de safran pour deux gros d'acide sulfurique 
(poids de Berlin). 

< Yoici maintenant ce qu'en ditle Dictionnaire de Chirurgie cit^ plus 
liaat (toI I, p. 271» article Acide sulfurique) : 

c L'acide sulfurique concenlrâ s'emploie comme caustique des- 

tracteur sur Ies condylomes, Ies ?errues et autres excroissances sembla- 
bles. Toutefois ii merite ici, comme tous Ies autres acides min^rauz, le 
reprocbe de ne point borner son action sur la pârtie malade, de s'^tendre 
surlesparties saines et de provoquer des douleura fiolentes ainsi qu'une 
mppuration ichoreuse, suiviea d'une cicatrisation difforme. Cependant 
ces reproches concernent moins l'acide sulfurique que Ies autres caus- 
tiqaes liquides, et encore bieo moins la maniere doot s'en sert Bust, qui 
Vemploie m4li au safran d' Orient ou d'Juiriche (4 ă 6 grains sur 1 gros 
d*acide) dana le caa de productlous morbides dans Tint^rieur de la 
bouche un de Tarri&re-boucbey pour d^truire des parties dăgăn^r^es du 
Gonduit de Wiiarton apr^s Top^ration de la grenonillette, ou contre 
Ies ost^sarcomes dc^la mâchoire Inf^rieure. » 11 applique,au moyen d'un 
pÎQceaa, la pate form^e par le mdlange du safran avec l'acide sur Ies 
parties malades, et parvient aiosi ă borner Taction de l'acide sur une 
place d^terminiSe. » 

« Un ouvrage publi^ quatre ann^es plus tard par Ie mame cbiruiglen 
eit encore plus explicite. Yoici ce qae nous lisons dans Ies Memoires et 
TraUh d€ chirurgie f etc, par Bust, 1. 1, p. 265 (1) : 



{DAufsaize und Abhandlungen aus dem Gebiete der Medicin^ Chi» 
rurgie und Siaaisarzneikunde^ ?on Doktor ]. N. BusT. Berlin, 1834. 



sos lOOEHAL ra CHIMII MfolCALE, 

« ifnkfkt k Tadde svltariqoe, 11 ett fncontesUblement ud aţat 

« thârapeaUqne par trop pea appr^ci^. Cest preaqne le seul ctoitiqQe 
« qal peat ^tre enploy^ saas daiiger povr dtftmlre Ies d^gda^reiceDccs 
« sitiite dans la boache et dans rarri^re-bouche. Son action tar Ies 
€ tissns fiTants est tellenient ^ergiqne, quMl ii*y a que pea de snb- 
« stanoes doote d'ane actitit^ analogne, et qal ooadniseiit anssi npi- 
c dement an bat; le caractere de son effet destractear se dlstingne de 
« la plupart des aatres agents, en ce sens qae Ia pârtie caut^ris^ se n- 
< cornit et se troave firapp^ de gangr^ne stehe aa lieu de gaogrtoe hn- 
« mide , et qu'enfln sa qnalit^ caasiique se borne beaucoap mieox sir 
c Tendroit Int^ressă. Pour obtenir ce demter resultai tPune maniere e»^ 
« coreptas săre^ onfait bien de ne pas emptoyer C acide suifurique seut^ 
« mais bien combini au safran, avec lequel ii forme une espece de paie: 
c c*est sous cet te forme que Von mefli connaitre VefficaciU de ce remidi 
« dont ia composition fut tenue longtemps secriie^ et ne fui diimlguie 
€ qu'au prix d'une somme considSrable. • Gomnie on voit, Bust loi- 
m6me ne pr^tend pas ă Tinvention de cette composition : on la lai i 
commanfiqu^e. » 



■XTAaLiT JJITLMnrHItlQI»* 

Fir ■• RCTSCHTi pharmacien k nien , et par M. le doctenr Wnu* 

n^decin ă Driborg. 

Cest en 183f qae M. le doctear Lacbmann jeune commoniqaa U for- 
mule de cet extrait antîphthîsiqae {Uquor coriario'quercinus iaspi»^ 
tus) aa propri^talre'd'one pharmacie de Branswickdanslaqaelle M. Rels- 
cby traTaîTlait comme ^li?e. 

Get extrait se prepare de la maniere sai?ante : le liqnide limpide el 
d*un Jaune de ?in fouc^ qal se prodait pendant le tannage des peaux de 
veau (lorsque Ies peaux restent plac^es pendant pluafeurs semaînes diss 
la fosse, avec une infusion de tan) est recueilU , et , apr^ filtratioa* fl 
est ^?apor^ k une douce chaleur, aa bain de ?apenr, dans un f ase de 
porcelaine ou dans une bassioe d'^tain, Jusqu'ă consistance d'extrait 

M. ie docteor Lacbmann emploie cet extrait sous la forme saifaate : 

Pr. Extrait antiphtbisique.. . ....... 8 â 13 

Hydrolat de laurier- cerise 30 

M. et f • dtsscwdrc S« A. 



DB PEAMVACIB BT DB TOXICOLOGIE. 507 

WiOa* Ob peat ranplacer l'hjdrolal de Unrier-cerise par Teau distillte 
fimple. 

On donne ce solat^ k Ia dose de 30 ft 50 gouttes, trois foia par joor. 

Quand Ies sajett aont afTectda de coDSlîpatioD ă la suite de l'adminis- 
tntioB de ee 8elat6, II cooTieat de le tuspendre pendant quelque tempSt 
CB le remplaţant par lea pilulet ci-aprfta : 

Pr. Extrait antipbthîsiqae 12 grammea. 

Poadre de rbnbarbe ' 4&fl 

Poudre de rdgtfsse Q. S. 

H. et F. S. ▲. ane masse parAiitement faomogtoe, difls^ en pilules da 
poids de tO ceetlgrainaief . 

M. Weber prescrit pet f^^tr^it k )« di>ae de 1 1^ 4 grammea dana Ica 
Tjngtqoatre beu^es , i V^t^iţ d^ ^pluMlH^ ^9DŞ TimBi ou aasocU h lliy* 
drolat de laurier cerise oa â l'opiam. 

L'extrait antipbtbisique reprime d'one maniere notable , non aeule- 
ment lea săcr^tiona exag^r^es de la muquease pulmpnaire , maia encore 
Ies diarrb^es cepleases et lea aueara profoses; toutefois, Ies deax der- 
Blerssymptditiea cddent moina compl^temeot que le premier & rinflaenct 
de cet agent. 

Snivant le Mdaie praticien» ai cet extrait n'tet paa capable de gn^rir 
entiirement ane phtkisie eontrm^ , H peat eependant imposer dea 
bornea slkrea aa progrte de la censonptiota; et, dans tous lea caa, ii con- 
HliNie MNIaMement «b|i eeqnîaitiott aeoveUe et prteleoae peor notre 
OMnal tMr«pe«ti4«e. 

4)Miit ioB eaa «p^oiaaB dane leaqnda ee mddicanent doit âtre eat- 
ploy^, l'exp^rience a fait recnnnaitre ă M. Weber qu*il ne conTient paa 
dins la pbthiale eigv€i maia qa*on peut te donner avec lea »Tantagea Tea 
P^M a^gmM^.tor^qMe «ntto.aflectivi afTocte oue marcbe cbreoigaet aiir- 
t<uit lor«g«« M#.afmffyUWiie# dt cetUiiiiatuNi opişaieneeat k ae numtrer, 

M. Retachy declare qa'il a ta employer ce m^icament aree le floi 
f;r«9d 9ucc^ j(ai(it aqr ţi^-HB^f QWB sur d'#atrea indif idaa. 

COIAHVdMlB GCMOITAt. St»ATir; 

Par M* le docteur Mombert, de WanfHed. 

M. Mombert emploie ayec aurcis. dans Ies ras de dentition difflcile, le 
collatoire ani? ant poar adoocir et ramollir le tîssa des gencives : 



508 JO0E9AIr DB GHIHIB Hi0lCiJ.B, 

Pr. Miel rosat ••••• •• 8 

Sucdecitron ••••.. 4 

Hydrolal d'Mnandes amires 3 

M« S» A* 

Pour ane mixtare avec laqaelle ou frictionne la aurfSftoe des geadtes 
plosieurs fois par Joar. 

Saivant l'auteur, Temploi de ce moyen safflt le plus soaTcnl poor dis* 
penser de recourir â rincision des genclves. 

POUDBB OB GABBAGAHBBH COKPOSJftB; 

Par M. le doctear Bbnjamiii Ebank* de WolfenbttetteL 

M. B. Fraok prescrit, ayec beaoconp de saccis, dans Ies cas detotaet 
de diarrh^e , surtout chez Ies sajeta hectiques » la pondre suifaote doat 
Ia sa? eur est des plus agr^bles : 

Pr. Garragaheen mond^ 15 grammea. 

Eaa de fontaine • 500 

Faites bouillir jusqu'â r^action de mpiţl^, passes avec forte caKpm* 
sioD f ajoutez k la colatare : 

Sacre blanq; * •• 125 grammes» 

Gomme i^rabiqae* 30 

PDadre d*iria d^.Floreiice* • • . • . 4 

Faites diaafrer Josqu'â siecit^ k «ne dooce tcRnpdratore, ea ayant lofti 
d'agiter sans cesse poar obtenir oue masse palT^ralente qae Teus km 
dess6cber avec soin, et k laqaelle f oqa i4<>i>tci^^» *u moyea de la trita- 
ratioD : 

Arrow«rfx>t • lOOgraBunes. 

W* Frank recommande beaucoap aossi cette ^ndre» aoos fbniede 
geltef dans ia tb^rapeaUqae des eafiiata» snrteat dans PatropUe m^ 
sentdriqae. 

Poar pr^parer cette gel^, on prend ane calller^ A cM de li pondre» 
et| aprto l'afoir d^laj^coBTenablement «Tee mie petite qaaitM d'CM 
flrolde, on la Terse dana ane tasae d'eaa bMdllantt. 



]>E raARMACIB ST DE TOXICOLOGIE: 509 

CBgBBg^segggas^ '■ . sg^^^g^^ssa 

rORMULB l>*infB POIIMADB CONTHfi LE8 BAUX AVX iAMBMBi 

Par M. Dbbbâux» mMecin T^t^rlnaire. 

Pr. Poudre de noix de galle 30 grammes* 

Sulfate de sine • 31 

Salfate de caifre 30 

Litharge 30 

8oot-ac€tate de cniTre 30 

Miel Q. S. 

II. et Y. S. A* an mdlange parfaitement homogine. 

Nota. On peut remplacer le miel par Tacide ac^tique. 

|M.Debeauz s'est tonjoara serri de cette oomposition atee atantage» 
Ailnie poar lea eaox anx Jambes lea plas anciennes. 

VWOtMB DE CAPSIQCB FBEB1J61NEU8E8; 

Far H. le doctear Sghnxidbe. 

Pr. Ethiops mineral 15 grammea. 

Poadre de colombo 4 

Poudre de cannelle 4 

Capalque annuel f 

Extrait de camomUle ••• Q. S. 

M. et F. S. A. une masse parfaitement homog^ne, di? is^ en piloles da 
poids de 10 oentigrammes» et roal^ea dans la poadre de cannelle. 

Cea pilales » que l'on administre k la dose de dix^ trois foia par joar, 
aont employ tof depais qaarante ana» par M. Schneider, dana lea caa de 
chioroae , et ce pratiden afBrme qa*il ne lea a Jamais vaes rcater inef- 

flcaccs. 



TBJtWUkPKOTiQm. 

BOmrBAVX VlAOBt THtHAPBVTIQVBS DB L'aBNTGA MONTANA; 

Par M. le doctear Sebrlbgki. 
Eatrt atttrts «aagea d^ Tandca » dont pluaieora aont Uţn connos» et 



SIt lOUMIAI. 1>B CBIHII MfeieALB 

qtut, poar €0tt« raisMi » wnu isroyoM na pat dmroir ■•■ ti a w i» id; 
M* Ie docteur Sierlecki en signale troia noufAans qiil noos piraiiM&t 
mâiter d'^tre portds â la coDnaiaaauce 4c poa lactaora* Ce lont Ies loi- 
fanta : 

1* M. Sierlecki emploîe afec un saccto opnatant la tcinture aloooUqoe 
charg^ d'arnica (pr^par^e atee Ie suc fralcUement expri^i^ de la plante) 
et dilate afec quatre partiea d'eaa el qaelqoefoia pluA» en appUcatioA 
topique aur lea turneu rs htfmorrhoţdal«a douloureoaef* 

2* M. le docteujr Uedbeck (d*UjMa3} .preacrit arec le plus grand avan- 
tage, contre Ies Tarlcea dea femmes enceintesr l'arnîca i rintâieur. n 
fait infaser 1 gramme de fleurs de cette plante dans 250 grammes d*eaa» 
et ii ajonte, pour assurer Ia conserration de cet infas^, quelques gram- 
mea d'alcool. II fait prendre une calller^e k bouche de cette infosion» 
qnatre fois par jour. On obserre, comme efTet ordinaire de cette nădi- 
catlon, la diminntion dea ţurtu daolaura qu'^ocaaiottiABl las varicca* et 
la disparition gradueUe dea tumeura vafiqueuaea «lleawBtees. 

30 EDfln , M. le doctepr TJiielinann ( de ^alm-P^tersbourg) recom- 
mande Tarnica contre le tremblemeni dea doreura et famblyopie amaiH 
rotique. 

Ce mddecin fait pr^parer une infusion de 12 grammea de llears d*ar« 
nica dans 200 grammea d'eau, et ii en fait prendre une cvttler^e â boucbe 
toutes Ies deux heures. 



SMPLOI DB LA GOMMB ARiVBIj(2UV POOH L'BXTBACTUNf 9BB GOBPf 
tTBAIfGBBS IBITBOnUITS BNTBB LB8 PAUP1£BB8 BT LK OLOBB DB 

l'oeil. 

i'expârienpe a faiţ reconnalLre jk VajiUcur «ţapnjnie de cet articleqa'il 
n'existe pas de mojen melllear et plus ştir, pour retirer dea yeox Ies 
corps ^trangers qui 8*7 sont introduita, que Veraplol de la gomme ara- 
biqne en solalion aqueuse. 

L'application de ce solut^ ne determine aucone sensation dtegr^l>le, 
maia elle enl^fe instantan^ment la douleur et la pression en enTelop- 
pant.les p9rtici}les de pQussi^re, etc, en Ies rapoţii^saAt.c;^ CA leseutral- 
nant borş de Toeil , ponrTu que ces corps t^t^angers ne aoient pas fix^ 
dana la conjoocti? e. # 

11 est probable que le blanc d'oeuf » qu*on peut se procnrer presqae 



DB PBAâHAaS BT DB T0XIC0LO6IB. 511 

ptrtoBtt beaseoap pios fidlemait qoe le madlaga âm fonme, doaaeraU 
dei r^toltati iembUblci. 

Poar celte application» le raalade doil reoTerser aa t^te en arriirct de 
telle aorte qa'on puiaae inatiller largement Ie mucilage de gomme entre 
Ies panpi^reat oa Vj foire tomber a? ec ane barbe de plame, aana cepen- 
diattoocher Toeil avec cette dernuşa. 

BKPLOI THAeaPBUTIQUB DB LA LKVURB DB BlftaB ; 

Par M. le docteur Szbrlbcki. 

M. Sierlecki» a'appuyaot aur dea obaerfatioDa tirte de aa pratiqae 
pirticali^re, cite la levure de biire comme le mojea le plas simple et le 
ploa efllcace que la thdrapentiqae poaa&de pour oombattre lea accidenta 
d^termÎD^ par lea brlklares. 

Ce m^lecin fait ^tendre la lerure en coucbe sar de la toile, et ii en 
recouf re Ies surfaces bri^l^es. II fait renouTeler ces applicatioDs au8sit6t 
qoe la leTQre commence â se deas^cber. 

Seif aDt Ini , Taction de cette mMicatfoD eat d'atttant plaa aaaar^e » 
qo'on y a plaa promptement reeonrs apr^ la brftiare. 

TRAITBVBIf T DE LA GOUTTE ; 

Par M. Ie doctear Henrotat. 
Dans ce traltement on emploie : 1* aoe ^mulsion ; V dea piluTes. Toîcl 
Ies fonnulea des m^dlcaments emploj^ : 

Pr. Bmulsion de gomme arabique 250 gram. 

ftite arec 

Poadre de gomme arabique dt 

TeiftlBre de colcfaiqiM» ••••••••••• 8 

Siropderbubarbe.. ..»•.... 64 

Od prend mie caUler6i dD cette tottlaioii de dens en deux heares. 
Ursqae toate la dose a ^t^ prlse, on permet aa malade une soape Terţe 
le sorlendemain et Ies joura saiTants, Ie qialade prend, matia et aoir, une 
<ies pitules faites d*apris la formule auiyaote : 

Pr. Soufre dor^ d*an ti moine « . . . . 4 gram. 

Opiampar 26 centigr. 

Mucilage de gomme arabique Q. S. 

Poudre de r<§glisse «•*...• 4 gram. 

I*our falre 30 pilulea. 



V 



512 JOUlUfAL DE CHIMIE năoiGAUi 

u 

SUR L'BFFICAC1T9 du NITBATB D'ARGBNT CRISTAtLISfi BABB Ui G4B 

DB DIABRHifiB DES BNFAff T8 ; 

* Par M. le docteur Hbnocii » de fierlin. 

On a Gonseilld, en France, Temploi da nilrate d*argent cristallîs^, ta&t 
A rint^riear que soas forme de lavemeot, poor combattre la diarrhăe 
dea enfanta. Ce moyen n'eat paa nouTeau toutefois, car des 
amdrîcains Tont fortemeot recommaDd^ contre la diarrh^ qai se 
nifeate al aouTent dana Ie coara du typhua. 

M. Ie doctear Komberg, profeaaeor de cllnîqoe k Berlin, emploieoe 
mMîcament avec le pi na grand au cete dana Ies caa de dlarrhfe, aoit aî- 
gnS., aoit cbronique , cbez lea enfanta. II a ordinairement recoars ă Ia 
formale auivante poar aon adminiatration : 

Nitrate d'argent crlatallis^. . . 25 â 50 milligrammea. 
Eau dîstillde Q. S. 

F. dissondre S. A., puia ajouter : 

Mucilage de racine de aalep .. 75 grammea. 

Sirop diacode. 15 

MÂIes exactement. 

Poar ane mixtare dont on donne, quatre foia par Joar, d'ane cuiller^e 
k cafâ & ane petite cnillerde k bonche. 

Gomme cette mixture prend, aoaa Tinflaence de la lamiire, ane tdate 
fonc^, ii confieat d*en pr^fenlr lea parenta : ii aerai t peut-6tre prdfd- 
rable de Ia faire renfermer de prime-abord dani un flacon â parob 
opaquea et colora. 

NOUVBAU VODB DB TRAITEMBIIT DB8 FIBTULB8; 

Par M. le doctenr Tott» de Ribnitz. 

M. Ie doctear Tott pense qu'en g^n^ral on ae bâte trop d'opâw la 
flatalea. Quant k lai, ii datare qu'il a presqae toajoars r^naai â Ies goim 
aana reoonrir k la pratique d'aucone op^ratlon. II ae sert d'injeedoiis, 
aoit aveo Ie nitrate d'argent ou le salfate de zinc , aoit arec nn ăieotii 
de cbâne additiono^ d'eau de cbanx et de teintare de m jrrbe, aoit enla 
et principalement atee la liquear ? uln^raire de Scbmali f dont ?oid la 
formale : 



DB PHARMACIB ET DB TOXICOLOGIE. 513 

Pr. Sulfkte de caivre • 15 grammes. 

Sulfate dt sine • 15 

Vert-de*griB ••••••• 15 

Miel rotat 90 

Eau de fontaine.... •••..•••• 3000 
M. S. A. 

Cu m£nie temps qa'il preserit oes injections» Q a reooars ă Ia compres» 
•ion, si la position des fistales permet de Temployer. 



TEDUlf AVX BBL0B8« 

Contravtniiom rtlaiivts & Pexereiee de ia midedne tt de ta pharmacie. 

CondamnationSm 

Le sienr Opalphens» Jouraalier k Bruxelles , qal a? alt exerc^ ill^gale* 
mentrartde gii^rir« et qai s'^tait fkit remettre de l'argent» notamment 
50 fr. par Tun de ses cllentSy a ^t^ condamna â trois ans de prison et A 
50 tr, d'amende (1). 

Le tribunal de poUce oorrectionnelle de U^ a condamna» ponr le 
mame fait, le sieur Dartois, sedisant marchand de drogues» k 100 franca 
d'amende et aux firais. 

La Coor d'appel de Bruxelles a condamna le nomm^ Grichx, pharma- 
cie&y â 53 fr. II cent. d'amende» pour afoir donn^ des soins et des re* 
mides an sieur A. Dejonghe. 

Le tribunal de police correctionnelle d'An? era a condamna Ie nomm^ 
Guidon Ghelijns k 25 florina d'amende» pour aToir exerc^ l'artde gudrir 

(1) Le docteur Horner dit qu'en Espagne Ies lols sont tr^s^f ^es « et 
qa*on a6f it avec rigneur contre Ies indi^idus qui exercent ill^alement 
Tart de gn^rir. La premiere contra? entlon est punie de 275 fr. d'amende ; 
la deuxi^me, par r^cidi? e, de 650 f r. d'amende» et le condamna est banni 
4 dix miUes de son lieu de domicile; si le mtoe indifidu commet un 
Kroisi^me dălit, U est condamna k 1100 fr. et â la d^portatlon soit en 
Afriqae, soit en Amârique. Ou conţoit qu'a? ec de aemblables p^naljt^J 
OB peut d^trnire le cbarlatanisme mWcal. 



514 J017BNALJ>E CHIHIB BiDICALB, 

et ponr Tente ill^gale de medicamenta. La condamnatioa atatne dcu 
ameodes ; celle de 50 florina sans doute pour afoir eiarc^la mMedne, et 
celle de 35 flor. pour exercice ill^gal de la pharmacit. 

Le tribunal de police correctionnelle de Bmxelles a condaom^k 1101. 
d*amende un pharma<)ien de cette ? ilfe» pour a? oir ? «nda des m^o- 
menta gâtes. 

Deux autres pharnaciena de la mdma Tillc (Bruxelles) obI M eoadn- 
ntfs, Tun ă 304 fr. 76 c. d'amende, Tautre â 1§& fr. d'ameadei p»v aviir 
oonaerfd dana leor offlcine des m^klicaments dtfectuenXi et pour nepii 
a? oir ea» en leur possession, tous Ies m^icamenta exig^ par la Phanu« 
cop^ belge. 



BXBRGICB ULLtoAL DB L'BBBBOBIITBBIB PAB UN BnaU- 

Un aieur Hal? in» ^icier â Saint»IUod^ ^ait tr«d«it ai4o«r4*hai de- 
Tant le tribunal correctionnel (7« chambre)» pr^Tcna du ddlit d'excrdce 
ill^al de la profession dlierboriste. 

Le prdsident fait obacr^er au sieur Malvin qu'il n'afait pas k drait di 
Tendre dea plantes ou des parties de plantes mMîcinalesi qall fUlait 
pour cela avoir subi un examen. 

L'inculpd r^pond qa*il a subi un exaaea» el quil croyait«v«irlednit 
4e f endre des pUates ; maia ii cat forc^ d'a? ooer que, km de cct 
ii fui refusi, 

M. le pr^ident IbI fail alara obaer? er qne cei oamcB a'a po tai 
eMer le drait d'caeroer l^^al d'herborlate, et qu'ii/mui 4trt rwf ţm 
ceia, 

M. l'aTOcat du Boi alert a reqala contre le aienr Malvbi rappiieglka de 
rari. 39 d«la loi da 21 ceminal aa XL 

te tribunal, aprte d d li bdra tlaa» a rcada le Jag e m eat «afraat : 

« AttendBqaeai»aaxtenBesderart.37delakildn tf genalaalaaXI, 
Bal ne peat exercer ia profcasioa dlierborlate sans aatorlsatloa, cel ai^ 
tfcle ne porte paa da saaelioa pteale, ec qao la loi da 19 plaTîoaeaa XOl» 
laterpr^tatiTe do cella da SI germinai aa Xlt ae ooatleat de aaactiaB 
pdnalo qa'cn ? ae dea caaciat eattoaa aax ditpoaltioaa de Partide 91 de la 
M da ai gonaia^ aa XI ; 

« IMaattcadaq«'attxl«r«esderait.1Sd«rirdoBoaBcedep9Bceds 



DB PHâ&MâCIB BT DB TOXICOLOGIB» ^ 616 

9 floral an XI, conceroant Teiercice de la phamiaci« €1 la fente des 
plantes m^dicioales i ii est ddfendu de fendredea plaotea D^dicinalca 
siches ou fralchesf aana en aToir obtenu raotoriaation de ia pbarmade 
oeotrale • 

« Qa'en vendant dea plantaa mMicinales Mal? in a contreTcny k vm 
r^lement l^gatement fait par Tautorit^ adminiatrati? e» «I conunis alnai 
la contraTenlion prd? ue et panie par l'arl. 47, ( lâ» du Code p^nal; 

« Condamne Mal? in â cinq franca d'amende et au d4pena« » 

Ce Jugement aer? ira de baae aux diyers membres du jury dea d^par- 
tementa» qui pensaient qn'on ne pouTait oondamner l'dpicler qui exerce 
llierboriaterie aana dipl6me« 

DB L'oniTM BACOLTi tOV8 LB GUMAT DB TUBIH. 

On oonnait lea rechercbea faitea par direra anteara aur Topium et aur 
la po98ibilit6 de Tobtenir dana diyerses localitte. (Voir le Toumai d» 
chimie midicaît^ t. X, p. 3.) On nalt , de plus , qu*il a ^t^ falt dea re*- 
cherchea par MM. Safarease et Tenor, aur Topium recueilH dans le 
rofaunie de Naples; parM. Prcstrandrea, snr celui rdeolt^ en Sicile. 

M* BoaaăflHia a fait k Torin des eaaala desquets fi r^ulte qne cent tites 
de pavoC(|i«/Ntvei* iomtdftrum aibmm) lui ont fourni 60 grains d*opinni» 
et que cel opium a donn^ 3 gralna 1/2 de morphine ; aoit 7 p* 100 de cet 
ilcaloide pur. 

M. Bonnafaas a de piua remarqa^ qne ies capsnies dn parol, Inda^ea 
traoafersatement, donnent une quantit^ de sac doable da caile qn^on 
obtlent par incision longitudinale. 

Cet opium indigene a une aarenr amtee, maia ii n*a paa Todenr firense 
de Topi um exotique. 



GOHSBBTATIOII PROLONG^E DU PAUf BT DBS FOMMEt DB TBBBE. 

H. Latgnel a aoumia k Faction de la preaae bydrauUque dea pommes 
de terre et du pain qui venait d*âtre tir^ du fonr. Lea pommea de terre 
mt ^t^ conTcrtiea en une eaptee de galetie fi^cnlente qui ae eonaerve dans 
Rt^ut. 

Le pain aonmia k la preaae de? ient al dur, aprte qnelqne tempa , que 
|«ar cn fttre usagell finit le brlaer ea MMr?i&t d^ia aMurteao^Simile 



516 lOURNâL DB CHIMIE m£]>ICALB, STG. 

fiit tremper dans un liqaide, turtonl si ce liqaide est ctaaiid» 11 reprend 
en pea de temps son folume primitif» et on reconnatt qall a omueniMt 
odear, sa sa? eur* sans a? olr acqois de maatais goftt.. 

Ce mode de faire poorrait ttre employ^ par Ies ordres de MM. la nS- 
nlstres de la fiierre et de Ia marine dans le bat de reoonnaltre d ce 
pain poarrait remplacer U biscuit» 

SOGliTt DE PR^VOTANCE DES PHAKMAGIENS DE PARIS. 

La Sod^t^ de Pr^oyance des pharmaciens da d^partement de U Sebe 
Tlent de oompl^ter son Gonseil d'administration , poar rannde 184MI| 
âinsi qa*ii suit : 

PrisidentfU. Hotto (Aagastin}. — Fice-prisidemig M.FIoa.— Jter^ 

taire, M. Alexandre (Martin)d-^e«fi^/a<re-iuf>a/ji/(l), M. Gamfer(Tlclor]L 

mm Trisorierp M. Vaaflart. — Conseiilers, MM. Gamier (Alphonse), Boir> 

ridresy Garles, Blondeaa, Daboisson et Duroxiei* — Oommig^tm ptm^ 

nent€p MM, Looradoar, Lehoby, Cabad^ Haoduc, Lep^re (Victor), BbMj 
et Abbadie. 

(f ) M. Gamier (Victor), roe Salnt*^Honor^ n* 327. oontinacra eaeaic 
eette ann^e ă £tre chargd du registre des matations et da pheeaest 
gratuit des dlifes. 

MM. Ies pbarmaciens sont pr^fenos qu'on ae r^pondra point saxde- 
mandes qui ne contiendraient pu Ies nons el Ies dates de sortis des 
dliTSS qu'ils d^sirent remplacer. 



rvil.-ll«ilMtet^AiiS.MJUT,riilUMt»TI«ik«»li^ f 



OCTOBEB 18ft5. 

JOURNAL 

DE CHIMIE MEDICALE, 

DE PHARMACIE ET DE TOXICOLOGIE. 



FAiTs povE amvia ▲ l'histoirb cmmQvs de la qratiolb. 

Par Eagine Mamhahd, de F^camp, membre de plasiears 
Acad^mies et Soci^i^s savantes francaises et ^trangires. 

La gratiole {gratiola offieinalu. L.) est UDe plante dou^e 
de propri^t^s purgatives extr^mement ^nergîques , et ă ce titre 
elle est quelquefois employ^e dans la m^decine populaire, sous 
le nom A^herbe i pautre homme. Consid^r^e comme Tane 
des plantes Ies plus actives et Ies phis dangereuses qui crois^ 
sent en France , on est en droit de s'etonner qu'elle n*ait pas 
encore flx^ depais longterops rattentk>n des pharmacieos et 
des chimistes, car un seul, le savant YaaqueliQi a publii, 
en 1809, le r^saltat de ses recherches sur sa constitution ; maia 
Ies moyens que la science mettait alors ă la disposition du chi- 
miste, ^talent loin d'atteindre ce digvi de perfection et de pră- 
cision qae Tanalyse organique a atteint depuis cette ^poque* II 
ne faudra donc pas s^^tonner si des plantes, analys^es an com- 
mencemeot de ce si&cle , cădent de nos jours an chimiste qui 
lesanalysera de Bouveaa, dea principea dont sea devanciera 
itaient loin, mfime, de aoapţonner Texiatence* 

Ceci ^tant dit pomr me justifier d'ayoir os^ reprendre Tana- 
lyse d'ane plante qoi avait miriti Thonnear d*6tre exa« 
minte pur Yaaqaelifi, je vaia chercher k d^ontrar avjourd'liai 
r aiui. 11. 89 



518 lOURNAL DE CHIIIIB MfelGALE, 

que la matiire re'nnoide 0Xiriniem$n$ aHniră qa*il a reconnue 
exister dans la gratiole , et ă laquelle ii en attribae Ies pro- 
pri^t^s» n'est pas un principe imm^diat| mais bien uqe matiire 
complexe, dont une pârtie seulement lui comtttHiiqtteGespnH 
pri^t^s et son Energie therapeniîque. 

Mais ayant d'aller plus loin , prenons la liste des principes 
queVauquelin a irouves dans cette plante. Ce sont : ane maiiire 
resinolde extrâmement amdre,ane matidre animale^de la gomme 
colorde en brun, un acide v^giătâil, que Yauquelin croit £tre Ie 
malique ou YaeAique^ et qui est en combinaison avec la po* 
tasse, la soude et la chaux ; des phosţ^faates de cliaux et de ter, 
de Toxalate de chaux, du chlorure de sodiumi de la&iliceetda 
ligneux. (Yauquelin. BuUeiin depharmaeie, t. I,p. A&i.) 

On remarquera qu'au nombre de ces principes Yauquelin i'a 
pas signal^ Tacide tannique, qui cependant existe dans la gra- 
tiole. Cest qu'ă Tepoque ou Yauquelin enirepresait son tranil, 
on n'avait encore que dea idăes tree-vagues sur la coniitaiioi 
des roati^res organiques, et sur Ies caractires qu'elles peufeat 
prâsenter dans leurscombinaisons răciproqnes.Quoiqm aqou^ 
d'hui la scieoce n*ait pas encore dit son deraier um sur (» 
intâressantes quesiions, ii ne nous est pas moins peraus i dau 
ane foule de circoostances, de mieu dissequer la aatare» et de 
parveoir ainsi 4 reeonnatire des lois et des oorps qu*eUe ao« 
eadie fei obstinăment. 

Tout l'acide lannique qtii existe dans la gratiole se retroava 
dans ia matiire r^sinoide obtenae par Yanqueliai et îl y exisia 
en combiaaisoB aveo d'aatres principes, parmt kssqaets U a ei 
trouTe au moins un qai devra prendre plaoe anpris de la #- 
gitaline. En effeti si on reprend par de Talcpol la matidre Mr 
Boidede Yaaqnelin \ sioo a^jouta k laliqaeurdtt saKueftrriqoe 
jaaqu'i c# que ia liqueur ne blauisse plai» si on ^oate an a^ 
laage la qnantiii d'iiydraiB da duna n^aiiam pMr laiaNr 



iMde «oUMqae lihre €t dâcomposcr Texote de sulfate ier* 
riqne emiriojâ ; â Tod âend kt liqueur alcoolique d'un peu 
d'eM pour ia fiurer ensaite ( apris Tavoir decoloree aa cbai * 
bopiaiMtlţ daas la cas «ii oela aerait n^cessaire); puis, si Ton 
f^apora celle Uqueiir dM» le vide ^ ou plutdt dans ua espaco 
i\}îk la Tapeur aqneaae sera iace^sammeni enlev^e par l'acide 
sttlfdri^pw cotteemră , en ebtiendra pour r^ida ane matiâie 
blanche, qui sera ancore une matidre complexe. 

Calfe matMore traiife parl'eau, s'y dissoai ea peiiie qoantîtd 
sa M coamuuilquaoi une savear excessiveiaeat am^re. Ce 
traitemeiit par Teau a pour bat d'eakeYer Ies particules saliaes 
Bîoerales qui aceanpagBcnt soavent , siooa toujoors , dans 
ceite premiere pârtie de ropăraikMiy ie prîacipe anier de la 
graiiole. 

Le restdu du iraiiement par Teau est ujie subatance pul- 
Y^leoie« Lorsqu'ott ia trăite par de Tâtlier hydrattf, elle se 
rsmoHîi, se diesont ea panie dans ce Y^cule, taadiaqiie 
la pârtie qui reste indissoute se r^uoitau fond du vase^ sohs 
forme de sirop. Ce liquide, s^ar^ de la coacbe liberte qui le 
saraage, et tenda d*alcool^ ae se ir-ouble pas; et si aprâs 
l'sToir aiosi m^lattg^ d'alcoot ou Tabaudonoe ă Tair libre, ou 
obiieut, lorsque le liquide est vaporis^, une masse blanche, dans 
toquelle ou peat reconuature ane foule de globules reunis sous 
fonnede aMUDeloos. Cette maiiâre est, pour moii ă la gratiole« 
ce qae la digitaline est ă la digitale ; et je me crois autorisiS k 
proposer pour elle Je nom de gratioline ou, mieux encorei de 
saATioiiiii y pour d^signer que cette substauce u'est pas alea- 
loide, la terminaison me devant , selon moi, 6ire reserv^e ex« 
closiveaienl pour cette classe de corps. 

Qu<ri quii advieiine de cette proposition^ je na m'y arrâiara 
pis da^mmage. Je passe de suite 4 V^umeration daacaracitea 
^ m*a presam* ce naufeau prie^ipe. 



520 lOUBHAt DB GHIMU ViBIGALB, 

II se pr^sente sous forme d*one masse blancbe mameloim^e: 
ii est tr^s-peu solnble dans TeaUi ă laqueile ii commnniqiie ce- 
pendant une saveur trte-amteei qui, de m6me que cela arrife 
ponr la digitaline, se fait sentir snrtout ă rarri^re-bonche; lue 
petice quantit^ d'alcool la rend un peu plaa soluble dans ce 11- 
quide ; Talcool la dissout trte-bieni et la liquenr derient lai- 
teuse quand on T^tend d*eav ; ii esi l^girement soluble dsoi 
r^ther. 

Plac^ dans reau, et sonmis h l'aciion de la cbalear ]iisqa*i ce 
qne ce liquide entre en AulUtion, ii se ramolllt et yient sens- 
sembler ă la surface sous forme d*ane gonttelette olâiginense. 
Place dans une capsule de platine et chauffă a feu nu , ii se 
ramollit, se bonrsoufle, entre en fusion, se colore, s'enflamme, 
briile en rdpandant de la fum^, et laisse enfin pour resida ui 
charbon noîr , qui disparatt par ane calcination prolongee. 
Gependanty je dois dire que dans toates mes exp^riences, ii est 
toujours restă , aprte ceite calcination , une pecite quantite de 
cendres blanches. 

L'acide sulfurique jaunit le gratiolin ; puis, en le dissohant, 
acquiert une conleur pourpre. La solution ne verditpas quand 
on rotend d*eau ; elle se trouble seulement un peu, et se deoo- 
lore. 

Que Ton me permette, i propos de cette r^actioui de pr&en- 
ter quelques rdflexions sur la coloration rouge que plusieurs 
substances contracient aussi sous l'influence de l'acide silfti- 
rique concentra. U y a d^jă longtemps que M. Raspail a indi- 
qui comme une propri^tâ caract^ristique du sucre , la facultij 
que possMe ce corps de d^velopper une trâs^belle conleur 
rouge, quand^ aprâs Tavoir mâang i d'albumine ou d'huUei on 
le soumet ă Taction de Tacide sulfurique concentra. Toat ri- 
cemment encorci M. Petten kofer a reconnu que lorsqne dans 
cette experience on remplace Talbumine ou rhuile par de U 



DB PHAAMACiB BT DB TOXICOLOGIE. 521 

BiUne^ Ia couleur roage apparatt encore. Dis 1838, le premier 
decesdeaxchimisteSi eD parlant de Ia couleur rouge queprend 
la saiicioe toiqours au contact de Tacide sulfurique , ^mettait 
cette opinioD, que la salicine pourrait peut-£tre blen n'Atre 
qa'ttiie combinaison de sucre et d'un principe qu*il d^signait 
soas le nom de rAineuxj et qui ponvait senrir, dans ce cas, 
i proYoquer la r^action caract^ristique du sucre. Depuls .cette 
^poqne , des chimistes distingu^s sont venus donner une nou*- 
velle autorii^ ăropinion de M. Raspail, car, d&s 18S9, M. Liebig 
etait amen6 k envisager Ia salicine comme une combinaison d« 
sacre de raisin et de ialire'iine. Plusr^cemment, M. Piriâ, par 
des exp^riences fort remarqnablesi a iii amenzi k son tour, k 
consid^rer le mfime corps, la salicine, comme une combinaison 
de sucre avec un autre corps decouvert par lui , et qu'il desi- 
gna sous le nom de $aligSnine. Comme on le voit , quelle que 
soit la constitution de la salicine, ies chimistes admettent tou- 
jours le sucre au nombre de ses ^l^ments, et Topinon deM. Ras 
pail se trouve enliirement confirm^e. 

Passant ă la digitaline et au gratiolin^ qui contractent aussi 
une trâs-belle couleur rouge au contact de Facide sulfurique con- 
centre, en consid^rant que ces corps, de m£me que Ia salicine, 
sont des corps neutres, ne serait-on pas en droit de presumer 
que le sucre entre aussi dans leur constitution ? Je sais que 
cette question ne pourra £tre resolue que lorsqu'on counattra 
bîen la composition ^l^mentaire de ces substances, mais c*est un 
sujet d'^tudes qui paratt devoir conduire k des r^sultats iut^ 
ressants, et ii serait k d^sirer que des chimistes, plac^s dans 
des condiiions favorables pour entreprendre un semblable tra- 
vail, s'en occupassent. Je suiş persuada quUls seraient ample- 
ment didommagăs de ieurs peines. 

Âprâs cette digression , je reprends Texposition des carac- 
tires chimiques du gratiolin : 



Vacide azotique le dissout sans le colorer. 

L*acide cblorbydrique le dissout eo preiuuit uoe codevr 
jaune. 

La potasse caustique lui communique ane cooleur Yertsde. 
qui finit par passer au jaune verdăire, et enfln au blanc. 

L'ammoniaque caustique Iui commnnique une couleur bleua 
bien caract^risee sans Aire belie. Ceue niactioa a'opire ? ive- 
ment et en fort peu de te temps ; la masse redevient blanche. D 
est utile de remarquer que soua rinfluence de ces deux riau^ 
tifs, le graiiolin n'entre pas ea dissolution dans Ia liqueor il« 
caline. 

La teinture de noix de galle precipite le gratiolin de sa di» 
solution aqueuse , si celle*ci est bien neutre , oa legteemeDC 

■ 

alcaline. Si elle est alcaline, Ia precipitation n'a pas liea , car 
Ie tannate de gratiolin est soluble dans Teau ammoniacale. 

La liqueur eib^r^e, dont j'ai parle plus bant, ayant â^era* 
poree, a laîsse pour r^sidu une snbstance blancbe non cristalli- 
s^e, legerement am^re, insoltible dans Peau, soluble dans rtl- 
cool ă AO^" , et pr^cipiiable de ceite dissolution par l'eau ţ so- 
luble aussi dans T^iber. Cette substance se comporte an Ies 
comme le gratiolin, dont elle difE6re pourtant ea ce que Tacide 
sulfurique concentre la dissout lentement, en acquerant uae 
couleur jaune fauve, tirant l^gdrement sur le rouge; mais tont 
me porte a croire que la couleur developp^ dans ces circoo- 
siances serait jaune seulement, si la substance dont nons noos 
occupons n'^tait pas accooipagn^ d*Diie petîie proportion de 
gratiolin , qui , ainsi que noas Tavons d^i tu » est ligiitmmi 
soluble dans T^ther. 

Dans un procbaio memoire, je revieodr» sar Ies propriAds 
cbimiques et tb^rapeutiques du gratiolin, et je ferai ooniiatlre 
Ie rfeuttat de raes recbercbes sur Ia constitiitiott ebimique de 
la gratiole. 

F^camp, S5 juillet 18&5. 



Bl NUOUIAGIB BT BB TOXICOLOOIB. US 



BXAMBN GHIMIQUB d'uH CALCUL SALIVAIBB 1>E CHBVAL. 

Par J. L. Lassaigne. 

La formation des calcula aalivaires dans lea animaux, aui^ 
tout en dehors des condaits oa canaux qui sont destin^s ă 
donner passage ă la salive excr^t^e, est un fait peu commun. 
L*obsenratiQn qui a ^t^ communiqu^e ă la Soci^tă v^t^riuaire 
da d^partemeni de la Seine , par M. Clichy , v^t^rinaire ă 
JoiDville (Seine), prouve aiyourd'hai que des calculs, sem- 
blables par leur aspect et leurs propri^t^s chiniiques ă ceux 
qai se d^veloppent dans Ies canaux salivaires, peuvent se pro- 
daire en dehors de ceux-ci, et crottre par juxta-posiiion de la 
m^me maniere que Ies premiers. 

Le calcul qui nous a iii remis pour 'Texaminer, s'etait for* 
mi k la base de Ia premiere dent molaire superieure gauche, 
et avait acquis en nioins d'un an, le volume d'un petit oeuf 
de ponle, mais d'une forme plus allong^e. Sa presence rendait 
alors la mastication extrâmement difBcile chez l'animal, on 
jagea k propos d'extraire par une forte traction avec Ies doigts 
cecorps^tranger. 

Isol^ des parties sur lesquelles ii avait pris naissance, ce 
calcul avait une couleur blanche I^g^rement rosee, et presen- 
tiit une assez grande dureţi. Son poids ^tait de 53 grammes 
125 millîgrammes, sci£ dans Ie sens de son plus grand axe, 
ii a ofTert autour d'un petit point central des couches cou- 
ceotriqiieSi de Ia dureţi du marbre blanc, et entre quelques- 
anes desquelies ^taient incrust^s des dâbris, bien caract^ris^s 
de grains et de feuilles de graminees. 

La substance de ce calcul avait pour caraciire cblmique, 
de se dissoudre presque entiârement avec une vive effcrvcs- 
cence ^cnmeuse dans Tacide azotique faible, en laissant queli- 
qoes legers flocons de muMS concrete» La dissoiution filtriie 



52& lOU&NAL DE CHIXIB MiDICAtK, 

sursator^e par rammoniaque pure, se troubiait l^g^rement et 

laissait d^poser un \6gev precipite floconneux, demi-transpa- 

rent, de sous-phosphate calcique. 
Uanalyse quantitatiTe que nous en avons faite, nous a donai 

Ies r^suUats suivants sur cent parties : 

Humidit^ 3,25 

Principes salivaires solubles 6,19 

Mucus insoiuble A,50 

Sous-phosphate de chaux 2,70 

Carbonate de chaux 83,86 

100,00 
Gette nouvelle analyse, en demontrant runiformită de com- 
position entre Ies calculs salivaires produits dans Ies caDaai 
et ceux qui peuvent se developper ă Text^rieur sur diff^rents 
poinis de la cavit^ buccale des animaux, indique la difference 
que ces produits morbides pr^sentent avec ceux qu*on a d^â 
observes dans Thonime. Ces derniers, ainsi que nous Tavons 
d^jă fait remarquer, sont essentiellement composes de soas- 
phosphate de chaux, tandis que dans le cheval et queiques 
auires animaux de la mame esptee, ce sel calcaire en forme b 
pluspeiiiepanie. J. L. 



■tfM 



TOXICOLOGIE. 

, TENTATIVE D^EMPOISONUBMENT PAH l'aRS£nIATB DB P0TA88E. 

Lc sieur L., fabricant d'^maux, reţut, le 31 decembre ifiUt 
un paquet envelopp^ de papier jaune avec de la ficelle, portant 
son nom et son adresse : ce paquet contenaitdeux bouieillesde 
vin ; elles furent mises de cdt^. 

Le lendemain, r'janvier, Ies ^pouxL. r^uniremlear fa- 
milie ă dlner : Ies convive» ^talent au nombre de qaatone oo 



DB PHAEMACIB BT BE TOXICOLOOIX. 525 

sâte^ et parmi eax se trouvaient plasieurs eofanls. La femine 
L. servit au dessert da vin de Grenaqhe qu'elle ava|t dans sa 
cave; elle avaitcru reconnatlre ă la couleur du vin.qu'on lui 
avait appori^ Ia veille que c'^tait ausâi du via de Grenache , 
mais elle pr^făra donuer de celui qu*elle avait depuis long- 
temps y et dont la boune qualilâ lui âtait connue. Les deux 
boateilles qu'elle avait reţues ^taient expos^es aux regards sur 
un meuble de la cfaambre : ii ne vint heureusement ă Tid^e de 
personne de go&ter ce vin. 
Aprâs le d^part des convivesi le sieur L. ayant aperţu les 

deux bouteilleSi reprocha ă sa femme de ne pas les avoir ser- 
vies au dlner, et voulut s'assurer de ce qu'elles contenaient. Le 
goudron de Tune d elle semblait avoir 6i6 chauffă , puis pressâ 
avec le ponce , comme si cetie bouteille avait et^ d^bouch^e , 
el rebouch^ ensuite : ce fut celle-lă qu'ouvrit le sieur L. j ii 
mit dans sa bouche un quart de verre du liquide qu'elle con- 
tenaii , en avala une gorg^e , et rejeta imm^diatement le sur- 
plus , trouvant ă ce vin un goâi d'amertume qui lui r^pugnait. 
Sa femme en go&ta aussi , mais n'en but qu'en trâs-petite quan- 
tite. 

Pendant la nuii , le sieur L. fut prts de coliques et de vomis- 
sements , et d'une^sorte de prosiaiion generale , accompagn^e 
de sonmolence. 

Sa femme, sur les onze heures du maiin , eprouva ies mâmes 
sympidmes : ils euvoyereni chercher leur m^decin , le docteur 
Vanier, ei lui presenlârent la bouteille dont ils avaienl bu. 
Frappe de ce qu^ilne manquait ă cette bouteille qu*une trâs-petiie 
quaniJte de vin , le medecin ne vit, dans T^tat de malaise des 
epoux L., qu'une indigestion causâe par le repas de la veille. II 
se con tenia de prescrire au mari un bain de pieds avec de la 
moutarde , et de l'eau sucree , legârement acidulee avec du ci- 
iron $ et i la dame L. , une potion antispasmodique. II mit sur 



868 Mvres » avec le boat do doigt , qoelqnea goattM d8 vii 
qa'on lui aTftit aignaM , et 11 Ini trouva un goAi d^aagrMile ; ii 
en emporta mame an pea ehes lai, mais ii n'en fii pas IHmalyset 
n'ayant pas de r^aclifs ii sa disposition , et ne croyant pasă an 
empolsonnement : ii approafa tonlefois Tidăe qa'avait le sieir 
L. de faire sur un chien T^preuTe da liqaide q«e contenait la 
bouteiile, 

Snr Ies qoatre benres d« soir, le siear L. se trouTant oa ţm 
soalag^ , et ayant la crainte que des convives de la vellie n'eiii- 
sent sotilfert comme lut du repas qv'il leur avalt donnd , se reo- 
dil eo voiiure cbea le sieur Lenoir, son beau-fk^e , ponr s*ai- 
surer si celui-cl ou quelqa*a«tre membre de la familie avsft 
^prouT^ Ies mfimes accldenls. Son beau frdre se portait k mer 
feilie , mais il remarqua T^iat de souffrance et TaltâratioB des 
traiis du sleur L. Ce dernier, rassure sur la sant£ de sa famiikt 
fut encore plus convaincu que Tindisposition survenue i si 
femme el ft lui ne pouvait avoir et^ causee que par le vin qulb 
avaient reţu. II r^solut de faire sur-le*cbamp Texpârience qaV 
vait approuv^ le docteur Yannier : il se fit conduire a la Peiiie- 
Villetie; oii sont situ^s ses ateliers, et fit avaler un peu de via 
de la bouteille suspecte ă un chien de petite taille que ses oo- 
▼riers lui procurdrent. Au bout de dix minutes, cel animal oe 
pouvait plus faire de niouTemenis , et quatre benres aprte H 
expirai! ă la suite de Tomissements et de convalsions. 

Les 6poux L. furent effray^s de ce resuliat , et ne se dM- 
dirent n^anmoins k faire leur d^daration devant le oommis- 
saire de police de leur quartier, que le 7 janTier. Us depos^sc 
entre ses mains les deux bouteilles de vin qui lear avaient iti 
apport^es le dl ddcembre au soir; le pispier et la ficelle qsi 
avaient servi k les envelopper, et Tadresse apposfe sor le pt- 
quet. Dans cetie d^claration, ils parlirent de soup^onsqui pos- 
vaient atteindre quelques personnes, mais sans en ttoamMr 
aucune, ces soup^ns âant trop vagnes et trop incenaios. 



Ol PHÂRKACn ST BB TOXiCOLOGn. (19 

Le cominissaire de police fit analyser Ie jonr mtoe, par un 
pharm acien (1) et par un chimiste, une pârtie da rin que ren- 
fermait Ia booteille dont avaient ba Ies plaignants ; ii Alt eon* 
stată qu'an compost arsenical soiuble se tronvait m6\i ă ce viu 
i des dosea considărables. 

Le jage d'instraction fit examiner le vin contena dans Ies 
deux boateillespar M. Chevallier, professeur & TEcole dephar- 
macie et membre du conseil de salubrii^, puis par M. Despa- 
quit, courtier-jură pour Ies vins et eaux-de-vie , pour recon-» 
nattre la nature de ce vin. li est risnlii de ces constations (\M 
Ies deox boateilles contenaient da vin de Grenache; que Tone, 
celle qui n'avaitpas iii ddbouchde, n'ătait miălang^e d'aucane 
snbsiance nuisible, qae celle, au contraire, dont le goadron 
avait iii pressă avec le pouce avânt que Ic sieur L. y eAt touch^ 
pour en goâter, renfermaii une grande quantită d^arsAdate 
de potasMe , poison d'une extrâme vîolence. 

L'expert Cbevalier a ăiabli que Tarsenic se trouvaitdans ce 
Tio ă la dose de 80 ceniigrammes par decilitre, ou de 8 grammes 
par litre (1), et que le vin ainsi altera par Farsenic peut £tre 
mortel , lors m6me qu'il serali bu en quanti(4 tr^minime. Le 
docteur Bayard,ăgalement appele par le juge d'instruciion ă 
donner son avis, a declară que Tarsăniate de poiasse est une 
des prăparalionâ arsenicales Ies plus violentes, et que la dose 
de 8 grammes par litre que contenait la bouteille analysee par 
Ie professeur Chevallier auralt suffi pour empoisonner un tras- 
grand nombre de personnes. 
Des soupQons s'elant portes sur un sieur G. , celui-ci fut ar- 

(1) M. Beofltoes^ 

(S) Eepr^seatant 10 gnn* hk ccQtîgr, d'aoîde arAdnieax , 12 grtai. 25 
d*acide ara^nlque. L*srs^Diate de poiasse ^tsDt compost d*oxyde de po- 
^*s<ittm 4&,6St d*scide srs^nique S4,07i et d'eau 9,98 pour 100, od f olt qae 
^<ia«]itiu de ce sel ajout^e au vin ^tsit considdrable. 



528 JOUANAL DB CHIMIB JliDICALB , 

tM. a la suite de cette arrestalioo « des exp^riences fureni 
faites par M. Chevallieri 1° sur du vin saisi cbez ou marchand 
qui avait fourni du vin ă rincnip^ ; 2"* sur des vius saisis dans 
la cave du sieur 6. ; 5*^ sur des vins saisis chez le L. Tousces 
▼ins fureut trouv^ differeiits des yIos que le sieor L. anit 
reţus le 81 decembre. 

Une premiire visite fut ordonare dans le laboratoire da sienr 
G., qui avait declare ne pas avoir d'arsăniate de potasse eo si 
possession. Cette visite, faiteparua pharmacien,n'eutaucanr^ 
sultat. Une deuxi^me visite, faite par ordrede M. le juged'iD- 
struction, par M. Chevallier, assist^ de M. Martinet, comniis- 
saire de police, et du sieur G. « amena la d^couvcrte , 1* d'aoe 
solution d'ars^niaie de potasse ; 2"* d'un flacon contenant plo- 
sieurs kilogrammes de ce sel ă T^tat solide. 

L'accusd G. , traduit aux assises , fut d^fendu par M* Chaii- 
d'Est-Ange , qui etablit que le crime n'avait pu £tre commis 
par son client ; que le sieur L. et sa femme n^avaient pu goo- 
ter de ce vin; que s'ils en avaient goftt^^ ainsi qu*ils Tavaieai 
declare , ils auraient n^cessairement ^le empoisonn^s. O 
plaidoyer, appuye de consuUations donnees par MM. Devergie, 
Barse et Payen, a ele couronne de succes : le sieur G. a ei^ ac« 
quill^. 



EHPOISOBNBHBaT PAR LE SULFATE DE ZlIfC. 

La Cour d'assises du Pas-de-Calais , sicgeant ă Saint-Omer, 
a eu ă s'occuper d'uoe affaire d'une haute gravita; îl s'agissaii 
d'un double empoisonnemeni au moyen du Mulfaie de zinc 
par un mari sur sa femme j et par une femme sur son marij 
de oamplieite' avee son amant; ă ee double empoisonnement 
s'ajoutait des relatums adulteree entre Ies deux aeeuses. 

Dans la nuit du 11 au 12 mai , monrut ă Robecq , aprte qoel- 
ques jours de maladie, un vieillard de 8& ans , Franţois Orare, 



DB PHAKlfAGtt ST DB T0XIG0I.06IE. 529 

^poux de Rosalie Dehaine. Cette mort, qui eAt pa 8*expliquer 
tout naturellement par T&ge du d^c^d^ i ftit attriba^e par l'o- 
pinion publique , en raison de diverses circonstances , & un 
crime. On fit ă cet ^gard des recberches , on sut que ce mal- 
beuren âtait tomb^ malade Ie 1^ mai , qu'il avait ressenti des 
dottleors aigues» ane chaleur insupportable dans Ia poitrine, 
dans Ies intestins ; qo'il avait ea des vomissements et des selles 
fr^quentes , et que , malgrâ tout cet appareil de sympt6mes , 
oo n'avait pas appelâ de m^ecin. 

Uautopsie du cadavre a fait reconnattre que I'estomac et Ies 
iotestius avaient ^t^ Ie siege d^une inflanunation aigue et ca- 
ract^ris^e par une coloration varlant du rouge p&le au rouge-- 
brun ; Ies vîsc&res extraits du cadavre furent soumis ă une 
analyse chimique, de laquelle ii est result^ pour Ies experts (1): 
r que la mort de Grave ^tait due, selon toutes Ies vraisem- 
blances, ă une substance toxique; 2^ que celte substance 
toiique etait du sulfate de zinc (2) ; S" que c'est pendant la vie 
qne ce sel a 6l6 administra , puisqu'on Ta trouvâ dans des or- 
ganes oili il'n'a pn dtre port^ que par Ies voies de Tabsorption ; 
de lă Ies experts ont conclu que c'est ă Tlngestion r^it^r^ du 
sulfate de zinc que Ton doit attribuer la maladie ă laquelle a 
SQccombe le nomm^ Grave. 

Deux mois avânt la mort de Grave, le 29 marş, une femme, 
la femme Delvar, avait succomb^ ; Ies enqufites faites au siyet 

(1) Les experts oui trooT^» en mame temps que da salfate de zînc, des 
traces de fer ; ils n'attribuent pas, avec raisoD, Tactioii toxique an fer. 
Os pensent que ce fer est da fer normai , da fer aecidentei, Mais ii faati 
ca oatre, dire fci qae le salfate de zinc da commerce n'est pas A l'^tat de 
paretăet contieat des qaantităs fariables de salfate de fer. 

(a) II serait i d^airer, rempolsonnement par le linc ^tantpea coana, 
qae les rapports des m^ecins et des pharmaclens fossent imprima en 
catier. Ges rapports poarraient Atre atiles. 



Ml KHmcÂi* M «nm» irtioau » 

4e cMIş mort flreni copoatire qoe lea sgfiwpttaies ioient In 
mtene» que eeui obaerv^ cbez4}rave« UexbumaUon ajant ete 
fiutş « i'analjse d^nonţra qiie Ies orgaaes extraits da cadim 
coAieMieiit des produiu <iui sembAaieiii d^moiitrer ipe h 
feuiB^ D^var (Oct^vie Oupuockel), avaU auccoaibe par soite 
d'iiii eaip»isiMMifHWi pat le sulfate de zioc. 

Les etpena , MM. {jerey et CapeUa » docteim ea n^deciae, 
el EngTMd , fdhaviMcieB i BeibiiBe^ itraiioeM lavr d^posiiioi 
en ăiablissant que, bien qu'ib aienl u^uvd du fer ea qataliie 
piua ooMiddraUe dana Ies organe» de la feanoie Delvar qie 
dana lea oirgaaea d'uDe aoive famaie aoaiiyae^ par comparai* 
ac» , iis ne pe iiteot oepeadani pas coBclare 4 renqMiaoBoe- 
metii par ks sela de fer, parce qu'ils n'en ont ifoufi qa'aae 
pelile qiiaDiităy et parce qa*il est probable que la proportiofl 
du fnracMâniel normal \me cbex lea dî?er& iodiTidas (1); 
qu ila doiveol ^tre d'autant plus circoasşecta, qa*ă leorcot- 
aaiasaBCe c'esi la preoiii^re foia qiae Ies substancea qu'ils oii 
trouT^es k la suUe de teiirs experieaţea oot M employees dai» 
UB empoisonneifiaBi soumia ă raf^pr^alum de la josiîce. 

Lea da«x aocas^ ont ^ acqviii^ 

iVioCf du RMacUur. Le sulfate zinc a M eaaptoy^ imd- 
iandmeni avee tanenic^ dans un cas d*eaipaîsonoeiBeBt solvi 
de Bioru L'iBdtvkhi iaciidp^ de ce crime toi traduit defaitb 
GiHir d'Bsriaca da iiObret (OrKaaa). Xica eKperla iAwaX MM. 
Ch e v allier, Devergie et OUivier (d'Angers). 



(1> No«s «roBS M coMttM pAr une femme k Isqşdle ami SMii itsI 
Mi prcaâre* dias wi Iwt crlaiMl, ovoywit l'eaiffoUoiiBcr» «setrii- 
fnads qvsatM de sallMe de Ier ; o«lte C^mme n'ai «ic poiat ^prMT< * 
coliques , nL ds vonlsseneaiU} etlo «t aU perdu rapp6tit« sa fiioe afv' 
%PW)i^ 01^ isiffSe tarreaae. Gette femma est eocore tif ante. 



DB PBARHAOtt BT WB «KIOOLMIB. 5tl 

EMPOISORHEMERT PAH L^HUILE fiSSENTlELLE D*AMAin>ES. 

Londres, 28 juin. — Uq enfant de treize k qoatorze ans, 
Edouard Mair, fils d'un coiffeur, ayant iii r^primand^ par spn 
pire pour quelque faute ordinaire ă son ftge, avait ^t^ enferm^ 
dans rarriâre-boutique, sous la surveillance de sa sceur, âg^e 
de vingt-lrois k yiogt-quatre ans. Cette demoiselle Tayant perdu 
de vue pendant quelques instanls, Tenfant deboucha un fiacoa 
d'huile essenttelle d*amandes, qui contient de i'acide prussiquei 
et ii euif apres en avoir pris, la pr^sence d'esprit de remettre 
le flacon ă sa place apris Tavoir referm^ berm^tiquement. Au 
boutde quelques instants, £douard Muir^prouva de violentes 
coDviiIsîonSy ei ii mourut en moins de dix minutes. L'odeur qui 
regnait dans la chambre a fait connattre le moyen dont le petit 
malheureux s*^taii servi pour mettre fin ă ses jours. 

EIPOISOlflIBKERT PAR l'aIHOVIAQUB. 

Un suicide Strânge a eu lieu ă Riom : un individu ^tranger â 
ceite viile se pr^sente cbez un pharmacieny et Iui demande de 
Taicali volatil (ammoniaque lîquide) pour enlever lestaches 
de ses vâtements. Le pharmacien lui en verse une cuiller^e et 
demiedans un verre; l'^tranger prend ce verre, se tourne 
brusqnement vers la porte^ avale le liquide d^un seul trăit , et 
tombe comme frappe de la foudre. Le comniissaire de policOi 
appel6 aussildty Ta fait traosporier ă rhdpital. Apr^s Ies pre- 
miers soins donnes , ce malheureux s'est ^criă : « Ah ! quelles 
douleursatroceS|... je croyais mourir tont d*uncoup!... » Oa 
n'a irouv^ sur Iui qu'un passeport pris Ia veille ă Qermont pour 
se rendre ă Riom. 



5&2 lODAMAL BB CailMIB MiMCALB, 

TERTB BE HiDIGAMBNTS PAE UN HERB0RX8TB. — BBPOUOH- 

BBVEIIT. 

On nous ^crit de Lyon, ei on nous donne Ies d^tails qni ni- 
ventsurla mortd'un individu empoisoDneparsuiied'oiieerreiir 
cominisepar un berboriste. Cet berboriste , babitant hrne 
Raisin, a donn^ de la poudre de cantbarides ponr du cab&e, 
que Tordonnance du m^decin avait prescrit. L'on ne peot se 
faire une id^e des souffrances que la malbeureuse victime de 
cette erreur a dA endurer avânt de succomber. 

Interrog^ par M. Ie commissaire de police , en prunce de 
MM. Ies m^decîDset pharmaciens experte, Tauteur involon- 
taire de ce malheareux ^v^nement a dît que depuis un in fl 
ne dâîvrait pas autre cbose, croyant que c'^tait du cubibe. D 

en a employ^ environ 150 grammes. 

■ ' ■ ' ^ 

^TENTATIVE D'BHPOlSONNEHElfT PAE LE BLANC BE CfoUSE. 

La cour d'assises du Doubs a eu ă s^occuper d'nne tentatiTe 
d'empoisonnemeDt par le carbonate de plomb. 

La veuve Perrot ^tait accus^e d'avoir mâl^ k de la farioe 
appartenant ă la demoiselle Droz , farine qui ^tait deslio^ a 
faire du pain, du carbonate de plomb, du blane de cerute, 
dans la proportîon de 18 grammes de blanc de plomb par ki- 
logramme de farine , 1,80 pour 100. 

Le pain pr^par^ , la demoiselle Droz et une fllle qu*elle avait 
avec elle en flrent usage , elles fureut prises de collques et de 
vomissements. Des personnes qui furent appelees pour Ies 
'soulager, la fllle Agn^s Mairoit et un nomm^ Pbil^moD Bdot, 
apr^s avoir mang^ de ce pain, ^prouv^rent des accidents plus 
ou moins graves ; la fille Mairoit ressentit des malaises , des 
d^faillances, enfin elle eut des vomissemente. Les rechercbes 
faites k propos de ces accidente firent soopţonner b veire 



n PHARMACIB BT DB TOXICOLOGIE. 588 

Perrot de s*£tre rendue coupable da crime d'empolsODnement. 
EUe fut traduiie devani Ies assises. Lă, on sut que la lllle Droz, 
qui demeurait avec la veuve Perrot, et qui voatait la qoiUer 
par suite de qnerelles d'int^rieur, avait achet^ 6 kHogramines 
de cănise, qa'elle n'eD avait osâ pour son travail de dorure 
que 6ft grammes, €i qu'il n'en restait plus, lors des recherches 
faiies par suite de la tentative d'empoîsonnemeot , que 2 kîL 
98 cent, ce qui seoiblait indiquer qu'ou avait mâl^ 8 kil. i gr. 
k la farine qui avait servi ă (aire Ie paio qui avait doun^ lieu 
aux accidents observa sur la demoiselle Droz , sur Ies ftUes 
Jonrdetet Adile Mairoil, enfin sur Phil^mon B^lot. 

M. Pdne, docteur en m^deciue k Pontarlier» qui visita par 
ordre de M. le juge d'instruction ies demoiselles Droz ei Ad^le 
Jourdety dit qu'il Ies trouva avec le teiul pale, le visage abaun, 
qu'elles ^prouvaieot des maux de coeur et d*e$tomaO| des doa- 
ieurs dans ies membres : eiles eprouvaient de Ia coustipal'^oa. 
Son avis est que ces symptdmes om 6i6 deiermin^s par 4ţn 
compost de plomb. II ^tăblie que Ie carbonate de plomb e&t 
un poison ; mais que lesexemples d'empoişonnement par ce set 
sont fort rares. II cite le cas d*un ouvrier qui prit 20 grammes 
de sous-carbonate de plomb. Get ouvrier, secouru ă temps, fut 
sauY^. 

L'avocat de la veuve Perrot ayant fait valoir devantles jur^s 
Ies bons ant^c^dents de sa cliente, et Tincertitude qui planait 
Sur cette affaire, cette femme a 6ii acquîtt^e. 

TEHTATIVB D^BMPOISONNEMBIIT PAR L*0BNAIITBB CBOGATA. 

Dans le num^ro de Janvier de cette annee, nous avons fait 
connatire divers cas d'empoisonnements aeddeniels par 
tmnanihe eroeala. Tout r^cemment une fem'me Potier, fut 
traduite aux assises du d^partement îllIle-et-Yilaine , incul- 
pa d'avoir lentâ d'empoisonner son mari k Taide de la ra^ 
r Biui. II. M 



tflk iOUMAI. M CVtMIB «ftmCiU 

ciB6 46 fmHonikM erooaia ^ eoanue dAm divertes localitii 
sotts Ies Bo^a de painpain^ de parioerep de pşfuaen, de 
penii lait0UMt de pinpin^ et doot la mcini» est coimiie loos 
te Dom de »a9£/l«| de pain fraiş* 

Ceue plante, qui ee troure dans diverses prairtes^ a ţom 
radne une espâce de navei qni a des proprieies trts*acUvei: 
elle paratt avorr dans Ies environs de Baia, canteo de Hedoo, 
in#-€t«-Tiiaiaef noe triste dUhriîâ^ elle păsse poor redkr n 
poisbn aussi actif qne TarseAie, eft cetoe r^otation a grandi, 
parce qtt\iB jeuite bomnk^ s'en servjii ters la llli d« 1843, pmir 
se doDoer !a mort. 

En 1ia&, le sleur Potier, meunier, ăccusa sa femme, dont 
IU conduite ^tah tont ă fâit d^r^gl^e, d^afroir comiMs sur lui 
une tentative d'empolsonnement, k Paide de la racine d*ce- 
nântbe, en btsant entrer dans sa $onpe de cette radde; nais 
li fnt mis en garde contre Ies danger^ qu'il conralt, parc^ qtie 
cette racine n^i^tait pas cuite comme lesaâires Idgunbes et parce 
qn'efle est trfts-âcre. 

^otieir, ^h deposant sa plainte, remit au juge ihslrucleur des 
racines semblaibles k celle qui aurait et^ introduite dâos sa 
sbujie ţ ces racines furent soiimlses k IVxamen de MM. Mala- 
guii, Pontali^ et Toulmouche. M. Toulmouche, devant la cour, 
fit cofanatire que Ies racines que Ies experts avaient eu k exa- 
miher, IStafeiit celies de To^nanlhe crocâta de Ia familie des 
ombeliif^res, que cetie plante est placee pafmi Ies poisons nar* 
cotico-âcres , et que ceile racine, d'apris Ies exp^riences de 
divers toxicologues, noiamment de Walion, d'Orfila, peutdoo- 
ner la mort.en aeux'oui (roîs heures. 

Malgr^ Ies efforts du ^efenseur de Ia femme Potier, ceiie 
feomie.a ^t^ co^damneaji dîx ans de travaux forceş. 



ih... 



DB PBAMIiiCU IT »B T0XM2OI.0GIB. 596 

jMa—caagiiigaB*Mtta«Bataiifa=agafc ■■■■■! 'ţ!H" ' i i ' iii ' 'tii i'.f.'î ■■ .''nv ir:t 

PtLkJBMACtE. 

DE L*AGTION DES AMAN DES AM ÂRES , DES FKUILLES DE LAURIEE- 
GERISE I DES FLEDRS DE P£CHER £T DE LEURS EAUX DIS- 
till£es, sur LES HUILES ESSENTIELLES ET LES aromes esic 
g£n£rAL; 

Par M. Mahier , pharniacien ă Château-Gonihier. 

L'observatioD faîte premieremenl sur ia disparilion de i'o* 
deur du muşc dans le sirop d'orgeai, cousiui^e par M. Sou- 
beiran el reconnue ensuile, avec Teau de laurier-cerîse, par 
M. Faure, de Bordeaux, vient ide m'amener â generaliser celte 
reaction sur Ies huiles esseoiielles et sur ies auires subsiauces 
forlemenl odoranles. 

Sans avoir ă ajouteraux connaissances de la scieuce tani qu'ă 
la cause, Ies exp^riences que je vais citer peuvent pr^senter de 
rinierât, ne fubce que de donuer le moyen prompt el facile de 
nettoyer el de rendre apies ă tout usa^e des bouleilies ou des 
▼ases quelconques que souvent ou ne peut faîre servir qu*ă !a 
subsiance qui Ies a infecK^s. 

Ayani voulu tout r^ceniment m'cviler le recuiage, toujours 
împarfait el d^sagreable , d^un nioriier de marbre qui oi'avait 
servi ă la pr^paration d'un lavemenl avec fassa-foelida, au 
moyen du vinaigre el ensuile des cendres, je pensai ă essayer 
Ie residu de la p&te d'amandes pour l'orgeat que je venais de 
preparer ; en ayant pris et frotl^ mon noortier 9 comme Todeiir 
persisiait , j'ajoutai un peu d'eau ; alors une forte oJeur da- 
maodes ameres se developpaj je frouai de nouveau, laval & 
graode eau^ et l'odeur dispărut completement. 

Ce premier essai m'engagea quelques jours apris ă appliqoer 
ce moyen ă des fioles et ă des bouleilies qui veuaient de con- 



586 lOURHAL DB CHIMIB WIdICALB, 

tenir de Tean-de-Tie camplir^e, de lliuile de spic, des esaence» 
de girofle , de menthe , de nâroly , de lavaode , de citroas, de 
tdr^benthine, des huiles de p^irole » de copaha» de foie de 
morae, de la crtesote, et diverses leintures odoraniesi bilsa^ 
miques et r^sineuses, 

Toutes ces bouteiUes deTinrent nettes, sans odenr et comne 
neuves. 

Seolement ii est indispensable de d^raisser pr^alablement 
celles qui sont grasses avec des cendres ou de la poiasse, et de 
rincer avec de l'alcool celles qui ont contenu des teinturesr^ 
sineuses ou balsamiques avânt dVmployer la pate d*amandei. n 
se conţoit que la pate d'amandes amerespure, sansamaodes 
douces, r^ussit encore mieux ă ^gale quaniitd; oiais celle do 
commerce ne r^ussit pas seniblablement, taot ă cause, soaveot, 
de sa Y^iusi^ que de sa falsificatiou avec du son , de la Tarioe, eic; 
mais on peui se procurer facilement des tourieaux d^amandes 
am^res r^ceutes , que Ton peut pulv^riser pour cet usage. 

Des feuilles de laurier-cerise et de pâcber pll^es, r^duites 
en pulpe et iotrodultes dans Ies bouteilles, agissent ^galeroeot. 
Une poign^e deces feuilles, dont on frolte Ies paroisd'un 
mortier ou de tout autre vase odorant , m'ont , avec un pea 
d'eau» reussi comme Ies amandes amâres. 

Les eaux dislîllees de laurîer-cerise, d'amandes amires et 
de picher, surtout lorsqu'elles soni recentes, ont la m^me ac- 
tioD avec les semblables prdcautions, mais leur moyen est pios 
dispendieux. 

II en doii £tre ainsi de toutes les semences, fleurs on feuilles 
qui contiennent de l'acide bydrocyaniquei m£me avecd*autres 
substances odorantes qui n'ont pas ^i^ exp^rimeoiees. Aio^i 
s^expiiquelubage vulgaire de traiier des pots ou autres vases 
neufs avec des feuilles de laurîer, soit en les plagaut dans oa 
four, soit ea Ies faisant bouillir avec de Teau. 



DB PHÂEMAGIE BT DB TOXICOLOGIE. 837 

D'apr&s ces essaisi je croîs pouvoir avancer qae la p&te d'a- 
mandes amâres» que Ies palpes de fleurs de laurier ou de fleurs 
de p£cher, peuvent devenir appiicables ă la conservatioa da 
poîssoD et des viaodes daos leur transport, et leur servir de con- 
dimenty et que leurs eaux distillees pourraient modifier Todeur 
des amphiih^&tres de dissectîon , des appartements fratcbe- 
menis peints et des salles des bdpitaux. Je suiş surtout con- 
vaincu de leur succes pour dter l'odeur de fui ă tous Ies vases, 
et mame aux barriques, en ayant soia de laisser quelque 
temps reagir, ei d'agiter souvenl ă cause de la porosit^ dubois. 

II reste encore ă constater si Paction de Tacide hydrocya- 
nlque peut ou non modifier Ies proprietes m^dicales des sub- 
stances odorantes : c*est aux m^decins ă reconnattre s'ils ne 
doivent pas supprimer l'eau de laurier-cerise et le sirop d*or- 
geat dans Ies potions faiies avec des eaux distill^es ou des sub- 
stances aromatiques. 

SUE LA LOI EELATIYE A l'eXBEGICE DE LA FHAEMAGIE. 

Monsieur le Redacteur, 
Je lis, dans votre journal d'aoât^ Ies plaintes d'un de nos 
coll^gues sur le retard apport^ ă la pr^sentation de la loi sur 
Texercice de la phamiacie. Tout en rendant faommage au sen- 
timent qui a dlct^ ces plaintes, je crois qu'il y a quelque chose 
de mieux ă faire. Ne pourrions-nous, par exemple, profiier de 
ce delai pour examineri une derni^re fois. Ies articles de la loi 
actoelle, qu'il faut conserver, modifier ou supprimer, ou ceux 
enfia qu'il serait bon d*y ajouter ? La veille de passer un con- 
trat, n'en pise-t-on pas chaque clause, cbaque condition, la 
valeur mame de cbaque terme? Qui doit signaler au l^gisla- 
teur ies ecueils ă eviter dans la nouvelle loi, si ce n'est celui 
qui Ies connait? Prenons garde. Gette loi, qui (notre collâgue 
ie dit lui-m£me) est depuis vingi-cioq ans sur le m^tier, sera 



fiS8 lOClUfAL BB CHIMIB HfolCALB , 

pr^ent^ , elle sera discat^e , vot^ , que nons n^aarons rien 
pr^vu, rien dit. Alors îl y aura des m^omptes, iioas yoodross 
protesier, îl ne sera plus temps. 

Cela ine conduit, Monsienr le redacteur, ă Totrei^ponseâ 
fa premise <^?s questions de notre eoHi^e , M. Jaoqoenifl, 
de Metz (i). 

// ierait A JMrer^ ditei-vou$^ que dam la nouweth M 
on exigeai que le pharmaeien restâi ddtentewr dee ordonr 
naicei quHl aura du executer. 

Vons connaissez tont mon respect poor ce qnî Tient detons. 
Mais ces mots, ii eerait i dJsirer^ me paraissent laisser ieo« 
tendre qu'il D*y a pas de n^cessit^, tandis que, selon moi,oette 
B^cessire est absolue (2). 

Lorsqu'ă la suite d*une maladie longue, Ies malade^, oulenrs 
gardes, ont entre Ies mains plnsieurs ordonnances, qu*a^riY^ 
t-il? Incapables de toute distinciîon et prenant Tune pov 
Tautre, i!s demandeni de Tatun calcinâ pour de la goaune,da 
perchlorure de mercure pour du caTomel. Tout demiiremeDt 
unnialade, qui avait depuîs longtemps ă sa disposilioo de 
nombreuses oruonnances, m'en presente uue en me disaol: 
VenJUez me pr^parer cetie potion. Je lîs , îl n^y avah sur For- 
donnance qu*une sotutiou de sublima corrosif. 

Que hi sifrvefllance du pharmaeien fasse ud instant dMui, 
ou qn une vraîscmbtai>€e funeste vienne ă Fegarer ud moment, 
quels malhenrs ne s'en suivront pas! TranquîHitey areorr, 
tout sera compromis pour lui ; pour le maiade, tout sera perdn, 
car îl aura perdu Ia vie. Certes , TecoDomie d'mie vîsîied'nn 
ou de quetques francs, achet^e ă ce taax , seraît pay^e trop 



U) Voir le nun^rt de jiriUel , page 396. 

(2) Je Q'4i jtmaJA dit ce que mon coH^e m'attrilMie; mala U ne m" 
possible de retenir Ies ordon nances qae lornque la loi le preşcrtra. Pn^' 
elle le preacrire pour toutea lea ordonuancea? 



DB I^HARVACIB KT l^B tOXtCOrLOOlB. 5M 

cher y et nous poQvons , sans blesser ancune des tomrenaiices, 
dire aux pouToirs l^gislatifs : 

• Voios devez ă la tranquHKl^ et ă Fint^r^de la pharmacie, 
TOQS devez plus encore ă la sam^, ă la tie m6me des malades, 
d'oMrger le phannaeien ă retenir, entre ses iDains , toates Ies 
ordoDnances qriHl aara ei^cui^es, m^iiie celles presciivant des 
substances inertes. Permettre de rendre ees demiires serait 
permertre de tout rendre. » 

Tout ce que j'ai dit pouvoir rfenher de dangef pour Ies 
pharmaclens et pour Ies malades de Fabos pr^^dent^ pem 6tre 
dit de la permission accordfe au mededn de prescrfre un me- 
dicament ^nergique par quantităs ne devant 6ire adoriurstr^es 
qu*ă plusieurs reprises. 

Que la loi permette au m^deein de prescrire telle quantitâ 
d'ene aobstance toxique qa*ii croit eecessaire de faire admi* 
nistrar immdd iaUmnU , rien de mteux. Lui veAiser ce drok, 
serait feMisse» sa eonscienee. Mais Faotoriser ă faire Csire ă ses 
Bialadhis piraf ision de oetie substance , la loi ne peut le faire 
sans compromettre la strexâ des persoimes. Assez de dangers 
peavettt risoUer de la d^livraoce de qiMM^isimmMiaUmsni 
««b#«MMr«f , et la nteessit^ seule peut la justifier. 

D'aitteuvs, ne seraii-ce pas uae cootradioiion de la loi que 
de nous obliger a teoir sous clef, dans nosofflcines, des medi- 
eameots qu^eUe noos permettpatt de donner en abondaace ă 
tooi veiiiMt , si je pois aiasi parler, pourvu qu'on y jaigiie la 
recomoiandation d^risoire de faire bon emploi du reste , 
comme st , ce reste , ii ne valait pas mieux le conserver entre 
DOS mains? 

Combien ^e m^decins et de pharmaciens se seraient epargnâ 
<tos larjnas am^res , sUls avaieat su se aouvenir de ce vieil 
axbme : Nui ne peui dtmner e^ qu'il n^a pat. Vous vous rap* 
pelleresy Monsieur le R^acteur, ma leitre da mois d'avril anr 



540 JOUBKAL DB CBIVIB lliDICiJJIt 

UD empoison Dement par le laudanuai dâivrâ ă bautes dose» 
sans n^cessit^ aucuDC (1). 

Yous vous rappellerez la reponse que vous y faîsiez et qoi se 
termioait aiosi : « Dei faits^ et un en partictdier quieti tmU 
recent, de'mofUreni Us dangers de ee mode de faire^ etfoas 
joîDdrez vos efforts aux odires pour faire cesser un mode de 
medicaiioD qui peut 6tre ă la fois si funeste ă la medecioe^iU 
pharmacie, ă la societ^ tout eDtiere. Y. Y. 

Note du Be'dacteur. Nous coDseillons ă noire collegoe 
M. Y. Y. el ă tous nos coufreres d*adresser au Congres medi- 
cal Ies observatioDs qu- ils auraient faiies sur la loi ă pr^oter 
aux Chambres; ils reodrODt service a la pharmacie. 

CONGBtS MÂDIGAL, BTG. 

Ce Googrâs , malgr^ son titre sp^ial, doit s'occuper de tom 
ce qui est relatif ă la legislaiioo appliquee ă la nt^eeinej^ li 
chirurgie f ă ia mddecine veterinaire; 11 a nomm^ une Com- 
mission permanente qui a publie la lettre ci-jointCi que doos 
faisoDS connatire ă nos coll^gues. 
La CommiieUm permanente da Congree medical au» doc 

teure en medecine et en chirurgie, aux offieiere de taniiy 

au» pharmaciene et aux fnddedne ve'tdrinairee ie U 

France» 

La Commieeion permanenie du CoiiQBte xiDiCAL , nomm^ 

(DU faUait arroser des cataplasmea de farine de lin, chacan de trcate 
guuttes de laadanum de Rotuseau. Le malade n'^tait âoign^ deqoatre 
pharmacieDS que de 1 ou de 2 kilomitres au plus ; cepeadaot on preş- 
crif it et en d^Ufra on ne sait quelle qaantit^ de ce mMicament; maisoM 
quantit^ teile que la bouteiUe qui lacoDtenait doil^tre priae p*mr otc 
bouteiUe contenant f 00 grammea de sirop. Une eniUer^e ftit administra 
en place de sirop dans un Terre de tisane, et peu d^ieares aprb ai 
homme de dix-ntuf ans mourait ; Ies secours ^taient arriTăs trop tari 



BE PHARMACIB KT DB TOXICOLOGIE. 5&1 

dans la s^ance g^n^rale des del^go^s des Societ^ de m^de- 
eine, de pbarmacie et de m^decioe v^t^rinaire de Paris , le 
2 aoftt i8&5 9 a l'hoDneur d'lnformer : 

1* Les docteurs en m^decine et ea chirurgie, 

2* Les ofliciers de saat^ , 

y Les pbarmacieDs , 

ft° Les m^decins vet^rioaires diplom^s, 
qQ*UD congres g^n^ral s'ouvrira ă Paris, le 1*' novembre pro* 
chai^. 

Ce Congres a pour but de discuter le programme des ques- 
lions relaiives ă Forganisation de Tenscignement et de l'exer- 
cice de la m^decine , de la pbarmacie et de i'art veterinaire. 

La solulion de qes questions , expressibn des voeux de la 
majorit^, sera transmise ă M. le ministre de Tinstruction pu- 
blique, ă M. le ministre de Tagriculture et du commerce, et 
aux membres de la Cbambre des pairs et de la Cbambre des 
depnt^s. 

Les Soci^t^s de m^decine , de pbarmacie et de m^decine 
veterinaire de Paris , dont la Commistion permanente n*est 
que rinterpr^te, ont adb^r4 ă Tinstitution d'un Congres g^n^ral 
avec Tesperance que cette institution aurait pour r^suitat : 

1* De favoriser dans le corps medical le d^veloppement de 
Tesprit d'association ; 

2* De faire conuattre aux minislres et aux Chambres T^tat 
r^ei de nos souffrances et l'expression răelle de nos vceux; 

V De bâtePi sans doute , la pr^sentation d'un projet de loi 
qui reponde ă nos d^sirs et ă nos esperances. 

Pour que ce triple resuhat soit obtenu , le concours de 
toutes les lumiires et de toutes les bonnes intentions est indii- 
pensabie. 

II est n^essaire auss! que tous les int^r^ts soient repr^n-* 
t^ au Congres gto^ral. 



^&2 lOCUfÂIi DB CHlMn ■tMGAI.B; 

Aii8si a-MI iî6 adopta en principe qae Fappel n Coiifris 
8erait Caii de la maniere la plus large et la pios UMraleieila 
Commtision permanente a-t*elle reţa pleios pMroin pov 
faire connatlre cec appd ă Miies Ies persMBes eisroat h 
m^decine , la pharmacîe et Tart vel^iBaire. 

Eile remplit cette mlssion ajourd*hai en faisant connattre, 
par la voie des journaux , Texistence, le but et r^poqiie de b 
r^onion du Congres medical. 

Cet appel est d işti oct de Tappel direct et special qui estfait 
aux Soci^t^s de lu^decine , de pharmacie et de medecine veie- 
rinaire du royaume , aux FacuU^s et Ecoles , pour lesqaeDes 
seulement ce dernler mode pouvait £tre adopta. 

Pour faire acte d'adh^siou au Coogrds, ii suflSt, ponr Ies 
persoDues ^loignees de Paris, d'adresser (franco^ ă M. ledoc- 
teur Bicbelot , tr^sorier de la Commiâsion , rue Nenve-des* 
Matburins, n° 10, ă Paris, un bou sur la peste, de la somioe 
de ciot francs , somme destinde ă couvrir Ies frais de toate 
nature qu'exige la reunion du coogr^s, avec un buUeiio iodi- 
quant le nom , la d^meure et la profession de radbereot. 

Cba%ue adberent des dăparLements trouvera , ă son arrim â 
Paris, cbez M. le docteur Richelot, une carte d'entree as 
Congres, sign^e de M. ie pr^sident et de M. le tr^rîerdeU 
Comnusaion. 

MM. Iss mMesias, (diarmoGiens et vet&inairss de Paris, qoi 
soBt dans Tintention â'adh^ter au Coagrâs , penvenl s'inscrire 
cbez M. le docteur Bichelot , qui ieur reoiettra la enrle d'es- 
trfe, ou bien lui adresser Ieur adfaesion par lettre affiraflchie. 
La coiisatiiui aera alors louchâe i^ domicHe. 

La Commission a donc Tbonneur d*inviter Ies persomes qui 
exercem Fune des troîs professions d^sign^s , ă vouloir bîeo 
concourir ă Tinstitution du Congres general qui ini^resae ies 



DB FHÂEMACnB ET DS TOXICOLOGIE. 5&S 

kesoins g^n 4raax de ces professioBS, et par eoQS^ent )e bien- 
âirt personnel de cbacun de ceux qui Ies exercent. . 

Les membres de la Commission permanente : 
MM. YiLLBinBUTB , D. M. P., membre de TAcad^ie royale de 

m^decine, prMdent. 
BouLLATy ancien pharmaeîen , membre de rAcadimie 

royale de mMecine , vioe-ţrendenU 
AiiiDiB Latour, D. M. P., i^erdiaire. 
Malgaiorb , D. M. P., agi-^g^ ă la Facuk^ de macine 

de Paris, seer^iatre-^^lfaint 
RicHELOT, D. M. P., membre de la Soci^t^ de m^decine 

da d^artement de la Sehae, irAorier. 
MoREAU , D. M. P., professeur & ta Faeuh^ de m^decine 

de Paris. 
kvG. B£rard , D. M. P., professeur k la Facoltâ de m^- 

decine de Paris. 
SteALAs, D. M. P.9 membre de FAcad^mte royale de 

m^dectne. 
F. BouRBT, pbarmacien, agr^g^ ă l'Ecole de pharmacie, 

membre de la Societe de pbarmacie. 
Battaillb, D. M. P., pr^sideat de la Soci^t^ m^dico- 

pratique. 
Hamort, v^t^rinaire, membre associ^ de TAcad^mie 

royale de medecine. 
Blatir , D. M. P.y secr^taîre de la Societ6 m^icale d'^ 

mulatîon. 
DiiBAiL, pharmacien , membre de la Soci^t^ de pharm. 
Lbblavc , v^^rinalre, membre de la Soci^t^ de medecine 

T^tMnaire et compar^e. 
CoLLiGROR , vet^rinaire , membre de la Soci^t^ de mede- 
cine veterinaîre et comparee. 
Ifoia. La Commiâiion permanente regrette mement de 



Bhi JO0BICAL DE CHIMIB v£l>lCALE^ 

De pouvoir adresser ă chacua des rnembres qui eiercent Tmie 
des trois professîonă d^sign^es , ud exemplaire du rapport et 
du programme des questions ; mais Ies frais quVxîgeraieni ane 
telle publicaiioD et une telle distributîon seraieol ^oormes. 
Etle a dii n^cessairement se borner ă ea envoyer un exemplaire 
ă chaque Soci^l^ de m^decine , de pharmacie et de m^decine 
văt^rinaire , â toutes Ies facult^s , ^coles preparatoires de me- 
decine , ^coles de pharmacie et ^coles v^t^rioaires , ă toos Ies 
journaux s'occupant sp^cialement de l'une de ces trois scien- 
ces , avec pri^re de le faire connatire aux personnes qui desi- 
reraient en preudre communicaiion. 

Ceite distribution pourra £tre termin^e vers le 15 septembre 
au plus tard. Si quelque erreur ou quelque oinissiOD involon- 
taire ^taîl commise ă cet egard , on est prie d'en preveDirM.le 
docteur Am^d^e Latour^ secr^taire de la Commission, m 
Ricber, n"" &&, ă Paris , qui s'empresserait de la reparer. 

Pour qtie ce Congres ait toute la valeur et obtienne toos Ies 
'resultats qu'on est en droit d'en aitendre, la Commi$sion per- 
manente croit devoir emettre le ycbu que dans Ies departe- 
ments ou n'existent encore ni Societ^s scientifiques , ni Âsso- 
ciatîons de pr^voyaoce, Ies ai^decinSypharmaciensoamede- 
cins Y^i^rinaires se r6uoissent pararrondissement, el nom- 
ment, ă la pluralite des suffrages, Ies ăiligais auxquels ils 
voudront accorder l'honneur de Ies repr^senter au Congres. 
Ces nominations seront pour tous une garanţie que Ies cboii 
auront ^te faits parmi Ies bommes Ies plus capables et animes 
de bonnes inteniions. 

LaCommission ^met express^ment le voeu qne Ies personnes 
qui adhereront au Congres lui fassent connatire , sous le coa- 
vert de son secrcitaire , et Uplu$ prompiemeni panible , ieurs 
opinions sur la solution qu'elles croiraient convenable de doD- 
ner aux questions propos^es. Gette mesure , si ell^ est gene- 



DB railllIlÂGIB BT DB T0XIC0L06IB. Cft5 

ralement ex^ni^, acc^lârera et abrdgera beaucoup Ies travaux 
da Coogrte. 

Yoici Ies questions relatives ăla pharmacie qui ont ^t^ pos^ 
et qne tout pharmacien peui discuter et r^soudre selon sa ma- 
niire de voir : 

Pharmaeie^ Enseignement (X)» 

L'eDseigDement des scieoces que Ies pharmaciens doivent 
âodier est donn^ aujourd'hui dans des ^coles de pharmacie 
et dans Ies ^coles pr^paratoires de mMecine et de pharmacie. 

Cette divisîon est-elle utile? Quels sont ses avantages et ses 
incoDv^nients ? 

Eeolei d€ pharmacie. -7- L'enseignement donn^ dans Ies 
^oles de pharmacie r^pood-il aux besoins de la profession ? 

Dans Ie cas de la negative , indiquer Ies modifications ă in- 
troduire dans Torganisation de chacune des Ecoles de Paris , 
de Monipeliier et de Sirasbourg. 

Et , par exemple , est-îl convenable que la bolanique soit 
Tobjet d'un enseignement special ? ou doit-elle , comme Ie veut 
Fordonnance du 27 septembre iSftO , 6tre confondue avec Ia 
mineralogie et la matiire medicale sous la denomiuation d*his- 
toire naturelle medicale, et enseignee avec ces sciences par un 
seol et m£me professeur? 

Eeoles pre'paratoires. — L'enseignement donnâ dans Ies 
^oles pr<^paratoires repond-il aux besoins de la profession ? 
atteîDt-îl le but que le gouvernement s'est proposâ en Ies 
cr^nt ? 

IiMliquer Ies modifications ă introduire dans Ie r^gime de ces 
to>les, dans le cas oii elles seraient conservdes. 

Enteignement libre. — Rechercher quels sont Ies droits 
des pharmaciens relativement ă Tenseignement libre. 

(I) Nos coll^gues qoi auraient des obsertationa â faire aur lea diters 
pointa de la loi relative k Tezerclce de la pharmacie, aont pri^ de Ies 
adrcater» avânt le l'^novembre, J^ la ConuniaiioB pernumente* 



XfemunaiwH d^s fr«/4M#tfr«. ^ Qaei est ie AMiUeir ttode 

de DominatioD des professeurs? 

Les professeurs , daos TorgamsaiioD ecuieHe des eeoies de 
pbarmacie » soat nomines par le ministre de l'mecraelieii ps* 
blique , d'apr^s une double liste de pr^sentation dresedeSi Tose 
par ces ecoles , i'aiitre par TAcadeone des scieoces. 

Comparer ce. mode de nomination avec la nominacioa ptr 
eoneours^ en faire ressortir les avautagesei les iuconv^oîeett. 

Limitei de$ fonciioni. — Les fonctioDS du professorat na 
doiveotelles avoir d'autre terme que celui de la vie mteie des 
professeurs? 

Dans le cas de la negative , indiquer une disposition qoi , 
tout en assurant aux services reodus une juste remuneraiioa, 
pr^voie les circonstances ou Tâge ei les iufirmiiei» ne permet- 
tent plus aus professeurs de remplir exactement et uiilemeiit 
leurs fonctions. 

Dei agre'ge's. — LUnsiîtutîon aciuelle des agrega dans Ies 
Ecoles de pbarmacie n'esi-elle pas suscepUble d'utUes modh 
ficatlons ? 

Indiquer ces modifications. 

Des dlevee. — Quelles conditions preaiables, qaeilesgiraB- 
ties d*aptiiude devrait-on exiger des jeunes gens quî se desii- 
nent ă Tetude de la pbarmacie ? SiTaii-il utile do rendre oMl- 
gatoire pour eux, commeon fa fait pour les ^levesen mâie* 
cine, Tobteniion du dipl6me de bachelier âs-sciences? 

Ordre de$ ^iudee. — Rechercber si les râglements tctueii 
coocernant Tordre des ^udes, la imaaiâre dont elles sout ssi- 
vieset la preuve qu'elles ont ^td suivies, sont sufflsantseieffi* 
caces. 

Dans le cas de la ndgalive , indiquer des dispositiofis noo- 
velles. 

Ecoles. — Examlner si , au point de vue de llnt^rSt pablic 
et de la (orce des etudes th^oriques , ii y aurait ayaotage i 






j: 



SîîcE 



-iar.. 



; 



B FAABIIAGIS M M TOXMOLOftlI. 647 

.esen pharmacie dans tes mâmes condiiions que 
:iques ^coles speciales du gouvernemettC) feUefl 
s de marine , poiytechnîque et auires? 
f . — Le mode actuellement suivi pour Ies examens 
garanties sufflsantes ? 
is juste de peaser que chacaa des deux premhsrs 
appiique a des sojets trop nombreux et trop vastes^ 

m 

, " >? jes denx derniers sont beaucoup trop resireiatâ dans 
I -•* s , et sont loin de completer coovenablemeni Ies 

\ ■- 

idopte cette maniere de vw, indiquer un ordre nou- 

(blîr dans Ies examens. 

I ryt dexamen. — Estil sans inconvenient que Ies 

^ soient faits exclusivement par Ies professeurs? 

% convenable qu'une nouvelle organisation des jurys 

I .1 soit r^clam^e? 

t Exerdce, 

l|i ordrei de pharmaciens. — Denx ordres de pharma- 

Hl istent : ceux que reţoivent Ies ^coles , ceux que regoi-^ 

1% jurys. Est-il utile de Ies maintenir? 

il^ 'irys mJdieattx. — L'opinion s'est, depuis longlemps, 

1^ *ee contre Tinstitution des jurys ; cependant quelques 

t^ es semblent craindre que leur suppression diminue 

1^ esare le nombre des pharmacies en dehors des viiles , 

h^ s populations rurales ne soient plus d^ lors suflOisam- 

^ irvues de ces ^tablissements. 

1^ 'uestion est grave : on doit rechercher si ces craintea 

il^ t^es, et par quels moyenson pourrait concilier Ies 

^^ d*un exercice ^claire de la pharmacie avee la n^ces* 

pas trop restreindre le nombre des pharmaciens. 

— - Le dernier Codex a ^t^ publie en 1836 \ n'a*t-ii 

^. d'^tre en rapport avec T^tat de la pharmacie , et ne 



•s 



6&S JOVBHAL DB CHIMIB MfiDIGALB, 

serait-il pas n^cessaire qu'il fftt revisâ pendanl le ooars de 
rann£el8&6? 

Tarif le'gaL — Un tarif l^gal des m^dicameots serait-il 
utile et possible sous Tempire de Torganisation actuelle de la 
pharmacie? 

ExpertUes judieiaire$. — T aurait-il liea de rtelamer 
qaelqaes modiflcalions aux conditions fix^s par h loi eo 
faveardes pliarmaciens charg^s d*expertises judiciatres? 

BesponsabUiie'. — La respoDsabilit^ des pharmaciens al- 
eile convenablement d^termiaee? 

" Les conditions auxquelles elle est soumise sont-elles dqoi* 
tables? 

Fenie da pouofis. — Les riglemeni s relatifs k la vente des 
poisons, coDsid^r^e soit dans le ressortde la pharmacie , soit 
en dehors de cette proression , ont-ils besoin d'âtre r^vises? 

De quelles modifications sont-ils susceptibles? 

Exercice illdgaL — La penaiit^ appli^u^e ă Texercice 
ill^gal de la pharmacie est-elie en rapport avec la gravita da 
d^lil? 

Prite-nom. — Convient-il d*assimiler ă Texercice illegal 
Texercice par pr6te-nom , et , dans le cas oâ cette assimi)atio& 
serait admise, le prâte*nom et le proprietaîre r^el de TotBciDe 
ne devraieni-ils pas âtre passibies des mâmes peines? 

Pharmaciens etrangers. — Les conditions auxquelles les 
pharmaciens ^irangers peuvent exercer en France ne porieot- 
elles pas atieinte aux droits et int^r£ts des pharmaciens fno* 
ţais? 

Indiquer ce qu*il y aurait k faire ă cet ^gard. 

Hepreiiion des abia ei de'liii. — La I^gislation act