(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Kitâb al tawâsîn"

AL IIALr,AJ 



KITÂB AL TAWÀSÎN 



ANGEHS. — IMPHIHBIUE OP.IRNTALF. A. BUBIHN KT C", 4, RUE OARNIER. 



a(-U;u^at.o »ior> ^ar^^X,v' o.\-\hc 



^w^ uhj 1 ^, ,' l : 






^N 



KITAB AL TAWASIN 

PAR 

ABOU AL MOGHÎTH AL HOSAYN IBN MANSOÛR 

AL HALLÂJ 

AL BAYDHÂVVI AL BAGHDÂDÎ 
Mort à Bagrclad en 3 j9 de l'hégire =z 922 de notre ère. 



TEXTE ARABE 

PUBLIÉ POUR LA PREMIÈRE FOIS, 

d'après les manuscrits de STAMBOUL ET DE LONDRES ; 

AVEC LA VERSION PERSANE d'aL BAQ.LÎ, l' ANALYSE DE SON COMMENTAIRE PERSAN 

UNE INTRODUCTrON CRITIQUE, DES OBSERVATIONS, DES NOTES 

ET TROIS INDICES 

PAR 



LOULS MASSICxNOIV 



^ 



ir^ ! 



PARIS 
LIBRAIRIE PAUL GEUTHNER 

l3, RUE JACOB (Vl'^) 

1913 



^ 



C U J^ J>j jj\ Jj l>^^ aJ^j l^<y U:>s> itlK^ 












Cri; 



^v 



Kitâb al Tawâsîn, MS. Qâdhî 'askar 1271, F° 112»> 



INTRODUCTIOiN 



Ceci est une préface à la publicalion de la « Passion d'al 
Hallâj* », travail d'ensemble sur la vie et les œuvres d'al 
Hosayn ibn Mansoùr al Hallâj, le grand « motakallim » mys- 
tique musulman delangue arabe, — qui fut supplicié à Bagdad 
le 26 mars 922 de noire ère(=le 24 doû al qa'dah 309 de 
l'hégire). 

On y trouvera réunis et édités pour la première fois les 
principaux textes relatifs à la « Passion d'all.lallàj », — c'est- 
à-dire les documents fondamentaux sur sa doctrine de l'amour 
divin, — cause de son procès et de son martyre. 

11 convient ici de donner, en résumant notre travail spécial 
sur la question-, la liste des œuvres qui ont subsisté jusqu'à 
ce jour en manuscrits et que nous avons pu retrouver, por- 
tant le nom d'al I.lallâj : 



A. — Œuvres authentiques : 

I. — DOGME 

Des 47 titres énumérés par le K'itàb-al-FUirist^, — qu'il 

1. Annoncée in Rev. liist. Relig., LXIII-2, p. 195. 

2. Bibliographie chronologique et critique d'al Ifallàj. 

3 Soixante- six ans après la mort d'at Hallàj, ce qui fait qu'on peut 
douter s'il mil à, tous ces ouvrages la dernière main; dans le doute, nous 
avons proposé (/. c. suprù, p. 200), d'appeler ces ouvrages en bloc « Corpus 

1 



It CÉUVRES AUTHENTIQUES 

faut rectirierelcomplélerd'aprèslesindic.ilionsd'alBiioiniî, 
d'al Ooshayrî, d'al Mojwîrî, d'al Sâbî, d'al Sohrawardî d'Alop, 
d'al Baqlî, d'ibn Arabî el de Jàaiî' —, nous avons reirouvé 
jusqu'ici : 

1° Un traité à peu près entier, le Kilàb al Taivâsin. Publié 
ci-dessous in-extenso. 

2" Cinq fragments de traités : 

a) 'Açi(la/id'-d\ I.lallàj, extraite par al Kalabàdî (in « ta'arrof » 
i43-a-7'') de son traité : Nafi al tashhVi-. 

b) Fasl fi al Mahabbah, traduit en persan par al Baqlî (in 
« Slialhîyàl » Un)i-a-il:V\ ili'). 

c) Raffah b'i khall... al f/allàj, copiée par l'auteur des 
« AMbdr al Hallâj », nU-r-fr). 

d) Conclusion, Iraduile en persan archaïque par al llarawi 
(in « tabaqàl... » lO.W-a-dO"), d'un « livre d'al HallAj » que 
Jâmî(in « Nafahàt... » J IMf-a-f'J'') précise être intitulé « 'Ai/n 
al Jam ». 

e) Fragment sur « al ma'iifah », traduit en persan par al 
Baqlî (in « Shatluvàt » fO!U-a-t7S"). 

3" Plus de trois cent cinquante 'f^ô',"-x, recueillis el transmis 
par les auteurs ^oùfîs de « tafsîr » et de « tabaqàt » ; ce sont 
des sentences détachées qu'il n'est pas possible, actuelle- 
ment, de classer sous les titres des œuvres d'où elles ont été 
tirées. 

II. — POÈMES, LETTRES ET DiSCOl RS : 

1" Plus de cent cinquante fragments poétiques, provenant 

Hallagiacum » pour les distinguer des autres litres, — en souvenir du 
« Corpus Dionysiacum » clirélicn. — Le chiiïre de « î7 » titres doit être 
substitué au « 46 » du comput de l'édition imprimée, t. I, p. 102, — car il 
faut dédoubler le premier de ces titres. 

t. Voir le détail de ces rectilications in Bibliographie.. ., lO-a-b-c 

2. Correspondant peut-être au Kitàb là Kayf, n" 44 de la liste. 



OEUVRES SUPPOSEES tit 

vraisemblablement de son Diwdn : Ash'dr Mot)()jàt\ classés 
par ordre de rimes, selon l'usage. 

2° Lettres. Les unes furent dictées par lui dans l'étal de 
« rappel », hors de l'extase (ex. : lettre à Ibn 'Atâ); les autres 
ont été notées pendant ses transes extatiques, comme celles 
qui figurent dans la saisie de 301/913, et celle qui fut versée 
au dossier de l'instruction en 309/922. Nous avons encore, 
pour nous donner une idée exacte de celte dernière série : 
a) des « Rïwâyât shathiyât » d'al Hallâj, recueil de 27 courts 
discours extatiques sous forme de « révélations » à répandre; 
mais le texte arabe semble perdu, et l'état de la traduction 
persane qu'ai Raqlî (vi^'/xii^ siècle) nous en a conservée rend 
leur authenticité suspecte ; b) des citations peut-être truquées, 
données par des écrivains hostiles, comme Ibn Abî Tâhir, 
Al Tanoûkhî, Al Bîroùnî, Al Baghdâdî. 

3° Discours publics, khotab. recueillis par ses disciples et 
réunis par ses biographes, comme Ibn Bâkoûyeh et Al 
Qazwînî. 

B. — Œuvres supposées : 

r Les paroles d'al Hallâj dans une vision d'al Shiblî. 

2° Les paroles d'al Hallâj dans la légende dite d'al Kirmânî. 

Z" Les paroles d'al Hallâj dans la vision qu'en eutRoiizbahân 
al Baqlî (cf. ici, infrà). 

4° Discours d'al Hallâj dans les visions d"Attâr {Hîlâj 
Nâmeb). 

5" Discours d'al Hallâj dans les visions d'ibn 'Arabî. 

6'' Discours d'al Hallâj dans les visions d"Izz al Dîn al 
Maqdisî. 

7" Ses paroles dans la légende anonyme, dite « Al Qawl al 
sadid 'fi tarjamat al 'àrij' al shahîd » (récension populaire 
bagdadienne). 



IV ŒUVRES APOCRYPHES 



C. — Œuvres apocryphes : 

1" Diwân Hosayn al HaUùj : recueil de pièces de vers ea 
arabe, mises sous le nom d"al I.lallàj par des soûfis posté- 
rieurs, probablement Aboù al I.Iasan 'Alî al MosafFar al Siblî 
(viVxn" siècle), et I.ïorayfîsh al Makkî (+ 801/131)8). 

2" Blwân 'ârif rahbdnt 'iva maj(joûb sobhihii 'siràj wahhàj 
Homyn Mamoûr Hallàj : recueil de poèmes shî'iles en persan ; 
faux grossier, édité par Sayf al Dîn Mahallâlî, impr. Bombay : 
r^éd. 1305/1887; 2'= éd. 1312/1894. 

3° Bisdlati Mamoûr Halh'ij fi al taivlnd : courte disser- 
tation en persan ; de basse époque (ap. ms. Slamboul : 
Kopr. 1589)'. 



Résumé de la biographie d'al Hallâj : 

(Env. 244/858). Naissance d'Aboû 'Alxlallabal Hosayn ibn Man- 

soûr ibn Mahammii à al Haydbà (au lieu nommé al Tôr), près 

d'Islakhr (FàrsV II est élevé à Wàsil ('Iraq). 
(Env. 260/873). A seize ans il vient s'engager, comme disciple, 

au service du soûfî Salil ibn 'Abdallah al Tostarî, à Tostar 

(Ahwâz''; pendant deux ans. 
(Env. 262/875). 11 vit à lîasrah. pendant dix-huit mois, auprès 

du soûfî 'Amr al Makkî; et il épouse la fille du soûfî Aboû 

Ya'qoûb al Aqla', Omni al I.Iosayn. 
264/877. Arrivé à Hagdad, il devient, comme disciple d'al 

Jonayd, un soûfî. 
(Env. 282 895). 11 fait le i)èlorinage de la Mckke, où il reste 

un an dans la solitude; ses deux entrevues mémorables, 



I Deux aulres œuvres apoiryplies sembleiil perdues : Kûûh fi al sihr, vu 
par Ibn Taymîyali [Hii e-'-o). Risdlat fî al Kinvyd, dénoncée par un disciple 
dal Jildakî (oi/-o-/0<>). 



RESUME DE LA BIOGRAPHIE V 

au retour, avec Ibrahim al Khawwâs à Koûfah, et avec al 
Jonayd à Bagdad. 

(Env. 284/897). Rupture avec les soûfîs; il se retire à Tostar 
pendant deux ans. 

(Env. 286/899 à 290/902). Voyage de cinq années enKhorâsàn 
et en Fars; premières prédications; il reçoit le surnom d'«/ 
Hallâj, et écrit ses premiers ouvrages; prédication en Ahwâz. 

291/903. Naissance de son second fils, Hamd*. Second pèleri- 
nage à la Mekke, via Basrah; rupture avec al Nahrjoûrî. 

(Env. 292/904). Il vient s'installer à Bagdad avec plusieurs no- 
tables de r Ahwâz; séjour d'un an. 

(Env. 293/905). Voyage par mer dans l'Inde; il remonte jus- 
qu'au Turkestan extrême, en continuant à prêcher et à écrire; 
surnommé alors « Aboû al Moghîth ». 

(Env. 294/906). Troisième pèlerinage à la Mekke où il séjourne 
deux ans. 

(Env. 296/908). Retour à Bagdad; retentissante prédication pu- 
blique. 

(Env. 297/909). Fatwa contre lui du zâhirite Ibn Dâoûd al 
Isfahâni. Il est arrêté une première fois. 

298/910. Son évasion; il se cache à Soûs (x4hwâz); poursuites 
contre son disciple Ibn Bishr. 

301/913. Seconde arrestation; interrogatoires à Soûs, Doûr al 
Râsibî, Wâsit; premier procès à Bagdad devant le vizir Ibn 
'Isa; mise au pilori. Détention de huit années dans diverses 
prisons de Bagdad; il continue son apostolat et il se gagne à 
la Cour des sympathies puissantes. 

309/922. Second procès, durant sept mois, devant le vizir 
Hàmid; terminé le mercredi 18 doû al qa'dah (= 20 mars) 
par la fatwà de condamnation : signée des qâdhîs Aboû 'Omar 
ibn Yoûsof al Azdî, et Aboû al Ilosayn al Oshnânî : confirmée 
le 22 doû al qa'dah par la sentence du khalife : exécutée le 
mardi 24 doû al qa'dah (=26 mars) sur l'esplanade de la 
Prison Neuve, en face de Bâb al Tâq : al Hallàj est flagellé, 
mutilé, accroché à un gibet, et finalement^ décapité et brûlé. 

1. Qui avait dix-huit ans en 309/922 (récit de Hamd, in Ibn Bàkoûyeh). 

2. Les documents soùCis contemporains affirment que ce fut seulement le 
lendemain matin. 



VI RÉSUMÉ DE LA BIOGRAPHIE 

Sources : Pour la première périodi^ : récit liiograpliiqiio par son 
filsHamd, né en 291/903; (inlbn Hàkoûyeh : deux recensions: 
al Klialîb. étal Daliabî) — : témoignage d'al i.ladhramî sur la 
première entrevue d'al Jonayd et d'al Ilallàj. « quarante-cinq 
ans avant » son exécution (in Ibn Bàkoùyeb : récension d'al 
Dahabî). A partir de 298/910, la vie d'al Uallàj appartient à 
l'histoire générale du Khalifat; — pour la discussion des don- 
nées des historiens du temps, voir notre travail d'ensemble. 



KITAB AL TAWASIN 



ÉTABLISSEMENT DU TEXTE 



Les manuscrits : 

Nous en avons retrouvé deux manuscrits, incomplels, qui 
seront désignés par les lettres A et B. 

A = manuscrit arabe British Muséum Add. 9692 (Catal. 
n« DCCCLXXXVITI, § 14, p. 405^-406*), f- 317^-322^ 
L'extrait qui y figure est donné sans son titre; l'écriture, à 
ponctuation maghribine', appartient à un scribe étourdi, 
mais bien au courant des termes techniques soûfis : cette 
copie peut dater du xv"" au xvii'' siècle selon Rieu (Catal. /. c. 
suprà). Nous avons dit ailleurs comment nous avons restitué 
à cet extrait son véritable titre, grâce à une citation d'al 
Sohrawardî al Maqtoûl-. 

B. — Depuis, en avril 1911, nous avons été assez heureux 
pour retrouver dans les « Shathîyât » anonymes, cataloguées 
au n° 1.290 (corriger en 1271), p. 103 du catalogue imprimé 
de la bibliothèque du Dâmâd Zâdeh Qâdhî 'askar [Monlâ] 
Mohammad Morâd, à SlambouP, — l'œuvre connue* de 

1. Nous avons rétabli la ponctuation orientale dans notre texte A. 

2. Cfr. Rev. Hist. Relig. LXIII-2, 1911, p. 200, n. 5. 

3. Fondée 1189/1775 au quartier « Tchahâr Stiambali » — Catalogue pu- 
blié en 1311/1893, 179 pages. 

4. Cfr. Jàmî, Nafahdt al 0ns, p. 64 et p. 288, cl Hâjj Khalîfah, n« 7522, 
éd. Flijgel, IV, 38. 



VIII ETABLISSEMENT DU TEXTE 

Roiizbahân al Baqlî (4-006/1209), — dont le deniier livre 
contenait son Sharh al Tawâsin\ commentaire de l'œuvre 
d'al Hallâj, où le texte est traduit phrase à phrase en per- 
san; et où le tilre se trouve ainsi définilivement fixé. Nous 
donnons ici cette version persane sous la lettre B, en regard 
du texte A. Elle est inestimable pour la compréhension de 
cette œuvre. 

La comparaison de ces deux textes révèle, — même en 
faisant la part des omissions commises, — de très profondes 
divergences pour l'agencement de certains chapitres, — et 
l'existence ancienne de deux recensions bien distinctes-. 

Tel quel, il n'est pas sûr que notre texte, ainsi reconstitué, 
soit complet. Du moins le nombre des chapitres a pu être 
approximativement fixé : les litres des chapitres I, H, et VI 
figurent expressément au commentaire d'al Baqli, f" 175''; 
de même ceux des chapitres 111, IV, V, VI y figurent f" 190'', 
et ceux des chapitres Vil, VllI, IX, X, — aux f''^ 108'', 110% 
1 10"", 111''. D'autre part le copiste du ms. A a intercalé sans 
les comprendre ceux des chapitres 11 et VI, aux f""' 1^17'', 319'', 
à la suite du texte, — sans signes spéciaux. Rt, par analogie, 
le dernier morceau, d'un développement homogène, a été pro- 
visoirement isolé comme XI** chapitre indépendant*. 

Pour la commodité des références, — le texte a été coupé 
par paragraphes, — en suivant autant que possible les cou- 



1. Cité parmi ses œuvres, par Ibn Jonayd en son Shadd al izâr ms. 
MB. Supp. 677, 1" 111» (cIV. Bibliogr. 591-a-2"). 

2. Le lexle A se présente ainsi : a(1°-17°), b{1o-8°), c'J^-H"), d (/»//"), 
e (f"-/^, iS-'-ââ», â/o-Sâ", 23o-30°, 54° 39"), /'(/»-5», Ho-SS"). g (/o-o»), 
h {2°-10'>), i (l°-7°). j (manque), k {1'>-2G°). 

Le lexle B se présente ainsi : a (/«-â», 5" 17°), b (/"-S"), c (/"-/â"), 
d (/<>-//»), e {1''-20o, 230-39»), ({1^-2", 4\ 3", S°-t9'>, 35% 36o, g (/°-4»), 
f (50»-3.{»), h (^0-/0»), i (10-2", S'^-li"), j {1''-24'>). 

3. Intitulé « Bustdn al marifah « dans le ms. Solaymânîyah 1028 (maj- 
moù'ah, 25^ risâlali; (T. 1-3) : ce litre est le 38' de la liste des œuvres d'aï 
Hallàj dans le ms. Berlin KB 15. 



ETABLISSEMENT DU TEXTE IX 

pures praliquées par le commentaire d'al Baqlî pour y inter- 
caler ses éclaircissements. Le manuscrit A ne renferme ni 
alinéa* ni coupure ni glose-, mais seulement six rappels 
du nom de l'auteur (ofr. infrà 11-e-9i\ e-S1\ — f-i\ — 
f-18°\ f-W", k-l"), et la notation en marge, après avoir relu, 
des mots sautés par le copiste pendant la dictée. 

C. — Le commentaire même d'al Baqlî renferme des va- 
riantes intéressantes pour la version persane {B) qu'il accom- 
pagne; elles y seront signalées sous la lettre C. 

D. — Second manuscrit des « Shathîyât », retrouvé en 
avril 101 2 ^ 

Authenticité du texte. Citations 
anciennes. 

Quoique le manuscrit A ne soit qu'une copie du xvi'' siècle 
environ, et que la version persane B n'ait été faite qu'en 
570/1174, sur un original arabe, — nous verrons plus 
loin qu'il n'est pas douteux que le Kitâb al Tawâsîn tel 
que nous le publions ici, renferme effectivement, sinon une 
œuvre d'al I.Iallâj lui-même, du moins l'œuvre inscrite sous 
son nom par l'auteur du Kitâb a/Fi/irist, une soixantaine 
d'années après la mort d'al Hallâj, au n° 1 du « Corpus Hal- 
lagiacum », sous le titre Kitdb Ta Sin al Azal, — ce qui est 
le titre incomplet du vi® chapitre (/") du Kitâb al Tawâsifi. 

Il semble qu'un disciple direct du maître mit la dernière 
main au classement des paragraphes de cette œuvre, dont 
tous les éléments possèdent au plus haut degré les signes 
distinctifs du style hallfijiyen, tantôt d'une véhémence con- 

1. Sauf pour annoncer les quatre courtes pièces de vers qui s'y trouvent. 

2. Sauf in 7i-6-3«(?). 

3. In manuscrit Shahîd 'Aiî Pâsliâ 1342 (majmoù'ali, 19« risâlali (185 pages), 
recopiée le mercredi 29 jomâdall, 849/1445; le commentaire des « Tawàsîn » 
y occupe les pages 147-168). 



ETABLISSEMENT DU TEXTE 



densée et âpre, tantôt d'une volubilité enthousiaste et d'un 
cliquetis de subtilités verbales inimitables. 

Cela est possible du passage où il dit {1 J-e-S°), que celui 
qui n'a pas été jusqu'au fond de sa doctrine, et s'est arrêté 
au « 2° cercle », l'a qualifié de « Al 'Ai/m al rabbthii », 
« Maître instruit par le Seigneur »*. Tel est précisément le 
mot historique* d'ibn Khalîf (f centenaire en 371/082) sur 
al l.lallâj qu'il avait visité en prison. Et il paraît peu probable 
d'admettre qu'lbn Khafîf aurait puisé ce mot dans l'œuvre 

d'al l.lallâj? 

Un second passage paraît encore plus sûrement interpolé; 
c'est au chapitre vi (/), les §§ '■JO°-''l^y\ où al Hallâj, so com- 
parant à ses maîtres Iblîs, et Fir'awn. répèle le mot fameux 
« Ana al I.laqq », et fait allusion ^ à son propre supplice, 
annoncé non comme possible, mais comme certain. D'ailleurs 
Al Baqlî ne donne pas ce passage à sa place (f'* 108='), dans sa 
version; mais c'est peut-êlie simplement parce qu'il l'avait 
déjà traduit auparavant*, dans le second livre de ses 
« Shathîyât » (f° WS^ du ms., pagination actuelle qui a été 
bouleversée par le relieur^), et jugeait inutile de le repro- 
duire une seconde fois. 

Au cas où la preuve tirée de ces deux interpolations serait 
consolidée par d'autres arguments, on pourrait attribuer 
sans invraisemblance celte revision post mortcm à l'un des 



1. Possesseur de la science infuse, mais le mot est du lexique hallâjiyen 
(cIV. /70-(^/2.9"), et du lexique sàlimiyen (« Qoùt •> I, 142). 

2. Cfr. « labaqât » soùfies, depuis celles d'al Solamî jusqu'à celles d'al 
Slia'râni (éd. 1305/1887, I, p. 107). 

3. Au présent ou au futur? Le texte est amphibologique, et l'on peut à la 
rigueur soutenir qu'en prison, en attendant l'exécution inévitable, il pouvait 
prédire sans difficulté, le genre de supplice réservé par la loi coranique au 
crime dont on l'avait accusé. 

4. Sans dire de. quelle œuvre d'al Hallàj il l'a extrait. Cfr. de même pour 
le chap. XI {k-'l", 24" et 25"). 

5. Voir étude in Bibliographie critique... n" 1091a. 



ETABLISSEMENT DU TEXTE XI 

disciples directs d'al Ilallâj, que les textes hostiles nous dénon- 
cent comme le a prophète » * de ce Dieu prétendu ; ce qui veut 
dire qu'il notait par écrit ses révélations pour les répandre 
dans le public, qu'il édUait ses œuvres. Une double identité 
de konyah évidemment calculée et symbolique-, le met d'ail- 
leurs hors pair : c'était un Hâshimite^ de la tribu de Rabî'ah, 
Aboû Bakr Mohammad ibn Abd Allah, arrêté un instant 
en 309/922, et chef des Hallâjîyah de l'Ahwâz et d'al Basrah 
après la mort du maître. C'est lui qu'on peut provisoirement 
désigner comme l'auteur de la publication du Kilâb al Ta- 
wâsin^ — très peu de temps après le supplice du « martyr ». 

En tout cas, il y a identité saisissante entre certaines* 
thèses des « Tawâsîn » et les fragments que nous avons con- 
servés des œuvres indiscutées d'Al Hallâj grâce aux « tafsîr» 
soûfis, compilés depuis al Solamî (f 412/i02i) jusqu'àal Baqlî. 

Toute la thèse de l'Iblîs du « Tâsîn al iltibâs » (cfr. infrâ 
\\=: f-i^" seq.) est déjà posée avec une parfaite clarté dans 
le fragment suivant d'al Hosayn ibn Mansoiir al Hallâj^ : 



y ■^ '' c •M \ 

^rr^ Ç • o' .. . ^ *^.. j^ O'- C/^^^ ^ 



1. Récit d'Aboù al Hasan Ahmad-ibn-Yoùsof al Tanoùkhî, in « Nishwâr... » 
(cfr. 162-a-t9'>). 

2. Aboû Moyhith et Aboû 'Omdrah, toutes deux konyah d'al Hall.ij, — la 
dernière citée seulement dans les « Tawâsin » (cfr. f-20'\ k-i°). 

3. Ici, au sens de « famille originaire d'al Hàshimiyah »? 

4. Peut-être toutes; mais le type l.iallâjiyen de « Mohammad » dans les 
fragments connus actuellement ne coïncide pas tout à fait avec celui du 
« Tàsîn al Sirâj ». 

5. Conservé par al Baqlî {Tafdr, in Qor. II, 32) : Ms. KB, et ms. NO; 
manque ap. ms. QA. 

6. Ms. KB : çèyî. 

7. Corr. Goldziher; ms. KB : v^XJ V^. Manque in NO. 



XII ETABLISSEMENT DU TEXTE 

« !4jjbJ! ^ij-i ^jjxl J'J ,) »Jli _ « ' j^ Afii '^^y^ C--^ 
JUi — « J.J ), JLi — « ? J, ^^!Jx J, jy X-~3 '_;! » J'ià 






« Lorsqu'il fut dil à Ihlîs « Adore Adam! », — il adressa 
la parole à Dieu : « Ln aulre que Toi a-l-il donc osé ôler à ma 
conscience son honneur d'adoratrice, — pour que je puisse 
adorer Adam ! Si Tu me l'as ordonné, c'est après me l'avoir in- 
terdit! — Je vais te supplicier élernellemenl. — Esl-ce que Tu 
ne me regarderas pas, — pendant que Tu me supplicieras? — 
Si! — Alors ton regard posé sur moi m'enlèvera au-dessus 
de la vision du supplice! Fais de moi selon ta volonté. — Je 
vais faire de loi le « Lapidé »! N'as-tu '°, pour Te louer, qu'un 
autre que Toi-même?'' Fais donc de moi selon ta volonté ». 

Quanta la théorie hallâjiyenne du « voile du nom », — voile 
par lequel les êtres sont enveloppés, limités, définis, — ce 
qui les abrite par là même du rayonnement de l'omnipotence 
divine, — elle est indiquée, ici, dans le « Boslàn al ma'rifah » 

1. ,^_^y^s»X\ (.sic) in Klî. 

2. ^>^' in KH. 

3. -f ^"(in NO). 

4. Ms. KB : J^i^U 

5. Manque in \\\\. 

6. Ms. KB : ^_^^. 

7. -f-<*J (in INO). 

8. }^^^' \ {sic) in KB.; cfr. Qor. XXIX. 9, — XXXVI, 81, - XLIII, 50, 
XLVI, 32-?3, 

9. KB:^. 

10. Sens : n'es-lu pas, pour Toi-même, « celui qui Te glorifie », à l'exclu- 
sion de loul autre que Toi-même? 

11. « ^iX3 » retombe sur « j»-*!^. ». 



ETABLISSEMENT DU TEXTE XIII 

(cf. inkà k-io"), — dans les mêmes termes que par la sentence 
fameuse* : 

yy y ^ f y y<,% c fyyy 

V ftA.r J j ' Li,liJ 5i J.ii'l jy,c ^ Jjj! y j ' l^i^lxà *^^lj -HrT?^ *' 

« 11 les a abrités (en les créant) sous le voile du nom, et ils 
vivent; — mais s'il leur montrait les sciences de Son Pou- 
voir, ils défailleraient; et s'il leur révélait la réalilé, ils 
mourraient ». 

Enfin la théorie spéciale d'al I.lallâj sur la « Sagesse Primor- 
diale », qui est Dieu même, et en qui les saints ne font qu'un 
avec lui, — est exposée dans les mêmes termes par la pres- 
sante dialectique du « Boslân almaVifah » (cfr. infrà, XI=:A) 
aussi bien que par les formules condensées conservées dans 
les fragments hallâjiyens d'al Kalabâdî [iU-a-V^\ H)\ J7% 
48% 49% 51% 3^2°), et dans les citations d'al Solamî {170-a-^P) 
et d'al Baqlî (S80-a-S3% 34'). 

L'ouvrage, qui tombait sous la proscription officielle 
édictée par le vizir Hâmid-ibn al 'Abbâs-, dut se répandre 
assez vite sous le manteau, parmi les initiés. 

/« ; vers 3601971 : 
Nous savons qu'à al Basrah un groupe de théologiens 
sunnites à tendances mystiques, de l'école des Sâlimiyah^ 
défendit dès le début l'orthodoxie et même la sainteté d'al 
Ilaliâj. Il n'est donc pas étonnant que ce soit dans un ouvrage 
mystique, composé avec grande prudence d'ailleurs, par un 
membre modéré de cette école, que nous croyons pouvoir 
relever les premières allusions au Kitâb al Tawânn. 

1. Première sentence d'al Hallàj dans les recueils de « tabaqàt » soùfis, 
depuis celui d'al Solamî jusqu'à celui d'al Sba'rânî. 

2. Gl'r. Ibn Zanji, in Al Klialib |« tarjamat al Ilallàj »] (cl'r. iiH-a-oo'^). 

3. Disciples d'Aboù Mohamniad Ibn Sàlim, élève comme lui de Sahl al 
Tostarî. 



XIV ÉTAHLISSEMENT DU TEXTE 

Il s'agit du Ooûl al Qoloûb d'Aboû Tàlib al Makkî 
(f 380/990), ouvrage dune grande importance dans l'tiistoire 
de la pensée islamique si l'on songe que les thèses principales 
de r « Ihyâ 'oloùm al dîn » d'Al Ghâzâlî y ont été purement 
et simplement emprunlées, sans mot dire'. 

Trois passages du Qoât al Qoloûb reflètent, semble-t-il, 
mais peut-être indirectement, les théories des « Tawâsîn » : 

l'' Qoùtll, 77 (chapitre sur le « maqâm al khollah »), — où 

Al Makkî, faisant l'éloge de son maître Ibn Sàlim, déclare 

« que son âme s'était affranchie de l'espace », « 'i^ ^^o 

jKl! » ; — mot que Al Sohrawardî d'Alep rattache formelle- 

.' 1./'.. /' ^é' 
ment au mot des « Tawâsîn » sur le Prophète « ^^^^ ja^ 

^j}^\ ^ », « Il a cligné l'œil hors du '' Où " » (cfr. infrà b-I"). 

2° Qoût II, 70 (même chapitre), définition de la Sagesse 

Primordiale, « d'après» des maîtres qui ne sont pas nommés : 

Ce qui est la paraphrase de la doctrine hallàjiyonne, tant 
dans le « Bostân al ma'rifah » (cfr. infrà /»-/" seq.) que dans les 
fragments parallèles signalés plus haut. 

3° Qoût I, 47 (Dikr mo amalat al abd fî al tilâwah), à pro- 
pos de la théorie que la récitation du Qorân doit pénétrer le 
récitant de Tidée que c'est Dieu lui-même qui le dit à mesure : 



1. Al Ghàzàlî avoua plus tard, en passant, ce qu'il doit à ce livre [al monqi\l 
min al dhaldl, éd. Caire, 1303, p. 28; le vers qui est cité p. 33, est tiré du 
« Qoût al Qoloûb » 11,78). 

2. Texte : «O. 



ÉTABLISSEMENT DU TEXTE XV 

« Et la parole n'est pas au fidèle durant la récitation, — 
c'est Dieu qui place en lui ce mouvement de la langue qui 
récite... comme le Buisson [Ardent] devant Moïse, du milieu 
duquel Dieu lui parla ». — C'est la reprise presque textuelle 
de la doctrine d'al Hallâj ici même (infrà c-7"). 

5^ ; vers 365/976 : 
Dans une œuvre qui n'est pas nommée, le soùfî bagdadien 
Aboù al Hosayn-ibn Mohammad Ibn Sam'oûn (f 387/997)* 
écrit ceci, qu'lbn Hazm nous a conservé -. 

« Dieu a cent noms, et celui qui complète ce total (—le 
centième), a 36 lettres, dont aucune ne se retrouve dans l'al- 
phabet, sauf une seule : celle par qui ceux qui ont gravi les 
degrés (de la vie mystique) ont accès à Dieu. » 

Cette doctrine dérive des « Tawâsîn « (cfr. 11-6-%" seq.) 

S' : vers 377 /9SS : 

Le n*" 1 des œuvres d'al Hallâj, dans la liste dressée par Ibn 
al Nadîm al Warrâq {Kitdd al Fïhrïst, éd. Flugel, I, 192) est 
le Kitâh Tâsin al Azal^ ■=. le VP chapitre des « ïawâsîn » . 



1. Biogr. in Jàmi « Nafahât al 0ns » éd. Lees, pp. 260-261 —, et in ms. 
Kôpriilii 1167; cfr. Amedroz, in JRAS, july 1912, pp. 584-586. 

2. « Milal... » IV, 226 (corr. le nom). Cfr. ZDMG, t. LUI, p. 68. 

3. Celui qui complète la centaine après les 99 noms connus de Dieu, le 
'( hm A'iam ». Cfr. déjà al Tirmidi (f 255/869) Khatam al Awliyd, quest. 
131 à 141. 

4. Le titre 1« s'arrête là (cfr. p. i, n. 3). 



XVI ÉTABLISSEMENT DU TEXTE 

4" : vers 410/1009 : 

Dans les A/^hbdr al Uallàj\ antérieurs à Ibn Bàkoûyeh 
(f 442/1050), qui en a donné une sorte d'abrégé-, se trouve 
un fragment des œuvres d'al Hallâj, — et le hallàjiyen qui 
l'avait communiqué, répondit à un témoin qui Tinlerrogeait 
sur la portée de ce texte ^ : 

« XaJS ^ j liliis^»--,) vJLtf ^\ ^"^f ^M l»U*/= Jo>.-y «'«»o j5 » 

« Le sens de ce passage n'est accessible qu'au Prophète 
(sur lui la salât et la paix!), parce qu'il y a droit par lui- 
même, — et à moi, parce que je l'imite ». Ce qui semble 
inspiré de deux passages des « Tawâsîn » (<^-7*', e-i^.T"). — On y 
trouve aussi \ sur l'aulorilé d'Ahmad-ibn-'Asim al Ba\dhâ- 
wî, une récension diluée en tercet du distique « Jolioùdî laka 
taqdîso... » (cfr. \\\\rA f-IO") : 

La voici, — en supprimant l'inlroduclion de prose rimée 
qui la précède, sur la méthode de « Innz/k » qu'implique la 
vraie notion de Dieu (cfr. suprà, p. ii, la 'wjidah citée, — et 
infrà, p. 7) : 



'' -'/ y y y »»/' i. y ^ 



■> '■ ^ <à,^ f o z' y y f f 



.'»_;2w 



<- y 



^ .... . -»j' c-: ir .y^ y ^ ^ 



-* \ ■^ y ^ f -^ --'i ■> y -^ y (. y 



1. Mss. MB 888, ff. 333a-34la, Solaymàniyah 1028, XXV, (T. S-l.'). 

2. « K<7«6 bidilyat hdl al H. ...ai nihàjjalihi »; in ms. Zàhirfyah, Dama?, | 
lai. n 30. n» <SI CmaimoiVah^ 1 



calai, p. 30, n" 81 (majmoù'ah). 
3. Ms. Ml{ 888, I" 3;-9b. Ms. Soi. I 
h. Ms. MR 888, 1" 336»'. 



ÉTAlîLISSEMENT bU TEXTE XVII 

« J'ai entendu al Hosayn ibn iMansoûr dicter à l'un de ses 
disciples : — « Dieu... qu'aucune intuition ne se représente, 
« qu'aucune époque sans prophète n'atteint; qui L'a connu 
« devient insensé »; et il se mit à réciter : 

« Ma folie, c'est Ta sainteté! Mon entendement n'est, en 
« Toi, qu'extravagance! — Ah! l'objet aimé m'a ébloui, — 
<i qui force mon regard à dévier ! Celui qui guide vers 
« l'amour a montré, — qu'à regarder de plus près, tout paraît 
équivoque! ». 

5° ; vers 4S0/10W : 

C'est dans le commentaire du Qorân, intitulé « Latâyf al 
ishârât*... » d'Aboû al Qàsim al Qoshayrî (f 465/1074), que 
nous trouvons le premier emprunt littéral fait aux « Tawâsîn » 
(cfr. infrà H f-iO") pour commenter le verset XV, 42; le dis- 
tique « Johoûdî... » 






« Les intimes de Dieu sont les hdèles qu'il a effacés de 
leurs propres représentations... purifiés des choses qui les 



1. Ms. Yénî Jâmi' n» 101, p. 175. Al Qoshayrî le cite de nouveau, in Qor. 
XXIII, 99. 



XVIII ÉTABLISSEMENT DU TEXTE 

séparaient (de lui),... ils se sont anéantis dans Sa propre 
représentation, — ils se sont noyés dans Sa propre essence. 
Alors, comment Satan les rejoindrait-il, comment l'ennemi 
les surprendrait-il? Celui ù qui Dieu a fait voir les réalités 
du Tawhîd, — celui qui a vu le monde équilibré selon la sécu- 
rité du plan créateur, comment les autres choses le capte- 
raient-elles, quand dune un autre que Dieu pourrail-il le 
posséder? C'est dans ce sens' que l'on a dit- : 

(distique de mètre hazaj) : 

« Par mon refus (d'adorer Adam), Tu affirmes sa sainteté ! 
— Ah! ma raison est, pour Toi, déraison! — Qui est-ce 
Adam, sinon Toi? Et celui qui est séparé ^ c'est Iblîs ! » 

6'" ; vers 450/ f 058 : 

Al Hojwîrî (iap. 466/1074) dans son Kashf al Mahjoùb' 
raconte une anecdote de Aboû al Hârilh [Thâbit] al Bonânî, 
soûfî qui vivait au milieu du second siècle \ — et admettait 
déjà la théorie ancienne du double nom d'Iblîs, jadis nommé 
'Azâzil'' (cfr. ici, infrà, /"-t^^'»). 

Il attribue à Al Jonayd' la paternité d'un dialogue avec 
Iblîs oii celui-ci paraît s'inspirer du Ihème que les « Tawâ- 
sîu » lui prêtent. 

7° .• vers 580/1184 : 

Al Sohrawardî d'Alep (f 587/1191; dans sa Kalimat al 
tasawwop attribue formellement au Kitâh al Tawâsîn 

1. On voit la resiriction prudente d'al Qoshayri. 

2. Nouvelle restriction; il n'ose pas nommer al I.Iallâj. 

3. de Toi; cfr. Maqdisî (-1-660/1262) in « ^harh hdl al aïoliyd » ms. Paris, 
1641 f» 257=i : « ...^^^l J^\^\ J^=^\ JiL ' ^^,^J\ ^h li\ "J^ ,,. 

4. Texte persan, Irad. angl, Nicholson, pp. 411-412. 

5. Ct'r. al Makkî aljoût al Qoluûb>^ I, 47, 50, et .Sha'rânî, 1. c. I, 35-36. 

6. Corriger la ponctuation « "Azrûîl » adoptée par Nicholson. 

7. Pp. 129-130. 

8. Ms. India Office, Persian 1U22 n» 5, f»» 24"-30". 



ÉTAULISSEMENT DU TEXTE XlX 

d'al Hallàj une phrase qui figure ici (cfr. infrà b-î") : et son 
témoignage est d'autant plus probant que nous savons, pnr 
son commentaire du « ta'arrof » d'al Kalabâdî, qu'il s'était 
référé directement aux œuvres mêmes d'al Hallâj. 

<?" ; vers 580/1184 : 

Roûzbahân al Baqlî (f 606/1 209), en dehors de son com- 
mentaire aux « Tawâsîn » signalé plus haut, — a cité les 
« Tawâsîn » dans ses autres œuvres : le distique « Jolioûdî » 
(11-f-10") dans son a tafsîr » {:l80-a-i7\ 26-^), — et deux frag- 
ments des « Tawâsîn (//-/'-20°seq, /-l") dans ses « Shathîyât » 
(/0P/-a-158'', 201°), avant le dernier livre qui est consacré à 
commenter les « Tawâsîn ». 

.9" : vers 080/1184 : 

Farîd al Dîn 'Attâr (f centenaire vers 620/1223) semble 
avoir connu au moins indirectement les « Tawâsîn », puisqu'il 
développe dans son Mantiq al tayr (cfr. ilOI-e-l") leur allé- 
gorie du papillon et de la chandelle (cfr. Il-h-^}" seq.). — Mais 
le passage suivant* de son Tad/cirat al awliyd prouve qu'il 
tenait à paraître réprouver le caractère « révélé » et « divin » 
attribué aux « Tawâsîn » dans certains cercles soùfîs « zanâ- 
diqah », à Bagdad : 

«)Éd. Nicholsonll, 136 : 

(Qor. XX, 14) ^j-5 j! i^S' S^b l^j A. ^'^ '} ^^ ^^'^ \f ... 

1. Gfr. H01-C- 14°; peuhêlre recopié d'un autre auteur, qui serait égale- 
ment la source d'un passage analogue d'al Hojwfrî I. c. j 



XX ÉTABLISSEMENT DU TEXTE 

/;) Traduction arabe anonyme intitulée « Bàb fi manà(iil)... 
ai I.lallâj * » : 

(Qor. XX, 14) ^j^ jLxi' ^i .'^ ^yy^^, ^V^ ^^^ ^ J • •• S^ 

' iji' « LUy ^! jLâ )> ^J^ . « .ï S^ Ji ^ iiî u' .) Jl ï,^^\ 

...Et, chose étonnante, s'ils écoulent- Dieu parler, parle 
Buisson Ardent, et dire « c'est Moi. Dieu, Celui qui seul est 
Dieu », — ils disent, en citant cette parole : « Dieu, qu'il soit 
exalté!, a dit... », — sans l'attribuer au Buisson; tandis que 
s'ils écoutent^ Dieu parler par le Buisson Ardent de l'être d'Ibn 
Mansoùr (=ial l.lallùj), et dire a Je suis la Vérité! », — ils 
disent en citant cette parole « Ibn .Mansoùr a dit... » et non 
pas « Dieu a dit par la langue d'al I.lallâj... » ainsi qu'il est 
dit, pourtant, dans le hadilli, pour 'Omar, a que Dieu parlait 
parsa langue », sans qu'il y eût en cela« lioloùl» ni « ittihàd ». 

Ce passage est très important; d'abord parce qu'il vise 
expressément deux phrases des « Tawâsîn » (//-r-/", /-!^^"); 
ensuite, parce qu'il use, pour les ramener à la pensée ortho- 
doxe, d'un hadîth sur 'Omar dont al Baqlî se servait à la même 
époque dans le même but^; enfin parce qu'il fait éclater la 
dilTérence entre la doctrine l.iallâjiyenne^ delà « déification », 
sans confusion, ni destruction, de Tbomme sanctifié, — et 



1. Clr. IIOI-c-B. 

2. Quand on récite le Qoràn, sourate Taha. 

3. Quand on lit les « Tawàsin ». 

4. Cfr. ici infrà; et al liojwîrî Knshf al mahjoûb, éd. Nicliolson, p. 254. 

5. Excommuniée par rislàm, forcément. 



ETABLISSEMENT DU TEXTE XXI 

le monisme des soûfîs postérieurs pour qui le saint ne per- 
sonnalise pas plus que le « Buisson Ardent » de la vision mo- 
saïque, le Dieu qu'ils proclament tous deux. 

Ibn 'Arabi (-j- 638/1240), le véritable fondateur du pan- 
théisme philosophique arabe, examine et adopte, en la 
transformant, la théorie hallâjiyenne des deux dimensions 
du plan de l'entendement, toûl wa 'ardh^ sonan wa fardh, 
formulée par al Hallâj dans son « Kitâb al sayhoùr 'fî naqdh 
al dayhoûr* » ; — analysée par Ibn 'Arabî dans ses « Fotonhât 
al Makldyah », t. I, p. 188, et t. IV, p. 367 ^ surtout, au cours 
d'un magnifique éloge d'al Hosayn ibn Mansoùr al Hallâj. 

Or cette théorie est rappelée dans les « Tawâsîn » (cfr. 
infrà ll-k-ld"), de façon très nette. 

Mohibb alDin Ibn al Najjâr (f 643/1 245) donne ^ comme 
al Hojwîrî*, une anecdote attribuée à al Jonayd, où Iblîs 
explique son refus de la même manière que dans les « Tawâ- 
sîn » (cfr. ii-f-iS"). 

Izz al Dm al Maqdisi (f 660/1 262), le célèbre docteur 
shâfi'ite, avait étudié de près les « Tawâsin ». Dans son 
a Sharh hâl al awlîyâ »% — il y a tel passage en prose rimée 
qui en est directement inspiré (cfr. 11-b-7% e-TS"). Et dans 
son fameux « taflîs Iblîs ))*^, non seulement il reprend, en 
l'adoucissant un peu, la thèse d' « ïblîs martyr d'amour », 

1. Voir sur cet ouvrage, discussion in Bibliographie IO-c-5<^. 

2. Éd. impr. Caire 1269/1852-1274/1857. Cfr. 421-1-1", 27°. 

3. Cfr. Safadi, commenlaire d'Ibn Zaydoùn. éd. Bagdad, 1327, pp. 83-84. 

4. Gl'r. ici plus haut, n'^' 6". 

5. Ms. ON 1641 1" 2\\y\ 257a. 

6. Impr. Caire 1324/1906. 



XXII ÉTABLISSEMENT DU TEXTE 

mais il transcrit', pour la développer, des phrases entières 
des « Tawâsîn » (cfr. H-f-i3\ 14% i5\ '28% 34"), sans avouer 
où il les prend. 

i3' : 
'Afif al Din al Tilimsâni (f 600/ 1291), commentant les 
« Mawâqif »-, déclare, à propos d'al I.Iallâj\ en pensant à son 
« Ana al I.Iaqq » : 

« ... IjjXjU 

« C'était pour faire connaître à ces aveugles son Seigneur, 
qu'il soit loué et glorifié ! Mais eux ne virent que lui (al l.iallàj), 
et ne virent pas son Seigneur, qu'il soit béni et exalté! Et ils 
le taxèrent de menteur... » 

C'est exactement le raisonnement employé dans les « Tawâ- 
sîn » (//-/"-t^.-?"). 

14': 

'AlîalJildaki (t 743/1 342), l'alchimiste, observe* que l'au- 
teur des « Talwiluil «^ s'est appuyé sur une pli rase des « Tawâ- 
sîn )) d'al l.lallâj". 

Ibn Jonai/dal Shivâzi signale, vers 79I/1.'{<S9^, le commen- 
taire des « Tawâsîn » écrit par al Baqlî (cfr. plus haut). 



1. Pp. 23, 25, 26. 

2. Ms. India Office 597, non paginé. 

3. In maio<jif al daldlah. 

4. Dans son Ghâyat al Soroîîr (Cfr. Bibliographie... o3l-a,ci Rcï'. Hist. 
Relig. LXIII-2, 1911, p. 200 n. 5). 

5. C'est Al Sohrawardî d'Alep. 

6. Cfr. ll-b-7'\ 

7. In « Shadd al izàr >> Cfr. Bibiiogr. o9l-a. 



ÉTABLISSEMENT DU TEXTE XXIII 

'A.bd al Karim al Jîli (fap. 826/1423)' a imaginé une 
théorie originale de Xenfer islamique- où, affîrme-t-il, se 
trouvent, à côté de criminels malheureux sans répit, — des 
suppliciés amoureux de leur supplice, et parmi les damnés 
des âmes saintes « que Dieu a placées en enfer pour y rayon- 
ner à travers elles, pour y fixer son regard » quand II sonde 
l'enfer : 

i 

t. II, p. 35 : ^^ J^! àÛ! J.JL5 ' LU! jUI J»! ^ J\ Jii ... » 

« S) ji U 

Cette théorie, qui a fait scandale, paraît être issue des 
« Tawâsîn » (cfr. H-f-20% Sl^'-Sâ"), avec adjonction d'in- 
fluences hindoues ^ Elle se combine ici avec la thèse que 
l'enfer cessera après le Jour du Jugement, et qu'alors Iblîs 
retrouvera* cette première place qu'il avait jadis auprès de 
Dieu, quand il s'appelait 'Azâzîi (cfr. li-f-IS". 26°). 

De même sa doctrine de la transmigration de 1' « Insân al 
Kâmil », d'âme en âme, depuis le Prophète jusqu'à Al Shiblî, 
et depuis Al Shiblî jusqu'à son maître Sharaf al Dîn Isma'îl 
al Jabartî, découle directement de la théorie hallàjiyenne 
du « Iloùwahoûwa >.'^, du « shâhid al ânî m*^, et d'un passage 
très catégorique des « Tawâsîn » (cfr. ii-b-5°, 6*°, c-^°, avec les 



1. Enterré à Bagdad, rive gauche, près de l'actuelle mosquée Soltàn 'AH. 
dans un petit oratoire qui porte son nom. 

2. In Al Insân al Kàmil, éd. Caire 1304, t. II, p. 35. 
3 (Cfr. Rev. llist. Relig. LXIII-2, 1911, p. 206, n. 3). 

4. Cfr. Al Insân al Kâmil, II, p. 40, 1. 21. 

5. Cfr. Bibliogr. lOf) l-a-223'>, 22i". 

6. Cfr. Bibliographie l30-a-l'\ 



XXIV ÉTABLISSEMENT DU TEXTE 

accusations d'al Soùlî' et les lellres citées par al Baghdàdî-). 

Shihâb al Din Mahmoud al A loûsi (f 1 270/1 853), — l'auteur 
du tafsîr «Roiih al ma'àaî», — cite^ entre autres sentences 
taxées de « monisme » (wahdat al wojoùd), le distique suivant 
d'al I.lallAj : 

« Par mon refus (d'adorer Adam), Tu aflirmes sa sainteté! 
Ah! ma raison est pour Toi déraison! Ou'est-ce qu'Adam, 
sinon Toi? Et Iblîs, lui, n'existe pas! » 

C'est là une déformation* moniste (« ma fî al kawn ») du 
célèbre distique des « Tawâsîn » (cfr. 11-/-W"). 



1. Bibliographie lÈG-a-lO". 

2. Bibliographie 20/-a-i0". 

3. Ap. « Nashwal al modàm... », iinpr. Bagdad, 1293, 187C., p. 77. 

4. Qui figure déjà, parail-il, dans une des œuvres d'al Kawrânî 
(f 1101/1690) l'auteur du « masiak al mokhlàr ». Il n'est pas sur qu'en 
donnant cette citation, al Aloi'isî ail su que ce distique est mis par al Hallàj 
dans la bouche d'Iblîs : il semble que pour cet auteur « Jol.ioi'idi », « mon 
refus », veuille dire « ma dénégation de Toi », ô Dieu... quand je dis « Je 
suis Dieu » (Ana al Haqq). 



ANALYSE DES CHAPITRES 



Explication du titre : 

Tawâsin est le pluriel de « Ta Sîn » : « ta » et « sîn » sont 
deux des lettres initiales inexpliquées, placées en tête de cer- 
taines sourates du Qorân : celles-ci, ^ et ^^, figurent comme 
« awâyl al soûwar » in Qorân XXVI (al Sho'arâ), XXVIl [al 
Narnal) et XXVIII, (al Qimsy. 

Selon la méthode constante d'al Hallâj- elles symbolisent 
ici deux mots dont elles sont les deux premières lettres : ta de 
tahârah, la « pureté [primitive de l'Absolu] », sa « tohoûrîyah » 
dans « l'Azal » (éternité aparté ante), celle qu'aucune contin- 
gence ne peut ternir; sin de sanâ, la « gloire », révélée dans 
r « Abad » (éternité a parte post), l'irradiation (tajallî) finale 
de l'Absolu", Quant au noûn qui termine le mot « ij^^_^ », il 
indique le « naïuâl -» , le don gratuit que la Vérité divine fait 
aux esprits et aux corps où elle vient habiter, par la lueur de 
sa lumière, par l'attribut de désir et l'attrait amoureux 
qu'EUe leur a prédestinés dans l'absolu de l'Absolu. 

Telle est du moins l'explication qu'en donne al Baqlî au 
début de son « Commentaire » (ff. 175''-176''). 

1. Le choix de pareilles lettres pour titre d'un ouvrage mystique n est pas 
absolument isolé. Al Baqli nous cite également le Hâ Mim al qidam d'Al 
Wâsitî (f 320/932), que Jàkoùs al Kordi attribuait à Al Hallâj (C, f" 175b 
= l09l-a-223\ 224"). 

2. Cfr. ici même (a- 13", f-26"), et dans les fragments recueillis par al 
Soiamî (cl'r. Bibliogr. nO-d-Jfl°, 42"). 

3. Al Fiaqlî donne la même origine au i> et au ,_yo de Qor. XXVI, 1, dans 
son tafsîr (ms. Berlin, f" 213^, cl'r. 1" 303''), 



2 ANALYSE DES CHAPITRES 

Swmom de Vauteur : Celle œuvre est la seule où on lise le 

nom d'al Hallâj suivi de « w*j/J' [-Ç-"] *'^' », ou remplacé 
purement et simplement par le surnom « Al Gharîb » '. Il faut 
lui attribuer ici la valeur d'une épilhèle comme « Doclor Sin- 



gularis » 



Sommaire des chapitres : 

a) I. Ta Sin al sir dp : 

1° Apparition de Mohammad, flambeau de la lumière du 
Mystère. 

2° Dieu l'a spécialement désigné et illuminé. 

3** Son impeccabilité directrice. 

4° Sa mission confirmée par Aboû Bakr. 

5° Nul n'a ignoré qui il élait : cfr. Qor. Il, 141. 

6° Il est l'origine même et la source de loutes les lumières 
prophétiques. 

7" Antérieur à toutes choses, et même au Oalam. 

8" Son existence déborde hors de tout « avant » et c après ». 

9° C'est en lui qu'on voit et qu'on connaît, car il est « le 
signe et le désigné », étant venu avec la Parole Absolue. 

lO^-iS" 11 dépasse toute contingence, caria Vérité est en lui. 

14° Il domine son caractère d' « être créé », car « lui » est 
« 11 », et « moi » est <i II », et « Il est II ». 

15° Valeur mystique des quatre lettres de son nom. 

1 6°-l 7" Dieu l'a établi dans sa force et nul ne peut se déro- 
ber à sa sagesse. 

1. Cfr. ici e-2i°, f-1% 20", k-l". C, f" 17I^ 172=»= I09l-a-2l3'\ 2/4°). 

2. Au moyen âge occidenlal « Doctor Illuminatus, Subtilis )>, etc. 

3. Ici, en particulier, le « i» » (tù) rappelle la soi'irale « Ta Ha » (.\X), le 
(^ (Sin) la soùrale « Yâ Sîn » (XXXVl), et le o (noi'in) la sourate « al Aoftr » 
(XXIV) (selon « Shafhtyât », f" 176»). 



ANALYSE DES CHAPITRES 3 

h) II. Ta Sin al fahm (« Ta Sîn de l'Entendement »)^ : 

1° La compréhension des créatures est impuissante à saisir 
la réalité, a fortiori la réalité de la réalité... 

2° Image du papillon volant à la chandelle pour devenir 
flamme en s'y consumant. 

30.40 Application de l'image, et explication. 

S'^-ô" Tel je serais, si j'étais vraiment « Il », comme doit 
l'être le Sage; mais ce n'est pas le cas. 

7° Et cela n'a été réalisé que par iVlohammad, qui a « cligné » 
son œil hors du « où ». 

8° Ses trois paroles pendant son ascension à Dieu. 

c) III. Ta Sin al mfwah (sala). 

l°-2° L'accès de la réalité est malaisé : les quarante étapes 
du « sàlik ». 

3° Arrivée tînale au désert. 

40.50 Arrivé là, Moïse entendit la voix de la Vérité dans le 
Buisson Ardent. 

7° Et moi (=al Hallâj), je suis comme le Buisson Ardent 
(Dieu parle par moi). 

go.-i Qo Rejette de toi ton être créé, afin que « tu » sois « Il » 
et que tu comprennes, en prouvant Dieu, qu'il doit être en toi 
la « preuve de la preuve ». 

H° Distique (JVIoïse) : « Sayyaranî al Haqq... », Dieu m'a 
fait devenir la réalité même. 

\T La Vérité est en moi. 

d) IV. Ta Sin al dànrah. 

1° L'itinéraire du Sage vers le 3^ cercle (cercle de la Vérité) 



1, Ici, en particulier le [à désigne la « tahârah » (purification) de la con- 
science (sirr) libérée de toute imagination, el le déluge (toùfàn) de al tavvhîd 
en elle; le « sîn » la priorité (sabaq) de l'entendement; el le « noùn » les 
llammes (nîrân) de la Réalité {Sha/kiyàt, î" il8^). 



4 ANALYSE DES CHAPITRES 

en passant par la porte du 1'^' cercle (cercle de la « réalité de 
la réalité »). 

2"-t 1" Périls de cet itinéraire : au centre du ;{"' cercle, Dieu 
(Qor. II, 262). 

e) V. T(( Stn al noqtah. 

1" Le Point (centre du 3'' cercle) est l'origine, (et j'y suis). 

2" Celui qui reste dans le l®"" cercle m'appelle « zindîq ». 

3° Celui qui en est au 2'' cercle m'appelle « 't\lim rabbànî ». 

4°-7" Celui-là même qui en est arrivé au 3'' cercle se trompe 
sur mon compte et s'écartant, m'oublie : alors qu'il devrait 
comprendre qu'il doit s'établir comme moi, au centre de 
l'essence divine (Qor. LXXV, U-13j. 

S^-IO" Image de l'oiseau soùfî qui ne se résigne pas à cou- 
per ses ailes pour me rejoindre, et préfère se noyer dans la 
mer de l'entendement. 

W" Schéma géométrique de Tentendement. 

Il bis Quatrain » Ra'ayto Habbî bi ayni qalbî... » 

12'' (Cfr. schéma n" M) : des divers points intérieurs au 
cercle,, un seul est la Vérité, comment le distinguer? 

1 3°-] 5° (Il faut renoncer à l'entendement) et y aller, comme 

Mohammad : qui s'en est rapproché (Qor. LUI, 9), 

(Qor. LUI, II). 

16°-21" La pure simplicité de sa réceptivité à la révélation 
divine (Qor. LUI, 4), (Qor. LUI, 2). 

22" Imite-le, élève-toi pareillement au-dessus des contin- 
gences. 

22 bis Mohammad s'est rapproché et s'est reculé. 

23''-24" Explication de la « distance de deux | portées d']arc » . 

25° Celui qui est parvenu au 2* arc seul me comprendra. 

26**-27° Cet arc est exprimé par des lettres dont une seule 
est de l'alphabet arabe : le mîm [=mâ ahwii : le coiilonu de 
la révélation divine). 



ANALYSE DES CHAPITRES 5 

28'*-30'' C'est-à-dire l'autre nom (=:la corde du premier 
arc). 

3r La plénitude du discours n'est qu'à Dieu, dans sa 
réalité. 

32" La réalité : son inaccessibilité. 

33° Rappel du hadîth sur les « deux arcs ». 

34°-36° L'élu du Seigneur doit renoncer à tout, tout soufïrir . 

37°-39° Son éloge : inexprimable dignement. 

/) VI. Ta S in al azal wa al iltibds 'fî fahm al fahm 'fî 
sihhal al da'âwa bi 'aks al ma'ânî' : 

l** Seuls au monde, Iblîs et Mohammad ont reçu de Dieu 
mission de Le prêcher. 

1" Tous deux, en apparence, ont été appelés à la même 
vocation^ ont opposé, le moment de l'épreuve venu^ le 
même refus à la tentation. 

30-40-50 Mais, après l'avoir proclamé, Iblîs y persista, tandis 
que Mohammad se rétracta, cherchant refuge en Dieu, avouant 
qu' « Il retournait les cœurs... » 

6°-9'' Iblîs, au contraire, poussa l'attachement au « tawhîd » 
de Dieu jusqu'à Le séparer de toul^ pour L'adorer dans 
l'isolement total (tajrîd) ; si bien qu'il fut maudit quand il 
aboutit au « tafrîd », et refusa de se prosterner devant Adam 
(premier dialogue avec Dieu). 

10" Le distique célèbre d'Iblîs : « Johoûdî laka taqdîso... » 

1 1'' Fin du premier dialogue. 

12° Tercet d'Iblîs : « Famâ lîbo'dô.:. » 

13''-17° Second dialogue : de Moïse et d'Iblîs au Sinaï. 

1. Affirmer le Dieu unique, l'un devant les Anges, l'autre devant les 
nommes « j>.a-.\^ )i^-oi.^ i^V*^ "• 

2. Mohammad, dans le « mi'râj » regardant droit, en face, Dieu, 

3. Ceci, qui tend à prouver que Iblîs fut meilleur « mowahhid » que Mo- 
hammad, établit que ce n'est pas la lucidité de la foi qui sauve, mais l'hu- 
milité de l'obéissance amoureuse. 



6 ANALYSE DES CHAPITRES 

IS^-IO" La double mission d'Iblîs. 

[-iO^-SS" Délibération d'Iblîs, Fir'awn et al llallâj, sur la 
vraie « générosité » ; le mot « Ana al I.laq([! » ] 

26" Valeur symbolique du nom primitif d'Iblîs : 'AzAzil. 

27''-28° Dernier dialogue de Dieu et d'Iblîs. 

29" Tercet d'Iblîs : « Là talomni... » 

30*'-32'' Aspect équivoque de l'attitude d'Iblîs endurant son 
supplice. 

33^-35" Il conserve toujours sa science supérieure de l'unité 

de Dieu. 

g) VIL Ta Sin al mashiyah (= du décret) : 

1° Les quatre enceintes à traverser (du point de vue succes- 
sif de la science) pour atteindre l'essence divine. 
20-4» Pourquoi Iblîs a refusé d'y pénétrer. 
5° Dans la cinquième enceinte réside le Dieu Vivant. 

A) VIII. Td Sin ni tau'hid : 

jo_5o Transcendance de la notion de taœind. 

e^-lO" Inconcevabilité logique d'une définition : soit par le 
«mowahhid» (homme), soit par le « mcwahliad» (Dieu), soit 
en reliant l'Un à l'autre. 

ï) IX. Ta Sin al asrâr fi al taivhîd : 

1" Caractère divin du substratum intime des consciences 
[sirr) . 

2''-3° Le « hoùwa hoûwa » est le lui pronominal de tout pro- 
nom (hoùwa) exprimé. 

40-140 Mais Dieu est au-delà, et le « tanzîh » préalable 
qu'exige toute construction de la notion « Dieu » est également 
nécessaire pour définir le « tawhîd ». 



ANALYSE DES CHAPITRES 7 

j) X. Ta Si?i al lanzllt : 

i°-Q" Schéma de tous les termes de comparaison possibles; 
il faut isoler Dieu hors de tout cela ! 

7"-! S*' Dieu n'est même pas le « hoûwa hoûwa ». Exposé et 
réfutation de toutes les formules proposées du « tawhîd » 
(est-il véritable? extemporel? identique au kalâm ou à 
l'irâdah? est-ce Dieu du point de vue de l'essence? est-ce 
l'essence? la dénomination et son objet ne font-ils qu'un? 
est-ce dire « Dieu est Dieu »?) 

16'^-! 9" Négation de toutes les causes secondes du point de 
vue de l'essence divine : les quatre cercles (azal,mafhoijmât, 
maloûmât, jihât). 

21 «-25" Formules mathématiques du « La ilaha, illâ 
Allah ! » (nafî wa ithbât). 

k) XI. Bostàn al ma'rifah (= Verger de la Sagesse, au 
sens de : la « gnose »). 

1° La Sagesse est cachée au fond de la « Non-Science » 
radicale; sans localisation, ni délimitation, ni dénombre- 
ment, ni effort, ni tension. 

2" Au-delà de toute chose, comme Dieu, son objet. 

30-12'' Critique écartant toutes les définitions proposées de 
la Sagesse; transcendance de cette notion. 

15" Le voile du « nom » et de la « forme », qui dérobe le 
Créateur aux créatures. 

16"-17° Les deux dimensions du plan de l'entendement 
(« longueur et largeur »), appHquées au domaine moral (la 
« conduite » et « le commandement de la loi »), et au monde 
physique (esprits et corps) ; la Sagesse est au-delà, et y 
échappe. 

18° Ce n'est pas l'homme qui peut s'en dire possesseur, 
mais Dieu seul. 



8 ANALYSE DES CHAPITRES 

igo_22'^ Inaccessibililé glorieuse de la Sagesse, et signes 
distinctifs du Sage. 

23" Le Sage est la Sagesse elle-même, et la Sagesse c'est 
Dieu même. 

24''-25° Caractère ineffable de tout cela : puisque le Créa- 
teur reste le Créateur, et la Création la Création. 



j^_y-«.-co I «JaJ \ (, ) V ^ 



TEXTE 



— B — 



VERSION PERSANE 



1(4 



— A — 



TEXTE ARABE 



^Ij^vJ' v^Us 



[f» 176t 



L^^ïw^ ^ ùJ^ \^\ yj *»] ' J-d. 



< ^ 



y /» 









«M t* / 



' "^^^ '*r^^ J' 



,3 ^^ !j^; 



uCj Jo!, 



a=S. 



1. G. : ^\^. 

2. D.; mq. B. 

3. B., D. : ^«^'.-wp. 

4. D. : ^-*. 

5. B., D, : \^^^iuX.,,>^ . 



[f° 317 = 






4 






yy ^ y 






y 



1. Sic ms. — Rieu lit : jij>. 

2. Deux fois dans le ms, 

3 



10 



;\^\ ^U^ 



— B — 



— A — 



•^J 



d^ ^!/ 



iJou* 



J' 



] 3 



] ^ 



-[ - 



y [f» 177a] ^_^Lc _» 

j! ^^à-^j ^^ ^ bî! «Jl^^l::^ 
s^jii-SJ jiaw ii' ^1 i^ ^Xj 
1. Qor. XCIV, 3. 



5 



r_l « 



^./' -fyc^ •/• 



] ' »jji «j, _j ' SJ^^ ^ jL 2 



fy ^ ^ y 












J 



Jju» 



bî j ' t^jr^, ;^Tt ^! ^! L» 3 



< iV 



^w^M . i^ >C Jl 6 ^iM »i ^ 



\ 



X" ^ C 1 . if ^ ^ 



w ^> f y ^ iT 






f - ] 

ô^^ j>=^ (-^ '^y jU 

1. Ms. : J^,. 



Ç^"^.^ J/^- 



— B 



(Qor. II, 141) 

— ] < jj;. 

] 

^y) . <>■.«» v.^.m4>& ^k^Skj M^^^^ 7 



— A — 

(Qor. II, 141) « j_j^. /»»j 



y» C î 

- ] '8 

1. I. 5 : A : lJj-o\ (sic). 

2. A : « ..As\^\ ..X^^sAs. » (sîc). 









y' y y 

' ^T JJ jl^ U^ ' JliD! 






12 



\.vkJ\ ^U^ 



— B — 

)i^ c^iîl^j ^il^ jt ,^. 

-] ^^ 



r 

L 






- l'J/ 



.Vj« *a 



r 



ij * x»! »jj.5 A^ b r — 



[177»-] 4^; 



,3«JLP 



u 



J 



— A — 

y- ^ ^ ^^ .. ^ ^ • j-y^ 






' JjT^jl Llçw (Qor. XXIV, 35) 

t /'•et 



\ •• ^ • ^" 

1. Se. 

2. Ms. ;.Li,,b. 

3. Ms. j3iAi\. 



:JJI 



B - - A _ 



13 



u- 



,u 



L-V 









,.U| \x±fio3 



Ljy. ' i^ i»»U6 irir" ^'^^. ^^ 






c ^ 






i f 



* vJl^l-J p o-^--t^^ ' ^jlJ^' 



1. Sic. 

2. R : \^,1^ (?). 

3. Sic. 

4. [Mq. D.]. 



^ 5^]a3 l^ JbJl ' sJLj;J'tj 

cr^ ^ir^ ^-^ fV '>T^ 



1. Sic ms. pour : ç.\j^"^J\ (?) (Gold- 
ziher). 



14 



^^j.^^\^\ai\ ( )LX^ 



— li — 



— A — 



i > 



Xia. j:» vJU^-l ^-tl-J 



[178»] — hjj 






;u 






1. D. :>, 



' li^lj ^LiJ! 



^ , ' JU Jb A! j-lj U 13 

A» y / ^ î 

iJ"^ iii J,! JL! U ^Jl\ 14 

' « jV » /^ ^Z- ^/^ [^] 15 

ff s. ^ y y y 

' Ja! ajU. ^ U.:i L» 5 

f::,y y f f ffm 

• iJLs:^ i.^^ ' 'i^l.:5 Jb ' JJ 



UU 



f y y <.f f y ^. f t 



1. Ms. i\\»)>- 

2. Mq. ap. ms, 

3. yi^\ ap. ms. 
4.j^\ ap. ms. 



— ^ — 



— A — 

] ijli, a.3. 






1. Mss. : ;->. 



^.' 



âjj 



iU 



^ vJ^y J^ 



1 17 






16 



^ ^■*0laJaJ\ L AXi 



8 - 



A — 



Il (b). 



^ 






ji^iiaw^ ^;^ X^M [178"] 1 






'^ j' ^ 






»>~5 . qJXI/» t " ^ë.W 



jh'^ j^-S^ j • .JU-I ^-Sb 



^ 



Jioî 






0=^ L?= 



cl 



'^-J 



^L^^ ["5^^/ (jiîy [179a] 2 
jjlS' :>y, ^\ ' I,.^L,' i^ 

1. D. : ^x^J. 

2. B. : >^_^Lo = arabe rj^.. 



4-'-*-^'-) ^ , a-). 






.)>Jî>.JL:^. 



'JlIi ^ **;-^'ji^^ii 



CXÏ^*> 



\^kJ\ ^U^ 



17 



B — 



A-A. 



.J 



Si^-f^O 




-J J^f ^-^ ^^b [l^Qb] 4 



^^h J-y^ ' «i--»:» ^ ^ 



iwJ^j 



^' 



.<J L 'w » »y^ 



^r^ j' 



>^,! 



-r-j J^' 



isù^ 



«Xââ/ 



1. Sic, corr. ^s^. 



— A — 



Jys«yi j ' iaJLS.1 iaJbk. iJ'jUî*. 

Jl 



O^ 






iwi i^jJ.?- jLs 






-«' 






1. Ms : M ^^,^. 

2. Ms : \^LoX«. 



18 



[ — ] jjui 



- B — 



-J^ ô^ 



'C^j^^^ c)-5^*-5^ C^^L^t^ 
Oj'-* ^T/p [180=»] ' ^5*^ 






jj^ J^ 



1. B, D : jôLo Jo. 
3. Mq. D. 



— A — 






c^^: ^ ^^ 






« J 






' ,(r ,1 ,vC ,w .3' « ^î» 



[- 



y <■ *. 



d 



\ 7 



>«' 



.1^ L^ ,> ' ^:^! j:_^^ (318») 
^j^ s_.U j [ — J (Qor. Xnill, 40) 



— B — 

>bL»x^! ' jj_jS j)!^ ^y j^j 



19 






I » ^J!„sLS J,»-*j 



y 









4. D : c?i^. 

5. B, D : C-JLoLsrî (sic). 

6. B, D : >-->\>*-. 

7. D : ObU->. 



c 

/y f y ^y 

«I y y >^ 

U — « ^^ip ^ ^ 1 j 



1. Ms. . >\yu). 

2. Mot omis. 

3. Ms. : ^yt^ ^) [m). 






20 cxï--^y»J^ V'^^ 

— B — 

« .xi» L» , 



— A 



X f • y» /' /• 



jjx (Qor. LUI, 11) ff ^tj U 



r^^ ^ ' j iLiui^ *ÀiL£a. 



(Qor. LUI, 17) « ii U j 



4. Cfr. persan. 



^;^y-Si*o\_^J\ ^ )LX^ 



21 



— B 



— A — 



III (c). 



[pU/^I ^^^j^lL] 






V-.-^J _J * V »^l 






»". 



* '»»-i, ' 



!H J tr^ j 



:li 



1. B, D : sic, pour kjLà.*. 

2. B : o^^ 

û. B, D ; L_3»-iJ. 



< , V \\ < )| 



1. Corr. du ms. sur 

2. Ms : 2J^\. 

3. Répété en marge. 



.yi. 



22 

— B — 

'j5[fly_5 '_;~s:'_j '^^'j] ' ^bila^' 



,m3]U 



< . •• 



(^ ^ ^'^^ 



Jo 



li/» ,^ ,.»J r '^'-«J 3 



'-JJ -)-5^ J^ C^J 



tJV J J^^ j^ jJoiL. jjLr». AXji 
J^ [-] •(••.wilC. 



KôA 



■'Si.SA. 



1. Mq. D. 

2. Mq. B. 

3. Glose. 



— A — 

-» -« -• 

^J ^J^ (.^ (-^ ^H-î 2 

^^ 

/» ^ ^ s.» 

Ja'iH JJj (Qor. XXV1I1.29) 



.>j^ A^. 



JLr jjj 



1. A supprimer. 

2. Sic : Ms. 



^^J.;^\y\:^i\ (>_jI„X^ 



23 



— B — 

y^jj^ (jV -^'^f jy ^' 






J-^ J- 




^ [181a] > (^^r ^^) 


7 


[ - ] v:u-l «^ ^T > 








( „ 



iJ^b 



■f (JJ^ s_>^'j ^ 



i. D : ^JJCXo. 



— A — 



f ^ yy 



.^ j JJLJ Uj.9 .)^^ ' ►iJ' 



— ' yj^ ^ 



— (Qor. XX, 10) «^ Lp 






:^ 






L» ' ïi^p^ f^'» j»-*— Lj» 






^^ 



ii! ^^ ^ ^! 



1. Ms. : ^>U43JL\. 

2. Ms. : jjaJl\. 

3. Corr. : ms. : s>s:*^\. 



24 CXr^^Ji^^ ^_jU^ 

— s — 



^JîJ'. . JJb 



r'J J 



iic j -^-^ ' -V 



<r 






•,i ^ii' ,.r^ b 



cr^ dk^ c^ r^ C^ 



i?'! 12 



1. D : \ 



^J^. 



— A — 






<>-fi..-g- 






12 



1. Sic : ms. 



B 



^>^\^)>\ ^ jLXS' 



11'* 



— A — 



IV (./) 



|5^-Mj31 .^.^IJ^ 



[181 1>] 1 




^S [182a] ^^_J| ^if^ j^,b 



^ ^J ' V; j'^^* j'-^-; 
Ji^ [C^! s^jb ^^ ^ Jj! 



81 j 3 «X^wi ..j^ i>-5 



iL 






j;^*..:JLfl; 



>s> 



1. Mq. D. 



« Aa.-,.ii!:s I XaJù^ » 



[318b] ^^3. ^ ^Ij^^ j 

1. Ms. : Ji. 



26 



^^-v*«J \^laJ \ 1 > \Jo 



— li 



A 









^•^ï 






^i I iy. J^l b c^j^ ^j^j 



IL.... i-iai) * [,-»~dJ V -ol^ 



^ 



.J'_J3— ».'l 






*. ^jl i .«' , ,_i;'.j . yy\^o 

. M -'y C. ^ ■ ^ J ^ 

1. var. : + J^\ »^;_\> v> (1" I8S»'. 

2. Mq. li. 

3. + J.\3 {UL). 

4. + c^i;- (i /.). 

5. + JuJli" (i(i.). 

6. C. : ^bjjybUi. 



LLjLj j 


i \ \ j 


_.'LUl 


a 


•ikJLJ _j 


^ -» = 


.j;ju^ 


ji 




i' 




3t 


ffi.^ 


/ 

w 


y 


/■ 











1. Ms. j^-o>"^iJl. 

2. Ms. kij. 



>^.4a; \ <^aj \ 



*D'^'^ 1_^J: 



/y 



J_JLX.j J j-'-^ J Lx_i. 1 



[flSS''] 



al^jsrn^ U> ,Jl^,lio! ^^^9 p! 5 



1)'~" c^ f 






j..;.S' ^^l^ J^jJ> [fo 1841^] 6 



^ ^:^-^ ' ^-^ttf' j' ^ Sj' 



CT^h:' 






L3<> 



s r,".. 




/<^ 



^.ji [185a] '^^y '»;yU^ 



ç^' ç^ jr^r 



fj 



J^)^'} "'l;^> J^j' dt} ^ 



Ax^ 27 

— A — 



..Ml 



i ■^:>s\ \lJ 5 



G ^x- 



V 



b 



1. Autre version f" ISS»*) 



G 



y^y^yi 



'r- 



2. D. : 8^iL<i. 



(Qor. 11,262) « ^Ol (^ï^3 









L^' 









l. Ms. :^kJ\ (sic). 

2 Ms. : l^yX^X^v».^... l^A^. 



28 



.-.-^\<vk]\ ^jas 



- n 



ii'L;; ' sj:^~.jbj 






« .^^ 



^W [185"] ^.,j_^ 



j^> (V^ ^^> j' ^'^' 



Ijvji^xU. ' j 



ùj'\ 



o^X"^- 



ij ï*l 



A 



.z»,;^ .tJLJiS 1 Jli »_\i w^I , 9 



,x.U LJ! 'I^ ^oSJj 10 



— 1 M \l\ » ,1'jj !p', . .ï . 11 



1. I.acuue ; compléter : *^'^\. 



^2yMiA^ixj\ (__jLX^ 



29 



— /? — 



— A 



Y[e). 



XàSsÂxJI y^Uol 






»1j _jjj l_;3 ' J>jA.j .\LyoiLj 



' JJUJ iO U/S ,y.^ iai. »Xl;» 
J ^ -y J 

... ;''*'> 



ap!:) o ' >x;;v-j 



ili- lO 






c 



y ^' 



1. cUJli- s^b ^kij (f 1851-). 



2. Ms. D. : jô 



y (. f f(. ,f 






-» fc^ 



' ^\^\ yb j y y;ijî 2 



/ y y w 



ixJUs 



t^- 



J\.^\ J ^,.1 



1. Ms. ^^. 






30 



>\^ki\ ^-LX^ 



^^Af 



J 



'J 



— /J - 



fj-}^X.i J.Jv_' 



oU . sx( 



i^^yy 



Vc)^ 









8 



jjUjIj 



186'' 9 



*iiS j_^^y_ LLvfi ^ ^ j 1 



|S I a y^ 1J3 ^1 JîdJ W-<î>- ^-^■^»> 



• • X 



ws^ • . ^/» U iJ 

C • ■ — '^ L/ 

^J-: O" ^ ^ J -^ 

1. Omis ap. ms. lî. 



— .1 — 

T <^ ^ ^ — ^ 



< ^l 



C'^ 



>Li . ' ,l<L.j 



û^ ^G, li V'- ^Si » 6 



10 



-y 









(Oor. LXXV, 11-13) « ^' j ^ss 

* Jj^'^ J- ^<:^ C»::- 



^X z' 






c^ 



/'X 



• tUi!) ySjJitJ ^lAawLa> ail»! » 

« [ — ] ^1 -^Ij^ » Jlià 10 



1. Ms. 



•— '.^■*^.- 



— B — 



31 



^.w 



y. '-^J V- ^"^J"^ hc^^ 'JL'jj^ "Il 



— yl — 

c 

[yL] [— ] !ijï *^^à3Uj^^ j 11 



C/' 



»• ^ 



1.. w^" -^ fc 



yC 



/' et- y f 



- ] 



[ - 

ç^ jKJ! ï^b jl Jj! i.JaaJ 12 
« Jjo:3 » j^^^ « Iji » (187^) 13 






/j'^/' /'/' //ff 



' b vis Jjo:3 LiJs U:» ' «! Jft 
' ^'^^ ^P LT^. J ' -^"^^ .4^ ^''. 

1. Allusion : Qor. LUI, 9. 



'^«>! vJX:^ ^^^^.^ ^ 

• fc* ^ c/' •cï '''-'1 

' ^} Js o>^. ^>>Ji cui' 

— ] 12 



13 



[_] ' '^Lf à-Ja J« ' [ — 



^x- /< c /' 



y y ^y 



s'b u^ ^^' J^ "f-:) ^. 



1. Allusion à un hadîth célèbre. 

2. Ms. : c^\ ^ o^- 

3. Sic? Ms. : OL>.. 



32 



^;^,-y4»j\^kJ\ » sLXi' 



— B 



— A — 






J.i-j 









y y y , y y y xtv x.x 



>^ 



^ ^ 



.o 'li l> 



.x /- ,x X 



' Jà) L> Jii^ <Cj 



X5/'X xxct xxct X'S x X 

• j ^^■'' 14 



y y y I. -' y y y y y y f 

(Qor. LUI, il) 

' sli^U s^ji _. ' ïijilà sLc^l 15 

f y y f yy f y (,% 

^'Li^ j ' »'jjij (319-'') »'jjî j 

^x X f \y f f/y c 

f f y y fyi.'i. 



^>-^ 



,'Ja5 






1. D. : ^Ks. 



.^ ^,r=^ « 



Ls » .,^ 16 



t s , ^ ^r J 



.Ji-3 



^ 



y ^ ^ y ^ ^ y ^ 



1 . Ms. : Ob. 

2. Corriger : , >\. 

3. Sic. ms. 



'y^^^Oj l&laJ \ c t \,JS 



33 



( •• 



i « 



- B — 



A — 



' " , •> 






[187''] 17 



.i •j.iJ ^|^^ j-i.!j-.j 



L* SJ^liu? 1^ LdJ^ 






U 18 



j3 j ^jI^ ^ J>^ J ' ^jf >^^^ 



1. D. 

2. D. : j^. 

3. Mq. B. 






'(Qor.LIII,2)« X^U«J^U>. 17 






U::5Lap ^ « ^^L»2s.Uip j-co t» » 18 

y ■• r ■ 



4^ 



19 



1. Ms. : J^. 

2. Ms. : o'^- 

3. Ms. : iksij\. 



34 



^w«-*«j\aiaj\ 1, y-^ 



— B - 



\\ « ,L^ -s^. '^l «^ ,.\^ » 20 



,^^ J' 



' jy^ JJ 



21 



a. 



] 22 



— A — 

w C 

.aj -2^. V! «a ,.! » 20 
J' ; Jl ^r- (Qor. LUI, 4) 

^ ^U . • ACM ^h\ 21 

' .bUI '.irU ^^M J^ 

- JlS' J^ J 22 



JO ij' 



\ y/ //y ' 



C 



■^ J^ ^^.«^-^^^ ^'-^ L^< 









tii lis ' ^o/J! ^U. Jl 









1. Ms. : f\^. 

2. Sic? 



cj-y^^y 



,kM ^U^ 



35 



n — 






A — 



■s. // f y y // y f 






« :^^y:^y^ > '' — ' *> (j' — -^ 23 

' « M^.^ » ^^^. ' (Qoi"' LUI. 9) 



y yd >' t x- 



fc /< 



,3 >J1,^JI ' « j^J » A-^f 



' (aK:^ "^j^ 



] 



24 



[ - 



J._;i' ^ àJ (188») >:5)J ^. 
jj^Jù io ^«xJl j^ U J-J5 



,L 25 



1-^ v^-*^^ o^y ' "V-j ^■ 



c)-5^ ^ 



,iu- 



( < 

y^ £ 

^, ^JL\ ^J\ ^WI J15 24 
^ ^^ \J.% ^i^. ^!^i L. 25 



LT- 









1. D. : \^^. 



l^ 26 



^^r' 



J j 26 



yy 



■S yyt, 



1. Ici le ms. insère les n°* 31, 32, 33. 

2. Selon B, D : « ^L^J ^l ^2x^î•••"• 



36 



^2^-^\_^iJ\ ,^_jLX^ 



— B 



-Jcr^l 



^^ 



^i J^ 27 



^ ^> 



,!) CU^! ,. 



(J^UÀ. « .a. a' 









J' -? 



u^^ 



(cu^^oA 



'-^^j' C'"-^ IJ ^ " i*-"^ -î 29 



cj' -î o"'-' cr:?^ "^ >^-^.) 



[ -] 30 

ji ,)iS cux;^ [ — ] [188»»] 31 

1. H, D. : +^. 



— A — 

^1 ^^^. * j^\j ^^ ^! 27 



^^^1 ^^1 ^_^ 28 



JS^^ (^y /j J^ J 29 



'5,ajJ! jJl; , ^ 30 



*IM 



_.^j JLJ [3i9«] 31 



1. Sic : ms. 



^yi^MO I »Ja,J I I, ) ^.^O 



37 



— li — 



[ - ] 



^^ b * o^! ^j^^ j.^ 
'^_^! 3if)\ 'j^j>*^ Jr^ 

1. D. : j^.Li. 



33 






•y- 



,A3U» 



— A — 












J5^_^ ^ * ^JLJaJI iiùo 



..I '• ■'' '' •' \ \\ 

, a; — ' f— ' >»— 5'~^»-J . a_5 la-»»»-' I 

^ ^ y / 

y i.t y i, y ^ , 



i^i . 



y c y y y c y 



4 



I ♦xLe ^y^ v_^ss.Lî) jLa 33 



1. Ms. i^^. 

2. Suppléer :^? 

3. Ms. : ^_o»UAi.\. 



U 



38 ot^^>J^ ^^ 

— li — 



^ , fi 1^' ■» •' I 1 oJ£*M/° I ftJà^ 



•[Oj>:>l5^j^'; 



j. 



>! >l >l b l, ' >! 
tj ^_^ ^^t ^,cwL^ [189»J 35 



«X«M» WO 






jj^ j ' ^j^ jj'^ ^^ jj' ^ 






1. D.; mq. H. 

2. Mq. I). 



— A — 

y/ 

// /^ -«' '■ 

(jk^ ^J'^ ^^ (Qor. LU, 2) 

^K^ . j! ni;; . 'jjji 

•V^' C^ jt '4^U [3191'] 34 



«^li 



^ L^ 



jU! 1-^L. 



//es. - 



/ / ^ 

• JUâ.lj* 'n! _5 iJ iLx^' "il .,^ 35 

J « * V^^^-' ^ * « 1 ,.,"À I J • 

-> J—- -' V •• ^ 

fi, V /' / i. / 

.; • - - 

<- ^ 

/ "/ /"y "^ /■ 'V /'"y 

-«' •• /y / '■ /• 



* f 



h fis ' ?j.,jo i-xj^! . * aJU! 



1. Cl'r. no 8, el Qor. XWII; 16. 

2. lienvoi à n» 23. 

3. Ms. : ,.,U>rL. 

4. Ms. : ^N). 



^•_y.^^\^]ai\ V )LX$' 



39 



— B — 



J^-^-^-j^ 



^^.^^^.^'^J k9 > ' » ' >»»> ' I \J^':>M^-^^Sr 



il tS) ' JL^\ sS3 



i •>•. 



3»XP 







(J**-'*-*"J 






J^]'^ 



;^ t:;l'^' LTi?^ 



^-J^ j^ u-^^^ ' '^^^'^ 



jL.& ^w«.J.^ ' vJ:^^,) ,.,Lir 



1. Répété deux fois ap. ms. 



2. Corr. : . Jl^.s^'! 



3. +G. 

4. G. : o^' 

5. +C. 

6. B. : u^j^y». 

7. +C. 



A — 



* f (, / 



y ^ -» 1 1 












f > <. 






.ut 37 



-» -'^. 



, yiytM^y J ' i.jU'*^ 'lj^'J'J" -3 



^^ ^ 



À^ 



L. 



1. Cfr. persan : r-'-*^- 

2. Ms. : <^\J^. 

3. Ms. : ^^\. 



40 



..-»-»».- \ (viai \ ^ )LX$' 



— D - 



38 



] ' ^^^ ^^r l/^^j' 



[- 



' -^^' o-^y^ o^b^ ^^ 



j^u. * vju-1 ^z' 



^ii^i 






I " 



1. D. Mq. B. 



A — 



\y\ ' .^ A,Li.! 38 






J, 



t t 















îjJy.M JîIj J 



1. Ms. : v>-«-* <*<-J\ ^>s»-. 

2. ms. : ^/_j (Sic). 



cx^- 



A^kh ^[^^ 



41 



IJ 



— A — 



VI (/) 



(190«) r, r-L)"ï! , J-"V! ,.,^11 



-^ j. ' J^\ ^ J 1 









J.i^J U*w» ^JiT"- wî?'"^ [J^' 



!jA^! ;i90b] ' ^[-^'s] p ^,.£ 



J « !^.Cj » ^r JJ^ài K-X^î 2 



« ! ^i ^ aST-" » 



-ai \,^f^Ai\ 



Cff— (T*-' -J 1 



(( ,3Lb L= « 



jII)! JU.M JU _ ,;Lxli 



y y L. c- 



?^ U i>=s.j , iU! 









qiuS *X.l/0 _V,sCS.i 






^~ 






/' /■ '^ 

((ior. LIII,17) « ^iL UjJ^! 



1. Mq. ms. 



42 



;ULJ\ wjU^ 



— n - 






3 



2 i 






^ J^ j' ^ ' ^' 



c 



r ^\ \ 



> -L < a 






o 






_CA_jI £ ij''— < 



.^ 191 






;i:.l ) . »j 



C 



^r" 



.,-V.' . 7 



-^ • * 



Jil^-'l _. ii^^ j' [191''j '[_.] 









.-: J- 



-r-^ 






U^ 



8 



1. Var. C I" 1<.)I«: i^^ J^^ U «. . 

■-*. Interverti avec le suivant ap. 15. 
et I). 

'A. Mq. ms. 



— .1 



^ i ' /■ /' f : 



X) ' U.> ^U ^.! U' 3 



,'i 



i<- -' 1 1 ^ '' •' 



^ /■ z' r— «.^ ' ^ t t 



I 



. 4 



Jo^i^ £^,S»Ji \>»1 ^ .>t wyï . 6 



>• -, X ^ -^ 



(,/■•■ •- •. • y 



4_JLi '■ ,- 



a*r: 



H ,^^ 7 






^ X /' c ^ ^ -* 






.._■ . 8 



C'-;- - 



1. Mq. ap. ms. 

2. Mq. ms. 

3. Id. 

4. Ms. : ,olsr»V\. 



^^xA)\^kJ\ V )LX^ 



43 



B 






iJ 



^ • » ^Jl^ài « ! v^'^ » ^J!^à^ 






!^.i ^ » ^i 



i^j^) 10 



ex X 



^ -> 



' 'J-^.^^-' ^^-^l ^-i-^-= J 

^\ )\ .:>\ *l * _j 

iLj:_èl L)^^_r ^.:^-f_,^ [46b] 11 



»!j L* » sju-ii' ' 0J:.l-; A-j 






— A — 



/'-'-' X (, /< x" 



^^ ^rr 






c -» c ^ 



JU — « Ij-cs—! » J jLJLi 9 



10 



[ 



1 11 






r 









y' c / c / 



1. kiXJ, Ap. al Qoshayrî et al Baqlî. 

2. Al Qoshayrî et al Baqlî ont : 



O^- 



1. L'addition de H semble due à 
Qor. VII, 13. 

2. Ms. : j^. 

3. Ms. : 'dJ:cL^. 



44 Cr:r^^J>^^ -r^'-^ 

— S - 

^y. ^y- ^'P j^ ' ^-y. 



> ^ y ^ y 
, jp^*- , »'• i'^ »■'' J!-'-^^^ • 

(Qor. VII, 11) «jlj ^ .;:JiU » 
^J.£}' -OvJl ' hj:^ (U ;u ,1) 

J" " J y • y 

[105 b] ' ^-^' jL^l J 



[Jt-^] 12 






1. U. : \^j»i". 



— A — 

"3 (Qor. VII, m « J^ .-^ 

' [— ] iiùL, .3 j-Ijo^i • oU 



r ^ 



^^ 






c^. ^c 






J,» «-^/ (320a) jLM ^. ' /J! 



Joo 






1. Lacune? 

2. Ms. : «^^l. 



A^L]\ ^U^ 



45 



— /y — 



^^ 






y 



c .^ 






^Ui 



S9 , y y< c f , y w.^x ex 



J 



/J* y 



yy y 



l>^^ àlM C^Ll^ ^^y [106 a] 13 
*^j \yo à-JiS, j^ ^~uj1 Lj 



i.^ » d-^ c"**îy° ' JÔ'X»-- 






— A — 



<■ 1 



I II » '' ( ^ 

,^U .ç^^U 0.^*1 ^i_5 ^ ^;ij 



<«' y " 

J^L^ ^Çi 'LU ,J; ' cj.*J 
! ^^L) » J jLiii ' ,^J1 LJLo 



1. Le texte de la version persane 
est le seul correct au point de vue 
métrique, pour les vers 1 et 4. 

2. Ms. : ^^s:^. 



^ ^ yy -^ 

^ ' i)iiI-3 (Qor. Vil, 139) 

1. Ms. : v_-'.2>-l^ (abréviation licite). 

2. ijtc ms. 

3. ?)iG ms. 

4. Passage copié ap. ta]lis Iblîs. 



o. 



^^3-: 



=:<>-? 



i {ta/Hs). 



6. ^M J,\ {taftii). 

7. Sic : loflis; ap. ms., ^^\ manque. 



46 cr:^^^^ ^^5" 

— li — 

, ^ w»c^ ^^f-C :>..s:-' « ! >:>>i' 



>j:^ « 






— .4 



^ t. ^ y ^ * ^ * 

2 A_.s\ ..v.^-^ .U ,^^5^-'\ 



^'^.Jl^ 






•"; 



•— '^ -* t-^ 









i^^ C^J J ■ ^.-^ ^^r^" ■'' 






J'/-^ 



.<! 



j.> \_j 



J-"-. 






c ^ • • ^ 

J3 



-«' fc£ 



j ,CW "i' » J J Uî M I ,-» 1 



l. Sic. 



y 
^ t f y f ■::. -i y f 



f > ' ^ y ^ 



« ? si'jj' i'il « — »' ' IU3 15 



i. Sic : ^a/?/*, Le ap. ms. 

2. Sic : tafih, ms. ^>*^. 

3. Développé ap. lafih ■ opposition 
de l'iràdah et de l'iblilà. 

4. Sic : taflîs, le ms. porte, au con- 

traire « J^ar-^. "^ <JcJu J^j«-<i JU:\ ^ » . 

5. Imité par taflis en deux endroits : 
pp. 23, 25. 

(i taflh :^jj\. 



^-j-s.-cO \ aiaJ \ I, ) IXS^ 



47 



— /y 



jl j f')j'*'^'° i-*'' ' -■-^-'^ -*-•' 



.rj 



^ ^" 









// y ^ X • 



L^ ^1 j'^-^'jj^ j-O > 












«tsij aXfi *xi, 1 i o ij L^ ; 



lio ijL^ ;i s.o.i' 16 



— A - 



-X3 A a 



c. X 












l 









>^ 






O X 






16 


y y c% c 


wu yrf 


C- w 





r 



-^" > 



■^ -^t-^ ^^r:*^ 



1. Ms. : >. 

2. Omis B. Cfr. C. 



X 

' Jw^J J..^' .j\„iJ ,U^i 



'o-^ ' ^-^ ^7?>^ Jj^- 



X -^ y 



1. Ms. : ^>. 

2. Ms. ; « iy ...\LLÎ ...Ul=î (sic) ).. 

3. Ms. : dJa=£.. 

4. ^X*^a-\ ap. taflls, 23. 



48 



li — 



y 






— .4 — 












"J 






-' \yA ^ <' ;Jai^ ' U;= sJs. 



(^~- >^ -r 



l5 '.^ 



*^ 



•y ^ 



J' 



;J.y ,^ 'Jaiv J 



^rf--' j 



-> Si^ 



«iV^o 



J 



:> 17 






^ »^>— ' . " ' \ t^j^ ^.w.)o 



-,\L 



..,_j^ ' .v_< ^Iji (106b) 1^ 



'J. 



^\_' :i<^ 



' [ — ] j»—'--^ j^3.^ ' j._aiJ ^:i 



-N»»J^3 



^L 






1. Ms. n. : «x-^j.l^,. 

2. I). mq. |{. 



/* <■ /- 






y ^ y •' / y 



y y y f 



.JUs aJ .;iiJ' ' ,-ii:^'_C 



• "— • 



. ^ • ' X' 



y i^ y y y y 

»^ X O-, w-^ y ^y ^ 



.. . ^ J.. y ^ 

""^ •' y y y 

y i f y y y y^ 

yy y ' ^' ' 

y y c ^ 1 j: 



i L. 






1. 


Ms. 


: CU-JU 


9 


Ms. 


: \iU>. 


3. 


Ms. 


: ^\^i 



B 



" *5:>l^ JW j' ^^ 






[\01^] [ - 

. ^. .. , 



— A — 

18 '[J3!] i^_^ ^^il Jli 18 

' MP"^ S^Sy" ^^^^^ ^^ 

y/ 1^ ^ 3 ^ X ■£ 



C' 



19 



-^ 



:UJi J ' t^^^ j=P^ J J 






^\if.. lT^^ ' ^^ J^j"^ si 3 






iLjd! 



s. w £. 






[148 b] 120* 

1 r^ 



1. Les « Shathiydt » traduisent ce 
texte* d part, comme s'il ne faisait pas 
partie du texte des « Tawàsîn ». 






M] y,j §1\ n^y^\ JU 20* 



1. Mq. ms. 

2. Ms. : J3=^\. 

3. 4. Ms. : ^ft>. 

5. Corr. Goldziher. Ms. : « )»-^\. 



50 



c^-rr J LT^f 



li — 



,Jb! b '^li-^ 






a**: 



.Jbl 






— A - 






^r 



"9 ! ' t 5I 






[149-] .--i o 



)) aS' ^ L^ j^Jbl 22' 






j'j^ 






cr^r 



X 



-» ^ 



J! ,.y^ A^ C^^lt 'w^ » 
/>' t. 



;<* 



J- 



N 5 - ._: ! •••• ; 



c^ 



« iCwsi 



, c^^. ,\ Lv' w y~^ ^ «^ j ad 






1. H, D. 

2. Ms. : 0=?:*-. 

3. B. : ^\ I). ; ^^:'. 

4. Mq. B. 

5. B. D. : CU^U^. 

6. ïrad. tendancieuse. 



w/" / y y -> 



(( SaXSJl ««m' .As JsiLw 



X ïi^XA 






)l Ù'y~fi ,y' sJI^Jaï— * <J»— kJ 



C^ ^ -J cV 



'l_.! ^-Lï . 21' 






c^^:) 



« >.jji'i ^ 



'U 



>. "11. ^^ Ul » -Jbl JLJ ^. 2-2- 

pij j ,';;^ (Oor. vil. 11) 

J '^^ (Qor. WVIll, 38) 






t. y 



AiLM . ,U! 



(J* 



1. Ms. ^\ (?). 



^^-vo \^iiJ \ V ) LX^ 



51 



— B — 



j..s^U±. .^ S\ » ^_i , .^ 23* 



, * I ^ , ^-^ ^.'-.^«1 y — 'u ««<J ^ ^ ^.J 1 



J' C'- 



O^.'- 



L? 



Â^ 3u^.M)a.^ 



L?^ 



iil Ul V,il 






! j^aJ , ic^ 



— A — 



"J 



/■/ yt 



Kj 



.P :> -i:^) 



c^' 



-sis. '-vO 



24* 



a 



«iujb 



îtr^ jï uTT^f^ 



ii' .jLo ij ^ ' (Qor. X, 90) 

' Jo^jLj U J-ii-^ ji I U^ J 25* 



1. R, C : +j\. 

2. : O^Lo. 

3. B, D : + (^^ : à suppr. 






■ ^i 



^ XJ ^ 



J ., ' Ti\o,z:> . .£ «^t >.-^ 



l. 






^ c -> 



J.^ ^J] J^i-J ^! J 25' 



52 



— H — 



' ^y^ wLj 



.^^b 



— A — 






] 26 



] 27 



« (C ' »£ J 



C" 



'^ . 



> y - ■' yy ./ ^rr 

^,b ,.^-a. pU! . ' isXo, ^ 
LÎL ?j^-' ^^ >. 'J Jl3 27 

V.. .. • ^ 



J JG' ^C^ ' ,^ J^^<v'l ^. 



/* 



,'^ i^lJL.' 



y/ 



J-3 






1. Mq. ms. — 2. Lire : Ui?. — 
3. Ms : Joj^. — i. Sic; de y/Jij? 
Pour : siL_>ij\'? — 5. Ms. P(Uir 



i 



^^^-V-4*j\_^J\ (^ )l^^ 



53 



B — 



[ - 



] 



] 28 



29 



— A — 

^L-à.'iil » ijls^- ' (J^l J Jli 28 



i * ^6 ^jU^! ^ '^Ir 



J.3 



j' J ' ^.-^ ^î S '^J^^ 



/'i.y^ 






^ . Il '' '^■^ • •• 



^ /• 












JU 



uj / C / 

— - ^_a.l « 



1. Copié in taflis 26. 



I 



54 



\^\ ^u^ 



— Ji - 



A — 



ûl , U' ^oi^ ^J' J ^' 



U 






(fo 109b) [ _ 



,K-^ jl o jJj- 



^1j.j j! _. ' :5»j u Jj_)»^ » 



.. . > •■ > .. \ . 



jl ^^») (^--/«-- ^-•-•^' ^^j^^r? 3^ 



jLLk'À? ^<3'S!7,v (321») 

I . y ^ ^ I 

' M v_j ', ' V-^ » ,.d— , ! -à. !-_> 30 



.mO »x.< 






insS^i. ' (JS;:'' J Ji^ ' '-V-^s'-^ 



32 



;'j^ 






<! w-iLv.^' i *, wA-*/» i.2v.^a«. 31 



I. ' y f y/ ^ * 






Vxxi: 






0- 






^ •■ ^ 



ï'._*t ' i.Ci-'' i^,^ 



b^.^ l^vs.4>J^ (J 



' ! si» ' ° iLd.^Ja3 



1. R, D 

2. B, D 

3. W. D 



0-; 



U. C : 



^y^^y 









"yi. . 






Lsr^ Ll'»^ 32 



\._*3 



-'i -» ■' .^ ■' 



Lj^Ls 'sbUc ' iJLs-" iJ J.^ 



-^Hî 



o: 



4. K : Sic C : d.^^\ »:o. D : <3o^>oU9. 

5. C. 15 : <i<-^UJLc. D : <:>^^l 

6. B C : ^._^" I) : ^i-^^-^^i^s 

7. C : SjIa. 



1. Ms : J; ;i:. 

2. Ms : |_y-_^iA>o. 

3. Ms : j$^-**o ,U). 
't. Ms : \)LÂ.,i^. 
5. Sic ms. 



/ 



— li 



■~^,^yj d^-*^3 «^ <-=S>-' '—■ ' 33 



fy 






y^ /> c 



' «L J! 



— A — 

^^*^J ^^^-3 J ! =Lb 33 

I -/ ^ ^ ^ r ^ 






xzs. ^ 4 



•^;. 



] 



'U 



' U^,2. r — î .j^\ pl^^ 34 



J'y *-' • ^ ^ • ^ . ^- J 

vJl^AcL*^/» ■îaS"-' aSo^/S ^oS-^* 35 
-'--' -^y y -'-'i.î ''^x'c 

Jlïi àAJi îL _5 ' 2y 1 k\;;d.Ls] 36 
^ ^£j « « ^ b—^ v^ Lj 1 » 



_^. 



UJl , i 



tj-^ J ' 



,l5--'! 






t. S/c. 
2. Mq. D. 



y ^ y " y y i. y 4f (,y 



« II» 



y y f 






! tt»j \ ^ L» yt la (.2C'~ ^'-^ *^ I « 



.^^ pUjil 



^ • ■ \ ^ '^ "^ 

f y i/î. et 

c "i. y 

c y c ï 



• > 



' iJAcL^J! Je ,^^ 'j-^-^*- 35 



6,3 

yy y 



yyyf 



36 



l. Ms. : <i^^ob. 
2. •>3^>^\ : taps 25 (cfr. persan). 



56 



A^l\ ^^^ 



li — 



— A — 



(lOSb) 



Ml [^) 



1-^4 \ .r— l-^ 



^} ^r^j (-^-r^ ^Tr-^) ^ 






5N 



.S\ 



cJ 












vXa. 



.jLJ" vb ,:i S^ . ' ^»i^ 

sJ:^^ 5fjb P ' ^.^ Le'-a. 






« ^ » .3 ,JU '^' j ^ j bii 3 






1. H. L). 

2. Mq.' cfr. en lace. 



Jy 



j 1 



ffï -r 



^S. )jl . A-X.-'.-IXj» wui 



.»,./'/' t 



f * Xi. f f f y I. 

'Li^i^^ ^^} jh y'-^^' 



A,JU3 



«Sa J{« JJ« ^« ^^ «J 

^ ^ J ^ 



1. « Nj, » esl-il en Irop? 



• y,»^Ari WJaJ \ i s l^S^ 



57 



— li — 



Ijjl A_!)jljJl ci^L^-f c?'^-^ 



'jj^ Ai-b ^y^ ^}j 



^^1 J 



;^-.^ 






b^i 4 



JyJ ^J^ - Ij./» ^J»jL»^ 






*^' 



" ^**j J>^ 



à^wv^î lT'''^' ^^ (110") s 



=i! 



a2) 



1. sic. 

2. B el D insèrent ici les §§ VI, 
30 34. 



— A — 












(Qor. XL, «7) 

1. Ms. : C^X^c. 

2. Du 5« <(\)» (§3)?. 

3. Ms. : ^\. 



5H 



\^l\ ^^ 



■ »-»..vO\^i3J\ > ) 



— /y 



— .4 — 



VIII ,//; 



vu (^7). 5" (110-j - 1 












-V 



50^-^' ^' 



;jL^ .r> ,3 



•^^ 



-wwv 






M »-^^ 



\s- 



■^ . ,•*_. 



VU (9). 5-= 1 






. IL W '' l 

Il H II II 



1 . CV.sl un a/j/ (= l'essence unique) 
surchargé de plusieurs àài [= les si- 
l'âl) : u/»"/" el (W/ élanl l'iniliale et la 
finale de « .>a.\ ». 

2. a/J/ distinct, tso^tf de tous les 
petits alifs. 

3. Var : Cl^J^^ (C). 









» .X<&. 



;.M . ^v^LM . 3 



C^ 



= ' ' -'''. ' II-'» r 

M *■ '' Il •■'' '"'''' \\ • 



1. Corr. : j^-o>.yJl? Alors il fau- 
drait intervertir l'accentuation des 

doux wXj:k.<vl>\. 



H — 



tXi ji *j1 ^>> iS *iy y^ 7 



J-^V^» àS^ ' J.2Si.a^J ai *J ai fi ' Q 9 
J^] '^'^^^ -^^?'-'' L^ J^ «^^ 






1. Ce para;;raphe n'est donné qu'en 
C : la fin, [ j est le commentaire. 

2. B. mq. G. 

3. n. c : ,>.s^yt, ^ » ^l^\ S\ 



— A — 

' J ^J ^CU « liî» 



[-] 



8 















1. Mq. ms. 

2. Id. 

3. Ms : J.i^. 

4. Mq. ms. 

5. Ce ne peut être "sj^s^ de v 
est-ce de j^^i».? 



\: 



60 



• «'s-kO l^iaJ \ t .1 ViO 



— B — 



— A — 



J..> 



IX (^) 



yj 



\.J\ ».^LL .j:,^^ (110 l'j 1 



(^ 






•^jL.^jiy^l ^ 



t •> . . I • ; 



A 



j^ , p jj ' ji^w! i jL . ,^ . 



fJ-^^J 



J 



:> àj ' 



« Itt » 






'1oIa« A^Sk.^' y.Cl-'^ 2 






^:>^\j jo>.»p 



] 3 
] ^ 



] 5 



1. Sic H, C. D; il faut : j. jU. 

2. BC; D: tH 



[-] 






^. 



y (. f 






y ^f 



(321»') >jU-^l j ' ^iy U jU \ 4 

ji» i, /- A» /■ ^ ^ - £ 



1. Ms. ; <^j\^ ào^ 'à^jKi. 



•,,«-*0 \_^J \ V )l-X$^ 



61 



B 



] <' 

] 7 



[ 

1. D : ^\. 

2. Mq. D. 



— A — 

' 3..L -j» ' (Qor. LXl, 4) 






w\ ail y c .' ^ i 



LJ 






8 



]'49- 



[ 



1. \/>>A._3. 

2. Ms : r^. 



62 



^-*^\^\ ^U^ 



B - 









Jl ' _^i-Ll' 



> 



' :>a^ 



] 10 



] 11 









C^'^ J^ f^^ jrîV" ^^*^J ^2 



jk_y..C0 



^L-y « Jl_'o 



-.1^;» 



,' ^^ 



] 12 



G X ^ 



• I A..^ »n> L*fr « «^— ' « O-Z-/* ft 



f - 



J,^ 



JLJ _j ' >ju~.:»'NL*.L^ J^J 13 



13 






I 



?5j!i .j:^^! l^^5i> i>^ S^ . 

1, 2. Mq. R. 



[ - 



f - 



] 1^ 



^^-mJ WJa j \ { ) I.X5 



63 



/} — 



— A - 



[(" 111b] 



X(/) 



U^l J^ '..1^ ,...! 2 



' Je-- ^ ' J^ j ' J%^ j J-^^ J^^ 






J^ 3 



oa 1 ^s L_ ±j J o ! 3 



jjU,i v.t-3lj _j ' 



c-tl 



ffo 112=^] ' 'y_L^ j 

1. D. mq. B. 

2. jjj^yUw.^ selon D. 

3. 4, 5. Mq. B, D. Add. C. 



[ - 



] 1 



] 2 



] 4 



] 5 



64 o---^^^ 

— n — 









:.;j 



JG 



A,^»J JJi. ^-:^^ 



C 



iT *j j $^ 8 






jjj y « ^U; ^j » ii' ^f'f^ 9 



< 









il_^^«L. 



. a-UsT « ' JJ.^^-N-J à^, v^I,\>v-*»J 






' J^=^<J ,^ 



^ ^'^'^J' /' 



i^J >J:,oL=. . ' ia-) ^o 






C 



i^sv *J^J!_>2 



( " 



J-_2wl, 






l;^:^ 



>^ j ^_.j » i>r y y ^^1 1 



>\ss 



— \ — 



[ - 



1 6 



8 



10 



^■j.^^\^i:x]\ ^ )\XS 



65 



- B - 



àS ^S^^\y^ » iS *_} S P 1 11 






bir 



Aa.^tf d-'"^'»' « ' ^^ J.a.'j 



l-' -» 



i^JL^ c^bl^^-/ j ' c^s*-j''^ 












,_5-*"*"-^ j 



! )> ,^J S\ 14 
1 ..^ y 



JL*-* « 



,.st. 



A — 



11 



12 



?^. 



Jl)! « IJ^ J3^ » i>r v//l 15 



C( ^& ft2) » ^ k^ ^J , , y^ , , y ^ 



Uc .ai ,.,..^Li> ^La. ,.,j! 16 



__1 ^ O'N^ ^, J ^. 



1. Ms. : Jo^^. 



66 



^2_j-^*o\_^iJ\ V )LX^ 



— fi — 



~ A — 




L»i»^L» ,ju . 



J;MJ i7 



^b ^• 



.-. Il 



.. . I 



> Jx' 






r-*^* 



3 ' 

-y y 

4J • « Lfi.«i© » 



— ' ... ^ 1^ 

; 



1- '^- '^- ■ oV^' mais cette phrase 
se rélV're au ^^'^ (C). 

2. |{, 1). : ^^_^, mais cette phrase 
se réfère au f;i^-i^ (C). 

3. ^ jo selon 1). 



^^-co\aiaj\ I. )l^S 



«7 



— /y — 

J^llj ^jJ! àJJ sjxjl] (112b) 20 

j ^àJ '^^Ll> ^Law ^;! 21 



^jlj" j ' c^«.pU Jo ^S ^ïj 22 

C^^! ^Ja^^^ 5^|j.j i$' ^j^liJl 

^ jj) J.ji' -js^ >\^ yLs] 23 
1. B. : +j. - 2. SiczrUs.-*? 



68 cr^^>^^ ^^ 

— /y — 

r ' 3^,5' .i^^ ,La^i ' 



(jj 



^*' t^'=^J 



^J' v^.Ls. j' 24 



^»^-jL.-h, 1-,... . ' -Jl . ... I „_ » 



* I A 



'' '^^Ci' . 









c 



jjj ' joLO .jj si, pt^l 



--^'•*0 a^ \ ^ ^ f^ 






1. |{, \) : J^.l^. 



< 



— A 



^2_y»V*0 \^il.J \ V )*.^ 



69 



B — 



— A — 



XI [h] 






[166b] [ 



ty.. \ ,1 k-^i_<C0 O 



,.ft>-^ ji 5A_) j 



] 1 



-J=sr^ 



♦ .JUv*«^s^ CI^S^s^ 



.•(321b, suite) 






^ • w / w ^ 



' LasT^ lijxi\ ^^>^ ^ s^J!j 



ijjl^l iSj_jy«a3 ' i^ù^^ J^?^' J 






iOj_£ 






l. M.*. A; collalionné avec S = ms. 
Solaymanîyah 1028, XXV, (T. 1-3. — 
2. [Add. S.]. — 3. A; S. a ^i^^ (sic). 
— 4. [Add. S.]. - 5. [Add. S.]. 



70 



- li — 



-j-<_**;\alij\ » i>-^J 



.1 — 



• ^ f t, y . y (. y 



^ 






' ^.ICll N| . 



J-> J-- y^ 



y y y 

J^^. 






^ i. /■ -^ y y ~ 






1. Mq. S. — 2. S; A : ^^«P\. — 
3. S; A: fiT^\. — 'i.S; A: ^^\. — 
5. [Add. s".]. — 6. S ; A : '<ks,^\. — 
7. [Add. S.]. - 8. A; S : dJ,..„J^, — 
9. S; A. : CjV:^\- — 10. Add. S. 



^^y.yt^\Jti.j\ 



sU^ 



71 



IJ 



jLa:»! ' j«-L;Lio ^ij-^i \s6. tSjS> '8 



^ 



, jijl,o .^jJ-j J-.wlj jjp 



^^ 



• y i^ y- 



1. In tabsirat 'al awdmin (écrit au 
début du vii/xiii'' siècle) attribué à 
l'imâmite Aboù Torâb Sayyid Mor- 
tadhâ Ibn al Dà'î al Hâzî (lith. Téhé- 
ran, 1313/1895, in fine des Qisas al 
'olamâ d'al Tonkâbonîj, p, 402. 



A — 



J> > f. y^ 









y/- 












JJi3 « <j.*;_^âj i>;;.3»c » Jl? y^ « 8 



(.xl, f f^, y y .... X 

-'-'^ y y ''.^y \ ^ 1 1 _ 



1. [Add. S.J. 



2. S : 



(^ 



\ \b. 



3. Mq. in S. 

4. A -.J^. 



72 



^w<V-«<0 \ »liV \ V )\>0 



- H — 



— A — 



l! '"-'*' 



^ ^ A w X X 






/ 



^li 






• '" J-^. ^ J 



.;SXJ 












-«' • 



L3^,U .3^,^ J^. J _,^^l 






«.S : ^^y;^ (OaJ^ _5. — 2. a : 
(.yLAJl. — 3. A : f^\. - 4. A : 
Jj^lij*. S : J^U^. M. — 5. A : J^^. 
- 6. S : ^^b. — 7. S : j,. — 8. S : 
^11. - 9. S : ^^;^.. - 10. S : 
^_j,;aji,,Jo - 11. M'1 S — 12 Mq. 
S. — -M. Mq. A. 



• ,^,tA> l^iaJ \ I. ï Ij^S' 



73 



B 



HP, 



15 









-f;^" 



,3 j*/- AJ I kJ I ^ ►/> 






:h. 






t y M y ^ r^ 

^^ r 



4 f-*j J 






y ^ y ^ 









c 



c ,, f y y ' 



I y c f 



X y i y c f 



jliijlj 4^v.s:=^ ' *->.Ji a »~.fi' 



^,-_u ^^^= 






i. s : t^ — 0. — 2. Transposés 
en S après i. c./^_^■ ». — 3. A : 



1. Ap. tabsirat al 'awâmm d'Ibn al 
Dâ'i, I. c. suprà § 8; p. 402. 



5. S : cr-. — 6. A : J,.^^"^. — 7. A : 

9. S : p. 



^l. _ 8. S : 'ÀsjSl]o\. 
— 10. [Add. S.]. 



74 



j\yj\ ^u^ 



H 



A — 



=: vOli'-i=i3 j ' j:js^ _; J Js ' *-il' 1 6 



1 V \^ ^ 









\' Ll 



J -^ ^: 



.%^U 3 J 17 






■>r 



- ^ . • 'j=j^' . 



\ . ^ ^'- .>' y tl- ^ 

y ■. t ^ y y y y 



y — f. 



cr^ 






i£JÙ?<' Je. 



^ *-: - r*^ l-r^ 



y y y 



l^V 



y I, t. y y 



f ' y y 






'>r- 



._ï u 



19 



U^ 



' ^\S^ù3 "^ X^'fjsJ^i 



1. S : ^^). — 2. A : i*L*JJ. — 
3. Corr. marge. A : ^). — 4. A : 
*U-«,. — 5. A : J>^\ N. - 6. A. 
^Lby\. - 7. A : ,Lo. — 8. A : 



C)-:v^'> 



\^L3\ c.l-i' 



75 



— B 



- A — 

r ^ ■ * 



c^: 



LjLc. U 



< Il 



',i1jj! 






1 s . f . _ 2. [Add. S.J. —3. S : 
^^. - 4. A : fi\^. - 5. Mq. A. - 
6. Ces cinq mots manquent in S, 

— 7. A : i^^=- — 8. A : ,^,ai^\. 

— 9. Mq. S. - 10. A, S : ^\UJ\. 

— 11. A : i^JJ\. — 12. A ^_^X.;^b. 
S : i^i^^. - 13. S : L^. - 
14. A : ^.^Uj. — 15. s : ^,^\3>. 

— 16. S : l^9;li^. — 17. S : ^.j^. 



76 



^^j.yui\ ^i:j\ V )l^ 



— B — 



— A — 






j^.Ul.U< 



-» /- 



c"^ 



Va - M 01 



L^b i-y'^^Jj' fU' ' 'iJu 



i_^ 






^ j- ^ ^ -i. ^ f 






LT 









.\ Il l 






00 






♦ «n^'-i. '-j«'-i' ' A^L. 



— 1 . s : Lf^;U. — 2. [S : omis A]. 
— 3. (S : omis A]. — 4. A : add. 
en marpo. — ">. S : '^^. — 6. A : 
^\>. - 7. A. : CjOj^-^JL\. - 
H. S; A : i:oU. — 9. M-j. S. — 

10. S; A : 'dJ^ —11. ;Mq. S.]. — 
12. [S : I^U l^JL^U]. - 13. ,S : 
j^\_; L^Xolj'. - 1/.. [Mq. S]. — 
If). [Mq. S]. 



^-^.-vO l^LiJ \ I. ) 1^$^ 



77 



— B 



] 24 



o'jj w9j/ 



ri68bi 



— .4 — 









ijir ._.r u,-;^ L^!^ Ly^] 23 

^Sï j'^'S -sî ï3* -'ï; ï 



^ w P ^ w A 



[.jir 'oi^j ' L r^ 'ij'^ 



f ^ f 



lyb-:,!] L^.;U^ 'L^.^ ly^ 



■^1 j ^ 






4 «Ix-M ' « ,£> ^^ .-^j » Aî.»! 






1. [S : jobU V;Lco]. - 2. S : 
l^.LL. — 3. [Mq. SJ. — 4. A : 
l^lli>. — 5. [add. S.J. — 6. [Mq. 
S.]. — 7. Mq. S. - 8. [Mq. S.]. — 
9. [Add. S.].- 10. Mq. S. — ll.TMq. 
S.]. — 12. Mq. A, S : = cf. ii 19. — 
13. A: ^J^ (cfr. § 19). 



78 



\^i\ ^u^ 



B — 



,LLc Lj v^tlc 



^^1 J -J 



ry 



^'-oJLM «^ L^uJI 2c 



i^^i'^. ' ,w-O^M ^ 



(i 






J*l ;b^ , ^-la-^' 



»^ 



^^J 



; n 















26 



— ^ — 






^^ 






. ' ^' i_£]l ,L^ L^i iJj 25 



- o^ - 



«^ i5f«_^' 



M 






>. « X ^/-t 



c 



/'et 









<^ 



L." 



2fi 



y y >' i. y 

C • -' *w 



I. S : <iô^ — ?. A : Ligne coupée 
au début du xix' siècle, = lorsque le 
ms. fui relio au Hrilish Muséum. La 
version persane dilTt-re un peu du 
lexte S. 



IV, 1 




1 



V, il 



VII, 1 




VIII, 4 

VIII, 5 

IX, 1 : 






X, 1 : 



X, 16 : 



X, 21 : 



X, 21 




X, 21 : ?il/'^n^.- iLiiull 






Planche contenant l'ensemble des schémas en deux couleurs illustrant le 
ms. D {Shahid 'Alt pdshd /542)des Tawasin, ff. 152, 156. 164, 165 (3 sché- 
mas), 166, 167 (4 schémas)'. 



1. Les comparer aux schémas illustrant le 7ns. B [Qâdhî 'askur tilt), et insérés dans le texte : 
IV, 1; V, H; Vil, 1; VIII, 4, 5; IX, 1 ; X, 1, 16 et 21 (où la répartition, d'ailleurs identique, des 
deux couleurs, n'a pu être reproduite). 



'] 



COMMENTAIRE DES " TAWASIN " 

PAR ROOZBAHÂN AL BAQLÎ 



Voici ce que dit al Baqlî en tête de son commentaire des 
<( Tawâsîn >> (f** 175"^) : 



u.^/'-» 



Suivant son plan, al Baqlî n'aborde l'examen des «Tawâsîn» 
qu'après avoir commenté, dans ses Shathiijât, les sentences 
les plus ambiguës de tous les soûfîs célèbres, al Hallâj 
compris; nul n'était mieux préparé que lui pour mener à 
bien ce travail; le dictionnaire d' « istilâhât » soûfies qu'il 
a annexé à ses Shathiyât'- est d'une précision bien su- 
périeure à ceux d'al Hojwîrî (f 466/1074)^- d'Ibn 'Arabî 
(f 638/1240), d' 'Abd al Razzâq al Kâshî (f 730/1330), et d'al 
Jorjânî (t 816/1413). De plus, il nous dit, à la fin de son com- 
mentaire \ s'y être servi « des expressions des mystiques » et 
« des symboles des sages », ce qui est peut-être une allusion 
aux gloses antérieures qu'il dut avoir en main*. 

1. F"" 133a-136b. 

2. In Kashf al mahjoùb; trad. Nicholson, pp. 367-392. 

3. Fo 113^ ici p. lOf). 

4. Elles transparaissent, çà et là : 6-5<>, /•^âi" (fin), f-36o, h-7° {Cm), A-.Q" 
{ùn)J-6\ 20\ 23o,24\ 



80 CO.M.MENTAIHE lJt\S « TAWASIN » 



Analyse 
et extraits du commentaire d'al Baqlî. 

Le commenlaire des Tawâsin par al Baqlî, occupe le 
troisième livre de la seconde partie de ses Sha(/iiyât\ 
ainsi qu'il le dit lui-même dans la préface'. Après avoir 
indiqué le symbolisme des lettres choisies pour litre de 
l'œuvre d'al Ilallài', il commente le texte, phrase après 
phrase (("■ 176'' seq.). 

Nous n'analysons ici que les passages où son commen- 
taire, très diffus, apporte des précisions utiles, au sujet de 
l'apologie, sincère, mais malaisée, (ju'il esquisse. 

1. Tlsîn al siràj (a-/ '-//") : 
1» « . . ^^\j^ ». Il s'agit de Mohamniad ; cfr. Qor. XLll, \\± : 

c '^\::^\ o-vij „ ^ » désigne « ^vaÂ=^ . >jUM->i »^t»! ». 
2" « J^j^^ » . . ; cfr. Qor. XCI\ , I il. 
6" X ...^ >L''... .. référence au hadîlh : -< -^^^ vj^o-v^ p 



■^ -/ 



\ i' « ^^ J J.. . ». 11 s'agit ici de 1' « avn al iam' », état 
mystique qu'ai IkKjIî ex[)lique ainsi : Moiiammatl était le 
signe (litt. les miracles ^>l^^y| de Dieu, or le ï>ignei= l'acte 
( Jx3) — les allrihuls (w'ii-e) = par conséquent l'essence divine 

(^'^^)'; cfr. le liadilh « , V _-^ -^-^ ^'^ ,v »'. 



1. Dans la pagination attiielle du manuscrit actuel, bouleversée par le 
relieur, il se présente dans l'ordre suivant : f"^ i7ri''-i<il'>, 46'', 105''-! 13''. 

3. llésumé ici plus haut, p. 1-2. 

4. Clr. cette explication plus développée dans son « tafsîr » ; cfr. ici inlrà. 

5. Copié sur le texte évangélique « ^_JSi'\ ^\j j^ ^^\, '^ » Joan. \1V. 

9, Irad. arabe ancienne in Ibn Hazm, P<id..., éd. Caire I. II, p. 67). — Al 
Hiq'î cite ce l.iaHîth en son la/xir (ms. Berlin f" 18Ca, 311^). 



PAR AL-BAQLÎ 81 



II. Tâsînanahm(/5'-Kc'?«) : 

l** t vju-^i-aaw », Définition du « tanzîh » de Dieu (cfr. suprà, 
X,=./). Cfr. Qor. CXII, 1 seq. 

3" Al Baqiî, traduisant celte glose primitive, y ajoute 
une autre interprétation conforme à sa théorie de la « sifati » 

et de la « dât » : « c^^-l c^i^ , J>sr- _L^^ p,^ » — , et « 0',^^ 

^ • c • 

7° « J-a.! bi j.,N3r'' j'6 U » — c'est-à-dire : « jt-jj^i. j' j^;:^^ 



m. TàSînalsata(f-/<'-/5o) : 

1" C'est-à-dire, —le mot « Annî... Allah... » [Qor. XX, 14) 
a été proféré par le Buisson Ardent, comme le mot « Ana al 
Haqq » Ta été par moi. 

Note après 12°. — AlBaqlînote que Moïse est pris ici comme 
type des « sâlikîn » (non des « majdoùbîn »), dont sont énu- 
mérées les étapes. Puis il cite le mot de Moïse à Dieu {Qor. 

s. 

VII, 140) et observe que <( Ana al Haqq » veut dire « S;^-^ ^ 
J c^jj-s », c'est-à-dire « ma langue est le lieu par où Dieu est 
proclamé », ainsi qu'il est dit au sujet de 'Omar dans le 

hadîth « ^*c jl^ ^J-c ^ds\ j^L » ; sans que ce soit du 
« holoûl », comme le prouve le § 8. 



IV. Ta Sîu al Dâyrah [d-h-ii^] : 

lo_4o j-fos j 82=»-! 83'^]. Ce symbole d'[al] Hosayn [ibn] Mansoûr 

ne saurait être accessible aux débutants. Il indique par la 

« porte extérieure^ en haut de t enceinte^ », l'action divine, le 

« ^^=. J,x3 », les « shawàhid » du « malkoût » que Dieu fait 

transparaître dans le monde, — et auxquels le cœur du débu- 
tant n'atteint que par « tafakkor, istidlàl... ». La « seconde 
porte, à l'intérieur de l'enceinte », c'est la gloire des attributs 

1. Voir fig., suprà, p. 25 col, 1. 



82 COMMENTAIRE DES « TAWÂSÎN )) 

divins, la « ^Jt=>- ^1^ pU-, ». La « froisième porte, sous la 
seconde enceinte », c'est la lumière de l'origine des attributs, 
« c^listf. J^' jJ » {^^jL^jis^ kJlJJLs^). — La « seconde enceinte » 
représente la science de l'essence, « v-i^^i S^ », — supérieure 
à r « vji^li^ J^ ». — Le « point placé en haut à fjaurhe, dans 
la première enceinte », c'est la « himmah » du Sage, qui est 
comme le noyau dans la graine de l'amour en son cœur; elle 
n'en est encore qu'à la science des « sifàt ». Le « point en 
dessous, à droite, dans la seconde enceinte », c'est celte « him- 
mah » du Sage, parvenue, là, à la science de l'essence. Le 
« point médian, à gauche de la ti'oisième enceinte », c'est le 
« tahay\or », l'émoi de cette « liimmah » dans les déserts de 
l'omnipotence divine. La « troisiinne enceinte » ' c'est la 
« science de l'essence de l'essence » («Ji^'i <o'i> /J=), — et le 
« point (/ui est en son centre », la prééternité (sji^jl) el l'es- 

sence de l'absolu {*^ i>^). 

4"[f" 183'»]. Celle Réalité dernière (s^-JLi^) étant l'être de 
Dieu ((j^^ -j^j). est à la fois « ^S J^\i ^ yt[)c >». 

5° Al Haqlî observe que cette comparaison est diflicile à 
entendre, — car elle a pour but de nous faire comprendre 
l'anéantissement (p'-i) de la création dans le Créateur, — 
l'émoi de l'homme arrivé en face des qualités, noms et attri- 
buts divins, — et tournoyant dans l'absolu de l'essence et le 
principe de la réalité absolue... Puis al Baqlî propose deux 
allégories pour ces « quatre oiseaux » ; a) ce sont les « quatre 
éléments », appelle-les devant toi, — hache-les avec la lame 
de l'ébriété divine, el du zèle, — sur le seuil jaloux de l'es- 
prit, — de peur qu'ils ne s'envolent, emportant avec eux la 
science de la Réalité. Quand tu auras anéanti les oiseaux des 
éléments, — arraché les ailes des six dimensions de l'es- 
pace, — et détaché de leurs pattes le poids de l'existence, — 

1. Représenté dans la fig. (suprà p, 25, col. 1) par un simple point, central, 



PAR AL-BAQLÎ 83 

alors ni siècles, ni temps, ni lieux, ni témoins ne subsiste- 
ront, tu parviendras au monde du Néant du Néant, — où lu 
seras stupéfié, — où tu sauras qui tu es. Alors apparaîtront 
en toi les lueurs de l'Absolu, — qui te consolidera en Lui... 
b) Seconde allégorie : Prends les quatre oiseaux, — de l'âme 
(npfs), de l'esprit (roûh), de la raison (aql) et du cœur 
(qalb), — brûle-les aux feux de la « qodrali », disperse leurs 
cendres au vent de la « hikmah », du haut des cimes de la 
divinité, dans les déserts de la « wahdânîyah », — afin qu'ils 
se dispersent, l'oiseau de l'âme aux gouffres des « prééter- 
nités », celui du cœur à la gloire des « postéternilés », celui 
de la raison aux lueurs des « attributs » divins, — et celui de 
l'esprit à l'atmosphère de 1' « essence personnelle absolue ». 
Et, après les avoir ainsi détruits en Dieu... convoque-les 
pour les rassembler dans l'éternité divine, et demande-leur : 
si les oiseaux de la Prééternilé, de la Postélernité, de l'At- 
tribut et de l'Essence ont pu leur enseigner par leurs énigmes 
un seul atome de Sagesse, d'Unité, de Pérennité divines..., 
les oiseaux détruits te répondront, dans leur langue impar- 

faite, « Non... » — cfr. le hadîlh « dX^ «^I^j ^.^^^ ^ », elle 
hadtth « . . ^^Y- U »' et Qor. Yl, 91 . 

6° C'est-à-dire : par jalousie pour Sa Réalité, Dieu ne veut 
la faire apparaître que dans Son isolement (fard fini yah), — et 
ne montrer ainsi le trésor de son absolu qu'au néant — (Il 
faut donc s'anéantir pour que Dieu se manifeste). Ctr. le 
hadîth c< ^jz.\ ^\ c^^,^U Lc^-^ \y< .j^^S .. Mais, a 1 appa- 
rition de la Réalité, l'esprit est paralysé par la crainte, 
empoigné par le saisissement. 

11° C'est-à-dire « craintivement réfugié sous le vêtement 
de la Réalité », Mohammad cria « Ah! », pour « prévenir la 
Création » (de sa découverte). 

1. Cfr. in al Kalâbâdi, fragment hallâjiyen sur ce hadith (Ribliogr. iUS- 



84 COMMENTAIRE DES « TAWÂSÎN )) 



V. Ta Sîn al noqtah [e-1^-39'^). 
1° Commenlaice : w.^b<us.»^ iS ,i^~^ ,.,^ ,.^ ,.w^ iJati ,.ojj » 

i° I.Iosaya s'affirme ici lui-même, comme parvenu aux 
hauts degrés, — à la science absolue. Celle prétention est 
excusable, car si la science incréée n'appartient qu'à Dieu, 
cependant elle est communiquée au Sage dans une certaine 
proportion — « Celui qui me ?iie », dit-il, c'est qu'il en est 
resté aux « shawAhid » de mon « malkoùt ■, tandis que je 
suis passé dans le monde du « jabroût ». 

3" Ce/u? qm en eut à la deu.rième enceinte », voit par la 
lumière de la « science des attributs ». 

4" « Celui qui arrive à la troisième enceinte »', erre, tout 
saisi, dans les déserts, et sa vue encore troublée par la per- 
ception des dilîérences entre les attributs divins qui s'im- 
posent à elle, lui fiiii croire faussement qu'ai Ilallûj, ne voyant 
pas de même, se trompe. 

7" J.losayn indique : (jue celui-là même qui pénètre ainsi à 
l'enceinte dernière, dans la Réalité, — « passe » au bord, 
(( sans me voir, moi qui suis noyé » au fond même « des 
vagues de l'Absolu », — parce que lui reste encore préoc- 
cupé par la science de soi-même'; il passe et s'enfuit, au lieu 
de se réfugier en moi. 

8" Les deux ailes : " himmali " et « liillah » du ^oùfî. 

tO° L'oiseau comprit la réponse d'al l.Iallàj, puisqu'il se 
noya. Nul ne peut connaitre Dieu qu'en Dieu, par Dieu. 

12" Dans celte enceinte de Tlintendement, il n'y a qu'un 
seul point où l'on trouve Dieu (^3^). Les autres points ne sont 
que « le rayonnement de la science de Dieu » ( 4». JU X^'); 

1. Au point médian, du « lahayyor » (cfr. suprà p. 23 col. 11. 

2. Ce qu'il représente au paragraphe suivant par l'image de l'oiseau qui 
veut continuer à voler. 



l'A H AL-BAQLÎ 85 

aussi toule créature se noie dans cette mer de la Sagesse, 
sauf Mohammad, qui y reste, « perle, — dans la coquille de 
l'acte » divin, — sous la « vague de rahîme de la mer de la 
science prééternelle ». 

13** « . .j^^cs. . . .w'jlè. . » c'est-à-dire « absent à lui-même » 
quand il se trouva en présence de Dieu... 

23° Al Baqlî n'est pas très sûr, ici, du sens : il propose ceci : 
les deux « qaws » ou « arcs » sont Yozal (prééternité) et 
Vabad (postéternité)'; ils sont séparés par le « ayn », ou 
« bayn ». Lorsque Dieu voulut faire parvenir Mohammad à la 
vision essentielle, en deçà de l'arc « azal wa abad », — il le 
lança par la double flèche du « donoûw » et du « maqâm » 
jusqu'au fond de l'essence, — au delà de toutes les contin- 
gences et de tous les êtres. 

25° Celui qui a pénétré au second arc, est sorti par là 

même des formes créées. Le second arc, c'est le « s^y ■^f », 
le <'jO » des «yxM J»i », alors que le «y^ « ordinaire corres- 
pond au « ^Às:" ^j) » des profanes. 

27° Al Baqlî suppose que ce « mim » est le « mîm » de 
« ^=s.^! U », c'est-à-dire le secret, la clef de « ce que Dieu 
a révélé », le « pourquoi » de la Révélation. Chose que le 
Prophète ne communique pas aux créatures, — car elles ne 
sont pas capables de le supportera Seuls les oiseaux de l'es- 
prit, qui hantent les parages de ces mers, rejettent, à leur 
retour, des « coquilles » de leurs jabots, les perles de 1' « Ana 
al Haqq! »% et du « Sobhânî! »*. 



1. C'est ce que Salil al Toslarî appelle le « sirr al roboùbiyah », dont la 
manifestation détruirait tout (cfr. Ibn 'Arabî, Fosoih..., éd. 1891, p. 130). 

2. C'est rexplicalion qu'il préfère, dans son tafsîr (ms. Berlin 1° I38b, 
206*, 218b), quoiqu'il y suppose aussi que les « deux arcs » désignent 

« i-o^J^\ » et « iJjl.a.sV^ » (f" 354b). 
3." Le mot célèbre "dal Hallâj (rfr. in Der hlam, III, 3 (1912), pp. 248-25'). 
4. Le mot de Bisiâmî (cfr. i4. p. 255). 



86 COMMENTAIRE DES « TAWASIN )) 

SS^'-SO" Al Haqlî cunslruit l'allégorie suivante : le premier 
arc c'est le « molk fiU al jabroùl », et sa corde est le « mîm » 
précité; le second arc, c'est le « molk al malkoiU ^> ; la flèche 
de ces deux arcs accouplés, c'est le « lajallî al khâss », l'illu- 
mination intime, que Dieu lance sur la cible du cu^ur de 
Mohammad. A propos du <( mîm >•, al Baqlî observe que 
l'ébriété divine amène les mystiques à se servir ainsi do lettres 
solées, énigmaliques, telles celles qui sont au début de cer- 
taines sourates. 

35" Al l.lallâj, « al rafîq al a'iii », nous indique ici que le 
Sage n'a de maître, de disciple, d'ami. — que Dieu — , n'a 
d'autre préférence que celle de Dieu, sans nulle option pour 
la joie ou la souffrance; — il est intérieur à Dieu, — désert 
de sainteté [abîmé dans le] désert de la Sagesse, — signe de 
la Parole [abîmé] dans le centre où elle revient. 

36° Al Baqlî commente ici mot à mot : 

<- /» 



. »v 



^„.^ Jl^ 4JL jyG J^ ^,' , ' ^,-JL3p ^» ^»'^ ' ^.-jl^ s'i" 

sj;,«^,l sjl^.iuc .i^SN./»! ' sJU-^'aSr-' ' " .^Jsc' .'^^ 

37" Commentaire mot à mot d'al Baqlî : 

^Lki, ' (^u^_^l ^I^J _.l3 ^^^_) « ^^^1 J,U! ^Jui JL ^7\ 

1. corr. : ^^^iua^? 



PAK AL-BAQLÎ 87 

J^f LT^ O"^ J-^ (^j^Î= j=^^] ' v-^wj! ^jj jU^J J.^' ^j-^^j- 



,X/= 



\*«; fi. I V'^i^' 



38" Gommenlaire mot à mot d'al Baqlî : 

39" Commentaire mot à mot d'al Baqlî : 

jLïJi jl ^j\j^\ j*U^l ' ^--♦^isr-' >._^Ll^ .:> /jijly^ j^=^' ob-^^ 

Gfr. le mot divin' « -^o ^;>j ^iù- ». PuisMl rappelle les 
« Ta Sîn » précédents : « Safawî » (=Sata), « Dâyrah », 
(( Noqtali », et il annonce le Ta Sîn suivant, qui « a été l'oc- 
casion de scandales et de calomnies »>, 



VI. Ta Sîn al Azal wa al lUibâs {f-i^-S6'). 

Préambule d'al Baqlî : Dans ce « Ta Sîn » nous est exposé, 
sous la forme d'une énigme à deviner, — ce mystère de la 
Sagesse qu'est la Prédestination, — félicités prééternelles 
des bienheureux, — malheurs prééternels des réprouvés. 
Sous le double symbole de l'élection au bonheur (dons de 
sagesse, mission et prophétie) de Mohammad, — et de la ré- 
probation du chef des Pervers, — qui, « par la permission 
divine, a joué et perdu aux gobelets, sur l'esplanade, sa part 

1. [Manque in ms. Shahîd 'AU pâshâj. 

2. Il n'est pas dans le Qorân. 

3. F° 190\ 



88 COMMENTAIRE DES « TAWÀSÎN » 

de félicité » — Farce qu'il a équivoque (illibàs) sur le a falnn 
fahm »\ — et soutenu le bien-fondé de prétentions" con- 
traires à sa pensée intime (bi aks al ma'ânî). 

1° « . . . ^^ » — c'est-à-dire « 'ayn(al) haqîqah > , Dieu. — 
quand il éprouva Ihlîs; dans Sa prescience. 

4° l.losayn ibn Mansoùr, dit al Baqiî, compare ici la mission 
d'Iblîs, chef des Anges, — et celle de .Moliammad, chef des 
Hommes. L'un est le trésorier des bénédictions préélernelles 
« latîCâl azalîyAt », l'autre le trésorier des rigueurs posléter- 
nelles, « qahrîyAl altadîyâl », — ils correspondent aux deux 
attril)uts symétriques de Dieu, (jui agit « qahià wa lotfà », 
Cfr. Qor.XW. O.H. 

7" « . . . ^xJit,L) ...» c'est-à-dire : il quitta des yeux (litt. 
des coups d'œil et clignements d'u'il) h Réalité (haqîqah), se 
réfugia dans sa conscience intime. Il se trompa, crut qu'Adam 
était '< nn autre » que Dieu, confondit « tawliîd » avec <( lafrîd ». 

8" « ,)/ ^^. — ib^i.. ». ()ue sont les choses contingentes 
auprès de la « fardAnîyah » divine? Loin de pécher en ado- 
rant Adam, Iblîs serait ainsi demeuré digne de contempler la 
« fcirdAnîyah ». 

0" Iblîs, en répondant ainsi, niait cet - autre » (Adam), 
parce qu'il le voyait, — sans se douter qu'en réalité il n'y 
avait là personne d' « autre » que Dieu, — seul présent dans 
l'ambiguïté de 1' « ayn (al) jam' »... Adam lui cachait Dieu, 
parce qu'en Adam il n'apercevait qu'Adam'... comme un être 
essentiellement « autre que Dieu » ; et cela le poussa à s'at- 
tacher davantage à en « isoler parfaitement » Dieu (ifràd (al) 
fardànîyah)... Et c'est pourquoi il récita, pour indiquer vrai- 

1. L'entendement de renlondemenl. 

2. Continuer à connaître dans leurs profondeurs les décrets (irâdali) de la 
science divine ('il m), tout en refusant de s'unir à la volonté divine par 
l'obéissance à l'ordre (amr). Al Hallàj a dit ailleurs : « ç--<^\ ,^j^ r^^ 

3. Au lieu d'y reconnaître « l'image » de Dieu, le « hoùwa lioi'iwa ». 



PAH AL-HAQLÎ 89 

ment combien il élail devenu pauvre et méprisé, pour avoir 
voulu exprimer 1' « infirâd » de Dieu en son « tawliîd », — le 
dislique « Johoûdî... ». 

10" « ^ifi ^rnc'^ J- 1^'° j • • "• Commentaire : 

C'est-à-dire : « En réalité Iblîs n'est pas (quoiqu'il le dise) 
(( dans l'intervalle » entre Adam et Dieu, — car il n'y a pas 
d'intervalle dans l'enlre-deux. Si Iblîs avait été '( mowalibid », 
il n'aurait pas refusé de se prosterner, car le mowahbid 
n'aperçoit {(" 46'')* devant la Présence Divine personne 
d'autre, (« ghayr »). — Iblîs ne comprit pas qu'Adam était 
r « acte » de Dieu (fil), — que l'acte de Dieu est le miroir* 
de Dieu : s'il avait seulement regardé dans ce miroir, il L'au- 
rait aperçu, dans Son essence. Suivant le mot connu « Je n'ai 
rien regardé oii je n'aie aperçu Dieu »^ 

H° « J JJ5 ^I^ . . » Si Iblîs avait réellement été un 
«. amant bumble », il se serait prosterné... 

« ^y^ ^ji^^^Aà. i^ . . ))\ Iblîs a tort de s'enorgueillir d'une pré- 
cellence sur Adam, d'une antériorité dans la prescience 
divine; il ne comprend pas qu'il se trompe, en affirmant que 
« sju-^l {Jf^.^ ij" J^ y c^^^j^ ", puisque, avant de penser à 
lui, Dieu a pensé à Mobammad, suivant le hadîtli « U ^^J 
j^Wi ci^iu n\ et que la forme d'Adam n'est autre que la 
forme de Mohammad. 

1. Sic. à cause de Terreur de reliure expliquée plus iiauL 

2. y\^ : le ms. par lapsus porte « sU.xj ». 

3. « ^-ô ^IJ\ C-o\ . c, '%\ ' s.^^ (J,\ O^i U », mot attribué à al Hallâ 
par plusieurs (Ma(|disi, Sharh hdl al awllyd) ; il est en réalité plus ancien et 
a été dit par 'Âmir-ibn Qays (Hojwirî, K'tshf..., ms. Paris, supp. Pers. 108o, 
f» 192b. Kalâbàdi, ta'arrof, ms. Vienne, 57Ij. Kharkoùsliî, tahdîb..., ms. Ber- 
lin, 199b), et par Mohammad ibn Wàsi' (cfr. Kalâbàdi, /. c, 57b et ShaVâwî, 
tabaqdt..., I, 36). 

4. F" 105b. 

5. Cfr. ici p. 136. 



90 COMMENTAI HE DES « TAWÂSÎN » 

(( . .8^yi ^•■1 j' y- -"■ i-'^. . » ce motif allégué est une simple 
dérobade, — c'est désobéir suivant le procédé des lâches qui 
ne marchent pas à l'ordre, — et attendent la contrainte ». 

« ,bd.! . .jXsj j:^^\^'.. ». — Si Iblis avait été sincère, — 
il n'aurait pas cherché à prévaloir sur Télu de Dieu. 

12° Le " qorb >■ et le - bo'd " ne sont, en << tawhîd ", une 
même chose, que pour celui qui n'est pas tenté; le u hajr » 
et le « wasl » ne sont une même chose, que pour celui qui 
n'est pas réprouvé. Mais Iblîs, lui, a désobéi... (a été tenté, a 
été réprouvé) .. 

13°- 17° II" 106''i : Ce colloque d' iblis et de Moïse est cité 
dans le hadiih et parles histoires : « Comme Moïse sortait 
d'un entretien extatique avec Dieu, — Iblîs lui dit : « Sais-tu 
bien que c'est moi qui vient de te parler? •> — Moïse, interdit, 
se troubla : mais Dieu lui dit : <> Chasse ce maudit, c'est ainsi 
qu'il a coutume de parler aux siddiqîn -. — De même dans 
la Qhmt (al) anhii/t), on lit le réril do la tentation de Jésus 
sur le mont Massîsiii. — Al IJaqli traduit ici in extenso 
(f' 10G''-107^) ce récit. — l;i triple tentation d'Iblîs suggérant 
(à Jésus qu'il est « le dieu de la terre >» (deux fois), puis le <« créa- 
teur du ciel et de la terre », — et comment Gabriel, puis 
Michael, puis Isràfîl. avec 'Azûzyayîl (sic), vinrent délivrer 
Jésus, — et enchaîner tinalemcnt iblîs «^ au fond du puits de 
l'Occident, sous la garde de 000.000 anges » : « sans cela, 
déclara Jblîs à Jésus un peu plus lard, j'aurais fait de loi ce que 
j'ai fait d'Adam ». 

I^uis al Baqlî passe au commentaire détaillé du texte; 
toutes ces paroles d'Iblîs, observe-l-il, ne sont que fausse 
prétention, ruse et fourberie, bien qu'il dise être dans l'état 
des <( Malâmatiyah »'. 

Ainsi son mol " >3_.j jV Ji/» » (^^ 13) « Si je m'étais prosterné 

1. Ceux des §ortfîs qui recherchent par liuruililé. à avoir une mauvaise 
réputation (sur leur origine, en Ivhorâsiin, clr. kharkoùshi, /. c. début). 



PAR AL-BAQLÎ 91 

devant Adam, j'aurais été pareil à toi (qui l'es prosterné sur 
le Sinaï) », preuve qu'lblîs ne sait pas qu'Adam et le Sinaï 
étaient pareillement, dans les deux cas, deux miroirs du « la- 
jallî », du « rayonnement divin », et que Moïse ne faisait 
qu'obéir. 

Et sa réponse « <>^j p^::ji... » (§ 14) « ce n'était qu'une 
épreuve », est inexacte; car, du point de vue de Dieu, l'ordre 
était bien un ordre (« amr ») et pour qu'lblîs n'y ait vu qu'une 
épreuve, c'est qu'il n'aimait pas Dieu purement, car l'amour 
pur ne distingue ni les causes, ni les changements, ni les 
épreuves de l'ordre divin. 

Par son mot « '^y^ (^rr^' » (§ 14) « c'est une équivoque », 
Iblîs avoue qu'il est incapable d'énoncer l'altération exté- 
rieure, l'enlaidissement qu'il a subi, — car il souffre désor- 
mais en lui-même d'une contradiction permanente, — entre 
son « bâtin » intérieur qui ressent la splendeur divine, et son 
« zâhir » extérieur enlaidi, qui ne peut plus la refléter, ni s'en 
« teinter »'. 

Sa réponse f< p/^ ^^ » (§ 15) suggère à al Baqlî cette 
réflexion : certes. Dieu prononce son nom, mais c'est pour 
l'expulser loin de Lui : cfr. suprà§9, et Qor.U, 32. 

(f" 107'^) (( vju^y JU . . . J ^lu^j-i. .) (§13). Il ose prétendre 

à la « plus pure obéissance », lui à qui la toute-puissance pré- 
éternelle la retire! 

« \jj\ ^ — j>^' '^ (§15) • Dieu n'a pas à avoir d'associé, 
n'a pas à en désirer, n'a pas à faire appel à ses créatures. 
(( ^wU^j ^^L'» (S 16) : Est créé « ^\-^ » <( désirant » 

quiconque est créé avec de la contingence ; — comment, en 
restant « ^^^ » Iblîs peut-il prétendre à l' « infirâd » divine? 

Il fait allusion par ce mot « y-S » au mot « ^ » « bonheur » 

1. « lahvîn ». Le « zâhir » du véritable Sage ne doit pas être en contra- 
diction avec son « bàtin » : aussi doit-il être a beau comme Joseph » (G). 



92 



CO.M.MKNTAmF': DES (( TAWASIN » 



(§ loj, lequel élablirait driusl' « irà'Jali >• divine une « associa- 
tion » shirk), 

« . . . . .^ji » (§ 16) : c'est-à-dire rejeté, réprouvé, non pas : 
(( :>y^ n en " tawhîd » ! 

« y )js^' » (§ 16). Si Iblîs avait eu un atome d'intui- 
tion de ce que c'est que le - tawhîd », il n'aurait vu que 
Dieu', il n'aurait pas dit « AnaKhayr minho! » [Qor., Vil, 1 1). 
De même, si al Ï.Iosayn ihn Mansoùr avait joui de la suprême 
contemplation, il n'aurait pas dit « Ana al l.ïaqq! », — car il 
aurait abandonné son « Ana » (son « moi ») poui- un sinil 
atome des lueurs du soleil des préélernités... il s'y serait 
anéanti... Hélas qui en est arrivé là? Oui a jamais pu être 
teinlé par l'absolu, ou transfiguré par la préélernilé, qui a 
jamais pu être délivré, même par le dernier supplice, la (la- 
gellation, la crucifixion et l'incendie-, de son « moi » poslé- 
ternel?Gfr. Qor., CXII, 1-4. 

18" (f" 108*j ^,t'-^ » — ...C'est ainsi qu'au début il 

savait faire le bien; puis il Ht le mal, et, à force de recrarder 
les « af'àl » (les actes de Dieu =: les choses créées), il perdit 
de vue leur .\uteur absolu *. 

A la suite, al Haqli donne immédiatement le texte du § 3.')"; 
mais, pour suivre plus commodément l'ordre du texte, nous 
intercalons ici son commentaire des §,^ ^O'-So" qui figure aux 
f"" 148'' seq. de son ouvrage. 

20' (f 148'') Al Baqlî observe d'abord que l.losayii (ibn) 
Mansoûr tombe ici « dans l'océan de la wahdah, épris d'amour 
pour la beauté de Dieu jusqu'à révéler les mystères secrets... 
de l'amour dans la langue du délire, tandis que l'ivresse le 
domine... son « butin » est sincère, mais son « zûhir » est 
malade; et sa maladie vient de l'ignorance, car il ignore sa 



1. Dans Adam. 

2. Allusion au sort d'al Hallâj. 

3. Cfr. la sentence d'al I.Iallâj ap. al Solamî lafsîr (in {Jor. XVIII, 107). 



PAR AL-I5AQLÎ 93 

propre science (celle dont il parle); selon les connaisseurs de 
ces élats anormaux, la science des mystères quand elle se 
manifeste, demeure incompréhensible pour la raison — cfr, 
ce que dit Moïse à al Khidhr [Qor. XVllI, 67), — et le mot 
fameux (f° liO'') « Li al roboûbîyah sirr... »', sur le « secret 
de la puissance divine ». 

Ce secret, c'est le mystère de la prescience divine, c'est le 
secret de la prédestination (qadar)'-; sa révélation entraînerait 
destruction du covenant de Dieu avec les prophètes; ainsi 
comment Moïse irait-il haranguer Fir'awn de la part de Dieu, 
si Dieu l'avait prévenu qu' « il resterait infidèle » ? Cfr. Qor.^ 
IV, 163. — La discipline de la religion (dîn), c'est « garder 
(Kilmàn)^ le secret » (sirr). 

Ce qu'Hosayn ibn Mansoûr admire ici, dans Iblîs et dans 
Fir'awn, c'est leur énergie (rajoùlîyah). Divers haditli le jus- 
tifient : 

Cfr : « .. ^JJ> il:;-.! » — (§ 24) seulement en fait de « rajoû- 
liyah » ...Iblîs, tombé de sa primauté dans la « mer de la con- 
naissance de la perception »... (1° 150*) le « tawhîd » l'en 
rejeta sur la grève du.« tajrîd » oïi il déclara qu'admettre des 
« wasâyt »* c'était le crime du « shirk », les « associer » à 
Dieu... 

Sans comprendre que la réalité de la « tafriqah »', c'est le 

1. Ce mot, admis par les Sâlimiyali {Qoût al Qoloiib, II, 90) est de leur 
maître Sahl al ïostarî (Cfr. al Ghazâlî Ihyd..., 1,74 et linld. Al Kîlâni, 
Ghonyah..., I, 83, et Ibn 'Arabî, Fosoûs, éd. 1891, p. 130). 

2. Sujet réel des « Tawàsîn ». 

3. Gela est resté, par excellence, le mot persan pour la chose. 

4. Les « médiateurs » entre Dieu et l'homme : c'est-à-dire le culte, la révé- 
lation prophétique (Cfr. théorie d'al Haliàj et de Fâris sur 1' « isqât al wasâyt «). 

5. « séparation » de la Créature d'avec le Créateur. 



94 COMMENTAIRE DES « TAWÂSÎN » 

(( jaiii' », — et que « Adam, c'est Lui » (cfr. suprà § 10°), 

Dieu! 

■ Fir'awii, lui... se regardant comme le représentant de 

l'autorité divine, crut représenter Dieu lui-m(^me, — la vue 

de l'autorité divine lui cacha Dieu, — il confondit la m slià- 

hid », le témoin qu'il était, avec le « mashhoûd », le Dieu qui 

était témoigné par lui, cfr. Qor., XXVIII, 38. 

22* Ici (al) Ilosayn explique le mot d'iblis par le fait 
qu'abîmé dans la contemplation du temps passéi, il s'ima- 
gina que nul autre que lui ne verrait Dieu. Ouaiil au mot 
de Fir'awn, c'est plut(M une excuse fondée sur l'ignorance de 
son peuple, qu'une afiirmalion de son moi... Ouant au lia- 
dîlh' où Dieu nous est montté reprochant à Gabriel d'avoir 
empli de sablela bouche de Fir'awn agonisant pour l'empc'^cher 
de témoigner son repentir-, il nous prouve simplement quelle 
est la miséricorde divine même pour les rebelles [{" ISOi»)... 

23" '< ^y ;;/••• " " J en suis le Signe! ». Le monde 
entier est un signe qui leprésenle Dieu, mais il y a h signe » 
et « signe ». Le monde n'est que le « Ji.>e' J^' «iy », 

tandis qu'Adam est le " «ji^'i-^ . ^:i ^ J-at-' «.i^ », suivant 
Qnr. W, 20. où le mol • ^*j » correspond au • laj;illî >- ^ Dieu 
a '< rayonné » à travers Adam « jjI ^-^.r"^==^. »>, en en faisant 
son « signe réel », — et non ■ JJov »--^^ », par le " moyen 

de Tincarnation ». Cfr. le hadîili ■■ J,»-^ Je >i! i^U ". le 

mot d'un molasavvwif •< ^^'^y i. il'' ^j' J..^'' >> et la déd- 

nilion du soufisme - j^-.^^ ,' >:^i :>\i^ »*. 

'< ^' j^ (ji^f ^.-' « ; C'est-à-dire " Je subsiste en Dieu, non 



1. Cilé dans le lexle persan. 

2. Discussions à ce sujet : cfr. al IJàqilàni, ici in!ià. 
\\. Mol lire du Qor. VII. 140. 

4. Cfr. Jonayd (I. c. infrà); Harawi (ms. Noùri 'Olhmâniych, 2500, in vie 
dal Hallàj). 



I'A1{ AL-liAQLÎ 95 

en moi » . — Ici, al Baqlî donne sa théorie sur le mot suprême 
des extases hallàjiyennes « Ana al I.Taqq » « Je suis la 
Vérité!' » — Selon al Baqlî% cela veut dire qu'ai I.Iallàj 

(( iji vj^=^'' }^' J-=s^ j ' ^y, ~^SJ.:^ j vj!^*j ji^ ^"^y '^ '^ ïl était le 
point (de contact) de la Loi (révélée) et de la Réalité (divine)^ 

— et le seul point d'oia le rayonnement divin fut visible » pour 
ses contemporains. Gomme le Prophète l'avait été pour son 
temps, selon les exégètes* du verset Qor. XVII, 83. — Ces 
exégètes traitent longuement du principe de l'Ana al I.Iaqq », 

— de « la question de l'Ana al Haqq ». De telles paroles 
viennent aux lèvres du Sage quand il s'aperçoit qu'il « réa- 
lise »^ le « tawhîd », qu'il en est tout « teinté ». C'est Dieu 
qui, par sa langue, articule alors « Je suis la Vérité! », — 
consolidant le Sage dans l'unité divine^ sous les feux vain- 
queurs de la « wahdânîyah ». En Dieu, le Sage, alors ne voit 
plus ni âme, ni créé, ni différence (f" 151^), il veut proclamer 
le « moi » (anânîyah) divin, quoiqu'il n'en possède pas l'au- 
torité (roboùbîyah) , et comme il voit Dieu sous un aspect équi- 
voque (iltibâs) et qu'il n'aperçoit plus d'autre obstacle (bay- 
noûnah^) à la vision simple que son propre « moi », — dominé 
par la réahlé de Dieu, — il revendique la pure autorité divine 
(en disant « Je suis la vérité!). De fait, alors il n'est pas diffé- 
rent de Dieu, — car il est tout occupé de Dieu en Dieu, ras- 
sasié de la lumière du « tawhîd », au point que le « tawhîd »^ 
lui devient l'impiété (kofr)^ et réciproquement. . . Dieu est son 



1. Dieu, selon le terme préféré des soùlîs. 

2. CIr. ce qu'il en dit dans son tafsîr, in 0"'- XLI, 53; XLVIIK lO. 

3. Dilemme « sharî'ah-haqiqah ». 

4. Soûfîs, cfr. Kasirqî (ici, infrà). 

5. Tahqîq. — C'est le lieu dit « lahqiq (al) anânîyah ». 

6. Tamkîn (al) tawhîd. 

7. Littéralement « séparation » , cfr. le vers d'al Hallâj « Baynî.. . » en note infrà. 

8. Formule musulmane de Finaccessibilité de l'unité divine. 

9. Puisqu'il se sent « transformé en Dieu » : cfr. cd qu'en dit al Hallâj in 
extraits ap. ms. Londres, 888, 1° 339b. 



96 co.mmentaihl: des « tawÂsîn » 

lieu (aynîyah)... Alors, le Sage dépasse avec Jésus les 
« voiles* du Royaume », — et la forme- d'Adam échappe aux 
marques de conlrainle% car sa charpenle humaine ainsi mise 
à l'ombre d'une muraille, — ne périra pas, comme toutes les 
choses contingentes, au grand soleil de la destruction*... 

30°. Dans l'ensemble de ses Taicâsin, Hosayn décrit Iblîs, 
devenu (par sa condamnation) le contraire de ce qu'il était 
lorsqu'il s'appelait 'Azâzîl, — au moyen de comparaisons 
(( .*xj >», (( obscures ». 

(( -vl ^^.'-^ j^ " Ce qui veut dire : de son étal initidi 

qui était «< shaqàwah » (malheur), — il n'est pas parvenu à 
son étal final, qui est « la'nah » (malédiclion), car son 
« malheur » n'est autre que sa « malédiction », et récipro- 
quement. 

3r « , ►i~.,U ►i.^.H^ M. c'est-à-dire '< Iblîs sortit du 

feu, — et parut être lumière : mais sa lumière était chose 
empruntée, — aussi dul-il sortir, hors de la lumière, comme 
contraire à elle ». 

« ^J^ij-^^ J*;^* ". G'esl-à-dire : - tlambanl du feu de 

la malédiclion " : le " tj^..j*^ •■ c'est la llamme tlambante de 
la haine. 

(( (ji^jy jy *' c'est la " lumière de la science »>, empruntée 
(par Iblisi à la lumière de la Tablette. 

32" u ^:r^'/V (.S76-) » : c'est-à-dire : la mort subite (;.'^) de son 
pouvoir (^9), — sombré dans l'erreur. 

« .Ml , iaLi» . , >iu-6« Isr^ » : c'est-à-dire : <« c.U-^ J=s-' 

MM 

ja.s ^s^ j:i » : z= « le lieu où iblîs agonise de soif est le lieu 
même où coule l'abondance ». <» j^j S^^ » '■ c'est-à-dire : 

1. Ms. ^\^ : du (< O^îLLo ». 

2. Il s'agil ici de la « lorme spirituelle ». 

3. j4^ : coalrainle divine. 

4. Al Raqlî ajoute ici « *-^^j .xJis. cL1s».\ :^^ », citation précédée de « Dieu 
a dit...» : elle n'est pourtant pas corani'iue. 



l'A H AL-15AQLÎ 97 

« j)aj ja>[^ ^^=^ ^'^ (T^-^'-f » = son « bâtin » qui était le con- 
traire de son « zàhir ». 

,< hji ^«>^ ^^s>\j^ )) : c'est-à-dire : « i_»j ^^y j^a^L^ » 
— « Il crie sa douleur... parce que le feu le brûle! ». 

« >5_aj J.sT'' ^J^''J^J-^ » : c'est-à-dire : « j>jj ^^^-^ ^jI^s:* » 
= « Sa timidité (prétendue) n'est que simulation (puisqu'il a 
été expulsé) ». 

<( hjj .Ujl ïLsc w^.^ j-i » : dans l'alnme son aveuglement 
n'est que ses propres rêveries (d'orgueil)... 

« "uj^ )) : c'est-à-dire : (el) ses vanleries, trompe- 
ries, ruse et fourberie ç-U^ 3 fy '^y. j['^'^ j {jd^- 

« !2jl» » : c'est-à-dire « : ! '^y (^>-^^ » : le voilà, tel qu'il est 
vraiment! ». 

33*^ (^ 109^) « U-oj ^\ L> » : c'est-à-dire : « Si tu 

abaisses l'œil, hors du mystère divin (ghayb), — et si tu 
cherches à « t'imaginer Ion imagination » (wahm), — comme 
r « imagination ^> (wahm) est le « souci » (liamm) du cœur, — 
et n'est autre que la « suggestion » (waswasah) (f° 110^) de 
Satan, — ainsi, c'est l'état même de Satan que [tu connaîtras 
dans] ta propre « imagination » (wahm), [dans] ton propre 
« souci » ! 

«... U c:^«^jj » Si tu connais ainsi l'état (hâl) particulier 
d'Iblîs, toi tu auras le cœur brisé, et tu tomberas du chagrin 
du châtiment dans le chagrin de l'anéantissement. 

34° « -îj-s^f ^^O'V"^ -5' '^ ^^^- ^^^ ^^ telles paroles, il veut 
dire que c'est avant ^ la transformation de son sort qu'Iblîs 
était ainsi. Mais maintenant Iblîs est dans un état tout opposé, 
comme l'ont dit Dieu (dans le Qorân) et le Prophète (selon la 



1. Al Baqlî semble ici solliciter le texte, pour le rendre orthodoxe. Car al 
Hallâj adopte ici visiblement la terminologie des Ivbârijites et Mo'taziiites, 
pour qui un « mowahhid » peut être damné (théorie du péché mortel et de 
la foi, cfr. farq, d'al Baghdâdî, 98). 



98 COMMENTAIRE DES « TAWÀSÎN )) 

Tradiliou;. Et c'est la tout cd que dit J.Iosayn sur le « lalbîs 
Iblîs'» etl' « illibâs ». 

35" (Nous insérons ici le commentaire du § 35, qu'ai Baqiî 
donne f" 108% avant celui des 5^5$ précédents) : 

« yji,^jtl^= ... ». Al Baqlî reclifie : il s'agit de la « conlem- 
plalion » de la « hadhrat malkont » i Présence du Royaume 
[de Dieu]), — non de Dieu lui-même. Sans cela Dieu ne dirait 
pas d'iblîs ce qu'il en dit in Qonhi II, 32. Au début, en etTet, 
étant obéissant, Iblîs jouissait de la « contemplation ». (^esl 
un sentiment de haine qui lui fit refuser d'adorer Adam, 
visiblement élu pour les « tajallî » et « tadallî » divins, 
de l'essence et des attributs divins, cfr. Oor.. W, 20. Seul 
Adam possède le « très spécial rayonnement de l'essence 

divine », « ^> Jl=^- ^-^' », — <'t iMeu a dit qu'il l'avait créé 
de « ses deux mains » [Onr. XXXVIII, 75), « qidam » et 
« baqâ » (« absolu » et « pérennité »), cfr. le i.iadith » : 

« Ul.^ ^Jr^.J^ '•■^' ^^ A?l ^^ », où les « quarante matins » 
signifient « quatre mille ans ». Là-dessus, al Baqlî if" 108**) 
entreprend un commentaire étendu de Qor. XXW'III. 71-75, 
sur la création d'Adam, au moyen de « boue prise au dessous 
du Trône »... 



VII. Til Siii al mashîyah \f/. /"-.5"^. 
jo_2o (^fi) jQQaj iiosayn exprime ici, par ces [quatre] cercles 
[enfermant] quatre degrés [inaccessibles de la science divine], 
que « personne ne peut prétendre à la science de : la 
volonté prééternelle (mashiyat azal), — de la providence 
absolue (bikmat qidami, — de la prédétermination pérenne 
(qadar bàqî), — et des sciences des connaissables, en Dieu ». 
Moi-même, prétend Iblîs, j'ai su, par ces quatre sciences 
qu'elles concluent à mon châtiment, que je me prosterne ou 

1. Le talbts Iblîs, d'Ibn al Jawzî (ms. As'ad Effendi, n' 1641) n'a que le 
litre de commun avec celle théorie l.iallàjiyenne. 



PAR AL-HAQLÎ 99 

non. Sur la Tablette de la « mashîyah », il est écrit que je 
suis un « impie » (kâfîr), — sur celle de la « hikmah », un 
« maudit » (maroûn), — sur celle de la « qodrah », un « ré- 
prouvé » (matroùd), — et sur la « Mère du Livre »', « un 
aveuglé » (mahjoub). Ainsi donc, si j'écliappe à la première, 
ce sera pour tomber dans la deuxième... cfr. Qor.^ YI, 18, 

et le proverbe « J^A^' J,i ,j^^ j,* U> Jii3| ^àa. ». 

3° « !Î^j — ^j% )). Le premier « Non! » est négation 
(nafî), — le second « Non! » est dénégation (johoûd), — le 
troisième « Non! » est prohibition (nahy), — le quatrième 
« Non! » est ignorance (nakirah). Si je reste, pense Iblîs, dans 
le premier « Non! », cela me mène de la dénégation dans 
la négation. Étant maudit, mon « Non! » me ferait tomber 
du « Non ! » de la négation dans le « Non » (ultime) de 1' « igno- 
rance )), et je n'y veux pas tomber, — car « dans r intime de 
« rignorance » (ï^-Cj ^s^) il y a la a connaissance » du « taw- 
hid »! )) (al Baqlî se sert fort heureusement ici d'un passage 
ultérieur des « Tawâsîn )),k-1'', dont il souligne ainsi la portée) . 
LEn m'en tenant à] ces [quatre premiers] « Non! » [sans y 
pénétrer], — je resterai hors de vue de la « connaissance de 
l'ignorance » ('irfàn nakirah), comme de « l'ignorance de la 
connaissance»^ (nakirah 'irfân) ! Sij'avais appris que me pros- 
ternerme délivrerait de l'épreuve, — je me serais prosterné... 
Mais j'ai su de Dieu^ qu'il veut me rejeter, — je ne suis qu'un 
être contingent, et Lui est l'Absolu... 

Al Baqlî ajoute ici cette réflexion : « Comprends, ô Sage, 
qu'lblîs ici se trouve à portée de connaître ces attributs 
divins, — et que Dieu lui apprend qu'il est rejeté. Il se déses- 
père, — et s'abandonne au sort qui lui est décrété, — en se 
noyant dans la mer de la « main forte » divine (jabr), — car 

1. « Omm (al) Kitàb », ce qui désigne le Qorâti archétype. 

2. Double attribut de la Sagesse divine selon les Tawâdn : infrà A--/". 

3. Par ces quatre sciences auxquelles j'ai prétendu avoir accès. 



100 COMMENTAIRE DES « TAWÂSÎN » 

il voit que son « impiété » (kofr) est double; il a désobéi 
(repoussé Tordre de se proslerner'i, — et il a prétendu avoir 
deviné le secret de la prédélerminalion divine iqadar;, ce 
qui est le secret de l'essence divine elle-même. Cfr. les deux 

m yf w y'' f y ^ ^ yy 

liadîlh : « -ij^ !^ Am j^ ^jjlM » el « jJisj ^ ^5' j'^' ^^ j^ ^jjlM 

y c f " "^yf il y y ^ ^ 

(f" lOQ^*). La « mashîyah », c'est, en résumé, le secret de 
Dieu, et son « autorité >• même iroboûijîyah . il ne convient 
donc pas que personne parle do décliner un ordre (amr) 
divin. Car quiconque parle ainsi, — sous prétexte qu'il con- 
naît la « mashîyah » ', — nie à la fuis l'obéissance due par la 
créature ('oboùdîyahj el laulorilé du créateur iroboûbîyah). 



Vlll. TàSîn al tawliid i/t-l'-Kf). 

[" « ^-s.^... ». Dire « l'alif du cinquième- (/</ = « iNou ! »), 
c'est le Dieu vivant! », cela signifie « l'alif de Sa Majesté 
(kibryà) », car Dieu est grand, exalté, vivant, permanonf. 

3° u jj\ .... J^UI », c'esl-à-dire : la lumière du « tawliid » 
et la lumière de la « wahdànîvah » sont liu/is l'essence divine, 
sont de l'essence divine, S(»nt pour l'essence divine i^seule). 

4° « ^Ji^-j---' ^^j^, » : Dieu, exprime-l-il ici, est « exempt 
qu'«al tawliid» se sépare de Lui ». Le symbole (tig. p. o8 col. i) 
d' « al Nvahdâuîyah », c'est « a/if el ddl » : l'alif. ii-présenlanl 
son essence^ est unique; il |)ossède son attribut* sifah) qui 
est représenté par le dàl ; il est uiiique, isolé dans l'unique 
de la science du « tawliid ». Cet «///'(primordial)* subsiste 
« sur » Dieu, comme les alifs du langage (créé) subsistent 
« sur » lui^. 



1. G'esl-à-dire : que Dieu, dans Sa volonté prescienle, sait que son ordre 
ne sera pas obéi. 

2. Cfr. le § g-:î\ 

3. Qui l'e.xprime. 

k. Le grand alif couciié de la figure. 
5. Cet alir primordial. 



l'Ali AL-BAQLÎ 101 

6° « ...^-=s.y w-û^ ». C'est-à-dire le « lawhîd » est l'allribut 

divin (sifah). 

7° (( ...^J^ iS .ij j^\ ». C'est-à-dire Dieu est « exempt » du 
« Ana » (je), — de mon « Qâla » (persan : « goft » = « il 
dit »), — de mon « tawhîd ». 

10° (f" 110''), «j'associe à une limite» (puisque je définis) : 
c'est-à-dire que Dieu est « exempt » de « holoûl » en aucun 
lieu, — l'équivoque provient du fait qu'on veut Le mettre en 
rapport avec des contingences; des mots tels que « tawhîd, 
mowalihid, mowahhad » sont marqués de la marque de 
l'équivoque, mais en réalité l'Unique est illimité, Il échappe 
aux symboles des « mowahhidîn », car 11 reste distinct des 
expressions mises en œuvre par les créatures « Qui fait allu- 
sion à Dieu est dualiste (zoroastrien), qui symbolise Dieu est 
idolâtre! »', conclut al Baqlî. 



IX. Ta Sîn al Asrâr fi al tawhîd (/-/°-/-/°) : 



1° (f° 110'') : « c^^-i <>jli ... « c'est-à-dire « les secrets de 
l'autorité divine (roboûbîyah) sont contradictoires, — parce 
que la pérennité divine est incompatible avec la contingence 
des êtres créés, — dont aucun n'y a accès ». 

« 'JL^J\ ^ jlj Xi » : c'est-à-dire : « émanent de Lui, retour- 
nent à Lui ». 

« ^j:^^! c. jL jb » : c'est-à-dire : ne Le nient pas, étant le 
tout du tout de Dieu. 

(( ^r^.w! .j"^ ^ic. àj » (fo 1 1 1 J ; c'est-à-dire « ce sont ses pro- 
ductions » (maf'oûlâtj. 

2° « .jL^J\ji\^ ... j^^ » : c'est à-dire : les « dhamâyr » (pro- 
noms) du « tawhîd » représentent des choses créées, — les 
« dhamîr, modhmar, dhamâyr » « pronom, antécédent, pro- 

1. Cfr. l'adage soûlî « ^^ Cjj}'^^ _j ' ^j-^ OjkrL^ ' C^^^^ li^ » 
{Shathiydl f lOib). 



102 COMMENTAIRE DES « TAWÂSÎN » 

noms » ne sont que les « lieux des cœurs » (amàkin qoloùb 
ist), — tandis que Dieu n'en a que faire. 

« «la » Son a hâ )) c'est son « hoûwiyah )>; c'est une « indi- 
calion symbolique » (ishàrah); or Dieu reste par derrière 
toute (( indication symbolique » possible. 

(( ^^ ljA=s.j^ », car toute définition fait entrer dans le 
cercle des choses contingentes; les mondes' ne sont que des 
atomes de sa toute-puissance. 

S'' « . . .jjl iS sij_^\ ^^y i^ )). La réalité du « lawhîd » est 
double, — « lawhid » du Créateur, et « iawliîd » des créa- 
tures. La seconde ce sont les signes divins (àyàt = versets 
révélés, miracles), — la première ce son lies attributs divins, — 
inséparables de l'essence. 

O** La lumière de l'essence se cache à la vue de la création 
sous le voile des « signes » (âyâl) quand elle apparaît. « Où 
se dérobe-t-elle quand il n'y a ni « où », ni « là », ni « quoi » 
(mû), — ni « çà » (dâ)? ». Le « où », en etTet, indique une 
borne (liaylh), — une borne n'est nécessaire qu'aux choses 
conlingentes, cet « où » n'existe pas pour Dieu en Son intime 
(dhimn), — puisque c'est Sa création, comme les « accidents, 
corps, esprits, masses » sont Sa création. 

12° « ..iij.0^ )) Il s'agit des « esprits » des choses naturelles, 
« réunis » aux (quatre) éléments de la matière (kawn). 

« jjj^ )) [sic : ^y-''), les esprits doués de parole (nàtiqah). 

« 6^^^ », brisant la pesanteur des corps. 

« ,jij)ijxkj> » représentent : les « marsoiimât » de Dieu 
(signes gravés, comme un édit royal j. Les alomes des « da- 
wàyr M ainsi unis suivant les siècles et époques^ accidents et 
substances, tous se trouvent subsister en Dieu, avec la tota- 
lité des choses, et Dieu reste indépendant de celte totalité, 
sans « intisâl » qui L'en retire, ni « itiisâl » qui L'y confonde, 
revenant agir, par cette séparation même d'avec les « maf- 

1. Ms, G Cj^-:^; corr. : oV=^ 



PAR AL-HAQLÎ 103 

'oùlât », sur elles, au moyen de ses attfibuls « lajallî, 'ilm, 
irâdah ». 

Déjà, observe al Baqlî, 'Alî avait dit c. ^ ' as^t^ Jà-b 
sXjiA^ » [[^ lU^). Le but de Hosayn en ces «Tàsinal lawliîd >. 
et « T. al asrâr» était d'expliquer par des symboles comment 
« isoler l'Absolu (ifrâdqidam)horsdu contingent (badalh) »'. 

Il a ainsi exprimé elliptiquement (}^y) que tout symbole se 
mue en chose créée, qu'il ne peut y avoir coïncidence de 
l'absolu et du contingent, que leur conjonction dans l'enten- 
dement est inconcevable. Il a montré que « tawhîd » n'émane 
pas de Dieu et ne rejoint pas la créature, — car, en Dieu, 
« tawhîd » est Dieu — , et dans la créature, « tawhîd » n'est 
que chose créée... 

Al Baqlî, développant ce thème, en déduit que la substance 
divine ne peut subir d'inclusion (holoûl) dans le cercle des 
choses contingentes... — « Rien n'est semblable à Dieu » : 






X. Tâsîn al tanzîti [j-t-U''). 

V C'est-à-dire, ici, dans ce cercle, j'ai figuré l'ensemble 
de la foi selon tous les croyants d'entre les hommes doués 
de compréhension ('irfân). 

5*» (( f}:> )) répond à « A^l » ; « ^jU », à « ^Lj » ; [«^jU » à] 

« ^^f )) ; « ^jU » à (( ^_s'»^j' » ; (( yy- » à « si^^xi » ; « jjU » à 
'' J^ »; [''' 112=*] et '' f}^'^ '^ au J-A^v ». Al Baqli donne à la 
suite le § 6°, qui n'est peut-être que la fin de son commentaire. 
12° « i^j C-^b j..=s._jV )). Le but que vise ici (al Hosayn), Dieu 
lui fasse miséricorde! — c'est de réfuter personnellement 
l'hérésie du « holoûl ». — Et manifester ainsi sa réfutation 
des « Iloloùlîyah » n'est pas le fait d'un « holoûlî » ! C'est 

1. Selon le motd'al Jonayd -<■ OJ^\ ^s. ^ jJiJ\ Mji\ ^_^J^\ ». (Qoshayrî, 
Bîsd/aA, IV, 48). " * 



104 COMMENTAIRE DES (( TAWÂSÎN » 

-< extraire l'absolu hors du couliugenl », el c'est agir comme 
les Prophètes et les « siddîqîn », qui ont été préservés des 
hérésies de « lashbih, tamihîl, ]<ayfîyah, holoùl ». 

Aussi, ajoute al Baqlî, pour ceux qui pensent que les Bag- 
dadiens ont tué (alllosayn) injustement, celte phrase donne 
le pourquoi de l'assassinat ultérieur du idialife, et de l'inon- 
dation qui noya Bagdad'. 

10" Ici (f° 112'') ces syllabes sont symboliques; « 'i », de 
« ce qui est » (^i^'->), — « Li », de « ce qu'on a voulu » (i^r^), 
— « i-3 », de « ce qu'on a dit », (J'-S), — f* '-^ », de « ce qu'on a 
qualifié ». 

llosayn décrit ainsi quatre « degrés » (marlabah) : le pre- 
mier, c'est r (( azal », la « préélernilé », qu'il faut entendre 
ici seulement comme le « siècle des siècles ». — non pas 
comme 1' « azal » divin. — Le deuxième, c'est « al mafhoû- 
mât », (( les intelligiijles », c'est-à-dire le créé (khalqi. — Le 
troisième, c'est « al jihât », « les dimensions », c'esl-à-dire 
le « kawn » (matière étendue). — Le quatrième, c'est « al 
ma'loilmâl », « les cognoscibles », c'est-à-dire la science 
(Hm). 

En aucun cas l'esprit qui cherche le chemin de la Sagesse 
ne le trouve (symbole : les quatre « Là » = « Non! » inscrits 
sur la figure), car il est saisi de stupeur. S'il pénètre parla 
porte de la science, c'est la « préélernité » qui le stupéfie. Si 
c'est par la porte de l'idée pure (safà), c'est « l'inintelligible » 
(là mafhoûmàl) qui le stupéfie. Si c'est par celle de la com- 
préhension (ma'nli), c'est « l'inconnaissable » (là ma'loû- 
mât)... Si c'est par celle de l'entendement (fahm), c'est 
c< l'immatériel » (litt. : « l'inétendu » : là jihât)... — L'unilé 
divine subsiste, sans être assujettie aux vicissitudes contin- 
gentes, au connaissable, à l'intelligible, au temporel. 

1. i. e. « Ce fut une vengeance divine », 



l'Ali AL-I5AQLÎ 105 

Al Baqîî donne ensuite une phrase en arabe [55 20"] qui ne 
fait peul-êlre pas partie du texte primitif. 

De même, plus loin, les §§ iS^'-^i" semblent avoir été sura- 
joutées au texte primitif, sinon par Al Baqlî, du moins par un 
glossateur plus ancien. 

(f" 1 13'') Al Baqlî, reprenant la parole (qâla), conclut alors: 
Sage! ne t'élonne pas de tout ce que Hosayn vient d'expri- 
mer et de symboliser ici, à propos du « tawhîd ». Tout ce 
qu'il en a dit n'est qu'une goutte des océans du « tawhîd ». 
'Alî en avait dit bien d'autres encore, lui, dont l'amour 
« chaque fois qu'il plongeait en scintillant dans la mer du 
(( tawhîd », en retirait des perles »... 

Quant au symbolisme des « cercles » (cfr. figures) qu'utilise 
ici Hosayn, il n'est pas contraire aux lois de la Sonnah. 
Dieu ne se sert-il pas de 1' « araignée » comme symbole 
(Qor., XXIX, 41)? Et le hadîlh ne rapporle-l-il pas qu'un 
jour le Prophète traça par terre une ligne et dit « Ceci est ma 
route », — puis une autre, et dit « Cela est la route de Satan »? 

Al Baqlî donne alors la conclusion générale (f° 1 \ 3*) de son 
commentaire; mais, avant de l'analyser, nous intercalerons 
son commentaire des fragments du « Bostàn al maVifah » 
qu'il a cités ailleurs. 



XI. Bostân al maVifih (k-i\ et i^-t^^^j. 

|o jfo jQQbj c'est-à-dire : La réalité de la connaissance 

'irfân) consiste pour l'homme à reconnaître son incapacité 

('ajz) à saisir Dieu dans Sa sagesse même. Car la Sagesse de 

Dieu (ma'roiif) est précisément aussi illimitée que l'ignorance 

de sa créature... 

(f° 167^). Aussi le Prophète, après l'extase, disait « ^'^^^ "^ 

^Iz pLî » et « iCiJ jlJl , ,^ ",! («) ' â^i UJt ,,vP \^ ». Et 

. ^ ^ t^ ''I. 

c'est Aboù Bakr (Siddîq Akbar) qui a déclaré « ^Jp i^f }^ 



106 COMiMKNT.MUr: DF.S (( TAWASÎN )) 

l^K:»^ ^L^bî! ». « No pouvoir comprendre la compréhension, 

c'est déjà comprendre' ! » 

24''-25" (f" 168'*). Al Baqlî, en commenlanl le fameux tercel, 
tant incriminé, d'al Hallàj, « Sobhâna man azhara nàsoûtaho, 
sirra sanâ lâhoûlihi (a)l IhAqibi... », observe que « nàsoùl » 
ne peut faire allusion qu'à la rréalion d'Adam, ot qu'au 
surplus Ilosayn (ibn) Mansoùr s'est juslilié ailleurs, en défi- 
nissant l'Essence de la Sai^esse par ces |)aroles (ici, texte des 
§§ 2i°-25° comparé à Ot»ràn, V, 77 . — Oiiand un homme, 
conclut al Baqlî, exprime, aussi fortement, qu'il « dégage 
l'Absolu hors de la conlingence », comment supposer qu'il 
ait pu, dans un autre passage, se déclarer « boloùli »? 



Conclusion ilu Knnnicntau v . 
(1° llH«j. Texte : 

»srf P iS .jlj.i' * .»LJ';.iv iiisL» JiJ'Jj, J^j; ,jJ'^ . * .,La. .,»=.. 



^-^> 

£ 



v^ ^^ \> \i i«X»^ '►/» ' >_V.O , »>^a;>> ,.,.'' w.»..aw —liai:. ,OS^ .;ji^ 

1. On ue se demande plus « comment » comprendre, quand on a compris. 

2. Ms : ^^-«p»*. Cfr. f° 160". 

3. Ms : wXaLvo. 



PAR AL-BAQLÎ 107 

_j ' *^yi\ [^'^:h-] 'J^^S;^'> w^û^^à^lf [f" 113b] i^STJ! ^^3 ^il'i^ j 

Traduction : 

« Voici terminé, — grâce à l'aide et à la protection de Dieu, 
— gloire à Lui! — le commentaire des « Tawâsîn » de Ho- 
sayn, — en suivant les expressions des mystiques^ elles sym- 
boles des Sages*'. El je pleurais, répandant le sang de l'âme, 
à la lecture de ce « Zand et Pâzand w'' des âmes comblées par 
la grâce, — devant ces paroles que seul égale, magnifiquement 
calligraphié dans la mer de Chine, Erythrée, de l'Absolu, en 
or rouge alchimique, le secret de la prédestination, — devant 
ce discours auquel seule se parangonne la calligraphie des 
secrets de la lumière rouge sur le front des lunes, — devant 
ce « mystère du kolâh «^ cette « attestation du désert de la 
Vision ))% gravée aux feuilles de l'arbre Toûbà'". Ces surnoms, 
je les ai donnés à cette âme (de Hosayn) un jour oii je rétlé- 
chissais à ces chapitres'* du « Docteur Singulier »*-. J'étais 
seul ; par voie de vision intellectuelle,je vis, coiffé d'un Ao/«7i, le 



1. Corr. ; le ms. porte : vJ-^àyi, cfr. trad. 1° 160». 

2. Ms : ,^_^^\, cfr. trad. 1°' 160* pour l'addition [ ]. 

3. Le mot manque ici : suppléé d'après la trad. i° 160'. 




5 cUiL^Jl^ ^y^\ '■ ici opposés à « à^jJCo J-*^- " 

6. cuà^ji.^ J-*\- 'ci opposés à « ^ Jjb\ ». 

7. Allusion à l'Avesta et à son commentaire; sens « livre sacré ». 

8. Pour cette traduction, voir p. 108, n. 2 et 3. 

9. Id. 

10. L'arbre du Paradis_(Qor. XIII, 28). 
H. Les « Tawâsîn ». 

12. « Gharîb » me paraît ici un nom propre (cfr. suprà p. 2). 



108 COMMENTAIKK DES (( TAWASÎN )) 

« shattâh » '. J.Iosayn ibn Mansoùr : el il me lélicita, dans la 
langue de l'au-delà, — avec des mois qui perlaient tous; el, 
(f° 113^), pour terminer, il me dil « Tu as connu ce que c'est 
que le kolâh-, et tu as franchi le désert de la vision! ». A ces 
mots je me réjouis, — comprenant qu'il était satisfait de 
moi^ 

1. Çoilfi auteur de « sliaih y. sentence à double sens. 

2. Qormos. syn. arabe du persan knlâli, — désigne le bonnet pointu porté 
par les derviches; c'est aussi la tiare royale mise selon l'usape, sur la tète 
des condamnés à mort (cfr. Dozy, Supplément..., s. v. „^^^) : il y a donc 
ici une double allusion : au sens du soufisme. — et à Texéculion d'al Hallâj 
(indication de M. It. A. Nicliolson). 

3. Cette vision d'al I.Iallilj lui survenant pendant qu'il travaillait au com- 
mentaire des « Tawâsin » paraît avoir assez impressionné al IJaqii pour l'in- 
citer à l'examiner à part. Un paragraphe spécial (f" 160») de ses « Shatl.iîyàl » 
lui est consacré, sous le titre, « Sur le portrait qu'il {= al Hallâj) fit de 
nwi » ; en voici la paraphrase presque littérale : « Docteur Singulier ! char- 
meur du cœur! maître de la langue des Sages! est-il vrai? (que lu m'as 
dit : « Tu as connu ce que c'est que le kolâh, el franchi le désert de la 
vision » puisque tu commentes ainsi les termes (nokal) dont usent ceux qui 
aiment l'Absolu? l'rcnds garde à ce que tu dis! Où est maintenant l'àme qui 
s'était laite le monde de l'amour de toi? Où est ce cœur que Ion aniour 
possédait? Voici que lu as lassé les ouvriers du Hoyaume (maikoùt) parcelle 
parole, el que tu as enchaîné les cœurs des amoureux du joug divin 
(jabroùt) par celte énigme! » 

Texte (f» 160" = p. 13-' du ms. Shahll 'Ali p;i?hA) : 



t y 






INDEX DU TEXTE DES « TAWASIN » 



I. — Liste des versets coraniques 
et des hadîth cités. 

A. — Voici la liste des versets coraniques qui figurent 
dans les « Tawâsîn », — sans aucune formule les isolant du 
texte* : 

H, 141 (éï-^°), 262 [d-rf), — VII, 11 (/-//% t>>), — 139 
(/-/5°), — XX, 10(c-^°), — XXlV,3o(a-,^°;, — XXVIlI,29(c-^«), 
38 (/-t>>), - XXXIII, 40 {b-r), — XL, 67 [g-o'^), — XLll, 9 
{e-iO""). — LU, 2 [e-SS"), — LUI, 2 [e-U'-IS"), 4 [e-W), \) 
(b-8\ e-1S\ r3\ S3°), — 11-17 {b-S\ e-14\ f-P)^ — LXI, 4 
i-j^"j, — LXXV, 11-13(^-6'"), — XCIV, 1-3 («-^"). 



1. Cette méthode est une conséquence de !a lliéorie hallàjiyenne de l'ins- 
piration divine et de 1' « 'ayn al jam' », — état où le saint est, avec Dieu, 
dans un « état de rapport » direct, ce qu'un prophète n'a pas; cfr. l'en-tète 
d'un livre d'al Hallâj saisi en 309/922 « f.^^)\ ^^^■^\ ^^ ).. 



110 INDEX 

B. — Voici la liste des hadîlh cités ; qui sont tous relatifs 
au " mirâj » du Prophète (l'ascension nocturne, ou « Isra ») : 
sur lequel la Tradition donne ici des détails entièrement 
différents* de la version classique d'al Bokluirî et autres : 

^f y y /i^ y y /■ y y 

y ^ y " .i y 

Cité par Ibn 'Alà (f 309/922) lajs\r (al Baqli « tafsir », ms. Berlin, 
f" l'iQa, 249''). — Comp. al O'^shayri, /. r. IV, 66; et al r,haz;\lî, 
Ihijù... IV, 178, 

f ï y 

3) « ^yJ^ jS> ^ ' J_.=v! «JUVl ». 

y 
f *,y f 

4. « .^_jJï)l ^^^i> L> » — (cfr. fragment lit d'al l.Iallàj sur cette 
épithèle ap. al Solami lafsh-, in (Jor . XXIV, 37). 



II. — Index 
des mots techniques et des termes rares. 

t 

\ A 

jol : [ùS^) J.jl, f-il\ 35°. 
» jli'. f-23'; /], f-23\ 

1. Fort anciens aussi; al Solami (-1-412/1021) ne paraît pas avoir inventé 
les traditions qu'il rapportait (cfr. Goldziher, Vorlesungen... 1911, p. 192, 
n. 7, 1); — il n'a fait que résumer les recueils d'al Kalabàili (-{-380 990), 
Bahr al faioâyd (ms. Fàtih, n° 697, et Yéni Jàmi', n" 274) et de Moham- 
mad ibn 'Alî al I.Iakîm al Tirmirlî (-1-285/898), ISawâhr al IK^oûl (ms. Yéni 
Jàmi', 302, Kupriilû 464-465) — , qu'il faudrait dépouiller pour apprécier 
jusqu'où remonte la Tradition çoùfie. 



DU TEXTR DKS (( TAWASÎN )) 111 

J) : i.^J\, j-26". 

\\, en composition : Jl, a-/^", /0-5", e-S"; ^J^, f^-ô". 
lii : iJl, b 6\ f-23'\ h-l'\ 



s! : ïl (exclamatif), rf-//", t-i;», 3". 



Jji : jri (opp. à ,^\),a-i2\ 



C^\ : àj!, e-35". 



^j! : rr-M, k-25". 



^i\ : ^jI, è-7^ e-1 l'bis^ 25% i-9\ 



» ,.,LjL e-37». 



i? 



!j.j : lA-Xi (opp. à àjl-^J), c-/^ f 30\ 



^f. ■• 2^^^«-^". 



^^ : 1^9^, a-il". 



^a,jj : à^_^s>ji, f-32\ 

L^} : (isZxàJI) li^i, f-21\ 



J^. ■ ^^^^.^ ^-'^" 



J.XJ : Jjtj (opp. à . ^yi), [-12°. 

,^\i ; j^Jjl_, /" (passim), ^-.2° 



112 IM)EA 

Jo : *^!, /■./4° (opp. àyl), 9-5°. 



^ ■ J^-^' >-^"- 






O-^ ■ <S 



^^ : ^^j, c-5^", r-10", 1,-/3" 



' 7 



(J:î/ '• io"'"^) (J^:!/' '^-•^^". 
JlJ" : <)J)', e-.'iô". 



. 77/ 



Jij' : Jij', /> 



C' 



^ ,/ 



^ :^,-=--\ /•-//■ 



J^^ar?- : Jî^.:3r^, /-^O" 



:5^=w : ^,sr^, h-ô"; ^^, /"-7^ 



Ai=v : .>»i^5r^, /,■ /'\ 



J^^ : J4?^- ^■•<5' 



fjr^-. : ^ï»^, a- S", ?■-//". /,-/,'>". 






7- H 



0'J^=^ : O^i-aw. /-/>" 



7-'^": ^-:^> (sic), a-<^". 

5.=. : II. i.5",j.9% 23"; ^jS^^ /.-/o, ^I^, a-.'^"; ..^Id, A-./^o. 



DU TEXTE DES « TAWASÎN » H 3 



Lfj=^ '■ Lfj^^ ^ ^^'"■ 



^J=^ ■ (^•'^"^' cr-J^^') w?J^^' e-.2()\ 



^^ : ^Js., a-9% d-5<\ (y\ f-?."»" (Ana al Haqq), k-.2()", i-6\ 7'\ 
» lLsl.\ iiiJia^, h- 1'\ 8", d-/"; ( » ) Jlc, /> :i'\ 8"; ( » ) ^^ï^, b-8". 



r^ 




-i.^ : 


-V^l, f-/"- f'\ a-7", 0-7" ; J^s-' 


JJ- 


:j!;-:w-^"- 


J.- 


: j;^, /-i^". 


^- : 


J^, c-j'\ rf.2%yU, j-j". 


V 


: ïiLaw, (•-/". 


-5"^ 


: ^^, g-5". 




,> A/y 



~Z : jlL (opp. à yl), A'-/ /" (opp. à ^i»i) ; />-4", f-4"; jL^!, k-.2". 
J..6. : ^:;L:k,e-.12"; ^i>, k-2o^. 



a- 



^^ 



^1:^ : is.!^, Ij-I'\ C'8"\ ^3■'-'^2-, ''>>'"■ 
: ^'^^, e-.3.5", /•-//", 2,§'\ 

3 : Ji:), a-/o°. 

^^^ 

^O : t-;J->-J (opp. à ♦~l^j), f'-l7"; »jX', c-/". 

^^3 : Jlj^K /i:-^°. 



114 



INDEX 



J^ : 'is3^, e-.3,2°; (JjU^, e-2>2\ 

J:> : yi:>\ (?), h-2°\ JJ^, a-.9", c-/0", /.-?/% J_j3j^, «-9". 



_^^ : j^J), e .'^/% .l^o. 



^j^ : s^°!j> (les trois enceintes), d-1\ e-2"-5\ g-1''-ô\ i-J 3", 14", 






3 /) 



b : b = ^i,b, i-9\j-i!/"{c{r. ^y). 



^^ :^^ (opp. à ^O), /-/,)", e-/^', /.V". 



<:.:> : 



,b, 1-8% j-U", J:i".JS'\ h- 10"; (ol^l ^^), )-V' 



n 



C^j 



: ^^,j\ e-3S\ k 22°; J^ilf^, e-3"\ il;l7j, /.■ / j". 
: ^_y=.^ (J^\V J,l), d-2\f.tl\ 






C-V 



J. 



^J 



X\, f-33'>. 

*^j '*w. ' ^ ' z»-*^)» é-=^", e-36°; ^JLj^j^y, i-l 3' 






(^ 



.oy, /•-//", 3S",j-l 1"; ^\^y,J■l r 






DU TKXTK DES (( TAWASÎN )) 115 



J^ 



j.;j : [ïjj*.)]) jjlj, e-:W". 
r "y':^ 



(^ ^' 



, a.«.w ; , aJ'a.Wj 6-3.-C . 



^js— : .>j3^^, /(passim). 



e^ : ^\^y,a-/'\ 



y^ : j^ (opp. à^-Jo), c-y /", /-7"; j|^~.i, i-/", /:-/". 






x^ t' 



^- : ^r- (j=/j), ^-/^". 



J^ ^^ 



lït^ww * ^(w^-maJ . 7 " ^ 



^sr^ : iJ^çsr-, c-6°, 7°. 

1 c / 



c «* / c. *. 



j^^ : (^i^^^T) .j^.3^1, a-,2», 9"; J^U, Â- 20°. 
• 

"^ : y^lA, b-4% d-4\ 



116 INDEX 






yt-'f 



jyL : 3jU,', (1-9", j 3". 






J-'-? 






-'-'WS 



^Ji-o : .^X^, (•-/"; . ^jj.^ (Aboù Bakr), a- /". 



aU : Jiblko', c-/". 



\ \ ■■ S 



L?»-^, c-8". 






j.^ : f^^, (>/ /"; JLe, ^-.3". 






^ : ^'x^', /■-/<>« 



_^*^ : ^..A^ (opp. à^-), c-//", /-90; ^U-Js, 7-/"; h.-:=', x-Q'\ 






DU TEXTK DES (( TAWASÎN )) 117 



I- T 



(J^^ : iï^^L, e.;^6'"; ^^jjk^, j-^i". 
^r-^^ '• irj^^^ e-37"; ^^^\s?, e-37'^. 
JS : ^S (opp. à J^j!^)^ k-Ui". 
jAd : jA:, d-ô", e-8". 



li z 



j^ : j^\\> (opp, à ïj'--J), >-•'>"; j-»!^ (opp. à (^i=!^j), d -1". 



C 






jJ-o : ^Xxfi, a-2\ ^^y^, d-7o. 

u-f '• ^jj-^ ^-3^^"; ^ij»^, /■•'^/°- 



^f • ^j'^' «-•'■*% ^-5% ^-^°; ^;^ (opp. à 'i3jx^) : k-20''-24<^; 
» ^3jxj>, f-i^r (identifié à « s^SLj ») : e-36\ k-l^-SO'^ 

y 



J_)c : S^j^j^- f-^S% 2(y> (analyse), 30^. 

, c 



118 INDEX 

"^ : J,S%, b-1", c-33". 

> : j^bL, A--:>'; jÙl ^,j-Ui'\ Ji\ e-/7«. 

Jb : ( "JlfO JL-£, e-J"; ^j,Jl_x_>», JLj'_^lJi->» (de Dieu), g-^", k-IO"; 

,> jb, ;■- / .9", k- 10", 20- ; C^j^, iâJii' i i ; d-ih ; > Jb, /.■- / 0\ 



6 67/ 



J^ '■ (c»^X ^ c^") cr^' ''-''■ 



«>-» 






^5 : Joyj, /WV"; i^/» *ic, /t-j"; -^^/^'^ c-^'- 



c^' • J^f^ 



/.•- / (>•" 



J^ : J^j-aà/» (opP- ^ J^-O^) 0.-9". 



DU TEXTE DES « TAWASÎN )) 119 



J*3 : .:lj%*^, i-'l 3". 

jlh : J,a3, :>ya;» (opp. à ^j^y), k-3"\ :>\sii\, c-i"\ -Va'i, k-22°. 



,^ : .li (5j^-^). e-y/", /.-/O'"; (.L^l), è-/», /-/9"; (*^flJl), d-?". 

1 "-^ • 






^ 



-, C> 



■ c • 

■ ^ ^ c ^ 

;aJa3 : ;a.]siLx.^, k-9''. 

<^ ^ 

. . . c ^ 

..^Js : (s_^jla3') v-_^iû^, /"-à"; >>^li, A:-/5o. 
. — / / 
^Is : Ui, a-7o. 

^,y : ,~~.y ^i, 6-7% e-'/6"'\ i»^», 33'^. 



,s' ^ 



Jy : L9 = Jli. j-^^"; J'J, i-7% A- y 5°; ■jL>'^lsj>, i-i2°. 

p9 : ^y (syn. de : soûfis), f 34"; ^^^jW c^Uli* (liste) c-/"; 'i^i, 
e-3 6". 



120 IM)KX 



^ : ^L^en annexion : j!:^, b-b"\ ^Jl^, i^^ . k-'J.'i". 

t 



S : iiil^' /-/6'". 






j-Hh. 



^,S : j^, L-S"; ^,/ (de Dieu), ^-C^^-"; ^^/, hr'. i.1S",j.24^. 



j/. 



bJ : ^ (négalif : les cinq bJ), ^/i". 7-2?°. 






J : i.^;^^ A-/", A•-2(^^ 






. .1/ 
) 

^— *** • X 

^ : j (mîm), au sens de : \^ , «-/.">"; au sens de : ^^j' L> 

L^ : l», i-9", j-19". 
3^: >../-/"• 



bu TEXTE DES « TAWÂSÎN )) 121 



^ : ^^fi, k-i 2o ; ^yf-''^i, a-i". 

• ■£ 

-A/= : JU!, è-5°, 6-4°, 56°. 
iU : j^V» 6-37"; (jJ^V' «-^^% ^7°. 

<" f f '' y ^ 



SJ.J : ^\^, j (litre). 

y y 

J J^ > y ' 

■ f y i^t 

i^àj : (wjài, e-57°; j-.U.j!, ?-^0°, 

Jaïj : ikiLJ (les trois points) : rf-^° (LJ-oW) LLLxJ! (ii;*») : e-/°. 



^ y-e^i : ^ijLà^)) i^)^-i^^, e-32°. 

y 

^^i : ^yU, 6-37°. 
.^j : ijl-^J, (opp. à ^J-^), a-<?°, k-2°. 






y ^ 



10 



122 INDEX 



Jfc H 



y <. fi 



L» : pL», possessif (^^^-;a^M), i-^»; exclamatif/-3 2° (cfr. »!, d-IO°). 

J;^ : i^U, i-1 2°. 

Il' 

— -f -» 

«» : 0,», h-5", l:-2'i"; à.j, 6^, (?-.?,5'^; «_»*_.» », a-/ i", j-7", 1ô". 



• ^ /■ -^ 






ir 






j-=>.. : ^^a... /.•-/«; ^«a...^ Dieu), /'-.'}-/". 



>Xa._. : Jcw, J^l, .Xa-lj, A^j : /<-5"; -^^i A-.'}", i-7», ^o, /4'', 
)) Jowy (opp. à -V=s.y), /-6">\ n-6°'J0°. 






w ? 



?'*J : ^j^y, O-^^j, c-ih\ iâ^, e-^6o,j'9<^, 10% /S«. 



J-^^ : J.^_j (opp. à J-^î), e-/-^'^, /.-/% i-Lsisj, a- 12°. 



DU TEXTE DES (( TAWÂSÎN )) 123 



Jj : ^3j, t-15^ 






^ ^ 



Zi : 'iSliJ (opp. à i»^?^), a-2^ 



OBSERVATIONS 



11 est nécessaire, pour donner aux « Tawâsîn » leur véri- 
lable portée, de rappeler sommairement' les caractères ori- 
ginaux de la doctrine d'al Hallâj, de son c madhab kalâmî », 
— car il ne faut pas oublier qu'il est classé par l'auteur du 
<-<■ fihrist » parmi les « motakallimoùn » : 

1" Théorie de la révélation et de l'inspiration (ilbâm). 

2° Théorie du « Hoûwa hoiiwa » (làhoût wa nâsoùt : boloûl 
alRoûh). 

3 " Théorie du « toûl wa 'ardh » (sayhoûr wa dayhoùr). 

4" Théorie de V « amr » et de 1' «. irâdah » (mashîyah). 

5° Tableau schématique du madhab des motakallimoùn 
Hal'âjîyah. 

1" Théorie de la révélalion et de f inspiration. 

L'orthodoxie sunnite s'est affirmé depuis longtemps qu'il 
n'y a pas lieu de considérer le cas de « communications » 
directes et constantes entre Dieu et l'homme. Les Prophètes 
eux-mêmes n'ont fait que recevoir en dépôt des textes juri- 
diques déterminés, portant un pacte à faire observer aux 
hommes, et c'est ce pacte écrit qui est dans sa plénitude 
leur lien avec Dieu. 

Mohammad lui-même n'a pas reçu ce dépôt directement, 
mais par le ministère d'un ange. Dieu reste inaccessible. 



i. Ils seront exposés avec les développemenis nécessaires dans ma thèse 
La Passion d'al Hallâj, 



126 OBSERVATIONS 

Mais il n'en était pas ainsi pour les soûfîs de l'époque d'al 
Hallâj ; leur école d'ascèse, formée à l'image de la tradition 
judéo-chrétienne, cherchait dans la prière le « contact di- 
rect » de Dieu. On attribuait alors* un mot significatif à 
Ja7ar Sâdiq (f 1 45/762) : il s'était évanoui pendant sa prière, 
parce que, disait-il, a à force de répéter le verset, il avait 
entendu Dieu le prononcer »-. Et le précepte des Sâlimîyah 
était que le croyant, en récitant, devait bien se pénétrer de 
l'idée que c'était Dieu Lui-même qni s'adressait à lui dans 
ces versets, et lui parlait à ce moment même\ Précepte dont 
al Kîlânî s'indignera*, un siècle plus tard, disant que « croire 
que c'est Dieu qui parle par la langue du récitant, — et que 
c'est Dieu que l'on écoute quand on écoule lire le Qorân, — 
c'est admettre le holoûll «^ Et à ce moment-là, les écoles 
mystiques dissimuleront, sous des prétextes « sifatites », 
protestant qu'il s'agit non pas d'atteindre ainsi Dieu tout 
entier, mais seulement tel et tel de ses attributs réels, telle et 
telle des perfections particulières de la divinité que ces ver- 
sets décrivent, et dont la somme n'équivaut pas à l'essence 
divine*^. 

Mais au siècle d'al Hallâj, les mystiques musulmans 
n'avaient pas encore pris conscience du conflit de leurs mé- 
thodes de prière, et de l'orthodoxie sunnite. Pour eux, la 

1. Al Makkî (-j- 380/990) dans le Qoût al Qoloùb, I, 47 (cfr. I, 13). 

jJLso <^jjjô ^^LstL ^j^M^-^ C^.-'.^X.:! ». 

3. Al Makkî, id. id., cfr. encore Ibn Barrajân (f 536/1141) tafsîr in 
Qor. XLVIII (ms. Munich 83, f« 162"). 

4. In Ghonyah..., I, 84. 

5. La possibilité de l'incarnation de la divinité dans sa créature. 

6. Cfr. le mot d'Al Gorgànî (f 465/1072) in Al Ghazâlî Al maqsad al asnâ, 
éd. 1324, p. 73 : « j_^aAJ ULo_j\ ^^S ^^^a..*jJ\ ^ à..^^-:^\ ^U-oN)! o! 



y c ^ 






OBSERVATIONS 127 

prière était bien cette « mise en contact » de l'àme tout en- 
tière avec Dieu tout entier ^ 

Et c'est cette méthode seule qui permet de comprendre ce 
que c'était alors que le a sima » (audition de récitations), — 
l'importance qu'ils y attachaient, — l'éclectisme avec lequel 
ils y écoulaient soit le Qorân, soit des traditions des divers 
prophètes, soit des vers mystiques ou des phrases rythmées 
de leur composition. To-ut cela pour eux, était également 
inspiré, faisait également partie du « tajallî », du « rayon- 
nement universel » de Dieu à travers toute chose vivante 
lorsque parlante. 

C'est pour cela qu'un jour, à la iVIekke, al Hallâj répondit à 
'Amr al Makkî, qui le questionnait sur ce qu'il venait de 
composer : « Cela est comparable au Qorân » -. Ce n'était pas 
un sarcasme d'impiété, c'était le sentiment net de l'avoir 
composé dans un état extatique comparable à celui où Mo- 
liammad avait entendu, pensait-il, ses révélations. 

Ce n'est pas symboliquement, c'est strictement qu'Abon 
'Othmân al Maghribî (f 373/983) écrivait^ : 

-, ^ <M y*i ^ y ^ 

pUw^ .Ji^^ .^>^^ i_jj.jL J! s.V^Xx)\ ^! ^iXJJ) L^c i>a£)' "^ j Vi^^Ji 

« Toutes les choses créées louent Dieu, chacune en son lan- 
gage ; mais nul ne l'entend et ne le comprend que les maîtres, 
les élus du Seigneur, auxquels l'ouïe du cœur a été donnée ». 
Et, plus loin^ : 



3" ^^ .*-'c^j ""^^ J^ ^ ^^<^ i..)\^\ J i>lM ^ (J^-^ 



\. Comp. al Ghazâlî, Ihyâ..., II, 199-2C0. 

2. Ap. al Qoshayrî, Risâlah, éd. Ansârî, IV, 121. 

3. Via al Solamî^ ap. al Baqlî, tafsîr in Qor. XVII, 46-47, ms. Berlin, f 204b. 

4. Id. ap. al Baqlî, in Qor. XXVIl, 16, ms. Berlin, f 278* (cfr. al Qoshayrî 
« Risâlah >>). 



128 OBSERVATIONS 

« Celui qui se confie à Dieu en tout, comprend en Lui loule 
chose et interprète tout; — ii n'est pas jusqu'aux cris des 
oiseaux et aux grincements des portes qui ne soient pour lui 
significatifs et éloquents, comme pour Dieu ». 

Pour ces mystiques, l'alphabet arabe du Qorân et le texte 
du Qorân n'avaient pas cette « prééternelle » précellence 
qu'ils acquerront dans le mysticisme littéral de l'Islam au 
temps d'ibn Wrabî. Pour eux, les lettres étaient choses 
créées*, le Qorân en tant que lexle écrit en arabe était créé. 
Et ils retrouvaient dans leurs extases cet élément divin de la 
parole qui était pour eux le « Qorân éternel ». 

Nul n'a, plus qu'ai Hallâj, marqué ce sentiment dans ses 
écrits. Les « Tawâsîn », surtout, trahissent cette croyance à 
une « conscience supra personnelle du vrai » qui, servie d'une 
très subtile maîtrise de la langue arabe, ferait de temps en 
temps, parler « à la première personne », qu'il s'agisse de 
Mohammad ou d'iblîs, — et dire « Je » au nom de cet « 11 » 
suréminent qui est le sujet par excellence de tout verbe; 
— toute phrase n'étant qu'une variante aciuelle du témoi- 
gnage éternel par quoi Dieu se plaît à s'attester Lui-même à 
Lui-même, — même à travers les humbles truchements qu'il 
s'est créés^ 

1. Cfr. textes significatifs d'al Mohâsibî, d'Ibn 'Atâ, d"al.Hallàj (ap. al 
Ivalâbâdî) réunis et discutés dans mon travail. — Je résume ici, pour mé- 
moire, la position des écoles dogmatiques du temps sur la question du 
« Qoràn Kalâm Allah ». D'abord les deux thèses extrêmes, mo'tazilah et 
handbilah : la Parole de Dieu, c'est le texte littéral du Qorân : créé selon les 
uns, incréé selon les autres — Ibn Kirâm pose une distinction : le Kaldm de 
Dieu est incréé, — mais ce n'est là que sa puissance virtuelle de créer en sa 
propre essence son qawl — Ibn Kollàb élabore le concept qu'ai Ash'arî et 
al Qalâiiisî préciseront: celui de Kalâm nafsî; lui seul est éternel en l'essence 
divine {azaiî, dit Ibn Kollàb, — qadim, dit al Qalànisî; contre al Ash'arî qui 
le met hors de l'essence; cfr. Tmvâsîn, 1, 9). 

2. Cfr. théorie du « kalâm » et de 1' « amour primordial » selon al Hallâj : 
fragment traduit parai Baqiî ap. Shathîyât (f»» I71a-174b : cfr. infrà). 



OBSERVATIONS 129 

2" Thf'orie du « Hoùwa hoûiva » [lâhoût wa nasoût). 

Al llallàj, tout en affirmant la Iransceridance de l'idée de 
Dieu', n'entendait pas du tout qu'elle (ùt inaccessible à 
l'homme. Et, de la vieille tradition judéo-chrétienne con- 
servée dans le Qoràn-, et déclarant que « Dieu avait fait 
l'homme à son image » , al Hallàj avait déduit une doctrine de 
la création, symétrique d'une doctrine de la «déification» : 
l'homme admis à s'idenlifier à Dieu en retrouvant en soi, par 
l'ascèse, la réalité de cette « image de Dieu » que Dieu >/ 
avait imprimée. Nous avons conservé plusieurs fragments 
hallâjiyens qui ne laissent à cet égard aucun doute. Dans le 
plus étendu^ al llallàj expose ceci : antérieurement à tout, 
avant la créalion, avant sa science de la création, Dieu, 
dans son unité, s'entretenait avec Lui-même en un discours 
ineffable, contemplait en elle-même la splendeur de Son 
essence : et cette simplicité radicale de son admiration, de 
son acclamation devant elle, c'est l'Amour, « qui, dans Son 
essence, est l'essence de l'essence »*, au-dessus de toute 
modalisalion en attributs. Dans son isolement parfait (infi- 
râd), Dieu s'aime ainsi, se loue et rayonne (tajallîj par 
l'Amour. Et c'est ce premier rayonnement de l'Amour dans 
l'absolu divin qui détermina la multiplicité de Ses attributs et 
de Ses noms. 



1. Gfr. Ta Sin al tanzîh (ici, p. 63). 

2. LXXXII, 8, elc. : malgré le visible danger du « lasiibîh » possible. Aussi 
le sunnisme essaya-t-ii, avec Aboù Thawr al Kaibi (.../...) de prouver que 
dans cette tradition «■ à^L^y^ ^s. » le « hà » se rapportait à Adam, non à 
Dieu. Mais Ibn Ilaubal rappela le hadîlh « 'alti. soùrat al Rahmàn » (Qoût.., 
I, 168) cfr. al Tirmi(jî {khatam al awlîyâ, quest. 143). 

3. In al Baqli Shathîyât I"* 171^-174''. Gfr. fragments ap. al Solamî tafsir, 
in Qor. 111, 16, ap. al Baqlî taf'dr, ui Qor. VI, 19; et sa proposilion con- 
damnée in Ibn al Dâ'î, tabsirah... 402 : y ^ C^^\ ^^^^ Jljl j> \^^ 

4. Texte d'al Hallài. 



130 OBSERVATIONS 

Dieu, alors, « par son essence, dans son essence », voulut 
projeter hors de Lui-même pour la regarder* sa joie su- 
prême, cet Amour dans 1' « infirâd » (isolement), afin de lui 
parler. Alors, Il regarda dans la préélernilé ( azal), et y amena 
du néant une image (soûrah), image de Lui-même, de tous 
Ses attributs et de tous Ses noms : Adam. Son regard divin 
fit de celle figure (shakhs) Son image pour toute l'éternité à 
venir, Il la salua, la glorifia, l'élit, et, comme II rayonna par 
elle et en elle, celle figure (shakhs) créée devint « Hoùwa 
hoûwa », « Lui,, Lui\ »'^ 

Al Hallàj a résumé cela dans un tercet célèbre^ (^^) • 

y y -^ f y f ^ y /'' "i- / y ^ ^ 



, -A es. 



a Los à (Dieu) qui a fait voir (aux anges) que Son humanité 
était le mystère de la gloire de Sa Divinité étincelanle! Et 
qui, depuis, S'est montré à Sa création, sous la forme de 
quelqu'un qui mange et qui boit! Si bien que Sa création a 
pu L'apercevoir, — comme sous la paupière filtre un clin 
d'œil! ». 



i. Comparer fragments d'al Hallâj sur la création d'Adam, ap. al Solamî, 
tafsîr, in Qor. V, 23; XXIII, 12; LXIV, 3; LXXXII, 8; et ses définitions, 
d'après Ibn Fâlik (in ms. Berlin, 3492, f. 42; recopiées in Hait al romoûz... 
d'al Maqdisî). 

2. Selon les Harirfyah Jésus dit : que Dieu, désirant contempler Sa propre 
clarté, créa Adam comme un miroir, où voir Jésus, qui est Sa clarté. — (Ibn 
Taimiyah in t. XXVI de son tafsîr al Kaivdkih, ms. Damas, Zàhirîyah, 151}. 

3. Qu'Ibn Khafîf (f 371/982) malgré ses sympathies pour al Hallâj, regar- 
dait comme impie (cfr. Ibn Ràkoûyeh, et al Daylamî; Bibliogr. 362-a-1â"). 
Commentaire monisto de Dâoùd al Qaysarî {\ 751/1350) (in Sharh al Fosoûs, 
c. VIII, f" 263*) : la « nâsoùt » de Dieu est double, c'est d'abord le macrocosme 
(l'univers, qui est éternel; mystère de la « làhoiU »), puis c'est le micro- 
cosme (hoûwa hoùwa = al insàn al kâmil), apparu, à la manifestation (zo- 
hoûr) d'Adam (cfr. Bibliogr. 53i-c-l°). 



OBSERVATIONS 131 

Le premier vers fait allusion à la scène où les anges furent 
appelés à reconnaître en Adam le « Hoùwa hoùwa ». Les vers 
suivants appliquent la théorie du « shâhid al ànî » à la per- 
sonne de Jésus'. L'ensemble du tercet témoigne des essais 
qu'ai l.lallâj fit pour « naturaliser »-dans l'Islam arabe une 
idée empruntée au vocabulaire Ihéologique du chrislianisme 
syriaque% — l'idée de deux natures en Dieu, la « Lâhoût » 
et la « INàsoût ». Ces deux termes chrétiens désignent en effet 
les (' deux nalures » du Christ, Verbe Incarné*, — Su nature 
divine, éternelle, — et la nature humaine qu'il assuma par 
l'Incarnation. 

Selon al l.lallâj % suivi en cela par les Sâlimîyah, ce qui est 
important*^, — c'est sous sa « nâsoût », sous sa « forme hu- 
maine yy que Dieu viendra juger les hommes au dernier jour. 
Idée qui semble d'origine chrétienne, comme le singulier 
hadîth admis par al Ghazâlî' sur l'immolation de la Mort, au 
Jugement, sous la forme d'un bélier tacheté^. 

Pour al Hallâj, « nâsoût » exprime bien toute la « nature 
humaine », corps et esprit, — oh, comme il le disait, en 
« longueur » et en « largeur »^ La « nâsoût » de Dieu c'est 
le « hoûwa hoûwa » lout entier. Aussi la « nature divine » ne 
pouvait s'unir au composé humain que par une sorte de 



1. Selon Ibn Taimiyah (critique, /. c. suprà : fatwa contre les Harîrîyali). 

2. Le premier auteur musulman qui emploie ces deux mots de nâsoiîl 
{= insânîyah) et lâhoût (= ilàhiyah), c'est, je crois,' Aboû 'Isa Moliammad ibn 
Haroùn al Warrâq, philosophe suspect de zandaqah, — en sa réfutation des 
sectes chrétiennes [Radil..., conservée intégralement par Ibn 'Adî, in ms. Paris 
167; cfr. Graf, ChristUch-arabisch. lit., 49). 

3. Il en a emprunté d'autres : « malkoùt, sayhoûr, haykal... ». 

4. Cfr. l'évangile apocryphe arabe reproduit ap. Ikhwân al Sa/â, éd. Bom- 
bay, 1306, IV, 115-117 et éd. Dieterici Abhandlungen..., pp. 601-605). 

5. Ms. Londres, 888. 

6. Cfr. al Kîlànî, yhonyah..., I, 83, et Ibn al Dâ'î, tabsirah..., 391. 

7. In faysal al tafriqah... éd. Caire, 1319, p. 38. 

8. Kabsh amlah. L'Agneau de l'Apocalypse. 

9. Toûl \va 'ardh. 



132 OBSERVATIONS 

« holoiil », comparable, selon ses termes exprès au « holoiil » 
de l'esprit humain dans le corps humain', par une « incarna- 
tion », y « imprimant » Dieu-. La comparaison avec le « ho- 
loûl » de l'esprit humain amène al Hallâj à désigner la 
« nature divine » dans cette « infusion » par le nom de 
« Roûh ))^ auquel on ne peut attribuer dans ces textes sa 
valeur ordinaire « esprit humain, esprit angélique », — ni la 
valeur spéciale d' « intellect virtuel » que lui donnait alors 
Aboû Sa'îd al Kharràz* en faisant du mot « roûh » l'équivalent 
du mot « 'aql » dos traductions des œuvres plotiniennes. Le 
(( roûh al nàliqah » d'al Hallâj est non pas 1' « intellect vir- 
tuel », mais r « intellect actif »^ — C'est une sorte de « per- 
sonne divine », un interlocuteur avec lequel il engage des 
dialogues familiers. Les œuvres poétiques d'al ITallâj ne sont 
que des entretiens continuels de son esprit (roûh) avec cet 
Esprit divin sur leur commun amour. Aucun mystique de ce 
temps ne s'est montré plus familier avec son Dieu, — usant 
constamment du « loi et moi », du « nous », — et cela sans 
aucune transposition des symboles de l'amour profane^ — 
car il n'est pas de poésie mystique à la fois plus ardente et 
plus radicalement « dématérialisée »^ que celle d'al I.lallâj. 

1. Cfr. ici p. 133. 

2. Cfr. le shi'ite Ibn Râboùyeh, ap. rtiqdddi..., ms. Londres Add. 19.623, 
f° 24a. Cfr. symbole dit athanasien (Denzinger, 10* éd., § 40, p. 19). 

3. Textes réunis ap. thèse. 

4. C'est toute une doctrine fort importante : cfr. ai Haqlt « lafsîr », in 
Qor. XVIF, 87; et nos citations d'al Tirmidi et d'al Qahtabî, infrà. 

5. On dirait, en sanscrit; non pas la « bôdlii », mais le « puruslia » (cfr. 
Patanjàli Yoya-Sutra, p. 38 de la trad. angl. M. N. Dvivedi, Bombay, 1890 
— comparer avec l'autre récension, traduite en arabe par Al Bîroùnî, pub), 
partiellement dans son tdrikh al Hind, et dont une rédaction complète figure 
sur les marges du ms. Kopriilu 1589). 

6. Comme dans les robâMyàt d'Ibn Abi al Khayr (f 440/1048, éd. Ethé), 
ou dans les qasîdahs d'Ibn al Fâridh. 

7. « Los âmes amoureuses quittent tous leurs biens, pour suivre l'Amour 
toutes nues », disait en son naïf langage, Jean de Saint-Samson (-j- 163(5. in 
Maxitnes..., Paris, 1051, p. 230). 



OBSERVATIONS 133 

Voici quelques passages de ses œuvres' sur l'amour com- 
mun de ces deux « roûh », — sur le « holoûl » du « Roûh » 
divin dans le « roûh » humain, — exactement parallèles 
d'autres sur l'union du « lâhoût » et du « nâsoiit » : 




a. yy 

« Tu es là, entre les parois du cœur et le cœur, — Tu T'y 
glisses en coulant, comme les larmes sous les paupières! Et 
Tu infonds la conscience au fond de mon cœur, — comme les 
esprits s'infondent dans les corps! Ah! rien d'immobile ne se 
meut sans que Toi, Tu ne l'émeuves par un ressort secret. 
croissant de Lune^, Tu m'apparais aussi bien le quatorze du 
mois^ que le huit, le quatre et le deux! ». 



1. Poétiques, — car la mention de cette doctrine condamnée est rare dans 
les fragments en prose que nous avons conservés de lui; (cfr. in al Solamî, 
ta\sir, in Qor. XXX, 45. — cfr. la « lettre à Ibn 'Atâ » (ap. al Kharkoûshî; 
et al Sha'râwî, tabaqdt..., I, 108). 

2. Isnâd d'Ibn Fâtik in al Solamt tabaqdt, — d'al Za'barânî, in Akhbdr al 
Halldj, — et d'al Daqqàq in al Harawî tabaqdt (cfr. Jàmî, l. c, éd. Lees, 174). 

3. Distinction du « qalb » et du « foùwâd >> : ap. al Makkî, Qoût al Qoloûb, 
I, 113-129. Le « dhamîr », c'est le « Hoùwa ». 

4. Lârî (glose des nafahàt de Jàmî, ms. Paris, persan 227, p. 89) excuse 
cette licence poétique en supposant qu'avant « ithnatàn « on sous entend 
« ba'da dalika ». 

5. L'image du croissant de lune figure dans un autre fragment, en prose 
qu'ai Solamî nous a conservé (ap. tafdr, in (Jor. II, 109) et qui est bien re- 
marquable : on voit, dit-il, le croissant de lune de partout; mais si nous 
enlevons tout ce qui en sépare notre œil, c'est Lui qui regarde (par notre 

œil), ce n'est plus Lui qui est regardé. « L-tlJ ^l-o f>«^ J^ C-oii.j\\ \>\ ^ 

6. Où la Lune est pleine. 



134 OBSERVATIONS 

Il ih)' 

\JiX.> U_.IJL=^ j^Jj c.^"^ * ^^ ^-^^ ^- ^-^^ l/ ' 

a Je suis (devenu) Celui que j'aime, et Celui que j'aime est 
devenu moi! Nous sommes deux esprits, infondus en un seul 
corps! Me voir, c'est Le voir! Le voir, c'est nous voir! ». 

III* 

« La science de la Prophétie est comme la lampe de la 
lumière divine, —tandis que le sens caché de la Révélation 
reste dans son enfeu^. Mais voici Dieu qui insuffle dans ma 
peau l'Esprit, pour m'avertir, — comme Isràfîl souftlera 
dans la Trompette du Jugement ! Ouand II rayonne ainsi dans 
mon esprit pour me parler, — je vois, dans mon ravissement, 
Moïse sur le Sinaï! ». 

^ ^^ — /■ '• — 

1. Ces vers si connus sont attribués formellement à al Hallàj, par al Baqlî, 
ap. tafiir, in Qor. V, 59. Selon Ibn al Dobayttiî (f 637/1239, in Dayl Tûrikh 
Baghddd) et Watwât (cfr. Bibliogr. i22-a-^», o()3-a-20<>), ils faisaient 
partie d'une pièce d'al Hallàj se composant de cinq vers. 

2. Selon ms. Londres 888, f° 336a: cfr. ms. Solaymanîyah 1028, XXV. f. 9. 

3. Cfr. Qor. XXIV, 35. Le « nafkh al Roûh » est précisément la caracté- 
ristique de la mystique chrétienne, dans le tableau des difTérentes mystiques 
que dressent les Ikhwdn al Safâ (éd. Bombay, 1306, IV, p. 107-108; cfr. Die- 
terici, l. c, p. 595). 

4. D'après le théologien ash'arite Aboû Hâtim al Tabarî (f 440/1048). an\ 
en donne deux recensions (in al Khatîb). 



OBSERVATIONS 135 

« Ton Esprit s'est emmêlé à mon esprit, comme le vin qu'on 
mélange d'eau pureM Aussi, une chose Te touche-t-elle? elle 
me louche! voici que « toi » c'est « moi », en tout! » 



f i, y y 



« J'ai introduit mon Humanité devant Toi, en ce monde, 
— tandis que Tu faisais surgir le « Lawlâka ^>^ de la Divinité* 
hors de l'abîme de la sincérité ... ». 

Qu'était-ce que ce « roûh » divin, la seconde personne de 
ces dialogues? La polémique contre le « holoûlisme » d'al 
Hallâj revêtit deux formes. Les uns y virent une influence 
chrétienne ^ — les autres une croyance à l'éternité de 
l'Esprit, conçu comme « l'unité numérique de l'intellect hu- 
main », — idée empruntée soit à la philosophie grecque soit 
à la philosophie hindoue, — destructrice en tout cas de 
l'unité de Dieu selon l'Islam. C'est cette seconde théorie que 
formule al Bîroûnî, en disant que certains soâfîs croient à la 



1. Le mot veut dire aussi « eau de Jouvence ». C'est la doctrine de 1' « im- 
tizâj ». 

2. D'après ms. Londres 888, f» 340a. 

3. Allusion au hadîlh célèbre : « ^\)iN\ cJiX UJ ^)ç^ >> : « C'est à 
cause de toi seulement (Dieu s'adresse au Prophète) que j'ai créé les cieux! » 
(cfr. la revue AX Manâr, XI, 827). 

4. C'est-à-dire : tu viens unir à mon Humanité cette essence nécessaire de 
la prescience qui est divine; ms. : ^^^^). 

5. Dans une analyse très précise du « madliab « d'al Hallâj par al Balkhî 
(f 324/932), in al Islakiirî {Bibl. Geogr. Arab., t. I,pp. 148-149), voici la doc- 

trine qui lui est attribuée : A.-u^-àJ <iU.^ ^ à^.^^.^^^ <^UaJ\ ^^ .^jjob ^-j^ 

. .. «v^ • ... ^ 

^ c w '' '' i>. • \\ fil 1 • T 

... àl}\ J-Jià » 



136 OBSERVATIONS 

coexistence de deux « roùh » l'un créé, l'autre incréé, chez le 
mystique arrivé à la Sagesse' : 

"^ y / 

XSfi J,! J^_j !i>^ >^j^" J Mr^" ^-i^'j^' ^iXJi Ji^ J?' j » 



La polémique sur le véritable caractère de l'Esprit hallâ- 
jiyen, — la « masâlat al roûli » comme on l'appela, fut 
avivée durant tout le quatrième siècle de Thégire par les 
essais de fusion entre la métaphysique grecque de X'aql 
(raison), — et la mystique expérimentale <lu row/^ (esprit)^. 

Nous en trouvons un écho dans al Solamî^ qui nous rap- 



1. Tdrîkli al Hind, texte, p. 34, trad. Sachau, 1910, I, 69; al Riroùnî com- 
pare cette doctrine à celle de Patanjâlî en son Yoga Sidra. Al lUroùnî était 
très informé du soufisme, et p. 43 — (texte, trad. I, 87-88), — il donne, 
à côté de sentences du Sliiblî et du Bi-^tàmi une sentence anonyme sur 1' « is- 
hârah » qui figure sous le nom d'ibn Mansoùp = al Hallàj. ap. al Soiamî tafûr, 
inQor. III, 16, et ap. al Baqiî tafsîr, même verset. — Il ne faut pas confondre 
cette théorie des deux « roùh » avec le vieux dualisme sémitique (et jaco- 
bite) de l'âme sensuelle {nafs) et de l'esprit (roûh), adopté généralement par 
l'Islâm. 

2. Les théologiens orthodoxes n'envisagent plus, à l'époiiue classique, sous 
le nom de « roiih », que l'esprit créé de l'homme, pensant avec al Ash'arî, 
qu'il meurt et ressuscite avec le corps, ou, avec les Kirâmîyah, Saliniîyah 
et Imâmîyah, — qu'il est immortel dès sa création (Ibn al Dâ'î, tabsirah..., 
391, 433). Mais au début le terme « roûh » est plus vague et tend parfois à 
s'appliquer à Dieu. Ibn Hanbal ne ti-anche pas la question : « quiconque dit 
que le roùh est makhloûq, est un hérétique, — et. quiconque le dit qadim, 
est un infidèle! » (id., /. c, p. 433). Les soùlls sont partagés; Aboû Bakr al 
Wasitî (f 320/932) dit que le roùh est la première des créatures en dignité 
(cfr. Yàfi'î, Nashr..., ms. Caire, i° 43»), mais al Ghazâlî semble le dire 
incréé, puisque « qàyim bi (al) dât » (« masâyl okhrawiyah », in Ibn al Dà'î, 
/. c, p. 399). 

3. In târîhh al soûfîyah, extrait ap. al Khatîb (cfr, 230-0-30"). Cfr. le 
chapitre « lî masâlat al roiUi » qui suit immédiatement la réfutation du 
« holoùlî » hallâjiyen Fâris-ibn-'lsà, dans le Kashf al Mahjoûb d'al Hojwîri 
(éd. Nicholson 260-264). 



OBSERVATIONS 137 

porle que son maître, le hallâjiyen al Nasrâbâdî (-[-372/982), 
eut à défendre à ce sujet* la mémoire d'al Hallâj : 



s^^i^ f 



Il paraît impossible de réduire ce « Roùh » hallâjiyen à 
l'entendement, à la capacité de comprendre, à 1' « intellectus 
possibilis », selon la vieille théorie grecque prêtée à Aristote 
par le commentaire d'Alexandre d'Aphrodisias : d'où l'aver- 
roïsme, concluera, après Ibn Sînâ, ses thèses : qu'il n'y a 
numériquement qu'une seule intelligence (intellect virtuel) 
pour tous les hommes-, — qu'en elle seule lésâmes survivent, 
— sans immortalité personnelle, — dans la pérennité im- 
personnelle du panthéisme idéalisle. 

Dans le « Roùh » d'al Ilallâj, il faut voir 1' « intellectus 
agens », — cette chose qui produit l' « allumage » de la con- 
naissance dans l'âme, au moyen d'une image spirituelle qui 
y tlambe^ — allumage qui s'appelle la conscience; l'état 
de conscience étant le premier stade des stations (mawâjîd) 
de l'extase (wajd)*, — où l'on trouve la Vérité, non pas une 
simple vérité rationnelle, — mais Dieu, « celte suprême vé- 
rité subsistante qui n'est la vérité de rien... »^ 

1. C'est seulement le théologien ash'arite Aboû Ishâq al Isfarâynî qui lui 
fit admettre que le « roùli » est créé (Ycàfi'i, Nashr..., ms. Caire, f" 43*). 

2. voO; d'Anaxagore. Cfr. Nazzâm {farq, 119) et Ibn 'Arabî (f'oloùhât... III, 
210). 

3. <<^\-**J\ JdJ" ^;_^ V:^-^ ^_5-^:o », « qui s'avive en flambant dans le 

/' ^ 

subliminal » (al Hallàj, in al Solami fabaqdt). 

4. « Lç,!.^ ,^^\ >^=».^\ ^^ J^2».\_^ » (même passage, ctr. Bibliogr. i/u- 

a-24»). 

5. Cette formule, exactement antithétique de celle d'Ibn 'Arabî (cfr. ici 
p. 183), est celle de S. Anselme (/Je veritate). 

11 



138 OBSERVATIONS 

Et c'est cet « Al Haqq » qu'ai Hallâj célébrait dans les vers 
suivants, qu'Ibn Khafîf (f 371/982) considérait comme la 
quintessence de sa doctrine sur l'union divine* : (^.iaw) 

^ \ y y'' /^ f ' -a^_ ;£> i:» 

■' y y 

« C'est mon Unique qui m'a unifié, par Son propre 
« lawhîd »-, car aucune route n'est la voie qui mène à Lui! 
Il est le Vrai Dieu, elle Vrai Dieu est vérité pour la vérité, 
aussi celui qui s'est velu des vêtements des vérités devient, 
lui aussi, la Vérité! Voici que déjà rayonnent Ses irradia- 
tions éclatantes, — et la foudre scintille^ avec des flamboie- 
ments! » 

La doctrine de la « lâhoût » et « nâsoût », qui paraît avoir 
été propre à al Hallâj, se ressentait trop de ses origines chré- 
tiennes* pour pouvoir prendre racine dans le mysticisme 
musulman. En dehors de ses disciples directs, elle n'a peut- 
être été adoptée que par les Sâlimîyah, car leur théorie, 
stigmatisée par al Kîlânî^ que « Dieu apparaîtra au jour du 
Jugement sous une forme humaine (fî soiiratî adamiyT, mo- 

1. Ap. al Harawî lahaqât... (cfr. Ribliogr. lOSO-a-IS"), qui en donne deux 
recensions; la seconde, d'après Aboù 'Ali al Daqqâq (-|- 405/1014) ne diffère 
de la première, celle d'Ibn Khafîf, que par les deux premiers mots 

« (^iX-^^ j^^asT^^^ )» : « Mon Seigneur m'a fait paraître, au grand jour... » 

(cfr. Qor. x"ll, 51). 

2. Le (( lawhîd » du « shlq », c'est le « tawhîd » de 1' « abîme de la sincé- 
rité », le « lawhîd » tel que la Divinité même le conçoit {Qor. LIV, 55). 

3. Sur la noùr sha'sha'dnî d'al Hallâj, critiquée au procès de 301/913, 
comp. les Nosayrîs (ms. Paris 1450, 13») et les Druses [noqal, 82) : cf. Dozy^ 
Suppl., s. V. 

4. C'est l'objection d'"Omar al Sohrawardî (t632/123i) ap. 'Awârif... IV, 
273. 

") lf« proposition condamnée, ap. Ghomjah..., I, 83. 



OBSERVATIONS 139 

hammadiyî...) » pour juger les hommes, correspond bien 
à ce mol d'al Hallâj que « c'est la nâsoûl de Dieu qui donne 

pux jugements leur forme [y^^J^^ Ij^ ^^^), de même 
que c'est sur Sa lâhoût que les masses s'appuient, atome par 
atome, pour subsister [iJ^^îJ^^ «ji Je ï^jU J^yi)' ». 

Puis ces deux mots disparaissent*, deux siècles durant, du 
vocabulaire soûfî, tandis que les admirateurs d'al Hallâj, sou- 
cieux d'échapper à l'excommunication toujours en vigueur 
contre l'interprétation « holoûlî » de sa doctrine, s'efîorçaient 
de donner des explications rassurantes de son œuvre'. 

Les mots, « lâhoût » et u nâsoût », ne reparaissent -qu'au 
début de noire xiii' siècle, dans les œuvres d'Ibn al Fâridh 
(t 632/1234) et d'Ibn Arabî (f 638/1240). Mais combien leur 

sens s'est transformé ! ( Jj.^) 

dit Ibn al Fâridh* : « Je n'omets pas, dans la « lâhoût », ma 
forme corporelle soumise à la Loi (toute humaine)\ Et je 
n'oublie pas, dans la « nâsoût », lelieu(= mon cœur) oiî surgit 
ma Sagesse (toute divine) ». C'est-à-dire : il suffit que je 
change de point de vue pour m'apercevoir, ici que je suis 
« tout Dieu », et là « tout l'homme »\ « Nature divine » et 
(( nature humaine » ne sont plusici que les deux aspects symé- 
triques d'un même monisme à priori, les deux faces éternelles 
d'une seule et même réalité absolue ; suivant la méthode favo- 
rite des soûfîs postérieurs pour résoudre les antinomies, les 

1. In Ms. Londres 888 f» 339». 

2. Sauf chez les Nosayrîs (ms. Paris i450, 52b) et les Druses (noqaf, 84, 92). 

3. Aboû Ja'far al Saydalânî, par exemple, in Hojwîrî Kashf al mahjoûb. 

4. Naim al soloiîk, vers 455 : selon le commentaire d'al Nâbolosî, Kashf al 
sirr al ghâmidh. 

c / y y i,yy 

5. Cfr. son autre vers, ap. ^aim al soloùk, v. 387 : « cuk.w-> ^lâ 

, s y y - -> <-y iZf i <. y w^ c î' 

y -'^ -^ ' ^y yy ' ' "■ '' 



140 OBSERVATIONS 

deux notions opposées ont élé identifiées. Il n'y a plus, 
comme chez al I.lallàj, celte « différence de niveau » initiale 
qui engendre l'énergie, celte « difîérence de polenliel aux 
bornes » qui détermine le courant, entre le Créateur (al Haqq) 
et son image, le « Hoûwa, hoûwa » qui Le répercute. U n'y a 
plus que deux lermes immobiles, identiques, interchangeables 
par convention. Selon Ibn Arabî, l'homme est « nécessaire » 
à Dieu de la même manière et tout autant que Dieu est « né- 
cessaire » à l'homme, car l'un témoigne l'autre, et récipro- 
quement'. Il suffit d'ailleurs de renvoyer à la critique de 
r c( Ana al l.laqq » liallàjiyen par IIjm 'Arabî* pour les exemples 
de celte théorie. La « lâhoùt » devient chez Ibn Arabî 
l'aspect constant, permanent, inmarcescible, spirituel dans 
le grand tout, tandis que la « nâsoûl » en est l'aspect va- 
riable, instable, renaissant et matériel. Aussi l'école d'Ibn 
'Arabî apporte-l-elle des corrections bien significatives à 
certaines phrases d'al l.Iallâj. Là où il avait écrit, exprimant 
à Dieu qu'il se sentait devenir le « lloùwa hoûwa » : 
« Jj^\j .3 ^ 'ijjs » « c'est Ton « moi » que voici, 
dans mon Humanité! » ' l'école d'Ibn Arabî corrige : 
« ^y^ J.... », « dans ma Divinité! »'. 

Quant an nom même « Hoûwa, hoûwa », du concept hal- 
lâjiyen, il lut graduellement supplanté, sous l'influence 
d'idées étrangères' sur l'univers « macrocosme » et l'homme 
« microcosme », par le nom d' (( Jnsdn Kâmii », 1' « Insàn 
Oadîm » manichéen % 1' « Adam (Jadmôn » de la Qabale, 

1. ïliéotie du « sliâhid >> et » masiilioùd ». 

2. Clr. infrà, p. 184. 

3. Ap. ms. Londres 88R, f" SSQb. 

4. Ap. ms. turc Wien Cal. 111, p. 508, n» 4, f» 13». Ce n'est pas un lapsus, 
car ce ms. contient plusieurs autres pièces d'aï Hallàj, déformées dans le 
même esprit. 

5. Dualité de la « nàsoùt » de Dieu : 1' « insàn al Kabîr » (l'Univers) et 
I' « insdn ul Kdmil » (microcosme). 

6. Cfr. Friediander The Hétérodoxies of the Shiites..., II, lOi. 



OBSERVATIONS 141 

« Homme Parfait, Type d'humanité supérieure ». Le mot 
apparaît au xiii^ siècle chez Ibn 'Arabî*, chez Sa'd al Dîn al 
Hamawî% et devient classique après la publication du traité 
d"Abd al Karîm al Jîlî (fap. 826/1423) qui le prend pour 
titre. Dans le vocabulaire du soufisme moderne, on pourrait 
dire : que le « Tâsîn al Sirâj », publié ici, a pour sujet 
Mohammad, en tant qiC « insân Kâmil ». 

3" Théorie du « tout wa 'ardh » [myhoûr et dai/hoûr). 

« ïoûl » signifie « longueiir », « 'ardh » signifie « lar- 
geur ». Selon al llallâj ici même (cfr. k-16''), — notre enten- 
dement a deux dimensions (extension, et compréhension) ; 
— le plan de sa h représentation du monde » (Weltan- 
schauung) a deux dimensions, — car le principe de contra- 
diction n'est autre que la constatation de la nécessité, pour 
la raison, de procéder par dichotomies. Al ïlallàj ajoute, en 
passant rapidement sur cet énoncé de doctrines qu'il avait 
développées ailleurs, que cette dualité du plan de notre enten- 
dement correspond dans la réalité à la dualité du monde 
créé, monde spirituel, monde matériel; — à la dualité aussi 
du domaine moral, — devoir religieux théorique [fardh)^ — 
et intention individuelle pratique (sonan). 

La théorie hallâjiyenne des « sayhoiir » et « dayhoûr » se 
rattache, comme le dit Ibn 'Arabî, à cette dualité du monde 
créé; le titre de l'ouvrage oh al TIallâj rexf)osait% Kitâù al 

1. In Fosoih al hikam, éd. Hàlî Khalifah, impr. 1891, pp. 258-259. 

2. In 'Oloùm <d haqàijq, ap. Majmoû'at al rasâyl, éd. Kordî, Caire, 1328, 
pp. 494, 495. 

3. Cet ouvrage, cité par al Qoshayrî (« Risàluh », éd. Ansârî, III, 181) est 
bien d'al Hallâj, comme l'alleste formcllemenl Al Sibi, Ibn al Jawzi dans ,sa 
biographie d'al Solami, où il analyse ce passage d'al Qoshayri (in « Mirât al 
zamân », sub anno 412/1021); el c'est par un visible lapsus qu'ai Ansàrî, com- 
menlant al Qoshayrî, a supposé que c'était une œuvre d'al Solamî (/. c). 
Cfr. Ibn 'Arabî, Foloûhdt..., IV, 367. 



142 OBSERVATIONS 

sayhoûr^ fi naqdh al dayhoûr, signifie lilléraiemeiil « Livre 
du Cône d'Ombre où s'éclipse la Lune', sur la deslruclion 
des durées » ; il visait sans doute la doctrine hellénisante 
de l'élernilé du monde'. 

Le fait qu'un philosophe mystique ait ainsi affirmé au 
IV® siècle de l'hégire la « dualité » du monde (spirituel et 
malériel), parfaitement élrangère au primitif Islam', est déjà 
très remarquable*. 

Faut-il supposer de plus, avec Ibn "Arabî, dans la page 1res 
belle où il fait d'al I.lallàj un si magnifique éloge, que cette 
théorie du « loùl \va 'ardh » correspond exactement, chez 
lui, à la théorie grecque islamisée par les traducteurs des 
néoplatoniciens, cidle du dualisme apparent de l'àlam al 
amr (= 'âlam al ghayb = àlam al arwâh) et de T'àlam al 
khalq (z: 'âlam al shalihâdah = "àlam al ajsâm)^ ces deux 
aspects symétriques d'un même monisme panthéiste fonda- 
mental? Le « toûl » d'al I.ïallâj comprend-il dans le « monde 
spirituel »> l'action divine, et l'Esprit incréé, en même temps 
que les esprits créés*? Ibn 'Arabî, monisle, n'en doute pas^ : 

1. « Sâhoûr, sayhoûr » est un mot syriaque (cfr. Lhàn al 'Arab, s. v. 



j4s-^, 143, et j^-^ 50-51), 

2. Et peut-être Ibn al Hawandî. Hàjj Klialîfah (sa/Za/w alwosoùl.. ms. Shahîd 
'Alî pâshâ 1887, f» 94») le décrit ainsi à propos des œuvres d'al Hallâj : 

3. Hadîlh sur les « arwâh », « esprits >', « semblables aux hommes, man- 
geant, marchant... » (selon Ibn 'Abbâs, Mojàhid..., ap. al Haqlî, tnfsrr in 
Qor. XVII, 87). 

4. Ce n'est que plus tard que l'ash'arisme. faisant sienne la doctrine des 
« Roùhiiniyîo », distinguera formellement le « 'àlam roùhàni » du « 'àiam 
jismànî » (cfr. Shahraslànî, éd. Caire..., II. 9i scq. 104, 106). 

5. Al Fàrâbî Posoûs fi al hikmah, éd. Dieterici, p. 71. 

6. En ce cas. « toùl » serait chez al Hallàj l'équivalent de « lâhoùt », et 
m 'ardh » de « nàsoùt >-. Mais nous voyons, par les Tawâiin elles-mêmes, 
qu'il n'en est rien; la Divinité ou « lâhoût », c'est cette « ma'rifah » qui ne 
comporte, nous dit-il, ni « toùl », ni « 'ardh ». De plus, al I.lallàj parlant 
de l'aclion des « horoùf » (lettres) parle de leur « toûl » (cfr. Ibn 'Arabî, 



^.aX." ,.,j ,.,^^i.! J,l >,_,^^1 ' «j_^<{.jj,Ji ^ j^^\ n (./ Jj^\ \ss>j 



y/ ^ > £. 



OBSERVATIONS 143 

c d! / / 

Jyiî j'^ ^J-^3 J ' c^^jjLJi j^^ ^^_^ ij^ ijjj ^^iî ijp ' ^_£ 

« Mystère de la dislinclion des œuvres en « œuvres suré- 
rogatoires » et « œuvres d'obligation » : c'est une consé- 
quence du fait que la science discursive est liée à priori à 
dei/x dimensions, « longueur » et « largeur ». Ah! celui dont 
Jésus est la maladie ne saurait guérir*, car Jésus est à la fois 
le Créateur qui ressuscite et la créature qui est ressuscitée*. 



Fotoûhât..., I, 188); le « toûl » est bien chez lui un terme visant le monde 
créé, puisque pour lui, les lettres sont créées. Mais il est naturel qu'Ibn 
'Arabî, partisan des « lettres incréées », s'y soit trompé. 

7. Fotoûhât..., éd. princeps, IV, 3ô7 : ce passage est une note explicative 
du chap. XX, qui figure au tome 1, p. 188. 

1. Allitération sur « (^^-«*^t^ » et « i_s*^^. », et jeu de mots sur « àls. » qui 
signifie à la fois a cause » et « maladie ». 

2. Jésus est en Islam le type du médecin omnipotent, et Ibn 'Arabî en fait 
l'homme-type de sa théorie monisle, dont le double aspect, divin et humain, 
dérive simplement de la dichotomie qu'une nécessité d priori de notre pro- 
cédé du raisonnement impose pour toute définition. Dans ses Fosoùs al 
hikam, Ibn 'Arabî expose en détail cette théorie en prenant Jésus pour 
type, éd. 1891, p. 254-255. 



144 OBSERVATIONS 

La « largeur » de l'iiiiivers c'est sa nalure (iiialérielle). sa 
« longueur », c'est son Esprit et sa Loi. Voilà la Lumière 
révélatrice de la doctrine des « cônes d'ombre » et des « pé- 
riodes séculaires » ' que nous devons à al T.losayn-ilm-Mansoiir. 
Certes, je nesaclie pas de croyant unitaire" qui ait su <( coudre 
et découdre » ' en parlant de son Seigneur, discerner le 
crépuscule, la nuit et ce qu'elle embrasse, et la lune quand 
elle est cachée, puis classer l'une après l'autre ces données 
complémentaires, aussi bien que lui ! Il fut une lumière dans 
la nuit qui grandissait, — Dieu se tenait en lui, — comme 
Moïse dans le berceau d'osier*. C'est pourquoi al Hosayn- 
ibn-Mansoiir parla de u lâhoùt » et de « nâsoûl », sans se 
rapprocher un seul inslant de ceux qui disent « l'essence est 
unique », et escamotent l'attribut surajouté". Certes non! Le 
mont Fârân*^ n'est pas leSinaïI Lt le foyer n'est pas la lueur! 
La « largeur» (du monde) est limitée, tandis que sa « lon- 
gueur » est romi)re qui l'oboinbre, l'œuvre spontanée et 
l'œuvre d'obligation ^ sont unies dans le même rapport néces- 
saire que [l'homme] qui témoigne, et [Dieu] qui est témoi- 
gné !* ». En réalité cet « llosayn ibn xMarisoiir » moniste qu'Ibn 
'Arabî célèbre ici est bien différent du I.lallâj tel que nous le 
présentent ses œuvres authentiques, ibn 'Arabî, cette fois 



1. Cfr. p. 142. 

2. Entendez ici « moniste ». 

3. Le « jam' » el la « lafriqali » soCifts cfr. Qor. LXXXIV, 16-19; et aussi 
le « Kalâm min Allah sabiKj min qabl an falaq wa ralaq », 282' titre dans 
la liste des œuvres d'Ibn 'Arabî (ap. Tâhir beg, tarjamah hâl wa fadhâyl 
Shaykh Akbar, 2" éd., Stamboul, 1329). 

4. lâboùt; comp. Fosoûs... 391. 

5. C'est-à-dire l'univers, « nàsoiH » de Dieu selon Ibn 'Arabî, ensemble 
des attributs divins : « lieu où réside » l'Esprit omniprésent {Posons. .., 251). 

6. Le mont de la révélation mohammadienne intégrale : opposé à celui de 
la révélation mosaïque. 

7. « Fardh » et « nafal ». 

8. « Shivhid » el « mashhoùd », deux termes que la nécessité logique qui 
les unit rend parfaitement symétriques, égaux, identiques, selon Ibn 'Arabl 



OBSERVATIONS 145 

comme toujours, a « repensé » énergiquemenl la théorie 
qu'il avait analysée. 



4** Théorie de /'amr et de /'irâdah*. 

Al Hallàj part ici des données de l'expérimentation mys- 
tique directe pour résoudre le dilemme si souvent dénoncé 
de la Providence et de la Prédestination, le conflit si souvent 
souligné du bien que Dieu nous ordonne de faire (précepte), 
et du mal qu'il prévoit que nous ferons (décret). Au lieu de 
masquer le conflit, al HallAj l'accepte dans sa force. Il sait 
expérimentalement que ce n'est pas la science, c'est l'amour 
qui appréhende l'essence divine. Ce n'est pas la connaissance 
intellectuelle du décret général porté par la prescience divine 
qui nous « déifiera », c'est l'humble obéissance du cœur 
adhérant à chaque instant au commandement divin. Car le 
précepte (amr) est incréé, tandis que le décret (irâdah=: mas- 
hîyah) est créé'\ Aussi conclut-il en un mot la discussion si 
âpre des scolasliques de son temps' sur ces deux mots : 

« *yi ^^c bijî^i _5 ' s.,s4-l ^^p^ y'^\ » : Le précepte est l'essence 



1. Littéralement : « ordre » et « volonté ». Nous traduirons, pour plus de 
clarté : « précepte » et « décret ». 

2. Cfr. infrà, p. 153. La mise en branle de la prédeslination suivant la 
prescience, c'est la création, — tandis que la mise en mouvement de l'ordre 
suivant la bonté est incréée, prééternelle comme elle. 

3. Là comme pour les questions du « lanzîh », de la y tawbali » et des 
« asmà », on sent combien la philosophie mo'tazilile avait travaillé les con- 
cepts dont al HallâJ se sert. Pour 1" « irâdah » et 1' « amr » spécialement, 
voir les doctrines d'al Nazzâm, al Khayyàt, Mo'ammir..., al Ka'bî dans les 
traités de Baghdâdî et de Shahrasiàni. Mais al Hallàj se séparait d'eu.x en ce 
qu'il affirmait Dieu « khâliq at'âl al 'ibàd » (contre al Jobbâi). Il faut men- 
tionner ici la discussion entre Abort 'Ali al Jobbàî et al Ash'ari sur « la réalité 
de l'obéissance » (haqîqat al tâ'ahj ; al Jobbàî disait : c'est « la conformité à 
Virâiah »; al Ash'arî, imitant en cela al Hallàj, ripostait : c'est « la confor- 
mité à l'amr » (in Haghdàdî, Varq, 167). 



146 OBSERVATIONS 

de runion, le décret est (seulemeni) l'essence de la science. 

Donc « tout cœur^ que la préoccupation de la récompe?7se 
distrait de la sacro-sainteté du précepte (hormat al amr), est un 
mercenaire^ ce n'est pas un vrai serviteur de Dieu »*. 

Cette distinction catégorique entre deux notions générale- 
ment considérées comme des attributs similaires de Dieu fut 
excommuniée au siècle suivant par al Kîlànî', à propos de 
l'école des Sâlimîyah qui l'avait adoptée' et développée, pré- 
cisément en donnant entre autres exemples, le sujet traité 
par le « Ta Sîn al Azal »*. Quand Dieu ordonna à Iblîs de se 
prosterner devant Adam, son précepte était formel, mais 
non son décret, sans quoi Iblîs forcément se serait prosterné, 
puisque, tout ce que Dieu décrète, a lieu, par dédnilion. 
Selon le résumé qu'ai Kilànî donne de celte doctrine, Dieu 
ne veut pleinement (par précepte et par décret) de ses servi- 
teurs que le bien, les actes d'obéissance; quant au mal, aux 
actes de rébellion, Il ne les veut que par décret, non par pré- 
cepte : <( *^ !^ ^, [îi\j\ » : Il veut bien qu'ils tombent, mais 
Il ne veut pas qu'il y ait faute de leur part. Al Kîlânî réfute 
cette doctrine à coups de versets (Qor. II, 254, V,45, Yl, 112), 
affirmant que Dieu veut, directement, et pleinement, la 
transgression. 



1. Ap. al Baqlî tafsîr, in Qor. LIV, 50. « 'Ayn al jatn' » est le terme tech- 
nique d'al Kharràz, d'al Shiblî (cfr. Baqlî, in Qor. XX, 12, LVIII, 22), et d'al 
Hallàj pour « sainteté suprême » ; et ap. al Solamî, in Qor. XXXVI, 21. 

2. Ap. Ghonyah..., I, 83. De même Ibn 'Arabî; et l'équation qu'il établit 
« irâdah = amr », l'amène à confondre volontairement par une autre équa- 
tion le « 'àlam al amr », incréé, et le « 'àlam al arwâh », créé; confusion où 
il est suivi par le soufisme postécieur, par Maqdisî, par Nâbolosî qui cite en 
son commentaire d'Ibn al Fàridh {petite Tàiyah, v. 100), ce vers d'AI 5id- 
dlqî al Bakrî : 

3. De même qu'ai Qâsim al Sayyàrî (t 342/953) : cfr. ap. al Baqlî lafsîr in 
Qor., XXXIX, 9, nis. Berlin, f" 313^. 

4. Extraits d'Aboù al Hasan Ibn Sâlim, ap. Makkî Qoût al Qoloiîb, I, 128. 



OBSERVATIONS 147 

Ibii Sâlim lirait de celte doctrine des conséquences fort 
intéressantes*; c'est ce conflit, disait-il, du « précepte » et 
du « décret » divins, qui est l'origine de Vépreuve {iblilâ), qji 
fait apparaître la muffrance {bald). Dieu ordonne que l'on 
fasse une chose (précepte), et veut que son contraire se réa- 
lise («fecr^^)! 11 ordonne à' ohëxv (précepte), et II en interdit 
la possibilité (décret)\ Al Hallâj l'avait profondément com- 
pris^ : la parfaite science du bien et du mal que l'on est des- 
tiné à commettre (décret)' est amère\ car elle ne dispense 
jamais d'adhérer de tout son cœur à la pratique du bien seul 
(précepte). C'est même dans la possession simultanée de ces 
deux évidences contraires que le Sage puise sa douloureuse 
sérénité : l'ordre de Dieu (amr) est formel, il l'aime, au 
moment oia Dieu le laisse enfreindre, où il sait qu'il l'a voulu 
(irâdah) ainsi! C'est là l'essence de la souffrance (balâ), qu'il 
faut, pour être saint, accepter tout entière. C'est là ce 
qu'Iblis a refusé, ne voyant dans 1' « ibtilâ » (épreuve) que 
r « irâdah w (décret), sans 1' « amr » (précepte)*. Sous pré- 
texte qu'il sait que le décret le condamne à tomber, Iblîs « se 
laisse aller », cesse de lutter pour continuer à obéir au pré- 
cepte, pour « qu'il n'y ait rien de sa faute » quand il tomberai 

Al Hallâj, au contraire, prêchant d'exemple par sa vie, 



1. In Makkî, 1. c. 

2. De là son vers, où de Slane croyait voir un blasphème ; 

« Dieu l'a jelé {irâdah) dans l'océan, les mains liées derrière le dos, en lui 
criant « Prends garde! Prends ^arJe! [Je ne veux pas (amOJ que tu te 
« mouilles dans l'eau! » (Ibn Khallikân, in Bibliogr. ill-a-i"). 

3. Gfr. in al Kalâbàdî (Bibliogr. l43-a-52"). 

4. Infià : f-ii. 

5. Gfr. infrà tout le « Tâsîn al mashîyah » (/t-^°). C'est pourquoi sa 
souffrance reste vaine, parce qu'iiuparfaite ; dénuée de l'expiilion qui la 
sanctionnerait. Iblis soulTre de son impuissance sans jamais la souffrir 
(cl'r. ici pp. 99-100). Le khàrijite Yoùnos al Samarrî avait déjà vu cela 
(Shahraslànî, I, 187). 



148 OBSERVATIONS 

n'a pas reculé; il a accepté la contradiction dans sa force, et 
lui, le juste qui pratiquait les préceptes de la Loi, il a voulu, 
pour prendre mieux conscience du conflit faire siennes les 
transg;ressions des autres, désireux de subir les sanctions de 
la Loi qu'il pratiquait, d'être « analhème » pour prouver son 
amour de l'obéissance. C'est cette conviction qui l'animait 
dans ces singuliers discours publics, prononcés dans les 
carrefours de Bagdad, près du Soiiq al Qatî'ah, devant le 
masjid d"Attâb, ou dans la mosquée d'Al MansoCir, où il 
priait ses auditeurs de l'aider à souffrir, à se faire persécuter 
et supplicier, en le traitant d' « impie », de « kâfir », et en 
le dénonçant*. Tout fait penser qu'ils sont, en substance, 
authentiques; ils prouveraient, d'ailleurs, au cas contraire, 
que les disciples d'al l.Iallâj étaient assez fortement imbus de 
son enseignement sur ce point pour y conformer la trame de 
sa vie et de ses discours publics^ 

A propos de l'idée ballâjiyenne delà « mashiyah » créée, du 
caractère « créé » du décret divin, il faut citer un texte 
décisif, malheureusement altéré par les copistes, et qui al 
teste, parles similitudes qu'il suggère, l'influence qu'eut celte 
doctrine d'al llallâj sur le développement ultérieur de la 
pensée métaphysique au Moyen-Age ; le voici : ^ 






1. Témoignages d'Ibrahîin-ibn-Fâlik, d'Ibrahim al I.Iohvânî. d'Aboû 'Imrân 
ibn Moûsii, etc., dans le recueil Akhbâr al Hallàj. 

2. Cfr. à ce sujet Exod. XXXII, 31 et l'enseignement de saint Paul (Rom, 
IX, 3). Et les théories chrétiennes de la « probalion » de la sainteté par !a 
tentation et même la possession. Cfr. le mot « ysvôiJievoç ûitèp t^iim^ xoiTâpa » 
(Galat. III, 11). 

3. Publié par al Solami (f 412/1021) ap. lafsir : in Qor. XXV, 2. Nous avons 
collationné pour les variantes les manuscrits suivants : Fàtih, 260, 261, 262; 
Walî al Din, 148; Yéni Jàmi', 43; Koprûlii, 91, 92; Hakîm Oghii, 99; Qâdhî 
'askar, 82, 83. Nous ne donnons ici que quelques variantes (cfr. aussi copie 
in al Baqiî tafsîr de Qor. XXV, 2) sans discussion sur l'âge des recensions. 



OBSERVATIONS 149 



J" ' .y'! ^^ l-^jiH. Li;.Jl Jj^i '*^_?^' ' \ySs.l vjj.jju .j.5 <■ a»-,., ixw 

y/ 

y/ i. y ■^ y f y y c yy y ^t 

(( Ulc s. .t, ^ 



Il serait prématuré de traduire ce lexle, dont certains 
mois sont altérés, et qui semble tronqué. Mais cette idée, 
nouvelle en Islâm^ d'un classement des <:io\yv.y.^ des premiers 
principes créés, dont la combinaison constitue le monde, est 
d'une haute importance. Quoiqu'elle parle de « six principes » 
créés, rangés suivant « six aspects », elle paraît inspirée des 
théories émanatistes grecques. Le nombre de « six » se retrouve 
même dans l'exposé qu'Aboû Nasr alFârâbî (f 339/950) a fait 



1. Var. : ^aJ.M (Walî al Din) ; yfc^^l (QA. 82). 

2. Var. : ;.^.>liJ=\ (Fàtih, 260, 261, 262). 

3. Sii; : QA 83. Les autres mss. donnent <*^^y\; Wali al Din : ><v^3.Jl. 

4. Var. : ^X)\ (QA 83). 

5. Yéni ajoute ici : ^_y.c^i.xJ\ ^Ji. 

6. La tiiéorie du médecin Al Râzî, qu'ai Ilallàj connut (cfr. 'Attâr), est 
d'origine grecque (cfr. al Hiroftni lârikh al Himl, chap. 32, p. 163). Dans 
l'absence de repères certains pour déterminer l'influence qui a introduit 
cette idée dans le soufisme primitif, il faut au moins rappeler les dix « sé- 
phiroth » de la Qabalah juive, et les dix émanations du système manichéen 
(énumérées ap. fihtist, p. 332 ; cfr. Vaîshesika hindous ; et les aix degrés de 
la création selon le cheïkhisme {liev. Monde Musulm., XII, 451). Une première 
tentative en Islam avait été faite par le gnoslique Ismaélien Ahmadal Kayyàl 
(cf. Shalirastànî, éd. 1317, II, 18). Cfr. l'oeuvre des « Six Jours » (Genèse). 



1 50 OBSERVATIONS 

un peu plus lard de l'émanalisme néoplatonicien'. Mais le 
premier terme hallâjiyen, « hJ:^i\ », la « Volonté » (au sens 
de « décret »), s'oppose directement, avec intention', au 
premier terme plotinien « Jaxji », « la Raison »'; c'est ce 

dernier, qui, consacré par le fameux hadîth « il)! ,^^ U Jt! 

J^^\ »*, triomphera et s'imposera à tous les métaphysiciens 
musulmans postérieurs*. Et même, au siècle suivant, la théo- 
logie druse identifiera « 'iiJJi\ » et « Ji»)! »M Cependant la 
conception hallàjiyenne de la « volonté », et la réaction 
qu'elle marque contre l'intellectualisme grec trouvera un 
héritier dans le grand philosophe juif Salomon Ibn Gebirol 
(1021 -|- 1058) ^ pour qui Idipreniière éwianatmi est la volonté^ 
(( al mashîyah n^; comme pour son contemporain Bahya-ibn- 
Paquda». 

1. « Dixit Avennasar (= Aboû Nasr) principia. per quae constituuntur cor- 
pora et ipsorum accidentia esse sex gradus altos. Causa prima conlinetur in 
primo gradii : secunda in secundo, inlellectus agens in tertio, anima in 
quarto, forma in quinto, materia in sexto... » (Averroes (Ibn Hoshd) trac- 
tatus de animae beatitudine, trad. lat. Calonymos, Venetiis, tom. X, ad 
calcem, 1562, cap. V : extrait in Tholuck « Die spéculative Triniiàtstehre... » 

Berlin, Dummler, 1826, p. 51). Letroisième c'est JL^\ JXaJ\, le quatrième 
,_j^w_i^\,le cinquième 'ij^^\, le sixième (J,^.y^\ ou iJoi.--JaJ\. 

2. Cl'r. théorie sur V'aql, ici p. 196. 

3. Cfr. ici p. 158, n. 5. 

4. Cfr. Goidziher, Zeitschrift fur Asayriologie, XXII, 317. 

5. Ibn 'Arabî, par exemple (FotoûMt, 1.326); et Kamâlpâshâzâdeh, ta- 
hâfôt (en marge de celle d'al Ghazàli\ Caire. 1321. p. 60). 

6. Cfr. Kitûb al noqat..., éd. Seybold, p. 82. 

7. Sa théorie sur 1' « Origo Largitatis et Causa Essendi » fait penser aussi 
à la théorie d'al Halltîj (« toûl wa 'ardh «). 

H. In Fons vitae, éd. Munk. Je dois cette observation au Dr Goidziher qui 
m'a fait comprendre toute l'importance de ce passage. 
9. Ap. Ma'ânî al nafs, éd. Isaac Broydé. Paris, 1896, p. 13. 



OBSERVATIONS 151 

TABLEAU SCHÉMATIQUE 
du madhab des motakallimoûn Hallâjîyah. 

C'est le premier madhab kalâmî à base mystique. « Ma li 
al soûfîyalikalâm ! « déclarait al Jonayd». 

Ce tableau a élé dressé surtout d'après les 291 fragments 
d'al Hallâj conservés par al Kalâbâdî (« ta'arrof n) — étal 
Solamî (ta f sir, cfr. al Baqlî et sa réédition) \ 

Pour les comparaisons : a) avec les écoles classiques de la 
théologie dogmatique, voir les manuels de Baghdâdî, Ibn 
Hazm, Shahraslânî, et la « tahsirah... » d'ibn al Dàl; b) avec 
Sahl al Tostarî, le ms. Rôpriilii 727; c) avec al Jonayd, le 
ms. Shahîd 'Ali pâshâ 1374; d) avec les Sâlimiyah, le Qoût 
al Qoloùb d'al Makkî; d) il ne faut pas oublier l'influence 
qu'eut le hallâjiyen Fâris, en Khorâsân, sur le hanéfisme 
d'al Mâtorîdî. 

I. — OSOÛL (BASES DOGMATIQUES) 

Classification suivie : les *< cinq bases » mo'lazilites (in 
Mas'oûdî, moroûj... VI, 20 seq.), elles quinze « rokn » ash Pa- 
rités (in Baghdâdî, farq, p. 312 seq.); cfr. aussi le Kitâb al 
shâmil^ mo'tazilî (ms. Leyde, 1945). 

1" Tawhid : 
Shahâdah : inefTable. Dieu seul la dit réellement en nous, 
s'il veut. Penser affirmer Dieu est impie'. 

1. Selon Ibn Khafîi, in fine de l'édition manuscrite des opuscules authen- 
tiques d'al Jonayd par Ibn Sawdagin (f 646/1248) ap. ms. Shahîd 'Alî pâshâ 
1374. 

2. Le détail des références sera donné in extenso dans mon travail d'en- 
semble. 

3. Cfr. infrà daHl (5») — comp. Ja'far Sàdiq selon Aboû Bakr al Wâsitl 
(Baqlî, /. c. in Qor. XLVII, 21), Mordâr (Shahrastànî, I, 88), Harawî (tercet 
célèbre : «( Ma wahhada al Wâhida .. »), Ibn 'Arabî (Sha'râwî, Kibrît..., éd. 

1306, p. 12). 



152 OBSERVATIONS 

jiafi al tashbîh^ (« 'aqîdah » précises, conformes au 
mo'tazilisme et àl'ash'arisme : contre Kirâmîyah). 

sifâl. Affirmation de la précellence de l'essence pure (Hât, 
làhoûl). Les « sifât » sont toutes « azalîyah ))^ (cfr. Mâto- 
rîdî : contre distinction ash'arile : « dâtîyah » incréées, 
« ma'nawîyah et « fi'lîyah» créées) ; mais ce sont de simples 
« awsâf » de l'essence (cfr. ma'ânî ^) deThomâmah, « ahwâl » 
d'Aboû Hâshim : contre la doctrine zàhirite des attributs 
réels, et le compromis concepliialisle d'Iiisbàm ibn al 
Hakam, Ibn Kollàb et al Ash arî). De plus, ces sifât sont 
*< no'oûl al boloùl » : c'est-à-dire que l'essence divine 
qu'elles caractérisent peut « informer » la nature humaine 
(nâsoût) jusqu'à la transformer en divine : au moyen du 
« rouh » (cfr. réfutation ash'arite, in fcmj, p. 325) ; alors la 
« roûyat aidât » (niée par les mo'taziiiles elles imâmites) 
devient possible (affirmée par Basrî, Sahl, Fâris). En dehors, 
tout le reste est créé : la « mashîyah » est créée (cfr. réfuta- 
tion ash'arite, in farq, 325), les « horoûf » sont créées (cfr. 
Mohàsibî, Sahl; et les mo'tazilites : contre les hanbalites), 
d'oii : le texte du Qoràn est créé (cfr. mo'tazilites : contre 
ash'arites). 

2" 'Adl : 

khalq af'âl al 'ibâd. Affirmée, dans une polémique avec 
al Jobbâî, contre le « tavvallod » mo'tazilî. L' ^<istitua/i » divine 
existe, à la fois « qabl al fi'l » (cfr. Dhiràr, et Sahl) « ma'al 
fi'l» («grâce actuelle», seule admise des Ash'arites) et « ba'd 
al fi'l » (les mo'tazilites admettaient seulement « qabl al fil » : 
« grâce habituelle »). Mais il existe un « ikhliyâr al 'abd » (cfr. 
Mâtorîdî contre 1' « iktisâb » illusoire des Ash'arites. cfr. 
théorie soùfie du « kasb » et du « hâl »). 

1. Premier précepte de VHbddah selon a! Jonayd (/. c. IX* opuscule). 

2, Proposition classique du iianéfisme, qui risque de faire conclure au 
monde coéterncl k Dieu. cfr. tabsirah, 390). 



OBSERVATIONS 153 

istithnâ fi alit/mdn: 'mui'ûe (wâsitî, tabsirah^ 406; cfr. lia- 
néfites : contre Ibn Hanbal, al Ash'arî, Imàmites). 

Allah là yoldbb al fîsdd. Admis (comme les mo'tazilites, 
coQlre les ash'ariles, cfr. farq 320) et concilié avec les ar- 
ticles précédents grâce à la théorie de 1' « iràdah » distincte 
de 1' « amr » (cfr. Sâlimîyali*, et déjà Basrî, in Qoût al 
Qoloub, 1, 128; contre Hanbaliles). 

3" Wa'd et Waid : 

tawbah fardh (cfr. Sahl-, comme mo'taziiites, contre mor- 
jites). Tout en affirmant que Dieu, Lui, est sans repentir (cfr. 
mo'taziiites). 

qaboûl al tatvbali wàjïb \ilà Allah (comme mo'taziiites 
d'al Basrah : contre solution mixte des mo'taziiites de Bag- 
dad, et opposition des Morjiles et Ash'arites) : théorie des 
« amrayn » (cfr. Tirmidî, in Ibn 'Arabî, Fotoùhât^ 1, 205). 

4** Asmâ et ahkâm : 

wm, mosammà et tasmiyah^ ne sont identiques que pour 
Dieu (contre Hanbaliles). 

asmâ Allah al ^o'zrnd- : connaissables (contre Ash'arites, 
Imàmites, qui n'admettent que les asmâ al hosnd donnés par 
le Qorân et la tradition). Dire la basmalah, pour la créature, 
c'est comme dire « kon\ sois ! » pour Dieu. 

naql al asmâ (et distinction de kayfîyah, majâz, haqîqah). 
Admis (avec mo'taziiites, contre les deux écoles ash'arites, 
d'al Bàqilànîetd'alRàzî). 

sâhib kabirah^ non pas seulement « fàsiq » (définit, mo'la- 

1. Dieu a créé le monde au moyen de al 'ail (Sahl ; = al haqq al makhloûq 
bthi d'Ibn Barrajân, sâlimiyen; in Ibn 'Arabî Fotoùhdt IH, 86, 491); aussi 
Aboù Tàlib al Makiiî concluait « Laysa 'ala al makhioùqayn dhorr min al 
Khâliq! »; formule qui le fil exiler. Gomp. Ja'far Sâdiq : « Allah noûr là 
zolmah (îhî, wa I.Iaqq là bâtil lîhi, \va sidq là kidb l'îhi » {tabsirah, 422) au 
mot d'al Hallàj sur « al mashîyah », créée « 'ala al noûr » (p. 149). 

2. Déjà Ja'far Sàdiq plaçait la laivbak avant l'ibàdak (Baqiî, l. c. in Qor. 

IX, 113). 

12 



154 OBSERVATIONS 

zilî), mais « monâfiq » (cfr. Brisrî,qui entendait par « nifâq » 
le péché mortel; cfr. QoùL 1, 234, et « S/uimil» {" 126=*), el 
« kâfir » (comme les khàrijites : contre les morjites qui con- 
tinuent à l'appeler « moûmin »). 

iymân^ à la fois « qawl, tasdîq, 'amal » (contre « qawl » 
simple des Kirâmîyali, «tasdîq» simple des Morjites, «'amal » 
simple des Mo'tazilites). L'important pour le « moûmin » 
n'est pas tant d'être un « mowahhid », car il peut être damné 
(cfr. théorie d'al Mordâr, in Shahrastânî I, 88 : contre mor- 
jites), mais un « moliibb » (cfr. Khàrijites, Sahl). L'iymân 
n'est invariable qu'en Dieu* ; croissante chez les Sages, va- 
riable chez les autres (cfr. Fàris, les Sâlimîyah (in al Kîlànî, 
Ghonyah^ I, 71. Sha'râwî, /. cl, 77), al Jonayd, Sahl; contre 
les Ash'arites). 

5° Wojoùb al (( Amr bi al Ma'roùf » : 

wojoûh al (iql wa al shar de l'Imamat : semble affirmée 
(cfr. l'importance de 1' « Imâm 'Âdil » pour Sahl, Ibn 'Atà et 
les Sâlimîyah : cfr. Qoût, II, 125; contre le simple « wojoùb 
al 'aql » des Shî'ah, et le simple « wojoùb al shar' » des 
Zayditeset Ash'arites; avec les mo'tazilites Bagdadiens). 

iimâ\ (pas de documents; Ibn 'Atâ en était partisan). 

shâhid. Théorie spéciale du « shâhid al ânî », découlant 
de la théorie précitée du holoûl^ — et concluant à la formule : 
« al wâlî afdhal min al nabî^ » (texte in Ibn Bâboùyeh rtiqâ- 
ddt... ms. Londres, Add. 19623, f** 24^ — c'est la thèse d'al 
Tirmidî : cfr. : condamnation ash'arite, in farq^ 333). 

karâmât al awliyâ : affirmées (contre Al Jobbàî, Aboù Sahl 
al Nawbakhtîet les mo'tazihtes, cfr. farq, 335). 

1. « Allah iymân » selon Sâlimîyah (in Kîlânî, l. c, I, 71) et Fâris; comp. 
Hebr. XI, 1. 

2. Exemples ; « afdhaliyat 'Isa 'alâ Mohammad » selon al Tirmidî, Qâbidh 
(f 934/1527) et les Khoûbmasîhîs, — « afdhaliyat Ibn Kiràm 'alà Moham- 
mad » selon les Kirâmîyah (tabsirah, 382). 



OlîSERVATIONS lOD 

dalil, hojjah : c'est Dieu seul (Ihèse de l'ijoiiV des docteurs 
soûfîs selon al Kalâbâdî). D'où : la ha y ah et la shafcCah 
n'appartiennent qu'à la divinité seule (contre la théorie de 
la « shafâ'at al nabî wa al solahâ » des Ash'arites* : cfr. farq. 
339); mais Dieu « s'infond » dans les saints. 

tajalli bi al 'ibâdali (Ibn Bâboûyeh, /. c.) comp. Sâlimîyali 
(QoûtW, 86). 



II. — FOROÛ' (APPLICATIONS JURIDIQUES) : 

1° Foroûdh. 2" Nawâfil. D'après al Hallàj et Fâris (mêmes 
sources). 

1" Foroûdh : 

taklif al ^ahd. Il est double : taklîf al wasâyt, taklîf al 
haqâyq. Les « wasâyt » sont transitoires, elles conduisent 
aux « haqâyq » auxquelles seules on doit se vouer. 

isqât al wasâyt Hnd tahqiq al haqâyq. D'oii : possibilité de 
remplacement du hâjj (cfr. l'important fragment ap. al Solamî 
tafsir, in Qor. III, 89)^; fana al shahâdah; fana al dikr^ ; rem- 
placement final du sawm, de la zakât, de toute la « sha- 
rî ah » : par la « haqîqah » (cfr. Bâtinîyah, in /ar^, 336 ; contre 
Hanbalites (obligation absolue des foroûdh, farq, 133). 

tahqiq al Haqâyq : c'est l'adhérence personnelle de la 
volonté à l'ordre divin « à chaque instant » (holoûl khâss). 

2° Nawâfil : 
Leur importance exceptionnelle : tout « fardh » doit évo- 



1. Sauf peut-être al Bàqilânî (Ibn Hazm, V, 11). 

2. Cfr. fatwà de condamnation : al Hallâj dit, pour sa défense, qu'il tenait 
ce principe pour la vraie doctrine de Hasaa al Basrî; ce qui est probable 
(cfr. récit du procès, par Al Çoùli, plus franc que la vulgate d'Ibn Zanjî). 

3. Fana al 'ibârah, al ishàrah. 



156 OBSERVATIONS 

luer en « nafal », œuvre spontanée, non « mercenaire ». D'où 
plusieurs principes : (cfr. afdhalîyat al wâlî, p. 154, n. 2). 

fad/il al fikr 'ald al dikr (comp. Théologie dite d'Aristote, 
172-173; réfutation par al Daqqâq). 

fadhl alshokr 'alà al sabr (cfr. Tirmiflî, Ibn 'Atâ : contre al 
Jonayd) : chez al Hallàj, il implique qu' a al shokr » vient de 
Dieu seul (« oshkor nafsaka 'annî! » lui disait-il). 

fadhl al marifat 'alà al 'ilm (cfr. Nosayris*, contre al 
Jonayd et Ibn Roshd (1520/1126)*). Le mot « alma'rifah » 
n'a pas ici la valeur d' « assentiment », qu'il a dans la théorie 
théologique de la foi (Jahmites, Imàmites), mais celle de 
a Sagesse » divine, de « Gnose » identique à Dieu, et qu'on 
ne possède qu'en l'essence divine; opposée à « 'ilm», science 
discursive. 

1./. c. 16b; cfr. 3b, 8a. 

2. Fatwii sur « afdhalîyat al 'ilm 'ala al wilâyah » (in Kallânî, Salwat al 
anfâs..., Util. Fez, I, 18). 



NOTES EXPLICATIVES 

DU TEXTE DU « KITÂB AL TAWÂSÎN » 



Sur le style des Ta'wâsîn : 

Comme ce texte nous le révèle, — le style des auteurs 
soûfîs prend, dans la seconde moitié du m*' siècle de l'hégire, 
un caractère que les œuvres d'al Mohâsibî et de Sahl n'avaient 
pas encore. Il use délibérément et constamment de tout son 
vocabulaire technique. Mais au lieu d'y apporter la démarche 
compassée et glacée d'un Ibn 'Arabî sertissant avec art des 
formules usées, — il trahit une « hyper dialectique » passionnée 
et véhémente, — marquée par de fréquentes assonances, une 
coupe de phrase faite pour la récitation à haute voix. Ces 
caractéristiques du style hallâjiyen apparaissent pour la pre- 
mière fois, ce qui est bien inattendu, dans les opuscules au- 
thentiques d'al Jonayd\ al Jonayd (f 297/910), qui passait 
pour un auteur mystique très prudent et très réservé, avant 
cette découverte. Je donne ici les premières lignes de son 

^^.JlS "^ j ^i-^^^ '^ j ^JT^ ^ ;.yr^ J-:^^ ^jj^ J--' ' ('•^^-'^ (TÎ-^^ \J> ^^ 
1. Ms. Shahid 'AU pâshâ 1374, IV» opuscule d'al Jonayd. 



< 



158 NOTES EXPLICATIVES 

^^ cL^j! AawU '« ^^ L^s^^" ^i,CU d--;ji^l _3 ' ^~;^ (^ îU^ ' ^^«iJ 

J! Y^^ ^-cf v4,r^ ^r- ^.^^ ,*1-^ ^/^ C^."^^ V ^^' J^ ^>^ 

i^i.1 Ja! 4^ 1^ j ' iiiilj ^=sw j;^ ■^ J • • -2-^=^5 2fJ^c iJ! J J^i- 
U »,:i3 ïL» ' -a..! L-» J-JU^a. iJi -a. J ' ïsT^s-l) Jà2w Ij 5 ) J < ' iiLlaXj 

J.jL.=w J.J! .a..! » l^ Jo.=w U J^^ ' ybJ aUs.! _j s'ilj ij Uj sblL! 

7-/". 

S'zVa/. A la 39* question du Khatam al awlh/à d'al Tir- 
mîdî, — « wa ma al 'Aql al Akbar, — alladî qosimat al 
'oqoùl minho lijamî' khalqihi? », — Ibii 'Arabî répond: 
c'est : al sirâj (ms. 'Omoùmî, majmoû'ah n" 1). 

l-7\ 

Celte théorie de la préexistence de Mohammad^ paraît 
s'être développée de très bonne heure. Devant le témoignage 
formel des auteurs du quatrième siècle de l'hégire, on doit 



1. Qor. XX, 43; puis 40; puis 39. 

2. Ms. : pour jJiJ»J\"? 

3. Qor. LUI, H. 

4. Qor. LUI, 10. 

5. Résumée plus lard dans le fameux hadith « ^^y^ <^^ 3^^ ^ J^^ " 
(cfr. Shahrastànî, II, 125). 



NOTES EXPLICATIVES 159 

admettre qu'elle figurait déjà dans les fragments de « tafsîr » 
conservés chez les soûfis sous le nom de Jaïar Sâdiq^ : 



«... « lîl J»^j J.V j il5! iî J! ^î » Ji£J! ij 

Il est probable que c'est le développement dogmatique de 
cette thèse qui fit accuser al Fayyâdh ibn 'Alî, l'auteur 
d'«/ Qostds, d'avoir soutenu la « divinité » de Mohammad, une 
trentaine d'années avant la mort d'al Hallàj *. C'est peut-être 
al Fayyâdh aussi qui est visé, lui et son groupe^, sous le nom 
générique de « Mofawwidhah » par al Baghdâdî^ en ces 
termes : 



yy 



mais, dans la suite, l'adjonction de 'Alî à Dieu et à Moham- 
mad, comme « troisième modabbir » fait plutôt songer à une 
déformation shi'ite spéciale du courant général d'idées que 
nous signalons. 

Les Sâlimîyah ont partagé les idées d'al Hallâj sur ce point, 
car al Kîlânî les accuse d'avoir soutenu « que Mohammad 
possédait le texte du Qorân par cœur, antérieurement à la 
date de sa vocation w^ 



1. Ces fragments, publiés par le traditionniste Ibn 'Atà (f 309/922) dans 
son « tafsîr », ont été incorporés avec lui dans ie « tafsîr « d'al Solamî 
(f 412/1021), dont le « tafsîr» d'al Baqlî est une réédition. 

2. Sic. 

3. Ap. al Baqlî tafsîr in Qor. XLIII, 81 : ms. Berlin, f» 335=>. 

4. Cfr. textes de Mas'oûdî et Ibn Hazm, in Friedlànder, The Hétérodoxies 
of the Shiites, I, 67. 

5. Et peut-être aussi l'auteur des Taioâsîn. 

6. Farq, éd. Caire, 238. 

7. 9» proposition condamnée, in Ghonyah..., I, 83-84. Cfr. Nosayrîs, /. c , 
fo 54a-b et Wâsitî et Sayyarî (ap. Baqlî^ /. c. in Qor. XXXIII, 56). 



160 NOTES EXPLICATIVES 

Dans les autres fragments d'al Hallâj relatifs à la mission 
de Mohammad*, la théorie de la préexistence est moins for- 
tement accusée que dans les Tawâsin : cependant le frag- 
ment 155 est assez caractéristique, et tout à fait parallèle au 
« Ta sîn al Sirâj ». Al Solamî, tafsir, in Qor. XLVIII, 29 : 

^l*j' Joiù Jla3! ^'f^ J:^^ ^.?t"'' *rj'' j**^/-» c.y'J' iv)^ e,^. J ' *-~'^'if 
,.,A3 ' àL .,Uy3< . iL .Xi^ 3 (Oor. XLVIII, 29) « iJJt J ^. jli^ » 

^ — ^ -^ 

Dans l'idée d'al I.lallaj, Mohammad, — dépositaire de la 
Parole incréée (cfr. ici 1, 9) paraît avoir la double génération 
que la dogmatique catholique affirme de Marie, Mère du 



1. Conservés ap. tafsîr d'al Solamî (in Qor. III, 138; IV, 103; IX, 43; IX» 
129; XLVIII, 29) et ap. tafsîr d'al Baqii (in Qor. XLVIII, 10, fragment 40). 

2. Question classique. Elle suppose la distinction du « nabî » et du 
« rasoûl », admise par les Imâmites, niée par les Zâhirites (Ibn Hazm) et 
les Ash'arites. Al Ash'arî y répondra que : Mohammad ne fut véritablement 
« rasoûl » qu'à l'instant de sa vocation {tabdrah, 435). 

3. Baqiî ajoute : ^. 

4. Ms. Azh., Kopr". 91 : ^J^. 

5. Sic : Kôpr. 91, Azh : à^^^n. 

6. Azh., Kopr. 91 : ^^. 






NOTRS EXPLICAÏIVKS 161 

Verbe : conception prééternelle (sirâj =: nabî) et naissance 
temporelle (risàlah). 

Au point de vue de 1' " union divine » ce n'est plus 
Mohammad qu'il prenait comme type, mais Moïse* et surtout 
Jésus-. Aussi, un jour qu'on le poussait sur Mohammad, il 
déclara ceci' : 

. alii sz-^ç^ ^Jc ii.3rA2S~>>^ ! iJ^J J *C J.,>isr^ v^^;S^.J J J )) a=>>\ tj J 

«... »LjaL*.j U^J^J' ^ vJl^j^ji O^^ ij^ îLJLj ^4-^' <> y-^ \.S^ 
/•y ^ y 

C'est-à-dire : Si Mohammad n'avait pas été envoyé, la 

preuve n'aurait pas été complète [Mais, maintenant^ « Il 

n'y a plus^ entre moi et Dieu, d'entre-deux, — ce n'est pas un 
guide^, ce ne sont pas des signes^ qui me prouvent Dieu! 



1. Cfr. ici p. 163. 

2. Dont il fait le type de la vie parfaite (cfr. l'analyse, très précise, de sa 
doctrine, ap. al Istaktirî, /. c. ici p. 135), suivant en cela Mohammad ibn 
'Alî al Hakim al ïirmidi (f 285/898) qui avait établi la supériorité de Jésus 
« Kiiâtim al wilàyali >> sur Mohammad « Khâtim al noboûwah » (ap. kha- 
tam al awiîyâ quest. 13 et 29; cfr. Ibn 'Arabi, Fotoûhât...^ I, 206, etc.). Cfr, 
sur Jésus les idées d'al 'Ijlî et d'Ibn Hâyît (Shahrastâni, éd. 1317, I, 76 et 
II, 15). C'est le développement du « Jésus » coranique; les soûfîs atten- 
daient le second avènement de. Séms comme le triomphe du véritable Islam. 
(Cfr. Aboù 'Othmân al Maghribî, in Solamî, tafsîr de Qor. XIX, 32). Un 
texte d'al Hallàj [Riwdydt.. , trad. Baqli, in Shathîyât, ms. Qàdhî 'askar, 
fo 144*), nous représente le second avènement de Jésus, chargé d'instaurer 
« la Prière Suprême, l'Aumône Suprême, le Jeûne Suprême, et le Pèleri- 
nage Suprême » sur la terre. Pour ces soùfîs, selon le hadîth rapporté par 
al Shâfi'î suivant Bonân, » */ ny aura pas d'autre Mahdî que Jésus » (in Mâlinî 
-}- vers 430/1038, « arbaHn », ms. Zâhiriyah, XIII, 121). 

3. In Ibn Khamîs al Ka'bî « manâqih... » {320-a- 15°); les vers, dont je 
ne donne ici que les deux premiers, figurent déjà dans le « ta'arrof » de al 
Kalâbàdî (cfr. US-a-iS"). 

4. Un prophète. 

5. M Ayât » signifie à la fois « versets » et « miracles ». 



162 NOTES EXPLICATIVES 

Voici venir le rayonnement des feux divins, qui flambant et 
scintillant m'apportent leur preuve chatoyante, royale!... » 

11-5'^'. 

« Le sens de tout cela ne se réalise pas pour celui qui pa- 
resse, — qui se détruit, un pécheur, qui poursuit ses désirs, 
— comme moi, comme moi! Et pourtant « Il » est comme 
moi. Il est un « moi » ; — ne te dérobes donc pas à moi^ (ô mon 
Dieu!) si Tu es « moi » !... » Al Hajlâj joue ici sur le double 
sens de « ^ji » : grammaticalement « c'est moi », et devenu 
philosophiquement l'équivalent du grec « 10 6ti, to ti ^v eTvat » 
(cfr. Théologie dite d'Aristote, éd. Dieterici, 1882, p. 118; la 

forme féminine a v' >S ^ °'J^''^, est plus employée : id. p. 180). 
Comparer le vers d'al Hallaj, admiré par Nasîr ai Dîn al 
Tonsî : 

c/' VI. 111'' * y c y tx 

y- • uv O- • ç_j o^J •• O- ... ^ ^.. . 

Trad. : « Entre Toi et moi, il y a un « c'est moi! », et il me 
géhenne, — ah! enlève, par grâce, le « c'est moi » de notre 
entre-deux! »; afin = que, dans mon cœur, il n'y ait plus 
« d'entre-deux! »* 

Le mot (( ghamadha al 'ayn 'an al ayn » est strictement 
parallèle au mot d'Aboû'Amr al Di mi sh qî : « ^J^\ ^ ^y^^ 

1. JI-2» : farâsh. cfr. hadîth, in Sayyid Mortadhâ {ithdf, IX, 590 — selon 
Asin). 

2. Var : e^^-^^/. 

3. Var : dlis.-?. 

4. Ibn Taimiyah, critiquant ce vers (in tafsir al kawàkib, 1. c), remarque 
qu'il conclut à demander le fana (anéantissement) : dont deux modalités 
sont impies (fana fï wahdat al wojoùd, fana fî lawhîd al roboùbîyah 'an 
wojoùd al siwà) et une réservée aux prophètes (fana 'an Mbàdat al siwii). 

5. In Hojwîrî, Kashf al mahjoûb, trad. Nicholson, 38. 



NOTES EXPLICATIVES 163 

lI-8\ 

Un passage parallèle, extrait d'une autre œuvre d'al Hallâj, 
qui n'est pas nommée, est donné par al Solamî* comme com- 
mentaire de Qor. IX, 129 : 



^ (.c. s» 



y 

(( i^L/» .£■ iJ.9 « jUb U )) j 

Nous n'avons ici qu'une brève allusion à la théorie hallâ- 
jiyenne de la vmon de Dieu qu'eut Moïse sur le Sinaï, selon le 
récit coranique (VII, 139-140) qui a donné au lexique soûfîle 
mot tajalli, « transfiguration locale de l'omniprésence divine 
sous forme de rayonnement visible pour le saint ». 

Al Hallâj l'a développée ailleurs, en d'importants pas- 
sages qui nous ont été conservés par le tafnr d'al Solamî, 
fragment 69 (in Qor. XX, 26; comparer à l'autre récension, 
conservée par al Baqlî tafsîr, fragment 22, in Qor. Vli, 
139), parles tabaqât d'al Solamî", et par les manâqih d'Ibn 
Khamîs al Ra'bî\ Deux points du récit coranique attiraient 
surtout l'attention des soûfîs : le fait que Moïse avait demandé 
à voir Dieu (Qor. Vil, 139), et le fait que Dieu, quoique inac- 
cessible selon la théologie coranique, l'avait exaucé. Al Hallâj 
les expliquait par sa théorie de Vinfirâd'' : Moïse, en pensant 

1. In tafsîr, ms. Azhar, Kopr. 91. Recopié in Baqlî tafsir, ms. Berlin, 
f" 127a. 

2. Cfr. Bibliogr. {I70a-I3o). Comparer Maikkî,QoiU al Qoloiîb, II, 66. 

3. Cfr. Sha'râwî, tabaqât.... éd. 1305, I, 107; moins la pièce de vers, qui 
n'y est pas reproduite. 

4. Cfr. ici p. 168, comp. thèses sur Moïse de Hasan Basrî, Fâris, et Aboù 
'Olhmân Maghribî (in Baqlî, tafsir, ms. Berlin, fT. 100b, 119a, 222»). 



164 NOTES EXPLICATIVES 

au Dieu unique, s'était tellement unifié, simplifié, séparé du 
créé, que Dieu ne pouvait plus se montrer à lui que dans l'iso- 
lement parfait de sa simple unité : 






! :5^ûj1_5 JsrO [^w] ^^oi >, 



Cette théorie, déjà ébauchée par le « tafsîr » de Ja'far 
Sâdiq', offre, au siècle d'al Hallâj, au moins deux variantes 
intéressantes : celle du « tafsîr » d'al Qâsim al Sayyârî 
(t 342/953), où Moïse, ébloui, puis secouru et « éventé » par 
Jibrâyl et Mîkâyl, parle avec Dieu qui lui dit pour terminer 
« ^xa .iJJ! ■^^\ Ijî », « je suis plus proche de toi que toi- 
même- » ; et celle des Sâlimîyah, que condamnait al Kîlânî\ 
et qu'Aboû 'Olhmân al Maghribî (1373/983) avait exposée, 
expliquant l'éblouissement de Moïse au moment du « tajallî » 
divin par ce fait qu'à ce moment il vit apparaître devant lui 
« soixante-dix mille Sinaï, — et sur chacun soixante-dix mille 
Moïse, vêtus comme lui, un bâton dans les mains comme lui 
el aux lèvres ses mêmes paroles*... » 

nir. 

La comparaison de la personne de l'inspiré avec le Buisson 
Ardent, d'où sort pareillement la voix de Dieu, paraît avoir 
déjà été employée antérieurement par la secte des Khattâ- 
bîyah pour la personne de Ja'far Sâdiq. On la retrouve plus 
tard chez les Druses^ pour la personne de l'imâm. Et les 
Sàhmîyah l'utilisent également*', à propos de leur théorie de 
la (( tilâwah » (récitation du Qorân) qui paraît bien remonter 



1. In Qor. XXVIII, 29 : extrait, via al Soiamî, ap. al Baqiî tafsîr, ms. Berlin, 
f 284"-285^ 

2. Ap. al Baqlî tafsîi\ in Qor. XXVIII, 29, ms. Berlin, 1° 285». 

3. Ap. Ghonyah..., éd. 1288, t. I, p. 83-84 : où il y a le ctiiffre « cent ». 

4. Ap. al Baqlî tafsîr, in Qor. VII, 139, ms. Berlin, f° 100^. 

5. Kitàb al noqal..., p. 92. 

6. MaUkî, Qniit. al cjoUmb, F, 47. 



Notés explicatives 16^ 

à Ja'far Sâdiq*, quoique al Kîlânî la condamne comme hété- 
rodoxe'. 

<( [Moïse] dit : « Dieu m'a fait devenir « réalité » Il m'a 

témoigné mon « sirr », mais sans mon « dhamîr ». Car 
ceci, c'est le « sirr » et cela et cela, la « réalité » ! » 

En disant : Dieu a « témoiyné » mon « sirr », al I.lallàj veut 
dire que Dieu l'a « réalisé » pleinement, l'a définitivement «per- 
sonnalisé ». Un fragment hallâjiyen conservé par al Kalabàdî^ 
souligne ce sens du verbe « shahada » : « ' Lv^.^ .^^y' Xp.jJI 
v^Lj! ^d.\ viJj-^ jl ji> j » : « Le « lawhîd », c'est : que tu 
t'isoles en le prononçant, — et qu'ainsi ce soit toi que 
Dieu témoigne à toi-même ! » 

Quant à la différence du « sirr » et du « dhamîr », le 
« dhamîr » est cette conscience « externe », cette coque de 
la personnalité qui s'exprime par le pronom « je » ; le « sirr » 
est en dedans du a dhamîr » , c'est le subconscient, le substra- 
tum improférable du «. moi ». 

C'est ici la première apparition de ces curieux symboles 
géométriques qu'ai Hallàj utilise, au cours des « Tawâsîn » 

1. Makkî, id., id. 

2. X® proposition de sa liste, ap. Ghonyah, I, 83-84. Cfr., au contraire, la 
théorie de Faklir al Dîn Râzî (khalq t'î mahall) sur le Buisson Ardent de 
Moïse « Kallaina Moûsà bi kalâm ahdathaho fî al shajarah >> (cfr. Goldziher, 
in Der Islam, 1912, pp. 245-247). 

3. In « ta'arrof r> {l 43 -a- 51"). On voit que l'union divine n'est pas pour al 
Hallâj une destruction, mais une transfiguration de la personnalité. Le Saint 
a acquis sa vraie personnalité. Le mot cité par al Kalàbàdî est très remar- 
quable : il donne la clef du mot d'al Hallàj mourant, mot à double sens : 

" Le but de l'extatique, c'est cet isolement parfait de la personnalité dans 
l'unité, où Dieu est, pour Lui-même! ». Cfr. mon travail d'ensemble pour les 
variantes postérieures de ce mot et les singulières interpi^étations qu'elles 
ont provoquées (cfr. ici p. 182). 



166 NOTES EXPLICATIVES 

(cfr. e-11'', g-i'\ h-4''^ o", j-i", iO")^ pour résumer ses défini- 
tions de Qiyslique*. 

Le procédé a été repris, après lui, et développé suivant des 
méthodes différentes de la sienne : par les auteurs druses, 
comme celui du « Kitâb al noqat wa al dawâyr »*, puis par 
Ibn 'Arabî^ et toute son école moderne, jusqu'à AboûalKhayr 
al Sowaydî (f 1200/1786) dans son commentaire des « Sala- 
wât al Mashîshîyah >) pour y schématiser le <( qâb qawsayn »*. 

IV-5\ 

Ce verset coranique obscur (Oor. TI, 262), si laborieuse- 
ment élucidé par Al Baqlî, est également le sujet d'une allé- 
gorie, au livre V, § 1 du « Mathnawima naivî » de Jalàl al Dîn 
alRoùmî(t673/1273)^ 

V-ii". Ce quatrain célèbre (en basi'f) peut être tra- 
duit ainsi : 

« Je vis mon Seigneur avec l'œil de mon cœur, — et lui dis 
« Qui es-tu? — Toi-même! » — Il est vrai, — en Toi, le « où » 
s'égare, — le a où » n'existe pas par rapport à Toi! — Il 
n'est pas, pour l'imagination, de représentation de Ta durée, 
qui lui enseigne « où » Tu es. — Tu es Celui qui embrasse 
tout « où », — jusqu'au « non-où »; u où » pourrais-tu donc 
être, Toi? » 

Ce quatrain, qui, dans la pensée d'al Hallâj, dénonce l'in- 



1. En Occident, je ne connais que Ramon Lull (Raymundus Luilius -1- 1315) 
qui ait eu cette même idée, en son « Liber de quadratura... » (extr. in Pas- 
quai, Vindiciae LulUanae, Avignon, 1778, I, 329 : cfr. Littré et Hauréau. 
Hist. lut. fr., XXIX, 305). 

2. Éd. Seybold, pp. 17, 64. On voit qu'ils usent symboliquement, comme 
al Hallâj, des mots « noqtah » et « dâyrah ». 

3. In Fotoûhât..., etc. 

4. Pp. 113-114, in fine de son Kashf ni hojob..., impr. Caire, s. d. 125 pages 
{8o9-a-f°y 6-2°). Son schéma a été reproduit, un peu sommairement, par 
Rlochet, in Le Messianisme..., 1903, pp. 179-182. 

5. T. V, pp. 2-3 de l'éd. de Moûlàq, 1269. 



NOTES EXPLICATIVES 167 

capacité de l'entende ment [fahm) à construire une image de 
la présence divine quand l'âme la ressent, fait allusion à un ha- 
dîth, commençant ainsi « Raayto Rabbî bi 'aynî wabi qalbî », 
et cité par Moslim ibn al Hajjâj en son « Sahîh »*. Ces quatre 
vers ont été atténués et dilués en huit dans une pièce de vers 
altribuée à al Hallâj par le « Récit d' Ibn Khaf if n- ^ et partiel- 
lement citée par 'Abd al Ghanî al Nâbolosî (f 1 143/1731)' 
d'après l'extrait de Dâoûd al Qaysarî (1751/1350)*. 

Ibn 'Arabî, en reprenant le thème dans une pièce insérée 
dans son « tafsir al Qorân »^ a fortement marqué, par les 
changements apportés, la dislance qui sépare son monisme 
de la doctrine hallàjiyenne : 

^ — ' y y 

« Je vis mon Seigneur avec l'œil (= l'essence) de mon Sei- 
gneur, lime dit « Qui es-tu? » Et je lui dis « Toi-même! » 

V-iS\ 

Le même passage coranique (« danii... fatadalla.. ») est 
pareillement utilisé par al Makkî®. 

daum al lawh. Arrivé là, l'homme est donc absolument 
libre. Cfr. les mots d'Aboû Bakr al Qahtabî : « Dieu nous a 
affranchis de la servitude des choses dès la prééternité w^; et 
« L'esprit » (al roûh) n'a pas à subir la honte du « Sois ! » (il 
est donc incréé)*. Al Hallàj, parlant de la création de 

1. Selon al Baqlî « tafûr », ms. Berlin, l" 355* (in Qor. LUI, 11). 

2. Compilation du vVxi« siècle due à Al Kirmânî (ms. Londres 888, f» 326* : 
variante f» 342"). 

3. Ap. « Ratk al astâr... », ms. Caire, (° 36. 

4. In « Sharh Kitâb al Hojob », ms. Caire, f" 205'', 

5. Impr. Caire : I, 379; il est en réalité d'al Kâshî (f 730/1330). 

6. In Qoût al Qoloub, II, 78. 

7. In Qoshayrî, Rimlah, éd. 1318, p. 39, i. 8. 

8. In Kalàbàdî, ta'arrof (à la suite du (ragmenl I i3-a-l8°). 



J68 NOTES EXPLICATIVES 

riiomme, dil : « Dieu lui a donné une soûra/i atrrancliie de la 
honte du « Sois! »' ». 

Sur le î7um ?nd aiv/iâ, cfr. al Uallâj (in Solaniî, ta/str, Qor. 
Xil, i), Nosayrîs (/. c, ff. 47% 10'') et al Jonayd (/. c, suprù, 
p. 158). 

V-SO\ 

(( min zânid al 'awrah », Je ne sais ce que peut signifier 
cette phrase. Est-ce « Celui qui bat à son briquet (?) l'étin- 
celle de l'aurore {??) ». Al Buqiî a sauté ce membre de 
phrase dans son commentaire, peut-être avec intention. 

y/. 7''-s\ 

C'est pourquoi al Haliâj a écrit- : 



yy 



« Le premier pas à laire pour pénétrer en « lawliîd »% 
c'est de renoncer entièrement au « tafrîd »! ». 

Et, à propos du « tajrîd », al Hallàj a écrit de même qu'il 
fallait y renoncer pour connaître l'essence du « tawhîd »^ 

« Tafrîd » peut être défini : celte simplification négative 
du « moi », par élimination de tout élément étranger, en 
\'isolantài<à tout, — cet ascétisme « interne » qui ne doit être 
qu'une préparation à l'endosmose dans la « coque » vidée du 
« moi » humain, — de la pleine Unité divine. 

11 ne faut pas confondre « iafrid » avec « ij'râd »"; dans le 
lexique hallâjiyen, 1' « ifrâd » ou « isolement » ne s'applique 

1. In Solami, tafi^ir, io Qor. LXIV, 3; comp. Wàsilî, in Baqiî, l. c, f» 210». 

2. Cité ap. al Hojwîrî Kashf al Mahjoûb, éd. Nicholson, p. 281. 

3. Od voit combien le concept hallâjiyen de « tawl.iîd » s'éloigne de l'inac- 
cessible « unité de Dieu » coranique. 

4. Ap. al Solami labaqât... (cfr. Sha'râwi, tabaqât... » 1, 107). De même 
Fàris in al Kalàbâdî {143-a-o t°). 

5. Cfr. ici p. 165 et p. 182. 



NOTES EXPLICATIVES " 169 

pas à la créature mais au créateur : « ifrâd al Wàhid... », 
« l'isolement de l'Un », c'est-à-dire l'essence divine^ : « ifrâd 
alqidam... », « L'isolement de l'Absolu », hors des contin- 
gences ^ 

« Tajrîd » exprime la « retraite », la « vie retirée » ; avec 
le même sens d'ascétisme préparatoire que « (afrîd ». 

YI-1S\ 

«... tandis que moi, j'ai été mille fois sommé de me pros- 
terner, et je ne me suis pas prosterné... ». Ici, il y a diver- 
gence formelle entre les « Tawâsîn » et l'enseignement des 
Sâlimîyah. Selon eux, Iblîs ne refusa qu'une fois, et « se 
prosterna la seconde fois qu'il y fut invité »^ C'est le même 
espoir discret en la miséricorde divine qu'exprimait Sahl al 
Tostai'î, le maître du fondateur des Sâlimîyah, dans son 
curieux « entretien avec Iblîs », où Iblîs le force à avouer que 
Dieu reste toujours libre de casser l'arrêt qu'il a porté lui- 
même, et de révoquer une damnation éternelle*. 

Vl-15\ 

Ces mots font allusion à une théorie d'al Hallâj : la su- 
périorité de l'oraison, de la méditation (^Ar), sur la prière 
récitée [dikr)\ théorie qui a été condamnée par la majeure 
partie des soûfîs^ malgré Fâris, qui nous a conservé ces deux 
beaux vers d'al Hallâj : {^^i) 



i. Cfr. ici p. 165. 

2. Clr. ici p. 103. 

3. 4e proposition, dans la liste des propositions condamnées par al Kflânî 
(in Ghonyah..., t. I, p. 83 de l'éd. de 1288). 

4. In Fotoîîhdt..., dlhn 'Arabî, éd. princeps, If, 737. Cfr. un autre dialogue 
entre Moïse et Iblîs ap. al Ghazâli {Ihyà, III, 34). 

5. Gfr. fragments d'al Hallâj in al Kalâbàdî (cfr. Bibliogr. U3-a-32''-3i°). 

13 



1*70 NOTES EXPLICATIVES 

Celle comparaison fait allusion à la soie et à la bure. 

VI- 'M. 

La comparaison de 1' « Ana al I.laqq » d'al Ilallàj avec 
r « Ana kliayr minho » d'Iblîs paraît avoir été faite dès son 
vivant, car Ibrahim ibn Shaybàn (f 303/915) consulté sur la 
prédication d'al l.Iallàj répondit en comparant sa « da'wii » à 
celle d'Iblîs'. 

Il est assez remarquable que l'argument invoqué ici, la 
« fotoùwali ))% avait été déjà mentionné et réfuté par al Tir- 
midî (t 285/898) en ces termes' au sujet de Fir'awn : 

VI-SS" (Iblîs). 

La « chute » de Satan, — cette curieuse tradition judéo- 
chrétienne insérée dans le Qorân, — a de bonne heure 
préoccupé la pensée théologique en Islam. U était choquant 
de penser que Dieu l'avait damné, en somme, pour s'être fait 
l'irréductible champion de Timparlicipable unité de Dieu, 
dogme fondamental de l'Islam. Et la singularité du fait que 
Dieu ait ordonné aux anges d'adorer « un autre que Dieu »* 

1. Isndd in Ibn BàkoCiyeh bidâyah..., ap al Khatîb, et ap. al Dahabî. Com- 
paraison faite par al Kilânî, 'Altàr; al Samnàni (in Kàshifi, mawàhib. sur 
Qor. LXXIX, 25, et Qârî, sharh al shifâ) le compare au « Ana » de Fir'awn. 

2. Sur le sens exact de ce terme technique soùfî : cfr. al Qoshayrî, éd. 
Ansàri, III, 167. 

3. Ap. al Baqlî tafdr in Qor. XXVI, 17 : ms. Berlin, f° 274*. 

4. = Adam. Singularité expliquée dans le récit chrétien par le fait qu'Adam 
est la « préfigure du Verbe Incarné »; cfr. saint Paul « Hebr. », I. 



NOTES EXl'LICATIVES 171 

faisait conclure à l'arbitraire imprévisible de la volonté di- 
vine, à sa. ?nise « makr » toujours possible', à la nécessité de 
Lui obéir sans essayer de comprendre. Car, selon le vers du 
soûfî AboLi Sa'îd al Kharrâz (f 286/899) : (klT) 

(Dieu ne se soucie pas de ses créatures, — leurs actes le 
laissent impassible. Car) « Si quelque chose pouvait Lui plaire, 
dans les actes de ses créatures, — certes l'acte d'Iblîs eût 
excité toute Son indulgence!... »^ 

Mais cette raison parut à beaucoup un aveu d'impuissance, 
et le souvenir de l'explication chrétienne aidant, d'autres 
explications* de la « chute de Satan » furent proposées. Il 
fallait bien qu'il y eût « quelque chose de divin » en Adam 
pour que Dieu l'ait })roposé aux anges comme objet d'adora- 
tion, et pour que la punition du refus du rebelle fût légitime. 
C'est la théorie du « joz ilahî » de Bayân-ibn-Sam'àn^ 
ébauche de la conception hallâjiyenne du « Hoûwa hoûœa », 
qui semble avoir été toute voisine de celles des autres soûfîs 
contemporains, de celle des Ilolmânîyah, par exemple que 
nous ne connaissons, elle, que par la réfutation assez faible 
qu'en essaya al Baghdâdî^ Adam devait être adoré parce 
qu'il était créé l'image spéciale, réelle, vivante et parlante, 
des splendeurs divines. Et ce n'est que parce que son orgueil 
lui en obscurcit la vue qu'Iblîs nia l'évidence, déclarent una- 
nimement les soûfîs contemporains, Aboù Bakr al Wâsitî 
{i 320/932), Ibn 'Atâ (f 309/922), Aboû 'Olhmân al Maghribî 
(t 373/983), et 'Abd al Rahîm al Qannâd\ 

i. Même pour les saints, les prophètes et les anges [Qoùt I, 227, 229. 230; 
Qoshayrî, éd. Ansârl, I, 74; II, 200; IV, 158). 

2. Ap. al Solami taf'aîr in Qor. XXV, 28 : ms. Kôpr. 91. 

3. Puisque son intention était de n'aiiorer que Dieu seul. 

4. Celle-là était celle des « morjiles », d'Aboù Ilanifali, d'ai Asli'ari. 

5. Gi'r. Shahrastàni, éd. 1317, t. F, p. 20'i. 

6. Ap. Varq, éd. Caire, 245. 

7. Ap. ai Baqlî tafiii' : ms. Berlin, 1" 83% 18P, f'^ 312^ 



172 NOTES EXPLICATIVES 

Antérieurement à ce travail de la pensée soûfie, le sujet de 
la « chute d'Iblîs » avait préoccupé les tliéologiens khârijites 
et mo'tazilites, tant pour répondre aux attaques des Zanâ- 
diqah comme Bashshàr-ibn-Bord' que pour en faire la théorie 
complète. Le khàrijile Yoûnos al Samarrî^ voulant affirmer, 
contre les morjites, que la foi n'est pas simplement la con- 
naissance du « tawhîd », et qu'elle est insuffisante sans 
l'adhésion du cœur et sans les œuvres, déclarait, dans un 
paradoxe apparent, que Iblîs était à la fois un « mowahhid » 
et un « kâfir ■» (contraire du « moûmin »). 

De même, selon les mo'tazilis, Iblîs (et Fir'awn) ont été 
damnés, quoique « mowahhidîn », comme « fâsiqîn », mot 
qui n'est qu'un succédané adouci de « kàfirîn »'\ Les Sâli- 
mîyah accusenl-^ les Morjiles de ne pouvoir expliquer^ le dam 
d'Iblîs, car, selon le morjisme, la connaissance du Dieu 
unique est Tessence de la foi et suftil pour le salut. 11 est cer- 
tain que rien ne montre mieux que le dam d'iblis l'insuffi- 
sance logique du « morjisme » de la majorité des docteurs 
de rislàm, la pauvreté voulue de leur concept de la primauté 
de la /oi, conçue avant tout comme une adhésion de l'enten- 
dement seul au Dieu unique. 

f-'}'}" (suite : Fir'awn). 
L' « iymân Fir'awn », la sincérité de la conversion in 
extremis du « pharaon » de l'Exode est une des questions très 
controversées en Islam. Les textes coraniques qui y sont 

1. Vers ap. al Baghdâdî farq, p. 39. 

2. In Shahraslànî, éd. Caire, 1317, I, 187. 

3. Cfr. Ibn al Mortadlia. éd. Arnold, 1902, p. 49, pour une réponse du 
moHazili Aboù al Hosayn al Kliayyât à ce sujet. 

4. In Qoût al Qoloûb, II, 134, 

5. Gfr. in al Kilânî, Ghonyah..., I, 80, une brève analyse de la théorie du 
morjite Ibn Shabîb sur ce sujet. Il est certain que pour eux Iblis est un cas 
exceptionnel de « moùmin » mué en « nioshrilv », et perdant, en un moment, 
toute sa connaissance du « tawhîd »; chose que les morjites refusent d'ad- 
mettre pour les plus grands pécheurs d'entre les musulmans. 



NOTES EXPLICATIVES 173 

relatifs permettent des interprétations très divergentes*. On 
ne s'expliquerait pas d'ailleurs le retentissement inattendu 
de leur discussion si elle n'était, en réalité, un des terrains 
où le monisme philosophique des soûfîs « zanâdiqah » s'ef- 
forcera de démontrer la légitimité de ses prétentions à l'ortho- 
doxie. 

C'est Dieu qui parlait par la bouche de Fir'awn, déclare 
Ibn 'Arabî dans ses Fotoûhàr- \ et, quoi qu'en ait dit al 
Sha'râwî^, il est bien certain que dans ses Fo^oû^^^ il a 
affirmé encore plus clairement la « sainteté » de Fir'awn. 

Fir'awn était tout aussi pieux que iMoïse, déclare Jalâl al 
DînalRoûmî^ 

Et al Daoûwânî (f 907/1501), théologien et mystique, a 
écrit tout un traité fort répandu dans les bibliothèques turques 
Risâlah fi lymân Fir'awn. 

Un passage^ d'Aboû Bakr al Wâsitî (f 320/932), l'auteur 
du Uà Mim al Qidam, avait esquissé une théorie analogue à 
celle d'al Ilallâj en ce « Ta Sîn al Azal » : 

«... s 2A.SJ1 \a i.jjj Ji ..\_^j^ c^y^ ...» 

« Fir'awn, au moins, prétendait à la Divinité pour qu'on 
la vit à découvert... » (au rebours des mo'tazilah : qadar). 

« Ana al Haqq » (Je suis la Vérité)''. 

Ce n'est pas ici le lieu de s'étendre sur la question de savoir 

1. Qor. VII, X, 90, etc. Gfr. le hadîth cité ici dans le commentaire d'al Baqlî, 
p. 94. Le second fondateur de l'ash'arisme, Al Bàqilàni, penchait à croire 
que Fir'awn n'était pas damné, mais sauvé. Al Khàlidî était du même avis 
(Al Sha'ràwî Kihrît al ahmar..., éd. 1306, en marge de ses Yaivâqît..., 
p. 12). 

2. Éd. princeps, I, 307; IV, 615. 

3. Ap. Kibrît al ahmar..., in marge des Yaivâqît..., p. 12-13. 

4. Éd. 1891, p. 392-97. 

5. In Malhnaioi, trad. ap. Thokick Ssiifismus, Suppl. p. 31. 

6. Ap. Qoshayrî, Risdlah, éd. Ansârî, I, 54-55; cfr. tabsirah, 406. 

7. Cfr. in Der Islam., année 1912, III-3, pp. 248-257. 



174 NOTES EXPLICATIVES 

si ce mot fui réellemenl prononcé par al Ilullâj, el en quelle 
occasion; si ce fut devant alJonayd comme le disent al Bngh- 
dâdî (« Farg » 247), et al Harawî (« tabaqât... » cfr. lOr^O- 
a-^l"), ou devant al Shiblî, comme un récit parallèle du 
grammairien Aboù 'Alî al Fasawî (f 377/987) le laisse entendre 
(ap. a Bisâiah » d'ibn al Qârih al Halabî). L'important est 
que ce mot a résumé pour la postérité la doctrine extatique 
d'alHallâj. 

Sens à donner ici au mot « al Haqq » : 

Il ne faut pas songer ici au 1 1""' des 09 noms de Dieu dans 
la liste traditionnelle d'Ibn Mâjah*, à un des attributs réels 
de Dieu, considéré sous l'angle de « la vérité » -. Il s'agit de 
la pure essence créatrice, de l'absolue simplicité divine ^ Al 
Hallâj, questionné, l'affirma : 

>Uy! J»/ Jlj ?iJI ^jj^i ^^] Jv-^^ ^«^ 1-)'' '" t-K.'^^ J^- "* 



Il est à noter que ce nom « al I.laqq » se répand parmi les 
soûfîs pour désigner « al Bârî », le Créateur^ au cours du 
iii« siècle de l'hégire, au plus fort du mouvement mo'tazilite 
d'adaptation des formes de pensée grecques. Et ce sont des 
œuvres plotiniennes, traduites alors, qui ont vulgarisé cette 
idée qu'il faut donner ce nom d' « al Haqq » au Créateur^, 
pour des raisons qu'Aboù Nasr al Fàrâbî résumera au siècle 



1. Sources in Doutté Magic et Religion dans l'Afrique du Nord, 1009, 
pp. 199-203. 

2. Comme le soutiendront plus tard Ibn 'Arabî (cfr. Foloûhât...^ IV, 90, 
171) et 'Abd ai Karim al Jîli (al insân al Kâinil, éd. loOi. I, p. 40). 

3. L'influence du « ta'lîl » mo'tazilî est sensible. 

4. Ap. al Solami tafstr in Qor. X, 3^. 

T). Cfr. « Al Haqq » s'oppose constamment à « Al Klialq >>. 

6. Cfr. le pseudo Kilfib Olhoûlonjiyâ Aristâtilis wa hoitiva al q/iivl 'alii al 
roboùbtyah, Irad. par al Himsi et al Kindi, éd. Dieterici, 1882, pp. 12, 13, 75 
90, où ce nom, alors insolite, n'est encore qu'une épithète : « véritable ». 



NOTES EXPLICATIVES 175 

suivant*, en termes où le néoplatonisme se colore de nuances 
probablement hallâjiyennes. 

« An a al Eaqq n"- : c'est-à-dire « Je s ni. s la Vérité Créa- 
trice^ », — c'est le mol suprême de la sainteté selon la doc- 
trine hallAjiyenne^ C'est le cri de l'homme qui se découvre, 
en sa conscience, « déifié » par l'Ksprit du Verbe (Roûh 
Nâtiqah), devenu le « Hoùwa hoinva », — le « sJiâhid 
al âni », — le Témoin que Dieu s'est choisi actuellement pour 
Le représenter visiblement vis-à-vis de tout le reste de la 
création, — la créature privilégiée qui symbolise réellement 
« du dedans au dehors » le Dieu qu'elle rayonne — et dont 
les autres créatures ne renvoient que des images, des reflets, 
selon les propres paroles d'al Hallâj : 

a Le soùfî indique Dieu du dedans ^ — tandis que (le reste 
de) la création indique Dieu au dehors ». 

Les étapes graduelles de cette transformation oii l'ascèse 

1. Ap. Fosoûs ...hikmah, éd. Dieterici, 1892, p. 82, §55 seq. ; cfr. p. 70, § 16. 

2. Le prof. Duncaa Macdonald veut bien m'écrire sur ce mol : For myself, 
I incline lo translate naqq, in tliis phirase, as « reality ». Comme si « al haqq » 
était ici l'équivalent de « haqtgah ». a Haqq » tout court, sans article, peut 
avoir ce sens impersonnel etmoniste; mais non pas « al Haqq », déterminé: 
cfr. infrà p. 184, et n. 1. 

3. Sur ce mot, cfr. la réponse célèbre d'Orsola Benincasa (-f- 1618), en extase 
à Rome : au cardinal San Severina qui l'exorcisait « Tu quis es? — Ego sum 
qui sum » (Santacroce, Mandina, V. Gilbert, S. Pepe : ap. Diego Garzia 
de Trasmiera Vita delta V. M. Orsola Benincasa Monreale, D. Grille, 1648, 
II-5, ff. 138-139). 

4. Avant, on considérait généralement « al haqq » comme créée : selon la 
doctrine d'al Tirmidî {Khatam... quest. 88, 93), cfr. al Jonayd, Kitâb fi al 
objùhiyah, in Opuscules, ms. cit., VII. 

5. Ap. Qoshayrî, éd. Ansàrî, IV, 8 : où il faut corriger « Aboii (=Ibn) 
Mansoûr » conformément à la rectification d'Ibn Khamîs al Ka'bî (« manâ- 
qib... ).). Cfr. ap. al Solamî iafsir in Qor. XXV, 60; LVIII, 22 et ap. al Baqlî 
tafsir in Qor. X, 36. 

6. Car il possède « al 'ilm al iadoni » (mol e.\pliqué par al Hallàj ap. al 
Baqlî tafsîr in Qor. XVIII, 64). 



176 NOTES EXPLICATIVES 

collaboreàla grâce qui consacre lapersonnaliléde l'hommeen 
une a personne dirinisée » sont décrites par une série de texles 
hallâjiyens'. L' « unification » ascétique du « moi » prépare 
une sorte d' « endosmose » réelle de l'essence divine ^ Il est 
bien difficile de n'y pas voir ce « Iwloûl », cette « incarna- 
tion » du Créateur dans la Créature, celte « intrusion » de 
l'Absolu dans le contingent que l'orthodoxie islamique a tou- 
jours repoussée, autant par arguments de logique pure que 
par tradition. 

En dehors de Fâris-ibn-Msa al Dînawarî et des Sâlimîyah, 
personne n'osa, parmi les soiifis, enseigner sans atténuation 
la pure doctrine du maître, pour laquelle il avait été sup- 
plicié. D'innombrables explications postérieures ont dé- 
montré, ou voulu, trop abondamment, démontrer qu'ai Ilallâj 
n'avait pu être « holoûlî ». 

On soutint, — la conjonction des natures divine et humaine 
(lâhoûl et nâsoùl) étant une thèse interdite, qu'au moment 
où le soûfî prononce des mots semblables, sa personnalité 
se trouvait annihilée, volatilisée, et que Dieu seul avait parlé 
par sa bouche. Telle est la thèse soutenue par le tayforirî al 
Khorqânî (f 426/1034) \ en bon disciple d'Abon Yazîd al 
Bistàmî (t 261/875). Car telle est bien la pensée qu'ai Bistâmî 
eût voulu exprimer par son célèbre <' Sobhàiiî! Los à Moi! ». 
Mais, quoique toute la tradition soùfie postérieure, abandon- 
nant l'explication « holoûlî », ait assimilé 1' « Ana al Haqq » 
d'al Hallâj au « Sobhânî » d'al Bistâmî, il est certain que cette 
assimilation est arbitraire. Al Ilallâj lui-même a condamné le 
« Sobhânî! Los à Moi ! » d'al Bistâmî en ces termes* : 



1. Cfr. mon travail d'ensemble. Relire en particulier les fragments d'al 
Hallâj ap. al Solamî tafdr in Qor. III, 34; XXX, -45 et LXXXVIII, 13, el ap. 
al Baqiî lafdr in Qor. XXXVII, 7. 

2. Cfr. al Hallâj ap. al Solamî tafsir in Qor. LXVill, 4. 

3. Ap. 'Attâr, Tadkirat al Awliyâ, éd. Nicholson, II, 211. 

4. Trad. persane conservée in al BaqIî Shafhîijât, {" 159«, avec un corn- 



NOTES EXPLICATIVES J77 






. ia. O^-^a. y Jj} l3 y. l3 vJ>J1_^-J jj '-Vj.. jV (jT: 



.M<;9 » 



j .' > j ^ J U J -^ 

(( Pauvre Aboû Yazîd ! Il commençait seulement d'ap- 
prendre à parler ! (Il n'était qu'un débutant) puisque c'était du 
point de vue de Dieu (qu'il s'exprimait). L'ignorant ! 11 croyait 
à l'existence d'Aboû Yazîd ' en cela, tandis que le Sage entend 
cette parole de Dieu ; il y perd de vue Aboû Yazîd, sans penser 
à le dénier ni à l'exalter! » C'est-à-dire : Chez al Bistâmî, 
l'union à Dieu n'était pas encore acquise et stable, elle n'avait 
pas encore cette puissance transformante qui fait de mon 
« Ana » (je), le « Hoûwa » (il) de Dieu^ à chaque instant, 
dans chacune de mes paroles ! 

L'explication d'al Khorqânî, développée par al Harawî 
(f 481/1088)-, prévaudra néanmoins dans les cercles soùfîs, 
tandis que, pour le public profane, al Ghazâlî répandra la 
théorie de l'illusion d'amour qui, enivrant le mystique, lui 
fait croire faussement qu'il s'est fondu en son Bien-Aimé. 
On ne peut songer à résumer ici les nuances des diverses 
théories de F « Ana al I.Iaqq » : émises par Aboû Yoûsof 
al Qazwînî (f 488/1095) ^ al Shahrazoûrî (viVxiii*^ s.)*, al 

mentaire où al BaqIÎ prétend prouver que c'est une excuse d'al Hallâj pour 
son t( Ana al Haqq! ». Ibn al Dâ'î {tabsirah... 402), en condamnant cette 

thèse, la résume ainsi : « Isr jo p_Li ^^^a^^o « ^_^\^'^'^ » C-JtS jo .uiL^ 

1. Son propre « moi », qui n'était pas encore déifié. 

2. Ap. Makâtîb; extrait de sa correspondance in Shoûshtarî Majâiis al 
moùminîn, cliap. VI : allégorie de la combustion. 

3. Ap. Akhbcir al Hallâj\ extrait in Bostànî Dâyrat al maârif, t. VII, 
p. 150 seq. cfr. Der Islam, III-3, 1912, pp. 249-250. 

4. Ap. Al romoûz... al lâhoùMyah..., ms. 'Omoûmî, f" 15'' : explication 
par la théorie de 1' « ishrâq » (cfr. ihyâ..., III, 287, IV, 174, 230). 



178 NOTES EXPLICATIVES 

Baqlî^ 'Omar al Sohrawardî (t032/1234)-, 'Altâr (f 620/ 
1223)^ Majd al Dîn al Baghdâdî (f 616/1219)*, 'Izz al Dîn al 
Maqdisî (f 660/1 262) ^ Jalâl al Dîn al Roûmî (f 672/1 273) ^ 
'Afîf al Dîn al Tilimsânî (f 690/ ,291)', Noûr al Dîn al Kasirqî 
(t 690/1 291 ) ^ Ibn Taymiyah (f 728/1 328) ' "Alâ al Dawlah al 
Samnânî (f 736/1 336) '^ Nasîr al Dîn al Toftsî (■[ 672/1273)", 
Ahmad al Roûmî (f 717/1317)*', Mahmoud al Shâbisiârî 
(t 720/1 320) '^ al Bokhàrî (f 740/1340)**, al Jildakî (f 743/ 
^342)'^ Ibn Khaldoùn (f 808/1 406) *MIâfiz (1791/1388) •", al 
Nasîmî (t820/^417)'^ Jâmî (j 898/1 492) '^ al Oârî (t 1014/ 



1. Ap. Shathîyât, f"^ 54», 58--', 59b, 68^ '0^. etc., et ap. tafsh' in Qor. VI, 
165, XLl, 53, XLVIII, 10. 

2. Ap. 'Aivàrif..., éd. 1312, I, 177. 

3. Ap. Hilâj Nâmeh, Tadkirat al Awliyii, et Bolbol Nâmeh. 

4. Ap. Risâlat fî al Safar, ms. Knpriilii, 1589. 

5. Pièces de vers et dissertations, ap. Hall al romoùz... et Sharh hâl al 
Awliyâ. 

6. Ap. Mathnawî ma'yiawî, II, § 8, vers 64; Si 45, vers 70; III, § 16, vers 99, 
V, § 81 et ap. Dîwân Shams al IJaqâyq, éd. Tabrîz. 1280, p. 199, vers 17-20. 

7. Ap. Sharh al mawâqif. 

8. Ap. tafVir des sourates I-LI (ms. Caire) : tome IV, in Qor. X.XVIII, 
48. 

9. Ap. Kilâb ilu al Manbijî, in Jalâ al 'aynayn... d'al Aloilsî, pp. 54-61; 
cfr. ses fatwiis « fî al radd 'alii al I.Iailâj » (ms. cit. Zàiiiriyaii, Damas). 

10. Ap. tafsir in Qor. CXII, 4. 

11. Ap. Awsàf al ashrâf, bâb V, fasl 6. 

12. Ap. Sharh al arhaHn, ms. Paris, Supp. Pers. 115, f" 57i> seq. 

13. Ap. Golshâni Râz, §§ XXVli-XXVllI-XXIX. 

14. Ap. Nûsihat al moivahhidin, opuscule in ms. 'Omoûmî, M. 

15. Ap. Ghâyal al soroûr... : théorie alchimique du « tajawhor al nafs » 
('< transsubstantiation de l'âme «). 

16. Ap. Moqaddamah..., éd. Caire, 1322, p. 258. 

17. Ap. Ghozal, 4« pièce en bâ (Dîwân, éd. Bombay, 1277, p. 12). 

18. Le premier poète de langue turque, écorché vif pour avoir prêché la 
docliine de 1' « Ana al I.Iaqq 1 » (cir. Sha'ràwî, Yawôqit..., p. 14; et Gibb, 
A Hïstory of the Ottoman poctry, 1903, I, •3 44-367). 

19. Selon lui, c'est en répétant continuellement « Ana al Haqq », qu'ai 
Hallàj arrivait à se maintenir en « illil.iâd », union permanente avec Dieu 
(Irad. ia Probst-Biraben, np. <( Initiation », avril 1901, p. 39). 



NOTES EXPLICATIVES 179 

1005) S al Sayyid al Mortadhil (f 1205/1790;-, Ham/ah 
Fânsoùrî de Sumatra^ Nous voulons résumer seulement ici 
trois théories théologiques d'une imporlance exceptionnelle 
sur r « Ana al Haqq », celle d'al Ghazâlî (f 505/1 Ml), celle 
d' 'Abd al Qàdir al Kîlànî (f 561/1166), et celle d'ibn ^Arabî 
(t 638/1240). 

Théorie dal Ghazâli : 

Elle se ressent du caractère contradictoire des deux in- 
fluences qu'il a subies successivement dans sa formation 
intellectuelle : ses études de scolaslique ash'arite avec al 
Jowaynî, puis ses recherches de mystique expérimentale avec 
al Fârmadî, le disciple d'al Gorgânî, entreprises après une 
élude approfondie de la théologie mystique des Sâlimîyah. 
Al Gha/.âlî commence*, en bon théologien orthodoxe, « sifa- 
tite », par parler du 7'eflet que la splendeur de tel ou tel norriy 
de tel ou tel « voile lumineux » de la divinité, détermine 
dans le cœur du mystique, reflet si brillant que le mystique 
ébloui s'écrie, dans son illusion « Ana al Haqq! ». Et il 
établit^ qu'il ne peut s'agir ici que d'une illusion, dangereuse 
si elle est propagée, d'une exagération de l'ivresse amoureuse 
car il ne saurait y avoir « transfert » réel, « transfusion » de 
l'essence divine ou même simplement d'un de ses attributs, 
dans la nature humaine du mystique. Mais, à la fin de sa vie, 
— dans son « Mishkât al anivdr », — il ne parle plus des attri- 
buts divins comme réellement distincts, et il découvre que 
l'Etre essentiel est la « vraie lumière » et que le nom de 

1. Ap. « Sharh » du Shifâ de 'lyàdli, impr. Caire, 1285, t. IF, p. 745. 

2. Ap. Iihâf al Sâdah..., commentaire de Vlhyà d'al Ghazâlî, éd. Caire, 
I. 250; VIII, 484; IX, 569. 

3. Auteur malais du x-'xvi^ s., ms. de la coll. Snouck Hurgronje (« Mys 
tiek », I" 109, 1" 115, communicalion du D'' Rinkes). 

/i. Ap. l/n/â \>lonm al. dîn, éd. 1312 : I, 27 ; II, 199; III, 287; IV, 219. 
5. Id. et ap. « al maqsad al asnù... », éd. 1324, pp. 61, 73, 75; cfr. aussi 
« ma'ârij al Sâlikîn « ms. Pari.s, 1331, f" 160*. 



180 NOTES EXPLICATIVES 

« Vérité » (al Haqq) ne désigne que la pure essence divine, 
exclusivement et intégralement*. Et que la vision exclusive 
de cette essence divine où le mystique se précipite, en s'écriant 
« Ana al Haqq! », c'est le slade suprême, la « fardânîyah » 
absolue'. 

Théorie d'^Abd ai Qâdir al Kilânî. 

Le saint fondateur de l'ordre des Qâdiriyîn, le grand pré- 
dicateur hanbalite, le patron de la ville de Bagdad, conciliait 
ainsi son respect de la chose jugée et son admiration pour 
al Hallâj \ 

pT*J! J Is^ *.U (Qor. IV, 32) « LLju» ,LJ"^! j^k _. « k=^ 
LJ=jU kc ' (Qor. II, 109) « Aï! A=.j .;l9 !_ 

1^ yy "i- y i- y 

r o- • *^" •• -y" ^ ' ^ -yj^J v • C -^^ >•• 

ï: î ^ t u. uu /' -^ c^l ^y^y yy t c. -^ ^ < 

L/ C/ ■■ x"> -^ -^ y y y -^ y y"^ ' ^ 



1. Mishkât al aniuâr..., éd. 1322, pp. 17-20, 24; ses aveux sont entourés 
de réticences très suggestives empruntées à ses œuvres antérieures aux- 
quelles il réfère (p. 18-19). 

2. Critique ap. « Bahr al ma'ânî » de Moljammad al Makkî al Tshîshlî 
(ms. Paris, Supp. pers. 966, f» 132» seq.). 

3. Ap. ai ShattanaAvfî « Bahjat al asràr... » ms. Paris, 2038, C 72» : isnâd 
via ai Batâyhî; cfr. récension abrégée, id. i° 98b, 



jy y y y ^ ^ f (^ y -dy y i y y y y i,X y 

1 a J a-j' L^J-J L J » iO alJaP , ' <J . î 
y 
ff S ■iy'i- . y <. y CÎ-! 



NOTES EXPLICATIVES 181 

« La raison d'un des Sages s'envola, un jour, hors du nid 
de l'arbre* de son corps, et s'éleva jusqu'au ciel, — où elle 
pénétra dans les légions des Anges. Mais elle n'était qu'un 
faucon d'entre les faucons de ce monde, dont les yeux sont 
chaperonnés par le chaperon « L'homme a été créé débile ». 
Or cet oiseau n'avait rien vu dans le ciel qu'il pût chasser, 
lorsque il vit briller la proie « J'ai vu mon Seigneur! »^, et 
son éblouissement grandit à entendre son But lui dire a Oh 
que vous vous tourniez, vous aurez Dieu en face ». Le faucon 
redescendit alors, en planant, enfouir sur terre ce qu'il avait 
pris, — trésor plus précieux ici-bas que le feu au fond des 
mers; — mais il avait beau tourner et retourner l'œil de sa 
raison, — il ne voyait que les traces (de Téblouissement 
divin). Il revint alors en arrière, et ne put trouver dans les 
deux mondes d'autre but que son Bien Aimél La joie l'émut 
et il s'écria, traduisant l'ivresse de son cœur « Ana al Haqq ! 
Je suis la Vérité ! ». Il fit résonner son chant suivant un mode 
interdit aux créatures, il pépia de joie dans le Verger de 
l'Existence, et ce pépiement ne sied pas aux fils d'Adam. Sa 
voix modula un chant qui l'exposait au trépas. Et dans l'intime 
de sa conscience, ces mots retentirent : « Hallâj ! Tu as cru 
« que ta puissance et ton vouloir ne dépendaient que de toi? 
« Déclare donc maintenant, au nom de tous les Sages : « Le 



1. Allusion au « Buisson Ardent » de Moïse (Qo7'. XX, 14); cfr. suprà, 
pp. XX, 81. 

2. Hadîlh, cfr. ici p. 167. 



182 NOTES EXPLICATIVES 

« but de l'extatique, c'est d'isoler parfaitement son Unique ! » 
« Dis : « Mohammad ! C'est toi qui es la preuve de la réalité ! 
<i C'est toi qui es rHomme-Type de l'essence de l'existence- ! 
« C'est sur le pas de la porte de ta Sagesse que se prosternent 
« les nuques des Sages ! C'est sous la sauvegarde de ta Majesté 
« que s'abaissent les fronts des créatures, tous ensemble! » 
Dans une autre occasion, al Kîlânî, interrogé sur le trai- 
tement différent qu'une même parole « Ana » (Je) avait valu 
ù Iblîs, réprouvé, et à al l.Ialiâj, sanctifié, déclara : C'est 
parce qu'ai Hallàj, en la prononçant, « n'avait cherché qu'à 
anéantir (fana) son u moi »..., tandis qu'Iblîs en la pronon- 
çant, (i n'avait cherché qu'à conserver [baqâ) son « moi »...^ 



Théorie d'ihn Arabi. 

Elle dérive de l'interprétation monisle déjà si nette dans 
la fameuse qasîdah mise par le poète Aboù al Hasan 'Alî al 
Mosaffar* (fap. 600/1203) dans la bouche d'al l.Ialiâj' après 
son supplice : (V*^) 

...iLJl A)lj) wU! dJ!i CU'-J * (-^^-^^:r^ ^'—f j_a-JàJl (vers2) 



i. Ce mot qu'ai Hallàj prononça effectivement avant de mourir, a peut-être 
aussi un autre sens, moins orthodoxe (cfr. ici p. 165); cependant 'îsii al 
Qassàr assure que les témoins qui l'enlendirent le prirent en bonne part (ap. 
al Sarrâj, in loma\ ms. Londres 7710, f" 16ib : « l.iasb al tavvhîd, ifràd ai 
wâjid ! »). 

2. Embryon de la théorie de 1' « Insàn Kàmil » (cfr. ici p. 140); c'est-à-dire : 
toi seul, lu es le » Hoùwa hoùwa! ». 

3. Isnâd via 'Alî al Hilî, ap. al Bandanîji (7 ap. 1092/1681) « Jâmi 'al 
amvâr... » : in biographie d'al Kilànî (cfr. Hibliogr. t33o-a-l'>). 

4. Auteur du Kitâb al madhnoùn al sagln>' faussement attribué à al Gha- 
zâlî (ap. Ibn 'Arabi Mot^àmarât..., éd. Caire, I, 158-159). 

5. Cfr. la légende anonyme d'al Hallàj intitulée « al qawl al sadîd fi tar- 
jamat al 'àrif al sliabfd » (Bibliographie : 970-a- 14°). 





NOTES EXPLICATIVES 183 






. . .L-Jj ^->-*j *JlL-M 


l_j ,:)j ^ L_o.-^j 5j._3^_/» ,.^_j-ks-3 j (vers T) 



Ibn 'Arabî la formule dans ses Fosoù^ al ]iïkam}. C'est 
une applicalion de sa théorie de l'imagination; les images 
que crée le rêve de l'homme ont une existence réelle, exté- 
rieure à sa pensée, quand cet homme est un Sage (ârif), 
puisque sa volonté reste perpétuellement adhérente, en Dieu, 
à celte force créatrice qui est l'imagination divine. Mais, 
tandis que la pensée divine n'oublie, elle, aucun détail de sa 
création, la pensée du Sage, dont les souvenirs se répartissent 
en cinq plans distincts \ en oublie forcément quelques-uns; 
si bien que le mot du Sage affirmant « Ana al Ilaqq! » ne 
saurait être exact qu'en partie, puisqu'il n'a pas présente à 
la pensée toute la création, simultanément. 

On se demandera pourquoi Dieu est ici supposé ne pouvoir 
prendre conscience de Sa divinité et se l'affirmer ({n'en pen- 
sant la totalité de sa création? C'est que, selon Ibn 'Arabî, 
« créateur »> et « création » sont deux termes unis par un 
rapport nécessaire. Ibn Taymiyah, son adversaire, l'a bien 
vu : « Ibn 'Arabî prétend... que l'existence des créatures 

contingentes est l'essence de l'existence du Créateur : jl » 

« (^Mi ^^=-3 e/""-?* >-::-^y^^^ c^Ij'-vstM ^j=^-j*. Aussi Ibn 'Arabî 
réfute-t-il de la façon suivante le mot d'al Hallâj « Ana al 
Haqq », « Je suis la Vérité (— Dieu) ! » : 

« Non, je suis le mystère' d'al Haqq, — je ne suis pas al 



1. Ibn 'Arabî fait allusion à ce vers dans ses tajallnjât al ilahîyah. 

2. P. 126 de l'éd. de Stamboul, 1891 ; cfr. aussi nis. Wien, 1898, f" 60b; et 
comparer son autre opuscule intitulé al Bâ, ms. Paris, 1339, 1° 19*. 

3. Théorie des cinq hadhrât. 

4. Extr. d'al Aloùsf, Jalâ al 'a>jnayn..., p. 57; comp. fosoùs... 103. 

5. « Sirr « c'est le subconscient, le subliminal. 



184 NOTES EXPLICATIVES 

Haqq! — Que dis-je, je suis Haqq'; — il y a uue différence 
entre nous deux. Je suis l'essence de Dieu dans les choses! 
Et qu'y a-t-il de visible dans la création, sinon notre essence, 
à nous deux? » 

VI30\ 

'Azdzil. — Ce nom, d'origine hébraïque, désigne dans 
l'Ancien Testament' le « bouc émissaire » chargé des péchés 
d'Israël, c'est dans le « Livre d'Hénoch »' qu'il devient un 
synonyme de Satan, et d'Iblîs. La tradition musulmane en 
fait le nom générique des Anges les plus « rapprochés » d<i 
Dieu. 

VJ-3i''-32\ 

Nous avions essayé la traduction de ce passage compliqué 
dans la Revue de l'Histoire des Religions^ avant d'avoir 
découvert la récension d'al Baqlî. Celle-ci, quoique très pro- 
fondément différente de notre premier texte, nous a permis 
comme on l'a vu, d'en améliorer la lecture et la « scansion ». 
Les deux recensions sont trop divergentes pour permettre 
d'en essayer une traduction commune. Le commentaire d'al 
Baqlî, traduit ci-dessus^ donne, d'ailleurs, sinon le sens litté- 
ral, du moins la « gamme des teintes » des mots de la se- 
conde récension. Reste la première, que nous proposerions 
aujourd'hui de rendre ainsi : 

1. Sans article, « vérité = réalité » : distincte du « Dieu- Vérité », qui la 
« personnalise » en la pensant. 

2. Lévitiq., chap. XVI. Nombres, XXIX, 34. 

3. Éd. Gfrorer, Prophetae veteres pseudepigraphi, 1840 : cap. VIII, 1 ; IX, 5- 
X, 6; XIII, 1. 

4. T. LXIII, n» 2, p. 204. 

5. Cfr. suprà, p. 96-97. 



NOTES EXPLICATIVES 185 

31. — « Le mouvement de sorlie qu'lblîs esquissait (hors 
de la présence divine) se trouve en réalité contrecarré par 
l'immobilité fixe de Dieu qui l'a lié, Iblîs reste placé sous la 
double lueur du brasier de^son bivouac et de la clarté de la 
science divine. 

32. — « Le sol stérile de ses eaux stagnantes est sucé par la 
sécheresse, son œil est gonflé de larmes qui sèchent inces- 
samment en un cerne, les « sharham » de son regard le 
maintiennent fixe et immobile, ses prétendues bêtes fauves 
ne sont que les épouvantails avec lesquels il a cherché à se 
protéger des bêtes fauves, et s'il ne voit plus rien, c'est qu'il 
s'est aveuglé lui-même, et pris à ses propres ruses! »'. 

VI-3S\ 

o;.- 

Cette exclamation : a ô frère! » se retrouve dans la litté- 
rature ésotérique du temps, à allures initiatiques, comme 
celle des Druses^ et des « ikhwàn al Safâ »'. 

VI-36' : 

Al Hallâj, suivant, comme les mo'tazilah (comp. Hîjvvîro, 
Kashf..., 239), la théorie chrétienne, admet la supériorité 
de la nature angélique sur la nature humaine. L'orthodoxie 
fit prévaloir l'idée que les auges ignorent la « science des 

1. Ce paragraphe e^^t entièrement différent dans la récension d'al Baqlî : 
« Le lieu où Iblîs agonise de soif est le lieu même où coule l'abondance, — 
son couteau ébréché a le sourire furlif de l'éclair, — les « sharham « de son 
regard le maintiennent fixe et immobile, — ses exodes sont simulés, — et 
ce sont ses propres ruses qui le rendent aveugle! » — Noter que a barhama » 
eit donné in Lisân-al-Wmb, éd. 1303, XIV, 314; tandis que « sharhamn » et 
« falkama » sont des « «TtaS ». Pour les sentiments exprimés ici, — comp. 
le mol d'al Haliâj passant, dans une ruelle de Bagdad, — au son surpris d'une 
flûte exquise : « C'est Iblîs qui pleure sur le monde » pour nous tenter... (al 
Tanoûkhî, nishwâr,5&^;—cïr. al Sariâj, Masâri 'al 'oshshâq^ éd. 1301,98-99). 

2. Ap. Kitdb al noqat..., éd. Seybold, p. 76. 

3. Passim. cfr. aussi, ap. Opuscules d'al Jonayd (1. c, II; lettre à Yoùsof 
ibn al Hosavn al liâzî). 

14 



186 NOTES EXPLICATIVES 

noms » qui fut communiquée à Adam (cfr. déjà Ibn 'Atâ, in 
al Solamî, tafsir de Qor., VII, W). 

Le mot « mashîyah » esl ici l'équivalent des mots « irâdah » ' 
et « qadhâ »* : il signifie « volonté divine », au sens du 
« décret » de la prescie?îce divine, de prédétermination des 
actes, bons ou mauvais, qui seront commis. Le mot « mas- 
hîyah », peu employé en dehors des milieux soûfis, paraît 
d'origine chrétienne^ 

La série des quatre « dawâyr » créés encerclant l'essence 
divine, « mashîyah, hikmah, qodrah, ma'loûmah(azalîyah) », 
se rapproche de deux énuméralions semblables, données par 
deux fragments d'autres œuvres d'al Hallâj*. 

VJII-3\ 

« Fî hi » et « 'an ho ». Opposition familière à al Hallâj, le 
premier terme signifiant « al jam' », et l'autre « al ihtijâb » 
(cfr. ap. al Solamî « tafsîr », in LI, 21 (in fine)). 

Ce passage est capital pour la doctrine hallâjiyenne^ : 
« Le pronom du « tawhîd » (est-ce le mot « /loûtva » dans 
J^! ^\ ^ J5 : Qor. CXII, 1 ?) représente tout sujet va- 
riable (c.-à-d. non pas Dieu, mais le saint qui Le témoigne 
alors Le tawhîd ne consiste pas dans le sujet de ce 

1. Cfr. suprà p. 145. La mashîyah, c'est-à-dire « al maHoûm », dit al Hallâj 
(ap. al Solamî tafsîr, in XLVII, 21 et LXÏI, 4). 

2. Cfr. fragment d'al Hallâj, ap. al Solamî, « tafsir », in Qor. XXI, 43. 

3. Cfr. dans la vieille version arabe des « Evangiles » utilisée par 'Abd al 
Masîl.i ibn Ishâq al Kindî dans sa « Risâlah ila al Hâshimî » (écrite vers 
210/825? éd. Londres, 1880, p. 1.36), « ^^^^..i^ ^s^xJ » traduit le grec 
« Y£vy]6iqirw xb ôlX/ifiâ cou » de Matth. VI, 9. Comparer d'ailleurs dans ce texte 
le dualisme « malkoùt... mashîyah » avec le dualisme « amr... irâdah », 

4. Ap. al Solamî tafsh-, in Qor. VU, 1; XXIV, 33 {nO-d-il", IOS<^). 

5. La récension B. paraît volontairement atténuée. 



NOTES EXPLICATIVES 187 

pronom, au contraire, c'est le signe mémo de l'expression 
pronominale, son « h », ah! Si tu cries « hélas! », on 
répond en écho « hé..! » (c'est ainsi que Dieu suscite en 
nous (par « holoûl ») le « hoûwa » ». C'est là une déduction 
stricte de la théorie hallâjiyenne du « hoûwa hoûwa » (cfr. 
p. 130), et 'Omar al Sohrawardî, qui l'a connue, la condamne 
à propos du sens à donner à « Ana al Haqq » * : 

On peut comparer ce passage à suprà <:-//'' : c'est le même 
procédé d'analyse grammaticale appliquée à la mystique. 

L'argumentation de ce très subtil passage dialectique est 
étroitement apparentée à celle que l'on trouvera plus loin 
/c-3°-i3°, 8°. Il s'agit ici de pousser le « tanzih » jusqu'à ses 
dernières limites, en montrant qu'aucune définition connue 
du « tawhîd » (dogme de l'unité divine) n'est acceptable. Une 
sentence d'Aboû 'Alî al Hosayn ibn Ahmad al Kâtib al Misrî 
(t ap. 340/951), ami du qâdhî hallâjiyen Aboû Bakr al Misrî, 
montre clairement en quoi le « tanzih » des soûfîs diffère du 
« tanzîh » des mo'tazilis : 

(( Les mo'tazilah ont poussé le « tanzîh » jusqu'à « retirer 
« à Dieu^ » V intellect", — et ils ont péché en cela; — les soû- 

1. « 'Awârif al ma'ârif», ch. IX; en marge de 1' « Vjyâ », éd. Caire, 1312, 
I, 177. 

2. In Solamî, recopié in Sha'râwi Tabaqât... éd. Caire, 1305, t. I, p. iil. 

3. Mettre hors de la définition de la pure essence divine. 

4. Le pouvoir d'apprécier le bien et le mal; car Dieu, selon eux, ne sait 
que le bien : l'Intellect est c/ee, non pas iiicréé. 



188 NOTES EXPLICATIVES 

fîyah ont poussé le « lanzîh «jusqu'à retirer à Dieu la Ac/e/zce\ 
et en cela ils ont vu juste ». 

Voici la traduction approximative de ces paragraphes : 
7. — « Si, pour définir le Dieu unique, je dis « C'est Lui, 
« Lui » ! ))'-; on me dira « Gela n'est pas du « tawhîd » !^ » — 
8. Et si je dis « Mais, le « tawhîd » de Dieu est positive- 
ment sûr! » ; — on me dira* ft Positivement! ». — 9. Si 
je dis : « le « tawhîd » c'est affirmer Dieu hors du temps^ »; 
on me dira : « tawhîd » signifie donc « lashbîh ))*^? Alors, 
aucune « comparaison » n'étant admissible pour caractériser 
Dieu, — voilà que « tawhîd » (selon vous) n'est plus qu'un 
mot sans rapport aucun avec le Dieu qu'il vise. Et sans rap- 
port non plus avec les créatures (puisque vous l'exilez a hors 

du temps » !) — 10. Si je dis : c. le « tawhîd » c'est la 

Parole de Dieu » (kalâm) ; on me dira : « Alors, le « kalàm » 
est un attribut de l'essence ))?^ — 11. Si je dis « [le 
« tawhîd » exprime] que Dieu veut être unique », — on m'ob- 
jectera « Soit ! Si la volonté divine (iràdah) est un « attribut 
de l'essence », comment se fait-il que ses volitions (morâdâl) 
soient des choses créées? »«. — \±. Si je dis « Dieu est le 
« tawhîd » ! Mais pour l'essence divine, seulement » — Alors, 
l'essence divine, c'est le « tawhîd »? — 13. — Si je réponds 
« Non, le « tawhîd » n'est pas l'essence divine! » — Alors, 



1. La connaissance morcelée, progressive, des actes bons et mauvais car 
la « masfdyah » est cn'ée, non pas incréée (cfr. ici p. 148 et 152). 

2. Cfr. sur le « Hoùwa houwa », ici p. 130. 

3. Car la troisième personne du singulier ne désigne pas exclusivement Dieu. 

4. Ironiquement. 

5. G'esl-à-dire : dans ral)Solu. 

6. « Comparaison », puisque vous laites intervenir dans la définition le 
« temps », chose créée. 

"7. « Sifat al dàl »; et non pas un << attribut de l'acte » (sifat al fiM) : ques- 
tion controversée âpremenl alors (cfr. p. 128). 

8. Donc, la volonté particulière {mashiyah = iràdah chez al Hallàj) de 
Dieu est chostt créée, et n'est pas une défîniiion acceptable du « tawhîd «. 



NOTES EXPLICATIVES 189 

j'affirme que le « lawliîd » est chose créée? — 14. Si je 
dis « le nom et le dénommé ne font qu'un ». Alors, quel sens 
peut-on garder au mot a tawhîd » ' ? — 15. Et si je déclare ^ : 
[le tawhîd », c'est dire que] « Dieu est Dieu ! » — Alors je dis 
que Dieu est « l'essence de l'essence » et que a c'est Lui, 
« Lui ))?^ » 

Ailleurs*, al Hallâj nous explique pourquoi l'on ne peut 
dire de la pure essence de Dieu « c'est Lui, Lui !» : I : 



• ^ >" ^ x^ t /■ yf ^^î 









ft On demanda à al Hosayn (ibn Mansoûr) (à propos du 
« tawhîd » : « Est-ce Lui, Lui? — Non ! Dieu est au delà de 
tout « 11 » ! Car « il » est une expression qui indique^ simple- 
ment une chose (limitée), dont on affirme ainsi qu'elle ne 
possède rien d'autre que soi-même ^ » 

II. — Dans son « 'aqîdah», placée parai Qoshayrîen tête du 
l^"" chapitre de sa « Risâlah »\ al Ilallàj exprime encore l'in- 

suffisance logique du nom « j» » appliqué à Dieu : c:^^^-? j' j 

àS-ls. jUI _j pl^jU «^î. ». « Si lu dis (de Dieu) : « Lui ! » (Hovlwa), 
les deux lettres {hâ et waw) dont se compose ce mot ne sont 
que sa création ^.. » 

1. Il n'a plus de raison d'être! 

2. Pour << rompre les chiens ». 

3. Proposition réfutée en comoiençant. 

4. In al Solamî tafsîr de Qor. CXII, 1. 

5. Toute définition est exclusive, restrictive. 

6. Tandis que Dieu possède tout. 

7. Éd. Ansârî, Caire, 1290, I, pp. 45-i8. 

8. Pour al Hallâj, co.Time pour Ibn 'Atà, les/e///'es sont créées, — l'alphabet 
arabe, contrairement aux Hanbalites, est chose créée. Al Hallâj a motivé sa 
thèse un jour, — avec ce laconisme ironique qui lui est propre, par ces paroles 

(in Kalâbâdi « ta'arrof » ii3-a-8°) ■ c'est-à-dire : « quiconque doit se servir 



190 NOTES EXPLICATIVES 

Ce même argument figure dans l'aqîdah placée en tête de 
son Kitâb nafi al tashbîh''. 

Sur le « tanzih al lawhîd », al Solamî, dans son « tafsir » 
(des versets Qor. LVII, 3, 5) nous a conservé des fragments 
d'al Hallâj qui expriment la même doctrine que ce « Ta Sîn » . 

Celle singulière figure se compose de deux formules numé- 
riques, avec, au-dessous, deux fois, la lettre « hâ » (qui est 
expliquée au paragraphe suivant), et, trois fois, la syllabe 
« la » (« Non ! »). Je n'ai pu arriver à élucider ces deux for- 
mules : je pens(î qu'elles sont numériques, car les signes 
qu'elles comprennent proviennent visiblement de la numé- 
ration arabe, surtout dans la seconde, qui se transcrit aisé- 

-rr . Quelle opération arilhmô- 



... ,9 

ment ainsi 



5 

tique les mathématiciens d'alors figuraient-ils ainsi? Je ne 

sais, et ne vois pas, dès lors, comment elle pouvait symbo- 
liser^ le « fikr al khâss » par opposition à la première formule, 
symbole du « fikr al âmm ». 

Ces deux formules n'en sont pas moins fort intéressantes, 
car elles me paraissent l'origine, parfaitement raisonnée, 
de certains groupes de signes que les soûfîs postérieurs ont 
recopiés sans les comprendre, finissant par utiliser, comme 



de lettres pour parler, a une cause-, el quiconque décompose son discours en 
séries, c'est qu'il y est contraint »; la première proposition joue sur la 
racine «^ 'alla » et le « ta'lfl », maladie, affaiblissement grammatical d'une 
consonne; la seconde établit cette thèse, reprise par les Ash'arites, que la 
Parole divine est un tout, — indivisible, — et qu'elle ne peut s'épuiser en 
une succession de séries modalisées pour s'exprimer tout entière. 

1. Publiée par al Kalâbàdî : cfr. suprà p. ii. 

2. Peut-être chiffre-l-elle les lettres correspondantes de l'alphabet, ainsi 

représentées par leurs valeurs numériques 



pas de sens appréciable. 



^^ .' Gela ne donne 



NOTES EXPLICATIVES 191 

talismans cabalistiques, ces débris d'un alphabet secret^ dont 
je n'ai pu retrouver la clef. Un groupe de dix formules sem- 
blables se trouve, entre autres, à la fin- d'un manuscrit^ 
du « Kitâb al Qotb wa al Imàmayn wa al Modalajayii » 
d'Ibn 'Arabî, oii elles jouent un rôle talismanique. Il ne faut 
pas les confondre avec d'autres sigles, bien plus répandus, 
empruntés par les soiifîs postérieurs^ aux sigles astrologiques 
des sept planètes^ 

XI-1\ 

La thèse fondamentale de ce « Ta Sîn », l'idée que la Sa- 
gesse, cette seule connaissance adéquate de l'essence divine 
ne peut être qu' « infuse », et par Dieu lui-même, en une 
opération toute divine qui « déifie » l'homme en quelque ma- 
nière^ est résumée de façon catégorique par trois fragments 
hallâjiyens conservés par al Kalâbâdî^ : 

« 2.*J les:"-'' ,.y>'^\ i-^^} "^ 5 ' J wàlaJ ^/» ^1 iJ 

« Nul ne Le connaît, s'il ne lui a donné la Sagesse ; — nul 
ne Le dit vraiment un, s'il ne l'a unifié; nul ne croit en 
Lui s'il ne lui en a fait la grâce ; — nul ne Le décrit, s'il n'a 
rayonné dans sa conscience intime I » 



1. Gfr. les alchimistes; comp. alphabet de la sîmîyâ, in ms. Paris, 2675, 
ff. 29*, 36*, 37b, 42b. cfr. les « lettres à lunettes », d'origine juive (A. Danon, 
Amulettes subbatiennes, J.A.P. 1910, p. 6, n. 2, p. 14). 

2. F° 5a, titre cité sous le n° 417 dans la liste de Tâhir beg. 

3. In « majmoû'ah », n" 2, Bibl. 'Omoûmî, Stamboul. 

4. Gfr. ms. Londres, 888, {° 342*. 

5. Gfr. Ooulté, Magie et religion dans V Afrique du Nord, 1909, p. 155-156. 

6. Gelle thèse est en connexion étroite avec ce que la scolastique occiden- 
tale appelait « l'information ». 

7. In « ta'arrof » (143 a-IS^, i6\ 42°). 



192 NOTES EXPLICATIVES 

II. Xsà • ^i;j <u«a.) ià^x^ ,ic U:! j ' â^^a-J i.*-^ La3^.£ 4.JJ1 ,1 » 

« C'est Dieu Lui-même qui Se fait connaître à nous en Soi, 

— c'est par Lui-même qu'il nous mène à la connaissance de 
Lui-même, — et c'est Lui qui, au dedans de la Sagesse de- 
meure le Témoin de la Sagesse, après qu'il l'a fait connaître 
à celui dont II a fait un Sage ». 

C M w ^ C ^ 

' y 

y 

« La Sagesse ! C'est l'introduction graduelle de la 
conscience intime parmi les catégories de la pensée*, à l'aide 
des illuminations internes dues aux prières rituelles, — en 
suivant le progrès didactique ininterrompu des révélations 
qui se succèdent ». 

Xl-S" seq. 

3° Celui qui dit : « Je connais Dieu, parce qu'il me manque 
(= parce que je Le désire)! ». — Comment celui qui se dit 
dans le besoin peut-il connaître Celui qui Est, en plénitude? 

— 4° Celui qui dit : « Je Le connais, parce que j'existe! » 
Deux absolus ne peuvent coexister! — 5° Celui qui dit : « Je 
Le connais, puisque II m'est inconnu ! >' — L'agnosticisme est 
tout voile, — la Sagesse réside derrière ces voiles vains. — 
6° Celui qui dit « Je Le connais, par Son Nom! » — Le nom 
n'est pas séparable du dénommé, quand ce dénommé est 
incréé... — 7" Celui qui dit « Je Le connais, par Lui! » — 
C'est dédoubler l'objet que l'on prétend connaître... — 
8° Celui qui dit « Je Le connais, par Son œuvre! » C'est se 
suffire de l'œuvre sans son créateur. — 9" Celui qui dit « Je 

1. La présentation du « subconscient » dans le domaine de la réflexion. 



NOTES EXPLICATIVES 193 

Le connais, parTimperfeclion même de Taperception que j'en 
ai! » Si elle est imparfaite, elle est discontinue, et comment 
une connaissance discontinue peut-elle saisir tout son objet? 
— 10° Celui qui dit « Comme II me l'a appris, je Le connais! » 
Gela, c'est la science (discursive), — c'est revenir à la 
prescience; or la prescience est distincte de l'essence*; et si 
elle s'en écarte, comment la comprendre? — IT Celui qui 
dit « Je Le connais, tel qu'il S'est décrit! » C'est se suffire 
de la Tradition sans contact direct. — 12" Celui qui dit « Je 
Le connais, par doubles définitions! »; l'objet à connaître 
est chose unique (simple), — qui ne souffre ni localisation, ni 
sectionnement. — 13" Celui qui dit « l'Objet connu Se con- 
naît Lui-même! » c'est avouer que le Sage reste lié (condi- 
tionné) par le fait de sa différence même (d'avec son objet), 
tandis que l'objet (à la fois sujet et objet) ne cesse de Se con- 
naître en soi! — ...18° Celui qui dit «Je Le connais, dans Sa 
réalité! » place en cela son « être » plus haut que l'Etre qu'il 
dit connaître, — car celui qui connaît une chose dans sa réa- 
lité\a. dépasse en puissance, parce qu'il la connaît ». 

Cette dialectique serrée détruit ainsi un certain nombre de 
thèses alors célèbres. Le sixième article vise la thèse hanba- 
lite de l'identité de Dieu avec ses noms révélés dans le Qorân^ 
et déblaye le terrain pour la croyance au « nom ineffable » 
(ism a'zam). Le septième détruit l'hypothèse que « Iloûwa » 
peut être un nom de Dieu, et prépare à la doctrine du 
«Hoûwahoûwa». Le huitième est une application du «tanzîh» 
cfr. suprà, p. 103). Le neuvième, dirigé contre une thèse tra- 
ditionnellement attribuée au khalife Aboù Bakr^ prépare la 



1. Cfr. suprà p. 153. 

2. Cfr. al Kîlânî, Ghonyah..., I, 5i, où sont données les thèses d'Ibn 
Hanbal. 

3. Cfr. Qoshayrî, éd. Ansârî, IV, i48:Ibn 'Arabî, Fntoùhât..., III, 149; 
Shahrastânî, éd" 1317, II, 111 112. 



194 NOTES EXPLICATIVES 

condamnation du relativisme (article suivant). Le dixième est 
analysé plus loin. Le onzième plaide pour l'expérimentation 
mystique contre le formalisme traditionnel des écoles (cfr. 
discussion d'al Hallàj et d'al Nahrjoùrî à la Mekke)'. Le dou- 
zième vise comme insuffisante et purement négative la théorie 
contemporaine d'Aboû Sa'îd al Ivharrâz- que a Dieu pouvait 
être défini comme étant le seul objet de connaissance unissant 
simultanément deux aspects contradictoires (dhaddayn) : 
« premier, dernier, caché, apparent... » — ». Le treizième 
conclut à la nécessité d'une « consommation du sujet en son 
objet » pour qu'il y ait connaissance parfaite, sans résoudre 
l'objection de « holoûl » et d' « imtizâj ». 

« ...La prescience laisse de côté l'essence ». Al Hallâj, 
convaincu du relativisme des sciences, a exprimé nettement 
la supériorité de la sagesse (ma'rifah = gnose) sur \di science 
discursive (ilm). L'antinomie « 'ilm-ma'rifah » était alors 
envisagée de façon différente par d'autres soûfîs. Car, par 
suite du caractère « scripturaire » et « textuel » de l'Islam', 
le mot « science » englobe à la fois l'ensemble des connais- 
sances objectives rationnelles et les prescriptions de la Loi, 
la forme écrite du Qorân, qui est l'essence de la religion selon 
le sunnisme pur. Aussi les plus prudents des soûfîs, au rebours 
d'al Hallâj, proclamaient avec al Jonayd (f 298/910) la supé- 
riorité de r « 'ilm » sur la « marifah »* : 



1. In XkhhâT al Hallâj, ms. Londres 888 ff. 340i'-341a. 

2. Cfr. ap. Ibn 'Arabî, Fosoûs...^ éd. 1891, pp. 94-95; adoptée dans les 
« 'aqîdah » d'al Hallàj comme exprimant le « tanzîh » préliminaire. 

3. Cfr. le fameux liadîlh sur « l'encre des savants, qui pèse plus que les 
larmes des saints et que le sang des martyrs! » attribué, ce qui surprend, à 
Hasan Basrî par al Ghazâlî {ihyâ... I, 6). 

4. Baqlî, /. c. in 0<*''. XLVII, 21 ; — comp. Kitâb al mîthâq d'al Jonayd 
(Opusc, ms. cit., VI). 



NOTES EXPLICATIVES 195 

^L^_^^î! ^';L_j ^l[=L jC ^.J! w^iU LJ ^ï (Qor. LVill, 12) 
(Qor.XLVlI, 21) « IM il J! ^ Jl *ltU » JUà oj^^^J [^\jl^^^j 

La solution d'al Hallâj élait une conséquence de son attitude 
dans la controverse sur 1' « 'aql », la raison. Al Kalâbâdî, 
l'élève du hallâjiyen Fâris-ibn-1sâ, donne comme interpré- 
tant l'opinion commune de ses maîtres sur la raison la sen- 
tence suivante d'ibn 'Atà, l'ami d'al Hallâj* : 

« La raison est l'outil de travail de notre servage (de créa- 
tures), — elle n'illumine pas le divin ». Aussi qu'arrive-t-il, 
si la raison entreprend de pénétrer l'essence divine, ce pour 
quoi elle n'est point faite ?Sahl al Tostarî (f 283/896), le pre- 
mier maître d'al Hallâj, l'expliquait déjà en termes éner- 
giques^ : 

« Jawj ;c. àUI ljJ,£ Ij-t! jl^vs àÎJl C-^b ^ >^^;^. 

« La raison, c'est celte bonne santé (de l'esprit) qui est 
capable de le rendre malade! (Gomment cela?) Oui, parce 



1. In taarrofk la suite de la sentence [ii3a-'t2°). 

2. Ap. Aboù al Qàsim al Saqalî (f vers 390/999) liitâb al shark... min 
kalâin Sahl, ms. Kopr. 727, chap. V, in fine ». — Livre écrit à Qayrawân 
d'après al Nahâwandî et son choix du livre des « mille sentences » de Sahl 
directement recueillies par Aboû al Hasan Ibn Sâlim, le fondateur des Sâli- 
mîyah. 




196 NOTES EXPLICATIVES 

que, lorsque la raison [s'aperçoit qu'elle] ne peut se muer en 
l'essence divine, elle devient haineuse et hait Dieu.... ». 
C'est ce qu'ai Hallâj exprime à son tour en deux vers sou- 
vent cités' : (■Isp-'j) 

« Celui qui, pour rechercher Dieu, prend la Raison comme 
guide, — se voit « lâché »- (par elle) dans une perplexité 
où il lui faut s'ébatlre. Sa conscience intime se trouble dans 
l'équivoque, — et il finit par se demander, ébloui « Est-ce 
Lui?» — Ce n'est que deux siècles plus lard que 'l'éclectisme 
des soûfîs monisles combinera la conception grecque de la 
primauté de la Raison Çaçl) avec les données expérimentales 
soiifies sur l'Esprit {roûh). 

Ailleurs^ al I.Iallâj se sert d'une curieuse méthode d'éli- 
mination pour épurer l'idée de « ma'rifah » de toute idée de 
science ('ilm) : toutes les sciences se réduisent à la science du 
Qorân, qui se réduit à la science des lettres isolées'*, — qui 
se réduit à la science du « lam-alif » (le « Non ! » négation 
absolue), — qui se réduit à la science du Point primordial 
(al noqtah al ashyali), qui se réduit à la Sagesse (MaVifat), 
science de la « mashîyah », — qui réside dans l'abîme du 
« Lui » divin. 

Cette théorie de la noqtah adiyah est remarquable, — 
car elle coïncide avec la a nekuda rishuna », point primor- 



1. Ap. al Kalâbâdî, ta'arrof {i43-a-12°). — Dans un autre fragment en 
prose (id. t43-a-11°) al Hallâj reprend et précise cette idée. 

2. Comme le bétail an pâturage. 

3. Ap. al Sola m î /«/•«?■/■ in Qor. VII, I, etc. — Gfr. text.' d'al Hallâj. in ms. 
Londres, 888, f 336-% contenant la phrase » J,\ ^_^l:;ib_^ r^^ -9 -?-^^ 
^Lo^)\ l]^sJÙ\ àijjM «; cfr. ms. Solaymanîyah, 1028, XXV, f. 11. 

4. Placées en tête de certaines sourates. 



NOTES EXPLICATIVES 197 

dial » de la Qabalah juive*, — et le « khà » des philosophes 
sanscrits étudiés par al Bîroùnî^ 

Xl-U\ 

« baydhâ... sawdà. — » GIV. le texte évangélique Matth. V, 
36. 

XI-1d\ 

Qalb : le cœur. — Le lanp^age mystique unit sous ce mot 
deux données : matérielle, le viscère^ le « morceau de chair » 
comme dit ici alHallâj [modhyhahjawfânùjah)^ — et surnatu- 
relle, le '< point d'impact du regard divin », mawdhi na'zar al 
llaqif. Selon les soûfîs, le cœur de chair, cet organe régula- 
teur et enregistreur des variations de la tonalité générale 
de l'organisme, (équilibrateur nous le savons, du rythme 
circulatoire du sang qui maintient constante la température 
vitale), — ce muscle creux et insensible est aussi l'organe de 
la contemplation^; et, dans l'extase, il y a emprise divine di- 
recte sur la pulsation vitale (ralentissement cardiaque). Il est 
très digne de remarcjue que, dans la littérature arabe qui 
situe généralement le contre-coup des émotions dans le foie 
et la bile, — seuls, les auteurs mystiques ont parlé du cœur. 
Ainsi s'est constituée leur « science expérimentale des 
cœurs » 'ilm al qoloûb''., sur des prémisses dialectiques posées 
par divers mo'tazilah : Aboù al Hodayl [farq, 110), Ibn Hâyît 
[farq^ 256), Ashwàrî et Foùtî; et par Ibn al Rawandî (cfr. 
shâmil, ms. cit., f° 14') 



1. Héférences in Elheridge Htbr<iw iiterature. London, 1856, p. 319. 

2. Târîkh al llind, texte p. 169, trad. I, 333. Voici ce qu'il dit du « s!^ » : 

c'est « 0\^_^^>i'\ Ç:^-«-=*- i^'' iL.Jl.j».3\ (J,_5^>\ ^iXa.M l^ \^Uj:' ikiXJl ». 

3. Al Ilallàj et Kâris, ap. Solamî tafair in Qor. XXXllI, 72, etc.; comp. 
Gliazàlî, ihyâ...^ III, U. 

4. Cfr. la critique du malekite Tortoshi (f 520/1126) sur al Ghazcàli : « ... il 
s'écarta de la route des ulémas, ... il s'occupa des maîtres en la « science 
des cœurs » ... » (ap. Sallâmî, Radd.... H, 355). 



198 NOTES EXPLICATIVES 

Ce passage, qui décrit l'état final du Sage en termes vo- 
lontairement obscurs, doit être rapproché de e-3d°-39\ Mais 
ici nous n'avons plus le secours du commentaire. Le mot 

« j-sli l_^ii^'^ » rappelle le mot du Shiblî « (j^^jJLj) s=^]J ^^ 

jiU_j^5 » * : (( Celui qui trouve sa joie dans le « tawhîd », se 

perd lui-même ». 

xi-n\ 

« La Sagesse n'est semblable qu'à Elle-même, — Dieu n'est 
semblable qu'à Lui-même, — et cependant Elle est semblable 
à Lui, Il est semblable à Elle... Elle n'est pas Lui, Il n'est 
pas Elle, — et cependant il n'y a de Lui qu'Elle, et d'Elle 
que Lui, — il n'y a d'Elle que Lui ! il n'y a de Lui que Lui ! . 
Ce passage, oti alHallâj affirme l'identité, en dernière ana- 
lyse, de la Sagesse et de Dieu, — paraît construit pour être 
récité comme un « dikr » (litanie) ' : « LâHoûwa illâ Hya ! ». 

XM^\ 

« Le Créateur demeure le Créateur, — et la création est la 
création ». Telle est l'ultime différence que l'union transfor- 
mante et la « déification » la plus parfaite ne sauraient effa- 
cer, puisqu'elle est le signe de l'amour^ : al Hallâj le dit 
ailleurs avec netteté'' : 



1. In Qoshayrî Ritâlah, éd. Ansârî, IV, 49-50. 

2. C'est peut-être de là que dérive l'observation sur le « dikr >> des Hallâ- 
jîyah, consistant à répéter « Laii Hou, Lah Ha, Lah Hi » (in Le Châteiier, 
Confréries musulmanes du Hedjaz. 1887, p. 33, n. 1 ; source inconnue). 

3. Manifesté par la création de la « nâsoût » de Dieu, le « hoûwa iioûwa », 
ostension du secret de l'amour divin selon al Hallâj (cfr. suprà p. 130). 

4. Ap. Ibn Dihdâr Fânî (f 1016/1607) « Sharh Khofbat al bayàn », ms. 
Ind. OfT. Pers. 1922, f" 207*. 



NOTES EXPLICATIVES 199 

« (Au terme de la sainteté) il n'existe plus, entre Dieu et 
nous, que deux caractères différentiels : le fait que c'est de 
Lui que vient notre existence, — et en Lui que subsiste notre 
substance. » 

En d'autres fragments^ très remarquables, — al Hallâj 
note expressément qu'il ne s'ap^it pas d'admettre un mélange^ 
une fusion^ une inclusion illogique et irréalisable de l'Absolu 
divin dans notre contingence, — de la divinité (ilâhîyah) avec 
notre chair (basharîyah) ; le mot même de holoûl^ « infusion » 
que nous avons employé jusqu'ici par approximation trahit 
sa vraie pensée^ ; selon ses termes stricts, Dieu anéantit litté- 
ralement, dans les créatures qu'il sanctifie, — leurs attributs 
de créatures, — pour les ressusciter pourvus de Ses propres 
attributs divins^; c'est « l'essentialisalion », tajawhor^^ du 
saint enfin personnalisé, par un miracle de la grâce, 
« Tel qu'en lui-même, enfin, l'éternité le change^ ». 

1. Ms. Solaymanîyah, 1028, XXV, ff. 10-U, 

2. Al Hallâj l'écarté, en un fragment conservé ap. al Solamî, tafsir, in 
Qor. LVII, 3 (in fine). Ja'far Sâdiq l'admettait (Baqlî, tafsîr, f» 265b). 

3. Ap. al Solamî, tafsîr, in Qor. XXX, 45. 

4. Le mot est d'al Jildakî. 

5. S. Mallarmé, Le tombeau d'Edgar Poe. 



^ 



CONCLUSION 



Le texte qui nous explique le mieux la doctrine de la 
sanctitîcation hallâjiyenne, c'est la « prière qu'ai Hallâj récita 
en prison », la veille de son supplice : le lundi 25 mars 922 
(23 doû al qa'dah 309). Peu de textes qui soient plus sûre- 
ment contemporains, et dont la mulliplicilé des recensions 
conservées nous atteste davantage l'importance : 



is 






^ S" . 

•o <î Sî 
«'S ï_, '" 

H ^• 

C «3 
en » 






b. 



:§ 



Cd 



rt o 

c -5 . 

-Q c« - 
— <^ M 

T3 i- Ci 

a \^ en 

•« 

'in 15 .s 

c — 
a> -r) ^ 
cj «ri « 

« ns . 

1 W- S 



I 

- 1) 

I 



'3. 



a 



1 
-1 



M. 

_3 



^ •) 






(M 



-} ^ -7 



-^1. "^ ') 



r^ 






'3 



^1. ■") 






•<tfv 



>> 



- ■■'i 



î — 



r^ 



co 



(M 



rt g 

^ '^ o8 

OJ T3 O 

S ^'^ *=? 

« -O J 

S 










') 



CM 









_4 



"ïP 



<A1 



co 



co 
co 



"1 

-a 



<" ■;? -' 
"^ = ^ 

c S 
.2 



-=3 
O 



05 -T -a 

I e g 

h-i. «^ 
CQ 



O _ Ë 
O 



I «I 












.1? 1- 



s_^ 






=i 



;1 



J 









», 



J 






r 1 

•'î u 






^ ^ 






cm" 



^> 



,r» 



'b 



1 



m 



^ ■ 



•1 À 



'4 

•s 



•»A 



ers 






^^ 







-.3 ^ ~5 -*^ 



^ 






1 






ù 



ro 



C 


o 


> 


3 


3 




S3 


>i 


nS 


en 




r-J 














'2 


à. 

■ri 




g 




^5i 


«^ 


Cl, 


13 


VS 




■ i 


^^ 


3 


, 






-o 


Q> 


tA 


a. 

es 


e 


• 




^^ 


j-^ 


, 




o 


a 


•**^ 


"o 


■TJ 




co 


^H 


S 




O 
CL 


-^ 


o 


-»-i 


5 


en 


^5 


c 
a 




>-(• 




Cd 




«4 






1 












< 


;5 






^C 


^ 


« 


O 






















^ 


S 


^^_:^ 




CO 


• 

en 


•a:» 


^ 


o 




J= 


s 


[« 


c« 


^^^ 




fcij 




15 


K- 


«ri 


. 


"« 


ts 


o 
o 


. 




bd 


a 




> 


^ 


<ri 


o 

cy^ 


^• 


"Ss 


•M 


Lm 


<-. 


(m' 




e 


O 


etf 


<; 






oa 




-C 


V 





( 



M 



-^ 



iO 



CD 





•< 

Vît -X ' 


,,Vo 


^ 




— :> 


^ ^ 


■^ 




'k- =^. 


i 


:yr> 




'-^'^' 


t> 






^ -0. 








., -^ 


rxT» 






"-1 '^' 

-s i 


*> 






7^ 






•* "tl. 


,,Vo 


^ 




35'?, 


^1 


*> 




t> 


- 




^ -5: 


j^ 






1 






<1 "^ 


i> 






•'■* 


=>s> 






M =r 








-•i M 


•^ 






-^ ^) 


7^ 




(■ 


^ ^=5 




\ 


_ 


^^^3 


^. 


b 


*> 

1 


j 1 




1 




H <X 




( "1 






\ 






— f -«^ 


1 






^« -1, 








11 








a v>< 








-^ ^) 







1 -0 ^ 






•A 



1 



H- 



.^o 









J 



iO -Ti 


1 


co 












— ' 


















1 














"^ 
















•î^- 
















J- JX 


3^ 














rr? "-^ 


-D 














:;^ 1= 
















T^ — ' 
















u -D 
















i6 -rx 


Ta 


CO 












•^ ^ 


s 














■•o( 


•~\ 














— Pi --^ 


:>o ' 














\ ^- 


•^ 














■ JT\ ' — ' 


*- 














4^ 


> 














— ' "^ 


T> 














"^^ 3-= 


" 














u ^ 






r 












*\ * 




1 










iO --T^ 




d 


*^ 








1 ^^ 


3^ 
■M 


-:-, 

<— 


•J 

•(rr\. 










*> 




\ 


\ 








K.^ 


"^ 





. •^ 


•* 








_- o -"^ 


.««-^ 




* ' > 












^ ••c< 




■^'' 










't^^^*^ 
ur3 


o -1 


-n 
") 


^ 












O-^ y: 


CD 






a- 


O 

I 


4'> 

o •*> 


"S 'l: 




o« 


'o 


M 


^'^- 


fad 


1 






^ 


-0= 






ci 


00 1 



w 









4 : 



3n :3 






^ 3' ^^ D. 
M^ 






00 



4 



•-o{ 



1-» 







.4> 



• < 



-=5 



J 



tcJ 



•<1 

■S 

s- 





(■• >^ '.(' ^ 



V4s3H 



•• 3 9 






^^ <h -N -J -J^ "^ 

00 'x'-f 









1^ 

1 






^) 



• o 



■T -1^ 



1 ^'^ 



■i 



'0 



00 












os 






") 



1 ^-^ 



"^ 'A 

' N* 



35 









CÛ \ 







) 



a q 



î 






'A 



00 



^ 



•M 

K 

H- 



■^ ^"-o 



05 — ^J 
) w — 



V» -4 






\\ 



-^ 









^ 



.1 

I 



\ a 



A' 



^ 



«5 A 



<1 

-.o( 

_J 



■^ 



J:^ 



05 --^ 



"0: 






•^ < 



•'S o 



ui 



H 



•4 "H 






», 



a- 



•'^ 






c ; 






A- 



r .i; 






J 



__ J 





y 



-4 



'> 



_3 = 



3 

'A 



14 X» ' 



- 



^-^= 



♦1_ 



•Y 



_^> 



'K 






«^ «^ 















) ^0 



3 






_^ 



-.5- A - 



O 



N i. 






N^' o <1 3 






w- — 

I 
I 



W — ^ : o\ 



'^ A- 



-\ 



\ » 



rt N={ :4 --* 



- ^\ 









N H- 
o a 



^ 
1-^ 



J 



N i- 



L4 



cS en 

ui ai 

{j Si 

O =^ 

^ a 

.. o 



^. i^- 



^ _2 



Cû 



'1 



•-o( 



'0 






•> 



'\ 



^ .<r> 

=0 _,r 



A. 



"Y 






1 1: 







-2^ 



■J 



















«A J 



I 









■A 



)h 









-vl- 







■"^ : 



) 



M- 



=, ■) 



■0 












"D 



\-o 



X 






') 



\; 






^0 



o 



•• o 

w 33 

3' 



206 CONCLUSION 

Note : Ce texte figure dans un récit des derniers moments 
d'al Hailâj dû à son « khâdim » Ibrahim ibn-FâtikV qui avait 
été emprisonné avec lui. Cet Ibn Fâtik est un soùlî connu-, 
et si d'autres récits portant son nom et relatifs à al Hailâj 
peuvent être discutés^ celui qui nous occupe est sûrement 
contemporain, puisqu'il fut publié par le grand qâdhî Ibn al 
Haddâd al Misrî, qui mourut en 345/956*, possesseur d'une 
haute réputationàla fois danslesmilieux juridiques shâfi'iles, 
et dans les milieux soûfîs. 

Voici la traduction : 

« Nous voici : c'est en Tes Témoins^ qu'il nous faut chercher 
le refuge , et dans la splendeur de Ta gloire la clarté, pour que 
Tu fasses paraître (enfin) ce que Tu as voulu de Ta puissance 
et de Ton décret! Car c'est Toi qui es au ciel le Dieu, et 
sur terre le DieuM Toi qui rayonnes (à travers l'univers) 

1. I.Iamd, fils d'al Hallàj, le dit positivement dans l'introduction du récit 
publié par Ibn Lîàkoùyeb (in bidâyah). 

2. Aboû al Fcâtik Ibrahim al Baghdàdîibn Fàlik-ibn-Sa'id : fils d'un shaykh 
syrien de Bayt al Maqdis (Jérusalem) (selon Harawî « tabaqât... » cfr. 
i0")9-a-21°). « Râwî » admis par al Qoshayrî {Risâlah, éd. Ansàrî, IV, 4, 97). 
Il ne faut pas le confondre, comme cela s'est fait, avec son frère Aboù al 
'Abbâs Ahmad, surnommé al liazzàz (Jâmî, Nafahât..., 170). 

3. Ap. Akhbâr al Hallà]. Tandis que l'isnàd de la récension qu'ai Khatîb a 
empruntée à al Solamî comprend comme unique intermédiaire entre al 
Solamî et al Misrî un juriste shâli'ite autorisé Aboù Bakr Mohammad ibn 
al QaIVâl al Shàshî, mort en 365/975 (I.Iàjj Khalifah, éd. FUiegel, II, 639; III, 
413). 

4. Aboû Bakr Mohammad ibn Ahmad al Kinànî al Misri, surnommé « Ibn 
al Haddâd » et « Aboù ai Hadîd » ; né en 264/877 mort en 345/956; juriste, 
disciple d'al Tabarî, puis shâli'ite, écrivit le Kitdb al fovoù"; il était répandu 
dans les milieux soùfîs (cfr. Ibn Khallikân, éd. Boulàq, 1859, I, 163; Fih- 
rist, I, 235; Ibn Taghrîbirdî JSojoùm..., Il, 340-341 ; al Qoshayrî, IV. 12, 184; 
Jâmî Nafafiât..., éd. Lees, 210). Il fut effectivement grand qâdhî d'Egypte 
en 322-324, 324-325 et 333-334 (cfr. Al Kindî, Histoire des qâdhîs d'Egypte, 
éd. Gottheil, 156, 157, 159, 164). 

5. Théorie du « Shâhid », cfr. p. 140. 

6. La récension B ajoute ici « Toi qui a déroulé le temps et façonné 
l'espace, — devant qui s'humilient les substances et se prosternent les acci- 
dents, — par qui se cohérent les corps et sur qui se modèlent ies lois! », 



CONCLUSION 207 

tout ainsi que Tu l'as voulu, comme au jour où Tu as pris 
pour rayonner, suivant Ton décret, la « Plus Belle Forme » 
(l'humaine) ' ; Forme qui contenait- alors l'Esprit, seul à Te 
témoigner par la science, l'éloquence et la liberté! 

« Depuis, c'est (moi,) ton Témoin actuel, que Tu as 
investi de l'essentielle personnalité''! Et, tout ainsi que Toi, 
autrefois, Tu élis mon essence pour qu'elle Te représente 
(parmi les hommes), — quand, grâce après grâce, — Tu 
en vins à faire reconnaître (et proclamer) mon essence 
comme l'Essence suprême*, — et que moi je faisais voir 
les réalités de mes connaissances et de mes miracles, — et 
que je m'élevais, dans mes « Ascensions », jusqu'aux trônes 
de mes prééternités, d'où j'ai prononcé le mot créateur de 
mes créations^ : 

« — De même, maintenant, me voici, moi, (encore à Ta 
disposition), — pour être exposé en public, exécuté, mis 
au gibet, brûlé, — mes cendres livrées aux vents et aux 
courants, 

« — Car, en vérité, un seul grain de (mes cendres) cet 
aloès^ qui va brûler pour Toi, assure au temple futur de 
mes apothéoses' une base plus grande que les plus grandes 
montagnes! ». 

— Les antithèses rythmées de cette prière, qui, devant les 

1. En Adam, cfr. Qor. XGV, 4. 

2. B : qui était... clr. al Kharràz, ). c. suprà, p. 132. 

3. Le « Hoûwa hoùwa », le pouvoir de dire « il », au nom de Dieu. 

4. Allusion au mol « Ana al Haqq! » (note 2, d'al Baqlî, p. 205). 

5. Du point de vue de son existence surnaturelle, en tant que déifié (Ana 
al Haqq), al Ilallâj peut considérer son existence naturelle (en tant 
qu'homme), comme étant sa propre « création », « barrîyah » (note 4, d'al 
Baqlî, p. 205). 

6. Sud rad. ^^ : » <^.> ,rs:->-^r'. ^^^^ >^j»J\ « ^^s.'^Nl » , « -^siv-vJl ... » 

{Lisân al 'Arab, éd. 1300, II, 198). Le mot est employé dans un l.iadîlh sur 
la chute d'Adam hors du Paradis (cfr. Ibn al Athîr, Gharîb al Hadith, s. v.). 

7. Mon corps ressuscité, transfiguré, glorieux. 



208 CONCLUSION 

splendeurs prééternelles du « Roùh », — relie si étroitement 
les grâces de l'élection aux rigueurs d'un très prochain 
supplice, — évoque comme un écho des paroles dites in su- 
premae nocte roenae, avant la Croix, selon l'Évangile de saint 
Jean « Kal vuv o6;a7îv \}.t, Hù IlâTcp, Traci jca'jTo) ty] oôçyj ^ sty.ov, 



1. loan. XVII, 5. Comp. S. Paul, Ephes., I, 4 : « Kaôw; £E£).éÇaTo f,(i5; Iv 



INDEX GÉNÉRAL 

DE L'INTRODOCTfON, DU COMMEmiRE, DES OBSERVATIONS ET DES NOTES 



I. — TABLE DES NOMS (*) 

(* Les œuvres sont en italiques. — al et Aboù sont classés au rang du nom 

qu'ils précèdent.) 



Adam, xii, xviii, xxiv, 5, 88-92, 94, 

96, 98, 106, 129, 130, 131, 170, 

171, 181, 186, 207. 
Akhbdr al Hallâj, xvi, 133, 148, 177, 

194, 206. 
Alexandre d'Aphrodisias, 137. 
'Alî, 103, 159. 
Âloûiî (Mahmoud), xxiv. 
Aloûsî (No'mân), 178, 183. 
Amedroz, xv. 
'Âmîr-ibn Qays, 89. 
Anaxagore, 137. 
Ansârî, 141. 
Anselme (S.), 137. 
Aqta' (Aboû Ya'qoûb), iv. 
Aristote, 137. 
Ash'arî, 136, 145, 152-IS5, 160, 171, 

173, 128. 
Ashwârî, 197. 
Asîn, 162, 219. 

♦Attâr, m, xix, 149, 170, 176, 178, 
Averroès (voir Ibn Roshd). 
^ Awdrif al ma'drij : voir Sohrawardî 

('Omar). 



Awsdf al ashrdf : voir Toûsî. 
'Azâzîl, xviii, xxiii, 6, 96, 184. 
'Azâzyayîl, 90. 
Azdî (Aboû 'Omar), v. 



Baghdâdî (Abd al Qâhir), m, xxiv, 97, 
145, 151, 159, 171, 172, 174, 
— (Majd al Uîn), 178. 

Bahjah : voir Shattanawfî. 

aboû Bakr, 2, 105, 193. 

Bakrî, 146. 

Balkhî, 13s. 

Bandanîjî ('Isa al), 1S2. 

Bâqilânî. 94, 153, 155, 173. 

Baqlî (Roùzbahân al), 11, m, viii.. xix, 
XXII, I, 43, 79-108, 127-129, 132, 

134, 136, 142, 146, 148, 151, 153, 

159, 160, 161, 163, 164, 166, 167. 

168, 170, 17:, 173, 175. 176, 178, 

184, 185, 194, 199. 207. 
Bashshàr, 172. 

Basrî (Hasan), 152, 153. 155, 163. 
Bâtinîyah, 155. 
Bayân ibn Sam'ân, 171. 
Baydhâwî (ibn 'Asim), xvi. 



210 



INDEX GENERAL 



Benincasa (Orsola), 175. 
Uddyah, xvi (voir Ibn Bâkoûyeh). 
Bîfoûnî, II, m, 132, 155, 156, 149, 197. 
Bistàmî (Aboù Yazîd), 85, 156, 176- 

177, 
Blochet, 166. 
Bokhârî, 178. 
Bclbol Ndvieh : voir 'Anàr. 
Bonân, 161. 
Bonânî (Thâbit), xvin. 
Bostdn al ma'rifah, viu, mi, xiii. xiv, 

7, 69-78, 105. 
Bostânî (Botros), 177. 



cheïkbisme, 149. 



Dahabî, vi, 170. 

Danon, 191. 

Daoûwânî, 173. 

Daqqâq. 133, 158, 156. 

dayl tdr'ikh Ba^bddd : voir Ibn al Najjàr. 

DaylaiDÎ, 130. 

ddyrat al ma'drif : voir Bostânî. 

Dhirâr, i)2. 

Dieterici, 131, 154, 174. 

— cfr. Fârâbî. 

— cfr. Théologie... 
Dimishqî (Aboû 'Amr), 162. 
dîwdn asb'dr mondjdt, m. 

— shams al haqdyq, 178. 
Doutté, 174, 191. 
Dozy, 108, 138 
Druses, 138, 139, 150, 164, 166, 185. 



Epist. Puuh, 14S, 154. 170, 208. 
Eiheridge, 197. 
Evangelium Joannis, 80, 208. 
— Matthaeiy 186. 197. 



Fânî, 198. 
Fânsoûrî, 179. 
Fârâbî, 142. 149, 174 



Fàris-ibn-'fsa, 93, 136, 151, 152. 154, 

155, 165, 168, 169. 176, 19s, 197. 
farq : 152, 154, 155, voir Baghdâdî 

('Abd al Qâhir). 
Fasawî, 174. 
Fayyâdh, 159. 
Jibrist (Kitdb aï) i, IX, xv, 
Fir'awn. x. 6, 95 94, 170. 172, 173, 
fosoùs al hikam : voir Ibn 'Arabî. 

— // al hikmah : voir Fârâbî. 
fotoûhdt al Makhiyah (al) : voir Ibn 

'Arabî. 
Foûti, 197. 
Friedliinder (Isr.), 140, 159, 

G 

Gfrorer. 184. 

charîb al hadith : voir Ibn al Athîr. 

o 

ghdyat al soroûr : voir Jildakî. 
Ghazâli, xiv, 93, iio, 126, 127, 131, 

136, 177, :79, 182. 194, 197. 
ghonyah .. : voir Kîlânî. 
Gibb, 178. 
Goldziher, xi. 13, 49, no, l'io, 165, 

219. 
Golshdn i rd^ : voir Shâbistârî. 
Gorgânî, 126. 
Graf, 131. 

H 

hadîlh, 81, 83, 93, 94, 9S, loo, lO), 

109. 
Hadhramî, vi. 
Hàfi/,, 178. 

Hâjj Khalîfah, vu, 142, 206. 
hall al romoû\, 178. 
Hallâj, pasiim 

— cfr. Hisayn ibn Mansour. 
Hamawî, 140. 
Hamd, V, VI, 206. 
Hâmid-ibn al 'Abbâs, v, xiii. 
hd mtm al qidam, i, 173. 
Hanbalites, 128, 152, 153, 155. 189. 
Hanéfites, 15 1-153 . 
Aboù Hanîfah, 171. 
Harawî, 11, 94, 133. 138, 151, 174, 

177. 206. 



INDEX GENERAL 



211 



Harîrîyah, 130. 

Hartmann (M.), 219. 

aboù Hàshim, 152. 

Hâshimî, XI. 

hatk al astdr : voir Nâbolosî. 

Hénoch, 184. 

Hîldj Ndmeh, in. 

Himsî, 174. 

Hishâm-ibn al Hakara, 152. 

aboû al Hodayi, 197. 

Hojwîrî, II, XVIII, XIX, XX, 79, 136, 

139, 162, 168, 185. 
Holmânîyah, 171. 
Holwânî, 148. 
Horayfîsh Makkî, iv. 
Hosayn (vide Halldj). 



Iblîs, X, XII, xviii, XXI, xxiii, XXIV, 5, 
6, 88-94, 96-99, 128, 169, 171, 172, 
184, 185. 

Ibn 'Abbâs, 142. 

— Abî al Khayr, 132, 

— Abî Tâhir, m. 

— 'Adî, 131. 

— 'Arabî, in, ii,xxi, 79,85, 93, 128, 

137, 139-146, 150, 1)1, 155, 
157, 158, 161, 166, 167, 169, 

170, 173, 174, 179, 182-184, 
191, 193, 194. 

— 'Atà. m, iio, 133, 154, 156, 159, 

171, 186, 189 195. 

— al Athîr, 207. 

— Bâboûyeh, 132, 154, 135. 

— Bâkoûyeh,iii, V, VI, xvi, 130, 170, 

206. 

— Barrajân, 126, 153. 

— Bishr, V. 

— al Dâ'î, 71, 73. 129, 131, 136, 151, 

177. 

— al Dobaythî, 154. 

— al Fâridh ('Omar), 132, 139, 146, 

— Fàtik (Ibrahim), 130, 133, 148 206. 

— Gebirol (Salomon), 150. 

— Hanbal (Ahmad), 129, 136, 153, 

193. 



Ibn Hâyit (Ahmad), 161, 197. 

— Hazm, XV, 80, 151, 155, 159, 160. 

— 'fsâ CAlî), V. 
■ — • al Jawzî, 98. 

— Jonayd, Viii, xxii. 

— Khafîf, X, 130. 138, 151, 

— Khaldoûn, 178. 

— Khallikân, 147. 

— Kirâm, 154, 128. 

— Kollâb, 152, 128. 

— iMâjah, 174. 

— Mansoûr (cfr. Hallàj), xx, 136. 

— al Mortadhii, 172. 

— Mousà, 148. 

— al Nadîm, xv, 

— al Najjâr, xxi. 

— Paquda, 150. 

— al Qârih, 174. 

— al Rawandî, 142, 197. 

— Roshd (Averroès), 1 50. 

— — (f 520/1126), 156. 

— Sâlim, xiii, XIV, 146, 147, 195. 

— Sam'oûn, xv. 

— Sawdagîn, 151. 

— Shabîb, 172. 

— Shaybân, 170. 

— Sînâ (Avicenne), 137. 

— Taghrîbirdî, 206. 

— Taymiyah, iv, 130, 162, 178 183. 

— Wâsi', 89. 

- Zanjî, XIII, 155. 

— Zaydoùn, xxi. 

ihyd 'oloûm al dîn : voir Ghazâlî, xiv, 

177, 187. 
'Ijlî, 161. 

ikhwdn al safd {rasdyl) , 131, 134. 
Imâmites, 135, 152, 153, 156, 160. 
insdn al kdmil (ai) : voir Jîlî. 
Isfahânî (ibn Dàoûd), V. 
Isfaràynî. 137. 
Isrâfîl, 90, 134. 
Istakhrî, 135, 161. 

ithdf al sddah : voir Sayyid Mortadhâ. 
i'tiqdddt al imdmiyah (al) : voir Ibn 

Bâboûyeh. 
'lyâdh, 179. 



212 



INDEX GENERAL 



Jabartî, xxiii. 

Ja'far Sâdiq, 126, 151, 153, 159, 164. 

165, 199. 
Jahmites, 156. 
Jâkoûs Kordî, i. 

jalâ al 'aynayn : voir Aloûsî (N.). 
Jâmî, II, VII, XV, 133, 178, 206. 
jâmi 'al anwdr : voir Bandanîjî, 
Jean de Saint-Samson, 130. 
Jésus ('îsà), 96, 130, 143, 154, 161, 
Jildakî, IV, XXII, 178, 199. 
Jîlî ('Abd al Karîm), xxiii, 140, 174, 
Jobbâî (aboû'Alî), 145, 152, 154. 
Jonayd, iv, v, vi, xviii, 94, 103, 151, 

152, 154, 156, 157-158, 168, 173, 

175, 185, 194- 
Jorjânî, 79. 

H 

Ka'bî (ibn Khamîs al), 161, 1(^3, 175, 

— (aboû al Qâsim), 145. 
Kalâbâdî, 11, xiii, xix, 83 , 89, 1 10, 147, 

151. 155, 161, 165, 167, 168, 169. 

189-191, 194-196. 
Kalbî (f 246/860), 129. 
Kalivial al tasaun.vof, xviii. 
Kan;âlpâshâzâdeh, 150. 
Kashf al hojob : voir : Ibn 'Arabî 

— al mahjoùh : voir Hojwîrî. 
Kâslîî, 79, 167. 

Kâshifî, 170. 

Kasirqî, 95, 178. 

Kattânî, 156. 

Kawrânî, xxiv. 

Kayyâl, 149. 

Khâlidî, 173. 

Ktiârijites, 97, 154. 

Kharkoûshî, 89, 133. 

Kharrâz (aboû Sa'îd), 132. 146, 171 

194, 207. 
Khatam al azvliyd, xv. 
Khatîb, VI, XIII, 134. 136, 170. 
Khawwâs, v. 
Khayyât, 145, 172, 
Khidhr, 93. 



Khorqànî, 176, 177. 
Khoûbmasîhîs, 154. 
Kihrît al ahmar (al) : voir Sha'rawî. 
Kîlânî ('Abd al Qâdir), 93, 126. 131, 

138, 146, 154, 159, 164, 165, 170. 

172. 179. 180-182, 193. 
Kindî (t'aniille des), 174, 186. 

— (Egypte), 206. 
Kirâmîyah, 139, 151. 154. 
Kirmânî, m, 167. 

Kitdb al madhnoûn...^ 182. 

— ild Manhijî : voir Ibn Taymiyah. 

— al noqat, 185; voir : Druses. 

— al qotb : voir Ibn 'Arabî. 

— al sayhoùr (voir table II). 

— al shdmii^ 151. 

— al sharh (Sahl). 



Lârî, 133. 

Latdyj al ishârdt.. xvii. 

Le Châtelier (A ), 198. 

Lisdii al 'arab, 185, 207. 

Littré, i66. 

Lulle, 166. 

ma'drij al sdlildn : voir Ghazâlî. 

Macdonald (D.), 175. 

Maghribî (Aboû 'Othmân), 127, 161, 
163, 164, 171. 

Mahallâli, IV. 

majdlis al moùminîti : voir Shoûshtarî. 

Makkî ('Amr al), iv, 127. 
— (aboû Tâlib al), xiv, xviii, 126, 
J33, 146, 147, isi, 153, 163, 165, 

ib7. 
Mâlihî, 161. 

Mallarmé, 199. 

al Mandr, 135. 

Manichéens, 131, 149. 

niant iq al tayr : voir 'Attâr. 

Maqdisi ('Izz al Dîn), ni,xvin,xxi,89, 

130, 146, 1-8. 
maqsad al asna (al) : voir Ghazâlî. 
Marie (Maryam), 160. 



INDEX GENERAL 



213 



masdyî okhrawlyah (ajwihah... fî), 136. 

Mas'oûdî, 151, 159- 
mathnaïuî-i-m.i'naïui : voir Roûmî (J.)- 

Mâtorîdî, 151, 152. 

mawdqif, xxii. 

mishkât al anwàr : voir Ghazâlî. 

Misrî (ibn al Haddâd), 187, 206. 

— (ibn Ahmad), 187. 
Mo'ammir, 145. 
Mofawwidliah, 159. 
Mohammad,xi,2 S.80. 83, 85-89, 126, 

128. 140, 154, 158. 159-'^^ ^^2- 
Mol.iâsibî, 152, 157- 
Moïse (Moûsâ), 3, 5, 81, 90 91, 93, 

134, 161, i63, 165, 181. 
Mojàhid, 142 

tnonqid min al dhaldl (al), xiv. 
moqaddamah : voir Ibn Khaldoûn. 
Mordâr, 151, 154. 
Morjites (Morjîyah), 153, IS4, i7^ 

172. 
tnoroûj al dahab : voir Mas'oûdî. 
Mosaffar Sibtî, iv, 182. 
mosdmarât : voir Ibn 'Arabî. 
Moslim, 167. 
Mo'tazilah, 97, 128, 151-154, 185, iS?- 



N 



Nàbolosî, 139, 146, 167. 

nafahdt al ons.., 11, vu, voir Jâmî. 

Nahâwandî, 195. 

Naiirjoûrî. v, 194. 

nashwat al nioddm.. : voir Aloûsî. 

ndsihat..., 178. 

Nasîmî, 178. 

Nasrâbâdî. 137. 

Nawbakhlî, 154. 

Nazzâm, 137, 145- 

nazm al solotlk, 139. 

Nicholson, xviii, xix, 79, 108, 156, 

162, i68, 219. 
nojoûm al zdhirah (al) , 206 . 
Nosayrîs, 158, 159, 159, 168. 



O 

'oloûm al haqdyq, 141. 

'Omar, 81, xx. 

Oshnânî (al), v. 

Otholoûjiyd (cfr. * théologie... »). 



Patanjalî, 132, 136. 
Probst, 178. 

Qabale (Qabalah), 149. 197. 
Qâbidh, 154. 
Qâdiriyîn, 180. 
Qal.itabî, 167. 
Q_alânisî, 128. 
Qannâd, 171. 
Qârî. 170, 178. 
Q.:i.ssâr, 182. 
al qawl al sadîd..., m. 
Qaysarî (Dâoûd), 130, 167. 
Q.azwîm (aboû Yoûsof) ni, 177. 
Oordn, XI, xii, xvii, xx i, 2, 4, 80-81, 
83, 88, 91-95. 98, 99, 105-107, 144, 

146, 155, 158, 163, 166, 175, 180, 
i8i, 186, 190, 207. 

— voir table, p. 109. 
Qoshayrî, 11, xvii, xviii, 103, no, 43, 

127, 141. 167, 170, 171. 173, 175. 

189, 193, 198, 206. 
Oostds (al), 159. 
Ooilt al qoloùb : voir Makkî (aboû 

Tâlib). X, XXV, 93, 126, 135, 146, 

147, 151, 153. 1)4, ISS, 171, 172. 

R 

Râzî (Fakhr al Dîn), 165. 

— (Mohammad-ibn Zakaryâ), 149. 

— (aboû al Qâsim), 153. 

— (Yoûsof), 185. 
Razzâz, 206. 

Revue de l'Histoire des Religions, 1, vu, 
XXII, 184. 



214 



INDEX GENERAL 



Revue du Monde Musulman, 149. 

Rieu, VII, 9. 

Rinkes, 179. 

risdlat al Ddoûwdnî (voir ce nom). 

— al Kindi (id.). 

— al Qoshayrî (id.). 

— Jî al safar : voir Baghdâdî 
(Majd al Dîn). 

riwâydt sbathtydt, m. 

romoûi.. al Idboûtîyah (al), 177. 

Roûmî (Ahmad), 178. 

— (Jalàl al Dîn), 166, 173, 178. 



Sâbî {¥{\\à\, fragments, éd. Amedrozi, ii. 

Safadî, XXI. 

Sahl Tostarî, IV, xiii,85, 95, 151, 152. 

133. 154, 157, 169, 195. 
Sâlimîyah, x, xiii, 95, 126, 131, 136, 

138. 146. 151, IS3, 154, 1)5, 159- 

164, 169, 172. 176. 
Sallàmî (=Shokrî Aloûsî), 197. 
Samnânî, 170, 178. 
Saqalî, 195. 
Sarrâj (aboû Bakr), 185. 

— (aboù Nasr), 182. 

Satan (cfr. /^/jV), 97, 105, 170, 184. 

Saydalânî, 139. 

Sayyârî, 146, 159, 16 i. 

Sayvid Mortadhii, 162, 179. 

Seybold, 1 50, 166, 185. 

Shâbistârî, 178. 

shadd al i^ar, viii. 

Shâfi'î, 161. 

Shahrastàni. 142, 145, 147, 151. iS4, 

158, 171, 172, 195- 
Shahrazoûrî, 177. 
Shdmil : voir Kitdb, 154. 
Sha'râwî, x, xiii, xviii, x. 89, 133, 

151. IS4. 163, 168, 173, 178, 187. 
sharh al arba'în : voir Roûmî (A.). 

— bal ni awliyd : voir Maqdisî. 

— kbolhat al bauin, 198. 

— Kitdb al bojob : voir Qaysarî. 

— al mau'd.ji/, xxii. 



sbarh al sbifd : voir Qàrî . 

— al tawdsîn, viii, 79-108. 
Shâshî, 206. 
shatbîydt, u, vu, xix, 1,2, 3, 79-108, 

176-177178. 
Shattanawfî, 180. 
Shî'ah, 154. 

Shiblî, m, xxiii, 156, 146, 174, 198. 
Shoûshtarî, 177, 
Sibt Ibn al Jawzî, 141. 
de Slane, 147. 
Snouck Hurgronje, 179. 
Sohrawardî ('Omar). 138, 178, 187. 
— (d'Alep), II, VII, XVIII, XIV, 

XXII. 

Solamî, x, xin.xi. iio, 127. 12g, 150, 
133, 136, 157, 141, 146, 148, 151, 
15s, 159- 160, 165, 168. 171, 174, 
175, 176, 186, 187, 189, 190, 196, 
197. 199, 206. 

Soùlî (aboù Bakr), 155. 

Sowaydî, 166. 



ta'arrof : voir Kalâbâdî 

tabaqdt.. cfr. Harawî, Sha'râwî, Solamî. 

Tabarî (aboû Hâtim), 134. 

— (aboû Ja'far), 206. 

tahsirat, 71, 73, 152, 153, 154, 173 ■ 

voir Ibn al Dà'i. 
tadkirat al axvliyd : voir 'Atlâr. 
taps Iblis, XXI, 45-47. 55. 5) 
tafsir.. cfr. Baqlî, Solamî. 
tabdth al asrdr : voir Kharkoûshî. 
T:\hirbeg, 144, 191. 
tdîyab (kobra) : voir na/.m al soloûk. 
tajalUydt : voir Ibn 'Arabî . 
talhls Jhlis, 98 
talwîbdt, XXII. 

Tanoûkhî (Mohassin), ui, xi, 185, 
tdr'ikb Bagbddd : voir Klialîb. 

— al Hind : voir Bîroûnî. 

— al Islam : voir Dahabî. 

ta sîn al a^al, ix, xv, S, 4i-55, S7, 146, 
173- 



INDEX GENERAL 



215 



taïudsln : passim. 

« théologie iVAristote », 156, 162. 

Tholuck, 150. 173. 

Thomâmah, 152. 

Thora, 148, 149, 184. 

Tilimsânî, xxii, 178. 

Tirmiclî, XV, iio, 155, 154, 156. 158, 

161, 170, 17s. 
Tortoshî, 197. 
Toûsî, 162, 178. 
Trasmiera, 175. 
Tshîshtî, 180. 



Vaîshesika, 149. 



W 



Wàsitî (aboù Bakr), i, 136, 151, 159, 

168, 171, 175. 
Walwât, 134. 



Yâfi'î, 136. 

yawâqît : voir Sha'râwî. 
yoga sutra : voir Patanjalî 
Yoûnos Samarrî, 147, 172. 



Warrâq, 131. 



Za'barânî, 133. 

Zâhirites, 152, 160. 

Zanâdiqah, xix (voir Manichéens), 172. 

Zaydites, 154. 



II. _ TABLE DES TERMES TECHNIQUES (ISTILÀHÀT) 



abad (opp. à azal), i, 85. 

abadîyah, 88. 

'adl, 152, 153. 

'ajz, lO) 

'âlam al ajsâm, 142. 

— al arwâh, 142, 146. 

— al ghayb, 142. 

— al shahhâdah, 142. 
'âlim rabbânî, x, 4. 

amr, 88, 91, 100, 142, 145-150. 1)3, 

186. 
ana al Haqq, x, xxii, xxiv, 81, 92, 95, 

140, 170, 173-184, 207. 
anânîyah, 95. 
annî, 162. 

'aql, 83, 136, 150, 154, 158, 195-196. 
'ardh, xxi, 131, 141-145 • 
'ârifi83. 
âyât, lo2, 161. 



ayn, xiv. 
'ayn, 88. 

— al jam' 80, 88, 109, 146. 
aynîyah, 96. 

azal, I, 7, 85, 98, 104, 130. 
azalîyah, 152. 



balâ, 147. 

baqâ (opp. à fana), 98, 182, 

Bârî, 174. 

basmalah, 153. 

bâlin (opp. à zâhir), 91, 97. 

bayah, 155. 

bayn, 85, 162. 

baynoûnah, 95. 

bo'd (opp. à qorb), 93. 



n 



dalàlah, xxii. 
dalîl, 151, 155- 



216 



INDEX GENKHAL 



dât, 8i, 152, 188. 

da'wa. 170. 

dayhoûr, xxi, 141, 142. 

dâyrah, 5, 166, 186. 

(dhamâyr), lOi . 

dhamîr, loi, 105, 133. 

dhimn, 102. 

dikr, 155, 156, 169, 198. 

dîn, 93. 

donoûw, 85. 



fahui, 3, 5, 88, 104, 167. 

fana (opp. à baqâ), 155, 156, 162, 182. 

fardânîyah, 83, 88. 

fardh, xxi, 141, 144, 155 (toroùdh). 

fâsiq, 155. 

fikr, 156, 169, 190. 

fi'l, 152, 188. 

fotoûwah, 170. 

foùwàd, 153. 



ghayb, 97. 



H 



hadaih iopp. à qidara), 103. 
hadhrah. 98, 183. 

l.iiijj, 155- 

hâl, 97. 152 (ahwâl). 

hâlah, S4. 

hamm, 97. 

haqîqah, 88, 95, 155 (haqâyq), 175. 

Haqq (al), 138. 174. 175, 180, 185. 

haqq (opp. à bâtil), 153, 175, 184. 

haykal, 131. 

hikmah, 83, 98, 99, 186. 

himmah, 82, 84, 

hojjah, 1)5. 

holoûl. XX, 81, loi, 105, lo^, 106, 

12$. 126, 132-135, 152, 154, 155, 

176, 187, 194, 199. 
horoûf, 142, 152, 189. 
hoûwa lioûwa xxiii, 7, 88, 129-131, 

140, 171, 173, 187. 189. 193. 198. 

208. 



hoûwî, 204, com(>. « anni ». 
hoùwiyah 102. 



'ibâdah, 152. 155, 162. 
'ibarah, 155. 
ibtilâ, 147. 

ifrâd 88, loj, 168, 169. 
ihtijâb, 186. 
ijmâ'. 154. 
ikhtiyâr, 152. 
iktisâb, 152. 
ilhâni. 125 . 
ilm. 88, 104, 1)6, 175 ('ilm ladonî) 

194 196. 
iltibàs, 88, 95, 98. 
imàmali, 154, 164. 
imtizàj, 135. 194. 
infirâd, 89. 91, 164, 129, 150. 
infisâl, 102. 

insân kàmil, xxiii, 150, 140, 141 
irâdah, 7, 88, i, 143150, 153, 186, 

188. 
'irlân, 99, 103, 105. 
ishârah, 102, i 55. 
ishrâq, 177. 195. 
isqât al wasàyt. 155 
ism, XIII, 153, 14s (asmâl. 
ism a'/.am, xv, 153, 193. 
istidlâl, 81. 
istità'..h, 152. 
istiihnâ, 153 
ittihâd, XX, 178. 
ittisâl, 102. 
lymân, 154, 172, 173. 



jabroût, 84, 86, 108. 
jam', 144, 186. 
jihât. 7, 104. 
jismânî, 142. 
joz, 171. 



kabîrah, 153. 
kâfir, 154, 172. 



INDEX GENERAL 



217 



ka' m, 7, 128, 188. 

kâiAmât, 154. 

kasb,.^52. 

kav n, 102, 104. 

kh. q, 104, 142, 174. 

khalq af'âl al 'ibâd, 145, 152. 

kh !lah, xiv. 

kibiyâ. ''OO. 

kit^nân, 93. 

kofr, 95, 100. 

kon, 167. 



Là, 99-100, 104, 190. 

lâhoût, 106, 130-138, 142, 144, 152, 

176. 
Lawlâka, 89, 135. 
ilotf, 88. 

m 

mafhoûmât, 7, 104. 

mat'oûlât, loi, 103. 

majdoûb, 81. 

raakr, 171. 

malkoûi, 81, 84, 86, 98, 108, 131, 186. 

mâ'loûraah, 7, 104, 186. 

ma'nâ, io4, 152 (ma'ânî). 

maqâm, 85. 

ma'rifah, xiii, xiv, 7, 105, 142, 156, 

194-196. 
ma'roûf, 105. 
marsoûmât, 102. 
mashhoûd, 140, 144. 
mashîyah, 6, 98, 99, 100, 145, 148, 

150, 152, 186, 188, 196. 
mawâjîd, 137, 192. 
mira, 4, 85, 86, 168 
modabbir, 159. 
modhmar, loi. 
mohibb, 154. 
molk, 86. 
monâfiq, i)4. 
morâdât, 188. 
moùmin, 154, 172. 
mowahhad, 5, loi. 
mowahhid, 89, 5, 6, 97, loi, 172. 



N 



nabî, 160. 

nafal, 144, 155 (nawâfil), i')6. 

nafî al tashbîh, 152. 

naiî wa ithbât, 7. 

nais, 83, 136. 

nakirah, 99. 

nâsoût, 106, 130-138, 142, 144. 152, 

176, 198. 
nâtiqah, 102, 132. 
nawâl, I. 
nokat, loS. 

noqtah, 4, 84, 166, 196. 
noùr, 153. 



» 



'oboùdîyah (opp. à roboùbîyah), ico. 



qâb qawsayn, 85, 166. 
qadar, 98, 100, 173. 
qadhâ, 186. 
qadîm, 128, 136. 
qahr, 88. 

qalb, 83, 102, 133, 197- 
qidam, 98, 169. 
qodrah, 83, 99, 186. 
qoro (al) qorb, 90. 
qorraos, 108. 

R 

rasoûl, 160. 

risâlah, 161. 

roboùbîyah, 85, 95,9), 100, loi, 174. 

roùh, 83, 125. i'Î2-i37, 14^ (arwâh). 

152, 167, 196. 
roùyat (al dât), 152. 
roùhânî, 142. 



sabr, 156. 

safâ (safwah), 5, 81, 104. 

sâlik, 81. 

16 



218 



INDEX GENERAL 



sawm, 155. 

sayhoùr, xxi, 131, 141, 142. 

shafâ'ah, 15s. 

shahâdah, 151, 155. 

shâhid, 81, 84, 140, 144, 154. 

shâhid ânî, xxiii, 131, 154, 175. 

shajarah, 165, 

shakhs. 130. 

sharî'ah, 95, 155. 

sharham, 185. 

sha'sha'ânî (noûr), 138. 

shath, 108. 

shirk, 92, 93. 

shokr, 156. 

sidq, 138. 

sifah. 81, 100. loi. 

sifât 82, 126. 152, 179, 188. 

simâ', 127. 

sîmîyâ, 191. 

sirâj, 2, 80, 158. 

sirr, 85. 95, 165, 185. 

siwil, 162. 

sobhânî, 85, 176-177. 

sonan, 140. 

soùfî, 175. 

soûrah, 129, 130 



tâ'ah. 145. 
tadallî. 98, 167. 
tafakkor, 81. 
tafrid, 5, 88. 168. 
tafriqah, 93, 144. 
tahayyor. 8:1, 84. 
tahqiq al haqâyq, 155. 
tajallî. I, 86. 94, 98. 127, 129, 155, 
163. 



tajawhor, 178. 199. 

tajrîd, 5, 93, 168. 

taklif, 155. 

takwîn. 

talbîs, 98. 

talwîn. 

tanzîh, XVI, 6, 7, 81, 145, 187, 193, 

194. 
taqdîs. 

tashbîh, 188. 
ta'tîl, 174. 
tawâsîn, i, 2, 3. 
tawallod, 152. 
tawbah, 145. 
tawhîd, 5, 6, 7. 88, 89, 92, 93, 95, 99, 

100, loi, 102, 103, 105, 138, 151, 

162, 165, 168, 172, 182. 186-189, 

198. 
tilâwah, 164. 
toûl(opp. à 'ardlî), xxi, 151, 141-145. 

\\ 

wa'd (et wa'îd), 153. 

wahdanîyah, 85, 95, 100. 

wahm, 97, 

wahdat (al wojoûd), xxiv, ()2, 162. 

wajd, 137. 

wâlî, 154, 156, 

wasâyl, 93, 155. 

waswasah, 97. 

wilâyali, 156. 

Z 

zâhir (opp. à bâtin), 91, 97. 
zakât, 155, 

zindîq, 4, 173 (zanâdiqah). 
zohoûr, 130. 



CORRECTIONS AU TEXTE DES « TAWÂSÎN » 



Je dois remercier notre maître, le D"" Ignace Goldziher, 
pour les précieuses indications que j'ai eues de lui sur le 
texte arabe. D'opportunes remarques de M. Mirzâ xMoham- 
mad Khân Qazwînî ont amélioré mes lectures de la traduction 
persane*. Je donne ici les corrections qui viennent de m'êlre 
communiquées par MM. Martin Hartmann [H], Reynold 
A. Nicholson (N) et Miguel Asln Palacios (P). Je les en re- 
mercie profondément. 



10 A 1 1 * 


jl^'l 




(N) 


.il A 4 : 


r'. 


k.^j (N) 


10 A i4 : 


àajj 


ô.'d3U 




32 B 6 : 


^j^^ 


:5_^^^ (N) 


12 A 10 : 


àJj 


àiiJj? 


(N) 


32 B 12 


Lr-ljj;cf 


Lr^jJ^:f. (N) 


i3 B 11 : 


^j 


J^j 


(N) 


33 A 8 : 


(et B 9) : , 


oLiUp (?) 


i4 A 4 : 


^\ 


êl 


(N) 


33 B 5 : 


>.,_^^4».>'u 


^^z. (N) 


i4 A 11 : 


^J 




(N) 


33 A 4 : 




^1 (N) 


19 A 6 : 


J^ 


«M 


(N) 


33 A 4 : 


^U 


J:^o(N) 


22 A 12 : 


texte altéré 




(N) 


37 B i3 


^^ ^. 


^ '- (N) 


22 A 16 : 




^k\ 


(N) 


38 A 9 : 


jAî j . 


à mettre en 


23 A 9 : 


'jji 




(N) 


tête du§ 35, ligne 


; suivante (N). 


24 B i3 : 


sjj^S^ 


^Jy. 


(N) 


38 B 12 : 


lire : j^ 


ùj 


3o B 12 ; 


jl^^ 


j^ J^ 


(N) 


4i A 11 


^lii b 


>i? (H) 



1. M. Mirzâ Mohammad Khân Mahallâlî avait bien voulu reviser avec moi 
le texte C (commentaire) en 1911. 

2. Lire : page 10, colonne A, ligne 11. 



220 



COHHECTIONS 



il B 12 : C 1^-^ ^^,Sx:'^ 

y y • ■ 

4 2 B 1 4 • (r**" *" L^r^**Tv '^ ^ 
43 A :i (B 3) : -V^L 

4; A 5 : 

47B 1 : 

48 A 1 : 

5o A 12: 

5o B 8 : 









5i B iG 



52 A 4 



O^ 

f. 



; 



c 



i^ 



"JLJ 



(jJ'^L) j 









52 A 5 : s^yi is'Jiyi? 
52 A 6 : 

52 A 6 : 2^'j 

53 A 5 : jjS\ J^l 
56 B 6 : j à supprimer? 
56Bi3: bî ^bJ 

58 A 12 : ù2.A\ ô2.cX\ 

58 A i3 : ^S^ J.IU1 

58 B 7 : ^^.-.;j! 3^ ^,.^1 ^.^ 

/ -y -y 

jy A !•> : is-Vs^' lir^i (H, N 



58 A 4-5 : ^^.■ 



60 A 4 : 
60 A 7 : 
60 A 7 : 
60 A 8 : 

60 B 7 : 

61 A 5 : 
Gi A 9 : 

61 B 10 : 

62 B 10 ; 
65 B 7 : 
67 B 8 : 



68 B 4 



70 A 4 : 

71 A 17 
73 A 3 : 
75 A 7 : 

après 
vante 

78 A4: 
78 A 8 : 



àSi ^A (H, N) 



J 



■«y^ 



j^*^ (N) 
J^ + J? (H) 



f. 



u 









^^(H,N) 



./ + ^^(H) 



'Hi^ï^ (N) 



<)J. Ji/> 



J a supprimer 



+ ^=^ (sous le dessinj. 
à supprimer. 



■ \jj}\ + 



,^y. 



_.^^ (H) 
wa/-r-^^_(G, H) 

^j.fii:4! à transposer 

le _j de la ligne siii- 

(H). 

t, y y 

iJo vJU-~iù (N) 



ERRATA 



r' 



Au point de vue typographique, le texte des « TawâsîQ » contient un cer- 
tain nombre d'erreurs : 

1° La copule 3 a été laissée isolée en fin de ligne (9 A 6, 11 A 13, 20, 12 
A 12, 13 A 8, 18, 17 A 1, 22 A 2, 41 A 9, 45 A 14, 47 A 12, 51 A 5, 58 A 4, 
71 A 15, 73 A 4, 75 A 3, 78 Al, 78 A 4) — (P). 

2° Des déplacements de points et de voyelles : 



13 A 13 : 
16 A 9 : 
16 AU : 

18 B 14 : 

19 A 8 : 

20 A 1 : 
22 A n : 
27 B 4 : 
27 B 5 : 
27 A 1 : 
27 A 7 : 

29 A 13 : 

30 B 11 : 

31 A 7 : 

31 A 8-11 

32 A5 : 
34 A 13 : 
37 A 12 : 
37 A 14 : 






>1^ 



Sa 



^ ^ i^ ^ 






.\...Z^\ 



r- 






yj>f>-^\ 



40 A 3-4 : <k-J\aj ... «^^3\<.r 

40 A6 : 

41 A 5 : ^ 
43 A 14 : ^J>\ 






(G, P) 

(P) 
(P) 
(N) 

(P) 
(N) 
(N) 

(N) 
(N) 
(N) 

(P) 

(P) 
(N) 
(N) 
(N) 

(P) 
(G) 

(N) 
(N) 
(N) 
(G) 
(G) 
(P) 



44 A 1 : 

45 A 1 : 
45 B 3-6 
45 A 4 : 
45 A 12 : 
45 A 13 : 
48 A 5 : 
54 A 3 : 
54 A 7 : 

54 B 14 : 

55 A5 : 
55 A 7 : 
58 B 6 : 

58 B 9 : 

59 A 8 : 

59 B 7 : 

60 A 14 : 
70 A 2 : 
70 A 10 

76 A 3 : 

77 A 8 : 
77 A 15 



j^\ 











>J^' 






supprimer 



J=r^ 



supprimer ' 
/ 






(P) 

(P) 

(N) 

(H,N) 

(H) 

(P) 
(N) 

(P) 

(P) 
(P) 

(H) 
(H) 

(P) 
(H) 
(N) 

(P) 
(H) 

(N) 
(N) 
(N) 



ERRATA 

DE L'INTRODUCTION ET DES NOTES 



p. X, n. 2, XVIII, n. 5 : Sha'râ«î, lire : Sha'râwî. 
P. XII, 1. I, ^j^\. lire : ^j^\ (N.), 



• 



P. XV, n. 3. ^ 2)5/869, lire : f 285/898. 

P. XV, n 3, XIX, 1, 18 : awh'yà, lire : awliyâ. 

P. I, 1. 3, ajouter : cfr. explications analogues d'al Q.oshayrî, et d'al Maybod 
(in Kâshifl, taisîr al mawdhib, in Qor., XXVI, i, XXVIII, i). 

P. 89, n. 5, 156, lire : 135. 

P. 90, 1. 16, siddzqîn, lire : sidd/qîn. 

P. 90, n. I, Kborâ.sXa, A7;arkoûshî. 

P- 95, o- 7) ajouter : cfr. p. 162. 

P. 129, hoûiua hoûwa. Pour l'origine logique de ce terme, voir Averroès, méta- 
physique {ma ba'd al tahî'ah, éd. Caire, s. d., p. 12). 

P. 133, 1. 3, « parallèles à ». 

P. 135, n. 5, 324/932, rétablir : 322/934. 

P. 151, n. 3, Harawî. Voir ses tnanâiil al Sâyrtn,éà. Caire, 1527, p. 52. 

P. 153, 1. I, JFâsitî. 

P. 156, « Théologie dite d'Aristote », résumée, en réalité, des « Ennéades » de 
Plotin. 

P. 158, 1. 13, al Tirmîdî, lire : al Tirmidî. 

P. 158, 1. 14, Tirm/dl, lire : Tirm/dî. 

P. 162, 1. 18, « afin = que », lire : = afin que. 

P. 178, n , ajouter : Fakhr al Dîn Râzî (7 606/1209) : al tnasâyl al khamsoûn, 
quest. XII (éd. Caire, 1528, p. 358). 

P. 182. 1. I, ajouter in fine : (i). 

P. 185, 1. 18, « Hîjwîro » (sic'.), lire : Hojwîrî. 

P. 186, 1. 25 alors, lire : alors). 

P. 187, 1. 4, le « hoûwa », lire : le « hoûwa »). 

P. 188, n. 5. La clausule « hors du temps » fait allusion à la définition classique 
du twm (cfr. Ikhwân al safâ, éd. Bombay, t. II, p. 107). 

P. 189, 1. 12, « tawhîd », lire : « fawhîd »). 

P. 207, n. 2, + cfr. p. 168, n. i. 

N. — Les termes techniques arabes ont été traduits ici très approximativement; 
se reporter au lexique de mon travail d'ensemble pour les mettre au point. 



î^' 



TABLE DES MATIÈRES 



Pages. 

Introduction : 

OEuvres authentiques d'al Hallàj t 

— supposées in 

— apocryphes iv 

llésumé de la biographie d'al Hallàj iv 

KlTÂB AL TawÂsîn : 

Etablissement du texte : Les manuscrits vu 

Citations anciennes . . . ix-xxiv 
Analyse des chapitres : Explication du titre .... 1 

Sommaire des chapitres . . 2 

Texte arabe et version persane 9-78 

Commentaire, par Roûzbahân al Baqli 79-108 

Index du texte des Tawâsin 109-123 

Observations : 

Théorie de la révélation et de l'inspiration 125 

Théorie du a Hoûwa hoûwa » 129 

— du « toûl wa 'ardh » 141 

— de r « amr » et de l' « irâdah » 145 

Tableau schématique du madhab des molakallimoùu 

Hallâjiyah 151 

NoTKS EXPLICATIVES du texte du « Kitâb al Tawâsin » . . . 157 

Index général 209 

Corrections et Errata 219 



ANC.IRS. — IMP. OHIENTALK A. BUKDIN ET c'*, KCB (JAKNIEK, 4. 




V 



University of Toronto 
Library 



DONOT 

REMOVE 

THE 

CARD 

FROM 

THIS 

POCKET 




Acme Library Card Pocket 
LOWE-MARTIN CC UMITED