(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "L'Ami de la religion"

This is a digital copy of a book that was preserved for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that 's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book' s long journey from the 
publisher to a library and finally to y ou. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that y ou: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
any where in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 



at |http : //books . google . corn/ 




dby Google 







7v!.9 



\\\\ 



^igitized by^^OOQlÇ *. 

L *• — ^' \ 




Digitized by VjOOQ IC 



Digitized by VjOOQ IC 



Digitized 



by Google 



Digitized byV 



G-OPSlei 



L 



Digitized by VjOOQ IC 



L'AMI 

m M muum 



JOURNAL ECCLÉSIASTIQUE, 



POLITIQUE ET LriTÉRAIllE. 



rûfete ne qnis tom decipiat per pfiiiosophicm 
et iiTonem fallaciam, Colo6s. ti, 8. 

Prenez garde qu'on ne tous ftéduiM par les faiU 
raisonnements d'une taine philosophie. 

AnVàLIS C4TH0UQUM* 



TOME CENT TBENTE-SIXIÈMB. 




PARIS. 
LIBRAIRIE D'ADRIEN LE CLERE £T Ç^ 



Digitized by VjOOQ IC 



TABLE 



DU TOME CENT TRENTE-SIXIÈME. 



Etat déplorable de la Suisse catholique, f , 

11, 14, 33, 69, 85, 10a, 104, la;, 190, 

aio,!i47,a5!i, 351,438,718,753 

Souscriptions pour la Suisse, 7, 46, 167,. 

411 

Compte-rendu dei visites pastorales de Son 

Ëminence l'archevâque de Lyon, 8 

Prédications, missions, 1 1 , ao6 

Election du docteur Hampden i réyéché 

anglican de Uereford , 1 ^ 1 1 29 

Côémonies diverses, 13,46, 67, i34f «54, 

169, 16a, !iG4, 3a5, 35o, 368, 43o, 498, 

5i4,5i5. 516,566,677, 738 

Mort de S. A. R. madame Adébïcfe, 16, 

45,56,67 

Catastrophes, désastres, 17,98, i57, a 16, 

267, «96, 37Î, 394 

Allocution de N. T. S. P. Pie IX dans te 

consistoire du 1 7 décembre, ^* > i,^ 

Souscriptions pour la liste civile de Pie I A, 

Négociations entre les cours de Borne et de 

Saint-Pétersbourg, 3i, 88, 187, aa6, 

a6i, 346 

Les Sœurs de la Charité en Bavière, 3i 

Mémoire de M. Pévéque de Liège sur l'état 
financier de son séminaire, 3a 

Bésorcanisation sociale en Irlande, 33, 

aia, 368 

Soumission et arrivée en France d'Abdel - 
Kader, 33, 55,95, 1 33, 1 56 

Agitation politique en Italie, 38, 58, 79, 

98, 108, i33, i58, 178, ata, ai6, a34, 

a54, q68, 295, 354, 37a, 394, 417, 43;, 

456,%, 707, 761 

Message du président des Euts- Unis , 39 

Confér^ces de M. l'abbé Plantier.. 41, 

lai 

Affaires de la religion en Allemagne, 46, 

5i, 173, 189, ao8, ao9, 499, 5oo, ôt8, 

. 578,699,754,757 

L'enseignement public et i'épisoopat en 
Belgique, 47 

Réclamation de M. Crétlneatt-Jdy, au su- 
jet d'une assertion de M. l'abbé Das- 
sance, 5o 

Déférence du président des Euts-UnU 
pour Mgr Uugoes, 5a 

E/orthùgrapht êmati^niê par lapraUqudy 
par Mme Cbarrier^Boblet.— Tahleau de 

pkieBobict, - - : .^ \-.J6o 

Lettre pastorale de M- Ilévégué dt TvMo 

pour le Jubilé, :•:':: •i*^ ^* 



SÊÊluproprio de Pie IX sur la réorganisa- 
tion du conseil des ministres, 66, 89 

Pièces di()lomatiques relatives aux affaires 
de Suisse et d'Italie, 71, 9), 317, a3i, 

?88 

Abus relatifs à' la cour des comptes, 77, 

«9»> »97 
le ChHst et VEvangih, par M. l'abbé 

Cbassay, 81 

Fête du Pape PiclX, 84 

Distinction accordée par le Pape aux 

chapitres de Bourges et de Monipellier, 

88 

Discussion de l'adresse à la chambre des 

' pairs, 100, io5, 1 10, i35, 159, 174» 179 

Visite du Pape à l'église del Geté. — AlU- 

ques contre les Jésuites, toi 

Sur un toast porté à un lianquet réformiste, 

107 
Actes de bien&isance, 107, a54, 3ia, 327, 

35o, :54 
Fro&natloBs, vols sacrilèges, 107, a28, 75a 
Formule de serment pour l'entrée des Jui& 

dans le parlement anglais, 1 09 

Proclamation du sénat de Rome, 1 a5 

Mort des abbés : Jansen, ia6; Caimcls, 

ia8; Vicardièrc, i3o; Dechier- Franc, 

168: Marducl, iiS^ Lambert, aSo; Favre 

de Longry, a47) BUndin, 3o6; Gautier, 

3a6,' Fournier, Ving, 367; Dubois, 470; 

Perrin-Brassac , 5 1 8 

Sur le discours de BI. de Montalembert, 

126 

Actes d'intolérance, ia8, 4/^ 

Procès du Frère Léotade, 1 20, 356, 385, 

.^. . . .^ 4*>8» m 5a8, 707 

sympathies de la chambre des pairs poui- 

Pie IX, Tsi 

Discours de M. de Montalembert sur les 

affaires de Suisse, 141 

Fâclitnses manifestations de la populaiion 

romaine, i5i|44^ 

Consistoires, 1 53, aa5^ a6 1 

Emeute religieuse à Chantonnay, i54» aag 
Protestation de Mgr le nonce Macdotti, 

adressée à la diète helvétique, 154, 179» 

ipo 
Afûmonmdwm dê$ Uberté* ei dêâ servitudes 

de fBfflUê gaUioaiut, par M. A. Quille- 

min, i6t 

Décret de la couorég^tion de Vimdsx, 167 
Mission de Guinée, 1 68 

FruiU du Jubilé, 169, 32$ 

Lettre de M. de Montalembert à M. Jolm 



Digitized by VjOOQ IC 



(3) 



Mort des ppâati : Léontrd Piaff, 179, 33o; 

BflQhBini, 174^ PfMrk I«S 35i 

PinDeetPiabBOcei 176 

Ledra de H. AugoiliB Peiuzi à M. r«bbé 

Viacoit Gioberti, tttt,aoi 

Pertorbalkm dam Pégllie da Piémont, 1 84 
PréKnUlkn de l'adresse de la chambre du 

pain, >9^ 

Mort da cardinal MasiimOy ao5 

Ûjjurationf , conveniona» 'aoS, 209 

RédamatioD du prorincial des Jésuites de 

U GaUlde, ao7 

Intolérance du minbtère bavarois, 308, 

365 
Situalion de la religion afui Etats-Unis, 

ail 
DisoMsioB de Tadreaso à la chambre des 

dépotés, 319, a36, a56, 269» 297, 3t4» 

^^ 335.357,374,396 

ta inis JUme, par M. l'abbé Gauiue, 

aai,a4i 
Pmécolioii eu Chine, aa6 

Siir une assertion de M. de la MosiLowa 

eontrs les J étui tes, aa5, 4a8 

Mort do roi de Danemarck, a33, a55 

Coodamnalion de» eicès du parti libéral en 

SaisM, a35 

Sur Iss prétendues richesses des Jésuites 

ds FriDOorg, a44 

Ijtcorraption des mœurs politiques et pri- 
vées, a49 
luofQFstion du chemin de fer de Blaneille 

s Avignon, a6a 

Sur h question italienne, a66, a69 

Sor CCI mots : l'Etat est lal^qoe, a8t 

Aiuqoes des journaux libéraux contre le 

dergé d'Irlande et de Suisse, a85 

Dérodomit do clergé, aSS, 3a7, 35o 

U réyolotion et la contre-révolution , ago 
loties sor M. Tabbé Lacoste, vie. gén. de 

Dijon, 3oi 

Piotesiation du chanoine de Rivax contre 

les cakimnies de M. Thiera, 3o6 

HTliienetlarévohitlon, 309 

Pétitions pour obtenir la réouverture de 

coon fermés par Tantorité, 3 1 1 , 35o 
Dt ta sataitls 9t deê devoir* de la .vie mo- 

assftf aifff par Tabbé de Rancé, 3 1 1 

I^Urs circulaire de M. Tévéque d'Alger au 

sojet des mattrisea, 3a3 

\a mn» du pape k Constantinople, 3a4f 
348»388,4âi 
U force morale en Algérie, 3a8 

JoKph Mazxini et le Pape Pic IX, 33a 
UiUunéêMor d'Adau dm Boiê-dê^San- 

soy, par H. l'abbé Lyonnet, 34 1> 6a9 
Bill des lebtkina de l'Angleterre avec 

Hooie, 35a, 3^, 467, 470 

CoBititatiomde Ilaples et de Danemark, 

DiKusion de l'arUcle de l'adreaae relatif 



91 



auxbaaqaeta, 337, ^S?, 36^ 374, 

Appel aux emia de la vraie liberté, 36i 

Oiolaon funèbrb de Daniel CConnell, 364, 

38i,4oi>49i 

Excellent esprit de la population i 

Sacre d'évéques, 4^7» ^36, 

Fête de i«i rurifîcation à Rome, 

La liberté religiense et la chambre des 
pûtes, 409, Ai0 

Baîiquet du la* arrondissement, 413» 4^3, 

f . j. . 435. 45a, 458, 473, 478 

Les étudianu de Uunich et la oooitease de 
Undsfeld, 413,439 

Réponse de Louis- Philippe k l'adresse de 
la cliambre des députés, 4*^ 

Mandement de Mgr de Simony <iui pres- 
crit des prières pour le sacre deaon suc- 
cesseur, 430 

Accusations calomnieuses contre on curé, 

431 

CoB d0 eomseiâmoê à propç* dtê liUriéê^ etc. 9 
par Mgr Parisis, 44 > » ^69 

Proclamation de Pie IX au sujet de cris 
poussés contre tes ministres, 44^* 44® 

Lettre de M. l'évéquc de Langres A HTle 

^ ministre de la justice à Toocasion do pro* 
ces du Frère Léotade, 4.49 

Interpellations de M. O. Bamot au sujet 
du banquet, 4^ 

HiêtUn du dérêlappememt de fa doeirimê 
chrétienne, etc., par M. Newman, 4^ > > 

549 

Acte d'accusation contre le ministère Gni- 
aot, 471 

Révolution de 1848. — Pioclamation de la 
République, 4®t 

Evénements du a4 février, 485 

Dernière séance de la chambre des députés, 

487 

Lettre de N. T. S. P. le Pape Pie IX aox 
chrétiens de l'Orient, 489, 5o9 

Développement des institutioos romaines, 
4.93, 635, 693, pa9, 749 

Le clergé doit avour confiance dans son 
droit, 49$ 

Décrets du gouvernement concernant la re- 
ligion, 404. 5i3, 574, 678, 736, 744 

Lettres pastorales, etc., demandant des 
prières pour les morts du a4 février, et 




Sentjpteptc. religieux du 9é^i^â 



63o, 
640,641, :5.5 
Conférences du P. Laooidaire, 49^t 497» 
553,650.695 
de Paris, 

Rétpperitfion de Chétel, 4^*687 

Excès, oommia^ dans tes d^rtements, 499* 
- .'SS7, 56$; eB8/65«, 698, 748, 763 



Digitized by VjOOQ IC 



(*) 



âtelilte 4» la {Mina 4e BMH Ml «MUère 

• poUtique, boi 

M. de LMMrtliie et le4ra|MeoToiig8, 6*3 
IMpart tt tv^MO éê liMtf-PhlIipM et ifo 
« ftmiUe, 5o3, 5^5, 545, 666, 584 
RteiMtoke et M, A. PtorUih contre 
■.Xjuizot ei ses collègues, 5o5 

MiêioirB tasféêt p«r M. E. de ioBBCclMMe, 

5o3 
Ia perole eat eu évé nc aw ni e» 619 

** ( ftoancières prises par le gouverne- 

* dre, ô^o, 565, 564^ 60*%, 
664, 680, 6&4 
I du gCNifei iienient povr les tre* 
mlleors, 5ai,&43, 57g, 6oi,6o3,66o 
ClieritédePielX, 634 

ilbftlitton du semwnf , 539, S\o 

Lettre de M. de MIouil sor la sliuation 
préMBie, 5^0 

floppiessioo de Ilmpôi du timbre, 542, 563 
Eâttctieudeelieanedelferttl, 544 

IjA curée, 5^6 

DéebfetiOB da gowemenenc anglais au 
loiet des éTénemenls sonrenos en Fran- 
ce, 547 
CbrAite de H. de Lemartifie, miimlrc 
des affiiires étrangères, t*^ 
Dteeis tonelumt l*âeccioii dé rassemblée 
■ationale, 56^i, 739 
LellMs de denx membree de la famille Bo- 
naparte, 565 
Moeptioa de M. rarc he ? <au e de Péris par 
le goayeRKBEient prarisoire, 5; 3 
Béeret de la S. Congrâatioa des ordres re- 
pliera UNwlia&t raflUBisst<m des noTlces 
e la prise d'habit et à la profession reli- 
gieose, 589, 600 
fter deux brochures du P. Ventora, 59S 
Fermeté du Pape Pie IX i Poccasion d*ex- 
eès commis contre des instituts religieo^t, 
61 5, 73i 
Gkcdiaire da ministre des cultes à IHM. les 
arektfréqucs et érèques, 616. — Ré- 
fllttfons sur cette circnraire, 6i9, S3S 
Atlcalat contre les ordres religieux à Lyon, 
6«t, «36, 657, ^h 67», 7 s s 734 
l^e dictateurs de M. Ledru-Rollin, Âia, 
636,643, 7!! 1,759 



Imi 



Pmdamations du doc d'Anmale è Aker, 

6e6 
tion regeanlle à Aoiee è k nomr etlc 
la Réroluiion du 3i ftmer, 61'» 
Btendemeof e peer le Gatèm^ 6^^ 

Lettres pastorales, Circubrtrce, etc., an su- 
jet de» électiens, 655, 666^ 673, 67 1 , 
675,676,697, 7i5, 7»«r 77. 7«8»7-7 J 
Protestation de M. le cardinal de Bomlii 
contre le décret de M. R. Ango — Rô- 
de M. Camot, ete., 657,67:^. 

fi7«*7»57 734»7l«» 
RxpuUion des Jésuites de Savoie et de iV.i- 

ples, 659, 73-i 

Bref du Pape à M. ArtauJ, 65.) 

Proclamation du gonremement an soj<'C 

des élections, 66' 

Manifestation des ^nles nelionamx, et 

coiitre>dnaniliestation,065, 666, 6lls,6)^ > 
Vie dé /êauÈ- Christ, par Ludolphc, 6;>ii 
Lettre du patriarche de iénisaiem an pro - 

fetdela Propagande, ()7 * 

Cérémonies religieuses anm Toilerie», 677 , 

7-7 
Rérokition en Autriche et «n Pmcse, (v^. . 

7o-j,7»^, 74'«,7/»' 
Poiir^nites eORtne M. Lll:ri, <>*" 

Sor l'indépendance et les limites de ht rai - 
son, 689, 70.> 

Proclamation du roi de Prusse, 70 \ 

La terreur métalRqne.^La rérehiticm so- 
ciale, . '''♦^ 
Expoirien d'un commiserire à Benkanx, 

Constitoiion romaine, 7^9, 749» 7^^ 

Plantation d'aifamsde la Kherté, 735 

Abdication dn roi de Bavière, 7 i^ 

R^olution en Lombanlie, 74*^» 7^^ 

Uttre d'Abd-el-Kadm an y u eem e me n t 

provisoire, 74^ 

Dépêche de k Pevte an pacha de Jénsaa-^ 

Iciu, au sujet de Mgr Valerga, 754 

LettiedeHI. VMté flhmnet ans mieeloa- 

naires du Saint-Esprit, 756 

D'une prétendue rior^nisalion ém der^é. 

Réparation faite à Popînien pnhU«|me par 
le gonvemeraent provieotre, T^rs 



Pf5 M LA TABLE DV CEXT TtIXn-SfIllfcXB VOLIHE. 



Digitized by VjOOQI^ 



SAMEDI i« JANVIER 1848. (1^. 4475^^ 



L^AMI DE LA RELIGION- 



ETAT DÉPLORABLE BE LA SUISSE CATHOLIQUE. 

Cat un bien lamentable tableau que celui qu'offrent à nos reganb 
les désastreux événements qui Tiennent de frapper au cœur la situation 
de notre sainte Eglise en Suisse. Les sept cantons qui avaient pris sur 
eux la dangereuse tâche de défendre avec leur indépendance politique, 
celle de leurs institutions religieuses, ont succon^bé sous le poids de for^ 
ces miliuires quatre fois plus considérables, et de plus favorisées par une 
infâme trahison. Et cependant ces hommes de foi et de courage s'étaient 
entièrement voués à Dieu et à sa sainte Mère. C'est dans l'assistance di- 
vine qu'ils plaçaient toute leur confiance, c'est sous des drapeaux bénis 
par l'Eglise et portant l'image de la Reine des Victoires qu'ils ont comr 
battu, ou plutôt qu'ils se préparaient à combattre , et pourtant ils ont 
succombé! Est-ce à dire que Dieu les a abandonnés en réprouvant leur 
cause ? Ab ! gardoQS-nous de concevoir une si affreuse pensée ! Dieu n'a- 
bandonne point ceux qui se confient en lui ; mais il permet quelquefois 
que ses défenseurs échouent, alors surtout qu'ils prêtent l'oreille à des 
conseils qui ne sont pas selon les siens , et qui ne sont plus inspirés par 
cette admirable foi qui animait les Machabées. 

Oui, il faut le dire : les déplorables influences de la France et de l'Au- 
triche sont venues attiédir l'élan primitif des populations catholiques ; ce 
nesi qu'à la condition qu'ils se tiendraient immobiles, l'arme au bras, 
et s'interdiraient de tirer le premier coup de canon, que les cantons ca- 
tholiques ont reçu de ces deux puissances les trompeuses promesses d'un 
inactif intéiét; et cette condition, trop malheureusement acceptée, est 
devenue mortelle pour le Sonderbund. Pendant que l'alliance catholi- 
que était condamnée à cette funeste inaction, il a été loisible aux chefs de 
Tannée radicale de faire marcher leurs bataillons, de réunir un immense 
matériel de guerre, de choisir leurs points d'attaque, et de jeter succes- 
mement des masses de troupes sur les points qu'ils jugeaient les plus 
vulnérables. C'est sur Fribourg, canton isolé de tous ses alliés, etentière- 
meut enclavé entre les territoires de Berne et de Yaud, que se sont diri- 
gés leurs premiers coups. Là se remuait sourdement une faction étroite- 
ment liée aux intérêts du radicalisme, prête à faire cause commune avec 
lui, et à jeter le découragement et la discorde au cœur des conseils de la 
république. Là commandait un homme de principes peu sûrs , et d'un 
courage qui n'avait encore subi aucune épreuve. Aucun des officiers suis- 

U Ami de la Religion. Tooie CXXXJ^I I 

Digitized by VjOOQ IC 



(2) 
ses qui avaieut aiicieuneineat servi la France, n'ignorait la conduite plus 
qu'équivoque que M. de Maillardoz avait tenue en 1830, à la défense du 
Louvre, et plus tard à Rambouillet; personne, à Fribourg, n'ignorait la 
versatilité de ses opinions politiques, et chacun l'avait vu s'attacfiant en 
1832 au gouvernement sorti de la révolution de 1831, puis se rattachant 
au nouveau gouvernement que la réaction religieuse y avait fait naître. 
Et c'est à cet homme que Ton avait eu l'imprudence de confier la con- 
duite de ces braves et pieuses populations accourues à la défense de leur 
capitale! On sait les suites de cette impardonnable imprudence. On coa- 
uait les circonstances de cette capitulation qui stipulait le respect de la 
reUgion, des personnes et des propriétés. L'on sait comment ces stipula- 
tions ont été observées ; on n'a pas oublié la cruelle dérision avec la- 
quelle, lorsque les temples eurent été pillés et pollués, lorsque des pre- 
nnes eurent été massacrés, des maisons en grand nombre dévastées, le gé- 
néral Dufour adressait à ses hordes déchaînées le reproche de s'être 
rendu coupables de grades désordres. C'est ainsi que Ton qualifiait l'exé- 
crable meurtre du chapelain de Yillarlégeon, atuché avec des clous à un 
arbre, et exposé aux yeux du public dans un état qui eût fait reculer 
d'horreur des cannibales même. 

Mais tirons un voile sur ces atrocités exécrables. 

Un gouvernement provisoire, composé des chefs du radicalisme fri- 
bourgeois^ s'installa aussitôt sous la protection des baïonnettes fédérales. 
Son chef, Julien Schaller, sortit de prison pour s'asseoir sur le fauteuil 
de la présidence. Sa première opération fut de décréter le bannissement 
perpétuel de la Compagnie de Jésus, et de six ordres religieux qu'il pré- 
tendit lui être affiliés. Déjà les Jésuites avaient été obligés de fuir dans 
toutes les directions. Leur belle église, dédiée à saint Michel, avait été 
pillée. Les saintes reliques qui y étaient vénérées, avaient été jetées par 
les fenêtres et foulées aux pieds. Les saintes espèces, 6 douleur ! ser- 
vaient de cocarde aux scbakos bernois et vaudois. Le collège des Jésuites 
et leur magnifique pensionnat avaient été dévastés au point d'être inhabi- 
tables. En vain les PP. Kcdempioristes exposèrent-ils au gouvernement 
provisoire que^ n'étant point une corporation enseignante, ils n'étaient 
pointaffihésà la Compagnie de Jésus, et protestaient-ils contre la dévas- 
tation de leurs maisons qu'eux-mêmes avaient bâties, et contre la confis- 
cation des propriétés qu'ils avaient acquises de leurs propres deniers; ils 
furent expulsés de la ville et du canton comme les fils de saint Ignace, et 
ce n'est qu'à l'aide de dcgnisements, et grâce aux asiles qu'ils trouvèrent 
dans les campagnes, que ces respectables religieux purent s'échapper, 
n'ayant plus pour tout bien que la vie. 

Lucerne tomba, à son tour, après une glorieuse défense. Sauf les mas- 
sacres et le pillage des églises, tout se passa à Lucerne comme à Fribourg. 

Digitized by VjOOQ IC 



(3) 
lia gouvernement provisoire, composé des plus ardents radicaux et des 
Vostigateurs connus de l'assassinat du conseiller Leu, s'installa sous les 
auspices de trois représentants fédéraux. Les Jésuites furent expulsés, 
des prêtres séculiers eux-mêmes menacés des plus cruelles vengeances, et 
placés sous la surveillance la plus rigoureuse de la police. Il en arriva de 
même à Schwy tz, où les démagogues fédéraux arrachèrent du caveau de 
l'église des Jésuites le coqps du Père Drake, premier recteur de cette 
maison» et après avoir assouvi sur ce cadavre toiit ce qu'une haine in- 
fernale peut suggérer aux ennemis de Dieu, ils l'abandonnèrent mutilé 
sur le pavé de rues. Le dernier de tous les cantons alliés, celui du 
Talaisy se vit forcé à mettre bas les armes. Là aussi les représentants 
fédéraux installèrent un gouvernement révolutionnaire, à la tête du- 
quel fut placé Maurice Barmann, chef de la division valaisanue de la 
Jeune-Suisse» Les premières opérations de cet effroyable gouvernement 
ne furent pas moins odieuses que celles que nous venons de signaler à 
Lucerne et à Schwytz : seulement les Jésuites du collège de Brigg, 
se trouvant voisins de la grande route du Simplon, purent fuir en 
Italie et échapper ainsi aux insultes et aux violences de leurs adversaires.' 

Le Yalais n'a pas toujours fait partie intégrante de la Confédération 
suisse. De temps immémorial, ce que Ton appelle aujourd'hui le Haut- 
Yalais. qui s'étendait des glaciers de la Furca jusqu'au-delà de la ville 
de Sion (Sitten) était habité par une population allemande aussi célèbre 
par son courage que par ses forces physiques. Ce pays était constitué en 
république démocratique, bien que l'évêque de Sion, en sa qualité de 
prince du Saint-Empire, y exerçât une sorte de suprématie politique. 
Plus tard, cette république ayant eu des démêlés avec la maison de Sa- 
voie, conquit sur elle la partie du canton appelée le Bas-Yalais, dont 
les habitants sont de race et de langue française. Le Haut- Yalais étant 
entré par voie de conquête dans tous les droits de la maison de Savoie, 
était donc devenu seigneur du Bas- Yalais. Cet ordre de choses subsista 
jusqu'au moment où, subissant le joug de là politique européenne, le 
Yalais s'agrégea à la Confédération suisse en qualité de canton . Par son 
adhésion au pacte fédéral, qui stipulait qu'il n'y aurait plus désormais en 
Suisse ni seigneurs ni sujets, il perdit ses droits de souveraineté sur le 
Bas- Valais. Mais cette dernière partie du nouveau canton, moins re- 
connaissante de son émancipation, qu'indignée du smt venir de son an- 
cienne servitude, devint à l'instant même hostile à ses anciens maîtres, 
et se mit en lutte avec eux pour s'emparer du pouvoir suprême. Il y 
était assez ouvertement encouragé par ses voisins du canton de Yaud, 
qui eurent soin d'y importer les premiers éléments du carbonarisme 
italien qui prit plus tard le nom de Jeune Suisse. 

Dans la constitution que le nouveau canton s'éuit donnée, le souve-» 

Digitized by VjOOQ IC 



nir de Téclat que son siège épiscopal ayait souvent jeté sur cette an* 
cienne république, avait fait insérer un article qui décbrait l'évêque de 
Sion membre-né du grand-conseil, et qui faisait compter son vote pour 
quatre suffrages. Cette stipulation était unique en Suisse et fournissait à 
la faction radicale son principal grief contre la constitution valaisanne. 
Aujourd'hui le radicalisme triomphant ne s'est pas contenté de l'abro- 
ger ; il a supprimé à la fois toutes les immunités traditionnelles du clergé, 
que la piété du Haut- Valais avait toujours su respecter. Il faut observer 
que c'est daus le court intervalle qui sépare le rétablissement de l'indé- 
pendance du Valais, de son accession à la Confédération, que la répu- 
blque appeta chez elle la Compagnie de Jésus et lui donna le collège de 
Brigg. 

Outre révécbé et le chapitre de Sion, le Valais possède deux instituts 
religienx également vénérables par leur haute antiquité et leur extrême 
utilité pour le pays. Ce sont les abbayes, ou pour parler plus exactement 
les deux prévôtés crossées et mitrées de Saint-Maurice et du Grand- 
Saint-Bernard. Fondée au cinquième siècle, à peu de distance de ce 
vaste champ de martyrs où la légion thébaine tout entière se laissa 
égorger sans défense, Tabbaye de Saint-Maurice pouvait être considérée 
comme la principale illustration du pays. Ses religieux, chanoines ré* 
guliers de l'ordre de Saiot-Augustin, portent la mosette rouge en com* 
mémoration du martyre de leurs patrons ; leurs abbés, commandeurs-nés 
de Tordre de Saint-Maurice de Sardaigne, jouissent de l'insigne privi- 
lège de se servir d'une mitre pontificale enrichie de pierreries, que leur 
a laissée le Pape Félix Y, de la maison de Savoie, qui avait officié dans 
cet(e abbaye. Le prévôt actuel de Saint-Maurice est en outre évêqoe 
de Bethléem, in partièus infideUum. 

L'abbaye entretient une école gratuite où les jeunes gens du Bas-Ya- 
lais vont puiser leur instruction. Mais comme la ville de Saint-Maurice 
n'est séparée du canton de Vaud que par le Rhône que l'on traverse 
sur un pont commun aux deux cantons, les Yaudois ont pris soin d'éta- 
bhr dans la petite ville d'Aigle un cabinet de lecture où sont entassées 
toutes les ordures de la littérature voltoirienne. C'est là que cette mal- 
heureuse jeunesse va perdre tous les fruits de l'éducation religieuse 
qu'oD s'efforce de lui donner au monastère, et s'initier avant l'âge aux 
principes subversifs de la Jeune^uisse. 

Il n'est personne qui ne connaisse la merveille chétîenne de l'institat 
d'HospitaUers du Grand-Saint-Bernard. Là des chanoines réguliers qui 
suivent la même règle que ceux de Saint-Maurice, exercent envers les 
voyageurs de tonte condition qui traversent ce col si dangereux, une 
hospitalité toute gratuite à laquelle l'hérésier elle»méme est forcée de 
payer un tribut d'adnûratioD. Ces religieux densrvent en outre les fa- 

Digitized by VjOQQ IC 



(5) 
roisses des hameaux disséminés dans TEntremonti et pour tout soula* 
gement i leurs charitables fatigues, ils possèdent à Martigny un prieuré 
qm est la résidence habituelle de leurs prévôts, ordinairement trop Agés 
pour pouvoir soutenir les extrêmes rigueurs du froid qui règne toute 
l'année au col du Saint-Bernard. Ce prieuré sert encore d'hôpital aux 
religieux de la montagne attaqués de ces rhumatismes aigus ou chroni-^ 
ques auxquels rarement ils échappent, et là ils trouvent encore leur 
sépulture, car le Saint-Bernard, bâti sur le roc vif, ne peut même four* 
nir une tombe à ses vénérables hospitaliers. 

£h bien ! c'est sur cet institut qui ne subsiste que des dons vo- 
lontaires des passagers , de quêtes annuelles et du mince produit des 
subsides que fournissent au monastère les religieux chargés de la des- 
serte des paroisses de FEntremont, qu'est principalement tombée la 
fureur des chefs de la Jeune-Suisse y aujourd'hui à la tête du gouver- 
nement valaisan. Le couvent de Saint -Bernard vient d'être frappé 
d'une contribution de 80,000 fr. de Suisse (120,000 fr. de France), 
après que le gouvernement leur avait déjà enlevé les petites res* 
sources que, comme nous venons de le dire, ils tiraient des paroisses de 
TEntremont. En 1844, ce Maurice Barmann, l'un des chefs de la Jeune-. 
Suisse du Valais, aujourd'hui chef du gouvernement provisoire de ce 
malheureux canton, après avoir été battu au combat du Trient, fuyait 
par cette même vallée de l'Entremont, et arrivait exténué de frayeur et 
de fatigue an monastère du Saint-Bernard. Il y fut reçu avec cette cha- 
rité qui ne s'occupe que des besoins du prochain; mais le souvenir de ce 
bienfait n'a pu désarmer la haine qu'il porte à tout ce qui fait briller 
relise catholique d'un éclat que lui envient ses adversaires. Nous avons 
tout lieu de craindre que cette infâme spoliation n'entraine la chute 
d'un établissement qui, depuis mille ans, fait l'admiration du monde, 
et qui a si long-temps immortalisé le nom de son fondateur, saint Ber- 
nard de Menton (1). , 

L*abbaye de Saint-Maurice a été en même temps frappée d'une con- 
tribution de 75,000 fr. ; l'évêché de Sion et son chapitre sont taxés cha- 
cun à une amende de 30,000 fr. Des administrateurs laïques sont de 
plus préposés à la gestion financière de ces deux abbayes, et, pour com- 
ble d'iniquité. Ton se réserve d'ouvrir contre elles des enquêtes crimi- 
nelles, et on leur déclare que, si elles sont trouvées coupables, l'on pro- 
cédera à leur entière suppression. Leur culpabilité sera facilement éta- 
blie, puisqu'il suffit d'être catholique, prêtre ou cénobite, pour être 
censé notoirement hostile à l'impiété de la Jeune-Suisse. Ainsi l'on peut 

(1} Nous apprenons aujourd'hui que Tœuvre dMniquîté vient d'être consommée. 
Les religieux du Saint-Bernard ont été forcés d'aliandonner leur monastère et de 
se reiiier dans la vallée d'Aoste. 

Digitized by VjOOQIC 



^ 



(6) 

8*attendre à voir périr un des instituts les plus antiques et les plus il- 
lustres de la chrétienté, en même temps que Tinstitution hospitalière 
qui était le siège de la science, particulièrement en météorologie, ea 
géologie, en minéralogie et en flore des Alpes. 

La Suisse catholique est donc aujourd'hui sous le joug d'une tyrannie 
proconsulaire qui rappelle trop hien ces représentants du peuple que la 
convention nationale envoyait dans nos départements. Dans tous les can« 
tons récemment subjugués, des commissaires, dits représentants de la 
diète, cassent les autorités antérieurement et régulièrement établies. Us 
les remplacent par une cohue de traîtres qu'ils constituent en un gou- 
vernement provisoire. Il semblerait que de simples gouvernements in- 
térimaires devraient s'abstenir de promulguer des lois organiques et lais- 
ser aux populations dont ils sont la représentation factice, le soin de 
former leur nouveau conseil. Mais ils savent que, livré à sa propre im- 
pulsion, le peuple ne manquerait pas de réélire les mandataires dont il 
a éprouvé la fidélité, et pour obvier à cette éventualité, ils forment de 
nouvelles circonscriptions électorales, et sous prétexte de précédente» 
trahisons, ils excluent du droit d'élire tous les hommes capables d'éclai- 
rer le peuple et d'en diriger les suffrages. Ainsi en Suisse tout est déna- 
turé, toutes les bases du gouvernement populaire sont bouleversées. 
Dans des républiques où toute souveraineté, toute autorité émane 
nécessairement du peuple, c'est le peuple qui est muselé et dé- 
pouillé de tous ses droits dévolus à une poignée d'individus qui s'en ar- 
rogent l'exercice. Des populations éminemment religieuses sont baf- 
fouées dans leurs principes et dans leurs pratiques religieuses, et plus 
encore dans les ministres de leur ^lise, exclus, comme des ilotes, non- 
seulement de leurs conseils, mais même de leurs assemblées électorales. 
A quoi mènera cette oppression? C'est ce que Dieu seul peut prévoir. 

Mais ce n'est pas la Suisse seule qui doit trembler pour l'avenir : l'Eu- 
rope tout entière est aujourd'hui menacée dans ses conditions socialeâ. 
Pour la première fois peut-être, depuis que le monde est monde, une 
faction ennemie de toutes les bases de Tordre social, et en première ligne 
du christianisme, une horde catilinaire se montre au grand jour et 
plante son drapeau sur les ruines d'une alliance catholique, conserva- 
trice de sa foi et des premiers principes de la justice. Mazzini, ce sinis- 
tre chef de la Jeunc-Eurôpe, établit son trône à Berne et groupe autour 
de lui en un infernal congrès tous les chefs de cette association subver- 
sive. 11 prend en 'main la direction suprême du système anti-religieux et 
anti-social dont il est moins le créateur que la personnification actuelle ; 
et il annonce à ses adeptes, qu'une fois la Suisse pacifiée, c'esl-à<-dire 
entièrementsubjuguée, ils auront à s'occuper des moyens de propager la 
conflagration révolutionnaire dans les pays circonvoisins* d'où elles'é- 

Digitized by VjOOQ IC 



(.7) 

tendra sur taule rEurope. L'Italie, la France et rAllemagoe sont conviëes 
à y envoyer leurs dëputations, et tons les gens de bien en sont à se de- 
mander quels moyens dëfensifs Ton pourra mettre en œuvre pour re- 
pousser l'ouragan destructeur qui» du sommet des Alpes, menace de 
ravager l'Europe entière. Est-ce l'aveuglement, est-ce la frayeur qui 
paialyse toute espèce de résistance de la part des cabinets européens? Il 
serait difficile de répondre à cette question ; mais aussi la question en 
elle-même est-elle assez indifférente, car quel que soit le principe de 
cette inexplicable faiblesse» elle serait de nature à faire désespérer du 
«duc de l'Europe, si au-dessus des souverains qui la gouvernent il 
n'était un mahre tout-puissant qui a su dire à la mer : Jusqu'ici et point 
au-delà ; c'est ici que tu briseras tes flots tumultueux. J. M. 

— ^aa^ Miof i I • Il 

REVUE ET NOUVELLES ECCLÉSIASTIQUES. 

ROUE. — Le T. R. P. Marie-Joseph de Géramb, abbé-général de 
Notre-Dame de la Trappe de la réforme de Rancé en France, sous l'im- 
pression des derniers événements de la Suisse, a conçu la pensée, ap- 
prouvée par S. S. le Pape Pie IX, d'ouvrir une souscription pour secou- 
rir les veuves, les orphelins et les blessés des cantons suisses envahis, et 
il a fait appel à la piété des catholiques par la lettre suivante, que publie 
le Diario. Tout ce qu'il y a de cœurs vraiment chrétiens et sincèrement 
dévoués dans la Péninsule, tiendra à honneur de répondre aux instances 
du vénérable abbé-général de la Trappe. Ce sera la meilleure manière de 
réprouver et de flétrir les manifestations scandaleuses que quelques es- 
prits égarés ont osé essayer dans la Ville éternelle : 

« lies événements qai viennent de s*accoinplir en Suisse n^'ont fait éprouver, k 
moi et à tous ceux qal pensent comme moi, un sentiment si douloureux, que les 
paroles sont impuissante» à Texprimer. Il y a un tel accent de douleur dans les 
cris qui s^échappent des cantons envahis, que j'ai senti se rallumer dans mes en^ 
traîlles profondément émues le reste d'ardeur que les anuées et les fatigues ont 
encore laissé à mon sang. 

» Avec quel élan je me serais arraché à la douce et paisible retraite du mo- 
nastère que jliàbite et où je suis venu, voyageur épuisé par fàge, recueillir mon 
aine et reposer, pendant quelques jours encore, ma tête sur la pierre de mon 
lo ubeau ! Avec quelle ardeur j'aurais repns les sandales et le bâton de mes loin- 
tains pèlerinages pour aller, humble mais glorieux mendiant de la foi, frapper de 
porte en porte, et recueillir des aumônes sou à sou pour venir au secours des 
veuves, des orphelins et des blessés des cantons envahis ! 

» Mais si les infirmités de ma vieillesse ne me permeUent pas de suivre rioK 
pulsion de mon coeur, je pourrai peut-éu*e, en élevant la voix, me faire entendre 
ëe mes nombreux amis et de toutes les âmes chrétiennes, dont les souvenirs rap- 
portés par moi desLieuK Saints m'ont concilié la bienveillance. 

» J*ai donc conçu la pensée d'ouvrir une souscription , et cette pensée a été 
approuvée par le Saint-Père, par le Père de tous les fidèles, dont l'ame ne peut 
rester sans émotiou devant aucune infortune ; l'amour qu'il a pour ses enfemU est 
ee qa'oo doit attendre de la tendresse de son cœur, et c'est avec ce sentiment, 
comme parle Job, qu'il est né et sorti du sein de sa mère. 

Digitized by VjOOQ IC 



C8) 

» Use pensée yéoérMse, pour deTenir léeoiide, n't beeoiA foêdei 
one terre catholique; il me eofflre, semeur obeenr, d'aTOir jc«6 ce grain dans le 
diamp du Seigneur. La bénédiction dn ciel fera le reste : il croîtra rapidement, 
je Tespère, et il produira ses fruits.- Quelle œuvre, en effet, fut Jamais plus digne 
des sollicitudes et des secours de la charité? Les sommes reçues par le chevalier 
Talentini, banquier, seront envoyées k Mgr le Nonce de Luceme pour ôtre dle^ 
iriboées. 

» Moi-même, spontonément et avec le plus grand plaisir, au nom de tontee les 
maisons de la congrégation de Notre-Dsme de la Trappe en France, j'ai versé à 
la banque sus-nommée la somme de cent écus romains. Puisse cette offrande 
des pauvres être suivie de dons plus riches et plus abondants! 

» Les noms des souscripteurs seront publiés. Dieu les inscrira dans le livre 
étemel, où toutes les bonnes ceuvres sont consignées. Ces noms généreux, je les 
iSïirai du fond de ma solitude, et ils se mêleront à mes dernières prières 
comme Tune des plus douces et des plus heureuses pensées de mes derniers 
jours. 9 
' — Mgr Sacconi, chargé d'affaires à Florence, a été nommé inter- 
nonce du Saint-Siège à Munich. 



PARIS. 

S. Em. M. le cardinal-archevêque de Lyon vient de publier une lettre- 
circulaire tout empreinte du zèle le plus ardent pour le maintien de la 
discipline et la majesté du culte rendu à Dieu dans nos temples. C'est un 
admirable compte-rendu des visites pastorales de l'illustre cardinal dans 
les paroisses de son diocèse. On y trouve aur tous les points de l'admi- 
nistration diocésaine des vues sages et élevées, où se révèle la soUidtnde 
éclairée du pasteur autant que sa profonde piété. Tout le monde lira 
avec un vif intéi et les passages suivants de celte belle circulaire : 

« U nous serait impossible d'oublier jamais raccneil qui nous a été (ait dans les 
paroisses que nous avons parcourues. Le caractère dont nous sommes revêtu 
était Tobjet de ces témoignages si vifs, si empressés de respect, d'affection, qui 
éclataient sur notre passage. C'est la foi 4ui se produisait dans ces démonstra- 
tions d'allégresse , et dans ces acclamations qui retentissaient autour de nous à 
notre arrivée. Nous ne pouvons vous désigner les paroisses qui ont ainsi honoré 
dans notre personne rambaaadêwr de Jiêui^Chritt et son ministre, parce que 
nous serions obligé de faire l'énumération de toutes celles que nous avons visi- 
tées. Quant aui honneurs civils qui nous ont été rendus, nous les avons reçus 
sans doute avec une profonde reconnaissance ; mais nous n'eussions rien exigé, 
nous n'eussions jamais réclamé l'exécution d'aucun décret , pour nous les hite 
rendre. Quelque élevé que soit le rang que nous occupons dans la hiérarchie sa- 
crée, nous préférons le cérémonial simple tracé par l'Eglise pour la réception 
d^nn premier pasteur, à la pompe bruyante qui célèbre l'entrée d'nn prince de la 
terre. Cest au milieu des chants sacrés, et avec la multitude des fidèles ma^- 
chant en ordre, parés de leur modestie, comme leur plus bel ornement, qu'an 
temps de saint Augustin on recevait un évêque dans ses visites. Cette pompe 
tonte chrétienne est la seule qui pouvait toucher notre cœur. 

a Vous nous avez ouvert l'entrée de vos presbytères. Nos vénérables Frères, 
avec cette respectueuse cordialité qui nous a ému vivement; mais permettee- 
nous de vous prier encore de, nous recevoir chez vous comme un confrère qui 

Digitized by VjOOQ IC 



(9) 

^iMfMS^iWterfeoane on loi qrf toob demnée Fliospitelîté. Un repn Ira- 
fil, M apptfftcmcnt sm aiMBD toie, la modestie dans loate TOlre récq^tion, 
e*ail rteenefl le plos difae d'to prince de l^iise. » 

1^ de Donald expose ensuite d'une manière toute spéciale pour son 
diociâe de sages observations sur les églises, les autels, les fonts baptis- 
maux, les bancs, les clocbes, les cimetières. Arrivant à la question du 
chant, il déclare que la manière de chanter les offices divins ne lui a pas 
donné la même satisfaction. Sur ce point, dit-il, des améliorations sont 
à désirer et des réformes à faire. Puia, après avoir retracé l'histoire du 
chant ecclésiastique dont saint Grégoire-le-(xrand fut le resta^Fatcar, 
apiès avoir dit la part qu'eut l'Eglise de France, et celle de Lyon en par- 
tÎ6alier,à la réforme de cette partie importante de la liturgie, S. Em. oon- 
tinne en ces termes ses utiles considérations d'un intérêt plus général 
MIT la litniigie et sur les écoles : 

c D^Miis un siècle et demi sartoot, on a voalu mieux faire que saint Grégoire; 

ei on 8*e8l étodiô \ altérer son ouvrage, encore plus profondément qu'on ne Ta- 

vilt bât dans les siècles précédents. Le résultat de ce travail malheureux a été 

le nous transmettre un plain-chant sans mélodie, qu'on a voulu rendre grave, et 

qd n*e8C que pesant; et dont les longueurs interminables ont remplacé la briâh- 

veié de f anden. Noos déptorona de ne plus entendre dans nos églises que le 

chant de saint Grégoire méconnaissable ; mais nous voudrions au moins qu'on ne 

lerendllpas plus disgracieux, par les accompagnements des ophicléides dont les 

I peuvent convenir & une musique guerrière^ mais dont les mugissements con- 

' \ couvrent les voix et troublent le calme de la prière. Nous faisons des 

; pour que dans nos grandes églises au moins, on n'entende plus que les sons 

kvmonieux de Torgue, et que le plain-cbant soit toujours accompagné, comme 

dans notre métropole, par les accords célestes de cet instrument religieux. Les 

musiques bruyantes, plus belliqueuses que sacrées, plus théâtrales qu'ecclésiasti- 

qoes, s'aillent mal avec le recueillement qu'exigent nos sainU mystères, loin d'en 

rêfever la majesté. Nous espérons que des instruments barbares adoptés en France 

par noQS ne savons quelle aberration de goût, seront remplacéapar les orgues, et 

que le plain-cbant, accompagné comme nous le désirons, reprendra dans notre 

Htnrgie le rang quîl n'aurait jamais dû cesser d'occuper. Nous ne faisons que 

vous répéter ce que les Pères du premier concile provincial de Milan, présidé par 

saint Charles Borromée , prescrivaient dans leur décret sur le chant : Orgamo 

fonlum eeeUtim locui Ht; tibUBy eomua et reliqua muiiea imtrumtnta Mcluda»' 

fur... 

» Notre intention n'est pas, nos très-chers Frères, d'exclure de nos églises 
toute musique. Nous ne serons pas plus sévère que le Concile de Trente. Cette 
sainte assemblée mit en délibération si la musique serait interdite pendant la c6- 
léhraUon de la liturgie, et si on ne s'en tiendrait pas exclusivement au chant 
grégorien. Déjà elle avait émis un vote afBrmatif. Mais, comprenant qu'une 
saînle harmonie pouvait élever les aroes vers Dieu, elle changea son décret et se 
borna ^ tracer les règles si sages que nous lisons à la session XXII. Mais pour 
entrer dans la pensée des Pères de ce Synode œcuménique, nous désirons que 
la grand'messe soit rarement chantée en musique, et que les louanges de Dim 
soiml toujtmn ehantéee avec retpeet, piété et éTune vcix distincte. 

9 SI vous avez, nos très-cbers Frères, un organiste, faites-lui comprendre 
quH n'est pas appelé pour faire devant les fidèles^ l'étalage d'une science dVxé- 
cution qui ne connaît point de difficulté, et pour retracer d'une main rapide 

Digitized by VjOOQ IC 



(10) 

toutes les réminiscences (Tone musique théâtrale et passiconée. Son devoir est 
d'accompagner le chant de TEglise, afin d^effacer en quelque sorte, par les ac- 
cords simples et religieux de son magnifique instrument, les défectuosités des 
voix peu exercées. Il faut que les Udèles viennent dans nos temples, non pas 
Ijour admirer les effets de Torgu*), mais pour chanter et prier avec lui. C'est 
ainsi que nous comprenons la musique sacrée.» 

Les écoles devaient tixer d'uue manière spéciale rattention de Til- 
lustre prélat. 

«Appeler, dit-il, dans une parcifse, un instituteur vertueux, une inslitulrice 
pieuse, c'est, à nos yeux, le plus grand service qu'on pasteur puisse rendre à 
son trpupeau, et le témoignage le moins équivoque de son amour pour loi. L i* 
gnorance ne sera jamais pour le clergé un moyen d'influence, et un ressort 
qu'il fera jouer, pour séduire les simples, et les tenir enchaînés à ses iniéréis. 
Nos pensées, nos travaux, nos visites pastorales ont pour but d'encourager Tin- 
slruction, d'en faire comprendre la nécessité, d'en ouvrir de nouvelles sources, 
d'en faciliter l'accès et d'en répandre partout les eaux salutaires. 

» Nous vous avons tous trouves, nos trcs-chers Frères, pénétrés comme nous 
de l'importance de l'instruction élémentaire. Vous savez que le livre de la 
science ne doit pas être scellé pour la jeunesse, et que l'instruction lui est né* 
cessa ire pour lui faire éviter les écueils de l'oisiveté, rendre sa soumission à la 
foi plus raisonnable, et l'accomplissement de ses devoirs envers la société plus 
facile. Vous avez compris surtout, que le premier besoin des temps où nous vi- 
Tons, est de donner aux générations qui s'élèvent, une éducation toute chré* 
tienne, sous peine de voir bientôt le flambeau de la science et les lumières dé 
l'esprit s'éteindre dans le débordement des mœurs, et la société tout entière, 
avec ses institutions, les arts, la civilisation, s'abîmer dans le gouffire que créa- 
sent sous ses pas, sans interruption, la licence des écrits, la licence des théâtres 
et rimpatience de tout frein. C'est à une conviction si profonde, que nous de- 
vons ces nombreuses écoles des deux sexes, que nous avons visitées dans vos 
pitroisses. 

«Vous devez vous rappeler, N. T. G. F., que nous vous avons souvent re- 
commandé de visiter les écoles tous les mois, afin de vous assurer par vous- 
mêmes, si les élèves sont instruits dans la doctrine chrétienne, et d'encourager 
par votre présence et vos paroles des instituteurs et des institutrices qui rem- 
plissent avec un zèle au-dessus de tout éloge, les pénibles fonctions auxquelles 
ils ont consacré leur vie. Dans les paroisses où il y a plusieurs écoles, ces visites* 
pourraient avoir lieu seulement tous les trois mois. Eu général, les enfants ont 
répondu d'une manière satisfaisante aux questions que nous leur avons adressées 
nous-méme sur le catéchisme. Dans un petit nombre de paroisses, nous n'avons 
pas été aussi heureux; quelques exceptions sont venues nous alQiger. Nous ne 
voulons pas en faire peser la responsabilité sur les pasteurs. Quelques maîtres 
d'école nous ont paru plus occupés à lutter contre leurs curés, qu'à bien instruire 
les enfants. Ils croiraient abaisser leur dignité, s'ils étudiaient les éléments 
de la doctrine chrétienne, que le grand Gerson approfondissait avec tant de 
soin, pour les transmettre ensuite à de jeunes enfants; cette doctrine ne leur 
paraît pas sans doute à la hauteur de leur mission. Une observation de leur 
pasteur irriterait leur susceptibilité, et deviendrait le signal d'une guerre longue 
et acharnée; et le pasteur par prudence se tait. Malgré ce fâcheux état de choses 
dans certaines paroisses, nous vous recommandous de nouveau de visiter toutes 
les écoles, d'interroger les élèves, et d'avoir pour les instituteurs tous les égards, 
tous les procédés que la charité et l'amour de la paix peuvent inspirer. » 

Digitized by VjOOQ IC 



(41 ) 

Les souscriptions ea faveur des catholiques de la Suisse, reçues jusqu'à 
ce jour au bureau du comité pour la défense de la liberté religieuse, chez 
MM. Jacques Lecoffre et C", rué du Vieux-Colombier, 29, s'ëlèvent à la 
somme de 70,250 fr. 16 cent. L'Union monarchiques reçu, de son côt^, 
18,276 fr. 75 c. , ce qui fait un total général de 88,525 fr. 90 c. 

^ r* ■ ^ I .... 

On écrit d'Alger, le 23 décembre : 

t Mgr révéqae vient de rentrer à Alger, à la suite d'une toamée qu'il vient de 
/aire dans la province. Blidab, Monzaîa, Médéab, Milianab ont été snccessivement 
visités et évangélisés par lui. Les généraux des trois subdivisions se sont empres 
ses de mettre à sa disposition des chevaux de monture et de brillantes escortes de 
spahis, lui ont offert 1 hospitalité dans leur propre demeure, et ont rendu publi- 
quement à son caractère, à sa mission et à sa personne des honneurs qui n'ont 
pu manquer de firapper les indigènes, avides plus qu'étonnés de ce specude 
nouveau pour eux. 

» Des djiffa (repas d'honneur) lui ont été offerts par nos agas Mouled-ei-Oued, 
Boulem, etc.; les ulémas, tolbas et marabouts de la subdivision de Médéab, ac- 
courus pour rendre hommage au prélat. Font précédé, bannières déployées, dans 
Ja vide, ont eu avec lui de longues conversations sur la religion, et l'ont pro- 
clamé un grand taleb, vu, disaient-ils, que le mupbli des roumis connaît aussi 
bien le Coran que TEvangile. 

» Partout i'état-major des places a voulu assister anx cérémonies religieuses, 
aux confirmations, aux premières communions et aux discours de l'évêque. A 
Moimia, c'est M. Gnillemin, directeur de Téublissement, et Mme Gnillemîn, qui 
eo ont fait les honneurs à Tévéque, et lui, en échange de la brillante et cordiale 
bospiLilité qui lui était faite, a promis d'attacher à ce précieux étsiblissement un 
prêtre enu*etenu à ses frais, jusqu'à ce que le gouvernement subventionne un 
desservant* s 



Nous lisoDS dans la Gazette d'Auvergne et du Bourbonnais : 
« Pendant les dernières semaioes de Tannée qui s'écoule, au temps de l'Avent, 
si favorable aux graves, aux sérieuses pensées de notre sainte religion, les habi- 
tants de Gombrondes, diocèse de Glermont, ont joui du bienfait inestimable 
d*one mission précbée par les pr<flre« auxiliaires du diocèse, qu'avait appelés le 
pasteur de la paroisse. La parole divine, annoncée avec un zèle vraiment apos- 
tolique, et souvent avec une éloquence entraînante, a opéré ses merveilles ordi- 
naires. Les faits parlent d'eux-mêmes : une magnifique croix de mission sotlici- 
née, payée, transportée, travaillée par tous, riches et pauvres, a été, pour ahisi 
dire, improvisée en quelques jours ; aujourd'hui elle domine la cité et la pro- 
t^e. Le jour même de Téreclion du pieux monument, 22 décembre, sept cents 
iHMnmes ont reçu, avec ferveur, le pain de vie des mains du premier pasteur 
qoe les intempéries de la saison ne rebutent jamais. Le lendemain, 23, l'infatir- 
gaUe Pootife a administré le sacrement de Gonfirmation à plus de quinze cent 
soixante fidèles réunis de tout le canton : trois fois dans la matinée, il est monté 
ea chaire pour féliciter et exhorter le prêtre et le peuple confié à ses soins. 

» Mais disons-le bien haut : à Gombrondes, toutes les autorités ont donné un 
exemple toujours puissant, lorsqu'elles ont le courage de leur conviction reli- 
gieuse. Aussi un véritable enthousiasme s'était emparé de cette population ; elle 



Digitized by VjOOQ IC 



(=12) 

était électrisëe. Le soir da jour où les mlssioimaires avaient célébré la fête dd 
Marie pHroDoe de la France, loates les fenêtres toent spontanénieDt illniiînées. 
Le joir de reialutico de la croix, rillaminatioa étendae au decher, aa poidid 
de réglise, aux bras de la oonvelle croix, offrait «a spectacle rarâsaDt aux nom- 
breux voyageurs, que le ebemio de fer de Bourges jette sur cette route fréquen-* 
tée. Magistrats, conseillers municipaux, jeunes ouvriers, hommes, femmes, en- 
tants, tous ont montré un empressement digne des plus grands éloges. C'était la 
surveille de Noël : Gloire à Dieu! et paix durable à tous ces hommes de bonne 
Tolonté ! ! I 

» Noos appienonsè llnstant que deux autres missions prêchées, Tune kOUier^ 
guee par quatre Pères Jésuites, rentre à Yertainm p&ur les prêtres aaxiiiaferes^ 
obtenu les snceès les pins satisfaisants. » 

ASQUSTEBXE. — L'élection à révêcbé de Hereford, à propos de la- 
quelle on sait qu'un conflit s'est manifesté entre le gouvemenoMiU bri- 
tannique et une notable partie d^ évêques et du cleq^ anglican, a eu 
lieu mardi dernier. 

Nous trouvons dans les journaux anglais quelques détails curieux sur 
cette élection : 

M. J'Merewether, doyen de Hereford, est entré dans la cathédrale 
après onze heures, et s'est rendu à la chapelle de la Vierge, accompagné 
des chanoines et des prëbendiers. Beaucoup de gentlemen des enrirons 
s'étaient rendus à la cérémoaie. Après l'accomplissement de certaines 
formalités dans la maison du chapitre et le service ordinaire de reliée, 
le doyen et le chapitre sont retournés à la maison du chapitre. On a 
donné lecture de la lettre de convocation ainsi que du congé d'élire et 
de la lettre missive de S. M. Un notaire et deux témoins ont été appe- 
lés. Ensuite le doyen du chapitre s'est exprimé en ces termes : ^u S. M» 
la reine a recommandé au doyen et au chapitre d'élire évêque du dio- 
cèse le révérend R. D. Hampden, professeur de théologie à l'université 
d'Oxford. C'est le plus jeune prébendier qui, d'après l'usage, devra vo- 
tier d'abord, et le doyen votera le dernier, w Deux ou trois jeunes cha- 
noines ont immédiatement voté pour le docteur Hampden. Le nom du 
chanoine Huntingford ayant été appelé, ce chanoine a déclaré qu'il s'abs- 
tiendrait de voter jusqu'au moment où un tribunal compétent aurait 
jugé si l'opposition formée contre la désignation du docteur Hampden 
par tant d'évéques et de membres des universités était fondée ou non«; 
Le docteur Merewether, doyen du chapitre, s'est ensuite exprimé en ces 
termes : 

€ Un décret de Puniversité d'Oxford, ayant privé le docteur Hampden de l'exer* 
eice de ceruines fonctions et charges dans runîversité, parce qu'il avait, dans 
ses ouvrages, traité certains sujets de théologie, de manière à perdre la conflanee 
de l'université, et le décret n'ayant pas été révoqaé, j'ai adressé une pétition à 
la reine pour la prier d'ajourner Pélection jusqa*à ce qu'un tribunal compétent 
^t jugé la question, parce qae le primat de T Angleterre et tretee évèques, ainsi . 
que beaucoup de membres du clergé et de laïques, m'ont sollicité de repousser 
cette élection : et ici, en présence de Dieu, au milieu de son temple et dans 

Digitized by VjOOQ IC 



TeankB de nés Imiciîoiis neerdoules. Je proteste seleBoeUement que ce D*e8t 
poÎDi pir dâlefMité eoTers le «oavendn, nuis poar obéir à ma oooscience qui 
0*onloiiDe d'uTéter le progrès de rbérésie et de toute atteinte à la religion, que 
je dédire ne pouvoir voter pour Télectiou du docteur Hampden, et je proffeste 
contre râeciiou d'autant plus que des chanoines honoraires ont voté sans se 
goomettre aux statuts de FEglise. renverrai ma protestation à la couronne, au 
docteor Hampden et à Tarchevéque de Cantorbéry. a 

Sur dix-huit chanœDes (y compris le doyen) formant le chapitre, seize 
se aont prononcés en faveur du docteur Hampden, recommandé par la 
couronne ; deux seulement, le chanoine Huntingford et le doyen Mere- 
wether, ont voté contre ce candidat. 

Le chapitre a proclamé le docteur Hampden bien et dûment élu ; ce- 
pendant les statuts exigent, dit-on, T unanimité, et cette circonstance 
semblerait laisser une porte ouverte aux réclamations. 

Le vingt-cinquième statut de Henri YIII, qui établit la suprématie de 
h couronne, en matière spirituelle, prononce des pénalités très-sévères 
contre les ecclésiastiques qui se placent dans la position du chanoine 
Huntingford et du doyen Merewether, lorsque la couronne a délivré ce 
que Ton appelle le congé (T élire, qui, dans Tespèce, équivaut à un ordre 
formel et absolu d'élection. 

Si ces pénalités étaient appliquées, les deux ecclésiastiques dont il s*a- 
git pourraient être mis hors de la protection de la reine, être cités devant 
h reine et son conseil et voir leurs biens confisqués. 

(Test ce ringt-cinquième statut que Tévêque d'Exeter a qualifié de 
magna ckarta de la tyrannie. 

Les intentions de lord John Russell paraissent d'ailleurs peu bienveil^ 
lantes à T^ard des deux récalcitrants, si Ton en juge par le billet sui- 
vant, d'un Taconisme significatif, qu'il a adressé au doyen, en réponse à 
sa dernière réclamation : 

« Woborn-Âbbey, 25 décembre. 

» Monsieur, J*ai eu Tbonneur de recevoir, votre lettre du 22 courant, dans la-< 
quelle vous m*annoncez votre intention de violer la loi. 
» rai Thooneur d*étre, etc. 

B Signé, John Russill. » 

ÉTATS-SARDES. — On sait que Sa Sainteté, par l'intermédiaire de 
ion digne représentant près de cette cour, a tenu sur les fonts baptbmanx 
la princesse Marie-Pie, dernier enfant de S. A. R. la duchease de Sa- 
voie. Le Saint-Père vient, à cette occasion, de lui envoyer en cadeau la 
rose d'or que les Papes ont l'habitude de bénir le quatrième dimanche 
de Carême. La journée de dimanche avait été désignée pour la remise 
de ce riche et précieux don. Mgr Santucci, camérier secret de Sa ^ain* 
teté, auditeur de cette nonciature apostolique, chargé de cette mission i 
arriva à onze heures et demie au palais, où il fut reçu par l'introdue- 
teur des ambassadeurs et les chapelains de S. M., qui l'accompagnèrent 
i la chapelle royale, où devait avoir lieu la cérémonie, et où S. A. R. la 
duchesse de Savoie, accompagnée de son époux, de S. A. R. le duc de 

Digitized by VjOOQ IC 



( 1M 

Gènes et de leur suite, ne tardèrent pas à venir. Apres avoir célébré la 
messe, IMgr Sanlucci ayant lu le bref de la mission reçue du Saint- 
Pjre, prit la rose sur l'autel ei la remit à S. A. R. en prononçant les pa- 
roles prescrites par le cérémonial romain. LL. AA. I\R. étant rentrées 
dans leurs appartements, Mgr Sautucci eut rbonneur d'être reçu en 
audience particulière par la ducbesse, qui le cbargea de faire agréer au 
Pape l'expression de son profond respect et sa gratitude pour ce témoi- 
ga^e de sa bonté paternelle. 

nai 9 mt 

SUISSE. —Le nouveau gouvernement de Lucerne a décidé, le 24, 
que les corporations religieuses seront tenues de payer en espèces, 
dans quinze jours, un million de francs : 1* le couvent de Saint-Urbain, 
500,000 fr.; 2' l'établissement de Munste, 400,000 fr.; 3* les autres 
couvents, 100,000 fr. suisses. Le gouvernement annonce qu'il prendra 
au besoin des mesures ultérieures. Ces mesures dépendront de l'em- 
pressement plus ou moins grand des corporations dont il s'agit. 

I^EVUB POLITIQUE. 

Le parti conservateur, dès rouveriure de la session, se met vigoureusement 
sur roffensive, et se dispose à prendre contre ropposilion une éclatante revan- 
che. La majorité de 127 voii avait mercredi dernier enlevé la nomination du can- 
didat du ministère à la présidence, et la même majorité a nommé vice-présidents 
• MM. Bignon, Bugeaud, Lepelletier-d'Aulnay et François Delessert, tous pris dans 
les rangs des purs conservateurs. La nomination des secrctaues a couronné ces 
premiers succès ministériels. Cependant Topposition avait espéré moins d'ensemble 
dans les rangs qui font obstacle à ses chefs pour arriver au pouvoir. La bruyante et 
stérile campagne qu'elle a faite pendant ses quatre mois de banquets, touie cette 
artillerie de harangues bachiques et révolutionnaires qu'on a fait tonner si long- 
temps contre la corruption du pouvoir, n'ont amené pour la gauche personnifiée 
dans les patrons du Siècle et du Cotulilulionnel, que la constatation de plus en 
plus significative de ces deux faits, qui deviennent presque aujourd'hui deux évé- 
nements politiques, à savoir : premièrement, que loin de vouloir marcher de 
nouveau au pas de la MarseillaUe entonnée au Ghàteau-Roage, et continuée dans 
les banquets de Ghâloos et de Dijon, la France de 1847 a horreur plus que ja- 
mais des souvenirs de 93; secondement, qu à ne considérer que le progrès de sou 
bien-^ure, de ses libertés civiles et religienses, la France ne pense pas qu'il y ait 
grand profit à renverser MM. Gaizot et Duchâiel, poar placer au timon des affai- 
res MM. Thiers et Odilon-Barrot. Tout le monde en est à se demander par quel- 
les réformes ces derniers compétiteurs de portefeuilles allégeraient noire budget, 
rénormité des imp6t8, et rendraient plus prospères les transactions commercia- 
les. Tout le monde se souvient qu'en 18i0, le ministère de M. Thiers a augmenté 
1108 dépenses, et semé partout les bruits de guerre avec les chants de l'hymne 
patriotique. Les lois de septembre et l'einhastillement de Paris furent son œuvre 
capitale. Quant à la liberté religieuse et à celle de l'enseignement, M. Tbiers 
nous a dit son dernier mot dans son fameux rapport, qui a si bien inspiré do- 
pais M. Liadières, théologien, vaudevilliste et l^isiateur. 

Digitized by VjOOQ IC 



(15) 

Pour qad moiif la Fnmce, qui attend des jours meillears, se laissenit-efle 
doBC émoDvoir par les défailes que subit h la chambre cette vieille et incorrP 
^e opposition personnifiée dans M. Odilon-Barrot? Non, mieui Tant encore 
Toir enfin opérer, ajM'ès huit ans de promesse, ce parti conservateur qui vient dé 
proclamer, dans le discours de la couronne, qu'il entre dans la voie réparatrice 
des $agti réformes el du bUn-êlrt de tout. 

A rexiérieur; rembarras de Popposition devenue msttresse des afTaires, ne se- 
rait pas moindre que celui du ministère actuel. Seulement, au lieu de tio^ides es- 
sais de sympathie pour les droits incontestables du Sonderbund, M. Tbiers en- 
t^agerait la France à fraterniser avec les radicaux qui ont saccagé Fribourg, pillé 
0.1 rançonné les éublissements religieux du Valais et des autres cantons catho- 
liques. Â ces publiques sympathies pour les corps-francs, nous préférons encore 
les faibles signes d'intérêt du cabinet actuel en faveur des petits cantons : ces 
stériles témoignages demeureront du moins comme un remords en faveur de 
droiu violés, mais reconnus légitimci^. 

Et d*ailleurs, pour le ministère en activité, comme pour celui que Topposition 
nous offre en expectative, n'y a-t-il pas d'autres affaires au-dehors comme 
au-dedans du pays, qui réclament une attention sérieuse, et peut-être une action 
immédiate et aussi difficile? Tout est-il définitivement arrangé dans cette Es- ' 
pDgne où le vain simulacre du système représentatif, laisse se perpétuer 
les nbos et les caprices déplorables du gouvernement absolu? On y change les 
miuistèrcs plus fréquemment et plus légèrement qu'à Gonstantlnople. Hier Es. 
partero était banni et ses biens mis au séquestre; aujourd'hui son rival, Nar-* 
vaez, le fait déclarer sénateur et le convie de venir au balse'-main de la reine 
Isabelle. Que de révolutions de palais on a vues à Madrid depuis six moisi et que 
de luttes nouvelles et plus violentes peut-être éclateront encore lorsque le due 
de Valence et le duc de la Victoire seront réunis sur le même théâtre élevé au 
pied du trOne d'une reine de dix-sept ans ! 

Etriuliel l'Iulie! que s'y passe-t-il à cette heure, au moment même où 
notre politique' conservatrice ne juge pas à propos d'en prononcer même le nom 
\ Touverture de la session de 1848? Est-ce l'Autriche, notre nouvelle alliée dès 
que l'entente devient ailleurs moins cordiale, est-ce l'Aotriche qui se serait re- 
froidie si le discours de la couronne avait mentionné et encouragé 1^8 admirables 
efforts de Tlmmortel Pie IX pour amener les Etats romains à une situation 
modèle ? Le nom du Pape est proclamé avec amour par toutes les bouches, il 
obtient les vives sympathies de tous les coeurs généreux ; sa politique s'inspire de 
la sagesse, de la douceur et de la liberté évangélique ; et la France, cette fille 
afnée de l'Eglise, n'a pas un mot de solennelle sympathie à lui envoyer ! Âh ! 
qu*on le sache bien, l'homme de la droite du Seigneur et.de la Providence achè- 
vera son œuvre providentiellement aussi, et sans l'appui moral que la politique 
loi refuse ou qu'elle n'ose ouvertement manifester. .De tout ce qui se prépare, 
s'agite ou bouillonne en Italie, hors des Etats romain;?, il sortira, on peut da 
moins le craindre, .de grandes et terribles leçons pour la diplomatie et l'ha- 
bileté politique des cabinets européens. Naples et la Sicile, sans cesse en 
émoi, semblent devoir être en proie à d'autres éruptions que celles de leur Etna 
et de leor Vésuve ; la mort de la seconde femme de Napoléon, de Marie-Louise, 

Digitized by VjOOQ IC 



( 16 )• 
aidddnehesae d'Autriehé, va peat^ire susciter à Parme et li Modèoe des eala- 
mités Doutelles. Puisse doue la divine sagesse <pii a inspiré et suscité Pie IX, 
▼eiUer sur Tkalie el la défendre de cet horrible radicalisme qui a désolé et dé- 
Tasté ttoe.partie de la Suisse, sous les yeui de la France et de rAutrîche, qnf 
sont restées spectatrices immobiles de tant de malheurs! 

MOaT DE 8. À. R. MABAm ADftLAiDB. 

Le Jotmuii deê DébaU de ce matin publiait le post-scriptum suivant : 

« Une heure du matin. 

a Nous apprenons à Tinsunt que Madame Adélaïde, sœur du Roi, qui depuis 
quelques jours éuit indisposée, se trouve à Theure qu'il est dans Tétat le plus 
alarmant. 

» Le roi, la reine et toute la famille royale sont réunis en ce moment autour 
du lit de S. A. R., en proie à la plus vive inquiétude. 

» M. le curé de Saint-Roch vient d'être appelé pour donner à Tauguste prin- 
cesse les secours de la religion, a 

Le Moniteur a publié plus tard une note encore plus alarmante : 

« Vendredi 51 décembre, quatre heures du matin. 

a L'état de Mme la princesse Adélaïde, sœur du roi, qui était indisposée de- 
puis plusieurs jours, est devenu tellement grave cette nuit, que tout espoir de 
guérisoD doit être abandonné. 

9 S. A. R. a reçu les sacrements de TEglise en présence du roi et de la fa- 
mille royale. » 

S. A. R. Mme Adélaïde avait déjà cessé d'exister, lorsque la note que Ton 
Tient de lire était envoyée au Maniieur. Hier soir, la famille royale éuit réunie 
selon son habitude. Mme Adélaïde fut prise d'un accès de sommeil dont la durée 
causa des inquiétudes. On essaya de la réveiller sans y pouvoir parvenir. M. le 
curé de Sainl-Roch fut appelé et ne put administrer que le sacrement de Tex- 
Irôme-onction à la malade, qui expira vers trois heures et demie du matin, sans 
avoir recouvré sa connaissance. Mme Adélaïde était née le 25 août i777. 

Ce matin, une messe a été dite pour la défunie dans la chapelle des Tuileries; 
le roi, malgré l'accablement qu'il éprouve de cette perte, y assistait. 

Toutes les réceptions officielles du jour de l'an ont été contremandées. 

NOUYBLLES BT FAITS DITBBS. 

iNTfiaiBun. 
PABI8, 51 décembre. — Le Moniteur publie ce matin un rapport au roi anivi 
d^ordonnances sur les corps de l'administration, du contrôle et de la comptabi- 
lité de la marine. Ces pièces forment 16 colonnes de la feuille officielle. Noos 
indiquerons plus tard leurs principales dispositions. 

— Le ministre de l'instruction publique vient d'approuver les statuts par les- 
quels les chefs d'institution et les maîtres de pension du déparlement de la Semé, 
formés en assemblée générale, ont proposé de constituer un conseil chargé de 
s^occuper de tous les intérêts particuliers des institutions et des pensions secon- 
daires, sous l'autorité de rUniversilé et avec l'approbation de son chef. 

— M. le comte Laojuinais a déposé sur le bureau de la chambre des pairs 
^deux pétitions de M. le rédacteur en chef du Nationêt 4$ POue$i^ demandant. 



Digitized by VjOOQ IC 



en) ' 

rone, qae Tesemption de timbre poar les suppléments d'on journal timbré à 
6 eeoiimes soit étendue aux journaux timbrés à 3, 4 et 5: Tautre, que, la loi de 
1841 pour les annonces judiciaires n'atteignant pas le but proposé, le nouvel ar-* 
tkle 696 du code de procédure civile soit aboli ou révisé. 

— L^un de nos sculpteurn les plus populaires, M. Auguste Barre, Fauteur des 
statuettes dTIssler, de Taglioni, de M. Berryer, de Napoléon, de Mlle RacheKelc., 
vient d'achever une sutueite de Pie IX, exécutée à Rome, en présence même 
de Sa Sainteté. M. Barre a eu non-seulement le bonheur, dont quelques autres 
artiste» ont joui, d'avoir quelques séances du Pape« mais Sa Sainteié a désiré 
que le sulpteur français ini^lallàt son atelier au Q«iirioal, dans ses appartenicnts 
particuliers, et Pie IX a donné à M. A. Barre tous les instants dont les vacances 
d'octobre lui permettaient de disposer. Tnut garantit donc que la chrétienté va 
posséder enfin une représentation très-ûdèle de la physionomie si noble et A 
sympathique du Saint-Père. 

— La deuxième chambre des EUits du duché de Hesse-Darrostadt a discuté, 
le 22 décembre, l'adresse en réponse au discours prononcé par le grand-duc à 
l'ouverUire de la session. 

L'assemblée a adopté un amendement en favetfr de la liberté de la presse et 
un autre en faveur d'une diminution d'impôts. 

— M. le maréchal Soult, accompagné de deux aides-de-camp, s'est rendu di- 
manche à l'école égyptienne dont il a conservé le patronage, pour y présider la 
distribution des prix. Cette solennité, à laquelle assistait S. E. Soliman-Pacha, 
ambassadeur ottoman, a été précédée de quelques exercices dans lesquels plu- 
sieurs élèves ont été interrogés par les professeurs de l'école sur les diverses 
matières qui font l'objet de leurs cours. Plusieurs d'entre eux ont été reconnus 
aptes à suivre les cours de Metz et de Saumur. D'autres subiront cette année dei 
flxaoïeflfi pour Técole polytechnique. Parmi les élèves qui se sont distingués 
dans leurs études, on a remarqué S. £. Halim-Bey, fils du vice-roi, et S. E. Is* 
Mët-Bey, fils d'lbrabim*Pacba. 

~ Une des célébrités de l'empire, M. le comte Dubois, ancien préfet de po* 
liée, vient de mourir, en son b6tel, rue Laffîiie. Il éuit âgé de qnatre^viogt- 
^1 ans. il laisse, dit-on, Je précieux manuscrits sur l'histoire secrète des temps 
où il a vécu. 

— On Ut dans la GauUe de Lyon : 

c Hardi dernier, un commissaire de police, assisté du vice- président du con- 
seil des prud'hommes et de trois autres membres dudit conseil, ont procédera 
révacvatioa de la maison Denis, rue de Margnoles. Il ont, en conséquence, 
donné ordre aux ouvrières et apprenties de cet atelier d'en sortir immédiate- 
ment. Mlle Denis, en entendant la lecture du jugement et de l'ordre qui en était 
la suite, n répondu qu'elle se sonmetuit complètement à la décision de la justice. 
Meaneors les prud'hommes ont procuré de l'ouvrage aux ouvrières et appreoliet 
de la maison Denis. » 

1» — La B^rwmdorQmuUe annonce la découverte d'une fie nouvelle dans l'Océan 
atlantique, par le capitaine Paukon, du navire danois Jrtlon, pendant sa traver* 
sée de Snnta-Crui à Londres. Si les .observations du capitaine Paulson soot 
exactes, cette noovelle Ile se trouverait par 33 degrés i9 minutes de totitode. 
nord, par 42 degrés 39 mtnutesde longitude ouest de Greenvrich, et aurait enii- 
rsA 70 pieds anglais d'élévation au-dessus du niveau de la mer. 

— On écrit de Goncelln (Isère), le 22 : 

«Bier nu soir, un accident aîffreux est arrivé dans la carrière de Goncelin« 
Un Mec êoenne n'est détaché du rocher et a écrasé sept ouvriers pèrea de fa- 



Digitized by VjOOQ IC 



(<8) 
mille. Après un travail pénible, on est panreno à découvrir cinq de ces malheu- 
reux : quatre, horriblement broyés, avaient cessé de vivre ; le cinquième est 
dans un état déplorable. Deux des victimes n'ont pas encore été retrouvées, 
malgré toute ractivité que Ton met à opérer le déblaiement. Par suite de ce ter- 
rible événement^ sept veuves et de nombreux orphelins sont réduits à la der- 
nière misère. » 

^ Divers propriétaires ont eu Fheureuse ioée d'occuper les loisirs de la sai- 
son d'hiver à pratiquer des fouilles dans la plaine qui s'étend de Sainte-Colombe 
à Saint-Romain-en-Gal. L'un d'eux, M. Michel Brun, en fouillant dans le ch^mp 
de l'Œuvre, près de la route royale de Sainte-Colombe à Givors, a découvert 
une statue d'un beau travail, plusieurs mosaïques précieuses. L'une, entre au- 
tres, esi remarquable par la reprodiiciion fidèle de grands animaux; dans If* mi- 
lieu est un vase aniique ; chaque c6ié a 5 mètres environ. Une autre, d'une 
grande dimension, se distingue par son ornementation de bon goût. Il a été éga- 
lement trouvé diverses pièces de monnaie dont le module et la frappe sont re- 
. <inarquables; des clefs d'un travail curieux; des lacrymatoires et dififérents au- 
tre^ menus objets à Tusage des riches Romains qui habitaient cette partie de 
Yieniie-la-Belle. M. Brun a fait une exposition de tous ces précieux débris. 

{Mùniteur viennois.) 

-— ^;ai^nnn mm 

BXTÉRIBUR. 

ITAUE. — Depuis deux jours il circule dans Paris beaucoup de bruits alar- 
mants sur la situation de l'Italie. Ainsi, d'après quelques journaux de Marseille, 
le Lycurgue aurait apporté la nouvelle que le 18 décembre on se battait dans les 
mes de Naples. Nous avons raconté l'écbauffourée à la suite de laquelle quel~ 
ques jeunes gens appartenant aux premières familles napolitaines auraient été 
arrêtés. Le Lyeurgue n'a pas apporté d*autres nouvelles authentiques, et Naples 
était tranquille lorsque ce bâtiment s'est éloigné de celte ville. Les correspond- 
dances qu'on lit à ce sujet dans certains journaux italiens ne contiennent qoe la 
reproduction, augmentée et rajeunie , de la petite émeute qui a eu lien à Naples 
il y a quinze jours. 

Des lettres reçues à Paris par différentes personnes, lettres que certains jour- 
naux radicaux (VAlba et la Riforma) qui se publient en Toscane paraîtraient Goa- 
firmer aujourd'hui, annoncent que les troupes autrichiennes stationnées à Man- 
toue auraient reçu Tordre d'entrer dans le duché de Modène. On prétend aussi 
que le commandant de la garnison autrichienne établie à Ferrare aurait déclaré 
qu'il ne pouvait plus remettre cette ville aux troupes pontificales comme cela 
avait été convenu. On sait combien il est dilBcile d'établir un fait négatif; ce«- 
pendant, comme aucune nouvelle authentique n'est parvenue à noire connais- 
sance, et que le journal oflSciel de Florence arrivé aujourd'hui à Paris, journal 
qui devrait éire au moins aussi bien informé que VAlba, ne parle nullement de 
ce mouvement agressif des Autrichiens; comme, d'autre part, un journal de Bo- 
logne du 21 annonce que le même jour les postes occupés par les troupes auirl- 
chiennes à Ferrare devaient être remis aux troupes pontificales, nous avons tous 
motifs de croire que ces divers bruits sont dénués de fondement. 

SUISSE.— On écrit de Berne, le 26 décembre : 

« La question de l'ajournement de la diète, sans avoir été abordée dans ancune 
des deux dernières séances de cette assemblée, est résolue en fdit par le départ 
de la presque totalité des députés, qui vont passer le nouvel an dans leurs foyers. 
Les travaux de l'assemblée fédérale ne seront ainsi repris qu'à la fin de la pre- 

Digitized by VjOOQ IC 




( 19 ) 

igièiefrisBûiie de jaoTier. L'une des premières opéralions de ce corps, qui sera 
aloff ao complet, sera sans doute de décider s*il y a lieu, pour la question de la 
réfisHNi do pacte, de s'en tenir à la nomination de la commission de quatorze 
œnlires, nommée an mois d'août dernier, ou s'il n'est pas plus convenable de 
dioisir une commission nouvelle où seront représentés les cantons de l'ex- 
Sonderbuod. 

• Les divers représentants fédéraux ont aussi pris une vacance de quelques 
jours.» 

ESPAGNE. — Madrid, 24 décembre. — Il parait positif que MM. Mon et Pi* 
dal lefuseot d'entrer au ministère ; il a fallu dès-lors songer à une autre combi* 
ittisoo. Voici, à ce que l'on assure dans les cercles d'ordinaire bien informés, les 
arraDgements dans le secret desquels la Gazette mettra demain le public. 

Le général Narvaez continuera de présider le conseil des ministres, mais sans 
poriefeoille; le général Figueras sera ministre de la guerre; M. Beltran de Lys» 
oJDistre de la marine, doit passer aux finances; M. Mariano-Roca de Tog^pes 
aura le portefeuille de la marine. 

La démission de M. Orlando sera officiellement annoncée. 

Le sénat a cotiiinué aujourd'hui, sans incident remarquable, la discuÂj 
projet de loi sur les sociétés anonymes. 

Le comte d'Àlcoy a fait part au sénat de son prochain départ pour h 
nies; on sait qu'il va prendre possession de la capitainerie générale de 
Cuitt. 

■i Mt«ii O>Ol l !■ 

CHAMBRBDBS DÉPUtAs. 

La chambre a procédé hier à la nomination de ses quatre vice-présidents. 

MM. fiignoo, Lepelletier-d'Âulnay, le maréchal duc d'Isly et F. Delessert ont 
élé Dominés au premiier tour de scrutin. 

Elle a procédé ensuite à la nomination de ses quatre secrétaires. 

MM. Saglio, Oger et de Bussières, ayant réuni la majorité absolue, ont été 
aonmés au premier tour. 

Séance du 31 décembre. 

Od procède au scrutin pour la nomination du quatrième secrétaire. M. La* 
crosse obtient 202 suffrages sur 269 votants, et est proclamé secrétaire. Le bu* 
reaa définitif de la chambre se trouve donc constitué pour la durée de la ses* 
sioo. 

M. Sapey, doyen d'âge, se lève et s'exprime ainsi : 
Messieurs et ihers collègues , 

EnToos adressant, avant de quitter ce fauteuil, les courtes paroles autorisées 
par Tosage et que vous avez souvent accueillies avec bienveillance, je ne puis me 
déCeodre d'une impres^sion pénible partagée par un grand nombre d'entre vous. 

Lorsque les esprits s'agitent, et que la situation de la France peut en être affec* 
lée, il est nu devoir de la chambre, le premier et le plus puissant organe de To- 
pinion publique, de chercher ^ rendre le calme à tous les citoyens. 

Pour attein/lre ce but, nous ferons tous nos efforts pour lious rapprocher des 
méflie opinions. Nous éviterons de vieilles récriminations qui ne serviraient 
qu à produire de nouvelles agitations au-dedans comme au-dehors de celte 
chambre. 

La marche do gouvernement représentatif ne peut s'arrêter sans danger. II 
laviqoe son action se révèle par des améliorations successives, mais sagemenr 
coabiDées, pour qu'elles soient durables. 



Digitized by VjOOQ IC 



(20) 

Si vous méconnaissiez ces principes inhérents à loel gooTememeal i 
tîonnel, vous vous exposeriez à jeier le pays dans TaiMirchie, le plus grand de 
tous les maut. 

Ne perdons donc pas de vue, messieurs, que les longs jours de paix sont pro- 
pices aux réformes, et que, pour avancer dans là carrière du progrès, le calme et 
û prudence sont plus que jamais nécessaires. 

Yotre sagesse saura foire ce qui est réclamé par Topinion poiyiqoe et par le 
temps, qui n'épargne pas ce qui fut faii sans lui. Par là, tous échapperez au 
péril des concessions tardives, et vous obtiendrez Fassentiment et le coocoors de 
tous les hommes mo<1érés, indépendants, dont les voeux appellent une politique 
ferme et libérale au-dedans, une politique sage et nationale an-dehors. (Meuve* 
ment.) 

La chambre approuvera ces réOexions qui me sont suggérées par Taoïour du 
bien public et par ma vieille expérience. 

; 'ifinvite, ajoute M. le doyen d'Age, M. le président et MM. les secrétaires à 
>v^^rendre place au bureau. 

' ^«{^uzet donne Taccolade à M. Sapey et le remplace au fauteuil. MM. les se- 
ctaires déflnîtife viennent s^asseoir au bureau. . 

■. SjH^BT, après avoir adressé à la chambre quelques mots de remercfiments 
et annoïKé que le bureau saura accélérer la marche des travaux et faire respec- 
ter la dignité de la tribune, déclare la chambre constituée et fait voter des re- 
mercîments au bureau provisoire. Puis il ajoute d'une voix émue : 

Messieurs, j'éprouve un regret profond en inaugurant mes fonctions par la 
communication que je dois faire à la chambre de la triste nouvelle qui m'a été 
annoncée par une lettre de M. le ministre de l'intérieur, dont voici le texte : 
c Monsieur le président, 

» Je remplis, d'après les ordres du roi, un douloureux devoir en vous priant 
d*annoncer à la chambre, de la part de S. M., la mort de S. A. R. madame Adé- 
laïde d'Orléans, décédée aujourd'hui, à trois heures et demie du matin. 

» Agréez, etc. 

» Signé : Duchâtel. « 

Le coup qui vient de frapper madame Adélaïde plonge la famille royale dans 
ttD deuil profond. 

Le roi perd en elle la première compagne de sa vie, une ame digne de le com* 
prendre, un cœur dévoué tout entier. 

La chambre sentira vivement la douleur qui vient de frapper un monarque 
dont la vie entière est consacrée au bonheur du pays. 

Je crois repondre au sentiment qui l'anime en lui proposant d'aller en corps 
présenter au roi Thommage respectueux de ses regrets. 

La séance est levée à 4 heures. 



<•§' 



[•MM», 



2ldrun €t €int. 



aouasE DB PAais do 51 DtcauRB 1847. 



GiNQp. 0/0. i17fr. 00 c. 
Taoïsp. 0/0. 75rr.l5c. 
(HiATU p. 0/0. 000 fr. 00 G. 
Quatre 1/2 p. 0/0. 000 fr. 00 c. 
Oblîg. de la Ville de Paris. ISOofr. 00c 
Act. de la Banque. 0000 fr. 00 c. 



Quatre canaux. 4200 fr . 00 c. 
Caisse hypothécaire. 000 fr. 00 c. 
Emprunt romain. 96fr.o/4. 
Rentes de Naples. 006 fr. 00c. 
Emprunt d'Haïti. OOufr.OOc. 
Rente d'Espagne. 5 p. 0/0 00 fr. 0/0. 



PABis.— lïPaiaKRiB D'ADEiBif LE CLEEE ET C*, ruc Gasfette, ^. 



Digitized by VjOOQ IC 



MARDI 4 JANVIER 1848. 



(W 4476,) 



ALLOCUTION DE N. T. S. P. PIE IX, 

PAPE PAR LA MISÉRICORDE DIYINE, 

PEOlVOlICfiK DANS LE C0NSI6T0IBB DO 17 DÉCIWBDB 1849. 



Yenerabiles Fratres, 
Ubi primum nuUis certe Nostris 
meritis, sed inscrutabili Dei jitdicio 
in hac Principis Aposioloram Ca- 
tbedia coUocati catholicae Ëcclesiae 
gubernacula tractanda suscepimus, 
AposColicae Nostrae soliicitudiuis cu- 
ras in Hispaniam convertimus , 
quemadmodum optiinenoscitis^Ye- 
nerabiles Fratres. Hinc intimo No- 
stricordb dolore considérantes gra- 
Tissima damna, quibus ob tristes 
rerum vicissitudines magna îlla in- 
clyta Doiuinici gregis portio pre- 
mebatur, divitem in misericordia 
Deum aawiduis enixisqu€ precibus 
humiiiter obsecrare numquam de- 
stitimus, ut afHictis iilis Ecclesiis 
opem afferre, easque a misera in 
quo versabantur siatu revocare di- 
gnaretur. Atque pro Apostolici No- 
sxrk ministerii.debiio, et singulari 
paternae caritatis aÛ'eclu, quo ilius- 
trem illam nationera prosequimur, 
nihil certe Nobis potius fuit, quam 
ut sanctissimae nostrae Religionis 
negotia ibi componere stiideremus. 
Cum autem felicis recordationis 
GregoriusXVI Praedec essor Nos ter 
incepisset suis instruere Pastoribus 
noonullas iilius Regni Diœceses in 
dissitis transmari nis regionibus si- 
tas, in id pecuiiares Nostras curas 
intendimus, utaliis pluribus ipsius 
Regui vacautibus Ecclesiis in conti- 
nenti etiain positis novos valeremus 
darc Antistites eo muuere dignos, 
atque ita perfîcere quod item De- 
^essor Nosier morte piaeventus ab- 



Yénérables Frères, 
Dès le premier jour où élevé, 
sans aucun mérite de Notre part, 
mais par un impénétrable jugement 
de Dieu, sur cette chaire du prince 
des apôtres, Nous avons pris le 
gouvernement de l'Eglise catholi- 
que, Nous avons tourné vers rjEs- 
pagne, ainsi que vous le savez 
parfaitement, Vénérables Frères, 
les préoccupations de Notre sollici- 
tude apostolique. Conaidérant, dans 
la secrète affliction de Notre cœur, 
les maux si graves dont les tristes 
vicissitudes des événements ont ac- 
cablé cette grande et illustre por- 
tion du troupeau du Seigneur, Nous 
n'avons jamais cessé de supplier 
humblement par de continuelles et 
ferventes prières, le Dieu riche en 
miséricordes, pour qu'il daignât 
apporter secours à ces Eglises affli- 
gées, et les tirer de la déplorable 
situation ou elles étaient tombées. 
Mû par le devoir de Notre ministère 
apostolique et par le sentiment 
particulier de paternelle nfifection 
que Nous inspire cette^ nation il- 
lustre, Nous n'avons eu rieu plus 
à cœur que de Nous eflbrcer d'y 
régler les affaires de notre très- 
sainte religion. Déjà Notre prédé- 
cesseur Grégoire XVI, d'heureuse 
mémoire, avait commencé de don- 
ner des pasteurs à quelques diocèses 
des possessions de ce royaume si- 
tuées au-delà des mers. A Notre 
tour, Nous avons particulièrement 
appliqué Nos soins à pourvoir plu- 



plvere minime potuerat. Quamob- | sieurs autres Eglises de ce royaume, 
LAmi de la Religion. Tonte CXXXVI, 2 

Digitized by VjOOQ IC 



vem Yenerabtlem Fratrein Joan- 
11 em Arcbiepiscopum Thessaloni- 
censem viruin integritate, doctrina, 
prudentia, ac rertim geiendarum 
peritia praestaotem cum Nostris ad 
llanssîmam in Christo Filiaiu No- 
stram Mariain Elisabeth Reglnam 
Catholicain Litteris, atque opportu- 
nis facultatibus et instructionibus in 
Ifispaniam misimus, ut quidquid 
ad sanandas inibi contritiones Is- 
raël, atque ad catholicae Religionîs 
bonum proinovendum conduceret, 
omni studio curaret, atque in ter 
alia efilceret nt viduatas illic Eccle- 
siaj idonets Pastoribus concredere- 
mus. Itaque clementissimo iniseii- 
cordiarum Pâtre votis studiisque 
Nostris opituiante evenit, ut sum- 
ma aniini Nostri consolatione non- 
nullos, veluti nostis, in illis regio- 
nibus Antistites jaui constituere 
potuerimus, atque in praesentia 
multas alias Hlspaniarum Cathé- 
drales et Metropolitanas Ecclesias 
diu vacantes canonico suorum Pa- 
storuin regiinini et procurationi 
tradere, atque ita divini Nominis 
gloris, catholîcaî Religionis bono, 
ac spirituali illaruni dilectarum 
ovium saluti consulere valeaintis. 
Quod quidem futurum couûdimus, 
cum ex relatione comniemorati Ye- 
nerabilis Fratris Delegaii Nostri, 
atque ex actis maturo examine ab 
ipso confectis agnoverimus , viros 
ipsis Diœcesibus regendis ac mode- 
randis destinatos eas habere dotes, 
quae ad pastorale munus rite uti- 
literque obeundum requiruntur. 
In eam autem spem erigimur fore, 
ut quamprimum aliarum illius Re- 
gni Ecclesiarum viduitati prospi- 
cere posslmus, utque rébus jam 
nunc in meliore n conditionem ver- 
gentibus, et l'avente etiani Catlio- 



( 22 ) 

également vacantes, situées sur le 
continent, d'évêques dignes de cette 
charge, et achever ainsi ce que 
Notre Prédécesseur, prévenu par 
la mort, n'avait pu terminer. C'est 
pourquoi Nous avons envoyé en 
Espagne Notre Vénérable Frère 
Jean, archevêque de Thessaloni- 
que, homme éminemment distin- 
gué par son intégrité, sa doctrine, 
sa prudence et son habileté dans la 
conduite des affaires, avec des let- 
tres de Nous pour Notre Très- 
Chère Fille en Jésus-Christ, la 
Reine Catholique Marie-Isabelle, 
avec les pouvoirs et les instruction» 
nécessaires, pour qu'il prît dans son 
zèle toutes les mesures qui seraient 
propres à guérir dans ce pays les 
blessures d'Israël, à procurer lebien 
de la religion catholique, et pour 
qu'entre autres choses il nous mit 
à même de confier ces Eglises veu- 
ves à de légitimes pasteurs. Grâce 
au Père très-clément de toute misé- 
ricorde qui a secondé nos vœux et 
. nos efforts, il est arrivé, à la grande 
consolation de notre ame, que Nous 
avons pu, comme vous le savez, 
établir déjà dans ces contrées quel- 
quesévêques, et qu'il nous estdonné 
aujourd'hui de pouvoir remettre 
au gouvernement canonique et à la 
conduite de leurs pasteurs plu- 
sieurs autres Eglises cathédrales et 
métropolitaines d'Espagne, demeu- 
rées long-temps vacantes, et de 
pourvoir ainsi à la gloire du nom 
du Seigneur, au bien de la reli- 
gion catholique et au salut spiri* 
tuel de ces brebis bien-aimées. Ce 
qui Nous donne la confiance qu'il 
en sera ainsi, c'est le rapport de 
Notre Vénérable Frère,Notre Délé- 
gat, ce sont les actes d'informations 
qu'il a dressés après un mûr exa- 



Digitized by VjOOQ IC 



(23) 



lica Majestate Sua in aliis porro at- 
que aliis religionis negoûis» in quae 
idem Yenei^ilis Frater Delegatus 
Nosterstadiosissimeincumbit, vota 
et ConsiUa Nostra felicem dante Do- 
mino exitum assequantur. 



Alia etiam longe amplissima sub 
alio roagno Principe regio est, in 
qua caiholicae Religionis res diutur- 
nis gravioribusque calamitatibus 
afflictae îpsum recolends menioriae 
Decessorem Nostrum multos per 
annossoUicitum habuerant,etpr»- 
cipuas Mostras curas sibi pariter 
yindicarunt. £quidem optavisse- 
mus hoc ipso die Vos certiores fa- 
cere de bono eûtu, quem aliqua ex 
parie Nostras ipsas curas habuisse 
coo&debamus. Non defuere autem 
quidem ephemeridum scriptores, 
qui id ipsum féliciter evenisse afiir- 
marint. Nos tamen nihil adhuc an- 
nuntiare Yçbis possumus nisi 6r- 
mam spem, qua sustentamur fore, 
ut omnipotens et misericors Deus 
propitius respiciat super Ecclesiae 
su« filios tantis inibi tribulationi* 
bus conflîctatoSy et sollicitudini be* 
nedicat, qua statum catholiœ Re- 
ligionis in meliorem illic condîtio- 
oem adducere connitimur. 



men, et qui Nous ont fait connaître 
que les hommes désignés pour ré- 
gir et administrer ces diosèses pos- 
sèdent les qualités requises pour 
exercer dignement et avantageuse- 
ment la charge pastorale. Nous 
avons tout lieu d'espérer que bien- 
tôt il Nous sera possible de faire 
cesser la viduité des autres Eglises 
de ce royaume, et que, les événe- 
ments prenant déjà un meilleur 
cours, Nous parviendrons, de con- 
cert avec Sa Majesté Catholique, à 
obtenir par la grâce de Dieu, pour 
les différentes autres affaires reli- 
gieuses que poursuit avec le plus 
grand zèle Notre Vénérable Frère, 
Notre Délégat, une heureuse issue, 
conforme à Nos vœux et à Nos des- 
seins. 

Il est aussi un autre pays placé 
sous l'empire d'un grand souverain , 
dans lequel l'état de l'Eglise ca- 
tholique désolée par des maux in- 
cessants et plus graves encore, après 
avoir été pendant plusieurs années 
l'objet des sollicitudes de Notre 
Prédécesseur de glorieuse mémoire, 
a fixé pareillement toute Notre at- 
tention. Nous eussions vivement 
désiré pouvoir en ce jour vous an- 
noncer d'une manière certaine 
l'heureux résultat qu'en partie du 
moins Nous espérions avoir obtenu 
de Nos efforts. Quelques écrivains 
ont affirmé dans les journaux qu'il 
en était ainsi. Mais Nous ne pou- 
vons vous annoncer autre chose 
encore, si ce n'est la ferme espé- 
rance qui Nous soutient, que le 
Dieu tout-puissant et miséricor- 
dieux se montrera propice envers 
les fils de son Eglise, accablés en ce 
pays de si cruelles tribulations, et 
qu'il bénira la sollicitude avec la- 
quelle Nous Nous efforçons d'y 

Digitized by VjOOQ IC 



(24) 



Nunc porro Vobîscum conunn- 
nkamus, Yeneratnles Fratres, Bum- 
inam admiracionem, qiia intime af- 
fecti fuimua , ubi scripinm a quo- 
dam viro eociesiaatica dignitate in- 
âgnito eluciibratum, typiaqueedi- 
tom ad Nos pervenit. Namque 
idem vir in hajttsmodi scripto de 
qnibuadain loquens doctrinis, qua» 
Ecdesiarnm regionis sus traditio- 
ses appellat, et quibus hujus Apoa- 
tolicae Sedis jura coarctare intendi- 
tur, haud erubuit asserere, tradi- 
liones ipsas a Nobis in pretio ha- 
berî. Absit enimvero, Yenerabiles 
Fratres, ut mens aut cogitatio No- 
bîs uuqnam fuerit vel minimum 
deciinare a Majorum institutis, aut 
abstinere ab hujus Sancts Sedis 
auctoritate sarta tecta conservanda, 
atque tuenda. Habemus equidem 
in pretio peculiares traditiones, sed 
eas tantum, quae à Gatholic» Ec- 
desiœsensu non discrepent, praeser- 
tîm vero illas reveremur ac firmis- 
aime tuemur, quae cum aliarum 
Ecclesiarum traditione, atque in 
primis cum hac sancta Romana Ec- 
desia plane oongroant, ad quam, 
ut S. Irenaei verbis utamur, propter 
patiorem principalitaiem necesse est 
omnem convenire EccUsiam, hoc est 
eosy qui sunt undique fidèles^ in qua 
semper ah hisy qui sunt undique, con- 
servata est ea , quœ est ab Apostolis 
trttditio, (S. Iren. contca h^ereses, 
lib. ni, cap. S.) 



At alind insuper est, quod ani- 
muin Nostftm Tehémenter angit et 
urget. Ignotnm certe Yobis non est, 



assurer à la religion catholique une 
situation meilleure. 

Mnntenant, VënéraMes Frères, 
Nous Toulons vous faire' part de 
l'extrême surprise que Noos avons 
éprouvée en recevant un écrit com- 
posé et publié par un homme re- 
vêtu d'une dignité ecclésiastique. 
En effet, ce personnage, parlant 
dans cet écrit de certaines doctri- 
nes qu'il appelle les traditions des 
Eglises de son pays, et qui tendent 
à restreindre les droits de ce Siège 
apostolique, n'a pas rougi d'affir- 
mer que res traditions étaient te- 
nues -en estime par Nous. Loin de 
Nous, au contraire, Vénérables Frè- 
res, le soupçon que Nous ayons ja- 
mais eu la pensée ni la moindre idée 
de nous écarter en rien des ensei- 
gnements de Nos ancêtres, ou né- 
gligé de conserver et de défendre 
dans toute son înt^rité l'autorité 
de ce Saint-Siège ! Oiû, sans doute. 
Nous attachons du prix aux tradi- 
tions particulières, mais à celles 
seulement qui ne s'écartent pas du 
sens de l'Eglise catholique ; Nous 
révérons particulièrement et Noos 
défendons très-fortement celles qui 
sont d'accord avec la tradition des 
autres Eglises, et avant tout avec 
cette sainte Eglise romaine, à la* 
quelle, pour nous servir des paro- 
les de saint Irénée, « il est nécea- 
» saire, à canse de sa primauté, que 
» se ratuche toute église, c'est-à- 
• dire les fidèles qui sont partoat, 
» et dans laquelle s'est conservée 
w par ceux qui sont partout cette 
M tradition qui vient des apôtres. » 
{S, Irén.f Cont. hœreses, lih, 8, 
cA. 3.) 

Mais il y a i&n autre sujet qui 
presse et désole vivement Notre 
ame. Yous ne pouvez ignorer, Yè- 

Digitized by VjOOQ IC 



( 25) 



Vcncrabilcs Fratres, muhos hos- 
tram Gatholics reritatis in id prs- 
sertim nostrît temporibiu . conatus 
saos intendere, at monstrosa quae- 
que opinîonum portenta sqnipa- 
rare doctrios Ghrîstî , aut cum ea 
commiscere vellent, atqae ita im- 
piain illud de cujuslibet religionis 
indifferennasYSîemaL magis magiaque 
propagare c»ininoliuQtur. Novissi- 
me autetn, horrendum dictu ! in- 
Tenti aliqiii au&tqai eara noiniui, et 
Apostoline ^iigoitati Nostne contn- 
meliam nnposaerunt, ut Nos velutî 
participes stultiti» sus, et metno- 
rati Dequissimi systematis fautores 
traducere non dubitarint. Hi nimi- 
ram ex consitiis, a Religionis Ca- 
tholicxsanctitate handcertealienis, 
quae in negotiis qtiibiisdam ad civi- 
lem pontificiœ Ditionis procuratio- 
nem spéctantibus bénigne tneunda 
duiimuB publics commoditati et 
prosperitati ampliands, atque ex 
▼enia nonnullis ejusdem Ditionis 
homioibus initio ipso Pontificatus 
Nostri clenienter inipertita, conjt- 
ccrc Yoluerunt, Nos ita bénévole 
sentire de quocumque hominom 
gCDere, ut iiedum Écclesiie filios, 
sed ceteros etiam ut a Gatholica 
unitate alieni permaneant, esse pa- 
liter in satutis via, atque in aeter- 
nam TÎtam penrenire posse arbitre- 
mur. Desunt nobis prae faorrore 
Terba ad novam banc contra Nos, 
et tam atrocem iojuriam detestan- 
dam. Amamus equidetn intimo cor- 
dis affecta bomines universos , non 
aliter tamen quam in cantate Dei, 
et Domini Nostri Jesu Ghristi, qui 
reoit quasrere, et salvuin facere, 
quod perierat, qui pro omnibus 
iDortuus est, qui omnes bomines 
Tnlt salToa fieri, et ad agiûtionem 
Teritatis venire ; qui misit proinde 



nérables Frères, que plusieurs des 
ennemis de la vérité catbolîqne , 
surtout de notre temps, dirigent 
leurs efforts à mettre toutes les 
opinions les plus monstrueuses sur 
le même rang que la doctrine du 
Christ, on à les mêler à ses ensei- 
gnements , et travaillent ainsi à 
propager de plus en plus ce système 
impie de Vindifférence de toute re- 
ligion. Récemment encore, cela est 
horrible à dire ! il s'est rencontré 
des hommes qui ont fait à Notre 
nom et à Notre dignité apostolique* 
Toutrage d'oser Nous présenter 
comme le partisan de leur foïîe et 
le fauteur de ce détestable sys- 
tème. 

Quelques résolutions qui ne sont 
pas certainement étrangères à la 
sainteté de l'Eglise catholique, et 
que, dans certaines affaires relati- 
ves au gouvernement civil de Nos 
domaines pontificaux, Nous avons 
cru devoir adopter pour le dé- 
veloppement du bien et de la pros- 
périté publique; et le pardon qu'au 
commencement de Notre pontificat 
Nous avons généreusement accordé 
à certaines personnes de Nos Etats, 
ont porté ces hommes à eondare 
de notre indulgence envers teratc 
sorte de personnes, que Nous re- 
gardions non - seulement les fils 
de l'Eglise, mais tous les autres, 
quelque éloignés qu'ils soient de 
l'unité catholique, comme étant 
également dans la voie du sa- 
lut , et pouvant parvenir i la TÎe 
éternelle. Le sentiment d'horreur 
que Nous éprouvons Nous empê- 
che de trouver des paroles pour 
flétrir cette nouvelle et si cruelle 
injure lancée contre Nous. Oiri, 
Nous aidons tous les fatMomes 
de la plus profonde affectioB de 

Digitized by VjOOQ IC 



(26) 



discîpulossuos in mundum univer- 
sum praedîcare evangelium omni 
creaturSydenuntians eos,qui credi- 
derint et baptizati fuerint, salvos 
fore, qui vero non crediderint con- 
demnatum iri. YeniaDl igitur qui 
salvi fieri volunt ad columnam et 
firmamentum veritatb, quod £c- 
clesia est, veniant sciiicet ad veram 
Christi Ecclesiam, qus in suisËpis- 
copis summoque omnium capite Ro- 
mano Pontifice successionem babet 
Apostolicœ auctoritatis nuUo tem- 
pore interruptam, quae nihil un- 
quam potius habuit quam ut prœ- 
dicarety atque omni ope custodiret 
ac tueretur doctrinam ex Christi 
mandato ab apostolis annuncia- 
taui ; quae inde ab Apostoiorum 
aetate in niediis omne geaus difficui- 
tatibus crevit, et per totum orbem 
miracuionuu splendoie inclyta , 
marlyruui sanguine ampiificata, 
Coafessorum et Virginum nobili- 
tata virtutibus, Patrum testimoniis 
sci'iptisque sapieutissiuiis corrobo- 
rata viguit, vigetque in cunctis ter- 
rae plagis, et perfecta tidei sacra- 
mentorum, sacrique regiminis uni- 
tate refulget. Nos qui iicet indigni, 
prsesidemus in suprema bac Pétri 
Apostoli Cathedra, in qua Christus 
Dominus ejusdem Ecclesias suae fun- 
damentum posuit, uuliis uUo un- 
quam tempore curis iaboribusque 
abstinebimus, ut per ipsius Christi 
gratiara eos qui ignorant, et errant 
ad unicam hanc veritatis et salutis 
viam adducaraus. IVIeminerint au- 
teni quicumque ex adverso sunt, 
transiturum quidem cœlum et ter- 
ram, sed nihil pisterire unquam 
posse ex verbis Christi, neque in 
doctrina corn mutari, quam a Chris- 
toEcclesia Catholica custodiendam, 
toendam, et praedicandam accepit. 



Notre coeur, mais non autrement, 
toutefois, que dans l'amour de 
Dieu et de notre Seigneur Jésus- 
Christ, qui est venu chercher et 
sauver ce qui était perdu, qui est 
mort pour tous, qui veut que tous 
soient sauvés et que tous viennent 
à la connaissance de la vérité ; qui 
a envoyé pour cela ses disciples 
dans le monde entier prêcher l'E- 
vangile à toute créature, déclarant 
que ceux qui auraient cru et au- 
raient été baptisés seraient sauvés, 
et que ceux qui n'auraient point 
cru seraient condamnés. Que ceux- 
là donc qui veulçnt être sauvés 
viennent à cette colonne, à ce fon- 
dement de la vérité, qui est l'E- 
glise ; qu'ils viennent à la véritable 
Eglise du Christ qui, dans ses évé- 
ques et dans le Pontife romain, le 
chef suprême de tous, possède la 
succession non interionipuc de 
l'autorité apostolique, qui n'a ja- 
mais rien eu plus à cœur que de 
prêcher, de conserver et de défen- 
dre la doctrine annoncée par les 
Apôtres selon l'ordre de Jésus- 
Christ ; qui, ensuite, à partir des 
temps des Apôtres, a grandi au mi- 
Ueu des difficultés de toutes sortes, 
et qui brillante de l'éclat des mi- 
racles, multipliée par le sang des 
martyrs , anoblie par les vertus 
des Confesseurs et des Vierges, for- 
tifiée par les témoignages et les sa- 
ges écrits des Pères, a jeté ses raci- 
nes et fleurit encore dans tous les 
pays de la terre, et brille peir la 
parfaite unité de la foi aux niêuirs 
sacrements et du même régime spl- 
rituel. Pour Nous qui, malgré No- 
tre indignité , siégeons sur cette 
chaire suprême de l'Apôtre Pierre, 
sur laquelle Jésus-Christ, Notre- 
Seigneur, a posé le fondement de 



Digitized 



by Google 



( 



Post hscc haud possumus, quin 
Vobis, Yenerabiles Fratres, loqua- 
mur de doloris acerbitate, qua con- 
fecti/uîmus, proptereaquod paucis 
aote diebus in hac aima Urbe No- 
stra catholjcae Religionis arce et 
centro nonnulli paucissimi illi qui- 
dem homines piope délirantes re- 
periri potuerunt, qui vel ipsuin 
humaDÎtatis seosum abjicientes 
cum maximo aliorum ipsius Urbis 
civium freinitu et indigna tione mi- 
nime exhorrueruntpalam publice- 
que triumphare in luctuosissimo 
jntestino bello nuper inter Helve- 
tios excitato. Quod fatale sane bel- 
lum Nos intimo corde ingemisci- 
mus, tumob effusum illius nationis 
sanguinem, fraternamque cœdem, 
et atroces, diuturnas, funestasque 
discordias, odia, dissidia, quae ex 
dvilibus potissimum bellis in popu* 
los redundare soient, tumob detri- 
menta quae inde catholicae reiobve- 
nisse accepîmus, et obventura ad- 
huc timematy tum denique ob de- 
ploranda sacrilegia in primo con- 
flictu commissa, quae commemorare 
animus refugit. 



27) 

son Eglise, Nous n'épargnerons ja - 
mais ni soins ni labeurs pour ra* 
mener, par la grâce du même Jé- 
sus-Christ, à cette voie unique de 
▼érité et de salut ceux qui sont 
dans l'ignorance et dans l'erreur. 
Que tous ceux qui sont Nos adver- 
saires se souviennent que le ciel et 
la terre passeront, mais qu'aucune 
des paroles du Christ ne peut ja- 
mais passer, que rien ne peut être 
changé dans la doctrine que TE- 
glise catholique a reçue de Jésus- 
Christ pour la conserver, la défen- 
dre et la prêcher. 

Ensuite , Vénérables Frères , 
Nous ne pouvons Nous défendre de 
vous parler de l'amère douleur qui 
Nous a accablé lorsque, il y a quel- 
ques jours, dans notre chère ville 
de Rome, citadelle et centre de la 
religion catholique, il s'est trouvé 
quelques hommes en délire qui, 
oubliant même les sentiments de 
l'humanité, n'ont pas eu honte, au 
frémissement et à l'indignation des 
autres citoyens de la même ville, 
de triompher publiquement > au 
sujet de cette lamentable guerre 
intestine qui a récemment éclaté 
entre les Suisses. Cette guerre fa- 
tale, Nous la déplorons du fond du 
cœur, soit à cause du sang versé ' 
de ce peuple, de ces meurtres fra- 
tricides, de ces discordes furieuses, 
persévérantes et si fatales, de ces 
haines , de ces divisions que les 
guerres civiles font éclater sur les 
peuples; soit à causé des dommages 
que Nous savons en être résultés 
pour les intérêts catholiques, et 
qui. Nous en avons la crainte, en ré- 
sulteront encore ; soit enfin à cause 
des déplorables sacrilèges qui ont 
été commis dans le premier conflit, 



Digitized by VjOOQ IC 



Ceieirum dum base lainentamur, 
hvnûlliiiias Seo toûiu coBaolationia 
a^ittiis graliaft, <|ui ia multitudine 
auécrkordiœ suae non desinii Nos 
coDflolari in omni tribulatione No- 
stra. Etenim inter tantas angustias 
BOB: levé certe Nobis solatium afiie- 
ruiLt et proeperi sacrarum Missio- 
Bmn eventuSy et strenui evaDgeli- 
coram Ministrorum labores, qui 
apostoUco zelo incensi, grayissima 
qiiœque pericula atque discrimina 
iavicte despicientes, in remotiâsi- 
mis regionibus populos ab errorum 
tenebris, morumque feritate ad ca- 
tbolics Teritatis lumen ^ omnemque 
TÎrtutis et humauitatis cultum tra- 
ducere, ac pro Dei gloria et anima- 
hua salute fortiter pugnare non 
desinunt, et pientissiraa ac plane 
esimia catbolicorum. populorum 
studia, qui Nostris desideriis mi- 
nfice obsecundantes non ievia af- 
fiictae pauperum Hibernorum genti 
subsidia praebere baud intermise* 
nuLt, quique tum largitionibus 
ad Nos etiam missis, tum assi- 
duis ad Deum precibus omnem 
opem conferre non cessant, ut san- 
cttssima Gbristi fides atque doctri- 
na longe lateque ubique gentium, 
ubique terrarum feiici faustoque 
progressu magismagisquepropage- 
tur. Qus praeciara opéra omni certe 
laudum prasconio digna dum pecu- 
liari gratissirai animi Noatri testifi- 
catione prosequimur, a clemenUs- 
simo bonorum omnium largitore 
Deo bumililer poscimus, ut fideli- 
bus suis uberem pro iiiis rétribuât 
in aeternitate mercedem. 



(2g) 

et que Famé se refuse à rappeler. 
Du reste, en même temps que 
Nous vous faisons entendre ces la- 
mentations , Nous adressons Nos 
plus humbles actions de grâces au 
Dieu de toute consolation qui, dans 
la multitude de ses miséricordes, 
ne cesse de Nous soutenir dans tou- 
tes Nos tribulations. En effet, au 
milieu de si grandes angoisses , ce 
n'est certainement pas pour Nous 
une faible consolation que de voir 
les heureux succès des missions 
saintes, et les courageux travaux 
des ministres de TEvangtle qui, en- 
flammés du zèle apostolique, né- 
prisant vaillamment les périUles 
plus graves, vont dans les plus loin- 
taines régions, arracher les peuples 
aux ténèbres de Terreur et à la fé- 
rocité des mœurs, pour les amener 
à la lumière de la vérité catholique 
et aux bienfaits de la vertu et de la 
civilisation, et qui ne cessent pas 
de combattre avec énergie pour la 
gloire de Dieu et le salut des âmes; 
comme aussi ces. touchants et ad- 
mirables efforts des populations ca- 
tholiques qui, secondant merveil- 
leusement Nos désirs, se sout em- 
pressées de fournir d'abondants se- 
cours à la nation désolée des pau- 
vres Irlandais, et qui, par les of- 
frandes qu'elles Nous ont envoyées 
à Nous-même, comme par les priè- 
res assidues qu'elles adressent k 
Dieu, ne cessent de Nous aider à. 
propager de plus en plus la sainte 
foi et la sainte doctrine du Christ 
parmi toutes les nations, sur toute 
la surface du globe, avec les plu3 
heureux et les plus salutaires pro- 
grès. Tandis que Nous accueillajna, 
avec un témoignage particulier de 
la reconnaissance de Notre cœur^ 



Digitized by VjOOQ IC 



Eabetis, Yenerabiles Fratres» 
quae Yobis hodieriio die sîgnificaa- 
da judicaTÎmiis. Cum autem haac 
No6tramÂllocutioiiem in publicum 
emittere censuerimus, faac occa- 
ûone sermonem Nostrum ad alios 
^oqoe Yenerabiles Fratres, uni- 
Terti cathoKcî Orbis Patriarchas, 
Arcfaiepiflcopoay Epîscopos, toto eor- 
dfisaflecta coBTertiinos, eosqne om- 
aeiet fliiigulos'obsecramtts, atqoe 
kortamar in Domino ut stabili in- 
ter se coocordia et cantate con- 
juneti, atqoe arctiasimo fideî et ob- 
flerrantiœ vincaloNobis et haie Pe^ 
triCathedne c^>8tricti, perfecti sint 
ÎD eodera sensu et in eadem senten- 
tÎB, atque fanmanis quîbusque se- 
poBÎtis rationibns, et solum Denm 
obocnfos babentes, Ejusque auxi- 
fium jugibuSy ferridisque precibas 
implorantes, nihil vigtîantiae, nihil 
laboris unquam prstermittant, ut 
episcopali fortitudine, constantia, 
prudentia praellentur praelia Domi- 
ni, et majori usque alacritate di- 
lectas oves eorum cur» commissas 
ab Tenenatis pascuis avertant, ad 
salntaria propellant, easque num- 
quam patiantur decipt doctrinis 
rariis et peregrinis, sed strenue a 
rapadum laporam insidiis, et im- 
petu défendant, itemque erraDtes 
in omni bonitate, patientia, et doc- 
trina ad yeritatis, et justitiae semi- 
tam reducere contendant, ut et iUi 
dirina auziliantegratia occurrant in 
uttitatem fidei, et agnitionem Filii 



29 ) 

ces admirables œuvres dignes de 
toute louange, Nous demandons 
humblement au Dieu très-clément, 
dispensateur de tous les biens, de 
rendre à ces fidèles, pour prix de 
ces œuvres, les plus riches récom- 
penses dans l'éiernité. 

Telles sont, Yénérables Frères, 
les communications que Nous avons 
cru devoir vous Sûre aujourd'hui.' 
Et comme Nous avons jugé conv&« 
nable de faire publier la présenteal- 
locution , Nous profitons de cette oc- 
casion pour Nous adresser avec tout 
rélan de Notre cœur à Nos autres 
Yénérables Frères les patriarches, 
les archevêques, les évêques de Tu- 
ntvers catholique : Nous Tes con- 
jurons tous et chacun, et Nous les 
exhortons dans le Seigneur afin que 
toujours unis entre eux par la con- 
corde et la charité, attachés par les 
tiens étroits de la foi et de la sou- 
mission à Noos et à cette chaire de 
Pierre, ils soient parfaits dans le 
même sentiment et ta même doc- 
trine, et qu'oubliant toute considé- 
ration humaine, fixant leurs regards 
sur Dieu seul, implorant son se- 
cours par de constantes et d'arden^ 
tes prières, ils n'épargnent ni fati- 
gue ni vigilance pour combattre 
avec le courage, la fermeté et la 
prudence épiscopales, les combats 
du Seigneur ; éloigner avec un zèle 
plus ardent, des pâturages empoi- 
sonnes, les chères brebis confiées à 
leurs soins, les conduire aux*prai' 
ries salutaires, et ne jamais les lais- 
ser tromper par les doctrines oppo- 
sées et étrangères, mais, au con- 
traire, les défendre des embûches 
et des attaques des loups ravissants, 
et en même temps s'efforcer avec 
bouté, avec patience et avecsavoir. 



Digitized by VjOOQ IC 



(30) 



Del atque ita fiant nobiscum unum 
ovile et unus pastor. 



de ramener dans le sentier de la vé- 
rité et de la justice celles qui se 
sont égarées, de telle sorte qu'eux- 
mêmes se rencontrant, par la grâce 
divine, dans l'unité de la foi et 
dans la connaissance du Fils de 
Dieu, ils fassent avec Nous un seul 
bercail et un seul pasteur. 

nnii I III 

REVUE ET NOUVELLES ECCLÉSIASTIQUES. 
PARIS. 

APPEL A TOUS LES CHRETIENS. 

Parmi les choses consolantes dont notre Saint^Père le Pape rend gtâce 
à Dieu d'avoir reçu quelque adoucissement aux nombreuses tribulations 
de son ame, nous avons lu avec un attendrissement profond que Sa 
Sainteté avait daigné citer les faibles offrandes que lui ont adressées les 
catholiques. Cette touchante expression de la souveraine satisfaction de 
Pie IX n'est-elle pas pour tous ceux qui ont pris part à ce tribut vo* 
loQtaire, la récompense la plus douce, comme aussi l'encouragement le 
plus puissant pour ceux qui n'auraient pas encore associé leur nom à 
ces témoignages de respectueuse sympathie ? Pour nous, c'est avec un 
surcroit de confiance et avec le sentiment plus vif d'une joie toute filiale, 
que nous renouvelons aujourd'hui notre appel à tous les chrétiens en fa- 
veur d'une œuvre dont la pensée, plus encore que son humble résultat, 
a pu mêler déjà la douceur d*une consolation aux a mères sollicitudes qui 
assiègent le cœur de notre adoré souverain Pontife. Nous adressons cette 
juouvelle et plus pressante invitation à tous les membres de la grande 
famille chrétienne, à quelque condition qu'ils appartiennent, en quel- 
que lieu de la terre qu'ils habitent. Il s'agit de donner au père commun 
des fidèles, une marque de dévouement et de filiale vénération : elle 
doit être universelle, elle doit venir de tous les pays et de tous ses en- 
fants, des plus humbles et des plus pauvres, comme des plus grands et 
des plus riches. 

Yollà pourquoi, dès le premier jour où nous avons publié le projet de 
celte œuvre, nous avons cru qu'il était désirable, pour la rendre plus po- 
pulaire, de fixer à quelques centimes par semaine la pieuse contribution 
que chacun voudrait s'imposer, sans préjudice des offrandes plus consi- 
dérables qui pourraient être données extraordinairement. C'est sur cette 
base que l'œuvre du denier de saint Pierre s'est établie dans plusieurs dio- 
cèses, et notamment dans celui de Montpellier, dont le premier pastenr 
a tracé pour toutes les paroisses des règlements qui pourraient être uti- 
lement adoptés ailleurs. Nous annonçons avec plaisir que des hommes 
pleins de zèle et de piété s'occupent d'organiser cette œuvre à Paris, de 
manière à lui conserver ce double caractère d'universalité et de perpé- 
tuité. Nous espérons que ce pieux mouvement, dont la première impul- 



Digitized by VjOOQ IC 



(31 ) 

non est partie de la France, se propagera avec le même succès parmi 
toutes les nations chrétiennes. Nous réclamons instamment, pour une 
œuvre si éminemment catholique, le concours de tons les journaux reli- 
gieux étrangers. 

Par une coïncidence singulière, le même jour où N. S. P. le Pape 
Pie iXy dans le consistoire secret du 17 décembre, exprimait au sacré 
collège le regret de ne pouvoir annoncer encore d'une manière certaine 
la conclusion définitive des affaires religieuses de Russie, l'empereur 
Nicolas adressait un rescrit au comte Bloudoff pour le féliciter del'heu- 
reux succès de sa mission auprès du Saint-Siège. 

L'empereur parle de ce résultat dans les termes les plus explicites : 
« Le concordat conclu par vous à Rome, dit le czar à son ministre plé- 
9 nipotentiaire, a donné un résultat positif aux conférences que nous 
> avons eues personnellement avec le feu Pape Grégoire XYI de glo- 
■ rieuse mémoire. Ainsi, avec notre consentement et celui du souverain 
«Pontife, se trouvent sanctionnées les dispositions légales qui, dès à 
» présent, formeront la base de la juridiction hiérarchico-ecclésiastique 
» de TEglbe catholique et romaine dans l'empire de Russie. » 

Ce langage est manifestement en opposition avec les paroles pronon- 
cées par Pie IX sur le même sujet dans l'allocution au sacré collège. 
Faut-il voir dans la déclaration si positive de l'empereur une de ces 
Tusea indignes tant de fois employées pour tromper les malheureux ca- 
tholiques de Russie? Il y aurait tant d'impudence dans la prémédita- 
tion et la publicité d'un tel mensonge, qu'il nous répugne encore d'ad- 
mettre la supposition d'une tentative aussi déshonorante. Il serait moins 
odieux et peut-être aussi plus vraisemblable de supposer que les bases d un 
concordat entre la Russie et le Saint-Si^e ayant été seulement arrêtées à 
Rome, mais non ratifiées à Saint-Pétersbourg, le Pape a dû s'abstenir en 
effet d'annoncer comme certaine et définitive une conclusion soumise 
à l'éventualité de la ratification impériale ; tandis que Tempereur ayant 
peut-être déjà, à la date du 17 décembre, donné à cet arrangement son 
approbation qu'on ne connaissait pas encore à Rome le jour du con- 
sistoire, a cru pouvoir proclamer comme positif un résultat que Pie IX 
n'avait que trop de raisons de considérer comme douteux. Quoi qu'il en 
toit de cette conjecture,* la publicité donnée au rescrit impérial et à l'al- 
locution pontificale ne peut pas manquer d'amener bientôt des explica- 
tions qui dissiperont tout ce qu'il y a d'obscur dans cette grave affaire. 
Voici le rescrit de l'empereur : 

c Les efforts zélés et oiiles dont voas avez fait preuve dans les différentes 
haales fonctions que vous avez exercées, ont depuis long-temps fixé notlre atten- 
tion. 

» Appréciant votre zèle et votre circonspection dans les affaires d'Etat, nous 
vous avions confié une importante mission, qui non-seulement exigeait une 
grande intelligeace de la législation en général, mais aussi une connaissance ap* 
prolondîe de toutes les branches qui la composent. 

B Cette difficile mission, vous Tavez remplie conformément à notre attente* 

Digitized by VjOOQ IC 



(32) 

1» En «Miné de B««re pkbripolniciBm «énéral piè» te Sdnà^iége apoMlîq 
vous a^ez 8d doBoer aux négocMcHM dondiovs v4M16 avions chargé la disectÛMi 
convenable qui vous élaii m<iiqiiée.daos nos instr actions. 

ft Le concordai conclu par vous à Rome a donné un résultat positif aux con- 
férences que nous avons eues personnellement avec le feu Pape Grégoire XTI, 
de glorieuse mémoire. 

9 Ainsi, avec notre consensement et celui du souverain Pontife, se tronvent 
sanctionnées les dispositions légales qui dès à présent formeront la base de U, 
juridiction biérarchico-eccléstastique de TEgKse catboKqne et romaine dans Yemr 
pire de Russie. Elles prouvent à nos fidèles sujeis de la confession calholiqM 
romaine noire sollichnde patemelle et infatigable poor leur bm-étre ei poor 
leurs besoins spirituels. 

» En témoignage de notre reconnaissance pour le grand service que par-là 
vous avez rendu, nous vous accordons très-gracieusement les insignes en dia- 
mants ci-joints de Tordre de Saint-André, et nous sommes votre bien affec- 
tionné, a Signé Nicolas. » 



La position des Jésuites expulsés de Suisse, et qui se sont diiigà sur 
Vienne, est ainsi rapportée par la Gazette (TAugsbourg : 

c 42 Jésuites, dit cette feuille, sont arrivés à Vienne, venant de la Suisse; 
25 étaient dans le plus complet dénûment; ils ont obtenu un accueil bienveillant. 
Le gouvernement leur a assigné pour séjour provisoire le palais de Tarchida- 
chesse Marie-Anne, smr le Rablenberg, près de Vienne. Ils célébreront le aer^ 
vice divin sur le mont Léopold, dans Téglise des Chartreux. LUmpératrice mèrt 
leur a fait remettre 7,000 florins poor bàiir on couvent, une église et une éooAt 
à Mantern. La cour leur a aussi donné un secours. 

BAVIÈBE. — Le pieux institut des Filles de Saint-Yincent-de-PauI 
qui, chez nos voisins du grand-duché de Bade est poursuivi par les da» 
meurs protestantes^ s'étend de plus en plus en Bavière, où les protestants 
eux-mêmes se montrent quelquefois disposés à lui rendre justice. La pe- 
tite ville de Stiching, non loin de Ratisbonne, vient de leur ouvrir an 
hôpital, et de leur assigner un local pour y donner l'instruction grar 
tttite commandée par leur règle aux enfants de leur sexe. En Allema- 
gne, ces vénérables hospitalières ne sont point . appelées, comme en 
France, Sœurs de la Charité. Le peuple allemand, pénétré de respect 
pour leur vertu, les appelle Sœurs miséricordieuses ; et cette honorai 
ble dénomination leur est bien due, à raison des œnvres de nûséricoode 
qu'elles y exercent 

■ ■ ■ n fc 

BELGIQUE- — M. l'évêque de Liège vient de publier un écrit intL 
tulé : Mémoire sur l'état financier du séminaire de Liège, f^nsenU à M, le mi' 
rustre de la justice, au mois de décembre 1847. 

Voici les mots qui terminent ce travail : 

c A une époque où Tordre social, dans plus d'on pays, semble remis en qties- 
liia, il est plus nécessaire que jamais de conserver la bonne barmonie entre le 
pouvoir civil et Fantorité eccléskistiqtte ; et pour que cetle berne barmonie se 
maintienne d'une manière stable, il faot que de pari «I d^auêre le respect pour la 
loi demeure chose sacrée et inviolable. » 



Digitized 



by Google 



(33) 

IRLABEDE. — La feltre suivante donnera une idée de la désorganisa- 
tion sociale qui r^ne en Irlande ; cette lettre est adressée par des oran* 
^tes à un prêtre catholique du comté du roi, M. Patrick Fitz Patrick, 
curé de la paroisse de RIountrath : 
« Révérend monsieur, 

9 Je sois chargé de vous adresser copie de la résolution suivante, qui a été 
prise dans une réunion de protestants (orangistes) : 

« Résola que, puisque le goovemement se montre si peu empressé à protéger 
hivie éa ministres, propriétaires et tenanciers protestants , nous nous formons 
«■ oorps et non» jnrmis par le Christ crucifié que, pour la vie de tout ministre du 
culte,. pi^fNTiétaire ou tenancier prolestant qui sera assassiné, nous prendrons la 
vie d*na prêtre catholique de la paroisse dans laquelle le erime a été commis, et 
ce sersient, nous jurons de raccomplir par la vérité de TEvangile, dans tous lea 
comtés de Tlrlande, étant bien décidés à voir quel effet produira la mort de quel- 
ques prêtres catholiques. 

V P. S. Nous vous prions de communiquer le contenu de Ka présente à votre 
vicaire. » 

Des lettres semblables ont été envoyée^ à d'autres prêtres catholiques 
du même district. 



SUISSE. — Un journal radical de Zurich rend compte des affreuse» 
dévastations commises dans la maison et dans l'église des PP. Jésuites 
à Schwytz. Seulement il dénature le fait en l'attribuant à ce même 
peuple qui, il y a peu d'années, travaillait par corvées volontaires à la 
construction de ce collège. Il est parfaitement prouvé que ces exécrables 
profanations n'ont été l'œuvre que d'une populace dégradée, accourue 
de toute part pour commettre ces horreurs. Les troupes fédérales qui 
s'étaient casernées dans cet édifice n'ont pas peu contribué à compréter 
les ravages qu'elles auraient dû empêcher. L'abbaye d'Einsidlen, taxée, 
comme toutes les autres maisons religieuses de Suisse, à une énorme 
contribution de guerre, ou plutôt à une avanie empruntée aux mœurs 
orientales, a offert des hypothèques sur ses domaines, afin de contracter 
un emprunt qui puisse satisfaire aux exigences des pachas du radica- 
lisme. Mais comme on n'ignore pas en Suisse que la suppression géné- 
rale des monastères est résolue par la faction radicale, des gavant v^s 
hypothécaires offertes par des communautés religieuses n'y tiouv* -t 
plus aucun crédit. On peut donc s'attendre que ce sanctuaire, sicélèb.e 
dans le monde chrétien, verra bientôt, en attendant une ruine plus 
complète, saisir et confisquer ses vases sacrés et tant d'autres objets 
précieux que la piété des fidèles y avait consacrés au culte de la Mère 
de Dieu. 

RETCE POL1TTQDB. 

SOOMISSION ET ARRIVÉE EN FRANCE D'aBD-EL-KADER. 

La Providence bénit une seconde fois et d'une manière éclatante nos armes^ 
et couronne dix-sept ans d'efforts et de sacrifices par un événement qui doit 

Digitized by VjOOQ IC 



C «4 ) 

lîéflnilivemeiit affermir notre conquêie de TAlgérie. L'ex-émir Abd-cl-Kadcr, 
V > Napoléon des Arabes, ainsi qu il se noramail lui-même, jusqu'ici insaisissa- 
ble dans sa fuiie au désert comme dans ses courses audacieuses au milieu de 
îios camps, après avoir fait sa soumission à M. le duc d'Auraale, vient d'être 
«îcbarqué prisonnier à Toulon. C'est là, selon l'expression du jeune et valeureux 
-ouverneur-général, toute une révolution pour notre France africaine. C'est en 
(quelque sorte le dernier coup donné à la barbarie musulmane et le renversement 
(le la plus forte barrière élevée encore sur cette terre à la croix et à l'Eglise de 
Jtibus-Clirist. On doit cet heureux et glorieux résultat à Tintrépide constance de 
notre armée, à l'habileté de ses chefs, à l'ensemble des mesures préparées déjà 
de loin et exécutées avec une rare intelligence par le général de Lamoricière. 

Maintenant, que va-t-on faire de ce redouUble prisonnier? Sera-t-it dirigé 
vers l'Egypte, comme il l'a demandé et comme l'engagement en aété pris par le gou- 
verneur-général de l'Algérie? Nous espérons qu'avant de ratifier cette promesse, 
le jj;ouvernement envisagera les dangers d'une telle mesure. Abd-el-Kader en 
Egypte, surtout si l'Angleterre voulait s'en mêler un peu, serait une menace 
;;crmaneQte contre nos possessions d'Afrique. Avec les ressources de cet esprit 
si souple, et l'opiniâtre persévérance de cette nature indomptable, qui peut ré- 
pondre qu'il ne reparaîtrait pas un jour à l'improvisie siir cette terre d'Alger 
qu'il n'a pu quitter sans espoir de retour? 

Quelque parti que l'on prenne à cet égard, la défaite de ce chef arabe qui nous 
a coûté depuis dix-sept ans tant de sang, tant de fatigues et tant d'or, au point 
que certains hommes d'Etat d'Albion notre rivale ont pu dire que cette con- 
quête africaine serait pour nous aussi funeste que la défaite de Varus le fut jadis 
pour les Romains ; la défaite et la présence de ce nouveau chef des féroces Numides, 
vaincu et prisonnier dans notre rade de Toulon, imposent à la France, en cette 
nouvelle fortune, un grand devoir qu'il ne faudrait pas oublier, le devoir de té- 
moigner sa reconnaissance pour cette éclatante protection du Très-Haut. Non, 
cette victoire n'est pas due seulement au courage, à la valeur infatigable de nos 
troupes, à l'habileté de leurs chefs, à la puissance de notre nom et de noire dra- 
peau; la croix y a aussi une part incontestable. Quand le canon du roi très-chré- 
tien vint à bout, en 4850, de chasser le dey de son repaire, et détruisit cette 
puissance barbaresque où tant de chrétiens avaient subi l'esclavage, l'apostasie 
ou la mort, tous les cœurs catholiques bénirent ce magnifique fait d'armes. 
Plus tard, le gouvernement français se concilia toutes les sympathies des hom- 
mes religieux en obtenant du Saint-Siège l'érection de l'évéché d'Alger. La loi, 
le culte et la pompe catholiques reparurent enfin, après tant de siècles, sur ce 
pays désolé, et à mesure que nos troupes s'avançaient contre la résiïtance arabe, 
nos prêtres arrivaient annonçant la paix et le salut des âmes. Qui n'a lu avec 
bonheur combien fut grand et touchant l'effet produit sur ces esprits barbares par 
la vue du premier prêtre et du premier pontife français, se présentant à la tente 
de l'émir, sans armes, sans autre escorte, sans autre défense que leur Bré^ 
foiaire ti leur croix? Ahî s'écriaient-ils, nom vous avions cru sans religion^ 
mais vous êtes éraugusUs Roumis. Nos officiers et nos braves soldats ont mille 
fois raconté cette puissante impression du prêtre chrétien sur ces Arabes que 
nos balles ni nos canons ne pouvaient dompter. Les féroces kabyles ne furent 



Digitized by VjOOQ IC 



(.35) 

qu'irrités par le sanglant et eruel incendie qni oonsoma leurs frères dans les 
grottes de Gbazaooat ; mais lenrs chefs baisèrent avec respect les mains de Tév^- 
qoe lorsqu'ils allèrent à Alger. Oni, gloire k notre drapeau, honneur k nos s<ri- 
dais, mais gloire surtout la plus haute et la plus reconnaissante an IKen trois fois 
saint, qui a béni nos armes et nos travaux sur cette terre d'Afrique! Gloire à U 
croix et à PEglise de Jésus-Christ, qui viennent de triompher dans la défaite do 
rémir, de la barbarie musulmane, notre plus indomptable ennemie! 



Âbd-el-Kader s'est rendu au géDéral de Lamoricière dans la nuil du 22 au 25 
Jécembre. La frégate à vapeur l'iismod^^, commandée par M. le capitaine d(^ 
vaisseau Gaiier, partie d'Oran le 25, est arrivée le 29 à Toulon, ayant k bord 
Pex-émir, sa famille et sa suite. Abd-el-Kader a fait sa soumission à condition 
qu'il serait transporté avec sa famille à Alexandrie ou à Saint-Jean-d'Acre. 

M. le duc d'Aomale a écrit la lettre suivante à M. le lieutenant-général comte 
d'Hautpoul, commandant la 8' division militaire : 

aMers-el-Kebir, le 25 décembre 1847. 
» Mon cher général, 

»Abd-el-Kader vient de faire sa soumission à la France. Enveloppé par 1er* 
^larocains et par notre cavalerie, il ne pouvait plus sauver sa deîra ; mais il aval'. 
encore la possibilité de gagner le sud avec quelques cavaliers. Il s'est décidé à 
se confier à la générosité de la France. C'est un immense résultat ; car sa pré- 
sence au milieu des tribus qui ont encore un vif attachement pour lui, pouvait 
nous susciter encore de bien grands embarras. 

* Arrivé à Nemours le 23 au matin, j'en suis reparti le 24, emmenant à mon 
bord rex-émir, sa famille et quelques-uns de ses proches. 

9 En arrivant ici, j'ai fort heureusement trouvé en rade VÀituodée^ que j'ai 
chargé d'apporter en France à la fois la nouvelle de la reddition d'Abd-el-Kader 
et Âbd-el~Kader lui-même. Ce bâtiment ira d'abord à Port-Vendres déposer les 
lettres, puis se rendra à Toulon avec ses passagers. 

» Dans le cas où la dépêche télégraphique qu'il doit déposer au premier ôo. 
ces ports serait arrêtée par une cause quelconque, je vous l'envoie également 
par le courrier direct, en vous priant de l'adresser de suite, de Marseille, au mi- 
nistre de la guerre. 

i> Agréez, mon cher général, l'assurance de ma haute considération. 

» Le lieutenant-général gouverneur-général de l'Algérie, 

1» H. d'Orléaus. » 

Les pièces relatives à la soumission de l'émir sont trop longues pour que nous 
puissions les citer toutes. Nous nous bornons à donner seulement une partie du 
rapport de M. le duc d'Aumale au ministre de la guerre : 
a Monsieur le ministre, 

s Un grand événement vient de s'accomplir : Abd-el-Kader est dans notre 
eamp. Battu par les Kabyles du Maroc, chassé de la plaine de la Moulouîa par les 
troupes de Muley-Abder-Rbaman, abandonné par la plus grande partie des siens 
qui s'étaient réfugiés sur notre territoire, il s'éuit jeté dans le pays des Beni- 
Soassen et cherchait à prendre la route du sud que l'empereur du Maroc avait 
laissée libre ; mais, cerné de ce côté par notre cavalerie, il s*est confié à la géné- 
rosité de la France, et s'est rendu sous la condition d'être envoyé à Alexandrie 
ou à Saint- Jean-d' Acre. 

» Ainsi que je l'ai déjà mandé à Votre Excellence, l'émir avait, gr&ce à un stra- 
tagème aussi hardi qu'ingénieux, surpris, dans la nuit du 11 au 12, les camps ma- 



Digitized by VjOOQ IC 



(36) 

roeains ; cette attaqae, qni a causé de grandes pertes aa makgzen de rempereur, 
paniît a?oir en an soceès complet ; mais Âbd-el-Kader avait affaire ^ un ennemi 
si Qombrewx, q«1l dut 6*aiTdler devant la imltitade et la masse compacte de set 
adfenaiiieB, flotdt que devavt une défense qui paratt avoir élé à peu près nafle. 
Oiilliia4onc«i deira, etoaneentra tomes aes tscces et lout son monde «ers 
rembonckure de ia M oulooia, entre la rive gauche de cette rivière et ka mer. 

» Les camps marocains «continuèrent de resserrer le cercle qui Tenveloppalt ; 
le général de Lamorîcière avait envoyé au kaîd d'Ouchda trente mulets de car- 
touches qui furent distribuées aux Benl-Snassen ; même envoi avait été fait de 
Nemours par une balancelle au kaîd du Rif; des contingents kabyles grossissaient 
de toutes parts, et constituaient pour l*émir un danger plus redoutable que tons 
les autres. 

» Le mauvais temps retarda rengagement quelques jours, de même qu^îl ôtait à 
la deîra toute liberté d'action. Le 21 , la Moulouia était guéable, les bagages et 
les familles des compagnons de Pémir commencèrent à la passer pour venir dans 
la plaine de Triffa ; Tintention d*Âbd-el-Kader était de les conduire jusque sur 
notre territoire, puis de se retirer vers le sud avec ceux qui voudraient le suivre. 
La route avait été laissée libre par les Marocains, et les Beni-ben-Ziggou, les 
Hamyanes-Gharabas, toujours. en relations avec lui« lui promettaient de faciliter 
rexécutton de ce projet. 

» Le commencement du passage de la rivière est le signal du combat que les 
Kabyles marocains, excités par Pappât du butin, engagent avec furie; mais les 
fantassins et les cavaliers réguliers de Pémir soutiennent jusqu'au bout leur vieille 
réputation, ils résistent tout le jour; pas un mulet, pas un bagage n*est enlevé. 
Le soir, fis ont perdu la moitié des leurs ; le reste se disperse ; la deîra tout en- 
tière a gagné le territoire français; les Marocains cessent la poursuite. 

» Âbd-el-Rader, après avoir conduit lui-même Pémigration sur notre terri- 
toire, et Pavoir engagée dans le pays des H'sirda, la quitte; un petit nombre des 
siens se décide à le suivre ; il vivait chez une fraction des Beni-Snassen, qui est 
restée fidèle h sa cause : c'est par là qu'il espère gagner le sud. Mais le général 
de Lamoricière, informé de ce qui se passait, a deviné ce projet. 

» Vingt spahis, commandés par un officier intelligent et sûr, le lieutenant Ben- 
Kbooia, avaient été, le 21 au soir, dès les premières nouvelles, envoyés en ob- 
servation au col de Kerbous; bientôt des coups de fusils signalent im engage- 
ment de ce côté ; c'est Abd-el-Rader qui rencontre nos spahis. Le général de 
Lamoricière, qui, dans la nuit, avait fait prendre les armes à sa colonne, s'a- 
vance rapidement, avec sa cavalerie. L'émir a pour lui Pobscurité, un pays diffi- 
cile sillonné de sentiers inconnus de nos éclaireurs ; la fuite lui était encore fa- 
cile. Mais bientôt deux de ses cavaliers, amenés par Ben-Khouia lui-même, 
viennent annoncer au général qu^il est décidé à se rendre, et qu'il demande seo* 
lemenl à être conduit à Alexandrie ou à Saint-Jean-d'Âcre. La convention, im- 
médiatement conclue de vive voix, est bientôt ratifiée par le général de Lamo- 
ricière. Totre Excellence trouvera, dans le rapport de cet officier-général, qne 
je lui envoie en entier, les détails dramatiques de cette négociation. 

9 Aujourd'hui même, dans Paprès-midI, Abd-el-Rader a été reçu an maraboui 
de Sidi-Brahim par le colonel Montauban, qui fut rejoint peu apinte par le géné- 
ral de Lamoricière et par le général Cavaignac; Sidi-Brahim, théâtre du dernier 
succès de Pémir, et que la Providence semble avoir désigné pour être le théâdre 
du dernier et du plus éclatant de ses revers, comme une sorte d'expiation du 
massacre de nos infortunés camarades. 

» Une heure après, Abd-el-Rader me fut amené ^ IHemours, où j*étaîs arrivé 

Digitized by VjOOQ IC 



(3T. )^ 

le mâtin akèine ; je ratifiai la parole donnée par le général de Lamorkière, et 
f ai le ferme espoir que le gouvernemeat du roi lui donnera sa ^anetion. J'annon* 
i^ k Véokïr que je le ferais embarquer dès demain pour Oran avec sa £amille ; 
il s'y est sooiois non sans émotion, et sans quelque répugnance; c'est la dernière 
goutte du calice! Il y restera quelques jours sous bonne garde, pour y être rallié 
par quelques-uns des siens, et entre autres par ses frères, dont Tun, Sidi* 
Mnsiapba, à qui j'avais envoyé Faman, s'est rendu le 18 à la colonne du génénd 
de Lamoricière, et a été conduit provisoirement à Tlemcen ; cette réunion ache- 
vée, je les enverrai tous à Marseille, où ils recevront les ordres du gouverne- 
ment. » 

Ifoos avons dit que Témir Âbd-el-Kader était arrivé à Toulon dans la journée 
do 29 sur la frégate à vapeur VÀmodée; ce b&timent était parti d'Oran le 25. 
YoiBi les deuils que nous trouvons dans une correspondance de Toulon : 

C«8t, eomnie on l'a vu, à Sidi-Brahim qu'Abd-el-Kader est venu se rendre 
mféaM Lamorieière. il fot de lii dirigé sur Djemma-^îhazoaat, où le doc d'Au- 
■aie était arrivé la veille par le vapeur le SoUm. . 

Après quelques heures employées à la vente de ses chevaux, de ses èaga^es 
et à désigner ceox de ses gens qu'if voulait emmener, Abd-ei-Kader prît passage 
sur le Soton et arriva le 25 à quatre heures du matin à Oran. Quelques heoM 
après, il montait sur YÂMiodée avec quatre-^îngt-douie personnes de sa suite. 
Avant de partir il écrivit au doc d'Aumale une lettre de remerdments pour les 
égards dont il avait été l'objet pendant la traversée de Djemma-Ghazouat à Cran. 
La traversée de VAimodée a été, dit-on, fort mauvaise : la mer était tré»- 
greese, et l'émir s'est trouvé assez fatigué par le mal de mer pour ne point qnttr* 
1er ia chambre pendant presque tout le voyage. Le gouverneur de l'Algérie avait 
chargé son aide-de-camp, M. le colonel Beaofort, et M. Rousseau, interprète de 
l'amée d'Afrique, d'accompagner Ahd-el-Kader. 

La saiie de réasir se compose de beaucoup de femmes et d'enfants. Parmi les 
personnages qui Faceompagnent se trouvent un de ses beaux-frères, Kadji-Mus* 
tapha-beo-Tami ; le kaiifa Kaddour-ben-AUal, frère de Sidi-Embarrack, et l'aga 
des réguliers de l'émir, Mahmoud-ben-el-Keur. Abd-el-Kader a également em- 
fliené avee lui sa mère, ses trois femmes et deux fils, dont l'atné, Mahmoad- 
hes-Abd-el-Kader, est âgé de huit ans environ. 

En attendant les ordres du gouvernement, Abd-el-Kader restera auiazarçt de 
TookMi, où des appartemenu ont été disposés pour lui. 

Abd-eMUder est d'une taille moyenne ; sa figure est douce et a une expres- 
sion plus mystique que guerrière ; son teint est marqué de petites uches qui 
semblent être des traces de petite-vérole. Il porte au milieu du front une légère 
marque de tatouage ; sa barbe est très-noire et peu touffue. Son costume est 
d'une grande si mplicit é. 

ttOUVSLLES BT FAITS DIVERS. 

iHTtaiBum. 
PAUB, 3 janvier. — Les membres des deux chambres ont été reçus vendredi 
par le toi,'à Toccasion de la mort de madame la princesse Adélaïde. Aucun dis- 
eoais n'a été prononcé. 

— L« roi a pris, le 51 décembre, le deait pour dan mois. 

— Nous lisons dans le Journal 4et Débati : ^^ 
cOu assure que les ebsèques de S. A. R. auront lieu mercredi prediam a 

Bien. 

Digitized by VjOOQ IC 



( 38 ) 
V On dit qae par son testament, 5. À. R. Mme la princesse Adélaïde laisse h 
M. le dac de Nemours ses forêts dp Grécy et d'ÀrmaînviUîers ; à H. le prince 
de JoinTille, sa forôt d'Arc en Barrois; à M. le dnc de Montpensier, sa magni- 
fique terre de Randan, avec le château accru et embelli par ses soins.» 

— Nous lisons dans la Preae : 

« Le Journal des Débali croit devoir démentir ce matin la nouvelle que nous 
donnions bier de Tarrivée d'une note du vorort contenant la demande du rappel 
de M. de Bois-le-Gomte. 

» Nous persistons à soutenir que cette demande a été faite, sinîn en style 
officiel, du moins, comme nous Ta vous dit, en lermei formeU et prenants. 

A Nous ajouterons même qu'à cette demande il a été immédiatement répondu 
par la promesse formelle de rappeler M. de Bois-le-Comie d'ici à un mois ou 
siiL semaines au plus tard, c'est-à-dire aussitôt après la discussion de l'adresse.* 

— On annonce, dit la Prene^ que le gouvernement vient de faire suspendre 
le cours de M. Michelet, au collège de France. Si nous sommes bien informés, 
cette mesure, imposée à M. de Saivandy par M. Ducbàtel, serait fondée sur cer- 
taines scènes dont aurait élé accompagnée, au collège de France, la lecture du 
discours de la couronne, scènes qui auraient eu lieu avant l'entrée de M. Miche- 
let dans l'amphithéâtre. 

. — Le jour de Noél 1847 marquera dans les annales du chemin de fer de Mar* 
seîlle à Avignon. Ce jour là, une locomotive, montée par M. Talabot, directeur 
do chemin de fer; M. Audibert, chef de l'exploitation, et M. Gaduel, ingénieur, a 
ftanchi, pour la première fois, le souterrain de La Nerthe et celui de Saint- 
Louis, et, après avoir parcouru le vallon des Aigalades, est arrivée dans la gare, 
à midi et demi précis, ainsi que M. Talabot l'avait indiqué la veille. La loco- 
motive l'Hirondelle, marchant à une vitesse très-minime, a mis douze minutes 
pour traverser le souterrain de la Nerthe, long, comme on le sait, de 4,620 mè« 
très. Malgré le temps affreux qui régnait, un assez grand nombre de curieux 
étaient réunis au moment où la locomotive est arrivée : elle a été saluée par les 
applaudissements les plus vifs, fj Hirondelle est repartie immédiatement pour 
Arles. 

Hier, M. l'ingénieur en chef du département a dû se transporter sur la ligne 
pour accomplir la dernière formalité indispensable à la réception officielle des 
travaux. A cet occasion une locomotive aura fait quatre fois, dans l'après-midi, 
le trajet de Marseille au Pas-des-Lanclers, et aura conséquemment franchi quatre 
fois le souterrain de La Nerthe. {Le Sud.) 

■■■Il ri no ■ M- m . — 

BXTfiRIBUR. 

ITALIE. — Dans une lettre écrite de Florence en date du 26 décembre, on 
lit ce qui suit : 

« Les circonstances politiques présentent en ce moment un aspect assez in- 
quiétant. La mort de la duchesse de Parme est un événement dont les consé- 
quences pourraient éure graves. L^annulation qui en résulte, de la convention si- 
gnée entre l'ex-duc de Lucques et le grand-duc de Toscane au sujet de Poutre- 
tremoli, va ouvrir le champ à des difficultés dont le gouvernement paraît juste- 
ment inquiet. De plus, la nouvelle arrivée ici avant-hier de l'entrée des troupes 
autrichiennes à Medène n'ajoute pas peu à ces inquiétudes. Le duc de Modène, 
se fondant sur la nécessité d'envoyer des détachements de troupes sur plusieurs 
points du territoire de Modène, avait demandé et obtenu l'assistance des troupes 



Digitized by VjOOQ IC 



(39) 

impérnfes qu'il ileelînait à occuper Modène et Reggio, ei à assurer à tout événo- 
meot 11 tranquillité de .ses Etats. Nous savons en effet qu'environ 5,000 soldats 
aoirkhîeos, partis de Mantoue le 20 dernier, sont entrés sur le territoire mode- 
nais et ont occupé Modène et Reggio. Un détachement est également arrivé à 
Firme, mais sous prétexte d'escorter le convoi de Marie-Louise, dont les restes 
mortels doivent être transportés à Vienne. D'après les dernières informations, le 
nouveau souverain de Parme avait passé par Milan en quiiunt Gènes, et Ton 
oaint qu*il n'ail déjà pris des engagements qui ne lui permettraient plus de s'as- 
socier au mouvement de réforme qui s'opère dans d'autres parties de Tltalie. Ce 
prince a dû arriver hier 25 à Modène. 

» La sensation que produisent à Florence ces graves circonstances est très- 
vive. On est plus inquiet qu'excité. Cela donne à réfléchir à tout le mopde; 
chacun parait agité, et avec raison, car cette occupation de Parme et de Mo- 
dène est une menace indirecte contre la Toscane. C'est à la fois un avertisse* 
ment ei une provocation. La présence des troupes autrichiennes sur la frontière 
des Ëials qui sont entrés dans la voie des réformes ne saurait se prolonger long- 
temps sans provoquer une crise dont il n'est malheureusement pas di£Bcile de 
prévoir l'issue. » 

—La GusêiU de Modène annonce officiellement l'entrée des troupes aujri 
Ghiennes 4 Modène et. à Reggio; mais elle prétend que ces troupes onL 
appelées pour renforcer les garnisons qu'on avait été obligé d'affaiblir, par ^'i 
dies troubles de Pontremoli. 

SSPAOHE. — Le général Espartero, duc de la Victoire, est parti le 31 
cembre de Southampton pour retourner en Espagne par Saint-Sébastien, 
avait quatre ans et demi qu'il était en Angleterre. 

8PIBSE. — Le vorort suisse vient de licencier une partie des troupes qui oc- 
copaienc le canton de Luceme, mais il y reste encore treize bataillons d'infante- 
rie et treise compagnies d'armes spéciales. Une contribution d'un million de 
livres suisses a été imposée aux monastères du canton. 

Dans kr canton de Schwyu, les nouvelles élections ayant donné la minorité 
aux conservateurs, les représentants de la diète ont fait venir cinq nouveaux 
bataillons d'occupation. Alors le grand conseil, conservateur, dit-on, a nommé 
pour députés à la diète deux radicaux, ce qui nous semble une manière assez 
singulière de se faire représenter. 

Dans le haut Valais, où il y avait eu plusieurs élections conservatrices, le gou- 
vememeni provisoire les a cassées. De tous côtés les couvents sont frappés de 
contributions énormes ; ce sont eux qui paient pour tout le monde. 

AMÉBIQUE.— MESSAGE DU PRESIDENT DBS ÉTATS-UNIS. — Lcs généraux des 
Etats-Unis ont conquis le Mexique sur les desceiidans dégénérés de Cortex avec 
plus de lacilité que ce grand homme n'en avait trouvé à combattre et à réduire 
ks Alzèques. Mais les difficultés commencent avec la conquête : il faut occuper, 
garder et administrer le territoire envahi. Le Message du président, qui nous 
parvient aujourd'hui, déclare que les troupes régulières de T Union, assistées de 
ctiiquaiitc mille volontaires, ne suffisent déjà plus à cette tâche. M. Polk propose 
d'augmenter le nombre des régiments dont l'armée se compose, et d'ouvrir les 
rangs de la ml lice conquérante à d^ volontaires nouveaux. Si le congrès y con- 
sent, cent mille Yankees seront bientôt campés sur les ruines de la république 
mexicaine. 

Le gouvernement américain, M. Polk l'avoue ingénument, avait d'abord sup- 
posé que la guerre nourrirait la guérit, et il avait donné l'ordre au général Tay- 
lor de Caire subsister son armée aux dépens du pays conquis; mais le générâl 




Digitized by VjOOQ l'C 



(40) 

Taylor, dans ane contrée où la population est efoirsemée et paofre, a trouvé 
cette méthode impraticable. Il a fallu tirer toutes choses, ^tres, éqvipemem et 
sofde^ des Etats-Unis. De \k une charge accablante pour le trésor américain ; <m 
en jugera par les détails qui vont soîTre : 

Pendant Tannée fiscale qui s*est terminée le 15 juin f 847, le rcTetra de PU- 
nion n*a été que de 26,346,790 dollars, et la dépense a été de 59,45f,477 dol- 
lars (plus de 112 millions de francs). Pour couvrir ce déficit, prévu & Tavanœ, 
on a décrété et réalisé un emprunt en janvier dernier. Pour Tannée qui expire 
lé 15 juin 1848, le revenu sera plus considérable, gr&ce an système libéral de 
douanes adopté en 1846; le président Tévalue à 55 millions de dollars; maisb 
dépense ne restera pas Inférieure à 58 millions de dollars. Aussi M. Polk annon- 
ce-t-II de nouveaux emprunts pour 1848 et 1849. En moins de trois ans, les 
Etats-Unis auront emprunté plus de trois cents millions de francs. 

n serait heureux pour les Etats-Unis que le Mexique sortfl d'une anarcliie 
qu'aggrave Toccupation étrangère, et qu'ils le vissent en état d^acheter la paii 
par une cession de territoire. Cette indemnité territoriale, que M. Polk appelle 
de tous ses vcsnx, permettrait de réduire les frais de Foccopation armée. Qaaot 
aux contributions de guère frappées sur la ville de Mexico, elles ne prodoiroot 
pas de grands résultats. L'exploitation des mines d*argent peut seule venir en 
compensation des dépenses faites et à faire. Mais elle suppose le rétablîsseniem 
de Tordre et de la paix, qui sont les conditions essentielles de toute industrie. 
■ iïiiQino I 

%' CHAMBRE DES DÉPUTÉS. 

^ (Présidence de M. Sauzet. «* Séance du Z janvier.) 

' M. Domon, minisire des travaux publics, présente : 1* un projet de loi sor les 
CfédHs supplémentaires des exercices 1K47 et 1848 , 2" le budget des dépenses 
et recettes de 1849; le service des cultes offre une aogoienution de 852,417 fr.; 
5* un projet de loi sur Timpôt do sel et U taxe des lettres et jomnanc. 

La chambre se retire ensuite dans ses bureaux pour nommer les commissaires 
chargés de la rédaction de Tadresse. Les commissaires sont tous ■iinistériels;ee 
sont MM. de Bussières, Muret de Bort, Ploogoulip, Vitet, Goustuve, Sagiio, d'An- 
geville, d*Haussonville, d'Haubersaert. 



A chaque livraison, V Encyclopédie du XIX^ tiède établit plus solidement Taa- 
torîté morale, scientifique et littéraire qu'elle s'est acquise. Déjà 32 volâmes 
circulent dans tous les diocèses, et 40 au moins doivent être complétés cette 
année. Nous consacrerons prochainement un nouvel article à Tappréciation de 
cette œuvre remarquable que nous avons déjà recommandée d'une manière paf- 
ticulière à la confiance de nos lecteurs. 



BOURSE DB PAMIS D(3 5 JANVIER 1847. 



ClNQp.0/0. 116fr. 95 c. 
Inoisp. 0/0. 73fr. 15 c. 
Quatre p. 0/0. 000 fr. 00 c. 
Quatre 1/2 p. 0/0. 000 fr. 00 c. 
Oblig. de la Ville de Paris. OOOOfr.OOc. 
Aci. de la Banque. 5220 fr. 00 c. 



Quatre canaux. 0000 fr.OO c. 
Caisse hypothécaire. 000 fr. 00 c. 
Emprunt romain. OOfr.O/O. 
Uentes de Naples. 102 fr. 00c. 
Emprunt d'Haïti. 00 itr.OOc. 
Renie d'Espagne. 5 p. 0/0 00 fr. 0/0. 



PARIS. — ItfPRlMr.RIB 0' ADRIEN LB CLKRE BT C*, rUC CaS'ette, ?^. 

Digitized by VjOOQ IC 



[JEUDI 6 JANVIER 1848. («• 4477.) 



STATION DE L'AVENT 1847. 
CONFÉRENCES DE M. L'ABBÉ PLANTIER A NOTRE-DAME. 

Dimanche 2 janvier. 

DU POUTOIR DOCTRIIfÀL DE L*fiGLlSB. 

Sixième question. — VEglùe^ comme pouvoir dogmatique, ai^Ue indépen- 
dante des puitsancet temporellet? 
L'indépendance de TEgUse, telle est la haute et délicate question que 
M. l'abbé Piantier a traitée dans cette conférence. L'orateur a par- 
fûtement tracé les droits dogmatiques de l'Eglise, démontrant net- 
tement combien elle tient à ce que les idées publiques soient fortement 
assises sur cette question si mal comprise et si déplorablement débattue 
aujourd'hui. Les deux pouvoirs ont cependant des domaines k part ; do- 
maines réciproquement inviolables, au sein desquels chacun d'eux est 
maître et indépendant. A l'Etat les choses, ne disons pas matérielles, maïs 
temporelles r à l'Eglise, ne disons pas les choses invisibles comme l'é- 
ternité, impalpables comme la conscience, mais les choses spirituelles, 
c L^Eglise, conlinae M. Piantier en ins^inuaot son sujet, TEglise ne peut as- 
pirer à dominer l'Etat dans les premières ; mais elle ne lui reconnaît pas non 
plos le droit de s'ingérer dans les secondes, et le jour où, quelque pari que ce 
fèt, iJ tenieraît de les envahir, elle aurait le courage et Tobligation de lui dire, en 
htt rnootraot le seuil du sanctuaire : « CeU ici la limile marquée à vo$ floU par le 
» dot^ d€ Bûu même; voue ne devetpae aUer plue iotn / » 

Tel est le fond sur lequel a porté cette conférence. Ce sujet, on le com- 
prend, est complexe ; il embrasse d'une part ce qui tient aux questions de 
doctrines^ et de l'autre, ce qui se rattache à la discipline générale de l'Eglise 
et â ces matières mixtes qui forment comme la Usière des attributions 
propres à chaque pouvoir. L'orateur ne dira rien de ces deux derniers 
objets, parce qu'ils ne rentrent pas dans son cadre ; il se placera au 
centre de l'autorité dogmatique. Sur ce terrain l'Eglise prétend 
jouir d'une souveraineté sans contrôle, d'une indépendance sans 
restiictiou; et pour fixer avec précision ce qu'on doit penser de 
cette liberté dont l'Eglise se glorifie, le conférencier déclare qu'il 
fera deux choses : 1<* Il constatera l'existence de ce privilège en dé- 
veloppant les titres qui l'assurent ; 2** Il en tracera pour ainsi dire le 
cercle, en définissant les droits principaux dont il se compose. 

Première partie. — C'est sur quatre titres que s'appuie la prétention 
de l'Eglise à l'indépendance doctrinale. 

i« Son divin fondateur l'en a dotée directement par sa parole, et indi- 
rectement par la destination de catholicité qu'il lui a marquée : 
c No«s savons quel avenir iésaspQhrist marque à la société qu'il éublit. Il est 
r Ami de la Religion. Tome CXXXFT Z 

Digitized by VjOOQ IC 



( 42 ) 

aojoard'hoi plas que jamais, dit-on, dans rbonianité des instincts de fraternité 
qui la travaillent ; je ne sais quelle attraction mystérieuse semble en appeler 
les diverses brandies à se rapprocher par des nœuds plus intimes, et voilà pré- 
cisément que, par les intentions de son auteur, TEglise a pour but d*opérer cette 
fusion magnifique. Le temps et Tespace lui ont été donnés pour domaine ; elle 
doit par la double immensité de sa durée et de son étendue, remplir tous les 
lieux et tous les siècles, et cela pour réunir toutes les générations qu'y sèmera 
le souffle de Dieu, dans une vaste unité de croyance et d*amour. Mais, chose 
évidente, cette touchante catholicité lui devient impossible si vous la mettez en 
tutèle. Qu'elle dépende des peuples, qu'elle soit à la merci des puissances, elle 
se morcellera comme leurs nationalités, se divisera comme leurs iniéréis 
et leurs jalousies, se découpera comme leurs territoires, s'éteindra fragments 
par fragments comme leur fugitive grandeur. Ce ne sera plus qu'un aigle 
entre les mains de chasseurs ennemis ; tous voudront l'avoir entier ; en se le 
disputant, ils le mettront en pièces, et chacun n'en gardera qu'un lambeau qui 
ne tardera pas à périr avec celui qui l'aura détaché. Âh ! au lieu d'abandonner 
ainsi cette institution salutaire aux déchirements des empires et des rivalités 
humaines, laissez-la monter et se développer librement dans l'infini ; laissez- 
la planer au-dessus de tous les trônes et de toutes les frontières; elle en a 
besoin; c'est par là seulement qu'elle pourra répondre à sa destinée, et couvrir, 
comme elle le doit, d'une ombre éternelle et protectrice la grande famille des 
nations. » 

2® L'indépendance dogmatique est assurée à TEglise par les idées pu- 
bliques ; on est unanime pour admettre la distinction des deux pou- 
voirs ; il n'en était pas ainsi à son origine : 

« Au sein du paganisme, la séparation du sacerdoce et de l'empire était à peine 
soupçonnée, tant il s'en fallait qu'elle fût admise! C'était pour ainsi dire alors un 
dogme public que la tiare devait nécessairement accompagner le diadème ; que 
la main destinée à porter le glaive de la force, était consacrée par là même pour 
porter le glaive de l'esprit; qu'enfin la religion des peuples ne pouvait, sans sa- 
crilège, ne pas regarder dans les princes le successeur des Césars, comme 
indissolublement identifié au pontife des dieux. Mais un jour l'Eglise entreprit de 
' briser ce faisceau formé par le despotisme, noué par les siècles et l'erreur, 
adoré par la servitude ; elle proclama que le chef de la société civile, qu'il se 
nommât roi, empereur ou consul, n*était pas essentiellement grand-prétre ; que 
le sceptre de TEtal et celui des croyances pouvaient se détacher ; que le corps et 
l'ame, l'homme intérieur et l'homme extérieur étaient appelés à relever de deux 
souverainetés à part, et qu'elle travaillerait pour son compte, jusqu'au sang s'il le 
fallait, pour établir cette économie trop long-temps ijçnorée. Un moment on s'é- 
tonna, on s'irrita même de ce langage ; mais on finit par le goûter, et maintenant 
la doctrine qu'il exprimait est devenue générale ; il n'est personne aujourd'hui 
parmi nous qui ne professe la distinction des deux autorités, et ne regardât 
comme un caprice rétrograde la prétention de quiconque voudrait, je ne dis pas 
les rapprocher, mais les confondre comme on le faisait sous l'antique poly- 
théisme. C'est ce que disait autrefois le vainqueur de Marengo lui-même, au 
moment où il voulut, en réorganisant la société en poussière, relever aussi les 
autels en ruines. A plusieurs qui le poussaient alors à fonder une religion natio- 
nale , il répondit avec une vigueur qui ne manquait pas d'une certaine indigna- 
tion : « Moi, homme de guerre ! moi, portant l'épée et les éperons ! moi, livrant 
j» des batailles, me faire chef d'Eglise, espèce de Pape réglant le dogme I mais 

Digitized by VjOOQIC 



(43) 

9 on veot flie rendre ausBi odieux que Robespierre, rinvenieur da culte de l'Etre 
» suprême, ou aussi ridicule que Laréveillère-Lepeaux, Tinventeur de la théo- 
s phiianiropte ! > Il avait raison ; c'était reconnaître une maxime déposée par le 
catholicisme dans Tespril des temps et des sociétés modernes, comme le dit Til- 
lustre historien de la civilisation en Europe. Certes ! après avoir planté cet ar- 
bre de vie dans le monde, après Tavoir arrosé de ses sueurs et fécondé par son 
martyre^ TEglise, je pense, en recueillera bien les fruits; c'est par elle et par 
elle seule que l'indépendance do la puissance spirituelle est devenue un prin- 
cipe; ne serait-il pas étrange qu'on lui défendit d'en jouir?» 

2^ Cette indépendance de l'Eglise s'abrite sous les intérêts de notre di- 
gnité. Quoi de plus sublime que Tincorruptible fidélité qu'elle inspire à 
ceux qui la représentent! Magnifique héroïsme de saint Alhanase. 

4*^ Elle lui est maintenue enfin par les intérêts de la liberté de con- 
science et du bonheur dont elle est la source. Effrayante servitude qui 
pèse sur les âmes, du moment où l'autorité dogmatique passe aux mains 
d'un gouvernement laïque. Paganisme. Mahométisme. Protestantisme. 
Philosophisme du dernier siècle. Russie, même à notre époque de tolé- 
rance universelle. Servitude dont l'Eglise, et l'Eglise seule, délivra Thu- 
manité. 

Deuxième panUs -^ L'indépendance de l'Eglise embrasse cinq droits 
principaux : 

1* Droit de déléguer pour l'enseignement et la prédication de la foi ; 

2* Droit de s'étendre et de conquérir -, 
. 3' Droit de juger et de définir \ 

4*" Droit de se plaindre et de protester. 

M. Plantier démontre par l'histoire que l'Eglise a toujours usé de ce 
droit sous les empereurs païens ou hérétiques ; il rappelle les immor- 
telles apologies de TertuUien et de saint Justin , les nobles réclama- 
tions d'Osius et de saint Hilaire, et enfin ce qu elle a fait plus tard et 
tout près de nous, sous un gouvernement rationaliste. Toujours elle a 
dit avec autant de dignité que de déférence : Non te terremus qui née 
timemus. 

5* Droit de s^abstenir et de persister. 

c Admettons, dit ici énergiquement l'orateur, que par extraordinaire les tyran- 
nies do passé se renouvellent. Une puissance impériale, monarchique ou consu- 
laire, franchissant les limites de ses attributions, fait irruption sur le sol sa- 
cré des croyances, et la voilà qui nous dit, comme autrefois les pouvoirs usurpa- 
teurs de Jérusalem, de Rome ou de Gonsiantinople : N'annoncez py l'Evangile ! 
Taisez-vous du moins sur quelques-uns de ses dogmes ! Signez et sanctionnez tels 
ou tels formulaires de foi qui ne se rapportent pas à la doctrine des Papes, mais 
qui vont à mes idées l ^ Et l'Eglise répondra comme les ap6tres : Nons ne pou- 
vons pas ; Non potsumtu.— 'Mais J'ai la puissance en main 1 — Mieux vaut obéir à 
Diea qu'aux hommes, fussent-ils couronnés. — Mais prenez garde ; l'exil est*là ! 
^ Yoos me chasserez par le couchant, je rentrerai par le nord, et après tout 
que gagneriez-vous à me proscrire? Avec moi j*emmènerai mon soleil, et 



Digitized by VjOOQ IC 



(44) 

awame tant d*aatre8 régions d*oli je m'en sois allée , tous resterez dans 
des ténèbres qni ne tarderont peot-étre pas ^ doTenir celles de la mort. «* Mab 
je puis voDs mettre aux fers! — Au fond de vos cachots, sachez-le bien^ la pa- 
role de Dieu ne sera pas liée ; j*y convertirai encore mes geôliers et mes gardes , 
comme Tout fait Pierre et Paul dans la prison Mamertine. — Mais enfin f ai le 
glaive! —Vous ne m^atteîndrez jamais tout entière ; je me cacherai mutilée peou 
être, mais toujours pleine de vie, dans les catacombes ; elles ne me font pas 
peur; je les aime comme on aime son berceau. Là, quand j*eniendrai sur ma téie 
bondir les chevaux et résonner les armes de vos satellites qui me chereheroot. Je 
me contenterai de prier silencieusement pour vous, aux lueurs de ma lampe sé- 
pulcrale. Mais quand ils auront passé, quand la niiit sera venue, je sortirai poor 
prêcher encore jusque dans votre palais, celte foi que vous aurez bannie ; et si 
quelques-uns de mes enfants sont surpris alors, si vous les égorgez, je recueille- 
rai précieusement leurs dépouilles ; je les ensevelirai dans ma demeure souter- 
raine, et près de leur tombeau, je méditerai plus fortement que jamais sur la né- 
cessité d'être martyr plutôt que d'être esclave. » 

Ici l'orateur aborde successivement diSTérentes objections. — Voici la 
dernière : 

a Peut-être me direz-vous : Mais si TEglise enseigne des doctrines contraires 
aux principes politiques d'un Etat, et que le pouvoir temporel soit obligé de se 
taire, vous le comlaronez à périr? 

De trois choses Tune : ou ces principes politiques sont faux , ou ils sont pro- 
blématiques et contestables, ou ils sont vrais. Sont-ils faux et incompatibles avec 
la foi? Evidemment, malgré qu'ils soient les doctrines de l'Etat, l'Eglise a le droit 
de les attaquer; ce n'est pas elle qui sera coupable de les combattre ; c'est l'Etat 
qui sera coupable de les professer ; ce ne sera pas à celle-là de ne point les pour- 
suivre, mais à celui-ci de les échanger contre des doctrines plus saines. — Ces 
principes sont-ils problématiques? L'Eglise ne les frappera point d'anathème, 
80yez-en sûrs ; ici, comme sur toutes les questions douteuses, telle sera sa maxime : 
Jn dubiis liber lot, — Enfin ces principes sont-ils vrais? Alors ils seront nécessai- 
rement d'accord avec les enseignements catboliques; et que fera l'Eglise? au lieu 
de les condamner, elle les bénira bien plutôt ; elle en assurera la stabilité par Tîn-- 
fluence si éminemment tutélaire et conservatrice de ses croyances et de son au* 
ioriié ; elle les consacrera dans les pouvoirs qui les personnifient. « Elle leur a 
» fait , dit Bossuet que j'aime tant à citer , elle leur a fait un trône dans 
2> les consciences, en présence et sous les regards de Dieu même ; elle a fait 
D un des articles de sa foi de la sûreté de leur personne sacrée, et une partie de sa 
x> religion de l'obéissance qui leur est due. Elle va étouffer, dans le fond des cceurs, 
B non-seulement les premières pensées de rébellion, mais encore les moindres 
h murmures; et poor ôter tout prétexte de soulèvement contre les puissances légi- 
» times, elle a enseigné constamment, et par sa doctrine, et par ses exemples, ifo'il 
» en faut tout souffrir, jusqu'à l'injustice, par laquelle s'exerce secrètement la jos* 
» tice méme^de Dieu. Voilà certes un gage assez rassurant de concorde. 

• Ensuite que fait-elle? Ce qu'elle fait encore dans Tiniérétde la paix, c'est 
de conclure avec les puissances, sur certaines matières mixtes et délicates, des 
CoNCoaDATs, qui, en déterminant ce que chacun sur ces objets peut exiger et doit 
faire, préviennent ainsi tous les conflits d'autorité par la netteté des stipolations. 
Les droits de l'avenir et son indépendance réservés, elle veut bien, selon le moi 
de Bossuet, céder en certaines choses qui regardent son gouvernement, afin de 
pouvoir garder avec Tautorité séculière une harmonie plus parfaite en loi créant 
un vaste apanage. Voilà un autre gage de paix. » 

Digitized tey VjOOQ IC 



(45) 

BB¥IJE ST NO0^KLLB8 EGGU&SIASTIQinBS. 

PAU8. 

Il y a dans la denùère aUocutioD pontificale un passage dans lequel 
k Saiot-Père déiaTOue certaines assertions d'un écrit publie par un per- 
sonnage consiitué en dignité ecclésiastique^ que Sa Sainteté ne désigne pas 
autrement que par cette qualification générale. Ce passage a donné lieu 
k beaucoup de oomnitntaires : chacun s'est mis à faire to conjectures 
sur récrit et sur l'auteur dont il supposait qu'il pouvait être question. 
Nous avons» comme tout le monde, entendu prononcer plus d'un n<mi. 
Mais en nous faisant l'écho de tous ces bruits, nous aurions cru manquer 
de respect à l'^jard des personnages ainsi désignés, et commettre une 
plus grave irrévérence envers l'auguste Pontife qui n'a pas jugé à pro^ 
pos de s'exprimer d'une manière plus explicite. Ce n'est donc pas sans 
regret que nous avons vu Y Union Monarchique sortir dans cette circon- 
stance de sa réserve habituelle, et écrire le nom d'un évéque au bas des 
paroles prononcées par Pie IX. Nous serions tentés de supposer qu'on a 
surpris la bonne foi de notre estimable confrère : la note qu'il publie ce 
matin n'aurait-eile pas été glissée dans ses colonnes par des mains in- 
téressées à détourner sur autrui une application qui pouvait les at- 
teindre? 

Mardi 4 janvier, après avoir reçu les félicitations et les vœux de bonne 
année du clergé de Paris, M. l'Archevêque, accompagné de ses archi- 
diacres, du chapitre métropolitain, de MM. les curés et du clergé des 
paroisses, s'est rendu au château des Tuileries. Introduit dans la cha- 
pelle ardente où avait été exposé le corps de S. A. R. madame la princesse 
Adélaïde, tout le clergé s'est mis en prières ; puis, après le chant du De 
profundis et l'absoute prononcée par M. l'Archevêque, chacun a jeté de 
l'eau bénite sur les restes mortels de la princesse. M. le ministre des 
cultes, placé à côté de M. l'Archevêque, assistait à cette cérémonie. Au- 
jourdliui mercredi, en même temps que les cérémonies funèbres avaient 
heu à Dreux, M. le curé de Saint-Roch, qui en avait été prié parle roi, 
a célébré la messe de Requiem^ qui a été chantée dans la chapelle des 
Tuileries. M. le curé de Saint-Germain-l'Auxerrois a fait l'absoute, as- 
sisté par le clergé des deux paroisses réuni pour le service. 

M. l'Archevêque de Paris n'a pas pu se rendre à la prière qui lui avait 
été faite d'accompagner à Dreux les restes mortels de Son Altesse Royale. 
Cest M. l'archevêque de Calcédoine et M. l'évêque de Versailles qui 
ont rempli cette triste et pieuse mission. M. Pabbé Coquereau et 
M. l'abbé Certes, chanoines de Saint-Denis, faisaient partie du cortège 
iunèbre. M. l'évêque d'Evreux s'est rendu directement à Dreux pour j 
assister aux funérailles de la princesse. 

On sait avec quelle ardeur les populations de l'Allemagne se sont as- 
sociées par des dons volontaires au projet d'achever la cathédrale de Cc/- 

Digitized by VjOOQ IC 



(46) 

logne commencée depuis plusieurs siècles. Le roi de Prusse s'est engagé 
à donner annuellement environ 200,000 écus pour cette grande entre- 
prise à laquelle l'orgueil national attache le plus haut prix. Nous appre- 
nons que la commission centrale, chargée de recueillir les offrandes et de 
poursuivre les travaux, vient d'adresser une humble supplique à N. S. 
P. le Pape Pie IX pour en obtenir l'insigne faveur que Sa Sainteté dai- 
gne honorer de son auguste présence la solennité par laquelle on se 
propose de célébrer au 15 août prochain, le sixième anniversaire sécu- 
laire de la pose de la première pierre de cette magnifique métropole. 
Certes la présence de ce grand Pontife sur les bords du Rhin, Téclat de 
la cérémonie religieuse à laquelle il présiderait, l'immense concours de 
toutes les populations même protestantes de l'Allemagne, seraient un 
beau spectacle et un magnifique triomphe pour l'Eglise catholique et 
son illustre chef. Mais il n'est guère probable que, dans les circonstan- 
ces actuelles, Pie IX puisse entreprendre un tel voyage. Les commissai- 
res de la ville de Cologne se flattent que du moins le Saint-Père, sensible 
à l'hommage qui lui^ est rendu par cette respectueuse invitation, dai- 
gnera peut-être se faire représenter par un cardinal légat à cette solen- 
nité, où doit se déployer une pompe extraordinaire. 

Sous le patronage de saint François-Xaxier, Tœuvre des ouvriers jus- 
tifie les espérances qu'elle avait fait concevoir : cette institution n*est 
plus à l'état d'essai ; elle a fait pénétrer dans les classes laborieuses des 
habitudes de respect pour tout ce qui tient à la religion. Ce qui prouve 
le goût et l'intérêt que ces exercices mensuels inspirent aux ouvriers, 
c'est l'assiduité avec laquelle ils s'y rendent. Dimanche dernier, à Saint-^ 
Laurent, ÔOO diplômes ont été distribués. (Un diplôme est un témoi- 
gnage décerné au membre qui n'a manqué aucune séance.) M. l'Ar- 
chevêque de Paris , qui avait bien voulu présider cette intéres- 
sante réunion, paraissait heureux de se trouver au milieu de cette mul- 
titude d'hommes laborieux qui remplissaient l'église de Saint-Laurent. 
Après avoir distribué lui-même les récompenses, il leur a adressé une 
allocution pour les féliciter de leur zèle et de leur attachement à l'OEu- 
yre, et puis, en leur recommandant la lecture des bons Uvres qu'ils ve- 
naient de recevoir, il a exposé et fait ressortir de la manière la plus 
claire les motifs qui doivent les prémunir contre les mauvabes lectures, 
aussi funestes, aussi désastreuses pour eux que pour leurs. enfants. 

Le compte-rendu présenté avec clarté par M. l'abbé Bruyère, premier 
TÎcaire et directeur de TOEuvre, constate les plus heureux résultats. Ils 
ont procuré déjà, et ils promettent pour l'avenir d'abondantes conso- 
lations au zèle et au dévouement du respectable M. Salacroux, curé de 
cette immense paroisse. 

Les souscriptions en faveur des catholiques de la Suisse, reçues jusqu'à 
ce jour au bureau du comité pour la défense de la liberté religieuse, chez 

Digitized by VjOOQ IC 



(4T) 

MM. Jacques Lecoffre et €% rue du Vieux-Colombier, 29, s'élèvent à la 
somme de 71,025 fr. 15 cent. U Union monarchique sl reçu, de son côté, 
18,275 fr. 76 c, ce qui fait un total général de 89,300 fr. 90 c. > 

l'enseignement public et l'ÉPISCOPAT de BELGIQUE. 

S.Em. le cardinal-archevêque de Malines a cru devoir réclamer contre 
les paroles prononcées dernièrement à la tribune parlementaire de Bel- 
gique : à propos de l'exécution de la loi organique de l'enseignement pri- 
maire, on a cherché à faire croire que Tépiscopat belge prétendait porter 
atteinte à Tindépendance de l'autorité civile. Dans la lettre ci-après que 
le vénérable prélat adresse au Journal de Bruxelles , S. Em. repousse 
jusqu'à la pensée d'avoir jamais voulu empiéter sur les droits du gou- 
vememcnt : ses écrits, ses instructions, ses discours, toute sa conduite 
protestent contre des griefs si légèrement, si injustement articulés. 

Tonte la lettre du prélat est empreinte d'un caractère de modération, 
de haute convenance et en même temps de franchise, qui porte la con. 
viction dans les cœurs ; nous ne doutons pas qu'elle ne produise cet 
effet. 

a Monsieur le Direcleor du Journal de BruxelUi^ 

> J'ai toujours été pénétré du respect le plus sincère pour Tautorité tempo- 
reUe. Je suis intimement convaincu que c'est à elle qu^il appartient de présidera 
Tordre civil, et de régler, avec une entière indépendance de Tautorité spirituelle, 
u>ut ce qui concerne le bonheur temporel des peuples. Je suis persuadé que ce 
bonbeur est impossible sans la soumission aux lois civiles et à ceux qui sont 
chargés de les faire exécuter. Aussi me suis-je toujours fait un devoir d*incal- 
qoer à mes ouailles Tobligàtion de respecter le pouvoir civil, et de lui obéir en 
tout ce qui n'est pas contraire aux lois de Dieu et de TEglise. Les lettres pasto- 
rales et les discours que j'ai adressés à mes diocésains, les catéchismes que j'ai 
publiés, les règlements que j'ai faits pour les diverses sections de mon séminaire, 
les instructions que j'ai données au clergé pour la direction morale et religieuse 
des écoles, prouvenl abondamment que j'ai saisi toutes les occasions qui se sont 
présentées pour rappeler ce grand précepte de notre divin Sauveur : Rendez à 
Cétar ce qui apparlieni à Cétar^ et que je n'ai pas perdu de vue cet avis de l'a- 
pdlre : AvertÎMiez U$ fidèUi d'être soumis aux princes et aux magistrats^ et de 
leur rendre Vobéissanee qui leur est due. Ma conduite a été constamment d'ac* 
cord avec ces doctrines. Gomme le dernier des citoyens, je me suis conformé aux 
lois; le gouvernement et les autorités avec lesquelles j'ai été en rapport, soit 
dans la ville archiépiscopale, soit ailleurs, doivent reconnaître que je ne me sois 
jamais ni mêlé de l'administration civile, ni prévalu des dignités ecclésiastiques 
dont je suis revêtu, pour me dispenser de la soumission que je leur dois dans 
l*ordre civil, oo pour revendiquer un privilège quelconque. , 

n II est fadle de comprendre qu'animé de ces sentiments et convaincu, comme 
je le sais, d'avoir toujours rempli ces devoirs, j'ai dû être étonné de me voir ae- 
CQsé de diercher à empiéter sur les droits du pouvoir civil. Aussi long-^temps 
que cette accusation n'a été faite que par des personnes privées, je n'ai pas cru 
devoir j faire une attention plus spéciale qu'à unt d'autres griefs qu'on s'est per- 
mis d'imputer injustement au clergé. Plein de confiance dans la protection di- 
vine, f espérais que le bon sens de mes diocésains et de mes concitoyens ne tar- 
derait pas à faire justice de ces accusations déloyales. 

Digitized by VjOOQ IC 



(48) 

D Mais depois que fsA lo les discussions qui ont ea lieu récemment|à ta cbam- 
bre des représeniants, j'ai pensé qu'il devenait nécessaire de noe défendre. Gomme 
il s'agit d'une question qui ne concerne pas directement le saint ministère, j*ai 
préféré, Monsieur, de réclamer une place dans votre estimable journal , plutôt 
que de m'expliquer dans une lettre pastorale. J'espère que les journaux qui ont 
bit connattre les griefs allégués contre moi et contre les autres évéques , vou- 
dront bien aussi publier ma présente lettre. 

» Certains discours qui ont été prononcés à la chambre des représentants, et 
dont je m'abstiens de nommer les auteurs, parce que je n*en Veux nullement aox 
personnes, tendent évidemment k faire croire, sans doute contre Tintention des 
orateurs, que dans Texécution de la loi organique de renseignement primaire 
nous avons cherché à porter atle'mie à Fiodépendance de Tautorité civile. En ef- 
fet, on y a soutenu que M. Nothomb n*a pas fait assez respecter les prérogatives 
du pouvoir civil, et qu'il a même abdiqué ce pouvoir en accédant à une partie 
de nos demandes. Si ces allégations étaient vraies, il en résulterait que nous au- 
rions voulu empiéter sur les droits du pouvoir civil, et que nos demandes se- 
raient contraires à son indépendance ; nous serions même plus coupables que 
M. Nothomb, puisque nous avons demandé plus qu'il n'a accordé. Mais je vais 
démontrer que rien de semblable n*a eu lien. 

» Et d'abord, je puis affirmer, la main sur la conscience, que je n'ai jamais eu 
la pensée d'empiéter sur le moindre droit du gouvernement. Hélas ! les pouvoirs 
spirituels qui m'ont été conférés sans que Je les aie recherchés, sont déjà assez 
âendas, les soucis et tes inquiétudes de conscience qu'entraîne la charge éplsco- 
pale sont déjà assez grands pour que je ne cherche pas à les augmenter encore 
par de nouvelles attributions. D'ailleurs je suis aussi zélé partisan de l'indépen- 
dance du pouvoir civil que de l'indépendance de l'autorité ppirituelle, et j'ai toa- 
joors pensé que le meilleur moyen de maintenir la bonne harmonie entre ces 
deux pouvoirs^ c'est que chacun reste dans les bornes de sa compétence, et ne 
cherche pas à empiéter sur le domaine de l'autre. 

a Mais les demandes de l'épiscopat ne tendaientrclles pas par leur nature à dé-* 
truire l'indépendance du pouvoir civil ? Je suis persuadé que si on les examioe 
de près, on demeurera convaincu qu'elles n'ont nullement ce caractère. En ef- 
fet, on nous reproche d'avoir demandé une part d'intervention dans la nomina- 
tion des instituteurs. Or quelle est cette part d'intervention que nous avons ré- 
clamée ? Elle consiste uniquement, ainsi que nous nous en sommes expliqués, à 
être entendus soit directement, soit indirectement dans la personne de nos délé-* 
gués, sur les garanties religieuses et morales des instituteurs dont la nomination 
ou l'agréalion devait être soumise au gouvernement. Cette demande était fondée 
sur le plus juste motif, puisque les instituteurs prennent part à l'enseignement 
de la religion et de la morale, que la loi a placé sous la direction des évéques. 
Mais le gouvernement a-t-il pu accorder cette demande sans abdiquer son mdé- 
pendance ? Je pense qu'un pouvoir quelconque, en demandant des avis, même à 
ses subordonnés, n'abdique aucunement son autorité, puisqu'il reste toujours 
maitre de ne pas suivre tes avis qui lui sont donnés; il fait même un acte de 
prudence el de sagesse, et il se rend plus fort et plus respectable, puisqu*tl s'en** 
Yironncde plus de lumières, qu'il apprend mieux à connaître ce qui est le plus 
utile au bien public, et qu'il peut mieux éviter les décisions qui compromet- 
traient son autorité. 

• La demande de l'épiscopat dont il s'agit ne tendait donc pas à affiaiiblir l'au- 
torité du gouvernement, et M. Nothomb, en l'accueillant, n'a nullement sacrifié 
l'indépendance du pouvoir civil. S'il en était autrement, le ministère de la jus-» 

Digitized by VjQOQ IC 



(49) 

liée saciiûenit coBtinnellenieDl oette indépendafice, puisqu'il nous demande ré- 
galièremenl ootre avis sardes objets qui oui des rapports bien moins importants 
atec la religion, tels que les acquisitions et les aliénations de biens d'églises, les 
dons, les legs, etc. 

V En second lieu, on nous a reproché d'avoir voulu empêcher Téublissement 
des cour» normaux et radnùssion d'un trop grand nombre d'élèves dans les 
écoles nonnales de FElat. Je ferai d'abord observer qu'on n'a voulu des cours 
norman ni en France ni en Allemagne, et que les auteuss les plus distingués 
qui ont écrit sur l'éducation des élèves-instituteurs, sont unanimement d'avis 
qn'ïla doivent être formés pendant plusieurs années dans des internats, et que 
ces établissements, pour atteindre leur but, ne peuvent pas contenir un trop 
gnod nombre d'élèves. L'épiscopat belge a partagé cette manière de voir, et 
fl a ero pouvoir l'exprimer franchement au gouvernement dans l'intérêt de la 
jeanesse, à qui il importe au plus haut point d'avoir des maitres dont l'édoea* 
tk» ne laisse rien à désirer, surtout sous le rapport religieux et moral. Mes 
doq collègues avaient une raison spéciale de faire cette demande, parce que 
l'existence des écoles normales qu'ils avaient établies à grands frais et qui 
. produisaient les meilleurs résultats, pouvait être compromise par l'organisa* 
tion des cours normaux et par une trop grande extension des écoles normales de 
l'Etat. 

« On a prétendu que par cette demande nous avons encore porté atteinte à 
rÎDdépendance du pouvoir civil. Mais rien ne saurait être moins fondé que ce 
reproche. Ne sommes-nous donc pas libres d'émettre une opinion appuyée sur 
des motifs solides? L'article 21 de la Constitution donne à ekaeun h dnM 
d^aêreêâer €u^ aulorUéê publiques des pétUiom signées peur une ou plusieum 
pers(mne$\ les évêques étaient donc bien en droit de prier M. le ministre de 
l'intériear, non-seulement de ne pas augmenter outre mesure le nombre des 
élèves de« écoles de Lierre et de Nivelles, mais de renoncer aussi à l'organisa- 
tion des cours normaux que la loi a laissés facultatifs. Ils devaient d'autant 
moias craindre de porter par cette démarche atteinte à l'indépendance du 
pouvoir civil, qu'ils savaient parfaiiement bien que le gouvernement n'en con- 
serverait pas moins le droit de suivre Popiniou contraire, ainsi qu'il l'a effective- 
ment fait. 

» Un troisième grief qu'on a articidé contre nous, c'est de nous être opposés 
à l'organisation des coucours qui, selon l'article 39 de la loi, pourront être in» 
stitués entre les écoles primaires. A cet égard, je dois encore faire observer que 
les principaux auteurs qui ont écrit sur la pédagogie, entre autres M. Rendu» 
désapprouvent ces concours au point de vue moral. Dès lors« les évéques 
étaient en droit d'engager le gouvernement a ajourner une mesure que la loi 
laissa encore facultative, et il n'y a ici, pas plus que dans les cas précédents, 
aoeone apparence d'entreprise illégale contre l'indépendance du pouvoir civil» 
puisque le gouvernement est resté parfaitement libre de faire ce qu'il jugera le 
plus utile. 

■ Je pense que ces explications suffiront pour convaincre tout homme impars 
tial, que l'épiscopat n'a nullement cherché à empiéter sur les droits du gouver^ 
aement. Non, l'indépendance du pouvoir civil n'a reçu aucune atteinte ; elle est 
restée aussi complète qu'elle l'était avant l'organisation de l'enseignement pri- 
maire. C'est ce que j'ai surtout voulu constater. 

» Au reste ce n'est pas la première fois qu'une humble demande de ^épl<^îopa( 
a été transformée par ses «mnemis en un grave abus politique. Notre requête 
relative k la personnification civile de l'Université de Louvain a subi le méoi^ 



Digitized by VjOOQ IC 



(50) 

sort. Je ne veux pas examiner ici quels sont les motifs et le but de ces singuliers 
procédés à Tégard de Taulorité spirituelle ; mais tout liomme raisonnable doit 
avouer qu'il n'est ni juste ni loyal d'interpréter ainsi nos actes, et de iravesltr 
ainsi nos intentions. 

» Je pourrais encore démontrer que nous sommes restés dans les bornes de 
noire compétence ainsi que dans les termes et Tesprit de la loi, en ce qui con- 
cerne les garanties que nous avons demandées et les mesures que nous avons 
prises, pour sauvegarder la moralité des élèves et pour leur assurer une solide 
instruction religieuse. Mais Texamen de cette question exigerait des détails qui 
excèdent les bornes d'une lettre. Je ferai seulement remarquer qu*on a tort de 
craindre que les précautions qui ont été prises dans ce but ne soient excessives, 
i^u^on prenne plutôt garde de ne pas les diminuer, car tout établissement d^édu- 
cation doit se démoraliser et se désorganiser tôt ou tard, si Tinfluence de la reli- 
gion n*y est pas efficace, ou si elle y est paralysée par des professeurs mal inten- 
tionnés ; il doit même finir par ne vener que des poiions dam l'EUU^ comme Ta 
si bien dit le comte de Maistre. 

» Ce sont ces précautions qui ont le plus contribué au progrès de renseigne- 
ment primaire, parce qu'elles ont surtout déterminé la plupart des parents à ac- 
corder leur confiance, aux écoles publiques. Je fais des vœux pour que cet état 
de choses soit maintenu, et que le gouvernement, loin de modifier ces mesures, 
ne cesse de contribuer, autant qu'il est possible, à assurer le succès de renseigne- 
ment de la religion et de la morale, que la loi a placé avec raison en tête des 
matières qui doivent être enseignées dans les écoles. C'est le seul moyen de 
conserver au peuple belge ce caractère religieux qui lui est propre et qui con- 
tribue si efficacement à son bonheur, ainsi qu'au repos et à ia tranquillité pu- 
blique. 

p Recevez, Monsieur, l'assurance de ma considération très-distinguée. 

p ËNGBLBBRT, Gard.-Ârch. de Malines. 
» Malines, le 2 janvier 1848. » 

AU EÉDAGTBUR. 

Paris, 2 janvier 1848. 
Monsieur le Rédacteur, 
t Dans un article de VÀmi de la Religion du 28 décembre, où M. l'abbé Dassance 
rend compte d'uoe Bislaire dee iouverains Poniifes par M. Artaud de Montor, 
je lis ces paroles à propos de Clément XIV : « Que fautait donc penser de toutes 
ces lettres autographes dont on parle tant depuis quelques jours, et qu'on nous 
invite à lire chez un libraire de Paris où elles sont déposées? Des personnages 
graves, dont l'opinion est pour nous d'un grand poids, croient que ce sont-là des 
brouillons, le premier jet, qui n'ont été envoyés que corrigés et modifiés. » 

Je ne vous tairai pas. Monsieur, que celte assertion de M. l'abbé Dassance 
comme l'opinion des graves personnages qu'il invoque , m'ont singulièrement 
surpris ; en effet, si depuis les quelques jours qu'il entend parler de toutes ces let- 
tres, M. Dassance a eu un moment pour jeter les regards sur la première édition 
de Clément XIV publiée au mois de mai 1847, sur la seconde qui a paru en no- 
vembre, et sur la Défense imprimée en septembre dernier, il aura pu se con* 
vaincre que ses graves personnages ne se comprometuient pas trop en l'entre- 
tenant de brouillons ou de minutes. Dans plusieurs passages du livre, j'ai dit 
moi-même, et le premier, que je transcrivais le brouillon du cardinal de Remis. 
J'ai fait mieux ; j'ai indiqué souvent le texte supprimé par le cardinal ; je l'ai cité, 
tout en disant qu'il ne se trouvait pas dans la dépêche officielle ; mais ce brouil- 



Digitized by VjOOQ IC 



(51 ) 

Ion avait été coUalionné avec elle, et les deux pièces étaient identiques, sauf les 
retranchements de la rédaction première. Cette identité, dont je devais me 
rendre compte avant de faire usage de ces pièces, n'a point échappé à M. Ar- 
' laud, et le nouveau biographe des souverains Pontifes le constate plus d'une 
fois. 

Les lettres du cardinal de Bernis au duc de Choiseul, lettres qu'il a copiées 
en 1814 aux archives de France et les seules en sa possession, je les publiais 
avant lui et il n'en fait point mystère. Parmi les manuscrits recueillis par moi 
sur la destruction des Jésuites et le pontiûcat de Ganganelli, il n'y a que dix-sept 
inimités de la main du cardinal de Bernis. Sa correspondance avec le marquis 
d'Aalieterre, celle du marquis avec lui, les nombreuses dépêches des ministres 
espagnol», les lettres du cardinal Malvezzi à Clément XIV, et toutes les autres 
^citées dans l'ouvrage; ce ne sont pas là des brouillons, le premier jet, qui n'otU 
été envoyés que corrigés et modifiés, mais bien des lettres aussi officielles que pos- 
sible avec les réponses à l'appui, comme il eût été si facile à M. l'abbé Dassance 
de s'en convaincre non-seulement par la confrontation des documents, mais en- 
core par la lecture du livre. 

Si votre journal n'avait pas à mes yeux une haute Importance, je me serais 
bien gardé, Monsieur, de donner à vos lecteurs des explications dont ils n'ont 
pas besoin. Grâce à votre critique éclairée, ce n'est pas depuis quelques jours 
sealenent qn'iU entendent parler de toutes ces lettres autographes; et à l'in- 
verse de M. Dassance, ils n'en sont probablement plus à se demander ce qu'il 
faut eo penser. 

Agréez, monsieur le Rédacteur, la nouvelle assurance de tous mes sentiments 
distingués, J. Crétinbàu-Jolt. 

PROVINCES-RHÉXANES. — Mgr Mùller, évéque de Taumataria, 
suffragantdu diocèse de Trêves et nommé à l'évéché de Munster, étant 
sur le point de recevoir ses bulles et de se rendre dans son nouveau 
diocèse, les habitants notables de Trêves se sont empressés de lui of- 
frir un dernier hommage de vénération et de gratitude. Une proces- 
sion aux flambeaux s'est rendue devant le palais épiscopalf et y a exécuté 
deux cantates composées en son honneur, et qui ont été suivies d'une 
hymniS à la louange du Saint Père. Mgr MùUer y a répondu par une 
rive allocution dans laquelle il a relevé la gloire du grand pontife^ du 
régénérateur de C Italie et de tout le monde catholique. D'innombrables 
vivats ont couronné ce discours et rendu témoignage de rattachement 
et de Tadmiration du peuple trévirain pour le glorieux Çontifequi 
dans ces jours si périlleux gouverne l'Eglise. 

PRUSSE. — Le gouvernement* prus&ien, changeant enfin de conduite 
à regard du docteur Rupp et de son Eglise indépendante, vient d'ordon- 
ner aux autorités civiles et judiciaires de Kœnig»berg de le poursuivre 
à outrance s'il se permettait de faire encore un seul acte de juridiction 
pastorale. On sait que ce nouveau chef de l'Eglise rationaliste conférait 
aux enfants de ceux de sa secte le baptême, sous cette scandaleuse for- 
mule : j4u nom de Dieu et de notre commune. Deux de ses acolytes sont 
déjà déférés, pour le même fait, au tribunal de la province. L'Eglise 

Digitized by VjOOQ le 



À 



( R2 ) 

indépendante de Kœoigsberg prétendait se préraloir des dispositions de 
redit de tolérance du 30 mars dernier. Mais cet édit ne devait, dans 
Fintention du l^islateur, se rapporter qu'aux dissidences chrétiennes, 
et c'est avec raison que le gouvernement prussien déclare le ruppisme 
en dehors de la première condition qui fait les chrétiens. Ce dont on a 
lieu de s'étonner, c'est que ce gouvernement n'emploie pas la même ri* 
gueur contre l'Eglise indépendante fondée par Uhiich à Magdebourg. 

ÉTATS-UNIS. — D'après une correspondance de VUnwers , Mgr Hii* 
gnes, évêque de New- York, aurait été mandé à Washington par le pré- 
sident de la république, afin de donner son avis sur le choix que veut 
faire le gouvernement d'un ambassadeur auprès de la cour de Rome. 
Déjà l'opinion générale désigne le fonctionnaire qui va être chargé de 
remplir ce poste aussi important qu'il est nouveau pour les Etats-Unis, 
officiellement protestants. C'est M. Yanburgh Livingston, récemment 
converti au catholicisme, et remarquable par sa piété et par ses talents, 
qui doit, a^ure-t-on, être chargé de représenter les Etats de l'Union aa«- 
près dn Saint-Siège. M. Livingston descend de la grande famille écoa-* 
saise de ce nom, et ses ancêtres se sont fixés aux Etats-Unis depuis Char- 
les II. Le nouveau converti à la foi catholique a déjà placé ses deux fils 
au célèbre collège des Jésuites deGeorgestown. Mais ce qui anime encore 
de plus belles espérances les catholiques des Etats-Unis, c'est le fait très- 
significatif qui s'est passé, le dimanche 12 décembre, à Washington. La 
chambre des représentants a invité l'évêq ue de NeW-York à venir pronon- 
cer un sermon dans la salle de ses séances ; et à midi, après avoir chanté 
la grand'messe dans une des églises de la ville, le prélat s'est rendu auGa- 
pitole en mosette et surplis. Reçu au péristyle par une députation du 
sénat, il a été introduit dans la salle, il est monté à la tribune, et là, se 
mettant à genoux, en face de cette foule de législateurs des vingt-six 
Etats de l'Union, il a fait le signfe de la croix et a prononcé la prière sui- 
vante : 

fit Dieu toat-pnîssant et étemel, qui avez révélé votre gloire h toutes les nations 
par rintermédiairede Jésus-Chrîsl, nous vons prions de conserver les œavres de 
votre miséricorde, afin qoe votre Eglise étant répandue sur toute la surface du 
monde, continue à confesser votre nom avec la même immuable et invariable loi. 
Mous voQSjprions, vous qui êtes seul bon et saint, d'accorder la grâce d^nne 
science céleste, d'un zèle sincère et d'une sainteté de \ie exemplaire à notre 
chef le prince des évoques, à tous les autres évéques et pasteurs de TEglise, spé- 
cialement à ceux qui exercent parmi nous leur saint ministère, et conduisent le 
peuple dans les voies du salut. Dieu de toute-puissance, de toute sagesse et 
de toute justice, duquel émanent Tautorîté, les lois et les jugements, noos vous 
prions d'assister de votre Saint-Esprit le président de ces Etats-Unis, afin que 
son administration soit conduite en droiture, et soit éminemment utile à votre 
peuple qu'il préside ; afin qu'il encourage le respect dû à la vertu et à la religion ; 
afin qu'il exécute les lois en justice et en miséricorde, et qu'il réprime le vice et 
rimmoralité. Que la lumière de votre divine sagesse dirige les délibérations du 
congrès, et brille dans toutes les lois qui seront votées pour notre gouverne* 
ment. Puissent-elles nous assurer la conservation de la paix, Taccroissement du 

Digitized by VjOOQIC 



( 53 ) 

iM^nliear nttkiinl, de rindustrie, de la sobriété et des connaissances utiles, et 
perpétoer en nous les bienfaits de la liberté ! Nous vous recommandons égale- 
iBeal tous DOS frères et nos concitoyens. Bénissez-les dans la connaissance, et 
saoctifies-les dans Tobservançe de votre sainte loi , préservez-les dans l'union, 
dans cette paix que le monde ne peut pas donner, et, après les bienfaits de cette 
vie, admettez^les à ceux qui sont éternels I » 

Monseigneur, se levant après cette prière, a prononcé un sermon sur 
« le christianisme, seule source de la liberté morale et politique. » Pen- 
dant près de deux heures , il a captivé son auditoire par les ressources 
d'une éloquence entraînante. 



REVUE POLITIQUE. 

Un dit sans exemple depuis dix-sept ans, dans notre histoire parlementaire, 
s'est produit dans la première réunion des bureaux de la chambre des députés* 
Noo-sealement le ministère a emporté dans tous les bureaux la majorité des suf- 
frages pour la nomination des commî^^saires de Tadresse, mais Topposition se 
renfermant sur tontes les graves questions de la politique dans un mutisme sd)- 
sola,'a laissé à quelques conservateurs tels que MM. Desmousseaux de Givré et 
Benoit Fould, le rôle de contradicteurs. C'est à peine si les illustres chefs de la 
gauche et du centre gauche, MM. Thiers et Odîlon-Barrot, bien que plusieurs 
fois provoqués par les ardents ministériels, ont daigné laissé tomber de leurs lè- 
vres , ordinairement plus prodigues , ces quelques paroles empreintes d*une 
sorte de découragement fatidique : Sur la Suitte et sur les banqâels^ nous nous 
êxpliquertmê plus lard et dans un autre lieu. 

ta seul membre de Topposition de droite, M. le vicomte de Falloux, a énergi- 
qaement blâmé le caractère indécis et faible de notre politique dans les affaires 
de Suisse et d'Italie. 

«Le silence du discours de la couronne sur ritalie, a dit le jeune député 
de Maine-et-Loire, comme le langage énigmatiqoe sur la Suisse, s'explique par 
rineorable mollesse de notre diplomatie. Le ministère avait cependant la bonne 
fortane de pouvoir du même coup proclamer deux grands principes, servir deux 
nobles causes. i\ n'a su y apporter ni prévision ni volonté. 11 eût pu, faisant front 
à rÂutriche en Italie, prêtant hautement, franchement sa force et son autorité 
morales au parti modéré, qui comprend et qui seconde les sublimes pensées du 
Pape, (aire respecter les nationalités italiennes, élargir, aplanir la voie dans la--; 
quelle on s'efforce d*cnlacer la marche si véritablement pontificale de Pie 1X« ei 
fort des sympathies universelles conquises sur ce terrain, il eût opposé son puis- 
sant veto aux envahissements de la diète. En outre de Tintérét sacré dé Thuiua- 
nhé, si profondément blessée dans ces luttes fratricides, il eût sauvegardé la li- 
berté religieuse, dont une partie de l'opposition, égarée par d'opiniâtres préju- 
gés, méconnaît les plus simples éléments. Il eût en même temps préservé d'un 
irréparable échec les intérêts français. La France, en dehors de tous les ' lOtffil 
de droit, avait tous les motifs d'une saine et honorable politique pour préférer 
snr sa frontière le gouvernement fédéral au gouvernement unitaire. Le gouvei^ 
nement fédéral, c'est ralliance antique et la neutralité séculaire. Le gouverAiH 
ment unitaire, c'est riiostilité centralisée, condensée, disponible au premier ap- 
pel de tel on tel ennemi du dedans ou du dehors. La révolution suisse, à l'heure 
qu'il est, c^est une armée de cent mille hommes avec la passion des clubs au 



Digitized by VjOOQ IC 



( 54 ) 
cœur el à sa lêie TAngleierre ; c'est un camp que vous avez laissé élever sur te 
^omtiiet des Al|ies, cioiniiianl Lyon el Milan, vous surveillant de ces hauteurs et 
coupant vos mouvements, si une hardiesse inconnue jusqu ici sVraparait un jour 
de vos conseils. Voilà ce que le ministère, plus coupable encore que les avetig es, 
H entrevu ; voilà ce qu'il a sacrilié, pliant sous le poid*^ de ses fautes muluplcs, 
,6irogra(iant en face de ceux qu'il avait bravés, après s'être laissé acculer à une 
iiitervenlion impossible. » 

M. le maréchal Biigeaud, se croyant obligé de répondre aux observations de 
M. de Falloux sur noire situation intérieure, s'est élevé conire les ennemU el les 
aveugUs qui ont supprimé le toast au roi dans plusieurs des célèbres ban- 
,iuets réformistes. Le vainqueur de Tlsly leur a déclaré, sans plus de façon, 
qu'ils s'étaient ainsi mis eux-mêmes hors la consliluiion. Quoi d'étonnant alors 
que le discours de la couronne les désigne à la France comme des fauteurs de 
passions aveugles ou ennemies? M. Desmousseaux de Givré n'en persiste pas 
moins à qualifier de sauvages ces paroles dont l'opposition se montre si courrou- 
cée. M. Guizot qui a long-temps étudié le mécanisme et l'esprit du système re- 
présentatif à sa source anglaise, n'a pas hésiié à déclarer solennellement, 
iu grand scandale des hommes d'Etal de la Presse, du Constitutionnel ei du Siè^ 
de, que ces paroles d'aveugles ou d'ennemis qui ont tant oflusqué les adversai- 
res de la politique du gouvernement, étaient éminemment parlementaires. Nul n'a 
contredit cette sentence magistrale. A l'exemple de l'ex-émir, l'opposition déses- 
oère-t-elle de son étoile, et le flot victorieux cesse-t-il de monter vers le pro- 
montoire où s'est assis M. Thiers? Nous ne savons; mais il faut convenir que la 
première attaque, dans celte pâle discussion des bureaux, n'a répondu ni à l'at- 
tente publique, ni à la chaleur des dernières démonstrations libérales dans les 
banquets et les journaux. Aussi l'opinion publique est^lle restée dans la méine 
incertitude et les mêmes anxiétés sur l'avenir de la Suisse et de Fltalie. Vienne 
donc, vienne promptement le jour de la grande discussion de l'adresse, afin que 
si le pays doit connaître la vérité et le reiuède sur tant de sujets de grave inquié- 
tude, il les recueille de la bouche de M. Thiers ou de tout autre orateur éminent, 
aujourd'hui se condamnant à un silence de tactique. 

Toutefois, si les orateurs de l'opposition de gauche se taisent dans les bureaux, 
leurs journaux commentent longuement l'événement que nous avons nommé, nous, 
providentiel, la soumission d'Âbd-el-Kader. Et au fait, dès qu'on aborde le 
côté politique de cet événement, la part qui revient à nos hommes d'Etat ne sau- 
rait échapper à la contradiction et au contrôle de la publicité. Ainsi, disent la 
plupart des journaux, le ministère ne doit point s'attribuer les avantages de la 
défaite et de la prise d'Âbd-el-Kader, puisque c'est là un résultat de la grande 
guerre d'occupaiion qu'a voulue etexécuiée le maréchal Bugeaud, malgré les ré- 
sistances du cabinet; loin que notre diplomatie ait amené l'empereur du Maroc à 
pourchasser l'émir, le fils d'Ahd-er-Rhaman lui a offert un asile honorable à Fez, 
ou la libre fuite au désert ; enfin, ajoutent les adversaires du cabinet du 29 octo- 
bre, les conditions acceptées par le général Lamoricière et par M. le duc d'Au- 
male, rendent illusoire cette soumission et ses résultats. 

A toutes ces objections, qui ne manquent pas de fondement, et que sur plu- 
sieurs points nous avons déjà présentées nous-mêmes, le ministère fait répondre 
ainsi par ses journaux dévoués : 

Digitized by VjOOQ IC 



(55) 

t Voici la Térité en deux mots; elle éclate aux yeux do pays. Abd-el-Kadêr'n 
été chassé de rAlgérie ; c^est Fœuvre de la grande guerre conduite par le naré- 
cbal Bogeaod, avec Fappui du gouvernement et des chambres. Le Maroc a re- 
jeté rémir dans nos mains; c'est l'œuvre de Texpédition du Maroc et do traité 
qui a obligé Âbd-er-Rbaman à poursuivre Abd-el-Kader et à lui ôier les der- 
niers moyens de nous nuire. 

V Reste le dernier point, les conditions de la soumission d*Âbd-el-Kader. Si 
rémir est transporté à Saint-Jean-d'Âcre ou à Alexandrie, il sera dans quelques 
mois en Angleterre, et à la première diflScutté on le verra reparaître dans notre 
cooquèle. Nous ignorons quels sont, quant à cette condition, les desseins du 
ministère ; mais, pour nous rassurer, nous n'avons à consulter qoe le simple bon 
sens, D*abord, le gooverneroent aurait le droit de ne point ratifier cette condi* 
iloo. Ensuite, pour qu'elle soit exécutée, il faut qu'auparavant deux choses soient 
réglées. Il faut, premièrement, que la Porte à Saint-Jean-d'Acre, le vice-roi 
d^Egypte à Alexandrie, offrent à la France des garanties solides relativement au 
séjour d'Abd-el-Kader. Il faut aussi que la Porte ou le vice-roi consentent à rece« 
foir un hôte aussi considérable et aussi dangereux qu'Abd-el-Kader. En atten- 
dant que ces deux points soient fixés, les journaux de Topposition peuvent se 
dispenser d'assombrir l'avenir de leurs prédictions chimériques. » 

On assore qoe le gouvernement a résolu de faire connaître immédiatement à 
Méhémet'Ali le désir exprimé par Abd-el-Kader d'être transporté à Alexandrie. 
£o atiendant qu'on ait appris si le vice-roi consent à recevoir Tex-émir dans ses 
Etats, celui-ci aura pour séjour le fort Lamalgue, dépendant de la place de Tou- 
lon. Des dispositions vont être prises pour qu'Abd-el-Kader y soit installé à sa 
sortie do Lazaret, et pour qu'il y reçoive un traitement conforme aux sentiments 
de générosité qoe la France s'est toujours fait gloire de montrer aux ennemies 
forcés de reconnaître sa puissance. 



Yoîei en quels termes le jeune gouverneur-général de l'Algérie a informé les 
généraox commandants supérieurs des provinces de la soumission d'Abd-el- 
Kader : 

« Oran, le 25 décembre 1847, six heures du matin. 
» Lt souv€mêur'^énér(U à MM* les généraux commandants supérUun, 

» Abd-el-Kader a fait sa soumission à la France. 

» Batta par les Marocains, abandonné de la plupart des siens, qui s'étaient ré- 
fugiés sor notre territoire, il tâchait de gagner le sud par le pays des Béni- 
Snassen ; mais, cerné par les cavaliers du lieutenant-général de Lamoricière, il a 
dû 8e rendre et est arrivé à Nemours le 25. 

« Il Tient d'arriver à Oran avec moi, pour être dirigé sur Marseille, aux ordres 
do gouvernement, qui Renverra en Orient. Répandez immédiatement cette 
gnode nouvelle, d 

M. le président du conseil, interpellé dans le premier bureau de la chambre 
des dépotés, dont il fait partie, sur l'engagement pris par M. le lieutenant-géné- 
ral de Lamoricière et ratifié par S. A. R. M. le duc d'Anmale, de porter ^oit à 
Alexandrie, soit à Saint-Jean-d'Acre, Abd-el-Kader et sa famille, M. le prési- 
dent du conseil a répondu : 

« LMnsertion do rapport de S. A. R. M. le doc d'Aomale n'implique pas l'ap- 
probaiûm de Varrangement condo avec Abd-el-Kader... Sor le fond de la 
question, je réserve mon opinion. Le gouvernement n'a pas engobb pris de 

PARTI. 9 



Digitized by VjOOQ IC 



(56) 

ûo éerit de Toolon, lé 51 décembre : 

« Abd-el-Kader est installé an lazaret, sons la garde d'une compagnie do 
^ régineot d*infanierie de marine. 

9 On attend des ordres de Paris. L^émir espère que le gouvernement consen- 
tifft à renvoyer en Egypte; mais ici cela noas parait fort douteux, v 

NOIJVELLBS ET FAITS DIVERS. 

UlTfiaiBDR. 

PABI8, S janvier. — Nous lisons ce malin dans le Journal des DébaU f 
« Aujourd'hui à une heure, le roi et la reine ont quitté les Toileries pour 
prendre la route de Dreux, où les obsèques de Mme la princesse Adélaïde doivent 
être célébrées demain mercredi à midi. 

» Après être sortis de leurs appartements, le roi, la reine et la famille royale 
ont voulu faire une dernière station dans la chapelle ardente, où le corps de 
S. A. R. éuit encore exposé ce matin. LL. MM. et LL. AA. RR., après y avoir 
fût une courte prière, se sont dirigées vers leurs voilures de voyage. 

» Le roi est monté dans la première avec la reine, la duchesse d*Orléans, la 
duchesse de Nemours, le duc et la duchesse de Saxe-Goboorg. 

» Dans les voitures de suite, où se trouvaient les aides-de-camp et officiers 
d*ordonnance du roi, on remarquait M. le comte de Monialivet, intendant-gé- 
néral de la liste civile; M. Dupin afoé, président du conseil privé de S. M. ; M. le 
lieutenant-général de LawoësUne, M. le comte Camille de Sainte-Aldegonde, les 
daines de la reine et des princesses. 
» Tout le service du roi était en grand deuil. 
» Le roi était attendu à Dreux à sept heures. 

» Cette nuit, à quatre heures du matin, le corps de Tauguste défunte fiera 
transporté des Tuileries à Dreux, où il sera accompagné par M. le doc de Ne- 
mours, M. le prince de Joinville et M. le duc de Montpensier, ainsi que par 
Farchevéque de Chalcédoine, Tévèque de Versailles, M. le lieutenant-géoéral 
baron Gourgaud et M. le, comte de Chabanoes, aides-de-camp du roi. 

» Mme la comtesse de Rumigny, Mme la comtesse de Chabannes, Mme la ba* 
ronne de Finguerlin, dames de la princesse décédée, M. de Chasiellux, pair de 
France, son chevalier d'honneur, et M. Lami, son secrétaire des conunaode- 
ments, ont été également désignés par le roi pour accompagner le eoovoi de 
S. A. R. 

» Le cortège arrivera à Dreux à onze heures, et les obsèques seront célébrées 
immédiatement. 

» Au même instant, un service funèbre sera célébré dans la chapelle da palais 
des Tuileries par le clergé réuni de Saint-Germain-FAuxerrois et de Saint-Roch, 
et en présence de toutes les personnes attachées à la maison du roi et de la 
reine, et à celle des princes et des princesses qui sont restées à Paria. 

» Mme la princesse de Joinville et Mme la duchesse de Montpensier assiste- 
ront à ce service. 

» La reine des Belges, arrivée de Bruxelles ce soir à Paris, en est repartie 
immédiatement à dix heures pour Dreux. 

» Le roi et la famille royale sont attendus dans la soirée de demain aa palais 
des Tuileries. » 

— La commission chargée par la chambre des pairs de la rédaction do projet 
d'adresse en réponse au discours du roi, a nqmifiépour son rapporteur M. le ba- 
ron de Baranlc, président de la commission. 



Digitized by VjOOQ IC 



(57) 

^ Hr suite da décès de M. Dudresoay, ooe ordoDiuace royale do 4 cooiant a 
cimvoqiié le 4* collège électoral du département du Fioîstère, k Moriaix, pour lo 
29 papier préfieni mots, k VetSeï d^élire un député. 

— Far ordoonaoees royales, rendues sur la propositloo de M. le mioisti^ de 
riotérteur : 

M. Boallé, Bous^préfet de Pootivy, a été ooœmé sous-préfet de Yeodône, en 
remplacement de M. Jaubert, appelé à la sous-préfecture de Rocbefort; 

M. Belurgey de Grandville a été nommé sous-préfet de La Châtre; 

M. RoQssille-Meynardie a été nommé sous-préfet de Prades, en remplacemeni 
de M. Bordes, appelé à la sous-préfecture de Narbonne ; 

II. Bertin, sous-préfet de Fougères, a été noimné sous-préfet de Cambrai, en 
remplaoecDent de M. de Contencin, appelé à la préfecture du Cantal; 

M. le .vicomte de Preissac a été nommé sous-préfet à Fougères, en remplace- 
ment de M. Bertin. 

— M. le dnc de Br^glie, vice-président de la chambre des pairs et ambassa* 
deur à Londres, est arrivé à Paris. 

-^ La docbesse de Parme a légué à Tempereur, son auguste frère, les bijoux 
qu'elle avait reçus de Tempereur Napoléon et qui sont évalués à 6 millions, avec 
h prière de les partager à son gré parmi les membres de la famille impériale. 

XGazetU de Spener.) 

— On écrit de Vienne, 27 décembre : 

« Mme Farchiduchesse Marie-Ânne est dangereusement malade. S. Â. L Tar- 
cbidoc Louis est également souifrant, sans que cependant son état inspire de 
vives inquiétudes. » 

— Par ane de ces coïncidences dont Thisloire a plus d'un exemple, Âbd-el- 
Kader s'est rendu aux . Français k Tendroit même où Jugurtha, auquel on Ta 
tant de fois comparé, avait vu finir sa fortune. C'est en effet sur les bords de la 
Moulaîa, eu latin ilfa/va, que Jugurtha fut livré aux Romains. 

— L'Union Manarehique annonçait hier matin qu'une rencontre devait avoir 
iiea entre M. de Momy et M. Emile de Girardin, à l'occasion de deux articles pu- 
Miés dans la Bévue det Deux-Mondee et dans la Preste, Bes explicaiions avaient, 
en effet, été demandées à M. de Girardin par N. de Morny, mais ces explica* 
tiens se sont heureusement terminées par une déclaration signée des quatre té- 
aoîna, et qui a paru ce matin dans le Journal det Débatt et dans la Prette. 

Les témoins de M. de Morny étaient MM. le maréchal Bugeaod, le marquis de 
Lavalette; les témoins de M. Emile de Girardin étaient MM. le lieutenant-géné* 
rai de Préval, Léon de Maleville. Les quatre témoins s'étaient réunis hier, à 
onie heures, chez M. le général Préval. 

Après no débat qui a duré plus de deux heures, les quatre témoins sont tom- 
bés d'accord sar une rédaction, en déclarant qu'ils se retireraient tous les quatre 
ni elle n*était pas acceptée sans y changer un seul mot, soit par l'une, soit par 
Tanlre partie. 

La question posée en ces termes, MM. de Momy et Emile de Girardin n*onle« 
qu'à atthérer. 

-^ Un de nos savants les plus éminents, M. Bérard, doyen de la faculté de 
médecine de Montpellier, vient d'être destitué pour avoir envoyé une lettre 
«Tadbêsion à un banquet réformiste. 

— Dans sa séanee d*hier, l'académie des sciences a procédé, par vole de scriH 
Un, i la nomination d'un vice-président, qui, cette année, devait être pris parmi 
les membres appartenant aux sections des sciences physiques et naturelles. Les 

Digitized by VjOOQ IC 



(58) 

voix se sont partagées entre M. BoossingauU et M. Roux, et, ao premier tour de 
Bcratin, M. BoussiogaoU ayant obtenu la majorité des suffrages, a été élu. 

M. Ad. Brongnîart, qui durant Tannée 1847 a rempli les fonctions de prési- 
dent, cède le fauteuil à M. Pouillet, qui, pendant la même année, a siégé au 
bureau comme vice-président. 

— En Belgique, il est accordé des cartes pour circuler sur les chemins de fer. 
Ces cartes, délivrées gratis jusqu'à présent, viennent d'être imposées à 5 fr^ 
sur la demande du ministre des travaux publics. Le produit est évalué à 
iO,000 fr. dans le budget. ^ 

— La cour de cassation vient de rejeter le pourvoi des sieurs Niogret et Cama- 
set, condamnés pour soustraction frauduleuse par eux commise à fadministra- 
tion des postes. 

L^administration des postes avait aussi formé un pourvoi en cassation contre 
cet arrêt de la cour d'assises de h Seine, qui, reconnaissant la compétence des 
tribunaux ordinaires, a déclaré l'administration civilement responsable des 
crimes mis à la charge de Niogret, son employé, et l'a condamnée solidairement 
avec le sieur Niogret à payer au sieur Sommé, partie civile, la somme de 3,551 fr. 
40 c, outre les intérêts à partir du jour de la soustraction. 

Mais Tadministration des postes s'est désistée du pourvoi qu'elle avait formé. 
La conséquence qui résulte de ce désistement, c'est que l'administration des 
posles accepte enfin la compétence de la juridiction ordinaire, et se résigne à 
subir une responsabilité qu'elle a long-temps cherché à décliner, malgré les dé- 
cisions judiciaires qui la lui imposaient. Il ne saurait donc plus désormais être 
'question, à l'occasion des demandes en responsabilité qui pourront à l'avenir 
être formées contre la direction générale des postes, de ces déclinatoires, de 
ces'conflits dont jusqu'ici la poste s'est montrée prodigue. 

EXTÉRIEUR. 

ITALIE. — La nouvelle de l'arrivée des Autrichiens à Modène et à Panne, a 
provoqué une vive agitation dans la Toscane : c'est sans doute pour calmer cette 
agitation que le gouvernement toscan a fait publier la note suivante dans la Gor- 
XêUe de Florence : 

« Dans un moment où Taitention publique est appelée sur l'arrivée des Autri- 
chiens à Parme et à Modène, nous sommes heureux de pouvoir annoncer que 
cette arrivée ne doit pas être un motif d'inquiétude. 

n Le gouvernement sait officiellement qu'un simple détachement de cavalerie 
hongroise s'est transporté à Parme, après la mort de S. M. rarchiduchesse Ma- 
rie-Louise, uniquement pour servir d'escorte d'honneur dans le transport de ses 
royales dépouilles à Vienne, conformément aux dernières volontés de S. M. 

» Il sait en entre que les troupes envoyées dans les Etats de Modène , l'ont été 
dans toutes les formes voulues, sur un «iésir formel que le souverain de ce duché 
a manifesté au commandant supérieur de Milan ; le duc s'y était décidé à la suite 
de quelques désordres survenus à Reggio et à Modène, et dans le but de mainte- 
DÛr la tranquillité publique; en un mot, la plus grande partie de ces troupes se 
trouvait au-delà de l'Apennin. 

1» Enfin, il peut affirmer également que le gouvernement autrichien a renou- 
velé la déclaration positive, qu'il n'interviendrait jamais militairement dans au- 
cun Etat de l'Italie, que dans le cas où il serait directement appelé par le souve-» 
rain. » 



Digitized by LjOOQ IC 



(59) 

•^Des nottf elles de Turin qae noas croyons dfgnes de foi, dit ce même joarnal| 
annoncent comme prochaines les réformes suivantes : 

Difunotion dn prix du sel; amnistie entière; yoîx délibérative donnée à la 
consulte d'Eut en certaines matières, et adjonction parmi ses membres de quel- 
f oes élus des municipalités ; garde civique volontaire armée par le gouverne- 
ment, ci chargée de pourvoir elle-même à la dépense de Tuniforme; ministres 
au nombre de sept au lieu de cinq ; suppression du ministère de Sardaigne, et 
identification du gouvernement de cette Ile avec celui de la terre ferme; large ré* 
forme des municipalités dans un sens presque démocratique; enfin abolition des 
corps des décurions, sur lesquels on n'avait point osé jusqu'à présent exercer la 
moindre modification. 

ANGIéETERRE. — Le Moming Chronide du 4 publie intégralement une 
lettre du duc de Wellington, qui circulait depuis plusieurs jours; elle est adressée 
au major>général Burgogne. Le vieux duc la termine en disant qu'il espère 
mourir Sivant de voir l'Angleterre envahie par les Français, et Londres transformé 
comme Ta été Vienne et Moscou. Ce document est curieux ; mais il ne nous ap- 
prend rien sur les points vulnérables de l'Angleterre, et s'il révélait un danger 
réel, le principal organe du cabinet se serait bien gardé de lui donner de la pu- 
blicité. Au fond de tout ce fracas, il n'y a qu'une manœuvre pour obtenir l'aug-» 
mentation de 10,000 soldats, que le parlement ne paraît pas dispn^t^ à accor 
der. C'est le pendant du discours de l'amiral Napier sur la formidable marî 
ia France. 

IHLANDE.— On écrit de Dublin, le 31 décembre : 

« Ce soir, une Gazelle exlraordinaire a été publiée par ordre du chûfi 
Dublin. Elle contient dix proclamations affectant les comtés et baroni 
après: tout le comté de Tiperary, tout le comté de Limerick, des baroniiîiel 
les comtés de Clare, de Cork, de Roscommon, de Waterford, du Roi, ûe<l\ 
de Leitrim, de Longford. Ces proclamations exigent que toutes personnes 
tant pas juges de paix, ou au service de terre ou de mer de la reine, au service 
des gardes-côtes, des finances, faisant partie de la police, de la force constabd"- 
laire ou ayant des permis de chasse, déposent leurs armes en certains endroits 
désignés dans chaque district, sous peine de réclusion de deux ans, avec travaux 
forcés. L'ordre donné parle lord-lieutenant devra avoir reçu son exécution avant 
le3 janvier 1848.0 

AKÉRIQUE.— Des nouvelles venues directement du Mexique, à la date de 
Vera-Cruz, vont jusqu'au !«' décembre. 

Elles représentent la ville comme infestée d'assassins, tellement que personne 
ne peut sortir une fois la nuit venue. 

A Mexico, le général Scott a pris Je parti, pour accélérer la conclusion de la 
paix, de faire payer aux municipalités et aux habitants les frais de Foccupa- 
tion. 

Comme on s'y attendait, le congrès réuni avait nommé des commissaires pour 
traiter de la paix, mais M. Trist, le négociateur américain, ayant été révoqué par 
son gonvernement, on craignait que les commissaires mexicains ne fussent obli- 
gés (raller négociera Washington. 

HAÏTI. — Nous avons des avis du Port-au-Prince en date du 28 novembre, 
fl avait été donné connaissance à la législature du traité conclu dernièrement 
avec la France, et qui accepte les propositions du gouvernement haïtien, relati- 
vement au paiement de l'indemnité due aux anciens colons de Saint-Domingue. 
Cet événement avait causé la plus vive satisfaction. 



Digitized by VjOOQ IC 




(60) 

L'wthofrapke enseûfnée par la pratiqve ; exereieei préparaUmrn pour Ut enfmls 

de fia 1 ans; par Mme Charrier-Boblet (i). 

Tableau de C histoire polilique des Juifs; par Mlle Sophie Bobfet (8). 

L*ouvrage que nous annonçons aujourd'hui est Tin iroduc lion de celui dont 
nous avons déjà entretenu nos lecteurs (voir le n" du 8 août 1846). Aux qualités 
précieuses de ce dernier, il joint celle d*étre accessible à riotelligence du plus 
jeune enfant. On ne saurait irop admirer la sollicitude toute maternelle, avec la- 
quelle restimable institutrice prend soin d*écarter toutes les ronces qui obstruent 
les premiers sentiers de la science, et qui pourraient rebuter les commençants, 
ainsi que cette patience attentive qui gradue insensiblement et méthodique- 
ment les difficultés, de manière à ce qu'elles n'en soient plus pour Télève. C'est- 
là vraiment un travail au-dessus de tout éloge, et il faut être réellement né avec 
un amour inappréciable de Tenfance, pour se condamner à de si laborieuses 
veilles, aûn de lui épargner quelques fatigues et quelques chagrins. Un tel dé- 
vouement ne saurait être dignement payé que par la satisfaction intérieure de 
celle qui s'y complaît (je dis celle, car une femme .seule en est capable) et par 
Famour et la reconnaissance de ces petits êtres pour qui Ton dévore tant d'à- 
hdes et fastidieuses études. Le livre de Mme Charrier-Boblet est un véritable 
blen£iit pour les enfants, et, sous ce rapport, nous le recommandons de tout no- 
ira jMMvoir aux mères de famille ; nous les invitons à le mettre entre les mains 
a» wrs enfants, elles ne peuvent choisir pour eux un guide à la fois plus sim- 
ple, plo^ facile et plus sûr. 

Nous ùe répéterons pas ici les éloges si mérités que nous adressions à Taoteur 
e^ angonçaot la partie de son ouvrage consacrée à l'enseignement des enfants de 
sept ^ neuf ans, qui sont tous applicables à celui-ci ; mais qu'il nous soit permis 
de profiter de l'occasion pour appeler l'attention de nos lecteurs sur le Tableau 
jmujipiique de V histoire politique des Juifs ^ qu*a publié Tannée dernière, 
llUe Sophie Boblet, sœur et collaboratrice, dans la carrière de l'enseignement, 
(de Mme Charrier; ce tableau, qui manquait pour l'étude de l'histoire sainte, 
présente, depuis la . création du monde jusqu'à la dispersion des Juifs sous 
Adrien, toute la chronologie des annales du peuple de Dieu, divisée en un petit 
nombre d'époques qui en rendent l'étude plus facile. Nous voudrions voir adop- 
ter ce tableau, très-bien fait, dans toutes les maisons d'éducation ; nous pensons 
qu'il y serait fort utile, et que, grâce à la clarté et à la méthode qui y régnent, 
maîtres et élèves en tireraient les plus grands avantages. 

(i) i vol. in-12, composté de deux parties distinctes : prix, cartonné, 1 fr. 80 c. 
Les deux parties se vendent séparées, 90 c. chaque. 

(2) Une feuille colombier, coloriée, i fr. 50 c. Ces ouvrages se trouvent ébei 
DéiM>bry, E. Magdeleine et Cie, rue des Maçons-Sorbonne, 1. 

Tiivitn te €ln:r. 



<-§^ 



lé^ta^t 



BOORSB DB PARIS DO 5 JANVIBR 1848. 



CiNQp. 0/0. i17fr. 20 c. 
TROisp.O/O. 75fr. 10 c. 
QuATRB p. 0/0. 000 fr. 00 c. 
Quatre 1/2 p. 0/0 . 104 fr . 00 c. 
Oblig. de la Ville de Paris. 1520fr. 00c. 
Act. de la Banque. 3225 fr. 00 c. 



Quatre canaux. 0000 fr. 00 c. 
Caisse hypothécaire. 000 fr. 00 c. 
Emprunt romain. OTfr.O/O. 
Rentes de Naples. 102 fr. OOc. 
Emprunt d'Haïti. 102 fr. OOc. 
Rente d'Espagne. 5 p. 0/0 00 fr. 0/0. 



PARIS.— (MPRiHBRiR d'adribii lbglbrb bt €*, rue Cas§ette,9^. 



Digitized by VjOOQ IC 



SAIfEDI 8 JANVIER 1848. (N* i478.) 

ICmOEPASTOBALC DE MOmCUHEim li'ÉVÊQUE DE TULLE 

POOB LE JOBILt. 

Cette XsTruE Pastorale est une haute et brillante exposition des 
enseigneaients de l'Eglise sur les grâces spirituelles dont le saint temps 
do Jubilé ouvre le trésor aux fidèles. C'est un traité d'une rare pro- 
fondeur et d'une immense érudition sur la nature des indulgences, 
leurs effets, leurs causes, leurs analogies avec le sacrement. La plume 
âoquente du savant évéque a su répandre les vives couleurs d*un style 
plein d'images sur un des su]e;ts les plus abstraits de la théologie. Dans 
rimpoMÎbilité de reproduire cette Lettre Pastorale tout entière, nous 
en avons détaché quelques fragments dana les parties de cette belle oea«> 
vre qui sont moins étroitement liées à l'ensemble du sujet principal. 
• Nos Thès-Chbrs Frères, 

« Nous savons vos pieux désirs et vos religieuses impatiences. Noas-méme, du- 
nmt tout le cours de cette année, avons été comme en proie h un violent besoin 
de Tauie. Nous aurions tint aimé à vous transmettre soudain la parole du Pon-* 
tife immortel que Dieu a préposé au gouvernement de son Eglise. Chaque jour de 
déUi nous semblait une injure à cette grande autorité dont les ordres sont sacrés 
dans toute l'étendue de FUnivers. Quand elle fait un signe, qui oserait hésiter? et 
quelle barrière de main d*homme Tarréterait un instant au seuil des nations? 
Pierre est le vicaire de Jésus-Christ ici-bas; les Papes, ses légitimes successeurs, 
héritent de sa magistrature. Armés des clefs puissantes , ils lient et ils délient » 
ils ouvrent et ils ferment sur la terre et dans les cieux. Un divin pouvoir n'est as- 
sujetti à aucun contrôle, son droit se déploie souverain sur toute région et à toute 
heure. 

« Il est juste, en effet, d^accepter comme définitif ce que cette imposante 
» Eglise a décrété, ce qu*un Pontife si grand a exprimé une fois ; lui sans lequel 
a b tige de la tradition ecclésiastique se fane desséchée. Devant luMes cimes des 
» montagnes s'abaissent, et la foule des fi ièles ploie le genou ; les récriminations 
> belliqueuses se taisent, il ne reste qu'à prendre le joug. A l'empire de Pierre le 
a chef et de son successeur, les pouvoirs humains sont obéissants. L'Eglise de 
■ Pierre jette toujours au-dehors sa splendeur native , elle ne s'obscurcit pas ; 
» d'elle, partent la loi et le jugement ; vers elle accourent les hommes de tous 
» les points de la terre, et il le faut (i). o 

« Les décrets du Siège apostolique émanent d*une autorité contre laquelle on 
D ne prescrit en aucune manière; tous, nous devons lui obéir sans hésiter; Po- 
9 béissance, devoir absolu, est ;tb<^enie du moment que nous nous avisons de ju- 
p ger ses décrets au Heu de les accomplir (2). o 

n Aussi, rendez-nous cette justice, N. T. C. P., que si la publication de TEn- 
cyclique de N. S. P. le Pape décrétant la grâce du Jubilé pour son exaltation a 
été différée, nous fûmes condamné à cela par des causes indépendantes de notre 
volonté. Du reste, nous ambitionnftmes souvent l'honneur de vous annoncer 
Texistence de cette parole vénérée. Nous étions fier de nous faire le précurseur 

(1^ Hugo Etherianus, 1. 3, contra Graecos, c. 17. 
{^) Âuctor MicroU 

L'Ami de la Religion. Tonie CXXXTf 4 

Digitized by VjOOQ IC 



(62) 

de celoi qui est le représentant de Jésus-Christ ici-bas, et, dans nos coorses |»as- 
torales à travers le diocèse, nous n*avons pas gardé un froid silence. 

» En6n, elle vous arrive cette parole auguste avec son charme. Prosternes- 
vous pour l*écouter, obéissez à ibus ses commandements. 

a Quand une de ces pierres choisies qui doivent porter FEglise, est retirée par 
la mort des profondeurs où la main de Dieu Tavait posée , une autre est biettiôi 
mise à sa place. La promesse de Jésus Christ est formelle ; TEglise ne meurt 
pas, le rocher de sa base est indestructible. Dans les courts intervalles nécessai- 
res à une élection, la communauté des fidèles exhale son espérance certaine; elle 
s'écrie avec Pierre de Blois : 

c Que le Seigneur se souvienne de sa parole, qu^il ne livre pas aux pieds des 
profanateurs la vigne qu*a plantée sa droite, TEglise rachetée de son sang. 
n Qu'il ressuscite Tesprit de Moïse ; qu'il relève la puissance du puissant évèque, 
» de cet évèque le seul souverain, le seul universel ; qu'on vote Télo, saisissant 

V d'une main ferme le droit de juger, heurter la Syrie de ses coups, tonner con- 
a tre l'Idumée, foudroyer les taureaux de Béthel... Qu'il frappe les fabricateurs 

B éfi lois iniques, et les chiens muets qui ne savent aboyer et la tyrannie du 

» siècle... et les prévaricateurs, et les orgueilleux, et les oppresseurs des pau- 
» vres, et ceux qui troublent la paix de l'Eglise, et les destructeurs de la foi ^1).» 

» Cette supplique a été exaucée naguère. Nous pleurions la perte d'un saint 
vieillard, noble anneau dans la chaîne des grajids Pontifes. Pie IX, orné d'une 
vertu douce et mâle, occupe aujourd'hui le siège infrangible. Il y a à peine une 
poignée de mois que ce beau nom fut ajouté à la dynastie des rois spirituels, ei 
déjà il brille de gloires nombreuses. Réjouissons-nous, N. T. C. F., et bénissons 
N. S. J. C. qui proportionne les dons aux besoins de son Eglise blen-aimée. Si 
sa providence surnaturelle est engagée par d'authentiques serments, nous som- 
mes sûrs qu'outre l'assistance invisible promise, elle aura le soin de faire éclore 
les hautes intelligences et les grands cœurs, au fur et à mesure des circons- 
tances. 

a Elevé sur cette colonne du suprême apostolat qui domine la Ville et le 
» monde, lié d'un graud esclavage, des soins innombrabfes assaillent le souve- 
D rain Pontife, des pensers infinis l'emportent. Parce que son siège est le plus 
déminent, des solliciludçs plus violentes montent et s'accumulent en son ame; 
]B son aatorité n'est plus Imposante que pour lui multiplier les vastes médita- 
9 tiens. En effet, s'il règne dans les hauteurs, son œil est tenu de plonger mieux 
)» au long et au large ; et plus son litre lui donne de puissance, plus ses fardeaux 
j» sont lourds; il veille et médite davantage, parce qu'à la plus sublime dignité 

Y s'attachent les soucis les plus profonds; les honneurs suprêmes sont des charges 
)> infinies; une responsabilité étendue au loin le presse d'aiguillons ardents* Le 
a Le Pape est préposé à l'empire universel ; gardien ei cultivateur général de la 
9 vigne sacrée, il est le pasteur souverain de tout le troupeau catholique et des 
» pasteurs eux-mêmes. Devant ce devoir d*universelle vigilance, obligé, comme 
» il l'est, de répandre à travers l'immensité l'œil de l'esprit, son ame est dans la 
a stupeur; il tremble sous ces faix redoutables; il craint qu'une nature fléchis- 
D santé ne puisse les supporter (2). y* 

» Aussi, à peine apparu sur le grand trône où il va régner, le Souverain Pon- 
tife s'adresse au peuple des fidèles, afin que celui-ci, entreprenant le puissant 
travail de la prière, attire sur sa tête le secours indispensable. Pour l'animer, il 

(l)Petr. Blés., ep. 27. 

(2) Alex. IV., Contra lib. de periculis novissimorum temporum. 

Digitized by VjOOQ IC 



( 63 ) 

kù pvéMDle desdomitiom précieoses, les richesses de lUmmorUlité ; d'ane main 
■MfoifiqQe» il oavre les trésors ei les distribue. 

» Ce que le Pontife nous donne est d'une rare valeur; vraiment, le monarque 
des esprits inaugure d'une façon bien assortie à son titre, la royauté qui lui est 
édiae. Noos vous montrerons tout à Theore la substance des présents ofièrts. 
ToQS verres que ce ne sont pas des profusions vaines ni puériles... 

» Les souverains Pontifes ont quelquefois proclamé des indulgences pour obte- 
nir h oessntioo de la guerre, la fin de la famine et des fléaux, pour la prospérité 
des empires, la paix entre les nations, Téclat des lettres et des sciences, la con* 
servatîon dés grands hommes utiles à la patrie et à la religion. Puisque toutes ces 
cboses peuvent être demandées à Dieu dans la prière, puisque les hommes ne sont 
pas criminels de désirer que leur séjour présent soit délivré du mal physique et 
easbelli dn bien temporel, comment TEglise agirait-elle mal en encourageant 
levs vceox par Papplication de Tindulgencet il est certain d'ailleurs que des 
vmn semblables de la part d'une population chrétienne ne sont jamais tellement 
déprimés, qu'ils ne visent à un terme plus haut et plus saint. Au fond, que fait- 
elle donc nuire chose que développer en eux l'esprit de prière, le respect à Ja 
Providence, l'attente d'une terre affranchie de transes et de douleurs? Un pareil 
but est certainement de Tordre spirituel. 

» Les causes ordinaires de la publication des indulgences, sont la paix de l'E- 
glise, ses triomphes, ses épreuves, le besoin d'exciter les peuples à la pratique 
des devoirs religieux, le recours à Dieu dans les calamités populaires. 

» Les souverains Poniifes, à leur avènement, proclament une indulgence plé- 
nîèredans toute l'étendue de l'univers, afin d'attirer sur eux la protection do cle| 
par la prière publique. Que nul ne dise que le motif est médiocre, et qu'il n'y a 
pas de proportion entre la cause et l'effet. Certes, si les destinées de l'Eglise sont 
la plos grande des choses, les souverains Pontifes ne montrent pas de superbe 
en occupant le monde spirituel de leur personne, ni ils ne dissipent vainement 
les saints trésors, en les proposant comme l'indemnité des concours pieux qu'ils 
soilidtent. Tous avez déjà vu, N. T. G. F., les titres excellents du souverain 
Pontife. Chef visible du corps mystique de Jésus-Christ, que lui manque-t-il 
pour dire grand et précieux dans le cœur de tous les catholiques? Mais nous vou- 
lODS vous dire avec plus de détails cette majesté spirituelle qui ne sera jamais ni 
trop eoDune, ni trop aimée. « Le Pape est le rocher établi fondement de l'Eglise 
» de Dieu, la pierre solide sur laquelle ont été posés tous les ordres sacrés de la 
» main de l'architecte sage, la base souveraine, la léte élevée de la chrétienté, le 
a vicaire do Christ notre Seigneur en cet univers, en vertu d'une succession 
9 léelle et légale, le Pontife suprême auquel Jésus n'a pas donné en vain les clefe 
» des Inateurs et des abtmes, et les troupeaux raisonnables achetés de son pré- 
» deux sang (1). >../ 

» La dynastie des Pontifes de Rome est surnaturelle. 11 est Inutile de chercher 
dans le génie ou dans le hasard l'explication de ce phénomène des rois impéris- 
sables. Tout est en la parole de Jésus, là et nulle part ailleurs. Cette parole sou- 
tient raccident glorieux non moins validement qu'elle soutient les réalités de In 
nature. Et puisque nous avons nommé la nature, cette création du second ordre, 
reconnaissons-la oeuvre de Dieu, bonne et belle; mais ne la dotons pas arbitrai- 
remeiM de vertus qu'elles n'ont pas reçues. Oui, la papauté est un accident, un 
ajonié magnifique, comme la grâce, comme la gloire, comme l'Homme-Dieu. 
L'Hooinie-DIeu n*est pas le produit des forces de l'humanité; la grftce, cette par- 



(I) Adam.f archim, Camer. pntriarc. Babyl. 

Digitized by VjOOQ IC 



(.64) 

ticipaiîon à reaseDce divine, et la gloire, cette autre participation plua limpide^ 
nous n'en avons pas les rudiments en noas. I^ Papauté fut construite de Dîeti« 
elle auâfii, eo-deliors et au-dessus dn sang et de la chair; elle appanieoi au plan 
ée ia miséricorde; elle est un accident. Mais nous somaes sûre que tel aeeideal 
durera : la nature n*a d'autres certitudes que la parole de Dieu* Par elle aoM 
roainlenus Pesprit et la boue; par elle la grâce ne serait passufiisanmeut ooiMo* 
lidée? Quant k ces accidents d'une autre sorte que la Providence ne a'eai point 
obligée à laire se suivre régulièrement dans le monde, nous ne sonuoes pas insen- 
sibles à ce qu'ils peuvent contenir de grand. Mais ce ne sont qu'éclosiooa inter* 
mittentes, fleurs ou soleils inégalement semés. Nous éprouvons une juste fierté, 
nous enfauis de TEglise, de pouvoir montrer de ces accidents-là dans les séries 
aéculaires de nos Papes , plus qu'on n'en trouve sur aucune autre ligne d'esia- 
teoce. Et au moment présent, notre piété filiale s'émeut de bonheur, en contem- 
plant dans l'héritier de Pierre des magnificences incomparables de llatellîgence 
et du cœur. Mais notre .solidité divine vient de plus haut. Si les sommets du pon* 
tificat sont une école de grandeur, si Dieu veille pour que les hommes illustres j 
abondent, il n'a pas engagé sa parole expresse, son serment de Dieu. Ces acci- 
dénis seront répétés et multiples; ils ne peuvent avoir la suite et la fermeté d'une 
création continue. Dieu fonde les lois, il distribue les faveurs. U X a deux la- 
milles d'esprits dans, le monde : l'une n'est éprise que des manifestations bril- 
lantes de la nature; le génie et la force l'enivrent; elle estime que tout son de 
ces sources humaines. A celle-ci nous répondons que l'Eglise ne cède à per- 
sonne la palme des grands monarques ; qu'aucun symptôme n'annonce qu'elle 
doive se la laisser arracher. L'autre admet l'action immédiate de Dieu, son bras 
présent, son amour et son intelligence éployés sur l'Eglise, comme l'aile des oi- 
seaux sur la couvée. Nous sommes de cette famille, N. T.-C. F., nous sommes 
les fils de la Foi. 

c Le Christ, suspendu à la croix, avait le front tourné vers l'hémisphère occi- 
»denul; sa tête s'inclina de ce c6té quand il mourut. Ce prêtre souverain, vért- 
3 table, par l'obiation de son esprit et de son corps, par l'effusion d'un sang sacré, 
» consacra le monde et en particulier la région de l'Occident; et, en effet, n'esinae 
9 pas dans cette région qu'a fixé sa demeure le Pontife de Rome, celui k qui, par- 
adessufi tous les évéques de la terre, le Christ a conféré, par excellence, le droit 
ade lier et de délier dans toute la plénitude du pouvoir? Celte dignité ineffable, le 
» démon l'avait soupçonnée lorsqu'il ambitionnait de mettre son trône dans les 
aflancs de l'aquilon; il espérait devenir semblable à Dieu, pourvu qu'il lui fùl 
adonné d'exercer son cruel empire sur les hommes... Mais l'orgueilleux tomba; y 
as'éiait follement dressé contre le Créateur, aspirant k usurper une principauté 
a que celui-ci s'était réservée... Le prince du mal s'était donc installé awant la 
» venue du Christ dans la ville de Rome; de là, par ses cultes sacrilèges et son 
i> précepte mauvais, il tyrannisait l'univers. Notre Seigneur Jésus-Christ, monté 
a sur ia crroix d'où il devait le vaincre, s'appropria la ville en inclinant la tête de 
«son côté, au moment de sa mort... Rome, quoique faif^ant partie de l'Occideni, 
a a son site dans une xône brûlante. Cette position géographique est peut-être 
a l'emblème des attributions de la ville mère et reine de toutes les cités; embrasée 
9 de la flamme de la charité divine, elle réchauffe les glacés par les saints exem- 
aples et la bonne renommée : elle illumine les ignorants par la divine science. 
aN'est-eiJe pas la brillante reine assise il la droite du Fils de Dieu^avec son man* 
a teau d'orcouveri de broderies? Dans son sein habite celui qu'è cause dessplen- 
» deijrs de son très-excellent pouvoir, toutes les nations appartenant à l'ordre du 
asalùt proclament avec amour, dans leurs langoes variées, le Pontife romain, le 



Digitized by VjOOQ IC 



( 65) 

• sapréfDeprÎDCe, le plus élevé des prêtres... TiHe mystérieuse, elle est littérale- 

• meot la eilé da grand roi, la cité de Dieu ; dans son enceinte, le Seigneur dé- 
>p/eie spécîaleoDeot sa puissance. C'est sur son sol que se lève la plas haute dès 
•SMiverainetéb reconnues par les citoyens de la Foi. On rappelle à bon droit la 
» Montagne du Testament, le Mont Sacré. En effet, par sa mort le Christ y fonda 

• pour le Pontife romain un vaste héritage d*exceitence, de dignité, de paix et de 
V gloire; il fy créa monarque constitué à jamais au-dessus de tous les princes du 
><aeerdoee. Afin de consolider cette ville très-sacrée et de la purifier des soinl* 
vivres dès idoles, après avoir lui-même versé son divin sang, le Seigneur eoDvo- 
aqua riaaonibfable ANiUîiude des saints; il voolut que chaque patrie eûtà Rome 
a on icpréseniaBtqtti lui apportât de pieux tributs. La iudéedoona Pierre, chef de 
aTaposiolat; la Cilicie, Paul, docieurdes Gentils; les Espagnes donnèrent le très» 

• saint lévite Laurent; leur sang empourpra la cité, leurs os la décorèrent. Des 
xaotres régions de Tunivers furent députés et des martyrs difficiles à compter, et 
» de nobles confesseurs qui, offrant à Tenvi leur sang et leur foi, voulurent y {Nreii- 
pdre le repos de la tombe, et ainsi lui donnèrent un sceau de grande majesté. Elle 
«est si sainte, cette ville, que quiconque chemine vers elle dans un esprit catho- 
clique, résofu à se corriger des crimes qu*il a commis, quels qu^ils soient, il est 

• assuré d'en obtenir la rémission et de recevoir la gr&ce par le ministère da Pon* 
vtife VÉcûre très-intime do Christ, héritier et successeur de Pierre. Dans les 
» temps reculés, le prinoe des esprits pervers, voulant solenniser ses folies e% son 
9 colle, avait rassemblé dans cette ville les meilleures dépouilles des peuples, les 
a perles, Tor, Targent, les marbres. Le Fils de Dieu, plus fort que lui, est survenu 
V et a livré ces trophées aux apôtres et aux martyrs; ce qui servait à ridolàtrie 
atouroeà rbonneur des Eglises saintes. Le démon thésaurisait ; il ne savait pas à 
vqui profiterait sa peine... II obéissait, sans s^en douter, à Tordre de Dieu... Le 
9 trooipear a été pris dans son piège ; lui et les siens ont fait un long travail pour 

• romement du trône du Fils de rEternel. L'Occident se glorifie, à bon droit, de 
1 posséder la mère des cités, la reine des grandeurs ; par elle il a un trésor exubé- 
X rant de dons célestes (1 ). a 

t A partir ûu jour où Pierre prit possession de la ville prédestinée, dix-baît 
siècles oDt foi. Ce grand pouvoir de la Papauté traverse les âges, complet, indé<- 
ieciible. Construit de la main même de Jésus, il ignore les additions et les re« 
traochements. Dieu n'a remis à personne le soin de remanier la forme de sa pré- 
sence dans PEglise. Les pouvoirs terrestres ont d'autres origines; simples pro- 
duits des conventions humaines, des génies divers ont présidé à leur naissance; 
leur vie n'a pas les promesses ; leurs élénienis se peuvent altérer. Aussi, danç 
cet ordre, les retours, les améliorations, les réforme, sont de mise. Il est bien 
de redresser ce qui dévie, 4le reconstruire ou de perfectionner Tinstrument de la 
Xélidté des peuples. Le monarque spirKnel de fEgfise ne songe qu'il cominasder 
et à sei^r, selon les saintes et sacrées prescriptions du fondateur. Le rôî d*uo 
royaume de la terre a pu interroger la tradition cITucée de ses domaines. Servi- 
teur des serviteurs de Dieu aux régions de la Foi, Firomortel Pie IX veut im- 
porter dans la sphère temporelle, où U a un sceptre, l'idée chrétienne du pou- 
voir, alliée aux souvenirs d'un passé légitime et aux progrès licites des temps 
noufeaux : c'ei^t le droit de son génie et de son cœur (2). 

• Prions, N. T.-C F., pour que Dieu coutoane tant de nobles tryraox.a 

(1) LoeasTodeiisiS, fib. ii, contra Atbtg., c. 12. 

(%) Le surnaturel n^est pas opposé au naturel. La grâce ne détruit pas là na^ 
ture. il ne s'agit pas de la ruine de l'une par l'autre ; il ne peut être question que 

Digitized by VjOOQ IC 



( 66 ) 

BEVUE ET NOUVELLES ECCLÉSIASTIQUES. 
ROME. — La situation de Rome se présente sons dem aspects qui of- 
frent un pénible contraste. D'un côté, la généreuse confiance de Pie IX 
et son infatigable dévoûment à la prospérité de ses sujets, lui inspirent 
chaque jour de nouvelles mesures qui développent et complètent peu à 
peu le magnifique plan de ses réformes. De l'autre, l'incorrigible et bien 
coupable conduite de quelques meneurs entretient une inquiète agita* 
tion parmi le bas peuple, et pousse ces hommes, si faciles à égarer, à des 
démonstrations qui ne peuvent qu'arrêter dans les bons citoyens Télan 
de l'allégresse publique, contrister l'ame si délicate de Pie IX, et créer à 
son gouvernement de véritables embarras. Sa Sainteté vient de publier 
un Motuproprio sur la réorganisation du conseil des ministres. Ce décret 
établit neuf ministres indépendants les uns des autres, et ne relevant di- 
rectement que du souverain Pontife. Cependant le conseil des ministres 
•devra se réunir chaque semaine sous la présidence du cardinal secrétaire 
d'Eut. Il en résulte une division régulière des affaires qui sera d'un 
grand avantage pour leur prompte expédition et pour l'ensemble du 
service. Le Motu proprio ne décide pas précisément la question dont on 
se préoccupe beaucoup plus au-dehors qu'à Rome même, celle de la 
sécularisation de certaines charges publiques. Il établit seulement en 
principe, que le secrétaire d'Etat sera toujours un cardinal, et son sub- 
stitut un prélat, sans parler des autres ministres. On croit généralement 
que Pie IX a voulu se réserver la faculté d'appeler autour de lui, suivant 
les circonstances, les hommes les plus éminents, soit ecclésiastiques, 
soit laïques, qui se trouveraient dans ses Etats. 

Yoilà comment le souverain Pontife poursuit son œuvre immortelle, 
et répond aux injustes déclamations de tant d'ingrats qui l'accusent d'o- 
béir à des influences rétrogrades. Les meneurs de la petite faction tur- 
bulente qu'aucun bienfait ne peut toucher, qu'aucune réforme qui ne 

de rapports. Saint Thomas enseigne que la science naturelle acquise ici-bas sera 
complétée dans Taotre vie, afin que la nature de Thomme ait toute sa perfection. 
Mais jusqu'où ira le fait divin de Jésus-Christ dans Tindividu, dans la famille, 
dans la société? L'hypothèse qui fait Pesprit humain juge souverain de Tessence 
des divers ordres divin et terrestre, laisse Tordre divin sans garanties contre les 
méprises et Tarbitraire. La raison tracera la périphérie des réalités terrestres, 
comme elle Tentendra. Ces lignes audacieuses deviendront autant de limites que 
le divin ne pourra franchir ; qui empêchera qu'on ne lui enlève successivement 
l'espace, <iu'on ne le conQne dans des coins rétrécis, qu'on ne l'annihile? Il n*est 
pas à craindre que te divia se méprenne. En s'installant dans le monde, il est 
chez lui; il n'a risque de méconnaître les réalités que lui-même y a posées sous 
forme de créatures; il n'a aucun . intérêt à les blesser. S'il a tant fait que de se 
' produire sensiblement au milieu d'elles, ce doit être pour leur faire du bien ; 
chaque sacrifice exigé est un procédé qui les élève et les transfigure. L^homme, 
devequ chrétien, est plus grand sans nul doute, le développement animal et ra- 
tionaliste, modéré chez lui par Tavèiiement de l'élément surnaturel, trouve une 
merveilleuse compensation dans la perfection chrétienne. 11 en est de même de 
la société. 

Digitized by VjOOQ IC 



( 67 ) 

sera pas radicale ne peut satisfaire, dénaturent jusqu'à ces manifesta- 
tions par lesquelles la joie et la reconnaissance publique éclataient na- 
(pière d'une manière si digne et si touchante. Malgré la meilleure vo- 
lonté du monde, il serait difficile de reconnaître le véritable peuple ro- 
main dans cette multitude sans nom, comme sans intelligence, qui 
pousse des clameurs sous les fenêtres du Pape , promène aussi . des 
bannières et des flambeaux dans les rues de Rome, monte de la place du 
Peuple au Quirinal, cohue bruyante, instrument aveugle entre des 
mains qui sont bien imprudentes, si elles ne sont pas perfides. Tels ont 
été le caractère et l'aspect d'une promenade populaire qui a eu lieu le 
^7 décembre. Croyant peut-être encore, dans leur bonne foi, porter à 
Pie IX les hommages d'un peuple fidèle et dévoué^^à l'occasion de sa 
i'éte, quelques centaines d'individus semblent ne ^'étre rendus au Qui- 
rinal que pour y faire entendre des claiçeurs tout au moins équivoques. 
C'était une multitude k'amassée dans les quartiers les plus misérables de 
la ville : des musiciens et des porte -drapeaux marchaient en tête. 
Pie IX, avec cette mansuétude et cette bienveillance affectueuse qui 
sont le fond de sa noble nature, a daigné cependant paraître au grand 
bakon du palais et donner sa bénédiction apostolique. Mais que ce spec- 
tacle était différent de celui que présentait l'année dernière, à pareil 
jour, la même place de Monte-Cavallo! Combien les vociférations in- 
cohérentes de f^îpe Pic IX seul^ vwe la liberté ! Sainl-PérCj la liberté à 
Paradisi ! ressemblaient peu à cette voix unanime de tout un peuple 
répondant à genoux et avec l'accent le plus religieux aux paroles saintes 
de la bénédiction! Il faut savoir, pour l'intelligence de quelques-uns de 
ces cris, que peu de jours avant, l'employé Paradisi, qui avait accusé de 
malversations l'administration des sels et tabacs, avait été incarcéré par 
ordre du tribunal del Gwemo, saisi de la plainte du prince Torlonia. Le 
Pape a calmé d'un geste de sa main et de quelques recommandations 
paternelles, ces cris de la multitude, qui s'est bientôt dispersée sous un 
déluge de pluie. 

— Le Saiut-Père a célébré pontificalement la messe de minuit, pour 
la solennité de Noël, dans la basilique de Sainte-Marie-Majeure où sont 
gardées les précieuses reliques de la Crèche du Sauveur. Le lendemain, 
jour de la fête de la Nativité de Jésus-Christ, Sa Sainteté s'est rendue en 
grande cérémonie à la basilique de Saint-Pierre, et avec la pompe ordi- 
naire de celte auguste solennité, elle y a célébré la messe pontificale, à 
laquelle assisuient le sacré collège, la prélature et la magistrature ro- 
maine. 



PARIS. 

OBSÈQUSS DE S. A. S. MADAME ADELAÏDE. 

On écrit de Dreux, 5 janvier 1848 : 

« Une grande et touebante simplicité a présidé aux fonérailles de Madame la 
pnneease Adélaïde. La religion seule y a déployé ses pompes pleines de conso- 
btkm. A onze benres et demie, les cloches de la chapelle ont annoncé Tappro- 



Digitized by VjOOQ IC 



(»> 

oooverl& de kings manteaux de deuil, suivaieot le char« accompagiiés de leor& ai- 
des-de-camp et de feura officiers, ei auiyis des autorités civiles et mililaîres du 
déparlement. 

» La force raîEtaire qui accompagnait le conToi se composait d*an peloton do 
i^ de cuirassiers et de deux pelotons d'infanterie de ligne, roarciiant en tête do 
conTol, et de plusienre compagnies de la garde nationale de Drem. 

» Après aVoir traversé h Tille, dont la plupart des maisons avaient des dra- 
peux voilés de noir flottant k leurs portes, le cortège a continué sa narcke et 
est arrivé an bas de la rampe par laquelle on gravit la colline sur laquelle s*éiè«e 
la chapelle sépulcrale^ 

» Quand Mgr Tarcbevéque de Calcédoine a eu jeté Teau sainte sur le cer- 
cueil, le cortège s'est dirigé directement vers la résidence royale, et s'est ar* 
fêté à la grille d'entrée, où le roi, en grand deuil, attendait les restes mortels de 
S. A. R. 

» Sa Majesté, la télé découverte, profondément émue, mais pleine de fermeté, 
a pris aussitôt la tête du deuil en avant des princes et de deux cents prêtres en 
sovplis qui entouraient le cbar. 

» Bientôt, le cercueil est arrivé à la porte de la chapelle, oè se trouvaient les 
pauvres de la viUe, tenant un derge à la main et habillée aux frais de la listel- 
vile. 

a Sa Majesté a pris place devant Pautel, ayant à sa droite la reine, madame la 
duchesse de Nemours, madame la duchesse de Saxe-Cobourg, et MM. le prince 
de Joinville et le duc de Montpensier ; à sa gauche, la reine des Belges, ma- 
dame la duchesse d'Orléans, M. le duc de Nemours et M. le duc de Saxe-Co- 
bourg. 

V Les officiers de la maison du rot et de celles des princes, les autorités civiles 
et militaires, et tout le service de LL. MM. et de LL. AA. RR. emplissaient Teo^ 
ceinte de la chapelle. 

» Après la messe, Tarchevèque de Calcédoine, qui officiait, et les trois é^iè- 
qucs de Versailles, d'Evreux et d'Amata ont jeté Teau bénite sur le cercueil, qui 
a été ensuite porté dans le caveau de la chapelle. 

D Le roi, avec une émotion qui gagne toute Tassistance, suit le cercueil et des- 
cend, avec les princes et ses aides-de-camp, dans la chapelle sépulcrale, où Ta* 
valent précédé les quatre évéques et le clergé officiant. Après le de Pro/ïmdù 
chanté dans cette nécropole souterraine, Mgr rarchevéque officiant a oifert au 
roi Peau bénite. 

» Le roi s'est approché du tombeau... il a jeté l'eau bénite sur la dépouîNe 
chérie ; puis, se recueillant dans un douloureux et suprême adieu, il s'est age- 
nouillé sur la pierre, qu'il a arrosée de ses larmes Alors le visage de 

S. M. se voile d'une sombre et soudaine pâleur. Appuyé sur ses fils qui se 
pressent autour de lui, il se sent chanceler et les sanglots étouffent sa poitrine. 
Ce n'est qu'après un instant de lutte sur lui-même que le roi parvient enfin à re- 
trouver toute sa fermeté. Il jette encore une fois un regard douloureux vers la 
tombe où va reposer celle qui fut l'objet de toute son affection, et gravit lente- 
ment les marches de la chapelle sépulcrale pour rejoindre la reine et les prin- 
cesses. 

» Après s'être arrêtée quelques instants au pied du principal auiel, S. H. , ssi- 
vie de la reiue, des princes et des princesses, s'incline tristeroeut devant la foule 
des assistants, et rentre dans les appartements avec la famille royale. 

B Loe heure après, S. M. a quitté Dreux, non sans avoir ordonné que d'aboo- 



Digitized by VjOOQ IC _ 




(69) 

AMstnt iîsiriteéM ms ptatre» es It vittiu GTétiftt «moic kODO- 
Adébide dnis ane de lei ttrtai qni faisicmit le ploi 
8vr la terre; b kieaCuaaMMe. » 

Ptevii les actes qoi caractéme»! au point de me reKgieiix le» éréne- 
meiits qui viennent de désoler la Suisse, parrini toutes ces spoTiattons et 
loas ces sacrilqges attentats, il en est nn plus odieux qui domine tous les 
autres, et qui soulève partout les mêmes répulsions : c'est la destruction 
du moDastère hospitalier du Saint- Bernard, l'une des plus belles institu- 
tions dont le christianisme et l'humanité s'honorent. On ne lira pas sans 
^irouver un serremeitt de cœur la lettre suivante, que nous adicase le 
vénérable prévèt du lieu de son exil : 

• La tradition el Thisloire nom apprennent qve la montagne appelée aofonr- 
dloi le Grand-Saint-BerBard était, il j a près de neuf siècles, on séjoor bor- 
riUe d*idbUine et de brigandages. Un véritable ami des bomnies, un béros de 
la cbarilé ckrétienae, franchit ce repaire de brigands, renversa Pidole, détruisit 
ndaiàlrie, el près des raines de Jupiter Pœain, planta la croix et fonda un bos* 
^oe pour y donner à de nonbreax passagers refuge contre les tenspéles et pro^ 
nci sn eoatre les traitements atroces des habitants do lieo. Dèsb An dv dixième 
siède, époqne de sa fondation, ee moaanient admirable de la ebarité de Ber^ 
Btfdde MentboD n'a pas un instant iaierrompa son osovre merveilleuse; il fat 
ta^OÊn desservi par des religieux, selon le bot de son instilalion et Tesprit de 
aaa aatm fonda lear. Des empires se sont écroulés, des éublissements qui seoH 
bbient éternels ont disparu, Tbospice do Graad-Saînt-Beniard, nonobstant let 
flH vialnu orages, a toujours subsisté. Napoléon lol-néffle, sous Pempire du- 
^Ml tant drinstitatioas monastiques ont été frappées de mort, a respecté et laissé 
fine le ft i -ag d Saint-Beraard. Bien plus, sar le modèle de cet hospice, Il en fk 
ktir denz autres. Ton an Siroplon, Taotre au Moni-Cenis. Afin que les sujets 
ne maaqaassent pas, ce grand homme eiempta du service nriliiaîre les jeonea 
gens qui aspiraient à se vouer aux exercices de TbospitaHié qoi se pratique dans 
eeite maàsou envers tous les voyageurs, de quelque condition, de quelque nation, 
deqaelque religion qu'ils soient. 

» Dana tooa les lieax du monde, sous tons les drniais, dans lovies les bou-* 
cbes, se trouva Féloge du Graod-Saint-Bernard. Les âmes généreuses de toutes 
les aatîeoa se sont dit un devoir et une gloire de coniribuer au maintien de 
l^bespke et à son agrandissement, il était réservé à notre temps de voir tomber 
anr eet étabttssement des malheurs peot-*étre irréparables. Le gouvemenient 
provisoire dn Yalais, né de la révolution, vient de le frapper d'une comribulion 
ée iiO,000 francs de France, à titre d'à-coropte, et le jraet par là dans Timpoo- 
aibiliié de continuer pieinement et librement son œuvre. Le même gouverne» 
ment le fit envahir le 15 décembre par ki force armée; la plupart des soldats 
étaient dea Vaudois; ils se coodoisireni bonnétemeni. Mais à la suite de la troupe 
arnfèrent quatre commissaires cantonnaux, MM. Antoine Dufay, de Monihey; 
Eomiaauel Jaris, d'Orsières, avocat ; Tavernier, juge au Bourg-de-Martigny, et 
le notaire Micbellod, du même lieu. Ces messieurs avaient la mission de faire 
im inventaire exact et détaillé de tous les meubles et immeubles que Tbospice 
possède, tant en Valais qu'ailleurs. Les supérieurs s'étanl absentés de rho'it)ice, 
les jeunes religieux seuls eurent à traiter avec les commissaires. Ils refusèrent 
d'assister à leurs opérations et protestèrent avec énergie, de vive voix et par 
écrit, contre cette mesure inique. Déconcertés par cette résistance inattendue 

Digitizedby VjOOQIC - 



(70) 

d'une diiaine de jeunes et simples religieux, ne sachant à quo^ se résoudre, 
n'osant, pour ainsi parler, prendre sur eux une i-esponsabilité aussi flétri&* 
santé, MM. Tavernier et Micbellod partirent le 16 pour aller chercher de nou- 
veaux ordres auprès du gouvernement. Le i8, à deux heures après minuit, arri- 
vèrent au Grand-Saint-Bernard deux commissaires fédéraux, MM. Delarageaz, 
de Vaud, et Frey, de Bàle. 

» M. Druey, commissaire en chef, et M. Franchini du Tessin, ne voulant pas 
Tranchir le Saint-Bernard, restèrent au hourg Saint-Pierre, à trois lieues de 
rhospice. Bientôt après son arrivée, M. Delarageaz nolilia aux religieux assem- 
blés la mission dont il se disait chargé de par la Conrédération. 11 parla d'une 
façon assez obscure. On vit cependant que tout son discours tendait à arracher 
aux religieux leur coopération à un inventaire, la déclaration des objets qu'on 
avait exportés pour les mettre en 6ûreié, objets que l'on menaça de faire remon- 
ter aux frais de l'ho$piee. Selon ces messieurs, les biens des corporations retî- 
^ienses sont du domaine de la Confédération ; les religieux n'en sont point ad- 
ministrateurs, pas même usufruitiers, mais de simples dispensateurs. On fut iné- 
branlable, on se retrancha unanimemeni derrière les proiesutions faites par les 
religieux au gouvernement et à ses délégués cantonnaux. M. Delarageaz alors 
ordonna à M. Dufay d'inviter les religieux, par trois sommations Juridiques, à 
ouvrir les portes, à déclarer lés avoirs de l'hospice, et à certifier l'inventaire 
qu'on en ferait; déclarant que s'ils persistaient dans leur refus, ia force serait 
employée. C'est le moyen qu'il fallut mettre en usage. Les portes, qui ne parent 
être ouvertes au moyen de fausses clefs et de passe-partout, furent enfoncées à 
coups de hache. Les commissaires fédéraux avaient eu soin do se faire accom- 
pagner par un serrurier pour crocheter les portes. 

» Cette odieuse mesure avait déjà eu lieu dans une maison que I'Ims- 
pice possède à Martigny, maison destinée à servir d'asile aux religieux 
que l'air sévère et meurtrier du Grand-Sainl-Bereard ne rend que trop sou- 
vent infirmes et mabdes, et où se retirent aussi les vieillards qui ont besoin 
de soulagement après une vie laborieuse. Cet asile des vieilUirds et des in- 
firmes n'a pas été plus épargné que le Grand-Saiut-Bernard ; la force armée 
y fit invasion; on y procéda avec rigueur à un inventaire minutieux. Les 
appartements du prévôt, supérieur de hi Congrégation, ont été ouverts de vive 
force par la main d'un serrurier. Au Grand-Saiut-Bernard, les commissaires se 
août emparés des clefs qu'ils ont pu prendre; ils put placé aux portes et à quel- 
ques fenêtres de l'hospice des sentinelles, fusil chargé, avec ordre de faire fea 
sur ceux, religieux ou autres, qui emporteraient des objets appartenant à l'éta- 
blissement. On pousse la rigueur jusqu'à fouiller les sacs dns voyageurs à leur 
départ. La garnison vit aux frais de l'hospice. La dérision la plus amère est 
ajoutée à cette persécution. Les commissaires du gouvernement ne rougissent 
pas de dire aux religieux que l'on ne veut point les chasser, ni les gêner dans 
l'exercice de l'hospitalité, et cependant on ruine l'établissement par des imposi- 
tions en argent et en denrées, et les religieux sont abreuvés de chagrin. 

» Nous livrons à la publicité ces actes de spoliation, afin que l'Europe connaisse 
et jugea leur juste valeur les hommes qui gouvernent aujourd'hui le Valais* 
» Le prévôt du Grand^Saini^ Bernard «I du SimpUm, 

a F. BlNJAMIN FiLLIBZ.» 



Digitized by VjOOQ IC 



(71 ) 

REVUE POLITIQUE. 

LIS PIÈCES DIPLOMATIQUES RELATIVES AUX AFFAIRES DE SUISSE ET D'ITALIB. 

M. le ministre des affaires étrangères vient de communiquer aux deux com- 
missions de Tadresse pour la chambre des pairs et pour celle des députés , un 
grand nombre de pièces diplomatiques relatives aux affai<»es de Suisse etd'Ilalie. 
Celles de ces pièces officielles qui concernent la Suisse, malgré beaucoup de réti- 
cences, expliquent assez clairement les motifs de Tattitude indécise de notre gou- 
vememeDi. Selon sa coutume, il a laissé à Pinjusiice ou à la mauvaise foi, Tavantage 
de Taudace; et voilà pourquoi la diète radicale et lord Palmerston sont si 
fiers, la première de ses odieux irioniphes, le second du succès de sa tactique 
de jalouse rivalité. Mieux que personne, le célèbre historien de la civilisation a 
su proclamer dans ses livres et dans ses leçons, qu'en politique, comme sur le 
champ de bataille, les bonnes intentions ne suflSsent pas. Toujours, en effet, il a 
été vrai qoe la répression prompte et énergique doit aller au-devant des au* 
dacieiu emportements de Pinjustice. A quoi sert donc de venir étaler anjoar- 
d'boi des dépêches diplomatiques, puis <in autre jour de formuler à la tribune 
de hautes théories, ou de proclamer les sympathies de notre gouvernement pour 
le Sonderbond, quand celui-ci, malgré Tincontestabie évi<lence de son droit, a 
soecombé d*une m;inière si déplorable sons vos yeux, sans avoir été soutenu ni 
par ia force de vos armes, ni par l'ascendant moral de votre diplomatie ? La dis- 
cossioD publique qui va bientôt s'engager à la chambre, montrera si notre diplo- 
matie D*a pas éprouvé à Londres, comme en Suisse, un nouvel échec. Lord 
Pahner^ton cherche à faire croire que dans cette bataille diplomatique il joue le 
rôle et obtient le succès de lord Wellingioo à Waterloo. Ce n'est point à nous 
d'essayer de renverser le piédestal que s'élève de ses propres mains le chef 
do foTtimg offiee ; mais est-il possible de voir sans un sentiment d'indignation 
uwte patriotique, qu'un ministre anglais, si élevé qu'il soit dans les affaires de son 
pays, sans autre génie que son caractère tracassier et brouillon, à deux reprises 
différentes dans l'espace de cinq à six ans, soit parvenu à tenir en échec tonte 
la puissance d'un pays tel que la France ? On s'en souvient encore, et comment 
ronblieiî n'est-ce pas lord Palmerston qui, en 1840, arrêta net, à propos de 1*E- 
gypie, la politique de M. Thiers ? La fameuse note du 8 octobre et le rappel de 
notre escadre, ont pour long-temps imposé au chef du cabinet du 1" mars une 
atiitode an peu moins fière que celle que d'habitude il prend dans ses discours à 
la tribune. M. Guizot, qui n'avait guère été plus heureux sur le droit de visite, 
n'aura pas à cueillir, nous le craignons bien, une plus grande moisson de lau- 
riers, après cette campagne diplomatique en Suisse. Lord Palmerston a moins 
parlé de droits et de justice, mais il a compté sur l'énergie et l'audace des radi- 
eau : dès-lors il se place à la tête des vainqueurs, et jusque dans ses notes di- 
plomatiques, il répète le mot brutal et terrible des antiques oppresseurs du 
monde : Vjb victis ! Le Sonderbund $$1 vaincu, c'est un malheur pour lui. 
Eêtrce donc U tout ce qu'il faut attendre de la politique anglaihe? Le canon 
de Beyrouth, les calamités du Liban, et à cette heure les dévastations de la 
Suisse catiioliqae, ne le proclament qoe trop haut. Mais Carthage, mais Rome 
autti sont tombées pour avoir trop abusé de la victoire du fait oppresseur contre' 



Digitized by VjOOQ IC 



( 72 ) 

le droit évident; mais rirlaade, cette sœur opprimée, affamée et réduite au dé- 
sespoir, dit assez éneri^uement ^ TÂDglelerre : Non, le malheur da la déÊûie 
n^atteint pas seulement le vaincu, dans son excès il remonte à sa cause el Ten* 
traîne tôt ou tard à la même ruine. 

En attendant» il est bon de se faire une idée de ces pièces officieHes, où se 
révèlent, en parUe du moins, les vues de notre potiti(pie à Tégard de la Suisse et 
de ritalie. On comprend qull nous est impossible de les donner dans toute leur 
étendue. Celles qui concernent la Suisse sont au nombre de vingt-deux. La der- 
nière nous paraît résumer exactement toutes les autres ; c*est la dépêche de 
H. le duc de Broglie à M. Guizot. La Suisse, lord Palmerston et toute la politique 
de notre gouvernement, en cette si grave affaire, s*y trouvent mis en relief d^ime 
manière trop précise pour que nous essayions de Tabréger par Tanalyse. Nous 
citerons également, comme les plus importantes de celles qui regardent Tltalie, 
deux autres dépétbes à notre ambassadeur & Rome. 

M. k duc de Broglie à M. Guixol. 

Londres, le 2 déeemàfe 1847. 
lIoBsieur le ministre. 

Au moment où feutrais ce matin chez lord Palmerston, pour discuter diree 
lui l'affaire de la Plata, il m'a donné lecture d'une dépêche de Berne qui ne con- 
tient rien de plus que le narré des journaux d'hier soir. Puis il m'a dit de lui- 
même : 

c Notre médiation, je le crains, sera devancée par les événements. Voici néan- 
moins les instractions que j'ai données à sir Stratford Canning. Il doit se rendre 
immédiatement à Berne. Si le Sonderband est encore sur pied, il enverra, de 
de concert avec les envoyés des quatre autres cours, la Note convenue. Si le Son- 
derbund n'existe plus qu'en partie, il considérera la partie subsistante comme 
équivalence au tout, et il la traitera comme telle. S'il n'existe plus de Sonder- 
bund, la médiation tombe. Il s'adressera dès-lors uniquement à la diète, mais 
daas le sens de la Note convenue; il ne se bornera pas à lui recommander la 
modération, il l'avertira que l'existence de la Ckinfédéralion helvétique repose 
sur l'indépendance et la souveraineté des cantons ; qae la diète doit se garder 
d'y porter ,à l'avenir la moindre atteinte, et que, s'il devenait nécessaire d^'mtro- 
duire dans le pacte fédéral quelques changement^, ces changements ne pour- 
raient être valides qn^avec le consentement et l'unanimité des cantons. 

a Gela vous convient-il? a ajouté lord Palmerston. 

» Parfaitement, ai-je répondu, mais à la condition que sir Stratford Canning 
ne professera point à Berne le principe que vous avez semblé indiquer avant- 
hier au parlement, à savoir que la déclaration du 20 novembre 4815 protège, en 
toute hypothèse, la diète contre toute action des puissances étrangères, et lui 
garantit l'inviolabilité de son territoire, quoi qu'elle fasse, à quelques extréoiités 
qu'elle se porte. Recommander en effet la modération et le respect du droit à 
des vainqueurs dans l'ivresse même de la victoire, lorsqu'ils tiennent leurs enne- 
mis sous leurs pieds, à des vainqueurs gouvernés eux-mêmes par des clubs où 
toute la violence des passions révolutionnaires est déchaînée, comme elle l'était 
en France en 1795, et leur dire en même temps qu'ils n'ont rien à craindre de 
personne, quelque usage criminel qu'ils puissent faire de leur pouvoir, ce serait 
d'ailleurs, ai-je ajouté, les tromper, ce qu'il ne faut janiars faire, car ni mon 
gouvernement, ni aucun des gouvernements continentaux de l'Europe ne San* 



Digitized by VjOOQ IC 



(73) 

feîi adoiellK UM teiMaUff théorie ; je siiis bie» aîae de im\t celle oocask» 
pMtr in*ea expliquer i food avec tous. 

» Vojonii» m'e dît kH-d PalmenUMi.— La dédaraiiim da 20 novembre 1815, 
ârjc dit, w^tsl autre chose que la reproduction d'une première dédaratioa de 
iène ualarev ùÀit à Vienne, le 20 mars de la méflM année. Ces deux décUra- 
ioos ooi garanti à la Sui&se, sous oeruines conditions par elle acceptées, un état 
k neutralité perpétuelle, et par suite de cet état de neutralité, rinviolabîlité de 
SOD territoire ; en d'autres termes; elles ont garanti à la Suisse, sous les condi- 
ûons susdites : 

» 1* Qo^en cas de guecre entre les puissances limitrophes de la Suisse, celle- 
ri restera neutre nécessairement et de plein droit. Je dis en cas de guerre; car 
Tétat de neutralité suppose Tétat de guerre ; il n'y a de neutres que là où il y a 
des belligérants ; 

» 2* Utt'auaine des parties belligérantes ne pourra contraindre la Suisse à 
prendre fait et cause en sa faveur, comme la république française y a contraint, 
en 1797, la république helvétique. 

» Voilà le sens du mot de a neutralité perpétuelle ; • 

» 3* Que les parties belligérantes ne pourront choisir la Suisse pour champ de 
bataille, comme Tont fait, en 1799, la France, rAuiricbe et la Russie; 

»Qu*aucune des parties belligéranies ne pourra ira verser le territoire helvé- 
tique pour attaquer son adversaire, ainsi que Tout fait les alliés eu 1814, Iws- 
qtt*ils ont passé Je Rhin au-de«isus de Bàle pour envahir TAIsace. 

• Voilà le sens du moi inviolabiliié du lerriloire. 

a Telle est la signification, telle est la portée, telles sont les limites de la gar* 
rantie accordée à la Suisse en 1815. Les puissances réunies au congrès de 
Vienne out pensé, avec raison, qu'il était dans riuiéréi commun de TEurope d*iii- 
terposer entre les monarchies miliuires du continent un E\aLipeiyétu$Uemêmt •«• 
violabie aux arméei de$ belligérants. La garantie va jusque-là ; mais la garantie 
ne va pas plus loin. Elle s'arrête où s'est arrêtée TinteiiUon des signataires de 
Tacte de Vienne et des déclarations du 20 mars et du 20 novembre 1815.» 

Je me suis tu un instant, attendant quelque objection ou quelque distinction, 
et me préparant à eombaitre Tune ou Tautre. Lord Palmerston n'a rien contesté; 
il a pleinement admis que telle éiait uniquement Tintenlion des puissances, en 
ajoount cependant que quelquefois, dans les traiiés, les expressions employées 
allaient plus loin que les idées, o C'est un malheur, ai-je répondu, quand cela 
est ; ce n^est pas ici le cas : le mot inviolabiliié du territoire étant parfaitement 
expliqué et limité par la déclaration même du 20 novembre, pour peu qu^on ne 
sépare point les paragraphes et qu'on les interprèle Tuu par l'autre. 

» D^allleurs, ai-je repris, à quelles conséquences ne serait-on point entraîné 
dans le système contraire ? L'article 8 do pacte fédéral accorde à la diète le 
droit de guerre, sous Tunique condition que la diète ne p<turra voter la guerre 
qu^à la majorité des trois quarts des voix. La Conrèdération helvétique aurait le 
droit de guerre contre ses voisins, et ils ne l'auraient pas contre elle , elle pour- 
nie attaquer notre territoire sans que nous puissions attaquer le sien; elle pour« 
nît nous porter des coups qu'ils nous serait interdit de lui rendre^ Sop terri- 
toire, inviolable, serait un lieu d'asile, un sanctuaire d'où elle pourrait faire ir- 
mpiion de tous les côtés, sans autre risque que d'être réduite à s'y réfugier en 
cas de revers I Cela est -il possible ? 

» Non, assurément, a dit lord Palmerston ; et si la Suisse devient agressive, 
eHe doit supporter les conséquences de son agression. 

» El si elle donne à ses voisins un motif légitime de guerre, elle doit s'atten* 



Digitized by VjOOQ IC 



( 74 ) ' 

<îre k toutes les conséquences de la guerre. Mais ce n'est pas tout î les cantons 
(.^411 se compose la confédéraiion helvélique sont des cantons souverains, comme 
es EUitsdoni se compose la confédéraiion gtTmatiique. Les gnitids cantons n^ont 
• is plus le droil de conquérir les peins ei de se les assujeiiir, qu'un des grands 
..lais de la confédéraiion germ.«ni(|ue n'auraii le droil dVii faire auianl h Tégard 
./un des petils; par conhcquenl, si cela arrivait, louies les puissances de l'Eo- 
rope auraient le droil d'y mettre ordre de gré ou de force. » 

Lord Paluierstun en tbl convenu. 

a Enfin les cantons opprimés, s'il y en a, comme tous les Etats souverains op- 
primés, ont le droil de s'adresser à leurs voisins pour leur demander seconrs et 
assistance, et ces voisins ont le droii d'examiner, chacun pour son compte, jos- 
qu'.i quel point la justice ou la politique, la prudence ei Thumanité Tautorisent 
ou lui défendent de répondre à cei appel. 

p D'accord, m'a dit lord Palmérston; mais il ne faut pas que le remède de- 
vance le mal. 

» J'en demeure d'accord à mon tour, al-je répliqué. Je suis, vous le savez, 
aussi ennemi que personne du principe d'intervention, aussi décidé que personne 
'.\ ne le regarder comme justifiable que daris des cas cxlrèmeS et des circonsian- 
•:es extraordinaires. Je désire et j'espère encore qu'aucun de ces cas, qu'anciine 
de ces circonstances ne se présentera à l'avenir dans les rapports de la confédé- 
ration belvétiqae et des puissances limitrophes ; mais je tiens à établir qae le 
droit des puissances limitrophes, à cet égard, est entier, le cas échéant ; qu'il 
n'est nullement limité par la déclaration du 20 novembre 1815, laquelle n^a eu en 
vue qu'un état de choses tout-à-fait étranger à l'état de choses actuel ; et j'a- 
jonte que le meilleur moyen de rendre rinterveniion prochaine et inévitable se- 
rait de donner aux dominateurs actuels de la Suisse lieu de penser qu'ils fieo* 
vent impunément se passer toutes leurs fantaisies à l'égard de leurs voisins et 
de leurs confédérés, d 

La conversation s'est arrêtée là. 

Agréez, etc. 

AFFAIRES D'ITALIE. 

Jf . Guizot àM.U eomle Rossi. 

Paris, le 5 août 1846. 
Le roi a complètement approuvé le langage ofliciel et officieux que vous a\ei 
tenu au Pape dans l'audience de présenution de vos lettres de créance, il a été 
vivement touché de ce que Sa Sainteté vous a dit d'affectueux pour lui et pour la 
France. De pareils sentiments vont droit au cœur du roi, car il en éprouve de 
parfaitement semblables pour le Saint-Siège. En même temps qu'il est animé 
d'un respect filial pour le Père commun des fidèles, il aime à placer toute con- 
fiance dans la haute sagesse du successeur de Grégoire XVi. Cette sagesse s^élaic 
déjà révélée dans les premières paroles que vous aviez recueillies de la bonche 
du Pape. Elles montraient avec quelle justesse et quelle tranquille élévation 
d'esprit il appréciait sa situation et comprenait les temps au milieu desquels 
Dieu l'a appelé à exercer la double souveraineté des choses spirituelles dans le 
inonde catholique, et des affaires temporelles dans les Etats du Sainl-Siége. 
Mission admirable dans tous les siècles, sublime de nos jours, après les tempêtes 
qui ont assailli la religion et lorsqu'il s'agit de lui faire reprendre, dans des so- 
ciétés qui ont subi de si profondes révolutions, le salutaire empire qu'elle doit 
et peut toujours exercer, quelles que soient les variations de l'organisation des 
Etais et de l'esprit des hommes. L'amnistie publiée Ici 6 juillet dernier par le 



Digitized by VjOOQ IC 



(75) 

Sûni-Kre est venoe réaliser les premières espéranees de son avèoenent, ei 
glorteosemeDi inangurer son règne. Vous saisirez, monsieur le oomte« la plos 
procbaîoe occasion d'exprimer à Sa Saintelé les Tîves ei bien sincères félicita- 
tions do Roi et de son gouTemement, non-sealement sur la pensée qoi a inspiré 
ce grand acte de clémence, mais sur le caractère et le texte même de Tédit gol 
le consacre. Une majesté pleine de doocenr y respire et Tanime d*nn boni à 
Tauire. Dans ce langage onctueux et ferme à la fois «e trouvent admirablement 
unies la dignité du souverain qui pardonne à ses sujets égarés, et Témotion du 
père qui rappelle autour de lui ses enfants. LHmpression que cet acte a produite 
partout, et particulièrement en France, est excellente. Non-seulement on looe 
le Pontife qui a su accomplir du premier coup un si grand bien, mais on pres- 
sent, dans cette mesure et dans la façon dont elle a été prise, le caractère gé- 
néral de tout un gouvernement et de tout un règne. C'est au Pape lui-mànc 
qu'on en reporte tout le mérite et Thonneur. On veut y voir le prélude et le 
gage d'aotres actes qui, sur d'autres matières, feront aussi à l'opinion sa juste 
part sans affiûblir l'autorité. Et les hommes sensés et bien intentionnés ressen- 
tent une joie profonde en voyant qu'un pouvoir qui a si long- temps marché à la 
tète de la civilisation chrétienne se montre disposé à accomplir encore cette 
mission auguste et à consacrer, en l'épurant et le modérant, ce qu'il y a de rai- 
sonnable et de légitime dans Tétat et le progrès des sociétés modernes. 

Je suis heureux et honoré, monsieur le comte, d'être ici l'interprète de ces 
sentiments publics, et je vous prie, quand vous les mettrez sons les yeux de Sa 
Sainteté» de vouloir bien y joindre l'expression de mon profond respect person- 
nel, et de mes vœux bien sincères pour le succès de son gouvernement et la 
gloire de son règne. 

M. Guizoi à M. le comte Roui à Rome. 

Paris, le 18 juillet 1847. 
Le gonvemenient du roi approuve complètement Tattitude que vous ave? 
prise et le langage que vous avez ten« an milieu du mouvement des esprits et des 
causes de fermentation qui agitent depuis quelque temps et qui ont menacé na- 
guère de troubler Rome et les Etats romains. C'est avec une satisfaction très- 
réelle que nous voyons le gouvernement de Sa Sainteté adopter une ligne de 
conduite claire et décidée qui, par cela même qu'elle ne laisse aucun doute sur 
ses intentions et qu'elle doit satisfaire les amis des réformes modérées, lui don- 
nera toute la force nécessaire pour triompher des entraînements comme des ré- 
sisunces des partis extrêmes. Les derniers événements dont vous me rendez 
compte ont révélé à Rome non-seulement Texistence, mais l'ascendant pratique 
d'une opinion à la fois sagement libérale et fermement conservatrice, telle que, 
dans d'autres pays, une longue expérience et de cruelles agitations ont à peine 
suffi à la former. En continuant à s'appuyer sur cette opinion, le Saint-Siège 
triomphera; nous Tespérons, des difficultés graves et nombreuses qu'il est destiné 
à rencontrer dans son œuvre progressive de réformes régulières et sagement me- 
surées. La droiture et la fermeté bien connues de M. le cardinal Ferretti le ren- 
dent très-propre à faire prévaloir cette politique. Toutes les fois que Foccasion 
s'en présentera et que le gouvernement de Sa Sainteté vous en témoignera le dé- 
sir, nous serons heureux de lui donner tout l'appui qu'il croira lui-même poe^ 
sible, dans sa situation, et utile à son succès. Mais nous le ferons avec d'autant 
plos de convenance et d'efficacité que nous connaîtrons mieux les intentions du 
Saint-Père, ses vues sur les questions qui s'élèvent dans ses Etats, et les mesures 
qu'il se propose de prendre on de préparer pour les résoudre. 

Digitized by VjOOQ IC 



( 76 ) 

La Bimium aetoelle des Etats de rEglise est sans donte, à bien des égards, 
foit différente de ce q«*ene était il y a seize ans, lors des insnrreciions qui mar* 
qvèrent les premiers mois da pontificat de Grégoire XYI. Cependant il peut être 
utile, Je crois, de se reporter à ce qui se passa en 1831 pour y chercher des In- 
nsbèies sur ce qui doit se faire aujonrd^bai. Vous savez qn*âi la snîie des troubles 
-qui avaient amené Tintenrention militaire derAutricbe, les grandes puissances, 
la Fïance avant toutes, considérant la réforme des abus qui existaient dans Tad- 
nmistratâon des Etats-Romains, comme une garantie nécessaire du solide réta- 
blissement de Tordre et de la tranquillité, s^nnirent pour la demander au gou- 
vernement pontifical. Leurs représentants âi Rome remirent le 21 mai au cardinal 
seerétalrç d'Etat, un Mémorandum dans lequel furent énoncés les principes qui 
leor paraissaient devoir servir de base aux réformes. Ces principes étaient, l** ap- . 
plication générale des innovations administratives et judiciaires ^ la capitale et 
aux provinces; 2* admissibilité générale des laïques à toutes les fonctions de 
Tordre administratif et judiciaire; système de municipalités électives et de con- 
seils provinciaux aboutissant à un conseil central d'administration pris dans le 
aeîD des nouvelles municipalités ; 4** création d'un établissement central destiné 
à améliorer TadraioistratioD financière de TEtat, composé d'hommes élus par les 
conseils locaux, et de conseillers du gouvernement, formant ainsi une Junte ou 
Consulte administrative à laquelle serait coordonné un conseil d'Etat composé 
4e membres nommés par le souverain et choisis parmi les notabilités du pays. 

Le secrétaire d'Etat du gouvernement romain, en réponse à ce Mémorandum, 
annonça d'une manière générale que les vœux des puissances seraient satisÊits, 
et pirla de Tère nouvelle qui allait ouvrir, pour les peuples soumis à la domi- 
nation du Saint-Siège, les améliorations dont sa sollicitude leur préparait le 
bienfait. Ces améliorations, consacrées successivement dans plusieurs édits ou 
4notu proprio^ ne furent pas entièrement conformes aux principes du Mémoran- 
dum; mais ce n'en était pas moins un commencement de réforme, un progrès 
réel et salutaire. L'édît du 5 juillet 1851 divisait les Etats romains en déléga- 
-tions. gouvernées par un déiégat, et établissait, dans chacune de ces délégations, 
un système de représentation provincial et communal. Chaque commune avait 
un conseil municipal, investi de l'examen des comptes de finances, pour les 
transmettre ensuite au délégat. Chaque délégation avait un conseil provincial 
qui devait s'y assembler tous les ans. Il n'était pas directement élu par les ci- 
tovena, et il n'avait ni droit de proposition ni liberté de discussion. 

Quant aux abus de TOrdre judiciaire, on essaya d'y remédier par les éJîts du 
5 octobre et du 8 novembre; Tun sur la justice civile, Taulre sur la justice cri- 
minelle. Ces édits consacraient d'utiles et louables réformes; mais ils mainte- 
4uient en même temps des usages fâcheux, tels que Pabsence de publicité des 
débats judiciaires, et tout en supprimant diverses juridictions exceptionnelles, 
•ils réservaient au Pape le droit de rétablir les tribunaux de ce genre. 
(^ Ces édits ne satisfirent point Topinion, alors très-méfianle et violemment exci- 
tée. Elle tint trop peu de compte des réformes qu'ils contenaient, et ne voulut 
voir que ce qu'ils avaient d'incomplet et d'incohérent. Bientôt une nouvelle in- 
-sorrectîon des Légations livra ces provinces à une nouvelle occupation autri- 
chienne, tandis que, de notre côté, nous dûmes occuper Ancône. Le gouverne-' 
ment romain ne fit plus rien dès-lors pour compléter les réformes, et laissa 
.même tomber, ou à peu près, si nous sommes bien informés, ce qu'il avait ac- 
cordé. 

Heii^ sommes convaincus, monsieur le cofnte, que les intentions du Saint- 
Père inspirent aujourd'hui, aux populations de ses Etats, la confiance qui leur a 

Digitized by VjOOQ IC 



(77) 

manqué long-temps. Nous sommes en même temps portés à penser que Topinion 
pobUqae, soit à Home, soit dans les provinces, est aujourd'hui bien plus mûre, 
bien plus accessible aux idées modérées et pratiques. Nous ne nous reportons 
donc point aax projets et aux essais de 1831, comme devant servir de règle à ce 
qui doit on peut se faire aujourd'hui. Mais je tiens à connaître votre opinion à ce 
sujet. Je tiens à savoir ce qui vous paraît aujourdliui bon ou mauvais, praticable 
ou nuisible dans les mesures que je viens de rappeler. Vous serez conduit par A 
à m'indiquer avec détail les réformes que vous regardez comme vraiment néces- 
saires et salutaires, dans la situation actuelle des Etats romains, et vous me met- 
trez ainsi en mesure de donner moi-même à notre politique, 'à notre attitude et ' 
à DOire engage la clarté et la précision qui peuvent seules les rendre efficaces. 
J'attendrai avec impatience votre réponse, et je vous répète que le gouverne* 
ment do roi approuve pleinement la voie que vous suivez et la conduite que 
vous tenez dans cette grande et délicate circonstance. 
Recevez, etc. 

Les jonmaux parlent beaucoup d*un mémoire que M. Petit, ex-reœveor des 
finances à Corbeil, vient de publier dans un procès de séparation de corps. Getle 
afbire est pleine de nouveaux scandales. Nous nons bornons à citer les lignes 
suivantes 4e la Gaulle des Tribunaux s 

f Nous avons dit souvent quelles rumeurs circulaient sur les transactions à 
Faide desquelles ont été obtenues plusieurs nominations à la cour des comptes. 
Les fonctions de conseiller- maître et de référendaire étaient, disait-on, Tobjelde 
iBarchés scandaleux» et c'éuit en payant une déiuission que plus d'un prétendant 
avait pu obtenir d'être admis dans ce corps de magistrature. Interpellés plusieurs 
fois ài ce sujet, les ministres des finances, et notamment M. Lacave-Laplagne, ont 
protesté contre ces insinuations, en signalant énergiquement ce que de pareilles 
ségociaiions auraient de coupable et d'attentatoire à la dignité des lopaions ju* 
diciaires. 

a Aussi est-ce avec un profond étonnement que nous lisons les révélations 
qu'un journal de ce matin emprunte à un mémoire publié dans un procès. D'a- 
près ce mémoire, que nous avons sous les yeux, un conseiller-référendaire au- 
rait vendu sa démission moyennant 50,000 fr.; un conseiller -maître aurait vendu 
la sienne moyennant une rente viagère de 0,000 fr., réversible par moitié sur la 
télé de sa fenmie, et celui qui se serait chargé de constituer cette pension an- 
lait obtenu , pour indemnité , une place de receveur particulier, car la démis- 
sion par lui achetée devait faciliter des promotions faites dans un intérêt poli- 
tique. 

» Le mémoire raconte tous les faits, cite la date des marchés, précise les som- 
mes, indique tous les noms Nous u'irons pas jusque-là; nous aurions même 

voulu attendre, avant de livrer de telles révélations à la publicité, que le débat 
eonUadictoire eût pu nous permettre d'en apprécier la valeur ; mais elles ont ac- 
quis maintenant une telle notoriété, qu'il ne nous est pas permis de garder le si- 
lence. Nous en avons dit assez pour provoquer des explications qui, sans doute, 
ne se feront pas attendre, d 

NOUVELLES £T FAITS DiVEAS. 
INTÉRIBUl. 

PABIS, 7 janvier. —La commission de l'adrresse de la chambre des éépméê 
a fiai 4'enteadre MM. tes ministres, qu'elle avait appelés dans son sein, et a pres- 
^a'entièreaent posé les principales bases de son iravaiL 



Digitized by VjOOQ IC 



C 78 ) 

On asaare que, par suite d'un commun accord d^optnion entre le ministère et 
la msûorité des membres de la commission, il a été décidé qa*on éviterait soi- 
gneuseojient, dans la réponse au paragraphe sur les banquets réformistes* tout 
dangereux appel âi de violents débats de tribune. 

La commission se réunira samedi pour nommer son rapporteur. On pense gé- 
néralement que ces fonctions seront Confiées à M. Vitet. 

^ On lit dans le Moniteur de V Armée : 

«M. le lieutenant-colonel Lheureux, officier d'ordonnance de M. le ministre 
de la guerre, est parti hier pour se rendre auprès d*Âbd-el-Kader. » 

— L*Académie française a procédé \^\et jeudi à l'élection d'un membre en 
remplacement de M. Ballancbe, décédé. Le nombre des votants était de 54 : la 
majorité de 18 voix. M. Vatoui a obtenu 18 voix; M, de Saint-Priest, 7 ; 
M. Gustave de Beaumont, 5; M. Philarète Ghasies, 2; M. Alfred de Musset, 2. 
— M. Yatoutaétéélu. 

— On lit dans le Siècle : 

«La réception annuelle des fonctionnaires de TUniversité par le ministre de 
l'instroction publique a eu lieu comme de coutume. 

bNous n'aurions pas songé à mentionner un fait aussi im^ignifiant par lai^ 
même, s'il n'avait donné lieu à un discours de M.' de Salvandy, où nous avons 
puisé d'utiles renseignements. 

» Son Bxeellenee a d'abord fait connaître aux professeurs réunis devant loi, 
qu'il comptait proposer aux chambres, dès cette année, la réorganisation du 
conseil royal de l'instruction publique ; cette nouvelle a été accueillie avec joie 
par ses auditeurs, auxquels il importe d'avoir enGn de véritables juges «et «ré- 
chapper k l'arbitraire de la commission qui décide aujourd'hui de leur sort, et 
qui est, elle-même, soumise à l'arbitraire du ministre. M. de Salvandy a énn-» 
méré ensuite les titres qu'il croit avoir à la reconnaissance de l'Université. En 
effet, le ministre actuel de l'instruction puhlique a amélioré le sort des oiattres 
d'études, des agrégés et des professeurs. S'il s'en était tenu là, tout en regret- 
tant qu'il se fût chargé de rappeler lui-même le bien qu'il a fait à des gens qui 
ne témoignaient aucunement l'avoir oublié, on l'eût entendu avec plaisir; mais 
il a cru devoir signaler k la défiance de l'Université les hommes qui, a-t-ii dit, 
lui ont créé des difficultés, des h<»mmes qui lui reprochent d'avoir été h l'égard 
des professeurs trop magnifique; qui se croient tenus de lui rappeler que l'Uni* 
versité doit rester pauvre pour rester honnête ; des hommes qui ont provoqué 
une dénoneialion adressée aux chambres contre lui, et dans laquelle on Taccase 
d'avoir voulu anéantir, au profit de son autorité personnelle, les droits <la coo^ 
seil royal. 

» Dans celte même séance, les signataires de la pétition incriminée ont été, 
en quelque sorte, sommes par le ministre de se faire connaître ; quelques-ans 
d'entre eux sont alors sortis des rangs; nous avons vu le moment où le combat 
allait s'engager comme dans les chants d'Iiomère; heureusement il n'en a 
rien été : M. de Salvandy, à l'exemple 'du grand Gondé, a calmé leê courages 
émus. 

a Nous avons conclu de cette scène que la discorde était dans le camp nni^ 
Yersitaire (nous nous en doutions), que l'exercice du pouvoir ministériel était 
aujourd'hui un rude labeur (cela nous a peu surpris), ,et enfin que M. de Sal- 
vaiidy échangerait avant peu son portefeuille contre une mission diplomatique. « 

— La roi a approuvé le rapport de M. le ministre de l'instruction publique, 
tendant âi la cràttion d'une commission chargée d'examiner les qm»tioDB <le 

Digitized by VjOOQ IC 




(79) 

eompcabiliië et cTorganisalioD rehli?es à la bibliolbèqne royale. Celte commis- 
sxMi est ainsi composée : 

MM. Passy, de rinstilat, pair de France, ancien ministre des finances, prési- 
dent; Naodet, de Tlnstitut et du conseil royal de TUniversité, administratear 
général de b bibliothèque royale ; comte Beugnot, de Tlnstitut, pair de France ; 
Tiennet, id., id.; comte de Montalembert, pair de France; Bignon, membre de 
la cbambre des députés, conseiller h la cour des comptes ; Vitet, de rinstitiity 
vice-président an conseil-d'Etat, membre de la chambre des dépotés ; F. Real, 
consdller-d'Etat, membre de la chambre des députés; Lanyer, id., id ; Ttcomte 
O^Hanbersaert, id., id.; Genty de Bussy, id., id.; Edmond Blanc, id.,id.; Ri 
consetller-mattre à la cour des comptes, membre de la chambre des; dj 
Pooillec, de Tlnstitot et du conseil royal de TUniversité, id. ; comte de 
de rfnstilQt, id.; Jules de Lasteyrie, id.; Tesiiières, id.; Nisard, chef 
sien des établissements scientifiques et littéraires, membre de la cl) 
députés; Donoyer, de Tlnstitut, conseiller-d'Etat ; baron Portai, 
d*Etat ; Ravaisson, inspecteur général des bibliothèques. 

— Voici encore un bâtiment arrêté par nos croiseurs de la côte il 
sons prétexte de piraterie, et dont la capture vient d*étre jugée non vm 
c'est le navire la Ju/m, naviguant sous pavillon brésilien, et qui fut rencontré le 
5 mars dernier par le brick la SurprUey commandé par H. Gonrio de Refuge, 
capiuine de corveue. 

— On écrit de Copenhague (Danemark), le 50 décembre : 

c Les dernières lettres de Stockholm, qui sont du 24 de ce mois, s^accordent 
à annoncer, conmie chose tout-à-fait positive, que le mariage dont il a déjà été 
question il y a quelque temps entre le prince royal de Suède et de Norwège et 
la princesse Frédérique-Louise de Prusse vient d*étre arrêté définitivement, et 
que ce mariage sera célébré à Berlin dans les premiers jours do mois de juillet 
[ffochain. 

B La princesse Frédérique-Looise est née le 21 juin 1820. S. Â. R. est fille du 
prince Albert, frère du roi Frédéric-Guillaume IV.» 

— Le message du président des Etats-Unis qui envahissait quatre ou cinq co- 
lonnes des journaux américains, a été transmis tout entier par le télégraphe 
éleciriqne de Washington à Cincinnaii, c'est-à-dire à une distance de plus de 
750 kilomètres. Les journaux de Cincinnati publiaient le message 22 beores 
:iprèsqQ*il avait été prononcé. Il n'a fallu que 16 heures pour la transmission des 
mois par le courant électrique de Philadelphie à Cincinnati. 

— On lit dans le Réveil du Midi, journal de Toulouse : 

« Un journal de notre ville annonçait qu'il n'était bruit que de poursuites ju- 
diciaires contre un des notaires les plus importants de Toulouse. Ce bruit éuit 
fondé : M. Ollier, notaire, a été mis en eut d'arrestation. Il s'agirait, dit-oo, 
de la falsification d'un acte sous seing-privé. » 

BXTÉRIBUR. 

TTAUE. — L'attention générale est tonjours dirigée vers la Lombardie où 
s'effectuent des mouvements considérables de troupes. Jusqu'à présent l'arrivée 
des tronpes autrichiennes à Modène n'a produit dans l'Italie centrale aucun 
irooble grave. 

— Le nouveau souverain du duché de Parme vient de publier la proclamation 
suivante : 

« Noos, Charies-Loaisde Bourbon, infant d'Espagne, par la grâce de Dieu duc 
i\e Parme, Plaisance, etc. 



Digitized by VjOOQ IC 



(80) 

» Le Dieu toat-puîssani ayant, dans ses impénétrables décrets, appelé à lui 
S. U. rarcbidttchesse Marie-Louise d^Âutricbe, votre bien-aîmée soBveraioe, 
notre famille va revenir, après de longues années, au milieu de vous eo vertu 
des traités qui la réiablissent sur le irône de nos aïeux. 

» En prenant le gouvernement de cet Etat, nous vous assurons que tous nos 
soîos seront consacrés à votre bonbeur. Nous sommes fermement décidé à ré- 
gner sur vous avec justice et amour, à vous procurer tout le bien-éire possible 
et à considérer comme notre premier devoir le respect dû aux lois, le maintien 
de Tordre public et de la tranquillité de nos bons et fidèles sujets. 

» La profonde vénération que nous conservons pour la mémoire de feu notre 
glorieiise prédéceueur^ et la conviction dans laquelle nous sommes que les ins- 
tiimionB établies par elle, telles que nous les trouvons en vigueur, sont utiles à 
votre bien-être actuel, nous portent à' vous déclarer que nous n^entendons y ap> 
porter awun changement ; mais bien suivre ses traces dans les voies de piété, 
d'amour, de religion, de jubtice et de fermeté. 

» Mous confirmons nos ministres, les autorités civiles et militaires actuelle- 
ment en exercice, dans leurs fonctions en vertu des décrets souverains de Tau- 
fuste défunte votre souveraine, et nous espérons que leur constante fidélité et 
leur attacbement nous aideront à porter le poids des devoirs de la souveraineté 
dans oes temps difficiles. 

» Mes bien-aimés sujets, le souvenir de nos aïeux doit être vivant encore dans 
la mémoire de beaucoup d'entre vous; nous nous estimerons heureux de saivr^ 
leur exemple et de' nous montrer à vous père tendre et afieciiontié, bien cori- 
vaincu que vous vous montrerez également fils affectionnés, .respectueux et 
obéissants, afin qu'il y ait alors entre nous paix et félicité, et que EHeu répande 
MT nous toutes ses célestes bénédictions. 

» Donné à Modène, le 26 décembre 1847. 

» Gharlbs-Louis. V 

— Le Journal des DébaU donne les nouvelles suivantes de Naples, à la date 
du 29 décembre : 

« Il n'y a plus eu de manifestations populaires à Naples. On avait craint que la 
veille de Noël, jour où le peuple se livre ici aux démonstrations de joie les p\u^ 
bruyantes, il n'y eût queiqucb troubles, mais tout s'est passé tranquillement. De 
grandes mesures militaires avaient été prises ; cependant le roi est sorti, malgré 
le mauvais temps, en calèche découverte et sans escorte, et il a été très-bien 
accueilli par le peuple. 

» Hier au soir le bru^t s'était répandu ici que des troubles graves avaient éclaté 
en Sicile. Ce bruit n'a aucun fondement. Des lettres qui arrivent à l'instant an- 
noncent que, quoiqu'il y ait beaucoup de fermentation dans les esprits, l'ordre n'a 
plus été matériellement troublé dans celte île. » 



BOURSE DE PARIS OU 7 JANVIER 1848. 



Cinq p. 0/0. 116 fr. 85 c. 
TROisp. 0/0. 74rr. 83 c. 
QuATRB p. 0/0. 100 tr. 00 c. 

«>aatre i/2 p. 0/0. 000 fr. 00 c. 
i)iig. de la Ville de Paris. 1315fr.00c. 
Act. de la Banque. 3215 fr. 00 c. 



Quatre canaux. lâOO fr. 00 c. 
Caisse hypoihiicaire. 000 fr. 00 c. 
Emprunt romain. 96fr.3/4. 
Rentes de Naples. 10î2lr. 00-:. 
Emprunt d'Haïti. 00.»fr.O«)r. 
Kenle d'Espagne. 3 p. 0/0 25 fr. 1/8. 



PARIS. — lAPRIUt^RIB D'ADRIEN LE CLBRE ET C«, me Gas«ette« "i^^ . 



Digitized by VjOOQ IC 



MARDI 11 JANYIE;R 1848. (R* 4479.) 



LE CHRIST FT L'ÉYANGILE. 

msnms c&itiqus des smkmES eationalistes coirmpoiLAiNS sn lss 

«AiGom SB LA KérÈLATiam CHm É r mtiHi . 

Oo aérait honteux d'ignorer les systèmes de philosophie anciemiey 
oo rougirait de ne pas connatire les grandes hérésies qui ont antreCoîa^ 
troublé le monde, et très-peu de gens s'inquiètent de la tendance philo- 
sophique de leur temps et des eSbrU des rationalistes contemporains 
contre le christianisme ; les noms même de leurs ennemis les plus achar- 
nés sont à peine connus des catholiques. Cela est plus simple qu'on ne le 
suppose au premier aspect. Pour apprécier une philosophie, il fant lire 
beaucoup de livres, souvent très-olracurs, toujours fatigants, et, il faut le 
dire, oo ne Ik plus. Aussi l'auteur qui se dévouerait à mettre à la portée 
des membres du clergé et des hommes graves, les efforts systématique» 
des rationahstes^ rendrait un grand service ; il en rendrait un plus grand 
encore, si à une exposition claire et précise de leurs erreurs, il yDignait 
une réffuution solide. M. i'abbé Chassay, professeur de philosophie ans 
grand séiuinake de Bayeux» vient de rendre ce service en publiant le 
premier volume d'un ouvrage intitulé : Le Chrùi ei tEfangUe^ Hiitwrt 
criiiqut des s f liâmes raiùuuUis(es contemporains sur les originea de la wéré» 
Union chrétienne, 

« Ce n'est |rfus par l'imposture et la fraude que l'on explique TEvan- 
» gile et lEglise ; on cherchera plutôt, par une exégèse subtile et raffi- 
» née, à Csire disparaître de l'histoire les faits surnaturels sur lesquels 

• s'qipuie toute la révélation. On essayera encore de trouver dans les 
» pbilosophies et dans les religions de l'antiquité l'explication et la cause 
» naturelle de la doctrine évangélique. Un nouveau système d'attaque 

• a donc commencé contre la révélation chrétienne. » 

Ces paroles de l'introduction établissent parfaitement l'état de I* 
question. La philosophie rationaliste en est là. Il y avait donc deux 
choses à faire : montrer ses erreurs, les réfuter. Voilà l'œuvre que s'est 
unposée le jeune professeur de Sommervieu. Son plan est fort simple t 
dans une introduction remplie d'érudition, il trace le tableau de ce 
qui s*est passé de Louis XIV à nos jours , plaçant d'un côté les ad- 
Tf rsaires de l'Eglise, et de l'autre ses défenseurs ; et l'on est surpris 
du nombre de ceux-ci. Parvenu à notre siècle, la même indication se 
produit ; cette liste est longue encore, et elle présente surtout une foule 
de noms allemands. L'Allemagne est le pays où se sont formées les 
écoles les plus puissantes contre le christianisme. La lutte à laquelle on 
nous convie, ne s'arrêtera donc pas à la France, quoique elle com- 
mence par elle. 

L Ami de la Religion. Tome CXXXFI. 5 

Digitized by VjOOQ IC 



(82) 

•Cette pre mi ère partie da traynil présente une exposition très-précise 
des antécédents de la question au dix -huitième siècle ; au dix-neuTÎème, 
les discussions philosophiques contre la religion, qui avaient pris un ca- 
ractère fort sanguinaire pendant la révolution , et que Teuipire avait fait 
taire, se reproduisirent sous la restauration avec d'autant plus d'énergie 
qu'elles s'unirent aux préventions et aux rancunes politiques soulevées 
contre l'Eglise avec une profonde habileté. La lutte religieuse fut alors 
une vraie lutte de parti. 

L'histoire de ces attaques n'entre pas dans le plan de M. Chassay; ce 
serait l'histoire du rationalisme au dix-neuvième siècle. Il se contente de 
discuter les principaux systèmes dont le but clair et positif est d'atta* 
quer Jésus-Christ, son Evangile; le premier nom qui tombe de sa 
plume est celui de M. Pierre Leroux. 

Parmi les catholiques, bien peu ont lu le livre de VHumanùé, la 
Nouudle Encyclopédie et la Rei^ue indépendante', peu donc savent avec 
quelles armes M. Leroux a attaqué les origines de la révélation. Eh 
bien ! M. Chassay le montrera, cet auteur, établissant que tout est 
Dieu^ Dieu est tout, que le monde est le corps vitrant de F Eternel. Le pro^ 
grés continu de C humanité une fois admis avec cet auteur, le Christ n'est 
plus que le continuateur des sages de l'Inde, de la Chine, de la Grèce, 
de l'Egypte. Les philosophes anciens peuvent tout aussi bien que lui re- 
vendiquer le titre de fondateurs du christianisme. 

M. l'abbé Chassay a la pénible obligation de suivre M. P. Leroux sur 
toutes les voies fallacieuses où l'emporte sa haine ; ainsi il faut que le 
jeune professeur, rétablissant la vérité, prouve que les Juifs ont eu con- 
naissance de la trinité; que ce grand dogme ne dérive pas du paganisme 
oriental ; il lui faut encore repousser l'idée de l'Evangile primitif émané 
de saint Mathieu, et modifié par Y épicurien saint Marc, le pharisien saint 
Luc et le platonicien saint Jean ; il lui faut soutenir et venger la foi de 
rSglise. 

Il est facile de ramener à leur juste valeur les assertions du philosophe 
humanitaire, auquel le mérite ou l'invention manque, soit qu'il repro- 
duise les opinions de l'école allemande, soit qu'il pousse l'audace jusqu'à 
prétendre substituer les rêveries de l'ancien paganisme à la théodicée 
chrétienne ; car voilà le but du Progrès ; la Convention avait été plus 
franche, et sa déesse Raison et toutes ses divinités avaient au moins le 
mérite de ne rien laisser dans l'ombre. M. Leroux, reproduisant les blas- 
phèmes de Spinosa et de Hegel, se sert des paroles même du Dieu Sau- 
Teur, et de celles de ses apôtres. « La prière du Christ au Père qui est 
»dans les cieux, n'est plus qu'un hymne à l'absolu, à cette divinité sans 
» entrailles, dont la stuplde végétation remplace si heureusement la 
» Providence des Evangiles. Le Dieu qui revêt de leur splendeur les lys 

Digitized by VjOOQ IC 



(83 ) 

» des champs, qui donne la pâture aux petiU des oiseaux, le Dieu de la 
» création et du calvaire n*est plus qu'une incarnatioh de Tinfini dans le 
» fini, qu'une fugitive apparition du monde idéal dans les misères et les 
» agitations de la vie réelle. » 

Ces belles paroles de M. l'abbé Chassay donnent à la fois une idée 
exacte de Tattaque, de son importance, et du style de la défense ; le pan- 
théisme est donc la dernière folie de nos adversaires. On a voulu aussi 
fiûre de saint Thomas un disciple de Pythagore, on en revient à la mé- 
tempsycose, l'éternité des peines est niée, enfin on a voulu confondre le 
christianisme et le stoïcisme. 

Bans tout ce débat important, M. Chassay n'a rien dissimulé de la 
force de l'objection ; il Ta exposée, puis il l'a combattue, et par ses pro- 
pres forces, et en s'appuyant sur les autorités les plus imposantes ; cette 
discussion est pleine d'intérêt. 

Tel est à peu près le sommaire de cette première partie ; la seconde 
partie est sous presse, et l'ouvrage est composé en entier. 

Le grand mérite de cette œuvre est dans sa solidité et sa lucidité ; ici 
tont est citations et citations vraies^ citations neuves pour la France, qui 
ignore ses riiheiseset celles de ses voisins. Voici, au reste, la pensée de 
l'auteur sur son livre : 

• Une faut pas chercher dans le travail que nous donnons au public 
» catholique, rien qui ressemble le moins du monde à une œuvre litié- 

• raire; ce livre est le résultat de quelques loisirs et de quelques ré- 

• flexions sérieuses, interrompues presque toujours par de longues Souf- 
» fiances que la Providence nous a imposées depuis dix ans. Nous n'a- 
» vous donc eu ni le temps ni la volonté de rien faire pour l'ingénieux 
■ arrangement des mots ou pour l'adroite combinaison des phrases. Aussi 

• nous ne prétendons qu'à un seul mérite vis-à-vis de nos lecteurs, ce- 
» lui de l'exactitude et de la sincérité. Nous avons essayé de juger les 
» hommes et les choses avec cette sérénité ferme et douce qu'une ame 

• chrétienne doit, toujours conserver. Nous désirons ardemment pour 
» nos fi ères, le calme profond de l'esprit et du cœur que nous devons à 
» la foi cathohque ; mais nous ne prétendons l'imposer à personne par 

• d'autres armes que celles de la discussion, de la science et de la 

• phère. » 

Nous le dirons avec conviction, M. Chassay a tenu ce qu'il promet- 
tait ; il a fait plus, il a été éloquent toutes les fois que son sujet a remué 
son ame. Ce livre, tout nout^eau^ mérite d être lu par ceux qui aiment la 
vérité pour elle-même, et qui aiment encore à voir sa lutte avec l'er- 
reur. 



■•»•< 



Digitized by VjOOQ IC 



(84) 
ttnm BT MMDrausf HMSLÉnuumviiBft. 

*• — 1« Saint-Père a accueilli avec bienveillance les Tceux de 
hooné nmée qoe lai ont offinf» le« menbres 4e la Gewulte d'Etat, dans 
la soirée du 28 décembre. Après leur avoir adressé dea paroles 4'âÉges 
your rasMdttilë qu'ils apportaieni aux travaux confiés à leurs soias, des 




que I , 

» ei modérée tenue par mes Ferrarais dans ces dernières circonstances, 
» et notamment dans la journée du 26 décembre, et je me plais à le ré- 
» péter au représentant de cette province. » 

Celui-ci demanda aussitôt au Saint- Père la permission, qui lai fut 
-4spè8-gracieifsement accordée, de transmettre à ses compatriotes ce té- 
>^6'^ de f auguste satisfaction de Sa Sainteté. 
A l'occasion de la fête de Pie IX, Son Ëminenoe le cardinal i 



'^, ^^^ 1^ luadi 27 déceaibcie, une brillante soirée à laquelle aasîitait 
1 élite de toute la société romaine, les cardinaax, les prélau, le corps di- 
plomatique, les membres de la Consulte d'Eiat et de la municipalité de 
Home, la noblesse romaine et les étrangers de distinction. 

On s'était beaucoup occupé depuis quelques jours de la guérison ex» 
traordinaire d'une jeune fille qui demeurait dans une petite rue voisine 
de la place du Peupke. Quelques imaginations plus ardentes avaient 
même cru y voirie caractère du miracle. Son Eminence le cardinal-vi- 
«lire s'est empressé de faire publier que de Cexatnm sommaire éesfaks et 
des ciroonstonces de la maladie et de la guérisem, de cette jeum flk^ il ré- 
sulte 9i('c/ «y a mueunfondtment de cas extraordinaire^ ei kiem mmms enoofe 
miraculeux comme on en at^aà ripamdu le émit sans çenstUier fetUorùà acedé^ 
^Mosfi^ue. n 

I Jjous avons parlé deraièrement des dénonciations du sieur Paridisi, 
,qui a été arrêté ; il a paru une réfutation complète de ses écrits calom«> 
nieux contre 1^ famille Torlonia, par Pierre Buiis. La partie saine de la 
population romaine était bien convaincue de Thonorablegestion du prince 
Torlouia ; mais il fallait confondre Timposture. Le commandeur Charles 
Torlonia, si estimé pour sa noble droiture et son immense charité, à 
eproové un si violent chagrin de voir suspecter la haute probité de sa faf* 
mille, qu'il est tombé dangereusement malade. €e qui Ta, cUt-oa, le plus 
yivem«Dt alfiecté, c'est de voir les articles de Paradisi repsoduiu âans les 
journaux anglais. Le commandeur don Charles, se trouvant à toute ex^ 
trémité , a envoyé demander au Saint-Père sa bénédiction aponto- 
lique. 

Le moiuproprio relatif à l'organisation de l'administration supérieure, 
a produit un heureux effet sur tous les esprits éclairés qu'anime un véri- 
table amour de leur pays. C'est effectivement la plus pratique et la plus 
féconde des réformes opérées jusqu'ici par le Pape Pie IX. 



Digitized by VjOOQ IC 



(85) 
PARIS. 

Noua avons esqulsaé quelques traiu de la déplorable aituation que le 
radicalisme vaioqueur a faite aux caaxons catboliqttes de la SoÎMe* Cluh> 
que jour ajoute de phis sombres couleurs à ce désolant tableau r chaqqe 
jour la haine des révolutionnaires contre le clergé catholique tooi en- 
tier, se révèle par quelque irait nouveau d'odieuse persécution. Partout 
dans les cantons où les commissaires fécléraux régnent en despotes, c'est 
un système d*accusatioo3 en masse et de condanaatÂons ssuMnatpes eon» 
tre lips éTéqaes» contre tout le clergé séculier ou régulier, contre toaics 
les institutions religieuses du catholieisine. On supprime des eouTetita, 
ce l'on confisque leurs biens : ceox qui échappent à la snppressroa 
sont feappés de contribulious arbitraires si énormes, qu'elfes produisent 
le osénie résakat, la ruine de ces établissements religieux, par la con&s- 
eatioade toat ce qu'ils possèdent. Cette œuvre d'iniquité 8'acc6uiplit lé" 
gaiement par un procédé fort simple. On a commencé par poser en piiu- 
âpe que les frais de h guerre déclarée par la diète au Sonderbuod, s^ 
raient entièrement à la charge des auteurs et fauteurs de Tallianee sé- 
parée. Or ces auteurs et fantenrs ne peuvent être que les prêtres et ks 
religieux ; cela est reconnu et déclaré par les nouvelles antoriiét locales 
sans autre forme de procès. 

Le grand-conseil de Fribourg s'est réuni ces jours derniers, et a reçu 
du gouvernement provisoii^ un projet de décret dont voici les principa- 
les dispositions : 

9 1\ est prononcé ane amnistie poor tons les crimes et délits politiques coin* 
mis jii9qa*à ce jour, sous les réserves et conditions exprimées dans les articles 
snîvaols : — Art. !*'• Les prindpan atiteors et fauteurs de ralliance séparée se- 
rootienns aoUdairementet iodiviséineBi d'acquitter à TËtat une sooamede 12,000 
ffancs, à tiire d'iadenoité pour frais de guerre et d'occupation. — Art. 2. Suit 
réDooiéfation dès personnes comprimes dans cette dénomination, lesquelles pour- 
root, d'après Tart. 3, user de recours, à leurs périls et risques, pour Tacquilleineat 
delà somme indiquée, soit entre eux, quant à une détermination de forUiae, et 
de la p;irt à supporter par chacun, soit envers tels de leurs complices ou d'autres 
instigateai^ qui ne se tronveraient pas désignés dans le présent décret. — Le cou- 
vent de la Part-Dieu, désigné notoirement et puhliquement pour sa participation 
active aux derniers événements politiques, est supprimé ; les conveuiueis rece- 
vront indlvidueflement une pension viagère conveuable. (Art. 7.}^ Une contri- 
bution eitraordioaire de 460,000 fr. e$>t imposée au chef du diocèse ei aux mai- 
sons religieuses ci-après désignées dans les proportions suivante» : le chef du dio- 
cèse, 20,000 fr.; le couvent d' Ha uterive, 400,000 fr.; le couvent de Montorge» 
20,000 fr., etc. (Art, 8.) — Tous les biens du clergé régulier et de Tévêché se* 
root inimédiatempnt placés sous la surveillance directe de TEiat et administrés 
civilement. Tous les biens du clergé séculier sont placés sous administration ci- 
vile, entre les mains des paroisses, sous la surveîll;)ncé de l'Etat. (Art. 10.) » 

Cela s'appelle une amnistie dans le langage radical. Mais ce n'est pis 
encore nsses de dépouiller lea victimes : le radicalisme vondrait les 
dëibonorer ; iA voudrait, par i'appÂt de l'intérêt le plus grossier, le«r 
frire dénoncer /eonr emnpiiceg en damre» iiufif;m$eiwrs fttifm je iromferaîeni 

Digitized by VjOOQ IC 



(86) 

pas désignés dans le décret de confiscation ! A ceux qui sont frappés, un 
recours est ouverl contre ceux qui auraient échappé à Tœil de la ty- 
rannie^ une prime est ofTerte par la bassesse à la cupidité! Ne faut- il 
pas remonter aux tristes époques des gouvernements les plus abjects 
|K>ur trouver des exemples de si honteux calculs? 

Après la confiscation des biens, la proscription et Texil des personnes. 
C'est encore la logique des révolutions. Voici ce que nous lisons dans les 
feuilles radicales de la Suisse : 

• « L'évéque Harilley, que Pintrigne a fait asseoir sur le siège épiscopal de Lau- 
sanne, ne paraît pas encore corrigé p»r la terrible leçon que Fribourg a reçue. 
Il vient de s'adresser au nonce apostolique, lui-même gravement compromis, et 
avec lequel la Suisse n'a pas encore réglé compte; le nonce intervient, an nom 
du Pape, en faveur des curés landsturmiens dont le gouvernement de Fribourg 
exige réloignement. Si cette intervention devient sérieuse, elle forcera Fribourg, 
et au besoin la diète, de placer le clergé dans une position telle, qu'il perdra en- 
fin l'habitude de se mêler sans cesse des affaires temporelles. 

» Au reste, nous savons que les gouvernements de Yaud, Genève et Berne, se 
disposent à entrer en conférence avec celui de Fribourg, pour aviser aux mesu- 
res à prendre en commun contre l'évéque Marilley, dont la présence est désor- 
mais incompatible avec la tranquillité du diocèi<e. Un {)rélat qui a prêché la 
gnerre civile ne peut plus faire le bien ; mais M. Marilley voudra sans doute cher- 
cher encore à faire des victimes et à entratner le canton de Friboui|f dans sa 
ruine; il pratiquera jusqu'au bout la maxime : 

« Âhime tout plutôt^ e'êit l'esprit de l'Eglise, a 

Dans ces lamentables circonstances, la résignation et la fermeté du 
clergé catholique ne se démentiront pas. Il se laissera dépouiller de ses 
richesses; mais à la violation des dioits sacrés de l'Eglise il opposera une 
invincible résistance. On pourra le calomnier et l'accuser de tous les 
malheurs de la patrie, mais sa prudence et la parfiiite innocence de tous 
ses actes seront la confusion de ses indignes accusateurs. Voici quel est 
-au miUeu de ces violentes tempêtes le langage calme et vraiment aposto- 
liquede M. l'évéque de Coire : 

« Mes très-cbers frères en Jésus-Cbrist, en vous donnant connaissance de ces 
accusations que MM. les commissaires fédéraux font peser sur vous» les parole*: 
nous manquent pour exprimer la profonde douleur de notre cœur paternel en 
voyant d'un côté la douloureuse situation de votre canton, de l'autre Taccosation 
grave qui vous en rend aujourd'hui responsables. Mais, d'une part« notre inébran- 
lable foi en l'éternelle Providence de Dieu nous relève, cette foi en Dieu qui 
conduit selon son infinie bonté et miséricorde, et visite par de salutaires afflic- 
tions ceux qu'il aime ; d'autre part, il nous est impossible de npus persuader 
que notre vénérable clergé se serait rendu coupable contre la patrie des graves 
délits politiques que l'accusation susdite fait peser sur lui. 

a Comme dans la lutte de principes qui s'est élevée maintenant en Suisse, on 
cherche, tout l'indique, à introduire un nouvel ordre de choses, nous nous trou- 
vons obligé de recommander très-vivement à tout le clergé soumis à notre hou- 
lette pastorale, de montrer consumment dans les circonstances présentes la plus 
grande prudence et circonêpection, de se tenir loin de l'agitation politique, et de 
ae se mêler point aux conflits de ce monde, si ce n'est le cas que la justice ou le 
aalnt des âmes serait en danger. Jamais et nulle part vous n'abuaeree de votre 

Digitized by VjOOQ IC 



(87) . 

position ou de la chaire sacrée pour la ravaler en champ de bataille politique, ni 
pour faire prévaloir vos opinions particulières. 

9 Mats si la politique du jour venait entreprendre sur le terrain de la religion 
catholique, ou se permettait d'usurper sur les droits de TEglise; dans ce cas, 
notre vocation, notre serment, notre devoir sacerdotal exigent de nous de les 
défendre de parole et d'action, avec nos biens et avec notre sang. Où donc, et 
par qui que ce soit qu'on attaque les droits religieux du p<'uple, la propriété de 
l'Eglise, la liberté de la religion catholique, nous vous disons avec l'apôtre saint 
Panl : 

« Mes frères, soyez forts dans la force du Seigneur. Revétez-vous de l'armure 
y* de Dieu, afin de pouvoir vous défendre contre les embûches du diable. Car 
B Doos avons à combattre non-senlement contre la chair et le sang, mais contre 
a les princes et les puissances, contre les dominateurs du monde dans ces pré- 
» sentes ténèbres, contie les esprits de malice répandus dans les airs. C'est pour- 
» quoi, armez-vous de l'armure de Dieu, afin que vous puissiez, aux jours mau- 
» vais, résister et demeurer fermes. Soyez donc fermes; que la vérité ceigne vos 
« reins etque la justice soit votre cuirasse, que vo!$ pieds soient chaussés, avec le 
tdéfeir de porter partout l'Evangile de la paix. Mais, avant tout, prenez le bou- 
• dier de la foi, afin de pouvoir éteindre tous les traits enflammés du scélérat; 
prenez encore le ca#que du salut et le glaive de l'esprit qui est la parole de 
» Diea. Invoquez en esprit, priez et veillez sans cesse, b (Ephes. vi.) 

«Nous vivons, T.-C, F., dans un temps de dure épreuve, et nous ne pour- 
rons échapper aux nombreux dangers qui nous menacent qu'en unissant toutes 
nos forces. Maintenez-vous donc dans une parfaite union fraternelle entre vous. 
Déposez tout sentiment de colère contre le confrère, soyez forts dans l'humilité, 
dans la dilection, dans l'esprit de parfaite concorde fraternelle. Ubi tintloi, ibi 
perfoetio. Nous vous prions et conjurons tous ; aimez-vous les uns les autres, et 
soyez uo, comme Jésus-Christ est un avec son Père. Et comment les ministres de 
i'aalel se diviseraient- ils et se persécuteraient-ils entre eux pour les affaires du 
monde? N'est-ce pas assez que le monde et les fils du monde nous baissent et 
nous persécutent tous ? L'Eglise de Dieu n'est qu'un seul corps, un seul esprit, 
one seule foi, on seul amour. Soyez donc fermes, T.-C. F., et combattez d*an 
seol esprit pour la vérité de l'Evangile. Jamais ne craignez de danger personnel, 
oe craignez que celui qui peut jeter et l'ame et le corps dans l'enfer. 

» En priant Dieu qu'il vous éclaire dans votre vocation de sa lumière divine, 
et qa*ii vous fortifie de la force de sa gr&ce, nous vous offrons à tous notre ap- 
pui, et nous vous assurons de notre bienveillance parfaite ; et de la plénitude de 
notre cceur, noos vous donnons notre bénédiction pastorale au nom du Père, et 
do FUs, et da Saint-Esprit. 

9 Coire, le 10 décembre 1847. 

»Caspar de Karl, év,9 

L*évéque de Sien a adressé au grand conseil constituant du Valais 
une protestation énergique contre l'abolition des immunités ecclésiasti- 
ques, contre la disposition qui place les biens ecclésiastiques sous la sur«- 
Teillance de l'Etat, contre celle qui enlève aux maisons religieuses le 
droit de coUature à des bénéfices, contre la suppression des couvents et 
le paiement des frais de guerre. 



Digitized by VjOOQ IC 



(88) 

Nous lisons dans le Journat des Débats : 

A Nous avons publié il y a quèlquie temps on rescrit par lequel Tempereiur de 
Russie confère à son eii?oyé ii Rome» M. de Bloudow, des complinienls ei des 
honneurs pour Theureuse issue de sa négf)cia4ion avee la cour de Rome. 

y> Nous avons également reproduit un passage de railoculioo liu Pape par le- 
quel le Saiat-Père déclare que celte uégocialioo n'a encore reçu aucune coodu-' 
&ion ; et à ce propos nous avons exprimé des doutes sur lautlieniicité du resent 
impérial. 

» Il paraît ([ue ce réécrit n'était pas, comme nous avions le droit de le penser, 
une fabriciiion audacieuse. Ou nous communique le journal officiel russe qui Ta 
publié. L'empereur de Russie annonce en effet que M. de Rluudow « a signé 
» à Rome des conditions qui ont donné le développement nécessaire aux princi- 
» pes posés par lui-même dans son entrevue avec le dernier Pape Grégoire XVl.a 
Ce rescrit est du 17 décembre, c'esl-à-dire du même jour où le Pape Pie IX dé- 
clarait exactement le contraire. Nous n'avons pas besoin de dire laquelle nous 
choisirious de ces deux paroles, si nous les mettions en comparaison et n'espé- 
rions pas qu'il y a dans tout ceci uu malentendu qui ne peut tarder d'être éclairei.» 

Son Eminence le cardinal Du Pont, archevêque de Bourges, dans le 
voyage qu'il a fait à Rome pour recevoir le chapeau, % bien voulu entre- 
tenir le souverain Pontife jdu clergé et des fidèles de son diocèse. Le Pape 
a écouté avec bonté tout ce que, dans son cœur de père, le prélat lui a 
dit de l'union intime qui règne entre lui et tous ses prêtres, entre lui et 
les membres de soii chapitre métropolitain, et aussi de leur attache- 
ment sincère pour le Saint-Siège, centre de l'unité catholique., Sur la 
demande du cardinal. Sa Sainteté a daigné accorder au chapitre de Bour- 
ges une décoration honorifique qui ne peut être portée que dans lesœ- 
iéii>onies et sur les habits de choeur. C'est une croix attachée à un large 
ruban rouge qui passe en sautoir autour du cou. Elle porte sur un beau 
médaillon, entouré d'une gloire, d'un côté l'effigie de Pie IX, et de l'au- 
tre celle de saint Etienne, patron de l'église métropolitaine. Elle a été 
bénie et distribuée, par Son Eminence, jeudi dernier. 

{Gazelle du Bcrri,) 

1*1 ■ rr. 

A Montpellier la fête de Noël a été marquée par l'iuauguration du 
nouveau costume accordé au chapitre de l'église cathédrale par le Pape. 
Les chanoines ont paru au chœur avec leurs insignes qui consistent en 
un camail violet bordé d'hermine et un manteau de même couleur, 
bordé de la même fourrure. On sait que cette distinction accompagne 
celle de l'érection de l'église cathédrale en basilique mineure, privilège 
qui donne aux ch.moines Le droit de porter le costume du chapitre delà 
basilique majeure de Saint-Jean-de-Latran, et que le Pa^ Pie IX a dai^^ 
goé accorder à la prière de M. l'évêque de Montpellier comme on té-« 
moigaage de son auguste bienveillance. 



Digitized by VjOOQ IC 



(8λ) 

REVUE POUTINE. 

MUTL rmopuo du Pq^ Pie lîswr forfoittKrfton du tÊmmiêtê i 
Pi» IX, Papi; 

Lorsque, par nos deux motu proprio, Tun du 1^ et Taotre du 15 octobre ëer- 
nier, la Consulte d'Etat et ïa inunici|>;ilttéde Roaoe furent iDstituées, il devmt né- 
€e>saire, pour que loutes les parties d« gouvernement correspondissent entre 
elies, de porter une nouvelle aitentk)» sur le cooseii des ministres, ei, en ré&ir- 
oant les différents règlements devenus superflus ou inutiles par suite de ces 
deux jnolu proprio, de mettre le conseil des ministres lui-même en rapport avec 
le> nouvelles institutions. La création de la Consulte ayaot donné naissance à un 
nouveau système d'examen des affaires les plus importantes cle TEtat, et Pétabliis- 
sèment de la municipalité ayant joint à cette dernière et détaché des ministères 
plusieurs charges et fonctions qui en faisaient partie, il devint nécessaire, noa- 
seulement que ces ministères fussent réorganisés, mais encore que le conseil des 
ministres lui-même, établi ^ur des bases plus solides, reçût une organisation spé- 
ciale et définitive, organisation qui, en répondant aux besotns aetuels, s'adaptât 
gàeux aux cbangements agréés et sanctionnés par nous. 

Noms avons voulu donc que les attributions de chaque ministre fussent à Fave- 
nir bien divisées et claireiiienl délei minées, afin que chacun d^eux, ayant une 
sphère d*actfon qui loi fût propre et indépendante de tout autre département, 
ydl assumer une respomabililé qui, en descendant des fonctionnaires plus élevés 
JQsqu aux employés subalternes, donuerait au gouvernement celte garantie gé- 
nérale à laquelle doiveat être soumis tous ceux à qui est confiée radiokiistralioo 
lie la ckase publique. 

iVoire intention ne s'est pas seulement portée sur rorganisatîon des ministères; 
nous avons voulu encore que Faction collective du cooi^eil des ministres dans 
ks affaires qui lui sont confiées, fût déterminée : de celte manière le gooreme- 
meoi pourra présenter, lanl dans son ensemble que dans ses parties, Tapplica- 
tion d^uD système politique et rationnel uniforme, et les sujets verront les nou- 
velles lois et radnnnistruiion prospérer tranquillement. 

Et attendu qu'avec Taccroissenient des besoins et des rapports sociaux, la di- 
rection des afiaires du gouvernement devient tous les jours plus difficile, nous 
avons voulu adjoindre au conseil des ministres un corps d'auditeurs {udilori)^ 
coaune cela a déjà été fait pour ta Consulte d'Etat, persuadé que, de cette ma- 
fliére, ob pourra pourvoir à ce que les fonctions et les emplois soient confiés Ji 
ies hommes habiles et ayant Texpérience des affaires, et qui auraient déjà donné 
des preuves de capacité et de zèle. 

Enfin il ne pouvait pas échapper h notre vive sollicitude combien était incer- 
taine la condition de certains emplois pour lesquels le trésor de l'Etat dépensait 
toasleâ ans des sommes très-considérables. Â cet égard, nous avons voulu qu'oa 
réglât par des lois et par des conditions positives tout ce qui touche à cette par- 
tie si essentielle de l'administration publique ; que les degrés et les coaditions 
requises dans chaque fonction fussent fixées, et que les bases d'un réglemeul 
dlscipUnaire complet fussent établies. 

C'est à tous ces points que nous avons porté notre attention dans notre pré- 
seat WÊûêiu pnprio^ teaam pour eoastaai qu*eii retour de nos soins Infatigable s 



Digitized by VjOOQ IC 



(90) 

pour le bien pablic et pour ramélioralion de radministratioD» nos peuples re- 
connaissants ne cesseront d'y répondre par un esprit de concorde, d'ordre, de 
modération et de loyauté, seuls moyens capables de ^ire fructifier les institu- 
tions que nous avons accordées. 

Après avoir donc invoqué Passistance divine et sondé à ce sujet les avis de 

plusieurs de nos vénérables frères cardinaux de la sainte Eglise de Rome, et 

' voulant faire exécuter nos résolutions souveraines, nous avons de notre propre 

mouvement, de science certaine et dans la plénitude de noire pouvoir, ordonné 

et ordonnons ce qui suit : 

ORGANISATION DU CONSEIL DBS MINISTRES. 

(Cette organisation est formulée en sept chapitres : nous reproduisons textuel* 
lement toutes les dispositions principales, ne supprimant que quelques détails 
moins importants.) 

CHAPITRE PREMIER. 

Conseil det minUlrtê, 

Art. l*^ Toutes les administrations de PEtatsent réparties dans les minifitères 
suivants : 1"! affaires étrangères; 2« intérieur; 3* instruction publique; 4» grâce 
et justice; 5" finances; 6° commerce, beaux-aris, industrie et agriculture; 
7« travaux publics; 9" guerre (armée); 9<» police. 

Art. 2. Les chefs de ces ministères composent le conseil des ministres. 

Art. 4. Le conseil des ministres sera assisté d'un prélat secrétaire, lequel por* 
tera et prendra le titre de secrétaire du conseil des ministres. 

CHAPITRE II. 

AltriJlnUUms des membres qui composent le conseil des minisires. 

Art. 5. Le secrétaire d'Eut, ministre des affaires étrangères, président du 
conseil des ministres, est toujourn un cardinal de la sainte Eglise, et a sons lui 
un prélat qui portera le titre de substitut 

Art. 6. De même, lorsqu'un ministère quelconque aura pour chef un cardinal» 
il aura nécessairement sous lui un prélat avec le même titre de substitut. 

An. 8. Les attributions des ministres sont, les unes générales et communes k 
tous les ministres, les autres spéciales et propres à chacun d'eux. 

Art. 13. Les attributions spéciales ei propres de chaque ministre sont les sui- 
vantes : 

TITRE K. 
Du minisire de VexlMeur, 

Art. 14. Les attributions du cardinal secrétaire d'Etat, ministre de Textérieur 
(outre-sa compétence toute particulière dans les affaires ecclésiastiques, pour les» 
quelles il correspond directement avec le souverain Pontife), sont d'établir et de 
maintenir les relations avec les autres puissances, et de défendre au besoin près 
d'elles aussi bien la dignité et l'intégrité du territoire et des domaines du Satnt- 
Siége, que de soutenir les droits et les réclamations des sujets pontificaux. 

Alt. 15. Dépendent de ce ministère, les nonces, les internonces, les chargés 
d'affaires et les autres agents diplomatiques et consulaires, les envoyés ou résl* 
dents à rétranger. 

Art. 17. Le même ministère exerce enfin la surintendanee de la garde civique 
de tout l'Etat, sauf les rapports municipaux. 

TITRE IL 
Minisire de l'intérieur. 

Art. 18. Le mimslre de rintérieur, auquel sont réunies les attrlbutiomqiil ap* 



Digitized by VjOOQ IC 



(91) 

partenaîent à la Congrégation do bon gouvernement, est soriniendant de Tad- 
minislration intérieure de rEtat^ ainsi que des provinces et des communes. 

Art. i9. Dépendent en conséquence de ce ministère : i"" les préfets des pro- 
tinces avec leurs bureaux; 2* les gouverneurs civils et leurs bureaux; 3° les 
conseils provinciaux ; Â^ les maires et les conseils communaux; 5® les arcbives 
et les notaires ; 6" les hospices, hôpitaux, dépôts de mendicité et institutions de 
bienfaisance, quand ils sont d'institution laïque et en dehors des droits de Tévéqne 
du diocèse ; 1^ les subsistances et approvisionnements ; S^ les bois et forêts, la 
salubrité intérieure et celle aussi des ports de mer. 
Art. 20. Il a en outre la direction suprême du journal officiel de Rome. 
An. 21. De lui dépend la censure des autres journaux et de toute la presse 
périodique, d'après les lois rendues sur cette matière. 

Art. 22. Il a enfln la direction supérieure de Tadministration et de la disci- 
pline des prisons, lieux de peine, maisons de correction, excepté pour les pri- 
sons de la capitale. 

TITRE III. 
Miniilère de Vitutructi^n publique. 
Art. 23. Au ministre de Tinstruction publique appartient tout ce qui de rap- 
porte à renseignement, sauf les droits de Paotorité ecclésiastique, et en se con- 
formaDt à tout ce que prescrit la Bulle Quod dMna iapienlia. • 

TITRE IV. 
Minisière de grâce et juiliee. 
Art. 25. Le ministre de grâce et justice dirige Tadministration de la justice 
tWile et criminelle de tout TEut. 

TITRE V. 
MiniêUre des finances. 
Art. 28. Le ministre des finances administre les propriétés et les revenus de 
rEtai. 

Art. 34. Il rassemble les éléments des autres ministères en fait de recette et 
^ dépense, pour en composer un budget annuel présentant la totalité des re- 
cettes et des dépenses de TEtat. 

Art. 39. Dépendent encore du ministre des finances, 1* les offices de nouires ; 
^ les troupes de la douane. 

TITRE VI. 
Miwsière du commerce^ des beauw-arU^de Vindustriê ei de VaqncuUfÊTt. 
Art. 40. Appartient à ce ministère tout ce qui regarde la prospérité et lesdé-^ 
veloppemenis du commerce, de Tindustrie et de Tagriculture, ainsi que la con- 
ttfraUoB des oioiioments de Tantiquité et ce qui est relatif aux beaux-arta. 

TITRE VIL 
Ministère des travaux publics. 
Art. 43. Tous les travaux pour compte de TEut dépendent de ce ministre el 
sont exécutés par son ordre. 

Art. 44. Appartiennent en conséquence à ce ministère : 1** les routes natio-^ 
nales; 2* les travaux hydrauliques des provinces; 3* les ports; Â^ les ponu et 
canaux qui ne dépendent ni des provinces ni des municipalités, 5** le Tibre et 
ses rives; 6* le dessèchement des marais Poniins. 

Art. 43. Font partie de ce minisière : !<" le conseil des ans; 2** le corps des 
ingénieurs civils. 

TITRE VIII. 
Mimstire de la guerre. 
Art 46. An ministère de la guerre appartiennent Torganlsaiion , radministra- 
lioo, la discipline et Tentretien de Tarmée pontificale. 

Digitized by VjOOQ IC 



( *2 ) 
TITRE IX. 

Miniâière de la police. 
An. 48. Le ministre de la police doil prévenir les délits et les réprimer. 
Art. 49. Pour prévenir les délits, ce ministère a dans ses attributions : i" la 
police générale, la tranquillité et la sûreté intérieure de TEiat; 2"* la stati^^lique 
des populations; 5" la répression du vagabondage; 4'' la surveillance des condaoh 
nés libérés et des p^^rsonnes qui n^oot pas It^urs papiers en règle. 

Art. 50. Pour réprimer les délits, il a dans ses attributions : l"" rarrestation 
des délinquants, qu'il doit livrer immédiatement aux tribunaux criminels ; 1" les 
mesures propres à rétablir la tranquillité et Tordre dans les lieux où la paix pu- 
blique aurait été troublée. 

CHiPITRE ni. 
AUr^ulions du comeil des ministres. 
Art. 55. An conseil des ministres appartient le droit de surveillance sur chaque 
ministère et la discussion des affaires les plus graves de TEtat. 

Art. 56. Les affaires graves de TEiat ne peuvent élre présentées à Tapproba- 
tion souveraine sans avoir été préalablement disculées et délibérées dans le con- 
seil des ministres. 

Art* 59. Les nominations des principaux fonctionnaires et employés qui doi- 
vent être proposées et délibérées en conseil des ministres sont les suivantes : 
1* Pour rext(Mieur : les consuls généraux; 

S*» Pour rintérieur : les gouverneurs, les conseillers des gouverneurs; 
S** Pour Tinstruction publique : les recteurs des universités des provinces; 
4" Pour le département de grâce et justice : les présidents et juges des triba* 
nauXf les assesseurs légaux et les auditeurs dans les légations ; 

5" Pour les finances : les directeurs et administrateurs-généraux des revenus 
du fisc, les secrétaires et chefs de comptabilité; 

B*» Pour le commerce, les arts et Tagricullure ; le commissaire des antiquités , 
le secrétaire-général et le chef de la comptabilité ; 

1"* Pour les travaux publics : le président et les membres du conseil des arts, 
les ingénieurs en chef des provinces, le secrétaire et le chef de la comptabi- 
lité; 

8® Pour la guerre : Pauditeur-général, le directeur -général de la santé mili- 
taire, le directeur de Tarsenal, les commamiaiits des corps, des places et des for- 
teresses , les officiers d*état-msjor depuis le grade de major jusqu^à eelw de co- 
Kme) inclusivement, le secrétaire-général de la présidence et les inspecteara de 
première classe. 

9® Ponr le ministère de la police : Fassessenr-général de police, les présidents 
des districts, les directeurs de police, les commandants des corps politiques 
(douanes et gendarmerie), les officiers supérieurs de ces corps, du grade de ma- 
jor k celai de colonel inclasîvement. 

Art. 60. Sont réservées directement au, souverain et seront expédiées par le 
cardinal-secrétaire d'Etat les nominal tons des cardinaux, des nonces et agents 
diplomatiques, et des prélats, ainsi que celles des fonctionnaires d'un rang supé- 
rieur à ceux qui sont mentionnés dans Tarticle précédent. 

CHAPITRR IV. 

Priiidenee et délibération du conseil des mtntilref. 
Art. 65. Les séances du conseil des ministres, quand elles n'oAt pas rbonoenr 
d'être tenues en présence du souverain, sont présidées par le cardinal-secrétaire 
d^Etat, et, en son absence, par celui des ministres qui précède les autres en di- 
gnité. 



Digitized by VjOOQ IC 



(93) 

Art. 66. Âax séances ordinaires du conseil , interviennent seulement les mi- 
Disires. 

Art. G7. Âia séances extraorditoires prennent part, avec les ministres, les per- 
sonnes qu'il piait au souverain d*y appeler. 

Art. 68. Les séances ordinaires se tiennent régnlièrement une fois par se- 
ui;»iD£; ks séances extraordinaires ont lieu quand il en est besoin, ou lorsqu'il 
plail w souverain de convoquer le conseil. 

ArL 75. Les discussions et délibéra lions du conseil des ministres sont 8ecrè(es, 
eu pour devenir déûnitives, elles doivent obtenir la sanction souveraine. 

Art 76. Le souverain, quand ii s'agit d'affaires d'un trop grave intérêt, se ré- 
serve, avant d'apposer sa sanction, de consulter le sacré-collége des cardinaux 
rénnis au comptât, eonforniément à l'art. 4i du motu projnrio sur la Consulte 
dluit. 

Art. 77. Lorsqne sur la délibération du conseil est intervenue une décision sou- 
itnm, le ministre qu'elle concerne la communique, quelle qu'elle soit, au se- 
crétaire (la conseil, pour qu'il puisse en donner connaissance au conseil dans sa 
produiine séance. 

Art. 78. Après la décision souveraine, aucune affaire, en quelque cas et pour 
qoelqoe notif que ce soit, ne peut être reproduite de nouveau dans te conseil, à 
DMinsque le souverain ne le permette par un rescrit spécial adressé au cardi- 
nal président. 

CHAPmtB T. 

Auditeurs au conseil des minislrei. 

Art. 79. Un corps d'auditeurs est attaché au conseil, sous le nom d'amditeurs 
au ctmHil des ministres. 

An, 80. Les auditeurs au conseil des ministres seront au nombre de vingt- 
quatre, dont douze ecclésiastiques et douze laïques. 

Aru 81. Parmi les ecclésiastiques, on choisira de préférence les prélats de 
grâce et justice, et les membres de l'académie ecclésiastique. 

Art. 82. Pour pouvoir aspirer aux fonctions d'auditeur au conseil des ministres, 
il&Qdra avoir l'âge de vingt-cinq ans révolus, prouver des moyens d'existence à 
Rome pendant les anrîées de Tauititoriat, et avoir le titre de docteur en droit ob- 
leoQ dans une des facultés des universités des Etats pontificaux. 

Art. 85. La nomination aux fonctiofis d'auditeur au conseil des ministres est 
lêserrée au souverain, à qui elle devra être proposée par ce conseil. C'est an 
conseil que les litres des concurrents devront être présentés. 

Art. 84. Les auditeurs seront répartis dans les ministères et dans le secréta- 
riat da conseil, de la manière que le cardinal président du conseil jugera conve- 
nable. 

Art. 85. Â leur admission aux fonctions, les auditeurs prêteront le serment 
pour l'observation du secret. 

Art. 86. Leurs fonctions sont gratuites. 

Art. 87. Aprè^i quatre ans de service sans interruption et d*one conduite i»)na* 
ble. laborieuse et irréprochable, les auditeurs au conseil des ministres auront te 
dniii de demander un emploi ou une charge vacante en rapport avec leur âge, 
Imt expérience et leur capacité, et d'avoir la préférence sur on nouveau concur- 
rent quefteonque. 

Art 88. Les auditeurs ecclésiastiques seront l'objet d'une attention particu- 
lière dans les promotions aux fonctions ecclésîastiqnes. 



Digitized by VjOOQ IC 



(94) 



CHAPITRE VI. 

Dispositions générales. 

Art. 89. Les minislres $eui8 auroiii Thonneur d'avoir des audiences régulières 
da souverain ; celle distinciion cessera pour tous les autres chefs des départe^ 
menis annexés aux divers Inini^tère8. 

Art. 90. L'audience aura lieu ordinairement une fois par semaine pour chaque 
ministre, excepté pour ceux à Tég^rd desquels le souverain di^posera autremeot. 

Art. 91. Chacun des ministres présentera au conseil des ministres, d'ici aa 
mois de mars prochain, le projet de règlement intérieur d'après lequel il se pro- 
pose de diriger son département pour tout ce qui concerne une bonne gestion et 
Tcxpédiiiou prompte des affaires. 

Art. 92. Le conseil des ministres, après avoir reçu ces projets de règlements, 
choisira dans son sein une commission qui sera chargée de les examiner, dans 
le but d'en former un seul projet qui, après une discussion dans le conseil, et 
après avoir reçu la sanction du souverain, sera imprimé et servira de règle à 
tuus les ministres sans distinction. 

-Art. 93. Dans le même espace de temps, il sera porté d'abord à la Consulte 
dTtal ei en^uile au conseil des minisires, un aulre projet de régleiuent qui de- 
vra fixer les conJilions d'après lesquelles devront dorénavant avoir lieu les do- 
minaiions et les traitements des employés, les avancements, les suspensions et 
les destitutions. 

CHAPITRE VII. 

DitposHions Iransiloires, 

Art. 96. Le présent règlement sera mis à exécution le I*' janvier 1848. 

Art. 97. D' .«priés la teneur de Tart. 18, les attributions de la congrégation du 
bon gouvernement cessent à la même époque, et passent au ministère de PinCé- 
rieur. 

Art. 98. Jusqu'à ce que les nouveaux règlements prescrits par le présent moiu 
proprio M)ient rédigés et approuvés, les règlements existants resteront en vigueur, 
en tant qu'il n'y est spécialement dérogé p;«r les dispositions présentes. 

Donné en notfe palais apostolique du Quirinal, le 29 décembre 1847, Tan se- 
cond de notre pontificat. 



IfOCVEAU DOGUIISNT KBL4TIF AUX AFFAIKES DE LA SDISSB. 

Les commissions de l'adresse de la chambre des pairs et de la chambre des 
députés ont reçu du ministre des affaires étrangères, président du conseil, coiti- 
municiition d'une nouvelle pièce relative aux affaires de la Suisse. En voici le 
texte: 

Xllll. — Lord PalvMTSton à lord NomuuUfy. 

Foreign-office, le 27 décembre 1847. 
Mylord, 

J'ai eu il y a peu de temps un entretien avec le duc de Broglie, au sujet de la 
déclaration faite par les cinq grandes puissances, à Paris, le 20 novembre 18I5« 
et par laquelle elles ont garanti la neutralité de la Suisse, ainsi que l'intégrité et 
rînviolabiliié de son territoire dans les limites qui lui sont assignées par le traité 
de «Vienne et par le traité de Paris de la même date que la déclaration, en re- 
connaissant en même temps que l'indépendance de la Sui&<ie de toute influence 
étrangère est dans l'intérêt bien entendu de la poliilque de l'Europe entière. 

Gomme cette déclaration de novembre 1815 se raïuche étroitement à des 
questions que peuvent avohr un jour k traiter les puissances qui l'ont signée, je 
crois devoir faire connaître à Votre Excellence, et par son intermédiaire au gou- 



Digitized by VjOOQ IC 



(95) 

Ternemeot fraoçais, la manière dont le goaverneineDt de S. M. envisage les ea- 
gagemeots pris en vertu de cette déclaration. 

Il paraît au gonvemement de S. M. que cette déclaration do 20 novembre 
1815, et les arrangements relatife i la Snisse dont elle faisait partie, ont eu pour 
objet la paix de TEarope, en rendant Tétai de la Suisse propre à assurer le 
maintien de cette paix. 

A cet effet, il fut décidé que la Snisse, formée d*une confédération de cantons 
souverains, serait investie du privilège d^une neutralité perpétuelle, de telle sorte 
qd*ancone antre puissance ne fût tentée de chercher à fattirer à soi comme al- 
liée on auxiliaire dans la guerre. 

Dans ce même but, son territoire fut déclaré inviolable, de telle sorte qu*au- 
canes troopes étrangères ne pussent pénétrer sur ce territoire on le traverser ponr 
envahir un autre pays; et afin que la confédération suisse ne pAt jamais être en- 
traînée par des sentiments de partialité à s*écarter de cette stricte neutralité qui 
devait invariablement caractériser ses rapports avec les autres Etats, les cinq 
grandes puissances déclarèrent que la Suisse devait être indépendante de tontt^ 
inflaence étrangère. 

Le gonvemement de S. M. pense qn*il est d'une haute importance pour les 
intérêts généraux de TEorope, ainsi que pour Tbonneor des cinq puissances, 
que ces engagements soient strictement et littéralement observés ; que, tant qm - 
h Soisse s'abstient de tout acte en désaccord avec son caractère de neutralité, 
rinvîolalMlité de son territoire doit être respectée, et conséqoemment qu'au- 
cunes troopes étrangères ne doivent pénétrer sur ce territoire; que la liberté de 
la Suisse et son indépendance de toute influence étrangère doivent être main- 
lenves, et conséqoemment qu'aucune puissance étrangère ne doit chercher à 
exercer une autorité dictatoriale en ce qui touche les affaires intérieures de la 
Confédération. 

Sans doute, si les Suisses prenaient une attitude agressive k l'égard de leurs 
voisins, la neutralité et l'inviolabilité garanties à la Suisse ne sauraient les sous- 
traire à la responsabilité de leurs agressions. Mais en ce moment les Suisse^ 
n'ont pas commis d'agression semblable. Le gouvernement de S. M. pense donc- 
que la garantie contenue dans la déclaration do 20 novembre 1815 subsiste dan» 
toute sa force, et qu'elle doit être observée et respectée par toutes les puissances 
qui ont pris part à cette convention. 

Je TOUS transmets ci-joint, pour votre commodité, copie de la déclaration du 
90 novembre 1815. 

Totre Excellence remettra à M. Guizot copie de hi présente dépêche. 

SOUMISSION D'aBD-BL-EADBB. 

Nous empruntons au Moniteur algérien du 30 décembre quelques nouveaux 
renseignements sur les derniers instants du séjour d'Abd-el-Kader en Afrique : 

« L'émir parut éprouver un dernier sentiment d'orgueil lorsqu'il fnt accueilli 
an son des fenlares avec tes honneurs militaires, sur ce terrain de Sidi-Brahim, 
théâtre d'un de ses plus importants succès, où se voient encore les tombes de 
nos soldats, dont nous pouvons pardonner la mort , victimes qu'ils ont été ce 
jour-là, et victimes glorieuses, du sort des armes. Il se renferma, pendant la 
route, dans cetie gravité triste, qui lui est, dit-on , habituelle, et que la circon- 
stance étal! très-propre à augmenter. 

a A six heures du soir, il arrivait avec MM. le lieolenant-général de Lamori- 
dire, le général Cavaignac et le lieutenant colonel de Beaufort, et il était intnh 
dÉit devant S. A. R. Conformant ses démarches à sa fortune présente, il déposa 

Digitized by VjOOQ IC 



(96) 

ImnAliMBent ses «andaîes sarle seuil, attendit uo signe 4a prince poor n'iiofir, 
ei, après on instant de silence, prononça les paroles «iiivaiites . Iraïkûtes par 
Vl rîmerprèt» principal Rousseau : 

« l*aiirais TonHi foire ptlis tôt ce que je fais aujourd'hui, j'ai auendu rbcpre 
•"» naiiflée par Diai. — Le général m'a donné une parole sur laquelle je me avis 
» fié. Je ne crains pas qu'elle soit violée par le fils d'un graud roi conNse celui 
• ées Français. — Je demande son aman pour ma famille et pour moL • 

1) S. Â. R. confirma, par quelques paroles simples et précises, U pronetee de 
«on Heotenant, et congédia avec dignité ce personnage envers lequel doivemse 
taire désormais les passions des premiers lemps de sa longue lutfte. 

« l>e8 tentes avaient été dressées dans l'eDceiutf^ de Tb^pilai de N^monrs pour 
Abd-el-Kader et pour sa famille ; il y fut conduit, et a pu s'y occuper, peadant 
toute la journée du 24, des affaires qu'il va délaisser saw reiour. 

» Une dernière céréiaonie qui n'a pss dA le omibs coûter k son orgueil, avait 
«u lieu dans la matinée. 

» Au moment où S. A. R. rentrait de la revue qu'elle avait passée de la cava- 

«lerie qui retournait au camp^ t'ei -sultan s'est présenté à cheval et entouré de ses 

INriucipaux chefs, a mis pied à lerre k quelques fias du prince. « Je vous offre, a- 

M tr-ii dit, ce cheval, le dernier que j'ai «omé ; c'est un témoignage de ma grati- 

» tude, et je déaire qu'il vous porte bonheur, a 

« Je J'accepte , a répondu le priivce , comme un hommage rendu à la France, 
• doni la protection voas couvrira désornaîs, et comme signe de l'oubli da 
9 passé. » 

V L*émir a salué ensuite avec dignité, et est retourné à pied dans l'enceinte du 
canpenMut. 

a L'ez-émir est un homme d'environ trente-huit ans. Nous avons vainement 
•eherehé dans ses traits la haute distinction et l'expression pénétrante dont nous 
avions souvent oui parler par les personnes qui l'ont vu dans sa puissance. Sa 
.phydonomie est inlelligente néanmoins, ses yeux grands et noirs ont le regard 
dur ei impérieux. — Son ternt est jaune, sa face amaigrie ; sans être longue, sa 
i»arhe noire est abondante et se termine en pointe ; Tensemble de sa figure est 
■uuatève; eHe rappelle, moins la douceur, la figure traditionnelle du Christ; sa 
voix est grave et sonore. — Sa taille, au-dessoals de la moyenne, parait robuste 
«t hlea prise. — Son costume est le plus simple qui soit en usage parmi les chefs 
secondaires de la province d'Oran, un burnous noir sur deux burnous blancs. — 
La botte de marpqoin jaune ordinaire. — Il ne brille par aucun luxe, pas même 
par celui de la propreté. — fi nous semble avoir rencontré cent fois au miliea 
des goums arabes les mêmes traits et la même physionomie. « 

On Kl dms une lettre datée de Toulon le 1^ janvier, et publiée par le Sud de 
du Marseille : 

« On avait donné à Ahd-el-Kader pour logement, dès le premier jour de la 
traversée, une cabine de tambour du tribord, la chambre du carré du comnias- 
lëant, préparée pour hii, se trouvant dans le faux-pont (à bord d'une frégate à 
-vaipeur), et par conséquent trop peu aérée pour un homme habitué à vivre en 
plein air. 

a M»is le dernier jour, en traversant le golfe de Lyon , temps affreux, il fol 
obligé de redescendre dans sa chambre du faux-pont. Il était calme et tranquille 
pemiaut Torage; on ne pot le décider que diflicilc^ment à quitter cette cabine, 
tftti étak', sinon dangereuse pour lui , au moins tr^s-exposée aux lames, pnisqae 
UM embareatioii suspetidoe ec adossée à celle cabine a été enlevée par un coup 

' Digitized by VjOOQ IC 



(9r) 

dener, «tftt*à rarrivée à Took», le |ilMcher «e IroiivaUsûiileféde plna ffm 
pÎBd. 

• Abd-el-Kader a les jambes écorcbées par les broussailles dans lesquelles il a 
psné les derniers janrs de son aveniureuae carrière. 11 aune peiîle Uesauresor 
b foce dorsale du pied gaaebe. 

» P^rmi les lemmes passagères se trouve sa mère, femme irès-âgée, d*nm dé- 
Toèmeotiaébranbble à sa fortuoe, qui le suit partout depuis douze ans. 

» Le plus Agé de ses fils, r^ui qui a eovtron buil aos, a une physionomie dé- 
icnaioée ; il y a dans son regard quelque chose d*éueigique et d^un peu sauvage 
qs'OD ne remarque point chez son père, m 



NOUVELUBS ET FAITS DIVEB8. 

IRTÉEIIUI. 

FAID, 10 janner. — Il n'y a«ra pas de aéaaee publique k la ebambre des 
dépolès avant vendredi procbaiu. La commissioo de Tadresse n'aura termiué 
«00 travail que mercredi. Le projet du rapporteur, qui ne sera nonné qu'b l^uae 
é» proebaioes séances, sera lu vendredi en séance publique. La discussimi gé- 
aénle ne s'ouvrira pas avant mardi 18 de ce mois, en supposant que la chan^ie 
des pairs ait terminé cette semaine sa discussiou sur TadresM. 

Les bureaux de la chambre des députés commenceroni, mardi ii, Teximen 
do budget des dépenses de 1849. 

— On parlait beauconp samedi à la cbambre des dépatés ë'nne lettre écrite au 
roi par Abd-rl-Kader. Dans cette lettre, marquée au sceau d'une résignaiien 
pleine de noblesse et d'une reconnaissance pleine de dignité pour raceueH qui 
loi a éié bit en France, Tex-émir ne dit pas un seul mot des réserves mises k sa 
semnignMi, et ne parle plus ni d'Alexandrie ni de Saintr-Jean-d'Acre ; bieii au 
coDtratre, ii se met tout b-fsiit à b disposition du nUtên daFrançëiê^ et maaii- 
teste ffiénie le iSésir de faire un Toyage à Paris. 

—S. A. R. Mgr leduc d'Aumale, gouverneur-général de l'Algérie, a proposé à 
ï. le minisire de la guerre de faire rentrer en France deui r^iments d'infante* 
rie et un régiment de cavalerie actuellement employés en Algérie. 

Le roi, de l'avis du conseil des ministres, a approuvé cette proposition. 

— Le gouvernement vient de décider qu'une petite pyramide serait élevée à 
Teodroii où a eu lieu l'entrevue d'Abd-el-Kader et de M. le duc d'Aumale, pour 
perpétuer le souvenir de cet événement. 

— Voici un fait qui peut avoir son intérêt, et qui explique lescondiilîoiisde la 
capiiulation demandée par Abd-el-Kader. Il résulte de la correspondance de nos 
consuls et agents consulaires que, depuis plusieurs années, des émigrations dé 
lainilles arabes ont eu lieu en Syrie et dans plusieurs parties de TEgypte. 

Un oncle d'Abd-el-Kader habite le pachalick d'Acre, où il s'est acquis, dilH>n9 
pv ses pratiques religieuses, une certaine influence. L'émir se trouverait donc 
ainsi au milieu des siens, et il pourrait méditer avec eux sur les moyens de ren* 
trer en Algérie, lorsque le moment favorable serait arrivé. Cette ciroonsunce 
montre quel danger il y a de transporter Abd-el-Kader dans un pays où il compte 
des pariibans, et qui se trouve à une si faible distance denos possessions d'A«^ 
friquc. (SemavM,) 

— Un gr<ind dîner spécialement donné en l'honneur de VM. GnUoreds et Ra- 
dowiu, a eu lieu jeudi dernier, au ministère des affaires étrangères. 

Parmi les personnes invitées se trouvaient la plupart des mtmiivft^ ML le piér 
sident de la cbambre des députés, M. le grand référendaiie dnc Déesses, es ion^ 



Digitized by VjOOQ IC 



(98) 

tes les notolriUlés du corps diplomatique étranger, à l'exception toutefois de 
M. rambasaadeur d*Angleterre, qui n'a paru que plus tard, dans le cours de h 
soirée. 

— M. Siegwart Mûller, ex-avoyer de Lucerne, vient de publier dans la Gazette 
de$ Pottêêd'Âuffsbourg^ une justification de sa* conduite. 

M. Siegwart Mûller eiplique que l'argent dont il a été trouvé nanti à Domo- 
dossola ne provenait point de la caisse publique de Luceme, mais lui avait été 
envoyé de Milan, sur sa demande, pour subvenir aux dépenses de la ligne ca* 
tholique. Seulement ces fonds arrivèrent trop tard et furent remisa M. Siegwart 
Mûller fugitif. 

M. Siegwart Mûller, après avoir été arrêté momentanément à Domodossola, 
put continuer sa route vers Turin et Milan, et remit, dans cette dernière capitale, 
les fonds à la personne qui les lui avait expédiés. 

^ Un beau monument à encourager, un monument patriotique qui doit exci- 
ter dans toute la France de vives sympathies, c'est la statue équestre de Jeanne- 
d'Arc. La bergère de Donremy sera représentée comme un symbole de la FraDce 
délivrée de l'invasion étrangère. Quatorze bas-reliels, enclavés dans le piédes* 
tal, raconteront les épisodes de cf tte tradition nationale. Jeanne-d'Arc est, sans 
contredit, la figure la plus poétique de l'histoire de France. Le monument 
de Jeanne-d'Arc sera élevé sur une place d'Orléans. La statue équestre doit être 
exécutée par M. Foyatier, Fauteur du Spariacus des Tuileries. 

— Un épouvantable accident est arrivé à l'embarcadère du chemin de fer du 
.Nord^Quest, dans Easton-Square. On y construit à ^ands frais une nouvelle 
salle d'attente. Le mur principal s'étant écroulé, un échafaud sur lequel travail- 
laient des çuvriers dans l'intérieur de l'édifice a été entraîné. 

' On a trouvé cinq cadavres sous les décombres. Douze, autres ouvriers ont été 
relevés dans l'état le plus déplorable et transportés sur des civières à l'bdpical de 
l'Université de Londres. John Shay, qui a eu les côtes, la mâchoire inférienre, le 
néz et la partie supérieure du crâne brisé, est mort peu de temps après son ar^ 
Afée, Il laisse une veuve enceinte et six enfants. 
. Lestlégâts sont considérables à la charge des entrepreneurs. Le mur souteiia 
par des colonnes paraissait cependant construit avec solidité ;4es briques étaient 
retenues de disunce en distance par des queues d'aronde et des crampons de 
fer. 

— La Goutte universelle de Pruste dément la nouvelle de l'apparition da cho- 
léra à Tilsitt, nouvelle qui avait été annoncée par une feuille de Steiiin. 

■■Il ■ n m ^t^mmammut 
EXTfiRlEUR. 

ITAUE. ^ D'après VÀlba du 1«' janvier, un décret du grand-duc de Toscane 
invite les jeunes gens de dix-huit à trente ans à s'inscrire sur les registres des 
eorô'ements volontaires. Le temps de service ne sera que de trois ans. Chaque 
enrôlé dans l'infanterie recevra, à titre de prime d'engagement volontaire, la 
somme de 60 livres. Le but du décret est d'augmenter tout d'un coup Tannée, 
qui ne pourrait recevoir que des renforts insensibles par l'effet des levées au- 
noelles. 

— V Union monarchique publie les nouvelles suivantes : 

«Nous apprenons de source certaine que de conférences sur les affaires de 
. rhalie centrale ont en Heu à Milan entre l'archiduc Ferdinand d'Autriche, le due 
régnant de Lacques et le feld-maréchal Radetzky. 



Digitized by VjOOQ IC 



(99) 

»L*oceipition de Modène et d'une partie du duché de Parme a été faile avec 

racqoiesceiDeni de la Prusse. M. Guizot vient de Tapprouver complèlement; 

M. d'ippoiij vient aussi de déclarer que, bien que Toccupation ne fût que tem- 

ponJR, il était impossible au cabinet de Vienne d'en assigner le terme, en pré- 

seoce de r«giution continuelle de Tltalie.» 

- Noos apprenons à Tinstant qu'une collision sanglante aurait eu lieu à Milan, 
daosb Dflit du S^au 4 janvier, entre le peuple et la garnison aulricbienne. 

Des aiiroopeuients nombreux se seraient portés successivement sur divers 
postes qa'ils auraient désarmés, puis ils auraient couru aux casernes, où une vive 
(asiUade se serait engagée ; le nombre des morts et des blessés serait constdé* 
rablede part et d'autre. 

susse.— On écrit de Berne, le A janvier: 

fie brait courait hier, à Berne, qu'une révolution avait éclaté daqs le canton 
deNeocbâiel; des lettres reçues aujourd'hui de cette ville nous apportent seule- 
ment la iioovelle que le gouvernement, craignant une révolution, a envoyé quel- 
ques pièces de canon à la Sagne et dans le val de Travers. Il paraîtrait que les 
libéraoi neochàielois, outrés de voir le triste rôle que Neucbâtel a joué dans l'af- 
biredo $onder|)und, ne peuvent supporter l'idée que la capitale de la prinei- 
paBié devienne le Heu d'un congrès dont le but est de dominer la confédération. , 
Voilà coomeni la diplomatie nous trouble partout où elle met le pied sur le ter-, 
ritoire suisse. C'est ù elle que nous avons dû la guerre, et c'est elle qui noiîs 
iorcera de prendre les armes pour la seconde fois peut-être, si elle veut tro)) j^- 
tenreoir dans nos querelles intérieures, a " 

-Le grand conseil de Fribourg a adopté, le 3 janvier, le projet ût 
vaut, qoi lui avait été soumis par le gouvernement provisoire : 

oÂiil*'. Le gouvernement provisoire est autorisé à la levée d 
forcé josqu^à concurrence de 300,000 fr. Il s'entendra avec le dîrc' 
la/, en de lui donner toutes autres garanties requises pour r^equii 
dette eaotooale eu vers la Confédération. 

»Ari. 2. Cet emprunt pèsera esseutiellement sur les auteurs et f^u 
perre, sous bénéfice de supputation pour l'acquittement des go m m es 
■ coflforaiité d'un décret ou jugement ultérieur, et sur les reniiersêtapiia 
Qsen, en outre, fiiit un appel aux souscriptions volontaires. 

lArt. 3. Tout montant versé portera intérêt à 5 pour 100, dès le moment du 
lersement, et sera remboursé au plus tard dans un an par l'Etat. » 

LEVAIVT. — On écrit de ÇonsUntinople, le 22 décembre : 

fl Le différend turco*grec est décidément terminé. Le cabinet grec a remis à 
I. Persiani une lettre pour le ministre des affaires étrangères de la Porte. Cett» 
eure, conçue d'ailleurs en termes très froids, satisfait aux deniières exigences 
lela Porte, en autorisant Âii-Effendi à transmettre à M. Mussurus l'expression 
^ regrets du cabinet d'Athènes relativement à l'incident du bal de la coor. 
I. Necloodoff, secrétaire de la mis>ion de Russie à Athènes, est arrivé à Cons- 
wiiflople dimanche dernier 19, sur le paquebot de Trieste, et 11 a remis cette 
Htreà M. deTitoff, pour qu'il la communique au divan. 

» Depuis l'arrivée de la lettre de M. Glarakis, des communications très-actlves 
Dtlieu entre la Porte et les représentants étrangers, et surtout avec le ministre 
e Russie. Un grand conseil a eu lieu lundi, et tout le monde pense que le retrait 
es mesures coërcitives va avoir lieu immédiatement, et qu'il sera suivi du ren- 
oi à Athènes de If. Mussurus. 

> La Porte a envoyé im bateau à vapeur prendre le général Griziotis, qui se 
roQve toujours à Chio, pour l'amener à Constantinople.» 



Digitized by VjOOQ IC 




( 40ft ) 



CHAMBRE DBS I^AIRS. 

(PrM^oce de M. Pasquier. -^Séance du iùja/MfUr.) 

L*ordre du jour appelle la lecture et b dtecumion d« projec d^advesse en lé- 
ponae au discours de la couronne. 

M. le bar/m de Baranle donne lecture du projet d^resse. (L*espaiee no» 
manque pour insérer cette pièce, qui n*est que la paraphrase dm discMrs d'ou- 
verture des chambres^ sauf un paragraphe relatif ^ la soumission d*Ahd-cd- 
Kader.) 

M. d'àlthon-shéb ouvre la discussion. On se rappelle que M. d*ÂUon-Sbée a 
déclaré Tannée dernière du haut de la tribune qu*rl n'était ni chrétien m catholi- 
que; roniteor renouveffe aujounThut cette probesution. Cependant, arrivée par- 
ler de la Suisse et des Jésuites, fl ntiéstte pas i faire cette déclaration : 

Un seul Élit nous intéresse, dilnf. Pari*expulsion des Jésuites, la Kherié reli- 
giense en Suisse étaît-elté violée, oui ou non ? La minorité dit oui, et je dis oui 
avec la minorité. 

L^orateur foit lliistoriqne des relations qui ont existé entre le cabinet fran* 
çafe el lord Pahnerston. II aborde ensuite roccopaiion de Ferrare par TÂn- 
tridie. 

Après avoir rendta faosmiage an profond génie et au noble caractère de Fie IX, 
Foraleur poursuit ses attaques contre fAutriche ; il laisse entendre ces paroles : 
iVb«{ ne sommes ni catholiques ni ehrétiene. 

Ausilitdt la chambre entière manifeste une désapprobation marquée. M. le 
président se bftte d'interrompre Torateur et Tinvîte à retirer ses paroles. 

■• 9'A£itm-SR«B. Par Tarticle 5 de la charte» j*al le droit de dire : Novs ne 
sommes nî^catholiques, ni chrétiens. 

a. Lr patsTOBiiT. Alors dites ;e, et non pas nonf. 

M. d'alion-shêb. Moi, qui ne suis ni catholique ni chrétien, qn'ai-je i faire de 
^plr hi religion servir de passeport i la lil)erté? 

âv^peftA» pour un instant qu'il y ait eu ii Rome un prince séculier; qu'an lies 
«Ki«,|a iéte tdi ceinte de la tiare, sa main fèt armée d'une épée. Qui, pi i rr ai l 
douter que tous ses efforts n'eussent été étouffés par les forces de rAutriche, et 
que la cause de la liberté n'eût succombé? 

MM. Villiers du Terrage et lleynard succèdent à M. d'Allon-Shée ; leurs dis* 
cours ne sont qu'une revue des actes du gouvernement. 

Personne ne demandant plus la parole sur Pensemble du projet, M. le prési- 
dent ferme la discussion générale. Le débat sur les paragraphes aura lieu de- 



<-g- 



\&%>amba 



2lIrrUn ft €ittt. 



B0UR8B DE PARIS DV iO JANTIBR ÎHÂS, 



GiMQp. 0/0.t17fr. lOc. 
Tmoisp. 0/0. 75fr.00c. 
QiUTnE p. 0/0. 100 fr. 00 c. 
Quatre i/2 p. 0/0. 1Ô4 fr. 00 c. 
Oblig. de la Ville de Paris. 1 51 Sfr. 00c. 
Act. de la Banque. 3215 fr. 00 c. 



Quatre canaux . 0000 fr.OO c. 
Caisse hypothécaire. 252 fr. 50 c 
Emprunt romain. 96fr.l/2. 
Rentes de Naples. 102 fr. 00c. 
Emprunt d'Haïti. OOdfr.OOc. 
Rente d'Espagne. 5 p. 0/d 25 f^. 



1/8. 



PARIS.— (XPRiHsnn D'AraiBK LE ciERB ET c*,rue Cassette, 9^. 



Digitized by VjOOQ IC 



JEUDI iS JANVIER 1848. (M* 4480.) 

BEVUE ET NOCVEULm ECCLÉSIASTIQUES. 

BOKE. *-Il est d'uMge que le Saint-Père, an dernier jour de Tan, 
K rende ea grande cérémonie à Tégliae del Gesu, arec le sacré colley et 
ksëiuit, poar y remercier Dieu publiquement des grâces reçues durant 
raonëe qui finit, et implorer les bénédiciions célestes sur celle qui ra 
i^oarrir. Les hommes qui ont déclaré aux Jésuites une guerre au^i in- 
juste qu'elle est odieuse, auraient bien voulu que le Fspe s'abstint cette- 
année d'une démarche que l'usage et la piété de ses vénérables prédé- 
cenears ont consacrée. Toutes leurs sourdes menées ont été inutiles, 
fie IX est allé cette année, comme l'année dernière, le 31 décembre, 
prier dans l'église du Jésus et assister au Te Dettm qui a été chanté avec 
la ioleomté accoutumée. Cependant les ennemis des Jésuites ont voulu 
prendre leur revanche de ce qu'ils regardaient comme un échec. Ils ont 
monnaré et menacé : si bien que, redoutant pour la nuit quelque crini* 
nelle tentative contre le couvent de ces religieux, le gouvernement a à& 
prendre des mesures de précaution . Dans les trois quartiers voisins, de 
Tre?i,des Saiots-Apôtres et de Golonna, les postes de la garde civique 
ont été renforcés de cent hommes. Heureusement aucune démonstra- 
tion n'a eu lieu : l'ordre n'a pas été troublé. 

Mais comme il faut, quelque chose qui arrive, que les Jésuites aient 
toujours tort, voyant qne la nuit s'était passée sans aucune tentative de 
désordre, les mêmes iiMlividus dont les menaces ou du moins les propoa 
fort inconsidérés avaient motivé les sages précautions de l'autorité, se 
sont hâtés de dire que les révérends Pères avaient eux-mêmes répandu 
tous ces bruits alarmants pour faire naître l'inquiétude dans les esprits, 
Cl de funestes défiances entre le peuple de Rome et son adoré souve- 
rain. C'est ce que nous répètent gravement ce matin toutes les feuilles 
libérales de Paris. Vraiment le radicalisme, quand il se met en frais 
dm?ention d'accujiations absurdes, devrait au moins nous donner du 
noareau. Gomment ne prend-il pas garde qu'en accusant les Jésuites 
d'aimr semé ces bruits d'attaque et d'incendie contre leur maison, il 
ne fait que répéter cette vieille et stupide histoire des nobles qui 
brûlaient eux-mêmes leurs châteaux poiur le plaisir d'en accuser le 
Ion peuple? 

L'indisposition fort légère que le Pape avait éprouvée quelques jours 
auparavant ayant fait craindre qu'il ne pût pas sans danger de l'aggra- 
ver se présenter au balcon du Quirinal lorsque le peuple irait au jour 
de l'an, lui porter ses félicitations et demander la bénédiction aposto- 
liqne, la pensée de cette manifestation populaire avait été abandonnée. 
Mais de là des inquiétudes exagérées sur la santé du Saint-Père. Pour 
rassurer ces craintes de son peuple bien-aimé, Pie IX, avec cette bonté 
de coeur qui ne peut être comparée qu'à l'amour d'un père pour ses en- 
fants, a daigné, le dimanche 2 janvier, se montrer à ses sujets, et par- 
courir la ville att milieu d'une population ivre de joie et d'enthou- 
siasme. 

VÂmide la Religion. Tonie CXXXFI 6 

Digitized by VjOOQ IC 



( <')2 ) 

PARIS. 

M. Tabbé Plantier a terminé dimanche dernier, à Notre-Dame , ses 
conférences de l'Avent. L'importance religieuse des séances de la cham- 
bre des pairs nous force de renvoyer au prochain Numéro Tanalyse de 
cetle dernière conférence. > 

M. l'abbé Bautain va reprendre à Notre-Dame, pour les continuer 
jusqu'au Carême, ces hautes instructions religieuses. 

Nous avons déjà annoncé que M. l'abbé Diimarsais, curé de U pa- 
roisse des Missions-Etrangères, a été promu au canonicat, et que 
M. l'abbé Roquette, premier vicaire de Saint-Roch, a été nommé curé 
de la paroisse des Missions-Etrangères. Ces promotions ont donné lieu à 
un mouvement qui touche cinq paroisses importantes : M. l'abbé Ber- 
nier, premier vicaire de Saint-Etienoe-du-Mont, devient premier vi- 
caire de Saint-Roch. M. l'abbé de Roquefeuil, vicaire de la paroisse des 
Missions-Etrangères, devient vicaire à Saint-Etienne-du-Mont. M. Fabbé 
Briot de la Mallerie, vicaire de Sainte-Valère, devient premier vicaire 
de la paroisse des Missions- Etrangères. M. l'abbé Moléoo, prêtre du 
clergé de Saint-Thomas-d'Aquin, devient vicaire de Sainte-Valère. 

^ ■— ■ — 

Nous avons dit que dans la situation déplorable faite à la Suisse ca- 
tholique, ni le mâle courage, ni la fermeté calme du clergé ne failliront 
devant les violences du radicalisme. Yoici une lettre de M. l'ëvéque 
de Fribourg qui mérite d'être placée à côté de celle que nous avons déjà 
citée de son vénérable collègue de Coire : 

LeUre de Mgr MaxUUy, évéque de Lausanne et Genève, à Monsieur le priti- 
dent et Messieurs les membres du grand conseil du canton de Fribourg, 
« Monsieur le président, 
« Messieurs les députés, 
» Dans la situation grave où se trouve notre canton, voas permettrez au pre- 
mier pasteur du diocèse de venir vous exprimer et la douleur profonde qu'il res- 
sent à la vue d*un passé déjà si affligeant pour la religion, et les craintes que lai 
inspire un avenir plus alarmant encore. 

» Pour calmer Tirritation, pour ramener la concorde dans la Suisse, il ne de- 
vait donc pas suffire que notre canton renonçât à Palliance qui a motivé Texéca- 
tion militaire ordonnée par la haute diète. Il ne devait pas suffire non plos 
que les Jésuites fussent renvoyés dans le terme de trois fois vingt-qu:ilre heu- 
res, sans tenir compte à plusieurs d'entre eux de leur qualité de citoyens fribonr- 
géois. Il a fallu encore que, sous prétexte d'affiliation avec les Jésuites, la disso- 
lution immédiate de plusieurs éublissements religieux de charité et d'éducation 
chrétienne vînt accroître le chagrin et les inquiétudes du peuple fribourgeois. 
Cette dissoluiion même ne devait être que le prélude d'un système d'hostilité 
ouverte qu'on paraît avoir adopté contre le clergé, système déplorable, qui prive 
les pasteurs des âmes de toute protection et de tout moyen de défense contre les 
traits de la calomnie et de la malveillance, qui méconnaît la distinction des pou- 
voirs, ébranle toutes les règles de la discipline ecclésiastique et paralyse Tadmi- 
nistration diocésaine, en exigeant que celle-ci sanctionne des voies de fait con- 

Digitized by VjOOQ IC 



( <03 ) 

tnires aax saîDts caDons qu'un évéque ne peut violer sans devenir prévarica- 
teur. 

9 Aajoard*hm, Messieurs, on vous propose l'adoption de mesures encore plus 
désastreuses. Contrairement aux droits acquis, malgré les lois et les anathèmes 
de FEglise, on vous propose de supprimer une de nos anciennes communautés 
rdigieuses, d^en accabler une autre, de les imposer toutes et de séculariser Fad- 
ministrMioQ des Mens ecclésiastiques. On vous propose de reconnaître au pou- 
voff civil des attributions qui appartiennent exclusivement à Tautorité spiri- 
tadle, puisque Texercice des fonctions du saint ministère serait interdit dans ce 
canum, sans Tautorisaiion du conseil d'Etat, aux prêtres non fribourgeois. On 
vous propose, en un mot, d'adopter à l'égard du clergé et des couvents une cou- 
dnile que le Saint-Siége a toujours réprouvée, et de mettre des entraves à Tac- 
tiOD l^itime des pasteurs des âmes réglée par l'Eglise, seule compétente en cette 
matière. 

9 Si nous n*avions à consulter que la prudence bumaine, nous cacberions nofi 
Inies aax yeux des fidèles et nous renfermerions notre douleur dans le silence 
dn sanctuaire. Mais fépiscopat nous impose des devoirs, et ces devoirs nous te- 
nons k les remplir sans nous inquiéter des conséquences que nos démarcbes pea- 
vent avoir devant les bommes. Nous vous dirons donc avec respect sans doute, 
MoDsieur le président et Messieurs, qu'à moins d'une entente préalable avec le 
Siège apostolique, vous ne pouvez, sans encourir l'anathème, ni porter la main 
sur nos établissements religieux, ni en cbanger la destination, ni vous emparer 
de leurs biens, ni porter atteint^ d'une manière quelconque à la liberté et aux ^ 
droits de l'Eglise. 

» Dans la détresse de la patrie, nous comprendrions les sacrifices possibles à 
imposer aux couvents et au clergé ; mais il n'appartient pas à l'autorité civile 
seule de disposer, d'après son bon plaisir, de biens plac4 sous la sauvegarde 
^lécûle de la religion. Quant à nous, nous ne repousserons point les sacrifices 
qu'on pourra nous imposer. Pourvu que les droits de l'Eglise et ses institutions 
soient sauvés, peu nous importe le reste. L'asile le plus modeste, où que ce soit, 
sous suflb^ aussi long-temps qu'il nous sera permis d^administrer librement le 
diocèse confié à notre sollicitude. Dans les pénibles tribulations qu'il a plu au 
Seigneur de nous ménager, nous ne désirons pas d'autre bonbeor que celui de 
voir s'établir et se fortifier parmi nos très-chers diocésains le règne de la justice 
et de la grftce de Dieu. 

v Noos vous demandons en conséquence. Monsieur le président et Messieurs, 
i*de respecter nos institutions religieuses et de ne rien entreprendre contre 
leurs droits ; 2* de ne pas entraver l'autorité épiscopale dans ses droits et dans 
Taccomplissement de ses devoirs, et de laisser au clergé la libre administration 
de ses biens. De notre cété, nous ne nous refuserions ni à un contrôle que nous 
nVoDs jamais redouté, ni à une entente en rapport avec nos obligations ; 5° en- 
fin, d^sdmettre en principe, lorsqu'il s'agira de réviser la constitution, que les 
relatiofis entre l'Eglise et l'Etat ne peuvent être réglées qu'au moyen d'un accord 
avec révéque, pour ce qui est de la compétence de l'autorité épiscopale, et avec 
la Saint-Siège apostolique pour les objets où l'autorité de l'évéque n'est pas suf** 
fisante. 

» Dans l'espoir que vous ne verrez dans notre démarche que l'accomplisse- 
moit d*an devoir rigoureux et que vous accueillerez favorablement nos justes 
représentations, nous vous prions d'agréer, Monsieur le président et Messieurs, 
l'hommage de notre haute et respectueuse considération. 

B Friboorg, le 4 janvier 1 848. 

a f Etisnns, évéquê de Louionne et de Qenive. » 



Digitized by VjOOQ IC 



( 104 ) 

^^ 

Le prévôt du G^[and-Saint*Bemard vient d'adresser la protestation 
suivante au président du gouvernement provisoire du canton du Yala» 
et aux membres de la constituante* 
«Hessienr^ 

c Ayant pris coonaissanoe des décrets portés par rassamUée popntoîra qm a 
en lieu à Sioo le 2 décembre 4847, par lesquels Ui immmmiéâ €€€lé$iêMtigmu mm 
abolies; ies biem det oouMsUf fkiùéê «ms la kauU êwnmllBm€e de rSêeU^ et mm 
beeain régis par fiu; U eoiUUion des bénéfices pmroissiaum^ doat jouît U Gtfmmâ 
Saml^Bemard^ lai est retirée; les frais de guerre^ des événeaunis yo/tltfiifg^ é 
partir de i844, et la réparation des dommages qui s'en sont «nMs, sont» amkmi 
que potsiUe, mis à la charge des couvents, ete^ 

B Ayant pris connaissance d'une lettre du gouvernement provisoire, signée : 
èL, Barukin, président, Bonvia, secréiaîre adjoint, laquelle noaa sifniie que 
lliospice du Graod-SaÎAt-Beraard , dont noos sonunes sapériaor, est frafipé 
d'une coDtriluiiioD de 80,000 fr.; 

9 Ayant la conscience qne la maison da Grand-Saint-Bemard a exacteaHM 
rempli les devoirs qui lui sont imposés p^ le but de son instiinlion, et qa^elle m\k 
jamais rien (ait qui puisse motiver les mesures violentes et arbitraires qne Vam 
lient de prendre contre elle, mesures qui ne peuvent laire péricliter lac— 
droit; 

9 Considérant que les décrets 2, 4, 5 et 7 de rassemblée poputoire sont ecNS- 
traires aux lois de TEglise, à laquelle nous serons toujours soumis; 

a Considérant que les biiens de la maison du Grand-Saint-Bernard, de quelque 
nature qu'ils soient et en quelques lieux qu'ils puissent être situés, ainsi qne aaa 
bénéUces paroissiaux, sont destinés à l'entretien de rbospiuliié et aox besoias ém 
culte catholique ; 

» Nous protestons au nom de la religion, de rbumauiié et de nos bieniiileori.» 
contre ces décrets et contre les conséquences qne l'on pourrait en Urer. Ces d^ 
crets, qui ont déjà reçu un commencement d'exécution par l'invasion armée ém 
Grand-iSaint-Bernard, s'ils venaient à recevoir leur complément, nous mettraient 
dans l'impossibilité de continuer l'bospiulité générale que nous exerçons depnia 
. près de neuf f^ièdes, et supprimeraient de fait un étsiblissement jusqu'iei toujoara 
protégé par l'Etat du Valais, soutenu par la bienfaisance de toutes les natloos, 
de la Suisse en particulier, des prlaces anciens et actuels; établissement respecté 
par la révolution française et conservé par Napoléon, qui lui avait accordé des 
privilèges uniques dans Tempire. 

a Nous approuvons dans toute sa teneur la protestation adressée, en notre ab- 
sence, à M. Barman, président du gouvernement provisoire, d^tée du 16 déeem** 
bre et signée . Jean-Nicolas Hubert, prieur claustrai, et G-J. Dorsaz, procureur- 
général du Grand-^int-Bemard. Nous approuvons aussi la protestation faite le 
17 décembre par le chapitre claustral, eontre Tinvasioa de rbœpioe du Grand- 
Saint-Bernard, par des commissaires du gonvemeiiient provisoire et par la fiaree 
armée le Id décembre, et contre l'inventaire qu'ils y fcmt des avoirs de rbu^&ca. 

1» Recevez, Messieurs, l'assurance de notre considération distinguée. 

a Donné, en noire résideoce d'Aoste, le 18 décembre 1847. 

a Le prévôt du Grand-Smint-Bamard^ 
a François-Benjamin Fujisz, cbinoinc régisseur, a 



Digitized by VjOOQ IC 



(105) 

EBVDB rOLlTIQQB. 

La&ewtogéBéntesv le pn^et dTadresM an roi n^apaséié tmigne as {nk 
4ais ia Laxe»bMr|; . ne Feteélé moins encore, que ni la diambre ni le public 
D^aBraBBoa «■ a^ de a^en plaindre. Sur les trois heures qo*a duré le débat, M. le 
CÊÊÊÊm iT AlMh-Sbée en a rempli deux par un discours dont il aurait pu se dis- * 
peMor decbaifer aa mémoire et de fatiguer ses nobles collègues. Tout le monde 
avait la 4ep«ia six mois dans les journaux de .toutes couleurs ces impréasions de 
ta»lgie amr la Smsae, le Portugal, l'Espagne et riulie, ces jugements ptefeuB 
d^i|nsiM ee aar des hommes et sur des choses qu*on n*a étudiés que dans le SUek 
-di le CmtHtmikmmd. Ce n^éuit yraiment pas la peine d'aller ramasser toutes 
«es lagMwr «oaihées dans Toubli et de les coudre bout à. bout pour en faire le 
( le ploa loBg« le plus nul et le plus fostidieux. Tout le monde savait aussi 
r rjnroir ealeadu dé|à de la bouche même du jeune orateur, que M. d'Alton* 
\ tt'eaa «I eaiMfqme ni ehrélim. Porter une seconde fois à la tribune des 
pain cène cynique profésaiOB d*incrédultté, c*éuit prouver simplement que le 
asMiMeBiielîgîeux n'cal pae le seul qui manque au jeune pair. Nous ne voyons 
paa qu'il y ait là de quoi se glorifier. Celte fois du moins, ceux de nos eon- 
irèrea qui avaient si généreusement amnistié la première fanfaronnade voltai- 
rieonede M. d'Alton, ae sont montrés moins indulgents pour la seconde. Ds ont 
sagement compris que le principe de la liberté reli^iense est chose trop noble et 
trop sainte pour être appliqué à pareil dévergondage. Sous ce rapport, M. d'Alton 
Kn-mème a pris soin de nous prouver que la véritable liberté religieuse n'a rîao 
de commun avec rindifférence ou le mépris de toolea les religions : s'il a timi- 
demeai reconnu ^ue les radicaux suisses ont eu tort de chasser les Jésuile8« il 
n'a pas iiésiié à déclarer que les Jésuites ont bien mérité ce traitement. 

La chambre des pairs, qui s'était soulevée tout entière contre cette misérable 
jactance d'irréligion^ a entendu le lendemain, avec des marques d'universel as- 
sentiment, une de ces nobles et touchantes protestations qui, dans la bouche d'un 
vieux soldat, donnent à la foi chrétienne une puissance sublime. Le général Fab- 
vier est de b race de ces guerriers qui, à la bravoure et à la gloire de leur vie 
militaire, savent unir le cour^^e plu^ dîlBcile et Thonoeor plus durable d'une vie 
exemplairement chrétienne. 

La disciiasioo des paragraphes de l'adresse, un moment égarée à la pour- 
suite des lails de corraptioa qui fournissent k la loquacité vagabonde de 
M. de Boiaay une carrière sans Karites, a été ramenée par M. le comte de Mon- 
talembart à la gravité du langage et h l'importance des questions qui avaient 
■TW|»é Toui^rtare de celle séance. Commencée par un solennel hommage^ la 
foi catholique, la séance de mardi a été terminée par une éloquente glorification 
du chef vénéré de noire Eglise. Nous citons textuellement et les paroles si diré- 
tiennea do général Fabvier, et la plus grande partie des religieuses considéra- 
tions de M. le comte de Monulembert. 

Cette grande question de Tltalie, qui occupe «ne si large place dana lea «on- 
aeils politif uea conane dans l'admiraiion de l'Europe, a rempli anoore aqjoor- 
£kÊi louie te séance de la chambne des paire. Ces gravée et solennels déhaia qne 
k chef aopféme de l'Egliae domine de toute la majesté de son double tr6ne et de 
\ la popularilé de son nom, nous remplissent tTune pieuse joie, nous dirions 



Digitized by VjOOQ IC 



( 106 ) 

presqae d'un saint orgueil. Dans on siècle où tanl d'esprits aTOOgles jettent en- 
core au catholicisme des paroles d'oatrage ou les sinistres prédictions d*one pi- 
tié non moins insultante» n'est-ce donc rien que tes hommages qnHI reçoit de 
tous les hommes d'Eut de quelque valeur, dans les assemblées politiqnes de In 
première nation du monde? Certes notre foi repose sur des promesses autrement 
solides que tous les appuis de la politique humaine. Mais nous avons ie droit d*è- 
tre iiers, et nous sommes tout disposés à nous montrer aussi reconnaissants, 
quand nous entendons on homme d'un esprit supérieur comme M. Guiiot, pro- 
clamer à la tribune la puissance du catholicisme, saluer par de magnifiques paro- 
les ses hautes destinées dans le mouvement qui agite les peuples, et ne pas crain- 
dre enfin de déclarer à Tesprit arrogata des révolutionnaires que ce catholicisme, 
que cette papauté dont ils font si bon marché, ont vaincu la révolution française 
et Tempereur, et sauront bien lutter contre les fantai$iê$ de la jnniB italr.Oq 
la parole humaine n'a plus ni dignité, ni vérité; ou ce discours de M. le président 
du conseil doit nous faire considérer comme désormais invariablement acqoîses 
toutes les sympathies de la France et de son gouvernement pour l'cBuvre difficile 
et glorieuse de Pie IX. 

MM. le baron Dopin et le comte de Tascber ont rédigé en commun le para- 
graphe additionnel suivant au paragraphe 6 du projet d'adresse actuellement en 
discussion : 

«Les nations chrétiennes contemplent avec admiration la courageuse initiative 
du Saint-Père et Theureax concours des souverains les plus éclairés pour ouvrir 
aux peuples d'iulie une ère nouvelle de civilisation, de liberté sage et de puis- 
sance collective. L'indépendance italique, nécessaire à l'équilibre de FEurope, 
reposera sur le succès de cette grande expérience, que nous accueillons de tous 
nos vœux et de toutes nos espérances.» 

M. le prince de la Mo^kowa propose l'amendement suivant au même para- 
graphe du projet de la commission : 

' « Nous croyons, avec Votre Majesté, que la paix du monde est assurée. Elle 
est essentielle à tous les gouvernements et à tous les peuples. Cet universel be- 
soin est la garantie de» bons rapports qui existent entre les Etats. Notu applau- 
ditiolM au dévelùppemeni pacifique éUs initUuliom libéraUt en Italie^ et nous ai- 
mons à payer un juste tribut d'hommages au Saint- Pire, gut, comprenant tes- 
frit de son siècle et tes véritables intéréU de ta religion, s'atanee d'un pas ferme et 
prudent dans ta voie des réformes politiques et administratives. Nos vœux accom- 
pagneront Us souverains qui, sans avoir égard plus que lui aux menaces des puis- 
sances absolutistes, ont répondu à ï* appel généreux et éclairé de Pie IX et sui- 
vent son exemple dans la carrière du progrès. Notre sympathie est acquise à ceux 
que chaque pays pourra accomplir dans son action propre et indépendante. Ces 
progrès seront d'autant mieux assurés qu'ils se réaliseront de concert entre les 
gouvernements et les peuples, et sans perturbation des relations internationa- 
les, a 



Noos lisons dans V Union Monarchique : 

La commission permanente de la presse royaliste a examiné en plusieurs 
iéanees la conduite à tenir à l'égard de ce qu'on est convenu d'appeler le parti 
catholique. Elle a adopté, dans la dernière séance, la résolution suivante : 

« La commission, délibérant sur la conduite & tenir à l'égard du parti catho- 



Digitized by VjOOQ IC 



(107) 

Ikpie, décide que le parti royaliste portant en Int-méme les principes d'ordre et 
de liberté religieuse et politique, doit accaelllir ces principes parlent où ils se 
rencontrent, et sympathiser avec les hommes honorables de tous les partis qui 
s'efforcent de les propager; mais qu'il ne doit confondre son action avec celle 
d'aucun autre parti, ni aliéner en faveur de qui "que ce soit l'indépendance et la 
dignité de sa position. ». 

Parmi les toasts du hanquet réformiste de Limoges, il en est un qui dépasse 
tonte imagination et qui dé6e tout commentaire : A Jésus-Christ! Voici, sur ce 
nouveau scandale, les réflexions de VÀvenir national de Limoges : 

t Décidément, nous avons calomnié les communistes. Voyez plutôt celte liste 
édîfianie. La propriété, la famille, la liberté , Paveuir religieux de l'humanité, 
voilà ce que les disciples de M. Leroux inscrivent sur leur drapeau ! Jésus-Christ 
se trouve là sans doute comme philosophe; Marat en faisait un sans-culolie; au- 
jourd'hui c'est un communiêle^ et bienlôt on va nous opposer PEvangile ! Il vau- 
drait mieux ne pas prononcer certains noms, que de les invoquer pour les pro- 
frner! » 



NODTELLES BT FAITS DIVERS. 

IlITtEISUl. 

FABIS, 12 janvier. — On lit dans la Preste : 

« On nous assure que, revenant sur une première décision, et enhardie d*ail* 
leurs par l'exemple qui lui est venu du Luxembourg, la commission de l'adresse 
de la chambre des députés a résolu, dans sa dernière réunion, de donner une 
tournure de rédaction fort énergique au paragraphe sur les banquets réfor- 



» M. Vitet, rapporteur de la commission, aurait pris en conséquence l'engage» 
ment de reproduire textuellement dans cette partie de son travail, les deux cé- 
lèbres épiihètes contenues dans le discours de la couronne, a 

— Aujourd'hui, le bruit courait, au sortir de la Bourse, que l'on avait reçu 
dans la journée des nouvelles très-alarmantes sur la santé de S. M. la reine 
d'Espagne, qui, à la suite d'une crise nerveuse, serait restée évanouie pendant 
plus de deux heures. 

— M. le comte de la Myre, propriéuire à Yerville (Seine-Inférieure), a fait dis- 
tribuer, dans les journées des 24 et 25 décembre, quatre-vingt-dix voitures de 
bois ans pauvres des communes d'Yerville et de Vîbeuf . « Cet acte de généro- 
sité, dit le Journal de Rouen^ n'est pas le seul que l'on puisse citer de M. de la 
Myre, dont la bienfaisance vient très-fréquemment au secours des malheureux. 

—De graves désordres viennent d'éclater à l'école royale d'arts et métiers 
d*Aix. Les cours et les travaux sont suspendus, et le directeur a dû en aviser 
par dépêche télégraphique M. le ministre du commerce et de l'agriculture, afin 
de recevoir les instructions nécessaires pour réprimer les troubles. 

— Le 24 décembre il s'est passé dans la commune de Kingersheim(Haat» 
Rhin) on acte dé profanation vraiment déplorable. La veille de Noèl, quatre jen- 
nes gens d'IOiach, dont les noms se rattachent à toutes les rixes et querelles de 
leur village, vinrent faire une -libation à Kingersheim. A minuit, au moment où 
lOQi le monde se rendait à la messe, ces Individus quittèrent le cabaret, et hi t^ 
pasBableoient échauffée par le vin, se joignirent aux fidèles. Arrivés à Pégtise, ils 
:se font aussit6t remarquer par une tenue indécente et des propos à haute voix 
4«i de rirouie passèrent i l'insulte pour le prêtre officiant. Ce scandale fit éda- 



Digitized by VjOOQiC 



( <(I8 ) 

1er rindignatîon générale; Â la paru ! toi le cri uoaiûine; mm penome n'osaà 
meure la maia sur ces forcenés, ^i« armés de couteaux, menaçaient de mort le 
premier qui s'avancerait sur eux. A la fin cependant on parvint k les es^lser de 
réglise ; mais la profanation ne devait pas se borner U. Acculés dans le rime 
tière, ces misérables se jettent sur les croix des tombeaux el s'ea font une arme 
à Taide de laquelle ils contiennent pendant long-temps toute une population exas- 
pérée. Dans là lutte plusieurs personnes sont grièvement blessées; le curé, dit- 
on, est de ce nombre. Après avoir opéré leur retraite, ces quatre individus se 
rendirent an petit hameau de Modenheim où, passant à côté d'un cabaret» ils en 
enfoncèrent la porte et les fenêtres, et se répandirent dans la maison en vérita- 
bles pillards. La cabaretière épouvantée (son mari étant absent/ fut obligée de 
leur servir du vin à profusion, jusqu'à ce que , n'en pouvant plus, ils se retirè- 
rent ivres-morts à Illziicb. Le lendemain matin, la gendarmerie, requise par les 
autorités, s'est mise à la rechercbe des coupables, mais Ils eurent le temps de 
prendre la fuite. Cependant trois d'entre eux se sont constitués prisonniers de- 
puis. Le quatrième a passé le Rhin. 

■ B»»^— ■ 

BXTÉRtElJR. 

ITALIE. — Nous avons annoncé que des troubles avaient éclaté à Milan, 
dans la nuit du 5 au 4 janvier. Cette nouvelle est pleinement confirmée par la 
Gaxelte offieieUe de Milan elle-même, et par des correspondances particulières. 

Les divers récits que nous avons sons les yeux ne s'accordent du reste nulle- 
ment sur la gravité des faits ; la GaziUe de Milan ne cite que 25 blessés, tandis 
4a*Qn jonmal du soir en accuse 150. 

il j a eu plnsieurs morts, parmi lesquels M. Manganini, conseiller h la cour de 
eansation, vieillard de soixante ans. 

Le prétexte de celle collision a été aussi futile que les suites en ont été défdo- 
râbles. En Autriche comme en France, c'est le gouvernement qui a le monopole 
du iabàc ; pour faire acte d'opposition, la population avait résolu de ne plus fo» 
mer à partir du 1^ janvier. Rigoureusement observée par les habitants, la con- 
signe ne le fut nullement par les soldats autrichiens, qui mirent même une cer- 
taine bravade à parcourir la ville en fumant des cigares, il y eut d^abord des 
sMIets, pots on en vint aux mains, sans qa*il soit possible de savoir précisément 
de quel côté partit le signal de la lutte. 

Les Autrichiens ont eu le dessus. Le 5, la ville est rentrée dans le eahne; 
nais les Milanais continuent à ne pas fiimer; ils ont du même coup pris TengaH^ 
geoient de ne plus mettre à la loterie. 

Le Yice-roi de la Lombardie a pnblié le 5 janvier mie prodanatîofi oè oom 
remarquons le passage suivant : 

i» « La marche régulière d'une administration quelconque appelle toujours des 
améliorations progressives. Mais des manifestations turbulentes ne peuvent qae 
Élire ajourner les décisinns arrêtées, et déjouer lés espérances les mien fondées. 
Après de pareilles manifestations, je ne pois pas faire parvenir, an trdoe dé 
S. M., des vœux que ne recommandent pas le calme et la roodémio». » 

ESPAGNE. — On écrit de Madrid, le 4 janvier: 

« Aujourd'hui de bonne henre le salon des conférences, dans le palais ém t 
grès, était en proie à une vive agitation. On savait que les bureaux de ta < 
bre des députés ayant autorisé hier la lecture de Pacte d*aec«satîon eoMre Te 
■inistre Salamaaca, la lecture de ce document aurait lieu à roavertore de 1» 
séance. La séance a été ouverte à trois heures de i'aprèsHnidi. Tous les minis-» 
très étaient présents, à l'exception des ministres des affiires étrangères eldes 



Digitized by VjOOQ IC 



( 109 ) 
iaâMM (ee dernier alHé par suite d'une indispcisilioD légère). On renurqiaU 
dans la aalle M. Salamanca. 

» Le secréuire, M. Sanchez-Silva, a deoné lecUire de Taete d'accufiatieii, qoi 
ett très-loog. La cominissioa d'enquête, après avoir donné un exiraii de toutes 
les pièces qu'elle a eues sous les yeui, finit par conclure que, suivant elley il y 
f lieu à requérir la respousabilité de Taneien ministre, M. Salamanca. L'affaire 
serait portée devant le sénat, s'il pi ait à la chambre d'admettre les conclusions 
de la commission d'enquête. M. Seijas-Lozano, après la lecture de ce document, 
a pris la parole pour développer des considérations qui, selon lui, militent en 
faTeur de l'adoption des conclusions de la commission d'enquête. 

»M. Salamanca a été entendu après M. Seijas-Lozano, et l'on croit géné- 
rdement que, nonobstant sa défense ou les fins de non-recevoir qu^il a présen- 
tées, le rapport de la commission d>nquéte sera approuvé à une forte majorité. 

9 La grippe fait des progrès considérables à Madrid. Suivant divers médecins, 
le nombre des personnes attaquées de cette maladie s'accroît de jour en jour. » 

ANGIXTEBBE. — Les journaux anglais contiennent la formule du serment 
qui serait adoptée pour les Juifs à leur entrée dans le parlement ; elle est ainai 
conçue: 

« Je promets et jure solennellement que je serai fidèle sujet et homme-lige de 
S. M. la reine Victoria, et que je la défendrai de tout mon pouvoir contre toutes 
les conspirations et tentatives qui seront faites contre sa personne, sa couronne 
et sa dignité. Je promets fidèlement de maintenir, soutenir et défendre de toutes 
mes forces la succession au trône : laquelle succession, aux termes d'un acte in* 
jitnlé acte pour la nouvelle limitation de la couronne et pour la meilleure garan- 
tie des droits et libertés du sujet « est et demeure limitée à la princesse Sophie, 
étegtfk?4? de Hanovre, et à ses héritiers prolestants, et je renonce à toute obéis- 
sauce k toute autre personne prétendant au Vône. a 

» Je désavoue et abjure solennellement toute intention de renverser la pré* 
senle Eglise anglicane, ainsi qu'elle est réglée par la loi en ce royaime, et je 
jure suleanellement de ne jamais exercer aucun privilège aoquel j'aurais ou je 
pourrais avoir droit, à Tellet de troubler ou affaiblir la reii{;ion protestante ou le 
joavernement protestant dans le royaume-uni, et en présence de Dieu, avec so- 
lenoité, je déclare et cenitie que je fais la présente déclaration, et toute partie de 
oeite déclaration dans le sens complet et ordinaire des mots de la Cormule de ce 
serment, sans aucune arrière-pensée, sans équivoque, sans réserve mentale aa-> 
cuoe. Ainsi Dieu me garde. » 

Lea Juifii restent encore soumis à quelques incapacités, mais seulement à 
celles que subissent les catholiques : ainsi, ils ne peuvent être ni juges, al 
grandsHcbanceliers, ni gardes des sceaux, ni lords-lieutenants ou gouverneurs 
d'Irlande; ils ne peuvent non plus se présenter aux bénéfices ecclésiastiques. 



CHAMBRE DES PAIRS. 

(Présidence de M. Pasquier. —Séance du ii janvitr.) 

L^'ordre dn jour appelle la discussion des paragraphes du projet d*adreMe. Les 
qnatre premiers paragraphes sont adoptés sans discussion. 

Paragraphe 5 : «Nous reprendrons l'examen des utiles projets de lois qui, par 
(en ordres de Voire Majesté, avaient été présentés à nos délibérations, et noug 
accueillerons avec empressement les nouvelles propositions qui auront pour ob« 
jtL d'améliorer la situation a les habitudes morales des pop«riations.ni 



Digitized by VjOOQ IC 



(m) 

H. LB GÉNÉiÀL PABTiBR. MessicuTS, peu babitoé aux fictions pariementaires, 
un respect dont je ne veux pas me défendre me fait garder le silence sur les pa- 
roles sorties de la bouche même du roi. 

Ânjourd'bui, si je me permets de prononcer quelques mots, ce sera pour ré- 
pondre à des idées nouvelles émises par notre commission. 
' Je commencerai par cet appel h nos efforts pour améliorer les habitudes mo- 
rales des popubtions ; soyons donc professeurs, et prêchons surtout d'exemple, 
car les exemples sont plus forts que les lois, plus forts que Téloquence. 

L'unique base de la morale, c'est la religion ; le roi le sait bien, lui successeur 
de tant de rois très-chrétiens. 

On nous a dit hier que nous ne sommes ni cbréli*)ns, ni catholiques ; ce n'est 
que trop vrai, en ce sens que nous en remplissons mal les devoirs, et nous som- 
mes des ingrats. Qui donc a fondé ce royaume de France , la plus belle œuvre de 
Dieu sur la terre, par la foi de Glotilde et l'épée de Glovîs? quia sauvé notre pa- 
trie par la faible main de Jeanne d'Arc ? qui a rendu la France si heureuse par la 
conversion dé Henri lY ? qui a élevé ces milliers de clochers du pied desquels 
sont sortis tant de vaillants hommes, tant de sages, tant de savants, nourris et 
élevés autour d'eux? qui, au même jour et à la. même heure de chaque semaine, 
réunit tant de millions de Français qui, par une prière patriotique, deman- 
dent à Dieu la conservation des jours de nos rois ? quelle est cette puissance qui, 
après tant de troubles, a inspiré le premier consul, et que Dieu l'en récom- 
pense, de rappeler la nation au pied des autels? N'est-ce pas la religion catho- 
lique? 

Messieurs, soyons donc catholiques, et l'ordre renaîtra partout oili il a été troa« 
blé, c'est-à-dire partout où les croyances religieuses ont été affaiblies. En effet, 
quel moyen d'ordre est aussi puissant? Partant d'un même point pour arriver au 
même but en traversant la vie, nous avons des instructions infaillibles; notre loi 
nous commande Tunion, Tamour des devoirs, le mépris de ces richesses dont le 
culte conduit à tous les malheurs et à toutes les hontes. Par elle, nous suppor* 
tons les revers, l'infortune, comme des épreuves dont la récompense nous at- 
tend : par elle, le repentir vaut l'innocence. 

On a parlé de notre intolérance. Voyez et jugez. En Suisse, les protestants ex- 
pulsent et dépouillent les ordres religieux, sans faire grâce à ces admirables Frè- 
res de la Doctrine chrétienne chéris des Parisiens, à ces saintes filles si vénérées 
par notre peuple et surtout par notre armée. Et cependant, nous, comment trai- 
tons-nous ceux qui en si petit nombre ne sont pas de notre croyance? 

Soyons donc catholiques, électeurs, députés, pairs de France, ministres; ren- 
trons dans nos devoirs, laissons- là une habileté séduisante, mais funeste; soyons 
religieux, et par conséquent justes et désintéressés, vous verrez en France re- 
naître le bonheur pour tous, et, pour notre patrie, l'union, la puissance et la 
gloire. Alors, en effet, vous aurez par votre exemple amélioré les habitudes mo- 
rales des populations; mais bâtez-vous, car elles vous devancent sur cette roote, 
et, je le vols avec plaisir, à ces signes, mon cher, aimable et spirituel collèg;ae 
reconnaîtra qu'il est plus chrétien et catholique qu'il ne le croit lui-même. 

Ministres du roi, honorez la religion, c'est là qu'est le salut de tous. A ce pro- 
pos, j'ai un grave reproche à vous adresser. Voici à quel sujet. 
"^ II y a quelque temps, réunis dans l'église des Invalides, nous attendions dans 
le reeueilleroeni le prêtre qui allait demander à l'Eternel de recevoir dans sa mi- 
séricorde cet Ondinot, l'un des vaillants champions de la France. Tout à coap 
on Arabe, précédé d'un agent dn ministère, traverse l'église, va jusqn^à Tautèl* 



Digitized by VjOOQ IC ' 



(Ui ) 

sans donner le moindre signe de révérence, prendre la place dlionneur qui loi 
est assignée. La doulear d^ane telle sonillure pénètre nos Tieux soldats, elle s'ex- 
prime par m mnnnure que tempère à peine la sainteté du lieu. Pour moi, j'ai ea 
peioe à contenir mon cœur irrité, et, je i^ous en prie, messieurs, qu'on pareil 
scandale ne se renouvelle pas. 

i. LB HÂiQUis DB BOissT 00 80 Contenterait pas d'un changement de ministère; 
c'est on changement de système qu'il lui faut. De qui attendre des exemples de 
Biorale, dit l'orateur? Assurément ce n'est pas des ministres qui nous gouver- 
iiem.M.deBot8sy s'étend longuement sur l'affaire Petit et sur l'affaire Warnery; 
il termine en déclarant qu'il votera pour l'adresse, parce qu'il veut que le minis- 
tère reste aux affaires jusqu'à l'époque de sa mise en accusation. 

I. GazoT, président du conseil, donne les explications suivantes sur l'affaire 
Petit 

Un état de choses qui a long- temps existé, et qui subsiste encore dans une 
jttrtie de nos charges, s'était continué sous forme d'abus à l'égard des fonctions 
deh coor des comptes. Cet abus, je le répète, a été long-temps toléré, il l'a été 
sons le ministère actuel, il ne l'est plus depuis plusieurs années; plusieurs nomi- 
ntioos ont été sollicitées sous cette condition ; elles ont été repoossées et le se- 
nM constamment à l'avenir. 

t. lOLt déclare que si, durant son administration , des conventions de cette 
tttore ont eu lieu entre particuliers, il n'en sait rien et n'en a jamais rien su. 

La chambre entend encore sur les transactions coupables qui ont eu lieu au 
SQjet des charges de la cour des comptes, MM. Bartbe, H. Passy et d'Argoot. 

Une longue discussion s'engage à propos de la loi sur les fortifications. Le gé- 
aénlGoorgaud, M. Guizot et le ministre de la guerre, répondant à diverses ques- 
tions qni leur sont adressées, déclarent que les pièces de canons destinées aux 
forts de Paris ne sont pas encore fondues, qu'elles seront, suivant la loi, trans- 
portées à Bourges après leur fusion, et enfin qu'il n^y a aucun canon dans les 
forts. 

M. le garde des sceaux, qui était absent au commencement de la séance, sou- 
tient qoe toutes les formalités légales ont été suivies en ce qui concerne le sieur. 
Wamcry. 

Le paragraphe 5 est adopté. 

0*paragraplie : « Nous croyons, avec Votre Majesté, que la paix do monde est 
usorée. Elle est essentielle à tous les gouvernements et à tous les peuples. Cet 
mûTersel besoin est la garantie des bons rapports qui existent entre les Etats. 
Nos Toeox accompagneront les progrès que chaque pays pourra accomplir, dans 
son action propre et indépendante. Ces progrès seront d'auunt mieux assurés 
qu'ils 86 réaliseront de concert entre les gouvernements et les peuples, et sans 
porter atteinte aux relations internationales. » 

I. LB GovrB DB HOHTALBMBBRT. Mcssicors , jc crois répondre à un sentiment 
général dans la chambre et dans le pays, en exprimant la surprise et le regret 
qn'on a éprouvés en ne trouvant dans le discours de la couronne aucune men- 
tion spéciale de l'Italie et du Saint-Père. Et certes, lorsque le pfésident des 
^ts-Unis trouve place dans son message au congrès pour le Pape Pie IX, on 
peot s'étonner de ce qu'il n'en soit fait aucune mention dans le discours d'un roi 
<pii, è Rome du moins, prend encore le titre de roi très-chrétien. ^Mouve- 
ment.) 

Messieurs, je ne crois pas qu'il y ait eu en France, depuis longues années, de- 
puis le commencement de ce siècle , un sentiment plus général, plus unanime 
qne celui de la sympathie et de l'admiration pour le chef actuel de l'Eglise. JV 



Digitized by VjOOQ IC 




Digitized by VjOOQ IC 



(443) 

(tt^ces, el<|Be le Pape a daigné accueillir avec recoonaissaoce, en les signalant 
V Europe cftrélieoDe dans sa dernière allocmion. 

Noo, Bjéssif ors, pas une voix discordante n'est venue troubler jusqu'à présent 
i coiutride louanges que les catholiques de toutes les opinions et de toutes les 
k^<e$oot élevé en Tbonoeur du Pape. Si des inquiétudes, si des réserves se 
(Kii £ui jour, ce n'a été que de la part des politiques, des conservateurs, et de 
pui-là précisément qui sympathisaient le moins avec les catholiques. 
Uiis si oous revendiquons pour nous la première place dans Tadmiralioii et 
ifM U «sympathie que le souverain Pontife inspire au monde, nous n'entendons 
1!^ il s'en faut, être les seuls ; nos croyances sont exclusives, mais nos sympa- 
lies, nos afleclions ne le sont pas. Nous concevons parfaitement que des bom- 
les, qui oe partagent pas notre foi, notre vénération filiale pour le chef de TE- 
IJ!^, éprouvent pour lui un autre genre d'affection et d'admiration; nousconce- 
o;;.> parfaitement l'émoi ion que doit exciter en eux le spectacle de cette Eglise 
lii u oaguère donne la civilisation, l'égalité et la liberté à l'Europe, et qui vient 
* repUcer, grâce au Pape, à la tête du mouvement moderne de celte Europe, 
limpriffler à ta liberté cette sanction suprême de l'aulorilé dont elle a tant be- 
m- Nous concevons surtout des sentiments semblables chez les hommes d'Etat, 
jiezles hommes appelés h diriger la politique du pays; et pourquoi ne le dirai- 
e pas? surtout chez l'homme éuiinent qui, en ce moment, préside aux conseils 
io roi el dirige depuis sept années le ministère des affaires étrangères. W était 
plus qoe personne, comme homme d'Etat, comme historien, comme pliilosophe, 
iippeié à comprendre, à admirer le mouvement devant lequel l'Europe s'incline 
aii^ord'bul. Je dirai même que comme protestant il pouvait, dans ses hautes 
Cutciiouji, témoigner une sympathie plus expansive et plus efiirace, peut-être, 
«{lie a'eùt été celle du ministre d'une croyance religieuse différente de la sienne. 
Hais eo dehors de ces grandes considérations historiques, philosophiques et re- 
ligieuses, il y avait pour porter le gouvernement dont il est le chef à une sympa- 
aie éoergique et efficace envers le Saint-Siège, il y avait deux autres raisons 
poreoieol politiques et de la plus grande force : la première, c'est qu'au fond, et 
je crois (aire beaucoup d'boimeur à mon pays en le disant, la mission du Pape 
adael, la mission politique, cela s'entend bien, n'est pas autre chose que la mis- 
sion de la France actuelle, de ta France de 1830 ; c'est la mission de faire triom- 
pher la liberté par l'ordre* par la conviction, par la paix, la liberté légale et ré- 
goi;ére, en dehors de tous les excès, de toutes les violences, de tous les abus, qui 
OQl trop long-temps, trop souvent compromis son empire. C'est là, vous Tavooe- 
rez, la mission que la France actuelle doit se proposer; c'est là aussi la mission 
do SaiDl-Père dans Tordre politique. 

Maiseo outre, dans le mouvement italien que le Saint-Père a éveillé, et au- 
quel il a donné une force incalculable, il y avait encore mie autre raison d^at- 
inaioD politique pour nous ; c'était la glorieuse revanche que nous offrait cette 
translbnaation de l'Italie pour toutes les défaites, je ne veux pas me servir d*un 
uuAvliK dur, que notre politique étrangère a subies depuis plusieurs années. 

Eh bieo, le gouvernement, le ministre actuel des affaires étrangères u'a pas 
lèuoigné sa sympathie, il n'a pas senti cette attraction puissante que nous avons 
iou< subie : ou« sMl l'a sentie, il ne l'a pas montré. Je n'en veux pas d'autre 
prcure que les documents mêmes qu'il nous a mis entre les mains, les dépêches 
à ses agents diplomatiques relatives h l'Italie. 

M. de Montalembert signale un autre point sur lequel le ministère paraît avoir 
itissi mal compris les intérêts de la France dans ses relations avec le Saint-Siège, 
((blessé presque aussi profondément la dignité du SaintrSiége lui-même. Je 



Digitized by VjOOQ IC 



(114 ) 

veux, dil-il, parler du projet qu'a conçu le souverain Pomife dVnvoyer une lé- 
gation auprès du sultan, à Gonstantinople. Le Grand- Seigneur « comme chacun 
sait, et c'est une des pages les plus brillantes et les plus extraordinaires du règne 
de Pie IX, avait pris rinitiative/II a envoyé lui-même un pi en i pote m ia ire pour 
féliciter le Pape sur son avènement; et le souverain Ponitfe ayant à cœur les in- 
térêts de ses enfants en Orient, a jugé à propos, à son tour, d'accréditer une lé- 
gation à Gonstantinople. 

Eh bien, le gouvernement français s'y est opposé ; il s'y est oppof^é à Rome et 
h Gonstantinople. Je n'entrerai pas en ce moment dans la discussion de celle af- 
faire ; je réserve pour un antre moment l'examen dés graves questions qui se 
rattachent à cet incident. Je dirai seulement que le gouvernement me parait 
s'être trompé deux fois par cette opposition ; opposition, du reste, infraciueuse, 
puisque la légation est partie. Il s'est trompé en droit et en fait. Il n'a pas le 
droit exclusif de protéger les catholiques en Orient ; s'il l'a jamais eu, il Ta perdu 
pour en avoir trop mal usé; car les Maronites sont là pour nous montrer l'usage 
déplorable qu'on en a fait. Et, en fait, Vien ne pouvait Taffaiblir davantage, dans 
l'accomplissement de ce devoir et de cette mission, que Popposition aujourd'hui 
publique et flagrante entre lui et le Pape, sur la manière de comprendre el de 
défendre la position du catholicisme dans le Levant. 

M. de Monulembert examine ensuite l'importance de l'influence de la France 
pour la cause de l'ordre en Italie. 

 côté de ce mouvement italien auquel nous applaudissons tous, au sein de 
cette population qui reconnaît le Pape pour chef, il est, vous ne pouvez plus l'i- 
gnorer, une minorité qui vent marcher autrement que le Pape, .qui vent même 
exploiter la popularité de la papauté actuelle, afin, peut-être, de la renverser 
un jour, et, dans tous les cas, afin, dès à présent, de faire le contraire de ce que 
veut la papauté. 

Je réponds tout déduite à une objection. On me dira : Alors, vous voyez bien 
que le Pape a été imprudent, qu'il aurait dû s'entendre avec ses alliés, qu'il au- 
rait dû ne pas aller si vite, qu'il a mal fait de ne pas dire tout d'abord, comme le 
lui reproche M. le ministre des affaires étrangères, tout ce qu'il voulait et tout ce 
qu'il ne voulait pas. 

Je n'accepte pas ce reproche ; non, le Pape n'a pas mal fait, non, il n'a pas été 
imprudent, il n'a à regretter rien de ce qu'il a fait. Il va sans dire que je ne juge 
pas le Pape comme chef de l'Eglise, je ne parle de lui que comme réformateur de 
riulie. 

Je dis que le Pape avait à choisir entre deux papautés (toujours dans le sens 
de la domination temporelle du Saint-Siège) : une papauté autrichienne, c'est-à- 
dire impuissante et discréditée, une papauté italienne, c'est-à-dire une papauté 
orageuse et difiicile. 

Il a bien fait de choisir la papauté italienne, quels qu'en doivent être les résol* 
tats, quels que soient les dangers auxquels il sera exposé, quels que soient les 
épreuves que peuvent lui susciter son courage et sa résolution sublime. Il a re- 
conquis ainsi la place naturelle du pouvoir dont il est le dépositaire, il a ouvert 
le chemin de l'avenir; et, à coup sûr, la postérité l'admirera et le bénira encore 
plus que nous ne le bénissons et l'admirons aujourd'hui. (Assentiment.) 

Je vous disais tout à l'heure que je ne pouvais pas, moi catholique , avoir la 
témérité de le juger comme Pape, comme chef de l'Eglise ; mais, si je le pou- 
vais, je dirais qu'en cette qualité même il a été irréprochable, qu'il l'a été surtout 
en ce qu'il ne s'est écarté d'aucune des traditions glorieuses de ses prédéces- 
seurs; par sa décision dans Taffaire des collèges mixtes d'Angleterre, par son in* 



Digitized by VjOOQ IC 



( H5 ) 

tenrention dans toutes les aifaires des églises particulières, par le langage qu-i) a 
tenu dans toutes ses allocutions, il a montré qu1l n'entendait interrompre en rien 
la chaîne immortelle qui descend de saint Pierre jnsqu*à lui. 

Comme prince, il a montré, dans son discours d'inauguration de la Consulte, 
qu*il n'entendait pas non plus renoncer aux conditions essentielles de son auto- 
rité temporelle. Tandis que, d'un autre côté, il a, en dix-huit mois de temps. 
accordé à son peuple Tamnistie, la garde civique, l'organisation municipale, l:i 
CoDsulte, c'est-à-dire des réformes si considérables et si fécondes, qu'il serait 
peut éire impossible de trouver dans les annales d'aucun pays, d'aucun règne, 
Vexemple d'une générosité si spontanée et si complète. 

S'il échoue. Messieurs, savei-vous ce que cela prouvera? Cela ne prouvera pas 
qu'il ail été imprudent, qu'il ait été fasciné ; mais, je le dis à regret, cela ne prou- 
vera qu'une chose, c'est que l'Italie est indigne de lui, et qu'elle est incapable 
déposséder une liberté régulière, pure et généreuse comme celle qu'il veut Im 
donner. Hais il n'échouera pas, et l'Italie ne connaîtra pas cette honte et celte 
doDlear. 

Senlement, pour que cet échec fatal soit à jamais impossible, il faut savoir ju- 
ger et prévenir les dangers qu'il peut courir. Ces dangers ne sont pas imaginai- 
res, ik peuvent venir, comme le disent dans leur adresse les protestans de New- 
Tork, de cette inconstance et cette ingratitude des multitudes, relevées à peine 
da servage qui les tenait engourdies, et criant dans le désert de les ramener 
i l'Egypte 

Eb bien, ces hommes ingrats, exigeants, impatients, le Pape les a déjà ren- 
contrés, il les a déjà signalés deux fois dans ses allocutions, une fois à propos 
des docuines qu'on lui attribuait contre la souveraineté des princes, et une autre 
fois ^ propos des démonstrations honteuses qui ont eu lieu, dans les rues de 
Rome, contre les catholiques suisses, et qu'il a flétries avec les expressions le.^ 
pfos fortes que le langage humain puisse fournir. 

Do reste, je ne veux rien exagérer, je ne veux pas surtout qu'on puisse dou- 
ter de ma profonde sympathie pour la cause du progrès en Italie, pour la renais- 
sance italienne ; je sais qu'il faut une grande indulgence pour les ombres qui se 
loélenià cette lumière naissante, pour la conduite et les démarches d'un peuple 
long-temps opprimé. Or, le peuple italien l'a été long-temps ; il a été très-mal 
gooTerné, et il a eu à lutter contre toutes sortes d'abus et d'oppressions, et, qui 
pis est, d'abus et d'oppressions, dont il pouvait attribuer l'origine à rinfluencc 
ingère, il ne Haut donc pa's trop s'étonner de ce qu'il peut y avoir d'excessif, 
d'irrégolier dans certaines manifestations ; il faut même se féliciter de ce que, 
jusqu'à présent, il n'y a pas eu d'excès graves, il n'y a pas eu de ces violences 
irréparables qui déshonorent et compromettent la cause de la liberté. Mais il faut 
aussi l'avertir affectaeusement, fraternellement, parce qu'il importe de prévenii 
ie mal, parce que l'honneur et l'intérêt de l'Italie exigent qu'on l'empêche d'e- 
ster, qa*on empêche qu'une minorité ne s'empare de la majorité pour l'exploi- 
isr an profit de ses mauvaises passions et de ses spéculations dangereuses. Il ne 
fsttt pas que les impatients fassent les affaires des radicaux, parce que les radi- 
caux feraient les affaires de l'Autriche. (Mouvement d'approbation.) 

Oui, Messieurs, il y a malheureusement en Italie une minorité non pas libé- 
rale, mais radicale ; non pas nationale, mais au contraire imbue de toutes sortes 
de préjugés et de haines étrangères qu'elle a puisés, il faut le dire, dans l'émi- 
gratioQ. Tous savez que le coryphée de cette émigration italienne, le chef et le 
foodateur de la jeune Italie, a déclaré que la papauté était incompatible avec la 
cause du progrès italien. On ne dit pas ces choses en Italie, mais quelquefois on 



Digitized by VjOOQ IC 



J 



(116) 

agit coiinne si on le peimH, et, umi en criant VU>€ Pie /J, on demande à la 
papauté des sacrifices qui la dé^oncreraîent. Ceux-là même qui étaient proscrits 
hier demandent que la proscription recommence aajoord^hui contre ceox' qui ne 
pensent pas comme em. Ils prétendent aimer la liberté de la presse, el ils brû- 
lent sor les places publiques les jonmaux d*une opinion contraire à la leor.* Ds 
. prétendent aimer la liberté de la pensée, et ils font mine d'enfoncer les portes 
des imprimeries oh Ton imprime des pensées contraires aux leurs. 

n y a, du reiite, une chose qui m*alarme beaucoup plus que ceue effervescenee 
des places publiques et des rues, à laquelle je n'attache pas une très-grande im- 
portance, il y a quelque chose qui m^alarme encore plus que les complots de 
cette minorité oppressire et intolérante que je viens de dénoncer, c'est Taumie, 
Tinertie, rinaction des bons citoyens, des honnêtes gens, et spécialement des 
gens religieux. Si ma voix pouvait arriver jusqu'à eux, je ne craindrais pas de 
leur dire que, par leur inertie actuelle, ils compromettent profondément le saccès 
de rœuvre que le souverain Pontife a >sntreprise. G*est Tinertie des bons qui a 
toujours fait, toujours et partout, le succès des méchants. 

Je ne dirai plus qu'un mot qui aura spécialement rapport aux Etats romains. 

Il importe qu'on le sache et qu'on le comprenne, llndëpendance temporelle du 
Saint- Père est le patrimoine de toutes les nations chrétiennes, de toutes les na- 
tions catholiques, et spécialement le patrimoine de la France. C'est la France 
qui« par te bras de Pépin et de Gharleroagne, a, sinon fondé, du moins consacré 
cette indépendance temporelle, elle ne peut pas la laisser périr. 

On a parfaitement démontré, et de nos jours encore, un historien éminent qui 

n'ef^t pas suspect de trop de partialité pour l'Eglise, l'honorable M. Tbiers a par- 

£iitoment démontré que Pindépendance temporelle de Rome était une condition 

' indispensable ponr l'existence régulière et la sécurité de l'Eglise catholique '^^ ^^ 

le monde entier. 

Mais, comme chaoun le comprend, il ne s'agit pas seulement de l'intégrité da 
territoire roma'm. Evidemment si le Pape était non-seulement le jouet ou le com- 
plice de l'Autriche; mais s'il était le jouet d'un parti indigène, d'une faction in- 
térieure dans ses propres Etats, son indépendance n'en serait pas moins com- 
promise; et la sécurité de l'Eglise catholique, qui ne peut pas tolérer l'idée que 
le Pape appartienne à une autre puisance qu'à lui-même, serait ébranlée jus- 
qu'aux fondements. Il faut que le Pape soit libre, non-seulement du joug étran- 
ger, mais encore do joug des factions et des émeutes. 

L'Europe entière, le monde catholiaue tout entier, a le droit et le besoin im- 
périeui de compter sur la fermeté eTsur l'indépendance du souverain Pontife. 
Et, ï son tour, le souverain Pontife, a plus qu'aucun de ses prédécesseurs le 
droit de compter sur la fermeté, sur le courage, sur l'attachement du peuple ro- 
main. 

Ici, et en terminant, je me permettrai de relever à mon tour cette acclamation 
•du peuple romain qui a déjà été évoquée dans une autre enceinte, lorsque ce 
peuple, «'adressant à son souverain, lui a dit : Courage, Saint-Père, courage ! 
Potn* moi, je ne dirai pas courage au $aint-Père, parce qu'il n'en a pas besoin : 
il est, k mon avis, le courage personnifié dans le calme et la sérénité. (Très- 
bien!) Il a été le courage même, lorsqu'il a donné l'amnistie, lorsqu'il a créé la 
garde civique, lorsqu'il a protesté contre l'occupation de Ferrare, et lorsque, 
dans ces derniers temps, il a ouvert la porte des i^mplois aux laïques et sècnla* 
risé ainsi en partie l'adminiiKtration de ses Etaut. Tous les jours de son rè^oe 
sont marqués an coin du courage le plus incontestable. 

Mais je dirai au peuple romain lui-même : Tous aussi, courage! Courage d^a- 

Digitized by VjOOQIC 



(Ml) 

bMtl oomre le joog de réinoger; mais courage ansfii contre les dangers qoe 
TOUS coures à rimérieur ; courage cootrç ceux qui voudraient exploiter etdédio- 
Dorer ce mouvement italien, contre les excitations, les dénonciations de ces 
pmcrils d^bier qui veulent devenir les proscripteurs de demain (Marques d*as- 
senlioieni); courage contre ceux qui affligent, qui dédurent le cœur de vom 
Pontire et qui peut-être abrégeront ses jours ; courage contre Poppression, sous 
quelque masque qu'elle se montre, sous le shako de l'Auiridie comme sous le 
bonnet ronge de b république; courage enfin pour achever voire oeuvre, et pour 
■Mutrer an monde ce que c'est qu'une révolution pure, honoèle, ei, pour tout 
dire, chrétienne. (Assentiment.) 

Séaneê dm i^janvUr. 

u. il coÊtn M siiKTS-AiiLAiftB. Je dirai en commençant à M. de Montalem- 
tat qu'il n'existe pas entre lui et moi des dissentiments bien considérables. Mes 
VOHX sont sincères ei ardents pour notre Saint-Père le Pape. II a épargné à l'I- 
talie les plus grands malheurs, et mon admiration pour Pie IX est aussi profonde 
que celle de M. de Montalembeft; mats je ne pois être de son avis quant aux 
critiques qu'il bit, quoique avec mesure et convenance, de noire politique ex- 
térieure. 

Cependnnt je n'ai point la prétention vaniteuse et ridicule d'y répondre en pré- 
tenee de M. le président du conseil ; mais, ambassadeur à Rome en 1831, fui des 
explications à donner. 

L*oratear revient sur le passé, ï partir de 1831, en ce qui touche nos rela- 
tions avec l'Italie. Les souvenirs de 1831, dit-il, doivent être soigneusement étu- 
diés par les peuples et par les souverains. Par le& souverains, pour leur ensei- 
^er ce qu'ils doivent Caire, et par les peuples pour apprendre ce qu'ils ne doi- 
vent pas faire. 

M« de Montalembert vous a parlé du libéralisme de 1847; moi, je vous parle- 
ni du dévergondage de 1831 . H vous a parlé de l'avèoeuient de Pie IX ; et moi, 
je vous perlerai des angoisses de Grégoire XVI ! 

Cest en 1851 que l'ambassade de Rome m'a été proposée. Je ne l'ai point d»- 
mandée, et j'ai fait mes conditions avant de partir. Le libéralisme révolution- 
naire è cette époque éuit redouté. « Allez eu Italie, médit M. La'ffitle, alors mi- 
uiaire, défendre l'autorité f^piritoelle et temporelle des Papes contre les lactious, 
et soyez bien certain que tant que moi, Laffitte, je serai ministre, la France ne 
kn pus b guerre en Italie. » Le principe de non-intervention était alors ac- 
cepté pur tout le monde. M. Laffitte ajouu : « Si les Autrichiens entrent à Mo* 
dène, Parme ou Florence, il n'y a rien à dire ; s'ils passent le Rubicon et entrent 
dans les Euis du Pape, vous devez négocier, mais ce ne sera pas encore un cas 
de guerre. » 

Je conseillai alors aux Italiens la prudence et la modération ; je menaçai les 
reMles du ressentiment du roi très-chrétien. Mais je ne pus réussir à les cal- 
Ce n*€SC pus le gouvernement pontifical que je considérerai comme un gou- 
vcmement irréprochable. Bien des choses sans doute sont à reprendre et k mo* 
dlicr, omis il Ciut laisfser au temps son action et ne rien brusquer. M. de Mon- 
talembert n'aime pas l'Autriche. Moi j*aime, j'honore, je respecte l'homme d*E« 
«nt qui est à U lête du gouvernement autrichien. 

L*omleur défend cette puissance, puis il arrive à ses relatioos avec Gr^ 
goire XVI. 

Pwk im souvient, dlt-il, eu téle-à-tèle, Grégoire XVI; fs* ««m^ ^^e lui inti* 
ides heures entières dans son cabinet, et bien souvent il m'a répété : Je 



Digitized by VjOOQ IC 



À 



(118) 

- ii*ai pas de tcbo plos cher, après le salut de mon people, que son bîen-étre tem- 
porel. Biais je crains des innovations qai boulcTerseraient mes Euts et n^aoïèiie- 
raient aucun bon résultat. 

L'orateur fait connaître à la chambre les résisUnces que le libéralisme 
lui-même apportait aux améliorations que le Pape aurait eu le désir d^iniro* 
dnire. 

II conclut qu'en iSM et 1832, ni le Pape, ni TAutriche n'ont rien en à f^ re- 
procher. Le Pape a été bon et miséricordieux. Un bon nombre de ses sujets ont 
commis des crimes à la face du soleil^ et ont été graciés. Voilà comment les 
choses se sont passées en 1831. 

Maintenant pour 1817 je dirai à M. le président du conseil : Conservons quel- 
que méfiance pour le libéralisme d'Italie. Quant à l'absolutisme, souvenez- ▼cas 
que TAu triche a été notre alliée pour obtenir des réformes libérales. Je crois 
qu'il est encore aujourd'hui facile de s'entendre avec l'Autriche el d'obtenir de 
bons résuluts en Italie. 

' ■. GUizoT, président du conseil. On fait retentir ces mots intervention, lilié» 
ralisme, réforme, pour exciter en vous l'enthousiasme que ces mots réveillent 
toujours. 

J'écarte ces Dintômes. Je me félicite plus que personne de vivre dans on Etat 
constitutionnel et libre ; mais il importe que la politique de cet Eut soit libre et 
puisse, dans les circonstances, choisir le parti qui lui convient. 

Messieurs, il y a dans les populations italiennes un sentiment qui va an-delii 
des réformes intérieures : le désir d'un remaniement de l'Europe, d'un de ces 
faits qui ne s'accomplissent que par la guerre. Cette tendance, nous avons dû Im 
résister. L'ordre européen et les traités sont notre point de départ; nous n'avons 
pas voulu, nous ne voulons pas les mettre en question. 

Dans cet état des populations italiennes, nous nous sommes appliqués à soute- 
nir les souverains dans les réformes volontaires qu*ils effectuaient; mais, dil-oo, 
nous ne les avons pas soutenus d'une manière suffisante. Je puis affirmer k la 
chambre que nous avons donné aux princes réformateurs tous les encourage- 
ments en notre pouvoir. 

Nous nous sommes surtout appliqués à former, à réunir autour des princes ita* 
liens un parti modéré, capable de les soutenir dans leur œuvre salutaire, et de 
les défendre contre les passions anarchiqoes. 

Enfin, messieurs, nous nous sommes abstenus de favoriser des illusions gé- 
néreuses et bonnes, mais auxquelles la raison ne nous permet pas de nous asso- 
cier. 

C'est avec douleur que nous avons foit ce sacrifice ; mais ce n'est qu'à cette 
condition qu'on est homme politique. Il faut avoir la fermeté de résister même 
aux sentiments qui nous sont les plus chers. 

M. de Montalembert disait hier, que nous avions pris en Italie une position im- 
populaire. Messieurs, l'impopularité est quelquefois un devoir dans un homme 
d'Etat. J'ai , dans les affaires de mon pays, bravé quelquefois l'impopolarlié* Je 
le ferais encore pour mon pays, à plus forte raison pour des pays étrangers. 

M. de Montalembert m'a reproché aussi d'avoir tenu à l'Autriche im langage 
trop doux, spécialement dans l'affaire de Ferrare. 

Messieurs, ce que j'ai cherché dans mon langage et mes démarches, c'est le 
auccès; j'ai réussi ; et je ne regrette pas d'avoir acheté ce succès au prix d^ex- 
pressions conciliantes. 

On m'a également reproché mon indifférence dans la grande et sainte cause de 
la foi et de la liberté. 



Digitized by VjOOQ IC 



(119) 

Messieurs, je porte cette cause dans mon cœor ; mais la foi et la liberté reli- 
{îeose ne doîTcnt pas seoled préoccuper uo gouvernement. Il doit avoir d^autres 
soUîdtiides, même dans Tintérét de celte cause sacrée. En matière de gouverne- 
Dent, il fiint autre chose que des manifestations enthousiastes. 

Je sois heureux de le proclamer ici, cette qualité essentielle d*une bonne poli- 
tique. Pie IX la possède à un haut degré. Il y a dans Pie IX deux principes : le 
principe do progrès et le principe de la résistance. Il faut que le Pape veille toat. 
à la fois à sa souveraineté spirituelle et temporelle. Il y a là pour lui un poini 
d'arrél qui ne faillira pas. ^ 

Je sais que les révolutionnaires font bon marché de la papauté, qu'ils se 
teut de la détruire d*un souffle. Je réponds : Ce qui a résisté à la touie-pui^ 
de Napoléon surmontera les fantaisies de la Jeune-Italie. 

En ce qui concerne rÂuiriche, on ne peut niçr qu*elle ne soit menacéi 
son existence italienne. Elle a certes raison de se défendre. 

Mais, je Taffirme, tant que les réformes émaneront des prince^;, tant 
progrès sera pacifique et régulier, TAutriche n*y mettra pas obstacle. 

Permettez-moi, à cette occasion, de vous lire une dépêche que j'ai adresse! 
le 27 septembre dernier, à notre ambassadeur à Rome. 
M. Guisot à M. U eomU Roui, 
(Particulière.) 

« Paris, le 27 septembre i847. 

» Notre politique avec Rome et Tltalie, quelques efforts que fassent nos enne- 
nis, de tout genre et de tout lieu, pour la représenter faussement, est si simple, 
à netle, qu'il est impossible qu'on la méconnaisse long-temps. Que veut le Pape? 
Faire dans ses Etats les réformes qu'il juge nécessaires. Il le veut pour bien vi- 
vre avec ses sujets en faisant cesser par des satisfactions légitimes la fermenta- 
tion qui les travaille; pour faire reprendre à TEglise, à la religion , dans nos so- 
ciétés modernes, dans le monde actuel, la place, Timportance, rinfluence qui 
leur conviennent. Nous approuvons Tun et Tautre desseins. Nous les croyons bons 
rua et Tautre pour la France comme pour T Italie, .pour le roi à Paris comme 
pour le Pape à Rome. Nous voulons soutenir et seconder le Pape dans leur ac- 
complissement. 

» Quels sont les obstacles, les dangers qu'il rencontre? Le danger stationnaire 
et le danger révolutionnaire. Il y a, chez lui et en Europe, des gens qui veulent 
qu'il ne fasse rien, qu'il laisse toutes choses absolument comme elles sont. Il y a 
chez loi et en Europe des gens qui veulent qu'il bouleverse tout, qu'il remette 
toutes choses en question, au risque de se remettre en question lui-même, comme 
le souhaitent au fond ceux qui le poussent dans ce sens. Nous voulons, nous, ai- 
der le Pape à se défendre, et au besoin le défendre nous-mêmes de ce double 
danger... 

bOu dit que nous nous entendons avec l'Autriche, que le Pape ne peut pas 
compter sur nous dans ses rapports avec rAutriebc. Mensonge que tout cela ; 
mensonge intéressé et calculé du parti stationnaire, qui veut nous décrier, parce 
que nous ne lui appartenons nullement, et du parti révolutionnaire qui nous at- 
taque partout, parce que nous lui résistons efficacement. 

p Nous sommes en paix et en bonnes relations avec l'Autriche, et nous désirons 
y rester, parce que les mauvaises relations et la guerre avec l'Autriche, c'est la 
goerre générale et la révolution en Europe. 

• Noos croyons que le Pape aussi a un grand intérêt à vivre en paix et eo 
bonnes relations avec rAutriche, parce que c'est une grande puissance caiholi- 
qoe en Europe et une grande puissance en Italie. La guerre avec l'Autriche, c'est 

Digitized by VjOOQ IC 




( 120 ) 

raffaiblisséi^eiit dacatboUcisincetleboaleTerMneiilderitalie. LePapesepe 
pwenvooloir. 

» Noos savons que, probaMemeiit, ce qae le Pspe vent H a bewin d'secoi 
plir, les réformes dans ses Etats, les réformes analogues dans les antres Btt 
Italiens, tom eela ne platt gnère è rAniricbe, pas pins qne ne lui a pla notre H 
volntion de JoiHei, quelque légitime qu'elle (At, et que ne loi plaît notre goever 
iiement eonstitoUonnel, quelque conservateur qoMI soit, liais noos savooiaw 
4Qe les gonvemeroents sensés ne règlent pas leur conduite selon lenrs goftiso 
leurs déplaisirs. Nous avons reconnu, par nous-mêmes, que le gouvcnena 
iqrtricMen est un gonvemenent sensé, capable de se conduire avec oMNléniie 
et d^aeeepier la nécessité. Nous croyons qnll peut respecter PiodépendaDce d< 
souverains italiens, même qnand ils font cbea eux des réformes qni ne loi phj 
SMl pas, et écarter toute idée d'intervention dans leurs Etats. C'est en ee la 
que nous agissons à Vienne. 

w Si noos réussissons, cela doit convenir au Pape aussi bien qn'à nous. Si non 
ne réussissons pas, si la folie du parti suiionnaire ou celle du parti réfolé 
tkmnaire, ou toutes les deux ensemble, amenaient une intervention autrichienne 
voici ce que, dès aujoud'bui, je puis vous dire : Ne laisses an Pape aucun doiie, 
qu'en pareil cas, nous le soutiendrions efficacement, lui, son gouvememeni eu 
souveraineté, son indépendance, sa dignité. On ne règle pas d'avance, on ne pro 
clame pas d*avancetoot ce qu'on ferait dans des hypothèses qu'on ne saurait coo 
naître d'avanee complètement et avec précision. Mais que le Pape soit parftiie 
ment certain que, s'il s'adressait ^ noos, notre plus ferme et plus actif ap^i m 
Ini manquerait pas.» 

J'espère que Tbonorable comte de Montalembert ne trouvera pas cette décb- 
ration tiède ni indifférente. C'est là toute notre politique. 

H. LB PUiNCB nB LÀ MosKOWA développe son amendement (Voyez i la Revu^ 
Foliiique) et rappelle tous les titres de Pie iX i l'admiration et à Vmm de 
FEurope. Il ne deniande pas une intervention armée, mais qne la chambre det 
pairs donne un témoignage de sa sympathie pour cet illustre Pontife. 

x. DUPiN développe son paragraphe additionnel (Voir à la Revue PoUtique.) 

On demande le renvoi à la commission. 

■• COUSIN. Je me flatte que ta commission voudra bien accepter en principe 
les aoMsndemenu proposés. Cette adoption me pamft indispensable à rboonea 
ée la chambre et de la commission elle-même. Je m'en rapporte à sa sagesse m 
la rédaction. 

x. GUiMT. Je prie la chambre de vouloir bien renvoyer les amendeoienis à 
la comniis&ion ; j'en adopte les principes. 

Le renvoi à la commission est prononcé. 

TiWitn tt €[ttt 



•c-g- 



ùvwni^t 



BOURSE OB PARIS OU 12 JANYIBR 1848. 



Cinq p. 0/0. 116 fr. 8()c. 
TROisp. 0/0. 75fr. 70 c. 
Quatre p. 0/0. 100 fr. 00 c. 
Quatre ifi p. 0/0. OOOfr.OO c. 
Obiig. de la Ville de Paris.1515fr.00c. 
Act. de la Banque. 3300 fr. 00 c. 



Quatre canaux. 1200 fr. 00 c. 
Caisse hypothécaire. 000 fr. 00 c 
Emprunt romain. 96fr.O/0. 
Rentes de Naples. loit fr. OOc. 
Emprunt d'Haïti. 00i)fr.00e. 
Rente d'Espagne. 5 p. 0/0 25 fr. 



PARIS.— (Kprimerib d'aobibn lbclbrb BTC*,rueCas«ette,9^- 



Digitized by VjOOQ IC 



SAMEDI i5 JANVIER i 848. p|. 44gl . 



STATION DE L'AVENT J847. 
CONFÉRENCES DE M. L'ABBÉ PLANTIBB A NOTRE-DAME. 

Oimancbe 9 janvier. . 

DU POUTOFR DOCTRINAL DB L'ÉGLISB. 

Seplièmeqoestlon. -;. Quel ut le dépotHatre suprême de VautoriU de VBgtin, 

Ww mOfU H eit mve$t$ i 

U PAPADTs ET SES GEAjfDBiiM, tel CMC le magnifique courouemeot que 
lorateur a voulu mettre à ce cours de eootroverse e| d'éloqueote apol(H 
jéiique (ju'il a donné avec tant de talent, durant cette station de TA- 
Tcnt, dans Fillustre et vénérable chaire de Notre-Dame. Dans aucuq de 
ses discours précédents, M. Plantier n'avait déployé autant d*ameetde 
ckaleureuse élévation ; jamais non plus son auditoire plus nombreux et 
choisi, malgré la rigueur d'un froid doublement intense dans cette jxié«« 
tropole ouverte à tous les vents, k raison des réparations considérabte» 
qu'oQ y poursuit^ jaiuais, disons nous, cet auditoire n'avait été plu$ 
«ympalbiquement entraîné par le sujet et l'animation de l'éminent 
orateur. Tant les cœurs des catholiques de France s^émeuvent et s'en- 
Itnuncot, au nom do aacœaseur de saint Pierre, et surtout «u noai 
de ce Pie IX, qai retentît en ce moment d'un p6le à l'autre. Quel stijet 
plus intéressant et plus opportun, en effet, pouvait traiter fora teur, à 
la fin de cette controverse si forte et si savante sur l'Eglise, que celui 
de cette royauté dont le diadème se compose d'une double couronne, de 
cette royauté sans bornes, de cette royauté, comme il l'a si bien ëit^ 
immuable , exemplaire, bienfaisante et qui n'usa jamais de ses demc 
pouvoirs que pour le bonheur du monde ? 

ExPOsiTioii. — « Dissiper en tous lieux l'erreur et la barbarie, prévenir ou con- 
srier les malheurs et les désastres publics, recueillir les débris et Texil de toutes 
te hautes infortunes, préparer raffranchissement ou défendre la liberté des peu- 
ples, soutenir les droits ou protester contre les excès des puissances, sauver la 
civilisation moderne des ennemis et des naufrages qui Pont menacée le plus so- 
leoflellement dans sa marche laborieuse ; réveiller , encourager , fécoiuler là 
science, la poésie, les beaux-arts, et faire éclore par son sourire leurs plus bril- 
Unies merveilles, s'associer et le plus souvent encore donner le branle aux 
grandes réformes sociales, voilà ce que fil autrefois la papauté; voilà ce qu'elle 
lait encore. A Tinstant même où nous sommes, elle vient d'ouvrir, par l'ange béni 
4ui porte son diadème, uïie nouvelle ère politique ; seul , un faible coin de l'ita^ 
lie en goûte le bienfait; mais tout l'univers en tressaille d'envie ou d'admiration ; 
et depuis Rome jusqu'à Autioche, de Gonstantinople à Washington, chaque vent 
(iescieux, chaque flot de TOcéan est chargé d'apporter des applaudissements et 
des vœux à l'auteur vénéré de cette régénération salutaire. Tous le comprenez, 
messieurs ; cette royauté, c'est celle dont l'auguste Pie IX est coprooné ; c'est 1^ 
poi&saoee des Papes. 

L Ami de la Religion. Tome CXXXFI 7 

Digitized by VjOOQ IC 



( 12i ) 
• vfèl est ainsi l'd^el dont {e viens vous entretenir. Qae de choses à dévelop- 
per 1 Mais nous nous bornerons à eonsidérer la papauté dans son aniorité dogma- 
tique, dans sa mission doctrinale, et ce sera moins pour vous en démontrer les 
droits que pour vous en faire apprécier les grandeurs. Nous laisserons la discus- 
sion, pour nous borner à l*bistoire; après six semaines de controverses, vous 
nous permettrez sans doute de prendre une heure, au Iwut de la carrière, pour 
nous reposer avec vous dans un sentiment de douce et filiale admiration. 

L'orateur s'attache à tracer à grands traits les cinq grandeurs princi- 
palesde la papauté : V Grandeur dans l'objet de sa mission doctrinale; 
2* grandeur dans la manière dont la papauté s'est exercée ; 3* gran* 
deur dans les coups d'éclat dont Dieu s'est plu cent fois à lautoriser ; 
t* grandeur dans le respect ou le désespoir involontaires de ses enne- 
mis ; ô* grandeur dans rabaissement dogmatique et moral des peuples 
et des individus qui se sont détachés de son sein. 

Première partie, -— Grandeur dans son objet, et, comme dit notre siè- 
cle, dans son idée. Après avoir exposé le principe divin de la mission du 
premier chef de l'Eglise, et raconté ses premiei-s travaux en Judée, To- 
rateur le montre arrivant à Rome, cette ville devenue par sept cents ans 
de sage politique et de colossales conquêtes la dominatrice des na- 
tions. 

€ Toilà précisément où Pierre vole s^établir : c'est au cœur de cette autre Ba- 
Iqflone quil place le centre de cette autre Jérusalem, dont il doit être la pierre 
iMidameniale; là où le despotisme et le mensonge régnent unis par des noeuds 
séculaires, il dresse un trône dont la vérité partagera Fusage et la gloire avec la 
charité ; enfin, sur les mêmes hauteurs d'où les conquérants romains n*ont entrevu 
les nations que pour leur en? oyer la servitude, et en aggraver les ténèbres, lui 
vient fonder une étemelle dynastie de Pontifes qui, se disant h son exemple servi* 
teurs de tous les hommes, débiteurs et appuis de toutes les âmes, s*occnpent sans 
cesse et à tout prix de leur faire arriver et de leur garantir la plus riche de tou- 
tes les lumières, la plus précieuse de toutes les libertés; la lumière et la liberté 
des enfants de Dieu. Voilà rorigine et le plan de la papauté. En voilà le type im- 
muable et suprême, en voilà l'idée et la mission. 

«Ainsi un homme qui garde au hommet de TEglise catholique le trésor géné^ 
rai des oracles célestes dont elle est dépositaire; un homme qui en soit ganlian, 
non pas pour en jouir seul, comme un sage égoïste, non pas simplement pour le 
communiquer à quelques rares adeptes, comme un chef d'école, mais pour en 
jeter les enseignemenU aussi loin que le jour lance ses feux, c'est-à-dire jus* 
qu'aux extrémités du monde ; un homme qui pour cela, sentinelle perpétuelle- 
ment attentive, cherche sans cesse à découvrir, dans le plus profond des espaces 
et sons les vapeurs les plus lointaines de l'océan, les peuples égarés qui s'y ca- 
chent; un homme qui, du moment où il en aperçoit, se hâte de leur faire porter 
la bonne nouvelle par des anges de lumière ; un homme enfin qui non-seulement 
s^applique à doter de la science divine les nations qui ne l'ont pas, mais encore 
après cela veille à en maintenir i'uniié sans division, l'intégrité snns tache. Pin- 
dépendance sans entraves; c'e>t là le Pape; et quelle institution sublime! quelle 
magnifique sollicitude que celle'qui lui est imposée! qu'il sera beau sur la naon» 
lagne sainte, avec son oreille toujours penchée sur l'abîme des siècles, épiant 
toutes les as|iirations à la vérité pour y satisfaire, totis les bruits d'erreur pour 

Digitized by VjOOQ IC 



(123) 

les confoedre» ions le» 800|Mra de servilode rdigieiMepoiir affraochir oacOBMlar . 
les âmes qoî les exhaleront ! » 

Deuxième partie. — Grandeor dans la manière dont la papauté s*ett 
exercée. Trois choses forment l'essence et l'apanage de la yérité. Ses 
lamièresy son intégrité, son indépendance ; et la papauté en a propagé 
les lumières avec un zèle infatigable ; elle en a maintenu l'intégrité 
arec une irréprochable sagesse ; elle en a protégé l'indépendance a^ec 
une noble et inflexible fermeté. 

1* Propagation des lumières de la vérité. Initiative de la papauté dans 
tontes les grandes missions de toutes les époques. L'Orient, les Gaules, 
la Grande-Bretagne, la Germanie. Et maintenant encore il n'est pas de 
prédications importantes auxquelles elle ne donne l'impulsion ou ne 
maintien ne la vie. 

2* Conservation de l'intégrité/ Oui, voici un contraste merveilleuse- 
ment étrange. Au sein des écoles antiques, on vit bien des savants con- 
sultés : Socrate, Platon et avant eux Pythagore, objets d'une certaine 
vénération, furent sans doute appelés par plus d'un philosophe ou d'un 
monarque, à résoudre des problèmes plus ou moins formidables ; mais 
ils n'étaient pas officiellement établis pour édaircir les doutes qui agio- 
teraient le monde ; mais ceux qui invoquent leurs décisions sont rares, ce 
•ont à peine quelques savants isolés ; mais enGn les réponses sont le plus 
sonrent ou absurdes en détail, ou disparates dans l'ensemble. Tel fut le 
sort d'Athènes et de ses sophistes, de Rome antique et de ses sages. Maïs 
au centre de Rome chrétienne, un Jiomme existera pour être l'oracle 
univeraely et il le sera en effet, sans que jamais son trône soit une chaire 
d'erreur; consulté sur toutes les questions doctrinales, il les résoudra 
toutes avec une justesse sans mélange et sans vicissitude. Trouvez à cette 
gloire, si vous le pouyez, ou un seul démenti sérieux et authentique, 
ou un second modèle dans l'histoire ! 

^ Protection de l'indépendance. Empereurs païens, empereurs héré- 
tiques et schismatiques de Constantinople, empereurs d'Allemagne; à 
tous, les souverains Pontifes ont opposé d'héroïques résistances pour 
sauver la liberté de la foi. .,„ 

Troisième partie — » Grandeur dans les coups d'éclat par où Dieu 
s^est plu cent fois à l'autoriser ; on pourrait faire sur la mort des persé- 
cuteurs des Papes un livre qui donnât à penser, comme celui que Lac- 
tance a composé sur la mort des persécuteurs de TEglise. 

Quoirième pariie. — Grandeur dans le respect ou le désespoir invo- 
lontaires dont les anathemes dogmatiques de la papauté pénètrent 
ceux même qui ne croient pas à sa puissance, ou la secouent ou la 
persécutent. Sectaires et rois. — Luther — Frédéric— -Henri VIII. 

Cinquième partie. —Grandeur dans l'abaissement dogmatique et mo- 

Digitized by VjOOQ IC 



(124) 
ni oà ne tardent pas à tomber les indiridus et fes peuples qui brisent 
avec ses enseignements et sa vie. Eglise grecque — Eglise d'Angleterre 
— - Eglise suédoise — Eglise russe. 

> «Et qo^on ne nona dise pas : Le joag de Uome est on joug étranger ! et chaque 
nation doit à sa dignité comme à son indépendance de s>n affranchir!... On joog 
étranger ! Hais relise eét nniverselte; c'est un t^ercail qoi doit embrasser tout 
les peuples, et paisqae le Pape en est le pasteur souveraia, comment straiH 
étranger quelque part ? N'esl-il pas ctiez lui partout où il compte des ouailies? 
Un joug étranger! comme si, suivant le beau mot de Bossuet, le lien commun qui 
doit faire ici bas de tous les royaumes on seul royaume de Jésus-Clirist pouvait 
détenir étranger à des chrétien» 1 Un joog étranger! Hais qo'est-ce que le Pape? 
G*est le déposiuire suprême de ia vérité ; non-seulement il en est le déposierim, 
mais il en est le dispensateur et le vengeur public, et comme la vérité n'ea 
étrangère pour aucun Etat, comme toutes les régions appar tiennent à son do- 
maine, et toutes les sociétés à sa juridiction, celui qui en est en ce monde Tor- 
gane principal et le latenr authentique ne saurait non plus être tenu justement 
pour étranger, par aucune nation. Loin donc de nous ce langage ! loin de nm 
Fopinion qu'il exprime l loin de nous cette pensée d'émancipatioD qui ordioair» 
ment l'accompagne ! elle s'inspirerait d'un blasphème sans motif et sansescnie. 
A quel danger, à quel inconvénient prétendrait-on se soustraire en repou&sant 
Tamorité de Rome, comme un joug étranger? Il y a deux hommes dans le Pape, 
on le sait bien ; le prinoe temporel et )e chef de TEglise. Si le prince tempo- 
rel voulait exercer quelque empire au dehors, je concevrais qa on proceMk. 
Mais non. Comme roi, il se borne à ses Ëtats, sans se mêler de toucher su rifli 
aux institutions des autres peuples ; le pouvoir dont il fait usage au-delit de 
Ses terres, et dans les royaumes différents du sien, est un pouvoir tout spirituel. 
Oaels que soient les actes qui en émanent, par eux il ne porte jamais atteinte ni 
ài l'indépendance des gouvernements, ni à la mesure de respect et d'obéissance 
l laquelle ils ont des droits, ni à la paix et k la prospérité dea natianl qu'ils lé* 
gisseni* Au contraire, moins on l'entrave, et plus ces intérêts éont assurés; qoaod 
Home est plus libre, quand on oppose moins de défiance, d'inquisition, de for- 
malités et d^obstacles à son action sur les églises particulières, quand les pos- 
.TOirB civils la traitent avec une plus large part de conflaoee et d'amour, elle M 
se sert de cette latitude que pour donner plus d'essor au véritable esprit do 
christianisme; et plus cet esprit salutaire se développe sous son influence, mieax 
aussi vont les choses, et du côté des puissances, et du côté des peuples. Âisa 
rois et nations, soyons tranquilles ; l'on n'a rien à craindre de rester sous le sceptre 
de Pierre, malgré que celui qui le porte ne soit pas le chef de la patrie.... 

a PÉRORAISON. — Heureux le monde s'il sait rendre hommage k cette patemité 
si légitime et si bienveillante, et en accepter la tuièle I Heureuses les nstionssi 
elles se décident jamais, dans leur ensemble, à faire remonter au Peniife supréiiM 
un reflux d'obéissance et d'attachement, proporiionné à la sainteté de son pouvoir, 
et à Féminente charité qui de son cœur s'épanche sur le monde! Heureuses s» 
elles vQulaient toutes s'abriter sous sa main, comme elles sont â^^ toutes cod- 
prises dans la double étendue de ses droite et de son affection! L'bimisoi^ 
jouirait alors du bonheur qu'elle poursuit, à notre époque,, de ses rêve» les pl<^ 
ardents. Les peuples, à en croire ce que chacun répète, aspireraient maintcnaDi 
'h se fondre dans une plus vaste et plus intime unité de sentiroeût; de 1*^^^^^ 
l'Occident, des pèles k Féquateur, les cœurs, prétend-on, s'appellcfit et se fé- 
poDdent, inqmtieais de voir tomber lea barrières qui les divisent, et de «Aatt- 
4uer à leur vie morcelée, à leurs battements soliuires, une vie commune et de 

Digitized by VjOOQ IC 



< 125 ) 

; palpitations. Hais qui réalisera ce vœu sublime? La ptiilosophiâ? elle 
ne fiiil qae désunir les intefligences et mettre le monde moral en pousâère. Les 
reOgioDS nationales? elles n'enfontent pour FuDivers que des rivalités et des 
fraeti^imenenls « eonme «Des ne produisent que tyrannie et malheur pour 
«bacoM des sociétés qu'elles dominent. Il n'est que le catholicisme, avec son 
Pape, fdi pnisie, ainsi qve noos le désirons, lier les divers tronçons du genre 
humain en on seul et même ûdsccnn... 

» Poisse cet Age d'or que Leibnits révali ^trefois, se lever sur OMMidel Et si 
les autres peuples ne veulent pas on revenir on rester unis à celui qui peni seul 
nous en procurer le bienfait, soyons-lui du moins pour jamais fidèles. La France 
fut toDjoars honorée d'une bienveillance spéciale par le Saiot-Siége; il nous 
considère encore maintenant, à ce que mille voyageurs racontent, d'un œil de 
particaltère tendresse; de son côté l'Eglise gallicane elle-même se distingua dans 
tous les temps par la soumission la plus filiale aux successeurs de Pierre. Âh ! 
eonserfoM éternellement intact ce trésor que nous ont transmis nos aïeux l 
ùanme ma. tenons à passeï pour les enfants les plus somnis et les phis dodfes 
ds Eonae I Plus nous serons appuyés sur cette pierre qui sert de fondement k 
rSglise uoiveiselle, plas noos participerons à HmmuaUe solidité et k l'împérl»- 
saUe existence de l'Eglise elle-même, a 

aE¥UE ET NOUVELLES ECCLÉSIASTIQUES. 

BOMK. -* A roccasion du 1*' janvier, le sénat de Rome a publié la 
proclamation suivante : 

« Le Sénat au peuple romain : 

» L*année qui s*ouvre aujourd'hui est le commencement d'une ère non raoloB 
beorenae que désirée, le principe d'une vie nouvelle et, autant que vous y coopé- 
rerez vous-mêmes, glorieuse et prospère. Le Pontife que toutes les nations vé* 
lièrent et bénissent rend aujourd'hui à Rome son ancienne dignité, et il vous - 
coolie à vous-mêmes, dans la personne de cent de vos frères, l'administration 
de vos possessions civiques, la richesse et Ttionneur de vos champs, la majesté 
de vos monuments, la santé et l'alimentation du pauvre, le soin d'élever digne- 
ment Toire postérité. Tout votre bien-être est remis entre les mains d'un corps 
de cent UMmbres, tous plus empressés les uns que les autres à procurer votre 
èonhear. La vérké ne saurait échapper à tant d'intelligences, et la justfce ne fera 
jamais défaut k de franches el studieuses délibérations. Il n'est pas besoin de 
vous dire les obligations qui vous lient sur ce point à Pie IX. Les Romains ne 
reçoivent de personne des leçons de reconnaissance. Mais appelés à représenter 
votre centnmvirat, nous vous jurons et promettons que tout ce qu'il y a en nous 
de painsance. de Jugement, de vie, nous l'emploierons de manière à ne pas vous 
laisser de regret de la confiance que vous avez mise en noos. Noos n'avons pus 
oublié les célestes paroles par lesquelles le vicaire de Jésus-Christ nous a annoncé 
que sa première pensée et sa volonté la plus chère était que du sommet du Qui- 
rinal au sommet du Capitule le prince, le maître et le peuple se rapprochassent et 
Ansenc unanimes à travailler pour la vraie prospérité de tons. Vos besoins ne sont 
pas ignorés, et nous espérons pouvoir ouvrir une vole prompte et légMme k ra<s 
eomplissenient de vos désirs, sans que les volontés d'un petit nombre ae evoient 
lea vcBui de tous. Pour arriver à ce but (ou bien il sera manqué), il faut le con«- 
cours de votre force et de votre vertu. Songez combien il est difficile de don- 
ner aox affaires publiques une organisation à ta fois bonne et nouvelle : heureux 
si iHMS pnnnnons k h préparer! C'est à vous qu'A appartient de la hâter; le res- 

Digitized by VjOOQ IC 



(m) 

pect des lois divines et hamsiDes, ki modération et le calme, TamMir da travâdi, 
sont les premiers, les seuls Tondements de la félicité publique, 
a Au Capîtole, le i*' janvier 1848. a 

— Le R. P. Jansen, l'un des membres les plus ëminents de la Com« 
pagnie de Jésus, est mort subitement il y a quelques jours. C'est une 
grande perte pour l'ordre. La vertu et les talents du P. Jansen lai don- 
naient beaucoup d'influence parmi ses confrères. 

La société romaine a perdu aussi D. Carlo Torlonia, frère du prince 
Totlonia. Il est mort comme il avait vécu, à la manière d'un parfait 
chrétien. C'était un modèle de toutes les vertus et de la piété la plus sage 
et la plus aimable. Il a été exposé, vêtu en tertiaire de Saint-François, 
étendu par terre, suivant l'usage, dans une salle du splendide palais qu'il 
a quitté sans regret, véritable chétien, n'ayant jamais connu de la ri- 
chesse que le plaisir de donner. Rome a donné d'unanimes regrets à cet 
homme de bien. Une foule considérable se pressait pour aller le Toir et 
prier devant ses restes mortels. Des personnes de toutes les classes de la 
société rendent ce pieux et dernier devoir à celui dont les biens, les con- 
seils, la charité, l'influence ont secouru tout le monde indistinctement. 

— Par billet de la secrétairerie d'Etat du 30 décembre, Sa Sainteté a 
daigné nommer : 

Ministre de f intérieur^ Mgr Amici, qui était vice-président de la Con- 
sulte d'£ut. 

Secrétaire du conseil des ministres^ Mgr Sbarretti, qui était substitut de 
la secrétairerie d*£tat. 

P^ice-présidenl de la Consulte d'Etat^ Mgr Peutini, doyen des clercs de 
la chambre. 



PARIS. 

Si la cause catholique a essuyé dans les derniers événements de la 
Suisse un grand désastre, elle a obtenu aujourd'hui à la chambre des 
pairs un éclatant et magnifique triomphe. C'est à la parole éloquente de 
M. le comte de Montalembert qu'elle le doit. 

Nous n*avon8 pas souvenir d'avoir jamais entendu des accents d'un 
pathétique plus vrai, d'une énergie plus saisissante, d'une plus haute 
élévation, d'une indignation tout k la fois plus poignante et plus spiri- 
tuellement ironique. 

Toutes les tyrannies qui oppriment la foi et la liberté de la Suisse 
chrétienne, toutes les iniquités qui l'écrasent, toutes les douleurs dont 
elle saigne, semblaient emporter sur des ailes de feu la parole et la pen- 
sée de son sublime vengeur. 

Jamais aussi nous n'avions vu la noble chambre émue à ce degré, 
faire éclater ses sympathies et son admiration par de tels applaudisse- 
ments. 

Sous la vive impression produite par ce discours^.M. Guiaot a rendu à 

Digitized by VjOOQ IC 



(127) 

M. le comte de Montalcmbert im noble et glorieux hommage qui Tho- 
nore infiniment lui-même. M. le président du conseil qui devait pren- 
dre la parole n*a pas voulu, comme ilTadit noblement, conlinher une 
discussion politique et mêler une question personnelle aux vérités si hautes j si 
belles et si utiles proclamées at^ec un accent si profond et si vrai par,M. de 
Montalembert, 

Une analyse nécessairement incomplète ne donnerait qu'une bien 
faible idée de cet admirable discours. Nous attendrons, pour le repro- 
duire, qu'il ait paru dans le Moniteur. 

Les évéques de Suisse elles chefs spirituels des institutions religieuses 
sont unanimes à protester contre les mesures sacrilèges des nouvelles au- 
torités cantonales. Yoici la protestation de Sa Grandeur le comte Ba- 
gnoud^ abbé^vêque de Saint-Maurice-d'Agaune et de Bethléem, etc., 
adressée au grand-conseil constituant du canton du Valais : 
« Monsieur le président et Messieurs, 

» Lors de noire prise de possession de Tantiqae siège abbatial de Sainl-Mau-^ 
rice-d'Agaune et de notre consécration épiscopale, noos avons promis et jaré de 
maintenir, de défendre, fro poêse^ de conserver intacts et les droits sacrés de 
FEglise romaine, et les propriétés du vénérable chapitre de Saint-Maurice et de 
Bethléem que nous avons Thonneur de présider. Considérant que plusieurs des 
résolutions de rassemblée populaire tenue à Sion le 2 courant, notamment les 
art. %, 4, 5, 6 et 7, sont contraires aux lois de TEglise catholique et à nos droits; 
nous devons, en notre qualité d'évéque et d'abbé de Saint-Maurice, en vertu de 
nos serments, venir protester par ces présentes, comme nous protesterons tou- 
jonrs contre les articles précités et les conséquences qu*on pourrait en tirer, tan- 
dis qa*iis n'auront pas obtenu la sanction du chef suprême de PEglise, N. S. P. le 
ftpc. 

> Recevez, Monsieur le président et Messieurs, Thommagede notre considéra- 
lion distinguée. 

» Saint-Maurice, le 51 décembre 1847. 

» f Etienne , 
» Abbé-évéque de Saint-Maurice il de Bethléem. » 



Demain, 16 janvier, on célébrera solennellement à Saint-Sulpîce la 
fête du saint patron de cette église, saint Sulptce, évéque de Bourges. 

A dix heures et demie, tierce et la grand*messe. 

A deux heures et demie, sermon par M. l'abbé Dnpanloup, chanoine 
titulaire de l'Eglise de Paris ^ ensuite les vêpres et le salut. 

M. révêque d'Amata, vicaire apostolique de la Nouvelle-Calédonie, 
officiera pontificalement matin et soir. 

On nous écrit d'Aoste.que le révérend prévôt et le procureur du 
Grand-Saint-Bernard sont partis, le 27 décembre, pour Turin, avec Tin- 
tention d^aller supplier le roi de prendre sous sa protection leurs person- 
nes ei les biens que le couvent possède en Piémont. Ik paraissent ^le- 

Digitized by VjOOQ IC 



À 



( 428 ) 

ment être dans rintention d'adresser une réclanutioD aux différentes 
grandes puissances pour les prier de prendre l'hospice sous leur sauve- 
garde, et de le défendre contre les impositions, inventaires et autres 
vexations du gouvernetrient actuel du Valais. Le prieur du Saint-Ber- 
nard est à Samt-Reini ; il y a encore à l'hospice une dizaine de religieux 
qui luttent tous les jours contre une trentaine de soldats valaisans. Ceux* 
ci y consument rapidement tes provisions réservées à l'hospitalité, tan- 
dis que les bons religieux souffrent avec résignation , bien résolus à ne 
quitter Thospice que lorsqu'ils en seront chassés par (es armes. 

{Courrier dts Alpes J) 
— o^ 

M. Galmels, premier vicaire-général du diocèse d'Albi, ancien recteur 
d'académie, cheval' er de la Légion-d' Honneur, a succombé jeudi, à 
onee heures et demie du soir, à l'âge de cinquante-huit ans, aux suites 
de l'attaque qui l'avait frappé quelques jours avant. Les espérances 
qu'avait pu donner uneaméloration passagère dans son état, ne ae aont 
malheureusement pas léalisées. Onze jours des plus cruelles souffrances, 
supportées avec la plus grande fermeté, avec une résignation chrétienne 
admirable, ont précÀlé sa dernière heure. 

M. Galmels appartenait à cette classe d'hommes d'élite dont la vie 
pure et sans tache fut toujours honorablement remplie. A un esprit 
juste, ferme et élevé, il joignait une érudition profonde, une piété vive 
et éclairée, les sentiments les plus nobles des vertus chrétiennes. 

En la personne de son premier vicaire-général qu'il entourait de son 
estime profonde et de sou respect, le clergé du diocèse fait une perte 
bien sensible; ses regrets seront vivement partagés par tout le monde. 

{/Hermine de Nantes rapporte et flétrit justement un trait de la pius 
odieuse intolérance : 

01 Toute personne unissant à des sentiments sincèrement religieux des opinions 
franchement libérales, regrettera profondément quMI se trouve encore dans 
notre ville des hommes assez exclusifs, assez absolus et exaltés dans leur anti- 
pathie à regard du catholicisme, pour commettre Tactiou aussi coupable qa^o- 
dieuse, que nous, croyons devoir 'signaler à nos lecteurs. 

» Tout récemment^ une femme, très-avancée en àge,.donc la famille est assex 
bien posée daps le monde commercial, vient de mourir saps avoir reçu les con- 
solations et les secours de la religion, qu'elle réclainaii avec instance, et dont 
elle a été privée par Timpiété des parents qui entouraient son lit de mort. 

» Les auteurs de cette iniquité afficiient cependant un libéralisme ardent, et 
des idées très-avancées eo matière de liberté. Cette violation des volontés d'on 
mourant est un acte si blâmable, qu^il a fallu que le sentiment de la réserve 
parlât bien haut en nous pour nous avoir empêché de livrer an mépris des gens 
honnêtes et moraux le nom des personnes dont il s'agit, libéraux hypocrites, ne 
réciamam de TindépeDdance que pour eux-mêmes» et to^joars prêts à provo^œr 
dans des vues intéressées, des restrictions ï la liberté de cooscietce, de prai^lît 
et d'action de leurs concitoyens. 

9 Un tel fait, dont nous pouvons garantir Tauihenticité, sera, nous n'en dou- 



Digitized by VjOOQ IC 



(i2») 

toos Dullaneat, rebjei d'uae réprobation uiiferseUe de la part de lous lea kan- 

mes (Je justice el de cœur. « 

Le fragment qni sait tl'une lettre adressée an Ritvriî du Midi, mon* 
treraquel parti les passions anti-catholiques préteudent tirer du procès 
du Frère Léotade : 

•Oa a fiibriqoé, qoel oom peal-<m donner à nne tniqaité semblable? on a fabri- 
qaé iNie inltee compUnnU oà Ton raconte avec les détails les fins hoateoz, les 
plus dégoûtants qni puissent salir une imagination, toute la trame du crime ^abo^ 
minMe d'un Frire de U Doctrine chrétienne, du Frère Léotade, JUGâ bt CON- 
iàSTÊ pour meurtre el attentat, etc.^ etc. Cette complainte est chantée dans les 
mes des villages «t dans les bameaux qui bordent les grandes routes, cbumée par 
on bomme àgé!î! Les bons catholiques frémissent et secacbent^ les impies triom- 
pbeat. Les enfants suivent le chanteur, achètent ces infamies. Dieu seul sait les 
niles de pareilles horreurs débitées à la jeunesse, dont on ne rougit pas de salir 
le eomr, dans vne haine aveugle eontre la religion. Je n*ai pas entendu dire que 
IsnAorkés aient rien fait pour faire cesser le scandale. » 
■ ^e* 

Les journaux anglais nous donnent de curieux détails sur la confirma- 
tion du docteur Hampden à Tévêchéde Hereford : 

«Aujoordliui il janvier étant le jour fixé pour la confirmation du révérend 
IKkson Hampden comme évéque de Hereford ; une assemblée nombreuse s*éiait 
réoaîe à féglise de Sainte-Mary-le-6ow dans Gheapside, à Londres, oà la céré- 
DHHûe devait avoir lieu. Un peu après onze heures, la commission, composée da 
irè&haaoraUe air I. Losbtngion, de sir lohn Dodson, avocat de la reine, et du 
ëodear fiamahf , est arrivée à Téglise et s'est assise à la table préparée pour 
efie. Le docteur Hampden s*est assis sur on bane voisin avec «on chapelain et 
pbsienr» de ses amis. Le vicaire-^général docteur Bamaby présidait. Après lea 
iMmalités préliminaires et la lecture du congé d'élire^ le vicaire-général a dit à 
haute voix : « Citez tous les opposants à comparaître. » Alors Tappariteur s'est 
toié : « Oytxî oyet ! vous tous qui avez quelque objection à soulever contre la 
comécration, présentez-vous ; faites valoir vos moyens d'opposition, et vous se* 
fez entendus !• Alors le docteur Seymonr s*est avancé et a dît : 

• TrèsHlignes Messieurs, je comparais Ici pour le révérend Robert Webster 
Humer, le révérend J. J. Clark et le révérend W. T. PoweH, dont J'ai ta procn- 
ration, pour m'opposer à l'élection du docteur Hampden. 

» Le docteur Luabiagton : Docteur Seymour, je vous défends de eemparattie ; 
tomme avocat près les cours ecclésiastiques, vous savez bien que voua n^aves 
pas le droit de paraître ici. 

9 Le docteur Addams prend à son tour la parole au nom du doyen et du cha-» 
pitre, et prétend que les opposants ont le droit d'être entendus. 

> Le docteur Lushington avertit te docteur Addams que c'est sur l'interpréta- 
âon de Pacte de Henri VIII qu*l1 va parler. 

1 II s'engage une discussion technique théologique, à la suite de laquelle la 
daclenr Bamaby tranche la question au nom des commissaires et se déclare 
aUigé de passer outre k la confirmation. Cette opinion est partagée par lea deux 
antres eomraisaairea. 

» La cérémonie a donc lieu au milieu d'éclats de rire presque continuels, et 
qae les huissiers de la cour ecclésiastique s'efforcent en vain de réprimer. Leiv 



Digitized by VjOOQ IC 



( <30 ) 

Opposants sont de nouveau cités deux fois par Tappariteur, et déclarés conla- 
maces. 

» Le docteur Hampden prête le serment voulu, et au moment où il monte dans 
sa voiture poiu* s'éloigner, il est entouré par la foule, applaudi par les uns et 
hué par les autres. 9 

Le diocèse de La Rochelle vient de faire une perte vÎTement sentie 
dans la personne de M. Fabbé Yicardière, doyen du chapitre de l'église 
cathédrale, mort le 25 novembre dernier, âgé de 61 ans. 

Lecomnieacemenl de sa vie cléricale remonte à cette époque où Dieu 
suscita tant de prêtres remplis de Tesprit apostolique, pour consoler TE- 
gîise de France de ses longues tribulations. Le jeune Yicardière, em- 
pressé de répondre à l'appel de cette Eglise désolée, se forma à la science 
et aux vertus sacerdotales, sous la conduite d'un saint prêtre, M. Bau- 
douin, fondateur du séminaire de Ghavagnes, l'une des premières et des 
meilleures écoles ecclésiastiques ouvertes au commencement de cesiècle. 

Successivement professeur de philosophie et de théologie dans le dio- 
cèse de La Rochelle, chanoine et doyen du chapitre de la cathédrale, il 
porta dans ces situations diverses une piété toujours fervente, une foi 
pleine de vivacité, l'esprit de détachement et de pauvreté et un zèle 
qu'inspirait la charité dont son cœur était rempli. Sa prédication tout 
apostolique était animée d'un accent de conviction qui faisait plus vive- 
ment sentir les vérités qu'il annonçait. 

La vue de son recueillement et la ferveur avec laquelle il chantait l'o^ 
fice canonial, portaient à la piété tous ceux qui en étaient témoins. Au 
milieu de sa vie de prière et de ses œuvres de zèle, ses yeux se tournaient 
souvent vers Ghavagnes, cette paisible demeure où il s'éuit préparé au 
sacerdoce. Il aimait à en rappeler tous les souvenirs, et. à redire aux 
prêtres plus jeunes les maximes du saint vieillard qui avait dirigé sa 
jeunesse, et qu'il nommait avec attendrissement le hon père. Quand il 
fut atteint de la maladie qui devait terminer ses jours, la Providence le 
xamena au lieu où s'était accompli son noviciat ecclésiastique, lui don- 
nant ainsi la consolation de terminer sa carrière sacerdotale, là même 
où il l'avait commencée. 

Durant ses longues souffrances, il fut un modèle de patience et de ré- 
signation. La nuit qui précéda sa mort, on l'entendit répéter plusieurs 
fois : j4 lions j courage y mon ame^ courage.,. Seigneur, Jaifes^moi souffrir ; 
Seigneur^ ne m'épargnez pas.,. Dans les instants de délire, il avait l'idée 
fixe et constante qu'il allait terminer sa vie par le martyre, et la joie 
pleine d'enthousiasme qu'il en témoignait montrait assez les sentiments 
habituels de son cœur. 

Aussitôt qu'il eut fermé les yeux, les fidèles, inspirés par la vénéra- 
tion et le souvenir de ses vertus, vinrent entourer d'hommage ses restes 
mortels. Le même sentiment de respect donna un caractère de solen- 
nité à ses funérailles, auxquelles s'étaient rendus une députation du cha- 
pitre de La Rochelle, plusieurs ecclésiastiques du diocèse de Luçon, et le 

Digitized by VjOOQ IC 



( 431 ) 

clergé <ittp6ti(^^"^îi^^îf^- La population entière de Chavagnes, où il ve« 
yiaii de mourir, voulut y assister aussi; et c'est dans cette ville qu'il re- 
poteaux pieds de son ancien maître, M. Biudouin. Après l'avoir imité 
difls ses vertus, il partaf;e sa tombe, et tous les deux, sans doute, par- 
ticipent maintenant à la même gloire dans le ciel. 

REVUB POLITIQUE. 

One soDlplas seulement quelques vois isolées qui, du sein de In chambre des 
^irSfOOt proclamé leuPs vives sympathies ei leur admiration pour la glorieuse en- 
treprise de Pie IX. C'est la noble assemblée tout entière, c'est le premier corps 
poliiiqae de TEtat qui, dans Tacte le plus solennel, dans sa réponse au discours 
dé iseooronne, témoigne avec une imposante unanimité des mêmes sentiments 
pour Taugoste Pontife, et va lui porter un hommage éclatant des vœux sympa- 
lliiqBes de la France. La commission de l'adresse, le gouvernement et Topposi- 
tioD, sobissant la puissance morale d'un sentiment qui éclate depuis un an par 
toutes les voix de l'opinion publique, ont voté à l'unanimité ce paragraphe addi- 
tioQnel : c Une ère nouvelle de civilisation et de liberté s'ouvre pour les Etats 
»itiliens. Noos secondons de toute notre sympathie et de toutes nos e^^pérances 
fie Pontife magnanime, qui l'inaugure avec autant de sagesse que de courage, 
I et les souverains qui suivent comme lui cette voje de réformes pacifiques où 
inurchent de concert les gouvernements et les peuples. » 

CeUe solennelle manifestation de la chambre des pairs sera, nous l'espérons, 
d*ttQ puissant et saluLiire effet sur le mouvement politique qui s'accomplit en 
ititie.Le grand Pape qui, dès le premier jour de son règne, s'est mis à l'œuvre 
desréformes sans autre inspiration que Tamour de ses nouveaux sujets, sans aptre 
ifflbiiioB que celle de les rendre plus heureux, n'avait nul besoin des encourage- 
neocs du dehors pour conlinner sa généreuse entreprise. Le souflle ardent d'une 
poiwlarité qu'il n'a jamais recherchée, est inutile pour attiser dans son noble 
cœur an feu qui s'est allumé à des pensées plus hautes et plus saintes. Mais si le 
feme eoorage el la foi de Pie IX en sa mission providentielle pouvaient se pas- 
»r des témoignages d'intérêt des puissances terrestres, le peuple qu^il gon- . 
tene et les souverains qui mardient à sa suite, pourront trouver dans ces 
nuiîfestations de la France nn nouvel encouragement à se maintenir contre tous 
les obstacles dans cette union qui fait leur force, dans cette sagesse qui fait leur 
gloire. 

Le sensde cette manifestation, de la part de la chambre des pairs, n'est pas dou- 
leax.Cest à l'esprit des réformes libérales et des progrès pacifiques que la France ' 
sftplattdit par son organe; c'est le sage mouvement imprimé et dirigé par le Pape 
qu'elle encourage de ses vœux, qu'elle seconde de toutes ses espérances. Tant que 
l'Italie marchera dans cette voie, sur les traces du magnanime Pontife, toutes nos 
sjBpaihies accompagneront ce glorieux et difficile travail. Qu'elle se tienne donc 
en garde contre l'esprit révolutionnaire qui s'efforce de la pousser dans une au* 
tre roQte. C'est là son plus grand ennemi, nous ne cesserons de le lui signaler. 
Noos avons entendu dans cette discussion de la chambre des pairs, des hommes 
remplis d*ailleiu^ d'une haute vénération pour Pie IX, traiter de chimériques les 
dangers dont son œuvre est menacée par la faction de (a jeune Italie. C'est de la: 

Digitized by VjOOQ IC 



( 132 ) 

Ittri de ces lummeê honorables une InexpUeiible ïlimm. W^n àlse « Toi 
veyt que le âirfroiiamfii# n'est ^us Aujourd'hui eonfiliUié es lolie €»vBmt 
U rétait sous le pontificat de Coégoire XVI; qu'on dise quMl a eetsé de cms- 
pirer dans Tombre de ses aesodations secrètes, nous Tadaieitons jusqu^à «n 
certain point. Mais qu'on le croie partout vaincu ou désarmé par la magnaaime 
générosité de Pie IX ; qu'on veuille me pas voir son action dans la plupart des 
journaux que la liberté de la presse a Êiit naître, dans certaines manifestations 
po|)ulaires, et surtout dans ces adresses séditienses par lesquelles» de prétendus 
mandataires du peuple voudraient arracher au souverain 4e8 coneessions iiPfMM^ 
sibles, c'est là un aveuglement qui nous confond. Ponr reconnattre eeile faUle 
erreur, on n'a qu'à suivre en particulier ce qui se passe à Rame. D'oà viesBeoft 
les alarmes qui se mêlent aux plus belles espérances 1 D'où viennent, snr le Bia- 
gniûque tableau des grandes choses accomplies par la sagesse de Pie IX, «es 
, ombres qui remplissent J'ame d'une anxiété secrète? D'ok parlent ees elaoMeiift 
qui tantôt menacent les Jésuites, tantôt célèbrent comme «n irioaiplie les plut 
cruels désastres de la cause catholique ? Les faits que nous rappelons m m 
soot^ils pas les seuls désordres qui aient encore troublé rbarmonie de Taitein* 
ble mouvement dont le signal est parti du haut de la chaire apostolique? On mm» 
parle beaucoup d'un parti rétrograde; nous voyons même, non sans douleur, des 
journaux religieux propager imprudemment les déplorables préventions qu'à 
l'aide de ce vain fantôme la presse révolutionnaire sème dans le public contre 
les personnages les plus respecubles et les instituts, les plus salnu. Mais qu^on 
nous cite enfin un acte, un seul acte de leur part qui ait jamais menacé, noos 
ne dirons pas d'un danger, mais d'un simple embarras, le gouvernement de 
Pie IX ! 

M. le prince de la JHoskowa est le seul orateur qui, dans cette discussion, ait 
{onnulé contre les Jéi»uites de Rome une accusation précise : «Lorsque le Pnpe, 
a a-t-il dit, a obéi à la ligne de conduite que ses devoirs comme soHveralii et 
a Pontife lui dictaient ; lorsque, dans le consistoire dernier, il a exprimé m éamr* 
a leur des maniftistations qui avaient pour but de célébrer une victoire renapmiée 
a par la religion protestante sur la religion catholique; au moment où le Pape 
'» prenait ainsi le parti des Jésuites, que disaient les Jésuites? ils l'attaquaient 
a d'une façon telle, que c'est à peine si on oserait lire à cette tribune hi prcMcaïa- 
» tion émanée de cette Congrégation, et dirigée nonnseulenient contre Tceavre 
y d'un saiut Pontife, mais aussi contre sa personne, a Ceci est grave, et nous 
supposons que M. le prince de la Moc^kowa a parnlevers lui les preuves d'une 
pareille accusation. Il a dû lire celle proU$UUion émanée de la C<mgrégmi1an des 
Jésuites. Qu*il la produise. S'il ne le fait pas, si ci>mme tant d'autres aoovsateojs 
de ce prétendu porlt rétrograde, il ne nous apporte en preuve que les Invits 
de la rue, il nous permettra de lui dire qu'il a été trompé; que les Jésuites de 
Rome, en qui l'on personnifie ce qu'on appelle le parti rétrograde, n*oot |M» 
cessé un seul jour de se montrer les fils les plus respectueux et les sujets les plus 
dévoués de Pie IX. M, le prince de la Moskowa doit à sa dignité de pair et k son 
caractère d'honnête homme de reconnaître son erreur : il en doit Taveo public» 
du haut de la même tribune, à l'honneur de ces hommes qu'il a calomniés avec 
une si déplorable légèreté. 

Digitized by VjOOQ IC 



(133) 

Noos liftons dins le Joumai des Débals : 

« D'après les lettres qoe nous recelons de Tarin, il paraît que des rtssemble- 
meots ont en lien 2i Gènes dans la journée do 5 janvier, à la suite d*ane procla- 
mation da conseil municipal qui annonçait la mise en activité de la nouvelle loi 
de police. 

» [jt6cnBàbttt U$ Jéiuiiêi ! vhe la partie civique/ se firenlealendre, eiron ima- 
{loi d^adresser a« roi une pétition à ce sujet. On ne tarda pas à dresser des tables 
dias les nies oà Ton recueillit plusieiirs milliers de signatures. On fit l|i roérae 
dMK ao théitre; on colporta la pétition dans les maisons, et il ne Tut guère pér- 
il» 4e refaser de signer. Plusieurs citoyens notables de la ville s'offrirent pour 
ètre,aoprès du trône, les interprètes du vœu populaire, et une députation con- 
posés de neuf membres arriva en effet à Turin dans la journée du 7. Cette dépu- 
tation ne fut point reçue par le roi. Elle eut une entrevue avec le ministre de 
riotériear et de la police, qui représenta k ces délégués que le roi ne pouvait 
recevoir une députation sans mandat légal, exprimant les vœux illégaux d'une 
assemblée illégale. Le ministre reçut les députés poliment, mais avec fermeté, et 
en les engageant, en les congédiant, à prolonger leur séjour ï Turin le moins 
possible. La députation est repartie* te 8 pour Gènes. Nos nouvelles s*arrêtent II. 

iLe fooverneaient sarde n'a pas cessé de suivre la marche qu*il s'est tracée. 
Toiacs les réibmes qu'il avait annoncées viennent d'être aceemplies ; la der- 
iière, eelle de l'organisation communale et provinciale, le sera incessamment. 
U gODTereemeni ne rectile point devant les améKoratimis qui seront jugées «I- 
léneareaMit nécessaires «t possibles pour atteindre le but qu'il s'est proposé; 
■ak il a reconna aussi la nécessité de procéder légalement et avec une sage len- 
teur. Après avoir élargi les bases d*une liberté juste et modérée. Il doit s'oppo- 
ser i loit empiétement oontre Tautorité légale, seule source du progrès durâble.i» 

asa^ 



NOVTBLLISS ET PAlTt» DIVERS. 

IIITÉRIEUR. 

PABIS, 44 janvier. — Ou lit dans le GalignanCs Messenger : 

( Nous apprenons que le roi des Français a reçu de la reine d'Angleterre une 
irè^affeciueuse lettre de condoléance à l'occasion de la mort de S. A. R, 
Mme Adélaïde. La reine a écrit, à la même occasion, une lettre à son oncle, le 
wi des Belges. » 

— Oo lit dans la Sentinelle de la Marine^ sous la date de Toulon, lo 8 jan-^ 
Tier: 

< Le courrier de Paris, arrivé bier, a apporté à nos autorités des ordres cou- 
cernant Âbd-el-Kader. Aujourd'hui, 8 janvier, de quatre à cinq l^ares du soir, 
la marine doit faire, au département de la guerre, la remise de l'ex-émir et de 
S) famille. Abd-el-Ka )er et sa famille, composée en tout de dix-sept personnes, 
plas dix serviteurs, seront déposés au fort Lamalgue. 

> Le<i M>ixante-onze personnages restants seront conduits, k la même heure, 
tu fort Malbousquet. 

> M. le lieutenant-colonel Lheureux, aide-de-camp du ministre de la guerre, 
ttl arrivé dans notre Tille. Il est chargé du commandement supérieur du fort . 
LanaUiie pendant tout le temps qu'y séjournera Abd-el-Kader. » 

La SenimeUe, après avoir rapporté Topinion mise en avant par que^nes pv- 
sopoes, qu'il ne s'agirait que d'une mesure provisoire, en attendant qu'il ait été 
pris une décision au sujet de la promesse faite à Tex-émirde l'envoyer à Alexan- 
drie ou à Saint- Jean-d' Acre, ajoute : 



Digitized by VjOOQ IC 



( 13^ ) 
V a Le dép6t d'Âbd>el-Kader au fort Lamalgiie ne nous parait pa^ être une me- 
sure temporaire; nous ne pensons pas que le conseil des ministres ait Toalu 
préluder à une mise en liberlé par une déienlion provisoire. Nous aimons odieux 
croire qu'il ne ratifiera pas la promesse fuite à Tex-eniir par nos généraux. » 

— Le bruit courait depuis long-temps que l'Angleterre voulait s'emparer de 
la ville de Nicaragua et de la rivière de Saint-Jeun. Ce bruit était fondé. Les 
forces anglaises ont pris possession de ces deux points au nom du r»t de Mos- 
quitos, qui prétend avoir le droit de les leur céder. Le chargé d'aflT^ires des 
Etats de Nicaragua et de Honduras près des cours de France et des Pay^-Bas, 
vient d'adresser à lord Palmerston une protestation en forme contre cette usar* 
pation. 

— L'inauguration du chemin de fer de Marseille à Avignon, a eu lieu diaian- 
cbe dernier. 

La bénédiction solennelle du chemin de fer et des machines avait eu lieu la 
veille, en présence d'une foule considérable que le mauvais temps n'avait pas 
découragée. 

« Le clergé, dit le Courrier de Marseille, ayant M. l'évéque en tète, est arrivé 
processiouoetlement. On remarquait dans ses rangs rh»bit de dominicain do 
R. P. Lac(»rdaire. M. l'évéque s'étant placé devant le reposoir qui avait été élevé 
au centre de la gare, on a vu s'avancer lentement dix locomotives décorées de 
drapeaux et de feuillage, sur lesquelles se tenaient debout les ingénieurs el les 
mécaniciens. Chaque locomotive s'arrétant devant l'autel, était bénie par le 
prélat, puis, reprenant sa marche, était remplacée par celle qui la suivait. Ce 
défilé terminé, les dix locomotives ont pris à la fois leur course, et ont bientùi 
disparu dans le lointain, laissant derrière elles un long panache de fumée. » 

— * Presque tous les journaux annonçaient mercredi matin que M. Hervé, con* 
seiller à la cour de ca^^saiion et ancien député, s*était jpté U veille par la fenêtre 
de son appartement et s'était tué sur le coup. On attribuait ce suicide à la dou- 
leur de voir son honneur compromis par suite d'un Mémoire dans lequel il aurait 
été désigné comme ayant vendu ses services à une société industrielle. H. Hervé 
a écrit d'abord k la Patrie pour démentir sa mort, et ensuite à M. le garde-des- 
sceaux pour protester qu'il a toujours été complètement étranger à la société des 
Fabricants^ et qu'il n'a jamais eu avec M. P. Royer-Collard des relations dont 
le but était de procurer un comité d'administration à cette société. Ce n'est pas 
de M. Hervé, mais d'un autre magistrat dont nous ignorons le nom que M. Paul 
Royer-Collard a entendu parler dans la lettre adressée au National, 

Quant à Tétat de santé de M. Hervé, voici ce que nous pouvons affirmer : 

Le 29 décembre dernier, dans un accès de fièvre chaude, M. Hervé, qui habi- 
tait Passy, s'est précipité de la fenêtre de son cabinet, situé au premier éutge» 
sur les dalles de la cour; il est tombé sur les reins, et il est étonnant qu*l1 ne se 
soit pas tué sur le coup. Sa famille, effrayée, a cru devoir le faire transporter 
dans la maison de M. le docteur Blanche, voisine de sa demeure, pour qu*il fût 
plus à portée de recevoir les soins que réclamait son état. Quoique M. Hervé soit 
souffrant et malade, sa santé n'inspire plus d'inquiétudes sérieuses. 



BXTÉRIBUR. 

PABME. — La dépouille de Marie-Louise est partie pour Vienne. 

Le nouveau grand-duc est arrivé au palais à six heures du malin le 2 Janvier ; 
il n^iflt encore reçu personne, et l'on ignore si, comme Tannonçait sa proclamaiîoo 
en date de Modène, il a résolu de maintenir te etatu quo. 

Digitized by VjOOQ IC 



( 135 ) 

— La Pairia du 5 janvier annonce que ]e territoire de Poolrenioli a été li?ré 
ao dec de Parme par les commînaires toscans sans que Tordre ait été troublé en 
rien. 

ESPAGNE. — Une scène très-orageuse a eu lieu le 5 janvier dans le con- 
grès espagnol, qui discotait la mise en accusation de M. Salaroanca, ancien mi- 
nistre des finances. M. Pidal ayant dit, dans le cours de la discussion, que le 
bniK coorait publiquement que M. Salamanca s'éuit approprié, dans Taffaire des 
traites de la maison de la reine, une somme de 25 millions de rcaux, M. Sala- 
aanca loi a répondu par un démenti qui a amené des propos de plus en plus vio- 
teais. M. Salamanca s^est trouvé mal, et a été obligé de sortir de la salle. 

Après cette scène, âi peine est il besoin de dire que M. Salamanca s'est trouvé 
hors d'étal de reparaître à la chambre. La séance n'a donc rien offert de drama* 
lique, mais elle n'a pas été pour cela moins curieuse. Le ministère avait, de la 
manière la plus pressante, fait inviter la commission à renoncer à la proposition 
d'accusation , en s'engageant à ordonner une enquête administrative dont le ré- 
sultat serait soumis aux certes. M. Gonzalès Bravo avait été en même temps prié 
de renoncer à la parole. M. Gonzalès Bravo s'est rendu de bonne grâce, mais la 
commission a décliné à l'unanimité l'invitation ministérielle. Restait à savoir par 
le vote combien le cabinet compte de partisans dans la chambre. 

128 membres ont voté pour la prise en considération de la proposition et 
39 contre ; majorité, 89. Le ministère a déclaré alors qu'il resterait neutre. 

— Espartero est arrivé à Madrid le 7. Il est descendu dans la rue de la Mod- 
tera. 
~ On écrit de Madrid, 7 janvier : 

t Hier, jour des rois, il y a eu réception à quatre heures à la. cour. La reine 
s'est montrée, dit-on, fort gracieuse. Aussitôt les courtisans de s'autoriser de or* 
fart poar démentir absolument tous les bruits qui ont circulé sur la santé de Sit 
MajMté. Il n'en est pas moins vrai que la reine est atteinte de spasmes nerveux. 
qui» sans être graves, peuvent inspirer quelques inquiétudes. Je puis assurer que* 
M. Balwer en est fort préoccupé , car il ne suffit pas aux Anglais qu'Isabelle 
vive, il faut qu'elle ait une postérité qui éloigne la duchesse de Montpensler du 
trône. » 

CHAMBRE DBS PAIBS. 

(Présidence de M. Pasquier. — Séance du iH janvier.) • 

L'ordre do jour appelle la suite de la discussion du projet d'adresse. 

La délibération continue sur le 6^ paragraphe. 

1. i>B BâRANTB donuc Iccturc du paragraphe additionnel rédigé par la commis- 
sion, par suite du renvoi qui lui a été fait de deux amendements de MM. de la 
Moskowa, baron Diipin et de Tascher. 11 ne le fait toutefois qu'après avoir exprimé 
le regret que quelques membres aient pu penser que la commission n'avait ac- 
cepté qu'à regret la mission qui lui a été confiée ; elle en a au contraire été heu- 
reuse, et voici la rédaction qu^elle propose. La dernière phrase du 6* paragraphe 
serait remplacée par la rédaction suivante ; 

ff Une ère nouvelle de civilisation et de liberté s'ouvre pour les Etats italiens; 
nous saluons de toutes nos sympathies, de tous nos vœux ce Pape magnanime , 
qui l'inaugure avec autant de sagesse que de courage, et ces souverains qui sui- 
vent comme loi cette voie de progrès pacifique où marchent de concert les gou- 
vernements et les peuples, v 

■. LB PBftsiDBNT. La parolo est à M. Cousin. 



Digitized by VjOOQ IC 



(iM) 

M. cousiif . Le travail de la commission me saiisfait k deux titres : i* Piice 
qu^il coiiiienl on hommage éclatant pour le Saint-Père ; 2"* parce qu^il donne lU 
témoignage de sympathie aux princes qui l'ont si bien secondé. 

Un hommage au Saint- Père éUiii nécessaire. Un témoignage dUntéréiaux deex 
ESats qui Pont suivi me parait une chose juste et nécessaire. 

Puisque je suis à la tribune, je développer^ii en quelque^ mots les deux motîli 
de mon entière adhésion au travail de la commission. 

M. le président du conseil saura faire un usage convenable de rautorilé que 
■ met entre ses mains vos applaudissements si unanimement manifestés hier. Voat 
deviez rendre cet hommage à la cause catholique, vous qui tant de fois avez ap- 
plaudi à la cause de rilalie. 

La chambre ne se serait-elle pas frappée de contradiction si elle eût refusa son 
approbation éclatante au conseil que vous avez tant de fois vous-même dooaé au 
&iint-Pére? Vous vous désavoueriez donc vous-même, si vous refusiez aujour» 
d*hul de reconnaître et d*approuver ce que deux fois le gouvernement du roi a 
<tonseillé au Vatican. 

fl ne faut pas se méprendre d*ailleurs sur le véritable caractère de Pentreprise 
dé Pie IX. A Dieu ne plaise que je veuille rien enlever aux hommages dont nous 
voyons entourer le nom du saint Pontife; mais je ne saurais méconnaître que 
rœiivre qu*n a entreprise était commandée par la nécessité. Pie IX a obéi tout à 
la fois à sa grande ame et à Tintérét bien entendu du trône pontifical : sa glo- 
rieuse entreprise n^est pas seulement le fruit d^m heureux caprice. 

Les provinces, auxquelles Tautorité ne se révélait plus que par des mesures 
fiscales, étaient mécontentes ; Bologne avait fait entendre une voix toujours re- 
éontée. Tout le monde sentait le besoin de voir sur le trône de saint Pierre «a 
liomme qnl, tout en suivant la tradition ecclésiastique, donnât satisfaction aux 
légitimes besoins des populations. Pie IX n'a fait qn*obéir à la mission qui lui 
était donnée. 

Il n^ a que les cœurs généreux qui acceptent de telles missions et les accom- 

plissent. Mais il importe de ne pas se méprendre sur le véritable caractère de 

leur entreprise. 

Nous ne saurions méconnaître non plus la gravité des événements au milieu 

* desquels se trouve Tltalie. Une ère nouvelle, c^est Texpression heureuse de votre 

commission, une ère nouvelle ne peut s'ouvrir sans une agitation féconde en 

bienfaits, féconde en troubles, selon qu'elle est bien ou mal dirigée ; et comment 

la diriger,* influer sur sa direction, si ce n'est en témoignant de nos sympathies 

. pour ceux qui sont appelés à la faire ? 

Quelle est la nature de notre influence en Italie? Il importe de bien U déiinir 
dans cette occasion. La France, heureusement, n'a en Italie, comme en Espagne, 
comme en Grèce, qu'un intéréi, non pas Tintérét français, mais l'intérêt national ; 
la seule chose que nous ayons à désirer, c'est la prospérité, le bonheur de ces 
Etats, c'est le maintien de Tordre au milieu des réformes qui s'accomplissent. 
Pour avoir le droit d'exercer cette influence, donnons à la cause des princes ita- 
liens un témoignage de sympathies clairement exprimées. 

Gagnons le cœur du Saint-Père en lui ouvrant ie nôtre ; gagnons le cœur de 
cette noble Italie. 

Il est donc politique d'applaudir à l'ère nouvelle qui se lève de l'autre côté 
des Alpes. 

Nous sommes par là fidèles à notre propre politique. El ici je ne puis m'em- 
pécher de dire, malgré tout le respect que j'ai pour les opinions de mon neble 
ami M. de Sainte-Âulaire, je ne puis m^empécher de dire que c'est avec un peu 

Digitized by VjOOQ IC 



(437) 

d^étODDeaeDt q^é j*M entends hier sortir de sa bootiM ces ptroton Moias pm- 
dentés en réalité qu'en apparence : Qub rien de stable ne peut se fiire m Itelie 
qu'avec rassentiment de P Autriche. 

M. M sAiHTB'AULAiBB. Ëtes-vous bien 8ùr que j'aie dit cela? J*ai dit qne rien 
ne pouvait se fiùre qu'avec l'assentiment de l'Autriche. 

■• GOosiN. Je prends la rédariion de mon noble ami, ei je lui demande la per- 
mission de n'être pas de son avis. J'irai plus loin. 

Je veux protester du haut de e^lle tribune contre une opinion qui serait une 
véritable sentence de mort poriée contre ta future indépendance, et, dans le 
temps présent, contre la liberté des Etats italiens. 

Heureusement, à côté des paroles de M. de Sainte-Aulaire, j'sî celles de M. le 
praideni du conflit, qui a avoué que la situation de rAutriehe, en luilie, est 
pleine de difficultés, qui a dit que l'Autriche était menacée dans son existence 
Italienne. Ces paroles mesurées sont d'un homme d'Etat et de nature à donner à 
réfléchir à tout le monde. 

Si ma (aible voix pouvait se faire entendre jusqu'en Italie, je conjurerais cette 
noble nation, par la vieille aff*H:tion que je lui porte, de ne pas se méprendre 
sur ta situation, de ne pas se livrer à des excès funestes, de savoir attendre Ta- 
veoir Ci de lui laisser ses droits en pratiquant les devoirs du présent ; je la eott- 
jorerais de ne pas toucher au remaniement des territoires. Chaque E^t italien 
doit se donner à lui-même les institutions libérales qui prépareront et assure- 
ront l'avenir. Mais je regarderais comme dangereux tout mouvement qui, dirigé 
par les trois gouvernements libéraux de l'Italie, sortirait de cette ligne de con- 
duite, suivie jtti^qu'à présent par ces gouvernements, et qui leur a valu lessjni^ 
païkies lea plus sincères et les plus profondes de l'Italie. 

Sans doute, c'est surtout au souverain Pontife qu'il faut reporter le premier 
bouMBge de notre admiration ; mais il serait injuste d'oublier les deux puissao*- 
ees qui iroiteot ses nobles exemples. Je ne parlerai pas de la Toscane, que Je ne 
coonais pas ; mais je tiens à dire à la chambre combien le Piémont mérite aussi 
BQS sympathies. Sans doute, c'est an Saint-Père, comme souverain spirituel et 
temporel, à diriger la régénération de l'Italie, dont il est l'ame et dont il a donné 
k signal; mais ne séparons pas de loi les souverains qui se sont associés à son 
suivre ; encourageons surtout entre les Etats de l'iuilie une ligue douanière qti 
sera pour eux un meilleur garant d'indépendance future que la réunion sanglante 
et périlleuse des territoires. 

L'orateur continue en faisant ressortir la noble initiative prise par le roi du 
Piémont, qui a trouvé dans la nation à laquelle il accorde des Institutions libéra- 
les des citoyens dignes de les recevoir. 

J'ai vu, dit-il, deux espèces d'émigrations en France : l'émigration suisse et 
Témigration italienne ; les émigrés suisses appelaient sur leur patrie l'Ii^vasîM 
éu^ngère, les émigrés piémontais ne se plaignaient que de ne plus pouvoir ser- 
vir leur payfrct leur prince. C'est là une différence remarquable, et qui fait à elle 
seule l'éloge de la nation et de son roi. Comment d'ailleurs en serait-il autre** 
ment! Les Piémontais, sous peine d'ingratitude^ doivent aimer le sage et gésé^ 
reax prince qui les gouverne : Charles-Albert a sooffrrt, lui aussi, pour la patrie^ 
et à ce litre il possède l'amour et la confiance des PiénHNiuis. A ce titre aiuasi 
ee prince a droit aux sympathies de la France et de la chaosbre des pairs. C'est 
pourquoi j'applaudis au témoignage donné par le nonveao^paragrapbe 4e l'a» 
dresse aux princes qui ont imité l'initiative du Ssint^Père, et eu partiediier an 
roi Charles- Albert et au peuple piémontais* 

H. M BOissT soutient qu'en Ilalie on aime la France, mais que Ton se défie 



Digitized by VjOOQIC 



(438) 

de 60D govTarneineDt. Il proteste contre les iotentioos eiprimées pur le gouver- 
nemeni dans le discours de U couronne et dans le projet d'adresse. 11 y Toit une 
menace d'intervention en Italie. 

M. YiCTOR HUGO. Pie IX a fait nne grande chose, et il a droit à tontes nos sym- 
pathies. Les principes qu'il consacre sont ceux que nous avons proclamés depuis 
long-temps; il a donné à la couronne qu'il porte un nouvea/u lustre, Il enseigne 
la voie bonne et sûre aux rois, aux législateurs, aux philosophes, à tons. 

Je ne parlerai jamais de l'antique papauté qu'avec vénération; mais je dU, ce- 
pendant, que l'avènement de Pie IX ^est pour le monde entier on grand evêoe- 
ment social et politique. / 

Je ne peux plus dire aujourd'hui ce que j'aurais pu dire hier ; je m'arrête 
doue et résume la question en un seul seul root : il importe que la tribune fran- 
çaise porte un éclatant encouragement à ce noble Pape, k cette noble nation, di- 
gnes' de toutes les sympathies de la FrancCi ainsi qu'aux souverains qui se sont 
engagés dans la même voie ; que ce soit en même temps, si cela est possible, on 
découragement pour les autres souverains. 

En d'autres temps, nous avons tendu la main à la Grèce ; tendons-la aujour- 
d'hui àTIlalie; n'oublions pas que la liberté a eu la Grèce pour aïeule, riulie 
pour mère, la France pour fille aînée. 

J'appuie la rédaction de la commission. 

Le 6* paragraphe, tel qu'il a été amendé par la commission, est mis aux Toix 
et adopté. 

7* paragraphe. « La paix des cantons suisses, ces anciens et fidèles amis de 
la France, a été troublée par des discordes intestines. Il est regrettable qn'ane 
médiation bienveillante n'ait pu prévenir la guerre civile. Nous désirons qu'elle 
ne laisse point de traces funestes et que les droits de tous soient respectés. La 
Confédération helvétique reconnaîtra que la situation qui lui est garantie par 
les traités, conformément à toutes ses traditions historiques, est la base de soa 
repos et le gage de sécurité donné aux Etats voisins.» 

u. fiLBT 08 LA LOZfcRBfait Phlstoriquc de la question suisse. Il passe eu revue 
les modifications apportées au pacte fédéral par Napoléon, par le congrès de 
Vienne et par les cantons eux-mêmes après la révolution de 1S30. Il entre dans 
des détails très-développés sur les diverses phases de la lutte entre les sept 
cantons catholiques et la diète fédérale. 

M. LE nue DB BROGLiB. Je demanderai à la chambre et à Thonorable préopînant 
de réduire le débat entre lui et nous à cette simple question. 

Le gouvernement français et ses amis n'ont-ils pas rempli un devoir légitime? 
devaient-ils faire plus ou ont-ils fait moins qu'ils ne devaient? 

Ils suffit, pour résoudre la question, de se reporter aux traités existants et de 
revenir sur les actes et les faits. 

Je rappellerai la position que les traités existants ont faite à la Suisse. 

Autant les traités de 1815 ont été onéreux à la France, autant ils ont été faro- 
rables à la Suisse. Elle a reconnu elle-même, et dans les traités ofiiciels, que 
sans les conférences de 1815 elle ne se serait pas formée et n'existerait pas au- 
jourd'hui. Ce sont en effet les traités de 1815 qui ont proclamé l'indépendance 
de l'Helvétie, consacré l'égalité entre les cantons, conservé les bienfaits qo*eile 
tenait de la révolutîoh française. Les puissances de l'Europe ont tr^ilté la Suisse 
en enfont gâté : avant donc d'accuser le pacte de 1815, qu'elle rende les avantages 
qu'ils lui ont donnés, les territoires quMIs lui ont annexés. 

Je demande la permission de rappeler la position de cet Etat. 

La Confédération helvétique se compose de 22 cantons souverains, nais sou-» 



Digitized by VjOOQ IC 




( <39 ) 

BUioB pteie fédéral qui la hil ressembler moins aux Euts-Unis d'Amérique 

a^ liCùMéniÀou g ermaniqiie. 
Coi avec ces 22 caotoos ainsi posés, ainsi constilnés, qae les souverains, en- 

1815, Mtttaité. Voici ce qu'ils onl accordé alors à la Suisse : 

(• Lj oeoiralilé perpétuelle ; 

i* ruivio!abililé de son territoire. 

p^boeou^lité perpétuelle, ils entendirent qu'en cas de guerre entre deux 
(n plusieurs puissances, la Suisse ne serait pas tenue de prendre parlî pour 
roBeoapoarraulre. 

Pirloviolabiliié du territoire, on entendit que la Suisse ne serait tenue d'açi» 
corder le passage aux armées d'aucune puissance, comme cela avaii eu lie 
1814. 

Alin de rendre ces bienfaits vrais et assurés, les puissances oni êù\ 
Smt une bonne frontière défensive, par l'adjonction d'Etats neuve» 
loi rendant des territoires qui lui avaient été enlevés. 

Voilà ce que les souverains, en i8i5, ont fait pour la Suisse. 

lUse 8oot créés un boulevard réciproque, les dispensant de forthier 
ileleors frontières limitrophes de la Suisse. 

Voos connaissez le spectacle qu'offrait, au commencement de Véié deri _ 
Susse, ee malheureux pays, à l'Europe alarmée : deux pactes, deux armées, 
(leucoorédératlons, deux partis se mesurant de l'œil et préu à s'entre-déchi- 
rer, me majorité oppressive, une minorité opprimée. Les puissances signataires 
do iraKé de Vienne pouvaient-elles rester insensibles? N'y avaii-U pas là quelque 
dtoseàfiiire? 

QMde?ait faire le gouvernement français? La majorité affichait hautemeoi la 
prèîeoiioB de réformer le pacte fédéral, et de ne conserver de la souveraineté 
c3oi(»Je qne ce qui éuit conforme à ses principes. La France protesu dans tta 
iao^ droit et sincère. Cette protestation ne fut pas communiquée ^ la diète, 
car M. le président, traitant la majorité avec un véritable sans -façon, la garda par- 
deversloi. Il nous fut répondu cependant, mais avec celte arrogance que l'on ne 
rra ontre que chez les gouvernements faibles. Après une telle conduite, la France 
et ses alliés n'avaient plus qu'à aviser. 

Le 15 juillet, il est proposé au gouvernement français d'adresser à ki diète une 
déclaraiioo collective pour l'engager à s'abstenir de toute mesure oppressive, de 
loote violence à l'égard de la minorité. Il parut au gouvernement que cette dé» 
cbraiioD, dans les circonstances où »e trouvait la diète, ressemblerait beaucoup 
à one sommation, et que cette sommation donnerait nécessairement lieu à une 
ioiervention armée si elle était dédaignée. 

Or, dans la question suisse, il n'y avait à ses yeux ni principe assez urgent, ni 
WQsidération d'humanité assez pressante pour déterminer alors une intervention. 
Le gouvernement français répondit donc qu'il ne trouvait pas dans les circoa» 
itaoces do moment des motifs suffisants pour accéder à la proposition qui lui était 
faite: il alla môme plus loin, il dissuada et détourna les autres gouvernements 
d y donner huite. 

k\m long-temps que le gouvernement français a pu se flatter que la guerre 
civile ne devait pus éclater, il s'est abstenu même d*intervenlion paciflque, même 
f ioterveutiuu morale ; mais quand il ne Jui a plus été permis de douter, ii a 
pensé à intervenir d'accord avec les quatre autres puissances. 

Cétait nne tâche difficile, une œuvre hérissée de difficultés et de périls. 

Le gouvernement françiMS a pounuivi les négociations avec activité ; il s'esi 
proposé deax règles de conduite dont il ne s'est jamais départi ; il a résolu de ne 

Digitized by VjOOQ le 



( «40 ) 

Cilca Mic«ne coneesi^ion &iir le fond deg principes mènes qnl devaient Mva Ift 
base de l'accord, c'esi-à-dire le respeci aciuel de la souveraineté cantoiNile €1 
sen iMnnflen dans Tavenlr, aossi qu^rnie entl^ égalité entre les parties lielligé- 
rantes; mais, en même temps , il montrait la plus grande facilité sur les ques- 
tions secondaires, sur les questions de détails ; il ▼oolait ménager les préjugés 
naturel;», et ne faisait pas de la rédaction d'une note one (|uesflott d'amonr-pro- 
pre d*anteur. Aussi, le thème qu'il avait d'abord proposé ayant été eontesté, fl 
â^eai mottiré empre^é à fabandoniier quant aux formes de langage. 

Cette conduite a eu pour effet d'amener la signature des cinq puissances aa bas 
. d'rnie note parfaitement ideniique. Elle avait donc parfaitement réussi dans la ré- 
llftn des négociations. Que fui a-t-il manqué ponr réussir plus complètement? 
Le temps, le temps qu'il n'est donné à personne de mesurer, qui échappe à tons 
Ms calculs, et qui, dans les moments suprêmes, précipite ou retient les éréne- 
BMnta les plus graves. Il n*a pas voulu que l'œuvre de sagesse et de paix s^ac- 
compitt; il a voulu que foeuvre d'iniquité fttt commise, que nous vissiooH encore 
des conqdétés avec les ruines qu'elles trafnent après elles, une occupation mili- 
taire av^ll dévastation, le pilUge et le meurtre, les gouvernements rérolotlon- 
nairesljllt>rovisés à la pointe des baïonnettes et Improvisant eux-mêmes flnquî- 
! l'attion et le despotisme. 

Le gouvernement français avait voulu prévenir ces malheurs extrêmes ; il avait 
à plusieurs reprises, par de simples avis , rappelé la diète au respect des traités: 
4il n*a pas réussi dans l'œuvre de pacillcation qoMI avait entreprise, au naoïns a- 
M poié les bises d*une enien le durable entre les cinq grandes puissances, et 
d'une conduite commune entre les puissances limitrophes qui veulent également 
la rétablimemeiit en Suisse de l'ordre moral. Que ceux qui nous attaquent disent 
ee qu'ils auraient fait à notre place. Le gouvernement français, j'en sois con* 
vaincu, a trouvé mieux que ce qu'ils auraient fait eux-mêmes. 
Séance du M janvier, 

M. le duc de Noailles examine la conduite du gouvernement français dans les 
événements de la Suisse. Le noble orateur craint que les bases de la Confédéra- 
tion helvétique ne soient détruites. De plus, par la convention de 1815 nos 
frontières éuient couvertes par la Suisse neutre et inviolable ; cet état de choses 
a cessé par rasservissemenl des sept cantons catholiques à la suprématie fédé- 
rale. C'était là un fait grave ; le gouvernement n'a pas suffisamment répondu 
aux etigences de la situation. 

H. DB mqntàlembert, daus un magnifique discours que nous reproduirons plus 
tard, parle en faveur d'alliés et de vaincus. Son discours est suivi de marques 
unanimes d'assentiment. 

La discussion est renvoyée à demain. 



<• 



BOURSE DB PARIS VV 14 JANVISR 1848 



CiNQp. 0/0. I16fr. »)c. 
Taoïsp. O/o: 74rr. 33 c. 

8UÀTRB p. 0/0. 100 fr. 00 c. 
uatrel/2p. 0/0. I04fr.00 c. 
Obiig. de la Ville de Haris.OOOOfr.OOc, 
Act. de la Banque. S185 fr. UO c. 



Quatre canaux. 1195 fr . 00 c. 
Caisse hypothécaire. 000 fr. 00 c 
Emprunt romain. 96fr.0/0. 
Rentes de Naptes. 102 fr. 00c. 
EmpKunl«d'Haiti. 00i>fr.00c. 
Rente d'Espagne. 5 p. 0/0 00 (r. 6/0. 



»ÂR18.'— (HPRfSltRIB D'ADRIBlf LE GLBRB BTC*,rn« CaStettC, t^. 



Digitized.by VjOOQ IC 



MARDI 18 JANTIER 1848. (M* 4482.) 

UBOOUBft ns M. LB COMTE DE BUMTAUBMBERT 

sut EM AFFAIMS DB LA flOI8SB« BIC, ITG. 



Oo iTMS a préseolé , Meaman , la» trois faeei de la 
liqye en ee qottoaotie la Siûase: M. le comte Met (4e laLcaère) vMsa 
apoeé le Mme dont lui et ses amis eoteiideieni fiepper la italique suivie 
far te foavemeineiil; M. le doc de firoglie voue a eatpesé, a« oaamire, le 
droit qa*ami le gaoverneflMnâ d'iolerveDÎr dans les affaires de le Suisse, 
fittài Tapokigie de la coodaiteque Je gouveroMnent avait leaiie;-!!. iedac 
de KoaHlea, avec ane supériorité que je me plais à reconnstlre^ vient de 
i«K dire comment, seloa lui, le gouveraernent u*avait pas suffisammoii ré* 
pooda aux exigences de sa situation et à la valeur de soa droil. Je vous d^ 
aaade, après ces trois diseoars, de foire irève pour un instanl aux préoccupa- 
tins et aux questions diplomatiques ; je compte^ pour jua part, ne pas dire un 
SMt oi des traités, ni des dépêches, ni même des Jésuites (on rit); jeceospie ase 
phccr sur mi terrain qui me parait peut-être au-dessus, et, dans tou6 les cas, 
en dehors du droit écrit, celui du droit social, du droit naturel, du droit des 
geos ; je compte examiner en quoi les intérêts de la conscience, de la famille, de 
rhomanité, ont été compromis dans cette question, et signaler le contre-eoop 
dont M. le ministre des affaires étrangères a piirlé dans sa note du 2 juillet, le 
eoDtre*coup qu'auraient en France et en Europe les événements de la Suisse ; 
c'est SHseï dire que je m'arrélemi aussi à ces dangers sociaux que vous a signalés 
lûer, en termes si éluquenls, M. le duc de Broglie en terminant son discours. 

Je tiens, pour mon compte, qu'on ne s'est battu en Suisse ni pour ni contre 
les Jésaiies, ni pour ni contre la souveraineté nationale ; on s'est battu contre 
vous et pour vous (sensation), et voici comment : on s'est battu pour la liberté 
sauvage, intolérante, irrégulière, contre la liberté tolérante, régulière, légale, 
doQl vous éies les représentants. et les défenseurs dans le monde. (Très-bien!) 

Ce qui éuiit en jeu de l'autre côté du Jura, ce n'était ni les Jésuites ni la sou- 
veraineté cantonale : c'était l'ordre, la paix européenne, la sécurité du monde et 
de la France ; c'est là ce qui a été vaincu, étouffé, écrasé à nos portes, sur nos 
frontières, par des hommes qui ne demandent pas mieux que de lancer de l'autre 
côté des Alpes et du Jura les brandons de la discorde, de la guerre et de l'anar- 
diie. (Trè>-bien ! très-bien !) 

Croyez- le encore. Messieurs, je ne viens pas faire ici une doléance religieuse 
OQ catholique. Oui, le catholicisme a été blessé en Suisse, tout le monde le sait; 
mais tout le monde sait aussi que les blessures et les défaites de la religion ne 
sont pas des bles>ures incurables ou irréparables ; qu'au fond, son métier est 
d'être blessée, persécutée, opprimée : elle en souffre, mais pour un temps seu- 
leoDent; elle en guérit, elle se relève, elle sort de ces épreuves plus radieuse et 
pins forte. 

M»ts savez- vous ce qui ne se relève pas si facilement, ce qui ne peut subir im- 
ponément de pareilles atteintes? c'est l'ordre, c'est la paix, c'est la liberté sur- 
tOQt, et c'est là ce dont je viens plaider la cause devant vous, c'est là ce que je 
viens avec vous déplorer et reventiiquer. (Marques d'approbation.) 

Mes^^ieurs, je sais quel est l'inconvénient des narrations faites à la tribune, et 
je m'en abstiendrai. Si je le pouvais, cependant, j'uiinerais à vous montrer le 
plan arrêté depuis longues années, en Suisse, pour y créer un asile inexpugnable 
à ee que je ne veux plus qualifier du nom de liberté, à ce qui n'est pas non plus 

L Ami de la Religion. Tonée CXXXFI 8 

Digitized by VjOOQ IC 



( U2 ) 

ramanhiii (car tfarthcMcoup plus redoulable que Faiurdiie), au radicaUsme, 
en un mot, poar lui donner un aielier, un refuge, une citadelle, d*où il pût vie- 
torieuseaieDi ei impunénent étendre son iniuence sur FEurope. Je vous le mon- 
trenis surloul s^y forf Ifiant avee persévérance, s'armant, s'y disciplinant, contre 
qui ? contre la liberté et les monarchies constitutionnelles, non pas seulement 
oootra les nNMarchies absoloes. Ah i saehez-le bien, car eu n'est pas unt les mo- 
oareliles absolues que déteste le radicalisme, elles font trop souvent ses affaires: 
non, ce à quoi il en veut, c'est surtout aux monarchies constitulioniielles: ces 
monansbîea, sages, réglées, régulières et légales, qui empêchent les peuples de 
se livrer aux révolutions et aux désordres. (Nouvelle et vive approbation.) 

Oui, Messieurs, le radicalisme s*est parfaitement placé en Suisse pour agir, 
d'une pari, sur la France ; de l'autre, sur l'Allemagne constitutionnelle, qu^il a 
iafeeiée, transpercée, en quelque sorte, par ses mauvaises doctrines, comme on 
ne le verra que trop tôt. 

Eh bien, quand ihi ont cherché à mettre leur pratique d'accord avec leur théo- 
rie, ces lioaiflMs out reconnu qu'il y avait deux grands obstacles k la création 
victorieuse de celte citadelle dont je vous parlais tout ii l'heure : d'abord le fédé- 
ralisme, et puis la religion. De là cette double série d'attentats d'abord contre le 
système fédératif dont M. le duc de Noailles vient de vous exposer si bien le ca- 
ractère et les droits, et ensuite, je ne dis pas contre le catholicisme, mais contre 
Je christianisme, contre la religion, une religion quelconque, contre la croyance en 
Dieu. Vous ne pourrez manquer de le comprendre, quand vous vous rappellerez 
que le premier de ces attentats a été Tinsullation à Zurich d'un professeur 
nommé Strauss, professeur chargé d'enseigner que Jésus-Christ n'était pas Dieu, 
n'était qu'un mythe ! et cela non pas dans un canton catholique, mais an sein de 
la population essentiellement protestante de Zuridi, qui s'est soulevée contre lui 
et l'a chassé. 

Après cela, ils ont imaginé de détruire des couvents, non pas de Jésuites, no- 
tez-le bien, mais d'anciennes abbayes de Cisterciens, de Bénédictins, d'anciens 
ordres qui datent de huit ou dix siècles. Ils ont confisqué et ruiné ces couvents 
que Napoléon lui-même, lui qui a tant détruit d'abbayes souveraines et autres 
en Allemagne, avait jugé, avec le tact profond qui le distinguait, devoir mainte- 
nir en Suisse, comme s'il avait senii qu'au milieu de celle démocratie il fallait 
quelques éléments conservateurs : et tes éléments, il tes trouvait dans ces vieilles 
et vénérables abbayes fondées aux dixième et onzième siècles. Il leur avait ga- 
ranti leurs propriétés par l'acte de médiation. 

Ces couvents, le Pacte fédéral de i8i5 les avait scrupuleusement conservés; 
le radicalisme les a détruits! Après cela, on a éié frapper, non pas encore les 
Jésuites, mais les protestants croyants et zélés, les méthodistes, les momiers, 
dans les cantons protestants, archi-proiestanls, les cantons de Genève et de 
Vaud. Et alors seulement, en dernier lieu, et grâces aux excitations parties dlci, 
parties de la France, on s'est armé de cet admirable prétexte des Jésuites pour 
atteindre de nouveau le catholicisme. 

Messieurs, je vous ai dit que je ne vous parlerais pas des Jésuites, et je nVn ai 
pas besoin après le lémoignage si éloquent et si irrécusable de H. le duc de Bro- 
glie! Tout en professant et en prouvant qu'il était, lui, leur adversaire, vous 
l'avez entendu déclarer, avec toute l'autorité qui lui appartient, que depuis trente 
ans que les Jésuites existaient en Suisse, il avait été absolumenl impossible, non 
pas de découvrir, mais même d'inventer, de supposer un fait quelconque dont on 
pût se prévaloir pour motiver leur expulsion, si bien qu'on en avait été réduit à 
invoquer contre eux, comme le seul motif de leur expulsion, les excès qu^on 

Digitized by VjOOQ IC 



( 143 ) 

comnetteit cooCre eux, el ï leur ftiire on erime des crinetdoiicib élaienl rêijit 
et doni ilssool deveaw vlctiiiies. (Approbation.) 

Mesaioais, le lémoignige ta éclatant d'un homme émiMnl i|ol a tovjoms élé 
leur adrenalre demeore acqois k rhistoire et me diapenae de rien ajouter. (Noa- 
velaaBeotHDeDl.) 

S*il a^agissalt d^allleors de suppléer à ce témoignage, il suffirait de rappeler ce 
qm s*eal passé, non pas avant leur expalsion, mais depuis; car rien ne démontre 
mieux la vanité et riniquiié de ce prétexte. 

Voyons, en eflet, comment on a profité de cette victoire remportée soi-disant 
svks Jésuites. Les Jésuites ont été expulsés; ils ont disparu-; il n^en eat plus 
question; mais s*est^n arrêté là? ie ne parle pas de ces violences, de ces croau- 
lës, au milieu de la prétendue bataille ; de ce prêtre immolé à Friboorg parée 
quil éuit tonsuré et qu^on le supposait jésuite ; de tant de pillages, de tant d'or-* 
gîes, de tant de sacrilèges qui ont pu avoir pour excuse renivremeut de la lutte, 
quelque dérisoire qu'elle fût ! Ces faits ont été suffisamment flétris par la plus 
haute autorité du monde, dans la récente allocution de ce grand Pnntlfe dont on 
a tant parlé ici depuis quelques jours et que tout le monde admire. Mais voyons 
ce qm s*e8t fait dans le sang-froid d'une victoire aussi assurée qoe facile, par 
les autorités soinlisant régolières et constituées, le lendemain d'un triomphe, 
d'un iriomphe sans hHte ! Ne les avex^vons pas vu fhipper tour à tour, dans les 
cantons de Fribourg, de Luceme et du Vabis, toutes les congrégations, tous les 
couvents qui restaient debout, et les frapper de contributions exorbiiantes qui 
équivalent k une ruine complète? Car, remarques bien cette odieuse hypocrisie ! 
on ne les confisque plus, on ne les supprime plus, mais on les frappe d'amendes 
preaque égales à la toullté de leurs biens. (Sensation.) Ce n'est pas tout : le 
derfé séculier s*est peut-être figuré qu'on Tépargnerait ; mais point; aprè!; les 
ordres réguliers c'est le tour des évéques, des curés ; tous sont frappés, dépouil- 
lés l'un après Tautre; on a proposé, et, li l'heure qu'il es(, peut-être a-i-on voté 
une constitution civile do clergé calquée sur la nôtre de 1790. Ce n'est pas tout 
encore ; ces fiers vainqueurs dont on nous a iait l'éloge, savex-vous ce qu'ils ont 
(ait le lendemain de la victoire ? Ils ont osé écrire de leur plume sanglante le 
nom de saint Tincent de Paul dans un décret d'expulsion contre ces Soeurs de 
Chsrité qui sont les filles de saint Vincent de Paul, et qui sont l'objet du culte, 
de l'admiration et do respect du monde entier. Et comment les a-*t-on expul- 
sées? Comme des bêtes fauves, en leur donnant trois fois vingt-quatre heures 
pour évaener le canton, sans pension, sans indemnité, sans pudeur ; elles, ces 
saintes femmes, ces filles, non pas de saint Ignace de (ioyola, mais de saint Vin- 
cent de Paul. (Très*bien ! irès-bien!— Marques d'indignation.) 

Mais on ne s'est pas arrêté là. Voyez-vous ces hommes armés qui montent 
par ce défilé des Alpes que beaucoup d'entre vous ont suivi ? Les voilà qui sui- 
vent le sentier escarpé que, pendant tant de siècles, des milliers de chrétiens, 
étrangers, voyageurs, ont foulé avec respect et reconnaissance : ils vont là où 
la république française s'était arrêtée avec respect (vive sensation) ; là où le pre- 
mier consul Bonaparte avait laissé avec sa gloire le souvenir de son intelligente 
tdiéranee (vive approbation) ; là où le corps de Desaix, de votre camarade De- 
saix, a trouvé un tombean digne de loi!... Et que vont-ils y faire, ces vain- 
qoeors sans combats? 11 faut le dire, ils vont pour voler (approbation marquée), 
oui, poor voler le patrimoine des pauvres, des voyageurs, de ces moines du 
^Mint-Bemard que dix siècles ont entourés de leur vénération et de leur amour. 
Oni, puisqu'on a eu le triste courage de venir à cette tribune ae moquer des 
vaincus et ijouier à ramertome de leur défiaite raoKrtume de la dérision (très- 

Digitized by VjOOQ IC 



C 1-44 ) 



lito!tnè8-U6Dl),^(»mftpemeiie dédira toiil€e(iiiejtt|mM.QiU ki d». 
faite a été honteuse. La vérité m'amdie oa témoignage, a» délrineal nîtee de 
OMt aaHSb Mai» laves^^MB quelque chose de pins hooteii&q^ cette défiMie î G*eBt 
lai victoire (vives acelanaiiena), cette victoire remportée a«M oomiiei^ pu dix 
contre un, victoire qui se présentera à la postérité flanquée d*aii cùlé pmr ose 
Sesor de Ciniité expulsée, et de rauire par un moine de Saittl-BeroardU spolie, 
chassé ei iosvllé par ce» Ûches vainqueurs. (NouveUee exdamalîona appNbal»- 
ves.) 

£h bien» Measîears, eslp^» tout? Non, ce n'est pas là qn'oo,s*arréU ! €e n^cst 
paa seutemem à la religion catholique et à ses plus saintes institutions qn'ott ea 
veut. Le bras qui vient de frapper les catholiques se déboume pnur atietniire ks 
proieatanis* Mon noble et religieux ami le comte Peiet (de la LoEère) ose peiw 
mettra d'exprimer ma surprise de ce qu*il n^a pas trouvé dans son disoours d^bier 
un tant pour plaindre même le» prolestants vaudois, même se^ ooreUgionnniresi 
qui ont été frappés du même coup qui a expulsé les Jésuites. Oui, Messieurs, <iii 
jours aprè» la prise de Frihourg, c'est-à-dire le 24 novembre (b prise de Fri* 
bourg avait eu lien le 14), décret rendu par M. Druey et consorts, qni interdit 
formellement d'exercer, dans le canton de Yand, un autre culte qoe le odtesoi* 
disant national, l'apcien culte national de ce canton ; interdiction de tonte li- 
berté à l'Eglise libre, dépouillée et remplacée, k la suite d'une émenle, pnr vne 
soi-disant Eglise dont personne ne connaît le dogme ou la pratique l 

Si j'en avais le temps, je vous lirais les lettres que j'ai ici, des ministres de 
ceue Eglise libre,, de l'ancienne et respectable Eglise vnndoise,~qui n été pendant 
trois eente ans cette du paya, et dont les ministree se rendent meintennnt. par 
des sentiers détournés, dans des lieux retirés, pour éviter les iasulten et les dé- 
nonciations, et pour s'y retrouver dans la position qu'oeenpaient leurs coreli- 
gionnaires ici, en France, après la révocation de Tédit de Mantes, sons ces Uns 
d'odieuse mémoire que vous ne délestez pas plus que rnoî. (Approbation.) 

Voilà où ila en sont dans ce pays qui se regarde comme la patrie de In réforme; 
eide la liberté de conscience. (Vive approbation.) SacbeX'4e donc, ce n'est pasi 
à l'Eglise qo'ito a'auaquem, c'est ii la Bible, c'est à la foi chrétienne tonl entière, 
h tout ce qui croit à Dieu et an Christ. 

Mais est-ce tout ? est-ce l'Eglise, esl-ce la religion même protesUntn à qui on 
«n veut seulement ? Non, c'est encore la liberté sous mutes les formes, et cela, 
^meore une fois, le lendemain comme la veille de la bataille. 

Savex*vous oè en est la liberté de la presse dans ce même canton de Vaudt 
Elie est sous le coup de l'interdiction de publier même des nouvelles contrairei 
aux intérêts do gouvernement (hilarité et approbation)^ 6 patrie de la liberté ! e| 
à eêté de cette interdiction de publier même des nouvelles desagréables au gon^ 
vemement; le et ailleurs le droit de pétilten est bêillonné, le droit électoral viol^ 
de la manière la phis flagrante, partout les baïonnettes, partout les violences^ 
pariout l'intervention oppressive et abusive do ponvoir. Voilà comme on a refr* 
pecté la liberté. 

Mais est-ce tout encore ? 

Il y a des gens qui feraient bon marché de l'Eglise et de in religion même pr(^ 
testante, et mène de la liberté, mais qui ne font pas bon marché de k propriété^ 
(Rires d'approbation.) Eh bien, qu'ils écoutent comment on a respecté la pro- 
priété dans la Suisse radicale. Savex-vons ce qu'on y a fait ? On y a réubti h| 
coniscatien ! Messieurs, à l'heure qo'il est, it n'y a plue que deux pfliyn en Eu^ 
rope où cet aborainoM» usage eiiste. On me reprochait aivaot4ii«r d'être l'en^ 
oemi de T Aocriche ; ee n'est pus tontpà^lait œk ; j'ai souvent comÉnlIii et blàa| 



Digitizedby VjOOQIC » 



cm) 

«OB imnoiiMMliU liiis aqfotrdliiii je lai rendrai cette Jonice, que dant seç 
pfaM grandes séfériléB, à ce qtt^ me semble, il n*a pas employé cette arme 
odieuse. 

Oui, i rbeare qn'il est, la eonfiscaiion politîqne n^existe qm dans denx pays, 
«RiigfiieeimSiiisse. Gê droit de côssiques, il a été rétabli h notre frontière, 
deraotra eèlé dv Jura- Qu'en disent les partisans, les apologtitte» d^s rarlîcaira ? 
TroQvent-ils qae ce soit là un progrès de la civilisation et de la liberté ? îl ne 
lew manfoe pki» après cela que de rétablir le wrrage ! 

Si jamais leseomj^liees de la Suisse radicale devenaient le« maftres dans notre 
pays on verrait des rhoses amdngoe^ ; et ceci me rappelle an point que je vons 
li déjà AîgnaM, et me conduit naturellement à appeler votre attention sur le con- 
ira^fflsp de ces événements en France. 

Le ndieaii&Bie, tainqueor en Suisse, maître d'une armée, d'nn trésor, or^neil* 
len de sa victoire ; le radtealisme, ennemi implacable de rétablissement de Juil- 
let, ases eampKceo ei ses alliés aindehovs. N en a de diverse nature en France, 
knis les signaler. 

Meuieors, per«ielle»-«Of de voos parler comme habitant dNme des provinces 
qm est été lopins profondémeiit et le pM sérten^tement atteintes par ce contre- 
ceop. J^bite b Boorgogno; fy étais a^ors qu'ont eu lien ces fampox banquets 
de Dijoe, do GbAkm el d*Autmfi, où la Snisse, sacher-le bien, a joué presque un 
sesM imad r6le ^o la Montagne ou la Convention. Il ne Tant pas oublier ce qui 
s'eeidit dans ces bonquetii, et il faut que Técho s'en prolonge comme itn aver- 
tiKcment profond et aahrtam. ûr, on ne s'y est pas borné h confondre la liberté 
)îec h révolution, et la révolution avec la Convention. 

Osa') pas seulemonl proclamé dans ces banquets que la gnilloifne était la tri- 
buoe d'oà kl Fraoee avait parlé aou rois et à l'Europe. On n'a pas seulement pro- 
t^ coatra l'arisiocratie dn capital ; non, on y a encore salué avec ivresse les 
victoires et les héros de la Soisse radicale, comme si c'était là la pratique ac- 
todledes glorieuses théories qu'on y proclamait. 

Voili, laessieurs^ comment la cavse de la Suisse radicale a été comprise, pré- 
seoiée, admirée dans ees banqueta où, & la juste horreur de la France, on a été 
percher tout ce qu'il y «vail de pins sanguinaire, de plus ignoble dans notre 
^iiilion, poar en faire comme te programme et la justifie» tîon des doctrines 
"•«elles qu'on prêche au people français. (Vif mouvement d'approbation.) 

El, Nessiears, comment en serait^il autrement? Je ne voudrais pas me livrer à 
^ personnalités à la tribnne et contre des absents; mais il m'est impossible de 
V pas rappeler cependant qœ c'est la même voii, pu plutôt la même plume, 
^i) la première en France, il y a on an, a proclarné la nécessité de substituer 
^ Soisse onitaîre à l'antique Soisse libre, prospère et alliée de la France; que 
c'est cette mèé^ plume qot a poétisé depuis ce qu'il y avait de plus triste dans* 
1^0^ révoluliofi. EMe n'a eu que trop d'imitateurs ! Tout h coup on a vu surgir 
^ groupe d'historiens qulaont venn» faire de l'échafaud l'autel dn patrioiisniie. 
C'est, il faut le dire, dans ce déplorable mélange de la théorie terroriste d'une 
P^rl. de rhisioire terroriste de l'autre, et de la pratique radicale en Suisse par- 
^s tout cela, qu'il faut voir la source de cette audace dont vous êtes, je nt 
^ paa effrayés, mais indignés conmie moi. (Très-bien ! très-bien !) 

C'est là que les loups ont appris qu'ils n'avaient pas besoin de se déguiser eu 
l^ers (moovement) ; aussi ila parleni en loups, et on le» appbmdlt, et on holtî' 
dveeeax à la rratomUé et à rboroaniié. (Nonvelle approbation.) El maintenant, ' 
qittDd cette voix éloquente dont je parlais tout h l'heure, si désintéressée, si pa^ 
^^oe^ jo le saia» mais ë eDopoble, vient s'éerier sout à coup : Nous ne vo«- 

Digitized by VjOOQ IC 



J 



( 146 ) 

1008 pas rouvrir le clob des Jacobins! on o*â que trop le droit de loi tépeadre : ' 
Il est trop Urd ; le club des Jaoobios est déjà rouvert, non pas eo Mt , immi pts 
dans la me, mais dans les esprits , dans les eoBurs, do noim dn» eertaÎDs es- 
prito, dans certains coeurs égarés par des sophismes sanguinaires, et dépravés 
par ces exécrables romans qu'on décore du nom d*histoire, et où Tapolbéose de 
Voltaire sert d'introduction « i*apologie de Robespierre. (Nouvelles marques éner- 
giques d'approbation.) 

Ne donnez pas. Messieurs, je vous en conjure, à ma parole plus de portée 
qu*elle n'en a ; ne voyez pas ici l'ombre d'une dénonciation, des demandes d'une 
nipression quelconque contre ces aberrations détestables. 

Non, j'approuve complètement le langage de votre commission, lorsqu'elle dit 
que ces manifesutions doivent être tolérées, qu'elles sont tolérées par la liberté. 
Et j'ajoute qu'elles renferment en elles un enseignement salutaire. (Très-bien !) 
Surtout, qu'on n'aille pas m'accnser de vouloir quoi que ce soit contre la liberté ; 
car, bien loin de là, c'est la liberté que je veux avant tout défendre contra le ra- 
dicalisme. Savez-vous ce que le radicalisme menace le pins? Ce n*e8t pas, sa 
fond, le pouvoir ; le pouvoir est une nécessité de premier ordre pour tonlea les 
sociétés ; H peut obauger de mains, mais tôt ou urd il se trouve debout sur ses 
pieds. Ce n'est pas même la propriété ; la propriété aussi peut changer de mains, 
mais je ne crois pas encore à son anéantissement ou à sa transformation. Mais 
savcz*vou8 ce qui peut périr cbez tous les peuples? c'est la liberté. (C'est vrai !— 
Approbation.) Ah ! oui, elle périt, et pendant de longs siècles elle disparaît. Et, 
pour ma part, je ne redoute rien uni dans le triomphe de ce radicalisme qœ la 
perte de la liberté. (Très-bien! très-bien!) 

Qu'on ne vienne pas dire, comme ceruins espriu généreux, mais aveugles, 
que, le radicalisme c'est l'exagération du libéralisme ; non, c'en est l'antipode, 
c'est Textréroe opposé ; le radicalisme n'est que l'exagération du despotisme, rien 
autre chose ! (très-bien ! très-bien !) et jamais le despotisme n'aflècta une forme 
plus odieuse. La liberté, c'est la tolérance ratsonnée, voloàuire ; le radicalisme, 
c'est l'intolérance absolue, qui ne s'arrête que devant Timpossible. La liberté 
n'impose à personne des sacrifices inutiles; le radicalisme ne supporte pas une 
pensée, une parole, une prière contraire à sa volonté. La liberté consacre les 
droiu des minorités, le ratiicalisme les absorbe et les anéantit. En un mot, et 
pour tout résumer, la liberté, c'est le respect de l'homme, et le radicalisme, c'est 
le mépris de l'homme poussé è sa plus haute puissance. (Tive approbation.) Non, 
jamais, jamais despote moscovite, jamais tyran de l'Orient n'a plus méprisé son 
semblable que ne le méprisent les clubistes radicaux qui bâillonnent leurs adver- 
saires vaincus au nom de la liberté et de l'égalité. (Très-bien !) 

Je me crois, du reste, le droit, plus que personne, le droit de proclamer cette 
distinction ici, car je déOe qui que ce soit de plus aimer la liberft que moi. Et 
ici, il laut le dire, je ne veux pas accepter ni comme un reproche, ni comme on 
éloge, ce qu'a dit de moi l'autre jour H. le ministre des affaires étrangère^, 
que j'éuis exclusivement dévoué à la liberté religieuse. Non ! non. Messieurs, ce 
à quoi je suis dévoué, c'est à la liberté tout entière (trèfr-bien ! très-bien !), à b 
liberté de tous et en tout. Je l'ai toujours défendue, je l'ai toujours prodaroée. 
Moi, qui ait unt écrit, tant parlé, beaucoup trop, je le reconnais (non ! non ! ). 
je défie qu'on trouve une parole sortie de ma plume, ou tombée de mes lèvres, 
qui ne soit pas destinée à servir la liberté. La liberté, ah !' je peux le dire sans 
phrase, elle a été l'idole de mon ame (mouvement); si j'ai quelque reproche à 
me faire, c'est de l'avoir trop aimée, aimée comme on aime quand on est jeune, 
c'eM-à-dire sans mesure, teans frein. Mab je ne me le reproclie pas, je ne le re- 

Digitized by VjOOQ IC 



f( 14T ) 
greuep»; je yeux continuer à la servir, à Vaimer ioojours, à croire en elle loa- 
'miil(^^^^^^ ^^ J^ ^1*^^ ^^ l'avoir jamais plus aimée, jamais mieux servie 
ffl>Dce jour où je m'efforce d*arracher le masque à ses ennemis, qui se parent 
(tesescottleorSf qui usurpent son drapeau pour la souiller, pour la déshonorer. 
y^npies unanimes et prolongées d'assentiment.) 

ile^ars, je viens de vous indiquer une des catégories des complices, que 
BOUS avons parmi nous, du parti qui vient de tniimpiier en Suisse. Hélas! ils ne 
so:it pas les seuls, il en est d'autres que je ne confonds pas, je m'empresse de le 
dire, qoe je ne confonds pas avec les hommes que je voudrais flétrir, mais dont 
hcoadoiie est pour moi encore plus inexplicable. Je comprends, oh! je com- 
prends parfaitement et la lactique et le langage des hommes dont je viens de 
parier; ils sont conséquents avec eux-mêmes, ils ont une haine intelligente, sys- 
iéoalique, de la liberté; ils doivent naturellement applaudir à tout ce qui s'est 
fui en Suisse. 11 n'en est pas ainsi, je me plais à le dire, de cette opposition 
eoostituiionneile, dynastique, légale et régulière qui, cependant, sur la question 
soisse, a fait chorus avec les terroristes. Voilà ce que je ne comprendK pas; je 
ne comprends pas que des hommes qui veulent le maintien du gouvernement 
régulier de ce pays, qui l'ont servi avec distinction, qui veulent le maintien de 
Il constitution et de la société actuelle, applaudissent au triomphe d'une cause 
qui, si par malheur elle venait à triompher en Frauice, amènerait tout d'abord 
ranéaniissement de toute politique honnête et de toute constitution régulière. Et 
cepesdaoi, vous le savez, cette opposition dont je parle, elle aussi s'est pronon- 
cée afec fureur pour le triomphe de la cause radicale. Je ne veux pas empiéter 
soraae autre discussion. Je parle uniquement des manifestations de J'oppoeition, 
CD te qu'elles ont de commun avec ki Suisse, et des vœux qu'elle a énoncés Avec 
fncas au profit du radicalisme suisse, dans les cinquante ou soixante banqoeis 
pont été donnés à propos de la réforme électorale. vOn rit.) 
Or, il y a eu précisément une réforme électorale en Suisse, et cela à la suite 
do iriomphe que nos réformistes appelaient de leurs vœux. (Nouvelle hilarité.^ Il 
me ftmhle utile de l'étudier, afin de juger de l'avenir qu'on nous réserve par le 
passé et le présent qu'on vante. Or, cette réforme électorale en Suisse, vous sa- 
vez en quoi elle a consisté. C'a été l'anéantissement de la liberté électorale, des 
miiiitrités et même des majorités. 

Do reste, il iant le reconnaître, ces patriotes dont je parle ont un modèle et 
on maître à l'étranger; c'est l'homme qui est devenu populaire en quelque sorie 
d;ins Toppositlon depuis qu'il est constaté qu'il est Fadversaire juré, selon moi, 
delà France, mais, selon eux, du ministère actuel. J'entends parler de ceKii que 
)i, le duc de Broglie désignait hier, en langage officiel, comme le principal se^ 
crélaire d'Eut de S. M. britannique. C'est lui qui forme la troisième et dernière 
catégorie des complices du radicalisme suisse. 

Je n'ai pas besoin, je pense, d'invoquer, pour dire toute ma pensée, la liberté 
de cette tribune. Quand on a, comme moi, tenu ici même le langage le plus sé- 
vère sur M. le prince de Metternich, sur l'empereur de Russie et sur tant d'an- 
tres, on a le droit de dire ce qu'on pense du principal secrétaire d'Etat de S. M. 
l>rilanniqoe. 

Eb bien, je dirai franchement que,, selon moi, c'est lui qui est le plus grand 
coupable, c'est lui qui est le véritable exécuteur des cantons catholiques, de Tin- 
dépendance et de la liberté helvétique; c'est lui qui, par ses délais caicnlés,a 
rendu déri84^re, à force d'être tardive, l'œuvre de la médiation ; c'est kii qui a 
eiigé une entente préalable sur les conditions et sur les détails, avant d'exiger 
la cessation des hostilités; c'est lui qui, tout en faisant mine d'accepter enfin ta 

Digitized by VjOO^IC 



(148) 

«•te «oramnoe, faieut presser l'aceéténitTon de cette guerre parricide par son 
mintstre à Berne; c*est loi enftii qui, seul eo Europe, après le mal consommé, et 
lorsqu'on sentîmeot d'horreur et d'indignation unanime s'est emparé de toos les 
homnies sages et de tous les honnêtes gens d'Europe, c'est lui qui s'est constitué 
l'avocat de la spoliation, qui a déclaré en plein parlement qu'il n'y amt nen à 
blàoier, rien à réclamer; c'est lui enfin qui maintenant entoure de son patronage 
et de son approbation les bourreaux de la liberté et de la justice en Suisse. Oui, 
c'est lui ! (Mouvement.) 

Messieurs, je le dis eu gémissant, car, vous le savez, je suis le partisaa dé- 
claré, persévérant, invétéré, de l'alliance anglaise. Il y a plus, non-seulement je 
ne me suis jamais fait l'écho de toutes ces déclamations qui se faisaient entendre 
contre TAngleterre et contre l'alliance anglaise ; mais j'ai toujours été et je sois 
encore l'admirateur sincère et passionné de cette grande nation anglaise qui a été 
si long-temps la maîtresse du droit et de la liberté. Toutefois, ces sentiments, si 
profonds dans mon cœur, ne peuvent pas ui'imposer silence en présence de la 
justice outragée, et outragée par quel motif? Pour le savoir, il faut seulement 
envisager l'ensemble des actes de lord Palmerston : je n'en signalerai qu*an seul 
L'homme infiniment respecuble et considérable qui représente aujourd'hui la po- 
litique anglaise en Suisee, où duilnl se rendre en quittant la Suisse? A Gonstan- 
tioople. Qu'y faire? Y diriger cette gnerre déplorable qu'y fait PAngleterre contre 
la Grèce, contre cette jeune royauté, contre cette nationalité héroïque qui de- 
vrait être l'enfant chéri deH'Europe, entouré de sa plus tendre sollicitude, qoi a 
été créé et nourri par la politique européenne , d'accord avec l'Angleterre, dans 
une de ses inspirations les plus généreuses. (Assentiment.) 

Eh bien, c'est tout le contraire que fait le ministre dont je parle. Il ne s^est pas 
eoMcDté de décrier la Grèce, de la vilipender, de l'insulter dans un langage dont 
on ne s'est jamais servi entre des peuples alliés, et surtout quand on a Thonoeur 
de représenter un grand peuple vis-à-vis d'iin Etat faible et naissant; il fait plus» 
il encourage la révolte ; il donne asile aux généraux armés contre leur roi ; il a 
£)it mourir à la peine cet illustre mini.-^tre. Al. Coletti, dont l'éloge est si bien 
placé dans la bouche des amis de la liberté. (Vive approbation.) Hier encore, ses 
agents fomentaient à Patras une odieuse agression; en un mot, il n'y a pas de 
moyen qu'il n'emploie pour détruire moralement cet infortuné royaume. Pour- 
quoi? Est-ce qu'il y a des Jésuites en Grèce? Non, il y a, il faut le dire, il y a 
l'influence française, légitimement et naturellement établie, à la suite de nos 
^sympathies unanimes pour la Grèce, et lord Palmerston ne peat pas la suppor- 
ter. Et pourquoi a-t-il persécuté la liberté et la justice en Suisse? Au fond, 
TOUS le sentez, vous ; c'est parce que la cause de la liberté et de la justice dans 
ee paya était la cause appuyée et encouragée par la France. (Très-bien! très- 
bien !) . 

Et c'est là le rôle qu'on fait jouer à la grande et noble Angleterre ! à elle si re- 
ligieuse, li libérale, si solidement organisée ; on lui impose la mission de pour^ 
suivre la religion, la liberté et Tordre social, hors de chez elle, uniquement par 
baioe de la France I 

Messieurs, j'ai besoin de le dire, nous avons, nous aussi, de tristes pages dans 
notre histoire, mais je ne sache rien qui ressemble à cette tactique odieose. 
Nous avons imposé aox peuples étrangers le joug du despotisme, d'un desptH 
tisme glorieux, mais nous commencions par le subir et Taimer nous-mêmes 
(c'est vrai); nous avons même porté au bout de nos baïonnettes l'anarchie et fai 
dévahtatîon dans beaucoup de pays de fËurope, mais nous avons commencé par 
•être Boosp-mémes enivrés par ce délire que nous propagions au-dehors. Ce qoe 

Digitized by VjOOQ IC 



( U9 ) 

nous ii*iT0ii8 jmiMiis fiit, messiears, c'est de gaiï*der pour nous lefi bîenfailfi de 
Tordre, de la liberté, de 4a jusiice, de la hiérarchie sociale, et d'aller au dehors 
soudoyer, fofloenter, patronner le désordre ei la lyrannie. (Bravos prolongés.) 
Non, grâoe tu eiel, la France n*a point oet égoisme ei cet aveuglement à se re- 
procher. Mon cœur lut rend avec bonheur cet hommage, non pas dans un étroit 
et aiesquin esprit de patriotisme exclusif que j'ai toujours réprouvé, mais pour 
obéir a« sentiment moral, au sentiment de la justice outragée, qui se fait enfin 
jour, et qui m'arrache ce cri d'indignation trop long-temps comprimé. (Nouveaux 
appbndissements.) 

J'ajoute, Messieurs, que l'Angleterre n'agira pas toujours aussi impunément. 
Non, dans tous ces pays où naît, où se relève la bienfaisanie liberté, mais où, par 
suite de Tintirmité humaine, le monstre de Tanarchie se presse toujours à c6lé 
de la liberté, il ne lui sera pas toujours donné d'aller tendre la main non pas à la 
liberté, mais à l'anarchie, an désordre, à l'oppresi^ ion, comme elle le fait aujour- 
d*bQi en Suisse, en Grèce, en Espagne, peut-être même en Italie!... je ne le sais 
pas pour l'Italie... nais je le crains. Non, cette politique ne peut pas rester in- 
hale. Si elle n'y renonce pas (et personne ne le souhaite plus ardemment que 
Bai), qa^elle le sache bien, les flammes de 4'incendie qu'elle aura partout allit- 
aées se retourneront un jour contre elle-même ; elles travereeroot ce détroit et 
eetle mar qui lui servent de boulevard; elles iront lui apprendre que la iiberté, 
h justice et l'ordre, ne sont pas l'apanage excAuhif d'une seule nation de la terre, 
et qu'il n^y a pas de peuple assez bien constitué, assez sur de sa force, pour oser 
entreprendre d'aller sacrifier partout au radicalisme ces bieds inappréciables, 
afin de «*en réserver b hii-inéme le monopole. (Approbation unanime.) 

MaîaiMMiBt, MessieurB, faut- il, comme disaient les magistrats d'autrefois, 
passer eu frand criminel au petit criminel, et examiner la politique que le 
fflioistère a suivie dans celte affaire ? Pour ma part, je n'en ai ni la force ni le 

Je crois que le ministère a eu de bonnes intentions, je lui en sais gré, je lui 
co rends hommage. Je croîs qu'il était dans son droit, et je ne crois pas qu'après 
la lomineose démonstration de M. le duc de Broglie, il poisse rester m dottte 
lor ce point, mais je crois que sa conduite n'a répondu ni à ses intentions ni à 
son droit; Je crois qu'elle a porté l'empreinte dii vice que je lui reproche tou- 
jours, de la faiblesse, et d'une triste fiiiblesse. 

Faiblesse réoente, dans ce besoin maladif après tant de leçons, tant de dou- 
loureuses expériences, de tendre, je ne dirai pas la joue, mais la main b lord 
Pabmersloo. (Mouvement.) Et ensuite faiblesse ancienne, en ce qœ, sUI avait été 
plus énergique et plus fort, plus sympathique avec le sentiment populaire dans 
faffaire de Cracovieet dans l'affaire de Ferrare, il aurait été bien autrement fort 
pour intervenir comme il le voulait dans la question suisse. Faiblesse, enfin, plu» 
ancienne encore, lorsqu'il y a deux ans, on a évoqué devant lui, dans les discus- 
sions de l'aulre Chambre, le fantôme de cette congrégation qui joue un si grand 
rôle makiteaant dans la politique. M. le président du conseil ne l'a pas repoussé; 
il savait très-bien qu'au fond il n'y avait rien de sérieux dans toutes ces déuon- 
eiatieiis paasionfnées dont l'origine Iniest si bien coimue ; il est trop éclairé» trop 
nporiial, trop étranger aux mauvaises rancunes et aux mauvaises passions de ce 
temps, pour ne pas savoir qu'il n'y avait Ib qu'une comédie. U n'a pas eu le cou- 
rage, la force de le dire ; et voici que deux ani après, ce lanterne, qu'il a caressé 
en qo^que aorte, pour plaire b des passions qu'il ne partageait pas, se dressa 
devant lui sens la forme d'une levée de boucliers anarchiques ao-delb du iara, 
et sons la lame d'tm alEronft diplomatique au-delb 4e la Manche. 



Digitized by VjOOQ IC 



( 150 ) 

Eh bien, il a été puni par où il a péché. C'est ce qui arrive presque toujoars 
dans ce monde, heureusement; c'est là ma coosolation, quand je pense à des 
criminels bien autrement sérieux que le Gouvernement. Oui, heureusement, ja- 
mais dans Tordre politique, on ne devient le complice ou Tinstrument du mal, 
sans que ce mal ne devienne tôt ou tard un châtiment. La loi du devoir , voos 
savez ce qu'elle est : Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qo^on te fit 
à loi-méme. Mais la loi de la justice ajoute aussitôt : Il te sera fait comme ta 
auras fait à autrui. 

Eh bien, Messieurs, voilà ce qui arrivera à la Suisse radicale : elle subira le 
sort qu'elle a préparé à autrui. Et je n'ai pas besoin de vous dire que je ne parle 
pas ici de je ne sais quelle intervention posthume dont il me parait que personoe, 
du reste, ne parle ni ne rêve. Je ne suis pas dans les affaires ; je ne parle pas de 
la politique du jour ni de la politique de demain. Mais il m'est permis de plon- 
ger dans les profondeurs de Tavenir le regard assuré d'un homme qui croit en U 
justice divine ; il m'est permis de dire avec Bossuet : L'action contre la violence 
el l'iniquité est immortelle! Eh bien, Messieurs, soyez sûrs d'une chose, c'est 
que la Suisse radicale, qui a substitué le droit du plus fort au droit de la justice, 
apprendra un jour à connaître paf elle-même ce que c'est que le droit du plus 
fort. Elle a substitué une conquête à une alliance. Eh bien, elle saura ce qoe 
c'est que la conquête ; et quand elle le saura, quand on viendra insulter à sa dé- 
laite... ce ne sera pas moi, certes, qui le ferai, ce ne sera peut-être pas de mon 
vivant..., mais quand on viendra la fouler aux pieds, et quand elle se plaindra, 
eh bien, on lui rappellera ce qu'elle a fait en 1847; et, au milieu des dérisioosde 
ses vainqueurs, il lui manquera toujours, dans son humiliation et sa défidte, celte 
oraison funèbre qui console et qui honore toutes les défaites, même les plus 
trisies, les larmes des honnêtes gens ! ce tribut de respect et de sympathie qui a 
été si largement payé aux cantons primitifs. 

Voilà ce que j'avais à dire pour la Suisse radicale. Quant à la Suisse cath<H 
lique ou conservatrice, car c'est la même chose, je lui dirai de ne pas trop com- 
pter sur cette justice faite par l'étranger, de ne pas l'appeler surtout, et en géné- 
ral de ne plus compter, pour quoi que ce soit, sur l'étranger, de ne compter que 
sur elle-même, de ne puiser sa force que dans l'union, dans le sacrifice de toutes 
les rancunes, de tous les ressentiments qui ont divisé les gens religieux, et sur- 
tout dans le principe de la liberté religieuse. 

Je ne répéterai pas ici, mais je vous rappellerai les expressions si éloquentes 
de l'honorable M. Villemaîn, lorsque. Tannée dernière, à propos de la Pologne, 
dont j'aime tant à rapprocher la cause de celle de la Suisse, puisque c'est au 
fond la même, il disait qu'un peuple qui veillait auprès de ses autels, dans la 
prière et l'humilité, sur le dépôt de sa liberté, de sa nationalité, ne courait ja- 
mais risque de voir s'éteindre cette flamme sacrée. 

Un mot encore, et ce sera le dernier, à l'adresse de la France. La France, 
après ce qui vient de se passer, se trouve dans la situation que voici : le dra* 
peau que voos avez vaincu à Lyon, en 1851 et en 1834, ce drapeau là est au- 
jourd'hui relevé de l'autre côté du Jura. (Sensation.) Il est relevé sur la frontière 
la plus vulnérable de la France, et, ce qui est bien plus grave, il y est appnyé 
par l'Angleterre ! A l'intérieur, vous avez ce que vous n'aviez pas en i831 ni en 
1854, des sympathies avouées, publiques, croissantes, pour la Convention et 
pour la Montagne, l'apologie systématique de tous les crimes qui peuvent déso- 
ler ou déshonorer nue nation. Eh bien* je ne veux être ni optimiste, ni aUr* 
mifle, je ne demande aucune mesure d'exception, an contraire; je croit qoe nos 
lois et nos institutions suffisent parfaitement à la défense de in sociélé, mais 



Digitized by VjOOQ IC 



(<5I) 

c'esl â condilion qne les honnéles gens se dévoueront tous à cette œuvre. 

Je demande donc que les honnêtes gens ouvrent les yeux et sachent à quoi 
s'en tenir sur les périls de la situation ; qu'ils s'arment d'une triple résolution à 
rencontre des ennemis intérieurs et extérieurs qui nous menacent. Pour moi, 
ma conviction est que le plus grand des maux dans une société politique^ c^est 
la peur. Dans cette époque infâme et sanglante que Ton veut à toute force 
réhabiliter, savez-vons quel a été le principe de toutes nos catastrophes? c'est la 
peur! (Très-bien!) Oui, la peur qu'avaient les honnêtes gens des scélérats, et 
même la peur que les petits scélérats avaient des grands. (Très-bien ! très- 
bien!) 

N'ayons pas cette peur, messieurs, ne souffrons pas que les méchants aienl 
seuls le monopole de l'énergie, de l'audace ! Que les honnêtes gens aient aussi 
rénergie du bien; que les bons citoyens aient aussi, quand il le faut, leur au«- 
daee! Qu'ils Brunissent pour défendre énergiquement nos glorieuses institutions 
conquises eh 1789 et en i830. Défendons-les au dedans et au dehors en mon- 
trant notre horreur pour tout ce qui ressemble à i792 et à 1793. Que ce soit là 
notre politique ; que ce soit le principe de l'union entre nous tous qui voulons aa 
fond la même chose: la liberté, l'ordre et la paix. Veillons surtout sur la liberté; 
apprenons par ce qui se passe au-delà du Jura combien il est dangereux de ne 
pas savoir la tolérer, la comprendre, la supporter, même chez ceux dont nous 
ne partageons pas les idées, les croyances, les affections. N'oublions pas que 
cette liberté vient d'être immolée en Suisse et trahie par l'Angleterre» mais que 
la France a pour destinée d'en être à jamais le drapeau et la sauvegarde. (Accla- 
mations très-vives d'approbation.) 



REVUE ET NOUVELLES BGCLiSIASTIQUBS* 
BOmE. — Nous avons reçu par le dernier bateau à vapeur arrivé des 
côtes d'Italie, un grand nombre de lettres particulières remplies de longs 
récils sur les manifestations populaires qui ont marqué les premiers 
jouis de janvier. De fâcheux tiialentendus selon les uns, de coupables 
manœuvres selon les autres^ ont produit parmi la population romaine 
une agitation dont le gouvernement a eu raison de se préoccuper. Quel- 
que sûrs que soient les renseignements, quelque modérées que soient 
les réflexions qui nous sont adressées par notre correspondance ordi- 
naire, nous croyons plus sage de reproduire les faits tels que les raconte 
le journal oflBciel de Rome, avec lequel, d'ailleurs, nos propres informa^- 
tioos s'accordent parfaitement, quant au caractère et aux principales 
circonstances de ces manifestations. 

« Rome, dit le Diario du 8 janvier, a offert dans les deux premiers jours de la 
présente année un spectacle non pas émouvant, mais très-bruyant. Le peuple 
avait le désir de se rendre en foule à la place du Quirinal pour présenter au Saint- 
Père des actions de grâces pour le nouveau molu praprio sur le conseil des mî- 
Dîstres, et des vœux de bonheur, ainsi que pour demander sa bénédiction. La 
chose était inopportune, d'abord parce que le peuple romain a maintenant son 
magistrat qui le représente légalement et qui en occupe dignement la place, en- 
suite parce q«e S. S. était li^èrement indisposée. On savait d'ailleurs que celle 
indîsposîtion s'éult même an peu aggravée par une réunioa pareille arrivée quel- 
ques Jours auparavant. Des ordres furent donc donnés dans le but de détourner, 
I de raison, les esprits de cette démonstration. Tout aurait réussi benreu- 

" Digitized by VjOOQIC 



(192) 

sèment si, h dessein, on n^avait pas répanda le braU que ces mesnres de pré- 
caetion étaient des mesures hostites, et si on n*avait pas exagéré la portée 
de ces mesures en disant qu^on Toulait élever entre le Souverain-Pontife 
et son peuple une muraille de séparation. Ces bruits n'ont pas manqué de 
produire leur effet : ils ont fait natire le désir d*apprr>cber do souverain en écar- 
tant cette prétendue barrière qui le séparait du peuple. C'est alors que le très- 
doux Pie IX, donnant aux désirs de son peuple, qui lui ont été légalement expo- 
sés par le prince sénateur de Rome, la préférence sur les soins de la conserva- 
tion de sa santé, qui nous est chère à tous, a décidé de son propre mouvement de 
se montrer le jour suivant au milieu de ses enfants , et, comme on en pouvait 
être sûr, par suite de tant de preuves de leurs sentiments, il en a reçu celte fols 
aussi, tout le long des rues par lesquelles il a daigné passer, tant en allant au Va- 
tican qu'à son retour, ces démonstrations vives, affectueuses et cordiales que le 
peuple romain ne cessera de rendre à son meilleur père et souverain. Ces dé* 
monstrations n*en ont pas moins de prii à cause de quelques cris proférés çà et 
là par un très-petit nombre de personnes malintentionnées. 

» Voilà pourquoi S. S. ne cesse de demander comme une preuve de plus de 
l'attachement sincère à sa personne sacrée, qu'il n'y ait plus à l'avenir de ras- 
semblements populaires pareils; elle demande que la tranquillité publique et pri- 
vée soit la récompense de ses soins incessants, et que la voix et les conseils de 
ceux qu'elle honore du titre de ses ministres soient accueillis et entendus comme 
les siens propres. 

D C'est ainsi que nous montrerons à l'Europe que nous avons gardé, non-seu- 
lement l'imagination ardente et les cœurs chauds de nos ancêtres, mais encore la 
maturité du jugement, ce respect des lois 6t cette docilité aux ordres du gouver- 
nement qui les ont rendus célèbres parmi tous les peuples. Respectons donc les 
volontés du souverain, et donnons-lui la consolation de pouvoir dire : J'ai donné 
de nouvelles lois, j'ai accordé des institutions nouvelles, et j'ai de plus fait l'é- 
ducation politique et civile de mon peuple. C'est ainsi que nous pourrons nous 
glorifier de n'avoir pas déçu les espérances de notre adoré Pontife. » 

Ce petit nombre de personnes malintentionnées dont parle le Diarîo, 
a en effet niélé aux acclamations d'amour et d'enthousiasme par les- 
quelles le souverain Pontife a été salué sur son passage, des cris qui ne 
pouvaient manquer d'attrister le Saint-Père et de troubler la joie qu'a 
fait éclater sa présence au milieu de son peuple bien -aimé. On devine 
qu'il s'agit du cri à bas les Jésuites! devenu le mot d'ordre des pertur- 
bateurs qui dans toute l'Italie cherchent à entraver par des excès la 
marche des réformes pacifiques. Mais la population romaine, grâce à 
l'excellent esprit qui l'anime, est loin de faire chorus avec ces provoca- 
teurs de désordre. Un fait. qui s'est passé au grand théâtre, dans cette 
même soirée du 2 janvier, a montré bien clairement que le véritable 
peuple de Rome repousse ces coupables instigations. Pendant un en- 
tracte, au moment où le sénateur paraissant dans sa loge venait d'être 
salué par de vifs applaudissements, une voix cria d'une loge supérieure: 
Mort aux Jésuiiu! il se fit aussitôt un silence absolu dans l'assemblée. 
Mais bientôt des siffleu et des buées partent de tous les côtés de la salle. 
Celui qui a fait entendre ce cri est vivement interpellé : on lui jette de 
toute part les qualifications outrageantes iCe.s^xon^ iTinféme^ d'homme 
'venduy etc. Le sénateur fait placer un soldat devant la loge d'où le cri 

Digitized by VjOOQ IC 



( 153 ) 

était parti, et à ta fia da spectacle le coupable fut arrêté et cotiduit en 

prison. 

Quoique de telles provocatioos soient isolées et réprouvées par le bon 
esprit des Romains, du moment que les manifestations populaires peu- 
Yeot lear fournir une occasion dq se produire, le gouvernement ponti- 
fical a sagement renouvelé ta défense de continuer, même avec Tinten- 
tioQ d'honorer Pie IX, ces déiiiODStrations publiques. 

«Sa Sainteté, dit encore le Diario, repousse la pensée que Tamour et la grati- 
tude de son peuple aient diminué ; il n'est donc pas nécessaire de lut en donner 
la preuve par des rassemblements et des démonstrations extérieures. Les en- 
vieux et les méchants peuvent seuls suspecter la loyauté du peuple, et attribuer 
à ses mouvements une autre cause que son amour pour son prince. Mais aussi 
ne faut-il pas leur fournir matière à des jugements erronés, ni encourager les 
e^spérances perverses de ceux qui, au milieu de la concorde générale, se mon- 
ireraieni ennemis de l'ordre, de la paix et de la religion. 

«Personne n*affifmera que de telles {i^ens ne peuvent pas exister et se glisser 
dans b roultitode. Si donc ils existent, il importe d'opposer à leur influence Tes- 
pril de respect pour les magistrats, d'obéissance envers les lois, de modération 
dans les désirs, et surtout de déférence filiale à tout ce que veut ou désire noire 
bien-aimé souverain. ^ 

* Un peuple comme le peuple romain, de sa nature généreux et loyal, est (par- 
tout Tobjet des embûches de ceux qui veulent dépasser ou déranger les mesures 
adoptées par les ministres du gouvernement pontifical, soit en les rendadi, par 
tous les efforts imaginables, odieuses à la multitude, soit en attribuant au gou- 
vernement des intentions qu'il n'a jamais eues, ou en se prévalant de toute cir- 
coDstaoce extérieure pour entretenir sans cesse une agitation qui, toujours et 
soos tous les rapports, nuisible k la société, aide immensément aux desseins des 
ennemis de tout bien et de tout ordre.* 



PARIS. 

Un consistoire sécréta dû être tenu par le Saint-Père, au palais du 
Quirinal, le 17 janvier. 

Sa Sainteté y aura préconisé les évêques nommés de Carcassaone et de 
Soisi^oas. 

On croit qu'un seul cardinal sera créé dans ce consistoire : c'est 
Mgr Charles Yizzardelli, secrétaire bonoraire de la Congrégation dos af- 
bires ecclésiastiques extraordinaires. Mgr Corboli-fiussi, qui a renibide 
Il grands services au Saint-Siège et qui, tout récemment, a fait preuve 
de tant de zèle et d'babileté dans les négociations de la ligue douanière» 
a refusé, dit-on, la hante dignité du cardinalat, à laquelle Pie IX aurait 
eu rinteotion de l'élever dans ce même consistoire. Nous n'entendons 
P^ garantir celte dernière nouvelle, bien qu'elle fut généralemcai ac- 
créditée à UoHie. La baute estime dont Pie IX bonore Mgr CorboiU- 
Bussi et la raie modestie de ce jeune et illustre prélat, rendent toutefois- 
trèft-vraiseuiblables l'offre aussi bien que le refus de cette ém inente di- 
gaité. 



Digitized by VjOOQ IC 



•' D*apië8 le dernier euvoi que le vénérable évéqiie de Grenoble a fail 
parvenir au trésorier du comité de secours pour l'Irlande, le total des 
oifraudes de ce diocèse s'élève en ce moment à la somme de 14^590 fr. 

La quête faite jeudi dernier, dans l'é^jltse de Siint-Pierre à Orléans, à 
la suite d*un sermon prononcé par M. Martin de Noirlieii, en faveur de 
l'œuvre établie pour venir en aide aux besoins du culte, dans les pa- 
roisses pauvres du diocèse, a produit huit cents francs environ. 

Dussions-nous mériter quelque reproche d'indiscréiion, nous ne pou- 
vons résister au plaisir de révéler, à cette occasion, un acte de générosité 
plein de délicatesse qui ne saurait surprendre, assuiénient, de la part 
du respectable curé de Saint-Jacques>du-Haut-Pas, mais que nos lec- 
teurs ne seront pas moins heureux de connaître. Après s'être obligeam- 
ment déiobé aux nombreuses préoccupations de sa paroisse, pour ap- 
porter Tappui de sou éloquente parole à une œuvre si digne d'intérêt, 
M. Martin de Noirlieu, loin de rien ai cepter pour indemnité de ses fi-ais 
de voyage, est venu déposer dans la bourse cent francs pour son ofTrande 
personnelle. 

i ^ ■ ^ 

Par un récent mandement, M. l'évéque de Nancy vient d'instituer 
l'adoration perpétuelle du Saint-Sacrement pour tout son diocèse. Cette 
solennité, qui désormais aura lieu chaque jour dans une des paroisses du 
diocèse, a été inaugurée le 1"^ de ce mois à la cathédrale. 

Un grand scandale et de graves désordres viennent d'attrister une pe- 
tite ville de la Vendée. Chantonnay, du diocèse de Luçon, a vu toute sa 
population, ordinairement si calme et si religieuse, se livrer à tous les 
désordres d'une espèce d'émeute eu pleine église. Mgr Bâilles faisait pu- 
blier, en chaire et au prône de ce jour-là, par un des missionnairrs de 
Saint-Laureut, Tinterdiction de toutes fonctions ecclésiastiques, durant 
trois mois, contre le curé-doyen de cette paroisse. C'est à la suite de cette 
publication que les scènes de désordre ont éclaté. Le signal a été donoc 
par deux des plus riches propriétaires de Chantonnay, qui se sont levés, 
et, le chapeau sur la tête, se sont mis à crier : « Que ceux qui nous ai- 
ment nous suivent. » Et la foule des partisans du curé de casser 1rs bancs 
et de crier contre le missionnaire et contre l'autorité épiscopale. Oo 
voulait faire un mauvais parti aux religieuses, qu'on accusait d'être U 
cause de l'interdit ; mais l'arrivée de trente gendarmes a tout apaisé. 
M. l'évéque de Luçon voulait venir lui-même se présenter, en crosse et 
en mitre, à celle population égarée; mais de plus sages avis ont engagé 
le prélat à ne pas exposer sa personne et sa dignité en ces conjonctu- 
res déplorables. 

BEVDB POLITIQCB. 

Nous connaissions la noble protestation que le Nonce da Saint-Siège enSeiss^ 
a adressée à la diète helvétiqoe, et doiis allions la publier, lorsque H. le oiinisU« 

Digitized by VjOOQ IC 



( 155 ) 

des affaires étrangères Ta produite à la tribone de la chMnbre des pairs. 
Nous ne voulons pas séparer cette pièce importante des réflexions dont M. )é 
président du conseil en a accompagné la lectore. Noos sommes henrenx de voir 
M. Gaizot apprécier en termes si justes et si explicites, celte protestation da re- 
présentant do Saint-Siège. 

a Je ne retracerai point, dit M. Goizot, le tableau qui vous a été fait hier si 
éloqoemaient, par M. le comte de Montalembert, de Pétat intérieur de la Suisse; 
il laui une nécessité absolue pour se résoudre à porter ici de tels faits, et dans le 
langage, le seul langage dans lequel on puisse en parler. Je me borne à résumer 
eo quelques roots cette douloureuse situation. 

» Qoe pensez-voQS de la liberté politique dans une confédération où une partie 
dcsEtais souverains est militairement occupée par d'autres, et où des troupes et 
des représentants fédéraux président aux électionf&? 

• Que pensez-vous de la liberté civile dans une confédération oii la propriété 
esi traitée comme vous Tavez vu ; où des exils, des condamnîition^, des amendes 
qui équivalent à des confiscations sont infligées sans jugement, point du tout par 
les iribonaux du pays, uniquement par le gouvernement provisoire tni-mÔme« 
parles vainqueurs? Vraies contribotions de goerre! 

» Qoe pensez-voQS de la liberté civile dans on pays où les anciens chefs do 
gooveroement de certains cantons sont, an moment des élections, enlevés à leors 
caoïons parce qu*on craindrait qu'ils n'influassent sur les élections, et transportés 
daosan autre canton pour y être emprisonnés jusqo'à ce que les élections soient 
fûics? (Rires d'approbation.) 

9 Que pensez-vous de la liberté religieose dans one confédération où se pas^ 
colles faits qui vous ont été rappelés, soit sur des protestants, soit sor des ca- 
tholiques! Je n*y veux ajouter ici qu'un document que je demande à la chambre 
la permission de lui lire, et qui prouve en qoel eut sont aojoord'hoi, an sein de 
I2 confédération, les relations. des pouvoirs civils avec l'Eglise catboliqoe :, c'est 
la protestation do Pape, de Pie IX, transmise en son nom à la Soisse, et adressée 
par lui-même à la confédération helvétique, contre tout ce qoi s'y passe. La 
Toici : 

FroUêUUûm de Ugr le nonce Maeeiotli, adreuie à la diéu hêlvéiique. 
« Le Saint-Père Pie IX a appris avec la pins profonde douleur les actes fu- 
nestes de violation des droits sacrés de VEglise catholique, qoi, après l'entrée 
des troupes fédérales dans les sept cantons de Luceme, Lri, Scbwytz, Unterwal- 
den, Zug, Fribourg et Valais, ont eu lieu dans quelques-uns de ces cantons, il a 
dû remarquer, le cœur navré de peine, que, par des arrêtés de goovemements 
provisoires, on a voulu supprimer des corporations religieuses et de pieux insti- 
lou, même de femmes, et que Ton a cliassé de leurs paroisses des curés insti- 
toésGaooniqoement par l'autorité ecclésiastiqoe, et cela malgré les protestations 
de leur évêqoe. Il a dû observer, les larmes aox yeox, qoe des militaires fédé- 
nux, dans les premiers moments d'irritation et contre les intentions et les or- 
<lres de leors sopérieurs, ont osé commettre des sacrilèges et des horreors dans 
^ églises de ces mêmes cantons. 

» Le Saiiit-Père, qui ne s'est pas mêlé de la question politique agitée dans la 
confédération ces derniers temps, n'a pas pu oublier le devoir sacré qo'U a 
comme chef suprême de cette Eglise, de désapprouver hautement tootes ces vio- 
lations. C'est pourquoi il m'a ordonné de remplir ce devoir en son nom, auprès 
<le la haote diète fédérale siégeant à Berne. 
» fai l'honneur donc. Excellence et Messieurs, de m'adresser à voos à ce so- 

Digitized by VjOOQ IC 



( 156 ) 

jet. Et puisque ma tâche deviendrait iofiniment plus pénible s! je dévelop|Miis < 
détail tOQ» œ qui s'est passé dans ces derniers temps, f aime mieut le passe 
s«ossit8oee«-éiant intimement COTiTarocu que non-seulement la haute sagesse d 
la dîèta fiâdérale, mais aoasi tous lea hommes d'honneur de cette confédération 
de quelque confession qu'ils soiait, seraient à même d'en apprécier la portée son 
tous les rapports. 

V Dans ma qualité donc de représentant du Saint-SIége et en son nom, je 
viens, par la présente, déposer auprès des hauts représentanis cantofianx en 
diète fédérale la protestation formelle contre toute atteinte, par ces décrets, 
aux droits inhérents au Saint-Siège et en opposition avec le pacte féôéràî, de 
même que contre tous les sacrilèges et actes impies qui ont été commis dans 
des églises et autres lieux sacrés de la confession catholique. 

a Ce sont là des faits que la conscience réprouve, et qui seront un joar, sans 
doute, désapprouvés par les historiens iraparttavx; et oe sont là autant d*engage- 
ments pour vous. Excellence et Messieurs, à les désavouer d'avance, et à £aîra 
de manière que la justice et le calme reprennent parfaitement leur empire dans 
les gouvernements de ces cantons, et qu'on rappiN^ les décrets émis, peut- être 
dans un moment d'agitation, contre les droits du SaintrSiége. 

» Ayant la confiance que la hanie diète, tutélaire des lois sacrées de la confé- 
dératîoii, voudra hien rétahlir et maintenir intacts les droits de la confession ca- 
tholique réclamés par son chef le souverain Pontife, je saisis avec empressement 
cette occasion pour vous renouveler, Eicellenee et Messieurs, l'assurance de 
«la trè&^haute considération, a 

» Je crois, a ajouté M. Guizot, qu'il est difficile de s'exprimer avec plus de 
modération et avec une intention plus évidente de ne pas renouveler les dlsseo- 
• sious intestines qui ont amené de si tristes résultats. 

a MesaieurSt croyez-vous que cet état intérieur de la Suisse, cet état de la II- 
h«rté politique, de la liberté civile, de la liberté religieuse, croyez-vous que ce 
soit là Kéut régulier de la confédération helvétique et de ses rapports avec 
l'Europe? Je n'hésite pas à dire non, et à dire qu'un pareil' état ne doit pas sob- 
eîsler.»- 

NOUVELLES ET FAITS DIVERS. 

INTfiBIBUR. 

PABI8, 17 janvier. Depuis quelques jours le bruit a couru que la santé du 
^i était altérée. Ce bruit n'a aucune espèce de fondement. S. M. jouit d'une 
santé parfaite et a repris, depui&son retour de Dreux, le cours ordinaire de ses 
occupations. 

S. M. a travaillé aujourd'hui avec le ministre desr affaires étrangères et le roi~ 
nisue de l'intérieur. (Débait.) 

-^ On assure que le gouvernement a reçu aujourd'hui d'Abd-el-Kader une 

' lettre dans laquelle il déclare s'en rapporter complètement à la sagesse du roi, 

et accepter avec reconnaissance tout ce que S. M. décidera à son égard. (/d.) 

^ Âbd-el-Kader a été définitivement transféré du lazaret de Toulon au iort 
Lamalgue. L'abattement profond dont il avait paru frappé par la communica- 
tion de Toipdre de sa translation s'est changé depuis en une résignation solen- 
nelle. Laponne durée du trajet du lazaret au fort Saint-Louis, où il débarqua, 
lui a suffi pour s'armer de cette impassibilité musulmane qui se résume en un 
ÂUah'Kerim, Arrivé au fort Lamalgue, l'ex-émir gravît d'un pas flerrae et tenant 



Digitized by VjOOQ IC 



(157) 

soD fils [Nir la main Tescalier qui conduit au nouyean logement qoî lui a été aa« 
^igné. 

Kadour et Kara-Mostapha, bean-frère d^Âbd-et-Kader, ont été les seuls qui, 
avec sa famille et ses gens (en tout 26 personnes) aient obtenu de Taccompa-. 
gner. Kara-Mostapba, rexéculeur et peut-être Pauteur unique du massacre de 
DOS prisonniers, présent^^ une expresKioa de physionomie aussi hideuse et féroce 
que la figpre d'Âbd-el-Kader est belle et douce. Sa barbe roussAtre, son regard 
hïïL et farouche, son teint livide ei ses lèvres excoriées, lui donnent un air de 
bêle fauve. 

— Le Moming-Pott parle d'une Tisite que le roi de Prusse ferait à la reine 
Vicioria, au commencement du priniemps prochain. 

n s*agirait surtout, pour S. M. ' prussienne, d'offrir elle-même au priice de 
Gilles, son filleul, le fameux bouclier dit de la Foi» auquel travaillent plusieurs 
artistes aUemanda. 

— La G€M»Uê éi Prtuêe dit que rarcbiduc François-Joseph, fils de rarcbidno 
FnAçoi**Qiarleft» y» étce chargé de radminîstration politique du royauaae de 
Bshènie.. 

— La princesse royale de Hanovre est accouchée d'une fille, le 9 jaavier. 

— IbiiliM»-Pacha est arrivé de Pise k Florence, où il passera le reste de 
rfciîer. 

— Les méde<*in8 commis par le tribunal de première instanoe pour examiner 
M. le comte Mortier, viennent de déposer leur rapport. La conclusion de ce ra|h- 
pwt, prise à ronanimilé, est que M. le comte Mortier ne doit pas être autorisé h 
sortir de la maLson de santé dans laquelle il a été placé. 

—La flcrande usine de M. Gavé, consiructêar de navires et de machines h va» 
pevr, faubourg Saint-Denis, a été samedi soir le théâtre d'un bien terrible mal- 
be». 

Ad moment oà une quantité de 40 milliers de fonte métallique était en ébvHi*- 
tion, Qoe trouée s'est faite au bassin do fourneau de fusion, et la frmte s*e6t ré- 
p^doe tout à Tentoor comme si elle fût sortie d'dn cratère volcanique. Boit ou- 
^«r$, qui n'ont pu se sauver assez rapidement, ont eu les pieds atteints josqv'à 
bcbevîMe. 

Lesmalbeureux sont dans un état affreu!^, et les hommes de l'art craigneiii 
<l'êti« obligés de leur faire l'amputation des jambes. 

Cet affreux malheur a jeté la consternation dans la grande unne et dans tont 
ïe quartier. 

— Les désordres qui avaient éclaté dans la nuit du 5t décembre à l'école 
'^le des Arts et Métiers d'Âix n'étaient pas encore terminés le 8 janvier; le 
dvedear attendait la réponse du ministre, auquel il en avait référé. 

ToQt est suspendu, dit le Mémorial éTAix^ études, classes, travaux d'atelier. 
1^ élèves ne veulent plus se réunir et désobéissent formellement à tous les ordres. 
■«sont maities du terrain et font toutes leurs volontés.. Aussi les salles d'études 
><Nit-elle8 Imsformées en tabagies; U^^ fument, crient, joreot, tentpêteei, br>- 
^Dttout, ils chaulent la JfarfttOatje. Ils n'ont plus voulu souffrir ni professeurs 
^ «irvuUants dans les salles, de sorte que ces lieux, destinés au calme des 
^''^leur servent à comploter toute la journée, i agiter tout à leur aise les 
9i6stiooâ d'attaque el de défense, dans le cas, où la force armée seiait employée 
«onire eux. 

*7 Wte»le des arts d'Angers a aussi été troublée dans les journées des 11 et 
^i^Qvisr. Les choses ea sonfc venues h ce potniq^ la force armée et l'autodlé 



Digitized by VjOOQ IC 



( 158 ) 

adiiiinisirati?6 et judiciaire ont été obligées d'intervenir; nne quinzaine d'élères 
OQiété conduits à la maison d'arrêt. Il parait qu'aujourd'hui Tordre est à pen 
près réiabK. 

BXTÈRIBUB. 

ITAUDE. — L^ordre public a été gravement troublé dans Livonme le 6 jan- 
vier et les deux jours suivants, par l'action ténébreuse de quelques facuVux. 
Heureusement il n'y a pas eu de sang versé. Une publication clandestine des plus 
aibsurdes et d^un caractère subversir a séduit quelques imprudents, et a donné 
lien à des désordres fûcbenx. Le comte Larderai, gonralonier de la ville, elle 
jgénéral Sproni, cédant à Témeute, avaient consenti à l'envoi d'une députation au 
grand-duc pour lui exposer les réclamations formulées par quelques meneurs; la 
députation, élue sur la place publique, se composait des hommes les plus étagè- 
res do parti radical, dont les membres principaux étaient MM. Goerraazi, Fanelli 
et Mastacchi. La députation se mettait déjà en mesure pour envoyer des commis- 
^ires auprès du prince, et se constituait en une sorte de comité qui devait diri- 
ger le mouvement. 

Le grand-duc, informé de cet état de choses, a nommé une commisaion char- 
gée de pleins pouvoirs, qui a reçu Tordre de se rendre immédiatement à Li- 
Tourne. Quatre compagnies de troupes de ligne ont reçu également Tordre de 
marcher. La commission nommée par le grand-duc se composait de M. Ridolfi, 
ministre de Tintérieur, du général commandant les troupes toscanes, et du pro- 
cureurgénéral. M. Ridolfl s'est arrêté d'abord à Pise. Après avoir pris les rensei- 
gnements nécessaires, il a rendu un ai'rété par lequel il cassait la députation oom- 
mée par le peuple de Livourne, et a fait publier une proclamation sage et ferme 
au nom du grand-duc. Dès que ces deux pièces ont été affichées dans les rues de 
Livourne, un des membres de la députation, M. Mastacchi, s'est mis à les lacérer 
ostensiblement avec sou stylet, il a été imité par la populace, qui a couvert de 
booe ces proclamations. M. Mastacchi s'est rendu ensuite avec M. Guerrazzi à la 
caserne de la garde civique, dans l'intention de soulever cette milice. Ce dernier 
a liarangué la foule, et n'a pas craint de parler du grand-duc dans les termes les 
plus méprisants. 

M. Ridolti, arrivé le 9 à Livourne, a publié une nouvelle proclamation pour re- 
commander le calme, et fait consigner les troupes dans les casernes. 

Pendant la nuit on a arrêté les chefs des désordres, parmi lesquels se trouvent 
MM. Guerrazzi, Mastacchi, le docteur Mognainii, Vignozzi, imprimeur de b 
publication clandestine, La-Cicilia, de Naples, et auteur d'une brochure politique. 
Les prisonniers ont été immédiatement placés sur un bâtiment à vapeur et trans- 
férés à Porto-Ferrajo. 

Cette mesure de rigueur a intimide les exaltés. 

— Le bruit a couru aujourd'hui dans Paris que des lettres particulières d'Ita- 
lie, avait apporté la nouvelle de troubles graves & Milan. Les journaux do soir 
gardent le silence, et rien ne semble jusqu'ici confirmer ces rumeurs. 

SUISSE. — La diète, qui s'était ajournée pendant plusieurs jours, a repris ses 
fiéances le iO. Après avoir déclaré dissous le conseil de guerre tel qu'il avait été 
provisoirement reconstitué, la diète s'est occupée de la question relative à la ré- 
vision du pacte fédéral. 

Le représentant de Genève, M. Garteret, a demandé s'il ne conviendrait pas 
de poser en principes qu'on député de chaque Etat pourrait prendre part aux 



Digitized by VjOOQ IC 



(159) 

dâibémioos de la commission, et qu'il serait (acolutif à chacun des Etats de Ré- 
signer le inemdre quMl vendrait charger de ce mandat. 

Ptasîeors dépotés ont cherché à rassurer M . Carteret sur ce point, en mon- 
tnfli h différence quMl y a entre une commission dont les membres ne sont pas 
liés par leurs instructions, et la diète qui se trouve entravée k chaque instant 
par des mandats spéciaux. 

Loceme, Fribourg et le Valais ayant déclaré vouloir prendre part à h révi- 
sion du pacte, on a nommé les commissaires pour ces trois cantons; ce sont : la 
docteur Steiger, le docteur Bussard et M. Maurice Barman. 

Le président a proposé ensuite de renforcer de deux membres la commissioa 
des Sept, afin que les cantons qui s'étaient abstenus lors de la création de eeUe 
commission y soient représentés. Les deux nouveaux commissaires sont : 
V. iaodi, d'Uri, et le docteur Sieiger, de Lucerne. 

Enfin, après une assez courte délibération, la diète a décerné un sabre d'hon- 
neur an général Dufour, et a voté en sa faveur une somn^ de 40,000 livres 
suisses. 




CHAMBRE DES PAIRS. 

(Présidence de M. Pasquier. -^Séance du 15 janvûr, 

1. LE GÊNtRÀL fâbvi£B présente quelques observations sur le $ | 
Sttbse. ^ ( 

a. FULCHiBOK demande à M. le ministre des affaires étrangères \ 
damaient des questions générales que soulèvent les affaires de h 
examiné la question particulière de la spoliation du Grand-Saint- 
DOtts pouvons espérer de voir cet hiver les religieux reprendre le cours ï 
pratiques si courageusement hospitalières. 

M. GuizoT. La réclamation de l'honorable M. Fulchiron, en faveur des reli- 
^ox da Saint-Bernard, mérite toute notre attention. Nos droits sont les droits 
de toute TEurope, les droits de tous les amis de Thumanité. Nous avons de plus 
le droit particulier que nous donnent les avantages que nous Élisons à i*hospice 
du Mont- Saint-Bernard : nous payons une pension aux religieux. 

J'ai ordonné que le paiement de cette pension fût suspendu, de peur qu'elle 
n*allÀi pas entre les mains des religieux. Tai de plus réclamé en faveur des re- 
ligieux du Saint-Bernard, des Sœurs de saint Yincent-de-Paul et de toutes les 
corporations qui, par leurs liens avec la France, nous donnaient le droit de par- 
ler en leur faveur. 

Dans rintérét des religieux du Mont-Saint-Bernard, je ne crois pouvoir mieox 
faire que de lire la protestation qu'ils ont adressée à l'Europe protectrice. 

H. LE COMTE DE PONTOis, uncicii ambassadeur en Suisse, donne des explica- 
lion sur la conduite qu'il a tenue lors des événements de 1846. 

La chambre entend encore MM. Matthieu de la Bedorte, Portails et Pelet (de 
la Lozère). 

1. GLizoT. Si quelque chose pouvait jamais, ce que je ne crois pas possible, 
mMuspirer te regret d'avoir fait mon devoir, d'avoir suivi une politique saine et 
salutaire |M)ur mon pays, ce serait ce qui se passe en ce moment. Je suis en 
butte aux reproches les plus contradictoires. On me reproche d'avoir f^ît trop oa 
trop peu, trop tôt ou trop tard, trop vite ou trop lentement. On reconnaît que 
j'ai eu de bonnes intentions, que j'ai pratiqué les bons principes, mais pas 



Pourquoi 1 Parce que je n'ai pas voulu m*attacher à une idée fixe, parée que 

Digitized by VjOOQ IC 



*ai voula tenir compte de toos les droits, de tous les intérèls. avoir sans cesse 
4MW les yeui la question tout entière. 

Il «st vrai qu'il en est résulté des inconvénients, des sacrifices, des embarras: 
je ne persiste pas moins à dire que j Vi fait mon devoir. 

(Noos donnons plus haut la pariîe la plus intéressante du discours de H.Goîzot.) 
La chambre, consul lée, adopte le septième paragraahe. 
m. LB GOMTB DB TA8CHBR proposc d'ajouter en faveur de la Pologne les lignes 
qui suivent : 

cSûre, la sympathie des nations généreuses reste fidèle à un droit impérissa- 
•Mo. VqUo Majesté, d*accord avec les sentiments de la France, n'oubliera pas une 
uaUon opprimée en faveur de laquelle elle a déjà prolesté. » 
Cet amendement est adopté. 

Séance du 17. 
La chambre a çontibiié à discuter les paragraphes de son adresse. La discus- 
sion a principalenoeiit roulé sur les banquets qui ont été attaqués par M. Beu- 
\.^noL et défendus par MM. d'Alton-Sbée et Pelei de la Lozère. 

Un débat assez vif a eu lieu aussi au sujet du paragraphe relatif à TÂIgérie. 
Plusieurs membres de la chambre, et particulièrement les militaires, ont soutenu 
qne la parole donnée par le duc d'Aumale k Abd-el-Kader engageait le gouver- 
aernent. 

M. Guizot a déclaré à plusieurs reprises qu'il serait tenu grand compte de la 
promesse de M. le duc d'Âumale; mais que le gouvernement a la confiance qu*il 
aaura concilier la loyauté et la parole donnée avec la sécurité de TÂlgérie. 

La suite de la discussion a été renvoyée à demain. Il ne reste plus à voter que 
flur les deux derniers paragraphes. 

■ sm \ o m n \ Il 

CHAMBRE DES DÉPUTÉS. 
(Présidence de M. Sauzet. — Séance du il janvier.) 

La chambre, après avoir entendu la lecture du projet d'adresse, a fixé à jeodi 
la discussion de ce projet. M. 0. Barrot a demandé Tautorisation d'adresser des 
interpellations au gouvernement sur le lait de la vente ou de l'achat de places. 
Sur la proposition de M. Guizot, président du conseil, les interpellations ont été 
fixées à jeodi avant la discussion de Tadre^sc. 

Dans le cours de la séance, M. le président a donné lecture d'une lettre de 
M. le marquis de La Rochejacquelein priant la chambre de lui accorder le droit 
-de se défendre devant les tribuiuiux et d'obtenir de spéculateurs de scandales 
la réparation qui lui est due. Cette lettre sera transmise aux bureaux de b 
chambre. 



Cinq p. 0/0. H6fr. 00 c. 
Tnoisp. 0/0. 74fr. 00 c. 
QuATRB p. 0/0. 100 fr. 00 c. 
Quatre 1/2 p. 0/0. lO^fr.OO c. 
Oblig. de la Ville de Paris. OOOOf r. 00 c 
Act. de la Banque. 3185 fr. 00 c. 



BOURSE DE PARIS DO 17 JANVIER 18^8. 

Quatre canaux. 1105 fr. 00 c. 
Caisse hypoilucaire. 000 fr. 00 c 
Emprunt romain. 9ofr.3/4. 
Rentes de Naples. 99 fr. 50c. 
RmprwntdMIaîli. 000 fr. 00 c. 
Rente dTs|»agne. 5 p, 0/0 00 fr. 0/0. 



PARIS. — cttParM::uiB o adrien le clere et c*, rue Cassette., ?^ 

Digitized by VjOOQ IC 



JEUDI » JANVIER 1848. (H* 4495 j 



mOUIDin DES LIBERTÉS ET DES SERVITUDES DE lÊGUSE filLLICi}K , 

»Aa If. ALMXJMU%E QJmUimUf^ 

Mmr 011 4iPiitfC, a9PC8l d la M«r jri^Ki# lit p^ 

ie eat9(Uiom U os c(m9miji:Bs§$^ 

n m'est arrivé de in'éle?er .quelquerois contre le prcgrès que s'a^rir 
bucDOtre siècle, et qui le pousse, prétend-il, vers une perfection sum 
bornes. Je crois avoir prouvé, ci il me serait fjsicile d'appuyer par 4e 
ooaveaax arguments, qu'en liHérature , qu'en morale, qu'en politique, 
qu'en religion, nous retombons, selon une heureuse expression de ina* 
dame de Staël qui n'est pas suspecte, dans l'enfance par la vieillesse, 
dus Tiocertitude par le raisonnement. Mais il faut accorder, sous peine 
î'iDJustice, à la génération présente, la gloire qu'elle peut revendiquer, 
irmée de meilleurs instruments, elle a découvert plus de planètes dans 
les deux et plus d'insectes sur la terre, on ne saurait le nier ; elle a per- 
fectionné quelques branches des sciences exactes, c'est incontestable ; elle 
acËnipé même quelques anciennes théories par les leçons de Texpé- 
rience, nous l'avouons de bonne grâce. Ce ne sera pas un de ses moindres 
unes à l'admiration et à la reconnaissance de la postérité, que le livre 
dont je vais rendre compte, et où l'on voit un docteur'en droit, un avo- 
cat à la cour royale de Paris, un ancien avocat à la cour de cassation, 
battre en brèche des opinions chères à ses anciens confrères parlemen- 
taires. Si souvent les libertés gallicanes ont été mal défendues par des 
arocats, qu'il nous est agréable d'assister à leur ruine par un des plus 
àninents membres du barreau français. 

La controverse des libertés et des servitudes de l'Eglise gallicane, dit ' 
M. Guillemin, roule souvent sur des questions mixusj et, nécessaire- 
ment, les jurisconsultes peuvent y prendre part. Certes, je suis loin de 
lui contester ce droit, et je le félicite bien sincèrement de la noble 
indignation avec laquelle il s'élève contre les 83 articles de Pithou, qui 
ne renferment ou que des servitudes gallicanes, ou que des erreurs dan- 
gereuses et de véritables non-sens, surtout da ns les circonstances actuel- 
les. Mais M. Guillemin n'a-t-il pas un peu oublié que ce sont les évë- 
ques français qui, en 1639, ont fait la censure la plus vigoureuse des 
deux ouvrages de Dupuy et de Pithou, intitulés, l'un. Traité des droits et 
des libertés de r Eglise gallicane; et l'autre, Preui^es des lifjertis de l'Eglise 
lalUcane? que Bossuet, dans sa lettre au cardinal d'Estrées, disait qu'il 
l'éuit proposé d'expliquer les libertés de l'Eglise gallicane de là ma- 
nière que les entendent nos.évéques, et non pas de la manière que les 
entendent nos magistrats? que tous les prêtres français sont mille fois 

UAmidt la Religion. Tome CXXXFI. 9 

Digitized by VjOOQ IC 



( 162 ) 
moiiis ëloigoés des opiaioB* «les ullraiiiOBteîiiê que de celles de nos ja- 
rboontuliei, el qu'ib sont unanimct à r^arder ceux-ci comme de dan- 
gereiui auxiliaires dont il (aat se méfier, et qu^il faut même repousser? 
Je conçois très-bien Topinibn qui pbçàit, ati moyen-âge, dans les mains 
da Pspe le dfoit ée dépeser quelqaeMs le» souterains : c'était la 
force brutale qu'on soumettait à rintelligence éclairée. Mais aujour- 
d'hui quel but se proposent tous ceux qui s'elForcent de soumettre le 
pouvoir spirituel au pouvoir temporel? Evidemment rien autre chose 
que de confier Fadministration des choses divines à des hommes ignorants 
qui seraient réduiu à balbutier, si on leur demandait les premiers élé- 
ments de la doctrine chrétienne. De combien d'erreurs ne fourmille pas 
le Manuel de M. Dupin ! Faut-il s'étonner que plusieurs de nos évèqaes 
l'aient flétri dé leurs justes censures, au risque de lui donner, par réclat 
de la condamnation, les honneurs d'une publicité à laquelle ne devait 
pas s'attendre cette compilation non moins aride qu'ennuyeuse ? 

Sachons gré à M. Guillemin des réponses franches et péremptoires 
qu'il oppose aux assertions hasardées de M. Dupin. En général, il a rai- 
son quand il prend à partie un avocat ou un jurisconsulte. La rectitude 
de son esprit, l'ardeur de son sèle, la pureté de sa foi, la bonté de sa 
cause relèvent alors au-dessus de ses adversaires, et le font triompher de 
leurs subtilités et de leurs chicanes. On ne saurait trop le répéter ; dans 
toutes les questions mixtes, nos auteurs parlementaires anciens et mo- 
dernes n'ont été occupés qu'A contester k l'Eglise ses droits les plus évi- 
dents. Toujours tremblants pour Thonneurde leurs maîtres, ils se sont 
imaginé que chaque fois que T Eglise proclamais son indépendance dans 
les choses spirituelles, totis les trônes devaient s'écrouler, tous lés sceptres 
allaient se briser, s'ils ne se hâtaient de leur porter le secours de leurs/zf- 
tums et de leurs pédantesques arguYnents ; et ici reviennent à la mémoire 
les paroles tant citées dePénelon : «« Le roi, dans ta pratique, estpluschef 
n de l'Eglise que le Pape en France. Libertés à l'égard du Pape ; servitude 
n à l'égard du roi. Autorité du roi sur l'Eglise, dévolue aux juges laïques, 
n Les laïques dominent les évéques. » M. Gulllemin se montre donc 
chrétien sincère et logicien habile dans plusieurs parties de son ouvrage- 
Il expose avec clarté les notions saines, les bons principes et la véritable 
doctrine. J'aime les hautes questions qu'il traite, les importantes vérités 
qu'il établit, les solides réfutations par lesquelles sont combattus de dan- 
gereux systèmes. Mais dans sa discussion chaleureuse, a*t-il toujours 
distingué le clergé françab des magistrats et des jurisconsultes auxquels 
il reproche avec raison les plus graves erreurs? Certains laits de Tbls- 
toire, que chacun invoque à son appui, sont-ils présentés dans leur véri- 
table jour? les conséquences qu'il en déduit sont-elles bien naturelles? 
Quand le nom de Bossuet ou de l'évéque d'Hermopolis s^est présenté 

Digitized by VjOOQ IC 



(468) 
ms SI jtm^ art-U abiervéi.loiile h iMtim dUtiimble en parlant de oe> 
deux iUuftmévâquca de Fruice? Au lien de le conteoter d*atoir rakon 
contre Ici écnyaiiu laïques, ce que tout ban catkoUque lui accordera, 
n'i-(-il point lait, de falié de coaur » plus d'une escursiou ^kaètme dans 
ledomaipedeia théologie, où ka trioiiiphes ne sont pas si feciles? Le 
lecteur ts en jugfr. 

M. GuilleoÙA, daos son Introduction, trace un narré historique du 
concile de Consumée, et j'y lis ces paroles : « Martin Y, loin de donner 

• une approbation générale et sans réserve à tous les actes du concile, 

• déclara approuver seulement ce qui avait été fait oonciLUianairT s 

> Ifia lie conciUariur/acta a/^prohai ei raUfictU^ el non miUer, née aiio modoy 
» c'e»t-â-dire en union avec le Pape, et non autrement ; c'est-à dire par 
•conséquent aussi que le Pape n'aurait pu être ni jugé, ni déposé, s'il 

> n'eut pas abdiqué et librement adhéré à la sentence. Il faut rappeler 
«encore, mais comme simple annotatîoo, que Martin Y, dans une let- 

• tie qu'il écrivit au roi des Aomaîns, le flizième jour des calendeiNde 
»ian?ier, première année de son pontificat, lettre consignée dans les ae- 
' tes de Uquarante-deuxième session, ne donne pas à Balihasar Cessa 

• k dénomination formelle de Pipe, mais le désigne simplement comme 
"iyant reçu dans son obédiente le nom de Jean XXIII : Personam Bai-' 

> tkasjorù Cossa oUm Joannis, Papa, mgtsUni Uriii in ma obedkmid nm^ 
" «^1, de la même manière que le concile avait désigné Grégoire XII 

• et Benoît XIII.» 

Hais de deux choses l'une s ou Jean ^UUII était Pape, ou il ne l'était 
pu. S'il était Pape, pourquoi Martin Y le désigne-t^il simplement comme 
^Tint reçu dans son obédience le nom de Jean XXIII, et le met-il au 
■^e rang que Bendt XIII et Grégoire XII ? Et s'il n'était point Pape, 
fidle valeur son adhésion pouvait-elle donner au actes du concile? Je 
ms ensuite que M. Guillemin nous donne une explication très-neuve, 
très-ingénieuse de l'approbaiion defifartin Y .aux décrets dii eoncilrde 
Constance; cette explication n'a. qu'un petit d'un défaut, c'est de ne 
nen ejipliquer, et de n'être pas vraisemyable. Non, Martin Y n'a pas 
^ulu s'astreindre à observer ce qui avait été déterminé «a imior iu^ee U 
^o/w, mais il a prétendu simplement approuver ce qui avait été décidé 
fnmaiîère de foi dans les Misions du coaciife, et exclure de cf tte approbation 
^t ce qui ne regarde point la Cm» et qui avait été traité on même conclu 
^ les congr^tions particulières. M. Guillemin craindinil4l pour la 
^té de sa cause, en acquiesçant à saint Liguori qui dit formel- 
la&ent qu'un Fape douteux, en tempa de schisme, est soumis 
au concile* comme Ta défini le concile de GonsUnce dans sa qua- 
trième seiriott ; qu'alors le concile général tient immédiatement son 
pouvoir suprême de Jésus-Christ, aussi bien que pendant la iraoaneé 

Digitized by VjOOQ IC 



(164) 

4«i S^tnSî^e« adm la Mmnrqoe de «ûsl Anteaki (1)7 Je flan- 
JM^.Mp ^viiUleMÛ» t'il «Ikit paiaèr.aon éradition sur ee qa^ fnit'pen« 
^ ducoBcUa de Crinttence èàuê quelques paget dëdei|;iiMies du comte 
de-MaîMre. Vétxiwmn pîénonUis ett iens doute undes génies les plus 
4t#nnaeis de notre époque ; il a proclemë et défendu plusteurs yérités 
importantes avec la plus rare éloquence. Mais quand il me dit qu'il n*y 
uU de si ledkalement nul, et même de si évidemment ridicule, que la 
quatrième sessioD du oonseUde Constance, que la Proridenee et le Pftpe 
changèrent depuis en concile,- il m'est permis de faire obserrer que ce 
n'est pas avec cette légèreté et ce ton leste qui sent le grand seigneur» 
que les meilleurs théologiens itaKens s'expriment sur cette mémorable 
session, et d'ajouler que le génie, k hauteur des pensées, la pureté des 
mes ne dispensent pas de certaines études théelogiques, dont le dé&ot 
se fait trop sentir dans les écriu du célèbre pobliciste. 

Je suis Trasment édifié des précautions oratoires qu'emploie M. Gnil- 
lemin. Il n'a,^t-il, aucun titre, aucune qualité, hii sim^rfe fidèle, pcnur 
juger les graves questions de la puissance ecclésiastique ; il a essayé 
même parfois de tempérer l'énergie de ses convictions, et h voix de 
Bossuet l'a long-lcmps arrêté ; il craint de sortir de la réserre imposée 
aux fidèles. Rien cependant ne lui interdit de se rendre compte des 
motifii de sa croyance, en soumetUnt toujours tous ses sentiments, toutes 
SOS pensées, toutes ses vues aux juges sacrés de sa foi. Non sans doute, 
on ne lui fera pas un crime d'émettre librement sa pensée, il peut discu- 
ter en toute sûreté de conscience les points controversés ; mais je Tais 
lui prouver que ses cmmetioms sont encore assex énergiques^ et que la 
bonne cause n'a pas Csilti entre ses mains |Mr excès de réâerve. 

La rougeur lui monte au front parce que M. l'évéque d*Hermopolifl a 
écrit ces paroles : « Le Saint^iége est pour nous le centre oà tout abou-* 
>r titf et non pas la source d'oè tout émane. » «M. Frayssinous, observe- 
«tril doulowreasement, s'est jeté, sinon psfir le fond des pensées, au 
» moins par l'espressien, qui prête des armes aux détracteurs du Saint* 
»»Siégev en dehors de h saine doctrine! » Que M. Guiltemin se rassure, 
ces paroles sont trèannuocentes, elles signifient seulement que ce n'est 
pas du Pape îmmédiatenient que l'épisoopat tire sa juridiction, mais que 
Cr'est daoa les Jipètres que les évoques, leurs succeseurs, l'ont reçue du 
divin maître, ee qui est une opinion librement controversée et appuyée 
snr de /eris arguments selon Benoît XIY. Mais M. Guillemin n*est-il 

(1) PrâsnotandaOi hoc, <|uo<l Papa sît supra conciliam, non inlelligepdum de 
Papadabio temposesoiiiBniaiB, eom probabiiîter dobrtetar de legUlml èjus èlec- 
tione, quia iMoc qpufii|iie àekei coneiuo subssse* sieat defiaiiii.eoDcillam Gon* 
stent îense in sess. 4. Tune enim générale concilium sqpreinain poiesuten im- 
médiate ludiet è Cbristo, sicoi tempoie sedls vacântis, ut be&e advertit sancti» 



Digitized by VjOOQ IC 



^ loilîdèh rteri«f fcabhtirile A»Éf il se fiât nb tn 
qg^àathiiÊcaman qu'aveut «UâenUe Bteuet et de Ckobetil-Prâs- 
liB,Mq«ede!9b«nia7, mht lliiCiilKInlité et V'mûéfteûhï^té, la clarté 
^fkà gmmds M ia hgique est phu pressante dans Us oàjeciions de M. A 
CUsaïU^fmtiin, fm dtdslêsdisiikciùms éîahHes par Bossuet, qai ne sorti 
petmmpItttFmu cêHaim mMHÈé? Cette lofupie pressante et eettë gr^àide 
(kt^aliôatitteBt ni ^iltw ni ttmns A dire que le Siège apostoliqtie peut 
derevr hMtîqne. Sst-ce oette conséquenee qni émerveille M. Gnillo* 
miD? " Que signifie , s'ëcrie-t-il d'un ton triomphant, cette distinc- 
-boode BoMnei entre Teiteur <^piniâtre et hérétique, et l'erreur 

• taB|R)rnre et rénieUe? * Ce qu'elle signifie? Tout : que l'hérésie ne 
pourm jamais Rasseoir sur la chaire de saint Pierre. M. Guillemin 
•'a pas saaâ dmite oublié k définition qne le Catéchisme donne de> 
rhcièie. Ah feate, Tévèqae de Toarnay, qu^on voudrait exaltet 
«a dépens de B osa uet , vevint sincèrement à l'opinion de son Q- 
kiUesoiUigne mt l'îndéfiMilibîUté du Saint-Siège. M. Guillemin né 
pmU pas non pkv content du sens que donne M. Frayssînous à la 
Bttlle Ju€ÊD9mmfiém. • Pie YI, dit l'illustre prélat, a bien pu se montrer 
•«Séné de ce que le synode de Pistoie avait inséré la déclaration dans 

• QBiiécftt présenté comme appartenant à la foi ; mais c'est une chose 

• tiii-remaïquftfale que jamais le Saint-Siège n'a flétri la doctrine ex- 

• pôfliée daaa la déclaration, ne Fa jamais traitée ni d'erronée, ni de 
'(émérsire. » AL Guillemin réplique : « Il est bon de se reporter aux 

• termes mémea de la Bulle Audorem fidei^ qui ne sont pas tout-à-fait 
■ tdique icB interprète M. Frayssinous. «Quel sens faut-il donc y 
«ttadicr? le Us dans cette Bulle que Pie YI se plaint de Vinsigne té^ 
■érité qu'avait eue le synode de Pistoie d'insérer insidieusement la 
Mamim das» m décret swr la foi. Fraudis plena sfnodi ténus* 
rèu... fwr ausa sU... eam m nscasTiTM sa nns ùiscriptum bistdîosé 
wieàere. ITtai^ce pas l'adoption et l'insertion des quatre arâdes, 
csnuae de Jbî, qui est condamnée, et non leur doctrine) Mais Je 
fais citer à. H. GnillemM vue autorité qu'il ne saurait récuser. Le 
ciniiDal Geadil connaissait Inen, je pense, le sens de la Bulle Auela^ 
rm fUm^ dont il* avait été le rédacteur. Hi bien! en répondant i 
révèle de Jieli, qoi avait écrit contre cette Bnlle, le savant cardinal 
icm qaas pear^détfompér les leeteurs peu attentilii, il était bon desi^ 

• gnaler Eartifioé inssdma de ses adversaires, qui font retomber ^sur les 
«articles de la Déclaration, considérés en eux-mêmes ^ la censure qui , 

• dans la Bulle, tombe 'èaptessément tttr f adoption mdeuse qu'en a faite le 

• synode de Katoie.* Bn vérké ootKe auteur est bieii acrapàlêllx! 
Ce n'est pas tout i M. Emery Ini^'mime n'échappe pas A sa cen- 
ant. « B noiÉS semble, dUt-il, (tout en avouant notre insuffisance et Itf 

Digitized by VjOOQ IC 



( <«6 ) 
>»]iaTeiithèie n'est pas inutile» il nout ienble donc que le vénérable 
u aulpkien qui a commenié les nouveaiix opuscules ^de Fleory^sW frit 
» illusion en réduisant la proposition du quatrième article à ce seiu que 
» les jugements du Pape n'piil point Uearaelère m les effus tusye définUton 
M de la foi catholique^ at^ant que le eonsentemeni de VBglise imienneime •- car 
9 tous les inconvénients, tous les dangers et toutes les cootradiotîeai do 
» sjstème gallican se retrouvent encore dans cette version. * C'est un hit 
qu'énonce M. Emery , et je défie toute la subtilité du plus habile légiste 
d* J trouver la moindre contradiction. 

Pourquoi, je le répète en finissant, M. Guillemin nes'ast-il pas coii'* 
tenté de la guerre loyale et vigoureuse qu'il a Isite aux Pitbou, Dopuj, 
Dupin et Portalis, et quel besoin availr4l de mêler à cette polémique des 
discussions qui ne devraient jamais franchir les barrières de nos écoUt 
théologiques 7 Ne sera-t«il pas bien surpris si je lui apprends que toutes 
ces injures prodiguées au systèmegallican, au gallicanisme bâtard, comme 
on l'appelle poliment, ont une origine révolutionnaire? Cest pour te 
débarrasser de Tobéissance due aux évéques, et pour flétrir au besoin 
ceux qui ne plaisent pas, que tous ces théologiens, pères de famille, re* 
muent à plaisir des questions irritantes dont l'effet le plus sensible est 
de diviser les forces des défenseur de la bonne cause et de réjouir les . 
ennemis de la religion. Savent-ils d'ordinaire le premier mot de la con^ 
troverse qu'ils soulèvent et dont ils se proclament les patrons? L*ancien 
clergé français^ malgré ses opinions qu'on lui reproche si amèrement, 
s'est distingué entre tous par sa vénération profonde pour la chaire de 
saint Pierre. On l'a vu, à l'époque de nos malheurs, se sacrifier pour le 
nsaintien des droits du Siège apostolique. Une voixdescendueduVatiesn 
lui traça ses devoirs, et fidèle à l'enseignement qu'il reoerait du centre 
de l'unité» ou il monta sur l'échafaud pour sceller de son sang sa corn- 
munion avec le Saini-Siége, ou il prit le chemin de l'exil, répétant ces 
beUea paroles deBossuet: «Sainte %lise roadaine, mère des Eglises et 
p de tons les fidèles, Eglise choisie de Dieu pour unir ses enfants dans b 

• même foi et dans la même charité, nous tiendrons toujours à ton unité 
u par le fond de nos entrailles ! Si je t'oublie. Eglise romaine, puissé-je 
» m'oubher moi-même! Que ma langue se sèche et demeure immobile 
m dans ma bouche, si tu n'es pas toujours la première dans mon $ùaf^ 

• nir, si je ne te mets pas au commencement de tous mes cantines de 
a réjouissance ! • L'aUbé DissaxiOl 

EETUE BT NOUVnXBS BCGIiftaUSTlQlIBft. 

BIMm» — La division de la haute administration ronaîne en neot 
ministères créés par le môtu proprio du 30 décembre, n'a rendu |>^^' 
asôre que la nomination du seul ministre au département desaflû^ ^ ^ 

Digitized by VjOOQ IC 



(^ 167 ) 

fmtërieur. Tontes les autres branehes de radministration publique qui 
forment aujourd'hui les nouveaux mtntstères, étaient déjà pourvues de 
fonctionnaires supérieurs dont les titres seuls ont dû être changés. 

Ainsi S. Em. le cardinal Riario avait déjà, comme camerlingue, les 
attribîitions du ministère du commerce ; S. Em. le cardinal Mezzofanti, 
comme préfet de la congr^ation des Etudes, avait celles du ministère 
•<fe riosiructhm publique ; S. Em. le cardinal Masstmo, comme préfet 
^de la congrégation des eaux et des routes, avait celles du ministère des 
travaux publics. Ainsi encore Mgr Robertt, auditeur-général de la cham- 
bre, Mgr Savelli, gouverneur de Rome, Mgr Rusconi, président désar- 
mes, Mgr Morichi ni, trésorier-général, n'ont fait qne changer ces an- 
ciennes dénominations pour prendre, avec des attributions mieux dé- 
terminées, les titres de ministres de la justice^ de la police, de la guerre 
et des finances. 

La nouvelle circulaire du cardinal-secrétaire d'Etat relative à la presse 
tuipnente de deux membres le conseil de censure de Rome. Quatre ceife- 
lenrsaont spécialement chargés de Texamen des journaux. Ils recevront 
un traitement. La circulaire donne une interprétation plus précise de 
-quelques dispositions de la loi du 15 mars dernier sur cette matière, et 
défend tout changement dans les articles censurés, les points mis â la 
phce^es passages supprimés, les mots écrits en caractères plus gros bu 
plus petits, etc., etc. 

La dernière disposition est ainsi conçue : « Ni par la loi du 15 manr, 
- m par la présente circulaire , il n'est en rien dérogé au privilège 
» qu'ont les ordinaires de faire imprimer librement leurs homélies, pas- 

• tQrales, instructions, édits ou autres écrits relatifs à leurs cours ecclé- 

• sîastiqnes ; comme aussi au droit de censure qu'ils exercent sur les ou- 
ït Tragrs de morale et de religion. » 

La sainte congrégation de Vlndex^ par un décret du 29 novembre pu- 
Jiiié à Rome le 13 décembre dernier, a condamné les ouvrages sui- 
vants ; 

VEeho de Smwumia, recueil mensuel , dirigé par des chrétiens i(a- 
Eens. 

PraUctionêê de Eeckna Chnsti^ du docteur Tamburinus de Brescia. 

Le grand catéchisme de C Eglise eathoUque^ à l'usage des églises et des 
écoles, et particulièrement des élèves de troisième, et de ceux qui s'at- 
letifblent le dimanche dans les écoles ; par le docteur Jaumann, doyen de 
relise cathédrale de Rottenbourg; avec approbation de l'ordinaire. Do^ 
mueanigatur. 

Les glmUsemÊta* éune ame repentante^ tirés de la divine Ecriture et des 
SS. Pères. Ouvrage iulien. 

hêt Uutk m u jwie eeelesiâutieij du professeur Xavier G rucineri. 

PARIS. 
Les souscriptions en faveur des catholiques de la Suisse, reçues josqu'l 
oe jour au bureau du oomiié pour la défeo^ de la libené religieuseï <»iea 



Digitized by VjOOQ IC 



(168) 

MML Jaequet Lecoffre et O, me du Yieiuc-CbkNnbier, 28, n^&kfent à la 
iomine de 77,724 fr. 01 cent. l/Umiom monarchique a, reçu, de son côté, 
18,275 fr. 75 c, ce qui fait un total gëaéral de 95^999 fr. 76 c ' 

Quatre -Sœurs du couvent de l'Immaculée Conception de Castres 
(Tari^), se sont embarquées à Brest le 24 du mois dernier, sur le bâti- 
ment de l'Etat Ylnfaiigakle^ pour se rendre en Guinée (Afrique), où elles 
vont, sons la direction de Mgr Truffet, vicaire apostolique des deux Gui- 
nées, se livrer à l'éducation des négresses et au soin des malades indk- 
gines. 

Cette mission, ainsi que nous Ta vous déjà fait remarquer, est de la 
plus haute importance. De concert avec les prêtres de la Coogrégation 
du Saint-Cœur de Marie d'Amiens, à laquelle appartient Mgr Truffet, 
les^ quatre religieuses dont nous venons de parler vont travailler à la 
moralisation de la côte occidentale d'Afrique, qui s'étend depuis la Sé- 
négambie jusqu'au cap de Bonne-Espérance. Sa Sainteté Pie IX, en 
donnant l'institution canonique à Mgr Truffet , lui a confié la mission 
de tout ce vaste pays, qui a été divisé en cinq vicariats ou évêchés, dont 
pour le moment ce vénérable prélat a seul la juridiction. Chacun de ces 
vicariats ou évéchés est plus grand que toute la France. 

Cette immense région est habitée par des peuples noirs qui vivent dans 
le plus honteux abrutissement, sans culte, sans religion, sans aucune 
connaissance de Dieu. 

U y a quatre ans et demi environ que partirent d'Amiens sept prêtres 
du Saint-Gœur-de*Msrie pour aller évangéiiser les nègres de ces contrées» 
Cinq de ces religieux moururent peu de temps après leur arrivée. Des 
deux qui restèrent, l'un, cédant à des raisons de santé, r^e tarda pas à 
rentrer en France ; l'autre, le P. Bessieux, de SaiBlr>Pons, continua sur 
les lieux l'exercice de son ministère évangélique. Le séminaire de Castres 
^enorgueilUt, avec raison, d'avoir fait l'éducation de ce saint prêtre, 
que l'on peut appeler l'apôtre de la Guinée, puisqu'il a été le premier à 
s'y établir, et qu'il y a fait un bien immense pendant les années de son 
séjour. C'est lui-même qui, appelé un instant en France dans l'intérfit 
de sa mission, accompagne avec pk^ieurs de ses confrères les quatre 
Sceurs dont personne ne se refusera à louer le zèle et à admirer le dé- 
vouement. C'est à Dakar, non. loin de Gorée, que se fonde le premier 
établissement de ces religieuses, tout près du séminaire que vient de 
bâtir Mgr Truffet. 

La ville d'Aubusson est dans le demi. Le 12 janvier, s'est é^aint» dsms 
sa 87* année, son vénérable pasteur. 

M. Deçbier- Franc emporte les regrets de tout son troupeau et de ses 
nombreux amis. Quarante-quatre ans d'une administration sage et pa- 
ternelle les lui ont acquis k tout jamais. Les derniers moments de ce res- 
pectable vieiljard l'ont montré tel qu'il avait éié durant le cours de sa 
longue .etlabûcieuse carrière, plein de force et de courage. Calme, il « 



Digitized by VjOOQ IC 



aeoqrtë h mort aTCc k plus parfaite résignation. Dès qu'il a compris 
qu'il était mortellement atteint, il a demandé les derniers sacrements de 
r&lise, qu'il a reçus avec une profonde piété. Bepuîs cet instant jus- 
qu à son dernier soupir, pendant dix-sept jours, sa vie n'a plus été qu'un 
doobureuz martyre. Jusqu'au moment suprême, il a conservé l'usage 
de toutes ses facultés » rien n'a pu échapper à sa prévoyante sollicitade ; 
il a £ût ses apprêta de départ avec une précision et uae étévatioa de 
lentiœents qui commandaient l'admiration et le respect. 

Les paarres pleureront long^temps ce bon pasteur ; il les aimait et 
•ooiageait leur infortune. 

On lit dans la Gazette du Midi : 

«Le Père Lacordaire a quitté Marseille ce matin, M janvier, à sept heures. A 
100 départ du palais épiscopal, où Mgr de Mazeood lui avait offert une'si cof-* 
^e hospitalité, Pillustre orateur chrétien a pris congédu premier pasteur de ce 
dioeèse en se prosternant à ses pieds et lui demandant humblement sa bénédic- 
tioQ. Monseignear avait mis sa voiture à la disposition du Père, qui 8*est rendu» 
secompagné de deux jeunes gens membres du cercle religieux, au bureau des 
Messageries royales, où un bon nombre de représentants des autres sociétés car- 
tholiqaes Tattendaient pour lui adresser leurs adieux. Au moment du départ, 
M. le doc de Sabran s'est avancé et, comme interprète des assistants, il s'est ex* 
primé en ces termes : 

c Révérend Père, 

«Tous nous avez fait, hier matin, un don magnifique; ce que vous nous avec 
accordé le soir, a été d'ane incomparable suavité; c'était une continuelle bar-* 
aooie pour les oreilles, pour Tame et pour le cœur; Timpression, 4 la ioia douce 
et profonde, en demeurera à jamais ineffaçable dans notre mémoire ; elle char- 
mera notre souvenir, elle affermira nos pas chancelants dans la difficile chemin 
delà vertu. 

> Adieu, révérend Père, au nom de tous nos confrères en Saint-Vincent-de- 
hol, au nom de Marseille; ou plutôt, sans adieu, et puisse le ciel vous casiener 
pirminousl » 

> A ces courtes et dignes paroles, le célèbre Dominicaio a répondu avec la 
simplicité et la graicieuse effusion qui font le charme de ses manières» Qmant à 
Tespérance d*un retour parmi nous, bien qu*il n'ait pu prendre aucun engage» 
ment formel, sa réponse autorise à concevoir cette espérance et à croire, qu'elle 
est d'accord avec le désir sincère de celui que sa mission appelle surloui k évan^ 
gétiser les grandes cit&. 

■ Avant-hier dimanche, plusieurs centaines de personnes, ayant à leur tête les 
membres des Conférences de Saint- Yinceni-de-Paul, s'étaient rendues ii Tévéché 
pour offrir leurs remerciements au Père Lacordaire.» 

Nous recevons quelques détails bien consolants sur les fruits de salut 
Vie les exercices du Jubilé ont produits à Angers ; 

« Pendant quatre semaines eonsécotîves, nos églises ont vu se presser entre 
tels mors une fodc iaaeeoutomée, tantM d'hommes ou de femmes etclusive- 
■eat, taaiAt dlKMnmes et de femmes réunis, et la parole de Dieu, que les voûtes 
de notre cathédrale se sont si long- temps renvoyée dans le vide, a pu trouver 
Me Ibis del échos dans me nnltitude d'asiss atieatives. A«si a-l-eUe été rér 



Digitized by VjOOQ IC 



( no ) 

pMidtte avec ooe profusion ioépoisable, et le zèle de nos prédtcatenrB a^il pris 
nne extension proportionnée à Tafilaence excitatrice des fidèles. 

» Tout le monde a entendu TéloquenC prédicateur de Saint-Maurice. Tout le 
monde a suivi ses gloses familières du matin, ses conférences philosophiques ou 
ses sermons dogmatiques et moraux du soir. Déjà plusieurs fois, on a renda 
hommage au talent oratoire, à la finesse d^esprit , aux convictions entraînantes 
du R. P. Marquet. Tout ce talent cependant n*est pas ce qui a le plus excité 
notre admiration, et si nous le constatons ici, que la modestie du prêtre se ras- 
sure, c*est pour arriver à Texamen du bien prodoit. Ce qui nous a frappé partico- 
Jièrement, c'est le concours immense avec lequel on s'est porté, chaque jour* dans 
nos églises, pendant toute la durée de TAvent, c'est le retour à Dieu de plusîeiirs 
âmes égarées, c'est l'affaiblissement notable de préjugés que nous croyions plus 
enracinés dans certains esprits. Sans doute beaucoup sont venus, poussés par 
une curiosité vaine ou par les suggestions de l'oisiveté; mais n'est-ce pas 
énorme déjà que d'avoir fait franchir le seuil du temple à des hommes qui 
ravalent déserté peut-être depuis les fêtes de leur jeune âge, et d'ailleurs, tel 
qui entre avec l'esprit du monde ne peut-il pas sortir af ec l'esprit de Dieu ? 

» Afin que personne ne soit sevré du lait de l'enseignement divin, pendant le 
' lubilé qui vient de s'accomplir, des instructions, s^adressant à tous ceux que les 
devoirs de leur profession tiennent captifs pendant le jour, ont été donnée tons 
'les matins, à six heures, par le P. BouUé, à Saint-Alaurice. Faites avec beancoop 
dVpropos et de simplicité, elles ont dû éveiller les idées les plus salutaires dans 
les classes auxquelles elles étaient particulièrement destinées; 

» A Notre-Dame, le Père Pernot; à Saint-Jacqnes, le Père Dacier; à Saint- 
Serge, le Père Lacoste ; à Sainte-Thérèse, le Père Fauconnier; les Pères Blgo!, 
^ la Trinité et à Saint-Land, ont, matin et soir, évangélisé les paroisses 4iui leur 
-aTaîent été confiées, avec autant de zèle que de succès. Leçons de morale» ensei- 
gnements dogmatiques, réponses aux objections de l'incrédulité et aux scrupules 
des natures méticuleuses, tout a été abordé dans lenrs conférences. L'empresse- 
ment avec lequel elles ont été suivies, a payé généreusement la pieuse ardeur 
qui les avait inspirées, et les courageux offerte qui les ont soutenues. 

n Enfin, le P. Bellefroid, à qui des prédications chaleureuses et l'habile direc- 
tion des consciences, ont conquis depuis long-temps à Angers de vives sympa- 
thies, a été placé à Saint-Josepb, où il a produit sur les âmes le bien qu'il a cou» 
lume de faire partout où il est appelé. 

» En général, nous le répétons, l'action dn Jubilé a eu dans notre ville une ef- 
Hcacîté qui a dépassé toutes les espérances. L'aspect chrétien qu'a revêtu sou- 
dainement rintérieur de plusieurs familles, suffirait à le révéler, si l'on n'en troo- 
*^it one preuve plus éclatante dans ces fidèles nombreux, de tout rang, de tout 
sexe et de tout Age, qui se groupaient autour de la table sainte le jour de Noël . 

» Les homnes dévoués dont nous avons indiqué les noms et tes œuvres, ont 
justifié, pen«lant notre jubilé, leur titre de prêtres auxiliaires, par le secours in- 
dispensable qu'ils ont apporté à notre clergé séculier. Nous venons leur donner 
ici un témoignage public de gratitude, qui s'ajoutera pour eux à la receonai»» 
sance, si dignement eiprimée, de l'autorité épiscopale. Nous croirions, d'aîK 
leurs, manquer à un devoir, si nous ne rendions pas un bonmage tout particu- 
lier k Monseigneur et au clergé des paroisses. Ils oiit été l'un et l'autre les prîn- 
cipaux mobiles du succès de notre Jubilé, celui-ci par le lèle inaltérable full a 
déployé, celui-Ut par le choix intelligent des prédicateurs et ses visites psstoralai 
dans chaque église.» 
, Yoîci les paroles touchantes que Mgr Viftque adresNt A la demièie 

Digitized by VjOOQ IC 



( <7f ) 

conférence donnée par le P. Marquât, aux dames réunies en grand 
Qombre à la cathédrale : 
c Mesdames, 

» An moment où se terminent ces saints eiercices, notre cœur rempli d^una 
five émotion éprouve le besoin de s*épancher et d^eiprimer publiquement sa re- 
connaissance. 

B Gloire d^abord à Dieu, TaMteur de tout bien, qui, dans ces jours bénis, a ré- 
pando avec tant de profusion ses grâces sur notre cher troupeau. Il sait avec 
quelle ardeur nous lui adressions nos prières pour cette famille bien aimée con- 
fiée à notre sollicitude. Il a exaucé nos vœux, au-delà même de nos espérances, 
et nous ne pourrons jamais le remercier assez des consolations qo*il a bien yoite 
DOQS accorder. Des hommes de Dieu répondant à notre appel se sont réunis, de 
divers points, pour évangéliser à la fois toutes les paroisses de cette grande ville, 
Noos avons eu la jouissance d'être souvent nous-méme le témoin de leurs ef- 
forts et de leurs succès ; mais d'une manière plus spéciale, nous avons pu suivre 
les pieux exercices du jubilé dans notre église cathédrale. Nous étions kî heu- 
reu de voir Taflluence qui entourait cette chaire, le recueillement d'une foule 
pleoiemeot attentive, qui recevait avec avidité la bonne semence répandue avec 
profosion, par Tapôire qui nous avait été donné ! 11 nous semblait lire sur loos les 
froDts, Timpression que produisait dans les cœurs sa parole si vive, si animée, si 
forte et parfois si spirituelle et si aimable. Que le chef des pasteurs veuille bien 
suppléer à notre impuissance et l'en récompenser dignement, en faisant fructi- 
fier ce qu'il a semé avec tant de lèle! Notre fidélité à suivre ses avis, votre per- 
séréraDce, mesdames, seront la plus douce récompense que nous poissions loi 
ûlrir. Noos croyons être l'Interprète de vos sentiments en lui présentant cette 
pvoiiesse comme on tribot de reconnaissance. 

* Mais, comme il faut toujours sur cette terre qo'on regret vienne se mêler à 
008 joies, noos avons celui de voir expirer trop vite ces jours que noos eoasioiis 
voQltt pbovoir prolonger. Un espoir pourrait encore nous consoler. Le laboureur 
>ne i visiter le champ que ses sueurs ont fécondé ; il voit avec bonheur pous- 
ser et s'élever la semence qu'il a coniée à la terre. Mon bon et bien cher Père, 
WMs déposons dans votre cœur le vœu commun do père et de tous ses enfants; 
poisse votre léle le réaliser on joor! En attendant ce momeni, dans eelle 
chaire devenoe veuve, Uissez Tespérance assise pour nous y rappeler votre mé- 



* Et voos, mesdames, et voos, nos très-ebers Ik'ères, reeevec aussi nos bleu 
tncères remerdemenu. Voos arrachant à vos ocoupatioos, à vos familles, 
«Mme le peuple qoi suivait le Sauveor dans le désert, voos êtes venus avec 
^ipresieaient écouter la parole sainte. Dans vos cœurs bien préparés (nom en 
*vnii la douce conflance), elle germera, elle poussera, elle s'élèvera au milieu 
vtee dM obstacles et des épines, et portera des fruits abondants. Instruits, 
péris, noorris du pain miracoleusement multiplié, après avoir pris JésuspChHil 
Povr roi, voos allez retooruer dans vos demeures. Goomie ce peuple, reotres-y 
tt loosnt Dieu, en le bénissant, en racontant à eeox qui voos sont cbers, sea 
oerteiHes et ses blenfiiiu. Conserves long-temps, totijoors, le feu sacré, les 
V^ reçues en ces Joors de salut ; et, si voos voos senties ébranléa, rappelei^ 
^^ les conseils de fange du Seigneur, la paix que vous avei goûtée ; reveoea 
te ee ishit temple, la voe de cette chaire, Taspect de cet autel vous rappelle- 
■W vos résolutloos, vos promesses, et vous sortirez fortifiés et consolés. 

iPoisn le Seigneor bénir les vmox que nous formons pour votre bonheur, 
Vov votre fidélité! Tels sont nos soobaits,noo pas seulement à la veille de cet^ 

Digitized by VjOOQ IC 



ÉUée^ ffaxfàtrooffky intfe de tous les jours; a CûimM on gage de notre àffi 
lion paternelle, a^ant qae tous Toua sépariez, nous aDons tous donner la bén 
diction pontificale. » 

C'est à la suite de ces pieux et si consohnts exercices du JubiU, qi 
M. Férèque d'Angers a publié une lettre pastorale par laqueDe il iast 
tue, comme moyens de persévérance, 1* des conférences spéciales poc 
les hommes, et qui auront lieu dans la cathédrale d'Angers ; 2^ une coi 
frérie en l'honneur du tr&-Saint-Sacrement. « Elle existait autrefoi 
dans cette ville, dit le pieux prélat ; dans trob paroisses encore oaei 

• trouve des souvenirs précieux. Recueillons donc nos forces et léunii 
sons ces éléments. » En conséquence, Mgr Angebanlt dédare que Toi 

. donnance de son vénérable prédécesseur, Mgr Charles Moutault, d 
douce et pieuse mémcnre, datée du 23 février 1805, pour l'érectio 
de ladite confrérie, en la paroisse de Saint-Maurice, est maintenue, eU 

M. le comte de Montalembert a adressé la lettre suivante à M. Job 
, O'Connell : 

Paris, le.$ janTisr. 
CùmUé de rÀsiOciation pour la défense de la liberté reUgieuee. 
c Monsîeiir, 

• Je sais chargé par le comité que je préside de vous soumettre, an nom de 
amis de la liberté catholique, la proposition suivante : Jeudi, 10 février, Toni- 
800 funèbre de votre père immortel sera prononcée dans la cathédrale de Noire 
Dame en présence de Sa Grâce l'archevêque, par le premier orateur de Fnm 
et peuu-ètre de TEglise, le révérend Père Lacordaire. L'Archevêque de Pan 
vous aura eiprimé le désir de vous voir à cette mémorable soiennité, vois, Mod« 
•îear, et tous les membres de votre famille. Ce désir, permettea^moide toss 
rassurer, est partagé par tous les catholiques de notre capitale, et snrtoot ^ 
noCie noble et pieuse jeunesse dont les sollicitations ont obtenu du premier pa** 
teor de ce diocèse la célébration de la mémoire du grand OXIonhell, pardq 
ksoneurs qui, jusqu'à ce jour, n'ont été rendus à Notre-Dame qu'aui rois eiaÉ 
béntîers du trène. 

» Mais l'accomplissement de ce désir, sur lequel ils comptent, ne suifira m 
Ba désirent, et les membres du comité désirent au moins aussi vivemeot qg^iii 
vous posséder pendant quelques instants dans une réonion moins solenoeliei 
pins intime. Nous venons donc vous prier de vouloir bien nous honorer de voU 
présence avec tous les membres de votre famille, qui pourront vousaocoai|i 
fuer, dans un banquet que les membres dn comité doivent vous offrir as soi 
des catholiques français, le dimanche 13, on le lundi 14 février, ou tootaol 
jour que vous voudrez bien désigner. ] 

» En coosenunt à nous accorder cette fiveur, vous oentribueres, MonaeuJ 
nssemr davantage les liens déjà si anciens entre l'Irlande et la France, M 
qui nous sont ai chers et dont nous nous glorifions avec joie, puisque l'exeo» 
de votre incomparable père nous a aigris k combattre pour Dieu et h liberll 

» J'ai l'honneur, etc. ^ 

» Le comte Di M<»fTALEHBBvr, pair de Fnnee. »W 

AtiIifi]IIA61IE.*^Le S janvier, leglaa fandi)re de la cathédrale deFm 
a annoncé aux fidèles de cette ville le décès de Mgr Jean Léonard VhS, Mj 

I 

Digitized by VjOOQ IC ' 



( 173 ) 

évèque d^uis 1832, à l'âge de 72 aoâ. Depuis quelque temps l'on avait 
remarfiéea lui des symptômes d'une hydropisie de poitrine qui auraient 
dûï'Mg« ^ plus de soin de sa santé ; mais son zèle l'emporta sur cette 
coBsid^aûon. Après avoir célébré la messe de minuit dans l'église des 
fiuciscains du mont Saint^Michel près de Fulda, il prêcha dans sa cik 
thédtdk dans la matinée de Noël, et célébra pontificalement la messe 
du jour. L'excès de la fatigue joint à un refroidissement qu'il avait pria 
déterminèrent une maladie de poitrine qui fut causé de sa mort. Toute 
la population catholique de l'électorat de Hesse en est d'autant plus 
profondément affligée, qu'il est à craindre que l'état de scission en zé- 
lateurs et en indifférents qui se fait remarquer dans le clergé de ce dio- 
cèse, ue fournisse au gouvernement l'occasion de se prévaloir et d'abu- 
ser de la clause de la bulle pontificale Dominus ac Redemptor noster^ qui 
permet que le chapitre s'assure d'abord que le sujet qu'il se proposerait 
d'élire soit /^rxo/ui grata^ pour s'immiscer dans cette élection, et déter- 
miner un choix, qui ne répondrait pas aux besoins de cette Eglise. 

ACTRICHE. — Les journaux ont parlé dernièrement d'une émeute 
excitée à Graetz à l'occasion du refus de sépulture chrétienne, pro- 
noncé contre un employé qui avait obstinément refusé les sacrements 
des mourants. Un aumônier militaire s'était permis de suppléer de son 
autorité privée le curé de la ville dans la cérémonie des funérailles. 
Uévèqae de Graetz ayant porté plainte à Vienne de cette sacrilège usur- 
pation, pleine satisfaction a été donnée an prélat par le rappel de ce 
prêtre et sa destitution de son emploi. Ce qui est moins louable, c'est 
^e ie gouvernement a cru devoir l'attacher en qualité d'aumônier à la 
grande maison des Invalides de la capitale. 

BATIÈRE. — Les mensonges se succèdent sans interruption dans les 
feuilles protestantes de l'Allemagne. Ainsi une feuille de cettecouleur "AttX 
de publier en Bavière un article dans lequel, sans rougir de son ignorance, 
ion rédacteur affirme que l'institution du tiers-ordre de saint François- 
d'Assise a été récemment imaginé par les Capucins et les Franciscains, 
sniqaement dans le but de contrebalancer les grands succès de la prédi* 
aiioo et des missions des PP. Rédemptoristes. Ainsi une autre feuille 
protestante, croyant répondre au défi qui lui a été porté de signaler' la 
moindre faute, une action, une parole seulement qui edt pu motiver 
Texpolsion des Jésuites de Suisse, soutient effrontément que les Jésuites 
«mt tenus de porter toujours sur eux, principalement dans le confe^^sion- 
Bti, des exemplaires de la bulle m Coena Domini^ et d'en prescrire .fat 
fréquente lecture à lears pénitents. Elle en conclut que la Compagnie 
de Jésus est éminemment dangereuse par la haine qu'elle inspire à !res 
partisans contre tous les hommes qui ne professent pas fat foi cathoH- 
9Qe. Les journaux allemands qui la défendent, relèvent avec indigna- 
tion ces impostures, ressource ordinaire des sectaires, et montrent à 
ïaide de la science tout ce que ces assertions Ont de cohtrsire àla bonne 
ibi. 



Digitized by VjOOQ IC 



( «74 ) 

ITALIE.— L'Eglise de Modène vient de perdre son preimer pa«U 
Mgr Louis Reggianini est mort le 9 janvier des suites d'une atuqne < 
poplexie dont il avait été frappé le 4 du même mois. Il était né à W 
dène le 5 juillet 1775, et avait été nommé évêque de ce diocèse le 12 
▼fier 1838. C'était un prélat rempli de zèle, de science, de piété et 
charité. Il était rame,le fondateur ou le protecteur de toutes les bonx 
œuvres de sou diocèse. Le séminaire diocésain n'était presque tout entàê 
soutenu que par sa munificence. 

BEVUE POLITIQUE. 

La chambre des pairs vient de clore, dans la séance de mardi, la discussic^ 
de son projet d'adresse qui a été' adopté par 144 voix contre une minorité d 
25 buules noires. Les débats solennels et si vÎTement passionnés de quelques 
ânes des séances précédentes; Tëmotion si profonde et si universelle que Tadml 
rable discours de M. le comte de Monulembert avait produite sur cette assem* 
blée, d*ordinaire si calme; la sympathie et le retentissement qu'ont obtenus dam 
Tame de tous les honnêtes gens, cette haute condamnation, cette sublime Oécris 
sure qu'une voix éloquente a su justement infliger au radicalisme impie ei des- 
tructeur, et que les applaudissements de la noble chambre ont confirmées avec tan 
' d'éclat, avaient fait pressentir qu'une majorité imposante voterait Padoption de 
ee projet d'adresse. Qu'étaient en effet, auprès des affiaires d'Italie et de la Suisse, 
les autres questions de la politique extérieure ou du dedans ? Tous les griefe con- 
tre la politique ministérielle avaient disparu devant les horribles excès et les pro- 
grès menaçants du radicalisme en Europe. L'adoption de l'adresse de la cbam* 
bre des pairs porte donc avec elle une signification véritablement conservatrice \ 
M. Guizot, M. le duc de Noailles, M. de Broglie et la noble chambre tout en- 
tière, ont ainsi donné la sanction de leur parole et de leur vote à celte énergiqoe 
exposition de II. le comte de Montalembert. Seuls les apologistes et les préten- 
das héritiers de la Convention, se débattent contre le juste arrêt qui les a flétris, 
à la tribune et dans la pensée de tous les honnêtes gens. Leurs réponses, dans 
le National ei dans la Réforme, ne sont vraiment que des cris de rage et de dé- 
sespoir. Et qui l'aurait imaginé, c'est au clergé, aux Jésuites, aux artstooraves 
que les écrivains admirateurs de Maxrmilien Robespierre s'en prenneoi 
avec le plus de fureur, du succès des vérités éloquentes qui les ont foudroyés 
dans les actes de leurs amis les radicaux vainqueurs du Sonderbuod L Non, 
jamais les feuilles des CordeUen et des Ami$ du p0upU en 4792, n'exhalè- 
rent contre les réfracUâru plus de baine et d'emportement injurieux. Le iVolaa- 
no/, en particulier, cet organe des nouveaux républicains, lui ordinaireaieot si 
luibiie, si oonlena et si gourmé jusque dans ses diatribes anticléricales, le NéHù- 
Mf , déjà suspecté de modération dans le parti des ultra-radicaux, le iVoltonel oo- 
blie aujourd'hui les merveilleases dextérités de son style, ei nous donne, par 
exception, une page que l'on dirait sortie de la plume du patrlarcbe liant. 
. « On iosulle, s'écrie-t-il, la Convention, cette assemblée sublime 1 

a Tant mieux ! tant mieux 1 Nous ne revenons pas aujourd'hui sur le discoofs 
de M. de Montalembert ; nous Tayons ponrlaot lu dans le Jfonifenr, et nous nous 

% 

Digitized by VjOOQ IC 



(175) 

\ qat celte diatribe sans vrai talent eût pncaniêr me teotfen fl 4 
mile dans la pairie. Cest ane sorte de déclamation furieuse, eDrafée, et-Ven €Si 
eonloiMhi d*uD si grand succès obtenu par ces accents dont la Irénésie fali tottit 
le mèrîle. Mais il ne font pas Juger des orateurs par la lecture : le geste, le re-. 
gard, la diction, le son de la vois manquent toujours à la lettre moulée. On ne 
peut pas apprécier M. de Mootalembert, quand on n'a pas tu cette action moitié 
emportée, moitié ca&rde, ce ton pénétré et insolent, cette colère mêlée de ba?e 
ef d'eau -bénite. Et ce n'est pas seulement par là qu'il a réussi ; c'est en flattant 
sortoot les passions de son auditoire. La France abusée s'Imaginerait peiii*éire 
que loQl ce passé est mort, que la baine des idées nouYcUes est éieinte, que la 
rage da parti prêtre et la rancune du parti noble ont disparu, qu'il y a autre 
cbofeenlin au fond de nos luttes que deux grands ennemis irréconciUables, 1;^ 
révolution et la contre-révolution ; autre cbose que deux couleurs trancbées, le| 
Meus et les blancs!... Ce qui s'est passé hier la détrompera : nous tenons k o^ 
que ce précieux enseignement ne soit pas perdu. Ce n'est pas la première fois, 
depuis soixante ans, que le prêtre jeite le gant à la société que la Révolution a 
(aile; ce n'est pas la première fois que le détritus de l'aristocratie relève la tête; 
il faat que ces déOs soient entendus pour qu'ils soient relevés.» 

D'antre part, voici ce que dit le SièeUf cet aveugle compère de la politique et 
des aéoées radicales, qui, n'osant pas tout-à-fait prendre la défense des wumk^ 
§mrét de 93, s'arrête comme son illustre patron M. Odilon Barrot, cet autre 
Péiîoo de notre tempe, sur les bancs de la plaine où siégeaient les membres du 
dub des Feuillants : 

«Vais qu'est-ce que la Suisse fait donc aujourd'hui, que la France n^ait fait 
éQeHBème? En i790, l'Europe, invoqnant d'anciens traités, soutenait que nous 
n'avions pas le droit de soumettre à la loi commune des fiefs ecclésiastiques. 
Celte frétention a-t-elle arrêté notre gouvernement et nos grandes assemblées? 
Quel compte avons-nous tenu des protestations de la cour impériale, qui vou^ 
bit conserver des diens sur le sol firançais t 

n Avooa-ttous écouté les remontrances de la noblesse de Bretagne ou d^ÂnJou, 
qui cfaerchait aussi à compromettre dans sa cause le peuple de ces provinces? 

a Lorsque ces prétentions passèrent du greffe des parlements dans les bivouacs 
ée la chouannerie, la France leur fit-elle un meilleur accueil? ne les contraignit- 
eOe pas à fléchir devant la volonté générale? 

» Lorsque l'aristocratie vaincue franchit la frontière pour se réfugier à Co- 
Mentx, conmie aujourd'hui les chefs du Sonderbund à Vienne ou à Berlin, la 
France accepta-t-elle ses sommations présentées au bout des baïonnettes étran> 
gères? 

1 En !830, la France a-t-elle eu souci des traités de Tienne lorsqu'elle s'est 
débarrassée d'une dynastie parjure? Et lorsqu'elle a cru fonder un gouvernement 
natiottal, a-t-elte été fort touchée des scrupules des publicistes à gages et des 
doléances des chancelleries de la sainte-alliance? 

» Quant à la Compagnie de Jésus, que notre ministère a bonne gr&ce à s'en 
faire le champion en Suisse et à exiger que la Confédération helvétique obtienne 
la permission du Saint-SIége pour s'en débarrasser! 

• Ou, la Suisse fait aujourd'hui ce que la France a 6it elle-même. En atta^ 
qoant la diète, c'est la Révolution française que l'on attoque dans son principe. 
SoQS le nom de la Suisse, c'est contre le mouvement de 1789 et de 1830 que les 
transfuges de Coblentz ou de Gand et les champions de la politique réactionnaire 
entreprennent ime nouvelle campagne. • 

Digitized by VjOOQ IC 



( 17ë j 

\ teniiM, ni les banquets ierrwUUi chez nous, ni les exploits del 
râêkÈm, en Siifese, ne doivent nous alarmer; b Réyolation peut recommencer 
Et» tioribles et déplorables excès ; le nouveau Pétion lui a porté un toast d'hooi 
néur ^ de pacifique retour. 

PiJUIB BT n*AlSAIIGB. 

Les doebés de Parme, Plaisance et Gnasulla ont, ^ eux trois, une superficie 
de i07 milles carrés et une population de 490,000 âmes. Après la cbute de Teni- 
pire français, la convention de Fontainebleau, dû iO avril 1814« avait destiné ces 
tr^is dbebés è Parchiducbesse Marie-Lonise, épouse de i*ex-empereur, et à soo 
As. kû congrès de Vienne, cette disposition fut vivement auaquee par la France, 
rBspngne et Naples dans Tintérèt de la 4* branche des Bourbons. Néanmoins, 
tèiei œ que décida le congrès dans Tarticle 99 de l'acte de Vienne : 

«S. M. rimpératrice Marie-Louise possédera en tonte propriété et souversi- 
Beté.les duchés de Parme, Plaisance et Guastalla, jusqu'aux districts situés sar ta 
rive gauche du Pô et enclavés dans les Etats autrichiens. 

» La réversibilité de ces pays sera fiiée, conjointement avec les cours d'Ân- 
Iticbe, de Russie, d'Angleterre, de France, de Prusse et d*Espagne, soub ré- 
serve toutefois du droit de réversion de la maison d* Autriche et de S. M. le roi 
deSirdtîgne, relativement aux Euts sos-nommés.i 

La rédaction de cet article eut, lieu après le retour de Napoléon de Ftle d'Elbe* 
et les princes réunis au congrès décidèrent, dans l'intérêt de la paix européenne, 
de ne pas mentionner dans Taete final le fils de Napoléon, appelé éventuelle- 
ment dans le traité de Fontainebleau au trône de Parme. 

A l'artide 99 du congrès se rattachait l'article 191, qui assignait le duché de 
Lucques à la reine d'Etrurle, qui s^appelait aussi Marie*Louise, et à son fils. A 
la mort de l'impératrice Marie-Louise de Parme, le duché de Lucques devait, 4 
Pezception de quelques enclaves qui écherraient k Modène, être réuni avec la 
Toscane, et le duché de Parme revenir à la maison de Bourbon, qui Tavait pos- 
sédé antérieurement. 

Les dispositions ultérieures sur l'exécution de cet article sont contenues dans 
la convention du 10 juin 1817, conclue à Paris entre les puissances respectives. 
Cette convention assure à l'Autriche jusqu'à la réversion de ces duchés, en cas 
d'extinction de la branche des Bourbons d'Espagne , le droit de tenir garoisoD 
dans la citadelle de Plaisance, si importante pour le système de défense de 11' 
taliè. 

Le duc de Lucques a cédé récemment son duché à la Toscan«*,, et a été appeK 
,par la mort imprévue de la duchesse de Parme à la succession de ce dernier do- 
ché. Né le 23 décembre 1799, il succéda à son père Louis, sous la tutelle et u 
régence de sa mère, le 27 mai 1803, en qualité de roi d'Etrurîe ; le 15 décembre 
4808, il dut céder ce royaume k la France ; en 1815, on lui donna le dnche de 
Lucques, qu'il gouverna sous la régence de sa mère, et le 15 mars 182^i " P" 
Idi- mêmes les rênes do gouvernement. 

Le duc de Parme actuel, Charles-Louis, est marié depuis le 15 août ^^^^^ 
Marie-Thérèse, fille du roi Victor-Emmanuel !•' de Sardaigne, et sœur «c S^- 
iÉBpéranrice d'Autriche. Son fils le prince héréditaire est né le 14 Janvier !«». 
et a épousé le 10 novembre 18i5 Mme la princesse Louise de Bourbon, comtesse 
de Koany, fille de feu le duc Charles de Berry. 



Digitized by VjOOQ IC 



( in y 

NOOTBUiBS BT FAITS DITBBS* 

PABIS, 19 jtnvicr. — Ce «oir» k oeuf beures» la grande dépuUtîon de h 
dambre des pairs a remis aa roi Taclresse votée dans la séaace d'hier. 

— Od amiOAce qve te goaTeroeioeai va présenter anx chambres un projet de 
loi pour iaierdire d'une oiaoîère effieaee tootes eoBveoiioos par lesquelies les tt* 
labires d'emptoîa publics tvaUeraîeai de leur démissiim. (DébaUé) 

M. Dopie a pris les devants en déposant lundi sur le bureao du président de b 
dambre des députés la proposition suivante : 

i Toui fonctionnaire public qui sera convaincu d'avoir trafiqué de sa place en 
fTOfoquant ou en agréant des dons ou promesses ayant pour objet d'amener sa 
démission, sera condamné : 1^ à la dégradation civique ; 2° à une amende double 
dn prix remis, on égale au prix stipulé et non encore payé; 3"* à un emprison* 
Qflneatde trois mois au moins et de cinq ans au plus. 

» Les Blêmes peines seront applicables à toute personne qui, en connaissance 
d« cause, aura concouru à une telle négociation, soii qu'elle ait agi pour son pro- 
pre compte, ou comme Intermédiaire pour le compte d'aotrui. 

1 Paris, le 17 janvier 1 848. » 

— Quatre orateurs, dont deux appartenant au parti conservateur, se sont ins- 
crits hier, an Palais-Bourbon, pour parler pendant la discussion générale contre 
le projet d'adresse. 

Ce sont MM. Berville, Darblay, Desmousseaux de Givré et Ducoe. 

M. Davergier de Hauranne s'est également inscrit pour parler contre le para** 
graphe relatif aux banquets réformistes. 

AacQQ député o^a encore pris son rang pour parler en laveur du projet d'ja- 
dreae. 

-A l'heure où nous mettons sous presse, nous ne savons pas encore si le 
^oet réformiste du i2« arrondissement a eu lieu. La rue Pascal, au faubourg. 
&int-Marcean, où les souscripteurs devaient se réunir, a été occupée toute la 
jounée, ainsi que les rues environnantes, par la force armée. 

- M. Legrand, vice-président du comité du commerce, de Tagriculture et 
^btravauipublics du conseU d'Etat, a été réélu député par le collège de Mortain. 

- Les mutations dans la diplomatie, dont nous avons parlé il y a quelque 
^ps, s'accomplissent peu è peu. 

M. le baron de Bussières, pair de France, est décidément nommé à l'ambas- 
adede Naples. IL de Bussières a reçu, dit-qn, en même temps que Tavis o(&^ 
citldesa nomination, l'invitation de régler au plus vite les préparatife de son 
^rt pour riuKe. 

Cependant, il paraît décidé que M. le marquis de Dalmatie n*ira pas à Sainte 
I^bourg. La répugnance décidée que montre S. M. l'empereur de Russie à 
^der le titre de ministre plénipotentiaire à M. de Kisselef, son chargé d'af-< 
^ à Paris, vaudra à M. de Barante h conservation de son titre d*ambassa- 
^« UMt en continuant de résider à Paris. Quant aux fonctions actives de la 
j^présentation française en Russie, elles seront confiées à M. de Latteroth, avec 
«titoe de ehargé d'affaires et un traitement annuel de cent mille francs» 
Jf* le comte de RaynevaL actuellement chargé d'aflaires de France à Salni- 
^^l^id^OQig, demeure tei^ours désigité pour aUer remplacer M* Piscatory en 
^^ il est probable que les ordonnances de nomination de MM. de Lutleroth, 
2^ Rifoevalne paraîtront qu'après la discussion de Tadresse à la chambre. 
^ âépuiés. Quelques autres changements dans le personnel de nos ambassadee 
^^'^ iCiUement Ueo à eelte époque. {Prem^ 

Digitized by VjOOQIC 



( <Î8 ) 

— Noos Unms dans la SeniHieUe de Tonton, do 14 : 

c L^ex-émir aytnl demandé qae plnaieora Arabes retenoa lo fort M a1bons(f 
fossent placés auprès de loi, on loi a accordé celte faveor. Ces Arabea ont 
conduits au fort Lamalgue. n « 

— L'aiabassadeur de la Sobllme-Porte à Paris, Suleynutn-Pacba, ▼fi'nt 
prendre le parti de recevoir comme les antres grandes ambassades, et d*0QT{ 
ses salons an monde diplomatique et à la société parisienne. Jnsqa^lcl, Ie5 a^ 
bassadenrs de la Sublime- Porte n*avaient jamais donné ni soirées, ni bals; S. ] 
Sùleyman-Pacha, qui déjà Tliif er passé a fait cbanter les artistes italieni^ dai 
ses magnifiques salons, a pensé qu*il était temps de mettre fin à un vieut pr 
jugé ; il recevra régulièrement cette année, et joindra, dit-on, à ses récepii<^ 
plusieurs bals et concerts. 

— M. le vicomte de Chateaubriand vient d*offrir à Téglise Saint-Malo âe D 
nan un superbe ostensoir gothique, qui n*a pas moins de 45 pouces et demi 
hauteur. Au pied de ce magniiique travail, on remarque, dans des niches, l 
quatre évangélisles ; au-dessus, figurent quatre autres petites statues alIégiJ 
ques. Le tous est surmonté de la vigne symbolique. 

-^ Les désordres qui ont eu lieu k l*école des arts d*Aiz ont compléiemq 
cessé. 

' Le directeur avait reçu, par le télégraphe, les autorisations nécessaires poi; 
expulser les élèves les plus coupables, lorsque M. Vincent, inspecteur desécoi^ 
d*arts et métiers, appelé aussi par dépêche télégraphique, est arrivé de Toulon | 
Alx. Il a approuvé toutes les mesures prises par le directeur, et grâce à son as 
cendant et aux pleins pouvoirs dont il était muni, les élèves ont compris la gra 
vite de leur faute et sont rentrés d>ux-mèmes dans les salles d*éiudes et l£ 
ateliers. Ainsi a fini celte insurrection écolière. ~ 

Comme il fallait un exemple, quatorze des fauteurs de troubles, qui s'étaient I 
plus fait remarquer parmi les élèves qui étaient restés à Técole, ont été reorojé^ 
Ouant à cenx qui avaient obtenu des congés ou des permissions d'abëence, ils rs^ 
cevront leurs lettres de rappel on de renvoi, selon qu*ils se trouveront plos 0| 
moins compromis dans les troubles qui viennent d*avoir lieu. 

■■■ II ! a y ^^mm^^ 

iZTÉaiBua. 

ITAX«IS. — On lit dans la OaxeiU Fiimontaite du 14 janvier, que le 8, I« 
troupes du duc de Parme avaient pris légalement possession de Poniremoli. G^ 
journal ajoute que les ipouvements de troupes autrichiennes dans le docbé (M 
Modène entretiennent ragitation en Toscane, et qu'à Pise et à Lucques il y a eil 
des démonstrations analogues à celles qui avaient eu lieu à Livoume. 

— Une lettre de Milan du 11 annonce en môme temps que d'autres noweM 
déjà connues de nos lecteurs, qu*une collision sanglante a eu lieu à Pavie, le 8^ 
entre les étudiants et la garnison autrichienne. Il y a eu un grand nombre àé 
blessés. Plusieurs Autrichiens ont été tués. Le lendemain la lutte s'est renouvelée 
avec encore plus de gravité. 

A la suite de cette affaire, la célèbre université de Pavie a été mofflentaoé- 
Aient fermée, et la plupart des étudiants ont quitté la ville. 

D'après cette lettre, à Milan, la police a envoyé i50 hommes d'mianterie et de 
cavalerie cerner la maison do jockey^lub, à deux heures du matm, et somaer 
les oaembres présenu de fermer les portes de ce lien de réunion. Le gnùid tbéà* 
tre est entièrement abandonné. 

La garde noble lombardo-vénitienne, instituée en 1838, lors do cooroonemeal 



Digitized by VjOOQ IC 



. ( <79 ) 
k rcflipMV à Ililao, a doimé n démission. I>e$ magisimus et même le procu- 
reur boK bliment haotement la police et le gouvcmemenL 

suons. — Od écrit de Berne, Je 14 jan? ier : 

f La diète s'est réunie ce matin, et a résolu» comme on Tavait prévu« de ne pas 
'époodre à la proleaiation que le nonce lui a adressée au nom du Pape. La déci- 
mea fondée sar les antécédents, et sur ce que Pobjet de la protestation est 
oai-à-£ut religieux, tandis que le nonce est nrabassadeur du Pape comme sou- 
craifl temporel. 

« $ur la proposition du conseil fédéral de la guerre, la diète s*est ensuite oc- 
npêe d accorder leur démission k quelques officiers de Tétat-major fédéral , et 
Prniooner la radiation de quelques autres. 

i Zorich fait la motion que le conseil fédéral de la guerre soit invité à 
w préavis au sujet de la convenance de ne pas tenir cette année le ca 
IboiuD. L*assemblée se prononce dans le sens que ce camp ne devrait pai 
icu, vQ les frais que la guerre a occasionnés à la confédération et aux can^ 
anicolier. 

1 Lecture est faite d*une lettre du général Dufour, par laquelle il refn< 
tide des récompenses qui lui ont été décernées ; il envoie 4,000 livres pi 
;oub]feinent des victimes de la guerre, a 

?OBTUGAI«*. — Les journaux de Madrid du 8 nous apportent des nouvelles 
le Lisbonne jusqu'à la date du 2. Ces nouvelles portent que le comte de 
Hiomar (Costa Cabrai) est nommé ambassadeur à Paris , en remplacement de 
M. le baron de Renduffe, qui est rappelé. Le comte de Thomar partira pour son 
imbwade aussitôt après la discossion de Tadresse dans les certes. On pense qu^il 
ne restera pas long-temps à Paris, mais qu*il reviendra bientôt à Lisbonne pour 
eoir» dus le cabinet sous la présidence du duc de Saldanha. 

Oo assure que M. Silva Cabrai (frère du comte de Thomar] sera nommé am- 
hassadfor à RiO-Janeiro, en remplacement de M. Balsamao. 

IRLANDE. — L^association du repeal irlandais a tenu le iO janvier son mee- 
ling ordinaire. La réunion était nombreuse; M. Maurice Leyne occupait le fau- 
leoii. Après quelques incidents sans importance, M. JohnOXonnell a annoncé à 
ris»emblée qu'une députation était venue récemment le trouver pour essayer 
iTopérer une réconciliation entre la Vieille et la Jeune-Irlande. 

« Dans cette occasion, a dit M. John O'Connell, j'ai fait, en faveur de Tunion 
H de la concorde, toutes les concessions personnelles oo publiques compatibles 
nec b sécurité de Tassociation du repeal ; et je me suis montré tout disposé k 
Qû rapprochement. 

> La dépuution s'est ensuite rendue chez M. Smiih O'Brien, et lui a fait part 
les concessions accordées ; mais elle n'a reçu aucune réponse satisfaisante. 

• M. Sinîtb O'Brien a dit qu1l avait autour de lui quelques hommes de lettres, 
à Faide desquels il espérait emporter le rappel ; et, en dernière analyse, il a dé- 
thrè ne vouloir consentir à aucun arrangement ayant pour but de ramener la 
jeune Irlande h Concilintion-llall, à moins que la vieille association du repeal ne 
(àt d'abord dissoute, puis réorganisée snr d'autres bases! » 

Il -nTin< I 

CUAMBKE DES PAIRS. 
(Présidence de M. Pasquier. — Séance du iS janvier.) 
L'ordre du jour appelle la suite de la discussion du projet d'adresse; la délî* 
Itération continue sur le 10* paragraphe relatif aux banquets. 

>• D'ALT0!f-sHÉB. Je désirc adresser une question à M. le ministre de Tinté- 
neor. Le goovemement reconnalt-il aux citoyens le droit de se réunir dans des 




Digitized by VjOQQ IC 



(180) 

banquets politlqdesT Est-il armé par les lois du pontoir d*empèdier ees h 
qoets? 

Les soixante oo qaatre-vingtd banquets iréfemistes ont-ils eolieii par u 
mice seulement t 

Je précise ma qoestion. Est-ce atec l'approbation de H. le ministre de Un 
rieur que M. te préfet de police a refusé d^autoriseron banquet qui deraité 
présidé par un honorable dépoté, M. Boissel? 

M. duchàtbl, ministre de Tiotérieur. Le gouvemement a le droit d^eaipécbi 
ou d'autoriser les banquets politiques. Il tient ce droit des lois de police et eoi 
autres de la loi de 1790. Lt gouvernement a usé de ce droit, non-senlemc 
cette année, mais h plusieurs reprises, et notamment en 1841. 

Si les banquets ont eu lieu cette année, c'est que le gouvernement les a toi 
rés. Qnant au iMinquet du 1%* arrondissement, c'est par mon ordre que M. 
préfet de police a refusé de l'autoriser, parce que j'ai cru qu'il otfHrait des ii 
convénients de plus d'un genre. 
' M, TiLLiERS DU TERRAGB parle contre les banquets réformistes. 

H. Db bûisst demande que l'on supprime dans le paragraphe de l'adresse o 
mots : a passions ennemies de notre constitution monarchique, opinions sobvei 
siyes et radicales, détestables souvenirs. » 

Ces mots contiennent un défi imprudent et impolitique à des passions qui i 
sont pas ennemies du gouvernement, mais qui diffèrent tout simplement de m 
nière de voir avec lui. 

H. DR BARANTB, rapporteur. Pas plus que le préopinant, }e n'ai assisté aox bu 
qoets; Je n'ai pas lu non plus tout ce qui s'y est dit; mais j'en ai lu assez poi 
être convaincu qu'il y a eu dans les banquets autre chose que des idées ragol 
de réforme et de progrès. Il y a eu des passions ennemies de notre goarem^ 
ment constitutionnel, des opinions subversives de l'ordre et de détestables sou 
venirs ; il ne peut s'élever aucun doute h cet égard. 

L'amendement de M. de Boissy est rejeté à une grande majorité. 

11* paragraphe. « Sire, puisse la pensée de ce que vous êtes pour la Fnoe 
soutenir vos forces et votre courage, et adoucir les douleins qui viennent toc 
atteindre dans vos plus chères affections. » 

Le ir paragraphe est mis aux voix et adopté. 

On procède an scrutin secret sur l'ensemble du projet; en voici le résultat: 
Nombre des votans , 167 ' 

Boules blanches, 144 

Boules noires, 23 

La chambre a adopté. 

M. le président tire au sort la grande députation qui devra présenter Tadress 
au roi. • 



4\ g^oMj^, Jiixxen te €Uu. 



BOURSE DB PARIS DO 19 JâKYIBR 1848 



GiNQp. 0/0. 115fr. 45 c. 
Trois p. 0/0. 75 fr. 45 c. 
Quâtrb p. 0/0. 100 fr. 00 c. 
Quatre 1/2 p. 0/0 . 000 fr. 00 c. 
Oblig. de la Ville de Paris. 1515fr.00c. 
Act. de la Banque. 3180 fr. 00 c. 



Quatre canaux. 1190 fr . 00 c. 
Caisse hypothécaire. 000 fr. 00 c 
Emprunt romain. 95 fr. 1/2. 
Rentes de Napies. 99 fr. 25c. 
Emprunt d'Haïti. OOvifr.OOc. 
Rente d'Espagne. 5 p. 0/0 00 fr. 



PARIS. ^tapRiHERiB d'adribn tB CLBRV BTC^^ruc Gas^ettc,'^* 



Digitized by VjOOQ IC 



MNEDI n JANYISR I8i8. / ' ^. 4434 j 



LETTBE DE K. AUGUSTIN FEBUUCI, 

A M. L^ABBÉ VINCENT 4ÏIOieRn. 

rélais sur le point de livrer h Timpressioo quelques dlasertaliMiA sur valie 
GisciuiOBEHifO, lorsque je lus, par hasard, dans le jouroad UMeaa la Patua {i^ 
m lettre qne vous aviez adressée à MM. Us iris-ckêrt dérêcêêms de ceUe 
Me. Il est de mon devoir de répondre en quelques mois k ce pHii éorUy «à 
Ton voit briller égaleroeni et votre impudence hat)ituelle du mensMige, et voM 
nérérence effrontée envers la personne sacrée de mon vénérable arc^véque, 
Sgr le cardinal Ignace- Jean Gadolini. 

Ost bien vous qui, vous couvrant du masque honteux de rbjpoorisic^ déola* 
ra ne pas wu$ paraître probabU, qw Vécrii aUribué au eardimoL Cûd4flkii tmi 
vraiment de lui, et que t'il en était Cauteur, il coiwiendraU de dire, que Sim 
Efkinme n'a point lu votre livre, et qu'elle s'eH confiée à quelque mma infidik 
powtn faire lee extraits. Yous ajoutez que vous regarda (dimlumml. etmitne $m 
dmiT de protester hautement contre la manière indigne avec laquôUe on déguisé' 
r<<i censées en rapportant vos expressions. Et vous mettez le cachet à cetAe pe- 
tite leiire avec cesinsolentes paroles : je revers la POcaniB ;maisfe ne oroisfaÊ 
9«>Ue autorise personne à calomnier Us innocenu, surtout dmis Us iMfw de «î-^ 
ni'wlion où nous vivons et sous U pontifical de Pus IX. 

Vous révérez la pourpre? et vous osez (sous le couveri captieux de voire* JS 
'^c ciois pas] lui imprimer la tache honteuse de se croire autorisée à calomnier 
^'^ innocents?... 

^ous inierposez le nom auguste de Pis IX?... L'usage si fréquent et affecté 
i|<;i' vous faites de ce nom auguste dans vos écrits, et les louanges que vous Cei- 
jiiKz de lui rendre, sont Pinsulte la plus oulrageuse qui puisse être laite à sa 
l»rétnrmence et à sa sainteté. 

^ous révérez la pourpre? et cependant vous accusez mon savant et vénérable 
l'^iear et père de n'avoir pcLS lu voire livre, et de Ta voir jugé sans Ta voir lu, em 
^mitant à quelque main infidèle pour en faire Us extraits^ en se lak^aiit ta»- 
fl«'r« en erreur par V audace incroyabU de vfis adversaires?.». 

Non, Monsieur, tel n*esl pas rEniinentissime Gadolini. Non, Monsieur, il ne 
K^' pas sans ple'me connaissance de cause. Non, Monsieur, il n'c&t pas homme 
^ permettre jamais impunéotent à qui que ce soit UincroyabU^ oui vraiukent, l'issr 
^'>liabU audace de publier uue Déclaration soleaneUe, imprima sous son propre 
1)01» Il soQs ses propres yeux, comme est celle contre laquelle vous réclainez. 

!'• Déclaration lui appartient; elle lui appartient autant que m^appartiettt la ce* 
pû c>e que;e fais en ce moment à la lettre que vous avez adce»^ à MMMstrès^ 
^^\i direcUurs du journal U Patria. ». , . ^ ^ 

^ns cette lettre, vous accusez rtlminei^tissime CadoUni (v^^yez coomi^ vow 
f'vertz sa poiaPRR et sa PsasoK.NX 1 ) vous Taccu&ez d'uvm tios^ué à de^smn 

« 

X. N* 80, 26 novembre. . . 

i^'y^ mi de la Religion. Tome CXXXf I 10 

Digitized by VjOOQ IC 



(<82) 

quilquet poêioges de votre Gesuita mederno, de toi anoir éétaehit du texte ^ et | 
Umr avoir donné un êem tout différent de celui qu'He ont dans vôtre ouvrai 
Ces accttsalkmfi sont graves, et, comme chacun voit, pleines de révérence pc 
la pourpre!... Donnons en entier ces passages incriminés de votre onvragc, 
voyons quelle est la vérité et le reepeetàe vos accusations. 

La vérité est, que plusieurs passages de votre Geeuita modemo^ cités par 
eaHlinal, sont tels, vous en faites vous-même Taveu, qu'ils dotvenl eomur m\ 
amw oreUtei ckrétiennee. En effet. Ils sonnèrent mal à mes oreilles, ils soJ 
nèrent mal également aux oreilles de mon digne archevêque, et son coeur en ^ 
iiMveraineoient affligé. 11 les a transcrits fidèlement de votre ouvrage, et c'est 
plus Injurieuse effronterie que de le nier comme vous faites. En les reproduîsjj 
id, et en citant les voinmes et les pages d^où ils sont tirés, je n*ai pas d'auÉ 
dessein que de donner à chacun la facilité de les retrouver dans votre texte, 
de décider par lui-même si le très-loyal et religieux cardinal a jamais eu, ou 
ivtir la pensée de les falsifier ou de les exagérer. 

11 a parlé en évéque, et pour se laver d'une tache indigne et insupporul^ 
dont on voulait le noircir. Non, Monsieur, il ne s'est jamais fait, et ne^se fera j| 
nuds un bouclier de la pourpre dont il est revêtu, pour ee croire autorité à d 
ANiiiiitfr tes innocents. Il sait bien que sa pourpre ne lui donnerait d'antre pri^ 
lége que celui dVlr« calomnié, si dans cette heureuse ère de liberté et de loll 
ranoe où nous venons d'entrer, le droit de la défense et de la libre discusâij 
ii*élait sacré pour lui comme pour tous. Si le temps de toute tyrannie est pa$i 
Il est aussi passé le temps de ceite tyrannie de certains espriu qui, d'apr 
vous (1), sachant leur propre supériorité, inclinent au despotisme comme par v( 
d^instinet. SI vous vous vantez d'être libéral, je puis vous assurer, avec cou 
certitude, que lui et moi nous le sommes autant et plus que vons : en défendai 
la cause de la liberté, nous ne donnons pas lieu aux rétrogrades pessimistes < 
la calomnier comme une adversaire de la religion dont elle est là fille et la sd 
vante inséparable.' Et ces miracles, partis do Vatican, qui nous initient à on avj 
oir nouveau, sachez, M. Tabbé, que mon vénérable archevêque a pu, mieux qi 
vons, les pressentir dans l'élévaiion de ce gband homme que nous voyons ai 
jonrd'hui, avec vénération, assis sur le siège le plus élevé de l'univers, de I 
QIAND HOMMB qui lui avait accordé le précieux avantage de jouir de son amitié 
plus bienveillante et la plus affectueuse. 

3lais voici. Monsieur, tout entier le passage de la Déclaration de Son Eio 
nence, dans lequel se trouvent les paroles tirées de divers endroits de votre Û 
tuita modemo / « Mais comment, après mes discours,' supposer que je donne Gh 
a herti pour modèle du sacerdoce? Il suffirait d'y jeter un coup d'œil pour jngi 
» précisément comment et pourquoi je recommandais ce célèbre écrivain ; c*< 
» néanmoins oe que ]e suis forcé d'expliquer pour d'antres, qui (je ne saurais di{ 
a ai e*eai par défaut de charité ou par ignorance) se sont étonnés que je fat 
»ia eeut évéque de la chrétienté qui osât huer Oioberti. Que si j'ai été le se 
n|nrail les évéqoea k le louer publiquement, je ne serai pas seul à désirer, a% 
n VMBent souhaiter de pouvoir un Jour le proposer pour le vrai type du clergé 

(1) Ges. mod., vol. IV, p. 907.— Leaanna. 

Digitized by VjOOQ IC 



(♦83) 

»car nul mie«x que lai ne ponrrail, avec ses admirables talents, être tulle à ta 
» foi caihoU<|ii«. £a aueadant, il est néeessaîre de désigner aa clergé poar in<K 
idèJQ qMc^kp^uaqoI iui offre, dans Tanoien Teaument, Moïse plot6c comme on 

> propbètQ ei.OD eavoyé du Seigii6ar« que coonne im antre iuprême, dam tequd^ 
*emm dtnu Ciior $i Napoléon, h «ofU rauimkliei louia let pentéit de ion 
iimpt ; quelqtt*uo qui, dans le nouteaa Teataineiit, lai inspire beauconp plas 

• de respect» même dans sa formé exiérUwrê^ poor Paol, dont on ne peut en- 

* tendre dire qu^il.esl inférieur aux oraiêwn 4ê rAgora^ de la Curie «I du Fo-- 
*Tm, et pour la pore et l>elle simplicité des éTangélisles; qiielqa*on qui ne 
» lieoDe pas, quant à ceiie même forme, VEvanfUê pour un livre toui-à fait ««- 
tmdoire, dont le mériu i'évanouU^ n on le compare awe cette riche et étonnante 
I lUiiraiure qui $' étend d'Homère à Tacite; quelqa*an qol ne fasse pas conccTonr 
» de Aos sainte^ vrais iiéros chrétiens, Fopinioo que, coneidéréi eeulement au de* 
i&ori, iU disparaissent en* présence des hommes de Plutarque et de Tite-Lvee. 
» Outre que, dans la bouche de qui aurait à se proposer pour exemple au clergé, 

> il ne sonnerait pas ti ës^bieq que César avec tous ses vices montrât plus de chri-- 
*nianitme que Napoléon^ qui^ quoique véritable grand homme^ eut toute foie 

> bemtC9up du charlatan ; et il serait pis encore de dire dn Christ qn^il fkU divi- 
**inaUeésarien en politique^ comme U fui dùrinement soeraHque et platonique 
•m tRoro^e...; car, si à César, destructeur de la liberté, on fait lé plus grand 
ihooneor par cette singulière comparaison, an Christ, seul auteur de la vraie 
•liberté, il parait qu'on enlève tout honneur, il ne loi en revient pas non pins 

> dtt côté de Socrate, dans lequel le del s'est plu à esquisser son image sous forme 

> Aimone. il semble plutôt à quelques personnes qu'on court le danger de trop 
» étendre Us sentiments du cosmopolisme chrétien^ et la forme propre du ehris- 
•teiime moderne. » 

Maintenant, voyons ensemble, M. l'abbé l Ces paroles, dont Mgr rarcbevêqoe 
dûQoe QQ abrégé, soni-elles de vous, ou n'en sont-elles pas? Vous les avec pent- 
^ oobliées. £b bien ! venez ici; voici la page 18 do i*' volume, première édl- 
lû» de votre Oesuita modemo. Lisons-les maintenant, vous et moi , sans en 
ooeure aucune, et que tous voient avec vous si le oonscîeneieax cardinal a man- 
<|Qé, comme vous l*eo accusez calomnieusement, à la lionne foi. Les voici : «Les 

* plus grands hommes de l'histoire, conmie, par exemple, Moi^e, Cé^ar. Napo- 

* léoQ, ont été comme un centre suprême, dans lequel se sont rassemblées toutes 
' Itiftnsées de leur temps, qui, fondues ensemble dans ce centre commun et je- 
' tées (si je puis m'exprimer ainsi) en une seule idée, en sortirent de nouveau, 

* non ptus dispersées comme auparavant, mais revêtues de cette unité pour la 

* communiquer au monde contemporain ! > 

lassons au second texte, cité aussi par Son Eminence, et relisons-le ensem- 
^ lout entier à la page 18 du iv* volume. Le voici : «La partie la plus précieuse 
' des livres saints, c'est-à-dire le Nouveau Testament, est hi phis négligée. Paol, 

* par esemple, malgré son éloquence vive et le feu céleste dont il est enflammé, 

> »e psm être comparé aux orateurs de FÀgora^ de la Curie et dm Forum. L'Evan- 

* tile est divin par-dessoa tooa les écrits inspirés. Nais le premier des évanfeé^ 
« listes D'à pas le génie descriptif, et il réussit maladroitement à dépeindre œ 
«qa'Uiaconie; Lac et Marc , quoique meillears, ne s*élèvenl pu aa-deasus de 

Digitized by VjOOQ IC 



cm ) 

« rbumble simplicité de h èhitmiqQe : Jeao seul » '(^iielqae chose de grand ; d 
n U n'eât paft saBS ëétaul : il alhùaée en répétitioag et se cocirplaft trop dânsi 
it aatiliièiesi m maoière de procéder, qu'if ne conTieiH pas de spécifier ici\ 
» maoc^ pas de inérile pJHleoopiiiqMei, miK, Mtérafiraneiit parlant, il peni d\ 
» ner lieu à ^oa d'uae eriit^ae. Ainsi ^Evangile, qnanf k h f&rme extérieure, 
M un livre lout-à-^ êeeondaire, dont le mMU fiveaumU, rionie compare a\ 
a ^Ue riche el ékmnanêe lUtéraiure qui féUnd à'Hwmère à Taeitey et qor prodii 
m aiiiioe péviodACiUlivéev «lîqae as monde par la ivoire» dn génie et des enu 
a prises» Que difOBS^-aooa des autres parties? La litargie cafkoViqoe est pure, 
a gne, sainie; maîa» en spimidienr et en magnitieence, elfe esc mflirteore h he^ 
a cott^ de cérémonias pMannea. Bien plua, le bste et les pompes superilue« 
a sont si peu Daiorellea, qo^an kifo de rémbeUîr, ils la corrompent. La xe\ 
a^ cbréiienae n'est pan moins modeste qoe le évite ; c'est pourquoi noe eainu, À 
a sidéré» seuUtMmi ««hd»Aors, difporaiswnl en préeenee dee hammee héroiqve^ 
» PlMtairque eâ de THe-lÀoêl ! a 

▲vea-vottSv ouï oift non, écrit ees choses, M. KaèbéT Les paroles citées 
.abcégé par moe arcbeaéque, on détaehéee, eomrae Yons dites, du texte, ne so^ 
«Uns pas pleiiiemeat eonformes à Yolre texte hri-méme que je tous ai mis sd 
les yeujtt Aussi^ je pense que Paul et lies érangélisteB n'ayant pu échapper à ^ 
«censures, je diaais presque sacfilég<^s, Il doit, non pas se plaindre, mais se gfoj 
ier de la manière irréi érenie et messéante dont vous a^pez eu la hardiesse d'u^ 
OATcrs lui dans votre lettre. Vous fondriez donc absoHfment qu'il Toas dbaii 
€omfR« l'exemple, U mArwr et le médite du tàergi?,.. Il n^y a personne, peut-én 
qui, plus que lui, ?oos ait admiré et lonié. Mais s'il a applaudi aux belles pug 
de vos autres ouvrages qui, semblables à la lance d'Achille, vous servaient que 
quefois à guérir les plaies que vous aviez faites ; il ne pouvait se taire à la v^ 
de ces plaies qui laissent, hékis ! des traces profondes^ permanentes et incor^ 
ikles. £t moi aussi je vois les éloges qoe vous donnes vous-même è la simpfiej 
et à rbuniMlé do la foi ( MaiSs malgré les belles choses qoe vous en dîtes , pni 
je ne pas rester dans rbcsiiatio», en lisant (1) qoe cette hamiftité de fin marti 
vere sa tfanefigwraêimt, qui eera fa régénératim du efuieliauiemeet de la ecienti 
Que vottlea-voos nous faire entendre par ces paroles? Je crois eC je sais que daj 
le eièele futur Fintnition imascdiate de la vérité fera disparaître la foi poor hi^ 
ser régner la ekarUé toute seule. Il n'y a que vous qui puissiez dire ce que vch 
entendez par cette génération qni doit avoir lieu dans le siècle présent. 

(La fin au proehesin Numéro.) 
■ Miiin II a II iMiMi — 

REVUE ET NOUVEUUBS BCGUtolAftTl^^imS. 

Uu £aittrèa*gtave porte en ce moment aue perturbation douloureux 
daas TËglise dn Piémont. Il s'est élevé entre les évéques et le ministèr 
aai'de» au sujet de la ceossre des mandements, lettres pastorales et ati 
tces éciilaeccléaiastiqfiesynttcooflit dont les sni tes seraient désastreuses 
»'ii a'ctaâtbi<»a&t donné satisfiKtiofi atvx droits sacrés de l'éptscopat nu 

Clivage IQtlocciu 

Digitized by VjOOQ IC 



(185) 

Bifestement violé». Nous ne coMDaîssioiis jusqu'ici ée celte grave cflUre 
4|«e k peu 4|iie no«s en avaient a|^m denx joarnaini piémontais de 
couleur fort suspecte, et une cointnunication particulière de source Ae^ 
Tee, mais incoiiiplète. Des reaseigupments authentiques et plus précis 
que nous venons de recevoir, nous permettent d'en parler aujourd'hui. 
avec plus fie détail et en parfaite connaissance de cause. 

La nonvplle loi sar la liberté de la presse accordée au Piémont par le 
roi Charles- Albert y a supprimé la révision des écciu en maûève reli- 
gieuse, dévolue jusque-là à Fautorité ecclésiastique, et asanjiéiifc à la 
censure laïque tout écrit émané des évéques, mandementty lettres paa^ 
torales, livres d'église, catéchismeSt etc. 

De telJesdispositioDS-nepouvaientmanquer d'éveiller la sollicitude pas- 
torale des évéques. Des représe a talions furent adressées au gouvememeni 
sarde Mgr Charvaz, évêque de PigneroUq.ue la liberté religieuae compte à 
boa droit parmi ses plus intrépides et ses plus éclairés défeoseurSv éiaii 
lui mèuie sur le point de faire parvenir au roi dea féelainaAions^ aiift-^- 
queli«s devaient donner tant de poids les hautes lumières de l'illuattie 
pontife et son ancienne position k la cour de Sardaigpe., loraqiu'il reçut 
communication d'une ciiculaire que la commission supérieure de révi« 
sion établie à Turkn adressait, à la date du 7 décembre, aux oommiasions 
provinciales. 

Ceue circulaire contenait les inatrucliona suivantes, en ce qui coq» 
cerne les écrits émanés des évéques : 

«U révision de qmlque éerii qu$ cb soit, et la permission relative de Timpri- 

> mer, appartenant «â^cfuf^v^menl aox commissions provinciales, il s'ensuit qa*d 
» eUn autti il appartient êê iurveilter Vimpreition dei livres de liturgie, calé- 
^ehiime^ oa pure théologie. Sa Majesté a déclaré cependant que son intention 

> était que les eommissioiis, avant d'aatorîser Pimpression de ces sortes d'écrits, 

> <lef aient eiîger de la part des édîleors on imprimeurs on certificat de Tappro- 

* baiion da sapérieor do diocèse. Sa Majesté a déclaré encore qne les commis- 
taons provinciales doiveni avoir som de procéder avec dess précautions et des 

* éprds toot particnliers dans les eboses qui appartiennent à la religion, et que 
*tbDs le cas de douu raiimwable mr h pureté ou rexactilude dles opinions en 

* pareilte matière, elles doîveM «^abstenir de passer outre sans avoir eu recours 

* mi lumières des sapérleors ecclésiastiques ppar résoudre ce doute. * 

C'était là l'unique satisfaction qne le ministère sarde accordait aux lé* 
S^times représentations des évéques. En présence de cette i épouse dé- 
faire, M. révêque. de Pignerol s'empressa d*écrire au gouvernement : 

«Toute disGU&sion, toute représentation deviennent inutiles a^è» une telle dé- 
*cisioa émanée postérieurement aux réclamations de quelques évéques. La 

* presse étrangère, à qui II est bien difficile qu'elle reste inconnue, se changera 

* du lommeouiire, et alors ropioiou publique décidera si ceux qui Tont solikir 

* |ée auraient pu mieux atteindre leur but alors qu'ils se seraient proposé de 
"joindie la dérision à Tasservisscment de Tépiscopat. Uite probibition (n'ini|iorte 
^ ^ forme plus ou moins directe), une prohibition faite aux évéques dlmpivaier 

* même un eatéehismê, même un livre de prièrfê, sans le contrôle de laicéviaiOB 

* Uiqie, c'est-à-dire sans r^ppro^aiion et lapênnmiên de ceux k qui leaévèquea 

* ^^ de droit divin, la mission d'apyreadre k croire et à prier ; unetelU ^oliir 

Digitized by VjOOQ IC 



(m) 

9 bilioo, di9-j^ ^ propos d'âne loi où Ton accorde mie plus grande nberré à la 
» preeee, d'une loi où Ton déclare que nous sommes arrivés désormais à tel de- 
» gré de civilisalioa qui permet de nous octroyer une telle liberté, c'est le su- 
» btime en fait de contrastes, et dès-lors tout est dit... » 

L*tUustre défenseur ded droits de Tépiscopat ajoutait encore : 
« Sauf une décision en due forme du Souverain-Pontife qui prescrive aux évé- 
1» ques de soumettre leurs caiéchUmei, leurs livres lUurgiquei, et même la ptcre 
j» théologie à la révision et à l*approbation des commissaires laïques, jamais je ne 
a me soumettrai à un tel joug. Or, comme je n*al pas le moindre doute que Rome 
• ne condamne de telles prétentions, loin de les approuver, je persiste dans ma 
a détermination... » 

Enfin M. Févéque de Pignerol déclarait qu'en voyant la marche sui- 
yie depuis quelque temps envers les ëvêques, il n'avait plus la confiance 
que les choses pussent aller avec un accord satisfaisant, et qu'éprouvant 
d'une autre part une répuguance invincible à soutenir constamment de 
nouvelles luttes, doublement pénibles pour lui, dans la position où ra- 
yaient placé les bienfaits tout particuliers du roi, il ne lui restait plus 
d'autre parti à prendre que celui de mettre aux pieds du Pape la démis- 
sion de son siège épiscopal. Cette démission fut envoyée en effet le 22 dé- 
cembre. 

« Placé, disait en finissant le pieux et savant évéqae^ placé entre ma con- 
a science, qui me défend absolument de subir un joug aussi injuste, aussi 
» ignominieux , et la nécessité de renoncer à mes fonctions, je n'hésite 
» pas un instant et je me fais un honneur et un devoir de donner la dé- 
n mission de mon titre et de ma dignité d'évéqne plutôt que de continuer à 
9 exercer plus long -temps un ministère avili. Bossuet écrivait au chancelier de 
» Louis XIV qu'il était décidé à y mettre sa télé plutôt que subir la moitié seulc- 
» ment du joug qu'on nous impose. Si un évéque de la taille de Bossuet allait \u^ 
a qu'à y meure sa tête, un misérable évéque comme moi doit bien s'honorer «ry 
n mettre au moins sa mitre. Ck)mme je n'obéis qu'à la voix de ma conscience eo 
» me retirant, je ne veux laisser à personne le droit de penser que j'aie saisi coite 
a occasion pour me débarrasser d'un lourd fardeau et pour me faire une positioa 
p libre et aisée. La liberté de conscience, prise en ce sens, n'a jamais été on 
a vain mot pour le chrétien, et elle doit l'être moins que jamais pour un évéque 
» dans notre temps... Je ne suis, ajoutait-il, ni un retardataire ni un obscoran- 
p liste. Loin de là, j'appelle de mes vœux le complément des réformes et des 
p institutions. Je suis persuadé que l'Evangile est le plus libéral de tous les codes, 
» et qu'il reste encore bien du chemin à faire avant d'arriver à la fraternité et à 
p l'égalité sagement entendues qu'il tend à établir parmi tous les hommes. Mais 
» l'Evangile a des moyens d'action et de répression qui manquent à tons les lé- 
» gislateurs humains. Et quand je vois qu'à propos de liberté de la presse on ne 
a trouve rien de mieux que de paralyser l'action de ce code divin ; quand je vois 
h qu'on ne donne à l'Eglise que l'asservissement le plus complet au lieu d'un peu 
a de liberté, alors je renonce à mon ministère plutôt que de devoir prêcher dé- 
a sormais un Evangile politique ou officiel, l'Evangile de la grande chancellerie, 
a que je ne connais pas, et que, Dieu aidant, je ne connatirai jamais. 

a Quand un gouvernement a dans sa main la nomination des évéqocs et 
a VAppH comme ifaôut, et qu'il met encore de telles entraves à rexercice de 
a leur ministère, l'exempte de l'Eglise d'Allemagne est là pour nous dire 
aie sort auquel on peut s^attendre! Quoll un évéque ne peut imprimer ni on 

Digitized by VjOOQ IC 



( 187 ) 

tca(éehi$mi, ni an torit de pyre théologie, ni un livre ée, liturgie ou de prière 
«saos la réviêio» et ta permiiêion des Commiêiions fnronineiales auxiiuelles ilap- 
» pariignt d'en cannaUre eœduêivefnint à Uwt autre, el de pourvoir à Vimpreewm 
»de itlt livrée! La question est là..., et non point où il plait ^ M... et è M... de 
» la poser. Or, ainsi posée, je laisse à d'autres le droit de prononcer si la chose 
«tD'e^l pas encore plus ridicule qu*odieuse. Mon cri est donc un cri de liberté, et 
4 0011 un cri d'asservissement pour qui que ce soit... o 

Après un si noble et si ferme lanj^oge, que servirait de défendre Ti!- 
lusire Pontife contre les insinuations calomnieuses de quelques jour- 
oaiix piémontats? Ses vénérables collègues. Le souverain Pontife, TK- 
^lisc catholique tout entière, applaudiront à ces paroles euipieintcs de 
la sainte liberté et du courage apostoliques. Pour nous, nous les recueil- 
lons avetf un pieux respect, et même avec l'espérance qu'elles arrête- 
ront le gouvernement sarde dans la voie funeste où il vient de s'enga- 
ger. Le loi Charles-Albert ne peut pas rester sourd aux protestations de 
tous les évéques de son royaume, aux remontrances respectueuses d'un 
évéqtie qu'il honore pins particulièrement et qu'il aime. Le roi Charles* 
Albert, au moment où il forme avec le Pape Pie IX une alliance qui 
donne de si belles espérances à l'Italie, ne peut pas con^promettre le 
succès de son œuvre politique, par un conflit avec le Saint-Siège sur une 
quesiion où les droits de l'Eglise sont si manifestes. 

mÊtm m miimm 

Nous avons essayé d'expliquer par une conjecture qui nous semblait 
très-vraisemblable la contradiction qui existait entre un passage de la 
deroière allocution du souverain Pontife et les termes du rescrit de 
^'empereur Nicolas à M. le comte Bloudow. Nous supposions qu'au mo« 
ineatoù le Saint-Père exprimait le regret de ne pouvoir annoncer le 
succès des négociations avec la Russie, l'empereur, ratifiant à Péters- 
^urg Tarrangement dont les bases avaient éié convenues a Rome, avait 
PQ se féliciter de l'heureuse conclusion que le Pape, ignorant encore 
bratiBcaiion impériale, considérait avec de trop justes motifs comme 
incertaine. 

Cette conjecture semble aujourd'hui se vérifier. Voici du moins, en 
iiiendant de plus amples éclaircissements, ce que nous lisons dans la 
Oazelte dAugsbourg i 

« D'après des nouvelles de Rome, M. de Boutenieff a, dans une audience du 
^int-Père , remis à S. S. fa ratification de Tempereur Nicolas de la convention 
i^jà Gooclue au mois d'août dernier, au sujet de l'Eglise catholique en Russie. 
\- S. a, dit-on, exprimé ses regrets que cette communication importante et sa^ 
listlaisaote n'eût été f^ite qo*eo ce moment, et non pas en temps opportun où elle 
aurait pu être mentionnée dans sa dernière allocution, a 

l)*un autre côté, la Gazette politique de Munich du 15 janvier se croit 
en état de pouvoir donner, d'api es une source digne de foi, le résumé 
^c la convention conclue entre la chancellerie romaine et le gouverne- 
ment russe. Voici les points principaux de cette convention , dont nous 
iiteudions cependant que l'authenticiié nous soit mieux démontrée : 

<^ Araveoir, la Russie aqra sept diocèses catholiques : Mohllew (arcbevéciié)^ 

Digitized by VjOOQ IC 



J 



(m) 

¥ikn, mntk, LnlA, ttonip, KMPiwîemtChi roM i, CêéanâÊnÊkBé tmm m 
et <toié for ie focveraenenl, et «'«étaéni jw^ae >éMi« U AamvaMt, le Taun 
etIeCMKase. Cineèelle de circeMoriplMii étuapmAmmm k' é ïmà m ée cfaM|iie dà 
oèse. L*é«éqi]ed« eoeYeta dtocèoe (€hersoo) joaîn d*oa ie«aneide>4,29ilO rot 
Mes V'argein (ewriroe 18,000 fr.). Le chapitre se compesera de iie«f dunfotne 
dont deux seelenent seront tioilatres. Le séminire dioeésaîa ee cooiposere à 
vingt élèves et sera entretenu aei frais du gouvemeneat. Lesévéques et les m 
fragaoïs, en Russie et eu Palogne, ne serout nommés que d^apr^ un arrange 
ment préalable entre le gouvernement ei le Saint-Siège. Cette formalité rem- 
' plie, le Pape ieur donnera Pinsuillatioii canonique* La direction des affaires ec 
^iésiastiques sera abandonnée entièrement aux évéques. Cependant, lorsque! s^a 
gira d^objets importants, comme les mariages, les contestations sur la propriét 
de TEgUse. etc., le consistoire diocésain devra être préalablement consulté. 

» Les membres riu consistoire seront des ecclésiastiques nommés par Tévé 
que, avec rasseniiment du gouvernement. L'enseignement, la doctrine et la dis 
ciplïoe dans les séminaires seront somnis, d*après les prescriptions do concile d 
Trente, à la direction et à la sumet^lance de Tévéque. Avant la nonination d'u 
recteur, d*un professeur ou d*iin maître, il devra cependant s*a^urer ai le gou- 
vernement n'a pas d'objection k faire contre ce clioix, sous le r<<pport mondain 
L'arcbevèque de Mohilew aura à peu près les mêmes privilèges. Les curés se 
ront nommés par Tévéque, avec rasseniiment du gouvernement, sous la réservi 
des droits seigneuriaux et après examen préalable. Quant aux églises, elles se 
roDt établies librement par les communes ; mais le gouvernement fait espère 
qu'il usera de son influence pour y contribuer et pour augmenter les paroisses 
ÙAon les besoins. Après ratification réciproque, il sera procédé sans retard à 1: 
nomination des évéques. » 

Un sermon 4e ckarité sera précbé daas l'église Saiut^Gervais, eo fa- 
veut' des pauvres de cette paroisse, le dimanche 23 janvier lS4ft, pai 
M, l'abbé Cb. Déplace, chanoine honaraire d'Alger>, à tixiis beares très^ 
précises. 

Au commencement d'octobre dernier, V^mi de la RaUgwn publia U 
Mandement qui faisait un appel en faveur du diocèse de Montréal au 
Canada, où dix prêtres ont été enlevés par le typhus. Nous avons la sa- 
tisfaction d'apprendre que cet appel a été entendu, et qu'il a. déjà pro- 
duit d'heureux résultats. Des prêtres zélés, plusieurs même sacrifianl 
des positions très-avantageuses, se sont ofTerts au vénérable évéque de ce 
diocèse affligé, et ont demandé à partager les travanx et les dangers de 
sa pénible mission. Toutefois les besoins sont grands encore, et ce se^ 
coors, tout précieux qu'il est, ne suffira pas pour les combler. Nouf 
croyons devoir rappeler ici que l'agent de Mgr l'évêque de Montréal, 
pour recevoir des demandes et y répondre, est M. Choiselat-Gallien , rue 
Cassette, n* 36, à Paris. 

^ < r« - 

Nous lisons dans VAriégeois : 

« La quête ordonnée par M. Tévéque de Pamiers, et qui a été faite le jour de 
Noël, dans tontes les églises do diocèse, en faveur de Flrlande si malbeureose et 
al fermement attachée à la fol catholique, a été fructueuse et abondante dans no- 

Digitized by VjOOQ IC 



( «89 ) 

«efv^fifMvmln-fiiêaie. On noas usvre que d»mi la cathédrale dePamîera 
t\k a ^Màiil fmile SfO firanos. Les dhrarBM fotiiea o a wmec letueUfa* dsoa 
IM8 pafoisaes (Gjhmi>od i mm Cotai fui ira %'sqomtr à é> auisM ëes aonônes «^ le 
jDoade caUioliqae eavoi^ k aos ftérea, ^ «mifireiii wfec «ae àéroi^iie i 
tioa les pénibles épreuves de la diseue, de la misère ai de la faim. » 



iCarrtâpoHdame pwriieuiière d» l'ÂMi de la RuiGion.) 

« Suiitgard, 14 janvier. 

> ^ûus venoos d*ap|>readre que le catéchisme rédigé [lar M. de Jaunuaii, doye» 
du chapitre de Rotienbourg et iiiemlM« du eonaeil eocléaiasiique allaché aa inî- 
oistére de riniérieur, a éèé nis à Vlnàex à Rome, «t que Tordre décrété |Miiir ta 
céréiDOQies liturgiques du culte catholique «o 1837, y a été frappé d'une eott- 
damaaiioa analogue. Tous les catholiques du royaume rendent grâces au Père 
commun des fidèles pour ces deux actes de sévérité, qui élargissent et afdaais- 
ieotcottsidérablemeut la voie dans laquelle <iou« nouvel évéqoe se promet d*e»* 
Uer. MaJheureusemeot le catéchisme de M. iaumaan a déjà été tnireduii, son» 
riollueDce protectrice du gouvernement, dans beaucoup d'éooles catholiqueft, et 
des prêtres pieux et xélés ne savent trop comneut s'y prendre pour exAirper le 
nm que ce catéchisme a déjà inoculé à beaucoup de jeunes âmes. 

> Noas avons eu le déplaisir de voir à b suiie des poblicaiions ordÎMÔres du 
coacMus pour deft emplois civils de plus ou moins dUmportaoce, iguner le caniH 
ùcai devenu vacant ï Rotteahourg et dévohi à lélectioo du chapitre. On ne cou- 
voii pas comment une fonction de si haute importauce que celle d'un chanoine 
debcaibédrale, peut èire ntse au concours. Il est dommage que Ton n'ait pas 
i^Aséà mettre également à un pareil concours Tévéché qui, avec un traite- 
oeot de plus de 20,000 fr. et la jouissance d* un palais épiscopal, n'aurait pas 
ouDqQé de trouver beaucoup d'amateurs. Peut-être cette idée viendra -l-elle an 
cbapilre à une prochaine élection. 

«Nous avious salué comme de bon augure pour la religion eaihetique la neml- 
iuiioa d'un prêtre de notre confiessian à la direction anpérienre de la maison- 
iBiiie des orphelins à Weiagarten. Mais voilà déj^ que l'autorité ei«tle intervient 
pour loi rendre cette place à peu près intenable. Cet institut avait besoin d'upe 
UQiiresse d'études pour les jeunes orphelines, et le directeur-supérienr avait 
°ùs, comme il est d'usage chez nous pour tous les emplois qoeloonqueu, cette 
fooaion au concours, en observant que la préférence serait donnée à une mat- 
tre^ise catholique. Le ministère de l'intérieur a jugé à propos de substituer à ce 
*leririer mot celui de chrélienne^ oe qui n'excluait du concours que les femmes 
joives. C'est eu vain que le directeur de la maison a réclamé contre cette substi- 
MitiûQ, qu'à aucun prix il ne veut admeiuw ; en sorte qu'il est à craindre qu'il ne 
K démette de ses fonctions^ et que son emploi ne passe anssit6t en des mains 
Pfoiesunics. 

^Notts faisons les v4£ux les plus ardents pour que le sacre de Mgr ^pp 
t'éprouve aucun retard; car, gr&ce aux engagements que le roi a pris^onvers lui, 
il pourra intervenir avec une certaine efficacité, et rompre en visière avec le 
i&iiairais vouloir du gouvernement, qui persiste encore à abusera. 4e tons les 
luoyeos pour nuire aux intérêts de l'igllae catholique. 



Digitized by VjOOQ IC 



(490) 

« Cest M. Tarchevéque de Fribourg qui doH sacrer noire nouvel évéque. 
Les meilleures espérances s'allachent à sa future adniinisiraiîon, à raison de la 
francliise avec laquelle il a prévenu le commissaire royal baron de Linde, qQ*i] 
n'accepterait Tépiscopat qn*à la condition que le gouvernement se départirait des 
usurpations de la juridiction épiscopale, érigées en principe par Tordonnaoce 
royale du mois de juin 1830. Geite ordonnance attribuait, comme déjà vous Ta- 
vez fait connaître, à un collège ecclésiastique attaché au ministère de rioté- 
rieur, l'administration des biens de TEglise, la nomination et le déplacement ar- 
bitraires des curés, et jusqu'aux chaires des professeurs de théologie et Vies direc- 
teurs du séminaire. Mgr Lipp a reçu Tassurance formelle que tous ces droits 
seraient restitués à Tautorité épiscopale, et personne ne doute de la fermeté qu'il 
mettra à exiger rentier accomplissement de ces promesses. » 

i^ o ^ 

PRUSSE. — La seconde église catholique en voie de construction à 
Berlin , vient de recevoir du roi une allocation de 70.000 écus de 
Prusse (environ 260,000 fr.), et le roi a en même temps autorisé dans 
tous ses Etats une quête dont le produit sera affecté à cette construc- 
tion, qui devra être poussée avec la plus grande activité. 

SUISSE. — La diète suisse a tenu séance le 14 janvier, et a délibéré 
sur la note qui avait été remise au vorort par le nonce apostolique. 
Noua avons publié samedi dernier cette note, dans laquelle le repré- 
sentant du Saint- Siège se plaignait des excès et des mesures arbitraires 
dont le clergé catholique est Tobjet dans plusieurs cantons. 

La commission de la diète concluait à ce qu'il ne fût fait aucune ré- 
ponse à la note, attendu qu'elle traite de matières purement ecclésiasti- 
ques, et que le gouvernement suisse n*a de rapports avec le Pape que 
comme souverain temporel. Les radicaux appellent la spoliation, la con- 
liscation et autres choses de ce genre des affaires purement spirituelles ; 
nous les soupçonnerions cependant d*y trouver quelque chose d*assez 
temporeL Quoi qu'il en soit, la majorité a adopté les conclusions de la 
commission. Quelques députés les ont cependant combattues, et vou- 
laient qu'on répondit au nonce, non pas en signe de déférence, mais sim- 
plement pour lui dire son fait. 

M. Druey, entre autres, a dit que si ces messieurs n'étaient pas coo- 
lenls de idi/roUée qu'ils avaient reçue, on pourrait recommencer. L'élo- 
queut orateur a varié son vocabulaire : autrefois il disait des sahoulées-, 
maintenant ce sont àe^ frottées. Du reste, il n'aime pas plus qu'autrefois 
la diplomatie pleurnicheuse ; la diète, selon lui , ne répond pas par des 
larmes^ mais par des armes. On est bien heureux d'avoir tant d*esprit, et 
surtout de le placer si bien. 

•^Le grand conseil du canton du Valais a voté, i la majorité de 
46 voix contre 34, sous la réserve de la sanction du peuple, un projet 
de décret dont voici la substance : 

«Les biens meubles et immeubles dont jouissent le révérendisslme évéqoe 
de Sion, le vénérable chapitre et les recteurs de la catliédrale, le séminaire, \^^ 

Digitized by VjOOQ IC 



( <9« ) 

couvenCs el oorporatiODS religieuses eiisuint dans le canton, sont rénnîB au do* 

niaine de TElal, à charge par celui-ci de rélribaer convenablement les membres 
du clergé ci-dessus désignés, ainsi que le séminaire, et de pourvoir à Texercice 
de )*bospiialité au Saint-Bernard et au SimplQn. 

« L'excédant de ces biens sera appliqué à ramortissement de la dette publi- 
que. » 

« Cette mesure, ose ajouter ici le Comlilutionnel^ est sévère, s^ms doute, et 
» provoquera, nous nous y attendons, bien des récriminations. Mais il faut con- 
I sidérer la situation du canton du Valais. Il y a des frais à solder, et on n*a pas 
»uo écu en caisse. D'ailleurs, ce que fait le grand conseil du Valais, n'est-ce pas 
«ce que nous avons fait nous-mêmes? N'avons-nous pas supprimé les couvents, 
bIcs biens de main-morie ? et qui maintenant voudrait les rétablir? La catholi- 
sqae Espagne ne nous a-t-elle pas imités à son tour et n'a-t-elle pas précédé la 
Saisie dans cette voie? Il y a toujours, sans doute, des inconvénients dans ces 
«mesures qui substituent un ordre nouveau à un ordre ancien ; mais, si la tran- 
«sition est pénible et difficile, Taveuir finit par recueillir les bienfaits des épren- 
Mes que subit le présent. 9 

£0 vérité de telles excuses ne sont que des encouragements aux spo- 
liations et aux révolutions les plus iniques et les plus sacrilèges.* Mais 
quand bien même on ignorerait que la vente ^t les dilapidations des biens 
du clergé français, n'empêchèrent ni le maximum, ni la banqueroute du 
gouTernement révolutionnaire de cette époque néfaste qui pesa sur la 
France pendant dix ans, l'exemple actuel du triste état de rEspa|;ne et 
du Portugal serait encore assez frappant pour servir de leçon à la Suisse 
nJteale et à son gouvernement spoliateur. 



REVtJR POLITIQUE. 

St4?(CB DE LA CHAMBRE DBS DÉPUTÉS. — INTERPELLATIONS DE M. O. BAEROT. 

Dans un procès en séparation de corps, un fonctionnaire public, le receveur 
p^irliiulier des finances de Corbeil, pour se laver d'imputations qui porteraient 
une atteinte grave à son honneur, s'est cru obligé de publier, dans un Mémoire 
judiciaire, par quels moyens il a obtenu son emploi. Ces moyens ne sont pas tout 
ce qu'il y a au monde de plus délicat ni de plus honorable en matière d*avan- 
cement. C'est par une suite de ricochets administratifs, de démissions de ma- 
gistrats à la cour des comptes, obtenues à prix d'argent, que ce fonctionnaire 
est arrivé ^ ce poste de receveur des finances. Quelque blâmable que soit un tel 
ifafic, indigne abus, dernier vestige de la vénalité de certains offices, si Ton rap- 
proche ce fait particulier de la solennité de Paccusation dont il a fourni le texte 
à 1 opposition, on trouvera peut-être que Tabus pouvait être réprimé sans re-> 
nioer de si grosses tempêtes dans la chambre. 

Les débats soulevés par les interpellations de M. Odilon Barrot sur Taffaire 
^eiit, oui eu deux préfaces. La première, que nous appellerions volontiers pré* 
(^ justificative, a été lue dans la séance de jeudi par M. le garde des sceaux^ 
6008 forme d'un projet de loi ayant préci^ément pour objet la répression des abus 
tor lesquels devait rouler toute cette discussion. L^autre préface, celle qui sem* 
lilait faite pour préparer le public et la chambre à la violence des débats, a été 
fournie par ropposition à l'ouverture de la séance d'aujourd'hui. Le procès*ver- 



Digitized by VjOOQ IC 



M teiMltè pêlM d*éM la, q«efi.fifclMiid des Bras, jtnleiiieifllAMé tf>niinot 
esin-piirleiiieatMre qv**?»! prononcé hier M. Garmer-Pagès, que peo de per- 
BODfies «f aient entendu, mais qae le terrible MonUeur a imprimé ce matin, en 
'toutes leltres, a demandé que ce mot, le mol de mensonge, fût relire. M. le pré- 
sident a joint quelques douces remontrances à la demande parfaitement conve- 
nable de M. Ricboud des Brus : le mot n'a pas été retiré. Les ceatres alors se 
jMt mis de la partie, mais d'une façon si bruyante et « irritée, qoe, lom de céder 
à ce tonnerra de daoïeurs, M. Gamier-Pagès et ses amis de la ganche om dé- 
claré qu*uQe rétractation publique ainsi obtenue serait un déshonneur. Le mot 
injurieus a été Ucitement maintenu, et le débat sur ce point n'a pas en diantre 
aoite, au moins dans la chambre. 

Cet incident avait suffi pour révéler aux yeux les moins habitués aux mouYe- 
ments de la chambre, les vives passions qui bouillonnaient dans son sein. L^orage 
était donc à peu près déchatué, quand M. Odilon Barrot est venu ouvrir uur ces 
masses déjà si agitées les outres de son impétueuse éloquence, lia repris, retourné 
et commenté les tristes faits de ce Mémoire Judiciaire ; et d'un geste oiynpieo il les 
a lancés comme la foudre à la téie de M. Guizot. M. Goizot n'avait jamais porté la 
tête plus haute; rarement il s'était montré à la tribune avec un mépris plus marqué 
pour ses accusateurs, avec une confiance plus sereine dans Tappoi de la majorité. 
11 n'a pas même daigué ramasser ce qu'il appelle les peiilê feiU de l'accusation : 
il s'est borne, en un langage dont personne ne conteste ni la noblesse ni l'habi- 
leté, à opposer riotégriié sans tache de sa vie aux soupçons de ses adversaires. 
Cette roaiùère d'éluder la discussion particulière des faits en se couvrant de la 
dignité de la chambre autant que de sa dignité personnelle, avait un peu décon- 
certé l'opposiiion. Il y a eu un moment d'hésitation dans la chambre : le débat 
allait peut-être tomber faute d'un nouvel aliment, lorsque M. de Peyramont, par 
maladresse ou par calcul, s'est mis à attiser de toutes ses forces les passions de 
la chambre prête k se calmer. Il s'est jeté avec une sorte d'ardeur aveugle sur le 
terrain des récriminations contre les hommes de Popposition qui depuis dix-sept 
uns ont passé au pouvoir sans se montrer plus sévères que les ministres actuels 
eoutre les abus dont oii fait aujourd'hui tant de bruit. Ce discours a été le signal 
des interpellations les plus vives. M. Dupîn, M. Thiers, M. Dufaure ont voulu tour 
il tour se justifier. La mêlée est devenue générale : le tumulte allait toujours 
croiasant. Le président, avec une bonhomie quelque peu nonchalante, laissait 
flotter les rênes de son autorité sur tons ces fougueux orateurs qui emportaient 
la discussion ^ qui mieux mieux bien loin de son sujet. Le désordre était tel, 
fu*un membre de la majoriié, un jeune conservateur, s'est oublié jusqu'à crier 
de toute la force de ses ponmons que la chambre n'éloit pas présidée, que Jlf . le 
président ne faisait pas son devoir. L'honorable M. Sauzet s'est armé contre ce re- 
proche de toute la vigueur de sa sonnette, et de guerre lasse, six heures îfppro- 
chant, ta chambre, jusqu'alors indocile, a paru mieux disposée à écouter ceUe 
voix méconnue. Trois ordres do jour motivés ont été propo^és : l'un par M. Lher- 
bette, l'autre par M. de Peyramont, un troisième par M. Darblay. Le ministère 
s'est déclaré pour celui de M. de Peyraniont et a énergiquement repoussé les 
deux autres. Le vote de la chambre lui a donné raison. 

Nous le disons en finissant, de tels débats sont fort tristes. La dignité de la 

Digitized by VjOOQ IC 



soleri 



(195) 

.»^ «.^«w Aa pHnrtér j feçoiveitt de iIwm attekileB. Nm 
rioMOi ^09 Ai la toaraliié publique y gognu'it quelque cbeue. 



iroUVCLLCS BT FAITS DIVERS. 

INTÉBIEUR. 

PABI8, 2i janvier. — Le Journal des DébaU rend compte dans les termes 
uivauts de la présentation de Fadresse au roi : 

« Hier au soir, ^ neuf heures, le roi a reçu la grande dépulaiionde la chambre 
des pairs, chargée de présenter à S. M. l'adresse en réponse au dis»cour8 de la 
coQronne. La chambre presque tout entière s'était jointe à sa députation. 

• A neuf heures, le rot est entré dans la salle de réception et s'est placé sur 
le trône, entouré des princes ses fils, M. le duc de Nemours, M. le prince de 
Joiimlle et M. le duc de Monlpeusier. S. M. portait l'uniforme de lieutenant- 
général. Le président du conseil et les ministres ont pris place à droite et à 
gauche de LL. AÂ. HR. 

» Le chancelier Je France a été introduit, et avec lui les membres du bureau 
elles membres de la chambre des pairs. Le chancellera lu l'adresse volée par 
b chambre dans sa féance du 18. Le roi a répondu par le discours suivant : 

■ Messieurs leîq)aîr'«. Je retrouve avec une vive émotion, dans cette adresse, 
iTexpression des condoléances et des sentiments d'affection dont la chambre des 
«pairs ebt venue m'entourer, açrès le grand malheur qui m'a atteint dans ma 
« familtf^ ; je vous en exprime ma sincère reconnaissance. 

» J'aime toujours à répéter à la chambre des pairs combien je me félicite du ^ 
I concour:» aussi loyal qu'éclairé qu'elle continue à prêter à mon gouvernement. 
* C'est en per^évérant, comnïe nous le faisons deptiis bientôt dix-huit ans, à 

> resserrer les liens qui unissent si heureusement entre eux les grands pouvoirs 
*<le TEiat, que nous parviendrons à consolider toujours de plus en plus et à 

> préserver de toute atteinie les institutions que la France s'est données, etqm 

> garantissent avec tant d'efficacité le développement progressif de sa prospé- 

> riié aussi bien que raffermissement de l'ordre au dedans et de la paix au ét^ 
» hors. 

« C'est bien cordialement que je vous remercie de nouveau de tous les seoti^^ 

> nenis que vous venez de ro'exprfmer. n 

B Ce discours, prononcé par S. M. d'une voix ferme et accentuée, écouté par 
la chambre avec une respectueuse attention, a été suivi des cris de vive itroi ! 
plusieurs fois répétés. 

■ Eosoite, le roi étant descendu du trône, les pairs se sont approeliésde S. M., 
<loia pris plaisir à les entretenir pendant^ quelque temps. Le roi paraissait Jouir 
d'une très-bonne santé. 

» Le chancelier et les pairs ont été ensuite admis à présenter leurs hommages 
^ S. M. la reine et aux princesses. » 

-~;0n annonce que LL. AA. RR. le prince et la princesse de Joinville vc«t 
Partir pour Alger, en ils passeront quelque temps auprès du duc d'Aumal . 

— M. de Mortemart, candidat de l'opposition de droite, a été élu député, 
^Q «-crutiu de ballotage, par le collège de Villefrancbe, en remplaceroent de 
■• Terme, député ministériel. 

** Les bureaux de la chambre des députés se sont occupés hier de la de^ 
"^de en autorisation de poursuites contre M. 4e Larochejaquelein, demande 
adressée à la chambre par ThoDorabie député lui-même. La discussion a été leii- 
S«e et vive daas la plupart des bureanx sur la question de principe. 



Digitized by VjOOQ IC 



( 194 ) 

En somme, surneuf commtflsaires, cinq membre» ont été (f^vis d*a€COrd^ 
raulorisaliqn. Deux n'otU pas exprimé d'opinion, et deux s'y Mml opposés. 

— M. le iluc de Gliiksberg vient d'élre designé pour aller remplacer, comaj 
minisire plénipolenliaire !t La Haye, M. le baron de Bussi^res. 

— Sont nommés sons-préfets de Ploèrmel, M. Clave:ui; de Marvpjols, M. Se 
go£Bn ; de Mayenne, M. Dclvaux, et de Falaise, M. Jacqn» minoi. 

— Le roi de Danemark est assez gravement indisposé depnis quelque teiDj»^ 
S. &L a dû élie saignée plusieurs fuis, et est en proie à de violentes attaques di 
lièvre. 

— Mlle Deluzy a formé conire la succession de Choiseul-Praslin une deraand^ 
en délivrance d'un legs de 3,000 fr. de renie viagère que le duc de Pjasliii, pai 
son testament du 15 février 1845, lui avait constitué; par la même demandej 
Tex-institutrice réclamait en outre différents objets mobiliers qu'elle dit lui apj 
parlcnir, et consistant en linge, bardes, bijoux et gravures restés tant à Pari^ 
à rbôlel du faubourg Saint-Uonoré, qu à Melun, au cbàteau de Vaux. Celte Té\ 
damalion n'ayant pas été contestée par la famille,' Mlle Deluzy- Desportes vien 
d'être autorisée à reprendre les objels par elle récbmés, et elle a été aiise e^ 
possession de la renie de 3,000 fr. monlant do legs qui lui a été consenti. 

— Une extrême sécheresse règne à Lyon, et l'eau mantjue à peu près tolalo^ 
ment dans cette ville. « Il se passe, dit un journal de cette ville, une chosn sanj 
précédent à Lyon : on y vend l'eau dan« les rues. Des porteurs, qui la puiseni 
dans nos rivières, vont ensuite la crier h un sou le seau ; plusieurs établisse-* 
ments et usines, ta plupart des maisons de bains, ont suspendu leur service.» 

— Nous liions dans une correspondance de Mélagues (ÂYeyron) : 

« Jamais on n'avait vu tant de neige dans nos contrées. Sur une élendac do 
trois lieues, le terme moyen est (l'un mètre. La cbarpenle des loif ures gémit sott^ 
le poids. Les communications de village h village sont entièremeni interronn 
pues. » 

— On parle depuis plusieurs jours, écrit-on de Montpellier, d'une découverN* 
importante faite à la biblioihèque de Técole de médecmc. Voici ce que nous en 
avons appris. M. Danjou, qui revenait d'Italie, où il était allé recueillir des do- 
cuments pour l'histoire de la musique au moyen-âge, a trouvé à Montpellier uh 
manuscrit qui dépasse en intérêt tous ceux <fu'il a pu voir dans les bibliotbèqurs 
étrangères. 

C'est un anliphonaire arrangé selon les modes de saint Grégoire et noté en 
doubles signes, en neumet et en lettres. La notation en neumes, usitée dn sep- 
tième au onzième siècle, est connue par de nombreux manuscrits, mais elle 
n'est traduite en notes modernes qu'avec beaucoup de difficultés, d'après de« 
procédés incertains et contestés. 

La notation en lettres, nota romanaj est citée par plusieurs aolenrs, et no- 
tamment par Boèu, et on connaît parfaitement ses rapports avec la notation 
moderne, mais on n'en avait pas trouvé jusqu'à présent d'exemple dans les ma- 
nuscrits: cette absence de textes avait même fait penser à la plupart des savant:» 
modernes qu'elle n'avait jamais été pratiquée. 

Le manuscrit de Montpellier, qui est du neuvième siècle et de la plus belle 
exécution, comble donc deux lacunes considérables dans l'histoire de la musi- 
que : il donne un texte auihenlique et jusqu'à présent unique du chaot grégo- 
rien dans la notation romaine employée par saini Grégoire, et il fournît la tra- 
duciioo ceriaine de la notation en neumes, employée' jusqu'à la réforme musi- 
cale de Guy d'Ârezzo» C'est probablement un des antipbonairea écrits par les 

Digitized by VjOOQ IC 



(195) 

dttDtres^ Charienagiie, «eloo le témoignage de ses bisiorienSf avait frit Te- 
nir de Rome, pour purger le chant grégorion des altérations qne lui avaient foit 
sabir les chanteurs francs depuis son introdnciion. 

EXTÉRIEUR. 

ESPAGNE. — Le 12 janvier, le duc de la Victoire a rendu visite au prési- 
deni du conseil, au ministre de la guerre et an capitaine-général du district. 

Le sénat a siégé le même jour ; il y avait grande aflQuence ; on savait que le 
gcoéral Espartero devait venir prêter serment. Les tribunes publiques et réser- 
vées avaient été envahies de lK)nne heure. Après Touverture de la séance, le duc 
de la Victoire est entré dans la salle, et il a prêté serment. Sur Tinvitation du 
doc de Raylen, il est allé s^asseoir auprès de lui. Le président du conseil a donné 
lecture d*un rapport du capitaine-général de la Catalogne, déclarant que les fao- 
tioiffi qui parcouraient le pays ont entièrement disparu, et que la tranquillité est 
rétablie dans cette province. 

Après la levée de la séance, le président do conseil s'est avancé à la rencontre 
da général Espartero. Les deux ducs de Valence et de la Victoire sont restés 
quelque temps se serrant la main, et Ton a remarqué qu'il s'était engagé entre 
eux une conversation affectueuse. Le duc de la Victoire était en habit noir, 
n'ayant pour toute décoration que la plaque et la chaînette de Tordre de Char- 
leUIl. 

Lorsque les sénateurs sont sortis du palais, il y avait aux portes nne foule im- 
loense, désireuse de saluer le général Espartero. Il est sorti en compagnie de 
soD ancien aide-de-camp, M. Ventura Baraistegui. Le peuple se tenait chapeau 
H et le général n'a pu arriver que difficilement à sa voiture, tant la foule éuit 
compacte. Pas nn vival n'a été entendu, et lorsque sa voiture s'est éloignée, le 
peuple a salué de nouveau. Le général saluait de la main. 
j PausSE. — On écrit de Berlin, le i2 janvier : ' 

I • Oa apprend maintenant une circonstance du procès polonais qui jusqu'à pré- 
Knie&t restée entièrement inconnue au public : c'est que le roi, par un ordre de 
obioet, qui, sur l'injonction de S. M., a été tenu secret, avait prescrit expressé- 
iDent qu'aucune poursuite ne fût dirigée contre les femmes. 

> Gela explique pourquoi une jeune femme de la haute noblesse polonaise de 
I^oseo, Mlle de Sczaniecki, qui passait pour avoir tenu en quelque sorte les fils 
^ la conjuration, et dont il a été souvent question dans les débats , n*a pas été 
toioprise dans le nombre des accusés. Son frère, le conseiller de province, Gons- 
li^ide Sczanieckî, qui était détenu, et contre lequel de fortes charges s'élevaien}, 
ïéié condamné à un long emprisonnement dans une forteresse.» 

•Ti nrr i iw I 

CHAMBRE DES DÉPUTÉS» 
(Présidence de M. Sauzet. — Séance du ^janvier.) 

La chimbre, sur la demande de M. Liadières, rapporteur, ordonne la reprise 
^u projet de loi sur la liberté d'enseignement en matière d'instruction publique. 
^r la demande de M. Moulin, la chambre ordonne également la reprise du pro- 
i^ <ie loi relatif au chapitre royal de Saint-Denis. 

■• HtBBRT, garde des sceaux, communique à la chambre un projet de loi ayant 
Pwir bot d'interdire et de réprimer les conventions relatives à des démissions 
ffemploi. 

Voici les articles de ce projet : 



Digitized by VjOOQ IC 



( 196 ) 

c Art. i«'. Tout«s <Nmv«nlfe»ii6«. Mipulalio» oor proatsits ^aai pMr okj«t, 
soBft quelle Soroie et à ciueique titre ((ue ce soif, de rendre vacaRt an empkH 
public par la démission du tiuilaire on aulfeoieni, soiu illicites et noileew Teos 
paiements fiiits en vertu de ces engagenienis sont sujets à répétitions. 

9 Art. 2. Le titulaire d'un emploi public, qui aura mis à prix sa démission, sera 
déchu de cet emploi, et privé de tout droit à la pension de retraite , alors même 
<|i*elle aurait été inscrite et liquidée. 11 en sera de même de eeltiî qnl aurait traité 
avec iBi. Chacun d>ns sera, en ooire, passible d*ane aneiide égale an montant 
4les sommes payées on convenues. 

V An. 3. Ces condamnations seront prononcées, dans loas les cas, par les tri> 
bunaoi civils, soit sur les réqoisiiions, i^t sar ks poursailes du niitiifitère ps- 

aiUc. 

p Airt. 4. Il n'est en rien dérogé aui dispositions de la lot du 28 avril 1816, en 
ee qui concerne la faculté accordée anx avocats à la coar de caMalion, notaires, 
avoués^ greffiers, baissiers, agents de change, eewirtiers, commis^aires-priseurs. 
de présenter des successeurs à l'agrément dn roi. a 

». BOPfN. J'ai eu Thonneur de faire à la chambre une proposition ayant aussi 
•paur but d'interdire et de réprimer les conventions relatives aux démissions de 
ÂNictions publiques. Cette proposition me parait devoir se réonir k celle do goo- 
vemement, bien que ceMe-ci soit plus indulgente q«e h mienne ; sr je consentais 
à être plus indulgent pour l'avenir, je serai plus sévère pour le* passé. Mai^ je 
pourrai procéder par voie d'amendement contre un abus que j'ai toujours conM- 
dérécomme un sieilionat, comme une simonie judiciaire, à laquelle une peine a 
pu moaiqaer, mais à laquelle n'eût jamais dû manquer l'iroprobalion. (Mouvement 
d'adhésion.) 

M. ACB. rocLD, au nom du 5* bureau, présente un rapport sur la réélection de 
M. Ricbond des Brus par le collège électoral du Puy. Une double protet»tallon a 
été faite contre celte élection. On y dénonce d^abord la manière dont, en con- 
travention à une ordonnanbe de 1820, le préfet a composé les deot sections 
^li divisent le collège, dans le but d'assurer la nomination du candidat mi- 
nistériel comoBie président définitif é^une section , afin d'exercer une certaine 
influence sur le résulut de l'électioD. Le second grief porte sur ce que le préfet 
aurait voulu intimider ou séduire les électeovs, et se sentit servi pour cel» àe> 
fonds de secours accordés au département de la Haute-Loire par le budget lie 
l'Etat, el de eeux desliaés à saulager les Ticeimes de rinondation. La miorlt^^ 
tout en reconnaissant que sur (e second point , la conduite du préfet a été con- 
traire h toutes les règles de la comptabilité, et qu'elle mérite d^étre bl&mée. ne 
yoit pas entre les irrégularités signalées et l'élection, une corrélation capable He 
vicier les opérations du collège électoral ; et, prenant en considération le chiffr<' 
de voix obtenu par M. Ricbond des Brus, elle propose i la chambre de vali('^r 
rétection. 

M. BUREAUX DR PUZT combat la validité de l'élection de M. Ricbond des Brus, 
parce que, appelé à rendre un verdict sur cette élection, il ne peut, en son ame 
et conscience, devant Dieu et devant les hommes, la déclarer valable. 

9. ucboud DBS BBCS Soutient qu'il n'avait aucun sujet d'inquiétude pour m ré- 
élection, et qu'ainsi il n'éUiit pas bf'soiu de recourir à des influences iii«'gitinie'^ 
' il ajoute : Les 451 suffrages que j*aV obtenus appartiennent à des hoaimes con- 
sciencieux, qui n'étaient pas capables de se laisser acheter par la misérable ^''^ 
dont M. le préfet avait à disposer. L'argeni qui a été distribué l'a été poort»^ 
causes locales, urgentes, lésitiines ; il a servi à porter remède aux malheur* dc 
l'inondation. 



Digitized by VjOOQ IC 



( *9T ) 

1. BnBAUX BB POZT. Nous attaqoons réiection. On noos répond parle nombre 
4e Toix obtenues... Messieurs, prenez garde., .tous finirez par donner une grande 
aocorité è cette maxime qui a déjà trop de cours : que les grands coupables 
échappent toujours, et que les petits seuls sont punis. 

Je ne conçois rren de plus honteux qu*une pareille maxime, et il semit digne 
(fane chambre éclairée de la miner par la base. 

M. 0. baubot, pour prouver qu*i1 y a eu des abus dans Ta répartition des fbnda 
de secours, cite la démission donnée par le président de la commission chargée 
de distribuer les secours, et qui était conseiller de préfecture, démission motivée 
SOT des fdits de comipcfon, et fait reman^uer que cette commission après ta dé- 
mi»sion de son président n'a pas été réorganisée. 

M.DCCHATEL, ministre de Tintérieur. M. 0. Barrotacité la démission d'nn con- 
seiller de préfecture, et une lettre qui a été insérée dans tous les journaux. M. O. 
Ibrrot a été étonné que la commission de secours n*ait pas été réorganisée après 
lapublicaiion de cette lettre. Mais à cette époque tous les secours avaient dé^ 
élé distribeés. Quant an témoignage de ce conseiller de préfecture, faiidrait*il 
dms nos temps de lottes politiques accepter tous les faits que peuvent apporter 
dm an débet les passions contraires? il a suffi de lire les termes de cette lettre 
poDr voir qn^il y règne une certaine hostilité. 

M. le ministre nie que les seeoors aient été distribués dans un bat politique, et 
Itnmne ainsi : 

Qoe 1) conduite du préfet n*aît pas été entièrement conforme aux règles de li 
conptaMlité, cela est possible, et je Tadmets; mais qu'on puisse y voir de la cor- 
ruption, voilà ce que je ne comprends pas. 

U chambre, ^près avoir entendu encore MM. 0. Barrot, Gamier-Pagès et Ri* 
tWnd des Brus, repousse Tajoumement et valide Télection. 

Séance du t\. 

Après une tongne discussion sur le mot wuruonge employé dans la séance 
dliier par M. Garnier-Pagès en parlant d'une allégation de M. Richond des Brus, 
M. 0. Barrot demande à M. le ministre dès affaires étrangères des explications 
w «ne démission achetée par Tentremise du secrétaire de son cabinet. SekM 
M. 0. Barret, il n'y a* que deux solutions possibles : ou une édaunte réparation^ 
«une solennelle expiation. 

I. GCizoT. l'arrivé au fait loi»ménie, à une démission donnée moyennant une 
somrne d'argent avec la tolérance et à la connaissance de Taulorité. Il n'y a ni 
plus ni moins. 

Le fait a été souvent et depuis long-temps pratiqué et toléré. D'autres peuvent 
dire qu'ils l'ont complètement ignoré; libre à ehacun de tenir ce langage; moi 
je ne le liens pas. La première condition pour l'honneur de la chambre et da 
pouvoir, c'est la sincérité, et ce n'est pas au moment où je repousse des laits 
^i que j'éluderai la vérité. 

Le fait est ancien; il s'expliquait par une partie de nos lois actuelles. La pra- 
tique était connue, débattue, contestée ici, autorisée ailleurs. En 1845 encore, 
lïcour de Bordeaux déclarait que le lait était licite et n'avait rien de contraire 
oi aox lois ni aux bonnes ORBurs. 

ie ne me plaindrai januis, je ne regretterai jamais qu'une nouvelle délicatesse 
tt montre dans nos mœurs et dans nos pratiques administratives ; je ne me plain- 
^i jam:tis, je ne regretterai jamais de voir tomber ces sortes d'anciens abus, 
àt trouver la conscience publique plus difficile, plus exigeante, imposer à l'admi* 
i^tration de nouveaux devoirs, des sentiments délicats plus élevés. Je ne m*en 
(biodiai,. je ne le regretterai jamais. 



^ Digitized by VjOOQ IC 



(498) 

Maïs en même temps, je oe veux pas me dispenser d'être jaste envers le passé 
et le présent ; je ne puis méconnaître l'ancienneté de pratiques aussi universel- 
lement connues. 

Dans cette situation, que devait faire le gouvernement ? Mettre un terme à 
Fabus qui lui était signalé. Depuis deux ans, cet abus a cessé. La pratique à la- 
quelle ces faits qui occupent la chambre se rattachent a été formellement inter- 
dite. Depuis cette époque, j*ui entendu parler d'un grand nombre de demandes, 
de sollicitations, de tran^ctions de même nature, qui ont été écartées. 

Le gouvernement a fait plus : à une jurisprudence long-temps douteuse, in- 
certaine, controversée, ainsi que ^établi^sait hier M. le garde des sceaux, il a 
proposé de substituer une loi formelle. Qu'aurait-on fait de plus, que pourrai i-on 
faire de plus à notre place ? 

Vous discuierez la loi, vous l'amenderez, si vous ne la jugez pas assez sévère; 
que demande-ton de plus? 

le pourrais regarder la question comme terminée ainsi: Je ne dirai plus que 
quelques mots. Je n'ai pas le droit de demander justice à l'opposition. Les (lartis 
De peuvent pas être justes les uns envers les autres ; on ne peut exiger d'hom- 
mes qui ont dévoué leur vie à la défense de la liberté une impartialité parfaite et 
i'absencede toute passion. Mais ce qui se passe aujourd'hui dépasse la limiie or- 
dinaire des atteintes portées a la justice et à la vérité. (Murmures.) Je cherche 
les expressions» les plus modérées, les moins offensantes, mais je ne puis me dis- 
penser de le répéter : Ce qui se passe aujourd'hui dépasse la mesure ordinaire 
des atteintes portées à la justice et à ia vérité. 

Le parti conservateur doit, plus que tous les autres, se montrer vigilant et exi- 
geant pour tout ce qui touche à la morale publique. Je ne veux pas dire qu'il soit 
exclusivement le parti des honnêtes gens, mais je répète qu'aucun parti ne doit 
être plus vigilant, plus exigeant pour tout ce qui touche à la morale, la vraie base 
de l'ordre public. 

Mais je lui demande une seule chose : de se souvenir que les hommes qu'il 
honore de sa confiance ont reçu du passé un héritage très-mêlé. Ils se sont ap- 
pliqués constamment à régler, à épurer cet héritage. S'il n'a pas la confiance que 
notre volonté soit conforme à la sienne, que notre travail soit conforme au sien, 
qu'il nous accable, qu'il nous renverse, car cette épuration doit être avant tout 
sa lâche. 

Mais qu'il me permette de le lui dire : cette confiance, nous avons droit de b 
lui inspirer. S'il le croit comme nous, qu'il nous soutienne de toute sa force; car 
si nous voyions le pouvoir s'affaiblir, s'amoindrir entre nos mains, nous ne le 
conserverions pas un seul instant. 

M. ODiLoif BARROT. Âprès le tliscours que nous venons d'entendre, le débat ne 
peut guère se prolonger. Il y avait déjà long-temps que je savais que nous ne 
ne nous comprenions plus en politique ; mais je croyais que nous pouvions encore 
nous entendre sur les choses d'honneur et de moralité. Mais quoi! sous le coup 
d'une pareille imputation, qui, si la loi que vous avez forgée vous ruine après 
coup et dont le préambule n'est qu'une justification, était déjà votée, vous ferait 
condamner par tous les tribunaux comme complice ; en face de cette imputation . 
qui implique votre condamnation politique et morale, vous ne savez que vous re- 
tourner vers votre m;ijorité et lui dire : Continuez de voter pour moi comme par 
le passé, et tout sera dit. 

■• FBTEAaoïfT. Sous tous DOS ministères qui se sont succédé, sauf une excep- 
tkm dont Je lais honneur au caractère d'un ministre qui n'a pas do reste été 



Digitized by VjOOQ IC 



( 199 ) 

laB§4enp6 eiposé ^ la tentation (Hilarité.) Je veux parler de M. Passy. Sooé tous 
les oKoistères des faits de même nature se sont accomplis. 

b transmission des cliarges de flnances, en vertu de traités, a été reconnue 
par tel tribunaux. 

Cm voix : Et les places à la cour des comptes! 

n. PETiAMONT. El M. Odilon Barrol doit le savoir mieux que personne, car Li 
eoor de cassation Fa déclaré solennellement contre sa plaidoirie. II. Dupin a as- 
similé tous les gens qui transmettent des ch:«rges aux voleurs et aux escrocs. 
i^\ ûebeux que M. Dupin n'ait pas pu faire partager sa conviction à la haute cour 
doiiiil fait partie. 

1. DcpiN, virement. Ce n'est pas de votre temps ce n*est pas de mon 

temps... (Hilarité aux centres.) 

1. HEBERT, garde des sceaux, cite un arrêt rendu en i845 par une cour royale 
et qui déclarait licites de pareilles transactions. Mais il n'approuve pas, et n'n ja- 
unis approuvé ces principes et cette doctrine. 

». iNJ?i?f . Dans les procès qui ont eu lieu dans des cas à peu près seinbbi 
on ^ lOQJours dit : Je ne savais pas que je faisais mal ; si je l'avais su, '}e ne. 
rais pas fait. C'est en considération de ces dénégations que des arrêts im 
reados. 

x. pcy&jlMOMT, qui n'a pas quitté la tribune, reprend son discours : Vous 
lez, dit-il, éloigner un débat que vous redoutez... vous avez vu la consci^n^'r' 
bll(\Qe faisant explosion, heureuse de trouver un si éloquent interprèle que M 
HoDUlemberl. Vous avez compris quSl serait sévère pour vous, ce pays pour le* 
que) voDâ avez été sans pitié ! ce pays qui avait traversé une crise horrible avec 
bonheur, ce pays reprenait de la force. 

Il éuit tranquille... vous l'avez troublé! Vous avez jeté sur lui toutes les fu- 
reurs de l'anarchie. (Interruption à gauche.) 

X. d'haussonyille. La chambre n'est pas présidée! 

1. LE PRÉSIDENT. Un dcvoir pénible, c'est de signaler nommément et de rap- 
peler h- l'ordre les interrupteurs. Mon droit est d'agir ainsi ; je continuerai à le 
remplir, en dépit de ceux qui s'y opposeraient comme en dépit de ceux qui me 
reprocheraient mal à propos de ne pas l'exercer. 

x. rETRÀHONT. Vous avcz cru, hommes de l'opposition, que nous vous sacri- 
àerons, sur cette question spéciale, le chef éprouvé qui guide le parti conserva- 
teur; mais il me semble que depuis sept ans que nous marchons ensemble, lui à 
Doire (été, nous derrière lui... rien ne vous a autorisés à croire que nous aban- 
doniierioDs cet illustre chef... vous n'avez pu compter sur une défection de notre 
pan... Vous n'avez voulu qu'ajourner d'un jour des débats que vous redoutez! 

X. TBiKRs donne un démenti h ceux qui diraient qu'il a pris part aux abus dont 
on a parlé. 

x. DirAuaB résume les faits. Une recette générale, dit-il, a été vendue i 5,000 
înow; une recette paniculière a été vendue 6,000 francs de rente ; et où le mar- 
ché s'esiil passé? dans le cabinet. 

X. titizoT. Cela est faux ! 

x. DUFAUHB soutient que c'est la première fois que M. le président du conseil 

oie ce fait; ce qu*il trouve de plus grave dans toute cette affaire ce n'est pas la 

(^mission d'nn conseiller maître à la cour des comptes, c'est la nominatlOD 

iDoyeonaoi argent à des places de finance. 
L*orateor reconnaît, au surplus, que ce n'est pas dans on Intérêt personnel, 

mais dans on intérêt politique qu'auraient été commis les faits dont on se plaint. 
«• LACATi-upjLAGiiB déclare que dès qu'il a eu connaissance do Mémoire de 




Digitized by VjOOQ IC 



( 200 ) 

k. Petit, il Ta envoyé à M . le procureur-général pour qnl\ exainmât stl y smSi 
ov |iou lieu de pour&uivre. Quant aux nominations & la cour des comptes, il tes 
a toujours faites sur les présentations de la cour. 

M. o. bàrrot. Je demanderai à M. Lacave-Laplagne si la nomination de M. Pe- 
tit iraurail pas été arrêtée en conseil des ministres. 

M. làCaye-laplagnb. Je ne crois pas devoir répondre. 

M. GUizoT. La réponse est simple : cela n'est pas. (Sensation.) 

K. LHBRBBTFB monte à la tribune; il donne lecture d'une lettre écrite p.ir Time 
des personnes impliquées dans le Mémoire de M. Petit, dans laquelle il est dit que 
M. Guizot dira verbalement ce qu*il ne peut écrire. L'honorable membre propose 
Tordre du jour suivant : 

« La chambre, sans approuver les explications données par M. le président 
du conseil, et en réservant les droits qui résultent de la responsabilité minisié- 
^rjelle, passe à l'ordre du jour. » 

' . M. GUIZOT. J'ai recommandé, j'ai appuyé la nomination de HionoraUe 
É. Peyre comme référendaire k la cour des comptes; j'ai »ppnyé, j'ai recom- 
mandé la nomination de M. Peiit comme receveur de Corbcil ; j*ai été parfaite- 
ment étranger à tout le reste.... 

Mainieuant, il t>'agit de mettre un terme à cette pratique ; j'y ai concouru et 
^)e gouvernement vous a proposé le seul qioyen efficace d'atteindre ce but. 
jr ^Uuant au passé et à ce qui m'est personnel, soyez parfaitement fidr^ que n(m> 
-■* n'avons rien fait ni rien toléré qui ne l'ait été sous les régimes précédenii^, de 
iSU à 1848. 

Je repous«se donc absolument et péremptoirement le blâme ; et tout vote, 
toute expression de la chambre qui impliqueraient une pensée de blâme serait 
pour moi la retraite, et la retraite immédiate. 

M. DB PBYRAMONT proposc Tordre du jour suivant : « La chambre se ronfian t 
dans la volonté exprimée par le gouvernement et dans l'eflScacite des mesuref; 
qui ont été présentées pour prévenir le retour d'anciens et regrettables abus, 
passe à l'ordre du jour. » 

M. BARBLAT. Je propose un troisième ordre du jour, il est ainsi conçu : 

« La chambre, affligée et mécoutenle, dot le débat et passe k l'ordre dn jour.» 

H. GCIZOT. Je regarde l'ordre du jour de l'honorable M. Darblay comme abso- 
/ himent s^emblable à celui de l'honorable M. Lherbette, et je le repousse absola* 
ment par les mêmes motifs. 

H. LBEBBBTTB déclare se réunir à l'amendement de M. Darblay. 

Cet amendemeiii est rejeté au scrutin de division par 225 voix contre 146. 

La chambre adopte ensuite par assis et levé l'ordre du jour proposé par M. de 
Peyraniont. 

La séance est levée à 7 heures. 



*• 



^ CJt^vwHk, 2lîiricn €( CUrr. 



BOURSB DB PARIS DU 21 JAKVIKR 1^48 



CrMîp. <V0. HO Ir. 25 c. 
TtLMê p. U/0. 74lr.)20c. 
ttOATRB p. 0/0. 10() tr. 00 C. 
Ou.iire ih M- W^- '104tr.00 c. 
Ouù^. delà Ville de I\tris.i315tr.00c. 
Aci. de la Uau^ue. oi«>2 Tr. 50 c. 



Quatre cjnaux. iiOO fr . (X) c. 
Caise^e hypoihecairr.OOO l'r. 00 c 
Emprunt rtimaiD. Itôtï.O/O. 
Heuies de iSaples. 1)9 tr. 50 r. 
tlmpruni d'Uaili. 00 . Ir. Ou c. 
lleute d'Espagne, h p. 0/0 00 (r. 0/0. 



t'Attis. -; î:»a!M<:RïB o'adribn lc clerc KTc",raeCa«»«tte,f^. 

Digitized by VjOOQ IC 



MARDI 25 JANVIER 1848. (Ht» 4485.) 



I.STTBS UB M. AUGU8TIH FBBUXXI, 

cbahoii» ihi ^mikaai, 

A M. L*ABBÉ YINCENT «lOMRTf . 

Swia eifln. — (V«k le N» 4484.) 

EnmiooDS le troisième texte ; et ici encore, pour satis&ire tqs exigences, rap- 
pottoos toot entier le passage abrégé par le cardinal : il est à la page i24 dn 
n*foloiiie de votre Geiuitamodemo, « Il est certain, dites-TOos, qD*EpaininoQ- 

> das et Socrate ont nne pkytionomù plus chrétienne gae Frédéric H, et que Ce- 

> sar aoee iaw tei vieei numlre plus de ehrUtianisme que Napoléon. • Tous dites 
encore de Socrate (1) : « G*est un bomme extraordinaire qui sort des plaines du 

> paganisme, et annonce d*autres t<*mps ; il semble presque que dans Socraie le 
1 M t*eii plu à eequisier »ou$ forme humaine une image de celui qui devait créer 
a «a attire monde moraly et renouveler les deUinéet de» homme», » Jusqu'ici je 
erojais qa*on ne trouvait les types et tes figures de Jésus-Christ, que dans FAn- 
Cleo Testament ; aussi préfèrerais-je à votre modestie celle de Rousseau ; car eo 
oont comparer Socrate à Jésus-Christ, en Socrate cependant il n*admira qu^un 
lionme, et en Jésus-Christ il reconnut un Dieu. Vous, au contraire, ce n'est pas 
seQiement à Socrate que vous comparez Jésus-Christ, vous le comparez même & 
César!! c Si par césariens Ton entend ceux qui professent les grandes idées dé 
-» César sur Tonité et la pacification du monde, il n*y a personne qui ait été plus 
' tiimen que le Chriet, Il le tut divinement en politique^ comme il fut divine^ 
» ment tocratique en morale (2). Bien plus, le Sauveur, le premier et Vineompa- 
» foUe auteur de» révolution» idéale».. . fil une œuvre qui n'aura de limites que ceU 
• les de Pespace et du temps... en exécutant ce que Céear n^avait eu que dan» fi- 

> iéey et surtout en donnant le complément au siècle que celuù^ avait commencé^ 

> tien ouvrant une nouvelle ire (3). a Remarquez encore que Vhomma de Belhr < 

Uem e^élève à Vuniverealilé ^ de Chomme idéal eequiuf par. ta pAtloio- 

pkte asnxUnne (4). 

LHoMMB DB Bethléem??? Et encore, M. Tabbé, cet homme de Bethléem («ona 
n>n perdre de »e» caractère» hi»torique», que vous lui accordez libéralement avec 
Scfaelling, à qui vous avez emprunté votre Christ historique et idéal), vous dites 
qoH s'élève à la hauteur du Verbe qui lui donne »a forme, (ce n^est donc pas Tn^ 
Bion hyposutique avec le Terbe divin, mais le Verbe fait chair selon les idées de 
CoosiD, c'est-à-dire la raison humaine), vous dites qu'il s'élève à tunivereattU 
ieThomme idéal e»quU»é par laphilœophU ancienne (JS)l\i 

U pensée que vous avez eue, en écrivant ces lignes, se OMNlifèÉle béaoeonp 
mieux par ce que vous appelez I'humanité ntitrivifÉi' pottr eo^plifiN^ é9ps le 

'i • ' • :t{ î'./ ' . 



S' 
Kl 



m Page 25 Joc. Cit. , / . 

2) Vol. IT, page 59. "•; ';; ^;/ ^'' 

(3)Ibid. • /i .-/ 

(4) ?ol. rr, page 295. 

(5) Loc. cit., page 375. 



V Ami de la Religion. Tome CXXXFI. 



Digitized 



11 

by Google 



( 202 ) 

Dieu homme (1)» et par cfis autres paroles, Yerl^ du Dieu homme (oon le Yo^ 
de Dieu ni le Fils de Thomine), qui 681 l'humanité coniractée el eubtitlante dû 
son principe {t). Aitiël le Terbe de Dieu est l'humatUté eomtracUe^ éi cepend;! 
subiietani dan» son principe^ c*eslp-à-dire dans no principe divin ! ! ! Qui oe seJ 
étonné de vous entendre dire que léaus^Glirlsl est 4itinêment eésarien, socroj 
que^ platonique? qui ne serait étonné de vous entendre affirmer que l'espèce h^ 
moine eUe-méme est Ihaumaiutge comme son régénéraieur (5) ? qui ne serait élooi 
de vous entendre ajouter encore, que les prodiges du Christ ne furent pas loq 
BiBMPAisAiiiTs de leur nature, que les merveilles de notre civilisation (4) ! ! ! 

Vraiment, mon bien cher M. Tabbé, vous voilà bien courtois envers Jésu^ 
Christ! i 

Son Eminence le cardinal affirmait en dernier lieu : quHl semble plutôt à qut\ 
ques personnes qu^on court le danger de trop étendre les sentiments du cosx« 

POLISMB CHRÉTIEN ET LA FORME PROPRE DU CURISTUNISMB MODERNE. Précisj 

menti et c*est ce que Foo voit bien clairement par la page 21 i du iv* volamj 
Cette crainte devient encore plus raisonnable, quand on lit à la page 389 de to 
tre 111^ volume, que les croyances et les pratiques religieuses ne sont qu'un iotes 
et non pas une fin ! que la nécessité de la foi et des rites bst soumise à «r(a 
nés YAKiÈTts^ à certaines modifications, selon les hommes, les cncoNSTANCCâ,^ 
LIEUX et tes temps! et quand on vous voit donner les caractères de TEglise etd 
h religion à la civilité chrétienne, que vous nommez une, visiàle^ eamte, eontinei 
perpétuelle j universelle , indéfectible (5); de sorte que Fon peut dire que mémsl 

SENTENCE DU JUGEMENT FINAL sera Une FORMULE DE QVlLITÉ (6) ! ! ! | 

Que Ton change le nom de civilité en celui d'humanité^ ne poorrait-oo pij 
assurer qu'il en résulte le système humanitaire? i 

On fera briller de la même manière et le triomphe initial du ehristiamm^ef 
fet de poésie et d^imagination (7), et le saintstmonisme qui est, malgré toolesse 
folies, un don de providence... et, pour plusieurs qui avaient abandonné Uj(^u^ 
salutaire de Cautorité religieuse... une espèce de noviciat élémentaire «« calkh 
licisme [8], et le mahométisme, vrai retour aux premières idées patriareaUs.,^^ 
puisque llahomet s'est proposé de rétablir le pur abrahamisme (9), et cette hu^ 
MANITÉ UNIVERSELLE que Voltaire et les encyclopédistes tirèrent de Vidée latimM 
Tapostolat (10). Oui, vous prodamez un catholicisme^ ou plutôt un humanitarim^ 
catholique^ lequel n'exclut rien autre chose que les exclusions ; et k bon droil, 
puisque votre Eglise, Wf personnifiée {ou Dieu personnifié!) de ridée(oa de 
Dieu créateur) est si universelle, qu'elle renferme non -seulement les boouBes, 
mais encore les animaux et les plantes» en un mot toutes les créatures et le créa- 



I 



1)lbid., page 485. 

(5) \qL iu. 9iie 386. 
(3) Uc. cil., vol. ui, page 386. 
4) Ibid. 

(5j Vol. m, pige 434. 

(6) Ikid., page 988. 

(7) Vol. III, page 435. 

(8) Yol. IT, page 415. 

(9) Vol. Ml. pages 436 et 438. 

(10) Vol. lii, page 465. 



Digitized by VjOOQ IC 



( 20& ) 

fev. Om, 'VOUS poovei faire da Ghristlaninne à tolre aise avec Schelilni; el 
Hegel qui, selon yous, tenient «n peu l9 ealhoUque; mais Yoas-méme, qui aimet 
tifOêsionHémi n l U oui et le non, yoqs 6a?es très-bien où ils Yont aboutir. Si YOas 
vnt donné à vos livres la couleur et le nom de eireomUmee (j'aimerais mieux 
dire de r0mane$que)y vous ne Tavez fait que pour avoir des lecteurs et pour que 
kepoiaon du chriiiianiswie moderne pAt rester inaperçu dans le roman. C'est 
iêêêA qm vous vous êtes moqué de vos adversaires et de vos défenseurs, en je- 
tm av milieu d*eux un spectre, dont le masque trompeur est déjà tombé, et 
^eat louldiMreiitdn portrait que vous en aviez fait. 

D ne aae reste plus maintenant qu*à vérifier deux teiies rapportés par le car- 
dmal awr la Un de sa DéeUtralion. L'un est celui où vous dites que vous vousabs- 
tSMi de donner a Strauss la qualification de blasphémateur sacril«gb. Mais 
B*eBt-ce pas ce que vous avez écrit? N*e6t-il pas vrai (ce sont vos propres paroles 
llapafe 189 da !•' vol.), n'est-il pas vrai que vous voyez SROLBMRirr en luiune 
miCR DB jOGBKRBrr ^iiancTI/ nie kt dMnti du CArùl? Tous avez même la 
eamplaisaooe dei'excuser de cette simple erreur He Jugement, et vous le louez de 
eeq», en iiiaot sa divinité, il ne lui refusa pas eelte excellente morale, qui f/- 
Hee e mde e ÊU â de toue let hommes ! 

Piaur la aiéoieniisoo. Ronge, d*après vous, n'^eet pae un opoitef, quoiqu'il soit 
fappé des anatfaàmea de TEglisel Ne dites-vûus pas de Gréqovre, mort sans 
avoir voula al^urer le schisme, qu'il fera peut^lre rougir plue d'un hypoeriêe 
majeur terrible (do jugement final) (1)... Ne dttes-voos pas que Dieu juge la vo*- 
loMé, ei non finieÙgenee det morleli (2) !!! 

Oaioii cher M. Vincent, avez-voos donc oublié, ou avez-vous effacé des livres 
saiais cei oracle, qoe sans la foi il bst iipossible de plairb a died, eine fiée 
imftMiMeeet ptoetr« DeoTn 

Teao» enfin au paroles de Machiavel dontrémînentissime Càdolinî n^a trans- 
«ril qu'on petit passage El pour en justifier la véracité, donnons-le tout entier, 
eoflinie il est rapporté à la page S5 de notre 4* volome. c Notre religion, dit-D, 

• a phiSglonAé les boBdmes contemplatifs que les autres. Elle a mis le- sonve» 
» nin bioB dans rhomaniié, dans Tabjection et dans le mépris des choses hn- 
awitnea... et si elle deaaande que vous ayez de la force, elle veut que vous 
asejea pin disposé à sooffrirqu'à foire une chose forte. Il paraît donc que cette 

• ittnière de vivre a rendii le monde faiUe, et Fa donné en proie aux hommes 
» leéiéfàia, leaquela peuvent le gouverner avec toute sécurité, en voyant cnm- 
•nant Vwmfoermlilé du Aonimaf, pour aller en petraâie^ penee plutôl à supporter 
lifu'àmugerleêeompe qu'elle reçoit (S). » Et vous faites cette remarque : a On 
ans pouvait nieiix dépeindre la religion des feux ascétiques et mystiques. a 
9L Tabbé, ditea I» religion des apôtres, dea martyrs, de tous les croyants; c*ett 
à eux qoe s'adressent ces insultes impies de Machiavel et de ses apologistes.) 
Voas^jooteB que cette religion « répugne souverainement à celle do Christ et 
' de TEgliae catholique 1!! » et vous concluez avec cet épiphonème : « Il faudrait 



î 



i) Vol. n, page 438. 

'^) Vol. I, pue MO. ' 

>)l)iK.ii,£ '' 



Digitized by VjOOQlC 



( 21)4 ) 
» croira que le FloreBtki,6» éciivanl oes lîgBe«^ aiait derâé )e jénitifine prfl 

Que tout homme de sew» ^ a^a h» TiatelUgeace obscurcie par mm anraifle 
passion» qœ toai hooMoe de conscîeooe JMge MâiaieMat el no» ercheTè^oe» 
4uis sa dédaiatioo Iro^ modérée, a pécbé par âocii^ ou pmr défmiU. Ofeiigé de se 
déclarer, il a*a pas voalii sorlir de soo oaraciérededoiieemr, el, afin de fWtt toiA» 
ser uoe planche de salut, il n'a dii que ce qui éiaii aéeettaîre puer ae dtealper. 
Diaprés la peîolttre que le secrêtaice floceotio &ii du cbrisAîmiiMM, q«e ïm 
juge de ce qui arriverait à noa jeunes gens italiens qoi rioMiemesi dans km 
éludes, et s^il est vrai qu*alorsi^ iié s€ pass^raU pêui-éirê pm mn >■■ ■■ion, 
sans que noire pairie ne redmdnl musi belle qu'elU Viêaiâ ém iempê en &>• 
jnoM (i)/// 

Du re&ie je me réjouis de ce que vos oreillea de ehrélîea oui élé blessées» 
comme il parati d'après voire lettre, en entendant ces paioles aalMifélâeDBai 
fui vous éuîeni échappées de la plume. Oui. je m'en réjouis, ptree qna la pëM 
que voua en éprouvez me donne respéraaee que vous voudrea èîeii les vépnm- 
ver et les condamner ouvertement. Pour moi, je we vo«s ÎM|méleraî pas davan* 
tage avec sas myuêret révélée et nalureUy ou, comme voua les déAnisseï, avec 
ces AJUôHBS iNVMiTftsuuux et cea QUANTiTis FIN lia, fue fAofnme Meed te pnti- 
SÊMce infinie (2) l ie ne vous inquiéterai aséme plus avec ce rite de nÉCOnaau* 
non DtSAOuauHTft, RftDiJiT D<soiiiA]s À l'dsauk Ma iHFaiiTa, lequel, apiés 
avoir été enlevé autrefois, par Luther, à la moitié de TEurope, se irait mt le 
point d'être anéanti dans Tautre moitié ^S)!ll ie ae voua iaqaiétenî pag avec 
votre JupHer aeromeUique, horaHei^ Aem^ngite, qui obtieat b patna sur te 
XiOttû IIV infini de Baeeuet^ et sur h Diêm janeénieU et wiolimtêle (4) ; ni avec 
votre Babel qui supplanta le péché d'origine; ni avec votre ridicule TVIatldei»- 
Imdiciolre sans personnes cMmelmnlis 4am l^umUé de fmMaet dMit pitu 
greauie qu^eUe-mémê (5) ; ni avec U dévotion ^ Meariê^ readae e c cf a io < irv m cou- 
fDurani à U p$rfeelion de la aNajiaf tlts» emiikmèfue du caUe (olMâf ut , el Êem- 
firasU, parlaêuamté de CéUmmU féminin^ Vénergiê «irîkdacArifliaaiMaf (6); 
ni avec cette vision béatiftque permanente qui vous rend le porie-éteDéird.*. Ai 
plus délirant snpermyelmemê^ mais qui, trop éclipsée par les tourbilhaw pu- 
Ihéisiiques, ne vous lais.se pas même voir les fautes sans oondwe, et les erreofs 
les plus capitales dans lesquelles vous tombes k chaque pas; ni... 

Hais je déclare, à vous et à tous ceux qui jurent sur votre parole, que jusq»^ 
ce que vous vous soyez rétracté, non-Beulemeat mea archevêque, amis leasles 
évéques du monde, loin d'eacourager le clergé h voas saivreet àveuainiiir 
comme mod^(e, ne cesseront de recommander aux jeunes lévites, aveeieUfc 
lèie apostolique, de prendre bien garde de teliter la îkéÊk§ig des dlTiÉitir dm 

(l)YoUii,pa8e6(KI. 
(2> Vol. I, page 3il5« 

(5) Vol.iv,psg<»3f9. 

(4) Vol. II, page«)4S0, 461-e2. 

(8) Tom. I, page 55. Tom. ii, pages 145-46. Errori Rosm.; 

(6) Vol. nr, page 557. 

Digitized by VjOOQ IC 



(205) 

letqwUes Bounêi fa êmpHi&nnéê (1), et de cbercher (avec le panthéisme rado- 
naiiste) rinitUigibU dans U êemibU, $oU en m limant aux CBuvrei d^imaginaiwn 
woeclesarUdê faniaitiê, soU en $€ livrant aux idéet tpéculatiteê avec U$ lumiêrei 
(iffafaifofi(2). 
Je tous salue respectneosement. 

Penrare, 2 décembre 1847. 



AUGCSTIN PbRUZZI. 



tAWim WT NOOVBLIâBS BGGLiSIASTIQIIES. 

ROm. «— MoQS apprenons la triste nouyelle de la mort de Tun des 
phs jeunes membres du sacré collège. Son Eminence le cardinal Mas- 
simofttt frappé, le 1 1 de ce inois, d'une attaque d'apoplexie à Taudience 
même du Saint-Père. Tous les soins lui furent aussitôt prodigués^ et il 
pat être ramené chez lui. Mais en montant les escaliers de son palais, 
«wteau par un domestique, il fat atteint d'une jeconde attaque à la- 
quelle il succomba immédiatement. 

Cette mort si imprévue a profondément ému toute la société romaine. 
Le cardinal Massimo était aussi distingué par ramabilité Hé son esprit et 
les nobles qualités de son cœur, que par l'éclat de son nom et Tillustra- 
tiondeson origine princîère. Sa mère était une princesse de la maison 
fc Saxe. Il était né à Dresde le !26 février 1806 : il fut créé cardinal le 
^ janvier IMÎ par le Pape Grégoire XVI , dont il avait été successive- 
■Boitgrand-nMltre de la chambre et majordome. 

PARIS. 

Une Assemblée de Charité aura lieu le jeudi 27 janvier 1848, en Té- 
gTne paroissiale de Notre-Dame des Blancs-Manteaux, en faveur des fa- 
milles pauvres admises an secours de FŒuvre. 

Le discours sera prononcé par M. Tabbé Goquereau, chanoine du- Cha- 
pitre royal de Saint-Denis, missionnaire apostolique, à deux heures et 
demie précises. 

Mjgr Loqoet, évéqve d^Héaebon, qui réside depuis quelque temps à 
I^OBie, vmrt é'dive emwfé en S«îsse par ie Pape Pie IX, chargé, dit-on, 
<1W mission extraordinaire. Cette mission n'implique nullement le 
itppd du nonce aptstoliqve près de la Confédération. Ce qui nous por- 
^ttaità croire que cette dernière nouvelle est an moins prématurée, c'est 
^les )o«maux qnt l'annoncent, cotifondent Mgr Macciottî, nonce ac- 
^Bd, avec Mgr d'Andréa qui a été remplacé en Suisse depuis pins 
<l'an an. 

Am» kflouurant de l'anaée 1847, 27 personnes ont abjuré le|m>testan- 
tÛMaiaoM rcBlmadbna k aesn de l'Eg^iaedana lediocèsede Cambrti, 
«voir i 11 dans IWfnmfarmfnr de Lille, ê dans rnrrondiaiensént 



(i) Vol. m. page 4Î56, 
(S) Toi. ir, page 4». 



Digitized by VjOOQ IC 



^ 



( 206 ) 

de Douai, 4 dans rarrondissement de Yalenciennes^ 4 dans l'arrondis- 
sèment de Cambrai. 

'■il ^»i^»^a— — — — -— 

On peut juger par l'extrait suivant d'une correspondance que publie 
un journal hosiîle aux Jésuites, de la valeur des pétitions qu'on ne rougit 
pas de nous donner comme l'expression libre et sincère de l'opinion pu- 
blique : 

« Le roi Charles-Albert a été logique, k mon avis, en ne voulant pas reeevmr 
notre députation (la députaUon de Gènes) chargée de loi piwter une pétition coo- 
verte de quarante mille signatures, demandant Tespulaion immédiate des Jé- 
suites et rétablissement de la garde nationale; car un grand nombre de ces signa- 
tures avait été enlevé en plein théâtre, de loge en loge, sur les places publi- 
ques et dans les mes, à des femmes mariées, des demoiselles et même à des en- 
fants.» 

Nous recevons de Toulon, sur la mémorable station que le R. P. La- 
cordaire y a prêcbée dans la paroisse de Notre-Dame, des détails aux- 
quels le nom seul de l'illustre prédicateur suffirait pour donner le plus 
vif intérêt : 

« Tonlon, le 15 janvier 1848. 

» L'illustre Dominicain, arrivé à Toulon le 4 novembre dernier, a ouvert la su- 
tion le dimanche suivant 7 novembre. Dès le début de ses conférences, la vaste 
enceinte de Tancienne cathédrale de Sainte-Marie et la tribune qui y avait été 
construite, n'ont pu suffire pour contenir Timmense auditoire composé de ce que 
le corps de la marine royale, Tarmée, la magistrature, le clergé, la société offrent 
de plus distingué, de plus honorable et de plus éclairé. Dès que Tescadre d*évo-i 
lution de la Méditerranée est rentrée dans notre rade, les nombreux officiers 
qu'elle renferme se sont empressés de prendre rang autour de la chaire évangé- 
lique. 

» Deux vénérables prélats ont voulu payer leur tribut d'admiration au célèbre 
prédicateur. Le pieux et savant évéque de Digne, Mgr Sibour, a assisté avec ses 
grands-vicaires à la conférence donnée le dimanche 12 décembre, et Mgr Tévè- 
que de Fréjus, arrivé à Toulon le 1*' janvier, a voola cl6t«rer Ini^-méme, le 
2 janvier, cette mémorable station, qui a été un si grand sujet d'admiiation, de 
joie et de consolation pour la religion. On n'a eu ^ déplorer aucun accident au 
milieu de ce concours prodigieux de fidèles rassemblés, pendant ces 8eox moi^. 
pour entendre le grand orateur de Tépoque. L'ordre le plus parfait y a r^é 
consumment, et c'était un spectacle bien beau et bien touchant de voir à cesifs- 
menses réunions trois amiraux, les illustrations de la marine royale, nos braves 
militaires, ces hommes pleins d'honneur et de courage , groupés autour de i^ 
chaire d'où partaient tant de sublimes leçons de religion et de vertus. C'était ofi 
•pectacle bien édifiant de voir cette masse d*bonaies suspendue ans lèvrss d'iro 
. panvfe. moine, dans le silence le plus profond, dans one espèce d^innebiKlé qui 
ft^éiait interrompue parfois que par un saisissement spontané et nniversel, exeité 
par les traits d'éloquence de l'orateur. 
» Le souvenir que le P. Lacordaire a laissé dans Toulon ne s*effacera jamais; 



Digitized by VjOOQ IC 



( 20T ) 
son nom y esc immortalisé et il y sera toujours béni. Aussi , le 3 janvier, lende- 
main de la clôture de son cours de conférences, le clergé de la cité , les mem- 
bres de la fabrique de Notre-Dame, la société de Saint-Yincent-de-Paul, divers 
fonctionnaires, des ofiBciers-généraux et supérieurs, une députation des jeunes 
gens se sont empressés d'aller le remercier. A huit heures du spir, une brillante 
sérénade a été donnée au P. Lacordaire par la musique des équipages de ligne, 
au milieu d'une foule immense qui était réunie sous les fenêtres du presby- 
tère da curé de Notre-Dame, chez qui il était logé. A neuf heures et demie, le 
P. Lacordaire ayant témoigné sa vive reconnaissance, du haut de là croi« 
sée, aux musiciens et aux habitants de la cité qui remplis^^aient la longue rue du 
Champ-de-Mars, les rues adjacentes et les fenêtres des maisons, des milliers de 
spectateurs ont fait retentir les airs d'applaudissements et des cris de : Vive La- 
rordairê ! Jamais enthousiasme semblable ne s'était manifesté à Toulon. Ainsi 
s'est terminée cette belle journée, qui a été un jour de triomphe pour la reli- 
gion, et cette station de l'Avent, qiil a éié un événemeni pour notre cité. > 

Le R. P. Nicolas Baworowski, provincial des Jésuites de la Gallicie, 
vient d*adresser la lettre suivante au Courrier Français, que ce démenti 
formel à des calomnies odieusement inventées parait mettre de fort mau- 
vaise humeur : 

« Lemberg ou Léopol, en Gallicie, 21 octobre 1847. 
» Monsieur le Rédacteur, 

» Je viens de lire dans voire Journal, numéro du lundi i du courant, une let- 
tre d'un Polonais contenant, sur les Jésuites de' Gallicie, une série d'as^^ertions 
Ijusses et calomnieuses, contre lesquelles je m'empresse de protester hautement 
en mou nom et au nom de la conscience publique de mon pays. Me bornant uni- 
quement & repousser les attaques dirigées contre notre Compagnie, je reprends 
ces aiisertions l'une après l'autre , pour leur donner à toutes un démenti for- 
mel. 

» V 11 est faux que les Jésuites aient obtenu de l'archiduc Ferdinand un 
grand bâtiment à Léopol : les Jésuites ont pris ia direction du pensionnat des 
nobles en cette ville, en conséquence du décret de Tempereur François J"*, do 
27 août 1890. 

• 2* Il est £iux que» dans les premiers jours de février 1846, les portes du pa- 
lais da Tarobiduc se soient ouvertes bien tard dans la nuit pour un Jéftoite con» 
fe&'eur de S. A. R. : aucun Jésuite à Lcmbcrg n'a jamais été confesseur du 
prince; aucun Jésuite n'a jamais été consulté par qui que ce soit sur les malheu- 
reux événements de février 1846. 

3^ Il est faux que l'archiduc ait fait don à la Compagnie de tous les biens 
qu'il possédait en Gallicie, à moins qu'on ne veuille parler ici d'une exploitation 
de briques entreprise pour la bâtisse du pensionnat, et d'un jardin près de la 
vUfe, dont farohidoc a cédé la jouissance au pensionnat, en s'en réservant la 
propriété. Noos se pansons pas que l'auteur des inculpations veuille nous foire 
un cnaie de la reconnaissance que nous professons pour tous nos bienfai* 
taors. 

» 4* 11 est faux que les Jésuites aient donné en échange de ces dons l'absolu- 
tion aux paysans assassins que les curés repoussaient avec horreur : les Jésuites» 
il est vrai, ont été appelés par l'autoriié ecclésiastique sur le théâtre des massa- 
cres, mais c'est avant .ladite donation, et ce n'était que pour y remplir un minis- 

Digitized by VjOOQ IC 



( 208 ) 

lëre'dfi paix, pour y donoer de pieux exerdcM dont lliaoMttx effet a élé, »i 

moixi$« de calmer reffervesceoce populaire; et ce fut conjointement avec d'auires 
religieux et plusieurs membres du clergé séculier, dont la conduite au tribunal de 
la pénitence a été, comme celle des Jésuites, pjfrlaitement conforme au\ pres- 
criptions de TEglise dans de semblables circonstances. 

Y Veoîflei, Monsieur le Rédacteur, donner de la publicité à cette lettre^ eo Hb- 
sénnl dans le plus prochain numéro de votre journal, afin que Topinien rende 
justieeà riimoceoee et renroie Fopprobre de ces assertions calomMeuaesà eekn 
qui en ei4 fauteur. J*attends ce service de votre impartialité et ai Thoiuiear d'é^ 
tre, Montieiir ie Rédacteur, 

» Votre très-bumble serviteur» 
» Nicolas BAWoaowsKi, 
» Provincial des Jésuites en Gallicie. » 

. Ou nous écrit de Berlin : 

a Dans les derniers jours de décembre, le roi s^est plu à visiter les objets ex- 
posés dans la salle des Soeîurs de la Charité, au profit de Pbôpital qu^elles desser- 
vent. Sa Majesté, autant dans Tintérôt des pauvres que pour témoigner sa bien- 
veillance aux saintes religieuses qui les assistent, a bien voulu acheter presque 
tous ces objets pour son compte. A Berlin, comme ailleurs, Tappel fait i ces res- 
pectables Sœurs avait éprouvé une assez forte opposition, et avait même donné 
sur elles quelques inquiétudes. Aujourd'hui, au contraire, que leur charitable ac- 
tivité eët connue et appréciée, tout le monde, jusqu'aux Juifs, leur témoigne res- 
pect et confliince. Lorsqu'elles passent dans la rue. Ton voit sortir, de presque 
toutes les mai»<oos, des enfants qui accourent à elles, et leur tendent les mains 
eo signe d'amiiié. Dans ce sentiment des enfants, s^exprime le jugement qoe tous 
les làbitanls de la capitale portent sur elles. » 



BAVIÈRE —An mois de juillet dernier, le ministère Maurer, se plai- 
gnant de ce que les anciennes ordonnances relatives aux Confréries 
avaient été mises en oubli, ordonnait à tous les gouverneurs de pro- 
vince du royaume d ouvrir de minutieuses enquêtes sur le nombre des 
Congrëgatious religieuses existantes dans le .royaume» de se faire dé- 
clarer leur but, et à cet effet de se faire représenter leurs statuts et 
de se faire rendre compte de leurs ressources pécuniaires ain^â que de 
leur emploi. Nous apprenons anjourd'boi que deux commissaires royaux 
des provinces palatines de la Bavière viennent de transmettre aux maires 
de toutes les communes, avec injonction de s'y conformer, le rescrit mi- 
nistériel, dont nous venons de parler. De toutes les Confréries, celle qui 
est le plus recommandée à leurs investigations et à leur surveillance est 
TArchiconfrérie du très-samt et immaculé Cœur de Marie |iour la con- 
version des pécheurs. £lle avait été accueillie avec une sywpaihie toute 
particulière par tout Tépiscopat bavarois, qui, en transmettant ses sta- 
tuts aux curés des campagnes, les avait exhortés à former le plus de 
Congrégations qu'il leur serait, possible, leur promettant de les faire af'* 
fiherà rArcbiconfrérie-mère de Notre-Dame des* Victoires, à Parts. Ce 
zèle des évéques et de leurs clergés diocésains avait produit les plus 
beuretix frtiitS| lorsque tout à coup cette œuvre s*est vue compromise 

Digitized by VjOOQ IC 



dms MB etktéiice pair la Wno/wemjai wétes que nous venons de »{>- 
portar. Cest à regret qne le^ cathoKqnes se voient ainsi déçus, au moh» 
à cet égÊwif des espérantes que leur avait fait concevoir Tavénement du 
dumistète aetnel. 

BELGIQUE. — Samedi 15, M. Goffia, ancien ministre protestant, 
de retour de Aome où il était allé abjurer le protestantisme et recevoir 
les ordres sacrés, a prêché à Saini^Jacques, à Bruges. Une foule coaai-. 
dérable d'Anglais, tant catholiques que protesunts, y assistaient ; le 
semon de M. Goffin a fait une grande impression sur l'auditoire. 

M. Coffin retourne en Angleterre, où il va fonder, de concert avec 
M. Newman, une communauté de l'Oratoire. ' 

-«-L'annuaire de l'université catholique de Louvaia pour l'an 1848 ren* 
ferme plttsieiirs travaux scientifiques et historiques ficirt întéresaaats, et 
constate en même temps les succès de runîversité. Pendant Pannée aca-> 
(lâBiquel846-1847,etie a compté 792 inscriptions, y compris 161 élèves 
du collège d'humanités; les jurys d'examen ont admis 233 de ses 
étudiants, dont 15 1 (tune manière satisfaisante, 55 atvc distinction, iOai^ec 
pende distinction^ 7 avec ta plus grande distinction. Voici le relevé des in- 
scriptions faites pendant les deux premiers mois de Tannée académique 
lS^-48 : humanités, 160 ; philosophie, lettres et sciences, 1*"* année, 
109; sciences, 2* année préparatoire â la médecine, 82; philosophie et 
letuei, 2* année préparatoire au droit, 76 ; médecine, 93 ; droit, 148, 
tiiéolope, 54. Total, 722. 

PEOVINCKS RHÉNAIVES. — M. Tévêque de Munster, en quittant 
Trères, y a laissé des souvenirs qui ne s*> ffaceront jamais. Les habitants 
<le la ville des martyrs, connaissant les éminentes qualités dont Mgr Mùl- 
kra donné tant de preuves en secondant avec un zèle si éclairé les tra- . 
uax apostoliques de Mgr Arnoldi^ legr citeront long-temps la perte 
qu'ils viennent de faire. 

Si les touchants adieux qu'a reçus Mgr de Munster, de la part des 
^Hms Trévirois, lui ont prouvé combien on était attaché à sa personne, 
l'accueil que le prélat a reçu à Munster, a du le convaincre que la ré- 
putation de ses vertus et de son éminent savcMr l'avait devancé dana 
son nouveau diocèse. 

A l'arrivée de Mgr Màller, le 20 décembre au soir, toute la ville était 
sur pied« Des dëputations nombreuses des différentes corporations s'é- 
taient portées à sa. rencontre à quelques lieues de la ville qui, aux pre- 
niiers sons du bourdon de la cathédrale et des autres cloches des pa* 
misses, a été Spontanément illuminée. 

Le nouvel évéque, après avoir été reçu à Péglise de Saint-Liidger par 
le chapitre et le clergé des paroisses, auquel s'étaient joints tous les 
doyens ruraux du diocèse, s'est rendu procession nellemeot à son palus 
oft l'attendaient le président suprême de la province de Westphalie et 
Iflustttoriiés. 

Digitized by VjOOQ IC 



( 210 ) 

Les vceox de toutes les personnes, uni du diocàse de Trêves' que des 
diocèses liiultropbes, qui ont l'honneur de conoaiire M. l'évéqqe de 
Munster, l'ont accompagné dans bon nouveau diocèse* où son discerne- 
ment, son urbanité exquise, jointe à une fermeté tout apostolique, lui 
gagneront, dans peu de temps, rafFection de tous les cœurs. 

SUISSE. — Voici un grand scandale découvert en Suisse par la délica- 
tesse de conscience de nos libéraux, patrons et amis de la diète radicale. 
Cest un fait qui donne à lui seul, dit le Commerce, un démenti solennel 
à tous Us griefs et accusations odieuses de M. le .comte de Montalem- 
bert contre les actes de la diète et de l'armée fédérale : 

« On nous écrit de Berne, le 18 de ce mois, dit ce journal : 

c Le grand conseil de Locemc vient de discuter et de voter la révision de la 
constitution cantonale. L*article 3 porte : o La religion eatboliqoe romaine est 
» la r9liffwn d^Buu ; le canton garantit Texistence des couvents et des congre- 
» gâtions, ainsi que rinviolabilité des fonds et biens destinés à un but reli» 
n gieax.» 

» L'article 7 établit qu'il y aura ola liberté d'exprimer ses opinions par la pa- 
n rôle et par la presse, mais toujours dans les limites de la morale, des mceurs 
» et de la religion. » 

» L'article â déclare que « le droit de cité dans le canton ne sera accordé 
9 qu'aux personnes professant la religion catholique romaine, v 

1» Il semble que les baïonnettes radicales du corps d'occupation fédéral n'ont 
pas exercé une influence despotique sur la conscience religieuse do grand con- 
seil lucernoîs ; puisqu'il n'y a qu'une différence minime entre la eonslliution noii* 
velle et celle qui a été votée en 1841. 

V Ainsi, ajoute ce journal, le grand conseil vient, coostitutiennelleraeiit, d'ia* 
terdire la polémique contraire au catholicisme ; il vient d'interdire le droit de 
cité à ceux qui ne sont point catholiques. Voilà comment le droit législatif et la 
liberté religieuse sont violentés et opprimés par les troupes fédérales dans les 
cantons du ci-devant souderbund. » 

Mais en compensation, et comme complément des spoliations précé- 
dentes, la f^oix catholique de Genève donne les nouvelles suivantes de 
Fribourg : 

« Le grand-conseil a volé, à ta majorité de 33 voix, l'emprunt forré de 2 mil- 
lions de francs proposé par M. Glasson ; mais il a rejeté la sécularisation des 
biens des couvents par voie d'extinction, qui était la conséquence de cette me- 
sure. 

«Dana «ne des séances suivantes, il a décidé d'imposer : 

a Le couvent d*Hauterive pour 400,000 fr. de Suisse (600,000 fr. de France); 
celui de Montorge, pour 20,000 fr. de Suisse ; celui des Dominicains, à EsU* 
vayer, pour 12,000 fr. id.; celui des dames de la Visitation, pour 5,000 fr. id.; 
celui delà Maigrauge pour 4,000 fr.; les couvents des Ursulines, de la Fille- 
Dieu et des RK. PP. Augustins, chacun pour 2,000 fr. id.; le couvent des RR. 
PP. Gordeliers, pour i ,000 fr. id. 

• Dans une autre séance, il a adopté, après une assex bngue diseusskm, Far- 
tiole 10 du goufemement, portant : 

c Tous Ï€b biens du clergé régulier et de Tévéché seront immédiatement placés 
9 aotis la surveUlance directe de l'Ëtat et administrés civilement. Tous iaa biens 

Digitized by VjOOQ IC 



( 2H ) 

»dtt cleifé sécalier seront placés sous administration chile entre les mains des 
9 paroisses, sous la sorveillance de l'Eut.» 

Or jusqu'ici nous ne voyons rien là qui démente les faits troppatents, 
solennellement flétris par l'éloquente et religieuse indignation de M. le 
comte de Montalembert. Bien au contraire, à Lucerne comme à Fri- 
bourg et dans le Valais, les spoliations de TEglise demeurent à l'ordre 
du jour des gouvernants radicaux. 

— M. le curé de Yersoix a reçu enfin l'avis of&ciel que la peine de la 
prison qu'il a subie ne suffit point pour expier son crime d'avoir prêché 
contre une guerre que flétrira éternellement le triple caractère d'in- 
justice, d'impiété et d'atrocité. Le conseil d'Etat maintient la suspension 
de son traitement et la demande de sa révocation non-seulement comme 
curé de Yersoix^ mais encore comme curé dans le canton ! 



ÉTATS-UNIS. — VAlmanach catholique des Etats-Unis pour 1848 vient 
de paraître ; on y trouve sur la situation de la religion dans ce pays de» , 
renseignements fort intéressants qui résument ce que nous avons publié 
dernièrement de l'état du catholicisme dans cette partie de l'Amérique. 

Le nombre des catholiques est de 1 million 200,000, sur une popula- 
tion de 17 millions d'habitants. Mais les citoyens de la république, hors 
de l'unité, suivent une vingtaine de sectes différentes, qui se subdivisent 
sans cesse en de nouveaux cultes, tandis que le noyau catholique s'aug- 
mente chaque année par les émigrations d'Europe et par les conver- 
fiions. Le territoire des Etats-Unis, y compris l'Orégon et le Texas, 
compte 3 archevêques, 24 évéques, 890 prêtres, 907 églises et 562 sta- 
tions ou chapelles. — Le clergé, en 1847, s'est augmenté de 76 prêtres, 
et, dans cette seule année, 95 églises ont été construites aux frais des 
fidèles, avec le secours de la Propagation de la Foi, mais sans aucune as- 
nslance du gouvernement. 

En comparant la statistique qui précède avec celle de 1837, on trouve 
que, dans cette période de onze ans, le nombre des diocèses a plus que 
doublé, ainsi que le nombre des prêtres, et que, dans le même inter* 
Tatle, le nombre des églises a triplé. Le tableau suivant montrera d'une 
manière frappante ce remarquable accroissement : 

1837 1848 

Diocèses, 13 27 

Prêtres, 373 890 

Eglises,- 300 907 

Dans ces chiffres, on ne compte TOr^on que pour deux diocèses^ 
<|uoique cette province ecclésiastique doive en compter huit, d'après la 
bulle de Grégoire XYI, de 1846. Mais il n'y a encore, ainsi que nOus l'a* 
TOUS déjà annoncé, que deux évêques nommés dans la portion de cetu 
]ut>fincequi fait partie du territoire des Etats-Unis. 

En 1847, S. S. Pie IX, sur la demande du sixième concile de Balli- 
niore, a fondé 3 diocèses , ceux de Cleveland, d'Albany et de Buffalo^ 
^ deux derniers font partie de TEtat de New-Yoïk, où le nombre des 

Digitized by VjOOQ IC 



(212) 
cadioHqaes augmente incestôtnment. Cette âub^vlsion promet un grand 
bieo^ à la religion, en mettant le clei^é et les fidèles en rapports plus £ré- 
awnts avec leur premier pasteur , en faisant ouvrir des séminaires et 
des écoles ecclésiastiques sur un plus graud nombre de points de la con- 
trée, et en multipliant ainsi les vocations. Dans ce moment, il y a H7 
aspirants au sacerdoce répartis entre les différents séminaues de rUnion, 
et cette pépinière est insuffisante pour les besoins du culte sans cesse 
augmentants, et pour assurer au pays le bienfait d*un clergé indigène, à 
défkut duquel les églises lointaines, on ne le sait que trop, n*ont été sou- 
vent que d'éphémères chrétientés : sans doute notre religion est main- 
tenant trop bien enracinée aux Etats-Unis pour y subir le sort qui la 
frappa au Japon et en Chine ; la France et llrlande continueront à en- 
voyer leurs missionnaires et à combler les lacunes que laisseraient dans 
le ministère des autels les candidats américains. — Mais il n'est pas 
moins d^uue haute importance que le nombre des séminaires augmente 
en Amérique, et nous n*en comptons encore qu€ 14 entre lesS7 évêcbés 
dellJnicHEi. 



REVUE POLITIQUE. 

Les graves événements de Palerme (voir aux noavelles de rextérieur) sont 
confirmés par les lettres qae nous recevons ce soir. 

L'irritation des habitants et racharnement qu'ils ont mis à combattre coo* 
tre les troupes royales, rappelaient le fameux soulèvement des Téprea «ici* 
tiennes. Les femmes ont pris part à cette lutte : tnip faibles pour se battre dans 
les rues, elles jetaient de toutes les fenêtres sur les soldats napoliuins, de Teau 
bouillante, des pierres, des meubles. 

Les troupes se sont retirées dans la citadelle. Les insurgés, maîtres de la ville, 
ont remplacé les autorités par un gouvernement provisoire. L'insurrection s'est 
promptement organisée en pouvoir régulier ; toutes les mesares ont été prises 
pour le maintien de Tordre et le respect des propriétés et des personnes. 

A Palerme comme en Suisse, il parait que les frais de la guerre doivent être 
payés *par les corporations religieuses. Les Jésuites ont été frappés d'une con- 
tribution d'environ 90,000 fr. 

L'Angleterre, qui se tenait en observation, n'a pas tardé à se montrer. Les 
prétextes ne lui ont pas manqué pour envoyer aussitôt ses vaisseaux à Palerme. 



LES HBIfAGBS OBS 0RA1IGI8TBS ET LBS BXfiCimONS BH IUJUII>B. 

Tandis que les agents de lord Palmerslon en Italie sont aecnsés de fevorteer 
le carbonarisme et d'exciter les clabs de Rome, de Livoome, de Milan et de 
Naplea à troubler rharmonie que l'admirable initiative réparatrice de Pie IX 
éCaMissait entre les princes et les peuples de la Péninsule ; tandis que la mission 
de lord Miuto n'a, dit on, d'aotre bat secret que de procnrer k fa poKtiqoe en* 
vabiBsante de l'Angleterre ane occasion de s'emparer de Tun des ports dte TA- 
dnatique : l'Irlande, cette victime de l'Angleterre, continue dTétaler au monde 
l'horrible spectacle de ses angoisses et de ses extrêmes douleurs. Lea secours dn 



Digit4zed by VjOOQ IC 



goncraMMAt oni cMsé depuis le il septembre : Biais la laifli« mais les rnenr- 
iftjflas terribles et plus nombreux sooi venus ajouter, s'il est possible, de nou- 
velles doaleuvs aus calamités irlandaises. Aussi le clergé catholique, cette iolati* 
gible RSMwrce du malbeoreux Irlaodais* sa seconde providence, eitr^il à bout de 
ftfcn it d*eipéffanees. Les évéqnes vom se réunir de nouveau ain d'eapoaeran 
goorernement et & la r 'ine Victoria Fétai plus qu'alarmant de leurs onnilles r^ 
daieiao désespoir. La politiqor et la Mkreiédes personnes ont lait déerélerproÉip- 
KBcat le biH de répression; maïs, bêlas! rétablissement de cette loi martiale. 
Il RddiiioD des armes, Tarrestation et le châtiment de quelques assassins, B*ont 
m enlevé à la famine de ses cruelles extrémités. 

A ces fléaux d'ailleurs, voici qu'une association, dite orangiste, organise con- 
ire lei prêtres catholiques uiie menace permanente d'assassinat. Dans les m«eftnyf 
deliOodres, et jusque dans le parlement, de fanatiques pra<^lytes de l'Eglise éta- 
blie i*oat pas craint d'accuser les prêtres d'Irlande d'être les conseillers de plu* 
itui aieortres commis dans quelques districts contre des propriétaires on des 
flûoistres proiesunts. Soudain la rage de quelques frénétiques s'est emparée de* 
cMcaltBDies atroces et odieuses. 

Ai68i, les lettres de menaces contre les prêtres catholiques se mulliplient-elles- 
eBlriuide. Le révérend M. Henry Brennan, prêtre de la paroisse de Killglass, 
(bus le conté de Ro^^common, a fait transmettre au lord-lieutenant une lettre de 
ce genre qui lui annonce que douze protestants (ùrangemen) du comté ont juré^ 
torrEnngile de venger sur un prêtre catholique l'assassinat de tout protestant. 
Ceue lettre qui, on le voit, est tout-à-fait semblable k celle que nous avons déjà 
reproduite et qui avait été adressée à un prêtre demeurant dans une autre partie 
de i'irlande, semblerait indiquer que les sociétés orangistes, qui, depuis ^uel-*^ 
^aooées, sont supprimées par ordre du gouvernement, ont été rétablies on- 
pMt-éire même n'ont jamais cessé d'exister. La lettre se termine ainsi : 

iNoos vous donnerons quarante-huit heure<i pour faire votre paix avec Dieu;- 
it délai eipiré, nous, les douze hommes susdits, avons juré par le Christ crucifié 
de tuer l'un des membres de votre corporation. (Ici est dessiné un cercueil.) 
Prenez garde à vous ! Si nous sommes i^uits à user de ce remède, que votre 
uag reUNube sur votre tête. Nons vous prions de faire connaître ceci à votre 
fioire, cir le même sort l'attf^nd, ainsi que tous vos confrères. Noos venions 
vMiavertir loyalement. N'oubliez pas non plus de inire savoir ceci à M. O'Gonnor. 
» Signé : La Sociéié du libéral^urs di Ciritmdew 

•Cependant, disait naguère k ce sqjet le dmrriir FrmiiÇaùt avec antant 
d'in^tialité que de haute raison, il faut le dire, jusqu'à ce jour, les laiia allé^ 
|Dés contre les prêtres catholiques sont absolument dénués de preuves. 

» Il y a en Angleterre des gens qui voudraient un exemple à tout prix. «Pen* 
ideiun prêtre ou deux, et vous arrêterez ces dénonciatious parties du pied des 
I autels!» Telle serait, si nous en croyons une feuille hebdomadaire de Londres^ 
il tendance de l'opinion publique. Noos ne verrions-là, pour notre part, qne 
lexpreiion d*ttn sentiment barbare qui a sa source dans des préjugés religtenx ea 
desaaioMMités imtlooales. Pour être efficace, la répression doit, avant ieul,.élff» 
jntilée. An tien d'éiouffer des instincts eriminels, le sang injusiement ré pa n du 
lenr doaoaiait an caradère moins odieux, celui d'une vengeance provoquée par 
rabos de la iurce 1 

» Seloa d'autres personnes, les prêtres catholiques irlandais devraient refuser 

Digitized by VjOOQ IC 



( "iU ) 

lés Recours delà religion aux individus coupables de ces meurtres contre lesiquels 
e^t dirigé le biH de coercition récemment adopté parla chambre des communes. 
Même au pied du gibet on sur les marchés de l'échafaud, le criminel, dtt-on, ne 
devrait pas trouver un prêtre pour entendre sa confession et le réconcilier avec 
le ciel. Ainsi, on prétendrait, non-seulement punir le cri«uedansce monde, i 
dans l'autre! 

» On raconte, à ce propos, une histoire que nous aimerions k croire 
pour l'honneur même des autorités briunniqnes. Il y a quelques année» d^, 
les assassinais étaient fréquents dans un régiment en garninon à Malt<> et princi- 
palement composé d'irlandais. Long-temps les coupables réussit ei>t à échapper à 
toutes les recherches; enfin, un des meuiiriers fut pris sur lef.iit, traduit devant 
un conseil de guerre et condamné à mort. 

• Au lieu du supplice, quelques prêtres de sa religion aliendiiieni le malheu- 
reux qui allait mourir, et qui demandait à genoux de ne pas monnr s:ins confes- 
sion ; mais le gouverneur anglais fit écarter p.ir des soldat^ les ministres du culte 
et répondit à l'assassin : « Vous avez tué votre camarade sans vous inquiéter qa*î( 
D reçùi auparavant l'absolution ; vous mourrez aussi sans la recevoir. » 

a Paroles cruelles qui abaissaient la dignité de la loi au niveau d^une ven- 
geance I Etrange confusion qui cherchait à étendre le glaive de la justice bo- 
maine au-delà de sa sphère naturelle! La répression qui part des hommes est 
bornée aux limites de la vie du coupable ; réierniié ne lui appartient pas. Vou- 
loir envahir sur ce domaine mystérieux, c'est commettre une usurpation crimi- 
nelle. Il n'y aura jamais sans aucun doute qu'une imperceptible minorité chez 
nos voisins qui ait le courage d'entreprendre l'apologie de ces procédés indignes 
d'une nation chrétienne, d 

Hélas! ces réflexions si justes do Courrier Français nous rappellent la s^onc 
cruellement tragique des fossés de Vincennes, où l'héroïque et infortuné âac 
d'Ënghien réclama aussi, mais en vain, de ses bourreaux, les secours de la reli- 
gion : « Mes amis, amenez-moi un prêtre, » s'écriait Tintrépide et reHgieu«e vic- 
time, a Meurs ! lui répondit une voix de cannibale ; il n'y a ici pour toi, ni amis, 
ni Capucin!... 9 



Les condamnations à mon qu à la déportation perpétuelle se succèdent en Ir- 
lande. La commission spéciale qui siège en ce momeni à Ennis (comté de Clare) 
st prononcé, dans sa deuxième séance, deux condamnations à «lort poo? assassi- 
nat. La commission de tiimerick a deux affaires de la même nature à juger ; dans 
\k ge^e de cette ville se trouvent 93 accusés. Dans la prison de Gloumel, il y a 
375 détenus, dont 20 sont prévenus de meurtre. On dit qu^avant la pcrquisilion 
générale des armes à feu, les villages des districts soumis à la loi martiale seront 
occupés par des forces militaires imposantes. 

De son côté, l'association du repcal attaque le lord-maire et la corporation de 
Dublin, pour avoir négligé de boire à la méu)oire d'O'Conneli, dans le banquet 
d'inauguration auquel assistait le lord -^lieu tenant. Si le maire a négligé ce toast, 
^/M^ d*aprÔ8 l'a-sociation, par une méprisable condescendance pour ie gouver* 
nement, et cependant c'est le gouvernement qui fait mourir le peuple de Diini, 
q«i adopte un bill coërcitif, quiaiuque la constitution, qui étrangle les libertés 
Irlandaises! Aussi sont-ce des esclaves que les hommes qui, dans Manslon» 
Hoùse, buvaient, il y a quelques jours, aux ministres de la Grande-Bretagne. «Eli 

Digitized by VjOOQ IC 



( 216 ) 

« bien ! raoi« s*e8t écrié le président 4e Tassocialion» dans la dernière aasembléç. 
9 je proclame (et j'espère qu'ici ou voi& trouvera de l*écho)que nous repousserons 
» de toutes nos forces les wbigs» levr politique, leur ioUmidalion et leur corm^ 
• tion. » (Applaudissements.) 

En rapprochant ces faits de Taglution suscitée par quelques boro«M8 du içou- 
vemeroent anglais, en faveur d^une augmentation d*armement, est-il permis de 
croire que les whigs songent à accroître leur état militaire, non point dans in- 
tention de se garantir contre une prétendue invasion de la part de la France, 
mais contre des troubles sérieux de la part des populations de rirlande? C'est ce 
que l'avenir ne saurait manquer de nous apprendre. 



NOUVELLES ET FAITS DIVERS. 

INTlKRlEUR. 

PABIS, 24 janvier. — Vendredi 21, pendant la séance, des explications OBl 
eu lieu entre MM. Garnier-Pagès et Ricbond des Bru&. en présence de MM. Lae 
nbli, Carnot, Liadières et Lanyer. Après Texamen des pièces cl loin des som- 
maitons de la tribune, Thonorable M. Garnier-Pagès a retiré spontanément et 
loyalement Texpression dont il s'était servi; et en même temps Tbonorable 
H. Ricbond des Brus s'est empressé de reconnaître qu'une confusion de noms, 
reprodoite par \e Moniteur lui-même, avait pu être la cause d'une erreur, qui 
n'implique en ^ucun cas la bonne foi de personne. 

^ La commission du budget s'est réunie samedi à l'effet de se constituer. Elle 
a nommé pour son président M. Bignon, et pour son secrétaire M. Galmon fils. 

— M. le liautenanl-général Trézel, ministre de la guerre, est placé, par déci- 
sion royale du 31 décembre, dans la section de réserve du cadre de Téiat-major- 
général. 

— Le général de Lamoricière est parti le 7 d'Oran pour Alger; il se rend à 
Paris. Le général Cavaignac est arrivé le 7 à Oran, venant de TIemcen. 

— On lit dans le Tauhnnaù : 

«D'après des renseignements puisés à bonne source, nous croyons devoir 
donner pour certain qu'Âbd-el-Kader ne restera pas long-temps au fort La- 
malgne. » 

— Tons les Arabes qui étaient au fort Malbousquet ont été transférés le 18 
au fort Lamalgue et réunis à Âbd-el-Kader. M. le colonel Dumas, envoyé par le 
gouvernement auprès de Témir, est arrivé le 18 k Marseille et est parti immé- 
diatement pour Toulon. 

— On lit dans le Moniteur Algérien : 

c Cent vingt-trois individus de la deira d' Abd-el-Kader, appartenant aux pro - 
vinces de l'est, et dont plusieurs ne doivent pas être rendus immédiatement à 
la liberté, sont arrivés à Alger. » 

— Nous avons des nouvelles d'Alger du 15 de ce mois. Une tranquillité ab- 
solue règne dans les trois provinces, et le Moniteur Algérien annonce lui-même 
qu'à Tavenir il sera peu riche en nouvelles. Ce journal enregistre la soumission 
des Âmiane-Garabas, qui n*ont pas cru devoir résister après la cbute d'Abd-el- 
Kader. A dater de ce jour, la pacification s'étend jusqu'à la limite extrême dn 
petit désert, et pour trouver une population hostile à notre domination, il faut la 
chercher dans lés oasis reculées du Sahara. 

— M. le baron de Cboiseul vient de faire don à la ville de Digoin d'un hèpita 
qu'il a nouvellement fait construire et meubler. 

— L^tribunal correctionnel d'Orléans a prononcé son jugement poinr les dona- 



Digitized by VjOOQ IC 



(246) 

msgeg réclamés' contre ta compagnie du chemin de fer par la demoiselle Garbé, 
blessée dam raeetdent arrivé à la gare, et les enfants du sienr Penhi, mort dsas 
cMe eataeiropbe. La eompagiHe a été condaaaiiée ii payer MO fr. à la demoi- 
selle Garbé, el 15,000 fr. aux enfants Penin. 

«-* Ia cmt de cassaUoQ a rejeté le pourvoi formé psr le sieur Waraerjr ooaire 
farrèl de la ooar royale, coafirmatif du jugement par lequel le tribunal de poUoe 
«orrectionnelie s'est déclaré compétent pour statuer sur la poursuite en déaon- 
€Îation calomnieuse qui lui a été intentée par MM. MoHoe-Saint-Yon, pair de 
France , le général Delarue et autres. 

» L^antique et belle vine de Kostroma, en Russie, Tient d'être dévastée par 
un incendie qui s'est ranimé h diverses reprises et a duré quatre jours. Cent 
quatre-vingt-huit édifices publics ou particuliers ont été la proie des flammes. 

Des rumeurs répandues parmi le peuple ayant signalé les Polonais qui habitent 
eette ville en assez grand nombre, comme les auteurs de Tincendie, ils ont failli 
devenir vietimes de la fureur populaire ; et les autorités, loin de les défendre, 
OBI fait arrêter et emprisonner les Polonais appartenant aux classes âevées, 
lundis que les autres éuient livrés à des châtiments corporels. L'empereur Ni- 
colas, sur le rapport qui lui a été fait de cette affaire, a fait mander le gower- 
Beur de Kosiroma à âitnt-Pétersbourg, où il sera traduit devant un eoMeil de 
guerre. L^adminîstracSon provisoire de Kostroma a été remise provisoirement 
à Taide-de-camp général, prince Kutnsow. 

szTÉunim. 
ITilIilE. — Les étudiants de Puniversîté de Turin ont pris le deuil poar 
quinze jours, en Tbonneur de leurs camarades tués dans les troubles de Pavie. 
Les nouvelles de Lombardie se résument ainsi, i la date du il : 
« Le iharéchal Radzeski a été revêtu de pouvoirs illimités. Il n'y a eu aucune 
démonstration nouvelle contre Tordre. Les cafés, les théâtres el les établisse- 
ments publics sont déserts, Im affaires stagnantes. Les milanais se proposeut, 
dit-on, de ne se servir que de la soie indigène pour leurs vêtements, renonçant 
aux laines et aux cotons de Tétranger. v 

— On fit dans le journal officiel de Turin du 18 janvier : 

« Des lettres de Livourne du i2 de ce mois portent qu'on continuait â fair<* 
des arrestations et des perquisitions â Toccasion de la conspiration qui a été dé- 
couverte dans cette ville et qui aurait des ramifications étendues. On assure 
que chez les principaux chefs on aurait trouvé beaucoup d'argent et des papiers 
importants qui mettraient sur la vole d'intrigues secrètes, entamées avec use 
puissance étrangère, pour faire triompher la cause du rejeton d^une dynastie dé- 
«ehue. Ou ajoute que le prince de Canine serait fort compromis. Le procès est 
commencé et on le fait marcher avec une grande rapidité. » 

DEUX-8IGILES. — Nous lisons dans la Pairie : 

«Le bruit rourt ce soir, â 'Paris, que le roi de Naples a été forcé de se réfu- 
gier à bord de l'escadre anglaise. Une insurection formidable aurait écbté i Na- 
ples aussitôt après le départ pour la Sicile des troupes qui, seules, maintenaieDi 
fa population.» 

— Les journaux de Marseille publient dcf nouvelles fort graves de la Sicifc. 
flusieurs villes de la Sicile se sont soulevées en même temps. Voici le résumé 
de ces correspondances : 

Dès te 9, les Siciliens apprirent que le gouvernement napolham ne leur fierait 
aucune concession; le 12 fut le jour flxé pour un mouvement général. On at- 
tendit te signal que devait donner Palerme. La police pressenuHcetfO^giiatioo, 



Digitized by VjOOQ IC 



< 3<7 ) 

etdaosIaiMittda 9 flosieurs noubilités de eeUe vlUe forenl mises en ar- 
resuiioD. On cite entre autres MM. le prince Florenza,le chevalier Âmàri, 
Fnoçoiâ Ferrari et vingt autres. Le comte Aceto devait aussi être arrêté, maïs 
une maladresse des sbires empêcha Pexécution de l'ordre qui le concernaiL 

Des manifestes furent expédiési dans toutes les directions de Tlle. 

Le 12, la population de Palerme se répand en masse dans la ville. A onze 
benres, un détachement de cavalerie veut la disperser, les soldats font feu, un 
Itomme du peuple est tué, plusieurs autres sont blessés ; des cris de vengeance 
éclatent, le peuple se rue sur les cavaliers; une partie du détachement reste sur 
kpavé, Tautre bat en retraite. 

L*atiitude de la population devint si menaçante, queies troupes quittèrent la 
ville, qui resta ainsi au pouvoir du peuple. 

Le lieutenant du roi a d'abord fait enieadre des paroles de conciliation. A ce 
moment le paquebot le Vésuve mouillait dans le port; il a été expédié immédia- 
tement pour Naples, où sans doute il allait demander des renforts. 

Le soir, à 7 heures, des montagnards^ au nombre de 7 à 8,000, entraient 
dans la ville en bon ordre et bien armés. 

Le Vétuve est arrivé à Naples le i3. Le lendemain, des troupes, au nombre de 
^000 hommes, ont été envoyées en Sicile sur neuf frégates à vapeur. 

A Trapani, le mouvement de la population a été tout aussi décidé que celui de 
Païenne. 

 Messine, le peuple paraît avoir obtenu les mêmes avantages; les forts qui 
«stoorent la ville sont en son pouvoir. 

Oq dit aussi qu'à CaUne, Syracuse, Melazza, le succès est resté ans in- 



Ces nouvelles ont produit a Naples une profonde sensation. 

SDISSC. — Une note collective des ministres de France, d'Autriche et de 
Crusse louchant les affaires suisses a éié communiquée, le 19 janvier, au prési- 
dent de la diète. Celle de M. de Boifr-le-Gomte est eu français; celles de M. de 
Kaisersfeld et de M. de Ludow sont en allemand. Toutes les trois sont datées de 
Neucb4tel, le 18 janvier, et identique^» quant k leur contenu. 

De son côté, le représentant de TAngleterre, sir Straiford Canning, a remis ua 
mémorandum dans lequel il engage la diète à user de modération. Ce mémoran- 
dum diffère de la note des trois puissances, «en ce que c'est au nom seul de 1>- 
mitié que T Angleterre donne des conseils à la diète, tout en recoimaissant de la 
fluoière la plus explicite à la nation suisse le droit de réviser sa constitutioa ; 
tandis que les trois pui.«*sances manifestent Tinteniion d'intervenir dans les af- 
laires de Suisse, si la diète modifiait dans les circonstances actuelles le pacte fé- 
déral. 

Voici les conclusions de la note de M. de Bois-le-Comie : 

« Eu présence des événements qui ont éclaté en Suisse, et de ce qui s'y passe 
^oellement, les puissances sont dans le cas d'exercer ce droit (le droit de ^eià- 
^f au maintien dés stipulations), car elles ne peuvent voir et elles ne voient en 
eietdans ces événements qu'une déplorable guerre civile engagée au sein de la 
Confédération entre douze et deux demi-cantons souverains, et i sept cantips 
également souverains. Et cette guerre civile a évidemment attaqué la sonverai- 
selé cantonale, c'est-à-dire la base fondamenule de la Confiédératîen beivélî* 
que et de sa situation en Europe. 

«En conséquence, le gouvernement du roi s'est concerié à ce sujet avee les 
goaveroemenu d'Autriche, de Prusse et de Russie, intéressés, comme lui, k bife 
^^^•pcci^» comme à respecter eux-mêmes» les engagements mutuels contracU^ 



Digitized by VjOOQ IC 



( 218 ) 

entre eux et la Confédération helyéliqoe ; et» d'accord avec lesdiia gboTemetnents, 
le gonvemement do roi déclare : 

V i^ Que la souveraineté cantonale ne peut être considérée comme réellement 
subsistante dans les cantons miliiaîrement occupés par d'autres cantons, et ao 
milieu des actes qui accompagnent cette situation; 

» ^ Que c'est seulement lorsque lesdits cantons, rendus à leur complète indé- 
pendance, auront pu constituer librement leurs gouvernements, que la Confêdé» 
ration pourra être considérée comme étant dans un eut régulier et conforme aux 
traités; 

» 3° Que le rétablissement sur le pied de paix des forces militaires dans tous 
les cantons est la garantie nécessaire de leur liberté mutuelle et générale; 

» é"" Qu^aucun changement d:ins le pacte fédéral ne saurait être légitimirioent 
accompli, qu'autant qu'il réunirait funanimiié des voix de tons les cantons qui 
composent la Confédération. 

» En faisant cette déclaration, le gouvernement du roi maintient les droits sa- 
crés de la justice et les bases essentielles de la Confédération helvétique. It ne 
désire rien, en Suisse, que le repos intérieur de la Confédération et Tonion In- 
time et vraie de tons les cantons qui la composent. 11 respecte profundénicnt b 
dignité comme Tindépendance de la Suisse, et n'a jamais voulu apporter aucune 
entrave au perfectionnement régulier et constitutionnel de ses institutions. Hab 
la souveraineté et TindépeniJance des cantons, aux termes du pacte fédéral, doi- 
vent être sincèrement et effectivement respectées en Suisse, comme celles de la 
Suisse elle-même, en Europe. Les engagements des puissances envers la Confé- 
dération et ceux de la Confédération envers les puissances sont mutuels, et fon- 
dés sur les mêmes traités. Si les uns n'étaient pas fidèlement respectés et main- 
tenus, les autres seraient inévitablement compromis et suspendus, et les puissan- 
ces qui ont garanti h la Suisse les avantages dont elle jouit seraient évidemment 
en droit de ne plus consulter que leurs devoirs comme membres de la grande fa- 
mille européenne et les iniéréu de leur propre pays. 

» Le soussigné a Phonneur d'offrir à Son Exe. M. le président de la diète fé- 
dérale l'assurance de sa haute considération. 

a Signé: Le comte de Bois-lis-Comtb.» 

POBTUGAXi.— Nous recevons par la voie d'Espagne des nouvelles de Lis- 
bonne jusqu'au iO janvier. 

Le ministère portugais s'est complété par la nomination du baron de Francos 
Solla an département de la guerre, jusqu'à présent géré ad intérim par le duc de 
Saldanha. 

Le nouveau ministère est décidément cabralisle. 

La chambre des députés n'a pas encore pu se constituer, parce qu'elle n'était 
pas en nombre: les députés du Nord surtout se font attendre. 

Le comte de Thomar ne vent pas accepter l'ambassade de Pans ; de sorte que 
l'on aura fait sabir une mortification inutile au baron de Renduffe,qui est le plus 
distingué des diplomates portugais. 

C'est M. Puive Pereira qui va remplir à Paris les fonctions de chargé d^f- 
ftlrea. 

Une nouvelle et nombreuse guérilla a paru dans la province de Beja. Le gon- 
Temement a dirigé quelques détachements de ce côté pour l'atteindre et la com- 
battre. 

Le 8, il y â eu à Lisbonne une espèce d'émeute militaire. Quelques groupes 
de soldats du régiment n^ i6 se sont présentés sur la place du Rocio pour se 
pkdodre au minbtre de la guerre de ce qu'on ne leur avait pas délivré 4eiirs ten- 

• Digitized by VjOOQ IC 




gés coolormémeBt à U loi, leur terme de service étant eiipiré. Cette alEiîre est 
très-grave. 

FBUSSE. — On écrit de Berlin, le 17: «Aujourd'hui, à une beore de Taprès- 
midi, ont été ouvertes les séances du comité des Etats réunis; les membres s*é- 
Unt assemblés dans la salle des séances du conseil d'Etat, dans le château royal, 
le commissaire du roi, ministre d'Etat et de conférence, M. de Bodelschwingb, a 
été averti par une députa tion ; il s'est rendu, précédé de cette députation et ac- 
compagné des autres ministres d'Etat, dans rassemblée, et il a prononcé le di»* 
cours d'ouverture de la session. » 

■ ■ io e pi- ■ 

GHAMBHBDES DÉPUTÉS. 

(Présidence de M. Sauzet. — Séance du fÈ janvier.) 

L'ordre du jour appelle la suite de la discussion générale sur le proji 
dresse. 

X. BKRViLLE s'attacbc à montrer qu'aucun des partis qui s'agitaient 
révolution n'a été satisfait, que tous sont mécontents» et entre dans dlveri 
pour chercher les causes de ce mécontentement et pour en indiquer le 
Il termine ainsi : Je dis aux conservateurs en toute conscience : La sUii;i 
grave, l'opposition ne peut la changer, elle est en minorité ; c'est à la rr^^jorl 
remédier au mal pour éviter les secousses violentes. 

V. DARBLAY trouve quo le gouvernement n'est pas en position de bien gérer les 
affaires du pays. 11 ne lui semble pas bon que, par une obstination inconcevable 
dans le refus de faire droit aux plus justes et aux plus légitimes besoins du pro- 
grès et de l'amélioration, on compromette la situation du pays. 

1. DB8HOI3SSBAUX DB GIVRÉ traite très-durement le cabinet. S'étonliant de cet 
argument de la majorité, qui, pour justiûer son inféodaiion à on ministère, pré- 
tend qu'en-debors de ce ministère, il n'y a aucune personnalité politique à la- 
quelle elle puisse se rattacher, rorat«nr demande à la chambre s'il est possible 
qu'une nation de 35 millions d'hommes soit appauvrie à ce point, que deux oa 
trois individus seuls surgissent à la surface. 

i. Dicos pense que la majorité n'est peut-être pas aussi compacte, aussi bo- 
mogène qu'on ^eut bien le dire en son nom, et Irace une série de portraits poli- 
tiques qui excitent l'hilarité de l'opposition. 

La discussion générale est fermée. 

Séance du 24. 

Le premier paragraphe est ainsi conçu : 

fl Depuis notre dernière session, une heureuse récolte a dissipé les craintes 
et soahgé les maux qui pesaient sur notre patrie. La France, par son courage, 
mériiait cette faveur du ciel. Jamais en de telles circonstances, l'ordre public 
D*avait été si généralement maintenu. Les populations ont compris que la liberté 
des transactions était le plus sûr remède à leurs souffrances. Le zèle inépuisable 
<le la charité privée a fécondé les sacrifices de la fortune publique; notre com- 
merce s^e^t garanti par sa prudence sévère, sinon de pénibles atteintes, du 
moins des calamités qui ont frappé d'antres Etais. Nous nous félicitons avec 
Votre Majesté de toucher au terme de ces épreuves dont le souvenir nous restart 
comme une expérience rassurante et un salutaire avertissement. » 

1. GAUTHIER DE RUHaLT dît qu'cu soo smo et conscience il ne pe«t se 
iBontrer satiafiiit de la manière dont le gouvernement s'est conduit dans la crise 
des subsistances. 

1. cuKix-GRiDAi^iE, ministre du commerce, repousse les reproches d'iiapié- 



Digitized by VjOOQ IC 



< 220 ) 

voyance et d^incurie qoi viennent (Têtre dits an gonvernement. Il sonfient qnele 
goaverneoient a pris avec prudence, dès le mois de juillet i846« tontes les me- 
sures propres à conjurer la crise qui Ae se faisait que trop prévoir. 

a. Bi GiRÀBBiif trouve que c*e8t rapetisser fa question que de reprocher an 
gouvernement d'avbir manqué de prévoyance aux mois d'aoOt et septembre 1846. 
n soutient que depuis 15 ans tout n'est qu*imprévopnce. 

Le 1^ paragraphe est adopté. 

X. LB PRfisiDBMT lit le i* paragraphe : 

« Notre concours vous est assuré pour mener à fin les grands travaux publics 
que nous avons entrepris. H importe è la puissance et à la prospérité du pays, au 
développement de notre industrie et aux progrès de notre agriculture, que cette 
grandet«sovre s'accomplisse; mais tout en continuant à lui consacrer de suffi- 
saules i^&sources, nous veillerons avec une économie de plus en plus sévère à 
maintenir «dans nos budgeu les prévisions sur lesquelles repose Pavenir de nos 
Siiaiicaa^et à rétablir enfin un équilibre complet et réel dans les recettes et Ie> 
dépensa, première condition de la force et de la sécurité d'un Eiat.» 

■• LBFOBT-aORSSOLUi Critique vivement les stipulations du dernier emprunt. 

m. mJum eaogbea insiste sur la difficulté et la nécessité d'établir dans le bud- 
^féquilibre entre les recettes et les dépenses, et sur le peu de stabilité de no- 
tre prospérité publique. 

H. MftavM iaterrompt la discussion pour demander k M. Guizot s'il ne trou- 
verait pas convenable de communiquer à la cbambre l'état de nos relations a? ec 

laPlata. 

M. GOizoT refuse de communiquer les pièces réclamée» par M. Berrycr, taiît 
MO les négociations de M. Walewsky ne seront pas terminées. 

La diseossion de l'adresse est reprise. 

H. j. DB LASTirmiB attaque le système financier du cabinet. 

■! DuaoM, mittâsire des finances, prétend que les receUes iront totijours en 
aogmenuot, au lieu qiie les dépenses tendent sans cesse à diminuer. 

La discussion est continuée à demain. 

M. de Mofras, à qni nom denms l'inportant voyage d'exploraiîon de l'Orégoo 
et des Californies, va publier, sous le litre de l'fi^pa^iit en i«48, an ouvrage des- 
tiné à produire sensation dans un moment où les questions extérieares préoccu- 
pent si vivement les esprits. Les études sérieuses de l'auteur ei son long séjour 
dans la Péninsule nous font espérer que ce livre sera de tout point digne de ses 
premières productions, auxqoelles la presse française et élrattgère a décerné d u- 
nanimes éloges. 

^ g^va^, ^lïrrirn tt €lrrt- 

BOuasB ns pâeis nn 24 janvibb 1848 



Cinq p- 0/0. 416 fr. 90 c. 
TMiiBp.O/0.14fr.^c. 
QuATBB p. 0/0, 100 fr. 00 c. 
Ûoairoi/îp. 0/0.t)00fr.00c. 
«Kug. delaVUlede Paris.OOOOfr.OOc. 
Act. de la Banque. 5180 fr. 00 c. 



Quatre canaux. 0000 fr.OO c. 
Caisse hypothécaire. 000 fr. 00 c 
Emprunt romain. 94fr.i/4. 
Rentes de Naples. 98 ft*. 00c. 
Emprunt d*Haiti. OOtUr.OOc. 
Rente d'Espagne. 5 p. 0/0 «8 tt. OfO. 



PABIS. — iMPBIMEEIB O'AOBIEN LB GLEBE BTC*,rue CaS^Ctte,?^. 

Digitized by VjOOQ IC 



JEUDI 27 JANVIER 18i8. (N» 4486.) 



^ LES TROIS ROME, 

Journal d*un vojrageen Italie^ accompagné .• 1« tTun pfan de Rome, ancienne 
et moderne ; 2° a* un pian de Rome souterraine^ ou des Catacombes; par 
M. l'abbé Gaumë, yicaire-gënéral du diocèse de Nevers, chevalier de 
Tordre de Saint-Sylvestre^ membre de TAcadémie de la Religion 
catholique de Rome. — 4 volumes in-8°. Les trois premiers volumes 
«ont en vente. 

^Premier article.) 

« Rome ! ce ne sont pas les colonnes, les arcs-de*triomplie, les ther* 

* mes que je recherche en toi, mais le sang répandu pour le Christ, et 
> les ossements dispersés dans cette terre, maintenant consacrée. Bien 
«qu'une autre terre l'enveloppe et la recouvre de toute part, oh! 
» puissé-je lui donner autant de baisers et de larmes que je peux faire 

• de pas sur ce sol glorieux, en traînant mes membres infirmes ! <• 

De quelle poitrine s'échappait ce cri d^amour, si profondément catho- 
lique? C'est le chantre de la première croisade qui le poussait dans un 
siècle tourmenté, .dans un siècle fertile en grands événements, mais où Ton ^ 
ne rougissait pas encore de la foi, et où l'on savait mourir héroïquement 
pour elle. Ces généreuses paroles n'étaient elles-mêmes que FéLhor Ion- 
tain de cette allocution que le plus éloquent orateur de l'Eglise grecque 
adressait jadis à la ville éternelle. <« Save?.-TOus pourquoi je chéris Rome, 
» s'écrie-t-îl dans une de ses homélies ; pourquoi je la proclauie bieuheu* 

• reuse? C'e^t que Paul, pendant sa carrière mortelle, aima de la plus 
" vive affection les habitants de cette cité ; c'est qu'il déploya envers eux 
" tous les soins vigilants de sa tendresse ; c'est qu'il les enseigna souvent; 
' cjest qu'il mourut au milieu d'eux. C'est la présence de Pierre et de 
» Paul qui, plus que tout. le reste, ennoblit à mes regards celte immor- 

. » telle demeure. Pareille à un corps vigoureux et puissant, elle montre 
» à tout l'univers comme deux ornements illustres les corps de ces deux 
>• saints. Oui les cieux brillent d'une lumière moins éclatante, quand le 
" soleil envoie au loin ses rayons, que Rome, quand elle répand sur 
" toute la terre la clarté de ces deux flambeaux. C'est de là que Paul sor- 

* tira au grand jour de la résurrection ; c'est de là que Pierre prendra 
' son vol. Regardez, et frémissez d'un saint étonnenient. Quel spectacle 
» magnifique pour la cité sainte, quand elle verra Pierre et Paul, suivis 
• d'un peuple de héios, se lever pour marcher à la rencontre du souve- 
' raln juge! quelle rose brillante elle enverra au Christ vainqueur! de 
» quelle couronne radieuse elle environnera son front ! quelles chaînes 
>' d'or flotteront sur son cou ! quelles sources intarissables jailliront de 

VAmi de la Religion. Tome CKXXyj. 12 

Digitized by VjOOQ IC 



( 222 ) 

» soD sein ! Ne me demandez donc plus pourquoi je la célèbre. Que in'iin* 
M portent et Tor qu'elle renferme à profusion, et ses colonnes de mar- 
» bre, et ses mille beautés extérieures? Si je la préconise , c*est à cause 
n de ces deux colonnes fonda n) en taies de TEglise. » Enfin, si nous vou- 
lions évoquer aussi le génie de Tillustre évêque d'Hippone, nous Ten ten- 
drions regretter trois grandes choses. Il aurait voulu assister aux triom- 
phes de Rome païenne, parce que c'était la plus imposante et la plus so- 
lennelle manifestation de la force terrestre et des splendeurs du monde. 
Son second vœu eût été de contempler à la tribune aux harangues ^îcé- 
ron défendant les intérêts de l'Etat devant le peuple réuni autour de l'o- 
rateur. Sa troisième et sa plus noble ambition eût été de s'incliner avec 
l'assemblée chrétienne sous les foudres de cette éloquence âpre et in- 
culte, mais puissante, dont le Rédempteur avait armé son serviteur Paul 
pour le salut du monde. Romam triumphaniem y TuHùim perorantem ; 
Paulum tonantem. 

Ces sentiments de tendresse et de vénération filiale envers la cité qui 
envoya sur tous les points du globe les messagers de l'Evangile, pour 
substituer l'empire de ta vérité au règne des ténèbres, furent, à très peu 
d'exceptions près, le patrimoine commun des hommes jusqu'à l'appari- 
tion de la réforme. Luther lui seul, avec ses désolantes doctrines, est 
venu troubler cet unanime concert du genre humain dans sa reconnais- 
sante admiration pour la Rome des Pontifes. Depuis qiie le moine im- 
pudique de Wittemberg eut donné le branle, l'esprit de dénigrement 
que souffla partout le protestantisme, la haine, l'ingratitudiE^, la calom- 
nie, toutes les passions violentes se sont coalisées pour flétrir ce qu^avait 
respecté et chéri la piété de nos pères. On diffama les hommes ; on 
tourna en ridicule les institutions ; on contesta les faits; on expliqua les 
miracles par des phénomènes naturels, ou par des jongleries sacerdota- 
les ; on inventa des crimes pour avoir le facile plaisir de redresser des 
torts ; on compta d'une main sucrilége les rides et les taches d'une mère 
à qui le divin fondateur a promis une jeunesse immortelle ; on la trans- 
forma, par la plus noire de toutes les trahisons, en une marâtre qui vivait 
dans l'infamie, et qui, au lieu de distribuer â ses enfants le pur aliment 
de la doctrine éternelle, ne présentait à leurs lèvres avides qu'un pain 
empoisonné! Qui n'a feuilleté un moment, ou du moins qui ne connaît 
par leurs noms ces libelles impurs dont la diffamation est tout le mérite? 
Histoires, voyages, anecdotes, tout a été mis au service de cet esprit pro- 
testant, rationaliste ou philosophique à la manière du dix-huitième siè- 
cle ; esprit éminemment jaloux et destructeur, souà quelque forme qu'il 
apparaisse, et quelles que soient les armes qu'il emprunte. 

Il n'est pas jusqu'à un certain bibliothécaire de Versailles, connu par 
. la longueur excentrique de ses proportions, et capable au besoin dejem* 

Digitized by VjOOQ IC 



( 223 ) 
placer les plus hautes échelles, qui n'ait répété à son tour, dans ces der- 
niers temps, les banales déclamations de ses devanciers. Quant à ce voya- 
geur officiel, on ne peut pas dire que son animosité soit un parti pris 
dVance, ni qu'il veuille mentir sciemment à ses convictions intérieu- 
res. Non ; mais, fils d'un siècle incrédule ou sceptique, il en reproduit le 
langage avec une bonhomie apparente, je dirais presque avec une sorte 
de naïveté. C'est l'homme qui, sans calcul, sans fiel, dirige le lecteur 
dans les voies historiques et littéraires, comme il a été dirigé lui-même. 
Sor^horizon ne s'étend point au-delà. Nous ne contestons point à son 
ouvrage le mérite de quelques renseignements utiles sur les bibliothè- 
ques, les arts, les écoles ou les monuments de l'Italie, quoique le sou£Ele 
du génie manque à ces sèches nomenclatures, écrites en style de géomè- 
tre. Mais on se fatigue bientôt de ces froides analyses, que ne vient 
édiauffer aucun sentiment catholique. En vérité, l'on demande autre 
chose â ce sol de l'Italie, qui, comme celui de Jérusalem, est travaillé 
pir unt de miracles. 

U, ce qui iutéresse surtout le chrétien dont l'ame a conservé la dignité 
decenom, ce sont les institutions religieuses, et les lieux où vécurent, où 
souffrirent, où moururent ses pères dans la foi. Sans doute, il ne négli- 
gera point les monuments encore subsistants d'une civilisation éteinte. 
Comme tout autre, et peut-être mieux que tout autre, il aura des yeux 
pour mesurer la hauteur des colonnes, ou l'étendue d*un amphithéâtre. 
Mais la prison Mamertine où Pierre et Paul furent plongés avant d'aller 
KcUer par leu r sang la divinité de leur maître, l'un auprès des eaux sal- 
vienoes, Vautre sur le Janicule ; l'école de saint Augustin, la maison de 
saint Arobroise, la demeure où saint Jérôme enseignait les divines Ecri- 
tures i Paula, à Fabiola, à Maicella, ces filles des consuls de la vieille 
Rome ; la chaire où prêcha saint Dominique ; Toratoire où pria saint 
François d'Assise ; les sanctuaires qui entendirent pour la première foi^ 
les homélies de saint Grégoire-le>Grand ; les palais qu'habitèrent les 
LéoQ, les Grégoire, les Nicolas, les Pie, les Innocent, ces grandes lumiè- 
res du moyen âge ; que dirai-je? ces pierres qui parlent, ces traditions 
qui vivent, ce sang qui crie, tout cela émeut plus vivement le cœur d'un 
catholique, que l'enceinte où fut frappé Ces ir, ou que le grand cirque 
dans lequel frémissait u6 peuple immense, passionné pour les histrions 
et les spectacles. Mais disonft-le aussi ^tout cela manque ou bien est défi- 
guré dans l'ouvrage de M. Yalery. Il admet en théorie les bienfaits du 
caihoUcisme: mais s'agii-il de la pratique ? il atuque dans chaque détail, 
et avec une légèreté incroyable, les œuvres catholiques. Les saints, 
ks illustres pontifes, les grands hommes du christianisme, les pieuses 
coutume, les droits de l'Eglise, les miracles les plus authentiques eteo- 
lourés des plus vives dartà, il les combat sans malice, chaque fois qu'il 

Digitized by VjOOQ IC 



(224) 
les rencontre sur son chemin, c'est-à-dirfi presque à chaque pas. Car iî 
est I eu de contrées pour qui la Providence ail plus €Biit,etoù elle ait plus 
déployé la puissance de son bras. 

Heureusement la science catholique a fait justice de ces mille récrimi- 
nations que chaque siècle lègue à son successeur, avec la mission de con- 
tinuer l*œuvre du déuigrement ei de Tinjustice. Elle en a appelé de Vesr 
piit humain trompé à Tesprit humain mieux infoimê. Il faut citer ici 
avec éloge les pages éloquentes de M. de Chateaubriand, soit dans son 
Çcnie du Chrisiianùme^ soit dans son Foyageen Italie; V Esquisse de Home 
chreltetmey commencée par M. Tabbé Gerbert, et dont tous les lecteurs 
deiuaudent iuipatiemmeat la continuation ; le beau tableau où M. de la 
Gouruerie déroule les bienfaits du catholicisme dans la personne de la 
Papauté; Rome e{ Florence^ par M. Poujoulat; les Sept Basiliqwsy df 
M. de fiussières ; les Conférences sur Us cérémonies de la Semame sainUy par 
M^r Wisemaun ; VlUnéraire du f^oyageur catholique à Rome^ par M. l'abbe 
Salmitres, ouvrage si exact et si judicieux ; et plusieurs antres travaux 
xemdiquublesy où le ûls respectueux de TËglise ne craindra plus désor- 
mais de voir ses convictions les plus chères foulées aux pieds par na 
demi-savoir aussi éiroit qu orgueilleux. 

M. Tabbé Gaume, vicaire-général de Ncvers, a youlo, à son tour, ac- 
quitter envers Rome pont.ûcale la dette ds la science, du respect et de 
l'admiration . Personne n'ignore que ce pieux ecclésiastique consacre à 
d'utiles publications tout le temps que lui laisse ladministratioB d'an 
raste diocèse. Le Catéchisme de PersèPérance, le Catholicisme dans VEduca- 
iionj et V Histoire de la Famille^ où il se montre tour à tour théologien 
exact et solide, publiciste qui n'ignore rien des besoins de la société ac- 
tuelle, et historien profond, sont de véritables services rendas aux bon- 
nes lettres. 
^ L'ouvrage dans lequel il réveille nos sentiments d'amour et de recon- 
naissance pour cette mystérieuse cité dont l'antiquité païenne n'osait 
prononcer le nom formidable, comme si elle avait pressenti ses destinées 
futures, mettra le sceau à la réputation de l'écrivain, et le fera bénir dr 
tous ceux qui conservent soigneusement dans leur cœur le culte du 
bou, du beau et du vrai. 

La ville éternelle est apparue à M. l'abbé Gaume sons une triple 
forme qu'il a vue, touchée, étudiée et commentf^e à notre profit; Romf 
païenne, Rouie pontificale et Rome souterraine. Un volume spécial sen 
consacré à la description de la sainte nécropole où la religion catholique 
eut ses jours d'épreuves, d abaissetuejit et de souffrance avant d'arriver 
à la MiauilesutioA de sa puissance et aux splendeurs de sott Thabor ter- 
restre. Mais en sortant de ces limbes passagères , elle y laii«a des 
traces augustes de sa présence. Dans ces voies souterraines de It 

Digitized by VjOOQ IC 



( 225 ) 
mort, dans ces salles où la société nouvelle exerçait son culte et déployait 
le luxe indigent de ses cérémonies, on trouve à profusion des autels, des 
croix, des vases, des euiblêmes, des symboles qui servent à Tbistoire de 
TEglise et réfutent des erreurs ou attestent des faits importants. On y 
trouve surtout une nuée imposante de témoins qui, suivant le langage 
sacré, font entendre incessamment ce cri de vengeance qu'avait entendu 
rbabltaut inspiré de Patmos. Le volume intéressant qui rendra toutes 
CCS merveilles pi ésentes à nos yeux n'a point encore paru. M. l'abbé 
Gaume sera précédé et souieno dans sea savantes explorations par le 
grand ouvrage de Bosio, par l'abrégé de M. Raoul- Rochette, et surtout 
par les découvertes récentes du P. Marcbi, qui, avec l'autorisation du 
Saint-Siège, dirige de grands travaux dans ces silencieux asiles où les 
^h» dv Seigneur dorment leur sommeil. Mais nous ne doutons pas que 
son ame expansive ne tire de toutes ces doctes recberches des émotions 
nouvelles et de sympathiques récits. H. D. 

{La suite à un projohain Numéro.) 

^^^S^Ê.^^ Il II !■ 

BEVUE ET NOUVELLES EGCLÉSIASTIQIJJBS. 

ROME. — Notre Saiot-Père le Pape Pie IX a tenu, le 17 de ce mois, 
•Q palais du Quirinal, un consistoire secret dans lequel, après une courte 
locution, il a créé et préconisé cardinal de la s.iinte Eglise romaine : 
De l'ordre des prêtres : 

Mgr Charles y izzardelli, secrétaire de la sacrée congrégation des affai- 
res ecclésiastiques extraordinaires, né à Monte-S.-Giovanai, diocèse de 
Teroli, délégation de Frosinone, le 2 juillet 1791. 

Sa Sainteté a ensuite créé et réservé in petto un autre cardinal. 

Ensuite elle a proposé les Ëglises suivantes : 

L'Eglise métropolitaine de Valence pour Mgr Abelia, transféré des 
Eglises épiscopales unies de Calahorra et Galzada. 

L'Eglise métropolitaine de Grenade pour Mgr Folgueras Sion, trans-^ 
f^ré de Salnt-Cbristophe de Laguna. 

L'Eglise éptscopale de Carcassonne pour M. Henri Marie-Gaston de 
Bonopcho^e, supérieur, à Rome, de l'église Saint- Louis ées Français. 

L'Eglise épiscopale de Solssons pour M. Paul-Ignace- Armand-Anaclet 
UrdondeGarsigtiies, vicaire-général de Soissons. 

L'Eglise épiscopale de Santander pour le R. Emmanuel Raimond-Arias 
''eigeuo de Castro, prêtre du diocèse d'Orense, archidiacre de l'Eglise 
^métropolitaine de Valence. 

L'Eglise épiscopale de Léon pour le R. Joachim Barbagero, du diocèse 
^c Zamore, gouverneur ecclésiastique , proviseur et vicaire-général de 
^'Eglise métropolitaine de Biirgos. 

L'Eglise épiscopale d'Oviedo pour le R. Ignace Diaz Caneja, prêtre du 
*<>ctse de Léon , doyen de la cathédrale d'Oviedo et vicaire capitu- 
fcirc. 

Digitized by VjOOQ IC 



( 226 ) 

L'Eglise épîscopale de Coria pour le R. EmmaDuel- Anselme Nafria, 
prêtre du diocèse d'Osina, chanoine de la cathédrale de Galahorra. 

Enfin rÎDsUnce du sacré pallium a été faite pour les Ef^lises métropo- 
litaines de Valence et de Grenade. 

— Mgr Rusconi, ministre de la guerre, a été nommé ministre des tra- 
vaux publics, en remplacement de Son Em. le cardinal Massimo. j 

Le prince D. Pompée Gabrielli, qui a servi sous l'empereur Napo- 
léon, remplace au ministère de la guerre Mgr Rusconi. C'est la pre- 
mière fois que ces hautes fonctions sont données à un laïque. Elles ne 
pouvaient pas du reste être confiées à des mains plus intègres, plus ca- 
pables et plus dévouées au Pape et au bien public. 

A la date du 18 janvier. Rome, malgré de sourdes menées et les nou- 
velles de Sicile, éuit parfaitement tranquille. 

— Le Diario du 15 janvier contient la noté suivante au sujet du rescrit 
adressé au comte de Bloudow, par l'empereur de Russie. Cette note dé- 
ment formellement la nouvelle donnée par la Gazette d^Augsbourgy que 
M. de Boutenieff aurait remis le 12 janvier, à la cour de Rome, le con- 
cordat ratifié par l'empereur de Russie : 

«Dans le journal non officiel Nolizie del Giorno du i3 courant, nous avons lu 
avec surprise, sous la rubrique de Rutsie, la reproduction d'un article où Ton 
avance que Pempereur de Russie, voulant témoigner au comte de Bloudow sa sou- 
veraine satisfaction pour Theureuse conclusion d*un concordat avec le Saint- 
Siège, lui a conféré la décoration de Tordre de Saint-André. 

» Nous ne pouvons indiquer la source d'une pareille nouvelle. Nous pouvons 
dire seulement que presque tous les journaux français et italiens n'y ont point 
ajouté foi et ont même regardé comme apocryphe la lettre impériale que quel- 
ques! uns citaient à l'appui lie la nouvelle. En effet, ces journaux ne pouvaient se 
persuader que le 17 décembre S. M. l'empereur avait voulu décorer son ministre 
plénipotentiaire pour Theureuse conclusion des affaires religieuses de l'Eglise ca- 
tholique en Russie, lorsque le même jour le Samt-Père annonçait dans son allo- 
cution en consistoire, qu*il n*y avait rien de terminé dans ces affaires. Des pa- 
roles prononcées à ce sujet, il résulte manifestement que les journaux français fi 
^ italiens qui ont douté de la vérité de la nouvelle et qui même l'ont niée, ont eii 
raison, et que les Nolizie del Giorno, qui l'ont admise légèrement, sont daa^ 
Terreur, a 



PARIS. 

Notre correspondance de Macao, du 2â novembre, nous donne d'iir.- 
portantes nouvelles. 

La persécution s'est rallumée dans Tintérieur de la Chine. Dans plu - 
sieurs endroits de là province du Yun Nan, des mandarins d*un giaâ" 
assez élevé, d'un Fofi, ont arrêté bon nombre de chrétiens, et ont voulu 
leur Jaire fouler aux pieds la croix^ etc. Heureusement tous se sont mon- 
trés inébranlables et ont persisté courageusement dans la confession de 
leur foi. Ils ont été cruellement frappés et jetés dans d'horribles cachots. 
On ne sait pas encore comment se terminera cette affaire. C'est ainsi que 
s'exécute le traité conclu avec la France, et tels sont les effets de ta 



Digitized by VjOOQ IC 



(22T) 

coDcession de la liberté religieuse en Chine dont on a fait tant de bruit, 
pt dont nous avions conça nous-mêmes de si belles espérances. Et tout 
eela se passe sous les yeux du représentant de la France, qui reste les 
bras croisés /Mirc« qu'il n^a pas j dit-il, ^instructions à ce sujet. 

Par suite de ces persécutions, un missionnaire français, M. Chauveau, 
s'est vu obligé de venir se réfugier à Hong Kong. 11 a été dénoncé, non 
lOmnie Européen ^ mais comme maître de la religion^ et comme tel traqué 
parlas satellites des mandarins, qui ont pillé la maison qu'il babitait et 
colevé les objets qui s'y trouvaient. Depuis la conclusion du fameux 
traité, c'est au moins le quatrième missionnaire français, sans compter 
le P. Kavarro, Espagnol, chassé par la force ou obligé de quitter l'inté- 
rieur de la Chine. Pareille chose n'ai rivait pas auparavant. Un tel état 
'le choses est désastreux pour les missions. Outre l'augmeutation de dé- 
penses que leur occasionnent ces expulsions, elles rendent la position 
vies missionnaires européens^ dans l'intérieur des chrétientés, mille fois 
plus pénible et plus précaire. 

Les équipages de la Gloire et de la Fictorietue devaient s'embarquer 
dans quelques jourf sur deux bâtiments anglais, le Serampore et lé Great-' 
Britain^ pour retourner en Europe. Le commandant Lapierre attend 
l'arrivée de la Bajronnmse sur laquelle est embarqué notre chargé d'af- 
faires, M Forth-Rouen. La présence de ce nouveau représentant de la 
France arrétera-t-elle celte persécution? Mous le désirons plus que 
nous n'osons Tespérer. 

A la suite de l'expédition du commandant Lapierre en Cochinchine, 
et du combat de la baie de Touranne, trois nouveaux édits de persécu- 
tion, plt:> terribles que les précédeuts, ont été lancés contre les chré- 
tiens. 

Personne n'a oublié l'étrange aisertion de M. le prince de la Mos- 
kowa, devant la chambre des p«i|is, au sujet d'une prétendue déclara- 
tion des Jésuites, hostile à la fois i la conduite et à la personne de 
Pie IX. Dès le lendemain de la séance, V^mi de la Religion et plusieurs 
autres journaux portaient au noble pair le formel défi de rien citer à 
l'appui de cette incroyable allégation. En même temps appel éuit fait 
i sa loyauté pour une de ces rétractations qui ne doivent jamais coûter 
à la bonne foi surprise. 

M. le prince de la Moskowa, devant cette mise en demeure éner- 
gique, a gardé un profond silence. Il reste donc acquis pour tous, amis 
et ennemis des Jésuites, que, dans une occasion solennelle, M. de la 
Moskowa s*est fait, non pas sciemment sans doute, mais au moins fort 
lëgèrement, l'écho d'une odieuse calomnie. 

Une pièce inqualifiable a paru, il est vrai, dans le Constitutionnel. Si 
M. de la Moskowa y voit line preuve en faveur de son assertion, qu'il 
ait le courage de le dire. Jusque là nous croirions lui faire injure en 
Dous occupant, à son occasion, de la stupide et révoltante invention 
cl* un faussaire anonyme. 



Digitized byVjOOQ IC 



( 228 ) 

Le clergé de Paris Vient de perdre un de ses membres les plus labo- 
rieux et les plus respectables dans la personne de M. Jean -Baptiste Mar- 
duel, chanoine honoraire de la Métropole. Il était né à Lyon, et avait 
été à Tâge de sept aus admis an nombre des enfants dé chœur de l'église 
piimatiale. Eleyé ensuite au sacerdoce, il conserva sa foi intacte à l'é- 
poque du schisme constitutionnel, et passa en Allemagne les temps les 
plus orageux de la révolution. De retour dans sa patrie, il devint pre< 
luier vicaire de Saiùt-Nizier, Tune des prinr.ipales paroisses de Lyoa. 
Des liens de parenté éloignée avec le respectable M. Marduel, curé de 
Saint-Rocb, le déterminèrent à venir à Paris en 1821 ou 1822. Il oc- 
cupa la place de premier vicaire de cette grande paroisse et y travailla 
avec zèle, il manifestait surtout ce zèle dans le soin qu'il n^eitait à in- 
culquer aux enfants le respect pour leurs parents. Il a u)éme publié, 
sur ce devoir, un ouvrage qui a péri, en grande partie, 4JÛ1US l'incendie 
des frères Gauine, de la rue du Poi-de-Fer. Après la iqprt de son pa- 
rent, M. Marduel quitta le vicariat de Saint-Roch. ^gr de Quelen le 
nomma alors chauoiue honoraire, et lui accorda une|iensionsur la caisse 
diocésaine. Hu cessant ses fonctions de vicaire, le respectable prêtre 
ne se livra {>pint au repos; au contraire, ouvrie^mfatigable, il a tra- 
vaillé avec ardeur dans le saint minisièie jusqu'à s^s derniers moments. 
Son assiduité au confessionnal, sa piété et safSage direction lui avaient 
acquis la confiance de plusieurs communautés religieuses auxquelles il 
a reudu des services assidus, et celle d'un grand nombre de fidèles. Au 
bout de soixante ans de sacerdoce et de travaux, ce prétte fidèle et labo- 
rieux s'est éieint doucement, à Tâge de 85 ans, le 19 février 1848. Ses 
obsèques ont ^u lieu le 2l du mèiue mois, à l'église métropolitaine, près 
de laquelle il tiemeurait. M. Marduel était un homme instruit ; il s'était 
form»Ail^yon une belle biblioihèque|».possédait un médailLer curieux, 
et était nuiateur des beaux ans. Saj^yu-cession doit être trè»-modiquey 
car ses habitudes de charité étaiei^t,^elle8, qu'il se réservait pour lui à 
peine le plus strict nécessaire. 



On nous écrit de Billom : 

« Dans la nuit du 17 au 18 du courant, un vol sacrilège a été cocmiiis dans 
réglise paroissiale de Saint-Cerneuf, avec des circonstances peu ordinaires. D'a- 
près rexploralioa auentive des lieux, il paraît hors de doute que ie voleur s'était 
caché dans Téglise avant la fermeture des portes, et qu'il n'en est sorti qu'après 
Taogelu^ du matin ; ainsi il a eu tout une longue nuit pour commeUre son crime, 
et cependant il n'a pas fait tout ce que lui conseillait 8a crimipelle cupidité. Il y 
a dans cette église sept troncs et sept autels. Les sept troncs ont été forcés et 
pillés; les premières nappes supérieures, seulement de trois autels, ont été enle- 
vées et volées: mais ce qo*il y a de plus déplorable et de plu» afiigeant, c'est que 
le tabernacle a été forcé; la serrure a été enlevée à l'aide d'un ciseau em- 
ployé en guiiie de pince , le cii>oire a été pris, ouvert, el les saintes hos* 
lies out été déposées avec précaution sur le corporal même du tabernacle. La 
serrure, le voile de velours cramoisi qui couvrait le ciboire ont été remis dans le 



Digitized by VjOOQ IC 



(<229 ) 

ibemade donc h porte a été refermée sanft qaVlle indiquât extérienrement an- 
une marque d'effraction. Le ciboire t4i«i en argent, orné de iMS-reliefs, et d*une 
irandeur à eonteoir facilement 000 hoeiies, a éié emporté avec les nappes dont 
MMis avons parlé, et Fargent des troncs qoi ne duit pas se monter à ane somme 
DieD considérable. 

pUoe cérémonie etpiatoire doit avoir Kea dimanche pour réparer, autant qu*il 
i&i possible, ce vol sacrilège.» 

Les libraires Sagnier et Braj publient sous ce titre : Le modèle du 
P rare y roraison funèbre du chanoine Joseph Graziosi, prononcée par le 
P. Yeutura, dans Téglise Samt-André-della-Yalle, le 2 octobre 1847, et 
traduite en français par M. F. Glavé (in- 18). Le produit de la vente de 
cet intéressant opuscule, dout le prix est de 50 c, est destiné au trésor. 
ponûûcal. Avis aux amis de la leligion, de Pie IX et de la yéritiible 
éloquence. 

M ■ ^w 

N. révêque de Loçon veut bien nous adresser une réclamation au su- 
jet des faits regrettables qui se sont passés à Ghantonnay , et que nous 
avons rapportés dahs notre numéro du 18 janvier. Nous voyons avec 
une pénible surprise que ce prélat se soit mépiis à ce point sur les in- 
teatioQS de notre correspondant. Ou comprendra le sentiment deliaute 
convenance et de respect qui nous interdit toute discussion sur le fond 
et métue toute remarque sur la forme des reclilications qui nous sont 
demandées. 

Touiefoif, M. Févêque de Luçon voudra bien nous permettre de dé* 
cbrerici que c'est bien véritablement un ami sincère de la religion, un 
les prêtres tes plus respectables de son diocèse, qui nous a transmis ces 
détails. En admettant que ce vénérable prêtre ait pu se tromper sur quel- 
ques circonstances, nous avons dû être d'autant phjs éloignés de croire' 
qu'une pensée hostile eût diiigé sa plume, qu'au mois de septi^inbre 
(ieroier ce même ecclésiastique ifoûs a adressé sur les visites pastorales 
de M. révêque de Luçon des lécits^dans lesquels l'éloge et l'admiration 
lëJeraient jusqu'à l'enibousiasme. Voici la lettre de Mgr Baillés, que 
nos lecteurs pourront rapprocher de Tarticle qui y a donné lieu : 

« Luçon, le 20 janvier 1848. 
a Monsieur le Rédacteur, 

• Ce n*est pas un ami de la reKgîou qui vous a transmis, sur Taffalre de €han-* 
onnay, les quelques renseignements auxquels vous avez cru pouvoir donner de 
ipoMicilé, dans votre numéro du 1 H janvier présent mois, p. i54. 

i Le bien de TEgiise eiige que je rectifie des faits qu*on s'est plu à déna-* 
«rer. 

â II est frux que j'aie fait publier, ni en chaire, ni ailleurs, une interdietion 
jntn le curé de Ghantonnay. 

B Ce qu'on vous écrit, que cette interdiction doit durer trois mois, est égale- 
Beat très-faux et fort controuvé. 

» Il est faux que les déplorables désordres dont vous parlez aient éeUai à ia 
v^ de celte publicatitm. 

» Une lettre pastorale, dans laquelle il n'y a pas un seul mot du coié de Gbaii- 

Digitized by VjOOQ IC 



( 230 ) 

tonnay, ni rien qui fasse allusion à fe prêtre, fui lue, dans en grand calme, U 
dimanche iS décembre, à la première mes^e. 

» J'y iiiviie les lidèles d'une paroisse qui m^est bien obère à vivre dans la paix, 
dans la concorde, l'union et la charité, et à se disposer aux solennités de Noël 
auprès des dignes prêtres que je leur envoie, à savoir : un ancien curé de cette 
paroisse, qui en a emporté les regrets et qui en conservera toujours Pestiuie, et 
un jeune prêtre remplissant auprès de lui les fonctions de vicaire. 

9 Cette même lettre pastorale devait être relue à la grand^messe. Or, c'est au 
moment où cette publication allait se faire, qu'éclatèreut les désordres qui eo 
suspendirent la lecture durant un quart-d'heure. 

9 Ce furent trois ou quatre femmes du peuple qui donnèrent le signal, en s'é- 
criant : Sortons d'ici. 

D 11 est faux que Ton ait cassé les bancs; il Test également qu'on ait crié dans 
TEglise contre l'ancien curé et contre Cautorilé épiscopaU. 

D 11 est faux que les trente gendarmet toient arrivés pour empêcher de faire «m 
fnauvais parti aux religieuset. Les geudarmes n'ont été envoyés par M. le préfet 
que le 18 au soir, pour réprimer le desordre qui eût pu avoir lieu à PEglisele 
lendemain, et non pour protéger tes religiemeê, à qui pendant toute la semaine on 
n'avaU faU aucun mauvais parti. 

a II est très-faux que j'aie voulu- venir mepréienler moi-même ^ en eroae et en 
mtire, à allé population égarée. Je n'ai pas pu en avoir même la pensée. Je suis 
à 31 kilomètres de Gb»ntonnay : comment aurais-je pu être averti et arrivé à 
temps au milieu de cette espèce d'émeute en pleine église? 

» Je n'ai pas eu encore la pensée de m'y présenter depuis. Mais lorsqu'il vien- 
dra le temps où je devrai visiter cette belle paroisse, je m'y présenterai avec la 
douce assurance d'y recueillir ces marques de tendre attachem*)nt et de profonde 
vénération dont nos excellents Vendéens entourent toujours et partout ieor 
évéque. 

9 Uue dernière fausseté qu'il faut relever ici, est celle qui termine votre article: 
Mais de plus sages aots ont engagé le prélat âne pas exposer sa personne et sa di- 
gnité en ces conjonctures déplorables. 

v Je vous prie d'insérer ma lettre dans l'un de vos plus prochains numéros. 

» Recevez, Monsieur, l'assurance de mes sentiments de considér«ition. 

» t Jac.*Mar.-Jos., évêque de Luçon. » 



Feu Mgr Léonard Pfaff, évéque de Fulda, dont nous avons tout ré- 
cemment annoncé la mort, était né à Humfeld, petite ville de la Hesse- 
électorale, le 18 août 1775. Après avoir terminé toutes ses études, il fut 
ordonné prêtre par le dernier prince-évéque et abbé de Fulda, en sep- 
tembre 1798. Après avoir été pendant bien des années membre du vi- 
cariat-général de ce diocèse, et directeur des études au gymnase de Fulda, 
il fut nommé en 1829 chanoine capitulaire au nouveau diocèse érigé 
cette année à Fulda. Après la mort de Mgr Riéger, premier évéque du 
nouveau diocèse, il fut appelé à le remplacer en novembre 1831, et sa- 
cré le 2 septembre de l'année suivante par feu Mgr de Gross, évêque de 
Yurtzbourg. 

Le clergé catholique d* Allemagne connaît tout ce qu'il a fait de grand 
et d'utile pendant les quinze années de son administration, travaux au- 
dessus de tout éloge. Depuis long-temps déjà sa santé était chancelante, 

Digitized by VjOOQ IC 



( 231 ) 

aais 80Q zèle pour le salut des âmes semblait grandir à mesure que ses 
rgaoes s'affaiblissaient. La nuit de Noël il chanta (]ans Téglise du Mont- 
iaint-Michel la messe de minuit, après laquelle il prêcha devant un très- 
wmbreux auditoire ; puis il y célébra la messe de Taurore. Aneuf heu- 
ns du matin il célébra pontificalement dans sa cathédrale la messe du 
jiur. Tant de fatigues et un refroidissement qui en fut le résultat alté^ 
rrent visiblement sa santé ; mais ne comptant pour rien son élat desouf- 
fnnce-, il visita encore, le jour de la fête de saint Jean, l'institut des 
Dîmes anglaises, ou il prêcha et célébra les saints mystères. Le même 
joir il fut attaqué d'uue maladie mortelle qui Temporta en sept jours, 
etiprès qu'il eut reçu avec la foi la^plus vive et la plus tendre piété les 
sacements des mourants. La mémoire et l'admiration de ses vertus ne 
pérront jamais. 

ÉTATS-UNIS. -*- On se rappelle que l'église catholique de Saint-Au- 
gttstia^à Philadelphie, fut détruite par la populace, maîtresse de cette 
cité. Les syndics de cette église ont intenté une action eu dommages 
résultant de cette voie de fait contre le comté de Philadelphie ; les jurés 
ODtreadu, en faveur des demandeurs, un verdict qui leur alloue les 
dommages prouvés. 

REVUE POLITIQUE. 

L'ISCADRE Aie glaise en rrALIB. — LB MBMORANDCM DE SIR STRATFORD CANIfllIG 
, A LA D1ÈT8 DE BERNE. 

L'insurrection de Palerme et les troubles de la Sicile sont des événemeDls 
bien Funestes à la caase des réformes inaugurées par la hante sagesse de Pie IX, 
et bientôt imitées par les souverains de Toscane et du Piémont. Déjà par Tunion 
douanière les intérêts italiens prenaient de la force et de Pensemble, tandis 
qa'QDe politique hautement réparatrice promettait ses bienfaits à une grande 
partie de la Péninsule. Naples et la Sicile attendaient, il est vrai, de leur souve- 
i^n cette part de satisfaction légitime aux besoins et aux temps nouveaux, qtiî 
venait de combler de joie les peuples de Rome, de Turin et de la Toscane. Par 
position ou par politique différente, le roi des Deux-Siciles n'avait pas cru devoir 
^trer dans celte grande et large alliance dont Pie IX était Fauguste patron. 
Peut-être aussi que le souvenir des services rendus, en 1821, par le gouverne- 
ment d'Autriche au royaume de Naples, envahi alors par la révolution, ont jus- 
qu'ici fait hésiter le roi Ferdinand à entrer dans la voie des concessions et des 
réformes. Les troubles de Livourne, les menées des carbonari, les bruits soords 
ii^is déjà alarmants qui se font entendre à Milan, à Gênes et à Turin, n'ont que 
^op conlirmé le roi de Naples dans ses hésitations et ses refus. De là Tinsurrec- 
^Q qui a ensanglanté les rues de Palerme ; de là ces nouvelles si rapidement 
propagées que le royaume des Deux-Siciles était perdu pour la maison de Bour- 
^0, et que Tescadre anglaise avait recueilli le roi Ferdinand et sa famille obligés 
^'ibandotiner le sol napolitain. De telle sorte que si cette terrible révolotion na- 
poliialoe n'est pas encore accomplie dans les Êiils, tous les esprits l'ont déjà ac- 



Digitized by VjOOQ IC 



( 232 ) 

GoeiRie comine probable, soit par IVffet des macbinations révolutionnaires deson*, 
soit par les ?œax et les espérances des antres. Ce qui doit snrtoot frapper dais 
ces événements si gros de tempêtes, c*est la part que fa politique anglaise ya 
prise. Il y a long-temps que le léopard britannique gnette sa proie do haut œ 
sa flotte constamment en vigie dans les eaux de Partbénope. Depuis Hnstantot, 
dans Faffaire des soufres, le gouvernement de Naples osa montrer k TAngletere 
qu*itn'eotendait point être réduit au rôle du Portugal, cet bumbie mais producif 
vassal de l'industrie anglaise, dès cet instant, disons-nous, la politique orgoeJ- 
leose et cupide de la Grande-Bretagne cbercbait et préparait une occasion de 
protéger le roi Ferdinand, comme elle a couvert de sa protection le trône e' la 
dynastie de Lisbonne. Les derniers événements de Palerme mettent enfir an 
grand jour les vues ambitieuses de lord Palmerston sur Naples et sur toute llla- 
Ûe. Serait-il léméraire de supposer que la même politique n*estpas étrangère aa 
mouvement qui agite les autres parties de la Péninsule ?^G'est aux Italieis, si 
jaloQx de leur indépendance, à y veiU<T d'abord. La France et rÂutridie ont 
bien quelques motifs aushi de surveiller de semblables projets. Que la divine Pro- 
vidence préserve Tltalie du protectorat de TAngleterre ! 

Lord Patmerston, qui n'a pas voulu s'unir à la France et aux autres puissa&ces 
qui se proposaient de mettre on frein aux envahissements des radicaux unisses, 
se montre aujourd'hui presque aussi effrayé que M. Guizot des triomphes, et 
surtout des tendances de la diète. Le HÊemarandum de sir Straiford Ganning 
n'est assurément pas aussi nettement et aussi fortement désapprobateur que la 
note de M. de Bois-le-Gorote ; mais le langage du représentant de TAngleterre 
n'en est pas moins remarquable. Nous ne savons même pas comment vont Tin- 
terpréier le National^ le ConstHuHonml et le Siècle, tani ce Menwrandum con- 
damne l'esprii et te but d'une révision révolutionnaire du pacte fédéral. Qu'on 
lise en effet cette conclusion du Mémorandum de sir Straifoid : 

« Même avec la meilleure disposition de la part de tous les cantons, la révision 
do pacte fédéral sera toujours une entreprise d'une grande difficulié, la coopéra- 
tion de tous les cantons ciant une condition sine quà non de l'exécuiion d'une pa- 
reille mehure; et, en paieil CiS, ce ne serait pas trop de toute la sagacité des 
membres les plus éclairés de la diète. Et , à supposer qu'on triomphât de tonte 
opposition de la part des cantons, ce ne serait pas une petite affaire que de se 
mettre d'accord sur la base de ce nouveau travail, et de Tadapler aux besoins yér 
ritables de ces confédérations. Ge n'est assorément pas le moment d'entrepren- 
dre la solution d'un tel problème. Les plus intéressés au succès, ceux qui ont le 
plus souffert des défauts du pacte actuellement existant, croient parfaitement sa- 
voir ce qu'il faudrait pour mener à bien une pareille réforme. 

Il 11 n'est cependant pas d'observateur impartial qui ne soit convaincu que la 
nature du pays, ses ressources limitées, les habitudes des populations et la part 
qui leur revient dans l'équilibre européen, vont nécessairement former la base es- 
sentielle et marquer les limites naturelles du nouveau pacte fédéral. 

» Si, d'un côté, les relations des cantons entre eux et rinfluence du pouvoir 
fédéral laissent quelque chose à désirer dans l'état actuel des choses, qui ne voit, 
d*Qn autre côté, ce que la Suisse aurait à craindre de l'établissement d'un geo- 
vemement populaire, qui, n'ay^int aucune responsabilité à l'égard des cantons, 
serait investi d'une grande puissance pour prendre les plus extrêmes résolu- 
tions? 

Digitized by VjOOQ IC 



( 233 ) 

» Vesprïi d^économie, les habitudes du gouvernement local, là jalousie qu'ins- 
«re tout pouvoir exlraordînaire, les embarras de la situation, tout enfin, même 
I aaiure du pays et la faiblesse relative de ses ressources pby§iques, semble éta- 
ilir la nécessité de la souveraineté cantonale pour réti'écir la sphère d'action 
Tune centralisation qui serait mile à la Suis^^e. Dans tous les cas, il faut aulant 
le prudence que de lèle pour donner une solution favorable à une œuvre de celte 
mporlance. Qu"!! nous soit permis d'espérer qu'au lieu de Tentreprendre sous le 
)oup de passions étrangères à son véritable esprit, on la réservera pour une 
ipoque plus calme, pour nne époque où les passions auront moins de vivacité, et 
)u le bon sens naturel du peuple suisse déploiera toute sa force pour résoudre 
:ette question d'une manière favorable à son bien-élre, à la conservation de son 
indépendance et à la transmission intacte de sa vieille gloire. Ce sont là, incon- 
lêstablement , de grands droits nationaux. C'est vers ce but que doivent tendre 
lous les efforts du pairlolihme dirigé par un esprit éclairé. Toute autre ligne de 
conduite mènerait tôt ou tard à un abîme. 

« S'écarter Je moins du monde des limites indiquées, ce serait bâtir sur l'eau, 
ou bien compter, pour supporter le faite d'un édifice, sur l'appui de l'édifice voi- 
hm. La Suisse, par sa résolution, son patriotisme, le caractère particulier de 8e& 
districts montagneux, son esprit local, la loyauté primitive de ses populations, le 
pea d^importance de son rôle diplomatique, a conservé son intégrité, et, à très- 
peti d'exceptions près, son indépendance ; pendant une suite de siècles, elle s'est 
assuré, malgré les dissensions intestines et les révolutions de l'Europe , l'estime 
et le bon vouloir des Etats les plus puissants, et cela même pendant une crise 
qm n'a produit ailleurs que ruine et désolation. 

« Si la nation sait apprécier convenablement ces avantages, si elle désire con- 
imuer ï les mériter, elle fermera Toreille aux fatales excitations d'étrange A dont 
les iotéréts sont complètement opposés aux siens; elle accordera sa confiance à 
ceax-là seulennent qui sont animes d'un véritable zèle , qui se dévouent an bon- 
heur de leurs concitoyens de tous les cantons et de toutes les classes, qui sont 
patriotes dans le sens élevé du mot, en un mot, aux Suisses seulement. Celui-là, 
iocontestableniieot, est le plus digne de ce nom, qui, pendant qu^il travaille au 
bieo-étre de son pays, ne perd jamais de vue les bases essentielles, qui est éga- 
lement étranger aux théories qui cherchent à transporter les intérêts de la Suisse 
sar un sol étranger, où ils seraient compromis à coup stfr, et aux intrigues que 
Q*arrétent pas même Tépouvantable idée d'exposer la Suisse à la guerre étran- 
gère. » 



NOUVBJLJUBS ET FAITS OIVBRS. 

INTÉRIBUE. 



PABIS, 26 janvier. — Le roi de Danemark est mort le 19 de ce mois. Né en 
1786, arrivé au trône en 1859, il a pour héritier présomptif le prince Christian, 
Hj de 50 ans. Ce prince, deux fois marié, et deux fois divorcé; n'a pas d'enfants. 
^il mourait sans postérité, la couronne de Danemark passerait h l'électeur de 
Hesse, qui n'a lui-même que des enfants issus d'un mariage morganatique. 

-- Dans la séance d'hier, à la chambre des pairs, le ministre de l'instruction 
publique a lu les vingt-sept articles d'un projet de loi sur la réorganisation do 
conseil royal de l'Uiuversite. 

f^ discussion du projet de loi sur le travail des enfants dans les manufactures, 
<Itti devait s'ouvrir dans celte séance, a été ajournée sur la demande du ministre 
<ltt commerce. 



Digitized by VjOOQ IC 



(234) 

— La reine a ouvcri son salon avant-hier soir. Le roi et la famille royale s] 
trouvaient réanis. LL. M\L ont reçu les membres du corps diplomatique, ij 
plupart des ministres, des' pairs, des députés ei les principil' s autorités du dé^ 
partemenl de la Seine. Les dames ont élé reçues. La réception s^est prolongée 
jusqu'à dix heures. 

— M. le ministre de Tagriculture et do commerce vient de constituer un co- 
mité médical central. Il se compose de* MM. Oifi'», président; AubertRocbe, 
secrétaire; Andral, Cruveilher, Queneau de Mus^y (père), Rorhe, Chomd, 
Royer-Coilard, Melier. Les mesures à prendre «onire l'invasion du choléra, 
rorg;iDisation et la surveillance des quaraiiiaines de la peste sont dans lesauri- 
butions de ce comité. 

— M. le général de Lamoricière est arrivé à Paris. 

— On disait à Marseille, d'après les dernières nouvelles d'Alexandrie, <;ue 
Meheuiet'Ali, aussitôt qu'il a appris les conditions <te l:i sonniission d'Abi-el- 
Kader, a manifesté à M. Adolphe Barrot, consul-général de Fnince, scm inteodon 
de ne point le recevoir dans ses Etals. Mais il nous semble difficile que Too 
puisse connaître déjà Topinion du vice-roi sur ce point délicat. 

— On écrit de Toulon, le 23 : 

a M. le colonel Dumas, qui est arrivé dans nos murs, s^est rendu hier au fort 
Lamalgue. 

D II n'y a aucune décision prise au sujet d'Abd-el-Kader. 

» Nos prisonniers ont perdu un très-jeune enfant, qui était d^ailleurs noaladif. 
Après avoir fait toutes leurs cérémonies religieuses, ils l'ont laissé emporter au 
cimetière.» 

— flous lisons dans V Indépendant de Montpellier du 20 : 

a Deux maisons des plus considérables de notre place viennent de suspendre 
leurs paiements. L'une est celle de M. Gh. Fajon, ancien adjoint à la mairie; 
Tauire celle de M. Zoé Granier, député, ancien maire de Montpellier. 

» Nous apprenons que M. Granier vient d'adresser au président de la chambre 
sa démission de député : il a adressé en même temps au préfet sa démission de 
membre du conseil général, ei au maire celle déconseiller municipaL» 

Il parait, d'après VIndépendani et d'après le Courrier du Midi^ qui annoQce 
aussi celte suspension de paiement, que la maison Granier va entrer en arrange- 
ment avec ses créanciers. Les deux feuilles expriment l'espoir que cei arran- 
gement aura lieu, el font des vœux pour que plusieurs milliers d'ouvriers des deux 
sexes, employés par cette maison, ne restent pas sans pain dans un hiver aussi 
rigoureux. 

EXTÉRIEUR. 

DEUX-SIGILCS. — Nous recevons aujourd'hui des nouvelles de Napies 
en date du 18 janvier. 

L'escadre de bâtiments à vapeur, partie avec les troupes de débarquemeot Je 
14, est restée à l'ancre dans la rade de Palerme. Les troupes ont débarqué sans 
aucune opposition. Elles ont pris position près de la mer et dans les forts qui 
sont situés de ce côlé. Le général Saugel, qui les commande, s'est mis en com- 
minication, en faisant le tour de la ville, avec le duc de Majo et avec le géaéral 
Yial, qui sont dans le château royal. On a appris par ce moyen que les mm^à 
obéissent à trois comités, et que ces comités ont présenté an duc de Majo une 
liste de demandes. Us réclament d'abf)rd la coastiiution de 1812 et la liberté ii- 
limitée de la presse. Ges demandes ayant été repoussées, et la ville ne voulant 



Digitized by VjOOQ IC 



( 235 ) 

pas se rendre aux troupes royales à moins que ces conditioos ne fussent préalu 
blement accordées, il a fallu songer à employer les moyens les plus rigoureu? 
pour la réduire. Pourtant avant d'en venir à cette extrémité, les autorités mili- 
taires ont cru, à ce qu*on assure, devoir consulter encore une fois le roi. C'est 
dans ce but que S. A. R. le comte d'Âquila, commandant l'expédition, est re- 
loomé à Naples le 17, sur un bâtiment à vapeur. On assure que les étrangers qu< 
se trouvaient à Palerme se sont tous embarqués. 

An départ du Sésotfris, qui a apporté ces nouvelles à Marseille, la ville de 
Naplcs était tranquille, et Ton croyait généralement que force relierait au gou- 
vemement. Il circulait k Naples nne foule de bruits exagérés sur Tésendae et sut 
les progrès de Tinsurrection. Nous croyons devoir donner ici l'extrait de plu> 
sieurs lettres que nous avons reçues aujourd'hui de Naples et de Palerme : 
Nous lisons d'abord dans une lettre de Palerme dn 12 janvier : 
Le drapeau aux couleurs italiennes flotte sur la font.tirie publique de la place 
Fiera -Vecchia. L'un des frères Gallo, sorti récemment do prison, qui s'est pré- 
senté sur cette place, a été porté en triomphe. En ce niomeiil, :) sept heures du 
>otr, les rues se couvrent de barricades, le tocsin sonne à tontes les cloches, les 
misons sont illuminées, s 
Dans une lettre de Naples du 18 janvier nous trouvons ce qui suit : 
t Le comte d'Aquila est arrivé hier à cinq heures de Palerme. Le roi s^e^' 
rendu à son bord. Le gouvernement a annoncé dans le journal officiel « qu'il \ 
» avait eu un mouvement insurrectionnel à Palerme, qu'on y avait envoyé des 
» troupes, bien que celles qui étaient déjà sur les lieux fussent sufOsantes, et 
a qu^elles avaient été débarquées très-heureusement. » 

» On dit que les insurgés de Palerme se sont emparés de dix-huit petits canons 
qui se trouvaient dans les petits forts de la côte près de Palerme ; ils tenaient en- 
core dans la ville; les forts étaient tonjours au pouvoir de la garnison; les 
troupes avaient débarqué sans obstacle et se préparaient à commencer lenrs opé 
rations après avoir pris quelque repos. Il n'y avait pas eu de troubles à Messine, 
mais l'aspect de la ville était sombre. 
» Naples est tranquille, malgré les placards incendiaires qui ont été afilchés.» 
— Le gouvernement français vient de donner l'ordre qu'un des plus forts bâ- 
timents à vapeur de l'Etat se rende immédiatement devant Naples. {Débats.) 
SUISSE. — Les excès auxquels le parti radical, en Suisse, s'est livré' après T:i 
Ticioire, viennent de recevoir la condamnation la plus dure peut-êirn qui pAt le- 
frapper. Au sein même du parti vainqueur, les hommes honurables i!ommencent 
à rougir de l'usage qui est fait de l'œuvre à Inquelle ils avaient concouru. J>é\h 
quatre des principaux officiers fédéraux ont envoyé au vorori leiir démission, ne 
voulant pas rester plus long-temps solidaires des violences dont ils étaient forcés 
d'être les témoins. Ce sont MM. Ziegler, de Zurich; Burkhardt, de Bâie; May. 
de Berne; et Donat, des Grisons. Voici la lettre que M. Ziegler a adressée txi 
président du vorort : 

«Zurich, le 17 janvier 1848. 
• Excellence, comme en laissant passer le mois de janvier j^nns donner 
ma démission de membre de l'état-major Tcdéral, je pourrais être forcé de fairr 
le service fédéral jusqu'à la session ordinaire de 18i9, et que par consé- 
quent je serais exposé, suivant les cireonstances, à entrer une seconde fois 
en campagne contre ma conviction, mais par attachement à mon devoir, je m(* 
vois contraint de déclarer que si on ne me permettait pas, eu égard à ma dé- 
claration présente, de donner ma démission après le mois de janvier et de quit- 
ter le service fédéral, je serais obligé de la donner dès à présent. En cela je crois 



Digitized by VjOOQ IC 



( Î.i6 ) 

agir avec (Tantant plus de raison, que la radiation d^bfliciers dif^tingués de Fétah 
major général, de même que les procédés suivis envers certaines personnes et 
corporations dans les cantons du Snnderbund, ainsi que les manifestations pro- 
vocatrices envers Tétranger, qui émanept quelquefois des autorités supérieures, 
sont non-seulement en opposition avec mes vues et mes sentiments, et con- 
traires, à mon avis, aux intérêts de Péiat-major fédéral, mais en outre ne peu- 
vent que compromettre le bien du pays. Ain«î je ne pourrais conserver mes fonc- 
tions dans rétat-mnjor fédéral que dans Tespoir de voir les affaires prendre une 
tendance plus modérée, une amnistie étendue proclamée, et Texercice du droit 
électoral rej^peclé. 

» Veuillez agréer, etc. 

» Signé': ED. ziégler, colonel fédéral.» 

liEVANT. — Le paquebot de la compai^nic Rostand VOronte, arrivé h Mar- 
seille dans la matinée de vendredi, apporte des'nouvelles de Constanlinople jn»- 
qu'au 5 janvier. 

L^affaire grecque a été terminée, à la satisfaction du sultan, par une lettre des 
ministres du roi Oihon, qui autorise le ministre des affaires étrangères ^ trans- 
mettre à M. Mu8«urus Texpression d** ses regrets sur Tincident qui eut lieu au 
bal de la cour. Âli-Lffendi a notifié cette conclusion à tous \e^ ambassadeoK eu- 
ropéens, et le consul hellénique a placé de nouveau sur sa porte récosson des 
armes nationales. 

M. Mussurus devait partir pour Athènes le 9 ou le 10 janvier sur la frégate à 
vapeur de 450 chevaux Voêilaï-TidjareL 

* r7gi)n i porgT i 

CHAMBRE DES DÉPVTAs. 
(Présidence de M. Sauzet. — Séance du î:^ janvier,) 

L'ordre du jour appelle la suite de la discussion du projet d'adresse. La délibé- 
ration est reprise sur le 2« paragraphe. 

M. FOULO critique les opérations du ministre des finances en ce qui louche 
Temprunt, et surtout Timmixtion de la Banque de France dans cet emprunt. 

n. DUMON, ministre des finances, soutient que la part pri«e au dernier emprnnt 
par la Banque, n'a pas été sans influence sur la négociation qui en a été faite. Li 
Banque a non-seulement usé d'un droit, mais elle a de plus rendu au pays iiu 
service véritable. 

M. THiBRs. Nous avons un budget ordinaire et un budget extraordinaire. Le 
budget ordinaire est, cette année, de 1 .582 millions. On dit qu'il est en équili- 
bre; j'en doute fort. Le budget sera-t>il bientôt équilibré? j'en doute « car la 
moyenne des augmentations de dépent^es est de 65 k 70 millions; la moyenne 
des augmentations de recettes est de 40 millions, différence 20 miUions. 

Mais la difficulté n'est pas là, le^ réserves de Tamortis^eroent combleront ce 
déficit. Le plus grand danger est dans le budget ordinaire. Par vos lois sur les 
travaux publics, vous avez grevé le budget d'une dépense de i,100 millions, et le 
pays d'une dépense de 2 milliards 500 millions. En comptant ce que font les 
compagnies de cherftins de fer, en imputant à chaque année financière sa part de 
i,i00 millions, vous trouverez, avec les deux budget<(, i,6u0 millions par an- 
Voilà où vous en êtes. Eh bien ! je m'adresse à tous les homuies sensés : 

Une dépense dé 1 ,600,000,000 par an n'a-t-elie pas quelque chose d'effrayant • 
Si nous avions parlé, il y a quelques années, d'un pareil budget, qu'aurions-noos 
dit? Nous marchons à des abîmes. Il faut avoir toute la confiance de H. le minis- 
tre des finances pour ne pas être épouvanté d'une telle situation. 



Digitized by VjOOQ IC 



( 237 ) 

Si encore nous devions nous arrêter lik ; mais ce n*est pas possible. Nons ne 
nous arrêterons pas, et nos budgets iront toujours en augmeniant. D'où me vient 
cette prévision? De ce qiie, depuis 1841, notre budget ordinaire s'est élevé de 
t ,330 à 1,60u millions : 300 milliims d*iiugmeniation en sept ans. 

Prenons seulement le budget des trois dernières années. Déji Thorizon com- 
mençait à s'assombrir, des avertissements étaient donnés aux ministres, s'élevant 
même des bancs de la majorité; ei cependant voyez ce qui s'est passé. En 1846, 
le budget nrdinaire a été de 1.302 millions; en 1847, il s*est élevé à 1,338 mil- 
Lions; en 18-48, il était de 1,361; pour 1849, il est de 1,384. 

On compare aux nôtres les budgets de la Russie et de TAutriche ; on dit qu'ils 
sont loin du nôtre : je le crois bien, TAutriche et la Rust^ie réunies ne réussi- 
raient p:«s à payer nuire milliard 400 millions de receues. 11 f^iut juger un bud- 
get d';iprès les ressources actuelles du pays auquel il s'applique. Moire budget de 
i,600,OUO«000 est-il proportionné à nos ressources actuelles? 

Je sais que Ton établit une distinction entre les deux budgets : le budget ordi- 
naire et le budget extraordinaire. 

On trouve tout naturel q>ie les grands travaux d'utilité publique soient payés 
par un budget extraordinaire. Je Tarcorde, si les dépenses du budget ordinaire 
sont couvertes par les recettes ordinaires; si, pour couvrir les dépenses du 
bodget extraordinaire, vous avez des ressources sérieuses, réelles, non pas men- 
teuses. 

Si vous êtes dans cette sitaation, j'accède à votre distinction ; mais je dis ceci : 
Dans la situation actueîle, te bodget ordinaire se solde avec les ressources réelles 
de l'arooitissement; le budget extraordinaire se paie aveè les ressources fictives 
de ramortissement. 

Un seal mot sur ce point. Je prétends que votre budget ordinaire ne peot pas 
se solder avec les resnoorces ordinaires, et comment suls-j® arrive à cette triste 
eoBTiction ? En voyant ce qui s'est passé pendant les années préeédenies. 

En 1846, M. Lacave-Laplagne promettait déjà que les réserves de l'amortisse- 
ment seraient, à Tavenir, employées à faire face au budget extraordinaire; Tan- 
née suivante encore c'était la même promesse qui ne fui pas toieux tenue. M. Do- 
mon voosdit lui anssi, à son tour : Pour 1846 on s'était trompé, pour 1847 on 
s'était trompé, mais on ne se trompera pas pour 1849. Ce'a est-il bien sûr? 

Je sais bien que M. Dumon en donne une raison assez plausible ; il dit qu'on 
n'aura pas tous les ans une inondation de la Loire ou une disette. Heureuse- 
ment, car que deviendrions-nous av».*c une semblable administration financière? 
On peut, avec une parole élégante, mais Irnp peu précise, (aire illusion à une as- 
semblée; mais, en admettant même toutes les exagérations, je crois pouvoir dire 
qo*avec Tinondation et la disette, vous ne pourrez j^m^tis expliquer que la moin- 
dre partie des augmentations, et il faudra bien reconnaître que les budgets ordi- - 
naires ne se soldent jamais qu'avec les réserves de l'amortissement. 

Je vous accorde que, pour 1 849, il n'en sera pas ainsi : vous ne le croyez pas 
vous-même, mais enfin je vous l'accorde ; soit : 1847 sera la dernière des années 
calamileuses, et 1848 va ouvrir une nouvelle ère. En 1849 donc, les réserves de 
l'amortissement resteront en parfaite disponibilité. 

L'orateur, après avoir examiné ce qui s'est passé à d'autres époques, arrive à 
établir ainsi la situation actuelle. 

Tous avez un budget extraordinaire de ISO, de 160, de 170 millions, et vous 
soldez ce bodget avec une réserve d'amortissement qui nVxisie pas encore ; ftt 
cette réserve ne suffit pas, vous recourez à la dette flottante, et le jour où vous 



Digitized by VjOOQ IC 



( 238 ) 

croyez que la dette flottante est trop chargée, Tons vous retournez vers TemproDi. 
£b bien ! vous marchez avec une dette flottante qui grossit tous les jours. Cesi 
là qu'est la gravité de la situation. Je ne suis monté à la tribune que pour bien 
préciser cette gravité, çt pour éclairer enfin la question de la dette flottante, parce 
que là est .le danger. 

En annonçant les moyens de faire face à |la dette flottante, Porateur établit 
qu'en comprenant les 486 millions dus pour les travaux publics, la dett^^ flot- 
tante sera de 750 à 800 millions. A côté de cette dette flottante on sera «bligé 
de dem:inder à la France 500 millions par an ; ainsi on détournera les o;ip;ian\ 
de leur cours ordinaire, on les arrarhera à Tindustrie, an commerce, à rn^rncal- 
ture; la silualion, dit-il, peut se définir ainsi : un budget ordinaire en ih i\c\t et 
soMé par les réserves de ramôrtissement, et un budget extraordinaire p:iyé par 
les réserves futures de Pamonissement, et en attendant par la dette floitnnie. 

Placer, dit-il, à côié d'une dette flottante si énorme un emprunt de 300 mil- 
lions chaque année, ce n'est pas de la têmériié; pour caractériser une telle con- 
duite, il faudra il une expression que les convenances parlementaires ne permet- 
tent pas d'employer. 

L'orateur termine ainsi : 

Mais qu'un événement vienne à éclater et à troubler le repos de l'Europe, et 
M. le minisire des finances, quelle que soit sa confiance, ne croit pas sans doute 
qu'il est impossible qu*aucun événement soit à craindre. Qu'il nous dise donc 
quelle sera notre ressonrce contre les événements Mais on. nous répond : Nous 
sommes les ministres de la paix, nous ne craignons pas les événemenu, les évé- 
nements sont dans nos mains. 

Âb ! vous dii^posez des événements ! C'est donc vous qui avez fait l'année qaï 
vient de s'écouler? Non ; permettez-moi de croire que vous n'en disposez pas. 
La crise a commencé le jour où, quittant la vieille politique suivie par le gouver- 
nement, vous avez poursuivi les mariages espagnols. De ce jour, vous n'avez plas 
été les maîtres de la paix, pas plus que vous ne l'êtes de la prospérité publique. 
Des mariages espagnols datent tous vos embarras, et ceux que vous trouvez en 
Italie, et ceux que vous trouvez en Suisse, et ceux que vous trouvez partout. Si 
c'est là tout ce que vous pouvez dire pour nous rassurer, je ne quille la tribune 
que profondément alarmé. 

M. DUCDATKL souiieut quo notre situation financière commande une grande 
prudence, mais qu'elle ne doit pas inspirer de craintes sérieuses ; car le butiget 
est en équilibre, et raugment;)tion de dépenses qu'on signale tient aux circons- 
tances exiraord in a ires qui ont eu lieu en 1847. Reprenant les objections de 
M. Tbiers, M. le ministre dit que la France supportera facilement les charges qui 
pèsent sur elle. Puis il dit en terminant : Des dépenses intelligentes font plus 
pour la propérité d'un Etal que des économies mal entendues, et nous avoas 
cru, en agissant comme nous l'avons fait, contribuer à la grandeur et à la pros- 
périté du pays. 

H THiBRS. Si ce qu'a dit M. le ministre est vrai/noire situation est excellente; 
mais d'où vient que ce qui coûtait Tannée dernière 900 fr., n'en vaut plus que 
700? 

On a comparé, ajoute l'orateur, la situation de l'Angleterre h la nôtre; maïs en 
Angleterre il y a un ministère qui a commis quelques fautes ; vous, vous les avez 
toutes commises. Oui, nous devons nous louer du pays ; mais nous ne pouvons 
pas en dire autant du cabinet. (Agitation ) 

Après une réplique de M. Dumon et quelques mots de M. Thiers, la séance 
est levée à sept heures. 



Digitized by VjOOQ IC 



,• 4487.) 






, ancienne 
nihex } par 
.('valier de 
I Religion 
s volumes 



' t«_ '" 



• ». r : ♦ • 






jTî— m. -« 







de Rome 
iivenl niêlés^ 
oi il n'a pas 
1 capitale du 
SI) ni en plein 
\.iiélien. Les 
» (sai s, entre- 
t y sont donc 
st'iue à un si 
(' est couchée 
intervalles les 
l'onbli ou de 
.MtTveilleuse- 
par fragments 
l.a Thèbes aux 
•i vagabonde de 
îi nom. Mais la 
.|ues ruines, of- 
ôineut vivement 
lis qui se pressent 
ics lui apparaissent 
lions, leurs mœurs, 
e. incurable maladie 
t que le christianisme 
titrant dans leurs vei- 
.0 nouvelle. . 
entre les monum;ents du 
Mais la pacification se fit 
iiuronnant le faîte des édi- 
bionze et le marbre, le sym- 
il été le gage de la paix univer- 



• Digitized by VjOOQTC 



( 240 ) 

au séminaire de Boulogne, il vint terminer son éducalion théologîquc à Saim- 
Sulpice. Il venait d'éire ordonné prêtre, lorsque la révolution s'ouvrit parles^ 
Etats-généraux. 

L'abbé Lambert accueillit avec enlbousiasme les principes de la ré^olutioo. 
Intimement lié avec Daunou, Gobel, Vergniaud, Brissoi, etc., il accepu la con- 
stitution civile du clergé, prêta serment à la nation et fut nommé vicaire de Yé- 
Tèque constitutionnel de la Seine. Plus tard, lorsque les béberlistes eurent oblige 
Gobel et son clergé k aposiasier, au sein de la convention même, et k renoncer 
à leurs fonctions ecclésiastiques, Tabbé Lambert demanda et obtint une mission 

en Vendée. . 

A la restauration; M. Lambert rentra dans les devoirs et le ministère ecclé- 
siastiques et fut envoyé par M. de La Roche, évêque de Versailles, dan^ la peuie 
cure de Bessancourt, où il a passé les dernières années de sa vie. 

Vicaire- général de Tévêque intrus de Paris, il sMmposa la triste mission d'as- 
sister à leurs derniers moments les condamnés que le tribunal révolutionnaire 
envoyait à récbafaud. C'est en cetie qualité qu'il se rendit auprès de Marie-An- 
toinette avec l'abbé Loihringer et le curé de Saint-Landry. La reii>e refusa lear^ 
secours, (i'abbé Lambert se retira en silence; il n'avait pas cru devoir insister 
devant le refus net et positif de Marie-Antoinette de communiquer avec ces in- 
trus. . 

Quelques mois après, il visitait les Girondins, pendant leur dernière nuit, et 
offrait inutilement encore ses services religieux au duc d'Orléans Philippe-Egaliu*. 

Il est un fait sur lequel, pendant long-temps, la vérité a été faubSée par les 

historiens. ^ 

L'abbé Lambert, pour excuser le fait odieux de Tabjuration publique que le 
clergé scbismatique de Paris ftt à la convention de la foi et de la religion catho- 
lique, expliquait ainsi à sa manière, cet acte fameux de notre histoire révolu lion J 

uaire : I 

« Gbaumette, Hébert, Momoro, Anacharsis Clootz et Bourdon de l'Oise se renn 
» dirent à Tarcbevèché et sommèrent Gobel de venir le lendemain à la conventioit 
B abjurer la religion catholique. Gobel s'y refusa d'abord. Alors Hébert lui dit : 
a tant pis pour toi, Gobel, mais si demain matin tu n'as pas abjuré, toi et tei^ 
)) calotins vous serez massacrés. » Gobel baissa la tête devant une telle menacti 
»et demanda à consulter ses vicaires. Il les rassembla en effet, et leur expo^ I:| 
D situation. Consentiruit-on à la demande d'Hébert ? On alla aux voix, et la ma^ 
» jorité fut pour l'affirmative. Désirant cependant ne donner à cet acte que le ai- 
n ractère d'une abdication de leurs fonctions publiques, et se réserver l'esercicf: 
» individuel et libre de leur religion. Gobelet le» vicaires rédigèrent ensemble U 
» déclaration qu'il lut le lendemain à la convention. » 



BOURSE DK PARIS DO 26 JAI^VIBR 1848. 



CiNQp. 0/0. i16fr:10c. 
iaoïsp. 0/0. 74lr. 00 c. 
UiiÀiRBp.0/0.99fr.50c. 
Ouatrei/îp. O/O.ltUfr.OOc. 
Oi>ng. de la Ville de Paris.1315rr.00c. 
Act. de la Banque. 5170 fr. 00 c. 



Quatre canaux. 0000 fr . 00 c. 
Caisse hypoihecaire.OOO fr. 00 c 
Emprunt romain. 93fr.3/4. 
Rentes de Naples. 96 fr. 50c. 
Emprunt d'Haïti. 30.ifr.0Uc. 
Rente d'Espagne. 5 p. 0/0 00 fr. O/tt 



PARI^. — IMPRIMERIE D'ADRIEN LE CLERB ETC«, TUe ClSgette, ^. 

Digitized by VjOOQ IC 



SAMEDI 29 JANVIER 1848. (H* 4487.) 



LES TROIS ROME , 
Joumed d'un voyage en Italie^ arcompagné : i** tCun plan de Rome, ancienne 
ei moderne i 2^ dun plan de Rome souterraine^ ou des Catacombes j par 
HL l'abbé Gaomi, vicaire-général du diocèse de Nevers, chevalier de 
Tordre de Saint-Sylvestre^ membre de l'Académie de la Religion 
catholique de Rome. — 4 Tolaraes in-S*. Les trois premiers volumes 
«ont en vente. 

(Deuf ième article. — Voir le N^ 4486.) 

Notre auteur a consacré trois volumes à la description de Rome 
païenne et de Rome catholique. Ici les deux sujets sont souvent niêlés^ 
et confondus. Quiconque demanderait à Fécrivam pourquoi il n'a pas 
séparé ces matièretf, prouverait qu'il n'a jamais visité la capitale du 
monde chréiien. Les deux cités, l'antique et la moderne, sont en plein 
contact dans la commune enceinte qu'éleva l'empereur Au rélien. Les 
niooumeuts sont jetés çà et là sur le sol de la Kome des Césars, entre- 
mêlés avec ceux de la Rome des Papes. Le passé et' le présent y sont donc 
debout, visibles et palpables. Nul lieu sur le globe ne présente à un si 
haut degré cette forte et attachante impression. Palmyre est couchée 
dans la solitude du désert. Persépolis ne voit que par intervalles lea' 
hardis pèlerins qui viennent exhumer ses rares débris de l'otibli ou de 
l'ignorance des possesseurs. Ninive n'est plus à Ninive. Merveilleuse- 
ment reconquise par la science moderne, elle nous arrive par fragments 
étiquetés, dans les caisses voyageuses de l'archéologie. La Thèbes aux 
cent portes ne sert plus que d'abri à la tente légère et vagabonde de 
lArabe. Carihage n'a laissé d'autres vestiges que son nom. Mais la 
Rome impériale est encore sur pied, dans ses gigantesques ruines, of- 
frant toujours un spectacle saisissant et instructif qui émeut vivement 
le voyageur. Il évoque dans sa pensée tous ces souvenirs qui se pressent 
en foule autour de ces vieux débris. Tous les peuples lui apparaissent 
avec leur costume, leur physionomie, leurs traditions, leurs mœurs, 
leur gloire, l ur décadence , et surtout avec cette incurable maladie 
qui les poussait tous à l'affaissement moral, avant que le christianisme 
vînt régénérer toutes ces races abâtardies, en infiltrant dans leurs vei- 
nés un sang nouveau et en leur soufflant une ame nouvelle. . 

11 y eut quelque teuips une lutte véritable entre les monuinents du 
monde païen et ceux du inonde catholique. Mais la pacification se fit 
bientôt. La croix, la plupart du temps, en couronnant le faîte des édi- 
fices qu'elle adopta, fut pour la pierre, le btonze et le marbre, le sym- 
bole de la réconcihation, comme elle avait été le gage de la paix univer- 
VAmiie la Religion. Tome CXXXVL 13 



. Digitized by VjOOQIC 



( 242 ) 

selle dans Tordre des idées et de rintelligence. {Ainsi, par exempk, h 
temple d'AtitoniD et de FaustÎDe, élevé par l'ordre du sénat. Tan 168 de 
notre ère, en l'honneur de ces époux, est devenu, dans son 'péristyle et 
ses murs latéraux, l'église de Saint-Laurent, à l'est du Forum. -Le temple 
de Rémus, qui est voisin de là, fut converti l'an 526 de JésustChrist, par 
le Pape saint Félix, en une église dédiée à deux illustres frères, saint 
Gôme et saint Damien. Le Panthéon d' Agrippa, cet asile de tous les dieux 
du paganisme qui, dans leurs types principaux, représentaient la vio- 
lence et la débauche, a été purifié de tous ces hôtes, bizarres créations 
de l'imagination et des vices de l'homme Elles ont été remplacées par 
Marie, type immaculé de la femme chrétienne, cVst-à-dire de la boutéf 
de la douceur, de la résignation et de l'humilité. Les colonnes Trajane 
et Antonine, qui portaient orgueilleusement dans les airs les statues da 
deux empereurs que rappelle leur nom, s'inclinent aujourd'hui sous les 
images de saint Pierre et de saint Paul. Le cirque de Galigula a servi de 
base à la métropole du momie chrétien. L'Ile du Tibre, où s'élevait le 
temple d'Ësculape, possède un hospice situé à la même place et construit 
avec les pierres du sanctuaire profane. Des Frères ignorantins, envoyés 
à l'Italie par le peuple missiounaii e, dirigent des ateliers et font la classe 
dans les Thermes de Dioctétien. Sainte-Marie des Anges règne dans sa 
pureté virginale où triomphait autrefois la cynique image de la prosti- 
tution. Enûn, l'obélisque du Vatican, renfermant un morceau de la 
vraie croix dans la croix de bronze qui le surmonte, chante à cette heure 
la victoire du Christ. 

Nous pourrions multiplier ces rapprochements. C^ux- ci suffi root pour 
constater l'esprit du christianisme. Les Perses, dans leur sanglante in va* 
sion de la Grèce, détruisirent par le fer et le feu tons les temples qu'ils 
rencontrèrent sur leur passage. Plus indulgente que le niagi*>nie, la foi 
de Jésus-Christ conserva les monuments du paganisme vaincu. Trois 
cents ans de persécution atiocc, incessante, où le fanatisuie païen qui ac- 
ceptait tous les cultes, excepté celui du vrai Dieu, se noya dans le sang des 
chiétiens, donnent peut-être un nouveau prix à cette royale clémence. 
Plusieuis de ces monuments antiques ne doivent même leur conserva- 
tion qu'à la piotection spéciale des souverains Pontifes qui les consa- 
crèrent au culte chrétien. Tel est Tamphithéutre de Flavien où les bar- 
bares du moyen-âge, dans racharneinent de leurs luttes et ractiviic àe 
leurs repiésailles, ne virent qu'une immense carrière de blocs et u^ 
pierres dont ils se bâtirent des citadelles. Les Papes arrêtèrent cette spo- 
liation de tous les jours, en plaçant ces ruines séculaires sous la saiiv^* 
garde de la croix, et en les consolidant par un immense contrefort- 
7i'est-il pas curieux que ce soit le christianisme qui ait sauvé un édiûce 
où toutes les forces humaines avaient juré de l'étouffer? Honneur donc 

Digitized by VjOOQ IC 



( 2« ) 
à cette foi paissante qui 8*emparait de ces monuments pour les con~ 
traindre de rendre gloire à Dieu, et ea les purifiant d'une main, soute- 
nait, de 1 autre, leur curieuse mais précaire existence ! 

Nous sommes entrés dans ces deuils pour montrer comment il était à 
peu près impossible au voyageur de séparer dans l'exposition et le dé- 
veloppement des faits ces deux espèces de monuments, souvent greffés 
l'an sur l'autre, et comme identifiés, quoiqu'ils ne parlent pas la même 
langue et qu'ils n'appartiennent point au même maître. 

Nous avons constaté un fût, la transformation de ces édifices. Mais 
comme dans le monde des idées tout a sa raison d'être, quel rtait le des- 
sein de la Divinité, quaùd elle marquait de sou sceau ces débris d'un 
grand peuple, et leur imprimait quelque chose de son éternité? Ecou- 
tons la réponse à cette question : 

« De tous les édifices de l'ancienne Rome, les mieux conservés^ les 
■plus incontestablement intègres, ce sont précisément ceux qui attestent 
•les grands faits du christianisme. Le doigt de la providence ne vous pa- 
*rait-il pas visible dans la conservation exceptionnelle de ces monu- 
•meuts? Gomment, en présence d'un pareil spectacle, ne pas tomber à 

■ genoux et dire du fond de son cœur : Mon Dieu, je crois? 

» Tues des yeux de la philosophie et de la foi, les grandes ruines ro- 
•maines ont une merveilleuse éloquence ; les plus petites ont aussi la 
••leur. Dieu et l'homme s'y donnent rendez-vous. Car le christianisme 
"Tainqneur et le paganisme vaincu y sont partout en présence. OEuvre 
"de l'homme, la vieille cité de Romulus et de Néron n'offre de 
"toutes parts qu'un vaste amas de temples, de palais, d'aqueducs, de 
"mai*3olées mutilés, moitié debout, moitié couchés pêle-mêle sur ce 
■soi. OEuvre de Dieu, la Rome de saint Pierre et de Grégoire WI, 
■toujours rayonnante de jeunesse, bien que la croix du calvaire ait 
"déj I couronné le Gapitole plus long-temps que l'aigle impériale, élance 

* tranquillement vers le ciel les dômes de ses temples, domine, protège, 
■couvre de son égide tout ce que Dieu veut sauver de la Rome antique. 
" Partout vous voyez un débris privilégié du paganisme venir se réfu- 

■ gier sous l'aile de la religion pour échapper à une ruine entière. Sem- 
■blables à des captifs qui trouvent acceptables toutes les conditions 
"pourvu qu'on leur accorde la vie, les vieilles gloires de Rome se sou- 

■ mettent à tous les usages; elles sont*temples chrétiens, tombeaux de 
"martyrs, colonnes, piédestaux, humbles seuils, pavé même dans la 

■ maison du vainqueur. Il leur suffit que la fille du ciel daigne les tou- 

■ cher du doigt ; elles sont contentes. C'est pour elles le gage de l'inimor- 

■ talité. On dirait qu'elles se souviennent des barbares, et de leur 
■terrible marteau dont elles portent les cicatrices. Pour échapper 

* i de nouveaux ravages, elles soupirent après l'adoption de cette 

Digitized by VjOOQ IC 



( 244 ) 

f> pauvre Eglise dont elles avaient ba le saog au jour de leur gloire. 

» Combien de fois le voyageur catholique n'est-S pas ravi i la vue de 
n ces obélisques, jadis élevés aux potentats de Pancien monde, lorsqu'il 
»Ut à la baser Briffé à Augujfîe^ à Mfxrc-AnrHe^ à Trajan ; et on peu 
» plu» haut: Hetet^ par Sixte, pftf Clément ^ successeur du pécheur getlUéem'^ 
» et qu'au sommet il voit briller la statue de saint Pierre, de saint Pknl, 
n de Marie, et rembléine de la croix ! Il y a là, si je ne me trompe, his- 
» tolre et poésie. Il y a plus encore ; ce double spectacle de défaite et de 
» victoire qu'^n rencontre à chaque pas est un grand enseignement pour 
• le ccenr. Dans Famé sérieuse il élève à |eur plus haute puissance et le 
» mépris de tout ce qui est de Thomme, et Tadmiration de tout ce qui 
» cstdeDieu.Or, voyageurs, artistes, pèlerins, qui que vous soyez, 9i,â la 
» vue des monuments romains, ces deux sentiuients se réunissent pont 
» vous détacher de tout ce qar passe et vous attacher à ce qui ne passe 
» point, vous êtes devenus meilleurs, et vous pouvez dire : J*ai tu Rome; 
» sinon, non. » 

Ces belles pages, oà l'expression est si pittoresque et la philosophie 
SI vraie, ne sont pas rares d.ms M. Fabbé Gaume. Il s'élève sans effort, 
'sur les ailes de la foi, aux plus hautes spéculations de la pensée, pour re- 
descendre de ces régions supérieures aux naïves légendes et aux pi- 
quantes anecdotes. Nous contemplerons plus tard avec hii hi cÎTÎliss* 
lion antique et la civilisation moderne, fille de l'Eglise. Quoiqœ ce snjet 
ae soit pas traité directement par le docte et aimable voyageur, ee pa- 
lallèle sort de tout l'ensemble de ses réflexions. Il met dans on joui 
lumineux et fait contraster habilement tout ce que la Rome paleniM 
a fait pour l'abrutissement des peuples, avec tout ce que la Rome pon* 
tîficale a créé, béni, encouragé, soutenu pour le bonheur de l'hnmanicé 

H. D. 



EEWB ET NOUVELJLES ECCLÉSIASTIQUES. 

PARIS. 

On a beaucoup parlé des Jésuites de Fribourg et des richesses inai 
ses de ces prétendus envahisseurs. Il est curieux, il est piquant, k TLenr^ 
où nous écrivons, de constater, pièces en main, que sur ce point en* 
core on a calomnié les Jésuites, et qu'à Fribourg, comme ailleurs, ils vi< 
vaient dans cette pauvreté honorable, qu'imposent et consacrent â II 
fois la charité et le dévoûment. Les qiielques détails dans lesquels non 
entrons à ce sujet, sont de notoriété publique à Fribourg, et s'appuieni 
d'ailleurs sur d*authentiques monuments. 

Fondé au seizième siècle par le vénérable Père Ganisius, le collège 
Saint-Michel et aes possessions avaient cessé d'appartenir i la Compa^nii 
^ Jésus, an mooMBt de la destruction de Tordsc paa déaseat XIT 



Digitized by VjOOQ IC 



( 245 ) 

mais ces biens, selon les intentions du Saint-Siège, et du consente- 
ment du gouvernement fribourgeois, continuèrent d'être biens ecclésias- 
tiques attribués à Tinstruction publique et religieuse, sans pouvoir être af- 
fectés à une autre destination. En 1777, Pie YI, sur la demande de Ta- 
Toyer et du graud-conseil de Fribourg , supprimait la Chartreuse de la 
Valsaiote, et appliquait les biens de ce monastère à l'augmentation des 
reyeous du collège et à Férection de plusieurs chaires d'enseignemeut 
ecclésiastique. Cet ordre de choses a traversé les diverses révolutions qui 
se sont sucette en Suisse de 89 à 1814. Et lorsquVn 1818 le gouver- 
nement fribourgeois rappela les Jésuites et leur conféra la direction des 
études du collège, les possessions de leurs anciens Pères ne leur furent 
point rendues, ils n'en devinrent que simples usufruitiers, sans pouvoir, 
d'après l'art. 4 de la convention passée entre eux et la ville, en disposer 
comme d'un bien qui leur fût propre. Cependant les revenus suffisaient 
plus on moins à l'entretien de 30 et quelques religieux, dont se compo- 
sait le personnel du collège; et si lés recettes de l'année surpassaient la 
dépense, Texcédant était capitalisé dans l'intérêt de l'établissement. Des 
attaques injustes et absurdes, comme il s'en élève si souvent contre les 
Jésuites, donnèrent occasion, il y a quelques années, à l'administrateur 
séculier des biens du collège, M. Ksseiva, de fermer la bouche, non par 
des raisons, mais par des faits et des chiffres, aux imprudents calomnia, 
teursdes Pères, Dans l'opuscule intitulé : Les revenus du collège Saint" 
Michel de Fribourg^ ou Les Jésuites accusés d'opulence et convaincus de 
feuintU^ et publié en 1834, M. Esseiva présente un tableau des revenus 
du collège et des dépenses annuelles dressées en juin 1833. Il résulte de 
ce document que sur la somme de 21,760 fr. de Suisse, total des rêve* 
nus de l'année, 5,536 fr. avaient été employés à dps objets étrangers à 
l'enseignement et au personnel du collège, 6,534 fr. à des pensions de 
retraite et traitements de professeurs (non Jésuites), et à des dépenses 
générales de la maison, et que les 9,700 fr. qui restaient avalent été m li- 
^ Très à l'économe pour le service général de la communauté, composée 

* de 30 à 32 personnes, et pour tous les besoins particuliers des indivi- 
» dus. •» D'où l'auteur concluait que, ces « 9 700 fr. divisés en 30 à 32 

* personnes, donnaient à chacun 300 et quelques francs. » Voilà To** 
pulence des Jouîtes de Fribourg! 

Du collège passons au pensionnat. Cet établissement magnifique 
devait sa fondation au zèle intelligent de plusieurs patriciens fiibour- 
ge<M8. L'édifice et le terrain sur lequel il est bâii appartiennent aux 
actionnaires jusqu'à l'entier remboursement des actions. Il était sti- 
pulé qu'à celte époque la propriété ne passerait pas entre les mahis 
^ Pères, mais resterait, pour amsi dire, dans le domaine de l'u- 
tilité publique. La gestion devait alors être confiée à une commission 
perpétuelte de sept membres, qui eussent employé les revenus nets : 
^' au progrès et au développement de l'instruction publique dans le col- 
lée Saint-Michel ; 2'> en œuvres pies dans l'intérêt de la religion ; 3* à 
la fondation d'un hospice cantonal. 

Digitized by VjOOQ IC 



( 240 ) 

Les Pères, directeurs ou professeurs daus la maison, ne recevaient pai; 
de traitement ou pension pëcuniaire ; mais tous les religieut de la Com- 
pagnie employés à Téducation des élèves, étoient vêtus, nourris et en- 
tièrement défrayés par l'établissement. Leur nourriture était celle des 
élèves. Leur vêlement, rarement neuf, était toujours d'étoffe comraune 
et grossière. 

Comme cependant il fallait former des successeurs capables aux pro- 
fesseurs du pensionnat, et que la province de Suisse, chargée d'ailleurs 
d'entretenir ceux que leur âge ou leurs infirmités mettaient hors d'état 
de rendre service, avait peu de ressources, il fut convenu qu'il serait payé 
tous les ans au collège, par chaque jeune jésuite scoiastique employé au 
pensionnat, une demi-p usion, c'est-à-dire la somme modique de 200 f. 
de Suisse (289 fr. de France). 

Les Pères de Fribourg consacraient leur temps, leur santé, leur vie, à 
réducation de la jeunesse et au bien public, et ouvraient au pays une 
source abondante de prospérité et de richesse. 

Ils ne recevaient en bien légitime coinprnsation, que le strict néces- 
saire et le plus modeste entretien. Voilà les hommes ambitieux, insa- 
tiables, ennemis du repos et de la tranquillité publique, que le radica- 
lisme vient d'expulser de la Suisse, et que l'impiété voudrait mettre aa 
ban de toutes les nations civilisées. 

Un ecclésiastique, qui a visité à la fin de l'été dernier la Grande- 
Chartreuse, nous transmet sur cette sainte maison des détails que nous 
croyons propres à intéresser nos lecteurs. 

Elle est gouvernée, avec beaucoup de sagesse, par le T. R. P. Mor- 
laize, né au diocèse de Pamiers, prieur général de l'ordre, et compte en 
ce moment 29 profès de chœur, 14 novices de chœur, 7 frères convers 
profès, et 15 frères donnés. Les bâtiments, si dégradés lorsque les reli- 
gieux y rentrèrent en 1SI6, sont maintenant réparés. Ses principale^ 
pièces, telles que la sacristie et le chapitre, présentent un air de pro- 
preté qui s^allie très-bien avec la simplicité monastique. Quant aux che- 
mins qui conduisent au monastère, ils sont presque impraticables, ei 
l'on ne conçoit pas que l'autorité civile puisse les négliger autant et les 
laisser dans le mauvais état où ils se trouvent. Le saint ordre des Char- 
treux, si étendu et si florissant autrefois, est maintenant réduit à un as- 
sez petit nomb e de maisons. On en compte six en France, y compris le 
couvent de femmes de Beau regard, une en Savoie, neuf en Italie, et deux 
en Suisse; mais ces dernières vont sans doute être détruites par rini- 
piété radicale qui tyrannise ce malheureux pays. 



Nous voyous avec satisfaction, dit la Gazette du Languedoc ^ se multi- 
plier dans notre ville les établissements d'instruction dirigés par des cor- 
porations religieuses, car l'enseignement, on le sait, est une espèce de 
sacerdoce qui exige une vocation spéciale. Depuis un an environ, les 
Dames de Nevers ont fondé à Toulouse une maison d'éducation qui 

Digitized by VjOOQ IC 



( 247 ) 

prospère. Nous apprenons aujourd'hui que la pieuse institutrice des 
^œnn de Saint-Joseph de C jépparilioriy vient dVtablir sa maison-uière à 
Toulouse, sous les auspices de notre vénérable arcjievêque, où elle a 
fondé un externat pour les jeunes personnes de la clisse aisëe. 

Celte congrégation des Sœurs de Saint-Joseph de TAppariiion exerce 
principalement ses œ<»vres dans les pays infidèles ou non catholiques; 
elle a reçu du Saint-Siège des témoignages de satisfaction et dVncoura* 
Ijement, et le gouvernement français, dans la personne d'un de ses mi- 
nistres, sVst plu à signaler le dévoûment des Sœurs de cette cougréga- 
î.on, et les fruits heureux qu*ilavait produits dans des localités éloignées^ 
'lacées sous la domination de la France. 

Nous connaissons les succès obtenus par cette congrégation dans les di- 
verses maisons d'éducation qu'elle a établies en Afrique, en Italie, dans 
.es îles de Chypre et de Malte, et en Grèce, et nous avons l'espérance de 
louvoir en constater bientôt de semblables au milieu de notre popula- 
lion éminemment religieuse. 

Le doyen du chapitre de Belley, M. Favre de Longry, est décédé 
le 14 janvier, a l'âge de 82 ans. Il était né à Bourg, le 21 octobre 1765, 
«i une famille ancienne de Bresse, qui compte parmi ses aïeux le prési- 
ilent Favre, jurisconsulte ilisiingué, successivement juge-mage de Bresse, 
et président du sénat de Chambéry. M. Favre de Longry, éL've du se* 
min lire de Saint-Sulpice, avait été pourvu, dans sa jeunesse, d'un cano- 
nicat â la collégiale de Bourg. Il fut appelé à faire partie du chapitre de 
Belley en 1823. Il est mort en laissant le renou d'un prêtre indulgent 
et charitable. 



ALLEMAGBÎE. — A peine la dépouille mortelle de feu Mgr de Fulda 
repose-t-elle sous les voûtes de sa cathédrale, que déjà Ton s'occupe 
avec inquiétude de l'élection de son successeur. On désigne plusieurs 
ecclésiastiques du diocèse comme dignes du choix du chapitre; mais îl 
paraîtrait que d'autres espérances s'attachent au nom de M. Diering, 
professeur à la faculté théologique de Bonn, dont l'orthodoxie et la 
piété lui ont assuré la plus honoiable réputation en Allemagne. Res- 
terait seulement à savoir si l'électeur de liesse souffrirait que l'on 
appelât sur le seul siège épiscopal de ses Etats un sujet étranger. 

BAVIÈRE.— «L'ordre des Pauures Saurs de. ^ Eco f es ^ qm a déjà produit 
tant de bien en Bavière, étend depuis quelque temps sa charité et ses 
bienfaits au-delà de l'Atlantique. Onze Sœurs de cette congrégation vien- 
iient départir de la maison-mère qui se trouve à Munich, pour se rendre 
en Amérique; elles sont accompagnées de deux Pères Rédemptoristes 
arrivés de Vienne pour se réunir à cette pieuse et charitable cara- 



SUISSE. — Nous avons donné, il y a quelques jours, un projet d'ar- 

Digitized by VjOOQ IC 



'( 248 ) 

rèté que le gouvernement provisoire de Fribourg avait soumis au grand- 
conseil. Ce projet a été adopté dans un premier débat, mais à un second 
débat il a éié modifié. Cette modification parait avoir eu lieu sur les re- 
présentations de sir Stratford Canning et de M. Dufour. Le couvent de la 
Part-Dieu n'est pas supprime, mais, ce qui revient à peu près au même, 
il est condamné à 300,000 livres suisses d amende. Voici , du reste, les 
principaux ariicles de l'arrêté définitivement adopté par le grand-con- 
seil : 

a Art. S. Les principaux auteurs et fauteurs de ralliance séparée et de la ré- 
sistance armée envers la conféd»^ ration, seront tenus solidairement et indivisé- 
ment d'»cquitter à TEtat une somme de 1,600,000 fr., à titre dindemnilé poor 
frais de guerre et d'occnpatiim. 

T» Le pouvoir exécutif e^^i chargé de désigner les contribuables en suite des in- 
formations qu'il jugera nécessaire de prendre. 

T» Aft. 5. Les individus désignés pourront être tenus, par mesure de haute po- 
lice, à une absence temporaire du canton, s'ils se rendent coupables de menées 
politiques contre Tordre de choses actuel. 

9 Ils .«eront en outre privés pendant dix ans de Texercice de leurs droits poli- 
tiques, de même que ceux 'qui, designés dans le décret du ,29 novembre 1847, 
n'auront pas été compris dans les exceptions qui pourraient résulter des infor- 
mations dont le poinoir exécutif est chargé. 

» Art. 4. Tous les coniriliuables désignés pourront user de recours à leurs pé- 
rils et risques pour l'acquittement de la somme indiquée, soit entre eux, quanta 
une détermination de la fortune, et de la part à supporter par chacun , soit en- 
vers tels de leurs complices, ou d'antres de leurs instigateurs qui ne se trouve- 
raient pas désignés dans l'arrêté d'exécution. 

1» Art. 7. Une contribution exir.«ordinaire de 810,000 fr. est imposée au clergé 
séculier et aux corporations religieuses ci-après désignées, dans les proportions 
suivantes : 

1" Le clergé séculier du canton, 60,000 fr. 

2» Le couvent d'Hanterive, 400,000 

.3" Le couvent de la P^rt Dieu, 300,000 

4"* Le couvent de Montorge, 20,000 

5" Le couvent des Dominicaines, 12,000 

&* Le couvent des Visita ndtnes, 6,000 

T" Le couvent de la Maigrange, 4,0it0 

8* Le couvent ites Ursulines, 3,000 

9^ Le couvent de la Fille Dieu, 2.000 

lO'* Le couvent des RR. PP. Augustins, 2,000 

11** Le couvent des RR. PP. Curdeliers, 1,000 



Total, 810,000 fr 

1» Art. 9. Tous les biens du clergé régulier seront immédiatement placés sots 
la surveillance directe de l'Etat et administrés civilement. Les biens de Tévéché 
seront administrée^ par une commission spéciale mixte, à la nomination et soos 
la surveillance de l'Ëiat. l,e révérend issime évêque fait partie de cette commis- 
sion. Tous les biens du clergé séculier soni placés sous Tadministration civile 
entre les mains d'une commission spéciale tirée de la paroisse, spus la survell- 
hnce de l'Etat. 
» Toute soustraction sera punie comme vol. 



Digitized by VjOOQ IC 



( 'U9 ) 

9 Art il. A Paveoir aaeiin ecclésiastique ou religieux étranger au canton ne 
pourra y exercer de mission, s'y livrer à rinslruttlion publique ou à Tinstruaioa 
privée dans plusieurs familles à la fois, ou y remplir des fonctions ecclésiaslt- 
qoes, sans une autorisation spéciale du conseil d'Etat. » 

PROVINCES-RHÉNANES. — On avait répandu les bruits les plus 
alarmants sur Texistence future du petit séminaire, fondé par les soins 
et au moyen de sacrifices généreux que s'était imposés M. l'évéque de 
Trêves. Au dire des ennemis de cet utile institut, il était menacé d'une 
faillite et d'une dispersion prochaine. Une circulaire de Mgr de Trêves 
rient de rassuier les caiboliques de son diocèse, en leur déclarant que 
suivant les comptes exactement vérifiés de Tannée dernière, cette insti- 
tution n*est en déficit que de 8,000 écus qui seront facilement couverts 
parles rentrées de Tannée courante. 



REVUE POLITIQUE. 

LA CORBUPTION DBS HOEURS POLITIQUES ET PBIVtiES. 

Sortie pour un jour des tristes débats où ^'enflamment les passions des deux 
gnods partis qui la divisent, la chambre des députés s'y est précipitée de 
DOQveau avec un surcroit d'irritation et de violence. Ce n'est plus Tétat critiqae 
de aos fiAauces qur éveille les graves sollicitudes des représentants de la 
France. Les préoccupations sérieuses , relies qui touchent aux premierg 
ioléréts du pays, s'effacent vile au Palais-Buurboo. La corruption de nos 
mœurs publiques et privées, telle est la thèse dont l'opposition se fait plus 
particulièrement cette année, contre le ministère, une arme politique. Il faut 
avouer que les scandales de tous genres qui, dans l'intervalle des deux sessions, 
ont produit sur Topinion publique une impression si profonde et si pénible, sem- 
bleot avoir merveilleusement pr^^paré les attaques que les orateurs de la gauche 
dirigent aujourd'hui cùnire le camp ministériel. Le mal n'est que trop réel: trop 
de symptômes nous révèlent cliaque jour celte corruption secrète qui gagne et 
s'étead comme une pUie honteuse à toutes les parties de la société. Des hau- 
tes régions sociales, le mal, sous d'autres formes et avec des dangers plus gra- 
ves peut-être, se ciMnmunique aux classes moyennes, et de \k il s'en va porter 
ses ravages parmi ce^ masses pour lesquelles la moralité n'est pas une condition 
de vie moins essentielle que le travail. De là ces inquiétudes qui troublent et agi- 
tât la conscience publique; de là ces prédictions de révolutions imminentes; 
de h cet écho lugubre que trouvent dans tous les cœurs les cris d'alarme qui 
retentissent à la tribune de nos assemblées poitiques. Les hommes sages et mo- 
dérés de ions les partis s'effraient justement d'une telle situation ; les anarcbi»* 
tes et les continuateurs de Babœuf s'en applaudissent et chanient déjà l'hymne 
effroyable de leur procliain triomphe. Certes si le tableau de nos mœurs publi- 
ques et privées, tel que nous le voyons depuis quelques jours se dérouler à la 
tribune, n'est pas seulement une arme de circonstance dans les mains de quel- 
ques hommes qui battent en brèche le pouvoir au profit de leur f^eule ambition^ 
8ieo effet les doctrines du communisme noustmenacent d'une révolution so- 
ti^ on a mille fois raison de pousser le cri d'alarme et d'appeler tous Jes bous 



Digitized by VjOOQIC 



( 2:0 ) 

citoyens à la défense de la société poussée par des mains corrompaes yers de 
nouveaux abîmes. 

Mais serait-ce méconnaître la gravité d'une telle situation, serait-ce faire trop 
peu de cas des susceptibilités actuelles de Topposition ou de celles de nos hommes 
d'Etat dans ce danger commun, que de sortir du cercle étroit de leurs querelles, 
pour leur rappeler à tous leurs illusions ou leurs colères, quand nos pontifes, dans 
leurs admirables Mandements, leur indiquaient chaque année, du haut du sanc- 
tuaire, Tarrivée du fléau dont on déplore aujourd'hui les ravages? Tous les journaux 
libéraux, tous les écrivains ennemis ou défenseors du gouvernement se complai- 
saient à soutenir alors (|ue let évéqws élaieni des alarmistes et des ennemis denot 
institutions,,,. Jamais les lumières n''avaienl été plus répandues et la moralité plus 
populaire ; le clergé seul et ses chefs étaient^ disait-on, des retardataires pleins de re- 
gretssur leur fortune passée. Hélas! quelques années, quelques mois ont suffi pour 
éclairer cruellement ceyx qui se laissaient aller, de bonne foi peut-être, à de tels 
préjugés, à ces erreurs funestes. Aujourd'hui la tribune de la chambre des députés 
résonne des mêmes accents désolés qui se faisaient entendre de toutes les cbaires 
chrétiennes.. Seulement Tintérêt politique est mis ici à la place des intérêts sur- 
naturels du salut des âmes. Et c'est ce qui expliquera la différence des causes 
et des remèdes assignés, d'un côté, par les organes de la politique humaine, et 
de l'autre par les» augustes gardiens de la morale divine. Si les premiers veulent, 
aussi sincèrement que nos guides spirituels, atteindre ici- bas le même but, à sa- 
voir le biniheur et le repos de la société , en vérité les moyens qu'ils proposent 
ne Hont guère proportionnés à la grandeur du but. Substituer quelques hommes 
à d'autres hommes, remplacer au pouvoir M. Guizot par M. Thiers, voilà le 
grand moyen de salut que les plus habiles viennent offrir à une société qui chan- 
celle et se décompose ! Ecoutuns ce que nous révèle aujcnird'hui la tribune po- 
lili'iue sur la corruption et sur la révolution qu'on ne traite plus de vaines chi- 
môres. Voici d'abord comment s'est exprimé un honorable député de la gauche, 
M. de Tocqueville : 

(( Messieurs, permettez-moi de vous le dire : Sans doute, le désordre n'est pas 
dans les fait>«; mais jamais il n'a été plus profondément dans les esprits. 

» Regardez ce qui se passe au sein de ces classes ouvrières qui, aujourd'hui, 
sont tranquilles, dii-oii ; oui, il est vrai qu'elles ne sont pas tourmentées par les 
passions politiques au même degré qu'elles l'ont été jadis ; mais ne voyez-vous 
pas se répandre peu à peu parmi elles des opinions, des idées qui ne vont 
pas seulement à renverser telie loi, tel mini>tère, tel gouvernement, mais la so- 
ciété pai le*i bases sur lesquelles elle repose aujourd'hui? 

D Ne voyez-vous pas pi'u à peu se répandre parmi ces cla<tses l'opinion que la 
division des bi^ns faite jusqu'à présent dans le monde est injuste ; que la pro- 
priété repose sur des bases qui n'en sont pas les bases vériiabies ; et ne voyez- 
vous pas que de telles opinions prennent racine et qu'elles amèneront tôt ou tard, 
je ne sai«« pas quand, tôt ou tard, la révolution la plun redoutable? Pour ma 
part, messieurs, en présence de ce spectacle, je crois que nous nous endor- 
mons sur un volcan. (Mouvemeni en sens divers ) Je crois sincèrement au péril 
que je viens de signaler. Permettez-moi maintenant de dire avec une sincérité 
complète quels sont les auteurs, Içs principaux auteurs de ces maux. 

» Je sais que de pareils maux ne résultent pas uniquement des faits du gouver- 
nement, je sais que de longues révolutions ont laissé dans les âmes une agitation 



Digitized by VjOOQ IC 



( 251 ) 

permanente, que les passions des partis ont pn contribaer aux phénomènes que 
y^ïi signalés; mais tenez pour certain que quand il se produit un grand mal dans 
la société, le pouvoir y est pour beaucoup. 

DQu*a fait le pouvoir pour produire ce mal? Je crois qu'on peut dire, sans 
blesser personne, que le gouvernement a voulu reprendre, dans ces dernières 
années, des pituvoirs plu$) grands que ceux que croyaient lui concéder ceux qui 
Font établi en i830, et même ceux qui r<int exercé à cette époque. 

» Je crois que la manière déiournée et subreptice avec laquelle ce changement 
s>st établi a proluit dans la société une ^rave perturhaion. Ainsi, on a appli- 
qué, à un usage qui n'avait pas été prévu, des principes et des lois qui n'avaient 
pas été faits pour cet usage. 

D Voilà ce qu'a fait le gouvernement, et en particulier le mini tère actuel. 
Croyez-vous que le spectacle de l'adresse, du savoir-faire, de quelque chose de 
pluspfui-éire, donne à la nation sur le vaste théâtre du gouvernement, ait été 
propre à améliorer les mœurs publiques? 

9 Je disais tout à l'heure, je le répète : ce mal, si on n'y apportait pas remède, 
uoos conduirait aux révolutinns les plus graves. Lorsque j*arrive, en effet, à re- 
chercher chez les différents peuples la cause efficace qui a renversé les classes 
qoi gouvernent, je vois, à côté de causes accidentelles, superûcielles, que la 
cause efficiente qui perd ceux qui ont le pouvoir, c'est qu'ils se sont rendus in- 
dignes de le porter. 

» Voyez rancienne dynastie : elle était plus forte que vous, et par son ancien- 
neté et p-.ir ses traditions; elle est tombée dans la pous<%ièr<'; est-ce par tel ou 
tel accident, par tel ou tel homme, par le déficit, par Lafayette ou Mirabeau? 
Non, messieurs, c'est parce que la classe qui gouvernait était devenue, par ses 
vices, par son égoîsme, indi^tie du gouvernement. 

a Eh bien ! je. vous demande si ces souvenirs, si ce passé ne doivent pas nous 
p/êoccuper, en face de la situation où nous nous trouvons. Gomment, messieurs, 
e^l-ceque vous ne sentez pas, par une certaine intuition, que le sol tremble en 
Europe? est-ce que vous ne sentez pas un fond de révolution en l'air? 

» Dans cet éiat, il faut pourvoir au mal, et ce mal, ce sont les mœurs publi- 
ques se dégradant ; cette dégradation, dans un temps plus ou moins court, plus 
OQ moins prochain, vous conduira, si vous n'y prenez garde, aux révolutions. 11 
f-iui vous hâter, car vous ne pouvez compter sur le lendemain; avant un an, 
i^vaot un mois, avant un jour peut-être, la tempête qui marche sur vous, qui est 
à i horizon, peut vous atteindre. 

s Le danger e^t grand, conjurez-le quand il en est temps encore : attaquez-le 
ta% son principe. On parle de réformer la législation ; je crois les réformes 
ailles: je veux la réforme électorale, la réforme parlementaire; mais ne nous y 
iroropims pas, ce n'est pas avec le mécanisme des lois qu'on refait les mœurs pu- 
Wiqups, c'est en ranimant l'esprit public. 

«Gardez donc vos lois, si vous te voulez; je le regretterai; je crois que vous 
aurez tort. Gardez les hommes, si vous y tenez ; mais changez l'esprit du gouver- 
nement, car cet esprit nous conduit à un abîme. » 

Après une peinture si sombre de notre situation si justement alarmante, vous 
vous attendiez à trouver une conclusion morale, un remède efficace et vrai ; 
HJais l'orateur, placé d'une manière assez équivoque comme homme de parti, n'a 
pas osé s'élever jusqu'à la vérité religieuse. G*est la foi qu'il faut réveiller chez 
«s peuples ; c'est par la foi chrétienne, soyez-en certains, que vous ferez péné- 
^'cr partout l'esprit qui purifle et renouvelle les sociétés. Au lieu de ces remè- 



Digitized by VjOOQ IC 



( 252 ) 

des saluuiires, nous ne voyons que des accosntions passionnées, que des récrimi- 
nations de parti. Voici comment un orateur de fa majorité a répondu aux alar- 
mes de M. le comie de Tocqueville : 

Si les mœurs sont corrompues, s*est écrié Toralenr, c*est vous qui en êtes 
coupables... (Interruptions bruy^^nte^ à gauche.) Esl-ce donc nous, sont-ce nos 
amis, sont-ce nos allies qui publient tous les jours ces écrits où la religion est 
traitée de vieux préjuge? où les lois de la famille sont méconnues, où la propriété 
est traitée d'abus?... 

le demande si c'est nous, si ce sont nos amis on nos alliés qui publient ces 
livres où Ton h.ibille Thistoire au gré de Pimagination... où Ton tresse des coa- 
ronnes de chêne pour les tètes le^^ plus ahhorrée> ; où Ton f»tt revivre an profit 
des passions populaires celte maxime tant blâmée dans d'autres temps, que ta fin 
justifie les moyens.,. Je demande si c est nous, si ce sont nos alliés ou nos amis 
qui publient ces écrits où la propriété est attaquée, où les systèmes philosophi- 
ques les plus étranges sont prônés, et où Ton sert aux pO|iulations ces vieilleries 
philosophiques à Taide desquelles on fait espérer une égalité absolue et le partage 
des biens. 

» Je persiste à penser que toutes ces attaques à la propriété, à la société, à la 
famille, et, à ce qui est aussi sacré au moins, aux souvenirs de l'histoire, que 
tout cela ne sort pas des rangs de nos amis, de nos alliés, ni des nôtres. 

D Je crois don»; que si le lien du devoir s'est un peu relàrhé, s'il se glisse dans 
la société de mauvaises passions, c'est plutôt aux aut«*urs de tous ce^ écrits quUt 
faut Tattribuers qu'a un pouvoir auquel on a trop pris Thabitude, en France, dans 
les temps où il était seul, d'imputer tout ce qui arrivait. Mais non-seulenient 
l'accusation qui poite sur la corruption des mœurs est mal adressée; il y a plus, 
elle est fausse. » 

Ainsi, vous le voyez, tous sont d'accord pour avouer que la situation morale ^t 
politique du pays est des jlus graves, et cependant nul, enrore une fois, ne 
lui vient en aide par le moyen infaillible, par le seul remède efficace de la reli- 
gion et de la fui. 



Les correspondances de Suisse s'accordent sur la manière dont se font 
les élections dans les cantons du Soiideibund. 

Dans le canton de Lucerne, les assemblées éleoloiales qui ont eu lieu 
dans les étjlises sont pirtout eutoiiiées de troupes. Officiers et soldats 
entrent dans les églises le cigare à la bouche. On empêche les conserva- 
teurs de voter ; on refuse de compter les voix. Uu jeune homme qui a 
TOulu faire quelque^ observations au bureau, sur celte singulière liberté 
électorale, a été frappé et jeté hors de la salle. 

A Suisée, le candidat des conservateurs Ta emporté au premier tour 
de scrutin; il y avait 904 votants. 

A Ebersoll, il y avait 906 voiants; M, Leu, candidat conservateur, a 
obtenu au premier tour de scrutin 623 voix. Atissitôt un désordre affreux 
a commencé, provoqué par les mauvais sujets du village, et il arriva au 
point que Topéiation dut être intet rompue. 



Digitized by VjOOQ IC 



( 253 ) 

NOUVELLES ET FAITS DIVERS. 

IlfTÊRIEVR. 

PARIS, 28 janvier. — Abd-e!-Kader, accompagné de quatre dfe ses parents, 
oit se rendre à Paris pour faire une visite au roi. La visite faite, rei-émir quit- 
trata capitale et sera interné dans une ville du midi. Abd-el-Kader n'a pas po- 
itivement renoncé au b^néQce de la capitulation, mais il consent à ce que son 
Dvoi en Orient soit indéfiniment ajourné. 

— Une ordonnance royale du 26 de ce mois, porte que Peiportation des 
ommes de terre reste prohibée jusqu'à» 31 juillet 1848. 

— M. de Bus;»ières, nommé amba«^sadeur de France à Naples, vient de rece* 
oir Tordre de se rendre imnié<liati'ment à son poste. 

— Le Moniteur vient de publier le tableau comparatif des principales marcban- 
lises ioiportées et exportées, et le mouvement de la navigation pendant les trois- 
lernières années. 

Les droits perçus à Pimportation se sont élevés, en iB47, à 154 millions. 
Comparé aoi résultais de 1346 et 1845, ce chiffre donne un déficit de 19 et de 
17 millions sur le chiffre des perceptions. Les diminutions portent : sur les droits 
des céréales, poar 6 militons, comparés au pniduii de 1846; sur le coton, pour 
plus de 4 millions; sur les laines, pour ^1 ,500,iHX) fr.; sur les sucres étrangers, 
pour 4 millions, etc. Les sucres de nos colonies ont payé i,400,000 fr. de plus 
qa>n 1B46; les houilles, les graines oléagineuses, la fonte brute, etc., présea- 
teDt aussi quelques augmentaiions. 

— Le départ ptmr Al^er de M. le prince et de Mme la princesse.de JoinvtUe 
estajoarné de quelques Jours, par suite de la rigueur de la saison. (Débals.) 

— La commission chargée de se livrer aux études préliminaires pour le per- 
cement de risthiiie de Suez vient de terminer son travail : elle conclut à Tadop- 
lioodu plan de Lioant-Bey, moyennant quelques légères modiûrations à lui faire 
subir. La commission a quitté TEgypte sur le bueau VÀlexandre, pour se rendre 
en France, el soumettre à la décision des ponts et chaussées le résnliat de tous 
ses travaux. On parle «te deux compagnies qui demanderaient à se charger du 
percement de Tiushme : la première aurait pour chef M. Seguin; la seconde 
M. Enfantin. Nous ne savons pas encore si elles ont fait des offres au gouver- 
nement; mais ce qui est certain, c'est que celui-ci n'est nullement disposé à 
entreprendre quelque travail important avant que soient achevé^, ou au moins 
biea avancés, tous ceux qui ^onl en voie d'exécut:on. (Moniteur.) 

— Cinq officiers anglais qui ont voulu s'écarter des lignes ont été mutilés^ 
pois tués par les Caffres du Cap de Bonne-£<%pér;<nce. 

—L'instruction dirigée contre les frères Lainarque, accusés de nombreux fait 
d'usure, se poursuit très-activement. Sur le rapport du procureur-général de 
Bordeaux, Emile Lamarque, juge de paix du 5* arrondissement de Bordeaux, 
et Nicolas Lamarque, suppléant du juge de paix de Montpont^ viennent d'être 
révoqués. 

— Le télégraphe électrique est complètement organisé de Paris ^ Lille. I^es 
télégraphes aériens ont disparu sur toute cette ligne. On va établir la ligne élec- 
trique d'Amiens à Valenciennes et de Valenciennes à la frontière. 

— Nous empruntons à un document fort remarquable de M. de Gisors, arcbi- 
lecie du palais du Luxembourg, les renseignements qui suivent sur les jardins et 
terrains renfermés dans le périmètre du palais de la chambre des pairs. Cette 
statistique a surtout de l'intérêt en présence des projets d'agrandissement et 
d'amélioration qui d<Mvent s'exécuter aux environs et dans Teoceinte des ter- 
nins do pakis du Luxembourg. 



Digitized by VjOOQ IC 



( 254 ) ' 

La plus grande longueur des jardins, du nord au sud, c'est-li-dire de la grille 
de 1.1 ruR de Vaugirard, derrière le ihcàtre de TOiléoii, à ceil«> de rexlrémité de 
fallée de rOb>ervauiiie, est de 919mèlres (un kilomètre euvîron). 

La plus grande largeur de Test à i'oiicst, c'esi-à-dire de la grille de la rue 
d'Enfer à cellr dePleurus, est de 570 mètres (un demi -kilomètre environ). 

La surrice génénde (\f& j «rdins et terrains, quinconres, parterres, pelouses, 
talus, jardins réserves, Ueuristes, serres, etc., est de i41,Û64 mètres. 

L^ description du chauffage du palais du Luxembourg renferme des détails 
curieux que nous con*iignon^ ici. 

Le volume total de Peau en circidaiion pour le chauffage est de 70 mètres, ou 
7,0l)0 litres. Il suffit de deux heures pour que cette masse dVau cousidémble 
ait opéré son pai cours général et se soit chauffée de nouveau. La longueur to- 
tale du parcours d'eau des diverses lignes, tant d'asiension que de (li>tribation 
et de retour, est de 7.000 mètres au minimum, ou 7 kilomètres (une lieue trois 
quarts); les tuyaux dans lesquels s'effectue ce parcours sont en fer et cachés sous 
W pan|Uf ts. 

Les divers degrés de température donnés dans la totalité du palais sont répar- 
tis ainsi qu'il suit : la salle des séances et les vestiaires, 18 degrés; Tescalier 
d'honneur, 15 degrés; les autres escaliers et les couloirs, iâ degrés, et tout le 
reste du palais, ainsi que les salons et les galeries du musée, 15 degrés. 

— Nou<« lisons dans la Revue de Ntimur : 

« Un fermier do comte de .... était venu se plaindre à lui de ce que. dans uoe 
de ses grandes cbas>es, il avait foulé aux pieds et considérablement endommagé 
une pièce de blé. a C'est bon, lui dit le comte, faites évaluer le dommage, j'ea 
paierai le montant. • Mais le fermier lui ayant pr^squ'aussitôt répondu qnll avait 
déjà tait faire le calcul, et qu'il se moaait à 500 fr., le comte remboursa im- 
médiatement, et n'y pen>ait plus depuis long-temps, lorsqu'un beau malin, au 
printemps, il vit revenir le feriBier. Le ble qu'on avait foulé aux pieds s'était re- 
levé à cette époque, au point de devenir le meilleur du champ, et rhonnéie fer- 
mier rapportait les 500 fr. 

« Ah! ût le comte étonné en apprenant la cause de la visite inattendue de ce 
brave campagnard, voilà un trait qui me plaît; il devrait toujours en être ainsi 
dans les rapports «l'homme à homme. » Puis, après avoir piis quelques rensei- 
gnements sur la famille du fermier, le comte saisit une plume, tire sur son rece- 
veur un bon de 1,000 fr., et, le remettant au fermier : a Gardez cette somme, 
» lui dit-il, et lorsque votre Gis aura atteint sa majorité, présentt^z-la-lui de ma 
» part, et racontez-lui surtout à quelle occasion il la doit. » 

— — - '- TîTir' — 

EXTÉRIEUR. 

SICILE. — Une lettre écrite le 16 à bord d'un bâtiment américain stalionDé 
près de Messine, et qu'on veut bien nous communiquer, annonce qu'à cette date 
les troupes royales avaient déjà ouvert nn feu d'artillerie contre cette ville. 

ITALIE. — L'ordre du jour général suivant a été adressé, le 19 janvier, par 
le feld-maréchal comte de Hadetzki, à l'armée autrichtcnnc de Lombardie : 

« S. M. l'empereur étant fermement résolu, sel<m son droit et son devoir, de 
protéger de la manière la t>lus efficace possible le royaume lombardo-vénitien, 
ainsi que toute autre partie de ses Ëtats. contre toute attaque hostile provenant, 
soit d'i dehors, soit du dedans, m'a cbargé, par l'intermédiaire du président du 
couscil auhque de guerre, de potier cette résolution à la counais&aDoe des 

Digitized by VjOOQ IC 

V 



( 235 ) 

troapes staiionnées en lulie. S. M. ajoute qu'elle espère qtfe cette inébranla! m 
résolution trouvera Tappui le plus efficace dans la bravoure et le fidèle dévouî- 
ment de Tarmée. 

» Soldats, ces paroles de votre empereur, vous les connaissiez déjà, mais y 
suis fier de les porter une seconde fois à votre connaissance. Les roacbinatior ^^ 
tramées par le fanatisme et par une hypocrite ardeur d'innovations se brifierom* 
contre voire fiiléllté et voire courage, aussi facilement que le verre se brise con 
ire la pierre. Quant à moi, je tiens d'une main encore ferme Tépée que j'ai porter 
avec honneur, pendant soixante-cinq ans, sur tant de champs de bataille. Je nu 
servirai de cette épée pour protéger la tranquillité d'un pays naguère encore»' 
heureux^ et qu'un parti insensé menace de plonger dans un abîme de malheur» 
incalcnlables. 

9 Soldats ! notre empereur compte sur vous. Votre vieux général a confiance 
en vous, cela suffit. Qu'on ne nous oblige pas de déployer le drapeau de Taigl' 
impériale, car la puissance de ses ailes n'est pas encore paralysée. 

1 Soldais, que notre devise soit : Protection et tranquillité aux citoyens paci- 
fiques et fidèles ! Destruction, au contraire, à ceux qui d'une niH in ennemie ei 
sacrilège osent porter atteinte à la paix et à la prospérité publiques ! 

» Cet ordre sera communiqué à chacun des corps de l'armée dans la langue 
particulière de leur pays. 

Signé : Le comte Radetzki. » 
SUISSE. — Les communications continuent de nous arriver d'Allemagne, sui 
les dispositions des gouvernements allemands à l'égard de la Suisse. Nous li80D^ 
dans le Correipondant de Nuremberg : 

« Les deux grandes puissances allemandes ont annoncé à la confédération ger- 
manique qu'elle devait se tenir prête à adopter des mesures énergiques contre* 
ia confédération suisse, eu égard à l'attitude que cette dernière prenait i régar<^ 
lies pays limitrophes de l'Allem^igne, en se prêtant aux mesures révolutionnaire < 
propagandistes et en menaçant ainsi la tranquillité et la paix des pays voisins . 
elles ajoutent que, dans les affaires extérieures, la Suisse agît de telle manière. 
que la neutralité qui lui a été accordée est violée formellement et matériellement 
La diète gerraiinique s'est, dit-on, ralliée à l'unanimité h cette vue manifesté' 
par les deux grandes puissances. » 

A tous les témoignages honorifiques oflerts par le canton du Te<:sin an géné- 
ral Dulour, le grand conseil de ce canton vient d'en ajouter une nouvelle. Le gé- 
nérai Dufour portera le titre de pacificateur. Le vorort a décidé d:ms une de se^ 
dernières séances que trois nouveaux bataillons seraient Iic*»nr'éî5: Tnrméed'oc- 
CQpation est réduite maintenant h 5,000 hommes, qui sont répartis entre le.*^ 
cantons de Lticerne, Scbwytz, Zog, Fribourg et Valais; Uri et Unterwald étant 
seuls déchargés. 

DANEMABK. — Une lettre que nous recevons de Copenhague, confirme li 
nonvelle que nous avons donnée de la mort de S. M. le roi de Danemark^ mais 
en fix;ini toutefois une date différente à ce triste événement. 

Ce n'est pas, en effet, le 19, mais le SO, vers les onze heures du soir, que 
^< M. a expiré, dans les bras de la reine et au milieu des marques d'une alBic- 
lion générale. 

Aussitôt après que le roi eut rendu le dernier soupir, le prince royal, héritier 
de hi couronne, sortit de Copenhague pour se rendre à une résidence voisine, 
d'où il adressa une proclamation à la nation danoise, pour lui annoncer lui- 
^>ne son avènement au trône. Les obsèques du royal défunt devaient se célé- 
brer au milieu d'une pompe inusitée. 



Digitized by VjOOQ IC 



( 256 ) 

■ ■ i u » n i " ■ ' 

CHAMBRE DES DÉPUTÉS. 
(Présidence de M. Saozet. — Séance du ±7 janvier.] 

L*ordre du jour appelle la suite de la discussion du projet d'adresse. La délh 
béralioa esi ouverie sur \e paragraphe 4, aio^i conçu ; 

a Nous espérom que oelte session s«*ra remplie par d'utiles et imporlanu tra^ 
iraux. Déjà des projets de lois sur rinstruclion publique, sur le régime des fih 
sons, sur nos inriLs de dou;ines sont sounii<i à nos délibérations. Vous dous aih 
aoncez d'autres projets sur diverses matières non 'moins dignes d'examen, uu 
les biens communaux, sur le régime des hypothèques, 8ur les monts-de-piélé,; 
sur l'application des caisses d'épargne au soulagement des ouvriers dans leor 
vieillesse. Nous nous associerons au vœu de Voire Majesté, en chercbaol cons^ 
lamment à adoucir le sort de ceux dont le travail est l'unique ressource. Nous 
devons à la fois les prémunir avec fermeié contre les déceptions de dangereuses 
vlopies, et leur procurer toutes les améliorations matérielles et morales qu'il est 
en notre pouvoir de réaliser. » 

H. LI8SBP8 adresse au ministère quelques Interpellations sur l'affaire des déle- 
nus de Clairvaux. Une mortalité effrayante règne dans cette maison ; elle doit 
^tre attribuée aux abus qui ont lieu dans les fournitures et aux tortures infligées 
pour certaines ITutes contre la discipline. . 

v. DUCBATBL, ministre de l'iniérieur. Une enquête a été faite ; l'affaire est pea- 
dame devant les tribunaux. Jusqu'à ce qu'ils aient prononcé, je ne pois rien pré- 
juger de la vérité des faits qui vous ont été cités. Pour notre part, en mainte- 
nant la sévérité du régime des prisons, nous sommes disposés à réprimer et à 
punir les abus qu'on en peut faire. 

■. os LÀsocH&iAQCBLBiif . Il est un fait incontestable, et le rapport fait par 
M. Béreitger à la chambre des pairs l'atteste, c'est que lajDor'tallté est en pro- 
gression dans toutes nos prisons. 

A Clairvaux, en 1S37, la mortalité était de i sur 63 ; en 4846 elle était de 1 sur 
ii ; en iSél ou assure qu'elle a été de i sur 7. Mais ce n'est pas à Clairvaux 
seulement, je le répète, que cette effrayante progression se manif»'Ste. 

La moyenne des décès dans toutes nos prisons s'établit siinsi : en 1838 de 1 
sar 23, 47; en 1839 de i sur 22 ; en i840 de i sur 18; en i841 de 1 sur ii, 7C, 
«t enfin en i846 de i sur il. Ce résultat n'est- il pas effrayant? 

A quoi faut-il l'attribuer? Aux ordonnances de i8!^9, à la mauvaise alimenta- 
lion, aux excès de travail, à la dureté des traitements employés à Pégard des 
détenus» Telle est du moins l'opinion de toutes les personnes qui ont étudié la. 
question. 

M. DUCHATBL prend la défense des ordonnances de i839, qui ont réalisé, pour 
es prisons placées sous le régime de la vie commune, les améliorations deman- 
dées par les hommes les plus compétents en matière d'humanité. 

H. D£ TOGQUBViLLB examtDO la situation morale du pays (Voira la Revue poli- 
ii^e). 

H. DBYiBNNB compte les adversaires du gouvernement; ils sont de trois es- 
paces : les premiers sont ceux qui ont été les amis du ministère, qui ont volé 
pour lui depuis sept ans, et qui sont aujourd'hui si sévères pour leurs anciens 
chefs. Les seconds s'appellent l'opposition modérée; à leurs yeux le gouverae- 
saent est assez bon, mais la majorité n'est pas assez boiine ; qu'elle abaodoDDe 
donc ses chefs, et on pourra s'entendre avec elle. Enfin, il y a l'opposition radi- 
cale qui parle beaucoup de moralité publique, qui accuse le gouvernement de 



Digitized by VjOOQIC 



( 257 ) 

corniptîon, tout en publiant des livres où U religion esl représentée comme une 
iostilution Yieillie, où les droits de la famille sont attaqués, où la propriété est 
traitée d'abao, où Tbisioire est babillée au gré de rimagiaation, où Ton Tail re- 
Ti?re au profit des passions la maxime que la fin jnsiifie les moyens. 

On nous parle de situation grave, dît en tf*rmiiianl l'orateur, de périls exté- 
rieurs; on noos dit que la révolution est k nos portes; on veut nous faire peur ! 
On vent noos faire peur et du dedans et dn dehors. t.e parti conservateur ne 
doit pas céder b ces intimidai ions. N'abandonnons pas les lois. La constitotion a 
«icore une longhe tâche à remp'ir, elle la remi>lira. 

M. BiLLAULT. Pitrce qu'on est venu afficher à cette tribnne, je ne sais quel p«- 
ritanisme |>olltiqne, on croit ponvoir négliger, excuser peal-éire, la corruption 
qui se manifeste de tous côtés; cVsl la pire des théori' s. Est-ce qu'on croit que 
la morate politique est si-éloignée de la morale privée? Non, nons avons vo des 
gens vendre publiquement, bniialement de& places qu'ils ne possédaient pas, et 
s'adresser pour cela »ox ministres. Vous avez justement flétri de pareils abus. 

Que se rév'èle-t-il donc depuis quelques années parmi nons '^ Est*ce que nous 
a'avons pas vu des ministres justiciables de la cour des pairs? Eitt-ce que nous 
n'avons pas tu de hants fonctionnaires vendre leurs noms p<mr servir d'apppi à 
je ne sais quelles compagnies, et leur donner ainsi nne valenr qu'elles n'avaient 
p»s, et favoriser ainsi ce courtage d'honnél^s gens ? N'avons-nous pas vu les af- 
faires de Rocbefort, de La Rochelle, les affiires Bénier ei tant d'autres qu'il se- 
rait trop long d^énnmérer? Quainl la démonlisatl»n politique se développe ainsi, 
cQe enu*afne nécessairement la démoralisai ion publique. 
• Je dis qu'il ne s'e^i jamais passé autant de feilts bntiteox que depuis deux ans. 
)e ^is qu'il Ibot cbercber la cause de ces faits déplor.4hles ; je ne la chercherai 
pas là où Ta cherchée l'orateur qui descend de cette tribune, je la cbercberaî 
éansta moralité do gouvernement. 

Croyez-voos que l'action du gouvernement, en France, soit puissante f^ur les 
mœurs? Croyez- vous que cette nation aime h se modeler sur ceux qui I» gouver- 
nent?. Cela n'^t pas douteux. Croyez-vous, d'un autne côié, que les leçons don- 
nées du haut de cette tribune n'iint pas eu d'influence sur la conduite générale 
dn pays? Croyez-vnus, par exemple, que les ntoyens employés par le gouverne- 
ment dans l'intérêt de sa conservation ministérielle n'ont p^s contribué à démo- 
raliser les m'<i>ses? Cela est incontestable, et je veux vous montrer pas à pas 
Taction du gouvernement sur les masses. ' 

L'onteur parcourt les divers acies politiques du gouvernement depnis sept 
ans : les traité$i sur le droit de vistte, les traités de commerce, l'expédition de la 
Kabylie, les mariages espagnols, les promesses de réforme , et en tire la consé- 
<pieDce que les moyens employés par le ministère dans l'intérêt 't« sa conserva- 
tion ont démoralisé le pay<. Il cite ensuite des fait< qui ont ét^ démentis , et qui 
^pendant se sont trouvés exarts; ainsi : la subvention d'un journal ; la mission 
de M. Alexandre Dumas; l'affaire des mines de Goubenans; la vénalité des cbar- 
Ses de la cour des comptes. 

■• iANviBR. Je croyais que M. Bilkiult, après le vote qni a succédé aux Intar- 
Nlations de M. Barrot, retirerait son amendement et nous épargnerait des dé- 
^l^ dont nous devrions être f»tignés. Il est venu de nouveau dresser un acte 
d'accnsation âi la tribune. Pourquoi faire? La majorité a dit son dernier mot. 

Après avoir pesé les grands services rendus au pays, après avoir comparé tes 
^^ctisateorK aux accusés, elle a continué sa conflanee au c;ibinet. Le caractère de 
M. le président du conseil est au-dessus de lonies vos atteintes. Le défendre, ce 
-serait l'abaisser. On accable le cabinet de reproches exagérés La corruption 

Digitized by VjOOQ IC 



C 558 ) 

administrative! Mais jamais il n'y en a moins eu que de nof^ jours. Nou^ avou! 
une armée de fonciionnaires... Combien cite-t on de traits de vénalité? Savez. 
TOUS pourquoi ils font tant d'impression aujourd'hui? C'est qu'il y a plus de sus 
ceptibilité dans nos mœurs et que la publicité e>l là qui veille. Les plus liaotej 
dignités ne prénerveni pas aujourd'hui du cbâtimpiit : vous l'avez vu. 

L'orateur réfute les reproches adres«>és par l'opposition au mitiistère. On dij 
que la chambre est un vaste marché. (A gauche: Oui! oui !) Ne faites pas, sVcric 
Torateur, ne faites pas injure au caractère national... La France est une terre de 
loyauté eld'hoimeur. Le mal n'est pas aussi grand que vous le prétendez. C'esl 
un thème d'opposiiîon, et jamais depuis quatorze ans je n'ai entendu un i > 'gage 
aussi violent à la chambre. On est descendu aui personnaliiéâ, on a d«'iiatur£ 
les intentions et les caractères. A quelles extrémités arriverons-nous? Si Un con- 
servateurs allaient saisir sur leurs tiancs tels ou tels membres de l'opposilloti, et 
Caire leur examen de conscience, quel scandale! Cette chambre deviendr il une 

arèno où retentiraient les démentis! Prenez ^arde nous excitons les p;:ssion^ 

aU'dehors... nous comproractions le gouvernement constitutionnel et nous pré- 
parons des mines sous lesquelles vous serez écra-és avec nous ! 

Messieurs, croyez-moi, ne parlons plus à la tribune le langage de la violence 
et de ta haine. Arréions-nous, pour notre honneur comme pour le vôtre, pour 
notre intérêt comme pour le vôtre. 

Séance du 28. 
M. FERDINAND DB LASTBTRIB déclare que fton parti est héritier du parti libéral 
de ^ restauration. Cette opposition, dit-il, quoi qu'on dise, restera toujours une 
bonne et grande opposition ; elle dé^'end^it alors de grandes idées, elle s'occu- 
pait du droit d'aînesse, de liberté religieuse, de liberté de la presse; maintenant 
nous sommes arrivés aux questions de personnes, à qui la faute? A vous qui ne 
voulez rien faire. 

L'orateur presse M. Guîzot de ne pas laisser sans réponse les attaques dirigées 
contre lui. 

H. DB MALBTiLLB. Ce qui m'a paru le plus grave dans le débat soulevé devant 
vous, ce n'est pas l'accusation, c'est la manière dont il y a été répondu. Vous 
avez entendu M. le {;arde-des-sceaux et M. de Peyramont. M. de Peyramont, qui 
nous faisait trembler naguère avec ses exagérations de sévérité , quand il s'agis- 
sait de la répression des délits. 

Cettiï jurispruiiencd, nous la comprenons : nous savons qu'elle ne sanctionne 
pas ces marchés qu'on a voulu légitimer; elle ne s'occupe que des promesses fai- 
tes ou des sommes engagées. Mais les éléments de cetie jurisprudence, vousn'd- 
vez pas osé les discuter; vous avez reculé devant cette nécessité; voire retraite 
n^a fait qu'accroftre le scandale. 

Le seandale continue. Vous avez plaidé les circonstances atténuantes, et liter 
M. Jiinvier a plaidé les anté''édenls. Malgré ses efforts, malgré les vôtres, il s'est 
trouvé qu'en 184! un ministre, le ponttfe suprême du parti conservateur, s'est 
trouvé mêlé dans d'indignes tripotages: et que c'était dans ses mains qu'était dé- 
posé ce leurre des démissions <|u'il s'agissait de payer. 

Vous niez! Est-ce que vous pouvez nier les lettres qu'on a fait passer sous 
vos yeux? Est-ce qu'il n'y a pas là une vérité accablante ? 

En présence de ces faits sur lesquels vous avez la même opinion que nous» 
vous voulez absoudre le ministère pour ne pas faire nafire une question de ca- 
binet. Mais je ne suis pas obligé de faire comme vous, et en présence de l'amen- 
dement de M. Billiult, vous aurei^, beau dire : Nous sommes satisfaits; le pay:» 
TOUS estime assez pour ne pas vous croire. 



Digitized by VjOOQ IC 



( 259 ) 

1. HtBEmT, garde des sceaux. Je n'ai pas besoin de dire à la chambre que je 
ai aucun goûl, aucune disposiiioii pers4)nnp|le pour les discussions de la nature 
I celte qui dure depuis plusieurs jours. Ces discussions ne sont point nouvelles 
lur moi. Déjà, en d'autres lemp^, j'en ai été témoin quelquefois, plus souvent 
te je ne raur.«is voulu ; j*ai vu accuser des hommes qui n'avaient d*autre tort' 
le de servir les iniéréis du pays, que d'exister comme ministres, que de durer. 
ue de se défendre et d*avoir raiscm. y^r ^^, ^— ■ 

J'ai plaint ceux qui faisaient nalire ces luttes, j*ai gémi pour mon p^ys, 0b!I^*.,Z? !f f^ 
tiercherai pas, soyez-en sûrs, à envenimer le débat. 

L'orateur t|ui descend de la tribune, non content de ressusciter des qud^top!^ 
ts-vieitles pour la plupart, et toutes vidées par des votes réfléchis et 
lent délibérés, m'a pris à lâche. Je ne m'en plains pas ; je vais lui répûn 
Il est très-vrai que depuis sii mois certaines feuilles ont cherché, je ue 
as savoir dans quel intérêt, à enregistrer toutes sortes d'attaques contre tnntel 
» administra tioiis. On a transformé le ministre de la justice en vrai juge d'ins- 
luclion. Je ne m'en suis pas plaint; j'ai fait avec des magistrats de nombreuses 
^quêtes, et j*ose croire que personne ne récusera en doute ma parole d'boo- 
léie homme et de magistrat. 

L'orateur passe eu revue les accusations dirigées contre lui, et s'étonne de les 
roir accueillies par des personnes graves. En terminant, M. le ministre dit quel- 
ques mois des affaires Bénier et Warnery, et soutient que Topposition a beau- 
coup gn>ssi ces accusations. Tout cela, dit-il, est de l'arriéré. Des réponses ca- 
tégoriques ont été faites sur |touies les autres difficultés et insinuations soûle* 
vées par ropposition. 

Quant au fait des places de la cour des comptes, il a été débattu; un vote a 
compté les avis de la chambre à ce sujet. Et pourtant, le voici de nouveau in- 
U'oduii dans la discussion. M. de Maleville, ajoute M. Hébert, me connaît assez 
pour ^voir que je ne suis pas fait pour donner à des documents judiciaires une 
portée autre que celle qu'ils ont réellement, que si j'ai atténué la vérité, c'est 
plutôt dans riiitérét des tribunaux, qui ont toujours sanctionné ces marchés; et 
que je désapprouvais ces opérations. 

L'orateur coniinue, et s'adresse à Popposition, à qui il conseille plus de mo- 
àénàiion et de calme. Ces attaques, ces violences, retomberont sur elle, ajoute 
V. le garde-des-sceaux, et elle s'entendra dire quelque jour : Subis la loi que ta 
as faite ! 

H. DB GiRARDiN. L'autre jour, on vous parlait du tartufe de religion et do tar- 
tufe de probité... (Ecoutez! écoutez!) Il y a une autre espèce de tartufe, le tar* 
lofe dejuslice! (Explosion de cris à Tordre ! Agitation extraordinaire. ) 

1. LB PRÉSIDENT. L'oratcur ne peut hC permettre un pareil outrage. (A Tor- 
dre! à Tordre!) Je lui enjoins de s'expliquer. 

x.dbgirXrdin. On veut que je m'explique. C'est me demander ce que j'en- 
tends pur ces mots de tartufe de justice. Eh bien! je vais le dire... (Ecoutez! 
écoutez!; Je quaiilie ainsi ceux qui traitent de calomnies les faits qu'ils savent 
bien èlre réels; je qualiÛie ainsi ceux qui, sous une fausse raideur, cachent une 
U^se impartialité. (Nouvelle et et extraordinaire explosion de cris.) 

M. LE PRÉSIDENT. L'orateur aggrave son offense par cette explication. Je le 
rappelle à Tordre. 

N. B. DB GiRARDiif . J'ai là cutre les mains le Moniteur du 25 juin. Ce Moni* 

'' (r, en rendant compte de la séance du 24, cite ces paroles de M. le garde-diis- 

"^ui : a Si In chambre passe à Tordre du jour, ce sera la condamnation du ca- 



Digitized by VjOOQ IC 



( 260 ) 

T» lomntateur. • Pourqnoi donc celte c«fireii8ion dans kibêvebe d'an gaide-te- 
sceaux plniôt que celle dont je me suis servi? Je iraeceple fM» le ra|)|iel à Tor- 
dre. (T>(ouvelte explosion de criti.) 

V. LB PRtsiDBNT. L<? dépuie rappelé ii Tordre n*a pa« le droit d'aiacepter oa de 
refuser ce rap^^et. Tai rappelé Toraleur à Tordre en vertu du règlement. Le rap- 
pel à Tordre stibsiste. 

. H. B DE girardin articule de nouvelles accusaiioDS contre le ministère et 
M. Hébert en pariiculipr. 

X. HfiBBRT. L'honorable M. de Girardm a prétendu que f avais connu TaiTaire 
du troisième théâtre lyrique, étant garde-des-soeaox. 

J'affirme que je ne Tai connu que comnfe procureor-général. Il n'est pas 
vrai que j^aie nommé le succesiieur de M. Norin, malgré les bureaux qoi loi 
étaient contraires. 

Lorsque le sieur MoHn se présema à moi ii y a environ dix ans, poorétre 
nommé notaire à Saint-Germain, je fus contraire à sa nomination. Mais le pro- 
cureur du roi de Versailles et la chambre des notaires étant d'un autre avis, leur 
avis prévalut. 

Plus tard, et toujours dans Texercice de mes fonctions de procureur-géoéral, 
et nullement comme garde-des-sceaux, j*ai été saisi d'une nouvelle demande du 
sieur Morin, qui proposait un succe>8eur. La position du sieur Morin n*éuii pas 
complètement régulière, et je rci^retlai de n'avoir aucun moyen de Taiieindre. 
Je m*opposai donc à la substitution qu'il demandait. Cette fois encore, je fus seul 
de mou avis. Mais j'affirme, sans pouvoir préciser ici les daies d'une manière ri- 
goureuse, que j'ai connu de cette affaire comme procureur-général, et millemeot 
comme garde -des -sceaux. J'affirme que ce n'est pas moi qui ai nomme le succes- 
seur du sieur Morin. 

M. DUPAURB vote pour un amendement pro|)Osé par M. Billault; il considère 
.cet amendement non comme personnel, mais comme politique. 

X. Di}CHATKL ne croit pas que le gouvernement mérite les reproches qui loi 
ont été adressés. 

L'amendement de M. Billault, mis aux voix, est rejeté à une grande majoriie- 

Le S 4 est adopté. 

X. LB rafisiDBMT lit le S 5. 

Aussitôt nu désordre et un tumulte inexprimables s'élèvent dans la chambre. 
Les centres veulent que la discussion continue, tan<iis que Topposition demaode 
le renvoi à demain. M. Me président ne peut parvenir à se faire entendre. 
L'un de MM. les secréiaires monte à la iribune, et conmience Tappel nominal 
pour que le scrutin décide si la discussion sera continuée aujourd'hui: mais per* 
sonne ne vote. Ëntin après une demi-heure de confusion, M. le président, fo^ 
la dignité de la chambre, lève la séance. 

BOUR8B BB PÂX18 Dl) 28 JANYUR 1848 



CfNQp. 0/0. HGfr. ()0c. 
Taoïsp. 0/0. 74fr. 2Uc. 
(iOATRB p. 0/0. 99 ir. 50 c. 
V^uatrei/âp. 0/0. 104rr.00 c. 
Oblig. de la Ville de Paris. 1315fr. 00c. 
Act. de la Banque. 5105 fr. 00 c. 



Quatre canaux. 0000 frOO c. 
Caisse hypoibeeaire. 000 fr. 00 c 
Emprunt romain. 94fr.3/4. 
Rentes de Nuples. 96 fr. 50c. 
Emprunufliaiti. 30»fr.0UC. 
Rente d'Espagne. 5 p. 0/0 00 fr. O/U» 



PARIS. — (XPEtKËRiB d'adrien LB clbbe bt C*, ruc Castette, 9^« 

Digitized by VjOOQ IC 



[ MARDI i« FÉVRIER 1848. (R. 4488.) 

■SWB «T NOVffBLIJ» BG0L*9IA8Tr91IM. 
MfHB. —Son Eminencele cardinal Ferrettî a quitté Rome dans la 
nait da 21 janvier pour se rendre à Raveone dont il a été nominë l^gatj 
après s'être démis de ses fonctions de secrëuire d'Etat. 

Cest le cardinal BoTondi qui le jwmplacedana cea iuiuêea «C dîficiles 
fsoctions. 

Le 20 janvier il a été lena, sn palais dis Qatrioal» un comuMorre pu- 
blic dans lequel le Pape, selon 4e eé r éiw n ial d'usage, a remis le chapeau 
as nouveau cstrdinai Charles Yinardelti. 

Dans oe aaéHie consialoîre, le Saint-Père a proposé les Eglîsea aui- 
TiDies: 

LEgUm arckiipùmptà» de Soèni-Dominfue, pour le R. Thomas de 
Fsrtcs« dé^gai apoatoUqtie dans ce dioeèae. 

VEffiÎM epdseopmie de àMage^ pour le R. Salvator de Reyes, prètredu 
diocèse de Ârenade. 

LE^M éfi n o pi Ê k dB Tmrragene^ pour le R. D. Yincent Ortitz^ prêtre 
deSarmgosse. 

LE^4ke épdecufmh de Pmee, poor le R. D. Michel Orosco, doyen de la 
catbéfirale de Guaca. 

LEgliée ipUco/nUe d^ ErétrUyin paH. m/*., pour D. Josept-Emmiamel 
Païquel, prêtre de Linaa, rectonr de 1 Univeraité de Saint-Marc. 

A la fin du conaistoàre. Sa Sainiesé a «ou vers la bouche à Son fimînencè 
l^caidinal Yiizaixidii, auquel fiUe a donné le ûlre presby^ai de Saint* 
l^aucrMe. 



vAnia. 

Tout n'est pas entièreii»enJt éclairci dans cette grave affaire des nëgo- 
ciaûoas entre le Saint-Këge et la Russie. 

liC nouveau journal officiel (la Gazette de Rêmt) publie une note 
qû explique jusqu'à un certain point le rescrit de l'empereur Nico- 
(m à son MHrien représentant pr^ du Saint-Siège, le comte Bkmdorv. 
^. M. /. a adhéré à quel^ues^wu des points sur lesquels insistaimt les 
réoUmmioiu et ies demandes du Saiei^Siége. Satisfit du succès de cette 
partie des négociations, l'empereur a pu en féliciter son ministre. Mais 
on conviendra qu'il y a loin de cet accord sur un des points des négocia- 
tions, à la conclusion définitive d'un concordat tel qne les jûamaux de 
Kttssie nous l'avaient annoncé. Les paroles du Saint-Père, prononcées 
^ansTaHocutiondu 17 décembre, demeurent tonjours comme l'eipres- 
^iou authentique du véritable état des choses, eu ce qui concerne les af* 
iaires religieuses de la Russie. 

Voici la note de la Gazette de Home, journal officiel qui remplace le 
Di ifjie : 

• L*artide paUîé dans ie derniar naméra da IMwrio di Roma, ooMernanfla 
<*(>nvemton de h Russie avec le Saint-Siège, se fspporult à r-étaideeftosesetis- 

V Ami de la Religion. Tome CXXXFI 14 



Digitized by VjOOQ IC 



( 262 ) 

uni au 17 décembre, joor où le Saint-Père prononça son allocaikm dans le cou* 
sisioire. Mais aujourd'hui quelques documenis, reçus postérieurement, ne per* 
niellent pins de douter de rattlhentieiié des letvea par les^oeltea S. M. Tempe- 
rciir de louies les Russies a conféré au «omte Bloudow la décoration de Saioi- 
André. Quant à la signification de cet acte souverain, il ne nous est poÊ permis 
de lever le vaiie qui couvre une négoeialion qui iCesl pat enlièrement terminée; 
nous pouvons seulement dire qu*tl est à noire entière connaissance que S. M. I. 
a adhéré à quelques-uns des points sur lesquels insistaient les réclamations et 
les demandes du Saint-Siège pour la conservation de la foi catholique el île sa 
légitime autorité pastorale sur rfiglîse de Russie et de Pologne. • 

Oa sait que les Trappistes de l'abbaye du Gard, diocèse d'Amiens, 
doai la inaisoo se trouvait presque sur le tracé du chemin de fer, ont été 
obligés de la quitter et se sont établis dans Fantique et célèbre abbaye 
de Sept-FonU, diocèse de Moulins. Un voyageur qui les a récemment 
V. sites et qui a passé un jour chez eux, a été tiès-satisAtit de leur nouvel 
établissement. Une vaste cour précède la maison, qui est bien cons- 
truite. Le portail de l'église, seule partie qui subsiste, Téglise elle-inéme 
ayant été détruite par les premiers acquéreurs, est placé au milieu des 
biiiiments et produit un bel effet. Le jardin très-vaste, car il a quatorze 
ai-peots, est entouré de murs remarquables par leur épaisseur. Soixante- 
dix religieux vivent dans cette maison sous la conduite toute pater- 
oelle du R. P. Stanislas leur abbé, et il règne parmi eux une grande 
(ordialité. Les terres qui entouraient l'abbaye étaient peu productives; 
Texcelleote culture des religieux les a déjà rendues plus fertiles. Ce mo- 
nastère est, sous tous les rapports , digne de fixer l'attention des hom- 
mes qui s'intéressent à tout pi ogres moral et matériel dans le pays; il 
offre à l'œil chrétien un aspect des plus consolants. 

En rendant compte de l'intéressante cérémonie qui a eu lieu, le 8 
janvier, à Marseille, pour l'inauguration du chemin de fer entre cette 
ville et Avignon, nous n'avons pu que fiiire mention du discourB pro- 
noncé dans cette solennelle circonstance par M. l'évêque de Marseille. 
Nous sommes heureux de pouvoir aujourd'hui rétablir dans aon entier 
le texte de ces belles paroles, que les journaux qui en ont cité des frag- 
uieiits ont tronquées de manière à faire perdre sa véritable signification 
à la pensée de l'éloquent pontife : 
« Messieurs, 

» Il y a quelques mois seulement, nous invoquions la bénédiction do ciel sur 
un grand ouvrage, Tbonueur des administrateurs de Marseille et une des sources 
les plus fécondes de sa prospérité future. Un coup-d'œil sur Tavenir réservé à 
rtoire ville excitait notre reconnaissance envers le Très-Haut, et nous envisa- 
gions déjà dans nos religieuses pensées, cette œuvre merveilleuse créée pour 
nous amener chaque jour, comme d*un autre côté la mer elle-même, des flots de 
voyageurs non moins utiles que les eaux du fleuve à raccroissemeiit de la vie et 
de la richesse sur notre rivage. Nous rendions gloire de cet avenir li eeloi qoi 
est fauteur et le dispensateur suprême de tous les biens, soit quH éclaire le gé- 
nie d*un honune ou le génie d'on siècle, soit qu'il multîplte encore, conune poor 



Digitized by VjOOQ IC 



( 263 ) 

Marseille, cTimiaiDbrftblas ^Taniagee eo fovenr d'une position privilégiée. 
ji II était danc juste qoe^ ûdèles au même sentiment q«e les représentants de lu 
cité, les b^BOratlee membres eu comeil d'administration du eberoin de fer toq- 
lossoDt, MX «Bsait emprunter I» ¥oix de la religion po«r gt«iriier Diev de Ten^ 
trepriee k lafoele ils président ai ee on lèle si looabie, et la mettre solennelle- 
ment sons sa protection tonte-puissante. 

> Aussi, McMîears, cette voix de la religion, avant de s'élever vers le ciel 
comme Texpression de la prière, ne peut se refuser à proclamer cette fois en- 
core la bonté de la divine Providence qui nnns a fait une si ricbe part dans la 
dispensation de ses bienfaits. Vous admirez justement Touvrage des hommes dans 
les travaux que nous venons inaugurer sous des auspices sacrés. A rendroit 
même où noos sommes, vous contemplez avec bonbeor comme une seconde ville 
bientôt ajoutée k la vHIe ancienne, ou plutôt vous y reconnaissez comme le vaste 
port de la voie de terre det^tîné à s'unir par un même service au double port de 
la voie de mer. Vous êtes frapi^és de voir que ce que sont pour Tun les plaines 
immenses de rOcéan, le continent tout entier le sera pour Tautre ; que si Tun 
vous met en relation avec tous les rivages de Tonivers, l'autre vous fera toncber 
en quelque sorte à tons les points de l'Europe en même temps, tant seront promp- 
tes et rapides les communications «lont il sera le canal. Mais de tels résultats, si 
(mi au-dessus de ceux des mômes travaux entrepris en tant d'antres lieux, cont- 
aient ne reconnattrions-nous pas que c*e8t à une faveur spéciale de la Providence 
9De nous les devons t Ils ne seraient aussi grands que grâces à la puissance créa* 
niée poussant jusqu'à nOs pieds ces flots qui reviennent sans cesse solliciter^ le 
génie de notre commerce. Le doigt de l'homme n'aurait jamais tracé avec de si 
désespérances cette ligne de fer qui va nous unir à Tintérieur du pays, si une 
tann divine, après avoir creusé au «ein des terres te bassin autour duquel elle a 
lirit asseoir Marseille, ne loi eût donné en ce lieu la place même de la- reine de la 
MééitefTanée. Ge sont U, il est vrai, d'anciens btenfolts anxquels nos yeux sont ac- 
cootomés ; mais de nos jours des ciroenstances providentielles améliorent encore 
œue situation si favorable. Cette mer qui s'abaisse devant nos murs pour recc- 
▼air DOS vaisseaux, Dieu loi rend l'importance qu'elle eut dans un autre âge. Elle 
ieod à devenir le centre de tous les mouvements du monde. Sur la rive opposée, 
en face de notis, l'Afrique renaissant par la puissance de nos armes semble pro- 
mise à de hautes destinées que peut seul lui assurer son retour à la foi chré* 
tienne; d'autre part, l'Orient succombant sous l'ascendant européen, s'ouvre à 
nous jusqu'aux extrémités de l'Inde, et notre ville, en présence de ces événe- 
ments, est appelée â étendre l'empire de son commerce et â renouveler, à sur- 
passer même dans les temps modernes, sur cette mer, ce que furent dans l'antl*- 
qoité Tyr et Cartilage. 

» Enfin, Ibssieurs, si le chemin de fer doit hâter l'aocompliesament des légi* 
iives espérances de Marseille, rendons-en grâces. à la sollicitude du pouvoir à 
lui OD le doit, an zèle des magistrats et des membres du conseil d'admiuistraiioi^ 
qui en ont secondé le projet; lonons-en Thabile ingénieur qui eo a formé le plan, 
mais ne faisons pas uniquement honneur de celte invention aux conceptions hu- 
maines. Les découvertes dont nous sommes aujourd'hui les témoins émervei'lés, 
<:*est Dieu qui les a suggérées â l'esprit d'observation et de calcul, qui Ta aidé à 
^ faire une heureuse application, qui, après les avoir tenues cachées aux siècTos 
P'^^^nls, les a offertes au nôtre avec une aptitude particulière pour les Com- 
prendre et une disposition toute nouvelle pour les adopter; elles sont, en un mot*. 
l'ou«iage de la P^videaoedont il eat, ee semble, permis de. pseaaentir déjà les 
P^dOMeins^ . 



Digitized by VjOOQ IC 



(264) 

»Ne croyons jpas, M^ssie^fs, qu'éHe vealile tébltHMil i 
aiUHiUge»àresMieiK!eafttérMllt éts |»t<ifl6iL Nvi : elto f et lès liHiwcfcM» \m 
màkt pei*-élm-«Atir eu éumh * mé itk fmAéné.tâw M les ii«t'4 
nL Ba —Mp^issi, tnimsifiMiMUVs lebiMM et Vss ih rasUs^ss i 
SQcékèvs le «laiscaes* vei»rini«ény8lérîewe ée Ums les esiMls4e la 
humaine sou» un même Dieu, une mèmsfsK sn «éme hsplésis. loys» plnlit 
|is«r ne parler iioe d*wft seul genre de coscosi» à eel enfistssiesÉ ds retenir, 
vsyei cet légions de sUanonnsIreR ^li, ssr Isa vaiMeam d e r t i né i à perler 1rs ri* 
ohss^es de la- lerre^ s'en lom perler psricmt les rîehe«aes dit ciel. Ainait lorsqoe 
piis la r»pidUé inesie deai taMisnaîcations, Isa diatances étoci* isaacirfes.la 
Ffsnee defyiasdfa.€saNaa uns aeule ville* slorspeoiréire In srftoe, tosHae nm cf> 
§t% éls€lcii|iiev n?e» psseoarrs sa'avec pkn de TÎiefiae teules Isa partîea à chnfae 
élincelle d'en kani» ei riMumne apoB t sN qnc aura de partant le p|pd anr le rivage 
à\ik il s'éianceis prompleaMM vera lesrégîsnsélDlgnéea eè le ponaae rEsprii de 
Bleu. 

» AIsra auaai Icspaaienrs dea penpiea, pi» nembreirt enœre que parle penaé, 
ai«i¥eroa4 paraaLnflsa dfe Kintaa les parties do monda pêÊ» aller d'ici fortifier les 
lisna deleuffsEfeliae^aTes FEgliae aière ei maiftrraas, faire lanjoiHrai»iees sbonlir 
nu ceMre ises les ra|sna de In caUMlIcilé^ et pour eenwertir lea nmes s^inapiRr 
UMij«»uia dsvsAta^ de Tetpril apnatoKqnedeiFanile isnubsan égsiainla i 
elftsx pieila dn 8«Meeaaeur de Pierre à qni iè a élé donné de etafirm e r c e s I 
dsiia la Cm. Puiteenuila y taouf eff Isng-ianifa ce glerîenx Ponlife dsna le c 
flénéreaB. parle nvee lant de pnif^fisoce an eœur des pspobliesa^ adHae» ks 
leiniaînas» et ^i porta asns téclOr le fîréano é'one Imanenae tnllirtldde^ nn. a»- 
lies des pto dilieilea ctreonaianoesl Poitaent nnati, fwdfne pnn ^^ils i 
tons oani. (|oi pareourrent oetie wiie, n'éire pnîRi h ht merci d(rls foras t 
qui lesentBstnsra». slétro proCégét par l'ange du Seignenr qni, le i n e Ifcdif 
pMMfideaee dont il eai ki m eaaa g pr, lea aecompngna losjenrset les Nnaène, ap 
leaaa vayagaa, an asisde lanrsCamtHeskenccnaasde hnarisionrU 



Une cévémome aussi édKftanSe qee aolennelle, éfk X^AbmiU (de Psîlîeri), 
rient d*ajonler un sonreinr de plus nux sonremrs diÇà si glorieux qee 
conscrrc la paroisse de Ligngé. — Oti sait que ce lien a été sanctifia par 
le sëjour de l'illustre saint Martin. Ce fut Ta que, conduit par saint Kf- 
laire, alors évéquede Poitiers, saint Marti» fot)da le premier monastère 
d£s Gaules» etae prépara par la retraite^ la Daéditatiou et la pratique des 
plus hmnblea vertus^ à so» subUn»e apostolat. 

A quinze siècles de distance, deux vénérables ponliCrs> Tvity cciiMei* 
ziètiie sHcepassur de saint MnrtÎDr Tantre, ceet-HMxièane keriderdlit si^e 
de saint Hifaiire, sont venus cnsentbfe, hiadi dernier, «pporter à cas 
centrées, tant de fois visitées par leurs prédécesseurs, àe noureanx 
exemples et de nonveltes bénécictions. 

Dès le matin, M. rarchevéque de Tours, par une attentron déncate, 
s'était fait précéder d'une députatioii. portant au zélé curé de h paroisse 
les insignes de cliaooine houoraite de sa caibédrab>« Sa Giandeur lou- 
laii aiasi« diaaitreUe dnos an leiire, unir par des lienai pkis étooiAhr Icpu* 
teiar de LigMg^ au clergé de asn ^as aadsrnpnlinieiew 

Jalouse de HipiiSrer ficelle s«fk préeseeseeiees gardé heti ndiûn— léi" 
guées par ses pères, la populatioo de la paroisse a reçu AI . ^ * 



Digitized by VjOOQ IC 



( 265 ) 

de Toars et M: Féyéqae is Btîtievs avec âNinanimes démonstrations de 
nqpsofect ée kodbawr. Si elle voitlait leur rendre les boDueurt dâs à 
IcBT ai^pisâsrcMacière, elle Tovlait aoisi inre tui acte seletiBel de fot en 
hrpie>«aliaiiidei deaaauaeidat I»» repmeatanto Tesaiest la ▼ieic^. 
Tove-ke tra^aur arasent ëié aMpPwkoe ; nn graad nombre ^bebtlaa^ 
amemfc ]^n» les «nnea, es par les décharné de nM«sq«eime, ont sakië, 
è d i refse a eepHaPs, Isi peéeeticedeeéeua prélatfL Ce jvan^lè, la midîtë* de 
r^Kse avnet disparu aous. de mbee tencwree, sons des* piirhiBdes de 
fenillagee, et saiat Mattifl, présent dans ces précieuses reH q we s , expo- 
sées sur un autel, semblait attendre dans ht sasetaaire, la vernie des 
de«x paatifee. 

Bieîstôt s^eat ébranlée- la foulis-ipiî vempllissavt l'église : pontifies-^ pve- 
^es, IdvieeSy fidèles^ tons se sont dirigée^ en cbastant les KÉaiciîeede saint 
MarliD dcMit lea seliqises étaieat portée» en pcNvipe, veva l'iiuaslile cel- 
Medasia laquefle le pnsssaat thaMmrtNtrgc a opéré- le pVùs, gra wl ^ '■s 
miraelea, la lénirrectto» d^on catétltfiniDène. hk, daffet cette retraite «à 
le fervent cénobite avait reçu tant de fois bi ▼i»te de TMiistre évAqve, 
les sémisariaaes ooe cbanté en l'boQoettr de saint Hikire nne antiensse 
dont la madviaiion appartient au treniènie siècle. 

EAmtaB. ~0» MM éarit de Ilinnicbi : 

a H* e« ti èa - wai qm \m nîaîsire de Tintérieac vient dTsdrésMr k tooiea les an*' 
leriléaiiid ree§artflBl de la police dasefeauM, an reaerîi e» vesia diupiel il leer 
tilan}(Àià de n'accorder Bîaaxj;ésoile8£iigilîfe de la Saîsee, « as d aneans pcr- 

• amas de Uur tmiê^ » un peraûs de 8éji>iir qui s^éiende à plua de quelques jours 
[le seul cas de maladie excepté). Cette défense li'étend à toutes les maisons reli- 
gieuses de Bavière. Ce rescrit, que publie in extemo le Catholique de Mayenee, 
te termine par Plnjonctlon de faire comialire au ministère, si des Jésuites, ap- 
partenant à cette catégorie, ont paru dans le royaume ; en quel nombre ils s*y 
«ni iatrodnila« et quel jour \h en sont sortfs. 

* Ces mesures ont excité Tindignation de tous tes catholiques sincèrement at- 
<aebés h 1* Egise et ^ sea iastiiailofis. On se souvient encore fovt Mea de la ma- 
nière dent lea.Palenais fbgUîfs de le«r patrie ont été reçus il y a lyaiaie ans, 
daafrie PaMn«t;de la géeiéMBse boapilaiilé doai ils ont été Tobje t ; des fièftes qui 
bar oui étédoonées,, et des secours ahoodants que leur ont fournia les caisses 
publiques du royaume. Et mainleoani, un toit hospitalier est impitoyablement 
rerosé à des prêtres catholiques expulsés de leurs maisons, dépouillés de tout 
^ qu^ils possédaient î Nous faisons des vœux, dit. à ce sujet le Catholique de 
Mayenee^ pour que cette nouvelle persécution ne porte pas des fruits semblables 
1 ceux qu'a produits Texpulsion de ces reirgteux dans les années 1775, 8D 
€195. Les effbpts de leurs ennemis ne manqnenc peedese reproduire avec b^ 
BiéiBe nalif nké» Béjè il cirsale en iavière d'iniftnies pnmphlets atlentetoirea à 
^diguitédeaplna augastae persannages de TEtat, contre lesqaela l'en cbsrcke 

* ameuter les passions populaires. » 

Dans ce dernier fait, oone ne saurions reconnaître que la marche or- 
dinaire et naturelle des cbosesi Pourques oeux qiti bafouent impuné- 
ment le sacerdoce catholique eennenthils plus respectueux envers les 
^HKMttwdek poissanee temporelle? 



Digitized by VjOOQ IC 



(. 266 ) 

REVUB POLITlOra- 

La quesiion italienne esc aasurémeni de toutes les questions de politfqiieélraD- 
gère celle qui devrait le moios embarrasser la France, là notre rMe esl claire- 
ment indiqué : les droits à soutenir sont manifestes, les Intérêts à défendre sost 
évidents. Nous n'avons ici ni les perplexités, ni les dangers de rinitiative; ao 
lieu de donner une impulsion, dont les chances sont UMijoon périlleases, notre 
politique n'a qa*â suivre en Italie le mouvement national : la ronte a été trtcéf 
par le sillon de lumière descendu des hauteurs du Quirinal. A la suite de Pie H 
et des souverains qui marchent avec lui à la réforme pacifique de leurs Etais, la 
politique française n*a pas à craindre de s'égarer. 

M. de Lamartine, qui est poète avant tout, dédaigne naturellenient de par- 
courir les sentiers battus. A ce nom d'iulie, rimagination déploie ses ailes, 
et le poète emporte le publidste dans son vol bien loin des ventilés de la poli- 
tique. Sa poitrine est pleine d'aspirations généreuses, mais chei lui le ooor 
trouble la tête. Dans son dernier discours sur les affaires d*ltalie» rbonoral)lr 
député de Màcon nous a montré une fois de plus, que la tribune n^est pour loi 
qu'un clavier plus sonore et plus élevé dont, sublime* artiste, il ne lire le pios 
aouveqt que d'harmonieuses fantaisies. Cette fois même l'œuvre do poète n*a pas 
eu l'éclat qui dissimule le vide de ses plus brillantes improvisations. L'absence 
de l'inspiration se trahissait par les pénibles efforts de l'artiste. 

Le discours de M. Guizot, œuvre capitale sur laquelle nous appelons toute 
Fattention de nos lecteurs, a tracé, avec une rare fermeté^ la ligne que le gou- 
vernement assure avoir suivie et se propose de poursuivre dans la question ita- 
lienne. Nous recueillons ces solennelles paroles moins comme une justiflcaHoo 
du passé que comme un engagement pour l'avenir. Noos les livrons, sans ancon 
éloge, à l'appréciation de nos lecteurs. Si tes actes du cabinet dont M. le prési- 
dent du conseil est le chef, étaient toujours à la hauteur de son noble langage, 
nous laisserions volontiers éclater une admiration qui n'aurait plus alors unique- 
ment pour objet le plus magnifique talent oratoire qui ait depuis long-temps 
illustré nos assemblées politiques. 

Cette politique à l'égard de l'Italie, exposée à b tribune par M.pe minisire <lt*> 
affaires étrangères, e.st si bien commandée par la nature du mouvement qui 8*>^' 
complit, par l'honneur comme par l'intérêt de la France, que M. Thters a bien 
pu reprocher à M. Guizot de ne pas la mettre en pratique, mais n'a pas sa loi- 
même en proposer une autre. Défendre l'uidépendauce des princes italiens con- 
tre toute violence du dehors ou do dedans, protéger et favoriser toutes les ré- 
formes que les souverains, de concert avec les peuples, jugeront utile d'accoo>' 
plir dans la paix, dans l'ordre, dans le développeaient régulier de la liberté, voihi 
la seule politique que puisse avouer et pratiquer tout homme d'Etat qui voud'^ 
se maintenir ou remonter au pouvoir. Les révolutionnaires > poètes ou les revt)- 
lutionnaires-dupes peuvent seuls proposer à la France et à l'Italie la politiq"*^ 
aventureuse des humanitaires et des casse-cous. 

MOUVBLbBS BT FAITS 0IVIUIS. 

INTftMMm. 

PABIS, 51 janvier. — Le roi a pus le deuil pour Èi jours à l'oecasioB et 1» 
mort du roi de Danemark* 



Digitized by VjOOQ IC 



( 267 ) 

^ Ôo lit (hm vn journal anglais : 

8 L'ambassadeur d'Antriche ayant refasé de représenter dorénavant les inlé* 
léréts de la Ttiscane en Angleterre, on dit que ie grand-duc a le projet d'en- 
Toyer on ambassadeur à notre eour. » 

— On assure que ie goaTHrneoieiit vient de recevoir une note de Snède, dans 
laquelle cette puissance, en sa qualité de signataire des traités de Vienne, se 
pbiiit vivement de n'avoir pas été appelée à prendre part aux conférences ou- 
rertes entre la France et les trois grandes puissances du Nord, relativement anx 
affaires de la Suisse, 

—Par ordonnance royafe du 27 janvier, M. Gaiier, c:»pitaine de vaisf^ean, est 
ooniroé gouverneur de THe Bourbon, en remplacement de M. le capitaine de 
Tais'-eau Graëb. 

— Le gouvernement a reçu de Perpignan une dépêche télégraphique datée du 
â8 jjnvier. portant ce qui soit : 

t Un bâtiment de commerce, arrivé ce matin à Port- Vendre, apporte la nou- 
velle que le Cuvier a brûlé et coulé bas, le 25, à Porto-di-Campos, près Palma. 

» L*éqnipage est sauvé, a 

Le minislère de la marine n'a reçu aucune autre nouvelle sur ce triste événe- 
ment. 

— L'académie des sciences morales et politiques a procédé, dans sa séance 
da 22 janvier, à la nomination de plusieurs correspondants. Dans la section de 
législation, M. Walter a été élu en remplacement de M. Pinheiro-Ferreira ; dans 
)a section de philos^ophie, l'abbé Rosnini, en remplacement de M. de Galuppi ; 
dans la section d'histoire, M. Georges Bancrort, en remplacement de M. Geyer. 

— Un événement déplorable, qui rappelle, sur une moindre échelle, le desas* 
Ire du Bon-Taleb, vient d'avoir lieu entre Tablât et Sak Hamondi, sur la route 
<^*Alger à Aumale. Un convoi du train, parti d^Aumale, le 8 janvier, a été assailli, 
le II de ce mois, par une violente tempête de neige sur les hauteurs qui précè- 
dent Sak Hamoudi. 

Aux tournants de cette périlleuse route en corniche, les mulets, même ehar- 
i;é<, ont été précipités dans de profonds ravins. Le froid était devenu si intense 
qu'en inotns d'on quart d'heure 14 hommes sur 44 ont succombé à cette tempé- 
niure rigoureose. Ceux qui avaient pu échapper à cet horrible désastre, se sont 
réfugiés dans la dachera de Tifiras. 

En même temps que le convoi parti d'Aumale éprouvait ce désastre, un autre 
convoi venu d* Alger perdait di*ux hommes entre Onled-el-Had-el-Tablat. 

Noos apprenons que Si- Mahi-ed-Dîn, aussitôt qu'il a été informé de ce désas- 
^, a pris des mesures pour que des secours fussent portés li ces malheureux. 
^ 17 j;invier, une douzaine d'hommes gelés dans la nuit du if au 12, arrivaient 
i Alger. 

— Nous lisons dans la SenlinelU de Toulon du 25 : 

• Depuis son arrivée an fort Lamalgue, M. le colonel Daumas a de fréquentes 
Cl longues conférences avec Abd-^l-Kader. On ne sait pas encore quel est le ré- 
MiUt de ces entretiens ; on croit cependant qne l'eXHémir n'est pas éloigné de 
% rendre aux conseils de la France. 

* Noos apprenons que la nouvelle de sa soumission a produit une heureuse 
impression sur l'esprit des Arabes détenus à t'tle Sainte-Marguerite, où Ton ne 
<^<Mi)pie pas moins de 60 à 80 chefs ou personnages importante. Tom ont vu 
'lansla reddHion de leur ancien émir la fin de leurs misères, et ils ont demandé 
<ine le colonel Damnsis leur fasse une visite, fis se proposent de loi remettre lew 
i»OQniisslon et de demander à entrer au service de la France. On dit qvc le eolo* 

Digitized by VjOOQ IC 



nel Daumas a jugé opportun de ne pas se hcbAm <ëe «aile à wtÉL inMl, pour ne 
pas iiiÉarnaaapra «ea emrféreMSM avec rémir. 

» Le .22 de oe moia, œa pris — i oro onl eéléM par «ne iâte rjrrhrée ea 
France d'Abd-el-Kader. On nous écrit quHIs lont tué oe jaaMà «inq meotoM, 
^ii'tis MK eaneafMaé uoe grande quinité de emanauia— , ^ifnlila se «oal livra 
à uoeiiMeîiuiccmilMaée, peor lélor oei évèMneau • 

SXTtKIBim. 

DEUX-SIGnXS. — Le Jowtud officiel dit Deux-Sidles nous apprend qœ 
le conseil d'Elat réuni à NapLes, dans la soirée du 18, s'esl prononcé en laveur 
d'un système de concessions, el que le roi, après d'assez longues hésiuUong, 
s'est rangé à cet avis. 

Voici quelles sont en substance les réformes accordées : 

1" Développement des inatiiutious communales et provinciales telles qu'elles 
existent en ce moment plutôt eu germe qu'en réalité; extension des attribuiioos 
des conseils communaux et provinciaux, surtout en ce qui touche le conu-ôle &- 
nancier ; 

S"» Liberté de la presse sous les mêmes réserves qu'à Rome ; 

3" Séparation complète entre la Sicile el le royaume de Maples propremeoi 
dit, euus le rapport administratif et judiciaire. 

Les Siciliens seront seuls employés en Sicile, les Napolitains dans le rogfaume 
deNaples; 

4° Les deux consultes (coMui^e) qui existent d^ à Palerme etàNaples depuis 
1824, sont investies d'attributions nouvelles qui les mettent aussi à peu près sur 
le même pied que la eensuUa de Ruiae; c'est-à-dire que ces assemblées doooe- 
roui désormais leur avis préalable sur tous les projets de loi ou de réglemesis 
géuéfdux; sur les affaires ûuancières, telles que budgets, dette publique, em- 
prunts, etc., etc.; sur les traités de commerce et de uavigatiou, et sur lesUriù; 
enfin, sur les pétitions des oonseils provinciaux. 

La série de« décrets royaux accordant ces réformes est close par la oomioatloa 
du comte d'Aqtitta, prince du f^ang, au poste de lieuteoant^éuérai de la Sicile. 

Le prince sera assisté d'un ministère spécial pour la Sicil^ et ain^i composé : 
premier ministre, le prince de Gumpo-Franco ; ministre de Tintérieur, des affai- 
ises étrangèies, de l'agriculture, du commerce et des travaux publics, le duc de 
Montalbo; directeur des finances et des affaires ecclésiastiques, iviuseppe fiuoo 
Giaidifio^; directeur de grâce et justice* Giovanni Cassisi. 

Tous tes décrets sont controNignés par le marquis Pietracatella, représeotanl 
du libenilisne modéré dans le cabinet napolitain. 

On ianore encore l'effet que ces concessions tardives auront produit sur rio- 
surrectioii sicilienne. 

On parle ansii d'une amnistie et de l'organisation d'une garde civique. 

iTAUE. — On lit dans la Pairit^ sous la date de Milan, le 22 janvier : 

o Hier est arrivé de Vienne l'ordre de procéder à l'arDestation d'une cm^uar 
taine de personnes appartenant pour la plupart à ia baule société. 

a AujMiNl'èoi même -on a arrêté le marquis Aosatea, président du clab^ 
ranim; le oemie César Batiaglia, le ieuae marquis César Soaoino Staupa et 
phiSiBiirs aaïUtes babittats. 

» Haaales est ganle à vue daM ies affreux cachola4e Saola<4iaiiariu; Baua* 
glia «tâoiioiiio ont été jeléadana qm cbase de.posle et einiiMBàs<de Milan sons 



Digitized by VjOOQ IC 



• UméÊÊàÊÊêm en encoveimiiiys^e. On pirfeil«'Crett«t tfeMîMi. 

» daM I» D OB Éh ic éf» âiT6StBéOBs iMjè <0fpéMe6 ftguftm le marcfiris Vilffppû 
Yillani, qui briHalt naguère •ten 4es «rtens lie I*ari6/1e cmnte Fentfsafl «i le 
eiNMe fivevie INirM, «i-otteier dmi6 fiMffée «nlricftléiine. 
«Céaar€Mmi,ioMinoeée4mtiieairè6<<3OTiiiu, mèmee^ où Ton a tra- 

4mi%mBim9êr9mnwtmBa9j ^et le «Meciti Belcredi, qui devaient être égiAenent 
aifèlés, ont Téttaai k oMer ta vigilmoe Ae la police et à gagner la frontière. « 

SIIIMfi. — Les troupes fédérales d'oecopation dans les cantons dn Sonder- 
èond sont aujewrd'liiii réduites à un très-petic nombre d'hommes. Aussi, i me- 
sures qu'elles s^élmgnent, la Kberié renaît dams ces contrées opprimées. 

L'assemblée générale populaire du canton de Sebwjiz a rejeté le 25 pmvxet ta 
csosthmimi q«e lui a<vaien| falyriquée les radicaui. On peut jagerpar H 4e ce 
qui serait arrivé dans les aoires cantons «ans rin<erventîon des troupes fédëralev, 
et do crédit q«e mériaevt ces prétendus goti? emements popnlirires intronisés 
par la forée armée. 

AMUaEraBIIE. ^-— Le parlemeni anglais doit repr^ndns jendl proeheln 
5 février le cours de ses séances, interrompues depuis près d^mmois et demi. 

Lebi4 de réoMmcrpation des Juifs sera Ton des premiers objets dont le parle- 
flMHt sera smi arprès oetle vacance. 

CHAVBREDES DÉPUTÉS. 

(Présidence de AL Saoset. — Séance du îlèjoamn.) 

H. LB PEtsiBttRT. L*«rdre du joor^fypeMe hi disooseion du frojet 'd'adresse. Je 
nus vous éofUNT leotare du paragraplM 5 : 

«Les rapports de votre gouvernement avec toutes les puissances élrangèros 
«OUI douuem b «wâspnce que la pain do «lonëe «0t assorée, 'G«mMe vous, sire, 
eo« espérous que les progrès de la civIHsaskm et de la Hberié s*Boeomfvliroiit 
partout sons atsérer ni Tordre intérienr, ni IHndépendance, ni les bonnes rela- 
lioos des EialR. T^os sympathies et nos vœnx snivent ces souverains et ces peu- 
piss italiens, qui marchent de •concen dans mue vole iiouvelle, avoenne pré* 
^«Taote sageo-iO dont Ttuguste dtef de la -chrétiettié leur a donné le touchant et 
iKgmmime «xemple. a 

■• DB LAMARTINE. Depuîs 1820 et 1821, époque oii le centre de PltsMe s^ébran- 
bit à ftone pur un mowemeiK qui se (aisak sentir égartero€«it A flapies 'Ot b Tu- 
û, et aembteil présager pour toute l'ItdHe une rérohrtion représeurtaiive, «onsli* 
tnOoMMile, l'invasion appelée pour oompri«iier ces iressaillemeMs avivil pris ses 
netures pour éioaffer long-temps ce sentiment tibérsrt qui paraît -se véteiller au* 
JMrd'bui avec l'espérance d'un loqg règne. An nord et au mtdi les puissances eu- 
neaiies do Tindépeudance italienne et des réformes libérales s'étaient lortHlées et 
veillaient. 

AM réfrénée de ces deux côtés, tilalie étsdt calme, du mobn à la surface ; 
nuit sôos ce calme se cachait un abfme, et dans cet abîme couvait fai plus in- 
t^pitSKiblt des foroes, la Mtionaiité de 26 millions d'hommes. 

Telle était la situation de Tltalie à la surface, lorsque le Pape Pie TO, cet 
^ne. Je ne dirai pas de tout d'espérances, cet homme inespéré sorti dn con- 
^e,esproB6iMi de la prnsée et de la souveraineté religieuse dans le monde ca- 
H^liqoe, entra an Vatican comme chef et souverain temporel d^un Etatau eentm 
^rilalie, 

'Vi dit ailleurs que je ne partageais pas toutes tes espéranoeB, les îMnBlunsqni 
tu para luiinéclore éBBS f^esprit des pairinles italiens «t <do tous 



Digitized by VjOOQ IC 



( 270 ) 

ceux eu Europe qui s'iméresseiit k la grande cause de riodépeodaiiee îlalienoe. 
Mais ces illusions que je n'ai pas partagées, je les ai comprises ^ et si j'avaig 
moins connu l'Italie, j'en aurais été fasciné moi-même. 

Si un homme , plus qu'un bomoie , un demi-dieo, sorti da conclave, portant 
d'une main l'étendard de la religion, de l'autre l'étendard de la liberté, appuyé 
d'un côté sur la foi, sur les respects du monde catholique, de l'anlre sur le pa- 
triotisme et la civilisaiion italiennes, fort de ce double titre, avait appelé le moode 
à une grande entreprise de régénération ; s'il avait posé d'une part les limites de 
Ja liberté constitutionnelle, comme 11 a posé à Ferrare les limites de Tindépes- 
dance nationale, nul «ioiite que l'effet d'une telle manifestation n'eût été grand et 
peut-être décisif dans le monde. 

Le Pape ne l'a pas voulu. Il ne l'a pas voulu, el il est dans cette enceinte des 
hommes qui pourraient nous dire pourquoi il ne l'a pas voulu. 

Le Pape a voulu deux choses : il a voulu être un Pape guelfe, passeiHBoi l'ex- 
pression ; il a voulu maintenir la souveraineté pontificale dans les Etats de l'E- 
glise, et en même temps déraciner les abus administratifs qui avaient signalé le 
règne de ses prédécesseurs. 

Bien qu'elle fût loin de satisfaire toutes les espérances de l'Italie, cette politi- 
que nouvelle a été accueillie avec de vives espérances. Cette papauté gnelfe, 
cette papauté conservatrice du pouvoir pontifical, mais décidée à extirper les 
abus, a été accueillie comme un bienfait* Il lui a suffi de ce double caractère 
pour gagner une grande popularité. Rome , pendant six mois, et cela s'est pro- 
longé encore, n*a été qu'une acclamation unanime. Pie iX a été inironisé, non 
pas sur les bras des cardinaux, mais sur les bras de tout un peuple. 

Le mouvement s'est fait sentir au-delà de Rome ; l'Italie entière en a ires- 
Sailli. 

L'orateur passe en revue les agitations de ritalie et examine quel parti la 
France aurait dû prendre. Il rappelle qu'en 1821 la France offrit k flulie de ia 
défendre même contre l'Autriche, et qu'elle ne pensa pas que le remaniement 
de l'Italie dût entraîner la guerre avec l'Autriche. Je i>ais, dit M. de Lamartine, 
q\ie M. Gttixot se servira dans cette enceinte, comme il l'a fait dans une aotrfi 
ilc la dernière dépêche adressée à M. Rossi, et dans laquelle il le charge de dire 
au Pape que la France le défendra contre le parti réactionnaire et contrôle parti 
révolutionnaire. 

Que voulezrvous dire en partent de parti révolutionnaire? Voulez-vous faire 
croire que l'esprit radical ne rêve en Italie que désonlre? Non, vous n'employea 
ce mot que pour couvrir votre crainte et votre inertie. Mon, ce n'est point une 
liensée révolutionnaire qui anime l'Italie, c'est le sentiment d'un peuple qui se 
réveille, c'est le réveil de la liberté, c'est l'esprit qui vivifia notre révolution qoi 
<^clate en Italie, c'est cet esprit qui animait Pie IX lorsqu'il a été obligé, à re- 
gret, de s'arrêter et de reculer. 

Ecoutez ce qu'a dit le Pape au Père Ventura après un entretien avec notre 
ambassadeur. 

a Vous le voyex, disait-il avec douleur, nos pensées avortent, la France nous 
abandonne. » 

Le Père Ventura lui répondit : « Consolez-vous, vous avez un meilleur et plus 
solide appui que celui de la France, c'est Dieu, le génie des peopies et J'iude^ 
pendance de notre patrie. • 

N'oubliez pa-N que le Pape a près de lui plusieurs conseillers qui pensent et a»» 
parlent comme le Père Ventura. ' . . 

L'orateur reproche au gouvernement français de signaler à ranimadfenieo oe 



Digitized by VjOOQ IC 



(271) 

TEorope Im ndicani italiens, et notamment ceax de Florence. Or, les radieam 
rendent les plus grands hommages aax princes émancipateurs de l'Italie et sont 
leurs plus fidèles sujets. 

Enfin, M. de Lamartine soalient que le gouvernement agit partout dans an 
sens opposé aux tendances françaises, en opposant à Témancipation des peuples 
]estraiiésdei815. 

X. LK PBfisiniNT DU C0N8BIL. Messicurs, plus j*ai écouté Thonorable préopi- 
oaoi, moins je me suis étonné que nous ne nous entpndissioos pas. Nous diffé- 
rons plus qu'il ne Ta dit, plus qu'il ne le pense probablement. 

Voici la base de noire politique, de touie notre conduite : le droit permaoenC 
ei positif; les faits existants et reconnus. C'est la règle de tout gouvernement 
.sensé et régulier. 

Le droit permanent est ceci : point de révolution, point de guerre... (Ramears 
àganche.} 

Je sais, autant que qui que ce soit> qu'il y a des révolutions légitimes et né* 
cessaires, des guerres légitimes et nécessaires. Mais ce sont des exceptions dans 
U destinée des peuples. Quand ces exceptions se présentent, il Tant les accepter 
elles accomplir résolument, mais il ne faut les accepter qu'à la dernière eitré» 
loiié et devant la nécessité absolue, et il faut les limiter le plus possible, et les 
terminer le plus tôt possible pour rentrer dans la paix et dans l'ordre. 

Cestlà la base de notre politique, et nous nous attachons d'autant plus fer- 
mement à cette base que nous nous trouvons en présence et plus près des 
dunces d(r révolution et de guerre , soit au-dedans , soit au-debors de notre 
pays. 

Que font, an contraire, nos adversaires? Qu'a fait tout à l'heure, à cette tri- 
bune, rhonorable préopinant? Dès qu'une chance de révolution se montre quel- 
que part, dès qu^une sembhible perspective se laisse entrevoir, il l'agrandit, il 
r;.j(gnive; il veut lui faire produire des résultats tout autres que ceux qu'elle an- 
nouce ; il veut que tout 8(>it remis en question, que tout soit remanié, qu'un évé- 
nemeiii qui peut se résoudre pacifiquement par l'influence d'une politique tran- 
quille et modérée, devienne le signal du remaniement général des populations, 
dch territoires, des destinées et des institutions. 

Messieurs, on peut vouloir remettre l'ordre et la lumière dans le monde en- 
i er, mais il ne faut pas commencer par y mettre le chaos ; car personne ne sait 
quel jour ni comment Tordre et la lumière y rentrent, quand une fois le chaos 
y a été mis. Le résultat de la politique que nous a conseillée tout à l'heure l'ho- 
norable préopinant serait de commencer par créer le chaos européen. Je re- 
pousse absolument cette politique ; je la repousse comme aussi illégitime en prin<* 
dpe que mauvaise dans la pratique. Et si, par malheur, le gouvernement la pra- 
tiquait, si la chambre la lui conseillait, tenez pour certain que la cause de l'Ita- 
lie serait bientôt compn>mise et peut-être perdue , et que la France ne serait 
^is innocente de cette perte. 

Yoi' i maintenant, en y regardant de plus près, quelles sont les bases et les rai- 
^ns de notre politique dans la question italienne. 

La France a en Italie, comme l'indiquait tout ^ l'heure l'honorable préopî- 
innt, des intérêts d'équilibre européen, des intérêts de paix européenne, des 
iiiiéréts de politique religieuse, et des intérêts de politique hbérale et mo- 
<lérée. 

Les intérêts d'équilibre européen , que nous prescrivent-ils qnant à Tltalie? 
Uuaocune puissance n'y soit dominante. Noos ne pouvons pas, nous ne devons 
pas Tétre noos-même; il faut qu'aucune autre ne le soiu 



Digitized by VjOOQ IC 



Km} 

^iMlle «61 ^ôur mom la garantie qv^oeuhe •poinsmee ne «sera dmnînanteei 
iMlté? €^st rkidépendanoe des ptiiRsancee italiennes. Qtre 4(» gnov^rnemeot 
italiens, que les Eials italiens soient réellement indépewhiwis chw etiî, Hnlértl 
4t la fVa«oe, quant à Féquilibre européen, ert (Pleinement «alisfah. 

fili l^i«»n, qoe ee pame-t-lt en Italie en ce naeinem? La meflleore Dnnrère (Té- 
tablir, d'affermir son indépendance, c'est de la prouver par des at*(es. Fm-^ qng 
ks «êtes des goirvemefflents itaHens, e^t-ce que tes acfies du Suint-Siège, du 
« Ifiand-^luc de Toscane , 'do roi de -Piémont, depuis un an, ne prooveHtpisel 
n'affermissent pas leur indépendanoe? Cst-ce f|ne ces princes ne se smt pa 
mottCrés de téritaltles princes italiens? Est-ce qoMIs n*ont pas, pluspfin-éirfl 
49tt'on ne r«tiend»t, fait cause commune avec leurs peuples? flst-ce qu'ils Des« 
- sont pas montrés libres de toute influence étrangère, de toutes prétentions étno* 
gères? £st-4îe qoe vous ne v^ez pas Tindépendance ties Etats îlrtiens grandii 
visiblement sous vos yeux? Est-ce que nous n'avons pas prêté à ce progrès de 
l%idépendanee des Etats italiens luut notre appui, dans les firaftes et parla 
ueyeDS qtt'MH noas orrt euiK-tBémes indiqués? Nous avons veillé, il est vrai, ï ce 
qM noire appui ne les eompnimU pas au-delà de Irar propre volonté, de leoi 
propre désir. Quand il s*e6t agi des Incidents tieFerrare, des incidents de Pltiz- 
Eftno, nous avons faK par la voie des négociations ce qui pouvait seconder k 
travail des gouvernements d'Italie pour assurer et établir leor indépendance. 
Quand ils noui^ ont demandé des armes, comme garantie de lear indépendance, 
IHMS les ie«r nvoos ^kifmées, aux conditions qu^Hs avaient proposées. Est-ce que 
oe n'est pas là aider à rindépendance des Etais italiens? Est-ce que ce n'est p» 
là seconder le mouvement qui les porte à raffermir? 

fit il faut bien que je (e dise aussi, il faut bien que je rende justice si la modé- 
ration de ta puHlique qu'on a tout à l'heure si violemment attaqaée à la tribune. 
L*Aotrictie elle- même, l'Autriche elle-même n^a point conibatia ce progrès (Ri- 
res à gauche); TAulriche elle-même, et ce sont des paroles qu^il faut qoe je fasse 
entrer dans TcKprît de la chambre et du pays, l^Autriohe elle-même s*est con- 
d«te dans ces circonstances avee beaucoup de modération. (Exclamatiotis à 
ga«che.) 

Messieurs, si, après ce qui vient d*ètre dit à cette trîbune, il n'était pas permis 
de venir espoir comme je la vois la conduite d'un gouvernement avec lequel noos 
tivens dans de bons rapports, dans des rapports réguliers et pacifiques ; si, après 
qnll vient d'être attaqué comme ennemi de toute indépendance, de tout progrès 
en Italie, Il n'étak pas permis de dire qu^il n'a point entravé les progrès de rin- 
dépendance des Etats italiens, il n'y aurait plus à cette tribune ni împarliatité, dI 
jnttiee, ni tiberté. 

J'nse done 4e toot mon droit, et je répète que la conduite de rAutrlcbe, dans 
celte circonstanee difficile et p^lleose pour elle, a été modérée. 

I^affirme ces trois faits qoe, dans la crise qui fermente en ttatie, rindépendance 
des Etats italiens a fait de considérables progrès ; qoe nous y avons conconra et 
aidé dans les limites de la convenance politique et du désir de ces Eutseax- 
mêmes ; que le cabinet de Vienne s'est conduit avec modération cl n'a point 
combatm on progrès qui s*accomp1issait sous ses yeux, probablement contre soo 
déeir, mais i|oe dans sa raison il ri^a pas jugé devoir contrarier. Les intérêts de la 
Fnnce en ce qui touche l'équilibre européen ont donc été bien prdés dans les 
affaires d'Italie. 

Voyons poin'la paix européenne. 

Mesëleors, je n'hésiterai pas plot \ parler du respect des traités que je n'ai pas 
hésité à parler de la modération do cabinet de Vienne. 

Digitized by VjQOQIC 



t Û73 ) 
£■ wilé,iciois4iix-liaU ans., «ms parlons tous du respect des iraltés de 

Uir membre À. gauche : Et Cracovie2 

M. LE paisiDBUT JNi consuL. Quand Tacte relatif à Cracovie est intervenu J*aî 
/ail deux choses : j'ai frote^^té rormellement contre Tacte, comme une violaiion 
des traités de 1&1S$« la chambre le saii. Et en môme temps, j'ai dit à celte tri- 
l)uue, j'ai dit ôontre les honorables membres qui m'interrompent, que je ne xe- 
(;ardais pas pour cela les traités de tôl5 comme abolis, que nous prenions acte 
de riiifraction qu'ils Tenaient de subir, que nous en prenions acte pour tel ou tel 
joar dans rav^iiir, et en tant que de raison ; mais que nous considérions les 
iraltés comme subsistants, et que nous continuerions de les respecter scrupuleu- 
bemeol. 

Voilà le langage que Jai tenu à cette époque, et que je renouvelle aujour- 
d'hui. 

Qu'on ne me parle donc plus de Gracovie. J'ai rempli à cet égard le double 
devoir qui était imposé au gouvernement du roi. 

Je reviens à la question. 

Oui, nous considérons les traités de 1815 comme la base de Tordre européen, 
el nous disons que cela est dans l'intérêt de tout le moode, de la France comme 
de l'Europe, de l'Europe comme de la France. Pour mon compte, je regarde 
la France comme pleinement armée de toutes les forces qttii>euvent assurer sa 
grandeur et ses dCvslinées futures. 

Si la France u^aft perdu dans les traités de i 81 5 les grandes conditions de 
re\istence et de la force des Etats, nous n'^aorions jamais dû les accepter; nouft^ 
les avons acceptés. 

M. THTFKS. Svfbh ! 

A gauche : Oui ! oai ! stibts ! (Bmil.) 

H. u PRfisiDEifT DU CONSEIL. 'Comment! messieurs, vous trouvez plus honora- 
ble et plus fier d e dire que vous tes avez subis 1... ^ 

Yoii nombreuses à gauche : Oui ! oui! par la force matérielle, (ligitalion.) 

V. LE FRfisiDKNT Dti CONSEIL. L'intérêt général de l'Europe , et de la France 
cûfflme de TEurope, veut le respect des traités et le maintien de la paix qui re- 
pose sur les traités. Cela n'encbafue en aucune façon la liberté de notre patrie 
dans Tavenir ; ceta n*enchafne en aucune façon ses destinées ; Tavenir amènera 
ce qu'il plaira à Dieu. 

Eb bien, Messieurs, Il n'y a aucun homflae sensé qui ne sache qu'il n'y a au- 
jourd'hui point de question de paix isolée en Europe, que tout se lie, que HmH se 
tient; une «fuestion de paix italienne est inévitaMemem une quesiwi de patxcu- 
lopéeone {Am eenire. C'est vrai !) Groyez-voas ou ne croyes^voas pas quela 
paix ilalieime soit eompfomise ? Croyet-voes ou oe croyez-vous pas qu'il y^oil 
an Italie m noovenient énergique, redoutable, qui travaille à suaciier la gueme 
dm la Péninsnte, k chasser par la guerre rAotricbe de Tltalie, à amener le 9^ 
maniement territorial de l'iulie tout entière ? i/honorahte M. de Lamartine ne 
To«6 ^isiiii pas autre chose tout à l'heure à cette iribiuie ; tons les faila qui sont 
S0U6 vas yeux, t«iis les écrits qui vous arrivent, tentes tes paroles que voua aa- 
tCMlez, vous eaprimeat ee dessein, cette iniention, eeue passioB. 

Ces jours derniers, im des chefs de la Jeune-Italie, M. Mazaini, m'écrivait^par 
U Toie des journaux, par le National, pour me dire ^ue c'était là <ae qu'il vini- 
iut. ce qu'il faisait, >ee à quoi il travaillait, ce qu'il espérak bien ificiNnpIir» et 
^ Un et ses amis ne cesseraient pas de snsciter toutes les popubOionSi et A'ad- 
traîiter tous les gouvernemBDtS'eo îtalie, «ces i 



Digitized by VjOOQ IC 



(274) 

Croyez-vous que rAufrichc se laissera faire ? croycz-voos qu'elle ne se défen- 
dra pas? El quand elle ^e défendra, croyez-vous qu'elle se défendra seule ' 
Est-ce que vous ne savez pas que les autres puissances du nord sont irréifoca- 
blement liées avec elle sur cette question ? (Mouvement.) Est-ce que vous ne sa- 
vez p:*s que le cabinet anglais ne se deiacheraii p^s d'elle sur celte qaeslion? 
(Mouventeitt.) Est- ce que vous ne savez p»s que le cabinet de Londres a répondo 
formellinient à la demande ilu cabinei de Vienne, qu'il ne jiouvaii pasadioeUre 
un changement au tlalu quo territorial en Italie? 

Je m'étonne que des faits si connus ne frappent pas votre allenllon on que 
V0U8 n'en teniez aucun compte, comme si vous ne les saviez pas ! Dès quelafer- 
menlalion de l'Italie a éclaté, le cabinet de Vienne s'est adressé aux grands ca- 
binets européens pour leur dire qu'il n'entendait pas se mêler des affaires inlé- 
rieures de chaque Etat italien, qu'il n'entendait apporter aucun obst^icle aux ré- 
formes intérieures que les souverains, de concert avec leurs peuples, jugeraient 
à propos d'accomplir; mais qu'il ne pouvait admettre que c»îs réformes allas^enl 
jusqu'au remanieuient territorial de l'Italie, el qu'il réclamait d'avance leur adhé- 
sion au maintien du tlatu quo territorial. Les cabinets ont répondu en adbéraot 
au tlatu quo territorial, eu lui déclarant qu'il était pleinement en son droit de le 
maintenir, et... 

K. ODiLON BARR^r. Cootrc les puissances étrangères, et non coolre riialie. 
(Rumeurs. — N'interrompez pas !) 

K. LE PRESIDENT DU CONSEIL. Si l'honorable M. Odilon Barrot, qui m'jplerroropi, 
connaissait les pièces dont il s'agit, il verrait que c'est précisément contre les 
mouvements italiens, qui voudraient chasser l'Autriche de l'Italie, ^"'*"^.***" 
voulu se prémunir auprès des cabinets, et que c'est précisément i propos de ces 
moovemenls que les cabinets lui ont répondu que le tlalu quo territorial \w\^^ 
car dans le tlalu quo territorial européen es-t compris \e tlalu quo deriiî»l»6fl1* 
ce tlalu quo est garanti par les traités. El il faudrait une. imprévoyance queiC 
ne puis concevoir, même quand je l'ai sous les yeux, même quand je la voin 
pour ftiéconnatlre que, si un pareil fait arrivait, et si la France se mettait du co.^ 
du mouvement italien, vous verriez, à l'iusunt même, la coalition des qua» 
puissances se reformer contre nous. 

Oui, il faut un étrange degré d'ignorance el d'imprévoyance de la polin'iu^ 
européenne pour avoir un iitstant de doute à cet éj^ard. , 

(M. Tbiers se lève et prononce dans le bruit quelques mots qu*il est iiDpossu)^ 
de saisir.) ,. 

m. LE PRESIDENT DU CONSEIL. Je prie l'honorable M. Tbiers de ne pas nj "» ' 
rompre. Il me répondra, s'il le juge à propos; mais je tiens, et je tiens P^^^^^ 
jamais, plus que je n'y tenais en monuntà cette tiibune, préci^®®^"! ^ . j^j. 
de la suacepUbilité el de l'irritation que j'entrevois dans une ?^^^^^ ^uMt 
ère, je tiens à éublir complètement, nettement, la politique du cabinet, tel q 
j'ai l'honneur de la pratiquer. ^ i 

Messieurs, en 1831, dans celte même enceinte, au moment de *'^*"^" ^'J^ji. 
subit de notre pays et de l'Europe, nous n'avons pas youlti jouer, contre ^^^ 
tés, la partie révoliitionnanre do remaniement territorial deTEurope. ^^^^,q5 
bien feît, dans l'intérêt de la moralité el de la dignité de notre pays* ^ »y, 



rinlérét de son repos et de sa prospérité. Ce qu'on vous demande *"J*^'^j^^er 
c'est de jouer celle partie pour le compte de l'Italie; c'est de faire, P^^^^^^re 
la Lombardie à l'Àulrtche, ce que vous n'avez pas voulu faire p<Hir r«"^ 
vous-même la frontière du Rhin el la frontière des Alpes. 



Digitized by VjOOQ IC 



( 2T6 ) 

Voilà ce que Toii vous demande. Cela ne Tamlrait pas mieux BM»ralein«ntqu - 
ce qu'on vous demandait en i 851, et cela serait dix fois plm insensé. Je repoo8f*\ 
absolument une telle idée, et jamais aucun des membres qui ont Tbonneur d« 
siéger sur ces bancs ne se prêterait à une politique aussi superficielle ifue témé* 
raire. 

Je liens pour démontré que les intérêts de la |Miix européenne onl élé bien 
«oQtenus, bien défendus paf la politique que nous avons suivie dans l^qoesliot* 
italienne. 

Voyons les inlcréu de la politique religieuse. 

C'est à dessein que je me sers de ce mot, et que je tlis : de la politique reli* 
gieusf , et non pas : de la religion. 

L'Etat n'est pas chargé des intérêts de la religion. Je tiens plus que personnr 
à maintenir ce principe salutaire qui est dajis nos lois et dans nos moeurs : qiH 
la religion appartient à chaque homme, à chaque être individuel et féel, qui e^> 
rendra compte devant Dieu. L'Etat n'en est pas charge. Mais cela ne veut pa!> 
«lire que la politique de l'Etat ne doive pas être religieuse ; cela ne veut pas dln* 
que la religion ne doive pas tenir une grande place dans la conduite des afiaii^s* 
de TEtat. 

El) bien, quel est aujourd'hui évidemment le fait qui résulte de vos sentiments 
de v(K» conversations à tous ? Quel est l'intérêt dominant, supérieur de la politi 
que religieuse pour la France ? • 

C'est la réconciliation, la réconciliation non pas apparente, superficielle, mai 
la réconciliation sincère, sérieuse, profonde de la religion, et en particulier d4' 
TEglise catholique, avec la société moderne, avec les mœurs» les idées, les inasî- 
tutions modemesb 

C'est 1^ l'intérêt capital, le besoin dominant, sous le point de vue religieux et 
moral, de notre temps et de notre pays. 

Messieurs, on a si bien le sentiment de la nécessité de cette réconciViation, d - 
ce rétablissement de l'barmouie entre la société présente, mortelle, temporelle 
et les croyances supérieures, éternelles, impérissables des hommes; le besoin ù- 
celte harmonie est si profondément senti, que des efforts ont été faits de bien dt> 
côtés sans y réussir. 

Mais, permettez- moi de le dire, jusqu'.^ nos jours, jusqu'au Pap^ Pie IX, ce- 
efforts ont élé te travail d'esprits un peu aveuglés, emportés; c'étaient, que l'ho 
norable M. de l^martine me permette l'expression, je la dis sans injure, c'é- 
Uieni des radicaux, des hommes imbus des idées radicnlcs, qui oss>tynient d'acr 
coinmoder le catholicisme à la société moderne. Jusqu'à ces derniers tempf^ 
c'était là ce que nous avons vu, et il faut bien dire que ces efforts, quoique ten- 
tés sincèrement par un assez grand nombre d'hommes, étaient repoussés, désa- 
voués par le corps de l'Eglise catholique, par la masse des croyants catholiques: 
iU n'ai teignaient point le but qu'ils poursuivaient. Il est arrivé, et tout h l'heuri 
riiouorable M. de Lamartine appelait cela une Immense bonne fortune de l'hu* 
oaaoïié, il est arrive que le chef lui-même de l'Eglise a senti la nécessité de cette 
grande réconciliation dont nous parlons ; qu'il a compris Ja nécessité de faire une 
juste part aux intérêts, aux idées, aux sentiments de la société moderne. 

Les deux plus grands faits qui se soient accomplis de nos jours à cet égard, 
c'ciit le Pape Pie VII venant sacrer l'empereur Napoléon à Paris, et le Pape- 
Pie H consacrant par son attitude, par sa conduite, ce qu'il y a de vrai, d<* 
juste, de légitime, de moral, dans les croyances et les idées modernes. (Vivea|>- 
probalioo au centre. — Bravo! bravo!) 

Voilà les deux grands faits à la fois sociaux et religieux de notre temps. 



Digitized by VjOOQ IC 



( 2T6) 

MWlt, peitee Wit- méi dé tous Te dire. Messieurs, vous ouMîez les conditions de 
ces MH KK ^v^mis oubKex tes conditions de leur succès. S^tcz-tou? ce qoll fane 
poitri|d6'lb'P^pe Pte IX réussisse dans la grande œuvre qu^il a entreprise? H 
ùm ^ii^en ne lof demande pas ce qu'il ne peut pas et ne doit pas feire comme 
Pape; il faut qu*on h>ntame pas sa souveraineté spirituelle et les conditions tem« 
f#rp|toB de sa souveraineté spiritueTle ; îl feut que fa papauté reste entière. Vous 
pmive* Men loi dlpnuinder, et etlè a grande raison de^ poursuivre, la réconcilia- 
lion de la religion avec la société moderne : mais elle ne peut pas s^abdiqner cHe- 
même, elle ne peut pas se détruire elle-même; il faut qu*elle se maintienne dam 
loaie-sd fiplendeur et dans toute sa pureté. C*est Thonneur et ta gloire et le l>e^ 
soin de TltiiUe, aussi bien que de la ville de Rome et de ta papauté elle-même. 
- H faoi di»nc qo^on ne demande an P^pe que ce qu*il peut faire, et en mémei 
temps H* Ami que le Pape soit bien soutenu, fermement soutenu contre ceux qui 
mm iralenf lui faire faire plus on autre chose. 

Bb blen\ vous ne pouvez vous dissimuler qne le Pape est aojoimfAu! soumis â 
1» prenion de deui forces qui travaillent à s*emparer de lui, et à fiûre délai on 
faniHHneni. On veut s'emparer du Pape pour en faire un instniment de guerre 
contre T Autriche. On veut qu'il devienne Tinstrument de ce fait-là, et en même 
temps on pèse sur lui pour qv^il devienne , dans Torganisation des sociétés îla- 
Ktennet, rinstrument d'idées, de tfaéoiîes que fappelterah.. que je n*appeneni 
pas si on ne veut pas, radicales ou révolutionnaires, mais qui ne conviennent 
ptm à fl»rdl«, q«f ne conviennent pas k Torganisation régulVère et pacifique des 
aoeiéliéff; On» veut se servir du Pape pour le remaniement de lltalie, et poor irae 
^vgnmsaiîoo poKtiqae* bien près d^étrerépuMicame. 

Le Pape ne peut être qu'un instrument d'ordre et de paix. Cl quand je dis un 
i nsi i ' u ment, je lot en demande perdnn à lui-même, ce n'est pas te mot dont jei 
dois me servir; le Pape ne peut soutenir que la eaase de rordk^, de la paix, êti 
d» Taiwélioration régulière, pacifique des sociétés. Il n^est pas, depuis tant de 
aièele», le* représentant* le plua éroinent des idées de conservation, dte perpétuité, 
d'ordre, pour venir lee abdiquer- en ce moment et se hfre un instronoent de 
fuerre, de désordre et d*anarchie ; il ae le fera pas. (Bravo ! bravo!) 

Comptez sur la nature de Tinstitution autiini que sur le caractère de rbomme : 
le P»pe, le pontife, le prêtre, s'il le fallait, sauverait le souverain qui, je fespère, 
n'est pas compromis. (Nouvelle approbation* air centre.) 

Voilà, messieurs, ce qne j'appelle la politique religieuse, et c'est celle qne nous 
avons pratiquée et que nom soutenons en Italie : c'est celle que noos soutien- 



L'honorable M. de Lamartine a étudié, décomposé, torturé quelques exprès- 
fions d'une dépêche pour y tronver un sens qui ne se présente pas an premier 
aspect, nn sens caché, une arrière-pensée, ^affirme qu'il n'y a point d*arrière- 
pensée dans cette dépêche ; qne ce qui y fscest réellement notre politique et noire 
Tolonté. J'affirme quil n'y a point d'arrière^lettre, point de correspondance par- 
ticulière qui détruise ce langage. Oui, nous avons pensé tonr à tour aox intérêts 
#vers ; oui, tantôt nous avons appuyé ^indépendance, des Etats, tantôt noss 
avons recommandé h modéntfon, noos avons recommandé de ne pas s^etigager 
^nades voies excessives : cela est vrai. Quelle est donc cette poUtique-ri ? Quand 
nous parlons de non«, de notre pays> nous appelons cela la potttiqne db juste- 
milieu, h politique libérale modérée.* Bh bien, c'est cette même politiffue qne 
nous a^wns portée au dehors, et qtri a concourir, dans la mesure qui>bii apparte- 
nait, à préparer la solution des questions italiennes, comme elle a résolu les 
grandes gestions- intérieures de la France. 



Digitized by VjOOQ IC 



(277) 

Je dis qu'elle les a résoloeSt et la preuve en est évidente de nos jours. Yousle 
voyez tous, vous le dites tous, iT y a depuis quelques mois une grande fermenta* 
Ulion dans notre pays, une grande passion se manifeste dans nos débats. Je 
TOUS le demande à Tous-mémes: est-ce que Tordre en est troublé? est-ce que la 
liberté ea eai supprimée? est-ce que la paix en est menacée? Non! non! les alar- 
mes qu'on a agportées à cette tribune sont des abrmes excessives, des alarmes 
qui seront déjouées par nos institutions» par la politique du iusie-milieiu coouiie 
elles root été déjà bien des fois. 

Oui, les banquets ofti pase r^iuiir, il a pu en naître la fermeoiatîoa qu« v««s 
savez, nous pouvons débattre avee paKsion toutes les question» que non» débal- 
tOQs. Mail tenez pour ceriaiû que tant que la poUtîque qui a pravaU» depuis i830 
prévaudra, tant qu'elle sera pratiquée par les bominee qui siègent sur ces baoes, 
00 par d'auires, tenez pour certain que ces grands intérêts prévaudront toujours 
elqo^ils prévaudlront toujours au- dehors comme au- dedans. 

En vérilé^ je ne pua aaseï n'éiminer quand ji'entends parler de t'anniilnllnn de 
notre politique aondebors, de TaHaiblissemeni de nos influencée et de nés elMMi- 
ees.Mais, messieurs* qu'est-ce qui se passe en Iulie? Quelle est to p e till fi e 
qa'essaycni de fiiûre préf aleir tes princes, les gouyernem e nto» les boaimes sagas 
et bien ialeHtioaaég de l'Italie ? quelle est cette politique? C'est la peliiiqne Kbé- 
nle et modérée, la politique du jaste-aftilieu , eeller que neaa praiiquena iei, 
celle qui a réussi en France, celte %ui réussira au-deborsy si les Immums ené ae- 
leide pcévayaAcq ei de tourage potir en cempreadre la portée el les ceasd- 



le le dis aujaoqji'bai ans lialieas, fOBMae je l'ai dit en iSM ^ me» paya : s'Ss 
MU se saateater dee réfornea paisibleaianL et l é gatièfemen t pmirable» aa- 
joord'htti^ s'ils sayent s'arrêter sur la pente sur laquelle un veut lea préolpRer, 
iTàeMtiaueaÉd'eBaaurer leurs, pnaeea.de fortiier leota gowemenenia, s'ils 
eootinueut de ne rien laire, de ne rien demander qae ce qai révise bire décoa* 
CM avec leupa gaaaameiaam, aaae iroiiMer la paii de t'Eurape ; s'Ms saTenl 
foire celar ilaréassiroat daaace qa'il» uni eatrepris aajeard'lNiî, et ce qu*itii a«- 
rost faiiauÎDard'bui fera la reaea, s'il plate à Mea, et le joar oè N plaîra b Heu. 

■• HiMviif yéa a a w les débats ea une question de paix ou de guerre. Lee été- 
MNDis n'ea sent pas eacore à répondre slF y aura fai paix, sll y aura' la 
fïerre. 

En ce qui touche aux traités de 1815, ils ont été Imposés i la France bien 
plelôt que ceneeutis par eHe. Deux puissances les ont ouvertement violés , c*é- 
Itit plus qu'il n'en fallait pour rassurer les consciences les plus puritaines, (flt- 
^•) Maïs, ajoute Torateur, ce n'est pas dans les traités de 191 H qu'il faut 
^^creber l'origine de hi politique du ministère. A Ta suite des traités, il y a eu 
^esngrès, il y a eo la sainte alilance, qui a constttoé les Etats en corps de po- 
lice, chargé d'empêcher les peuples d'obtenir des réformes, les rois de les coih 
^^1 et qat appuyait les rîgiRurs par le principe de rinteryention armée. Yoilà 
^ qoe l'on veut faire en Italie. 

L'orateur rappelle le gouvernement h son origme. Craignez, s'écrie-t-îU que 
Ton ne vous dise un jour : H ett trop lard, comme on Fa dit à Charles X, comme 
^ le dh en ce moment à un antre roi à Textrémilé de Tltalie ! 

>• ODiLON-BARBOT. Je demande & M. le président do conseil où est le docur 
jnent diplomatique par lequel TÂngleterre a garanti à rÂutriche la possessioe de 
ûLombardicr 

V* «oizoT. Ce. document m*a été coaunooiqué; ou ne in.'en.a pas laiasd copte. 



Digitized by VjOOQ IC 



( 278 ) 

Encore une observation. Tai su simpleinent que te cabinel anglais s'élaii pJ 
nonce pour le itaiu quo de TEut lerrîtorial européen. Je n'ai pas parié spécu 
lement de la Lombardie. ~ 

Séance du SI . 

H. çàritot se repose sur le bon esprit, sur la modération, non de rAuiricb 
mais de I*lta1ie, pour se maintenir dans la lutte des idées, en empêchant que uj 
prétexte de viotence vienne retarder le triomphe du bon droit. 

H. D'HAUSseNViLLB déclare qu'il est très-dévoué aux réformes régulières Hpn 
dflques qui s'opèrent actuellement en Italie. Seulement il a peur des éloftsdii 
mérrques, des idées par trop libérales de M. de Lamartine. 

a. DBsnoussiAOX DE GIVRÉ Soutient que le remaniement du terriioiicD'e^ 
nullement intéressé dans le triomphe des idées pour lesquelles combat la jeuij 
Italie. 

■. TRiBRs. Il y a en Europe des gouvernements absolus; nous ne devons p^ 
les aimer. Est-ce une raison pour que nous allions violemment, clandesitiiemeii 
porter nos instiluiions à des pays qui ne les ont pas? Ne portons pas dos in^ti 
lotions par des b:âonnettes; ne les portons pas non plus par la propagande, ca 
ce serait une perGdie, et je ne veux ni violence ni perfidie. (Mouvement.) 

Mais, messieurs, après avoir été justes pour tous les autres, soyons \m 
pour nous-mêmes. Ecoutez bien. Quand il s'agit de la liberté qui 6*esl éiaUj 
sans complicité de noire pari; sans autre complicité que celle de ces grantsfei 
prits, de ces sublimes agitateurs de Phumaniié, de Voltaircf de Rousseau, dj 
Montesquieu; sans autre complicité que celle' de ces glorieux souvenirs del7S{ 
et 1830, eUe est sacrée pour tous ceux qui se sentent au coeur quelque atuoii 
pour la dignité de rbomaniléi... Elle est sacrée, et la France doit empèdi^ 
. qu'on y touehe ! 

C'est dans ce seniiment, messieurs, que nous devons puiser nos inspiratioil 
d'abord, et ensuite notre conduite. 

Est-ce nous qui avons fait les événemenU de Rome? Est-ce nous qui afOD| 
poussé les princes et les peuples qui se sont réveillés au cri de la liberté! | 

Non. Vous pouvez voir dans tons ces événemens le génie de la France, maij 
sa main ne se montre nulle part. Mais on nous dit : C'est vous qui agites, quire 
muez l'Europe depuis cinquante ans.— Oui, dans ce sens noue sommes de g/u^ 
criminels; nnus le sommes depuis que le génie de la France se remue dansU léij 
de Montesquieu, de Voltaire, de Pascal, de Molière, de Rc>usse«iu. Mais rAilci 
magne a été criminelle aussi par Leibiiilz, et l'Angleterre par Bâcoo. Grâce poi^ 
nous en faveur de ces grands noms ! 

Messieurs, un mol sur le pas>é; vous savez que tout le monde croyait que h 
conclave serait violent. Vous savez comment Pie IX en sortit. Je rends bomi 
mage à l'habileté de M. Rossi; mais enfin, ce n'est pas M. Ro>si qui a fait Pic IX 
(On rit.) 

Vous savez comment il a été nommé par les vieux cardinaux, eteommeia di 
ces débris du passé, sortit l'aurore de la liberté; un Pputife réformateur el libé 
râleur. Vous savez aussi ce qui jaillit de ce concours de la royauté et du peupki 
à Florence, à Turin, sans que la France y mil la main. 

Vous savez ce qui s'est passé à Naples, où un roi ne peut montrer la pointe dd 
son épée sans qu'un peuple infortuné se précipitât sur elle... Vous savez ces ca 
tastrophes dans lesquelles, je l'espère, nous ne sommes pour rien. 

Ce réveil k la liberté est naturel ; il est Tœuvre du temps ; il doit être respecii 
comme s'il était couvert des plis du drapeau de la. France. 

L^oratear examine les traités de 1815, qu*il faut observer, dit-il, mais en Id 



Digitized by VjOOQ IC 




( 2Î9 ) 

étesUDt. n font qu'on soufline à Tarin, à Florence, è Rome, à Naples, ce que 
»s gouTemements de ces pays ont le droit de faire. Cependant la politique peut 
;;ir psr ses conseils, et c'est ce qu*a fait TAngleterre. 

Soyez pradents, disait TÂngleterre; n'allez pas trop vite en Italie. Voilà pour- 
uoi elle y est si populaire, uniquement parce qu'on sait dans quel sens elle a 
ijrlé à Vienne ; parce qu'elle a dit, au lieu de conseiller des réformes, qu'il en 
allait faire, que c'était le meilleur moyen de pacifier l'Italie. 

Voil^ la politique que quant à nous, nous professons. 

Ih bien! je vous demande, si la France et l'Angleterre réunies avaient tenu ce 
ingnge, je vous demande s'il existerait aujourd'hui une seule difficulté. 

Voos vous plaignez de Timprudence des Italiens : mais voyez donc ce qui s'y 
asse. Oui, si la France et l'Angleterre avaient tenu le même langage et s'é- 
aient présentées comme conseils, les gouvernements italiens auraient été plus 
âges, et nous n'aurions pas tant de désastres à déplorer. 

Eh bien! où était le danger pour des hommes de sens? Il était ici : c^est que 
|.s princes hésitaient à faire des concessions; ils étaient écrasés par l'Aulriche. 
Lours concessions n'ont pas paru suffisantes, des troubles ont éclaté, et peut être» 
en'en doute même pas, les Autrichiens marcheront sur Florence qI sut Bqi 
il alors la paix du monde sera compromise. 

Eb bien ! quelle était la conduite que vous aviez à tenir à l'éganl do 
la qui pesaient sur les princes italiens? C'était de montrer à ces prln 
irainies étaient exagérées, de les encourager à faire toutes les coniesj 
fiaiibles avec le bon ordre; de manière que princes et peuples innrclisài^çilt cti*- 
icrable le plus long-temps qu'ils pourraient. /^ V ; 

La question est donc bien simple ; je la pose ainsi : Il ne s'agit pas è» r^ii^ 
nier les territoires, il s'agit de les faire respecter, il s'agit de fa^r^ respedier 
souverains. Si je pouvais pénétrer jusqu'à eux, je leur dirais : Peuples* prinT 
Piémontais, Napolitains soyez unis; l'autel de la patrie en Italie c'est h con- 
rorJe, déposez sur l'autel de la concorde, vous, souverains , ce qui est inutile à 
votre puissance; et ce vénérable Ponlife, son bréviaire à la main, et ce vaillant 
prince Charles- Albert, avec la vieille épée des princes de Savoie, sauront faire 
re$()ecler vos libertés et vos territoires. 

La France est jeune de cœur, si elle voyait votre indépendance compromise,' 
voQS ne la trouverez pas dégénérée. Car elle n'est dégénérée que dans la bouche 
k ceux qui la croient faite à leur image. Et ce jour-là, peut-être la France et 
lAiigleterre parleraient en commun le langage de l'humanité et de la liberté, et ce 
jour-là vous serez sauvés. 

I. (iUizoT, président du conseil. L'indépendance italienne doit être maintenue, 
riDusilil l'honorable prcopinant ; nous devons lui prêter concoure et appui, et agir 
envers les peuples et les princes en les encourageant et en les y aidant. Je par- 
uge celte opinion, je la partage complètement ; mais j'ajouterai que ce qu'il a dit 
i»oo9 l'avons fait. L'indépendance des princes et des peuples italiens a trouvé en 
lioos le patronage le plus décidé. 

Malmenant je ne me crois ni le droit, ni le devoir de dire à chaque petit Etat 
•e qu'il y a à faire. En Italie, c'est à ces Etats à être juges de leurs i-éformes; 
j^ crob que la France doit veiller sans cesse à ce qui se (ait en Europe, et do- 
iimDient en Italie; mais je^ crois qu'il faut aussi se garder d'encourager les ré* 
Hilotions qui ne sont pas régulières, qui ne sont pas durables, qui ne sont ni 
i) tireuses, ni sensées. 

ie ne peux pas encourager ce qui s'est (ait en 1820 et en 1921 en^Ilalie ; je 
< 'KS que ces essais infructueux ont fait te plus grand mal à l'Italie. 



Digitized by VjOOQ IC 




( î280 ) 

Pentends nne Interruption qnî me rap|»el1e que f oublie on fkoint. M. Hfierssi 
parla de roccnpation de Tarme et de Moclène par les Aalricbiens. le reconnais 
que c*esi là un faii très-irréguner ; c*ef4 un juste sujet de réclamations ; mais ce 
fait Q^ pas une importance aussi grande qu*on veut le dire. 

Voici ce que Tlionorablé M. Tb ers écrivait en i831 sur celte qoesiiou. 

« Engager TAutricbe h se retirer de Modène, engager Rome k adoucir le sort 
des populations romaines, rien n^est plus juste, mais faire une croisade noiver- 
selle pour cette question, cela serait imprudent. La France a risqué la paix en 
Belgique ; elle ne le devait faire oi pour Modène ni pour Bologne. » Voilà ce qu'a 
écrit en 1851 91. Tbiers. 

m, THiBRS. Vous n*avez donc fait aucun progrès depuis dix-sept ans? 

M. GCizoT. Le progrès, quel qu^il soit, ne peut p:is faire que Modène aitHm- 
poriance de Rome, et que rentrée d^nne armée autrichienne à Modène, ahrim- 
portanee de r4intrée d'une armée autrichienne à Rome. 

Tarriveau second point du discours du préopînaut. Llionorable H. Tbiersnoos 
. a dît qu'il fallait encourager les princes. Nous Tavons fait. 

Nous avons donné au Pape précisément les conseils qu'indiquait lout^rheuro 
l^bonorable M. Tbiers. Que cet honorable membre se rassure : nous ne conseil- 
lerons pas plus que lui de maintenir les privilèges ecclésiastiques dans le goo- 
vernement romain ; nous ne conseillons pas plus que lui aux petits fatals itafiens 
de s'abstenir des réformes politiques. Quand ces réformes ne seraient pas prati- 
cables, quand elles ut* seraient pas durables, ils feront bien de s'en abstenir 
Quand ils les croiront praticables et durables, ils feront bien de les accomplir 
Et je répète ce que j'ai eu Tbonneur de dire en commençant, dans l'un et Taulrr 
cas, le gouvernement maiutiendra leur indépendance comme celle de tous les 
autres Eiats italiens. 

Nous respectons les traités ; nous demandons que les traités soient respecté.' 
par tout le monde ; nous nous croyons obligés, malgré ce qu'ils ont de mauvai> 
pour notre pays, de les respecter, car les détester est une mauvaise manière d'en 
conseiller le maintien. 

Après cela, il n'y a rien dans le discours de Tbonorable préopioant que je ne 
partage, c'est-à-tlire que nous sommes disposés à pratiquer tout ce qu'il a de- 
àiandé. Nous l'avons déjà fait, je ne dis pas de la même manière ; il Taorait 
sens doute mieux fait que nous, il serait plus populaire en Italie que nous ne ie 
sommes; je le regrette pour loi, je le regrette même un peu pour nous. (On rit.; 
Mais quant au fond de notre conduite en Italie, elle a été parfailemeoi conve- 
nable aux intérêts de riiaiie, à ceux du roi et de la liberté. 

a. 0. BARROT prend acte de la déclaration de M. Guizot, de protéger contre 
l'Autriche l'indépendance de Tltalie. 

Le paragraphe 5 est mis aux voix et adopté. 

BOOmSB DB PARIS DD 51 JINTIBR IH48 



GrivQp. 0/0.416fT.90G. 
TMi9p.0f9. T4rr.^c. 
tteiiMp.0/0.99/r.{f0c. 
(|m-4M 1^ p. 0/0. 00() fr.OO c. 
Oblig. de la Ville de Paris. 1 51 5fr. 00 c. 
Act. de U Baa^e. 5180 U. 00 c. 



Quatre canaux. 1195 fr . 00 c. 
Caisse hypoibecaire. 000 fr. 00 C 
EnpruHt romaitt. 96fr.0f0. 
ftenies 4e Napies. 96 fr. SOc. 
Emprunt d'Haïti. OOufr.OOc. 
Rente d'Espagne. 5 p. 0/0 00 fr. ¥• 



PARIS. ^iJipRiBËRiB o'adbien LE clerb bt C*, fuc Cassette, ?^- 

Digitized by VjOOQ IC 



JEUDI 3 FÉVRIER 1848. (Rt 4439^) 



afes 



SUA CES MOTS : L'I&TAT BST LAi^B. 

Kotre pays est ua de ceux ou l'empire des mot» se fait le mieax sentir. 
K diverses époques» dans les temps de tfouble et d'agitation siirtoui, ii 
l'est ti'ouvé des houaiues pJus ou inoiiis frroroade qui ont lancé dans la 
public de ces mots qui servent coifitne d'éieadard os de signe de raMie«- 
mai à tout un panL Ces mois sont aussitôt adoptés comme des piw* 
cipes d'une vérité incontestable, oomtne des apborismes dont il n'est 
pas permis de douter, et avec lesquels on répond à tout. Rcmarqnez 
toutefois que ces mots magiques, retenlissants, ne doivent être rien 
moins qu'évidents. Il tant au contraire qu'ils aient une significalion 
vague, équivoque, captieuse, afin qu'on puisse leur donner le sens qu'on 
aeo vue. Il suffit qu'ils aient une apparence de profondeur; et notes 
que moins ils sont compris, plus ils paraissent profonds. Avec cela on 
mène la foule ; on éblouit les demi savants, et l'on triomphe à son aise. 
Âiusl autrefois, dans le barreau, on imagina contre le clergé ce grand 
mi : L'Eglise est dans CEtat et non VEtai dans l'Eglise. Avec quelle ha* 
bileté et quel succès les parlements ne se sont pas prévalus de cette 
maxime ! Avaient-ils rien de plus clair et de plus concluant i opposer 
au clergé lorsqu'il voulait user avec quelque indépf»idance de son au- 
torité? Le clergé voulait-il publier un décret de foi? U Eglise est dans 
fEtaf! Et Von ne pouvait promulguer la foi de TËglise sans la permis- 
sion des parlements. Le clergé voulait-il établir un règlement de disci- 
pline? V Eglise est dans l'Etat et uon rElat dans F Eglise! Et les parle- 
ments menaient leur veio^ 

£nGu cette merveilleuse maxime pourvoyait à tout et répondait à 
loul victorieusement. Il faut avouer que dans la pratique le sens en était 
assez clair. Cela voulait dire, dans le dernier siècle spécialement, que 
l'Etat était le maître absolu ; que l'Eglise devait lui être soumise en 
tout, au spirituel comme au temporel, et qu'elle ne pouvait en consé- 
quence faire aucun acte d'auiorité sans son aveu. Ceux qui mettaient en 
avant cette maxime, qui s'en faisaient une arme contre le clergé, n'au- 
raient pas osé, fiqppareiument, soutenir ouvertement que l'Etat était le 
maître absolu même dans Tordre spirituel, et que l'Eglise, tenant de lui 
tous ses pouvoirs, n'éiatt que son humble mandataire. Cela eût trop ma- 
nifestement choqué les priocipes de la foi catholique, dont ils voulaient 
au moins garder les apparences. Mais, à laide d'une maxinie oteeure, 
ambiguë, ils agissaient comme si l'Eglise eût été, absolument et sont tous 
les rapppris, dépendante de TEiai. L Eglise est dans VEtr.tf QuVst-ce à 
dire? Est-ce que par hasard TEiat n'est pas aussi dans TEglise? car il 
UAoii de la Religion. Tome CX XX FI 1 5 

Digitized by VjOOQ IC 



( 282 ) 

nous semble que TEgUse est an peu plus éieodue que FËtat au uoia du- 
quel pi'éteudaient agir nos anciens parlements. Il s'ensuivrait donc du 
faux supposé de cette maxime, que tel ou tel Etat pariicoUer est ansai 
soumis en tout à TEglise. Que signifiera donc cette maxime, ai noas 
voulons lui donner un sens net et précis? Elle signifiera tout simplement 
que l'Eglise est dans l'Eut pour obéir à ses lois dans Tordre temporel ; 
ce qui n*est pas contesté. Mais il faudrait par la même raison dire de 
l'Etat, lorsqu'il est catholique, qu'il est dans l'Eglise pour obéir à ses 
lois en matière spirituelle. De celte manière, tous les droits senûent con* 
serrés et la maxime tant citée aurait trouvé un sens juste et raisonnable. 
Mais ce n'est pas là ce que cherchent les gens de parti et les artisans de 
trouble. 

De nos jours, une parole analogue à celle que nous venons de citer 
t:st tombée de la bouche d'un homme très-haut placé. Cet orateur, 
homme d'Etat fort habile, dans une circonstance critique, embarrassé 
pour répondre aux arguments de ses adversaires, a cru se tirer d*af» 
faire en lançant à ses auditeurs un de ces grands mots qui, au juge- 
ment de ceux qui croient les comprendre, résument toute une ques- 
tion , et dispensent de tout examen ultérieur. M. Guizot a «fit : 
L'Etat est laîqde. Tel est le principe lumineux qu'on a jeté à la foule 
ébahie, qui a coupé court à un immense débat, et dont on ne s'est pas 
encore avisé de sonder toutes les profondeurs. VEtaî est laïque! Mais 
veuillez le remarquer, on vous demande si l'Etat a une religion ou bien 
s'il est athée, et vous répondez que l'Etat est laïque i il nous semble que 
ce n'est pas tout»à*fait satisfaire à la question. C'est à peu près comme 
si l'on demandait si l'Angleterre est protestante ou catholique, et que 
l'on répondu qu'elle est une ile. Mais quel est donc le sens de cette 
mystérieuse parole : V Etat en laïque? Je suis sûr que l'on embarrasse- 
rait beaucoup bon nombre de ceux qui la répètent comme un axiome, 
si on les priait d'en donner une explication nette et catégorique. 

VEtai est laïque! ces paroles veulent-elles dire que l'Etat dans sa 
sphère, c'est-à«dire dans Tordre dej choses temporelles, esta «dépendant 
de toute autre autorité ? Ce n'est pas là une vérité nouvelle ; il y a long- 
temps que le clergé de France Ta proclamée, et il ne songe certainement 
pas à la révoquer en doute aujourd'hui. Le sens des paroles citées est^il 
que l'Etat, éunt de sa nature essentiellement étranger aux choses reli- 
gieuses, il doit ne s'en mêler aucunement, n'accepter ou ne conserver 
aucune attribution spirituelle? Mais alors l'Etat ne devrait plus, |iar 
exemple, être pour rien dans la nomination aux évéchés, il devrait re» 
noncer au droit qu'il tient à cet égard du concordat ; car la nomination 
aux fonctions ecclésiastiques est bien l'exercice d'un pouvoir éminem» 
ment spirituel. Ce sens pourrait paraître assez plausible. En effet, puis* 

Digitized by VjOOQ IC 



( 283 ) 

|u'oo iMf^ëlaid qae le» éod^MaiiiqaM ne peavedl exercer aucun poufcnr 
enporel, paroe qu'ils appartiennent à Tordre spirituel, il serait permis 
le cooduret par voîe d'analogie, que les laitues ne peuvent exercer au- 
»n pouvoir spirituel, par cela seul qu'ils appartiennent à Tordre tem- 
jiorel et séculier. 

Il est pourtant proiMible que ce n'est pas tout-à-fait ainsi que M. Gui- 
lot et ses oonameatateurs entendent les paroles qu'il a prononces. Ce sont, 
I est vrai, de ee» paroles auxqnelles on peut , comme à celles des oracles, 
boner, suivant le besoin, diverses interprétations. Ces mots : VEîat est 
bufirf^ signifient-îls que T£tat, étant le pouvoir souverain dans la société, 
il doit avoir la haute main même dans les choses spirituelles? C'est au 
noîns dans ce sens que les entendent bien des gens. Une pareille maxime 
hns un paya protestant pourrait ne pas trouver de contradicteurs : elle 
ne sera jamais admise par des catholiques. Cependant c'est avec cette 
BHxinie captieuse^ fausse, que Ton s'imagine répondre à tout, aux rai« 
Mmoements les pins décisifs, comme aux réclamations les plus justes et 
les mieux fondées. Si Ton demande que, conformément aux canons et en 
îertu même de la liberté de conscience, les évêques puissent se réunir 
en coQcile et traiter des affaires ecclésiastiques, on vous objecte que VE- 
mt8tUûqu€y et qu'en conséquence des droits que lui confère cette qua- 
lité, il n'est pas même permis aux évêques de se concerter entre eux sur 
les matières rdgieuses. Si l'on exprime le vœu que les promesses so- 
leaneUesde la charte relativement à la liberté d'enseignement soient en- 
ifttcaliséeay on vous £sit ob^arver que fEtat est IcStjue^ ce qui manifes- 
tement le dispense de tenir ses promesses et d'être fidèle à ses serments. 
A plus force ruson, si vous réclamez Taccomplissement d'une loi qui 
i*observe ches tous les peuples chréiiens, on vous rappellera le grand 
piiedpe que l'Etat est laïque^ et psr conséquent étranger à toute espèce 
de croyance ou. de loi religieuse. 

Telles sont les applications de ce grand principe : l'Etat' est laïque. Ces 
psrdes veulent donc dire en dernière analyse : L'Etat n'adopte et n'a 
aucune religion I aucun culte; seulement il croit, dans l'intérêt de sa po- 
litique, devoir tolérer et même proléger les différents cultes qu'il trouve 
établis, et il leur accorde de liberté religieuse ce qu'il juge à propos de 
kar en accorder. Mais n'avoir aucune religion , aucune croyance reli- 
gieuse, n'est-ce pas être athée? Le mot de iM. Guizot, quoi qu'il en puisse 
dire, a donc au fond le roêmesens que celui de M. Odilon Barrot. L'ex- 
pression dont s'est servi M. Odilon Barrot est plus crue, plus hardie, 
nais, disons4e sans détour, elle a le mérite d'être plus claire et plus 
franche. M. Goixot a cru , comme en d'autres circonstances , avoir 
tnwvé uu moyen termcy mais il n'y a pas de quasi-vérité : la vérité est 



Digitized by VjOOQ IC 



Nos voisins, les Belles» gui n'ont pas, i. ce ^*il famli« te teleni d'U 
mariner de ces grands niot^» de ces uiazimes profbpde». qifti too»&-det 
traits (ie lumière pour ceux qui ne les eniendeai pas, Douâon^euftpronlé 
naguère le nouvel axiome. Au moins le nouveau ^il airtè fte de c« paya a 
cru ne pouvoir mieux faire que d'inscrire sur son drapeau lea fanacuacs 
paroles : L'Etal est laïque. Tel est le pbare lumineux ^i doit le diriger 
dans sa périlleuse carrière. Seulemeat, le ministère belge «oublié une 
chose^ c'est d'expliquer le sens qu'il attache à ces paselea : L'Mtm^ji 
laïque. A-t-il voulu dire par là que l'Ejat éunt u&e puôaaDce pafc>- 
ment séculière, ne doit pas s'immiscer dans la gestion des afiûres ecclé- 
siastiques, et a-t-il voulu rassurer ainsi les catholiques qei pouvaient lui 
supposer des intentions inquiétantes? Il est bien à craindre que oette 
pensée si simple et si vraie n'ait pas été celle du nouveau nÙBislère 
belge ; il se serait expliqué plus clairement. On a'éloigueim peut-être 
moins de la vérité, en supposant que ce ministère, imiiateur aerrife du 
ministère fiançais, serait tenté de prétendre coi^me celui-ci A use cer- 
taine part dans Ja direction des affaires religieuaes^ti'afFeeter une aurte 
de suprématie, même dans l'ordre spirituel. Noua venrona oaaamciit il 
s*y prendra. Jusqu'à présent il a lait preuve de beaucoup de rëeerre. Il 
est vrai que l'entreprise est un peu difficile. Il y a cette différence eutre 
la France et la Belgique, que dans ce pays les promesses de la constitn- 
tion ont été jusqu'à présent franchement exécutées. Léstartnfeu du libé- 
ralisme n ont pu là, comme chez nous, entraver l'aiceomplisseuMiti dei 
dispositions légales favorables au clei^é^quiîAuitittL Belgique d» totite la 
liberté qu'il peut désirer pour l'exercice de sou minislère et l'édueetieo 
religieuse de la jeunesse. Le temps nous apprendra doue ce que 9Îgni6e 
la maxime de M. Guizot appliquée à un pareil état de choara. Sa iepria- 
cipe est fort obscur en lui-même, elle pourra peut-être s'éolaîrcir de 
plus en plus par le moins contestable des commentaires^ celui des Cstts. 
Relativement à nous autres Français, quel est donc le sctu xsiaoutiable 
qu'on pourrait donner aux paroles de M. Guisot, fEtoi4st /ai^pe? Le seul 
sens raisonnable, selon nous, qu'on paisse leur donnei*, c'est que r£tai 
étant laïque, c'est-à-dire un pouvoir purement temporel^ doit éTÎâer, 
autant que possible, d'intervenir dana les choses spiritueUer. Aisu u 
immisceas rébus ecclesiasiicis. Qu'il reste dans soa domaiue; il eat asaei 
vaste et peut suffire pour occtiper son activité. 11 a asset d'âutérêts à 
administrer, d*adininislrations à diriger. Qu'il renonce à vunloïc s'iagé» 
rer dans radininbtration des affaires eeslésias^ques qui ue aouC pas 
de sa compétence. Cette prétention lui conviendcaii d'iutaut nioius 
atijoiud'liui qu'il fait profession de ne recounaitre aiâûnne religioo. 
Qu'il laisse donc l'Eglise s'adinlnistref et se gouverner eUu-ntease. 
L'Eglise a ses lois, ses règles de discipline, et le pouvoir d'en établir 

Digitized by VjOOQ IC 



( 285 ) 
lonqn'clleB dertennent nëceasaires. Il ne lui manque qu'une plan 
grande liberté pour pouvoir exercer sa juridiction avec plus d'ensemble* 
et d'efficacité. 

Mais, il faut le dire, jusqu'à présent le gouvernement s'est montré 
fort peu disposé à se dessaisir des lois dont il est armé pour entraver la 
liberlé ecclésiastique, et mettre «ur ce poini la législation en harmoaif 
avec l'esprit et les idées de noire époque. Il semble qu'il ne pinase te 
résoudre à renoncer à ses asuppotions. N'est-il pw évident qne s'U est 
toterdilMULévéques de se réunir et même de se concerter pour les 
aiùresecciëeisstiqnes, ce n'est pas que l'on craigne qn'ih n'empiètent 
wr le domaine de la politique; mais c'est qu'on croirait fenireprendic 
«or les attributions de M. le jninistre des cultes qui, prélendanx 
avoir ces vues d'ensemble qui manquent à chaque évéque dans son 
diocèse, se regarde comme chargé d'une direction suprême? C'était 
aamoin^U UMoière de vwr de ce bon M. Martin du Nord qui, en toute 
«impliciié d'sffne, se croyait quelquefois appelé à suppléer â l'absence 
te conciles nationaux ou provinciaux ; mais TEglise n'admettra jamais 
«lie espèce de supiémalie séculière. Elle demande la liberté de s6n ac- 
ùon daos les limites de sa puissance spirituelle. Nous reconnaîtrons vo- 
lontiers qne l'Etat a déjà fait un .pas dans cette TOte, en décidant qu'il 
appartenait à l'autorité ecclésiastique seule de prononcer sur la sépul- 
ture religieuse. Qu'il apporte le même esprit d'équité dans la solution 
autres questions du même genre non moins importantes, et nous pour- 
»X)ns espérer de voiries droits de l'antorilé spititeelle peu à peu recon*- 
ttui. Nous souMnes toujours prêts à tenir compte des obstacles qne peut 
rencontrer le gourrernement. Mais si lui-même était animé d'une meil- 
«are volonté, s'il craignait moins la légitime influence de la puissance 
«piriluellc, il est à croire que les difficultés seraient plus facilement sur- 
«ïontées. L'abbé D.L. 

-TiiTii i?Wr^n _ m 

HCVifE ET NOtJVBLLBS RCGLÉSIASTIQUM. 

PARIS. 

Quand nos journaux libéraux ne trouvent plus rien en France qui 
'eur fonrnisse matière ou prétexte de calomnier le sacerdoce et l'Eglise 
atheliqiie, ils s'en vont chercher en pays étrangers 1rs mêmes sujets dp 
naine et d'injustes accusations. Les voil* qui s'acharnent aujourd'hui 
jarlc clergé de deux pays déjà ravagés, l'un par la famine, Vautre par 
«gnerre civile. Jusqu'ici le monde entier avait admiré la cliarité incom- 
parable du clergé irlandais ; çon infatigable dévoument au soulagement 
«misères inexprimables, son zèle et tout cet ensemble de vertus sacer- 
^lale» qui en ont fait un modèle éclatant de patience et d^mmolalion. 

u bien! le Constitutionnel et quelques-uns de ses confrères, ne veu- 
^^^ pas permettre à cette opinion générale si noblement méritée, de 

Digitized by VjOOQ IC 



(286) , 

s'accréditer plus loog-temps. Cest toujours le sarcasme et la liaitte^ 
Toltaîre» moins Tesprit, qui essayent de flétrir la vertu et le dérodoieiil 
sacerdotal. 

Fidèle à sa yieîUe tactique, le Consiiiutionnel s'attache aujoiuxl^hui àl 
prouver, par des faits sinon inventés, du moins complètement dénaturés^ 
qu'en Irlande les évêqoes sont des hommes fanatiques et isans cba^ 
rite; qu'en Suisse les religieux, spécialement les hospitaliers du granil 
Sainl-Bernard, n'ont pas été dépouillés ni maltraités par ratttorité fédé^ 
raie, mais que, iC étant plus qae des moines oisifs, conspirateurs, etc., etc.^ 
on les avait simplement éconduùs d'un hospice entièrement desservi par éti 
valeU. Le Constitutionnel préparait d'avance la thèse soutenue aujoor^ 
d'hui à la tribune par son patron, l'honorable M. Thiers. 

a Un fait assez curieui, dit le Conjlt/ulûmitf /, vieot d*étre découvert par le^ 
journaux anglais, et montre que Tesprit clérical est partout le même, et qo'à b 
différence des hommes vraiment pieux, les dévots ont toujours beaucoup plus d^ 
bile que de cbarilé au service du prochain. 

» Un rapport oflUciei fait par les commissaires de la loi des pauvres, et aprè^ 
inspeaion des registres de perception, constate que le docteur M*Hale s'ett m 
fusé, pour Texercice actuel et pour le précédent, à Tacquittement de la taxe^ 
c^est -à-dire au moment même où la famine était le plus intense, et que, poars^ 
part, a il n'a jamais contribué an soulagement des pauvres de son distncl en M 
» (açon réglée par la loi. * 11 ne s'agit point, en effet, ici, de contrîbation voloo^ 
taire, mais d'une uxe légale, d*uo devoir civique auquel Tarcbevéque s'est cond 
tamment soustrait, lorsque soixante-douze mille personnes dans son district n ooj 
d'auires ressources que les fonds ainsi recueillis et les subventions volontaire^ 
de l'Angleterre. Le docteur M'Hale croit sans doute s'acquitter suffisamment pal 
les pamphlets injurieux dont il remplit tes journaux iriandato. C'est là ee qui \i 
dispense de ses devoirs d'évéqoe» de chrétien et de citoyen. » 

N9US ne savons ce qui se passe relativement à cette taxe des pauvres 
importée en Irlande malgré l'opinion des tous les propriétaires et d^ 
clergé ; mais qui donc, si ce n'est le Constitutionnel^ ignore ou plutôt fein{ 
d'ignorer qu'à l'exemple de tous ses vénérables coliques, l'archevéqu^ 
de Tuam prodigue toutes ses ressources en faveur de ses compatriote] 
accablés par la misère et par la faim? 

Quant aux sacrilèges spoliations des biens du clergé suisse, quant soi 
traitements indignes qu'il a dû subir depuis le triomphe des radicaux, % 
voix publique, les rapports officiels les proclament à la honte de Topil 
niâtre persévérance avec laquelle nos libéraux s'efforcent de les nier. L| 
pillage, le meurtre et les profanations éuient déjà sufiisamment constaj 
tés. Comment le Constitutionnel et ses amis n'ont-ils pas honte d'ajouj 
ter la diffamation à toutes les violences dont ces hommes vénérable 
ont été les victimes? Les religieux du Mont Saint-Bernard sont de 
moines fainéants et inutiles qi^on a éconduits sans violence ! mais lisez don 
la réclamation suivante, ayez donc assez d'impartialité ponr en fair 
mention dans vos colonnes calomniatiices : 

« Monsieur, I 

» Sachant que vous accueillez avec bienveillance les nouvelle^ qui peuvent io] 



Digitized by VjOOQ IC 



( 287 ) 

lérener leiMMie, j« Tovft prie de Tooloir bien insérer dans votre Journal les hlU 
snÎTants: 

» Toole TEorope saU déjk, par la voie de la publicité, que la maison hospita* 
Hère do Grand-Saint-Bemard a été envahie, le 15 décembre dernier, par une 
trenlaine de soldats armés. Cette occupation, beaucoup plus vexaioire qu'utile, a 
été maintenue en partie jusqu'à ce jour. Apre» avoir supporté pendant un mois 
les injures de cette soldatesque effrénée ; après avoir été témoins de Texpulsion 
violente de nos fidèles domestiques, et après qu'on nous eût enlevé les clefs et 
dédaré que nous avions cessé d*étre hospitaliers, il fallait que la mesure des 
vexalions parvint à son comble. Le i^ janvier, M. Piotaz, commissaire du gou- 
rernemeot, nous intima Tordre de ne plus quitter nos cellules et d*y rester pri- 
sonniers. Cet ordre fut ponciuellement exécuté, car nuit et jour nous étions gar- 
dés à vue par des sentinelles armées, et ce ne fut qu'après lef^ plus vives instances 
que nous obtînmes la permi>sion d'aller à la chapelle pour y remplir nos devoirs 
religieux. Cet éiat d'emprisonnement et de réclusion dura pendant dix jours, et 
cette position, déjà si pénible, devint pire encore. Dans la matinée du 21 jan« 
Tier, le même commissaire nous ordonna, au nom du gouvernement, de quitter 
iminédiaiement l'hospice poor nous rendre à Mariigny. Ayant prutet^té contre ee 
décret inique et déclaré ne pouvoir céder qu'à la force, les religieux se retiré* 
rent dans leur cellule pour y vaquer aux exercices de leur état. Aussitôt une di- 
zaine de soldats armés de fusils et le sabre nu, pénètrent dans la chambre de cha- 
que Père, et, les aracbant de force, les traînent jusqu'au seuil de la porte d'en- 
trée. Ni les stipplications des Pères, ni les larmes de deux voyageurs témoins de 
cette scène déchirante, ne purent loucher leur cœur; il fallut céder. 

• Ce^t ainsi que, pour toujours peut-être, il nous fallut quitter cette maison 
hospitalière, où la religion nous avait réunis pour le soulagement de Thumanité. 
Et c'est un tel départ que le Con$titutionnel français, dans son numéro du 17 
janvier, appelle une fuite purement volontaire ! 

» A Martigny, la conduite des employés du gonvemement fut la iném« dans la 
maison de refuge destinée aux vieillards et aux inflrmes. Un religieux qui s'y 
trouvait depuis deux ans pour cause de maladie fut traîné jusqu'au (^euil de la 
porte de sa chambre, où il parvint à se cramponner, et ce ne fut que sur les in- 
stantes prières d'un religieux aux cheveux blancs que les séides du gouverne- 
ment le relâchèrent. 

a Le Père Delasoie, CUwendier de Vhotpiee. » 
^o — 

M. TArchevéque de Paris s'est rendu dernièrement à la Douvelle Mai- 
son du Petit-Séminaire, située rue Notre-Dame-des-Chaiiips, pour y pré- 
flder une réunion de racadénite littéraire, composée des élèves les plus 
distingués par leurs talents et la force de leurs études. 

M. de Brignoles-Sales, ambassadeur de Sai^daigne, et d'autres person- 
nages de distinction assistaient à cette solennité. Les élèves, par le bon 
goût littéraire et la force remarquable de leurs compositions, se sont at- 
tiré les applaudissements de leur brillant auditoire, et ont reçu les élo* 
ges les plus flatteurs de M. rArchevêquc de Paris. 



L'Académie des Sciences morales et politiques, section de philoso • 
phie, sur le rapport de l'honorable M. Cousin, vient de nommer mem- 
bre correspondant M. l'abbé Rosmini , connu en Italie par ses ouvrages 



Digitized by VjOOQ IC 



(2â8) 

pbiloto^îqnetei par ies n»itiiiMt»4d <bêtiêL .GWiy si IMM» ne aom 

trompons, le premier exemple d'un prêtre admis dans le sein de ceUe 
oâaMe de l'Institut. Et, chose sans exemple ^alemetii> la nouiiriiiitmii de 
M. 4'aiibé ftosmim a été faite à Tunanimité deà suffrage». 

Uoraison funèbijp de Daniel O^ConuelI sera prononcée à Notre-Dame, 
jeudi 10 février, par leR. P. Lacordaire, à une heure précise. La céré- 
monie couàmencera par on service pour le repos de l'ame de riliuelre 
défunt. 



Le déroûment du clergé, toutes les fois qt]*un désastre public ou par- 
ticulier le réclame, est de sa part chose si naturelle, que nous avons ra- 
rement la pensée de le louer et de le signaler à Tatteution publique. Mais 
quand les hommes qui sont le moins suspects de préventions favorables 
envers le sacerdoce calboUque, ne peuvent s'empêcher d'admirer cetti^ 
charité qui se dévoue sans bruk comme sans effort, parce qu'elle est la 
vertu et comme h\ nature même du prètie, on nous permettre de rcv i 
cueillir un tel hommage. Voici commeat un journal judiciaire apprécie | 
la conduite des élèves du grand-séminaire de Versailles dans Tinceudie | 
qui a dévoré ces jours-ci la ferme royale de Satory : 

« Au miliea des iravailleurs, on remarquait les élèves du séminaire de Ver- 
sailles, coiffes de leur peiil bonnet carré, la soutane relevée autour des reins» les 
pieds dans Teau, les mains elle visage noircis de fumée êl de charbon, et, par ; 
un contraste étrange, les hommes montés sur les toits pouvaient de là aperce* 
voir, dans le lointain, les lumières d'un vaste bâtiment situé à une demi-lîene du 
sinistre; là, il y avait des pompes, des seaux^ des cordes, là il y avait 600 jeu- i 
nés gens habitués au\ exercices du corps, des sous-officiers du génie et de Tar- 
tillerie, des in^tructrurs de gymnastique, tous gens dont le concours eftl pu être 
précieux au milieu d'un incendie. 

» On ne s'explique pas comment on n'a pas amené les élèves.de Saint-Cyi sur 
le lieu de ce sinistre, où leurs secours auraient pu être si utiles. Ce n'est certaî- 
iiement pas la boiuie volonté qui leur eût manqué* » 

«fc^» m»* 

Nous croyons devoir reproduire, à titre de document, la dépêche 
dont M. le président du conseil a donné lecture à la chambre dea dé* 
pûtes, et qui se rapporte à la sécularisation de certaines charges clans 
le gouvernement pontifical. 

Cette lettre de M. Guizot à M. Rossi a été écrite le V' décembre lSi47^ 
quelques jours aptes l'ouverture de la Consulta romaine : 
if. tiuizol à M* RosmL 

a Paris, i«' décembre 1847» 

» Si je comprends bien ce qui se passe à Rome, et œ que vous m'en dites dans 
votre dépêche et votre lettre particulière du 18 novembre, le Pape touche, et 
nous touchons nous-mêmes, dans nos relations avec le Pape, à un moment cri • 
tîqee et décisif, ft l'un de ces uifiments où il faut absolument voir clair et prendre 
son parti» sois peine de ne plus msrcher qu'au liassrd et de n'arriver à Hen. i 
? aie iM ieliciia avec vous de Tordre qui a régné dans ThisIftllMlMi de lai Coït-' 



Digitized by VjOOQ IC 



(289) 

mte, 6l'leMMlhid»i|éetefDiifemeiDenti 

• leeMiprMMls qu'au niMei 4e ee oiri se passe eu haUe, il faille laife «ne 
{M|C patt à la vineilé dea •etyMasiona jpopiilaires «t aa iMaern i|iie reaseoleM 
^ popolalieaa de s'y Itirrer ci de les faire étkter. (Tesi pour elles le premier 
éiao ée yisfuMique» le paenier aeie de liberté. Les feuvememenis doiveui se 
fnontrer feeUta et uyuipatMques pour eea jeunes semlmeuts naiMmaox, 

Ea p ftua u i garde cependauc è deux choses : i 

9 L*ttne, qu'il ne s*éiaMisse pas, dans ees manifestations populaires, des prs* 
li^es at des faabilndes lueooipatîbleB atee l'ordre et Téut régulier du pays ; 

L'autre, que le gouvernement lui-même ne disparaisse pas au milieu de ee 
lûMiremout poUio, et que ses drois» ses fonctions, sou aetien ne soient pas sup- 
prinéB ou usarpés pur des pouvoirs irréguliers. 

D L*un ou l'autre de ces faits serait un mal iimueoae, et eréerait des euAai^ 
ms qu'on aurait ensuite bien de la peine à surmonter. 

» On a pu depuis quelque temps, sur divers points de Tlialie et môme à 
Uome, craiudne beaucoup ce mal-là. 

• Le Pape et le cardinal Ferretti ont fait à leur pays, et se sont fait à eux«> 
mèmeà un grand bien en sortant de cette voie, et en déployant, au moment de 
rinstaDation de la Consulta, la prévoyance et la fermeté que vous me s^ignalez. 

Celte installation complète, à ce qu*it paraft. les principales réformes que Te 
Pape s'est pr(>posé d'apporter dans les conditions et les formes générales de son 
*;ouvernemeiit. La garde civique, le muuicipe de Rome, la Centulfa; il y a cer-' 
laineneui encore, dans iéa Etais romains, dans la législation, rudntinistration, 
l'ardre judiciaire, les tioances, bien des réformes et des progrès à faire, et ht 
?^ y pourvoira saus 4ouâe ; mais il a créé les iustitutioiia à l'aide «Lesquelles 
o'âccofflpliront ces progrès. 11 en a déleriuiiié la nature et la limite. C'est là ce 
(jue donne à penser le spectacle des faits. 

» (Test aussi ce qu'indique Pallocuiion du Pape à la Consulta. Il a vivement 
exprimé son intention d'améliorer de plus en plus le gouvernement de ses Et^tts 
d la condition de sôn'petipTe. Mais il a en même temps fermement déclaré qn*il 
naintiendrait eniière la souveraineté pontificale. Il a invité les membres de la 
Consulta à le seconder avec confiance dans son œnvre de rél6rme; mais il les a^ 
aferiiade ne pas se faisi^er douiinér pur 4e$ perturbateurs qu'il entend réprimer, 
.ni séduire par desittopies qu'il n'entend poiat suivre. 

»0n dit que cette allocution n'a pas produit une impression nelle et Batisùii<» 
saute; on croit surtout y voir un dessein arrêté de ne point admelAre les laïques 
<UrisIe gouvernement romain, et d'en maiuieoir aui seuls ecclésia^iques iapos-^ 
^cssion exclusive. 

H Je ne saurais découvrir dans le langage du Pape rien de semblable. II dé- 
ihre qu*il ne partagera avec personne la souveraineté pontificale; mais il ne dit 
point qu*ll u'admrttra pas dans le gouveliienient, soit dans ses conseils snpé' 
riesrs, soit daiis les diverses fonctions, h tous le$ degrés, les laïques aussi bien 
«pie les ecdémasiiquus. Il fait plus que de ne pas le dire, il prouve qu'il n'en*» 
lead point le Caire, Qu est-ce que la ConsuUa dle^uiôme, sinon une assemblée 
de Jfiâques appelée à prendre part au gouvernemeut? 

• Le Pape leur annonce, il est vrai, qu'il ne partagera pas aveeeux la fiOUte«> 
ninelé; mais il n'entend pas davanl^fge la partager avec les ecclésiatiques. Lee 
cardinaux, le sacré collège ne sont aussi qu'un coiihcil de gouvernement, tm 
COBsetI nécessaire dans certains cas, jamais un pouvoir collatéral et souverain 
pour sa part. * ' 

GertaiBemeinl, si le Pape entendait conserver aux seuls ecclésiastiques Vexer- 



Digitized 



by Google 



i 



(290.) 

cice da goovenienient, 6*il voulûl ne placer daBS son caUnel et dais les hioia 
fonctions que des ecclésiastiques. Il ferait, k noire ayis, une grande finie et en- 
courrait on grand danger. Il se mettrait 'en lutte ouverte avec resprit du teaips; 
il se priverait lui-môme de son plus nécessaire appui : ce n'est pas trop du eon* 
cours des laïques éclairés et intéressés k Tordre, avec les ecdéaiasliqaes, pour 
tenir tète aux théories et aui passions radicales. Le Pape a beaoiikqiie, sur toos 
l^s points, à tous les degrés du gouvernement, à côté de lui comme dans les 
provinces, Tesprit révolutionnaire et anarchique /encontre tous les élémeots saos 
abdiquer en faveur d'aucun, pas plus des laïques que des ecclésiastiqoeSf sa sou- 
veraineté. 

» S'il n'opérait pas ce ralliement, je crains bien qu'il ne ae treovât bientéttrop 
faible pour la lutte qu'il est appelé à soutenir, et dont son allocotioo proore 
qu'il est d^à très-préoccupé.» 

— M l I iii<»^a—^— 

REVUE POLITIQUE. 

La révolution et la contre-révolution en présence, voilà, selon M. Thiers, toute 
la question suisse. 

Nous acceptons volontiers pour notre part la question posée dans ces termes, 
pourvu qu'on laisse aux mots leur véritable signification. 

Oui, c'est bien la lutte entre les idées révolutionnaires et les doctrines reli- 
gieuses et sociales. 

Oui, c'est le despotisme sous le nom de liberté, c'est la légalité préunisos 
masque à tous les excès de la force broute ; c'est bien la révolution sons des r<R^ 
mes hypocrites, violant toutes les libertés, foulant aux pieds la justice, la pro- 
priété, la religion. La question suisse, la voilà bien telle que le radicalisme vient 
de la résoudre, telle que TEurope la comprend. Mais ce n'est pas ainsi que Tea- 
tend M. Tbiers. 

Suivant M. Tbiers, rien n*est plus éclairé, plus juste, plus libéral, plus n^^* 
déré que la révolution. Rien de plus stupide au contraire, rien de plus croel, de 
plus superstitieux que la contre*révolution. 

La contre-révolution, c'est la domination des prêtres, c'est le bnatisine des 
niasses, c'est le règne des privilèges, c'est en un mot Faiicim r^^^aie avec toot 
son cortège d'exécrables abus. 

La révolution» c'est l'affranchissement de la pensée, fémancIpatioD du peapte 
par les lumières, le mérite et la justice au pouvoir, l'ordre et la prospérité par- 
tout. 

Celte incroyable thèse appliquée à la Suisse a fourni à M. Tbiers l'on de ses 
plus longs et de ses plus médiocres discours. M. Tbiers a voulu faire la contre- 
partie de l'admirable discours de M. le comte de Montalembert : Il a essayé de 
soulever l'écrasante accusation sous laquelle le parti radical se débat; oo f^U 
habile sophible, il a pris le r6ie qui va le mieux k sa nature. Il a refiit à sa ntf- 
nière l'histoire des luttes intérieures de la Suisse depuis cinquante ans. H s'est 
Hvré avec toute l'astuce de son talent et toute la fougue de sa passion révolution- 
naire aux plus violentes récriminations contre la cause de l'ordre, de la religioo 
et de la vieille indépendance helvétique. Les oppresseurs de leur pays, les spo- 
liateurs de leurs concitoyens, les meurtriers de leurs frères, ce ne sont plus Itf 
radicaux ni les corps-francs. M. Tbiers vient de nous révéler que ks conisc^ 



Digitized by VjOOQ IC 



(291 ) 
{(Htf, les iASorreciioDS à main armée, les pillagefi et les msasacres, sont TsMiVM 
es préiresi des Jésuites, des religîeaz do Saint- Bernard... 
Noos nous servirons d'une eipression de M. Tbiers, et noas nous bornerons à 
ire qae pour ne pas Oétrir tant d*audace du nom qu'elle mérite, il faut nous fiiîfe 
iolence et contenir notre trop juste indignation. Noqs remercions cependant, aa 
lom de tous les hommes honnêtes et religieux, Thonorable M. de Quatrebarbes, 
|iii a protesté contre un pareil discours» avec le noble aœenl d'un bonnâte 
nomme et d'un chrétien. 



INSURRECTION DB PALBRMB. 

Les craintes que nous avions exprimées il y a denx Jours se sont malheureu- 
semeni réalisées : le peuple de Palerme, enivré par les succès qu'il avait obte- 
DOS, irrité au plus haut degré par le bombardement que la ville avait eu à soof- 
rrir pendant quarante-huit heures, a refusé de se soumettre, après avoir en con- 
naissance des concessions que le roi de Napies venait de faire par les ordonnan- 
ces publiées le i 8 et le 19 janvier. Ces concessions, que nous avons regretté 
de oe pas voir faites plus tôt, n'ont pas satisfait la popobtion de Palerme ; elle 
les a rejelées avec dédain : Palerme persiste à demander la constitution de 1812 
ella convocation immédiate du parlement. Nous ne savons pas quelle a pu être 
b résolution du gouvernement napolitain ; mais les lettres que nous recevons 
DOQs font craindre que si Ton ne se hâte pas de donner prompte et entière sa- 
tisbciion h l'opinion publique, des événements graves ne viennent compliquer 
uoe situation déjà fort difficile. 

Nos lecteurs Bavent déjà que le IS janvier, jour de la fête da roi, le peuple de 
Palerme s'était insurgé, après avoir annoncé qu'il prendrait les armes si à cemo- 
inem-là les réformes auxquelles il aspirait n'étaient pas accordées. 

Le 13, dès sej^t heures du matin, le tocsin appelait aux armes la population, et 
tebniit de la fusillade se faisait entendre. De temps en temps, dans la direction 
du pjlais, reieiilissaient des décharges d'artillerie ; des groupes de quinze à vingl 
individus, armés de fusils de chass*;, de sabres, de cannes à épée, et dirigés par 
des jeunes gens bien mis, parcouraient la ville aux cris de vive Ferdinand H ! 
me la conHHulion de 1812 ! A partir de ce jour, l'insurrection ne Gt que s'éten* 
dre et se foniGer. Après une série de combats souvent meurtriers, Tautorité du 
goovemement ayant tout-à-fait cessé d'être reconnue dans la ville, il s'est éta- 
bli par la force des choses une espèce d'organisation de ce grand soulèvement. 

Le 15, il a été institué différents comités auxquels les insurgés n'ont pas cessé 
d^obéir depuis : V comité de la défense de la ville, présidé par le prince Pantel- 
larta ; 2* comité des Gnances, présidé par le marquis de Rudini ; 3^ comité des 
approvisionnements, présid