(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "La soci�et�e fran�caise au dix-septi�eme si�ecle: An Account of French Society in the ..."

Google 



This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose legal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journey from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing tliis resource, we liave taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's system: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogXt "watermark" you see on each file is essential for in forming people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 

at |http: //books .google .com/I 




iwrvarb College Itbrar; 

noM 

.l.ififu...E.<IU^. 




o 



LA SOCIETE FRANCJAISE 



AU 



DIX-SEPTIEME SIECLE,^ 

AN ACCOUNT OK 

FRENCH SOCIETY IN THE XVIIth CENTURY 
FROM CONTEMPORARY WRITERS 



KDITF.l) FOR THE USF OF SCHOOLS AND COLLBGKS 
WITH AN INTHODUCTION AND NOTES 



BY 



THOMAS FREDERICK CRANE. A.M. 
niormasoR or thk romamck u^ngwacbh in cornei.l uMivKi»mr 



NEW YORK AND LONDON 

G. P. PUTNAM'S SONS 
C^c Ibdcknbockcr Qi 

1889 







ccuEoe 

COPYWCHT BY 

G. P. PUTNAM'S SONS 
X889 






PrtMof 

G. P. PinTiAM's Som 

New York 



M) n CXrV^TTiyT^ Uv-€XjLP^^ 



hn/t: 




-yvL. 



CK. 



d^C^ 



A 



A 



\//T\a.<- 







FOR STUDENTS IN FRENCH. 



TABLEAUX DE LA REVOLUTION FRANgAISE. 
An Historical French Reader. Edited with notes 
by T. F. Crane, A.M.. and S. J. Brun, B.S., 
Cornell University. With an introduction by Presi- 
dent A. D. White. i6mo, cloth . . $1.50 

LE ROMANTISME FRAN^AIS. A selection from 
wTiters of the French Romantic School, 1824-1848. 
Edited for the use of schools and colleges, with an 
introduction and notes, by T. F. Crane, A.M., 
Professor of the Romance Languages in Cornell 
Univeniity. i6mo, cloth .... 9i>50 

LA HOCltTt FRAN(;AISE AU DIX-SEPTlfeME 
SitCLE. An account of French Society in the 
XVI Ith Century, from contcmporar)* ^^Tite^s. Edited 
for the use of schools and colleges, with an intro- 
duction and notes by T. F. Crane, A.M., Professor 
of the Romance Languages in Cornell Universit}'. 
i6mo, cloth 9i-50 



(). P. Putnam's Sons, New York and London 






cfL ,..._. J^ 



in, t- 








FOR STUDENTS IN FRENCH. 



TABLEAUX DE LA REVOLUTION FRANQAISE. 
An Historical French Reader. Edited with notes 
by T. F. Crane, A.M., and S. J. Brun, B.S., 
Cornell University. With an introduction by Presi- 
dent A. D. White. i6mo, cloth . . $1.50 

LE ROMANTISME FRAN^AIS. A selection from 
wTiters of the French Romantic School, 1 824-1 848. 
Edited for the use of schools and colleges, with an 
introduction and notes, by T. F. Crane, A.M., 
Professor of the Romance Languages in Cornell 
University. i6mo, cloth .... 9i*50 

LA .SOClfirfi FRAN(;AISE AU DIX-SEPTlfeME 
SifeCLE. An account of French Society in the 
XVIIth Centur>% from contemporarj' writers. Edited 
for the use of schools and colleges, with an intro- 
duction and notes by T. F. Crane, A.^L, Professor 
of the Romance Languages in Cornell University. 
i6mo, cloth $1.50 



(). P. Putnam's Sons, New York and London 




CONTENTS. 



rAOB 

Pripacb ni 

iMHODUCnON JLlii 

List of Wokks to CoMf vlt xlvii 

I. — L'H6tel de Rambc»uillst. 

X. La Marquise de Rambonillet et sa famille. [Talle- 

mant des Keaox, Les liistoricttfs. III., p. 31 1] . 3 

2. Description dc la Marquise dc Rombouillct el de ses 

titles. [Mile, de Scudery, Artamlne ou le Grand 
Cyrus, VII., pp. 489. 493. 496, 50XJ ... 24 

3. Description de I'Hdtel de Rambouillet. [H. Sauval, 

liutoire et Rechcrches des Antiquity s de la VilU 

de Paris, II., p. 300] 38 

4. L'Hdlel de Rambouillet. [Duchesse de Montpea- 

der, Ilistoire de la Princesse de Papklaganie, p. 

Wl 37 

5. La Guirlandc de Julie. [V. Cousin, La SoeiM Fran^ 

S'oise au XVII* Silclc^ 11., p. 37, and Ch.-L. 
Livel, Prieiettx et PnScieuses, pp. 393, 417] .40 

6. Icttrcs de Voiturc. \(Euvres de Vciture, 1., pp. 

44. 293. 336J 44 

7. PoMes de Voiture. \(EHvrfs de I'fiiture, II., pp. 

310,314] ^ 

S. Portrmits. [Zs Calerie des P0rtrmts de Mademm- 

telle de Montpensier, pp. 95, 41a] 
I. — Portrait de la Manjuise de Scvi|*nc par la Com- 

lesse de la Fayette 63 

U.— Portrait dc MademoiseUc (ait par clle-mcine . G6 

ill 



tv CONTENTS. 



PACK 



9. Description de l*f Ic de Portraiture. [Ch. Sorel, La 
Description de rile de Portraiture, etc., pp. 339, 

364] 74 

II.— Mademoiselle de Scud^ry et les Femmes Sava.vtes. 

1. Mademoiselle dc Scudery decrite par ellc-mcmc. 

[Mile, dc Scudery, Artamcne ou ic Grand Cyrus, 
X., pp. 554. 557, 559i 566] So 

2. Lcs Enncmis de Mademoiselle de Scudery. [Arta- 

mi'He ou ie Grand Cyrus , X., p. 584] . • 89 

3. Les Imitatrices de Mademoiselle de Scudery. [Ar- 

tamine ou le Grand Cyrus, X., pp. 588, 601 J . 92 

4. Les Ennuis d*ttne Savante. \Artamiju ou le Grand 

Cyrus, X. pp. 612, 622, 624] .... loi 

5. Les Vraics Savantcs. [Artamine ou Ic Grand Cyrus, 

X., pp. 664. O75] 109 

6. La Joumec dos Madrigaux. [K. Co!oml)cy, A.i 

Joumcc dcs Madri\^aux suivic </<■ la Gazette de 
Tcndrc, etc., p. 15] 123 

7. La Carte dc Tcndre. [Mile, de Scudcr>-, CiJUc, I., 

p. 391] 130 

8. La Gazette de Tendre. [La Jounu'e des Aladri^aux, 

etc., p. 63I 14' 

IIL — Les PufeciKUSEs. 

I. Les Precieuses decrites par I'abbc de Pure. [La 
Pritieuse, ou le Mystvre de la Ru*'fle, L, pp. 19, 
70, 165] 149 

3. I\)rirait dcs Precieuses. [La GaU-ric j\'s Portraits de 

Mademoiselle de Montpensier, ^. ^i^] . . lOS 




CONTENTS. V 

PACK 

3. Le Cercle. [(Euvres chainrs de Saint'Avrem^nd, 

p. 106] . 174 

4. Une Visite k une Pr^cieuse. [Ch. Sorel, La vraie 

histoire comique de Francion, p. 225] . . 179 

5. Les Prtfcicttses de Province. [ Voyage de ChapelU et 

de Bachaumont^ p. 43] 184 

6. Une Declaration. [Mdmaires de FUchier sur Us 

Grands-Jours d*Auvergfu en 166^^ p. 14] . 187 

IV.— Les RftGL£8 de la CiviUTi. 

1. Les Loii de la Galanterie. [Nouveau Recueil des 

Pikes les plus agriables de ce Tetnps, p. 28] . aox 

2. L'llonn^te Homme, ou TArt de plaire k la Cour. 

[N. Faret, VHoneste Homme^ etc., p. 188] , . 2x3 

3. L*Honn^te Femme. fj. Du Boac, VHonneste 

Femme, p. 212] 2x7 

4. Nottveau Trait^ de la Civilite. [A. de Coortin, 

Nouveau TraiU dt la Civijit^f, etc., p. 86] . . 2ax 

5. L'Etprit de Cour. [Ren^ Barry, V Esprit de Cour, 

ou les Conversations galantest pp. 140, 255, 332] . 228 

6. De la Conversation. [Mlie. de Scud<^ry, Conversa^ 

tions sur divers suj'ets, L, p. i] . . . . 240 

Notes 263 

Index 339 




INTRODUCTION. 



§ I. Polite society, in the sense in which we 
understand the word — the familiar association of 
the two sexes on the footing of equality, — did not 
exist in France until some time after the beginning 
of the XVI Ith century. The civil wars which 
rent the kingdom during the close of the reign 
of Henry III., and the early part of that of 
Henry IV., were not favorable to the cultivation 
of refined manners, nor did they a£ford the leisure 
and freedom from anxiety, which are indispensable 
to social intercourse. Even after Henry IV. gained 
undisputed possession of his realm in 1594, ^^ ^^ 
involved in the war with Spain ; and it was not 
until after this struggle was terminated by the peace 
of Vervins, and the dissensions between the Catho- 
lics and Huguenots were allayed by the Edict of 
Nantes (both of which events occurred in 1598), 
that the king was able to devote himself to the 
difficult task of repairing the ravages wrought by 
thirty years of civil and foreign wars in every de- 
partment of the state and in every grade of society. 
The king himself, ^n spite of many noble qualities, 

xiii 



XIV INTRODUCTION. 

was bred in camps, and his rough manners and 
loose domestic life made his court no school for 
Tnaiiners or morals. 

In 1600 the king married an Italian princess, 
Marie de M^dicis, Avho introduced into France one 
of the two elements which profoundly modified 
French society and literature in ihe XVIIth cen- 
tury. The influence of Italy on France, to which 
I refer, was felt, it is true, much earlier, and was 
due partly to political causes, such as the French 
interference in Italy, which began with Charles 
VIII. (1494), and the marriage of Henry II. to 
Catherine de Medicis (1533) ; and partly to the 
great intellectual movement, known as the Renais- 
sance, which spread from Italy into France early in 
the XVIth century. Still, to Marie de Medicis is due 
not merely the continuance of this influence, but 
also the visit to Paris of the Italian poet Marino 
(1615), and the re-establishment of a troupe of 
Italian comedians in that city. The influence of 
Marino, who introduced into France the affected 
style, which in England was called Euphuism, was 
profound on French style, both in prose and poetry, 
while Moli^re's early plays show how deeply he 
was indebted to the Italian comedy. 

The second influence or element in French 
society, to which I have above alluded, was the 
Spanish, which, although it also began much 




INTRODUCTION. xV 

earlier, was chiefly due to the marriage in 1 6 15 of 
Louis XIII. to Anne of Austria, daughter of Philip 
III. of Spain. 

These two styles cannot be characterized better 
than by quoting the words of Cousin (La yeunesse 
de Afme. de Longueville^ p. 125): '' Le genre 
espagnol, c*6tait, au d^but du XVII*si%cle, la haute 
galanterie, langoureuse et platonique, un h^rotsme 
un peu romanesque, un courage de paladin, un vif 
sentiment des beaut^s qui faisait Colore les 6glogues 
et les idylles en vers et en prose, la passion de la 
musique et des s6r6nades atissi bien que des car- 
rousels, des conversations ^l^gantes comme des 
divertissements magnifiques. Le genre italien 6tait 
pr6cisement le contraire de la grandeur, ou, si Ton 
veut, de I'enflure espagnole, le bel esprit pouss6 
jusqu' au rafiinement, la moquerie et un persiflage 
qui tendaient & tout rabaisser. Du melange de ces 
deux genres sortit I'alliance ardemment poursuivie, 
rarement accomplie en une mesure parfaite, du 
grand et du familier, du grave et du plaisant, de 
I'enjou^ et du sublime." To the Spanish influence 
we owe the Cid^ to the Italian the Astrie, 

g 11. These two influences were united in a 
social and literary coterie | which takes its name 
from the residence of a noble family whose history 
must now be briefly recounted. Jean de Vi- 
vonne (1524-1599), sieur de Saint-Gohard, after- 



XVI INTRODUCTION. 

wards first Marquis de Pisani, was French ambas- 
sador to Spain and Rome, where he married in 
1587 Julia Savelli, widow of Luis des Ursihs, 
herself a descendant of the noble family of the 
Strozzi. The only issue of this union was Catherine 
de Vivonne, Marquise de Pisani, bom at JRome in 
1588. Owing to the unsettled state of France 
(struggle between the Catholics and the Huguenots, 
between the King and the League), the Marquis de 
Pisani did not take his family to Paris until about 
1595, where he died four years later. On the 26th 
of January, 1600, Catherine de Vivonne, then not 
yet twelve years old, was married to Charles d'An- 
gennes, vidame du Mans (see note to p. 3, 1. 11) 
at that time, afterwards Marquis de Rambouillet, 
and himself, too, of an illustrious family. It is not 
strange that the marquise should have cherished 
some family pride (see p. 24), and her eminent 
social position explains her independence of the 
court, and her ability to gather about her all that 
was highest and best in the kingdom. The mar- 
quise had seven children, two sons and five 
daughters. One of the sons, who bore his father's 
early title, died of the plague in ^631 ; the other, 
known as the Marquis de Pisani, was killed at the 
battle of Nordlingen in 1645. Three of the 
daughters became nuns, and attained the rank of 
abbess. The eldest, Julie-Lucine, bom about 1605 




INTRODUCTION. xvil 

(according to Tallemant, 1607 according to Livet), 
became in 1645 the wife of the Marquis de Montau- 
sicr ; the youngest, Ang^lique-Clarice, married in 
1658 the Count de Grignan (his third wife was 
the well-known daughter of Mmc. de S^vign^). 
The Marquis de Rambouillet died in 1652 ; his 
wife survived him thirteen years. 

After the rebuilding of the Hdtel de Rambouillet 
(see p. 5), which occupied from 16 10 to 161 7, the 
marquise opened her house to her friends and 
acquaintances, and her receptions, which continued 
until the Fronde (1648), brought together every 
evening the choicest society of the capital, and 
produced a profound influence upon the manners 
and literature of the day. The marquise ceased 
attending court some years before the death of 
Henry IV., her refinement and pure character 
finding there an uncongenial atmosphere. The 
marquise was not alone a woman of society, but 
was carefully educated (see p. 5) and fond of 
literature. Consequently, the reunions at the 
Hdtel de Rambouillet were distinguished by a 
happy combination of rank and letters. Still more 
important was the new position assumed by the 
hostess and the ladies who frequented her house. 
Until the XVI Ith century the crudest views pre- 
vailed as to the education and social position of 
woman. It was at the Hdtel de Rambouillet that 




xviii IN TROD UCT2QN. 

her position as the intellectual companion of man 
was first recognized, and this position of equality, 
and the deferential respect which followed it, had a 
powerful influence in refining the rude manners of 
men of rank whose lives had been passed in camps, 
and of men of letters who had previously enjoyed 
few opportunities for social polish. The two 
classes met for the first time on a footing of equal- 
ity, and it resulted in elevating the occupation of 
letters, and imbuing men of rank with a fondness 
for intellectual pursuits. 

The reunions at the H6tel de Rambouillet began, 
as has been said, about 1617, and extend until the 
Fronde (1648) or a few years later. This period 
Larroumet {Pr^cieuses Ridicules^ p. 14) divides into 
three parts : from 16 17 to about 1629 ; from 1630 
to 1640 ; and from 1640 to the death of the mar- 
quise in 1665. During the first period the habitues 
of the Hdtel de Rambouillet were, of men of rank : 
the Marquis du Vigean, father of the Mile, du 
Vigean, who Avas the object of the great Conde's 
love (see note to p. 45, 1. 12) ; the Marechal de 
Souvr^, father of the celebrated Marquise de Sabld 
(mentioned p. 41, 1. 5) ; the Duke de la Tremoille ; 
Richelieu, then Bishop of Lugon ; the Cardinal de 
la Valette (see pp. 6, 1. ii ; 44, 1. 15) ; of men of 
letters : the poets Malherbe (see p. ^y 1- 23), Ra- 
can, Gorabauld, Chapelain (see p. 16, 1. 7) ; and 




INTRODUCTION. XIX 

the notorious Marino ; the preacher Cospeau ; Go- 
deau, afterwards Bishop of Vence ; the gramma- 
rian Vaugelas ; a little later, Voiture (see pp. 36, L 
10 ; 44 ; 187, ]. 9) ; Balzac and Segrais. Of the 
ladies who frequented the Hdtel de Rambouillet 
during this period the best known were : Mile. 
Paulet (see pp. xo, 1. 5 ; 147, 1. 22) ; the Princesse 
de Montmorency (see note to p. 6, 1. 11) ; Mile, du 
Vigean ; and the daughters of the Marquise de 
Rambouillet, of whom the eldest, Julie d'An- 
gennes, until her marriage in 1645 to the Marquis 
de Montausier, was the soul of the reunions of the 
Hdtel de Rambouillet. 

The second period was that of its greatest brill- 
iancy. To the illustrious names just mentioned 
must be added the great Cond^ ; the Marquis de 
Montausier (see p. 40, 1. 19) ; Saint-l&vrcmond (see 
note to p. 1 74) ; and La Rochcf oucald ; to the men 
of letters : Sarrasin (see p. 187, 1. 6) ; Costar (see p. 
186, L 19) ; Patru (see note to p. 13, 1. 23) ; Conrart 
(see under the name of Th<k>damas, pp. 126, 1. 8; 
147, I. 18) ; Georges de Scud^ry (see p. 186, 1. 20) ; 
Mairet ; Colletet ; Manage (see p. 186, L 16) ; Ben- 
serade ; Cotin ; Desmarets ; Rotrou ; Scarron ; P. 
Comeille ; Bossuet ; etc. Among the ladies were : 
Mile, de Bourbon, later Duchesse de Longueville 
(see p. 45, 1. 12) ; Mile, de Coligny ; Mme. Aubry 
(sec p. 42, 1. 12) ; and Mile, de Scud<iry (see p. 32 
1. 10), yet unknown as a writer. 



XX INTRODUCTION. 

After 1640 the H6tel de Rambouillet began to 
decline ; but two names of importance belong to 
this period : Mme. de la Fayette (see note to p. 
62) ; and Mme. de S^vign6 (see note to p. 62). In 
1645, as we have already said, Julie d* Angennes 
married the Marquis de Montausier and followed 
him to his government of Saintonge. Voiture died 
in 1648, the year which witnessed the outbreak of 
the Fronde, after which the reunions at the Hotel 
de Rambouillet virtually ceased. The Marquis de 
Rambouillet died in 1653, and his only son was 
killed at the battle of Nordlingen in 1645 (see p. 
14, 1. 19). The marquise survived, it is true, until 
1665, but the last years of her life were spent in 
comparative retirement. 

The above division and enumeration of Larrou- 
met are convenient for reference, but the student 
must not infer (as Larroumet does) that there was 
any practical distinction in the spirit which per- 
vaded the H6tel de Rambouillet during these 
various periods. 

§ III. What this spirit was can best be seen 
from a rapid sketch of the persons who gave the 
tone to the reunions of the Hotel de Rambouillet. 
Of the persons of rank mentioned above two only 
can be here dwelt upon (the tastes and habits of 
the Marquise de Rambouillet and her family are 
fully described in the extracts in the text) : the 




INTRODUCTION. XXI 

Marquise de Sabl^ and the Marquis de Montausier. 
The former, Madeleine de Souvr^, of a noble family 
holding high positions in the army and state, was 
bom in 1599, and married in 1614 the Marquis de 
Sabl^. The marquise was famous for her beauty 
and intelligence, and was one of the ornaments of 
the court of Louis XIV., and an habitiUe of the 
Hdtel de Rambouillct during its roost brilliant 
period. She lost her husband in 1640, and in 1646 
(at the siege of Dunkerque) her second son, the 
Marquis de Laval ; her affairs became confused, 
and she withdrew some time before 165 1 to the 
Place Royale (see note to p. 35, 1. 3), where she 
held receptions of her own, and attended the Same- 
dis of Mile, de Scud^ry (see § V.), and the court 
of Mademoiselle at the Luxembourg (see note to 
p. 66). Shortly before 1659 Mme. de Sabld was 
converted and became a Jansenist (see note to p. 
178, 1. 10), and withdrew to the convent of Port- 
Royal, where she remained until her death in 1678. 
She contributed to the society of the H6tel de 
Rambouillet a refinement and delicacy of spirit 
and good-taste which she carried into all the affairs 
of life. Although she wrote little herself (a volume 
of Maximes appeared the year of her death), she 
contributed greatly to the cultivation of that pe- 
culiarly French style of composition — maxims, 
reflections, thoughts, etc., — in which her friend La 



xxil INTRODUCTION, 

Rochefoucauld is so famous. In short, Mnie. de 
SabI6 is the perfect type of the best society of the 
XVIIth century, the union of elegant manners and 
delicate taste with high intellectual attainments and 
literary interests. 

Charles de Sainte-Maure, baron de Salles, be- 
came Marquis de Montausier by the death of his 
elder brother. He was born in 1610, and educated 
at the Protestant school of Sedan, and later at the 
military academy at Paris. He early displayed 
great fondness for literature, and became with his 
brother a frequenter of the Hotel de Rambouillet 
Both brothers were smitten by the charms of Julie 
d'Angennes, and there was some talk of marrying 
her to the elder, who was killed at the capture of 
Bormio in 1635. Charles, now Marquis de Mon- 
tausier, had already begun his military career, and 
proved himself a brave rind capable officer. His 
attachment to Julie increased in fervor, but she 
showed such an aversion to marriage that their 
engagement dragged on for ten years. It was in 
the course of it that Montausier (during a lull in 
the military operations of the year 1639) offered to 
her the famous gift of the Guirlande (see p. 40), the 
most characteristic product of the period. One of 
the obstacles to his union with Julie, the diflference 
of religion, was overcome by Montausier, who be- 
came a Catholic in 1645, and the same year their 




INTRODUCTION. xxiii 

marriage was celebrated at Ruel. Montausier's 
career from this moment was assured. He was 
created duke and peer in 1664, his wife was made 
governess of the royal children and dame d^honneur^ 
and he himself governor of the Dauphin. He died 
in 1690 (having survived his wife twenty-five years). 
Montausier was noted for his fondness for litera- 
ture, and was a generous patron of scholars. Tal- 
lemant (II., p. 527) says : " He speaks of hardly any 
thing but books, and sees M. Chapelain and M. 
Conrart more regularly tlian any one. He is obsti- 
nate and has very poor taste ; he prefers Claudian 
to Virgil. He attends the Satnedis quite often. He 
has made translations ; notice the (ine author whom 
he has chosen ; he has turned Persius into French 
verse." He wrote himself sixteen of the madri- 
gaux in the Guirlande de yulie. He has long been 
supposed to be the original of Alceste in Moli^re's 
I^ Misanthrope y and, in fact, was renowned during 
his lifetime for his rude and austere manners. Tal- 
lemant says (II., p. 528) : ** Never was there one who 
had greater need to sacrifice to the Graces. He 
cries out, he is rude, he quarrels with you openly, 
and if he scolds one he sets before him all his past 
iniquities," and adds : *' that Madame de Rambou- 
illet says he is mad from excess of wisdom." What 
is especially characteristic of the period and society 
is that a soldier, who was also a great noble, should 



xxiv INTRODUCTION. 

not only dabble in literature himself, but chose as 
his intimate associates and friends men of letters 
like Chapelain and Conrart. 

It is not possible to describe in detail the large 
number of men of letters who frequented the Hotel 
de Rambouillet at various times. Those only who 
gave it tone can be mentioned here, and that but 
briefly. Two groups may be made : the Academi- 
cians, and those against whom, for various reasons, 
the doors of the Academy were shut. 

The Academy, as is well known, had its origin 
about 1629 in the weekly reunions of a club of 
men of letters at the house of Valentin Conrart, 
who afterward became its first perpetual secretary. 
Conrart, bom in Paris in 1603, belonged to a botir- 
geois family, and inherited from his father wealth 
enough to enable him to devote his life to letters, 
and to purchase the honorable position of a secre- 
tary to the king. His early education was neg- 
lected, and his ignorance of Latin and Greek 
proved a serious obstacle to his success as a man 
of letters. He knew, however, Italian and Spanish 
well, and wrote and spoke his native tongue with 
unusual purity. He became a frequenter of the 
H6tel de Rambouillet about 1630, and occupied 
there a commanding position in spite of the fact 
that he was a Protestant and not of noble birth. 
Conrart produced no literary work of importance. 




INTRODUCTION. XXV 

He dabbled a little in poetry (it is not certain 
that the madrigaux in the Guirlande de yulie^ signed 
M. C, are by him, notwithstanding V. Cousin's 
assertion that they bear his name in a certain MS. 
See Bourgoin, p. 238), wrote many letters, and left 
Af /moires. He was not only intimately connected 
with the society of the H6tel de Rambouillet, but 
also with that which gathered later about Mile, de 
Scud^ry (see § V.), and became in some sort its 
secretary, and to him we owe the preservation of a 
vast amount of material for the history of French 
society in the XVHth century (see note to p. 123, 
''La Journ^e des Madrigaux." He died in 1675 
universally respected and regretted. 

Of even greater importance than Conrart is Vin- 
cent Voiture, the most perfect and complete repre- 
sentative of the intellectual spirit of the society of 
the H6tel de Rambouillet during the first half of 
the XVHth century. The son of a wealthy wine- 
merchant, Voiture was born at Amiens, in 1598, 
and as he seemed too delicate to follow his father's 
trade, he was carefully educated at the college of 
Boncour, and afterwards studied law at the uni- 
versity of Orleans. He went at an early age to 
Paris, and in 16 14 attracted by some verses the 
attention of the king's brother, Gaston, who gave 
him a position in his household. He was intro- 
duced into the society of the H6tel de Rambouillet 



XXVI INTRODUCTION. 

about 1624, by M. de Chaudebonne (see note top. 9, 
1. 22) and was fortunate enough to win the regard 
of the marquise and her friends by his wit and gal- 
lantry. He soon became the most influential mem- 
ber of the coterie, and his elegant badinage was 
considered a model of its kind. In the service of 
Gaston he undertook a mission to Spain in 1632, 
and was absent three years, during which time he 
wrote a great number of entertaining letters to his 
friends in Paris. He made several other official 
journeys, and obtained a position in the king's 
household which obliged him to follow the court. 
After 1642 he left Paris only for brief visits to the 
residences of his noble friends in the country. He 
died in 1648. His literary remains fill two small 
volumes, and consist of letters (about three-quarters 
in bulk of his works) and occasional poems. The 
latter are no better and no worse than the majority 
produced by the society in which he lived. His 
letters created the easy familiar epistolary style 
which was greatly needed after the heavy solem- 
nity of Balzac. His works, prose and poetry, are 
full of what we now consider affectation and bad 
taste, but they are a faithful reflection of the 
society in which they were produced, and that now 
constitutes their value for us. Voiture's personal 
influence on the H6tel de Rambouillet will be con- 
sidered in the following section. 




i«Mi 



INTRODUCTION. XXVll 

The remaining men of letters must be more 
briefly dismissed. A more serious element was in- 
troduced by Paul Pellisson (born at Bdziers in 
1624, died at Versailles 1693), now remembered 
chiefly for his history of the Academy, of which he 
became a member in 1653. He was involved in 
the disgrace of Fouquet and imprisoned in the 
Bastile 1661-66. He later gained the favor of 
Louis XIV., who made him historiographer. His 
intimacy with Mile, de Scud^ry and his influence 
upon her coterie will be considered later, (see § V.). 
His works were chiefly historical, and his poetry, 
which appeared in the fashionable collections of 
the day, is mediocre in its character. 

One of the most interesting flgures among the 
class we are now considering was Antoine Godeau 
(1605-167 2), a cousin of Conrart, later bishop of 
Grasse and of Vence. At the H6tcl de Ram- 
bouillet he was known as U nain de yulie on ac- 
count of his shortness, and figures in the corre- 
spondence and romance of the day under the name 
of Le Mage de Sidon, While at Paris Godeau dif- 
fers in no respect from the others of his circle in 
gallantry and ability to write elegant trifles, but 
when he withdrew to his bishopric he became a 
worthy prelate, and his writings, which are chiefly 
of an edifying nature, are distinguished for their 
elevated character. 



xxviil INTRODUCTION, 

One of the most prominent of the group of 
academicians was Jean Chapelain (i 595-1674), 
who as early as 1627 was one of the frequenters 
of the Hdtel de Rambouillet, where he long enjoyed 
the special favor of the marquise and Montau- 
sier. Although he had published almost nothing 
he was the literary oracle of the day. One of the 
first members of the Academy, charged by Colbert 
with the task of drawing up a list of writers and 
scholars to receive royal pensions, he long enjoyed 
an exceptional renown, which was rudely destroyed 
by the appearance of twelve cantos of his epic 
poem, La Pucelle d* Orleans, in 1656. This work had 
been eagerly looked forward to for twenty years, but 
utterly failed to realize the high expectations which 
had been formed of it. The twelve remaining can- 
tos were not published until long after the author's 
death. The ridicule of Boileau touches only the 
poet, and the satirist recognized in the man the 
many estimable qualities which justly gave him a 
prominent position in the society of the Hdtel de 
Rambouillet. 

Fl^chier, the friend of Montausicr, whose funeral 
oration he pronounced, as well as that of Mme. de 
Montausier, will be found briefly described in the 
note to p. 187 ("Une Declaration"). 

It is of some importance in its bearing upon the 
general question of the character of the society of 




INTRODUCTION. XXIX 

the H6tel de Rambouillet to remember that among 
its frequenters were Gilles Manage (1613-1692) and 
the Abb6 Charles Cotin (i 604-1682), who are so 
cruelly ridiculed by Moli^rc in the Femmes SavanUs^ 
where Cotin appears under the name of Trissotin 
(it is said that Moli^re at first used the name of 
Tricotin), and M6nage under that of Vadius. Ma- 
nage is the type of the scholar of the day, some- 
what pedantic, it is true, but a wit and a man of 
society, welcome in the rtulle as well as in the 
assemblies of the learned. His leaning toward 
satire made him many enemies, and closed against 
him the doors of the Academy. Cotin was the 
type of the gallant ecclesiastic, as successful in the 
pulpit as in the parlor. He has left a collection of 
enigmas, rondeaux, etc., and (Euvr^s gaianlcs {ixom 
which Moli^re took literally, with a change of dedi- 
cation, the famous sonnet on the fever of Princess 
Urania, and the madrigal on Un carrasse de couUur 
amaranie in the Femmes SavanUs^ III., 2). Cotin's 
works represent the extremes to which the elegant 
trifling of Voiture could be carried. 

Another characteristic figure of the times is the 

I Abb6 d'Aubignac (Fran9ois H^delin, 1604-1676), 

' whose Pratique du thddtre (1657) was until Hemani 

the code of dramatic composition. We are not 

here concerned with his various literary quarrels 

or works of erudition. It is more important to 



XXX INTRODUCTION. 

recall the fact that he was the author of the 
NouvelU Histoire du temps^ cm Relation du Royaume 
d€ Coqucterie (see note to p. 130, " La Carte de 
Tendre "), and Les Portraits igards (see note to p. 
62, "Portraits"), in both of which is carried to 
exaggeration ^^ pi-dcieux s^^mX. of the day. 

The last of the literary frequenters of the Hdtel 
de Rambouillet who can be mentioned here is 
Jean-Frangois Sarrasin (the name is often written 
Sarrazin or Sarasin), 1605-1654, whom Cousin 
(La SociM FranfaisCf II., p. 192) calls, " le meilleur 
disciple de Voiture et son veritable h^ritier." He 
was attached to the household oi the Prince do 
Contl and on intimate terms with the hostess of the 
H6tel de Rambouillet and Mile, de Scud^ry. He 
excelled in the style created by Voiture, and also 
in that of burlesque, of which Scarron was the 
master. 

§ IV. An attempt has been made by Larroumet 
{JPricicuses Ridicules^ p. 27) to establish two distinct 
periods in the intellectual development of the Hdtel 
de Rambouillet : one before Julie d'Angenues as- 
sumed prominence there, and the other afterwards. 
During the first period Corneille's influence pre- 
dominates, and his comedy M/iite gives a true 
picture of the polite society of the day, while its 
language is reflected in the Remarques of Vaugelas, 
The second period is distinguished by the predorai- 




INTRODUCTION. xxxi 

nance of writers like Chapelain, Manage, etc., and 
the Guirlande de ^ulie is the characteristic work of 
this epoch. Larroumet, however, confesses that 
Balzac and Voiture were the favorite writers of the 
Hdtel de Racnbouillet during the iirst period, and 
this confession is all that is needed to establish 
beyond any reasonable doubt that practically the 
same tone, social and literary, prevailed at the 
Hdtel de Rambouillet during its entire existence, 
although at times somewhat more strongly marked 
than at others. This tone was a refinement which 
easily ran into affectation. The style of prose 
composition most cultivated at the Hdtel de Ram- 
bouillet was the epistolary, created by Balzac and 
brought to perfection by Mme. de Sdvignd. Into 
this style Voiture introduced a light and playful 
spirit, which is characteristic of all his works. In 
poetry nothing higher than occasional poems were 
produced, and here again Voiture is easily the 
master. 

What, however, was cultivated at the Hdtel de 
Rambouillet with the greatest ardor was conversa- 
tion. The best idea of these conversations, which 
played such an important part in the diversions of 
the Hdtel de Rambouillet, can be formed by a 
perusal of Cyrus and C////>, and for the more serious 
ones of Balzac's Discourse especially the first four 
dedicated to the Marquise de Rambouillet, and 



xxxil INTRODUCTION, 

treating, two, of the Roman character, of Maecenas 
and of Glory. Sometimes a subject, generally of a 
gallant nature, was chosen and discussed as in 
Cyrus, VII., p. 378 (cited by Livet, Precieiiscs Ridi- 
culcSy p. 93) : ** Ce que je vous demande en termes 
g^n<^raux est lequel vous croiriez le plus malheu- 
reux, ou celui qui ne verroit jamais la personne qu'il 
aimeroit, ayant la certitude d'en 6tre aim^, et 
sachant que son rival la verroit continuellemcnt, ou 
celui qui la verroit toujours en sa puissance sans 
jamais pouvoir toucher son coeur." This question 
was discussed and settled in the romance by 
M^gabate (M. de Montausier). Typical conversa- 
tions of the day will be found in the text, pp. 221, 
228, 240. 

Other literary diversions consisted in poetical 
games, such as filling up bouts-rimh (see note to p. 
125, 1. 3), composing madrtgaux, enigmas, etc. 
Music (in which Mile. Paulet, see note to p. 10, 
I. 5, excelled) and dancing were favorite amuse- 
ments, and the marquise invited to her house to 
play the famous actors of the day (see Cousin, La 
SoMt/ FratifatsCj I., p. 324, n.). The fondness of 
the marquise for surprising her friends is described 
in detail in the text (p. 7, and elsewhere), and she 
was not above a practical joke (sec p. 9). Indeed, 
practical joking was frequent at the Hdtel de Ram- 
bouillet, and the pages of Tallemant are full of in- 




INTRODUCTION. xxxiil 

stances of it. They were sometimes a little coarse, 
but not often so rude as where Voiture one day 
met in the street a couple of bear-leaders and con- 
ducted them with their muzzled beasts very quietly 
into the apartment of the marquise, who was 
sitting with her back to the screen. The animals 
climbed up on the screen, and when the marquise 
turned around at the noise she saw two bears' 
heads over her (Tallemant, III., p. 53). 

§ V. The influence exerted by the Marquise de 
Rambouillet was largely social. She wrote but 
little herself, and has, left no literary work. The 
character we have now to consider exerted a wide 
influence, both social and literary, through her per- 
sonal qualities and her works, which were the de- 
light of her age. She is the first of the long list of 
modem women of letters, and deserves a careful 
and extended notice. 

The family of Madeleine de Scud^ry was origi- 
nally from Apt, in Provence, which her father left 
towards the end of the XVIth century to follow 
the fortunes of de Villars, who became admiral 
and governor of Havre. There Georges de Scud^ry 
filled some unimportant military position, and mar- 
ried in 1599 a lady of good family from Normandy. 
Two children were the issue of this marriage, both 
bom at Havre, Georges in 1601, and Madeleine in 
1607. Their father died in 1613, «and their jxiother 



XXXiv INTRODUCTION. 

six months later (see text, p. 80). The children 
were taken care of by an uncle, and received an 
education which predisposed both to a literary 
career. Madeleine learned all that was then 
taught a young girl of family, writing, spelling, 
dancing, drawing, painting, and needle-work. She 
also learned Italian and Spanish, and was espe- 
cially fond of the romances then in vogue, such as 
Th/ag^ne et CharicUe^ and the Astr/e. Her brother 
entered the army, but failed to achieve success, and 
soon (about 1630) abandoned the profession of 
arms for letters, and established himself at Paris, 
where he produced a number of plays, and took a 
prominent part in the quarrel of the Ctdy winning 
the favor of the public for a time, and the protec- 
tion of Cardinal Richelieu. 

In 1639 Madeleine joined her brother in Paris, 
where, with a brief interruption, they lived and 
worked together for sixteen years. Georges intro- 
duced his sister to the society of the Hdtel de 
Rambouillet, which was then in its most brilliant 
period, and where she made many warm friends by 
her engaging qualities and genius for conversation. 
In 1642 the cardinal appointed Georges governor 
of Notrc-Dame-de-la-Garde, a fortress near Mar- 
seilles, of which he did not take possession until 
1644, and whither his sister accompanied him. 
They resided in Marseilles, where they found a 




MIMttI 



INTRODUCTION. XXXV 

very cultivated society, which has left many traces 
in Madeleine's works. In 1647 ^^y returned 
to Paris. During the Fronde, which began the 
following year, the Scud^rys espoused the side 
of the Cond^s, to one of which illustrious family, 
Mrae. de Longueville, the Cyrus was afterwards 
dedicated. This famous romance appeared (1649- 
1653) under the name of the brother, who 
had already published in 1647, Ibrahim^ ou VIl- 
lustre Bassa^ in the composition of which the 
sister doubtless had a large share. CUlie (1654- 
x66i) followed, still under the name of Georges, 
and met also with great success. Although the 
authorship of the above works is now attributed 
solely to Madeleine, it is probable that the brother 
contributed his share (according to Cousin, La 
SocUU Fran^aise^ II., p. 118, the adventures and 
romantic portion). 

Georges, in consequence of his attachment to the 
Prince de Cond^, was obliged to leave Paris in 
1654, and withdraw to Graville, near Havre, where 
he married. From this time until his death, in 
1667, his sister preserved her independence, al- 
though her next romance, Almahide^ ou PEsciave 
Reyru^ appeared in 1660 with the ambiguous state- 
ment "par M. de Scud^ry." 

Before the brother's departure, as early as 1653 
Madeleine held in her own residence (in the VieilU 




XXXVl INTRODUCTION. 

rue du Temple) the receptions, which, from the day 
they occurred, were known as the Samedis (the 
character of these reunions and their Jiabituis will 
be considered later). Here she lived until her 
removal in 1675 to the rue de Beauce^ surrounded 
by a large circle of admiring friends, and famous 
throughout Europe. Her pen brought her in a 
considerable income, to which were added a royal 
pension and such presents as the delicacy of her 
friends allowed them to make. Her last romance, 
Mathiide, appeared anonymously in 1667. In her 
new residence the same mode of life was continued, 
and here she wrote, or arranged, the ten volumes 
of Cottversations (see note to p. 240, " De la Conver- 
sation"), which appeared between 1680-1692, and 
here she ended a blameless life in an exemplary 
manner on the 2d of June, 1701. 

Mile, de Scuddry's literary work consists of a 
small amount of poetry of no particular value, a 
large number of agreeably written letters, five ro- 
mances, two novels, ten volumes of conversations, 
some discourses, and a description of Versailles. 
Her fame as a writer rests upon the Cyrus and 
CUlie^ which belong to the class of heroic-gallant 
romances invented by Gomberville (1600-1674) and 
perfected by La Calpren^dc (1610-1663). Their 
peculiarity consists in describing contemporary so- 
ciety under the disguise of ancient history. The 




INTRODUCTION. XXXVU 

plot of Cyrus is taken from Xenophon {Cyropadia) 
and Herodotus, with many arbitrary additions by 
the author ; in the CUlie the historical element (the 
scene is laid in Rome in the time of Tarquin the 
Proud) is more freely handled. The enormous 
length of these romances — each is in ten closely 
printed volumes, the Cyrus (edition of 1650-1653) 
containing 12,946 pages, not including prefaces, 
dedications, privileges, etc., unnumbered at begin- 
ning and end of volume, — their heavy style, and 
often clumsy grammatical construction would ren- 
der them now unreadable, were it not that V. 
Cousin discovered in the Library of the Arsenal at 
Paris a key to the characters in the Cyrus^ which 
enabled him to draw from a romance a description 
of French society in the XVIIth century of his- 
torical value. A similar key, not so complete, 
exists for the CUlie (see K5rting, op. cit. I., p. 437). 
Read in this light vol. VII. of Cyrus and many 
parts of CUlie assume a new interest, and will con- 
tinue to be read by all students of the XVIIth 
century. 

The Samedis held at the residence of Mile, de 
Scud^ry (and sometimes at the houses of her 
friends and neighbors Mme. Arragonais (see note 
to p. 123, 1. 7, and Mile. Boquet, sec note to p. 148, 
1. 10) were a continuation of the reunions of the 
H6tel de Rambouillet, interrupted by the Fronde 



XXXViii INTRODUCTION. 

and the marriage and departure of Julie d'Angen- 
nes. The same society met there, except that 
fewer names of the great nobility are to be found. 
An attempt has been made to exaggerate the bour- 
geois character of the Samcdis^ but when Mon'tau- 
sier was in Paris he was constant in his attendance, 
and other noble gentlemen and ladies who had 
formerly frequented the Hdtel de Rambouillet 
were among the habituds of the Samcdis, It is true 
that men of letters predominated. There, as well 
as at the Hdtel de Rambouillet, were to be seen 
Chapelain, Conrart, Sarrasin, Godeau, Manage, etc., 
and many new names mentioned in the notes to 
the " Gazette de Tendre" (p. 141). The place of 
Voiture at the Hdtel de Rambouillet was taken at 
the Samedis by Pellisson, between whom and Mile. 
de Scuddry a pure and lasting friendship existed. 
The occupations of the Samedis did not differ mate- 
rially from those of the other reunions of the day, 
the Hdtel dc Rambouillet included. Conversation 
had a prominent place, as well as writing verse, 
communication of work in progress, discussions of 
literary topics, etc. When the meeting was more 
than ordinarily interesting Pellisson took notes of 
it and drew up a report in which he incorporated 
the pieces which had been read or composed (see 
Cousin, La SociM Franfaise^ II., p. 255). One such 
report, preserved among the papers of Conrart, 




INTRODUCTION. xxxix 

with his notes, will be found in the text (p. 123, 
'' La Journ^e des Madrigaux ") and gives a perfect 
idea of the tone of the Samedis, From the same 
circle also arose the Carte de Tendre (p. 130) and 
the Gazette de Tendre (p. 141), the former of which 
covered its author with ridicule. 

It is not, however, alone as a writer of successful 
romances or as a conversationalist of unusual brill- 
iancy that Mile, de Scud^ry now deserves remem- 
brance. The share which she took in the great 
question of the education of her sex justly causes 
the foibles of the Pr/cieuse to be forgotten. Her 
position in this discussion has often been misun- 
derstood in spite of her own clear statements, and 
she has been involved with others in the ridicule 
which attends the exaggerations by which most 
reforms are accompanied. 

Until her day the education of women, whether 
at home or in the great monastic schools like Port- 
Royal, was of the narrowest kind, and adapted to 
the almost conventual seclusion of woman, which 
was the ideal of early Christian times and the mid- 
dle ages. The notion that woman should be edu- 
cated to be the intellectual companion of her hus- 
band and the intelligent teacher of her children 
was entertained by few, and the general opinion 
was that expressed by Chrisale in the Femmes 
SavanUs (ii., 7) : 



xl INTRODUCTION. 

II n'est pas bien honn^te, ct pour beaucoup de causes, 
Qu*une femme ^tudie, ct sache tant dc choses. 
Former aux bonnes mceurs Tcsprit de ses enfants, 
Faire aller son m($nage, avoir Tccil sur ses gens, 
Et r^gler la dcpense avcc (Economic, 
Doit etre son ^tude et sa philosophie. 

The moment a woman overstepped these narrow 
limits she was hailed as a femme savauiey a term 
then used exclusively in a disparaging sense. 

Mile, dc Scuddry*s own views are expressed in 
detail in the extract given on p. 109, and it is im- 
possible not to admire her good sense and modera- 
tion. To-day her opinions seem to us natural and 
reasonable, but that is because two centuries have 
elapsed since she expressed them. How they were 
received in her own time even by her own sex is 
shown in the extract on p. 89. The good sense 
and moderation which distinguished Mile, dc Scu- 
d^ry were lacking in her imitators (see p. 92), and 
their extravagances brought the whole movement 
into discredit, and at times discouraged even its 
leader (see p. 10 1). Her views, however, gained 
ground (comp. pp. 228, 237), and even in her own 
day a great improvement in the education of women 
is visible. 

§ VI. We have now to consider a phase of 
society, the relation of which to that already de- 
scribed has given rise to a prolonged discussion and 
the most opposite views. 




INTRODUCTION. xll 

Owing to the influence of the Marquise de Ram- 
bouillet and Mile, de Scud^ry, woman's position in 
society had greatly changed, and her previous 
narrow education had been widened and deep- 
ened. It was not strange that at first this move- 
ment of emancipation produced many superficial 
women who attempted to rival their more -learned 
sisters, and, without due preparation, to discuss the 
most profound questions of literature and philos- 
ophy. We have already seen that even in the 
roost brilliant period of the Hdtcl de Rambouillet 
there existed a tendency to literary affectation 
which shows itself in the works of Voiture and 
others. This literary affectation arose from a per- 
sonal and social affectation from which the Mar- 
quise de Rambouillet and her daughters were by no 
means free. The marquise's exaggerated delicacy 
in matters of language (see p. 23), and her daugh- 
ter Julie's aversion to marriage, evinced by her 
prolonged engagement to Montausier, led to over- 
refinement in speech and the substitution of Pla- 
tonic affection for love, which are the two charac- 
teristic traits of the society we are now examining. 
The reunions of the H6tel de Rambouillet and of 
Mile, de Scud^ry were imitated by others who 
copied their worst features and reflected discredit 
upon their models. There thus arose about the 
middle of the century a class of society known as 



xHi INTRODUCTION. 

the Pr/cieux and Pr^cieuses, Just when this name 
appeared it is difficult to say, but the Abb6 do Pure 
(p. 152 of text) tells us that it was in vogue when 
his romance appeared (in 1656), and that it was 
applied to " certaines personnes du beau sexe qui 
ont su se tirer du prix commun des autres et qui 
ont acquis une esp^ce et un rang tout particulier." 
This is perhaps the best definition that can be 
given of the word, which is simply the substan- 
tive use of the adjective " precious," The Pr/- 
cituses were persons who held themselves dearer 
than others, and the word ch}re was the favorite 
appellation of the Pr^cieuses among themselves, 
which also came to be used substantively (see p. 
177, 1. 16). 

This society, so fully described in all its forms in 
the text that it is needless to characterize it here, 
early laid itself open to ridicule (Saint-fevremond's 
CercUy 1656 ; Abb^ de Pure's romance, same date ; 
Portrait des Pr^cieuses^ i^SQ* etc.), and Molifere 
made its folly immortal in his Pr^cieuses Ridicules 
(1659) and Les Femmes Savantes (1672). 

Until the time of Roedercr (see list of works to 
be consulted, § I.) it was generally supposed that 
the word Pr^cieuse was synonymous with H6tel dc 
Rambouillet, and that it was the marquise and her 
friends whom Moli^re intended to satirize. Roe- 
derer endeavored to show that it was not the mar- 




INTRODUCTION. xliil 

quise but her bourgeois imitators, the circle of 
Mile, de Scud^ry (Larroumet, Fr/cieuses Ridicules^ 
p. 34, follows Roederer in the main) ; Victor Cou- 
sin attempts to prove that it was neither the mar- 
quise nor Mile, de Scud^ry, but the imitators of 
the latter (this is in the main the view also of Livet, 
sec his Pr^cieuses Ridicules^ p. xiii.). The editor of 
Moli^re, in the Grands £crivains de la France^ M. 
Despois (vol. II., p. 4), believes that the H6tel de 
Rambouillct, including Mile, de Scud^ry, was the 
object of Moli^re's satire, although he had no inten- 
tion of attacking any particular person among the 
Frdcieuses^ but confined himself to ridiculing the 
eccentricities common to them all. 

It is with this last view that the editor of the 
present work unhesitatingly agrees, for reasons 
which he hopes some day to give in detail in an 
edition of the two plays of Moli^re mentioned 
above. 

From Paris the influence of the Fr/cieuses spread 
into the provinces (see pp. 184, 187), doubtless 
with all the exaggerations of an unskilful imitation. 
The occupations of the FrMeuses in their reunions 
differed only in degree from those of the H6tel de 
Rambouillct and the Samedisy and are well described 
by the Abb^ de Pure in the text (p. 166). Be- 
sides the *' extirpation des mauvais mots," they 
endeavored to simplify the orthography of their 



xliv INTRODUCTION. 

native tongue. The basis of the reform in French 
spelling was established by three PrMeuses^ Roz- 
alie (Mme. Le Roy), Silenic (Mile. Saint-Maurice), 
and Didamie (Mile, de la Durandi^re), persons 
otherwise quite unknown, assisted by Clanstene 
(M. Le Clerc). Somaize (ed. Livet, I., p. 178) has 
described the event as follows : " C'estoit au com- 
mencement que les pretieuses (par le droit que la 
nouveautd a sur les Grecs) faisoient Tentretien de 
tous ceux d'Athenes {Paris), que Ton ne parloit 
que de la beauts de leur language, que chacun en 
disoit son sentiment et qu'il faloit necessairement 
en dire du bien ou en dire du mal, ou ne point 
parler du tout, puisque Ton ne s'cntretenoit plus 
d'autre chose dans toutes les compagnies. L'eclat 
qu'elles faisoient en tous lieux les encourageoit 
toutes aux plus hardies entreprises, et celles dont je 
vais parler, voyant que chacune d'elles inventoient 
dc jour en jour des mots nouveaux et des phrases 
extraordinaires, voulurent aussi faire quelquc chose 
digne de les mettre en estime parmy leurs sem- 
blables, et enfin, s'estant trouvdcs ensemble avec 
Claristene, clles se mirent k dire qu'il faloit faire 
une nouvelle ortographe, afin que les femmes peus- 
sent ^crire aussi asseurement et aussi correctement 
que les hommes. Roxalie, qui fut celle qui trouva 
cette invention, avoit h. peine achev^ de la proposes 
que Silenie s*^cria que la chose estoit faisable. 




IN TROD UCTION. xl V 

Didamie adjoiita que cela estoit mesme facile, et 
que, pour peu que Claristene leur voulut aider, 
elles en viendroient bien-tost k bout. II estoit trop 
civil pour ne pas repondre k leur priere en galand 
homme ; ainsi la question ne fut plus que de voir 
comment on se prendroit k Texecution d'une si 
belle entreprise. Roxalie dit qu*il faloit faire en 
sorte que Ton p<it ^crire de mesme que Ton parloit, 
et, pour executer ce dessein, Didamie prit un livre, 
Claristene prit une plume, et Roxalie et Silenie se 
preparerent i decider ce qu'il faloit adjouster ou 
diminuer dans Ics mots pour en rendre I'usage plus 
facile et I'ortographe plus commode. Toutes ces 
choses faites, voicy i peu pr^s ce qui fut decide 
entre ces quatre personnes : que Ton diminueroit 
tous les mots et que Ton en osteroit toutes les 
lettres superflues." Here are a few characteristic 
words from Somaize's list, with the changes intro- 
duced by the Pr/cifuses in parentheses : " teste 
(t^te), autheur (auteur), raisonne (r^sonne), effarez 
(^farez), veu (vO), treize (tr^ze), aage (Age), advis 
(avis), attend (atten), triomphans (trionfans), quality 
calit^), nopces (n6ces)," etc. French orthography 
of the present day still feels the influence of Roxalie, 
Didamie, and Silenie. 

A general discussion of French manners in the 
XVIIth century, which are noticed to some extent 
in the IVth division of the text, would lead us too 



xlvi INTRODUCTION, 

far. It is worth while, however, to note the stress 
unceasingly laid upon conversation and the air 
galant (see note to p. 6, 1. 15). The aim of the 
century was to produce men and women who not 
only behaved with elegance, but who talked in an 
agreeable and interesting manner. 




LIST OF WORKS TO BE CONSULTED. 



The works in this list are arranged as nearly as 
possible in the order of the sections or topics of the 
Introduction. 

§ I. The first and only general history of French 
society in the XVIIth century is the work of P. L. 
Roederer (1754-1835, see Sainte-Beuve, Causeries 
du Zufuii{2d ed.), VIII., p. 262, for life of author) : 
Mimaire pour servir h Vhistoire de la sociM polie en 
France^ Paris, 1835, Didot, 8vo, pp., ii., 484, " Get 
ouvrage ne sera pas mis en vente ** ; reprinted in 
CEuvres de P, L, Roederer , Paris 1853-59, vol. II., 
likewise not for sale. The excessive rarity of this 
work (for a long time the copy of the National 
Library was kept in the reserve ; now there are two 
copies, which may be consulted freely) has caused 
its value to be somewhat overestimated. Roe- 
derer was, however, the first co recognize the true 
influence of the Hdtel de Rambouillet upon French 
society, and his chivalric defence of the Marquise 
de Rambouillet against the supposed attack of 
Moli^re in the Pr/cieuses Ridicules gave rise to a 
discussion not yet ended. His account of the 

zlvii 



xlviii LIST OF WORKS TO BE CONSULTED. 

Frdcieuses is based upon D'Aubignac's Royaume de 
Coqtutteriey the Abb6 de Pure's La PHHeuse ou U 
Mystire des RueUeSy and Somaize's Dictiomiaire, 

The discussion aroused by Roederer's work was 
carried on in various publications devoted to 
Moli^re (see G6nin, L/xique compart de la langue de 
Moliire^ etc., Paris, 1846, p. Ixxiv), until Victor 
Cousin's brilliant series of works upon French 
society in the XVIIth century (1853-64), but one 
of which demands mention in this spot : La So- 
ciM Fran^aise au XVII* Sihle, d*aprh U Grand 
Cyrus de Mile, de Scud/ry (1858, 2 vols., 8vo, fre- 
quently reprinted, the loth edition is the one cited 
in the present work). Although the author limits his 
illustrations to Mile, de Scud^ry's one romance, he 
gives from other sources a very complete account 
of the Hdtel de Rambouillet and its frequenters. 
Cousin's theory of the relation of the Hdtel de 
Rambouillet to the Pr^cieux movement has already 
been discussed in the Introduction. Works relating 
to particular periods or phases of French society in 
the XVIIth century will be mentioned later in the 
proper place. Although not a general history of 
French society in the XVIIth century, strictly 
speaking, this is the most appropriate place to 
mention the admirable work of P. Lacroix on the 
XVIIth century: XVII' SihU, Institutions, 
Usages et Costumes^ Paris, 1880, and XVII' SiMe^ 




LIST OF WORKS TO BE CONSULTED. xlix 

Lcttres^ Sciences et Arts^ Paris, 1882. These vol- 
umes are superbly illustrated, and give a vivid pic« 
ture of every side of the XVI I th century in France. 
Also general in its nature is Tallemant des R^aux, 
Les Historiettes (described at length on p. 266), 
which is a universal biography of the first half of 
the XVIIth century, and will be constantly cited 
in the present work. The same may be also 
said of Sainte-Beuvc's great work. Port- Royals 
Paris, 1878, 7 vols., the last of which contains an 
excellent index to the whole work. For the Italian 
influence in France in the XVIIth century, see 
Philar^te Chasles, Etudes sur fEspagne et sur les 
influences de la litt/rature espagnole en France et en 
Italic^ Paris, 1847, p. 260, '' Le Marino, sa vie et 
son influence'*; for Italian influence on French 
comedy, see L. Moland, Molilre et la Ccm/die 
itcUienne^ Paris, 1867. 

The Spanish influence may be studied in the 
work of P. Chasles, mentioned above, p. 233, 
"Antonio Perez," etc.; in A. de Puibusque, /Tw- 
toire compar^e des litt/ratures espagnole et franfaise^ 
Paris, 1843, especially vol. II., p. 28, " UHdtel de 
Rambouillet " ; and in A. Morel-Fatio, Atudes sur 
tEspagnCy Premiere S^rie^ Paris, 1888, pp. 31-58 in 
the essay : '' Comment la France a connue et com- 
pris r^spagne depuis le moyen Age jusqu'i nos 
jours." Brief references may be found in A. 



1 LIST OF WORKS TO BE CONSULTED. 

Bourgoin, Valentin Conrart^ Paris, 1883, p. 17 ; V. 
Cousin, La ^eunesse dc Mine, de LonguevilU^ Paris, 
1883, p. 125 ; and Guizot, Corneille and his TimeSy 
New York, 187 1, p. 71. The influence of the 
Spanish novel in France may be seen in H. 
Korting, Geschichte des franzdsischen Ramans im 
XVII. yahrhunderty Leipzig, vol. I., p. 48. Other 
references will be found in the various discussions 
relative to the originality of Comeille's C/V/, which 
can only be alluded to here. 

For Italian and Spanish influence upon the lan- 
guage during this period, see F. Wey, Histoire des 
RH)olutians du language en France^ Paris, 1848, 
chaps, xv-xvii. 

§ II. The best general account of the H6tel de 
Rambouillet is to be found in C. L. Livet, 
Pr/cieux ei PrMeuseSy Paris, 1870. This excellent 
work contains extended accounts also of the fre- 
quenters of the H6tel de Rambouillet, and in an 
ap]>endix the Guirlande de yulie. An admirable 
account of the society of the H6tel de Rambouillet 
(chiefly in relation to the question of the Pi/cieuses) 
is given by G. Larroumet, Les Pr/cieuses Ridicules^ 
Paris, 1884, pp. 11-35; for clearness and complete- 
ness this notice leaves little to be desired. A 
similar account, not so wide in its range, may be 
found in C. L. Li vet, I^s Pr/cieuses Ridiculesy 
Paris, 1884, pp. vi-xxivy and in the same author's 




UST OF WORKS TO BE CONSULTED. li 

preface to his edition oi%oxcid\z€^^Dictionnaire (see 
§ VI). Personal details in regard to the Marquise 
de Rambouillet and her family may be found in 
Tallemant des Rdaux, in Histoire de i*Acad/mie 
Fratifoise^ par Pellisson et d*Olivet, ed. C. L. Livet, 
Paris, 1858, 2 vols., passim^ and in the Comhill 
Magazine^ XX., p. 676. 

For the Hdtel de Rambouillet see Lacroix, 
XVII' Sihhy Lettres^ etc., pp. 173, 550; Sainte- 
Beuve's P art- Royal ; Pellisson et d'Olivet, cited 
above ; E. Colombey, Ruelles^ Salons ei Cabarets^ 
Paris, 1888, p. 19 ; and Foreign Quarter ly^ XXII., 

P- 135. 

Numerous references to the Hdtel de Rambou- 
illet will, of course, be found in the separate bio- 
graphical works to be mentioned later, as Bourgoin, 
Valentin Conrart^ already cited ; Victor Cousin, La 
yeunesse de Mme. de Longueville^ etc. ; and, in con- 
nection with the romances of the day, in K5rting's 
work cited above. 

§ III. It would manifestly be impossible to give 
here any extended biographical notices of the fre- 
quenters of the Hdtel de Rambouillet, and only 
such works as are of general interest for the history 
of society in the XVI Ith century will be mentioned 
here. Two of Victor Cousin's works : La ^eunesse 
de Mme, de Longueville^ cited above, and Madame 
de Sabli^ Paris, 1882, contain a great amount of 



Hi LTST OF WORKS TO BE CONSULTED. 

material for the early part of the period in ques- 
tion. A good life of Julie d*Angennes* husband is 
by A. Roux, MontausUr ct son Ttinps^ Paris, i860. 
Besides the life of Conrart by Bourgoin cited 
above, an excellent account of the first perpetual 
secretary of the French Academy may be found in 
Valentin Conrart^ sa vie et sa correspondance par R. 
Kerviler et E. de Barth^lemy, Paris, 188 1, contain- 
ing 164 of his letters. The Vth chapter is devoted 
to the H6tel de Rambouillet. There is no good 
separate biography of Voiture, but an excellent 
notice will be found in the edition of his works 
cited in the text. Much valuable material for 
many purposes may be found in C. Arnaud, £tude 
sur la vie et les ceuvres de VAbbd d* AubignaCy Paris, 
1888, which contains an extensive treatise upon the 
dramatic theories of the XVIIth century. PelUs- 
son's life is the subject of an elaborate work by F. 
L. Marcou, Atude sur la vie et les ceuvres de Pellisson 
suivie dune correspondance in^dite du mime, Paris, 
1859. The letters, fifteen in number, are addressed 
to the M. de Doneville mentioned on p. 123, 1. 20. 
An extremely valuable and attractive sketch of the 
society of the Hdtel de Rambouillet in the period 
of its decline may be found in the Abb^ Fabre's 
La yeunesse de FUchier^ cited with other works re- 
lating to Fl^chier in Notes, p. 321 (see excellent re- 
view by F. Bruneti^re in Nouvelles Jttudes critiques 




LIST OF WORKS TO BE CONSULTED. liii 

Paris, 1882, p. I, " La Soci^td prdcieuse au XVII* • 
si^cle"). There is an account of Godeaa ("le 
nain de Jule/' see Introduction, § III.) in a work, 
which I have not seen, by the AbW Eugene Tis- 
serand, £tudesur la premiere moiti/ du XVII* sihie^ 
au premier fauteuU de lAcad/mie Franfaise^ A, Go- 
deauy Mque de Grasse et de Vence^ 1605-167 2, le 
partie^ Paris, 1870. 

§ IV. For the characteristics of the Hdtel de 
Rambouillet during its various stages of develop, 
ment, see Larroumet cited above, pp. 17-22, and 
for the literature of these different periods, li^., pp, 
23-33, besides the works of Cousin, Sainte-Beuve, 
Tallemant, etc., cited above, and the various 
literary histories which I have purposely abstained 
from citing in detail. 

For the language of the Hdtel de Rambouillet, 
the works of Voiture (the best edition is that cited 
in text) and Balzac (a convenient recent edition, 
not complete, however, is (Euvres de Balzac^ par L. 
Moreau, Paris, 1854, 2 vols.) should be consulted, 
and the grammar of Vaugelas (the best edition is 
that cited in the notes, by A. Chassang, Paris, 1870, 
2 vols.), as well as two interesting chapters (xv, 
xvi) in F. Wey, Histoire des R/voiutions du Lati" 
guage ett France^ already cited in § I. 

For the subjects discussed in conversation see . 
Li vet, Les Femmes Savanies^ p. 175 ; Les Pr/deuses 



liv LIST OF WORKS TO BE CONSULTED. 

Ridicules^ p. 92. For social amusements in gen- 
eral see Li vet, Les Femmcs Savantes^ p. 186 ; So- 
maize ed. Livet, I., p. xxii, and Cousin, La 
SocUtd Fran^aise^ I., p. 323, n., and especially vol. 
II., chap. xvi. 

§ V. The only separate biography of Mile, de 
Scud^ry is that cited in the Notes, Mademoiselle de 
Scuddry^ sa vie et sa correspondance^ avec uiie choix 
de ses pohieSy par MM. Rathery et Boutron, Paris, 
1873. A number of the letters in the above work 
were earlier published in the 3d edition of Talle- 
mant's Historiettes^ vol. VIII., pp. 87-272, and others 
will be found, together with many biographical de- 
tails, in Sapho^ Le Mage de Sidoiiy Tldnocraie^ par E. 
de Barth^lemy, Paris, 1880, a work devoted, as the 
disguised names indicate, to Mile, de Scud^ry, 
Godeau, and Isarn, and which contains invaluable 
material for the society of the Precieuses, Of the 
various essays, etc., relating to Mile, de Scud^ry, a 
few only of the more important can here be men- 
tioned. Tallemant devotes a historiette to Georges 
and his sister (3d ed., VII., pp. 49-73), in which 
many anecdotes will be found. The best essay is 
that by Sainte-Beuve in Causeries du Lundi (2d 
ed.), IV., pp. 96-112 ; another by E. Despois, 
devoted chiefly to the romances, may be found in 
the Rezme des Deux Moiides^ March i, 1846 (" Le 
Roman d' Autrefois ") ; the one by J. Kavanagh in 




LIST OF WORKS TO BE CONSULTED. Iv 

French Women of Letters : Biographical Sketches^ 
London, 1861, 2 vols. ; vol. I., I have not seen. 
An essay on Mile, de Scud^ry's relations to the 
question of woman's education, by Mile. Marie 
Chateauminois, may be found in the Revue Poli- 
tique et Litt/raire, Aug. 5, i88a (" UtsdwcdXion 
des Femmes au XV IP si&cle. Mile, de Scudery "). 
Abundant notices of Mile, de Scudery will be 
found in the works cited in § III. (e. g. her rela- 
tions with Pellisson in Marcou's work, pp. 96-163). 

For Mile, de Scud^ry's romances, besides the 
article by Despois, cited above, see KOrting, 
Geschichte des framdsischen Romans^ etc., cited 
above, I., p. 395, and V. Fournel, La Litt/rature 
ind/pendante, etc., Paris, 1862, p. 163 (" Du Roman 
chevaleresque et po^tique au XVII* si^cle et de 
son influence.**) Accounts of the Samedis will be 
found in Rathery et Boutron, p. 66 ; V. Cousin, 
Mme^ de Sabl/^ p. 61 ; La SociM Fratifaise^ II., p. 
249 ; Bourgoin, Valentin Conrart^ p. 254, etc. The 
relations of Mile, de Scudery to the question of the 
Pr/cieuses Ridicules are discussed in most of the 
works mentioned above, and in the next section. 

§ VI. The most valuable work for the history 
of the Rr/cieuses is the Dictionnaire of Somaize, 
long a rare book, but now accessible in the excel- 
lent edition of C. L. Livet [Le Dictionnaire des 
PrMeuses par ie Sieur de Somaize, Paris, 1856, 2 



Ivi LIST OF WORKS TO BR CONSULTED. 

vols.), who has joined to it several other works by 
the same author, relative to the Pr/cieuses^ and a 
most useful historical and anecdotal key. Almost 
nothing is known of Antoine Beaudeau, sieur de 
Somaize, except that he was secretary to Mile, de 
Mancini (Mazarin's niece, who married the Con- 
stable Colonna), whom he accompanied to Italy. 
He was an enemy of Moli^re, whom he accused of 
stealing his Pr^cieuses Ridicules from the Abb^ de 
Pure. It is amusing after this to find Somaize 
himself plundering Moli^re for the examples in his 
dictionary. He wrote a comedy, Les VMtables 
Pr^tieuses^ in which he too attacked the very per- 
sons whom he proposed to defend against Moli^re. 
What other sources he used are not clearly known. 
His work consists of two dictionaries of phrases 
supposed to be peculiar to the Pr/cieuses, The 
second contains in addition a much more valuable 
description of the PrMeux and Pricieuses then 
prominent in society. Somaize's own position in 
regard to the Pricieuses seems to have been one of 
indifference. For questions relating to Somaize, 
see H. Morf, Zur Beurtheilung Somaizes m Zeit- 
schrift fiir neufranz, Sprache und Liticrattir^ IV., 
p. 213, and the authorities there cited. 

The question of the relations of the Hdtel de 
Rambouillet to the later coterie of Mile, de Scu- 
d^ry, and of both to the Prdcieuses Ridicules is fully 



LIST OF WORKS TO BE CONSULTED. Ivii 

examined in the Introduction, § VI., and the biblio- 
graphy of the subject belongs more properly to 
that of Moli^re's two plays : see P. Lacroix, Bibli<h 
. graphic Molieresquey 2d ed., Paris, 1875, pp. 327, 
333 ; Mahrenholtz, Moliire*s Leben und Werke^ Heil- 
bronn, 1881, pp. 368, 372 ; and the admirable 
notices by Despois in his edition of Moli^re {JLes 
Grands £crirains de la France)^ vols II., p. 3, IX., 
p. 3. Additional articles will be found in Le Mo- 
UMsie^ see vol. VI., p. 148, C. L. Livet, " Encore des 
Pr6cieuses et Mile, de Scud^ry," where is cited a 
discussion between MM. Livet and Larroumet on 
this subject, in the Revue de f Enseignement^ 15 May 
and I June, 1884, which I have not been able to 
see. 

It is impossible to call attention here to the 
materials scattered throughout the many volumes 
already cited in other connections, such as Livet's 
Prdcieux et Preaetises^ the preface to Chassang's 
edition of Vaugelas, etc. 

For the orthography of the PrMeuses^ beside 
the work of Wey cited above (§ I.), see same au- 
thor's Remarques sur la langue Franfaise^ Paris, 
1845, vol. II., p. I. 



» t_ 



LA SOCIETE franc; AISE 



AIT 



DIX-SEPTIEME SIECLE. 




I. 
L'HOTEL DE RAMBOUILLET. 

1. 

LA MARQUISE DE RAMBOUILLET ET 

SA FAMILLE. 

MADAME DE RAMBOUILLET est fille, 
comme j'ai d^jk dit, de feu M. le marquis 
de Pisani, et d'une Savelli, veuve d*un Ursins. Sa 
m^re 6toit une habile femme ; elle eut soin de 
5 Tentretenir dans la langue italienne, ailn qu'elle sOt 
^galement cette langue et la fran^oise. On fit 
toujours cas de cette dame-lk k la cour, et Henri 
IV I'envoya, avec madame de Guise, surintendante 
de la maison de la Reine, recevoir la Reine-m^re k 
lo Marseille. Elle maria sa fille devant douze ans 
avec M. le vidame du Mans. Madame de Ram- 
bouillet dit qu'elle regarda d'abord son mari, qui 
avoit alors une fois autant d'dge qu'elle, corome un 
homme fait, et qu'elle se regarda comme un enfant, 
15 et que cela lui est toujours demeur^ dans I'esprity 

3 



4 LA SOC/jSr£ FRANQAISE 

et Ta port^e k le respecter davantage. Hors les 
procfes, jamais il n'y a eu un homme plus com- 
plaisant pour sa femme. Elle m'a avouch qu'il a 
toujours dt6 amourcux d'elle, et ne croyoit pas 
5 qu'on pdt avoir plus d'esprit qu'elle en avoit. A la 
verity, il n'avoit pas grand'peine ^ lui §tre com- 
plaisant, car elle n*a jamais rien voulu que de 
raisonnable. Cependant elle jure que si on TeQt 
laiss^e jusqu'k vingt ans, et qu'on ne rcdt point 

lo obligee apr^s ^ se marier, elle fOt demeuree fille. 
Je la croirois bien capable de cette resolution, 
quand je consid^re que des vingt ans elle ne voulut 
plus aller aux assemblies du Louvre ; chose assez 
Strange pour une belle et jeune personne et qui est 

15 de quality. Elle disoit qu'elle n'y trouvoit rien de 
plaisant, que de voir comme on se pressoit pour y 
entrer, et que quelquefois il lui est arriv^ de se 
raettre en une chambre pour se divertir du m^chant 
ordre qu'il y a pour ccs choses-lk en France. Ce 

20 n'est pas qu'elle n'airait Ic divertissement, mais 
c'dtoit en particulier. A Tentr^e qu'on devoit faire 
^ la Reine-mfere, quand Henri IV la fit couronner, 
madame de Rambouillet ^toit une des belles qui 
devoient ^tre de la c^r^monie. 



AU DlX-SEPTlkME SikCLE. 5 

Elle a toiijours aim^ les belles choses, et elle 
alloit apprendre le latin, seulement pour lire Vir- 
gile, quand une maladie Ten empficha. Depuis, 
elle n'y a pas song6, et s*est content^e de Tespagnol. 
5 C'est une personne habile en toutes choses. Elle fut 
elle-meme Tarchitecte de Thdtel de Rambouillet, 
qui ^toit la maison de son p^re. Mai satisfaite de 
tous les dessins qu'on lui faisoit (c'^toit du temps 
du mar^chal d'Ancre, car alors on ne savoit que 

lo faire une salle i un cdt^, une chambre i Tautre, et 
un escalier au milieu : d'ailleurs la place ^toit fort 
irr^guli^re et d*une assez petite ^tendue), un soir, 
apr6s y avoir bien r^v^, elle se mit ^ crier : " Vite, 
du papier ; j'ai trouv^ le moyen de faire ce que je 

15 voulois." Sur Theure elle en fit le dessin, car 
naturellement elle sait dessiner ; et d^s qu'elle a vu 
une maison, elle en tire le plan fort ais^ment. De 
Ik vient qu'elle faisoit tant la guerre k Voiture de 
ce qu'il ne retenoit jamais rien des beaux biti- 

20 ments qu'il voyoit ; et c'est ce qui a donn^ lieu k 
cette ing^nieuse badinerie qu'il lui dcrivit sur le 
Valentin. On suivit le dessin de madame de Ram- 
bouillet de point en point. C'est d'elle qu'on a 
appris k mettre les escaliers i cdt6, pour avoir une 



6 LA socijS:t& franqatse 

grande suite de chambres, h. exhausser les planchers, 
et h. faire dcs portes et des fen^tres hautes et larges 
et vis-ll-vis les unes des autres ; ct cela est si vrai, 
que la Reine-m^re, quand elle fit bitir Luxem- 
S bourg, ordonna aux architectes d'aller voir rh6tel 
de Rambouillet, et ce soin ne leur fut pas inutile. 
C'est la premiere qui s'est avis^e de faire peindre 
une chambre d'autre couleur que de rouge ou de 
lann6 ; et c'est ce qui a donn^ ^ sa grand'chambre 

ro le nom de la chambre blcne, J'ai dit ailleurs que 
madame la Princesse et le cardinal de La Valctte 
etoient fort de ses amis. L'hdtcl de Rambouillet 
^toitj pour ainsi dire, le theatre de tous les diver- 
tissements, et c'^toit le rendez-vous de ce qu'il y 

T5 avoit de plus galant k la cour, et de plus poli parmi 
les beaux-esprits du si^cle. , . . Elle dit qu'elle 
ne con9oit pas de plus grand plaisir au monde que 
d'envoyer de Targent aux gens, sans qu'ils puissent 
savoir d'oii il vient. Elle passe bien plus avant que 

2o ceux qui disent que donner est un plaisir dc roi, 
car elle dit que c'est un plaisir de Dieu. . . . 

Jamais il n'y a eu une meilleure amie. M. d'An- 
dilly, qui faisoit le professeur en amiti6, lui dit un 
jour qu'il la vouloit instruire amplement en cette 



A U DIX^SEPTlkME SlkCLE. 7 

belle science ; il lui faisoit des le9ons prolixes ; elle, 

pour trancher tout d'un coup, lui dit : " Bien loin 

de ne pas faire toutes choses au monde pour mcs 

• amis, si je savois qu'il y edt un fort honnSte homme 

5 aux Indes, sans le connoitre autrement, je tiche- 

rois de faire pour lui tout ce qui seroit k son avan- 

tage. — Quoi ! s'^cria M. d'Andilly, vous en savez 

jusque li ! Je n'ai plus rien k vous montrer." 

Madame de Rambouillet est encore prdsentement 

lo d'humeur h, se divertir de tout. Un de ses plus 
grands plaisirs ^toit de surprendre les gens. Une 
fois elle fit une galanterie i M. de Lizieux h, laquelle 
il ne s'attendoit pas. II Talla voir \i Rambouillet 
II y a au pied du chateau une fort grande prairie, 

15 au milieu de laquelle, par une bizarrerie de la na- 
ture, se trouve comme un cercle de grosses roches, 
entre lesquelles s'^l^vent de grands arbres qui font 
un ombrage tr^s-agr^able. C'est le lieu oti Rabelais 
se divertissoit, k ce qu'on dit dans le pays ; car le 

20 cardinal du Bellay, k qui il ^toit, et messieurs de 
Rambouillet, comme proches parents, alloient fort 
souvent passer le temps k cette maison ; et encore 
aujourd'hui on appelle un6 certaine roche creuse et 
enfum^e la MarmiU de Rabelais. La marquise 



8 LA SOCIJ&TA FRANqAISE 

proposa done ^ M. de Lizieux d'aller se promener 
dans la prairie. Quand il fut assez pr^s de ces 
roches pour entrevoir \ travers les feuilles des ar- 
bres, il aper9ut en divers endroits je ne sais quoi de 
5 brillant. £tant plus proche^ il lui sembla qu'il dis- 
cernoit des femmes, et qu'elles ^toient vetues en 
nymphes. La marquise, au commencement, ne 
faisoit pas semblant de ricn voir de ce qu'il voyoit. 
Enfin, ^tant parvenus jusqu'aux roches, ils trouv^- 

lo rent mademoiselle de Rambouillet et toutes les 
demoiselles de la maison, vetues effectivement en 
nymphes, qui, assises sur ces roches, faisoient le 
plus agr^able spectacle du monde. Le bon- 
homme en fut si charm^, que depuis il ne voyoit 

15 jamais la marquise sans lui parler des roches de 
Rambouillet. 

Si elle edt ^t^ en ^tat de faire de grandes d^- 
penses, elle edt bien fait de plus chores galanteries. 
Je lui ai entendu dire que le plus grand plaisir 

20 qu'elle edt pu avoir, efit ^t^ de faire batir une belle 
maison au bout du pare dc Rambouillet, si secr^te- 
ment que personne de ses amis n*en sQt rien (et 
avec un peu de soin la chose n'etoit pas impossible, 
parce que le lieu est assez ^cart^, et que ce pare est 




AU DIX^SEPTlkME SltCLE. 9 

un des plus grands de France, et m^me 61oign6 
d'une port^e de mousquet du chiteau, qui n'est 
qu'un b&timent i Tantique) ; qu'elle eCt voulu en- 
suite mener ^ Rambouillet ses meilleurs amis, et le 
5 lendemain, en se promenant dans le pare, leur 
proposer d'aller voir une belle maison qu'un de ses 
voisins avoit fait faire depuis quelque temps ; et 
apr^s bien des detours, je les aurois men^s, disoit- 
elle, dans ma nouvelle maison, que je lour aurois 

lo fait voir, sans qu'il pardt un seul de mes gens, mais 
seulement des personnes qu'ils n'eussent jamais 
vues ; et enfin je les aurois pri6s de demeurer 
quelques jours, en ce beau lieu, dont le mattre 6toit 
assez mon ami pour le trouver bon. Je vous laisse 

15 i penser, ajoutoit-elle, quel auroit ^t^ leur ^tonne- 
ment lorsqu'ils auroient su que tout ce secret n'au- 
roit ith que pour les surprendre agr^ablement 

Elle attrapa plaisamment le comte de Guiche, 
aujourd'-hui le mar^chal de Gramont. II ^toit en- 

20 core fort jeune quand il commen9a k aller ^ I'hdtel 
de Rambouillet. Un soir, comme il prenoit cong6 
de madame la marquise, M. de Chaudebonne, le 
plus intime des amis de madame de Rambouillet, 
qui 6toit fort familier avec lui, lui dit : '' Comte, ne 



lo LA soci£t£ franqajse 

t*en va point, soupe c6ans. — J6sus ! vous moqucz- 
vous ? s'^cria la marquise ; le voulez-vous faire 
mourir de faim ? — Elle se moque elle-m^me, reprit 
Chaudebonne, demeure, je t'en prie." Enfin il 
5 demeura. Mademoiselle Paulet, car tout cela ^toit 
concert^, arriva en ce moment avec mademoiselle 
de Rambouillet ; on sert, et la table n'^toit couverte 
que de choses que le comte n'aimoit pas. En cau- 
santy on lui avoit fait dire, \ diverses fois, toutes 

lo ses aversions. II y avoit entre autres choses un 
grand potage au lait et un gros coq d'Inde. Ma- 
demoiselle Paulet y joua admirablement son per- 
sonnage. '' Monsieur le comte, disoit-elle, il n'y 
eut jamais un si bon potage au lait ; vous en 

\^ plait-il sur votie assiette ? — Mon Dieu ! le bon coq 
d'Inde ! il est aussi tendre qu'une gelinotte. — 
Vous ne mangez point du blanc que je vous ai 
servi ; il vous faut donner du rissol6, de ccs petits 
endroits de dessus le dos." Elle se tuoit de lui en 

20 donner, et lui de la remercier. II ^toit d^ferr^ ; il 
ne savoit que penser d'un si pauvre souper. II 
^mioit du pain entre ses doigts. Enfin, apr^s que 
tout le monde s'en fut bien diverti, madame de 
Rambouillet dit au maftre-d'hdtel : '* Apportez 




AU DIX'SBPTlkME SiMCLE. II 

done quelque autre chose, M. le comte ne trouve 
rien Yk ^ son goiit." Alors on servit un souper 
magnifique, mais ce ne fut pas sans rire. 

On lui fit encore une malice i Rambouillet. 
5 Un soir qu'il avoit roang^ force champignons, on 
gagna son valet de chambre qui donna tous les 
pourpoints des habits que son mattre avoit apport^s. 
On les 6tr6cit promptement. Le matin, Chaude- 
bonne le va voir comme il s'habilloit ; mais quand 

lo il voulut mettre son pourpoint, il le trouva trop 
^troit de quatre grands doigts. '* Ce pourpoint-li 
est bien 6troit, dit-il i son valet de chambre ; don- 
nez-moi celui de Thabit que je mis hier." II ne le 
trouve pas plus large que Tautre. " Essayons-les 

15 tous," dit-il. Mais tous lui 6toient 6galement 
^troits. ** Qu'est ceci ? ajouta-t-il, suis-je enfl^ ? 
seroit-ce d*avoir trop mang^ de champignons ? — 
Cela pourroit bien ^tre, dit Chaudebonne, vous en 
mangcites hier au soir k crever.'* Tous ceux qui 

20 Ic virent lui en dirent autant, et voyez ce que c'est 
que rimagination. II avoit, comme vous pouvez 
pcnser, le tcint tout aussi bon que la vcille ; cepen- 
dant il y d^couvroit, ce lui sembloit, je ne sais quoi 
de livide. La messe sonne, c*6toit un dimanche : 



12 LA SOCIAt£ FRANQAJSE 

il fut contraint d'y aller en robe de chambre. La 
messe dite, il commence k s'inqui^ter de cette pr6- 
tendue cnflure, et il disoit en riant du bout des 
dents : " Ce seroit pourtant unc belle (in que de 
5 mourir k vingt et un ans pour avoir mang^ des 
champignons ! " Comme on vit que cela alloit 
trop avant, Chaudebonne dit qu'en attendant 
qu'on p(\t avoir du contre-poison, il ^toit d'avis 
qu'on fit une recette dont il se souvenoit. II se 

lo mit aussitot \ T^crire, et la donna au comte. II y 
avoit : Recipe de bons ciseauxy et d^cous ion paurpoint. 
Or, quelque temps apr^s, comme si c'edt ixi pour 
venger Ic comte, mademoiselle de Rambouillet et 
M. de Chaudebonne mang^rent effectivement dc 

15 mauvais champignons, et on ne sait ce qui en fdt 
arriv^, si madamc de Rambouillet n*e{it trouvd de 
la theriaquc dans un cabinet, od elle chercha i 
tous hasards. 

Madame de Rambouillet a eu six enfants : mad- 

20 ame de Montausier est I'ain^e de tous ; madame 
d'Hy^res est la seconde ; M. de Pisani ^toit apr^s. 
II y avoit un gar9on bien fait qui mourut de la 
peste \ huit ans. Sa gouvernante alia voir un 
pestif^r^, et au sortir de li fut assez sotte pour 




AU DIX^SBPTlkME SikCLB. 1 3 

baiser cet enfant ; elle et lui en moururent. Mad- 
ame de Rambouillety roadame de Montausier et 
mademoiselle Paulet I'assist^rent jusques au dernier 
soupir. Madame de Saint-^tienne est apr^ puis 
5 madame de Pisani. Toutes sont religeuses, hors la 
premise et la demi^re des filles, qui est mademoi- 
selle de Rambouillet 

M. de Pisani vint beau, blanc et droit au roonde, 
mais il eut I'^pine du dos demise en nourrice, sans 

lo qu'on le sOt, et en devint si contrefait, qu'on ne lui 
pouvoit faire de cuirasse. Cela lui gita jusques 
aux traits du visage, et il demeura fort petit, ce qui 
sembloit d'autant plus Strange que son p^re, sa 
m^re et ses sceurs sont tous grands. On disoit les 

15 sapifu de Rambouillet autrefois, parce qu'ils ^toient 
je ne sais combien de fr^res de grande taille et 
point gros. En revanche, M. de Pisani avoit beau- 
coup d'csprit et beaucoup de cceur. De peur 
qu*on ne le fft d'^glise, il ne voulut jamais 6tudier, 

20 ni m^me lire en fran9ois, et il ne commen^a i y 
prendre quelque godt que quand on imprima la 
traduction de ccs huit oraisons de Cic^ron, dont il 
y en a trois do M. d'Ablancourt et une de M. 
Patni. II les aimoit et les lisoit i toute heure. II 



14 LA SOCIAtA FRANQAISB 

raisonnoit comme s*il edt eu toute la logique da 
monde dans la ttte. II avoit Tesprit adroit, et chez 
les dames il 6toit quelquefois mieux regu que les 
mieux b&tis. Un peu d6bauch6 et pour les f einmes 
5 et pour le jeu. Un jour, pour avoir de Targent, il 
fit accroire it son pire et it sa mire, qui en vingt- 
huit ans n'avoient couch6 qu'une nuit it Rambouil- 
lety qu'il y avoit du bois mort dans le pare et qu'il 
le faudroit dter ; et en ayant eu la permission, il 

lo fit couper six cents cordes du plus beau et du meil- 
leur. II disoit it M. le Prince en disputant, car ils 
disputoient souvent : '' Faites-moi prince du sang 
au lieu de vous, et aycz toutes les raisons du 
monde : je gagnerai toujours contre vous." II 

15 voulut le suivre en toutes ses caropagnes, quoique 
ce fdt une terrible figure \ cheval que le marquis 
de Pisani. On disoit que c'^toit le chameau du 
bagage de M. le Prince. II y fut tu6 enfin : ce fut 
it la bataille de Nortlingue, II dtoit it Taile du 

20 mar6chal de Gramont, qui fut rompue. Le 
chevalier de Gramont lui cria : '* Viens par ici, 
Pisani, c'est le plus sdr." II ne voulut pas appa- 
remment se sauver en si raauvaise compagnie, car 
le chevalier 6toit fort d6cri6 pour la bravoure ; il 




AU DlX^SBPTlkME SiMCLE. 15 

aUa par ailleurs, et rencontra des Cravates qui le 
massacrtrent . . . 

Revenons au plaisir qu'avoit madame de Ram- 
bouiUet k surprendre les gens. EUe fit faire un 
5 grand cabinet avec trois grandes crois^s, i trois 
faces diff^renteSy qui r^pondoient sur le jardin des 
Quinze-Vingts, sur le jardin de rhdtel de Chevreuse, 
et sur le jardin de llidtel de Rambouillet EUe le 
fit bfttir, peindre et meubler, sans que personne de 

lo cette grande foule de gens qui alloient chez elle 
s'en fdt aperpu. Elle faisoit passer les ouvriers 
par^dessus la muraille, pour aller travailler de 
Tautre c6t^, car ce cabinet est en saillie sur le 
jardin des Quinze-Vingts. Le seul M. Amauld eut 

15 la curiosity de monter sur une ^chelle qu'il trouva 
appuy^e i la muraille du jardin ; mab quelqu'un 
Tappela qu'il n'^toit encore qu*au second Echelon ; 
depuis il n'j pensa plus. Un soir done qu'Q 
7 avoit grande compagnie i Thdtel de Rambouil- 

20 let, tout d'un coup on entend du bruit derriire 
la tapissericy une porte s'ouvre, et mademoi- 
selle de Rambouillety aujourd'hui madame de 
Montausiery vCtue superbement, parott dans un 
grand cabinet tout4-fait magnifique, et merveil- 



1 6 r^ SOCiATi FRANgAISS 

leusement bien ^air6. Je vous laisse it penser si 
le monde fut surpris. lis savoient que derri^ 
cette tapisserie il n'y avoit que le jardin des 
Quinze-Vingts, et sans avoir eu le moindre soup- 
5 9on, ils voyoient un cabinet si beau, si bien pein^ 
et presque aussi grand qu'une chambre, qui sem- 
bloit apport^ Ut par enchantement M. Chapelain^ 
quelques jours apr^ 7 fit attacher secr^tement un 
rouleau de v^lini oti ^toit cette ode, oti Zyrph^ 

10 reine d'Argennes, dit qu'elle a fait cette loge pour 
mettre Arthdnice it convert de I'injure des ans ; 
car, comme nous dirons bientdt, madame de Ram- 
bouillet avoit bien des incommodit^ Auroit-on cm, 
apr^s cela, qu'il se fdt trouv6 un chevalier, et encore 

15 un chevalier qui descend d'un des neuf preux, qui» 
sans respecter la reine d*Argennes^ ni la grande 
ArtMtdce^ 6tit \ ce cabinet, que depuis on appela 
la loge de Zyrphie^ une de ses plus grandes beaut^s ? 
Car M. de Chevreuse s'avisa de bfttir je ne sais 

20 quelle garde-robe dont la crois^e qui donnoit sur 
son jardin fut bouch6e. On lui en fit des re- 
proches. '^ II est vrai, dit-il, que M; de Rambou- 
iilet est mon bon ami et mon bon voisin, et que 
mCme je lui dois la vie ; mais oti vouloit-il que je 



AV DlX-SEPTlkMB SlkCLE. 1/ 

missc mes habits ? " Notes qu'il avoit quarante 
chambres dc reste. 

Depuis ia mort de M. de Rambouillet, madame 
de Montausier a fait de Tapparteinent de monsieur 
5 son pire uq appartement magnifique et commode 
tout ensemble. Quand il fut achev^, elle voulut le 
didier, ct pour cela ella y donna %. soiiper i ma- 
dame sa mire. Elle, sa sceur de Rambouillet et 
madame de Saint- ^tienne, qui ^toit alors Jci religi- 

10 euse, la servirent \ table, sans que pas un homme, 
pas m^me M. de Montausier, eflt le credit d'y 
cntrer. Madame dc Rambouillet fit aussi quelque 
chose & son appartement qui n'est pas moins beau, 
ni moins bien pTatiqu^, et je me souvicns qu'on 

ij disoit & la mfere et & la fille, voyant tant d'alc6ves 

et d'oratoires, qu'elles prenoient tous les ans quel- 

que chose sur I'hfitel de Chevreuse pour venger 

rinjure qu'on avoit faite \ Zyrphie. 

Un jour madame de Rambouillet, entrant dans 

3o ce cabinet, aper^ut assez loin un grande jet d'eau 
qn'elle n'avoit point accoutum^ de voir. Ce jet 
d'eau ^toit dans le parterre du logement de Ma- 
demoiselle, On avoit dessein d'y faire un bassin, 
depuis on n'y pensa plus. On d^couvre ce par- 



1 8 LA soc/£t£ franqaise 

terre ais^mcnt de cctte loge. EUe consid^ra qu'il 
n'y avoit pas si loin qu'on ne pdt conduire cette 
eau facilement dans le jardin de I'hdtel de Ram- 
bouillet. Elle parle k madame d'Aiguillon pour en 
S avoir la d^charge ; car la fontaine de Tbdtel de Ram- 
bouillet n'a qu'un filet d'eau. Madame d'Aiguillon 
fut quelque temps sans lui en rendre r^ponse, et 
madame de Rambouillet lui envoya ce madrigal 
pour Ten faire ressouvenir, car elle en a fait quel- 
le quefois de bien jolis : 

MADRIGAL. 

Orante, dont les soins obligent tout le monde, 
Gardex que le cristol dont se forme cette oiide. 
Qui dans le grand parterre a son trone ^tabli, 
15 A la fin ne se perde au ficuve de Toubli. 

Mais il se trouva que cette eau n'avoit et6 con- 
duite l^ qu'afin de la conduire apr&s au Palais- 
Cardinal, c'est-k-dire que, comme il la falloit faire 
passer par Ik aupr^s, il fut dc la biens^ance d'en 
20 donner un peu i Mademoiselle ; mais la d^charge 
^toit pour remplir le grand rond d'eau du Palais- 
Cardinal. 

II est temps de parler des incommodit^s de 
madame de Rambouillet. Elle en a une dont il 




AU DIX^SEPTlkME SikCLB. I9 

faut dire I'histoire, si on peut parler ainsi, car cela 
a fait croire i ceux que ne voient les choses que de 
loin, qu'il y avoit de la vision. 

Madame de Rambouillet pouvoit avoir trente- 
5 cinq ans ou environ, quand elle s'aper^ut que le 
feu lui 6chau£foit 6trangement le sang, et lui cau- 
soit des foiblesses. Elle qui aimoit fort it se chauf- 
fer ne s'en abstint pas pour cela absolument ; au 
contraire, d^ que le froid fut revenu, elle voulut 

10 voir si son incommodit^ continueroit ; elle trouva 
que c'^toit encore pis. Elle essaya encore I'hiver 
suivanty niais elle ne pouvoit plus s*approcher du 
feu. Quelques ann^es apr^s, le soleil lui causa la 
m^me incommodit6 : elle ne se vouloit pourtant 

15 point rendre, car personne n'a jamais tant aim6 i 
se proroener et i consid^rer les beaux endroits du 
paysage de Paris. Cependant il fallut y renoncer, 
au moins tandis qu*il faisoit soleil, car une fois 
qu*elle voulut aller k Saint-Cloud, elle n'^toit pas 

30 encore i I'entr^e du Cours qu'elle s'^vanouit, et on 
lui voyoit visiblement bouiller le sang dans les 
veines, car elle a la peau fort delicate. Avec T&ge son 
incommodit^ s'augmenta ; je lui ai vu un ^rysip^le 
pour une po^le de feu qu'on avoit oublite par 



20 LA SOCI£t£ FRANQAISE 

mdgarde sous son lit La voil^ done r^duite ^ de- 
meurer presque toujours chez elle, et ^ ne se 
chauffer jamais. La n^cessit^ lui fit emprunter des 
Espagnols I'invention desa/r^^j, qui sont aujourd'- 
5 hui si fort en vogue k Paris. La compagnie se va 
chauffer dans rantichambre. Quand il g^le, elle 
se tient sur son lit, les jambes dans un sac de peau 
d'ours, et elle dit plaisamment, \ cause de la grande 
quantity de coiffes qu'elle met Thiver, qu'elle devi- 

lo ent sourde \ la Saint-Martin, et qu'elle recouvre 
Toule \ Pdques. Pendant les grands et longs froids 
de rhiver pass^, elle se hasarda de faire un peu de 
feu dans une petite chemin^e qu'on a pratiqu^e 
dans sa petite chambre ^ alcdve. On raettoit un 

15 grand 6cran du cdt6 du lit, qui, dtant plus eloign^ 
qu'autrefois, n'en reccvoit qu'une chaleur fort tem- 
p6r^e. Cependant cela ne dura pas longtemps, 
car elle en re^ut \ la fin de Tincommodit^ ; et cet 
dt6 qu'il a fait un furieux chaud, elle en a pens6 

20 raourir, quoique sa maison soit fort fraiche. . . . 
Dans ce voyage de Rambouillet, elle fit dans le 
pare une belle chose ; mais elle se garda de le dire 
^ ceux qui la furent voir. J'y fus attrapd corome 
les autres. Chavaroche, intendant de la maison. 




AU DIX-SEPTlkME SlkCLB. 21 

autrefois goiivemcur du marquis de Pisani, eut 
charge de me faire tout voir. II me fit faire mille 
tours ; enfin il me mena en un endroit oti j'enten- 
dis un grand bruit, comme d'une grande chute 
5 d'eau. Moi qui avois toujours oul dire qu'il n*y 
avoit que des eaux basses ^ Rambouillet, imaginez- 
vous k quel point je fus surpris, quand je vis une 
cascade, un jet et une nappe d'eau dans le bassin oti 
la cascade tomboit ; un autre bassin ensuite avec 

lo un gros bouillon d'eau, et au bout de tout cela un 
grand carr6, oil il y a un jet d'eau d'une hauteur et 
d'une grosseur extraordinaires, avec une nappe 
d'eau encore, qui conduit toute cette eau dans la 
prairie oti elle se perd. Ajoutez que tout ce que je 

15 viens de vous repr^senter est ombrag^ des plus 
beaux arbres du monde. Toute cette eau venoit 
d'un grand 6tang qui est dans le pare en un en- 
droit plus 61ev6 que le reste. Elle I'avoit fait con- 
duire par un tuyau hors de terre, si k propos, que 

ao la cascade sortoit d'entre les branches d'un grand 
ch^ne, et on avoit si bien entrelac6 les arbres qui 
6toient derri^re celui-lk, qu'il 6toit impossible de 
d^couvrir ce tuyau. La marquise, pour surprendre 
M. de Montausier, qui y devoit aller, fit travailler 



22 LA SOCI&TA FRANQAISE 

avcc toutc la diligence imaginable. La veille do 
son arriv^e, on f ut oblig^, la nuit ^tant survenue, de 
mettre plusieurs lantemes sur les arbres et 
d'^clairer aux ouvriers avec des flambeaux ; mais 
5 sans compter pour rien le plaisir que lui donna le 
bel effet que faisoient toutes ces lumi^res entre les 
feuilles des arbres et dans Teau des bassins et du 
grand carr6, elle eut une joie Strange de I'^tonne- 
ment oti se trouva le lendemain le marquis, quand 

lo on lui montra tant de belles choses. 

Madame de Rambouillet a toujours un peu trop 
affect^ de deviner certaines choses. Elle m'en a 
cont^ plusieurs qu'elle avoit devin^es ou pr^dites. 
Le feu Roi ^tant ^ I'extr^mit^, on disoit : '' Le 

15 Roi mourra aujourd'hui ; " puis : '' II mourra de- 
main. — Non, dit-elle, il ne mourra que le jour de 
r Ascension, comme j'ai dit il y a un mois." Le 
matin de ce jour-lk on dit qu'il se portoit mieux : 
elle soutint toujours qu'il mourroit dans le jour ; en 

20 effet, il mourut le soir. Elle ne pou voit souffrir le Roi ; 
il lui d^plaisoit ^trangement : tout ce qu'il faisoit lui 
sembloit contre la biens6ance. Mademoiselle de 
Rambouillet disoit : " J'ai peur que Taversion que 
ma m^re a pour le Roi ne la fasse damner.' 



• • • 




AU DIX^SBPTlkME SiMCLE. 23 

Madame de Rambouillet est un peu trop compli- 
menteuse pour certaines gens qui n'en valent pas 
trop la peine ; mais c'est un d^faut que peu de per- 
sonnes ont aujourd'hui, car il n'y a plus gu^re de 
5 civility. Elle est un peu trop delicate, et le mot 
de teigneux dans une satire, ou dans une ^pi- 
gramme, lui donne, dit-elle, une vilaine idee. 
. . . Cela va dans I'exc^s, surtout quand on est 
en liberty. Son mari et elle vivoient un peu trop 

10 en c6r6monie. 

Hors qu'elle branle un peu la t^te, et cela lui 
vient d'avoir mang6 trop d'ambre autrefois, elle ne 
choque point encore, quoiqu'elle ait pr^s de 
soixante-dix ans. Elle a le teint beau, et Ics 

15 sottes gens ont dit que c'^toit pour cela qu'elle ne 
vouloit point voir le feu, comme s'il n'y avoit point 
d'^crans au monde. Elle dit que ce qu*elle sou- 
haiteroit le plus pour sa personne, ce seroit de se 
pouvoir chauffer tout son saoul. Elle alia k la 

20 campagne I'automme pass^, qu'il ne faisoit ni froid 
ni chaud ; mais cela lui arrive rarement, et ce 
n'^toit qu'li une demi-lieue de Paris. Unemaladie 
lui rendit les l^vres d'une vilaine couleur ; dcpuis 
elle y a toujours mis du rouge. J'aimcrois mieux 



24 LA soci£t£ franqaise 

qu'elle n'y mit rien. Au reste, elle a Tesprit aussi 
net, et la mdmoire aussi prdsente que si elle n'avoit 
que trente ans. C'est d'elle que je tiens la plus 
grande et la meilleure partie de ce que j'ai 6crit 
5 et de ce que j'^crirai dans ce livre. Elle lit toute 
une joumde sans la moindre incommodit^, et c'est 
ce qui la divertit le plus. Je la trouve un peu trop 
persuaddc, pour ne rien dire de pis, que la maison 
des Savelles est la meilleure maison du monde. 

Tallemant des R^aux, Lis 
Historiettes, Dcuxiime ^- 
tion, par M. Monmerqu^, 
Paris, 1861, vol. III., pp. aiz- 
233. 



2. 

DESCRIPTION DE LA MARQUISE DE 
RAMBOUILLET ET DE SES FILLES. 



10 T MAGINEZ-VOUS la beauts m^me, si vous 

X voulez concevoir celle de cette admirable 

personnc. Je ne vous dis point que vous vous 

figuriez celle que nos peintres donnent k V6nus, 




AU DlX'SBPTlkME SiMCLB. 2$ 

pour comprendre la sicnne, car clle ne seroit pas 
a$sez modeste ; ni celle de Pallas, parce qu'elle 
seroit trop fi^rc ; ni celle de Junon, qui ne seroit 
pas assez charmante ; ni celle de Diane, qui seroit 
5 un peu trop sauvage ; mais je vous dirai que, pour 
repr6senter Cl^omire, il faudroit prendre de toutes 
les figures qu'on donne k ces dresses ce qu'elles ont 
de beau, et Ton en feroit peut-^tre une passable 
peinture. Cldomire est grande et bien faite : tous 

lo les traits de son visage sont admirables ; la d^lica- 
tesse de son teint ne se pcut cxprimer ; la majesty 
de toute sa personne est digne d'admiration, et il 
sort je ne sais quel 6clat de ses yeux qui imprime 
le respect dans Time de tous ceux qui la regardent ; 

15 et pour moi, je vous avoue que je n'ai jamais pu 
approcher Cl^omire, sans sentir dans mon coeur je 
ne sais quelle crainte respectueuse, qui m'a oblig^ 
de songer plus k moi, 6tant aupr^s d'elle, qu'en nul 
autre lieu du monde oh j'aie jamais ^t^. Au reste, 

20 les yeux de Cl^omire sont si admirablement beaux, 
qu'on ne les a jamais pu bien repr6senter : ce sont 
pourtant des yeux qui, en donnant de Tadmiration, 
n'ont pas produit ce que les autres beaux yeux ont 
accoutum^ de produire dans le coeur de ceux qui 



26 LA soci£t£ franca isb 

les voient ; car enfin, en donnant de I'amour, ils ont 
toujours donn6 en m^me temps de la crainte et du 
respect, et, par un privilege particulier, ils ont puri- 
fi6 tous les cceurs qu'ils ont embras^s. II y a m^me 
5 parmi leur 6clat et parmi leur douceur une modestie 
si grande, qu'elle se communique ^ ceux qui la voi- 
ent, et je suis fortement persuade qu'il n'y a point 
d*homme au monde qui edt Taudace d'avoir une pen- 
s^e criminelle en la presence de Cl^omire. Sa physi- 

lo onomie est la plus belle et la plus noble que je vis 
jamais, et il paroit une tranquillity sur son visage qui 
fait voir clairement quelle est cclle de son dme. On 
voit m^me que toutes ses passions sont soumises k 
sa raison et ne font point de guerre intestine dans 

15 son coeur ; en efifet, je ne pense point que Tincamat 
qu'on voit sur ses joues ait jamais passd ses limites 
et se soit ^panch6 sur tout son visage, si ce n'a 6t6 
par la chaleur de Tet^ ou par la pudeur, mais ja- 
mais par la colore ni par aucun d^r6glement de 

20 I'dme : ainsi Cl^omire, ^tant toujours ^galement 
tranquille, est toujours ^galement belle. Enfin, si 
on voulait donner un corps \ la Chastet^ pour la 
faire adorer par toutc la terre, je voudrois repr^- 
senter Cl^omire ; si on en vouloit donner un i la 




AU DIX^SEPTlkMB SiMCLE. 2/ 

Gloire pour la fairc aimer par tout le monde, je 
voudrois encore faire sa peinture, et, si Ton en don- 
noit un k la Vertu, je voudrois aussi la repr^- 
senter. . . . 
5 Au reste, I'esprit et Time de cette merveilleuse 
personne surpassent de beaucoup sa beaut^ : le 
premier n'a point de bomes dans son 6tendue, et 
I'autre n'a point d'dgale en g^n^rosit^, en Constance, 
en bontd, en justice et en puret^. L'esprit de 

lo Cl^omire n'est pas un de ces esprits qui n'ont de 
lumiire que celle que la nature leur donne, car elle 
I'a cultiv6 soigneusement ; et je pense pouvoir dire 
qu'il n'est point de belles connoissances qu'elle 
n'ait acquises. Elle sait diverses langues, et 

15 n'ignore presque rien de ce qui m^rite d'etre su ; 
mais elle le sait sans faire semblant de le savoir, 
et on diroit, h, Tentendre parler, tant elle est 
modeste, qu'elle ne parle de toutes choses admi- 
rablementy comme elle fait, que par le simple sens 

20 commun et par le seul usage du monde. Cepen- 
dant elle se connott h, tout: les sciences les plus 
^lev6es ne passent pas sa connoissance ; les arts 
les plus difiiciles sont connus d'elle parfaitement. 
. . . Au rcste, jamais personne n'a eu une con- 



28 LA SOCI£t£ FRANQAISE 

noissance si delicate qu'elle pour les beaux 
ouvrages de prose ni pour les vers ; elle en juge 
pourtant avec une moderation merveilleuse, ne 
quittant jamais la biens^ance de son sexe, quoi- 
5 qu'elle soit beaucoup au-dessus. ... II n'y a per- 
sonne en toute la cour, qui ait quelque esprit et 
quelque vertu, qui n'aille chez elle. Rien n'est 
trouv^ beau, si elle ne Ta approuv^ : il ne vient pas 
m^me un Stranger qui ne veuille voir Cl^omire et 

10 lui rendre hommage ; et il n'est pas jusqu'aux ex- 
cellents artisans qui ne veuillent que leurs ouvrages 
aient la gloire d'avoir son approbation. Tout ce 
qu'il y a de gens qui ^crivent en Ph^nicie ont chants 
ses louanges ; et elle poss^de si merveilleusement 

15 Testime de tout le monde, qu'il ne s'est jamais 
trouv^ personne qui I'ait pu voir^ sans dire d'elle 
mille choses avantageuses, sans dtre ^galement 
charm^ de sa beaut^, de son esprit, de sa douceur 
et de sa g^n^rosit^. . . . 

20 L'alnde qui s'appelle Philonide est une per- 
sonne dont la naissance est des plus heureuses du 
monde ; car elle a tout ensemble beaucoup de 
beauts, beaucoup d'agrdment, beaucoup d'esprit, et 
toutes les inclinations nobles et g^n6reuses. Sa 




AU DIX^SEPTlkMB SikCLE. 29 

taille est des plus grandes et des mieux faites ; sa 

• 

beaut^ est de bonne mine ; sa grice est la plus 
naturelle qui sera jamais ; son esprit est le plus 
charmant, le plus ais6 et le plus galant du monde ; 
5 elle 6crit aussi bien qu'elle parle et elle parle aussi 
bien qu'on peut parler. Elle est merveilleusement 
6clair6e en toutes les belles choses et n'ignore rien 
de tout ce qu'une personne de sa condition doit 
savoir, et elle danse bien jusques i donner de 

10 I'amour quand m^me elle n'auroit rien d'aimable 
que cela. Mais, ce qu'il y a de merveilleux est 
qu'elle est tellement n6e pour le monde, pour les 
grandes f^tes et pour faire les honneurs d'une 
grande cour, qu'on ne peut pas I'^tre davantage. 

15 La parure lui sied si bien et I'embarrasse si peu, 
qu'on diroit qu'elle ne peut dtre autrement, et les 
plaisirs la cherchent de telle sorte que je ne pense 
pas qu'elle ait jamais ixi, enrhum^e en un jour od 
il y ait eu un divertissement k recevoir ; et si je I'ai 

20 vue quelquefois malade, 9'a ^td en certains temps 
mdlancoliques oil il n'y avoit rien d'agrdable i 
faire ; encore ne I'dtoit-elle qu'autant qu'il le falloit 
6tre pour attirer toute la cour dans sa chambre et 
non pas assez pour se priver de la conversation. 



30 LA SOCIETE FRANQAISE 

Au reste, elle a une multitude d'amies et d'amis si 
prodigieuse, pour ne rien dire de ses amants, qu'on 
est quelquefois ^pouvant6 comment elle peut faire 
pour r^pondre ^ Tamiti^ de tant de personnes k la 
5 fois. Cependant elle ne laisse pas de les satisfaire 
toutes. Je suis pourtant persuade, quoi qu'elle 
puisse dire, qu'il n*est pas possible qu'elle aime 
autant de gens qu'il y en a pour qui elle semble 
6tre obligee d'avoir de Tamiti^, et je suis assur^ 

lo qu'il faut qu'il y en ait un grand nombre pour qui 
elle n'a que de I'estime, de la civility et quelque 
reconnaissance. Cependant on ne laisse pas d'etre 
content d'elle et de Taimer comme si elle aimoit 
eflfectivement. Ce n'est pas que je ne croie qu'elle 

15 a un petit nombre d'amis et d'amies qui sont assez 
avant dans son coeur ; mais ce nombre choisi n'est 
pas ais^ ^ discerner d'avec les autres, et je crois 
qu'elle seule sait positivement qui elle aime et 
comblen elle aime. Elle a pourtant une tendresse 

20 gdn^rale pour tous ceux qui s'attachent ^ la voir, 
qui fait qu'elle est la plus officicuse du monde ; 
ayant encore un charme si particulier dans la con- ' 
versation, pour peu que les gens qui sont avcc elle 
lui plaisent, qu'il suffiroit, pour devenir amoureux 




AU DtX^SEPTlkME SlMCLE. 31 

de Philonide, de passer unc apr^s-dtn(*e ^ sa nielle, 
quand raeme on y seroit sans la voir, et en un de 
ces jours d'^t^ oti les dames font une nuit artifici- 
elle dans leurs chambres pour ^viter la grande 
5 chaleur. 

. . . Au reste, il y a une difference entre 
Philonide et Anacrise, qui est considerable et 
qui en met beaucoup en lour bonheur ; car la 
premiere ne s'ennuie presque jamais ; elle prend 

lo de tous les lieux oh elle est ce qu'il y a d'agr^- 
able, sans se mettre en chagrin de ce qui ne Test 
pas, et porte partout oh elle va un esprit d' ac- 
commodement qui lui fait trouver du plaisir dans 
les provinces les plus eioign^es de la cour. Mais, 

15 pour Anacrise, il y a si peu de choses qui la 
satisf assent, si peu de personnes qui lui plaisent, un 
si petit nombre de plaisirs qui touchent son incli- 
nation, qu'il n'est presque pas possible que les 
choses s'ajustent jamais si parfaitement qu'elle 

20 puisse passer un jour tout h, fait heureuse en toute 
une ann^e, tant elle a Timagination delicate, le goQt 
exquis et particulier et Thumeur difficile k conten- 
ter. Anacrise est pourtant si heureuse, que ses 
chagrins m^me sont divertissants : car, lorsqu'on 



32 LA SOCliTi FRANQAJSE 

lui entend exag^rer la longueur d'un jour pass(3 ^ 
la campagne, ou celle d'une apr^s-din^e en mau- 
vaise compagnie, elle le fait si agrdablement et 
d'une mani^re si charmante qu'il n'est pas possible 
5 de ne I'admirer point, et de ne pardonner pas \ une 
personne d'autant d'esprit que celle-li d'etre plus 
difficile qu'une autre au choix des gens i qui elle 
veut donner son estime et accorder sa conversa- 
tion. 

Mile, de Scud^ry, Artamhu 
ouU Grand Cyrus t Paris, 1649- 
1653, vol VII. [1653], pp. 
489, 49a, 496. 501. 



DESCRIPTION DE UH6tEL DE RAM- 

BOUILLET. 



^o ly ^ AIS Tancien hdtel de Rambouillet ayant 

xVA <^^c vendu pendant la minority de 

Charles et de Marie d'Angennes, et cette grande 

famille se trouvant sans hdtel \ Paris, Charles 

d'Angennes, et Catherine de Vivonne firent con- 

15 struire celui de la rue St. Thomas du Louvre, dont 
je vais parler. 




AU DIX^SEPTlkME SikCLB. 33 

NOUVEL IIOtEL DE RAMBOUILLET. 

Ce logis, avant que d'etre rebati, avoit cu plu- 
sieurs noms; car premi^rement il fut appell^ I'Hdtel 
d'O ; dcpuis, rH6tel dc Noir-moustier ; apris, 
I'Hdtel de Pisani ; et enfixiy lorsque le Marquis de 
5 Rambouillet et Catherine de Vivonne y vinrent lo- 
ger, apris la mort de Jean de Vivonne, Marquis de 
Pisaniy il a pris le nom de Rambouillet. 

II tient It I'Hdtel de Chevreuse, et les jardins des 
Quinze-Vingts le terminent. Je ne dirai point que 

lo c'est le plus renomm^ du royaume, car personne n'en 
doute ; tout le beau monde a lu son 61oge et sa de- 
scription dans le grand Cyrus, et dans les ouvrages 
des plus d^licats esprits du si^clc ; peut-^tre mdme 
ne seroit-il pas besoin de faire ressouvenir que dans 

15 le Cyrus c'est lui qui est nomm^ le Palais de Cl^o- 
mire, et que par tout ailleurs on I'appelle le Palais 
d'Art^nice. Art6nice au reste est I'anagramme de 
Catherine, nom de bapt^me de Catherine de Vi- 
vonne, Marquise de Rambouillet, et qui a 6t6 fait 

20 par Malherbe. 

Tous les Illustres ont public It I'envi, le nom de 
cette heroine, et ne m'ont presque rien laiss^ i dire 
de son h6teL Les uns ont public que c'est le lieu od 



34 LA soci£t£ fkanqaise 

tous les jours les Muses errantcs et abandonn^es, 
lui venoient faire la cour ; les autres se sont 6ten- 
dus sur la rdgularit^ et la magnificence de cettc 
maison, et de plus nous ont appris qu'elle en a fait 
S et donn6 le dessein, qu'elle seule I'a entrepris, con- 
duit et achev^. Son goftt fin, et savant tout en- 
semble, a d^couvert ^ nos architectes des agr^ments, 
des commoditds, et des perfections ignor^es mdme 
des ancienSy et que depuis ils ont r^pandus dans 

TO tous les logis propres et superbes. Elle les y a fait 
entrer avec tant d'esprit, que si son hdtel n'est pas 
le plus logeable et le plus r^gulier, on en trouvera 
peu dans Paris, qui I'^galent, ou qui le surpassent. 
Sa cour, ses atles, ses pavilions et son corps de 

15 logis, ne sont ^ la v^rit^ que d'une mediocre 
grandeur ; mais ils sont proportionn^s et or- 
donn^s avec tant d'art, qu'ils imposent ^ la vue, 
et paroissent beaucoup plus grands qu'ils nc sont 
en eflfet. 

20 C'est une maison de briques, rehauss^e d'em- 
brasures, d'amortissements, de chatnes, de comiches, 
de f rises, d 'architraves, et de pilastres de pierre. 
Quand Art^nice I'entreprit, la brique, et la pierre 
^toient les seuls materiaux que Ton employoit dans 




Air DIX^SEPTlkMR SikCLB. 3$ 

les grands bitiments : Us avoient paru avec tant 
d'applaudissement sur les murailles de la place 
Dauphine, de la place Royale, des chiteaux de 
Veraeuily de Monceaux, de Fontainebleau, et de 
5 plusieurs autres Edifices royaux et publics. La 
rougeur de la brique, la blancheur de la pierre, et 
la noirceur de I'ardoise, faisoient une nuance de 
couleur si agr^able en ce temps-li, qu'on s'en ser- 
voit dans tous les grands palais, et Ton ne s'est avis^ 

lo que cette varidt^ les rendoit semblables It des cha- 
teaux de cartes, que depuis que les maisons bour- 
goises ont i\A bities de cette mani^re. 

De Tentrde, et de tous les endroits de la cour, on 
ddcouvre le jardin, qui occupant presque tout le 

15 cdt6 gauche, rigne le long des appartements, et 
rend Tabord de cet hdtel non moins gai que sur- 
prenant. De la cour on passe k gauche dans une 
basse-cour assortie de toutes les commodit^s, et 
m^me de toutes les superfluit6s qui conviennent \ 

20 une grande maison. Le corps de logis est accom- 
pagnd de quatre beaux appartements, dont le plus 
considerable peut entrer en parall^le avec les plus 
commodes, et les plus superbes du royaume. On 
y monte par un escalier, consistant en une seule 



36 LA soci£t£ pranqaise 

rampe large, douce, arrondie en portion de cercle, 
attach^e ^ une salle claire, grande, qui se d6charge 
dans une longue suite de chambres et d'anti- 
chambres, dont les portes en correspondance, for- 
% ment une trfes belle perspective. Quoiqu'il soit 
omd d'emmeublements fort riches, je n'en dirai 
rien n^anmoins, parce qu'on les renouvclle avec la 
mode, et que je ne parle que des choses qui ne 
changent point ; je remarquerai seulement que la 

10 chambre bleue, si c^l^bre dans les oeuvres de Voi- 
ture, 6toit par^e de son temps d'un emmeublement 
de velours bleu, rehauss6 d'or et d'argent, et que 
c'^toit le lieu oti Art^nice recevoit ses visites. Ses 
fen^tres sans appui, qui r^gnent de haut en bas, 

15 depuis son plafond jusqu'k son parterre, la rendent 
tr^s gaie, et la laissent jouir sans obstacle de Tair, 
de la vue et du plaisir du jardin. 

Si nous admirons ces sortes de crois6es au Palais 
Cardinal, au Petit-Luxembourg, et dans les mai- 

20 sons de la Place- Royale, et de I'lle Notre-Dame ; 
elles ne sont que des images et des imitations de 
celle de la chambre bleue, c'est k Cl^omire que les 
architectes sont redevables de ce nouvel embellisse- 
p:)ent ; raais ce n'est pas le seul ornement qu'ellc 




AU DIX^SEPTlkMB SiMCLS. 37 

a ajout6 It Tarchitecture. La rampe de son escalier, 
arrondie en portion de circle, et les portes en enfi- 
lade de son appartement, ont servi de module k ces 
escaliers circulaires, qui ne conduisent que jusqu'au 
5 premier ^tage, et k ces longues suites de portes, qui 
font les principales beaut^s de nos ch&teaux et de 
nos palais. 

H. Sanyal. JfUtoirt et ^e- 
chirckis dis AnHquiUs di la 
villi di Partj. Paris, 1724, 
voL II., p. 300. 

l'hOtel de RAMBOUILLET. 



G 



ELATILLE et les autres voyant qu'il n'y 
15 \jr avoit plus rien k faire, voulurent avoir 
recours k la mis^ricorde de la Princesse de Paphla- 
gonie, et pour cela employirent la Princesse Aminte, 
amie particuli^re de notre heroine. Aminte partit de 
Thrace, elle arriva en Paphlagonie, ce qui donna 
20 beaucoup de joie k la Princesse. qui la re^ut avec 
tout Taccueil imaginable : elle la r^gala de tous les 
plaisirs qui se peuvent imaginer. Elle crut bien 




38 LA soci£r£ franqaisb 

qu'Aminte avoit quelque proposition It lui fatre ; 
car cette Princesse avoit un esprit de pacification, 
et portoit la paix par tout oti elle alloit. 
C'^toit une personne amiable et aim^e de tout 
5 le monde, qui n'a jamais fait que du bien, et 
qui a toujours emp^ch^ le mal autant qu'elle a 
pu. Elle avoit des charmes dans I'esprit qui so 
faisoient connottre k tous ceux qui Tapprochaient, 
mais qui ne se peuvent exprimer. Jamais personne 

lo n'a mieux su qu'elle conserver Taffection de ceux 
qui ^toient le plus mal ensemble, ni 6tre si bien 
venue chez les ennemis des gens qu'elle venoit de 
quitter. Rien n'^toit bien sans elle : les maisons 
qu'elle ne vouloit pas honorer de ses visites dtoient 

15 d^sertes et d^cri^es : enfin son approbation seule 
faisoit valoir ceux qu'elle en jugeoit dignes ; et 
pour bien d^buter dans le monde, il falloit avoir 
rhonneur d'etre connu d'elle. C'est une chose qui 
semblera difficile \ croire, mais je I'ai su de fort 

20 bonne part ; elle ^toit fille de la Deesse d'Ath^nes 
qui vivoit en ce temps-lii, et qui fut ador^e d^s son 
vivant. Cette D^it6 6toit si honn^te, si savante et 
si sage, que c'est sans doute cc qui a donn^ sujet ^ 
la Fable de dire qu'elle 6toit n6e de la tdte de 




AU DIX'SEPTIMME SlkCLE. 39 

Jupiter, et qu'elle avoit toujours ixi fille. Toute 
r^v^rde qu'elle 6toit, elle s'humanisoit quelquefois : 
elle ^coutoit les pri^res, et les vceux d'un chacun, 
et y r^pondoit it toute heure sans distinction de la 
5 quality, mais bien de la vertu, et souvent sans 
qu'elle en itx. requise. Lorsque des personnes pro- 
fanes ont eu la t^m^rit^ d'entrer dans son temple, 
elle les en a chassis avec toutes les fulminations 
dignes d'un tel sacrilege, et leur a donn^ toutes les 

lo maledictions qu'elle jugeoit ^ propos, pour tichcr 
de corriger la perversite de leur naturel par la 
crainte, puisqu'it sa vue ils ne s'dtoient point ren- 
dus 2i sa douceur. Jamais il n'y en eut de pareille ; 
pour moi j'aurois toutes les envies du monde d'aller k 

15 Ath^nes pour la voir, si cela se pouvoit encore ; car 
je me persuade que j'aurois grande satisfaction de 
I'entendre. Je la crois voir dans un enfoncement oti 
le soleil ne p^n^tre point, et d'od la lumi^re n'cst 
pas tout k fait bannie. Cet antre est entour^ de 

20 grands vases de cristal pleins des plus belles fleurs 
du printemps, qui durent toujours dans les jardins 
qui sont aupr&s de son temple, pour lui produire ce 
qui lui est agrdable. Autour d'elle il y a force 
tableaux de toutes les personne ' qu'elle aime ; sea 




40 LA soci£tj6 franqaisb 

regards sur ces portraits portent toute benediction 
aux originaux. II y a encore force livres sur des 
tablettes qui sont dans cette grotte ; on pent juger 
qu'ils ne traitent de rien de commun. On n'entre 
5 dans ce lieu que deux ou trois k la fois, la confu- 
sion lui d^plaisant, et le bruit ^tant contraire \ la 
Divinite, dont la voix n'est d'ordinaire ^clatante que 
dans son courroux lorsqu'elle lance les tonnerres ; 
celle-ci n'en a jamais, c'est la douceur m^me. La 
10 ddvotion que j'ai pour elle fait que jc m'dcarte un 
peu de mon sujet pour en parler ; mais je suis as- 
surde que je n'ennuierai point le lecteur en parlant 
d'une chose si adorable. 

Anne Marie Louise d'OrU- 
ans, Duchesse de Montpensier 
[Mademoiselle], Histoire de la 
Princesse de Paphlagimie in 
Segraisiana, A la Haye, 1722, 
p. 94. 

5. 

LA GUIRLANDE DE JULIE. 

LA belle Julie eut beau dire qu'elle ne voulait 
pas se marier, I'amoureux et obstin^ Mon- 
tausier pers^v^ra dans sa poursuite, et fit le si^ge de 




AU DIX^SEPTlkME Sit CLE. 4I 

la dame selon toutes les r&gles, avec une ardeur k la 
fois habile et passionn^e ; d'une part, int^ressant 
tout le monde k son amour, gagnant successive- 
ment toutes les amies de la noble marquise, M*** 
5 Paulet, M-* de SabW, M"* d'Aiguillon, faisant par- 
ler en sa faveur, d'abord Richelieu, puis Mazarin, 
plus tard la Reine elle-m^me ; d'autre part, agissant 
sur le cceur de Julie par tous les beaux esprits de 
sa cour, se faisant bel esprit lui-m^me, composant 

10 des vers pour elle, en faisant composer par tous les 
poStes de sa connaissance, lui prodiguant les adora- 
tions publiques et privdes et lui adressant enfin 
cette fameuse Guirlande de ^tdiey " la plus illustre 
galanterie, dit Tallemant, qui ait jamais 6t6 faite.*' 

15 Elle est de I'ann^e 1641. C'^tait, ou plutdt c'est 

encore un bel in-folio relid en magnifique maroquin 

rouge et double de m^me, portant au dehors et au 

dedans le chiffre entrelacd de J. L., Julie-Lucine. 

Le frontispice est une guirlande avec ce titre : 

30 La Guirlande de Julie pour M^ de Rambouillet^ 
Julie Lucine d'Angennes. Sur le premier feuillet 
est peint un zephyr tenant dans la main droite une 
rose et dans la gauche une guirlande de fleurs, au 
nombre de vingt-neuf, qu'il souffle l^g^rement sur 




42 LA SOCI£t£ FRANQAISB 

la terre. Puis viennent de nombreux feuillets qui 
contiennent sdpar^ment les vingt-neuf fleurs peintes 
de la main du fameux peintre de fleurs, Robert, 
chacune accompagn^e d'un madrigal admirable- 
5 ment ^crit par Jarry. La plupart de ces madrigaux 
sont de Montausier lui-m^me, les autres, des poetes 
de I'hdtel de Rambouillet, parmi lesquels ne se 
trouve pas Comeille, k qui, mal \ propos depuis 
deux si^cles, on attribue des vers de Conrart. 

V. Cousin, La Soeiitd Fran' 
faiseauXVII^ Sikle, Parii, 
x886, vol. II., p. 37. 

ZfiPHIRE A JULIE. 

MADRIGAL. 

10 Recevez, 6 Nyxnphe adorable 

Dont les coeurs re9oivent les lois, 

Cette Couronne plus durable 
Que celles que Ton met sur la tete des Rois. 

Les fleurs dont ma main la compose 
15 Font honte 4 ces fleurs d'or qu'on voit au firmament ; 

L'cau dont Permcssc Ics arrose 
Leur donnc une fratcheur qui dure incessamment ; 

£t tous les jours mn belle Flore, 

Qui me ch^rit ct que j 'adore. 




AU DIX-SBPTlkMB SltCLB. 43 

Mc reproche avecque courroox 
Que mes sonpin jamais poor elle 
N'ont fait nattre de fleor si belle 
Que j*en ai fait nattre pour vous. 

— M. LE M. Dx MoNTAUSiuu 

LA FLEUR D'ORANGE. 

MADRIGAL. 

5 Da palais d'teeraude, ou la riche Nature 

M'a fait nattre et regner avecque majesty 

Je Tiens pour adorer la divine beaut^ 

Dont le Soleil n'est rien qu'une foible peinture. 

Si je n'ai point T^dat ni les vives couleurs 
lO Qui font rorgueil des autres fleurs, 

Par mes douces odeurs je suis plus accomplie, 

Et par ma puret^ plus digne de Julie. 

Je ne suis point sujette au fragile destin 
De ces belles infortun^ 
15 Qui meurent d^ qu'elles sont n^es, 

Et de qui les appas ne durent qu'un matin ; 

Mon sort est plus heureux, et le Ciel favorable 

Conserve ma f ratchcur et la rend plus durable. 

Ainsi» charmant objet, rare present des Cieux, 
30 Poor m^riter Thonneur de plaire k vos beaux yeux, 

J*ai la pompe do ma naiisance, 

Je suis en bonne odeur, en tout temps, en toos liens ; 




44 LA S0CIJ6t£ FRANQAISE 

Mes beaut^s ont de la Constance, 
£t ma pure blanchear marque mon innocence ; 
J'ose done me vanter, en vous ofTrant mes vceux, 
De vous faire moi seule une riche couronne, 
5 Bien plus digne de vos cheveux 

Que les plus belles fleurs que Z^phire vous donne. 
Mais si vous m'accusez de trop d'ambidon 
£t d'aspirer plus haut que je ne dcvrois faire, 

Condamncz ma presumption 
'O Et me traitez en temeraire ; 

Punissez, j'y consens, mon superbe dessein 

Par une s^ire defense 
De m'^lever plus haut que jusqu'A votre sein, 
Et ma punition sera ma recompense. 

— M. C 

Ch.-L. Uvet. Prici<ux et 
Prdcieusest Paris, 1870, pp. 

393, 417. 

6. 

LETTRES DE VOITURE. 

10. — A Manseigneur U Cardinal de la Valette, 

(Fin de 1630.) 
ONSEIGNEUR, je vols bien que les an- 
ciens cardinaux prenncnt une grande 



"M 




AU DlX'SEPTlkME SikCLE. 45 

autoritd sur les derniers rc9us, puisque vous ayant 
6crit beaucoup de fois sans avoir re9U une de vos 
lettres, vous vous plaignez de ma paresse. Cepen- 
dant je vois tant d'honn^tes gens qui m'assurent 
5 que vous me faites trop d'honneur de vous sou- 
venir de moiy et que je suis oblig^ de vous ^crire 
pour vous en remercier tr^s-humblement, que je 
veux bien suivre leur conseil et passer par dessus 
ce qui peut 6tre en cela mon int^r^t. Vous saurez 

lo done, monseigneur, que six jours apris I'^clipse, et 
quinze jours apr^s ma mort, M"' la princesse, M"* 
de Bourbon, M"* du Vigean, M** Aubry, M"* de 
Rambouillet, M"* Paulet et M. dc Chaudebonne et 
moi parttmes de Paris, sur les six heures du soir, 

15 pour aller k la Barre, oti M"' du Vigean devoit 
donner la collation k M** la princesse. Nous ne 
trouvimes en chemin aucune chose digne d'etre re- 
marqu^e, si ce n'est qu'^ Ormesson nous vtmes un 
grand chien qui vint ^ la portiere du carrossc me 

20 faire f^te, ce dont je fus fort joyeux. (Vous sercz, 
s'il vous platt, averti, monseigneur, que toutes les 
fois que je dirai nous trouvimes, nous vfmcs, nous 

• allimcs, c'cst en quality de cardinal que je parle.) 
De W^ nous arriv&mes k la Barre ct entrimes dans 




46 LA SOCIj&TA franqaise 

une salle oti Ton ne marchoit que sur des roses et 
de la fleur d'orange. M"* la Princesse, apr^s avoir 
admird cette magnificence, voulut aller voir les 
promenoirs en attendant I'heure du souper. Le 
5 soleil se couchoit dans une nu6e d'or et d'azur, et 
ne donnoit de ses rayons qu'autant qu'il en faut 
pour faire une lumi^re douce et agr^able ; I'air 
^toit sans vent et sans chaleur, et il sembloit que 
la terre et le del, ^ Tenvi de M"* du Vigean, vou- 

lo loient festoyer la plus belle princesse du monde. 
Apr^s avoir pass6 un grand parterre et de grands 
jardins tous pleins d'orangers, elle arriva en un bois 
od il y avoit plus de cent ans que le jour n*^toit 
entrd qu*k cette heure-1^ qu'il y entra avec elle. 

15 Au bout d'une all^e grande k perte de vue, nous 
trouvimes une fontaine qui jetoit toute seule plus 
d'eau que toutes celles de Tivoli. A Tentour 
dtoient ranges vingt-quatre violons, qui avoient de 
la peine \ surmonter le bruit qu'elle faisoit en tom- 

20 bant. Quand nous nous en fdmes approch^s, nous 
d^couvrlmes dans une niche qui ^toit dans une 
palissade, une Diane k Tige de onze ou douze ans, 
et plus belle que les for^ts de Gr^ce et de Thessalie 
ne Tavoient jamais vue. Elle portoit son arc et 




AU DlX'SEPTlkME SiMCLE. 47 

ses filches dans ses yeux, et avoit tous les rayons 
de son fr^re ^ I'entour d'elle. Dans une autre 
niche aupr^s 6toit une de ses nymphes, asscz belle 
et assez gentille pour 6tre une de sa suite. Ceux 
5 qui ne croient pas les fables, crurent que c'^toit 
M"* de Bourbon et la pucelle Priande. Et k la 
v^rit^ elles leur ressembloient extr^mement. Tout 
le monde 6toit sans prof^rer une parole, en ad- 
miration de tant d'objets, qui ^tonnoient en m^me 

lo temps les yeux et les oreilles, quand tout k coup la 
d^esse sauta de sa niche, et avec une grice qui ne 
se pent repr^senter, commen9a un bal qui dura 
quelque temps k Tentour de la fontaine. 

Cela est Strange, monseigneur, qu'au milieu de 

15 tant de plaisirs, qui doivent remplir enti^rement et 
attacher Tesprit de ceux qui en jouissoient, on ne 
laissa pas de se souvenir de vous, et que tout le 
monde dit que quelque chose manquoit k tant de 
contentements, puisque vous ct M"** de Rambouillet 

20 n*y iixtz pas. Alors je pris une harpe, et chantai : 

Pues quiso mi suerte dura, 
Qae faltando mi SeAor 
Tambien faltasse mi dama. 

Et continual le reste si m^lodieusement et si triste- 




48 LA SOCliTi FRANqAJSE 

menty qu'il n'y eut personne en la compagnie k qui 
les larmes n'en vinssent aux yeux, et qui ne pleurit 
abondamment. Et cela edt dur^ trop longtemps, 
si les violons n'eussent vitement sonn^ une sara- 
5 bande si gaie, que tout le monde se leva aussi 
joyeux que si de rien n'ei^t 6t^. Et ainsi sautant, 
dansant, voltigeant, pirouettant, cabriolant, nous 
arrivimes au logis, oil nous trouvimes une table 
qui sembloit avoir iti servie par les f^es. Ceci, 

ID monseigneur, est un endroit de Taventure quine se 
pent ddcrire. Et certes, il n'y a point de couleurs 
ni de figures en la rhdtorique qui puissent rcprdsen- 
ter six potages, qui d'abord se pr^sentirent k nos 
yeux. Cela y fut particuli^rement remarquable, 

15 que n'y ay ant que des dresses k la table et deux 
demi-dieux, i savoir M. de Chaudebonne et moi, 
tout le monde y mangea, ne plus ne moins que si 
c'eussent ixA vdritablement des personnes mortelles. 
Aussi, 2i dire le vrai, jamais rien ne fut mieux servi : 

20 et entre autres choses, il y eut douze sortes de vi- 
andes et de d^guisements, dont personne n'a encore 
jamais oul parler et dont on ne sait pas encore le 
nom. Cette particularity, monseigneur, a ixk. rap- 
port^e par malheur, ^ M"** la mar^chale de [Saint- 




AU DIX-SEPTlkMB SltCLB. 49 

Luc], et quoiqu'on lui ait donn^ vingt dragmes 
d'opium plus que d'ordinaire, elle n'a jamais pu 
dormir depuis. Au commencement du souper, on 
ne but point k votre sant^, pour ce que I'on fut fort 
5 diverti : et k la fin on n'en fit rien non plus, pour ce 
qu'i mon avis on ne s'en avisa pas. Sou£frez, s'il 
vous plait, monseigneur, que je ne vous fiatte point, 
et qu'en fid^e historien, je vous raconte n(iment 
les choses comme elles sont : car je ne voudroispas 

lo que la post^rit^ prit une chose pour I'autre, et que 
d'ici 2i deux mille ans on edit que Ton e(it bu ^ 
vous, cela n'ayant point ^t^. II est vrai que je suis 
oblig^ de rendre t^moignage ^ la yix\X,i que ce ne 
fut pas manque de souvenir ; car durant le souper 

15 on parla fort de vous, et les dames vous y souhai- 
t^rent ; et quelques-unes de fort bon cceur, ou je 
ne m'y connois pas. 

Au sortir de table, le bruit des violons fit monter 
tout le monde en haut, oti Ton trouva une chambre 

20 si bien dclair^e, qu'il sembloit que le jour qui 
n*6toit plus dessus la terre s'y f(it retir^ tout entier. 
Li, le bal commen9a, en meilleur ordre et plus 
beau qu'il n'avoit ^t^ k I'entour de la fontaine. Et 
la plus magnifique chose qui y .f(it, c'est, monseig- 




so LA SOCI6T6 FRANQAISB 

neur, que j'y dansai. M"* de Bourbon jugea qu'2i 
la v^rit^ je dansois mal, mais que je tirois bien des 
armes, pour ce qu'k la fin de toutes les cadences il 
sembloit que je me misse en garde. Le bal con- 
5 tinuoit avec beaucoup de plaisir, quand tout i coup 
un grand bruit que Ton entendit dehors obligea 
toutes les dames k mettre la t^te k la fen^tre : et 
Ton vit sortir du grand bois qui ^toit k trois cent^ 
pas de la maison un tel nombre de feux d'artifice, 

10 qu'il sembloit que toutes les branches et les troncs 
des arbres se convertissent en fusses ; que toutes les 
^toiles du ciel tombassent, et que la sphere du feu 
voultit prendre la place de la moyenne region de 
Fair. Ce sont, monseigneur, trois hyperboles, les- 

15 quelles appr^ci^es et r^duites k la juste valeur des 
choses valcnt trois douzaines de fusses. Apr^s 
s*^tre remis de I'dtonnement oil cette surprise avoit 
mis un chacun, on se rdsolut de partir, et on reprit 
le chemin de Paris It la lueur de vingt flambeaux. 

20 Nous traversdmes tout I'Ormessonnois, les grandes 
plaines d'!^pinay, et passdmes sans aucune resis- 
tance par le milieu de Saint-Denis. M'^tant trouv^ 
dans le carrosse aupr^s de M"** [du Vigean], je lui 
dis, de votre part, jnonseigneur, un Mtserere tout 




AU DlX'SEPTlkME SlkCLE. $1 

entier, auquel elle r^pondit avec beaucoup de gen- 
tillesse et de civility. Nous chan times eo cherain 
une infinite de savants^ de pctits-doigtSy de boH" 
sairs^ de ponts-hretans, Prenez votre ton, mon- 
5 seigneur: 

GonUs et Vigean 
Ont une querelle 
Poor U p^nnelle, 
Et le prStre Jean ; 
lO II en a dans Taile, 

Le petit Vigean. 

Ceci, roonseigneur, n'est pas du corps de la lettre, 
mais il vient de me venir en Tesprit et je ne puis 
tenir de le chanter, et je vous supplie tr^s-humble- 

15 ment d'en faire autant en m^moire des gras-d^eau^ 
Nous dtions environ une lieue par delit Saint- 
Denis, et il ^toit deux heures apr^ minuit. Le 
travail du chemin, le veiller, I'exercice du bal et de 
la promenade m'avoient extr^mement appesanti, 

20 quand il arriva un accident que je cms devoir ^tre 
cause de ma totale destruction. II y a une petite 
bourgade entre Paris et Saint- Denis, que Ton 
nomme la Villette. Au sortir de li, nous rencon- 
trAmes trois carrosses, dans lesquels s'en retour- 




$2 LA SOCI&Ti FRAh^qAISE, 

noient les violons que nous avions fait jouer tout le 
jour. Voici, monseigneur, qui est horrible ! Le 
diable alia mettre en I'esprit de M"* [de Rambouil- 
let] de leur faire commander de nous suivre et 
5 d'aller donner des sdr6nades toute la nuit Cette 
proposition me fit dresser les cheveux en la t6tc. 
Cependant tout le monde I'approuva. On fit arrft- 
ter les carrosses, on leur alia dire le commande- 
ment. Mais, de bonne fortune, les bonnes gens 

lo avoient laissd leurs violons i la Barre, et Dieu 
les b6nie. Par Ik, monseigneur, vous pouvez ju- 
ger que M'^ [de Rambouillet] est une aussi dan- 
gereuse demoiselle pour la nuit qu'il y en ait au 
monde, et que j'avois grand'raison chez M"** [Au- 

15 bry,] de dire qu'il falloit faire sortir les violons, et 
qu'il ne falloit rien pour se rembarquer, tant qu'on 
les voyoit presents. Nous continudmes notre che- 
min assez heureusement, si ce n'est qu'en entrant 
dans le faubourg, nous trouvimes six grands pl&tri- 

20 ers tout nus, qui pass^rent devant notre carrosse 
du c6t^ de la portiere od ^toient M^ de Ram- 
bouillet et M"* Paulet. Enfin nous arriv&mes ^ 
Paris. Et ce que je m'en vais vous dire est plus 
^pouvantablc que tout le reste. Nous vfmes qu'une 




AU DIX'SEPTlkME SiMCLE. S3 

grande obscuritd couvroit toute la ville, et au lieu 
que nous Tavions laiss^e, il n'y avoit que sept 
heures, pleine de bruit, d'hommes, de chevaux et de 
carrosses, nous trouvimes un grand silence et une 
5 effroyable solitude partout, ct les rues tellement d^- 
peupl^es que nous n'y rencontrimes pas un homme, 
et vtraes seulement quelques animaux qui, k la 
lueur des flambeaux, se cachoient. Mais, mon- 
seigneur, je vous dirai le reste de cette aventure 
ID une autre fois : 

Qui h*\ fin del canto, e torao ad Oriando : 
Addio. tignor ; a voi mi ricommando. 

loi. — A Mademoiselle De RambouilUt* 

[. . . 1637.] 
Mademoiselle, car ^tant d'une si grande considera- 
tion dans notre langue, j'approuve extr^mement le 

15 ressentiment que vous avez du tort qu'on lui veut 
faire, et je ne puis bien esp^rer de I'Acaddmie dont 
vous me parlez, voyant qu*elle se veut ^tablir par 
une si grande violence. En un temps od la fortune 
joue des tragedies par tous les endroits de I'Europe, 

20 je ne vois rien si digne de piti^, que quand je vois 
que Ton est pr6t de chasser et faire le proems i un 




S4 LA SOCltTt FJtANQA/SE 

mot qui a si udlement send cette monarchies et qui, 
dans toates les bronilleries du royaume, s*est toa- 
jours montr^ bon Fran9ois. Pour moi, je ne puis 
comprendre quelles raisons ils poorront all^gner 
5 contre tine diction qui marche toujours i la t6te de 
la raison, et qui n'a point d'autre charge que de 
rintroduire. Je ne sais pour quel int^r^t ils tl- 
chent d'dter i car ce qui lui appardent pour 
le donner k four ce que^ ni pourquoi ils veu- 

xo lent dire avec trois mots ce qu'ils peuvent dire 
avec trois lettres. Ce qui est le plus i craindre, 
mademoiselle, c'est qu'apr^s cette injustice, on en 
entreprendra d'autres. On ne fera point de diffi- 
cult^ d'attaquer mais^ et je ne sais sixr demeurera en 

15 sOret^. De sorte qu'apr^ nous avoir 6t^ toutesles 
paroles qui lient les autres, les beaux esprits nous 
voudront r^duire au langage des anges, ou, si cela 
ne se pent, ils nous obligeront au moins \ ne parler 
que par signes. Certes, j'avoue qu'il est vrai ce que 

20 vous dites, qu'on ne peut mieux connoftre par 
aucun exemple I'incertitude des choses humaines. 
Qui m'eiit dit, il y a quelques anndes, que j'eusse 
dd vivre plus longtemps que car^ j'eusse cm qu'il 
m'edt promis une vie plus longue que celle des 




AU DJX'SEPTlkME SikCLE. 55 

patriarches. Cependant, il se trouve qu'apr^s avoir 
v6cu onze cents ans, plein de force et de credit ; 
apr^s avoir M. employ^ dans les plus importants 
traitds, et assist^ tou jours honorablement dans le 
5 conseil de nos rois, il tombe tout d'un coup en dis- 
grace et est menac^ d'une fin violente. Je n'at- 
tends plus que I'heure d'entendre en I'air des voix 
lamentableSy qui diront : Le grand car est mort^ et le 
trdpas du grand Cam ni du grand Pan ne semble- 

xo roit pas si important ni si Strange. Je sais que si Ton 
consulte lit-dessus un des plus beaux esprits de notre 
siicle, et que j'aime extr^mement, il dira qu'il faut 
condamner cette nouveaut^, qu'il faut user du car 
de nos p^res, aussi bien que de leur terre et de leur 

15 soleily et que Ton ne doit point chasser un mot qui 
a ^t^ dans la bouche de Charlemagne et de saint 
Louis. Mais c'est vous principalement, made- 
moiselle, qui 6tes obligee d'en prendre la protection. 
Puisque la plus grande force et la plus parfaite 

ao beauts de notre langue est en la vdtre, vous y 
devez avoir une souveraine puissance, et faire vivre 
ou mourir les paroles comme il vous platt. 

Aussi crois-je que vous avez d6jk sauvd ccllc- 
ci du hasard qu'elle couroit, et qu'en I'enfer- 



56 LA SOCJJtTi FRANQAISR 

mant dans votre lettre, vous Tavez mise comme 
dans un asile et dans un lieu de gloire, oil le 
temps et Tenvie ne la sauroient toucher. Parmi 
tout cela, je confesse que j'ai ^t^ ^tonn^ de 
S voir combien vos bont^s sont bizarres, et que 
je trouve Strange que vous, mademoiselle, qui lais- 
seriez p^rir cent hommes sans en avoir piti^, ne 
puissiez voir mourir une syllabe. Si vous cussiez 
eu autant de soin de moi que vous en avez de car^ 

lo j'eusse 6t6 bien heureux malgr^ ma mauvaise for- 
tune. La pauvret^y I'exil et la douleur ne m'au- 
roient qu'k peine touchy ; et si vous ne m'eussiez 
pu 6ter ces maux, vous m'en eussiez au moins 6t^ 
le sentiment. Lorsque j'espdrois recevoir quelque 

15 consolation dans votre lettre, j'ai trouv^ qu'elle 
dtoit plus pour car que pour moi, et que son ban- 
nissement vous mettoit plus en peine que le ndtre. 
J'avoue, mademoiselle, qu'il est juste de le ddfen- 
dre. Mais vous deviez avoir soin de moi aussi 

3o bien que de lui, afin que Ton ne vous reproche pas 
que vous abandonnez vos amis pour un mot. Vous 
ne r^pondez rien \ tout ce que je vous avois ^crit ; 
vous ne parlez point de choses qui me regardent. 
En trois ou quatre pages, i peine vous souvient-il 




AU DIX-SEPTliME SikCLE. S7 

une fois de moi, et la raison en est car. Consid^- 
rez-moi davantage une autre fois, s'il vous plait ; et 
quand vous entreprendrez la defense des afflig^s, 
souvenez-vous que je suis du nombre. Je me ser- 
5 virai toujours de lui-m£me pour vous obliger k 
m'accorder cette gr&ce, et je vous assure que vous 
me la devez : car je suis, mademoiselle, votre, 
etc. 

123. — A MadenunseUe De RambouilUt 

[A Parii, durant \ixi de 2639.] 
Mademoiselle, personne n'est encore mort de 

10 votre absence, hormis rooi, et je ne crains point de 
vous le dire ainsi criiment, pour ce que je crois que 
vous ne vous en soucierez guire. N^anmoins, si 
vous en voulez parler franchement, k cette heure 
que cela ne tire plus k consequence, j'dtois un assez 

15 jo^^ gar9on ; et hors que je disputois quelquefois 
volon tiers et que j'^tois aussi opiniitre que vous, je 
n'avois pas de grands d^fauts. Vous saurez done, 
mademoiselle, que, depuis mercredi dernier, qui fut 
le jour de votre partement, je ne mange plus, je ne 

20 parle plus, et je ne vois plus ; et enfin, il n'y man- 
que rien, sinon, que je ne suis pas enterr^. Je ne 



58 LA soci£t£ fran(;aisb 

I'ai pas voulu 6tre sitdt, pour ce, premi^rement, que 
j'ai eu toujours aversion \ cela ; et puis je suis bien 
aise que le bruit de ma mort ne coure pas sitdt, et 
je fais la meilleure mine que je puis afin que Ton 
5 ne s'en doute pas. Car si on s'avise que cela m'est 
arriv6 justement sur le point que vous 6tes partie, 
Ton ne s'emp^chera jamais de nous mettre en- 
semble dans les couplets de L'ann/e est bonne qui 
courent maintenant partout. En v6rit6, si j'^tois 

lo encore dans le monde, une des choses qui m'y fe- 
roient autant de d6pit, seroit le peu de discretion 
qu'ont certaines gens k faire courre toutes sortes de 
choses. Les vivants ne font rien, ^ mon avis, de 
plus impertinent que cela, et il n'est pas jusqu'il 

X J nous autres morts, ^ qui cela ne d^plaise. Je vous 
supplie, au reste, mademoiselle, de ne point rire en 
lisant ceci : car, sans mentir, c'est fort mal fait de 
se moquer des tr^pass^s, et si vous ^tiez en ma 
place, vous ne seriez pas bien aise qu'on en usdt de 

20 la sorte. Je vous conjure done de me plaindre, et 
puisque vous ne pouvez plus faire autre chose pour 
moi, d'avoir soin de mon &me, car je vous assure 
qu'elle souffre extrdmement. Lorsqu'elle se s^para 
de moi, elle s'en alia sur le grand chemin de Char- 



MtaiMaaiBHa 



AU DIX^SEPTlkME SlkCLE. 59 

tres, et de Ik droit k la Mothe : et m^me k I'heure 
que vous lisez ceci, je vous donne avis qu'elle est 
aupr^s de vous, et elle ira cette nuit en votre 
chambre faire cinq ou six grands cris, si cela ne 
5 vous toume point \ importunity. Je crois que 
vous y aurez du plaisir : car elle fait un bruit de 
diable, et se tourmente, et fait une temp^te si 
Strange qu'il vous semblera que le logis sera prdt k 
se renverser. J'avois dessein de vous envoyer le 

lo corps par le messager, aussi bien que celui de la 
mar^chale de Fervaque ; mais il est en un si 
pitoyable 6tat qu'il edt 6t6 en pieces devant que 
d'etre aupr^s de vous ; et puis j'ai eu peur que par 
le chaud il ne se gitdt. Vous me ferez un extreme 

15 honneur, s'il vous plait, de dire aux deux belles 
Princesses aupr^s de qui vous ^tes, que je les sup- 
plie tr^s-humblement de se souvenir que, tant que 
j'ai v6cu, j'ai eu une aflfection sans pareille pour 
leur service trfes-humble, et que cette passion me 

20 dure encore apr^s ma mort. Car, en I'^tat oti je 
suis, je vous jure que je les respecte et les honore 
autant que j'ai jamais fait. Je n'oserois dire qu'il 
n'y a point de mort qui soit tatit leur serviteur que 
moi ; mais j'assurerai bien qu'il n'y a point de vi- 



6o LA soci£t£ franqaise 

vant qui soit plus k elle que j'y suis, ni qui soit 
plus que xnoi, mademoiselle, votre, etc. 

CEuvres de Vaiture^ Nou- 
velU iditionparIA, A. Ubicini, 
Paris, 1855, voL I., pp. 44. 
293. 336. 



7. 

POfeSlES DE VOITURE. 

SONNET. 

[Vcri i6ao.] 

IL faut finir mes jours en Tamour d'Uranie : 
L'absence ni le temps ne m'en sauroient gudrir, 
5 Et je ne vois plus rien qui me p(it secourir, 
Ni qui sdt rappeler ma liberty bannie. 

D^s longtemps je connois sa rigueur infinie ; 
Mais pensant aux beaut^s, pour qui je dois p^rir, 
Je b^nis mon martyre, et content de mourir, 
io Je n'ose murmurer contre sa tyrannie. 

Quelquefois ma raison par de foibles discours 
M'incite i la r^volte et me promet secours ; 
Mais lorsqu'k mon besoin je me veux servir d'elle. 




AU DlX^SEPTlkME SiMCLE. 6 1 

Apr^s beaucoup de peine et d'efiforts impuissants, 
EUe dit qu*Uranie est seule aimable et belle, 
Et m'y rengage plus que ne font tous mes sens. 

RONDEAU. 

Ma foi, c'est fait de moi : car Isabeau 
5 M'a conjurd de lui faire un rondeau, 
Cela me met en une peine extreme. 
Quoi ! treize vers, huit en eau, cinq en ^me ! 
Je lui ferois aussit6t un bateau. 

En voilk cinq pourtant en un monceau, 
lo Faisons en huit, en invoquant Brodeau, 
Et puis mettons par quelque stratag^me ; 
Ma foi, c*est fait. 

Si je pouvois encor de mon cerveau 
Tirer cinq vers, I'ouvrage seroit beau. 
15 Mais cependant je suis dedans Tonzi^me, 
Et si je crois que je fais le douzi^me. 
En voili treize ajust^s au niveau : 
Ma foi, c'est fait ! 

CEuvrrt de Voitun, ed. dt. 
YoL II., pp. 3i(\ 314. 



62 LA socij&tA franqaise 

8. 
PORTRAITS. 



PORTRAIT DE M**« LA MARQUISE DE 

SfeVIGNfe 

PAR MADAME LA COMTESSS DE LA FAYETTE SOUS 

LE NOM D'UN INCONNU. 

TOUS ceux qui se m^lent de peindre des belles 
se tuent de les embellir pour leur plaire, et 
n'oseroient leur dire un seul de leurs d^fauts : mais 
pour moiy madame, grdce au privilege d'inconnu 

5 que je suis aupr^s de vous, je m'en vais vous 
peindre hardiment, et vous dire toutes vos v^rit^s 
tout k mon aise, sans crainte de m'attirer votre 
colore : je suis au d^sespoir de n'en avoir que 
d'agr^ables ^ vous conter, car ce me seroit un 

lo grand d^plaisir si, apr^s vous avoir reproch6 mille 
d^fautSy je voyois cet inconnu aussi bien re9U de 
vous que mille gens qui n'ont fait toute leur vie 
que vous louer. Je ne veux point vous accabler 
de louanges, et m'amuser k vous dire que votre 

15 taille est admirable, que votre teint a une beautd et 




AU DIX-SEPTlkME SikCLE. 63 

une fleur qui assurent que vous n'avez que vingt 
ans, que votre bouche, vos dents, et vos cheveux 
sont incoroparables ; je ne veux point vous dire 
toutes ces choses, votre roiroir vous les dit assez : 
5 mais comme vous ne vous amusez pas il lui parler, 
il ne peut vous dire combien vous ^tes aimable et 
charmante quand vous parlez, et c'est ce que je 
vous veux apprendre. 

Sachez done, madame, si par hasard vous ne le 

10 savez pas, que votre esprit pare et embellit si fort 
votre personne, qu'il n'y en a point au monde de 
si agriable. Lorsque vous 6tes animde dans une 
conversation dont la contrainte est bannie, tout ce 
que vous dites a tel charme et vous sied si bien, 

15 que vos paroles attirent les Ris et les Grices autour 
de vous ; et le brillant de votre esprit donne un si 
grand ^clat k votre teint et i vos yeux, que quoi- 
qu'il semble que I'esprit ne ddt toucher que les 
oreilles, il est pourtant certain que le votre 6blouit 

20 les yeux, et que lorsqu'on vous 6coute, Ton ne voit 
plus qu'il manque quelque chose i la regular!- 
t^ de vos traits, et Ton vous croit la beaut^ du 
monde la plus achevde. Vous pouvez juger par ce 
que je viens de vous dire, que si je vous suis incon- 



64 LA SOCI£t£ FRANQAISE 

nu, vous ne m'^tes pas inconnue, et qu'il faut que 
j'aie cu plus d'une fois Thonneur de vous voir et de 
vous entretenir, pour avoir d^m^l6 cc qui fait en 
vous cet agr^ment dont tout le monde est surpris ; 
5 mais je veux encore vous faire voir, madame, que 
je ne connois pas moins les qualit^s solides qui 
sont en vous que je sais les agr^ables dont on est 
louche. Votre ime est grand, noble, propre i dis- 
penser des tr^sors, et incapable de s'abaisser au 

ID soin d'en amasser. Vous etes sensible \ la gloire 
et k Tambition, et vous ne I'^tes pas moins au 
plaisir. Vous paroissez n^e pour eux, et il sem- 
ble qu'ils soient faits pour vous. Votre presence 
augmente les divertissements, et les divertisse- 

15 mcnts augmentent votre beaut^, lorsqu'ils vous en- 
vironnent : enfin la joie est I'dtat veritable de votre 
ime, et le chagrin vous est plus contraire qu*li 
personne du monde. Vous ^tes naturellement ten- 
dre et passionn^e ; mais, k la honte de notre sexe, 

20 cette tendresse nous a ^t^ inutile, et vous Tavez ren- 
ferm^e dans le votre, en la donnant \ madame de la 
Fayette. Ha ! madame, s'il y avoit quelqu'un au 
monde assez heureux pour que vous ne I'eussiez pas 
trouv^ indigne de ce tr^sor dont elle jouit, et qu'il 




-■- •— ■""■-- ■ 



Al/ DIX^SEPTlkME SlkCLE. 65 

n'efit pas tout mis en usage pour le poss^der, il md- 
riteroit toutes les disgraces dont I'amour peut ac- 
cabler ceux qui vivent sous son empire. Quel 
bonheur d'etre le maitre d'un cceur comme le vdtre, 
5 dont les sentiments fussent expliqu^s par cet esprit 
galant et agr^able que les dieux vous ont donnd ! et 
votre cceur, madame, est sans doute un bien qui ne 
se peut mdriter ; jamais il n'y en eut un si g^ndreux, 
si bien bien fait et si fiddle. II y a des gens qui 

10 vous soup^onnent de ne le montrer pas tou jours 
tel qu'il est ; mais au contraire vous dtes si accou- 
tum^e i n'y rien sentir qui ne vous soit honorable 
de montrer, que m^me vous y laissez voir quelque- 
fois ce que la prudence du si^cle vous obligeoit de 

15 cacher. Vous £tes n^e la plus civile et la plus ob- 
ligeante personne qui ait jamais ^t^ ; et par un air 
libre et qui est doux dans toutes vos actions, les 
plus simples compliments de biens^ance paroissent 
en votre bouche des protestations d'amiti^, et tous 

20 ceux qui sortent d'aupr^s de vous s'en vont persua- 
des de votre estime et de votre bienveillance, sans 
qu'ils se puissent dire \ eux-m^mes quelle marque 
vous leur avez donn^e de I'un et de I'autre. Enfin 
vous avez re9u des grdces du ciel, qui n'ont jamais 




66 LA soci£t£ franqaise 

i\.i donn^es qu'i vous, et le monde vous est oblig^ 
de lui ^tre venu montrer mille agr^ables qualit^s, 
qui jusqu'ici lui avoient ^t^ inconnues. Je ne 
veux point m'embarquer k vous les d^peindre 
5 touteSy car je romprois le dessein que j'ai de ne 
vous pas accabler de louanges, et de plus, madame, 
pour vous en donner qui fussent dignes de vous et 
dignes de parottre, 

II fattdroit €tre votre amant, 

£t je n'ai pas Thonneur de I'^tre. 

II. 
PORTRAIT DE MADEMOISELLE 

FAIT PAR ELLE-mAmE. 



lo I^UISQUE Ton veut que je fasse mon portrait, 

X jc ticherai de m*en acquitter Je mieux que 

je pourraL Je souhaiterois qu'en ma personne la 

nature prdvaliit sur I'art ; car je sens bien que je 

n'en ai aucun pour corriger mes d^fauts ; mats la 

I J v6rit^ et la sinc^rit^ avec laquelle je vais dire ce 
qu*il y a de bien et de mal en moi, attireront assur^- 
ment la bont^ de mes amis pour les excuser. Je 
ne demande point de la piti^, car je n'aime point 




AU DIX^SEPTlkME SlkCLE. ^J 

k en faire, et la raiUerie me plairoit beaucoup 
plus, puisque d'ordinaire elle part plutdt d'un 
principe d 'en vie que I'autre, et que rarement Ton 
en a contre les gens de peu de m^rite. 
5 Je commencerai done par mon ext^rieur. Je 
suis grande, ni grasse ni maigre, d'une taiUe fort 
belle et fort ais^e. J'ai bonne mine, la gorge asses 
bien faite, les mains et les bras pas beaux, mais la 
peau belle, ainsi que la gorge. J'ai la jambe droite 

lo et le pied bien fait ; mes cheveux sont blonds et 
d'un beau cendrd ; roon visage est long, le tour en 
est beau ; le nez grand et aquilin ; la bouche ni 
grande ni petite, mais fa^onn^e et d'une mani^re 
fort agr^able ; les l^vres vermeilles ; les dents 

15 point belles, mais pas horribles aussi ; mes yeux 
sont bleus, ni grands ni petits, mais brillants, doux 
et fiers comme ma mine. J'ai Tair haut, sans 
Tavoir glorieux. Je suis civile et famili^re, mais 
d'une mani^re k m'attirer plutdt le respect qu'k 

20 m'en faire manquer. J'ai une fort grande negli- 
gence pour mon habillement, mais cela ne va pas 
jusqu'i la malpropret^ ; je la hais fort : je suis 
propre ; et n^glig^e ou ajust^e, tout ce que je mets 
est de bon air ; ce n'est pas que je ne sois incom- 



68 LA S0C1J&T& FRANqAISE 

parablement mieux ajust^e, mais la negligence me 
sied moins mal qu'^ une autre, car, sans me flatter, 
je d^pare moins ce que je mets que ce que je mets 
ne me pare. Je parle beau coup sans dire des 
5 sottises ni de mauvais mots. Je ne parle point de 
ce que je n'entends pas, comme font d'ordinaire les 
gens qui aiment i parler, et qui, se fiant trop en 
eux-m^mes, m^prisent les autres. J'ai de certains 
chapitres oti Ton me feroit volontiers donner dans 

lo le panneau : ce sont de certaines relations des 
choses dont j'ai eu quelque connoissance et quelque 
part ; et quoique d*autres y puissent avoir eu part 
aussi bien que moi, et que j*en dise du bien quand 
j'en parle, il semble que j'^coute plus volontiers 

15 celui que Ton dit de moi, et que je cherche davan- 
tage \ m'attirer des louanges qu'k leur en donner. 
Je pense que voilli seulement en quoi je suis 
moquable. Je suis toute propre \ me piquer de 
beaucoup de choses, et je ne me pique de rien que 

20 d'etre fort bonne amie et fort constante en mes 
amities, quand je suis assez heureuse pour trouver 
des personnes de m^rite et dont I'humeur se rap- 
porte i la mienne ; car je ne dois pas pitir de 
I'inconstance des autres. Je suis la personpc du 




AU DIX^SEPTlkMS SltCLE. 69 

monde la plus secrete, et rien n'^gale la fid61it6 et 
les ^gards que j'ai pour mes amis : aussi veux-je 
que Ton en ait pour moi, et rien ne me gagne tant 
que la confiancey parce que c'est une marque 

5 d'estime, ce qui est sensible au dernier point i 
ceux qui ont du coeur et de I'honneur. Je suis 
fort m^chante ennemie, ^tant fort colore et fort 
emport^e, et cela, joint k ce que je suis n^e, peut 
bien faire trembler mes ennemis ; roais aussi j'ai 

10 rime noble et bonne. Je suis incapable de toute 
action basse et noire ; ainsi je suis plus propre i 
faire mis^ricorde que justice. Je suis m^lan- 
colique ; j'aime k lire les livres bons et solides ; 
les bagatelles m'ennuient, hors les vers ; je les aime 

x5 de quelque nature qu'ils soient, et assur^ment je 
juge aussi bien de ces choses-lk que si j'6tois sa- 
vante. J 'aime le monde et la conversation des 
honn6tes gens, et n^anmoins je ne m'ennuie pas 
trop avec ceux qui ne le sont pas, parce qu'il faut 

ao que les gens de ma quality se contraignent, ^tant 
plutdt n^s pour les autres que pour eux-m^mes ; de 
sorte que cette n^cessiti^ s'est si bien toum^e en 
habitude en moi, que je ne m'ennuie de rien, 
quoique tout ne me divertisse pas. Cela n'emp^he 



70 LA SOCliTi FRANQAISB 

point que je ne sache discemer les personnes de 
m^rite, car j'aime tous ceux qui en ont un de par- 
ticulier en leur profession. Par-dessus tous les au- 
tres, j'aime les gens de guerre et ^ les oulfr parler 
5 de leur mdtier ; et, quoique j'aie dit que je ne parle 
de rien que je ne sache et qui ne me convienne, 
j'avoue que je parle volontiers de la guerre ; je me 
sens fort brave, j'ai beaucoup de courage et d'am- 
bition, mais Dieu me I'a si hautement bom^e par la 

lo quality dont il m'a fait naitre, que ce qui seroit d6- 
faut en un autre est maintenir ses oeuvres en moi. 
Je suis prompte en mes resolutions, et ferme k les 
tenir. Rien ne me paroit difficile pour servir mes 
amis ni pour ob^ir aux gens de qui je depends. 

15 Je ne suis point int^ress^e ; je suis incapable de 
toute bassesse et j'ai une telle indifference pour 
toutes les choses du monde, par le m^pris que j'ai 
des autres et par la bonne opinion que j'ai de moi, 
que je passerois ma vie dans la solitude plutdt que 

20 de contraindre mon humeur fi^re en rien, y alldt-il 
de ma fortune. J'aime ^ ^tre seule ; je n'ai nulle 
complaisance et j'en demande beaucoup ; je suis 
defiante sans me d^fier de moi ; j'aime k faire plai- 
sir et k obliger ; j'aime aussi sou vent k picoter et k 




AU DIX^SEPTlkMB S/MCL£. 7 1 

d^plaire. Comme je n'aime point les plaisirs, je 
ne procure pas volontiers ceux des autres. J'aime 
les violons plus que toute autre musique ; j'ai aim^ 
k danser plus que je ne fais, et je danse fort bien ; 
5 je hais k jouer aux cartes, et j'aime les jeux d'ex- 
ercice ; je sais travailler k toutes sortes d'ouvrages, 
et ce m'est un divertissement aussi bien que d'aller 
i la chasse et de monter k cheval. Je suis beau- 
coup plus sensible k la douleur qu'k la joie, con- 

lo noissant mieux Tune que Tautre, mais il est difficile 
de s'en apercevoir ; car,quoique je ne sois ni come- 
dienne ni fa^onni^re, et qu'on me voie d'ordinaire 
jusqu'au fond du cceur, j'en suis toutefois si mai- 
tresse quand je veux, que je le toume comme il me 

15 platt et n'en fais voir que le cdt^ que je veux mon- 
trer. Jamais personne n'a eu tant de pouvoir sur 
soi, et jamais esprit n'a ^t^ si mattre de son corps ; 
aussi en soufifrai-je quelquefois. Les grands cha- 
grins que j'ai eus auroient tu^ une autre que moi, 

20 mais Dieu m'a si bien proportionn^ toutes choses et 
les a rendues si soumises les unes aux autres, qu*il 
m'a donn6 une sant^ et une force non pareille : 
rien ne m'abat^ rien ne me fatigue, et il est difficile 
de connottre les ^v^nements de ma fortune et les 



72 LA soci£t£ franqaise 

d^plaisirs que j'ai par mon visage, car il est rare- 
ment alt^r^. J'ai oubli6 que j*ai un teint de sant^ 
qui r^pond k ce que je viens de dire : il n*est pas 
d^licat, mais il est blanc et vif. Je ne suis point 
5 devote, je voudrois bien T^tre, et d6j^ je suis dans 
une fort grande indifference pour le monde, mais 
je crains que ce qui me le fait mdpriser ne m'en 
d^tache pas, puisque je ne me mets pas du nombre 
de ce que j'y m^prise, et il me semble que I'amour- 

zo propre n'est pas une quality utile i la devotion. 
J'ai grande application ^ mes affaires, je m'y at- 
tache tout ^ fait et j'y suis aussi soup9onneuse que 
sur le reste. J'aime la rfegle et Tordre jusqu'aux 
moindres choses. Je ne sais si je suis lib^rale, je 

15 sais bien que j'aime toutes les choses de faste et 
d'6claty et i donner aux gens de m^rite et k ceux 
que j'aime ; mais, comme je rfegle cela souvent se- 
lon ma fantaisie, je ne sais si cela s'appelle lib^ra- 
lit6. Quand je fais du bien, c'est de la meilleure 

20 gr^ce du monde, et personne n'oblige si bien que 
moi. Je ne loue pas volontiers les autres et je me 
bldme rarement. Je ne suis point m^disante ni rail- 
leuse, quoique je connoisse mieux que personne le 
ridicule des gens et que j'aie assez d'inclination i y 




AU DIX-SBPTlkME SlMCLE. 73 

tourner ceux qui me semblent le m^riter. Je peins 
mal, mais j'^cris bien naturellement et sans con- 
trainte. Quant k la galanterie, je n'y ai nulle 
pente, et m^me Ton me fait la guerre que les vers 
S que j'aime le moins sont ceux qui sont passionn^s, 
car je n'ai point I'Ame tendre ; mais quoiqu'on dise 
que je I'ai aussi peu sensible i I'amiti^ qu'lt Ta- 
raour, je m'en defends fort, car j'aime tout It fait 
ceux qui le m^ritent et qui m*y obligent^ et je suis la 

xo personne du monde la plus reconnoissante. Je suis 
naturellement sobre et le manger m'est une fatigue, 
m^me ce m'en est une de voir ceux qui y prennent 
trop de plaisir. J'aime davantage i dormir, mais 
la moindre chose oti il est n^cessaire que je m'oc- 

15 cupe m'en distrait sans que j'en sois incommod^e. 
Je ne suis point intrigante ; j'aime assez i savoir 
ce qui se passe dans le monde, plutdt pour m'en 
Eloigner que par I'envie de m'en m^ler. J'ai beau- 
coup de m^moire et je ne manque pas de jugement 

20 J'^i k souhaiter que si quelques-uns en font de moi, 
ce ne soit pas sur les ^v^n^ments de ma fortune, 
car elle a ^t^ si malheureuse jusqu'ici, au prix de 
ce qu'elle auroit dd dtre, que leur reflexion ne me 
seroit peut-^tre pas favorable. Mais assur^ment. 



74 LA sociAtA franqaisb 

pour me faire justice, Ton peut dire que j'ai moins 

manqu^ de conduite que la fortune de jugement, 

puisque si elle en avoit eu elle m'auroit sans doute 

mieux trait^e. 

£. de Barth^emy, La Go' 
Urie des Poriraits de MademH'- 
selle de Montpensier, Paris, 
i860, pp. 95, 410. 

9- 

DESCRIPTION DE L'IlE DE POR- 

TRAITURE. 

5 T A grande tie de Portraiture a ^t^ d^couverte 

1 ^ depuis plusieurs si^cles, mais jamais elle 

n'a ix.i si c^lfebre qu'elle Test depuis deux ou trois 

ans. Les voyages frequents que plusieurs Fran- 

9ois y ont faits, et le commerce qu'ils y ont ^tabli, 

xo Ta rendue une terre des plus considerables oti Ton 
puisse aller. . . . Comme on ne parloit plus It 
Parts que de Portraits, et que tous les bons esprits 
^toient curieux d'en avoir ou d'en savoir faire, 
nous 6tions ravis d'aller au lieu oil habitoient les 

15 meilleurs maftres de cet art, et d'oti Ton croyoit 
qu'en venoit I'origine. . . . 




AU DIX^SEPTlkMB SlMCLS. 75 

Ce que les hommes faisoient en ceci, ^toit encore 
fait plus librement par les femmes. II y avoit 
quantity des femmes peintres, dont quelques-unes 
ne r^toient gu^re que pour elles-m^mes, parce qu'- 
5 elles sembloient m^priser de faire le portrait d'autres 
personnes, ne croyant pas qu'il y edt de la beautd, 
de la vertu, et de la perfection autre part qu'en 
elles. Mais elles cachoient ce sentiment par une 
fausse humility, disant qu'elles n'avoient pas I'esprit 

lo assez bon pour decouvrir les qualitds des autres 
gensy et que c'^toit tout ce qu'elles pouvoient faire 
de se connottre elles-m^mes. Toutefois, si elles se 
connoissoient, elles se d^guisoient done beaucoup, 
et pour se peindre elles prenoient une autre forme 

15 que la leur. II y en avoit aussi qui, pour faire leur 
portrait, prenoient des masques des plus fins, et 
de ceux qui imitoient mieux le nature!, ou bien 
elles se fardoient de sorte que c'^toit elles-m^mes, 
et si ce n'^toit plus elles-m^mes. A les voir, on 

20 les eQt prises pour des poup^es de cire, ou pour 
ces figures d'horloges qui sont de bois ou d'ivoire, 
dont les yeux ont du mouvement par le moyen des 
ressorts, sans que leur front et leurs joues fassent 
aucun pli ; comme elles leur ^toient pareilles, cela 



76 LA SOCI£t£ FRANqAlSB 

donnoit assez i connottre qu'elles 6toient contre- 
faites. Quelques-unes de ces dames voulant se 
peindre peignoient quelquefois le visage de quel- 
que belle du sifecle, ou bien elles faisoient un por- 
5 trait des beaut^s de plusieurs beaut6s ensemble, 
pour peindre la leur, et puis elles disoient galam- 
ment, que cela leur devoit ressembler autant que 
la Junon de la ville d'Agrigente ressembloit k Junon 
m^me, aprfes que Zeuxis eut choisi plusieurs filles 

lo de la ville pour tirer d'elles ce qu'elles avoient de 
plus beau, et en faire le portrait de cette d^esse. 
De quelque fa9on qu'elles eussent fait leur por- 
trait, elles croyoient qu'il suffisoit d'^crire leur nom 
au-dessus, pour faire croire que ce I'^toit ; que per- 

15 Sonne n'en pourroit douter, et que principalement 
ceux qui ne les avoient pas beaucoup vues, les 
tiendroient pour telles qu'elles se repr^sentoient, 
et qu'enfin c'^toit toujours leur portrait, puis- 
qu'il avoit ^t^ fait ^ dessein que ce le fQt. On 

20 m'apprit qu'il n'y avoit que les femmes vaines et 
^vapor^es qui se gouvernoicnt de cette sorte, el 
celles qui avoient tant d'ambition, qu'elles vouloient 
acqu^rir de la reputation justement, ou k faux 
titre, il ne leur importoit comment : elles ne se 




AU DIX^SBPTlkME SikCLE. 77 

soucioient pas d'etre laides en effet, pourvu que 
dans le monde, elles eussent la reputation d'etre 
belles. 

Celles qui ^toient plus sages, se gouvernoient 
5 d 'autre sorte. Si elles reconnoissoient qu'elles 
etoient laides i faire peur, il ne leur prenoit jamais 
envie de faire faire leur portrait par quelqu'un, ni 
de se peindre elles-m^mes. Elles faisoient plut6t 
le portrait des autres ; mais si elles avoient seule- 

lo meat quelque petite difformit^, et que cela ne les 
emp^chit pas d'avoir la curiosity de se peindre, 
elles tichoient de d^guiser tout adroitement Cela 
leur dtoit pennis, et Ton n'y trouvoit rien qui ne 
fQt dans la biens^ance ; parce que ceux qui avoient 

15 fait les lois de Portraiture avoient consid^r^ qu'il 
n'y avoit point de beaut^ si excellente, qu'elle n'edt 
quelque petit d^faut, et que cela servoit de lustre i 
ce qui paroissoit de plus beau dans les autres 
parties du visage ; que c'^toit comme les mouches, 

20 qui, par leur noirceur, relevoient I'^clat du teint, et 
en faisoient parottre davantage la blancheur. 
Celles qui ^toient belles sans aucune contradiction 
n'avoient pas besoin d'emprunter quelque chose 
des autres, et d'imiter ce qu'elles avoient de plus 



78 LA soci£t£ franqaise 

rare, elles se consid^roient seulement elles-m^mes, 
ayant toujours de grands •roiroirs devant elles, od 
elles prenoient le module de ce qu*ellcs vouloient 
repr^senter sur la toile ou sur le papier. Elles se 
5 faisoient alors belles comme elles ^toient effective- 
ment ; et parce qu'elles ^toient assur^es de I'appro- 
bation publique, aussi bien que de la leur, et de 
celle de leurs amis particuliers, elles ne faisoient 
point difficult^ de s'attribuer quelquefois de petites 

lo d^fectuosit^s qu'on savoit bien qu'elles n'avoient 
pas, ou qui ^toient fort peu de chose ; et cela 
n'^toit qu'k dessein qu'on crdt qu*elles ne se vouloi- 
ent point flatter. L'^criture suivoit la Portraiture : 
la peinture de I'esprit observoit pour elle les m^mes 

I J regies que celle du corps. Les plus adroites avoi- 
ent mfime trouv6 un moyen pour faire que leurs 
qualitds les plus aimables fussent connues de tout 
le monde avec un fort bon succ^s, et sans qu'elles 
eussent aucune apprehension de changement ou de 

20 disgrace, pour le present ni pour I'avenir. Elles se 
montroient officieuses envers leurs bonnes amies 
pour faire leur portrait, et n'^toient point si sottes 
que de se piquer en ceci de gloire pour refuser de 
s'y occuper : car elles obligeoient ainsi celles qui 




AU DIX-SEPTlkME SltCLB. 79 

^toient les plus savantes it leur rendre le change, 
et par ce moyen il se trouvoit que leur portrait 
avoit cours dans le monde avec des traits les plus 
avantageux qu'elles pouvoient souhaiter, parce que 
5 ces autres dames ne s'^pargnoient pas i leur attri- 
buer quantity de perfections ; de sorte qu'elles 
contentoient leur ambition sans se mettre au hasard 
d'etre accus^es de vanit^ ; au contraire, les unes et 
les autres n'acqu^roient autre titre en tout ceci, 

lo que celui de bonnes amies fort z^l^es, et qui ^toient 
fort promptes It estimer et It admirer les bonnes 
qualit^s des personnes qu'elles aimoient 

On nous disoit encore que la passion des por- 
traits avoit si bien gagn6 le cceur des personnes de 

15 ce sexe dans toute I'Europe, et principalement 
dans la France, qu'il en venoit tons les jours 
plusieurs dans Ttle de Portraiture pour s'y instruire, 
sans que les perils du voyage et le regret de quitter 
leur patrie les pussent toucher. 

Charles Sorel, La Dexri^ 

ticn di tile de Portrmturt et 

de la Ville de Pcrtraits^ in 

Voyages Imaginairet, etc 

Amgterdam, 1788, voL XXVI., 

pp. 339. 364. 



8o AU DlX-SEPTlkME SitCLR. 



II. 

MADEMOISELLE DE SCUD^RY 
ET LES FEMMES SAVANTES. 

I. 

MADEMOISELLE DE SCUD^RY D^CRITE 

PAR ELLE-MfiME. 

ELLE [Sapho] est done fille d'un homme de 
quality appel6 Scamandrogine qui ^toit 
d*un sang si noble qu'il n'y avoit point de famille 
oh Ton pQt voir une plus longue suite d'aleux, ni 
5 une g^n^alogie plus illustre ni moins douteuse. 
De pluSy Sapho a encore eu Tavantage que son 
p^re et sa m^re avoient tons deux beaucoup 
d'esprit et beaucoup de vertu ; mais elle eut le mal- 
heur de les perdre de si bonne heure qu'clle ne put 
lo recevoir d'eux que les premieres inclinations au 
bien, car clle n'avoit que six ans lorsqu'ils mou- 
rurcnt. II est vrai qu'ils la laiss^rent sous la con- 
duite d'une parcnte qu'elle avoit appel^e Cynegire 
qui avoit toutes les qualit^s n^cessaires pour bien 




AU DIX^SEPTlkMB SltCLR. 8 1 

Clever une jeune personne, et ils la laiss^rent avec 
un bien beaucoup au-dessous de son m^rite. . . . Je 
ne m'arr^terai pourtant point It vous dire quelle fut 
son enfance, car elle fut si peu enfant qu'k douze 
5 ans on commenga de parler d'elle comme d'une 
personne dont la beaut^, Tesprit et le jugement 
^toient d^jk form^ et donnoient de I'admiration i 
tout le roonde ; mais je vous dirai seulement qu'on 
n*a jamais remarqu6 en qui que ce soit des inclina- 

lo tions plus nobles, ni une facility plus grande i ap- 
prendre tout ce qu'elle a voulu savoir. . . . 

Cependant, quoique Sapho ait ^t^ charmante 
d^ le berceau, je ne veux vous faire la peinture de 
sa personne et de son esprit qu'en I'^tat oti elle est 

15 pr^senteroent, afin que vous la connoissiez mieux. 
Je vous dirai done qu'encore que vous m'entendiez 
parler de Sapho comme de la plus merveilleuse et 
de la plus charmante personne de toute la Gr^e, 
il ne faut pourtant pas vous imaginer que sa beaut^ 

20 soit une de ces grandes beaut^s en qui I'envie 
m^me ne sauroit trouver aucun d^faut, mais il faut 
n^anmoins que vous compreniez qu'encore que la 
sienne ne soit pas de celles que je dis, elle est 
pourtant capable d'inspirer de plus grandes paa- 



82 LA SOCI£t£ FRANqAISB 

sions que les plus grandes beaut^s de la terre. 
Mais enfin, Madame, pour vous d^peindre Tadmi- 
rable Sapho, 11 faut que je vous dise qu'encore 
qu'elle se dise petite, lorsqu'elle veut m^dire d'elle- 
5 m^me, elle est pourtant de taille mediocre, mais si 
noble et si bien faite qu'on ne peut y rien d^sirer. 
Pour le teint, elle ne I'a pas de la derni^re blan- 
cheur ; il a toutefois un si bel ^clat qu'on peut dire 
qu'elle Ta beau. Mais ce que Sapho a de souve- 

lo rainement agr^able, c'est qu'elle a les yeux si beaux, 
si vifs, si amoureux et si pleins d'esprit, qu'on ne 
peut ni en soutenir I'^clat ni en detacher ses re- 
gards. En effet, ils brillent d'un feu si p^n^trant 
et ils ont pourtant une douceur si passionn^e que 

15 la vivacity et la langueur ne sont pas des choses 
incompatibles dans les beaux yeux de Sapho. Ce 
qui fait leur plus grand ^clat, c'est que jamais il 
n'y a eu une opposition plus grande que celle du 
blanc et du noir de ses yeux. Cependant cette 

20 grande opposition n'y cause nulle rudesse, et il y a 
un certain esprit amoureux qui les adoucit d'une si 
charmante mani^re que je ne crois pas qu'il y ait 
jamais eu une personne dont les regards aient ^t^ 
plus redoutables. De plus, elle a des choses qui 




AU DlX'SBPTlkME SikCLE, 83 

ne se trouvent pas toujours ensemble, car elle a la 
physionomie fine et modeste, et elle ne laisse pas 
aussi d'avoir je ne sais quoi de grand et de relev^ 
dans la mine. Sapho a, de plus, le visage ovale, la 
5 bouche petite et incarnate, et les mains si admira- 
bles que ce sont en effet des mains It prendre des 
cceurs, ou, si on la veut consid^rer comme cette sa- 
vante fille qui est si ch^rement aim^e des Muses, 
ce sont des mains dignes de cueillir les plus belles 

10 fleurs du Pamasse. . . . 

Mais, Madame, ce n'est pas encore par ce 
que je viens de vous dire que Sapho est la 
plus aimable ; car les charmes de son esprit 
surpassent de beaucoup ceux de sa beauts. En 

15 efifet, elle I'a d'une si vaste ^tendue, qu'on peut 
dire que ce qu'elle ne comprend pas ne peut 
hxxt compris de personne : et elle a une telle 
disposition k apprendre facilement tout ce qu'elle 
veut savoir que, sans que Ton ait presque jamais 

20 our dire que Sapho ait rien appris, elle sait pour- 
tant toutes choses. Premi^rement, elle est n6e 
avec une inclination i faire des vers, qu'elle a si 
heureusement cultiv^e qu'elle en fait mieux que 
qui que ce soit, et elle a m^me invent^ des mesures 



84 LA sociAtA franqaise 

particuli^res pour en faire qu'H^siode et Hom^re 
ne connoissoient pas, et qui ont une telle approba- 
tion que cettc sorte de vers portent le nom de cclle 
qui les a inventus, et sont appel^s saphiques. Elle 
5 ^crit aussi tout i fait bien en prose, et il y a un 
caract^re si araoureux dans tous les ouvrages de 
cette admirable fille, qu'elle ^meut et qu'elle atten- 
drit le ccEur de tous ceux qui lisent ce qu'elle ^crit. 
En effety je lui ai vu faire un jour une chanson 

JO d'improviste qui ^toit mille fois plus touchante que 
la plus plaintive 61dgie ne sauroit etre, et il y a un 
certain tour amoureux k tout ce qui part de son 
esprit que nuUe autre qu'elle ne sauroit avoir. 
Elle exprime m6me si d^licatement les sentiments 

15 les plus difficiles ^ exprimer, et elle sait si bien 
faire I'anatomie d'un cceur amoureux, s'il est per- 
mis de parler ainsi, qu'elle en sait d^crire exacte- 
ment toutes les jalousies, toutes les inquietudes, 
toutes les impatiences, toutes les joies, tous les d^- 

3o godts, tous les murmures, tous les d^sespoirs, toutes 
les esp^rances, toutes les r^ voltes, et tous ces senti- 
ments tumultueux qui ne sont jamais bien connus 
que de ceux qui les sentent ou qui les ont sentis. 
Au reste, Sapho ne connolt pas seulement tout ce 




AU DIX-SEPTlkME SltCLE. 85 

qui depend de ramour, car elle ne connott pas 
moins bien tout ce qui appartient It la g^n^rosit^, 
et elle sait enfin si parfaitement ^crire et parler de 
toutes choses, qu'il n'est rien qui ne tombe sous sa 
5 connoissance. II ne faut pourtant pas s'imaginer 
que ce soit une science infuse, car Sapho a vu tout 
ce qui est digne de T^tre, et elle s'est donne la 
peine de s'instruire de tout ce qui est digne de cu- 
riosity. Elle sait de plus jouer de la lyre et 

10 chanter ; elle danse aussi de fort bonne grdce, et 
elle a m^me voulu savoir faire tous les ouvrages od 
les femmes qui n'ont pas Tesprit aussi ^lev^ qu'elle, 
8*occupent quelquefois pour se divertir. Mais ce 
qu'il y a d'admirable, c'est que cette personne, qui 

15 sait tant de choses diff^rentes, les sait sans faire la 
savante, sans en avoir aucun orgueil, et sans m£- 
priser celles qui ne les savent pas. En e£Fet, sa 
conversation est si naturelle, si ais^e et si galante 
qu'on ne lui entend jamais dire en une conversa- 

20 tion g^n^rale que des choses qu*on pent croire 
qu'une personne de grand esprit pourroit dire sans 
avoir appris tout ce qu'elle sait. Ce n'est pas que 
les gens qui savent les choses ne connoissent bien 
que la nature toute seule ne pourroit lui avoir ou- 



86 LA S0C2£t£ FRANQAISB 

vert Tesprit au point qu'elle Ta, mais c'est qu'clle 
songe teilement i demeurer dans la biens^ance de 
son sexe, qu'elle ne parle presque jamais que de ce 
que les dames doivent parler, et il faut 6tre de ses 
5 amis tr^s particuliers pour qu'elle avoue seulement 
qu'elle ait appris quelque chose. II ne faut pour- 
tant pas s'imaginer que Sapho affecte une igno- 
rance grossi^re en sa conversation ; au contraire, 
die sait si bien I'art de la rendre telle qu'elle veut, 

lo qu'on ne sort jamais de chez elle sans y avoir oui 
dire roille belles et agr^ables choses ; mais c'est 
qu'elle a une adresse dans I'esprit qui la rend mat- 
tresse de celui des autres. Ainsi, on peut assurer 
qu'elle fait presque dire tout ce qu'elle veut aux 

15 gens qui sont avec elle, quoiqu'ils pensent ne dire 
que ce qui leur platt. Elle a un esprit d'accom- 
modement admirable, et elle parle si ^galement 
bien des choses s^rieuses et des choses galantes et 
enjou^es, qu'on ne peut comprendre qu'une mfime 

2o personne puisse avoir des talents si opposes. Mais 
ce qu'il y a encore de plus digne de louanges en 
Sapho, c'est qu'il n'y a pas au monde une meilleure 
personne qu'elle, ni plus gdn^reuse, ni moins in- 
t^ress^e, ni plus ofiicieuse. De plu^ elle est fiddle 




AU DIX^SEPTlkME SlkCLE. 8/ 

dans ses amities, et elle a Time si tendre et le cceur 
si passionn^, qu'on peut sans doute mettre la su- 
preme f^licit^ i 6tre aim^ de Sapho, car elle a un 
esprit si ing^nieux i trouver de nouveaux moyens 
5 d'obliger ceux qu*elle estime et de leur faire con- 
nottre son affection que, bien qu'il ne semble pas 
qu'elie fasse des choses fort extraordinaires, elle ne 
laisse pas toutefois de persuader ^ ceux qu*elle aime 
qu*elle les aime ch^rement Ce qu'elle a encore d'ad- 

lo mirable, c'est qu'elle est incapable d'envie, et qu'elle 
rend justice au m^rite avec tant de g6n^rosit6 qu'elle 
prend plus de plaisir i louer les autres qu'i ttre 
lou^e. Outre tout ce que je viens de dire, elle a 
encore une complaisance qui, sans avoir rien de 

15 Idche, est infiniment commode et infiniment agr^a- 
ble ; et si elle refuse quelquefois quelque chose ^ 
ses amis, elle le fait avec tant de civility et tant de 
douceur qu'elle les oblige m^me en les refusant. 
Jugez apr^s cela de ce qu'elle peut faire lorsqu'elle 

20 leur accorde son amiti^ et sa confiance. Voilli 
quelle est cette merveilleuse Sapho. . . . 

Mais enfin, Madame, cette merveilleuse fille, ^tant 
telle que je viens de vous la d^peindre, fit un bruit 
si grand k Mityl^ne, malgr^ toute sa modestie et 



88 LA SOCI^rA FKANQAISE 

tout le soin qu'elle apportoit i cacher ce qu'cUe 
savoit, que la renomm^e porta bientdt son nom par 
toute la Gr^ce, et Ty porta si glorieusement qu'on 
peut assurer que jusqu'alors nulle personne de son 
S sexe n'avoit eu une si grande reputation. Les plus 
grands hommes du monde demandoient de ses vers 
avec empressement de toutes les parties de la 
Gr^ce, et les conservoient avec autant de soin que 
d'admiration. Elle en faisoit pourtant un si grand 

lo myst^re, elle les donnoit si diflficilement et elle 
temoignoit les estimer si peu, que cela augmentoit 
encore sa gloire. De plus, on ne savoit quel 
temps elle prenoit pour les faire, car elle voyoit ses 
amies fort assiduraent, et on ne la voyoit presque 

15 jamais ni lire ni ^crire. Cependant elle prenoit le 
temps de faire tout ce qui lui plaisoit ; et ses heures 
etoient si bien r^gl^es qu'elle avoit loisir d'etre ^ 
ses amis et k elle-m^me. 

Mile, de Scud^ry, Artamhu 
ou le Grand Cyrus ^ vol. X., pp. 
554. 557, 559t 566. 




AU DIX-SEPTlkME SlkCLE. 89 



2. 



LES ENNEMIS DE MADEMOISELLE DE 

SCUDfeRY. 

CEPENDANT toute cctte cabale ignorante et 
envicuse qui ^toit oppos^e i la n6tre, par- 
loit de nous d'une si plaisante manicre que je ne 
tn'en puis souvenir sans ^tonnement. Car lis se 

5 figuroient qu*on ne parloit jamais chez Sapho que 
des regies de la po^sie, que de questions curieuses 
et que de philosophie, et je ne sais m^me s'ils ne 
disoient point qu*on y enseignoit la magie. II est 
vrai que ces ennemis d6clar^s du bon sens et de la 

10 vertu ^toient d'^tranges gens ; car, apr^s les avoir 
un jour repasses les uns apr^s les autres, je trouvai 
que les plus raisonnables de tous ceux qui fuyoient 
Sapho et ses amies ^toient de ces jeunes gens gais 
et ^tourdis qui se vantent de ne savoir pas lire, et 

15 qui font vanit^ d'une esp^ce d'ignorance guerri^re 
qui leur donne Taudace de juger de ce qu*ils ne 
connoissent pas, et qui leur persuade que les gens 
qui ont de Tesprit ne disent que des choses qu'ils 
n'entendent point ; de sorte que, sans se donner 

20 seulement la peine de savoir par cux-m6mes com- 



90 LA SOCJAtA FRANqAISE 

ment parlent ces personncs qu'ils fuient avcc tant 
de soin ils en font des contes extravagants qui les 
rendent eux-m^mes ridicules ^ ceux qui sont dans 
le bon sens. Mais, outre ces sortes d*hommes qui 
S ne sont capables que d'un enjouement evapore et 
xnquiet qui les m^ne continuelleraent de visite en 
visite, sans savoir ce qu'ils y cherchent ni ce qu'ils 
y veulent faire, il y avoit encore des femmes, que 
je roets en meme rang, qui fuyoient Sapho et ses 

lo amis et en faisoient des railleries k leur mode. II 
est vrai que c'^toient de ces femmes qui pensent 
qu'elles ne doivent jamais rien savoir, sinon qu'elles 
sont belles, et qu'elles ne doivent jamais rien ap- 
prendre qu'^ bien se coiffer ; de ces femmes, dis-je, 

15 qui ne peuvent jamais parler que d'habillements, 
et qui font consister toute la galanterie k bien 
manger les collations que leurs galants leur don- 
nent, et i les manger meme en ne se disant que des 
sottises et en sc plaignant bien plus aigrement, si 

20 on ne les traite pas assez magnifiquement, que si 
on leur avoit manqud* de respect en une chose plus 
importante. II y avoit aussi d'une autre esp^ce de 
femmes qui, pensant que la vertu scrupuleuse vou- 
loit qu'une dame ne siit rien faire autre chose que 




AU DIX'SEPTlkME SikCLE. 9I 

d'etre femme de son mari, m^re de ses enfants et 
maitresse de sa famille et de ses esclaves, trouvoi- 
ent que Sapho et ses amies donnoient trop de 
temps \ la conversation et qu'elles s'amusoient It 
5 parler de trop de choses qui n'^toient pas d'une 
n^cessit^ absolue. II y avoit aussi quelques-uns de 
ces hommes qui ne regardent les femmes que 
comme les premieres esclaves de leurs maisons, qui 
d^fendoient ^ leurs iilles de lire jamais d'autres 

10 livres que ceux qui leur servoient \ prier les dieux, 
et qui ne vouloient pas qu'elles chantassent des 
chansons de Sapho. Et il y avoit enfin encore et 
des hommes et des femmes qui nous fuyoient, 
qu'on pouvoit sans injustice confondre parmi le 

15 peuple le plus grossier, quoiqu'il y e(it des per- 
sonnes de quality. Ce n'est pas qu'il n'y edt aussi 
quelques gens d'esprit, pr^occup^s d'une fausse 
imagination, qui avoient quelque disposition It 
croire que la soci^t^ oil nous vivions ^toit presque 

20 telle que tant de sottes gens la disoient, et qui, 
sans s'^claircir, demeuroient dans cette erreur sans 
s'en d6sabuser. 

Mile, de Scnd^rf, Artawihu •% 
U Grand Cyrm^ toL X., p. sM« 



92 LA SOCI£t£ FRANqAISE. 

LES IMITATRICES DE MADEMOISELLE 

DE SCUDliRY. 

IL est vrai qu'une des choses qui servoit k leur 
persuader qu'en effet il ^toit dangercux aux 
femmes de vouloir mettre leur esprit au-dessus des 
rubans, des boucles et de toutes les bagatelles de 
5 la parure des dames, fut une chose qui arriva, qui 
6toit sans doute assez Strange. Car imaginez-vous, 
Madame, qu'il y a une ferame ^ Mityl^ne qui, ayant 
vu Sapho dans le commencement de sa vie, parce 
qu'elle ^toit dans son voisinage, se mit en fantaisie 

10 de rimiter, et elle crut en effet Tavoir si bien imit^e 
que, changeant de maison, elle pr^tendit 6tre la 
Sapho de son quartier. Mais, ^ vous dire la v^rit6, 
elle rimita si nial que je ne crois pas qu'il y ait jamais 
rien eu de si oppos^ que ces deux personnes. Je 

15 pense que vous vous souvenez bien que je vous ai dit 
qu'encore que Sapho sache presque tout ce qu'on 
peut savoir, elle ne fait pourtant point la savante, 
et que sa conversation est naturelle, galante et 
commode. Mais pour celle de cette dame, qui 

20 s'appelle Damophile, il n'en est pas de m^me quoi- 




AU DI X.SEP TikME SlkCLE. 93 

qu'elle ait pr^tendu imiter Sapho. Cependant pour 
vous la d^peindre, et pour vous faire voir Topposi- 
tion de ces deux personnes, il faut que je vous 
dise que Damophile s'^tant mis dans la t^te d'imi- 
5 ter Sapho, n'entreprit pas de Timiter en detail, mais 
seulement d'etre savante comme elle, et croyant 
ro^me avoir trouv^ un grand secret pour acqu6rir 
encore plus de reputation qu'elle n'en avoit, elle fit 
tout ce que I'autre ne faisoit pas. Premi^rement, 

lo elle avoit toujours cinq ou six mattres, dont Ic 
moins savant lui enseignoit, je crois, Tastrologie ; 
elle ^crivoit continuellement ^ des horames qui 
faisoient profession de science ; elle ne pouvoit se 
r^soudre ^ parler ^ des gens qui ne sussent rien. 

15 On voyoit toujours sur sa table quinze ou vingt 
livres, dont elle tenoit toujours quelqu'un quand 
on arrivoit dans sa chambre et qu'elle y 6toit seule, 
et je suis assur^ qu'on pouvoit dire sans mensonge 
qu'on voyoit plus de livres dans son cabinet qu'elle 

20 n'en avoit lu, et qu*on en voyoit bien moins chez 
Sapho qu'elle n'en lisoit De plus, Damophile ne 
disoit que de grands mots, qu'elle pronon9oit d'un 
ton grave et imp^rieux, quoiqu'elle ne d!t que de 
petites choses ; et Sapho, au contraire, ne se ser- 



94 -^ sociAtA franqajsr 

voit que de paroles ordinaires pour en dire d'admi- 
rables. Au reste, Damophile, ne croyant pas que 
le savoir pdit compatir avec les affaires de sa 
famille, ne se m^loit d*aucuns soins domestiques : 
5 mais pour Sapho, elle se donnoit la peine de s'in- 
former de tout ce qui ^toit n^cessaire pour savoir 
commander i propos jusques aux moindres choses. 
De plus, Damophile, non-seulement parle en style 
de livre, mais elle parle m6me toujours de livres, 

lo et ne fait non plus de difficult^ de citer les auteurs les 
plus inconnus, en une conversation ordinaire, que 
si elle enseignoit publiquement dans quelque 
acad^mie c^l^bre. Mais ce qu'il y a eu de plus 
rare en la vie de cette personne, est qu'elle a iX& 

15 soupgonn^e d'avoir promis k un homme, k qui sa 
beauts avoit donn^ quelques sentiments tendres, de 
r^couter favorablement, quoiqu'il fiit tr^s-d^sagr^- 
able, \ condition qu'il feroit des vers qu'elle diroit 
qu'elle auroit faits, afin de ressembler mieux It 

20 Sapho. Jugez apr^s cela si la passion de passer 
pour savante peut faire faire de plus bizarres 
choses que celle-lk. Ce qui rend encore Damo- 
phile fort ennuyeuse, est qu'elle cherchc m6me 
avec un soin Strange k faire connottre tout ce 



AU DIX^SEPTlkME SikCLE. 95 

qu'elle sait, ou tout ce qu'elle croit savoir, d^ la 
premiere fois qu'on la voit ; et il y a enfin tant de 
choses fdcheuses, incommodes et d^sagr^ables en 
Damophile, qu'on peut assurer que, comma il n'y a 
5 rien de plus aimable ni de plus charmant qu'une 
femme qui s'est donn^ la peine d'orner son esprit 
de mille agreables connoissances, quand elle en 
sait bien user, il n'y a ricn aussi de si ridicule et 
de si ennuyeux qu'une femme sottement savante. 

lo Damophile ^tant done telle que je vous la d^peins, 
^toit cause que ces sortes de gens qui ne voyoient 
ni Sapho, ni ses amies, s'imaginoient que notre 
conversation 6toit telle que celle de Damophile, 
qu'ils disoient avoir imit^ Sapho ; de sorte qu'ils en 

15 disoient mille bizarres choses, dont nous nous di- 
vertissions quand on nous les racontoit, nous esti- 
mant bien heureux de ce que I'opinion que ces 
sortes de gens avoient de notre soci^t^, les emp^- 
choit de nous importuner de la venir troubler par 

20 leur presence. . . . 

II faut que vous sachiez qu'il y eut k Mityl^ne 
un concert admirable, que toute la ville alia enten- 
dre un jour chez une femme de quality, oil Sapho 
et toute sa troupe furent comme les autres dames ; 



96 LA SOCIAtA FRANQAISE 

raais comme c'^toit une de ces assemblies sans 
choix, oti la porte est ouverte h. tout le monde, et 
oil Ton voit quelquefois cent personncs qu*on ne 
voudroit jamais voir, et oil Ton voit aussi tout ce 
5 que Ton connoit de gens ficheux et incommodes, 
le hasard voulut que Sapho fdt assise aupr^s 
de Damophile, de sorte qu'elle fut contrainte, 
en attendant que le concert commen9dt, de faire 
conversation avec elle et avec ceux qui Tenvi- 

lo ronnoient. Si bien que, comme Damophile n'al- 
loit jamais sans qu'elle edt avec elle deux ou trois 
de ces demi-savants, qui font plus les habiles 
que ceux qui le sont effectivement, Sapho se 
trouva terriblement embarrass^e ; car elle ne crai- 

15 gnoit rien davantage que ces sortes de gens ; et 
certes, ce n'6toit pas sans raison qu'elle les crai- 
gnoit, principalement ce jour-li. En effet, k peine 
fut-elle assise, qu'un de ces amis de Damophile se 
mit k lui faire une question sur la grammaire, oti 

20 Sapho r^pondit n^gligemment en toumant la t^te 
de I'autre c6t6, que, n'ayant appris k parlcr que par 
Tusage seulement, elle ne pouvoit lui r^pondre. 
Mais d^s qu'elle eut dit ccla, Damophile lui dit i 
demi-voix, avec une suffisance insupportable, 




AU DlX^SEPTlkMR SliCLS. 97 

qu'elle vouloit la consulter sur un doute qu'elle 
avoit touchant un vers d'H^siode, qu'elle n'enten- 
doit pas. Je vous jure, r^pliqua Sapho en souri- 
ant, que vous ferez bien de consulter quelque 
5 autre; car pour moi, qui ne consulte jamais que 
mon miroir, pour savoir ce qui me sied le moins 
mal, je ne suis pas propre h. 6tre consult^e sur des 
questions difficiles. Comme elle achevoit ccs 
paroles, un de ces hommes de quality qui pensent 

lo que, d^s qu'une personne se m^le d'6crire, il ne 
faut lui parler que de livres, vint de I'autre bout de 
la salle, fort empress^, lui demander si elle n'avoit 
point fait quelqu'une des chansons qu*on alloit 
chanter. Je vous assure, lui r^pondit-elle en rou- 

15 gissant de d^pit, que je n'ai rien fait aujourd'hui que 
m'ennuyer ; car j'ai une telle impatience que le 
concert commence, ajouta-t-elle en se reprenant, 
que je ne souhaitai jamais rien avec plus d'ardeur. 
Pour moi, lui dit alors un de ces amis de Damo- 

20 phile, j'aimerois bien mieux que vous voulussiez 
nous reciter quelque belle 6pigramme, que d'enten- 
dre la musique. Comme Sapho ^toit pr^te de 
r^pondre ^ celui-lli avec assez de chagrin, il en 
vint un autre avec des tablettes k la main, qui la 



98 LA SOCI£t£ FRANqAISE 

pria de vouloir bien lire une ^l^gie qu'il lui bailla, 
et de lui en dire son avis ; de sorte que, comme 
elle aimoit encore mieux lire les vers des autres 
que de souffrir qu'on lui parlit des siens d'une si 
5 bizarre mani^re, elle se mit it lire bas, ou du moins 
^ faire semblant de lire ; car elle avoit tant de d^pit 
d'etre si mal placde, qu'elle n'e(it pas bien jug6 
des vers qu'on lui montroit, si elle Tcftt entrepris. 
Mais, ce qui fit encore sa plus grande distraction, 

lo fut que, pendant qu'elle avoit les yeux attaches sur 
ces vers, elle entendit et des hommes et des femmes 
derri^re elle qui parloient de son esprit, de ses vers 
et de son savoir, la montrant k d'autres, et disant 
chacun ce qu'ils en pensoient, selon leur fantaisie. 

15 En effett, les uns disoient qu'elle n'avoit point la 
mine d'etre si savante ; les autres, au contraire, 
trouvoient qu'on voyoit bien i ses yeux qu'elle en 
savoit encore plus qu'on n'en disoit. II y eut m6me 
un homme qui dit qu'il n'edt pas voulu que sa femme 

20 en e{it su autant qu'elle ; et il y eut une femme 
qui souhaita d'en avoir seulement la moiti^ ; si 
bien que chacun, suivant son inclination, la loua 
ou la blima, pendant qu'elle faisoit semblant de 
lire bien attentivement. Cependant, Damophile 




AU DIX^SEPTlkMR SikCLR. 99 

s*entretenoit avec ces deux ou trois demi-savants 
qui ^toient auprts d*elle, et leur disoit de si grandes 
paroles qui ne vouloient rien dire, qu'k la fin, vou- 
lant avoir le plaisir d'ouir parler quelque temps en- 
5 semble deux personnes aussi oppos^es que Sapho 
et Damophile, j'obligeai la premiere, malgr^ qu'elle 
en e(it, i rendre l'6l^gie & celui qui la lui avoit 
baill^e, afin de la forcer d'etre de cette conversa- 
tion. Sapho, 6tant bien aise de me voir aupr^s 

ID d'elle, parce qu'elle esp6roit qu*elle ne parleroit 
plus qu'k moi, rendit cette 616gie It celui qui I'avoit 
faite, i qui elle dit qu'elle ne s'y connoissoit pas 
assez bien pour oser le louer. Apr^s quoi, se tour- 
nant de mon cdt6, eh bien, D^mocMe, me dit-elle 

15 It demi-bas, ne suis-je pas bien malheureuse de 
m'^tre trouv^e si pr^s de Damophile et de ses 
amis? Mais du moins, ajouta-t-elle, ai-je une 
grande consolation que vous soyez venu It mon se- 
cours. Non, non, Madame, lui dis-je en riant, ce 

20 n'est pas ce qui m'am^ne pr^sentement ici ; car, 
selon moi, il importe k votre gloire que vous parliex, 
afin qu'on sache que vous ne paries pas comme 
Damophile. En efifet, apr^ cela je me m^lai dans 
la conversation de Damophile et de ceuz it qui 



lOO LA SOC/JiT£ FRANqAJSB 

elle parloit, adressant toujours la parole fi Sapho, 
quelque d^pit qu'elle en eiit. Cependant, comme 
parmi les hommes qui ^toient aupr^s de Damo- 
phile, il y en avoit un qui parloit efifectivement 
5 assez bien dcs choses qu'il savoit, il se mit k parler 
de rharmonie et ensuite de la nature de ramour, 
avec beaucoup d'^loquence ; mais ce qu'il y cut 
d'admirable, fut de voir la difference de Sapho et 
de Damophile ; car la demi^re ne cessoit d'inter* 

ID rompre celui qui parloit, ou pour lui faire des ob- 
jections embrouill^es, ou pour lui dire de nouvelles 
raisons qu'elle n'entendoit pas, et qui ne pouvoient 
^tre entendues. Elle ne laissoit pourtant pas de 
dire toutes ces choses d'un ton suffisant, et avec un 

15 air de visage qui faisoit voir la satisfaction qu'elle 
avoit d'elle ; quoique Ton conndt clairement que 
la moitie du temps elle n'entendoit point du tout 
ce qu'elle disoit. Pour Sapho, cllc ne parloit que 
lorsque la biens^ance vouloit absolument qu'elle 

20 r^pondit k ce que cet homme lui demandoit ; 
mais, quoiqu'elle dit toujours qu'elle n'entendoit 
rien aux choses dont il parloit, elle le disoit comme 
une personne qui les entendoit mieux que celui qui 
se m^loit de les vouloir enseigner ; et toute sa 




AU DIX^SEPTlkME SltCLE. lOI 

modestie et tout son chagrin ne pouvoient emp^cher 
qu'on ne conndt, malgr^ la simplicity de ses 
paroles, qu*elle savoit tout et que Damophile ne 
savoit rien. 

Mile, de Scud^ry, Artamhu 
9U U Grand Cyrus, yoL X., 
pp. 588, 60X. 

LES ENNUIS D'UNE SAVANTE. 

5 T^UISQU'IL V0U8 le faut dire, reprit elle 

X^ [Sapho], je suis si lasse d'etre bel esprit et 

de passer pour savante qu'en I'humeur oti je me 

trouve aujourd'hui, je mets la supreme f^licit^ k ne 

savoir ni lire ni 6crire ni parler, et si c'^toit une 

10 chose possible que de pouvoir oublier k lire, i 
^crire et k parler, je vous proteste que je commen- 
cerois de me taire tout h Theure, pour ne parler de 
ma vie, tant je suis rebut^e de la sottise du monde, 
et de la persecution ins^parablement attach^e i 

i^ celles qui, comme moi, ont le malheur d'avoir la 
reputation de savoir quelque autre chose que faire 
des boucles et choisir des rubans. Sapho dit cela 
avec un chagrin si aimable et d'un air si spirituel. 



102 LA SOCIAtA FRANQAISE 

que cette agr^able colore augmenta I'amour ou 
ramitie qu'on avoit pour elle dans Time de tous 
ceux qui I'entendirent. Mais encore, lui dit Cydnon, 
dites-nous pr^cis^ment ce qui vous est arriv^. 
5 Mais comment est-il possible, rdpliqua-t-elle, que 
vous m'ayez pu voir aupr^s de Damophile, envi- 
ronn^e de tous ces savants qui la suivent toujours, 
sans me plaindre, et sans songer que je passois 
fort mal mon temps ? Si vous eussiez ix,€ du cdt6 

lo oti j'^tois, r^pliqua Phylire en souriant, vous n'eus- 
siez pas ^t^ importun^e par des dames trop savan- 
tes. Je vous assure, r^pliqua-t-elle, que je ne sais 
oti je ne Teusse pas iX.€ aujourd'hui ; car vous aviez 
k I'entour de vous quatre ou cinq femmes qui font 

15 une profession si ouverte de hair toutes les person- 
nes qui ont de I'esprit, et qui affectent une igno- 
rance si grossi^re, qu'elles m'auroient encore dit 
quelque chose qui m*auroit d^plu, ou qui m'auroit 
ennuy^e. Du moins, reprit Nicanor, si vous eus- 

20 siez ^t^ oti j'^tois, vous eussiez trouv^ plus de com- 
plaisance ; car comme il n'y avoit que des hommes 
i I'entour de moi, vous n'eussiez pu manquer d'en 
^tre lou6e. Je Taurois sans doute ^t^, r^pliqua- 
t-elle, car on s*est mis dans la fantaisie qu'il me faut 




AU DIX'SRPTlkME SlkCLE. IO3 

toujours louer ; mais ce qu'il y a de vrai, c'est que 
je ne Taurois pas iti k ma mode ; car enfin, Nica- 
nor, la plus grande partie des gens de votre condi- 
tion savent si peu ce qu'il faut dire It une personne 
5 comme moi, que la moiti^ du temps ils me mettent 
en colore, lorsqu'ils pensent m'obliger ; et, it la 
r^erve de ceux qui sont ici pr^sentement, je ne 
sache presquc personne qui ne m'ait dit quelque 
chose qui m'ait d^plu. Encore ne sais-je, ajouta- 

10 t-elle, s'il n'y a point quelqu'un ici qui m'ait fich^e 
quelquefois ; du moins sais-je bien que j'ai sujet 
de me plaindre de ce que vous n'apprenez pas i 
tous les gens que vous voyez, de quelle maniire je 
veux qu'on me traite. Pour Alc^e, ajouta- t-elle, je 

15 suis assur^e qu'il entre mieux dans mes sentiments 
que tout le reste de la compagnie. II est vrai, dit- 
il en riant, que le metier de bel esprit, dont on dit 
que je roe mdle, est assez incommode. Mais en- 
core, dit Phylire, quelle incommodit^ peut-il avoir 

20 et quel mal pent faire ^ Sapho cette grande reputa- 
tion qu'elle a par tout le monde? En efifet ne 
doit-elle pas avoir bien de la joie de penser que 
tout ce qu'il y a de gens d'esprit k Athines, & 
Corinthe, \, Lac6d6mone, & Thebes, \ Argos, i 



I04 LA soc/£t£ fran<;aise 

Delphes et par toute la Gr^e, ne parle d'dle 
qu'avec admiration ? Pour tous les gens qui ne 
me connoissent point, r^pliqua Sapbo, j*en suis fort 
contente ; mais pour la plus grande partie de ceux 
5 que je vois, je n'en suis pas si satisfaite ; et si toos 
voulez que je vous fasse toutes mes plaintes, je 
vous les ferai afin que Nicanor instruise les gens 
de la cour comment il faut qu'ils vivent avec les 
gens d'esprit, que Phylire apprenne aux dames de 

JO son quartier i vivre bien avec celles du ndtre, et 
qu'Amithone, ^rinne, Athys et Cydnon ne m'accu- 
sent plus d'etre bizarre dans mes plaintes et dans 
mes chagrins. C'est pourquoi, pour parler de la 
cliosc en g^n^ral, je vous dirai encore une fois qu'il 

15 n'y a Hen de plus incommode que d'etre bel esprit, 
ou d'etre traits comme T^tant, quand on a le cceur 
noble et qu'on a quelque naissance. Car enfin, je 
pose pour fondement indubitable que, d^s qu'on 
se tire de la multitude par les lumi^res de son 

20 esprit et qu'on acquiert la reputation d'en avoir 
plus qu'un autre, et d'^crire assez bien en vers ou 
en prose pour pouvoir faire des livres, on perd la 
moitie de sa noblesse, si on en a, et Ton n'est point 
cc qu'est un autre de la m^me maison et du m^me 




AU DIX'SEPTlkME SltCLE. I05 

sang, qui ne se m^lera pas d'6crire. £n efifet, on 
vous traite tout autrement, et Ton diroit que vous 
n'^tes plus destin^ qu*lt divertir les autres, et qu*il y a 
une loi qui vous oblige ^ ^crire toujours des choses 

5 de plus en plus belles, et que, dis que vous n'en 
voulez plus 6crire, on ne vous doit plus regarder. 
Si vous ^tes riche, on a bien de la peine it le croire ; 
si vous ne I'^tes pas, c'est la demi^re in fortune ; 
et, pauvre pour pauvre, on est traits bien plus 

iQ doucement quand on n'est point bel esprit que 
quand on Test. Je vois pourtant, r^pliqua Nicanor, 
que tons les hommes de la cour caressent fort tous 
ceux qui se m^lent d'6crire. Je vous assure, r6pli- 
qua Sapho, qu'ils les caressent d'une Strange ma- 

15 ni^re ; car presque tous les jeunes gens de la cour 
traitent ceux qui se m^lent d*^crire comme iU 
traitent des artisans. En efifet lis pensent leur 
avoir rendu tout ce qu'ils doivent ^ leur m^rite, 
quand ils leur ont lou^ en passant, et bien souvent 

30 mal ^ propos, quelque chose qu'ils ont ^rit, 
ou qu'ils leur ont demand^ ce qu'ils font, quel 
ouvrage ils ont entrepris, s'il sera bientdt fait, 
et s'il ne sera point trop court ; car c'est ce qu'ils 
savent de plus fin que de dire toujoun que ce 



io6 LA soci£t£ franqaisb 

qu'on leur montre n'est pas assez long. Cepen- 
dant il y a sans doute une grande distinction ^ faire 
entre ceux qui ^crivent ; car il y a assur^ment des 
gens dont il ne faut voir que les ouvrages, mais il y 
5 en a d'autres aussi dont la personne doit encore 
dtre pr^f^r^e ^ leurs Merits. Cependant ces gens, 
qu'on appelle les gens du monde, les confondent 
avec les autres, et ne leur parlent point comme ils 
parlent ^ ceux qui ne se m^lent point d'^crire, 

lo quoique pcut-^tre ils en soient plus dignes. Je 
consens done que ces savants qui ne sont point du 
tout propres ^ la conversation ordinaire, n'y soient 
point admis, quoique je veuille qu'on les respecte, 
ou qu'on les excuse, s'ils ont effectivement du 

15 nitrite. Mais pour ceux qui savent parler aussi 
agrdablement qu'ils savent 6crire, je veux qu'on 
leur parle d'ordinaire comme s'ils n'^crivoient pas, 
et qu'on ne les accable pas de demandes continu- 
elles de leurs ouvrages. Je sais bien qu'il y a de 

20 ces gens-1^ qui en importunent les autres, et qui ne 
cessent de pers^cuter ceux avec qui ils sont, des 
productions de leur esprit ; mais k dire la v^rit6, 
je ne sais quel est le plus importund, ou de celui 
qui trouve un de ces auteurs qui accablent ceux 




AU DIX^SEPTlkME SltCLE. lOJ 

qu*ils voient de r^cits continuels, ou de celui qui 
se m^le d'^crire et qui trouve de ces gens de 
quality qui ne lui parlent jamais d'autre chose que 
de ce qu'il ^crit, principalement lorsqu'il a quelque 
5 naissance et qu'il a le coeur bien plac^. Pour moi, 
j'avoue qu'on ne me sauroit faire un plus grand 
d6pit que de me venir parler hors de propos de vers 
que je fais quelquefois pour me divertir. Mais en- 
core faut-il ^tre Equitable, dit Amithone ; car le 

xo moyen de ne louer jamais ce que vous derives ? 
Mais le moyen que j'endure dtemellement, reprit 
Sapho, que Tun me vienne demander si je fais une 
dldgie, I'autre, si j'ai fait une chanson, un autre en- 
core, si c'est moi qui ai fait une dpigramme, et le 

15 moyen enfin d'endurer qu*on ne me parle point 
comme on parle aux autres, moi qui ne veux ^tre 
que comme les autres sont, et qui ne puis souffrir 
qu'on m'en distingue d'une si bizarre mani^re ? 
Cependant, on ne me dit jamais rien comme on le 

30 dit i tout le reste du monde ; car si on me fait ex- 
cuse de ce qu'on ne m'est pas venu voir, on me dit 
qu'on a eu peur d'interrompre mes occupations. Si 
on m'accuse de r^ver, on me dit que c'est sans 
doute que je ne suis jamais mieux que lorsque je 



I08 LA SOCI&Ti FRANQAISE 

suis seule avec moi-m^me : si je dis seulement que 
j'ai mal ^ la t^te, je trouve toujours quelqu'un qui 
aime assez les choses communes pour me dire que 
c'est la maladie des beaux esprits ; et mon m^decin 
5 m^me, quand je me plains de quelque l^g^re incom- 
modit^, me dit que le m^me temperament qui fait 
mon bel esprit fait mes maux. Enfin, je suis si 
importun^e de vers, de savoir et de bel esprit, que 
je regarde la stupidity et I'ignorance comme le sou- 

lo verain bicn. . . . Je vois des hommes et des femmes 
qui me parlent quelquefois, qui sont dans un em- 
barras Strange, parce qu'ils se sont mis dans la fan- 
taisie qu'il ne me faut pas dire ce qu'on dit aux 
autres gens. J'ai beau leur parler de la beauts de 

15 la saison, des nouvelles qui courent et de toutes les 
choses qui font la conversation ordinaire, ils en re- 
viennent toujours k leur point ; et ils sont si per- 
suades que je me con trains pour leur parler ainsi, 
qu'ils se contraignent pour me parler d'autres choses 

20 qui m'accablent telleraent que je voudrois n'fitrc 
plus Sapho quand cette aventure m'arrive. Car en- 
fin je le dis comme si vous pouviez voir mon cceur, 
on ne me sauroit faire un plus sensible d^pit que 
de me traiter en fille savante. C'est pourquoi je 




AU DIX'SEPTlkME SlkCLE. IO9 

conjure toute la corapagnie de m'emp^cher de re- 
cevoir cette persecution, en disant plut6t k toute la 
terre, que je ne suis point ce qu'on me dit, que c'est 
Alc^e qui fait les vers qu'on m'attribue, et que je 
5 n'ai rien digne d'etre estim^ ; afin qu'apris cela on 
me laisse en repos, sans me chercher ni sans me 
fuir ; car je vous avoue que je n'aime guire ni 
qu'on me cherche ni qu'on me fuie comme savante. 

MUe. de Scnd^ry, Artawihu 
€U It Grand Cyrus^ vol X., pp. 
612, 622, 624. 

5. 

LES VRAIES SAVANTES. 



E" 



efifet a peine vit-elle [Sapho] I'entrer dans 
10 I '^ sa chambre qu'elle fut au-devant de lui de 
la meilleure grfke du monde, . . . et le regardant 
avec un visage souriant : Vous m'avez tellement 
lou^e de ne dire point de grandes choses, que je 
n'ose presque vous faire un grand remerciement 
15 de I'obligation que je vous ai, de peur que, contre 
ma coutume, il ne m'^chappe quelqu*une de ces 
grandes paroles qui pourroient m'acqu^rir Testime 
de Th^mistog^ne et me feroient perdre la v6tre. 



1 10 LA socjAtA franqaise 



• • • 



Quand vous me connottrez bien, r^pliqua 
Sapho, vous verrez que je ne suis pas si jalouse de 
ma gloire, ct que, tant qu'on ne dira pas que je 
manque de vertu et de bont^, je ne me mettrai 
5 gufere en peine de ce qu'on dira de moi. Aprfcs 
cela, Sapho ayant fait asseoir Phaon, la conversa- 
tion fut tout k fait divertissante ; car, non-seule- 
ment ses amies particuli^res 6toient chez elle, mais 
Phylire, Nicanor, Alc^e et moi y dtions aussi : joint 

lo que la querelle de Phaon et de Th^mistogine 
touma la d'un c6t6 qui fit dire mille belles et agr^- 
ables choses k Sapho. En effet, apr^s avoir bien 
parl6 de I'erreur de Th^mistogfene, qui croyoit qu'on 
ne pouvoit rien savoir si on ne parloit continuelle- 

15 ment de science, Phylire dit qu'encore que Tigno- 
rance grossi^re filt un grand d^faut, elle pensoit 
pourtant qu'il y avoit moins d 'inconvenient que la 
plus grande partie des femmes fussent ignorantes 
que d'etre savantes. Car, imaginez-vous, dit-elle, 

20 quelle persecution ce seroit, s'il y avoit deux ou 
trois cents Damophiles k Mityl^ne. Mais imaginez- 
vous au contraire, rdpliqua pr^cipitamment Phaon, 
quelle fdlicite il y auroit s'il y avoit seulement 
cinq ou six Saphos en toute la terre. . . . Eh ! 




AU DIX-SEPTlkME SikCLE, HI 

de grdce, Phaon, reprit elle [Sapho] en rougissant, 
n'effacez point I'obligation que je vous ai par det 
louanges que je n'aime pas ; et souvenez-vous, s'il 
vous plait, que je nc veux point passer pour 
5 savante ; car enfin, je suis fortement persuad^e 
que si je sais quelque chose que toutes les femmes 
ne savent pas, je ne sais du raoins rien que toutet 
les dames ne dussent savoir. En v^rit^, reprit 
Cydnon en riant, vous les engages k bien det 

lo choses ; car, k parler sincirement, vous en saves 
tant, que je ne sais comment vous pouvez faire 
pour les cacher, ni comment nous les pourrions ap- 
prendre. Je vous assure, r^pliqua Sapho, que j 'en 
sais si peu que si toutes les femmes vouloient bien 

15 employer tout le temps qu'elles emploient k rien, 
elles en sauroient mille fois plus que moi. Ce que 
dit la belle Sapho est si bien dit, quoiqu*il ne soit 
pas positivement vrai pour ce qui la re£^rde, reprit 
Phaon, que je ne puis m'emp^cher de Ten louer ; 

20 car il est certain qu'il y a lieu de reprocher presque 
\l toutes les dames qu*elles perdent la plus pr^cieuse 
chose du monde, en perdant beaucoup d'heuret 
qu'elles pourroient plus agr^ablement employer 
qu'elles ne font En mon particulier, dit Phylire, 




113 LA SOCI£t£ ^JiANQAISB 

je ne sais comment les dames pourroient trouver le 
loisir d'apprendre qaelque chose quand elles le 
Totidroient ; car, pour moi, je n'ai pas bien soavent 
celui d'aller au temple ; et j*ai une amie qui est 

5 tous les jours habillee si tard, qu*elle ne peut 
jamais sortir que quand le soleil se couche. J 'avois 
toujours cm, reprit Amithone, qu'il falloit que 
Sapho ne dorm it point, pour avoir le temps de faire 
tout ce qu'elle fait, jusqu*^ ce que j'aie eu fait un 

lo voyage ^ la campagne avec elle ; mais depuis cela 
je m*en suis desabus^, 6tant certain qu'elle r^gle 
si bien toutes ses heures qu'elle a loisir de faire 
mille choses que je ne ferois point, car elle trouve 
le temps de dormir autant qu*il faut pour avoir le 

15 teint repos^ et les yeux tranquilles; elle trouve 
celui de s'habiller aussi galamment qu'une autre ; 
elle trouve, dis-je, celui de lire, d'^rire, de r^ver, 
de sc promencr, de donner ordre k ses affaires et de 
se donner k ses amies ; et tout cela sans 6tre em- 

20 press^e et sans embarrass. Je voudrois bien, dit 
la belle Athis, qu'elle m'e(tt enseignd son secret, 
car, si je le savois, je pense que je me r^oudrois It 
ticher d'apprendre plus que je ne sais. Mais avant 
que de I'obliger k dire un si grand secret, r6pliqua 




AU DIX^SBPTlkME SI k CLE, II3 

^rinne, jc voudrois bicn que toutes les personnes 
qui sont ici examinassent si, en effete il seroit bien 
que les feinmes en g^n^ral sussent plus qu'elles ne 
savent. Ha ! pour cette question, reprit Sapho, je 
5 pense qu*elle est ais^e k r^soudre, car enfin il faut 
que j'avoue (aujourd'hui que je ne suis plus en 
colore comrae je T^tois il y a quelques jours) 
qu'encore que je sois enneraie d^clar^e de toutes 
les femmes qui font les savantes, je ne laisse pas 

10 de trouver I'autre extr^mit^ fort condamnable, et 
d'etre souvent ^pouvant^e de voir tant de femmes 
de quality avec une ignorance si grossiire que, 
selon moi, elles d^shonorent notre sexe. En effet, 
ajouta-t-elle, la difficult^ de savoir quelque chose 

15 avec biens6ance ne vient pas tant h. une femme de 
ce qu'elle sait, que de ce que les autres ne savent 
pas, et c'est sans doute la singularity qui fait qu'il 
est tr^s-difficile d'etre comme les autres ne sont 
point, sans 6tre expos^e k 6tre blim^e ; car, h. 

20 parler v^ritablement, je ne sache rien de plus in- 
jurieux II notre sexe que de dire qu'une femme 
n'est point obligee de rien apprendre. Mais si 
cela est, ajouta Sapho, je voudrois done en m^me 
temps qu'on lui d^fendft de parler, et qu'on ne lui 



114 LA SOCI£t£ FRANQAISE 

apprft point k ^crire ; car si elle doit 6crire et 
parler, il faut qu'on lui permettc toutes les choses 
qui peuvent lui ^clairer Tesprit, lui former le juge- 
ment et lui apprendre k bien parler et k bien ^crire. 
5 S^rieusement, poursuivit-elle, y a-t-il rien de plus 
bizarre que de voir comment on agit pour Tordi- 
naire en T^ducation des femmes ? On ne veut pas 
qu'elles soient coquettes ni galantes, et on leur 
permet pourtant d'apprendre soigneusement tout 

lo ce qui est propre k la galanterie, sans leur permettre 
de savoir rien qui puisse fortifier leur vertu ni oc- 
cuper leur esprit. En effet, toutes ces grandes 
r^primandes qu'on leur fait dans leur premiere 
jeunesse, de n'^tre pas assez propres, de ne s'habiller 

15 point d 'assez bon air, et de n'^tudier pas assez les 
lemons que leurs maitres k danser et k chanter leur 
donnent, ne prouvent-elles pas ce que jc dis ? Et 
ce qu'il y a de rare est qu'une femme qui ne peut 
danser avec biens^ance que cinq ou six ans de sa 

20 vie, en emploie dix ou douze k apprendre continu- 
ellement ce qu'elle ne doit faire que cinq ou six ; 
et k cette mSme personne qui est obligee d'avoir du 
jugement jusques k la mort et de parler jusques It 
son dernier soupir, on ne lui apprend rien du tout 




AU DIX^SEPTlkME SiMCLB. 11$ 

qui puisse ni la faire parler plus agr^ablement, ni 
la faire agir avec plus de conduite ; et vu la mani- 
^re dont il y a des dames qui passent leur vie, on 
diroit qu'on leur a d^fendu d'avoir de la raison et 
5 du bon sens, et qu'elles ne sont au monde que pour 
dorroir, pour ^tre grasses, pour 6tre belles, pour ne 
rien faire, et pour ne dire que des sottises ; et je 
suis assur^e qu'il n'y a personne dans la compagnie 
qui n'en connoisse quelqu'une k qui ce que je dis 

lo convient. En mon particulier, ajouta-t-elle, j'en 
sais une qui dort plus de douze heures tous les 
jours, qui en emploie trois ou quatre k s'habiller, 
ou pour mieux dire i ne s'habiller point, car plus 
de la moiti^ de ce temps-li se passe i ne rien faire 

15 ou & d^faire ce qui avoit d^ji €i€ fait. Ensuite 
elle en emploie encore bien deux ou trois i faire 
divers repas, et tout le reste k recevoir des gens k 
qui elle ne sait que dire, ou k aller chez d'autres 
qui ne savent de quoi Tentretenir ; jugez apr^s cela 

20 si la vie de cette personne n'est pas bien employee ! 
. . . Pour moi, dit Sapho, je suis persuad^e, que la 
raison de ce peu de temps qu'ont toutes les femmes, 
est sans doute que rien n'occupe davantage qu'une 
longue oiaivet^ ; joint qu'elles se font presqu9 



Il6 IJL SOCIAtA FRANqAISB 

toutes de grandes affaires de fort petites choses, et 
qu'une boucle de leurs cheveux mal toum^e leur 
emporte plus de temps k la mieux toumer que ne 
feroit une chose fort utile et fort agr^able tout en- 
5 semble. II ne faut pourtant pas qu'on s'imagine, 
ajouta-t-elle, que je veuille qu'une femme ne soit 
point propre, et qu'elle ne sache ni danser ni 
chanter ; car, au contraire, je veux qu'elle sache 
toutes les choses divertissantes ; mais, ^ dire la 

lo verity, je voudrois qu'on tiHX autant de soin d'omer 
son esprit que son corps, et qu'entre dtre ignorante 
ou savante, on prft un chemin entre ces deux ex- 
tr^mit^s qui emp^chdt d'etre incommode par une 
suffisance impertinente ou par une stupidity ennuy- 

15 euse. Je vous assure, reprit Amithone, que ce 
chemin est bien difficile \ trouver. Si quelqu'un 
le peut enseigner, r^pliqua Phaon, ce ne peut ^tre 
que Sapho. En mon particulier, reprit Phylire, je 
lui serois fort obligee si elle me vouloit dire pr6cis6- 

20 ment ce qu'une femme doit savoir. II seroit sans 
doute assez difficile, rdpliqua Sapho, de donner une 
r^gle g^n^rale de ce que vous demandez, car il y a 
une si grande diversity dans les esprits qu'il ne peut 
y avoir de loi universelle qui ne soit injuste. Mais 




AU DIX'SEPTlkMB SikCLE, II7 

ce que je pose pour fondement est qu'encore que 
je voulusse que les femmes sussent plus de choses 
qu'elles n'en savent pour Tordinaire, je ne veux 
pourtant jamais qu'elles agissent ni qu'elles parlent 
5 en savantes. Je veux done bien qu'on puisse dire 
d'une personne de mon sexe, qu'elle sait cent 
choses dont elle ne se vante pas, qu'elle a I'esprit 
fort 6clair^, qu'elle connott finement les beaux 
ouvrages, qu'elle parle bien, qu'elle 6crit juste, et 

10 qu'elle sait le monde ; mais je ne veux pas qu'on 
puisse dire d'elle : c'est ui^ femme savante, car ces 
deux caract^res sont si diff^rents qu'ils ne se res- 
semblent point. Ce n'est pas que celle qu'on n'ap- 
pellera point savante ne puisse savoir autant et plus 

15 de choses que celle i qui on donnera ce terrible 
nom, mais c'est qu'elle se sait mieux servir de son 
esprit, et qu'elle sait cacher adroitement ce que 
I'autre montre mal k propos. Ce que vous dites 
est si bien d6m^l6, reprit Nicanor, qu'il est ais6 de 

20 comprendre cette difference. Mais k ce que je 
vois, dit alors Phylire, il y a done des choses ou 
qu'il ne faut pas savoir, ou qu'il ne faut pas mon- 
trer, quand on les sait. II est constamment vrai, 
r^pliqua Sapho, qu'il y a certaines sciences que les 



Il8 LA SOCIAtA FRANQAISE 

femmes ne doivent jamais apprendre, et qu'il y en 
a d'autres qu'elles peuvent savoir, mats qu'elles ne 
doivent pourtant jamais avouer qu'elles sachent, 
quoiqu'elles puissent souffrir qu'on le devine. 
5 Mais k quoi leur sert de savoir ce qu'elles n'oseroi- 
ent montrer ? reprit Phylire. II leur sert, r^pliqua 
SaphOy k entendre ce que de plus savants qu'elles 
disenty et a en parler m^me ^ propos, sans en parler 
pourtant comme les livres en parlent, mais seule- 

lo ment comme si le simple sens naturel leur faisoit 
comprendre les choses dont il s'agit. Joint qu'il y 
a mille agrdables connoissances, dont il n'est pas 
n^cessaire de faire un si grand secret. En effet, 
on pent savoir quelques langues ^trang^res, on pent 

15 avouer qu'on a lu Hom^re, H^siode et les ex- 
cellents ouvrages de I'illustre Aristae, sans faire 
trop la savante ; on pent m6me en dire son avis 
d'une mani^re si modeste et si peu affirmative que, 
sans choquer la biens^ance de son sexe, on ne 

20 laisse pas de faire voir qu'on a de I'esprit, de la 
connoissance et du jugement. On peut et on doit 
savoir tout ce qui peut servir k 6crire juste, car, 
selon moi, c'est une erreur insupportable k toutes 
les femmes de vouloir bien parler et de vouloir mal 




AU DlX^SEPTlkME SikCLB. 1 19 

6crire, et le privilege qu'elles pr^tendent en avoir 
est si honteux & tout le sexe en g^n^ral, si elletf 
Tentendoient bien, qu'elles en devroient rougir. II 
est vrai, dit Nicanor, que la plupart des dames 

5 semblent 6crire pour n'^tre pas entendues, tant il y 
a peu de liaison en leurs paroles, et tant leur ortho- 
graphe est bizarre. Cependant, ajouta Sapho en 
riant, ces m^mes dames qui font si hardiment des 
fautes si grossi^res en ^crivant, et qui perdent tout 

10 leur esprit d^s qu'elles commencent d'^crire, se mo- 
queront des joum^es enti^res d'un pauvre Stranger 
qui aura dit un mot pour un autre. II y a toute- 
fois bien plus de sujet de trouver Strange de voir 
une femme de beaucoup d'esprit faire mille fautes 

15 en 6crivant sa langue naturelle, que de voir un 
Scythe qui ne parlera pas bien grec. H61as ! dit 
alors Phylire en riant, que j'ai de part k ce que 
vous dites ! Vous parlez pourtant si juste, repris- 
je, que je ne sais comment il est possible que vous 

20 n'^criviez pas de m^me. Je veux croire, reprit 
Sapho, que Phylire ^crit aussi bien qu'elle parle ; 
mais apr^s tout, il est certain qu'il y a des femmes 
qui parlent bien, qui ^crivent mal, et qui ^crivent 
mal purement par leur faute. Mais encore vou- 



I20 LA SOCI£t£ FJ^ANgAJSE 

drois-je savoir d'oti cela vient, dit la beile Athys. 
Cela vient sans doute, r^pliqua Sapho, de ce que 
la plupart des femmes n'aiment point k lire, ou de 
ce qu'elles lisent sans aucune application et sans 
5 faire mtoe nulle reflexion sur ce qu'elles ont lu ; 
ainsi, quoiqu'elles aient lu mille et mille fois les 
m^mes paroles qu'elles ^crivent, elles les ^crivent 
pourtant tout de travers, et en mettant les lettres 
les unes pour les autres, elles font une confusion 

lo qu'on ne sauroit d^brouiller, k moins que d'y 6tre 
fort accoutum^. Ce que vous dites est tellement 
vrai, reprit lirinne, que je fis hier une visite k une 
de mcs amies qui est revenue de la campagne, 
k qui j'ai report^ toutes les lettres qu'elle m'a 

15 ^crites pendant qu'elle y ^toit, afin qu'elle me les 
Kit. Jugez done, poursuivit Sapho, si j'ai tort 
de souhaiter que les femmes aiment k lire et 
qu'elles lisent avec quelque application. Cepen- 
dant il s'en trouve qui ont naturellement beau- 

20 coup d'esprit, qui ne lisent presque jamais ; et 
ce qu'il y a, selon moi, de plus Strange, c'est que 
ces femmes qui ont infiniment de I'esprit aiment 
mieux s'ennuyer quelquefois horriblement lors- 
qu'elles sont seules, que de s'accoutumer k lire et 




A U DIX^SEP TlMAfE SiMCLB. 1 2 1 

h se faire une compagnie telle qu*elles la pourroient 
souhaiter, en choisissant une lecture enjou6e ou s^- 
rieuse, selon leur humeur. II est pourtant certain 
que la lecture ^claire si fort I'esprit et forme si bien 
5 le jugement, que la conversation toute seule ne 
pent le faire aussitdt ni aussi parfaitement. En 
effety la conversation ne vous donne que les pre- 
mieres pens6es de ceux qui vous parlent, qui sont 
bien souvent des pens^es tumultueuses, que ceux 

lo m^mes qui les ont eues condamnent un quart 
d'heure apr^s ; mais la lecture vous donne le der- 
nier effort de Tesprit de ceux qui ont fait les livrea 
que vous lisez ; de sorte que quand mSme on ne 
lit simplement que pour son plaisir, il en demeure 

15 toujours quelque chose dans Tesprit de la personne 
qui lit, qui le pare et qui I'^claire, et qui emp^che 
cette personne de tomber dans des ignorances 
grossi^res, qui choquent terriblemcnt tous ceux 
qui n'en sont pas capables. ... Ce que je vou- 

20 drois principaleroent apprendre aux femmes, seroit 
de ne parler point trop de ce qu'elles sauroient 
bien, et de ne parler jamais de ce qu'ellei ne 
savent point du tout. £t k parler raisonnable- 
ment, je voudrois qu'elles ne fussent ni fort sa- 



122 LA SOCI£t£ FRANQAISE 

vantes ni fort ignorantes, et qu'elles voulussent 
manager un peu mieux les avantages que la nature 
leur a donnas. Je voudrois, dis-je, qu'elles eussent 
autant de soin de parer leur esprit que leur per- 
5 Sonne. Mais encore une fois, dit Phylire, oil 
trouver le temps de lire et d'apprendre quelque 
chose ? Je ne demande pour cela, r^pliqua Sapho, 
que celui que les dames perdent k ne rien faire ou 
It faire des choses inutiles, et il y en aura de reste 

ID pour en savoir assez pour avoir besoin d'en cacher. 
De plus, il ne faut pas qu'on s'imagine que je 
veuille que cette femme que j'introduis soit une 
liseuse ^temelle qui ne parle jamais, au contraire^ 
je veux qu'elle ne lise que pour apprendre k bien 

i^ parler ; et s'il ^toit impossible de joindre la lecture 
It la conversation, je conseillerois encore plutdt la 
demi^re que I'autre k une dame. Mais comme 
cela n'est nullement incompatible, et qu'il y a 
mille agr^ables connoissances qu'une femme pent 

20 avoir sans sortir de la modestie de son sexe, pour- 
vu qu'elle en use bien, je souhaiterois de tout mon 
coeur que toutes les femmes fussent moins pares- 
seuses qu'elles ne le sont, et que j'eusse moi-mime 
profit6 des conseils que je donne aux autres. 

Mile, de Scud^ry, Ariatnhu ou U 
Gratid Cyrus ^ vol. X., pp. 664, 675, 



AU DIX^SEPTlkME SikCLE. I23 

6. 
LA JOURNfeE DES MADRIGAUX. 

LE Samedy done alloit finir, et chacun com- 
mengoit k se retirer, plus ou moins content, 
suivant qu'il avoit eu plus ou moins de part & 
Tentretien de Sapho ; quand la secrette influence 
5 des madrigaux qui comnien9oit ^ tomber avec le 
serein, conduisit la meilleure partie de Tassembl^e 
chez la princesse Philoxfene, qu'une l^g^re indispo- 
sition avait retenue ce jour-1^ dans son palais. Le 
Chroniqueur qui ne donne gu^re ses regards et son 

10 attention qu'aux beautez vivantes, ne vous d^crira 
point icy bien au long tout ce qu'il ne vid luy 
mesme qu'k demy. La magnificence du palais, la 
richesse de ses emmeublemens, et les deux mer- 
veilleuses statues de la grande et de la petite Pan- 

15 dore dont les fables disent que chacune des 
Dresses leur a fait un present, et qu'elles ont est6 
habill6es de la main des Graces. Ces choses pour- 
tant et surtout les deux statugs que Philox^ne, par 
une libdralit^ sans exemple, avoit d^ji donn^es It 

20 M61iante, arrest^rent durant quelque temps cette 
belle troupe ; mais incontinent apr^s, encore qu'il 
n'y edt R que des h^ros et des heroines de roman, 



124 ^A SOCIATJ& FRANQAISB 

qui n'ont pas trop accoustum^ de se chauffer, il est 
certain que tout le monde s'assit aupr^s du feu. 
Alors commen9a la plus agr^able conversation 
qu'on sauroit s'imaginer ; car Philoxfene et T61a- 
5 mire faisoient, aussi bien qu*il estoit possible, 
rhonneur de leur maison ; et afin que tout le reste 
de la compagnie ftit de belle humeur, Polyandre 
avoit oubli6 en entrant la n^gociation et les affaires 
d'Estat ; le berger Acante, des choses k la v^rit^ de 

10 moindre importance, mais qui ne luy touchoient 
pas moins au cceur ; M^liante, sa fi^vre ; Trasile 
ses constantes amours et ses longs voyages ; et la 
divine Sapho, regardant le si^cle, la cour, sa propre 
fortune, comme des choses au dessous d'elle, ne se 

15 souvenoit pour estre contente, que de son esprit et 
de sa vertu. En cet estat, leurs ames estoient, sans 
doute, bien dispos^es pour recevoir les inspirations 
d'Apollon, qui marchant alors, comme elles font 
d'ordinaire, apr^s la liberty et la joye, n'eurcnt 

20 point de peine ^ s'en rendre maistrcsses. Toute 
la troupe s'en ressentit : tout le palais en fut 
remply et, s'il est vray ce qu'on en conte, la PoSsie 
passant Tantichambre, les sales, et les garde- 
robes mesme, descendit jusques aux offices ; un 




AU DlX-SEPTlkMB SltCLE. 12$ 

escuyer, qui estoit bel esprit, ou qui avoit 
volenti de Test re, et qui avoit pris la nouvelle 
maladie de la Cour, acheva un sonnet de bouts- 
rimez sans sugr que m^diocrement ; et un grand 
5 laquais fit pour le moins six douzaines de vers 
burlesques. Mais nos h^ros et nos heroines ne 
s*attach^rent qu'aux madrigaux ; jamais il n'en fut 
tant fait ni si promptement. A peine celuy-cy 
venoit-il d'en prononcer un, que celuy-lk en sentoit 

lo un autre qui luy fourmilloit dans la teste. Icy on 
r^citoit quatre vers, Ik on en escrivoit douze. 
Tout s*y faisoit gayement et sans grimace. Per- 
sonne n'en rongeoit ses ongles, et n'en perdoit le ? 
rire ni le parler. Ce n 'estoit que d6fis, que r^ponses, | 

15 que r^pliques, qu'attaques, que ripostes. La plume \ 
passoit de main en main, et la main ne pouvoit 
suffire k Tesprit. On fit des vers pour toutes les 
darocs pr^sentes. J 'en say mesme qui pens^rent k 
Doralise quoyqu'absente et peut-estre avcc un peu 

20 plus d'amiti^ qu'elle n'en avoit pour eux. lis se 
content^rent d'y penser pourtant, ne leur semblant 
pas que les persecutions que la fortune luy faisoit 
souffrir en ce temps-Ik pedssent entrer de bonne 
grice en madrigal. 



126 LA soci£t£ franqaise 

Mais afin que je puisse vous raconter plus ex- 
actement ce qui se passa en cet assaut de reputa- 
tion, et quel en fut le sujet, je me sens icy oblig^, & 
la fa9on des historiens c^lfebres, de reprendre la 
5 chose d'un peu plus haut. 

Vous avez ved, s'il vous en souvient, en un autre 
endroit de ces Chroniques, qu'un samedy au soir, 
le gendreux T]i^pdamas en se retirant donna k 
Sapho je ne say quoy, envelopp^ d'un papier bien 

lo parfum^, k la charge qu'elle ne le regarderoit que 
quand il seroit party. Ce je ne say quoy, comme 
on le s^eut depuis, estoit un cachet de chrystal, 
grav^ du chiffre de Sapho, et du sien, meslez en- 
semble. Sapho Ten remercia le lendemain par un 

15 admirable madrigal. Ce madrigal attira une 6pitre 
fort galante de Th^odamas ; T^pitre, un autre 
madrigal de Sapho, et ce madrigal un autre de 
Th^odamas qui voulut avoir le dernier. Dfes lors 
on commen9a il comprendre dans le monde qu'un 

20 beau madrigal et un beau cachet de chrystal 
estoient deux choses qui ne rymoyent pas mal, ^t 
qui alloient encore mieux Tune avec Tautre. Or, 
depuis longtemps le sage Th^odamas brdloit d'une 
amoureuse passion pour la belle et vertuSuse 



AU DIX'SBPTlkME Sl£CLE. 12/ 

Philox^ne ; mais d'une passion si discrette qu'elle 
ne scandalisa personne ; de sorte que le fameuz 
auteur du Grand-Cyrus^ qui a eu d'ailleurs del 
m^moires si particuliers et si am pies de toutes les 
5 autres intrigues du Monde, n'a trouv6 rien k dire 
de celle-cy. Cherchant done ii plaire k sa prin- 
cesse par toute sorte de soins, grands et petits, il 
s*avisa de lui envoyer un cachet de m6me mati^re 
que celuy de Sapho, avec le madrigal suivant, la 
lo conjuranty comme vous verrez, d'y r^pondre par 
un autre. 

MADRIGAL D£ TH^ODAMAS. 

A FHILOXtNK. 

Votts savex bien que let cachets 

Sont les confidents des secrets, 
Et puisqu' on dit partoat qne j*ay grand part anx vostrct 
le Je ne dois pas soaffrir qne d'autres 

Vous donncnt de qnoy les garder ; 

Recerez done, sans marchander, 

Le cachet que je vons envoye, 

Et si vous voulez que je croye 
20 Que voix du peuple est Toix de Diea, 

Philoxine, donnes-moi lieu. 

Par un madrigal farorable, 

£crit de vostre main aymabk, 




128 LA SOCI£t£ FRANQAISE 

D'esperer qu'il n'est rien de secret et de donx, 
Que l^gidmement je n'obtiene de voas. 

Philox^ne savoit faire des vers quand il lui 
plaisoit; mais en cette occasion, elle crut qu'il 
5 estoit de la dignity d'une grande princesse, comme 
elle, de ne r^pondre que par secretaire. Elle vou- 
lut employer Acante qui se rencontra le premier 
sur ses pas ; il s'en deffendit quelque temps, disant 
que le prince Agathyrse y seroit infiniment plus 

lo propre, soit pour la satisfaction de la princesse, 
soit pour celle de Th^odamas. Enfin, pourtant, 
apr^s une longue contestation, il promit k Philo- 
x^ne qu'il seroit son pis-aller et que si Agathyrse ne 
vouloit pas faire de beaux vers pour elle, il essay- 

15 eroit d'en faire de mauvais. Agathyrse fit le lende- 
main le madrigal que vous allez voir, non pas pour 
r^pondre ^ celuy de Th^odamas, mais tout au con- 
traire, pour s'excuser d'y r^pondre. 

MADRIGAL D' AGATHYRSE. 

A PHILOX^E. 

Le present qu'on vous fait, aymablc Philoxine, 
20 Semble vous advertir de garder le secret, 



AU DIX-SEPTlkME SltCLE. 1 29 

Et vous devez, je croy, vous r^soudre sans peine 
D'observcr un advis si sage et si descret ; 

Ne confiez done plus le vostre 

A la fidellite d'un autre ; 
5 Tel est interess^ qui ne se montre pas ; 

On est fort rarement & soy-mesme contraire, 

£t je pense qa'en pareil cas 

Le mieux est toujours de se taire ; 
Mais si vous souhaittez que sans d^guisement, 
10 J'explique vostre sentiment, 

Souffrez qu'auparavant j'aprenne k le connoistre ; 
Quel moyen sans cela de le f aire paroistre ? 
Je n'en pourrois parler que fort douteusement ; 
Ainsi, pour bien agir, sans crainte qu'on me blasme, 
X e Laissez-moi p^n^trer jusqu'au fond de vostre lUne. 

Incontinent apr^s, Agathyrse s'enfuit au pats de 

Ncustrie, de peur qu'on nc lui en demandit davan- 

tage, et c'est Topinion commune, que ce ne fut 

point par paresse, quality qui ne seroit nullement 

20 honneste k un h^ros ; mais qu'en effet il 6toit de 

Tadvis de son madrigal, et prenoit trop d'int^rfit en 

Philox^ne, pour aller dire sans repugnance des 

douceurs de sa part k Th^odamas. 

E. Colombey, La Joumii 
des Madrigttux suivu di la 
Gautti de Tendtr, etc., Paris, 
1856, pp. 15-23. 



130 LA SOCIJ&TJ& FRANQAISB 

7. 
LA CARTE DE TENDRE. 



" "■ ^ H ! de grace, aim able C161ie, s'^cria Her- 



E 



minius, dites-moi oti j*en suis, je vous en 
conjure." — "Vous en 6tes encore k Nouvelle Ami- 
tid, reprit-elle en riant, et vous ne serez de long- 
5 temps plus loin." — " Du moins, r<*pliqua-t-il en 
souriant aussi bien qu'elle, ne serois-je pas marri 
de savoir combien il y a de Nouvelle Amiti^ ^ 
Tendre." — "A mon avis, reprit Aronce, peu de 
gens savent la carte de ce pays-Ik," — " C'est pour- 

10 tant un voyage que beau coup de gens veulent fairc, 
rdpliqua Herminius, et qui mdriteroit bien qu'on 
s(it la route qui peut conduire k un aussi aimable 
lieu ; et si la belle Cl^lie vouloit me faire la grice 
de me Tenseigner, je lui en aurois une obligation 

15 6temelle." — " Peut-fitre vous imaginez-vous, reprit 
Cl^lie, qu'il n'y a qu'une petite promenade, de 
Nouvelle Amitid k Tendre ; c'est pourquoi avant 
que de vous y engager, je veux bien vous promettre 
de vous donner la carte de ce pays qu'Aronce croit 

20 qui n'en a point." — " Eh ! de gr&ce, Madame, lui 
dit-il alors, s'il est vrai qu'il y en ait une donnez-la- 




AU DIX'SEPTlkME SlkCLB. I3I 

moi aussi bien qu*k Herminius." Aronce n'eut 
pas plus tdt dit cela qu'Horace fit la m^me pri^re, 
que je demandai la m^me grice, et que Fenice 
pressa aussi fort Civile de nous donner la carte 
5 d'un pays dont personne n'avoit encore fait de 
plan. Nous ne nous imagin&mes pourtant alors 
autre chose, sinon que Cl^lie ^criroit quelque agr6- 
able lettre qui nous instruiroit de ses v^ritables 
sentiments ; mais lorsque nous la pressAmes, elle 

10 nous dit qu'elle Tavoit promise ii Herminius, que 
ce seroit k lui qu'elle I'envoieroit, et que ce seroit 
Ic lendemain. De sorte que, comme nous savions 
que Civile ^crivoit fort galamment, nous eumes 
beaucoup d*impatience de voir la lettre que nous 

15 pr^supposions qu'elle devoit ^crire \ Herminius ; 
et Herminius lui-m^me en eut- tant, qu'il ^crivit 
d^s le lendemain au matin un billet H Cl^lie pour 
la sommer de sa parole ; et, comme il 6toit fort 
court, je crois que je ne mentirai pas, quand je 

20 vous dirai qu'il ^toit tel : 

HERMINIUS A LA BELLE CL^LIS. 

Comme je ne puis aiUr d€ NcuoelU Afmtii h Tendre^ 
si vous ne temn voire parole^ je vous demamde la carte 



132 LA SOCI6T& FRANqAISE 

que vous pi* avez promise ; mats, en vaus !a demandant^ 
ie m* engage h partir d^s que je Vaurai refue^ pour 
faire un voyage que f imagine si agr/able^ quej'aime- 
rois mieux r avoir fait que d* avoir im toute la terre^ 
5 quand mSme je devrois recevoir un tribut de ioutes les 
nations qui sont au monde, 

Lorsque Cl^lie re9ut ce billet, j'ai su qu'elle 
avoit oubli6 ce qu'elle avoit promis k HerminiuSy 
ct que n'ayant 6cout6 toutes les pri^res que nous 

10 lui avions faites que comme une chose qui nous 
divcrtissoit alors, elle avoit pens6 qu'il ne nous 
en souviendroit plus le lendemain. De sorte 
que d'abord le billet d'Herminius la surprit ; 
niais comme dans ce temps-Ik il lui passa dans 

je I'esprit une imagination qui la divertit elle-mtoie, 
elle pensa qu'elle pourroit effectivemcnt divertir 
les autres ; si bien que, sans h^siter un moment, 
elle prit des tablettes, et ^rivit ce qu'elle avoit 
si agrdablement imaging ; et elle Tex^cuta si 

20 vite qu'en une demi heure elle eut commence et 
achevd ce qu'elle avoit pens6 ; apr^s quoi joignant 
un billet k ce qu'elle avoit fait, elle I'envoya it Her- 
minius, avec qui Aronce et moi nous ^tions alors. 



AU DIX-SEPTlkME SikCLE, 1 33 

Mais nous fumes bien ^tonn^s lorsqu'Herminius, 
apr^s avoir vu ce que Cl^lie lui venoit d'envoyer, 
nous fit voir que c'^toit eflfectivement une carte 
dessin^e de sa main, qui enseignoit par oti Ton 
5 pouvoit aller de Nattvelle Amitii d Tendre^ et qui 
ressemble tellement k une veritable carte qu'il y a 
des mers, des rivieres, des montagnes, un lac, des 
villes et des villages ; et pour vous le faire voir, 
Madame, voyez, je vous prie, une copie de cettc 

lo ing^nieuse carte, que j'ai tou jours conservde soi- 
gneusement depuis cela. 

A ces mots, C^l^re donna effectivement la carte 
qui suit cette page k la princesse des L^ontins, qui 
en fut agr^ablement surprise ; mais afin qu'elle en 

15 conn{it mieux tout Tartifice, il lui expliqua Tinten- 
tion que Cl^lie avoit eue, et qu'elle avoit elle- 
m^me expliqu^e ^ Herminius, dans le billet qui 
accompagnoit cette carte. Si bien qu'aprfcs que la 
princesse des L^ontins Teut entre les mains, 

20 C^l^re lui parla ainsi : 

'' Vous vous souvenez sans doute bien, Madame, 
qu' Herminius avoit pri6 Cl^lie de lui enseigner par 
oti Ton pouvoit aller de Nauvdle Amiti/ d Tendre j 
de sorte qu'il faut commencer par cette premiere 



134 LA SOCI£t£: FRANQAISE 

ville, qui est au bas de cette carte, pour aller aux 
autres ; car afin que vous compreniez mieux le des- 
sein de Cl^lie, vous verrez qu'elle a imaging qu'on 
peut avoir de la tendresse par trois causes diff^- 

5 rentes : ou par une grande estime, ou par reconnais- 
sance, ou par inclination ; et c'est ce qui Ta obligee 
d'^tablir ces trois villes de Tendre sur trois rivieres 
qui portent ces trois noms, et de faire aussi trois 
routes difif^rentes pour y aller. Si bien que comme 

lo on dit Cumes sur la mer d'lonie et Cumes sur la 
mer Tyrrhene, elle fait qu'on dit Tendre sur In- 
clination, Tendre sur Estime et Tendre sur Rccon- 
noissance. Cependant, comme elle a pr^suppos6 
que la tendresse qui nait par inclination n'a besoin 

15 de rien autre chose pour 6tre ce qu'elle est, Cl^lie, 
comme vous le voyez, Madame, n'a*mis nul village 
le long des bords de cette riviere, qui va si vite 
qu'on n'a que faire de logement le long de ses 
rives, pour aller de Nouvelle Amiti^ k Tendre. 

30 Mais pour aller i Tendre sur Estime, il n'en est 
pas de m^me ; car C161ie a ingdnieusement mis 
autant de villages qu'il y a de petites et de grandes 
choses qui peuvent contribuer k faire naitre par 
estime cette tendresse dont elle entend parler. En 




AU DIX^SEPTlkME SiMCLE. 13$ 

effet, vous voyez que de Nouvelle Amiti^ on passe 
h. un lieu qu'elle appelle Grand Esprit, parceque 
c'est ce qui commence ordinairement Testime ; en- 
suite vous voyez ces agr^ables villages de Jolis 
5 Vers, de Billet galant, et de Billet doux, qui sont 
les operations les plus ordinaires du grand esprit 
dans les commencements d'une amiti^. 

'' Ensuite pour faire un plus grand progr^s dans 
cette route, vous voyez Sinc^rit^, Grand Coeur, 

lo Probity, G^ndrosit^, Respect, Exactitude, et Bont^, 
qui est tout contre Tendre, pour faire connottre 
qu'il ne pent y avoir de veritable ^stime sans bont^, 
et qu'on ne pent arriver k Tendre de ce c6t^-U 
sans avoir cette pr^cieuse quality. Apr^s cela, 

15 Madame, il faut, s'il vous plaft, rctourner ^ JV^tf- 
vfUe Amiti/ pour voir par quelle route on va de 
li ^ Tendre sur Reconnaisiance. Voyez done, je 
vous en prie, comment il faut aller d'abord de 
Nouvelle Amitid k Complaisance, ensuite ^ ce petit 

ao village qui se nomme Soumission, et qui en touche 
un autre fort agrdable, qui s'appelle Petits Soins. 
Voyez, dis-je, que de li il faut passer par Assiduity, 
pour faire entendre que ce n'est pas assez d'avoir 
pendant quelques jours tous ces petits soins oblige- 



136 LA SOClATi, FRANQAISE 

ants qui donnent tant de reconnoissance, si on ne 
les a assidiiment. Ensuite vous voyez qu*il faut 
passer k un autre village qui s*appelle Empresse- 
ment, et ne faire pas comme certaines gens tran- 
5 quilles, qui ne se hitent pas d*un moment, quelque 
pri^re qu'on leur fasse, et qui sont incapables 
d'avoir cet empressement qui oblige quelquefois si 
fort. Apr^s cela vous voyez qu'il faut passer k 
Grands Services, et que pour marquer qu'il y a peu 

xo de gens qui en rendent de tels, ce village est plus 
petit que les autres. Ensuite, il faut passer k Sen- 
sibility, pour f^ire connoitre qu'il faut sentir 
jusques aux plus petites douleurs de ceux qu'on 
aime ; apr^s, il faut pour arriver k Tendre passer 

15 par Tendresse, car Tamiti^ attire Tamiti^. En- 
suite, il faut aller ^ Ob^issance, n*y ayant presque 
rien qui engage plus le coeur de ceux k qui on 
ob^it que de le faire aveugl^ment, et pour arriver 
enfin oti Ton veut aller, il faut passer k Constanta 

20 Araitid, qui est sans doute le chemin le plus sdr 
pour arriver k Tendre sur Reconnoissance. 

''Mais, Madame, comme il n'y a point de 
chemins oti Ton ne se puisse dgarer, Cldlie a fait, 
comme vous le pouvez voir, que si ceux qui sont i 




AU DIX^SEPTlkMB SlkCLE. 137 

Nouvelle Amitid prenoient un peu plus ^ droit, ou 
un peu plus k gauche, ils s'^gareroient aussi ; car, 
si au partir de Grand Esprit on alloit i Negligence, 
que vous voyez tout contre sur cette carte, 
5 qu'ensuite, continuant cet ^garement, on all&t k 
In^galite, de li \ Ti^deur, k L^g^ret^ et k Oubli, 
au lieu de sc trouver k Tendre sur Estime, on se 
trouveroit au Lac d' Indifference, que vous voyez 
marque sur cette carte, et qui, par ses eaux tran- 

lo quilles, repr^sente sans doute fort juste la chose 
dont il porte le nom en cet endroit. De I'autre 
c6te, si au partir de Nouvelle Amitie on prenoit un 
peu trop i gauche, et qu*on all&t k Indiscretion, \ 
Perfidie, & Orgueil, ^ Medisance ou i Mechancete, 

15 au lieu de se trouver ^ Tendre sur Reconnoissance, 
on se trouveroit & la Mer d'Iniroitie, od tous les 
vaisseaux font naufrage, et qui, par I'agitation de 
ses vagues, convient sans doute fort juste avec 
cette impetueuse passion que Cieiie veut representer. 

20 " Ainsi elle fait voir par ces routes differentes 
qu'il faut avoir mille bonnes qualites pour Tobliger 
k avoir une amitie tendre, et que ceux qu'en ont 
de mauvaises ne peuvent avoir part qu'A sa haine 
ou & son indifference. Aussi cette sage fiUe vou- 



138 LA SOCliTi FRANqAlSE 

lant faire connoitre sur cette carte qu'elle n'avoit 
jamais eu d*amour, et qu'elle n'auroit jamais dans 
le cceur que de la tendresse, fait que la Riviere 
d'Inclination se jette dans une mer qu'elle appelle 
5 la Mer Dangereuse, parcequ'il est assez dangereux 
i une femme d'aller un peu au delk des derni^res 
bornes de Tamitid ; et elle fait ensuite qu*au delk 
de cette mer, c'est ce que nous appellons Terres in- 
connueSy parcequ'en efifet nous ne savons point ce 

10 qu'il y a, et que nous ne croyons pas que personne 
ait ii€ plus loin qu'Hercule ; de sorte que, de cette 
fa^on, elle a trouvd lieu de faire une agrdable mo- 
rale d'amitid par un simple jeu de son esprit, et de 
faire entendre d'une mani^re assez particuli^re 

15 qu'elle n'a point eu d'amour et qu'elle n'en peut 
avoir. 

"Aussi Aronce, Herminius et moi trouvdmes- 
nous cette carte si galante, que nous la sdmes de- 
vant que de nous sdparer. Cldlie prioit pourtant 

20 instamment celui pour qui elle Tavoit faite, de ne 
la montrer qu'k cinq ou six personnes qu'elle 
aimoit assez pour la leur faire voir ; car, comme 

■ 

ce n'dtoit qu'un simple enjouement de son esprit, 
elle ne vouloit pas que de sottes gens, qui ne sau- 



AU DIX-SEPTlkME SiMCLE. 139 

roient pas le commencement de la chose, et qui ne 
seroient pas capables d'entendre cette nouvelle 
galanterie, allassent en parler selon leur caprice ou 
la grossi^ret6 de leur esprit. Elle ne put pourtant 
5 ^tre ob^ie, parcequ'il y eut une certaine constella- 
tion qui fit que quoiqu'on ne vouKit montrer cette 
carte qu'i peu de personnes, elle fit pourtant un si 
grand bruit par le monde, qu'on ne parloit que de 
la carte de Tendre. Tout ce qu'il y avoit de gens 

lo d'esprit k Capoue ^crivirent quelque chose i la 
louange de cette carte, soit en vers, soit en prose, 
car elle servit de sujet \ un poeme fort ingdnieux, k 
d'autres vers fort galants, k de fort belles lettres, k 
de fort agr^ables billets et k des conversations si 

15 divertissantes que Cl^lie soutenoit qu'elles valoient 
mille fois mieux que sa carte, et Ton ne voyoit 
alors personne k qui Ton ne demanddt s'il vouloit 
aller k Tendre. En effet, ccla foumit durant quel- 
que temps d'un si agrdable sujet de s'entretenir, 

20 qu'il n'y eut jamais rien de plus divertissant. 

" Au commencement, Cl^lie fut bien fich^e qu'on 
en parlit tant : " Car enfin, disoit-elle un jour k Her- 
minius, pensez-vous que je trouvc bon qu*une ba- 
gatelle que j'ai pens^ qui avoit quelque chose de 



HO LA SOCliTt FRANQAISR 

plaisant pour notre cabale en particulier, devienne 
publique, et que ce que j'ai fait pour n'^tre vu que 
de cinq ou six personnes qui ont infiniment de 
Tesprit, qui Tout ddlicat et connoissant, soit vu de 
5 deux mille qui n'en ont gu^re, qui I'ont mal tourn^ 
et peu dclair^, et qui entendent fort mal les plus 
belles choses ? Je sais bien, poursuivit-elle, que 
ceux qui savent que cela a commence par une con- 
versation qui m'a donnd lieu d'imaginer cette carte 

lo en un instant ne trouveront pas cette galanterie 
chimdrique ni extravagante ; mais, comme il y a de 
fort dtranges gens par le monde, j'apprdhende ex- 
tr^mement qu*il y en ait qui s'imaginent que j'ai 
pens^ i cela fort s^rieusement, que j'ai r6v6 plu- 

15 sieurs jours pour le chercher, et que je crois avoir 
fait une chose admirable. Cependant c'est une 
folie d'un moment, que je ne regarde tout au plus 
que comme une bagatelle qui a peut-^tre quelque 
galanterie et quelque nouveaut^ pour ceux qui ont 

20 Tesprit assez bien toumd pour Tentendre." 

** Cl^lie n'avoit pourtant pas raison de s'inqui^ter, 
Madame, car il est certain que tout le monde prit 
tout k fait bien cette nouvelle invention de faire 
savoir par oil Ton peut acqudrir la tendresse d'une 



AU DIX^SEPTlkME SltCLE, I4I 

honnete personne ; et qu'k la reserve de quclques 

gens grossiers, stupides, malicieux, ou mauvais 

plaisantSy dont Tapprobation dtoit indiff^rente k 

Cl^lie, on en parla avec louange. Encore tira-t-on 

5 m^me quelque divertissement de la sottise de ces 

gens-lk ; car il y eut un homme entre les autres 

qui, apr^s avoir vu cette carte qu'il avoit demand^ 

i voir avec une opiniitret^ Strange, et apr^s Tavoir 

fort entcndu louer k de plus honn^tes gens que lui, 

10 demanda grossi^rement i quoi cela servoit et de 

quelle utility dtoit cette carte : Je ne sais pas, 

lui r6pliqua celui k qui il parloit, apr^s I'avoir rc- 

pli^e fort diligemment, si elle servira k quelqu'un ; 

mais je sais bien qu'elle ne vous conduira jamais k 

15 Tendre." 

MUe. de Scudf^ry, CUUe, 

Histoire romaim, Paris, 1656, 

vol. I., pp. 39Z-410. 

8. 
LA GAZETTE DE TENDRE. 



DE NOUVELLE AMITIE. 



I 



L est party d'icy, ces jours passez, deux dames 
de haute quality, qui ont pris diverses routes 



142. LA soci£t£ franqaise 

pour aller i Tendre ; car Tune s'est embarqu^e sur 
le fleuve d* Inclination^ et I'autre a pris le chemin de 
Tendre-sur- Reconnaissance, On dit mesme que 
dfcs le premier jour, elle fut coucher k Petits-Soins^ 
5 et qu'elle ne fit que disner k Complaisance. Pour 
Tautre on ne sait pas encore si elle est arriv^c; 
mais, selon toutes les apparences, son voyage aura 
est^ heureux ; car lorsqu'elle s'embarqua, la riviere 
estoit grosse, et le vent estoit favorable. On attend 

lo encore icy, k la fin de la campagne, un chevalier, 
dont le grand esprit et le grand coeur Ton! rendu 
c^l^bre partout ; et Ton assure aussi qu'il doit y 
venir un Jeune H^ros, qui s'est hautement signals 
aux derni^res occasions. II y a encore plusieurs 

15 autres personnes en cette ville, qui pr^tendent aller 
k Tendre ; mais elles n*ont pas r^solu le chemin 
qu'elles veulent tenir. 

DE GRAND ESPRIT 

On est icy fort en peine d'un illustre Stranger, 
appell^ Acante, qui y passa il y a d^jk assez long- 
20 temps ; car on n'a point de nouvelles de son ar- 
rivee k Tendre. On S9ayt seulement qu'il fit quel- 
que s^jour k /olis- Vers^ oti il fut admirablement 




AV DIX-SBPTltME SikCLE. I43 

bien rcceu ; qu'il demeura quelque temps i. Billet- 
Galani, et qu'il se trouva si bien i BiUet-Dottx, que 
pouvant allcr couchcr & SineiriU, il ayma mietix 
demeurer k cet aymable village. Les uns disent, 
5 qu'il a en ce licu-li quitti )a route de Ttndrt-mr- 
Estime, et que tournant tout-court, i gauche, il a 
pris la Riviire d' Itulination ; les autres, qu'il n'a 
fait que la traverser et qu'il est all6 i Petils-Sotns, 
pour suivre de 1& le chemin de Tendre-tur-Reeon- 

to naittatut s et d'autrei assurent, au contraire, qu'il 
a. continue son premier chemin. II y en a mesme 
qui discot qu'il est all6 & Tendre. Mais, en fin, on 
n'cn s(ayt rien avec certitude ; ce qui afflige fort 
ceuK qui le connoissent, car c'est un homme de 

15 grand m^rite. 

d'oubly 
II arriva icy, il y a quclques jours, un Estranger de 
fort bonne mine, qui, aprte avoir pass^ de NotaxlU' 
AmitU i Grand-Etprit J de Graitd-Esfrit \. ydiS' 
Vers: de Jolis-Vers i, BUlel-Galani ; et de Silltt- 

30 Galani k BUUt-Doux, s'^gara, en partant de cet 
agr^able village ; de sorte qu'au lieu d'aller \ Sin- 
tiriU, il vint dans nostre ville, oH il fut un Jour 
tout-entier, sant s'appetcevoir mesne qu'il estoit 



144 i-A soc/£t£ franqaiss 

^gar^. Mais aussi, des qu'on Ten eut fait apperce- 
voir, il partit d'icy avec tant de diligence, qu'il y 
en a qui assurent qu'il a plus fait de chemin en 
deux jours, qu'il n'en avoit fait depuis qu'il estoit 
S party de NouvelU-Amiti/. 

DE NEGLIGENCE 

Jamais nous n'avions ve(i de siaymables Estrang^res 
que celles qui sont pr^sentement dans nostre ville. 
On ne S9ayt pourtant pas bien ce qui les y retient. 
Les uns disent qu'elles se sont dgar^es ; les autres, 

lo qu'elles ont est^ exil^es de Tendre, pour quelques 
divisions secrettes, qui sont entre la NativelU- Ville 
et VAncienne ; les autres, qu'elles pr^tendent y re- 
toumer, quand elles se seront repos^es icy ; et les 
autres, qu'elles se trouvent si bien en un lieu oti 

15 Ton fait profession de n'avoir soin de rien qu'elles 
n'en partiront point ; ce qui seroit un grand ome- 
ment It nostre ville, car elles sont fort bien faites et 
ont infiniment de I'esprit. 

DE SINCERITE 

II vient si peu d'Estrangers dans nostre petit vil- 
20 lage, qu'on pourroit ne le marquer point dans la 




AU DlX^SEPTJkME SiMCLE, 145 

carte sans que ceux qui voyagent en souffrissent 
nulle incommodit^ ; car la pluspart de ceux qui 
veulent aller ^ Tendre le laissent ^ droite, ou ^ 
gauche, sans y passer ; ce qui a tellement ronipu 
5 nostre commerce, que nous ne savons des nouvelles 
de nulle part. 

DE TIEDEUR 

II y a quelques jours que nous vismes arriver icy un 
Jeune Estranger, qui est beau, bien fait, agr^able 
et plein d'esprit. Quand il y vint, ses gens disoy- 

lo ent qu'il n'y seroit qu'un jour ; mais il se trouve 
si bien parmy nous, qu'il ne parle plus de partir. 
En eff et, bien loin de le voir en habit de campagne, 
pour continuer son voyage, nous le voyons tous les 
jours dans nos temples, dans nos ruSs et chez nos 

15 dames, avec ses cheveux blons, aussi poudrez et 
aussi frisez que s'il ne devoit qu'aller au baL II y 
en a pourtant qui disent qu 'encore qu'il ne paroisse 
pas empress^, et qu'il ayt beaucoup de langueur 
dans les yeux, il n'est pourtant pas aussi indi£f6rent 

20 qu'il semble I'estre ; mais il a une si grande tran- 
quility sur le visage qu'on le soup9onne fort de ne 
d^sirer rien ardemment, et personne ne doute qa'Q 



14^ LA socj£t6 franqaise 

ne pr^fdrast un paisible plaisir, quelque petit qu'il 

fust, au plus grand plaisir du monde, qui seroit 

accompagnd de quelque peine ; c'est pourquoy on 

ne s^ayt pas s'il s'opiniastrera au dessein d'aller k 

5 TcndrCy oti Ton ne peut arriver sans quelque diffi- 

cultd. 

d'inegalits 

Un Estranger d'un mdrite rare, et dont toutes les 
inclinations sont grandes et nobles, estant party de 
Grand' Esprit^ oil il fait son sdjour ordinaire, s'dgara 

TO et vint coucher icy, malgrd luy ; mais il en partit 
si matin, que cela n'a gu^re retard^ son voyage. 
En efifet, nous avons se(i que cet homme illustre 
qui s'appelle Agathyrse, est arrivd en fort peu de 
temps de G^n^rosiU^ apr^s avoir passd par SincMt/^ 

15 par Grand'Ccsur et par Prohiti ; mais on dit que, 
trouvant le chemin d^ Exactitude trop long, celuy de 
Respect trop ennuyeux et trop peu battu, il a rdsolu 
de tourner k gauche et d'aller le long de la Rivilre 
d^ Inclination ; car, comme elle ne serpen te point, 

20 elle sert de guide k ceux qui la suivent et le chemin 
en est moins long. II y en a mesme qui assurent 
qu'il veut aller sur ce fleuve, et qu'en cas qu'on n'y 
trouve point de barque, il entreprendra de faire un 




jIC/ DIX'SEPTlkME SlkCLE. 1 47 

miracle, en allant en chaise sur cette riviere, comme 
il fut un jour voir Th^odamas avec plusieurs dames. 
II est vray que ce doivent estre des Daufins qui le 
porteronty et non pas des hommes ; car on assure 
5 qu'il y en aura quatre, qui viendront de la Mer 
Dangcreuse^ en remontant le fleuve, pour luy rendre 
cet office. Ce qui rend la chose vraysemblable, 
c*est qu'Agathyrse est un homme dont le grand 
coeur ne peut souffrir que rien luy r^siste ; qui 

lo diviseroit les fleuves aussi bien que Cyrus, s'ils 
s'opposoient ^ son passage, et qui est capable 
de tout entreprendre par un sentiment de gloire. 
N^antmoins on ne s^ayt point encore avec certi- 
tude s'ii veut effectivement aller h, Tendrty et on ne 

15 parle de ses desseins que sur de simples conjec- 
tures, qui peuvent ays^ment estre trompeuses. 

DB GRAND SERVICE 

Nous n'avons point eu d'Estrangers ni d'Es- 
trang^res en cette ville, depuis que le sage Th6oda- 
mas, le grand Aristae, la charmante Cldonisb^, I'ay- 
20 mable Cl^odore, la g^n^reuse Doralise, le vaillant 
Prince de Phoebe, I'agr^ble Hamilcar, la belle et 
merveilleuse Elise et le g^n^reuz Bomilcar, y pass^ 



148 LA SOCI&T& FRANQAISE 

rent en divers temps ; et nous nous attendons si 
peu d'y en voir beaucoup d'autres, que de tous 
ceux qui avoyent des maisons destinies k loger 
ceux qui passent icy, il n*y en a plus qu'un qui 
5 tienne la sienne ouverte pour cela. Encore n'y 
a-t-il qu'une chambre meubl^e, qui est, la pluspart 
du temps, inutile. 

DE CONST ANTE AMITIE 

Depuis la mort de la belle et g^n^reuse Elise, 
nous n'avons ved icy que Taymable Arpasie, la sage 
10 Ag^laste et un homme d'un grand m^rite, qui est n6 
au bord de TOc^an ; mais nous ne d^sesp^rons pas 
d'en voir d'autres, car on nous assure qu'il y a des 
gens en divers temps de TEmpire de Tendre, qui 
pourront passer par icy. 

E. Colombcy, La Joumie 
des Madrigaux suivie de la Go- 
%etU de Tendre, etc. Paris. 
1856, pp. 63-71. 




AU DIX^SEPTlkME SiMCLE. 149 



III. 

LES PRfeCIEUSES. 

I. 

LES PR^CIEUSES D^CRITES PAR L'ABB£ 

DE PURE. 

IL faut vous r^soudre \ connottre ce monde 
(j'appelle ainsi le triage de ces pcrsonnes) car 
en v^nt6 ce sont des abr^g^s de tout ce que le 
monde peut avoir de beau et de spirituel. Une de 
5 leurs conversations est plus utile que la lecture des 
meilleurs livres, et remplit plus Tesprit que la con- 
ference des docteurs ; outre qu'on n'apprend pas 
seulement la substance des choses, niais de plus on 
y fomie de belles notions et la mani^re de les d^- 

lo biter. Mon Dieu, r^pliqua Philonime, vous faites 
nattre de grands d^sirs de voir ces beaut^s, et d'en- 
tendre ces Muses. Mais oil peut-on les voir ? oi& 
peut-on les entendre ? Ces personnes d'ordinaire 
doivent se rendre rares, et ne parottre pas tous les 

15 jours. II faut au moins les d^irer et les attendre. 



ISO LA SOCIJ&TJt FRANQAISE 

et c^l^brer les jours qu'on a Theur de les entendre 
ou de les voir. II ne faut, dit Agathonte, point 
faire toutes ces grimaces ni jeter en Tair tant de 
discours superfius. Si vous avez tant de curiosity 
5 de ces choses que vous t^moignez d'cn avoir, vous 
n'avez qu'k vous trouver dans quelque ruelle un 
peu remarquable. C'est le temple oil ordinaire- 
ment cette sorte de Divinity habite. Vous avez 
oui' parler des Invisibles et des Rosecroix qui se 

ID trouvoient par tout oil ils dtoient desires. Ces nou- 
velles Muses sont aussi promptes k se trouver dans 
les conversations cdl^bres et recherch^es. Mais sur- 
tout quand il y a lieu d'agiter quelque point d'es- 
prit, ou de censurer quelque ouvrage, elles ont un 

IS soin de s*y trouver, comme s'il s'agissoit de leur 
fortune, ou de celle de tout le monde. 

Je vous aurois une singuli^re obligation, dit 
Philonime, si vous aviez la bont^ de me procurer 
ce contentement, et de me faire savoir quand je 

20 pourrois faire une si hcureuse rencontre, et une si 
belle conversation. D^s demain, r^pliqua Aga- 
thonte, Eulalie et M^lanire doivent se trouver chez 
la docte Aracie. Si vous voulez je vous y mineral, 
et tiendrai \ gloire de foumir un esprit comme le 




A U DIX'SEP TikME SltCLE. 1 5 1 

vdtre, et dont Ics ouvrages ont d^jk paru sur les 
rangs. C'est me faire un double plaisir, que de 
me Ic faire si promptement, et de me promettre 
pour demain une satisfaction que je me disposois ^ 
5 d^sirer longtemps. Mais il faut, s*il vous plait, 
adorable Agathonte, que vous ayez la bont^ de me 
donner quelque conduite, et quelque r^gle, pour 
agir dans ces lieux. Vous savez que je suis un 
jeune homme qui n*ai de lumi^re que celle d*une 

lo ^tude sombre et particuli^re, et qui ne me suis ez- 
pos6 au jour que par intervalle, et dans les saisons 
si contraires et si ^loign^es, que je n'ose dire que 
j'aie i\t au monde, et encore moins que j'y sols en- 
core. II me faut faire la charit^ tout enti^re, et me 

15 dire la quality des personnes que nous verrons, et 
le personnage qu'il me faudra jouer en les voyant, 
et apr^s les avoir vues. Je ne fa^onne point avec 
vous, r^pondit Agathonte, je vous dirai ing^nu- 
ment ce que je penserai, et ce que je crois qu'il 

20 faut faire pour gagner 1' approbation de ces com- 
pagnies, et ^tablir sa reputation parmi les Pr6ci- 
euses. A ce mot le pauvre Philonime fut surpris, 
et demeura comme interdit II n'osoit pas de- 
mander I'explication d'un mot assez significatif de 




152 LA SOCI£t£ FRANqAISE 

soi-memc, ct assez connu. II avoit peine aussi d'en 
concevoir le myst^re et Tapplication. Mais Aga- 
thonte jugeant bien de la cause de son embarras. 
Ten voulut tirer ofificieusement, et lui dit : Cher 
5 Philonime, ce mot qui vous ^tonne n'est pas 
echapp^ de ma bouche, et n'est pas un terixie vo- 
lontaire et capricieux dont j'aie voulu rev^tir 
quelque bizarre imagination. C'est un mot du 
temps, c'est un mot ^ la mode, qui a cours aujourd'- 

lo hui comme autrefois celui de Prude, ct depuis ce- 
lui de Feuillantine. Ainsi aujourd'hui on appelle 
les Precieuses certaines personnes du beau sexe 
qui ont su se tirer du prix commun des autres et 
qui ont acquis une esp^ce et un rang tout particulier. 

15 . . . lis partirent tous deux dans cet esprit pour 
aller chez Aracie, qu'ils trouv^rcnt tr^s-pr^pardc 4 
recevoir la compagnie ; car c'^toit son jour. Je dis 
que c'ctoit son jour, parce que Ton observe main- 
tenant pour la commodity du public, cette mani^re 

20 de rcndez-vous. Un jour est pris par Tune, et 
I'autrc par I'autre ; de sorte que quiconque vcut 
avoir une conversation, ou la rencontre d'une dame, 
n'a plus besoin de confident, ni de poulet, pour 
convenir du rendez-vous pour soulager sa peine. 



yiU DIX-SEPTJkME SikCLE. I S3 

II n'a qu*k savoir un certain Calendrier de Ruelle, 
et la liste de celles qui y ont stance, et sans se ser- 
vir que des pr^textes publics, aller rejoindre au 
grd de ses desirs les personnes ch^ries. Cette in- 
5 vention fut Touvrage d'une Nymphc du si^cle, qui 
par le succ^s de son dessein, donna grand progrfes 
^ cette mode. Depuis, cela s'est tourn^ en obliga- 
tion, et depuis, en n^cessit^. L'obligation 6toit un 
peu s^v^re ; car outre que celle qui ^toit de jour k 

lo recevoir la compagnie, ne s*en pouvoit pas dispen- 
ser, m^me par maladie de p^re ni de m^re, encor 
nioins de mari et d'enfants, mais seulement par la 
perte, Tabsence, ou Taffliction d'une chose aim^e ; 
elle ^toit encore obligee de tenir la chambre, 

15 meme un jour de divertissement, quand une entree 
de quelque homme illustre, une joute, un feu d'ar- 
tifice, un ballet, ou une com^die extraordinaire, 
Teut appellee ailleurs. On eut beau consulter les 
habiles en Ruelle, les doctes en droit de Chevet, 

20 on ne put trouver de pr^texte ni de raison pour 
dispenser les belles et les civiles professes dans la 
r^gle du jour de ces dures n^cessit^s. . . , Pour 
la Pr^cieuse, c'est un animal d'une csp^ce autant 
bizarre qu'inconnue. Les Naturalistes n'en disent 



154 LA soci£t£ franqaise 

rien ; et nos plus anciens Historiens, ni m^me nos 
xnodemeSy n'en ont point encor fait de mention. 
Comme on d^couvre tous les jours des astres au 
ciely et des pays inhabit^s sur la terre, et, si vous 
5 voulezy des modes en France, la Pr6cieuse fut in- 
troduite k peu pr^s en vogue en m^me ann^e qu*on 
eut d^clar^ permis de prendre la macreuse pour 
poisson, et en manger tout le car^me. On fut sur- 
pris it I'abord d'une chose de si belle apparence, et 

lo on la regut avec toute Testime que notre nation a 
pour toutes les choses nouvelles. Chacun t&cha 
de s'en fournir, ou du moins d'en voir. On dit 
qu'elles ne se formoient que d'une vapeur spiri- 
tuelle, qui s'excitant par les douces agitations qui se 

15 font dans une docte Ruelle, se ferment enfin en 
corps, et composent la Pr^cieuse. ... La Pr^- 
cieuse n'est point la jfille de son p^reni de sam^re ; 
elle n'a ni I'un ni I'autre, non plus que ce sacri- 
ficateur de Tancienne loi. Elle n'est pas non 

20 plus Touvrage de la nature sensible et ma- 
t^rielle ; elle est un extrait de Tesprit, un pre- 
cis de la raison. Cet esprit et cette raison est 
le germe qui les produit ; mais comme la perle 
vient de TOrient, et se forme dans des coquilles par 




AU DlX-SEPTlkilE SlkCLE. 155 

le manage que ThuftTe fait de U ros^e du ciel; 
ftinsi la Pr^cieuse se fonne dans la Ruelle par la 
culture de^ dons Gupriroes que le ciel a vere^ dam 
leur dme. U y en a de barroques qui ne sont paa 
S si belles que les autres, mais qui ne laissent pas 
d'etre aussi fines et de surprendre les yeux, et d'etre 
d'aussi bon d^bit que les autres. VoiU ce que Je 
pensc i peu pits de leur origine, quoiqu'on en ait 
fait courir mille autres contes, comme celui de deux 

to grandes voyageuses, qui s'appellent Vaniti et Co* 
quetteric ; qu'on disoit avoir emmen^ en France 
cette mode de Pricieuses, mais que la guerre et la 
pauvreti avoient cmpCch^ et beaucoup diminu^ le 
gain de leur n^goce. ... II n'est plus de femme 

15 qui n'affecte d'avoir une Pricieuse, ou pour le 
mettre en reputation d'esprit, ou pour avoir droit 
de censurer autrui, et de se tirer de la jurisdiction 
des connoisseurs et des raisonnables. Quand on 
entre dans une Ruelle ; comme les duchesses ont 

10 leur rang dans le Cercle, ainsJ la Pr^cieuse 7 a le 
sien ; et si la belle place est fortuitement occupy 
par quelque personne de condition, vous voyes le 
chagrin dans toute la Ruelle, comme d'une profana- 
tion d'un autel qui n'^toit destine qu'k la Fkiciiuss. 



15^ LA soci£t£ franqaise 

Mais je suis bien bon de vous parler ainsi k bitons 
rompus d'une chose dont je puis vous faire voir une 
description faite avec plus d'ordre et de loisir. 
C*cst une lettre que j'^crivis il y a quelques mois 
S au pauvre d^funt Niassare. Vous avez oul parler 
de son esprit et de sa curiosity. Comme j'avois un 
grand commerce avec lui, je ne voulus pas man- 
quer Toccasion de faire valoir la premiere nouvelle 
que j'eus des Pr^cieuses, et je lui en marquai suc- 

lo cinctement ce que j*en pouvois et penser et savoir. 
Mon Dieu, permettez-moi que je lise promptemcnt 
cette lettre, dit Philonime, car outre que j'espfere 
d'avoir beaucoup de plaisir de Tart dont elle sera 
dcrite, j'ai impatience d'apprendre ce que c'est 

15 v^ritablement que ces Prdcieuses. Mais, permet- 
tez-moi au moins que je vous demande par avance 
si c'est une lettre burlesque ou s^rieuse, et si je 
dois me preparer k rire ou \ admirer. Philonime, r6- 
pliqua Gename, je connois un auteur qui a fait le 

20 Myst^re de la Ruelle, qui vouloit par avance ex- 
poser un dessein d'une lettre qu'il avoit con^ue ; et, 
apr^s, la chaleur de I'imagination I'emportant, il se 
trouvoit toujours avoir menti, et avoir 6crit toute 
autre chose. Je le connois mieux que vous, repart 




AU DJX.SEPTlkUB Sit CLE. 157 

Philonime, il est mon ami de longue main, et I'ap- 
pelle Gelasire. Mais possible vous ne savez pat 
comme il & fait son livre, par quelle saiUie, et avec 
quelle liberty. II sufiit qu'il ne fut pas si chagrin 
5 entiirement, qu'il ne crut avoir sa part de la rail- 
lerie qu'il faisoit des autres. Mais de I'humeur 
dont }e le connois, ce n'a pas k\k par int^rit d'ei* 
prit qu'il a mis la main 1 U plume. Je le soup- 
(onnerois bien plutdt de I'avoir fait par un esprit 
lo de vengeance. Mais ne perdons point le temps & 
des imaginations et des conjectures inutiles ; appre- 
nons, a'il vous plaft, d'une plus habile personne que 
lui, ce que c'est que Prteieuse. 

i.ettrk de cknahe 1 ntassarr. 

Monsieur, 
Vos disirs troublent let miens, et votre curiosity 

15 ruine mon rcpos. J'avois jur^ de ne plus ^crire 
de nouvelles, et dc passer Ic reate de mes joun dans 
le calme de I'^tude, et dans les douceurs dc mon 
cabinet. Cependant il faut pour I'amour de vous 
que jc Tcnonce i mcs vceux et & mes sennents, que 

10 je rompe mes resolutions, et que je repreane un 
coDimeice que j'avois quitt^ Ce m'ett une ^tiMnge 




IS8 LA SOCl£rJ& FRANqAlSB 

violence de mettre la plume ^ la main, et sttrtout 
dans un temps comme le ndtre, od la discretion et 
le secret ont fait tarir toute sorte de nouvelles. 
Mes amis, et ceux qui me conversent, ne m'en 
5 disent jamais ; et soit que la st^rilit^ soit g^n^rale, 
soit que leur curiosity soit discrete, ou peut-^tre que 
mon aversion leur soit connue, nous nous en pas- 
sons ^galement bien, mdme nous nous piquons de 
passer de longues conversations sans en dire aucune. 
lo Toutefois je vais faire un extraordinaire pour 
Tamour de vous, et je vous envoie la plus fratche 
nouvelle que je sache, et qui se d6bite i Paris. 
Vous n'avez possible pas entendu parler en vos 

A 

quartiers de la Pr^cieuse ; et vous allez vous ima- 
15 gincr que c'est quelque raret^ de I'Orient, ou quel* 
que miracle des Indes et des pays ^loign^s. Je ne 
veux point laisser longtemps votre imagination 
dans Terreur ni dans la peine de deviner. Je vous 
dirai en peu de mots ce que j'en puis savoir, et ce 
10 que j'en ai appris des personnes bien instruites, et 
des connoisseurs les plus intelligents. Ce n'est 
point un simple ouvragc de Nature, ou de TArt, 
c'est un effort de Tun et de Tautre ; c'est un pr^is 
de Tesprit, et un extrait de rintelligence humaine. 




AU DIX-SEPTlkME SikCLE. 159 

Les premiers beaux jours que la paix nous a 
donn^j, ont fait cette heureuse production, et en 
ont embelli leur s^r^niti, et enrichi nos conversa- 
tions. Ces astres qui brillent sur la tcrre, ont deux 
S sortcs de ciel que la nouvelle Philosophic a appeli 
Alcive ou Ruelie. L'un et I'autrc ne composent 
qu'une sphere, et sont dans un mime cercle que 
Ton appelle de Conversation. On ne Uisse pai d'y 
distinguer Ics cndroits et les zones froides, torrides 

TO et temp^r^es ; mais i1 y souffle un vent qu'on ap- 
pelle D/guisement, qui rend les unes si semblables 
aux autres, que les plus habiles Astrologues n'en 
peuvent que tr&s-nialais^ment lea distinguei et 
^viter la confusion. Mais quand nous n'aurions 

■ 5 appris de ces nouveaux ph^nomines que la certi- 
tude de ce dogme de Copemic qu'on a tant de 
peine it ^tablir ; je crois que toute la math^matique 
leur est infiniment obligee de les avoir mii si nette- 
ment devant les yeux, comme les astres sont fixes 

JO et stables, et comme la tcrre est mobile et agitie. 
On voit, mais clairement, dans une Ruelie. le 
mourcment de toute la tene ; et trois ou quatre 
Frteieuses d^biteront dans un aprte-midi toute ce 
que le soleil pent avoir vu dam sea divers toun de 



l6o LA S0CI£TJ& FRANQAISB 

diff^rentes saisons. II n'est rien d'obscur k leur 
intelligence et i leurs yeux. lis ont des rayons et 
des lumi^res que p^n^trent jiisqu'aux pens^es et 
jusqu'aux secrets des cceurs ; et rien ne peut se 
5 d^rober \ leur curiosity, ni se soustraire \ leur con- 
noissance. Mais de peur de parler trop longtemps 
ph^bus, et de dire de trop gros mots pour une 
lettre, je vais parler plus f am increment, et vous 
faire le r^cit d*une secte nouvelle, qui est la plus 

lo aimable qui fut jamais. Elle esl compos^e seule- 
ment de personnes du oeau sexe. On n'a point 
voulu de melange du ndtre, pour agir avec plus de 
puret^, et pour pouvoir donncr effort ii leur esprit 
avec moins de scrupule et plus de liberty. 

15 La Pr^cieuse de soi n'a point de definition ; les 
teniies sont trop grossiers pour bien exprimer une 
chose si spirituelle. On ne peut concevoir cc que 
c'est que par le corps qu'elles composent, et par 
les apparences de ce corps. 

20 Ce corps est un amas de belles personnes ; c'est 
un compost du triage des Ruelles, et de tout ce 
qu*il y a de beau qui les fr^quente. Les parties, 
quoique diffi^rentes entr'elles, ne laissent pas 
d'avoir un beau rapport avec le tout ; et quelque 



AU DIX^SEPTlkMB SikCLE. l6l 

diversity ou opposition qui arrive, rharmonie n'en 
est point interrompue et m^me elle en est plus 
agreable. Comme les anges font leur esp^ce par- 
ticuli^re, de meme chaque Pr^cieuse a la sienne. 
5 M^lanire n'est point diffdrente d'Aracie, comme 
Mandane peut TStre de Cither^e, ou C16opdtre de 
Julie. Ces deux Pr^cieuses portent en elles-m^mes 
des esp^ces toutes diff^rentes, si visiblement op- 
pos^es, qu'on les peut ddfinir et mettre dans leur 

lo cat^gorie. Je ne veux point vous fatiguer en vous 
faisant parcourir toutes ses esp^ces aussi nom- 
breuses que diverses. Je m'arr^tera seulement aux 
principales, et qui m^me parmi elles ont quclque 
sorte d'estime et de rang particulier. 

15 Celles qu'on appelle Beaut^s, sont des Pr^cieuses, 
qui pour faire valoir les talents naturels et les 
graces n^es avec elles, ont pour objet principal Tap- 
probation et le plaisir des yeux. Et d'autant que 
ces sens sont trop bas, et d'un ordre inf^rieur au 

20 m^rite de ces belles, elles les ^l^vent par la raison 
et par Tesprit, et tachent de fonder en droit les 
passions qu'elles pcuvent faire nattre. 

Les fieres et les s(§v^res composent deux autrcs 
esp^ces parmi ces Beaut^s. Les premieres ne de- 



l62 LA SOCr£T£ FRANgAISE 

mandent que du respect, et souffrent les desire et 
les passions, pourvu qu'elles ne soient accom- 
pagn6es. Les autres ne se repaissent pas de ces 
foibles effets d'une ime timide, et de ces com- 
5 mencements tremblants d'unc passion naissante. 
Elles sont s^v^res m^me aux amities consomm^es, 
aux vceux reconnus, aux passions fortifi^es. Si bien 
qu*elles sont tr^s-diff^rentes les unes des autres ; 
car quelque soumission, quelque d^f^rence, un t6- 

lo moignage de respect, adoucit la ii^re, au lieu que 

la s^v^re s*en irrite. Mais ce qu'elles ont de com- 

raun, et qui leur donne du rapport, c'est que ni 

Tune ni Tautre ne sont pas pourtant invincibles. 

Parmi les Beautds, il y a encore deux autres espi- 

15 cos qui semblent n*6tre qu'une mfime chose, et qui 
ndanmoins sont bien dissemblables. La premiere est 
celle des Beaut^s journali^res, la seconde est celle 
des Beautds changeantes. Celles-lk ravissent parfois 
par Teclat de leur teint, par le brillant de leurs yeux, 

20 et d'autres fois paroissent languissantes et les re- 
gards mourants. N^anmoins quelque changement 
qui survienne, quelque desordre qui se passe au pr^ 
judice du teint et des yeux, la beaut^ et la vigueur 
se reveille au bout de quelques jours, et r^tablit un 



AU DIX^SEPTlkME SikCLE. 1 63 

visage. Mais celle-ci est dans le d^clin continuel, 
le penchant est trop roide pour retenir la chute. 
La trenti^me ann^e ne passe point dans le bon 
compte pour un jour, elle se declare pour ce qu'elle 
5 est. On n'en revient plus, on change. Si bien 
qu'il y a autant It dire entre la joumali^re et la 
changeante, comme entre la malade et la morte ; car 
celle-lk pent gudrir, mais celle-ci n'en sauroit re- 
venir. 

10 Je vous en vais d^crire deux autres esp^ces qui 
vous surprendront aussi bien que moi, et qui ne 
laissent pas d'etre fort considerables. Ce sont les 
Beaut^s d'^ncore, et celles de plus ou nioins. Les 
premieres sont de celles qui le hdle de la Cour, ou 

15 la fatigue de la fertility, a laiss^ k la merci d'un 
vieux souvenir. On dit aussitdt qu'on la voit, elle 
est encore belle, elle est encore passable. Les au- 
tres sont des objets qui n'ont pas de quoi arrSter 
les yeux par la autorit^ de leur m^rite, il faut re- 

20 courir k celle de la comparaison ; et Ton dit elle est 
plus belle, elle est moins fi^re, elle est plus douce, 
elle est moins int^ress^e. 

II y a les Beaut^s de Consolation et celles d*£spoir. 
Les unes pour Tordinaire sont des femmes qui repas- 



164 LA SOCI&T& FRANQAISE 

sant agr^ablement sur les ruines que les temps ou les 
passetemps ont fait sur leur visage, citent aussitdt les 
Slides pass6s et les vieilles vogues, comme dans les 
salles de maitre on salue les armes apr^s les avoir 
5 poshes, ou comme on fait la r^v^rence quand on a 
dansd, ou comme on se salue quand on se quitte. 
De mcme la Beaut^ de Consolation tiche de faire 
honneur II sa ddfunte bonne mine, mdme quitte la 
place aux jeunes beaut^s avec bonne grice, et 

10 prend congd des plaisirs, avec cette consolation de 
les avoir pris, et de les avoir go<ltd dans sa saison. 
Les autres sont pour Tordinaire des filles, dont la 
jeuncsse a prdvcnu la pldnitude, et cette rondeur 
massive que les premieres ann6es n'ont point, ou 

15 bien des filles dont les d^sirs ont dessdch^ Tem- 
bonpoint. Mais ce sont tables d'attente, qui 
promettant beaucoup, aux unes un peu de ma- 
turity, aux autres un peu de satisfaction, une 
couple d'ann^es ^ celles-lk, un bon parti \ celles-ci, 

20 les rendent parfaitement belles. Si bien que la 
beaut^, quoiqu* absente, ne laisse pas d'etre espdr^e, 
et si elles ne sont belles, en effct elles le sont 
d'espoir. 

La difference de ces beaut^s et de celles du com- 



AU DTX^SEPTJkME SikCLE. 16$ 

mun, est en une chose assez visible, mais assez par- 
ticuli^re. C'est que Tordinaire des belles dames 
est d'^taler ce qu*elles ont de plus beau, de Toffrir 
aux yeux des spectateurs, accueillir les regards 
5 que la beauty d^robe au respect ; et soit par habi- 
tude, par foiblesse, ou par les lois de la mode, 
dcouter et preter roreille It ceux qui les traitcnt de 
belles. Mais la modestie defend i leur langue d'en 
dire le moindre mot. La bouche doit ^tre ferm^e, 

lo elle ne peut au plus parler que par son miroir, que 
par quelques oeillades, que par quelque souris qui 
puisse etre aussitot interpr^t^ en faveur de sa mo- 
destie que de sa vanitd. Mais la Pr^cieuse doit 
savoir en douze fagons pour le moins dire qu'elle 

15 est belle, sans qu'on puisse imputer it orgueil ce 
qu'elle peut dire de soi-ra^me. II faut qu'ellc ait 
I'adresse de pouvoir vanter son m^rite, donner prix 
\ ses sentiments, reputation i ses ouvrages, appro- 
bation \ ses railleries, force it ses s^vdrit^s ; et 

20 quoi qu'elle puisse avoir de commun avec le reste 
du sexe, qu'elle le rende singulier par son esprit 
et par son industrie. 

Les lois de ce beau monde (car j'appelle ainsi ce 
riche am as de belles personnes) ne sont pas moins 



l66 LA SOCrATJS FRANCAISE 

extraordinaires que raisonnables. Ce n'est point 
comme dans les autres ^tats, oti Ton consulte les 
t^tes blanches et vieillies dans Texp^rience, oti Tau- 
toritd est d^pos^e entre les mains des personnes 
5 d'ige et de maturity, que la prudence et les ann6es 
^l^vent au dessus des sens et de la fougue des pas- 
sions. Parmi elles la plus belle a tout le pouvoir, 
la jeunesse ne lui ote point son rang, et au con- 
traire elle lui donne droit ^ Tempire, et en aug- 

lo mente Tautorite. 

L'objet principal, et qui occupe tous leurs soins, 
c*est la recherche des bons mots et des expressions 
extraordinaires ; c'est k juger des beaux discours et 
des beaux ouvrages, pour conserver dans TEmpire 

15 des Conversations un juste temperament entre le 
stile rampant et le pompeux. Elle se donnent en- 
cor charitablement la peine de censurer les mauvais 
vers, et de corriger les passables ; de travailler les 
dons de Tesprit, et les mettre si bien en ceuvre, 

20 qu'ils puissent arreter les sens, Clever le commerce 
de leurs plaisirs, et les rendre aussi spirituels que 
sensibles. 

On dit qu'il y a une esp^ce de religion parmi 
elles, et qu'elles font quelque sorte de voeux solem- 



AU DIX-SEPTlkME SliCLE. 1 67 

nels et inviolables, et qu'elles jurent en pleine con- 
versation de garder toute leur vie. Ces voeux sont 
observes avec autant de foi qu'ils ont €i€ jur^s avec 
de respect. Le premier est celui de subtilit^ dans 
5 les pensdcs ; le second est la in^thode dans les 
d^sirs ; le troisi^me est celui de la puret^ du stile. 
Pour avoir quelque chose de commun avec les plus 
parfaites soci^t^s, elles en font un quatri^me, qui 
est la guerre immortelle contre le Pedant et le 

10 Provincial, qui sont leurs deux ennemis irr^- 
conciliables. Mais pour ench^rir encore par- 
dessus cette derni^re pratique, elles en font un 
cinquieme, qui est celui de I'extirpation des 
raauvais mots. 

15 Voillt ce que j'en ai pu apprendre, et ce qui 
m'a ^i€ rapport^ par des personnes du grand 
monde. On me fait esp^rer un livre dont la 
Pr^cicuse sera le titre et le sujet, oti Ton vcrra 
un detail de cette nouvelle et admirable esp^e 

20 de beauts et d*espoir. Je serai exact k vous 
en faire part aussitdt que ma bonne fortune me 
I'aura faite. Je me croirai riche ayant re9U un 
si beau present, mais je croirai de I'^tre beaucoup 
plus encore d'avoir quelque chose k vous offrir, 




1 68 LA SOCJJ&TJ& FRANQAISE 

et une nouvelle occasioD de vous dire que je suis 
lou jours, 

Monsieur, 

Votre tr^s-humble serviteur, 
5 Gename. 

Abb^ de Pore, La PriHeuse 
ou U MysUre de la If utile, 
Paris, 1656, vol. I., pp. 19-459 
70-73. 165-194. 

2. 

PORTRAIT DES PRlfeCIEUSES. 

L'ON a fait quantity de portraits, mais ce n'a 
cte que d'une personne seule ; maintenant 
j'entreprends celui de plusieurs qui vivent dans un 
raeme esprit et d'une meme mani^re. Ce seroit qua- 

10 si line sorte de r^publique, si ces personnes n'^toi- 
ent pas n^es dans un <Stat monarchique oti Ton 
auroit grande peine h. en souffrir. Toutefois la 
leur est d*une nature qu*elle n*est pas h. rcdouter, 
Ics forces de Icurs armes, ni celles de leurs channes 

15 ne doivent faire craindre personne, et quelque 
inclination que les Fran9ois aient pour les nou- 
veaut^s, assur^ment cette secte ne sera point suivie 



AU DIX-SEPTlkAfE SI&CLE. 169 

puisqu'elle est gdndralement d^sapprouv^e de tout 
le monde, et le sujet ordinaire de la raillerie de 
ceux qui ont Tautorit^ d'en faire impun^ment de 
qui il leur pla!t. Apr^s cela Ton ne trouvera nulle 
5 temdritd en moi d*avoir entrepris leur portrait, au 
contraire Ton dira que je suis fort du monde et de 
la cour, que le torrent m'emporte, que peut-6tre 
sans cela je ne m*en serois pas avis^, et que ce n'est 
que pour faire comme les autres. L'on dira vrai, 

10 car je suis de ces gens qui sont persuades qu*il faut 
vivre avec les vivants, et qu'il ne se faut distinguer 
en rien par affectation et par choix ; et que si Ton 
Test du reste du monde, il faut que ce soit par Tap- 
probation qu*il donne k notre conduite, que notre 

15 vertu nous attire cela, et non pas millc fa9ons inu- 
tiles, qui ne sont jamais dans les personnes qui en 
ont une veritable. 

II me seroit difficile de parler de leur beaut^, car 
je n*^tois pas en ige de discemement lorsque celles 

20 i qui Ton en voit quelque reste T^toient en perfec- 
tion ; pour celles dont j'en pourrois maintenant 
juger, elles n*en n*ont aucune ; car de peindre 
comme les Beaubruns, ce n'est pas mon talent, il 
me seroit difficile de faire des visages d*un ovale 



I70 LA SOa&Ti FRANQAISR 

hien proportionn^ k celles qui les ont d'une lon- 
gueur d^mesur^e, de faire de beaux nez k celles qui 
les ont longs et pointus, ou ^ d'autres fort ca- 
mardes. Cela m'est impossible aussi bien que de 
5 petits yeux enfonc^s d'en faire de grands, et d'en 
appetisser de gros qui sortent de la tSte, quoique 
toutefois il ft^t plus ais6 de les y faire rentrer, puis- 
que le tour en est fort d6charn6 et creux : s'il y en 
a qui aient de faux cheveux, soit blonds cendr^s 

lo ou clairs bruns, il faut bien les leur laisser, et il se- 
roit difficile de les donner \, celles qui les ont roux. 
Pour la bouche, peu I'ont petite, mais elles ont 
quasi toutes les dents assez passables, et quoi- 
qu 'elles soient et trop grandes et trop plates et 

15 m^me enfonc^es, je vous assure que c'est sur quoi 
la yix\\i leur est plus favorable. Quant ^ la taille, 
il y en a qui Tont passable, mais pas une fort 
belle, puisqu'il n'y en a point de qui la gorge 
le soit ; . . . je vous assure que quand leurs tailles 

20 n'auroient pas le d^sagr^ment que je viens de 
dire, leur air contraint et d^contenanc6 seroit 
capable de les g&ter : elles penchent la t^te sur 
r^paulc, font des mines des yeux et de la bou- 
che, ont une mine m6prisante et une certaine af- 




AU DIX-SEPTlkME SlkCLE. I/I 

fecUtion en tous leurs proc^d^s qui est eztrt- 
mement d^plaisante. Quand dans une com- 
pagnie il ne se trouve qu'une seule pr^ieuse, 
elle est dans un ennui et un chagrin qui la fatigue 
5 fort, elle b&ille, ne r^pond point il tout ce qu'on lui 
dit, et si elle y ripond, c'est tout de travers, pour 
faire voir qu'elle ne songe pas h. ce qu'elle dit : si 
c'est k des gens assez hardis pour Ten reprendre, 
ou pour mieux dire, assez charitables pour I'aviser 

lo de ce qu'elle a dit, cc sont des Eclats de rire, 
disant : Ah ! madame, c'est qu'on ne songe pas 
& ce que Ton dit. Le moyen ! Ah J^ui I est* 
il possible ? S'il arrive dans cette compagnie une 
autre pr^cieuse, elles se rallient ensemble, et sans 

15 songer qu'elles ne sont pas les plus fortes, elles 
chargent le prochain et personne n'en est exempt, 
et cela fort hardiment, car ce sont des emporte- 
ments ii rire au nez des gens, les plus insuppor- 
tables du monde. Elles ont quasi une langue pat- 

30 ticuliire, car \ molns que de les pratiquer, on ne 
les entend pas. Elles trouvent A rcdire A tout 
ce que Ton fait et i tout ce que Ton dit, et 
d^sapprouvent g^^ralement la conduite d« tout 
le monde. II y en « ftarmi etlet qui font let 



172 LA SOCl£'l£ FRANQAISE 

devotes, parce qu'elles onl des raisons de famille 
qui les obligent \ prendre ce parti, pour pou- 
voir vivre avec plus de douceur que si elles en 
usoient autrement. II y en a qui ne sent pas 
5 de religion propre i cela, et elles font entendre 
que c'est la seule cause qui les en emp^che. 
Tout cela se fait par politique, parce que les 
maris sont rares pour ces demoiselles, et une 
noce entre elles est de ces choses qui n'arrivent 

10 qu'une fois en un si^cle, la plus grande partie 
d'elles n'6tant pas remplie d'autant de tr^sors dans 
leurs coffres qu'elles en croient avoir dans Tesprit. 
Elles affectent fort de parottre retirees, quoiqu'elles 
cherchent fort le monde, ne bougeant de toutes les 

15 maisons de qualite oti il va le plus d'honn^tes gens, 
et meme cela ne suffit pas, puisqu'elles vont dans 
celles oti la marchandise est la plus m61^e ; enfin 
chez les personnes qui regoivcnt toutes sortes de 
gens sans distinction. Je dis quelques-unes des 

20 pr^cieuses, car il y en a qui ne se mettent pas tant 
\ tous les jours. Pour les dames qu'ellcs hantent, 
c'est sans en faire difference, car elles en voient 
qui leur sont fort opposdes, et elles font profession, 
commc j'ai dit, de s'^loigner du monde, et ne lais- 




AU DIX-SEPTlkME SlkCLE. 173 

sent pas de voir les plus coquettes et les plus 
^vapor^es femmes de Paris, sans que leur bantise 
les en corrigc. Four la cour, elles y vont rarement, 
parce qu'elles n'y sont pas les bienvenues. Si ellei 
5 sont coquettes je n'en dirai Hen, car je fais pro- 
fession d'etre un auteur fort veritable et point m^di- 
sant : ainsi jc nc toucherai pas ce chapitre, ^tant 
aussi persuadii qu'il n'y a rien & en dire. Elles 
sont en matiire d'amitii comme elles /ont profes- 

10 sion d'etre surTamour, car clles n'en ont pour per- 
sonne ; clles ont la bont^ de souffrir celle des 
autTcs, et d'agr^ei leurs services quand elles en ont 
besoin ; mais craignant de trop fatiguer les per- 
sonnes de qui elles les soufFrcnt, elles veulent 

IS honorcr phisicurs de la gloire de les servir, chacun 
it son temps, el leur grand jugement fait son effet 
ordinaire, car leur ni^moire n'en est point charg^e. 
II y en a peu qui dansenl, parce qu'elles dansent 
tnal. Elles jouent pour £tre en quelque chose i la 

3o mode. Elles sont fort railleuses et moqueuses, et 
m€me des gens qui ne leur en donnent pas de 
sujet. Je pense qu'en voilii assez pour les fairc 
fort bien reconnoitre. Quand j'ai commence je 
craignois ne pouvoir pat faire un bon tableau, car 



174 LA SOCJ£t£ FRANQAISE 

les peintres font mal d'ordinaire les choses k quoi 
ils ne prennent pas de plaisir, et assur^ment leurs 
personnes et leurs visages ne sont pas plaisants k 
regarder, et m6me je craignois que les traits de 
5 mon portrait ne fussent aussi effaces que ceux de 
leurs visages, mais je pense que leur caract^re est 
si bien ^crit ici, qu'il r^parera en une mani^re ce 
qui sera effac^ en Tautre. 

E. dc Barth^lemy, La 
GaUrU des Portraits tie Made- 
moiselU de MontpenHer^ Paris, 
i860, pp. 515-519. 



LE CERCLE. 

A MONSIEUR . . . (1656). 

parle depuis peu de certaine ruelle, 
10 Vw^ O^ I21 laide se rend, aussi bien que la belle : 
Oti tout dge, tout sexe, oti la ville et la cour, 
Viennent prendre stance en T^cole d'amour. 
A la prude, soumise au devoir legitime, 
On inspire I'amour sous le beau nom d*estime ; 



O". 



yiCr DIX^SEPTlkME SltCLE. 1/5 

Et son esprit s^vfere enseigne la vertu, 

Quand son coeur, tout facile au charme qu'elle 

a vu, 
Re^oit un feu secret qui n'oseroit parottre, 
5 Et qu'elle aime k sentir sans le vouloir connottre. 
L'autre, tout occup^e k discourir des cieux, 
Sur un simple mortel daigne abaisser les yeux, 
Et trouve le moyen de partager son dme 
Entre des feux humains et la divine flamme. 

lo Celles que la nature abandonne k leur art, 
Y viennent apporter T^tude d'un regard, 
Et chercher vainement leur premier avantage 
Dans les traits composes de leur nouveau visage. 
Telle qui fut jadis le plaisir de nos yeux, 

15 Et qui n'est aujourd'hui qu'un objet odieux, 
S'expose, comme elle est, pour flatter sa m^moire 
D'un mot qu'on lui dira de cette vieille gloire : 
"Ton visage, Chloris, du monde respect^, 
" Laisse au bruit de ton nom Teffet de la beaut^ ; 

20 " II change, il d^p^rit, et longtemps le plus sage, 
" S^duit par ce grand nom, r^v^re ce visage. 
" Son ^clat tout terni, ses traits tout languissants, 
" Trouvent chez nous encor le respect de nos sens ; 
" Et Toeil assujetti n'oseroit reconnoitre 



1/6 LA soci£t£ franqajse 

" Le temps oti ta beaut^ commence ^ disparoitre." 
L'orgueilleuse Caliste, oti se portent ses pas, 
Triomphe ^galement des coeurs et des appas ; 
Elle confond son sexe oti le ndtre soupire, 
5 Et dispense k son grd la honte et le martyre. 
Une jeune coquette, avec peu d' int^r^t, 
Va chercher h. qui plaire, et non pas qui lui plait ; 
Elle a mille galants, sans etre bien aim^e, 
Contente de T^clat que fait la renomm^e. 

lo La solide, oppos^e k tous ces vains dehors, 
Se veut instruire k fond des int^r^ts du corps. 
L'intrigueuse vient Ik par un esprit d'affaire, 
£coute avec dessein, propose avec myst^re, 
Et tandis qu*on s'amuse i discourir d*amour, 

15 Ramasse quelque chose \ porter k la cour, 
Dans un lieu plus secret on tient la pr^cieuse 
Occup^e aux lemons de morale araou reuse. 
\\ se font distinguer les fiertes des rigueurs ; 
Les d^dains des m^pris, les tourments des langueurs ; 

20 On y sait d^meler la crainte et les alarmes, 
Discemer les attraits, les appas et les charmes ; 
On y parle du temps qu'on forme le d^sir : 
Mouvement incertain de peine ou de plaisir. 
Des premiers maux d'amour on connoit la naissance, 




AU DIX-SBPTlkME SikCLE. 177 

On a de leurs progr^s une entiire science, 
£t toujours on ajustc \ I'ordre des douleurs, 
Et le temps de la plainte, et la saison des pleurs. 
Par un arr^t du cicl toute chose a son tenne, 
5 Et c'cst ici le temps oti I'^cole se ferme ; 
Mais avant que sortir, on declare le jour 
OEi Ton viendra traJter un autre point d'amour. 
Lit, Philis, aSect^e en graves biens^ances, 
D^daigneusc et civile, y fait scs r^v^rences, 

lo Conscrvant un maintien dc douce autorit^, 
Qui serve ^ la grandeur sans nuire & la beautj. 
On voit i I'autTe bout une dame engageante. 
Employer tout son art & paroitre obligeante : 
Caresses, compliments, civilit^, honneurs, 

15 Sont les moycns adroits qui lui gagnent Ics c<xurs. 
" Loin de ces vanit^s, ainsi parte une chire, 
" Pourquoi finir sttdt ? Mon Dieu ! quelle misire I 
" J'avois \. proposer un nouveau sentiment 
" Du m^rite parfait que se donne un amant. 

so "Mais, dit I'autre, ma sceur, n"6tes-vou« point 
tToubl^e 
" Du tumulte confus d'une grande asscmbKe ? 
" Sauroit-on rien sentir de tendie, dilicat, 
" En des lieux oti se fut tant de bruit et d'icUt r 



178 LA soci£t£ franqaise 

** Cherchons, cherchons, ma soeur, de tranquilles 

retraites, 
** Propres aux mouvements des passions secretes. 
" Le monde sait bien peu ce que c'est que d'aimer, 
5 '' £t Ton voit peu de gens qu'il nous faille estimer." 

Apr^s la lecture de mes vers, vous me demande- 
rez avec raison ce que c'est qu'une prMeuse^ et je 
vais ticher, autant qu'il m'est possible, de vous 
Texpliquer. On dit un jour k la reine de Su&de, 

10 que les pr^cieuses ^toient les jans^nistes de 
Tamour ; et la definition ne lui d^plut pas. L'a- 
mour est encore un Dieu pour les pr^cieuses. II 
n 'excite pas de passion en leurs imes ; il y forme 
une esp^ce de religion. Mais \ parler moins mys- 

15 terieusement, le corps des pr^cieuses n'est autre 
chose que Tunion d'un petit nombre de personnes^ 
oti quelques-unes, vdritablement d^licates, ont jet^ 
les autres dans une affectation de d^licatesse ridi- 
cule. . . . 

(Euvres ckoiHes de Stdni^ 
j&xnrmond par A.-Ch. Gidel, 
Paris, 1867, pp. 106-108. 




AU DlX.SBPTlkMR SlkCLS. 



UNE VISITE A UNE PRfiCIEUSE. 

UN de mcs amis me mena un jour chez une 
demoiselle appeWe Luce, mc disant que 
c'^toit la femme du meilteur discours qui se pllt 
voir, et que je nc manquerois point \ trouver en sa 
5 compagnie des plus beaux esprits du monde, parmi 
lesquels j'aurois de I'honneui & fatre ^clater mon 
savoir : etle avoit auEsi appris de lui qui j'^tois, et 
que je la viendrois visiter ; de sorte qu'elle me fit 
un bon accueil, et me donna place piis d'elle. II y 

lo avoit encore, pour Ventretenir, beaucoup d'hommes 
bien vctus, qui, i mon avis n'itoient pas des moin- 
dres de la cour. Je prttai rorcillc pour ouir les 
bons discours que je ro'imaginois qu'ili feroient. 
De tous cfltds je n'entendis rien que des vanteries, 

IS des fadaises et des contes faits mal & propos, avec 
un langage le plus galimatias et une prononciation 
la plus mauvaisG que Ton se puisse figurer. C'est 
une Strange chose, mademoiselle, disoit I'un en re- 
troussant sa moustache, que le bon basard et moi 

20 sommes toujourt en guerre : jamaii il ne veut loger 
en ma compagnie ; quand j'aurois tout I'argent 



l8o LA SOC/ATJ& FRANqAISE 

que tiennent les tr^soriers de T^pargne, je le per- 
drois au jeu en un jour. C'est signe que les astres, 
disoit un autre, vous d^cocheront une influence qui 
suppliera Tamour de m^tamorphoser votre malheur 
5 au jeu en un bonheur qu'il vous donnera en femrae. 
Je ne sais quel ^dit fera le ciel Ik-dessus, reprit le 
premier, mais je vous appelle en duel comme mon 
ennemi, si vous n'ouvrez la porte de votre Ame H 
cette croyance que, pour ^tre des favoris du destin 

lo en mon mariage, il me faut avoir une Spouse sem- 
blable k mademoiselle. Que vous ^tes moqueur ! 
lui dit Luce en lui serrant la main ct en souriant. 
Je vous veux donner des marques plus visibles que 
le soleil, reprit-il, comme je vous ch^ris d'une 

IS amour toute l^ale : mon cceur flottera toujours 
dans la mer de deux cent millions de pens^es, ^ 
Tappdtit glouton de Touest et sud-ouest de mes d^* 
sirs, jusques k tant que je vous aie fait parottre 
(belle beaut6) que je vous adore avec une devotion 

20 si fervente que. ... II en demeura llt-dessus, 
s'^garant en ses conceptions. Or il disoit toutes ces 
paroles \ Toreille de Luce, pour montrer qu'elles 
^toient fort secretes ; mais, par une sottise admi- 
rable, il ne laissoit pas de les pronopcer un peu 




AU DIX-SEPTltME SikCLE. l8l 

haut, afin que chacun les oult, croyant qu'elles 
fussent extrCmement bien arrang^es. 

Tdt apT^s, changeant de discoun, il vint & dire : 
Mon droe ^toit derniirement si grosse d'envie d'a- 
S voir unc tcrre qui mc plaisoit, que j'en donnai trois 
cent millc livres, encore qu'clle n'cn vaitle au plus 
que deux cent cinquante ; d^sormais je desire que 
Ton m'appcllc du nom dc cette belle possession. 
Mon Dieu, ce dis-je en moi-mime, qu'est ceci ? 

lo Un homme, qui se crolt des plus braves du monde, 
veut porter le nom d'une terre au lieu que la terre 
devroit porter le sien : quelle faquinerie ! Que ne 
s'acquierc-il plutdt un beau titre par sa g^o^rosit^ ! 
Me tournant alors vers un autre endroit, j'en vii 

15 deux qui partoicnt ensemble, et n'eus plus d'atten- 
tion que pour leurs discours : Quel jugement faites- 
vous de mon habit ? disoit I'un, n'cst-il pas de la 
plus belle ^loffe pour qui jamais Ton ait pay^ la 
douane <k Lyon ? Mon tailleur n'entend-il pas 

lo bien les modes ? c'est un homme d'esprit, je 
I'avancerai si je puis : il y a tel bourgeois qui a un 
office aux finances qui ne le vaut pas ; mail que 
me dires-vous de mon chapeau ? cette forme vous 
platt-cUe? HJlasl monsieur, r^pondit I'autre, Je 



rihsa 



182 LA SOCl£r£ FRANQAJSB 

trouve tout ce que vous avez extremement parfait; 
tant plus je vous contemplc, tant plus je suis ravi 
d 'admiration : je ne crois pas que les anges soient 
mieux v^tus dans le ciel que vous T^tes sur la terre, 
5 quand ils auroient six aunes chacun de I'^toffe du 
ciel pour se faire un habit dont la broderie seroit 
faite avec des ^toiles. Seigneur Dieu, vous ^tes un 
Adon ! Combien de Venus soupirent pour vous ! que 
les charmes de votre rotonde sont puissants ! que 

10 cette den telle si bien retrouss^e a d'appas pour 
meurtrir un coeur ! toutefois en voil^ un cdt^ qui a 
etc froiss^ par votre chapeau, dont les bords sont 
un peu trop grands ; faites-cn rogner, je suis votre 
conseiller d'etat en cette affaire, je vous le dis en 

15 ami, ce n'est pas pour vous d^priser. Je sais bien 
que vous avez assez d'autres rares vertus ; car vous 
avez des bottes les mieux faites du monde, et sur- 
tout vos cheveux sont si bien frisks, que je pense 
que les iraes qui y sont prises s'^garent dedans 

20 comme en un labyrinthe. Le plus cher de tous 
mes amis ! lui dit Tautre en le baisant k la joue, 
vous me donnez des louanges que vous m^ritei 
mieux que moi ; Ton sait que vos braves qualit^s 
vous font ch^rir de la majesty r^ale : qui plus est, 




AU DlX-SEPTlkME SikCLE. 183 

Ton a connoissance que vous ites ta seule pierre 
caUmite de tous ces courages de fer qui vivcnt %■ 
la cour. J 'entends partcr des dames qui nonobstant 
leur duret^, sont navr^es des filches de vos yeux, 
5 et n'ont point de feux dont votre beaut^ n'ait ^t^ 
I'atlumette. L'autre ripondil til-dessus, avec une 
vanterie Strange : que certes il y avoit quelqucs 
dames qui raffectionnoient ; el, pour le t^moigner, 
il montra un poulet, que possible il avoit ^rit lui< 

10 m(me, disant qu'il venoit d'une amanle. 

Cct cntretien-liL ne me plaisant pas, jc retournai 
\ celui des autres, qui n'tfloit pas de beaucoup 
meilleur : ils jugeoicnt des affaires d'£tat comme 
un aveugle des couleurs, ct, celui qui avoit parK 

15 (ie sa terre, faisant extrtmemcnt le capable, disoit 
que, depuis que le roi I'avoit d^mis d'une certaine 
charge qu'il avoit, il n'y avoit rien eu que du d^- 
sordrc dans la France, et que c'^toit lui qui avoit 
^i^ cause qu'elle s'^toit longtemps maintenuc en 

20 paix. L^-dessus Ton vint \ parler de guerre, et 
chacun conCa les exploits imaginaires qu'il y avoit 
mis & fin. Parfois il y en avoit qui diioient que 
t'on appel&t leurB pagct, d'autres leura gentils- 
hommes suivants, pour montrcr teulement qu'ils en 



^ rfl 



184 I- A SOCI6T& FRANQAISE 

avoient, et, s'ils leur donnoient quelque message ^ 

faire, c'^toit pour parottre grandement affaires. 

J'^tois si las de voir leurs simagr^es, et d'cnten- 

dre leurs naiseries, que j'eusse donn6 tout ce que 

S Ton eftt voulu pour ^tre dehors. Enfin, tout le 

monde s'^tant levd pour saluer un seigneur nomm^ 

durante, qui arrivoit, je trouvai moyen de m'echap- 

per parmi la confusion, apr^s avoir fait une petite 

reverence i la compagnie, qui, je pense, n'en vit 

10 rien. 

Ch. Sorel, Lm Vraie Histoire 
comiqtu de Francion^ Nou- 
velle (Edition par £. Colombey, 
Paris, 1858, pp. 225-227. 

5. 
LES PR^CIEUSES DE PROVINCE. 

LE lendemain, ayant traverse les belles landes 
de Saint-Hubery, et goftt^ les bons muscats 
de Loupian, nous vimcs Montpellier se presenter k 
nous, environn^ de ces plantades et de ces blan- 
15 quetes que vous connoissez. Nous y aborddmes & 
travers de mille boules de mail : car Ton joue lit le 
long des chemins ^ la chicane. 




AU DIX-SEPTlkME SikCLE. iSj 

Dans la grande rue dcs Parfuuicurs, par ob Ton 
entre d'abord, Ton croit £tre dans la boutique de 
Martial ; et ccpcndant, 

Bi«n que de cette belle ville 

> VicnncDt lei nieilleiirei lenteon. 
Son tenoir, en miucali fertile, 
Ne lui proddit JBouU de flenn. 

Cette rue si parfumie conduit dans une grande 
place, oil sont les meilleures hdtelteriea. Haii 

> nous fflmcs bien ^pouvant^s 

De rcncoDtrcr dani cette place 
Un grand concoun de popuIiM ; 
Chacun j nommoit d'Asioiicl. 
■■IlurabTQIi!, Dku rocrd, 
; Disoil unc vieillc htgaue ; 

IKeu veuille qu'anlanl on en fute 
A toul ceux qui vjvent oind." 

La curiosity de savoir cc que c'itoit nous fit avancer 
plus avant ; tout Ic bas ^toit plein de pcuple, et les 
I fenStres reroplies de personnes de quality. Nousy 
connQmes un dcs prlncipaux de la villc, qui noui 
fit entrer auisitdt dans le logii ; et, dans la chambre 
oil il ^toit, nous aprtmes li qu'effectivement on 
alloit brfller d'AuoucL . . . Duu cette mtme 




186 LA sociAtA fran(;.aise 

chambre nous trouvames un grand nombre de 
dames, qu'on nous dit dtre les plus jolies, les plus 
qualifi^es et les plus spirituelles de la ville, quoique 
pourtant elles ne fussent ni trop belles, ni trop bien 
5 mises. A leurs petites mignardises, leur parler gras 
et leurs discours extraordinaires, nous criimes plut6t 
quec'^toit une assemblde des prdcieuses de Montpel- 
lier ; mais, bien qu'elles fissent de nouveaux efforts 
^ cause de nous, elles ne paroissoient que des 

lo prdcieuses de campagne, et n'imitoient que foible- 
ment les ndtres de Paris. Elles se mirent expr^s 
sur le chapitre des beaux esprits, afin de nous faire 
voir ce qu 'elles valoient par le commerce qu 'elles 
ont avec eux. II se commen9a done une conversa- 

15 tion assez plaisante. 

Les unes disoient que Menage 
Avoit Tair et Tcsprit galant ; 
Que Chapelain n'dtoit pas sage. 
Que Costar n'etoit pas pedant. 
20 Les autres croyoicnt Scudery 

Un horamc de fort bonne mine, 
Vaillant, riche, et toujours bien mis ; 
Sa soeur, une beautc divine. 
Et Pelisson un Adonis. 



AU DIX^SEPTlkMB SltCLE. 18/ 

Elles en nomro^rent encore une tr^s-grande quan- 
tity, dont il ne nous souvient plus. Apr^s avoir 
bien parl6 des beaux esprits, il fut question de 
juger de leurs ouvrages. Dans VAlariCy et dans le 
5 AfcysCy on ne loua que le jugement et la conduite, 
et dans la Pucelle rien du tout ; dans Sarrasin, on 
n'estima que la lettre de monsieur Manage, et la 
preface de monsieur Pelisson fut trait^e de ridi- 
cule ; Voiturc m^me passa pour homme grossier. 
lo Quant aux romans, Cassandre fut estim^ pour la 
d^licatesse des conversations ; Cyrus et Cl/lU^ 
pour la magnificence de Texpression et la grandeur 
des ^venements. Mille autres choscs se d^bit^rent 
encore plus surprenantes que tout cela. 

Voyage de Chapelle et de 
BachauPMnt publii par D. 
Jouaust, Paris, 1874, pp. 45- 
46. 

6. 
UNE DECLARATION. 



■'A 



PR^S qu'il eut perdu toute esp^rance d'en 
pouvoir obtenir que de Tamiti^, il cher- 
cha les moyens de se gu^rir. II employa toute sa 



1 88 LA SOCI£t£ FRANqAISB 

raison ; mais la raison n'est pas toujours la plus 
forte, lorsqu'elle attaque une passion bien form^e. 
Lc plus court fut de faire diversion de tendresse, 
et de changer une passion ill^gitime en quelque 
S inclination permise. II en trouva I'occasion fort k 
propos. Depuis le temps qu'il voyoit la jeune 
pr^sidente, il avoit vu plusieurs fois Mile sa belle- 
soeur, qui ^toit une fille de quatorze ^ quinze ans, 
dou^e de toutes les grdces d'esprit et de corps dont 

lo on est capable ti cet dge ; mais comme le cocur du 
cavalier ^toit occupe ailleurs, il ne Tavoit pas asscz 
connue, et n'avoit cu pour elle que ccs sentiments 
dc complaisance qu'on a pour le sexe, et particuli- 
drement pour des jcunes fi lies qui ont de la beaute 

15 et qui ne songent encore \ rien. Mais lorsqu'il ne 
fut plus ebloui, et qu'il fut en ^tat de contempler 
cette beaut^ naissante, il s'estima malheureux dans 
cette maison, soit parce qu'il avoit perdu Tesp^- 
rance d'obtenir une personne que le ciel sembloit 

20 lui avoir destinde, soit parce qu'il avoit dilTere d'en 
adorer une autre que le ciel lui avoit offcrte ; et 
pour ne perdre plus de temps, il s'appliqua tout 
entier i plaire k cette derniere. II trouva un cceur 
tout neuf, k qui il donna d'assez bonnes impres- 



AU DIX'SEPTlkME SltCLE, 1 89 

sions ; il fit de la d^pense plus que jamais ; donna 
des f^tes fort magnifiques, s'acquit la bienveillance 
de la plupart des personnes qui approchoient pr^s 
de sa maitrcsse, et fit tout ce qu'il faut pour se 
5 mettre en reputation aupr^s d'elle, sachant bien 
que Testime conduit k la tendresse par des voies 
fort courtes. II visita la belle-sceur, m^me un peu 
plus souvent qu'h. son ordinaire, parce qu*il avoit 
des raisons nouvelles, et se servit si bien de Tamiti^ 

10 qu'une avoit pour lui, pour avancer Tamour qu'il 
avoit pour Tautre, qu'il se vit bientdt en ^tat de ne 
lui ^tre pas indififerent. II lui disoit dans I'occa- 
sion quelques mots tout bas, et dans les conversa- 
tions, bien ^ propos, quelques sentiments g^nereux 

15 et tendres. Cette fille, qui avoit do Tcsprit infini- 
ment, entendoit fort bien Tapplication ; mais bien 
qu'elle f(it d^j^ un peu touch^e, elle avoit Tart de 
dissimuler si naturellement, qu'il ^toit impossible 
de p^n^trer ses pens^es, et que ses plus secretes 

20 affidentes ne surent rien de ses inclinations nais- 
santes. Elle louoit quelquefois la lib^ralit^, elle 
parloit de la fid^lit^ et des dmes g^n^reuses avec 
beaucoup d'admiration, mais en des tcrmes si 
g^n^raux, qu*on n'en pouvoit tirer aucune con- 



190 LA SOCI£t£ FRANqAISE 

Sequence, sinon qu'elle 6toit amoureuse de la 
vertu. 

Fayct fut sur le point d'en faire faire la de- 
matide aux parents, mais craignant qu'il n'y edt 
5 pas beaucoup de disposition de leur c6t^, et qu'il 
ne fdt obligd de s'^loigner par biens^ancc de cette 
maison, si la proposition ^toit mal regne, // ne vou- 
lut point s'exposer k un refus, et r^solut de s'assu- 
rer auparavant de Tesprit et du coeur de cette belle. 

lo II lui fit plusieurs fois des declarations assez em- 
barrass^es ; mais elle tournoit adroitement le dis- 
cours, et lui r^pondoit comme si elle n'eiit rien 
entendu. Une fois qu'ils ^toient seuls dans une 
chambre, car nos filles ne sont pas si farouches, et 

15 la biens^ance n'est pas si s^v^re ici qu*^ Paris, et 
qu'ils parloient de quelques aventures d'amour qui 
faisoient du bruit dans notre ville, voici la conver- 
sation qu'ils eurent, ^ ce que j'ai appris depuis. 
L'amant, apr^s lui avoir racontd ce qu'il savoit de 

20 I'intrigue, se jeta insensiblement sur des reflexions 
g^n^rales, sur la puissance, sur la douceur, et sur 
tous les avantages qu'on donne ordinairement k 
I'amour ; que c'^toit la f^licit^ de cette vie d'aimer, 
quand on avoit pu choisir I'objet digne d'etre aimd ; 



AU DlX'SEPTlkME SiMCLE. I9I 

qu*il avoit pitie de ceux qui n'avoient pas encore 
gotit^ ces plaisirs innocents, et qu'il voyoit avec 
bien du regret des personnes fort aimables qui ne 
savoient pas encore aimer. — " Mon Dieu, monsieur, 
5 lui dit-elle d'un ton pr^cieux (car vous saurez 
qu'elle est un peu de la secte des pr^cieuses), dans 
tous les entretiens on ne park que d'amour et d*ai- 
mer, et Ton nous ^tourdit de ces mots qu'on trouvc 
doux et qui font peur pourtant k des jeunes filles 

10 comme moi ; k qui en veut-on, et quelle st^rilit^ de 
conversation oblige les hommes k revenir toujours 
k ce point ? ne sauroient-ils, depuis si longtemps 
qu*on pense et qu*on parle, penser ou dire quelque 
autre chose ? II n'y a pas longtemps que je vois le 

15 monde,mais je vous avoue que j'en suis si rebut^e, 
que je nc crois pas pouvoir le souff rir longtemps, s'il 
n'y a plus rien de nouveau k me faire voir et k me 
faire entendre. Un jeune homme vous dit d*abord 
qu'il est amoureux ; ceux qui sont plus dg^s recom- 

20 raencent toujours le conte dc leurs intrigues pass^es ; 
et, je vous prie, que veut dire tout cela ? car, pour 
moi, je n'ai point encore pu comprendre ce que 
c'^toit qu'on veut nous dire par aimer. — II est bien 
ficheux, mademoiselle, lui dit cet amant un peu 



192 LA sociAtA franqaise 

embarrass^, que vous soyez d^j^ pr^occupdc centre 
une si agrdable passion que Tamour, et que vous 
preniez pour une chose si d^sagr^ablc ce qui fait 
toute la douceur des autres ; mais Tamour vous 
5 pardonne, sur ce que vous confessez que vous ne 
le connoisscz pas encore, ct que vous ne Tapprou- 
vez pas, parce que vous n'avez pas encore eu le 
temps de le comprendre." Elle lui t^rooigna que 
ce ne seroit jamais 1^ son application, et qu*elle 

10 se passeroit bien de connoitre ce qu'cUe n'^toit 
pas dispos^e d'estimer, mais qu'elle ^toit bien aise 
d'apprendre ce qu'on vouloit dire par ces fagons 
de parler qui ^toient tout k fait barbares pour 
elle. . . . 

15 Fayet, qui sentoit bien que la conversation iroit 
plus loin, et que ce seroit bien Ik la place d'une 
declaration que la fin de cet entretien, passoit 
l^gferement sur tout le reste, pour en venir bientdt 
au bel endroit. II lui expliqua done en peu de 

20 mots ce que c'^toit qu'aimer, et pour lui donner 
envie de le mieux savoir, il lui fit paroitre Tamour 
par ce qu'il y a de plus apparent, et conclut que 
c'^toit le plaisir le plus doux et le plus innocent 
que celui d'aimer. 



AU DIX^SEPTlkME SikCLB. I93 

"J'avois bien soupgonn^ que c'^toit cela, lui 
r^pliqua-t-elle, car les hommes n'aimeroient pas 
comme ils font, s'ils n*y trouvoicnt quelque int^rfit 
Aussi je ne tiens pas qu'on leur soit beaucoup 
5 oblig^ quand ils nous t^moignent de la passion ; 
ils nous importunent sou vent, et ils se con ten tent 
toujours ; et, quelques mines soufifrantes qu'ils fas- 
sent, ils s'aiment toujours plus qu*ils ne nous 
aiment." Tous ces detours d^plaisoient k cet 

10 amant, qui vouloit venir au but qu'il s'etait propose. 
II lui r^pondit pourtant : '' Vous vous ^tonnerez, 
mademoiselle, si apr^s vous avoir dit que c*est la 
plus grande douceur que celle d*aimer, je vous dis 
que c'est aussi le plus cruel de tous les supplices, 

15 et que si un pauvre amant est r^compens^ par la 
joie int^rieure qu'il a d'etre attach^ k un bel objet, 
il a bien du m^rite de souffrir toutes les peines qui 
accompagnent cette joie. Quelles inquietudes n'a- 
t-il pas, dans I'incertitude oil il est s'il sera heureux ! 

20 Quel chagrin lorsqu'il est absent de la personne 
aim^e ! Quel d^sespoir, lorsqu'il en est rebuts ! 
II y a encore cent autres peines \ endurer ; mais 
ces peines sont m^l^es de tant de consolations 
secretes, que ce sont peines, ce sont plaisirs. 



194 i^ soci£:t£ franqaisb 

comrae vous voudrez. Si vous vouliez, mademoi- 
selle, je vous ferois entendre cela par une applica- 
tion particuli^re, et il mc seroit aisc de vous donner 
un exemple de ce que je dis. — Je n'en veux point 
5 savoir, dit-elle assez brusquement ; ce sont de 
trop mauvais exeniples que ceux qui nous veulent 
montrer k souffrir ; k ce que je vois, mc voili bien 
^loign^e d*aimer, moi qui n'aime que mon repos, et 
qui ne hais que I'inqui^tude et la peine, et qui n'ai 

1 o pas rimagination assez forte pour faire ce melange 
de plaisir et de tourment dont vous me parlez. — 
Nous ne savons souvent ce que le destin veut faire 
de nous, reprit Fayet ; mais en attendant, made- 
moiselle, souffrez, s'il vous plaft, qu'on souflfrc 

15 pour vous, et ne sachez pas mauvais gr^ \ ceux 
qui se sont exposes ^ bien des rigueurs, en vous 
aimant ; car je ne doute pas qu'une beauts si par- 
faite, et tant de m^ritc qu'on remarque en vous ne 
fassent d^ji souflfrir bien des supplices, . . . J'en 

20 sais. . . .** 11 alloit continuer ; mais elle Tinter- 
rompit, et d'un air assez fier : ** Je ne crois pas, 
lui dit-elle, que je sois propre \ faire de ces mal- 
heureux ct de ces languissants ; mais si le hasard 
en faisoit quelqu'un pour moi, il pourroit bien 



AU DIX^SEPTlkMB SikCLB. I9S 

mourir de langucur, s'il falloit que je I'aimasse 
pour le gu6rir ; il me seroit fort indifferent qu'il se 
tourmentAt et qu'il se puntt lui-m6me de sa folie ; 
et bien loin d'en avoir piti6y je crois que j'aurois 
5 du plaisir ^ le voir dans cette langueur et dans 
ces souff ranees. — Vous pouver jouir de ce plai- 
sir, r6pondit cet amant, qui ne vouloit point 
perdre I'occasion de se d^couvrir, et si vous aves 
labont6. . . .'* 

xo Comme il alloit achever sa dddarationy la 
belle-soeur, qui revenoit de la promenade, entra 
dans la cbambre, et fit grand tort \ son ami, sans y 
penser; ses yeux en avoient d^jli asses dit, et la 
resistance n'^toit pas si obstin^e qu'on edt bien 

15 pens^. II fallut cbanger de discours, composer 
son visage s6rieux et affecter m6me de Tenjoue- 
ment ; mais, comme il 6toit difficile de soutenir 
longtemps cette contrainte, il prit cong6 de la 
compagnie et, se retirant dans son cabinet, il se 

20 plaignit cent fois de son destin, et passa une grande 
partie de la nuit dans une profonde r^erie. La 
jeune dame, qui se tenoit si assur^e de son coeur, 
sentit qu'elle n'en 6toit pas tout i fait la mattresse, 
et se trouvant plus susceptible de passion qu'eUe 



196 LA SOCIAtA FRANQAISS 

n'avoit cru, elle commeD^a ^ connottre qu'elle ne 
prenoit pas bcaucoup de plaUir aux peines des 
aatres, et qu'elle n*6toit pas fort 61oign6e d'en 
soufifrir elle-m6me. Une inquietude troubloit son 
5 esprit, son sommeil en fut interrompu, elle s'en 
^veilla plus matin ; enfin, elle eut toutes les marques 
d'un cGeuT 6mu et qui est sur le point de se 
rendre. L'amant ne perdit point de temps^ et 
connoissant par ses actions et par ses discours que 

10 son dme ^toit ^branl^e, il redoubla son assiduity, 
lui fit remarquer de plus en plus sa passion, et 
donna une f^te admirable ^ sa sceur, k son inten- 
tion, et il fit tant par son adresse, que tout ce qu'il 
faisoit et tout ce qu'il disoit ^toit bien re^u. Cela 

15 le rendit plus hardi qu'il n'avoit My et lui fit pren- 
dre la premiere occasion qu'il eut de faire entendre 
r<^tat de son dme. II ne la chercha pas longtemps ; 
car ^tant venu prendre les dames dans son carrosse, 
pour les mener i la promenade dans ce jardin od 

20 nous sommes, ils le trouv^rent fort desert, quoique 
le jour fdt fort beau ; ils firent un tour d'all6e et ren- 
contr^rent par hasard quelques messieurs de Cler- 
mont qui ^toient venus pour quelques affaires^ et 
qui s'entretenoient de quelques int6r6t8 de leur ville. 



AU DIX^SBPTlkMR SikCLB. 197 

Mme de . . . , qui y prenoit beaucoap de part, 
tant ^ cause que c'est sa patrie, que parce que 
plusieurs de ses parents y 6toient engages, se mit 
de leur conversation. 
5 Nos amantSy qui avoient d'autres int^r^ts \ 
d6m6ler, firent semblant de s'amuser dans une 
autre all^e et apr^s quclques petits entretiens de 
part et d'autre, Fayet, sentant que son heure 
6toit venue, parut encore plus interdit. Ce que 

ID la dame ayant aper9u, elle lui fit la guerre, et 
soit pour se divertir, soit pour lui donner courage, 
elle fit semblant de deviner qu*il ^toit amoureux, 
le pria de lui faire confidence de son inclination, 
et Tassura qu*elle ^toit discrete et religieuse au 

15 secret, au deli m6me de son sexe. II m'a confess^ 
depuis qu*il n'auroit jamais cru qu*il en coOtAt 
tant ^ dire qu'on aime, et que, quand il ne seroit 
pas le plus ferme et le plus constant de tous les 
bommes par son naturel, il le seroit pour n'avoir 

20 plus k recommencer une chose si difficile qu'une 
d^laration d'amour. II re9ut la raillerie qu'on 
lui faisoit de bonne grice, et tenant quelque temps 
les yeux baiss^s, soit de honte ou de crainte, soit 
pour recueillir un peu ses esprits, il lui parla ainsi : 




198 LA SOCIAtA FRANQAISB 

^ Si je n'avois appr^hend^ que ma confidence fOt 
mal re9uey il y a longtemps, niadame, que vous 
sauriez tout le secret de mon cceur, et je ne serois 
plus dans Tembarras od je me trouve de vous d6- 
5 clarer une passion qui ne vous devroit pas 6tre tout 
k fait inconnue ; mais puisque vous avex la bont6^ 
et de m'ordonner que je vous en fasse confidence^ 
et de me promettre m^mele secret, je vous avouerai, 
madame, que j'airae, et que j*aime passionn^ment, 

10 mais avec tout le respect possible, la personne du 
monde la plus aimable. Jugez, madame, que ce 
ne pent ^tre autre que vous ; vous ne devez pas en 
hXxt surprise, mes soupirs vous I'ont d^ji bien dit, 
et c'est assez d'avoir eu I'honneur de vous avoir 

15 vue, pour vous prouver que je n'ai pume dispenser 
de vous adorer/' II alloit en dire bien davantage ; 
mais elle fit un cri qui faillit \ percer la palissade ; 
elle rougit, elle fit toutes les fa^ons qu'on fait en 
cette occasion, quand on n'est pas d6jk persuadd. 

20 U s'arr^ta fort respectueusement, et lui fit connoltre 
qu'il n'y avoit rien dans sa passion qui ne fdt tris* 
legitime; qu'il seroit infiniment heureux, si elle 
approuvoit le d^sir qu'il avoit de la servir toute sa 
vie ; que si elle condamnoit sa t6m<rit<, il s'en pu- 



AU DJX^SEPTlkMR SikCLE. 1 99 

niroit par des regrets ^temels, et qu'il ven^it de lui 
mettre son sort entre ses mains. 

Elle fit d'abord mine d'etre offens^e de cette 
hardiesse, elle se jeta ensuite sur sa modestie et sur 
5 son peu de m^rite ; enfin, elle lui t^moigna qu'elle 
tenoit i grand honneur les bonnes volont^s qu'il 
avoit pour elle, mais qu'il devoit avoir consid^r^ 
qu'elle ^toit dans un &ge i ne pouvoir pas disposer 
d'elle-m^me ; qu*elle 6toit sous la conduite d'un 

lo pire et d'une m^re ; que c'^toit \ eux qu'il falloit 
avoir fait ces propositions ; qu'il pouvoit esp^rer 
qu*elle ne s'opposeroit point ^ leur volont^ en sa 
faveur, et que s'il lui donnoit sujet de se louer de 
sa conduite ^ Tavenir, elle solliciteroit meme avec 

15 adresse leur consentement. Vous pouvez croire 
que cet amant fut tr^s-satisfait ; il la remercia 
roille fois et lui dit qu'il n'avoit pas voulu s'exposer 
k en faire la demande, sans avoir reconnu ses in- 
tentions ; qu'il seroit bien plus glorieux de la servir 

20 psLf son ordre et par son inclination, que par le 
choix de ses parents, et mille autres douceurs que 
I'amour inspire en pareilles prosp^rit^s. Ainsi, il 
avan9a si fort ses affaires, que cette belle lui par- 
donna volontiers de I'avoir aim^e, et lui permit en- 



200 LA SOCI&T& FRANQAISE 

core de continuer i rainoer. Cependant il ^toit 
tard, et il fallut allcr rejoindre la compagnie et re- 
mener les dames chez elles. lis quitt^rent leur 
s6rieux et iirent les enjou^s plus que jamais : aussi 
5 ^toient-ils bien contents Tun et Tautre. Apr^s 
qu'ils furent retires, chacun alia s'entretenir dans 
ses reveries agr^ables. La dame 6toit bien aise 
d'avoir gagn^, pour sa premiere conquete, un des 
plus honnctcs hommes de la province. Le cavalier 
lo croyoit ddj^ ctre maStre de sa bonne fortune. II 
n*y avoit pas disproportion de quality ; il ^toit 
cstime de tout le monde, il avoit beaucoup plus 
de bien que la fille ; rien ne sembloit pouvoir ctre 
contraire a la demande qu'il en alloit faire. 

Esprit Fl^chicr, Mimoires de 
FUchier sur les Crands-Jottrs 
d'Auverpte en i66j, annates 
et augment^s d^un appendice 
par M. CWrucl et prMdis 
d*une notice par M. Sainte- 
Beuve, Paris, 1862, pp. 14-22. 



AU DIX'SEPTlkME SikCLE. 20I 



IV. 

LES REGLES DE LA CIVILITJ£. 

I. 

LES LOIS DE LA GALANTERIE. 

XII. 

NOS galants 6tant ajust^s en la sorte que 
nous avons figur^, ne tacheront k faire 
autre chose tout le jour que dc sc trouver aux 
lieux oil ils croiront avoir meilleur moyen de se 
5 faire voir, et quoique d'ordinairc ils aient assez de 
peine k etre devots, ils ne laisseront pas de frequen- 
ter les ^glises, sp^cialement celles oti quelque f^te, 
quelque musique, et quelque prddicateur excellent 
et nouveau, et la presence de quelque prince ou 

lo princesse, attirent quantity de gens, et surtout de 
ceux qui ne sont pas de petite consideration, et du 
nombre du vulgaire ; car ce n'est pas devant ceux- 
Ik qu'il faut parottre. Et corome c'est aux dames 
que Ton desire plaire le plus, ne donnant que de 

15 Ten vie aux autres hommes, il faut chercher Ten- ' 



202 LA SOCl£r£ FRANQAISE 

droit oil elles se rangent. Mais pour ce qu'i dire 
la v^rit^ les trop grands t^moignages de galanterie 
font du scandale dans les temples consacr^s i Dieu, 
et destines k Toraison, Ton doit chercher tous les 
5 rendez-vous qui sont hors de Ik, ou le beau monde 
se trouve. £t les vrais galants seront curieux de 
dresser un almanach oti ils verront en quelle 
saison Ton va promener k Luxembourg, et en 
quelle autre aux Tuilleries, quand commence le 

lo cours hors la porte S. Antoine, et quand c'est que 
celui de la Reine M^re a la vogue, quelle longueur 
de jour pent permettre de visiter les belles maisons 
d'autour de Paris, et i quelle heure il faut partir 
pour toutes ces promenades. Lorsque lliiver ne 

15 permettra plus de sortir de la ville, les plus adroits 
de notre profession doivent savoir encore oil sont 
les beaux r^duits dans lesquels Ton passe le temps, 
soit k jouer, soit k deviser, et ils feront leurs efforts 
pour y avoir de Tacc^s. Ils sauront aussi les jeux 

20 qui auront Ic plus de cours, comme le nouveau 
hoc, et n'ignoreront pas celui de Thombre, ni le 
reversis et le piquet, ni le trictrac, pource qu'il se 
trouve toujours quelqu*un qui veut jouer k Tun ou 
k Tautre de ces jeux, et en ce cas il faut adherer 



AU DIX^SEPTlkME SltCLE. 203 

non seulement aux dames, mais k leurs fr^res, leura 
cousins, et autres personnes proches, afin de les 
gagner par la complaisance, de telle sorte qu'il faut 
jouer avec eux, quand Ton n'aimeroit point le jeu 
5 et quand Ton y seroit malheureux. En ce qui est 
des longues nuits de cette froide saison, il faudra 
qu'ils s'informent s'il n'y en a point quelques-unes 
que Ton puisse passer au bal, et d'autant qu'il y a 
telle nuit que le bal se donne en vingt endroits de 

10 la ville il faut savoir tous pour aller de Tun \ 
Tautre, et voir les visages qui s'y trouvent, s'arr^- 
tant enfin k celui oil Ton aura plus d'inclination. 
Cela s'appelle courir le bal, et quand Ton danse 
quelque part un ballet, il n'y faut pas non plus 

15 6tre des demiers, et de m6me aux comedies que 
les com^dicns repr^sentent quelquefois aux roaisons 
particuli^res, d'autant que c'est li que se trouvent \ 
les plus belles femmes et de plus de condition, et 1 
que ce sont des occasions tr^s favorables pour se { 

20 faire voir en son lustre devant elles, et pour entre- \ 
tenir celles k qui Ton aura vou^ ses affections. 1 

Xlll. 

La n^cessit^ que Ton a de savoir en quel lieu se 



"^**.-^ ■ftu 



204 LA soci£t£ franqaise 

font les belles parties oti se trouvent les dames 
sont cause que de quelque rang que Ton soit, il est 
\ propos de se familiariser avec quantity de basses 
gens, dont il faut acqu^rir la connoissance k raison 
5 de leur emploi. Uon doit connoitre des violons 
de toutes les bandes, pour savoir en quel lieu se 
donnera le bal. II faut connoitre des musiciens 
pour apprendre oti se fera quelque concert. Que 
s*il y en a quelqu'un qui ait la voix belle pour 

10 chanter seul, et si quelqu*autres jouent cxcellem- 
ment du luth, de la viole, ou de la guitarre, il faut 
gagner leur amiti^ par toute sorte de caresses et 
de presents, et leur donner expr^s ^ diner ou li 
souper pour les mener de li chez quelque dame li 

15 qui Ton les voudra faire ouir, surtout si elle ne les 
a jamais oul's, et si elle en a grand d^sir pour le 
r^cit que Ton lui en a fait ; car vous Tobligerez 
par ce soin k faire ^tat de vous, sur la croyance 
qu'elle aura que vous ne pensez ^ autre chose qu'k 

20 lui plaire. Vous vous efforcerez ainsi de faire voir 
toutes les nouveaut^s It celle pour qui vous aurez 
quelque affection. Vous aurez la connoissance 
de quelques jardiniers qui vous fourniront des 
premieres fleurs pour lui envoyer des bouquets, 



AU DIX^SEPTlkMB Sit CLE, 20$ 

et si elie aime les fruits vous tdcherez aussi de 
lui en faire godter quelques-uns avant la saison 
ordinaire. S*il s'imprime quelque com^die, ou 
quelque roman, il faut ticher d'en avoir des 
5 feuilles k quelque prix que ce soit d^s auparavant 
meme que les dernitires soient achev^es, afin de 
contenter les dames qui aiment la lecture. Que 
s'il y a des pieces curieuses qui ne s'impriment 
point, il faut en avoir la copie bien ^crite, soit que 
lo ce soit de medisance ou autre sujet, d'autant que 
Ton oblige une maitresse lui en faisant la lecture, 
et Ton se divertit et s'instruit pareillement. 

XIV. 

Nous avons ddjk permis aux adroits de se servir 
de la bourse de leurs associ^s pour foumir II 

15 plusieurs d^penses od Ton croira qu'ils auront la 
meilleure part, et nous leur enjoignons aussi de 
prendre garde ^ toutes les gentillesses qui se 
passeront, pour faire que les dames en soient 
averties, et en aient le divertissement. Mais outre 

20 cela nous entendons que chacun fasse quelque d6- 
pense veritable et manifeste pour se mettre en 
credit et qu'en cela il mesure au moins ses facult^s. 



2o6 LA socj£r£ franqaise 

Nul ne peut ^tre dit vrai galant qui de sa vie n'a 
donn^ le bal ni la musique, et si Ton n'est pas 
enti^rement port6 k ces recreations, ceux qui 
n'aiment ni k danser ni k ouir chanter, pour lour- 
5 dauds qu'ils soient, paroitront assez en donnant une 
collation, laquelle sera toujours bien ordonn^e si 
Ton prend conseil de quelque illustre traiteur et 
sans qu'il soit besoin de se donner autre peine que 
de lui ouvrir son cabinet pour y prendre ce qui 

lo sera n^cessaire aux frais. Ainsi Ton pourra acqu^rir 
de la reputation pour son argent, et cela fera que 
Ton parlera en bons termes de ceux qui ont fait 
une telle d^pense, les appelant magnifiques. Ceux 
qui seront trouv^s k ce banquet en etant fort 

15 satisfaits en diront des merveilles i tous leurs 
amis, tellement que cela volera enfin d'une bouche 
i I'autre avec beaucoup de louange. 

XV. 

II est besoin de vous donner ici des regies pour le 

langage, qui est Tinstrument de Tdme, dont il se faut 

20 servir dans la society. Vous parlerez toujours avec 

les termes les plus polis que la Cour regoive dans son 

usage, fuyant ceux qui sont trop pedantesques ou 



AU DlX^SEPTlkME SttCLE. 20/ 

trop anciens, desqucls vous n'userez jamais, si ce 
n'est par raillerie, d'autant qu'il n'y a qu'au stile co- 
xnique et satirique qu'il faille user de ce Ian gage. 
Au reste, s'il y a des mots que Ton ait inventus de- 
5 puis peu et dont les gens du monde prennent 
plaisir de se servir, il en faut faire comme des 
modes nouvelles des habits, c'est-k-dire qu'il s'en 
faut servir aussi hardiment, quelque bigearrerie que 
Ton y puisse trouver, et quoique les grammairiens 

xo et faiseurs de livres les reprennent. Par exemple, en 
louant un homme, il ne faut pas €tre si mal avis^ 
que de dire : II a de tesprity ce qui sent son vieil 
gaulois ; il faut dire : // a esprit^ sans se soucier 
de ce que Ton vous objecte que vous oubliez I'arti- 

15 cle et que Ton pourroit dire de mdme, il a folie ou 
il a prudence^ car il y a des endroits oti cela peut 
avoir meilleure grice qu'en d'autres. En parlant 
aussi de la naissance de quelqu'un, Ton doit dire : 
// est bien getUilhomme^ et qui prononce ce mot 

20 autrement ne sait pas que ceux qui sont veritable- 
ment nobles se nomment ainsi eux-m€mes. Vous 
vous servirez encore des fa^ons de parler que Ton 
a apprises de ceux de Languedoc, de Guyenne ou 
de Poitou, pource que cela est ^nergique et sert k 




208 LA SOCI£t£ FRANqAtSE 

abr^ger le discours, comme de dire : ^e Vat envoys 
h VAcadimie pour qu'il s*insiruise, je lui at dit 
dialler au Louvre^ je Vat sorti de son malJieur^ 
et plusieurs autres termes, lesquels sont d'autant 
5 plus estimables qu'ils sont nouveaux et que des 
hommes d'importance s'en servent, de sorte que 
qui parleroit autrement pourroit passer pour bour- 
geois et pour un homme qui ne voit pasles honn^tes 
gens. II faut bien se garder aussi de dire que Ton 

lo a traits quelqu'un en faquin : il faut dire que Von 
I 'a traiU de faquin^ car it ce peu de mots Ton con- 
noit si un homme sait les coutumes et le langage 
des galants et polis, qu'il faut observer si Ton veut 
^trc bien re^u parmi eux. II y a beaucoup d'autres 

T5 termes que Ton apprendra dans leur conversation, 
et dans tous nos discours nous en avons ici ^pandu 
quelques-uns en guise de quelques fleurettes. Quant 
aux sujets de I'entreticn, ce sera premiferement sirr 
les louanges des personnes k qui Ton parle, prin- 

20 cipalement si ce sont des femmes, car c'est la 
coutume des honndtes gens de louer toujours ce 
beau sexe. Que si Ton parle k des hommes de qui 
Ton attend quelque support dans ses affaires ou k 
qui Ton desire de plaire ^ cause de leur haute 



AU DIX-SEPTlkME SikCLE, 209 

condition, il faut toujours ^tre dans Tadmiration 
de leur m^rite au commencement ou k la fin de 
Tentretien et dans les occasions que se pr^sente- 
ront par le discours. Au reste, pour paroitre de 
5 bonne compagnie, il faut souvent conter quelque 
nouvelle agr^able. II faut ticher de savoir toutes 
les intrigues et les amours des personnes les plus 
remarquables, quels mariages se font et quelles 
querelles, quels bons tours Ton a jou^s depuis peu 

10 \ des niais qui servent de jouet aux autres, et 
surtout avoir cette adresse qu'encore que v^ritable- 
ment Ton soit m^disant, ceux qui vous ^content ne 
se d^fient point de vous et ne s'imaginent pas que 
vous soyez homme \ les aller d^chiffrer ailleurs, 

15 comme vous faites des autres, d'autant que vous 
leur aurez rendu trop de civility pour vous avoir 
en cette estime ; et pourtant s'il y a lieu de les 
jouer quelque part, ne les 6pargnez pas, vu qu'il n'y 
a rien qui fasse tant rechercher votre conversation 

20 que cette agr^able raillerie. 

XVI. 

Pour r^gler votre civility, vous ne manquerez 
jamais de saluer ceux qui vous saluent avec una 



2IO LA soci£t£ franqaise 

humility aussi grande que peut §tre la leur. Que 
I'on ne remarque point aussi que vous attendiez 
qu'un autre mette la main au chapeau le premier, 
lui laissant faire la moiti^ du chemin avant que 
5 vous commenciez. Chacun a en haine ceux qui en 
usent ainsi, et cela sent ces jeunes bourgeois venus 
de bas lieu et months jusques aux charges de robe 
ou de finance par leurs 6cus, lesquels se gouver- 
nent de cette sorte envers ceux qui les connoissent 

ID de longue main, et en acquiferent par ce moyen le 
titre de glorieux et de sots. Quoique Ton m^prise 
dans rime de certaines gens, il leur faut faire un 
bon accueil, afin que tout le reste du monde vous 
donne le nom de civil et de courtois, ce qui convi- 

15 ent parfaitement bien k la vraie galanterie. Mais 
gardez n^anmoins de faire part de vos civilit^s 2t 
ceux que plusieurs m^sestiment, d'autant que cela 
vous donneroit la reputation d'estiroer ceux qui ne 
le vaudroient pas. Ainsi en entrant ou en sortant 

20 d'une compagnie, vous pouvez saluer tous ceux 
qui s'y trouvent, s'ils vous semblent tous gens de 
condition et de m^rite. Que s'il vous parott du 
contraire, i peine les regarderez-vous, et vos 
r^v^rences ne seront employees que vers les per- 



A U DIX-SEP TikME STECLE. 2 1 1 

sonnes que vous visitez. Quoique vous vous soyez 
rencontres en un m^me lieu, et assis pr^s I'un de 
Tautre, ^ peine les regarderez-vous, et s'ils sont 
assez hardis pour parler, vous serez assez d^daigneux 

5 pour ne pas faire semblant de prendre garde k ce 
qu'ils disent, et n'y r^pondant point, vous poursui- 
vrez votre discours, agissant de mdme sorte en 
toutes choses que s'ils n'^toient point Ik ou s'ils 
n'^toient ni vus ni ouis. Que s'il arrive que ceux 

lo avec qui vous vous entretiendrez vous nomment 
quelquefois quelqu'un qui vous semble 6tre de 
trop bas aloi pour avoir de I'aftinit^ avec vous, il 
faut dire avec un ton m^prisant, /e nc cantwis point 
ceia^ comme ne sachant pas m^me de quoi c'est 

15 que Ton vous parle, et se gardant bien de dire, /i 
ne U conncis pointy pource que ce seroit encore faire 
trop d'honneur i une telle personne. Quand il 
sera aussi question de m^priser quelqu'un en sa 
presence, il se faudra bien garder de r^p^ter le 

20 nom de monsieur en parlant de lui H quelqu'autre 
qui se trouvera lit, comme par exemple, il ne faut 
pas dire, N*entende%'Vous pas ce qtu Monsieur vous 
dUt mais seulement, N* eniendez-vous pas ce quHl 
ditt de m^me que si Ton disoit, ce qu< ceJui-ld vous 



212 LA SOCI& T£ FRANQAISE 

dit^ ce qui t^moigne un vrai d^dain. £t en parlant 
\ de telles gens, il ne faut jamais les appeler 
simplement, Monsieur^ mais y ajouter toujours leur 
nom. Que si vous arrivez dans une chambre oti 
5 ils soient dejil placds, vous pouvez hardiment 
prendre place au dessus d'eux, pour leur montrer 
ce que vous etes et ce qu'ils sont ; et s'ils vous 
sont venus voir, quoique vous en reconduisiez 
d'autres jusques i la rue, lesquels vous estimez ^ 

lo cause de leurs richesses et de leurs grands offices ; 
quant ^ eux, vous les pouvez laisser aller seuls d^s 
la porte de votre chambre ou cabinet, sachant bien 
qu'ils nc s*6gareront pas. Que si vous vous trouvez 
en humeur de descendre, que ce soit plutot pour 

15 faire exercice que pour aucun respect que vous 
vouliez rendre, ainsi que vous leur t^moignerez 
asscz ; et gardez-vous bien de marcher apr^s cux, 
mais prencz le devant, ou tout au moins la main 
droite, et les quittez en tel lieu qu'il vous plaira^ 

20 les y surprenant mfime lors n'y penseront pas, pour 
leur montrer que ce n'est pas i eux k limiter votre 
c^r^monie, et que vous ne faites que ce qui vous 
plait, sans y ^tre oblig^. £n5n pratiquant toutes 
ces c^r^monies et grimaces mondaines oti il y a 



AU DIX-SEPTlkME SltCLE, 213 

tant de myst^re, vous croirez que c*est ce que Ton 
doit appeler une noble fierU^ nouvelle vertu de ce 
si^cle dont Ton parle tant, et dont les anciens 
philosophes n'ont jamais eu Tesprit de s'aviser. 

Nouveau Reeueil des Ptices 
les plus agr/ables de ce temps, 
Paris, 1644, pp. 28-36. Sees. 
XV., xvi. are given from reprint 
of above in Le Trisor des 
pieces rares on inddites, Les 
Loix de la Galanterie^ Paris, 
1855. pp. 24-29. 

2. 

L'HONNfiTE HOMME, OU L'ART DE 
PLAIRE A LA COUR. 

5 X E premier soin que doit avoir celui qui veut 

X J hanter les cabinets et les r^duits, et se jeter 

dans Tentretien des femmes, c'est de rendre sa 
presence agr^able. Car la premiere chose qu'elles 
consid^rent en un homme, c'est la mine et Taction 
10 ext^rieure, que Cic^ron nomme T^loquence du 
corps. II ne la divise qu'en deux parties, le geste, 
et la voix. Mais au sujet que nous traitons, 11 
faut encore ajouter Thabit et la composition du 



214 LA SOClAr£ FRAl^QAISE 

corps merae, qui doit etre d'une structure bien 
form^e ct bien proportionn^e, ou du moins qui 
n'ait rien qui d'abord rebute les ycux de ceux qui 
le regardent. Pour les v^tcments, il vaut xnieux 
5 6tre propre que par6 ; et toutes cellos qui ont godt, 
aiment mieux voir ceux qui sont nettement, que 
ccux qui ne sont que richement couverts. N^an- 
moins le plus que Ton y pcut mcttre, sans s'incom- 
moder, est le meilleur, ct c'est une des plus utiles 

ID d^penses qui sc fassent \ la cour. C'est presque 
la seule qui suit parlout ceux qui savent s'en servir, 
et leur ouvre des portes qui bien souvent sont 
fermecs k la grande condition, et encore plus sou- 
vent h. la vertu. Pour etre bien, il ne faut rien 

15 porter de particulier ni d'extravagant, et faut que 
les habits soient assortis et bien entendus. Quan- 
tity de femmes jugent de Tesprit des hommes, par 
leur fa9on de s'habiller, et ne peuvent s'imaginer 
qu'ils soient bijarres en la forme de leur chapeau, 

20 ou de leur pourpoint, et qu'ils ne le soient pas en 
leurs humeurs. L'ige encore se considfere en ce 
point. Car un vieillard seroit ridicule dans un 
manteau de velours nacarat ou gris-de-lin, et un 
jeune homme n'auroit gu^re bonne grice d'etre 



A (7 DIX^SEPTlkME S/kCLE. 21$ 

toujours couvert de noir, ou d'autres couleurs 
obscures. Sur toutes choses il faut 6tre curieux 
de la mode. Je n'entends pas celle de quelques 
etourdis d'entre les jeunes gens de la cour, qui 
5 pour faire bien les d^termin^s s'abfment tantdt 
la moiti6 de la taille dans de grosses bottes, tant6t 
se plongent depuis sous les aisselles jusques aux 
talons dans leurs haut-de-chasses, et tantdt se noi- 
ent toute la forme du visage dans des bords de 

lo chapeau aussi larges que des parasols d*Italic. 
Mais j'en tends cette mode, qui ^tant autoris^e par 
les plus approuvds d'entre les grands, et les hon- 
netes gens, sert corame de loi k tous les autres. Je 
trouve ceux-li fantasques, qui s'opiniatrent k con- 

15 trarier les usages re9us en quoi que ce soit, mais 
principalement en une chose si indifferente comma 
sont les habits. Qu'un honnete homme se garde 
bien de tomber en un tcl caprice ; comma aussi dc 
vouloir faire I'original II inventer de nouvelles 

20 fa^ons, s'il ne se sent bien capable d*y r^ussir. 
Comme que ce soit, il doit bien s'empecher qua 
Ton ne remarque trop de soin en sa propret6 ; et, 
en effet, un homme trop ajust6 est trop mal, qu*un 
autre trop neglig^. Cette sorte d'^tude n'est bien 




2i6 LA soci£t£ franqaise 

s6antc qu'entre les femmes ; et un homme n'est 
jamais beau, que lorsqu'il ne croit point Tetre. 
Pourvu qu'il soit nettement, il n'importe qu'il soit 
si pompeux. C'est assez qu'il ait toujours de beau 
5 linge et bien blanc ; qu'il soit bien chauss^, que 
ses habits, s*ils ne sont riches, du moins ne soient 
ni vieux, ni sales, que son chapeau soit neuf, et de 
la nouvelle forme ; qu'il ait toujours la t^te dess^- 
ch^e, et les cheveux bien faits comme on les porte, 

lo qu'il tienne sa barbe ajustee avec soin, k cause de 
rincommodit^ qu'autrement il en recevroit ^ parler 
et \ manger ; et particuli6rement qu'il ait toujours 
les dents et la bouche si nettes, que jamais il ne 
puisse incommoder de son haleine ceux qu'il entre- 

15 ticnt. Un art, plus 6tudi^ sert moins qu'il ne nuit, 
et Ton voit souvent tel paroitre plus agr^able aux 
yeux d'unc troupe de dames, tout hal6 qu'il est, ct 
tout couvert de sueur et de poussi^re au retour de 
la guerre ou de la chasse, que ces hommes de cire, 

20 qui n'osent jamais sc montrer au soleil, ni s'appro- 
cher trop pres du feu, de peur de se fondre. 

VllonesU Homme ou^ VAri 
de Platte ri la Cour, Par le 
Sieur Farct. Lyon, 1640, p. 
188. 



AU DIX-SEPTlkME SiMCLB. 21/ 

3 

l'honn£te femme. 

DES DAMES SAVAMTES. 

JE ne puis m'emp^cher de rire quand jc pense 
\ Terrcur de Franfois, due de Bretagne, 
qui t^rooigna une passion extreme pour Isa- 
belle, Fille d'^cosse, quand il apprit qu'elle n'avoit 
5 jamais ^tudi^ ; s'imaginant qu'une femme est assez 
savante quand elle pent mettre difference entre la 
chemise et le pourpoint de son mari. Le senti- 
ment de ce bon prince seroit bien ridicule aux pays 
oil les hommes vont tous nus, ou bien entre les na- 
xo tions qui font le pourpoint et la chemise tout d'une 
pi^ce. L'estime qu'il faisoit des ignorantes et des 
simples, m'oblige de croire qu'il avoit fait voeu de 
n'aimer que ses semblables. 

L'empereur Th^odose ne fit pas tant d'etat des 
15 ignorantes. II ^pousa Ath^nals, seulement parce 
qu'elle ^toit savante et de bon esprit, sans prendre 
garde qu'elle ctoit fille d'un p^re de basse extrac- 
tion, qui ne lui avoit point laiss^ d'autre bien que 
la beauty en naissant, et la philosophie dans son 
90 ^cole. Ceux qui se d^fient d'une femme quand 



21 8 LA SOaiTJt FRANQAJSE 

elle sait quelque chose, sont v6ritablement des foi- 
bles esprits qui m^ritent ce qu*ils craignent, et qui 
fondent leurs soup9ons sur les raisons m^mes qui 
leur devroient donner de Tassurance. 
5 Davantage, les dames qui ont quelque science 
ou quelque lecture, donnent beaucoup de plaisir 
dans la conversation, et n'en re^oivent pas moins 
dans la solitude, alors qu'elles s'entretiennent 
toutes seules. Leur idde a de quoi se contenter, 

lo pendant que les ignorantes sont sujettes aux mau- 
vaises pens^es, pource que ne sachant rien de lou- 
able pour occuper leur esprit, comme leur entre- 
tien est ennuyeux, aussi leur reverie ne pcut 6tre 
qu'extravagante. . . . Et toutefois, si je veux sou- 

15 tenir comme la raison m*y oblige, qu'une dame 
doit ^tre savante pour paroltre dans les conversa- 
tions, peut-etre que ce sentiment offensera d'abord 
celui des ignorants et des stupides, qui s'imaginent 
pour trouver dc la ressemblance par tout, qu'une 

20 fcmme ne peut ^tudier ni lire sans devenir vicicusc, 
ou au moins sans 6tre suspecte. . . . Le secours 
des lettres fortifie les meilleures inclinations, et 
ceux qui se persuadent que la lecture des livres 
est une ^cole pour apprendre i (aire le mal avec 



AC/ DlX^SEPTlkME SlkCLE, 219 

adresse, auroient meilleure grace de croire que les 
dames y trouvent plus de moyens de se corriger 
que de se corrompre. 

La lecture et la conversation sont absolument 
5 n^cessaires pour rendre Tesprit et Thumeur agit- 
able ; et comme Tune amasse en lisant la mati^re 
de nos discours, Tautre en parlant nous donne la 
m^thode dc les expliquer avec ornement pour join- 
dre ensemble la facility et I'abondance. Sans cela 

10 la conversation n'est qu*une insupportable tyran- 
nie, et il est impossible, sans se mettre ii la g^ne, 
de demeurer longtemps avec celles qui ne vous 
peuvent entretenir que du nombre dc Icurs mou- 
tons si elles sont ^ la campagne, ou si elles sont de 

15 la ville, qui ne parlent que de collets et des jupes k 
la mode. II ne faut done pas s*imaginer qu'en 
parlant de cette femme accomplie, de qui nous fai- 
sons rimage, nous entendions de peindre une m^re 
de famille qui sait bien commander ^ ses servantes, 

20 et qui a le soin de peigner ses enfants. Quoique 
nous ne blimions point cela, n^anmoins il faut 
avoucr que la musique, rhistoirc, la philosophie, et 
d'autres pareils exercices sont plus convenables \ 
notre dessein, que ceux d'une bonne m^nag^re. Et 



220 LA SOCliTi FRANQAJSE 

il n'y en a point de si dloign^s du sens commun, 
qui ne m'avouent que sans ces bonnes parties, 
quoique les dames aient Tesprit fort excellent, elles 
ne laissent pas de Tavoir quelquefois rempli de 
5 tr^s-mauvaises choses et tres-importunes. Leur 
bon naturel et leur bonne inclination demeurant 
sans efifet, manque de lecture ou de conversation, 
quand la tyrannie de leurs meres ou de leurs maris, 
ou bien quelque autre malheur les emp^che d'ac- 

lo qu^rir les belles qualit^s dont elles naissent capa- 
blcs. Car de dire que les sciences sont trop 
obscures pour les dames, et qu'clles ne peuvent 
comprendre les arts jusques dans leurs principes ^ 
cause des termes qui sont trop malaisds k entendre, 

15 sans mentir, c'est une etrange erreur, c'est une 
opinion bien extravagante de penser que la raison 
ne parle pas toutes langues, et que les sciences ne 
se peuvent pas aussi bien exprimer en fran9ois 
comme en grec et en latin. 

VHontusU Femme [par 
P^rc Jacques Du Bosc]. 
Lyon, 1640, p. 212. 



AU DIX^SEPTlkME SikCLE. 221 

NOUVEAU TRAIT6 DE LA CIVILIT6. 

C'EST pourquoi il faut encore observer que 
cet air soit toujours le milieu entre Tcnjou^ 
et le sdrieux, c'est k dire qu*il soit modeste et selon 
les regies de biens^ance que nous avons marquees ; 
5 et parce qu'aussi ces sortes de conversations d^- 
generent souvent en bagatelles, il faut se proposer 
de joindre toujours Tutilite k Tagrdable, je veux 
dire, qiie quoi qu'on dise, il y ait toujours du 
solide. Pour cet effet, jamais il ne faut, par 

10 example, louer Texterieur sans Taccompagner de 
rint^rieur ; jamais n'applaudir ^ aucun vice, jamais 
ne donner lieu k aucune mauvaise disposition 
d'esprit, etc. 

Ce jeune homme connoit done cette personne, 

15 et il en connoit par consequent toutes les inclina- 
tions et toutes les belles qualit^s ; supposons en 
effet, que ce soit une vertueuse ; qu'elle ait lu les 
bons livres, et appris les bonnes choses ; qu'elle 
emploie le temps, et qu'elle s*occupe alors k peindre 

20 si vous voulez en miniature dans son cabinet, oti 
on introduit notre disciple. Faisons leur faire une 



222 LA SOCI£t£ FRANQAISE 

conversation. II n*a aucun sujet d'cntretien, ct il 
faut qu'il prenne, comme on dit, conseil sur-le- 
champ. II n'en a point de meilleur que d'avoir 
recours aux lieux communs que nous avons mar- 
5 qu^s, et que nous ddsignerons ici afin de les 
reconnoitre. 

H^ quoi, Monsieur, (c'est la demoiselle qui com- 
mence) attendre que Ton vous fasse entrer ? 

On doit, Mademoiselle, dit le cavalier, ce respect 
lo au temple des muses. J'ai peur de le profaner. 

Vous faites. Monsieur, reprend la jeune dame, 
bien de I'honneur \ ce cabinet. 

Quoi, Mademoiselle, continue le cavalier, vous 
ne voulez pas que le sdjour des muses soit oti 
15 rdgnent les beaux arts? 

Mais j'ai entendu dire, r^pond la dame, que les 
Muses ^toient neuf, et je suis toute seule. 

Elles ^toient neuf, je Tavoue, rdpond la cavalier, 
mais vous seul, Mademoiselle, les valez toutes neuf. 
20 L'une ignoroit ce que I'autre savoit, et vous en 
savez plus que toutes ensemble. 

Mais, Monsieur, dit la dame, c'est me combler 
de confusion. 



AU DIX'SEPTlkME SikCLR. 223 

£t c*est en quoi, Mademoiselle, reprend le cava- 
lier, vous valez plus que ces neuf savantes, d'ac- 
compagner tant de m^rite d'une si grand modestie. 

II y a, Monsieur, r^pond la dame, des gens qui 
5 sont contraints d'etre modestes. £t vous me trou- 
vez sur cet ouvrage qui vous r^pondra pour moi, 
que je ne m^rite pas ces louanges-liL 

Quoi, Mademoiselle, dit le cavalier, c'est done 
aujourd'hui votre jour de peindre, je vous d^toume, 
lo je m'en vas. 

Non, non. Monsieur, continue la dame, ce seroit 
une fausse honte de ne pas vouloir peindre devant 
des connoisseurs, vous me direz mes ddfauts. Mais 
je quittois le pinceau comme vous ^tes cntr<. 
15 De grice, Mademoiselle, reprend le cavalier, que 
je ne sois pas cause que vous quittiez Touvrage, je 
m'en irai plutdt. 

Non, Monsieur, insiste la dame, k vous dire la 

v6rit^, il faut de la belle huroeur \ la peinture, 

20 comme k la po^si^. Je commen9ois k m*ennuyer. 

II est presque impossible de rien faire au chaud 

qu'il fait. 

II est vrai, r^pond le cavalier, qu'il fait une 
grande chaleur, mais rien ne vous rebute. Made- 



224 LA soci6t6 franqajsb 

moiselle, vous allez h, la vertu par elle-mSme, sans 
qu'aucune incommodit6 vous en d^tourne. 

H61as, s'^crie la dame, je suis bienheureuse 
d'etre ici bicn ^ Tombre, et de m'amuser ^ des 
5 bagatelles, tandis que de pauvres gens souffrent ^ 
la campagne cette chaleur excessive dans le travail 
ct la peine ! J'y songeois mSme en achevant ce 
m^chant navire. Car je croi que ces pauvres gens 
qui sont dans les vaisseaux, ont bien k souffrir en 
lo pleine mer, et dans un navire oh Todeur n'est pas, 
comme je croi, bien agrdable. Voyez, Monsieur. 

Oserois-je ? dit le cavalier. 

Tr^s-volontiers, Monsieur, reprend la dame, je 
ne fais point myst^re de mes ouvrages, ils n'en val- 
15 ent pas la peine. 

11 n'est pas juste, Mademoiselle, dit le cavalier, 
que vous en soyez le juge. Vous vous ^tes trop 
s6v^re. C'est une tempete ou un port de mer. 

Oui, Monsieur, r^pond la dame. 
20 Voil^ qui est fort beau, s'^crie le cavalier, ces 
vagues sont fort bien touch^es, et fort tendres. 
Mais quoi, Mademoiselle, avoir vous-m^me tant de 
douceur, et peindre si juste un ^l^ment si colore ? 

Ha, Monsieur, dit la dame, vous savez que les 



AU DIX-SEPTlkME SltCLR. 22$ 

peintres veulent ^Ire cajoles. Je ne veux pas me 
d^fendre puisque je suis du nombre, j'ai aussi ma 
petite vanit^. Je veux pourtant vous dire les 
choses comme elles sont ; et si je suis assez vaine 
5 pour avouer que ce n'est pas d'imagination que 
j*ai repr^sent^ la colore, je veux ^tre de bonne foi 
pour vous dire que tout ce qu*il y a de plus beau 
dans mon ouvrage, je I'ai pris d'un excellent origi- 
nal que voilk. 
lo Je vous assure, Mademoiselle, reprend le cavalier, 
que Ton ne connott point quel est Toriginal. 

C'est pour me donner courage. Monsieur, dit la 
dame, mais ce n*est pas comme je croi une temp^te. 
En efifet, continue le cavalier, le ciel est trop 
15 serein, et le navire ne parott pas assez agit^. C'est 
apparemment le flux que le peintre a voulu repr^- 
senter, car il fait beaucoup de flots et d'^cume sur 
la gr^ve. 

Bon Dieu ! reprend la dame, je suis done bien 
20 ^loign^e de connoftre ce grand myst&re du flux et 
reflux, puisque venant de le peindre, je ne le con- 
nois pas moi-m^me. 

Mademoiselle, interrompt le cavalier, il ne faut 
pas vous ^tonner si nous ne le connoissons pas, je 



226 LA S0CI6t6 FRANQATSR 

croi que les plus savants sont de m^me que nous ; 
ils le peignent sans le connottre, lis le peignent 
d'imagination. 

J'aiy dit la dame, un peu lu des ouvrages d'un 
5 philosophe moderne, ce qu'il en dit est bien 
imaging, aussi bien que le reste. Vous savez sans 
doute cette philosophie-lh, Monsieur. 

J*en ai lu quelque chose, r^pond le cavalier, 
mais j'admire que rien ne vous puisse ^chapper. 
lo Je Taime, continue la dame, parce qu'on la com- 
prend. 

II est vrai, dit le cavalier, que les raisons qu'elle 
rend des choses sont tout ^ fait sensibles et 
naturelles. 
IS Jc Taime aussi, reprend la dame, parce que ces 
messieurs ne se piquent pas de d^velopper les 
secrets de la toute-puissance de Dieu ; mais seule- 
ment d'en raisonner autant qu'Ils en sont capables, 
en avouant en m^me temps, que si quelqu'un a 
20 quelque chose de mcilleur ^ dire, il leur fera grand 
plaisir. Mais je m'aper^ois qu'il ne me sied pas 
bien de faire la savante devant vous. Monsieur. 

Moi, Mademoiselle, s'^crie le cavalier, je serois 
bien savant si j'^tois capable d'etre votre disciple. 



AU DIX^SEPTlkME SltCLE. 22/ 

Ah mon Dieu ! r^pond la dame, il faudroit que 
les sciences fussent tomb^es en quenouille. 

II y a apparence que cela soit, Mademoiselle, 
dit le cavalier, puisqu'^ la Cour vous ^tes toutes 
5 savantes k Tenvi Tune de Tautre. 

Cela seroit joli, reprend la dame, si notre sexe 
occupoit k present les charges de I'^tat. 

Pourquoi non ? dit le cavalier, si le monde n'est 
comme le mer qu'un flux et reflux. Si selon 
lo Topinion des philosophes qui sont vos favoris, la 
terre toume au lieu du ciel, pourquoi cette revolu- 
tion ne se fera-t-elle point dans les personnes comme 
dans les choses ? 

Ce seroit, je vous avoue, reprend la dame, une 
15 assez plaisante chose k voir, mais voici un laquais 
qui vient m'appeler. 

Je suis votre tr^s-humble serviteur. Mademoiselle, 
dit le cavalier, et vous demande pardon de mon 
importunity. 
20 Que cela ne vous chasse pas. Monsieur, reprend 
la dame, on n*est jamais importune de personnes 
faites comme vous. 

Vous avez trop de bont^, r^pond le cavalier, 
vous en comblez jusqu'aux moindres de vqs 




228 LA SOCI£t£ FRANQAISB 

serviteurs, j'en suis confus, Mademoiselle, je 
m'enfuis. 

Adieu done. Monsieur, lui crie la dame, je vous 
suis bien obligee de votre civility, etc. 

5 On peut voir dans ce dialogue un ^chantillon de 
la conversation, et parce qu'elle seroit ennuyeuse 
et s^che si elle ^toit toute de compliments de part 
et d'autre, on a voulu y m^ler quelques incidents 
indiffdrents, pour montre que le compliment ne doit 

I o point ^tre tir6, mais naitre naturellement du discours. 

N'ouveau Traiii de la CitfiH^ 
ti qui se pratique en France 
parmi lei Honnestes Gens [par 
Ant. de Courtin]. Paris, 1677, 
p. 86, 

5- 

L'ESPRIT DE COUR. 

CONVERSATION XXXI. 
DU ROMAN. 

TT "TN galant homme feint de fu b'Ottver pus ban 
1/ que Its dames lisent les ronians, 

MENDOSE. 

Pour peu qu*on s'attache aux lectures plaisantes, 
Ton coQ9oit du d^goOt pour les lectures s^rieuses. 



AU DIX^SEPTlkME SikCLE. 2^g 

B^RONE. 

J'avoue que les Arianes, les Cassandres, et les 
C161ies, ne sont pas si solides que les i Kempis, les 
de Sales, et les du Pons ; mais il n'est pas incom- 
patible qu'une honn^te personne passe des derniers 
5 aux premiers, qu'elle fasse des uns ses livres de di- 
vertissement, et qu'elle fasse des autres ses livres 
de mortification. 

MENDOSE. 

Les romans laissent des id^es sensuelles. 

B^RONE. 

Les romans laissent des images h^roi'ques. 

MENDOSE. 

lo Quel profit peut-on tirer de tout ce qu'ils 
contiennent ? 

HERMINE. 

L'on apprend d'eux It faire des billets ct des 
rdcits, des abords et des sorties. L'on apprend' 
15 d'eux de quel air on doit parler aux princes, de 
quelle fa9on on doit d^f^rer aux dames. L'on 
apprend d*eux comment les conditions s'expri- 
ment, et comment les sexes se r^glent. 



230 LA SOCl£r£ FRANQAJSE 

MENDOSE. 

Les enfants des nobles apprennent la belie civility 
de ceux qui les gouvcment. 

HERMINB. 

II y a bien de la difference entre les gouvemeurs 
et les romanistes. Les gouveraeurs donnent des 
5 pr^ceptes, et les romanistes donnent des examples. 
Les gouverneurs sont quelquefois n^gligents, et les 
romanistes sont toujours exacts. Les gouvemeurs 
troublent souvent par la s^v^rit^ de leur visage les 
id^es qu'ils impriment, et les romanistes fixent 
ID toujours par la douceur de leurs personnages les 
images qu'ils laissent. 

b]£rone. 

L'on peut ajouter k ce que vient de dire ma com- 

pagne, que les romanistes abreuvent Tesprit de 

cent accidents surprenants, et que par le judicieux 

15 ddm^lement des choses, ils lui d^couvrent les moy- 

ens d'etre present It tout. 

MENDOSE. 

Quelquc dtat que vous fassiez des romanistes, ils 
font voir comme dans un tableau anim6, toutes les 
foiblesses de la nature humaine. 



AU DJX^SEPTjkME SltCLB. 23 1 

BORONS. 

Comiine I'ivresse des esclaves dont parle Thistoire 
inspiroit la sobri6t6 k ceux qui robservoienty I'ex- 
travagance des passions inspire la moderation k 
ceux qui la lisent. 

MENDOSE. 

5 Quand nous ne savons pas si les mouvements 
qui nous troublent ont des exemples, nous faisons 
quelque effort contre notre foiblesse ; mais quand 
nous savons que les m^mes mouvements qui nous 
agitent ont des semblables, nous ne nous soulevons 
10 point contre notre infirmity. 

B^RONE. 

Les bons roroans ne repr^sentent seulement pas 

les actions h^roKques et les actions brutales, ils 

repr^sentent encore et les effets du bien, et les 

suites du mal, les recompenses de la vertu, et les 

15 punitions du vice. 

HERMINE. 

Apr^s cela je ne pense pas que Monsieur porte 
la dispute plus avant. 

MENDO8E. 
Vous avez raison, Mademoiselle, d*avoir cette 



232 LA soci£t£ franqajse 

pens^e, vous ^tes des invincibles. Mais quand 
vous ne seriez pas ce que vous dites, je vous don- 
nerois les mains ; puisque je n'ai combattu votre 
inclination que pour exercer votre esprit, et qu'il 
5 est temps que de la sdvdrit^ d'un missionnaire je 
passe i la complaisance d'un courtisan. 

CONVERSATION LIV. 
DE L'iNTRODUCTIGN. 

Sertore qui est un excellent homme^ introduit un 
auteur chez une savante, 

SERTORE. 

Voici, Madame, cet excellent homme dont je 

lo VOUS entretins demierement ; j'ai cru que vous ne 

trouveriez pas mauvais que je lui procurasse 

I'honneur de votre connoissance, que je lui com- 

muniquasse un bien que peu de gens possMent. 

B^LINDE. 

II me tardoit que je nc visse Monsieur, c'est une 
15 personne extraordinaire, et vous devez fitre per- 
suade que j'eusse pr^venu sa visite, si mon sexe en 
cela eut ^t^ de concert avecque mon d^sir. 



AU DIX^SEPTlkME SltCLE, 233 

STATILE. 

II est croyable, Madame, que je vaux quelque 
chose, puisqu'une personnc rare comme vous, prend 
la peine de me louer, mais il y bien de la dispro- 
portion entre les louanges que vous me donnez, et 
5 les qualit^s que je possMe ; et k n*en point mentir, 
je n'entendois pas d*un esprit si moder^ que le 
votre une civility si excessive. 

B^LINDE. 

Vous avez peu de semblables, et Ton doit aux 
grands hommes de grands 61oges. 

STATILE. 

10 II est avantageux ^ ma curiosity que je vous 
connoisse ; il seroit avantageux k ma reputation 
que vous ne me connussiez point. Mon entretien 
sans doute me perdra bientdt aupr^s de vous, et je 
compte d^jk cette visite pour une de mes disgrices. 

SERTORE. 

15 Comme ce que vous direz d^mentira ce que 
vous ditcs, vous recevez de la confusion des m^mes 
choses qui vous donnent de la gloire. 



234 LA socj£r£ franqaise 

Bl^LINDE. 

Si Ton doit juger de la fin par le commencement, 
Ton doit quereller par avance la modestie de 
Monsieur. 

STATILE. 

Je ne me fusse pas expos^ K un si grand jour que 
5 le v6tre, si j'eusse €ii ennemi de mes propres 
avantages ; mais la belle curiosity est une de mes 
plus grandes passions, et pourvu que dans la dis- 
pute Ton me dise d'excellentes choses, il m'importe 
tr^s-peu que les triomphes de mon adversaire me 
lo coiitent un peu de honte. 

B^LINDE. 

Vous avez feint de croire que vous vous perdriez 
dans mon esprit, et je crois tout de bon que je me 
perdrai dans le vdtre. 

SERTORE. 

Les attaques et les ripostes ont ^t(^ dgalement 
15 vigoureuses ; mais quelque bonne opinion que j'aie 
de mon ami, je crois, Madame, que sa confusion 
sera le prix de votre victoire. 



AU DIX^SEPTlkME SltCLE. 235 

B^LINDE. 

Si mon sentiment ^toit le vdtre, je garderois le 
silence. 

STATILE. 

Je n'ai pas peu d'obligation 2t Madame, elle est 
g^n^reuse ; roais je lui en aurai bien davantage 
5 quand elle poussera 2t bout roon ignorance. 

SERTORE. 

Outre que Thonneur qu'il y a d'etre entrepris de 
Madame adoucit le regret qu'on a d'en 6tre vaincu, 
Madame ne pent vaincre, qu'elle n'apprenne k 
vaincre. 

b]£linde. 

10 Si Monsieur ne fonde ses victoires que sur les 
raiennes, il peut bien, comme dit un ancien, renon- 
cer au laurier. 

STATILE. 

Vous pouvez en me combattant, d^couvrir cent 
v^rit^s ; et je puis en suivant vos principcs, con- 
15 fondre cent adversaires. 

SERTORE. 

La doctrine de Madame est k tout usage. A-t-on 



236 LA SOCIAt£ FKANgAISE 

affaire k un opiniatre, ses raisons accablent : a-t-on 
affaire k un d6sesp6r6, ses remontrances consolent : 
a-t-on affaire k un incertain, ses demonstrations 
^blouissent. 

STATILE. 

5 C'est done une massue dans les disputes, c'est 
done un Idnitif dans les afflictions, c'est done un 
oracle dans des doutes. 

D^LINDE. 

Personne ne donne k mes petits rayons les quali- 
t^s dont vous leur faites largesse, et c'est me pren- 
10 dre pour mon oppos^e que de me prendre pour 
toutes ces choses. 

SERTORE. 

Quoi que vous puissiez dire, la raret^ de votrc 
esprit est publiquement connue ; et pour parler 
comme un moderne, elle n'est plus un article con- 
15 tentieux parmi les personnes raisonnables. 

BIbLINDE. 

Encore que votre t^moignage soit fort considera- 
ble, j'ai de la peine k me rendre. 



AU DIX^SEPTlkMR SlMCLE. 237 

SERTORE. 

Ce n'est pas d'aujourd'hui, Madame, que vous 
faites peu d'etat de tout ce que le monde admire. 
Mais si vous faites reflexion sur les beaux livres 
que vous avez au jour, sur les excellentes pi^es 
5 qui restent dans votre cabinet, et sur les bonnes 
choses dont vous entretenez tous les jours le grand 
monde, vous avouerez sans doute que votre mode- 
ration est injuste, que votre modestie est aveugle, 
et que quand vous combattez votre pan^gyrique, 
10 vous vous opposez aux couronnes qui sont dues et 
k votre doctrine, et h, votre Eloquence. 

CONVERSATION LXXII. 
DES CONNOISSANCES. 

Alphonte cajole une fille sur r/tendue de ses con- 
naissances, 

ALPHONTE. 

Je n'approuve point ceux qui condamnent la 

15 curiosity des femmes, et qui tiennent qu'une que- 

nouillc leur sied mieux qu'un livre. Les Polycartes 

ct les Myrthes, les Complies et les Lastemes, les 



238 LA SOCl£TJi FRANQAISE 

Lelies et les Ar^th^s, montrent bien que les dames 
sont capables des plus grandes choses ; et Thistoire 
meme rapporte que la demi^re avoit la plume 
d'Aristipe, Tesprit de Socrate, et la langue d'Ho- 
S m^re. 

M^RANE. 

Quoique la lecture rectifie les sentiments, la plu- 

part des hommes la veulent interdire ^ notre sexe, 

et ils all^guent pour raison que, comme les femmes 

sont plus ndes pour obeir que pour commander, 

10 elles ont plus besoin de ddf^rence que de doctrine. 

ALPHONTE. 

Si Ton doit lire pour acqu^rir la science du salut, 
les livres vous doivent etre interdits, vous vous 
raffinez sur la vertu ; et si Ton doit lire pour acqu^- 
rir la science du commandement, les livres encore 
15 vous doivent ^tre d^fendus, vous r^gnez sur les 
coeurs. 

M^RANE. 

Comment raffinerois-je sur la virtu ? je n'entends 
pas la morale ; et comment r^gnerois-je sur les 
coeurs ? je ne sais pas la politique. 



AU diX'SEPtiMme sikcLE. 239 

ALPUONTE. 

Outre que vous avez comme suc^ le bien avec- 
que le lait, et que vous avez fait des soumis d^ 
que vous avez pu pronoDcer des coromandements, 
votre conversation nous apprend que vous savez 
5 vous conduire et comme citoyenne, et comme soli- 
taire, et que les B^n^vents et les Cabots, les 
Machiavels et les Mamixs, ne sont pas moins de 
votre intelligence que les Grenades et les du Pons, 
les \ Kempis et les de Sales. 

M^RANE. 

10 Si j'^tois si savante que vous dites, je ne lirois 
que des livres rares, et cependant je ne lis que ce 
que les simples filles lisent. 

ALPHONTE. 

Vous ne lisez plus les grands livres, vous ^tes 
riche de leurs d^pouilles ; et si vous lisez encore 
15 quelques livres de devotion c'est plus par bien. 
stance que par n^cessit^. 

VEs^i d€ Cour^ 9U Us 
Contftrsatioru gaiantis. Par 
Ren^ Barry. Amsterdam, 
X665, pp. 140. 9$$, 33a. 



240 LA soci£rji franqaisb 

6. 
DE LA CONVERSATION. 



c 



OMME la Conversation est le lien de la soci- 



ety de tous les hommes, le plus grand; 
plaisir des honnestes gens, et le nioyen le plus; 
ordinaire d*introduire, non seulement la politesse 
5 dans le nionde, mais encore la morale la plus pure' 
et Tamour de la gloire et de la vertu : il me paroft 
que la Compagnie ne peut s'entretenir plus agrea- 
blemenl, ny plus utilement, dit Cilenie, que d'exa- 
miner ce que c'est qu'on appelle Conversation. 

lo Car lors que les Hommes ne parlent precis^ment 
que pour la necessity de leurs affaires, cela ne peut 
pas s'appeller ainsi. En effet, dit Amilcar, un 
Plaideur qui parle de son procez \ ses Juges, un 
Marchand qui negocie avec un autre, un General 

15 d'arm^e qui donne des ordres, un Roy qui parle de 
politique dans son Conseil ; tout cela n'est pas ce 
qu'on doit appeller Conversation. Tous ces gens- 
Iji peuvent bien parler de leurs interests et de leurs 
affaires ; et n'avoir pas cct agreable talent de la 

20 Conversation, qui est le plus doux charme de la 
vie, et qui est peut-estre plus rare qu'on ne le croit 



AU DIX.SEPTIEME STkCLE, 24 1 

Pour moy je n'en doute point du tout, reprit 
Cilenie, mais il me semble qu'avant que de bien 
d^finir en quoy consiste principalement le charme 
et la beauts de la Conversation, il faudroit que 
5 toutes les Personnes qui composent la Compagnie, • 
se souvinssent des Conversations ennuyeuses qui , 
les ont le plus importun^es. Vous avez raison, dit 
Cerinte. Car en remarquant tout ce qui ennuye, '* 
on pourra mieux connoitre ce qui divertit ; et ' 

10 pour en raontrer Texeraple, ajo{ita-elle, je fis hier 
une visite de famille, dont je fus si accabl^e, que 
j'en pensay mourir d'ennuy. En eflfet, imaginez- 
vous que je me trouvay au milieu de dix ou douze 
Femmes qui ne parlerent d'autre chose que de 

jc tous leurs petits soins domestiques, que des defauts 
de leurs esclaves, que des bonnes qualitez, ou des 
vices de leurs Enfans ; et il y eut une Femme, 
entr'autres, qui employa plus d'une heure i raconter 
sillabe pour sillabe les premiers begayemens d'un 

20 Fils qu'elle a, qui n'a que trois ans. Jugez apr^s 
cela, si je ne passay pas mon temps d'une pitoyable 
maniere. Je vous assure, repliqua Nicanor, que 
je ne le passay guerre mieux que vous, puisque 
je me trouvay engage malgr^ moy avec une troupe 



242 LA SOCIAtA FRANQAISE 

de Femmcs que vous pouvez ais^ment deviner, qui 
n'employerent le jour tout entier, qu'it se dire du 
bien ou du mal de leurs habillemens ; et qu'k 
mentir continuellement sur le prix qu'ils leur 
S avoient codt^. Car les unes par vanite disoient 
beaucoup plus qu'il ne falloit, ^ ce que mc dit la 
moins folle de toutes ; et les autres pour faire les 
habiles disoient beaucoup moins. Si bien que je 
passay tout le jour k n'entendre que des choses si 

lo basses et de si peu d'esprit, que j'cn suis encore un 
peu chagrin. £n mon particulier, reprit la belle 
Athis, je me suis trouv^e depuis quinze jours avec 
les Dames, qui, quoy qu'clles ayent de Tesprit, 
m'importunerent ^trangement. Car enfin, ^ dire 

15 les choses comme elles sont, ce sont de ces Femmes 
galantes dc profession, qui ont du moins chacune 
une affaire, et une affaire qui les occupe tellement, 
qu'elles ne pensent k autre chose. Si bien que 
quand on n'est point dc leurs intrigues, et qu*on se 

20 trouve engage avec elles, on s'y Irouve fort embar- 
rasse, et on les embarrasse fort aussi. En effet, 
tant que je fus avec celles dont je parle, je les en- 
tendis toCijours parler, sans entendre ce qu'elles 
disoient. Car il y en avoit une i ma droite, qui 




AU DIX^SEPTlkME SlkCLE, 243 

disoit h. une autre qui la touchoit ; qu'elle S9avoit 
de bonne part, qu'un tel avoit rompu avec celle-I^ 
et que celle-cy avoit renoti^ avec un tel : et il y en 
avoit une autre k ma gauche, qui parlant avec 
5 Amotion k une Dame de ses amies, luy disoit les 
plus folles choses du monde. Apr^s tout, luy 
disoit-elle avec chagrin, il ne faut pas, que celle 
(jue vous s^avez se vante de m'avoir 6t^ un Galant, 
puis qu'elle n'a celuy qu'elle croit m'avoir arrach^, 

10 que parce que je Tay chass^. Mais si la fantaisie 
m'en prend, je le rappelleray ; et je feray si bien, 
qu'elle n'en aura de sa vie. En un autre endroit, 
j'entendis qu'il y en avoit qui racontoient une 
Collation qu'on leur avoit donn^e : affectant de 

15 dire avec autant d'empressement qu'elle ^toit mau- 
vaise, que si elles eussent crQ diminuer la beaut^ 
de la Dame i qui on Tavoit donn^e, en disant que 
son Amant n'^toit pas assez magnifique. Enfin je 
vous avoue, que de ma vie je n'eus tant d'impa- 

20 tience que j'en eus ce jour-lL 

Pour moy, repliqua Cilenie, si j'avois est^ en 
votre place ; j*aurois trouv^ rinvention de me 
divertir auk depens de celles qui m'auroient cn- 
nuy^e : mais je ne trouvay point celle de ne m'en- 



244 I-A SOCl£TJi FRANQAISB 

nuyer pas, il y a trois jours, avec un Homme et 
une Femmc, qui ne font jamais leurs conversations 
que de deux sortes de choses : c'est k dire, des 
Genealogies entieres des Maisons de Mytilene ; et 
5 de tous les biens des families. Car enfin, si ce 
n'est en certaines occasions particulieres, quel 
divertissement y a-t*il d'otlir dire durant tout un 
jour : Xenocrate ^toit fils de Tryphon, Clideme 
^toit sorty de Xenophane, Xenophane ^toit issu de 

lo Tyrt^e, et ainsi du reste? Et quel divertissement 
y a-t*il encore, d'oUir dire, qu'une telle Maison oii 
vous n'avez nul interest, oh vous ne f(ites jamais, 
et oil vous n'irez dc vdtre vie, fut bitie par celuy-cy, 
achet^e par celuy-lk, ^changde par un autre, et 

15 qu'elle est presentement possed^e par un Homme 
que vous ne connoissez pas ? 

Cela n'est, sans doute, pas trop agreable, repliqua 
Alc6, mais cela n'est pas encore si incommode, que 
de trouver de ces Gens qui ont quelque fdcheuse 

20 affaire, et qui ne peuvent parler d'autre chose. 
En effet, je trouvay, il y a quelque temps un Capi- 
taine de mer qui pretend, que Pittacus doit le 
recompenser d'un Vaisseau. II me tint trois heures 
non sculement k me raconter les raisons qu'il pre- 



AU DIX^SEPTlkME SiMCLE. 245 

tendoit avoir d'estre recompense ; mais encore ce 
qu'on luy pouvoit repliquer : et pour me faire . 
mieux comprendre la perte qu'on luy vouloit 
causer, il se mit h, me dire en detail ce que luy 
5 avoit cotiXi son Navire. Pour cet eflfet il me dit 
les noms de ceux qui Tavoient b&ty, et il me nom- 
ma toutes les parties de son Vaisseau les unes 
apr^s les autres, sans qu'il en fust besoin ; pour 
me faire entendre, qu'il ^toit des meilleurs et des 

10 plus chers, et qu'on luy vouloit faire une grande 
injustice. 

II est vray, dit Amithone, que c'est une grande 
persecution que de trouver de ces sortes de Gens. 
Mais ^ vous dire la verity, ces Conversations graves 

15 et serieuseSy oil nul enjouSment n'est permis, ont 
quelque chose de si accablant, que je ne m'y trouve 
jamais, que le mal de teste ne m'en prenne. Car 
on y parle todjours sur un mesme ton. On n'y rit 
jamais ; et on y est aussi concert^ qu'aux Temples. 

ao Je demeure d'accord de ce que vous dites, reprit 
Athis ; mais je dis, h. la honte de ndtre sexe, que 
les Hommes ont un grand avantage sur nous pour 
la Conversation ; et pour le prouver, je n'ay qu'4 
dire k la Compagnie, qu'^tant all^e chez Lysidice, 



24<3 LA SOCI£t£ FRANQAISE 

je la trouvay dans la chambre de sa mere, oti il y 
avoit une si grande quantite de Femmes, qu'lt 
peine y pOs-je trouver place ; mais il n*y avoit pas 
un scul Homme. Je ne s^aurois vons dire de 
5 quelle maniere toutes ces Dames avoient I'esprit 
tourn^ ce jour-li, quoy qu'il y en e<it de fort spiri- 
tuelles. Mais je suis contrainte d*avoUer, que la 
Conversation ne fut pas fort divertissante. Car 
enfin on ne parla presque, que de bagatelles en- 

lo nuieuses : et je puis dire, que de ma vie je n*ay 
tant entendu parler, pour dire si peu dc chose. 
Mais m'^tant rencontr^e aupr^s de Lysidice, je p{is 
ais^ment remarquer le chagrin otl elle en dtoit II 
est vray que je le remarquay avec plaisir ; parce 

i-j qu'il luy fit dire cent choses plaisantes. Comme 
elle ^toit fort ennui^e de cette conversation tumul- 
tueuse qui choquait si fort son inclination, il arriva 
un de ses parens. Mais ce qu'il y eut de remarqua- 
ble fut, qu'encore que cet Homme n'ait pas un de 

20 ccs esprits ^levez qu'on trouve si rarement, et qu'il 
ne soit que du rang des honnestes Gens ordinaires, 
la Conversation changea tout d'un coup, et devint 
plus regime, plus spirituelle, et plus agreable quoy 
qu'il n'y eust nul changement k la Compagnie, si- 



AU DIX-SEPTlkME SikCLE. 247 

non qu'il y ^toit arriv^ un Homme qui ne parla pas 
mesme beaucoup. Mais enfin, sans que je vous en 
puisse dire la veritable raison, on parla d'autre 
chose ; on en parla mieux : et les mesmes Per- 
5 sonnes qui m'ennuioient, aussi bien que Lysidice, 
me divertirent extremement. Cependant toute cette 
Compagnie s'en ^tant allde, je demeurai seule avec 
Lysidicc. Elle ne se vit pas plfttost en liberty, que 
passant de son huraeur enjoUee : H^ bien Athis, 

10 me dit-elle, me condamnerez-vous encore de pre- 
ferer la Conversation des Hommes, ^ celle des 
Femmes ? Et n'estes-vous pas contrainte d'avofler, 
que qui ecriroit tout ce que disent quinze ou vingt 
Femmes ensemble, feroit le plus mauvais Livre du 

15 monde ? J'avoue, luy dis-je, en riant, que si Ton 
avoit ^crit de suite tout ce que j'ay entendu dire 
aujourd'hui, ce seroit un bizarre discours. Pour 
moy, dit-elle, il y a des jours, oil je suis si irrit^e 
contre mon sexe, que je suis au desespoir d'cn 

20 estre, principalement, quand je me suis trouv^e en 

* quelqu'une de ces Conversations toutes compos^es 
d'habillemens, de meubles, de pierreries, et d'autres 
semblables choses. Ce n'est pas, ajodta-elle, que 
je veuille, qu'on ne puisse jamais i)arler de cela. 



248 LA S0a£7£ FRANqAISE 

Car enfin je suis quelquefois assez bien coSfif^e, 
pour estre bien-aise qu'on me le die : et mes 
habillemens sont quelquefois aussi assez beaux et 
assez bien faits, pour trouver bon qu'on me les 
S loue. Mais je veux qu'on parle peu de ces sortes 
de choses, et qu'on en parle galamment, et comme 
en passant, sans empressement et sans application ; 
et non pas comme font certaines Femmes que je 
connois, qui passent toute leur vie k ne parler que 

10 do cela, et ^ ne penser k autre chose ; et qui y 
pensent mesme avec tant d'irresolution, que je 
croy, qu'k la fin de leurs jours, elles n'auront pas 
encore determine dans leur esprit, si I'incamat leur 
sied mieux que le bleu, ou si le jaune leur est plus 

15 avantageux que le verd. J'avoue que le discours 
de Lysidice me fit rire : et je le trouvay d'autant 
plus plaisant, qu'il est vray qu'il y a une Dame de 
ma connoissance, qui n'employe tout son esprit, 
qu'en de pareilles choses ; qui ne parle jamais que 

20 de cela ; et qui fait consister sa plus grande gloire 
en tout ce qui Tenvironne seulement : c'est ^ dire, 
en la dorure de son Palais, en la magnificence de 
ses meubles, en la beaut^ de ses habillemens, et en 
la richessc de ses pierreries. 




A[/ DIX^SEPTlkME SikCLE. 249 

Apres avoir done ry de ce que disoit Lysidice, 
je voulus prendre Tinterest des Femmes en general ; 
et luy dire, que j'^tois pcrsuad^e, qu'il y avoit 
autant d*Hommes que de Dames, dont la conversa- 
5 tion dtoit peu agreable. II y en a, sans doute, 
reprit-elle, dont Tentretien est insuportable. Mais 
il y a cela d'avantageux, qu'on s'en ddfait plus 
facilement ; et qu'on n'est pas obligd d'avoir une 
civility si exacte pour eux. Mais dit Athis, ce 

10 n'est pas de cela, dont il s'agit. Car ce que je 
vous dy est, que les plus aimables Femmes da 
monde, quand elles sont un grand nombre en- 
semble, et qu'il n'y a point d*Hommes : ne disent 
presque jamais rien qui vaille, et s'ennuient plus, 

15 que si elles etoient seules. Mais pour les Hommes 
qui sont fort honnestes gens, il n*en est pas de 
mesme. Leur conversation est, sans doute, moins 
enjoti^e, quand il n'y a point de Dames, que quand 
il y en a. Mais pour Tordinaire, quoy qu'elle soit 

20 plus serieuse, elle ne laisse pas d'estre raisonnable : 
et ils se passent enfin de nous, plus facilement, que 
nous ne nous passons d'eux. Cependant cela me 
fait un ddpit que je ne vous s9aurois dire. Pour 
moy, repliquay-je, il me semble que je pourrois 



250 LA sociAtA franqaise 

vivre sans m'ennuyer, quand je ne verrois jamais 
que de mes Amies, pourveu qu'elles fussent toutes 
faites comme Lysidice. Je vous diray, si vous le 
voulez, repliqua-elle, pour r^pondre k vdtre civility, 
5 que je ne m'ennuyerois non plus que vous, si toutes 
les miennes ^toient comme vous. Mais il faut du 
moins encore y ajoflter ; pourveu que je ne les 
visse qu'une ^ une, deux ^ deux, ou trois i trois 
tout au plus. Car de les voir douze ^ douze, 

lo j'aimerois mieux ne voir personne. Ofly, pour- 
suivit-elle, avec le chagrin le plus plaisant du 
monde, quand il y auroit douze Athis au monde, je 
ne les voudrois pas voir tous les jours toutes en- 
semble, s'il n'y avoit deux ou trois Hommes. Car 

i^ quoy que vous ne disiez jamais une chose mal ^ 
propos, je suis assur^e, que si vous esticz douze, 
vous en diriez ; ou que, du moins vous diriez 
commes les autres, de ces sortes de choses, qui ne 
veulent rien dire, ct qui font la Conversation si 

20 languessante et si ennuieusc. Enfin, poursuivit- 
elle, que voulez-vous que jc die, sinon, que si vous 
n'estes fort dissimul^e, vous serez contrainte 
d*avo(ler, qu'il y a je ne s^ay quoy, que je ne S9ay 
comment exprimer, qui fait qu*un honneste Homme 



AU DlX'SEPTlkME SikCLE. 25I 

rdjoUit et divertit plus une compagnie de Dames, 
que la plus aimable Femme de la terre ne le S9au- 
roit faire. Je dis mesme encore plus, ajodta-elle. 
Car je sodtiens, que quand il n*y a que deux 

5 Femmes ensemble, si elles ne sont en amitid Tune 
avec Tautre, elles se divertiront moins, qu'elles ne 
feroient si elles parloient chacune avec un Homme 
d'csprit, qu'elles n'eussent jamais veu. Jugez 
apr^s cela si je n'ay pas raison de murmurer contre 

10 men sexe en general. 

Ces Conversations sont sans doute tres-incom- 
modes, reprit Amilcar. Mais il y en a d'une espece 
qui m'importunent encore dtrangement. En effet, 
je me trouvay un jour ^ Siracuse, avec cinq ou six 

15 Femmes, et deux ou trois Hommes, qui se sont mis 
dans la teste que pour faire que la Conversation 
soit agreable, il faut rire dternellement. De sorte 
que tant que ces Personnes sont ensemble, elles ne 
font que rire de tout ce qu'elles se disent les unes 

20 aux autres, quoy qu'il ne soit pas trop plaisant. 
Et elles menent un si grand bruit, que, bien sou- 
vent, elles n'entendent plus ce qu'elles disent : et 
elles rient alors seulement, parce que les autres 
rient sans en s9avoir la raison. Cependant elles ne 



jssr 



252 LA SOClArA FRANQAISE 

sont d'aussi bon coeur, que si elles en s9avoient le 
sujet. Mais ce qu'il y a d'^trange, e'est qu'eflfec- 
tiveraent leur rire est quelquefois si contagieux, 
qu'on ne s9auroit s'emp^cher de prendre leur mala- 
5 die : et je me suis trouvde un jour avec de ces 
rieuses ^temelles, qui m'inspirerent si fort leur rire, 
que je ris presque jusqu'aux larmes, sans que je 
S9eusse pourquoy je riois. Mais i dire la verity, 
j'en eus tant de honte un quart d'heure apr^s, que 

10 je passay en un moment de la joi'e au chagrin. 
Quoy qu'il y ait bien de la folie i rire sans sujet, 
reprit Valerie, encore ne serois-je pas si embarrass^e 
de me trouver avec ces sortes de gens, que de me 
rencontrer avec ces Personnes dont toute la Con- 

15 versation n'est que de longs Recits pitoyables ct 
funestes, extremement ennuycux. Car enfin je 
connois une Femme, qui s^ait toutes les avantures 
tragiques, et qui passe les joum^es entieres IL d6- 
plorer les malheurs de la vie et \ raconter des 

20 choses lamentables avec une voix triste et langou- 
reuse, comme si elle dtoit payde pour plaindre tous 
les malheurs du monde. 

Ne passons pas si vtte, dit Plotine, le defaut des 
trop longs Recits. Puisque selon moy, il se faut 



AU DIX^SEPTlkME SikCLE. 253 

bien garder de s'accodtumer k reciter continuelle- 
ment, comma j'en connois, qui ne parlent jamais, 
que du pass6 : et racontant todjours ce qu'ils ont 
v{i, ne disent rien de ce qu'ils voyent. II est vray, 
5 reprit Amilcar, que les Reciteurs etemels sont 
quelquefois fort ^ craindre. II y en a qui sont 
confus ; les autres trop longs ; quelques-uns sont si 
chagrins, qu'ils ne veulent jamais estre interrompus ; 
les autres au contraire s'interrompent eux-mesmes, 

10 et ne S9avent k la fin, ny ce qu'ils ont dit, ny ce 
qu'ils veulent dire. Mais ceux qui content des 
choses, dont on ne se soucie point, et qui d'elles- 
mesmes ne sont point agreables, sont les plus 
incommodes de tous les faiseurs de Recits. Je 

15 S9ay encore une Maison, reprit Cerinte, oti la Con- 
versation est bien importune. Car on n'y raconte 
jamais, que de petites nouvelles de quartier, dont 
les Gens de la Cour, que le hazard y conduit, n'ont 
que faire ; et oti ils n'entendent rien : et je sgay 

20 bien, qu'un jour j'y entendis parler de cent petits 
intrigues, dont je ne me souciois point du tout ; et 
dont le bruit ne s'^ntendoit pas plus loin, que la ru6 
ou ils s'^toient passez ; et qui de plus dtoient si peu 
divertissans par eux-mesmes, que je m'ennuiay fort. 



254 LA S0CIJ&T£ FRANQAJSE 

C'est encore un assez grand suplice, reprit 
Nicanor, de se trouver dans une grande Com- 
pagnie, oti chacun a un secret : principalcment 
quand on n'en a pas, et que Ton n'a rien ^ faire 
5 qu'^ 6couter ce petit inurmure que font ceux qui 
s'entretiennent en parlant tout bas. Encore si 
c'^toient de veritables secrets, ajodta-t'il, j'aurois 
patience. Mais il arrive bien souvent, que ces 
choses qu'on dit avec tant de mistere, ne sont que 

lo des bagatelles. Je sgay encore d'autres Gens, 
ajodta Alc^, qui, selon moy, ont quelque chose de 
fdcheux, quoy qu'ils ayent aussi quelque chose 
d'agreable. Car enfin ils ont tellement la fantaisie 
des grandes nouvelles dans la teste, qu'ils ne par- 

15 lent jamais, s'il ne se donne des Batailles, s*il n'y a 
quelque Siege de Ville considerable, ou s*il n'y a 
quelque grande revolution dans le Monde : et Ton 
diroit \ les entendre, que les Dieux ne changent la 
face de I'Univers que pour fournir i leur conversa- 

20 tion. Car exceptd de cos grandes et importantes 
choses, ils ne parlent point, ct n'en peuvent souHrir 
de nulle autre sorte. Si bien qu*^ moins que de 
s9avoir raisonner \ fonds de Politique, et de sgavoir 
THistoire fort exactement, on ne pcut parler avcc 



A U DIXSEP TikME SikCLE. 255 

eux de quoy que ce soit. II est vray, reprit Nica- 
nor, que ce que vous dites n'est pas tou jours 
agreable. Mais ces autres gens, qui sans se soucier 
des affaires generales du Monde, ne veulent s9avoir 
5 que les nouvelles particulieres dont en vient de par- 
ler, ont encore quelque chose d'incommode. Car 
vous les volez toCljours aussi occupez, que s*ils 
avoient mille affaires, quoy qu'ils n'en ayent 
point d*autre nature que celle dc sgavoir toutes 

10 celles des autres, pour les aller redire de Maison 
en Maison, comme des Espions publics qui ne 
sont pas plus i celui-cy, qu*k celuy-1^; car ils di- 
sent ^ celuy-li selon que Toccasion s'en presente, 
sans qu'ils en tirent aucun avantage. Ainsi ils ne 

15 veulent pas mesme S9avoir les choses pour les S9a- 
voir, mais seulement pour les redire. 

C'est encore un grand defaut, dit Cerinte, d'af- 
fecter de raontrer tout son esprit : et je connois un 
Homme qui d^s les premieres visites qu'il fait en 

20 des lieux oti il vcut plaire, passe continuelleroent 
d'un sujet ^ un autre, sans approfondir jamais 
rien ; et je puis assurer sans exageration, qu'en une 
heure je I'ay entendu parler de toutes les choses 
dont on pouvoit parler, puisque non seulement il 



256 LA sociAtA franqaisb 

conta tout ce qui se passoit i la Cour, mais il dit 
tout ce qui se passoit dans la Ville. En suite il 
parla de tout ce qu'il avoit fait ce jour-1^. II 
raconta mesme ce qu'on avoit dit aux lieux oti il 
5 avoit est^ ; et il demanda ^ Arpasie ce qu'elle avoit 
fait. Apr^s il fit la guerre i Melinte de son silence, 
et puis il parla de Musique et de Peinture. II 
proposa diverses parties de Promenades : et il dit 
tant de choses differentes, qu'un Homme de la 

10 Compagnie prenant garde k cette grande diversity, 
y fit en suite prendre garde aux autres, avec inten- 
tion de le loUer. Car enfin, dit-il, apr^s I'avoir 
fait remarquer, il n'y a rien de plus ennuteux, que 
de se trouver en conversation avec ces sortes de 

15 Gens, qui s'attachent k la premiere chose dont on 
parle : et qui I'approfondissent tellement, qu'en 
toute une apres-dinde on ne change jamais de dis- 
cours. Car comme la Conversation doit estre libre 
et naturelle, et que tous ceux qui forment la Com- 

20 pagnie ont ^galement droit de la changer comme 
bon leur semble, c'est une chose importune que de 
trouver de ces Gens opiniitres, qui ne laissent rien 
i dire sur un sujet, et qui y reviennent toOjours, 
quelque soin qu'on apporte k les interrompre. 



AU DIX^SEPTlkME S/ACLE. 257 

Pour moy, dit Cilenie, je suis bien embarrass^e 
de vous entendre tous parler comme vous faites. 
Car enfin s'il n'est pas bien de parler toiijours de 
science comme Damophile ; s'il est ennuleux de 

5 s'entretenir de tous les petits soins d*une famille ; 
s*il n'est h propos de parler souvent d'habillemens ; 
s'il est peu judicieux de ne s'entretenir que d'in- 
trigues de galanterie ; s'il est peu divertissant de 
ne parler que de Genealogies ; s'il est trop bas de 

10 s'entretenir de terres vendues ou ^chang^es ; s'il 
est mesme d^fendu de parler trop de ses propres 
affaires ; si la trop grande gravity n'est pas diver- 
tissante en conversation ; s'il y a de la folie k rire 
trop souvent, et k rire sans sujet ; si les Recits des 

15 choses funestes et extraordinaires ne plaisent pas ; 
si les petites nouvelle^ de quartier ennulent ceux 
qui n'en sont point ; si ces conversations de petites 
choses qu'on ne dit qu'k Toreille, sont importunes ; 
si ces Gens qui ne s'entretiennent que de grandes 

20 nouvelles ont tort ; et si ces chercheurs eternels de 
nouvelles de Cabinet n'ont pas raison, de quoy 
faut-il done parler, et de quoy faut-il que la Con- 
versation soit form^e, pour estre belle et raisonna- 
ble ? II faut que ce soit de tout ce que nous avons 



25S LA soci£t£ franqaisr 

repris, repliqua agreablement Valerie, en sodriant 
Mais il faut qu*elle soit conduite par le jugement 
Car enfin, quoy que tous les Gens dont nous avons 
parl^, soient incommodes, je soiitiens pourtant 
5 hardiment, qu*on ne peut parler que de ce dont ils 
parlent ; ct qu'on en peut parler agreablement, 
quoy qu'ils n'en parlent pas ainsi. Je comprens 
bicn que ce que Valerie dit est vray, repliqua 
Amilcar, bien qu'il ne le semblc pas d'abord. Car 

10 je suis tenement persuade que toutes sortes de 
choscs peuvent tomber i propos en conversation, 
que je n'en excepte aucune. En efifet, ajodta 
Valerie, il ne faut nuUement s'imaginer qu*il y ait 
dcs choses qui n*y peuvent jamais entrcr. Car il 

15 est vray qu'il y a certaines rencontres oti il est tres 
Il propos d*en dire, qui seroient ridicules en toute 
autre occasion. 

Pour moy, dit Amithonc, j'avoue que je voudrois 
bien qu*il y eClt des regies pour la Conversation, 

20 comme il y en a pour beaucoup d'autres choses. 
La regie principale, reprit Valerie, est de ne dire 
jamais rien qui choque le jugement. Mais encore, 
ajoClta Nicanor, voudrois-je bien s9avoir plus pre- 
cis^ment comment vous concevez que doit estre la 




AU DIX-SEFTI£M£ SIACLE. 259 

Conversation. Je con9ois, reprit-elle, qu'k en 
parler en general, elle doit estre plus souvent dc 
choses ordinaires et galantes, que de grandes 
choses. Mais je con9oy pourtant, qu'il n'est ricn 
5 qui n'y puisse entrer ; qu'elle doit estre libre et 
diversifi^e, selon les temps, les lieux, et les per- 
sonnes avec qui Ton est ; et que le secret est de 
parler todjours noblement des choses basses, assez 
simplement des choses ^l^v^es, et fort galamment 

10 des choses galantes, sans empresscment, et sans 
affectation. Ainsi quoy que la Conversation doive 
totljours estre egalement naturelle et raisonnablc : 
je ne laisse pas de dire, qu*il y a des occasions oti les 
Sciences mesme peuvent y entrer de bonne grace ; 

15 et oti les folies agreables peuvent aussi y trouver 
leur place, pourveu qu'elles soient adroites, rao- 
destes et galantes. De sorte qu'^ parler raisonna- 
blcment, on peut assurer, sans mensonge, qu'il n'est 
rien qu'on ne puisse dire en conversation : pour- 

20 veu qu'on ait de I'esprit et du jugement ; et qu'on 
considere bien oti Ton est, i qui Ton parle, et qui 
Ton est soy-mcsme. Cependant quoy que le juge- 
ment soit absolument necessaire pour ne dire jamais 
rien de mal k propos : il faut pourtant que la Con- 



26o LA SOCl£r£ FRANqAISE 

versa tion paroisse si libre, qu'il semble, qu'on 
ne rejette aucune de ses pens^es, et qu'on die 
tout ce qui vient k la fantaisie, sans avoir nul 
dessein affect^ de parler pldtost d'une chose que 
5 d'une autre. Car il n*y a rien de plus ridicule 
que ces Gens, qui ont certains sujets, oti ils disent 
des merveilles, et qui hors de 1^ ne disent que des 
sotises. Ainsi je veux qu'on ne S9ache jamais ce 
que Ton doit dire, et qu'on s^ache pourtant toCljours 

lo bien ce que Ton dit. Car si on agit de cette sorte, 
les Femmes ne fcront point les S9avantes mal It 
propos ; ny les ignorantes avec excez ; et chacun 
ne dira que ce qu'il devra dire, pour rendre la 
Conversation agreable. Mais ce qu'il y a de plus 

15 necessaire pour la rendre douce et divertissante : 
c'est qu'il faut qu'il y ait un certain esprit de poH- 
tesse qui en banisse absolument toutes les railleries 
aigres, aussi bien que toutes celles qui peuvent 
tant soit peu offenser la pudeur. Et je veux enfin 

20 qu'on s^ache si bien I'art de d^toumer les choses, 
qu'on puisse dire une galanterie k la plus severe 
Femme du monde ; qu'on puisse conter agreable- 
ment une bagatelle \x. des Gens graves et serieux ; 
qu'on puisse parler i propos de science k des igpio- 



AU DIX^SEPTlkME SltCLE. 26 1 

rans si Ton y est forc^ ; et qu'on puisse enfin 
changer son esprit selon les choses dont Ton parle, 
et selon les Gens, qu'on entretient. Mais outre 
tout ce que je viens de dire, je veux encore, qu'il y 
5 ait un certain esprit de jo!e qui y regne, qui sans 
tenir rien de la folie de ces rieuses etemelles qui 
menent un si grand bruit pour si peu de chose, 
inspire pourtant dans le coeur de tous ceux de la 
Compagnie, une disposition k se divertir de tout, et 

ito ^ ne s'ennuyer de rien : et je veux qu*on dise de 
grandes et de petites choses, pourveu qu'on les 
dise toCljours bien ; et que sans y avoir nulle con- 
trainte on ne parle pourtant jamais que de ce dont 
on doit parler. Enfin, ajoOta Amilcar, sans vous 

15 donner la peine de parler davantage de la Conversa- 
tion, pour en donner des Loix, il ne faut qu'admirer 
la vdtre, et qu'agir comme vous agissez, pour meriter 
I'admiration de toute la terre. Car je vous assure 
que je ne seray repris de personne, quand je diray 

20 qu'on ne vous a jamais rien entendu dire que 
d'agreabic, de galant, et de judicieux : et que qui 
que ce soit n'a sgeu si bien que vous I'art de plaire, 
de charmer, et de divertir. Je voudrais bien, 
repliqua-elle, en rougissant, que tout ce que vous 




262 LA soci£t£ fhanqaise. 

dites fClt vray ; et que je pusse vous croire pliitost 
que raoy. Mais pour vous montrer que je ne le 
puis, et que je connois que j'ay souvent tort, je 
declare ingenument, que je sens bien que je viens 
5 d'en trop dire et qu'au lieu de parler de tout ce 
que je con9ois de la Conversation, il faloit me con- 
tenter de dire de toute la Compagnie ce que vous 
venez de dire de moy. Apr^s cela, tout le monde 
s'opposant chacun k son tour ^ la modestie de 
lo Valerie, nous luy donndmes tant de lotianges, que 
nous pensdmes la mettre en colere : et nous fismes 
en suite une Conversation si galante et si enjoU6e, 
qu'elle dura presque j usque au soir, que cette belle 

Troupe se separa. 

Mile, de Scudery, Conv€rsa» 
tions sur divers tujets, Paris, 
1680. vol. I., p. I. 



NOTES. 




NOTES. 



PREFATORY NOTE ON THE ORTHOGRAPHY 
ADOPTED IN THE TEXT. 

For reasons giyen in the Preface the old orthography ei for 
at in the imperfect indicative and conditional of verbs, in the 
infinitive of certain verbs, and in some adjectives and substan- 
tives, has been retained in this work. A brief explanation of 
the modem orthography is necessary, and will be given in the 
main from Darmesteter and Hatzfeld, Le S^tihne SOeU en 
France t p. 21 1. The diphthong oi has been pronounced in 
three different ways in France : in the Xllth century as di, at 
the end of the Middle Ages as o/^ and at the end of the XVth 
century as ou^ or ou^. From the XVIth century this diph- 
thong oub, written m, underwent two changes : one peculiar 
to the Parisians substituted oua (the present sound of at) for 
out ; the other consisted in replacing ou^ by } in the endings 
of the imperfect and conditional and in certain other words. 
The pronunciation mentioned above as peculiar to the Pari- 
sians predominated at the end of the XVIIIth century, and 
was substituted for ou^ in all the words which had not under- 
gone the second change of ou^ in ^. This second change was 
brought about by the Italian influence of the XVIth century. 
The Italians who came to France in the suite of the Medicos 
family (see Introduction, § I.) introduced the pronunciation ^ 
for cu^ in many words common to French and Italian, and 
which had ^ in the latter and oy^ iq the former language. 
Henri Estienne, Deux Dialogues du nouveau language /ran- 
(ots ilaliantz/, ed. Ristelhuber, Paris, 1 88s, vol. I., pp. 6l, 

265 



266 LA sociAtA franqaise, 

62, says : " On n'oseroit dire Fran9ois ni Fran^oise, sur peine 
d'etre appel^ pedant ; mais faut dire Frances, et Franceses ; 
commc Angles et Anglescs ; pareillement j'^tes, je faises, je 
discs, j'alles, je venes, non pas j'ctois, je faisois, je disois, 
j'allois, je venes, et ainsi es (dans Us) autres il faut user du 
meme changemcnt. ... II y a longtemps que ceux qui font 
perfection de prononcer delicatement et i la courtisanesque, 
ont qujtte cette prononciation (la royne\ et ont mieux aim^ 
dire, la reine." 

This pronunciation had become fixed by the XVIIth 
century, and Vaugelas, I., 83, gives the rules for its correct 
use, many having extended its use improperly. He says 
there is no exception to its use in the endings of the imperfect 
indicative ; that it is also used in some cnscs in the present, in 
the conditional, in names of nations, etc. From this time 
on there >^'as a constant eilort to make the ortliography of 
these words correspond with the pronunciation. The gram- 
marian Lcsclache, in 1668, proposed to write the imperfect 
ais. A few years later a lawyer, Bcrain (1675), renewed the 
attempt, which, as all know, was later supported by Voltaire 
and carried by his authority. It was not until the vcr}' end of 
the XVIIIth century that the new orthography was adopted to 
some extent by the press. In 1828 the yournal dts Di!bats 
accepted it, and the Academy, in its dictionary, edition of 
1835, finally stamped it with its approval (see F. Wey, /V- 
marques sur la langue fraufaise^ Paris, 1845, vol. II., p. 48). 

I. 

l'h6tel de RAMBOUILLET. 

I. La Marquise dk Ramkouillet et sa famille. 
p. 3. — TalUmaui des R^aux and his J/istorietfcs, Gcdcon 
Tallemant was born at La Rochelle in 161 9. His father wat 



NO TES, 267 

a banker and his mother was a sister of the famous banker 
Rambouillet (no relation of the Marquis de Rambouillet). 
His father wished him to enter the magistracy, but, although 
he had finished his legal studies, he felt no fondness for the 
profession, and preferred to marry a wealthy cousin, Elisabeth 
de Rambouillet, and lead a life of elegant leisure. He seems 
to have held some unimportant financial position in the state, 
but was free to give himself up to society. He was an inti- 
mate friend of the Marquis de Rambouillet, and well 
acquainted with all the habitues of the H6tel de Rambouillet. 
His marriage was a happy one, and about 1650 he purchased 
an estate in Touraine, and by letters-patent obtained author- 
ity to change the name of it to des Riaux^ a surname which 
Tallemant had borne from childhood, and which henceforth 
was his by legal right. He died at Paris in 1692. About 
1657 he wrote for himself and friends a collection of anecdotes 
of well-known persons of the reign of Henry IV. and Louis 
XIII., with most of whom he was liimself well acquainted. 
These historiettes^ as he called them, are a precious mine of 
information concerning the society of the XVIIth century, 
and throw a flood of light upon the H6tel de Rambouillet and 
its frequenters. Unfortunately Tallemant has preserved in 
his work the scandal of the day, and his book is utterly unfit 
for general reading, and must be used with caution for 
historical purposes. The MS. was purchased in 1803 at a 
sale for a few dollars, and was first published in 1834-35 ; a 
second edition appeared in 1840 (since frequently reprinted), 
with notes by M. Monmerqu^ ; and a third (and best) in 
1854-60 by Monmerquc and P. Paris. The last preserves 
the orthography of the original, and distinguishes between 
the first draught and the marginal references of Tallemant. 
The passage in the text is given from the second edition on 
account of the modernized spelling. It does not differ from 




268 LA SOCIJ^r£ FRANQAISE. 

the Ihird except that a few marginal notes are incorporated in 
the body of the text. An excellent notice of Tallemant by 
Monmerque will be found in the second and third editions, 
and the reader may also consult an article by Sainte-Beuve in 
Causeries du Lundi ('^d. ed.), XIII., p. 172. — I. I, Madami di 
Rambouillet^ for biography of the Marquise de Rambouillet 
see Introduction, g II. — I. 8, madame de Guise, suriniendanU 
de la maison de la Reine^ Catherine de Cloves, duchess de Guise, 
I547~^633i ^ifc of Henry I., duke of Guise, assassinated at 
Blois in 1588, She enjoyed the confidence of Henry IV., and 
occupied a commanding position at his court. She is the 
heroine of Dumas' play, Henri III, et sa Cour, TTie position 
of surintendante de la maison de la Reim differed little from that 
of the dame d* honneur^ and consisted in the intimate personal 
service of the queen, corresponding to the place, at the English 
court of the present day, of Mistress of the Robes. — 1. 9, 
recevoir la Reine-mhre h Marseille, at the time Tallenuuit 
wrote the notice of the Marquise de Rambouillet, the dowa- 
ger queen of France, Marie de Me'dicis, was still living (she 
died in 1642). She was married by proxy to Henry IV. at 
Florence on the 5th of October, 1600, and arrived at Mar- 
seilles the 3d of November. — 1. \\, le vidame du Mans, early 
title of the Marquis de Rambouillet. Vidame (Latin vice^ 
domini) was originally the title of the defenders and admin- 
istrators of the temporal affairs of the monasteries and 
churches. Later it was a title attached to a fief held from a 
bishop. There were but four such vidames, taking their 
names from the cities of Laon, Amiens, le Mans, and 
Chartres. — P. 4, 1. I, Hors les proch, Tallemant (3d ed., 
vol. II., p. 481) says that the Marquis de Rambouillet was 
incapable of keeping his affairs in order. He insisted upon 
drawing up his own legal papers, and his obstinacy cost him 
large sums of money. He appears to have been frequently 



NOTES. 269 

involved in pecuniary difficulties. — 1. 6, grand* peine ^ ^t 
adjective grand was originally an adjective of one termination 
(grandem in Latin giving in French but one form for both 
masc. and fem.). When later grand, by analogy with other 
adjectives, assumed the feminine e, the grammarians thought 
they saw in the absence of the e in the older form a mark of 
elision, which they indicated by an apostrophe, hence such 
forms as: grand* m^re, grand' route^ grand* messe^ grand* 
pear, grand* peine ^ grand* chose, grand* chambre (p. 6, 1. 9), 
grand* raison (p. 52, 1. 14), etc. Vaugelas, I., p. 277, says 
no rule can be given for the elision of the / except usage. — 
1. 13, assemblies du Louvre, the Louvre was the royal resi- 
dence until Louis XIV. withdrew to Versailles in 1682. The 
assemblies mentioned in the text were the usual receptions of 
the court. — 1. 2\, A Ventrie qu*on devoit faire Ik la J^eine-mhr, 
see note to p. 3, 1. 9. The queen was met by her husband at 
Lyons, and did not reach Paris until the 9th of February, 
1601. The reference in the text is to the entrie which the 
queen was to make in May, 1610, after her coronation in 
Saint-Denis. The preparations were nearly completed when 
the king rode out in a carriage to see them (May 14, z6io), 
and was assassinated. Descriptions of the entries of princes, 
so popular among the Parisians, will be found in Lacroix, 
XVII* Steele, Institutions, p. 464. — P. 5, 1. 9, marichal 
d*Ancre, Concino Concini, a Florentine adventurer who 
married a favorite of the queen Marie de M^dids. On the 
death of Henry IV. the queen became regent and fell under 
the unbounded influence of Concini and his wife. The former 
was rapidly promoted to the highest offices in the kingdom, 
made Marquis d'Ancre, and later Marshal of France. After 
Louis XIII. attained his majority, Concini 's power and 
influence over the queen-mother were such that the king, at 
the advice of his friends, consented to the arrest of Concini, 



2/0 LA SOCIAtA FRANQAISE. 

who was assassinated at the time of his arrest, ander the pre- 
text that he had offered resistance. — 1. 21, I* VaUnHn^ a 
royal villa near Turin belonging to Madame de Savoie 
(Christine of France, sister of Louis XIII., after the death of 
her husband, Victor Ame 1., duchess regent of Savoy). Voi- 
ture's letter to the Marquise de Rambouillet is as follows : 

Madame, j'ai vu pour I'amour de vous le Valentin avee 

plus d 'attention que je n'ai jamais fait aucune chose, et puis- 

que vous d(fsirez que je vous en fasse la description, je Ic ferai 

le plus succinctement qu*il me sera possible. Mais vous con- 

sid^rcrez, sMl vous plait, que quand je me serai acquitttf de 

cette commission ct de I'antrc que vous m'avcz donn^ i 

Rome, j*aurai fait pour vous Ics deux choses du monde qui me 

sont les plus difficiles, dc parler de bdtiment et de parler 

d'affaires. Le Valentin, madame, puisque Valentin il y a, est 

une maison qui est k un quart de lieue de Turin, situ^e dans 

une prairie et sur le bord du P6. En arrivant, on trouve 

d'abord : jc veux mourir, si je sais ce qu'on trouve d'abord. 

Je crois que c'cst un perron. Non, non, c'est un portique. 

Je me trompe, c'est un perron. Par ma foi, je ne sais si c*est 

un portique ou un perron. II n'y a pas une heure que je 

savois tout cela admirablement, et ma m^moire m*a manqu^. 

A mon retour, je m'en informerai mieux et je ne manquerai 

pas de vous en f^ire le rapport plus ponctuellement. Je suis 

votre, etc. 

CEuvres de Voiturey ed. CJbicini, 
!•• P* 3X5« Letter 110. 

— P. 6, 1. 4, Luxembourg y the palace of the Luxembouig 
was erected in 1615-20 for the queen-mother by Jacques 
Debrossc. It was occupied as a royal residence down to the 
Revolution, then became a prison, afterwards the abode of 
the Directory and Consulate, and is now used for the meet- 



NO TES, 271 

ings of the Senate of France. — I. 11 ^ tftadame la Princisse, 
Charlotte- Marguerite de Montmorency, daughter of the 
Constable and wife of Henry II., Prince of Condc. She was 
the mother of the Duchess de Longuevillc and the great 
Conde, and inspired Henry IV. with a violent love which led 
him to commit incredible follies. She lived from 1593 to 
1650. — 1. II, cardinal de La Valette^ Louis de Nogaret, 
second son of the Duke of Espemon, 1 593-1639, the devoted 
friend and servant of Richelieu, and for five years (1635-39) 
general of the French armies. — 1. 13, divertissenunts^ what 
these amusements were, see Introduction, § IV. — 1. i^^galant^ 
polite, elegant, and ^o galanterie (p. 201) and galammeni (p. 
112, 1. 16). These words were in great vogue in the XVIIth 
century, especially among the Pricuttx. Vaugelas, II., p. 208, 
says : " Galant a plusieurs significations, et comme substantif, 
et comme adjectif. Je les laisse toutes pour ne parler que 
d'une seule, qui est le sujet de cette Remarque. C'cst dai^ 
le sens qu'on dit k la Cour qu'M/i homme est galant ^ quHl dit et 
qu'il fait toutes choses galamment, qu*il s*habille galamment^ 
et mille autre choses semblables. . . . D'autres disoient que 
ces choses exte'rieures ne suffisoient pas, et que ce mot de 
galant avoit bien une plus grande (ftendue, dans laqucUe il 
embrassoit plusieurs qualites ensemble, qu*en un mot c'etoit un 
compos/ oil il entroit duje ne sais quoi, ou de la honne grdce^ de 
rair de la Cotir^ de V esprit ^ du jugement^ de la civiliti^ de la 
courioisie^ et de la gaieti^ le tout sans contrainte, sans affectO' 
tion, et sans vice.*' Mademoiselle de Scudcry, in her Conver^^ 
sations Nouvelles, p. 154, devotes an entire conversation to 
De r Air galant (it appeared earlier in Artamine ou le Grand 
Cyrus, X., p. 887, cited in Cousin, La Sociiti fran^aise^ II., 
p. 252) from which the following is taken : " Mais scion moi 
Tair galant de la conversation consiste prindpalement & pen- 
ser les choses d*une mani^re delicate, ais($e et naturelle ; & 




2/2 LA SOCI£t£ FRANgAISE. 

pencher plutdt vers la douceur et vers renjouement que vers 
]e s^rieux et le brusque, et k parler enfin facilement et en 
termes propres de toutes choses sans affectation. II fant 
meme avoir dans Tesprit je ne sais quoi d'insinuant et de 
flatteur pour charmer I'esprit des autres, et si je pouvois bien 
exprimer ce que je comprends, jc vous ferois avouer que Ton 
ne sauroit etre tout h, fait aimable sans avoir I'air galant.*' 
galanterie (p. 7, 1. 12, and elsewhere) is used also for an act 
of attention, of politeness. — 1. 22, M, d*Andilly^ Robert 
Amauld d'Andilly, 1599-1674. He withdrew to Port-Royal 
in 1644, where he spent the remainder of his life. He trans- 
lated St. Augustine, Joseph us, St. Theresa, and other devo- 
tional works, and left also some poetry of the same character. 
He was the elder brother of the more famous Antoine, the 
great Amauld, widely known from his connection with the 
great Jansenist controversy and Port-Royal. — P, 7, 1. 12, M, 
<U Lizuux, Philippe de Cospcan, 1571-1646, bishop of Aire, 
Nantes, and Lizieux, one of the best preachers of his day. 
He pronounced the funeral oration of Henry IV. in 1610. — 
1. x8, RabelaiSftht famous French humorist, 1495-1553, about. 
— 1. 20, cardinal du Bel/ay^ 1492- 1560, to whom Rabelais was 
attached as domestic (member of his household), or physician. 
— P. 9, 1. ig, U mar^chal de Gramont^ Antoine III., Duke 
of Gramont, ALirshal of France, 1604-1678. He served with 
distinction in the army in Germany and Italy, and was taken 
prisoner at the battle of Nordlingen (see note to p. 14, 1. 19), 
He was ambassador on several occasions and was renowned 
for his manners and liberality. Mme. dc Sevigne tells the 
following good stor>' of him in her letter (Dec. i, 1664) to M. 
de Pompone : *' II faut que je vous conte une petite histori- 
ette, qui est tr^s-vraie, et qui vous divertira. Le Roi se m^le 
depuis peu de faire des vers ; MM. de Saint-Aignan et 
Dangeau lui apprennent comment il faut s*y prendre. II fit 




NO TES. 27 i 

Tautre jour un petit madrigal, que lui-m6me ne trouva pas 
trop joli. Un matin il dit au marechal de Gramont : M. le 
marechal, je vous prie, lisez ce petit madrigal, et voyez si 
vous en avez jamais vu un si impertinent. Parce qu'on salt 
que depuis peu j'aime les vers, on m'en apporte de toutes les 
fa9ons. Le marechal, apr^s avoir lu, dit au Roi : Sire, votre 
Majest^ juge divinement bien de toutes choses : il est vrai que 
voili le plus sot et le plus ridicule madrigal que j'aie jamais lu. 
Le roi se mit k rire, et lui dit : N'est-il pas vrai que celui qui Ta 
fait est bien fat ? — Sire, il n'y a pas moyen de lui donner un 
autre nom. — Oh bien ! dit le Roi, jc suis ravi que vous m'en 
ayez parlc si bonnement ; c*est moi qui Tai fait. — Ah ! Sire, 
quelle trahison ! que Votre Majest<5 me le rende ; je I'ai lu 
brusqucment. — Non, M. le marechal : les premiers senti- 
ments sont toujours les plus naturels. Le Roi a fort ri de 
cette folie, et tout le monde trouve que voiU la plus cruelle 
petite chose que Ton puisse faire k un vieux courtisan." — 
1. 22, M. tU Chaudebonfie^ Claude d'Urre du Puy-Saint- 
Martin, seigneur de Chaudebonne, died in 1644. He was an 
intimate friend of Mme. de Rambouillet and introduced 
Voiture into good society. Tallemant says (III., 44, ed. P. 
Paris) he met Voiture in some house, and said to him : 
" Monsieur, vous etes un trop galant homme pour demeurer 
dans la bourgeoisie ; il faut que je vous en tire." He spoke 
of him to Mme. de Rambouillet, and some time after took 
him to her residence. — P. 10, 1. 5, Mademouelli PauUt, 
Angelique Paulct, about 1592-165 1, daughter of Charles 
Paulet, from whom was named a tax (PauUtU) upon offices 
assuring their tenure and right of transmission. She was 
famous for her beauty and skill in singing and playing the 
lute. Tallemant (HI., 11) says : ** elle avoit les cheveux si 
dorez qu'ils pouvoient passer pour roux." This hair gave 
her the name of La Lionne, She was a great favorite at the 



274 LA soci£t£ franqaisb. 

H6tel de Rambouillet, especially of Julie d*Angeniies and 
of Voiturc. Mile, de Scudery gives a brilliant account of her 
(under the name of Elise) and her adventures in Artamhu 
ou le Grand Cyrus ^ vol. VII., which is utilized by Victor 
Cousin in La SocUli Fran^aise au XVII* sihU, I., p. 282. — 
1. 22, imioit^ from imier^ for the modem form imUiter^ now 
more used. — P. Z2, 1. 11, Recipe ^ the imperative of the Latin 
verb recipere^ to take, used in the shape of a 9 *t the begin- 
ning of prescriptions. — 1. 17, thiritiqtie^ a simp composed of 
various ingredient; , so called (Lat theriaca, antidote for 
poison or bite of serpents ; Greek &7fpioy, poisonous animal, 
dim. of 07}p, a wild beast) because it was considered a specific 
for all kinds of poisons and bite of serpents. The English 
treacle, n simp, is from the old spelling {triacfe) of this word. 
— P, 13, 1. 3, jusques^ some adverbs, conjunctions, and 
prepositions formerly ending in s have in modem French lost 
it, c. g., avecques (sec p. 43, 1. I, 6), doncques^ guires^ now 
avec^ done, and guire. The final s found in words of the 
above class (alors, cerfes, volontiers, etc.) probably arose from 
analogy i^nth plural forms ; in some cases the word in ques- 
tion may have been derived from an accusative or ablative 
form ; certes = Lat. certas ; volontiers = Lat. voluntariis. 
See KOrting, Encyklopeedie und Methodologie der Romaniscken 
Sprachen, Ilcilbronn, 1886, vol. III., p. 248. In poetry it is 
still permitted to Mscjusques^ guires, certes, — 1. 9. en nourrice, 
" when an infant." — 1. 23, trots de M. d'Ablancourt et une de 
M. Patrti, Nicolas Perrot d'Ablancourt, 160G-1664, member 
of the Academy, and renowned for his translations from 
the Latin and Greek, which, however, were more elegant 
than faithful. lie traiislatcd four of Cicero's orations. 
Olivier Patru, 1604-1681, also a member of the Academy, 
and distinguished for the elegance and correction of his 
style.— P. 14, 1. II, M, le Prince, Henry II., Prince of 



NOTES. 275 

Conde (i 588-1 646), see p. 6, I. 11. — 1. 19, batailU de Nort" 
lingue, fought on the 7th of August, 1645, by the French, 
under Turenne and the Duke of Enghicn (later the Great 
Conde) and the Austrians under the Count de Mercy. The 
French won a brilliant victory. — P. 15, 1. I, dcs Cravates^ or 
Creates^ light cavalrj' recruited in Croatia, who first appeared 
in the Austrian army at the time of the Thirty Years' War. 
The cravat, a kind of neckcloth worn by the above, was in- 
troduced into France in 1636. — L 7, Quinne-Vingis^ a hospi- 
tal founded by Saint Louis in 1254 for three hundred (hence 
the name, fifteen times twenty) gentlemen whose eyes had 
been put out by the Saracens. It was situated at first in the 
rue Saint-Honor^, but afterwards removed to the rue de 
Charenton where it still exists. — 1. 7, FMUl <U Chevretue^ 
was situated in the same street, Saint-Thomas-du-Louvre, as 
the Hotel de Rambouillet, and was owned by the Duke de 
Chcvreuse, who married the widow of the Constable de 
Luynes, to whom the hotel had formerly belonged. — 1. 14, 
M. Amauld, de Corbevillc, died 1 65 1, member of the great 
Arnauld family, see note to p. 6, 1. 22. He was a brave 
officer and an accomplished man of society. See the interest- 
ing chapter devoted to him in Cousin, La Sociitd Franfoise^ 
H., 59. — P. 16, 1. 7, Af, Chapelain^ see Introduction, % III, 
— 1. 9, cette ode, Zyrph^e was the heroine of one of the Ama- 
dis romances. The ode in question was published in the 
Recueil of Sercy, 5th part, iC6o, p. 405. The following 
stanzas are cited by P. Paris in his edition of Tallemant (vol. 
II., p. 510) : 

Urgande sut bien autrefois, 

£n favcur d'Amadis et de sa noble bande, 
Par scs charmes fixer les lois 

Du Temps, a qui les deux veulent que tout se rende. 

J'ai dil faire a vos 3reux ce qu*on a fait jadis. 



276 LA socr£r£ franqaise, 

Conserver Arth^nice avec Tart dont Urgande 
A su conserver Amadis. 

Par la puissance de cet art 
J'ai construit cette loge aux maux inaccessible, 

Du temps et du sort k V^cart, 
Franche des changements de I'^tre corruptible, 
Pour qui, seule, en roulant, Ics cicux nc roulent pas ; 
Bref, oil nc montrent pas leur visage terrible 

La %4eillesse ni le trcpas. 

Cette incomparable beaute. 
Que cent maux attaquoient ct pressoient de se rendre. 

Par cet edifice enchantc 
Trompcra Icun» eflforts et s'cn pourra dcfendre ; 
Elle y brille en son trone, el son eclat divin 
De Id sur Ics moftels va dcsonnais s'cpandre 

Sans nunge, eclipse ni fin. 

The T.K>gc de Zyrphce is described in the following letter by 
the Marquise de Rambouillct to Godeau, bishop of Vence, 
June 26, 1642 : Monsieur, si mon poete-carabin {Amaulddt 
Corbevillf) ou mon carabin-poete tftoit & Pans, jc vous ferois 
r^ponse en vers, et non pas en prose ; niais par moi-m^me je 
n'ai aucunc familiaritd avec les Muses. Je vous rends un 
million de gitlccs des biens que vous me d^sirez, el pour 
recompense, je vous souhaite k tous moments dans nne loge^ 
oil jem 'assure, Monsieur, que vous dormiriez encore mienx 
que vous ne faitcs k Vence. Elle est soutenue par des 
colonncs de marbre transparent, ct a ^tc bdlie au-dessus'de la 
moyenne region de I'air par la reine Zirph^e. Lc cicl y est 
tou jours serein ; les nuat^es n'y ofTusquent ni la vuc ni Ten- 
tendcmcnt, ct de U tout k mon aisc j*ai consid($r^ le trebuche- 
ment de I'unge lerrcstre. II me semble qu'en cette occasion 
la fortune fait voir que c'est une medisance que de dire 



NOTES. 277 

qu'elle n'aimc que les jeunes gens, et parce que, non plus que 
ma logo, je ne suis pas sujette au changement, vous pouvez 
vous assurer que je serai, tant que je vivrai, Monsieur, votre 
tres-humble servante. SignS DE VIVONNE. This letter, 
found among Conrart's MSS., was published for the first time 
in the third edition of Tallemant, II., p. 511. — 1. II, 
Arthinice^ anagram of Catherine (de Vivonne), invented by 
Malherbe, and by which the Marquise de Rambouillet was 
known among her friends. Fl^chicr did not hesitate to use 
this name in the pulpit in speaking of Mme. de Rambouillet 
{Oraison Junebre de Madame de Montausier) : " S>ouvenez- 
vous, mes fr^res, de ces cabinets que Ton regarde encore avec 
tant de v^ne'ration, ou Tesprit se purifioit, oil la vertu ^toit 
vcnerce sous le nom dc I'incomparable Arthcnice, ou se ren- 
doicnt tant de personnes dc qualite el de merite qui compo- 
soicnt unc cour choisie, nombreuse sans confusion, modeste 
sans contrainte, savante sans orgucil, polie sans affectation." 
This is the proper place to say a word in regard to the use of 
disguised names. Livet {Pricieuses Ridicules^ p. 98) says 
that the custom of changing one's name for thai of the hero 
or heroine of a romance goes back to the time of d'Urfe's 
Astrie (1610) ; before that the poets had celebrated their mis- 
tresses under borrowed names, but after the success of the 
Astrie ladies themselves assumed names taken from the 
fashionable romances, as the following passage from Sorel 
{Le Berger extravagant^ p. 51) shows: "j'^tois, dit Lysis, 
d'unc compagnie ou les gar9ons et les filles prenoient tousdes 
noras du livre d*^j/r/<f, et notre entretien ctoit une pastorale 
perpetuellc." Tliis custom was continued by the poets. 
These names, however, were not alwaj-s the property of the 
person to whom they were given : Arthdnice is applied to 
others than to Madame de Rambouillet, who is known in the 
CyTtis and CUlie as Cleomire. Livet (op. dt., p. 99) cites from 



2/S LA SOC/£r£ FRANqAISE. 

il*c jVouvcUts fran^oises an interesting protest against the 
nf conventional names. The introduction of real penooB 
under concealed names into romances began also with the 
Aslr^e and continued throughout the century. Kejrs to ser- 
eral of thc<ic romances have been discovered, and V. Consin 
WHS able, in his SocUti Frattfaise au XV/I* si^lf, to de- 
scrilxs the fashionable society of the day from the tingle 
romance of Artamenf ou le Grand Cyrus ^ see Introduction, 
5^, V. — 1. 15, //.•/// prtuXf the Xine Worthies were three 
Jews : Joshua, David, and Judas Maccaba^us ; three Gentiles * 
Alexander, Ileclor, and Caesar ; and three Christians : Arthur, 
Charlema[;ne. and Godfrey of Bouillon. The one from whom 
A! . dc Chevrcubc claimed descent was Godfrey of Bouillon.— 
P. 17, 1. 15, alc6ves^ see note on wonl ruelle^ p. 31, x. — 1. 
12, log€7neyit de MademoistUe^ the Duchess de Montpensier, 
daughter of Gaston, Duke of Orldans, the brother of Louis 
XI n. (see pp. 37, 66), occupied one of the two pavilions of 
the Tuileries. Her garden could be seen from Mme. de 
Kaiiiboiiillet's windows. — P, 18, 1. 4, niadame d*AiguUlon^ 
Ma lie Ma«;dclaine de Vijpicrot, niece of Cardinal de Riche- 
lieu ; she married Antoine du Rourc de Combalct, in i630. 
After his death her uncle endeavored to make a great match 
for her, but failing in this, he purchased for her, in 1638, the 
duchy of Aiguillon. The latter pari of her life was devoted 
to religion and charitable works, for which she gave great 
sums, loundiiig, among other things, the hospital at Quebec. 
She died in 1675. — 1. 5, la fontaine de Vhdteldt RambouilUt^ 
Malherbc (see note to p. 33, 1. 20) wrote this inscription for 

it: 

Voi-tu, passant, couler cette onde, 
Et s'A:ouler incontinent ? 
Ainsi fuit la gloirc du monde, 
Et rien que Dieu n*est permanent. 



NOTES. 279 

— 1. II, Madrigaly originally an Italian poetic form. The 
oldest form of the word is in Italian mandriale^ probably 
from the Latin mandra^ a herd, i. e., a pastoral poem. In 
French the term is applied to a short composition with no 
fixed system of rhyme or rhythm, containing in as easy a form 
as possible a gallant or ingenious thought, or delicate senti- 
ment. The madriga^l was introduced into France in the 
XVIlh century and was especially popular in the XVIIth 
with the society of the Hotel de Rambouillet. The Guir" 
lande de Julie (p. 40) was composed entirely of madiigaux. 
The madrigal also played an important part in the famous 
Joumie des Madrigaux (p. 123). — 1. 17, PalaiS'Cardinal^ 
erected by Cardinal Richelieu in 1629-34, and at his death 
bequeathed by him to Louis XIIT. It was occupied by Anne 
of Austria and her son, Louis XIV., during his minority, and 
has since been known as the PalaU-RoyaL It may be of 
interest to add that the palace occupied the site of the Hotel 
Pisani, the old family residence of the Rambouillcls. It was 
sold by the marquis, in 1606, to Pierre Forget du Fresnc, who 
sold it in turn to Cardinal dc Richelieu, in 1624, who de- 
stroyed it to build in its place the Palais-Cardinal, — P, 19, 1. 
20, Cours^ generally known as Cours-la-Reine^ a famous 
promenade planted by the queen-mother, Marie de M^dicis, 
in 1628. It stretched along the Seine from the Tuileries to 
La Savonnerie (see Tableaux de la Revolution Pranfaise, p. 
2S1) at Chailiot, about a mile in length. It exists to-day 
under the same name, but much curtailed. It was on the 
road to Saint-Cloud, where there was a royal residence 
destroyed during the siege of Paris in 1870. — P. 20, 1. lo, la 
Siiint-Mariin^ the festival of St. Martin of Tours occurs on 
the nth of November. — P. 2X, 1. 6, eaux basset^ I suppose 
this means water on a level, or nearly so, in contradistinction 
to water falling from a height, cataracts. — P. 32, I. 14, Lt 



280 LA SOCl£r£ FRANQAISE, 

feu Roi, Louis XIII. — 1. ib^jour de I' Ascension, amorable 
feast occurring forty days after Easter. In 1643 (the date of 
the text) it took place on the 14th of May. — ^P. 23, 1. 12, 
mangi trop d'^ambre, the amber referred to here is the 
ambre gris (Eng. ambergris), much used in perfumery and 
prescribed in medicine as an antispasmodic. 

2. Description de la Marquise de RxMBomLLET it dx 
SES KiLLES, p. 24. — For Mile, de Scudery and her work, 
Artamhne ou le Grand Cyrus ^ from which the extract in the 
text is taken, see Introduction, § V. — P. 25, 1. 6, CUomirt, 
Marquise de Rambouillet ; see Introduction, § II. — P. 28, 
L 13, Phtnicie^ France ; for use of disguised names see note 
on Arthinicf^ p. 16, 1. ii. — 1. 20, Philonide, Mile, de Ram- 
botiillet, Julie- Lucincd'Angenncs, eldest child of the Marquise 
de Rambouillet ; see Introduction, g II. — P. 31, 1. I, meiU, 
lit. " little street," dim. of rue (Latin mga^ a wrinkle, furrow, 
then row, street), the passage between the bed and the wall 
in which callers were received during the XVIIth century. 
The bed-chamber, which was the reception-room also, was 
divided in two by a railing, behind which stood the bed with 
its head to the wall opposite the windows. The bed was 
square, and of the two spaces left at the side one was the 
ruei/e, the other the devant. The hostess, seated on the bed, 
received her friends at first in the devant ^ later in the rueile. 
The alcdve (Spanish alcoba, Arabic al-gobbahf a vault or tent), 
a recess in which the bed was placed, was introduced later by 
the Marquise de Rambouillet for reasons given in text, 
p. 20, 1. 4, and took the place of the ruelle. The words 
ruelle and alcdve signified both reception-room and reception, 
and alcSvisie a frequenter of these receptions. The reader 
will find in Lacroix, XVII' Sikle, Lettres, Sciences et Arts ^ 
p. 560, a full description of the ruelle and a plate represent- 
ing a royal reception in an alcdve, — 1. 7, Anacrise, Ang^liqae- 



NOTES. 281 

Clarice, ftfterwftrds Mme. de Grignan, youngest daughter of 
the Marquise de RambouiUet ; see Introduction, § II. 

3. Description de l'H^tel dk Rambouiluet, p. 33. — 
The extensive work (3 vols, in foL) from which the extract in 
the text is taken was written by H. Sauval, a French lawyer 
and antiquary (about 1620-1669), who neglected his profes- 
sion to write his history of Paris, which contains an invaluable 
store of materials for the history of the old city.-^. la, 
Charles et de Marie d^Angennet^ the Marquis de Rambouillet 
and his only sister. — 1. 15, rue St. TMamas du Louvre ^ this 
street, now destroyed, formeriy ran from ihtplaee du Paiais^ 
Cardinal (now Palais-Royal) to the place du Canvusel, open- 
ing nearly at the entrance to that part of the Louvre in 
which the ministry of finance is lodged. — P. 33, 1. I, avami 
que de, tliis construction was preferred throughout the XVIIth 
century to avant de, which, however, is occasionally found. 
The Academy, in its remarks on Vaugclas (I., p. 436) admits 
only avoHt que de, as Vaugclas had done. At the present 
day either form may be used indiflfercntly. — L 2, IWel d*0, 
it was once the residence of Francis, Marquis d'O, superin- 
tendent of the finances under Henry III. He died, the last of 
his family, in 1694. — 1. 3, I/Stel de Noir^mtoustier, it took thb 
name from Louis de la Trimouille, marquis, and afterwards 
duke of Noirmousticr, who died in 1666. — ^1. 4« Hdtel de 
Pisani, it took its name from Mme. de RambouiUet's father. 
See note to Palais-Cardinal, p. 18, 1. 7. — L 12. le Grand 
Cyrus, for the famous romance of Mile, de Scud^ry, see 
Introduction, § V. — 1. 20, Malkerhe, Fran9ois, 1555-1628, 
the famous poet, from whom (most incorrectly) modem 
French poetry is usually dated. He was a frequenter of the 
Hdtel de Rambouillet during its first period, and invented 
the name of Arthcnice, by which Madame de Rambouillet was 
known among her friends (see note to p. 16, L xi).^L ti» 



282 r.A SOCJ&TJft FRANqAISR, 

Us lllnsiixs^ here simply famous, celebrated persons. — P. 35, 
1. 2, place Dauphine^ a small triangular sqn&rc on the Island 
of Notre Dame {La Citi)^ west of tlie Palais de Justice^ it 
was built by Henry IV., and the brick houses which sur- 
rounde<l it wctxs like those still to be seen in tlie Place Royale. 
Sec next noic. — 1. 3, plact Royalty a large square at the east 
end of Paris surrounded by brick houses with i-lone trimmings, 
high roofs, and arcades on the ground floor, the prevailing 
style of French architecture in the early pari of the XVIIth 
century. The square occupies the site of ihc old Palais tUs 
Toumelles^ where Ilcnry II. was accidentally killed in a 
tournament (1565). His widow, Catherine de Medicis de- 
molished the palace, and Heniy IV. erected the square, 
which remains almost unchanged. At the Revolution the 
name was changed to Place des Vcsges^ in memory of the de- 
partment which v^tis the first to send patriotic contributions to 
Paris. This name was revived in 184S, and in 1870, and is 
in use nt present. — 1. 3, ch&leaux de Vemettil^ a town in the 
department of Oisc containing a chateau of the XVI th cen- 
tury bestowed by Henry IV., \vith the title of marqiusate, 
upon liis nn«.lrcss, Ilenriette d'Eniragues. — 1. 4, MoKceonx, a 
chateau fonncrly occupying the park Monceaux, then a pri- 
vate domain, hut now a public park belonging to the city of 
Paris. — 1. 4, J'Oitlainebleau, a famous royal residence, thirty- 
two miles south of Paris. It was for the most part erected 
by Fiancis I., and was the favorite residence of Napoleon I. — 
P. 36, 1. 6, emmeublements^ for the modem form amettbletnent. 
— 1. 10, Voiture^ sec Introduction, g III. — ). 19, Peiii- 
LiLxcmboui^f^ a v/ing of the l*alace of the Luxembourg (sec 
note to p. 6, 1. 4), to the right of the fagiidc, now the oiBciol 
residence of the president of the Senate. — L 20, r/le Notrt 
Dame, generally known as Jle de la Citiy the oldest part of 
Paris, site of the cathedml and Palais de Justice. It is con- 
nected with the rest of the city by eight bridges. 



NOTES, 283 

4. I/H6rEL DE Rambouillet. p. 37. — For the author of 
this extract and her works see note to p. 66. The concealed 
names in the text are as follows : Gelatille^ the Countess de 
Fiesque ; Princfsse de Paphlagonii^ Mademoiselle de Vandy ; 
la Frincesse Aminte^ Madame de Montausier, daughter of 
Madame de Rambouillet ; Diesse d^Athines^ Madame de 
Rambouillet. The romance itself is of slight interest except 
as giving a picture of the private life of Mademoiselle and of 
her court. — P. 38, 1. 22, honniti^ polite, elegant, cultivated. 
The word honniU had in the XVIIth century quite a dififerent 
meaning from what it has to-day. V. Cousin i^La Jcuiussf de 
Mme, de Longueville^ lofi ed., p. I26> says : " L'honn^te 
homme devait avoir des sentiments Aleves : il devait etre brave, 
il devait ctrc galant, il devait etre liberal, avoir de Tesprit ct 
de belles mani<!^res, mais tout cela sans aucune ombre de 
p^danterie, d'unc fa9on tout aisee et famili^re." Sainte-Beuve, 
in his Portraits LitUraires^ III., p. 85, has devoted an article 
to Le Chevalier de M^i ou de Vhonnite homme au XVII* 
Sihle, in which, p. 87, he says : " N annate homme ^ au 
XVII' siccle, ne signifiait pas la chose toute simple et toute 
grave que le mot exprimc aujourd'hui. Ce mot a en bien des 
sens en fran9ais, un peu comme celui de sage en grec. Aux 
cpoqucs de loisir, on y mclait beaucoup de superflu ; nous 
I'avons rcduit au strict necessairc. L'honnete homme, en 
son large sens, c'ctait I'homme comme il faut, ct le comme il 
fiiut^ Ic quod dccet, varic avec les goOts ct Ics opinions de la 
socictc ellc-meme." This is the sense in which the word is 
used in text, pp. 213, 217. The most concise definition is 
that given by Bussy-Rabutin (Lettres de Afme, de SMgn^^ 
v., 529) : " L'honncte homme est un homme poli et qui salt 
vivre." So, honnites gens, p. 69, 1. 18. 

5. La Guirlandr de Julie, p. 40. — A fac-simile of the 
title-page, madrigal of The Carnation, and flower itself, may 



284 LA SOCI&Ti, FRANqAISE. 

be found in Lacroix, XVII' SihU^ Lettres^ Sciences et Arts, 
p. 185. The original copy is still in existence, and belongs 
to the Duchess d'Uz^s, the present representative of the Mon- 
tausier family. Two other copies arc known, one a mere 
sketch, the other probably made for Montausier himself. 
The Guirlande de Julie was an imitation of a similar Italian 
collection (v. Livet, Prdcieuses Ridicules^ p. xxiii) printed at 
Genoa in 1595. The madrigaux composing the Guirlande de 
Julie have been reprinted several times ; the last edition 
is that by Livet cited in the text, and forming an appen- 
dix lo his Prdcieux et Pricieuses, The authors of the 
madrigaux were the poets who frequented the Hdtel de 
Rambouillct, except Voiturc, whom Montausier disliked, who 
is conspicuous by his absence. A number of madrigaux are 
signed M. C, and three of them (including the one in the 
text) have been attributed to Comeille. This is incorrect, as 
they belong to Conrart, and bear his name in one of the 
manuscript copies. The poems of the collection, it may be 
said, are in general very poor. — 1. 16, Montausier^ see Intro- 
duction, g III.— P. 41, 1. 5, M*'*' de SabU, see Introduction 
§ III. — 1. 7, la Peine y Anne of Austria, wife of Louis XIII. 
— P. 42, 1. 3, Robert^ Nicolas, famous miniature painter and 
engraver, born at Langres at beginning of the XVIIth cen- 
tury, lie excelled in the painting of plants, and rendered 
great service to botany. He died about i6S4. — 1. ^^Jarry^ 
Nicolas Jarry, a famous scribe of the XVIIth century; see 
note at head of present article. — 1. g, Conrart^ see Introduc- 
tion, § III. — 1. 16, Permesse, the Permessus, a river in Boetia, 
the source of which is on Mt. Helicon, the mountain sacred 
to Apollo and the Muses. — P. 43, 1. i, avecque^ this word has 
been spelled at different times in three ways, rttvr, avecqut^ 
aiccques (for last, see note lo p. 13, 1. 3j. The second is 
merely an orthographical emphasis of the hard sound of 



NOTES, 285 

the final c. It was also a convenient form in poetry, count- 
ing as three syllables when the following word began with a 
consonant, and continued in use until the middle of the 
XVIIth century (it is found once in Boileau, and once in 
Racine), when it fell completely into disuse. The form with 
s lost the 5 in the course of the XVIth century, and is con- 
demned by Vaugelas(I., 424) who allows the other two forms, 
preferring avecque before words beginning with f, h, j, 1, m, 
n, p, r, t, and v. 

6. Lettres de Voiture, p, 44. — For Voiture, sec Introduc- 
tion, § III. — I. 15, Us ancietts cardinaux prenneni une gramli 
auioriU sur Its demiers refus, Tallemant says that Voiture 
was at the house of Cardinal de la Valette when a dressing- 
gown of crimson cloth of gold was brought for the Cardinal. 
He made Voiture try it on to see it the better, and then pro- 
posed to him to go in that state to the I{5tel de Rambouillet. 
They did so, and Voiture said he, too, was a cardinal. He 
alludes to this again on p. 45, 1. 23 : *' C'esten quality de car- 
dinal que jeparle." — P. 45, 1. II, M**** la printesst, Charlotte- 
Marguerite de Montmorency, wife of the Prince de Cond^ ; 
see notes to pp. 6, 1. ii ; 14, I. II. — 1. II, Af ' de Bourdon, 
daughter of Madame la Princesse, married in 1642 Henri 
d'Orleans, Duke de Longueville ; see Introduction, § II. — 
1. 12, M*"' du Vigean, Anne de Neufbourg, Marquise du 
Vigean, who played an important role in French society under 
Louis XIII., thanks to her intimacy with the Duchess d'Ai- 
guillon (see note to p. 18, I. 4). It was her daughter who 
inspired a deep passion in the Duke d'Enghien, afterward 
Prince de Conde, and who ended her life as a Carmelite nun ; 
see V. Cousin, La Jeuneste de Mme, de Longueville^ 10 • ed., p. 
181. — 1. 12, M*^* Aubry^ Fran9oise le Breton-Villandry, wife 
of Jean Aubry, or Auberi, conseiller d'Etat ordinaire. She 
is frequently mentioned in Voiture's letters, in one of which 



286 LA soci6t/> franqaise. 

(75) he mentions her dcatli, which occurred in 1634. Her 
daughter is mentioned later in the letter under the name of 
Priandi. — 1. 15, la Barre, a country-seat belonging to Mme. 
du Vigean, near Enghicn, about six miles north of Paris. — 
1. 18, Orviesson, a hamlet between St. Denis and Enghien, on 
the way to la Barre. — 1. 19, grand chien, Tallcraant makes 
this corament on this passage : " Voiturc says this [** ce dont 
jc fut fort joycux "] on purpose, because he was teased for 
liking only big ugly dogs with long snouts." Voiturc returns 
to this subject in the XlVth letter (to Mile. Paulet, cd. Ubi- 
ciui, I., p. 56) : ** II est vrai que pour m'apaiser Ton m*a 
donne deux chiens qui ont le museau si long, qu'A moa avis ils 
valcnt l)ien une demoiselle, ct jc ne sais s'il y en a une dans 
Paris pour qui je Ics voulusse donner." Mme. dc Ram- 
bouillet had given him two dogs for a statuette or picture 
representing the rape of Europa ; hence the above allusion. — 
P. 46, 1. 17, Tivoliy a famous resort sixteen miles from Rome, 
celebrated for its ruins and the falls of the Anio. — 1. 18, 
violons^ the royal orchestra consisted of twenty-four violinists 
who played during the king's dinner and at the court balls. 
It was officially known as the vingt-qtiatre viohns de la cham^ 
hre du roiy and dated back to the end of the XVIth century. 
Private individuals could sometimes procure it for their 
banquets ; see p. 204, 1. 5. — P. 47, 1. 6, Priandt^ Mile. 
Aubry, daughter of Mme. Aubry ; see note to p. 45, 1. 12. — 
1. 21, Pues quiso^ etc., a Spanish verse, the translation of 
which is : " Since my harsh fate willed that my lord being 
away, my lady should also be absent." — P. 48, 1. 4, sarO" 
bande^ a dance of Spanish origin fashionable in France as 
early as the XVIth century. It was danced with an accom- 
paniment of castanets to a slow waltz movement. It was 
probably introduced into Spain by the Saracens, as the word 
is derived by Manage from the Persian scrbcnd^ a kind of 



NOTES. 287 

song. — 1. 21, diguisementSy Littr^ defines this word as follows ; 
*' Action de deguiser par Tart de la cuisine, une viande ou 
autre aliment." The only example he cites is that in the 
text. — 1. 24, la marichaU de Saint-Luc, the daughter of the 
marcchal de Saint-Geran. Tallemant says she was afflicted 
with an illness which rendered it impossible for her to sleep 
without taking opium. — P. 50, 1. 2, HroU Hen des amies, 
'* fenced well." — 1. 12, la sphhre du feu, according to the 
ancient system of astronomy the earth was the centre of the 
universe, and was surrounded by a number of spheres in which 
v/crc set the stars, sun, planets, and moon, and from which 
they received their motion. First in order came the sphere 
of air {moyenne rigion de I* air, 1. 13), then that of fire, 
then the spheres of the planets, the zodiac, the crystalline 
sphere {primum mobile), and, last of all, the empyrean. — 1. 
24, Miserere, the List Psalm of the Psalter, which, in the 
Latin version of the Vulgate (L.), begins : Miserere mei, Deus, 
*' Have mercy upon me, O God." It is sung in the Church 
during Lent, and has been set to music by many famous com- 
posers. Mmc. du Vigcan was deaf, and would not acknowl- 
edge it, so that she always answered at random. Tallemant 
says that the cardinal de la Valette once said to Voiture: 
" One could repeat to her a Ccnfiteor, an Ave, a Miserere, and 
she would make the same reply. I beg you to try it the first 
opportunity you have." — P. 51, 1. 3, savants— petiis-dcigts — 
bonsoirs—ponts-bretons, Tallemant defines savants as vaude^ 
vilUs, the others were songs to popular airs, the origin of the 
names being now forgotten. Tallemant (Historiettes, 3d 
ed., III., p. 36) has preserved the following /^/i/-^fr/^#i by 
Voiture upon the Abbds Belesbat and Croisilles : 

J'ai vu Belesbat 

Doux comme une fiUe, 

Puis j'ai vu Croisille 



288 LA SOCIAtA FRANQAISE. 

Dans son celebat, 

Comme un crocodille 

Qui vient du sabat. 
" Pont-breton, espice de vau^^vire ou ffatuUvilU d'nn 
caractere satirique, et dont le nom venoit sans doute d'un 
ancien refrain : Sur le pont^ etc. Ce mot ne se retrouve dans 
aucun dictionnaire." Tallcraant, 3d ed., IX., 393. — 1. 9, 
pritre Jcan^ '* Prcster John," the name of a supposed Christian 
prince and priest of the interior of Asia in the Middle Ages. 
— I. 10, Jl en a dans Vaile^ *' to be smitten," ** to be in love," 
we somelimes say of a person deeply in love, "he is hard 
hit." — 1. 15, ^ros-d^eaUf Tallcmant explains this passage as 
follows : " During the siege of la Rochelle (1627) people kept 
saying we must wait for the 6rst high tide {^gros-d'eau^ name 
given to the tide on the coast of la Rochelle), which is during 
the full moon, to see whether the dyke will stand. Now the 
Cardinal dc la Valctte, in planning with Voiture to visit Mme. 
Aubry at Suresncs, said : ' It must be at the full of the moon 
in order to return the later. Wc will make this excursion at 
the first ^ros-d*eau.* So they called these excursions the 
gros-d'eau." — P. 53, 1. II, Qui el Jin del canto, etc., ** Here 
is the end of the canto, and I return to Orlando. Farewell, 
my lord, I commend myself to you." In the Italian epics 
each canto usually ended with some such reference as above. 
Voiture had in mind the ending of the XXXVth canto of 
Bojardo's Orlando inamorato^ which he does not quote exactly : 
Nel fin del canto torneru a Orlando. 
A dio, signori, a voi mi ricomando. 
— 1. 13, car, Vaugelas, Remarques sur la Langut Franfaise, 
cd. Chassang, II., 460, tells us that there were some who 
wished to suppress this necessary word, which he then pro- 
ceeds to defend. We learn from Pellisson (Hisi, de rAca- 
ddniie Fran^aise, ed. Ch.-L. I^ivet, Paris, 1858, I., p. 5a) that 



NOTES. 289 

Gomberville was opposed to it, and boasted that he had never 
used this word in the five volumes of his romance of /VZtjt- 
andre, in which, however, it occurs several times. Balzac 
wrote to Chapclain in regard to Voiturc's letter : '* Lc Carde 
notre ami est une fort jolie chose, et il faut avouer qu'il a le 
genie de la belle et de la noble railleric. Je voudrois seule- 
ment qu'il travaillat un peu h. purifier son style. Dans ses 
ecrits, la construction est souvent embarrass^e, et ni les 
choses ni les paroles ne sont pas toujours en leur juste 
place." A Balzac, le 28 octobre, 1637. — 1. 16, VAccuUmie^ 
the French Academy, which existed at first as a private 
reunion of men of letters, and was not formally organized 
until 1634, t^c letters-patent which erected it into a public 
institution being signed by the king, Louis XIII., the 2d of 
January, 1635. The early history of the Academy is admira- 
bly told by Pclisson and D'Olivet in the work cited in the last 
note. — P. 54, 1. 9, pour ce que, lias given way to the modem 
parce que, as Littre remarks, unfortunately, for the latter is 
not equivalent to the former, parce que indicates the means, 
pource que the object. Vaugelas, I., 1 1 7, says : " Tous les 
deux sont bons, mais parce que est plus doux, et plus usit^ k 
la cour, et presquc par tous les meilleurs Ecrivains. Pource 
que est plus du Palais {de Justice) , quoiqu'4 la cour quelques- 
uns le discnt aussi, particuliirement ceux de la Province de 
Normandie." The Academy notes : ** Personne ne dit pr^- 
sentement (1704) pource que," — P. 55, 1. 9, Cam, — Pan, the 
reference in the text is to the story told by Plutarch in his 
Morals (ed. Huttcn, vol. IX., p. 326) of the voice that cried 
out that the great god Pan was dead, and of the lamentation 
which was heard when this news was made known. The ex- 
pression is often used to indicate the passing away of the old 
order of things. Cam, modem French Kan, title of the 
Mongolian or Tartar rulers. Under the name of the great 



290 LA SOCIJ&TA FRANqAISE. 

Khan is unrlci-slood Zingis (died 1227) the conqueror of Asia. 
— 1. II, tt« dc$ plus beaux espHts^ Balxac, see letter cited in 
note to p. 53, I. 13. — 1. 16, dans la bouche de CharUniagne et 
de saint I.ouis^ Voiturc's memory has here betrayed him, for 
it is certain thai Charles the (ireal spoke no French. Saint 
LouiSf Louis IX., 1226-1270, canonized in 1297 by Pope 
Boniface VIII. The statement in I. 2 that the word car\% 
eleven hundred years old must be taken with some reservation. 
It is impossible to say at exactly what date the French lan- 
guage came into existence. — P. 57, 1. i, la raisan «i est car, 
Vaugelas, Rcmarqnes, II., p. 4O3, says that r^irwas objected 
to by many on account of the above proverb, and Tallemant 
attributes the origin of it to Mme. d'Entragues, who, during 
the suit uf her daughter against the Mare'chal de Bassompierre, 
uttered a hundred things in which there was neither rhyme 
nor reason, and added : la raison en est car. — 1. 19, parte' 
menty obsolete, for dipart. — P. 58, 1. 8, Vannde est bonne^ the 
couplets in question may be found in Voiture's works, ed. 
Ubicini, II., 353 ; they begin as follows : 
l>cs demoiselles de cc temps 
Ont depuis peu beaucoup d'amants ; 
On dit qu'il n'en manque k personne, 
L'annee est bonne. 

Nous avons vu Ics ans pass<^s 
Que les galants eloient glac<?s ; 
Mais maintenant tant en foisonne, 
L'annee est bonne. 

Le temps n'est pas bien loin encor 
Qu'ils se vendoient au poids de Tor, 
Et pour Ic present on les donnc, 
L'annee est bonne. 
— ^I. 12, courre^ the correct form of the infinitive from the 



.AM 



NOTES, 291 

Latin aimre. The modem form, courir, is due to a mis- 
placement of the Latin accent, which created a fonn currfrt, 
which regularly gave the French courir. In the XVIIth 
century courre was still used in many expressions for courir, 
but at the present day is restricted to the sense of " hunting." 
— H. 59, I. IX, marickaU de Fervaque, Anne d'Alegre, died 
16x3 ; after the death of her husband she fell in love with the 
Duke de Chcvreuse, and made him her heir. With incredible 
meanness he sent her body to the place of burial by the pub- 
lic stage-coach to save expense and trouble. — 1. 15, deux 
belUs Princesses^ Mrae. la Princesse and Mile, de Bourbon, 
tee notes to pp. 6, I. xi, and 45, 1. X2. 

7. PoisiES DK VoiTUKK, p. 6o. — SoNNKT, thifl sonnet gave 
rise later to the famous dispute between the UranisUs and 
iht JahelinSf after the publication of the sonnet on Job by 
Benterade, in 1647, which was as follows : 

Job de mille tourments attcint 

Vous rcndra sa douleur connue, 

£t raisonnablement il craint 

Que vous n'en soyez point ^mue. 

Vous verrez sa mis^re nue ; 

II s'est lui-m^me ici d^peint : 

Accoutumez-vous k la vue 

D'une hommc qui souffre et se plaint. 

Bien qu'il edt d'extr^mes souffrances. 
On voit aller des patiences 
Plus loin que la sienne n*alla : 

II souffrit des maux incroyables ; 

II s*en plaignit ; il en parla : 

J 'en connois de plus mis^rablet. 
The dty and the court were divided in opinion between the 
two sonnets which, c:»pecially the one on Job, called forth a 



292 LA SOCI6T& FRANqAISE. 

shower of parodies, sonnets, and epigrams. The haHtuies of 
the H5tcl de Rambouillet, the Duchess de Longueville, 
Madame de Sable, etc., were in favor of Voiture ; the Priuce 
de Conti espoused the cause of Benserade. — P. 6z, Rondkau, 
a short poem peculiar to French poetry, dififering in form at 
various periods, but in the XVI Ith century consisting of 
thirteen lines with two rhymes divided into three groups: 
the first and last of five lines cacli, the second of three. 
After the second and third the commencement of the first 
line is repeated in a line by itself, without rhyming and 
entirely disconnected with the poem. In the earlier form of 
the rondeau the whole of the first line, or the first and second, 
were repeated as above. The name comes* from this repeti- 
tion {rond). After having been forgotten for a century, 
Voiture revived the rondeau and made it fashionable. He 
says himself, in a letter dated 1638 {(Euvres^ ed. Ubidni, 
XL, 314) : " Jc ne sais si vous savez ce que c'est que de zon- 
dcaux : j'en ai fait depuis peu trois ou quatre, qui ont mis les 
beaux esprits en fantaisc d'en fairc. C'est un genre d'^iire 
<qui c<;t propre A la raillerie." The rondeau in the text is an 

1 

imitation of the sonnet of Lope de Vega : 

Un soneto mc manda hazer VioUnte, etc 
— 1. 10, Brodeait^ Huet says that Voiture first wrote Godean 
(bishop of Vencc, 1605-1672 ; sec Introduction, § III.) and 
then substituted for it Brodeau (Jean), an eminent lawyer, 
famous for his legal writings, who died at Paris in 1653. 
, 8. Portraits, p. 62. The taste for pen-and-ink portraits is 
\ due to Mile, dc Scud^ry, whose romances of Ariamhu ou It 
Grand Cyrus and CUlie are filled with such compositions (see 
text, pp. 24, 80). They owed their great popularity to a 
caprice of Mademoiselle (see note to p. 66), who says in her 
M/moires (cd. ChcrucI, II., p. 181) : " D^s que je sus la cour 
& Paris (automne de 1C57), j'y envoyai un gcntilhomme pour 




NOTES. 293 

lui faire mes excuses de ne m'y ^tre pas rendue aassitdt, mail 
que mes affaires m'obligeoient de demeurer encore k Cham- 
pigny, Madame la princcsse de Tarentc et mademoiselle de la 
Tremoille y vinrent deax ou trois fois, et y furcnt lon^empf 
& chacune. Kile me montrcrent leurs portraits qu'elles avoient 
fait faire en Hollande. Je n'en avois jamais vti ; je trouvai 
cette mani6rc d*(fcrire fort galante, et je fis le mien, Made- 
moiselle de la Tremoille m'cnvoya le sien de Thouars." She 
continued to ask her other friends for their portraits, which, 
two years later, her secretary, Se(^rais, collected and published 
(for bibliographical details, see V. Cousin, Madami de SabU^ 
ed. cit., pp. 71-77, and introduction to Barth^lemy, La GaUrU 
des Portraits^ etc.). Cousin sajrs. Madam t di SabU^ p. 77 : 
*' Les portraits se multipli^rent k Paris et dans les provinces ; 
ils descend irent du grand monde dans U bourgeoisie ; il y en 
eut d'excellents, il y en cut de m^diocres et anssi de d^testa* 
bles, jusqu'4 ce qu'en 1688 La Bniyire renonvela et ^Ta le 
genre, et, sous le nom de Caractires, au lieu de quelques 
individus, peignit son si^cle et lliumanit^." The length to 
which the fashion of writing portraits was carried may be 
seen from the insipid book of the Abb^ d'Aubignac, Les 
Portraits igar^s, Paris, 1660. It is dedicated to a certain 
Laodamie, and contains her portrait, pp. 4-41, which she 
ordered the writer to compose, and which he feigns to have 
done in a dream, Cupid offering him a palette and brushes. 
The book contains four other portraits, two sonnets, and 
Adris h Caliste, sur sa maladie^ pp. 75-95. In the Prdcieuus 
hHdicuUs, scene IX., Mascarille says : " et vous verrez courir 
de ma fafon, dans les belles ruelles de Puris . . . plus de 
mille madrigaux, sans compter les ^nigmes et les portraits. 
— Madelon. Je vous avoue que je suis furieusement pour les 
portraits ; je ne vols rien de si galant que ceU. — Mascarille. 
Les portraits sont diffidles, et dempndent un esprit profond." 



294 LA SOCI£t£ FRANCAISE. 

A reaction soon set in, however, and the Portraits became the 
objects of ridicule ; see p. 74. 

I. Portrait de M**» La Marquise de S£viGNi, pae 
M*^" I.A CoMTESSE DE La Fayette, p. tz. — Maric de 
Rabutin-Chantal, marquise de S^vign<f, 1626-1696, the most 
famous of French letter-writers. She did not become a 
frequenter of the H6tel de Rumbouillet until the peiiod of 
its decline. Her celebrated correspondence Avith her daugh- 
ter, Mme. de Grignan, does not begin until 1669. A charm- 
ing monograph upon Mme. de Scvignc by Gaston Boissier, 
excellently translated by Prof. M. B. Anderson, may be 
found in The Great French Wriierst Chicago, A. C. McChiig 
& Co., 1 883. The portrait in the text was written by her 
intimate fncnd, Marie-.Madelainc Pioche de la Vcrgne, Coun- 
tess de la Fayette. 1634-1693, one of the most charming 
characters of the period, and famous still by her romances, 
one of v/hich l.a Princesse de Clhfes (1678), is still rend with 
pleasure. She may be said to be the originator of the modem 
novel of character. She was the last of the celebrated 
habitues of the 116tel de Uambouillct. Biographical and 
bibliographical details concerning the Countess de la Fayette 
and her romances may be found in K6rting, op. cit., 1., p. 
465, and an interesting characterization of the romances in 
V. Fournel, La Littdralure imiipendante, p. 202. 

II. Portrait de Mademoisrllk fait tar elle-m£me, p. 
66, — Annc-Marie-Louisc d'Orleans, Duchess de Montpcnsier, 
1627-J693, daughter of Gaston d'Orlcans, brother of Louis 
XIII. Ilic title of Alonsieur was applied, imder the old 
monarchy, to the king's eldest brother, although Saint-Simon 
(cited by Cherucl, II., 828) says Gaston was the first who was^ 
really and constantly called by it. Mademoiselle Vf2A reserved 
for the children of the king's brothers and sisters. Gaston's 
daughter was the first who had hei-sclf ailled simply by this 




NOTES. 295 

name ; later, to distinguish her from the daughters of the 
king's brother, she was known as the Grande MadcmoiseiU, 
on account of her tallness. She took an active part in the 
Fromlc, one of the most curious episodes of which is her 
defense of the Porte Sainte-Antoinc (July 2, 1652). She was 
the most brilliant match of her day, and numberless plans for 
her marriage (to Louis XIV., her cousin, among others) were 
proposed and rejected. She finally became engaged to the 
Count de Lauzun (see Mme. de S^gn^'s famous letter to 
M. de Coulanges, 15 Dec, 1670, announdng the engage- 
ment), but that was broken off by the king, and Lauzun 
imprisoned for ten years. Mademoiselle finally married him, 
to her sorrow, but separated from him in i635 on account of 
his ill-lreatment. An account of her life at the Luxembourg, 
while in disgrace with the king for her share in the Fronde, 
from 1654 to 1660, will be found in Cousin, Madami de Sahli^ 
p. 67. It was during this time that she devoted herself to 
literature, wrote portraits (see note to p. 62), Relation de l*Ile 
imaginairt^ and I/is tot re de la Princesse de Paphla^fde (see 
note to p. 37). Her most important work is her Minunru^ 
an invaluable source for the history of the Fronde and court 
of Louis XIV. See a bright article in the Atlantic^ IL, X93, 
by T. W. Higginson, on ** Mademoiselle's Campaigns," and 
Sainte-Beuve, Caiaeries du Lundi {2d ed.). III., 391. — P. 67, 
1. 22, tnalproprcti^ Vaugelas, I., 56, defines the ytoxA propreii 
as used in the XVIIlh century: ** le soin que Ton a de Ut 
nettetc, de la bienscance, ou de Tomcment en ce qui re- 
garde Ics habits, les meubles, ou quelque autre chose que ce 
soit." Larroumet, Pr^cievses Ridicules ^ p. 182, n. 2, says 
the word was much employed by the writers of the school of 
the Pre^ieux, as well as the adverb, the use of which lasted a 
longtime, lie cites Somaize (p. xlv.), ** danser proprcment,** 
translated by *' bicn," The adj. propre frequently occurs in 



296 LA SOCI£t£ FRANqAISE. 

the text; see pp. 67, 1. 23 ; 116, J. 7; 214, 1. 5.— P. 71, 
1. 18, Les grands chagrins que fai eus, the coneclion of 
portraits was made between 1657 ^^nd 1658, so that the alla- 
sion in the text mnst be to her trials during the Fronde and 
subsequent disfavor at court. 

9. Description de l'Ilk de Portraiture, p. 74.— 
Charles Sorel, 1 399-1674, one of the most interesting figures 
in French literature of the XVIIth century, and to whom full 
justice has not yet been done, is remembered now chiefly by his 
novel of Francion^ the first in which an attempt was made to 
describe contemporary manners and break away from the 
preposterous pastoral and heroic romances of the day. His 
Berber extravagant is a bitter satire upon the pastoral roman- 
ces colled forth by d'Ui-f<$'s AstrSe, and may be compared, for 
scope at least, to Don Quixote. In the work cited in the 
text (first printed at Paris, 1659) the author satirizes the 
passion for portraits in a sharp but pleasant manner under 
the form of an imaginary journey. For Sorel, see V. Four- 
nel. La Litt&ature indipendatite^ I'aris, 1863, p. 215 ; Kfirt- 
ing, Geschichte des fra7ttosischen Romans im XVII, Jakrk,^ 
II., p. 45 ; and JZeitschri/t fUr neufrant^sische Sprache^ etc, 
III.. 22S.— P. 75, 1. 19. et si, " and yet." " still." This use 
of si in the sense of pourtant^ touiefois, is obsolete. It was 
employed in this meaning either alone at the beginning of a 
sentence or clause, or in the fonn in the text, with et, 
I^ittrd says that wlien so employed it should be pronounced 
\vith an emphasis and followed by a brief pause. He remarks 
that although obsolete it should not be allowed to fall into 
disuse. — P. 76, 1. 9, Zetixis, the celebrated Greek painter, 
who flourished at Athens B.C. 424-%}oo. Ilis masterpiece was 
his picture of Helen for the temple of Juno at CroCon. He 
was allowed to select as his models the five most beautiful 
virgins of the city. Sorcl has told this story incorrectly in 




NOTES. 297 

the text. — P. 77, 1. 19, motuhesy a small patch of black 
court-plaster placed on the face to set off the complexion. It 
derives its name from its resemblance to a fly (Latin musca) 
in size and color. Lacroix, XVI 1* SihcU^ Institutions ^ Usages 
et Costumes, p. 551, says that they had names according to 
their shape and position : the round ones were called 
assassins ; one near the eye, la passionnie ; on the lips, the 
coquette ; in the middle of the cheek, y^it galante^ etc. They 
seem to have come into vogue about 1633, and were some- 
times, although seldom, worn by men. 

II. 

MADEMOISELLE DE SCUDlfeRY ET LES FEMMES 

SAVANTES. 

I. Mademoiselle de ScuoftRY d^crite par ELLE-MfiME, 
p. 80, — P'or the biographical details in this extract, see Intro- 
duction, § V. — 1. I, Sapho^ Mile, de Scudcry, see Introduc- 
tion, § V. She was also known as PhilocUe (in the Abb<f 
d'Aubignac's Royaume de Coquetterie)^ Polymathie (in Furc- 
tiire's Roman Bourgeois^, Acacie (in Conrart's poetry), 
Artdiice (in Eurymifdon)^ Daphni by Mmc. de la Suze, the 
learned Sophie (in Somaize) etc. See life by Rathcry and 
Boutron, p. 47. — P. 81, 1. 14, itat oit elle est prisentement^ the 
X. vol. of Artamhie ou le Grand Cyrus ^ which contains the 
description of Mile, de Scudcry by herself, was published in 
1653, when she was forty-five years old. — P. 84, 1. 4, 
saphiques, the well-known verse and strophe of Greek and 
Latin prosody named from its inventor, the celebrated Greek 
poetess of the VI th century B.C., whose name Mile, de 
Scudery finally chose for her own disguised name. Mile, de 
Scudery wrote herself comparatively little poetry (a selection 
from it may be found in the work by Rathcry and Boutron, 



298 LA SOCI£t£ FRANt^AISE. 

Mademoiselle de Scud^ry^ pp. 509-531), and invented no new 
poetic forms. — P. 85» 1. 6f science infuse^ a theological term, 
the knowledge possessed by Adam by virtue of the nature which 
he received from God, innate learning. — P. 86, 1, 3, qtu de ce 
que, grammatically it should be : que de ce dont^ which, how- 
ever, would sound disagreeably. — P. 87, 1. 24, MityQne^ 
Paris. 

2. LeS ENNE.MIS DE MADEMOISELLE DE SCUDfikY, p. 89. 
— 1. II, repassis^ '* thought them over." — P. 90, 1. 9, en^ the 
modern usage would require au. In the XVI fth century en 
was employed in many locutions which now demand J. 

3. Lks Imitatricrs de Mademoiselle db ScudAry, 
p. 92. — The best comment on this passage is Molicre's com- 
edy of Les Femmes Savanies^ to which may be added Boileau's 
portrait {Satire X.) : 

Qui s'offrira d'abord ? Bon, c'est cetle savante 
Qu'cstime Rober\'al, et que Sauveur fnfqucntc. 
D'oCi vient qu*elle a Tceil trouble et le teint si temi ? 
C'cst que sur le calcul, dit>on, de Cassini, 
Un astrolabe en main, clle a, dans sa gouttiire, 
A suivre Jui)ilcr passe la nuit cnti^re. 
Gardons de la troubler. Sa science, je croi. 
Aura pour s'occuper ce jour plus d'un emploi, 
D'un nouvcau microscope on doit, en sa presence, 
Tantot chez Dalancc faire TexiK'nence ; 
Puis d'une femmc mortc avec son emliryon 
II faut chcz Du Vcrney voir la dissection. 
Rien n'cchappc aux regards de notrc curieusc. 

— I. 20, Damophile^ Mme. du Buisson. Somaize, Le Diction* 
naire des Pr/cieuses, ed. Ch. I.. Livet, I., p. 68, says : 
' ' Damophile est une pr^cieuse qui voit grand monde. Elle 
loge aupr6s du grand palais d'Ath^nes. C'est une grande 




NO TES, 299 

occonome ; elle sail bicn les m^caniques et parle fort bien la 
langue d'Mcsperie." Her husband seems to have been in the 
service of the queen-mother in 1661, and was maitre <ies 
compics under the president Aubery in 1669. — P. 99, 1. 14, 
Ddmoc^de^ it is not known who is concealed under this name. 
— 1. 15, demi'bas, " in a low tone," 

4. Les Ennuis d'une Savante, p. xox. — It is not now 
known who are concealed under the names of Cydnon, Phylire, 
Nicanor, etc. — P. 106, 1. 23, de celui^ after interrogatives the 
genitive case is employed when there is a comparison among 
persons or things personified. This is the result of the prin- 
ciple of attraction. The following examples are cited by 
Mfitzner, Syntax der neufrantdsischen Sprocket Berlin, 1843, 
I., p. 224 : " Nous verrons lesquels se lasseront les premiers, 
d'eux ou de moi ; I^quelle prefdres-tu, d'Athines ou dc 
Rome ? D'Esther, d*Aman qui le doit emporter ? " Sec 
Harrison's French Syntax ^ p. 205. 

5. Les Vraies Savantes, p. 109. — P. 1x8, 1. 16, Aristae, 
Chapcl.iin, see Introduction, § III. 

6. La Journ6r des Madrigaux, p. X23. — In three of the 
extracts in the text the original orthography has been re- 
tained, in the present extract, in La Gautte de Tendre^ p. 
141, and De la Conversation ^ p. 240. A brief account of the 
principal diflferences between the old and new orthography is 
needed to enable the student to read the above extracts 
easily. Although the orthography of the XVIIth century 
seems difficult, it is not so in fact, and but a few points need 
to be noted : i. y for i at the beginning, middle, and end of 
words, and in vowel combinations : samedy^ joye, gayement, 
etc. (i for y in/aj>, p. 129, 1. 16). 2. e followed by doubled 
consonant to give sound of h : Secrette^ diserette, guerre (p. 
241, 1. 23) for^W/r, etc. 3, z for plural s in words ending 
in e ; in this case no accent is written : beauie% (p. 123, 1. 10) 



300 LA SOCIAtA FRANqAlSE. 

etc. 4. d for final t : vid (p. 123, 1. ii), etc ; omitted in 
verbal endings : comprens (p. 258, 1. 7), etc 5. s retained 
where now omitted and circumflex accent substituted : nusme^ 
arrestirentf accousiume, maistresses, etc. ; or where acute 
accent is now employed : esU^ escuyer^ etc. 6. Omission of t 
in plural endings enis and ants (no longer approved by the 
Academy, but still found in the Kevue det dettx Mondtt and 
yottmal des Dibais), 7. Omission of s in verbal endings of 
6rst person (see note on crci^ p. 224, I. 8) : say^ avi, etc. 
8. cu for u (due to the fall of the medial consonant between 
e and u : Vfu from Late Lat. vedutus, vedut^ veu, vu : seA, 
veiiy pourveu^ etc. In this case a circumflex accent ib gen- 
erally used. q. Use of dixrcsis to distinguish u vowel from a 
consonant, i. e. , v ; or to show that the u had a distinct pro- 
nunciation, as in cigu€ : hiianges (p. 262, 1. lo), rttif avouir^ 
rtjoUit^ injluince^ statues^ etc. It is also used to indicate the 
consonant use of i (y) : volez (p. 255, 1. 7), ennuUfU (p. 249, 
1. 14), etc. 10. Irregular use of accents : toUjours (p. 242, 1. 
23),//tf/^j/ (p. 247, 1. 8). When cu (see 8) is reduced to u 
the circumflex is generally used : ctH (p. 243, 1. 16), vH (p. 
353, 1. 4). The accents are frequently omitted : entietes (p. 
244, 1. 4), tneneftf (p. 261, 1. 7), ajreabU (p. 244, 1. 17), mistert 
(p. 254, 1. 9), reiHfiutioti (p. 254, 1. 17), etc. 1 1, In some 
cases false etymologies led to a peculiar form since discarded, 
as sfavair (as if from Lat. scire instead of sapetr), etc MUe. 
de Scudery's famous Samedis are fully described in V. Cousin, 
La SocUii Fran^aise^ II., p. 249 ; see also life by Kathery 
and Boutron, p. 64 ; V. Cousin, Alme, dt SabU^ p. 6x ; and 
Bourgoin, Valentin Conrart et son Tetnps, p. 252. The 
account in the text is preserved among the papers of Conrart 
at the Library of the Arsenal, Paris, where they fill twenty- 
one folio and twenty-eight quarto volumes. See Bourgoin 
cited above, p. 202. — 1. 7, Philox^ne^ Mme. Arragonais. V. 




NOTES, 301 

Cousin, La Sociiti Fran^aise^ II., p. 243, says of her: 
" Dans ce m6me quartier du Marais habitait une riche veuve 
nomm^e Mme. Arragonais ou Arragonet ou encore Arrago- 
nets, dont le mari avail etc tresorier des gardes fran9aises : son 
nom de famille ctait Jeanne Legendre. Sa fille Marie Arra- 
gonais, ^pousa Michel d'Aligre, an des fils du premier chan- 
celier de ce nom, conseillerau parlement, maftre des requites, 
intendant d*Alen9on, et dont le fr^re devint aussi chancelier 
de France en 1674. Mme. Arragonais appartenait done, 
corame Mme. Cornuel, aux rangs les plus ^lev^s de la 
bourgeoisie et meme de la magistrature. Rcst^e veuve d'assez 
bonne heure, sa fortune lui permit de se livrer tout entiire 
aux choses de Tesprit. Somaize (I., p. 24) lui donne le nom 
d'Artemise. " Elle a cinquante ans, dit-il en 1661, et la plus 
grande partie de son r^gne est passee." Ce r^gne avait et^ 
assez brillant dans les premiers temps de .son veuvage vers 1650. 
Elle est representee dans le Cyr%is sous le nom de Philoxine, 
qui vit famili^rement avec les personnes de la plus haute qual- 
itc." Her portrait is given in Cyrtu (vol. VII., p. 1046), cited in 
Cousin, II., p. 244. — 1. 9, Chroniqueur^ Pellisson, see Intro- 
duction, § III. — 1. 14, Pandore^ Colombey, in his edition of Za 
Jouniiedts MadrigauXy p. 16, says these statues were : " deux 
poupces de modes, de differente grandeur, et sur lesquelles, 
entre temps, les precieuses exer9aient leurs doigts inventifs.'* 
— 1. 20, Mdliantc^ *' M. de Doneville qui envoioit ces poup^ 
^ Mme. la prdsidente de la Terrasse, sa sceur." Note by 
Conrart. M. de Doneville was a member of a family of 
magistrates at Toulouse. He was a warm friend of Pellisson, 
and was present at the Samedis at the end of 1653 and begin- 
ning of 1654. He kept his sister informed of the news of the 
capital, and even of the fashions by sending her dolls dressed 
in the latest style, and which the habitudes of the Samedis 
attired. See V. Cousin, La Sociiti Fran^aise^ II., p. 176. — 



B**" 



302 LA socj£t£ franqaise. 

p. Z24, 1. 4, T^lamire, Mme. d'AIigre, daoghter of Mme. 
Arragonais, sec note to p. 123, 1. 7, — 1. 7, Polyandre^ Sarrasin. 
see Introduction, g III. — I. 9, AcanU, Pellisson. — L ii, 
Trasile, Isam, Samuel, born about 1625, probably atCastres. 
He was an intimate friend of Pellisson, who introduced bim 
to Mile, de Scudcry and her Samedis, where he was renowned 
for the ease and grace of his compositions. He was the 
author of the Ijfiiis d*or, a story in prose and verse, narrating 
the history of a piece of money from the day it was taken from 
the mine. He passed for somewhat fickle in his love affairs. 
The date of his death is uncertain (about 1C71). He was 
known in the society of the Pfdcieuses under the names of 
Trasile, Ismcnius, and Zdnocrate. The best notice of him is 
in K. dc Barthclemy, Sapkc, Le Mage de Sidon, Z/ttoerate^ 
Paris, 1S80, p. 63 ; see also V. Cousin, La Sociitd Fran^aise^ 
II., p. 179. — 1. 24, offices^ *• II est cffectivemcnt vrai que la 
plupart des valets de la maison fireut dcs vers ce jour-l&." 
Note of Conrart. Colombey adds : " C'csl sans donte ce 
qui a inspire a Molicrc I'amusantc scc-nc dc Timpromptn de 
Mascarillc " (Pr^cieuses Ridicules^ schte /A".). — P. 125, 1. 3, 
bouts^rimct^ x\.jeu de socidti ^\iv^\ consisted in {giving the rhyme 
words and requiring the rest of the verse to be filled up at the 
writer's discretion. Conrart sa}*^ on the above passage : 
" Quoiqu'on ait fait autrefois des bouts-rim^s, c*est depuis 
peu que la mode en est revenue par des bouts-rimes que M. 
Fouquet, procureur g^n^ral et surintcndant dcs finances, 
donna sur la mort d'un perroquet et sur losquels une infinite 
de personnes ont travaille." The following bout-rimi by 
Madame Dcshouli^res (i 637-1694) will give an idea of the 
class : 

Cc metal pr^cicux, cetle fatale//iff> 

Qui vainquit Danae, pent vaxncre Vufdvers^ 




NO TES, 303 

Par lui les grands secrets sont souvent dicouvertt 

£t Ton ne rcpand pas de larmes qu*il n*essuie, 

II semble que sans lui tout le bonheur vous /uie, 

Les plus grandes cites deviennent des deserts, 

Les lieux les plus charmants sont pour nous des en/ers, 

Enfin, tout nous dcplait, nous choque et nous ennuu. 

II faut, pour en avoir, rampcr comme un Utard, 
Pour les plus grands ddfauls, c'est un excellent fard, 
II peut en un moment illustrer la canaille, 
II donne de I'esprit au plus lourd animal ; 
II peut forcer un mur, gagner une batailUy 
Mais il ne fait jamais tant de bien que de inaL 

— 1. 19, Doralisf, *' Mile. Robineau, qui n'etoit pas en ccttc 
compagnie, parce qu'clle avoit des aHaires facheuscs, pour des 
taxes qu'on avoit mises sur des rentes de M. son p^re." Con> 
rart. Nothing is known of her (Tallemant, ed. P. Paris, 
VII., 63, says of her, in 1657, that she was "une itlle deji 
Sgde " ) but what Somaize says of her under the name of 
Roxane {Did, des Pr/cieuses, ed. Livet, I., p. 206), and Mile, 
de Scudcry, under the name of Doralisc, in Ariamime cu U 
Grand Cyrus (cited by V. Cousin in La Sociiti Fran^aise^ II., 
p. 242). — P. 126, 1. 8, Th/odamaSf Conrart, see Introduction, 
§ III. — 1. 18, Thiodatnas qui voulut avoir le dermier^ the 
madrigaux in question are as follows (E. Colombey, La 
Joumie des Madriganx^ ed. cit. , p. 39) : 

MADRIGAL DE SAPHO 

A TII&ODAMAS, 
Sur le cachet qu'il lui avait donntf 

Pour meriter un cachet si joli, 
Si bien grave, si brillant, si poli, 
II faudix}it avoir, ce me semble. 



304 LA socjAtA franqaisb. 

Quelque joli secret ensemble ; 
Car en fin les jolis cachets 
Dcmandent de jolis secrets, 
Ou du moins de jolis billets ; 
Mais comme jc n*cn sais point faire, 
Que je n'ai ricn qu'il faille taire, 
Ni qui mcritc aucun m>'st6re, 
II faut vous dire seulement. 
Que vous donncz si galamment, 
Qu'on ne pcut se dcfendrc 
De vous donner son cceur ou de le laisser prendre. 

R^PONSE DE TH^ODAMAS. 

Le present que vous m'avez fait 
A bien surpass^ xnon souhait, 
Je nc pretendois autre chose 
Qu'un petit compliment en prose, 
(Con9u toutcs fois galamment. 
Car vous ne sauriez autrcment,) 
Qui m'eilt dit, d'un air agrcable : 
On rc9oit d*un air favorable 
Voire cachet ossez joli, 
Mais dans dc si beaux vers le traiter de poli, 
De brillant, de cachet a faire 
Secret, confidence, ou myst^re, 
C'cst ce que je n*attendois pas ; 
Mais les fleurs naissent sous vos pas 
El plus encore en votre bouche, 
Et tout ce que voire main louche 
Devicnt poll, joli, galant, 
Aimable, agreable, excellent. 
Cependant de quelle louange 




NOTES. 305 

Piiis-je reconnoitre I'echange, 

Que fait votre beau madrigal, 

Qui pour un cachet cristal 
M'offre de me donner ou de me laisser prendre 

Votre coeur, qui n'a pu sc rendre 

A tant de braves conquerants, 

Qu'on a vu cent fois sur les rangs 

Pour disputer cette conquete ? 
Mais puisqu'i moi, Sapho, votre bont^ s'arr^te 

£t me permct de faire un choix 
Qui me rend plus heureux que prince ni que roi, 
Je suivrai la le9on qu 'Amour me vicnt d'apprendre, 
Donnez-moi votre coeur, sans me le laisser prendre. 

r6ponse de SAPHO. 

Vous 6tes un cruel vainqueur, 
De vouloir qu'on porte son coeur 
Jusque dans votre chambre, 
Mais pour ne vous d^uiser rien 
Quand vous sericz plus qu' Alexandre, 
Si vous voulcz avoir le mien 

II faut le venir prendre, 
Car, comme j'ai le coeur plus grand que Talestiis. 

C'est assez qu'il veuille £tre pris. 

R^PONSE DE TH6ODAMAS. 

C'est etre un assez doux vainqueur, 
Lorsqu'il depend dc moi de pouvoir prendre un coeur, 

De consentir qu'on me le donne ; 
Quand vous auriez le coeur plus grand que Talestris, 

La raison toulefois ordonne 

Qu'il soit donne plut6t que pris. 



3o6 LA 50CI£t£ FXAXgAlSE. 

—P. 137, Lt,dt crOf-fj, "Cebi Tcnt 6jj^ qu*il nV a mile 
intri^e cntre ces dexiz persoones* afin qae ceoz qm ne les 
coanotssent pss ns se ilmaginect point aatremcnt.'* Con- 
rart. — P. 128, L 9. AjaiAyrte^ Jacqacs Bordicr, sear da 
RaincT ^generally known as M. de Raincj), died in 1666. 
f Te was the joonger son of Jacqnes Boidier, a lawyer of Paris* 
vho rose to be inlaulatti des finasKis^ bnilt the chiteaa of 
Psincy, and bocjjht for his yoangcr son the title 0/ sienr dc 
Rainqr. See V. Coasfn, La SocuU Fmrtfoise, II., p. 181. — 
P. Z29, ]. 17, Xeusirie, '* 11 alia fcire on petit voyage en 
Nonnandie." Conrart. 

7. La Carts db Texdui, p. 130. — The fac-«iinile in tlie 
text was made from a photograph of the original in CUlie^ 
Paris, 1C56, vol. I., p. 39S (Harvard ColL Library). Other 
faosimiles may be found in Colombey's La J^um/e des 
Madrigatix^ p. 62 ; Livet, PrdcUuset FUUules^ p. 2x6 ; 
and I^rronmet, Pricieuses PuiunUs, p. 218. The dream- 
stances under which the carte was written are saffidentlj 
described in the text, as is also the ridicnle to which it was 
subjected. It was, 1)esides, the object of an attack on the 
score of originality. The first volume of CWU appeared in 
1654 (the acA^'v/d'iw^'mtrisdBicd 31 Aug., 1654) ; in the 
same year appeared Histoire du Temps, oh Relation du AVh- 
aume de Cogueterte, Paris, Chez Charles de Sercy, 1654, ^3 
mo., pp. 77, with map. It was by the Abb^ d'Aubignac, and 
the map bore a suspidous likeness to the Cart^ de Tc:$dn% 
and Mile, dc Scud^ry's friends declared that d'Aubignac must 
have seen a manuscript copy of the Carte de Tettdrt^ which 
was in existence some time before the publication of CUlie. 
There seems to be no good ground for this. Mile, de 
Scudt'ry did not invent the gcograpiiy of the affections (ac- 
cording; lo Tallcmanl, c<l. P. P.iris, VII., p. 5S, it 'vas Chape- 
lain who suggestc<l the Carte de Tcudrt), it was simply a 




NOTES, 307 

reminiscence of that tendency to allegory so strong during 
the middle ages all over Europe, and which in France pro- 
duced the celebrated Roman de la Rose, For this dispute, see 
Livet, Pr/cieux et Pricieuses^ p. 172, and Amaud, VAbbe 
d AuhignaCy p. 75. — 1. I, CUlie^ Mile, de Ix)nguevillc, daugh- 
ter of the famous Duchess dc Longueville, the heroine of 
Ariamlne ou le Grand Cyrus^ see note to p. 45, I. 12. — 1. I, 
Herminius^ Pellisson ; sec Introduction, § III. — P. X34, I. 
18, n'a que f aire ^ '* has nothing to do with/* 1. ^., has no need 
of. Littre {Dictionnaire, sub verb, que) says that in this sense 
que is equivalent to ce que, representing the Latin quod. It 
is especially used with avoir, savoir, and pouvoir, in the 
negative. Vaugelas, II., 266, says : " Quand on n*a qui 
/aire, pour dire quand on n*a Hen h fairer est tr^Fran9oi8 
et tr^s-clegant." — P. X39, 1. 5, certaine eonsteUation, probably 
a reference to the cabaU ignorante et envituse^ mentioned on 
p. 89, 1. I. 

8. La Gazette de Tendre, p. 141. — This curious pro- 
duction is among the MSS. of Conrart ; see note to La 
youmde des Madrigaux, p. 123 ; see also Bourgoin, Valentin 
Conrart^ p. 263. For the old orthography retained in this 
extract, see note to La yournde des Madrigaux, p. 123. The 
extract should be read with the Carte de Tendre in mind. — 1. 
16, dames de haute qualiti^ Mile. d'Arpajon and the Com- 
tesse de Rieux. Mile. Jacqueline d'Arp>ajon was the 
daughter of the Count-duke of Arpajon, and became a Car- 
melite nun in 1655. — P. 142, 1. 10, un chevalier, the 
Chevalier de Mere, bom at the end of XVIth or beginning 
of XVII th century, died in 1685, a French writer of the Prrf- 
cicux school, and much esteemed in society for his elegant 
manners. See essay by Sainte-Beuve in Portraits Littiraires^ 
III., p. 85 {Le chevalier de MM, ou de Vhonnite hcmme au 
XVII' SIhle). — 1. 13, Jeune Heros, young Tracy. — 1. 19, 




308 LA SOC/AtA FJiAN(;AISE. 

Acanie, see p. 124, 1. 9. — P. 143, 1. x6, Estranger, see TVasile, 
p. 124, 1. II. — P. 144, 1. 6, Esiran,^}res^ Philoxhie^ sec p. 
123, 1. 7 ; Tilamire^ see p. 124^ 1. 4 ; Doralise, sec p. 125, 1. 
19. — P. I44» 1. II, la NouvelU'VilU et VAncienne^ there 
seems to have been some jealousy between the old frequent- 
ers of the Samedis {Tancienne ville) and the new-comers (/a 
nottvelle villi) . Somaize (II., p. 163) considers the house of 
Mme. Arragonais (see note to p. 123, 1. 7) as the anciennt 
idlle and the residence of Mile. Boquet (sec note to p. 148, 1. 
10) as the nouvdU ville. Among the curious documents in 
Conrart's collection is one entitled, " Relation de ce qui s'cst 
despuis peu passe k Tendre, avec le di&cours que fit la souve- 
raine de ce lieu aux habitants de TAncienne- Ville *' (pub- 
lislicd in Barthelemy's Sdpho^ le Mage de Sidon^ Zinocrate^ 
p. 43 ; see also Bourgoin's Valentin Conrart, p. 264.— P. 
X45, 1. 8, iin jeune Esiran^er^ Moreau, councillor of the 
grand council. — P. 146, 1. 7, Un Estranger d*un miriU rart, 
Agathyrsc, sec p. 128, I, 9. — P. 147, 1. i, en chaise, ** C'est 
que lui, et quelqucs dames, allerent un jour, en chaise & Issy, 
voir M. Conrart, qui y etoit." Conrart. — 1. 19, Aristie, sec p. 
16, 1. 7. — 1. 19, CUonisbi^ Mme. des Pennes of Marseilles. 
Ren^e de Forbin, Baronesse dcs Pennes, 1615-1680, was of 
a distinguished family of Marseilles, where Mile, de Scud^ry 
made her acquaintance. She figures in the romance of 
Cyrus under the name of the Princess Cl^obulinc. — 1. 20, 
Cliodore, Mile. I^ Gcndrc, step-daughter of Guillaume 
Comuel, whose wife was renowned for her witticisms. M. 
Comuel had a daughter Marguerite, and the mother and her 
step-daughters made a most interesting and attractive family. 
They lived in the Marais, not far from Mile, de Scud^ry, who 
has put her friend Marie Lcgcndrc into the romance of Cynu, 
under the name of Cleodore. She figures in Somaixe (I., p. 
108 ; II., p. 270) under the name of Glic^rie. See V, 



NO T£S, 309 

Cousin, La SocidU Fran^aise^ II., p 233. — I. 20, DoralUe^ see 
p. 125, 1. 19. — 1. 21, Prince de Phocit^ Bauxnes. — 1. 21, Ham^ 
ikar, Sarrasin, see p. 124, L 7, Polyandrt, — 1. 22, Elise^ Mile. 
Paulet, see p. 10, L 5. — 1. 22, Bomilcar, Du Plessis. — P. Z48, 
1. 9, Arpasie^ \a pr^sidente de Mariigny of Rouen. — 1. 10, 
AgilasU^ Mile. Boquet, who with her sister lived in the 
neighborhood of Mile, de Scudery, and were her intimate 
friends. Somaize, I., p. 30, dismisses them with a word : 
" Belisc et sa soeur sont deux pretieuses igto, qui jouent fort 
bien du luth, et qui ont une grande habitude ^ toucher les 
instrumcns. Elles logent aussi au quartier de Leolie (Zr 
marau du TempU\ qui est le lieu od les pretieuses font le 
plus de bruit." Mile, de Scud^ry has drawn the portrait of 
one of them, under the name of Ag^Iaste, in the Cyrus, vol. 
X., p. 991. See V. Cousin, La Sociitd Fran^aue, II., p. 246. 
— I. 10, UH homme d*un grand mirite, Caradas, canon at 
Rouen. 

III. 

LES PR^CIEUSES. 

I. Les Fr^cieuses d£crites par l'AbbA de Pure, p. 
Z49. — Michel de Pure was the son of the mayor of Lyons, 
where he was bom in 1634, and where he died in 1680. He 
was admitted to orders and went to Paris, where he led a life 
devoted to literature, and produced, beyond the work cited 
in the text, a tragedy (Ostorius), a translation of Quintilian, 
several biographical and historical works and Idde des specta* 
cUs anciau et nouvtaujc. He seems to have been an amiable 
and inoffensive person, but for some reason incurred the 
anger of Boileau, who attacked him most unjustly in three of 
his satires (11.. 18 ; VI., 12 ; and IX., 28). The Abb^ de 
Pure is now remembered only for his connection with the 
question of the Pricieuses through his romance and a comedy 



3IO LA SOCIJiTit FRANQAISE. 

entitled La Pticieuse^ acted by the Italian company in Z656. 
The play is lost, bat it was written in Italian, and may h«ve 
been taken from the romance published the same year. It is 
a much debated question whether Moli^re was indebted to 
this comedy for the idea of his Pricieuses Ridicuiet (1659)1 
but there seems no reason to suppose that he was (see Zr 
AfolUrute, XL, p. 139, and I^rroumet, />/ Prdcieuus RidU 
cuU's^ p. 4t). The romance still exists, although it is one of 
the rarest of the rare XVIIth century romances. V. Coosio 
{Madame d£ SabU, p. 65) says that he knew of no more than 
four or five copies, and that the National Library did not own 
one. The copy described by Cousin bears the dates 1656, 
1656, 1657, 1658 ; the first and fourth were printed by 
Guillaume de Luyne, the second and third by Pierre Lamy. 
I have used the copy in the Libraiy at WolfenbOttel (1656, 
1656, 1659. 1658, Pierre Lamy), and own myself the first and 
third parts (Guillaume de Luyne, 1656, 1657). The title of the 
first part is La Pretituse^ ou U mystere de la RuelU^ the other 
parts bear the word mysteres^ instead of mystere, A brief anal- 
ysis of the first part, the only one of interest, may be found in 
Livct, LHctiannaire des Pr/eieuses^ II., p. 336. The work 
has fi;iven rise to the most opposite views (see r^m^ is 
KOrting, Geschickte des frantds, Pfimani, II., p. 275), tome 
seeing in it a satire upon the Pr/cietues, others only a faithfui 
description of them. So far as I can judge, it seems to me 
written with a satirical purpose, as is clearly shown in the 
extract in the text, although I have no doubt it gives a fairly 
correct picture of the society of the Prdeietuei about the 
middle of the century. — P. Z50, 1. I, /*Aeur, for modem ^om» 
Aeur, from Latin augurium^ used throughout the XVIIth 
century, but now obsolete except in the proverb: // n*y et 
qu'heur et malheur en ee monde, — I. 9, Invisibles^ Larousie 
gives as one of the meanings of the word : '* Membre d'nne 




NOTES, 311 

socidt^ italienne dans laquelle* suivant un aatear allemand du 
dernier si^cle, les receptions se faisaient la nuit, sous une 
voiite souterraine, et ou Ton prechait 1'ath^isroc etle suicide." 
Also : " Membrc d'une sectc fondde par Osiander, qui soute- 
nait que la veritable Eglisc n'cst pas visible." — 1. 9, Rosecmnx, 
in modern French rose-croix^ pi. roses^croix, ** Rosicrucians," 
members of a supposed secret society of the XVI Ith century, 
which took its name from a certain Christian Rosenkreuz, 
who was said to have lived in the XlVth century and studied 
in the Orient and Egypt. In reality the society had never 
existed, but was invented by a German theologian as a cover 
under which to attack the abuses of the Church. Curiously 
enough, his work on the society called into existence associa- 
tions all over Europe, which were renewed later in the 
XVIIIth century. The word is generally used to denote 
those who claimed to have the power to transmute metals, 
prolong life, to know what is passing in distant places, etc. — 
P. 151, 1. 21, Pricieuses^ see Introduction, § VI. — P. 152, 
1. II, Feuillantine^ a nun of the religious order of the Fcuil- 
lants (reformed order of Cistercians). The name was given 
them from the mother abbey of Notre-Dame de Feuillans, in 
the south of France. The nuns of this order were established 
at Paris in the Faubourg Saint- Jacques in 1622. The monks 
of this order were called to Paris as early as 1587 by Henry 
III. — 1. 23, pouUt^ " love-letter," the word literally means 
chicken, and several explanations have been offered of the 
peculiar meaning of love-letter, the most probable being that 
in folding the missive two points were made bearing some 
resemblance to the wings of a chicken. Some confirmation 
of this explanation is found in Moliire's VltcoU des Maris, 
II., 6: 

Et m'a, droit dans ma chambre, une botte jetee 
Qui renferme une lettre en poulet cachet^. 



312 LA soci£t6 franqajse. 

— p. Z53, 1. I, CaUndrierde RuelU^ it is possible that there 
existed a calendar or almanac of the Prdcieuses, In 1659 ap- 
peared a short farce entitled La Diroute des PrMeuses (printed 
in Foumel, Les ConUmporains de MoHhre^ II., p. 499). whidi 
turns ou the sale of an almanac ridiculing the Prdcicuses. 
In the Lais de la Galanterie (p. 202, 1. 7, of the present wotk) 
the true gallant is advised to prepare an almanac from which 
he can see the proper season to visit the fashionable prome> 
nades. — 1. 19, les doctes en droit de Chevet, it has already 
been stated in the note on ruelle^ p. 31, 1. r, that not only 
were receptions usually held in the bed-chamber, but the 
hostess often received her friends seated on the bed. The 
droit de chevet would naturally be the l.iws or usages govern- 
ing receptions. Perhaps the Abbe de Pure had in mind the 
droit de chevet^ a sum of money which certain officers of 
justice, finance, etc., paid to their colleagues upon their 
marriage, and applied this well-known term to the rcceptioot 
of the Prdcieuses. — 1. 2T, pro/esses datis la r^jrle du jour^ 
props, fern, pro/esse, one who has taken the vows in a 
religious order ; here used ironically for those who observed 
the regulation of reception days as though it were a matter of 
religious importance. — P. 154, 1. 7, macrcuse pour poisson^ 
the macreuse innas noir), or barnacle goose, was supposed for a 
long time to grow from the barnacle, a species of shell adher* 
ing to the rocks, vessels, etc. This error gave rise to the 
notion that being more fish than fowl it could be eaten in 
Lent. This was expressly forbidden by Pope Innocent III. 
(1108-1216), but in spite of this prohibition seems to have 
long been deemed proper food for fast-da}'s. I have been 
unable to discover the date of the permission alleged in the 
text to have been granted in France to eat the macrense as fish« 
— I. 18, ce sacrificateur de Vancienneloi^ Melchisedec, of whom 
St. Paul, in the Epistle to the Hebrews, vii., 3, says : ** Without 




NOTES. 313 

father, without mother, without descent, having neither begin- 
ning of days, nor end of life." — P. 155, 1. 20, CercU^ here 
" reception *' at the Court, see p. 4, 1. 13. The word is used p. 
175, to indicate a club or assembly of Prdcieuses. It was also 
employed to designate an assembly or gathering of beaux esprits. 
— P. 156, 1. 5, Niassare^ Sarrasin, see Introduction, § III. — 1. 
19, Gename^ Menage, see Introduction, § III. — L 20, Mysthre 
de la Ruelle, see note at head of this extract. — P. 158, 1. 13, 
possibU^ for peut-itre^ a use which is now obsolete. Vaugelas, 
I., p. 248, says : " Les uns Taccusent d*etre bas, les autres 
d'etre vieux. Tant y a que pour unc raison, ou pour Taulre, 
ceux qui veulenl ecrire poliment, ne feront pas mal de s'en 
abstenir." The Academy decided tliat possible ought never 
to be used iox peut-iire^ even in familiar style. — P. XS9f !• 't 
Les premiers beaux jours que la paix, the peace that ended 
the civil war of the Fronde, which extended from 1648 to the 
submission of Bordeaux on the 31st of July, 1653. — L 16, 
dogme de Copernic^ the Copernican theory was not openljT 
taught in France during the XVIIth century, it being con- 
sidered contrary to Scripture and having been explicitly con- 
demned by the Church in the Galileo trial in x6i6. Another 
reference to the Copernican theory is found in the text, p. 
227, 1. II. — P. 160, 1. 7, phibus^ ** bombast," from PlUbus 
(Phoebus), an epithet of Apollo, the god of song and music, 
hence at first flowery or poetical language, then bombast. 
— 1. 15, de soi^ the modern usage requires d^elU-mime. In 
speaking of persons soi is seldom employed except after the 
indefinite adjectives or pronouns on^ chacun^ guiconque, nul, 
per Sonne ^ or after an infinitive used in an indeterminate sense. 
Down to the middle of the XVIIth century soi was always 
employed as the reflexive pronoun when the subject was 
determinate, but gradually gave way to the modem usage. 
See Chassang, French Grammar^ p. 276, and Vaugelas, i?f- 



314 LA SOClArlt FRANQAISK. 

marques, I., p. 275. — P. 264, 1. 16, tables d*attente^ tablcu 
for inscription (L e., tablets awaiting an inscription), the ex- 
pression is used metaphorically in the text to denote some* 
thing incomplete, unfinished. 

2. Portrait des Pr^cieuses, p. x68, see note to p. 62. — 
With this prose portrait may be compared the one in vene by 
Boileau {Satire ^ X.) : 

Mais qui vicnt sur ses pas ? c'est une pr^ense, 

Reste de ces csprits jadis si renommcs 

Que d'un coup de son art Moli^rc a diffam^s. 

De tous leurs sentiments cette noble h^ritiire 

Mainticnt encore id Icur sccte fagonni^re. 

C*est chcz elle tou jours que Ics fades autenrs 

S*en vont se consoler du mepris des lecteurs. 

Elle y re9oit leur plainte ; et sa docte demeure 

Aiix Perrins, aux Coras, est onverte h, toute heure. 

U^ du faux bcl esprit sc tienncnt les bureaux : 

Lii, tous Ics vers sont bons, pourvu qu'ils soient nouTeaux. 

Au mauvais goQt public la belle y fait la guerre ; 

Plaint Pradon opprimc des sifRets du parterre ; 

Kit des vains amateurs du grec el du latin ; 

Dans la balance met Aristote ct Cotin ; 

Puis, d'unc main encor plus fine ct plus habile, 

Pdsc sans passion Chapelain et Virgile ; 

Remarque en cc dernier beaucoup de pau\Tetcs, 

Mais pourtant confcssant qu'il a quelqucs beaut^s, 

Ne trouvc en Chapelain, quoi (ja'ait dit la satire. 

Autre dofaut, sinon qu'on nc le saurait lire ; 

Et, pour faire godter son livre d Tuuivers, 

Croit qu*il faudrait en prose y mcttre tous les vers. 

— P. 169, 1. 23, Beaubruns, Henri and Charles de Beaubmo 
or Bobnin, celebrated French artists of the XVIIth centuiy. 




NOTES, 315 

Henri (1603-1677) was a favorite of Lonis XIII., and 
became eminent as a portrait painter. He had as associate 
his cousin Charles (1602-1682), who worked ¥rith him in 
such harmony that it is difficult to distinguish the works of 
one from those of the other. They were the fashionable 
portrait painters under Louis XIV., and were in great de- 
mand for decorations, masques, etc. — P. X70, I. 6, appetisier, 
the modem orthography uses but one p, apetUser, Words of 
this class are not spelled consbtently in French ; the Acad- 
emy writes apaiser, but appauvrir, etc. 

3. Le Cercle, p. 274. — Charles-Denis le Guast, seigneur 
de Saint-^vremond, 1613-1703 ; his early life was passed in 
camps, but his strong literary tastes manifested themselyes 
in many satirical productions. He lost the favor of I^uis 
XIV. on account of a letter to the Marquis de Cr^ui on the 
treaty of the Pyrenees, and was obliged to leave France in 
1661. He took up his abode in London, where he died, and 
was honored with a tomb in Westminster Abbey. The 
extract in the text gives a glimpse of a certain tendency of 
the Pricicuse society (see Moli^re*s Misanthrope^ III., 4), 
alluded to in text, p. 166. — P. 177, 1. x6, ri^/r, name applied 
by the Pricieuses to one another ; see Introduction, § VI. — 
P. 278, 1. 9, On dit, it was the celebrated Ninon de TEncloi 
who made the remark. — 1. 9, la reim de Suide^ Christine, 
daughter of Gustavus Adolphus, 1626-1689. After her abdi- 
cation in 1654, she visited France, where, in spite of the 
murder of Monaldeschi at Fontainebleau (1657), she was 
cordially received for her great abilities. The Academy 
admitted her to a special session, and she enjoyed the 
learned society of the day, as well as the fashionable society 
of the court and nobility. — 1. lo^ jatu^nisUs , the supporters 
of Jansenius, bishop of Vpres (i 585-1638). Jansenism was 
embraced in France by large numben of the best minds of 



3l6 LA SOCI£t£ FRANqAJSE, 

the day, notably by the members of the conyent of Pott 
Royal, who were subjected to a painful persecatioxi for their 
belief. From the Catholic standix>int, Jansenism was a heresy 
which consisted in denying the freedom of the will and the 
possibility of resisting divine grace. The fundamental doctrine 
of Jansenius was that since Adam's fall, free agency no longer 
exists in man, pure works are a mere gratuitous gift of God, 
and the predestination of the elect is not an effect of the pre- 
science of our works, but of his free volition. This doctrine 
was especially obnoxious to the Jesuits, who wished to con- 
ciliate the doctrine of salvation by grace with a certain 
amount of free agency. The word is used in the text as 
indicating those who were especially strict in their religious 
views and observances, and, in an unfavorable sense, as 
somewhat hypocritical and bigoted. 

4. Une Visite a une PRfeciKUSK, p. X79. — For the author 
of this extract, Charles Sorcl, and his works, see note to p. 74. 
— P. 180, 1. I, Jcs trdsoriers de V Itpargnt^ offidals who received 
the sums collected by the state, and furnished, upon an order 
from the superintendent, the funds necessary for the public 
expenses. The name dpargne was formerly applied to the 
central treasury' of the kingdom established in 1523 by 
Francis I. — 1. 15, UaUy another form for loyalty due to 
Spanish influence (Lat. U^lis, French loyal and /^^/, Span- 
ish leal), see note to p. 182, I. 24. The word is no longer in 
use. For the Spanish influence on French literature and 
society, see Introduction, § I. — P. 282, 1. 9, rotonde^ a stiff, 
high collar mounted on a piece of cardboard. A \*iew of one 
is given in Lacroix, XVII* Si^cU, Instilutions^ etc., p. 534. 
— 1. 24, riale, another form for royalty used only in a few ex- 
pressions, as galire rdaU (the principal one of the Ling'it 
galleys), pavilion r^al (flag of this galley), etc. The form of 
the word is due to Spanish influence (Lat. titgaiU, French 




NOTES, 317 

royal ^ Spanish real) ; see A. Brachet, DicHonnaire des 
Doublets, Paris, 1868, p. 44, and note to p. 180, 1. 15. — P. 
183, 1. 1, pierre calamite, " loadstone," from Latin calamus^ 
reed, because the loadstone was placed on a bit of reed or 
straw to make it float. 

5. Les Pr^cieuses de Province, p. 284. — The work 
from which this extract is taken is one of the minor master- 
pieces of French literature, and is a description in prose and 
verse of a journey made in 1656 by two friends, in order to 
drink the waters of Encausse, near the Pyrenees. Chapelle 
was the natural son of Fran9ois Luillicr, an advocate of 
eminence at Paris, and was born at La ChapcUe Saint-Denis, 
a suburb of Paris (whence his name), in 1626, and died at 
Paris in 16S6. He was a friend of Moli^re, and led a life 
devoted to letters and pleasure. His companion on his 
journey, Franjois Lc Coigneux, seigneur de Bachaumont, is 
little known. He was born at Paris in 1624, and died there 
in 1702, belonging to a distinguished family of magistrates. 
It is probable that Chapelle had the larger share in the Voyage 
which called forth a whole literature of imitation. It is re- 
markable only as an elegant piece of badinage^ and is wholly 
devoid of any appreciation of nature, etc. It contains one 
charming bit of verse on a bower in the park of M. d'Aabi- 
joux : 

Sous ce berceau, qu*Amour expr^s 
Fit pour toucher quelque inhumaine, 
L'un de nous deux un jour au frais, 
Assis pr^s de cctte fontaine, 
Le coeur pcrc^ de mille traits, 
D'une main qu'il portoit & peine 
Grava ces vers sur un cypres : 
" H^las ! que Ton seroit heureux 
Dans ce beau lieu dignc d'envie. 



3l8 LA SOCl£r£ FRANqAISE. 

Si, toujours aim^ de Sylvie, 
L'on pouvoit, toujours amoureux, 
Avec elle passer la vie ! " 

For Chapelle and Bachaumonl, see Sainte-Benvc, Causerus 
du Lundi (3d ed.)i XI., p. 36, and introduction to edition 
cited in text, and to CEuvres de Chapelle el de Backaumottt par 
M. Tenant de Latour, Paris, 1854 (Biblhthique elzeviriennc), 
— 1. 12, Saint-Hubery, This must be one of the environs of 
Montpellier, but I have not been able to find any allusion to 
it. — 1. 13, Loupian^ a commune in the department of Hamuli, 
near Montpellier. The chief town is M^ze, distinguished for 
its wine culture. — 1. 14, plantades^ a piece of ground planted 
with vines. The only example cited by Littr^ is that in the 
text. — 1. 14, blanqueles^ now blanquettes^ a sort of white 
grape, formerly called " Chasselas dore." — 1. 17, chicane^ a 
game like mall (the modern croquet). From the disputes in 
this game the word came to mean sharp practice in lawsuits, 
Eng. chicanery. The word is of Byzantine, and more re- 
motely of Persian, origin. — P. 185, 1. 2, boutique de Martial^ 
a perfumer of Paris. — 1. 13, d*Assoucy, a French poet (1605— 
1679), who led a roving life, giving concerts from town to 
town. He was the victim of scandalous accusations, and was 
imprisoned at Montpellier, Rome, and Paris ; but his inno- 
cence was publicly recognized. He was not at Montpellier 
with Chapelle and Bachaumont, and their reference to him is 
a very sorry joke. For Dassoucy (as the name is usually 
given), sec V. Foumel, La Littirature itui^pendante, pp. 247, 
455. — P. 186, 1. 5, leur parler gras^ " their faulty manner of 
pronouncing their r's." Parler gras^ ox grasseyer^ is to pro- 
nounce the r incorrectly or with diflScuIty, 1 being often sub- 
stituted for it ; to talk as if one had something unctuous (^^mx, 
Eng. grease) in the mouth. — 1. 16, Af^nage, see Introduction, 



NO TBS. 3^9 

g III. — 1. 19, Cosiar, Pierre Cottar, e man of letten, bom at 
Paris, 1603, died at le Mans, z66a He was an ecrlerfairiff 
of worldly Hfe, an kMhUoi the Hfttel de Rambodllet and 
friend of Voitare, whom he defended against the attadcs of 
Girac He was a person of emdition, hut in hb wiitingi 
stiff and pedantic See his HsifittU in Tallemant, 3d ed.« 
v., 150, and anonymous life, X., ai* — ^L 90^ Smdmy^ 
Georges de Scud^ry, the brother of Madelaine ; see Intzodno- 
tion, % V.^l. 24, PilHss^m ; see Introduction^ % III.«— P. 
Z87, 1. 4, Aiarie, Geoiges de Scnd^ry's epic poem of AloHc^ 
cu Rome vainctte, Paris, 1654, which, as Saintsboxy, ^FWwrJI 
Literaiun, p. 977, says, "amidst astonishing pJatJIwdgi 
and extravagances, has occasional good lines.**— -L 5, MtfH^ 
the poem of Maiu sauv^, by Maxo^Antoine de Glraidv 
sienr de Saint-Amant (z 594-1662), now remembered by 
Boilean's saTsge criticism in the Art P0iHfm (I., sz ; IIL, 
261) and Satires (V., 97). He was one of the original lew 
ben of the Academy, and a f reqnenter of the H6lel de Raai- 
bottillet, where he passed under the name of St^umhu. V. 
Fonmel, La LUUraiure inddptmimUi^ p. Z99. zanks hia wiA 
Theophile de Vian and Chapelle, and discnssei him in a diap- 
ter entitled La Bokhme UUirairt^ see also E. Colaaib«y» 
JRueUes, SaUni et CaSarHt, p. Z09, and C. L. liret, P§fi§%iti 
du Grand SikU^ p. 3Z9 (" Saint-Amant, sa Tie at MS 
oeuvres ").— L 6, Putelte, Chapelain's epic poem on the ICiid 
of Orleans. See Introduction, % III. — 1. 6, Sarmdmf tea 
Introduction, % III. — ^L 9, VaUmnt^ see Introduction, | IIL 
— 1. zo, Caesattdret a famous romance by La Calpeealde, la 
ten volumes, Paris, Z649-45. For an anaJ^nsis of dds volud* 
nous work see H. KHrting^ CeuAiekie du PnmwMttJkm 
Romans im XVII. JaMrktrnderi. Ldpdg, z886, voL L, pp. 
247-Sz.— 1. zz, Cyrus^ see InCrodnctioii* § V.— I. tz, CMCr, 
see Introduction, % V. 



320 LA soci£t£ franqajse. 

6. Une D£ciJiRATiON, p. 287. — Esprit Fishier, the fa- 
mous pulpit orator, and future bishop of Nfmcs, was bom at 
Pernes, in the south of France, in 1632. He received hit 
education at Tarascon, in the college of the priests of the 
Christian Doctrine, and became a member of the order. He 
taught in various cities, and was called to Paris, in 1659, by 
the death of his uncle. In Paris he made the acquaintance of 
Conrart, who introduced liim to the Marquis de 2i[ontausier, 
who became his life-long friend and patron. Flechicr mode 
himself known by elegant Latin verses on the peace of the 
Pyrenees, the birth of the Dauphin, etc., and about 2662, 
entered the service of M. dc Caumartin, an eminent advocate 
{mattre des requites)^ as tutor to his son. While filling this 
post he accompanied M. dc Caumartin to Clermont, and 
wrote an account of the Grands^yours (1665), from which the 
extract in the text is taken. I cannot explain this extraordi- 
nary tribunal better than by citing the words of M. Ch^ruel 
(ed. cit., p. 321) : " Les Grands-Jours etaient des assises cx- 
traordinnircs que des commissaircs dcsignes par le roi allaient 
tenir dans les contrees 011 la justice ordinaire dtait impuissante. 
Cos commissaires, choisis parmi les membres des parlements 
et les mailres des requetcs, Etaient armes d'une autorit^ re- 
doutable. lis avaicnt le droit de juger sans appel, de faire 
des rc'glcment& pour le prix des denrccs, les p>oids et mcsurcs, 
la discipline ecclcsiastique, en un mot pour loute les parties 
de I'administration. Delcgucs immediats de la puissance 
royalc, ils la rendaicnt prescnte dans les provinces ^loignecs, 
et prouvaient que ses longs bras, commc dit Bossuet, pourraient 
saisir les criminels les plus rccloutcs jusqu'aux extrdmitds du 
royaume." The Grauds-yours were in session four months, 
and Fl^chier's mimoires give a remarkable picture of the state 
of manners in the provinces in the XVIIth centur}*. On the 
way to Clermont the commissioners stopped at Riom, and^ 




NOTES, 321 

while there, M. Fayet related to FWchier his love affairs, 
from which the extract in the text is taken. In regard to the 
Grands- J ours d*Auvergne^ sec introduction by Sainte-Beuve 
to the edition cited in text (reprinted in Causeries du Lundi 
(3d ed.), XV., 383), also introduction to the first edition of 
the Grands-Jours, by B. Gonod, Paris, 1844, and Essais de 
Critique et d* histoire par H. Taine, Paris, 1874, p. i. We 
are not concerned here with Flechicr's later life. Rich ma- 
terials for his early life (of great value, too, for the history of 
the society of the Hotel de Rambouillet) may be found in the 
two works by the Abbe Fabrc, La Jeutiesse de FUchier^ Paris, 
1882, 2 vols., and La Correspondanee de Flichier avec Mme, 
Des Houlihes et sa Fille, Paris, 187 1. To these maybe added 
Im yeuncsse de FUchier in Atudes Littiraires par Charles La- 
bitte, Paris, 1S46, vol. II., p. 358, and C. L. Livet, Portraits du 
Grand Sikle, Paris, 1 886, p. 429. — 1. 1^, Aprhqu^ileutperdu 
toute espirance, the person alluded to here, and who related 
his adventure to Fldchier, was Fayet, a treasurer of France, 
and renowned in the province for his liberality and honorable 
character. — P. 188, 1. 6, la jeune prisidente, Fran9oise Ri- 
beyre, daughter of Paul Ribeyre, first president of the cour 
des aides (court of last resort, deciding all questions civil and 
criminal concerning the taxes called aides (on wines and other 
liquors), gabelles (on salt), and tailles (tax on real and personal 
property levied on those who did not belong to the nobility or 
clergy) of Clermont. She was intended for Fayet, the hero of 
the recital in the text, but some difficulty having arisen be- 
tween the two families, her father suddenly married her to 
Charles de Combes, son of Gabriel de Combes, president of 
\\iQ pr^sidial {covltX of first resort in civil and criminal cases) 
of Riom. Fayet for a time attempted to pay his court to the 
young wife, who, however, soon let him know that she could 
never consider him as any thing but a friend. He then 



322 LA SOCI£t£ FRANqAlSE. 

devoted himself to her yonng sister, as is described in the 
text. — P* 289, L 6, par des votes fort courtei, allusion to the 
CarU de Tendre, p. Z30. — 1. 20, affidenUs^ for modem «Mr- 
fidentes^ its place has been taken by the word ajfidi^ affiddt 
from the Italian affidato, past part, of affidare^ of which affi^ 
denU would be the present part. — P. Z96, 1. la, h son inttn^ 
tiottt that is, Fayct gave the entertainment to the elder sister, 
but it was intended for the younger. A rintenHon de toslj 
usually be translated " for the sake of." — P. 200, L 23, run 
ne sembloit pouvoir itre cotitraire h la demande q^il en aUaii 
faife, the reader may be interested to hear the conclusion of 
Fayet*s adventure. The parents did object, for one amniing 
reason, among others, that the elder sister had apparently 
refused him. However, Fayet and the young lady renuuned 
true to each other, in spite of opposition and persecution, for 
ten years, when, just as she was of an age to decide legally 
for herself, he discovered that she loved another. 

IV. 

LES RfeGLES DE LA CIVILIXfi. 

I. Les Lois de la Galanterie, p. aoz. — This anonymoat 
piece appeared for the first time in the very rare work cited 
at the end of text. It is also found in Recmil de Pieces en 
Prose les plus agreables de ce Temps, Composies par divers 
Autheurs^ Paris, Chez Charles de Sercy, 1659-1663, 5 vols., 
i2mo. Premiere partie, pp. 45-97. It was reprinted by La- 
lanne, in 1855. The work is devoted entirely to the etiquette 
of gentlemen, but the author concludes his work with these 
words : " II ne faut pas que les Dames s*cstonnent de ce 
qu*il n'y a eu icy aucune ordonnance pour elles, puisque leur 
galanterie est autre que celle des hommes, et s*appelle propre- 
ment coquetterie, de laquelle il n'appartient qu'i elles de don- 




NOTES. 323 

ner les rcigles." — P. 202, 1. 9, TuilUries^ a royal residence in 
Paris erected by Catherine de Medicis, in 1564, apon a site 
beyond the city walls then occupied by tile-kilns (tuileries)^ 
which gave the palace its name. Until the Revolution, it was 
seldom occupied by the royal family. Napoleon Bonaparte, 
as First Consul, occupied it in 1800, and since then it has been 
the official residence of the French sovereigns. In 1 871 it 
was burned by the Communists. The north and south wings 
have been rebuilt, but the entire central part, after long 
standing in ruins, has lately been wholly cleared away. — 1. 10, 
tours hors la parte S, Antoinf, besides the fashionable prome- 
nade mentioned in the next line, the one which was known as 
the " cours Saint-Antoine," was especially popular. It took 
its name from the eastern gate of the city, near the Bastille, 
and began just beyond the moat of that fortress. After the 
reign of Louis XIII. the cours-ia-Iieine became the more fre- 
quented. — 1. II, celui de la Reine M^re, see note to p. iq, L 
20. — 1. 21, hoc^ a game of cards in which the four kings, the 
queen of spades, the knave of diamonds, and all the cards 
above which there are no others, as the sixes when all the 
sevens have been pLiyed, are hac^ and in playing them the 
player says hoc because they are secured to him, and stop all 
other cards. The name of the game is derived from the 
Latin hoc, this, this is it, i. e., the card that wins. Hence 
the expression cela m^est hoc, *'I am sure of this." Comp. 
Moliire, Lcs Femmes Savantes, V., 3 (1. 1673) : 

Martine. 

Mon cong^ cent fois me fQt-il hoc. 
La poule ne doit point chanter devant le coq. 
—4. 21, hcmbre, a game of cards played by from two to five 
persons with a pack of forty cards from which have been re- 
moved the eights, nines, and tens ; each player has nine cards 
dealt him in turn, three at a time. The names of the prin« 



324 LA SOCr&Ti, FRANQAISB. 

cipal cards (as well as the game itself) are derired from the 
Spanish. The word homhre in Spanish signifies man ; either 
because it was a man's ^XBLit par excellence from its difficulty, 
or because the player being called hambre^ the name passed to 
the game. — 1. 22, reversis, a game of cards introduced into 
France in the XVIth century, and so called because this 
game is the reverse or contrary of other games, because in it 
the one who wins the tricks loses. In order to win one must 
take no tricks and the value of the cards is reversed, the 
knave of hearts, for example, is the highest card. — L 22. 
trictrac, a game of chance somewhat resembling backgammon. 
The name is derived from the sound made by the falling 
dice. — P. 206, 1. 6, collation^ V. Cousin, La SocUti Fran^ 
^aise au XV2I sihle, II., p. 296, describes a collation at 
follows : " Le godt des collations i Titalicnne et 4 respagnole 
s*(ftait introduit en France avec Marie de M^cis et Tinfante 
d'Espagne Anne d'Autriche. On n'dtait pas un pen honn^ 
homme, au sens bien connu de ce mot, si, m^me dans la 
bourgeoisie, on ne donnait de temps en temps collation anx 
dames avec les violons, une petite serenade dans nn jardin on 
sur Teau, un concert plus ou moins considerable. Le fin de 
CCS sortcs de divertissements ctait d'etre ou de parmftre impro- 
vises : cela s'appelait un cadcau, c'est-4-dire une surprise, nn 
accident galant et inattendu. On s^ promenait avec det 
dames : tout d coup sous une fcuiliee ou dans tout autre lieu 
agreable sc rcncontrait une table ^l^gamment servie ; on 
bicn, pendant qu'on etait un soir dans un salon avec une 
society aimablc, des instruments et des voix se faisaient 
entendre dans la rue ; toutes les dames se regaidaient et se 
demandaicnt pour qui ct de quelle part venait cette serenade. 
Quclqucfois sans doute elle ^tait donnee poi^r toutc la com- 
pagnie ; mais le plus souvent elle s'adressait 4 one penonne 
qui en devinait bien Tauteur, mais qui laissait les anties 




NOTES. 325 

dames le chcrchcr en vain." — P. 207, 1. 8, bigearreriet for the 
modem form btMarrerie, the adj. bijarre for btManr ocean on 
p. 314, I. 19. The forms in the text are still found in the 
patois of Berry {bigearre ; bigearrer^ to dispute). The word 
is from the Spanish bitafro^ bold ; the origin of the Spanish 
word is doubtful. — 1. 13, gaulois^ the primary meaning of the 
adj. is Gallic, but in a secondary sense that wliich has the 
rude character of the olden times, and that is its signification 
in the text. In connection with the words esprit and mct^ 
gaulois indicates a witticism or word which oversteps the 
bounds of propriety, and in this sense is generally applied to 
the authors of the XVIth century, who are distinguished for 
their freedom of speech. Bruneti^re, in his NouvelUs Atudes 
critiques sur Vhistoirt de la Httiraturt fran^aise^ Paris, 1883, 
p. 24, gives the following characterization of i)\t esprit gaulcis : 
" II y a de tout temps en France deux tendances qui se com- 
battent pour ne reussir k se concilier que dans les tris grands 
^crivains. Au dessous d'eux, Ics uns sont gauUis^ les antrcs 
sont /r/rfVMX. L'esprit gaulois, c'cst un esprit d'indiscipline 
et de railleric dont la pente naturelle, pour aller tout de 
suite aux extremes, est vers le cynisme et la grossiiret^. 11 
sVtale impudemment dans certaincs parties ignobles du 
roman de Rabelais. Son plus grand crime est d'avoir inspirtf 
la Pucelle de Voltaire. L'esprit pr^cieux, c'est un espnt de 
mesure et de poUtesse qui d^g^n^re trop vite en un esprit 
d'^troitesse et d'aflectation. Son inoubliable ridicule, c'cst 
de s'ctre attaque, dans le temps de I'hotel de Rambouil- 
let, jusqu'aux syllabes m^mes des mots. II se joue asses 
agreablement dans les madrigaux de Voilure et dans la 
prose de Flechier. L'esprit predeux n*a consist^ souvent 
que dans les raffinements tout exl^rieurs de la politesse mon- 
daine ; Tesprit gaulois s'cst plus d'une fots reduit A n'etre que 
le manque d'^acation. Le veritable esprit franfaia, tel qua 



326 LA SOCiiTJt FRANQAISE. 

nos vraiment grands tfcrivains I'ont ku repr^senter, s'est effoiQ^ 
d'accommoder ensemble les justes liberty de Tesprit gaolois et 
Ics justes scrupulcs de Tesprit pr^cieux." — 1. 13, il a ts^rit^ 
Vaugelas, I., 282, rem.irks that this new way of speaking 
bad lately come into fashion. He adds that it preT«ils 
throughout the city, and has even made its way into the 
Court, but has not been well received there, '* comme ayant 
fort mauvaise grdce, et trop d'offectation." It was condemned 
at first by good writers. Vaugelas concludes: "Mais ii a 
esprit^ ne se peut dire ni selon Ic bon u^age, ni scion la gram- 
maire." His decision has ahva}'s been respected, and only il 
a d£ r esprit is now used. — 1. 22, /ofons dt parlcr^ the three 
examples of fa^ons cU parJer introduced into French by the 
people of Languedoc, Guyenne, and Poiton, are discnssed by 
Vaugelas, and will be taken up in order. Je Vat envoyi it 
VAcadimie^ pour qu*il s*instruise^ here Vaugelas, I., 7a, 
hl^imcs pour que t which he says is much used {ior afiu fud^^ 
especially along the Loire, and even at the Court, where a 
person of high rank (Cardinal de Richelieu) has helped to 
make it fashionable. Vaugelas rejects all the usages of pour 
que which ore now in vogue, and was supported by T. Cor* 
neille and the Academy, which decided : '* Toutes les phrasea 
ou pour que est employ^ dans cette Remarque (de Vaugelas^ 
ont etc absolument rcjettees, 4 Tcxccption de celles-ci que 
TAcndemie adopte, ye ne suis pas asset fuureux pour qu^ 
cela soiif pour que cela arrive^ et aulres 4 peu pr^ de mtee 
nature. . . . Cependant il faut, nutant que Ton peut, cviter 
de s'en servir, et sur tout en ecrivant." In regard to the sec- 
ond example : Je lui at dil d 'alter au Louvre^ Vaugelas, !•, 
440 (under example, II m'a dit di faire)^ says: *'Cctte fa^on 
de parler est venue de Gascogne, et s'est introduitc k Paris ; 
mais cllc he vaut rien. 11 faut dire il m*a dii quo jo Jisso* 
The Academy remarked that the construction was so c on ye n * 



NOTES. 327 

lent to shorten a sentence that it was almost unanimously 
accepted. There never was any question about this construc- 
tion with commander^ pfitr, conjurer^ chai'ger^ etc., and as 
dire is here used as a synonym of ordonner, /^'^^» it might 
well take their construction. The third example,// rat 4orH 
de son malheur, turns on the question whether sortir is ever 
an active verb. Vaugelas, I., X04, remarks that it is not, 
although used as such frequently in the provinces and at the 
Court. He blames the Gascons for this, as they are accus- 
tomed, he says, to turn several neuter verbs into active ones, 
such as iomber^ excelUr^ etc. At present soriir is used as an 
active verb only in a few legal expressions. — P. 208, 1. 10, 
iraiti en faquin, the present usage requires trailer de as pro- 
posed in the text. — P. 210, 1. 7, charges de robe ou de finance^ 
"offices in the judiciary or the treasury." Before the Revo- 
lution ofBces in various branches of the administration and 
army were to be obtained by purchase, which furnished an 
important part of the revenue of the state. Cheruel, II., 
1248, cites the Journal de VAvocat Barbier, III., 276, for the 
prices of offices in X751. He says among other things: 
" Aujourd'hui les charges de conseillers au parlement sont 4 
trente-qualre mille livres, et il y en a plnsieurs d vendre, 11 
en coCltc huit mille livres pour la reception, en sorte qu*an 
p^re qui veut donner i son fils retablissement le plus honora- 
ble pour un bourgeois qui prcnd le parti de la robe le fait 
pour quarante-deux mille livres. ... La demi^re charge de 
conseiller . . . a eie vendue cinq mille livres. C*cst n^an- 
moins une fort jolie charge pour des fils de marcbands et 
autres bourgeois de celtc espice." 

2. L'HoNNiTE Homme, ou l*Art db Plairb k la 
CoUR, p. 213. — Nicolas Farcl, born about 1600 at Bourg, 
died at Paris in 1646. He was secretary of the Count d'Har- 
court and one of the first members of the Academy. He left 



328 LA soc/£t£ franqaise. 

several historical works, letters and poetry, a treatise on the 
virtues necessary to a prince (1623), and the work cited in the 
text, which became very popular and was translated into 
Spanish, Italian, and English ( The Honest Man^ or the Art t^ 
Please in Court. Translated by E. G[rimslone]. London, 
1632 ; The Art of Pleasing at Court, Birmingham, I7S4)* 
The first edition is Paris, 1630. The work belongs to the 
class of books on the etiquette of courts, the model of which 
was Baltasar Castiglione's // Cortegiano, Venice, 1528. For 
Faret see Pellisson and D'Olivet, VHistoire de VAcadimie 
Fran^aise, cd. cit., I., p. 189. He was a person of good 
character, but most unfortunately his name offered a good 
rhyme for eabaret (tavern), and he consequently figured most 
disreputably in the verse of the day ; see Boileau, L'Art Podtim 
que, I., 21 : 

Ainsi tel autrefois qu'on yit avec Faret 
Charbonner de ses vers les murs d*un cabaret, etc. 

— 1. 6, cabinets, the word cabinet, in the XVIIth century, 
generally indicates a small, retired room, serving as a study. 
It is sometimes used, as in the text, for a place of meeting, 
and is equivalent to ruelle ; see Fi^chier's funeral oration on 
Madame de Montausier, cited in note to p. 16, 1. iz.— 1. 6, 
ridttits, place of meeting, resort (obsolete in modem French 
in this meaning), equivalent here to ruelle (see note to p. 31, 
1. i). Boileau uses the word in this sense in his Art PodUque^ 
IV., 41 : 

Nc vous enivrez point des dloges flatteurs 

Qu'un amas quelquefois de vains admiratenrs 

Vous donne en ces reduits, prompts 4 crier menreille. 

— 1. xo, Ciciron nomme Veloquence du corps, Cicero, Orator, 
!?• 55 : £^t enim actus quasi corporis quscdam eloquentia, 
cum constet e voce aique motu. — P. 2x4, 1. 19, bijorres^ 




NOTES. 329 

note to p. ao7, 1. 8. — I. 23, gris-tUJin, lit. " flax-gray/' a red- 
dish gray. The word exists in English in the form gridelin 
(written also gredaline or grizelin). — P, 2x5, 1. 5, /aire hum 
Us diUtminiSt '* to play the bully." to swagger. — ^1. xo,/ani- 
sfiis d*Italie^ parasols were not known in France until the end 
of the XVIlh century, and are supposed to have been introdaoed 
from Italy. — P. 2x6, 1. 8» la titt dtssicMe^ I presume the 
reference here is to the inconveniences arising from the use of 
the wig, which became fashionable in 1630 owing to the prema- 
ture baldness of Louis XII. The use of powder in con- 
nection with the wig was not introduced until later, in the 
reign of Louis XIV. 

3. L*HoKNftTB Fbmmb, p. 2x7. — ^The author of the extract 
in the text was Jacques du Dose (sometimes spelled Dubosoq, 
etc.), a Franciscan friar bom in Normandy (date of birth and 
death unknown), author of several polemical works againit 
the Jansenisti (see note to p. X78, 1. 10) and two moral 
treatises : Im Femme HirQlqtu^ 1645, and the work quoted 
in the text, which first appeared in 1632, with a preface by 
d'Ablancourt (see note to p. 13, 1. 23). It enjoyed consider- 
able popularity, two translations at least appearing in English, 
The CompUat Woman^ U-anslaUd into English by N. N, 
London, 1689 (first part only) ; The Accomplish* d Woman^ 
London, 1753 (both parts). — I. 2, Francois, due de Bretagm^ 
Francis I., Duke of Brittany (1414-1450), son of John V., 
whom he succeeded in 1442. He has left an infamous 
memory on account of the murder of his brother Gilles, whom 
he survived but a few months. His wife was a Scottish 
princess (fille used absolutely as in next line indicates the 
daughter of the king and queen, as une JilU de France,, etc) 
The anecdote in the text was earlier repeated by Montaigne, 
Essaist I., xxiv. (ed. Louandre, Paris, 1869, I., p. 187), 
*' Du Pedantisme," and is referred to by Moli^, La 
Femmes SavamUs, II., 7, I. 577 : 



330 LA SOClkTi, FRANqAISB. 

Nos p^res, sur ce point, ^toicnt gens bien sens^. 
Qui disoient qu'une femine en salt ton jours assez 
Quand la capadte de son esprit se hausse 
A counoitre iin pourpoint d'avec un haiit-de>chausse. 

— ^1. 14, Vempereur Thiodose^ Theodosius II., grandson of 
Theodosius the Great, bom 401, and succeeded his father 
Arcadius when only seven years of age. lie was a person of 
weak character, and his sister Pulcheria was the real ruler of 
the empire, until his death in 450. He married in 431 
Athenais, the daughter of the sophist Lcontius. who received 
at her baptism the name of Eudocia. She was distinguished 
for her beauty and learning, and was the author of several 
works. — P. 219, 1. 5, agriabh^ the rule generally given for 
the agreement of the adjective, that it must be in the mascu- 
line plural when referring to two or more substantives of 
different genders, is invariable only when the adjective is in 
the predicate. Otherwise, when the substantives are the 
names of things, the adjective may agree with the last only, 
especially if it is desired to direct attention to this last one. 
Vaugelas, I., 163, discusses at length this construction under 
the example : Ce peuph a U cavr et la bouche ouverte H vos 
louanges. '* On demande s'il faut dire ouverte ou euveris, M. 
dc Malherbe disoit quMl falloit eviter cela comme nn <fcueil. 
. . . Mais il n'est pas question pourtant de gauchir toujour^ 
aux difficultcs, il les faut vaincre ct etablir une r^gle ccrtaine 
pour la perfection de notre langae. . . . Comment dirons- 
iious done ? 11 faudroit dire ouverts^ ^eIon la grammaire 
Latine, qui en use ainsi . . . mais Toreille a de la peine ^ s*y 
accommoder. . . . Jc voudrois done dire ouverte . . . parce 
qu'ordinairemcnt on pnrle ainsi.'' Vaugelas's decision was 
approved by the Academy, and is still in force. 

4. NouvEAU TraitA de la CiviLiTfi, p. 221. — ^Antoine 
Courtin, the author of the work cited in the text, was bom at 




NOTES. ill 

Ktom in 1623. He became in 1651 secretary to the queen of 
Sweden (see note to p. 178, 1. 9), who ennobled him. After 
her abdication he remained attached to her successor, Charles 
Gustavus, and was sent by him to France as envoy extraordi- 
nary. After the death of the king of Sweden in 1660, Louii 
XIV. named Courtin his general resident to the states and 
princes of the North. Toward the end of his life he retired 
to Paris (where he died in 1685) ^nd devoted himself to literm- 
tnre, translating Grotias, and writing a number of essays on 
Jealousy, Idleness, and the Mass, besides the work in the text 
and a continuation. The 6rst edition of the Traiti de la 
Civiliti was Amsterdam, 1673, and frequently reprinted. 
The continuation is entitled SuiU de la Civilitd Fran^eise^ on 
Traiti du PoinUd^^Honneur^ Paris, 1674, and is a moral 
treatise of little interest. — P. 223, 1. 10, m/, Vaugelas, I., 
p. 85, says : *' Tous ceux qui savent ecrire, et qui ont ^udi^, 
disent, je vau^ et disent fort bien selon la grammaire, qui 
conjugue ainsi ce verbe, yt vau, tu var, il va ; car lorsque 
chaque personne est diff^rente de I'autre, en matt^re de con- 
jugaison, c*est la ricbesse et la beaut^ de la langue, parce qu'il 
y a moins d'<^quivoqucs, dont les Ungues pauvrcs abondent« 
Mais toute la Cour dit jt tvi, et ne pent soufrir, je wtit, qui 
passe pour un mot Provincial, ou du p>euple de Paris." The 
form vol for the first person singular is still used in familiar 
style, but not so frequently as vais, which alone can be used 
in the interrogative form. — P. 224, 1. 8, crai, the first person 
singular had at first no final s in accordance with its Latin 
original form. The s was introduced later (in the early part 
of the XVI Ith centur}') liy analogy with the second person 
singular. The poets have, however, always exercised the 
liberty of rejecting this s when necessary for purposes of 
rhyme. — P. 227, 1. 11, lerre toume au lieu dm eiel^ see note on 
the system of Copernicus, p. 159, 1. 16. — P. 228, L 10, itrt 



332 LA SOCI&T& FRANQAISE, 

iir/^ "forced," affected ; hence the expressions tiri de loin^ 
iiripar les chtveux, ** far-fetched." Comp. Moliire, Le Tar» 
iuffe, 1. X2I7 (iv., i) : 

Vous nous payez ici d*excases color^cs, 

El toutes vos raisons, Monsieur, sont trop tirees. 

5. L'ESPRIT DE CouR, p. 228. — Ren^ Barry, historiogra- 
pher of Louis XIII., wrote in Latin a life of the king, and 
in French a rhetoric and conversations. The former (Rhi" 
torique fran^oise^ ait Von trouve de nouveaux extfupUs sur Us 
passions ft sur les figures, etc., Paris, 1653) is valuable for the 
language of the XVI Ith century, and illustrates the change 
which took place in the lexicography. I have also seen by 
him : M^tJiode pour bien prononcer un discoun, Leyden, 1708, 
and youmal de Conversation, oil les plus belles maiihrs soni 
agities de part et d* autre, Paris, 1674, which is a pendant to 
his U Esprit de Cour, and is filled, as he says : *' de sujets 
utiles. En I'Esprit de Cour il n*y a souvent que des Courtt- 
sans qui pnrlent, et en mon Journal il n'y a souvent que des 
Savants qui raisonnent." The edition of the V Esprit de Cour 
cited in the text is, I think, the first. — P, 229, 1. I, Arianes, 
a popular romance of the XVI Ith century, by Desmarcts de 
Saint-Sorlin (i 595-1676), one of the first members of the 
Academy, and its first chancellor. He was a prot^g^ of 
Richelieu, and wrote the tragedy of Mirame with him. He 
is best known by his play of Les Visionnaires and his epic of 
Clovis. He was a frequenter of the 116! el de Rambouillet, 
and contributed two tnadrigaux to the Cuirlande de yuHi ; 
see p. 40. — 1. 2, h Kempis, generally known as Thomas 4 Kempis 
(1380- about 1471), to whom has long been attributed the 
authorship of the Imitation of Jesus Christ. — 1. 3, de Sales, 
Fran9ois de Sales (1567-1622) a famous French ecclesiastic and 
writer, bishop of Geneva, and canonized in 1665. His most 




NOTES. 333 

famous work is the Introduction A la Vie ilhfott^ published in 
1608. — 1. 3, du PonSf Jacques Pontanus (the French form is 
Du Pont ; in the text the t is omitted in the plural, as is still 
done in the pages of the Kevue det deux Mond*s and the 
youmal dts Dibats\ a Bohemian scholar born at Bruz in 
1542, died at Augsburg in 1626. He was a member of th« 
order of Jesuits, and professor in various colleges. He made 
many translations from Greek into Latin, and his commenta- 
ries on Virgil and Ovid were long used all over Europe. — P. 
230, 1. 4, romanisteSt writers of romances, now obsolete and 
replaced by romancier, — P, 231, 1. I, Vivresse des esclavts dont 
parle Vkistoire^ Lycurgus is said to have ordered drunken 
slaves (Helots) to be exposed to the gaze of children in order 
to disgust them with the sight of drunkenness.— P. 232, 1. 2, 
donntrois les mains ^ ** I would yield to you," from the LAiin 
idiom manus dare^ to give the hands to be bound, hence to 
yield, surrender. — P. 235, 1. 8, nt pent vaincrt, qu'elU n*ap* 
pnnne^ this construction in which qut , , . ne are equiva- 
lent to sans que was a favorite one during the XVIIth century, 
and corresponds to the Latin quin with the subjunctive. It 
is still used, but not so extensively. — P. 236, 1. 14, Comm4 
un modeme^ Balsac, Bk. VIL, letter 23, "La divinile de votre 
esprit n*est plus un article contentieux parmi les personnel 
raisonnables." — P. 237, 1. 16, Polycartes, I have been unabU 
to discover what learned lady is concealed beneath this name. 
— 1. 17, Myrthes, Myrtis, a lyric poetess who Hourished in 
Greece 500 B.C. She is said to have been the instructress of 
Pindar, and statues were erected to her in various parts of 
Greece. — 1. 17, Complies, Cornelia, mother of the Gracchi. — 
]. 17, LastemeSt a misprint or slip of the pen probably for 
Ltutines^ Lastheneia, a native of Mantineia in Arcadia, men- 
tioned by lamblichus as a follower of Pythagoras, by others as 
a disciple of the Platonic philosophy. — P, 238, 1. i, Uiies^ elder 



334 LA socr&Ti: fran^aise, 

daughter of C. Laelius (flourished B.C. 190), celebrated for the 
purity with which she spoke her native language, and for her 
ability in conversation. — I. I, Ardthis^ Arele, daughter of 
Aristippus (flourished about B.C. 370), the founder of the Cy- 
renaic school of philosophy. — P. 239, 1. 6, Binivents^ Jer6me, 
a French writer who lived in the first half of the XVIth cen- 
tury, and was the author of various panegyrics, funeral 
orations, and public addresses. — 1. 6, CaboU^ probably the 
famous navigator and discoverer Sebastian Cabot {1477-1557). 
— 1. 7, MachiaveU^ Machiavelli, the famous secretary of the 
Florentine commonwealth (1469-1 527). — 1. 7, Mamixt, Philipp 
van Marnix, Lord of Mont-Sain te-Aldcgonde, one of the most 
learned and cultivated men of the XVIth century, bom at 
Brussels, 1538, died at Lcydcn, 139S. He played an import- 
ant part in the revolt of the Netherlands, and was the trusty 
friend and oflicer of William of Orange. — 1. 8, Grinades^ Luit 
de Grenada (i 504-1 588), a Spanish preacher of great eloquence 
and renowned for his mystical writings, the most famous of 
which, the " Guide for Sinners,*' has been a favorite book of 
devotion, and, as Mr. Ticknor says {ffist, of Spanish Litems 
ture. 111., 207) : " at one time seemed likely to obtain a ])lace 
in the religious literature of Christendom very near that of the 
grent ascetic work which passes under the name of Thomas k 
Kempis." 

6. Dr la Conversation, p. 240. — In addition to her many 
romances (See Introduction, § V.), Mile, de Scudrfry, toward 
the end of her life, wrote ten volumes of Conversations ^ of 
which I have used the following edition : Conversations sur 
divers sujets, Paris, 1680, 2 vols. ; Conversations NouvelUs 
sur divers sujets, Amsterdam, 1685, 2 vols. ; La Morale du 
Monde, ou Conversations^ Amsterdam, 16S6, 2 vols. ; NoU" 
velles Conversations de Morale^ A la Ilaye, 1692, 2 vols. ; 
Entretiens de Morale ^ Paris, 1693, 2 vols., all in ismo. The 




NOTES. 335 

conversations in the earlier volumes are taken from the same 
writer's romances (ihe one cited in the text being from CUIU)^ 
but appear to much better advantage alone. They constitute 
perhaps Mile, de Scudery's best work, and a judicious selec- 
tion from them would be a favor to the student of XVIIth 
century society, the original editions being quite scarce. For 
Mile, de Scudery's Conversations see V. Cousin, La SocidU 
Fran^aise au XVII* sikU^ ed. cit., I., p. 14, Ralh^ry ct 
Boutron, p. 116; and Sainte-Beuve, Causeries du Lundi (26. 
ed.), IV., p. 106. For the orthography of this extract, sec 
note to p. 123, La Journ^e des Madrigaux. — P. 245, 1. 19, 
Temples^ in the drama and romances of the XVIIth century it 
was considered an act of impiety to utter the word iglise^ and 
the word tetnple was substituted for it. The temple was a 
favorite spot for the rendet-vous of lovers, and for the begin- 
ning of love affairs. See what has been said on this subject in 
the Lois de la Galanterie, p. 202, 1. I. Moli^re, in the Pri' 
cieuses KidicuUsy scene iv., alludes to this: ** Premi^rement 
il doii voir au temple, ou ^ la promenade, ou dans quelque 
cercmonie publique la personne dont il devient amoureux." V, 
Fourncl, Les Contemporains de Moli^re^ I., p. 71, says: "On 
ne peut ouvrir un roman de I'^poque sans y trouvcr la m^me 
phrase. C'cst au temple que les heroines de Mile, de Scud^ry 
font rencontre de leurs vainqueurs ; c'est au ttmplt que les 
belles conversations s'engagent et que les intrigues se nouent, 
dans toutes les pctitcs nouvellcs italiennes ou espagnoles qui 
remplissent la littcrature d'alors." The Abb^ d'Aubignac, in 
his Histoire du Temps ^ ou Relation du Royaunit de Coquetttrie^ 
Paris, 1654, p. 63, says: **Ces derni^res lois ne doivent pas 
sembler fort etranges i qui saura que le peuplc dc cette lie 
n'a point de veritable Religion. Ce n'est pas qu*il n*y ait 
beau coup d'Eglises dans le pays, mais on n'y va point pour 
prier Dieu, c'est seulement pour voir ou le faire voir, railler. 



33^ LA SOCliTi, FRANqAISE. 

sourire, cajoller, resoudre les parties, prendre assignation de 
debauche, et faire servir Ics lieux saints aux pratiques de 
Tiniquit^, et d'ordinaire quand ils font en apparence quelqne 
oeuvre de pi^t^, ce ne sont que des profanations, et tous leurs 
sacrifices y deviennent autant de sacrileges." — P. 248, 1. I, 
coijfde for modem coiffie. — 1. 2, die^ for dise^ used frequently 
in the XVI I ih century side by side with dist (see p. 261, 
1. 10), and still allowed in poetry. Vaugelas, II., p. 38, 
prefers die^ which is the original form (= Lat. ditat by 
fall of medial consonant), the s being the euphonic s 
found in verbs, the root of which ends in i ; /. ^., instnd- 
s-ant^ insfrui'S-ons, qui j*instrui-s-e. This euphonic s is 
suppressed in the verb dire and its compounds, except in 
the present subj. — P, 25Z, 1. 14, Siracuse^ Kttrting, Ge^ 
schichte des Frantosiscken Romans^ II., p. 439, n. 4, says 
that the society of sages of Syracuse mentioned in CUlie refers 
to the famous convent of Port-Royal. I have not been able 
to verify his references. — P. 253, 1. 5, Reciteurs^ still used in 
familiar style for r/citateurs, — P. 254, 1. 23, ^ fonds^ in 
modern usage <i fend. The two words fond and fonds (bot- 
tom and property, "funds") are one and the same word, 
derived from the Latin fundus^ which had both meanings. 
The s in the one word is a survival of the s which, in the 
older form of the language (down to the XVth century), dis- 
tinguished the nominative singular of certain substantives. 
This accidental difference in form led the older grammarians 
and lexicographers to establish a difference in meaning, for 
which there was no justification in the origin of the word. 
Vaugelas, II., 35, derived fonds from \j2X\vl fundus masc, 
and fottdixom Latin fundum, neuter, and established many 
nice distinctions in the use of the two words, which the Acad* 
emy adopted, and which are still in force. — P. 257» !• 31, 
nouvelles de Cabinet, ** gossip," see note to p. 213, 1. 6. — P. 




NOTES. 337 

362, 1. 13, qui^ "when " or *' in which,*' among the important 
nses of the conjunction que, are those in which it c o neqymda 
either to the Lat. quum^ or to the Lat pronoon fa(# or qma 
in the ablatiye. Its employment aroida the repetltloii of a 
preposition followed by Uquel^ lapieiU^ etc., which would 
frequently become very tiresome. 




INDEX TO NOTES. 



The references are to page and line of text wliere the Mino» 
tated passage first occurs, and can easUjbe found in Notes hy 
the heavy-faced type. Where the note is on an entire extract 
the page only is given. Disguised names aie in italics with 
cross-references. 



Ablaoconrt, M. d*, 13, 13 
Acad6mie, 1*, 53, z6 

acMMmie. M} x3 

AcanU (pMiUfton), 194, 9 

affidentet, xto, 90 

Agaihyrtt (De Raincj), laS, 9 

Ajgilaiu (Mm*. Boquct), 148, u> 

ap6able (afre«m«nt of adj.), at9, 5 

AiffuiUon, Hme. d*, s8, 4 

AUric, 187, 4 

alc^Tca, •<« rualla. 

Aligre, Mme. d', aaa SHrmmi^m, 

almanach, aoa, 7 

ambre, 93, la 

Attacritg (AagAliqua d*AiiKtBa«a), 

3<« 7 
Ancre, Mar6chal d', 5, 9 

Aadilly, M.d*,6.9a 

Angennet, AngAiiqoa d', aaa A 

trUt, 
Angennet, Chariet at Marie, 3a, la 
Angannaa. Julia d', see PkUmUdt, 
ann6e est bonne. I*, 58, 8 
appetisaer, 170, e 
Areth6*, 838* 1 
Arianes, aao, \ 
Aritidt (Chapalaia), lU, t6 
Amauld, M., 15, 14 
Arpajon, MUe. d*, aee 4m 

kauU fuatiU^ deiur. 
A rp€uit (La prMdente da Maftigny), 

s48«9 
Arragonaia, Mme., ••• Pkii»xknt» 
Artk/miet (Mma. de RMaboaOlel), 



t6, SI 



Awentioa, jour de 1 % ea% to 
aaacmbMea da Lowre, 4« ij 
Aubry, MUe., lee FHmlUt, 
Aubry, Mme., 45, te 
araat qtie de, 33, i 
vmcxput (for avec), 43, i 

BeduuiaMiit, 184 
?M»«•h^4S•lS 



Beeubnuna, 169, •% 
Bellmr, CardiMljla« 7, aa 
B4a 8ireata ,a39,6 
bifienefia, ao7, • 

boa aoin* <n, 3 

Boqoet, Mne., aee AtMmti§* 

Bou r boa, Mile, de, 43, le 

boula-rimei, ias« % 

Brodaea, 01, 10 

BaJMoa, M— . da, aee Dmm^ih, 



CabolBg S39t ^ 
falawif e, pietta, 18I3, t 
eelaadflir de raeOe* tS3» t 
Ce««3s,9 

CanSts, wm km mm m 4f*Mi grmmd 

car.laraiaeB«it,|7,i 
cefnaaBa« NsaaoiBs, 44, is 
t8y«sa 



S99 



340 



LA soc/£t£ franqaise. 



ce que de, 86, 3 
cercle, 155, ao 

chaffriiM, Ics grands (de Mademoi- 
selle). 7t, 18 
chaise, 147, z 
Chapelain, see Aristie. 
Chapelle. 184 
charges de robe ou de finances, 

9XO. 7 

Charlemagne, «5, 16 
Chaudcbonne, a1. de, 9, as 
chdre, 1^7, x6 
Chtvalter^ un (Chevalier de M6r6), 

14a, 10 
chevet, doctes en droit de, 153, 19 
ChevreuM, HOtcI dc, 15, 7 
chicane, 184, 17 
chicn, ^5, 19 

C4r«n<7frr«;'(Pellisson), 133, 9 
Cic^ron, 313, 10 
Cidlie, 187, II 

CVi//V(Mlle. de Longucville), 130, 1 
Cllodort (Mile. Le Gendre). 147, ao 
CUcmirt (Mme. de Rambouillet), 

a^, 6 
Cleouisbi (Mme. de Pennes), 147, 19 
coVfY^e, 948, z 
collation, ao6, 6 
Conrart, see ThiodatMas. 
constellation, certaine, Z39, 5 
Copernic, dogme de, Z59, z6 
Complies, 337, Z7 
Custar, 186, Z9 
courrc (for courir), 58, za 
cours, 19, ao 

cours de la Reine-mdre, aoa, zi 
cours hors la porte Saint-Antoine, 

aoa, 10 
Cravates, z^, i 
croi (for croix), aa4, 8 
Cyrus, 187, iz 
Cyrus, le Grand, 33, la 

James de haute oualiti^ deux (Mile. 

d'Arpajon ana the Comtesse de 

Kieux), 141, 16 
Damo/kiie (Alme. du Buisson), 9a, 

ao 
D'Assoucy. 185, 13 
de celui (genitive of question), 106, 

d^i^uisement, 48, ai 
demi-bas, 90, 15 
Diutocidi (?), 99, 14 



De Raincy, see AifatAxrst and 

ettranger d*un utirite. 
d6termin6s, 315, 5 
die (for dtse), a48, a 
djsj^Ued names, see Arthimie*. 
divertissements, 6, 13 
Donevillc, M. de, see MilianU. 
Doralise (Mile. Robineau), xa5, 19 
Du Plessis, see BotniUar. 
Du Pons, aa9, 3 

aaux basses, az, 6 
/f/w(Mlle. Faulet), Z47, »a 
emmeublements, 36, 6 
6moit, 10, aa 
en (for au), 90, 9 

Epargne, tr6soriers de 1\ 180, 1 
esclaves, TivreKSc des, 331, i 
esprit, il a, ao7, 13 
ettrangtr (Isam), 143, 16 
estram/yr^ d*uH Mirt/c(X>c Raincy), 

M^i 7 
estranntr^jetine (Moreau^, 145, 8 
Estrang<h-es (Mme. d'Aligre, Sarm^ 

sin. Mile. Robineau), 144, 6 
6tat oti die est (DuchesM de Mont- 

pensier), 81, Z4 

fa^ons de parler, 307, aa 

fairc, n*a que, 134, z8 

Fayet (apr^ qu'//eut perdu), 187, ts 

Fayette, la comtesse de la, 6a 

Fervaque, mar6chale de, 59, 11 

Feuillantine, X5a, xx 

Fishier, 187 

fonds, 354, 33 

fuiitaine dc rH6tel de Rambouillet, 

»8, 5 
Fontuinebleati. chAteau de, 35, 4 
France, see PAiuicie. 
Fran9oi8, due de Bretagne, 317. a 

galant, 6, 15 
gauloix, ^07, 13 
CeHame (Manage), x«6, X9 
Gramont, Mar6chal de, 9, 19 
grand'pcine, 4, 6 
Grenades, 339, 8 
gris-de-hn, 214, 93 
gros-d'eau, 5X, 15 
Gutrlande de Julie, 40 
Guise, Mme. de, 3, 8 



INDEX TO NOTES. 



lUmilrmriSmviBt, mj.h 
lUrminM (Pdliuon). ijs, i 
///«.. ■■>««<T«cy), .4.. I, 

honbre, am, it 

.iiwiiH ^'jiji /Tflia^ xifr'/f (Cum- 

tit Natn-Damt. 16, •■ 
in flit, »i?« *' 

ji,a«ni»a. .,S. .0 



Lc Ccudn.^llt., iH atU*n. 
l41i«.I3S,i 
IJlHHI.M. de. 7. » 
Loncnerllle, duchetu ^h* Bob 

LgnKi'icviUe, ^^1le. dc, w OU^. 




O, HOt*l d', u, ■ 
odiids ZriphCi, il, ■ 

mbosnptiTBf ill* XTTIih camny, 

p^, tWMli bau )«■» da la, 
P^!»Cudloiil. 11,11 

pulcr tn>, iH. j 



nalpropretC, 67, ■■ 

Hanicnv, bsi4iId(o(*.i«jfr<afA. 
UtHanii (U. d* Donnllla), in, » 

M«r«.CVva]l<rde,>«< 



pli«ku'., i&h 7 
>Ai..Wi (France). »«.u 
>>4'/>*/^.l1ulKd-Aii(;fiiud,«t,a> 
Mr/n.iter iMme. AiTBcgga)llt,t*l. T 

pl^'bauphiDC.'jV.'t' I 

Place Royale, ]S.] 1 

pliDiadu, %»,, 14 2 

p'Jf^nZ 'f ""a *' "^ • ' I 
poimiluVe. lie de. 74 | 



342 



LA soci£t£ franqaise. 



possible, X58, 13 
poulet, J 5a, 33 

P>ur ce que (pource que), 54, 9 
r6cieuse«, 151, ai 
Prdsidente, U jeune, x88, 6 
prdtre Jean. 51, 9 
Prinnkt (MUc. Aubry), 47* 6 
Prince, M. le, 14, jx 
Princesse, Mme. la, 6, xx 
princesses, deux belles, 59^ x 5 
proc^, hors les. 4, x 
professes dans la rdgle du jour, X53, 

21 

Pucelle, 187, 6 
Pure, abb< de, X49 

que (for quand), a6a, 13 
mie ne, »«, 8 
Quinxe-VinKts, X5, 7 

Rabelais, 7, x8 

Rambouillet, Mme de (nee also Wr- 

ikinict and Ciiomirt\ 3, i 
r6aJe, x8a, 34 
recipe, xa, xx 
r6citateurs, 3^3, 5 
rMuits. ax3, 6 
Rcine, la, 41, 7 

Rejne-mdre, h Pentr^e de la, 4, ax 
Reine-mdre, recevoir IL ^Ia^(eille, 

repasses, 89, xx 

reversis, aoa, aa 

Rieux, comtesxe de, see damts d* 

fmut* qualiti^ deux. 
Robert, 42, \ 
Robineau, Sflle., see Doralius and 

Esirangirfs. 
roi, le feu, aa, 14 
romanistes, 330, 4 
rondeau de Voiture, 6x 
Ro^ecroix, 150, 9 
rotonde, x8a, 9 
ruelle, 31, x 

Sabl6, Mme. de. 4x, ^ 
sacrificateur de I'ancienne loi, X54« '8 
Saint-Evremond. X74 
Saint-Hubery, 184, xa 
Saint-T^uis, 55, 16 
Saint-Luc, mar6chale de, 48, 34 



Saint-Martin, 90. xo 

Saint Thomas du Louvre, 3s, 15 

Sales, Francois de, 939, 3 

saphiques, 84, 4 

Snpk» (Mile, de Scud6ry), 80, 1 

sarabaode, 48, 4 

Sarrasin (see also Estromgtres, 

Hamiteary and Nittare)^ 187, 6 
Sauval, 3a 
savanU, sx, 3 

Scud^ry, Ceoryes de, x8S, 90 
Scud^ry, Mile, de (see also Sa^k0\ 

80 
S^rignA, naarquise de, 6a 
si, et, 75, xo 

Sirncut* (Port-Royal ?), ^$1^ 14 
soi, x6o, X5 

sonnet de Voiture, 60 
Sorel, Charles, 74 
sphere du feu, 50, xs 
SuMe, la reine de, X78, 9 

tables d'attente, X64, x6 
Tnllemant des RAaux, 3 
TilittHirt (Mme. d'Aligre), 134, 4 
Temples (for ^liscs), 94^, 19 
terre toume au lieu du ciel, 937, zi 
t£te dessAch^, 916, 8 
T/iiodamt (Conrart), X96, 8 
Th6odose, 9x7, X4 
th6riaque, xa, if 
tirtij 8tre, aa8, xo 
tirois bien des armes, 50, 9 
Tivoli, 46, 17 

Tracy, see Hir**y nnjtune, 
traiter en. ao8, xo 
yr««r7(r(lsam), xa4, xx 
trictrac, aoa, 9« 
Tuillenes, aoa, 9 

Valentin, le. y aa 
Valette, cardinal de la, 6, xi 
vas (for vais). 933, xo 
Vemeuil. le chtteau de, 35, 3 
Vidame au Mans. 3, xx 
Vigean, Mme. du, 45, xa 
vioions, 46, x8 
voies fort courtes, X89, 6 
Voiture, 36, xo 

Zeuxis. 76, 9 

Zyrph^, loge de, see ode de Zyrphte. 



^ 



> 



This book b a preservitioa photocopy. 

It is made in compliance with copyright law 

and produced on acid-free archival 

60# book weight paper 

which meets the requirements of 

ANSI/NISO Z39.4S-1992 (permanence of paper) 

Preservation photocopying and binding 

by 

Acme Bookbinding 

Charlestown, Massachusetts 




2002 



3 2044 022 705 196