(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Les Annales conferencia: journal de l'Université des annales, Volume 1"

This is a digital copy of a book that was preserved for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that 's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book' s long journey from the 
publisher to a library and finally to y ou. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that y ou: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
any where in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 



at |http : //books . google . corn/ 



»vv?/y>.WE^>V5-fz>v>n^>vr>T>^ c-*-,^ 



T 



w/f^/^i^m^i^i^mi/?<>/^^/^mfMwmfMdm^^i^Mm/^m m:^ 



BGBglBCIglE ififlS OEDBPB 




Les Annales conferencia 



Université des annales, Paris 






Digitized by 



Google 



AP 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



JOURNAL 



DE 



L'UniVERSITÉ 



. t ...DES flnnnLES 



.«vy(.. 



-^^y^^^r 



TOME PREMJER 

Janvier-Mai i^oj 




Secpétapiat de I'Université des Annales 
Si, rue Saint-Georges, St 



Digitized by 



Google 



TABLE ALPHABÉTIQUE DES MATIÈRES 



Académie (une Eleclion à 1') V. HUGO 70.3 

Aocordée de Village .... DIDEROT et GOXGOUHT 64(^ 

Activité Moderne (1') BAUDIN 278 

A Femme qui cherche Mari, rondeau .... VILLON 79 

Affliction, poésie DESBORDES- VALMORE 430 

Agrippa d'Aubigné DORGHAIN 388 

AiguUleur (!•), poésie F. COPPÉE 227 

Alarcon (Ruiz de) M- J. DIEULAFOY 879 

AUmeataUon (Bygiène de 1') . . . . D' THIERCELIN 34o 

A ma Quenouille, sonnet G. DES ROCHES i33 

Amateur' de Tableaux (!'), poésie . Gh. L. DE BALZAC 653. 

Aipor, poésie SIEWKIEWICZ aSo 

Arioste (1') G. DESCHAMPS soi 

Art pendant la Révolution (l*) H. LAPAUSifi 6i5- 

Art poétique (1') ikO!«SAItï> r3i 

Articulations (les) P. SÉBILE AU x8a 

Assistance féminine en temps de guerre 56a 

Au dessous do Roi, personne . >v ROJAS 55i 

Autant en emporte le vent, poésie . . . . L. CiWlIOT 364 

Ave, dea, moriturus te salutat, sonnet ... Y. HUGO 634 

B 

Bains (les) D' THIERCELIN 6U 

Ballade à la requête de sa Mère ..... F. VILLON 78 

Ballade de la Prison C.^ORLÉANS 76 

Ballade des Dames du temps jadis . . . . F.VILLON 78 

Ballade des Femmes do Paria .... F.VILLON 78, 691 

Ballade des Pendus E. VILLON 78 

BasUlle (la Prise de la) FUNCK-BRENTA.ÏO' a38 

Beauté (la) . L. ROUSSBAU Six 

' Belle Vieille (la), poésie F. MAYNARD 79^ 

Bertant (Desportes et) A. DORGHAIN a go 

BoUeau A. DORGHAIN 297 

BoHga (Un) V. HUGO 704 

Bourgault-Ducoudray Y. SARGEY 3i 

Budget (Equilibre du) L. ROUSSEAU aa3 



Cabarets (les], poésie F. COPPEE aa7 

Cafés aes) M" DEPINAY Gy4 

Calderon J. DIEULAFOY 490 

Gamargo ÇLa\ H. BAUER G82 

Campagnes (les), pi^iésic. . . . Comtesse de N0A1LLE3 a3i 

Castro iGullhem de) J. DIEULAFOY 38o'. 

CaUplasmes (Préparation des) .... D' THIERCELIN h A 

Cervantes J. DIEULAFOY 3i5 

Chaînes (les), poésie SULLT PRUDUOMME 569 

Chanson BOQJIAU 297 

Chanson en France (la) 

BOURGAULT-DUCOUDR \Y 438, Soi 

Chant du Départ (le) G9 

Chateaubriand V. UUGO 70a 

Chatelet (Épi4r» à H-* <tu) VOLTAIRE 398 

Chénier (la Muse d'André), sonnet ... F. VERNHES 391 

Chénier (André) NOZIÈRE 3^3 

Chèvre de M. Seguin (la) A. DAUDET 57 

Cid (Le) G.' DE CASTRO 38a 



Cité de l'Avenir (lai J. LAHOR 4oi 

Clorinde (le Baptême, do, LE TASSE aOx 

Coccinelle (la), poésie V. HUGO 633 

ColHer de la Reine FUNCK.-BHENTANO i33 

Commerce en Fram-e (le) '. . . . P. BAUDIN 37^ 

Conciergerie (la) .^ . G. GAIN .'>4i 

Conscience (la;, poésie V. HUGO 6j6 

Conseils d'une PaHsienne , A. DE MUSSET 116 

Consolation à M. du Perrier MALHERBE apx 

Constipation (la) D' THIERCELIN 64o 

Conversation (l'Art de la) G. RÀGEOT 689 

Conversation (le Don de la) J.-J. "ROUSSEAU 689 

Coqueluche (la) JT THIERCEUN a8t 

Coquetterie féminine (la) G. RAGEOT xii 

Gorday (Charlotte) at Masai G. CLARETIE 476 

Gomeil«fc A. DORGHAIN a94 

Coucher du Roi (le) . H. LAVEDAN et G. LENOTRE 3o3 
COUPE (cours de). — La Layette, 4i : La Bavette, loi : 
Le Corset, 160; Le Jackson, ax5, 339, 39a : Robe 
sfaMBlflV soS ; La Layette, 339, 39a ; 'Bonnets, Ta- 
bliers, 443. 5o6 ;Robes de Chambre. 564 ; Les Langes. 681 
M- LAURENT BOURGET 

Courage Féminin (le) P. DOUMER 68 

Couronne efTeuiUée (la), poésie. 

M- DESBORDES-VALMORE 4a8 

Crucifix (le), poésie A. DE LAMARTINE 686 

D 

DACTYLOGRAPHIE (Cours de). - La Correspondance, 46, 
s6a,. SI 7 ; La Commande, io3 ; Comment on devient 
d>Bk7l<»graphe, a64, 330; Majuscules, Chiflres, 894, 567. 

DE MOUSCARDY 

Dames du temps jadis (les), ballade ... F. VILLON 78 

Danse à travers les Ages (la) 877 à 610 

Danses anciennes (les) 610 à 6a3 

Dans la Rue, poésie DESBORDES-VALMORE 4a 4 

Dante (le) G. DESCHAMPS 86 

Dante (le) A. DE LAMARTINE 94 

David (le Peintre Louis) H. LAPAUZE 647 

Demoiselle du Château (la), poésie ... 6. NADAUD 7&0 

Départ du Conscrit (lei, poésie H. LAPAIRE aaS 

■Dernière Classe (la) A. DAUDET 166 

Dernière Fleur, poésie. . . . DESBORDES-VALMORE AiQ 

Desbordes-Valmore. A. DORGHAIN 4i5 

t)esbordes-Valmore (A) A. DE LAMARTINE 435 

^ Dessin (le) . . T. COUTURE 157, a 10, aSg 

' Dasporles et Bertaut A. DORGHAIN 190 

' Deux... ! habillés de soie, poésie. ... J. TRUFFIER 190 

Devin du Village (Je) J.-J. ROUSSEAU 678 

Diciion (Utilité de la) L. BRÉMONT 53 

DiaolAfoy (M- J.i ai4 

Diphtérie (la) D' THIERCELIN a8t 

Doigt de la Femme (le), poésie V. HUGO 633 

DormeOM. poésie. ..... DESBORDES-VALMORE 4a3 

Douceur angevine (la), somet .... J. DU BELLA.Y i;^a 

Douches (les) D' THIERCELIN 64a 

Doumer (Paul) 67 

Du Bellay (A Joaebim), sonnet . . . . A. DORCHaIN i33 

Dupré H. DE SORIA 600 

Digitized by LjOOQIC 



E 

D' TBIfAGEUK 3Sa 

eCBysièMdat') . D* THIfiBCELLN fto8, 4M, 5» 

Maaee 0'), pefeio) Y. HOÛO 63i 

Mholt {IM)^ iioéaia DESBOQKDES-VjiLlfOia iaS 

Ûtn dw» DANl* 9S 

DSEIGNEUE!ET MÉNAGER. -^ I.W Qu^HtéscTune Hat- 
trens4e ra^noa, 109, r?^ : Le Budget, le Trevali de U 
femme, aaa ; Les-Gomples ^Tniie Vattreae de mahoo, 
170; L'BablUlloB. S35 : Las Bepaa, 3gg ; Le Charme, le 
Beaolé, in ; Le LHigo, la Femme de Obaoebre, &71 ; 
La GaTe, la Valet de Chambre. «87 : Heœttoe de 
selk^a^e à loaa lae 001m d'EadeâgoeineBi «léBafer. 

L. ROUeSEAU 

BipegiraKIa ThéMre) J. DIEULAFOY 3xx 

¥H>rit des Femmes il) FRAIHG NOHAIN 4ig 

Etoiles filantes (les), poésie V. HUGO 63g 

F 

Fable aC tes Fabolfales (la) J. TftUFFICR 1B6 

Paat beo dorsr, poésie G. MIGO^TD 399 

femaes dans fibakerpeare (lea) . . . G. DESCHAUFS 65a 

taBOMB da l>aris (las), ballade F. VILLO!! 78g 

Rèrretla) V THrERCELW 638. 6At 

nmetn^biMdBila) D' THiCBGELlN 38a 

Fik dn Ti6en (let, aoimei A. DE MUSSET iSa 

— — V.HUGO i5a 

Fort en Thèm«. poésie SULLY PKlI>ROMME ii5 

Ptsoce(Ainimrde la) ... A'GATPFA D'AUBIGIfY a8g 

France Moderne tla) P. BALDIN 5i3 

G ' 

^jaU (5et{ogragede9) L. IIOISSEAU iio 

>corge (X**") V. HUOO 708 

Tick. , . . BOURGALXT-DUOOUDBAY a54. 3aa, 384 

ande peur (la) G. SAM) a44 

Grillon du Fojer (le) C. DICKENS 3gg 

Crippe tla) D* TlirEKCELIS 381 

OiKTara J. DIBLLAPOY 878 

GaiourdCla} U. BAL'EB 60a 

H 

Habitation ,n. . . , L. ROUSSE.VU 335 

Habitation et l'AllmenUtlon \X) • • ^' TUIEIiCELlN 3i6 

DabitaUon& insalubres (les) J. LAUOR 4oi 

Hamlet et Opbélie de Shakespeare . G. DLSCHAMPS 737 

BirondeUo (!'), poésie L. CARNOt 3:3 

Hoço 'Victor) J. RICHEPIN 53o. 6a5, 700 

Homble» il'Amour deat SÉVERliNÉ aa5 

Hygiène praUque, rondal C. D^OiaËAÎiS 76 

1 « 

n plent. il pleut. Berbère . . FABRE D'ÉGLANTCSE 3G5 

Inhalations et Inhalateurs D' THIERCELIN 3Ja 

IfhigtaU lUne scène d') liACI^E 070 

J 

ial aie dai J. DIEULAFOY o^g 

Jai 08 d'AuBide ^es) LE TASSE a53 

J« » Captive (la), poésie A. CHÊNIER Z<\q 

J<i e Tarentine (la), poésie A. Clil^MER 3()a 

Joi leor de liotra-Dame (le) A. FRANCE 168 

L 

Li ditaiin. H. ROUJ0> a3i 

Ui rttaa V. HUGO 708 

U s de Ikraes LAMARTINE i5a 

U «enlB et laraces intestinaux. . . D' TiilEKCEU?! i5g 
US [:aEi(0MT8de}.BR£M0iNT io5. i64, a 10. 33a, 3«6, 445, 5o3 

Ln ae), L. ROUSSEAU 67a 

lii du Lrap et de l'Ane (doi F IIABERT ii)3 

U« M le fiai (io), fable'.» .' ^C. MAAOT 80 



IIJ 



Lionne, le Loup et le Mulet (la) M. REGNIER 194 

Livre de P. Ronsard (sur le), sonnet . J.-M. DEHEREDIA i3o 

Lope 4e Boeda i. MEULAFOT 3ta 

Lope de Vega J. DIEULAFOY 374 

Louis XVI. — Fuite à Varennes G. LENOTRE 098 

L«Ui BOURGAT^LT-DiUOOUimAT ^ 

LgrrisiBe <<^'esl-ce que le) Jbak RlCXnPIB «aS 



Mains blandbes n'offensent pas (les). . . . CALDiErR09!L 4^ 

Maladies conlafHeuses (les) D* T&IERGEUlf 879 

Malherbe A. DORGHAHV 

Malherbe flnauence d6) BOILCAU 

Manteau impérial (le), poésie V. HUGO 

Mafat G. CXARETIE 

Marcel (le Mattre à danser) IL DE SORJA 

Marie-Antoinetle E. et J. T)C CONCOURT 

Marifr-Anteiinette (la Mort de) . . FUNCA-BRENTANO 

Marivaux (le Style de) F. SARC3T 

Marot iCiément) et Villon J. TRUFFIER 

May nard (François) et Racan A. DORCHAIN 

Médecin (En attendant le) D* TRIER CCLI!f 

Microbes (les) D* THIER<3SLI3f 

BKlly ou la Terre natale, poésie . A. DE LAMARTINE 

BUnables (les), poésie 11. LAPAIBB 

Missel (le), poésie SULLY PRLDHOMME 

MODES (Cours de). ~ L'art de £»ire ses chi^paauz, 48, uA ; 
Le fond, i83; La barrette, a 18; Lescbapeaux fhm- 
ces, a65 ; Les bords, 33i : La garniture, 5g5 : Les 

cages, 445 ; Las ohapeaux, 507 V. ABOUT 

Moïse, poésie A. DE VIGNY 

Molina (Tino de) J. DIEULAFOY 

MonsigDy BOURG AULT-DUCOUDRAY 

Moreto J. DJEULAPOY 

Biorl du Loup (la), poésie A. DE VFGVT 

Mot fie), poéide ^ . . . . V. HUGO 

Muscles et les arHcnlaUons (les). . . O*». SÊBILEAU 

Masi<rue française (la) J.-J. B0U6SEAU 

Moâulraane (Ja Femme) J. DffîULAFOT 

Motaafité iPoosées anr la) IttVËRB 



^ 

475 
^99 
714 
715 
tt3 
75 
*95 
€37 
118 
683 
aa8 
56g 



470 
433 
737 
437 

47« 
W7 
)6a 
67a 
S5o 
^63 



N 

Tîecker (les Yetidredis de M^) .... Abbé GVLIAM 687 

Tieuras/thèniques (les Causes) J. BOfS 337 

Nouirice ila). poésie II. LAPAIRE aa8 

>overre (le Maître de danse) 11. DE SORIA 600 



Olives (Une scène des) LOPE DE RUEDA 3i8 

Oreillons des; D' THIERCELIN a8i 

Orléans (Charles d') J. TRUFFIER ' 75 

Os (Nos) lyP. SÉBILEAU 70 



Palais-Royal do) G. GAIN igS 

Paradis torresle |loi LE TASSE a53 

Paroles dans rooibre, poétûe V. HUGO 117 

Pnrlhéuice (Stances à) RACINE ag() 

Paysan du Danube de) LA FONTAINE 336 

Pecourt (Mahre à danser) «. DE SORIA 5gg 

Pendus desi. ballade F. VILLOH 76 

Pergolcee BOURGAULT-OUCOUDRAY 677 

Perspe<;tive (les Lois de la) LU. BLANC 889, 558 

petit marchand iRundol du) GH. D'ORLÉANS 75 

PetiU pâtés de^) A. DAUDET 108 

Pétrarque G. DESCHAMPS 147 

Pioupions (lesf, poésie F. GOPPÉB 317 

Pluie (lai, monologue M. ZAMACOIS a68 

Poé!>ie (sur la) RONSARD i3i 

Poésie aux XVII* et xviii* aièdee (la) . . A. DORCHAIN 387 

Prière de femme, poésie. . . DESBORDES-VALMORB 4a x 

Prière {lour tul, poésie. . . . DESBORDES- VA LMOBB 4i8 

Printemps iRnndel du) CH. D'ORLÉANS 75 

Proportions du corps humain . . . /7*. CU. BLAJiG m'' 
uiyitized by v-3 v^'Vv'pt L>^ 



lY 



Qu'en aY«z-vou8fail?» poésie. . DESBORDES-VALMORE 419 



Racan et François Haynard «A. DORGHAIN 393 

Racine/ A. DOBCHAIN agS 

Ramean ...... BOURG AULT-DUCOUDRAY ]53 ao8 

Remontrance an peuple de France.' .... RONSARD 139 

Repas (les) L. ROUSSEAU 399 

Repas du Soir, poésie A. GORTHIS sSo 

Réponse à un acte d'accusation, poésie . . Y. HUGO 587 

Retraita (Stances sur la) RAGAN 393 

Rêve d'une femme, poésie. . DESBORDES-YALMORE âi8 
Rêire intermittent d'une nuit triste. 

DBSBORDES-YALMORE ^36 
Révolution (les Poésies et les chanls de la). 

LÉO GLARETIE 363 

RéTOlationnaires (les Tribunaux) ... G. GLARETIE 47 s 

Rires (ITûs), poésie . E. ROSTAND 669 

Robes et Manteaux .M. ZAMAGOIS 369 

Roland, poésie V. HUGO 3o4 

Roland ftirieux, extraits ARIOSTE 306 

Ronsard (Sur le trépas de) BERTAUT 390 

Ronsard et son école A. DORGHAIN isS 

Rouet d'Ompbale (le), poésie V. HUGO 63 1 

Rougeole (la). . D' THIERGELIN 379 

Ronsseao (J.- J . ) musicien . BOURGAULT-DUCOUDRA Y 67 1 

Rousseau (J.-J.) et VolUire E. FAGUET 81 

Rousseau (J.-J.) : sa première ceuTre musicale. 

J.-5. ROUSSEAU 675 
S 

Saint- Lazare, poésie A. CmÉNIBR 364 

Saison des Semailles (la), poésie Y. HUGO 63a 

Salle (M»»«) .H. BAUBR 603 

Scarlatine D' THIERGELIN 380 

Scoliose et Rachitisme : . . D' P. SÊBILEAU 73 

Sens de' la Yie moderne (le) P. BAUDIN 177 

Séparés (les), poésie ..... DESBORDES-YALMORE 419 

Shakespeare (les Femmes dans). . . . G. DESGHAMPS 658 

Shakespeare Y. HUGO 66a. 704 

Shakespeare (Biographie de) JUSSERAND 663 

Songe d'une Nuit d'Eic (le) H. TAINE 669 

Sonnet pour Hélène P. DE NOLUAG i3o 



Soas^Préfet aux Ghamps (le) A. D.VUDET 

Sous terre, poésie V. HUGO 

Souvenir, poésie DESBORDBS-YALMORE 

SporU (les) D' P. SÉBILEAU 

SUêl (Eloge de M- de) Y. HUGO 

Slances à la marquise P. GORTfEILLE 

STÉNOGRAPHIE (Cours de) ; Résumé; 44 ; Premières no- 
tions, 10a : Signes bouclés, 161, ax6; Examen, 33o, S^Z ; 
La liquidité, 444, 565; Second examen, 683. 

M. DE MOUSGARDY 
StérilisaUon de l'eau. ........ D' THIERGELIN 

Sluart (Poésie à Marie) RONSARD 

Suivant Pétrarque, sonnet . . . . J.-M. DE HEREDIA 
Sur les yeux de M*« la duchesse, sonnet. 

H. LAUGIER DE PORCHÈRES 

T 

Talleyrand-Périgord Y. HUGO 

Tasse (Le) 0. DESGHAMPS 

Tasse (Le) MANSO DE YILLA 

Terreur (la). ... ; FUNGK-BRENTANO 

Tétrarque de Jérusalem, de Galderon. J. DIEULAFOY 

Théâtre religieux en Espagne J. DIEULAFOY 

Trait de la fenêtre (le), rondel. . . GH. D'ORLÉANS 

Tuberculose (la) D' T^IERCEUN 

Tuileries (aux), poésie SULLY PRUDHOMME 

Titien (le Fils du), sonnete. A. DE MUSSET, Y. HUGO 

Unité, poésie Y. HUGO 

Université (Inauguration de 1') ... . A. MÉZIÊRES 

V 

Yalet de Gateogne (le), poésie G. MAHOT 

Variole (la) D' THIERCELIN 

Yentouses (les) D-- THIERCELIN 

Vestris îles) H. DE SORIA 

Yiande de boucherie P. LOTI 

Yieillard appelant la Mort, apologiM. G. GORROZET 
Yieille chanson du jeune temps, poésie . . V . HUGO 

Yigny (A. de) NOZIÈRE 

YiHemain Y. HUGO 

Yillon et Marot J. TRUFFIER 

Yoltaireet J.-J. Rousseau E. FAGUET 

YomissemenU (les) D' THIERGEL iN 



59 
63a 
4i8 
i8a 
7o3 
»9* 



a85 
ia6 

699 



701 
%àO 
iàS 
34s 

554 
43o 

76 
aSa 
ii5 
x5a 
iSa 

66 



80 

a8o 

6A\ 

600 

170 

193 

633 

4Go 

7x0 

75 

81 

63 



LES CINQ A SIX LITTÉRAIRES 



MORALE 

Le Courage Féminin P. DOUUBR M 

La Coquetterie Féminine G. RAGEOT ii3 

Le Sens de la Yie P. BAUDIN 177 

L'Amour des Humbles SÉVERINE aa5 

L'Activité Moderne . P. BAUDIN 378 

Les CcBurs Neurasthéniques J. BOIS 887 

La Cité de l'Avenir J. LAHOR 4oi 

L'Esprit des Femmes FRANC-NOHAIN 449 

La France Moderne P. BAUDIN 5i3 

L'Art de la ConversaUon G. RAGEOT 689 

HYGIÈNE 

Nos Os D' P. SÉBILIAU 70 

Les Microbes D' THIERCELIN 118 

I^es Muscles, les Sports .| D" P. SÉBILEAU 183 



Les Maladies contagieuses D' THIERGELIN 37 

L'Habitation et l'AlimenUtion ... — 346 

La Première Enfanee — éot 

La Deuxième Enfance. — 454, 633 

En attendant le Médecin — G67 

LITTÉRATURE FRANÇAISE 

Yillon et Marot J. TRXJFFIER 75 

Ronsard et son Ecole A. DORGHAIN is3 

La Fable et les Fabuli.sSes J. TRUFFIER 186 

LaFonUine H. ROUJON 33i 

La Poésie aux xvii* et xviii* siècles . . A. DORGHAIN 387 

André Chénier NOZIÈRE 353 

M-* Desbordes- Y^more A. DORGHAIN ixh 

Alfred de Vigny NOZIÈRE 46o 

Victor Hugo J. RIGUEPIN 53o, 637, 700 

Digitized by >^-j v^^v^^pt l>^ 



HISTOIRE 

VelUlf6 et J.-J. Rousaeaa précursears de la Révola tion. 

B. FAGUET 8i 

le CoHier de la Reine FUNCK-BREÏfTANO i33 

U Paiais«>aoyal . . . . ." *. , G. GAIN 195 

U Prise de la Baslille FUNO&-BRBNTANO a38 

U Fuite à Varennss. . G. LE!fOTRE et H. LATEDAN 398 
Lm Poéaiai et lea Ghanb de U Révolution. 

L. CLARETIE 36a 

Ui Triliaoaux Révolutionnaires ... .G CLARETIE àji 

U GoDciergarie G. GAIN 54i 

L'Art pendant U Révolation H. LAPAUZE 645 

U Mort de Marie-An toinelte . . . FUNCIL-BRENTANO 713 

LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE 

CoNPÉiuENcu ne M« Gatton Deschamps^ 

LeDanle 86 

Fétrarqae i4^ 

L'Aiioete .• . aoi 

U Tasse a^y 



Les Femmes dans Shakespeare ,. - . ^Sg 

Le Théitr^ de Shakespeare : Hamiet et Ophélie .... 837 

— — - Roméo et Ji^ette .... 887 

Conférence» de M** Dibulafoy 

Le Théâtre Espagnol: La Comédie Populaire 3ii 

— — Le Théâtre. Héroïque 378 

^ — Le Théâtre Religieux 43 1 

— — Le Point d'Honneur 490 

— — La Jalonsie 549 

HISTOIRE DE LA MUSIQUE 

Conférences »e M. Bouroault-Ducoudray 

Lulli 95 

Rameau i53, ao8 

Gluck aâ4» 3aa, 385 

La Chanson en France 438, Soi 

J.-J. Rousseau 671 

Pergolèae. 677 

Monsignjr 787 



ACADEMIE DE DESSIN 



ftoportions du Corps Humain CH. BLANC 100 

Qoe fknt-U faire pour bien deséiner ?. . TH. COUTURE 157 
Da Dessin dans an plus belle expression. — a 10 



Les Valeurs en Dessin. . . 
Les Lois de la Perspective . 



. eu. BLANC 



a 59 
558 



COURS PRATIQUES 



CHORAL. 

LECTURE. — UUlité de U Diction, 53, io5, 164, 319, a6S, 33a, 
396,445, 5o8. 749. 

ESSBIGNEMENT MÉNAGER. — L'ordre et la Propreté, 6a ; 
Les Qualités d'une Maîtresse de Maison, 109 ; Les Devoirs 
d'une Malireaee de Maison, 17a : Le Budget, aa3, a7x : L'Ha- 
biUtion, 335; Les Repas, 399; Le Charme, la Beauté, 5ii : 
Le Linge, 571; La Femme de Chambre, 573; Le Valet de 
Chambre, 637, 75i. 

LA DA?fSE. — Ifaméro ii, du 17 avril 1^07. 



COUPE. — La Layette, 4i, 3a9, 393; La Bavette, lot ; Le 
Corset, 160; Le Jackson, ai5; Rot>e simple, a63; Bonnets, 
443 : Le Tablier, Q06 : Robes de Chambre, 564 : Les Langes, 
68 X ; Le Capuchon, 747. 

STÉNO-DACTYLOGRAPHIE. — Origines de la Sténographie, 
45, loa; Signes bouclés, x6i, a64, 33i, 893, 444« 565, 68a, 
748. 

MODES. — L'Art de faire ses Chapeaux, 47 ; Le Fond Béret, • 
i63; La Barrette, s 18; Les Chapeaux froncés, a65: Les 
Bords, 33i ; La Garniture, 395-. Les Cages, 445, 749. 



MUSIQUE 



ÀBei .«il*, air à danser COUPERIN 618 

&ar Mo^ Cefi/i//iomme (le), menuet LULLI 97 

Bow ^(La) J.-S. BACH 617 

Ça II s. 368 

CsfB i(ptoié (le) . . . , ^^ 369 

Cssfc PtoUBa;, menuet et passepied.. RAMEAU 6a i, 685 



Courante \Ia<, air à danser COUPERIN 6i3 

DardanuSf rigaudon . . " RAMEAU 6aa 

Gaillarde ancienne 6Ta 

Gavotte légère . . .' MONDONVTLLE 6i4 

Que le Jour me dure .x^-J. ROUSSEAU 676 

Rose et Colas Djgkized by VD'*JiQ»'J§}&NY 74a 



TABLE DES GRAVURES 



Aboul (M"- V.) il? 

Accordée dn Village \V) GREUZE 646 

Adieax d« Louis XVI à sa femme .... fiOtTAUX 731 

Àdlny-Millel (M-') 33 

Atemberl iJ. d) C.-N. COCHCT Cçr6 

Amel (M-) - 33 

Anaunzio (Gabriele d') 3ào 

Anvers (Vue du grand bassin d') 377 

Apollon du Belvédère 211 

Appel des dernières viclimes de la Terreur. MlLLEK 30i 

Ariostc (Iamùs) aoi 

Armide (Renaud et) VA» DYCK ay3 

Alala portée au tombeau GIBODET 654 

Autriche (Marie-Anue d') VÉLASQUEZ ^^2 

B 

Bacilles des MaUdiM 376 

Bal. à Versatiles (Un) 699 

Ballon dans le ballet des Scythes (le sieur) Scjë 

Bar (le D»-) 9, ao 

Bartet (M-) ' 10 

Baschot (René) 7 

Baschet (.ttarccl) 87 

Bastille (la), vues diverses . . '. a38 

Bastille (Vue intérieure de la) FRAGO?ÏARD i43 

BatolUe(.M-) 3i 

Baudin (Pierre) 7, j8 

Bazan dans Jiay Blas (Don César) ROYUET 533 

BenediciU (le) CHARDIN 647 

Berge ^M"'F./ ai 

Bois Jule«> 17 

Bonaparte à Arcole • B^aon GROS H'oj 

Bourgault-Ducoudray 30 

fiourget (Panl) 5 

Boutillier (A.) « . . . . ^iG 

Brémont (L.) « 5a 

Brieux (£u«ène) 8, ità 

Brisson (Adolphe) 16, aa 

Brisson et SOS cnranla iM***] »6 

Brohly (M"') Sal 

Burgrave (les), acte IH ROCIIEGROS.^E 534 



Gain (Georges). au. ic)5 

Gain (Ucnri). 37 

Gain ,11- lienri) 3o 

Caideion 4(,i 

Gamar^o (la) LANCRRT 0o3 

Caracalla (Tête de) «^ij 

Cerda (Biaache de la) . Ojs 

Cervantes 3i5 

Chabaa ,Panl) 38 

Qtant'da De| art (le) G. DORÉ 370 

Chapeau à la BaawîUcrs, d't^rès une estampe. «... 3^5 

Gha»ain^ (Mlle Alarianue) , :<4 

Chatelet (la Marquise Du) :4A1T1£R a^-j 



Chauffard (le 1>-) 9, ao 

Chénier (André) ^ DAVID 355 

(ihénier (Marie-Joseph). ....... D. D'ANGERS 356 

UieyssoD (M.) 6, 17 

Qiimène S. COELLO 38© 

Cid (LeJ, d'après une estampe 58i 

Clalrin (Georges) Z^ 

Clarelie (Léo) 37 

Clarclie (Georges) • a5 

Ciaretie (Jules) 5 

Collier de la Reine (Reproduction du). . i4i 

Ck>mmerce (Figuration proportionnelle du) 5i8 

Gonciergaiie <U iteine quittant lai G. GAIN bU 

Genoiergerie (plan deia) V. SARDOU 543 

Coppée (François) dans son cabinet a 

Coquolin Cadet a3 

Corneille (Pierre) agS 

Carneirie cbex M"' Du Parc. 9g6 

CouraaJe (la) P. CODDE ftiS 

Gruche Cassée (la/ GB£UZ£ 648 



Danse à travers les âges (la) A. MOROT 

Danse paj-sanne (la) WATTEAU 

Danse Yiila?€0i8e an Cabaret DEBUCOURT 

Dante. — Bon monument à Florence PAZZl 

Dante MEISSONIER 

Dante et Virgile traversant le lac infernal . DELACROIX 

Danton BONNEVILLE 

David et sa Femme par lui-même 

David (L.). F.-J. NAVEZ 

David (L.). — Son tombeau a Bruxelles, d'après une •»- 

tampe 

Deffaud (W Do) 

Dcmidoir (Olga) 

Depas (M** F.) 

Dernière Charrette fia) RAFFET 

De^bordes-Valmore (Marceline) . . . C. DESBORIttB 
Dcsbordcs- Val more (Marceline) .... D. D'ANGES 

Desbordes- Valmore, statne E. UOUSSIN 

Desehamps (Gaston) 

Deschanel (Paul) 

Desmoulins (Camille) au Palais>Royal. . . . PRIEUR 

Deltelbach (M"'"), et ses enfants , 

Deux et trois septembre 179». . . ' 

Diogue (Don) R. VILLA-NDRANDO 

Dieulafoy {M"»* Jane) 

Dieiilafoy (Marcel) 

Dix août 1793 BERTAUX 

Doloro.-a FERNANDEZ 

Z/o/j yuan, de Molière S. GUERIN 

Dorchain «Auguste) dans son cabinet da travail .... 

Duumer (Paul) 7, 

I>oumer (M. et M»* PauU et leurs enfants 

Duchcmtn (A.) 

Dumoulin (Maurice) .... 

Duquet^ne ^.} 

Digitized by ' 



byGoôglê 



i'79 
fio9 
607 

^7 
88 

9^ 
48a 

047 

657 
696 

a3 

3a 
487 
419 
4aa 
A2B 

a8 

3 

196 

3a 
7ao 
38t 

»9 

6 

718 

43o 

435 

ai 

»7 

O7 

% 
a4 



vil 



Klîsaboih (U**), sœur de Lou» XVI 
EylDay (Portrait de M»* d') 



3o» 

UOTIHD 6^ 



Pabre d'Eglantine .• . . . 385 

ffa^uet (Emile) 4, a5 

Fauré (Gabriel; 3o 

Paare-Goyan (M**^ Lucie-Fcllxj 344 

Fèlizet (le D-) g. ao 

F^mineB savante» (les) F. BOUCHER 45a 

l^emniias savantes (les) A.. KIFFAUT 4.')a 

Ferrara. — Vae du palais ducal 3o3 

Flamoaarion (Camille) 3 

Florence. — La place Sainte-Croix ; le pont vieux. 87, 89 

Foire 8«alf>Laur«nt en 1786 (le Théâtre de) •jAjh 

Poire Snaft-GeroMin (la) ■. GLlilAUMOT 7^7 

Foaqoiflr-TWvill», d'après une esbmpe ........ 474 

Franc-Pwbain ' . . 18 

Fugèn» (Lacien) . . ; « 3i 

Funck-Brentano a6 



Gaie Chanson A. PISTO 5oa 

Garcia de la Châtaigneraie 55( 

G«tteaax(M-') LNGH£S 6Jb 

Gsvotte bretonne . TU. DEIAOLLES 5oi 

GaT(IMpUa«^ - > 4(>3 

G«offtrlii (M-*) 6()5 

George (M"*) T. I. P. 70e 

Gluck a55 

Graciosa (Thérèse) 553 

Gulmard (M"*) LAKGRET (îoô 

H 

BaUnfj ffjOÊÈonit) dans son bareau a 

Bamboorg. — ViwdBpMfc a7û 

acte V A.. -T. ROtBÀUDl 7^1 

l (Adrien) 7 

Hniriot 35 

aenuuii, acte V. scène VI L.-G. POURNIER 53a 

HobeaMltea (lei trareraaat le eaaai éa Kiei 376 

Homère ityj 

Anadm icuLpfaat la buste de Bonaparte. . . B01L£Y 653 

Bonssa^tt (Henri) 4 

ifaigo(FaBUflorifiant Victor). . . P. DE CttÂ.VA»^(ES 535 

Hugo (M— Victor) 03i 

HuKo (Victor) à Jersey, à Gueromey; cinq pholos. 6ag à 635 

fitt^o (Victor) A GILL da6 

Hb<o (Victor/ DAUHIER 6*7 

Hugo (Victor) ISABET 6a8 

Hur> (Victor) BASTIEN LEPAGE 536 

BuffO (Victor et M-*) 53i 

Hntinel (M . le D') 9, ao 

\ 
I 

Ibsen 34o 

Iphigéuie en Tauride 385 

Iphigéaie enlevée par Diane, d'après une gravure an- 

•ianna ) 387 

Irvkig dans Hamlet ED. LONG 669 



Laborde (M** Rosine) 

La Bmyére tJ. de) E. DESROCHEHS 

La Fontaine RIGAUD 

Lafaor (Jean) 

La Motte (le comte de} 

La Hotte (1* oomtesse de) s'évadant de prison. ..... 



3i 

45i 
a33 
t8 
139 
i45 



Laparcerie (M** Gora) a4 



Lapauze (Henry) ' a7 

Laure (la. Belle), d'après une gravure a.ucieiiaa .... 47 

Lauréat Bourget (M"*) .... 4» 

Lavedan. (ITonril 5, ai 

Lavedan(H'« Henri) Sx 

Lecomte (M"') %9 

Lefebvni (Jule&) 6, Sff 

Leguay tfOliva (M-, M.-N.) iSj 

Laituer ' aS: 

Lemaitre (Jules) i, 

Lenolre (G.) aff 

Lespinasse (M."* de) 45o 

Lope de Vega 375 

Louis XVI 3oo 

Louis XVI. — La famille royale quittant les Tuileries. 3io 

Louis XVI et sa famille au Temple 719 

Loin CO\SEVOX 9ft 

M 

Haille (^"* Constance) a4 

Maisons onvciènB. ^ad 

Malherbe 1 291 

Marat (la Mort de) S^UEFKEtt 476 

Marai (^ Triemphe de) RAJTFET 475 

Margue itte (Paul) d 

MarguociifaB (Viclor). ■ 9 

Marie«Aato< natta» Ite Dauphin et M"* Royale à Triaaon. 999 

Marie-Antoiaetta en costume de voyage. ....... 3o« 

Marie-Anhilnètte . . '. YIGÉ LEBRUN i36 

Marie-Antoineita' BOIZOT 54i 

Marie^ Antoinette quillaot la (k)uciergerie. . G. GAIIf 5ia 
Marie-Antoinette au Tribunal révolutionnaire. 

BERTAUX 7a5 

Marie-Aortoinette .VIGÉ LEBRUN 714 

Marie-Antoinetta conduite au supplice .... DAVID U^ 

Mariw-Louiae (Impératrice) 45a 

M&rot (Clément) > UOLBEIN 7g 

Marseillaise (la) G. DORÉ 571 

Marseille. — Le quai et le bassin de la Joiiette. . . . a74 

Massenet (Jules) , 6, 3o 

Matin de la Noce (le) H. MOSLER 5o5 

Moupaou (M*** la comtesse de) 33 

Max (M— Ch.) 33 

Méhul 367 

Mendo (Don) 563 

Marcié (Antonio) .....' S, 3i 

Mesureuc (Goatave) 9, 19 

Mezières (Alfred) . 1 

Mitchell (GetEgw) 36 

Moise MICHEL-ANGE 470 

liolé-Truffler (M"') Sa 

Monsigny 7^7 

Montaigne visitant Le Tasse G R AN ET a5i 

Mort de Marat SCllEFFER 476 

Mounet-Sully dans Uamlet CHARTRAN 668 

Mounet-Sully 11 

Musicienne (la) TERBURG 44o 

Musique de chambre A. BUSSE 439 

N 

Napoléon visitaut l'atelier de David 65i 

Necker iM"*) O97 

Nicolle (Henri) 35 

Noailles (M- de) 34i 

Normand (M— J.-B.) • . 8, 18 

Nozière (M.) aa 



O/ivex (les) de Rnida. quatre photographies 819 

Ophélie E. DELACROIX 730 

Orgaz (M. le comte d') 553 

Orléans (Charles d) GALCIIER 76 

Orphée (Le BaUet d*) 3a3 



Digitized by 



Google 



YIll 



P 

Parais-Royal (le), ea 179^ MEUNIER 199 

Paris glorifiant Y. Hugo P. de GUAVANNES 5^5 

Petite LalUère (la) GREUZE 648 

Pétrarque (Françobi DESROGHBRS 14; 

Pléo (M. Léon) 35 

Précieuses Ridicules (les) E. UEDOUIIV 453 

Prévost (M. Marcel) 8 

Prison (lai du Tasse \ ISADEY a5a 

Pujek (M. A.) 35 

Q 

(Joatorzo juillet 1789. ^ J. BENOIT- LÉ V Y a4a 

R 

Racao 393 

Racliel(M"') SKELTOX 70g 

Raflaêlli (J.-F.} , 37 

Rageot (M.-G.l ' . 17 

Rameau. ...•'. i33 

Récamier (M**) dans son salon de l*Abb«ye-aux-Bois 

DE JUINNE 69a 

Régnier (M"« M.) ...... : a4 

Renaud et Armide YAN DYGK a53 

Richepln (M. Jean) ., ia 

Robespierre (l'ArrestaUon de) BERTAUX 486 

Rohan (Louis de) YOYÉ LE JEUNE i34 

Roland furieux . N. GOCHIN ao5 

» » G. DORÉ ao7 

Roméo et Juliette . . UICKS et J. BERTRAND 734, 735 

Ronde champêtre LANCRBT 566 

Ronsard (Pierre). ia5 

RoUg (M. G.) 38 

Rouget de Lisle. chantant la Marseillaise .... PILS 37a 

Ro!4on(M. Henry) 6. ai 

Rousseau (J.-J.) DESENNE 85 

Rousseau (J.-J.) 34o 

Ruelle' (la) d'une grande dame au dix-septième siècle 

ABRAUAMBOSSE 6ga 

S 

Sainte-Beuve BORNEMANN 46a 

Sainte Marguerite JUAN ARAGON 43i 

Sainte Thècle JUAN DE VALFOGONA 437 

Sainte Thérèse 343 

Saint-Remy de Yalois (Jeanne de)'. ROBINT i35 

SaUé (M"') LANCRET 604 

Sand (G.) 34o 

Sandrini (M'") 68a 

Sarabande (la) ROYBET 6i5 

Sardou (M. Yictorien) a, ad 

Scène familière METZU Ui 



Séance d'un club révolutionnaire 7a 3 

Sébileau (D' Pierre) 10 

Segond-Weber (M—) sd 

Séverine (M"*) 1 17 

Sévlgné (M- de) 45o 

Sévigné (la marquise de) 693 

Shakespeare^ d'après une estampe 658 

Shakespeare, sa statue à Stratford-sur-Avon 667 

Shakespeare (le Théâtre de), à Strktford-sur-A von . . . 666 

Shakespeare (la Maison de la Mère de) 663 

Silvain (M. et M-) »3 

Solidad ,. . A. GANO 433 

Slaél-Holstein 70a 

SUrnaty (la Famille) INGRES 606 



TaUe(H.) R. KASTOR 66a 

Talleyrand-Périgord F. GÉRARD 701 

Tasse (Le) à l'hôpiUl des fous DELA(310IX aûo 

Tasse (la*Mort du) DUGIS a53 

Tasse (Le) DUOS a49 

Tasse (Le) a48 

Casse (U). visité par MonUighe GRANET a5i 

Thenriet (André) 3 

Thiercelin (le D*-) 19' 

Thomas (Paul) 36 

Thomé(M.-F.) 5o 

Tolstoï (Léon) 609 

Tourzel (M*- la duchesse de) 3oa 

Triomphe de Marat (le) RAFFET 475 

» >. BOILLY 65o 

Trumer (M. Jules) ai 



Yauduse (Yue de la Fontaine d») . . . . HACKAERT 149 

Yénus de Milo (la) an 

Viardot (Pauline) MENUET-ALOPHE 3a5 

Yigoy (Alfred de) E. LASSALLE 465 

Yigny (A. de) lient, aux gendarmes rouges 46x 

Yillefaigne (M. de) ai6 

Yiliemain 710 

Yillon, François 77 

'Yingtjuio 179a 717 

Yirgile (Dante et) traversant le lacinfernal. DELACSIOIX 9a 

Yoguë (E. -M. de) dans son cabinet de travail 3 

Yoltaire LARGILLIÈRE 661 

Yoltalre HOUDON 660 

Voltaire à Ferney HUBERT 83 



Westminster (l'Abbaye de), Hall SaintrSCepbens. 
Westminster (le Ck>ln des Poètes) 



664 
656 




Imprimerie des AnnaUSt 5i, rue SainA-GeorgcH, Paris 



Le Gérant : Ylnsoxau. 
Digitized by ' 



, Google 




À 1 f rcd M czicTcs 





(Z^ni^ 






Digitized by 



Google 




Ludovic Halévy 



Victorien Sardou François Coppée 




^- C'^ 






• *-x f *> «, -^ •- ^< 



../.-.. ^ ■' jr-" 













Gustave Lançon 



Digitized by 



Google 




André Thtiirlet. 



E.-Mclchjor de Y^^^ 












:• A 





Camille Flammarion 



Digitized by 



Google 




.nrriù.ij^uL-: 



•^ifi^iT^rv^ii^-v^ ^, : . . • '^i:rr''^^~r:yx^^^ . .Trr.'T^iàihi 



Jules Lemtître 



Emile Faguet 



Henry Houssaye 






\ 



P^^t\Ai 














II. ,^i 




^r:^ 



Digitized by 



Google 



^^yi" -f^ 'êWK. m^ 




Jules Ckretie 




HtnrJ Lavcdan 



^7/ 



Paul Bourget 



/*• 



'^t/^ 



\ 



-^ ^^ji^^^'/ ^"^^^ ^^^ ^^ Sé^^^ 






f/ïi^^^ 







^^ï*^. 



-^ /i^^ y^^^ ^^i^ ,^ ^^r/^^,,^ 



y^ 






1 




Digitized by 



Googl 




Jules L«fcbvrc 
Chcysson 



Massenet 
Henry Roujon 



Antonin Mcrdé 
Marcel Dictdafoy 








uiyiiizeu uy >w_j v^ v^pt i> 







Pierre Baudin 
AruHolc Duchcmin 



Adrien Hébrard 



Paul Doumcr 
René Batchet 




1 



1 



f^-^ ^c é^^ ç/ 

Digitized by VjOOQIC 




Paul Marguerittc 
Eugène Bricux 



Marcel Prévost 



Victor Marguerittc 
Jacques Normand 




^ Vtfiv4 pîce^ cSii-z^ h,uAh^Ht4!^ de votJoiyr C V 



7ï-> 




Digitized by 



Google 



J 



p 



~^==^=^==^'^^^^^^ 




Professeur HutincI 
Docteur Bar 



Gustave Mesureur 



Docteur Chauffard 
Docteur Félizct 






)^y\4, truUiy^ \ Ùi/9 . vnn {iixx, AÎt<- , 



/' 






/i. 






^?7t 



*^^ 





"59 







e 





uiyitîzëcTbyvZrvTvT^r 



1 1 



•*rr"- 




Mounct- Sully 






li-.. 




Il 


















*^Sc^ 



ji^T 



y . 



/' 



^ / . 



v* 






J^^^^>^^ 



^ / 




uiyitized by v-3 v^' Vv'pt \ 



t3 




LkâéL U<4t>, àtf*Ju^ t"aJa4:^ ^/^, ^ ^^■- 










Digitized by 



Google 







:e.v»x« 








*^ 








Digitized by 



Google 



i5 





^int^^a.u^t^(^">'^X^. 



Digitized by 



Google 




Chcysson 
Séverine 



Paul Doumcr 



Gaston Ragcot 
Jules Bois 



Série A 



Les " Cinq à Six Littéraires '' 

Lundi, de 5 ù 6 heunt. 

MORALE 

L'Henriette d'Aujourd'hui. — La Françoise de Demain 



Douze leçons de philosophie pratique et de morale. 



21 janvier. — Le Courage Féminin, Du rôle 
de la vraie femme: amie, compagne, associée 
-*" ~rL 

Conférence par Paul DOUMER, 
ancien président de ta Chambre, 
auteur de Comment éJever nos Fils. 

« * «* 

janvier. — Lear Coquetterie, Fleurt et 
u La grâce pudique de la jeune fille et 
la femme. Lectures de Portraits^ de La 

Conférence par Gaston RAGEOT, 

Profeeeeur agrégé de philosophie. 



4 février. — Le Sens de la Vie, Le travail, 
but de toutes les vies. Comment on Taime; 
comment on le doit ordonner, etc. 

Conférence par Pierre BAUDIN 



11 février. — L'Amour des Humbles, Les 
pauvres gens; ceux qui souffrent; ceux qu'on 
oublie; ceux qu'il faut aimer. 

Conférence par SÉVSRINS 

uiyltized by V-j v^ v^pc iv^ 



i8 



( ;i[K'WY"^^'~'^^T TX A 




Franc- Nohain 
Bricux 



Pierre Baudin 



Jacques Normand 
Jean Lahor 



18 février. — UAme des Lectures. Les ro- 
mans fades et les bons livres; leur santé mo- 
rale. 

Conférence par Pierre BAUDIN 

* * * 

février. — Les Cœurs Neurasthéniques. 
Pourquoi les femmes deviennent neurasthé- 
niques. Les vies sans but. Le mécontentement 
de soi. La littérature des névrosées pour neu- 
rasthéniques. 

Conférence par Jules BOIS 

* * * 

4 mars. — Mouvement Social, Les belles 
œuvres philanthropiques quMl faut connaître; 
le rôle que la femme y peut jouer; la lutte 
contre la tuberculose; les habitations à bon 
marché, etc. (projections). 

Conférence par CHEYSSON, 
de tlnshtut. 



18 mars. — - L* Es prit des Râpes. L'Anglaise, 
l'Allemande, l'Américaine, la Française; leurs 
qualités et les nôtres. Supériorité anglo- 
saxonne; supériorité française. De l'utilité des 
amitiés internationales. 

Conférence par Pierre BAUDIN 



8 avril. — La Cité de Mvenir, Les cités- 
jardins. L'air, l'hygiène» l'art pour le peuple, 
et pour tous. Les cités-jardins de Londres 
(projections). 

Conférence par Jean LiAHOR 



15 avril. — La Causerie. Hier et aujour- 
d'hui. L'art de la conversation au dix-huiticme 
siècle; les salons célèbres; les grandes dames 
de jadis. Comment on cause aujourd'hui. 

Conférence par Jacques NORMAND 



11 mars. — U Esprit des Femmes. Celui 
qu'elles eurent, celui qu'elles ont. Badinages, 
commérages, potinages; l'esprit de repartie; 
l'esprit de l'escalier; l'esprit du silence; la 
timidité. 

Conférence par FRANC-NOHAIN 



22 avril. — La Femme Moderne. L'auteur 
racontera comment il fut amené à écrire une 
pièce pour la Comédie-Française sur ce sujet, 
et dira comment il conçoit la femme moderne. 

Conlcrence par BRIEUX 
Digitized by VjOOQIL 




Docteur Thiercelin 



Gustave Mesureur 



Docteur Pierre Sebileau 



Siri9 B. 



Les ''Cinq à Six Littéraires'' 

HYGIÈNE 



Mardi, de S ù $ heures. 



Douze leçons, aux jeunes filles et aux 
jeunes femmes, sur Phygiène, faites alter- 
nativement par M. Pierre Sebileau, profes- 
seur agrégé à la Faculté de Médecine, chirur- 
gien des hôpitaux, et par le docteur Thiercelin, 
ancien interne de l'hôpital des Enfants Assistés, 
ancien chef de clinique de la Faculté de Mé- 
decine. L'exercice pratique s'exécutera sous 
les yeux du professeur, et sous la surveil- 
lance directe d'une infirmière diplômée. 



22 janvier. — Nos Os. Les rachitiques et 
les bossus. Comment nous grandissons. Com- 
ment il faut soigner les os des enfants. Les 
os cassés. Comment les reconnaître. Comment 

s soigner. La taille et le corset 

Conférence par le D' Pierre SEBILEAU 



6 février. — Nos Muscles. La rnarche, le 
mouvement, les sports, la biçydette, la gym- 
nastique d'assouplissement. Les entorses et 
les coups de fouet. Les accidents; comment 
les soigner. 

Conférence par le D*" Pierre SEBILEAU 



i9 janvier. — Les Microbes. Considérations 
néiales sur l'hygiène et les microbes; leurs 
rférents modes de pénétration dans l'orga- 
ime. Moyens de s- en préserver. Désinfec. 
OÊU Stérilisation. Exercice pratique : stéri. 
ation du lait 

Conférence par le D' THIERCELIN 



19 février. — Les Maladies Contagieuses. 
Rougeole, variole, scarlatine, phtisie, fièvre ty- 
phoïde, tuberculose. Leurs modes de propa- 
gation. Précautions à prendre pour les éviter. 
Exercice pratique : stérilisation de l'eau. 

Conférence par le D' THIERCELIN 

uiyiiizeu uy x^_j vy v^pc l\^ 



ÎO 




Professeur Hutinci 



Docteur FéJizet 



Docteur Bar 



26 février. — Notre Chaleur. Le froid, le 
chaud. Comment lutter contre l'excès du froid 
ou du chaud. L'exercice musculaire, la fa. 
tigue, le repos, le vêtement. 

Conférence par le D' Pierre SEBILfEAU 



5 mars. — Hygiène de l'habitation, de la 
personne. Toilette et cabinet de toilette. Vê- 
tements. Alimentation, boissons. Exercice pra. 
tique : moyen de reconnaître une eau potable. 
Préparation des infusions. 

Conférence par le D' THIERCELIN 



l«r avril. — Notre Sang, Le sang rouge et 
le sang noir. Les artères, les veines, les ca- 
pillaires. Pâlir de peur, rougir de honte. Les 
hémorragies. Comment soigner une hémor- 
ragie. 

Conférence par le D' Pierre SEBIL.EAU 

« ^ ^ 

16 avril. — La Seconde Enfance. Alimen- 
tation. Vêtements. Soins divers. La vie na- 
turelle et ordonnée, intelligente et hygiénique 
de l'enfant. Exercice pratique : préparation des 
lavements; lavages intestinaux. 

Conférence par le D' THIERCELIN 



12 mars. — Notre Air. L'air pur, l'air vicié. 
Comment nous respirons. La mer, la montagne 
et la plaine. ' La ville et la campagne. Le 
nez des enfants; les saignements de nez; 
l'oreille des enfants; les écoulements d'orçille. 
Comment les soigner. 

Conférence par le D' Pierre SEBILEAU 



23 avril. — Notre Bouche. Les microbes 
de la bouche; les maladies qui viennent de 
la bouche; les dents. Notre peau. La sueur 
est la graisse de la peau. Les microbes de 
la peau. Bains, douches et frictions. 

Conférence par le D' Pierre SEBILEAU 



19 mars. — Le Nouveauté. Hygiène du 
nourrisson. Divers modes d'alimentation : na- 
turelle, artificielle, mixte. Soins à prendre. 
Précautions. Bains. Les nuits. La dentition. 
Exercice pratique : le maillot; bottes de ouate; 
cataplasmes simples et sinapisés. 

Conférence par le D' THIERCELIN 



30 avril. — En Attendant le Médecin. C 
qu'il convient de faire en cas de fièvre, toux 
vomissements, constipation, diarrhée, étouffe 
ments, convulsions, faux croup. Exercice pra. 
tique: constatation de la température; appli- 
cations de ventouses; vésicatoires ; sangsuef 

Conférence par le D' THIERCELIlv 

Digitized by VjOOQIC 




Auguste Dorchain 



^SêriB C 



Les '' Cinq à Six Littéraires " 

Mercredi, de 5 a 6 heat^ 

LITTERATURE FRANÇAISE 

Les Poètes, de Villon à Musset 



Douze leçons sur les grands poètes fran- 
çais, leurs vies et leurs œuvres. 

Chaque leçon comportera, outre la confé- 
rence, des lectures ou récitations faites par 
des artistes célèbres. 

M"»* Bartet, M. Mounet-Sully, membres de 
notre Comité d'honneur, sociétaires de la 
Comédie-Française; M'i*^s Seg^ond-Weber, Le- 



>n^^^ 



conte; M. Coquelin Cadet; M. et M»nc Silv 
MM. Truffier, Leitner, sociétaires de la Coi 
die-Française; Mn^e Amel; M^cs Maille, Ber<^ 
de la Comédie-Française; M. Brémont, du tht 
tre de la F^enaissance, artiste lyrique; A 
Duquesne, du théâtre de l'Odéon; Mi'c Marti 
Régnier; M^cs Cora Laparcerie, Mariam.^ 
Chassaing, Olga Démidoff, etc., ont proi 
leur gracieux et éclatant concours. 



23 janvier. — Villon et Maroi. l.a poésie 
au quinzième siècle. La vie des deux poètes. 
Le rondeau, le madrigal, la ballade. Audi, 
tions des œuvres de Marot. 

jncc par Jules TRUFFIER, 

tociétaire Je la ComèJie-TrjnçaiMe, 

* * * 

^30 Janvier. — Ronsard et son Ecole. La 
léiade et la langue poétique au 

2i :,iccle. Les odes, sonnets, églogues; 

~t>ocage. Auditions des sonnets et chansons 

.0 par Auguste DOR CHAIN 



6 février. — Les Fables et les / aùulisi 

Les précurseurs de La Fontaine : Esope, 

brius, Phèdre. Les Romans du Renard. Aij 

tions de fables anciennes. 

Conrérence par Jules TRUFFII 
sociétaire de la Cotni'Jie-V rançait9\ 

* * * I 

13 février. — La Fontaine. Sa vie, le gé| 
l'œuvre du bon La Fontaine. Auditions 
fables célèbres : les Animaux Mulnifr^ ///• 
Peste; les Deux Pigeons; Perret i^ 
au La if "*^ 

Contt Henry ROUJON, de] 



22 




Nozièrc 



Jean Richcpifi 



Adolphe Brisfton 



20 février. — La Poésie Lyrique aux dix. 
septième et dix^huitième Siècles, Les poésies 
lyriques et légères. Malherbe, Racan, Pierre 
Corneille; Molière à Boileau; Jean Racine et 
Voltaire. Auditions : Stances à M, du Pé- 
rier, de Malherbe; Stances à la Marquise, de 
Corneille; Madrigal à M^^ du Châtelet, de 
Voltaire, etc. 

Conférence par Auguste DORCHAIN 

27 février. •— André Chénier, Le poète idyl- 
lique. L'évocateur de l'antiquité et le lyri- 
que moderne. Sa vie, ses œuvres, sa mort. 
Auditions: la Jeune Tarentine; la Jeune Cap. 
tive, etc. 

Conférence par NOZIÈRE 

* «* 88> 

6 mars. — Af»n« M, Desbordes.Valmore. La 
vie romanesque de Marceline; l'étrange aven- 
ture de sa vie. Ses chants, ses élégies. Audi, 
tions : Prière de Femme; les Séparés; la 
Couronne Effeuillée; Dormeuse, etc. 

Conférence par Auguste DORCHAIN 



13 mars. — Alfred de Vigny, Un pessimiste 
ami des hommes. Un nihiliste respectueux 
de l'ordre. Sa vie, ses œuvres. Les poèmes 
antiques et modernes. Auditions : la Mort du 
Loup; le Cor, etc. 

Conférence par NOZIÊRE 



20 mars. — Lamartine, Sa vie. Le roman de 
Graziella; les Méditations; les Harmonies; 
Jocelyn. Auditions : le Lac; le Crucifix, etc. 

Conférence par Auguste DORCHAIN 



10 et 17 avril. — Victor Hugo, Le grand gé- 
nie du siècle. Un poète de la taille de Victor 
Hugo ne pouvant être commenté en une fois, 
Jean Richepin, en deux séances, racontera 
comment il faut aimer, lire, comprendre Vic- 
tor Hugo. 

Adaptations musicales de Thomé sur des 
œuvres de Victor Hugo. 

Conférence par Jean RICHEPIN 



24 avril. — Alfred de Musset, Le poète des 
Nuits, Audition : la Nuit de Mai, 

Conférence par Adolphe BRISSON 



Digitized by 



Google 




M'" Lcconic M. et M"' Silvjin Coquclin Cadet M** Segona- W cuer 

M"* Olga Démidoff Leltner M*"' Amcl 




è 




M"* Constance MaiJk 
M"* Marianne Chassting 



M"' Cota Laparccrie 
E. Duqucsne 



M'" F. Berge 
M"* Marthe Régnier 




^^^ 




J 



Digitized by 



Google 




Emjk Faguct 



Victorien Sardou 



Hcnr Lavcdan 



Série D 



Les " Cinq à Six Littéraires " 

HISTOIRE 

La Révolution Pittoresque 



Jeudi, ae 5 ù 6 heures. 



Série organisée d'après les consieils de 
M. Victorien Sardou, de l'Académie fran- 
çaise, avec l'éminent concours de MM. Faguet 
et Henri Lavedan, de l'Académie française. 

Douze leçons d'histoire avec projections ^t 
auditions diverses. 




Georges Claretic 




Funck-Brentano 



G. Lcnotrc 



24 janvier. — Les Précurseurs de la Révo. • 28 février. — Les Chants et Poésies de la 

lution. Voltaire et Jean-Jacques ; leur in- RévoLiion, Fabre d'Eglaniine» le Chant du 

fluence. Départ^ le Ça Ira^ etc. Audition par des artistes 

Conférence par Emile FAGUST, célèbres. 

de t'AcadémU française. Conférence par Liéo CLiARETIE 



31 janvier. — Le Collier de la Reine, His- 
toire de Fincroyable aventure, qui fut l'origine 
des haines du i>euple contre Marie-Antoinette. 

Conférence par FUNCK-BRENTANO 



14 mars. — Les Tribunaux Révolutionnaires. 
Leurs victimes célèbres, le parti de Robes, 
pierre; les Dumas, les Fouquier; le prdcès 
de Danton, etc. 

Conférence par Georges CL.ARETIE 



7 février. — Le PalaisJioyal. Le jardin 
à la mode. Types et figures de la Révolu- 
tion. Tragédies et comédies à Pombre des 
arbres. 

Conférence par Georges GAIN 

14 février. — La Prise de la Bastille. Ce 
qui se passait à la Bastille; les victimes; la 
journée du 14 juillet. La physionomie de Pa- 
ris. 

Conférence par FUNCK-BRENTANO 



21 février. — Le Coucher du Roi. La fuite 
à Varennes, racontée par 

G. LENOTRE 



Episode de Varennes, lu par 



Henri LAVEDAN, 

de l'Académie française. 



21 mars. — La Conciergerie. Les condamnés; 
les prisonniers et prisonnières illustres. Sei- 
gneurs et grandes dames. Les massacres t!e 
septembre. 

Conférence par Georges CAIN 

11 avril. — La Mort de Marie-Antoinette. 
Ses derniers jours en prison. Les amis fidèles. 
La fatale charrette. L'exécution. 

Conférence par FUNCK-BRENTANO 

18 avril. — Les Arts sous la Révolution. 
L'évolution des arts. De Oreuze, Boucher, 
Coypel, Fragonard à David. L'estampe, le 
pastel, etc. Documents inédits. 

Conférence par Henry LAPAUZE 



Digitized by 



Google 



27 




Henri Cain 



Henry Lapauzc 



Lco CUretic 



25 avril. — Louis XVII. L'histoire de 2 mai. — La Mode sous la Révolution, Les 

Louis XVII et des faux Louis XVIL Les lé. toilettes, les coiffures, les réceptions. Anec 
fifeodes. dotes. 



Conférence par G. LENOTRB 



Conférence par Henri GAIN 




tyi^^' 



,,(p,^'^ 



Gt*/^^^t^iu^ 



^ 



M"' -Ù^.CA.^ 








Digitized by 



Google 



28 




'&^^^: 



Gaston Deschamps 



Les " Cinq à Six Littéraires " 

Séria £ Vendredi, de 5 ù 6 heures, 

LITTÉRATURES ÉTRANGÈRES 

Les Génies Etrangers , 

Douze leçons sur les grands génies étran. Conférences avec projections, auditions, 
gers, leurs œuvres et l'influence qu'elles ont scènes tirées et traduites du théâtre et lues 
exercée sur notre littérature française. ou jouées par des artistes célèbres. 



LFi REHniSSnHCE ITALIEHME 



25 janvier. — Le Dante, Sa vie, ses œu- 
vres. Sonnets, canzones, Béatrice, 

Conférence par Gaston DESCHAMPS 



1er février. — - Pétrarque, Sa vie, ses œu- 
vres. La Renaissance italienne. Sonnets, can- 
zones. La Fontaine de Vaucluse. Laure de 
Noves. 

Conférence par Gaston DESCHAMPS 



8 février. — UArioste. Le « Roland Fu- 
rieux ». Analyse, lectures. La vie de l'Arioste. 

Conférence par Gaston DBSCHAMPS 

* * * 

x5 février. — Le Tasse, La «Jérusalem 
Délivrée ». L'œuvre; celles qu'elle a inspirées; 
Armide, Renaud, Lectures, etc. 



Conférence par Gaston DESCHAMPS 



^ 



LE THEATRE ESP/\GMOL 



22 février. — Le Roman Comique en Espagne, 
La comédie populaire. Cervantes, Auditions. 
Scènes de la Grande Sultane. 

Conférence par Jane DIEULAFOY 



1er mars. — Le Théâtre Héroïque. Lope d 
Vega. Ouilhem Castro. Le Cid espagnol. Au 
ditions : les stances du Rodrigue espagnol 
le Défi; le Sommeil du Cid. 

Conférence par Jane DIEULAFO" 



Digitized by 



Google 



i: 




Jane Diculafoy 



8 mars. — Les Mystères et Comédies Dé~ 
votes. Tirso de Molina. Le Séducteur de Se vit! e, 
ou le Convive de Pierre (Don Juan espa- 
gnol), Moreto, le Jocelyn espagnol Audi- 
tions: scènes du Don Juan de Molina; scènes 
de Don Francisco de Moreta, 

Conférence par Jane DIEULAFOY 



15 mars. — Le Point d* Honneur^ dans V 
drame et la comédie. Calderon. La femme dan^ 
Calderon. La jeune fille, la femme mariée, 
la veuve. Auditions : scènes des Mains 
blanches n'offensent pas, de Calderon. 



Conférence par Jane DIEULAFO 






22 mars. — La Jalousie dans le Drame, 
La jalousie dans Calderon; la jalousie dans 
Shakespeare. Le Tétrarque de Jérusalem, et 
VOtcllOy de Calderon. Auditions: scènes du 
Tétrarque; scènes dHOtello, 

Conférence par Jane DIEULAFOY 



LE THEATRE AMOLfllS 



. Jiunes Filles et les Jeunes 
dans Shakespeare. Ophclia, Cathe- 
r \ragon, Juliette, etc. Auditions : scènes 

d'/iamlet et de Roméo et Juliette. 



19 avril. - mes Filles et les Jà 

nés Femmes dans Shakespeare (suite). De 
demona, Miranda, Cordelia. Auditions: S cènj 
d'Othello. 



C'inlc 



Gaston DESCHAMPS 




Gaston DESCHAM: 



26 avril. — Les Mégères et les Ambitieuses, 
dans Shakespeare. La Mégère apprivoisée, 
Lady Macbeth, les Filles du Roi Lear. Scè- 
nes de Macbeth et du Roi Lear. 

r .^r . ^. Gaston DESCHAMPS 





Gabriel FtUfi 



BourgauJt-Ducoudray 



Matscnct 



Les ** Cinq à Six Littéraires " 

SêHê F Samedi, de S à 6 heures. 

ARTS — MUSIQUE 

Les Pères de la Musique Française 
L'histoire de la musique française en douze leçons. 

Les précurseurs de la musique lyrique : Rameau, Gluck, etc. Les précurseurs de Popéra. 
comique, avec Pergolèse, Orétry, etc. 

Confcrc-nces prir 
BOURGAULT-DUCOUERAY 




M"* Henri Cain 



Digitized by 



Google 



3] 




M"* Bataille 



M"' Henri Lavedan 



M"* Rosine Laborde 



Ce que sera noire Cours 

d'Histoire de la Musique 

, Je n'ai pas besoin de vanter ici les mérites 
de M. Bourgault-Ducoudray, qui est non seu- 
lement le compositeur renlarquable dont les 
abonnés de TOpéra vont applaudir la Thamara 
cette semaine même, mais ^n professeur éru- 
dit Personne mieux que lui ne pouvait faire 
cet' historique de la musique, qu'il connaît 



en ses moindres détails, et qu'il a enseigné 
déjà, avec un succès éclatant, au Conservatoîi'e 
de Paris. 

Si j'attache tant de prix à ces leçons d'his- 
toire, c'est que, pour pénétrer profondément 
la musique, et l'interpréter dans son style 
et sa beauté véritables, il faut non seulement 
comprendre le génie même du musicien, mais 
entrer dans l'intimité de son œuvre, de sa vie, 
de son caractère, et pouvoir expliquer les 
influences de l'époque où il vécut et du mi- 




Lucicn Fugcre 



Digitized by 



Google 




M— F. Dcpas 



M"' Charles Dcttdbach 



M"" Molë-TrufficT 



lieu qui forma son individualité; en un mot, 
il faut suivre cette méthode lumineuse que 
Taine, dans sa Philosophie de VArt, appliqua 
à la statuaire grecque, méthode plus néces- 
saire encore quand il s^agit de cet art divin 
et sublime de la musique. 

Il y a beaucoup de musiciens, de par le 
monde; il y a très p€U d'artistes. On ne mé- 
rite ce titre que dès qu'on est capable d'in- 
terpréter chaque compositeur dans le sentiment 
qui lui est propre. 

Une nuance, une phrase suffit, parfois, à 
évoquer tout ce qui fut son génie. 

M. Bourgault-Ducoudray a ce don merveil- 
leux de créer, autour d'un musicien, l'atmos- 
phère. On conçoit, en l'écoutant, que Gluck 
ait fait sortir de son âme ce chef-d'œuvre 
impérissable nommé Alceste^ et qu'il y ait 
été, en quelque sorte, contraint, et l'on s'ex- 
plique aisément que, pour rendre la beauté 
simple, antique, d'une page de Gluck, il soit 
indispensable de connaître, avec la vie de 
l'auteur, les causes de son génie. 

Notre histoire de la musique, placée sous 
le plus haut et le plus charmant patronage 
qu'on puisse rêver, éveillera, j'imagine, la com- 
préhension artistique de nos élèves. 

L'idée a paru si intéressante que nous avons 
pu réunir un Comité d'auditions merveilleux 
qui nous honore grandement. 

D'abord, les deux vétérans du professorat, 
deux femmes admirables qui, après avoir connu 
les triomphes du théâtre, se sont vouées à 
renseignement et ont formé les plus bril- 
lants aitisjes de nos théâtres subventionnés : 



j'ai nommé Mme Bataille et M^c Rosine La- 
borde. 

Puis, des pH-ofesseurs, plus jeunes, dont on 
n'a pas encore oublié les récents succès à 
rOpéra et à l'Opéra-Comique: Mme Adiny- 
Millet, qui vient de donner récemment, à^ 
rOpéra-Comique, ^ne Carmen dont les débuts 
furent très remarqués; Mme Henri Cain. qui 
se souvient, parfois, qu'elle fut l'exquise Gui- 
raudon, et consent à donner à ses nombreuses 
admiratrices et amies des conseils plutôt que 
des leçons. 

La jolie Mme Depas, qu'on applaudit cha- 
que soir dans les salons, où elle joue des 
revues avec son mari, M. F. Depas, et qui, jus- 
tement, se montre supérieure dans la musi- 
que légère parce qu'elle est une passionnée 
des chefs-d'œuvre classiques. 

— Pour bien chanter un air d'opérette, dit- 
elle souvent à ses élèves, il est utile de forner 
son style au contact des Beethoven et des 
Schumann. 

Enfin, Mme Molé-Truffier, musicienne comme 
la musique, qui choisit quelques rares élèves 
plus en amateur qu'en professionnelle et s'a- 
muse à leur inculquer les traditions de l'ancien 
répertoire qu'elle connaît si bien. 

Il me reste à vous parler de M^'e Gall, an 
prix du Conservatoire sur lequel on fonde 
beaucoup d'esfxjir et sera, disent les connais- 
seurs, une étoile. 

MUcs Brohly, de rO[>éra-Comique, élève pré- 
férée de Mme Rosine Laborde; M»* Bossa, 
élève préférée de Mme Bataille; M^i* Arly, 
un soprano dramatique dont il faut retenir 
le nom. 



Digitized by 



Google 



33 



é^^ist 




M- Adiny-MiJlct 



M"** la Ccmtcssc de Maupcou 



M"- Ch. Max 



Et j'ai gardé pour la bonne bouche le 
quatuor exquis d'artistes incomparables aux- 
quelles Dieu donna tous les dons : le talent, 
la fortune, et la beauté, et qui ont ce bonheur 
de chanter par amour de l'art et pour leurs 
amis. Elles sont célèbres dans le monde des 
connaisseurs. 

Personne ne chante mieux le Fauré que 
Mne Dettelbach, et les auteurs modernes que 
M»e Ch. Max. Et je crois bien aussi que 
personne ne chante le Qluck comme la belle 
comtesse de Maupeou. Elle a un si beau tempé- 
rament dramatique que l'on se prend à regret- 
ter, parfois, qu'on ne puisse l'entendre sur la 
vaste scène de l'Opéra. 

Enfin, que dire de Mme Henri Lavedan, si, 
ce n'est qu'elle est le charme, la grâce, le sou- 
rire et Fesprit mêmes? Son talent est 
fait de tout cela réuni et d'une voix ado- 



rable. Mais elle déteste les compliments et, 
si je ne songeais au bon regard de Mm*" 
Bataille, — dont elle est la gloire, — j'effa- 
cerais bien vite ces lignes. 

Il vous suffira de parcourir notre programme 
pour comprendre l'intérêt de cette «Histoire 
de la Musique», et je veux croire qu'après 
l'avoir suivie, après avoir écouté les commen- 
taires de M. Bourgault-Ducoudray et les mer- 
veilleux exemplaires qui l'édaireront, nos élè- 
ves sentiront tout ce que la musique contient 
d'art véritable, et tout ce qu'il y faut mettre 
d'âme. 

En outre des conférences de M. Bour- 
gauIt-Duooudray, dont je vous donnerai le 
texte, je me ferai un vrai plaisir de publier 
un compte rendu du concert qui l'accom- 
pagnera. 

ryo?f?fE sÀncET. 



PROGRAMME DES CONFÉRENCES 



UMISTOIRE PE Lf\ MUSIQUE 

•. — Lulli. Les origines de l'opéra Chantés par M'" Bossa. 

s^. La renaissance musicale. Lulli et la 
Sa vie. Ses principaux ouvrages. Au- Gavoiie du Bourgeois Gentilhomme, 

— o • 

Chantée et dansée par Croué, de la Comcdie- 
^, Amours, revenez ( Thésée) ; — Bois Française. 
.,; — Amour, que veux-tu de moi? 
- -*-'». Pièces de clavecin jouées par M. Diémer. 



uiyiiizeu oy 



Google 



2 février, -— Rameau, Son génie mélo- 
dique et harmonique; la beauté de son ly. 
risme; la force de son invention. Le père 
de la musique française. Analyse é^Hippolyte 
et Aride. Auditions : 

Rossignols amoureux; air à'Hippolyte et 
Aride, 
Chantés par M- F. Depas. 

Trio des Parques ( Hippoly te et Aricie); 
Grand Air de Rameau, 
Chantés par M"' Arly. 



* Airs chantés par M** Adiny-Millet ; chœur des 
Prêtresses chanté par le Choral de l'Université. 

9 mars. — Chants et Chansons, L'origine 
de la monodie (chant solo). La romance ; 
Tariette; le chant populaire. Auditions d'a- 
riettes des dix-septième et dix-huitième siè- 
cles, et de chansons populaires, 

Chantées par M"' Henri LaTedan. 



9 février. — Rameau. Analyse de Castor 
et Pollux, et DardanuS' L'opéra-ballet, p^- 
curseur de l'opéra; les Fêtes d'Mébé. Audi- 
tions : 

Les Airs de Castor et Pollux^ 
Chantés par M"' Gall. 

Chœur de Rameau :, En ce doux Asile, 
(Chanté par le Choral de rUniversitc, sous la 
direction de M. F. Thomé. 
Le Rigodon de Dardanus, 



16 février. — Gluck. Sa vie. Le dévelop- 
pement tardif de son génie. La mission de 
l'art antique réalisée dans Gluck par l'opéra. 
La révélation du beau; la sublime pureté de 
Gluck. Iphigénie en Aulide. Auditions : 

Conserve^ dans votre âme ; — L'ai^-je bien 
entendu? — Par la crainte et par l'espérance. 

Chantés par M"* Charles Dettelbach. 



16 mars. — Les Danses Anciennes. La pa- 
vane; la gaillarde; la sarabande; la bourrée; 
la courante; le menuet; gavotte tendre; ga- 
votte légère. 

Dansées par M"' Sandrinl, de l'Opéra. 



23 mars. — J.-J. Rousseau musicien. Le 
Devin du Village. — Pergolèse : la Servante 
Maîtresse. — Origine de l'opéra-comique. 

Fragments de ces deux ouvrages chantés par 
M- Molé-Truffier. 



28 février. — Gluck. Deux immortels chefs- 
d'œi. e : Orphée, Alceste. Auditions : 

Objet de mon amour (Orphée) ; — Divinités 
du Styx I Alceste I; — Scènes de l'Enfer (avtc 
chœu si, 

Chantés par M"' la Comtesse de Maupeou, 

avec le concoure du Choral de ri'niversité. 

2 mars. — Gluck. Deux autres chefs-d'œu- 
vre : Armide; Iphigénie en Tauride. Audi, 
tions : 

Air de la Naïade, 
Chanté par M""' H. L. 

malheureuse Iphigénie; — Enfin il est en 
ma puissance; — Ahl si la Liberté..,, 



13 avril. — Développement de l'opéra-co- 
mique avec Monsigny. Auditions. — Romance : 
On ne s'avise jamais de tout. Ariette : le 
Roi et le Fermier^ etc.. 

Chantées par M"* Ch. M. 



20 avril. — Grétry. L'épanouissement de 
Topéra-comique. Le Tableau Parlant. Zémine 
et Azor. Audition des principaux airs. 

Chantes par M"" Molé-Trufïier< F, Depas. 



27 avril. — Grétry. VF preuve Villageoise; 
Richard Cœur de Lion. Audition des princi- 
paux airs. 

Chantes par M"' Henri Cain. 

Duo des Voitures versées, de Roïefdieu. 

Les douze conférences seront faites par 

BOURGAULrT-DUCOUDRAY 

uiyiLizeu uy '"^^j v^ v^'pt lx^ 



35 




Lcon Pkc 



Henri NicolJe 



George» MJtchell 




Anatole Pujct 




Mfturice Dumoulin 



»ifierMdby Google 



36 




Antonin Mercié 



Jules Lefebvre 



PauJ Thomas 



L'ACADEMIE DE DESSIN 



Ces cours seront sous la haute direction 
de M. Jules Lefebvre^ de l'Institut, qui vien- 
dra corriger les élèves une fois par mois. 

M. Paul Thomas (médaillé hors concours 
du Salon, chevalier de la Légion d'honneur) 
donnera les leçons et sera aidi dans sa tâche 
par des répétitrices artistes peintres. 

Les cours auront lieu tous les lundis et 
jeudis matin, de neuf heures et demie à 
onze heures et demie. 

EZAKENS 

Chaque mois, un sujet quelconque sera mis 
au concours, et soumis à l'examen de M. 
Jules Lefebvre. ' 

Les meilleurs dessins seront retenus par 
lui pour le grand classement final. 

Les élèves de province seront admises à 
participer à ces concours mensuels. 



M. Paul Thomas classera ses élèves par di- 
visions, pour lesquelles on pourra s'inscrire au 
choix. 

La première division travaillera le pro- 
gramme imposé par les examens du 
brevet simple et du brevet supérieur; 

La deuxième division travaillera d'après le 
plâtre; 

La troisième division travaillera d'après le 
modèle vivant 

coNcomts 

Le grand concours final sera suivi d'une 
Exposition dans notre salle des fêtes; les meil- 
leurs dessins retenus dans l'année y seront 
exposés. 

MM. les membres du jury: Antonin Mercié, 
J.-F. RaffaëlU, Marcel Baschet, W. Rôtig, G. 
Clairin, etc., etc., désigneront les récompen- 
ses: médailles et mentions honorables. 



1" mois 


2* mois 


3* mois 


■ V 

4* mois 


Jfodi 


Lundi 


Jeudi 


Undi 


JfUdi 


Lundi 


Jeudi 


Lundi 


lOjaov. 
ITjaov. 
24Janv. 
Sijaiv. 


21JaBV. 

2-8jaBv. 

4 févr. 

11 févr. 


7 févr. 18 févr 
14 févr. 25 févr 
21 févr 4 mars 
28 févr. 11 mars 


14 mars 
21 mars 
11 avril 
18 avril. 


18mara 

8avrU 

15 avril 

22 avril 


25 avril 

2 mai 

16 mai 

CeDcoors 


29 avril 

6 mai 

13 mai 

(^oBcoors 



Les dates sont calculées de manière à laisser la Semaine 
Sainte, la semaine de Pâques, le jeudi de la Mi-Carème et 
le jeudi de l'Ascension libres de tout cours. 



uiyltized by 



Google 




Georges Clairin 



Marcel Buchet 



J.-F.Raffaelli' 



LE DESSIN PAR CORRESPONDANCE 



Suivre un cours de dessin par correspon- 
dance semble presque un paradoxe, et, ce- 
pendant, rien n'est moins compliqué. Je vous 
expliquerai, tout à Theure, la manière de 
procéder; mais, auparavant, il convient de 
dire un mot du dessin en général. 

Pour bien dessiner, il faut bien voir, re- 
marquerait Calino. Cette réflexion n'est pas 
déjà si bête. Michel-Ange répétait souvent 
à ses disciples qu' « un artiste doit toujours 
avoir le compas dans Tœil». Ce qui revient 
à dire qu'il lui faut reconnaître la juste pro- 
portion des lignes, des contours, des ombres 
et de la lumière. 

Eugène Delacroix, un amoureux du dessin, 
écrivait, dans un de ses articles de la Revue 
des Deux Mondes: «11 faut mettre la pers- 
pective non pas dans l'esprit, mais dans l'œil 
de l'élève. » Car dessiner n'est pas repro- 
duire un objet tel qu'il est (ceci est de la 
besogne de sculpteur), mais tel qu'il paraît, 
et ceci est l'art du dessinateur et du pein- 
tre. — .avec cette différence que le peintre 
j ;ve, au moyen de la dégradation des 
1 tes, ce que le dessinateur a commencé 
I -oyen de la juste disposition des lignes, 
jessin n'est donc pas une reproduction 
i ..^, un calque de la réalité; c'est une 
i rprétation, un artifice qui, par le moyen " 
c lignes savamment combinées, figure, sur 
1 surface plane, des courbes, des saillies, 
i ''évations, des profondeurs. 

*- élève a donc comme premier devoir 



d'observer le modèle qu'il a sous les yeux 
et d'en rendre, ou, plutôt, d'en interpréter, 
selon certaines règles immuables, la forme 
exacte. 

Le dessin, remarque M. Ch. Blanc, a cet 
avantage sur la couleur que celle-ci est re- 
lative, tandis que la forme est absolue. Les 
couleurs varient suivant le milieu où elles 
se trouvent; elles sont modifiées par tout 
ce qui les environne. Ainsi, le rose, à côté 
d'un rouge violent, paraîtra gris; un ton n'est 
pas dans l'ombre ce qu'il était à la lumière; 
telle draperie* qui est bleue le jour devien- 
dra verte le soir. Il n'en est pas de même 
de la forme, qui conserve son caractère, quels 
que soient le lieu ou les moments où on 
les regarde. 

De ces appréciations, il ressort clairement 
que le dessin est la base solide sur laqueUe 
s'appuie le talent de tout peintre. Il faut 
dessiner, — énormément dessiner, — et, sur- 
tout, savoir «regarder», c'est-à-dire mesurer 
de l'œil, avec justesse, les distances et les 
proportions. Pour arriver à de bons résul- 
tats, il convient, surtout, de copier la na- 
ture, et, l'ayant copiée de son mieux, d'avoir 
un maître qui signale et corrige toutes les 
fautes commises : de mesure, de perspective, 
d'harmonie et de goût. 

On a raconté que Léonard de Vinci, dans 
sa jeunesse, poussa jusqu'à la passion l'ob- 
servation de la réalité. On le rencontrait dans 
les rues crayonnant toujours des figures ou 



Digitized by 



Google 



38 




,. j ^<t •' ! : ^^^ 'Hi 'H iii! iJii iii : i:^ iti. >■■ !:n m. yff n>! m; g-m- 



Paul Chabu 



Georges Rotig 



des silhouettes, des animaux, des fleurs, ou 
d'autre choses. Plus tard, if ne cessa de 
recommander à ses disciples ce procédé, que 
j'appellerai la méthode directe; il estimait 
que la nature est le meilleur des guides. Eu- 
gène Delacroix partageait cet avis. Il s'est 
élevé plaisamment contre l'enseignement tel 
que certains professeurs le donnaient: 

«Qui ne se rappelle ces pages de nez, d'o- 
reilles et d'yeux qui ont affligé notre enfance? 
Ces yeux partagés méthodiquement en trois 
parties parfaitement égales, dont le milieu 
était occupé par la prunelle figurée par un 
cercle; cet ovale inévitable, qui était le point 
de départ du dessin de la tête, laquelle, n'est 
ni ovale jii ronde, comme chacun sait; enfin, 
toutes ces parties du corps humain, copiées 
sans fin et toujours séparément, dont il fallait 
à la fin, nouveau Prométhée, construire un 
homme parfait.» 



« C'est le dessin qui donne la forme aux 

êtres. » 

* 

« Il p'y a que les maîtres dans l'art qui soient 
bons juges du dessin. » 

« Un demi-connaisseur passera sans s'arrêter 
devant un chef-d'œuvre de dessin. » 

Diderot. 

^ ^ ^ 

« Le dessin, c'est la mélodie ; la couleur, c'est 
l'harmonie. » Théophile Oautier. 

Et, tout naturellement, nous conclurons que 
les cours par correspondance sont parfaitement 
bons à suivre, puisque l'élève livré à ses pro- 
pres ressources sera forcément obligé de des- 
siner ce qu'il voit et comme il le voit, et 
qu'il trouvera, dans une correction judicieuse, 
les conseils dont il ne saurait se passer. 



MANIÈRE DE PROCÉDER 



II suffira aux futurs élèves d'envoyer cha- 
que semaine, chaque quinzaine, ou chaque 
mois, un dessin qui leur sera retourné corrigé, 
annoté, avec les conseils individuels que com- 
porte la nature de chaque élève. 

Les élèves qui disposent de plâtres pourroi)t 
les copier; celles qui ne voudraient point 
faire la dépense d'en acheter ne devront pas 
pour cela renoncer à de si intéressantes étu- 
des, car tout est bon à rendre par le dessin : 
un meuble, une fleur, un animal. C'était la 



méthode de Léonard de Vinci, qui n'était pas 
le premier venu. Cependant, comme il y 
a certaines lois de perspectives et de me- 
sures qu'il faut absolument connaître, M. Paul 
Thomas conseille vivement à ses élèves de 
province de se procurer les Cahiers l et IV 
de Fournereau, où elles trouveront les rensei- 
gnements les plus précieux. (Chacun de ces 
cahiers, marqué un franc vingt-cinq, se trouve 
à la Librairie Hachette et dans toutes les li- 
brairies.) 



Digitized by 



Google 



39 



DEVOIRS 



Voici les devoirs de -la première division : 
dessiner un panier à bois placé en perspec- 
tive, après avoir étudié, dans le Cahier I de 
Foumereau, les planches 10, 11, 12, 13. 

Deuxième division : dessiner, d'après le plâ- 
tre, le masque de profil d' Agrippa, après avoir 



au concours mensuel (corrigé par MM. Jules 
Lefebvre, de l'Institut, et Paul Thomas) : elles 
en ont absolument le droit, et le dessin men- 
suel leur sera renvoyé corrigé, avec la place 
obtenue au concours. 
Pour finir, je leur dirai encore qu'elles peu- 





ôtudié, dans le Cahier IV de Fournereau, la 
planche numéro 8. 

Enfin, pour le modèle vivant, une tête d'en- 
fant vue de face. 

Ajoutons que les élèves de province ne 
sont nullement tenues à envoyer leur dessin 
chaque semaine, il se peut qu'ayant des pro- 
fesseurs» elles ne demandent qu'à participer 



vent (sauf pour le concours) s'écarter sans 
crainte du sujet donné; car ce n'est pas le 
sujet qui fait l'utilité de la correction, mais 
les défauts ou les qualités avec lesquels il a 
été traité. 

Et, maintenant, il ne me reste plus qu'à 
souhaiter bon courage et bon travail à tou- 
tes ces futures artistes. 



CONDITIONS DU COURS 

ur suivre es Cours de Dessin p«r correspondance, 
■nder, soit : 

Le Caruel Complet (seize coupons donnant droit aux 
Ec Leçons-corrections et aux quatre Concours) ; 
' Le Camtt-Concoun (quatre coupons donnant droit 
€9ntnX aux Concours mensuels. 



Le Carnet Complet fCsu:S cl foBConrs). 
I c Camct-Concours 



10 francs. 
5 — 



La Carte d'Universitaire donne droit gracieusement au 
grand Concours final de Mal, qui sera suivi d'une Expo- 
sition. Y seront admises, indifféremment, toutes les concur- 
rentes. 

Les élèves devront envoyer leurs dessins " recommandés" 
à M. Paul THOMAS, 5/, rue Saint-Georges, Paris. 

Leur nom et leur adresse devront être inscrits sur le dessin 
mimej et le coupon collé après. 

Nous retournerons le dessin fr&nco également, et recom- 
mandé. 



Digitized by 



Google 




M""* Laurent Bourgct 




Série A 



Les '' Cours Pratiques '' 

Lundi, de 2 h. /I2 ù 4 h. 112. 

COUPE 



Quinze leçons destinées à apprendre aux 
jeunes filles y aux jeunes femmes, l'art de faire 
elles-mêmes leurs trousseaux, layettes et robes. 



Les élèves seront séparées en deux divisions 
(chaque élève sera libre de choisir la division 
qui lui convient le mieux): 



L'une travaillera 

LA LAYETTE 

ET LE TROUSSEAU 

et devra savoir tracer de 
mémoire le patron, cou- 
per et apprêter ensuite: 



L'aulre travaillera 

LE CORSAGE, 

LA TOILETTE 

et devra Ravoir tracer le 
patron, couper, apprêter, 
essayer au mannequin : 



4 février 

La robe, le tablier, j Drapage de blouses. 

1 1 février 

Les bonnets. Drapage de man- 

ches. 

1 8 février. — Concours 

25 février 



i4 janvier 



La brassière, les 
manches. 



Le patron du cor- 
sage. 



Culottes, couches, 
langes. 



Baleinage, pose des 
agrafes. 



4 mars 



2 I janvier 



La petite chemise, 
les bavettes. 



L'apprêt du corsage. 



Pelisse, pèlerine. 



Patron d'un bolérc 
les cols. 



28 janvier 



Le corset, le jackson. 



Essayage sur le man- 
nequin. 



/ / mars 
Paletot, capuchon. | Manteau. 

18 mars. — Deuxième Concours 



Digitized by 



Google 



41 



TROUSSEAir I LES JUPES 

S avril 



Patron d'une jupe 
simple. 



La chemise de fem- 
me, empiècements di- 
vers. 

i5 avril 

Pantalons. | Les jupes garnies. 

22 avril 



Chemise de nuit. 



Jupe, co.>e!et cein- 
ture. 



Jupon. 



2 g avril 

I Jupe plissée. 
6 mai 
Cache-corset | Peignoir. 

i3 mai, — Grand Concours final 



LA LAYETTE 

Premier Court 

Pour faciliter Pétude des patrons, toujours un 
peu aride, même lorsqu'il s'agit de nos enfants, 
je commencerai par la brassière. Ce sera la 
base de presque tous les petits vêtements 
dont nous nous occuperons. 

La layette complète comprend trois tailles 
de brassières. J'en donne id les mesures : 

PREMIER AGE, jtu^iu'à 2 ou 3 mois 

Hauteur 11 

Dani-lsrgciir totale i5 

Demi-largeur mancKc 10 

Dcnii-krgcur pofgnct 7 

Hauteur manche 17 

DEUXIÈME AGE, Je S à 6 ou 8 moit 

Hauteur x3 

DcmJ-Iargeur totale 3o 

Denl-largcuT manche j 1 

Demi-largeur poignet 8 

Hauteur manche . .^ ...... . 18 

TROISIÈME AGE. 8 moh et aw-desau 

Hauteur %$ 

Demi-largeur totale 35 

Demi-largeur manche %% 

Demi-largeur poignet 8 1 x 

Hauteur manche 19 

La mousseline à patrons (environ vingt cen- 
times le mètre) nous servira à tailler le 
d ; - "tr- a de brassière. Je la préfère au 
p ier, et, comme elle est tout à fait in- 
d nsable à Pétude du corsage, nous en 
c litrons parfaitement les propriétés et le 
n iement lorsque nous en viendrons à ce 
ti -*" plus difficile. 

demi-patron sera taillé d'après les me- 
si ;> du deuxième âge, taille moyenne. Voici 
o ent nous procéderons : , 

- -.«o une bande de mousseline de vingt- 



trois centimètres de hauteur (mesurés le long 
de la lisière) sur trente centimètres de lar- 
geur, et divisons-la verticalement par des 
lignes au crayon en cinq parties égales (cro- , 
quis numéro 1 : 1, 2, 3, 4). La dernière 
division de droite est réservée à la croisure; 
les quatre autres serviront à tracer le demi- 
dos et le demi-devant; la ligne 2 servira de 
ligne médiane, au tracé de l'entournure. Pour 
obtenir les points extrêmes de l'entournure, 
en haut, et aussi l'obliquité des épaules, por- 
tons, sur cette ligne médiane, de haut en 
bas, deux centimètres : point A; puis, de cha- 
que côté de ce point, un centimètre : points 
B et C. Le point le plus bas de l'entournure 
arrivera exactement à la moitié de la hau- 
teur totale de la brassière, soit, ici, à onze 
centimètres et demi. Pour en déterminer le 
creuxj portons de bas en haut, sur la ligne 
médiane, deux centimètres : point D, puis, 
de chaque côté de ce point, deux centimètres : ^ 
points E F. La courbe d'entournure passera 
par les points B E F C. 

Les épaules, — Nous avons deux points 
extrêmes : B et C; pour déterminer les deux 
autres, portons, à gauche de la ligne 1 et à 
droite de la ligne 3, un centimètre : points 
Q H. Le point A sera joint au point B, et 
le point H au point C, par des lignes bien 
droites. 

Uencolure est creuse devant de quatre 
centimètres, mesurés de haut en bas le long 
du bord gauche de la mousseline : point I. 
Ce point est réuni à Q par une courbe assez 
creuse tracée à la main; l'encolure du dos 
est creuse de deux centimètres seulement, 
mesurés de haut en bas sur la ligne 4: point J, 
réuni à H par une courbe très peu creuse. 
Du point J au point K, la lignfe d'encolure 
est tout à fait droit fil. 

Le découpage se fait au milieu de la ligne 
de crayon; le patron est ainsi parfaitement 
exact, sans coutures. Pour tailler l'étoffe, il 
faut la plier en deux dans le sens de la 
largeur, placer le milieu du devant du patron 
exactement sur le pli, puis passer la roulette 
tout autour du patron, et découper en lais- 
sant, pour les coutures et les ourlets, un 
centimètre et demi environ. 

Le patron de manche est une petite bande 
de mousseline ayant, en hauteur, dix-huit cen- 
timètres (le long de Ja lisière), et, en lar- 
geur, vingt-deux centimètres. Nous la plions 
en deux dans le sens de la largeur. Pour 
obtenir l'arrondi du haut, nous portons, sur 
l'extrémité de la mousseline, opposée au pli 
de haut en bas, deux centimètres (point L) 
et réunissons, à l'extrémité du pli (point M), 



Digitized by 



Google 



par une courbe légère. Le bas de la manche 
aura huit Centimètres de demi-largeur. Por- 
tons cette mesure sur la limite inférieure de 



La seconde est en flanelle; les coutures se- 
ront ouveijtes et rabattues à point de chaus- 
son, sans rentré pour éviter les épaisseurs. 




la mousseline; en partant du pli, nous ob- 
tiendrons le point N, réuni à L par une 
ligne absolument droite. 

Je joins, au croquis numéro II, un patron 
de revers pour la petite manche. Il se taille 
dans une bande de six centimètres et demi 
de hauteur sur dix-huit centimètres de large, 
pliée double dans ce sens, ce qui nous donne 
neuf centimètres. Nous abattrons, à la couture 
de saignée, une petite pointe ayant un cen- 
timètre et demi de base sur deux centimètres 
et demi de hauteur. Le revers aura cinq cen- 
timètres de haut au pli de l'étoffe; c'est dire 
que nous le creusons d'un centimètre et demi 
pour le faire évaser. Le point O est réuni 
à l'extrémité inférieure du pli par une légère 
courbe. 

La manche se taille en étoffe avec les pré- 
cautions déjà prises pour le corps de la 
brassière. 

Il y a plusieurs sortes de brassières; le 
même patron sert pour toutes, mais, quel- 
quefois, avec une petite modification que je 
vais indiquer en deux mots. 

La première brassière, aussi appelée chemise, 
se fait en batiste ou toile fine, très molle; 
elle croise très peu au milieu du dos. Deux 
à trois centimètres suffisent de chaque côté. 
Toutes les coutures se rabattent très fine- 
ment à point de côté. 



La troisième, en piqué, se fait souvent avec 
des manches échancrées dessous. Nous étu- 




dierons cette forme un peu plus tard, avec les 
petits corsages. 



Digitized by 



Google 



43 




M. de Yillcfaignc, Président du Jury de la Sténo-Dactylographie 






^^^^'M^V^ 



£4ri» 5 



Les "Cours Pratiques" 

Mardi, de 2 h. Iji à 4 h. 112. 

STÉNO-DACTYLOGRAPHl E 



STENOGRAPHIE 



Quinine leçons destinées à faire des jeunes 
filles les parfaites secrétaires de leur père 
ou de leur futur mari. 



DACTYLOGRAPHIE 
ET CORRESPONDANCE 



/ 5 janvier 



torique rapide de 

1 lénog^aphie et du 

s ème Prévost-De- 

1 lay. Divisions de la 

r hode. Etude de la 

l mière série des 

s es alphabétiques. 

I éviations. Devoir. 



Etude du clavier de 
la machine Oliver. 
Comment on place 
son papier. Exercices 
de mécanisme sur la 
machine même. Let- 
tres répétées, La théo- 
rie de la correspon- 
dance. 



2 2 janvier 



Correction du de- 
voir au tableau. Etude 
du point et des droi- 
tes à petite boucle. 
Abréviations. Devoir. 



Suite des exercices 
de mécanisme. Mots 
et phrases. 



Etude des signes à 
boucle redoublée et 
des signes à grosse 
boucle. Abréviations. 
Dev'oir. 



2p janvier 

Suite des exercices 
de mécanisme. Nou- 
velle série de phrases. 



Digitized by 



Google 



44 



Etude des signes à 
crochet. Abréviations. 
Devoir. 



5 février 



3 avril 



Exécution de me- 
nus à la machine à 
écrire. Comment on 
ornemente, à la ma- 
chine, un rectangle de 
papier. Une lettre sur 
sujet donné. 



Thème et version 
portant sur les règles 
et les signes déjà 
étudiés. 



/ g février 



Copit d'un texte 
imprimé, court et fa- 
cile. Lettre sur un su- 
jet donné. 



Compte rendu de 
l'examen. Correction 
et explications. Etude 
des signes tirés du 
cercle. Abréviations. 
Devoir. 



26 février 



Compte rendu de 
l'examen.Comment on 
obtient plusieurs épreu- 
ves à la fois d'une 
lettre. 



j> mars 



Définition et emploi 
des signes diminués 
de moitié. Etude du 
demi-cercle bouclé. Ce 
qu'on appelle liqui- 
dité. Devoir. 



Copie à la machine 
du service de la cui- 
sinière ou de la fem- 
me de chambre. Let« 
tre à un fournisseur. 



12 mars 



Fin des signes de 
double syllabe. Fin des 
signes alphabétiques. 
Abréviations. Devoir. 



Copie à la machine 
de l'emploi du temps 
de la jeune fille. Let- 
tre à un fournisseur. 



Etude du renforce- 
ment. Deuxième divi- 
sion de signes : ini- 
tiales, points et hia- 
tus. Abréviations. De- 
voir. 



ig mars 



Confection, à peu 
de frais, d'un carnet 
de bal. Lettre sur un 
sujet donné. 



Thème et version 
récapitulatifs. 



Compte rendu de 
l'examen. Initiales cro- 
chets, initiales conson- 
nes liquides. Devoir. 



EXAMEN 

g avril 

Copie à la machine 
d'un texte imprimé. 
Lettre sur un sujet 
donné. 
16 avril 

Copie d'une lettre 
rédigée à un cours 
précédent. Lettre à un 
propriétaire. 



•23 avril 



Correction du de- 
voir.Interrogations.ini- 
tiales consonnes non 
liquides. La superposi- 
tion. Ab éviat ons. De- 
voir. 



Transcription d'un 
mémoire à la machine. 
Disposition des colon- 
nes et des chiffres. 
Lettre de réclamation 
à un percepteur. 



finales, points et 
aochets. Abréviations. 
Devoir. 

Finales crochets ou 
courbes. Abréviations. 
Devoir. 



Copie à U machine 
d'un budget de mai- 
son. 



tiiai 



Prise à la machine 
d'un texte dicté. Let- 
tre à un gérant. 



14 mai 



Finales bouclées.Fin 
des finales. Abrévia- 
tions. Devoir. 



Prise à la machine 
d'un texte dicté. Let- 
tre à une maison de 
Banque. 



EXAMEN FINAL 



Copie à la machine 
du sujet traité en cor- 
respondance. Sujet de 
correspondances. 



1 hème et version 
portant sur tous les 
signes et toutes les 
règles de la méthode, 
sauf application des 
incompatibilités non 
étudiées. 

Mardi j5 Janvier 

PREMIÈRE LEÇON 

Résumé de U Sténographie 

Nota. — M. de Mouscardy ayant déjà fait 
un cours de sténographie paru dans les 
Annales, et publié ensuite en volume : la 
Sténographie pour Tous, il nous a paru inu- 
tile de reproduire en entier un cours qui 
eût fait trop souvent double emploi. Nous 
ne donnerons donc qu'un court résumé de la 
leçon, afin de permettre à toute élève de 
suivre le cours en s'aidant du livre, si ciair, 
si net, si précis, de M. de Mouscardy. 

7. — Origines de la Sténographie et du système 
Prêvost-Delaunay . 

Le mot sténographie vient de deux mots 
grecs : sténos, étroit; grapheln, écrire. Il si- 
gnifie donc écriture resserrée, ou, plutôt, abré- 
gée. 

Le plus ancien système connu est celui 
qui fut employé par Tiron, affranchi de Cicé- 
ron. 

Au Sénat romain, notamment en 63 avant 
Jésus-Christ, on pratiquait une sténographie. 
Des preneurs de notes appelés notarii étaient 
répartis dans Tenceinte du Sénat, où ils . 
cueillaient la parole des orateurs. 

Les Grecs des deuxième et troisième sièi 
se sont aussi servis d'une écriture abréj^, 
C'est grâce à elle que les sermons de S2 
Jean-Chrysostome, de saint Augustin, du pi 
Grégoire le Grand, nous ont été transn 

On peut suivre jusqu'au dixième siècle l'e - 
ploi de la sténographie grecque et de 
sténographie romaine. 



Digitized by 



Google 



Chez les nations modernes, nous voyons 
apparaître des méthodes de sténographie en 
Angleterre, au seizième siècle. 

En France, tout le moyen âge est une 
véritable épopée; les choses de l'esprit sont, 
en général, négligées, et on se soucie peu 
d'une écriture abréviative. 

Oest encore en Angleterre que nous devons 
retrouver, en 1737, un système sténographique 
qui nous intéresse, parce qu'il servira de base 
aux travaux des Français qui arriveront, à 
leur tour, à nous donner une écriture satis- 
faisante. C'est, en effet, de Samuel TAYLOR, 
que notre méthode est quelque peu tributaire. 

En 1792, un Français, Pierre BERTIN, 
adapta le système Taylor à la langue fran- 
çaise, et, bientôt, un de ses élèves, J.-B.- 
JosEPH BRETON, put prendre les discussions 
de cette grande époque avec une intégrale 
textualité. C'était un sténographe digne de 
ce nom, impartial, habile, érudii II a vu et 
raconté la séance du 10 août, alors que le 
malheureux Louis XVJ, fuyant les Tuileries 
ensanglantées, vint se réfugier avec la reine, 
les enfants de France et M^e Elisabeth, à 
l'Assemblée législative. 

J.-B.-Joseph Breton modifia et perfectionna 
le système de son maître ; mais il ne fit pas pa- 
raître sa méthode, parce qu'il aurait craint 
de contrister Bertin et, aussi, parce que ses 
nombreuses occupations ne lui en laissèrent 
pas le loisir (1). 

En 1827, M. Hippolyte Prévost reprit ces 
travaux. Il fit, du système initial tie Taylor, 
quelque chose d'absolument nouveau dans l'en- 
semble et qui porta la marque d'un véritable 
génie. 

Sténographe officiel, il forma de nombreux 
élèves, parmi lesquels M. Albert Delaunay, 
qui fut sténographe reviseur au Sénat. 

Ce fut ce dernier qui coordonna, compléta 
les différents principes, les règles indiquées 
par Prévost et, à partir de 1878, un système 
était fondé, capable de prendre véritablement 
la parole, de donner une certitude de lecture 
/Ttif/aW/r,- merveilleusement propre à saisir les 
nuances de la langue française, et c'est ce 
mip nous étudierons sous le nom de Méthode 
^-Delaunay. 

rquoi iî faut apprendre la tlénographei 
Prévost-Velaunay. 

auasi important de choisir .une bonne 

^^aphie, lorsqu'on veut devenir sténo- 

^he, qu'il est indispensable de se munir 

ne machine, automobile ou bicy- 



>îr J.-B.-JosEPH Breton^ notice biographique, par 
^ -'■rectcar de la Chronique de h S.énografkie. 



dette, si Ton veut dévorer l'espace; malgré 
toute la capacité de l'ouvrier, si l'outil se 
dérobe, s'il est imparfait, les résultats sercMit 
négatifs. 

On vous dira : « La sténographie Prévost-De- 
launay est très difficile à apprendre. » Si je. 
vous disais qu'en deux heures, ou même en 
huit jours, vous allez être tous des sténogra- 
phes, vous auriez le droit de douter, ou de la 
sincérité du professeur, ou du sérieux du 
procédé. Est-ce en huit jours que l'on de- . 
vient pianiste ou violoniste? 

Il serait extrêmement flatteur de laisser 
croire que, seuls, les esprits supérieurs peu- 
vent s'assimiler nos règles et nos signes. Que 
ne penserait-on des facultés de ceux qui les 
enseignent? Malheureusement, lorsqu'on voit 
des enfants de treize ans — qui ne sont nul- 
lement de petits prodiges — posséder admira- 
blement la méthode, on est forcé de convenir 
que les difficultés sont apparentes et qu'avec 
un peu de travail on en vient aisément à 
bout 

Si, en face de cet effort, on place le ré- 
sultat qui est prouvé, — dans les services 
sténographiques officiels, les trois quarts des 
praticiens sont des Prévost-Delaunistes, — l'hé- 
sitation est vaincue; on se met résolument à 
l'œuvre. 

JZI. — Premier coup d'ail. 

lo La sténographie est une écriture phoné- 
tique. On supprime tout ce qui ne s'entend 
pas : apostrophes, ponctuation, accents, et 
même, dans le corps des mots, les voyelles et 
les diphtongues; 

2o Un mot s'appelle un sténogramme ; 

3o On ne tient pas compte des finales en 
é, er; 

4o On écrit sur "du papier non réglé; 

5° Les signes de la méthode sont tirés de 
la ligne droite ou du cercle avec adjonction 
de boucles ou de crochets; 

6o Ehide de la première série de signes. — 
On ne lève jamais la main avant d'avoir ter- 
miné le tracé d'un sténogramme; 

7o Etude des signes de double-syllabe, 
repe-rebe, depe-debe, qui, à la fin des mots 
de plus de deux syllabes, peuvent faire re- 
ple-reble, deple-deble ; 

8o Lorsqu'on a deux ou trois fois la même 
syllabe à représenter, on fait le signe deux 
ou trois fois plus long, sans angle, ni arrêt; 

Qo Certains mots, qui reviennent fréquem- 
ment dans le discours, ont reçu une représenta- 
tion conventionnelle, très simple. On les ap- 
pelle abréviations ou arbitraires, 

uiymzeu uy "^^.j v^ v^pt lx^ 



46 



DEVOIR 

Tr!adulre en sténographie les mots sui- 
vants : 

Terrasserez — visiterez — tarauder — tas- 
serez — sévérité — rapidité — rapacité — 
débiterez — savourerez — cécité — ratisser 

— firriter — doterez — viserez — sûreté 

— rareté — férocité — déshériter —- favo- 
riser — diviserez. 

Thème et version — pages 6 et 7 — 
(la Sténographie pour Tous), 

Nota, -- Pour les tableaux de signes, les 
thèmes et les versions du cours de sténo- 
graphie, se reporter à la Sténographie pour 
Tous (1). 

DACTYLOGRAPHIE 

Pour que le résumé de ce cours puisse 
présenter quelque intérêt et quelque utilité 
pour les alïonnés de province, il faudrait 
qu'ils eussent sous les yeux une machine à 
écrire. Si c'était le cas de quelques-uns d'entre 
eux, qu'ils veuillent bien nous en aviser et nous 
nous ferons un plaisir de leur donner, à ce 
sujet, tous les renseignements dont ils pour- 
ront avoir besoin. 

CORRESPONDANCE 

Une lettre est une sorte de visite faite 
à une personne éloignée. 11 faut donc que 
le style soit un peu en toilette, d'un ton plus 
_spigné que celui de la conversation courante, 
il faut, cependant, éviter avec soin de tomber 
dans l'affectation et la préciosité; rien n'est 
plus charmant que le naturel. 

La correspondance commerciale a un carac- 
tère forcément plus sérieux, plus froid que 
les lettres de relations, d'amitié. W n'est pas 
question de renseigner la personne à laquelle 
on écrit, sur les occupations, les peines, les 
plaisirs de la vie que l'on mène, ni de s'en- 
quérir de ses affaires. 

Il faut aller droit au but, sans phraséologie. 

Les qualités générales d'une lettre com- 
merciale, quel que soit le sujet traité, doivent 
être les suivantes : concision, précision, clarté, 
courtoisie. 

Concision, — Dire, en peu de mots, ce qui 
fait l'objet de la lettre, sans préambule. 
La phrase première, s'il s'agit d'une ré- 
ponse, doit être l'accusé de réception de 
la missive à laquelle on répond. 

Précision, — Ne rien omettre de ce qui per- 
mettra au correspondant de bien inter- 



(I) Prix : 2 francs, à la Librairie des Annales. 



prêter la commande ou de fournir les 
renseignements désirés. 

Clarté, — Disposer en évidence ce qui doit 
attirer l'attention. Enumération d'articles 
les uns au-dessous des autres, dates ou 
mots importants soulignés ou écrits diffé- 
remment 

Courtoisie. — La plus grande politesse doit 
présider aux rapports avec les fournisseurs 
ou les subalternes. Ne pas exiger des 
choses impossibles : livraison trop préci- 
pitée, reprise d'articles détériorés chez soi. 
Se garder aussi de déranger inutilement 
un employé en ne se trouvant pas à un 
rendez-vous qu'on a indiqué. 

Enfin, les commerçants gardant les lettres 
qu'on leur adresse afin de les produire en 
cas de contestation, y apporter une attention 
et un soin particuliers. 

Il est bon de leur rendre la pareille et de 
garder les lettres importantes des fournisseurs 
en les numérotant, afin de les retrouver plus 
aisément, car, en cas de réclamations, ou 
de contestations, il faut toujours pouvoir se 
reporter à des textes précis. 

Donc, conserver soigneusement en des dos- 
siers spéciaux, toute correspondance com- 
merciale ayant quelque importance. Tout ce 
qui contribue au bon ordre d'une maison as- 
sure son bonheur. On ne saurait apporter 
trop de méthode ni de soins à ces détails 
qui semblent puérils et suffisent, cependant, 
à assurer la paix du ménage. Vous connais- 
sez certainement des femmes, si négligentes 
qu'elles ignorent si leurs fournisseurs furent 
payés ou ne le furent pas. Elles ne savent 
ni les dettes qu'elles ont, ni les engagements 
qu'elles prirent. Ce sont les clientes des juges 
de paix et les éternelles chamailleuses qui 
crient qu'on les vole. Soyez persuadées qu'elles 
n'ont entre les mains ni une lettre de four- 
nisseurs ni une facture, et que leur mémoire est 
parfaitement flottante... 

Je conseille donc aux jeunes femmes ayant 
déjà le souci d'un petit budget de faire un 
cahier de correspondance commerciale. 

A mesure que les lettres y sont insérées, elles 
dressent un répertoire, et, dès qu'un conflit 
se dresse, en moins d'une seconde elles re- 
trouvent la lettre en question, et, tout na- 
turellement, celle par laquelle elle répondra, ga- 
gnera en concision, précision, clarté, cour-, 
toisie. 

M, DE M0USCA7(Dr. 

Nota, — M. de Mouscardy se met à la 
disposition des élèves pour la correction des 
devoirs. Voir les renseignements plus loin. 

uigiLizfcJU uy x^j v^ vy;^ "-x- 




M'" Valentinc About 




Série C 



Les '' Coûts Pratiques '' 

Mercredi, de 2 h. /j2 à 4 112. 

MODES 



Quinze leçons destinées à apprendre aux 
jeunes filles l'art de confectionner leurs cha- 
peaux elles-mêmes. 



16 janvier. — Faire un patron; couper la 
forme cloche. Grand chapeau canotier; pose 
des premiers laitons. 

23 janvier, — Pose des fourchettes; ban- 
deau d'efitrée de tête. 

30 janvier. — La calotte, barrettes, pattes 
à choux et à ailes. 

6 février. — Une forme de tulle raide finie 
^c la barrette posée. 

.3 février. — La cage. 

20 février. — La calotte de la cage, faite 
'après les mesures données; une barrette 
gfc, tendre la cage de tulle fin. 

7 février. — Les noeuds, les choux, les 
:ardes, le cache-peigne. 

' mars. — Concours sur un sujet donné. 



13 mars. — Chapeau en étoffe coulissée, 
plissée ou froncée ; préparation de Tétoffe (taf- 
fetas, batiste, linon, mousseline). 

20 mars. — Les calottes en étoffe drapée, 
coulissée, béret chiffonné. 

10 avril. — Les bords, tendus froncés. 

17 avril. — Le chapeau entièrement garni. 

24 avril. — Façon de coudre la paille. 

ler mai. — La calotte de paille; son laiton- 
nage. 

8 mai. — Un chapeau de paille, entièrement 
garni et fini. 

Grand Concours final, c'est-à-dire exposi- 
tion des chapeaux exécutés au cours (ils res- 
tent, naturellement, la propriété des auteurs). 



lOOgk 



48 



COURS DE MODES 

VArt de faire ses Chapeaux 

Quelle est la femme qui n'aime à avoir un 
et plusieurs jolis chapeaux? 

Quelle est celle de nous qui ne s'arrête 
aux devantures des modistes commettant un 
péché d'envie? 

Hélas! les grandes modistes sont bien chè- 
res, n'est-il pas vrai? et les petites n'arrivent 
pas à satisfaire les exigeantes qui ne peuvent 
se résoudre à porter un chapeau dont la forme 
est par trop vulgarisée et dont les fourni- 
tures sont forcément de qualité inférieure. 

— Vaut-il mieux m 'acheter un ou deux cha- 
peaux bien faits que je mettrai toute la sai- 
son, ou plusieurs chapeaux bon marché que 
je pourrai renouveler? soupirez-vous. 

Les sages adoptent la première manière; 
mais .les femmes qui se plaisent à varier leur 
aspect et à renouveler leurs toilettes choisis- 
sent l'autre système. 

L'un et l'autre ont des inconvénients. Pres- 
que toutes les femmes sont coquettes d'ins- 
tinct et raisonnables par nécessité. 

Elleç ont le louable désir d'être bien mises 
afin de réjouir les yeux de ceux qui les entou- 
rent, tout «n conservant le «souci constant 
de réaliser quelque économie sur leur budget 
de toilette. 

Pour répondre à ce besoin artistique et pra- 
tique, on a, depuis longtemps, ouvert des cours 
de coupe et j'ai été la première à créer des 
cours de chapeaux comprenant que le meil- 
leur moyen d'avoir de jolis chapeaux qui 
vous aillent et qui ne vous coûtent pas cher, 
c^est de faire soi-même ses chapeaux. 

Presque toutes les femmes sont adroites, 
je m'en suis aperçue; mais il y en a de 
timides et d'autres trop audacieuses; les unes 
n'osent pas se lancer! les autres croient tout 
savoir sans avoir jamais rien appris! 

Vous avez presque toutes, n'est-ce pas? 
essayé de vous garnir un chapeau. 

Us sont charmants, parfois, ces chapeaux 
improvisés, mais ils durent... un jour, se ca- 
bossent, se déforment et, dans ce cas, vos 
maris et vos frères raillent votre prétendue 
économie et vous prouvent que votre essai 
malheureux vous revient plus cher que la 
modiste. 

Vous vous découragez, alors, et bien à 
tort. Pourquoi n'avez-vous pas réussi du pre- 
mier coup, vous qui possédez du goût et 
de la bonne volonté? 
Tout simplement parce qu'il est nécessaire, 



pour faire un chapeau, de connaître d'abord 
le fond du métier. 

Il faut savoir tailler une forme, l'essayer, 
4a rectifier, lui donner de bonnes proportions 
et non l'acheter toute faite. 

Puis, il y a la manière de coudre cette 
forme, de la laitonner légèrement et solide- 
ment, cependant. 

La façon d'arranger et de garnir cette 
forme, de disposer des fleurs, de poser une 
plume, de piquer un couteau, de nouer un 
ruban, de chiffonner une draperie, ou un chou, 
etc., etc. 

Car il ne suffit pas, comme on se l'ima- 
gine, de coudre le piquet ou la branche de 
fleurs telle qu'on vient de l'acheter, tout raide 
ou tout étalé, mais bien de le disposer avec 
goût 

Il faut apprendre à coudre la plume de 
façon à ce qu'elle ne tourne pas, et l'oi- 
seau de telle sorte qu'il ne s'envole pas au 
premier coup de vent 

Il s'agit de donner de la grâce à un nœud, 
et aussi de draper une étoffe en lui faisant 
former de beaux plis. 

Il est important, surtout, que toutes les 
garnitures soient posées juste à leur place, 
cousues solidement, et que le chapeau arrangé 
à «l'air de votre visage», selon la jolie ex- 
pression de nos grand'mères, en tenant compte 
de votre physionomie et de l'harmonie de 
votre coiffure, garde l'aspect léger^ net et 
chic d'un chapeau de bonne maison. 

Toute cette science s'acquiert, et, lorsqu'on 
a appris bien à fond les petits secrets de 
cet aimable, facile et amusant métier et les 
mille petits trucs employés par les profession- 
nelles, on arrive à faire très vite et très 
bien, croyez-en mon expérience, non seule- 
ment tt>us ses chapeaux, mais encore les 
coiffures des parentes et amies de son entou- 
rage, depuis le béguin du nouveau-né jus- 
qu'à la capote de la grand'maman! 

Je vais tenter d* expliquer ici ce que je 
montre chaque jour, afin d'initier les aimables*' 
lectrices du Journal de l'Université « à la 
façon dont on fait les chapeaux », au moyen 
d'employer et d'utiliser des matériaux de t< 
tes sortes en les rafraîchissant habileme.. 
et leur apprendre a retourner, à reforme 
à relever formes, oiseaux, rubans. 

Si vous voulez bien, chères lectrices, suivi 
mes conseils et travailler d'après mes indic 
tions, vos chapeaux seront, désormais (quoiqu 
d'un prix modique), jolis, solides, seyant 
et vous réaliserez ainsi, en vous amusant, } 
rêve de toutes les femmes, qu'elles soie 
mères de famille ou jeunes filles: la coquetter 

uiyiLizeu uy x^j v^ Vv'pt lx^ 



et Pélégance alliées à une véritable écono- 
mie. 

Vous voudrez bien vous reporter au ma- 
nuel que j'ai écrit et qui s'appelle VArt de 
faire soi-même ses chapeaux (1). Il vous servira 
comme fond, puisque, ici, les «Cinq à Six 
Littéraires» envahiront bientôt la plus grande 
partie du journal et m'empêcheront de m'éten- 
dre sur mon sujet comme je le voudrais. Mais 
nous commenterons ces leçons ensemble et 
je vous donnerai tous les conseils supplé- 
mentaires dont vous pourriez avoir besoin. 

Au premier cours, nous avons travaillé la 
< forme i>, q.ui est l'essence même de l'art 
de la modiste. 11 est aussi nécessaire de sa- 
voir tailler une forme et de l'essayer que de 
savoir couper un fond de corsage avant de 
le draper. J'ai observé une petite moue 
chez certaines de mes gentilles élèves. Elles 
eussent voulu acheter une forme à quatre- 
vingt-quinze centimes, à la porte de quelque 
grand magasin, un paquet de fleurs à qua- 
rante-dnq centimes, et que je leur apprisse 
à chiffonner un chapeau chic dès le premier 
cours. 

Ceût été, évidemment, l>lus flatteur, pour 
elles et pour moi. Mais que diriez-vous d'un 
dianteur qui commencerait par enseigner un 
air d'opéra à son élève avant de lui avoir 
posé la voix? 

La forme^ c'est Va, b, r, du métier, et 
l'on ne devient une artiste, l'on ne construit 
des chapeaux solides, élégants, durables, que 
si on s'est assimilé cette difficulté, et qu'on 
la possède à fond. 

Donc, pas de moue, mesdemoiselles. Pre- 
nez bravement votre mousseline, coupez vo- 
tre forme, laitonncz-la, et qu'elle garde des 
proportions seyantes, agréables, et arrondies. 
L'arrondi, tout est là! Vous manquerez 
plus d'une forme, avant d'arriver à cette per- 
fection que je vous souhaite. Il est vrai que 
vous n'userez jamais que pour quelques sous 
de mousseline! Vous observerez que, cette 
année, les dimensions à donner à la forme 
sont l^èrement modifiées. Affaire de mode! 

Ainsi, les diapeaux de la saison sont 
"ourts devant que derrière. 



dernier, 
_,esares moyennes 



ant — 
« 



14 
Oi) 
19 



Cette année, 
les mesures 
sont : 

Devant... 
Côtés .... 
Derrière . 



moyennes 

08 

09OU0 10 

12ouO li 



49 

On exagère même le devant couii et 11 
semble parfait qu'on mette son chapeau ft 
l'envers. 

La forme cloche est à la mode. 

Un dernier petit conseil: 

Il faut, d'abord, — point important, — ira- 
cer l'entrée de tête sur la mousseline avec 
un crayon, puis couper la forme en laissant 
la place des crans. Puis, couper les bords 
aux mesures voulues et laitonner cette passe 
en se conformant aux indications données 
dans la première leçon. 

Devoir : Couper une passe et la laitonner. 
M" YALEJ^TJJ^B JÎBOVT. 



Il me semble parfaitement inutile que les 
élèves de proyince m'envoient leurs devoirs 
à corriger, car, pour voir qu'une forme est 
mal faite, il suffit d'avoir deux yeux; et, avec 
les principes de mon petit livre, et de la 
persévérance, il me parait impossible qu'on 
n'arrive pas à un heureux résultat. 

J'attends donc mes élèves de province au 
grand concours final auquel leur « carte » leur 
donne droit (à moins que, de passage à Pa* 
ris, elles ne profitent d'une, leçon particulière 
ou d'un cours). 

Si, cependant, elles y tenaient, elles pour* 
raient, une fois par mois, m'envoyer leur 
travail. En ce cas, demander à l'Université 
des Annales le Carnet- Concours contenant 
quatre bons de corrections et qui sera en- 
voyé contre deux francs (les quatre). 
' (A chaque envoi, coller un des bons don- 
nant droit à la correction. Frais de retour 
à la charge de l'élève.) 

Mais, je le répète, cela est à peu près inutile. 



7liotbêque des Annales. Prix : o fr. q5. 



P.-5. — Le premier cours de M'i* Valen- 
tine About vient d'avoir lieu avec un énorme 
succès. Soixante-dix élèves, pressées autour 
d'une quinzaine de tables, offraient le plus 
charmant coup d'oeil qui se puisse voir. 
Soixante-dix paires de ciseaux manœuvrèrent 
sous l'œil vigilant de nombreuses sous-maî- 
tresses et taillèrent la fameuse forme dont 
MU<^ About donne l'explication. On épingla, on 
bâtit, puis on laitonna d'un rang. MU« Valen- 
tine About donna ses explications au tableau 
noir, puis passa de rang en rang pour s'as- 
surer qu'elles avaient été bien comprises. 

Au prochain, on prendra le deuxième rang 
de laitonnage. 



Digitized by 



Google 



5o 




Franci* Thomé 



Série D 



Les '' Cours Pratiques '' 

Jeudi, de 2 h. 112 à 4 h. 1j2. 

CHORAL 



Quinine leçons de musique d'ensemble vocales^ 
chœurs pour voix de femmes à 2, 3y et 4 parties. 



10 janvier. — Audition et classification des 
voix. Lecture et étude du chœur de Castor 
et Pollux (Rameau) : En ce doux asile. 

17 janvier. — Deuxième étude du chœur 
de Rameau. Lecture et étude du chœur de 
Mireille (Qounod). 

24 janvier. — Deuxième étude du chœur 
de Gounod. Lecture et étude du chœur des 
Prêtresses, I phi génie en Tau ride (Gluck). 

31 janvier. — Deuxième étude des chœurs 
de Gluck et de Gounod. Lecture et étude 
du chœur des Pileuses du Vaisseau Fantôme 
(Wagner). 

7 février. — Première partie : Revision gé- 
nérale des chœurs de Rameau, Gluck, Gou- 
nod. 

Deuxième partie : Audition publique de ces 
trois chœurs. 

14 février. — Deuxième étude du chœur des 
Pileuses du Vaisseau Fantôme (Wagner). Lec- 
ture et étude du chœur des Nymphes de 
Psyché (Ambroise Thomas). 



21 février. — Deuxième étude des deux 
chœurs de Wagner et Ambroise Thomas. 

28 février. — Première partie : Révision 
générale des chœurs de Wagner et A. Tho- 
mas. 

Deuxième partie : Audition publique. 

14 mars. — Lecture et étude de la Fiancée 
de Robin (Adam de La Halle, treizième siè- 
cle). Lecture et étude de la Chevrière^ conte 
rustique de E. Noël, musique de Massenet. 

21 mars. — Etude des chœurs de Adam 
de La Halle et Massenet. Lecture et étude 
du chœur des Rois Mages (Bizet) et du chœur 
de Caprice de Reine, de F. Thomé. 

n avril. — Revision des chœurs de A. de 
La Halle, Massenet, Bizet et P. Thomé. Lee- 
ture et étude du Cantique de Racine, musi- 
que de G. Pauré. 

15 avril. — Deuxième étude du chœur de 
G, Fauré. Lecture et étude de deux chœurs 
de Grétry : 1" Dans une tour obscure (Richard 

uiyiiizeu uy >^_j vy v^pc i\^ 



5] 



Cœur de Lion); 2o Eveillez-vous channante 
aurore (Céphale et Procris). 

25 avril. — Deuxième étude des deux chœurs 
de Grétry et du cantique de G. Fauré. Lec- 
ture et étude de Premier Sourire de Mai (Cé- 
sar Franck). ' 

2 mai. — Deuxième étude du chœur de 
C. Franck. Lecture et étude d'un motet de 
Pergolèse et de VHymne à la Mer de Bour- 
gault-Ducoudray. ^ 

16 mai. — Dernière séance. Revision géné- 
rale des chœurs de jC. Franck, Pergolèse 
et Bourgault-Ducoudray. 

Audition publique. 

Le Choral prêtera son concours aux séan- 
ces d'Histoire de la Musique, le 9 février, 
le 23 février et le 27 avril. 

Chœur de Rameau : Castor et Poltux, 

Chœur des Prêtresses, de Gluck. 

Chœur de Richard Cœur de Liotiy de Grétry. 



PREMIER COURS 

Tait par M. Ttancis Thomé 

Je vous ai dit souvent ma passion pour 
la musique; je lie connais point d'art qui 
aille plus droit au cœur et le satisfasse pa- 
reillement. 

Tout être n'aimant pas la musique me 
semble affligé de quelque incurable infirmité; 
j'ai envie de le plaindre, comme on le ferait 
d'un sourd ou d'un aveugle; il ignore une 
des plus divines sensations qui soient au 
monde, et que, seuls, peuvent donner cer- 
taines harmonies émouvantes, doucement, ten- 
drement apaisantes. 

La musique endort le chagrin dans les 
cœurs agités; la musique soulève l'âme par 
mille sentiments évocateurs; elle donne la 
joie et le frisson, elle remue en soi toutes 
les fibres mystérieuses qui vous rattachent 
au passé et vous mêlent à l'avenir. 

C'est la musique, moi, qui ma fait croire en Dieu, 

dit Alfred de Musset; et ce vers seul tra- 
duit admirablement tout ce que j'essayerais 
vainement de vous expliquer. 

Aussi, comme vous pouvez le croire, je 
n'eus garde de manquer au premier cours 
de chœurs fait par M. Thomé. Je me de- 
mandais, non sans appréhension, ce qu'il 
adviendrait de cette épreuve. On raconte si 
complaisamment que les Françaises n'ont point 
l'instinct musical, qu'elles ignorent l'art des 
ensembles et ne le goûtent point... 



Ce fut, au contraire, une révélation char- 
mante d'entendre toutes ces voix fraîches de 
jeunes filles, de jeunes femmes, se mêler 
agréablement, d'observer ces jolis visages 
épanouis et d'écouter la leçon. 

M. Brisson vous a donné, dans le demier 
numéro des Annales, le délicieux chœur de 
Rameau qui fut étudié : En ce doux asile,., ' 

Pendant une heure, M. Francis Thomé 
dressa les secondes, styla les hautes, nuança 
les ensembles, reprit les pro: v>nciations, les 
respirations, fit recommencer Chaque passage 
jusqu'à «perfection», et entraîna toute cette 
jeunesse d'un si beau feu sacré, qu'au bout 
d'une heure, le chœur fut exquis à entendre. 

Et ce travail m'intéressa prodigieusement. 
H me semblait que j'assistais à quelque œu- 
vre créatrice pareille à celle des sculpteurs. 
D'une masse de terre glaise, ils obtiennent 
d'abord une chose informe; puis, pétrissant, 
bosselant et repétrissant, ils font, tout d'un 
coup, surgir une image, une expression, et 
ce je ne sais quoi par où se révèle l'art. 
Le pâjé de terre grise devient une œuvre 
vivante, dans laquelle leur pensée se fixe, 
et qui exprime la beauté. 

La première lecture du chœur fut correcte, 
mais incolore; puis, de cet amas de notes, 
M. Thomé dégagea le sentiment, et le fit 
pénétrer dans toutes ces voix dociles. Il mit 
des lumières, des ombres et des valeurs, et, 
peu à peu, l'inspiration de Rameau passa 
sur ces jeunes fronts; et ce fut charmant. 

Dans la seconde partie du cours, on tra- 
vailla le chœur des Magnanarelles, de Thomé, 
et le même résultat fut obtenu, si bien que 
M. Thomé complimenta ses gentilles élèves, 
et leur promit qu'en sus des chœurs indiqués 
au programme, on travaillerait peut-être un 
ouvrage entier. 

J'ai idée que le Choral de M. Thomé de- 
viendra célèbre un jour, et je me sens pé- 
nétrée d'aise que tant de bonnes musiciennes, 
douées de jolies voix, se soient fait inscrire. 

TYOJ^J^E SATiCET. 

La plupart des chœurs travaillés au Choral 
sont réunis dans un volume édité chez 
Choudens, et vendu sept francs, prix net, 
avec accompagnement; trois francs, prix net, 
sans accompagnement. 

Par une convention spéciale avec l'éditeur, 
les abonnés du Journal de ^Université des 
<ii Annales y>, s'adressant à nous, bénéficieront 
d'une grosse remise. 

La carte d'universitaire donnera droit, à 
tout abonné de province de passage à Paris, 
d'assister au cours de M. Thomé. 



uiyitized by 



Google 



52 




L. Brcmont 




Série £ 



Les '' Cours Pratiques " 

Vendredi, de 2 h. / 2 à 4 h. 12. 

LECTURE 



Quinze leçons, ayant pour but d'apprendre 
aux jeunes filles, à poser leurs voix et à lire 
intelliij[cmment et correctement. 



18 janvier. — Définition et utilité de la 
diction. La lecture à haute voix. Lecture et 
déchiffrage; récitation. Alphonse Daudet : les 
Lettres de mon Moulin^ les VieuXy la Chèvre 
de M. Seguin^ le Sous-Préfet aux Champs. 

25 janvier. — VArt de la Lecturey de M. Le- 
gouvé. Ouvrages sur la diction. Les grands 
maîtres Samson et Régnier. Alphonse Dau- 
det : Contes du Lundi, la Dernière Classe, 
les Petits Pâtés, 



1er février. — La correction et Texpression 

dans la diction. Les limites de Texpressior 

dans la lecture. Anatole France : le Jongleur 
de Notre-Dame. 

8 février. — La correction : défauts phy 
siques ou mauvaises habitudes d'articulation. 
Ignorance de la bonne prononciation des mots. 
Loti : Viande de Boucherie. 

15 février. — Examen de déchiffrage. Le 
livre et le journal d'actualité. 



uiyiiizeu by 



Google 



53 



22 février. — De l'articulation. Les conson- 
nes et les voyelles. Exercices d'articulation. 
La respiration. Barbey d'Aurevilly : le Cid, 

1^« mars. — L'expression. (Le mouvement.' 
L'inflexion. Le mot de valeur.) Le mouvement. 
La prose de Victor Hugo. Celles de Lamartine, 
Bossuet. 

8 mars. — L'inflexion. Les méthodes d'en- 
seignement Fables de La Fontaine : le Loup 
et le Chien^ les Deux Pigeons, 

15 mars. — Le mot de valeur. Son impor- 
tance. Ses dangers. Les procédés de diction. 
La Fontain» : le Coche et la Mouche, le Save- 
tier et le Financier. 

22 mars. — Examen de déchiffrage. 

12 avril. — La prose et les vers. Le style 
et les styles. L'art dramatique et l'art lyri- 
que. L'art classique et l'art romantique. Le 
pittoresque et l'éloquence. La Fontaine et ses 
Fables, Lamartine et ses Harmonies, 

19 avril. — L'art dramatique. L'art anec- 
dotique. O. Nadaud : la Demoiselle du Châ- 
teau. Pailleron : le Secret de Tante Zéphirine. 
J. Normand : le Jour de Madame. 

26 avril. — L'art lyrique. La poésie et 
le lyrisme. Les cent meilleurs poèmes. Victor 
Hugo, Sully Prudhomme, Françoiç Coppée. 

3 mai. — L'importance et la valeur de Ve 
muet. La poésie et je langage usuel. Ros- 
tand : la Brouette. J. Richepin : Mon Petit 
Toutou. 

10 mai. -— Examen. 



LECTURE 

L'UTILITÉ DE LA DICTION 

Premier Cours 

irs que je dois faire ici porte le 

de Cours de Lecture, et, cependant, si 

s consultez le numéro des Annales dans 

tel il est annoncé, vous y verrez que le 

rramme de la première leçon indique tout 

"-* comme sujet : « Définition et utilité 

Diction. » Ne vous en étonnez pas. 

de dire renferme en lui tout ce qui 

orfp à l'exercice de la parole, depuis 



la lecture à haute voix jusqu'à la plaidoirie, 
au discours, au sermon et à la représenta- 
tion théâtrale. 

Vous connaissez, dans le Bourgeois Gen- 
tilhomme, cette scène oii M. Jourdain s'étonne 
d'avoir parlé en prose depuis plus de qua- 
rante ans : 

« Quoi! quand je dis : «Nicole, apportez- 
moi mes pantoufles, et me donnez mon bonnet 
de nuit», c'est de la prose? Par ma foi, 
il y a plus de quarante ans que je dis de 
la prose sans que j'en susse rien. » 

Eh bien! si vous lisez correctement un ar- 
ticle de journal, si vous racontez d'une ma 
nière claire et naturelle, vivante et exprès 
sive, un fait dont vous venez d'être témoin 
vous faites de la diction sans le savoir^ 
comme M. Jourdain faisait de la prpse. Oui, 
lorsque vous parlez avec aisance et justesse, 
lorsque vous lisez avec naturel, vous faites 
de la diction sans le savoir! 

Car la diction n'est pas une science obs- 
cure et fermée, une sorte de mystère avec 
ses grands prêtres et ses initiés. C'est quel- 
que chose de bien plus simple, de bien plus 
réel qu'on ne se l'imagine, parce qu'on 
confond toujours la diction avec la décla- 
mation, qui en est la contrefaçon et le men- 
songe ! 

Mais, si la plupart d'entre vous, mesdemoi- 
selles, parlent sans doute avec justesse quand 
elles traduisent leurs propres idées, il n'en 
va plus de même lorsqu'il s'agit des idées 
des autres. 

Et puis, ce que vous faites le plus sim- 
plement du monde quand vous ne pensez 
pas qu'on va vous juger, et, Surtout, quand 
vous ne vous jugez pas vous-mêmes, dès 
qu'il faut le faire, je ne dis pas pour la ga- 
lerie, mais pour le plus proche de vos pa- 
rents, pour la plus intime de vos amies, vous 
en oubliez le mécanisme élémentaire, vous 
vous embrouillez, vous perdez un peu la 
tête, et vous tombez dans le factice. 

Vous traverserez ce salon avec la plus 
grande aisance si vous avez l'intention de 
venir prendre un livre sur cette table. Mais, 
si je vous dis de venir le prendre pour le 
remettre à l'une de vos compagnes, je ne 
suis pas parfaitement sûr que la plus simple, 
la plus naturelle d'entre vous ne portera pas 
dans cette action une toute petite nuance 
d'affectation, ou, du moins, une trace de gêne 
très légère. 

Certes, dans cette gêne, une timidité 
compréhensible comptera pour beaucoup; 
mais cette timidité s'augmente de ce que vous 

uiyiLiz^u uy "^^.j v^ v^pt ix^ 



faites un acte qui n'a pas été résolu par 
vous; vous perdez l'abandon que vous ne 
manquez pas d'avoir lorsque vous vous lais- 
sez aller à votre impulsion propre. 

C'est cet abandon que vous perdrez peut- 
être un peu quand je vous demanderai de 
lire un conte ou un article de journal, c'est 
cet abandon que nous nous efforcerons de 
retrouver dans l^tude raisonnée de la diction. 

Qu'est-ce que la diction, et quelle défi- 
nition peut-on en donner? Je vous proposerai 
celle-ci : 

L'art de dire, c'est l'art d'exprimer, par 
des inflexions de voix .et des accentuations 
relatives, tous les dessous d'idées que les 
mots et les phrases contiennent. 

La correction sur laquelle j'insisterai beau- 
coup, dans ces cours, est, ici, sous-entendue, 
cela va de soi. 

Qu'est-ce que nous devons comprendre par 
les dessous d'idées? Je vais essayer de vous 
l'expliquer clairement. 

Je vous demande à quelle date nous 
sommes; vous me répondez : 

— C'est aujourd'hui le 18 janvier. 

Vous ne faites que constater un fait, et 
votre réponse est nette, précise, impitoyable 
comme deux et deux font quatre. 

Mais voyez ce que deviendra cette simple 
petite phrase, si, de l'ordre des faits, je la 
fais passer dans celui des idées ou des sen- 
timents. 

Je dis : 

— C'est aujourd'hui le 18 janvier. 
Et vous entendez : 

— Cela n'est pas possible! Comment! déjà! 

— C'est aujourd'hui le 18 janvier. Nous avons 
le temps. Ce n'est pas la peine de nous 
presser. 

— C'est aujourd'hui le 18 janvier. Quel 
anniversaire! Quel sujet de tristesse! 

— C'est aujourd'hui le 18 janvier (avec 
joie), pour signifier : 

— C'est la date de mon premier cours 
aux Annales, 

Vous voyez que les mots ne sont que 
des signes qui n'ont, quelquefois, pas grand'- 
chose à faire avec les idées qu'ils représen- 
tent, et souvent rien du tout avec les sen- 
timents, puisque les mêmes mots peuvent 
exprimer des choses non seulement différentes, 
mais encore tout à fait opposées. Ce simple 
mot «bonjour» peut contenir l'affection la 
plus tendre, ou la haine la plus vive, et 
toute la gamme des sentiments intermédiaires : 
depuis la colère, jusqu'à la douceur la plus 



soumise, l'orgueil et l'humilité, le dédain et 
la sympathie, le reproche et la reconnaissance. / 

Et, ici, j'aperçois déjà une notion des plus 
importantes à mettre dans vos esprits. 

Lorsqu'un mot ne sert qu'à désigner des 
objets, une table, un livre, un verre, il ne 
votis trouble pas, il n'empiète pas sur l'idée 
de la phrase, mais il n!en va pas de même 
quand il renferme des idées : alors, il s'im- 
pose à vous avec un caractère particulier, un 
caractère qui lui est propre, et dont vous 
subissez l'influence. C'est à cette influence 
qu'il faudra souvent résister dans la diction 
pour échapper à des contresens et à des 
absurdités. 

Je m'explique. 

Lorsque vous dites, par exemple, les mots 
patrie, liberté, vous êtes portées, naturelle- 
ment, à leur donner une ardeur, une exal- 
tation dont ils semblent ne pouvoir se pas- 
ser; les mots joie, jeunesse, printemps, vous 
entraînent à une expression de gaieté. 

Ecoutez, cependant, ces phrases : 

« La patrie est en deuil, la liberté est 
morte. » 

Ou encore : 

« Plus de joie, la jeunesse s'en va et le 
printemps s'achève. » 

Vous voyez qu'ici ces mots semblent chan- 
ger de nature et qu'ils se plient au sens 
général de la phrase, comme s'ils ne ser- 
vaient qu'à désigner des objets matériels! 

Cela vous paraît tellement évident que vous 
vous demandez pourquoi j'y insiste. 

J'y insiste parce que de telles absurdités 
sont tellement fréquentes que des artistes 
connus ne les évitent pas toujours. Dans les 
théâtres lyriques, on peut les relever à tout 
instant; les interprètes, dans la lenteur des 
choses musicales, y oublient le sens géné- 
ral des phrases, et y donnent à un mot une 
signification particulière qu'il ne peut plus 
avoir dans l'ensemble. 

De ces erreurs, j'ai donné quelques exem- 
ples dans un volume que j'ai publié sur l'art 
de dire les vers. 

Une charmante poésie d'André Theuriet : 
Brunette, exprime, dans une vingtaine de 
vers, des impressions de mélancolie qui en- 
veloppent toute la pièce, du premier au der- 
nier vers. 

En voici la première strophe : 

Voici qu'avril est de retour, 
Mais le soleil n'est plus le même 
Ni le printemps, depuis le jour 
Où j'ai perdu celle que i'aime. %aîp 

uiyiiizea uy V>_j v^v^'V LV^ 



55 



Vous sentez bien que le poète n'a pris 
la plume que pour exprimer de la mélan- 
colie, et que cela veut dire : 

Malgré qu'avril soit de retour 
Le soleil n'était plus le même. 

Et vous ne direz pas gaiement : 
Malgré qu'avril... 

Eh bien! dix fois, vingt fois, j'ai entendu 
dire ce premier vers avec une gaieté débor- 
dante : 

Voici qu *av ri I est de re lou r ! . . . (a vec joie) 

Et avec une tristesse soudaine, qui devient 
fatalement ridicule : 

Mais le printemps n'est plus le même... 

Cela est ridicule et cela se fait sans cesse. 
Alfred de Musset a écrit, dan> une œuvre 
célèbre : 

Les moissons, pour mûrir, ont besoin de rosée. 
Pour vivre et pour sentir, l'homme a hesoin de pleurs. 
La joie a pour symbole une plante brisé« 
Humide encor de pluie et couverte de fleurs! 

II est évident que le mot « joie » perd 
ici complètement ce qu'il semble porter en 
lui de souriant et de lumineux, et qu'il faut 
dire : 

La joie... (avec IritteMe) 

J'arrête ici ces citations. 
J'ai voulu, dès la première leçon, vous met- 
tre en garde contre les mots et vous montrer 
qu'il faut toujours les sacrifier à l'idée gé- 
nérale. Je reviendrai sur ce sujet lorsque nous 
aurons à parler du mot de valeur, l'un des élé- 
ments les plus importants dans l'art de dire. 
Et, pour fixer plus complètement encore 
dans vos esprits la définition de cet art qui 
consiste à mettre sous les phrases des idées 
claires, j'ajouterai que ces idées peuvent être 
en contradiction absolue, non seulement avec 
le sens habituel des mots, mais encore avec 
' sens apparent de la phrase elle-même. C'est 
qui arrive constamment avec l'ironie. 
Vous direz à une femme de chambre qui 
se tout ce qu'elle touche : 
- Je vous fais compliment, vous êtes très 
oite! 

la cuisinière qui a manqué le dîner : 
— Votre potage était délicieux! 
Et cela signifie précisément le contraire de 
que les phrases semblent exprimer à pre- 
re vue. Vous entendez : 



— Vous êtes d'une maladresse insigne. 
Votre potage était horrible. 

Et, pour élever un peu nos exemples, quand 
Racine fait dire à Oreste, dans Andromaque : 

Je, te loue, ô destm. de tes coups redoublésl 

Il y a, au fond de l'idée : « Je te maudis, 
destin, pour les coups dont tu m'accables. » 

Lorsque nous disons une phrase pour notre 
propre compte, nous la disons toujours juste..., 
ou à peu près, parce qu'elle obéit directe- 
ment à la pensée qui nous la suggère. 

Mais lorsque, dans une lecture, nous n'avons, 
pour nous guider, que des mots, c'est-à-dire 
des signes extérieurs, ils nç peuvent vivre 
que si nous leur donnons la vie; il faut vous 
substituer à celui qui a pensé ces mots, il 
faut retrouver un peu, beaucoup, le plus pos- 
sible, l'état d'esprit qui les a dictés. 

11 me reste quelques mots à vous dire 
sur l'utilité de la diction; je ne m'attarderai 
pas aujourd'hui sur ce sujet; je me réserve 
de le traiter un peu plus longuement à notre 
prochaine leçon, puisque j'aurai à y parler 
de la lecture à haute voix, la' véritable ma- 
tière de ce cours, et l'application la plus 
directe et la plus pratique pour nous de 
l'art de dire. 

De tout ce qui précède, il résulte déjà que 
les exercices de diction vous habitueront à 
donner un peu plus de clarté et de force 
à vos pensées. 

J'ai dit que, pour son propre compte, on 
parlait toujours juste, ou à peu près; j'ai 
été indulgent; car il n'est pas rare de ren- . 
contrer des gens incapables de donner un 
sens précis à ce qu'ils disent dans une conver- 
sation courante. J'ai remarqué, assez souvent, 
qu'il était impossible de savoir si certaines 
personnes affirmaient une chose, ou si elles . 
posaient une interrogation. 

Elles diront : 

— C'est aujourd'hui le 18 janvier (neutre). 
Et vous ne saurez pas si elles vous deman- 
dent la date, ou si elles vous la donnent. 

Quand j'entends dire la fable de La Fon- 
taine : le Chêne et le Roseau, il me semble, 
presque toujours, que le second vers me 
frappe comme un contresens : 

Le chêne, un jour, dit au roseau : 
« Vous avez bien sujet d'accuser la nature. » 

« Vous a\oz bien sujet dac^-user la nature. » 

Dans l'incertitude de cette inflexion, j'en- 
tends : 

— Je vous conseille de vous plaindre, vous 
avez tout pour, vous. r^^^^^î 

uiyitized by VjOOQlt 



56 



Alors que cela signifie, tout au contraire : 

— Vous avez raison de vous plaindre, vous 
êtes vraiment déshérité. 

Comme vous le voyez, une petite modu- 
lation de plus ou de moins sur le mot « SMJet », 
et voilà, encore une fois, que les mots disent 
des choses tout à fait opposées. 

L'étude de la diction vous apprendra à 
dire clairement ce que vous avez à dire clai- 
rement par l'intention que vous y mettrez, 
clairement et purement par la prononciation 
et l'articulation des mots. 

C'est ici que l'utilité de cet art me semble 
dépasser de beaucoup l'idée qu'on s'en fait 
généralement. 

Voici déjà quelques années que j'enseigne 
la diction à des jeunes filles du monde; chez 
presque toutes celles qui étaient affligées soit 
d'une timidité excessive, soit d'une grande 
mollesse, j'ai constaté les transformations les 
plus heureuses par l'exercice de la parole, 
j'entends des transformations qui ne se bor- 
nent pas à la parole elle-même, mais qui 
mtéressent l'être tout entier. Une telle affir- 
mation fait sourire les personnes étrangères 
à ces questions; elles pensent aussitôt : 

— Voilà encore un professeur qui a le 
travers de tous les spécialistes; pour lui, la 
diction est la panacée universelle; c'est par 
la diction qu'il prétendra, un jour, guérir le 
mal de dents ou le rhume de cerveau, pour 
peu que sa folie augmente. 

11 me semble bien que j'ai raison contre 
les sceptiques. 

• Les vices de prononciation, l'insuffisance 
de l'articulation, et même certaines incorrec- 
tions de langage, sont, le plus souvent, une 
marque de mollesse; c'est par une mollesse 
habituelle, par une mollesse de tous les ins- 
tants, que de tels défauts s'acquièrent et 
s'entretiennent. 

Or, sans vouloir renouveler ici des plai- 
santeries un peu vieilles et trop faciles sur 
le goût des femmes pour, — comment "dirai- 
je? — pour la conversation, on peut dire que 
l'action de parler est, pour vous, de tous 
les instants, et qu'elle indique, mieux que 
tout le reste peut-être, le degré moyen de 
votre énergie. Entraînez votre énergie sur ce 



point particulier, tout le reste en profitera. 

Ce manque d'énergie est une cause 
certaine de timidité, et, comme la timidité exces- 
sive devient, à son tour, un défaut destruc- 
teur de toute énergie, on peut dire que l'ef- 
fet et la cause se confondent pour annihiler 
tous vos moyens d'expression. 

Un peu de cette timidité qui ressemble 
à de la réserve est une grâce de plus chez 
certaines jeunes filles; trop de timidité, c'est 
un commencement de paralysie. 

Que de jeunes filles perdent toute assurance, 
et, en même temps, une part de leur naturel, 
parce qu'elles parlent mal et qu'elles s'en 
rendent compte, et c'est parce qu'elles s'en 
rendent compte, qu'elles tombent, parfois, dans 
un autre travers aussi regrettable; elles préci- 
pitent les mois de plus en plus, elles bouscu- 
lent toutes les syllabes les unes sur les autres, 
comme pour se débarrasser des phrases, et 
elles arrivent ainsi à ce qu'on a appelé le 
bafouillage, à ce gâchis de la conversation qui 
rend les relations si fâcheuses et si fatigantes 
avec des personnes agréables sous beaucoup 
d'autres rapports. 

J'ai eu pour élève une jeune fille. Pari- 
sienne charmante et extrêmement intelligente, 
qui parlait si vite que, chez moi, on croyait 
que je donnais des leçons à une étrangère; 
ses parents ne comprenaient pas toujours ce 
qu'elle disait, et ses amis presque jamais. 

Elle n'était pas timide, peut-être hardie, au 
contraire, mais très étourdie. 

On riait, quelquefois, de son défaut, parce 
qu'elle était vive et gentille, et qu'elle avait 
dix-sept ans. 

A trente ans, on l'aurait trouvée ridicule 
et insupportable. On aurait dit, en la voyant: 

— Voilà la petite folle! 

Il faut éviter de passer pour la petite folle, 
quand on arrive à la trentaine! 

Nous allons donc nous efforcer, sans affec- 
tation, de parler de notre mieux pour vaincre 
la mollesse, la timidité et le bafouillage, et 
pour développer les qualités que nous pou- 
vons avoir. 

Cela nous préparera à faire, encore plus 
facilement, une bonne figure dans le monc' 



Digitized by 



Google 



LECTURES FAITES AU PREMIER COURS 



LR CHÈVRE DE M. SEGUIM 



Tu seras bien toujours le même, mon pauvre 
Gringoire ! 

Comment! on t'offre une place de chroni- 
queur dans un bon journal de^ Paris, et tu 
as l'aplomb de refuser... Mais regarde-toi, 
malheureux garçon! Regarde ce pourpoint 
troué, ces chausses en déroute, cette face 
maigre qui crie la faim. Voilà pourtant où 
fa conduit la passion des belles rimes! 
Voilà ce que t'ont valu dix ans de loyaux 
services dans les pages du sire Apollo... 
t Est-ce que tu n'as pas honte, à la fin? 

Fais-toi donc chroniqueur, imbécile! fais- 
toi chroniqueur! Tu gagneras de beaux écus 
à la rose, tu auras ton couvert chez Bré- 
bant, et tu pourras te montrer, les jours de 
première, avec une plume neuve à ta bar- 
rette. 

Non? Tu ne veux pas?... Tu prétends 
rester libre à ta guise jusqu'au bout... Eh 
bien! écoute un peu l'histoire de la Chèvre 
de M. Seguin, Tu verras ce que l'on gagne 
à vouloir vivre libre. 



M. Seguin n'avait jamais eu de bonheur 
avec ses chèvres. 

Il les perdait toutes de la même façon : 
un beau matin, elles cassaient leur corde, 
s'en allaient dans U montagne, et là-haut 
le loup les mangeait. Ni les caresses de leur 
maître, ni la peur du loup, rien ne les rete- 
nait. C'était, parait-il, des chèvres indépen- 
dantes, voulant à tout prix le grand air et 
la liberté. 

Le brave M. Seguin, qui ne comprenait 
rien au caractère .de ses bêtes, était cons- 
terné. 11 disait : 

— C'est fini; les chèvres s'ennuient chez 

moi, je n'en garderai pas une. 

n^nendant, il ne se découragea pas, et, 

avoir perdu six chèvres de la même 

;x«* il en acheta une septième; seule- 

te fois, il eut soin de la prendre 

£ jeune, pour qu'elle s'habituât mieux 

— leurer chez lui. 

Gringoire, qu'elle était jolie la petite 

,» de M. Seguin! qu'elle était jolie avec 

veux doux, sa barbiche de sous-officier, 

ots noirs et luisants, ses cornes zé- 

s, et ses longs poils blancs qui lui fai- 

t houppelande ! C'était presque 



aussi charmant que le cabri d'Esméralda, tu 
te rappelles, Gringoire? — et puis, docile, 
caressante, se laissant traire sans bouger, 
sans mettre son pied dans l'écuelle. Un 
amour de petite chèvre... 

M. Seguin avait, derrière sa maison, un 
clos entouré d'aubépines. C'est là qu'il mit 
sa nouvelle pensionnaire. Il l'attacha à un 
pieu, au plus bel endroit du pré, en ayant 
soin de lui laisser beaucoup de corde, et, de 
temps en temps, il venait voir si elle était 
bien. La chèvre se trouvait très heureuse et 
broutait l'herbe de si bon cœur que M. Seguin 
était ravi. 

— Enfin, pensait le pauvre homme, en voilà 
une qui ne s'ennuiera pas chez moi! 

M. Seguin se trompait : sa chèvre s'ennuya. 



Un jour, elle se dit, en regardant la mon- 
tagne : 

— Comme on doit être, bien, là-haut! Quel 
plaisir de gambader dans la bruyère, sans 
cette maudite longe qui vous écorche le 
cou!... C'est bon pour l'âne ou pour le 
bœuf de brouter dans un clos!... Les chè- 
vres, il leur faut du large. 

A partir de ce moment, l'herbe du clos 
lui parut fade. L'ennui lui vint. Elle maigrit, 
son lait se fit rare. C'était pitié de la voir 
tirer tout le jour sur sa longe, la tête tour- 
née du côté de la montagne, la narine ou- 
verte, en faisant MêL„ tristement 

M. Seguin s'apercevait bien que sa chèvre 
avait quelque chose, mais il ne savait pas 
ce que c'était... Un matin, comme il ache- 
vait de la traire, la chèvre se retourna et 
lui dit, dans son patois : 

— Ecoutez, monsieur Seguin, je me lan- 
guis chez vous; laissez-moi aller dans la 
montagne. 

— Ah! mon Dieu!... Elle aussi! cria M.. 
Seguin, stupéfait. 

Et, du coup, il laissa tomber son écuelle; 
puis, s'asseyant dans l'herbe, à côté de sa 
chèvre : 

— Comment, Blanquette, tu veux me quit- 
ter! 

Et Blanquette répondit : 

— Oui, monsieur Seguin. 

— - Est-ce que l'herbe te manque, ici? 

— Oh! non! monsieur Seguin, j - 

uiymzeu uy 'v.j v^ vJ Vt Lv^ 



58 



— Tu es peut-être attachée de trop court; 
veux-tu que j'allonge la corde? 

— Ce n'est pas la peine, monsieur Se- 
guin. 

— Alors, qu'est-ce qu'il te faut! qu'est-ce 
que tu veux? 

— Je veux aller dans la montagne, mon- 
sieur Seguin. 

— Mais, malheureuse, tu ne sais pas qu'il 
y a le loup, dans la montagne... Que feras- 
tu, quand il viendra?... 

— je lui donnerai des coups de cornes, 
monsieur Seguin. 

—'Le loup se moque bien de tes cornes. Il 
m'a mangé des biques autrement encornées 
que toi... Tu sais bien, la pauvre vieille Re- 
naude qui était ici l'an dernier? Une maî- 
tresse chèvre, forte et méchante comme un 
bouc. Elle s'est battue avec le loup toute 
la nuit... Puis, le matin, le lotip l'a mangée. 

— Pécaïre! Pauvre Renaude!... Ça ne fait 
rien, monsieur Seguin, laissez-moi aller dans 
la montagne. 

— Bonté divine!... dit M. Seguin; mais 
qu'est-ce qu'on leur fait donc à mes chèvres? 
Encore une que le loup va me manger... 
Eh bien! non..., je te sauverai malgré toi, 
coquine! Et, de peur que tu ne rompes ta 
corde, je vais t'enfermer dans l'étable, et tu 
y resteras toujours. 

Là-dessus, M. Seguin emporta la chèvre 
dans une étable toute noire, dont il ferma 
la porte à double tour. Malheureusement, il 
avait oublié la fenêtre, et, à peine eut-il le 
dos tourné, que la petite s'en alla... 

Tu ris, Gringoire? Parbleu! je crois bien; 
tu es du parti des chèvres, toi, contre ce 
bon M. Seguin... Nous allons voir si tu riras 
tout à l'heure. 

Quand la chèvre blanche arriva dans la 
montagne, ce fut un ravissement général. 
Jamais les vieux sapins n'avaient rien vu 
d'aussi joli. On la reçut comme une petite 
reine. Les châtaigniers se baissaient jusqu'à 
terre pour la caresser du bout de leurs bran- 
ches. Les genêts d'or s'ouvraient sur son 
passage, et sentaient bon tant qu'ils pou- 
vaient. Toute la montagne lui fit fête. 

Tu penses, Gringoire, si notre chèvre était 
heureuse! Plus de corde, plus de pieu... Rien 
qui l'empêchât de gambader, de brouter à 
sa guise... C'est là qu'il y en avait de l'herbe! 
jusque par-dessus les cornes, mon cher!... 
Et quelle herbe! Savoureuse, fine, dentelée, 
faite de mille plantes... C'était bien autre 
chose que le gazon du clos. Et les fleurs, 
donc!... De grandes campanules bleues, des 
digitales de pourpre à longs calices, toute 



une forêt de fleurs sauvages débordant de 
sucs capiteux!... 

La chèvre blanche, à moitié soûle, se vau- 
trait là dedans, les jambes en l'air, et roulait 
le long des talus, pêle-mêle avec les feuilles 
'tombées et les châtaignes... Puis, tout à coup, 
elle se redressait, d'un bond, sur ses pattes. 
Hop! la voilà partie, la tête en avant, à tra- 
vers les maqui^s et les buissières, tantôt sur 
un pic, tantôt au fond d'un ravin, là-haut, 
en bas, partout... On aurait dit qu'il y avait 
dix chèvres de M. Seguin dans la montagne. 

C'est qu'elle n'avait peur de rien, la Blan- 
quette. 

Elle franchissait, d'un saut, de grands tor- 
rents qui l'éclaboussaient, au passage, de pous- 
sière humide et d'écume. Alors, toute ruisse- 
lante, elle allait s'étendre sur quelque roche 
plate et se faisait sécher par le soleil... Une' 
fois, s'avançant au bord d'un plateau, une 
fleur de cytise aux dents, elle aperçut, en 
bas, tout en bas, dans la plaine, la maison de 
M. Seguin, avec le clos derrière. Cela la fit 
rire aux larmes. 

— Que c'est petit! dit-elle; comment ai-je 
pu tenir là dedans? 

Pauvrette! de se voir si haut perchée, elle 
se croyait, au moins, aussi grande que le 
monde... t 

En somme, ce fut une bonne journée pour 
la chèvre de M. Seguin. Vers le milieu du 
jour, en courant de droite et de gauche, 
elle tomba dans une troupe' de chamois en 
train de croquer une lambrusque à belles 
dents. Notre petite coureuse en robe blanche 
fit sensation. On lui donna la meilleure place 
à la lambrusque, et tous ces messieurs fu- 
rent très galants... Il parait même . — ceci 
doit rester entre nous, Gringoire — qu'un 
jeune chamois à pelage noir eut la bonne 
fortune de plaire à Blanquette. Les deux amou- 
reux s'égarèrent parmi le bois une heure ou • 
deux, et, si tu veux savoir ce qu'ils se dirent, 
va le demander aux sources bavardes qui cou- 
rent, invisibles, dans la mousse. 



Tout à coup, le vent fraîchit. La montagne 
devint violette; c'était le soir... 

— Déjà! dit la petite chèvre. 

Et elle s'arrêta, fort étonnée. 

En bas, les champs étaient noyés de brume. 
Le clos de M. Seguin disparaissait dans le 
brouillard, et, de la maisonnette, on ne voyait 
plus que le toit avec un peu de fumée. Elle 
écouta les clochettes d'un troupeau qu'on ra- 
menait, et se sentit l'âme toute triste... Un ger- 
faut, qui rentrait, la frôla de ses ailes en pas- 

uiyiLizeu uy "^^j v^ v^^pt lw. 



sani. Elle tressaillit... Puis, ce fut un hurle- 
ment dans la montagne : 

— Hou! hou! 

Elle pensa au loup; de tout le jour la folle 
n'y avait pas pensé... Au même moment, une 
trompe sonna, hien loin, dans la vallée. C'était 
ce bon M. Seguin qui tentait un dernier ef- 
fort 

— Hou! hou!... faisait le loup. 

— Reviens! reviens!... criait la trompe. 
Blanquette eut envie de revenir; mais, en 

se rappelant le pieu, la corde, la haie du 
clos, elle pensa que, maintenant, elle ne pou- 
vait plus se faire à cette vie, et qu'il va- 
lait mieux rester. 

La trompe ne sonnait plus... 

La chèvre entendit, derrière elle, un bruit de 
feuilles. Elle se retourna et vit, dans Tombre, 
deux oreiHes courtes, toutes droites, avec deux 
yeux qui reluisaient.. C'était le loup. 



Enorme, immobile, assis sur son train de 
derrière, il était là, regardant la petite chè- 
vre blanche, et la dégustant par avance. Comme 
il savait bien qu'il la mangerait, le loup ne se 
pressait pas; seulement, quand elle se retourna, 
il se mit à rire méchamment 

— Ha! ha! la petite chèvre de M. Seguin! 

Et iJ passa sa grosse langue rouge sur ses 
babines d'amadou. 

Blanquette se sentit perdue... Un moment, 
en se rappelant l'histoire de la vieille Re- 
naude, qui s'était battue toute la nuit pour 
être mangée le matin, elle se dit qu'il vau- 
drait peut-être mieux se laisser manger tout 
de suite; puis, s'étant ravisée, elle tomba 
en garde, la ièie basse et la corne en avant, 
comme une brave chèvre de M. Seguin qu'elle 
était... Non pas qu'elle eût l'eispoir de tuer 



59 

le loup, — les chèvres ne tuent pas le loup, 
— mais seulement pour voir si elle pourrait 
tenir aussi longtemps que la Renaude.». 

Alors, le monstre s'avança, et les petites 
cornes entrèrent en danse. 

Ah! la brave chevrette, comme elle y allait 
de bon cœur! Plus de dix fois, je ne mens pas, 
Gringoire, elle força le loup à reculer pour 
reprendre haleine. Pendant ces trêves d'une 
minute, la gourmande cueillait, en hâte, encore 
un brin de sa chère herbe; puis, elle retournait 
au combat, la bouche pleine... Cela dura toute 
la nuit De temps en temps, la chèvre de 
M. Seguin regardait les étoiles danser dans le 
ciel clair, et elle se disait : 

— Oh! pourvu que je tienne jusqu'à l'aube... 

L'une après l'autre, les étoiles s'éteigni- 
rent. Blanquette redoubla de coups de cor- 
nes, le loup de coups de dents... Une lueur 
pâle parut dans l'horizon... Le chant d'un 
coq enroué monta d'une métairie. 

— Enfin ! dit la pauvre bête, qui n'atten- 
dait plus que le jour pour mourir. 

Et elle s'allongea par terre, dans sa belle 
fourrure blanche toute tachée de sang... 

Alors, le loup se jeta sur la petite chèvre 
et la mangea. 

Adieu, Gringoire! 

L'histoire que tu as entendue n'est pas un 
conte de mon invention. jSi jamais tu viens 
en Provence, nos ménagers te parleront sou- 
vent de la cabro de moussu Seguin^ que so 
battégue touto la neui enté lou loup^ e piei, lou 
matin, lou loup la mangé (1). 

Tu m'entends bien, Gringoire : 

E piei, lou matin, lou loup la mangé. 

AtPTfOTiSE DAV1>ET, 

(i) La chèvre de M. Seguin, qui se b«ttit toute U nuit avec 
le loup, et puis, le matin, le loup la mangea. 



II 



LE SOUS-PRÉFET AUX CHAMPS 



M. le sous-préfet est en tournée. Cocher 
devant, laquais derrière, la calèche de la sous- 
préfecture l'emporte majestueusement au con- 
cours régional de la Combe-aux-Fées. Pour 
cette journée mémorable, M. le sous-préfet a 
mis son bel habit brodé, son petit claque, sa 
culotte collante à bandes d'argent et son épée 
de gala à poignée de nacre... Sur ses genoux 
repose une grande serviette en chagrin gaufré 
qu'il regarde tristement 

M. le sous-préfet regarde tristement sa ser- 



viette en chagrin gaufré; il songe au fameux 
discours qu'il va falloir prononcer tout à 
l'heure devant les habitants de la Combe-aux- 
Fées : 

— Messieurs et chers administrés... 

Mais il a beau tortiller la soie blonde de ses 
favoris et répéter vingt fois de suite: « Mes- 
sieurs et chers administrés... », la suite du 
discours ne vient pas. 

La suite du discours ne vient pas... Il fait si 
chaud dans cette calèche!... A perte de vue, 

uiyiLizeu uy "^^j vy v^pt lx^ 



6o 



la route de la Combe-aux-Fées poudroie sous 
le soleil du Midi... L'air est embrasé... et, sur 
les ormeaux du bord du chemin, tout cou- 
verts de poussière blanche, des milliers de 
cigales se répandent d'un, arbre à l'autre... 
Touft à coup, M. le sous-préfet tressaille. Là- 
bas, au pied d'un coteau, il vient d'apercevoir 
un petit bois de chênes verts qui semble lui 
faire signe. 

Le petit bois de chênes verts semble lui 
faire signe: 

— Venez donc par ici, monsieur le sous- 
préfet; pour composer votre discours, vous 
serez beaucoup mieux sous mes arbres... 

M. le sous-préfet est séduit; il saute à 
bas de sa calèche et dit à ses gens de l'at- 
tendre, qu'il va composer son discours dans 
le petit bois de chênes verts. 

Dans le petit bois de chênes verts, il y a 
des oiseaux, des violettes et des sources sous 
l'herbe fine... Quand ils ont aperçu M. le sous- 
préfet avec sa belle culotte et sa serviette en 
chagrin gaufré, les oiseaux ont eu peur et se 
sont arrêtés de chanter; les sources n'ont plus 
osé faire de bruit, et les violettes se sont ca- 
chées dans le gazon... Tout ce petit monde-là 
n'a jamais vu de sous-préfet, et se demande à 
voix basse quel est ce beau seigneur qui se 
promène en culotte d'argent. 

A voix basse, sous la feuillée, on se de- 
mande quel est ce beau seigneur en culotte 
d'argent... Pendant ce temps-là, M. le sous- 
préfet, ravi du silence et de la fraîcheur du 
bois, relève les pans de son habit, pose son 
claque sur l'herbe et s'assied dans la mousse 
au pied d'un jeune chêne; puis, il ouvre sur 
ses genoux sa grande serviette de chagrin 
gaufré et en tire une large feuille de papier 
ministre. 

— C'est un artiste! dit la fauvette. 

— Non, dit le bouvreuil, ce n'est pas un 
artiste, puisqu'il a une culotte en argent; c'est 
plutôt un prince. 

— C'est plutôt un prince, dit le bouvreuil. 

— Ni un artiste, ni un prince, interrompt un 
vieux rossignol, qui a chanté toute une saison 
dans les jardins de la sous-préfecture... Je 
sais ce que c'est: c'est un sous-préfet! 

Et tout le petit bois va chuchotant: 

— C'est un sous-préfet! C'est un sous-pré- 
fet! 

— Comme il est chauve! remarque une 
alouette à grande huppe. Les violettes de- 
mandent: 

— Est-ce que c'est méchant? 

— Est-ce que c'est méchant? demandent 
les violettes. 

Le vieux rossignol répond: 

— Pas du tout! 



Et, sur cette assurance, les oiseaux se re- 
mettent à chanter, les sources à courir, les 
violettes à embaumer, comme si le monsieur 
n'était pas là... Impassible au milieu de tout 
ce joli tapage, M. le sous-préfet invoque dans 
son cœur la Muse des comices agricoles, et, 
le crayon levé, commence à déclamer de sa 
voix de cérémonie: 

— Messieurs et chers administrés... 

« Messieurs et chers administrés », dit le 
sous-préfet, de sa voix de cérémonie... Un 
éclat de rire Tinterrompt; il se retourne et 
ne voit rien qu'un gros pivert qui le regarde 
en riant, perché sur son claque. Le sous-pré- 
fet hausse les épaules et veut continuer son 
discours; mais le pivert l'interrompt encore 
et lui crie de loin: 

— A quoi bon? 

— Comment, à quoi bon? dit le sous-pré- 
fet, qui devient tout rouge. 

Et, chassant d'un geste cette bête effrontée, 
il reprend de plus belle: 

— Messieurs et chers administrés... 

« Messieurs et chers administrés », a re- 
pris le sous-préfet de plus belle; mais, alors, 
voilà les petites violettes qui se haussent vers 
lui sur le bout de leurs tiges et qui disent 
doucement: 

— Monsieur le sous-préfet, sentez-vous 
cosime nous sentons bon? 

Et les souirces lui font sous la mousse une 
musique divine ; et dans les branches, au-dessus 
de sa tête, des tas de fauvettes viennent 
lui chanter leurs plus jolis airs; et tout le 
petit bois conspire pour l'empêcher de com- 
poser son discours. 

Tout le petit bois conspire pour l'empêcher 
de composer son discours... M. le sous-pré- 
fet, grisé de parfums, ivre de mu3ique, essaye 
vainement de résister au nouveau charme qui 
l'envahit. 11 s'accoude sur l'herbe, dégrafe son 
bel habit, balbutie encore deux ou trois fois: 

— Messieurs et chers administrés... Mes- 
sieurs et chers admi... Messieurs et chers... 

Puis, il envoie les administrés au diable; 
et la Muse des comices agricoles n'a plus 
qu'à se voiler la face. . ; 

Voile-toi la face, ô Muse des comices agri- 
coles!... Lorsque, au bout d'une heure, 
gens de la sous-préfecture, inquiets de h 
maître, sont'cntrés dans le petit bois, ils c 
vu un spectacle qui les a fait reculer d'hc 
reur... M. le sous-préfet était couché sur 
ven re, dans 1 herbe, dibraillé comme i 
bohème, il avait mis son habit bas;... et, te 
en mâchonnant des violettes, M. le sous-pré 
faisait des vers. 

JiLPJiOT^SE DAUDET^. 

uiyiLizeu uy "^^-j v^ v^pc l\^ 




M"** Louise Rousseau 








Strin F 



'Les " Cours Pratiques " 

Samedi, de 2 h. 112 à 4 h. 112. 

ENSEIGNEMENT MENAGER 



Quim^e leçons destinées à former la parfaite 
maîtresse de maison. 



j.>» ORALES J LEÇONS PRATIQUES 

1 g janvier 



LEÇONS ORALFiS | l.F.ÇONS PRATIQUES 

2 janvier 



iJressede mai- 
qualités. Son 
'-•'* Sa culture. 



Nettoyage des ta- Les devoirs, les tra- 

ches sur la laine, le vaux et l'emploi du 

drap, les étoffes; fia- temps d'une maîtresse 

nclîes et tricots. de maison. 



Nettoyage des gants 
clairs, remise à neuf. 



Digitized by 



Google 



62 



2 février 



iij avril 



Les comptes, la bon- 
ne organisation d'une 
«Mîson au point de 
vue biKt^et 



Etablir soi-même des 
budgets proportionnes 
à divers revenus. 



^ février 



Savoir compltr. 
Compter avec les do- 
mestiques et diriger 
leurs dépenses. Façon 
de les traiter. 



Etablir soi-même les 
âifcrs livres de comp- 
tes. Petits et grands 
livres d'une maîtresse 
de maison. 



/ 6 février 



L'habitation. Son 
choix. Son organisa- 
tion. 



Nettoyage des mar- 
bres, cuivres, carreaux, 
etc. 



23 février 



La science des me 
nus. L' ordonnance 
d'une table. Le ser- 
vice de table. 



Le charme de l'ai- 
mable maîtresse de 
maison. Sa beauté, sa 
grâce, sa tenue. 



Faire des menus, le 
plan d'une table dres- 
sée, l'organisation du 
service. 



Recettes de beauté. 
La beauté des mains, 
des ongles, du feint. 



g mars 



L'entretien du linge, 
son rangement le jour 
de la blanchisseuse. 



Enlever les taches de 
rouille, de vin et d'en- 
cre sur le linge. 



t6 mars 



Le service d'une fem- 
me de chambre et le 
moyen de s'en passer. 



Le nettoyage de la 
soie, du velours, du 
crêpe, des rubans. 



23 mars 



Les soins de la cave ; 
comment on tient en 
ordre les comptes de 
ses vins. 



Le nettoyage des 
lampes, des chaussu- 
res fines. 



i3 avril 

Le service d'un va- 
let de chambre, le mo- 
yen de s'e;n passer. 



Nettoyage de l'ar- 
genterie,diverses recet- 
tes d'encaustique pour 
parquets et meubles. 



2 avril 



Le marché, les pro- 
visions, les achats de 
la cuisinière, le sou du 
franc. 



Remise à neuf des 
plumes et de la four- 
rure. 



Les rangements aux 
changements de sai- 
son; ce qu'il faut ran- 
ger ou donner. 



Nettoyage des den- 
telles, cols de den- 
telle, blouses de den- 
telle, remise à neuf. 



4 mai 



L'organisation d'un 
budget de toilette fé- 
minine, notes à régler. 



Le dui|Mtre: Econo- 
mies, pffaccBients, la 
part du plaisir. 



Nettoyage des pail- 
les, leur remise à 
neuf ; teinture des 
étoffes. 



Nettoyage des fla- 
nelles. 



EXAMEN générai: 

RÉSUMÉ DU PREMIER COURS 

L'ordre et la propreté sont deux qualités 
indispensables à toutes les jeunes Klles, à 
toutes les femmes ayant souci de leur di- 
gnité. Ces deux qualités sont intimement liées. 
En effet, il est difficile de se figurer une 
femme ne laissant traîner aucun objet, ne 
gâchant et ne perdant rien, qui n'observe- 
rait pas les mêmes principes à l'égard de 
la tenue de sa personne. La propreté, le soin, 
sont des vertus qui plaident tout de suite 
en faveur de celles qui les pratiquent. Sans 
elles, la grâce et la beauté^ perdent une 
partie de leurs charmes. Comment s'appro- 
cher d'une personne peu soignée, sans éprou- 
ver de l'aversion? Est-ce possible? Je ne 
le crois pas, et, pour ma part, je vais plus 
loin : le désordre, la négligence dans le cos- 
tume féminin, sont des symptômes qui ne 
trompent pas : ils vont avec le désordre du 
cœur et de l'esprit, et m'apparaissent pareils 
à des symboles. 

Au contraire, l'heureuse harmonie d'une 
coiffure, le bon goût, la propreté méticu- 
leuse d'un vêtement; me font éprouver une 
vraie satisfaction, et je prête volontiers toutes 
les qualités du monde à la personne qui me 
procure cette agréable impression. Elle ne 
les possède peut-être pas toutes; mais, sû- 
rement, elle en est pourvue d'un grand 
nombre. 

Disons, en passant, ce qui donne à toute 
femme un aspect désobligeant : une coiffun 
désordonnée; les cheveux ternes et poussié- 
reux; une peau et des mains mal soignées, 
et, surtout, des vêtements froissés, décousus, 
déchirés et tachés. 



Digitized by 



Google 



63 



Les taches déjho worent les plus belles toi- 
lettes; elfes sont une marque d^impardoniiable 
■^^fence. 

U faut donc essayer de le» éviter et les 
enlever bien vite si Fan a eu la maladresse 
d'en faire. Mais..., voilà, il y a différentes 
sortes de taches, et aussi différentes façons 
d'opérer. 

Nous allons donc, aujourd'hui, puisque nous 
ne pouvons vous donner la totalité du cours, 
vous indiquer les recettes les plus simples 
et les meilleures : celles que nous dictons 
au cours d'enseignement ménager et que nous 
avons expérimentées en commun. 

Laissez-moi encore vous donner un conseil: 
cehii d'organiser une boîte à nettoyage^ comme 
vous avez un coffre à ouvrage; vous pos- 
séderez ainsi, toujours à votre portée, les 
objets et les substances nécessaires pour faire, 
en peu de temps, im nettoyage indispensable 
et sur lequel vous ne comptiez pas. 

Grande hotte à nettoyage'jtn bois hUmc 

contenant ustenjUes servant à détacher. 

Une pelote r^eouverte en toile de coton pour 
poser i'^éioffe à détacher; 

JJne petite planche recouverte d'un mol- 
leton et d'une étoffe blanche (percale, etc.) 
pour repasser les taches de bougie, de pa- 
raffine, etc.; 

Des petites brosses de xrin de différentes 
tailles pour frotter les taches* de sucre ou 
autres; 

De petites éponges^ d'un tissu serré, pour 
humecter * certaines taches ; 

Des tampons de flanelle ou ^e toile de 
coton poiu- frotter les étoffes; 

Un coupe-papier d'os pour gratter l'envers 
des taches de cire, de bougie, etc.; 

Une lampe à alcool ; 

Un fer à repasser ; 

Un ou deux petits entonnoirs^ etc., etc. 

Substances employées pour détacher. 

Savon de Marseille, savon mou; 
apier de soie, papier buvard; 
»5ence minérale (dangereuse); 
nzine (dangereuse) ; 
el de bœuf (préparé); 
âtre fin pulvérisé; 
le; 

ide citrique; 
ie tartrique; 
d'oseille (dangereux); 
-nme arabique en poudre; 



Carbonate de soude; 
Alcool à 90 degrés; 
Allumettes soufrées, etc., etc. 

Nota. — Coller toujours des étiquettes sur 
chaque boîte ou chaque vase contepant ces 
produits; mentionner les substances dange- 
reuses. 

Avant de nettoyer une .tache, il est bon 
d'en reconnaître la nature, si possible, par 
l'odorat, le goût ou le toucher. 



LpÇON PRATIQUE 



PIECETTES POUR EKlPVER LES TACHES 

/* Tackes de bougie, de paraffine. 

Gratter la tache à l'envers de l'étoffe, avec 
un coupe-papier ou un couteau à laine mousse ; 
la recouvrir d'un papier de soie ou d'un pa- 
pier buvard et la repasser avec un fer modé- 
rément chaud. Recommencer l'expérience, en 
changeant le papier jusqu'à disparition com- 
plète deja tache. 

2* Taches de graisse. 

Les taches de graisse s'enlèvent en les frot- 
tant avec de la benzine, ou de l'essence miné- 
rale; ou encore avec une préparation au fiel 
de boeuf; enfin, avec de l'eau et du savon 
quand la nuance de l'étoffe n'est pas trop 
déUcate. 

Nota. — Il arrive souvent qu'il se forme, 
autour de l'endroit détaché, une ligne cir- 
culaire. Pour éviter cet inconvénient, il faut 
saupoudrer la place humide de plâtre sec pul- 
vérisé ou avec de la terre à foulon qu'on 
y laisse séjourner pendant un certain temps. 
Puis, secouer et brosser. 

3" Taches de sucre et de sirop. 

Pour faire disparaître les taches de sucre 
et de sirop, il faut les humeqter avec de 
l'eau chaude, puis les frotter, suivant leur 
degré d'ancienneté, avec une éponge ou une 
brosse douce. 

4* Taches de fruits ou de oin. 

Les taches de fniits ou de vin s'exposent 
à l'action des vapeurs obtenues en faisant 
brûler du soufre (par exemple, des allumettes 
soufrées). 

Pour que ces vapeurs pénètrent bien l'en- 
droit voulu, on fait brûler les allumettes sous 

uiyiLizeu uy x^_j vy v^^pt lx^ 



64 



ui, entonnoir tenu à l'envers, ou sous un 
simple cornet de papier retourné. 

St le résultat ne s'obtient pas ainsi, il est 
bon d'employer de l'acide citrique ou tartrique 
mêlé à l'eau. Quant à l'acide oxalique, c'est 
un produit dangereux. 

D'ailleurs, pour tous les acides, nous recom- 
mandons de les étendre toujours de beaucoup 
d'eau et recommencer plusieurs fois l'opération 
plutôt que de les employer très concentrés. 

5" Taches de cire et de résine. 

Pour enlever ces taches, on les gratte à 
l'envers comme les taches de bougie, puis 
on les frotte vigoureusement à l'endroit avec 
de l'alcool à 00 degrés. 

6' Taches de café ou de chocolat 

Les imbiber d'eau tiède, puis les frotter. Si 
elles ne disparaissent pas ainsi, on émulsionne 
un jaune d'oeuf dans un peu d'eau tiède et 
l'on se sert de ce mélange pour frotter. 

NETTOYAGE DES CHALES 

ET DES TRICOTS DE LAINE 

Pour nettoyer les tricots de laine, on les 
trempe d'abord dans de l'eau tiède; puis, 
on les en retire pour les plonger dans une 
mousse de savon (quarante grammes de. sa- 
von blanc, de Marseille, |>ar litre d'eau douce). 
Presser légèrement, dans tous les sens, le tri- 
cot entre les mains, sans le frotter. Le rin- 
cer à l'eau tiède; enfin, le plonger dans trois 
quarts de litre d'eau, à la même température, 
dans laquelle on aura fait fondre deux cuil- 
lerées de gomme arabique en poudre. Bien 
agiter le tricort en tous sens, puis, le retirer 
du liquide et l'essorer entre des serviettes 
propres. 

L'étirer sur des linges en étirant réguliè- 



r^ent les bords. Le laisser sécher couvert 
et jamais au feu ni au soleil. 

NETTOYAGE DE LA FUNELLE 

On nettoie la flanelle avec une solution ainsi 
préparée : faire dissoudre et faire bouillir vingt 
grammes de savon blanc dans un litre d'eau, 
y ajouter une cuillerée à café de gomme ara- 
bique en poudre. 

Battre cette solution jusqu'à ce qu'elle soit 
tiède. Y tremper la flanelle, l'y laisser quel- 
ques minutes, l'en retirer et en extraire l'eau, 
en la pressant doucement de haut en bas. 

Ensuite, étaler l'étoffe sur une planche gar- 
nie et la brosser doucement, toujours dans le 
même sens. 

Ne jamais frotter la flanelle avec les mains, 
cela la feutrerait. 

Rincer, ensuite, l'étoffe dans une ou plu- 
sieurs eaux tièdes, puis la repasser avec un 
fer modérément chaud pendant qu'elle est 
humide. 

Mme LOUISE HqVSSBA-U. 

Nous prévenons nos abonnées de province 
qu'elles peuvent nous envoyer un des devoirs 
suivants. (Ils correspondent aux points traités 
dans notre leçon orale.) 

DEVOIRS 

lo Qu'entendez-vous par « Enseignement 
ménager »? Montrer son utilité par des exem- 
ples. 

2o Qu'est-ce qu'une bonne maîtresse de mai- 
son? Quelles qualités doit-elle avoir? Dire 
l'heureuse influence que son exemple peut 
exercer. 

3° Expérimenter toutes les recettes données. 

Tous les devoirs seront soigneusement cor- 
rigés pour le fond et aussi pour la forme. 



M">e Laurent Bourget, M. de Mouscardy et 
M»ne Louise Rousseau se mettent à la dispo- 
sition des élèves de province pour corriger 
les devoirs qu'on désirerait leur envoyer. Les 
élèves pourront demander à l'Université des 
Annales, 51, rue Saint-Georges: 

Le Carnet-Correction contenant douze bons, 
au prix de cinq francs, ou : 

Le Carnet-Correction contenant quatre bons, 
au prix de deux francs. 

11 suffira de détacher un des bons de ce 



Carnet et de le coller au devoir pour avoir 
droit à la correction du devoir envoyé. 

Frais de retour à la charge de l'élève. 

L'élève a le droit de choisir la corret. 
du devoir qui lui plaira, c'est-à-dire qu'i 
n'est pas tenue de faire corriger chacun 
ses devoirs. C'est une facilité que nous 
frons, et non une obligation que nous 
posons et nous souhaitons que les expli 
tions de nos cours soient si claires < 
rélève puisse se passer de toute correct 



Imprimerie des Annales, 3i, rua Sl-Geyrges, Paris 



L'imptimtur-Gérant : Vinsonau 
Digitized by LjOOQIC 



JOURHflL DE L'UniVERSITÉ 



I ' ANNEE — NI 



des " Annales " 



6 février 1907 



"Les Cinq à Six "Littéraires 



Série À 



Li/ndi,^2/ Janoier 



MORALE 



»»»»4KI44« 



inflUGURflTIOH 

des " Cinq à Six LiUéraires " 



C'était aujourd'hui le premier des « Cinq 
à Six Littéraires ». 

Nous avons eu, tout d'abord, le plaisir d'en- 
tendre une exquise allocution de M. Alfred 
Mézières. Président de notre Comité d'hon- 
neur, M. Mézières est comme le parrain de 
l'Université des Annales; et le bon parrain 
a voulu venir présenter lui-même sa filleule 
au public. 

Dès les premiers mots, l'éminent académi- 
cien avait conquis la sympathie de l'auditoire. 
C'est que sa personne n'est pas pour dé- 
plaire. M. Mézières est un beau vieillard qui 
Dorte allègrement ses quatre-vingts ans : oui, 
b-e-vijigts ans!... qui le croirait? Le corps 
M. Mézières est resté droit, comme son 
it est resté vert. Ajoutez, à cela, que sa 
sionomie est un mélange harmonieux d'élé- 
ce et de simplicité familière, de noblesse 
le bonhomie. Une neige charmante encadre 
visage où luit un regard vif, malicieux 
I tout ensemble. On croirait contempler 
__ ces philosophes d'Athènes, graves et 
K, savants et enjoués, qui aimaient la jeu- 
- -* que la jeunesse adorait... 



Penché sur nos étudiantes, qui Técoutent 
avec ravissement, M. Mézières fait l'éloge de 
Cousine Yvonne, qui espérait bien n'être pas 
mise en cause et qui, troublée dans sa quié- 
tude, rougit, se lève, s'enfuit! Rires et ap- 
plaudissements éclatent. Il nous amusera en- 
core, quand il racontera certain vieux péché 
dont il a souvenance, certain accès de pro- 
saïsme dont il ne se repent qu'à moitié. 

En 1889, étant membre du Comité supérieur 
de l'Exposition universelle, il examinait cer- 
tains échantillons de travaux féminins présentés 
par les dames de Saint-Denis. 11 y avait là de 
fort jolies choses : aquarelles, objets de luxe, 
tapisseries du meilleur goût. M. Mézières ad- 
mirait, mais avec une petite moue, et, tout à 
coup : 

— Vos élèves savent-elles faire la cuisine? 
dit-il. 

Oh! la surprise et le désenchantement des 
bonnes dames! 

Il faudrait pouvoir rendre la bopne humeur, 
exempte d'apprêt, que M. Mézières mêlait à 
cette courte narration, et aussi la chaleur corn- 
municative avec laquelle il vantait les vertus 
domestiques, les connaissances ménagères de 
la jeune femme accomplie. 

Hélas! on ne retrouvera guère, dans le ré- 
sumé qui va suivre, l'accent ni le mouve- 
ment d'une parole si cordiale et si animée. 
Mais l'analyse est fidèle et, sans doute, elle 
intéressera nos lectrices. r-^ j 



66 



Allocution de M. Alpred MÉZIERES 



Mesdames, mesdemoiselles, 

Je commence par vous donner un bien mau- 
vais exemple que vous ne suivrez certainement 
pas: l'exemple de la désobéissance. La maî- 
tresse de notre nouvelle maison, Cousine 
Yvonne, m'a formellement défendu de parler 
d'elle. Je vous avoue qu'il m*est impossible 
de lui obéir. Je ne répondrais pas à ma pensée 
intime si je ne disais tout ce que cette femme 
courageuse et charmante mérite de reconnais- 
sance. C'est elle qui a eu l'idée de l'Université 
(des Annales, et, pour la créer, il lui a fallu, à 
la fois, beaucoup de patience, de persévérance 
et de courage. 

Notre éminent conférencier, M. Doumer, vous 
parlera, tout à l'heure, du courage féminin. 
Ce genre de courage, personne ne le représente 
mieux que notre chère et vaillante directrice, 
Mme Adolphe Brisson, qui complète si bien 
l'oeuvre de son mari. 

Que voulait-elle, que voulons-nous, nous tous 
qui nous sommes groupés avec tant de bonne 
volonté autour des Annales? Aucun de nous 
ne méconnaît le bien qui se fait ailleurs, les 
cours professés pour les jeunes filles avec 
tant de talent dans les lycées, dans les ins- 
titutions particulières, à la Sorbonrte. On peut 
dire que, sur bien des points de notre grand 
Paris, l'intelligence de la jeune fille est cul- 
tivée dans l'ordre intellectuel et dans l'ordre 
moral avec le plus grand soin. Est-ce suffisant? 
Nous ne le pensons pas, puisque nous vou- 
lons faire quelque chose de plus. Aux qualités 
intellectuelles, si précieuses, nous voulons ajou- 
ter une éducation pratique dont l'absence a 
causé, dans beaucoup d'intérieurs, des décep- 
tions et des malentendus douloureux. 

Il est très bon qu'une jeune fille connaisse 
l'histoire, la philosophie morale, qu'elle sache 
lire avec goût nos auteurs classiques, qu'elle 
ait môme une teinture des sciences. Mais est-ce 
là une provision suffisante pour l'avenir auquel 
elle doit s'attendre? Elle aura sans doute, un 
jour, un mari, un ménage. C'est à ce rôle de 
femme que nous voulons la préparer par une 
éducation pratique très vari<^c et très étendue. 
Si vous prenez la peine de lire les programmes 
de nos cours, vous verrez que nous essayons 
de donner à la jeune fille des clartés de tout, 
bien entendu de tout ce qui contribue au bon- 
heur domestique. 

Si nous réussissons, — et nous réussirons 
certainement parce que le succès, mesdemoisel- 
les, est entre vos mains. — non seulement elle 
saura égayer le foyer par le charme et par 
la grâce qui appartiennent à son sexe, mais 
elle saura y travailler elle-même de ses propres 
mains. Les Cours Pratiques des Annales lui 
auront appris à faire elle même son trousseau, 
ses robes, ses chapeaux, les layettes de ses 
enfants. Rien de ce qui concerne l'hygiène, 



les précautions à prendre pour que la mai- 
son reste saine, ne lui sera inconnu. Elle saura 
exactement ce qu'il faut d'économie domestique 
pour proportionner ses dépenses à ses res- 
sources. 

Nous ne ferons pas d'elle une pédante,. nous 
ne lui enlèverons aucune des qualités aima- 
bles de la femme ; mais, par la forte préparation 
que nous lui doimerons en l'armant pour les 
luttes de la vie, nous essayerons de faire 
d'elle 1^ compagne idéale, celle qui sait par- 
tager les épreuves aussi bien que les joies 
de son mari, celle qui le consolera et qui 
le soutiendra dans les jours difficiles. Elle 
saura bien, d'avance, que la vie n'est pas 
une continuelle succession de bonheur, qu'il 
y a même, pour les plus heureux, des jours 
difficile^ à traverser. Son courage sera à la 
hauteur des difficultés qui sont toujours possi- 
bles, des inévitables tristesses et des inévitables 
déceptions de l'existence. 

J'ai la certitude que les Annales reprennent 
ainsi une des meilleures traditions de la société 
française, en l'élargissant et en l'améliorant 
pour les besoins de la vie moderne. Mme de 
Maint enon, qui a été une éducatrice de génie, 
dont l'éducation des jeunes filles a été le prin- 
cipal souci et la gloire, nous a légué, à cet 
égard, un admirable exemple. Si elle tenait 
au développement intellectuel et moral des 
jeunes filles élevées dans la maison de Saint-Cyr 
créée par elle, elle voulait qu'on leur apprît, 
en même temps, tous les soins du ménage, que, 
dans le rôle de maîtresses de maison et de 
mères qui les attendait, elles fussent préparées 
aux plus dures épreuves, aux travaux manuels 
les plus infimes, en état de supporter les unes 
et de n'être pas rebutées par les autres. 

Les jeunes filles qui sortiront de l'Université 
des Annales seront différentes des demoiselles 
de Saint-Cyr: elles seront plus modernes, mais 
elles ne seront ni moins préparées à toutes 
les chances de la destinée ni moins vaillantes. 

M. Mézières a fini de parler, et, pourtant 
Ton écoute encore... Après sa causerie, il 
est certain que la glace est rompue entre 
le public et l'estrade des conférenciers. Ils 
n'ont plus qu'à venir et à occuper la place 
que le vénérable et charmant parrain de l'Uni- 
versité des Annales leur laisse toute chaude. 
Et puis, il est bien entendu que l'enseigne- 
ment donné ici n'aura rien de morose, et 
sera aussi attrayant que profitable. Sa Ma- 
jesté l'Ennui est priée d'élire domicile... 
ailleurs ! 



M. Doumer se lève à son tour. On connaît 
d'avance son sujet; mais oue dirait-il? et 
comment parler a-t-iL^^i.^^ ^y G ( 



ioogk 



On est friand de l'entendre. 

Tout son passé, déjà long et plein d'homme 
jeune, à coup sûr, mais qui a beaucoup et 
efficacement travaillé, qui, grâce à son la- 
beur et à son souple talent, a gravi tous 
les échelons de la hiérarchie sociale et politi- 
que : d'abord, modeste professeur et jour- 
naliste, puis chef de cabinet du président 
de la Chambre, député, ministre des finances, 
gouverneur général de Plndo-Chine avec 
vingt millions d'hommes à administrer, pré- 
sident de la Chambre des députés, — et l'on 
put croire, un bon moment, qu'il monterait 
encore plus haut..., — tout ce passé d'intel- 
ligence, de probité, d'énergie concentrée et 
tenace où l'on retrouve l'homme du Cantal, 
lui vaut, aujourd'hui, un auditoire compact, 
sympathique et curieux. Car l'on se demande 
toujours de quelle pâte spéciale est pétri un 
personnage qui a tenu et qui occupera en- 
core — on le sent — les premiers emplois. 

Les journaux illustrés ayant, à maintes re- 
prises, publié le portrait de M. Doumer, nous 
ne croyons pas devoir insister sur sa per- 
sonne physique. Comme on le sait, il est 
de taille moyenne; mais, aux abords de la 
cinquantaine, il est resté svelte comme un 
adolescent : affaire de tempérament, et affaire 
de r^me. M. Doumer se lève de grand matin 
et il est très frugal. Un homme au front 
élevé, aux yeux légèrement bridés, au nez 
busqué, à la bouche plutôt grande et vo- 
lontiers souriante, dont les cheveux bruns, 
un peu grisonnants, sont re jetés en arrière, 
tandis que sa barbe pointe résolument en 
avant, dont la physionomie exprime la ré- 
flexion, la décision et la fierté, -- oh! un peu 
de fierté que beaucoup d'amabilité tempère : 
voilà notre conférencier d'aujourd'hui! 

11 parle lentement, posément, non qu'il ait 
à chercher ses mots, — il les trouve sans 
effort, — mais nous sommes en face d'un 
borame calme, qui veut être compris, et qui 
manie le langage comme il manie les chif- 
fres. Aucune recherche du pittoresque, mais 
de la simplicité, de la précision, une précision 
élégante, à la française. Ainsi, l'on entre de 
plain-pied dans la pensée de l'orateur. Peu 
de gestes : M. Doumer parle la tête haute, 
les reins cambrés, les mains au dos; par- 
fois, la main droite se pose très légèrement 
sufi la table; parfois, aussi, la main gauche 
se détache du corps pour lancer une phrase 
en avant. C'est tout. Quant au regard, il 
se promène tranquillement sur l'assistance. 

Et, pourtant, la conférence de M. Doumer 
n'est pas froide. S'il ne cherche point à 
éblouir son auditoire par le prestige du mot 
ou du geste, il l'intéresse par la sincérité 



67 

de son exposé. Les idées morales qu'il dé- 
veloppe lui sont chères entre toutes. Le cou- 
rage, dont il nous entretient, est, à ses yeux, 
la vertu la plus noble. 11 en parle à la façon 
d'un Romain de la République, avec une 




M. et M— Paul Doumer 
entourés de leurs plus jeunes enfants. 



chaleur contenue. Le Devoir n'est point, pour 
lui, un thème à déclamations sonores : c'est 
la plus haute raison de vivre. S'il rappelle 
les dures obligations qu'impose l'amour de 
la Patrie, les sacrifices qu'elle exige (cet 
homme a cinq fils : il ne le dit pas, mais 
nous lé savons, et ce n'est pas d'un front 
serein qu'il les verrait partir^à la bataille); 
s'il parle de l'épouse courageuse, dont l'éner- 
gie se dépense autour du foyer familial et 
dont l'âme fortement trempée réconforte le 
mari qui peine et qui lutte, nous surprenons, 
dans sa voix, l'accent discret d'une confi- 
dence involontaire. C'est ainsi que, dans la 
conférence de M. Doumer, l'émotion jamais 
n'éclate ni ne s'étale; mais elle circule au 
travers, elle vibre en sourdine. 

Et, maintenant, analysons la conférence elle- 
même. 



Digitized by 



Google 



68 



Conférence de M. Paul DOUMER 

sur le Courage "Féminin 

PRÉAMBULE 

M. Doumer avoue sa timidité en face d'un 
public si nouveau pour lui. Habitué aux as- 
semblées composées d'hommes, il se trouve, 
aujourd'hui, dans un milieu tout différent et 
qui, pour être charmant, ne laisse pas d'être 
inquiétant. (Rires et applaudissements.) 

Hommage à la fondatrice de l'Université 
des Annales, M. Doumer déclare compren- 
dre comme M. Mézières le rôle de cette Uni- 
versité. 

Il ne s'agit pas de former ici une femme 
modem style, qui serait une contrefaçon de 
l'homme. Dieu nous en garde! (Bon coup 
de patte donné aux féministes outranciers.) 

Ce qu'il faut maintenant, comme toujours, 
demander aux jeunes filles, c'est de se pré- 
parer à leurs devoirè futurs de maîtresses de 
maison, de mères, d'épouses et de bonnes 
Françaises. 

Mais, comme fia vie moderne est plus com- 
plexe que celle d'autrefois, une éducation 
plus forte et une culture plus étendue sont 
nécessaires. Au reste, culture ne signifie pas 
science livresque. Faire penser vaut encore 
mieux qu'instruire. 



Après quelques phrases de transition, M. 
Doumer entre dans son sujet : le Courage , 
et, plus particulièrement, le Courage Féminin, 

Nos lectrices nous excuseront si, par désir 
de clarté et de méthode, hous donnons à ce 
compte rendu une forme un peu didactique. 
Nous voudrions bien mettre en lumière les 
idées fondamentales autour desquelles a gra- 
vité l'agréable et instructive causerie de M. 
Doumer. 

1« De V identité foncière de toutes les for- 
mes du courage, quels que soient les pré- 
noms divers que Ton ajoute à ce nom. 

M. Doumer ^'insurge, avec raison, contre 
les distinctions trop subtiles de certains mora- 
listes qui voudraient, dans le courage, éta- 
blir une série de « cloisons étanches ». Il 
n'emploie pas cette expression, mais telle est 
bien sa pensée. 

Il ne veut pas (et cela est très important) 
que Ton mette, d'un côté, certaines formes 
nobles, de l'autre, certaines formes basses 
du courage, qu'on exalte le courage militaire 
ou patriotique au détriment du courage civil, 
ni qu'on les place au-dessus du courage quo- 
tidien, modeste et familier. 



En réaUté, il n'y a qu'un courage, tou- 
jours identique à lui-même, et qui est l'énergie 
morale, la force d'âme, tout simplement! 

A ce nom : « Courage », ajoutez les pré- 
noms qu'il vous plaira, mais surtout dites- 
vous bien que ce ne sont là que des prénoms. 

2o Au reste, tous les courages se tiennent 
et se soutiennent réciproquement. Et cette 
vérité trouve sa démonstration dans la vie 
des individus comme dans celle des peuples. 

L'homme courageux a du courage en tout, 
pour toutes choses. Celui qui pratique le cou- 
rage quotidien, modestement et sans bruit, 
qui fait simplement et vaillamment sa beso- 
gne journalière, s'entraîne, qu'il le sache ou 
non, pour le grand courage. Le bon ouvrier, 
patient et laborieux, qui ne boude pas à 
la peine, sera un citoyen, et un soldat coura- 
geux. 

Aussi, quand, dans une nation, une des 
formes du courage tend à disparaître, cesse 
d'être en honneur, soyez sûr que l'énergie 
nationale tout entière est atteinte. Vous voyez 
la lézarde; ne vous étonnez pas si, bientôt, 
l'édifice s'écroule. 

30 Le couRAOE FÉMININ «/, moralement, 
Végal du courage masculin, — Utilité sociale 
et nationale du premier. 

De tout ce qui précède, résultent deux im- 
portantes conséquences. 

Voici la première : On ne peut plus rejeter 
au second plan le courage féminin, ni le si- 
tuer au-dessous du courage masculin, dès lors 
que le courage est toujours identique à lui- 
même. 

Et voici la seconde : Le courage féminin 
importe, autant que le courage masculin, à 
la société et à la nation, dès lors que tous 
les courages, quels qu'ils soient et à quelque 
objet qu'ils s'appliquent, contribuent à l'éner- 
gie totale du corps social et à la grandeur 
du pays. 

M. Doumer, dont notre avenir national est 
le constant souci, veut que les futures femmes 
françaises soient des femmes courageuses. 
Grâce à elles, si elles ont été bien préparées 
à leur tâche, de graves périls qui menacent 
notre chère patrie pourront être conjurés. 

40 Mais en quoi consiste, au juste, le cou- 
rage féminin? Dans quel domaine s^ exercera- 
t'il et comment? 

La nature a déterminé le cadre de la vie 
féminine, et le rôle de la femme. C'est cjans 
les limites de ce cadre et de ce rôle que 
le courage féminin devra se déployer. 



Digitized by 



Google 



69 



La place naturelle de la femme est au foyer. 
Elle s'y trouve attachée comme maîtresse de 
maison^ comme épouse, comme mère, comme 
nourrice et éducatrice de ses enfants: 

Qu'elle remplisse courageusement tous ces 
rôles que la nature Pinvite à remplir, elle 
sera la femme accomplie, et, par surcroît, 
elle aura, d'une toute autre façon que Phomme, 
mais aussi utile, aussi efficace, aussi noble, 
travaillé à la grandeur de la patrie. 

La maîtresse de maison courageuse est celle 
à qui aucun effort ne coûte pour assurer 
chez elle le bon ordre, pour procurer à ceux 
qui l'entourent le bien-être dont ils ont be- 
soin. Elle saura renoncer à une promenade 
agréable, à une partie de plaisir, à mille sa- 
tisfactions de coquetterie ou d'amour-pro- 
pre, etc- 

Vépouse courageuse est la compagne dé- 
vouée, dont le mari retrouve chaque jour 
l'affection fidèle, sûre et réconfortante. Elle 
s'applique à le comprendre ; . elle veut être 
pour lui une associée au sens large du mot. 
Viennent pour l'homme les tristesses et les 
épreuves, il sera bien fort, malgré tout, s'il 
possède une femme vaillante, loyale, attachée 
au devoir. Et, si elle le suit parmi les périls, 
ce sera mieux encore. 

La mère courageuse; qu'est-ce que la mère 
courageuse? Il est bon de le dire aux fu- 
tures femmes françaises. Ce ne sont pas seu- 
lement les hommes qui redoutent d'avoir des 
enfants. Il y a beaucoup de femmes qui n'en 
veulent pas. Elles déguisent l'égoïsme qui 
seul les fait agir sous des prétextes de santé, 
d'obligations sociales. La vérité est qu'elles 
sont atteintes du mal qui tient tant de gens, 
qui menace de nous détruire, s'il se propage, 
s'fl n'est pas enrayé et guéri promptement : 
la lâcheté. 

Alphonse Daudet, dans un de ses livres, 
parle de « la. peur de la maternité, la terreur 
qui hante la jeune épousée du temps pré- 
sent ». 

L'homme admirable que la République des 
^" îs-Unis a placé à sa. tête, le président 
sevelt, s'est indigné de ces paroles, ou, 
I ôty du lamentable état moral qu'elles re- 
tient, si elles étaient véridiques. 
Quand de tels mots, dit-il, peuvent être 
1 -iquement écrits sur une nation, cette 
I >n est pourrie jusqu'au fond du cœur. 

< jid les hommes craignent le travail ou la 
I nre juste, quand les femmes craignent la 
1 miité, ils tremblent sur le bord de la 

< nation, et il serait bien qu'ils s'évanouis- 
\ de la surface de la terre où ils sont de 

^ *-*". de mépris pour tous les hommes 



et pour toutes les femmes qui, eux-mêmes, 
sont forts, braves et d'âme haute. 

— Les jeunes femmes françaises de demain 
ne voudront pas, dit M. Doumer, qu'un tel 
langage voue leur pays au mépris de l'uni- 
vers. Qui a reçu la vie doit la donner à son 
tour. C'est l'existence même de notre nation 
qui est en jeu. La population de la France 
reste à peu près stationnaire quand, depuis 
1870, celle de l'Allemagne/ s'est accrue de 
vingt millions d'âmes. Conserver la même 
population, c'est se dépeupler. 

Vallaitement est un devoir essentiel de 
toute mère courageuse. D'abord, il est im- 
posé par la nature dont on ne transgresse pas 
en vain les lois. En donnant le lait à la 
mère, elle a voulu que l'enfant en fût nourri. 
Assurément, l'accomplissement de ce devoir 
prive laj'eune femme de bien des plaisirs; 
mais c'est précisément en cela que consiste 
le courage. Au reste, la santé de la mère y 
est aussi intéressée que celle de l'enfant. 

Enfin, la mère courageuse sera celle qui, se 
consacrant à l'éducation morale de ses fils 
et filles, s'efforcera de développer en eux 
toutes les formes de l'énergie morale, et vou- 
dra leur faire aimer le devoir. Elle gravera 
le patriotisme au cœur de ses enfants^ Ce 
n'est point le rôle des femmes de s'armer 
pour la défense du pays. L'exemple de la 
bonne Lorraine est une exception glorieuse, 
mais une exception. Les femmes doivent seu- 
lement comme mères, épouses, sœurs ou fian- 
cées, exiger que tous les soldats de France 
se battent héroïquement au jour du danger. 

Et M. Doumer rappelle trois belles stro- 
phes du Chant du Départ, la meilleure œu- 
vre, dit-il, de Marie-Joseph Chénîer : 

rVE MÈRE DE FAMILLE 

Du nos yeux maternels ne craignez point les larmes : 
Loin de nous de lâches douleurs! 

Nous devons triompher quand vous portez lesarinos. 
C'est aux rois à verser des pleurs. 
Nous vous avons doni»^ la vie. 
Guerriers, elle n'est plus à vous. 
Tous vos jours sont à la Patrie, 
Klle est votre môre a\ant nous, 

UNE ÉPOUSE 

Parlez, vaillants époux, les combats sont vos f«Hcs : 
Partez, modèles des guerriers. 

Nous cueiJIeronsHos fleurs pour en ceindre vos leles: 
Nos mains tresseront vos lauriers. 
Et si le Temple de Mémoire 
Sou\raità vos mâups vainqueurs 
Nos voix chanteront votre gloire * 
Etno<« flancs portent vus \engeurs. 



70 



UNE JKUNi: FI .LE 

Et nous, sœurs dcshiTOs. nous qui de 1 liyméiRM» 
Ignorons les aimables mcuds; 

Si pour s'unir, un jour, à notr? destinée 
Les citoyens forment des v(eu\, 
Qu'ils reviennent dans nos murailles. 
Beaux de gloire et de liberté. 
Et que leur sang dans les batailles 
Ait (•oul(\iK)ur l'Egalité. 

M. Doumer termine en formant le \'<£u 
que les jeunes étifdiantes des Annales devien- 
nent des maîtresses de maison, des épouses 



et des mères courageuses. Il le souhaite de 
tout son cœur, et pour elles-mêmes et pour 
la France. 

M. Doumer est applaudi à tout rompre; 
on s'empresse autour de lui pour le féliciter. 
Le nombreux et charmant public de sa confé- 
rence se réjouit de Tavoir entendue. Dans la 
salle et les escaliers, ce ne sont que propos 
flatteurs pour l'ancien président de la Chambre. 

Conférence de 

PAUL DOVMBJi, 

noté© par A. Pujet. 



Série B 



HYGIENE 



Mardi . 22 Janoier 



nos Os 



Conférence faite par M. le docteur Pierre 
SEBILE AU, professeur agrégé à la Faculté 
de Médecine, chirurgien des hôpitaux. 

Le programme de TUniversité des Annales 
est combiné de telle sorte qu'à une confé- 
rence de morale succède une conférence d'hy- 
giène. Le lundi, de cinq à six, morale; le 
mardi, de cinq à six, hygiène. Après la mo- 
rale, hygiène de l'âme, on a l'hygiène, morale 
du corps. Chacun sait que ces deux sciences 
se complètent et que Descartes, ce spiritualiste, 
ce maître du spiritualisme, avait tendance à 
ramener la morale à l'hygiène. Et Bossuet 
lui-même déclare que « l'âme et le corps ne 
font ensemble qu'un tout naturel ». Donc, il 
faut étudier tour à tour l'âme et le corps, et 
tâcher de savoir comment on les maintient 
tous deux en bonne santé. Les lundis mo- 
raux sont nécessaires à nos jeunes filles, et 
les mardis hygiéniques l.'ur sont indispensables. 
Dieu merci! on comprend de mieux en mieux 
l'importance de l'hygiène : les pouvoirs pu- 
blics y pensent de plus en plus; les Conseils 
municipaux de nos grandes et de nos petites 
villes, ceux des cités et ceux des bourgades, 
s'en préoccupent chaque jour davantage ; et les 
individus aussi. Car, tous, nous partageons 
les vues réalistes du bonhomme Chrysale : 

(iueîiille si lun veul. ma guenille m'est clu'Te. 



Eh bien! notre guenille corporelle sera, aux 
Annales, l'objet d'une causerie hebdomadaire, 
très profitable et très amusante, si l'on en 
juge par la première. Car le docteur Sébileau, 
qui l'a faite, en fera encore cinq autres; et il 
n'est pas douteux que le docteur Thiercelin, 
chargé des six autres conférences d'hygiène, 
ne cherche, à son tour, tous les moyens de 
nous être à la fois utile et agréable. 



Donc, aujourd'hui, le décor de notre salle 
est changé. Hier, rien ne rappelait à nos yeux 
notre condition mortelle. 

L'on nous parlait de l'énergie, du courage, 
de la « vie intense », comme dit le président 
Roosevelt. Et nous avions deVant nous un 
vieillard jeune entre tous. Aujourd'hui, cer- 
tes, nous allons entendre un conférencier plein 
de feu autant que de science. Mais quel sin- 
gulier état-major l'entoure! Où donc l'a-t-il 
recruté? Est-ce à l'antique gibet de Mont 
faucon? Voici, sur une table, des os de diver 
types ; voici surtout, à droite et à gauche, deu? 
squelettes : l'un, élégant à sa manière, c'esf 
à-dire sans difformité, l'autre étràngemen 
tordu et contourné, sorte d'abrégé dt la m: 
sère humaine. Ne serait-ce point celui de Scai 
ron, premier époux de Mme de Maintenon 
donc prédécesseur de Louis XIV? Quoi qu'* 
en soit, nous avons devant nous la charpen 
de deux êtres qui ont pensé, senti comn. 



7^ 



nous, et souffert. (Pour le second, il n'y a 
pas de doute.) Et, un jour, nous aurons, 
nous aussi, cette figure-là! Il est vrai qu'on 
nous laissera tranquilles dans notre coin; nous 
reposerons dans Toubli. Nous n'irons pas dans 




FiG. I 

Segment vertébral (fig. sch.). — a, épine dorsale; t, arc 
neural ; c, apophybcs transverâcs; à, corps de la vericbrc; 
/. côies; m, sternum; ^, o, cartilages costaux; />, moelle 
êpiniére. 

le monde; il n'y aura personne pour nous y 
conduire; et nous n'aurons point la consola- 
tion de contempler, avec nos orbites creux, 
de charmantes et studieuses jeunes filles, tan- 
dis que ceux-d... Oh! ils connaissent leur 
bonheur; et voilà bien pourquoi ils sourient 
(de quel sourire!). On les regarde avec un 
intérêt presque passionné; et, tout à l'heure, 
M. Scbileau leur prendra le bras, puis la jambe, 
et il promènera sa main le long de leur échine. 
Us sont contents et, peut-être, ils ronronnent 
tout bas. Ils sont fiers, n'en doutez pas, de 
nous être présentés par le docteur Sébileau. 
Et, vraiment, ils ont raison, ces bons squelettes. 

Notre conférencier d'aujourd'hui est un sa^ . 
vaut d'une érudition inépuisable et d'une verve 
endiablée. A peine a-t-il pris place sur l'estrade, 
et pour bien peu d'instants (car sa mobilité 
ne s'accommode guère des attitudes qui se pro- 
longairt), à peine avons-nous eu le temps de 
le regarder, d'inspecter à la hâte sa personne 
fortement charpentée, sa figure énergique, ses 
y— X noirs pareils à des charbons ardents, 
q ... le voilà parti! Oh! mesdemoiselles, si 
V s voulez prendre des notes^ vous n'aurez 
p le temps de chômer. Dépêchez-vous, dé- 
p icz-Vous! Il faut faire non pas du qua- 
r e ni du soixante à l'heure, vitesse bour- 
g se et de tout repos, mais du quatre-vingts, 
d cent, du cent vingt surtout! M. Scbileau 
p ant rappelle, en quelque manière, le glo- 
ri X chauffeur Fournier dans la course Paris- 
E ^'n. Et, maintenant, sachez qu'il possède 



au plus haut degré la précision technique, et 
une élocution sûre autant que prompte, qu'il 
a des saillies ^spirituelles et pleines d'imprévu, 
des formules pittoresques qui se gravent dans 
la mémoire. Tel est le... bagage de ce disciple 
d'Hippocrate. 

Pour vous donner, chères iectrices, une idée 
exacte de la conférence de M. Sébileau, il fau- 
drait un cinématographe et un phonographe. 
Alors, vous n'en aurez qu'une faible idée, 
puisqu'on 'he peut vous en procurer (chose 
déplorable) qu'une analyse très sommaire, 
grosso modo. 

Avant de parler de l'hygiène des os, des 
soins divers qu'ils réclament, M. Sébileau nous 
demande la permission de faire un tout petit 
peu d'anatomie. Nous sommes tous des ver- 
tébrés. Mais qu'est-ce* qu'un vertébré? « Nous 
allons, si vous le voulez bien, créer un petit 
vertébré. » Aussitôt dit, aussitôt fait. Dieu, 
dit la Bible, créa le monde en six jours et, 
content de son œuvre, il se décerna à lui-même 
le repos hebdomadaire. M. Scbileau, lui, créa 
' son petit vertébré en moins de six minute, 
en six secondes à peine. Trois ou quatre coups 
de craie, et ça y était ! Le petit vertébré, inexis- 
tant tout à l'heure, voyait le jour et, accroché 
au tableau noir, montrait au public ses formes 




Fig 2 

Vertèbre dorsale. — i, <''pine dorsale; 2. apophyse trans- 
verse; 3, sa facette d'arliculation avec la côte; 4, apophyse 
articulaire; 5, corps de la vertèbre cl demi-facétie d'arlicu- 
lation avec la côte; 6, arc ncurcl. 



charmantes: ici le disque cylindrique (figure 1) 
formant le corps osseux de la vertèbre; en ar- 
rière l'arc neural avec son apophyse épineuse 
ou épine dorsale (prolongement postérieur de 
l'arc), et ses apophyses transverses, placées 

uiyiLizeu uy "vJvJiJVt LiL 



72 

horizontalement sur les côtés de l'arc, Tune 
à droite, l'autre à gauche. Sur le disque osseux, 
unç paire de côtes s'articule. Nous avons là, 
devant nous, l'élément fondamental dii sque- 
lette. On peut dire, en effet, que, abstraction 




1 IG. 3 

Colonne vertébrale — 1 à 7, vertèl^rcs vcriicaies; 8 à 19, 
vertèbres dorsales; 20 à 24, vertèbres lombaires; A, apo- 
physes cpineubes ; B, apophyses iransvcrses cervicales; C, 
apophyses transvercb dorhdlcfi; D, apoph\>es transverse» 
lombaires; E, trous de conjugaihon; F, iacettes et demi- 
facettes ariiculaires pour les cûiei». 



faite des membres, le squelette consiste en 
une suite de petits vertébrés (segments verté- 
braux) placés les uns sur les autres, parallèle- 
ment et en nombre égal à celui des vertèbres. 
Seulement, ces segments ne sont complets que 



dans la région moyenne du thorax. Inférieure- 
mcnt, ils se réduisent peu à. peu, au point de 
ne plus comprendre que les vertèbres (région 
lombaire); supérieurement, il en est de même 
(vertèbres cervicales). Enfin, dans la tête, les 
segments vertébraux se sont profondément dif- 
férenciés et ont donné naissance aux os du 
crâne et de la face. 

Un vertébré supérieur n'est donc qu'une 
superposition de « petits vertébrés », traversés 
les uns après les autres par le canal neural 
dans lequel se trouve la moelle épinière. En 
ce moment, nous résumons de notre mieux, 
c'est-à-dire médiocrement, et à la manière d'un 
profane, l'exposé technique, si précis pourtant, 
et si coloré, du docteur Sébileau. 

Voilà donc le « petit vertébré » créé et 
mis au monde! Mais, différent en cela du Dieu 
de la Bible, M. Sébileau ne se repose pas; et 
il nous laisse à peine le temps de souffler. 
Il abandonne sur le tableau noir sa jeune créa- 
ture toute nue et palpitante. « Tire-toi d'affaire 
tout seul, mon petit vertébré. Tu as la vie, 
c'est déjà beaucoup. Aide-toi, le ciel t'aidera. 
Bonne chance! » M. Sébileau n'a pas tenu ces 
propos, mais il aurait pu les tenir. Le temps 
seul lui a fait défaut. D'un bond, il a déjà 
passé de la droite à la gauche de l'çstrade et 
. rejoint le squelette qui, de ce côté, se ba- 
lance. A l'aide de ce « grand vertébré », il 
complète sa vivante démonstration. « Ici, mes- 
demoiselles, les vertèbres complète^ de la ré- 
gion thoracique; ici les vertèbres lombaires; 
ici les vertèbres cervicales. Ici le canal neural; 
j'y plonge mon doigt. Sur les côtés de la co- 
lonne vertébrale, voici, entre les vertèbres, 
les trous de conjugaison qui donnent passage 
aux nerfs de la moelle épinière. » (Figures 2 
et 3.) 



M. Sébileau parle, maintenant, du dévelop- 
pement et de la croissance des os. 

« Savez-vous, mesdemoiselles, comment, de 
petites filles que vous étiez autrefois, vous 
êtes devenues les grandes jeunes filles que 
j'ai le plaisir d'apercevoir autour de moi? 

» Eh bien! vos os ont déjà passé par l'r*~* 
cartilagineux, pendant lequel ils ont acq 
leur forme. Le cartilage ne contient pas, com 
l'os, des sels calcaires. Or, ce sont eux 
donnent à l'os sa dureté. Le cartilage 
souple; il plie et ne rompt pas. Aussi, p 
dant que les os sont encore à l'état cart 
gineux (tel est le cas des tout jeunes enfan 
ils sont susceptibles de déviations graves. 
ne faut pas forcer les enfants à marc 
trop tôt. Retenez bien cela, mesdemoisel' 



73 



Il n'y a rien de plus mauvais. Les os ne 
sont pas encore assez résistants. Ils plient ou 
plutôt se courbent. Rien de sot et de perni- 
cieux comme l'orgueil des mères ignorantes 
qui vous disent : « Voyez, mon enfant, il n'a 
que neuf mois, et il marche! » Le résultat est 
beau; parce qu'elles n'ont pas voulu attendre 
encore quelques mois, leurs enfants seront 
cagneux. » 

Il faut du temps pour que les os passent 
de l'état cartilagineux à l'état^ osseux propre- 
ment dit. (Figure 4.) 

L'ossification des cartilages commence en un 
nombre variable de points ou centres d'ossifi- 




FiG. 4 

Ossification dana le cariila^- . — A, humérus: B, cubitus, 
C, ofi tarsien ; D, métatarsien ; K, acux phalanges; e. épi- 
phjrse; </, diapbysc; e, cartilage d'accrotssemeni ; i, 2, 3...., 
points d'ofsification dans leur ordre d'apparition. 



cation, savoir un pour la diaphyse ou corps 
de l'os, et un ou plusieurs pour chaque épi- 
pfayse, puis s'étend aux cartilages entiers sauf 
entre la diaphyse et l'épiphyse. 

Une fois substitués aux cartilages, les os 
s'accroissent rapidement en longueur par le 
cartilage d'accroissement; en épaisseur, par 
leur surface même du périoste. 

Pendant toute la période où l'épiphyse n'est 
pas encore soudée à la diaphyse, se produit 
le développement de l'os. 

I! peut donc, durant ce temps-là, se défor- 
mer, se dévier sous l'influence de causes di- 
verses. 



£) 



utthns de la Colonne vertébrale 

Scoliose et 7{achittsme 

« une scoliose déformatrice qui est très 
fr .^nte, surtout chez les jeunes filles : car 
k eunes gens en ^ont moins atteints. Celles 
qi prennent de mauvaises attitudes en écri- 
ve 'înissent par avoir une épaule plus haute 
qi —itre; leur colonne vertébiale prend la 



formé d'un S, et cela ne se guérit pas. Les 
jeunes filles doivent donc tenir leur corps 
droit, éviter tout ce qui ressemble au déhan- 
chement. La scoliose commence très petite- 
ment, puis s'aggrave, et il n'y a plus rien à 
faire. 

Quant au rachitisme, il est occasionné par 
un état maladif général. 

Comment soigner les rachitiques jeunes? 
11 faut aérer les enfants, les bien alimenter, leur 
donner du lait pendant très longtemps, apporter 
dans leurs aliments des sels. 

(Encore une fois, il ne faut pas les faire 
marcher trop tôt.) 

Là-dessus, M. Sébileau nous montre un 
deuxième squelette, cette sorte de Scarron dont 
il a déjà été fait mention. Incurvation des tibias 
et des fémurs, scoliose très accusée. Voilà 
un bel exemple à ne pas suivre. 



Maintenant, le conférencier donne à ses au- 
ditrices quelques indications sur les soins 
immédiats à donner aux os fracturés. 

L'existence d'une fracture, chez une per- 
sonne victime d'un accident, se reconnaît à 
deux signes : lo l'impotence fonctionnelle (im- 
possibilité de se servir d'un membre, laquelle 
comporte, d'ailleurs, diverses attitudes qui va- 
rient avec la nature même des fractures); 2« 
la crépitation, bruit particulier qui se produit 
quand, remuant les deux fragments de l'os, on 
les frotte l'un contre l'autre. 

Les, premiers soins à donner consistent en 
ceci : d'abord, il ne faut pas faire de mal 
au blessé (et c'est à quoi beaucoup de gens 
ne pensent pas assez) ; ensuite, il faut s'assurer, 
par un examen attentif, de l'existence ou de 
la non-existence d'une plaie. Car il y a un 
abîme entre la fracture fermée et la fracture 
ouverte. 

Dans le premier cas, aucune infection n'est 
^ à craindre; dans le second, au contraire, les 
complications sont à redouter. Dès que la peau 
est crevée ou entamée, la porte est ouverte 
aux microbes. S'il y a une plaie, il faut donc 
tout faire pour éviter la septicémie, le tétanos. 
Donc, ne touchez pas au blessé avant de vous 
être lavé très soigneusement les mains! Si sa 
peau est noire et sale, si elle est souillée de 
terre, il faut la nettoyer, la laver, autant que 
possible, avec de l'eau oxygénée, ou, à défaut 
d'eau oxygénée, avec de l'eau bouillie. 

Et, maintenant, quel est le meilleur moyen 
de ne pas faire souffrir le blessé? 

Il faut « atteler » l'os fracturé. Vous cou- 
pez les vêtements dans la région atteinte; vous 
mettez à nu le foyer de la blessure. Vous cous- 

uiyiLizeu uy x^j v^ v^^pt lx^ 



74 



sinez le membre malade; vous y placez 'de$ 
« attelles », c'est-à-dire des soutiens ,en car- 
ton, ou de petites lattes de bois. Mais vous 
prenez bien soin de soulever tout d'une pièce 
la jambe ou le bras fracturé, afin d'éviter la 
« crépitation » et, par suife, la souffrance. C'est 
alors seulement que vous commencez à conso- 
lider le iTjembre atteint. 



M. Sébileau a terminé sa conférence par 
un développement tout à fait profitable et 
très humoristique sur la taille et le corset. 
C'est un vrai chagrin que d'être réduit à le 
résumer. On voudrait le reproduire textuel- 
lement, tant il s'y mêlait de verve! Sans doute, 
dit M. Sébileau, le corset est nécessaire, il 
est, tout au moins, une nécessité permanente 
imposée par la coquetterie féminine, puisque 
de tout temps, ou plutôt dans tous les siècles 
de civilisation, les femmes ont éprouvé le 
besoin de porter sous la robe 'des bandes 
fermes et serrées. Etait-ce pour soutenir leur 
corps? Etait-ce pour l'amincir et lui donner, 
en dépit de l'ampleur fréquente des formes, 
un air de sveltesse et d'élégance? M. Sébileau 
sourit. Une ironie muette, et d'autant plus 
éloquente règne dans son regard. 

Au moyen âge, le corps féminin est em- 
prisonné dans de véritables corsets, où abon- 
dent les « baleines » (il y en a jusqu'à cent 
vingt ou cent trente). Aux' fournisseurs de 
baleines, les Pays-Bas offrent des primes! 

Sous Louis XIV, Louis XV, Louis XVI, 
les « dames du bel air » portaient des corsets 
coniques qui leur relevaient les seins jusque 
sous le menton. 

Maintenant encore, M. Sébileau n'y insiste 
pas, les- femmes sont fidèles, trop fidèles au 
funeste usage de cette carapace artificielle. 

« Carapace », certes ! Funeste, sans aucun 
doute. 

Grâce à cette carapace et à la pression qu'elle 
exerce, ^ le thorax subit un aplatissement laté- 
ral : l'on se transforme presque en oiseau. 
■ La pointe de l'appendice xyphoïde est projetée 
en avant. 

Et le foie, l'estomac, la rate, que devien- 
nent-ils? Hélas! ils s'abaissent, s'abaissent, 
s'aba'ssent! Ils sont obligés de se réfugier 



dans le ventre, où l'on trouve alors tout ce 
qui ne devrait pas y être. 

Et le diaphragme, ce muscle régulateur dont 
le rôle est si important? Hélas! hélas! il ne 
fonctionne plus; il ne peut plus faire monter 
les côtes. Les poumons n'absorbent plus la 
quantité d'air dont ils ont besoin. Aussi, la 
femme, serrée dans son corset, ne respire-t-elle 
pas comme l'homme. Elle n'a, la malheu- 
reuse, que la «respiration d'en haut». Elle 
vit constamment dans 'un état de demi-as- 
phyxie. 

Et les sillons sur la peau!... Quel malfaiteur 
que le corset! 

Encore si, tout en le gardant (car on le 
gardera toujours et M. Sébileau ne se fait 
point d'illusion là-dessus), si, tout en le gar- 
dant, on le mettait à sa place; si la taille 
était mise là où elle est!... 

Où elle est? Mais, parbleu!^ au-dessous des 
côtes, entre les côtes et les os iliaques! Là 
seulement ,est la taille et vous, chercherez 
vainement à la faire monter. 

Et puisque vous tenez, mesdames, à vous 
serrer, puisque c'est votre bonheur, ne vous 
serrez qu'à l'endroit indiqué par la confor- 
mation de notre squelette! Que votre corset 
ne soit pas constricteur, qu'il épouse la. forme 
de la paroi thoracique, qu'il laisse le dia- 
phragme faire son jeu, et ne gêne en aucune 
façon notre appareil cardio-pulmonaire! 

Mais, si les femmes ne peuvent renoncer au 
corset, les jeunes filles ne pourraient-elles s'en 
priver le plus longtemps possible? Cela leur 
permettrait de grandir, de se développer. 



Ici, le docteur Sébileau regarde sa montre 
et s'excuse (oh! le trop aimable homme) de 
nous avoir ennuyés, quand, au contraire, nous 
voudrions voir sa conférence se prolonger. 
Il descend de son estrade et retourne à ses 
malades qui l'attendent avec impatience. 

Nous le reverrons et nous l'entendrons de 
nouveau, et nous nous instruirons, et nous 
nous amuserons!... 
Heureusement! 

Conférence de 

PJEJiTiE SÉBILEAU, 

notée par A. Pajet 



<i3lè^t|(^^>#^ 



Digitized by 



Google 



75 • 



mercredi, 23 Janoier 



LITTÉRATURE FRANÇAISE 



»»>»<t«4« 



VILLON ET MAROT 

Conférence de M. Jules TRUFFIER, 
de la Conïédie-Française 

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, 

Si nous commençons notre anthologie sim- 
plement à partir de Villon, ce n'est pas parce 
que Villon est, comme on a coutume de le dire, 
le père de la Poésie Française, mais bien 
parce qu'il est le premier poète personnel 




r*-'Tk4 d'Orléans (1391-1466), d'après C.-S. Gaucher. 






ce moyen âge si complexe et si varié. 

st aussi parce que nous ne pouvions guère 

lonter plus avant dans la chronologie des 

tes français sans nous exposer .^ n'être 

entendu de notre aimable public. Vous 

iriez pas la pati::nce, mesdemoiselles, de 

uire, à l'audition, les pièces citées, en un 

e aussi incompréhensible pour vous, au- 

d'hui, que le serait un texte grec ou ja- 

*is. 

■'omettrai pas, cependant, de vous dire 

sa 



d'abord un mot de l'exquis Charles d'Or- 
léans, l'un des prédécesseurs de Villon. Ne 
pas parler de Charles d'Orléans, ce serait faire 
une injustice, puisque Clément Marot, — dont 
nous vous entretiendrons tout â l'heure, — 
Clément Marot que le dix-septième siècle 
qualifia de « Classique des temps barbares », 
n'est, en somme, que le continuateur de 
Charles d'Orléans, et non pas le successeur 
direct de François Villon, ainsi que le pré- 
tendent certains manuels de littérature. 
• Charles d'Orléans, fils de Louis d'Orléans, 
neveu de Charles VI, père de Louis XII, et 
grand-oncle de François 1er, naquit à Paris 
le 26 mai 1391. Détail mélancolique : il resta 
viogt-cinq ans prisonnier en Angleterre, après 
la bataille d'Azincourt. Charles d'Orléans, dans 
sa formule, se ressentait de l'allégorie et l'on 
put lui reprocher un peu d'afféterie; mais 
il fut « naturel » par tempérament, témoin 
ces rondels connus de vous toutes, mesde- 
moiselles : 

Le temps a laissié son manteau 
De vent, de froidure et de pluye, 
Et s'est vestu de hrouderie. 
De soleil luyaiit. cier et beau. 

11 n'y a besle, ne oyseau, 
Qu'en son jargon ne chante ou crie : 
Le temps a laissié son manteau 
De vent, de froidure et de pluye. 

Rivière, fontaine et ruisseau 
Portent, en livn'-e jolie, 
(ioutles d'argent dorfav renie, 
Chascun sabille de nouveau: 
Le temps a laissié son nianlcaii. 

Le rondel du Petit Marchand est moins 
connu; il est peut-être plus original : 

Petit miTcior, i)i'lil pani^T: 
Pourtant si ji- u\ii niarcbandisc 
Qui soit du tout à votre guise. 
Ne blâmez \\owy ce mou nictier! 



— Je gagne deniei' à denier : 

C'ait loin du trésor de Venise ^T^ 



Petit mercier, pélit iïaîMT?i'^ 



76 



Et, tandis qu'il est, jour ouvrier 
Le temps perds, quand à vous devise. 
Jo vais donc à mon entreprise, 
Et parmi les ru es crier : 
« Petit mercier, petit panier ! »> 

Et le rondel : le Trait de la Fenêtre^ dans 
lequel il nous engage à marcher les yeux 
baissés et à ne jamais regarder ni à droite 
ni à gauche, car de belles jeunes fîlles peu- 
vent apparaître aux fenêtres et nous blesser 
à mort de leurs regards : 

Gardez le trait de la fenestre. 
Amans, qui par rues passez, 
Car plus tost en serez blessez 
Que de trait d'arc ou d'arbalestre. 

N'alez à destre ne à senestre, 
Regardant, mais les yeulx bessez ; 
Gardez le trait de la lenestre, 
Amans, qui par rues passez. 

Se n'avez médicin bon maistre, • 

Si tost que vous serez navrez 

A Dieu soiez recommandez, 

Mort vous tiens, demandez le prestre ; 

Gardez le trait de la fenestre. 

Voici un rondel d'hygiène pratique, un 
poème-conseil comme on en trouve dans 
Hésiode : 

En > vor, du feu î du feu ! 
Et en esté boire ! boire ! 

— (Vost de quoy on fait mémoire 
Quand on vient en aucun lieu. 

Ce n'est ne bourde, ne jeu ! 
Qui mon conseil vouidra croire : 
En \ vor, du feu! du feu ! 
El en esté boire I boire ! 

Chaulx morceaux, faiz d»>> bon queu 
Fault en froit temps voire ! voire ! 
En chault, froide pomme, ou poir«, 
C est l'ordonnance de Dieu : 

- En >ver, du feu I du feu I 

Vous le pouvez remarquer : le rondel est 
ce qu'on appelle un petit poème à forme 
fixe. Il ne faut pas le confondre avec le 
rondeau, autre poème à forme fixe dont je 
vous dirai un mot tout à l'heure. Notre vieux 
maître Banville définissait ainsi les poèmes 
traditionnels à forme fixe : 

« Les poèmes pour lesquels la tradition a 
irrévocablement fixé le nombre des vers qu'ils 
doivent contenir et l'ordre dans lequel ces 
vers doivent être disposés. Ce groupe de 
poèmes est l'un de nos plus précieux tré- 
sors, car chacun d'eux forme un tout rythmi- 
que, complet et parfait, et, en même temps. 



ils ont la grâce naïve des créations qu'ont 
faites les époques primitives. » 

Revenons à Charles d'Orléans, que Ban- 
ville adorait. 

La note patriotique n'est jamais oubliée 
dans ces poètes qu'on nous représente comme 
légers et détachés; témoin la fameuse bal- 
lade écrite à Douvres, lorsque Charles d'Or- 
léans, prisonnier, espérait voir la paix, sinon 
quelque « entente cordiale », signée entre la 
France et l'Angleterre. 

Voici un fragment de cette ballade : 

En regardant vers le pays de France, 
Ung jour m'avint, à Dovre sur la mer, 
Qu'il me souvint de la doulce plaisance 
Que souloie oudit pays trouver. 
Si commençay de cuour à souspirer, 
Combien certes que grant bien me faisoit 
De veoir France, que mon cueur amer doit. 

Je m'avisay que c'estoit non sçavance 
De telz souspirs dodens mon cueur garder, 
Veu que je voy que la voye commence 
De bonne paix, qui tous biens peut donner: 
Pource, tournay en confort mon penser : 
Mais non pourtant, mon cueur ne se lassoit . 
De veoir France, que mon cueur amer doit. 

Alors, chargay en la nef d'Espérance 

Tous mes souhays en les priant d'aler 

Oultre la mer, sans faire demourance, 

Et à France de me recommander. ' ' 

Or nous doint Dieu bonne paix sans tarder ! 

Adonc auray loisir, mais qu'ainsi soit, 

De veoir France que mon cueur amer doit. 

ENVOI 

Paix est trésor qu'on ne peut trop loer. 
Je hé guerre, point ne la dois prisier; 
Destourbé m'a longtemps, soit tort ou droit. 
De veoir France, que mon cueur amer doit 

La ballade est, elle aussi, un poème à 
forme fixe. Notre ami Dorchain vous en 
a donné toutes les strictes règles dans son 
livre si complet : VArt des Vers, 

On peut dire que, à notre époque, il r* 
faut plus que du talent pour donner sa ir 
sure tout de suite, car nos anciens nous c 
facilité la besogne, en nous révélant to 
les secrets de la technique de la Poés. 
Française. 

Si, plus tard, vous avez dessein de miei 
connaître Charles d'Orléans, vous pourr 
consulter les belles éditions qu'en fire 
Guichard, Champollion-Figeac et Leroux t 
Lincy. 

J'ai tenu à parler de ce jQdre^oète ro^ 



r' 



i 



à de futures mères de famille, parce que 
tout ce qu'il eut de finesse dans l'esprit, 
de délicatesse dans les sentiments et de dou- 
ceur dans l'expression, il le dut à sa mère, 
à cette délicieuse Valentine de Milan, femme 
du beau et brave Louis d'Orléans, à la plus 
charmante femme de son temps, morte de 
douleur un an après le meurtre de son mari. 



Nous arrivons à François Villon. 
La principale qualité de François Villon 
fut d'être, à la fois, un homme et un poète; 
un homme répréhensible, mais un poète ori- 
ginal et vigoureux. Il paraît être, même, le 
premier poète réaliste et franchement popu- 
laire. 

Si nous exceptons les détails personnels 
que le poète nous apprend lui-même par son 
œuvre, sa biographie, telle qu'elle nous est 
parvenue, est bien vague. Elle est, certes, 
pittoresque; on l'a même mise en opéra- 
comique..., mais le scénario en est tout fan- 
taisiste- 
Son Petit et son Grand Testamenty ses 
deux poèmes principaux, forment une sorte 
d'autobiographie qui Ji'est guère édifiante, 
mais qu'on ne peut s'empêcher de goûter 
avec indulgence, parce que le poète, n'excu- 
sant rien de sa vie déréglée, exprime des 
regrets et reconnaît ses fautes en les blâmant. 
Vers 1431, alors que la capitale de la France 
reconnaissait l'autorité du roi d'Angleterre, 
Villon nous dit être, dans son épitaphe : 

... Né de Paris eraprès Ponthoisc. 

Son père s'appelait, dit-on, de Montcorbier 
de Montcorbueil (?), ou des Loges, et Fran- 
çois, son fils, ne s'attribua le nom de Villon 
qu'après avoir été recueilli^ élevé, instruit par 
un brave ecclésiastique du nom de Guillaume 
de Villon, chapelain de l'église collégiale de 
Saint-Benoît-Ie-Bétourné, voisine du collège de 
Sorbonne. 

Villon mena, disons-le, une vie de « bâ- 
tons de chaise », mais il fut de son temps..., 
<" it les biographes; soit! mais d'un temps 
a plaisanterie tournait souvent au tra- 
e, et les bons tours au cambriolage. 11 
\ été beaucoup pardonné parce qu'il fut 
méchanceté. Il eut, d'ailleurs, de. nos 
s, un imitateur — non en cambriolage, 
» en « repues » plus ou moins franches — 
la persomie de Paul Verlaine dont vous 
entendu parler, et que j'ai beaucoup 



77 

Je ne saurais oublier que Villon fut un 
comédien-poète, et qu'il dit dans son épitaphe: 



11 donna tout, chacun le sait : 
Table, tréteau, pain, Corbillon ! 

Rabelais nous apprend qu'on le vit, en 
Poitou, chef d'une troupe de Confrères de 
la Passion, Villon parle lui-même de la Con* 
frérie des Enfants Sans-Souci dont il faisait 
partie, et c'est à cause de cela qu'on lui at- 
tribue toujours le Monologue du Franc-Ar- 




Villon, d'après une gravure sur bois reproduite en ^te 
de ses œuvres publiées par Marot. 

cher de Bagnolet, dont j'ai donné une trans- 
cription qui semble être assez fidèle aux yeux 
des philologues, puisque j'ai eu l'honneur 
d'être félicité, à ce sujet, par un professeur 
du Collège de France. Cette transcription a 
paru dans le Supplément de la Veillée du 
15 février 1903. 

Villon est de ces natures qu'il faut pren- 
dre comme elles sont, avec ce qu'elles ont 
de bon et de mauvais. Au reste, pour appré- 
cier le charme de Villon comme il mérite 
de l'être, il vaut mieux (ainsi, d'ailleurs, que 
pour tous les poètes en général) le citer 
que l'expliquer. MM. P. Jannet, A. de Montai- 
glon, Longnon, etc., ont écrit d'excellentes 
notices sur ce poète, et vous les pourrez 
consulter plus tard. 

• Villon semble particulièrement hanté par 
ridée de la mort et de la vanité des choses 



Digitized by 



Google 



78 



d'ici-bas. Il est païen, mais il voudrait bien 
aller au paradis. Cçtte préoccupation revient 
souvent dans son Grand Testament, 

C'est ainsi qu'il écrit la tendre « Ballade 
que Villon fit, à la requête de sa mère, pour 
prier ^ notre Dame », dont voici des frag- 
ments : 

Femme je suis povrette et ancienne 
Ne riens ne sçay; oncques lettre ne leuzi 
Au monstier voy dont suis paroissienne 
Paradis pal net, où sont harpes et luz. 
Et ung enfer où damnez sont boulluz : 
L'uug me faict paour. l'autre joye et iiesso. 
La joye avoir fais-moy. liaulte Déesse. 
A qui pécheurs doivt^.il tous recourir. 
Comblez de loy, sans f ai note rie paresse. 
En ceste foy je vueii vivre et mourir. 

L'« Epitaphe en forme de ballade, que fit 
Villon pour lui et ses compagnons, s'atten- 
dant à être pendu avec eux », -— la voilà, 
la vraie Ballade des Pendus, la vraie com- 
plainte des Grappes Humaines du « Verger 
du roi Louis » : 

Frères humains, qui après nous vivez, 

N'ayez lescueurs contre nous endurciz. 

Car, si pitié de nous pouvres avez, 

Dieu en aura plustost de vous merciz. 

Vous nous voyez cy attachez cinq, six : 

Quant de la chair, que trop avons nourrie. 

Elle est pieça dévorée "et pourrie. 

Et nous, les os, devenons cendre et pouldre. 

De nostre mal personne ne s'en rie, 

Mais priez Dieu que tous nous vueille absouidr. î 

La pluye nous a debuez et lavez, 

Et le soleil desséchez et noirciz ; 

Pies, corbeaulx. nous ont les yeux cavez; 

Et arrachez la barbe et les sourcilz. 

Jamais, nul temps, nous ne sommes rassis: 

Puis çà, puis là, comme le vent varie, 

A son plaisir sans cesser nous charie. 

Plus becquetez doyseaulx que dez à couldre. 

Ne soyez donc de nostre confrairie, 

Mais priez Dieu que tous nous vueille ahsouldre! 

Et les ballades populaires, dont la plus 
connue est la Ballade des Dames du Temps 
Jadis : ' 

Dictes-moy où, n'en quel pays, 
Est Flora, la belle Romaine; 
Archipiada, ne Thaïs, 
Qui fut sa cousine germaine ; 
Echo, pariant quand bruyt on maine 
Dessus rivière ou sus cstan, 
Qui beautéeut trop plus qu'humaine ? 
Mais où .sont les neiges dantan î 



Où est la très sage Heloïs, 
Pour qui fut tondu et puis moyne 
Pierre Esbaillart à Sainct-Denys? 
Pour son amour eut cesl essoyne. 
Senblablement, où est la royne 
Qui commanda que Buridan 
Fust jette en ung sac en Seine ? 
Mais où sont les neiges d'antan î 

La Royne Blanche comme ung lys. 
Qui chantoit à voix de sereine; 
Berthe au grand pied. Bietris, Allys ; 
Harembourges, qui tint le Mayne. 
Et Jehanne, la bonne Lorraine, 
QuAngiois brusièreut à Rouen; 
Où sont-ilz. Vierge souveraine ^. . . 
Mais où sont les neiges d'antan ! 

ENVOI 

Prince, n'enquerez de sepmaine 
Où elles sont, ne de cest an, 
Que ce refrain ne vous remaine : 
Mais OÙ sont les neiges d'antan ! 

C'est sans ralentir sa verve, qu'il pleure, 
« avec la belle Heaulmière » sur les char- 
mes abolis de la jeunesse envolée, et qu'il 
déclare que « les femmes de Paris » sont 
les plus grandes bavardes du monde entier : 

Quoy qu'on tient "belles langagières 
Florentines, Veniclcnnes, 
Assez pour estre messalgières. 
Et mesmement les anciennes; 
Mais, soient Lombardes, Roounaines, 
Genevoises, à mes perilz, 
Piemontoises, Savoysiennes, 
11 n'est bon bec que de Paris. 

De très beau parler tiennent chaires, 
Ce dit-on, les Napolitaines, 
Et que sont bonnes cacquetoeres 
Allemanscs et Bruciennes ; 
Soient Grecques, Egyptiennes, 
De Hongrie ou d'autre pays, 
EspaignoUes ou Castellannes, 
Il n'est bon bec que de Paris. 

Brettes. Suysses, n'y sçavent guères, 
Ne Gasconnes et Tholouzaines ; 
Du Pelit-Ponl deux harangères 
Les concluront, et les Lorraines, 
Anglesches ou Callaisiennes 
(Ay-je beaucoup de lieux compris?), 
Picardes, de Valenciennes ; 
Il n'est bon bec que de Paris. 

ENVOI 

Prince, aux dames parisiennes 
De bien parler donnez le prix : 
Quoy qu'on die dltaliennes, 
11 n'ost bon bec que de Paris. 



Digitized by 



Google 



79 



'l^ 



N'oublions pas de rappeler les vers de Clé- 
ment Marot sur Villon, lorsque François I" 
ordonna, en 1532, à son poète favori, de 
faire une édition des poésies de maître Vil- 
lon : 

Peu de V^illon, en hou sçavoir. 

Trop de Villon, pour (ïvce\ oir ! 

Si je m'arrête un instant entre Villon et 
Clément Marot, c'est pour vous citer le nom 
de Jean Bouchet, poète poitevin, né en 1476. 
Bouchet, à Page de vingt-huit ans, donna un 
poème en vers et en prose, sorte de roman 
du Renard, le prototype du Chantecler d'Ed- 
mond Rostand. Jean Bouchet est l'auteur du 
fameux rondeau A Femme qui cherche Mari: 

Pensez-y bien, avant que mari prendre, 
Que grand'heauté ne vous puisse surprendre ; 
Car orgueil est souvent eu grand'heauté, 
Or, en orgueil, il y a cruauté. 
Que l'on ne peut à sou plaisir reprendre. 

A souffreteux n'allez aussi 'prétendre, 
NI de richesst^ à pauvreté vous rendre : 
En indigeuce y a déloyauté ; 

PKNSEZ-Y HIEN ! 

Monter trop haut, c'est pour en deuil descendre : 
Enire deux vents il faut soi^ aile étendre, 
El ton pareil aimer eu loyauté. 
Avec vouloir de tenir fèaatè. 
Qui ne le trouve, il Vaut hien mieux attendre: 
Pensez-v BIEN! 

Vous voyez que le rondeau n'a pas la 
même contexture que^ celle du rpndel; mais, 
dans l'un comme dans l'autre poèmes, tout 
Fart consiste à ce que le refrain soit ramené 
sans effort, gaiement et, chaque fois, de façon 
à former comme un trait nouveau, mettant en 
lumière un nouvel aspect de la même idée. 



Clément Marot, que l'on appela longtemps 
le dernier trouvère du moyen âge et le premier 
poète de la Renaissance; Clément Marot, que 
es lettrés du temps de Louis XIII et de 
•lis XIV, comme je le disais en commençant, 
ardaient comme un « classique des temps 
bares », est un des poètes qui n'ont point 
se plaindre de la postérité. Est-ce parce 
11 eut le bonheur d'avoir un nom charmant, 
îhonique? C'est surtout parce qu'il se plut 
ésumer, en un langage clair, des qualités 
avaient déjà trois siècles d'une existence 
»rée. Il eut V instinct de défendre le gé- 
de la langue française et de comprendre 
le charme de notre poésie nationale con- 



siste surtout dans l'ordonnance, la finesse, 
la clarté, le naturel. 

Il fut la grâce, l'élégance, et le poète du 
sourire. 

Jean Marot, père de Clément, était bon 
poète lui-même. Son fils Clément naquit à 
Cahors, en 1495; il vint de bonne heure à 
Paris, et, lui aussi, peut compter parmi les 
poètes-comédiens, puisqu'il fit partie, à son 
tour, de la troupe des Enfants Sans-Souci. 
Il lia de précieuses amitiés. 

Le roi François hr et Charles-Quint le pri- 
rent en affection et, lui aussi, il dut la partie 




Clëmcnt Marot (1495-1544). d'après J. Holbein. 

la plus raffinée de son talent à une charmante 
femme, à Marguerite d'Angoulême, sœur de 
François l^"", qui reçut le poète en 1518, dans 
sa maison, en qualité de valet de chambre, 
ainsi qu'on disait à cette époque. Cela signi- 
fie qu'il était simplement attaché à la maison. 
Bien qu'il eiit eu, en somme, une existence 
heureuse, pour lui, comme pour tant d'au- 
tres, la souffrance qui poursuivit Vhomme fut 
d'une heureuse influence sur le talent du 
poèie. Ce fut dans les moments d'adversité 
relative que lui valurent sa liberté de lan- 
gage, ses opinions huguenotes, — car il se 
disait chrétien libéral et spiritualiste, — ce fut 
dans l'exil et dans la prison qu'il résuma 
son originalité et qu'il trouva la gloire. 

Il y aurait un livre curieux à écrire sur 
« l'influence salutaire de l'exil sur les poè- 
tes )'! Victor Hugo n'y trouva-t-il pas ses 



8o 



plus sublimes lauriers, ses plus hautes ins- 
pirations ? 

Clément Marot envoya, de la cour de Fer- 
rare, où il s'était réfugié, ses meilleurs poèmes. 
Il habita Oenève, entre temps, et Tami de 
Calvin mourut en exil, à Turin, en 1544, dans 
la quarante-neuvième année de son âge. 

C'est surtout dans ses épîtres qu'il faut 
chercher l'homme et le poète. Il y décrit, en 
des vers élégants, spirituels, toutes les péri- 
péties de sa vie errante et tant soit peu roma- 
nesque. 

Ce n'est pas dans un laps de temps aussi 
court que l'est celui de nos séances, que l'on 
peut analyser l'œuvre d'un poète comme Ma- 
rot. Vous le lirez à loisir plus tard. On peut, 
cependant, dès aujourd'hui, vous recommander 
surtout ses élégies, ses épîtres, je le répète, 
et ses épigrammes dont il semble avoir trouvé 
la formule définitive adéquate à ce genre de 
poèmes. Ses oraisons et ses psaumes passion- 
nèrent les uns et déplurent aux autres. Il tra- 
duisit le Pater en vers, avant qu'Edmond 
Rostand le scandât dans la Samaritaine, 

J'ai dit que Marot avait fait partie des 
Enfants Sans-Souci. C'est, sans doute, au 
moment de ses rêves de comédien-poète qu'il 
composa le Dialogue des Amoureux qu'on 
n'ajouta à ses œuvres qu'en 1544, et que vous 
allez entendre. 

Fénelon fut indulgent pour Marot, et Vol- 
taire ne le fut guère!... C'est un fait curieux 
à signaler étant donné les opinions libérales 
de Marot. La plus complète des éditions de 
Clément Marot a été donnée par M. Charles 
d'Héricault, dans la bibliothèque elzévirienne 
de P. Jannet, continuée par M. Alphonse 
Lemerre. Vous pourrez lire aussi les Poètes 
et Prosateurs du Seizième Siècle, de Frédéric 
Oodefroy. 

Clément Marot laissa un fils, né vers 1520. 
qui fut page de Marguerite de Navarre et 
qui ne peut être comparé à son glorieux père... 
Il est toujours dangereux de venir à la suit: 
d'un père dans la carrière qu'un père a trop 
brillamment illustrée. 

JUZBS TJ{VTTmT{, 

(Conférence elér.ographipo.) 



Apres la conférence, M'ie Marie Le. ontc, (\c 
la Comédie-Française, a lu déliriv-ii (miutU los 
poésies suivantes, de ALirot : 

Le Valet de Gascogne 



Javols. un ivnir, uu \ ili\ lu* îiu-L\.^..i'. 
Goiirmaiiil. i\roi!iie ol assuré inciiteiir. 



Pipour, larron, jureur, blasphémateur l 

Sentant la hart de cent pas à la ronde; 

Au demeurant le meilleur fils du monde. 

— Ce vénérabîe ilôt fut averti 

De quelque argent que m'aviez départi, 

Et que ma bourse avoit grosse apostume. 

Si se leva plus tôt que do coutume. 

Et me va prendre en tapinois icelle. 

Puis vous la mit très-bien sous sou aisselle. 

Argent et tout, cela se doit entendre; 

Et ne crois point que ce lût pour la r(»ndro : 

Car oncqucs puis n'en ai ouï par! r. 

Br(»f, le vilain ne s'en vouluL allor. 

Pour si petit, mais encore il me liappc 

Saye et bonnet, chausse, poiirpoinl il cape. 

De mes habits, en effet il pilla 

Tous les plus beaux, ol pul; s'en habilla 

SI juslement, qu'à le ^ > r ainsi èlro 

Vous l'eussiez pris, e!:'li'!nj'>:ir.p)iîr<on n::i:'i . 

Finalement, de ma «liaMi '.re il s'eii va 

Droit à rétable, or. C \ <!i \ :i\ 1/ '..n '\. 

Laisse le pire, et \\v W im ' lli rr ino!i'«-. 

Pique et s'en vr;. IVmiî'm r-wT inou ce»!:'»*. 

So>ez cx'rtain ':'.r.:ii sur. r..!!.:i \'y\\ 

N'oublia rien l\ r- (!e .. e ti w^ ,\ Icu. . . 



I.e 'L'en eî le J\al 



... Je le V. r.\ (lire J.r.e lu lie faîile : 
G'< I f s N 1 r ilii iini < l :îii rrt. 

C'Ini linii. plus fort (jn im \!r'ii\ \err I. 
Vi 111)' f"i-i (I".e |.« pjl lie saVDJl 
SorJr (l'un lieu, \nniv aiiiaiit ([iril avj.il 
Manp' du lard, et la cliair U»ute cnie ; 
Mais ce lion, qui jamais ne fut grue. 
Trouva moyen el manière, et matière. 
l)'en{:les et d.'i Is. do rompre la ratière. 
Donl ma's're rat échappe visîemcnt: 
Puis met à t rr(3 un genonil pentemcnt, 
Kt en ()slant son honnrl de la teste, 
A mereié mille fois la grand'hosle : 
Jurant le dieu des sonris vi des rats 
On il lî!i rcndroit. Maintenant, tu verras 
l.e 1)011 dn conte. Il ad^ int d aventure 
One U' lion, pour «'hereher sa [usl'.re. 
Saillit dehors sa caverne et son siège : 
Donl. |)ar malheur, si^ trou\a pris au piège 
Et fut lié contre un ferme iK)leau. - 
Adonc, le r t, sans ser[)e ni cousteau» 
Y arriva jo\enx et éijandi. 
Et du lion, pour \rai. ne s'est gaudi ; 
Auquel a dit : « Tais-t<»i. lion lié. 
Par moi seras mainlenant délié: 
Secouru m'as fort lionnensemeut; 
Or. secouru sera rateustMiienl. « 



Digitized by 



Google 



8i 



Lors le lion ses deux grands yeux vostit 

Et vers lo rat les tourna un petit. 

En lui disant : « pauvre verrainitVre l 

Tu n'as sur toi instrument, ni manière ; 

Tu n'as Cousteau, serpe, ni serpillon. 

Qui sçut couper corde ni côrdillou. 

Pour me jelter de cette étroite voie : 

Va te caeher, que le cbat ne te voie. 

— Sire lion, dit le âls de souris, 

De ton propos, certes, je me souris : 

J'ai des cousteaux assez, no te soucie, 

De l)el os blanc, plus trauchans qu'une scie : 

Leur gaine c'est ma gencive et ma bouche. . . 

Bien couperont la corde qui te touche 

De si Irès-près : Ctir j'> me II rai bon ordre, x» 



Lors sire rat va rommena»r à mordre 
• Ce gros lien; vrai est qu'il y songea 
Assez longtemps, mais il le vous rongea 
Souvent, et tant, qu'à la parfin tout rompt : 
Et le lion de s'en aller fut prompt. 
Disant en soi : « Nul plaisir, en effet, 
Ne se perd point, quelque part où soit fait. » 
Voilà le conte en termes rlmassez ; 
Il est bien long, mais il est vieil assez : 
Témoin Ésope, et plus d'un million. 

Or, viens me voir, pour faire le Hon ; 
Et je mettrai peine, et sens, et étude 
Destre le rat, exemjit d'ingratitude. 

CLÉMBJ^T MA7(0T. 



Série D 



\}^^iSi;^ 



HISTOIRE 



»>>M^€<« 



Jeudi, 24 Janoier 



VOLTAIRE ET J.-J.-ROUSSEAU 

précurseurs de la 1{évotution Trançaise 

Conférence de M. Emile FAGUET, 
de l'Académie Française 
• 
Assistance compacte; salle comble. M. Fa- 
guet doit nous entretenir d'un sujet qu'il con- 
naît certes mieux que personne au monde : 
des idées politiques et sociales de Voltaire et 
de Rousseau. Il va nous montrer combien les 
réformes pratiques, positives, voulues par Vol- 
taire, diffèrent de la refonte totale de la so- 
ciété, rêvée par Rousseau. Nous allons voir 
ces deux individualités, si accusées, en oppo- 
sition Fune avec l'autre. Quel saisissant con- 
traste! Et par delà Voltaire et Rousseau, nous 
apercevrons la lutte étemeile des opportunistes 
et des doctrinaires, des partisans du possible 
et des partisans chimériques du « Tout ou 

lel plaisir d'entendre un tel sujet traité 

tel maître! Tout le monde connaît 

.les et pénétrantes études consacrées 

M. Faguet aux principaux écrivains de 

quatre grands siècles littéraires. Le pro- 

eur de poésie française de la Sorbonne 

ïlle (cela va sans dire) dans l'analyse cri- 

e des poètes et romanciers, des auteurs 

<^f^n\, avant tout, des artistes. Mais ceux 



qu'il préfère, ce sont les penseurs, les esprits 
originaux et puissants qui ont apporté des 
vues personnelles, profondes et fécondes, en 
philosophie, en morale, en religion et en po- 
litique. Il vit dans leur familiarité. Il les a 
lus et relus, plume en main; il les a disséqués, 
puis, ayant démonté le mécanisme de tant 
d'esprits divers, il en a rassemblé les pièces 
éparses en de vigoureuses et admirables syn- 
thèses. Il a passé ainsi de Platon à Auguste 
Comte et de Montaigne à Nietzsche. On nous 
permettra de citer quelques passages d'un por- 
trait littéraire de M. Emile Faguet, tracé par 
un de ses illustres confrères,' qui est aussi 
un maître de la critique contemporaine. Il 
est impossible de mieux définir le talent de 
M. Emile Faguet : 

« D'autres critiques racontent leur propre 
sensibilité à l'occasion des œuvres qu'ils ana- 
lysent. D'autres sont de bons biographes ou 
de bons peintres de caractères. Emile Faguet 
est éminemment un descripteur d'intelligen- 
ces... Faguet est un logicien et de quelle 
puissance! Ses reconstructions de systèmes, 
religieux, philosophiques, politiques, sociolo- 
giques, sont merveilleuses d'ampleur, d'har- 
monie, de précision, de juste emboîtement 
de toutes leurs parties. Du cerveau de Faguet, 
Calvin, Buffon, Montesquieu, Joseph de Mais- 
trc, Proudhon, Auguste Comte, sortent plus 



uiyiLizeu by 



Google 



8^ 



lumineux, plus liés, plus consistants, plus com- 
plets, plus forts... 

» Comme critique des penseur s ^ il me paraît 
le critique idéal. Il donne l'impression d'être 
égal et quelquefois supérieur à ceux qu'il dé- 
finit... 

» Je vois en lui une des pensées par qui 
les choses sont le plus profondément comprises 
et le moins déformées : une pensée calme, 
incroyablement lucide, d'une pénétration se- 
reine; bref, un des cerveaux supérieurs de 
ce temps. Et tant pis pour ceux qui ne s'en 
doutent pa&! » (Jules Lemaître. — Les Con- 
temporains. Septième série.) 

Tel est l'homme qui nous a fait l'honneur de 
venir aujourd'hui parmi nous, et qui, genti- 
ment, familièrement, sans affectation, sans pose, 
nous a parlé, pendant une heure (pourquoi 
les heures n'ont-elles pas, parfois, plus de 
soixante minutes, le double?), de Voltaire 
et de Jean-Jacques Rousseau. 

Bien mieux : ce maître charmant nous avait 
ménagé une surprise, — quelle jolie surprise! 
Nous nous attendions à une causerie substan- 
tielle, à un monologue de M. Emile Faguet, 
où nous aurions puisé les idées à pleines 
mains. — C'est un dialogue que nous avons 
eu. f^arfaitement! un dialogue philosophique, 
une sorte de pièce en un acte à deux person- 
nages. Voltaire donne la réplique à Rousseau 
et réciproquement. Ils causent, leurs concep- 
tions s'entre-choquent, et de ce choc jaillit 
une vive lumière. M. Emile Faguet, chro- 
niqueur dramatique du Journal des Débats^ 
nous a réservé la primeur d'un talent de dra- 
maturge que le grand public ne lui connaissait 
pas encore... 

Merci, cher et bon maître; mille fois merci! 



Le rideau se lève. 

Nous sommes à l'hôtel des Anna/es. Sur 
une petite estrade, M. Emile Faguet, pro- 
fesseur à la Sorbonne et membre de l'Acadé- 
mie française, remplit, pendant quelques ins- 
tants, le rôle du personnage que les Latins 
appelaient le « Prologus ». 

Il nous prépare à la pièce qui va se dérouler, 
nous fournit quelques indications préliminai- 
res sur le lieu de l'action, sur les philoso- 
phes qui vont entrer en scène, sur leur passé, 
etc.. 

« Mesdemoiselles, il y a une anecdote assez 
authentique, rapportée, pour la première fois, 
par Condorcet. Au moment des plus affreu- 
ses persécutions dirigées contre Jean-Jacques 
par des ennemis nombreux dont son imagi- 



nation maladive a augmenté le nombre (et 
Voltaire, il faut l'avouer, est parmi les persécu- 
teurs), celui-ci, un soir, à Ferney, déclame 
contre Rousseau, « ce fou, ce monstre ». 

» — Mais, dit- on à Voltaire, il est malheu- 
reux, en ce moment. S'il venait ici, que feriez- 
vous? 

» — Alors, répond Voltaire, je me jetterais 
au-devant de lui et le recevrais à bras ouverts... 
Mais est-il ici, par hasard?... 

» Eh bien! dit M. Faguet, supposons cette 
hypothèse réalisée. Nous sommes en 1664. — 
Voltaire a déjà composé les Lettres Philo- 
sophiques, les Discours sur r Homme, le poème 
sur le Désastre de Lisbonne, le poème sur la 
Loi Naturelle, Candide, et il est en train 
de rédiger le Dictionnaire Philosophique, De 
son côté, Jean-Jacques a publié le Discours 
sur les Sciences et Les Arts, le Discours sur 
r origine de V Inégalité parmi les Hommes, 
la Lettre à d^Alembert sur les Spectacles, 
la Nouvelle Héloîse, le Contrat Social, VEmilc, 
Leurs idées, à l'un et à l'autre, sont donc 
bien connues; ils ont publié leurs maîtresses 
œuvres philosophiques. Ils pourront causer 
d'une manière tout à fait intéressante. 

» Dites-vous donc bien ceci: Rousseau est, 
en ce moment, persécuté par ses compatriotes 
de Genève. Ses ennemis ont juré sa perte 
Voltaire vient de commettre à son égard une 
petite infamie. 11 a, sous le voile de l'ano- 
nymat, publié les Sentiments des Citoyens 
de Genève, où il attaque Rousseau avec la 
dernière violence, et réclame contre lui la 
peine capitale. 

» Et, maintenant, supposez que Rousseau se 
présente à Ferney et que Voltaire, par une de 
ces inconséquences dont il est coutumier, l'y 
accueille en toute cordialité. 

» Ils engagent une conversation toute fami- 
lière, où leurs idées générales trouveront place 
tour à tour. Ils causent dans un esprit de cu- 
riosité réciproque et même de bienveillance. » 



La pièce commence : le « Prologus » Emile 
Faguet s'efface, et devient souffleur, nous 
voulons dire qu'il animç de son souffle et 
de sa verve les deux personnages en pré- 
sence. 

M. D'-: VOLTAIRK, chUchiin de Fe=*/.ei/, toixanU- 
dix a)iS. 

J.-J. ROUSSEAl', pli'flo^niihe g-nevo's, a' tue le 
meut *'rt>/A- domicile, cinqnantedcux ans. 

La srènc est au cliAtcau do Fcmey. 



Digitized by 



Google 



83 



VOLTAIRE. -^ Oui, mon cher Pousseau, je 
reconnais que vous avez eu à voUs plaindre 
des hommes. Tout de même, je regrette vo- 
tre pessimisme... Moi, voyez-vous, je suis un 
optimiste, je crois au progrès indéfini. 

ROUSSEAU. — Mais... vous avez écrit Can- 
dide. 

VOLTAIRE. — ^ Parfaitement, mais dans une 
crise de misanthropie, dans une crfse de dé- 
sappointement et de désenchantement. Que 
voulez-vous? Après Paffreux désastre de Lis- 
bbiine, il y avait quelques raisons de déses- 
pérer de la divinité et de l'avenir humain... 
Mais, en définitive, et au fond, je crois Thu- 
manité capable d'atteindre au bonheur; je crois 
qu'elle y tend par un progrès inseisible et 
pourtant certain. A mon avis, les ^ommeç 
furent assez heureux dans l'antiquité païenne, 
en dépit même de l'esclavage. Ils ont, hélas ^. 
rétrogradé depuis l'établissement du christia- 
nisme. Celui-ci leur a apporté des idées trop 
fortes pour leurs faibles cervelles; ils les ont 
très mai comprises. De là, en particulier, les 
guerres de religion qui, vous l'avouerez, fu- 
rent détestables... Tenez! Si l'on écrasait l'in- 
fâme (non, j'exagère un peu), — ...si, seule- 
ment (et c'est bien ce que je voulais dire), 
l'on neutralisait l'influence du christianisme, 
l'humanité reprendrait sa marche vers le 
bonheur... Cette amélioration se produira, se- 
lon moi, dans une -société bien ordonnée, bien 
policée. Car l'institution sociale est, j'en suis 
convaincu, la condition essentielle et primor- 
diale du progrès... 

ROUSSEAU, qw a écouté 1res attentivement, réplique. 

— Avec votre permission, monsieur de Vol- 
taire, je serai d'un avis opposé. Au progrès 
en avant, je ne crois pas du tout. Je crois au 
progrès en arrière. Je veux dire que c'est en 
arrière qu'il faut marcher, que l'humanité doit 
rebrousser chemin, remonter le cours des siè- 
cles, si elle veut retrouver la justice, la paix, 
l'amour, et tout ce qui fait le bonheur...- 
L'homme est né bon, et vous estimez qu'il 
est né mauvais... 

VOLTAIRE, avec vivacité. — Nou, médiocre, mé- 
diocre... 
ROussEAU. — L'homme est né bon... 
VOLTAIRE. — Mon cher Rousseau, je ne veux 
■^'int vous blesser. Au contraire! Mais laissez- 
i user de franchise. Je vous ai toujours un 
I soupçonné d'être un mystificateur et de 
iloir jeter de la poudre aux yeux. 
oussEAU. — Oh!... Vous faites erreur... J'ai 
certitude absolue que l'homme est né bon, 
qu'il faut, à tout prix, en revenir à l'état 
mitif, à l'état, de nature, et je ne veux 
nt dire à l'état barbare, mais à l'état des 



sociétés primitives. Mon idéal, ce sont les 
peuples qui vivent en tribus très libres, très 
indépendantes, tribus dont chacune est une 
sorte de famille. 

VOLTAIRE. — Bon! mais où existent-ils? Ont- 
ils jamais existé, ces peuples-là? Quelques 
exemples précis feraient bien mon affaire. 

ROUSSEAU, qiii a feint de ne pas entendre. — Je 

répète que l'homme est naturellement bon, 
et que la civilisation seule l'a dépravé. 

VOLTAIRE. — Alors, l'institution de la so- 
ciété, c'est le péché originel. Vous croyez 




Voltaire, esquisse d'après nature faite à Fcmey en 1764, 
par Hubert. 

au péché originel, et, sans doute, c'est vous 
qui serez le rédempteur!... 

ROUSSEAU, enchanté que Voltaire lui fournisse une 
occasion de causer religion. — TaudiS que VOUS, 

VOUS n'avez pas de croyances. 

VOLTAIRE. — C'est beaucoup trop dire! Ca- 
tholique, certes, je ne le suis aucunement. 
Mais je suis déiste; je le suis pour mon pro- 
pre compte et pas seulement pour le compte 
d'autrui... Vous saurez que je suis cause- 
finalier, que j'admire l'harmonie de l'univers, 
et, selon moi, cette harmonie a une cause, 
elle a été voulue par une Providence... Le 
monde est une admirable horloge, et il n'y 
a pas d'horloge sans horloger. 

ROL*ssEAU. — Soit! Mais on vous accuse de 
ne faire appel à la métaphysique que parce que 
Dieu est utile, est un utile épouvantail. 



Digitized by 



Google 



84 



VOLTAIRE. — Il y a quelque chose de cela... 
Je suis, voyez-votis, un homme positif, qui 
considère toutes choses du point de vue de 
son temps, du point de vue de l'utilité pra- 
tique et immédiate. Or, j'ai besoin d'un Dieu. 
Par horreur des vices et des crimes, auxquels 
les hommes se laissent aller et se laisseraient 
aller davantage, je veux qu'il y ait un Dieu 
rémunérateur et vengeur. Si Dieu n'existait 
pas, il faudrait l'inventer! Mais, notez bien 
que j'ai dit : « Si Dieu n'existait pas, si, 
par hasard. Dieu n'existait pas... » J'admets 
qu'il existe; son existence éclate dans les 
merveilles de l'univers. Je vous avoue qu'un 
jour, après un souper de philbsophes, je ren- 
voyai les domestiques avec ostentation. Après 
leur départ, les professions d'athéisme furent 
permises, mais après, seulement... Je ne tiens 
pas du tout à être volé ni égorgé. Il faut 
au peuple une religion formelle. Nous au- 
tres, mon cher Rousseau, nous sommes des 
esprits éclairés... Mais, pour des intelligences 
plus grossières, la morale et la philosophie 
doivent, nécessairement, être enveloppées d'une 
armature religieuse. On n'a jamais vu, jus- 
qu'ici, un peuple croire à Dieu, sans entou- 
rer cette croyance si noble et si utile, de 
dogmes, de légendes, qui sont l'œuvre - de 
l'imagination superstitieuse. 

ROUSSEAU. — Soit! Et je vais plus loin que 
vous!... Dans mon Contrat Social, j'ai tracé 
un plan de religion. J'exclus le catholicisme. 
Les catholiques feront leur salut comme ils 
le pourront!... Mais, au peuple, j'apporte, ou, 
plutôt, j'impose une religion civile; une re- 
ligion laïque qui sera la religion d'Etat. Les 
dogmes en .sont très simples : Existence de 
Dieu; immortalité de l'âme; peines et récom- 
penses d'outre-tombe; reconnaissance de la 
conscience, ce dieu intérieur; culte de la Pa- 
trie; obéissance aux principes du Contrat 
Social, 

VOLTAIRE. — Vous entendez imposer , votre 
religion?... Elle sera obligatoire? 

ROUSSEAU. — Absolument. Et je punirai de 
prison les délinquants. En cas de récidive, la 
mort! 

VOLTAIRE. — Mais c'est affreux!... On re- 
trouve bien là vos origines calvinistes. 

ROUSSEAU. — Sans aucun doute, il y a, chez 
moi, un reste de calvinisme. Mais ce n'est 
pas au nom de Dieu que je proscris, c'est au 
nom de la société. 

VOLTAIRE. —- Possible; mais tous les pros- 
cripteurs sont dangereux, et, parfois, on le 
leur fait bien voir... Voilà bien longtemps, 
mon cher Rousseau, que nous causons de 
religion. C'est monotone. Un peu de politique 
ne serait pas désagréable. 



ROUSSEAU. — Je veux bien. 

VOLTAIRE. — Eh bien! je commence... Et 
je ne vous dissimule pas que je suis un conser- 
vateur. Je suis partisan de la monarchie, ab- 
solue ou à peu près; persuadé que, par elle et 
par elle seule, peut être assuré le progrès 
social. Pensez-vous, par hasard, que les hom- 
mes soient capables d'assurer eux-mêmes leur 
bonheur? Moi, non! Ce qu'il me faut, c'est 
un bon roi, entouré de grands seigneurs très 
raisonnables... et d'autres conseillers qui se- 
ront des esprits bien faits, des philosophes, 
naturellement! Une telle tyrannie est loin de 
me faire peur. 

ROUSSEAU. — Oui, mais les bons tyrans sont 
rares, et il y en a qui... Vous en savez quel- 
que chose, monsieur de Voltaire. 

VOLTAIRE. — J'en conviens. J'ai souffert de 
Louis XV et des rois...; mais jje crains encore 
davantage la multitude... Mon rêve, ce serait 
de revoir les belles années du règne de 
Henri IV et du règne de Louis XIV, ou bien 
encore d'être contemporain des Antonins... 
Vous, Rousseau, vous êtes un homme grisé de 
Plutarque et vous vous faites beaucoup d'il- 
lusions sur les Républiques anciennes. Oh! 
je le sais bien, elles avaient un grand mé- 
rite : elles ignoraient encore les bienfaits du 
christianisme. Mais, d'autre part, elles étaient 
mobiles, toujours agitées et ensanglantées par 
des guerres civiles. 

ROUSSEAU. — Je le vois, vous êtes pour le 
despotisme. 

VOLTAIRE. — Bien sûr! J'en v^ux, personnel- 
lement, à certains despotes : à Frédéric, par 
exemple. Mais ce Frédéric a des qualités, de 
très grandes qualités, des qualités supéri^cu- 
res... Je l'ai appelé le « Salomon du Nord ». 
Je maintiens l'épithète. Voilà un prince sou- 
cieux du bien-être de son royaume, amoureux 
de justice intérieure..., un peu moins de paix 
extérieure (c'est incontestable, et je le rè- 
■grette). Tout de même, c'est un bon priQce. 

ROUSSEAU. — Encore une fois, pour un de 
ceux-là, vous avez des quantités de rois fai- 
bles d'esprit, violents, belliqueux, qui font 
le malheur de leurs peuples. 

VOLTAIRE. — Assurément. Malgré tout, vous 
ne ferez de moi ni un parlementaire, ni un 
républicain. Mon rêve est celui de Platon : 
des philosophes-rois, ou des rois-philosophe 
ou, plutôt, celui-ci : que les rois prenne 
comme directeurs de conscience, dés phi 
sophes ! 

ROUSSEAU. — Je vous ai très bien compi 
Sachez donc que, moi aussi, je suis po 
le despotisme, mais pour un autre despotisn 
Je veux que le peuple soit son propre de 
pote. Toute volonté du peuple est, à m 



Digitized by 



Google 



85 



yeux, légitime. La loi qu'il fait lui-même, ou, 
dans les Etats étendus, par l'intermédiaire 
de ses délégués et députés, est bonne, toujours 
bonne. Aussi, je veux que la volonté du 
peuple puisse se manifester, sans contrainte 
et sans limites, dans tous les sens possibles. 

VOLTAIRE. — Ne voyez-vous pas les consé- 
quences graves qui en peuvent résulter? Le 
peuple, réuni dans ses comices, aura le droit 
de se laisser aller à tous ses caprices... 

ROUSSEAU, avee dtê yeux remplis de mysticisme et 

d'extase. — ^ NoH, le pcuple n'a pas de caprices; 
il ne peut se tromper; sa volonté est toujours 
droite. 

VOLTAIRE. — Excusez-moi de rester sceptique. 
Si ce que vous dites a quelque chance d'être 
vrai, ce n'est pas pour tout de suite. D'ici là, 
il coulera beaucoup d'eau sous beaucoup de 
ponts. Et ce n'est pas à votre point de vue 
que je me place pour dire : quelles fêtes 
verront vos neveux! 

ROUSSEAU. — Alors, quelles fêtes leur pré- 
parez-vous ? 

VOLTAIRE. — Oh! de toutes petites fêtes! 
je veux dire un très grand nombre de petites 
réformes administratives, et quelques petites 
réformes politiques (très peu). Ainsi, avec moi, 
pas de Révolution! mais une série de modi- 
fications, , d'améliorations, que mes amis les 
encyclopédistes sont en train de mettre en mou- 
vement. Notre monarchie ne deviendra point 
parlementaire; mais le roi aura de bons minis- 
tres. Et ainsi nous aurons : d'abord, une meil- 
leure perception des impôts. Plus d'intermé- 
diaires qui gaspillent l'argent ou l'accaparent! 
Plus de fermiers généraux! Plus de traitants! 
Plus de vexations pour les contribuables. En- 
suite, nous obtiendrons l'abolition des doua- 
nes intérieures. Quelle abomination que celles- 
ci : une denrée qui va de Femey à Paris est 
frappée, quatre ou cinq fois de suite, de 
droits de douane. Elle paie plus que pour 
aller à Genève, que je ne veux point favoriser 
bien qu'elle vous ait vu naître. Ajoutez que 
nous avons deux législations : une pour le 
Nord, l'autre pour le Midi. Il en résulte que 
l'on perd, dans le Midi, des procès que l'on 
aurait gagnés dans le Nord. Au point de vue 
'^" Code pénal, je désire qu'il y ait une plus 
icte proportionnalité entre les délits et les 
nés. Par exemple, on pend une servante 
a volé six mouchoirs. On se croirait aux 
ps heureux où régnait l'esclavage. 11 faut 
ore qu'on abolisse la torture ou question. 
;11e monstruosité que de vouloir tirer d'un 
lime la vérité, par de tels moyens! On ob- 
i ainsi, non la vérité, mais le mensonge 
les magistrats désirent, car il abrège leur 
'*. Tenez! j'ai discuté ce point avec Fré- 



déric, li abolit, ou va abolir la torture. Il est 
vrai qu'il laisse subsister une petite exception : 
la « question » sera maintenue «dans le cas d'un 
attentat contre le souverain. Je suis contre la 
confiscation des biens des condamnés. Parce 
que Jacques est le fils d'un assassin, lui, Jac- 
ques, qui est innocent, se trouve puni deux 
fois d'un crime où il n'est pour rien. Il est 
couvert de honte, et son héritage lui est 




J.-.J Rousseau, d'aprc» A. Dns::NNE. 

ravi. Cela révolte! Je ne veux plus d'arres- 
tations arbitraires ni de lettres de cachet. Oui, 
me direz-vous, je comprends très bien. Sou- 
venirs de jeunesse! Souvenirs de jeunesse... A 
quoi je réponds qu'il n'y a rien de tel qu'une 
pensée de jeunesse réalisée dans l'âge mûr. 
Je désire, sans l'exiger toutefois, l'abolition 
de la peine de mort. Ce qu'on peut faire de 
plus mauvais d'une tête, même mauvaise, 
c'est de la couper. Et, n'était cette vieille 
idée du talion (qui dit talion, dit vengeance 
et non justice), on n'aurait pas conservé si 
longtemps la peine capitale. 11 est vrai qu'il 
serait peut-être imprudent de la supprimer. 
Le moment n'en est pas encore venu. Les 
moyens d'intimidation ont toujours du bon. 
Il faudrait supprimer le droit de chasse et tous 
les abus qu'il entraîne. Pas moyen pour les 
paysans de faire les semailles en temps voulu, 
pas moyen de protéger les récoltes. Les ho- 
bereaux ont des exigences inacceptables. En- 



uiyiiizeu by 



Googk 



86 



fin, la justice est trop chère. Il faudrait qu'elle 
se rapproche du peuple, qu'elle se mette à 
sa portée, qu'elle devienne plus paternelle. 
Tenez! il y a, en Hollande, des « faiseurs 
de paix », appelons-les, si vous le voulez, 
des juges de paix. Des juges de paix! quelle 
admirable expression et quelle belle institu- 
tion! Les Hollandais possèdent des magis- 
trats qui s'efforcent de concilier les parties, 
et ne prennent point plaisir à les regarder 
se battre. Pour mon compte, je suis processif, 
mais les pauvres gens ne peuvent s'offrir ce 

luxe. Cela coûte. (Un ronflement harmonieux a'élève 
du fauteuti oà JeanJaequee est aeêis.) RoUSSeaU ! 
Rousseau! (Jean-Jaequet ouvre Ue yeux.) VoUS dor- 

mez, Rousseau! Je m'y attendais bien. Vous 
êtes un esprit très abstrait; vous n'aimez que 
les idées générales. Vous n'êtes point pour 
les faits précis ni pour les vues positives... 
Je le savais, et je vous ai joué le mauvais 
tour de vous amener sur mon terrain familier, 
sûr que j'étais d'avance du résultat. Tout à 
l'heure, vous continuerez à votre aise votre 
sommeil réparateur. Je n'ajoute plus qu'un 
mot. Si la prospérité nous élève, un jour, des 
statues à l'un et à l'autre, c'est qu'on me 
sera reconnaissant, à moi, des campagnes ar- 
dentes que j'aurai menées pour obtenir des 
réformes plates et prosaïques, mais pratiques, 



les seules auxquelles j'aurai tenu; et c'est 
qu'on vous saura gré, à vous, non pas de 
changements utiles ni d'améliorations fécondes, 
mais du fréquent appel que vous aurez fait 
au sentiment en beaucoup de choses, peut- 
être en trop de choses. Il est vrai que vous 
aurez fait refleurir de vieilles verhis fran- 
çaises, comme les vertus familiales. Et, main- 
tenant, puisque j'ai le plaisir de vous posséder 
ici et que vous êtes fatigué, permettez- 
moi de vous offrir la meilleure chambre de 

mon château. (VoUaire et Boufiteau se lèvent et iortent.f 

Rideau 

Telle est la petite comédie philosophique 
que M. Faguet nous a, non point lue, mais 
improvisée, et qui a été goûtée autant qu'elle 
le méritait (ce n'est pas peu dire!). Malheu- 
reusement, Voltaire et Rousseau ne se sont 
point rencontrés à Ferney. M. Faguet le re- 
grette vivement. Un peu du réalisme de Vol- 
taire eût fait du bien à Rousseau; un peu 
de l'esprit sentimental de Rousseau eût tem- 
péré et adouci la sécheresse intellectuelle et 
l'ironie de Voltaire. 

Conférence de 

ÉM1LB TAGiœr, 

nol6t par ▲. Puj^t 



V^è^l^lg^^ 



S6rl8 E 



¥Mirefti, 25 Janoier 



LITTERATURE ETRANGERE 






LE DANTE 

Conférence de M. Gaston DESCHAMPS 

Mesdames, mesdemoiselles, 

Permettez-moi de m'exprimer ainsi en com- 
mençant, puisqu'il est entendu, d'après ce que 
nous a dit l'autre jour notre cher président, 
M. Mézières, que les messieurs, ici, n'existent 
pas. (Rires.) Mesdames, mesdemoiselles, je 
manquerais, je crois, au devoir qu'impose l'hos- 
pitalité charmante que nous recevons dans cette 
maison si, au début des entretiens familiers de 
littérature auxquels j'aurai l'honneur de pro- 
céder devant vous, je n'évoquais la mémoire et 
l'image d'un illustre homme de lettres qui 
tient de l'Université des Annales par les liens 
de la parenté la plus filiale, mais qui tient 



aussi, par les liens d« la plus directe recon- 
naisssnce, à tous ceux qui, à sa suite, se 
sont essayés avec lui dans l'art d'écrire ou 
de parler en public : j'ai nommé notre cher 
et très regretté maître Francisque Sarcey. 
(Vifs applaudissements,) J'ai été son disci- 
ple, je le suis resté, j'ai profité de ses con- 
seils, j'ai même été grondé par lui en plusieurs 
circonstances, je ne lui en veux pas. Si, dans 
les entretiens de littérature qu'on m'a fait 
l'honneur de me confier, je réussis, de temps 
en temps, à n'être pas trop indigne de ce 
nombreux et jeune et brillant auditoire, c'est à 
lui que je le devrai. Sinon, j'aurai prouvé, 
une fois de plus, que, malgré la meilleure 
volonté du monde, on ne réussit pas toujours 
à être un bon élève d'un maître excellent. 
(Sourires et applaudissements.) 

uiymzeu oy V-jOOV IC 



87 



Le poète dont nous avons à nous occuper 
aujourd'hui a, lui aussi, — si génial quMl fût 
et à quelque degré que l'élevât son génie 
dans la hiérarchie des grandeurs humaines, — 
élu un maître : il a refusé de s'engager dans 
la «voie périlleuse, sans chercher sur le sol, 
autour de lui, la trace de quelqu'un qui 
l'avait précédé. 

Il est assez de mode, aujourd'hui, — parmi 
les grands poètes que nous avons peut-être 
et parmi les petits poètes que nous possédons 
sûrement, — de croire ou de déclarer que 



querions de mal comprendre si nous ne con- 
naissions point la vie de Dante. 

11 n'y a point de poète qui se soît plus 
confessé dans son œuvre que l'auteur de la Di- 
vine Comédie. Il faut que nous le suivions 
pas à pas^ dès son enfance même, puisque 
cette enfance sublime a eu des minutes inou- 
bliables qui n'ont cessé de rayonner sur le reste 
de l'existence de l'écrivain. 

Cette enfance s'est écoulée dans une des 
villes les plus poétiques qui soit au monde, 
dans une ville dont la gloire est insép&rable 




A Florence, place Sainte-Croix. — Monument de Dante, par le professeur Pazzi. 



l'on ne doit rien à personne. L'illustre Dante, 
au commencement de son immortel poème 
de la Divine Comédie , ne craint pas d'invo- 
quer son maître, le grand maître de tous les 
poètes, présents et à venir, le sublime Vir- 
gile (altissimo poeta)^ auquel il dit : 

— Tu es mon maître et mon guide; c'est toi 

qui m'appris l'art d'écrire ces belles choses par 

lesquelles l'homme lutte contre la mort et 

lussit, parfois, à immortaliser son œuvre, à 

temiser sa mémoire. 

Ainsi s'exprime Dante, au début de cette 
'^ivine Comédie, dans laquelle nous plions 
DUS engager tcUt à l'heure, où nous les 
livrons en des spfrales sans fin, dans ces cer- 
es innombrables de l'enfer, où, très souvent, 
1 est décom:erté par des visions que le 
oète propose à o^e vv* et qw-^ nou^ ns- 



de celle de Dante, dans la cité du Lys Rouge y 
mais aussi dans la cité dfintesque par excel- 
lence, dans cette merveilleuse Florence où 
l'on ne peut faire un pas, ni sur les places pu- 
bliques, ni dans les musées, sans songer à 
Dante, sans songer à Béatrice, sans songer à 
toutes les merveilles d'art qui sont sorties du 
poème dantesque, ainsi que d'une source iné- 
puisable. 

La statue de Dante, vous allez la voir 
grâce à un art encore plus expressif que 
celui de la parole. (Projection.) Voici la sta- 
tue de Dante, sur la place Sainte-Croix, 
à Florence. Les Italiens ont célébré en 
grande pomp#, en 1865, le sixième cen- 
tenaire de la naissance de leur poète natio- 
nal; de grandes fêtes furent données à cette 
occasion. On l'a représenté ici avec cette phy- 



Digitized by 



Google 



18 



^■^ionomie farouche qui lui était habituelle, avec 
^Hcet air mécontent qu'il avait coutume d'opposer 
^(aux sourires perfides de ceux qui essayaient de 
^ le tromper dans sa vie de malheur et d'exil. 

Kll lui fut rendu hommage, un hommage bien 
kardif et dont il n'a pu prévoir la solennité 
Future. 
■,"""■■"""■■"""'■ 




Le Dante, par MaisaoNicn. 

tn( irmante église de Sainte-Croix. 

Le VOICI dominant cette cité de Florence 
prs laquelle il a lancé, de Ravennc, une der- 
lère plainte, comme ferait à une mère trop 
pvère Tenfant qui a été mal vu, ihaltraité. 
Projection. J 

\ Voici, maintenant, le Baptistère de Flo- 

icc,où Ton montre encore la citerne où Dante 

^t baptisé par immersion selon la coutume de 

tempb. C'est là qu'en Î2G5, au mois de mai, 

une date glorieuse dans l'histoire de l'hu- 

faniié, on porta cet enfant qui fut baptisé 

tirante Alighieri et qui, sous le nom de 

ilte, est l'immortel poète de la Divine 

jpmédie. 

IJ.-J. Ampère, un de ses admirateurs passion- 



nés, a entrepris, en 1834, un voyage dantesque 
en Italie; il est allé non seulement à Florence, 
mais encore dans toutes les petites villes d'Ita- 
lie où il put retrouver les traces de son 
poète de prédilection. 

Ampère se flatte d'avoir retrouvé, à Flo- 
rence, le palais de Béatrice; je ne sais s'il a 
été victime de cet effet de mirage auquel- sont 
exposées les personnes qui regardent ave 
les yeux de la foi. 

Cette hypothèse est très ingénieuse et lé 
palais qu'il désigne a de fortes raisons d'être 
indiqué comme l'étant, en effet. 

Béatrice Portinari est une personne à la 
fois historique et légendaire, qui occupe, 
dans l'histoire littéraire, une place éminente, 
car tout porte à croire que, sans elle, 
nous n'aurions pas eu la Divine Comédie telle 
qu'elle est écrite. Cette image angélique do- 
mine toute l'œuvre, comme ces figures de 
vitrail dont le reflet multicolore ennoblit une 
cathédrale tout entière. Elle était la fille de 
messire Foulques I^ortinari, un voisin du père 
de Dante. Le poète nous raconte lui-même que 
c'est dans sa petite enfance qu*il vit, pour la 
première fois, Béatrice qui, elle aussi, était 
encore une enfant. C'était au renouveau du 
printemps florentin, dans la saison délicieuse 
où l'on célébrait le retour des Pâques flo- 
rentines. 

C'est alors au milieu des fleurs, des par- 
fums, de la musique, sous ce ciel enchanteur 
dont tous les voyageurs ont subi le prestige, 
que Dante, pour la première fois, vit venir à 
lui cette figure quasi surnaturelle. Non pas 
qu'elle se fît remarquer par sa beauté (dans 
cette ville où la beauté court les rues), c'est 
son expression qui frappa le jeune Dante, une 
expression de gravité silencieuse, de douceur, 
de méditation avec ce quelque chose d'indéfi- 
nissable qu'ont, parfois, les personnes cflii ne 
doivent pas rester longtemps sur la terre. 
Dante nous dit que, malgré son jeune âge, 
il éprouva un sentiment d'inquiétude, se di- 
sant qu'une créature si parfaite ne resterait 
pas longtemps ici-bas, et que déjà elle sem- 
blait prendre son vol vers le royaume des 
anges. Ce fut son ange, ce fut l'ange gardien 
de toute sa vie. Ce fut la vision béatifique 
dans laquelle il s'abîma et qui bientôt, d'ail- 
leurs, n'exista plus que pour son imagination. 
Ce pressentiment, dont il avait senti toute 
Tangoissc lors de la première rencontre, ne 
fut que trop justifié, en effet, p^' l? mort 
prématurée de Béatrice. 

Elle mourut en 1290, emportcim a>»-u elle 
l'âme de Dante, et laissant derrière elle une 
trace lumineuse... 

Dante a célébré ce charme de la première 



89 



rencontre et aussi la douleur de la perte irré- 
parable dans spn livre de la Vie Nouvelle, 
livre dont il est impossible de faire des cita- 
tions parce que, selon le témoignage des com- 
mentateurs les plus sincères, c'est une œuvre 
intraduisible; c'est un livre qu'il est impossible 
de lire tout haut. C'est un livre de confidence, 
où il faut, en quelque sorte, lire à travers 
les lignes, pour en comprendre le langage 
muet presque aussi expressif que le langage 
articulé. Livre dans lequel on suit l'amour 
idéal, immatériel, de ce jeune homme à tra- 
vers une série de joies douces, d'extases, 
de pressentiments, de chagrin mortel (quand 



et païens, qu'il trouva la force de surmonter 
sa douleur en vivant désormais pour Béatrice 
morte, en disputant aux ténèbres du destin 
qui l'avait ravie cette créature céleste qui 
avait passé si peu de temps sur la terre, et 
qu'il voulut faire rayonner désormais dans une 
auréole d'immortalité. (Applaudissements.) 
Telle est la partie sentimentale de la jeu- 
nesse et de la première moitié de l'âge 
mûr de Dante. Ce sentiment lui avait 
dicté non seulement la Vie Nouvelle, mais en- 
core des sonnets qui avaient attiré sur son 
ncm, tout nouveau, l'attention des poètes ita- 
liens de ce temps, notamment du célèbre Guido 




Florejsce. — Le Pont- Vieux surir onté de m galerie d'ateliers. 



il croit qu'un jour Béatrice ne l'a pas salué ou 
Ta salué à peine), jusqu'à ce cri de désespoir 
qu'il jette lorsqu'il a perdu celle qu'il avait 
aimée plus que tout au monde. 

Son biographe, Boccace, nous dit que Dante 
sembla vieilli de dix ans aussitôt après la 
mort de Béatrice, et que, s'abandonnant, ne 
voulant plus vivre, il tomba dans une mé- 
lancolie encore plus sombre que celle dont 
il était coutumier. Par nature, nous dit 
Boccace, c'était un jeune homme volontiers 
tadtume, méditatif, ne parlant que lorsqu'il 
était interrogé, et encore, tellement distrait 
que, parfois, il n'entendait pas les questions 
qu'on lui posait. Il nous dit comment il reprit 
goût à la vie, il nous dit que les philo- 
les, les écrivains, furent pour lui comme 
conseillers, des maîtres non seulement 
s l'art d'écrire, mais aussi dans l'art de 
c. Profondément érudit (Dante est un des 
, savants parmi les poètes), il lisait les au- 
j païens comme les auteurs chrétiens, et 
en faisant un amalgame unique au 
"fc de sujets anciens, de sujets chrétiens 



Cavalcanti, qui devint, dans la suite, un de 
ses amis les plus dévoués. Dante vivait à 
Florence et des images vont encore nous 
montrer le décor dans lequel s'est écoulée 
la plus grande partie de sa vie. (Projection.) 
Voici le Pont-Vieux, dont les jours, pa- 
raît-il, sont comptés. Des travaux de voi- 
' rie, travaux impitoyables qui sont l'œuvre d'in- 
génieurs extrêmement modernes, vont jeter à 
terre ces vieilles constructions si pittoresque?. 
Dante n'a pas été seulement un homme de 
lettres; il a pris part aux affaires de son 
pays. La République de Florence a été une de 
celles où la vie publique, où l'activité civi- 
que ont été le plus intenses, — tellement in- 
tenses que nous avons de la peine à nous ima- 
giner une turbulence pareille, des désordres 
si quotidiens, des luttes à main armée si fré- 
quentes. (Place de la Seigneurie. Projec- 
tion.) 

Ce tableau nous montre le monument autour 
duquel s'agitèrent les discordes florentines. Il a 
été construit, en 12'JS, par Arnoifo di Lapo. 
Ce palais ressemble à une forteresse et 



Digitized by 



Google 



90 



Taine le compare, fort justement, à une armure 
fermée. On v^t qu'une telle bâtisse n'a pu 
être construite que dans un endroit où il fallait 
redouter,, à chaque heure du jour, l'assaut des 
émeutes populaires. Ces émeutes, on en trouve 
le récit très pittoresque, très véridique, dans 
les écrits d'un contemporain de Dante, d'un 
de ses collègues dans les conseils de la Ré- 
publique: Dino Compagni. Il a écrit, presque au 
jour le jour, ce qu'il voyait, ce qu'il entendait. 
Taine dit,avec raison, que l'on aurait une idée de 
ce que pouvait être la vie de Florence, à 
certaines époques, si les journées de juin, à 
Paris, s'étaient prolongées et étaient deve- 
nues le train coutumier de la vie parisienne. 
Cet état de choses explique très directe- 
ment l'état d'esprit de Dante; on ne compren- 
drait pas ce qu'il y a d'orageux, de violent 
dans son âme, et ce qu'il y a de terrible 
dans la tragédie qu'il nous raconte si on ne 
connaissait point par la vue de ces monu- 
ments figurés et par l'étude des documents 
écrits cet état de perpétuelles luttes qui jeta 
si souvent les citoyens de Florence les uns 
contre les autres. Pour l'intelligence des ré- 
volutions politiques auxquelles Dante a pu as- 
sister, qu'il nous suffise de dire qu'en vertu 
d'une constitution qui fut adoptée par les 
Florentins après de nombreuses tribulations 
intestines, en 1293, Dante fut un des priori 
^{prieurs) qu'on mettait à la tête des corpo- 
rations florentines. Ces prieurs étaient nom- 
nfés seulement pour deux mois, afin qu'ils 
n'eussent point le temps de se créer une 
clientèle. Dante, au début de sa vie, avait 
pris, parmi les partis de Florence, une 
position qui le rapprochait du parti des guelfes. 
Dans la première moitié de sa vie, Dante 
fut guelfe et combattit contre les gibelins. 
Il est utile que nous sachions qu'il a fait 
^ bonne figure, lui aussi, sur le champ de ba- 
taille et qu'il a appartenu à une milice floren- 
tine qui rappelle quelque peu ces jeunes gens 
d'Athènes et de Sparte, qui formaient une 
sorte de barrière vivante. Dante faisait partie 
au combat de Campaldino, en 1289, du ba- 
taillon sacré des Feritori. Ces Feritori étaient 
armées de la targe blanche, timbrée du lis 
rouge. Une fois qu'ils étaient arrivés sur le 
champ de bataille, au poste qui leur était as- 
signé, ils avaient l'ordre de ne pas avancer 
et de ne pas reculer. 

L'historien Villani raconte que l'archevêque 
d'Arezzo, qui avait la vue basse, demanda 
à ses compagnons ce que c'était que le mur 
qui était devant lui. On lui dit que c'était 
la jeunesse florentine et qu'on aurait beaucoup 
de pc^e à la vaincre. Dante fut un de ceux 



qui arrêtèrent l'élan des gens d'Arezzo et 
revinrent victorieux à Florence. 

Sa popularité ne devait pas' durcir très long- 
temps. Les poètes sont gênés, en général, au 
milieu des dissensions politiques, parce qu'ils 
sont enclins à penser que tous les partis ont 
tort. Ce fut le cas de Chateaubriand, de La- 
martine, de Victor Hugfo... 

A cette divisioii entre guelfes et gibehns 
s'est ajoutée, au temps de Dante, une au- 
tre division au début de laquelle se place* une 
anecdote que j'emprunte à Marchionne Stc- 
fani et qui est tout à fait significative. Il y* eut 
des Florentins « blancs » et des Florentins 
« noirs », irrités les uns contre les autres par 
une épouvantable vendetta. Cette division des 
Florentins entre Blancs et Noirs vient d'une 
querelle qui avait surgi au sein d'une famille de 
la ville de Pistoia. Il y avait, dans cette ville, 
un notaire très riche, Cancellieri, qui s'était ma- 
rié deux fois. Ce notaire avait laissé une fortune 
considérable à partager entre les enfants d^ 
sa première femme et ceux de sa seconde 
femme. Mais il faut croire que le testament 
qu'il avait rédigé n'était pas dans les formes 
voulues. Des disputes s'engagèrent à ce su- 
jet entre ses descendants, dont les uns prirent 
le nom de Cancellieri-Blancs (du nom de 
Blanche, leur mère) et dont les autres, par 
opposition, s'appelèrent Cancellieri-Noifs. Un 
jourV un Cancellieri noir, qui était d'hu- 
meur assez commode, semonça son fils 
parce que cet enfant, sans le faire exprès, 
avait blessé un de ses oncles qui appartenait 
aux Cancellieri blancs. 

— Il faut, lui dit-il, que tu ailles demander 
pardon à ton oncle. 

Peut-être croyait-il que l'aveu de cet inno- 
cent désarmerait certains* ressentiments. Or, 
voici ce qui advint : Lorsque, chargé de 
cette mission pacifique, l'enfant arriva chez 
son oncle du parti blanc, celui-ci lui dit : 

— Ah! c'est toi qui nous as frappé. 

— Je ne l'ai pas fait exprès, dit l'enfant; 
je viens vous demander pardon ay nom de 
mon père. 

— Eh bien! viens. 

L'enfant s'approche. Bertacca Cancellieri lui 
coupe la main droite et lui dit froidement : 

— Maintenant, rapporte cela à ton père. 
C'est ma réponse. 

De sorte que guelfes et gibelins d'une 
part, Noirs et Blancs de l'autre, tous divisés 
les uns contre les autres, faisaient de Flo- 
rence une ville dont la paix semblait bannie 
pour toujours. C'est alors que le pape Bo- 
niface VIII envoya à Florence, pour rétablir 
la paix, un personnage singulier, qui n'a fait 



Digitized by 



Google 



9' 



que passer dans le demi-jour de cette his- 
toire sinistre, un prince de la maison royale de 
France, Charles de Valois, un des fils de 
Philippe III, doué d'un esprit romanesque, 
ayant beaucoup d'ambition et malheureusement 
très peu de moralité, incapable de tenir une 
promesse. A peine arrivé à Florence, il trahit 
tous ses serments, manqua à tous ses enga- 
gements, et, au lieu de rétablir la paix, n'eut 
qu'une idée : s'installer lui-même aux lieu et 
place des autorités locales, en qualité de 
tyran. Cette tyrannie ne dura pas longtemps, 
mais assez, cependant, pour exciter la hjreur 
vengeresse de Dante. Ajoutons que Dante, pen- 
dant son passage très court aux affaires, avait 
attiré sur lui toutes sortes de colères. N'eut-il 
pas ridée, pendant qu'il était prieur de Flo- 
rence, de faire exiler à la fois les chefs des 
Blancs et ceux des Noirs, de sorte qu'il con- 
centra sur lui-même la haine des deux partis? 
Instruit de ses propos, Charles de Valois le 
fît bannir. Il fut exilé avec un certain nombre 
de personnages fort obscurs, sous les incul- 
pations les plus étranges? extorsion de fonds, 
baraterie, lucre illégitime, enfin tous les péchés 
imaginaires que l'on reproche à ceux que l'on 
voudrait perdre çt condamner sans raisons. 
Le podestat Cante di Gabrielli porte devant 
l'histoire la responsabilité de cette sentence 
inique. Voilà ce que Florence a fait ou sup- 
porté, en 1302. Depuis ce temps -là, elle l'a 
bien regretté, car je trouve, dans une intro- 
duction mise en tète de la Divine Comédie^ de 
Dante, cette page écrite par un Italien en 
français. Elle exprime le repentir de l'Italie et 
l'admiration de Florence pour son fils proscrit: 

O Florence! ville prédestinée et féconde, 
mère des plus grands génies dont l'humanité 
s*hoiK>re! ô noble patrie de tout ce que les 
hommes ont de plus cher, la liberté et les arts! 
berceau de la civilisation moderne, Athènes 
d'Italie I de combien de larmes, de combien 
de regrets tes enfants n'ont-ils pas expié cet 
arrêt Impie!... Mais il serait injuste et cruel 
de faire retomber sur les nations les fautes 
de ceux qui les gouvernent, surtout lorsque 
cette domination est violente, illégitime, passa- 
gère; il serait injuste- et cruel, ô Florence, 
de déchirer ton cœur maternel que cliaque siècle 
snt percer d'un nouveau glaive, que chaque 
nération vient abreuver d'une nouvelle amer- 
[ue. Les hommes passent, les passions s'étei- 
ent; depuis longtemps Blancs et Noirs, Guel- 
i et Gibelins dorment pêle-mêle dans le 
me cimetière. La terre a repris leurs ccn- 
s, Toubli a recouvert leurs noms, mais le 
lie et la gloire de son fils planent sur ton 
IX Baptistère» comme une auréole éclatante. 
Ia postérité s'incline devant cette belle et 
mde figure, tanctifiée par l'exil. 
"Vîft applaudissements.) 



On le voit, ce grand poète errant de ville 
en ville, sombre, mélancolique, ne sachant 
pas amuser ses hôtes d'un jour par cette 
bonne humeur que quelques-uns retrouvent 
jusque dans l'épreuve, et nous disant combien 
il est dm- de gravir l'escalier d'autrui, et 
combien il est amer le pain de l'étranger. 
On le suit successivement à Sienne, à Arezzo, 
à Vérone, à Bologne, à Padoue, dans la Lu- 
nigiane, à Paris, en Angleterre peut-être, et 
on le voit retournant vers l'Italie, se dirigeant, 
d'un pas lassé, vers la cité de Ravenne, qui de- 
vait être la dernière halte de sa vie si courte et 
si bien remplie. A Ravenne, il est l'hôte de 
Guide Novello de Polenta, et habite 
dans le palais où est née cette Fran- 
cesca di Rimini, à laquelle il a conféré 
une renommée immortelle. C'est en 1321, à 
Ravenne, qu'il meurt, irrité contre sa patrie, 
après avoir refusé l'offre qu'on lui avait faite 
d'y rentrer. On .a gardé de lui une admirable 
lettre en latin exposant les raisons pour les- 
quelles il ne veut pas accepter de pareilles 
conditions. Il ne voulait rentrer que la tête 
haute dans cette cité qu'il avait illustrée. 11 aima 
mieux demeurer ok il était. 11 mourut le 14 sep- 
tembre 1321, à peine âgé de cinquante -six 
ans, mais déjà courbé comme un vieillard. 
Chose curieuse, le dernier acte de ce grand 
orgueilleux est un acte de modestie. Ce même 
homme qui vient d'écrire une lettre si hau- 
taine, et qui a dû presque tous ses malheurs 
à la rigidité de son caractère, ce même homme, 
au moment de la suprême agonie, au mo- 
ment où il va rentrer dans l'apaisement final, 
accomplit un acte de simplicité grandiose et 
charmante. Il 'demande à ses hôtes de le revêtir 
du très humble habit des petits frères mineurs 
de l'ordre de saint François d'Assise. Lui, qui 
se faisait une si haute idée de la poésie, 
lui qui se sentait très grand, veut reposer 
dans cet habit si humble. Il veut faire un 
acte d'humilité, et il demande à être ense- 
veli dans le cimetière des fraticelli...^ Les 
voyageurs qui vont aujourd'hui à Ravenne 
peuvent voir, aux environs de la Pineta, le 
tombeau très pompeux qui, malgré la modes- 
tie de ces volontés suprêmes, consacre main- 
tenant la gloire de Dante. 

Ce tombeau, où il repose, qui attire tant 
de pèlerins et se dresse dans un décor de tris- 
tesse, convient merveilleusement à ce qu'il y 
a de douloureux dans cette âme continuelle- 
ment orageuse et perpétuellement gémissante. 

Nous ne pouvons prendre, aujourd'hui, 
qu'un court aperçu de son œuvre, mais, cette 
oeuvre, nous l'avons déjà vue, nous l'avons 
déjà côtoyée en parcourant avec lui ces di- 



Digitized by 



Google 



92 

verses étapes d'une vie militante et souf- 
frante. Avant de parcourir les cercles infer- 
naux et de traverser le royaume des ombres, 
nous allons, voir Dante et Virgile d'après 
le tableau de Delacroix. (Projection.) Dante 
nous dit d'abord qu'il fut l'objet d'une 
sorte de rêve, de vision surnaturelle; • 
des bêtes farouches, une panthère, un 
lion, une louve, se présentèrent à lui comme 
pour lui barrer le. chemin, dans une forêt 
fantastique, et, tout à coup, une figure sur- 



Dante élit Virgile pour guide. Il y a des 
stations auxquelles il est nécessaire que nous 
nous arrêtions. Moment tragiqu.e, que celui où 
Virgile et Dante interrogent ces ombres qui 
sont unies les unes aux autres de la façon 
U plus fidèle et qui souffriront toujours à 
travers ce royaume, indéterminé sans se quitter 
jamais! C'est dans cette catégorie de damnés^, 
qui sont punis pour avoir trop aimé, que 
Dante rencontre Francesca di Rimini et Paolo 
Malatesta. 




Dante et Virgile traversant le lac infernal, par E. Delacroix. 



humaine se présente à lui, exorcise et met 
en fuite ces animaux malfaisants qui semblaient 
devoir courir sur lui. 

— Qui donc es-tu? dit Dante. 

Et alors, par une divination singulière, mal 
gré le silence de son interlocuteur, il recon- 
nut son maître Virgile. Pourquoi Virgile? 
Pourquoi ce poète des Géorglques et de 
V Enéide? C'est que l'on se faisait de Vir- 
gile, au moyen âge, une idée qui le plaçait en 
dehors, à part, au-dessus du chœur des poètes. 
On le considérait comme une sorte d'enchan- 
teur, de sorcier, doué du pouvoir d'opérer 
des miracles. Les commentateurs avaient re- 
marqué dans les paroles de Virgile des pro- 
phéties annonçant la venue prochaine du Mes- 
sie. Victor Hugo l'a dit: 

Dans Virgile, parfois, Dieu tout près d'être uu ange. 
Le vers jwrte à sa ciruo une lueur étrange... 



— O poète, dit-il à son guide Virgile, je 
serais curieux d'adresser la parole à ces deux 
âmes qui semblent inséparables et qui cèdent 
si légèrement au souffle du même vent qui 
les emporte à travers l'espace 1 

Et Virgile répond : 

— Observe le moment où elles vont passer 
le plus près de toi, et alors prie-les, au nom 
de cet amour qui les entraîne encore réunies 
l'une à l'autre; elles ne résisteront pas à un 
tel appel, elles viendront à toi. 

Et, aussitôt que le vent qui les cha. it 
les eut rapprochées de moi : 

— O âmes en peine, leur criai-je, daig :z 
venir nous parler, si cela vous est per s 
par le souverain maître de ce séjour! 

Telles que deux colombes, attirées pa. e 
désir, fendent l'air qui porte leur vol et \r \- 
nent, les ailes ouvertes et sans mouvem t, 
s'abattre ensemble sur le doux nid de * r 
amour, telles elles s'élancèrent du groupe s 
femmes punies pour avoir trop aimé; et » 



Digitized by 



Google 



93 



deux âmes volèrent à moi à travers la tour- 
mente, tant eHes avaient senti de compassion 
et de tendresse pour elles dans Taccent du 
cri que j'avais jeté en les appelant l 

— O douce et affectueuse créature I me di- 
rent-elles, qui parcours ainsi cet aq; réprouvé 
et qui viens nous visiter dans notre supplice, 
nous qui avons teint de notre sang la terre 
où tu as vécu; 

S'il nous était permis d'invoquer pour un 
autre le maître de l'univers, qui nous afflige 
et nous punit, nous lui ' demanderions de te 
combler de sa paix, toi qui ressens une n 
tendre pitié pour nos peines sans remède. 

Tendre pitié,,. Compassion et tendresse ; ces 
mots doivent retenir notre attention car Dante 
0OU6 montre des damnés et il a soin, à cha- 
que instant, de placer parmi ces réprotnrés tous 
ceux qui lui ont fait du mal. Mais, de temps 
en temps, il pousse des (5ris de pitié tels 
que yamais peut-être la compassion humaine 
n'en trouva de si beaux, sauf dans la Pitié 
Saprême, de notre grand poète Victor Hugo. 
C'est iciy dans le récit que lui fait Fran- 
ccsca di Rimini, de cette erreur funeste d'où 
sont sortis tant de malheurs, c'est id, lorsqu'il 
recueille la confession de cette pauvre femme, 
que Dante semble vouloir montrer, par un 
tragique exemple, qu'il y a, chez la femme, 
quelque chose de plus héroïque, de plus cou- 
rageux que chez l'homme. Ici, le principal 
coupable, c'est celui qui se tait, qui sanglote 
de remords et d'angoisse, ayant causé la mort 
et la damnation de celle qu'il a perdue par un 
amour insensé. Et c'est la femme qui répond, 
c'est la femme qui assume toute la respon- 
sabilité, tout le poids de la faute. La femme 
apporte dans la passion une supériorité' d'a- 
xnour et de dévouement qui la rend capable de 
l'héroïsme le plus délicat. Il y a,plus loin, un épi- 
sode que je me reprocherais de ne pas vous 
lire d'un bout à l'autre. C'est celui que nous 
représente ce spectacle épouvantable d'un 
père et de ses enfants enfermés dans une 
tour et réduits à mourir de faim. Ce 
n'est pas là une légende. Cet évé* 
nement est historique, il s'est passé exacte- 
ment en 1289, année où Dante fut un des 
héros de la bataille de Campaldino. 
Cette année-là, le comte Ugolin de la Qherar- 
:a fut enfermé, par ses ennemis, dans une 
à Pise, tour qui s'est appelée, depuis, la 
' de la Faim. On l'emprisonna avec ses en- 
» et, lorsqu'on l'eut laissé pendant quelque 
ps dans l'incertitude du sort qui lui était 
rvé, on le soumit aux tortures physiques 
plus atroces. On fit clouer la porte de la 
oîi était enfermé le comte Ugolin et 
é de la forteresse fut jetée dans l'Amo. 



Longtemps après, dans le cachot où ce mal- 
heureux avait été retenu captif avec ses en- 
fants, on trouva des ossements épars, effroya- 
bles vestiges de la mort la plus affreuse que 
l'on puisse concevoir. Cet événement était resté 
dans la mémoire de Dante. C'est pourquoi 
il en fixe le souvenir dans la Divine Comédie. 
11 nous raconte que, errant avec Virgile, de cer- 
cle en cercle, il vit une image tellement ef- 
froyable qu'il faillit en perdre le sentiment. 
Il vit un damné qui, penché sur un autre 
damné, le dévorait... 
Lisons : 

Je vis, au bord d'une fosse creusée dans 
l'étang de glace, deux ombres. La tête de 
l'une semblait servir de coiffure à la tête de 
l'autre. 

Et de même qu'on mange le pain quand 
on a faim, de même celui qui était au-dessus 
mordait avec les dents la tête de celui qui 
était au-dessous^ à l'endroit où la cervelle s*unit 
à la nuque. 

— O toi qui montres un si bestial instinct 
de haine contre celui que tu manges ainsi, 
dis-moi pourquoi? lui criai-je. 

Et alors : 

— Si tu as raison de te plaindre de lui, 
quand je saurai qui vous êtes l'un et l'autre 
et quelle est sa faute, je parlerai de vous dans 
le monde d'en haut, si, toutefois, cette langue 
avec laquel'.î je vous parle ne se dessèche pas 
d'horreur. 

Le pécheur releva sa bouche de sa féroce pâ- 
ture, et, l'essuyant aux cheveux de la tête 
qu'il avait rongée par derrière, il commença 
ainsi : 

«Tu veux que je renouvelle la douleur dé- 
sespérée qui me tenaille le cœur, rien qu'en 
pensant d'avance à ce que je vais te raconter. 

» Mais, si mes paroles doivent être une se- 
mence qui fructifie à la honte du traître que 
je ronge, tu me verras parler et pleurer à la 
fois. 

» J'ignore qui tu es et par quel privilège tu 
as pu descendre ici; mais, à ton accent, tu 
me parais véritablement né à Florence. 

» Apprends d'abord que je suis le comte Ugo- 
lin, et que celui-ci est l'archevêque Ruggieri. 
Maintenant, je te dirai pourquoi il est mon voi- 
sin ici. 

» Comment, par l'effet de ses perfidies et 
de ma confiance en lui, je fus d'abord captif, 
puis mort : cela est oiseux à te dire. 

» Mais ce que tu ne peux avoir appris de 
personne, c'est combien cette mort fut atroce. 
C'est ce que tu vas entendre, et tu jugeras 
après si ce monstre m'a assez torturé. 

» Une étroite lucarne à travers les murailles 
de la Tour de la Faim, qui a reçu son nom 
de moi, et qui se referma encore sur tant d'au- 
tres, m'avait déjà laissé entrevoir plusieurs 
fois la clarté du jour par ses fissures, quand je 



Digitized by 



Google 



94 



fis un rêve qui d<^*chira pour moi le \'oile 
do l'avenir. » 

Ugolin raconte, ensuite, son rêve, qui n'est 
qu'une allusion symbolique aux parties qui se 
combattaient entre Lucques^ Pisc et Florence. 

Il y a, dans ce récit, un prodige d'imagina- 
tion créatrice, puisque nul, dans la tour mau- 
dite, n'a pu être témoin de la scène effroya- 
ble, et que le poète, ici, est réduit à ses seules 
forces d'invention et de divination pour abou- 
tir à ce chef-d'œuvre de vérité humaine. 

Il faut, autant que possible, faire commen- 
ter les poètes par les poètes. Les grands 
hommes se comprennent entre eux. Or, un 
grand poète s'est demandé d'où venait la 
beauté singulière de ce morceau si bref. Je 
veux vous lire ce que Lamartine a écrit en 
marge de cette page de Dante: 

La poésie ou Témotion par le beau ne peut 
aller plus loin. Quel beau: dira-t-on. Le beau 
dans la douleur; le pathétique, le serrement 
de cœur par la pitié au spectacle de la dou- 
leur d'autrui; la consonance sublime entre le 
sanglot d'autrui et notre propre sanglotement 
intérieur; la jouissance douloureuse, mais en- 
fin la jouissance morale, de notre sympathie 
humaine pour la peine d'un être humain comme 
nous, Vhoïfio sum : hiimatU nihil a me alicnum du 
poète latin; cette sympathie desintéressée qui 
fait à la, fois la nature, la vertu et la dignité de 
l'être humain, sont partout dans cette scène 
poétique. 

Ils sont dans ce père infortuné, enferme avec 
ses quatre fils dans les demi-ténèbres de cette 
tour. 

Ils sont dans Tt-nfance et dans l'innocence de 
CCS quatre" fils punis pour le crime de leur 
pore. 

Ils sont dans ranp:oisse muette qui saisit le 
père jusqu'à le pctritier au bruit inusité des 
verrous de la porte basse qu'on scelle et qu'on 
rive pour jamais. 

Ils sont dans ce regard effaré et énigmatique 
que le père attache sur ses pauvres enfants 
à ce bruit qui renferme cinq condamnations 
à une mort lente. 

Ils sont dans l'étonncment du plus jeune de 
ses fils, qui. voyant ce re.tcard et n'( n compre- 
nant pas encore la signification, demande à 
son père: Piulre, chc kai (qu'as-tu, opère)? 

Ils sont dans cette lueur du jour qui pénè- 
tre tous les matins par le soupirail dans le ca- 
chot pour marquer aux condamnés un espace 
de moins, un supplice de plus, et pour leur 
rappeler qu'un soleil de vie, de joie et de 
liberté, éclaire pendant leurs ténèbres le reste 
du monde. 

Ils sont dans ce songe sanglotant des petits 
enfants endormis qui rêvent la faim avant de la 
sentir, et qui demandent en son^e cette nour- 
riture que la crainte de déchirer le cœur 
de leur père les empC^che de demander éveillés. 



Ils sont dans ce second regard du père, après 
la troisième nuit, qui interroge avec terreur 
le visage de ses fils, et qui reconnaît sur 
ces quatre suaires vivants de sa passion l'em- 
preinte de son propre visage. 

Ils sont dans ce silence des deux jours et des 
deux nuits suivantes, où les cinq victimes se 
taisent, de peur que le son de leur voix ne porte 
un coup de plus au cœur les uns des autres. 

Ils sont dans ce plus jeune et plus aimé des 
enfants qui se jette et s'étend pour mourir aux 
pieds de son père, et qui lui adresse dans le 
déhre de l'agonie ce mot plus cruel que mille 
morts, ce reproche déchirant du mourant au 
mourant : 

— Mon père, pourquoi ne me secours-tu 
pas? 

Ils sont dans l'erreur des enfants qui, voyant 
le père se ronger les mains de rage, croient qu'il 
veut dévorer sa propre chair et lui offrent ctelle 
qu'il leur a donnée avec la vie. 

Ils sont, enfin, dans ces quatre fils venant suc- 
cessivement se coucher et mourir aux piods du 
père, un, à un, dit le poète, et le faisant mourir 
ainsi quatre fois en eux avant sa propre mort. 

Le beau moral, le beau humain égale, dans ce 
récit, l'horreur pathétique. C'est ce qui en fait la 
poésie. 

Placez là quatre scélérats mourant de faim 
dans les convulsions et les imprécations de 
rage: vous détournez les yeux avec dégoût; 
vous n'aurez qu'un gibet au lieu d'un calvaire. 

Mais le père est beau quandl il frémit au bruit 
de la clé, et qu'il pense non à lui, mais à 
ses fils; 

Il est beau quand il interroge, le lendemain, 
leurs visages, pour y mesurer les progrès de la 
faim{ 

Il est beau quand il se tait, sous le remords 
et sous le désespoir d'avoir entraîné ses enfants 
innocents et adorés dans sa peine; 

Il est beau quand il les voit, comme Niobé, 
former lentement à ses pieds le groupe de la 
famille morte avant le père. 

Le poète est grand non seulement par ce 
qu'il dit, mais par ce qu'il ne dit pas. Avez- 
vous remarqué que, dans les dernières paroles 
de ce père et de ses enfants, personne n'a 
parlé de la mère absente. C'est que tout 
le monde y pense. 

Il ne manque là que la mère ou le souvenir 
de la mère absente; mais le poète a senti 
avec un merveilleux instinct qu'il fallait écarter 
la mère de ce groupe ; sans quoi on n'aurait pas 
pu achever la lecture: le cœur se serait brisé 
à son. premier sanglot ou seulement à sa pre- 
mière mémoire. Ni le père ni les enfants ne 
la rappellent, de peur de s'entre-déchirer par 
ce souvenir. Divirjc r-éticence de oes cinq 
cœurs I 

( Vifs applaudissements,) 

De ces images sombres le poète nous 
éloigne ensuite pour nous entraîner dans 



Digitized by 



Google 



95 



les épreuves d'un purgatoire où Ton es-, 
père, et dans les délices d'un paradis où 
les béatitudes sont éternelles. Il y a beaucoup 
de symboles dans certaines dissertations de 
Dante sur ses aventures dans le purgatoire 
et dans sa vision suprême du paradis; mais, 
ce qui n'est pas un symbole, c'est sa vision 
finale qui aciiève ce ravissement paradisia- 
que. Béatrice est là qui attend le poète à 
chaque tournant du chemin; elle lui apparaît 
comme la suprême récompense dans les fleurs, 
dans la musique éternelle, dans la lumière 
idéale du paradis. 

Il y a. des commentateurs assez ingénieux 
ou assez étranges pour nous dire que cette 
vision de Béatrice est aus^i un symbole et que, 
sous les traits de cette femme immortelle- 
ment adorée, Dante veut nous représenter la 
sdence et spécialement le théologie... 

Je ne sais si ces interprétai-ions sont exactes ; 
il me paraît plus naturel de dire que Béatrice 
est toujours cette même personne, toujours 
vivante, ressuscitée par un amour plus fort 
que la mort, et qui, depuis la première ren- 
contre jusqu'aux suprêmes adieux, n'a pas. 



cessé d'illuminer de son charme la route pé- 
rilleuse où s'achemina le plus malheureux et 
l'un des plus grands des poètes dont s'ho- 
nore l'humanité. C'est de cette âme fénfinine 
qu'est sortie toute la poésie dantesque. 

Dante n'est pas le seul poète qui ait trouvé 
dans une rencontre divine la force d'écrire, 
la force de vivre, de lutter à travers toutes 
les difficultés et toutes les douleurs de l'exis- 
tence teirestre. 

La véritable vie lui fut révélée par l'appa- 
rition de la beauté morale sur un visage em- 
preint de beauté physique. Cela veut dire 
que les véritables inspiratrices des poètes, ce 
sont les femmes. Les anciens n'avaient pas 
tort de placer dans le bois sacré le chœur 
des Muses. 

La prochaine fois, en racontant la noble 
histoire de Pétrarque et de Laure, nous au- 
rons l'occasion de voir, par un autre exemple, 
non moins illustre, ce que la poésie humaine 
doit au génie féminin. (Applaudissements pro- 
longés.^ 

GASTO-N 'VESCJiAMPS. 

(Conférence 6léiu>graî)hiéiî.) 






Série F 



»»>$$<€^^< 



Sa me il. 26 Janoier 



ARTS - MUSIQUE 



HISTOIRE DE LA MUSIQUE 

Conférence de 

M. BOURGAULT-DUCOUDRAY 
sur LU LLI 

Avec l'cminent concours de : 
M. DiÉMER, compositeur, profe S eut* au Conser- 
vatoire ; 
M"' Térêse Bossa, soprano ; 

M'" Ira Novi, violoniste» prix du Conservatoire ; 
M** LcBftETON, accompagnatrice. 

M. Bourgault-Ducoudray — l'auteur de Tha- 
ira (œuvre supejbe jouée, en ce moment, à 
)péra), i'érudit historien, le professeur d'his- 
ire au Conservatoire de musique — monte sur 
îstrade, et, tout de suite, l'on sent qu'on a 
vant soi un maître, et je donne à ce mot 
ite sa signification autoritaire. 
M, Bourgault-Ducoudray ne cherche pas à 
lire par des périodes fleuries, ou des com- 
imcnts aux dames; il dit avec force et sim- 
cité ce qu'il veut exprimer, et une telle 



sincérité émane de sa parole, un si ardent 
amour de la musique pénètre le moindre de 
ses mots, que l'on subit instantanément la do- 
mination ■ des idées qu'il énonce. 

— Je ne suis pas un snob ! s'écrie, à cer- 
tain moment, M. Bourgault-Ducoudray. 

Et ses petits yeux de myope, chaussés de 
lunettes, lancent * des éclairs, ses mains os- 
seuses décrivent dans l'air un geste de guil- 
lotine qui tranche des têtes, et l'air de son 
visage est si passionné cju'on n'a pas envie, 
à cet instant, — oh! mais, du tout. — de 
drrouvrif en soi une parcelle de snobisme. 

Voici, à peu près, le sens de sa conférence, 
et je m'excuse d'avance de la sécheresse 
de mes notes, qui ne rendent (juc bien impar- 
faitement l'éloquence imagée et prenante de 
M. Bourgault Ducoudray : 

Mesdames, mesdemoiselles, 

L'histoire de la musique est une science 
moderne et récente, qui devrait tou;oiirs faire 
partie de réducation, car la musique n'est 
pas un art qui se puisse isoler. Il exprime 



Digitized by 



Google 



96 



et reflète Pâme mystérieuse d'un peuple. 
L'histoire de la musique fait partie intégrante - 
de rhistoire de Pâme française; c'est pour- 
quoi il faut louer l'Université des Annales 
d'avoir songé à instruire ses élèves d'une 
histoire qu'elles connaissent peu et sans la- 
quelle il leur est à peu près impossible de 
comprendre ce qui fut notre génie français. 
Lulli fut le véritable créateur de l'opéra 
français, et, chose curieuse, sur les trois mu- 
siciens qui donnèrent à l'opéra français sa 



r ^ -f^-. :■;■•,■ 


1 "'\T'.^ ' : 


;> 

-% o 


•aie 




i 


.... .^-i^** 






1 
i 


;-y Wm. • 


ùm^ 




4 


^^&H 


I^^P' 


Ta 


^ , 


^^^^^^9 


^ 


V 





Buste de Lulli, par Coybevox. 

forme définitive et classique, deux sont nés 
hors de France. 

Lulli est Italien; Gluck, Allemand. 

Rameau, seul, naquit dans le pays du bon 
vin, à Dijon. Mais Lulli tenait de sa race 
une faculté d'assimilation prodigieuse. Il s'est 
adapté à notre milieu; il a compris nos 
goûts, ou, plutôt, il les a pressentis avec une 
telle divination, que, tout Italien qu'il fût, 
il conçut la formule de la musique française. 

De même, Gluck, quoique Allemand, ne 
trouva qu'en France le milieu qui convint 
à l'expression de son génie. 

Pour écrire une minodie (mélodie à une 
voix), chose qui semble la plus naturelle du 
monde, il a fallu plusieurs siècles de tâton- 
nements. Et l'on reste confondu devant tant 



d'efforts vains pour une manifestation si 
simple. Adam, au Paradis terrestre, dut chan- 
ter S9 joie, et, depuis, tous les hommes 
heureux, et les femmes aussi, ne l'exprimèrent 
pas autrement. Cependant, en France, de 
Charlemagne aux Valois, personne n'a compris 
que la mélodie fût la meilleure façon musicale 
dç toucher le cœur humain. 

C'est l'Italie qui a le plus contribué à 
nous faire goûter la beauté de la « mélodie », 
et qui a voulu que le chanteur exprimât, avec 
des paroles, les véritables sentiments traduits 
par la musique. 

Vers 1600, à Florence, il se fit un mou- 
vement considérable pour combattre l'abus 
du contrepoint,, et l'on tenta de faire revivre, 
si possible, la musique grecque. 

Ce fut la « renaissance » musicale. 

On cherchait // canto che parla, c'est-à-dire 
l'éloquence commun icative de la passion. 
' En France, le gros bon sens populaire 
réagissait contre cette musique de « meute 
aboyante », alors si fort en honneur. La France 
avait déjà réalisé Vidéal de simplicité, dans 
le Ballet de la Reine, joué à la Cour de 
France, en 158L Mais les guerres religieuses 
arrivant, les arts « amis de la paix » en 
souffrirent, et leur évolution s'en trouva re- 
tardée. 

C'est l'Italie qui poursuivit méthodiquement 
la réforme, dont la France, cependant, avait 
eu la première l'instinct, et la réalisa. Ainsi, 
l'Italie a créé l'opéra. 

— En visant une perdrix, on tue un lièvre, 
dit le dicton. 

Il en fut un peu ainsi des Italiens, qui, 
cherchant à ressusciter la musique grecque, 
trouvèrent la formule de l'opéra. 

De l'Italie, l'opéra revient en France, et 
Mazarin n'est pas étranger à ce mouvement. 
On joua une œuvre de Strozzi, puis une 
autre d'un certain Chapoton, enfin un Or- 
phée et Eurydice, de Luigi Rossi, sujet pro- 
totype d'autres essais semblables qui passion- 
nèrent, par la suite, les musiciens. A vrai 
dire, ces divers ouvrages furent accueillis sans 
succès. Mf^c de Longueville, en parlant de 
l'un d'eux à une de ses amies, ne craint 
pas de dire : 

« J'ai cru mourir de froid et d'ennui! , 
compliment peu flatteur en vérité. 

Le premier essai loyal d'opéra fut fait \ r 
Cambert; Lulli n'est venu qu'après lui, t 
qui n'empêche que Lulli mérite le vérital s 
nom de créateur, — car, pour être digne de ? 
titre, il ne faut pas seulement avoir la bon t 
intention, mais savoir la réaliser. Or, Ca - 
bert eut le dessein, mais Lulli seul sut i 
donner l'éclat qu'il comportait. 



Digitized by 



Google 



97 



Il est juste, toutefois, d'accorder quelques 
mots au courage malheureux. Disons donc 
que Cambert fut distingué par Fabbé Perrin, 
mauvais poète, mais homme fort intelligent, 
qui se l'associa, en même temps qu'un ma- 
chiniste. 

De leur trinité, naquit la première et mo- 



Cambert, découragé, se réfugia en Angle- 
terre, devint sdus-intendant du roi Charles II, 
et mourut au bout de peu de temps, pris 
d'ennui, de mal du pays et de dégoût pour 
le climat. 

Dès ce moment, LuUi a la situation d'un 
maître absolu. Il fait preuve d'une force de 



Menuet du Bourgeois Gentilhomme 

And'^.'^con molo.Jrgfi) 



& A/f I II I M" r r \ ^~ i i j ■ ! ■ I 

.La la la la la la la la la la la ^ 




UE:fE^.i^i^. j K r r i 



la la 



Id 



la, En ca - dco . ce, s'il tons 



ptait. 



/t^ri^— H» ' 



^^ 



b 



rrf 



^j^^x-k^'aE 



iL-.-'-r:--,-— 



La y.>m.bt droi _ (e, la la 



la 



-^^^ 



N-' rp mu-cz point tanl la le 

cresc, f 



la la 



^ 



la Vos deux bras s^nl es . Iro . pi . , es... 

==^ PP 



zpcz 



^^f^E^^pE^Œg^p ^ TMf F r ' 



la la ta la U Haussez la lé .te. Tour, nez la poip.le do 



jte 



^Cresc, 



^^^ 



-X 



^S 



p.. 



rit. 



^^^i^^^^^ 



pied en de - hors! la U R^ . dres . s^i vu tr^ 



corps! 



deste ébauche de notre Académie de Musique. 

L'orchestre comprenait alors treize musi- 
ciens, cinq solistes et une douzaine de clio- 
ristes. Tristes richesses ! 

Lulli était un gaillard adroit, un vrai luron. 
Nommé tout jeune, grâce à l'appui de A\^« de 
Montespan, dief des petits violons, il profita 
des dissensions de la première Académie de 
Musique pour souffler à Cambert un privi- 
lège qu'il convoitait. 



travail, d'une volonté ex'traordinaires. 

Les violonis'.cs de so.i orchestre ne savent 
pas lire la musique; il faut leur apprendre 
les airs par cœur pour qu'i.s soient en état 
de les jouer. Lulli leur serine tout avec une 
patience iriIasSwible. 

Ln outre, il est régis:eur, metteur en 
scène, et, mal^^^ré le sucroit effar'ant de son 
travail, il trouve le moyen, en quatorze ans, 
de composer vingt opéras. 



Digitized by 



Google 



98 



Il faut saluer bien bas un homme d'une 
pareille trempe. 

Dans ses premiers essais, LulH ne fut guère 
qu'un compositeur de ballets. Chose curieuse, 
ses débuts coïncident avec les premières pièces 
de Molière. 

Son premier ballet d'Alcidiane est donné 
la même année que le Dépit Amoureux, 

Puis, Molière et Lulli collaborent et com- 
posent ensemble (l'un la pièce, l'autre la 
musique) : la Princesse d'Elide, Monsieur de 
PourceaugnaCy le Bourgeois Gentilhomme, 

La musique du Bourgeois Gentilhomme est 
particulièrement intéressante. Elle nous mon- 
tre, en même temps, Lulli excellent dans 
l'expression des passions (côté tragique) et, 
d'autre part, doué d'une verve désopilante 
(côté comique de son talent). 

Afin de prouver par l'exemple les diverses 
faces de ce talent si souple, si varié, si large, 
M. Bourgault-Ducoudray offre la... parole aux 
artistes. 

Mlle Ira Novi joue au violon, avec un style 
et une compréhension admirables, le menuet 
du Bourgeois Gentilhomme. Elle doit le rejouer 
deux fois, tant cet air simple et n")ble plaît 
au public. 

Puis, M'ic Térèse Bossa chante ce délicieux 
Revenez, Amours, qui donne la mesure de 
Lulli et convient à la voix ample et harmo- 
nieuse de l'interprète. 

Enfin, le maître Diémer exécute un air ten- 
dre et une gigue qu'on lui redemande sans 
discrétion, et qu'il rejoue a^^ec une parfaite 
bonne grâce et tout le talent qu'on devine. 

M. Bourgault-Ducoudray semble radieux. Un 
sourire de satisfaction illumine son visage sé- 
rieux, il complimente le public de son bon 
goût; il remercie les interprètes des lumières 
qu'ils prêtent à sa parole. 

Ensuite, M^e Bossa chante, avec gros suc- 
cès, un des plus beaux airs de Lulli : « Bois 
épais», un chant d'une pénétrante tendresse, 
empreint d'une poésie profonde. 

«Bois épais» est ^n morceau à'Amadis, le 
quatorzième opéra de Lulli (1684). 

Amodia, sujet moyenâgeux, rappelle un peu 
les romans de la Table Ronde. 

Amadis et Oriane s'aiment; ils sont poursuivis 
dans leurs amours par de méchantes âmes, 
qui les calomnient l'un et l'autre et essayent 
de les séparer. Amadis est représenté à Oriane 
comme infidèle. Outragée, la pauvre amante 
repousse son Amadis, le congédie, l'exile. Il 
se réfugie dans une forêt sombre, et exhale 
sa douleur en accents admirables de sincérité 
touchante. 

Dans cet air, le cœur palpite, sous l'étreinte 
de l'amour malheureux. 

Pour terminer la séance, M. Bourgault-Du- 
coudray désir? f-^ire entendre le plus populaire 
des airs de Lulli. 



« Les servantes mêmes le chantaient », disent 
les Mémoires du temps. Et, pour qu'il arrivât 
jusqu'aux cuisines, il a fallu qu'il passât par 
des centaines de bouches, qu'il fît le tour 
des salons et des ruelles. 

Un air qui descend de très haut, et trouve 
encore sa place dans les bas échelons de la 
société, ne peut être indifférent; et il est 
bon de glorifier ces productions géniales qui 
plaisent à l'élite, puis à la foule, qui émeu- 
vent l'âme de tout un peuple, et toutes les 
sensibilités humaines, et sont comme l'exprès- 
sion de quelque pensée mystérieuse saisie au 
vol et fixée pour l'immortalité. 

Amour que veux-tu de mol ? 
Mon CTBur n'est pas fait pour toi, 

est une de ces manifestations spontanées du 
génie français. 

Le morceau, plein d'une âpreté pathétique et 
dramatique, est chanté à merveille par Mlle 
Térèse Bossa. 

On comprend que les servantes du temps 
de Molière avaient du goût, puisqu'elles rete- 
naient pareilles mélodies. M. Bourgault-Du- 
coudray se félicite de l'enthousiasme avec le- 
quel le public vient d'applaudir la musique 
de Lulli. 

Cela prouve, dit il, que le génie ne passe 
pas, ne vieillit pas, et peut braver le temps 
et les modes passagères; cela prouve aussi 
que, dans un pays où l'on s'est engoué si 
longtemps pour la musique allemande ou 
slave, il est possible de remettre à sa véri- 
table place — c'est-à-dire à la première — 
la musique française, qui est originale et a 
sa physionomie propre. 

Déjà, il semble que la « rougeole wagné- 
rienne » ait pris fin. Non que Wagner ne 
soit un puissant génie qu'il ne faille admirer; 
mais les snobs ont adopté Wagner comme 
ils s'approprient certaines coupes de vête- 
ments, sans savoir pourquoi. 

Ils l'ont adoré avec exagération, et le re- 
jetteront probablement de même, car les 
snobs, n'étant jamais sincères, ne gardent pas 
plus de mesure dans la critique- que dans 
l'éloge. 

Or, la musique doit être aimée pour elle, 
et non par snobisme. 

On peut admirer Wagner comme la plus 
belle expression du génie allemand; nous 
autres Français, nous devons aimer les mu- 
siciens français qui ont senti la charmante 
empreinte de notre génie national. 

Si nos leçons servent à la cause française, 
nous aurons rempli ici notre but. • 



Conférence de 



BounGArar^vucoimn^r. 

mtHie par Yv«Bn« Sarcey. 



Digitized by 



Google 



99 



L'ACADÉMIE DÉ DESSIN 



Cours de M. Paul THOMAS 
(Lundi 21 Janvier et Jeudi 24 Janvier) 



Devoir du cours de dessin fait par M. Paul Deuxième division: La tête de Caracalla 

Thomas, sous la direction de Jules Lefebvre. d'après le plâtre. 

Première division : Une chaise en perspec- Troisième division : Une femme assise, 

tive. d'après le modèle vivant. 





Tète de Caracalla. 



Un des devoirs donnés par M. Paul Thomas à ses élevés. 



Digitized by 



Google 



lOO 



Des Proportions 

du Corps Humain 

11 existe une pierre antique, gravée, où 
Ton voit Prométhée modelant un squelette. 
Dans une autre pierre, le sculpteur est repré- 
senté mesurant sa statue, et, dans une autre 
encore, pesant les membres du corps. 

Ce sont là des témoignages irrécusables 
du profond respect des anciens pour les pro- 
portions, et de la connaissance qu'ils en 
avaient. Le mot symétrie ne signifiait point 
chez les Orecs ce qu'il signifie dans notre 
langue : une exacte similitude entre les par- 
ties droites et les parties gauches. Il signi- 
fiait la condition d'un corps dont tous les 
membres ont une mesure commune. 

En d'autres termes, les Grecs appelaient 
symétrie ce que nous appelons proportion, 
c'est-à-dire le rapport constant des membres 
entre eux et de chaque membre avec le corps 
entier, de telle sorte que la mesure d'une 
seule partie étant connue, on puisse en in- 
duire, à la fois, la mesure des autres parties 
et celle du tout. 

Léonard de Vinci, qui s'est occupé des 
proportions, a suivi les règles de Vitruve, et, 
après lui, presque tous les auteurs s'y sont 
rattachés : Jean Cousin, Geoffroy Tory, Juan 
de Arfe, Paolo Pino, Armenino de Piles, Stella, 
etc. Mais, si tous ont adopté la proportion 
des dix faces, quelques-uns, donnant à la tête 
quatre longueurs de nez, n'ont mesuré, dans 
le corps humain, que sept têtes et demie, ce 
qui fait bien trente longueurs de nez, et cette 
proportion est restée classique, c'est-à-dire que 
le nez, considéré comme le tiers du visage, 
étant devenu l'unité de mesure, les propor- 
tions se règlent ainsi dans les écoles où l'on 
en parle. 

On divise la face en trois parties : la pre- 
mière contient le front, la seconde le nez, 
la troisième la bouche et le menton. Le vi- 
sage a, de la sorte, trois longueurs de nez. 
Le corps humain ayant dix faces, ou trente 
longueurs, comme il suit : 

Depuis le sommet du crâne jusqu'à la nais- 
sance des cheveux, un tiers de face «u un nez; 
depuis la naissance des cheveux jusqu'à l'ex- 
trémité du menton, trois nez ou une face. 



Depuis le menton jusqu'à la fossette du 
cou, entre les clavicules, deux tiers de face 
ou deux nez. 

De la fossette du cou au bas des pectoraux, 
une face; des pectoraux au nombril, une face; 
du nombril au pénil, une face; du pénil au- 
dessus du genou, deux faces. 

Le genou contient une demi-face; du bas 
du genou au cou-de-pied, deux faces; du 
cou-de-pied au sol, une demi-face. 

Total, dix faces, ou trente longueurs de 
nez. 

Dans cette manière de mesurer, la tête 
ayant quatre longueurs de nez, le corps en- 
tier n'a, en longueur, que sept têtes et demie, 
ce qui est la proportion la plus naturelle et 
aussi la plus rapprochée de l'antique. L'homme 
étendant les bras est, de l'extrémité de la 
main droite à l'extrémité de la main gauche, 
aussi large qu'il est long (comme on vient 
de le voir). 

La plus grande largeur des épaules est le 
quart de toute la figure, et la plus grande lar- 
geur des hanches est le cinquième. 

Il y a une différence sensible entre les pro- 
portions de la femme et celles de l'homme. 
La taille moyenne de la femme est plus pe- 
tite d'un vingt-deuxième, c'est-à-dire que 
l'homme ayant cent soixante-seize centimètres, 
par exemple, la femme n'en aura que cent 
soixante-huit. Son visage est plus court d'un 
dixième, et, comme l'espace entre les yeux 
reste le même, l'ovale de la femme est plus 
rond que celui de l'homme. Chez elle, les 
côtes sont plus étroites d'un onzième, et les 
épaules d'un trentième; les bouts des seins 
étant moins écartés forment, avec la fossette 
du cou, un triangle équilatéral, la moitié de la 
figure est au ^\\ du bas-ventre, d'où il résulte 
que les jambes sont plus courtes relativement 
au torse. Le bassin est plus large d'un trente- 
cinquième environ. Mais la main de la femme 
est, toute proportion gardée, plus grande que 
celle de l'homme d'un neuvième, ou à peu 
près (1). 

CHAULES BLAJSIC. 



(i) Cet article a pa^u dans la Grammaire des Arts ' 
du Densin, le beau livre de Charles Blanc, édité cb 
Rcnouard, 6, rue de Tournon. 



Digitized by 



Google 



Le5 Cours Pratiques 



loi 



Série A 



COUPE 

Cours de M«»« LAURENT BOURGET 



Lundi, 21 JUnoier 



LA BAVETTE 

Le patron de brassière nous servira, désor- 
mais, à tailler tout ce qui concerne le corsage. 
Cette méthode a l'avantage d'éviter les ré- 
pétitions géométriques, et celui, beaucoup plus 
important, de nous faire voir sur le patron 



V < 



'v <rK 




-^je exacte qu'occupent les vêtements les 
par rapport aux autres. 
»us commencerons par la bavette, et, pour 
• une encolure complète, il faudra pla- 
ie patron de brassière dans la position 
occupe ici (figure I). Pour cela, le fen- 
-""- le bras suivant la ligne de divi- 



sion -2, et réunir les deux épaules : dos et 
devant. Nous couperons une' bande de mous- 
seline d'environ vingt-six centimètres (mesurés 
le long de la lisière), et nous la placerons, 
de bas en haut, sur le patron, à partir du 
point P, mesuré à onze centimètres et demi 
au-dessous du point I de l'encolure. Sur la 
couture d'épaule, vue au travers de cette 
bande de mousseline, nous portons, de l'en- 
colure (point G) vers l'entournure, cinq cen- 
timètres (point X); puis, sur la ligne de divi- 
sion 4, toujours au travers de la mousseline, 
nous porterons encore, en partant de l'en- 
colure, cinq centimètres (point Y). La courbe 
extérieure de la bavette passera par les points 
P, X et, Y; la ligne de fermeture du dos 
sera ressortie d'un centimètre à son extré- 
mité (point Z) pour donner un peu plus de 
largeur aux épaules; la ligne d'encolure sera 
exactement semblable à celle de la brassière 
vue au travers de la mousseline. 

Quelques mots encore sur la façon de con- 
server les patrons. La mousseline se déforme 
très vite; aussi, je conseille de couper en 
papier un patron exactement semblable au 
patron de mousseline, de les superposer, puis 
de les maintenir par une piqûre de machine 
ou un poiAt de côté fait au bord. La solidité 
est parfaite; le papier empêche la mousseline 
de se déformer, et celle-ci préserve le papier 
des déchirures. 

Quelques abonnées de province nous deman- 
dent si elles ne trouveront pas, dans ce journal, 
le cours permettant de faire leurs corsages elles- 
mêmes. Nous ne voulons donner, cette année, 
que la layette et nous engageons nos lectrices 
de province à suivre ce cours avec attention : el- 
les seront d'autant mieux préparées au cours de 
coupe (robes) que nous leur destinons. 

Lorsqu'on sait tailler dans les proportions 
exactes brassière, bavette, corset, robe de bébé, 
la grande coupe tailleur est sing\il"<>rement fa- 
cilitée. J'ai toujours exigé que mvs ('lèves com- 
mencent l'étude de la layette avant d'attaquer 
celle du corsage; c'est l'ordre rationnel, et 
je tiens beaucoup à ce qu'il soit suivi. 
Mme lAVTiBMT B0V7{GET. 

uiyiLizeu uy "^^j v^ v^^pt lx^ 



I02 



Série B 



Mardi, 22 Jano'er 



STÉNO-DACTYLOGRAPHIE 

Cours de M. de MOUSCARDY 



Nos Deux Premières Leçotis 

(impressions d'un Professeur) 

Çonnaissez-vous, chers universitaires, ce ma- 
laise indéfinissable : la peui^ d'avoir peur, état 
d'ftme bizarre et désagréable à la fois?... C'é- 
tait le mien, au matin du 15 janvier. 

Très calme, au réveil, tout à coup je pensai 
quo msL voix se ferait entendre quelques heu- 
re9 plus tard, dans la salle même où tant 
d'hOQimes éminents prendraient la parole, et... 
j'eu» peur... d'avoir peur!... 

£^ vain je me disais que je possédais mon 
sujet, que des années d'enseig^nement, déjà 
nombreuses, m'avaient donné quelque facilité 
d'expression; rien n'y faisait : le trouble per- 
sistait, 

Le cCBur battant très fort, je gravis le seuil 
des 4'^tk^le8 et je pénètre dans la salle 4e 
cours. M»"® Brisson vient à moi, le sourire ' 
aux lèvres; à peine ai-je rencontré son lumi- 
neux regard, ma crainte s'est évanouie. Un 
seul sentiment — intense, celui-là — domine 
toutes mes préaccupations : me rendre digne 
de la tâche qui m'est confiée. 

Quel ionimage, lecteurs éloignés, que vous 
ne puisiiof voir notre salle de cours I... Tout 
y est harmonieux et joli; tout y dispose à la 
douce intin^té, à l'aimable confiance. Ici, rien 
qui fasse penser à des études arides; nous 
sommes dans un vaste salon et l'on pressent 
que les m^ittres seront des amis. 

Pour le cours de sténo-dactylographie, de 
grandes tables ont été dressées. Des machines 
à écrire sont disposées de place en place. Leurs 
claviers résonneront tout à l'heure sous de 
jolis petits doigts. Il va sans dire que la mar- 
que a été choisie avec soin. La machine Oliver 
est un véritable bijou, son écriture est visible, 
avantage incomparable — entre tant d'autres — 
qu'apprécieront ceux qui ont déjà dactylogra- 
phié. 

L'auditoire est au complet; le cours com- 
mence. Dè| les premiers instants, je sens s'éta- 
blir entre nous ce courant sympathique connu 
de tous ceux qui parlent en public et qui 
rendrait éloquente la parole la plus terne. 

L'ensemble de « mon public » est charmant, 
jeune, frais, intelligent. Je questionne, et les 
réponses se font nettes, précises, prouvant qu'on 
a compris. 

Mais voiçl le moment de prendre contact 



avec les machines. On les enlève de leur plan- 
chette de repos; quelques explications et tac, 
taCt taCy les touches sont actionnées par les 
dactylographes en herbe. DinOy c'est le timbre, 
annonçant que la ligne est finie. Les visages 
s'empourprent un peu; dame, on s'applique. 

— C'est amusant, s'écrie une jolie univer- 
sitaire dont le rire perlé est communicatif. 

Décidément, la glace est à jamais rompue; 
d'amicales poignées de main accompagnent 
les «au revoir». 



Au début de notre deuxième leçon la parole 
est aux élèves. Les signes sténographiques sont 
tracés au tableau par des jeunes femmes, des 
jeunes filles et même... des messieurs du cours. 

C'est que — ne le dites pas — deux cousins 
ont demandé la permission de suivre ces le- 
çons. Ils sont — naturellement — distingues 
et sérieux; aussi les a-t-on volontiers accueillis. 

La première série de signes est acquise. Nous 
poursuivons notre étude. Vous trouverez, ci- 
après, le résumé de toute la deuxième leçon 

Nous formulons, ensuite, les règles d'une 
commande, puisqu'il est convenu que, cette 
année, nous apprendrons comment on écrit 
aux fournisseurs. 

Un incident marque le cours de dactylogra- 
phie. Le chariot d'une machine ne veut plus 
avancer, ni reculer, au grand désespoir de 
la mignonne élève qui me confie : 

— Je crois que j'ai été trop brusque; j'ai 
dû casser quelque ressort. 

Il n'en est rien, heureusement; la corde de 
tension, simplement dégrafée, est bientôt remise 
en place et lettres, chiffres, s'alignent à nou- 
veau. 

Il faut céder la place; le deuxième cours 
est terminé. Je ne sais si mes élèves par- 
tagent mon impatience; mais il me tarde d'être 
à mardi prochain. 



STÉNOGRAPHIE 

Etude de la leçon II, de la Sténographie pour 
Tous, pages 8 à 11. 

lo Le point, qui n'est pas employé pour 
la ponctuation, sert à représenter l'article. Sîir 
la ligne, il donne le ou la. Grossi, il signifie 
les, lait, laid, lai, Vest, U. C^ n^r^cs\r 

uiyiLizeu oy VJïOOy Lie 



io3 



Au-desêtu de la ligne, il exprime de le, de h. 
Plus apparent, de les, de lait. 

Au-dessous de la ligne* il donne à le. à la. 
Plus accentué, il donne à les. 

2p Pour exprimer que le sens de la phrase 
est . complété, on laissa un espace blanc ou 
on fait un double tiret =. 

3° Etude des signes de la deuxième série. 
Ils sont formés du tiret étudié dans la leçon I ; 
mais, cette fois, commencé par une petite 
boucle. Ce, bouclé en bas et à gauche, de- 
vient J/c, Te, bouclé en haut et à droite, 
donne Pe, De. bouclé en haut, à gauche, donne 
Be ; le signe Re, bouclé en bas et à droite, 
donne Le (1). 

4» Il ne faut jamais changer la place de 
la boucle au commencement d*un sténogramme. 

50 Dans le corps des mots, la boucle se 
fait extérieure à l*angle. 

60 II faut bien observer la proportion des 
boucles et les faire toutes de la même grosseur. 

7** Définition de l'hiatus. Il ne faut pas con- 
fondre l*hiatus et la diphtongue. Dans Tun 
et l'autre cas. il s'agit bien de deux voyelles, 
mais dont la prononciation est tout à fait 
différente. Lorsque ces voyelles se heurtent, 
se prononcent séparément, comme dans les 
mots saluer, suave, on est en présence d'un 
hiatus que l'on traduit par le signe fe-ve, bouclé 
en haut. Au contraire, dans les mots ba^ume, 
raide, les deux voyelles se fondent en une seule 
émission de voix; il s'agit d'une diphtongue et 
nous écrirons be-me, rede. 

80 Abréviations dérivant des signes étudiés. 



(1) FK ou \'E^ boudé «n haut^ reprinente Vhiaiut iant 
■M «wf. 



DEVOIR 

Mots à traduire en sténographie : 

Fumer — pomme — vaporiser — baptiserez — 
ramasserez — réhabituer — ruer — myriade — 
dissuader — s'habituer — sollicitude — pom- 
made — zouave — misérable — betterave — 
faciliterez — séparerez — baume — poème — 
timidité. 

Thème et version de la Sténographie pour 
Tous, pages 11 et 12. 

DACTYLOGRAPHIE 

Suite de l'étude du clavier de la machine 
Oliver : Majuscules et chiffres. 

CORRESPONDANCE 
La Commande 

Il n'est pas toujours possible de se rendre 
dans la maison où Ton a des achats à faire 
et on doit, quelquefois, recourir à la com- 
mande écrite. Sa bonne exécution dépendra de 
la clarté, du soin, apportés à sa rédaction. 

IJ ne faut' donc négliger aucun détail pro- 
pre à fixer le vendeur sur ce que l'on désire : 
quantité, qualité, prix, numéro du catalogue, 
si l'article dont il s'agit est catalogué, et, s'il 
y a lieu, description de l'objet : couleur, lon- 
gueur, largeur, forme, etc. 

Il sera bon aussi, pour faciliter la besogne 
de l'employé, de mettre en liste les diffé- 
rents articles commandés, en plaçant les uns 
au-dessous des autres les quantités et les prix. 

Enfin, il ne faudra pas oublier de fixer 
la date de livraison et de mettre très Usiblc* 
ment son adresse. 

M. DE MOySCAUDY, 



SéliH C 



HHercrsdL 23 Janoiit 



MODES 



Cours de M"' Valentîne ABOUT 



Le cours de modes offre un aspect charmant. 
itour d'une quinzaine de tables, des jeunes 
Iles se rangent et sortent leur attirail : fil, 
ton, ciseaux, épingles, aiguilles, et leur fa- 
nise « fcmne 9, autour de Jaquellc deux laitons 
ïjà posés laissent deviner la jolie tournure 
■ chapran. 

Il s'agit, aujourd'hui, de poser la calotte. 
La calotte se compose de deux morceaux 

bandeau et le fond). 
Mlle Valentine About donne, au tableau, 

indications nécessaires (que l'on trouvera 



à la page 12 de son livre, avec les figures ex- 
plicatives), et voilà tout l'ateher coupant sa 
bande de tulle raide droit fil de trois centi- 
mètres, puis ajustant, crantant, épinglant et 
cousant le bandeau à points arrière. 

— A points arrière! répète Mïï* About. 

Et toutes les répétitrices qui font leur ronde 
vérifient les points. 

Cette bande, cousue entre le laiton d'en- 
trée de tête, est elle-même laitonnëe en haut, 
de façon qu'elle pose bien sur la tète, et c'est 
ce laiton qui servira à accrocher les fourchettes. 

Digitized by VjOOÇlt 



I04 



Et, d'abord, qu'est-ce que l'on appelle four- 
chettes ? 

Ce sont des laitons qui, se croisant sur 
la forme en la traversant d'un bord à l'autre, 
lui donnent la solidité définitive. 

Il faut huit fourchettes, c'est-à-dire huit lai- 
tons (barrette numéro 3), pour que la forme 
ait une solidité élégante. Pour la manière 
de poser les laitons, suivre les explications 
du livre, page 14. 

D'ailleurs, les calottes, cette année, sont énor- 
mes, tellement énormes qu'elles sont toutes 
posées à faux. Au lieu d'alourdir la forme 



en. faisant traverser tout le chapeau par les 
fourchettes, on les accroche au laiton du bord 
comme d'habitude, et on les arrête par un 
crochet au laiton qui est au bord de cette 
bande de tulle posée à l'entrée de tête. 

On finit la passe en bordant le bord avec un 
biais de mousseline à patron bien tiré. 

DEVOIR . 

Poser la calotte et les fourchettes à la forme, 
suivre les pages 12, 13, 14, de VArt de faire 
soi-même ses ChapeauXy par Valontine About. 

r. JT. 



Sériû 



Jeudi, 24Janoier 



CHORAL 

Cours de M. Francis THOMÉ 



Voici une lettre que je viens de recevoir, 
qui nous prouve combien l'idée de notre choral 
intéresse le public : 

« Madame, 

» Je suis professeur, de chant. J'ai étudié 
» mon art à Mâcon, dans ma ville natale, 
» puis me suis perfectionnée à Paris, avec des 
» maîtres de Paris. • 

» J'ai vingt-cinq élèves qui prennent des 
» leçons particulières et j'ai formé le projet 
» de les réunir pour leur faire chanter les 
» chœurs que M. Francis Thomé fera exécuter 
» à son cours. 

» Que pensez-vous de cette « contrefaçon » ? 
» Est-elle blâmable? 11 faudrait que je fusse 
» tenue au .courant de ce que fera le choral 
» à chaque réunion afin que mon cours à moi 
» soit, en quelque sorte, l'écho de celui de 
» l'Université. 

» Le journal me renseignera-t-il suffisam- 
» ment? ■ 

» J'ai conçu l'audacieux espoir de vous in- 
» téresser à mon projet, c'est-à-dire aux nom- 
» breuses cousines de province qui ne peuvent 
» jouir des mêmes avantages que les Pari- 
» siennes. Ai-je eu tort? • •' 

» J. Chardignv, 

» profenseur, à Chaîon-surSa6i:e. » 

Certes! non, je ne trouve pas l'idée blâ- 
mable, et M. Francis Thomé partagera mon 
avis. 

Ce que nous souhaitons par-dessus tout. 
c'est de répandre en France le goût de la 



musique d'ensemble, — ensembles vocaux, au- 
trement dit des chœurs. 

Cette année, nous n'avons osé réunir à l'Uni- 
versité que -des voix de femmes ; mais, quand 
ridée aura fait son chemin, quand notre cho- 
ral aura montré ce qu'il peut faire, nous 
aurons l'audace d'y joindre des voix d'hommes, 
et, ainsi, nous pourrons obtenir des ensembles 
merveilleux. Ceci n'arrivera peut-être que dans 
deux, trois ou quatre ans; mais, d'ici là, M. 
Thomé stylera, façonnera ses élèves toutes mu- 
siciennes, desquelles il obtient déjà des résultats 
surprenants, et propagera le sentiment mu- 
sical qui, quoi qu'on en dise, est inné chez 
nous. 

Plus nous aurons d'imitateurs, plus nous se- 
rons satisfaits. Non seulement nous aimerions 
que nombre de professeurs de chant suivis- 
sent l'exemple de Ml^e Chardigny, mais nous 
serions charmés que des jeunes filles se grou- 
passent entre elles, et que l'étude de nos 
chœurs fût, pour elles, un prétexte à intéres- 
santes réunions. 

Pour les encourager dans cette heureiu 
voie, nous accueillerons avec sympathie toute 
les filiales qui se créeront autour de notr 
choral, nous leur donnerons tous les renseig^< 
mcnts qu'elles peuvent souhaiter et, à tôt 
les professeurs de passage à Paris, l'accès d 
notre choral. 

Au dernier cours, l'on travailla le chœur de: 
SahcennrSy de Gounod, et un admirable chœur 
de Gabriel Fauré, intitulé: le Cantique de Bc 
cinc, 

rVOlSH^-E SAJ^CEY 



Digitized by 



Google 



SériB E 



io5 



Vendredi, 2& Janoier 



LECTURE 



Cours de M. L: BRÉMONT 



»»»»«««< 



La lecture à haute voix, soit en public, soit 
dans la famille, est cultivée depuis longtemps, 
en Suisse, en Angleterre, en Amérique! 

Dans ma jeunesse, j'ai habité quelques mois 
une petite province anglaise; j'y ai assisté à 
ce qu'on appelait des penny readings, i~ tradui- 
sez : lectures à deux sous. 

A l'entrée d'une grande salle d'école, on 
versait dix centimes pour une caisse de 
bienfaisance, et cela donnait le droit d*en- 
tendre lire par un professeur, ou un ama- 
teur éclairé, quelques fragments des œuvres 
consacrées, quelques nouvelles, ou quelques 
contes de Charles Dickens. 

C'est ainsi que se développait, dans les plus 
petits villages, le goût d'un art auquel on 
demandait l'agrément des longues soirées d'hi- 
ver. 

N'était-ce pas là une distraction aussi re- 
commandable que le jeu de loto ou le trente 
et un, et, pour former les intelligences, cela 
ne vaut-il pas l'étude du bridge lui-même, ce 
bridge qui nous envahit, qui nous submerge, 
qui nous interdit de penser, de parler, de 
rire?... Mais je m'arrête... Je sens que je me 
ferais trop d'ennemis en attaquant ce tyran 
domestique dont on a fait le grand dispen- 
sateur de nos joies I 

Ne pourrais-je, au moins, très timidement, 
très prudemment, émettre le vœu que, de loin 
en loin, ce dieu du jour nous laisse quelques 
heures de répit, que nous puissions employer 
à la conversation, à un peu de musique, et 
même, dans l'intimité de la famille, à quelque 
lecture sans prétention ? 

J'ai cité le nom de Charles Dickens, l'ad- 
mirable auteur de David Copperfield, de la 
Petite Dorrit, de Monsieur Pickvick, de Dom- 
6- -* FiU. 

père que nous emprunterons un jour, 
à merveilleux romancier, quelques pages, 

q nous tirerons, par exemple, de ses Contes 
à Soél; elles nous seront, en même temps 
<j Q vrai régal, un très précieux enseignement 
î la vie et l'abandon, l'esprit et l'émotion 
<5 nous y trouverons à chaque ligne. 

irles Dickens fut un lecteur incompara- 
l e ses œuvres. 

lisait debout, un peu en acteur, c'est- 
\ '*»"^c une certaine abondance de gestes 



et une variété de physionomies qui dépas- 
saient les ambitions que nous pouvons nous 
permettre ici. ' 

Car la lecture' doit être chose expressive 
et discrète tout à la fois, et c'est très dis- 
crètement que nous chercherons à avoir quel- 
que chose de l'artiste. Nous éviterons les ma- 
nifestations extérieures; nous nous déclarerons 
satisfaits lorsque nous aurons fait penser à 
un geste ou à une physionomie, en nous abs- 
tenant de les faire I 

Mais l'immense autorité de Dickens, ses dis- 
positions exceptionnelles pour l'art du comé- 
dien, l'entraînaient à plus d'extériorisation, et 
l'autorisaient à employer toutes les ressources 
de l'acteur. 

Sa renommée comme lecteur était tellement 
considérable qu'on lui demanda de traverser 
les mers pour donner des lectures en Amé- 
rique, f 

Son voyage y fut absolument triomphal, et 
le souvenir en est resté vivant aux Etats-Unis; 
seul, peut-être, le succès d'une Sarah Bemhardt 
peut donner une idée des ovations qu'il reçut 
alors, et qui contribuèrent, sans doute, à met- 
tre à la mode, dans le Nouveau Monde,' ces 
réunions littéraires et 'instructives. 

En Amérique, la lecture est un moyen d'édu- 
cation très important et le mot y a pris une 
telle extension qu'il sert à désigner, d'une ma- 
nière générale, les cours, conférences, leçons, 
si suivis aux Etats-Unis. 

Dans ces réunions, notons-le en passant, la 
langue française obtient, aujourd'hui, une place 
importante, et le maître éminent, qui parlera 
ici tout à l'heure de la Renaissance Italienne, 
M. Gaston Deschamps, célébrait à New-York, 
il y a un an ou deux, la gloire des lettres fran- 
çaises et de nos poètes nutionaux. 

Il semble bien qu'en France, le goût de ces 
lectures n'ait été développé que plus tard et plus 
lentement. 

Le voyage de Charles Dickens en Améri- 
que remonte, je crois, à 1868 ou 1869; c'est 
quelques années après la guerre qu'Ernest Le- 
gouvé s'efforça de répandre l'art de dire et 
de lire à haute voix. 

Par ses conférences, par ses ouvrages d'une 
forme facile et attrayante, par ses traités, où 
la théorie s'enveloppait toujours aimablement 



uiyitized by 



Google 



lOb 



ci.' quelque anecdote, Ernest Legouvé' fut le 
vrai vulgarisateur de la lecture; c'est à lui 
très directement ou au mouvement qu'il a 
créé que nous devons les coui-s de diction 
dans les écoles, les" lectures dans les Instituts 
populaires, dans les Universités, et peut-être 
pourrait-on rattacher à son influence le. succès 
des « Cinq heures littéraires » qui, organisés 
à rOdéon, il y a ■ quelques années, ont fait^ 
le tour des théâtres parisiens. 

Certes, il fut aidé dans cette tâche. Un écri- 
vain célèbre, dont le nom est resté, à plus 
d'un titre, particulièrement cher à cette mai- 
son, eut une grande part dans cette œuvre de 
vulgarisation. 

L'illustre critique' Francisque Sarcey avait 
toujours conservé, pour le professorat, un vieux 
fond de tendresse; il complétait ses leçons 
et ses conférences par des lectures nombreuses ; 
mais, pour lui, ce n'était qu'une besogne à 
cutc de toutes les autres. Il semble que Le- 
gouvé, qui avaif été le véritable initiateur, ait 
consacré quelques années de sa vie à cette 
seule passion pour l'art de dire. 

Ernest Legouvé, dont la vieillesse vigou- 
reuse et charmante s'est prolongée jusqu'à -ces 
dernières années, et dont on va, ces jours-ci, 
fêter le centenaire, Ernest Legouvé avait reçu 
ce goût de la diction comme un héritage de 
famille. 

Son père s'était adonné à cet art, et il y 
avait acquis une telle autorité qu'une grande 
actrice du Théâtre-Français débuta avec cette 
mention sur l'affiche : « MUq Duchesnois, élève 
de M. Legouvé. » 

Auteur dramatique comme son père, Ernest 
Legouvé eut la bonne fortune de compter, 
parmi ses interprètes, les plus grandes comé- 
diennes de la première moitié du dix-neuvième 
siècle: M'it-'s Mars, Rachel, et cette M^e Ristori, 
qui vient de disparaître chargée d'années. 

La fréquentation de ces artistes illustres ne 
pouvait que développer, chez un jeune homme 
passionné de théâtre, les dispositions spéciales 
qui devaient faire de lui un si habile lecteur; 
mais c'est surtout dans le commerce de quel- 
ques comédiens célèbres que Legouvé acheva 
de former son talent : Samson, Régnier, Pro- 
vost, Got et Delaunay furent ses vrais maîtres. 

Vous êtes trop jeunes, mesdemoiselles, pour 
que ces noms vous disent grand'chôse. 

Il faut, pourtant, que je les cite ici, ne fût-ce 
que comme souvenir, et aussi parce que je 
dois m'arrêter sur les deux premiers, dont j'au- 
rai souvent l'occasion de vous parler, au cou- 
rant de ces leçons, 

Samson, auquel M. Legouvé revient sans 
cesse dans ses ouvrages, était, vers le milieu 
du dix-neuvième siècle, le plus remarquable 
comédien du Théâtre-Français, et il devait 
être au Conservatoire, de 1836 à 1866, le plus 
illustre professeur dont on ait gardé le sou- 
venir. 

Il écrivit, sous ce titre: VArt Théâtral, un 
volume plein d'enseignements précieux, et, 



chose qui vous paraîtra sans doute bien étrange, 
ce volume il l'écrivit en vers, en vers de douze 
pieds, en alexandrins pompeux et vieillots tout 
à la fois. 

Ne vous étonnez pas trop si la mode du 
poème didactique était arrivée alors à son 
déclin; Samson l'avait vue fleurir dans sa jeu- 
nesse, et il avait gardé pour cette versification 
pédagogique un respect attendri. 

Vous savez, n'est-ce pas.^ ce qu'on appelle 
poème didactique. C'est un poème qui a pour 
but l'enseignement. 

Chez nous, l'Art Foclique de' Boileau est le 
plus célèbre de tous, et le meilleur, assurément; 
mais cette forme de littérature nous a valu 
des ouvrages beaucoup moins recommandables. 
C'est à elle qu'on peut rattacher ces vers sur 
la géométrie: 

Le triangle rectangle et son hypoténuse 
Ont des propriétés que pas un ne récuse : 
La perpendiculaire, allant à l'angle droit, 
De nous le démoulrer aura bientôt le droit ! 

Voilà un droit que nous ne songerons jamais 
à contester à la perpendiculaire. 
Il y a encore ce fameux quatrain ; 

Le carré de l hNpoténuse 
Kst égal, si je ne m abuse, 
A la somme des carrés 
Construits sur les autres côtés. 

Ce n'est pas très poétique, mais c'est on 
ne peut plus didactique. 

Aujourd'hui, si ce genre sévissait encoi^e, 
nous aurions VArt du Phonographe ou le 
Poèm e de VAxitoinobile. 

Kemercions les dieux que VArt Théâtral ait 
été la dernière manifestation de cette forme 
littéraire. 

Il s'en faut, d'ailleurs, et de beaucoup, que 
le poème de Samson mérite les faciles railleries 
auxquelles ce genre prête très souvent. Certes, 
on peut regretter — et, pour ma part, je le 
regrette vivement — qu'il n'ait pas écrit en 
prose un tel ouvrage, où la théorie dessèche 
le vers, quand ce n'est pas le vers qui se refuse 
au développement de la théorie, mais on ne 
peut méconnaître que VArt Théâtral renferme 
les conseils les meilleurs, les plus élevés, les 
plus judicieux, pour les comédiens, et aussi 
pour les diseurs en général, et même pour- 
rait-on soutenir que la forme de l'alexandrin 
s'y trouve parfois justifiée par des formules 
si serrées, si bien frappées, qu'elles enferment, 
en très peu de mots, des notions définitives 
sur J'art de dire: 

Ayez l'air de penser et non pas de savoir î 
Chanter juste à peu près, n'est-ce pas chanter faux ? 

On ne saurait dire davantage avec plus de 
concision. 



Digitized by 



Google 



Après le nom de Samson, c'était celui de 
Régnier qui venait le plus souvent dans les 
cours et conférences que Legouvé a résumés 
en ces deux volumes: l'Art de la Lecture, et la 
Lecture en Aciion. 

Régnier fut, avec Samson, le plus célèbre 
professeur du Conservatoire. Il a formé de% 
comédiens dont quelques-uns brillent encore 
au premier rang, à la Comédie-Française, ou 
sur les autres scènes parisiennes; pour en citer 
quelques-uns; Cocfuelin aîné, , Coquelin Cadet, 
Silvain, Mra« Bartet, Mme Réjane furent les 
élèves de Régnier. 

J'ai eu, tnoi aussi, la bonne fortune d'être 
dans sa classe au Conservatoire, et il m'ar- 
rivera peut-être de vous transmettre ici quel- 
que chose de son enseigrîement, lorsque je 
vous démontrerai la nécessité d'aller jusqu'au 
fond des idées, et de ne pas se contenter d'un 
à peu pjrès. 

Je vous ai parlé, la semaine dernière, de 
Tutilité de la diction, et' je me suis réservé 
de revenir plus longuement sur ce sujet en vous 
démontrant l'utilité de la lecture. Mais, cette 
démonstration, Legouvé l'a faite avant moi, 
et, comme je ne puis espérer la faire mieux 
que lui, je me contenterai d'emprunter i>our 
vous à son Art de la Lecture quelques passages 
caractéristiques. 

Dans le chapitre II, cfui est intitulé «La 
lecture comme moyen de critique », je dé- 
tache les lignes suivantes: 

« M. Sainte-Beuve, après une longue con- 
versation où je lui avais exposé mes idées sur 
ce sujet, me dit un jour : 

» — A ce compte, un habile lecteur serait 
un habile critique. 

» -^ Sans nul doute, et vous dites même 
plus vrai que vous ne le croyez. En quoi, en 
effet, consiste le talent du lecteur? A rendre 
les beautés d^s œuvres qu'il interprète; pour 
les rendre, il faut nécessairement les com- 
prendre. Mais voici qui va vous étonner 1 C'est 
son travail pour les rendre qui les lui fait 
mieux comprendre; la lecture à haute voix 
nous donne une puissance d'analyse que la' 
lecture muette ne connaîtra jamais. » 

Ici, un long exemple que je suis obligé de 
passer. 

'•lais, plus loin, au chapitre IV, « Les ré- 
1 itions de la lecture », je lis la page sui- 
\ ite: 

Toute médaille a son revers. La lecture 

* haute voix a «ses désillusions. Si elle vous 

c nne des admirations, elle vous en ôte. 

i inte-Beuve l'a dit : un lecteur est un cri- 

t e, un juge! un juge aux yeux de qui 

î révèlent bien des défauts cachés. Que de 

t ^es découvertes j'ai faites de cette façon! 

< ibîen d'écriv^ains et d'écrits que \j'admirais, 

< vous admirez peut-être aussi, et qui ne 



107 

peuvent pas résister à cette terrible épreuve... 
On dit qu'une chose saute aux yeux; on pour- 
rait dire aussi justement qu'elle saute aux 
oreilles. Les yeux courent sur les pages, passent 
les longueurs, glissent sur les endroits dan- 
gereux 1 Mais l'oreille entend tout! L'oreille 
ne fait pas de coupures! L'oreille a des dé- 
licatesses, des susceptibilités, des clairvoyances 
dont les yeux ne se doutent pas! Tel mot 
qui, lu tout bas, avait passé inaperçu pour 
vous, prend tout à coup, à l'audition, des pro- 
portions énormes! Telle phrase qui vous avait 
à peine choqué vous révolte. Plus le nombre 
des auditeurs augmente, plus la clairvoyance du 
lecteur s'accroît. 
» Il s'établit alors entre celui qui lit et 
^ ceux qui écoutent, un courant électrique qui 
devient un enseignement mutuel. Le lecteur 
s'éclaire en éclairant les autres. Il n'a pas 
besoin d'être averti par leurs murmures ni 
par leurs signes d'impatience'; leur silence seul 
l'instruit; il lit dans leurs impressions, il pré- 
voit que tel passage les choquera, doit les 
choquer, avant même d'y être arrivé : on di- 
rait que ses facultés de critique, éveillées, 
mises en branle par ce redoutable contact avec 
le public, arrivent à une sorte de divination. » 

Et, à la fin de ce petit traité, l'auteur nous 
dit encore que « les satisfactions de l'esprit 
ne sont pas les seuls fruits de cet art, mais 
qu'il a aussi son rôle dans nos sentiments 
les plus chers ». 

« C'est ce qui fait que je lui voudrais voir 
pour disciples toute une classe de personnes 
dont je me reproche de n'avoir pas encore 
parlé : ce sont les femmes. Notre art leur con- 
vient encore mieux qu'aux hommes. P-lles tien- 
nent de la nature une souplesse d'organe et 
une facilité d'imitation qui se prêtent à mer- 
veille à tous les arts d'interprétation et, par 
conséquent, au talent de la lecture. J'ajoute 
que ce talent, qui, chez les hommes, est un 
instrument de travail, un moyen de succès 
professionnel, peut se lier, pour les femmes, 
à leurs plus douces occupations d'intérieur, 
à leurs plus chers devoirs de famille. Elles 
sont filles, sœurs, mères, femmes... Plus d'une 
a vu, ou verra auprès d'elle, un vieux père 
infirme, une mère frappée d'un grand deuil, 
un enfant malade : le père ne j^eut plus lire, 
ses yeux le lui défendent; la mère ne veut 
pas lire, son cœur s'y refuse; l'enfant voudrait 
bien lire, mais il ne le sait pas. Quelle joie 
pMDur la jeune fille de pouvoir, à l'aide de quel- 
ques pages bien lues, ralmer celui qui souf- 
fre, consoler celui qui pleure, distraire celui 
qui crie. C'est donc au nom de leurs plus 
doux sentiments que je leur dirai : 

» — Apprenez à lire, et tâchez d'acquéîir un 
talent qui peut devenir une vertu ! » 



Digitized by 



io8 



Lecture faite au Cours du 25 Janvier 

Les Petits Pâtés 

I 

Ce matin-là, qui était un dimanche, le pâ- 
tissier Sureau de la rue de Tu renne appela son 
mitron, et lui dit : • 

— Voilà les petits pâtés de M. Bonnicar... 
Va les porter et reviens vite... Il paraît que 
les Versaillais sont entrés dans Paris. 

Le petit, qui n'entendait rien à la politique, 
mit les pâtés tout chauds dans sa tourtière, la 
tourtière dans une serviette blanche, et, le tout 
d'aplomb sur sa barrette, partit au galop pour- 
rîle Saint-Louis, où logeait M. Bonnicar. La 
matinée était magnifique, un de ces grands 
soleils de mai qui emplissent les fruiteries de 
bottes de lilas et de cerises en bouquets. Malgré 
la fusillade lointaine et les appels des clairons 
au coin des rues, tout ce vieux quartier du 
Marais gardait sa physionomie paisible. Il y 
avait du dimanche dans l'air, des rondes d'en- 
fants au fond des cours, de grandes filles jouant 
au volant devant les portes, et cette petite 
silhouette blanche, qui trottait au milieu de la 
chaussée déserte, dans un bon parfum de pâte 
chaude, achevait de donner à ce matin de 
bataille quelque chose de naïf et d'endimanché. 
Toute l'animation du quartier semblait s'être 
répandue dans la rue de Rivoli. On traînait 
des canons, on travaillait aux barricades; des 
groupes à chaque pas, des gardes nationaux 
qui s'affairaient. Mais le petit pâtissier ne 
perdit pas la tête. Ces enfants-là sont si habi- 
tués à marcher parmi les foules et le brouhaha 
de la rue! C'est aux jours de fête et de train, 
dans l'encombrement des premiers de l'an, des 
dimanches gras, qu'ils ont le plus à courir; 
aussi les révolutions ne les étonnent guère. 

Il y avait plaisir, vraiment, à voir la petite 
barrette blanche se faufiler au milieu des képis 
et des baïonnettes, évitant les chocs, balancée 
gentiment, tantôt très vite, tantôt avec une len- 
teur forcée où l'on sentait encore la grande 
envie de courir. Qu'est-ce que cela lui faisait à 
lui, la bataille! L'essentiel était d'arriver chez 
les Bonnicar pour le coup de midi, et d'em- 
porter bien vite le petit pourboire qui l'atten- 
dait sur la tablette de l'antichambre. 

Tout à coup, il se fit dans la foule une poussée 
terrible; et des pupilles de la République défi- 
lèrent au pas de course, en chantant. C'étaient 
des gamins de douze à quinze ans, affublés de 
chassepots, de ceintures rouges, de grandes 
bottes, aussi fiers d'être déguise^'s en soldats que 
quand ils courent, les mardis gras, avec des 
bonnets en papier et un lambeau d'ombrelle 
rose grotesque, dans la boue du boulevard. 
Cette fois, au milieu de la bousculade, le petit 
pâtissier eut beaucoup de peine à garder son 
équilibre; mais sa tourtière et lui avaient fait 
tant de glissades sur la glace, tant de parties 
de marelle en plein trottoir, que les petits 



pâtés en furent quittes pour la peur. Malheu- 
reusement, cet entrain, ces chants, ces ceintures 
rouges, l'admiration, la curiosité, donnèrent au 
mitron l'envie de faire un bout de route en si 
belle compagnie; et, dépassant v sans s'en aper- 
cevoir l'Hôtel de Ville et les ponts de l'île 
, Saint-Louis, il se trouva emporté je ne sais où, 
dans la poussière et le vent de cette course 
folle. 

II 

Depuis au moins vingt-cinq ans, c'était 
l'usage, chez les Bonnicar, de manger des petits 
pâtés le dimanche. A midi très précis, quand 
toute la famille — petits et grands — était 
réunie dans le salon, un coup de sonnette 
vif et gai faisait dire à tout le monde : 

— Ah!... voilà le pâtissier. 

Alors, avec un grand remuement de chaises, 
un froufrou d'endimanchement, une expansion 
d'enfants rieurs devant la table mise,* tous ces 
bourgeois heureux s'installaient autour des pe- 
tits pâtés symétriquement empilés sur le ré- 
chaud d'argent. 

Ce jour-là, la sonnette resta muette. 3<^nda- 
lisé, M. Bonnicar regardait sa pendule, une 
vieille pendule surmontée d'un héron empaillé, 
et qui n'avait jamais de la vie avancé ni retardé. 
Les enfants bâillaient aux vitres, guettant le 
coin de rue où le mitron tournait d'ordinaire. 
Les conversations ■ languissaient ; et * la faim, 
que midi creuse de ses douze coups répétés, 
faisait paraître la salle à manger bien grande, 
bien triste, malgré l'antique argenterie luisante 
sur la nappe îiamassée, et les serviettes pliées 
tout autour en petits cornets raides et blancs. 

Plusieurs fois déjà, la vieille bonne était 
venue parler à l'oreille de son maître: rôti 
brûlé, petits pois trop cuits... Mais M. Bon- 
nicar s'entêtait à ne pas se mettre à table sans 
les petits pâtés; et furieux contre Sureau, il 
résolut d'aller voir lui-même ce que signifiait 
un retard aussi inouï. Comme il sortait, en 
brandissant sa canne, très en colère, des voisins 
l'avertirent : 

— Prenez garde, monsieur Bonnicar, on dit 
que les Versaillais sont entrés dans Paris. 

Il ne voulut rien entendre, pas même la fu- 
sillade qui s'en venait de Neuilly à fleur d'eau, 
pas même le canon d'alarme de l'Hôtel de 
Ville secouant toutes les vitres du quartier. 

Oh! ce Sureau!... ce Sureau!... 

Et, dans l'animation de la course, il par t 
seul, se voyait déjà là-bas, au milieu de la b i- 
tique, frappant les dalles avec sa canne, i- 
sant trembler les glaces de la vitrine et s 
assiettes de babas. La barricade du pont Loi î- 
Philippc coupa sa colère en deux. Il y avait à 
quelques fédérés à mine féroce, vautrés u 
soleil sur le sol dépavé. 

— Où allez-vous, citoyen? 

Le citoyen s'expliqua; mais l'histoire s 

petits pâtés parut suspecte, d'autant que [. 

Bonnicar avait sa belle redingote deS" dim i- 

ches. des lunettes d'or, toute la tournure ' n 
vieux réactionnairël^'^'"^" "^ ^^^q^^ 



— C'est un mouchard, dirent les fédérés; il 
faut l'envoyer à Rigault. 

Sur quoi, quatre hommes de bonne volonté, 
qui n'étaient pas fâchés de quitter la barricade, 
poussèrent devant eux, à coups de crosse, le 
pauvre homme exaspéré. 

Je ne sais pas comment ils firent leur compte ; 
mais, une demi-heure après, ils étaient tous 
raflés par la ligne et s'en allaient rejoindre une 
longue colonne de prisonniers prête à se met- 
tre en marche pour Versailles. M. Bonnicar 
protestait de plus en plus, levait sa canne, 
racontait son histoire pour la centième fois. Par 
malheur, cette invention de petits pâtés parais- 
sait si absurde, si incroyable au milieu de ce 
bouleversement, que les officiers ne faisaient 
qu'en rire: 

— C'est bon, c'est bon, mon vieux... Vous 
vous expliquerez à Versailles. 

El, par les Champs-Elysées, encore tout 
blancs de la fumée des coups de feu, la colonne 
s'ébranla entre deux files de chasseurs. 



III 



Les prisonniers marchaient cinq par cinq, en 
rangs pressés et compacts. Pour empêcher le 
convoi de s'éparpiller, ou les obligeait à se 
donner le bras; et le long troupeau humain 
faisait, en piétinant dans la poussière de la 
route, comme le bruit d'ime grande pluie 
d'orage. 

Le malheureux Bonnicar croyait rêver. 
Suant, soufflant, ahuri de peur et de fatigue, 
il se traînait à la queue de la colonne, entre 
deux vieilles sorcières qui sentaient le pétrole 
et l'eau-de-vie; et d'entendre ces mots de : 
« Pâtissier, petits pâtés », qui revenaient tou- 
jours dans ses imprécations, on pensait, autour 
de lui, qu'il était devenu fou. 

Le fait est que le pauvre homme n'avait plus 
sa tête. Aux montées, aux descentes, quand les 



rangs du convoi se desserraient un geu, est-ce 
ciu'il ne se figurait pas voir, là-bas, dans la 
poussière qui emplissait les vides, la veste 
blanche et la barrette du petit garçon de chez 
Sureau ? Et cela dix fois dans la route 1 Ce petit 
éclair blanc passait devant ses yeux comme 
pour le narguer, puis disparaissait au milieu 
de cette houle d'uniformes, de blouses, de 
haillons. 

Enfin, au jour tombant, on arriva dans Ver- 
sailles ; et, quand la foule vit ce vieux bourgeois 
à lunettes, débraillé, poussiéreux, hagard, tout 
le monde fut d'accord pour lui trouver une tête 
de scélérat. On disait : ' 

— C'est Féljx Pyat... NonI c'est Delescluze. 
Les chasseurs de l'escorte eurent beaucoup 

de peine à l'amener sain et sauf jusqu'à la cour 
de l'Orangerie. Là, seulement, le pauvre trou- 
peau put se disperser, s'allonger sur le sol, re- 
prendre haleine. Il y en avait qui dormaient, 
d'autres qui juraient, d'autres qui toussaient, 
d'autres qui pleuraient; Bonnicar, lui, ne dor- 
mait pas, ne pleurait pas. Assis au bord d'un 
perron, la tête dans ses mains, aux trois quarts 
mort de faim, de honte, de fatigue, il revoyait 
en esprit cette malheureuse journée, son dé- 
part de là-bas, ses convives inquiets, ce cou- 
vert mis jusqu'au soir et qui devait l'atten- 
dre encore, puis l'humiliation, les injures, les 
coups de crosse, tout cela pour un pâtissier 
inexact. 

— Monsieur Bonnicar, voilà vos petits pâ- 
tés!... dit tout à coup une voix près de lui. 

Et le bonhomme, en levant la tête, fut bien 
étonné de voir le petit garçon de chez Sureau, 
qui s'était fait pincer avec les pupilles de la 
République, découvrir et lui présenter la tour- 
tière cachée sous son tablier blanc. C'est ainsi 
que, malgré l'émeute et l'emprisonnement, ce 
dimanche-là comme les autres, M. Bonnicar 
mangea des netits pâtés. 

JILPTfOJ^SE DAIWBT, 



SérJB F 



Samedi, 26 Janoier 



ENSEIGNEMENT MENAGER 

Cours de M™« Louise ROUSSEAU 



es Qualités dune 

Maîtresse de maison 

S'ous allons parler, aujourd'hui, des qualités 
'ne maîtresse de maison digne de ce nom. 
-s sont de deux sortes : les qualités mo- 
« et les qualités ménagères, et s'harmo- 
■^nt on ne peut mieux. 



Ses qualités morales sont : la bonté, la mo- 
destie, la douceur, la patience. Comme dans 
la chanson, Chacun sait ça. Mais, ce qu'on 
ne sait peut-être pas assez, c'est que la bonté 
d'une maîtresse de maison d.")it s'exercer dans 
toutes les occasions, car il faut qu'elle s'oublie 
sans cesse pour les autres, qu'elle leur donne 
de bons conseils, surtout des conseils pratiques 
et faciles à suivre; qu'elle leu|- trace Jeur de- 

jitizedby VjOOQIC 



uiyitl 



I lO 



voir, leur besogne, et qu'elle les excuse même 
à ses propres yeux, «s'ils ne l'ont pas comprise 
ou s'ils ont failli à leur mission. 

La vraie modestUy qu'elle doit pratiquer, lui 
fera accepter sans honte, et même avec recon- 
naissance, tous les conseils qui lui seront don- 
nés. Elle avouera simplement son ignorance de 
telle ou telle chose, son incompétence sur 
telle ou telle matière et, en agissant ainsi, 
elle fera preuve d'intelligence et de bon sens. 

C'est par la douceur qu'une maîtresse de 
maison gagnera la confiance de tous et saura 
se faire aimer. Les humbles viendront lui de- 
mander des conseils et les suivront de leur 
mieux, parce qu'elle aura su leur parler sans 
les humilier, sans les intimider; parce qu'elle 
leur aura donné des ordres sans impatience. 
Il faut si peu de chose pour effaroucher une 
pauvre fille de la campagne : un air dur et 
tant soit peu hautain, une parole brève l'éloi- 
gné tout de suite et nous ferme la porte de 
son cœur. 

La patience complétera l'œuvre de la dou- 
ceur et permettra souvent de transformer un 
domestique, une bonne médiocre, en servi- 
teurs parfaits et dévoués. 'Seulement, si l'on 
veut arriver à ce résultat, une autre qualité 
est encore indispensable : la fermeté. Celle-là 
est la plus difficile à pratiquer, surtout quand 
on est jeune. 

On commence toujours par s'instituer maî- 
tresse de maison inexorable^ on ne doit, on 
ne veut jamais céder; il semble que les règles 
établies au début soient immuables. Et puis, 
sous le plus léger prétexte, pour la plus pe- 
tite bouderie ou la réponse un peu vive d'une 
bonne experte ou audacieuse, on cède une 
première fois, et, alors, c'est fini. La bonne 
sent qu'elle peut faire « marcher madame », 
qu'on craint les scènes, les disputes, le chan- 
gement, que sais-je?.,. Et tout un plan s'élabore 
en son cerveau naïf et rusé à la fois; elle 
usera du truc, désormais, c'est-à-dire qu'elle 
en abusera. 

Il est donc indispensable d'être ferme, dès 
le début, avec les domestiques, mais à la con- 
dition d'être toujours juste. Ce sont des pri- 
mitifs, comme les enfants, et la moindre in- 
justice les révolte. 

Passons, maintenant, aux qualités ménagères 
qui sont : l'ordre, la propreté, l activité et l'éco- 
nomie. 

L'ordre est de trois sortes : l'ordre matériel, 
l'ordre moral, l'ordre intellectuel. 

.Nous avons déjà parlé de l'ordre matériel 
dans notre premier article, c'est-à-dire de la 
nécessité • de bien organiser une maison, de 
mettre tout en place et de faire toutes choses 
en temps voulu. 

Disons donc, aujourd'hui, que V ordre moral 
veut que chacun tienne sa place hiérarchique 
dans la famille; que les enfants respectent 
les parents, les grands-parents, leur obéissent 
et se tiennent bien en leur présence. 

Il veut encore que la femme ne trouble 



pas le travail de son mari, et qu'elle lui 
facilite, au contraire, sa tâche. 

Enfin, l'ordre intellecttul tient au bon équi- 
libre des qualités féminines. C'est, en quelque 
sorte, du « bon sens ». L'ne petite bourgeoise 
ne cherchera pas à singer, par ses allures, 
son langage, sa tenue, telle ou telle artiste, etc., 
pas plus qu'une femme, d'une aisance 
médiocre, ne luttera d'élégance avec une 
autre ayant beaucoup de fortune. Et, tout 
cela, c'est une question d'esprit, de cœur et 
de bon goût. 

Quant à la propreté, elle s'exercera partout: 
sur nous-mêmes, dans notre demeure; elle sera 
scrupuleuse et pratiquée régulièrement; c'est 
à cette seule condition qu'elle deviendra effi- 
cace. 

V économie, dans une maison bien organisée, 
portera sur tous les points : autant sur la 
nourriture que sur le loyer, l'entretien ou les 
plaisirs. Il ne faut jamais retrancher sur une 
chose essentielle au point de vue de la santé, 
ou se priver dans la vie familiale pour «paraî- 
tre », et jeter de la poudre aux yeux. 

Ce serait, par sottise et vanité, priver les 
nôtres de leur bien-être et peut-être compro- 
mettre leur santé, chose indigne d'une bonne 
maîtresse de maison et d'une femme de cœur. 

DEVOIR 

Quels exemples doit donner une bonne maî- 
tresse de maison? 

A votre avis, la femme a-t-elle btsoin d'être 
instruite ? 

Citez des exemples. 

LEÇONS PRATIQUES 

(recettes) 
Les Gants de peau. — Leur J^ettoyage 

C'est un travail difficile et délicat, que le 
nettoyage des gants de peau, parce qu'il est 
dangereux. 

On a préconisé plusieurs recettes sans dan- 
ger; mais elles ne donnent pas de bons ré- 
sultats. Les voici : 

lo Les frotter avec une éponge trempée dans 
du lait écrémé. 

2« Les enduire de savon mou mélangé avec 
de l'eau de Javel, etc. 

Toutes CCS recettes ne valent rien. 

Le seul procédé qui réussisse est de tremper 
les gants, pendant environ une heure, dans 
de la benzine ou de l'essence minérale; la 
benzine fait mieux. Les frotter avec une éponge. 

Ensuite, les retirer et les rincer dans de 
la benzine ou de l'essence propre, puis les 
essorer. 

Les étendre alors sur la surface lisse d'un 
corps impénétrable : marbre, verre, porce- 
laine, etc. Les frotter régulièrement avec une 
brosse douce trempée encore dans de la 



Digitized by 



Google 



in 



benzine ou de l'essence pr<6pre, jusqu'à ce 
qu'ils soient bien 'nets. Les rincer à nouveau, 
les ouvrir et les étendre au grand air. 

Quand ils sont bîçn secs, les repasser. 

Les g^ants foncés ne seront jamais mêlés aux 
gants clairs; il faut les faire tremper très 
peu de temps, car ils déteignent toujours. 



Nota. — Nous tenons à vous avertir que 
l'emploi de la benzine et de l'essence minérale 
est très dangereux. Dans ces conditions, le 
nettoyage des gants ne doit se faire qu*en 
plein jour, dans une pièce sans feu et sans 
lumière, les fenêtres ouvertes, dehors si pos- 
sible, jamais dans une cuisine. Eviter les fu- 
meurs ou toutes espèces de flammes. On ne 
prend jamais trop de précautions. 



»»>»««« 



LlT^AUGiniATlOl^ DE VlfmVEJiSlTÉ 



Les Annales ayant donné un compte rendu 
complet de -la belle fête qui inaugura notre 
Université, le dimanche 20 janvier, nous ne 
voulons pas y revenir ici. 

Il nous est doux, cependant, de garder, 
dans ce journal, le souvenir des amis qui, 
par leur talent ou par leur présence, rehaus- 
sèrent l'éclat de cette radieuse journée. 

Nous ne pouvons, malheureusement, pas im- 
primer tous les noms, beaucoup de nos in- 
\*ités ayant omis de laisser à l'huissier leurs 
cartes d'entrée; mais nous remercions indis- 
tinctement tous ceux qui ont répondu à no- 
tre appel, et dont la sympathie fit le succès 
de l'œuvre. 

Ces noms amis seront les dieux lares de 
notre Université. Ils la protégeront, et veil- 
leront à son bonheur : 

M—, M"" et MM. : 
M. Dujardin-Beaumctz. sous-strTtHairi' d'K at aux 
Beaux-Arts. Marc Varenne chof du Secrétariat de 
laPré.sidenœ. -- Victorien Sardou. - E.-M. de Vo- 
gùf'. — HenM Lavedan. — Jules Claretie. - Ludovic 
Halévy. — Jules LemaUre. — A. Ri bot. — Emile 
Fajçucl. - Paul Hervieu. — Paul Bourget. - Fran- 
çois Coppée. - Paul Deschanel. — Henry Houssaye. 

— André Thcuriet. — Cheysson. Jules Lefebvre. 

— Massenet. —Gabriel Fauré. — Docteur Hutlnel. 

— Docteur Bar. — Jacques Normand. — Victor Mar- 
gueritte. — Brieux. — Janssen. — Henr> Roujon. - 
AntoDin Mercié. — Jean-Paul Laurens. —Théodore 
Dubois. — Ambpoise Thomas. — Docteur Chauflard. 

— ''éarrier-Belleuse . -^ Alphonse Duvernoy. — Fer- 
n dBourgeat. —Francis Thomé. - Henriot. - 
G 'ges Leygues. — Delcassé. — Paul Doumer. 

G lot. — Henry .Maret. — Adrien Hébrard. — Pierre 

B dlln. — Charles Benolsl. — Marcel Chariot. — 

Ji Ricbepin. — Jules Truffler. — Bourgault-lui- 

o Iny. — J.-F. RafîaÇlli. — Marcel Baschet. — 

P I Chabas. — G. Clairin.— W. Rolig. — Camille 

F nmarion. — Nozière. —G. Lenotre. — Funrk- 

B itano. — Georges Claretie. — Dieulafoy. — Ga.s- 

tc Deschamps. —Gustave Mesureur. — Raoul Pn- 

g] . — Docteur Sebileau. — Gustave Lanson. — 

A uste Dorcbain. — Chabasseur. — Diémer. — 

F "Nobain. — Séverine. — P. Thomas. — Rosine 



Laborde. — Mouliéral. — Cécile Tbomassin. — 
Pierrat. — Leitner. — Si 1 vain. — Jules Moy. — 
Marthe Régnier. 

Anatole Duchemin. — L. Brémont. — Maurice 
Dumoulin. — Georges Milchell. — Jules Bois.. — 
Docteur Thiercelin.— Laurent Bourget. — Valenline 
About.— Louise Rousseau. — Marcel Prévost. — 
Edmond Haraucourt. — René Boylesve. — Henry 
Lapauze. — Comtesse Tornielli. - Lagrange. — De 
Lapisse. — Comtesse de La Rochefoucauld. - Mlnart. 

— Huguet. — Mœterlinck. — Comtesse Morand. — 
Renier. — Poilpot. — . Adam. — Jacques Hébrard.— 
Brahant. — Ginisty. — Catulle Mendès. — René 
Baschet. — Eugène Carré. — Pierre Laflitte. Fé- 
lizet. — Quenu.— Gaston Calnielte.— Jules Uuret.— 
Raoul Gunsbourg. — Francisque Sarc^y. — Georges 
Boy er. — Al b(^rt Clemenceau. — Georges Gain. - 
Henri Gain. — Adiny-Miliet. — Léopold Bornstamm. 

— Dettelbach. — Mars.— Edmond StouIIig. - Ro>. 
—Jeanne Gaillard.— Deltour.— Charles Foley.— Al- 
phonse Millaud. — Docteur Bérillon. — Docteur Ca- 
banes. — Lucien Métiv et. — Mirman. — Edmond 
Chancerel. — Henry Ferrare. — Fernand Depas. 
Joseph Marty. — Louis Vinsonau. -- Ernest Dépa- 
gniat. 

Guasco. — Arthur GooJ (Tom-Tit). — Filliaux- 
Tiger. — Jules Rengade. — P. de Sales. — Wer- 
theim. — Paul Belon. — Moll-Weiss. — Frédéric 
Loliée. — Masson-Foreslier. — Auguste Renard. — 
Lily Butler. — Georgt's Grappe. — De Jong. — 
Henri Nicolle. — P. Mortier. — Robert Eude. — K. 
Verpin. — Albert Dayrolles. — Léon Plée. — Vil- 
lemin. — Godon. — Jules B^aschet. - Armbrustcr. 

— Henri Gounouilhou. — J. Lévéque. — Docteur 
Violet. — Syr. — Manreaux-Duchemin. — Rabuteau 
des Touches. — Jules Favre. — Commandant Emile 
Simond. — Kysteraackers. — Madeleine Jullemier.- 
VillekKUf. — Arly. — Quenu. — Polron. — Al- 
fassa. — Le Soudier. - J. Boitel. — Masslcault. - 
Céhert. — Charles Doge. — Ménar.l. — Runiï)el- 
niayer. — De Cbambure. — Hischmann. — Dabin. 

— Théodore Joran. — De Mouscardy. — Beaudoiro. 

— Klobb. — Louis Schneider. — Léo Claretie. — 
Gaston Cronier. — Herr de Turique. — Léopold 
Kahn. — Chàtenay. — Ferdinand Bloch. — Paul 
Marion. —Edouard Beaudu. — Alfred Durand. — 
Del amarre. — Barbé. — Cazalis. Bossa. — Char- 
les Daw bar n. .Moizard. —Denis. — Olga Demi- 
doff.— Per Lamm.— Cazaux.— (Jéiiéralu Foldmann. 



112 



Albérlch Chabrol. — Edmond Lachenal. — Gaston 
Rageot. — Eugène Rousseau. — O.-F. Rolig. — 
Louis Ochs. — Cremnitz. — Docteur Harold-E ma- 
nuel. — Tony Kaufmann. — Isidore Caflin. 
Artigaud. — Aubanel. — Maurice Allon. — Augry. 

— Avia. — Aveneï. — MarUie Asselin. — Andri- 
veau. — Angelby. — Abbey. — Gustave Bisson. — 
Barrotte. — Edith Boucher. — Bonnin. — Benoît. 

— Barbaroux. — E. Bruner. — Madeleine Boussc- 
lier. —Berger. — Bas. — Fritz Bercûer. - Bon- 
net. — Bonvoisin. — Brohiy — Bernhelm. — Bu- 
nel. — Camille Beau. — Bochet. - Berlinot. — 
Blet. — Blura. — Beruy. — Georges Boisselet. -- 
Carte ron. — Charles. — Alice Cantin. -— Nicolafe 
Chevalet. — A. -Marie Ghahuet. — Crapier. — Char- 
ron. — Emile Chevalier. — Couvert. -- Coudray .— 
Chaumont. — Couloir. —Coquelet. — Lucie Coû- 
tant et son fils. — DeCerjat. — .Madeleine Cherbé- 
tian. — Y. de Croi.sœuil, - René Cotiin — Louise 
Dalidet. — Demiéville. — Dondelinger. — Dubout. 

— Dreu.\. — Demœurs. — Drouet. — E. Désir. — 
Dupont, — Desbruôres. — Ch. Duprat. — S. Dela- 
croix. — Dubois. — Eugène Doin. — Deitz. — De- 
launay. — Dupont. — Decugis. — Deltour. — De- 
rounne. — Dumoulin. — Ernest DulK'dat. — 
Ellieze. — A. et Jean Eissen. —Eliot. 

Ferminé. — Finskelstein. — Paul le Flem. — 
Fargue. — Flerh. — De la Paye. - Armand Guido. 

— Gazeau. — Gadenne - (iirardiu. — Germaine 
Lambert. — J. Girard. — C. Ifmtz. — Dora Gohl- 
mann. — (iiovannonl. — Carreau. — Godet. — 
Gallaup. — Gross. — (Mlmet. - Harth: — Ua- 
mon. — Hérin. — Hermann. — Husson. - - A. Fies e. 
Hugues. — Jaulnes. — Jacquand. — Jackson. — 
Jacla. — Jamin.— Kohly.— Koudrlue.— Knrertzer.— 
Lyon. — Leroy — Simone Lapaine. - S. Lêvy-Din- 
ger. - Lehmann. —Madeleine Lambert. — G. Lié- 
bert et leurs lils. — Lefebvre. — Labaty. — Lc- 
feuve. — Laurent. —Lavaux. — Lecaron. — Li- 
mousin. ~ Suzanne Lévy. - Ligny. — Léon. — 
Laurent. — Lorilion et leur (ils. -Xavier Lecu- 
reuil. — Do la Maillandoire. — Juanne Lependry. — 
Céline Leclercq. — Louis- Achille Lheureuv. — 
Lamy. — M^^lou.— Mrchaud. — Martel. — Mareau. 

— Maurer. -^ Marin. — Mepuer — .Miguel. Mer- 
let. — Mireille Mirade. — YNonne de la Massue. — 
Ghila Marco vich. — Michel. — Renée .Martv. Mora. 

— Macherat. — Miller. — Miette Mario. - Millon. 

— Maini Martzlolï. — Mercier. — Maglin. 

Louis Minoret. — Léo Marchebeuf. — Suzanne 
Michaud. — De la Mallerie. — Hélène Michaud. — 
Ménard. — Jules Miuart. — Normand. - J. Nadal. 

— Mcollet. — Olivier. — J. OJoul. -- Payen. — 
RolKîrt Picqué. Pineau, — Passant. — Picard.— 
Pety. -- Georges Para'lier. — Peujjeot. - Pierroh^t. 

— Pasquet. — Pain. — Pelletier. — Henri Primir. 

— Poulin. — Pech. — Proust. — Pelé. - Edith et 
Olga Picot. — Pazin. — Suzanne Pn'g. — Quinain. 

— Roger. — Roihet. — Rucher. — (i. Rosemvald. 

— Roget. — Ralheau. — L'iaîiali Rouvière. — Wil- 
liam Robinson. — La Renutlière. — Rozet. — 
Roeswihvald. — Albert Richet. — Jules Roudest. — 



Reinal. — Rastoin. — Rehm. — Rcnoud. — Louis 
Richet. 

Savoy. — E. Soury. — Alice Savoye. — J. Savary. 
André Schwab. — Stenne. — Schweibisch . — Ser- 
vain. — H. de Saint-Denis. — Suerus. — A. Sylla.— 
Sotigie. — Schuster. — Marie-Louise Simon. — Sou- 
latges-Kavechlin. — Texier. — Renée Tourmente. — 
Marie Turettinl.— P. Tassin. — Paul de La Tour.— 
penri Tassu. — Viardot. — Nelly Vice. — Vessier. 
— Villemeu. — Louise Vert. — Vievllle. — N'oéiie 
Vignal. — Weill. — Warrain. — Willette. — Wd- 
mann. 

Enfin, nous tenons à reproduire, à titre de 
souvenir, le programme de notre concert, qui 
a reçu du public l'accueil le plus enthou- 
siaste, grâce aux éminents artistes qui ont 
bien voulu prêter leur éclatant concours. 

fmmm m 20 jntiviEH 1907 

En ce Doux Asile (choeur), extrait de Castor et 

Pottux, de Rameau. 

Par le Clioral de l'Univcrsits des " Annale»" 
sous )a direction de FnAHCts THOMÉ. 

Scène de Démocrite, par M'" MONTA VON et M. LLUIS. 

Us 1{ubans, par M"" Marianne CHASSAI NG. 

a) Gavotte pour tes Heures et tes Zéphyrs . . Rameau. 

b) Le Coucou . f . Daquin. 

c) T{éveilie-Matin Couperin. 

Morceaux exécutes sur le clavecin par L. DIEMER. 

Scène de Célimène et d'Arsinoc, du Misantltrope. 

Par M- PIERSON et Cécile SOREL. 

Lucie Alfred de Muaser. 

Incfltitation -, Victor Hugo. 

Dits par L. BRÉMONT. 

Adaptations musicales de Francis THOMÉ. 

Air d'Alceste '. Gluck. 

Par M- Rose CARON. 

a) Mirai Pinson Alfred de M usas t. 

b) C/yanson de fortunio Alfred de Mubset. 

c) La "Belette et le Petit Lapin ... La Fontaine. 

Par M- BARTET. 

Lifniversite des Annales, chanson interprétée par l'Auteur, 

H. FURSY, 

Accompagne par le compositeur E. Matmé. 

M'" Marguerite DEVAL dans son répertoire. 

Starces à Clemenceau. . . . Paroles de M. Boukay. 

Musique de P. Delmet 
Je chante dans les Ministères . Paroles de L. Gandill< . 

Musique de L. Varnsy 
Par COQUELIN CADET. 

ORCHESTRE DESGRANGES ET SON QUATUOR VOC< L 

Clavecin prêté par h Maison Erard. 
Pîjno de U Maison Gaveau. 



JmUrioaerie des Annales, 5l, rue St-Georjfes, Pari» 



I/JraDrinieur-fi;érant : Vinsonau 
uiyiLizeu uy ^^^_j vy v^pt lw. 



JOURriflL DE L'UniVERSITE 



!'• ANNÉE — N' 3 



des ** Annales " 



i3 février 1907 



I^s Cinq à Six "Littéraires 



Série A 



Lundi, 28 Janoler 



MORALE 



LA COQUETTERIE FÉMININE 

Conférence de M. Gaston RAGEOT 

Avec le gracieux concours de : 
M'*" Géniat, de la Comédie-Française ; 
et de M"* Olga Démidopf. 

La causerie annoncée doit rouler sur la 
Coquetterie Féminine, sujet alléchant et peu 
austère. L'eau nous vient à la bouche. Qui 
entendrons-nous? Un agrégé de philosophie 
qui est aussi un critique érudit et délicat. 

Void notre philosophe qui fait son 
entrée. Il est grand, mince; il traverse 
avec aisance les rangs du public, et, sans 
la moindre gaucherie, prend place sur l'es- 
trade où deux aimables comédiennes, M^^ Qé- 
niat, de la Comédie-Française, et M^ic Démir 
doff, lui composent un cadre charmant. Son 
regard enl clair, aigu même. Le conférencier est 
jeune (trente-cinq ans au plus), il a des che- 
veux châtains et une barbe blond cendré. Dans 
les yeux des auditrices on lit qu'il a déjà deux 
bons points. Il plaît... 

Notre conférencier a passé par l'Ecole Nor- 
male : il en a conservé l'empreinte. Clarté et 
souplesse du style, belle ordonnance des idées, 
simplicité aisée, sont, à coup sûr, des qualités 
dont les Normaliens n'ont point le monopole, 
mais ils les possèdent à un haut degré. De là 
leurs succès dans les concours; de là, quand ils 
sont devenus hommes de lettres, le plaisir 
particulier qu'on éprouve à les lire ou à les 



entendre. Aux mérites que M. Rageot tient 
de son éducation, s'en ajoutent d'autres, qui 
sont bien à lui. Il est vivant; sa voix est 
chaude et son geste animé. Surtout, il est un 
délicieux pince-sans-rire, ironique et imper- 
tinent à souhait! Au moment où nos étudian- 
tes s'y attendent le moins, où elles sont tout 
au plaisir de suivre une analyse psychologi- 
que, fine et nuancée, il leur décoche un trait 
qui amuse, sans blesser. Les traits de M. Ra- 
geot n'ont rien de commun avec les flèches 
empoisonnées des Indiens de Fenimore 
Cooper, ni avec les meurtrières banderilles 
dont les toreros ensanglantent les flancs du 
taureau. Sa moquerie est légère, et nos audi- 
trices sentent bien que le conférencier qui 
les raille ne songe, au fond, qu'à leur plaire. 
Ses égratignures sont des attentions un peu 
dissimulées et, par là, moins fades, voilà tout! 
Et notre homme, subtil moraliste, sait bien 
ce qu'il fait. Je ne crois pas que M. Rageot 
doive avoir une grande tendresse pour les 
problèmes ardus de la métaphysique; mais 
je suis bien sûr qu'il se passionne pour ceux 
de la psychologie sentimentale. Il eût été 
à son aise parmi les mondains du dix-septième 
siècle, si curieux d'analyser les passions de 
l'âme; il eût fait bonne figure parmi les habi- 
tués de la « Chambie bleue »; et les Pré- 
cieuses, les vraies, l'eussent volontiers accueilli 
dans leurs « ruelles ». 11 connaît sa « Carte 
du Tendre », n'en doutez pas. 

Ecoutons M. Rageot, qui se déclare quel- 
que peu impressionné par son sujet. 

Digitized by VjOOQIC 



iï4 



Mesdames, mesdemoiselles, 

Jusqu'ici, les conférenciers des « Cinq à Six 
Littéraires » ont parlé de choses qu'ils connais- 
saient mieux que leur public. Aujourd'hui, c'est 
le contraire qui arrive. Quelle n'est pas l'im- 
pertinence d'un homme qui veut instruire des 
femmes sur la coquetterie! Au reste, une telle 
étude est-elle à sa place dans un cours de 
morale? La coquetterie n'a pas besoin d'être 
encouragée. Quant à en corriger les femmes, 
c'est impossible! 

La morale grecque part du « Connàis- 
toi toi-même ». C'est toujotu^ par cette connais- 
sance de soi qu'il faut commencer. On se 
connaît d'abord, on tâche de se corriger en- 
suite. Or, en matière de psychologie féminine, 
il y a un fait incontestable: c'est que les fem- 
mes sont fort coquettes avant le mariage,et beau- 
coup plus après. La femmey selon Rousseau, 
est coquette par état. Elle naît avec le désir 
de plaire; et sa coquetterie revêt autant de 
formes que ce désir lui-même. 

Je parlerai, d'abord, de la coquetterie dans 
la parure, et ce sera mon premier point. 
Je parlerai, ensuite, de la coquetterie dans 
les mœurs ou dans le caractère^ et ce sera 
mon second point. Je parlerai, enfin, de la 
coquetterie dans le sentiment. Et ce sera mon 
troisième point. 

Résumons, aussi nettement que possible, la 
conférence de M. Rageot : 

PREMIER POINT 

La coquetterie dans la parure. — C'est la 
forme la plus élémentaire et la plus simple 
de la coquetterie. « La coquette se montre 
quand elle est parée, mais ne se laisse pas 
voir quand elle se pare. » (Alfred de Musset.) 

Le besoin de se parer et de s'embellir 
en se parant est si naturel, qu'on le trouve 
déjà chez les enfants, même chez les ani- 
maux. Chez ces derniers, il est vrai, c'est 
le mâle qui est coquet, c'est lui qui a le 
beau pelage ou les belles plumes. 

Les femmes ont changé tout cela. (Rires 
dans VauditoireJ 

Au reste, l'histoire de la coquetterie n'est, 
en un certain sens, que celle de la parure 
et du costume. La coquetterie est un principe 
d'art; la femme qui cherche à s'embellir cède 
à un penchant essentiel, c'est certain; mais 
elle fait mieux : elle remplit un devoir. Re- 
nan l'affirme : 

« La femme, en se parant, accomplit un de- 
voir; elle pratique un art, art exquis, en un 
sens, le plus charmant des arts... La toilette de 
la femme, avec ses raffinements, est du grand 
art à sa manière. Les siècles et les pays qui 



savent y réussir sont les grands siècles, les 
grands pays. » 

Nul peuple ne Fa mieux compris que les Fran- 
çais, d'ailleurs. Nous sommes un grand peuple, 
et notre pays est le plus grand de tous, puisque 
nous sommes le pays des grands couturiers 
et que nous les décorons... Une bonne remar- 
que parmi tant d'autres : 

« La parure n'est pas la dépense; la petite 
ménagère qui sait elle-même faire ses toi- 
lettes et qui a du goût s'embellit à peu de 
frais. Rien n'est plus facile, quand elle est 
avantagée par la nature. » 

Mais, hélas! il y a la coquetterie des fem- 
mes laides; il y a celle, plus triste encore, 
des femmes vieilles qui ne veulent ni vieillir 
ni avoir vieilli. 11 y a l'art de « réparer des 
ans l'irréparable outrage ». Il y a, pour tout 
dire, dans l'histoire de la coquetterie, un cha- 
pitre pittoresque et navrant, qui est l'histoire 
du fard. Se farder, c'est se superposer à 
soi-même une autre personne. On n'est plus 
une personne, on en est une autre ; on est deux. 
Cet art n'est pas nouveau; il est aussi vieux 
que le monde. 

— - Quand on ne peut broder ses habits 
(faute d'en avoir), on brode sa peau, a dit 
Théophile Oautier. Les sauvages se tatouent. 

A l'époque biblique, les femmes emploient 
déjà le fard d'antimoine. Job interpelle ainsi 
une de ses filles : 

— O vase d'antimoine... 

Les Grecques et les Romaines de l'antiquité 
usent et abusent du fard. A Rome, les sati- 
riques, comme Lucilius et Martial, nous en 
fournissent mainte preuve. 

« Vous avez acheté, dit l'un, des tours 
de cheveux bien frisés, du fard, de la pom- 
made, des dents... Un masque vous aurait 
coûté moins. » 

« Pendant que tu es chez toi, dit Mar- 
tial à une jeune femme, on frise tes cheveux 
chez un coiffeur de la rue Suburrane qui, 
chaque matin, t'apporte tes sourcils. Chaque 
soir, tu ôtc3 tes dents comme ta garde-robe. 
Tes attraits sont enfermés dans cent pots 
divers et ton visage ne couche pas avec toi. » 

« Les deux tiers de Messaline, écrit le même 
auteur, se trouvent enfermés dans des boîtes. 
Sa table de toilette est composée d'une centaine 
de mensonges, et, lorsqu'elle vit à Rome, ses 
cheveux rougissent au bord du Rhin. Un homme 
n'est pas en état de lui dire qu'il l'aime : 
car, ce qu'il aime en elle, ce n'est pas elle, 
et ce qu'elle est, on ne peut l'aimer. » 

L'usage du fard décroît au moyen âge, où 
Ton est plus triste et plus vertueux. Mais il 

uiyitized by VjOOQIC 



]]5 



renaît avec le développement de la vie de 
société, vie de cour et vie de salon. L'on 
sait comment, dans les Précieuses Ridicules^ 
le bon bourgeois Gorgibus parle de sa fille 
et de sa nièce : 

« Ces pendardes-là, avec leur pommade, 
ont, je pense, envie de me ruiner. Je ne 
vois partout que blancs d'œufs, lait virgi- 
nal et mille autres brimborions que je ne 
connais point. Elles ont usé, depuis que nous 
sommes id, le lard d'une douzaine de co- 
chons pour le moins. Et quatre valets vivraient 
tous les jours des pieds de mouton qu'elles 
emploient. > 

La Bruyère nous donne des détails non 
moins précis et amusants. (Voir son chapitre 
Des Femmes,) Quant au dix-huitième siècle, 
la peinture du temps suffit à nous édifier. 
Et ce n'est pas seulement en France que 
les choses se passent de la sorte. Il en va 
de même de l'autre côté de la Manche, et le 
Parlement anglais s'en émeut. 11 rend un 
arrêt dont voici le texte : 

c Toute femme de tout rang, âge, pro- 
fession ou condition, vierge, fille ou veuve, 
qui, à dater du jour de publication de cet 
acte, tentera, séduira ou entraînera au ma- 
riage quelqu'un des sujets de Sa Majesté à 
Faide de parfums, faux cheveux, fards et 
autres cosmétiques, buses d'acier, paniers> 
souliers à talon ou fausses hanches, encourra 
les peines établies par les lois actuellement 
en vigueur contre la sorcellerie et autres ma- 
noeuvres, et le mariage sera déclaré vain et 
de nul effet » 

Et voilà pourquoi les Anglaises n'ont plus 
de hanches. (Rires prolongés.) 

Mais comment le cœur (entendez l'estomac) 
des coquettes ne se soulève-t-il pas ? « Une co- 
quette n'a jamais froid»; le désir d'être en 
beauté lui fait braver les températures les plus 
indémentes. Pareillement, une coquette n'est 
jamais dégoûtée. Et, pourtant, à quels ingré- 
dients singuliers n'a-t-elle pas recours? « La 
crasse de queue de mouton, affirme Pline, 
le phis sérieux des Pline, Pline l'Ancien, est 
un topique souverain poiu* les dents et pour 
les gendves. > Horreur! Mais est-on beau- 
coup plus propre, aujourd'hui? De quoi les 
coquettes contemporaines n'usent-elles point, 
dks aussi, pour ajouter à leurs charmes? Pas- 
sons! 

DEUXIÈME POINT 

La coquetterie dans les mœurs et dans 
le caractère. — C'est un sujet plus délicat que 
la coquetterie dans la parure. 



Si toutes les femmes sont coquettes, au 
sens courant du mot, c'est-à-dire sont dé- 
sireuses de s'attifer et de s'embellir, il y 
a, chez certaines d'entre elles, une disposition 
particulière qui fait que tout, dans leurs des- 
seins et l'arrangement de leur vie, tend vers 
ce but unique : plaire! Elles ne croient pas 
avoir d'autre raison d'être, 11 faut qu'autour 
d'elles monte, sans cesse, l'encens des adora- 
tions. 

Etudions une de ces « coquettes » dans son 
enfance; regardons d'un peu près la coquette 
en robe courte dont le maître Sully Pru- 
dhomme trace l'image dans ses Vaines Ten- 
dresses. 

Mlle Olga Démidoff nous donne lecture de 
ce morceau exquis : 

AUX TUILERIES 

Tu les feras pleurer, enfant belle et chérie, 
Tous ces bambins, hommes futurs, 

Qui plus tard suspendront leur jeune rêverie 
Aux cils câlins de tes yeux purs. 

Us aiment de ta voix la roulade sonore. 

Mais plus tard ils sentiront mieux 

Ce qu'ils peuvent à peine y discerner encore, 
Le timbre au charme impérieux ; 

Us touchent, sans jamais en sentir de brûlure, 
Tes bouclas pleines de rayons, 

Dont l'or fait ressembler ta fauve chevelure 
A celle des petits lions. 

Us ne devinent pas, aux jeux où lu te mêles, 
Qu'en leur jetant au cou tes bras, 

Rieuse, indiflférente, et douce, tu décèles 
Tout le mal que tu leur feras. 

Tu t'exerces déjà, quand tu crois que tu joues, 
En leur abandonnant ton front; 

Tes lèvres ont déjà, plus faites que tes joues, 
La grâce dont ils souffriront. 

11 est difficile de mieux décrire l'attrait pré- 
coce et qui s'ignore de la Célimène en herbe. 
Voyez, du reste, comment s'exerce ce charme 
à demi inconscient, et quel trouble il jette 
dans l'âme candide d'un jouvenceau tendre et 
gauchement héroïque. C'est toujours du Sully 
Prudhomme : 

FORT EN THÈME 

Vous aviez l'âge où flotte encore 
La double natte sur le dos. 
Mais où Tonfaut qu'elle décore 
Sent le prix de pareils fardeaux; 



Digitized by 



Google 



]6 



L'âge où l'œil déjà nous évite, 

Quand, sous des vêtements moins courts. 

Devant sa mère, droit et vite, 

On va tous les matins au cours; 

Où déjà Ion pince les lèvres 
Au tutoîment d'un grand garçon, 
Lasse un peu des tendresses mièvres 
Pour la poupée au cœur de son. 

Alors, mon idéal suprême 
N'était pas l'inouï bonheur, 
Kn aimant, d'être aimé moi-même, 
Mais d'en mourir avec honneur, 

De vous arracher votre estime 
Sous les tenailles des bourreaux. 
Dans un martyre magnanime, 
Car les enfants sont des héros ! 

Si les enfants ont l'air timide. 
C'est qu'ils n'osent que soupirer, 
St^ sentant le ca'ur intrépide. 
Mais trop humble i)our esiK^rer. 

Conune un iwige épris du ne reine, 
Je n'avais d'autre ambition 
Que de ramasser dans l'arène 
Votre gant aux pieds d'un lion î 

Mais une demoiselle sage 
Ne laisse jias traîner son gant. 
Le vôtre, un jour, sur mon passage 
Échappa de vos doigta, iwurtant. 

Oh ! ce fut bien involontaire ! 
Mais j'en frémis. Comment laisser 
Sous vos yeux votn? gant i)ar terre. 
Quand je n'avais qu'à me baisser ? 

C'était au parloir du collège, 
Pas un lion sur mon chemin. 
« Allons, courage! », me dîsais-je, 
Le devoir me jwussait la main ; 

Mais mon trouljle demandait grâce 
Au défi de ce gant perdu, 
Kl c'est le dernier de ma classe. 
Madame, qui vous la rendu. 

Lecture, par Mlle Démidoff. 

Que trouvons-nous au fond de l'âme de 
cette petite fille de huit ans? Le désir de 
plaire, à n'importe qui, pour être flattée, adu- 
lée, et rien que pour cela. Quelques années 
plus tard, elle ira dans les matinées, elle 
dansera, se mêlera à des jeunes gens plus 
âgés, plus réfléchis qu'elle; elle étudiera l'ef- 
fet qu'elle produira sur eux. Elle en arrivera 
au « flirt », chose si peu estimable et si peu 
française, qu'il n'y a pas de mot dans notre 



langue pour l'exprimer. Sa coquetterie se dis- 
persera sur de multiples objets. Qu'importe 
celui-ci plutôt que celui-là? Le nombre seul 
des victimes importe! 

« Une coquette se soucie peu d'être aimée. 
Il lui suffit d'être trouvée aimable. )> Que 
sont donc, en réalité, ces petites créatures 
égo'istes? Des Tartufettes de l'amour. A 
vingt ans, notre Tartufette s'appellera Cé- 
limène : elle sera devenue la grande coquette, 
qui ne peut vivre sans un cortège perpétuel 
d'admirateurs, mais qui, surtout, éprouve un 
plaisir diabolique à faire souffrir autour d'elle. 
Elle torture Alceste, et pourquoi? Parce qu'il 
est le seul qui sente vivement le pouvoir mal- 
faisant de sa grâce et de son esprit; parce 
qu'il est le seul qui tente de s'y soustraire, 
le seul qui résiste. Mais précisément, en 
face d'un tel adorateur, elfe a davantage 
conscience de sa force, de son terrible- as- 
cendant. Faut-il qu'il soit ensorcelé, celui-là! 
Ah! les admirables scènes que la première 
de l'acte II et la troisième de l'acte IV du 
Misanthrope! Et comme le grand et cher 
Molière, épris, hélas! d'Armande Béjart, a 
su trouver l'attitude et les accents qui conve- 
naient au malheureux amant de Célimène! 
Tendresse et faiblesse, impuissance à s'affran- 
chir de liens douloureux : voilà pour l'homme ; 
sécheresse, mais suprême possession de soi, 
habileté, sang-froid, qui triomphent des plus 
justes ressentiments d'Alceste, humiliation de 
celui qui aime, et qui, ayant la raison de 
son côté, demande pardon pour les torts qu'on 
L envers lui : voilà le triomphe affreux de 
la coquette. 

Ah! que si, de vos mains, je rattrape mon cœur, 
Je bénirai le ciel de ce rare bonheur ! 

s'écrie Alceste. Mais Célimène ne lui per- 
mettra pas de rattraper son cœur. Il souf- 
frira; son orgueil, à elle, l'exige. On dira 
peut-être que les Célimènes sont rares! Oui 
et non. Les Célimènes complètes ne se ren- 
contrent pas tous les jours, Dieu merci! Ce 
qui n'empêche pas qu'il y ait, en abondance, 
des demi-Célimènes, des quarts de Célimènes: 
à Paris,, surtout. De ces demi-Célimènes qui, 
à force de plaire et de séduire, finissent peut- 
être par se blaser, Musset a délicieusement 
dessiné les traits mobiles dans sa pièce in- 
titulée: Conseils à une Parisienne 

Oui, si j'étais femme, aimable et jolie, 

Je voudrais, Julie, 

Faire comme \ ous ; 
Sans peur ni pitié, sans choix \\\ mystère, 

A toute la terre 

Faire les yra\ doux. 



uiyitized by 



Google 



'^7 



Je voudrais n'avoir de soucis au monde 

Que ma taille ronde, 

Mes chiffons chéris, 
Et de pied en cap être la poupée 

La mieux équipée 

De Rome à Paris. 

Je voudrais garder pour toute soi(»nce 

Cette insouciance 

Qui vous va si bien ; 
Joindre, comme ^ous, à Tétourderio 

Celte rêverie 

Qui ne pense à rien. 

Je voudrais pour moi qu'il fût toujours fêle 

Et tourner la tète 

Aux plus orgueilleux ; 
Être, en même temps, de glace et de flamme, 

La haine dans l'àme. 

L'amour dans les yeux. 

Je détesterais, avant toute chose. 

Ces vieux teints de rose 

Qui font peur à voir. 
Je rayonnerais, sous ma tresse brune. 

Comme un clair de lune 

En capuchon noir. 

Car c'est si charmant et c'est si commode, 

Ce masque à la mod(s 

Cet air de langueur I 
Ah î que la pâleur est d'un bel usage ! 

Jamais le visage 

N'est trop loin du cœur. 

Jt* \ oudrais encore avoir vos caprices. 

Vos soupirs novices, 

Vos regards savants. 
Je voudrais enfin, tant mon c(i?ur vous aime, 

Être en tout vous-même... 

Pour deux ou trois ans. 

11 est un seul point, je vous le confesse. 

Où votre sagesse 

Me semble en défaut. 
Vous n'osez pas être assez inhumaine... 

(Lecture de M"e Géniat.) 

Nous arrêtons là une citation qui, autre- 
ment, risquerait de devenir beaucoup trop lon- 
gue. Ainsi limitée, elle contient tout l'essen- 
tiel de Texquis poème d'Alfred de Musset. 

TROISIÈME POINT 

La coquetterie dans le sentiment, — Dépas- 
sant de plusieurs coudées, en noblesse et en 
pureté, les deux formes précédentes de la 
coquetterie, la coquetterie du sentiment re- 
pose sur le désir de plaire à un seul, de plaire 
à qui vous plaît. Tantôt elle précède, tantôt 
elle suit Tamour véritable. Elle est, d'abord, 



le rêve imprécis qui flotte dans l'âme de la 
vraie jeune fille et que ses yeux reflètent 
confusément. Ah! la vraie jeune fille, comment 
la peindre ou, plutôt, comment exprimer les 
impressions qu'elle donne au moraliste qui 
l'observe, sinon à l'aide de quelques vers pé- 
nétrants de Sully Prudhomme ? (Car c'est tou- 
jours lui qu'il faut citer quand on veut dessiner 
les frontières incertaines d'un sentiment qui 
s'ébauche.) 

Je la rêve, inconnue encore. 



Belle de tout ce que j'ignore 
Et du possible illimité. 

(Les Vaines Tendresses. En Voyage.) 

La jeune fille dont nous parlons sera donc 
ccxjuette dès que son cœur sera pris. Elle le 
sera, d'instinct ou par réflexion, afin d'être 
aimée. La Rochefoucauld a dit : « Le premier 
mérite de l'amour, c'est de guérir de la coquet- 
terie. » Ce n'est pas tout à fait exact. Quand 
on a plu, on veut continuer de plaire, s'orner 
de tout ce qui pourra augmenter la séduc- 
tion exercée sur l'objet aimé. L'amour devient 
ainsi l'inspirateur de la coquetterie, de la co- 
quetterie véritable, la seule qui mérite l'estime 
et la sympathie. La jeune femme ne se lassera 
point d'être agréable à l'homme que son cœur 
aura choisi. C'est un devoir qu'elle accom- 
plira et qu'il lui sera doux d'accomplir. 

Victor Hugo, dans un de ses poèmes des 
Contemplations, décrit fort bien cette coquet- 
terie sentimentale, où la tendresse profonde 
ne va pas sans une discrétion qui la rend 
plus touchante. 

PAROLES DANS LOMBRE 

Elle disait : « C'est vrai, j'ai tort de vouloir mieux ; 
Les heures sont ainsi tri'S doucement passtVs ; 
Vous Hes là; mes \eu\ ne quittent pas >os >«'Uy 
Où je regarde aller et venir >os pensées. 

» Vous voir est un honlieur: je ne l'ai pas complel, 
Sans doute, c'est encor bien eluu'inant de la sorlr. 
Je veille — car je sais tout ce qui \ous déi)laîl — 
A ce que nul fàclienv ne viernie ouvrir la ïM>rte: 

« Je m(^ fais bien petite en mon coin prés de vous ; 
Vous (Hes mon lion, je suis votre colombe ; 
J'entends de vos [papiers le bruit paisible et doux; 
Je ramasse, parfois, \otre plume qui tombe; 

» Sans doute je vous al, sans doute je vous voi. 
La pensée est un vin dont les rêveurs sont ivrc^s. 
Je le sais; mais, pourtant, jr veux qu'on son^c à moi 
Quand vous êtes ainsi tout un soir dans >os livres. 

uiyiLizfcJu uy x^_j vy v^pt l^- 



1 1 



8 



» Sans relever la ï^e et sans me dire un mol. 
Une ombre reste au fond de mon cœur qui vous 

[aime 
Et, poiur que je vous voie entièrement, il faut 
Me regarder un peu de temps en temps vous-mCme. » 

Pièce lue, avec beaucoup d'intelligence et 
d'émotion sincère, par MU© Géniat, de la Co- 
médie-Française. 

Nous voilà bien loin de la coquetterie dans 
la parure, bien loin des coquettes dont tout 
Tart consiste à se farder. La femme, dépeinte 
par Victor Hugo tout à Theure, fait preuve 
d'une coquetterie très élevée dans l'ordre mo- 
ral et qui vaut d'être imitée. 



Et, maintenant, terminons par quelques con- 
seils pratiques. 

Pour atteindre à la coquetterie sentimentale, 
la seule louable, ou, plutôt, pour y réussir, 
comment s'y prendre? 

Certes, il n'y a pas lieu de négliger la 



parure, la toilette, qui sont des parties indis- 
pensables de l'art de plaire. 

Mais on devra viser plus haut. 

Il faudra s'efforcer de garder un cœur jeune, 
de conserver cette fraîcheur d'âme qui, mieux 
que toutes les recettes, protège contre la 
vieillesse. La femme dont le cœur ne s'est 
point fané a de grandes chances d'être tou- 
jours ai^ée. 

Il faudra a4issi cultiver son esprit. « La 
coquetterie, dit Oeorge Sand, c'est l'esprit mis 
au service de l'art de plaire. » 

Les jeunes filles qui suivent les cours et 
les conférences des Annales y apprennent pré- 
cisément tout ce qui peut le mieux contribuer 
à développer leur intelligence et, par suite, 
à les rendre, dans l'avenir, plus charmantes 
encore. Elles seront, plus tard, des femmes 
qui, aux agréments de leur personne, sau- 
ront ajouter ceux de l'esprit et de la vertu. 
Conférence de 

GASTOT^ JiAGEOT, 

notée par Â. PajeL 



<À.Ï^^>#:A^ 



Série B 



HYGIENE 



Mardi, 29 Janoigr 



»»i>»C4« 



LES MICROBES 

Conférence de M. le docteur THIERCELIN 

Mesdames, mesdemoiselles, 

Lorsqu'il y a quelques semaines, notre ai- 
mable directrice me demanda de vous faire 
un cours d'hygiène, j'acceptai avec empresse- 
ment, parce que je considère que le rôle du 
médecin est non seulement de chercher à 
guérir les maladies, mais aussi d'enseigner 
l'art de se bien porter, et c'est, à mon avis, 
faire œuvre utile que de répandre le plus pos- 
sible les notions qui peuvent permettre d'évi- 
ter les maladies. La médecine prophylactique 
est, du reste, aussi intéressante et aussi im- 
portante que la thérapeutique. 

11 y a, dans ce cours, une véritable inno- 
vation et, si quelqu'un avait eu, il y a dix 
ans, l'idée de fonder une Université analo- 
gue à l'Université des Annales^ il est bien 
certain qu'il n'eût pas eu la pensée d'intro- 
duire, dans ses programmes, des cours d'hy- 
giène. En France, en effet, l'enseignement 



de l'hygiène semblait jusqu'ici devoir être 
réservé aux médecins, et, pourtant, y a-t-il 
une science qui intéresse plus directement 
chacun d'entre nous? Il n'en est pas de même 
dans d'autres pays, les pays du Nord sur- 
tout, et l'Angleterre, oîi la plupart des jeunes 
femmes sont admirablement instruites des 
choses de l'hygiène. Dans ma pratique, il 
m 'arrive, chaque jour, de rencontrer, près de 
jeunes enfants, des nurses anglaises, et je 
suis surpris de la façon vraiment admirable 
dont elles les soignent; ce sont là des auxi- 
liaires précieuses pour le médecin, et je re- 
grette toujours de ne rencontrer que bien rare- 
ment la même science chez nos compatriotes. 
Ce n'est pas que les jeunes filles françaises 
ne soient pas aussi aptes à s'assimiler les 
principes de l'hygiène que les étrangères, cela 
tient simplement à ce qu'on ne les leur a pas 
enseignés. J'ai bien souvent rencontré des 
jeunes mères ignorant les choses les plus 
élémentaires en ce qui concerne les soins à 
donner à leur enfant, et il m'est arrivé bien 
fréquemment d'être obligé de leur fxpliquer 

uiyiLizeu uy "v^vJiJVt LVL 



119 



comment on préparait un cataplasme, comment 
on faisait cuire une bouillie. 

Il y a là, chez nous, une lacune à comUer, 
et je vous félicite de l'avoir compris. 

Songez, en effet, aux services que peut 
rendre une femme instruite des choses de 
l'hygiène dans le milieu où elle vit, et la 
grande satisfaction qu'elle se procure en se 
rendant utile aux êtres qui lui sont chers. 
Quand le médecin est appelé près d'un malade, 
les renseignements préds concernant le dé- 
but de la maladie, les phénomène3 qui se 
sont produits avant son arrivée, la tempéra- 
ture qu'a eue le riialade, sont de la plus haute 
importance et le guideront dans l'établisse- 
ment de son diagnostic. Après son départ^ 
l'exécution rigoureuse de l'ordonnance qu'il 
a laissée est un des facteurs les plus im- 
portants pour obtenir la guérison du malade; 
aussi est-il indispensable que la personne qui 
le soigne soit apte à l'exécuter de tous points. 

Dans une ordonnance, en effet, à côté des 
médicaments que le malade devra prendre, 
il est toute une partie concernant les petits 
soins, dont l'exécution incombe à la garde- 
malade. Ce sont ces petits soins que je 
voudrais vous apprendre à exécuter; il est 
indispensable que vous les connaissiez, d'au- 
tant plus que vous pouvez être appelées à 
soigner les vôtres loin des villes^ dans un 
endroit oîi il vous serait impossible de trou- 
ver une garde-malade instruite. 

Nos conférences auront donc pour but de 
vous enseigner, d'une part, les notions d'hy- 
giène les plus élémentaires destinées à vousi» 
permettre d'éviter les maladies, et, d'autre 
part, dans nos cours pratiques, nous cher- 
cherons à faire de vous des auxiliaires instrui- 
tes du médedn, capables, au besoin, de le 
suppléer dans les cas urgents. 



Et, d'abord, qu'est-ce que l'hygiène? L'hy 
giène est la science d'éviter les maladies, 
comme la médecine est l'art de les guérir. 
L'hygiène est, de plus, une auxiliaire pré- 
rieuse de la thérapeutique et, bien souvent, chez 
les malades, à elle seule elle obtient la 
guérison. Comme la chirurgie, comme la 
m^edne, c'est à Pasteur que l'hygiène 
doit d'avoir fait les admirables progrès 
qu'elle a réalisés depuis une trentaine d'an- 
nées. C'est à la suite des découvertes de Pas- 
teur, concernant l'origine des maladies conta- 
gieuses, que l'hygiène est entrée dans la voie 
scientifique : auparavant, elle était purement 
empirique, réduite à quelques notions, sou- 
vent erronées, du reste, que les générations 
successives se transmettaient, fruits d'obser- 



vations souvent mal interprétées. Depuis long- 
temps, par exemple, dans le public, l'idée 
de la contagiosité de la tuberculose était ad- 
mise, alors même que les médecins la niaient; 
on avait remarqué le danger que faisait cou- 
rir la cohabitation avec un tuberculeux. Cette 
idée est évidemment fort juste; mais la conta- 
gion de la tuberculose était attribuée aux 
sueurs des phtisiques, ce qui était une erreur, 
et l'on ne songeait nullement à incriminer 
les crachats. Vous comprenez combien la dé- 
couverte du microbe de la tuberculose et sa 
présence dans les crachats fut importante pour 
la prophylaxie de cette maladie, car c'est à 
partir de cette découverte qu'on sut, d'une fa- 
çon rigoureuse, où était l'ennemi et quelles 
étaient les précautions qu'on devait prendre 
pour l'éviter. 

Avant l'époque pastorienne, l'hygiène n'exis- 
tait pour ainsi dire pas, en tant que science; 
pratiquement, elle existait moins encore, s'il 
est possible. 



Jetons, si vous le voulez bien, un regard 
sur le passé, et cherchons à nous rendre 
compte de ce qu'était l'hygiène dans les siè- 
cles précédents. Vous savez combien les épi- 
démies qui sévissaient sur Paris étaient meur- 
trières; vous savez qu'au siècle dernier le 
choléra, qui est venu, à plusieurs reprises, 
visiter la capitale, y a fait, à chaque fois, 
un nombre incalculable de victimes; les autres 
affections épidémiques : fièvre typhoïde, variole, 
scarlatine, y ont fait aussi de terribles ravages 
et l'histoire a enregistré les saignées ef- 
frayantes faites par ces épidémies, dans la 
population de Paris et des grandes villes. 

C'est que les précautions hygiéniques qu'on 
prenait à cette époque étaient à peu près nul- 
les, et les germes des maladies contagieuses 
pouvaient se répandre tout à leur aise. Je 
voudrais vous rapporter quelques faits qui, 
mieux que de longs discours, vous montreront 
ce qu'était l'hygiène autrefois. Pour cela, il 
n'est pas besoin de remonter bien loin et d'évo- 
quer devant vous le Paris d'il y a quelques 
siècles, avec ses rues étroites, munies d'un ruis- 
seau dans lequel courait une eau fangeuse, 
les égouts n'existant pas. Je me contenterai 
de vous citer deux faits datant du siècle der- 
nier et qui me paraissent vraiment suggestifs. 
Ils me semblent bien propres à vous indiquer 
quelle était, au point de vue hygiénique, la 
mentalité de nos grands-pères. 

Au commencement du siècle dernier, les 
hôpitaux, comme maintenant, du reste, étaient 
trop peu nombreux pour recevoir tous les 
malades qui s'y présentaient. Or, on lit, dans 

uiyiLizfcJu uy "n^j vy v^pt l%^ 



120 



les chroniques, qu'à l'Hôtel-Dieu on a souvent 
couché jusqu'à huit malades dans le même 
lit, sans se préoccuper de l'affection qu'ils 
présentaient. C'est ainsi qu'on plaçait, côte 
à côte, des malades atteints d'affections conta- 
gieuses et des opérés. C'était, du reste, l'épo- 
que où florissait une affection tout à fait incon- 
nue aujourd'hui, et possédant un nom bien 
caractéristique : la pourriture d'hôpital. 

Paris, à cette époque, n'avait pas en- 
core amené vers lui les eaux de sources 
qui l'alimentent aujourd'hui : les porteurs 
d'eau montaient péniblement aux différents 
étages l'eau qui devait servir aux di- 
vers besoins du ménage. De plus, elle était 
puisée dans la Seine et contenait tous les 
détritus et déjections qu'on jetait dans le 
fleuve. Je vous laisse à deviner ce que pou- 
vait être ce liquide qui servait à l'alimen- 
tation de nos aïeux et qu'ils ne faisaient cer- 
tainement pas bouillir avant de l'absorber. 

Depuis trente ans, l'hygiène s'est considéra- 
blement améliorée. Comparons, si vous le vou- 
lez bien, les habitations d'aujourd'hui avec 
celles qui ont été construites il y a une quaran- 
taine d'années. 

Dans celles-ci, le vestibule est étroit et 
obscur, les chambres y sont vastes, mais les 
fenêtres sont exiguës et les habitants avaient 
l'habitude de les garnir de rideaux épais qui 
les obstruaient en grande partie et intercep- 
taient le peu de lumière et d'air qui auraient 
pu pénétrer par ces fenêtres... Partout, d'épais 
tapis qu'on n'enlevait que rarement et qui 
emmagasinaient la poussière. Les cabinets de 
toilette étaient étroits et ne possédaient pas de 
robinets d'eau ni d'écoulement pour les eaux 
usées; les water-closets étaient, k plus sou- 
vent, mal tenus, et les salles de bains com- 
plètement inconnues. Une grande partie des 
fenêtres de l'appartement donnait sur des cou- 
rettes, véritables puits, où l'air ne se renouve- 
lait jamais et où la lumière pénétrait àgrand'- 
peine. 

En cas de maladie, le patient était rigou- 
reusement tenu renfermé dans une chambre 
surchauffée, dans laquelle on ne renouvelait 
jamais l'air et dont les rideaux étaient presque 
constamment fermés : l'air et la lumière étaient, 
à cette époque, extrêmement redoutés des 
gardes-malades et même des médecins. 

Aujourd'hui, au contraire, dans les apparte- 
ments modernes, le vestibule est remplacé 
par une vaste galerie bien éclairée et bien 
aérée. Dans les chambres, les fenêtres sont 
vastes et de grandes baies laissent entrer 
des flots de lumière et d'air, et l'on a soin 
de ne pas les obstruer par des rideaux épais. 
Les cabinets de toilette sont très vastes et 



munis de robinets d'eau chaude et froide, avec 
écoulement. Les, water-closets, munis du sys- 
tème dit tout-à-1'égout, ne gardent aucune 
odeur. On a des salles de bains fort bien 
aménagées, avec appareils pour douches. De 
plus, en cas de maladie, on ne redoute plus 
l'air et la lumière et l'on évite de surchauffer 
le malade. 

L'hygiène a donc, depuis quelques années, 
accompli des progrès considérables. Elle est 
complètement transformée; aussi est-on arrivé 
à diminuer la mortalité et à élever la moyenne 
de vie d'une façon très appréciable. 



Nous allons, maintenant, aborder l'étude des 
causes qui entrent en jeu dans la production 
des maladies. Nous aborderons, ensuite, l'étude 
des moyens qui permettent de les éviter. 

Les maladies microbiennes reconnaissent, 
comme causes déterminantes, la pénétration, 
dans l'organisme, d'un microbe déterminé, sui- 
vie du développement de ce microbe. Il ne 
suffit pas, en effet, que le microbe pénètre 
dans l'organisme pour que la maladie soit 
constituée; il faut que le microbe y puisse 
germer et s'y développer. Pour cela, il faut 
que l'organisme soit apte à la germination de 
ce microbe, il faut que le terrain sur lequel 
tombe ce microbe soit disposé à le recevoir 
et permette son développement. Vous savez 
tous qu'un grain de blé qui tombe sur un 
rocher ne s'y développe pas, tandis que la 
même graine qui tombe dans un champ bien 
cultivé s'y développera, au contraire, avec la 
plus grande facilité. Eh bien ! il en est de même 
pour les microbes ; ils ne pourront se dévelop- 
per et produire la maladie que si l'organisme 
est en état de réceptivité. Ceci vous exi>lique 
comment il se fait que, de plusieurs personnes 
qui se sont trouvées en contact avec un ma- 
lade atteint d'une affection microbienne con- 
tagieuse, une d'entre elles pourra prendre la 
maladie alors que les autres resteront in- 
demnes. Dans une école, par exemple, un 
enfant atteint de rougeole se trouve en contact 
avec dix autres. Sur ces dix, trois ou quatre 
prendront la maladie tandis que les autres 
ne l'auront pas. C'est parce que ces trois ou 
quatre étaient en état de réceptivité pour la 
rougeole à ce moment, tandis que les autres 
n'y étaient pas: quelques-uns parce qu'ils 
l'avaient déjà eue, les autres parce qu'ils 
avaient, ce jour-là, l'immunité. Je dis ce jour-là, 
car il n'est pas prouvé que, mis en contact 
avec un autre rougeoleux, quelques jours après, 
ils ne prendront pas la maladie. 

Les causes qui rendent l'organisme apte 
au développement du microbe prennent le 

uiyitized by VjOOQIC 



12] 



nom de causes prédisposantes ; elles le pré- 
disposent, en effet, à la maladie, en prépa- 
rant le terrain sur lequel le microbe pourra 
germer avec facilité. Ces causes sont toutes cel- 
les qui mettent l'organisme en état d'infé- 
riorité, — causes morales: préoccupations, cha- 
grins, tristesse, émotion, — et causes physi- 
ques: surmenage, fatigues de toutes sortes, 
veilles exagérées, aération et nourriture défec- 
tueuses, absorption de poisons tels que l'al- 
cool, en un mot mauvaise hygiène. 

C'est pourquoi on a pu dire: 

— Ce sont les gens mal portants qui de- 
viennent malades. 

Parmi ces causes, pour certaines maladies 
microbiennes, nous devons placer Vhérédité, 
Prenons comme exemple la tuberculose ; toutes 
les causes précédemment citées, morales et 
physiques, sont susceptibles de préparer le 
terrain sur teqttel le. microbe se développera 
avec facilité; mais il n'en est pas de plus 
importante que l'hérédité. L'enfant né de pa- 
rents tuberculeux n'apporte pas avec lui le 
germe microbien, mais une aptitude spéciale 
à devenir tuberculeux. 

La cause déterminante des maladies qui 
nous occupent est le microbe. Il y a un 
microbe spécial pour chaque maladie, dit 
spécifique (tuberculose, choléra, diphtérie, fiè- 
vre typhoïde, etc.). Pour d'autres maladies, au 
contraire, il n'y a pas de microbe déterminé; 
plusieurs microbes différents peuvent la pro- 
duire (broncho-pneumonie, entérite, etc.). 



Les microbes sont des êtres infiniment petits 
qu'on ne peut apercevoir qu'au moyen d'un 
puissant microscope. Ils ont été vus tout 
d'abord par les premiers observateurs qui se 
sont servis de cet instrument, et qui ont 
remarqué que, dans l'eau croupie et dans les 
selles diarrhéiques, il y avait une grande quan- 
tité de petits êtres qu'ils considéraient comme 
des animalcules. C'est Pasteur qui a eu le 
grand mérite de saisir le rapport étroit de 
cause à effet qui unit le microbe à la maladie. 
Jusqu'à lui, on renversait la proposition et 
le microbe était considéré comme engendré 
par la maladie. Davain qui, avant Pasteur 
même, avait constaté la présence de micro- 
bes dans le sang des animaux charbonneux, 
pensait que c'était la maladie qui avait en- 
gendré les microbes, comme dans l'eau crou- 
pie on pensait que c'était cette eau qui 
engendrait les microbes, et non les microbes 
qui faisaient croupir l'eau. 

C'est donc Pasteur qui a montré, d'une 
façon absolument probante, que les microbes 
étaient la cause de certaines maladies. 



Comment cela? 

Les microbes sont répandus partout dans 
la nature; ils ont, du reste, un rôle des 
plus importants, en détruisant les déchets pro- 
venant des plantes (feuilles, etc.) et les ca- 
davres des animaux. Si les microbes n'exis- 
taient pas, la surface du globe serait encombrée 
de tous ces détritus et la vie serait impossible. 
Mais tous les microbes ne sont pas aptes 
à faire de la maladie; un grand nombre sont 
des plus anodins, et quelques-uns même sont 
utiles à notre digestion. On a cherché à éle- 
ver des petits animaux avec des aliments 
privés de microbes; or, ces animaux n'ont 
pu vivre et se développer. Les microbes sont 
donc indispensables au bon fonctionnement 
de notre tube digestif. 

Les microbes qui engendrent les maladies 
sont des microbes pathogènes. 

Ceux qui vivent pariout eit nous et en 
dehors de nous, ne prenant aucune part à 
nos maladies, sont appelés microbes sapro- 
phytes. 

Au microscope, les microbes se présentent 
sous forme d'amas de petits grains disposés 
de diverses façons : coques; 

Ou sous forme de petits bâtonnets : ba- 
cilles. 

Aux premiers appartiennent : . 

Le pneumocoque, microbe de la pneumo- 
nie; 

Le staphylocoque, microbe du furoncle; 

Le streptocoque, microbe de l'érysipèle; 

L'entérocoque, microbe de l'entérite; 

Le méningocoque, microbe de la ménin- 
gite non tuberculeuse, etc. 

Aux seconds appartiennent : 

Le bacille de Koch, microbe de la tu- 
berculose ; 

Le bacille Hœffler, microbe de la diph- 
térie ; 

Le bacille du charbon, etc. 

Outre ces formes, on peut voir aussi des 
formes en virgule (choléra), ou des formes en 
tire-bouchon (spirilla). 

Les microbes se reproduisent et pullulent 
avec une très grande rapidité. Un verre de 
bouillon ensemencé le soir avec quelques mi- 
crobes est rempli de microbes le lendemain. 
Ils se reproduisent par scission. Quelques-uns 
se reproduisent aussi par des graines appelées 
spores, très résistantes à la chaleur. 

Les microbes sont facilement tués par la 
lumière et par la chaleur. Pourtant, les spores 
résistent beaucoup plus que les microbes eux- 



uiyiLizeu uy "^^.jv^v^ 



ô" 



122 



mêmes. On peut dire, d'une façon générale, 
qu'une température de cent degrés détruit 
tous les microbes adultes, mais qu'il faut, 
pour tuer les spores, une chaleur sèche supé- 
rieure à cent cinquante degrés, et une cha- 
leur humide dépassant cent dix et même cent 
vingt degrés pour certaines espèces. 

La glace peut conserver les microbes pen- 
dant un temps assez long sans les faire périr, 
ce qui explique les dangers que peut faire 
courir l'absorption d'une glace provenant de 
rivières souillées par certains microbes. 

Un grand nombre de substances chimiques 
peuvent arrêter le développement des micro- 
bes et peuvent les tuer. Ce sont des substances 
dites antiseptiques. Parmi elles, nous citerons 
l'eau oxygénée, le sublimé, l'adde phénique, 
le sulfate de cuivre, le cyanure d'hydrargyre, 
l'acide prussique, l'acide borique, etc. Nous 
les retrouverons, du reste, quand nous parle- 
rons de la désinfection. 



Comment le microbe peut-il pénétrer dans 
l'organisme? Par plusieurs voies : par l'air 
que nous respirons, il s'arrête dans les voies 
aériennes et peut même, comme les pous- 
sières, descendre dans les poumons; par les 
aliments et boissons, et, enfin, par la peau, 
la moindre plaie pouvant servir de porte d'en- 
trée (tétanos, phlegmons, furoncles, charbon). 

Toute maladie microbienne n'est pas conta- 
gieuse. 

Tels sont les éléments qui entrent en jeu 
dans la production de la maladie : d'une part, 
causes prédisposantes préparant le terrain; 
d'autre part, microbe qui vient s'y développer. 
Pour empêcher la maladie de se déclarer, il 
faut donc, d'une part, chercher à rendre le 
terrain réfractaire avant que le microbe ne 
vienne à y tomber, et, d'autre part, chercher 
à empêcher le microbe d'arriver à l'orga- 
nisme, c'est-à-dire le détruire avant qu'il n'ait 
pu y pénétrer. 

Pour rendre réfractaire le terrain, il faut 
se rappeler quelles sont les causes prédispo- 
santes que nous avons énumérées plus haut, 
et chercher à les supprimer. Les règles hy- 
giéniques seront remplies avec une grande 
rigueur; on évitera, avec grand soin, l'al- 
coolisme et toutes les causes débilitantes, et 
cela surtout chez les sujets qui pourraient être 
prédisposés de par leur hérédité. On peut, 
par une hygiène appropriée, modifier cette 
hérédité, et rendre réfractaires des enfants 
qui avaient apporté avec eux une aptitude 
spéciale à prendre la maladie. C'est ainsi que, 
pour la tuberculose, un enfant issu de parents 
tuberculeux pourra parfaitement échapper à 



la contagion qu'il aurait difficilement évitée 
si l'on n'avait cherché à modifier ce que les 
anciens appelaient un tempérament. 

Poiu- empêcher le microbe d'arriver au su- 
jet, il faut chercher à le détruire partout où 
il peut se trouver. 

Tout d'abord, on isolera les malades, et 
on éloignera d'eux toute personne susceptible 
de contracter la maladie, toute personne pré- 
disposée. Ensuite, les objets qui servent au 
malade seront désinfectés avant de servir à 
d'autres personnes, et les lieux qu'il a habités 
seront, eux aussi, désinfectés. 

Les microbes peuvent venir à nous par l'air, 
par la peau, et par les aliments et boissons. 
C'est la désinfection et la stérilisation qui 
pourront détruire les germes infectieux et nous 
éviter la contagion. 

La désinfection consiste dans la destruction 
des microbes pathogènes qui peuvent être 
contenus dans un objet ou dans une pièce 
d'appartement. Elle peut se faire de plusieurs 
façons. Pour une chambre, tout d'abord, on 
peut employer, soit des pulvérisations d'une 
solution antiseptique sur toutes les parois, 
soit une évaporation de vapeurs antiseptiques 
(formol). Pour désinfecter un objet (mouchoir 
par exemple), on peut ou le faire bouillir ou 
le plonger dans des substances antiseptiques. 

Pour désinfecter la literie des malades on 
place les différents objets dans une chambre 
où l'on fait arriver de la vapeur d'eau surchauf- 
fée. 

La stérilisation cherche à détruire complè- 
tement tous les microbes contenus dans un 
objet ou dans un liquide. On pratique la 
stérilisation surtout pour les objets de panse- 
ments, les instruments de chirurgie, les subs- 
tances alimentaires (lait, bouillon), quand on 
veut les conserver longtemps. 

Pour cela, on emploie plusieurs pro- 
cédés : l'ébullition ou la stérilisation dans des 
autoclaves, ou le chauffage, suivi de refroi- 
dissement brusque ; mais, de tous ces procédés, 
seules les hautes températures à l'autoclave 
peuvent produire la stérilisation complète. Etu- 
dions ces divers procédés sur le lait. 

Docteur T?nE7(CBL7T>t . 

(Conférence eténographiée.) 



EXERCICE PRATIQUE 

Voici l'exercice pratique qui commence, 
très intéressant. La plupart des étudiantes en- 
tourent le docteur Thiercelin, descendu de 
son estrade. Une infirmière est là. On va 
stériliser du lait devant nous. Il est très im- 
portant de ne donner aux enfants, dans leur 

uiyiLizeu uy "^^-j v^ v^pt l\^ 



123 



biberon, que du lait ainsi débarrassé de tous 
les microbes. 

Car le lait de vache peut être malsain pour 
plusieurs causes : 

lo La vache peut être tuberculeuse, et, en 
bavant son lait, on risque d'être contaminé; 

2o Le pis peut être souillé; 

30 Ou bien ce sont les mains de la vachère; 

40 Les récipients peuvent contenir des mi- 
crobes. 

Comment va-t^n s'y prendre pour stériliser 
le lait? 

On a recours à l'appareil Soxhlet. 

Le lait est placé dans une petite bouteille 
qu'on a bien soin de ne pas remplir tout à 
fait. Sur la bouteille, on place une petite 
rondelle en caoutchouc qui sera maintenue 
par une cupule. 

Le liquide est porté à une température de 
cent cinq ou cent dix degrés : cette température 
tue tous les microbes. Puis on refroidit. Comme 
l'air, resté dans la partie supérieure de la 
bouteille, s'est, sous l'influence de la chaleur, 
extrêmement raréfié, au moment du refroi- 
dissement l'air extérieur exerce une forte pres- 
sion sur la rondelle en caoutchouc qui est 
comme aspirée à l'intérieur. Le flacon est, 
ainsi, clos hermétiquement. Quand on voudra 



alimenter un enfant, il suffira d'enlever la 
rondelle en caoutchouc et d'adapter, au gou- 
lot du flacon, une tétine. Tel est, en effet, le 
meilleur biberon. Les biberons munis de longs 
tuyaux en caoutchouc sont, au contraire, de 
vrais repaires de microbes. 

PASTEURISATION DU LAIT 

L'ébuUition du lait a tué les microbes, mais 
non les toxines sécrétées par les microbes. 
La cause déterminante des toxines est dé- 
truite; mais les toxines restent. 

La pasteurisation consiste à empêcher la for- 
mation de ces poisons qui résultent de la 
fermentation du lait consécutive à la traite. 

En Normandie, les marchands-laitiers s'em- 
pressent de le pasteuriser dès qu'il est tiré. 

Ils le font chauffer à la température de 
cinquante-cinq degrés, puis le refroidissent brus- 
quement. La contrac^on subite, résultant du 
froid, altère la cellule microbienne dilatée au- 
paravant par la chaleur. Le microbe est tué; 
par suite, il ne sera pas à même de sécréter 
des poisons : les inconvénients de la fermen- 
tation ne seront plus à redouter. 

Les appareils utilisés pour l'exercice prati- 
que ont été gracieusement prêtés par la mai- 
son du Nouveau-Né (rue La-Fayette). 



SêHe C 



Mercredi 30 Janoier 



LITTERATURE FRANÇAISE 



RONSARD ET SON ÉCOLE 

Conférence de M. Auguste DORCHAIN 

Avec le gracieux concours de : 
M"' Marie Leconte, de la Comédie-Française. 

Supi>osons un instant qu'un messager des 
Annale» ait pu rejoindre le glorieux poète 
Ronsard au milieu des bosquets élyséens où 
erre sa grande âme mélancolique et que le chan- 
tre passionné de Cassandre.de Marie et d'Hélène 
soit prié de désigner lui-même le conférencier 
le plus digne de célébrer devant nous son 
génie. Quel va être le choix de Ronsard? 
Celui-là même (n'en doutez pasl) qu'a déjà 
fait Cousine Yvonne. 

Qui donc saurait, mieux que M. Au- 
guste Dorchain, nous guider à travers 
l'œuvre et la vie du chef de la Pléiade? 
5ui nous en parlerait avec plus de science 
tt d'enthousiasme, — d'enthousiasme éclairé? 
'auteur de VArt des Vers (ce traité de mé- 
•ique française qui efface presque tous les 



précédents) n'est-il pas apte, entre tous, à com- 
menter la doctrine littéraire exposée dans la 
Défense et Illustration de la Langue Française, 
par Joachim Du Bellay, interprète des idées 
de Ronsard autant que des siennes propres? 
— à mettre en lumière les multiples ressour- 
ces rythmiques dont fit preuve le souple et 
puissant versificateur vendômois? 

Et, s'il s'agit d'étudier non plus les théories 
et la forme de Ronsard, mais son âme même, 
tour à tour tumultueuse et douce, violente et 
tendre où grondent en tempête les passions 
politiques et religieuses, où bruissent — comme 
ruisseaux parmi les cailloux et les joncs — 
les émotions fraîches et délicates, vous pou- 
vez compter sur l'interprétation fine et péné- 
trante du poète Dorchain. L'auteur de la 
Jeunesse Pensive et de Vers la Lumière, de 
Conte d* Avril et de Potir V Amour , réussira 
sans effort à démêler les touchants mystères 
du cœur de Ronsard. 

Voici donc la belle conférence que nous 
entendîmes et qui fut longuement applaudie : 

uiyiLizeu uy x^-j v^ v^pc lx^ 



J24 



Mesdames, mesdemoiselles, 

Vers 1340, un cadet d'ancienne famille, le fils 
puîné du marquis de Ronsard, quittait le pays 

D'où le glacé Danube est roisin de la Thrace, 

— c'est-à-dire la Roumanie actuelle — à la 
tête d'une compagnie de gentilshommes, ca- 
dets comme lui, et qui, comme lui, cher- 
chaient aventure. Après avoir traversé avec 
eux la Hongrie, l'Allemagne et la Bourgogne, 
Baudouin de Ronsard offrait ses services au 
roi de France, Philippe de Valois, alors en 
guerre contre les Anglais, et se comportait 
de telle sorte que le roi, pour le retenir, le 
comblait de biens et d'honneurs. C'est ainsi 
que Baudouin s'établit au pays de Vendô- 
mois et fit bâtir, près du village de Couture, 
ce château de la Poissonnière où devait naître, 
près de deux siècles plus tard, le 11 septembre 
1524, Pierre de Ronsard, le grand poète. 

Pierre était le sixième enfant de Louis de 
Ronsard, maître d'hôtel du roi François I" 
et chevalier de son ordre. La mère était Jeanne 
de Chandrier, dont la famille tenait à celle 
de La Trémouille; et comme de ces La Tré- 
mouille descendaient, par alliance avec l'im- 
pératrice Mathilde, les rois d'Angleterre, le 
poète pouvait se dire allié, au seizième ou 
dix-septième degré, à la reine Elisabeth, qui 
fut, d'ailleurs, une de ses protectrices. 

Mis à neuf ans au collège de Navarre, il 
semble si promptement y dépérir de tristesse 
que son père l'en retire pour l'emmener en 
Avignon où François l^^ prépare une nouvelle 
campagne contre Charles-Quint, dont les 
troupes ont déjà envahi la Provence; et c'est 
là que l'enfant rencontre son premier protec- 
teur, Charles, duc d'Orléans, dernier fils du 
roi, qui le prend au nombre de ses pages. 
Bientôt, lorsque Madeleine de France, sœur 
de son maître, épouse Jacques Stuart, il passe 
au service de la jeune reine d'Ecosse, et de- 
meure deux années à Edimbourg, où un gen- 
tilhomme écossais l'initie à la connaissance 
de Virgile et d'Horace. Mais c'est en vain 
que Jacques veut le retenir davantage : il 
part, emploie six mois à parcourir la Grande- 
Bretagne, et revient en France reprendre son 
service auprès du duc d'Orléans. 
Sa vocation poétique s'est éveillée déjà : 

Jo n'avais pas douze ans, qu'au profond des valK^'s, 
Dans les hautes forêts des hommes reculées, 
Dans les antres secrets de frayeur tout couverts, 
Sans avoir soin de rien je composais des vers. 
Echo me répondait : et les simples Dryades, 
Faunes, Satyres, Pans, Napées, Oréades, 
.'Egifwms qui portaient des cornes ?ur le front 
El qui. ballant, sautaient comme les cluHres font, 



Et le gentil troupeau des fantastiques fées 
Autour de moi dansaient à cottes agrafées. 

Cette vocation précoce ne laisse pas d'in- 
quiéter le père du poète qui, animé de sen- 
timents tout à fait prosaïques et terre à terre, 
cherche à le détourner d'un état où l'on ne 
saurait s'enrichir. Car, enfin, lui dit-il : 

« Homère, que tu tiens si souvent en tes mains. 
Qu'en ton cerveau malsain comme un dieu tu te peins, 
N*out jamais un liard... v 

Qu'il entre donc dans la carrière des armes : 

« Par si noble moyen souvent on devient riche. 
Car envers les soldats un bon prince n'est chiche... » 

Ou, à défaut, qu'il embrasse la médecine : 

« L'argenteuse science 
Dont le sage Hippocrate eut tant d'expérience... » 

Ou, encore, qu'il se fasse avocat : 

« Hante-moi le Palais, cai*esse-moi Barlhole, 
Et, d'une voix dorée, au milieu d'un parquet, 
Aux dépens d'un pauvre homme exerce ton caquet. 
Et, fumeux, et sueux, d'une bouche tonnante, 
Devant un président mets-moi ta langue en vente : 
On fK^ut, par ce moyen, aux richesses monter, 
El se faire du peuple en tous lieux bopneter... » 

c'est-à-dire saluer du bonnet. Mais en vain 
Louis de Ronsard tient-il ces propos, la vo- 
cation résiste : 

Par menace ou prière, ou courtoise requête 
Que mon pt^re me lit, il ne sut de ma tête 
Oter la poésie ; et plus il me tançait. 
Plus à faire des vers la fureur me poussait. 

Et quand, bien des années après, au qua- 
trième de ses Poèmes, Ronsard contera ainsi 
ces choses à son ami Pierre Lescot, l'illustre 
architecte du Louvre, il pourra, non sans un 
juste orgueil, ajouter : 

Donc, suivant ma nature aux Muses enclinée. 
Sans contraindre ou forcer ma propre destinée, 
J'enrichis notre France et pris en gré d'avoir. 
En servant mon pays, plus d'honneur que d'avoir. 



Cependant, le père put croire, un instant, 
que la vie active allait décidément arracher 
à la contemplation ce poète obstiné. Voici 
qu'en effet, le duc d'Orléans charge son page 
d'aller en Flandre saluer de sa part la nièce 
de l'empereur Charles-Quint, qui lui a été 
promise en mariage; puis de remplir une 
mission en Hollande; enfin, d'aller porter un 
message en Ecosse. 

A peine Ronsard s'est-iK^irigé^ppur la 

uiyi ize y Q 



125 



seconde fois, vers ce dernier pays, qu'une 
tempête s'élève et ballotte pendant trois jours 
son navire, qu'elle jette, fracassé, sur la côte 
écossaise, où le poète, cette fois, est contraint 
d'aborder à la nage. 

Ses pérégrinations sont-elles terminées? 
Non : à son retour, le duc d'Orléans, pour 
le récompenser, le met hors de pages et 
renvoie en Allemagne avec Lazare de Baïf, 
ambassadeur de France à la Diète de Spire 
(1540). Comme Lazare a aussi emmené son 
fils, Antoine de Baïf, le futur poète, entre 
CCS deux jeunes gens s'exalte encore Tamour 
de la Muse. Ronsard apprend l'allemand à 
Spire, comme il a appris l'anglais à Edim- 
bourg. Bientôt, il apprendra aussi l'italien, 
dans une dernière mission, quand le roi 
Henri II le chargera d'accompagner à Turin 
l'illustre capitaine Guillaume de Langey, sei- 
gneur Du Bellay, vice-roi du Piémont et cou- 
sin de Joachim Du Bellay, le poète. 



Ronsard a seize ans. Sa fréquentation des 
plus grands personnages, sa haute culture, 
sa connaissance des contrées et des langues 
éh-angères, semblent le destiner à la diplo- 
matie; mais, à son retour en France, comme 
il est allé rejoindre la Cour, qui se tient 
alors à Blois, et vivre dans la familiarité du 
roi Henri II, une grave maladie se déclare, 
qui le laisse presque sourd et le rend défi- 
nitivement à la vie contemplative. Une au- 
tre cause l'y retint, l'amour: 

L'an d'apr»'S, en avril, amour nie lit surimMulre. 
Suivant la Cour à Blois, dr-s Ik'qux >cux deCassandre. 
Soil le nom faux ou vrai, jamais le temps vainqueur 
Notera ce beau nom du marbre de mon cœur. 

(Elégie d Rémi Delleau.l 

Et, pour apprendre à chanter plus digne- 
ment Cassandre, lorsqu'il atteint sa vingtième 
année et que son père, qui vient de mourir, 
ne peut plus s'opposer à son penchant, il va 
se ranger, avec son jeune ami Jean-Antoine 
de Baïf, sous la discipline du célèbre hellé- 
niste Jean Dorât, principal au collège de 
Coqueret, à Paris. 

t Ronsard, dit Claude Binet, son vieux 
biographe, ayant été nourri jeune à la Cour, 
accoutumé de veiller tard, continuait l'étude 
jusqu'à deux ou trois heures après minuit, 
et, se couchant, réveillait Baïf qui se levait, 
prenait la chandelle et ne laissait refroidir 
la place. En cette contention d'honneur, il 
demeura sept ans avec Dorât, continuant tou- 
jours l'étude des lettres grecques et latines, 
de la philosophie et autres bonnes sciences. » 



Les Amis de J{onsard 

C'est pendant ces années de fièvre savante 
que Ronsard, au retour d'un voyage à Poi- 
tiers, rencontra dans une hôtellerie un jeune 
homme qui, ayant achevé son droit en cette 
ville, s'apprêtait à retourner à Paris. Ce 
jeune homme, c'était Joachim Du Bellay, son 
parent éloigné, qui allait devenir son ami 
le plus proche. A Ronsard, à Du Bellay, à 
Dorât, à Baïf, se joignent bientôt trois au- 
tres poètes : Estienne Jodelle, Ponthus du 




Pierre Ronsard. 

Thyard et Rémi Belleau; et Ronsard baptise 
ce petit groupe de sept chanteurs: la Pléiade. 
Plus tard, il mettra sur le même rang Olivic" 
de Magny, Amadis Jamyn, Robert Garniei 
Passerat, Desportes, Du Perron, Bertaut el 
quelques autres encore, étoiles plus ou moinj 
brillantes de cette constellation qu'est Técoie 
de Ronsard. 



A la période de recueillement et d'étude vn 
pouvoir succéder, maintenant, la période de- 
production. Joachim Du Bellay donnera le 
signal en publiant sa Défense et Illustration 
de la Langue Française (1543), manifeste 
de la Pléiade et l'un des monuments de notrt- 
prose. L'année suivante, Ronsard publiera se - 
Odes, avec un succès d'enthousiasme, qui 

Digitized by V-j v^ ^^PS ""^ 



]20 



grandira encore à la publication de ses 
Amours, en 1552. 

En vain, les survivants de la vieille école 
poétique de Marot — Mellin de Saint-Oelais 
à leur tête, et les derniers partisans d'une 
poésie toute légère, facile et gauloise — 
sMnsurgeront-ils contre les audacieux et am- 
bitieux « pindariseurs 2>. Ronsard triomphera. 
Le roi Henri II, qui a résisté d'abord, se 
range à la fin de son côté; et il a eu, dès la 
première heure, le sourire et l'appui de la 
belle Marguerite de France, future duchesse 
de Savoie, à laquelle il vouera, toute sa vie, 
le culte le plus tendre, après lui avoir dédié, 
en 1555, ses Hymnes, et, en 1556, la conti- 
nuation de ses Amours, 



Sous le règne si court de François II, il 
aura pour nouvelle protectrice la reine Marie 
Stuart, qui l'invitera même à publier la pre- 
mière édition collective de ses œuvres, en 
1560. Mais, avant qu'il ait pu lui en offrir 
le dernier tome, elle sera déjà veuve — à 
seize ans — et elle aura repris le chemin 
de l'Ecosse, laissant au poète la tristesse de 
son absence et l'éblouissement de sa beauté : 

Le jour où votre voile aux vagues se courba 
Et de nos yeux pleurants les vôtres déroba» 
Ce jour la même voile emporta loin de Fraiiœ 
Les Muses qui voulaient y faire demeuraiice 
Quand Theureuse fortune ici vous arrôtait 
Et le sceptre français entre vos mains (^tait... 
Les Muses en pleurant ont laissé nos montagnes ; 
Que pourraient plus chanter les neuf belles compagnes, 
Quand cet ivoire blanc qui enfle votre sein, 
Quand votre belle, longue et délicate main. 
Quand votre belle taille et votre beau corsage 
Qui ressemble au portrait d'une céleste image, 
Quand vos sages propos, quand votre douce vobc 
Qui pourrait émouvoir les rochers et les bois. 
Las ! ne sont plus ici ; quand tant de beautés rares 
Dont les grâces des cieux ne vous furent avares, 
Abandonnant la Frana*, ont de l'autre cOté 
L'agréable sujet des Muses emix)rtéî... 

On lira le sonnet qu'il écrivit, lorsqu'elle 
fut captive, pour adjurer les Français de cou- 
rir à sa délivrance, et pour supplier Elisa- 
beth d'adoucir sa colère. Marie, de son côté, 
n'oubliera jamais son poète : en 1583, dans 
la seizième année de sa captivité, elle lui 
enverra, comme marque de son admiration et 
de son amitié fidèles, un buffet magnifique 
surmonté d'un rocher représentant le Parnasse, 
d'où Pégase fait jaillir l'Hippocrène, avec 
cette inscription : 

A Koiisard, rAiH)llou de la Soinre des Muscs. 



L'année suivante, par une délicatesse ex- 
quise, Ronsard rayera de la dernière édition 
de ses œuvres le nom et l'éloge du comte 
de Leicester, l'ancien favori d'Elisabeth. Et 
n'est-ce pas id le lieu de rappeler que, vingt 
ans plus tôt, un gentilhomme dauphinois, 
Chastelard, ayant été condamné à mort pour 
s'être introduit dans la chambre de Marie 
Stuart, qu'il aimait, ne voulut, avant de mon- 
ter sur l'échafaud, recevoir l'assistance d'aucun 
prêtre ou ministre, mais demanda seulement 
de pouvoir lire jusqu'au bout VHymne de 
la Mort, de Pierre Ronsard, le poète préféré 
de celle pour qui il allait mourir? 

Au reste, Elisabeth ne tint jamais rigueur 
an poète de cette fidélité à l'infortune de 
Marie. Elle avait pour lui autant d'admiration 
que sa prisonnière. Elle lui envoya même, un 
jour, un diamant d'une valeur considérable, 
dçnt elle comparait l'éclat et la pureté à 
sa poésie. Elle ne devait jamais oublier les 
beaux vers qu'il lui avait adressés à l'occa- 
sion de la paix avec la France, en 1565, et 
où, après avoir fièrement affirmé son pa- 
iriotisme, Ronsard préconisait avec tant d'élo- 
quence l'union et l'amitié des deux royaumes: 

N'oiïensez i)oint par armes ni par noise, 
Si m'en croyez, la provmco gauloise... 
Le Gaulois semble au saule verdissant : 
Plus on le coupe et plus il est naissant, 
Kt rejeton ne en branches davantage, 
Prenant vigueur de son propre dommage. 
Pour ce, vivez comme amiables sœurs : 
Pai- les combats les sceptres ne sont seurs (sûrs). 
Quand vous serez ensemble bien unies, 
L'Amour, la Foi, deux belles compagnies, 
Viendront çà-bas le cœur vous échauffer, 
Puis, sans harnois, sans armes et sans fer, 
Et sans le dos d'un corselet vous ceindre. 
Ferez vos noms par toute Europe cralndj-e, 
Et l'âge d'or verra de toutes parts 
Fleurir les lys entre les léopards. 

Notre poète est, on le voit, l'un des pré- 
curseurs de l'« entente cordiale». 

Le Génie de T{pniard 

Le règne de Charies IX (1560-1574) nous 
montre à leur apogée le génie et la renommée 
de Ronsard. Il est le protégé de la reine mère, 
Catherine de Médicis, et du roi lui-même, 
qui ne peut se passer de lui, qui lui donne 
un logement dans son palais, lui accorde des 
pensions, des abbayes, des prieurés, lui rend 
visite, lui adresse des vers. Son seul tort 
est de lui avoir commandé d'écrire un poème 
épique, cette Franciade, composition artifi- 
cielle et froide, illisible et justement oubliée. 



Digitized by 



Google 



J17 



restée inachevée, d'ailletirs, dont le héros est 
Francus, fiis d'Hector, mythique fondateur de 
la monardiie franque. Mais, à l'instigation de 
Catherine, Ronsard avait, ^ès 1563, écrit ce 
Discours sur les Misères de ce Temps, qui, 
suivi de quelques morceaux d'inspiration ana- 
logue, devait faire de lui un grand poète 
civique et religieux, le créateur de l'éloquence 
poétique et de la haute satire, un précurseur 
catholique de cet illustre huguenot Agrippa 
d'Aubigné, dont la plume, quarante ans plus 
tard, burinera les Tragiques pour montrer 
les misères de ce même temps à la lueur 
d'une foi différente; et l'ancêtre le plus cer- 
tain aussi du Victor Hugo des Châtiments 
et de V Année Terrible. 

Comme Victor Hugo, en tête de ce dernier 
livre devait écrire : 

J'entreprends de conter l'année épouvantable, 

Et voilà que j'hésite, accoudé sur ma table. 

Faut-il aller plus loin ? Dois-je continuer ? 

France ! ô deuil! voir un astre aux deux diminuer! 

Je sens l'ascension lugubre do la honle, 

Home angoisse ! un fléau descend, un autre monte ! 

N'importe ! Poursuivons. L'histoire en a besoin. 

Ce siècle est à la barre, et je suis son témoin. 

Ronsard avait dit : 

Or. quand Paris avait sa muraille assiégée, 
Et que la guerre était en ses faubourgs logée, 
Et que les morions et les glaives tranchants 
Reluisaient en la ville et reluisaient aux champs, 
Voyant le lalwureur tout pensif et tout morne, 
I/un traîner en pleurant sa vache par la corne, 
L'autre porter au col ses enfants et son Ht, 
Je m'enfermai trois jours, renfrogné de dépit, 
Et, prenant le papier et l'encre de colère, 
IK.» ce temps malheureux j'écrivis la misère. 

Où sont ces beaux vers? Dans le dernier 
des Discours, celui qui est intitulé : « Réponse 
de Pierre de Ronsard aux i.i jures et calomnies 
de je ne sais quels préJicantcreaux et mi- 
r.àStrcaux de Genève, sur son Discours et 
(.nniinuation des Misères de ce Temps » (1564). 
Ces injures et calomnies lui avaient été d'au- 
tant plus sensibles qu'elles venaient de deux 
disciples autrefois aimés : Florent Chrestien 
et Jacques Grévin. Dans sa Réponse, il défend 
contre eux ce qu'ils avaient attaqué : sa foi, 
sa vie, son œuvre. Cherchons-y, sur ces trois 
points, en consultant aussi les autres Discours, 
la confession de Ronsard lui-même. Ce sont 
des documents inestimables, et nous y re- 
courrons d'autant plus volontiers, que ces 
poèmes, trop longs, diffus, pleins de redites, 
ne sauraient figurer en entier dans une an- 
thologie, mais que, pourtant, si l'on n'en con- 



naissait point certaines pages, on ignorerait 
quelques-unes des plus géniales inspirations 
du maître. 

Le* Opinions religieuses de T{onsard 



La foi de Ronsard, c'est la foi catholique. 
Aux ennemis qui l'ont accusé, non seule- 
ment de n'être pas chrétien, mais d'être athée, 
il répond : 

Pourquoi fais-tu courir si faussement de moi 
Que je suis un athée inûdèle et sans loi ?... 
J'ai le chef élevé pour voir et pour connaître 
De ce grand univers le Seigneur et le maître. 
Car, en voyant du ciel l'ordre qui iwint ne faut. 
J'ai le cœur assuré qu'un moteur est là-haut. 
Qui tout sage et tout bon gouverne son empire. 
Comme un pilote en mer gouverne son navire ; 
Kl que ce grand palais si largement voûté 
De son divin ouvrier ensuit la volonté. 
Or, ce Dieu tout-puissant, plein d éternelle essence, 
Tout rempli de vertu, de bonté, de puissance, 
D'immense majesté, qui voit tout, qui sait tout, 
Sans nul commencement, sans milieu ni sans bout. 
Dont la divinité très royale et suprême 
N'a besoin d'autre bien sinon de son bien même, 
Se commençant par elle et finissant en soi. 
Bref, ce Prince éternel, ce Seigneur et ce Itol, 
Qui des peuples le père et le pasteur se nomme. 
Ayant compassion des misères de rhomnie, 
Et désirant qu*il fût du péché triomphant. 
En ce monde envoya son cher unique enfant. 
Ettu-nel comme lui et de la même essence. 
Ayant du père sien la gloire et la puissance. 
Or, ce fils bien-aimé qu'on nomme Jésus-Christ, 
Au ventre virginal conçu du Saint-Esprit, 
Vêtit sa déité d'une nature humaine, 
Et, sans péché, porta de nos péchés la in^ine ; 
Publiquement au peuple en ce monde prêcha : 
De son père l'honneur, non le sien, il chercha. 
Et sans conduire aux champs ni soldats ni armées, 
Fit germer l'Evangile aux terres Idumées. 
11 fut accompagné de douze seulement. 
Mal logé, mal vêtu, vivant très pauvrement, 
Bien que tout fût à lui, de l'un à l'autre i)ùU* ; 
11 fut très admirable en œuvre et en parole : 
Aux morts il fît revoir la clarté de nos ci<'u\. 
Rendit l'oreille aux sourds, au\ aveugles les >eux, 
H soûla de cinq pains les troupes vagabondes, 
11 arrêta les vents, il marcha sur les ondes, 
Et de son corps divin mortellement vêtu 
Les miracles sortaient, témoins de sa vertu. 

Et, dans ce langage, précis et magnifique 
tout ensemble, il continue d'exposer la doc- 
trine catholique : la mort de Christ, la prédi- 
cation de l'Evangile, l'établissement des cé- 

uiyiLizeu uy "V-j v^ v^'pt lx^ 



12 



è 



rémonies, la tradition de l'Eglise, quMl pense 
n'avoir jamais varié depuis les apôtres. Il est 
anti-individualiste: s'il ne s'est point jeté dans 
la Réforme, si, un jour qu'il avait, au faubourg 
Saint-Marceau, écouté un sermon de Théodore 
de Bèze, il s'est, avec soulagement et joie, 
échappé du prêche, c'est qu'il a en horreur le 
sens propre, la recherche individuelle de la vé- 
rité, ce que, en maint passage, il appelle 
« l'opinion » en l'opposant à la tradition. Et, 
s'il la condamne, c'est surtout, semble-t-il, 
parce qu'il voit, dans l'unité religieuse, le 
fondement de l'unité politique et de la paix 
sociale, quelle que soit, d'ailleurs, la reli- 
gion pratiquée : 

Tout sceptre, tout empire et toutes régions 
Fleurissent en grandeur par les religions; 
Par elles ou en paix ou en guerre nous sommes, 
Car c'est le vrai ciment qui entretient les hommes. 

I Hemontrance au Peuple de France J 

C'est donc d'avoir détruit chez nous ce 
qu'il tient pour le ciment de la société civile, 
qu'il fait grief aux novateurs. 

Le grand reproche qu'il fait aux réformés, 
c'est de vouloir, par la force, imposer la 
foi elle-même, c'est de prêcher en France 

...une Evangile armée, 
In Christ empistolé, tout noirci de fumée. 
Portant un morion en tête et, dans la main. 
Un large coutelas rouge de sang humain. 



Et il oppose à leur violence 
de ceux dont ils se réclament : 



la douceur 



Jésus, que seulement vous confessez ici 

De bouche et non de cœur, ne faisait pas ainsi : 

Kt saint Paul, eu préchant, n'avait i)our toutes armes 

Smon l'hurallité, les jeûnes et les larmes ; 

Et les pères martyrs, aux plus rudes saisons 

Des tyrans, ne s'armaient sinon que d'oraisons: 

Bien qu'un ange du ciel, à leur moindre prière, 

En soufflant eût rué les tyrans en arrière. 

(ConlinucUion du Discours des Misères de ce Temps, tùO^.I 

Il oublie seulement que, des deux parts, 
la violence a été égale, que les crimes ont 
été pareils; et il ne peut prévoir qu'à ses 
paroles de douceur et de concorde, c'est, quel- 
ques années plus tard, la cloche de la Saint- 
Barthélémy qui répondra. N'importe! plus les 
haines s'enveniment, plus son grand cœur 
s'épanche en appels d'amour et de paix. A 
Catherine de Médicis, il écrit, dans le Bocage 
Royal (1567) : 

Assez et trop ce royaume puissant 

A vu son sceptre en son sang rougissant, 

El vos cités lune à l'autre combattre... 



Et il évoque devant elle, pour l'inciter à 
la conclure, une paix qu'un instant il suppose 
faite et doat il déroule, à ses yeux, le tableau 
chimérique : 

Morts sont ces mots : papaux et huguenots; 
Le prêtre vit en tranquille repos, 
Le vieux soldat se lient à son ménage, 
L'artisan chante en faisant son ouvrage. 
Les marchés sont fréquentés des marchands. 
Les laboureurs sans peur sèment les champs... 

Et, la même année, au cinquième livre de 
ses Odes, hanté par cette même idée de paci- 
fication religieuse et de tolérance, il dit à 
son ami, M. de Verdun : 

Ne romps ton tranquille rejws 
Pour papaux ni pour huguenots, 
M ami d'eux, ni adversaire. 
Croyant que Dieu, jière très doux, 
Qui n'est partial comme nous, 
Sîiit ce qui nous est nécessaire. 

Paroles et leçon surprenantes, quand on 
songe à leur date. N'allons pas en conclure 
que Ronsard soit, au fond, un sceptique : 
non, il est un croyant sincère, que le specta- 
cle des divisions dogmatiques de la Réforme et, 
ce n venons-en, sa parfaite incuriosité d'esprit 
en matière religieuse, retiennent dans la foi 
traditionnelle, dans l'obéissance à l'autorité ca- 
tholique. Ajoutons que son tempérament 
d'homme et d'artiste, que sa sensualité déli- 
cate, mais profonde, ne Tinclineiit point vers 
le culte, sévère et comme dépouillé, des nou- 
veaux venus, ni vers une austérité de mœurs 
qu'ils prêchent, non sans raison, certes, mais 
d'une âme un peu rigoureuse et d'une bouche 
un peu morose... Aussi — et voilà bien 
l'un des passages les plus curieux de ses 
Discours — nous confesse-t-il que, s'il aban- 
donnait le catholicisme, ce ne serait point pour 
se faire protestant, mais païen. Si les chrétiens, 
dit-il, continuent ainsi à vivre ainsi en discorde, 

Si la Religion, et si la foi chrétienne 
Apporte de t(*ls fruits, j'aime mieux la 'quitter 
El, banni, m'en aller les Indes habiter, 
Sous le pôle antarctique où les sauvages vivent 
Et la loi de nature heureusement ensuivent. 

Et, avec autant de magnificence qu'il a 
paraphrasé, tout à l'heure, le symbole d'Atha- 
nase, il s'écrie : 

La nuit, j'adorerais les rayons de la lune- 
Au matin, le soleil, la lumière commune, 
L'œil du monde; et si Dieu au chef porte les yeux. 
Les rayons du soleil sont ses yeux radieux, 
Oui donnent vie à tous, noits cxînservent et gardent, 
Et les faits des humains en ce monde regardent. 
uiy itized by V-j ^^ ^^PS ""^ 



Je dis ce grand soleil, qui nous fait les saisons 
Selon qu'il entre ou sort de ses douze maisons, 
Qui remplit l'univers de ses vertus connues, 
Qui. d'un trait de ses yeux, nous dissipe Ips nues. 
L'esprit, l'âme du monde, ardent et flamixtyant, 
En la course d'un jour tout le ciel tournoyant, 
Plein dimmense grandeur, rond, vagalx)nd et ferme, 
Lequel tient dessous lui tout le monde pour terme, 
En repos, sans repos, oisif et sans séjour, 
Fils aîné de nature et le père du jour. 
J'adorerais Cérès qui les blés nous apporte, 
Et Bacchus qui le cœur des hommes réconforte, 
Neptune, le séjour des vents et des vaisseaux, 
l..es Faunes et les Pans, et les Nymphes dos eaux, 
Et la terre, hôpital de toute créature, 
Et ces Dieux que l'on teint ministres de Nature. 

(Remontrance aa Peuple de France.) 

Dépassant là mythologie, il atteint au natu- 
ralisme. Et je crois entendre le Satyre de 
la Légende des Siècles, celui qui personnifie, 
pour Victor Hugo, l'esprit de la Renais- 
sance : 

Place au rayonnement de l'àme universelle!... 
Place à Toutl Je suis Pan; Jupiter, à genoux 1 

Ronsard, en réalité, a deux religions : le 
catholicisme, dans le domaine de la foi, qu'il 
ferme strictement à tout examen; et le natu- 
ralisme, dans le domaine de l'imagination, 
qu'il ouvre largement à tous les rêves. Et 
c'est par cette dualité, traduite à chaque instant 
dans ses poèmes, où l'âme chrétienne et l'âme 
païenne se fondent avec harmonie, — - comme, 
dans les monuments contemporains, l'ogive 
se combine avec le plein cintre, et les orne- 
ments gothiques avec les quatre ordres de 
Vitruve, — c'est par là que Ronsard est, 
en France, le poète le plus représentatif de 
son siècle. 

Autant que dans son œuvre, il nous appa- 
raîtra comme tel dans sa vie, que ses dé- 
tracteurs de Genève lui ont donné l'heureuse 
occasion de nous retracer. Avec quelle hau- 
teur il pourrait, s'il le voulait, leur renvoyer 
leurs accusations! Jugez-en par ces vers su- 
perbes : 

Ah î qui voudrait de près informer do la vie, 
On verrait que l'honneur, l'ambition, l'envii», 
L'orgueil, la cruauté, se paissent de ton c^ur 
El boivent de ton sang, — conune l'aigle vainqueur 
Dont rimmortolle faim, par nulle chair domptée, 
S^ paît incossamment du cœur de Prométhée ! 

Mais il aime mieux — et de quelle déli- 
cieuse manière! — nous dire l'emploi de ses 
heures, nous introduire dans la noble et 



129 

charmante familiarité de son existence quo- 
tidienne : , ' 

■ ^^' l'r. 

M'éveillant au matin, devant que faire rien, 
J'invoque l'Eternel, le père de tout bien. 
Le priant humblement de nous donner sa grâce 
Et que le jour naissant sans l'offenser se passe; 
Qu'il chasse toute secte et toute erreur de moi, 
Qu'il me veuille garder en ma première foi. 
Sans entreprendre rien qui blesse ma province, 
Très humble observateur des lois et de mon Prince. 
Après, je sors du lit, et, quand je suis vêtu. 
Je me range à l'étude et apprends la vertu, 
Composant et lisant, suivant ma destinée 
Qui s'est dès mon enfance aux Muses enclinée. 
Quatre ou cinq heures seul je me tiens enfermé ; 
Puis, sentant mon esprit de trop lire assommé, 
J'abandonne le livre et m'en vais à l'église. 
Au retour, pour plaisir, une heure je devise; 
De là je viens dîner, faisant sobre repas, 
Je rends grâces à Dieu ; au reste, je m'ébats. 
Car, si l'après-dînée est plaisante et sereine. 
Je m'en vais promener, tantôt parmi la plaine, 
Tantôt en un village, et tantôt en un lK)is, 
Et tantôt par les lieux solitaires et cois. 
J'aime fort l(^s jarJins qui sentent le sauvage; 
J'aime le flot de l'eau qui gazouille au rivage. 
Là, de\ isant sur l'herbe avw un mien ami, 
Je me suis par les fleurs bien souvent endormi. 
A l'ombrage d'un saule, ou, lisant dans un li\ re. 
J'ai chorc/bé le moyen do me faire revivre... 
Mais quand le ciel est triste et tout noir d épaisseur. 
Et qu'il ne fait aux champs ni plaisant ni bien si^ur, 
Je cherche compagnie, ou je joue à la prime. 
Je voltige ou je saute, ou je lutte, ou j'escrime, 
Je dis le mot pour rire et, à la vérité, 
Je ne loge chez moi trop de sévérité. 

Les Demeures de J{onsard 

Où Ronsard menait-il cette vie harmonieuse ? 
Son disciple Claude Binet nous le dira: « Sa 
demeure ordinaire était à Saint-Cosme, lieu 
fort plaisant et comme l'œillet de la Touraine, 
jardin de France; ou à Bourgueil, à cause 
du déduit de la chasse, auquel il s'exerçait 
volontiers; comme aussi à Croix-Val, recher- 
chant ores la solitude de la forêt de Oasline, 
ores les rives du Loir et la belle fontaine 
Bellerie ou celle d'Hélène... 11 prenait sin- 
gulier plaisir à jardiner... 11 savait, comme il 
n'ignorait rien, beaucoup de beaux secrets pour 
semer, planter, ou pour enter et greffer en 
toutes sortes et souvent en présentait des fruits 
au roi Charles, qui prenait à gré tout ce 
qui venait de lui... Quand il était à Paris 
et qu'il voulait s'é jouir avec ses amis ou 
composer à requoy, il se délectait ou à Meu- 
don, tant à cause des bf>- qii2 du plaisant 

uiyiLizeu uy "^^j vy v^pt l^^ 



i3o 



regard de la rivière de Seine, ou à Gen- 
tilly, Arcueii, Saint-Cloud et Vanves, pour 
l'agréable fraîcheur du ruisseau de Bièvre et 
des fontaines que les Muses aiment naturel- 
lement. » 

Claude Binet nous apprend encore que 
« la peinture et la sculpture, comme aussi la 
musique, lui étaient à singulier plaisir », et 
qu'il aimait à chanter et à entendre chanter 
ses vers, lesquels, d'ailleurs, avaient inspiré 
aux plus fameux musiciens du temps, à Or- 
lando de Lassus, à Jannequin, à Goudimel, 
des airs demeurés longtemps populaires. 

Parfois, lorsque le poète se trouve en son 
abbaye de Bellozane, ou dans quelqu'un de 
ses prieurés, ou dans la cathédrale du Mans, 
dont il est archidiacre, il revêt le surplis, la 
chape et l'aumusse, et il suit avec dévotion 
les offices; mais ce n'est point en qualité 
de prêtre, car il n'est jamais entré dans les 
ordres, quoi qu'en disent ses calomniateurs, 
qui voudraient opposer méchamment ce ca- 
ractère sacré à cette vie mondaine. Et c'est 
parce qu'aucun vœu ne le lie que — tout 
<^ Aumônier ordinaire de Sa Majesté Char- 
les IX » qu'il est encore — il peut, sans 
honte ni scandale, convenir, comme il vient 
de le faire si joliment, de ce qu'il doit à 
Tamour et à la société des femmes. 

Les Inspiratrices de T{onsard 

Parlerai-je ici de toutes les inspiratrices de 
Ronsard, de celles, par exemple, dont il cache 
le visage véritable sous les masques poétiques 
d'Astrée, de Sinope, de Genèvre? Tenons- 
nous-en, plutôt, au trois femmes qu'il a par- 
dessus toutes et le plus longtemps célébrées, 
à celles dont, de nos jours, José-Maria de 
Heredia s'est plu à rapprocher les noms dans 
ce beau sonnet de ses Trophées : « Sur le 
Livre des Amours de Pierre de Ronsard » : 

Jadis, plus d'un amant, aux jardins de Bourgueil, 
A gravé plus d'un nom dans l'écorce qu'il ouvre, 
Et plus d'un c(pur, sous l'or des hauts plafonds du 

[Louvre, 
A lY'Clair d'un sourire a tressailli d'orgueil. 

Qu'importe? Rien n'a dit leur ivresse ou leur deuil; 
Ils gisent tout entiers entre quatre ais de rouvre, 
Et nul n'a disputé, sous l'herbe qui les couvre, 
Leur inerte poussière à l'oubli du cercueil. 

Tout meurt. Marie, Hélène et toi, flère Cassandre, 
Vos beaux corps ne seraient qu'une insensible cendre, 
— Les roses et les lys n'ont pas de lendemain, — 

Si Ronsard, sur la Seine ou sur la blonde Loire, 
N eût tressé pour vos fronts, d'une immortelle main, 
Aux myrtes de l'amour le laurier de la gloire. 



De Cassandre, qui fut la première, nous 
ne connaissons guère que le nom : MUe du 
Pré; nous savons seulement que le vingt et 
unième jour du mois d'avril 1541, comme le 
poète errait dans les prairies des environs de 
Blois, elle passa près de lui, chantant un 
branle de Bourgogne; qu'elle était très jeune, 
presque une enfant; qu'elle avait des yeux 
noirs, des cheveux blonds ondes, un gracieux 
embonpoint, un joli sourire qui, à son menton 
et à ses joues, creusait des fossettes; enfin, 
qu'elle était pauvre et simplement vêtue. Elle 
semble avoir été pour Ronsard une Muse, une 
«dame des pensées», la Laure à demi-fictive 
de ce jeune homme de vingt ans qui rêvait 
de devenir le Pétrarque de la France. 

La seconde fut Marie, cette « fleur ange- 
vine de quinze ans », dont il fit la rencontre 
à Bourgueil, un jour qu'il parcourait l'An- 
jou avec son ami Baïf. 

J'aime un pin de Bourgueil. où Vénus appendlt 
Ma jeune liberté... 

dit-il : allusion, entre plusieurs autres, au nom 
de famille de Marie du Pin. Elle est la Muse 
du deuxième livre de ses Amours. Il la chante 
durant six années, sans avoir jamais rien ob- 
tenu d'elle, qui pousse l'ingratitude jusqu'à 
en aimer un autre : Charles de Pisseleu, futur 
êvêque de Condom, cousin du poète lui-même. 
Ce fut seulement au déclin de son âge que 
le poète connut la profondeur et la mélan- 
colie d'un amour où, plus haut que l'imagina- 
tion, le cœur seul parle. Et, cette fois, il fut 
payé de retour. Ecoutons ce que, de cette 
passion dernière, nous dit le poète-historien 
Pierre de Nolhac, en un délicieux Sonnet 
pour Hélène : 

Lorsque Ronsard vieil li vit pâlir son flambeau 
Et connut le néant des gloires passagères, 
11 voulut échapper aux amours mensongères 
Kt d'une chaste fleur couronner son tombeau. 

Faisant don de sa Muse et de son cœur nouveau 

A la jeune vertu d'Hélène de Surgères, 

11 confia ce nom à des rimes légères 

Kl son dernier amour ne fut pas le moins beau. 

Ils se plaisaient ensemble à fuir les Tuileries 
Et devisaient d'Amour sur les rouler fleuries, 
D'Amour, honneur des noms qu'il sauve do périr. 

Le poète songeait, triste qu'elle fût belle 
Alors qu'il était vieux et qu'il allait mourir; 
—Mais elle souriait, se sachant immortelle. 

Hélène de Surgères, fille de René, baron 
de Surgères, et d'Anne de Cossé-Brissac, était 
fille d'honneur de la reine-mère Catherine de 
Médicis. Les sonnets qui l'ont immortalisée 

uiymzeu uy 'v.j v^ v^^pt lx^ 



j3i 



auraient suffi à immortaliser Ronsard lui- 
même, qui n'a rien écrit de plus émouvant 
ni de plus parfait dans toute son œuvre. 
Et, dit Claude Binet, « il finit quasi sa vie 
en la louant ». 

<♦» 

Mais revenons en arrière et retrouvons notre 
poète aux prises avec ses détracteurs. Ils ne 
lui ont point seulement reproché son prétendu 
athéisme et sa vie soi-disant licencieuse, ils 
ont, dans leurs poèmes satiriques, attaqué son 
art et cherché à rabaisser ses poèmes. Heureuse 
jalousie, car elle a donné au maître l'occasion 
d'exposer, dans sa Réponse^ et sa conception 
de la Poésie, et la grande idée qu'il se faisait 
si justement de son propre rôle. Lisons d'abord 
cette leçon d'Art Poétique : 

Tu le moques, aussi, de quoi ma poésie 

Ne sait l'art misérable el va par fantaisie. 

Et de quoi ma fureur, sans ordre se suivant, 

Eparpille mes vers comme feuilles au vent; 

Voilà, comme tu dis, que ma Muse sans brido 

S'égare répandue où la fureur la guide. 

Si lu avais les yeux aussi prompts et ouverts 

A dérober mon art qu'à dérober mes vers. 

Tu dirais que ma Muse est pleine d'artifice, 

Et ma brusque vertu ne te serait un vice. 

En Tari de poésie, un art il ne faut pas 

Tel qu'ont les prédicants, qui suivent pas à i)as 

l-eur sermon su par cœur, ou tel qu'il faut en prose, 

Où toujours l'orateur suit le fil de la chose. 

Les poi*b^ gaillards ont artifice à part ; 

Ds ont un art caché, qui ne semble r>as art 

Aux versificateurs, d'autant qu'il se promène 

D'une libre contrainte où la Muse le mèn«*. 

As^u point vu voler, eu la prime saison. 

L'avelle qui de fleurs enrichit sa maison 1 

Tantôt le beau Narcisse, et tantôt elle embrasse 

lie vermeil Hyacinthe, et, sans suivre une trace, 

Erre de pré en pré, de jardin en jardin. 

Portant un doux fardeau de mélisse et de lh>Tn. 

Ainsi, le t)on esprit que la Muse époinçonne. 

Porté de la fureur, sur Parnasse moissonne 

Les fleurs de toutes parts, errant de tous c<Hés. 

En ce point, par les champs de Rome étaient j)orl<'>s 

Le Damoiseau TlbuUe, et celui qui fit dire 

Les chansons des Grégeois à sa romaine l\Te. 

Tels ne furent jamais les versiflcaleurs. 

Des Muses avortons, ni tous ces Imposteurs 

Dont l'ardente fureur d*Apollon n'a saisie 

L'âme d'une gentille et docte frénésie. 

Tel bien ne se promet aux hommes vicieux. 

Mais aux hommes bien nés qui sont aimés des cieuv. 

Remarquez, en passant, ces deux mots pro- 
f(Qds : c libre contrainte t>. C'est la définition 
n ^ine et la justification de l'art des vers 
e de ses lois : discipline qui est, non pas un 



obstacle, mais une aide merveilleuse à la li- 
berté du poète. 

Si, après les vers à Catherine de Médicis 
sur la paix, on relit les stances qui sont à 
la fin des Châtiments: « Temps futurs, vision 
sublime... » et si, de la Réponse aux Minis- 
tres, on se reporte à la pièce de VAnnée 
Terrible intitulée : A un Evêque qui m^ appelait 
Athée y et, dans les Contemplations, à la fa- 
meuse Réponse à un Acte d^ Accusation, l'on 
verra tout ce que Victor Hugo doit à Ron- 
sard, ou l'on conviendra, du moins, que, par 
affinité de génie, Ronsard est, en quelque 
sorte, du plus grand de nos poètes lyriques, 
une ébauche, déjà sublime. 

L'avènement de Henri III (1574) trouve Ron- 
sard en pleine apothéose. 

« C'est lui, pourra dire bientôt un de ses 
disciples, Du Perron, qui a le premier étendu 
la gloire de nos paroles et les limites de 
notre langue. C'est lui qui a fait que les 
autres nations ont cessé de l'estimer bar- 
bare et se sont rendues curieuses de l'appren- 
dre et de l'enseigner, et qu'aujourd'hui on 
en tient école jusques aux parties de -l'Eu- 
rope les plus éloignées, jusques en la Mora- 
vie, jusques en Pologne et jusques à Dant- 
zig, où les oeuvres de Ronsard se lisent publi- 
quement. » 

Les pays Scandinaves eux-mêmes se piquent 
alors d'étudier la moindre de ses œuvres. Telle 
dissertation de lui n'est connue que par une 
copie que la bibliothèque de Copenhague pos- 
sède depuis le seizième siècle, et telle autre 
page par l'exemplaire unique retrouvé à 
l'Université d'Upsal. 

Lorsque, en 1575, le Tasse vient à Paris 
à la suite du cardinal d'Esté, il soumet à 
Ronsard les premiers chants de sa Jérusalem 
Délivrée. 

Henri III ne le prise pas moins que 
n'avaient fait ses prédécesseurs, et il l'appelle 
à cette Académie du Palais où, deux fois 
la semaine, il se plaît, nous conte Agrippa 
d'Aubigné, « à ou'ir les plus doctes hommes 
et même quelques dames qui avaient étu-. 
dié ». 

ta Mort de HpnsarJ 



Pourtant, Ronsard a cessé de suivre la Cour, 
car sa santé décline et il souffre cruellement 
des premières atteintes de la goutte. Ce mal, 
joint à sa surdité aggravée et à la douleur 
de perdre ses chers amis, Estienne Jodelle 
et Rémi Belleau, comme il avait perdu déjà 
Olivier de Magny uejtnzDu Bellay, plonge le 



l32 



pcète dans une tristesse qui Tincline de plus 
en plus à la retraite. Enfin, il redoute la 
venue de cet âge où il craint que l'inspiration 
ne le trahisse, lui qui Ta toujours crue la 
compagne inséparable de la jeunesse, 

r.omme on voit, on septombre, aux tonneaux angovins 
Bouillir vn c^cuniant la jounosso dos vins. 

Alors, il se recueille; il s'enferme tout un 
hiver à Paris, chez son ami Jean Galland, 
principal au collège de Boncourt, et, là, se 
donne pour tâche de revoir, de corriger ses 
œuvres, de les rassembler en un seul volume. 
L'in-folio est achevé d'imprimer le 4 janvier 
1584. Mais ce long et minutieux travail de 
revision a continué d'épuiser les forces du 
poète qui retourne, très malade, en Vendô- 
mois. L'année suivante, après un dernier 
voyage à Paris, il ira mourir dans sa chère 
Touraine, en son prieuré de Saint-Cosme- 
en-1'lsle, le 27 décembre 1585, après une 
lente et cruelle, mais sereine et lucide agonie, 
pendant laquelle il ne cessera de dicter des 
vers et d'édifier son entourage par la beauté 
toute religieuse de ses suprêmes entretiens. 

il fut inhumé à Saint-Cosme. Deux mois 
plus tard, Galland lui fit dresser un cénotaphe 
dans la chapelle du collège de Boncourt, ' et 
une messe solennelle y fut chantée en son 
honneur par la Musique du Roi, en présence 
du prince Charles de Valois, du duc et du 
cardinal de Joyeuse, et d'une députation du 
Parlement de Paris. Dans l'après-midi, Du 
Perron, depuis évêque d'Evreux et cardinal, 
prononça l'oraison funèbre. Elle est pleine 
d'allusions mythologiques; il y annonce que 
le «grand Pan est mort»; il y évoque, à la 
fois, les anges et les Muses assistant à l'agonie 
du poète, qu'il raconte en des pages émou- 
vantes et souvent dignes d'un Bossuet par la 
splendeur des images : ainsi quand il nous 
montre Ronsard luttant contre la rigueur de 
son mal et nous dit que son âme «c prenait 
de jour en jour de nouvelles forces, non 
pas en touchant la terre à la façon d'Antée, 
mais en s'approchant du ciel et le touchant 
avec l'espérance et le désir». Et, à l'issue de 
l'oraison, les assistants se retrouvèrent pour 
la représentation d'une Eglogue mêlée de 
Claude Binet sur le Trépas de Pierre de 
Ronsard^ où dialoguèrent un berger, un chas- 
seur et une poétesse, et que termina un chœur 
de Nymphes... 

Et ce double hommage, chrétien et païen, 
fut merveilleusement conforme au génie du 
poète, si conforme lui-même au génie de son 
siècle. 

AUGUSTE DOJiCfiAm. 

(Conférence Bténojraphice.) 



M. Dorchain eût voulu nous entretenir des 
principaux amis ou disciples de Ronsard, s'é- 
tendre sur Joachim Du Bellay (poète cher 
à son cœur, élégiaque sincère auquel l'unit une 
profonde affinité de nature). Mais, hélas! à 
peine pourra-t-il nous en dire quelques motsl 
Pour compenser la brièveté forcée de M. Dor- 
chain, nous citerons le beau sonnet qu'il dé- 
diait, un jour, à M. Léon Séché, biographe 
de Joachim Du Bellay : 

Pot''lo, tu fais bion quand d'un pincoau pieux 
Du gentil Du Bollay tu raviv(»s l'image 
Et viens, un juste esprit l'inspirant cet hommage. 
Replacer ce dieu lare à exilé des grands dieux. 

Certe. il n'a pas tenté les sommets orgueilleux. 
Il n'est pas le prophète altier, le puissant mage, 
Mais quand l'amour le point au cœur, de son ram\g 
Un tendre rossignol enehante aussi les cieux. 

Un jour, loin du pays de « douceur angevine », 
Une larme lui vint. . . et la i)erle divine 
Fait pâlir de Ronsard les jo>aux (^datants. 

Virgile ertt soupiré ce chant élégiaque 
Kt le a petit Lyre » traversera les temps 
(îomme le Simoïs que pleurait Andromaque. 

vSur la demande de M. Dorchain, M"e Le- 
conte nous a lu, toujours avec la même intel- 
ligence et le même charme, le fameux son- 
net des « Regrets » : 

LA DOUCEUR ANGEVINE) 

Heiu'cux qui comme IMysse a fait un beau voyage. 
Ou comme cestui-là qui conquit la toison, 
Kt puis est retourné, plein d'usage et raison, 
Vivre entre ses parents le reste de son âgeî 

Quand reverrai-je, hélas! de mon petit village 
Fumer la cheminée ; et en quelle saison 
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison, 
Qui m est une province, et beaucoup davantage i 

Plus me plaît le séjour qu'ont bàli mes aïeux 
Que des palais romains le front audacieux ; 
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise Une 

Plus mon Loyre gaulois que le Tibre latin ; 
Plus mon petit Lyre que le mont Palatin, 
Et plus que l'air marin la douceur angevine. 

(Hegrets^ sonnet xxxi.) 

Après cette lecture, fort applaudie, comme les 
précédentes, le conférencier donne quelques 
indications rapides sur les poètes ronsardiens, 
de la génération qui suivit celle de la Pléiade : 
le chanoine Philippe Desportes, Vauquelin de 
la Fresnaye, Louise Labé, dite la «Belle Cor- 
dière», et, enfin, Catherine Des Roches, la 
poétesse poitevine. 

On trouvera ci-dessous deux des pièces qui 
ont été lues devant nous. Nous regrettons 
de ne pouvoir citj^,5,^,lj|^|^^m^/^uif adressa 



r35 



par Desportes à l'infidèle Rosette, où l'on dé- 
couvre déjà quelque chose de la grâce çt de 
l'esprit d'Alfred de Musset. 

Mais voici deux sonnets relativement peu 
connus : l'un de Vauquelin de la Fresnaye, 
l'autre de Catherine Des Roches : 

Phllis. quand je regarde au temps prompl et léger 
Qui dérobe soudain nos coulantes années, 
Je commence à compter les saisons retournées 
Qui Tiennent tous les jours nos beaux jours abroger. 

Car jà quarante lois nous avons vu loger 
Le soleil au Lion des plus longues journées. 
Depuis que nous avons nos amours démenées 
Sous la foi qui nous fit Tun à Tautre engager. 

Kt puis ainsi je dis : « Dieu qui tiens unie 

De si ferme union notre amitié bénie. 

Permets que jeune en nous ne vieillisse Tamour ; 

Permets qu'en l'invoquant comme jusqu'à cette heure 
Augmente notre amour d'amour toujours meilleure, 
Et telle qu'au premier, soit-elle au dernier jour ! » 
Vauquelln de la Fresnaye. 

N. h. — Au sixième vers du sonnet, le LioK 
désigne le cinquième signe du Zodiaque. Le 
soleil entre dans le Lion vers la fin de juillet. 



A MA QUENOUILLE 

Quenouille, mon souci, je \ous promets et jure 
De vous aimer toujours et jamais ne changer 
Votre honneur domeslic pour un bien étranger 
Qui erre inconstamment et fort pou de temps dure. 

Vous ayant au C()té, je suis beaucoup plus sûre 
Que si encre et papier se venaient arranger 
Tout à l'entour de moi, car, pour me revenger. 
Vous iwuvez bien plutôt repousser une mjure. 

Mais, quenouille, ma mie, il ne faut pas pourtant 
Que, pour vous estimer et pour vous aimer tant, 
Je délaisse, de tout, cette aimable coutume 

D'écrire quelquefois. En écrivant ainsi, 
J'écris de vos valeurs, quenouille, mon souci, 
Ayant dedans la main le fuseau et la plume. 

Catherlne Des Roches. 

Ce sonnet — comme l'a, d'ailleurs, fait 
obser\'er justement M. Auguste Dorchain — 
pourrait être inscrit au frontispice de l'Univer- 
sité des Annales. Il peint, à la fois, la bonne 
mère de famille dévouée à son intérieur et 
la femme lettrée, dont l'esprit possède des 
«clartés de toUi». 



<î^^^#A#>^ 



Série 



Jeudi, 51 Janoier 



HISTOIRE 



»»>»X^<4« 



LE COLLIER DE LA REINE 

Conférence de M. FUNCK-BRENTANO 

Mesdames, mesdemoiselles, 

Des grands procès dont Thistoire a gardé 
le souvenir, l'affaire du Collier est peut-être 
celui qui a exercé l'action la plus profonde 
sur les destinées de notre pays. Les passions 
s'en emparèrent. II fut, dans les mains des 
politiciens, un bélier dont ils ébranlèrent la 
monarchie. 

— Le procès du Collier, dit Mirabeau, a 
été le prélude de la Révolution. 

Marie-Antoinette y perdit joie et repos. 

c A cette époque, écrit M"»* Campan, fini- 
rent les jours fortunés de la reine. Adieu 
pour jamais aux paisibles et modestes voya- 
ges de Trianon, aux fêtes ou brillaient, tout 
a la fois, la magnificence, Tesprit et le bon 
goût de la Cour de France; adieu, surtout, 



à cette considération, à ce respect, dont les 
formes accompagnent le trône, mais dont la 
réalité seule est la base sohde. » 

M. Funck-Brentano va, d'abord, nous pré- 
senter les principaux personnages engagés dans 
cette affaire qui fpt, à la fois, un imbroglio, 
une comédie et un drame. 

A tout seigneur, tout honneur. V^oici, d'abord, 
le prince Louis de Rohan : 

Le prince Louis de Rohan était né en 1734. 
En 1760, il avait été nommé coadjuteur de 
révêque de Strasbourg et sacré, la même 
année, évêque de Canope in partibus. 

C'était une nature très douée, fine fleur 
d'aristocratie, comme en produisent les ci- 
vilisations raffinées en leurs plus délicats épa- 
nouissements. Il avait beaucoup de cœur et 
beaucoup d'esprit et une élégance subtile dont 
la dignité ecclésiastique rehaussait le charme 
singulier, « une galanterie et^une politesse de 

uiyiLizeu oy vJlOOy LC 



'34 



grand seigneur, dit la baronne d'Oberkirch, 
que j'ai rarement rencontrées chez personne ». 

« Il joignait à beaucoup d'élégance exté- 
rieure, observe Besenval, beaucoup de grâces 
dans l'esprit et même des connaissances. » 

Il avait été reçu membre de l'Académie 
française à vingt-sept ans et, parmi tant de 
noms illustres, figurait avec honneur. Per- 
sonne n'avait une conversation plus agréable. 
Sa conversation était « animée, spirituelle », 
note Mme de Genlis; <ul est aimable autant 
qu'on le peut être ». Les Immortels se dé- 




Louis-Rcnc-Edouard, prince de Rohan, par Voyé le Jeunf. 

claraient charmés de sa compagnie. Un cœur 
« sensible », comme disaient les contemporains, 
et une grande fortune lui permettaient de 
faire le bien largement. Il le faisait avec bonne 
grâce et d'un esprit joyeux. Plus tard, après 
qu'une catastrophe terrible l'eut terrassé, il 
trouva dans l'adversité des personnes qui se 
souvinrent de ses qualités charmantes et des 
écrivains pour le rappeler. 

A Vienne, où le roi Pavait, en 1771, nommé 
ambassadeur auprès de Marie-Thérèse, son 
charme séduit tous ceux qui l'approchent, sauf, 
pourtant, l'impératrice, auprès de qui il est 
accrédité. Son faste, sa frivolité, l'avaient 
étonnée et effrayée. Ses façons d'ironique po- 
litesse et de respect hautain avaient choqué 
et froissé son âme de souveraine absolue. 

Elle détestait cet ambassadeur qui Fécla- 
boussait de son luxe et faisait de la vie 
une incessante partie de plaisir : clic s'en 



plaignait à sa fille, elle lui demandait d'agir 
pour faire rappeler le jeune évêque. Rohan, 
pour toute réponse, continuait à organiser 
des chasses, des soupers par petites tables, 
et, comme il avait infiniment d'esprit, il se 
vengeait en raillant le rôle de l'impératrice 
dans le partage de la Pologne. 

« J'ai vu pleurer Marie-Thérèse, écrivait-il 
au ministre des affaires étrangères; mais cette 
princesse exercée dans l'art de ne point se 
laisser pénétrer me paraît avoir des larmes à 
son commandement : d'une main elle a le 
^ouchoir pour essuyer ses pleurs, et de l'au- 
tre elle saisit le glaive pour être la troisième 
partageante. » 

Ces quelques lignes causèrent tout son mal- 
heur. Marie- Antoinette vit cette lettre; elle 
en fut blessée au plus profond de son cœur. 
A la mort de Louis XV, Rohan fut rappelé. 
Le nouveau roi le reçut longuement; quant 
à la reine, il ne put même obtenir d'elle une 
audience. 

Sept années se sont passées depuis. Marie- 
Antoinette n'a jamais voulu recevoir le car- 
dinal. Tous les efforts de celui-ci sont de- 
meurés inutiles. Rêves, ambitions, espoirs, tout 
s'est écroulé. La reine ne le connaît pas, 
— mot terrible! — et le roi imite la reine. 
Rohan n'a plus qu'une idée, fixe, obsédante: 
reconquérir la faveur de Marie-Antoinette. 

L'heure était favorable pour duper le car- 
dinal. Une femme le comprit. Et voici le 
deuxième personnage du drame qui entre en 
scène : C'est Jeanne de La Motte. D'où venait 
cette femme ? 

Quelques années auparavant, la marquise de 
BoulainviUiers rencontrait, sur la route de 
Passy, une petite fille grelottant, en haillons, 
qui mendiait en compagnie de sa sœur et 
jetait aux passants cette prière : 

— Pour Dieu, faites l'aumône à deux pau- 
vres orphelines du sang des Valois! 



L'enfant s'appelait Jeanne; elle était la fille 
aînée de Jacques de Saint-Remy, baron de 
Luz et de Valois, lequel était né dans son 
château de Fontette, à cinq lieues de Bar- 
sur- Aube, le 22 décembre 1717, et venait de 
mourir en l'Hôtel-Dieu de Paris, le 16 février 
1762. Quand elle disait qu'elle était du sang 
des Valois, l'enfant disait vrai. Elle descen- 
dait réellement en ligne directe, par les mâ- 
les, de Henri II, de la branche des Valois, 
aînée de celle de Bourbon alors sur le trône. 
La généalogie fut certifiée exacte par le juge 
d'armes de la noblesse française, d'Hozier 
de Scrigny, et par le savant Chérin, généalo* 



uiyitized by 



Googk 



i35 



giste des ordres du roi. Henri 11 avait eu, 
de Nicole de Savigny, Henri de Saint-Rémy, 
qu'il reconnut et légitima, reconnaissance et 
légitimation étant alors deux actes identiques 
et qui se confondaient en un seul. Henri de 
Saint-Rémy avait eu, de Chrétienne de Luz, 
René de Saint-Rémy, qui avait eu, de 
Jacquette Brévot, Pierre de Saint-Rémy de 
Valois, qui avait eu, de Marie de Mulot, 
Nicolas-René de Saint-Rémy de Valois, qui 
avait eu, de Marie-Elisabeth de Vienne, Jac- 
ques de Saint-Rémy, baron de Luz et de 
Valois, le père de la fillette en haillons que 
la marquise de Boulainvilliers avait cueillie 
sur le marchepied de sa voiture. 

Depuis plusieurs générations, les Saint-Rémy 
de Valois menaient, dans leurs domaines de 
Fontette, ce que le comte Beugnot appelle 
«la vie héroïque»: agriculteurs et chasseurs, 
ou plutôt braconniers. 

« Mon père, écrit le comte Beugnot, avait 
connu Jacques de Saint-Rémy, le père de la 
petite Jeanne. Il le peignait comme un homme 
de formes athlétiques, qui vivait de la chasse, 
de la dévastation des forêts, de fruits et 
même de vol de fruits cultivés.» 

La société du baron n'était composée que 
de paysans avec lesquels il s'enivrait et se 
battait quand il avait bu. Il vendait lopin 
par lopin ce qui restait du patrimoine fami- 
lial, pour subvenir à ses débauches. Enfin, 
il séduisit une nommée Marie Josscl, fille 
d'un tâcheron du pays et employée comme 
servante au château. Après qu'elle l'eut rendu 
deux fois père, il l'épousa. 

Marie Jossel acheva de le ruiner. Elle était 
adonnée aux vices les plus dégradants, et 
Jacques de Saint-Rémy, avec sa force d'Her- 
cule, avait un caractère faible, une nature 
indolente. Dans les mains de sa femme il 
n'était qu'une loque. 

Quand le baron de Saint-Rémy et sa femme 
eurent épuisé les ressources provenant du 
dernier carré de terre cédé à d'anciens fer- 
miers, ils se résolurent à se mettre en route 
pour Paris. Ils emmenèrent trois de leurs 
enfants. On était au printemps de 1760. Ils 
allèrent à petites journées. Après plusieurs 
jours de marche, ils arrivèrent à Paris. Ne 
h-ouvant pas d'occupation dans cette ville, 
ils échouèrent à Boulogne dont ils connais- 
saient le curé. Celui-ci les visitait de temps 
à autre et fournissait charitablement à une 
partie de leur dépense. L'autre partie était 
défrayée par la petite mendiante. La baronne 
mettait aussi à profit sa beauté de paysanne 
robuste et avenante. Elle finit par jeter son 
mari à la porte — le baron était presque 



toujours malade à présent — pour le rempla- 
cer par un soldat aux gardes, un nommé Jean- 
Baptiste Raymond, natif de l'île de Sardaigne. 
Jacques de Saint-Rémy mourut à l'Hôtel-Dieu, 
comme il a été dit, de misère et de chagrin. 
La vie de la petite Jeanne devint atroce. 
Elle était le souffre-douleur de ce couple dé- 
pravé et méchant, enfant martyr sur laquelle 
la débauche et le remords faisaient retomber 
leurs violences. 
C'est alors qu'elle fut, ainsi que sa sœur, 




Jeanne de ^Saint-Rémy de Valois, comtesse de La Motte, 
d'après Robint. 

recueillie par la marquise de Boulainvilliers. 
Celle-ci s'occupa de donner aux deux jeunes 
filles (Jeanne et sa sœur Marie-Anne) une 
éducation en rapport avec leur origine. Elle 
fit authentiquer leur généalogie par le gé- 
néalogiste officiel : d'Hozier. Elle plaça les 
deux jeunes filles, d'abord en Tabbaye d' Verres, 
puis, en mars 1778, en celle de Longchamp, 
où l'on ne recevait que les filles de qualité. 
C'est de là qu'elles s'évadèrent en automne 
1779, et revinrent à Bar-sur-Aube oîi elles 
furent recueillies par M^e de Surmont, femme 
du prévôt de la châtellenie de Bar-sur-Aube. 
A Bar-sur-Aube, Jeanne fait la connaissance 
d'un officier de gendarmerie, compagnie des 
Bourguignons, en garnison à Luncville : un 
jeune gentilhomme du nom de Marc-Antoine- 
Nicolas de La Motte. Toute cette jeunesse 
jouait la comédie. On déclamait, on répétait. 
« Ces moments, observe Jeanne, n'étaient pas 

uiyiiizeu uy >w_j vy v^pc i\^ 



ïi6 



perdus pour PariioUr. » Tant et si bien qu'il 
fallut se marier en grande hâte. Le mariage 
fut célébré le 6 juin 1780 en la paroisse 
Sainte-Marie-Madeleine, à Bar-sur-Aube. 

Le jeune ménage manquait de ressources. 
Jeanne ne pouvait se contenter, sur une mai- 
gre solde, de l'existence médiocre et étroite 
d'une petite viHe de garnison. Elle exerçait 
toute influence sur Tesprit de son mari. Elle 
décida celui-ci à donner sa démission, on ven- 
dit un cheval et un cabriolet que l'on possé- 




Lareinc Marie -Antoinette, par M"* Vigëiî-Lkbrun. 

dait; Jeanne aliéna, pour mille francs, deux 
années de la pension de huit cents livres qu'elle 
avait obtenue : et l'on vint à Paris. 

Alors, commença la plus extraordinaire vie 
d'agitation et d'intrigue que l'on puisse ima- 
giner. 

Mme de La Motte était une petite créature 
fine et souple, d'une grâce ondoyante et alerte. 
Des cheveux châtains, de ce châtain si fin 
qui a la nuance des noisettes avec des re- 
flets plus clairs, ondulaient sur son front. Ses 
yeux étaient bleus, pleins d'expression, très 
vifs, sous des sourcils noirs bien arqués. La 
bouche, .o^rande, pouvait paraître ce qu'il y 
avait de défectueux dans son visage au point 
de vue du dessin; cependant, elle en était le 
charme par les dents fines et d'une blan- 
cheur parfaite, mais surtout par le sourire 
qui était enchanteur. «Son sourire allait au 
cœur », dit Beugnot, qui en parle d'expérience. 
L'éclat si pur de son teint, une peau blanche 
et fraîche, une physionomie spirituelle et une 



allure vive, si légère, qu'en la voyant se 
transporter d'un point à un autre il semblait 
qu'elle ne pesât rien, ajoutaient à son agré- 
ment. Enfin, c'était la voix, douce, insinuante, 
d'un timbre agréable, qui caressait. Avec une 
instruction négligée elle avait l'esprit prompt 
et naturel, elle s'énonçait correctement et avec 
une grande facilité. 

« La nature, dit Bette d'Etienville, lui avait 
prodigué le dangereux don de persuader. » 

A Paris, Jeanne de Valois présenta son 
mari à M^e de Boulainvilliers, qui lui fit faire 
la connaissance du cardinal de Rohan. Fine 
comme elle l'était, Jeanne ne tarda pas à 
démêler !e caractère, naïf, bon, confiant et 
crédule du cardinal. Et elle fonda sur l'autorité 
qu'elle ne tarda pas à lui inspirer les plus 
vastes espoirs. 



Voici, maintenant, le troisième personnage 
de la pièce : 

A la même époque où le cardinal de Rohan 
faisait la connaissance de M«nc de La Motte, 
entrait dans sa vie un autre personnage qui 
allait lui être non moins fatal. C'était le fa- 
meux comte de Cagliostro, qui remplissait 
alors le inonde du bruit de ses prodiges. 
Il se promenait dans des costumes extraor- 
dinaires, disait qu'il était âgé de deux mille 
ans et qu'il avait parfaitement connu le Christ. 
11 évoquait les esprits et distribuait des élixirs 
de longue vie... 

« Des guérisons subites — dit l'abbé Geor- 
gel, qui ne l'aimait pas — de maladies ju- 
gées mortelles et incurables, opérées en Suisse 
et à Strasbourg, portaient le nom de Caglios- 
tro de bouche en bouche et le faisaient passer 
pour un médecin véritablement miraculeux. 
Ses attentions pour les pauvres et ses dédains 
pour les grands donnaient à son caractère une 
teinte de supériorité et d'intérêt qui excitait 
l'enthousiasme. Ceux qu'il voulut bien ho- 
norer de sa familiarité ne sortaient d'auprès 
de lui qu'en publiant avec délices ses éminentes 
qualités. » 

Les journaux racontaient de lui, le plus 
sérieusement du monde, des traits comme 
celui-ci : 

<f Une vieille coquette entend dire à Ca- 
gliostro qu'il possède la véritable eau de Jou- 
vence. Elle prie, elle supplie tant, qu'il con- 
sent enfin à lui en envoyer une petite fiole. 
Son domestique quinzecentenaire apporte la 
petite bouteille étiquetée : « Eau pour rajeu- 
nir de vingt-cinq ans. y> La dame étant absente, 
la femme de chambre, nommée Sophie, âgée 

uiyiiizeu uy >^_jv>'v^':c ix^ 



i:>7 



de trente ans, a voulu goûter le breuvage, 
qui lui a paru délicieux, et elle a vidé la 
fiole. Aussitôt ses membres diminuent, ainsi 
que sa taille, sa tète devient plus petite, enfin 
Sophie n'est plus qu'une petite fille de cinq 
ans qui se perd dans les hardes d'une grande 
personne. La dame rentre, appelle Sophie, 
qui, enveloppée, embarrassée dans ses jupons, 
accourt à la voix de sa maîtresse. Surprise 
de la métamorphose, elle demande la fiole, 
qui est vide. Furieuse, elle prend la pauvre 
petite et lui donne cruellement le fouet. Elle 
est allée, ensuite, chez Cagliostro qui a beau- 
coup ri, mais qui n'a pas voulu donner une 
seconde potion. » 

Le cardinal de Rohan, qui n'avait cessé de 
prendre un vif intérêt à la botanique et à la. 
chimie, s'enthousiasma pour la science de 
Cagliostro. 11 mit à sa disposition les vastes 
salles de son château de Saveme, près de 
Strasbourg, et y fit construire, pour lui, des 
laboratoires. Cagliostro promit de fabriquer 
pour lui de l'or et des pierres précieuses. Et 
le cardinal de Rohan n'en douta pas un setil 
instant. 

Or, à Paris, Jeanne de Valois et son mari, 
le comte de La Motte, menaient l'existence 
la plus précaire, mélange «de faste et de 
misère : un laquais, un jockey, des femmes de 
chambre, un carrosse de remise; mais des 
meubles de louage, des querelles avec l'hô- 
tesse, une batterie, quinze cents livres de dettes 
pour la nourriture et la mendicité » (paroles 
de l'avocat Target). 

<^ 

La marquise de Boulainvilliers venait de 
mourir. Jeanne avait perdu en elle un précieux 
appui; mais elle comptait sur le cardinal, sur 
le grand aumônier à qui la marquise l'avait 
confiée. Elle vint lui dire sa misère, de sa 
voix douce, insinuante, avec ses grands yeux 
bleus. A dater de mai 1782 Rohan lui fit 
remettre de temps à autre, sur les fonds de 
la grande aumônerie, des secours de trois, 
quatre et cinq louis : une seule fois vingt- 
cinq louis sur ses propres fonds, dans un 
moment de détresse extrême. 

Rohan, toujours mal vu à la Cour, ne s'en 
consolait pas. Il était au désespoir. 

Marie-Antoinette, gracieuse, vive, le fasci- 
nait. Et Rohan était ambitieux. Ses débuts, 
les progrès rapides de sa carrière, la situa- 
tion prépondérante de sa famille, les dignités 
dont il était revêtu, découvraient devant lui 
les plus vastes espoirs. Les flatteurs, qui bu- 
tinaient sur sa fortune et ses dignités, le 
grisaient du souvenir de Richelieu, de Mazarin, 



de Fleury, les cardinaux qui avaient régné 
sur la France. 

— 11 avait plus que le droit, il avait le 
devoir, lui disait-on, de parvenir à la direc- 
tion de l'Etat. 

Le malheur fit que le prince Louis en ar- 
riva à le croire. Il dictait à son secrétaire, 
le baron de Planta, les projets qu'il devait 
réaliser quand il serait au ministère. 

La comtesse de La Motte avait, de son côté, 
dressé ses batteries. En avril 1784, elle com- 




M"" M.-N. Leguay d'Olivs. d'après Pujos. 

mença de parler au cardinal, discrètement d'a- 
bord, de ses relations avec la reine. Puis, 
elle donna des détails que Rohan, tenu éloi- 
gné de la Cour, ne pouvait contrôler. Elle 
accumulait les anecdotes avec son imagina- 
tion précise, vivante, et qui, dans le courant 
même de la conversation, la servait avec tant 
d'abondance et de rapidité. 

La reine, dit-elle, lui confie toutes ses pen- 
sées comme à son amie, à sa cousine, à la 
fille des Valois. Et elle affirme que la reine 
revient peu à peu de ses impressions pre- 
mières. Bientôt, elle va plus loin. Elle per- 
suade à Rohan que la reine, en passant, lui 
fera un signe de tête pour lui marquer son 
intérêt; et ce signe, Rohan, comme hypnotisé, 
croit l'apercevoir à plusieurs reprises. M"* de 
La Motte sent grandir son audace. Elle remet 
au cardinal des lettres (sur papier blanc vergé, 
bordé d'un liséré bleu clair, ayant sur les 
coins les lis de France) qu'elle prétend écrites 
par la reine et où, de temps en temps, passe 



uiyiiizeu uy x^jv^'v^ 



ô" 



]38 



le nom du grand aumônier, c'est-à-dire de 
Rohan lui-même. 

Bientôt, elle lui dit : 

— Mes instances ont eu leur effet. Je suis 
autorisée par la reine à vous demander votre 
justification par écrit. 

Jeanne avait un sourire enchanteur, une 
voix qui persuadait. Rohan écoutait, enchanté, 
persuadé. Il écrivit sa justification, il y mit 
un soin infini. Après vingt brouillons, il livre 
le texte. 

La comtesse lui apporte une encourageante 
réponse écrite sur papier de petit format, 
doré sur tranches. Rohan répond. Dès lors, 
la correspondance s'engage, lettres et réponses 
se succèdent, admirablement graduées et nuan- 
cées pour faire croire au cardinal qu'il est 
parvenu à inspirer à la reine la plus entière 
confiance et le plus grand intérêt. Pendant 
ce temps, Cagliostro, invoquant l'ange de lu- 
mière et l'esprit des ténèbres, prophétise que 
cette heureuse correspondance va placer le 
prince au plus haut point de faveur. Rohan 
renaît à la vie. 

Cependant, ce manège ne pouvait s'éter- 
niser. Il fallait satisfaire Rohan, lui procurer 
cette entrevue avec la reine qu'il souhaitait 
si ardemment. Toutes les ruses, toute l'in- 
telligence de Jeanne de La Motte n'allaient- 
elles pas se briser contre cet obstacle insur- 
montable? Par un prodige stupéfiant, les 
circonstances elles-mêmes l'aidèrent. 



Ici commence le rôle de Nicole Leguay. 

M. de La Motte rencontra un jour, dans 
les jardins du Palais-Royal, une jeune et jolie 
personne, qui venait s'asseoir régulièrement 
à la même place. Elle ressemblait d'une ma- 
nière surprenante à la reine. Elle avait, comme 
elle, de longs cheveux d'un blond cendré, 
souples et ondoyants, et de grands yeux bleus 
d'une expression claire et douce, un regard 
d'enfant. Elle exerçait le métier de modiste 
et s'appelait Nicole Leguay. Bientôt la con- 
naissance fut faite; Nicole Leguay était aussi 
sotte que belle. Mme de La Motte ne pouvait 
désirer mieux. 

Elle l'introduit dans son salon sous le nom 
de baronne d'Oliva, l'invite à dîner, lui fait 
mille cajoleries. Un jour, elle lui dit brusque- 
ment : 

— La reine m'a chargée, ma toute belle, 
de vous dire qu'elle vous fera remettre une 
somme de quinze mille livres en argent et, en 
outre, un cadeau d'une valeur plus considérable 
encore, si vous voulez lui être agréable. 

— Et que devrai-je faire? 



~ Oh! rien : remettre, un soir, une rose 
et un billet, dans une allée des jardins de 
Versailles, à un monsieur qui vous baisera 
la main. 

— Mais qu'importe à la reine? 

— Mon cher cœur, il serait trop long de 
vous expliquer cela. 

« Il ne m'a pas été difficile, dit plus tard 
Min« de La Motte aux commissaires du Par- 
lement, de persuader à la fille d'Oliva de 
jouer ce rôle-là, parce qu'elle est fort bête. » 

On prend rendez-vous pour la nuit du 11 
août. Nous sommes en 1784. On avertit le 
cardinal. M°ie de La Motte, s'inspirant du por- 
trait de Marie-Antoinette, exposé par Mn»« 
Vigée-Lebrun au Salon de 1783, habille elle- 
même la jeune femme : elle lui passe une 
robe blandie de linon moucheté, garnie d'un 
dessous rose, «une robe à l'enfant». Elle lui 
jette sur les épaules un mantelet blanc en 
laine fine, et lui met sur la tête une « calèche » 
en gaze d'Italie blanche. Elle revêt elle-même 
un domino moiré de taffetas noir. 



Nous arrivons à la scène fameuse du Bos- 
quet. 

La nuit est venue, le grand parc de Versail- 
les, oïl tout le monde peut entrer, est désert. 
On entend seulement au loin, dans l'ombre, 
le bruit de l'eau qui joue dans les bassins. 
Le ciel est noir, sans lune ni étoiles. 

La baronne d'Oliva et ses deux compa- 
gnons ont marché quelque temps. Ils ont 
rencontré un homme à qui le comte a dit : 
«Ah! vous voilà!», et l'homme a disparu. 
C'était Rétaux de Villette, le secrétaire de 
Mme de La Motte. Enfin, on s'arrête auprès 
d'un bosquet, aujourd'hui appelé le «c Bosquet 
de la Reine». 

M"« d'Oliva, craintive, immobile, n'ose se 
retourner. On prête l'oreille. Les petites pier- 
res des allées craquent sous des pas. Trois 
hommes paraissent. L'un d'eux s'avance, 
grand, mince, serré dans une redingote bleue, 
sous un long manteau, le chapeau rabattu 
sur le visage. M"« d'Oliva est poussée par 
le bras. Le comte et la comtesse de La Motte 
se sont éloignés. Elle est seule. Elle tremble 
autant que les feuilles des arbres. La rose 
qu'elle tient s'échappe de ses doigts. Une 
lettre est dans sa poche, mais elle ne songe 
pas à l'en tirer. L'homme au grand manteau 
s'incline jusqu'à terre, baise le bas de sa 
jupe. Mlle d'Oliva murmure, elle ne sait pas, 
elle n'a jamais su quoi. Le cardinal, qui n'est 
pas moins ému, croit entendre : j 

uiyiLizeu uy '"^wj'vJwVt Iv^ 



j39 



— Vous pouvez espérer que le passé sera 
oublié. 

Il s'incline de nouveau avec des paroles 
de reconnaissance et de respect, dont la de- 




Prcmicrc visite de M. de La Motte, chez M'" d'OJiva. 

moiseile d'Oliva, qui tremble de plus en plus, 
n'entend pas un root. 

Brusquement, survient en coup de vent M^c 
de La Motte : 

— Vite, vite. Voici Madame et la comtesse 
d'Artois! 

La demoiselle d'Oliva est emmenée par le 
comte de La Motte et le cardinal se retire 
de son côté. 

Telle fut la curieuse scène dite du «Bos- 
quet ». 

Rohan dira lui-même, par l'intermédiaire de 
son avocat, M« Target, en quel état la scène 
du Bosquet avait mis son esprit : 

I Après ce fatal moment, le cardinal n'est 
plus seulement confiant et crédule, il est aveu- 
gle et se fait de son aveuglement même 
an inviolable devoir. Sa soumission aux or- 
dres qu'il recevra par la dame de La Motte 
s'enchaîne au sentiment du profond respect 
et de la reconnaissance qui vont disposer 
de sa vie entière; il attendra avec résignation 



le moment où la bonté qui rassure voudra 
bien se manifester; mais, en attendant, il obéira 
à tout : tel est l'état de son âme. » 

Quelques jours sont à peine écoulés depuis 
la scène du Bosquet que M»« de La Motte fait 
savoir au cardinal que la reine désire un 
prompt secours de 50,000 livres pour une 
famille infortunée. Les 50,000 livres sont don- 
nées. Peu après, c'est une nouvelle demande 
de 100,000 livres, que le cardinal fait porter 
à M«ne de La Motte par son homme de con- 
fiance, le baron de Planta. 

Enfin! la fortune est venue pour M"e de 
La Motte. La petite mendiante de jadis mène 
grand train. En août, elle place trente-neuf 
mille livres chez des particuliers; en septem- 
bre, elle convertit en argent vingt billets de 
cent livres; en novembre, elle achète une 
maison à Bar-sur-Àube, et une villa à Cha- 
ronne. Les meubles en bois doré, les ten- 
tures de haute lice, les objets d'art emplis- 
sent son appartement; on la rencontre dans 




Maiosn de M"* de La Motte. 

les galeries de Versailles en grande parure. 
Peu à peu, la société qui se réunit chez elle 
devient plus brillante, et, comme quelques 
intimes s'étonnent de ce luxe inattendu, elle 
répond avec tranquillité que son sort s'est 

L7iyiiizeu uy x^jwVJVJ Lv^ 



140 



amélioré et qu'elle le doit aux bienfaits de 
la famille royale. 

Mm« de La Motte aurait pu s'en tenir là, 
mais son ambition était insatiable. A mesure 
qu'elle réussissait, elle désirait davantag^e, elle 
rêvait d'éblouir Paris, ce Paris qui l'avait 
vue affamée et suppliante. 

Un des familiers de la maison, le procu- 
reur général aux requêtes, Louis- François 
Achet, entendant Jeanne parler de sa préten- 
due influence sur Marie-Antoinette, lui dit 
un jour que, puisqu'elle était si bien ^n cour, 
elle devrait s'entremettre pour procurer aux 
bijoutiers Bôhmer et Bassenge la vente de 
leur merveilleux collier. 

— Quel collier? fit-elle, étonnée. 

Achet conta l'histoire. Les joailliers de la 
couronne, Bôhmer et Bassenge, venaient de 
former un magnifique collier d'une valeur, 
sinon d'une beauté singulière. Ils avaient es- 
péré le faire acheter par Louis XV pour la 
du Barry quand le roi vint à mourir. Ils 
avaient, depuis lors, essayé de le placer à 
la Cour d'Espagne; mais le prix: un million 
six cent mille livres (c'est-à-dire environ qua- 
tre millions cinq cent mille francs à l'heure 
actuelle), avait effrayé. Ils avaient, depuis, in- 
sisté auprès de Marie-Antoinette. Celle-d n'a- 
vait cessé de le refuser. L'une des réponses 
qu'elle donna est demeurée célèbre : 

— Nous avons plus besoin d'un vaisseau 
que d'un bijou. 

Les plaintes de Bôhmer allaient à tous les 
échos; elles vinrent aux oreilles de François 
Achet, procureur général aux requêtes, beau- 
père de Me Laporte, qui fréquentait chez Mme 
de La Motte. Celle-ci ne cessait de parler de 
ses relations avec la reine. Laporte lui parla 
du collier; d'autant que les joailliers avaient 
promis une belle récompense à celui qui leur 
permettrait de conclure cette affaire. 

Un projet germe aussitôt dans la tête de 
Mme de La Motte. Elle se fait apporter le 
collier par les bijoutiers, en est émerveillée 
et leur annonce que l'affaire sera prochaine- 
ment conclue sans doute par un très grand 
seigneur. On imagine la suite. Jeanne per- 
suade au cardinal que la reine désirerait faire 
l'acquisition de ce bijou, mais qu'elle se 
trouve, pour le moment, démunie d'argent, 
et qu'elle désire que le cardinal fasse l'acqui- 
sition pour elle en secret parce qu'elle ne 
voudrait pas éveiller le mécontentement du 
roi. 

Le 24 janvier, Mme de La Motte annonce à 
Bôhmer la visite du prince cardinal de Rohan 
et elle s'en va. 

Le cardinal la suit de quelques minutes. 
Il croit que la reine désire acheter ce bijou en 



cachette du roi et à crédit, se trouvant dé- 
munie d'argent, qu'elle doit payer à échéances 
de trois en t'ois mois, et qu'ayant pour 
ce marché besoin d'un intermédiaire, elle s'a- 
dresse à lui. Rohan n'a pas hésité une mi- 
nute : il est accouru. La parure lui semble 
lourde, massive, et cette fantaisie l'étonné de 
la part d'une femme de goût comme Marie- 
Antoinette, mais la reine le veut, il obéit. Il 
conclut le marché : un million six cent mille 
livres payables en deux ans, par quartiers 
de six en six mois, le premier versement de 
quatre cent mille livres devant être fait le 
1" août 1785. Le bijou sera livré le !«' fé- 
vrier. Le cardinal met lui-même ces condi- 
tions sur papier et les communique à son amie 
afin qu'elles soient soumises à la reine et 
ratifiées par elle. Le 31, Jeanne revient : la 
reine, dit-elle, approuve le marché, mais vou- 
drait ne pas donner sa signature. Rohan in- 
siste, il lui faut un mot d'écrit. Le lende- 
main, la comtesse lui apporte une ratifica- 
tion du traité. C'est la feuille même qu'il a 
écrite. En marge de chaque article on amis 
le mot «approuvé», et au bas, en manière 
de signature, « Marie-Antoinette de France ». 
Jeanne de Valois ajoute que la reine, qui 
agit à l'insu du roi, lui recommande expres- 
sément de ne pas laisser sortir le billet de 
ses mains. 

Rohan est au comble du bonheur. Muni 
du bijou, il se rend à Versailles, suivi de 
son valet de chambre, Schreiber, qui porte 
le précieux fardeau. La brume du soir tombe 
sur les larges avenues de la ville quand on 
parvient au logement de la comtesse, place 
Dauphine. En arrivant à la porte, Rohan ren- 
voie son valet, et, prenant la boîte, monte 
seul au premier. Mme de La Motte est chez 
elle. Elle a tout ordonné comme pour une 
comédie. Rohan est introduit dans une cham- 
bre où se trouve une alcôve et qui commu- 
nique avec un petit cabinet par une porte 
vitrée. Une « lumière sombre » éclaire la pièce. 
Mme de La Motte entrevoit dans les mains du 
prince l'objet de ses convoitises. Mais elle 
se contient. 

— La reine, dit-elle, attend le collier. 
Quelques minutes s'écoulent. On entend le 

pas d'un homme qui se fait annoncer : 

— De la part de la reine! 

Par discrétion, le cardinal se retire dans 
l'alcôve; mais il a vu la silhouette du per- 
sonnage: un grand jeune homme, entièrement 
habillé de noir, figure mince, teint pâle, le 
visage allongé, les yeux profonds et les sour- 
cils noirs. A l'allure, il reconnaît l'un des 
figurants de la scène du Bosquet. C'est, en effet. 
Rétaux de Villette qui s'est grimé. L'homme 



uiyiLizeu uy "n^jv^v^ 



ô" 



141 









'A 



remet un billet. La comtesse le fait sortir 
alors sur le palier, et, se rapprochant du 
cardinal, lui donne lecture de la lettre. La 
reine ordonne de remettre le collier au por- 
teur. Le cardinal donne l'écrin. M"»* de La 
Motte le tend au messager qu'elle a fait ren- 
trer. Rétaux le prend et part, la comtesse étant 
allée lui ouvrir elle-même la porte. A son 
tour le prélat quitte la maison. 

Le soir, de retour rue Saint-Gilles, Jeanne 
de Valois reçoit la 
parure des mains r*"*"^ ' " 
de son complice, 
et, tout aussitôt, le 
merveilleux bijou 
est dépecé avec un 
couteau, sur la ta- 
ble, les fenêtres 
closes, les rideaux 
tirés, entre deux 
chandelles dont la 
lumière est rabat- 
tue. Le comte, la 
comtesse et Rétaux 
de Villette sont 
penchés sur ces ri- 
chesses qu'ils en- 
fouissent dans le 
fond d'un tiroir à 
l'approche du do- 
mestique. 

M. de La Motte 
part pour Londres 
et y vend une 
partie du collier; 
une autre partie est 
vendue à Amster- 
dam; le reste est 
changé à Paris 
contre des meu- 
bles, des cristaux, 
des voitures ou 
monté en parures 
diverses pour M»"c 
de La Motte. Elle paie ses dettes en diamants. 

Désormais, c'est un conte des Mille et une 
Nuits qui commence pour elle, un rêve éblouis- 
sant et rapide comme l'éclair. Elle mène une 
existence extravagante de luxe, de réceptions 
et de folles dépenses. 

Les voleurs ne devaient pas être longtemps 
tranquilles. Le cardinal de Rohan revint de 
Saveme à Paris en juin; l'échéance fatale du 
1"" août était imminente. Pour écarter tout 
soupçon, Mme de La Motte continuait de pleurer 
misère et de solliciter des secours du cardi- 
nal Et comme celui-ci s'étonnait de ce que 
la reine ne portait pas le bijou, Jeanne lui 
répondait : 



^^^U^f^J'-^]^.'^ À_V .'r) 



J i' 










Reproduction exacte du Collier dit "de la Reine". 

(Extrait des Souvenirs de Léonard : Mndern-CoIlectioQ Bibliollu'que 
Fayard, éditeur.) 



— Quand il sera payé! 
Arrive la fin de juillet. Mme de La Motte 
est agitée, nerveuse. M^e de La Motte essaie 
de faire reculer le terme en apportant trente- 
cinq mille livres — soi-disant de la part de 
la reine — pour les intérêts du premier ver- 
sement, que la reine, dit-elle, voudrait recu- 
ler jusqu'au l^r octobre; mais les joailliers 
ne veulent pas. Elle fait revenir son mari 
de Bar-sur- Aube ; enfin, le 3 août, elle ris- 
que un coup folle- 
ment audacieux et 
fait dire à Bôhmer: 
— Vous vous 
êtes trompé, l'é- 
crit de garantie, 
que possède le car- 
dinal, porte une 
signature fausse, 
mais le prélat est 
assez riche : il 
paiera ! 

Parmi ces ma- 
nœuvres longues, 
compliquées, con- 
duites avec tant de 
suite et d'une main 
si sûre, c'est ici le 
coup de maître. 
Mis dans ce mo- 
ment, brutalement, 
en face de la réa- 
lité, épouvanté par 
la perspective du 
scandale d'un pro- 
cès certain, par 
l'effroyable honte 
qui allait rejaillir 
sur lui de la scène 
du Bosquet, à pro- 
pos de laquelle le 
procureur du roi 
lui dirait qu'il avait 
été entraîné jus- 
qu'à la lèse-majesté, le cardinal, qui avait 
des ressources très grandes, ne devait pas 
hésiter à payer les joailliers et à étouffer toute 
l'affaire. Et il n'eût pas hésité, et M^e de 
La Motte et son mari eussent joui tranquille- 
ment du fruit de leur larcin! Ceci n'est pas 
une hypothèse; on a les déclarations du prince 
de Rohan : 

— 11 entrait dans les projets de M»"c de 
La Motte, dit-il, de déclarer elle-même que la 
signature était fausse. Elle se flattait de m'avoir 
réduit par ses adroites manœuvres à payer 
le collier sans oser même me plaindre. Et 
j'aurais certainement pris le parti de m'arran- 
ger avec les joailliers, en sacrifiant ma for- 



uiyiLizfcJu uy -v^jv-^'v^ 



ô" 



142 



tune et en employant le secours de mes pa- 
rents. 

Malheureusement pour Rohan et pour 
Jeanne de Valois, les bijoutiers, par timi- 
dité, n'osent affronter le cardinal. Instruit, par 
son collègue Bassenge, des paroles de M^c 
de La Motte, Bôhmer, en proie aux plus vives 
alarmes, court le même jour à Versailles, s'ef- 
forçant d'obtenir une audience de la reine. 
Il ne peut voir que la lectrice, M^e Campan, 
qui lui dit : 

— Vous êtes la victime d'une escroquerie, 
jamais la reine n'a reçu le collier. 

Mme de La Motte part avec son mari pour 
Bar-sur-Aube. Là elle se met en toute tran- 
quillité à donner des fêtes éblouissantes, elle 
est reçue par le duc de Penthièvre au château 
de Châteauvillain. Le 17 août, elle était à 
l'abbaye de Clairvaux, habitée par des Bé- 
nédictins, pour les solennités commémorati- 
ves de la fête de Saint-Bernard. On était 
dans le grand réfectoire. Il était déjà neuf 
heures : l'abbé Maury, qui devait arriver ce 
soir pour prononcer le panégyrique du saint, 
est en retard. Tout à coup, un carrosse ar- 
rive roulant au grand galop de ses chevaux. 

— Comment, des nouvelles! mais oii vi- 
vez-vous donc? Le prince cardinal de Rohan, 
grand aumônier de France, arrêté mardi der- 
nier, jour de l'Assomption, en habits pon- 
tificaux, au moment où il sortait du cabinet 
du roi. On parle d'un collier de diamants acheté 
au nom de la reine... 

Jeanne était assise entre les robes noires 
de deux moines et, sur son sein, les dia- 
mants resplendissaient. 

Brusquement, Mme de La Motte se lève, 
fait atteler en hâte son carrosse, et, en com- 
pagnie de Beugnot, revient en droite ligne à 
Bar-sur-Aube. En compagnie de Beugnot, elle 
passa la nuit à brûler des papiers. 

Alors, les événements se précipitent. 

Le 15 août, un Conseil est tenu à Versailles. 
Breteuil, d'une nature ardente et brusque, de 
plus ennemi dès longtemps du prince de 
Rohan, exprime l'avis d'arrêter sur-le-champ 
le cardinal. — Marie-Antoinette n'admet, non 
plus, aucune hésitation. 

Rohan est arrêté au moment où, vêtu d'une 
soutane de moire écarlate, il va célébrer en 
grande pompe, dans la chapelle du Palais, 
l'office de l'Assomption. Au moment où il 
se dispose à entrer dans la grande galerie, 
Breteuil, d'une voix vibrante, jette cet ordre : 
« Arrêtez monsieur le cardinal ! » Rohan est 
incarcéré à la Bastille; puis Cagliostro, puis 
Rétaux de Villette, puis la petite baronne 
d'Oliva, puis la comtesse de La Motte. Quant 



au comte, il s'était mis à l'abri, en Angle- 
terre. 
L'affaire fut portée devant le Pariement. 



Les procès avaient, en ce temps-là, le plus 
grand retentissement. Les plaidoyers étaient 
imprimés, distribués gratuitement ou criés dans 
les rues et vendus au public. Les différents 
accusés furent défendus par les premiers avo- 
cats. Leurs mémoires eurent un prodigieux 
retentissement. Déjà s'agitaient toutes les pas- 
sions de la Révolution. On ne pouvait croire 
à l'innocence de la reine Marie-Antoinette, et, 
bientôt, les partisans que l'innocence de Rohan, 
rehaussée par la grande situation de sa famille, 
devait lui créer, deviennent les adversaires de 
l'infortunée souveraine. On connaissait leur an- 
tagonisme, au moins l'antipathie de la reine 
pour le grand aumônier. 

L'émotion et l'intérêt produits par les bro- 
chures des avocats étaient encore surexcités 
par les libelles et les pamphlets que l'af- 
faire faisait éclore de toutes parts : le Garde 
du Corps, par Ch.-Jos. Mayer; les Réflexions 
de Motus, les Observations de P. Tranquille, 
par Charles-Louis Hû; le Conte Oriental, la 
Lettre de Vabbé G..., à la comtesse, et la 
réponse de la comtesse à l'abbé, le Recueil 
de Pièces Authentiques, la Lettre à V Occasion 
de la Détention du Cardinal, les Mémoires 
Authentiques pour Cagliostro, la Dernière 
Pièce du Collier; combien d'autres! Parmi 
les auteurs de ces pamphlets, on trouve des 
perruquiers, des épiciers, des commis de li- 
brairies. Toutes les têtes s'en mêlaient. Une 
imprimerie clandestine, blottie dans un fond 
de cour, rue des Fossés-Saint-Bemard, était 
entièrement occupée à l'impression des pla- 
quettes relatives à l'affaire du Collier. Elle 
était dirigée par Louis Dupré, dit Point, gar- 
çon perruquier, — Figaro était un type de 
l'époque, — et Antoine Chambon, commission- 
naire en livres. Les deux associés furent enfin 
découverts et embastillés, le 21 mars 1786. 

La lecture des pièces ayant été terminée 
le 29 mai 1786, le Parlement s'assembla le 
30 pour l'audition des accusés. Le procureur 
général Joly de Fleury demanda que la pièce 
signée « Marie-Antoinette de France » fût dé- 
clarée frauduleusement falsifiée; il rédama 
contre le comte de La Motte, contumace, et 
contre Villette, la peine des galères à per- 
pétuité; contre la comtesse de La Motte la 
peine du fouet, la marque au fer brûlant sur 
les épaules et la détention perpétuelle à la 
Salpêtrière; quant au cardinal, l'organe du 
ministère public conclut que, dans le délai 
de huit jours, il se rendît à la Grand'Cham- 
uiyitized by VjOOQIC 



»43 



bre pour y déclarer à haute voix que, témé- 
rairement, il avait ajouté foi au rendez-vous 
du Bosquet; qu'il avait contribué à induire 
en erreur les marchands, en leur laissant 
croire que la reine avait connaissance du mar- 
ché; qu'il s'en repentait et demandait pardon 
au roi et à la reine. Il devait, en outre, être 
condamné à se démettre de ses charges, à 
faire aumône aux pauvres, à se tenir toute 
sa vie éloigné des résidences royales, enfin à 
garder la prison, jusqu'à Texécution de Tarrêt. 



minîe, où les sergents lui dirent qu'elle de- 
vait s'asseoir, elle eut un mouvement de re- 
cul et la rougeur lui monta au front; mais 
bientôt elle s'y fut arrangée avec tant de 
grâce, ordonnant les plis de sa robe, qu'il 
semblait qu'elle fût dans un salon, agréa- 
blement assise en une bergère. Elle parla 
d'une voix nette, sèche, précise : les phrases 
semblaient découpées au couteau. Elle com- 
mença par déclarer qu'elle allait confondre un 
grand fripon. 11 s'agissait du cardinal. Elle 




Une vue intcrieuTe de fe Bastille, en 1785, par Fragonard. 



Rétaux de Villette ouvrit la série des in- 
terrogatoires. 11 parut vêtu en habit de soie 
noire. Très franchement, il fit Taveu de la 
part qu'il avait prise aux intrigues de M^e 
de La Motte. C^est lui qui avait tracé les 
mots « Marie-Antoinette de France » au bas 
du fameux contrat. Mais il argua de sa bonne 
foi. En écrivant ces mots, dit-il, il ne croyait 
pas contrefaire la signature de la reine qui, 
en effet, ne signait pas ainsi. 

< Cet homme, qui est très vif, prévenait 
même les questions avant qu'elles fussent 
achevées, avec l'air et le ton de la plus grande 
exactitude. > 

A Rétaux de Villette succéda la comtesse de 
La Motte. Elle regarda l'assemblée d'un œil 
hautain. Ses lèvres avaient un sourire dur. 
Quand elle aperçut la sellette, siège d'igno- 



étonna par sa présence d'esprit. Interrogée par 
un conseiller clerc qu'elle avait appris ne lui 
être pas favorable, elle déclara : 

— Voilà une demande bien insidieuse. Je 
vous connais, monsieur l'abbé. Je m'atten- 
dais que vous me la feriez. Je vais y répondre. 

« La femme La Motte, note l'un des assis- 
tants, a paru avec un ton d'assurance et d'intré- 
pidité, avec l'œil et la contenance d'une mé- 
chante femme que rien n'étonne; mais elle 
s'est fait écouter parce qu'elle parle sans l'air 
d'embarras. Elle s'attachait plus aux proba- 
bilités qu'aux faits et surtout à l'impossibilité 
qui est au procès de montrer des lettres, des 
écrits et toutes les preuves matérielles qu'on 
désirerait y voir. Je ne crois pas que cette 
femme, qui a de la tournure, des grâces et 
de l'élévation, ait pu intéresser personne, parce 
que son procès est trop clair.» Subitement, 



uiyiiizeu oy 



Googk 



144 



Jeanne changea de manière. A une question 
relative à une prétendue lettre de la reine 
au cardinal, elle répondit qu'elle garderait le 
silence pour ne pas offenser la reine. 

— On ne peut offenser Leurs Majestés, 
objecta le président, et vous devez toute la 
vérité à la justice. 

Alors elle dit que la lettre en question 
commençait par ces mots : « Je fenvoie », 
ajoutant que le cardinal lui en avait montré 
plus de deux cents à lui écrites par la reine, 
où elle le tutoyait, et dont plusieurs donnaient 
des rendez-vous, où, à la plupart des guets, 
la reine et Rohan se seraient effectivement 
rencontrés. 

A ces mots, parmi les magistrats, ce fut 
presque une clameur. Quoique la plupart des 
juges fussent de Voppositioriy de tels propos 
révoltaient leurs consciences d'hommes et de 
citoyens. Et c'est à peine s'ils purent retenir 
leur indignation quand la comtesse leur fit, 
en se retirant, une succession de révérences, 
avec des sourires provocants et railleurs. 

A peine M^e de *La Motte fut-elle sortie 
qu'on enleva la sellette. Le cardinal fut in- 
troduit. 11 était vêtu d'une longue robe vio- 
lette : le deuil des cardinaux. 11 était très 
pâle, très fatigué, très ému; ses paupières 
pesaient lourdement sur ses yeux d'un bleu 
éteint. Ses jambes fléchissaient et des larmes 
mouillaient ses joues. Plusieurs conseillers, 
« voyant son extérieur souffrant et altéré », 
proposèrent : 

— M. le cardinal paraît se trouver mal, il 
faut le faire asseoir. 

Et le Premier Président le fit asseoir à l'une 
des extrémités du banc où se plaçaient mes- 
sieurs des Enquêtes quand ils venaient siéger. 
Son interrogatoire dura plus de deux heures. 

« Il parla, dit Mercier de Saint-Léger, avec 
beaucoup de grâce et de force. » 

11 imposait par sa physionomie et son ton 
de noblesse, il intéressait « par son air de 
candeur » et son « courage modeste ». En se 
retirant, il salua la Cour. Son expression était 
indéfinissable de lassitude et de tristesse. Tous 
les magistrats lui rendirent son salut. 

« Le grand banc même se leva, ce qui 
est une distinction marquée. » 

Les juges étaient encore tout impressionnés 
de cette comparution émouvante, quand fut 
appelée Nicole d'Oliva. Mais l'huissier revint 
seul : l'accusée donnait le sein à son nou- 
veau-né. Elle priait humblement Nos Seigneurs 
du Parlement de vouloir bien patienter quel- 
ques minutes, que son fils efit terminé son 



repas. « La loi se tut devant la nature », 
disent les procès-verbaux. Les Grand'Chambre 
et Toumelle s'empressèrent de répondre qu'el- 
les accordaient à la jeune mère tout le temps 
qu'elle jugerait nécessaire. Enfin, elle entra. 
Le désordre de sa parure toute simple, ses 
longs cheveux châtains s'échappant d'un petit 
bonnet rond, et ses larmes, son trouble, son 
abandon, rehaussaient sa grâce et sa beauté. 
Aussi, à peine la belle enfant sembla-t-elle 
devoir se trouver mal, que déjà la plupart 
des membres de l'austère tribunal étaient de- 
bout pour la recevoir. 11 lui fut, d'ailleurs, 
impossible de prononcer une seule parole en 
réponse aux questions qui lui furent posées : 
les sanglots s'étouffaient dans sa gorge. 11 y 
en avait là plus qu'il n'en fallait pour convain- 
cre surabondamment les magistrats dé son 
innocence. Elle se leva pour se retirer « et fut 
accompagnée, dit Mercier de Saint-Léger, des 
marques de l'intérêt le plus vif ». 

Enfin, paraît Cagliostro. Avec lui la scène 
change. 11 est fier et triomphant dans son 
habit de taffetas vert brodé d'or. Il secoue 
gaiement les tresses de ses cheveux qui lui 
tombent en petites queues sur les épaules. 

A la première question : 

— Qui êtes-vous. D'où venez-vous? 

— - Un noble voyageur, répond-il d'une voix 
de clairon. 

Et, parmi les éclats de rire, tous les fronts 
se dérident. 

Il n'attend pas une question nouvelle, mais 
déjà s'est lancé dans une tonitruante impro- 
visation, racontant l'histoire de sa vie, avec des 
traits abracadabrants, dans un jargon où toutes 
les langues s'entre-croisent : le latin, l'italien, 
le grec, l'arabe, et d'autres langues qui n'ont 
jamais existé. Son air, ses gestes, sa vivacité, 
— véritable charlatan de foire développant son 
boniment sous le nez des badauds béats, — 
amusent le Parlement autant que ses boutades. 
Quand le président lève la séance, il est sur 
le point de lui adresser des félicitations sur 
son esprit et sa bonne humeur. 

Le mercredi, 31 mai, est la séance de l'arrêt. 
Dès cinq heures du matin, toutes les salles 
du Palais, les rues avoisinantes, sont bon- 
dées de monde; mais bien avant cette heure 
les accusés avaient déjà été amenés de la 
Conciergerie dans des voitures séparées. La 
foule, compacte, est agitée de remous. Les 
clameurs arrivent par masses successives 
comme des vagues sonores. Le guet à pied et à 
cheval de la garde de Paris circule dans le 
pourtour du Palais, depuis le Pont-Neu^ jusqu'à 
la rue de la Barillerie. A l'unanimité des 
soixante-quatre conseillers présents, Mme de 
La Motte fut déclarée coupable. Les juges se 

uiyiLizeu uy xJvJiJVt Iv^ 



145 



mirent d'accord sur la condamnation ad omnia 
citra mortem, c'est-à-dire sur la pénalité la 
plus forte avant la peine de mort. Jeanne 
de Valois de Saint-Rémy, comtesse de La 
Motte, fut condamnée, à l'unanimité des voix, 
d être fouettée nue par le bourreau, marquée 
sur les épaules de la lettre V (voleuse), enfer- 
mée à la Salpêtrière pour le reste de ses jours 
et à voir tous ses biens confisqués. 

« Le sort de M»"c de La Motte n'a point été 
balancé. » 

Sa culpabilité ne faisait doute pour per- 



— Venez, dit-elle, venez plaindre votre 
reine outragée et victime de cabales et de 
l'injustice. Mais, à mon tour, je vous plain- 
drai comme Française. Si je n'ai pas trouvé 
de juges équitables dans une affaire qui por- 
tait atteinte à mon caractère, que pouvez-vous 
espérer si vous avez un procès qui touche 
à votre fortune et à votre honneur? 

La reine et le roi, sous l'influence de la 
reine, n'avaient pu croire et ne croyaient pas 
encore que le cardinal fiit innocent de l'es- 
croquerie. 




La comtesse de Valois de La Motte s'évadant de prison, d'après une estampe du temps. 



sonne. Le comte de La Motte fut condamné 
aux galères perpétuelles. Rétaux à l'exil hors 
du royaume. Nicole d'Oliva fut mise hors de 
Cour : c'était, ainsi qu'il a été dit, l'acquit- 
tement avec une nuance de blâme, « attendu, 
notent les procès-verbaux, que, quoique in- 
nocente dans le fond, il a été regardé comme 
juste qu'il lui fiit imprimé cette tache pour le 
crime purement matériel qu'elle avait commis 
en se substituant à la personnalité de la reine 
dans une scène d'escroquerie ». Cagliostro fut 
déchargé de toute accusation. 

Quant au cardinal de Rohan, après sept 
heures d'opinion, il était entièrement dé- 
chargé de toute accusation, à la majorité de 
vingt-six voix contre vingt-deux, qui avaient 
voté le hors de Cour. 

La douleur de la reine fut extrême. Elle 
était dans son cabinet et pleurait. 



Pour les acquittés, la soirée fut triomphale. 
Une foule immense se pressait aux abords 
du Palais. De larges clameurs : « Vive le 
Parlement! Vive le cardinal innocent! », pas- 
saient par les rues. Les poissardes de la Halle 
se tenaient en groupe dans la cour du Mai 
avec des bouquets de roses et de jasmins. 
Elles arrêtaient au passage les magistrats qui 
leur étaient désignés, et qui devaient, bon 
gré mal gré, se laisser serrer par leurs bras 
robustes sur leurs fortes poitrines. 

Le 2 juin, de grand matin, autour des pa- 
lais Rohan et Soubise, et rue Saint-Claude, 
la foule se pressait, compacte. Cagliostro dut 
se montrer sur la terrasse des boulevards, 
et le cardinal, bien qu'çn bonnet de nuit et 
en veste blanche, dut apparaître aux fenêtres 
de riiv>tcl de Strasbourg, par-dessus les jar- 
dins : 



Digitized by 



Google 



146 



— Vive le Parlement! Vive le cardinal! 

L'exécution eut lieu le mercredi 21 juin, 
à cinq heures du matin. Elle fut entourée 
de détails horribles. 

Jeanne se défendit comme un lion, des 
pieds, des mains, des dents. On fut obligé 
de couper ses vêtements jusqu'à la chemise. 
On lui mit la corde au cou. Quelques coups de 
verge furent appliqués sur ses épaules qui 
se marbrèrent de lignes rouges. Dans ce mo- 
ment, elle échappa aux mains de fer qui la 
tenaient et se roula sur le sol, dans d'affreuses 
convulsions. « Le bourreau devait la suivre 
par terre en proportion de ce qu'elle roulait. » 
Quand on s'apprêta à lui imprimer sur les 
épaules la lettre V, elle était couchée sur les 
dalles de la cour, au pied du grand escalier, 
à plat ventre, son jupon retroussé. La chair 
délicate fumait sous le fer rouge. Une légère 
vapeur bleuâtre se mêlait aux cheveux dénoués. 
Les yeux injectés de sang semblaient sortir 
de la tête, les lèvres grimaçaient atrocement. 
Tout le corps, dans ce moment, eut une telle 
convulsion, que la lettre V fut appliquée, 
la seconde fois, non sur l'épaule, mais sur 
le sein. Elle tomba sur l'épaule de l'un de 
ses bourreaux et trouva encore la force de 
le mordre, à travers la veste, jusqu'au sang, 
puis elle s'évanouit. 

Après l'incarcération de Mme de La Motte à 
la Salpêtrière se produisit dans l'imagination 
populaire le revirement que l'on voit souvent 
dans ces circonstances. On répétait, en les 
exagérant encore, les détails horribles de son 
exécution dans la cour du Palais de Justice. 
Puis on dit qu'à la Salpêtrière elle édifiait 
chacun par sa résignation et sa piété; et 
ici encore des exagérations. Bref, on ne tarda 
pas — les circonstances du procès s' éloignant — 
à la regarder comme une martyre. Des âmes 
douces et élevées, comme la princesse de 
Lamballe, vinrent la visiter dans sa prison. 



L'erreur de Marie-Antoinette, qui persistait 
à croire à la culpabilité du cardinal de Rohan, 
— partant à l'innocence relative de M»e de 
La Motte, — ne contribua pas peu, par les 
idées qu'elle répandit dans son entourage, à 
ce mouvement de l'opinion. Enfin, M™c de 
La Motte s'évada de la Salpêtrière et parvint 
à gagner l'Angleterre. Et il n'est pas impos- 
sible que la main même de la reine ait fa- 
vorisé cette évasion. 

De Londres, Mme de La Motte commença 
alors son abominable campagne de pam- 
phlets contre la reine. Elle sentait d'où venait 
le vent nouveau, et où il fallait tourner sa 
voile. Voici la Révolution qui approche et 
l'œuvre de calomnie, dont il n'est plus pos- 
sible de faire la critique, a un épouvantable 
retentissement. 

Le grand Mirabeau disait : 

— Le procès du Collier a été le prélude de 
la Révolution. 

Et Napoléon, méditant à Sainte-Hélène sur 
ces événements tragiques, écrivait: 

« La mort de la reine date de là! » 

rUT^CK'BUBJ^TAJSlO. 

(Confércnco «ténographiée.) 



Après sa conférence, si documentée et pitto- 
resque, M. Funck-Brcntano a fait défiler, de- 
vant le public, en les accompagnant de com- 
mentaires instructifs, une vingrtaine de vues, 
gracieusement prêtées aux Annales par la mai- 
son Hachette, et extraites de la sixième édi- 
tion de V Affaire du Collier, de M. Funck-Bren- 
tano, récemment parue à la même librairie. 
Cette édition, revue et augmentée, mérite d'ê- 
tre recommandée particulièrement à nos lec- 
teurs et lectrices, comme un livre plein de 
science et d'agrément. 



\}i^:^^lê:?^ 



Digitized by 



Google 



Série E 



'47 



Vendredi, /" Féorier 



LITTÉBATURE ÉTRANGÈRE 



i i » » »€ii< 



PÉTRARQUE 

Conférence de M. Gaston DESCHAMPS 

Parmi les mérites divers de la conférence 
si agréable de M. Gaston Deschamps, il en 
est un qui a été particulièrement apprécié. 



la poésie française : voilà ce que M. Gaston 
Deschamps s'est proposé de nous montrer. 
Et il n'est pas douteux qu'il n'ait bien rempli 
son dessein, si l'on en juge par les applaudis- 
sements qui ont, à mainte reprise, interrompu 
sa conférence. 




François Pétrarque, par Desrochers. 

L'orateur a su, avec beaucoup d'habileté, cir- 
conscrire son sujet. Il s'est gardé de vouloir 
tout nous dire sur Pétrarque, et, dans cet il- 
lustre poète, il s'est borné à mettre en lumière 
ce qui, précisément, était le plus propre à 
intéresser un auditoire féminin et un public 
français. 

L'amour de Pétrarque pour Laure et les ins- 
pirations que le maître du sonnet a puisées 
dans sa passion idéale, — l'essence du «cPé- 
trarquisme », — l'influence de Pétrarque sur 




La belle Laure (gravure ancienne). 

I 

PÉTRARQUE ET LAURE 

Mesdames, mesdemoiselles, 

« Il était une fois, près du pont d'Avignon, 
de ce pont qui fut témoin des exploits de 
certaine mule du pape (voir Alphonse Dau- 
det)..., une jeune et très jolie femme. » 

Ainsi pourrait commencer, selon M. E)es- 
champs, le récit de l'histoire sentimentale et 
poétique de Pétrarque et de Laure. 

uiyiiizeu uy >^_j vy v^pc i\^ 



u« 



Donc, le 6 avril 1327, en Téglise Sainte- 
Claire d'Avignon, Laure assistait à la messe, 
à une messe très matinale; il était six heures, 
ce qui semble indiquer qu'elle n'avait point 
le désir d'être vue, et qu'aucune coquetterie 
ne se mêlait à sa piété. Et pourtant, en ce 
lieu, à cette heure, un jeune homme obscur, 
du nom de Petracco, put la contempler. 

Il venait de Florence, patrie du Dante. Son 
père avait été exilé par la République floren- 
tine. La famille du proscrit, après avoir sé- 
journé un moment à Arezzo, avait, d'étape 
en étape, ^agné Carpentras, où le jeune Pe- 
tracco avait commencé ses études. De là, son 
père, désireux d'en faire un jurisconsulte, 
l'avait envoyé à Montpellier, où il resta qua- 
tre ans, puis à Bologne, où il en passa 
trois; en 1325, il était rentré en Provence. 
Deux ans après, il faisait, comme nous l'avons 
dit, la rencontre de Laure. Le 6 avril 1327 est, 
à coup sûr, la date capitale de la biographie 
psychologique et poétique de Petracco, — ou de 
rrancesco Petrarca (comme il se surnomma 
lui-même). 

Bénis soient le jour et le mois et l'annéq, 
bénis soient la saison, le temps, l'heure et 
le moment, le beau pays et le lieu où je fus 
touché par ces deux beaux yeux qui me font 
esclave ! 

Bénie soit la première émotion, si douce, 
que j'éprouvai quand l'amour naquit en moil 
Béni soit l'arc dont la flèche me frappa 1 Bénies 
soient les blessures que je ressentis jusqu'au 
fond du cœuri 

Bénis soient tous les poèmes que j'ai répandus 
sur la terre en chantant le nom de ma Dame! 
Bénis soient mes soupirs, mes larmes, mes 
amours 1 

Bénis soient tous mes écrits, consacrés à la 
gloire de celle qui est l'objet constant et 
unique de toutes mes pensées I 

Tels sont les termes dans lesquels Pétrarque 
célèbre le jour d'avril où, pour la première 
fois, il vit Laure, inspiraé-ice de son génie. 

Ailleurs, il dit : 

Je bénis le temps, le lieu et l'heure, où 
mes regards s'élevèrent si haut!.... 

C'est d'Elle que viennent ces pensées d'a- 
mour qui, pendant que tu les suis, te condui- 
sent vers le bien suprême et te font mépriser 
ce que recherchent les hommes. 

C'est d'Elle que vient le charme de cette 
puissance surhumaine qui t'emporte au ciel 
par le chemin le plus sûr. 

Si jamais il y eut un « coup de foudre » 
ce fut donc bien celui-là! Mais, hélas! Laure 
était mariée à un illustre habitant d'Avignon, 
Hugues de Sade, à qui elle ne donna pas 



moins de onze enfants, dont neuf vécu- 
rent... Au fond, peut-être valait-il mieux que 
Laure fût mariée. Ainsi point de querelles ni 
de brouille à craindre, ils pouvaient vivre 
en bonne intelligence puisqu'ils se voyaient 
à peine. Pétrarque fut donc amené à parer 
Laure de tous les mérites et de tous les char- 
mes que lui prêtait son imagination enflam- 
mée. Toute la vie de Pétrarque — toute 
sa vie de poète, voulons-nous dire — devait 
se passer dans cette contemplation idéale. 

Pétrarque voyagea, par amour des voya- 
ges, et, sans doute aussi, par désir d'apaiser 
scn exaltation sentimentale. Car, aimant, il 
souffre de n'être pas aimé autant qu'il le 
voudrait. Cet amour, auquel Laure répond 
par trop de froideur, le plonge dans les larmes 
et lui ravit le sommeil. Que ne peut-il appro- 
cher Laure et ne la point quitter, comme la 
brise qui se joue parmi ses tresses blondes! 

Tout le jour je pleure et, la nuit, quand 
les mortels les plus malheureux prennent du 
repos, je me surprends encore en larmes, et 
mes douleurs redoublent; ainsi je passe mon 
temps à gémir. 

Triste et maussade, je vis laissant mes yeux 
et mon cœur se consumer dans la douleur; je 
suis de tous les êtres le plus malheureux, moi 
que l'amour poursuit sans trêve en me privant 
de tout repos. 

Hélas I c'est pourtant ainsi que, d'un soleil 
à l'autre et d'une nuit à la suivante, j'ai ac- 
comph la plus grande partie de ma course à 
travers cette mort qu'on appelle la viel 

Et c'est sa faute l C'est là ce qui me touche 
plus encore que mes propres maux; car, elle 
qui est si bonne et pourrait m'être d'un si 
grand secours, elle me voit brûler ainsi et ne 
vient pas à mon aide. 

Autrefois, j'ai voulu faire entendre mes jus- 
tes plaintes en rimes assez ardentes pour faire 
naître un peu de chaude pitié dans ce cœur 
impitoyable, qui reste glacé en plein été. 

Et pour dissiper au souffle de mes paroles 
brûlantes ces brouillards impénétrables, qui 
l'entourent et qui la glacent, ou pour appren- 
dre à tous à haïr celle qui me dérobe ces 
beaux yeux pour lesquels je me consume. 

Aujourd'hui, je ne demande ni la haine pour 
elle ni la pitié pour moi, car je ne veux 
pas l'une et ne puis pas avoir l'autre; telle 
est ma destinée, telle est la fatalité cruelle. 

Mais je chante sa divine beauté afin que 
le monde sache, lorsque j'aurai quitté cette 
vie, combien ma mort fut douce. 



Jamais passereau dans aucun nid, jamais 
bète sauvage dans aucun bois, ne furent si soli« 
taires que je le suis depuis que je ne vois plus 
son beau visait', <?t que je no retrouve plus 

uiyiLizeu uy "v^j v^ v^^pt lx^ 



cet autre soleil vers lequel mes yeux étaient 
toujours fixés. 

Toujours pleurer est mon plus grand bon- 
heur : la joie fait ma peine, la nourriture m'est 
absinthe et poison, la nuit m'est tourment, le 
ciel pur est sombre pour moi, et mon lit 
est un triste champ de bataille. 

Oh! le sommeil est vraiment, comme on 
le dit, frère de la mort, puisqu'il enlève à 
notre cœur les douces pensées qui le font 
vivre I 

Seuls au monde vous êtes heureux, pays 
admirable, rivages verdoyants, plaines fleuries 



149 

seau limpide et courant, que ne puis-je, chan- 
geant de route, aller où tu vas! 



Donc, Pétrarque voyage. En 1333, il visite 
Paris. Il est grand chercheur de livres, grand 
fouilleur de manuscrits, grand érudit et grand 
humaniste. Il se plaît à feuilleter, d'une main 
pieuse, les manuscrits de Virgile, voire 
ceux d'Homère (bien qu'il ne sache pas le 
grec). Après Laure, ce qu'il aime le plus 
passionnément, ce sont les belles-lettres, ce 




Vue de la Fontaine de VaucJuse, par Hackaert. 



et ombragées, car vous possédez mon bien, 
et, moi, je le pleure. 



Brise qui joues autour de ses cheveux blonds 
et frisés, les agites et en es doucement agitée, 
étales leur douce masse d'or ou les assembles 
et les boucles en nœuds charmants. 

Tu ne t'éloignes pas, toi, de ces yeux dont 
l'éclat me pénètre tellement d'amour que j'en 
sens l'atteinte jusqu'ici et que je pleure, et que 
je cherche mon trésor en vacillant et en tré- 
buchant comme une personne éblouie. 

Tantôt il me semble le trouver et tantôt je 
m'aperçois que j'en suis bien loin; tantôt je 
m'élève, tantôt je retombe, suivant que je vois 
mon rêve ou la réalité. 

Oh! que tu es heureux, air, qui t'imprègnes 
de son beau et vif rayonnement. Et toi, ruis- 



scnt les chefs-d'œuvre de l'antiquité. Amour 
de Laure, enthousiasme pour les « humani- 
tés », voilà l'essence du génie de Pétrarque : 
ce que, plus tard, on a appelé le « Pétrar- 
quisme ». 

Pétrarque ne va pas seulement à Paris; on 
le voit aussi à Oand, Liège, Aix-la-Chapelle, 
Cologne. Après chacun de ses voyages, il 
revient à Vaucluse, où il vit d'une existence 
mélancolique et studieuse à la fois. Pétrarque 
aime la solitude, une solitude qui, du reste, 
n'est telle qu'en apparence. Ce solitaire voit 
ou sent toujours Laure auprès de lui; quand 
Laure sera morte, l'image de la défunte han- 
tera sans cesse son imagination. Cette disposi- 
tion intellectuelle et sentimentale est la carac- 
téristique du génie de Pétrarque. Laure, morte- 



uiyiiizeu uy xJ 



oogle 



j5e 



lui apparaîtra plus belle encore, comme une 
âme pure, dégagée des liens de la matière et 
allégée du poids de son corps : esprit qui 
n'est qu'esprit, beauté qui n'est que beauté! 
Pétrarque a dépeint lui-même l'existence de 
rêverie et de travail qu'il menait dans sa 
retraite de Vauduse, au milieu d'un cadre 
pittoresque et sauvage, où, parfois, il reçoit 
la visite d'un ami. 

Lettre à Zanobl da Strada 

Voici ma vie. Je me lève vers minuit. Et, 
dès Taube, je sors. Mais, dans la campagne 
comme à la maison, j'étudie, je médite, je 
lis et j'écris. Tout le jour, je visite les monts 
dénudés, les vallées fraîches et les grottes; 
je parcours les deux rives de la Sorgue, sans 
avoir personne à mes côtés, sans trouver per- 
sonne sur mon chemin, et accompagné de 
mes seuls soucis, qui de jour en jour, d'ailleurs, 
deviennent moins cuisants... De ce lieu j'ai 
fait ma Rome, mon Athènes, ma patrie. Tous 
les amis que j'ai ou que j'ai eus, non seulement 
ceux que j'ai vus moi-même et qui ont par- 
tagé ma vie, mais encore des hommes qui 
ont vécu il y a bien des siècles et ne me 
sont connus que par les livres, — des hommes 
dont j'admire les actes et le caractère, la vie 
et les mœurs, ou encore le langage et le génie, 
ces amis divers, venus de tous les lieux et de 
tous les temps, je les réunis souvent dans cette 
étroite vallée, et je suis plus avide de leur 
conversation que de celle de tant d'êtres qui 
s'imaginent vivre parce qu'ils jettent devant 
eux, lorsqu'il fait froid, je ne sais quel souffle 
qui leur semble une haleine. C'est ainsi que 
j'erre libre et tranquille, et seul, toutes les 
fois que je le peux, avec mes bons compa- 
gnons. 

Il lit et relit ses chers auteurs latins : 
Virgile, Varron, Cicéron. Ainsi passe-t-il 
tous les moments oii Laure n'occupe pas 
sa pensée. Ces moments sont rares. C'est 
Laure qui est le sujet perpétuel de ses poèmes: 
il la célèbre en phrases toujours lyriques, 
d'un lyrisme non exempt de préciosité... 

Pétrarque eut la douleur de survivre à Laure. 
Mais il avait eu la satisfaction de voir la 
gloire venir à lui, avant que l'objet de sa 
passion n'eût quitté ce monde. Pétrarque 
reçut de sa patrie italienne les honneurs d'une 
apothéose, dont la Renommée ne put man- 
quer d'instruire les oreilles de Laure. Une 
lettre du Sénat romain l'invita à se rendre 
dans la Ville Etemelle. Rome voulait glo- 
rifier, de son vivant, celui qui, depuis la 
mort du Dante, lui apparaissait comme le 
plus illustre citoyen d'Italie. Pétrarque gravit 
la colline du Capitole, pareil aux triompha- 
teurs d'autrefois, et il reçut, comme eux, la 
couronne de laurier. On le récompensait ainsi 



de son amour pour la patrie italienne, dont 
la libération était un de ses rêves les plus 
ardents. Car Pétrarque, grand poète, grand 
humaniste, fut, aussi, un grand Italien : ce 
qui explique l'admiration reconnaissante dont 
les citoyens de l'Italie, devenue libre, entou- 
rent sa mémoire. (Exemple : l'illustre auteur 
de Daniele Coriis, M. Fogazzaro.) 

L'exemple de Pétrarque montre avec éclat 
quelle peut être l'action d'un écrivain de gé- 
nie, fût-il un rêveur et un solitaire. 

Cette apothéose de Pétrarque eut lieu en 
1341. Quelques années plus tard, en 1348, 
Laure devait mourir, victime de la peste qui 
fit alors de grands ravages dans la ville 
d'Avignon. 

A dater de cette époque, on ne vit plus 
guère Pétrarque à Vaucluse. De Vérone, il 
écrivait à son ami Boccace (l^r juin 1351) : 
« Je compte passer la fin de l'été dans ma pai- 
sible solitude, au bord de la Sorgue, claire 
et sonore, parmi les bois, les eaux et tous 
ces livres qui, soumis à un rustique gardien, 
m'ont attendu en silence près de quatre ans. » 
Mais, en réalité, les vingt et une dernières an- 
nées de son existence s'écoulèrent en Italie, 
à part un voyage à Prague, près de l'empe- 
reur Charles IV et un autre à Paris, près de 
Jean-le-Bon. 

A Milan, logé près de la basilique Saint- 
Ambroise, il garda ses habitudes de labeur 
matinal. Un terrible hiver, pendant lequel l'en- 
cre gela dans les encriers, n'y put rien chan- 
ger. Il avait une grande cape de laine dont 
il s'enveloppait Boccace vint le voir à Mi- 
lan, passa plusieurs jours dans sa maison et 
assista même à une plantation de lauriers dans 
son jardin. Le laurier est, pour Pétrarque, 
un double symbole : symbole de la gloire 
et symbole de Laure. Il y a là un jeu de mots 
qui nous étonne et nous choque un peu, 
mais qui revient sans cesse chez le grand 
poète italien. 

Plus tard, nous trouvons Pétrarque à Ve- 
nise : il fait cadeau à la ville de sa riche 
bibliothèque, en échange de quoi la « Sérénis- 
sime République » lui offre la jouissance d'un 
palais jusqu'à sa mort. Mais il ne reste pas à 
Venise; il va s'établir près de Padoue dans 
le village d' Arqua. Il y mourut, en 1374, à 
l'âge de soixante-dix ans, sans souffrance. Le 
19 juillet, il était dans son « studio » (cabi- 
net de travail); les domestiques circulaient 
dans la maison istu* la pointe des pieds, pour ne 
point troubler l'habituelle méditation de leur 
maître. Ne le voyant pas sortir, ne l'entendant 
pas, on ouvrit la porte de son cabinet. On 
le trouva le front penché sur un livre, un 
Homère ou un Virgile, qui avait recueilli son 



Digitized by 



Google 



]Si 



dernier souffle. Oh! l'admirable fin, sereine 
et douce, que celle de ce studieux, de ce 
sage, dont les belles lettres avaient été, après 
Laure, les plus constantes amours. 

II 

LE PÉTRARQUISME 

L'inspiration amoureuse de Pétrarque est, 
comme on a déjà pu s'en apercevoir, d'une 
essence toute particulière. De Laure, le grand 
poète n'a pas, à vrai dire, tancé le portrait, 
mais l'image idéale. Bien plutôt qu'une per- 
sonne vivante et réelle, Laure est une création 
du génie de Pétrarque. Elle est une Idée. 

Chose curieuse! cette idée est, pour lui, 
non seulement une source de poésie, mais 
encore une source de vertu, Laure protège 
Pétrarque contre les sentiments bas, contre les 
faiblesses morales. Quand il pense à elle, il ne 
se sent plus capable d'autre chose que de bien 
agir. L'âme du poète (est ennoblie, épurée, 
fortifiée par la vision qui la hante. Pétrarque 
nous apparaît comme un chevalier errant qui, 
portant c les couleurs de sa dame », marche- 
rait, la plume en main, à la conquête de 
l'Idéal. 

Si, à cette religion d'amour pur, on ajoute 
l'humanisme le plus raffiné, on a, très préci- 
sément, ce qui a été appelé le « Pétrar- 
quisme i». 

III 

LE PÉTRARQUISME DANS LA POÉSIE FRANÇAISE 

Ce n'est pas seulement en Italie que Pétrar- 
que a trouvé des admirateurs enthousiastes : 
ètsi aussi en France. Nos poètes de la Pléiade 
sont comme imprégnés de Pétrarquisme. Dans 
Ronsard, les morceaux abondent qui eussent 
pu être signés : Pétrarque. 

C'est surtout dans les Amours de Cassandre 
qu'apparaît le goût marqué de Ronsard pour 
l'illustre sonnettiste italien. Dans les vers du 
poète de Vendôme, la Cassandre de Blois 
se montre, en tous points, semblable à la 
Laure avignonnaise. On dirait une copie. 
Cassandre est apparue à Ronsard comme 
L4ure à Pétrarque, — vision subite et inatten- 
due qui se grave à jamais dans le cœur : 
l/an d'après, en avril, Amour me fit surprendra, 
Suivant la Cour à Blois, les beaux yeux de CassandrH. 
Soit le nom faux ou vrai, jamais le Temps vainqueur 
Votera ce beau nom du marbre de mon cœur. 

Comme Laure, Cassandre a de longues 
tresses blondes pour lesquelles Ronsard « veut 
mourir». Ses lèvres sont de corail; sa bouche 
est angélique; ses yeux sont noirs et éblouis- 
sants, etc. Elle réunit en elle la beauté prin- 



tanière et le charme féminin. Toutefois, il 
y eut une différence entre Laure et Cassandre. 
Celle-ci ne mourait pas, et une parfaite amante 
doit savoir mourir quand son poète a besoin 
qu'elle meure. C'est alors que Ronsard s'éprit 
de Marie, qui, elle, fut assez gentille pour 
trépasser et fournir à Ronsard la matière d'un 
sonnet exquis entre tous : 

Comme on voit sur la branche, au mois de mai, la rose 
En sa belle jeunesse..., etc. 

Dans son Olive, Joachim Du Bellay ne 
se montre pas moins épris de Pétrarque que 
son illustre ami. Déjà, dans sa Défense et Illus- 
tration de la Langue Française, il écrivait : 

« Senne-moi ces beaux sonnets, non moins 
docte que plaisante invention italienne. » 

C'était une profession très nette de Pétrar- 
quisme. Quand il eut à célébrer les charmes 
d'une certaine demoiselle de Viole qu'il avait 
élue pour amante platonique, il se souvint 
du portrait de Laure. Quelques sonnets de 
votive sont même des traductions plutôt que 
des imitations. Au reste, Joachim Du Bellay 
n'emprunte guère à Pétrarque que ses mi- 
gnardises et ses subtilités. Ce ne sont que 
lis, roses, ivoire, neige, corail, perles, mar- 
bre, porphyre, albâtre... 

Après Ronsard et Du Bellay, il faut encore 
citer, comme « pétrarquisants » du seizième 
siècle français, Maurice Scève et Louise Labé, 
la « Belle Cordière ». C'est Maurice Scève 
qui organisa certain pèlerinage littéraire au 
tombeau de Laure, qu'il avait cru retrouver. 
C'est Louise Labé qui, dans son « débat de 
folie et d'amour » où elle reprend les vieilles 
idées de la Chevalerie, enseigne que la femme 
excelle dans l'art de présenter à l'humanité 
de beaux spectacles, et qu'elle est inspiratrice 
d'amour et d'héroïsme. « Celui, dit-elle, qui 
ne tâche à complaire à personne, n'a non plus 
de plaisir que qui porte tm bouquet dans 
sa manche. » Respirer la beauté et le parfum 
moral de la « parfaite amie », telle est la 
source de toute perfection. 

Cette expression de « parfaite amie » est 
celle même qu'emploie un littérateur du temps, 
Antoine Heroët, oublié aujourd'hui, qui avait 
gravement écrit un traité portant ce titre : 
« Petite oeuvre, dit Pasquier, mais qui, en 
sa petitesse, surmonte les ouvrages de plu- 
sieurs. » Chaque poète, dans la seconde moi- 
tié de notre seizième siècle, veut posséder 
une « parfaite amie » qui réunisse les mérites 
de Béatrice et de Laure : une amie qui, comme 
Laure, possède des yeux noirs, des cheveux 
blonds et une « bella bocca angelica ». 



Digitized by 



Google 



iSi 



^Mais ce n'est pas seulement à l'époque 
de notre Renaissance que Pétrarque a recueilli 
les hommages des poètes français. 

Au dix-neuvième siècle, Lamartine écrit : 

Le nom de Laure se répandit pendant cinq 
siècles... Jamais nom de femme n'eut pour 
monument un tel cœur, un tel génie et de tels 
vers. 

...Si Laure de Noves doit son immortalité à son 
poète, le poète doit la sienne presque uniquement 
à son amour... Bien que toutes les œuvres de ce 
beau génie soient presque parfaites et di- 
gnes de l'antiquité comme de la postérité, sans 
les sonnets qui est-ce qui se souviendrait des 
poèmes, des négociations, des discours, des 
poèmes épiques latins du poète de Vaucluse? 
En un mot, si Pétrarque n'avait eu que du 
génie, que serait-il? Mais il avait de l'âme, 
il est immortel... C'est la plus grande leçon 
de spiritualisme qui puisse être donnée... 

Et Alfred de Musset : 

LE FILS DU TITIEN 

Lorsque j'ai lu Pétrarque, étant encore enfant, 
J'ai souhaité d'avoir quelque gloire en partage. 
11 aimait en poùte et chantait en amant, 
De la langue des dieux lui seul sut faire usage. 

Lui seul eut le secret de saisir au passage 
Les battements du cœur qui durent un monient, 
Et, riclie d'un sourire, il on gravait l'image 
Du bout d'un stylet d'or sur un pur diamant. 

vous qui m'adressez une parole amie. 
Qui l'écriviez hier et l'oublirez demain, 
Souvenez-vous de moi qui vous en remercie. 

J'ai le cœur do Pétrarque et n'ai pas son génie. 
Je ne puis, ici-bas, que donner en chemin 
Ma main à qui m'appelle, à qui m'aime, ma vie. 
3 mai 1838. 

Et Victor Hugo : 

Quand d'une aube d'amour mon àme se colore, 
Quand jo sens ma pensée, o chaste amant de Laure, 
Loin du souffle glacé d'un vulgaire moqueur, 
Eclore feuille à feuille au plus profond du cœur. 
Je prends ton livre saint qu'un feu céleste emlirase. 
Où si souvent murmure à côté de l'extase 
La résignation au sourire fatal ; 
Ton beau livre, où l'on voit, comme un flot de cristal. 



Qui sur un sable dor coule à sa fantaisie 

Tant d'amour ruisseler sur tant de poésie. 

Je viens à ta fontaine, 6 maître, et je relis 

Tes vers mystérieux par la grâce amollis, 

Doux trésor! fleur d'amour, qui, dans les bois recluse, 

Laisse après cinq cents ans son odeur à Vaucluse! 

Et tandis que je lis, rêvant, presque priant, 

Celui qui me verrait me verrait souriant ; 

Car, loin des bruits du monde et des sombres orgies, 

Tes pudiques chansons, tes nobles élégies. 

Vierges au doux profil, sœurs au regard d'azur 

Passent devant mes yeux, portant sur leur front pur 

Dans tes sonnets sculptés, comme dans des amphores. 

Ton beau style étoile de fraîches métaphores. 

(Les Chants du Crépuscule.) 

Et, enfin, le maître contemporain du son- 
net, José-Maria de Heredia : 

SUIVANT PÉTRARQUE 

Vous sortiez de l'église et, d'un geste pieux. 
Vos nobles mains faisaient l'aumône au populaire. 
Et, sous le |K)rche ol)Scur, votre lK*auté si claire 
Aux pau>res éblouis montrait tout l'or des cieux. 

Et je vous saluai d'un salut gracieux, 
Très huml)le, comme il sic^d à qui ne veut dé|)laire. 
Quand, tirant \otre mante et d'un air de colên» 
>'ous détournant de moi, vous couvrîtes vos yeux. 

Mais Amour qui commande au cceur le plus rebelle 
Ne voulut pas souffrir que, moins tendre que bielle, 
I^ soura» de pitié me refusât merci ; 

Et >ous fûtes si lente à ramener le >oile 

Que vos cils ombrageux palpitèrent ainsi 

Qu'un noir feuillage où filtre un long rayon d'étoile. 

(Les Trophées.) 

"" C'est ainsi que Técho de Pétrarque est 
venu à nous de siècle en siècle... Presque 
tous ceux qui, depuis le quatorzième siècle, 
ont prétendu au divin laurier, ont apporté 
leur guirlande de fleurs au mausolée de Pé- 
trarque. Et il en sera sans doute ainsi, tant 
qu'il y aura des hommes parmi les ombres 
de la terre, — tant qu'il y aura aussi (heu- 
reusement pour nous) des femmes sous la 
clarté du ciel... 

Conférence de 

GASTOJ^ DBSCHAMPS. 

notée par A, PujeU 



mimm 



Digitized by 



Google 



Sérœ F 



j53 



Samedi, 2 Féorier 



ABTS - MUSIQUE 



»»>^«€44< 



HISTOIRE DE LA MUSIQUE 
^^ 

Conférence de 

M. BOURGAULT-DUCOUDRAY 

sur RAMEAU 

Avec le gracieux concours de : 
M— F. Depas, M'" MathiJdc Arly, M. Francis 

Thomé, et du Choral. 
accompagnatrices : 
M"* Turban, M*"' Lebreton, M"* Chassaing. 

Mesdemoiselles, 

Lorsque j'obtins mon prix de Rome, je 
reçus une médaille représentant le profil de 
Rameau. 

— Rameau? pensai-je. Par quoi est-il cé- 
lèbre. 

On ne nous avait jamais parlé, au Conser- 
vatoire, de ce musicien de génie. Il y a de 
ces anomalies étranges. 

Plus tard, M. Guilmant, organiste célèbre, 
découvrit notre Rameau, et, saisi d'admiration 
devant ses beaux accents mélodiques, sa di- 
vination dramatique, son art incomparable, il 
répandit autour de lui le goût de cette musique 
sublime, il me la fit connaître. Je lui en 
demeurerai toujours reconnaissant. Ayant à 
faire, au Conservatoire, ma première leçon 
d'histoire de la musique, il y a de cela bien 
longtemps, je la commençai par ces mots : 

— Je vous parlerai d'abord de la musique 
française en général, et de Rameau en par- 
ticulier, et je tâcherai de vous faire partager 
mon admiration et mon amour. 

Je répète, aujourd'hui, ces paroles avec plus 
de force, et aussi avec plus de confiance, à 
peu près certain d'être compris. 

Des esprits éclairés ont senti la nécessité 
de revenir à cette musique du passé; ils ont 
établi entre elle et certaines productions mo- 
dernes des comparaisons fécondes; ils ont 
senti le souffle puissant de beauté qui émane 
d'une oeuvre éternellement jeune; ils ont re- 
trouvé rame même du plus français de nos 
compositeurs : Rameau... Aujourd'hui, Rameau 
tsi connu de tous les musiciens, et les édi- 
teurs ont pour lui des soins particuliers. Ja- 



dis, on dénichait à grand'peine, chez quelque 
bric-à-brac, une partition incomplète du mu- 
sicien qui nous occupe. Aujourd'hui, les édi- 
tions de luxe se multiplient. L'amour de 
Rameau a, en quelque sorte, désinfecté l'at- 
mosphère de ces admirations conventionnelles, 




Rameau. 

OÙ l'on substituait, à l'émotion vraie, des sen- 
timents de pur snobisme. D'ailleurs, en art, 
je vous supplie, mesdemoiselles, d'observer 
avant tout la sincérité. 

Dites : « Cette œuvre me plaît, ou me dé- 
plaît », simplement parce que tel est votre 
goût; et ne vous croyez pas obligées de suivre 
comme des moutons de Panurge telle appré- 
ciation, seulement parce qu'elle court les 
salons. 



Rameau fut, si j'ose m'exprimer ainsi, un 
musicien de terroir. Son génie a toutes les 
qualités de la race française : clarté, limpidité, 
spontanéité, grâce et force. Nous sommes les 
héritiers de la Grèce, avec, parfois, des 

uiyltized by VjOO: 



^ô'^ 



.54 



éclipses de goût.., avec, — comment dirais- 
je? — avec, de temps à autre, ime arai- 
gnée dans le plafond. 

Nous éprouvons subitement des engoue- 
ments démesurés pour l'étranger, et puis, au 
sortir d'un long tunnel, nous revenons à la 
lumière en nous écriant : 

— Ah! qu'on est bien chez soi. (Rires dans 
^auditoire.) 

Rameau est surtout remarquable par son 
inspiration, son invention, par ce « je ne sais 
quoi venu de je ne sais où », étranger au 
travail, et qui est le génie. 

Il est né à Dijon en 1683. 11 est bon de 
remarquer qu'entre 1683 et 1684 il nous est 
né deux autres musiciens de la taille de 
Rameau : Bach et Haendel. C'est l'année de 
la comète musicale. 

Le père de Rameau était organiste. L'en- 
fant regarde jouer son papa avec une atten- 
tion extraordinaire. 11 apprend ses notes de 
très bonne heure, et, dans ce milieu artis- 
tique (son frère et sa sœur sont également 
doués), ses instincts musicaux se dévelop- 
pent rapidement. 

Hors de ses aptitudes spéciales, l'enfant 
était un véritable cancre. En vain, son père 
l'envoya-t-il chez les Jésuites : il n'y apprit 
rien, pas même l'orthographe. Il ignora, 
toute sa vie, le latin, le grec, et même le 
français. Son caractère étant, par-dessus le 
marché, détestable, on pria M. l'organiste 
de retirer des classes un si mauvais sujet. 

Cependant, on raconte que l'amour fut 
Toccasion, pour Rameau, d'apprendre ce que 
les Jésuites n'arrivèrent jamais à lui incul- 
quer. Il aima : il écrivit à l'objet de sa 
flamme des lettres remplies de grossières 
fautes d'orthographe ; la dame lui en fit grand'- 
honte; il pensa mourir de déplaisir, et se 
mit courageusement au travail. (Rires dans 
Vauditoire,) 

Il est fâdieux, pour un musicien, de n'avoir 
pas l'esprit cultivé. Du choix d'un bon li- 
vret, de la compréhension d'une situation dra- 
matique, de l'instinct d'une belle scène à 
traiter, dépend souvent l'avenir même du mu- 
sicien. Rameau — par amour — (l'amour fait 
de ces miracles) devint presque littéraire, et 
on a conserve de lui des lettres fort bien 
tournées. 

Rameau subit assez peu d'influences étran- 
gères. Son tempérament était essentiellement 
original. Cependant, LuUi ne laissa pas que 
lui donner sa forte empreinte. A trente-quatre 
ans, en 1717, Rameau se trouva en concur- 
rence avec le claveciniste Daquin, pour une 
place d'organiste, très enviée à cette époque, 
et, chose étrange, — ou, du moins, assez 



naturelle, si on considère les jalousies qu'ins- 
pire un grand génie, — ce fut Daquin qui 
obtint la préférence. 

Rameau trouva, cependant, à Lille, puis 
ensuite à Clermont, la place souhaitée. 
Et c'est à Clermont que Rameau médite son 
fameux Traité d^ Harmonie, Jusque-là, on fai- 
sait de l'harmonie à la manière empirique, 
sans trop savoir pourquoi. Rameau en fixa 
les règles, en découvrit le sens véritable, et 
je dirai la nécessité. Son travail énorme te 
conduisit jusqu'à un âge assez avancé, et 
ce n'est qu'à cinquante ans que Rameau 
écrivit son premier opéra. Encore eut-il grand'- 
peine à trouver uo livret. Ce fut La Popeli- 
nière, le Mécène de Rameau, — un gros 
financier épris des arts, et dont le salon 
jouissait d'une influence incontesté, — ce fut 
La Popelinière qui le lui trouva. Il poussa 
ses bontés jusqu'à fournir à Rameau les 
moyens d'exécuter son ouvrage. Il lui donna 
musiciens d'orchestre, choristes, chanteurs, 
chanteuses, ouvrit ses salons pour faire en- 
tendre l'œuvre... Et, le lendemain, elle était 
d'emblée reçue à l'Opéra; et ceci prouve la 
force que donne au talent l'opinion d'une 
élite; il devrait exister, comme jadis, de ces 
salons, où l'on se faisait un honneur de pen- 
sionner, de protéger, de mettre en valeur des 
artistes, d'assurer leur gloire. Le nom de 
M. de La Popelinière est heureusement lié 
à celui de Rameau, et, pour cette cause, mé- 
rite notre reconnaissance. 

Hippolyte et Aricie est un de ses chefs- 
d'œuvre, et la plus belle page de la partition 
est certainement le « trio des Parques ». Il 
présente seulement cette difficulté, qu'il y faut 
un ténor très aigu et une basse très profonde ; 
mais, si vous possédez ces éléments, mes- 
demoiselles, ne manquez pas de faire entendre 
à vos amis ce morceau génial en tous points. 

La pièce ^Hippolyte et Aricie est à peu 
près la tragédie de Phèdre arrangée en opéra, 
avec une scène dans les enfers, d'une beauté, 
d'une force tragique qui a été rarement de- 
passée. 

Rameau a fait preuve, dans cet ouvrage, 
d'une vigueur, d'une énergie, d'un héroïsme 
étonnants. On pourrait dire que son génie 
est de même race que celui de Corneille; il 
a exprimé en musique des sentiments corné- 
liens. 

Et, ce qui caractérise justement nos musi- 
ciens français, et Rameau en particulier, c'est 
leur invention mélodique, tes Allemands ont 
souvent plus d'ampleur dans le développe- 
ment; ils ont rarement cette pureté mélodique, 
cette inépuisable fraîcheur d'idées, dont Ra- 
meau nous a jdonné des exemples frappants. 

uiyitized by VjOOQIC 



i55 



La partition, entre autres merveilles, contient 
encore le chœur des « Prêtresses » (du pro- 
logue), et les airs que vous allez enten- 
dre, et qui vous donneront une impres- 
sion de son talent tantôt puissamment dra- 
matique, tantôt aimable dans la grâce. Vous 
constaterez la richesse d'harmonie dont Ra- 
meau est, en quelque sorte, l'innovateur. 

Chez Lulli, les harmonies sont encore pau- 
vres; chez Rameau, les réponses, les inven- 
tions rythmiques, se montrent infiniment 
supérieures. 

Elles étonnèrent, d'ailleurs, et déconcertèrent 
musiciens et public de cette époque. 

On raconte que, pendant les répétitions 
dUHippolyte et Aricie, le chef d'orchestre ayant 
trouvé la partition injouable, de colère jeta 
son bâton de chef d'orchestre. Rameau, du 
pied, le ramena entre les mains du chef d'or- 
chestre, et, narquois, dit : 

— Vous, maçon; moi, architecte. 

Il est remarquable de penser que Rameau 
ayant donné son premier opéra à cinquante 
ans trouva encore le moyen et l'inspiration 
d'en écrire trente. 

Mais il est temps, mesdemoiselles, de vous 
faire entendre les artistes que vous attendez 
impatiemment; ils vous prouveront, mieux que 
par des paroles, combien mon admiration 
pour Rameau mérite d'être partagée. (Vifs 
applaadissements.) 



Mme Fernand Depas, jolie à ravir, chante, 
avec accompagnement de flûte, Tair délicieux 
de 

Rossignols amoureux 
Repondez à nos voLx 
Par la douceur de vos ramages, elc. 

Cela est doux et tendre; les trilles ont des 
fraîcheurs exquises; il semble qu'on ait la 
vision ancienne de quelque églogue de Vir- 



gile. La flûte répond à la bergère; la bergère 
— et quelle bergère 1 — lance au rossignol ses 
roulades amoureuses. 

On éprouve, à entendre cette bergerie, un 
plaisir délicat, raffiné, qui se traduit en applau- 
dissements frénétiques. 

Puis, Mll« Arly, — qui a chanté déjà un air 
très noble, de haut style, d^Hippolpte et Aricie, 
laissant pressentir la manière Gluck, — M^e 
Arly chante la grande scène de Phèdre: 

• Quelle plainte en ces lieux m'appelle ! 

Le chœur, douloureusement, répond : 

Hippolyte n'est plus 1 

Phèdre exhale son mortel remords en réci- 
tatifs déchirants. Sa lamentation : 

Dieux cruels, vengeurs implacables, 
Sus|)endez un courroux qui me glace d'effroi, 

est sublime. Et le chœur reprend : 
remords superflus ! Hippolyte n'est plus I 

Mlle Arly a interprété cette scène avec un sen- 
timent dramatique et une passion qui lui font 
le plus grand honneur. 

M. Francis Thomé avait eu la bonté de 
se déranger pour diriger lui-même la répli- 
que des chœurs, qui fut excellente et lon- 
guement applaudie. Ses élèves, en un cours, 
avaient fait le tour de force d'apprendre toute 
la partie chorale qui accompagne la grande 
scène des plaintes de Phèdre. 

Pour terminer, M. Bourgault-Ducoudray, fé- 
licite chaudement les interprètes, et principa- 
lement M. Thomé. Il souhaite que la société 
chorale, dont les débuts marquent si brillam- 
ment et qui est composée de tant de char- 
mantes jeunes femmes et de jeunes filles, 
prenne, sous son impulsion, le développement 
qui est si nécessaire à Tart musical. 

Conférence de 

BOUHGAULT'DUCOUDJ(Ar. 

notée par Yvonne Sarcey. 




Digitized by 



Google 



,56 



L'ACADÉMIE DE DESSIN 



Cours de M. Paul THOMAS 
(Lundi 28 Janvier et Jeudi 31 Janvier) 



Devoir du cours de dessin fait par M. Paul Deuxième division : La tête d'Homère, 

Thomas, sous la direction de Jules Lefebvre. d'après le plâtre. 

Première division : Faire une lampe avec Troisième division : Un profil d'homme, 

son abat-jour. d'après le modèle vivant. 





Tête d'Homère 



Un des devoirs donnés par M. Paul Thomas à ses élèves. 



Digitized by 



Google 



'5; 



Que faut-il foire pour bien dessiner? 



Il faut se placer en face de l'objet que Pon 
veut représenter, avoir de bons outils, tou- 
jours propres, regarder, avec une grande at- 
tention, beaucoup plus ce que Ton voit que ce 
que l'on reproduit; avoir, permettez-moi ce 
calcul, trois quarts d'œil pour ce que l'on 
regarde et un quart d'œil pour ce que Ton 
dessine. 

Partir, sur son dessin, d'une première dis- 
tance, comparer celles qui suivent en les 
rendant conséquentes de la première. 

Etablir, par le rêve ou la réalité, une ligne 
horizontale et une ligne perpendiculaire de- 
vant les objets à reproduire; ce moyen est 
Tcxcellent guide que l'on doit toujours garder. 

Lorsque, par des indications légères, vous 
avez déterminé, indiqué vos places, alors, 
en clignant les yeux, vous regardez la na- 
ture. Cette façon de regarder simplifie les 
objets, les détails disparaissent; vous n'aper- 
cevez plus que de grandes divisions de lumière 
et d'ombre. C'est alors que vous établissez 
vos bases; lorsqu'elles sont bien posées, vous 
ouvrez complètement les yeux et vous ajoutez 
les détails dans des limites bien tracées. 

Il faut établir ce que j'appelle des domi- 
nantes pour les ombres et pour les lumières. 
Regardez bien votre modèle et demandez- 
vous quelle est sa lumière la plus vive, et 
placez, sur votre dessin, la lumière à la place 
qu'elle occupe dans la nature; comme, par 
ce moyen, vous établissez une dominante, 
il va sans dire que vous ne devez pas la 



dépasser et que toutes les autres lumières 
lui seront subordonnées. Même opération, 
même calcul pour les ombres : établir la vi- 
gueur la plus forte, le noir le plus intense, 
s'en servir comme d'un guide, d'un diapason, 
pour trouver les différentes valeurs de vos 
ombres et de vos demi-teintes. 

Marchons toujours avec ordre et récapi- 
tulons : 

Valeur de distance, valeur de lumière et 
valeur d'ombre. 

Il nous reste à parler des valeurs de contour 
et des valeurs d'épiderme. 

Un dessin, comme un corps naturel, offre 
des variétés de contour; là, une forme s'in- 
dique par des lignes fugitives; ici, elle s'af- 
firme par des traits ou des ombres vigou- 
reuses. Il faut bien se garder de marquer fort 
ce qui est faible, et faible ce qui est fort; 
de mettre un plein à la place d'un délié, ou 
un délié à la place d'un plein; il faut se 
soumettre à la même règle et, par des rai- 
sons incessantes, établir ces différences. Pour 
l'épiderme, vous ne ferez pas la bure, la 
grosse toile, une vieille muraille, un terrain, 
avec les moyens délicats qu'il faut employer 
pour rendre des étoffes fines, des objets pré- 
cieux, les chairs d'une femme. Il faut appro- 
prier son exécution à la chose que l'on pré- 
sente; au reste, l'objet même peut nous ser- 
vir de guide. 

T710MAS COVTVRJB, 




Digitized by 



Google 



i58 



ÉCHOS DE L'UniVERSITÉ 



Veux nouveaux Membres d'honneur 

M. MABILLEAU 

Voici la belle et trop élogieuse let-- 
tre que nous venons de recevoir et 
qui nous cause beaucoup de joie. Ce 
sera un honneur, pour l'Université des 
Annales, de compter, parmi ses membres, un 
homme de la valeur morale et intellectuelle 
de M. Mabilleau, et nous sommes heureux 
de le remercier de Tintérêt qu'il veut bien 
porter à notre œuvre : 

« Madame, 

» J'admire beaucoup l'institution que vous 
» venez de créer aux Annales, dont je suis, 
» depuis longtemps, le lecteur et l'ami. 

» Voulez-vous me permettre — sinon tout 
» à fait au nom du Musée Social que je dirige, 
» et de la Fédération Nationale de la Mutualité 
» que je préside, du moins avec la certitude 
» d'être approuvé par les deux — de vous 
» envoyer ma plus sympathique adhésion? 

» Je vous prie, madame, d'agréer l'hom- 
» mage de mon profond respect. 

» LÉOPOLD Mabilleau, 

» priHd9Ht d9 la Fédération Nationale Fran- 
» çaiê€ et d4 la Fédération Inisrnationalt de 
]» la Mutualité. » 

M. POILPOT 

M. Poilpot, peintre célèbre de panoramas, 
l'artiste aimé de tous les Parisiens, vient de 
nous faire le plaisir d'accepter d'être membre 
de notre jury de dessin. Il a promis de venir 
de temps à autre faire un tour dans nos ate- 
liers, afin de suivre le progrès des élèves de 
MM. Paul Thomas et Jules Lefebvre. 

Il faut donc ajouter son nom à celui des 
artistes qui auront à juger le grand concours \ 
final de l'Académie de dessin. 

Nous témoignons ici notre reconnaissance 
à M. Poilpot du grand honneur qu'il dvis fait. 



démicien n'ayant pu assbter à notre inaugura- 
tion désirait témoigner sa sympathie aux jeunes 
élèves de l'école qu'il veut bien patronner. 
Il est arrivé un jeudi, pendant que le cho- 
ral travaillait, sous la direction du maître Fran- 
cis Thomé, les chœurs d'Hippolyte et Aride. 

Hlppolyte n'est plus ! 

chantaient ces jeunes personnes avec une voix 
insuffisamment nuancée. 

— Voyons, mesdemoiselles, un peu de dou- 
leur, s'il vous plaît 1 Hippolyte n'est plus, 
il est mort. C'est une plainte qui s'exhale 
de vos poitrines; ce n'est pas un ch^mt d'al- 
légresse. 

A ce moment, M. André Theuriet entra, 
fut reconnu, entouré, salué, complimenté. 

Il s'intéressa beaucoup au choral, à son 
programme, à son but, et promit de revenir. 

Beaucoup de nos membres d'honneur, d'ail- 
leurs, nous ont fait espérer ainsi qu'ils surpren- 
draient, à l'improviste, nos jeunes universitaires. 

MM. Ludovic Halévy, Marcel Prévost, Paul 
Bourg et, Paul Hervieu, ont annoncé leur pro- 
chaine visite. Nous en rendrons compte fi- 
dèlement dans nos échos. 



0^^ 



Tios Conférenciers 



Im Visite de nos Membres d'honneur 

M. André Theuriet est venu, l'autre jour, 
rendre visite à notre Université. L'émincnt aca- 



Rencontré Lenotre à la belle fête donnée 
par Vlllu^trationy en l'honneur du savant Kom. 

— Eh bieni lui demandai-je, pensez-vous au 
21 février et à notre conférence sur la « Fuite 
à Varennes»? 

— Hélas l dit-il d'un ton dolent, pourquoi ne 
m' avez- vous pas demandé de danser sur la 
corde raide? Cela m'eût été plus facile que 
de parler I Parler 1... Avoir devant soi une four- 
milière de têtes qui vous regardent, et faire 
une conférence 1 

Et il esquisse un geste navré, tandis que 
ses yeux sourient, pétillent et démentent ses 
doléances... 

Lenotre parlera... Et, le 21 février 1907, 
nous aurons le plaisir d'avoir découvert un 
«orateur malgré liy.gnizeu uy ^^v^pc l^ 



iSp 



Parmi not Auditeun 

Nous avons eu l'honneur et le plaisir de 
compter, parmi les auditeurs de nos «Cinq 
à Six Littéraires», M. Marc Varenne, secré- 
taire particulier de M. Fallières; M. Léon, chef 
de cabinet de M. Dujardin-Beaumetz, venu pour 
le représenter; M. Mariéton, le chancelier du 
Félibrige; M. Hippolyte Parigot, M. et Mme 
Georges Leygues, Mme Delcassé, Mme Henri 
Lavedan, Mme Bataille, M. Georges Berr, du 
Figaro; M. Jean Bernard, des Lettres Pari- 
siennes; M. Marcille, etc. Toutes ces marques 
d'intérêt et d'estime nous tDUchent vivement. 



JVos Audiiions 



développera son sujet avec le concours des 
beaux vers de Coppée, de Richepin, etc. 



Nous avons le plaisir d'annoncer à nos uni- 
versitaires qu'à la conférence de M. Dorchain 
sur Mme Desbordes-Valmore, Mme Bartet — 
celle qu'on nonmie justement la «divine», la 
charmante doyenne de ia Comédie-Française 
— a bien voulu accepter de lire les vers 
tendres et émus de Marceline Desbordes-Val- 
more. 

C'est MU« Dussane, de la Comédie-Fran- 
çaise, qui récitera les fables accompagnant, 
mercredi prochain, la conférence de M. Truf- 
fier. 

Ajoutons que Mme Séverine prépare aussi, 
pour sa conférence du 11 février, — « L'Amour 
des Humbles», — une suite d'auditions très 
intéressantes. Hugues Lapaire et Gabriel Ni- 
gond, les îX)ètes berrichons, diront des vers, 
ainsi que la charmante Sylverine, filleule de 
Mme Séverine, et M»e Hélène Sirbain chan- 
tera.., 

— Je tâcherai, dit en souriant cette aimable 
femme, de leur faire aimer les pauvres par 
la poésie. 

Et, d'ailleurs, ces deux amours, dans son 
idée, sont inséparables. C'est pourquoi elle 



Ce que Von pense de la Parisienne à VEtranger 

La presse étrangère a consacré de longs 
et nombreux articles à l'Université des Annale.^. 
Le Pall Mail Gazette de Londres a même 
envoyé un de ses rédacteurs, M. Charles Daw- 
bam, étudier sur place les programmes de 
notre école, qui intéressent, dit-il, vivement 
les étrangers. 

D'ailleurs, toutes les questions d'éducation 
ont le don d'éveiller leurs curiosités, et nous 
en avons eu la preuve, puisque, non seulement 
le Pall Mail Gazette, le New-York Herald, le 
Daily Mail, le Daily TeLegraph, ont expliqué 
à leurs lecteurs le but que nous poursuivons, 
mais encore des journaux belges, allemands, 
viennois, italiens, espagnols. 

Voici un curieux fragment que nous tradui- 
sons du Fremden Blatt, journal viennois. H 
montrera l'état d'esprit des étrangers par rap- 
port à nous : 

« Les femmes seront bientôt plus instruites 
» que les hommes 1 A coup sûr, on ne saurait 
» trop faire pour rendre toutes les sphères 
» intellectuelles accessibles aux femmes, car 
» c'est à elles qu'incombe la mission d'élever 
» les enfants et de développer dans le jeune 
» être les idées et les talents en germe. 

» Mais cela ne fait-il pas un effet étrange 
» et peut-on représenter comme fréquentant 
» une Université une Parisienne dont la cul- 
» ture consistait, jusqu'ici, à paraître élégante, 
» gracieuse, charmante?» 

Voilà l'idée fausse, archifausse, que les étran- 
gers se font de la Parisienne. 

Quand donc devineront-ils qu'il n'y a pas 
de ville où l'on rencontre plus de femmes cul- 
tivées, sérieuses, intelligentes, — ce qui ne 
les empêche pas d'être tout de même élégantes 
et gracieuses ? 




Digitized by 



Google 



i6o 



hes Cours "Pratiques 



Série 4 



Lundi, 28 Janoler 



COUPE 

Cours de M™e LAURENT BOURGET 



LE CORSET 

L A-emier corset est très simple, très souple, 
pres4ûe une bande droite arrivant un peu 
plus haut que le dessous de bras et descen- 
dant un peu moins que la brassière. Les deux 
morceaux du dos sont terminés en pattes 
arrondies croisant dans le dos; l'une d'elles 
passe dans une boutonnière et toutes deux 
se réunissent devant par des cordons. Les 
entournures incomplètes sont terminées par 
des épaulettcs rapportées. 

Le patron sera taillé dans une bande de 
mousseline de quinze centimètres de haut (me- 
surés le long delà lisière). Nous nous se: virons, 
pour le dessiner, du patron de brassière posé 
à plat dans la position indiquée par le croquis. 
Sur ce patron, le long de la couture du mi- 
lieu du devant, à deux centimètres au-dessous 
du point I de l'encolure, nous placerons l'ex- 
trémité supérieure de la bande de mousseline 
(point M). 

L'entournure est, dans sa partie inférieure, 
semblable à celle de la brassière; mais, à 
l'endroit où elle finit, c'est-à-dire à la hau- 
teur du bord supérieur de la bande de 
mousseline, il faut l'élargir, devant et dans 
le dos, d'un centimètre de chaque côté (points 
N et P). 

La patte du dos sera construite sur une 
ligne horizontale de vingt-cinq centimètres de 
long commençant à deux centimètres et demi 
au-dessous de l'entournure (point R) et finis- 
sant en S. A trois centimètres environ de 
ce point S, la patte s'élargit, en haut et en 



bas de la ligne R S, de deux centimètres 
(points T U). 

Terminons en reHant le point P à S, en 
passant par T, et le point du milieu du de- 
vant V à S, en passant par U. 

La fente est longue de sept centimètres; 



: À ! '. _ . 



elle commence à peu près à la hauteur du 
dessous de bras et en est distante de trois 
centimètres et demi. 

L'épaulette est une petite bande droit fil, 
large de trois à quatre centimètres, longue 
de dix-huit, posée bien d'aplomb sur l'entour- 
nure du dos et terminée à l'autre extrémité par 
une pointe qui s'attachera devant. 

Mme LAVJ(ET>iT BOVTiGET. 



Digitized by 



Google 



SéHi B 



161 



Mardi, 29 Janoler 



STÉNO-DACTYLOGRAPHIE 

Cours de M. de MOUSCARDY 



STÉNOGRAPHIE 

La correction au tableau m'ayant révélé un 
certain embarras dans le tracé des boucles, 
je vais essayer de vous faire mieux comprendre 
ce que j'ai déjà dit et écrit à ce sujet. 

£t, d'abord, la ligne sténographique doit 
être conduite — ceci pour les dames et les 
jeunes filles — comme un galon lorsque l'on 
tait de la soutache. Il ne doit pas y avoir 
d'arrêt dans le tracé d'un même mot, ni d'a- 
jouture; la ligne se contourne de façon à 
donner le dessin qu'il s'agit d'obtenir. Les 
boucles doivent, par conséquent, se trouver 
prises entièrement dans le tracé, en revenant 
sur la ligne qui les précède, dans le corps 
des sténogrammes ; dans ce cas elles sont 
extérieures à l'angle formé par deux droites. 

Pour obtenir un très bon tracé, et aussi pour 
bien retenir par cœur les signes étudiés, le 
meilleur moyen est de prendre le tableau de 
signes, de reproduire les mots donnés en exem- 
ple, en comparant soigneusement le dessin 
du livre et le vôtre; puis, vous essayez d'é- 
crire, de mémoire, les sténogrammes dont vous 
avez noté la signification en écriture ordinaire. 
Lorsque vous arrivez à sténographier sans hé- 
sitation et d'une façon tout à fait conforme 
au modèle, la série est sue. 

Je ne saurais trop insister, dès le début 
de votre nouvelle étude, sur la nécessité d'ap- 
porter la plus grande perfection à l'exécution 
des signes. En ce moment, il ne s'agit pas 
d'aller vite, mais de s'assimiler parfaitement 
signes et règles. Lorsque vous ferez de la 
rapidité il se produira pour vous — comme 
pour tous les sténographes — des déformations 
de tracé qui seront d'autant moins sensibles 
que vous aurez mieux pris l'habitude de faire 
de jolis signes et votre traduction en sera 
d'autant plus facile. 



Etude des signes à boucle redoublée 

lo Deux petites boucles se remplacent par 
une seule, deux fois plus grosse. Le mot mime 
s'écrira avec une seule boucle doublée. Le 
mot moi-même s'écrira au moyen d'un signe 
me, boucle triplée. 

2o Comme toujours, il faut bien observer 
la place des boucles au commencement des 



mots. Cette place est exactement celle que 
devrait avoir la boucle du signe wc, pc, he, 
ou le; la seule différence consiste dans la 
grosseur de la boucle. 

30 A la fin des mots de plus de deux syl- 
labes, la boucle redoublée hébe peut signifier 
hahle^ blable et même bu^ble. 

40 Si Ton a l'embarras du choix entre un 
signe depe ou rebe et une boucle redoublée, 
comme dans le mot dé populariser y que l'on 
hésite à écrire de;;e-pulariser ou de-pepc-lari- 
ser, cette seconde manière doit être employée. 
parce que le redoublement de la boucle l'emporte 
sur les signes de double syllabe. 

'Représentation des noms propres 

En sténographie, les signes majuscules n'exis- 
tent pas. Il faut, cependant, indiquer d'une 
façon quelconque que le mot que l'on va 
traduire est un nom propre. Pour le différen- 
cier, on coupe le dernier ou l'avant-dernier 
signe par un petit trait horizontal si le si- 
gne est vertical, vertical si le signe est hori- 
zontal. 

S'il s'agit d'un nom peu connu, on l'écrit 
une première fois en écriture ordinaire et 
on le sténographie ensuite. 

"Etude des signes de syllabe sonore 

Jusqu'ici, nous n'avons représenté que des 
syllabes muettes : ce, te, de, re, me, pe, etc., 
qui devaient nous donner, après la consonne, 
n'imix>rte quelle voyelle ou diphtongue. 

Nous abordons l'étude d'une autre série qui 
signifiera dfux cojisonnes avec nimporte quelle 
voyelle ou diphtongue intermédiaire: 

10 Un signe de commencé par une grosse 
boucle, en haut et à droite, donne Par-Bar, 
Fer Ber, Por-Bor, etc. Un signe te, commence 
par une grosse boucle, en haut et à gauche, si- 
gnifie Pal-Bal, PelBel, PolBol, etc. Un si- 
gne Fe-V*\ commencé par une grosse houclr, 
pn haut et à droite, exprime FarVar, FerVer. 
ForVor, etc. Le même signe, mais bouclé à 
gauche, représente Fel-VeU Fal-Val, Fol-Vol, etc. 

Le signe Ce, commencé par une grosse bou- 
cle, en haut et à gauche, donne M al-M cl Mol, etc. 

Enfin, le signe Be, commencé par une grosse 
boucle, en haut cl à gauche, signifie Lui Lcl- 
Lol, etc. ^ T 

Digitized by VjOOÇlt 



]62 



20 Ces signes ne s'emploient pas seiils, ni à 
la fin des sténogrammes. 

30 Pour les employer, il faut bien avoir le 
son entier qu'ils représentent et observer la 
décomposition syllabique du mot. Ainsi, nous 
écrirons pa-ra-de avec les signes pe^e-de, tan- 
dis que le mot par-fu-mer se sténographiera au 
moyen des signes PAR-fe-me. 

40 Comme pour tous les signes à boucle, il 
faut observer la place des boucles et leur 
grosseur, 

50 Les signes XoZ et Mal peuvent donner les 
syllabes Lar, Ler, Lor, — Mar, Mer, Mor, 
mais seulement dans le corps des mots. Nous 
aurons des signes spéciaux pour signifier ces 
sons au commencement et à la fin. 

Apprendre la Sténographie pour Tous, pages 
13 à 19; bien étudier les abréviations. 

DEVOIR 

Traduire en sténographie les mots suivants : 

Cellulosité — mémorable — populariser — 
l'hilarité — m'imiter — Téluder — rallumerai 
— de même — l'élever — soupape — multi- 
forme — pourparlers — s'affirment — pulvéri- 
ser — forme — Parme — palper — verbe — 
superbe — perfide. 

Thème pages 15 et 16. — Dans le thème 
page 16, laisser le mot fièvre — employé pour 
compléter le sens de la phrase — en écriture 
ordinaire. (Version page 16.) 

Thème page. 20. — Dans la dernière phrase 
de ce thème, laisser le mot bavarder — em- 
ployé pour la raison ci-dessus — en écriture 
ordinaire. (Préparer la version de la page 20.) 

DACTYLOGRAPHIE 

Nous avons fini d'étudier le clavier de la 
machine Oliver. Les gentilles dactylographes 
ont été très heureuses de pouvoir écrire de 
longues phrases avec lettres majuscules et si- 
gnes de ponctuation. Elles commencent à bien 
connaître les touches et, modestes dans leurs 
ambitions, se déclareront satisfaites avant 
d'avoir atteint la vertigineuse vitesse de dix- 
sept mille mots en quatre heures. 

CORRESPONDANCE 

La Lettre de 7{éctamation 

Avant de payer quoi que ce soit, il faut 
s'assurer de l'exactitude de la somme récla- 



mée et, en prenant livraison d'une commande, 
s*assurer que tout est bien conforme, en par- 
fait état. 

Des erreurs peuvent se produire, soit au 
désavantage du commerçant, soit au vôtre pro- 
pre. Dans l'un et l'autre cas, il importe de 
les signaler. Si vous le faites par lettre, nous 
sommes en présence d'une lettre de récla- 
mation. 

Le ton de cette dernière doit être extrê- 
mement mesuré. Il est des personnes qui, dès 
qu'elles se croient lésées, le font remarquer avec 
une telle aigreur qu'elles font regretter d'a- 
voir à leur donner satisfaction. 

La jeune femme, la jeune fille, doivent bien 
se garder de tomber dans ce travers. 

Ces mots : « une jeune fille », appellent un sou- 
rire. Une jeune fiUe, c'est un être de grâce, de 
charme, d'indulgente bonté. 11 faut — tâ- 
che difficile, mais qu'elle saura remplir — 
que, même lorsqu'elle adresse un reproche, 
elle trouve le moyen de faire penser : 

— Elle est charmante. 

Dès qu'il y a erreur dans une maison de 
commerce, on cherche quel est celui qui l'a 
commise. Plus le client se montrera mécontent, 
plus l'employé sera tancé. Et si vous songez 
au surmenage incessant des grands magasins 
vous tâcherez d'atténuer, à l'avance, l'obser- 
vation que vous allez motiver. 

La qualité maîtresse de la lettre de récla- 
mation est donc la modération. La seconde, dont 
nous avons déjà parlé, dont nous parlerons 
encore, sera la précision. Il faut soigneusement 
spécifier l'erreur qui s'est produite, indiquer 
nettement sur quel article, quelle somme, elle 
porte et en demander la rectification. 
. Vous connaissez le vieil adage : « Les bons 
maîtres font les bons serviteurs. » Je crois 
que, pour beaucoup de maisons, on peut en 
formuler un autre, dans le même ordre d'idées : 
« Les bons clients font les bons fournisseurs. » 

M. DE MOUSCAUVr, 



Erratum. — Dans le numéro 1, du Jourfial 
de rUniversité, une confusion s'est produite, 
bien compréhensible vu le nombre considérable 
de clichés à reproduire. Le portrait donné pa^e 
43, en tête du cours de sténo-dactylographie, est 
celui de M. Armand Boutillier, présid^..l 
de VAssociation Sténographique Unitaire, qui a 
bien voulu accepter la présidence de notre 
Jury d'examen. La photographie de M. Jean de 
Villefaignc sera donnée ultérieurement. 



Digitized by 



Google 



Sine C 



j63 



Mercredi, 30 Janoier 



MODES 

Cours de M"* Valentine ABOUT 



LE FOND BERET 

Aujourd'hui, ayant notre forme cousue, 
notre bandeau posé, nos fourchettes ajus- 
tées, nous allons nous occuper de la calotte 
particulièrement amusante cette année, puis- 
qu'on lui donne la place prépondérante 
dans le chapeau à la mode. Si vous le voulez 
bien, nous nous occuperons de la calotte-bé- 
ret, qui est en faveur en ce moment. Et 
nous vous dirons tout de suite que cette ca- 
lotte, pour être cAic, doit avoir de l'ampleur 
et être soutenue en dessous par une étoffe raide, 
afin que les plis de Tétoffe, ensuite, puissent 
s'appuyer sur des bases solides. 

Nous couperons donc dans du tulle raide 
notre calotte. 

Nous établirons d'abord, avec ce tulle, un 
carré de ™ 40 ; ensuite, nous arrondirons ainsi 
que l'indique le des- 
sin ci-contre. 

Et c'est maintenant 
qu'il faudra rendre vos 
doigts habiles, et don- 
ner à ce bout de tulle 
du chic. Vous allez, tout 
autour de ce rond, tra- 
cer des petites pinces, 
de façon que l'entrée 
de tête ait de m 53 
et m 55 de diamè- 
tre. 
L'entrée du béret sera, par conséquent, bien 
plus grande que l'entrée de tête du chapeau. 
Et cela se conçoit, puisque le béret devra 
se poser sur le bandeau (haut de Qn^OS) que 
vous avez cousu au dernier cours. 

Je vous conseille, pour donner à ces pinces 
une certaine régularité, de marquer chaque 
pince avec une épingle. Si votre entrée de 
tête se trouve trop large ou trop étroite, vous 
n'aurez qu'à reformer une pince de plus, ou 
à écarter celle que vous avez indiquée. Cousez, 




ensuite, toujours avec le point noué (dont vous 
trouverez l'explication dans notre petit livre), 
cousez un laiton barrette numéro 3, à l'en- 
trée de votre calotte. Elle doit alors pren- 
dre la forme d'une sorte de calotte telle que 
les pâtissiers en portent, ou, si vous trouvez 
l'exemple plus relevé, 
telle que les étudiants 
en couvrent leur chef. 

Prenez alors deux 
bandes de <c paille à 
rehausser» assez lon- 
gues, pour traverser 
et consolider votre bé- 
ret. Ayez soin d'en 
bien suivre l'ampleur, 
afin d'éviter les fron- 
çailleries. Posez en 
croix ces deux pailles, 
dont le rôle est de 

soutenir; cousez, au milieu de chaque 
paille, un laiton, et introduisez cette croix 
laitonnée dans l'intérieur de votre calotte. Cou- 
sez à grands points, et accrochez les quatre 
laitons avec un crochet (voir explications dans 
mon livre) au laiton d'entrée de tête de la 
calotte. 

Posez, enfin, sur la passe et cousez solide- 
ment au point noué. 



i nuKft 






jmH* «• 



La prochaine fois, 
il ne nous restera 
plus qu'à tendre 
d'étoffe ce chapeau, 
dont la carcasse 
est déjà entièrement 
faite de vos mains. 
Choisissez donc la 
soie, le velours ou 
le taffetas qui vous 
convient; apportez-le, et, au prochain cours, 
nous tâcherons de draper avec art ce chef- 
d'œuvre. 

Y. A. 




oiutu efrtt/inù 



Digitized by 



Google 



i64 



Séri8 t 



tendredl, /•' Féorler 



LECTURE 

Cours de M. L. BRÉMONT 



Vous vous rappelez comment j'ai défini l'art 
de dire : 

«C'est Tart d'exprimer — ou de suggérer — 
tous les dessous d'idées que les mots et les 
phrases contiennent. » 

J'ajoute : en dehors même du sens habituel 
des mots. 

Cette définition est celle de la diction expres- 
sive, de celle que nous nous proposons comme 
le but de nos efforts, de celle qui apportera 
à nos études un réel intérêt, un agrément 
toujours nouveau. 

Mais nous avons une étape à parcourir avant 
de pouvoir nous livrer avec sécurité à notre 
goût pour l'art du diseur ou du lecteur ; il faut, 
par l'exactitude et la propriété des prononcia- 
tions, nous former un langage clair, élégant 
et facile; il faut encore, par l'articulation et 
la respiration, par la tranquillité de la voix, 
nous préparer un outil souple et fort. C'est la 
partie mécanique de l'enseignement; ce n'est 
pas la moins importante, car nous voyons 
tous les jours que la plus vive intelligence 
des textes ne supplée jamais complètement, 
chez le professeur le plus érudit, à l'insuffi- 
sance de la voix, de l'articulation, de l'élocu- 
tion. 

L'incorrection du langage gâte, souvent, les 
meilleures qualités chez l'orateur, chez le pré- 
dicateur, chez l'avocat. 

Mon maître Régnier nous contait, un jour, 
au Conservatoire, que Gambetta, dans un ma- 
gnifique discours, avait troublé le courant de 
l'admiration, qu'il avait fait sourire peut-être, 
que, dans tous les cas, il avait coupé l'émo- 
tion que son éloquence produisait sur le pu- 
blic, en répétant à plusieurs reprises, dans une 
même phrase : « La Chambre hotte », au lieu 
de : « La Chambre haute (hôte). » 

Certes, dans une harangue magnifique, on 
ne devrait pas prêter attention à une chose 
aussi insignifiante; mais le moyen de s'en 
empêcher? C'est en dépit de nous-même que 
ce détail si mesquin vient occuper nos esprits, 
au détriment du reste; cela prend la même 
importance, pour nos oreilles, que la petite 
fausse note dans la symphonie, ou le couac 
du ténor à la fin de sa cavatine. 

Je crois que M. Legouvé a consigné ce 
petit souvenir dans l'un de ses ouvrages sur 
la lecture. 

Avoir l'éloquence de Gambetta, ça n'est pas 



chose aisée ; mais prononcer « La Chambre 
haute », c'est à la portée de tout le monde. 
Efforçons-nous donc d'obtenir au moins, par 
la correction, cette pureté de langage que 
donne la propriété et aussi la simphcité de la 
prononciation. 

Il me semble, tout d'abord, qu'il serait bon 
de distinguer la prononciation de l'articulation : 
on les confond sans cesse. 

L'articulation se rapporte particulièrement 
aux consonnes, et il faudrait, de préférence, 
appeler vices ou défauts d'articulation les im- 
perfections qu'on nomme toujours défauts de 
prononciation. 

Les fautes de prononciation désigneraient 
toutes les impropriétés, toutes les erreurs qu'on 
rencontre dans l'émission des voyelles. 

La bonne prononciation est, en effet, celle 
qui donne aux voyelles le son qui leur est 
propre, leur exacte durée, c'est-à-dire leurs 
valeurs longues ou brèves, leur hauteur, c'est- 
à-dire leurs accents, aigus ou graves; c'est 
une science prosodique, si on peut appeler 
« science » une chose aussi changeante, aussi 
soumise aux usages, aux caprices de la mode, 
aux différences de latitudes que l'est, chez 
nous, la prononciation des mots. 

Où se trouve donc, au mois de février de 
l'an 1907, le vrai centre de la bonne pronon- 
ciation ? 

Le monopole en est-il réservé à la seule Ville 
de Paris? 

On vous dira, quelquefois, que c'est en Tou- 
raine qu'on parle le mieux, et, si ce sont les 
Tourangeaux qui ont le plus contribué à ré- 
pandre ce bruit, il faut se garder d'en sourire, 
car, très certainement, les départements du 
Centre n'ont pas les défauts que nous avons..., 
ils en ont d'autres! Avouons, pourtant, que 
leurs défauts sont peut-être moins gênants pour 
des oreilles délicates. 

Quoi qu'il en soit, et puisqu'il est entendu 
que chaque région a ses défauts qui lui sont 
spéciaux, nous serons sages en nous occu- 
pant d'abord des nôtres. 

Ce qu'on reproche avant tout aux Parisiens, 
quand on est Bordelais ou Bourguignon, c'est 
le grasseyement qui est un défaut excessive- 
ment répandu à Paris, du haut en bas de 
l'échelle sociale, et je tâcherai de vous dë- 
montrer que c'est un défaut bien déplorable; 
mais je réserve cette démonstration pour ven- 
dredi prochain, afin de me conformer à no- 
tre programme et de rester fidèle à notre 



Digitized by 



Google 



i65 



distinction entre la prononciation et l'articu- 
lation. 

Parmi les fautes de prononciation les plus 
habituelles aux Parisiens de Paris, on peut 
noter, d'abord, l'affreux redoublement des deux 
l qui fait prononcer Jel Vai vu pour : «Je 
l'ai vu»; Jel V attends, Jel l'aime pour: «Je 
l'attends, je l'aime»; voul Vavez pour :« Vous 
l'avez. » 

Rien n'est plus vulgaire, ni plus déplaisant, 
et, pourtant, on entend cela même dans les 
milieux distingués. 

On y entend dire aussi : in pour « un », 
lindi pour « lundi », i court pour « il court », 
aujourd'hui ou aujord'hui pour « aujourd'hui ». 

Ecoutez cette prononciation bien parisienne : 

«Je/ Z'a/tendais in Zindi; ♦ n'est pas v'nu; 
il aurait dû nC faire des eacuses ! » 

Il y a vraiment là de quoi faire frémir 
tous les Tourangeaux de la terre I 

Vous avez remarqué que j'ai prononcé es- 
euses pour « excuses », est pour est, dés pour 
dès. 

Il faut que j'insiste sur ce dernier point : 
ses, mes, te^, ses, des, doivent se prononcer 
avec un accent grave comme le son ais à 
l'imparfait du verbe aimer : « j'aimais », et non 
pas comme le son ai au passé défini : «j'ai- 
mai». 

II y a, à Paris, une tendance de plus en 
plus forte à donner à ces monosyllabes un" 
accent aigu : lés, mes, tés, ses, dés. 

Elle nous monte de la rue, je pourrais 
presque dire du ruisseau, car on peut observer 
que ces e deviennent de plus en plus aigus 
à mesure qu'on descend dans le peuple. 

Les vendeurs de petits journaux vous en 
donnent, chaque jour, un bel exemple quand 
ils vous proposent « le résultat dés ourses ». 

Cette habitude, qui tend à se généraliser, me 
semble des plus fâcheuses pour notre langue, 
qu'elle prive de sa plénitude, en lui ôtant, 
à chaque minute, un son harmonieux et étoffé 
pour le remplacer par ime sonorité grêle et 
pointue. 

Dans la poésie, le dommage est évident. 
Comparez : 

Lés tif'des volupl<^'S dès nuits mélancoliques 
Sortaient autour do nous du calice des fleurs ; 
Lès marronniers du parc et h^s chines antiques, 

Avec : 

l.t**s Urdes volupUs.... ttc, etc. 

Au lieu de deux e aigus (dans voluptés et 
dans mélancoliques), nous en avons sept; ils 
deviennent tous communs et désagréables. 

J'ai dit que cette habitude nous venait d'en 
bas; en voici une autre qui vient d'en haut, 
et qui n'en est pas meilleure pour cela, car 
elle a exactement les mêmes inconvénients au 
point de vue des sonorités. Il a paru élégant 



à certaines personnes du monde de donner 
aux a une prononciation aiguë et fermée qui 
leur fait dire : 

— Je n'aime pas le pâté. Je préfère un 
gâteau. 

Je vous en supplie, mesdemoiselles, ne par- 
lez jamais comme cela; c'est laid, inutile, ri- 
dicule et prétentieux. 

Oui, cela est prétentieux, et, comme je vous 
l'ai dit tout à l'heure, la pureté du langage 
s'obtient par la propriété et la simpUcité de 
la prononciation. 

Il faut bien avouer que l'invasion et la com- 
quête de Paris par les Méridionaux peut con- 
tribuer à égarer nos esprits, ou tout au moins 
nos oreilles, sur toutes ces choses. 

Lorsque Gambetta donnait à l'adjectif haute 
une sonorité aiguë et brève, il obéissait au^ 
habitudes de son pays. 

Dans le Midi, on dit châse pour chdse, 
rose pour rdse, et l'accent circonflexe lui- 
même ne défend pas les mots âme, âge, 
d'une prononciation aiguë. On dit : une âme, 
l'âge, et la flamme pour la flamme. Il est 
vrai que, par compensation, on dit, dans cer- 
taines régions (en Bourgogne, je crois), «il à» 
pour « il â ». 

Tout cela est tellement troublant que bien 
des gens ne s'y reconnaissent plus, et, comme 
les personnes qui prononcent mal semblent 
prendre un malin plaisir à tout embrouiller, 
voici qu'on abandonne la coutume ancienne 
qui faisait prononcer à l'indicatif du verbe 
savoir : « Je sais, tu sais, il sait », comme 
des é aigus. 

Beaucoup de gens disent, aujourd'hui : 

— Je sais (grave). 

Jusqu'à nouvel ordre, il faudra dire : «Je 
sais », l'usage n'ayant pas encore prévalu dans 
le sens contraire. 

Mais j'entends bien la facile objection qu'on 
va me faire : 

— Vous nous avez déjà prouvé, surabon- 
damment, qu'à Paris on ne parlait pas tou- 
jours bien, moins bien, peut-être, qu'en cer- 
taines autres parties de la France, — sans 
compter que vous tenez encore en réserve 
le grasseyement pour discréditer un peu plus 
complètement la prononciation parisienne, et, 
cependant, c'est de Paris que vous prétendez 
faire la loi au reste de la France, c'est à 
Paris que vous confiez le privilège de dérider 
ce qui est bon, mauvais, ou pire. Il y a là 
un effet, heureux, celui-là, à ce qu'il me sem- 
ble, de ce qu'on nomme la centralisation. 

. Toutes les valeurs littéraires jet artistiques 
du pays viennent aboutir ici; elles y forment 
des corps d'élite qui deviennent les gardiens 
des bonnes traditions et les arbitres des modes 
nouvelles, et ce n'est pas précisément Paris 
qui impose sa langue aux provinciaux, ce sont 
les écrivains, les poètes, les professeurs; c'est 
l'Institut, la Comédie-Française, le Conserva- 
toire, l'Université, — les Universités elles- 
mêmes, pourrait-on dire (et c'est ici, mesde- 
moiselles, que votre responsabilité commence). 

uiyiLizeu uy "^^-j vy v^pt lx^ 



i66 



Oui, ce sont tous les milieux où Ton se préoc- 
cupe de parler un peu mieux qui sont les 
dépositaires de la bonne prononciation, de la 
correction et de la pureté du langage. 

Certaines imperfections viennent de la mol- 
lesse ou de l'inattention; elles sont commu- 
nes à toutes les régions. 

L'une des plus fréquentes est celle qui con- 
fond les voyelles composées an et on ou qui, 
du moins, ne fait pas entre elles une distinc- 
tion suffisante. 

Il est essentiel de ne jamais confondre ces 
sonorités, si l'on veut donner quelque netteté 
à la diction. 

Que de gens semblent avoir la parole in- 
certaine et embarrassée lorsqu'ils rencontrent 
quelques phrases comme celle-ci : 

«Les enfants font souvent ce qu'on leur dé- 
fend. » 

Une certaine paresse d'élocution les em- 
pêche de donner à chaque voyelle composée 
sa valeur propre et toutes ont une même so- 
norité qui est vaguement comprise entre an 
et on. 

Cela jette à chaque instant, dans la diction. 



une confusion fâcheuse, par exemple lorsqu'on 
dit: 

— Qu*a-t-il répondu? 
. Il est impossible de savoir si on a dit ré- 
pondu ou répandu. 

Je fais très souvent dire la jolie poésie de 
Mme Rosemonde Gérard (Mme Rostand), qui 
commence par ces vers : 

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille. 
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux 

[blancs... 

Il est assez rare que ces deux mots : blonds 
et blancs, s'opposent suffisamment Tun à l'autre 
dans la diction des débutants. 

Je voudrais vous parler encore des consonnes 
redoublées canune dans les mots allégresse, 
immense, aUure, attention; de la prononciation 
de quelques mots comme désir ou désir, plus 
ou plu, et aussi des liaisons. 

Le temps nous presse. Je vous dirai quelques 
mots de ces questions au commencement de 
notre prochain cours, avant de vous parler 
des défauts d'articulation. 

L. BTitMorrr. 



lectures faites aux Cours des iS Janvier^ f et 8 Février 



La Dernière Classe 

[Hécit d'un Petit Alsacien) 

Ce matin-là, j'étais très en retard pour aller 
à l'école, et j*avais grand'peur d'être grondé, 
d'autant que M. Hamel nous avait dit qu'il 
nous interrogerait sur les participes, et je n'en 
savais pas le premier mot. Un moment l'idée 
me vint de manquer la classe et de prendre 
ma course à travers champs. 

Le temps était si chaud, si clair I 

On entendait les merles siffler à la lisière 
du bois, et dans le pré Rippert, derrière la 
scierie, les Prussiens qui faisaient l'exercice. 
Tout cela me tentait bien plus que la règle 
des participes; mais j'eus la force de résister, 
et je courus bien vite vers l'école. 

En passant devant la mairie, je vis qu'il y 
avait du monde arrêté près du petit grillage 
aux affiches. Depuis deux ans, c'est de là que 
nous sont venues toutes les mauvaises nou- 
velles, les batailles perdues, les réquisitions. 



les ordres de la commandature ; et je pensai 
sans m'arrêter : 

— Qu'est-ce qu'il y a encore? 

Alors, comme je traversais la place en cou- 
rant, le forgeron Wachter, qui était là avec son 
apprenti en train de lire l'affiche, me cria : 

— Ne te dépêche pas tant, petit; tu y arri- 
veras toujours assez tôt à ton école I 

Je crus qu'il se moquait de moi, et j'entrai 
tout essoufflé dans la petite cour de M. Hamel. 

D'ordinaire, au commencement de la classe, 
il se faisait un grand tapage qu'on entendait 
jusque dans la rue : les pupitres ouverts, fer- 
més, les leçons qu'on répétait très haut, tous 
ensemble, en se bouchant les oreilles pour 
mieux apprendre, et la g^'osse règle du maître 
qui tapait sur les tables : 

— Un peu de silence I 

Je comptais sur tout ce train pour gagner 
mon banc sans être vu; mais justement, ce 
jour-là, tout était tranquille, comme un matin 
de dimanche. Par la fenêtre ouverte, je voyais 
mes camarades déjà rangés à leurs places, et 
M. Hamel, qui passait et repassait avec la 



Digitized by 



Google 



167 



terrible règle en fer sous le bras. Il fallut ouvrir 
la porte et entrer au milieu de ce grand calme. 
Vous pensez, si j'étais rouge et si j'avais peur! 
Eh bien, nonl M. Hamel me regarda sans 
colère et me dit très doucement : 

— Va vite à ta place, mon petit Franz; nous 
allions commencer sans toi. 

J'enjambai le banc et je m'assis tout de suite 
h mon pupitre. Alors seulement, un peu remis 
de ma frayeur, je remarquai que notre maître 
avait sa belle redingote verte, son jabot plissé 
fin et la calotte de soie noire brodée qu'il ne 
mettait que les jours d'inspection ou de distri- 
bution de prix. Du reste, toute la classe avait 
quelque chose d'extraordinaire et de solennel. 
Mais ce qui me surprit le plus, ce fut de voir 
au fond de la salle, sur les bancs qui restaient 
vides d'habitude, des gens du village assis et 
silencieux comme nous: le vieux Hauser avec 
son tricorne, l'ancien maire, l'ancien facteur, 
et puis d'autres personnes encore. Tout ce 
monde-là paraissait triste; et Hauser avait 
apporté un vieil abécédaire mangé aux bords, 
qu'il tenait grand ouvert sur ses genoux, avec 
ses grosses lunettes posées en travers des pages. 

Pendant que je m'étonnais de tout cela, 
M. Hamel était monté dans sa chaire, et, de la 
même voix douce et grave dont il m'avait reçu, 
il nous dit : 

— Mes enfants, c'est la dernière fois que je 
vous fais la classe. L'ordre est venu de Berlin 
de ne plus enseigner que l'allemand dans les 
écoles de l'Alsace et de la Lorraine... Le nou- 
veau maître arrive demain. Aujourd'hui, c'est 
votre dernière leçon de français. Je vous prie 
d'être bien attentifs. 

Ces quelques paroles me bouleve -sèrent. Ah! 
les misérables, voilà ce qu'ils avaient affiché à 
la mairie. 

Ma dernicre leçon de fran':ais!... 

Et moi qui savais à peine r'^rire! Je n'ap- 
prendrais donc jamais! Il faïuîrait donc en 
rester làl Comme je m'en voulais, maintenant, 
du temps perdu, des classes manquées à courir 
les nids ou à faire des glissades sur la Saar I 
Mes livres que, tout à l'heure encore, je trouvais 
si ennuyeux, si lourds à porter; ma grammaire, 
mon histoire sainte, me «semblaient, à présent. 
de vieux amis qui me feraient beaucoup de 
peine à quitter. C'est comme M. Hamel. L'idée 
qu'il allait partir, que je ne le verrais plus, me 
faisait oublier les punitions, les coups de règle. 

Pauvre homme! 

C'est en l'honneur de cette dernière classe 
qu'il avait mis ses beaux habits du dimanche, 
et. maintenant, je comprenais pourquoi ces vieux 
du village étaient venus s'asseoir au bout de 
la salle. Cela semblait dire qu'ils regrettaient 
de ne pas y être venus plus souvent, à cette 
école. C'était aussi comme une façon de remer- 
cier notre mattre de ses quarante ans de bons 
services, et de rendre leurs devoirs à la patrie 
qui s'en allait... 

J'en étais là de mes réflexions, quand j'en- 
tendis appeler mon nom. C'était mon tour 
de réciter. Que n'aurais-je pas donné pour 



pouvoir dire au long cette fameuse règle des 
participes, bien haut, bien clair, sans une faute 1 
Mais je m'embrouillai aux premiers mots, et je 
restai deboi* à me balancer dans mon banc, 
le cœur gros, sans oser lever la tête. J'entendais 
M. Hamel qui me parlait: 

— Je ne te gronderai pas, mon petit Franz, 
tu dois être assez puni... Voilà ce que c'est 
Tous les jours on se dit: «Bah! j'ai bien le 
temps. J'apprendrai demain. » Et puis, tu vois ce 
qui arrive... Ah! c'a été le grand malheur de 
notre Alsace de toujours remettre son instruc- 
tion à demain. Maintenant, ces genslà sont en 
droit de nous dire : « Comment 1 Vous prétendiez 
être Français, et vous ne savez ni parler ni 
écrire votre langue!.... » Dans tout ça, mon pau- 
vre Franz, ce n'est pas encore toi le plus cou- 
pable. Nous avons tous notre bonne part de 
reproches à nous faire. Vos parents n'ont pas 
assez tenu à vous voir instruits. Ils aimaient 
mieux vous envoyer travailler à la terre ou aux 
filatures pour avoir quelques sous de plus. Moi- 
même, n'ai-je rien à me reprocher? Est-ce que 
je ne vous ai pas souvent fait arroser mon jardin 
au lieu de travailler? Et, quand 7e voulais 
aller pêcher des truites, est-ce que je me 
gênais pour vous donner congé?... 

Alors, d'une chose à l'autre, M. Hamel se 
mit à nous parler de la langue française, disant 
que c'était la plus belle langue du monde, la 
plus claire, la plus solide ;' qu'il fallait la garder 
entre nous et ne jamais l'oublier, parce que, 
quand un peuple tombe esclave, tant qu'il tient 
bien sa langue, c'est comme s'il tenait la clé de 
sa prison (1)... Puis,. il prit une grammaire et 
nous lut notre leçon. J'étais étonné de voir 
comme je comprenais. Tout ce qu'il disait me 
semblait facile, facile. Je crois aussi que je 
n'avais jamais si bien écouté, et que lui, non 
plus, n'avait jamais mis autant de patience à 
ses explications. On aurait dit qu'avant de 
s'en aller le pauvre homme voulait nous donner 
tout son savoir, nous le faire entrer dans la 
tête d'un seul coup. 

La leçon finie, on passa à l'écriture. Pour ce 
jour-là, M. Hamel nous avait préparé des 
exemples tout neufs, sur lesquels il avait écrit en 
belle ronde: France, AUacey France, Alsace. 
Cela faisait comme de petits drapeaux qui flot- 
taient tout autour de la classe, pendus à la 
tringle de nos pupitres. Il fallait voir comme 
chacun s'appliquait, et quel silence! On n'en- 
tendait rien que le grincement des plumes sur 
le papier. Un moment, des hannetons entrèrent ; 
mais personne n'y fit attention, pas même les 
tout petits, qui s'appliquaient à tracer l'ours 
hâtons avec un cœur, une conscience, cn^Mme 
si cela encore était du français... Sur la toit-ire 
de l'école, des pigeons roucoulaient tout tas, 
et je me disais, en les écoutant : 

— Est-ce qu'on ne va pas les obliger à chan- 
ter en allemand, eux aussi? 

De temps en temps, quand je levais les yeux 

(1) « S'il tionl ga lan(?ii<*. — il tiont la c\6 miî do =.3 
clialnos le délivre. > Frédéric MixtrnL ^^>^/^|r 
uiyiLizeu uy "vJvJvJVt LVL 



i68 



de dessus ma page, je voyais M. Hamel im- 
mobile dans sa chaire et fixant Iqs objets 
autour de lui, comme s'il avait voulu emporter 
dans son regard toute sa petite maison d'é- 
cole... Pensez I depuis quarante ans, il était 
là, à la même place, avec sa cour en face de 
lui et sa classe toute pareille. Seulement, les 
bancs, les pupitres, s'étaient polis, frottés par 
l'usage; les noyers de la cour avaient grandi, 
et le houblon, qu'il avait planté lui-même, 
enguirlandait, maintenant, les fenêtres jusqu'au 
toit. Quel crèvecœur ça devait être pour ce 
pauvre homme de quitter toutes ces choses, 
et d'entendre sa sœur qui allait, venait, dans 
la chambre au-dessus, en train de fermer leurs 
malles! car ils devaient partir le lendemain, 
s'en aller du pays pour toujours I 

Tout de même, il eut le courage de nous 
faire la classe jusqu'au bout. Après l'écriture, 
nous eûmes la leçon d'histoire; ensuite, les 
petits chantèrent tous ensemble le ba be bi bo bu. 
Là-bas, au fond de la salle, le vieux Hauser 
avait mis ses lunettes, et, tenant son abécé- 
daire à deux mains, il épelait les lettres avec 
eux. On voyait qu'il s'appliquait, lui aussi; sa 
voix tremblait d'émotion, et c'était si drôle de 
l'entendre, que nous avions tous envie de rire 
et de pleurer. Ah 1 je m'en souviendrai de cette 
dernière classe... 

Tout à coup, l'horloge de l'église sonna midi, 
puis l'angélus. Au même moment, les trom- 
pettes des Prussiens qui revenaient de l'exercice 
éclatèrent sous nos fenêtres... M. Hamel se 
leva tout pâle, dans sa chaire. Jamais il ne 
m'avait paru si grand. 

— Mes amis, dit-il, mes amis, je..., je... 
Mais quelque chose l'étouffait. Il ne pouvait 

pas achever sa phrase. 

Alors, il se tourna vers le tableau, prit un 
morceau de craie, et, en appuyant de toutes ses 
forces, il écrivit aussi gros qu'il put : 

VIVE LA FRANCE 1 

Puis il resta là, la tête appuyée au mur, et, 
sans parler, avec sa main il nous faisait signe: 

— C'est fini... Allez-vous-en. 

ALPTfOJMSE DAVDET. 



Le Jongleur de Notre-Dame 

Au temps du roi Louis, il y aVait, en France, 
un pauvre jongleur, natif de Compiègne, 
nommé Barnabe, qui allait par les villes, fai- 
sant des tours de force et d'adresse. 

Les jours de foire, il étendait sur la place pu- 
blique un vieux tapis tout usé, et, après avoir at- 
tiré les enfants et les badauds par des propos 
plaisants qu'il tenait d'un très vieux jongleur 
et auxquels il ne changeait jamais rien, il pre- 
nait des attitudes qui n'étaient pas naturelles 
et il mettait une assiette d'étain en équilibre 
sur son nez. La foule le regardait d'abord avec 
indifférence. 



Mais quand, se tenant sur les mains la tête 
en bas, il jetait en l'air et rattrapait avec 
ses pieds six boules de cuivre qui brillaient 
au soleil» ou quand, se renversant jusqu'à ce 
que sa nuque touchât ses talons, il donnait à 
son corps la forme d'une roue parfaite et 
jonglait, dans cette posture, avec douze cou- 
teaux, un murmure d'admiration s'élevait dans 
l'assistance et les pièces de monnaie pleu- 
vaient sur le tapis. 

Pourtant, comme la plupart de ceux qui vi- 
vent de lespr talent, Barnabe de Compiègne 
avait grand'peine à vivre. 

Gagnant son pain à la sueur de son front, 
il portait plus que sa part des misères at- 
tachées à la faute d'Adam, notre père. 

Encore, ne pouvait-il travailler autant qu'il 
aurait voulu. Pour montrer son beau savoir, 
comme aux arbres pour donner des fleurs 
et des fruits, il lui fallait la chaleur du soleil 
et la lumière du jour. Dans l'hiver, il n'était 
plus qu'un arbre dépouillé de ses feuilles et 
quasi mort. La terre gelée était dure au jon- 
gleur. Et, comme la cigale dont parle Marie 
de France, il souffrait du froid et de la faim 
dans la mauvaise saison. Mais, comme il avait 
le cœur simple, il prenait ses maux en pa- 
tience. 

11 n'avait jamais réfléchi à l'origine des ri- 
chesses, ni à l'inégalité des conditions hu- 
maines. Il comptait fermement que, si ce monde 
est mauvais, l'autre ne pourrait manquer 
d'être bon, et cette espérance le soutenait. 
Il n'imitait pas les baladins larrons et mécréants 
qui ont vendu leur âme au diable. Il ne 
blasphémait jamais le nom de Dieu; il vivait 
honnêtement, et, bien qu'il n'eût pas de femme, 
il ne convoitait pas celle du voisin, parce qu'il 
était chrétien, et, aussi, parce que la femme 
est l'ennemi des hommes fDrts, comme il ap- 
paraît par l'histoire de Samson, qui est rap- 
portée dans l'Ecriture. 

A la vérité, il n'avait pas l'esprit tourné aux 
désirs charnels, et il lui en coûtait plus de 
renoncer aux brocs qu'aux dames. Car, sans 
manquer à la sobriété, il aimait à boire quand 
il faisait chaud. C'était un homme de bien, crai- 
gnant Dieu et très dévot à la Sainte Vierge. 

Il ne manquait jamais, quand il entrait dans 
une église, de s'agenouiller devant l'image de 
la Mère de Dieu, et de lui adresser cette prière : 

— Madame, prenez soin de ma vie jusqu'à 
ce qu'il plaise à Dieu que je meure, et, quand 
je serai mort, faites-moi avoir les joies du para- 
dis. 



Or, un certain soir, après une journée de 
pluie, tandis qu'il s'en allait, triste et courbé, 
portant sous son bras ses boules et ses cou- 
teaux cachés dans son vieux tapis, et cherchant 
quelque grange pour s'y coucher sans souper, 
il vit, sur la route, un moine qui suivait le 
même chemin, et le salua honnêtement. Comme 
ils marchaient du même pas, ils se mirent à 
échanger des propos, ^^ j 

uiyitized by LjOOQIC 



169 



— Compagnon, dit le moine, d'où vient que 
vous êtes habillé tout de vert? Ne serait-ce 
point pour faire le personnage d'un fol dans 
quelque mystère? 

— Non point, mon Père, répondit Barnabe. 
Tel que vous me voyez, je me nomme Barnabe, 
et je suis jongleur de m3n état. Ce serait le 
plus bel état du monde, si on y mangeait 
tous les jours. 

— Ami Barnabe, reprit le moine, prenez 
garde à ce que vous dites. Il n'y a pas de 
plus bel état que l*état monastique. On y 
dlèbre les louanges de Dieu, de la Vierge 
et des saints, et la vie du religieux est un 
perpétuel cantique au Seigneur. 

Barnabe répondit : 

— Mon Père, je confesse que j'ai parlé 
comme un ignorant. Votre état ne se peut 
comparer au mien, et quoiqu'il y ait du 
mérite à danser en tenant au bout du nez 
un denier en équilibre sur un bâton, ce mé- 
rite n'approche pas du vôtre. 

» Je voudrais bien comme vous, mon Père, 
chanter tous les jours l'office, et spécialement 
l'office de la très Sainte Vierge, à qui j'ai 
voué une dévotion particulière. 

» Je renoncerais bien volontiers à l'art dans 
lequel je suis connu, de Soissons à Beauvais, 
dans plus de soixante villes et villages, pour 
embrasser la vie monastique. » 

Le moine fut touché de la simplicité du 
jongleur, et, comme il ne manquait pas de 
discernement, il reconnut en Barnabe un de 
ces hommes de bonne volonté de qui Notre- 
Seigneur a dit : « Que la paix soit avec eux 
sur la terre ! » C'est pourquoi il lui répondit : 

— Ami Barnabe, venez avec moi, et je vous 
ferai entrer dans le couvent dont je suis prieur. 
Celui qui conduisit Marie l'Egyptienne dans 
le désert m'a mis sur votre chemin pour vous 
mener dans la voie du salut. 

C'est ainsi que Barnabe devint moine. Dans 
le couvent où il fut reçu, les religieux celé- 
brmen't à Tenvi le culte de la Sainte Vierge, 
et chacun employait à la servir tout le savoir 
et toute l'habileté que Dieu lui avait donnés. 

Le prieur, pour sa part, composait des li- 
vres qui traitaient, selon les règles de la sco- 
lastique, des vertus de la mère de Dieu. 

Le Frère Maurice copiait, d'une main sa- 
vante, ces traités sur des feuilles de vélin. 

Le Frère Alexandre y peignait de fines mi- 
niatures. On y voyait la leine du ciel, as- 
sise sur le trône de Salomon, au pied duquel 
veillent quatre lions; autour de sa tête nim- 
bée voltigeaient sept colombes, qui sont les 
sept dons du Saint-Esprit : dons de crainte, 
de pitié, de science, de force, de conseil, d'in- 
telligence et de sagesse. Elle avait pour com- 
pagnes six vierges aux cheveux d'or : l'Hu- 
milité, la Prudence, la Retraite, le Respect, 
la Virginité et l'Obéissance. 

A ses pieds, deux petites figures nues et 
toutes blanches se tenaient dans une atti- 
tude suppliante C'étaient des âmes qui im- 



ploraient, pour leur salut et non, certes, en 
vain, sa toute-puissante intercession. 

Le Frère Alexandre représentait sur une 
autre page Eve au regard de Marie, afin qu'on 
vît, en même temps, la faute et la rédemption, 
la femme humiliée et la vierge exaltée. On 
admirait encore, dans ce livre, le puits des 
eaux vives, la fontaine, le lis, la lune, le 
soleil et le jardin cbs dont il est parlé dans 
le cantique, la porte du Ciel et la cité de Dieu, 
et c'étaient là des images de Marie. 

Le Frère Marbode était semblablement un 
des plus tendres enfants de Marie. 

Il taillait sans cesse des images de pierre, 
en sorte qu'il avait la barbe, les sourcils et 
les cheveux blancs de poussière, et que ses 
yeux étaient perpétuellement gonflés et lar- 
moyants; mais il était plein de force et de joie 
dans un âge avancé et, visiblement, la reine 
du paradis protégeait la vieillesse de son en- 
fant. Marbode la représentait assise dans une 
chaire, le front ceint d'un nimbe à orbe perlé. 
Et il avait soin que les plis de la robe cou- 
vrissent les pieds de celle dont le prophète 
a dit : 

— Ma bien-aimée est comme un jardin 
clos. 

Parfois, aussi, il la figurait sous les traits 
d'un enfant plein de grâce, et elle semblait 
dire : 

— Seigneur, vous êtes mon Seigneur! Dixi 
de ventre matris meœ : Deus meus es tu. (Psalm. 
21, 11.) 

Il y avait aussi, dans le couvent, des poètes, 
qui composaient, en latin, des proses et des 
hymnes en l'honneur de la bienheureuse Vierge 
Marie, et même il s'y trouvait un Picard qui 
mettait les miracles de Notre Dame en langue 
vulgaire et en vers rimes. 



Voyant un tel concours de louanges et une 
si belle moisson d'œuvres, Barnabe se lamen- 
tait de son ignorance et de sa simplicité. 

— Hélas! soupirait-il en se promenant seul 
dans le petit jardin sans ombre du couvent, 
je suis bien malheureux de ne pouvoir, comme 
mes frères, louer dignement la sainte Mère 
de Dieu à laquelle j'ai voué la tendresse de 
mon cœur. Hélas! hélas! je suis un hDmme 
rude et sans art, et je n'ai pour votre service, 
Madame la Vierge, ni sermons édifiants, ni 
traités bien divisés selon les règles, ni fines 
peintures, ni statues exactement taillées, ni 
vers comptes par pieds et marchant en mesure. 
Je n'ai rien, hélas! 

Il gémissait de la sorte et s'abandonnait à 
la tristesse. Un soir que les moines se récréaient 
en conversant, il entendit l'un d'eux conter 
l'histoire d'un religieux qui ne savait réciter 
autre chose qu'Are Maria. Ce religieux était 
méprisé pour son ignorance; mais, étant mort, 
il lui sortit de la bouche cinq roses en l'honneur 
des cinq lettres du nom de Marie, et sa sain- 
teté fut ainsi manifestée. 



Digitized by 



Google 



ijo 



En écoutant ce récit, Barnabe admira une 
fois de plus la bonté de la Vierge; mais 
il ne fut pas consolé par l'exemple de cette 
mort bienheureuse, car son cœur était plein 
de zèle et il voulait servir la gloire de sa 
dame qui est aux cieux. 

Il en cherchait le moyen sans pK>uvoir le 
trouver et il s'affligeait chaque jour davantage, 
quand un matinj s'étant réveillé tout joyeux, 
il courut à la chapelle et y demeura seul pen- 
dant plus d'une heure. Il y retourna l'après- 
dîner. 

Et, à compter de ce moment, il allait cha- 
que jour dans cette chapelle, à l'heure où 
elle était déserte, et il y i)assait une grande 
partie du temps que les autres moines consa- 
craient aux arts libéraux et aux arts mécani- 
ques. Il n'était plus triste et il ne gémissait 
plus. 

Une conduite si singulière éveilla la curio- 
sité des moines. 

On se demandait, dans la communauté, pour- 
quoi le Frère Barnabe faisait des retraites 
si fréquentes. 

Le prieur, dont le devoir est de ne rien 
ignorer de la conduite de ses religfieux, résolut 
d'observer Barnabe pendant ses solitudes. Un 
jour donc, que celui-ci était renfermé, comme 
à son ordinaire, dans la chapelle, dom prieur 
vint, accompagné de deux anciens du couvent, 
observer, à travers les fentes de la porte, ce 
qui se passait à l'intérieur. 

Ils virent Barnabe qui, devant l'autel de 
la Sainte Vierge, la tête en bas, les pieds 
en l'air, jonglait avec six boules de cuivre 
et douze couteaux. Il faisait, en l'honneur de 
la sainte Mère de Dieu, les tours qui lui 
avaient valu le plus de louanges. Ne com- 
prenant pas que cet homme simple mettait 
ainsi son talent et son savoir au service de 
la Sainte Vierge, les deux anciens criaient au 
sacrilège. 

Le prieur savait que Barnabe avait l'âme 
innocente ; maie il le croyait tombé en démence. 
Ils s'apprêtaient tous trois à le tirer vivement 
de la chapelle, quand ils virent la Sainte Vierge 
descendre les degrés de l'autel pour venir es- 
suyer, d'un pan de son manteau bleu, la sueur 
qui dégouttait du front de son jongleur. 

Alors le prieur, se prosternant le visage 
contre la dalle, récita ces paroles : 

— Heureux les simples, car ils verront Dieu! 

— Amen I répondirent les anciens en bai- 
sant la terre. 



Viande de Boucherie 

Au milieu de l'océan Indien, un soir triste 
où le vent commençait à gémir. 

Deux pauvres bœufs nous restaient, de douze 
que nous avions pris à Singapoor pour les 
manger en route. On les avait ménagés, ces 



derniers, parce que la traversée se prolongeait, 
contrariée par la mousson mauvaise. 

Deux pauvres bœufs étiolés, amaigris, pi- 
toyables, la peau déjà usée sur les saillies 
des os par les frottements du roulis. Depuis 
bien des jours, ils naviguaient ainsi miséra- 
blement, tournant le dos à leur pâturage de 
là-bas où personne ne les ramènerait plus ja- 
mais, attachés court, par les cornes, à côté 
l'un de l'autre et baissant la tête avec rési- 
gnation chaque fois qu'une lame venait inon- 
der leur corps d'une nouvelle douche si froide; 
l'œil morne, ils ruminaient ensemble un mauvais 
foin mouillé de sel, bêtes condamnées, rayées 
par avance sans rémission du nombre des 
bêtes vivantes, mais devant encore souffrir lon- 
guement avant d'être tuées; souffrir du froid, 
des secousses, de la mouillure, de l'engourdis- 
sement, de la peur... 

Le soir dont je parle était triste particuliè- 
rement. En mer, il y a beaucoup de ces soirs-là, 
quand de vilaines nuées livides traînent sur 
l'horizon où la lumière baisse, quand le vent 
enfle sa voix et que la nuit s'annonce peu sûre. 
Alors, à se sentir isolé au milieu des eaux 
infinies, on est pris d'une vague angoisse que 
les crépuscules ne donneraient jamais sur terre, 
même dans les lieux les plus funèbres. — 
Et ces deux pauvres bœufs, créatures de prai- 
ries et d'herbages, plus dépaysées que les 
hommes dans ces déserts mouvants et n'ayant 
pas comme nous l'espérance, devaient très bien, 
malgré leur intelligence rudimentaire, subir à 
leur façon l'angoisse de ces aspects-là, y voir 
confusément l'image de leur prochaine mort. 

Ils ruminaient avec des lenteurs de ma- 
lades, leurs gros yeux atones restant fixés 
sur ces sinistres lointains de la mer. Un à 
un, leurs compagnons avaient été abattus sur 
ces planches à côté d'eux; depuis deux se- 
maines environ, ils vivaient donc plus rap- 
prochés par leur solitude, s'appuyant l'un sur 
l'autre au roulis, se frottant les cornes, par 
amitié. 

Et voici que le personnage chargé du ser- 
vice des vivres (celui que nous appelons à 
bord : le maître-commis) monta vers moi sur 
la passerelle, pour me dire dans les termes 
consacrés : 

— Cap'tainc, on va tuer un bœuf. 

Le diable l'emporte, ce maître-commis 1 Je 
le reçus très mal, bien qu'il n'y eût assurément 
pas de sa faute; mais, en vérité, je n'avais 
pas de chance depuis le commencement de 
cette traversée-là : toujours pendant mon quart, 
l'abatage des bœufs 1... Or, cela se passe pré- 
cisément au-dessous de la passerelle où nous 
nous promenons, et on a beau détourner les 
yeux, penser à autre chose, regarder le large, 
on ne peut se dispenser d'entendre le coup 
de masse, frappé entre les cornes, au milieu 
du pauvre front attaché très bas à une 
boucle; puis le bruit de la bête qui s'ef- 
fondre sur le pont avec un cliquetis d'os. 
Et, sitôt après, elle est soufflée, pelée, dépecée ; 
une atroce odeur fade se dégage de son ven- 



Digitized by 



Googk 



r 



tre ouvert et, alentour, les planches du na- 
TÏrc, d'habitude si propres, sont souillées de 
sang, de choses immondes... 

Donc, c'était le moment de tuer le bœuf. 
Un cercle de matelots se forma autour de la 
boude où Ton devait l'attacher pour l'exé- 
cution, — et, des deux qui restaien' "on alla 
chercher le plus infirme, un qui était déjà 
presque mourant et qui se laissa emmener 
sans résistance. 

Alors, l'autre tourna lentement la tête pour 
le suivre de son œil mélancolique, et, voyant 
qu'on le conduisait vers ce même coin de 
malheur où tous les précédents étaient tom- 
bés, U comprit; une lueur se fit dans son 
pauvre front déprimé de bête nmiinante et 
il poussa un beuglement de détresse... Ohl 
le cri de ce bœuf, c'est un des sons les plus 
lugubres qui m'aient jamais fait frémir, en 
même temps que c'est une des choses les plus 
mystérieuses que j'aie jamais entendues... Il 
y avait là dedans du lourd reproche contre 
nous tous, les hommes, et puis aussi une 
sorte de navrante résignation; je ne sais quoi 
de contenu, d'étouffé, comme s'il avait pro- 
fcadément senti combien son gémissement était 
inutile et son appel écouté de personne. Avec 
la conscience d'un universel abandon, il avait 
l'air de dire : 

— Ahl oui..., voici l'heure inévitable arrivée, 
pour celui qui était mon dernier frère, qui 
^t venu avec moi de là-bas, de la patrie où 
Ton courait dans les herbages. Et mon tour sera 
bientôt, et pas un être au monde n'aura pitié, 
pas plus de moi que de lui... 

Oh! si, j'avais pitié l J'avais même une pitié 
folie en ce moment, et un élan me venait 
presque d'aller prendre sa grosse tête malade 
et repoussante pour l'appuyer sur ma poi- 
trine, puisque c'est là une des manières phy- 
siques qui nous sont le plus naturelles pour 
bercer d'une illusion de protection ceux qui 
souffrent ou qui vont mourir. 



17J 

Mais, en effet, il n'avait plus aucun secours 
à attendre de personne, car même moi, qui 
avais si bien senti la détresse suprême de 
son cri, je restais raide et impassible à ma 
place en détournant les yeux... A cause du 
désespoir d'une bête, n'est-ce pas, on ne va 
pas changer la direction d'un navire et em- 
pêcher trois cents hommes de manger leur 
ration de viande fraîche 1 On passerait pour 
un fou, si seulement on y arrêtait une minute 
sa pensée. 

Cependant, un petit gabier — qui peut-être, 
lui aussi, était seul au monde et n'avait ja- 
mais trouvé de pitié — avait entendu son 
appel, entendu au fond de l'âme comme moi. 
Il s'approcha de lui, et, tout doucement, se 
mit à lui frotter le museau. 

Il aurait pu, s'il y avait songé, lui pré- 
dire : 

— Ils mourront aussi tous, va, ceux qui 
vont te manger demain; tous, même les plus 
forts et les plus jeunes; et peut-Être qu'alors 
l'heure terrible sera encore plus cruelle pour 
eux que pK>ur lui, avec des souffrances plus 
longues; peut-être qu'alors ils préféreraient le 
coup de masse en plein front. 

La bête lui rendit bien sa caresse en le 
regardant avec de bons yeux et en lui léchant 
la main. Mais c'était fini, l'éclair d'intelligence 
qui avait passé sous son crâne bas et fermé 
venait de s'éteindre. Au milieu de l'immen- 
sité sinistre où le navire l'emportait toujours 
plus vite, dans les embruns froids, dans le 
crépuscule annonçant ime nuit mauvaise, — 
et à côté du corps de son compagrnon, qui 
n'était plus qu'un amas informe de viande 
pendue à un croc, il s'était remis à ruminer 
tranquillement, le pauvre bœuf; sa courte in- 
telligence n'allait pas plus loin; il ne pensait 
plus à rien; il ne se souvenait plus. 

PJEJ{7(E LOTI. 



Digitized by 



Google 



172 



Série F 

f 



Samedi, 2 Féorier 



ENSEIGNEMENT MÉNAGER 

Cours de M"»" Louise ROUSSEAU 



'Les Devoirs d'une Maîtresse de Maison 

Nous avons parlé, cette semaine, des devoirs 
d'une maîtresse de maison; et, pour que la 
chose soit plus claire et plus facile à compren- 
.dre, nous avons divisé ces devoirs en trois 
catégories : 

Les devoirs moraux; 
Les devoirs matériels; 
Les devoirs sociaux. 

DEVOIRS MORAUX 

1© Etre gaie et heureuse. — 2© Tout faire* 
pour garder le plus possible les siens au 
foyer domestique. — 3o S'efforcer d'être utile 
et agréable à tous par son savoir ou ses ta- 
lents. — 4© S'accoutumer à réfléchir et à en- 
visager la vie à tous points de vue. 

Etre gaie et heureuse, — Ce premier devoir 
vous étonne sans doute, et je vous entends 
d'ici me dire, cpmme l'ont fait, du reste, mes 
charmantes élèves du Cours Pratique : 

— Comment, madame, nous devons être tou- 
jours heureuses et gaies ? Mais ces choses-là ne 
dépendent pas de nous. 

Ce à quoi j'ai répondu : 

— Je vous demande pardon, mesdemoiselles, 
vous aurez toujours le bonheur à votre dispo- 
sition (sauf, bien entendu, dans les crises dou- 
loureuses de l'existence, qu'on ne traverse pas 
tous les jours, heureusement 1), si vous savez 
considérer le bon côté des choses et regarder 
au-dessous de vous. D'abord, vous devez être 
heureuses, pour donner la joie à ceux qui 
vous aiment. Le bonheur, voyez-vous, est 
comme une clarté qui nous entoure et rayonne 
tout autour de nous. Pour être heureuses, 
il faut de l'abnégation, je le sais; mais la 
vie n'est faite que de cela, et c'est justement 
l'abnégation qui procure le contentement 
de soi-même et rend heureux. Voilà le 
secret du bonheur et le moyen de le donner. 

Garder le pliis possible les siens au foyer 
domestique. — Pour cela, ils doivent y trouver 
des satisfactions nombreuses et variées et s'y 
sentir constamment entourés d'affection. Non 
d'une affection exigeante et jalouse, mais sim- 



plement attentive. Il est nécessaire aussi que 
chacun y jouisse d'une certaine liberté. Je dis 
« d'une certaine », quand je parle d^ ces mes- 
sieurs : maris ou grands frères, car nous 
n'admettons pas qu'on leur permette d'intro- 
duire à la maison lés habitudes, le langage 
dont ils lisent avec leurs camarades. Ils doi- 
vent toujours professer le respect de la fa- 
mille et songer qu'une lecture, un geste, un 
mot mal appropriés peuvent offenser la dignité 
de leur mère, de leur femme, ou la pureté 
de leurs filles, de leurs sœurs. 

S'efforcer d'être utile et agréable aux siens par - 
son savoir ou ses talents. — C'est un devoir 
pour toutes les femmes d'appliquer leur sa- 
voir ou leur talent à l'agrément de la fa- 
mille; mais c'est pour elles un plus grand 
devoir encore de s'en servir p)our lui venir 
en aide en cas de besoin. 

S'accoutumer à réfléchir et à envisager la -vie 
à tous les points de vue. — Il est utile de penser 
à l'avenir et même de prévoir les choses né- 
fastes qui peuvent arriver. Cette prévision nous 
permet d'être prêtes à y remédier si elles 
se produisent. 

DEVOIRS MATÉRIELS 

lo Savoir s'occuper. — 2° Savoir tout faire. 

Savoir s'occuper. — Le devoir de toutes 
les femmes est de travailler, de s'occuper uti- 
lement pour donner le bon exemple autour 
d'elles. En travaillant, elles ne s'ennuient ja- 
mais et établissent ainsi le bien-être et l'éco- 
nomie dans leur ménage. 

Savoir tout faire. — Quand une maîtresse 
de maison n'a pas de domestiques, il est 
indispensable qu'elle sache mettre la main à la 
pâte, puisque toutes les besognes lui incombent. 
Il faut qu'elle s'occupe du ménage, des net- 
toyages, des repas, du blanchissage, du raccom- 
modage, des achats, de la cuisine, du budget 
et des comptes. 

Quand elle a des domestiques, il lui faut 
quand même posséder ces connaissances, car, 
pour bien commander ou surveiller un tra- 
vail, on doit pouvoir l'exécuter. 



uiyitized by 



Google 



•73 



DEVOIRS SOCIAUX 

!<> Ne pas fuir la société. — 2^ Bien recevoir. 

Ne pas fuir la société. — Il arrive assez 
souvent que certaines femmes, sous divers pré- 
textes, ne veulent pas fréquenter le monde, se 
créer des relations. Quand c'est par timidité 
ou par économie elles sont excusables; mais 
r'est, quelquefois, par indifférence ou par va- 
nité. En ce cas, elles ne le sont nullement. 
Tout le monde, dans une famille, n'a pas 
les mêmes goûts, et une maîtresse de mai- 
son doit toujours sacrifier les siens à ceux des 
autres. Et puis, certaines relations peuvent 
être utiles au mari ou aux enfants; ce serait 
égoïste de sa part de les immoler à son 
caprice. 

Bien rerevoir. — Bien recevoir est une science 
qui s'apprend comme, urte autre, à la con- 
dition d'être bonne et intelligente. Il faut de 
la bonté pour plaire à tous, retenir les goûts 
de chacun, écouter les uns, faire briller les 
autres, leur témoigner de l'affection, les fé- 
liciter; et tout cela, avec tact et sincérité; 
comme il faut de l'intelligence pour causer 
sans bavarder, être aimable avec grâce, mais 
réserve; prévenante et non ennuyeuse. 

Eh bien! toutes ces qualités peuvent se 
^développer, et s'acquérir au besoin, parce 
qu'avec de la volonté on vient à bout de tout. 

L'EMPLOI DU TEMPS 

D'UNE MAITRESSE DE MAISON 

Il est impossible de fixer un emploi du 
temps qui s'applique à tout le monde, car 
il varie avec l'âge, avec la position sociale. 
Disons tout de même qu'une maîtresse de 
maison doit être la première levée et la der- 
nière couchée; qu'elle s'occupera de tout dans 
son intérieur et qu'elle devra se fixer des 
jours et des heures pour faire ou faire faire 
toutes les besognes. C'est à cette seule con- 
dition que son ménage sera bien tenu. 

DEVOIR 

Faire son emploi du temps pour une jour- 
née ou une semaine. Les jeunes filles pour- 
ront établir un parallèle entre leur emploi 
du temps actuel et celui qu'elles se fixeront 
une fois mariées. 



LEÇONS PRATIQUES 
Nettoyage des Ganh 

Je vous ai dit, la semaine dernière, ma 
méthode. Je tiens, cependant, à vous donner 
d'autres procédés, également en usage chez 
les bons teinturiers. Vous pourrez faire l'ex- 
périence de ces différentes recettes et je se- 
rais bien aise de savoir, ensuite, laquelle vous 
a paru la meilleure par ses résultats, et la 
plus pratique. . . ^ 



Fremière Manière 

NETTOYAGE AU SAVON DE MARSEILLE 

Vous frottez d'abord le gant avec du savon 
blanc de Marseille à sec, et, surtout, aux par- 
ties les plus sales. Ensuite, vous trempez vo- 
tre gant entièrement dans l'essence minérale 
et vous le lavez, le frottez dans l'essence 
comme si vous laviez votre gant dans l'eau. 
Puis, vous le rincez dans de l'essence nouvelle, 
et vous l'agitez vivement à l'air pour le faire 
sécher. 

Vous laissez alors votre gant à une fenê- 
tre pendant quelques heures pour lui faire 
perdre l'odeur de l'essenOe. 

NETTOYAGE AU PÉTROLE 

Prendre une flanelle propre, l'imbiber d'cs- 
sence de pétrole; se ganter du gant à net- 
toyer et frotter celui-ci avec la flanelle, dans 
toutes les parties tachées. Le mieux est même 
d'humecter le gant en entier. Rincer la fla- 
et frotter doucement jusqu'à complet net- 
toyage. Après cela, laisser sécher le gant sur 
la main, ce qui est vite fait, car l'essence 
s'évapore vite. On peut même se procurer 
des mains en bois que l'on gante, ce qui 
est plus commode. 

NETTOYAGE AU LAIT 
Pour nettoyer les gants clairs soi-même, les 
savonner awc du lait, autrement dit prendre 
du lait dans une cuvette, mettre les gants 
sur les mains pour procéder au savonnage. 
Quand les gants sont rinces (au lait) et bien 
secs, les étirer, car ce procédé laisse des taches 
qui partent immédiatement quand on les a 
ouverts, à la baguette. 

Deuxième Manière 

Mettez à votre main le gant que vous dé- 
sirez nettoyer; prenez un chiffon de flanelle 
imbibé de benzine, et frottez le gant de bas 
en haut. Puis, saupoudrez-le de talc, de fa- 
çon que cela forme une croûte, et suspen- 
dez-le à l'air.' Quand le gant est sec, secouez-le. 

Troisicme Manière 

NETTOYAGE AU GAZ-MILL 

On verse du gaz-mill dans un récipient. On 
met le gant à nettoyer sur une main de bois. 
ou sur sa main. Avec un morceau de linge 
imbjbé de gaz-mill, on frotte le gant dans 
ses parties tachées et, surtout, le bout des 
doigts. 

On enlève le gant, et on le plonge tout 
entier dans le gaz-mill, le pressant bien afin 
que toutes les taches et toute la poussière 
en sortent. 

On le remet tout mouillé sur la main de 
bois ou sur sa main et on le frotte avec 
un morceau de flanelle ou de laine, jusqu'à 
ce qu'il soit sec. On le .suspend dans un 
endroit aéré, mais non humide, afin que l'odeur 
s'évapore. 

LOUISE 7{0USSEAU. 



Digitized by 



Google 



'74 



Les Voyages et Croisières des Annales 



Excursion de Muit Jours 

à la Côte d'Rzur 

1 1 1 

Déparh de Paris et de lyon let Vimancbet a^ Tévrier 

et'3t JHart, 

Hetour tes Lundis ^ Mars et 8 Avrit. 



lUMraire. — Paris ou Lyon, Marseill*. Cannas, Nice, la 
Tarbie, Uanton, Monte-Carlo, Vintimilla, San-Remo, Toulon, 
Marsailla. 

Prii, tous flrais compris, en a"* classe, au départ de Paris : 
aoo francs ; au départ de Lyon, i65 ftaocs. 

Ce prix comprend : le chemin de fer en a"* classe, aller 
et retour, les hôtels et les repas, petit déjeuner, déjeuner et 
dîner (vin compris), le tout suivant programme tel qu'il est 
indiqué ci -dessous avec les omnibus, voitures, tramways, 
bateaux, ascenseurs, etc.; l'entrée gratuite, à Nice, an Casino 
Municipal ainsi que les pourboires. 



PROGRAMME DE L'EXCURSION 

Dimanche 24 février. — Départ de Paris à a h. 4o du soir et 
de Lyon à ii h. ii du soir. Les touristes partant 
de Paris dînent à 7 h. lo au buffet de Dijon. 

CANNES 
LoAdi 35 février. — Arrivée à 8 h. 34 du matin à Cannes. 
Visite de la vieille ville, promenade de la Croi- 
sette. Départ à 11 h. 48 et arrivée à Nice à 
midi a5. Déjeuner. InstaUation à l'hôtel. 

NICE 
Visite CMUlUtive, l'après-midi, de l'avenue de la Gare, place 

Masséna, Jardin Public, Promenade des Anglais. 
Mardi 26/évrier. — Séjour à Nice. Liberté individuelle. Prome- 
nade tseultelive au château, an vtenx port. etc. 

LA TURBIE — MENTON — MONTE-CARLO 
Mercredi 27 février. — .Départ à 8 heures du matin en voiture 
pour l'excursion par la célèbre route de la 
Grande-Corniche à la Torbie et Menton. Dé- 
jeuner à Menton. Retour avec arrêt à Monte- 
Carlo dont on visitera le superbe Casino (salles 
de Jeux. ete.). Rentrée à Nice par Beaulieu et 
VUlefranche. 

ITALIE — SAN-REMO 

Jeudi 28 février. — Départ à 8 h. a du matin pour Vintlmille : 
visite de la douane italienne et arrivée à San- 
Remo à II h. 43. Déjeuner à midi et visite de la 
ville pittoresque aux rues étegées; départ à 
S h. a5 et retour à Nice à 5 h. 5 du soir. 

Vendredi i** mars. — Séjour à Nice. Liberté individuelle. 

TOULON 
Samedi 2 mars. — Départ à 7 h. i5 du matin; arrivée à 
Toulon k 10 h. la. Déjeuner, visite & la ville, de 
l'arsenal et promenade dans la rade en bateau 
au milieu des torpilleurs et cuirassés. Départ à 
4 h. 35 pour arriver fc Marseille à 6 h. 34. 
Diner et soirée libre. 

MARSEILLE 
Dimanche 3 mars. — Le matin, visite en tramway spécial de 
la basilique de Notre-Dame de la Garde ; montee 
et descente par l'ascenseur. Le palais de 
Longctiamp. L'après-midi, départ en tramway 
spécial pour la superbe promenade du Prado 
et de la Corniche. Départ de Marseille à 6 h. 5 
du soir. Les voyageurs recevront un panier- 
repas pour diner dans le train . 



Lundi 4 mars, — Arrivée à Lyon à minuit i3 et à Paria à 
10 h. aS du matin. 
Premier repas fourni : Dîner à D^op : dernier : dinar i 
Marseille en wagon. 



AVIS IMPORTANT 

Adhésions. — Les adhéstons doivent parvenir aox 
Annales au plus terd le i5 février ou le so mars. Le nombre 
des touristes est limite & 60. A.voir soin d'Indiquor 
legement désiré : chambres à un lit on à deux lito po 
deux personnes. 

Voyage Croisière en Algérie 

1 1 -f- 

Départ de Paris et Lyon te Mercredi aj mars, 

de Marseille te Jeudi 38 mars, 

Hetour à Paris et Lyon te Mercredi t o avril. 



Itinéraire. — Paris. Lyon, Marseille, Alger. Batna. Biskra, 
Constantlne, B6ne, PhilippeviUe, Marseille, Lyon. Paris. 

PpIx, tous fpaia compris, en 2* classe. 

!De Paris . . 310 tt. ) Supplément pour la 
De Lyon . . i'80 tr. > traversée en i" classe : 
De Marseille. 200 f^. ) 30 fr. 

Le nombre des touristes est limite à ao en a** dasee et à 
ao en i** classe (sur le bateau). 

Ces prix comprennent : les tri^els en chemin de fer en 
1"* classe et ceux en bateau en i** ou en a** classe, le loge- 
ment et les repas, petit déjeuner et dîner (vin compris), le 
tout suivant programme tel qu'il est Indiqué ci-indus ainsi 
que les pourlioires d'hôtets. 

Les touristes pourront se Joindre, pour la visite des curio- 
sités, au groupe qui sera organisé ; les menus trais d'entrées 
des visites, spectacles, tramways, ete-, resteront & la charge 
de chacun. 

PROGRAMME DÉTAILLÉ 

Mercredi 27 mars. — Départ de Paris à 7 h. ao du soir, de 
Lyon è II h. ao du soir. 

Jeudi 28 mars. — Arrivée k Marseille à 8 h. Sg du matin 
(voyageurs venant de Lyon à 7 h. ao du matin). 
Déjeuner k l'hôtel de Russie. Visite libre de 
Marseille. Embarquement vers 5 heures à bord 
d'un des grands paquebots de la Compagnie de 
NavigaUon Mixte. 

Vendredi 29 mars. — Arrivée à Alger dans la soirée. Instal- 
lation k l'hôtel. 

Samedi 30 mars. — AiKcr. 

Dimanche 3i mars. — Départ à 7 h. 4 1 do soir. 



Lundi 1*' avril. — Bkthk. - Arrivée à, 

midi 18. 
Mardi 2 avril. — Batïia. - Départ à 

midi 48. 

— — RisKHA. - Arrivée 

à 4 h. 3o soir. 

Mercredi 3 avril. — Bisxsa. - Sé- 
jour. 

Jeudi à avril. — Bisxka. - Départ à 
7 h. 5a matin. 

— — COHSTAMTIIIK. - Ar- 

rivéeà4h. iSsoir. 

Vendredi Ô avril. — Cobstamtine. - 

Séjour. 



a* caoupi 

Biskra. - Arrivée à 4. h 3o 

soir. 
BisasA. - Séjour. 

BisKRA. - Dépari & 7 h. 5a 

matin. 
Batha.- Arrivée à 1 X h .3i 

matin. 
Batha.- Départ à midi ao. 

Coa^AKTiHE. - Arrivée 
à 4 h. i3 soir. 

GOMSTAIITIHB. - SéJOOr. 



uiyitized by 



Google 



.75 



Les Voyages et Croisières des annales (Suite) 



Samedi 6 avril. — Départ de ConttaDline à midi 46, arrivée 

à BAoe & 9 h. 36 du soir, dlaer au buflbt de 

Du vivier. 
Dimanche 7 avrU. — Départ en bateau à midi. 

Arrivée fc Philippeville à 5 heures du loir. 
Lundi 8 avril. — Départ à midi. 
Mardi 9 avril. — Arrivée à Marseille à 9 heures du soir. 

Départ à 11 h. 36. 
Mercrtdi iO avril. — Retour à Lyon à 6 h. 38 du matin et 

à Paris à 5 h. i5 du soir. 
Premier repas servi : Déjeuner à Marseille. — Dernier : 
Dlaer à bord, au retour. 



AVIS IMPORTANT 

En raison drs difficultés d'organisation pour lo logement 
dans lee hôtels en Algérie et pour les cabines sur les 
paquebots, les inscriptions devront parvenir avant le 
1** mars, en envoyant une consignation de 5o francs par 
personne : le solde devra itre payé au plus tard le aa mars. 
Les fklaces seront réservées aux premiers inscrits. Avoir soin 
d'isdiqoer le genre de logement désiré : chambres à un lit 
oa à deux lits pour deux personnes. 



FÊTES DE LA PENTECOTE 

ExcQPsion à ChamoniK 

t i- t 

l>épart de Parit te Samedi / 8 Mai. 
l{etaur à Tarit te Mercredi 22 Mai, 



EXCURSION 

aux Châteaux de la Loire 

1 1 ■>• 

Départ de Parit te Samedi / 8 Mai. 
J{etoUr à Parit te Lundi 20 Mai. 



Itinéraire. — Paris. Blois (visite du chiteau), Amboise 
(visite du château), Orléans {visite de la cathédrale et du 
Musée), Paris. 

Prix, tous frais compris, en a"* classe : 58 Arancs. 



PROGRAMME DÉTAILLÉ 

Samedi iH mai. — Départ de Paris (quai d'Orsay) 4 S h. a? 
du soir. Arrivée à Blois à 11 h. aô du soir. 

Dimaneht 19 mai. — Visite de la ville, chàteaa de Blois 
(visite détaillée de l'extérieur et de l'intérieur 
du château). Déjeuner. Départ à i h. 09, arrivée 
4 I h. 56 à Amboise. Visite du château. Départ 
à 5 h. 54, retour k Blois 4 6 h. 35, dtner et 
coucher. 

Landi 20 mat. — Petit drjeuner. Départ en voiture 4 7 heures 
pour Chambord par les bords de la Loire. 
Visite du château. Retour 4 Blois vers midi 
pour déjeuner. Départ à i h. 34. arrivée 4 
Orléans 4 a h. 48. Visite de la ville et de la 
cathédrale. Départ 4 9 h. i4 du soir. Arrivée 4 
Paris (quai d'Orsay) 4 11 h. a5 du soir. 
Premier repas fourni, déjeuner du matin : le dimanche ; 

dernier, dîner 4 Orléans : le lundi. 



Prix, tous frais compris, en a" classe, au départ de Paris 
lao francs. 

Le nombre des touristes est limité 4 60 personnes. 

Cas prix comprennent le trajet en chemin de fer en 
a" classe, aller et retour, le logement et les repas, petit 
déjeuner, déjeuner et dîner <vin compris), le tout suivant 
programme tel qu'il est indiqué ci-dessous, ainsi que les 
pourtwires d'hôtels. 

PROGRAMME DE L'EXCURSION 

Samedi i8 mai. — Départ do Paris (Gare de Lyon) 4 9 heures 
du soir. 

Ùimanehe i9 mai. — (Petit déjeuner 4 Annemasse). Arrivée 
4 Chamonix 4 11 h. 5o du matin. Installation 
4 l'hôtel. Déjeuner. Liberté l'après-midi. 

Lundi 20 mai. — Les touristes auront leur Journée entière- 
ment libre pour se Joindre, s'ils le désirent, 
aux groupes organisés pour visiter la Mer de 
Glace. Déjeuner au Montanvers. Retour par le 
Chapeau. 

Mardi 2i mai ~ Départ 4 8 h. ai. Arrivée à Argentière 4 
8 h. 5o du matin. Excursion facultative au 
glacier. Départ à a h. a8 du soir. Dîner 4 Anne- 



Mercredi 22 mai. — Arrivée 4 Paris (Gare de Lyon) à 6 h. 35 
du matin. 
Premier repas fourni : petit déjeuner 4 Annenusse ; der- 
nier ; dîner a Annemasse. 



AVIS IMPORTANT 

Les adhésions doivent parvenir aux Annales au plus tard 
le samedi tt mai. Le nombre des touristes étant limité 4 
60 personnes, lee places seront réservées aux premiers ins- 
crits ayant envoyé une consignation de ao fr., le solde 
payable au plus tard 4 la date ci-deMus. 



Excursion aux Pyrénées 

1 1 -^ 

Départ de Parit te Samedi 6 Juillet. 
Hetour à Parit te Lundi 1 5 Juillet. 



Itinéraire. — Paris, Bordeaux, Biarritz, Pau, Lourdes, 
Luz-Saint-Sauveur, le Cirque de Gavarnie, Luchon, Tou- 
louse, Paris ou Bordeaux. 

Prix, tous frais payés, en a"* classe, au départ de Paris 
a3o francs ; au départ de Bordeaux : i85 francs. 

Ces prix comprennent les traJetN en chemin de fer en 
a"* classe, aller et retour, le logement et les repas, petit 
déjeuner, déjeuner et dtner (vin compris), le tout suivant 
programme tel qu'il est indiqué ci-dessous, ainsi que les 
pourboires d'hôtels. 



PROGRAMME DE L'EXCURSION 

Samedi 6 Juillet. — Départ de Paris (gare d'Orsay) 4 10 h. %Z 
du soir. 

BORDEAUX 

Dimanche T Juillet. — Arrivée 4 Bordeaux 4 7 h. 3 du matin. 
Visite en tramway de la ville et de ses curio- 
sités. Départ 4 5 h. a5 du soir. Des paniars 
seront distribués pour dîner dans le train. 
Arrivée 4 Bayonne 4 9 h. o5 du soir et 4 BlaT- 
riU 4 10 h. i5 du soir. Installation 4 l'hôtel. 



uiyiLizeu uy "n^jv^v^ 



ô" 



,76 






Les Voyages et Croisières des Jlnnales (Suite) 



BIARRITZ 
Landi 8 Juillet. — Visite de Biarritz. Départ k 7 heures pour 
Pau; arrivée à 10 h. i5 du soir. 



PAU 



LOURDES 



Mardi 9 juillet. — Visite de la ville et du château. Départ » 
midi 48 ; arrivée h Lourdes à i h. 55. Visite df 
la basilique et de la grotte. 

LUZ — SAINT-SAUVEUR — GAVARNIE 

Mercredi iO juillet. —Départ à 7 h. 4a du matio pour Pierre- 
fitte et Luz: arrivée à 9 h. 33. Excursion en 
voitures au Cirque de Gavaraie. où sera 8«rvi 
le déjeuner. Retour à Luz. 

Jeudi li Juillet. — Départ à 9 h. 45 du maliu. Déjeuner i 
Lourdes et arrivée à Luchoa à 3 h. 59 du soir. 

LUCIION 

Vendredi 12 Juillet. — Journée de liberté complète pour 
permettre aux touristes de visiter (à leurs frais) 
les environs : vallée du Lys, lac d'Oo, etc. De 
ravissantes promenades à pied peuvf»nt être 
faites : la Cbaumièie, Sourouille, le tour du 
Vallon, Gastel Viel. etc. 

Satnedi i 3 Juillet. — Départ de Luchon i i h. 55 du soir. 
Arrivée à Toulouse à 4 b. 4a du soir. 

TOULOUSE 

lAmanche ii Juillet. — Visite dos curiosités de la ville. les 
églises, le musée, le Grand Bond, etc. Départ à 
8 h. 55 du soir pour Paris et 11 h. 58 pour 
Bordeaux. 
Lundi 15 millet. — Arrivée à Paris (Orsay) à 8 h. 44 du 
matin et à Bordeaux à 5 h. 18 du malin. 
Premier repiw fourni : petit déjeuner, à Bordeaux. Der- 
nier : dluer a Toulouse. 



AVIS IIMPORTANT 

Les adhésions doivent parvenir aux Annales au plus tard 
le 3o Juin. Le nombre des touristes étant limité à 5o per- 
sonnes, les places seront réservées aux premiers inscrits 
avant envoyé une consignation de 5o francs, le solde 
payable au plus tard k la date ci-dessus. 



'* C<* Vi iu^<< Sd -•'<! 



■*0(i>î'* z^v, •■- ac li. ?'i vi-vi ZQ 



. EXCURSION 

AUX Bords de U Moselle et du Rhin 
4, 4. ^ 

"Départ de Paris te Samedi 2 y Juillet. 
J{etûur à Paris te Mercredi 3 1 Juittet. 



Prix, tous frais conipriîs, en ■«■• classe, au drpart de Paris 
ijo riMric«4. 

liiiu-nùrc. - Paris, >amiir, Trève«, Mayonco, Rudesheiii 
OtIileiK-u, Culo^'ne, Aix lu- Dliapelle, Paria. 



PROGRAMME DÉTAILLE 

Siru'di J' jtnllet — Di'part de Paris (Nord) à 8 h 1.'» du 
ni.ilin. Airiv.e à >amur à 3 li. 4i soir. Vi>ile 
de la ville. Diacr et départ à 10 h. jô du suir. 



Dimanche 28 Juillet. — Arrivée à Trêves à 6 h. 43 du matin 
(arrêt de 4 heures pour la visite de la ville* et 
à Mayence à 4 h. 56 du soir. Visite de la ville. 

Lundi 29 Juillet. — Embarquement à bord d'un des srrands 
bateaux pour la navifration du Rhin ju84iu'à 
Cologne, en passant par Bingen, Rudeshein et 
Coblence. 

Mardi 30 Juillet. — Visite de (kilogne et départ à 1 h. la 
pour Ai\-la-Cliapelle; visite de la ville, dé|tart 
à 7 h. 3o du soir. 

Mercredi 3 1 Juillet. — Arrivée à Paris (Nord) à 5 b. 43 du 
matin. 
Proinier repas fourni : dinar à Namur : dernier : dîner à 

Aix-la-Cliiii>elle. 
Inscription avant le 30 Juillet; les places, limitées ait». 

seront réservées au.\ premiers inscrits avant cette date ayaut 

rnvoyé une consignation de ao francs. 

?«i ? * i.. 2.i ^^J î'* Su i'^ 2/3 ai ;# t^ qq-z<* ai Cô^ec ça-zc ^v^A; •« <w •;* soîa 5î ;c 

Excursion en Bretagne et à Jersey 



Départ de Paris te Dimanclye /*' Septembre 
l^etour à Paris te Dimanclye 8 Septembre 



Le nombre des louristes est limité à 60 personnes. 

Prix, tous frais compris, en a"* clashc, au départ de Paris : 
iHo francs. Ce prix c^jmprend les trajets en chemin de fer. 
les tra\ersée«k en bateau iT* cia!%<<e>. le logement et les 
repa«>. petit déjeuner, déjeuner et dîner (vin ou cidre coin- 
piis), le tout suivant le programme tel. qu'il est indiqué 
ri-dessous avec les omnitius, voitui-es et les pourboires 
d'tiôlels. 



PROGRAMME DE L'EXCURSION 

Uimanche 1" septembre. — Départ de Paris (Montiiarnasse) 
à 8 11. ao du matin. Arrivée à Grauville à 
a h. du soir. 

lundi 2 septembre. — Embarquement pour Jersey suivant 
l'heure de la marée. 

Mnrdi 3 septembre. — Visilede la ville. L'aprùs-midl. excur- 
sion en voiture dan» l'ile. 

Mercredi 4 septembre. — Retour en bateau vers Saint-Malo 
suivant l'heure de la marée. 

Jeudi ,'i septembre. — Visite de la ville de Saint-Malo. Les 
remparts, le Grand Bey, Saint-Scrvan et Dinarti. 

\ endredi 6 septembre. — Liberté individuelle toute la Journée. 

Samedi 7 septembre. — Départ de Saint-Malo à 8 h. 5 du 
matin ; arrivée à Pontorson à \) h. 35 et au Monl- 
!<aiMt-Mu4iel a 10 h. ao du matin. Déjeuner à 
riiôlel lk>ulard. Visite de l'Abbaye. Dlncr. 
Départ à 8 h. ao du soir i)oor Dol. 

lUmanche S septembre. — Arrivée à Paris (Montparnasse) k 
(i it. .)u du malin. 
Premier repas : dîner à (îi.mville. — Dernier : dhit^ au 
Mont Sainl-Michpi 



AVIS IMPORTANT 

l.e<i aillii'sion<> doivent p.ir\enir aux innatr.s au plus lanl 
le lundi aj août. Le nombre des lourisles étant Itmitt* .1 
()o per>onnes, les places seront réservées aux premiers ins- 
crits, ayant envoyé une conisi^ nation de ao francs, le solde 
étant payable à ia dale ci-dcsbus. 



Imprimerie des Annales, bi, T\X£ St-Georges, Paria 



L'imprimeur-gérant : Vinsonau 
Digitized by LjOOQIC 



JOURHflL DE L'UniVERSITÉ 



l" ANNÉE — N" 4 



des /* flnriales 



II 



20 février 1907 



"Les Cifuj à Six Littéraires 



Série A 



Lundi, 4 Féorler 



MORALE 






LE SENS DE LA VIE MODERNE 

Conférence de M. Pierre BAUDIN 

M. Pierre Baudin est un homme d'Etat et un 
publiciste trop connu pour que nous croyions 
utile de le présenter à nos lectrices. Sa 'con- 
férence d'aujourd'hui se rattache mtimement 
à la propagande qu'il poursuit depuis plusieurs 
années par la parole, par le journal et par 
le livre. Notre pays, qu'il aime passionnément 
et dans les ressources di^quel il a confiance, 
lui apparaît comme le pays des Forces perdues. 
Si nous semblons nous laisser distancer, au 
point de vue économique, par nos voisins d'ou- 
tre-Manche et d'outre-Rhin, c'est que nous 
gaspillons ou que nous laissons s'^émousser des 
énergies qu'il suffirait de savoir et de vouloir 
utiliser. 

De ce que les hommes de France ne « ren- 
dent 3» pas,' dans la vie contemporaine et la 
concurrence internationale, tout ce que l'on 
devrait attendre d'eux, les femmes françaises 
sont en grande partie responsables, ou, plutôt, 
ce qu'il faut accuser, c'est Véducation fémininey 
qui ne prépare pas ou prépare mal nos jeunes 
filles au rôle de compagnes et d'associées 
du mari, * de mères et d'éducatrices des en- 
fp"*s. On ne développe pas en elles le sens 
d la vie moderne. Ce qu'il faut, c'est que 
Il futures épouses et mères françaises s'in- 
t< îsent à tous les aspects de cette vie si 
n ivementéc, si affairée et si attachante pvour 
q sait la regarder. Il faut qu'elles l'obser- 
V ^ non pas du point de vue de leur égoïsme 
3> imental, mais du point de vue de la eu* 
T é intelligente et sympathique. 

elles comprennent ainsi leur formation 
h uectuelle et morale, combien leur concours 
-♦-îl pas précieux à leurs maris I quelle 



influence bienfaisarfte n'exerccront-elles pas sur 
leurs enfants 1 

Elles permettront à ceux-là d'être, à ceux-ci 
de devenir des Français dignes de ce nom, 
capables de maintenir notre nation au premier 
rang des peuples actifs, prospères et puissants. 
Et l'épidémie du « fonctionnarisme » sera en- 
rayée... Il est temps! 

Jl. P. 

Mesdames, mesdemoiselles, 

Le conférencier que l'Université des An- 
naies et notre chère cousine vous présentent 
aujourd'hui ne vous dissimule pas son em- 
barras. 

Il est partagé par deux sentiments contra- 
dictoires : 

11 est chargé de vous faire de la morale. 
Comme il sait que vous n'en avez pas be- 
soin et que vous êtes des diables, mais' des 
diables bien sages et très travailleurs, il craint 
de vous paraître ridicule, — chose grave, 
et ennuyeux, — chose plus grave encore. 

Barbey d'Aurevilly, qui n'aimait pas ce 
genre, avait inventé ce mot méprisant : un 
« leçon nier ». Je ne veux pas être le « leçon- 
nier ». 

Cependant, votre conférencier est tout heu- 
reux de vous avoir devant lui. Vous êtes 
l'auditoire auquel il a souvent pensé, qu'il au- 
rait voulu avoir souvent avec lui pour lui 
communiquer des réflexions, des enthousias- 
mes ou même des tristesses. Vous allez voir 
pourquoi : 

Notre pays est un pays comblé par les dieux 
des dons les plus précieux. Il est lumineux 



Digitized by 



Googk 



tj8 



et gracieux. Il possède une chaleur de pen- 
sée et de sentiment qui se dissimule souvent 
sous un fard de scepticisme. Il a des ressources 
d'énergies telles qu'il a des triomphes sou- 
dains, des réveils Inattendus, que son génie 
brille au zénith juste au moment où ses en- 
nemis proclament sa déchéance et sa fin. 
V Cependant, je me propose de vous faire un 

tableau rapide de la vie du monde. Et vous 
serez obligées de reconnaître avec moi que 
le monde marche beaucoup plus vite que 
nous. 

Notre vitalité est loin d'égaler celle de la 
plupart des autres pays. 

J'ai voyagé un peu en Angleterre et plus 
en Allemagne, et j'ai été saisi par le spectacle 
de l'activité qui règne dans ces deux pays. 
On y remarque une abondance de travail, de 
bonne humeur, une santé, une ample circula- 
tion d'affaires, en un mot, une richesse de vie 
qui fa*t craindre pour notre patrie. Ce sont là 
deux concurrents très redoutables. 

Voilà donc une première source d'observa- 
tions dont ^*e veux vous «faire part. 

Il y en a une autre. 

J'ai assez vécu pour avoir regardé beau- 
coup de ruines. 

Un homme a une façade agréable. Il sem- 
ble bien doué pour la lutte. 11 a affronté 
avec courage de grandes difficultés, et, sou- 
dain, le voilà qui semble faiblir, il perd son 
assurance, la confiance du regard, il n'a plus 
la démarche certaine. Il se courbe, il s'affaisse, 
il est perdu. 

Ses amis étonnés s'inquiètent, scrutent sa 
vie : ils y aperçoivent alors la fissure par 
où s'est lentement écoulée la vertu intellec- 
tuelle sans laquelle la lutte est impossible. 

Ils voient une femme, une honnête femme, 

mais ignorante des conditions de la vie et qui 

trop souvent est inconsciente des maux que 

son égoTsme ou son insuffisante raison a cau- 

' ?és. 

Voîd, enfin, des jeunes gens qui passent 
leurs belles années à préparer des concours 
difficiles pour conquérir de médiocres places 
de fonctionnaires. Leurs parents les ont diri- 
gés vers ces emplois ingrats où l'esprit s'atro- 
phie, où le caractère s'aigrit et qui, en tous 
cas, sont loin d'offrir des avantages en rap- 
port avec la peine qu'ils ont coûtée. 

Il y a là une perte de forces considérables 
pour un pays qui a besoin de l'intelligence 
et du travail de ses fils. 

Et c'est une faute commise par les parents 
dans leur œuvre d'éducation qui nous at- 
teint, qui retranche le meilleur de notre jeu- 
nesse de la bataille économique où nous som- 
mes toujours engagés. 



Ainsi, que l'on envisage, soit l'intérêt gé- 
néral, soit l'intérêt de la famille, soit l'intérêt 
de l'Individu, il y a des erreurs dont nous pâ- 
tissons et dont il importe de nous corriger. 

Comment faire? 

Un certain nombre d'hommes s'efforcent 
d'avertir ce pays. Ils ont crié . à leurs conci- 
toyens : 

— Attention! Vous avez de détestables 
habitudes. Vous vivez sur vous-mêmes, vous 
vous confinez dans un cercle trop étroit de 
travail et de pensées. Vous vous réduisez. 
Elargissez-vous. Devenez entreprenants, auda- 
cieux, sortez de chez vous. Donnez-vous de 
l'air. Réformez vos mœurs, vos habitudes, 
et, si vous ne pouvez vous réformer vous- 
mêmes, donnez à vos fils une éducation qui 
les prépare à une autre existence que la vô- 
tre. . 

Nous avons dit cela, et nous le redirons. 

Mais vous comprenez combien il est diffi- 
cile de modifier les directions générales d'un 
pays; il faut arriver à changer l'esprit des 
hommes, et, changer l'esprit des hommes sans 
changer l'esprit des femmes, c'est ne faire la 
besogne qu'à moitié. Je me trompe, c'est 
s'exposer à ne rien modifier du tout, car, 
ceux qui ont dit que les femmes étaient la 
moitié du genre humain, se sont complètement 
•trompés. C'était vrai, peut-être, de leur temps, 
ce n'est plus vrai du nôtre. Aujourd'hui, les 
femmes dirigent: 1° les femmes et 2© les hom- 
mes, si bien qu'on n'a rien fait quand on a né- 
gligé de convaincre les femmes. Je n'avance 
pas là une idée très hardie, car Fénelon a 
dit la même chose bien avant moi : « Le 
désordre des hommes vient surtout de la mau- 
vaise éducation qu'ils ont reçue. » C'est ainsi 
que, ni mes recherches, ni mes écrits, ni mes 
discours, ni rien de mon action n'a pu me 
satisfaire, car je m'adressais uniquement aux 
hommes. Il me semblait que je laissais hors de 
mon action la partie de la nation qu'il était 
le plus important de conquérir à mes idées, 
et qui, une fois conquise, était le plus apte 
à me comprendre et à m'aider. Puis, je me 
rendais compte que je travaillais poUr l'ave- 
nir, et qu'entre toutes les femmes, celles qui 
devaient m'intéresser le plus, c'étaient ^"^s 
mères, mesdemoiselles, chargées de votre é i- 
cation. 

Mais, tout en ayant confiance en leur i- 
telligence, je regrettais de ne pouvoir v< s 
parler à vous-mêmes directement. 

Vous vous expliquez ainsi la joie q c * 
j'éprouve aujourd'hui, puisque vous voici c s 
vant moi, ou, plutôt, autour de moi, et q c 
je puis vous parler comme un camarade, i n 



Digitized by 



Google 



179 



vieux camarade, autant dire un papa à qui les 
années ont déjà secoué sur la tête un peu 
de cette chose impalpable qui est de la pou- 
dre marquise pour les femmes et de la neige 
pour les hommes. 

Vous arrivez à la vie. Elle a encore pour 
TOUS toute sa séduction. On a coutume de 
vous dire qu'elle ne la gardera pas longtemps, 
qu'elle vous ménage des surprises cruelles, 
des chagrins, des tourments, des désillusions... 

Oui, elle ne s'offre pas toujours à nous 
avec l'image d'une figure de Chaplain, elle 
n'est pas toujours couleur de rose... 

S'en faire pour représentation un tableau 
de Watteau, une fête pimpante dans un déli- 
cieux décor de printemps, serait, sans doute, 
se préparer de cruelles déceptions. 

Mais il ne faut pas non plus qu'on vous 
la présente sur une toile sortant d'un sac 
à diarbon. 

A la vérité, ces deux manières de peindre 
la vie sont détestables, trop personnelles. Elles 
faussent l'esprit au même degré. Elles pro- 
cèdent toutes deux de la même éducation. 
C'est une éducation subjective, une éducation 
qui vous met en scène en toutes choses, qui 
fait que vous ne connaissez les choses non 
dans leur caractère propre, dans l'intérêt et 
l'utilité qu'elles offrent pour les autres, pour 
l'humanité entière, mais seulement dans leurs 
rai^rts avec vous-mêmes. Il y a beaucoup 
de gens atteints de cette infirmité. C'est le 
cas de M«n« X.,. La lecture d'un journal est 
pour elle une source d'émotions personnelles 
épuisantes. 

Si la France est en conflit avec une nation 
voisine, elle ne peut s'abstraire de ces évé- 
nements. L'an dernier, dès qu'il fut question 
du Maroc, elle voyait une giyerre avec l'Alle- 
magne, et tenait ses malles prêtes pour le 
départ. S' alarmait-elle pour son pays? Non 
pas, mais pour elle et pour le délicieux petit 
carlin qui ne la quitte pas et absorbe toutes 
ses facultés aimantes. C'est le propre des 
gens qui s'aiment trop eux-mêmes d'aimer 
trop les bêtes. Dès qu'une agitation ouvrière 
est annoncée, elle tombe dans un grand 
trc jle, et se croit visée spécialement par 
les grévistes. L'an dernier, aux environs du 
l*' nai, elle accumula chez elle une pro- 
vis 1 de nourriture, comme si sa maison 
ail subir un siège d'un mois. 

1 :11e dans les faits-divers qu'un fiacre 
a jsé un chien, elle se voit portant dans 
Ma >ras le cadavre de son toutou. Elle pense à 
ce -'elle dirait aux tgtn's, au commissaire,! te. ; 
cîl lense à la manière dont elle tomberait 
^ uic dans les bras de ses gens, avant 
de voir leur raconter son malheur. 



En un mot, elle est actrice de tous les 
rôles. Elle est le centre de l'univers. 

Sans doute, j'ai choisi, pour rendre sen- 
sible le ridicule, un type caricatural, quoi- 
que très réel ; mais, en vous y appliquant 
un peu, vous n'aurez pas de peine à re- 
connaître ce défaut, cç vice, chez un grand 
nombre de gens. 

La vie est pour eux comme un miroir 
dont les moindres fragments reflètent leur 
image. 

Vous diriez, ce sont des sots; n'allez pas 
si vite, ce sont souvent des personnes intelli- 
gentes, mais chez qui l'importance du moi 
absorbe toute l'attention. Elles ne voient 
jamais qu'elles. 

Ce mal est surtout un mal féminin. Ai-je 
Wsoin de vous dire que les femmes qui en 
sont atteintes sont d'un faible secours pour 
leurs maris, et des éducatrices déplorables, 
parce qu'elles sont toujours hors d'état de 
regarder les choses en elles-mêmes, selon leur 
relief véritable. 

Ce qui rend ce mal redoutable, c'est qu'il 
peut résulter d'une éducation en apparence 
suffisante et qu'il est contagieux, qu'il est 
capable de s'insinuer en vous, sans que vous 
puissiez en être averties. Ainsi, gardez-vous 
de céder \ ce penchant. Vous êtes à un âge 
où rien n'est plus aisé que de le combattre. 



Aujourd'hui, votre esprit cherche à tout con- 
naître. Le mouvement des choses vous amuse, 
la beauté de l'action vous séduit, tout vous 
révèle la présence du génie humain. Les dé- 
couvertes de la science tiennent en éveil vo- 
tre curiosité; à vos yeux, les Ihnites de l'impos- 
sible s'éloignent et s'effacent presque tota- 
lement. 

Le matin de ch^ue journée se présente à 
vous avec l'espoir d'une chose inattendue. 

Vous avez le choix de lire un livre savant 
qui soulève, pour vous, un coin du grand 
voile de la nature, ou vous initie à l'un des 
travaux merveilleux qui apportent des chan- 
gements profonds dans les habitudes humai- 
nes. 

Ce sont les grandes trouées des Alpes, des 
voies intematicÀiales, mettant Milan à quatorze 
ou quinze heures de Paris. 

C'est la construction d'un steamer que ses 
gigantesques dimensions mettent presque à 
l'abri des mouvements de la mer, et capable 
de porter une ville dans ses flancs. 

Puis, par une de ces après-midi d'hiver où 
une lumière perlée, toute en ombres éteintes, 
baigne les paysages de Paris, apparaît un im- 
mense vaisseau aérie^j^^^y^ ^mfel^,x/^er en 



le 



I0O 



p|eine sécurité, dirige sa marche rontre les 
courants de Tatmosphère, sans une hésitation 
Le dirigfeable Patrie annonce le surprenant 
avenir où Thomme sera maître de l'air comme 
i) est maître de Peau et du feu. 

Ou bien, vous souriez à Tidée d'aller au 
Louvre recevoir la leçon de beauté et de 
haute tenue morale qui émane des chefs- 
d'œuvre. 

Voilà la vie nouvelle et sans cesse renou- 
velée à laquelle votre jeunesse vient puiser 
d'inépuisables joies. 

Eh bien! dites-vous que la vie ne sera 
jamais ingrate, qu'elle est toujours surpre- 
nante, captivante, qu'elle est la séductrice 
souveraine, toujours parée, toujours brillante, 
toujours prodigue d'émotions heureuses et 
bienfaisantes. Mais sachez aussi qu'elle n'est 
pas ainsi pour tout le monde. Elle se ré- 
serve pour qui la recherche. 

Recherchez la vie. 11 faut la rechercher. Il 
faut la saisir dans son sens moderne. 

Et vous, jeunes filles, vous avez le plus 
grand intérêt à ne pas l'ignorer, à ne pas vous 
attacher avx vieilles formules. 

Quand vous lirez l'œuvre de Balzac, vous 
serez surprises de son intensité de vie. Vous 
admirerez comment les passions, les intérêts, 
les formes sociales, les découvertes, la po- 
litique s'y mêlent, s'y enchaînent, et s'y 
combinent. 

11 a fait la synthèse la plus géniale qui 
ait jamais été connue. 

Tout le monde n'est pas Balzac, mais cha- 
cun doit adapter sa vie à la vie générale du 
monde. 



11 faut donc dégager le caractère de la vie 
moderne. Quoi que vous fassiez, que vous vous 
mariiez ou non, vous n'échapperez pas à l'en- 
veloppement de la vie moderne. Mais si vous 
vous mariez, comme cela doit être, il importe 
que vous ayez la même direction d'esprit 
que vos maris. 

Le travail, quoi qu'en pensent de hardis 
féministes, sera toujours dirigé par les hom-* 
mes. Et c'est le progrès du travail qui corn-» 
mande à toutes les productions humaines, à 
la vie de la nation, comme à la vie de l'in- 
dividu, à la politique, à l'industrie, au com- 
merce, à tout. 

En dépit de quelques exceptions, brillantes 
ou glorieuses, comme Mn>c Dacier, M"»* de 
Staël, Mme Curie, je ne crois pas que la 
femme idéale soit jamais la femme savante 
dans le sens ou l'entendait Molière. Il n'est 
pas rare de voir, aujourd'hui, des femmes re- 
marquablement intelligentes se donnant à des 



œuvres scientifiques ou littéraires, et qui, en 
même temps, donnent l'exemple aux mères 
de famille, ne perdent jamais de vue l'intérêt 
de leur maison, et mettent le plus grand soin 
à régler les comptes de leur cuisinière. Et 
croyez bien qu'au temps de Molière, il y 
avait déjà un type de femmes de haute vertu 
et, en même temps, initiées à la vie de leur 
temps. 

Ce que Molière a voulu peindre, c'est le 
ridicule de la femme qui se croit née exclu- 
sivement pour les choses de l'esprit et qui 
repousse les soins du ménage comme indignes 
de tout esprit cultivé. Ce ridicule, on le retrouve 
dans tous les temps,, et le nôtre n'en est point 
affranchi. 

Le génie de Molière a su marquer ce ridi- 
cule d'un trait sous lequel on peut encore 
le reconnaître : c'est le dédain du mariage 
et de la maternité. Ce trait est fixé dès les 
premiers vers de la comédie des Femmes 
SavanteSy dans le dialogue entre Armande 
et Henriette. 

Armande est exaspérée qu'Henriette veuille 
se marier; elle lui demande comment « ce 
vulgaire dessein peut lui monter la tête >. 

La petite Henriette le défend très bien, 
elle dit ce qu'il faut dire ; elle dit, notamment, 
que le mariage peut, au moins, avoir l'avan- 
tage de dcMiner le jour à un petit savant. 

Mais Molière n'a jamais eu l'intention de 
recommander aux femmes d'être indifférentes 
à la vie intellectuelle, et ce n'est pas lui qui 
parle par la bouche de Chrysale, ce bonhomme 
qui affirme que sa femme n'est pas faite pour 
autre chose que pour l'aimer, coudre et filer. 
C'est entre ces deux ridicules : celui de la 
femme poseuse, pédante, uniquement préoc- 
cupée de briller dans la conversation, et ce- 
lui de l'homme égoïste, écartant de parti pris 
sa femme de ses soucis personnels, de tout 
ce qui n'est pas l'existence pot-au-feu; c'est 
entre ces deux ridicules que Molière a fixé 
la somme de l'éducation des filles suivant 
la raison de l'intérêt même de la société. 

Son opinion personnelle, il la fait apparaître 
dans toute la comédie, où il ridiculise, et quel- 
quefois d'une manière si cruelle, le ca«'art^re 
des parents qui tyrannisent leurs enfa et 
celui des maris qui tyrannisent leurs feu., rs, 
et, dans les Femmes Savantes^ c'est lu* ui 
parle dans ce vers : 

n est bon qu'une femme ait des clartés de i 

Seulement, il était plus facile à une fc. ne 

du temps de Molière d'avoir des clarté! de 

tout que de notre temps à nous; la vie de 

son temps était bien plus simple que la nr rc, 

la société se divisait en classes bien tr~^-' es 

uiyiLizfcJu uy x^j v^ v^'pt lx^ 



i8] 



où se trouvait réglé le rôle de chacun. Il 
y avait les vilains pour les basses beso- 
gnes, pour les métiers; les bourgeois dans 
les emplois de F Etat ou les charges, puis 
les nobles. La vie sociale ne comportait pas 
d'activité et toute la science tenait dans la 
philosophie. La philosophie est un jeu de l'es- 
prit qui prête aux dissertations mondaines : 
on était pour la philosophie de Descartes 
contre la philosophie d'Aristote.* 11 ne s'agis- 
sait, en somme, que d'expliquer l'univers, 
ce qui a toujours été bien plus com- 
mode que d'expliquer la destinée d'un 
Etat ou le sort d'une Société. On par- 
lait alors couramment, dans les salons, du 
système des tourbillons : les tourbillons de 
Descartes. L'hôtel de Rambouillet, qui avait 
épuisé sa sensibilité dans le roman raffiné, 
n'avait plus rien à écrire sur la carte dû 
Tendre, se jetait à corps perdu dans les dis- 
cussions et y apportait cette coquetterie un 
peu niaise et romanesque qu'on retrouve en- 
suite, au dix-huitième siècle, dans la sensi- 
blerie des salons et les 4)erg«ries de la Cour. 
11 faut y prendre garde. L'esprit féministe d'au- 
jourd'hui a hérité de cette mauvaise tradition. 

Quand on vous demande de vous mêler 
au courant des idées de ce temps, il faut 
bien vous garder de ne choisir que les choses 
qui touchent à votre sensibilité, et c'est ce qui 
arrive à certaines femmes tout à fait distin- 
guées, mais qui, sans s'en douter, continuent la 
tradition de la spécialité des fçmmes savan- 
tes; ou bien elles ne voient dans te; travail 
industriel que le côté brutal, que la misère 
dont souffrent les ouvriers, et, alors, elles se 
perdent en déclamations sur l'organisation ac- 
tuelle de l'Etat, ou bien leur imagination est 
particulièrement saisie par la violence des guer- 
res. Elles organisent des ligues pour la paix 
universelle. 

Eh bien ! ce n'est pas du tout là le rôle de la 
femme; toutes les femmes prêcheuses se 
trompent sur la nature de la mission qui 
leur incombe dans la société actuelle, ce prê- 
cfae-Ià n'a point d'efficacité, cette sensibilité 
se dépense en pure perte : c'est le gaspillage 
du cœur, qui est aussi déplorable que la pro- 
dij '^^ '^'^ l'intelligence ou du travail. 



., dans chacune de ces questions, 

00 ent une intelligence droite et robuste 

de — e peut se comporter. Vous toutes, 

pli moins, vous prendrez contact avec 

les '•-'ureux. Celle qui est mêlée, d'une 

fa^ intime, au monde ouvrier, soit par 

so ^ soit par son mari, a moyen de lui 

êfe ''•'•nfaisante, bien plus qiie ces 



petites bourgeoises dont je parlais tout à 
l'heure, dont le socialisme verbeux n'est que 
du snobisme de très mauvais goût. Celle-là 
pourra s'intéresser à quelques ménages 
malheureux, les aider, les encourager, suivre 
l'éducation des enfants, etc. "^ 

Enfin, toutes, vivant au village ou dans 
les villes, vous trouverez aisément l'emploi 
de vos bonnes intentions, parce qu'il y a 
partout des misères matérielles ou morales à 
soulager ou du plaisir à donner aux pau- 
vres gens. 

Et cela vous le ferez d'autant plus aisé^» 
ment que votre nature se sera pliée de bonne 
heure aux conditions générales de la vie de 
la démocratie. Vous ne serez pas isofées dans 
un goût personnel pour tel ou tel art, pour 
telle ou telle science, et votrç travail se rat- 
tachera, par son Utilité, au travail universel. 

LMmage employée par l'Evangile pour défi- 
nir la femme selon l'idéal religieux : « une 
vigne entourée de haies », n'est point, aujour- 
d'hui, pour nous satisfaire. Votre devoir est, 
au contraire, de rechercher la vie, d'exercer 
votre esprit toujours à la comprendre et à 
suivre, autant qu'il est possible, les évolu- 
tions du progrès du travail à travers le monde. 
Je voudrais vous y aider en vous montrant 
comment le travail a pris, depuis la Révolu- 
tion, une prépondérance souveraine sur la 
société; en second lieu, vous montrer quels 
avantages les- différents Etats en ont retirés : 
ceci me permettra de vous montrer la puis- 
sance de nos deux voisins, l'Allemagne et 
l'Angleterre, et, enfin, je voudrais définir à 
larges traits la situation actuelle de la France 
dans la lutte universelle. 

Pour aujourd'hui^ il ne sera question que 
de l'évolution du travail. 



Je vous disais qu'au temps de Molière, 
il n'était pas difficile à une femme d'avoir 
des clartés de tout. En effet, l'organisation 
de l'Etat, la vie du pays, absorbées par la 
vie de la Cour et du roi, ne permettaient 
pas à la pensée de s'épanouir, et la règle qui 
gouvernait les artisans était trop rigide pour 
que l'industrie pût se donner libre essor. 11 
ne faut chercher, à cette époque, l'intensité 
de vie humaine que daas Ijj lettres, les arts, 
la vie religieuse, et, au pji.it de vue scien- 
tifique, dans les œuvres d^ mathématiciens 
et des philosophes. 

Le travail moderne a pour origines d'abord 
la Révolution, qui a affranchi complètement 
les recherches, et la science. C'étaient les 
conditions de l'expansion intellectuelle, c'était 
la libération de l'individu. 

uiyitized by LjOOQIC 



l82 

Voilà, au point de vue moral et au point 
de vue politique, rorigine du développement 
du travail. Les inventions qui ont changé 
complètement notre nature sociale sont les 
résultats de cet affranchissement, et on peut 
dire que la plus importante, celle de la. ma- 
chine à vapeur, a été le résultat d'une série inin- 
terrompue de recherches et de travaux qui, 
sans la Révolution, eussent été impraticables. 

Nous avons donc le plus grand intérêt à 
ce que votre personnalité soit assez forte, 
à ce que votre es|irit soit assez élevé, à 



ce que vous 'soyez munies d'une instniction 
assez complète pour préparer des hommes 
^actifs, travailleurs, intelligents, entreprenants, 
et ayant le cœur bien pUcé. 

11 n'y a pas de rôle plus important, d'Ceuvre 
plus attachante. L'œuvre la plus bienfaisante 
accomplie par l'homme le plus illustre ne 
reçoit «pas de récompense aussi douce, de 
satisfaction aussi profonde que celle de la 
mère qui l'a iormé. i 

P7EJ{7(E BAÎWm. 
^Conférence sténographiée.) 



Séria B 



^^}iSi:?^^^^ 



HYGIENE 



i l >»<l€«t 



Hardi, 5 Féoriêr 



LES ARTICULATIONS 
LES MUSCLES - LES SPORTS 

Conférence faite par M. le docteur Pierre 
SÉBILEAU, professeur agrégé à la Faculté 
de Médecine, chirurgien des hôpitaux. 

I 

LES ARTICULATIONS 

Mesdames, mesdemoiselles, 

Nous ne sommes pas des pantins tout d'une 
pièce : ce qui arriverait si nous n'avions qu'un 
seul os. Mais nous en avons beaucoup, et 
qui s'engrènent les uns dans les autres, et 
qui sont capables d'accomplir toutes sortes 
de mouvements. Nous sommes des polichi- 
nelles articulés. (Rires et applaudissements,) 

Mais qu'est-ce qu'une articulation? 

Nous allons, si vous le voulez bien, en 
fabriquer une. Par exemple, comment faire 
un membre supérieur qui soit bien articulé? 

Eh bien! prenons un os : nous le coupons 
en deux tronçons. Et après? Supposons que ce 
membre supérieur, dont nous avons ainsi les 
deux éléments essentiels, soit obligé de por- 
ter au visage un peu de poudre de riz, de 
ramasser un peigne, de saisir un peu de 
nourriture, qu'il ait, par conséquent, à accom- 
plir des mouvements d'extension ou de flexion. 
Que va-t-il se passer? Par leurs extrémités, 
les deux tronçons d'os frotteront Tun contre 
l'autre. Il faut adoucir le frottement. Et Tune 
de vous, mesdemoiselles, dira qu'il est bon 
d'arrondir les extrémités en contact. Nous ar- 



rondissons ces extrémités. C'est égal, il va 
y avoir des craquem^ts. Si nous mettions, 
dans l'intervalle des deux os, un peu de carti- 
lage (vous savez, cette substance qui, comme 
nous le disions la dernière fois, n'est détruite 
ni par l'acide chlorhydrique ni par l'acide azo- 
tique), alors, la flexion, l'extension, pourraient 
se produire sans qu'il y eût de craquement. 
Nous approchons du but, mais nous n'y som- 
mes pas encore. Nos deux os sont trop ronds, 
ils ne s'engrètent pas! Comment faire? Don- 
nons à l'extrémité inférieure de l'os d'en haut 
la forme d'une poulie; et taillons l'extrémité 
supérieure de l'os d'en bas en formelle cro- 
chet. Je dessine un humérus, je dessine un 
cubitus. Ils sont mal faits, tant pis! Voyez-vous 
tout de même comment le crochet du cubitus 
engaine la trochlée, cette poulie humérale! 



Voilà qui va déjà mieux. Mais ces deux os, 
qui s'engrènent si bien, vont peut-être pou- 
voir s'user réciproquement. 11 serait bon de 
verser un peu d'huile dans l'articulation. Eh 
bien! mesdemoiselles, vous saurez que, dans 
nos articulations, il y a une burette qui fo :- 
tionne automatiquement. (Petits rires et 
gards interrogateurs.) 

Parfaitement! Cette burette est représen e 
par les membranes synoviales, sortes de s; 5 
clos et aplatis, remplis d'une sérosité oi - 
tueuse, appelée synovie. La synovie empêc î 
le frottement des os l'un contre l'autre, t 
l'usure qui en résulterait. Toutefois, vers 1'; e 
de soixante ou soixante-dix ans, nos mi - 
branes^ synoviales ne jouent plus très b i 

uiyitized by VjOOQIC 



i83 



leur rôle. Il n'y a plus assez d'huile. Ça cra- 
que partout, dans les hanches, dans les cuisses. 
C'est ce qu*on appelle le « morbus coxose- 
"nilis » (maladie des cuisses résultant de la 
vieillesse). 

Nous avons vu comment Thumérus s'articule 
avec le cubitus. Qu'est-ce qui va empêcher 
les déplacements latéraux des deux os? Ce 
sont les ligaments^ fibres puissantes, placées 
de chaque côté, qui ne plient ni nç. rompent, 
sauf accidents. Les ligaments sont destinés 
à maintenir les surfaces osseuses dans leurs 
rapports normaux. Ils constituent une pro- 
tection dans le sens latéral. 

Et, maintenant, mesdemoiselles, voici la loi 
générale à laquelle sont soumises nos arti- 
culations : « Mieux les stu-faces articulées s'en- 
grènent, moins il y a de mouvements. » ^ 

Ainsi l'articulation des épaules, moins so- 
lide, est plus souple que l'articulation, plus 
résistante, du coude. En revanche, il y a peu 
de luxations du coude, tandis qu'il y a beau- 
coup de luxations des épaules. Presque tous 
les ouvriers y sont exposés. 

L'articulation des cuisses peut subir, aussi, 
des luxations, moins fréquentes, il est vrai, 
que celle de l'épaule. 

En définitive, nos articulations sont suscep- 
tibles d'être rangées dans trois catégories : 

l*» Les articulations symphysaires, qui ne 
bougent pour ainsi dire pas (exemple,: sym- 
.physc pubienne); 

2p Les articulations de peu de mobilité 
(exemple : celles des os du tarse) ; 

3° Les articulations capables de mouvements 
nombreux (exemple : celle de l'épaule). 

Quant aux vertèbres, elles s'articulent par 
le moyen des petits disques intervertébraux 
U facettes articulaires » au nombre de quatre, 
situées verticalement, deux en haut, et deux 
en bas, sur Parc neural]^ Ainsi les apophyses 
des vertèbres ne sont point exposées à des 
frottements réciproques, et la moelle épi- 
nièn: n^a point à redouter des froissements 
doni les conséquences seraient graves. 

Bi , entendu, nous en sommes réduilts à résu- 
mer 3 sens général du développement de M. 
Sëbi eau ; et nous le regrettons vivement pour 
nos lectrices, qui auraient tout à gagner à pos- 
sède le texte même de son exposé. 

Lf articulations peuvent se luxer (alors 
elles «Hit démises), ou %^entorser (alors il y a 
louh "^ 



Les foulures sont fréquentes au genou, au 
pied. Que faire en pareil cas? Obliger le ma- 
lade à rester au lit, et appliquer, sur la partie 
blessée, des compresses d'eau chaude. Le mas- 
sage, pratiqué par des gens expérimentés, pro- 
cure du soulagement et active... peut-être... un 
peu la guériSon. Quoi qu'il en soit, une entorse 
ne vaut pas cfu'on s'en émeuve. , 

Quelquefois, il est vrai, une cassure sem- 
blerait préférable à une entorse : car, dans 
une entorse, il y a des ligaments déchirés, 
des vaisseaux brisés, du traumatisme, ce qui 
fait, qu'une entorse reste longtemps àoulou- 
reuse. 

Ici, le conférencier nous donne le spectacle 
d'une entorse infligée à ^ être... dont, heu- 
reusement, la tête et le corps sont absents 
de la salle. Il sort d'un iinge un fragment 
osseux de bras, et brise, non sans produire 
un craquement sinistre, l'articulation du coude. 
Selon lui, la réduction d'une telle entorse est 
très facile. Il n'y a point de complications 
à craindre, sauf un peu de raideur articulmre 
pendant quelques jours. 

Donc, mesdemoiselles, n'éprouvez point de 
frayeur à la pensée d'un tel accident. Ce n'est 
rien, rien du tout. (Rires et applaiidissements.) 



II 



LES MUSCLES 

Supposons nos articulations aussi bien engre- 
nées que possible; nous ne pourrions rien, 
nous ne serions bons à rien, si nous ne possé- 
dions un appareil musculaire actif et vigilant. 
Les muscles sont les organes du mouvement. 
Or, nous ne sommes jamais immobiles. Le 
soldat dans l'attitude réglementaire, les deux 
doigts sur la couture du pantalon, semble 
ne pas bouger. Pourtant, il n'a pas l'immobi- 
lité absolue. Il a des battements de paupiè- 
res, des mouvements du tympan, une sécré- 
tion de salive plus ou moins abondante. Si 
on les regarde bien, on s'aperçoit que les 
« tableaux vivants » eux-mêmes bougent : à 
coup sûr, pendant qu'ils semblent figés dans 
certaines poses, leur estohiac, leur intestin, ne 
cessent pas de fonctionner... Nous sommes le 
mouvement perpétuel, même quand nous nous 
croyons au repos. 

Nos mouvements sont de trois sortes : 

lo Mouvements conscients et volontaires ; 

2o Mouvements conscients et involontaires ; 

30 Mouvements inconscients et involon^ 
taires, ^ ^ 

Digitized by LjOOQIC 



.84 



Ici, mesdemoiselles, certaines d'entre vous 
ont peut-être envie de protester : 

— Comment! nous ne sommes pas maî- 
tresses de nos mouvements! 

Non, mesdemoiselles, vous avez beau- 
coup de mouvements involontaires. Fort heu- 
reusement pour vous! S'il fallait que votre 
volonté intervînt pour faire ' couler un peu 



1<^ Mouvements conscients et volontaires : 
muscles striés; 

2o Mouvements conscients et involontaires, 
un seul muscle : le muscle cardiaque; 

3^ Mouvements inconscients et invplon- 
taires : muscles lisses. 



Biceps 
lorsque le 
bras est 

fléchi 




Muscles superficiels 
de l'homme 



Biceps 

Inisque le bra*^ 

est étendu 

(position de 

repos) 




Vue antérieure 



Vue postérieure 



de larmes sur votre conjonctive, pour faire 
passer le bol alimentaire de votre œsophage 
dans votre estomac, vous ne pourriez plus 
vous occuper d'autre chose. Et voyez aussi 
quelles conséquences graves seraient à re- 
douter! 

Voici, par exemple, une jeune fille à qui 
son père vient de faire un reproche. Elle 
s'écrie : « Papa, je vais arrêter les battements 
de mon cœur » (d'où syncope) ; ou bien : « Je 
vais arrêter mes fonctions biliaires » (d'où ic- 
tère), etc. 

Aux trois espèces de niouvenients, corres- 
pondent trois espèces de muscles : 



A) Muscles lisses. — Les muscles lisses, 
agents des mouvements inconscients et in- 
volontaires, sont fusiformes. Au microscope, 
ils ne présentent aucune striation. Exem' ' i : 
l'iris, cette membrane circulaire, au centr de 
laquelle se trouve l'orifice appelé pupille 3U 
prunelle, contient une quantité de fibres II », 
dont la fonction est d'agrandir ou de 
trécir la pupille, suivant que la lumière k 
pas assez intense ou Test trop. Quand 
a lumière vive, la pupille se rétrécit; 
l'obscurité, au contraire, elle se dilate, et 
automatiquement. De même, les fibre^ " 
culaires lisses abondent dans l'estoff 

Digitized by VjOOQIC 



é- 

;st 

y 

ns 
!la 
is- 
les 



i85 



intestins, les voies biliaires, le canal pancréa- 
tique. 

Elles sont soumises à des contractions régu- 
lières et rythmées, que seule la maladie peut 
entraver. Il existe, dans notre organisme, une 
quantité de petits ganglions nerveux qui sont 
comme autant de petites moelles épinières 
ou de petits cerveaux inconscients qui rè- 
glent les mouvements de toutes ces fibres 
lisses. Ajoutez que ces petits systèmes ner- 
veux représentent une admirable organisation 
défensive. Avez-vôus absorbé des aliments 
mauvais ou qui ne conviennent pas à votre 
estomac? Le petit système nerveux intervient 
et provoque l'expulsion de cette nourriture 
inacceptable. 

Pareillement, la membrane pupillaire est, 
sans que nous nous en doutions, en état per- 
manent de dilatation ou de contraction; au- 
trement, il y aurait fatigue rétinienne et même 
brûlure rétinienne. Les fibres lisses défendent 
la pupille contre les effets d'une lumière 
excessive. 

B) Muscle cardiaque (mouvements cons- 

I. Artère tous cUvière 

gauche, 
a. Carotide*. 

3. Artère sous clavière 

droite. 

4. Trouo brachocéphaliqàe 

droit. 

5. Aorte (croaseK 

6. Veine cave supérieure. 

7. Artère aorte. 
e. Oreillette droite. 
9. Ventricule droit. 

to . Vaisseau x superficiels d u 

cœur. 
II. Oreillette gauche. 
13. Arlère pulmonaire. ^ 
i3. Veines pulmonaires afle- 

rentes. 




et volontaires). — Les fibres striées, vous 
les trouverez, mesdemoiselles, dans un mor- 
ceau de filet ou d'entrecôte, dans la culotte 
de bœuf, dans le râble du lièvre, dans les 
muscles des mollets, dans la poitrine d'Her- 
cule, ornée de deux pectoraux puissants, dans 
le deltoïde, qui forme la saillie arrondie de 
l'épaule, dans les muscles masticateurs, dans 
le muscle sourcilier de Macbeth en proie à 
l'inquiétude; dans le grand oblique de l'œil 
qui fait supplier, dans le petit oblique qui ex- 
prime le mépris, dans la belle coupole dia- 
phragmatique, etc. En voilà de jolis muscles 
et des muscles intéressants! Tenez! chez les 
grands , mammifères, il y a encore le puissant 
ligament postérieur, qui soutient la tête : ce- 
lui qu'on appelle le nerf de boeuf. 

Mais voilà bien des termes techniques, bien 
des noms affreux. Laissons-les! et parlons de 
la manière dont se comportent les muscles 
d'une région malade. 

Toutes les fois qu'un organe est en souf- 
france, le groupe musculaire le plus rapproché 
se contracte, devient vigilant. 

Exemple : Y a-t-il appendicite? Les mus- 
cles du ventre sont contractés; ils forment 
une barrière dure qui ne permet pas d' « ex- 
plorer ». 

Un enfant commence-t-il une coxalgie? Les 
muscles de la cuisse sont raidis; ils immobili- 
sent l'articulation. Y a-t-il un début de mal de 
Pott? Les musdes de la région vertébrale 
atteinte acquièrent de la rigidité. 

C'est ainsi que, pour nous protéger contre 
la douleur, la Nature a trouvé, d'instinct, l'im- 
mobilisation (à laquelle les chirurgiens ont 
recours, sciemment). 



Conxr et vaisseaux cher l'homme. 



dents et involontaires). — Le cœur est formé 
de fibres musculaires peu différentes de cel- 
les de tout à l'heure. (Toutefois, elles sont 
striées.) Ah! mesdemoiselles, voilà un mus- 
de bien réglé et qui a un système nerveux 
bien organisé! Supposez que vous soyez des 
grenoidlles! On vous sort le cœur de la poi- 
^i on le pose sur la table; il va continuer 
à re. Mais le cœur ne se contracte pas 
au ard; il est soumis à un rythme bilatéral, 
toi rs et fatalement le même. Les batte- 
nu . du cœur sont assurés par un appareil 
ga lionnaire périphérique qui agit indépen- 
da nent des centres nerveux supérieurs (le 
pn mo-gastrique a une influence modératrice 
tai i que le grand sympathique exerce une 
ac - ^'^Télératrice). 
i < '•''"' ^^"iés (mouvements conscients 



Contraction des muscles. — Un biceps qui 
se contracte devient gros et dur. La contraction 
des muscles est caractérisée par un raccour- 
cissement et un épaississement. Leur contrac- 
tilité est extraordinaire : un muscle peut se 
raccourcir des cinq sixièmes de sa longueur, 
alors que, dans la plupart des mouvements, 
un raccourcissement d'un sixième suffit. 

Chaleur musculaire. — Dans tout muscle 
en travail, s'opèrent des combustions intenses; 
il s'y produit un appel de sang artériel (chargé 
d'oxygène) qui en sortira chargé d'acide car- 
bonique (sang veineux). Le muscle en état 
d'activité est une machine qui brûle surtout 
des sucres et des graisses. De là résulte la 
chaleur animale. 

Ce n'est pas tout : le muscle, alcalin à 
l'état de repos, forme des acides par l'effet 

uiyitized by VjOOQIC 



i86 



du travail. Ces acides (acide lactique) ont la 
propriété de coaguler la myosine, matière 
albuminoîde du muscle. Aussi, quand la mort 
frappe subitement un être fatigué, la rigi- 
dité cadavérique survient très vite. Un cerf 
tué, quand il est à bout de forces, épuisé 
par une poursuite ardente, devient aussitôt 
raide, comme sMl était plongé dans de la glace. 
11 en e^t de même pour le soldat foudroyé 
d'une balle, après une longue marche ou 
une journée de combat. 



LE DÉVELOPPEMENT DES MUSCLES. 



LES SPORTS 



Les exercices physiques, les sports, sont 
chose nécessaire. 

Quels sont les bons exercices? 

Les exercices au grand ^ir, naturellement. 
Il faut se donner des vacances, aussi lon- 
gues que possible; lâcher les livres et sur- 
tout les romans ; prendre un bon bain de soleil. 

Fera-t-on de la bicyclette? De cet instru- 
ment, il n'y a ni bien, ni mal à dire. Ce 
n'est pas mauvais, pourvu qu'on n'en abuse 
pas. 11 faut tâcher d'avoir une bonne selle 
(si cela existe), et de se tenir bien droit sur 
sa machine..., ne pas ressembler aux cou- 
reurs de profession qui se courbent et se dé- 
forment! Faire de petites courses à petite 
vitesse, et en se reposant de temps en temps. 



La bicyclette ainsi pratiquée favorise la trans- ! 
piration, développe les muscles des jambes ' 
et active la respiration. 

Et la gymnastique? Assurément, les exer- 
cices rationnels de la gymnastique suédoise 
sont excellents; ils font travailler tous les 
muscles et augmentent le volume de la cage 
de l'appareil respiratoire. Mais ce n'est point 
là un sport agréable qu'o;i puisse proposer 
à une jeune fille. C'est plutôt une affaire 
de thérapeutique que de sport proprement 
dit. 

' Tous les autres sports sont à recommander : 
la marche, la course... Le jeu de tennis est 
excellent, il fait travailler les jambes, les 
bras, le thorax (sans compter que l'intelii'^ 
gence y joue son rôle). 

En résumé, tout est bon qui ne conduit 
pas à la fatigue, ensoleille, fait oublier les 
livres et entretient la gaieté. 

On ne profite jamais assez — et c'est le 
cas des jeunes filles — des moments de 
liberté que l'on a. 

Pratiquez, mesdemoiselles, tous les exer- 
cices qui vous permettront de vieillir le moins 
possible! Mais ne faites pas d'haltères! Lais- 
sez cela aux « hercules congestionnés des 
carrefours ». 

Conférence de 

PJ-ETlTiB SÉBÎLEAV. 

notée par Â. Pujet 



Série C 



Mercredi, 8 Féoriêr 



LITTÉRATURE FRANÇAISE 



»>>^*«<^ 



LA FABLE'ET LES FABULISTES 

Conférence de M. Jules VrUFFIER, 
de la Comédie-Française 

Avec le gracieux concours de : 
M'" DussANE, de la Comédie-Française. 

Je m'en voudrais de ne pas remercier, iri, 
M. Truffier, poète délicat autant ciircnidit, 
diseur exquis, des deux excellentes contcren- 
ces qu'il a faites à notre Université. Il a « em- 
ballé » son public de jeunes étudiantes, au point 
que nous avotis renonce à marquer les « vifs 
applaudissements » qui soulignaient chacune de 
ses citations, fet presque toutes les parties de 
sa conférence. Sa charmante camarade de la 
Comédie-Française, MU© Dussane, a partagé un 



su(i:ès qu'il m'est bien agréable de constater. 
Et, comme on l'en félicitait : 

— N'en faites rien, dit-elle gentiment. C'est 
Truffier qui m'a fait travailler. 

Nous les associons tous deux dans une même 
pensée de gratitude, et nous nous hâtons 'e 
céder la place au conférencier. 

T. S. 



Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, 

C'est de la Fable, c'est de TApologue 
des Fabulistes, avant La Fontaine, dont ne 
allons vous parler aujourd'hui. 

L'apologue est un don qui \m\i des immortels 

écrivait La Fontaine à M«nc de Monf 
pan; et La Fontaine semble avoir rési« 

uiyiLizeu uy x^vJiJVt Li 



.87 



comme le savent faire, les poètes, tout ce 
qu'on pourrait dire sur la Fable. 

je n'ai donc pas la présomption de vous 
rien révéler de nouveau sur les origines de 
l'Apologue^ puisque, sans parler des anciens, 
La fontaine, Florian, Lenoble, Chamfort, 
Saint-Marc Girardin, — bien d'autres encore, 
— ont tout paraphrasé. D'autre part, 
dans la prochaine séance, l'éminent secrétaire 
de l'Académie des Beaux-Arts va vous en- 
tretenir spécialement de La Fontaine; et je 
n'aurais garde de déflorer le sujet que M. 
Heniy Roujon va traiter avec tant d'autorité. 
Mais nous avons pensé qu'il pouvait être 
utile de vous préparer à la conférence de 
notre ex-directeur des Beaux-Arts, en vous 
esquissant, en un résumé rapide, les diffé- 
rents avatars de la Fable à travers les âges. 

Quand je dis « avatars », le mot n'est pas 
tout à fait exact, puisque les fables ne chan- 
gent guère que dans la forme, tandis que le 
fond reste toujours le même. 

La Fable a toujours existé ; elle existera tou- 
jours, parce que, iseule, elle donne le moyen 
de faire connaître aux humains la vérité, leurs 
vérités..., dangereuses révélations qui effarou- 
dieraient nos passions très susceptibles, si ces 
dites vérités paraissaient, nues, devant elles. 
I! fut donc, de tous temps, nécessaire d'enve- 
lopper la vérité, telle une pilule dans quelque 
pain azyme. Nous ajouterons qu'il est agréable 
pour notre esprit de s'exercer à dégager la 
vérité du voile de l'allégorie. 



En quel pays la Fable a-t-elle été inventée? 
On peut avancer cette assertion : dans 
l'Inde; car Esope, qu'on regarde comme l'in- 
venteur de la Fable, Esope; Vesclave nègre, 
aux lèvres épaisses (dont l'antiquaire romain 
de la fin du dix-huitième siècle, Ennius Vis- 
conti, prétendait avoir reconstitué l'image, grâce 
à une figure trouvée dans la Villa Albani), 
Esope, dominant les contradictions et les ana- 
dironismes entassés sur son nom, Esope n'est 
vraisemblablement qu'un nom supposé sous 
lequel on répandit dans l'Hellade des apo- 
logues de tradition en Orient, oîi la Fable, 
sek l'opinion de Florian, a le plus 
con ïrvé du caractère et de la tournure d'es- 
\ prit asiatiques. Le goût de la parabole existe 
[ enc re actuellçment en Asie, voire en Afrique. 
Rie d^étonnant, d'ailleurs, en des pays où 
I la létempsycose était un dogme reçu, sans 
par T des doctrines du Totémisme, qui nous 
«it hcraient trop loin. 

C nd on a pu croire que notre âme passait, 
apr , notre mort, dans le corps de quelque 
sni - quand on a pu être convaincu que 



nous avions tous un animal vénéré pour an- 
cêtre, on n'a rien eu de mieux à faire que 
d'étudier avec soin les moeurs, les caractères de 
ces animaux si intéressants, puisqu'ils se trou- 
vaient être à la fois, pour I'homme, l'avenir 
et le passé, puisqu'on voyait, dans ces ani- 
maux, toute sa famille à soi, ses ascendants, 
ses descendants et... soi-même! 

Puisque ces animaux avaient notre âme, 
comment supposer qu'ils n'e\issent point no- 
tre langage? On les fit donc parler pour les 
besoins de ' la morale hindoue. 

Le premier fabujiste fut donc vraisembla- 
blement un brahmane^ ministre de la reli- 
gion de Brahma. 

L'origine des apologues populaires, en 
Orient, se perd dans la nuit des temps; et 
tel apologue indien, comme celui des Deux 
Pigeons^ a été traduit, adapté, transposé, dans 
toutes Içs langues de l'Orient et de l'Occident. 

Les noms de Bidpaï, de Lochman, qu'on 
trouve en note, au bas des fables de La 
Fontaine, comme étant les auteurs des fables 
originales, ne sont eux-mêmes que des noms 
imaginaires, génériques, résumant tout un 
cycle de poèmes de la tradition populaire. 

Selon le voyageur Jones, — savant anglo- 
américain du dix-huitième siècle, — le pa- 
triarche des fabulistes serait le brahmane 
VichnouSarma. Vichnou-Sarma serait l'éditeur 
ingénieux de la plus belle collection ancienne 
d'apologues orientaux où la morale est pro- 
diguée. 

Voici quelques-unes de ses sentences : 

On ne devrait jamais former aucune liaison 
avec les personnes d'un mauvais naturel. Le 
charbon, quand il est chaud, brûle la main;, 
quand il est froid, il la noircit. 

L'arbre empoisonné du monde produit deux 
espèces de fruits aussi doux que l'eau de 
la fontaine de vie : 

L'wn est la poésie et l'autre est Vamitié. 

Les personnes bien ou mal ni6cs peuvent 
avoir de bonnes qualités; mais, lancées dans 
la mauvaise compagnie, elles deviennent vi- 
cieuses. Les rivières roulent des eaux douces; 
mais, une' fois tombées dans l'Océan, elles 
cessent d'être potables. 

La Fontaine, croyant imiter Bidpaï, a em- 
belli un grand nombre des apologues de Vich- 
nou-Sarma dans : VOurs et V Amateur des Jar- 
dins, la Laitière et le Pot au Lait, V Homme 
qui court après la Fortune et VHomme qui 
l'attend dans son lit, les Deux Amis, les Deux 
Pigeons, le Loup et le Chasseur, etc., et tant 
d'autres dont vous parlera M. Henry Roujon. 

Le poète persan Saadi regardait Lokman 



uiyiLizeu uy "^^-jv^v^ 



ô" 



i88 



comme un petit-neveu de Job, -— le per- 
sonnage biblique si célèbre par sa résigna- 
tion dans l'adversité; — d'autres prétendaient 
que Lokman était né du temps de David ou 
de Salomon, à moins qu'il ne fût David ou 
Salomon en personne, et bien qu'il exerçât, 
dit-on, le métier de tailleur ou de charpentier. 
C'est lui qui a dit, le premier, que le « cœur 
et la langue étaient les meilleures et les pires 
parties du corps de l'homme ». Sa sagesse 
était tellement reconnue qu'au chapitre XXXI 
du Coran, Mahomet fait dire à Dieu : « Nous 
avons donné à Lokman la sagesse. » Comme 
on demandait à Lokman le moyen qu'il 
avait employé pour atteindre ce haut degré 
de vertu, Lokman répondit : 

— En accomplissant trois choses : en disant 
toujours la vérité, en gardant inviolablement 
ma parole, et en ne me mêlant jamais de 
ce qui ne me regardait pas. 

Reste à savoir s'il eût trouvé là le moyen 
de réussir à notre époque, et surtout dans 
le monde des théâtres! 

C'est dans Lokman qu'on trouve l'original 
de la Poule aux Œufs d'Or, du Cerf qui se 
mire dans l'Eau, du Bûcheron gui appelle 
la Mort à son Secours, de la Tortue qui défie 
le Lièvre à la Course, du Serpent qui mord 
la Lime, de VEnfant et le Maître d*Ecole, et 
de bien d'autres encore qui seront, je le 
répète, du domaine de M. Henry Roujon. 

Voici une fable que La Fontaine a négli- 
gée, et qui n'est pas sans intérêt : 

LE BUISSON 

Le buisson dit un jour au jardinier : 

— Si quelqu'un s'occupait de moi, que l'on 
me plantât dans le milieu du jardin, que l'on 
m'accordât arrosement et culture, les rois nie 

'rechercheraient; ils admireraient et ma fleur 
et mon fruit. 

Crédule, le jardinier planta le buisson dans 
le milieu du jardin, à l'endroit où la terre 
était la meilDîure et l'arrosa deux fois le jour. 
Bientôt, le buisson s'étendit, poussa de fortes 
branches, devint plus épais que les arbres d'a- 
lentour et couvrit la terre de ses feuilles. 
Le jardin, en peu de temps, n'offrit que des 
épines, et personne ne put y pénétrer... 

Vous devinez la moralité? 

— Honorez un méchant, soyez indulgent avec 
les eshroufpurf!, vous doublerez leur malice; 
faites-leur du bien, vous ferez des inpfrats, et 
ils vous mettront à la porte de chez vous. 

Il Y a, dans l'Ecriture Sainte, plusieurs apo- 
logues, sans compter les paraboles... Mais 
ne nous attardons pas aux rives du 
Jourdain, et passons en Grèce..., car c'est là 
que Ton « voudrait vivre »! 



On trouve, dans Hésiode, la fable du 
Milan et du Rossignol, La voici à peu près 
telle qu'elle est dans le poète des Travaux 
et des Jours. C'est la théorie moderne de la 
loi du plus fort, et le Chambalot des Mouettes^ 
de Paul Adam, n'est qu'un arrière-petit-fils 
du rapace d'Hésiode : 

Je veux conter aux rois une fable qu'ils igno- 
rent peut-être, quoique les rois sachent tout. 

Un faucon adressait la parole à un rossigfnol 
mélodieux qu'il enlevait au haut des nues 
dans sa serre triomphante. Le rossignol, étreint 
dans les ongles crochus de l'oiseau de proie, 
poussait des accents plaintifs; mais le fau- 
con, loin d'en être ému, disait à son prison- 
nier du ton le plus fier : 

— A quoi bon, malheureux, le tourment 
que tu te donnes ? Tu^ es tombé sous la griffe 
d'un oiseau plus puissant que toi. En dépit 
de l'harmonie de ton chant, il faut que tu 
viennes là où je te mène. 

Vous déduisez vous-mêmes la morale : 

C'est folie d'avoir un démêlé avec plus fort 
que soi. On est sûr d'avoir le dessous, et 
d'essuyer, de plus, ses mauvaises plaisanteries. 

Cette fable se retrouve, avec des variantes, 
dans Esope et dans La Fontaine. 



Un mot sur Esope : 

Esope est regardé, généralement, nous 
l'avons dit, comme V inventeur de la fable. 
Phèdre et La Fontaine ont consacré cette 
opinion. La Fontaine a même mis, à la tête 
de son recueil, une vie d'Esope b'aduite de 
Planude, moine grec, mort, dit-on, vers 1370. 
Or, Planude (si Planude il y a?) accumule 
nombre d'invraisemblables anachronismes, en 
faisant citer à Esope des auteurs qui devaient 
naître mille ans plus tard; et nous trouvons 
là une preuve de plus qu'Esope n'était lui- 
même qu'une fable. Le moine byzantin Pla- 
nude était né dix-huit cents ans après le 
fabuleux fabuliste, et La Fontaine avouait lui- 
même, en bon pince-sans-rire, que l'histoire 
du Phrygien Esope n'était peut-être pas très 
authentique ! 

Parmi les nombreuses fictions dont la vie 
d'Esope était composée, il en est une lii 
donne à la Fable une origine céleste, si jn 
l'apostrophe de La Fontaine que je c'*"" en 
commençant : 

L'apologue est un don qui vient des immon' 

Voici la traduction de cette... fictic 

Esope était berger. 11 faisait paître ses m- 

pcaux près d'un temple consacré à Me^ re. 

Ami de la sagesse, il adressait sat" ;se 



Digitized by 



Google 



189 



au dieu le$ vœux les plus ardents pour /ob- 
tenir cette sagesse. Plusieurs se rendaient à 
ce temple, et chacun apportait ses présents. 
Esope était pauvre et ne pouvait offrir des 
dons aussi beaux que ceux de ses conci- 
toyens. Pour se rendre le dieu favorable, il 
I joignait à ses offrandes des baies de myrte, 
I des roses et quelques violettes. Ces fleurs 
n'étaient pas liées ensemble. 

— Serait-il juste, disait-il à Mercure, que je 
négligeasse mon troupeau pour te faire des 
guirlandes? 

Lorsque vint le jour où Mercure devait 
distribuer ses dons de sagesse, il allait ou- 
blier Esope; et, n'ayant plus rien à donner, 
il se souvint d'une fable qu'il avait apprise 
des HEURES, chargées de l'élever, lorsqu'elles 
le berçaient, dans son enfance, au sommet de 
l'OI>Tnpe. 

— Tiens, dit alors Mercure à Esope, une 
fable est la première leçon que j'ai reçue : 
Je f accorde le pouvoir de composer des fables. 

C'était le dernier don qui restât dans la 
demeure de la sagesse. 

Rien ne manque à la légende d'Esope, pas 
même sa fin tragique et symbolique. 11 fut 
jeté dans la mer et vengé par Apollon. -- In- 
gratitude des hommes. — Justice immanente! 
et, pour nous, croire à la Justice immanente, 
c'est croire en un Dieu. 

Les plus fameux philosophes de la Grèce, 
Socrate et Platon en tête, savaient par cœur 
les fables d'Esope et les préconisaient aux 
Athéniens qtti commandèrent à Lysippe une 
statue d'Esope. Mais personne n'a dit, per- 
sonne n'a pu savoir comment le statuaire 
se documenta..., pas même Ennius Visconti! 

Ce qui importe, en somme, c'est que les 
fables d'Esope existent 

Ces fables sont en prose dans la langue 
grecque. 

Elles sont, d'ailleurs, presque toutes po- 
pulaires : le Renard et le Bouc, le Renard 
et les Raisins..,, et tant et tant d'autres, puis- 
que Là Fontaine a puisé dans les fables 
d'Esope la plus grande partie de ses sujets. 
_erade, Ridier, Boursault, et, plus tard, 
I .idn, ont encore trouvé, dans cette mine 
f nde, quelques filons à exploiter. J'ai moi- 
c ie adapté, lors de mon séjour au pied de 
ï ■*'*k, l'apologue des Deux Marchands. 



vous dirai qu'un mot d'Aphtone, 
c iu%jsAiCf dont la rhétorique a été longtemps 
€ ignée dans les écoles, et dont on pré- 
< "-- 'seîqnement en deux vers latins 



dont voici la traduction en vers français plu- 
tôt médiocres : 

Veux-tu comme orateur être bientôt cité t 
Qu'Aphtone jour et nuit soit par toi feuilleté. 

Le plus beau titre de ce faBuIisie grec est 
d'être l'auteur de Toriginal du Rat de Ville 
et du Rat des Champs, qui fut imité par 
Horace, avant de l'être dans le Roman dii 
Renard, et par La Fontaine. 

Babrius, dont un copiste de manuscrits 
transforma, un jour, le B en gamma, et dont 
on a fait le Qabrias, que vous trouverez dans 
les notes de La Fontaine, Babrius est l'au- 
teur du Rossignol et de V hirondelle que La 
Fontaine n'a fait, en quelque sorte, que copier 
dans sa fable intitulâe : Philomèle et Vrogné. 

Je voudrais aussi vous signaler les Fables 
en Quatrain^ d'un certain moine Ignace, abré*. 
viateur des apologues de Qabrias. Ces fables 
en quatrain ont été de tous temps fort à 
la mode; et, de nos jours, Jules Jouy et 
Maurice Dor^nay en ont donné de très spi- 
rituelles... Mais n'anticipons pas; et notons 
seulement au passage que, au dix-septième 
siècle, Pierre de Frasnay et Benserade, qui 
eût mis en quatrains toute I'histoire romaine, 
donnèrent plusieurs fables expresses. 

Chez les Latins, Phèdre, affranchi d'Auguste, 
crut que le genre de l'apologue était suscep- 
tible de grâces et d'emt>ellissements. Phèdre 
voulut être l'Esope des Latins, comme Vir- 
gile souhaita d'en être l'Homère. Une par- 
ticularité chez ce poète : il met souvent la 
morale à la tête de ses fables, ce qui senîble 
être, au point de vue « scénique », le meil- 
leur moyen d'en escompter Veffet. 

Lorsque Phèdre fut persécuté, sous Tibère, 
il eut recours, pour se plaindre sans trop de 
danger, à un apologue que vous connaissez 
tous : le Loup et V Agneau. Voici la traduction 
littérale de sa morale : 

— Cette fable regarde ceux qui, sous de 
faux prétextes, oppriment les innocents. 

Phèdre fronda la tyrannie, mais il dit aussi 
son fait au peuple dans les Grenouilles qui 
demandent un Roi. Dans les Deux Mulets, 
lorsque La Fontaine dit de l'un : 

Il marchait d'un pas rcle>é 
Et faisait sonner sa sonnette. . . 

Phèdre mimophonise plus gentiment encore 
en disant : 

• »•<« 

Clarumque collo jactans tinilnnàbulum. 

J'ai, pour vous divertir, adapté, moi aussi, 

uiyiLizeu uy "v^j v^ O Vt Iv^ 



190 



une des fables les plus topiques que Phèdre 
emprunta aux vieux Grecs, sur la Préven- 
tion du Public à l'égar^ des Acteurs, sous le 
titre des Deux.,./ habillés de soie! 

Vous citerai-je mon adaptation de l'anti- 
que anecdote hellénique que le Figaro pu- 
blia, Fan dernier, au moment des concours 
publias du Conservatoire? 

Les débutants, dans tous les arts, y peuvent 
puiser une saine « poétique » : 

Un ours heli«''nf», dans Byzanc^, 
Après avoir dansé, de chic, 
Devant son byzantin public, 
Fut proclamé roi âe la Danse. 

Conscient de son épaisseur, 
Et sourd au bravo du parterre, 
11 chercha l'avis salutaire 
De quelque délicat censeur. 

Il tenta donc l'expérience 
De questionner, tour à tour, 
Un léger singe, un cochon lourd, 
Sur le degré de sa science. 

Or, notre subtil animal 

Dit au singo. lin aristarque : 

« Conjnienl trouves-tu que je... marque 1 » 

Le singe dit : « Tu marques mal ! » 

Mais le porc, plein de suffisance, 
Cria : « Ce danseur fst parfait! 
Puisqu'il peut faire autant d'elfet 
'. ' Que, moi, j'en produis à la danse 1 » 

— « Le singe, lesto. s'y connaît!... 
Pensa l'ours... Le singr me blâme !... 
Si le cochon pesant macclaïue, 
C'est que je danse... en cochonnet I... » 

Et l'ours conclut — en ours atlique 
Digne du Goût — toujours Français I — 
Que mieux vaut, à certains succis. 
Préférer cent fois la critique I 



Mais quittons l'Europe, au temps des Croi- 
sades, et passons en Perse, où le doux poète 
Saadi, qui mourut à cent dix ans, fut célèbre 
par ses deux ouvrages pleins d'allégories et 
d'apologues : le Jardin des Fruits et le Jar- 
din des Roses. 

Saadi attire tout de suite notre bienveil- 
lance, car nous ne saurions oublier qu'il fut 
prisonnier des Français armés pour la cause 
du christianisme, et qu'il travailla quelque 



tetpps, co^me prisonnier de guerre, aux terre- 
pleins de Tripoli. 

C'est dans son oulistan (yEnipire ou le 
Jardin des Roses)^ que Saadi doftne sur lui- 
même quelques détails biographiques dont plu- 
sieurs sont bien charmants. Ecoutez celui-ci : 

Je me souviens que, dans ma première jeu- 
nesse, un soir, à la veillée, je lisais à la table 
de famille, sous les yeux de mon père, les 
pages sacrées du Coran. Je m'aperçus, à 
certain moment, que le sommeil avait fermé 
les yeux de mes frères. 

Je dis à mon père, avec un petit air de 
supériorité : 

— Voyez-vous tous vos enfants baisser la 
tête sans songer à Dieu? 

— O mon filsl reprit mon père, il vaudrait 
mieux dormir toi-même que de veiller pour 
remarquer les fautes de tes frères. 

M. Roujon vous parlera peut-être de l'adap- 
tation que nous devons à La Fontaine, de 
la jolie fable : le Songe d'un Habitant du Mo- 
gol; c'est du Jardin des Roses qu'elle est 
tirée. 11 y a là un éloge de la solitude d'une 
grâce incomparable. ^ 

C'est dans le Sommeil du Méchant que Saadi 
formule cette morale : 

Dieu accorde quelquefois le sommeil aux 
méchants, afin que les bons soient un instant 
tranquilles 1 

C'est de la fable du Courtisan que Florian 
tira sa fable du Roi de Perse. 

Saadi a fourni aussi des sujets de pièces, 
dont l'une est fort populaiie, et vous sera, 
sans doute, donnée à quelque « matinée 3» des 
Jeudis, Je veux parler de la Partie de Chasse; 
le Roi et le Meunier. 



Si nous franchissons quelques siècles, pour 
revenir en Italie, à l'époque où l'on décou- 
vrit l'imprimerie, nous trouverons, imprimé 
à Venise, un recueil de fables latines d'un 
professeur d'humanités, nommé Philelphe, dans 
lequel La Fontaine trouva l'idée de son chef- 
d'oeuvre : les Animaux Malades de la Peste, 
que devait adapter, avant lui, au seizi< ne 
siècle, François Habert. 

Vers la fin du quinzième siècle, Absten. us 
écrivit des fables en prose latine, dans I rs- 
quelles vous reconnaîtriez : les Femmes et 
le Secret, la Mort et le Mourant, et le Poux nr 
des Fables, du distrait de Château-Thien ... 

Mais je m'aperçois que l'heure passe — 
comme disent les Grecs modernes — et • ne 
j'éprouve quelque difficulté à parvenir is- 
qu'aux fabulistes français qui ont précéd<^ La 

uiyiLizeu uy "v^j v^ v^^pt l^- 



191 



Fontaine. Il faut savoir se borner; — surtout 
lorsqu'on ne dispose que d'une heure! — 
et je me vois contraint de passer bien des 
noms étrangers : italiens, allemands..., etc., 
pour parler un peu des Français. 

Je passerai donc sur Faerne, le Romain, 
le premier adaptateur du Meunier y son Fils 
et l'Ane; sur les Italiens Targa et Verdizotti, 
ce dernier l'heureux conteur du Cochet du 
Chaf et du Souriceau, et du Loup devenu 
Berger; sur l'Allemand Camérarius, pour ar- 
river, enfin, au Roman du Renard et à Marie 
de France. 



Le Roman du Renard^ l'épopée, le poème 
populaire, dont M. Edmond Rostand s'ins- 
pira, nous dit-il, en composant son Chan- 
teclair moderne, est le plus curieux monu- 
mient de notre littérature naissante. Il semble 
avoir été commencé au onzième siècle, d'après 
les fables de Bidpaï. Ses premiers épisodes 
sont attribués à Perrot de Saint-Cloud et à 
Richard de Lison. Ce poème, dont la popularité 
s'épanouit surtout au treizième siècle, fut tra- 
duit en plusieurs langues étrangères. Il dut 
arriver, dans la suite, ce qui souvent arrive 
aux novateurs : on retraduisit le poème en 
français, et l'on crut que l'original — lui, 
le prototype — n'était qu'une traduction! 

Les différents poèmes du Roman du Re- 
nard peignent et expriment les mœurs, les 
aspirations médiévales. 

Par ses ruses, par ses multiples agissements, 
infatigable, le Renard proteste contre Ig mor- 
gue et la tyrannie du Lion, qu'il berne, en 
dépit de sa majesté; contre les abus provo- 
qués par celui-ci, celui-là...; contre les « diri- 
geants »; en un mot, contre la noblesse, la 
magistrature, le clergé, tous personnifiés par 
un animal. C'est la lutte éternelle du serf 
contre Celui qu'il croit être son Seigneur. 

Ce singulier poème se compose de « chants » 
(chapitres) assez faiblement liés entre eux, et qui 
sont daignés sous le nom de branches, à l'instar 
des poèmes d'Homère qui étaient chantés, dans 
les diverses contrées de la Grèce, par des hom- 
mes portant un rameau de verdure à la main; 
ce qui, suivant Boileau, les avait fait nommer 
ri sodés ou chantres à la branche. Ces trou- 
bi 3urs, poètes de la langue romane, allaient, 
S2 \ doute aussi, de châteaux en châteaux, 
di iter les .divers fragments de cet ouvrage 
qi Is accompagnaient du récit de leurs autres 
fa îaux. Ils y joignaient aussi de nouvelles 
b> tches; d'où vient le «décousu» de la com- 
p ition générale. 

branche qu'on peut considérer comme 
Il ™«ère est celle qui porte ce titre : C^est 



la branche de Renard et d^Ysengrin comme 
ils yssirent de la Mer, 

Vous avez assez entendu l'enlèvement d'Hé- 
lène par Paris, et les aventures de Tristan : 
Et fables et chansons de geste. . . 



Mais oncques n'oïstes la guerre 
Qui moût fu dure et de grant fin 
Entre Renart et Ysengriq. . . 

Renart, le gourpil (qui se plaît à tromper 
les autres); Ysengrin, le loup, dont la vue 
fait fuir la brebis; les deux bonnes égoïstes 
pratiques de la création qui s'unissent d'abord 
pour tromper les camarades, et qui finissent 
par se dévorer ensuite, eux et leurs tlignes 
compagnes : dame Hersent, épouse du Loup, 
et Hermeline, femme du Renard. Chanteclair 
n'apparaît que dans la cinquième branche. 
Il m'est, hélas! impossible de vous détailler 
les trente-deux branches!... C'est, je le^ ré- 
pète, (me série de satires symbohques qu'il 
serait impossible d'étudier ici. Il faudra, si 
vous voulez creuser le sujet, vous adresser 
au savant M. Joseph Bédier que je vais, 
le plus souvent possible, écouter au Collège 
de France. 

Les Romans du Renard se greffèrent les 
uns sur les autres : Renard le Bestourné (le 
mal tourné). Renard Couronné; le Nouveau 
Renard; Renard le Contrefait, etc.. 

C'est dans Renard le Contrefait que Re- 
nard nous exhorte, vers . la fin du poème, 
à chercher le bonheur dans la médiocrité; 
et il nous dte la fable des Deux Rats où 
vous reconnaîtriez une des nombreuses va- 
riantes du Rat de Ville et du Rat des Champs, 
d'Aphtone. 

L'aventure de Fauve la jument et de son 
poulain, avec le loup et le renard, se trouve 
dans la dernière branche qui se termine par 
une violente déclamation contre les nobles. 
On' leur dit leur fait, aux nobles, dans le 
Roman du Renard, avec une furia de haine 
auprès de laquelle les pointes de Figaro ne 
sont que des» madrigaux... de chérubin! 

Passons à Marie de France. 

Cette poétesse n'était nullement de la mai- 
son royale : elle se nomma de France pour 
faire savoir quel était son pays. 

Marie ai nom, si sui d<' France. . . 

dit-elle; et, dans le prologue qu'elle a placé 
à la tête de ses fables, elle engage les écri- 
vains à réunir dans leurs ouvrages des exem- 



Digitized by 



Google 



192 



pies et des traits de morale qui puissent 
être utiles aux hommes» Elle signait Marie 
de France parce qu'elle écrivait en Angleterre 
sous l'empire des rois normands. 

Ses apologues sont donnés sous le nom 
d'YsoPET, nom que l'on donnait, en ces temps 
anciens, à toutes les collections de fables tra- 
duites en français, parce qu'on regardait tous 
les sujets comme fournis par Esope. 

Elle dédia son recueil de fables à un roi 
qu'elle ne nonime pas, mais que l'on suppose 
être Etienne, successeur de Henri l". Ce se- 
rait donc vers 1141, époque où ce prince, 
né français, resté paisible possesseur du trône, 
ramena sans doute à sa cour le culte de la 
langue de son pays. 

Les YsoPET de Marie que l'on possède sont 
inclus en des manuscrits, tous du quatorzième 
siècle. Ces Ysopet seraient incompréhensibles à 
l'audition, et leur traduction en langue cou- 
rante n'a plus guère aucun sel. Je voudrais 
pouvoir vous dire celui-ci : dou muset ki ouist 
FAME. — Du musaraigne (musaraigne, dans 
le lexique moderne, est du féminin : c'est 
un petit animal carnassier de la grosseur d'une 
souris) gui cherchait une femme. 

Jadis fu si en-orguelliz 

Li mus^s k*umclalme suriz, 

Qu'il ne pooil en sun paraige, 

Em sun samhlanl, n'en sun lignaige, 

Famé iruver gui il présist : 



C'est-à-dire : 

Jadis, le musaraigne, gonné d'orgueil, 

Ne> pouvait trouver dans sa race, danà son espèce, 

Ni dans sa famille, une femme qu'il diU épouser.. . 

,Et cet autre, oîi vous salueriez le « scénario » 
de la Cigale et la Fourmi : comment li cri- 
quet DEMANDA AU FOURMI DE SON BLÉ, ET IL 
LI REFUSA. 

Li criquet eut disette 
En y ver, et, povrotlc, 
Au fourmi est venu; 
En plorant li requist 
Que l)onté lui fcist 
D'un peu de blé menu. . . 



Et la fourmi répond : 

Sire, eraprès le chanter, 
Deussiez bien bailer, 
Le frémi 11 a dit. 
Jà ne vous aiderai, 
Ni bien ne vous ferai. 
Certes, tant soit pqtit . . . 



Pic, 



P. Blanchet, à qui Ton attribue la 
Farce de Maître Pathelin, dont Edouard 
Fournier nous a donné 'une si savoureuse 
reconstitution, a intercalé,^ au second acte, — 
lorsque Pathelin se vante d'avoir guirlande 
le drapier Guillaume, — la fable du Renart 
et du Corbel, en vers de huit pieds. 



Mais c'est au seizième siècle que la Muse 
de l'apologue annonça en France ce qu'elle 
devait être un jour, avec Gilles Corrozet, 
poèterlibraire fort estimé, l'auteur du Conte 
du Rossignol, que Molière devait connaître, 
car il a ^développé le « morceau charmant sur 
les transformations heureuses que l'Amour 
peut provoquer chez les êtres » : 

Il le faut avouer, l'Amour est un grand maître, etc. 



Gilles Corrozet fut suivi de Guillaume Hau- 
dent, qui traduisit, en vers, trois cent soixante- 
six apologues d'Esope; de Remetius, de Phi- 
libert Hégémon, de Guillaume Guéroult, qui 
gagnait sa vie, à Lyon, en corrigeant des 
épreuves; de François Habert, sans parler de 
Jean-Antoine de Baïf et de Mathurin Régnier. 

Tous ces poètes avaient ajouté un tour 
particulier à ce genre de poème, en lui com- 
muniquant le mouvement »scénique et le na- 
turel. C'est grâce à eux que La Fontaine s'en- 
traîna si magistralement à préciser la formule 
fiabesque dans cet art impérissable de re- 
vêtir les animaux d'un costume symbolique, 
de les parer de nos titres, en les présentant sur 
la scène au cours de sa comédie « aux cent 
actes divers »; comédie (de tous les temps!) 
aussi humaine que celle de Balzac; comédie 
Terrestre, sur laquelle épilogua Pierre de Ron- 
sard en des stances mélancoliques : 

En gestes différents, en différents langages. 
Rois, princes et bergers jouent leurs personnages 
Devant les yeux de tous, sur Téchafaud commun ; 
Et quoique l'homme essaye à vouloir contrefaire 
Sa nature et sa vie, il ne saurait «tant faire 
Qui! ne soit, tel qu'il est, reconnu ûe chacun. 



Il ne faut espérer <^t^e parfait au monde, 
Ce n'est que vent, fumée, une onde qui àuit *''^ 
Ce qui était hier, recommence aujourd'hui... 
Heureux, trois fois heureux qui au temps ne ? 
Qui suit son naturel, mais qui. sage, corrige 
.Sex fauiea, en vivaut, par les fautes dautru 



e, 



à 



Mais il est temps que je laisse la p«. 
ma charmante camarade, MH* Dussane, qu ira 
vous dire trois beaux apologues auy^ la 



Digitized by 



Google 



vous prendrez un plaisir extrême. Il ne me 
reste qu'à vous remercier de l'attention avec 
laquelle vous m'avez écouté, et de la sym- 
pathie que vous venez de me témoigner. (Vifs 
applaudissements.) 

JULES TTtVTFTEH, 

Sociétaire d* ta Comédie-Trançaise. 

(Conférence «lénographiée.) 



Jluditions par M"* Vussane 
DU VIEILLARD APPELANT LA MORT 

Uog Yieitlard portait 
Ung fardeau de bois ; 
Dont lassé estoit 
Pour son trop lourd pois. 

Doncques, tant lassé 
De porter sa charge^ 
Auprès d'ung fossé 
Son fardeau descharge. 

Puis, par désespoir 
La Mort appela. 
Et tout son povoir; 
laquelle vint là, 

Disant : « Que veulx-tu i 
Es-tu las àe vivre ? 
Es-tu abattu ? 
Veux-tu ta Mort suivre ? » 

€ Non, dict le vieil homme ! 
Je ne veulx mourir; 
Je t'appelle et somme 
Pour me secourir. 

» Car c'est acte humaftn 
D'aultruy soulager : 
Preste ung peu ta main 
Pour me recharger. » 



GILLES C07(JiOZET. 



DU LION, DU LOUP ET DE.LASNE 

L#> fier Lion, cheminant par la voie, 
uyat un Loup et un Asne basté 
ant lesquels tout court s'est arrcslé 
leur disant : « Jupiter vous convoit*! » 

Loup, voyant cette beste royale 
très de soy, la salue humblement; 
ant en faict l'Asne semblabbincuL, 
r luy monstrer subjectlon loyale. 

K mes Amis ! maintenant il est heure. 
t le LioD, d'oster les grands péchés 



.93 

Desquels nos cœurs se treuvent empêchés 
Il est besoin que chacun les siens pleure. 

» Et pour avoir, de la majesté haule. 
Du Dieu des cieux, pleine rémission. 
Besoin sera qu'en grand 'contrition. 
Chacun de nous coiJesse ici sa faute. » 

Ce conseil fust de si grand'véhémence. 
Qu'il fust soudain des autres approuvé, 
Dont le Lion fort joyeux s'est trouvé, 
Et ses péchés à confesser commence, 

Disant qu'il a, par bois, montagne et plaine. 
Tant nuit que jour, causé, las ! divers muux, 
Et dévoré grand nombre d'animaux, 
Bœufs et chevaux, et brebis portant laine, 

Dont humblement pardon à Dieu demande. 
En protestant de plus n'y retourner. 
Ce faict, le Loup le vient arraisonner, 
Luy remontrant que l'offense n'est grande. 

« Comment, dict-il. Seigneur plein d'excellence 
Puis que tu es sur toutes besles roy. 
Eh ! qui pourrait te donner quelque loy, 
Lorsque sur nous tu as toute-puissance i 

* Il est loisible à un prince de faire 
Ce qu'il luy plaisl sans contradiction : 
Partant, Seigneur, je suis d'opinion 
Que tu ne i)euix, en ce faisant, mal faire. » 

Ces mois finis, le Loup, fin de nature, 
Vint réciter les maux par luy commis : 
Premièrement, comm' il a à mort mis 
Plusieurs passants pour en avoir pasluie. 

Puis, que souvent, trouvant en lieu champeslre 
Moutons camus, de nuit, en clos et |>arcs, 
11 a bergior et les troup«aux épars, 
Pour les ravir afin de s'en repalstre. 

Enfin, qu'il a, en suivant sa coutume, 
Faict plusieurs maux aux juments et chevaux. 
Les dévorant et par monts et par vaux; 
Dont il eu sent en .son c<eur anierUnue. 

Sur ce respond. en faisant bonne mine, 
Le fier Lion : «• Ceci n"est pas grand cas ; 
Ta cou I urne est d'ainsi fair", n'est-»,'»» |kis / 
Puis à cela ta conlraiuct la faniiu*'. » 

Lors ilict à TAsne : « Or, coiite-nous la vie, 
Et garde bien den ohnieltie un seul poinct. 
V.'AV si lu fauv. niui ]»' n;* faudra! puiul : 
Tant de punir les nicnleurs j'ai "uvie. » 

L Asne, craignant de recevoir nuisance, 
Respond ainsi : « Mauvais sont mes forfaicts, 
Mais non si grands que ceux-là qu'avez faicb, 
Et toutes fois j'en revois déplaisance. 

uiyitized by VjOOQIC 



»94 



» Quelque temps fust que j'estols en servage - 
Sous un marchand qui bien se nourrissoit, 
El au rebours pauvrement me pansolt; 
Combien qu'il eust de moy grand avantage. 

» Le jour advint d'une certaine foire, 
Où, bien monté sur mon dos, il alia; 
Mais, arrivé, à jeun me laissa^là, 
Et s'en va drpict à la taverne boire. 

» Marri j'en fus (car celui qui trayaille, 
Par juste droict, doit avoir à manger). 
Or, je trouvai, pour le conte abréger. 
Ses deux souliers remplis de bonne paille. 

» Je la mangeai, sans rien dire à mon maislre; 
Et, ce faisant, l'offençai grandement; 
Dont je requiers pardon trés-humblement. 
N'es|)érant plus telle faute rommestre. » 

a quel forfaictl 6 la fausse pratique I 
Ce dict le Loup lin et malicieux ; 
Au monde n'est rien plus pernicieux. 
Que le brigand ou larron domestique. 

>» Comment? la paille, au soulier demeurée 
De son seigneur, manger à belles dents! 
Kt si le pied eust été là dedans, 
Sa tendre chair eust été dévorée ? » 

« Pour abréger, dict le Lion à l'heure, 
C'est un larron, on le void par elTect. 
Or, je crois juste et j'ordonne de faict. 
Suivant nos lois anciennes, qu'il meure. » 

Plus tost ne fust la sentence jettée, 
Que maistre Loup le pauvre Asne étrangla; 
Puis de sa chair chacun d'eiLx se soûla : 
Voilà comment ell' fust exécutée. 

Par quoy appert que des grands on tient compte, 
Qu'en faisant mal ils sont favorisés ; 
Mes les petits, sans cesse méprisés. 
N'ont pour loyer que la peine et la honte. 

THAI^ÇOIS HABE7{T, 



LA LIONNE, LE LOIÏP ET LE MULET 

Jadis, un maigre loup, que la faim espoinçonne. 
Sortant hors de son fort, rencontre une lionne. 
Rugissant à l'abord, et qui montroit aux dents 
L'insatiable faim qu'elle avoit au-dedans. 
Furieuse, elle approche, et le loup, qui l'advise. 
D'un langage flatteur lui parle et la courtise ; 
Car ce fut de tout temps que, ployant sous l'efTorl, 
J^e petit cède au grand et le faible au plus fort. 

Lui, dis-jc, qui craignoit que, faute d'autre proye, 
La béte l'attaquât, ses ruses il employé. 
Mais, enfin, le hasard si bien le seœurut. 
Qu'un mulet gros et gras à leurs yeux apparut. 
Ils cheminent dispos, croyant la table prête, 
Et s'approchent tous deux assez prés de la "béte. 
Le loup, qui la connoit, maliant et défiant. 
Lui regardant aux pieds, lui parloil en riant : 

« D'où es-tu ? qui es-tu ? Quelle est ta nourriture. 

Ta race, ta maison, ton maîfre, ta nature ? » 

I^e mulet, étonné do ce nouveau discours, 

De i>eur ingénieux, aux ruses eut recours, 

Kt, comme les Normands, sans lui répondre : « Voirc, 

Compère, ce dit-il, je n'ai point de mémoire ; 

Et, comme sans esprit ma grand'méro me vit. 

Sans m'en dire autre chose, au pied me l'écrivit. « 

Lors, il lève la jambe au jarret ramassée. 

Et d'un œil innocent il cou v roi t sa pensée. 

Se tenant suspendu sur les pieds en avant. 

Le loup, qui l'aperçoit, se lève de devant, 

S'excusant de ne lire, avecq' cette parole 

Que les loups de son temps n'ai loient point à l'école: 

Quand la chaude lionne, à qui l'ardente faim 

Alloit précipitant la rage et le dessein. 

S'approche, plus savante, en volonté de lire. 

Le mulet prend le temps, et, du grand coup qu'il tire 

Lui enfonce la tête, et d'une autre façon 

Qu'elle ne sçavoit point, lui apprit la leçon. 

Alors le loup s'enfuit, voyant la béte morte. 

Et de son fgnorance ainsi se réconforte : 

N'en déplaise aux docteurs, cordellers. Jacobins. 

Pardieu ! les plus grands clercs ne sont pas les plus fins. 

MATTfUHm JiÉGMmU. 



\>^^^lë^^4^ 



Digitized by 



Google 



«95 



Série D 



Jeudi, 7 Féorier 



HISTOIRE 



LE PALÀIS-ROYAL 

Confîérencc de M. Georges CAIN 

Nos lecteurs connaissent tous M. Georges 
Gain, Taimable directeur du musée Carnavalet, 
l'érudit Parisien, le spirituel historien. Il 4 pu- 
blié, cette semaine, un livre intitulé : Fro- 
menades danit Farts, dans lequel revit le Pa- 
ris d'autrefois et le Paris d'aujourd'hui, livre 
aussi curieux qu'amusant à lire. La conférence 
que M. Georges Gain a faite à l'Université des 
ÀfiMolta a obtenu un gros succès. Il ne pou- 
vait en être autrement. M. Gain a le sens 
du pittoresque; il est admirablement docu- 
menté, et il parle avec une verve bonhomme 
et fine qui le met tout de suite en com- 
munion avec son public. On rit, on est charmé, 
on applaudit et l'heure passe • trop vite. 

Nous détachftns de la conférence si vivante, 

si imagée de M. Gain, — véritable historique 

du Palais-Royal depuis Louis* 5CI1I jusqu'à nos 

• jours, — le morceau concernant la Révolution. 

Mais que nos lectrices se rassurent. Nous leur 
rendrons fidèlement, pendant les vacances, les 
fragments que nous avons la cruauté de leur 
retirer aujourd'hui. 

Que cela me soit l'occasion de prévenir 
nos lecteurs et lectrices que, pendant le temps 
où les conférences ayant cessé, le journal 
paraîtra encore, ils trouveront, dans ' le Jotir- 
ncU de rUniversiUy de nombreuses lectures qui 
compléteront heureusement notre programme 
scolaire. 

Nous choisirons à leur intention les pages 
célèbres, qu'il faut avoir lues, des auteurs com- 
mentés par nos conférenciers ; nous y joindrons 
des critiques intéressantes; en un mot, nous 
éclairerons, de toutes les façons, la littérature 
française, la littérature étrangère et l'histoire, 
abordées, cette année, par notre programme. 

r. s. 

Mesdames, mesdemoiselles, 

îst des noms qui ont le privilège d'évo- 
q tout un passé. Le vieux Louvre, 

c sont les Valois. Le Luxembourg, c'est 
^ ie de Médias. Versailles, c'est Louis XIV 
e e grand siècle. Trianon, c'est Marie-An- 
ti ette et les bergerades..., les sons du crin- 
c et des musettes y couvrent les grands 
t ts encore confus et sourds de la Révolution 
-€ marche. Le Palais-Royal, c'est l'éclosion 
s le soleil de Juillet de cette Révolution, 
auvre Louis XVI prenait, tout d'abord. 



pour une simple émeute... Le Palais-Royal 
et ses motions spirituellement incendiaires, 
c'est la Révolution en perruques poudrées et 
en cadenettes, une feuille verte au chapeau... 
qui, bien vite, deviendra la Révolution en 
carmagnole et en bonnet rouge; et les bâtons 
noueux des muscadins y précèdent leâ pi- 
ques des sectionnaires. 
Par un miraculeux hasard, — qui doit pro- 




M. Georges Cain. 
{Photographie Chéri Housseau.} 

fondement affliger nos modernes ingénieurs, — 
ce noble décor de nos grandes luttes popu- 
laires n'a pas, été morcelé, détruit, desho- 
noré; on n'a pu, jusqu'à présent, anéantir 
son antique beauté, et l'injuste abandon qui 
l'enveloppe aujourd'hui l'a, en quelque sorte, 
auréolé de ce charme inhérent à certaines 
places provinciales, où de paisibles rentiers 
— il y en a encore! — regardent avec bien- 
veillance les gamins jouer au cheval-fondu, 
que les intransigeants appellent le roi dé- 
trôné. 
C'est l'histoire de ce vieipc palais, si inti- 
Digitized by VjOO -^ i>^ 



196 

methent liée à Thistoire de notre beau Paris 
que, le plus brièvement possible, nous allons 
avoir Thonneur d'exposer à notre très gra- 
cieux auditoire. 

(Nous supprimons ici, à regret, rhétorique 
très applaudi que M. Georges Gain nous fait. 
du Palais-Royal sous Louis XIII, Louis XIV, 
Louis XV, et arrivons de suite à la Révolution.) 



émeutes. L'affluence était telle que beaucoup 
de badauds parisiens avaient dû se percher 
dans les branches des marronniers. On atten- 
dait, et dans l'air soufflait ce je ne sais quoi 
qui précède les émeutes. Entre onze heures 
et midi, un messager arrivant de Versailles 
confirme la menaçante nouvelle. Alors un 
jeune homme, Camille Desmoulins, sort du 




Camille Desmoulins au Palaî»-Royal, le la juillet 1789, d'après Prieur. 



Le peintre Isabey écrit ceci dans ses inté- 
ressants mémoires : 

<i En traversant le jardin du Palais-Royal, 
» je vis un groupe entourant un monsieur 
» monté sur uiie chaise. 11 était joli homme, 
» fort bien mis, ce qui me faisait douter que 
» ce fîit un marchand de chansons! CY^tait 
» Camille Desmoulins qui prêchait la révolte. 
» Adieu plaisir! Adieu, gaieté! » 

Pour pittoresque qu'elle soit, l'observation 
d'isabcy est insuffisan-te. Le vrai, c'est que, 
le dimanche 12 juillet 178i), lorsque le bruit 
se répandit à Paris du renvoi, par Louis XVI, 
de Necker, en qui s'incarnaient les idées de 
libéralisme, la foule exaspérée, nerveuse, se 
porta au Palais-Royal, — quartier général des 



Café de Foy, et, tenant d'une main une épée, 
de Tautre un pistolet, saute sur une chaise. 

— Aux armes, s'écric-t-ii, les Allemands du 
Champ-de-Mars (il s'agissait du régiment com- 
mandé par le comte de Lambesc, le Royal- 
Allemand) entreront ce soir dans Paris pour 
en égorger les habitants. Aux armes! ^•■**o- 
rons une cocarde. 

11 arrache une feuille de marronnier, la :t 
à son chapeau, chacun en fait autant, leî r- 
bres sont dépouillés... Ce fut le sigr- e 
l'insurrection. 

C'est depuis cette date inoubliable qu le 
Palais-Ruyal devint politique. Les nouvelli- îs 
qui, jusqu'alors, avaient été simplement >- 
tiniers et médisants, s'exaltent et se dispu^ it 
Sous les longues rangées de marronnir— is 



uiyiiizeu uy 'v^jv^vy 



ô'" 



>97 



où, jusqu'alors, on n'avait, le plus souvent, 
échangé que des galanteries, on échange des 
défis et des coups de canne. Un cirque, pro- 
fond de deux étages, « ingénieusement décoré 
de compartiments de treillages )>, s'élevait 
au milieu du Palais-Royal, occupant l'actuel 
emplacement du grand bassin. 

Pendant longtemps, ce cirque était resté sans 
emploi; c'était une curiosité que l'on faisait 
visiter aux étrangers. Les ambassadeurs de 
Tippoo-Sahib l'admirèrent en 1788; le duc 
d'Orléans en fît alors tm manège, transformable 
en salle de bal et de fêtes. Un sieur Rose 
le loue et y loge un théâtre où se mélangent 
la politique et les plaisirs. On y joue la comé- 
die, ou l'on y donne un concert suivi de 
bal, et, le lendemain, on loue la salle aux 
Amis de la Constitution, au Club de la Bouche 
de Fer, ou au Club Social, dont Claude 
Fauche^ évêque constitutionnel du Calvad<>s, 
qui s'intitulait « procureur général de la iré- 
rité », présida l'une des premières séances. 

En 17d8, ce cirque, après une dernière 
transformation en Lycée des Arts, brûla défi- 
nitivement. 

En même temps qu'on élevait le cirque, 
et pour remplacer un cadran solaire insuffi- 
sant, on installa le petit canon du Palais-Royal 
sur la ligne du méridien de Paris qui passe 
par le jardin du Palais-Royal. 

A midi, en été, le canon tonne, et une 
gravure des Modes et Manières du Jour nous 
montre un fort lot de Parisiens et d'étrangers 
remontant gravement leurs montres au mo- 
ment précis où éclate cette minuscule artil- 
lerie. 

Cette innocente bouche à feu, qui n'a pas 
sut» les transformations modernes, continue 
à renseigner les boutiquiers du Palais-Royal 
sur l'heure du méridien, et est inscrite au 
budget de la ville pour une somme de cent 
cinquante francs, frais de poudre et d'entretien. 
Je le dis bien vite et bien bas, le ministre des 
finances, par mesure d'économie, pourrait être 
tenté de supprimer cette bouche... inutile. Mes- 
demoiselles, ne me trahissez pas! 

La Révolution naissante troublait toutes les 

cervelles, envahissait tous les cœurs. Partout 

nn discutait, et pendant que le cirque se 

"geait en club, les cafés — et Dieu sait 

y en avait beaucoup — devenaient po- 

ues. Chacun arborait sa cocarde, et ces 

uties affichaient tant de nuances dissem- 

>les, passant du blanc pur au rouge vif, 

"*ait un perpétuel motif de provocations, 

mces et de rixes. « Du choc des opi- 

s jaillit la lumière », a dit un philosophe 

iident. Du choc des opinions jaillissaient 

*^~ coups de canne. Les dames, comme 



c'était leur devoir, s'évanouissaient gracieu- 
sement; on emportait les blessés; et les gens 
sérieux, occupés à faire leur passionnante par- 
tie d'échecs ou de dominos, pouvaient enfin 
conduire à bien un glorieux mat au roi, 
âprement combiné au milieu de ces horribles 
tohus-bohus! Mais que de petits drames et 
de grandes coteries dans ce Palais-Royal (dis- 
trict de quarante mille étrangers sans dis- 
tricts, logés en un hôtel garni)... Les fédérés 
boivent, au Café du Caveau ou à la Grotte 
Flamande, des bouteilles de bière anglaise; 
les feuillantistes se réunissent aii Café de 
Valois, rue des Bons-Enfants. Alors, les fé- 
dérés du Caveau envahissent le Café de Valois, 
déchirent le Journal de Paris, et bâtonnent 
les feuillantistes. Au coin de la rue Montpen- 
sier, les provinciaux se pressent au Café 
Mécanique, où le* service se fait par les co- 
lonnes creuses des tables. Le propriétaire, 
esprit rétrograde, est sabré pour avoir voulu 
s'opposer aux chants sanguinaires du Ça Ira, 
et les sept arcades du Café de Foy sont, dès 
1789, les portiques de la Révolution. C'est 
une sorte de Parlement en plein air, d'où 
partent les motions les plus incendiaires. Puis 
le Café de Foy se modifie, se transforme, et 
devient réactionnaire; on conspue l'Assemblée 
et on ridiculise le régime nouveau. On se 
demande à haute voix si les arrhées étrangères 
ne vont pas enfin arriver pour rétablir l'ordre 
compromis, et les muscadins, aux lourds gour- 
dins et aux collets noirs, font du Café de 
Foy leur quartier général. En juillet 1791, 
après les en avoir chassés, les jacobins puri- 
fièrent l'établissement : ils y brûlèrent du ge- 
nièvre et plantèrent à la porte une potence 
aux couleurs nationales. Le lendemain, les 
ci-devant, revenus en force, reprenaient pos- 
session de leur local saccagé, et, à leur 
tour, y allumaient de l'encens, etc., etc. 



Louis XVI est condamné à mort, et, le 
20 janvier 1793, veille de l'exécution, l'ex- 
garde du corps Paris transperce de son sabre 
le conventionnel Lepelletier qui venait de vo- 
ter la mort du roi, et qui prenait son re- 
pas entre deux séances de la Convention, 
dans les caves du traiteur Février, au « Jar- 
din Egalité » (tel était le nom nouveau du 
Palais-Royal). C'est chez un coutelier installé 
sous l'arcade portant le numéro 177 que, le 
samedi 13 juillet 1793, à sept heures du matin, 
Charlotte Corday, arrivée de Caen la veille 
et descendue Hôtel de la Providence, rue des 
Vieux- Augustins (aujourd'hui, rue Hérold), à 
quelques mètres du Palais-Royal, acheta, pour 
deux francs, le couteau de cuisine qu'elle 



Digitized by 



Google 



198 



plantait, \e soir même, dans la ppitrine de 
Marat. 

Pendant toute la période révolutionnaire, 
le Palais-Royal hébergea les irréductibles gas- 
tronomes auxquels le terrorisme n'avait pas 
coupé l'appétit. Là, également, se rencontraient 
les rares plaisirs a secouant leurs grelots » 
sur Paris apeuré. Il y avait bien quelques 
ombres à la gaieté publique!... Ainsi, les dî- 
neurs sortant de chez les restaurateurs Méot, 
Beauvilliers, Masse et Véry, où ils venaient 
de vider quelques bouteilles poudreuses pro- 
venant de la cave du « ci-devant tyran » et 
de choisir entre les « seize espèces de li- 
queurs indiquées sur la ca,rte », vers les six 
heures du soir, en se rendant au Vaudeville 
de la rue de Chartres, — sur l'emplacement 
actuel du ministère des finances, — se croi* 
saien^, parfois, avec les chawettes des condam- 
nés à mort gagnant, par le faubourg Saint- 
Honoré, la place de la Révolution. 

Mais la vie humaine comptait alors pour si 
peu, que Ton n'avait pas le temps de s'attendrir 
à ces menus incidents; on échangeait un 
dernier adieu avant d'aller prendre place au 
parterre et applaudir..!. Encore un Curé! pièce 
à couplets contre la superstition, et les Emi- 
grés de Spa ou les Effets du Bonnet Rouge, 
pièce patriotique, « qui, cependant, assurent 
les petites affiches de janvier 1794, n'eut pas 
tout le succès que ce titre plaisant permettait 
d'espérer ». 

Avec le Directoire, ce fut une folie de plai- 
sirs. Le Palais-Royal redevint immédiatement 
le quartier général de la gaieté de Paris, des 
cafés, des maisons de jeu, des bijoutiers, 
des modistes, et un théâtre à chaque bout : 
le Théâtre-Français, l'illustre Théâtre-Français, 
avec Talma, et, de l'autre côté, le Théâtre de 
la Montansier, cette étonnante personne dont 
il est amusant de raconter brièvement la pit- 
toresque histoire. 

Née à Bayonne, le 19 décembre 1730, éle- 
vée aux Ursulines de Bordeaux, Marguerite 
Brunet — c'était son nom — vint, vers 1750, 
à la mort de son père, rejoindre à Paris sa 
tante maternelle, une dame Montansier, établie 
revendeuse à la toilette, 12, rue Saint-Roch. 

Dans ce milieu bizarre, dissolu et frivole, 
le succès de la jolie Béarnaise fut complet. 
Elle était aimable, spirituelle, bonne fille, et 
ses admirateurs étaient aussi nombreux que 
bien choisis. Pendant dix ans, Marguerite 
Brunet fut l'une des reines de Paris. 

Subitement, elle se découvre, comme par 
hasard, des aptitudes admirables iK)ur jouer 
la comédie; après avoir adopté le nom de sa 
tante, la Montansier obtient le privilège du 
théâtre de Rouen. Le succès fut complet, et, 



alors, ce n'est plus un seul théâtre qui 
peut suffire à sa prodigieuse activité. Elle en 
fait construire un second au Havre, puis un 
troisième à Nantes. Enfin, on luf concède le 
théâtre de Versailles, alors situé rue de Satory ; 
et la Montansier, par une de ces intuitions 
dont seules les femmes ont le secret, devine 
que c'est à Versailles que se lèvera le soleil 
de sa fortune. De fait, l'habile directrice 
trouve le moyen de conquérir la faveur de 
Marie-Antoinette. La reine se plaisait, par- 
fois, à assister, incognito, dans une baignoire, 
aux représentations de la Montansier. Un soir 
que l'on donnait les Moissonneurs, de Favart, 
l'odeur exquise de la soupe aux choux que 
mangeaient les acteurs sur la scène parvint 
jusqu'à la loge royale, et la reine, mise en 
appétit, fit demander s'il ne serait pas possi- 
ble qu'elle prît sa part du festin. 11 est facile 
de deviner avec quelle adresse la Montansier 
tira parti de l'incident. Ce fut l'entrée en 
faveur. Elle sut plaire, elle amusa; bientôt, 
elle se rendit nécessaire. Aussi, le jq^r 
où, trouvant trop étroite cette petite scène 
de la rue de Satory, elle sollicita l'autorisation 
de faire élever, rue des Réservoirs, près du 
château, le théâtre qui existe encore, la toute- 
puissante intervention de sa royale protec- 
trice eut vite fait de lever les difficultés. 

Pendant quelques années, tout marcha bien. 
Puis, vinrent les mauvais jours. L'Assemblée' 
Nationale oblige la Cour à quitter Versailles, 
et Marie-Antoinette à venir habiter les Tui- 
leries. Chose extraordinaire : la^ reine n'eut 
pas affaire à une ingrate, car la Montansier 
n'eut rien de plus pressé que de liquider 
ses affaires à Versailles pour suivre à Paris 
son auguste bienfaitrice. 

Où s'installer? Où tenter le succès? 

L'avisée directrice jette ses vues sur le 
Théâtre-Beaujolais, qui agonise, et dont elle 
prend, comme nous l'avons dit, la direction. 
Puis, après avoir bravement baptisé Théâtre- 
Montansier la salle remaniée, rajeunie, em- 
bellie, elle en ouvre les portes au public le 
12 avril 1790, Bailly, maire de Paris, ayant 
daigné en tolérer l'ouverture. 

Paris préparait alors fiévreusement la fête 
de la Fédération, que l'on devait célébrer 
le 14 juillet, anniversaire de la prise de f- 
Bastille. Les travaux avançaient lentement 
il s'agissait de niveler le vaste terrain d 
Champ-de-Mars, d'y élever des gradins, d 
dresser le fameux autel de la Patrie. Chacu< 
travaillait activement à ces somptueux pr 
paratifs; malgré tout, on craignait de n'êt., 
pas prêt à la date ifixée. Le gouvememer 
fait appel au civisme des Parisiens. Alon 
c'est du délire, de la frénésie! Les bourgeoit 



Digitized by 



Google 



r 



les artisans, les séminaristes, les écoliers, les 
artistes, les députés, les capucins eux-mêmes 
courent au Champ-de-Mars, une pelle et une 
pioche sur l'épaule. C'est une procession ; tout 
Paris est en mouvement. Les femmes ne sont 
pas moins excitées que les hommes, et, comme 
eux, veulent contribuer au succès de cette 
fête civique. La Montansier, toujours à 
l'affût de l'actualité, ne {Pouvait laisser, sans 
y prendre part, une pareille occasion de faire 
montre de patriotisme, tout en taillant une 



199 

en arrière, riait aux larmes de cette loco- 
motion inusitée ; souvent, encore, les bouchons 
de Champagne sautaient bruyamment devant 
les yeux écarquillés des véritables travailleurs, 
ahuris du spectacle que leur donnaient ces 
imprévus compagnons de labeiy ; mais le Cham- 
pagne était bu si gaiement à la santé de la 
nation, et les couplets pleins de patriotisme, 
improvisés sur le terrain même, étaient tou- 
jours si joliment repris en chœur, que c'était 
un amusement et une mode de venir en bande 




Le Palais- Royal en 1794. — Au milieu du jardin, le Cirque, d'après Meunier. 



rédame à son cher théâtre. Et, un beau jour, 
aux acclamations des Parisiens enthousiasmés, 
toute la troupe, orchestre en tête, partit du 
Palais-Royal et traversa la Seine. La Montan- 
sier, en avant du cortège, dirige le mouvement. 
Quel succès! Les comédiens se donnant eux- 
mêmes en représentation, au profit d'une 
œuvre patriotique! Les femmes, bien entendu, 
avaient su concilier les droits de la coquetterie 
et les devoirs du civisme ; elles ont vite trouvé 
le costume qui sied le mieux à ce genre 
d'expédition : c'est une robe gris poussière 
avec brodequins et bas de même couleur; un 
chapeau de paille avec cocarde et une écharpe 
tricolore complètent ce joli travestissement. 
Les hommes sont en paysans d'opéra-comique, 
et on pioche la terre au son du violon. 'Des 
* — unes si délideuses ne sauraient manier que 
légants outils; aussi lés bêches, les pelles 
les râteaux sont-ils enguirlandés aux 
s couleurs. On se presse, on se bous- 
e pour voir les acteurs « travailler pour 
vrai ». C'est le gros succès, 
i garde nationale, toute fière de sa nais- 
se popularité, s'offrait parfois pour aider 
si petites mains à mener à bien quelque 
ail un peu pénible; parfois, aussi, les 
iettes transportaient, au lieu de terres re- 
:««, quelque aimable fille qui, renversée 



joyeuse voir « travailler » les artistes de la 
Montansier. 

Le théâtre, malgré le mouvement révolu- 
tionnaire, réalisait des recettes. Les événe- 
ments eux-mêmes attiraient la foule au Palais- 
Royal. On y motionnait, on y manifestait, on 
y brûlait le pape... en effigie; on y prédpitait 
au bassin les protestataires... C'était charmant! 



Mais les événements se prédpitaient. Les 
armées alliées envahissaient la France. La 
patrie était déclarée en danger; les théâtres 
étaient nécessairement désertés. Les enrôle- 
ments volontaires affluaient. 

Un vent d'héroïsme soufflait sur Paris. 
M"c Montansier n'hésita pas et, en même 
temps qu'elle fermait son théâtre, elle annon- 
çait qu'une compagnie de volontaires, orga- 
nisée à ses frais, marchait à la frontière. Les 
adeurs, les figurants, les machinistes du 
Palais-Royal s'y engagèrent les premiers. La 
compagnie Montansier, accompagnée d'accor- 
tes cantinières pavoisces aux couleurs natio- 
nales, quitta joyeusement Paris, aux accla- 
mations de tous, et, le 26 odobre 1792, 
pénétrait en Belgique. Le 6 novembre, elle 
prenait part à la bataille de Jemmapes et méri- 
tait d'être mise à l'ordre du jour de l'armée. 



îôo 



Apprenant à Paris la victoire de Dumouriez, 
la Montansier se munit de costumes, saute 
en voiture de poste et rejoint sa compagnie. 
Le général autorise la vaillante direc^ce à 



monter un théâtre sommaire siu* la plaine 
même de Jemmapes, et, le 12 novembre 1792, 
on peut lire sur un immense poteau dressé 
pour la circonstance : 



LA TROUPE DES ARTISTES PATRIOTIQUES 
Sous la direction de AT"* Montansier 

donnera aujourd'hui, devant l'ennemi : 

LE DÉSESPOIR DE JOCRISSE 

PldcB de K, Dorolgny 

jouée par MM. Baptiste (\adet, Dl^ant, 



pai 
Cai 



M"' (^AfiOLiNi: et le petit Truffaut, tam- 
bour à la 'iT-". 



LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 

Cantate 

ciiaiiléo par MM. ELLKvior, Cavaidan, 
LAUTigiTES, du Théàtre-Favart. 

LA DANSE AUTRICHIENNE 

BaUet 



Feu d'artifico, tiré par les canonniers de la l--* batterie 
Musifiue dn régiment de la Deule 

La plaine erra ouverte depuis ie matin; le spectacle 

commencera à deux heures 

La pièce sera terminée par une SAUTEUSE exécutée 

par les Autrichiens. 

■{vis. — Le public est prié de ne pas ouhliir que 
ces Aulrichions sont des Français ainsi dcgui$és pour 
les besoins de la reprt^entalion. 



Malgré toutes ces patriotiques manifesta- 
tions, la Montansier restait suspecte à la 
Commune. Le procureur Chaumette la dé- 
nonça, et la pauvre femme fut incarcérée à 
la Petite Force. 

Enfin, arrivent Thermidor et la chute de 
Robespierre. Les prisons se rouvrirent, et la 
Montansier fut mise en liberté; mais elle avait 
vieilli, se sentait fatiguée, aigrie. Le peu de 
forces qui lui restait fut par elle employé 
à soutenir une suite interminable de multiples 
procès. Elle ne marchait plus dans la vie 
qu'accompagnée d'un avocat. De chute en 
chute, elle tomba dans la misère. Enfin, Na- 
poléon, payant les dettes de Bonaparte, s'en- 
tremit en sa faveur, et la Montansier toucha 
un million cent mille francs. Elle réclamait 
sept millions! 

C'étaient, en effet, de vieilles connaissances. 
Bonaparte l'avait connue autrefois, chez Barras, 
au Palais-Royal même, alors qu'à l'origine 



de sa fortune, il fréquentait les salons du 
directeur, logé au-dessus du théâtre, à l'an- 
gle de la place, au bout de la rue Vivienne, 
tout près de ce fameux perron, où, suc- 
cédant aux trafiquants de Law, les agioteurs, 
les courtiers marrons, les trafiquants à bonnets 
de poil, à queue de renard, en veste et bottes 
sales, avaient installé la Bourse des assignats. 

C'était sur les grosses brioches exposées 
aux devantures des pâtissiers, tenant bou- 
tique au perron, que des écriteaux, fichés 
au bout d'un bâton, indiquaient le cours 
changeant du « Louis d'or », qui valut ' - 
qu'à huit mille six cents livres... en assigi 

Eh quelques minutes, se faisaient et t 
défaisaient des fortunes, et le perron rei - 
tissait de cris, de hurlements, de jurons i 
d'acclamations joyeuses î 

GEOUGES CAT^ 

(Conférence feténogra] ) 



Digitized by 



Google 



SéHê£ 



'101 



Vendredi, 8 Féorler 



LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE 



n» » »€<ic 



L'ARIOSTE 

Conférence de M. Gaston DESCHAMPS 
Mesdames^ mesdemoîselies, 

U n'en est aucune, parmi^ vous, qui n'ait 
connu quelque bon gros chien appelé Mé- 
dor ou quelque jolie petite chienne appelée 
Marfise. Peut-être avez-vous, les unes ou 
les autres, une tante dénommée Angélique. Et 
vous n'ignorez pas que le prénom de Roger 
est encore fort bien porté... 

~ Mais, direz-vous, quel rapport y a-t-il en- 
tre cet exorde et l'Arioste? 

Sachez, mesdemoiselles, que nous ne nous 
éloignons pas du tout de notre sujet. La popu- 
larité des noms que je viens de citer ne 
prouve qu'une, chose : à savoir l'intérêt pas- 
sionné avec lequel nos arrière-grand'mères ont 
lu le Roland Furieux. Les rorpans et les 
poèmes ont toujours exercé une influence sen- 
sible sur l'onomastique en vogue. C'est ainsi 
qu'à l'époque de la Nouvelle HéloîsCy le 
prénom de Julie, à l'époque de Mme de Staël 
celui de Delphine ou de Corinne, à l'époque de 
Benjamin Constant celui d'Adolphe, ont été 
plus ou moins en faveur. 

Si Bradamante et quelques autres Amazo- 
nes ont eu fort peu d'homonymes, c'est que, 
leurs exploits étant difficiles à imiter, leur nom 
ne laissait pas d'être lourd à porter. 



C'est en 1516 que parut, à Ferrare, la pre- 
mière édition (en quarante chants) du Ro- 
land Furieux, L'auteur du poème, messire 
Lodovico Ariosto, était au service de la mai- 
son d'Esté. Nous sommes, notons-le tout de 
si»»**» en présence d'un écrivain italien d'une 
g' ation très différente de celles qui nous 
ai nt donné Dante et Pétrarque. Nous 
n >ns plus affaire à un grand personnage 
p que comme le premier, ni à un grand 
S( -UT de lettres comme le second. 

i doute, avec ses deux illustres prédcccs- 
a ., TArioste a quelque chose de commun ; 
1' nanisme. Comme eux il s'est formé à 
I' ! des Anciens ; il est un excellent latiniste. 
Il iposé, en latin, des odes, des élégies 

e -'Trrammes, oeuvres si distinguées que 



son ami Bembo lui conseillait dt se vouer 
à la poésie latine. L'influence de l'humanisme 
se marque encore, chez l'Arioste, dans le 
souci qu'il a de la perfection de la forme. 
Avant de livrer au public sa maîtresse-œuvre 
en langue italienne (c'est-à-dire le Roland Fu- 
rieuxjy il l'a « vingt fois remise sur le mé- 
tier », se conformant ainsi, longtemps à 




Louis Arioste, poète italien, né à Ferrare (1474-1533). 

l'avance, au précepte de Boileau. Ce poème, 
qui semble être une improvisation analogue 
aux fresques fameuses de Tiepolo, a été, au 
contraire, extrêmement travaillé et retouché. 
Chaque strophe a été l'objet d'un soin scru- 
puleux; chaque page a été mainte fois co- 
piée et recopiée. Ces scrupules de « styliste » 
rappellent, à coup sCir, le Dante et Pétrarque; 
mais c'est par là seulement que l'Arioste leur 
ressemble. , 



Si tant d'épisodes joyeux se mêlent à son 
€ roman », il ne faut pas croire que la même 
joie ait régné dans son âme. Cette oeuvre diver- 

uiyiiizeu uy >^_j vy v^pc i\^ 



202 



tissante fut, pour l'auteur même qui avait 
besoin de se distraire, un divertissement. 

A la Cour de Ferrare, i'Arioste n'est qu'un 
bien mince personnage. Sa domesticité l'oblige 
à se tenir, du matin au sdr, à la disposition de 
ses maîtres; il lui faut ou écrire une lettre, 
ou rëdtef des vers, ou monter à cheval pour 
porter un message à plusieurs lieues de dis- 
tance, à travers la neige ou la boue. L'Arioste 
s'en plaint dans certains de ses écrits. Il n'aime 
pas beaucoup ses patrons. Mais la nécessité 
de vivre est là! Dans les loisirs que lui laisse 
cette existence pour laquelle il était si peu 
fait, il compose le Roland Furieux, cette fan- 
tasmagorie extraordinaire, ce récit enchevê- 
tré et touffu dont la richesse épisodique laisse 
loin derrière elle celle des feuilletons de Du- 
mas père. 

En 1522, il était nommé gouverneur de la 
. Garfagnana, district montagneux et sauvage 
de la région Apennine septentrionale : on l'y 
envoyait pour réprimer le brigandage. Bien 
que cette tâche ne lui convînt guère, il s'en 
tira fort bien, d'après son propre témoignage. 
H est vrai que les hommes de lettres ont 
des instruments d'autorité dont ne disposent 
pas toujours les simples gendarmes. Un jour, 
i'Arioste lut à un brigand quelques pages de 
son Roland Furieux, et l'homme se convertit 
à l'honnêteté. Par contre, un épouvantable 
sacripant, traduit devant le gouverneur, lui ré- 
cita plusieurs couplets dç son poème; sensi- 
ble à cette flatterie délicate, I'Arioste lui fit 
grâce. Quand il quitta la province, l'ordre 
y était si bien rétabli, qu'elle ne contenait 
plus que des brigands... honoraires. 

Lorsque le cardinal Jean de Médicis devint 
pape, sous le nom de Léon X, I'Arioste se 
rendit à Rome, avec l'espoir d'être attaché 
au Vatican. Mais il n'obtint que la bénédic- 
tion pontificale. Peut-êti-e quelqu'un l'avait-il 
desservi. 

c Je m'en fus sous la pluie, dit-il, 
crotté jusqu'au dos, dîner à l'auberge du 
Mouton, et n'attendis plus rien des grands 
de la terre. » 

C'est alors qu'avec ses économies il se fit 
construire à Ferrare une petite maison où il 
devait tranquillement terminer sa vie (1533). 
Sur la porte de cette demeure qui comblait 
ses voeux, était gravé ce distique latin : 

Parva sed apta mihiy sed nulli obnoxia, sed non 
Sordida, parla meo scdjamcn are domm. 

« Petite maison, mais à ma convenance, ne 
dépendant de personne, n'ayant point mau- 
vais aspect, et payée de mon argent. » 



Il y partageait son temps entre la sodété 
de sa femme, les soins donnés à son jardin 
et la mise au point de son poème qui, dans 
l'édition définitive, devait comprendre qua- 
rante-six chants. L'Arioste s'entendait moins 
en jardinage qu'en poésie. Un jour, il avait 
semé des câpriers et il allait- les examiner 
tous les matins, heureux de les voir lever si 
bien; enfin, quand on put les reconnaître, .U 
se trouva que c'étaient des sureaux. Il acheva 
ainsi, modestement et tranquillement, son exis- 
tence : mettant sa fierté, son courage et sa 
conscience à polir son œuvre. 



L'Arioste a été plus grand par ses réussites 
poétiques que par ses ambitions personnelles. 
Les Italiens d'aujourd'hui le considèrent à 
juste titre comme un des génies qui honorent 
le plus leur littérature nationale. 

L'Arioste a choisi Roland comme héros prin- 
cipal de son poème. Pourquoi? Quelles mo- 
difications ou additions a-t-il apportées à la 
légende du prétendu neveu de Charlemagne? 



Comme on le sait, le Roland légendaire 
n'a pas grand'chose de commun — tant la 
disproportion est énorme! — avec le Roland 
de l'histoire. Dans son Histoire Poétique de 
Charlemagne, M. Gaston Paris a montré 
comment l'imagination populaire en était ar- 
rivée à grossir et à transformer un modeste 
incident de guerre. Le Î5 août 778, alors 
que le gros de l'armée de Charlemagne avait 
franchi les Pyrénées sans encombre, l'arrière- 
garde, commandée par Roland, comte de la 
Marche de Bretagne, fut surprise, dans l'étroit 
défilé de Roncevaux, par des montagnards 
gascons qui l'anéantirent tout entière. Quant 
à Charlemagne, il semble s'être fort peu ému 
de cet accident, puisqu'il continua sa route 
et rentra tranquillement dans sa capitale. 
Certes, l'empereur ne prévoyait pas que la 
légende ferait un jour du comte Roland un 
de ses égaux... Or, pendant plusieurs siècles, 
le col de Roncevaux fut le passage qui 
conduisait de France vers Saint-Jacques de 
Compostelle, pèlerinage très fréquenté j 
moyen âge. Les guides donnaient des renr - 
gnements sur le pays et les événements d t 
il avait été le théâtre. Rentrés en Frant , 
les pèlerins racontaient ce qu'ils avaient e - 
tendu, et, comme il arrive toujours, enj« - 
vaient, grossissaient, embellissaient les fa. . 
Telle a été ou telle a dû être la genèse de i 
Chanson de Roland, 

Roland est devenu, non seulement le i - 
veu de Charlemagne, mais son compagnon : 

uiyiLizeu uy "^^j v^ v^pt lx^ 



203 



plus dévoué et le plus cher. La légende a 
incarné en lui l'idéal chrétien et Thonnèur che- 
valeresque. Dès lors, il a été le type de Thé- 
roïque vassal pour qui rien ne comptef sauf 
Dieu et Tempereur, et son épée, sa glorieuse 
Durandal, s'est haussée au niveau d'un per- 
sonnage épique. La mort de Roland a pas- 
sionné l'âme française, et l'écho de son oli- 
fant s'est répercuté à travers les siècles. 

(Nous résumons, ici, la pensée de M. Gas- 
ton Deschamps, ^ avec fe regret de ne pouvoir 
citer ses propres expressions.) 

Le Roland de notre vieille épopée est assez 
différent de celui de l'Arioste. 
Certains critiques irrévérencieux ont dit ou 



il vient à Aix le meilleur lieu de France, — 
monte au palais, est venu dans la salle. — A 
lui s'en vint Aude, une belle dame, — qui 
dit : * 

— Où est Roland le capitaine, — qui me 
jura de me prendre pour femme? 

Charles en a et douleur et pesance, — pleure 
des yeux, tire sa barbe blanche : 

— Sœur, chère amie, d'homme mort ne de- 
mandes, — je t'en promets un plus grand 
en échange: — C'est mon Louis, je ne puis 
me dire : 

— Il est mon fils et doit tenir mes marches. 
Aude répond : 

— Ce propos m'est étrange; — ne veuille 
Dieu ni ses saints ni ses anges — après 
Roland que je reste vivante. 




Fekrare. 



Le château des Estensi ou PaJaJs ductl. 



laissé entendre que la Chanson de Roland 
est < une épopée qui manque de femmes ». 
Il est bien vrai qu'au contraire les person- 
nages du beau sexe abonderont dans le Roland 
Furieux, Le Roland du poème français n'ex- 
prime aucun sentiment amoureux. Il pense 
à s n empereur Charles « à la barbe fleurie », 
il ense à « doulce France t>\ de la belle 
Au c, il ne souffle pas mot. Vers la fin du 
poi le, il semble que le trouvère ait éprouvé 
un grer remords. La fiancée de Roland ap- 
l>a] , comme une ombre charmante, mais 
fuj ive. A peine ce personnage remplit-il 
vin ' «ers du poème : 

( l'empereur est revenu d'Espagne, — 



Perd sa couleur et tombe aux pieds de 
Charles; — Aude n'est plus : Dieu ait merci 
de l'âme 1 — Barons français en pleurent et 

la plaignent. \chanson de Roland.) 

Voilà tout l'amour du Roland français, ou, 
plutôt, l'amour qu'il inspire!... 

La figure du héros de notre vieille épo- 
pée n'est point de celles qui s'effacent de 
la mémoire des hommes ni du souvenir des 
poètes. De tels personnages, une fois créés 
avec un aussi puissant relief, réapparaissent 
fatalement dans d'autres œuvres. C'est ainsi 
que Roland dresse sa silhouette grandiose 
jusque dans les plus récents poèmes de notre 
littérature. A vrai dire, il s'est transformé à 



Digitized by 



Google 



io4n 

travers le temps. Le Roland de la Légende 
des Siècles est devenu un chevalier errant, 
un redressjiur de torts, un de cps paladins 
dont la vue faisait trembler les criminels : , 

La terre a vu, jadis, errer des paladins ; 
Ils flamboyaient ainsi que dos éclairs soudains, 
Puis s'évanouissaient, laissant sur les visages 
La crainte et la lueur de leurs brusques passages; 
Ils étaient, dans les temps d'oppression, de deuil, 
De honte, où Tinfaniie étalait son orgueil,. 
Les speclres de V honneur, du droit, de la justice ; 
fis foudroyaient le crinu, Us souffletaient le vice. 
On voyait le vol fuir, l'Imposture hésiter, 
Blêmir la trahison et se déconcerter 
Toute puissance injuste, inhumaine, usurpée, 
pevant ces magistrats sinistres dp l'épée. 
Malheur à qui faisait le mal ! Un de ces bras 
Sortait de l'ombre avec ce cri : tu périras ! 
Contre le genre humain et devant la nature, 
De l'équilé suprême ils tentaient l'aventure ; 
Prêts à toute besogne, à toute heure, en tout lieu. 
Farouches, Ils étaient les chevaliers de Dieu. 

Ils passaient effrayants, muets, masqués de fer. 
Quelquc*s-uns ressemblaient à des larves d'Enfer ; 
Leurs cimiers se dressaient, difformes, sur leurs 

[heaumes ; 
On ne savait jamais d'uù sortaient ces fantômes ; 
On disait : « Qui sonl-lU? D'où viennent-ils? Ils sont 
Ceux qui punissent, ceux qui jugent, ct^ux qui vont.,. 
Tragiques, ils avaient l'attitude du rêve. 
les noirs chevaucheurs ! les marcheurs sans trêvo-I 
Partout où reluisait l'acier de leur corset. 
Partout où Vuû d'eux, calme et grave, apparaissait, 
Posant sa lance au coin ténébreux de la salle. 
Partout où surgissait leur ombre colossale, 
On sentait la terreur do^ pays inconnus. 

(Victor Hugo. légende des Siècles, w.) 

C'est dans ces « pays inconnus » que FArioste 
enverra Roland, par lui métamorphosé. 11 l'en- 
verra aux Indes (au pays de Cathay) et, là, le 
héros tombera amoureux de la belle Angéli- 
que. Mais il aura, dans son trajet, vaincu des 
monstres, protégé les faibles et les déshéri- 
tés. (Voir, dans la Légende des Siècles, Tad- 
mirable récit intitulé : « Le Petit Roi de Ga- 
lice, ») (1) 



Victor Hugo s'éloigne moins que l'Arioste 
du ton de nos vieilles « chansons de geste ». 
L'Arioste a vêtu Roland à la manière ita- 
lienne, à la manière de Boïardo, son pré- 
décesseur. Boïardo est l'auteur du Roland 



(i) !<ioas donneront c« morcoau de Victor Hugo dam un de 
iio«nainéro« d'éU. 



Amoureux (Orlando innamorato). Il semble 
que les Italiens, moins naïfs que les Français 
du moyen âge, aient considéré nos héros épi- 
ques comme trop exempts de faiblesses hu- 
maines. Or, la plus charmante faiblesse est 
l'amour. « Comment! Roland n'est pas amou- 
reux! il se contente de terrasser des monstres, 
de châtier des bandits... C'est trop peu! Roland 
va devenir amoureux. Cela est nécessaire; 
nous l'avons décrété! » Bien entendu, ce ne 
sera pas pour la « belle Aude » que battra 
son cœur. Elle est trop sérieuse, point di- 
vertissante; c'est une figure de vitrail... Boïardo 
le rend amoureux d'Angélique, type admira- 
ble de femme coquette et inconstante. Telle est 
l'héroïne dont sera épris le Roland de l'Arioste. 
Car l'« Orlando furioso » n'est, en un cer- 
tain sens, qu'une continuation de 1' « Or- 
lando innamorato ». L'Arioste reprend le récit 
de son prédécesseur au point où il l'a laissé, 
et lui donne une suite et une conclusion. 

Roland est allé chercher très loin celle qu'il 
aime. Il l'a rencontrée dans l'Inde, dans l'Etat 
fabuleux de Cathay, dont elle est reine. Pas 
plus que ceux qui avaient, avant lui, contem- 
plé Angélique, il ne peut résister au charme 
qui émane d'elle; il en devient éperdument 
épris. Il lui déclare sa passion; puis, par des 
moyens dont seuls disposent les chevaliers 
errants, il la conduit en Occident, chez son 
oncle, l'empereur Charlemagne. Il dit à ce 
dernier qu'il veut mériter l'admiration d'Angé- 
lique, et, à peine arrivé, repart pour accomplir 
de nouveaux exploits : peut-être conquerra- 
t-il ainsi la tendresse de cette « belle inhu- 
maine :». Il ne se dit pas que les absents ont 
souvent tort. De fait, un autr^ chevalier, Re- 
naud de Montauban, tombe, lui aussi, amou- 
reux d'Angélique. Mais Angélique n'est pas 
plus touchée par sa passion que par celle de 
Roland. L'empereur Charlemagne ^i fort em- 
barrassé de la jeune femme, dont deux de ses 
neveux, tous deux très braves, sont amoureux. 
Sa responsabilité est d'autant plus terrible 
qu'il a d'autres soucis. Il est menacé par Iç 
terrible Sarrasin Agramant, venu du fond de 
l'Afrique pour assiéger Paris, avec l'aide de 
l'émir Marsile. Charles mande son ami, le 
vieux duc Naime, le prie d'emmener Angélique 
dans son château de Bavière : plus tard,, le 
deviendra la femme de Roland ou de Ren; d, 
selon que l'un ou l'autre aura montré i is 
d'héroïsme. Ce plan ne sourit guère au ic 
Naime, qui n'a point envie d'être bonne d ti- 
fant; il sourit encore moins à Angélique li, 
bientôt, échappe à la surveillance de ! é- 

nérable gardien... Elle reprend, à tra,... le 
monde, sa course aventureuse, toujours air e, 
toujours décevante, récompensant par 1' li- 



Digitized by 



Google 



2o5 



(! 



detir et l'ingratitude les braves chevaliers qui 
se dévouent pour elle et la sauvent des périls. 
Pourtant, cette inhumaine aura, un jour, le 
cœur pris. Elle aimera Médor, jeune guer- 
rier sarrasin qu'elle a trouvé baigné dans son 
sang. Sa bravoure et sa beauté touchent Angé- 
lique. Elle panse elle-même i ses blessures, 
dans la cabane d'un berger; elle réussit à 
le guérir et jure de n'appartenir qu'à hu. 
Les arbres du vallon voisin^ les rochers, sont 
couverts d'inscriptions oîi s'entrelacent les 
noms de Médor et d'Angélique. Quand Roland, 
à la poursuite d'Angélique, passe en ce lieu, 
le couple a disparu ; mais tout est là pour at- 
tester l'infidélité d'Angélique. C'est alors que 
Roland, saisi d'étonnement et de colère, de 
douleur et de haine, perd la^ raison. 11 devient 
< furieux », et sa furie va se déployer tragi- 
quement, à travers la France et l'Espagne, 
jusqu'en Afrique. Partout, il répand sur son 
passage la ruine et la mort. La folie de Ro- 
land ne prendra fin que le . jour oîi Astolfo 
rapportera de la lune la fiole où est enfer- 
mée sa raison. 



Tel est le sujet, assez simple en son fond, 
du Roland Furieux. 

Mais mille épisodes secondaires se mêlent 
à l'action principale; le poème est un dédale 
d'événements multiples qui charment l'esprit, 
en le déroutant un peu. 

Dans sa fuite, Angélique rencontre une 
foule de héros, dont le poète dépeint là per- 
sonne et raconte les exploits, en Un style 
mouvementé et coloré. Dès le début du poème, 
apparaissent la fertilité d'invention romanes- 
que et la richesse de style de l'Arioste. Au 
plus épais de la forêt où elle chevauche, 
Angélique croise tout à coup Renaud, celui-Jà 
même dont elle a repoussé la tendresse; aus- 
sitôt après, c'est Ferragus, héros sarrasin, 
autre soupirant malheureux. Les deux rivaux 
se reconnaissent et se battent dans un duel 
furieux; puis, songeant que leur lutte assure 
la fuite d'Angélique, arrêtent le combat. 
Ferragus prend en croupe Renaud privé de 
dievai Bayard, et tous deux se jettent 
■poursuite de l'héroïne : 

.4ât le fils d'Aimon; ce paladin venait 
,erdre son bon cheval Bayard, qui s'était 
.ppé de ses mains. Il le poursuivait rapi- 
ent, lorsque, d'un seul regard qu'il jeta 
U belle Angélique, il reconnut celle qui 
it son cœur dans ses cliaines : il la suivit 
ement. La cruelle, ayant fait tourner bride 
>n palefroi, le faisait fuir à toutes jambes 
— ,i-,-5 de Iji forêt, sans tenir de route 



certaine. Tremblante de crainte et de haine 
pour un amant odieux alors, nul péril ne 
put l'arrêter. Son palefroi ayant franchi la 
moitié de la forêt, la conduisit enfin sur le 
bord d'une rivière; son effroi redoubla en ren- 
contrant Ferragus. Ce brave et fougueux prince, 
encore échauffé du combat, et dédaignant un 
ennemi qui ne combattait plus, était venu 




Planche extraite du 1{oland Furieux, gravée 
par C.-N. CocHiN (»775). 

pour étancher sa soif sur le bord de c«tte 
rivière; mais, s'étant penché pour puiser de 
l'eau, son casque, qu'il avait détaché, venait 
de tomber et de disparaître sous l'onde; il 
faisait alors d'inutiles efforts pour le retrouver. 

Entendant près de lui les cris perçants d'An- 
gélique effrayée, ce Sarrasin saute sur la rive, 
et, malgré la pâleur mortelle qui couvrait son 
beau visage, il la reconnaît aussitôt. 

Ferragus s'avance avec courtoisie auprès 
d'elle, cherche à la rassurer, et offre son bras 
pour la défendre; mais bientôt, apercevant 
Renaud, trop amoureux et trop léger à la 
course pour avoir perdu les traces d'Angé- 
lique, Ferragus, quoiqu'il n'eût p<jint de casque, 
et presqiic invulnérable, n'en ayant pas besoin, 
mit l'épée à la main et courut sur Renaud : 
tous les deux se connaissaient; ils avaient 
mutuellement éprouvé leur valeur. 



,ogle 



2o6 



Les yeux étincelants de colère, ils s'atta- 
quent avec fureur; les mailles de leurs ar- 
mures couvrent bientôt l'herbe: la forêt re- 
' tentit de leurs coups» comme les forges de 
Lemnos sous les bras nerveux des Cyclopes; 
mais qu'ils étaient dupes de combattre avec 
tant d'acharnement pour cette belle, qui s'em- 
pressait alors à fuir également l'un et l'autre. 
Son palefroi, pressé par ses coups de talon > 
redoublés, franchissait les halliers, les clairiè- 
res et les ruisseaux de la forêt. Elle était 
déjà bien éloignée d'eux, lorsque Renaud, s'a- 
percevant le premier de sa fuite, suspendit 
un moment ses coups, et, se retirant deux pas 
en arrière : 

— Veux-tu m'en croire, lui dit-il, finissons 
ce vain combat. Si celle que j'adore embrase 
aussi ton cœur, ma mort ne te rendra pas 
possesseur de cette belle fugitive, que nous 
allons perdre tous les deux si nous tardons 
d'un instant à la suivre; tâchons de l'arrêter 
(lans sa course, et, si nous pouvons réussir, 
c'est alors que nos épées décideront quel sera 
son heureux possesseur. 

Cette proposition parut si raisonnable au 
bouillant Ferrag us, qu'elle calma sur-le-champ 
sa colère et bannit même une grande partie 
de la haine qu'on a toujours contre ub rival. 
Il quitte le bord de la rivière, et, voyant que 
Renaud est à pied, il a la courtoisie de lui 
offrir la croupe de son cheval. Renaiid l'ac- 
cepte, et tous les deux se hâtent de suivre 
les traces d'Angélique. 

O générosité des braves chevaliers de ces 
temps antiques! Ceux-ci, quoique rivaux, quoi- 
que d'une religion différente, brisés, meurtris 
par les coups terribles qu'ils venaient de se 
porter, s'en allaient ensemble, sans défiance, 
à travers les bois les plus épais. 

{Roland Furieux. — Chant premier.) 

On ne sait ce que ron doit admirer le plus 
dans ce passage : ou bien la courtoisie su- 
blime des deux adversaires, ou bien l'ironie 
voilée de l'auteur nous montrant comment 
une égale infortune avait fait de Renaud et 
de Ferragus une paire d'amis. C'est un trait 
du génie de l'Arioste que cette manière de se 
moquer des héros mêmes qu'il magnifie. 

Un peu plus loin, apparaît un autre amou- 
reux d'Angélique : c'est Sacripant, roi de Cir- 
cassie. Il a trouvé l'héroïne endormie au 
milieu d'un bosquet frais et touffu, dont 
l'Arioste a tracé une courte et fraîche pein- 
ture : 

Après avoir couru pendant tout le premier 
jour, toute la nuit suivante et môme la meil- 
leure partie du second jour, Angélique, ne 
sachant plus où porter ses pas, s'arrête enfin 
dans un bosquet touffu, doucement agité par 
le zéphyr, et dont les jeunes arbres sont ar- 



rosés par deux clairs ruisseaux qui viennent 
y confondre leurs ondes et former un mur- 
mure agréable, en fuyant au travers de petits 
cailloux variés ensemble par leurs couleurs; 
c'est là que, se croyant prodigieusement éloi- 
gnée de Renaud, abattue par cette longue 
course et par la chaleur brûlante ^e l'été, un 
lit de fleurs, qui laisse à peine entrevoir un 
gazon touffu, l'invite à descendre et à se livrer 
aux douceurs du repos. Elle descend donc sur 
ces fleurs; elle débride son palefroi, qui, prêt 
à tomber de faim et de lassitude, cherche à 
réparer ses forces dans l'herbe fraîche qui 
couvre les bords de ces ruisseaux. 

(Jioland Furieux. — Chant premier.) 

Sacripani-sera troublé dans ses déclarations 
amoureuses par un chevalier le surprenant à 
l'improviste. Sacripant défie l'importun, et tous 
deux luttent avec l'impétuosité de « deux fiers 
lions ou de deux taureaux furieux ». 

Sacripant tombe sous son cheval; il a le 
bras et la jambe cruellement foulés. Angé- 
lique s'emploie à le dégager. Bientôt, le 
malheureux aura la honte d'apprendre que 
son adversaire de tout à l'heure n'était pas 
un chevalier, mais une femme, la belle et 
illustre Bradamante. 

Et nous n'en sommes encore qu'au chant 
premier du poème. Tout le long du récit ré- 
gneront cette vie, ce mouvemlent, cette fécon- 
dité d'imagination. Ce sera une succession 
de changements à vue, de surprises, d'en- 
chantements, comme dans une féerie. 

Nous verrons Angélique, dans l'île des 
Plaintes, enchaînée sur un rocher, où un 
monstre marin, l'Orque, va venir la dévorer. 
Seul un miracle peut la sauver. Le héros 
sarrasin Roger arrive monté sur l'Hippogriffe, 
plonge sa lance dans la gueule de l'Orque 
(voir le beau tableau d'Ingres au Musée du 
Louvre), et prend Angélique en croupe sur 
sa fabuleuse monture. Roger espère obtenir 
de celle qu'il a sauvée quelque récompense^ 
c'est-à-dire un peu de tendresse. Mais il est 
bien déçu... Angélique se sert d'un anneau 
magique pour disparaître. 

Et, pendant ce temps, Roland, toujours 
épris d'elle et uniquement soudeux de mé- 
riter son amour, fait accomplir à Durant al 
les plus merveilleux exploits. II arrive eniin 
sous les murs de Paris. Hélas 1 Angéliq le 
a fui... Roland apprendra bientôt qu'elle aii ic 
Médor... Suivent tous les détails effraya ts 
de la folie du héros... 

Que d'épisodes! et que de personnag s! 
Que de personnages féminins, surtout, si 1 m 
compare le poème de l'Arioste aux dians^ is 



Digitized by 



Google 



TLOJ 



épiques de nos vieux trouvères français! C'est 
la vierge guerrière, la vaillante amazone, Bra- 
daman^te, sœur de Renaud. C'est Marfise, dont 
la beauté égale le courage. Roger guerroie 
volontiers en sa compagnie. Bradamante en 
souffre et pleure; elle nous touche autant 
que nous l'admirions tout à l'heure. C'est 
encore Olirapia. C'est, enfin, les dominant 
toutes de son héroïsme, de son charme, de 
toute la hauteur de son cœur insensible, de 
tout son art consommé de grande coquette, 
Angélique elle-même. On sent que TArioste 



giques, il n'en est pas moins vrai qu'elle a 
quelque chose de plaisant, de trop plaisant. 



L'Arioste a exercé une influence profonde 
sur ses contemporains, non seulement en Ita- 
lie, mais en France. Les femmes voulurent 
ressembler à Bradamante, à Angélique, comme 
elles avaient souhaité ressembler à Laure. 

La poétesse Louise Labé, la belle Cordière 
(dont nous avons déjà parlé dans la conférence 
sur Pétrarque), versée dans l'équitation et 




Roland "Furieux, composition de Gustave Doré. 
(Planche exlraite dô l'ouvrage édité en 1879 par Uachetto et C'*.) 



s'est complu à dessiner ces portraits de 
femmes. On les pourrait comparer, pour la 
richesse des couleurs, aux peintures du Tin- 
tpret 

Le seul reproche sérieux qu'on puisse adres- 
se" 2 l'Arioste, c{est d'avoir voulu être un peu 
tr » amusant dans un sujet où l'esprit ne lais- 
sa pas d'être légèrement déplacé. 

r, en définitive, son Roland nous apparaît 
ce .te perpétuellement berné et bafoué : sorte 
d( ;raad naïf qui dépense pour rien le plus 
m lifique héroïsme. Pendant qu'il renverse 
to les obstacles et déploie une énergie sur- 
hi dne pour gagner le cœur d'Angélique, 
ce d roucoule avec Médor... Si la décon- 
vï -*i héros doit entraîner des effets tra- 



l'escrime autant que dans la poésie (elle te- 
nait Cour d'Amour à Lyon), — Louise Labé 
avait, à l'âge de seize ans, suivi les troupes 
royales en Roussillon; et les soldats l'avaient 
surnommée « le capitaine Loys ». Rappelant 
cet épisode de sa jeunesse, elle dit : « Qui 
m'eût vue alors m'eût prise pour Bradamante 
ou pour Marfise. » 

Nos poètes tragiques se souviendront, eux 
aussi, de Bradamante, Robert Oarnier a donné 
ce titre à l'une de ses tragédies. 

Thomas Corneille mettra à la scène le même 
personnage. 

Et, maintenant, n'existe-t-il pas une ressem- 
blance frappante entre la fameuse Julie d'An- 
gennes, qui fit attendre pendant quatorze 



Digitized by 



Google 



208 



années son soupirant, le duc de ^Vlontausier, 
et l'Angélique du Roland Furieux? 

Rien d'étonnant à ce qu'une précieuse, illus- 
tre entre toutes, ait pris modèle sur l'hé- 
roïne de l'Arioste. 

L'Arioste avait, à sa manière, magnifié la 
femme, comme Dante, comme Pétrarque et 



comme (dans une certaine mesure) le Tasse, 
dont nous parlerons la prochaine fois. (Vifs 
' applaudissements,) 

Conférence de 

GASTOTi DESC71AMPS. 

notée par A. Pujei 



Série F 



\^!Si^^MSi^ 



ARTS -MUSIQUE 



Samedi, 9 FéorJBr 



HISTOIRE DE LA MUSIQUE 

Conférence, de 

M. BOURGAULT-DUCOUDRAY 

sur RAMEAU 

Avec le gracieux concours de : 
M"" Yvonne Gall et de M'" Marguerite Delcourt. 

, Mesdemoiselles, 

Je vous ai déjà dit, dans ma dernière confé- 
rence, qu'il n'y avait pas de compositeur 
plus véritablement français que Rameau. Je 
vais essayer de vous le démontrer. 

Qu'est-ce qui caractérise le goût musical 
de notre race? C'est une sorte de sponta- 
néité heureuse dans l'invention, et j'attache 
à ce qualificatif un sens véritable de bonheur. 
Il y a, en effet, de la sensibilité mélodieuse 
et joyeuse, en un mot, des chants heureux, 
dans tout musicien français. Les brouillards 
ne sont pas son affaire, il a tôt fait de les 
renvoyer à l'étranger. Un musicien français 
sent vivement les beautés tragiques; mais ses 
idées, qu'elles soient dramatiques ou simple- 
ment gracieuses, s'énoncent avec limpidité. 
Elles ne se répètent pas à l'infini; elles 
n'éprouvent pas le besoin d'un leitmotiv dé- 
veloppé de cent façons nouvelles; sa mélo- 
die s'épanouit légèrement, librement. Elle 
s'échappe du cœur même du musicien, et 
exprime avec clarté des sentiments tantôt 
tendres, tantôt héroïques, tantôt dramatiques. 

Rameau avait passé trente années de sa 
vie à réfléchir, et c'est, sans doute, à ces 
méditations prolongées qu'il dut la profon- 
deur de son expression musicale. Expression 
si profonde, qu'elle déconcerta d'abord le 
public, qui ne comprit pas tout de suite une 



musique chantante cependant, mais qui iui 
semblait compliquée. 

Et puis, il s'était habitué à regarder Rameau 
en théoricien; il lui fallut du temps avant 
de s'habituer à distinguer en lui le compo- 
siteur. Cependant, en six ans, cet étonnant 
musicien ne donne pas moins de cinq grands 
ouvrages, dont trois opéras et deux ballets : 
Hippolyte et Aricie^ dont j'ai eu le plaisir 
de vous entretenir la dernière fois, Castor 
et Pollux, enfin Dardanus. 

Après un si grand effort, Rameau se re- 
pose, six ans durant, puis compose un cer- 
tain . Zor(?fls^r^, non sans mérite. 

Enfin, par un détour curieux, il revint à 
l'opéra-ballet, cher à Lulli. Vous savez que 
ce genre d'ouvrages comportait, outre la partie 
de danse, très prédominante, des chœurs nom- 
breux, de la musique vocale. Cela ne ressem- 
blait en rien aux ballets de nos jours, qui 
sont l'occasion d'une chorégraphie plus ou 
moins acrobatique. 

Je n'ai point le temps de m' attarder ici aux 
pointes savantes de ces demoiselles du corps 
de ballet, et, cependant, je regrette, parfois, 
que la chorégraphie, qui est un merveilleux 
art d'ensemble, très susceptible de prendre 
sa part à l'action, en soit réduite à n'expri- 
mer qu'entrechats, jetés-battus et pirouettes. 

Dans les opéras-ballets, il est à remarc t 
que Rameau se crut obligé d'imiter L i, 
dieu du genre; en quoi il eut granden^ it 
tort. Jamais un artiste ne doit faire de a v 
bettes au goût du public. Tôt ou tard, s a 
musique qu'il compose est originale, i' n 
imposera la formule ; en imitant ses devanc î, 
il affaiblit sa personnalité. La faiblesse e 
Rameau, — si, toutefois, il lui en faut rf i- 
naître une, — ce fut le choix détesta^^' e^ 



Digitized by 



Google 



209 



ses livrets. Il les prenait sans discernement; 
presque toujours, ils 'étaient médiocres; 
c'était là le moindre des maux, car, le plus 
souvent, ils étaient franchement mauvais. Ce- 
pendant par hasard, le livret de Castor et^ 
Pollux^ de Gentil-Bernard, bien coupé, prê- 
tait à de , beaux développements musicaux. 
Pour vous le faire mieux comprendre, je vais 
vous en conter la fable : 

Castor, aimé de Télaïre, vient d'être tué 
par son rival Lynéas. La scène débute par 
un diœur funèbre d'un grand effet. 

On pleure Castor. Télaïre, qui devait l'épou- 
ser, est dans les larmes. Le frère de Castor, 
PoUux, qui, contrairement à Castor, est im- 
mortel, provoque le rival de son frère; il 
venge sa mémoire. Lynéas est tué. Ayant 
accompli ce devoir pieux, Pollux, qui est aussi 
amoureux de Télaïre, se hasarde à avouer 
sa passion. 

Mais Télaïre lui répond avec cette cruauté 
particulière des femmes : 

— Vous, immortel, qui pouvez tout, vous 
devez obtenir que l'Enfer me rende Castor. 

11 s'engage alors, dans l'âme de Pollux, 
un terrible combat : Devra-t-il laisser son 
frèr^ dans les noires entrailles de l'Enfer et 
s'employer à conquérir le cœur de Télaïre? 
Devra-t-il renoncer à toute espérance d'être 
aimé et quérir Castor? 

Cette lutte cornélienne aboutit à un grand 
clan d^abnégation. Il se sacrifiera à son frère, 
il fera litière de son amour. Mais Jupiter 
— un dieu, en somme, plein de bonté —^ 
est là qui vaille. Il lui dit : 

— Avant de descendre aux Enfers, d'où 
peut-être tu ne reviendras pas, il faut que tu 
connaisses les félicités qui attendent les im- 
mortels. 

Et il les lui montre. 

Et cette félitité rêvée, à peine entrevue, 
supérieure aux félicités réelles, est un des 
grands ressorts de l'art, presque une manière 
de symbole. Rêver l'idéal, voilà l'unique rai- 
son de l'inspiration, et le but sublime des 
existences. La vie peut être humble, mau- 
vaise, fumeuse, affligeante, qu'importe! si 
ridéal, ce fUimbeau de l'art, est là qui nous 
éclaire^ 
' -^ -nérite d'un librettiste est de trouver 
ation qui mène le musicien vers 
:eptions larges, émouvantes et poéti- 
î mérite d'un musicien est de les 
e, de les exprimer plutôt, dans une 
idéale. C'est à quoi Rameau n'a pas 
que. Ayant une situation dramatique vrai- 
t belle à traiter, il l'a fait avec une am- 
ir maanifique. Voilà donc Pollux devant la 
uise des bonheurs immortels; il 



éprouve, cependant, qu'au-dessus de toutes 
ces félicités enchanteresses, il en est une qui 
les surpfcasse toutes : celle d'être aimé de 
l'objet que l'on aime. 

Castor et Télaïre soupirent d'un même 
amour; il les veut réunir. 

Rameau — avant Gluck dans son tableau 
des Champs-Elysées — a réussi à peindre le 
séjour des bienheureux, et, fidèle à l'idée 
presque sacrée que l'on se faisait de la danse, 
dans ces temps reculés, il y a introduit les 
danses : gavotte, passe-pied, etc., danses no- 
bles, révélant une science et prêtant à de ravis- 
santes conceptions musicales. 

Je ne vous étonnerai point, mesdemoiselles, 
en vous avouant qu'entre le quadrille des 
lanciers et la musique de danse de Rameau, 
il n'y a qu'une analogie lointaine, et je re- 
grette encore, je le répète, que notre choré- 
graphie, un peu dévoyée, ne se plaise plus 
aux admirables conceptions d'un Rameau ou 
d'un Gluck.' 

Quand Castor connaît l'étendue du sacrifice 
de son frère, il refuse une liberté achetée 
à ce prix ; il retourne aux Enfers. Mais Jupiter, 
touché d'un si bel assaut de générosité, donne 
aux deux frères le pouvoir de l'Immortalité. 

Vous voyez combien ce livret abonde en 
situations fortes et de natures dissemblables, 
et quel parti en pouvait tirer un musicien tel 
que Rameau. 

Ce qu'il faut remarquer en Rameau, c'est la 
clarté de la ligne mélodique ; elle s'allie très 
heureusement avec un accompagnement riche 
en harmonies, en réponses, mais qui demeure 
subordonné à la phrase. L'intérêt polypho- 
nique ne nuit pas à la suprématie mélodique. 

La gavotte de Castor et Pollux est une 
manière de chef-d'œuvre; il entre, dans ce 
morceau, toutes les qualités fortes et ce je 
ne sais quoi de limpide, de pur, par où se 
révèle le génie de Rameau. 

Tout à l'heure, vous entendrez deux mor- 
ceaux qui vous montreront également les deux 
éléments qui se fondent en Rameau : le gra- 
cieux, le dramatique. Je vous recommande 
la mélodie géniale que vous chantera M>i« 
Gall. Cela est exquis de grâce, de fraîcheur, 
de tendresse. Voici les paroles : 

La grandeur la plus brillante 
N'est pas l'attrait qui nous brûle. 

Venez, venez goûter 
Les célestes voluptés. 
Vous aimer 1 Jupiler même 
N'est heureux que quand il aime. 

Saint-Saëns a dit : 

— La musique sera mélodique ou ne sera 
pas. ^ 



Digitized by 



Google 



2iO 



Cet air de Rameau, c'est la musique même. 
Le morceau chanté par Télaîre, lorsque, acca- 
blée par la mort de Castor, elle gémit sur 
son tombeau, est d'un tout autre sentiment 
et non moins admirable.^ Télaïre pleure, elk 
gémit : 

Tristes apprêts, pâles flambeaux, 
Jour plus afflreux que les ténèbres, 
Astre lugubre des tombeaux, 
Non, je no verrai plus que vos clartés funèbres. 

Et, dans ces plaintes, nous voyons le sen- 
timent douloureux et magnifique qui donne 
à Rameau des accents si dramatiques et si 
puissants. 

Rameau est un grand musicien, un génie 
essentiellement français. Je laisse le soin de 
vous le faire apprécier comme il le mérite 
à M"c Yvonne Gall, à M"e Marguerite-B. 
Delcourt, et à l'excellent choral^ de mon ami 
Francis Thomé. (Vifs applaudissements.) 

Conférence de 

BOUHQAytT-DUCOVDHAr. 

vtMib par Yv«nne Saroey. 



Auditions ayant accompagné la conférence 

MUc Yvonne Gafl possède une voix d'une 
clarté et d*une puissance merveilleuses. Elle 
monte avec une facilité rare, et son organe 
chaud et souple en fait l'interprète rêvée de 
Rameau. Elle a chanté, avec un vif succès, 
le grand air de Télaïre : « Tristes apprêts... », et 
elle a dû bisser le délicieux air qui ravit M. 
Boùrgault-Duooudray : «La grandeur la plus 
brillante... » 

MWe Marguerite Delcourt, sur le clavecin 
prêté obligeamment par la maison Pleyel, a 
joué, dans un style excellent et avec beau- 
coup de grâce, Musette et Rondeau, de Rameau, 
et le « Passe-Pied » de Castor et Follux^ qu'elle 
a dû bisser. 

Même les LuUistes — ennemis acharnés de 
Rameau — reconnaissaient que Rameau était 
supérieur dans ses airs de danse, qui, tous, 
avaient un piquant, un rythme, des brisures 
spirituelles qui leur donnaient quelque chose 
de bien français. Le public de T Université 
des Annales fut de l'avis des LuUistes. 

Enfin, le choral, composé des jeunes filles 
et des jeunes fenrunes élèves du choral, chanta, 
sous la direction du maître Francis Thomé, 
le délicieux chœur : « En ce doux asile... », 
qui avait inauguré l'Université des Annales. 

Il obtint le même succès. , ')^. S. 



L'ACADÉMIE DE DESSIN 



Cours de M. Paul THOMAS 
(Lundi 4 Février et Jeudi 7 Février) 



Du Dessin dans sa plus belle expression 

Le dessin c'est la base. 

Formons de bonnes fondations, employons 
de bons matériaux. 

Ici, deux choses deviennent indispensables : 
la connaissance de l'anatomie, puis T étude 
de l'antique; mais d'un certain antique, je 
veux parler du savant, de celui qui semble 
mettre toute sa gloire dans la parfaite 
construction humaine. 

Le Gladiateur^ le Laocoon, le Faune à 
VEnfant, etc. 



Une étude trop poursuivie de l'anatomie 
est inutile; il suffira de connaître parfaitement 
récorchc de Houdon, et de faire quelques 
travaux sur des sujets naturels. 

En joignant à cela l'étude des antiques qi 
je signale, vous prendrez une parfaite conna' 
sance du corps humain. 

Sans trop vous en apercevoir, les hah 
tudes de style et d'élégance viendront; voi 
ferez tout naturellement un rapprochement 
ces belles formes avec celles de nos mode, 
qui sont incomplètes ou atrophiées; l'antiq 
vous éclairera, vous aimerez l'antique. 



Digitized by 



Google 



La vue de ces belles têtes bien plantées, 
de ces beaux cols si bien attachés; ces arti- 
culations, ces belles lignes, vous captiveront ; 
vous serez sous le charme, vous ne pourrez 
pas encore vous rendre compte de vos im- 
pressions, vous ferez, pour ainsi dire, un 
travail d'absorption. 

De la patience, du calme; l'antique vous 



21 1 

leurs têtes. Prenons celles de VApoUon et 
de la Vénus de Milo : la lig^ne du front avec 
le jiez est presque droite, la ligne des sourdls 
est très rapprochée de la paupière supérieure, 
le front bas, ou, pour mieux dire, les che- 
veux plantés bas; le nez assez fort et à peu 
de distance de la lèvre supérieure; le menton. 




L'Apollon du Belvédère. 
(Muséo du Vatican.) 



La Venus de Milo. 
Musée du Louvro. 



pénèfre, vous vous familiarisez avec lui et 
vous arrivez naturellement à dire : 
— Pourquoi est-ce beau? 
Quel pas énorme vous avez fait! Vous 
! ez le mystère. 

observant, vous voyez que toujours, 

I ces admirables statues, la ligne droite 

< m juste accord avec la ligne courbe. Serait- 

' |in système? Non, c'est la connaissance 

aite de la nature. Surprenez un mouvement 

I rel bien franc, l'équilibre complet, et vous 

x ce que donne l'antique : une parfaite 

ipnie, une juste mesure dans ces lignes 

Tférentes. 

'S remarquerez certaines divisions dans 



par son volume et sa saillie, vient balancer 
l'importance du nez; les oreilles détachées du 
crâne, le col ample, fort et long; de grands 
plans, de grandes divisions; pas de fiori- 
tures, peu de détails; même principe dans 
tous les bustes de la belle époque romaine. 

Ces lois de la beauté étaient enseignées, 
apprises chez les anciens; tous s'y soumet- 
taient. C'est ce qui donne cette magnifique 
unité à leurs productions. 

N'allez pas croire que l'observation de ces 
règles altérerait votre naïveté; vous pouvez 
vous y confoi-mer et rester fidèle aux person- 
nages que vous représenterez. 

11 y a, dans la nature, des côtés pleins 



uiymzeu oy ^ 



212 



de charme; ce sont les côtés physionomiques. 
Ces traits, ces formes, qui donnent aux êtres 
un caractère particulier, ce sont de ces , sa- 
veurs qu'il faut respecter, qu'il faut même 
développer, et vous pouvez sans crainte allier 
ce développement aux corrections faites dans 
le sens de la beauté constitutive. 

Il vous sera facile de trouver, dans la na- 
ture, des types à peu près semblables à ceux 
de la statuaire antique. Prenez ces modèles, 
posez-les comme les figures qu'ils rappellent; 
faites sur eux uae étude consciencieuse de la 
nature; puis venez près de l'antique en si- 
gnaler les différences. 

Voilà de bonnes et fortes études qui vous 
feront faire des progrès rapides. 

Maintenant, je vous signalerai les maîtres 
qu'il faut étudier pour la science du des- 
sin : Raphaël, dans ses dessins faits d'après 
nature, ceux de Léonard de Vinci, la belle 
série des dessins de Lesueur, les dessins du 
Poussin et d'André del Sarte. Pendant ces 
exercices, faites encore, d'après nature, les 
gens qui dorment sur les places publiques, 
les ouvriers qui travaillent, les hommes qui 
remorquent les bateaux, ceux qui se bai- 
gnent, ceux qui écoutent les chanteurs ambu- 
lants; les enfants, les femmes au lavoir; enfin, 
dessinez dans tous les endroits oii l'hom^me est 
naturel. 

La nature vous appartient; elle est, pour 
vous, comme un vaste jardin. Allez, regar- 
dez, choisissez; que de fleurs, que de fruits! 
En choisissant bien vos fleurs, formez-nous 
de splendides bouquets. Faites mieux encore : 
ne cueillez pas, ne retirez pas à la fleur sa 
vie, sa sève, laissez-lui son air et son soleil. 
N'oubliez pas que votre mission est de faire 
aimer l'œuvre de votre Dieu et que détruire 
est, pour vous, une mauvaise action. Surpre- 
nez la nature; venez à elle en ami, faites-vous 
son serviteur, vous en serez bien récompensé. 



Si, au contraire, vous coupez la fleur de sa 
tige, vous n'emporterez qu'une victime; et 
vous, son meurtrier, aurez-vous les sentiments 
qu'il faut avoir pour la bien rendre? 

Cela me rappelle ces pauvres peintres qui 
croient copier le naturel en prenant ce qu'ils 
appellent des modèles, hommes et femmes 
de la basse classe, qu'ils drapent avec de 
vieux rideaux ou de vieille^ couvertures, et, 
lorsqu'ils ont devant eux ces individus hideux 
et ridicules, ils copient quoi? des choses en 
dehors du naturel. 

Si vous prenez des modèles, prenez-les ou, 
pour mieux dire, surprenez-les; qu'ils igno- 
rent que vous les regardez. Quelques lignes 
tracées rapidement, vos observations, et quel- 
ques notes prises sous le feu de vos impres- 
sions, vous guideront bien mieux que ces 
affreux modèles qui vous égarent; on peut 
s'en servir, mais avec une grande réserve, et 
en se gardant bien de mettre un mannequin 
humain à la place de l'idéal. 

L'amour et le sentiment de ce qui vit, voilà 
ce qu'il vous faut; l'action, le mouvement, 
la lumière, la passion, la pensée; poursuivez 
toutes ces merveilles de la vie comme le 
chasseur poursuit son gibier. 

Voyez, là-bas, ce bel enfant échauffé par 
le jeu; voyez les belles teintes de son visage, 
le beau désordre de sa chevelure et le soleil 
qui inonde tout cela de sa lumière. Vite, 
votre carnet, quelques lignes, des notes, dftst 
bien, cela suffit; soyez heureux, vous avez 
fait une chasse superbe. • 

Si, après avoir surpris un bon mouvement, 
une pose naturelle, vous pouvez obtenir une 
séance de l'être observé, oh! alors, vous se- 
rez dans les meilleures conditions pour arriver 
à une exécution parfaite; mais vous ne garde- 
rez le modèle que pour mieux rendre votre 
impression première. 

THOMAS COUTVJ(B, 




Digitized by 



Google 



2l3 



ÉCHOS DE L'UniVERSITÉ 



McuneiSuUy et ^" Bartet à Wnivenité 

Us sont venus tous les deux é<x)uter la 
conférence sur les fables et les fabulistes faite 
par leur camarade Truffier, et leur présence 
ne manqua pas d^être remarquée. 

Mounet-Sully esl le dieu de la tragédie, 
comme Bartet en est la divine. 

Tous les deux ont donné à certains rôles 
classiques une telle empreinte qu'il semble 
difficile de les égaler jamais, et c'est par là 
qu'ils doivent être sacrés à la jeunesse. Plus 
tard, ils se souviendront avoir vu Mounet-Sully 
dans Œdipe, ou Bartet dan^ Iphigénie, ou dans 
Antîgone, comme nos grands-pères se rappellent 
Talma et Rachel dans quelques-uns de leurs 
rôles. 

Mounet-Sully a le culte de la plastique; il 
a la beauté du geste, la voix, Tharmonie : il 
est classique et romantique tout à la fois. 
Quand il s'en fut en Grèce faire entendre 
Œdipe à ces jeunes descendants de Sophocle, 
il y eut un tel déchaînement d'enthousiasme, 
que l'on détela sa voiture; les étudiants por- 
tèrent le tragédien en triomphe sur leurs épau- 
les; ils célébrèrent le chef-d'œuvre grec et son 
génial interprète dans une même apothéose. 

Bartet, moins romantique que son illustre 
camarade, est toute pureté, toute grâce, toute 
eurythmie. C'est un délice d'entendre les vers 
couler de sa bouche et de la regarder se 
mouvoir. Elle ondule discrètement; les plis 
de sa robe sont harmonieux, sa démarche 
est d'une simplicité fière et émouvante; on 
dirait un Tanagra, et je crois que jamais 
aucune Antigone ne fut ni ne sera aussi par- 
faite que Mme Bartet. 

Ce sont toutes ces admirations confuses qui 
se traduisirent en murmures sympathiques, 
quand Mounet-Sully et Mme Bartet firent leur 
entrée. 

Que sera-ce quand on les entendra dire des 
vers à toute cette jeunesse frémissante!... 



versitaires attendent avec impatience 

h ure que M. Henri Lavedan, de l'Aca- 

d française, doit leur faire d'un acte iné- 

d Varennes, 

; aura Heu le 21 février. 

Lenotre racontera la fuite tragique 
d lis XVI et de Marie- Antoinette, et M. La- 

V ' '^ « Coucher du Roi ». 



Je ne veux pas déflorer cet épisode émou- 
vant en le contant, mais je puis assurer 
nos élèves du plaisir qu'elles y prendront. 

Et puis, M. Henri Lavedan est un des rares 
auteurs qui lisent d'une façon admirable. On 
compte ceux qui, comme lui, savent donner 
au dialogue la vie, le mouvement, le geste, 
l'inflexion, et jusqu'aux dessous de la pen- 
sée. Cela est du très grrand art. 

Avec M. Henri Lavedan, on peut nommer 
M. Victorien Sardou, qui, lui aussi, mime, 
joue en perfection les pièces dont il donne 
lecture. Il fait, tour à tour et à sa volonté, 
passer dans l'assistance le frisson, la joie, ou 
le rire. 

Richepin dit le vers mieux que n'importe 
quel grand acteur de Ja Comédie-Française; 
il est servi par une voix' magnifique, une pres- 
tance de dieu, et un sens rythmique des 
plus curieux. On se souvient encore, à la Co- 
médie-Française, de la lecture de Martyre^ 
qui eut un succès considérable. Rostant seul 
peut lui être comparable. 

Et qui n'a point entendu M. et Mme Rostand 
se donnant la réplique n'a rien entendu. Les vers, 
de leurs bouches, coulent comme de la musique. 
Cela est délicieux, spirituel, imprévu, original. 
M. Rostand a des trouvailles d'intonations, sa 
voix souple se rompt à tous les rythmes, -et 
j'imagine ce que sera Chantecler, le jour où 
M. Rostand en donnera enfin lecture. 

M, Jules Lemaître lit aussi parfaitement bien. 
Pas, assurément, avec la fougue impétueuse 
d'un Richepin; son art est plus concentré, mais 
non moins habile, et c'est un délice de l'enten- 
dre, délice rare, car les auteurs n'aiment guère 
se livrer en spectacle. 

C'est pourquoi nous disons, aujourd'hui, toute 
notre reconnaissance pour la joie délicate que 
M. Henri Lavedan nous donnera le 21, et dont 
nos élèves sentent tout le prix. 



Au Musée Carnavalet 

M. Georges Gain, dont vous avez lu plus 
haut la conférence, fut très entouré après sa 
spirituelle leçon sur le Palais-Royal et très fé- 
licite par les étudiantes, heureuses de serrer 
la miiin du conférencier qui venait de les di- 
vertir et de les intéresser si vivement. 

— Je vous amuserai encore bien plus, dit-il 
en souriant, quand vous viendrez me voir à 
Carnavalet, dans cette maison de Mn»e de 
Sévigné que je connais à fond. 



Digitized by 



Google 



214 



Il fut convenu qu'on choisirait un «Lundi» 
pour aller faire cette visite, afin de n'être 
dérangé par personne. 

Seules, les universitaires et ^urs mamans 
auront le droit d'entrer — puisque le musée 
est fermé ce jour-là; et l'on pourra, sans se 
presser, écouter les lumineuses explications don- 
nées par l'érudit conservateur. 

Ces visites et promenades dans Paris, que 
nous sommes en train de préparer, et qui auront 
lieu du 15 mai au 15 juin, auront, j'imagine, 
un succès énorme. 

Nous projetons aussi de fréter un bateau 
et de faire les rives historiques de la Seine; 
enfin, cent projets fument dans nos têtes. 
Et l'exécution en sera, je vous le prédis, très 
amusante. 



ta Statue de "La fontaine 



M. Henry Roujon, qui a fait chez nous, le 
13 février, une conférence sur La Fontaine, 
est un passionné du bon fabuliste. 

Il soigne sa gloire;' il la souhaiterait, en 
quelque sorte, populaire et universelle. La 
vieille statue vermoulue de Château-Thierry of- 
' — . fense l'admiration qu'il a vouée au bonhomme; 
il en voudrait une taillée dans le marbre, par 
quelque artiste célèbre, et digne de l'immor- 
tel auteur qui amusa, instruisit tant de gé- 
nérations. 

« Ce que M. Roujon veut, Dieu le veut. » 
Je suis bien tranquille : La Fontaine aura sa 
statue. Il est, d'ailleurs, secondé dans ses des- 
seins par M. Lacouloumère, le spirituel sous- 
préfet de Château-Thierry, et par tous les 
amis de La Fontaine. 

' A ce propos, j'ai entendu M. Roujon sou- 
tenir une idée bien intéressante. 

Il désirerait qu'on fît, pour nos hommes 
célèbres, une série de petites Rétrospectives, 
c'est à-dire des Expositions aussi complètes que 
possible, et donnant aux jeunes générations 
une documentation exacte, pittoresque, vi- 
v*»nte de nos grands hommes. 

Les collectionneurs prêteraient volontiers les 
éléments nécessaires : meubles, bibelots ou 
costumes de l'époque, livres ou estampes 
du temps. Lès reconstitutions prendraient 
ainsi un cachet historique des plus intéressants 
pour l'éducation de la jeunesse et des écoles. 
Et, naturellement, M. Roujon n'oublie pas son 
cher La Fontaine, qui est l'objet d'une dé- 
votion particulière et qui est le plus mal loti 
de nos poètes. 

La ville a bien racheté la maison natale 
de Château-Thierry; mais son effort n'a pas 
été plus avant. Elle a entassé de mauvaises 
peintures modernes dans les salles où La 
Fontaine vit le jour et n'a pas trouvé de 
meilleure manière d'honorer une de nos gloires 
françaises. 



Let Cotlectiona de M, Dieutafoy 

Mme Jane Dîeulafoy va bientôt conmiencer, à 
l'Université, ses conférences sur le théâtre es- 
pagnol. On sait avec quelle passion Mme Dieu- 
lafoy s'est occupée de la littérature castillane, 
si riche et si peu connue de nous.- 

Pendant deux hivers de suite, elle fît jouer, 
dans le somptueux hôtel de la rue Chardin, 
les pièces de Lope de Rueda, de Guilhem 
de Castro, de Lope de Vega, de Tirso di Mo- 
lina, de Çalderon, traduites par ses soins, et 
le public Me lettrés qui se pressait dans ses 
salons put constater que, non seulement le 
génie de Corneille n'avait pas eu d'autre source, 
mais encore que Molière, et même Lamar- 
tine, furent fortement imprégnés de l'influence 
espagnole. C'est ce qui rend Tétude de ce 
théâtre si intéressante, et si utile même à 
éclairer nos auteurs français. 

M°ie Dieulafoy s'était donné la peine, pour 
rendre à ces reconstitutions un caractère vrai- 
ment national, de faire copier, sur les beaux 
dessins que possède M. Dieulafoy, et sur les 
tableaux de maître, les costumes des acteurs 
qui jouèrent chez elle. 

M. Dieulafoy possède une collection abso- 
lument merveilleuse, au point de vue de la 
documentation espagnole, dont il compte 
faire don à l'Académie française; il a 
bien voulu laisser prendre la photogrra- 
phie de quelques originaux que les projections 
nous montreront aux conférences de Mme Jane 
Dieulafoy. Ce sera un attrait à ajouter à ces 
conférences, attendues avec tant d'impatience. 

Ajoutons que M. Truffier, dont le dévoue- 
ment à l'Université est inlassable, fait répé- 
ter une délicieuse scène des Olives, par Lope 
de Rueda, que l'on jouera le 22 février. 



te Choral 



Faute de place, nous ne pouvons aujourd'hui 
donner un compte rendu détaillé du choral. 
Nous réservons un long article la prochaine 
fois, sur la manière de faire travailler la mu- 
sique d'ensemble. 

Disons seulement que M. Francis Thomé 
a mis à l'étude l'hymne que Fauré a composé 
sur le Cantique de Jean Racine; un choeur de 
Brahms, intitulé Airs Bohémiens, et, enfin, e 
beau chœur de Gluck, qui doit . accompagn r 
la comtesse de Maupeou à l'audition du 23 : :- 
vrier. 

Ces auditions obtiennent un succès des pks 
vifs grâce aux éminents concours que ces graM- 
des artistes veulent bien nous prêter. Nos et i- 
diantes auront la joie d'entendre, la prochai e 
fois, la charmante Mme Dettelbach, musicien e 
remarquable, cantatrice de haut style, et, e 
qui ne gâte rien, femme ravissante. 



Digitized by 



Google 



2lS 



Les Cours Pratiques 



54rle 4 



Lundi, 4 Féorler 



COUPE 



Cours de M«« LAURENT BOURGET 



LE JACKSON 

Le Jackson, ou cache-maillot, est fait d'un 
petit corsage sans manches et d'une jupe assez 
ample ouverte tout le long du dos; les jupes 
ne diffèrent entre elles que par la garniture, 
mais les corsages sont nombreux et nous étu- 
dierons, ici, deux formes principales. 

Le corset étudié pendant la dernière leçon 
nous donnera, avec une très petite modifi- 
cation, le patron de l'un de ces corsages (cro- 
quis numéro I). Le haut (décolleté, épaulette, 



"i \" 



Le deuxième patron (croquis numéro II) 
est taillé, comme toujours, sur le patron de 
brassière; le haut, arrive en ligne droite à 
deux centimètres au-dessus du point I (en- 




cntoumure) est semblable en tous points à 
celui -du corset, mais le bas est tout à fait 
droit fil à partir du point J, jusqu'à la dernière 
ligne de division de la brassière (ligne 4, point 
S). A partir de ce point, la ligne oblique 
pour former la patte et rejoint les points 
déterminés précédemment pour en dessiner l'ex- 
trémité. 

La jupe est taillée en droit fil et mesure, 
en hauteur (le long de la lisière), soixante 
i ntimètres et, en largeur, de cent vingt à 
- it quarante centimètres, selon l'étoffe em- 
tyée. Le haut est plissé à plis d'un centimètre 
iviroiwet monté tout le long de la partie 
• joit fQ du bas du corset. 

dosi que je le disais plus haut, la jupe 
5t pas fermée derrière, mais généralement 
i mue en encadrement. 

.es tissus employés sont la flanelle blan- 

< J et les batistes; les garnitures sont va- 

BS à rinfinL Le petit corsage s'attache, 

xune le corset, par des rubans cousus au 

t des pattes et XKyuant au milieu du devant. 



If 


-'■■ 1 ; '\ 


'"" 


'Çs 


l 


; V 

1 . 
• 






; 1 ' « 



colure de devant); le décolleté du dos est 
donné par cette même ligne droite et Ten- 
toumure est élargie d'un centimètre de cha- 
que côté. Le bas est tout à fait droit fil ; 
le corsage aura, en hauteur, douze centime- 
très plus une petite ceinture taillée en droit 
fil haute de trois centimètres. La largeur du 
dos est un peu moindre que celle de la bras- 
sière. Il n'y aura que trois centimètres de 
croisure au lieu de six. 

Ce corsage sera garni de plis, de points 
brodés, d'entre-deux, etc. 

Il faudra préparer toute la garniture à Ta- 
vance, plisser, incruster, broder une bande 
haute de douze centimètres, en réservant, toute- 
fois, une place pour l'entournure, puis tailler 
à l'aide du patron lorsque tout le travail de 
garniture sera terminé. 

La bande de ceinture peut être unie; mais 
il vaut mieux la garnir aussi, dans sa longueur, 
de plis, d'entre-deux. La jupe sera faite exac- 
tement comme celle du modèle précédent. 

Mmt tAW{E?iT BOUHGET. j 

uiyiiizeu uy x^j v^ v^'pt lx^ 



2l6 




i-^V 



M. Armand Boutillicr 
président de l'Association Stcnographique Unitaire. 



M. Jean d^ Ville faignc 
président du jury de la Sténo-Dactylographie. 



$éri9 B 



Mardi, 5 FioNêr 



STÉNO-DACTYLOGRAPHIE 

Cours de M. de MOUSCARDY 



Il est une partie du cours de sténographie 
que je trouve intéressante entre toutes : la 
correction au tableau. 

De notre jolie salle de l'Université ont été 
bannies la contrainte, la fausse honte, comme 
aussi la modestie feinte; si l'élève fait des 
fautes en traçant les signes, c'est bravement 
qu'elle les corrige; si, au contraire, les sté- 
nogrammes s'alignent élégants et corrects, 
c'est gentiment qu'elle triomphe. Et cela, parce 
que l'auditoire est animé de cet esprit bien- 
veillant qui permet de se trouver à l'aise, 
ainsi qu'en un milieu familial où Ton se risque 
sans crainte, sûr à l'avance que les essais — 
fussent-ils maladroits — ne vaudront à son 
auteur ni reproches, ni railleries. 

Durant ce temps, les élèves deviennent — 
peut-être à leur insu — de précieux collabo- 
rateurs du professeur. Telle faute, telle rè- 
gle mal appliquée, provoquent de nouvelles 
exphcations, tel inhabile tracé suscite un nou- 
veau moyen, susceptible d'en assurer la per- 
fection. 

Au cours du 5 février, grande dissertation 
sur la décomposition syllabique des mots. 

— Faut-il écrire vallée avec les signes fal- 
val et LE ou avec les signes VE le?... 

La plupart des élèves en tiennent pour la 
première représentation, disant que, puisqu'il 



y a deux L, il faut écrire tml et le. A quoi 
le professeur répond, inexorable comme un... 
sténographe : 

— Entendez-vous les deux L dans ce mot? 
Vous serait-il impossible de le prononcer si 
vous barriez un L?... 

— Non, disent les élèves, mais... 

— C'est donc qu'une de ces lettres est corn- 
plètement inutile au son. Il y a un L que 
vous n'entendez pas : IL NE COMPTE PAS EN 
STÉNOGRAPHIE, puisqu'il est convenu que Ton 
écrit les so7i8 et non l'orthographe. Vallée s'é- 
crit donc avec les signes YE LE. 

Et il est très amusant d'observer les airs 
décidés avec lesquels on formule les objec- 
tions, puis, ensuite, les petites mines des étu- 
diantes contrites de «n'avoir pas tr'' ' ça 
toutes seules ». 

Voilà le genre d'élèves que j'aimu. ux 
qui ont une opinion, — bonne ou mauv se, 
peu importe, — avec le courage de Vexpri^ er. 
Au moins, on peut fortifier les idées ju tes 
et détruire celles qui sont fausses. Ta dis 
qu'avec les flottants et les renfermés, il est 
bien difficile de savoir dans quelle ^- ire 
les mots portent. 

De la discussion — aimable et cou se, 
toujours — jaillit la lumière. Et, en mai bre 
d'enseignement, on ne voit jamais ♦ " dr. 

uiyiiizeu uy >^_j vy v^pc i\^ 



r 



STÉNOGRAPHIE 

Etude de la jeçon V de la Sténographie 
pour Tous, pages 22 à 24. 

Nous abordons l'étude des droites à crochets. 
Une canne à manche recourbé, représentée 
le plus simplement possible, nous suffit à ex- 
primer de nouvelles syllabes ou de nouveaux 
sons. 

l» La tige horizontale et le crochet ouvert 
EN HAUT donne : XE, CCE, CSE, XCE. 

29 La tige horizontale et le crochet ouvert 
EN BAS donne : ON, ONS, ONT, ION, IONS, et 
même, à la fin des mots, onse, once^ onte, onde. 

30 Le crochet en bas ouvert à gauche, la tige 
Mique, de gauche à droite en remontant (un 
signe R£. commencé par un crochet ouvert 
à gauche), exprime YÉ, LIÉ, LIER, liez et 
deux ll mouillés, comme dans le mot mom^ 
1er lui-même, qui se sténographie me yé, 

11 y a si peu de différence dans renon- 
ciation des sons yer ou lier qu'on les a 
confondus en un seul signe. 

L'orthographe rétablira la distinction. 

N. h. — Lorsgue vous aurez à lire un sté- 
Qogranmie renfermant le signe on^ prononcez 
tout de suite ce dernier avec le signe qui le 
précède. Sans cela vous introduiriez dans le 
mot un hiatus qui n'existe pas et rendrait 
votre traduction plus difficile. Vous lirez, par 
exemple, pe-von ce qui donne pouvons et 
non* pe-ve-on. 

40 Abréviations dérivant des signes étudiés 
(page 24). 

DEVOIR 

Moh à traduire tn Slinograpbie 

Royaume — pouvions — semonce — soyez — 
loyer — barbouiller — dérailler — vermillon 
— bataillon — familier — fixer — détaxer — 
talon — l'oxyderont — polisson — vexer — 
mappemonde — foyer — souperons — boxe- 
rons. 

Thème et version de la Sténographie pour 
Tous, pages 25 et 26. 

DACTYLOGRAPHIE 

Ponchtation 

A notre dernière leçon, nous avons abordé 
résolument la copie dactylographique. Il est 



217 

nécessaire, à la machine comme à la main, 
de bien ponctuer; rien n'est difficile à lire 
comme une page sans ponctuation et, si les 
signes en sont mal placôs, le sens des phrases 
peut se trouver entièrement dénaturé. Aussi 
nos étudiantes vontelles soigneusement met- 
tre les points et les virgules. 

Les doigts légers actionnent les touches et 
les mémoires fidèles se rappellent, au moment 
voulu, , les diverses indications. Alinéas, ipa- 
juscules, accents, rien de tout cela n'embar- 
rasse plus nos universitaires parisiennes, qui 
aiment beaucoup leur machine et contemplent, 
ravies, les mots qui s'impriment sous leurs 
yeux. 

De temps à autre, quelque faute se pro- 
duit; on a frappé une lettre croyant frapper 
la touche voisine. Alors on rit, on efface, 
on réimprime et ce sont des exclamations de 
regret lorsque les employés arrivent pour ran- 
ger les «Oliver» jusqu'au prochain mardi. 

CORRESPONDANCE 

Nous n'étudierons pas de nouveaux prin- 
cipes d'ici quelque temps. Il est nécessaire 
de traiter divers sujets se rapportant aur- 
idées générales exposées et d'acquérir cette 
clarté d'expression, cette propriété de mots 
qui est la caractéristique du vrai style fran- 
çais. 

Les lettres à faire ont été choisies — et 
le seront encore — parmi les plus simples et les 
plus courantes. De même qu'il est rare d'avoir 
à exécuter quelque action d'éclat, il est peu 
fréquent d'avoir des lettres extraordinaires à 
écrire. Mais il importe de bien accomplir la 
tâche de chaque jour et, aussi, de ne rien 
signer qui ne soit l'expression parfaite de no- 
tre volonté. 

SUJET A TRAITER 

1° Faire une commande à son gré. 

20 Une erreur s'est glissée dans une facture 
et n'a pas été constatée lors de la livraison 
des objets. La signaler et en demander la 
rectification. 

30 Lettre à la couturière pour prendre ren- 
dez-vous au sujet d'une robe habillée à com- 
mander. 

M. T}E M0VSCA7(Dr. 



Digitized by 



Google 



ai8 



Sème C 



MBrcredi/6 Féerier 



MODES 

Cours de M"* Valentine ABOUT 



LA BARRETTE 

Nous allons nous occuper, aujourd'hui, des 
barrettes. D'une barrette bien posée, dépend 
souvent le chic du chapeau. C'est la barrette 
qui le rend seyant et lui donne l'mchna.ison 
voulue. Un chapeau sans barrette ne serait 



comme les fourchettes, accrochés aussi avec 
. des crochets. 

On recouvre la barrette avec une soie lé- 
gère et on borde le côté qui repose sur les 
cheveux avec un petit biais de velours. 

Il est préférable de faire la barrette de 
la couleui des cheveux et non de la teinte 
du cl^apeau. La barrette ne doit pas se voiir. 



plus un chapeau à la mode. — et plus le 
chapeau est volumineux, plus la barrette de- 
vient indispensable. Quand je dis qu'il faut 
une barrette, je suis dans Terreur, deux, sont 
nécessaires, et je vais vous apprendre à les 
faire avec art. .j j « 

La première, coupée en tulle raide, devra 
avoir m 50 de long et m 03 de haut. Elle 
fera le tour de l'entrée de tête. 

La seconde (toujours en tulle raide) devra 
avoir 0^25 de long sur 0^06 de haut 

Cette deuxième se posera sur la première 
pour soulever le chapeau soit de côté, soit 
devant, soit en arrière. Cela dépend de la 
forme qu'on voudra 
donner au chapeau. 

Donc, après avoir 
coupé notre première 
bande de tulle raide 
(dans les proportions données plus haut), il 
faudra l'arrondir aux deux bouts, puis la lai- 
tonner en commençant par le milieu, en haut, 
et tout au bord du tulle, en suivant bien sa 
forme avec le laiton, et la fermer solide- 
ment. 

Pour consolider, il vaut mieux coudre un 
second laiton, qui courra en zigzags et sera 
accroché aux deux bouts avec un petit cro- 
chet. (Voir, pour explications, le deuxième cours 
de mon livre.) 

Pour la seconde barrette, il vaut mieux la 
consolider en posant les laitons en travers 




Maintenant que notre bï^rrette est faite, nous 
allons commencer à nous occuper de la gar- 
niture de notre chapeau. Le taffetas imi est 
toujours joli; cependant, ce printemps, les cha- 
peaux de style étant en faveur, je ne serais 
pas ennemie d'un taffetas changeant qui con- 
vient parfaitement aux genres légèrement Louis 
XVI que nous pouvons donner à nos cha- 
peaux. Les taffetas changeants gris argenté, 
bleu de roi, lavande, vert jeupe pousse, seront 
très portés. 

Nous coupons *donc, dans la longueur de 
l'étoffe, une bande ayant une fois et demie 
le tour du bord du chapeau, et de la largeur 
de la passe (de l'entrée de tête au bord). 
Nous avons seulement, le soin de réserver 
deux centimètres pour les fronces. 

Puis, des deux côtés de cette bande, nous 
passerons une fronce; puis, nous poserons 
la bande sur la passe, en tirant bien 
ces fils de façon à ce que l'étoffe froncée 
soit bien tendue. Il est utile de s'occuper 
des bords; l'étoffe ne doit pas rentrer. Faire 
la même chose pour le dessous du Chapeau, 
et veiller à ce que tout soit bien propre, bien 
égalisé, bien tendu. 



Au prochain cours, nous aurons à nous c- 
cuper du bord et de la calotte. 

V. A 



.12^ 



Digitized by 



Google 



Série £ 



219 



Vendredi, 8 Féorier 



LECTURE 

Cours de M. L. BRÉMONT 



Il existe des mots dont la prononciation (de- 
meure incertaine, l'usage n'ayant pas encore 
imposé pour eux une règle absolue. 

Le mot désir est de ceux-là; on dit : désir, 
désir, et même d'sir. 

Il me semble que, si Tusage now laisse 
ici dans une certaine indécision, le sentiment 
artistique peut nous guider un peu; mais, sur 
ce terrain, je ne puis vous indiquer que mes 
préférences, comme je l'ai fait dans mon ou- 
vrage sur VArt de dire les Ver^, 

J'entends souvent dire d'sir à la Comédie- 
Française, et non par les moindres comédiens: 
cela m'irrite toujours. 

Je veux bien encore qu'on dise désir dans 
le répertoire de Marivaux, parce que j'y puis 
supporter ce que cette prononciation a de pré- 
cieux. 

< Le désir (mettons môme, ici, le d'sir) de 
plaire », ne me choque pas outre mesure, ni 
mên\e, si vous voulez : 

Tous vos désirs, Esther, vous seront accordés. 

Mais est-il possible qu'on dise : 
Le desir de llmmortalité t 

Ou : 

Former des désirs pour leur damnallon ? 

Ou encore : 

€ Vous ne desirez point la femme de votre 
prochain, ni sa maison, ni son champ, ni son 
serviteur, ni sa servante, etc., etc. » 

Dans cette dernière phrase, empruntée à 
la Bible, la suppression de l'accent aigu me 
paraît constituer un abominable contresens; 
car, en amollissant la sonorité, elle amollit 
le sens, et le mot perd toute sa force 1 

Si nous prenons le mot allégresse, nous voyons 
que les dictionnaires spéciaux, nous laissent 
la latitude de prononcer les deux Z ou d'en 
supprimer un, et je crois que souvent les 
professeurs de diction en profitent pour impo- 
ser une vague préférence personnelle en de- 
hors de préoccupations artistiques. 

C % je comprends qu'on dise : 

Que Je Alégrrtse aurez-vous en voire âmp, 

Qua id dun époux si beau vous vous verrez la femme. 

i encore : 

Ave : une AUgretse aussi pleine et sincère 
Qoe ^*<^pousal la sœur, je combattrai le frère, 



car, ici, la valeur de la phrase n'est pas sur 
ce mot seul; elle s'éparpille sur lui et sur les 
deux adjectifs « pleine » et « sincère » pour écla- 
ter, ensuite, sur le mot «combattrai». 
Mais comment admettre qu'on dise : 

Tous s'y montrent portés avec tant d'Alégresse 
Qu'ils semblent, comme mol, servir une maîtresse f 

Ici, il faut faire sonner superbement les 
deux l; cela s'impose comme dans ces ex- 
pressions : «Des transports d'allégresse»; «Il 
tressaille d'allégresse 1 » 

Le mot est ainsi beaucoup plus expressif, il 
reprend Vallure et la vibration qui lui man- 
quaient : la relation entre la pensée et son 
expression sonore devient plus logique, plus 
étroite. 

Prononçons donc les deux î, puisque cette 
prononciation, qui s'impose dans certains cas, 
ne saurait nuire dans les autres I 

Ici, je ne puis m'abstenir de m'arrêter suV 
une question qui' est à l'ordre du jour, et 
sur laquelle l'accord ne se fait pas aisément. 
Je veux parler de la réforme de l'orthographe. 

Il y a, certes, dans notre orthographe, comme 
dans celle de tous les peuples d'ailleurs, bien 
des choses inutiles, des anomalies, des absur- 
dités, des chinoiseries 1 

Qu'on s'efforce de réformer ces choses-là, 
rien de mieux; mais qu'on le fasse avec pru- 
dence, avec tact, et avec toute la compétence 
désirable. 

Je m'emprunte de nouveau quelques lignes 
sur ce sujet, qui touche ici directement à 
la diction. Voici, à propos du redoublement 
des consonnes, ce que j'écris dans un ouvrage 
qui paraîtra prochainement : 

« Littré a peut-être un peu trop poussé vers 
la suppression d'un des deux l dans quelques- 
uns de ces mots; mais vDici qu'à l'heure pré- 
sente des linguistes, des professeurs réunis 
en commission pour réformer l'orthographe, 
nous demandent d'écrire : aîàjrc, aUgresse, aie- 
cher! 

» Pour juger la valeur de cette réforme, 
au point de vue de la diction, nous n'avons 
qu'à faire réciter la fable de La Fontaine : 
le Renard et le Corbeau, à un enfant de six 
ans; s'il dit exceptionnellement : 

"Maître Renard par l'odeur aléciik, 

nous lui ferons comprendre, le plus ai^^ément 
du mondé, que toute la saveuj:^de ce dernier 

uiyitized by VjOOQIC 



220 



mot vient ici du redoublement d% que c'est 
ce redoublement qui fait image ix)ur nos oreil- 
les, si' je puis m'exprimer ainsi; car, bien 
que ce mot allécher n'ait pas le verbe lé- 
cher comme étymologie, l'assonance a pris, 
ici, une telle force par l'habitude que nous 
ne pouvons entendre ce mot avec ses detix l 
sans voir le geste classique.de la gourman- 
dise I 

» Cette suppression de l'une des consonnes 
redoublées est la plus anodine des réformes dont 
nous sommes menacés; elle est, dans certains 
cas, il faut le reconnaître, assez logique et 
assez acceptable; aussi quelques écrivains émi- 
nents, bien qu'opposés à l'ensemble de ces 
réformes, se sont-ils résignés à accepter celle- 
là, soit pour trouver un terrain de conciliation, 
soit pour faire, comme on dit, la part du feu 
et nous épargner des pires folies. Et, pour- 
tant, là aussi, un peu de circonspection serait 
nécessaire. 

» Comment, par exemple, accepter qu*on 
écrive im ense pour immense f 

» Qu'est-ce que Ijiwi ensité des cieux? Que 
devient, avec cette suppression, ce vers de 
Hugo (« Promenades dans les rochers» : les 
Quatre Vents de V Esprit): 

» L'Océan, devant lui, se prolongeait, im en»e,..j 

dans lequel toute l'ampleur du rythme et de ' 
l'idée vient se résumer dans le redoublement 
des deux l: 

» L'Océan, devant lui, se prolongeait, IMMENSE..., 
» Comin^ Tespolr du juste aux portes du tombeau. 

» Je n'insiste pas sur le détail de ces ré- 
formes, tout en faisant observer que c'est là 
un sujet qui se rattache directement à l'art 
de dire, puisque les réformateurs ont cette 
prétention « d'écrire comme on parle » ! Il est 
évident qu'ils parlent souvent mal, ou qu'ils 
traitent les mots comme des chiffres, sans 
apercevoir la valeur d'expression qui s'y trouve 
renfermée. » 



Il me reste à vous parler des vires d'articu- 
lation, qu'on nomme plus communément dé- 
fauts de prononciation. 

Les principaux sont : 

Le bégayement, le chuintement, le blése- 
ment, le zézayement, le grasseyement. 

Ici, je dois vous faire un aveu! En dehors 
du grasseyement, dont je me suis toujours 
occupé, je me déclare assez incompétent au 
sujet des vices d'articulation. 

Je me trouve, aujourd'hui, dans la position 
d'un monsieur qui, remplaçant, un jour, le 
médecin de service dans un grand théâtre 
de Paris, fut appelé sur la scène pour un 
cas très grave. 

Il s'agissait d'un homme qui venait d'être 
éventré par un éléphant : c'est un de ces cas 



que les médeci;ns parisiens rencontrent assez 
rarement; mais cela se compliquait ici singru- 
lièrement, car le remplaçant n'était pas -même 
docteur, il en avait pris le privilège pour 
une soirée, afin d'assister à un spectacle. 

Jugez de son embarras 1 

11 n'avait pas non plus la ressource d'imi- 
ter ce faux médecin qui, dans une pièce du 
Palais-Royal, donne, pour se tirer d'affaire, une 
ordonnance où des lignes de points figurent 
le détail des médicaments. Le comique admi- 
rable de cette, comédie, c'est que le phar- 
macien, habitué à lire des écritures impos- 
sibles, trouve des mots sous les pomts et 
donne un médicament inquiétant 1 

Dans mon histoire, il ne pouvait pas être 
question d'ordonnance, comme pour une mi- 
graine ou une indigestiDn; il fallut prendre 
un parti. Notre docteur supposé dit froidement 
ces simples mots : 

— Portez cet homme à l'hôpital. 

C'est ce qu'il avait de mieux à faire, c'est 
ce que nous aurions tous fait, et c'est ainsi 
que je ferais sans doute, si une élève bè^ue 
venait me trouver (cela ne m'est jamais ar- 
rivé). Je l'enverrais, sinon à l'hôpital, du moins 
chez l'un 4^ ces spécialistes de l'orthophonie, 
qui sont, aujourd'hui, très forts sur ces ques- 
tions et qui guérissent admirablement tous 
les vices d'articulation, et je lui dirais : 

— Venez me revoir quand vous serez guérie. , 
Aussi ai- je été fort heureux de constater que 

parmi vous, mesdemoiselles, aucune articula- 
tion n'était assez défectueuse pour me faire 
regretter de n'avoir pas approfondi ces ques- 
tions; plusieurs d'entre vous peuvent avoir une 
certaine mollesse de prononciation, U|ne légère 
défectuosité dans l'articulation de Vs par exem- 
ple; mais ce sont défauts assez légers, qu'une 
discipline un peu sévère peut corriger avec 
la seule pratique de la bonne diction. 

Cependant, je vous dirai rapidement quel- 
ques mots des méthodes employées pour com- 
battre les défauts qui portent sur les consonnes 
c, «, z, Xy ;, g, ch. 

Le plus souvent, ces défauts (dans le blé- 
sement ou le zézayement par exemple) provien- 
nent de ce qu'on avance la langue entre les 
dents, au lieu de la maintenir en arrière, et 
de l'appuyer sur les dents. 

Comme ce défaut est moins marqué et moins 
fréquent sur le z que sur Vs, on peut conseiller 
aux personnes qui prononcent correctement 
la consonne z et mal la consonne «, de r n- 
placer, comme exercice, tous les « et " tis 
les c de la phrase suivante par des 

« L'assassin, sur son sein, suçait sc^ ig 
sans cesse. » 

Puis, on restitue peu à peu à la phi_ es 

vraies consonnes avec leur physionomf >r- 
recte. 

Je cueille encore pour vous, dans dei. es 

où l'on traite spécialement de ces matiè :s ^' 

quelques phrases absurdes et consac* u^i 

uiyiLizeu uy "^^-j v^ v^pt i^- 



constituent une sorte de gymnastique de la 
parole : 

c Cinq capucins portaient, sur leur sein» le 
seing du saint-père.» 

« Voici six chasseurs se séchant, sachant chas- 
ser sans chien. » 
Ou encore : 

— Combien ces six saucissons-ci? 

— C'est six sous, des six saucissons-ci î 
Ou, si vous préférez un exercice plus déve- 
loppé : 

Cinq ou six oiflciers gascons, 
Passant; certain soir, à Soissons, 
Nardiaodèrent des saucissons. 
< Combien ces cinq saucissons i >» 
c A vingt sous, c*est cent sous. > 
« C'est cent sous, ces cinq saucissons ? » 

Je ne vous reconmiande pas cela au p|oint 
de vue littéraire; mais il n'y a pas mieux 
comme travail d'articulation 1 



J'arrive au grasseyement, qui consiste à émet- 
tre la lettre r au fond de la gorge, au lieu 
de rarticulcr par le bout de la langue, et dont 
I on peut dire que c'est le remplacement d'une 
I consonne par une voyelle. 
! Ce défaut, j'ai le /egret de vous le dire, 
! mesdemoiselles, vous l'avez toutes, ou à peu 
[ près; il est plus ou moins apparent, suivant 
la force que vous donnez à la lettre r; il 
reste caché, pour beaucoup d'entre vous, dans 
la douceur de la conversation ; mais il éclatera 
dès que vous donnerez une plus grande inten- 
sité à l'articulation, par exemple dans une 
phrase où se manifestera quelque impatience, 
comme celle-ci : 

— Raoul me fait vraiment trop attendre : 
S'il revient par le premier train, priez-le de 
me rapporter le renseignement promis. 

Ou encore, lorsque vous parlerez à une per- 
sonne très éloignée de vous et qu'il vous 
faudra élever la voix : 

— Au revoir, Rosel ^ 
Vous entendez ce raclement renouvelé et 

vous voyez que c'est on ne peut plus vilain. 

Eh .bien ! ce défaut, je le connais très bien, 
je le déplore, je pourrai vous donner les 
moyens de vous en débarrasser, et, cependant, 
je ne sais pas si je n'aurai pas, pour lui, une 
lâcl aplaisance, et si je ne me conten- 

ter: i de le dissimuler en vous au lieu 
de étruire complètement. 

i ;uet, par la faute des Parisiens surtout, 
ave ».le, il est tellement passé dans l'usage 
de _angue que, pour remonter le courant, 
il f drait l'attaquer chez les enfants, dès leurs 

Ipre ières lectures; il faudrait, pour cela, la 
cot >oration de la famille, des instituteurs, des 
Prc s maîtres, et comme l'école, la famille 
« iversité, tout grasseyé à la fois et à 

. «pli uueux mieux, je vois bien qu'il nV a 
feiic - • • 



221 

Chez le professeur, le conférencier, le pré- 
dicateur, le comédien, l'orateur politique, l'a- 
votât, ce défaut atténue toujours, toujours; si 
peu que ce soit, la netteté, la force, le charme, 
la légèreté, la gaieté, toutes les qualités d'ex- 
pression. 

Cependant, aujourd'hui, personne ne songe 
plus à s'indigner du grasseyement, et des maî- 
tres éminents : MM. Hatzfeld et Darmesteter, 
semblent lui avoir donné définitivement droit 
de cité, quand ils disent, dans leur Dictionnaire 
Général de la Langue Française: 

' « Quand la pointe de la langue vient s'ap- 
» puyer contre les alvéoles, elle produit, en 
» roulant, Vr roulé ou alvéolaire, prononcé en- 
» core dans certaines provinces et sur la scène. 
» L'r roulé a été remplacé à Paris, au dix- 
» septième siècle, par l'r palatal. » 

B palatal est une désignation trop pofie; 
je préférerais qu'on l'appelât r guttural, d'un 
nom beaucoup plus vrai, et moins flatteur! 
£n effet, l'r dit palatal serait encore admis- 
sible, s'il était possible de le jmaintenir dans 
le palais; mais l'inconvénient de cette lettre, 
ainsi émise, est précisément qu'elle recule au 
moindre effort dans l'arrière-gorge, comme je 
l'ai montré dans les cas que j'ai cités plus 
haut! 

On nous dit que c'est au dix-septième siècle 
que l'r s'est transformé à Paris. 

Vers 1670, dans le Bourgeois GentilhommCj 
Molière nous donnait encore la définition de 
l'r roulé ou vibré : 

« L'r se prononce, dit le maître de philo- 
» Sophie, en portant le bout de la langue jus- 
» qu'à la hauteur du palais, de telle sorte qu'é- 
» tant frôlé par l'air qui sort avec force, il 
» lui cède et revient toujours au même endroit, • 
» faisant une manière de tremblement : ri, ra. » 

C'est là ce que nous appelons, aujourd'hui, 
la vibration! 

Vous savez que cette malheureuse lettre a 
subi, sous la Révolution, une crise assez fâ- 
cheuse. Pour mettre tout le monde d'accord, 
sans doute, les incroyables, qui furent les snobs 
de l'époque, n'avaient rien trouvé de mieux 
que de la supprimer radicalement : 

« Les inc'oyables ju'aient su' leu' pa'ole 
» d'honneu* que leu' p'ononciation était la 
» seule bonne. » 

Nous constatons, quelquefois, cette suppres- 
sion de l'r chez les Anglais qui parlent no- 
tre iangue; c'est l'un des défauts qui sub- 
sistent longtemps chez ceux qui parlent le 
mieux le français. 

Lorsque l'r se trouve placé après une voyelle 
et avant une consonne, les Anglais le sup- 
priment entièrement. Cependant, si la vibra- 
tion est la seule prononciation reconmiandable 
pour la lettre r, pourquoi ne pas l'imposer, 
sans restriction, à tous ceux qui tentent de 
bien lire ou de bien dire? y^~> j 

uiyiLizeu oy vJïOOy Ld 



222 



C'est que, si el^ s'acquiert sans trop de 
difficulté, on ne la porte que très difficilement 
à sa perfection, et que la vibration imparfaite 
est plus gênante encore que le grasseyement. 

Quand je dis, avec une vibration imparfaite, 
l'exemple que j'ai cité, j'obtiens quelque chose 
d'à peu près semblable à ceci : 

— Raoul me fait vraiment trop attendre, etc. 

Vous voyez comme cela devient lourd et af- 
fecté, et conventionnel! 

Il faut que, cet r, je le prononce, comme 
dans certaines provinces, avec l'extrémité de 
la langue, mais, pour ainsi dire, sans que 
je le sache, et sans qu'on y prenne garde; 
car c'est une erreur de croire que la vi- 
bration ôte le naturel; la bonne, la parfaite vi- 
bration n'apporte que des qualités; c'est la 
%iauvaise vibration, la vibration imparfaite, 
qui seule nuit au naturel 1 

Mon maître Régnier a eu mille fois raison 
de dire : 

« Ce n'est pas à demi, c'est complètement 
» qu'il faut triompher du grasseyement, car 
» il ne donne pas le naturel, il ôte l'énergie; 
» il imprime en outre, à la diction, un accent 
» pauvre et vulgaire, destructif de tout ce 
» qui est style ou poésie. » 

Je vais vous dire les méthodes par lesquelles 
on peut acquérir la vibration; si vous avez 
assez de volonté ou de souplesse verbale pour 
la rendre parfaite, votre diction en prendra 
plus de clarté, plus de légèreté, plus de dis- 
tinction, plus d'énergie. 

Sinon, vos efforts n'auront pas été complè- 
tement perdus, car, même en renonçant à 
vous servir d'une articulation trop imparfaite, 
vous aurez fortifié les autres consonnes, et, 
peut-être, dans le grasseyement lui-même, au- 
rez-vous habitué votre langue à se retirer un 
peu moins en arrière et à y porter la voix 
avec ellel 

Et puis, ces exercices profiteront à celles 
d'entre vous qui voudraient se Uvrer à l'étude 
du chant; c'est là, en effet, que se trouve 
le dernier refuge de la vibration. Je ne sais 
comment Garât prononçait les paroles de ses 
romances, lui qui fut le plus délicieux des 
chanteurs et le plus ridicule des incroyables 1 

Disait-il, dans la célèbre romance qu'il nous 
a laissée : 

Oh 1 ga'dez-vous de me gué'i', 
J'aime mon mal, j'en veux mou'i' ? 

Je l'ignore; mais, fort heureusement, s'il 
chantait ainsi, la tradition s'en est perdue, 
et, aujourd'hui, la vibration est absolument 
exigée chez les chanteurs 1 En musique, le gras- 
seyement est odieux I 

C'est l'illustre tragédien Talma qui nous a 
fourni la meilleure méthode pour combattre 
le grasseyement. 

Il avait remarqué que, 4ans Vr vibré, l'ex- 
trémité de la langue venait frapper les dents 
du haut, de la même manière que i>our l'arti- 
culation du t et du d. 



Il imagina de faire faire des exercices, assez 
lentement d'abord, puis de plus en plus ra- 
pidement, et avec force, sur les syllabes, te de^ 
té de, te de. 

Faites cet exercice très souvent, et chaque 
jour; et, lorsque l'extrémité de votre langue 
aura, par ce moyen, acquis une plus grande 
élasticité, faites précéder ces deux articulations 
de la lettre /; fte de, fie de, fie de. 

Enfin, pron3ncez, avec beaucoup de rapi- 
dité, fedon, fedon, et vous arriverez à dire, 
lourdement d'abord, mais en le vibrant, le 
mot- franc ! 

Vous n'avez plus qu'à faire, avec suite et 
volonté, des exercices variés pour assouplir 
la langue et donner ime extrême rapidité aux 
vibrations; 

Amenez successivement toutes les autres con- 
sonnes devant la lettre r en variant les voyel- 
les qui la suivent : hera^ heré, beri, ' hero, beru. 
Puis, supprimez l'e muet : &ra, bré, 6r», bro, 
bru. 

Attaquez Vr directement sans l'appui d'une 
autre consonne : ra, ré, ri, ro, ru. Prononcez 
sans relâche des mots difficiles conune traître, 
prêtre, des mots où Vr est doublé, comme tor- 
renty horreur, terreur. 

Dites et redites sans cesse les vers de Vol- 
taire qui sont un modèle d'exercice pour ap- 
prendre à vibrer : 

Oui, Mitrame, en secret Tordre émané du trône 
Remet entre tes bras Arsace à Babylone. 
Que la reine en ces lieux, brillants de sa splendeur, 
De son puissant génie imprime la grandeur. 
Quel art a pu former ces enceintes profondes 
Où TEuphrate égaré porte en tribut ses ondes, 
Ce temple, ces jardins... 

Pour en finir aujourd'hui avec ce sujet, je 
vous donnerai un conseil général, si vous vou- 
lez fortifier votre articulation. 

Travaillez les dents serrées, en vous effor- 
çant de prononcer les mots aussi nettement 
que si elles étaient libres, et pour ce travail 
avancez sensiblement les dents inférieures au- 
devant des dents supérieures. C'est là une 
méthode excellente que nous devons à mon 
illustre ami, le chanteur incomparable qui a 
nom J.-B. Faure. 

Quant au système employé par certains pro- 
fesseurs, et qui consiste à ouvrir la bouche 
d'une manière démesurée, je le crois, dans la 
plupart des cas, détestable! 

On articule avec les lèvres et non avec es 
joues, avec les dents et non avec la mâchoi e. 

En travaillant les dents serrées, on acqui at 
la légèreté et l'instantanéité qui sont pai ni 
les meilleures qualités de l'articulation; a^ ec 
l'autre système, on entretient soigneusemc it, 
au contraire, la lenteur et la lom-deur. 

Or, si la lenteur est un excellent proci lé 
de travail, elle n'est pas le but qu'on se propos t : 
le but est plutôt la rapidité ou l'instantanéi é. 

1. Bn$MONT. 



Digitized by 



Google 



2i3 



SéruF 



Samedi, 9 Féorier 



ENSEIGNEMENT MÉNAGER 

Cours de M»"* Louise ROUSSEAU 



LE BUDGET 

Il est impossible d'établir un budget qui 
convienne à tout le monde, puisqu'il varie sui- 
▼auit la position de chacun, le pays habité 
et le ncHnbre de personnes composant une 
famille. 

Pour établir un budget, il faut commencer 
par faire ses comptes afin de connaître son 
ratnu et ses besoins; puis, on répartit conve- 
nablement les dépenses, sacrifiant d'abord aux 
choses indispensables. 

Lorsqu'une jeun» fille se marie, elle est 
»nvent embarrassée dès le début, car elle 
ne dispose que d'un petit revenu, comparé à 
celui de ses parents; c'est i)ourquoi elle devra 
totit de suite faire son budget. Elle prendra, 
pour cela, un carnet, sur la première page 
duquel elle inscrira : !<> ce que gagne son 
mari; 2^ ce que rapporte sa dot, si elle en 



a une; 3o le revenu des biens que le ménage 
peut posséder; enfin, 40, ce que son travail rap- 
porte, si elle travaille. 

Sur l'autre page, elle inscrira toutes les dé- 
penses qu'elle pourra faire : pour le ménage, 
pour son mari et pour elle-même. De cette fa- 
çon, elle verra si elle peut arriver à tout payer 
avec ses recettes. Si les dépenses sont trop for- 
tes, elle'les réduira jusqu'à ce que la bailance 
soit établie. Il lui faudra réaliser quelques éco- 
nomies pour les besoins imprévus et impérieux. 

Le budget ne se modifie sous aucun prétexte, 
à moins d'une large augmentation de recettes. 
On doit être prudente, quand on entre en mé- 
nage. La famille n'est pas constituée et, bientôt, 
les dépenses augmenteront avec elle; il est 
donc bon de prendre, dès le début, des habi- 
tudes d'ordre, d'économie, et, pour cela, établir 
un budget et tenir des comptes. 



'Budgets à choisir: 3. 000 francs, 5, 000 francs, 8,000 francs, 12.000 francs de revenu. 



Premier budget établi à la leçon par M** Proust. 
(j* 6.000 francs pour Paris.) 

Dépenses 

Loyer, Impôts 745 fr. 

Soorrlture • . • , 2. 000 

Cbauffiige, éclairage* 300 * 

Entrelien 700 

Blanchissage 300 

Gai^ (foiBe de miwp, froUcnr) . . 400 

is de déplacement .... 310 

Tirs 250 

;fs (maladies) ....... 300 

QDBS 40 

nwx 30 

5.375 fr. 
-allât : 6.000 — 5.375 = 625 francs. 
Donc ,625 francs d'économie. 



J^ Deuxième budget établi par M"* Ross Caxon. 
(a* 10.000 francs pour Paris.) 

Dépetiites 

Loyer 1.200 fr. 

Impôts 120 

Nourriture (une bonne). ... 4.000 

' Chauffage, éclairage 350 

Entretien 800 

Blanchissage 350 

Déplacements 450 

Gages (domestique) (KK) 

Divers 500 

Plaisirs 500 

Etrennes 80 

Cadeaux 60 

9.010 

Résultat : 10.000 — 9.010 = 990 francs. 
Donc, 990 francs d'économie. 



Digitized by 



Google 



224 



Dans une prochaine leçon, nous indiquerons 
les livres nécessaires à la comptabilité d'une 
maîttesse de maison; aujourd'hui, je tiens en- 
core à vous parler d'une chose importante, bien 
qu'un peu délicate : 

DU TRAVAIL DE LA FEMME 

Dans certaines classes de la société les 'moins 
fortunées, mais non les moins intéressantes, il 
est parfaitement admis qu'une femme peut 
travailler. 

Mais, dans d'autres, dans ce qu'on est con- 
venu d'appeler le « monde », aucune femme 
n'oserait le faire. Non par crainte de déchoir, 
mais simplement par peur du ridicule et du 
mépris... Du mépris de qui, s'il vous plaît?... 
Des vaniteux, c'est-à-dire des sotsi 

En quoi, je vous prie, la femme parfaitement 
distinguée de cœur, d'esprit et de manières, 
sera-t-elle méprisable parce que son intelli- 
gence, son talent ou son adresse lui auront per- 
mis de venir en aide à son mari, à ses enfants ? 
Hélasl ces ridicules préjugés sont tellement 
ancrés dans la société que des institutrices, des 
artistes, des musiciennes de talent, ayant épousé, 
sans grande fortune, des hommes d'une posi- 
tion dite libérale : officiers, magistrats, méde- 
cins et avocats sans clientèle, sont obligées de 
supporter, et de laisser supporter aux leurs, une 
quasi-misère dorée, plus triste que la vraie mi- 
sère, parce qu'il est presque défendu à ces 
femmes-là d'employer leur talent et leur cou- 
rage à subvenir aux besoins de leurs enfants. 
Ce serait une déchéance. 

Ahl comme je l'aime et comme je la vénère, 
moi, cette déchéance, et comme je trouve mé- 
prisables tous les êtres « pseudo distingués » 
qui exercent leur stupide ironie contre les 
femmes qui travaillent. 

Pour vous convertir tout à fait, laissez-moi 
vous parler d'une de mes amies, qui avait 
épousé, avec une très petite dot, un capitaine 
n'ayant que sa solde. 

Au début du mariage, tout marcha bien; 
mais les enfants vinrent bientôt : quatre, deux 
garçons et deux filles. 

Il fallut les élever, et les bien élever. Les 
fils allèrent au lycée, tandis que leurs sœurs 
recevaient ailleurs une éducation soignée. 

Hélas! la solde d'un capitaine, puis d'un 



commandant, n'est pas très large pour faire 
vivre six personnes..., ayant à remplir des obU- : 
gâtions mondaines. 

Des deux fils Qes enfants n'ont pas tous 
la même intelligence), un seul réussit; l'autre 
resta presque à chargée aux siens, et les filles, i 
sans dot, ne trouvèrent point à se marier... 
La gêne augmenta, car elle régnait déjà de- 
puis longtemps dans la maison. 

La mère avait, pourtant, du talent, beaucoup 
de talent, même; c'était une excellente musi- 
cienne qui eût pu donner des leçons bien 
rétribuées; ses filles pareilfement. A elles trois, 
elles auraient, sans doute, chassé la misère 
et même réalisé des économies; mais le «pré> 
jugé» était là... Impossible! 

Hélas 1 le père mourut subitement. C'est alore 
qu'elles furent bien forcées de le mépriser, ce 
stupide préjugé, dont elles connaissaient de- 
puis longtemps toute la cruauté. Elles travail- 
lèrent... enfin, mais dans quelles conditions! 

Même chose se produit journellement pour 
les veuves d'avocats, de médecins. Ou\tc2 
une gazette médicale, n'importé laquelle, et 
vous verrez bon nombre d'annonces de ce 
genre s'étaler à la dernière page du journal : 

« Veuve de médecin, cinquante ans, demande 
situation : garderait et soignerait malades, ou 
enfants arriérés; tiendrait maison, etc. Très 
pressé. » 

Quelle détresse se cache, hélasl dans ce 
« très pressé » ! 

Beaucoup pensent comme moi, j'en suis cer- 
taine; mais voilà : les femmes, ces êtres de 
toute bonté, sont souvent braves dans le mal- 
heur et devant le danger, mais lâches en 
face de l'opinion d'une vaniteuse ou d'un sot... 

C'est dommage 1 

LOliîSE HOUSSEAV. 

EXERCICE PRATIQUE 

Les élèves ont établi différents budgets, en 
tenant compte du revenu, des obligations créées 
par la position, le pa^'s et le nombre de 
personnes composant la famille. 

DEVOIR 

C'est le devoir que nous donnons à toutes 
nos abonnées. 



Mme Laurent Bourget, M. de Mouscardy et 
Mme Louise Rousseau se mettent à la dispo- 
sition des élèves de province pour corriger 
les ^devoirs qu'on désirerait leur envoyer. Les 
élèves pourront demander à l'Université des 
Annales, 51, rue Saint-Georges : 

Le Carnet-Correction contenant douze bons, 
au prix de cinq francs, ou : 

Le Carnet-Correction contenant quatre bons, 
au prix de deux francs. 

Il suffira de détacher un des bons de ce 



Carnet et de le coller au devoir pour avoir 
droit à la correction du devoir envoyé. 

Frais de retour à la charge de l'élève. 

L'élève a le droit de choisir la correction 
du devoir qui lui plaira, c'est-à-dire qu'elle 
n'est pas tenue de faire corriger chacun de 
ses devoirs. C'est une facilité que nous of- 
frons, et non une obligation que nous im- 
posons et nous souhaitons que les explica- 
tions de nos cours soient si claires que ''ilève 
puisse se passer de toute correction. 



Imprimerie des Annales, 5i, rue St-Georges, Parie 



L'împrimeur-gérant : Vinsona r 



Digitized by 



Google 



JOURHflL DE L'UniVERSITÉ 



I 1" ANNÉE — N* 5 



des " Annales " 



27 février 1907 



Les Cinq à Six Littéraires 



SétUA 



L'AMOUR DES HUMBLES 

Conférence de M~ SÉVERINE 

Avec le ooacoun de : 

M*** Sylvbkine ; de M"* Hélène Siiibain, de TOpéra- 

Comiquc ; 
et des poètes berrichons Hugues Lapai re et Gabriel 

NlGOKD. 

La conférence de M™« Séverine était attendue 
avec une vive impatience. On savait que per- 
sonne mieux qu'elle ne pouvait parler des 
humbles, ayant passé sa vie à faire du bien, 
à défendre la cause de ceux qui souffrent. 
' Elle a écrit certaines pages admirables, qu'on 
ne peut oublier, dans lesquelles, avec une émo- 
tion où se mêle de la colère, elle jaconte sa 
descente dans la mine «au pays noir». 

Le grisou venait de faire d'innombrables 
victimes; elle accourt sur les lieux du 
désastre, elle console les femmes, les en- 
fants, organise les secours, mais ne perd 
point son temps en lamentations vaines. Il 
faut de l'argent pour que ces veuves et ces 
pauvres orphelins aient du pain. Cette idée 
tenaille son cerveau, bouleverse son cœur, 
pandit son courage. Malgré l'horreur que lui 
inspirent les ténèbres, elle descend bravement 
dans le puits qui fume, que le grisou guette, et, 
à peine remrntée des enfers, — de ces tombes 
vivantes où elle a frôlé tant de cadavres, — elle 
jett : sur lé papier un article frissonnant et 
len ible. qui secoua Paris. Le lendemain, qua- 
ran s mille fa'ancs tombaient dans sa bourse 
ôuv rte aux aimfiônes, et elle distribuait aux 
« ht nbles », aux désespérés, les sommes qu'elle 
ven it d'arracher à Témotion, à la pitié, à l'in- 
diffi "ïnce. 

savait aussi que Séverine était une ma- 
nièi de révolutionnaire, et cela piquait la 
niri -'té du public. 

Q ad Séveri.ne parut, on eût entendu une 
moi - voler. Elle monta sur l'estrade, et, 



Lundi, U Féorier 



MORALE 



tout de suite, la clarté de son merveilleux 
regard, le charme de ses cheveux blancs pou- 
drés à frimas, et surtout la douceur exquise 
de sa voix, — une voix pénétrée, qui émeut, 
et domine, une voix d'apôtre, tendre et souple; 
caressante, — conquirent le public. 

Ah! que, pendant ui\e heure, on aima les 
humbles, avec un cœur ému et des yeux un 
peu brouillés. Ce fut exquis. Mme Séverine parle 
d'abondance; elle marche, tout en causant; 
parfois, elle cherche le mot, et son beau sou- 
rire, la vivacité de ses yeux, tout pressentir 
celui qu'elle va trouver, et qui est toujours 
imagé, pittoresque ou juste. Elle avait eu la 
bonne idée d'amener deux poètes du pays 
de George Sand : MM. Gabriel Nigond et Hu- 
gues Lapaire, qui ont fort contribué au succès 
de cette séance. Nos lecteurs jugeront eux- 
mêmes du mérite des vers que nous publions 
plus loin; mais ce que, malheureusement, ils 
n'auront pas, c'est l'accent, la vérité, la saveur, 
le goût du terroir, que les auteurs ont im- 
primés aux pièces qu'ils récitèrent. 

Le réalisme, quand il prend couleur de poé^ 
sie, a un bien grand charme. MM. Nigond 
et Lapaire sont de grands poètes. 

Pour terminer la séance, MJle Sirbain chanta, 
avec une sensibilité et une voix délicieuses, 
le Couteau, de Botrel, que les Annales ont 
pubHé le 21 octobre 1906, et deux autres 
morceaux très goûtés. 

Il m'est doux de remercier ici Mm* Séverine, 
pour laquelle j'ai une véritable admiration, e; 
ses aimables amis, et je laisse la place à 
mon excellent collaborateur, M. Pujet, qui a 
noté cette conférence, et va vous en rendre 
la couleur... Il n'y manquera que la voix, 
cette charmante voix de Mme Séverine. 



\ryta. — I.o recueil do Huiri]f>«( Linaire s'aM|>aIle in }'i ni 
de Cialcrne. éiHlt" chez Civpia-Lrbloncl. û Moulins. 

Le recueil de Gabriel Nigond s'appelle Conli's de la l.imun' 
sine, édité chez Stock. 



Digitized by 



Google 



226 

Mesdemoiselles 

et (permettez-moi de vous appeler ainsi) mes 
.chères enfants, 

Je suis venue ici, aujourd'hui, sur la de- 
mande d'une personne à qui l'on ne résiste 
pas, parce qu'elle est la bonté et la grâce 
mêmes. 

Mais j'éprouve quelque appréhension. Jus- 
qu'ici, l'on a traité devant vous des sujets 
précis, tandis que j'arrive pour vous parler 
d'un sentiment, chose que l'on n'apprend pas, 
chose difficile à dépeindre et à faire parta- 
ger. 

Nous allons nous entretenir de V Amour des 
Humbles, Mais, d'abord, que signifie ce mot, 
les humbles? 



Un humble, ce n'est pas forcément un in- 
digent, un pauvre. Ce n'est point des «misé- 
rables » qu'il sera question. Ici, je songe à la 
malice humaine et à la malice féminine, que 
j'ai quelquefois pratiquée. En voyant le titre 
de cette causerie, certains ou certaines ont 
dit peut-être: «Ah oui! Séverine!... Elle va en- 
core une fois bêler sur la misère humaine!... » 
Eh bien non! nous n'allons pas nous attarder 
aux souffrances des malheureux; nous par- 
lerons * des humbles, tout simplement. 

Un humble, c'est, semble-t-il, un être humilié; 
ce n'est pas tout à fait le pauvre et ce n'est 
pas le riche. Les humbles composent la classe 
intermédiaire des gens qui n'ont point d'ar- 
gent et qui doivent accepter, subir, des be- 
sognes pénibles. L'humble est quelqu'un qui 
travaille pour manger, mange pour vivre et 
vit pour travailler. 

Ah! la masse des humbles, masse terne 
et triste! Ils ne sont point les révoltés pour 
qui j'ai, peut-être, quelque prédilection. Ils 
acceptent la vie telle qu'elle vient. Ils ne 

^ pensent qu'au pain quotidien. Et si l'exis- 
tence est dure, ils la subissent sans colère. 

^ Leur âme est comme une étoffe déteinte par 
le soleil ou par la pluie. Ils vivent dans 

1 la grisaille... (Applaudissements.) 



Il y a, d'abord, les humbles des villes : 
l'ouvrier, le commis, le petit employé, l'ins- 
tituteur enfin qui, contre un modique salaire, 

I éclaire l'esprit des enfants. Ils sont les arai- 
gnées diligentes, qui tissent la trame où d'au- 
tres mettront les couleurs brillantes... 11 y 
a les petites modistes, les petites brodeuses, 

Mes filles pauvres, les femmes qui furent du 
monde et que le malheur a déclassées... Voilà 






des humbles pour qui l'on n'aura jamais trop 
de pitié ni dé tendresse fraternelle. 

Mais comment les aimer? 

Ce n'est pas toujours une chose commode : 
car l'atavisme, l'éducation, certaines délica. 
tesses s'y opposent. Les humbles, hélas! se 
' plaisent aux chromolithographies, aux re- 
frains des romances bçtes. Pourquoi aime- 
raient-ils autre chose? On ne le leur a pas 
appris. Orâce aux « Universités Populaires », 
ils commencent à s'intéresser aux belles choses 
et à les comprendre; mais ce n'est qu'une 
minorité. 11 y a encore presque tout à faire 
pour éduquer le peuple et développer eh lui 
l'idéal. (Applaudissements.) 

Et la demeure des humbles!... Vous péné- 
trez dans un intérieur où tout esi gris, où 
tout est laid. L'homme est souvent grossier, 
la femme peu soignée, les enfants mal te- 
nus. Il faut arriver, à force de philosophie 
souriante, à comprendre et à excuser. On n'y 
voit guère dans l'escalier : on bute en mon- 
tant, on bute en descendant. Dans l'unique 
pièce, qui n'est pas jolie, il y a pourtant de 
bons yeux qui vous regardent; et vous en- 
tendez des voix souvent tendres et prenantes. 
Ayez la main qui se tend; sachez trouver 
le mot qui va au cœur. Le cœur des humbles 
se donne... Finie, leur défiance instinctive! 
Un grand élan les pousse vers ceux dont 
ils se sentent aimés. 

Il y a encore d'autres humbles. Ce sont 
les étudiants laborieux et pauvres, plongés 
dans leurs Uvres et qui vivent d'espoir, d'es- 
poir lointain... Peut-être seront-ils, un jour, 
des Pasteur ou des Renan! Je connais, du 
côté de la Glacière, toute une colonie d'étu- 
diants et d'étudiantes russes. Us sont tout 
entiers à la science. Grande ' est leur pureté 
morale! Ils n'admettraient pas la pitié; mais 
leur porte est ouverte à qui vient vers eux 
fraternellement. Ils souhaitent pour leur pays 
un peu de la liberté qui existe chez nous; en 
leur âme fleurit le culte de toutes les libertés... 
Certes, vous verrez là des jeunes filles point 
belles, maigres, mal fagotées... Mais elles 
iront avec ardeur soigner des inalheureux, 
pariager des misères; elles ont l'esprit d'hé- 
roïsme et de sacrifice. 

Mais je m'en voudrais d'attrister, par 
propos trop sévères, la charmante jeune 
qui m'écoute. Je vais laisser la parole à 
poète qui a raconté, en vers émus, la 
des humbles. M^e Sylvérine, ma filleule, 
évoquer devant vous quelques-ians des pet 
tableaux où Coppée a mis son talent et p 
cœur. (Vifs applaudissements. ) 

Mlle Sylvérine, très gracieuse, lit, avec b-" 
Digitized by LjOOQIC 



217 



coup de chaleur juvénile, ces trois morceaux 
nvement applaudis : 

LES PIOUPIOUS 

Gomme le champ de foire est désert, la baraque 
?i'est pas ouverte, et, sur son perchoir, le macaque 
Cligne ses yeux méchants et grignote une noix, 
Entre la grosse caisse et le chapeau chinois ; 
Et deux bons paysans sont là, bouche béante, 
Devant la toile peinte où Ton voit la géante, 
Telle qu'elle a paru jadis devant les Cours, 
Soulevant décemment ses jupons un peu courts 
Pour qu'on ne puisse pas supposer qu'elle triche, 
Et montrant son mollet à l'empereur d'Autriche. 

Vous en rirez, mais j'ai toujours trouvé touchants 
Ces couples de pioupious qui s'en vont par les champs, 
Côte à côte, éplucbant Técorce de baguettes 
Qu'ils prirent aux bosquets des prochaines guin- 

[guettes. 
Je Tois le sous-préfet présidant le bureau, 
Le paysan qui tire un mauvais numéro *, 
Les rubans au chapeau, le sac sur les épaules, 
Et les adieux naïfs, le soir, auprès des saules, 
A celle qui promet de ne pas oublier. 
En s'essuyant les yeux avec son tablier. 

n{A?iÇ07S COPPÈE. 

L'AIGUILLEUR 

Près du rail où, souvent, passe comme un éclair 
Le convoi furieux et son cheval de fer, 
Tranquille, l'aiguilleur vit dans sa maisonnette ; 
Par la fenéire on volt l'intérieur honnête, 
Tel qae le voyageur fiévreux doit l'envier. 
Gest la femme, parfois, qui se tient au levier, 
Portant sur un seul bras son enfant qui l'embrasse. 
Jetant un sifflement atroce, le train passe 
Devant Thumble logis qui tressaille au fracas. 
Et le petit enfant ne se dérange pas. 

TTiANÇOlS COPVÈE. 

LES CABARETS 

X'éles-voud pas jaloux en voyant attablés. 
Dans on gai cabaret, entre deux champs de blé. 
Les soirs d'été, des gens du peuple sous la treille -i 
iioi, devant ces amants se parlant à l'oreille, 
Et m^e ne gène pas le père, tout entier 
A d*un lapin que fait le gargotier, 

l>e ^. .ous ces dîneurs, gais de la nappe mise. 
Ce oueurs de bouchon en manches de chemise, 
Co \ satisfaits pour qui les dimanches sont courts, 
J'a ♦de porter du drap noir tous les jours. 

• TT{ATiÇOtS COPPÉE. 

'nudissements prolongés.) 

._ de voir, mes chères enfants, 

idc «- î-^lie façon Coppée a célébré les 

te — **i»7-moi un souvenir personnel 



C'était pendant le terrible hiver de 1891. On 
ne savait comment hospitaliser tous les gens 
dans la détresse. ^ On loua la piscine Ro- 
chechouart. Il y eut une ruée pareille à celle 
que Rochegrosse a représentée dans sa Jac- 
querie. On finit par avoir tout le nécessaire. 
Alors, quelqu'un s'avisa que, chez certains 
humbles (dont je parlais tout à l'heure), il 
y aurait quelque fierté respectable qui peut- 
être les empêcherait de montrer leur jnisère 
à la foule assemblée. A ceux-là, portant cha- 
peau haut de forme, habit noir et serviette, 
on dcmna le coin discret qu'il leur fallait. 
Comme on voulait remettre à l'un d'eux un 
habit neuf, il aperçut sur la cheminée un 
bouquet de violettes, il k prit et s'enfuit. Qui 
sait si l'on ne retrouvera pas quelque jour cet 
humble au Collège de France ou à la Sor- 
bonne... 

Je n'ai parlé, jusqu'ici, que des humbles 
de la capitale. Ceux-là ont encore de la chance: 
ils peuvent dormir dans une mauvaise man- 
sarde et parfois sur un banc. Ils ont l'ano- 
nymat, Paris, la grande errance... (Applau- 
dissements,) 



Maiâ il y a d'autres humbles, non moins 
chers à mon cœur. Ce sont les humbles de^ 
campagnes : maîtres d'école obscurs et labo- 
rieux, comme le Jean Coste de Lavergne, — 
vieux curés, aux maigres ressources, qui ne 
se mêlent point de politique et font aimer la 
religion, — bûcherons aux visages crevassés 
qui fînissent par ressembler aux souches qu'ils 
abattent. De telles gens ménagent de douces 
surprises au Parisien de naissance qui les 
observe. Sous ces peaux tannées et rugueuses; 
quelles admirables sensibilités! Quand, à la 
campagne, dans mon cher Valois, je cause 
par-dessus le mur avec la mère Clarisse, ma 
voisine, j'admire son l>on sens et son cœur; 
et je me dis qu'on serait bien fou de s'en- 
fermer en soi-même, alors que d'humbles 
femmes, en jupes de futaine, savent si bien 
vous parler de leurs tendresses de femmes 
ou de mères... 

Aussi ai-je désiré vous faire entendre deux 
poètes compatriotes de la grande George 
Sand, cette féministe au meilleur sens du 
mot. Hugues Lapaire et Gabriel Nigond ont 
bien compris, bien senti la poésie des champs 
et des villages, celle qui jaiUit des cheminées 
rustiques en flocons de fumée légère. (Vifs 
applaudissements.) 

Tour à tour, Hugues Lapaire et Gabriel Ni- 
gond récitent plusieurs pièces de leur compo- 
sition ; et ils recueillent les applaudissements en- 
thousiastes du publictJiLi^yu uy x^v^v^'^L^ 



128 

LE DÉPART DU CONSCRIT 

, l sons si ben vieux tous deux Ion pc 
Quo j' comptons pas sur la r'voyure, 
Mon pauv' Glaumin, c'est l)en râpé, 
y sons trop gobours, j'ons trop d'usure! 

Quand tu r'vlendras de fair' Ion temps, 
T*ai)prondras que j' sons dans la tousse. 
Tout près d' la vieille églis', dans r champ 
D' balais où l'herb' vit'ment repousse. 

Y disont qu' c'est un' gfand' vertu 
Que d' servir pour fair' des batailles? 
J' vendrais ben tout not* pauV gazut. 
Mon (jlaumin, pour pas qu' tu t'en ailles î 

Toi parti, nous v'ià sans beutier, 
Ton ptT' peut BUS m'ner la charrue 
Et faut des Ijras dans nol' métier. 
Moi, \a belle heur' que j' suis moulue ! 

r tons ben *M'v<^ du mieux qu j'ons pu; 
Tu sais lir' comm' tes camarades ; 
Su r calcul, tes ben entendu, 
(> pourra t'aider pour un grade! 

CT hiver, quand j' tourn*rai mon fusiau 
A crop'tons devant la bounn' flambe, 
J' pens'rai, pauv' gars, qu' tu tgèls la pîau. 
Puis au temps où j'étions ensemble ! 

Tu r'cevras pour les agilans 
Un panier d' pouimn's et d' la tribale. 
Ça t' rra patienter sur les rangs 
Kt ben voir de ta corporale ! 

T'ottbii' t'y ren? Song' ben à nous! 
Ecris-moi, quoique j' sais pas lire ; 
J' tiendrai ta lettr' sur mes deux g'noux 
Comm' toi tout p'tit quand tu v'iais rire î 

Allons, adieu, mon pauv* Glaumin. 
ilé ! Là ! Faut-y tant s' donner d' peine 
Pour fair' des gars, pour gagner 1' pain 
Quand l'àge et la loi vous les r'prennentî 
nUGVES LAPAmE. 
(Vifs applaudissements.) 

LES MINABLES 

Mri)ris(^z pas les galmaudis, 
Borm's gens, soyez-leur charilal)les ! 
Yen a qu' sont arié si bourdis, 
Si las, si Iristeii, si minables ! 

C'est llîiver qu'y tendent la main, 
Soye V manqu' d'ouvrage — ou d' courage, 
El qu'on les voit sur les grands ch'mins 
lieux famineux oiseaux d' passage. 

J'en voyons t'y, j en ons t'y vu 

\y ceux traîn'-savates, d' ceux pauvresses. 

Sous les avers's tout enfondus... 

C cnI r VHil d' sol air* qui les chosse 



Y traînoul des tas d' gaenlllous 

Qu'ont des can'zous qu'ont pus d' braguetti^ 
Et qui pleur'nt, parc' que, comm* des clous, 
Le froid perc' leurs peilt's menett^. 
Les homm's sont laids comm' des hiboux ; 

Y sentent l' faguenat du bouge, 

L' cuir des souliers crèv' sous l'artou, 
ï^a roupi' pend à leux nez rouges. 
I^s femm's endurent V pus d' tourments. 
Tout' s fi'edi lieuses, desseinc^4?s... 
A s' plaignotit pas. mais, des moments. 
Ails tombent dans l' fossé, glacées! 
(ionflez lours maigres carnassons, 
(iros éleveux, gentes fermières 1 
Lu bout d' pain d'arche et des chaussons 
A ceux enfants de courandières ! 
Ah ! donnez aux mains qui s' tendont ! 
Poussez f)as les barriaux d' vos iwrles 
JVvant la misère qu'en supporte... 
J' savons pas ça c' que j' deviendrons !... 
HUGUES lAPJlTJiE' 
(Vifs applaudissements,) 

LA NOURRICE 
J'aimais Millien le bricolin, 
N'étant encor que bricoHne. 
Qu'il fut tortin, qu'il fut malin t 
J'étais fraich' comme une égl^tine ! 

Lui, n'était guèr' chargé d'argent ; 
J'avais qu' mon cceur comme héritage ; 
C'est r seul vrai bien des pauvres gens, 
Mais ça n' sufflt fms en ijaénage ! 

Un p'tit gars, joli comme un jour. 
Si fin qu'un enfant du beau monde. 
Vint fair' rayoïuier notre amour 
Du rayonn'ment de sa tét' blonde. 

On donn* Son sang, quand on est gueux, 
Pour que chacun ait son écuelle. . . 
Or, comm' j'avais du lait pour deux, 
J' [)ris un p'tit riche à la mamelle. 
La nuit, j' veillais mes nourrissons. 
Et mon Millien, sans préférence, 
Leur fabriquait des boulassons 
En leur chantant des airs de France. 

J' los virounais sur mes genoux, 
Et c'était guère aisé qu'on d'vine 
Lequel des deux n'était pas d' nous 
Quand j' les serrais sur ma poitrine l 

On oubliait si volontiers, 
A les voir ronger des poir's chiches, 
Comm' des poussins, gratter 1' poussier, • 
Qu' l'un était pauvre et l'autre riche 1 

Mais, depuis, le temps a marché ; 
Le mi«i, qu'a pas suivi réoole, 
Comm* chartillon ou comm' porcher, 
De droite elj^,g|B(î^e,Jy1c^K^^e 



L'autre, orgueilleux et bien frusqué, 
Mène grand train, grand équipage l 
C'est un monsieur bien éduqué, 
S'étudiant dans son parlage... 

U n'a seurment jamais pensée 
En passant devant not' chaumière, 
A la Tieiir qui l'a caressé, 
Choyé dans son enfanc* première! 

Je m' dis cotom* ça qu'il n'a pa§ r temps 
De songer à ces amlUances ; 
Que c'est bon pour les pauvres gens 
De ragnacer des souvenances!... 

Mais, lorsque ayant trimé son soûl, 
On s' voit chassé d* sa métairie, 
Forcé d'aller quêter des sous 
Et mendier le pain d' la mairie... 

Quand on n' se sent plus bon à ren, 
Qu'on est tombé dans la débine, 
Que la vieilless' vous card' les reins, 
Qu'on n'a plus d' feu dans sa cassine... 
Alors, j' dis qu' la Fraternité, 
Ceir qui vous tendit ses mamelles, 
Devrait, parfois, avec bonté. 
Vous faire asseoir sur la bancelle, 
L'humble banceU' de la maison 
Où songe la vieille nourrice 
En regardant les horizons, 
Le soir, quand les coteaux pâlissent... 
y dis qu' ça serait une charité 
D'aimer ceux que Ton sacrifie. 
Après avoir puisé la vie 
Aux sources de leur pauvreté ! 

TfUGUES LAPAT1{E. 

(Applaudissements prolongés,) 

FAUT BEN DURER! 

• Ah î bien l' bonsoir, la mèr' Mad'leine ! 
Comment! Vous travaillez encor! 
Sincèrement, vous avez tort. 
Vous prenez beaucoup trop de peine. »► 
•r Vous parlez d'or, monsieur V curé; 
C'est vrai qu'à c't' he^ir', me vlà vif lasse. 
Mais qui qu' nourrirait ma carcasse? 
Quéqu' vous voulez, faut ben durer! 
» Pis r travail, c'est souvent mon tour 
Pasque j' sons d' si vleill's connais^îam-csi 
C'est la vi', ra ! On a toujours 
Pus d* déplaisi' que d' n'-jouissance,.. 
Tout' petit', chez un grous farmicr, 
J' taillais la soup\ j' gardais les bètes, 
J' déchargeais des charroués d' fumier ; 
J'en avais des chos' dans la tète ! 
J' marchais tout comme un enfant d' troupe, 
r savais pus su' que pied virer; 
L' souer, ej' tombais l'nez dans ma soupe... 
Quéqu' vous voulez, faut bec durer I 



229 

» Un jour, t'nez ! que j' gardais mes ouailles 

Tout en virounant mon p'ioton, 

Vlà un fort loup, d'un met' de Uille, 

Qui s'ensauve avec un mouton. 

J' saut' dessus pour pas qu'y l'emporte, 

Y court, ej' gliss' su' un cotret, 

J' tomb', j'ai i' musiau tout déchiré... 

En rentrant, on m' fiche à la porte... 

Quéqu' vous voulez, faut ben durer! 

1» Et pus tard, quand j' me seus mariée, 
J' savais seul'ment pas c' que j' faisais : 
Qui t'y qui m'aurait conseillée i 
D'ailleurs, y m' plaisait...,' j'y plaisais. 
Sûr que j'en ai pas d'arpentance 
Et j'aurais pu charcher en vain. 
Pendant tout l' long d' moun existence. 
Un meilleur boum' que mon Sylvain ! 
J'étions tous deux durs à la peine, 
J' commencions à nous en tirer... 
Un' nuit, V feu brûl' tout not' domaine... 
Quéqu' vous voulez, faut ben durer! 

» Quand!' malheur rentr' dans eun' chaumière, 

C'est pas la pein' de 1' suppellier. 

Mon boum' prit 1' chemin du ceum'tière, 

Y fut tué d'un coup, par derrière, 
En abattant un peupellier! 

A vingt-cinq^ ans, me v'ià donc veuve. 
Seule au monde avec mon p'tit gas. 
PauV p'tit drôle ! Y compernait pas, 

V riait davouère eun' casquett' neuve... 
L' souer, je m' pris à m' désespérer, 

J' parlais d' me fiche à la rivière, 

Quand le p'tit m* dit : «J'ai faim, ma mère! » 

Quéqu' vous voulez, faut ben durer ! 

« Enfin, j' rél'vai sans trop d' misère; 
C'était un bon gas, si gentil... 
Un matin, v'ià qu'on pari' de guerre, 
L' souer y m'embrass'..., le vlà parti ! 
Pis, dix mois sans ren entendr' dire... 
Je m' sentais l'esprit tourner fou. 
Un'lettr', j'y 'aurais ben fait écrire. 
Mais y'envoyer, savoir là où? 
Et pis, pour nous aut's, on est chiche, 
C'est du pauv' mond', du mond' de ren ; 
I^es nouvell's, c'est bon pour les riches. 
Nous aut's, faut qu'on crèv' ed' chagrin. 
Seul'ment, »;a d'vine, el' coeur d'un' mère 
Et j' sentais ben 1' mien chavirer; 
J" iwuvais pus m' forger des chimères... 
Quéqu* vous voulez, faut ben durer! 

» Un souer, on frapp', j'ouV tout en peine. 

C'était Michel, el' scieur de long. 

" C'est eun' letl', qu'y fait, mèr' Mad'leine, 

» C'est arrivé par un ballon. » 

Moue, j' prends c'te lett'. sans ren y dire ; 

Alors y r'prend : « Y a ben moyen ; 

» Si vous voulez, j' vas vous la lire. 

« :ion, non, que j' fais, j' vous r'marcl' ben ! » 



23o 



J'avais ben d'viné tout' l'affaire, 
L'air m'apprenait ben la chanson, 
J' savais qu' j'étais seul* su' la terre 
Et qu'y m'avlont tué mon garçon. 

» C'est seul'ment au bout d'une année 
Qu'y m'ont r'mis tous ses pauv's effets, 
Son gilet d' iain' qu' j'y arais fait, 
Pis sa croix, qu'est su' la ch'mlnée. 
Seul'ment pour lui, monsieur V curé, 
J'ai jamais connu qu' du mystère. 
J' sais môm' pias s'y l'ont mis en terre... 
Quéqu' vous voulez, faut ben durer! » 

(Applaudissements prolongés. Bis,) 

M. Nigond redit deux pièces, que nous 
donnerons plus tard. 

On vient de vous peindre les humbles dans 
un langage gai et tendre. Ceux qui savent 
manier la rime réussissent mieux que les au- 
tres à montrer toute la poésie et aussi toute 
rironie contenues dans ces âmes simples. La 
campagne (où les guêtres blanches et les 
chapeaux en parterre ne sont point à leur 
place) est, par excçllence, le hiilieu des 
humbles. Tous y trouvent le cadre qui leur 
convient : y compris les bêtes qu'on a si 
justement appelées « nos frères inférieurs »; 
les bêtes qu'il faut aimer pour leur labeur et 
leur dévouement; les bêtes dont Pâme enfan- 
tine est restée naïve et bonne... 

Aimez les humbles, mes chères enfants! 
Un peu de bonté leur donne tant de réconfort! 
Un peu de sympathie suffit à panser tant de 
blessures... (Applaudissements,) 

A ce propos, laissez-moi vous lire quelques 
vers d'un jeune écrivain, dont le talent mérite 
d'être connu : c'est Jeanne Sienkiewicz : 

AMOR ^ 

Je livrerai mon cœur et mon àmo en pâture 
Aux affamés d'amour, pleurant sur mon chemin, 
Kt sur chaque douleur et sur chaque blessure 
Jo répandrai mon cœur trop pesant et trop plein. 

J'étancherai la soif des lèvres altérées, 
Jo baiserai les pieds saignants et poussiéreux, 
Je prendrai dans mes mains les têtes inclinées 
Et mes lùvres boiront les larmes de leurs yeux... 

J'ouvrirai les deux bras : ITïumanité, que j'aime, 
Toute l'Humanité tombera sur mon cœur, 
Kt moi, je l'étreindrai d'une étreinte suprême, 
Pour absorber en moi son immense douleur! 

Jo sens déjà, je sens les blessures cuisantes 
Des corps meurtris saigner sur mon corps palpitant, 
Kt, dans mon cœur, j'entends monter, en grandissant. 
De tous les cœurs brisés la plainte déchirante... 

JEAjyi?tE SJETrKTEJnCZ. 



On ne retrouve pas partout, dans les œuvres 
des femmes-poètes de notre temps, la même 
inspiration laigement htunaine. Ainsi, une 
jeune fille, admirablement douée pour les vers, 
et que la Vie Heureuse a eu cent fois raison 
de couronner, MH^ André Corthis, auteur de 
Gemmes et Moires, parle des humbles avec 
une froideur qui étonne : 

REPAS DU I^OIR 

Quand, d'avoir lu beaucoup, nos yeux seront pesants, 
Quand nous n'en pourrons plus de nos fines détresses, 
Pour fuir un peu de nous dans de grandes simplesses 
Alors, nous irons voir manger les paysans. 

Sur les chemins boueux par où nous passerons, 
Ils laissent à la nuit leur fenêtre qui bâille ; 
Le long des volets dont se disjoint la ferraille 
Sous les chiffons pendus tournent des liserons. 

Ils sont assis, point très nombreux, par deux ou trois; 
La lampe nue éclaire trop la laide table. 
On perçoit à côté le choc lent, dans retable. 
Des mufles tâtonnant la mangeoire de bois. * 

Chaque face apparaît, stupide du repos, 
Par taches immobilement vives ou noires : 
Et seul le remûment paisible des mâchoires 
Fait s*agiter quelque reflet entre leurs os. 

Ils mangent. Au clocher, trois coups sonnent un glas: 
Ils mangent, tout emplis de gaîtés taciturnes. 
Sans gestes... Et le vol fou des mouches nocturnes 
Danse et meurt autour d'eux sur la lampe et les plab. 

Les voir, et puis guérir de nous I... Crois-tu cela? 
Et ne crahis-tu d'aimer» avec plus de tendresse. 
Toute la vanité de nos délicatesses 
Depuis que Tâme de ces simples nous paria ? 

ATfDK^ coKnns, 

Ce sont là de très beaux vers, d'une forme 
achevée. Mais combien je préfère ceux-d, 
écrits, du reste, par une aristocrate (la com- 
tesse Mathieu de Noailles) : . 

LES CAMPAGNES 

Des champs de blé trop lourd, dos champs de sainfoin 
La betterave aussi et les choux vifs sont là, [rose. 
Le. bourg,^ le cimetière où le corps se repose 
Kt la colline bleue au bout de tout cela... 

~ Ah! les êtres humains dans l'air et la bi . 
Battus par l'âpre pluie, et du vent essuyés. 
Qui, dans la terre sèche ou sa molle mouillu 
Vont chaque jour, traînant leurs âmes et leur:: nis. 

donneuse de pain, do vin, de fruits, de pai 

Terre où l'homme est courbé des mains et des t. ux. 

Cœur des plaines, ouvert d'une innombrable e lie. 

Lamentable infini des champs verts, des chaïF*' ox , 



uiyiLizeu uy x^-jv^v^ 



ô" 



23] 



Route longue qui suit des fossés et des ronces, 
Petite église avec quelques maisons autour, 
Chemins lourds et creusés où la charratto enfonce, . 
Cloche qui sonne un peu pour la mort ou l'amour, 

pauvreté profonde et chaste des campagnes ! 
Fatigue des corps las qui se couchent le soir, 
Slence de la vie aride qu'accompagnent 
Le ^flement des faux et le bruit des pressoirs... 

— Mon Âme, voyez-les, ces marins de la terre. 
Dans la houle des blés soulevés ce matin, 

Et que votre bonté aille vers ce mystère, 

Vous qui ne connaissez des cbamps que les jardins. 

(L'Ombre des Jours.) 

Du même auteur, citons encore ces vers : 

— Nature, il n'est pas bon que nos frères soient tristes, 
Que, dans Tazur vivant où ta candeur existe, 

Us aient contre eux la vie et les péchés humains ; 
n n'est pas bon qu'ils aient des fatigues aux mains 
Et plsolés aux joies du rêve et de l'étude. 
Nous regardions de loin leur grande lassitude. 

(Lo Ccsar Innombrable.) 
MATHIEU DE 7S0ATLLES. 

(Vifs applaudissements,) 

Mae de Noailles a raison : il ne faut pas 
regarder de loin la grande lassitude des hum- 
bles. Celui qui la regarde ainsi et ne fait 
point effort pour la comprendre n'est, dans 



la société, qu'un parasite. Il admet que d'au- 
tres travaillent à sa place et pour lui... 

Cette sécheresse de cœur, impardonnable 
chez un homme, l'est encore davantage chez 
une femme. If.es femmes sont sur la terre 
non pas, peut-être, « pour tout idéaliser », 
comme l'a dit Victor lîugo, mais pour ren- 
dre la vie plus facile et plus douce. Comment 
cela? En aimant. Supprimez ce mot « aimer »; 
tous les autres n'expriment que l'orgueil et 
l'égoîsme. Il faut aimer l'humanité, avec ses 
faiblesses mêmes. Voyez-la passer souffrante 
et lasse, telle une pauvre vieille courbée sous 
son fagot le soir, dans la brume; peut-être 
emporte-t-elle un peu de bois pHs à la ma- 
raude, peut-être y a-t-il du bois vert mêlé 
au bois sec... Dites-vous que son fagot lui a 
coûté du travail et de la peine!... 

Mes chères enfants, servons de notre mieux 
notre mère l'Humanité; serrons les humbles 
et les déshérités bien fort contre notre cœur! 
(Applaudissements vifs et répétés.) 

MUc Hélène Sirbain chante alors, d'une voîx 

magnifique, plusieurs airs très goûtés : les 

Fetits Poussins de M. Grumbach, le Couteau 

de Botrel, et un air populaire du pays gascon. 

Conférence de 

notée par A. Pajct. 



Série C 



miererBdl, 13 Féorlar 



LITTÉRATURE FRANÇAISE 



U FONTAINE 

Conférence de M. Henry ROUJON 
Mesdames, mesdemcHselles, 

A «'^t'e âge; il est naturel que vous n'ayez 

pa _icore beaucoup voyagé. Pourtant, il est 

pr« ""le que vous avez, pendant vos grandes 

v» s, traversé, en tout ou en partie, le 

ta jîre français. Vous avez jeté un coup 

d'( . par la portière du wagon, et vous n'avez 

pa lanqué de remarquer la fécondité de notre 

pa , la diversité de ses aspects. 11 réunit 

toi les climats, toutes les cultures, tous les 

pn uts. Et, pourtant, ces traits multiples 

s'a ligament et s'harmonisent pour former un 

va - — ---..ç Jqiu^ Iç monde sait ce que 



parler veut dire, quand on prononce cette 
expressicMi : « Un paysage, de France. 2> 

Cette variété et cette richesse se retrouvent 
dans notre littérature. On peut dire que, depuis 
les premiers bégaiements de la langue ro- 
mane jusqu'à la dernière nouveauté parue en 
librairie, jusqu'au roman acheté hier par votre 
père, elle a rendu tous les sentiments et tou- 
tes les idées. Pourtant, elle a son caractère 
propre qui est fait de bonne humeur^ de clarté, 
de sociabilité et de franchise. 

Et, maintenant, quel est celui de nos écri- 
vains qui incarne, au plus haut degré, le 
génie national? Voilà une question qui ne 
laisse pas d'être embarrassante! Si l'on eût 
demandé à un Grec ou à un Romain d'au* 

uiymzeu uy ^^^j v^ v^'pt lx^ 



a32 



trefois quel était l'exemplaire le plus achevé 
de la littérature de son pays, il est à peu près 
certain que le premier eût nommé Homère 
ou Sophocle, et le second Cicéron ou Virgile. 
Un Anglais désignerait Shakespeare et n'ou- 
blierait pas d'ajouter qu'étant le premier écri- 
vain de î'Angleterrev il est aussi le premier écri- 
vain de tous les pays et de tous les temps^ 
Un Allemand nommerait Oœthe. Et nous, Fran- 
çais ?... 

Quant à moi, mesdemoiselles, puisque nous 
sommes ici un peu en famille, je vais vous 
faire une petite confidence personnelle. Mon 
choix est tout fait, et, à coup sûr^ je n'entends 
pas que mqn goût ait la valeur d'une règle 
générale, je ne prétends pas l'imposer. Eh 
bien! ayant à désigner l'écrivain le plus fran- 
çais, je n'hésiterais pas un seul' instant, et je 
dirais : 

— C'est La Fontaine! 

(Applaudissements,) 



Mais ce n'est pas tout de lancer une affirma- 
tion. 11 faut essayer de la justifier. Essayons! 
. Taine, parlant de tiotre fabuliste dans un 
livre devenu classique, disait : .« C'est notre 
Homère », et Sainte-Beuve reprenait et déve- 
loppait la même idée. Rien de plus juste. 
Les épopées homériques étaient comme en- 
trées dans les moelles du peuple grec. Depuis 
l'homme du peuple, depuis le phis humble 
citoyen, jusqu'au plus grand poète tragique, 
jusqu'à l'orateur le plus écouté, tout le monde 
les avait lues et les citait. C'est dans Hcànèrc 
qu'on allait puiser et les joies du beau langage 
et les conseils de la plus pure sagesse. Les 
Grecs avaient Homère dans le sang. 

Eh bien! est-ce que le bon La Fontaine 
n'est pas, de la même manière, ancré en nous ? 
Quel a été, mesdemoiselles, votre premier suc- 
cès mondain? (Rires dans V auditoire,) Pour 
la fête de votre grand-père, vous avez récité 
une fable : le Loup et V Agneau, ou la Cigale 
et la Fourmi, et cela vous a valu un baiser 
et un bonbon. C'est le bonhomme La Fon- 
taine qui vous a initiées à la poésie. Et puis, 
n'est-ce pas lui qui représente cet art, si fran- 
çais, d'accomplir avec aisance, et comme en 
se jouant, des choses difficiles, ainsi que le 
fait, dans cette maison même, certaine Fran- 
çaise dont la bonne humeur et la bonne grâce 
égalent l'énergie? 

Cherchons rapidement les raisons de cette 
extrême popularité dont La Fontaine jouit 
parmi nous. Son livre durera autant que la lan- 
gue françaisa II est à nous et ne peut être qu'à 
nous. Songeons un peu à ce que deviendrait 
une des Fables^ traduite en prose anglaise ou 



allemande. Quand" il m'arrive d^entendre fouer 
La Fontaine par quelqu'un d'outre-Manche ou 
d'outre-Rhin, je vous l'avoue, je reste un peu 
sceptique. Je ne suis pas sûr de sa sincérité; 
en tout cas je me demande jusqu'à quel 
point cet étranger comprend et sent un écri- 
vain qui est, si exclusivement, de chez nous. 
(Vifs applaudissements,) 



Disons quelques mots de l'homme : oh ! quel- 
ques mots seulement, cat sa vie n'est rien 
moins qu'édifiante... Je visitais encore der- 
nièrement sa petite patrie. Château-Thierry est 
plus qu'un village et moins qu'une ville. Tout 
autour, se développent des paysages d'une 
poésie discrète et un peu grêle, des horizons 
tranquilles et calmes, où rien n'opprime le 
regard ni la pensée. Tel était bien le cadre 
approprié au génie de La Fontaine. 11 naquit 
là, en 1621, d'un père « officier », entendez 
titulaire d'un office (il était maître particu- 
lier des eaux et forêts), homme cultivé, ai- 
mant les lettres, et d'une mère fort intelligente 
et d'un grand bon sens. Elle était fille du 
bailli de Coulommiers et s'appelait Françoise 
Pidoux. La Fontaine tenait de sa mère. Au 
reste, c'est une vérité psychologique indéniable 
qu'on ne trouve pas d'homme éminent qui 
soit fils d'une femme médiocre. Françoise Pi- 
doux était un esprit merveilleusement équilibré. 
Elle avait un nez énorme. 

— Tous les Pidoux ont du nez, disait La 
Fontaine. 

De fait, quand on regarde le portrait du 
fabuliste, gravé par Edelinck d'après Rigaud, 
on remarque, dans cette tête méditative et 
narquoise, un grand nez sagace qui est comme 
le gouvernail de ce visage. Le fabuliste a 
dit de lui-même : 

Je suis chose It^gère et vole à tout sujet. 
Je vais de ncur en fleur et d'objet en objet. 

C'est vrai; mais jamais le nez des Pidoux 
ne l'a conduit là où il ne fallait pas aller; et 
c'est bien là une qualité de Français de 
France... (Rires dans V auditoire. Applaudis- 
sements.) 

A Château-Thierry, durant son adolesce. :, 
La Fontaine mène une existence facile, n i- 
chalante, paresseuse et (soit dit entre noi i) 
pas toujours admirablement morale. En e 
temps, il fait des vers, il rimaille... A vir jt 
ans, il entrait au séminaire de Saint-Magloii ;; 
mais il n'avait point la vocation ecclésiastiq te 
et lisait plus volontiers les poètes que ^s 
théologiens... Sorti de Saint-Magloire, l'ex- é- 
minariste fit son droit, fut avocat (avocat s< is 
causes) et devint maître des eaux et fori s. 



uiyiLizeu uy 'v^j^^^v^ 



ô" 



a33 



Quelques années après, il épousait Marie H en- 
cart; bientôt il qi^ittait sa femme. 

En 1655> il était présenté au surintendant 
des finances, Fouquet, qui fut peut-être un 
coquin, mais qui était un homme charmant, 
un Mécène, entretenant autour de lui une cour 
de poètes, chargés de le célébrer et de lui 
offrir, à lui et aux invités de ses fêtes somp- 



d'une ode de Malherbe. Pour moi, je n'en 
suis pas très convaincu. Quel que soit mon 
respect envers Malherbe, ce professeur de lan- 
gue et de versification françaises, je ne puist 
oublier certaine boutade amusante de mon 
regretté maître, Théodore de Banville. Vous 
savez ce que dit Boileau : 
Enfin, Malherbe vint, et le premier, en France...» elc. 




La Fontaine, d'après k célèbre portrait de Rigaud. 



tueuses, des régals de littérature. La Fontaine 
est un de ces poètes à gages ; il devient même 
le poète attitré du palais de Vaux. Là, il 
n'; a pas d'événement, si menu soit-il, qui 
ne ui fournisse matière à rimer; pas de mi- 
gr ie de Mm« la surintendante qui ne lui 
m ire un madrigal. Mais quoi? le talent de 
La Fontaine ne trouvera-t-il pas d'autre em- 
? Ne sera-t-il jamais qu'un « domestique », 
^?nserade ou un Voiture supérieur? 



un 



inment s'était éveillée la vocation poé- 
tic . de cdui qui devait être notre grand 
fa] •=-*€? Selon certains, ce fut à l'audition 



Banville, lui, prétend qu'en voyant venir 
Malherbe, la poésie s'en alla. (Rires.) 



Le séjour de La Fontaine à Vaux ne devait 
pas se prolonger. Fouquet, convaincu de con- 
cussion, fut condamné au bannissement perpé- 
tuel; et même, par ordre du roi, enfermé 
pour le reste de ses jours dans la forteresse de 
Pignerol. Comme dans les Animaux Malades 
de la Peste, toutes sortes de « petits saints » 
crient haro sur le pauvre baudet; tout le 
monde, y compris peut-être des concussion- 
naires, lui jeta la pierre. Seuls, quelques amis 
lui restèrent fidèles^ |.3^^Ççç^têy»Ç.foy»Lnom- 



234 



bre, et c'est une des choses qui lui font le 
plus d'honneur. Il ne pouvait oublier les ser- 
vices rççus de son protecteur; le châtiment 
terrible dont il le voyait frappé lui causait 
une peine profonde. Aussi, plaidait-il de toute 
son âme la cause de Fouquet, dans sa célè- 
bre Elégie aux Nymphes de Vaux. Il fai- 
sait appel à la clémence du roi; il écrivait 
ce beau vers : 

Et c'est être innocent que d'être malheureux... 

Comme on le sait, La Fontaine devait puiser 
dans l'amitié plus d'une inspiration heureuse. 
Nul n'a, mieux que lui, su exprimer ce stai- 
timent ./ 

Qu'un ami véritable est une douce chose l 
Il cherche nos besoins au fond de notre cœur, 
Il nous épargne la pudeur 
De les lui découvrir nous-même ; 
Un songe, un rien, tout lui fait peur, 
Quand il s'agit de ce qu'il aime. 

(Applaudissements,) 
-^ 

Quel jugement porter/ en définitive, sur It 
caractère de La Fontaine? Il y a un curieux 
dialogue de Diderot qui commence ainsi : 
«Est-il bon? est-il méchant?» Si l'on ap- 
plique cette question à La Fontaine, quelle 
sera la réponse? On dira que sa bonté fut 
négative, sans doute, mais réelle. Ce ne fut 
pas une bonté active; bien plus, il eut des 
torts graves : il ne se contenta pas de quitter 
sa femme, il abandonna son fils et laissa 
à d'autres le soin de l'élever. Mais son 
égoïsme n'avait rien de dur; il était fait de 
nonchalance et non de méchanceté. Il fut 
un perpétuel enfant qui, peut-être, n'aimait 
pas les autres enfants, les vrais, parce qu'il 
craignait de les voir arriver avant lui à la 
distribution des tartines. Enfin, à défaut des 
affections du foyer, il a connu celle dont je 
parlais tout à l'heure : il a aimé ses amis. 
Quand il accomplit son « voyage en Limou- 
sin » il voulut qu'on lui montrât certain ca- 
chot où Fouquet avait été enfertné. « Je res- 
tai, dit-il, devant cette place, à méditer sur 
l'infortune de mon ami. » Plus tard, il ne 
consentait pas à montrer ses vers avant de les 
avoir fait lire à Mme de La Sablière. Le 
« bonhomme » n'était donc pas incapable de 
tendresse... Ajoutez qu'il n'y eut pas, dans 
toute son existence, un seul acte de perfidie. 

UElégie aux Nymphes de Vaux permet déjà 
de bien augurer de l'avenir poétique de La 
Fontaine. Toutefois,- il n'est pas encore guéri 
de la littérature facile et un peu banale. 1! n'y 



renoncera jamais complètement, comme le 
prouve un certain poème sur le Quinquina^ 
paru en 1682 (il avait soixante et un ans!). 
Nous avons de lui, chose étrange! un poème 
sur la Captivité de Saint-Malc, où il prône 
l'ascétisme : œuvre dont la médiocrité s'ex- 
plique par l'incompétence de l'auteur. 

Hâtons-nous d'arriver aux Fables. Le pre- 
mier recueil, comprenant les six premiers li- 
vres, paraît en 1668. L'homme a trouvé sa 
voie, et le poète son instrument. 



Je ne vous parlerai point des origines du 
genre, auxquelles M. Truffier a consacré une 
intéressante conférence; je ne vous dirai point 
que La Fontaine fabuliste n'a fait que re- 
prendre une vieille tradition française. Vous 
savez cela. Vous savez aussi quelle fut la 
sécheresse des apologues d'Esope, et com- 
bien les récits de Phèdre étaient dénués de 
poésie. ' 

Ce qu'il faut dire, c'est que La Fontaine 
a renouvelé entièrement la fable, en y fai- 
sant entrer la peinture de son temps, l'expres- 
sion des passions de l'âme, le portrait de 
l'homme éternel, et le tableau de Iff vie uni- 
verselle. 



S'il y avait une fée dont ta baguette nous 
permît d'évoquer un instant l'un de nos grands 
poètes classiques, quel est celui avec lequel 
il serait agréable de causer une heure? 

Corneille? Il m'intimiderait. II me parlerait 
de hautes vertus auxquelles je ne saurais pré- 
tendre, et cela dans une langue un peu ten- 
due et oratoire, celle du temps de Louis XIII 
et de la Fronde. 

Racine? Oh! je pourrais passer avec lui 
des heures délicieuses! Mais son commerce 
ne serait pas des plus sûrs... Et je serais 
tenté de lui dire : 

— Pourquoi donc vous êtes-vous brouillé 
avec Molière? 

Et il Idisparaîtrait immédiatement. 

Boileau? Un jour de pluie... (Rires et ap- 
plaudissementsj Oh! mesdemoiselles, je is 
qu'il ne faut jamais faire appel à l'irap té 
de la jeunesse. Sachez que Boileau fut m 
sage et surtout un laborieux, qu'il ren t- 
tait vingt fois son ouvrage sur le métier, q il 
se corrigeait sans cesse... Ah! vous ne iz 
plus, à présent... 

Molière? Ah! celui-là, ce n'est pas, ic 
heure, c'est mon existence entière que je ' ii- 
drais passer avec lui. Que de choses il m y- 
prendrait! Il me parlerait de tous les types t il 
a obscr\^és dans ^sp^zeJSîy^^và^rL '* 



235 



France; il me peindrait et les paysans et la 
Cour et la Ville. Mais, bientôt, il se souvien- 
drait de ses cruelles épreuves domestiques, et 
retomberait dans sa sombre mélancolie. Et 
je sortirais de son entretien, plus attristé, sans 
doute, que réconforté. 

Alors qui? Mais La Fontaine! Avec lui, je 
m'instruirais et je m'amuserais. Je le prierais 
de diausser ses gros souliers; et nous parti- 
rions, tous les deux, pour une promenade à 
pied aux environs de Château-Thierry. Et il 
me parlerait des bêtes en « animalier » et 
en moraliste. Dans cette causerie, défileraient 
devant moi le rehard, au museau plein de 
malice, type du courtisan adroit; l'ours pataud 
et glouton, symbole du rustre; la perdrix, 
cette incarnation de la tendresse maternelle... 
Et, chemin faisant, il me montrerait un beau 
paysage. 



Vous savez avec quelle vivacité il a senti 
les beautés de la nature. Si Boileau, Racine et 
Mdière aimaient à dîner ensemble à la cam- 
pagne, ils ne semblent pas avoir été frappés 
de ses agréments. Et l'on en peut dire autant 
de presque tous les écrivains du dix-septième 
siède. Il y a bien quelques jolies lettres de 
M"e de Sévigné où elle parle de la moisson, 
de la fenaison. Elle est heureuse d'entendre le 
coucou, le rossig;nol et la fauvette. Mais ce 
ne sont là que des passages isolés. Seul, 
La Fontaine, en son temps, mérite d'être consi- 
déré comme un grand écrivain paysagiste. La 
nature est, tour à tour, le cadre de ses rêve- 
ries et la matière de sa poésie. La nature, c'est, 
pour lui, la vie universelle, c'est-à-dire la vie 
des choses et la vie humaine. Exprimer la 
nature, sous toutes ses formes et sous tous 
ses aspects, voilà le programme littéraire du 
fabuliste. Après la représentation des Fâcheux^ 
de Molière, il écrivait à son ami Maucroix 
ces XfTs souvent cités : 

Nous avons changé de méthode, 
Jodelet n*est plus à la mode, 
Et, maintenant, il ne faut pas 
Quitter la nature d'un pas. 

La ^t, il ne cesse de l'observer, il la 
soit à pas. Il la trouve à la ville et il la 
twwi . -jx diamps. Il connaît merveilleusement 
te «' nde rural, et les injustices dont il souffre. 
Certi on ne découvre pas «dans ses tableaux 
ï* Œ e âpreté que dans certaine page fa- 
™et« -a Bruyère, toujours bonne à relire 

età 

-I . certains animaux farouches, des 

mâle >mclles, répandus dans la cam- 



pagne, n.oirs, livides et tout brûlés du soleil, 
attachés à la terre qu'ils fouillent et qu'ils 
remuent avec une opiniâtreté invincible : ils 
ont conune une voix articulée, et, quand ils 
se lèvent sur leurs pieds, ils montrent une face 
humaine ; et, en effet, ils sont des hommes. 
Ils se retirent la nuit dans des tanières, où 
ils vivent de pain noir, d'eau et de racines : 
ils épargnent aux autres hommes la peine 
de semer, de labourer et de recueillir pour 
vivre, et méritent ainsi de ne pas manquer de 
ce pain qu'ils ont semé. 

Heureuses jeunes filles, venues au monde 
dans un siècle plus doux et plus juste, vous 
ne saurez jamais ce qu'il y a eu de larmes 
et de sang répandu dans les guérets de la terre 
de France pour assurer le bien-être d'aujour- 
d^hui... 

Ce n'est pas sur le mode éloquent que 
La Fontaine parle de la misère des campa- 
gnards. Le ton du fabuliste est celui d'un 
ami dont la pitié, pour ne point s'exprimer 
en un style grandiloquent, n'en est pas moins 
sincère. Quand il raconte le désespoir du 
vieux bûcheron, tout couvert de ramée, qui 
regagne à pas lents « sa chaumine enfumée », 
il n'élève pas la voix, mais nous sentons bien 
qu'il est de cœur avec ce pauvre diable : 

Enfin, n'en pouvant plus d'effort et de douleur, 
II met bas son fagot, il songe à son malheur. 
« Quel plaisir a-t-il eu depuis qu'il est au monde i 
Eu est-il un plus pauvre en la machine ronde 1 
Point de pain, quelquefois, et jamais de repos. » 
Sa femme, ses enfants, les soldats, les impôts. 

Le créancier et la corvée. 
Lui font d'un malheureux la peinture achevi^e. 
H api)elle.la Mort... 

(La Mort et le Bûcheron. I, i8.) 



Il serait, sans doute, exagéré de considérer 
La Fontaine cofmme un écrivain qui a placé 
les bêtes au premier plan de ses préoccupa- 
tions. Elles l'intéressent comme des êtres cu- 
rieux à observer et amusants à peindre. De 
plus, il a pour elles une tendresse de mi- 
santhrope. Enfin, il est irrité par les exagéra- 
tions du Cartésianisme : on sait comment Des- 
cartes ne voulait voir dans les animaux que 
des automates, des machines bien agencées, 
des horloges perfectionnées. Le doux Male- 
branche était si convaincu des idées de son 
maître qu'il frappait sa chienne sans le moin- 
dre scrupule. C'était pousser un peu loin la 
logique et le zèle philosophique. La Fon- 
taine a protesté contre la théorie cartésienne 
dans son beau Discours à yW»»* de La Sablière. 

Mais, en somme, les bêtes^sont surtout 
uiyitized by VjOOQIC 



236 



pour hd des masques, à travers lesquels trans- 
paraît le personnage hiunain. 

Tâine a peut-être été un peu loin, quand il 
a prétendu que les fabks étaient la peinture 
de la société du dix-septièmë siècle. L'illustre 
critique développe brillamnient cette thèse à 
l'aide d'exemples ingénieusement commentés. 
11 est bien certain qu'un écrivain ne connaît 
jamais l'homme que par l'observation des hom- 
mes de son temps. C'est par là qu'il faut 
commencer et que La Fontaine a commencé. 
MaiS) il a visé plus haut : il n'a point vouht 
seulement tracer le tableau satirique de son 
siède; et l'on trouve, dans ses Fables^ la pein- 
ture de l'homme de tous les siècles. Et c'est 
pour cela que ce livre présente un intérêt 
étemel. (Applaudissements.) 



Quelle morale se dégage des récits de La 
Fontaine? C'est une morale dénuée d'héroïsme : 
la morale du bon sens et de l'expérience. 
Elle nous ensdgne, non pas à faire le bien, 
mais à éviter le mal. Elle recommande la 
justice et pourrait se résumer dans cette 
maxime, toujours vraie et toujours salutaire : 
« Ne faites pas aux autres ce que vous ne 
voudriez pas qu'on vous fît à vous-même. » 



Et, maintenant, que dire de sa langue si pit- 
toresque^? de sa versification, dont la sou- 
plesse tient du miracle? Quel admirable parti 
La Fontaine n'a-t-il . pas tiré de ce « vers 
libre », dont Molière usa, lui aussi, avec 
bonheur, dans Amphitryon! Jamais le rythme 
ne fut mieux calqué sur l'idée : 

Il a créé, pour son œuvre unique, une forme 
unique aussi : précise et imprécise à la fois, 
nette et fuyante, étonnante de mélodie et de 
richesse. Chaque fable déroule ses rythmes par- 
ticuliers, insaisissables, instables, sans loi ap- 
parente ni périodicité définie... Cette forme 
expressive et souple, qui se défait et se refait 
sans cesse, qui se coule librement, sans aucune 
contrainte technique, sur la pensée ou sur 
le sentiment, n'est-ce pas la perfection de ce 
que quelques-uns de nos contemporains s'é- 
vertuent à chercher? N'est-ce pas le vers po- 
lymorphe, apte à enregistrer toutes les nuan- 
ces et comme toutes les modulations d'une 
âme? 

Ainsi parie un de nos meilleurs critiques 
contemporains, M. Gustave Lanson. Cette ap- 
préciation si juste me dispense de tout com- 
mentaire. 



Mesdemoiselles, nous ne saurions mieux 



terminer cette causerie rapide et forcément hi- 
complète qu'en lisant ensemble un des chefs- 
d'œuvre de notre fabuliste : le Paysan du 
Danube. L'idée morale développée par La Fon- 
taine, c'est que : 

H ne faut point juger des gens sur l'apparence. 

Déjà, il avait terminé le Cochei, le Chat 
et le Souriceau par ce conseil : 

Garde-toi, tant que tu vivras, 
De juger les gens sur la mine. 

Mais, si l'idée maîtresse est la même^dans 
les deux récits, le lieu, l'action et le style 
diffèrent Nous n'avons plus, dans le Paysan 
du Danube^ une narration familière et amusante 
où d'humbles animaux sont en scène, mais 
un drame pathétique qui se déroule dans un 
cadre historique, majestueux entre tous : en 
plein Sénat romain. La Fontaine trace un admi- 
rable tableau d'histoire et, en même temps, 
nous donne une éloquente leçon de pitié et 
de justice. Détail à noter : La Fontaine, psy- 
chologue avant tout, n'insiste pas sur la des- 
cription du Sénat romain; il ne veut pas que 
le cadre détourne notre attention du tableau 
lui-même. Certains écrivains de notre temps 
eussent, sans doute, procédé d'une autre ma- 
nière; le récit y eût peut-être gagné en coloris, 
maisi il eût perdu beaucoup de son intensité 
dramatique. C'est sur le personnage central 
et sur l'expression de ses sentiments que se 
concentre l'effort du narrateur. 

LE PAYSAN DU DANUBE 

Il ne faut point juger des gens sur l'apparence. 
Le conseil en est bon ; mais il n'est pas nouveau. 

Jadis, Terreur du souriceau 
Me servit à prouver le discours que j'avance : 

J'ai, pour le fonder à présent, 
Le bon Socrate, Ésope, et certain paysan 
Des rives du Danube, homme dont Marc-Aur^*le 

Nous fait un portrait fort fidèle. 
Ou connoit les premiers ; quant à Tautre, voicf 

Le personnage en raccourci : 
Son menton nourrissoit une barbe toufHie ; 

Toute sa personne velue 
Représentoii un otirs, mais un ours mal léch^ 
Sous un sourcil épais, il avoit l'œil caché. 
Le regard de travers, nez lorlu, grosse lèvre 

Portoil sayon de ytoW de chèvre, 

Et ceinture de joncs marins. 
Cet homme ainsi Itàti fut député des villes 
Que lave le Danube. Il n'étoit point d'asiles 

Où l'avarice des Romains 
Ne pénétrât alors et ne portât les mains. 
Le député vint donc, et fit celte harangue : 

uiyiLizeu uy "v_j v^ Vv'pt lx^ 



237 



< Romains, et tous Sénat assis pour m'écouter, 
Je supplie avant tout les dieux de m'assister ; 
Veuillent les immortels, conducteurs de ma langue, ^ 
Que je ne dise rien qui doive être repris 1 
Sans leur aide, il ne peut entrer dans les esprits 

Que tout mal et toute injustice : 
Faute dV recourir, on viole leurs lois. 
Témoin nous, que punit la romaine avarice : 
Rome est, par nos lorfaits, plus que par ses exploits, 

L'instrument de notre supplice. 
Craignez, Romains, craignez que le ciel, quelque jour, 
Ne transporte chez vous les pleurs et la misère ; 
Et mettant en nos mains, par un juste retour, 
Les armes dont se sert sa vengeance sévère, 

n ne vous fasse, en sa colère. 

Nos esclaves à votre tour. 
Et pourquoi sommes-nous les vôtres ? Qu'on me die 
En quoi vous valez mieux que cent peuples divers. 
Quel droit vous a rendus maîtres de l'univers ? 
Pourquoi venir troubler une innocente vie? [mains 
Nous cultivions en paix d'heureux champs ; et nos 
Etoient propres aux arts ainsi qu'au labourage. 

Qu'avez-vous appris aux Germains? 

Us ont Tadresse et le courage : 

S'ils avoient eu l'avidité, 

Gomme vous, et la violence, 
Peut-^tre en votre place ils auroient la puissance, 
Et sauroient en user sans inhumanité. 
Celle que vos préteurs ont sur nous exercée 

N'entre qu'à peine en la pensée. 

La majesté de vos autels 

Elle-même en est offensée ; 

Car sachez que les immortels 
Ont les regards sur nous. Grâces à vos exemples, 
Ils n'ont devant les yeux que des objets d'horreur, 

De mépris d'eux et de leurs (émples, 
D'avarice qui va jnsques à la fureur. 
Rien ne sufût aux gens qui nous viennent de Rome: 

La terre et le travail de l'homme 
Font pour les assouvir des efforts superflus. 

Retirez-les : on ne veut plus 

Cultiver pour eux les campagnes. 
Nous quittons les cités, nous fuyons aux montagnes ; 

Nous laissons nos chères compagnes ; 
Xo» ne conversons plus qu'avec des ours affreux, 
Découragés de mettre au jour d<?s malheureux, 



Et de peupler pour Rome un pays qu'elle opprime. 

Quant à nos enfants déjà nés, 
Nous souhaitons de voir leurs jours bientôt bornés : 
Vos préteurs au malheur nous font joindre le crime. 
Retirez-les : ils ne nous apprendront 

Que la mollesse et que le vice ; 

L.es Germains comme eux deviendront 

Gens de rapine et d'avarice. 
C'est tout ce que j'ai vu dans Rome à mon abord. 

N'a-t-on point de présent à faire. 
Point de pourpre à donner? C'est en vain qu'on espère 
Quelque refuge aux lois : encor leur ministère 
A-t-il mille longueurs. Ce discours un peu fort 

Doit conmiencer à vous déplabre. 

Je finis. Punissez de mort 

Une plainte un peu trop sincère. » 

 ces mots, il se couche ; et chacun, étonné, 
Admire le grand cœur, le bon sens, l'éloquence, 

Du sauvage ainsi prosterné. 
On le créa patrice ; et ce fut la vengeance 
Qu'on crut qu'un tel discours méritoit. On choisit 

D'autres préteurs ; et, par écrit, 
Le Sénat demanda ce qu'avoit dit cet homme, 
Pour servir de modèle aux parleurs à venir. 

On ne sut pas longtemps, à Rome, 

Cette éloquence entretenir. 

LA TOTiTAmE, 

La Fontaine n'a pu s'empêcher de terminer 
par une malice ce récit qui nous « prend aux 
entrailles ». Sa « bonliomie » ne perd jamais 
ses droits. 

Quant à nous, souhaitons de voir souvent 
briller en France la vigoureuse et saine élo- 
quence du Paysan du Danube^ éloquence fait*, 
de bon sens et animée du souffle de la jus- 
tice... Lisons et relisons le livre de La Fon- 
taine pour y puiser le sentiment de la me- 
sure. Les Fables sont le bréviaire du parfait 
Français. (Applaudissements unanimes et pro- 
longés,) 

Conférence de 

TiEJ^nr HOUJOM. 

't noté* par A. PujeU 



\>jÈ^iSi^^ 



Digitized by 



Google 



238 



Sérlt 



HISTOIRE 



Jêudl, f4 Féorier 



» » W»»« ^ < 



LA PRISE DE LA BASTILLE 

ET LA 

GRANDE PEUR 

Conférence de M. FUNCK-BRENTANO 



LA <3R|SE DE LA BASTILLE 

Mesdames, mesdemoiselks, 

Je dois vous parler, aujourd'hui, de la 
Prise de la Bastille et de la Grande Peur 



consacré à la prise de la Bastille un remar- 
quable chapitre de son Histoire de Paris. 
(Collection de rhistoire générale de Paris, 
publiée sous les auspices du Conseil muni- 
cipal.) 

<♦» 

Pour bien comprendre la signification véri- 
table des événements que je vais raconter, 
il est nécessaire de jeter un coup d'oeil sur la 
situation du pouvoir royal à la veille de la 
Révolution. C'était une autorité purement tra- 
ditionnelle, une autorité morale, ne pouvant 
s'exercer par aucun des moyens puissants dont 




La Bastille, par Israhl Silvkstrf (dix-septième siècle). 



qui s'ensuivit. Je vais traiter ce sujet avec 
des préoccupations exclusivement historiques, 
en me plaçant au point de vue objectif, comme 
s'il s'agissait d'événements accomplis depuis 
quatre mille ans. Ces faits ont déjà été mis 
en lumière par des hommes d'une compétence 
indiscutable : tel mon cher et admirable maître 
Victorien Sardou, qui a bien voulu écrire une 
préface à mes Légendes et Archives de la 
BastHUy et qui eût pu être au premier rang 
des historiens de notre temps, s'il n'eût pré- 
féré en être le premier auteur dramatique 
(Vifs applaudissements), tel mon excellent col- 
lègue et ami, M. Fernand Bournon, qui a 



dispose, à l'heure actuelle, le pouvoir central 
(chemins de fer, télégraphe, téléphone, etc.). 
Il fallait quinze jours ou même trois semaines 
pour qu'un ordre du roi parvînt dans '"'* ré- 
gions lointaines du pays. 

Or, si l'autorité du roi reposait, avau. . ut, 
sur le loyalisme et l'affection de ses su^ îts, 
leurs sentiments subirent, dans le couran^ du 
dix-huitième siècle, une grave altéra >n. 
Tocqueville le dit (et je vais le dter un icu 
plus exactement que dans le Monde oà *on 
s'ennuie) : « Le peuple s'était peu à peu re- 
tiré de son souverain. » En d'autres ten es, 
le roi ne reposait plus sur un terra»»" ' " le; 

uiyiiizeu uy >^_j vy v^pc ix^ 



r 



il était absolument en l'air! (Rires dans V au- 
ditoire,) 

On voit se développer en France une 
anarchie croissante, dont témoignent les epc- 
pioits de Mandrin, le contrebandier, «c L'anar- 
chie spontanée », décrite par Taine, datait 
déjà de loin, de plus loin qu'il ne le suppose. 
Des famines avaient accru l'audace des « sans- 
travail », Comme il arrive toujours en pa- 
reil cas, un exode menaçant 3' était produit 
vers la capitale. « Paris se trouvait infesté 
d'une foule d'hôtes redoutables, vagabonds 
qui ne rêvent qu'émeutes et vengeances. » 



.39 

ment, impuissant à les réprimer, dut accorder 
un pardon général ». (F. Boumon.) 

Le 7. juillet, la garnison de la BastiHe était 
renforcée de trente hommes (commandés par 
le lieutenant de Flue), qui s'ajoutaient aux 
quatre-vingt-deux hommes, dont soixante-huit 
invalides, dont elle se composait auparavant. 
La Bastille avait pour gouverneur M. de Lau- 
ney, dont de Flue nous trape un curieux por- 
trait. 

« Dès les premiers jours de mon arrivée, 
dit-il, je pus connaître cet homme par les 




Vue de la ButiUc et de la Porte Saint-Antoine, d'après une sépia du dix-huitième siècle. 



(Boumon.) Aux barrières, aux bureaux d'oc- 
troi, se pressaient des bandes d'aspect peu 
rassurant. En résumé, à cette époque, la sé- 
curité de Paris et de la banlieue était fort 

compromise. 

<^ 

Peu à peu, les symptômes d'agitation ré- 
vohitionnaire devenaient, dans Paris, de plus 
en. plus visibles. Le 23 avril, M. de Ville- 
deuil, ministre de la maison du roi, écrit 
à M. de Launey pour le prévenir qu*on va 
fa»*-** transporter au château de la Bastille 
le îs qui se trouvent encore dans les 

m _; de l'arsenal. Excellente précaution! 

juin, les portes de la prison militaire 
d< bbaye, oîi se trouvaient enfermés des 
g- ^-françaises, les uns pour vol, les autres 
p< * désertion, étaient « enfoncées à coups de 
m let. Les prisonniers furent amenés triom- 
pl ement au Palais-Royal où on leur donn 
u fête dans les jardins. L'étendue des dé- 
s< - -s^-ait jjéjà si grande que le gouverne- 



préparatifs qu'il faisait pour la défense de 
son poste et qui ne rimaient à rien. Je vis 
clairement que nous serions bien mal com- 
mandés en cas d'attaque. Il était tellement 
frappé de terreur à cette idée que, la nuit, 
il prenait pour des ennemis les ombres des 
arbres!... Incapable, irrésolu, s'occupant de 
minuties et négligeant les devoirs importants: 
tel était le personnage. » (Rires dans L'au- 
ditoire.) 

^^ 

Le 11 juillet, éclatait, à Paris, la nouvelle du 
renvoi de Necker et de son remplacement 
par M. de Breteuil. Le feu était mis aux pou- 
dres. Au Palais-Royal, l'effervescence est im- 
médiate. Camille Desmoulins sort du Café de 
Foy, monte sur une table, et fait tonner son 
éloquence. Lui-même a raconté xette scène 
dans le Vieux Cordelier. 

« Je venais, écrit-il, de sonder le peuple. 
Ma colère contre les despotes était tournée 



lOOgk 



240 



en désespoir. Je ne voyais pas les groupes, 
quoique vivement émus et consternés, assez 
disposés au soulèvement Je fus plutôt porté 
sur la table que je n'y montai. A peine y 
étais-je, que je me vis entouré d'une foule 
immense. Voici ma courte harangue; je ne 
l'oublierai jamais : « Citoyens, il n'y a pas 
un moment à perdre. J'arrive de Versailles; 
M. Necker est renvoyé. Ce renvoi est le tocsin 
d'une Saint-Barthélémy de patriotes. Ce soir, 
tous les bataillons suisses et allemands sor- 
tiront du Champ-de-Mars pour nous égorger. 
Il ne nous reste qu'une ressource, c'est de 
courir aux armes ! » 

« Avoir des armes » : tel était le mot d'ordre. 
On court aux armes. Mais poiu-quoi? La po- 
pulation bourgeoise ne songe qu'à se dé- 
fendre, ou, plutôt, à protéger les prisons contre 
les attaques des gens sans aveu qui veulent 
délivrer leurs congénères. Déjà la prison de 
l'hôtel de la Force ava'it été enfoncée. C'est 
pour ce seul motif que veulent s'armer les 
habitants du district du Petit Saint- Antoine, 
et leur exemple est suivi par d'autres assem- 
blées de dtoyens. 

Donc, les bourgeois songent à leur sécu- 
rité. Quant aux révolutionnaires, ils cherchent 
des armes qui servent leurs desseins, et les 
brigands en désirent pour mal faire. 

Bien malin qui pourrait définir l'état d'es- 
prit si complexe de la population parisienne, 
à cette date. Les historiens prêtent leurs opi- 
nions à la foale, mais que valent de telles 
hypothèses ? (Applaudissements,) 



Dans les deux nuits qui précèdent le 13 et 
le 14 juillet, des patrouilles armées circulent 
dans Paris. Le matin du 14 juillet, par un 
temps radieux, la population parisienne, dont 
une bonne partie était restée sur pied pendant 
la nuit, se précipite aux Invalides, envahit 
l'hôtel et s'empare de vingt-huit mille fusils 
^et de vingt-quatre canons. Puis, après avoir 
crié : « Aux Invalides! », on cria : « A la Bas- 
tille! » 

La foule se rend vers la vieille forteresse, 
non pas pour manifester contre le pouvoir 
royal, mais pour prendre possession des dé- 
pôts d'armes et de munitions qui s'y trou- 
vaient. 

Inquiet, le gouverneur de Launey fait lever 
les ponts-levis. Une première délégation, ayant 
à sa tête un certain Thuriot de la Rosière, 
avocat d'un homme embastillé pour faux, de- 
mande à voir le gouverneur « au nom de 
la nation et de la patrie ». Thuriot harangue 
la garnison qui jure de ne faire feu que si 



on l'attaque. Les quinze canons dont la foule 
redoutait les coups n'étaient réellement point 
dangereux. Ils ne servaient qu'à tirer des 
salves dans les cérémonies officielles, et les 
boulets qu'on trouva à côté n'étaient pas du 
même calibre!... (Rires dans l^ auditoire.) 
Cette première délégation se présentait à la 
Bastille, à dix heures du matin. 

Peu après, une deuxième délégation, éma- 
nant du Comité permanent des Electeurs du 
premier degré, vient demander que les dés 
de la forteresse lui soient remises. Le gou- 
verneur de Launey ne l'accueille pas mieux 
que la précédente et répond qu'il ne peut 
rien faire sans un ordre formel du roi. 

Vers midi et demi commence l'attaque de 
la Bastille. Le premier groupe d'assaillants 
apparaît à l'extrémité de la rue Saint-Antoine, 
en criant : 

— Nous voulons la Bastille. En bas, la 
troupe ! 

« L'entrée de la première cour, celle des Ca- 
sernes, était libre, mais de Launey avait fait 
rentrer la garnison dans l'enceinte des tours 
et fait relever le pont-levis de l'avancée... 
Deux hommes intrépides, tels qu'il s'en trouve 
toujours en de pareilles circonstances, s'é- 
lancèrent par escalade sur le toit du corps de 
garde de l'avancée... Ils brisèrent à coups 
de hache les chaînes du pont-levis, et la 
foule qui les suivait pénétra dans la seconde 
cour. » (F. Boumon.) 

La garnison tire : les fusils font quelques 
victimes. Un certain nombre d'assaillants, aus- 
sitôt calmés; s'enfuient. Les assiégeants, assez 
mal organisés, du reste, reconnaissent spon- 
tanément pour leurs chefs : Elie, sous-lieutenant 
au 1er régiment de la reine, et Kulin, simple 
civil, ancien domestique du marquis de 
Conflans. * 

Alors, se produit l'épisode de M"« de Mon- 
signy. Cette jeune personne, fille du capi- 
taine des invalides de la garnison, est appré- 
hendée dans la cour des Casernes. On la 
prend pour Mii« de Launey. On se dispose 
à la brûler: ce que voyant, son père, le comte 
de Monsigny, se jette du haut d'une tour et 
se tue. Un instant après, la jeune fille é lît 
sauvée par une intervention héroïque. 

A trois heures, une députation est envc ^e 
de l'Hôtel de Ville. Les padficateurs ne p u- 
vent, en raison du tumulte qui bat son pl( n, 
remplir leur mission. La fusillade contio e. 
Désappointés, ils rentrent à l'Hôtel de'Vi e, 
où ils racontent leur insuccès. 

Après leur départ, le peuple met le feu ? x 
dépendances du château de la Bastille, c' t- 



uiyitized by 



Google 



24» 



I 

\ 



à-dire aux casernes et à Thôte! du gouver- 
neur. Sur les trois heures et demie, un déta- 
chement de gardes-françaises arrive av^c deux 
canons. De Launey veut mettre le feu, au 
magasin à poudre cl faire sauter la forteresse, 
aimant mieux cela que d'être égorgé par la 
populace. 11 en est empêché. 

A dnq heures du soir, a lieu la capitulation. 
M. de Plue demande que la garnison puisse 
sortir avec les honneurs de la guerre. Il fait 
passer, par une fente du pont-levis, un billet 
signé du gouverneur. Elie accepte les condi- 
tions sur « sa foi d'officier ». Alors, les ponts- 
levis s'abaissent... 

Lçs Invalides, bien que n'ayant rien fait, 
sont maltraités par la populace; quant aux 
Suisses qui, eux, avaient tiré sur la foule et 
tué du monde, ils furent épargnés, grâce aux 
blouses de toile dont ils étaient revêtus et qui 
les firent prendre pour des prisonniers. (Ap- 
plaudissements,) 

A cinq heures et demie, le gouverneur de 
Launey est tué; le major de Lorme périt dans 
des drcoi^tances atroces. D'autres massacres 
suivent. C7est qu'en effet, dans les éléments 
qui se précipitèrent à l'assaut de la forte- 
resse, des bandes inavouables se mêlaient 
aux gens animés des meilleures intentions. 
Du reste, il devait en être de même au cours 
des journées suivantes. 



En fait de prisonniers, les assiégeants trou- 
vèrent, dans cette forteresse où ils croyaient 
délivrer nombre de martyrs, quatre faussaires, 
deux fous, un certain comte de Solages qui 
avait été enfermé là après un crime mons- 
trueux. C'était tout? En réalité, oui. Pourtant, 
l'imagination populaire inventa un huitième 
prisonnier : le comte de Lorges, qui n'a ja- 
mais existé. Cependant, tout le monde était 
persuadé de l'avoir vu, et nous avons même 
une description détaillée de sa personne! 11 
fiit même, dit-on, promené triomphalement, 
après sa délivrance, dans les rues de Paris... (?) 

Tant il est vrai que, dans l'esprit naïf du 
populaire, la prise de la Bastille prenait 
d'«»Ytraordinaires proportions ! 

1 avait découvert (on le croyait, du 
n is) des instruments de torture épouvan- 
te ^! Entre autres une machine, terrible en- 
ti outes, dont personne ne pouvait deviner 
h K>m ni Pusage. C'était une imprimerie 
c destine, saisie en 1786, chez un certain 
F içois Lenormand... (Rires dans Vaudi- 

afin, on trouva, dans les caveaux, des osse- 
11 its de gens décédés à la Bastille. C'étaient 
é protestants ou des suicidés que les 



croyances d'alors interdisaient d'enterrer êa 
terre bénite. On crut se trouver en face de 
malheureuses victimes d'exécutions secrètes.. 
Mirabeau lui-même prononçait ces terribles 
paroles : 

— Les ministres ont manqué de prévoyance; 
ils ont oublié de manger les os! 



Quelles furent les conséquences des évé- 
nements du 14 juillet? 

Le pouvoir royal, soutenu jusque-là par des 
sentiments traditionnels de fidélité et de res- 




Une vue de la Bastille, prise de la rue Contrescarpe. 

pect, se trouve, tout à coup, placé en face 
d'un état d'esprit nouveau. Virtuellement, la 
royauté est par terre. 

Dans la nuit du 14 au 15 juillet, le duc 
de La Rochefoucauld-Liancourt fit réveiller 
Louis XVI pour lui annoncer la prise de la 
Bastille. 

— C'est donc une révolte? dit le roi. 

— Sire, c'est une révolution!... répondit le 
duc. 

<♦» 

Ce qui est intéressant à étudier, ce sont 
les impressions des contemporains. Beaucoup 
de gens se disent : « La Révolution est finie ! )>, 
alors qu'elle vient à peine de commencer. Telle 
est l'opinion qui trouve son écho dans les Sou- 
venirs d'un témoin anglais : miss Williams. 
Un an après la prise de la Bastille, elle est 
à Paris tout exprès pour assister à la Fête 
de la Fédération : ^ j 

Digitized by VjOOQIC 



242 



Ce fut là Toccasion du voyage que nous 
fîmes à Paris, ma sœur et moi, pour voir la 
première grande fédération. 

Les impressions de cette journée mémorable 
ont fixé, pour toujours, mes opinions politiques : 
nul de ceux qui l'ont vue n'ont pu l'oublier. 
Comment n'aurions-nous pas éprouvé les no- 
bles sentimenis qui animaient cette masse d'un 
demi-million d'hommes, jurant, sur l'autel de 
la patrie, de vivre libres à la face du ciel 



devenir chevaliers de la Légion d'honneur. 
Sous le règne de Louis XVIIl, ils sont encore 
tous dpbout! Plus t:ird» quand la branche 
cadette des Bourbons remplace, en 1830, la 
branche aînée, la plupart sont présents à 
l'appel... Quand Louis-Philippe est renversé 
à son tour, les vainqueurs de la Bastille sont 
là pour se réjouir du rétablissement de la 
République. Quelques années après, ils féli- 




Le matin du 14 juillet 1789. 



Le peuple, après avoir enlevé des armes aux Invalides, va prendre la Bastille. 
(Tableau de Jui.es Bbsoit-L4vy, Salon de 1899.1 



et de la terre?... Il me parut, alors, que la 
France n'avait plus rien à faire que de jouir 
de son bonheur. 

(Miss Williams. Souvenirs^ pages 7 et 8.) 
^*> 

Que devinrent, par la suite, les vainqueurs 
du 14 juillet 1789? 

Dans ses Lettres sur la Révolution^ miss 
Williams dit que, après la prise de la Bastille, 
tous les Parisiens qui arrivaient dans les pro- 
vinces y racontaient qu'ils étaient montés à 
l'assaut de la forteresse, et la plupart d'entre 
eux avaient même mis la main au collet du 
gouverneur de Launey. (Rires dans Vaudi- 
toire,) 

Chose curieuse : les héros du 14 juillet ne 
cessèrent point de réapparaître dans toutes 
les grandes fêtes publiques. Ils avaient la 
faculté de ne point mourir... On les retrouve 
au grand complet sous le premier Empire; 
c'est le général Hulin qui exécute le duc 
d'Enghien dans les fossés de Vincennes. Ses 
compagnons trouvent tous le moyen de 



citeront l'empereur Napoléon III. Bien mieux: 
le budget de 1874 comprend encore des pen- 
sions attribuées à des héros qui, le 14 juil- 
let 1789, étaient montés à l'assaut de la 
Bastille. En 1789, ces héros tétaient encore 
leurs mères!... (Rires et applaudissements pro- 
longés,) 

LA GRANDE PEUR 

La prise de la Bastille eut, dans les pro- 
vinces, un contre-coup tout à fait singulier 
et dramatique. Ce fut la Grande Peur. 

Vers la fin du mois de juillet 178'ô, ur 

les différents points de la France, de l'E à 

l'Ouest, et du Nord au Midi, se répt lit 

subitement une terreur étrange, terreur f e. 

Les habitants des champs se réfugiaient is 

les villes, dont les portes étaient ensuite r- 

mées en grande hâte. Les hommes se.réi s- 

saient en armes sur les boulevards. C'éta it, 

criait-on, les brigands. Ils approchaient, m 

les avait vus, pillant les fermes, d^*'"- nt 



Digitized by 



Google 



r ' 



les champs, violant les femmes, massacrant 
vieux et petits. Dans certaines localités, un 
messager arrivait, les yeux fous, couvert de 
poussière, sur un cheval blanc d'écume. Les 
brigands étaient là-bas sur la colline, em- 
busqués dans le bois. Dans deux heures, ils 
seraient devant la ville. En Auvergne, des 
villages entiers furent abandonnés. Les mai- 
sons furent laissées désertes. Au plus épais 
des bois, au creux des ravins, dans les grot- 
tes perdues au fond des gorges, la population 
affolée cherchait un abri. Quelques-uns se ni- 
chèrent dans des hautes branches des arbres, 
d'autres se mettaient dans les trous qu'ils 
recouvraient de verdure... 

La ville d'Uzcrche fut prise d'un véritable 
aecès de folie : les gens couraient çà et là, 
dans 1^ plus grand désordre, en proie à une 
extravagante terreur. Les femmes fuyaient 
par les portes de la ville, tirant leurs enfants 
après elles, portant sur leurs épaules ceux qui 
ne pouvaient encore marcher. A Brive, à Tulle, 
dans les environs, l'alarme n'était pas moins 
grande. Et, tandis que les habitants d'Uzerche 
se sauvaient de chez eux, ceux des campagnes 
se réfugiaient à Ozerche. (Rires et applau- 
dissements,) 

A Angoulême, le 28^ juillet, sur les trois 
heures de l'après-midi, le tocsin avait retenti. 
On annonce l'approche de quinze mille ban- 
dits. Les portes de la ville sont fermées; 
des gardes sont postés sur les remparts. Bien- 
tôt, on entend les cris d'épouvante : 

— Les voilà! les voilà! 

Un tourbillon de poussière roulait sur la 
grand'route, il s'approche. Quelle angoisse! 
II s'épaissit, il grandit, il s'ouvre, il se dis- 
sipe... C'était le courrier de Bordeaux qui 
passait, au grand galop de ses six chevaux, 
en faisant daquer joyeusement son fouet. 

Ailleurs, c'était la poussière soulevée à l'ho- 
rizon par un troupeau de moutons qui avait 
donné l'alarme; ailleurs, le bruit du vent dans 
les arbres de la forêt. 

En Guyenne, le tocsin d'alarme sonne dans 
les villes, le même jour, presque à la même 
heure. Le tintement d'effroi vole sur les cam- 
pasrnes, où les localités s'épouvantent réci- 
\ ornent 

de brigands, il n'y en avait nulle part. 
Dauphiné de même. Les paysans, armés 
c tdX, de houes, de fourches, se précipitent 
( foule dans les villes, avec femmes et en- 
f }, conduits par leur curé ou par les no- 
t s du pays. Nombre d'entre eux, venus 
< .otn, d'un trait, sans prendre d'aliments 
\ la route, étaient « dans un état à faire 

I ' •^. ,' i#; . 

certaines provinces, celles de l'Ouest 



»43 

• 

que baigne la mer, ce ne fut pas l'arrivée des 
brigands, mais un débarquement d'Anglais qui 
fut annoncé. Les Anglais, disait-on, avaient 
subitement fait leur apparition à la crête des 
falaises, et, comme leurs ancêtres de la Guerre 
de Cent ans, ils s'avançaient dans le pays, 
pillant, saccageant, égorgeant. Ces bruits pri- 
rent une telle consistance, que des députés 
de la région aux Etats Généraux firent des 
observations au gouvernement, et que le mi- 
nistre des affaires étrangères dut obtenir de 
l'ambassadeur anglais une déclaration solen- 




Luttc dans l'intérieur de la Bastille (14 juillet 1789). 

nelle des dispositions pacifiques du cabinet 
de Londres. 

En Dauphiné, on parla d'une invasion de 
Savoyards; en Lorraine et en Champagne, 
c'étaient des reîtres et des lansquenets d'Alle- 
magne qui avaient franchi la frontière, féroces 
comme au temps des guerres de religion. 

Dans le Oâtinais, l'événement produisit une 
méprise, qui parut ensuite comique, mais n'en 
avait pas moins failli tourner au dénouement 
sanglant. 

On était venu annoncer à Fontainebleau 
rapproche effrayante des brigands; déjà, Mo- 
ret était saccagé. Cependant, à Moret, le bruit 
se répandait que les brigands arrivaient du 
côté de Fontainebleau, après avoir incendié 
la ville. La population de Fontainebleau, qui 
était composée d'âmes héroïques, n'hésita pas 
à prendre les armes, et s'avança au secours 
de Moret, tandis que les habitants de Moret, 
qui ne le cédaient à leurs voisins ni en ar- 

uiyiiizeu uy >^_j vy v^pc i\^ 



Î44 

dêur, ni en vaillance, après avoir tiré, de leurs 
armoires, arquebuses, pertuisanes et mous- 
quets, s'avançaient, en ordre de bataille, à 
la « rescousse » de Fontainebleau. (Rires dans 
Vauditoire,) 

A mi-diemin de Fontainebleau et de Moret, 
les deux troupes se rencontrent : elles se 
sont aperçues de loin. 

— Là-bas ! les brigands ! crient ceux de Fon- 
tainebleau. 

— Les brigands! là-bas! s'éaient ceux de 
Moret. 

Quelques coups de feu sont tirés. 



foi, raconte de façon fort pittoresque les effets 
de la Grande Peur dans le Limousin. Void 
un passage que je vais vous lire : 

Comme j'étais au pâturage aves d'autres 
enfants de mon âge, la Mariette (une vieille 
paysanne, voisine de Nanon) et cinq ou six 
autres femmes vinrent, tout épeurées, nous dire 
de rentrer. 

— Qu'est-ce qu'il y a donc? 

— Rentrez 1 , rentrez 1 ramenez vos bètes, dé- 
pêchez-vous, il n'est que temps! 

La peur nous prit. Chacun rassembla son 
petit troupeau et je rainenai vivement Ro- 




PJan du magasin d'armes de la Bastille, d'a^rh une gravure du dix-huitième siècle. 



Les gars de Fontainebleau s'étaient cou- 
chés à plat ventre sur la route, et les 
gars de Moret s'étaient postés derrière des 
haïes de charmilles et d'églantiers. Les 
arquebuses étaient antiques, et les rouets 
en marchaient fort mal. Personne ne fut tué. 
On avait pris la précaution d'envoyer, de 
part et d'autre, des éclaireurs : la méprise 
fut dissipée. On fraternisa, on fit encore des 
stations dans les auberges, à la Colette Rayale, 
à la Tonnelle du Gâtinais, et, le soir, le 
cœur à l'aise, tout en chantant « la Faridon- 
daine, la Faridondon », les héros s'en re- 
tournèrent, qui à Fontainebleau, qui à 'Moret. 
(Vifs applaudissements.) 

Dans un de ses romans, George Sand qui, 
née en 1804, avait pu recueillir, des témoins 
mêmes des événements, des échos dignes de 



sctte (une ouaille) qui n'était pas trop contente, 
car ce n'était pas son heure de quitter l'her- 
bage. 

Je trouvai mon grand-oncle très inquiet de 
moi. Il me prit par le bras et me poussa 
avec Rosette dans la maison, puis il dit à 
mes cousins de bien fermer et barricader tou- 
tes les huisseries. Ils n'étaient pas bien as- 
surés, tout en disant que le danger ne pi »- 
sait pas tant. 

— Le danger y est, répondit mon on« î, 
quand nous fûmes bien enfermés. A prési it 
que nous voilà tous les quatre, il s'agit e 
s'entendre sur ce que Ton va faire. Et voilà e 
que je conseille. Tant qu'il fera joiu", il ; y 
a rien à essayer; c'est à la grâce de Die ; 
mais, quand la nuit sera venue, on ira se ré i- 
gier dans le moutier, et chacun y portera e 
qu'il a : meubles et provisions. 

— Et vous croyez, dit Jacques, que les n i- 

uiyiiizeu uy ■v^vJwVt Lv^ 



«45 



nés vont recevoir comme ça toute la pa- 
roisse ? 

— Ils y sont obligés! Nous sommée leurs 
sujets, nous leur devons la dîme et l'obéis- 
sance, mais ils nous doivent l'asile et la pro- 
tection. 

Pierre, qui était plus effrayé que son frère 
aîné, fut, cette fois, de l'avis du grand-père. 
Le raoutier était fortifié; avec quelques bons 
gars, on pouvait défendre les endroits faibles. 
Jacques, tout en assurant que ce serait j)eine 
inutile, se mit à démonter nos pauvres grabats; 
je rassemblai mes ustensiles de cuisine, quatre 
écuelles et deux pots de terre. 

Le linge ne fit pas un gros paquet, lels 
vêtements non plus. 

— Pourvu, me disais-je, que les moines con- 
sentent à recevoir Rosette! 

En attendant, ne^ cachant rien et n'osant 
questionner, j'obéis machinalement aux ordres 
qui m'étaient donnés. Enfin, je compris que 
les brigands allaient arriver, qu'ils tuaient tout 
ie monde et brûlaient toutes les maisons. 

Alors, je me mis à pleurer, non pas tant par 
peur de perdre la vie (je ne me faisais encore 
aucune idée de la mort) que pour le chagrin 
d abandonner aux «flammes notre pauvre chau- 
mière, qui in était aussi chère et aussi précieuse 
que si elle nous eût appartenu. En cela, 
je n'étais gruère plus simple que le père Jean 
et ses petits-fils. Ils se lamentaient sur la 
perte de leur misérable avoir, bien plus qu'ils 
ne songeaient à leurs danjg^e^-s personnels. 

La journée s'écoula darts l'obscurité de cette 
maison fermée et on ne soupa point. Pour 
faire cuire nos raves, il eût fallu allumer 
du feu, et le père Jean 5*y opposa, disant que 
la fumée du toit nous trahirait. Si les bri- 
gands venaient, ils croiraient le pays aban- 
donné et les maisons vides. Ils ne s'y arrê- 
teraient point et courraient au moutier. 

La nuit venue, Jacques et lui se décidèrent 
à descendre le ravin et à aller frapper à la 
porte du couvent; mais elle avait été fermée 
tout le jour, elle l'était encore et il fut im- 
possible de se la faire ouvrir. Personne même 
ne vint parlementer à travers le guichet. On 
eût dit que le moutier était désert. 

— Vous voyez bien, disait Jacques en reve- 
nant, qu'ils ne veulent recevoir personne. Ils 
savent qu'on ne les aime point. Ils ont autant 
peur de leurs parobsiens que des brigands. 

— M'est avis, disait mon oncle, qu'ils se sont 
cachés dans les souterrains et que, de là, 
il; î peuvent rien entendre. 

n grand-oncle eut alors l'idée de s'in- 
fc ler si, dans les environs, on avait quelques 
ni relies et si on avait pris quelques dispo- 
si ns contre le danger commun. Il repartit 
a^ Jacques, tous deux pieds nus, et suivant 
l'< bre des bubsons, comme s'ils eussent été 
ei mêmes des brigands méditant quelque mau- 
vi coup. 

r>us restions ^euls, Pierre et moi, avec 
l' nction de nous tenir sur le pas de la 



porte, l'oreille au guet, prêts à fuir, si nous 
entendions quelque mauvais bruit. Il faisait un 
temps magnifique. Le ciel était plein de belles 
étoiles, l'air sentait bon, et nous avions beau 
écouter, on n'entendait pas le moindre bruit 
de bon ou de mauvais augure. Dans toutes 
les maisons éparses le long du ravin et pres- 
que toutes isolées, on avait fait comme nous : 
on avait fermé les portes, éteint les feux, 
et on s'y parlait à voix basse. Il n'était que 
neuf heures et tout était muet comme en pleine 
nuit. Cependant, personne ne dormait, cette 




Bal sur l'emplacement de la Bastille, gravure de Le Cœur, 
d'après Swedach. 

t 

nuit-là; on était comme hébété par la crainte, 
on n'osait respirer. 

Le souvenir de cette panique est resté dans 
nos campagnes comme ce qui a le plus mar- 
qué pour nous dans la Révolution. On l'ap- 
pelle encore 1' « année de la grande peur ». 



Eir effet, ce sera, dans la mémoire des pay- 
sans, quand la tempête révolutionnaire aura 
passé, révénement qui les aura frappés le 
plus vivement. C'est lui qui leur aura laissé 
la plus profonde impression de terrettr. Cette 
dénomination : la « gmndc peur », fut celle 
qu'on lui donna dans le Centre de la France. 
Dans le Midi, on dit la « grande pourasse », 
la « grande paou », 1' « annada de la paou ». 
Ailleurs, ce tut la « journée des brigands », 



i 



Digitized by 



Google 



146 



OU le « jeudi fou », le « vendredi fou », se- 
lon le jour où la panique éclata. En Vendée, 
le souvenir de l'événement est resté sous un 
nom d'une jolie poésie : « Les brouilles de la 
Madeleine. » La peur y éclata, en effet, à la 
fête de la Madeleine, le 22 juillet, et la tra- 
dition rapporte que de fortes brumes, venues 
de la mer, avaient envahi la contrée pour 
faciliter aux brigands leur oeuvre de pillage 
et de sang. (Applaudiàsemenis.) 

Quant aux causes de cette étrange panique, 
on les a cherchées de toutes parts, dès l'épo- 
que même. 

L'Assemblée Nationale crut y découvrir la 
main des « ennemis de la nation »; d'autres 
en accusèrent Mirabeau et d'autres le duc 
d'Orléans. Parmi les historiens modernes, les 
uns y voient l'œuvre des factions révolution- 
naires, les autres, les intrigues de la Cour 
royale : les premières désirant activer la dé- 
sorganisation dû pays, la seconde voulant 
montrer aux Français les dangers qui résul- 
teraient de la destruction de l'ancien état de 
choses. 

En réalité, ni l'une ni l'autre de ces deux 
explications n'est plausible : l'oi^anisation 
d'un tel mouvement d'ensemble n'était pas 
possible avec une France où faisaient défaut 
les communications rapides. Dans la Grande 
Peur, il ne convient de voir, sans doute, qu'un 
contre-coup général et instinctif des premiers 
événements révolutionnaires. 11 faut tâcher 
d'entrer dans l'esprit du peuple d'alors. Après 
la prise de la Bastille, il lui semblait qu'à 



l'ordre ancien succédait le néant; tout ce qui 
avait fait l'existence séculaire de la France 
disparaissait. Aussi les âmes simples étaient- 
elles saisies d'une grande peur devant l'in- 
connu. C'était un violent accès de fièvre qui 
s'emparait du corps de la nation tout entière, 
avant la régénération qui devait donner au 
pays une oi^ganisation et une vie nouvelles. 
(Applaudissements prolongés.) 
Conférence de 

BDlée iwr À. Pajet 

Après sa conférence, écoutée avec un in- 
térêt passionné, et longuement applaudie» M. 
Funck-Brentano commente, avec infiniment de 
. verve, de chaleur et d'esprit, les nombreuses 
projections qui illustrent la prise de la Bastille 
et rendent la leçcm vivante aux yeux, c<Hnmc 
M. Funck-Brentano vient de la rendre vi- 
vante à Tesprit. 

Nous reprendrons, cet été, l'histoire de La- 
tude, ce prisonnier, dont la captivité fut cé- 
lèbre, — premier anarchiste en date, puisqu'il 
osa fabriquer une bombe et Tenvoya à Mn»« 
de Pompadour avec l'inscription suivante: 

« Je vous prie, madame, d'ouvrir le paquet 
en particu/ié. » 

Ces mots éveillèrent la défiance de la mar- 
quise, qui, prudemment, fit décacheter le pa- 
quet par sa camériste. 

Nous donnons, aujourd'hui, seulement quel- 
ques-unes des vues' les plus importantes, et 
nous réservons les autres pour nos numéros 
de vacances. 

r.s. 



Série £ Vendredi, IS FéoHêr 

LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE 



LE TASSE 

Conférence de M. Gaston DESCHAMPS 

Mesdames, mesdemoiselles, 

Au moment où je vais terminer cette série 
de quatre conférences consacrées à la grande 
poésie italienne, je serais heureux si j'avais 
réussi à vous montrer combien peu les hom- 
mes de génie, dont nous nous sommes entrete- 
nus, sont, pour nous, des étrangers... 

2n dépit des apparences, c'est-à-dire en dépit 
des distances créées par le temps et p^r 



l'espace, ils nous appartiennent dans une assez 
large mesure. Jusque dans notre vie quoti- 
dienne, nous retrouvons leurs traces, s'il est 
vrai que les prénoms des héros de TAri-^-*^ 
soient, à des titres divers, restés en fav< : 
Angélique, Roger, Marfise, et... Médor! \ i 
observation du même genre se présent i 
propos du Tasse. Les personnages qu'il & t 
plu à décrire : Renaud, Aminte, Hermû , 
Silvie, portaient des noms que l'on voit s - 
vent reparaître dans le répertoire des dians i 
sentimentales de l'ancienne France. Et C - 
rinde, r« aventurière » d'Emile Augier, s 



Digitized by 



Google 



r 



pelle comme une belle guerrière sarrasine de 
la Jérusalem Délivrée. 

Ce n'est pas tout! A côté de ces ressem- 
blances tout extérieures, il y a des liens plus 
solides et plus sérieux entre les grands poètes 
italiens et la littérature de notre pays. Le 
Dante, Pétrarque, TArioste, le Tasse, ont été, 
sans aucun doute, les initiateurs et les institu- 
teurs de la Renaissance française. Le Tasse 
a connu, personnellement, les poètes de la 
< Pléiade » et il a exercé sur eux une in- 
fluence profonde. 

Et, maintenant, si l'on compare le Tasse 
à ses prédécesseurs italiens, il est visible qu'il 
s'est préoccupé, comme eux, de célébrer la 
beauté féminine, aussi bien dans la Jérusalem 
Délivrée que dans VAminte, 



Avant d'entrer dans l'analyse de l'œuvre très 
complexe du Tasse, il convient d^étudier sa 
vie si dramatique, si mélodramatique même, 
par la succession et l'opposition des événe- 
ments dont elle est faite. 11 est difficile d'ima- 
giner des contrastes plus saisissants de gloire 
et d'infortune. Des jardins de Sorrente, image 
réelle des poétiques jardins d'Armide, le 
Tasse passe aux épreuves de la plus (jure 
captivité. Nous le voyons, tour à tour, hôte 
choyé des princes italiens ou français, puis 
mendiant, chemineau animé de la folie de la 
persécution, et, enfin, prisonnier... v. 

11 naquit sous les plus heureux auspices. 
11 semble que, sur son berceau, toutes les 
fées se soient penchées, toutes les muses 
aient souri. 

Comme notre Clément Marot, Torquato 

Tasso était le fils d'un poète en renom, Ber- 

nardo Tasso, originaire de Bergame, pays tout 

proche de Mantoue, patrie de Virgile! Ber- 

nardo Tasso est estimé encore aujourd'hui 

pour son poème d'Amadis, On le sait, les 

Amadis sont des récits chevaleresques, dont 

les héros légendaires se ressemblent comme 

frères et sont impliqués dans toutes sortes 

d'aventures merveilleuses et galantes. Amadis 

est le type du héros parfait qui, pour un re- 

. ^j sa dame, accomplit les exploits les 

extraordinaires. La tradition des Amadis 

perpétuée dans le roman français et ita- 

Donc, Torquato Tasso naît dans un mi- 

. où l'on rêve de chevaliers se dévouant 

•- les dames dont ils portent les couleurs. 

i plus : le cadre de ce rêve, c'est Sor- 

, ce promontoire situé entre Naples et 

.me, qui s'avance comme une terrasse fleli- 

dans la mer azurée. Voilà le lieu où le 

— uit, le 11 mars 1544. Dans quel 



^47 

plus beau cadre un poète pourrait-il voir le 
jour? Depuis le seizième siècle, bien d'autres 
poètes sont allés en pèlerinage dans la cité 
natale du Tasse. Lamartine y a rêvé sous 
des oliviers pareils à ceux qui s'étaient ef- 
feuillés sur le front du Tasse. Il s'est assis 

Sur la plage sonore où la mer de Sorrente 
Déroule ses flots bleus au pied de l'oranger. . . 

(Harmonies Poétiques. «Le Premier Begret. ») 

Là, sous un ciel tiède, égayé de l'harmonie 
des chansons napolitaines, dans une ville moi- 
tié grecque, moitié latine, s'écoula l'enfance 
du Tasse. La Destinée le gâtait alors! Elle 
se réservait de lui faire payer ensuite, et 
cruellement, la rançon de ce bonheur... Il 
fut de courte durée! 

Bientôt, son père était obligé de quitter 
Sorrente, à la suite du prince de Salerne, son 
protecteur. Quant à sa mère, Porzia, elle 
voyait fondre sur elle toutes sortes de vexar- 
tions, elle était même poursuivie en justice 
par des frères rapaces; finalement, elle dut 
se réfugier dans un couvent, et mourut peu 
de temps après. A dater de cette époque, 
Torquato mène une vie errante; il suit son 
père et continue à Rome, à Venise, à Pa- 
doue, à Bologne, ses études autrefois com- 
mencées à Naples. 

Et voici que, tout à coup, la Renommée 
lui sourit.. Ce sont les premiers regards de 
la gloire, plus doux, selon Vauvenargues, que 
les feux de l'aurore. A dix-huit ans, il pubhe 
son Rinaldo, poème en douze chants, dans 
le goût de VAmadis, composé par son père 
Bernardo. L'héroïsme y est associé à la ga- 
lanterie. Le personnage principal est ce même 
Renaud qui reparaîtra dans la Jérusalem Dé- 
livrée, Le Rinaldo attira sur Torquato Tasso 
l'attention de ceux qui, alors, s'intéressaient 
aux belles-lettres et les protégeaient : prin- 
ces, ducs, cardinaux... 

Le jeune auteur est admis à la Cour de 
Ferrare où, tour à tour, le cardinal Luigi et 
le duc Alphonse lui accorderont leur bienveil- 
lance et leur appui. Il jouit d'une pension. Nul 
ne peut prévoir, à ce moment, les graves dif- 
ficultés qui surgiront, plus tard, entre le poète 
et les princes de la maison d'Esté. Le Tasse 
n'a guère que vingt ans; il est élégant, il est 
beau. Id, nous ne saurions mieux faire que 
de nous reporter au portrait à la plume qu'a 
tracé de lui le marquis Manso de Villa, lequel 
fut l'ami du Tasse vieillissant et, par une tou- 
chante piété, essaya de reconstituer, à l'aide 
de témoignages, la physionomie du poète 
jeune, ^ j 

Digitized by VjOOQ IC ' 



a4« 



Portrait du Tasse 

Torquato, écrit-il, était un homme si accompli 
ie forme, de stature et de visage, que, parmi 
les hommes de la plus haute taille, il pouvait 
être admiré comme un des plus imposants et 
îes plus merveilleusement proportionnés; son 
jteint était frais, coloré, bien que dès sa jeu- 
nesse les études, les veilles, et, plus tard, les 
l^eve^s et les souffrances, eussent donné un peu 
3e pâleur et de langueur à ses traits. La coû- 




te Tâ«fe (i 544-1 595). 

de ses Cà.v. ^v,.^ cc de sa baiL; le 

inilieu entre le noir et le blond, dans une 
lellc proportion, cependant, que le sombre I'lih 
ortait sur le clair, mais que ce m 
ndécis des deux teintes donnait à sa « 
lure quelque chose de doux, de chatoyant et 
Je fin; son front était élevé et proéminent, 
ki ce n'est vers les tempes, où il paraissait 
Réprimé par la réflexion; la ligne de ce front, 
d'abord perpendiculaire au-dessus des yeux, 
Jéclinait, ensuite, vers la naissance de ses che- 
veux qui ne tardèrent pas à se reculer eux-mê- 
nés vers le haut de la tête, et à le laisser de 
jnne heure presque chauve; les orbites de 
bœil étaient bien arqués, ombreux, profonds et 
léparés par un long intervalle l'un de l'autre; 
les yeux eux-mêmes étaient grands, bien ou- 
Verts, mais allongés et rétrécis dans Icâ coins; 
leur couleur était de ce bleu limpide qu'Homère 
Vtribue aux yeux de la déesse de la 
lagesse et des combats, Pallas; leur re- 



gard était, en général, grave et fier, mais 
ils semblaient, par moments, retournés en 
dedans, comme pour y suivre les contempla- 
tions intérieures de son esprit souvent attaché 
aux choses célestes; ses oreilles, bien articulées, 
étaient petites; ses joues plus ovales qu'arron- 
dies, maigres par nature et décolorées alors 
par la souffrance; son nez était large et un 
peu incliné sur la bouche; sa bouche large 
aussi et léonine; ses lèvres étaient minces 
et pâles; ses dents grandes, régulièrement en- 
châssées et éclatantes de blancheur; sa voix 
claire et sonore tombait à la fin des phrases 
avec un accent plus grave encore et plus péné- 
trant; bien que sa langue fût légère et souple, 
sa parole était plutôt lente que précipitée, et il 
avait l'habitude de répéter souvent les derniers 
mots; il souriait rarement, et, quand il souriait 
par hasard, c'était d*un sourire gracieux, ai- 
mable, sans aucune malice et quelquefois avec 
une triste langueur; sa barbe était clairsemée 
et, comme je l'ai déjà dépeinte, d'une couleur 
de châtaigne; il portait noblement sa tête 
sur un cou flexible, élevé et bien conformé; sa 
ix>itrine et ses épaules étaient larges, ses bras 
longs, libres dans leurs mouvements ; ses mains 
très allongées, mais délicates et blanches, se 
doigts souples, ses jambes et ses pieds allonge 
aussi, mais bien sculptés, avec plus de muscle 
toutefois que de chair; en résumé, tout son 
corps admirablement adapté à sa figure; tous ses 
membres étaient si adroits et si lestes que, dans 
les exercices de chevalerie, tels que la lance, l'^ 
pée, la joute, le maniement du cheval, personu 
ne le surpassait. Cependant, — ajoute Mar 
— il ne parlait pas en public, devant les 
princes ou devant les académies, avec autant 
de force, d'assurance et de grâce dans l'accent 
qu'il avait de perfection dans le style et dans 
les pensées, peut-être parce que son esprit, trop 
recueilli dans ses pensées, portait toutes ses 
forces au cerveau, et n'en laissait pas 
pour animer le reste de son corps; néani: 
dans toutes ses actions, quelque chose quil 
eût à dire ou à faire, il découvrait à l'observa- 
teur le moins attentif une grâce virile et une 
mâle beauté, principalement dans sa conte- 
nance, qui resplendissait d'une si naturelle ma- 
jesté qu'elle imposait, même à ceux qui ne 
savaient pas son nom et son génie, l'admiration, 
l'étonnement et le respect. 

Marquis MATi^O VF. VUl^n. 

( \ 'ifs applaudissemen ts . ) 

Tel était donc le Tasse au temps oîi il parut 
à la Cour de Ferrare. C'était un « beau té- 
nébreux », excellente condition poiu- faire par- 
ler de soi et f)our plaire aux dames. De 
fait, les deux sœurs du duc Alphonse, Lu- 
crezzia et Leonora d'Esté, ont les yeux fixés 
sur lui. C'est la période brillante de la vie 
du Tasse; peut-être faut-il y voir Toi 
de ce vertige qui le prendra plnc *;^rd ' 
fera ambitionner toutes les ^r 



U9 



jours est-il qu'il possède au plus haut degré 
la faveur de la maison d'Esté. Il est, pour- 
rait-on dire, le « lion » de l'époque... 



En 1573, il fait représenter à Ferrare, avec 
le plus grand succès, sa pastorale d^Aminte. 
Cette pièce relève d'un genre dramatique qui, 
comme on le sait, a été fort goûté en France 
au dix-septième siècle, mais dont nous ne 
sentons plus guère le charme. Les héroïnes 
comme la belle Silvie ne nous apparaissent 
plus que comme plongées dans les brumes 
d'un lointain passé, avec des nuances effacées 
d'anciens pastels. On a écrit de gros livres 
qui montrent l'engouement extraordinaire de 
nos arrière-grand'mères pour des œuvres 
comtne VAminte, du Tasse, ou le Pastor 
FidOy de Guarini. Nombre de traductions en 
furent publiées. A la Cour des Valois, ce 
qu'on aime à voir représenter, ce sont des 
pastorales dramatiques. Ce genre sera cultivé 
plus tard avec succès par Racan dans ses 
Bergeries, Et quant au roman de VAstrée, 
il n'est pas douteux qu'il ne procède de la 
conception sentimentale mise à la mode par 
le Tasse dans son Aminte, Comme on le 
voit, cette pastorale franchit les Alpes... (Rires 
dans Pauditoire. Applaudissements. J 



Au reste, le Tasse était déjà connu à Paris, 
oii il était venu en 1570-1571, en compagnie 
du cardinal d'Esté. Ce voyage et ce séjour 
en France tiennent, sans doute, dans la bio- 
graphie psychologique du Tasse, une place 
qui n'a pas encore été mise en lumière, au- 
tant qu'il convient. Songeons aux impressions 
que le poète a dû éprouver à ce moment. 
11 entre en relatfons avec les grands litté- 
rateurs français de cette époque : notamment 
avec Pierre de Ronsard, à qui il lit quelques 
fragments de sa future Jérusalem Délivrée. 
Or, quelle est, à Paris, sous Charles IX, la 
situation d'un poète comme Ronsard? Dans 
la grande capitale de l'Occident, dans le plus 
puissant royaume du siècle, Ronsard est, non 
pa le protégé, mais l'ami du roi. Celui-ci 
le aitc en ^al. On connaît les vers fameux 
att "-ués à Charles IX, où il dit à Ronsard : 

Toi deux également nous portons la couronne ; 
Mai roi, je la reçois ; poète, tu la donnes. 

xryphes ou non, ces vers montrent bien 
en quelle haute estime Ronsard était tenu à 
la xnxr de France et .de quel singulier res- 
pe sa personne était entourée... Sa condition 
csi ■- — ;que celle d'un souverain... Voyant cela. 



qu'a dû penser le Tasse? Encore une fois, 
ses biographes ne s'en sont pas assez préoc- 
cupés. Le Tasse, âme très sensible, cœur am- 
bitieux, n'a pu s'empêcher de faire un retour 
sur lui-même, d'établir une comparaison en- 
tre sa situation de poète, pensionné par la 
Cour de Ferrare, attaché à une maison prin- 
cière de faible envergure, et condamné à 
quelque dépendance, et celle d'un Ronsard 




Le Tasse lisant à la princesse Eleonora d'Esté, dont il es^ 
épris, l'épisode d'OIindc et de Sophronie, d'après Ducis. 

traité en égal par le roi de France. Une 
fois rentré en Italie, il souffrira quotidienne- 
ment dans son orgueil. H aura des succès 
littéraires, certes! et on lui témoignera des 
égards, mais ils seront insuffisants à son gré. 
On ne fera jamais assez pour lui. Tout lui 
sera dû. Il s'enfoncera ainsi, peu à peu, dans 
ce délire de la persécution, dont toute son 
existence va être, désormais, assombrie. 



Un beau jour, le Tasse s'évade de la Cour 
de Ferrare comme d'une prison. Il va, d'étape 
en étape, fuyant les villes où il est connu. 
Il cherche un gîte à la façon d'un animal 
malade ou blessé. Il se souvient de la cité 
qui fut son berceau... Il gagne Sorrente. Sa 
sœur Cornélia, restée dans la vieille maison 
où vécurent Bernardo et Porzia, entend frap- 
per à sa porte. Elle ouvre et voit devant elle 

uiyiiizeu uy >w_j v^ v^pc i\^ 



25o 

un homme d'aspect minable, tenant à la fois 
du berger et du brigand des Abnizzes, coiffé 
d'un chapeau pointu, portant des guêtres dé- 
guenillées et un manteau en loques. Effrayée, 
elle va fermer sa porte, quand l'hôte imprévu 
parle, et elle reconnaît la voix de son frère 
Torquato. Quoi! est-ce bien lui? Est-ce bien 
là ce poète fameux, ce brillant cavalier dont 
parje l'Italie entière? C'est lui. Il a faim, il 
a soif, il est accablé de fatigue. 11 se plaint. 
On n'a pas eu pour luj, à la Cour de 




Le Tasse à l'hôpital des Fous, d'après E. Delacroix. 

Ferrare, les égards qu'il méritait. 11 est 
donc parti! 11 veut rester chez sa sœur, 
renoncer à la gloire menteuse. Cornélia 
récoute et elle le garde auprès d'elle. 
Elle l'entoure d'une affection maternelle, le 
console, l'aide à rétablir sa santé. 11 commence 
à voir se réaliser son rêve d'obscurité et de 
calme... Mais, bientôt, il va trouver cette vie 
étroite et monotone. Décidément, Sorrcnte est 
un cadre bien modeste pour son génie!... 

Alors, il reprend sa course errante à travers 
l'Italie, s'arrêtant tantôt dans des châteaux, 
tantôt dans des villes. On le voit à Padoue, 
à Venise, à Mantoue, à Turin. Dans cette 
dernière ville, il peut, s'il le veut, asseoir 
sa situation. De très hauts personnages s'in- 
téressent à lui; mais il est repris par son 
caprice errant. 

Jusque-là, il n'a pas voulu retourner à Fer- 
rare. Pourquoi? Il y a là un mystère qui n'a 



jamais été élucidé et qui ne le sera sans 
doute jamais. Npus avons déjà vu que le ; 
talent du Tasse avait inspiré la plus vive 
admiration aux deux sœurs du duc d'Esté : 
Lucrezzia et Leonora. On s'est demandé, par- ' 
fois, si Leonora d'Esté n'avait pas eu, pour 
le Tasse, plus que de l'admiration. Ce pro- 
blème a préoccupé Goethe, comme le prouve 
son beau drame Torquato Tasso, Et, alors, 
les persécutions que le duc Alphonse fît subir 
au poète ne venaient^elles pas de ce qu'il 
lui en voulait d'avoir plu à sa sœur? 

Quoi qu'il en soit, le Tasse qui, jusque-là, 
s'était tenu loin de Ferrare, se décide tout 
à coup à y retourner (1579). 11 y arrive au 
moment où le duc donne de très grandes 
fêtes à l'occasion de son troisième mariage. 
Au milieu de toutes ces réjouissances et de 
ces cérémonies, le Tasse passe presque ina- 
perçu. Mortellement blessé dans soa orgueil, 
il se laisse aller à des propos inconsidérés 
et violents, peut-être à des menaces. 



C'est alors qu'il est interné à la prison- 
ho'pital de Sainte-Anne, où il va rester sept 
ans (1579-1586). C'est dans ce triste cadre 
que la postérité aime à le revoir, et que 
les peintres ont aimé à le représenter. 

La folie du Tasse fut-elle simplement un 
prétexte invoqué par le duc Alphonse pour 
incarcérer un homme qui lui déplaisait? Non. 
11 eut, vraiment, des périodes d'égarement 
complet. Ce qu'on peut dire, c'est qu'on n'em- 
ploya peut-être pas les moyens les meilleurs 
pour guérir l'esprit du poète. En ce temps-là, 
on enfermait volontiers les fous avec tous les 
rebuts de la société, toutes les balayures hu- 
maines. Le Tasse fut persécuté par un geôlier 
qui, à sa dureté naturelle, joignait des ran- 
cunes d'ordre littéraire : grand admirateur de 
l'Arioste, il n'admettait pas qu'il y eût d'autres 
poètes, et il prenait un plaisir féroce à en- 
foncer le Tasse dans sa folie. Montaigne qui, 
à cette époque, alla en Italie, en compagnie 
de M. d'Estissac, nous raconte, dans son Jour- 
nal de Voyage, sa visite à la prison du Tasse. 
11 vit, dans son cachot, ce grand génie humi- 
lié et balbutiant, et l'idée de la nuit se 
faisait dans cet admirable cerveau lui usa 
un profond chagrin. Quand son esprit \ de- 
venait lucide, le Tasse travaillait; il ér vait 
des poésies, des dialogues philosophiqu 

Pendant sa réclusion, son nom et son %. ivre 
se répandaient; les lettrés le comparaient, non 
seulement à l'Arioste et à Pétrarque, mai! au 
Dante lui-même! La Jérusalem Délivrée î vait 
été publiée (sans le consentement du '^ ;sc) 
en 15S1. 

Digitized by VjOOQIC 



Le sujet du poème, c'est la prise de Jéru- 
salem par (es croisés. Oodefroy de Bouillon 
réussit, non sans peine, à triompher de la 
longue résistance des infidèles. C'est donc là 
une belle donnée, vraiment épique. Mais, en 
réalité, l'histoire et la légende ne sont, pour 
le Tasse, qu'un cadre où apparaissent des fi- 
gures hÀ-oïques et où se déroulent des épi- 
sodes touchants ou dramatiques. 

Comme TArioste, il s'est plu à peindre des 



25$ 

tienne illumine son esprit. Tancrède la Iwptise 
et la pleure. 11 y a là un coup de théâtre d'un 
grand effet; et les Italiens aiment beaucoup 
entendre réciter ce morceau dans leur langue 
chantante et sonore : 

le Baptême de Clorindc 

Tancrède l'a vue percer ic malheureux Ari- 
mon; il l'a vue, il la suit toujours attaché k ses 
pas. 




Montaigne visitant le TaMc dans sa pri»©". P»r Granct. 
<(a»''Téd de Montpellier) 



, personnages de femmes : Herminie, Clorinde 
I et, surtout, l'irrésistible Armide, qui garde 
si longtemps, dans ses jardins enchantés, le 
' vaiHaot Renaud. 

Le temps me fait défaut pour vous donner 

L lecture des principaux passages de la Jéru- 

I sùUm Délivrée. Toutefois, je ne saurais me 

p dispenser de dter le bel et fameux épisode 

<iu laptême de Clorinde. Clorinde est une 

^e re sarrasine, dont le caractère et les 

€xp ,.j rappellent ceux de la Marfise et de 

la I radamante de lArioste. Elle se bat en 

due avec le chevalier chrétien Tancrède. Ce 

CDU at rappelle, par le ton, par le mouvement, 

par les provocations échangées, par la vio- 

. leiK ' des coups portés, la manière homérique. 

■fLe —^ se termine par la mort de Clorinde. 

1 -—■— 



LI. — Il veut se mesurer avec elle : au coup 
qu'elle a frappé, il Ta prise pour un rival 
digne de lui. Elle va par d'obliques détours 
chercher une autre porte; le héros la pour- 
suit; Clorinde se retourne. «O toi, s'écrie-t-elle, 
» qui me poursuis avec tant d'ardeur, que 
» m'apportes-tu? — La guerre et la mort. » 

LU. — « La guerre et la mort! tu l'auras, 
» puisque tu la cherches. » Elle dit, et l'at- 
tend de pied ferme; Tancrède aussi veut com- 
battre à pied et s'élance à terre. Il aban- 
donne son coursier; aussitôt, le fer à la main, 
et brûlant d'orgueil et de courroux, ils fon- 
dent l'un sur l'autre; tels combattent deux 
taureaux qu'anime un amour jaloux et fu- 
rieux. 

LIV. — Ils ne savent ni reculer, ni se 
couvrir de leurs armes; l'ombre et la fureur 
leur ôtent l'usage de l'adresse et de la ruse; 



uiyiiizeu by 



Googk 



leurs pieds sont toujours immobiles, leurs mains 
toujours en mouvement; les épées étincellent, 
l'une contre l'autre heurtées; de la taille, de 
la pointe, leurs coups ne sont jamais sans 
effet. 

LV. — La honte amène la vengeance; la 
vengeance, à son tour, renouvelle la honte. 
Toujouîs de nouveaux motifs irritent leur ar- 
deur; à chaque instant l'arène devient plus 
étroite, et les combattants se rapprochent. Dans 



LXIV. — Tancrède poursuit sa victoire, et, 
la menace à la bouche, il la pousse; il la presse ; 
elle tombe, mais, en tombant, un rayon cé- 
leste l'éclairé : la vérité descend dans scwi cœur, 
et, d'une infidèle, en fait une chrétienne. D'une 
voix mourante, elle prononce ces paroles der- 
nières : 

LXV. — « Ami, tu as vaincu ; je te pardonne : 
» toi-même pardonne à mon malheur. Je ne 
» te demande point grâce pour un corps qui 




Lt prison du Tuic, d'après Iiabby. 



leur fureur, ce n'est plus de la pointe de leurs 
épées qu'ils cherchent à s'atteindre; ils se frap- 
pent de la poignée, ils se heurtent et de leurs 
casques et de leurs boucliers. 

LVI. — Trois fois, de ses bras nerveux, Tan- 
crède pressa la guerrière; truis fois elle se 
dégagea des liens dont il l'oncliainait : liens 
cruels que formait la rage et qu'Amour eût 
rendus si doux! Ils s'attaquent une seconde 
fois avec le fer, et l'un et l'autre le teignent de 
son sang. Fatigués enfin et hors diialeine, 
tous deux s'éloignent et vont respirer un mo- 
ment. 

LXIII. — Mais, enfin, l'heure fatale qui 
doit finir la vie de Clorinde est arrivée : Tan- 
crède atteint son beau sein de la pointe de 
son épée. Le fer s'y enfonce et s'abreuve de 
son sang; l'habit qui couvre sa gorge déli- 
cate en est inondé : elle se sent mourir; ses 
genoux fléchissent et se dérobent sous elle. 



» bientôt n'a plus rien à craindre de tes coups; 
» mais aie pitié de mon âme. Que tes priè- 
» res, qu'une onde sacrée versée par tes mains, 
» lui rendent le calme et l'innocence. » Ces 
tristes et douloureux accents retentissent au 
cœur de Tancrède, le pénètrent, éteignent son 
courroux, et de ses yeux arrachent des larmes 
inxolontaircs. 

LXVI. — Non loin de là un ruisseau jaillit 
en murmurant du sein de la montagne; •' y 
court, il remplit son casque, et revient is- 
tement s'acquitter d'un saint et pieux m is- 
tère. Il sent trembler sa main, tandis c l'il 
détache le casque et qu'il découvre le vis ge 
du guerrier inconnu; il la voit, il la reconn h; 
il reste sans voix et sans mouvement : ô fa- 
tale vue, funeste reconnaissance! 

LXVII. — Il allait mourir; mais, soud in, 
il rappelle toutes ses forces^ autour de on 
cœur : étouffant la douleur qui le pressf il 



Digitized by 



Googl 



L 




se Jïâte de rendre à son amante une vie im- 
mortelle pour celle qu'il lui a ôtée. Au son 
des paroles sacrées qu*il prononce, Ciorinde 
se ranime; elle sourit, une joie calme se peint 
sur son front et y éclaircit les orribres de 
la mort. Elle semblait dire : « Le ciel s'ouvre, 
et je m'en vais en paix. >> 

LXVIII. — Sur ses joues, la pâleur des vio- 
lettes se mêle à la blancheur des lis: elle 




Renaud et Armtdc. par Van Dyck. 
(Musée du Louvre) 

^fixe ses yeux éteints vers le ciel, et, sou- 
levant sa main froide et glacée, elle la pré- 
senta au guerrier, comme un gage de paix. 
Dans cette attitude, elle expire et paraît s'en- 
dormir. 

LXIX. — A cet aspect, les forces que Tan- 
orède avait recueillies le quittent et l'aban- 
donnent; il se remet tout entier sous la main 
de la douleur qui serre son cœur et le glace. 
La mort est sur son front et dans tous ses 
sens. Immobile, sans couleur et sans voix, 

I»" ne vit plus en lui que son désespoir. 
I (Jérusalem Délivrée.) 



1 



Fasse excelle dans les tableaux. II est né 
nre, comme presque tous les poètes ita- 
s. Il groupe les héros et les héroïnes comme 
it un metteur en scène. Malheureusement, 
peut reprocher au Tasse de multiplier les 
leurs, les teintes chatoyantes. Cela finit 
^i-par être trop beau pour rester émou- 



. 253 

vant. Une observation du mêrae genre serait 
encore de mise pour la célèbre description 
des Jardins d'Armide, Il y a là un décor qui 
semble appeler un corps de ballet; le cadre 
est parfait : il suffirait de le garnir. En traçant 
ce tableau enchanteur, il n'est pas douteux 
que le Tasse ne se soit souvenu de Sorrente 
et des jardins de la ville d'Esté. Lisons cette 
description qui semble être celle du Paradis 
terrestre : 

LES JARDINS D'ÀRMIDE 

Au sortir de ces tortueux sentiers, le jar- 
din déploie à leurs yeux son aspect enchanté. 
Eaux dormantes, ruisseaux limpides, fleuves, 
plaines, arbustes, collines agrestes, vallons om- 
breux, bois et cavernes, ils embrassent tout 
d'un seul regard. Et ce qui ajoute un nouveau 
prix à ces beautés précieuses, c'est que l'art, 
qui a tout fait, ne se montre pas. 
.' On croirait, tant la simplicité se marie à 
Tadresse, que les ornements et le site sont 




La mort du Tas»c, d'aprcs Ducis. 

natiurels. La nature semble avoir voulu, comme 
à plaisir, imiter l'art dont elle est le modèle. 
L'air n'est pas moins que le reste soumis 
aux volontés d'Armide, l'air qui fait fleurir 
les arbres. Les fleurs et les fruits sont éternels; 
tandis que les unes éclosent, les autres mû- 
rissent. 

Sur le même tronc, entre les mêmes feuilles, 
la figue vieillit à côté de la figue naissante. 
La pomme nouvelle et la pomme mûre pen- 
dent du même rameau, l'une dorée, l'autre 
verte encore. Sur les hauteurs des jardins 



uiyiiizeu oy 



Googk 



a54 



les plus exposées au soleil, la vigne tortueuse 
étale ses bras luxuriants qui languissent. Là, 
des grappes sont encore en fleurs; ici, bril- 
lantes comme Tor et le rubis, elles sont déjà 
pleines de nectar. 

De charmants oiseaux, sous le vert feuil- 
lage, modulent à l'envi leurs chants volup- 
tueux« L'air murmure et fait bruire Tonde 
et la feuille .qu'U agite. Quand les oiseaux 
se taisent, il leur fait écho : les oiseaux chan- 
tent-ils, son murmure est plus léger. Soit ha^ 
sard ou magie, cette musique aérienne accom- 
pagne ou répète leurs accents. 

Parmi ces oiseaux, on en distingue un à 
la couleur bigarrée de son plumage. Son bec 
a l'éclat de la pourpre; sa langue a des ac- 
cords pareils à ceux de la voix humaine. Il 
poursuit son ramage avec tant d'art que c'est 
un prodige inouï. Les autres se taisent pour 
l'écouter et les vents retiennent leur haleine. 

(Vifs applaudissements,) 

(JirusaUm Dilivrèey ch. XVI, trad. Desplaces.) 

Que voulez-vous que fasse Renaud dans 
un tel décor? Il ne peut que dire : 

— J'y suis, j'y reste. (Rires dans Vaudi- 
toire,) 

Malheureusement pour les Croisés', il y reste 
trop longtemps et le concours de son épée 
est nécessaire pour délivrer Jérusalem. 

Est-ce vraiment un fou qui a écrit tant 
de pages merveilleuses? Rien, au fond, ft'est 
plus logique ni mieux ordonné que la Jé- 
rusalem Délivrée, 



Nous arrivons aux dernières années du 
Tasse. Après un séjour à Naples, il achève 
son existence à Rome. Il y goûte un peu 
de tranquillité et de bien-être, malgré ses crises 
de plus en plus fréquentes, et qui l'affaiblis- 
saient graduellement. 

11 ne vécut pas assez pour recueillir les 
honneurs que lui préparaient les Romains. 
Le pape Clément VIII s'apprêtait à lui faire 
décerner solennellement, au Capitole, la cou- 
ronne, de laurier. Comme Pétrarque, le Tasse 
allait assister, de son vivant, à sa propre 
apothéose. 

Mais il n'eut pas cette joie suprême. Sa 
santé déclinant de jour en jour, il se retira au 
couvent de Saint-Onuphre, sur le Janicule. 
Il y fut traité avec respect, avec tendresse. 
Il composa encore quelques vers, puis s'étei- 
gnit doucement, trouvant enfin dans la mort 
la sérénité et la paix que la vie lui avait 
refusées. 

Le cardinal Cinthio lui ferma les yeux. Il 
fut enseveli de nuit sous une des dalles de 
la chapelle de Saînt-Onuphre. C'est là que les 
pèlerins épris de poésie vont encore, aujour- 
d'hui, s'incliner devant son tombeau. (Ap- 
plaudissements prolongés,) 

Conférence de 

GASTOTi DBSCJiAMPS. 

notée par A. PujeL 



Série F 



\M?ilêi^4^ 



ARTS - MUSIQUE 



Samedi, 16 Féoriêr 



HISTOIRE DE LA MUSIQUE 

Conférence de 

M. BOURGAULT-DUCOUDRAY 
sur GLUCK 

Avec le gracieux concours de : 

M- Charles DETTELBACH. 

Accompagnatrice : 

M'" DONNAY. 

Mesdames, mesdemoiselles, 

Ce n'est pas sans émotion que je viens 
parler, aujourd'hui, devant vous, d'un mu- 
sicien que j'admire profondément et qui fut 
un des plus puissants génies dont puisse se 



glorifier la musique. Qluck, dont le nom ne 
devrait être prononcé qu'avec respect, Gluck fut 
le chantre divin de la vertu. Il émeut, non 
seulement par les accents sublimes qu'il im- 
prime aux mouvements de la passion, mais 
encore par cette éloquence particulière c' cet 
instinct admirable qui lui ont permis de réa- 
liser un des plus beaux rêves de l'hon me : 
donner la vie à des âmes et leur pré un 
langage divin. 

Les sentiments nobles, généreux, d'uni_ . aute 
fierté, qu'il exprime, font de Gluck un « mu- 
sicien héroïque », et, cependant, je ne sais 
quelle tendresse enveloppe, de la mar-" e la 
plus touchante, sa pensée. 

uiyiLizeu uy "vJ v-)vJVt Iv^ 



255 



Napoléon h' disait, un jour, en parlant de 
Corneille : 

— S'il avait vécu de mon temps, je l'eusse 
fait prince. 

Ce mot eût convenu à Gluck, aussi bien 
qu'à notre grand auteur tragique. 

Gluck est le cerveau qui a le mieux compris 
ridéal terrestre; il l'a traduit avec des accents 
d'une pureté, d'une chasteté tout à fait émou- 
vantes. 

La figure d'Iphigénie, si délicieuse dans Ra- 
cine, est embellie encore par Gluck. Il sem- 
ble impossible qu'on puisse rendre avec plus 
de grâce le t>'pe adorable de cette frêle jeune 
fille, toute pudeur, toute noblesse, toute fierté, 
dont la résignation, la soumission aux ordres 
d'un père et des dieux, l'abnégation, sont 
aussi héroïques que toudiantes. 

Il m'est donc particulièrement doux de glo- 
rifier devant vous, mesdemoiselles, un de nos 
plus grands génies, et je veux espérer que, 
partageant mon enthousiasme, le nom de Gluck 
vous sera désormais sacré. (Vifs applaudis- 
sements.) 

Quel était l'état de la musique française 
avant Gluck? 

Entre nous, il était assez fâcheux; les témoi- 
gnages de Rameau sont là pour le prouver. 
A l'Opéra, les artistes se moquent de la 
mesure, de l'auteur, quelquefois même de la 
justesse, et toujours du sentiment Les chanteu- 
ses surtout regardent le chef d'orchestre du 
haut de leur grandeur, et déclarent tout net 
que la symphonie doit demeurer l'humble ser- 
vante de leur volonté; elles n'ont point idée 
qu'un compositeur puisse exprimer une pensée 
ni qu'elles aient le devoir de la rendre de leur 
mieux. En un mot, ce qu'il convient d'appeler 
« l'interprétation » à cette époque n'existe pas. 
Par gcmty le public aimait les fortes voix; 
plus on lançait fort la phrase, plus elle était 
apprédée. Entre une voix pure et un or- 
gane tonitruant, le parterre n'hésitait pas. Les 
applaudissements allaient au bruit. Il en est 
encore ainsi en province; à l'heure actuelle, 
les ténors bien musclés, possédant des notes 
formidables, reçoivent l'approbation du public; 
c-'* indique toujours une éducation que l'art 
r -as encore affinée, une culture grossière. 
s ces conditions, la musique ne pouvait 
F dre à un grand développement artistique. 
sseau, dans une de ses lettres, a plai- 
s .ttiX traduit les sensations d'un auditeur 
^ '•'esprit du temps. 

entendu, dit-il, des psalmodies d'une 
atonie lamentable, à qui il ne manque que 
. -»-— ♦'^ps juste et sans cris pour endor- 



Au moment même où l'opéra français péridi- 
tait de si belle façon, un théâtre de bouffons se 
fit entendre à l'Académie de musique. La troupe 
était jeune, vivante, le débit des acteurs plein de 
feu, leur jeu pétillant de gaieté, de bonhomie 
et de naturel. Ce fut une révélation. La com- 
pagnie italienne donna la Servante Maîtresse^ 
de Pergolèse, œuvre charmante dont j'aurai 
à vous reparler. 

En face de cette école si différente de celle 




Gluck. 

en honneur à l'Opéra, il se crée tout de suite 
deux courants : l'un favorable, l'autre hos- 
tile; tandis que tout un camp ne jurait que par 
les artistes français, les autres se fussent battus 
pour les comédiens italiens. 

Rameau, vieux alors, fut obligé de recon- 
naître que ces chanteurs italiens venaient, par 
leurs façons et leurs jeux, d'ouvrir à l'art 
des horizons nouveaux. 

Avec une bonne grâce spirituelle, il disait 
à l'abbé Arnaud: 

— Si j'avais trente ans de moins, j'irais en 
Italie et Pergolèse deviendrait mon modèle. 
Hélas! à soixante ans, je suis trop vieux. 

Il eût été bien dommage que Rameau ne 
restât pas le musicien original, personnel, qu'il 
fut. Mais cette boutade prouve que son gé- 
nie, toujours jeune, sentait les besoins d'une 
réforme, et la salua à son aurore. dans la 
formule nouvelle apportée par la troupe am- 
bulante. (Applaudissements.) j 

uiyiiizeu uy x^jwVJVJ Lv^ 



tS6 



En ce temps-là, l'Italie aurait eu, cepen- 
dant, elle aussi, besoin de bons interprètes. 
Les chanteurs italiens, assez contents d'eux- 
mêmes, très arrogants, et fort exigeants (ils 
demandaient qu'on les couvrît d'or), enten- 
daient que les compositeurs ne travaillassent 
qu'à mettre leur virtuosité en lumière. Us ne 
songeaient qu'à forcer l'applaudissement avec 
il primo huomo. Ils ne se préoccupaient au- 
cunement du sens musical, ni de l'expression 
lyrique, ni du sentiment des textes, ils don- 
naient un libre cours à leurs « sonates de 
gosier », à leurs concerts de gorge; ils lan- 
çaient des notes et des roulades, sans que 
jamais leur cœur ni leur pensée prissent la 
moindre part à leurs exercices acrobatiques. 

Orétry, qui s'en fut à Rome et y resta six 
mois, raconte que, chaque soir, il se rendait au 
théâtre. 

— Pas une fois, remarque-t-il, on n'y joua 
un opéra sérieux, et, d'ailleurs, il n'eût pas 
réussi. 

On venait pour entendre tel ténor en vogue, 
ou telle prima donnUy et, quand le grand 
air était dégoisé, on s'en allait au fond de la 
loge, prendre des glaces, ou bien jouer aux 
cartes. (Rires dans l'auditoire.) 

Le président Desbrosses avoue ne se coA- 
soler des interminables et insupportables réci- 
tatifs dont les opéras étaient encombrés que par 
une bonne partie d'échecs. Il quittait le jeu 
au moment du morceau attendu, puis, aussitôt 
fini, il reprenait sagement cavaliers et dames. Il 
conciliait ainsi, le mieux du monde, deux 
plaisirs différents, ayant agréablement mêlé 
les échçcs et la musique. (Applaudissements,) 



Supposez, maintenant, mesdemoiselles, un 
musicien unissant le génie italien à l'art fran- 
çais, c'est-à-dire possédant la sincérité et la 
vivacité de sentiment de l'un, et l'art scénique 
dramatique de l'autre; comprenant la néces- 
sité de rendre une œuvre vivante et la né- 
cessité plus grande de suivre, avec force, les 
situations développées dans un bon livret: 
vous aurez le musicien génial apportant 
à la France une formule nouvelle. 

Ce fut un Allemand qui la lui donna. 

Il fallait une volonté opiniâtre, une com- 
bativité résolue, ardente, adroite, l'entêtement 
d'un Teuton, allié à la plus fine diplomatie, 
pour imposer au public un art auquel il n'é- 
tait pas accoutumé. 

Gluck, ce bon génie, ce merveilleux géant, 
eut cette gloire, mais encore n'y parvint-il 
qu'à l'âge de soixante ans. 

On frémit en song^eant que, si Gluck n'a- 



vait pas eu cette verte vieillesse, cette admi- 
rable arrière^aison, nous eussions été privés 
de chefs-d'œuvre étemels. 



Je ne vous conterai pas longuement la vie 
de Gluck. 11 existe des biographies très bien 
faites auxquelles il vous sera facile de vous 
reporter. Sachez seulement que son père fut 
garde-chasse, dans le Haut-Palatinat, et ap. 
pliqua, avant le docteur Kneif^, la fameuse 
méthode des pieds mouillés. Le garde-chasse 
exigeait que le petit Gluck marchât pieds 
nus dans la fraîcheur des neiges et l'humi- 
dité des gazons, et c'est peut-être à quoi 
nous devons l'admirable santé de Gluck et 
sa vieillesse féconde. (Rires dans Pauditoirc) 

II fut élevé au collège des Jésuites de Kom- 
motau, près de Prague. Là, certain prince 
s'intéresse à ses dispositions musicales et l'en- 
voie à Milan travailler sous la (direction de 
San-Martini. 

Ce professeur, trop peu connu, et dont je vous 
prie de retenir le nom, eut l'honneur de comp- 
ter, parmi ses élèves, Haydn et Gluck, et, 
si l'on considère que San-Martini fut le pre- 
mier en date des symphonistes, on ne peut 
manquer de constater l'influence véritable qu'il 
exerça sur ses deux disciples, — bientôt deux 
maîtres incomparables. 

Gluck fut, d'instinct, peut-être aussi grâce 
aux leçons de San-Martini, un admirable sym- 
phoniste. Son instrumentation est tellement 
parfaite qu'encore aujourd'hui elle supporte 
toutes les comparaisons; elle a l'éclat, la ri- 
chesse, la verve, le prestige. 

Il connut, cependant, la chute de deux ou- 
vrages, et, chose curieuse, il tomba dans toutes 
les fautes, qu'il devait plus tard mépriser si 
hautement. Ses premiers ouvrages se ressen- 
tirent beaucoup plus des défauts de l'Ecole 
italienne que de ses qualités — et lui va- 
lurent le dédain de Hxndel, qui ne craignit pas; 
de dire : 

— Mon cuisinier sait mieux le contrepoint 
que ce gaillard-là. (Rires dans l'auditoire,) 

Ces échecs firent réfléchir Gluck; il comprit 
que le rôle du compositeur dramatique con- 
siste surtout dans l'expression des sentiments, 
dans la traduction fidèle et juste des situations 
imposées par le poète et rendues vivantes 
grâce à la musique. 

Gluck rêve de France; on dirait qu'un obscur 
instinct le pousse vers le pays qui convient 
à la nature de son talent. Il s'assimile notre 
belle langue, fait des études philosophiques^ 
et littéraires, et travaille nos opéras français; 

Plus tard, il eut l'occasion de mettre en! 
musique des livrets de Favart; il se fait aini 

uiyiLizeu uy "vJvJvJVt LVC 



ml 



i57 



la main aux œuvres légères et s'habitue aux 

exigences de notre prosodie. 
Malgré les nombreux et grands succès qu'il 

remporte en Italie et en Allemagne, il sent 
que c'est chez nous, dans la patrie des tradi- 
tions littéraires, que son génie atteindra son 
complet développement; il conçoit que l'in- 
térêt musical ne peut être détaché de l'intérêt 
dramatique et ainsi, lentement, par un travail 
mystérieux, Gluck monte vers ces perfections 
dont il atteindra* le sommet, et qui, tout d'un 
coup, laisseront éclater dés œuvres impérissa- 
bles. (Vifs applaudissentents,) 
<^ 

Ce qui l'inspirait, je vous l'ai déjà dit, 
mesdemoiseUes : c'étaient les grands sujets, 
les grandes passions, les grands sentiments. 
Il fallait, à ce noble artiste, de nobles causes; 
il sentait la nécessité d'une collaboration qui 
lui imposât des beaux mouvements de pas- 
sion, des sujets dramatiques et des situations 
émouvantes. 

Voilà pourquoi Oluck fut attiré si fort par 
la France. 11 pressentait la beauté de notre 
littérature et le parti que son génie en devait 
tirer; il se fit une âme vraiment française, 
I obtint ses lettres de naturalisation, et c'est 
pourquoi nous pouvons affirmer hardiment que 
Gluck, quoique Allemand, fut vraiment Fran- 
çais. (Rires dans Vauditoire.) 
<^ 

Gluck, d'ailleurs, arriva en France dans des 
conditions particulières. Il y comptait déjà des . 
admirations et de hautes sympathies. La dau- 
phine, Marie-Antoinette, qui devait être bien- 
tôt la charmante et malheureuse reine de 
France, avait été son élève et ne l'oublia pas. 
Elle lui témoigna constamment une faveur 
qui jamais ne se démentit. 

C'est grâce à sa puissante influence, à son 
intervention royale, que Gluck devait faire 
jouer Iphigénie. 

Il ne lui fallut pas moins que cet appui 
et la puissance qu'elle lui donnait, pour ob- 
tenir de Porchestre un peu de bonne volonté, 
ainsi qu'un peu de soumission de la part 
des artistes. Il régenta chanteurs, chanteuses, 
disciplina les instrumentistes, et, bientôt, l'on 
COI ut les beautés d'une interprétation qui 
SOI Tne l'œuvre au lieu de la défigurer. 

J le vous ferai point l'injure, mesdemoî- 

sel i, de vous raconter la pièce & Iphigénie; 

vo( avez toutes appris le chef-d'œuvre de 

Ra ne, ou, du moins, vous l'avez lu. Je 

m'i Téterai seulement sur les modifications, ou, 

plt >t, les simplifications que le bailli du 

Ro * le librettiste, apporta à la magnifique 



tragédie d'Euripide, dont, comme vous le 
savez, Racine s'inspira. 

La musique a besoin surtout de scènes 
saillantes, où le sujet se condense en quel- 
ques phrases. Le devoir d'un bon librettiste 
est donc d'élaguer tout ce qui ferait longueur, 
et de mettre en valeur les points culminants 
du drame. 

Le rôle d'Ulysse n'existe plus dans Vlphi- 
génie de Gluck, et c'est Calchas, tout à fait 
dans l'ombre dans la pièce de Racine, qui 
devient, au contraire, un des personnages^ im- 
portants de la tragédie. L'on conçoit que le 
fanatisme religieux de cette figure — fana- 
tisme allant jusqu'à la cruauté — ait inspiré 
le grand Gluck. 

Il en va de même du caractère d'Aga- 
memnon : ce père, placé entre son devoir de 
roi des rois et le tendre amour qu'il voue 
à sa fille, devait être, pour Gluck, la source 
d'accents d'une grandeur, d'une émotion in- 
comparables. 

Et quant à la douce, à la tendre Iphigénie, 
je vous ai déjà dit avec quel amoiu* Gluck 
avait idéalisé ce type adorable de jeune fille. 

Le génie de Gluck se révéla justement par 
la manière dont il traita ces différents carac- 
tères, leur imprimant une vie, une passion, 
un relief, tout à fait surprenants. Si l'on conr 
sidère ce qu'était l'opéra avant Gluck, on est 
obligé de convenir qu'il fut le réformateur 
de la musique française. 

L'abbé Arnaud, en parlant du récitatif su- 
blime par lequel Calchas fait la leçon à Aga- 
memnon, s'écria, ufi jour : 

— Avec cet air-là, on ferait une religion. 

En effet, il semble impossible qu'on puisse 
traduire avec plus de pathétique et de sim- 
plicité magistrale l'âme de ce fanatique — 
type éternel — appelé Calchas. 

Nous pouvons donc prétendre, avec juste rai- 
son, qu*Iphigénie est une œuvre éminemment 
française, réalisée par un étranger. (Vifs ap- 
plaudissements.) 



J'aurais à vous parler longuement encore 
du rôle d'iphigénie... M^e Charles Dettelbach, 
en le chantant, s'acquittera de ce soin en 
grande artistç qu'elle est, et beaucoup plus 
éloquemment que je ne pourrais le faire. Je 
me hâte donc de lui céder la place; mais, 
auparavant, je voudrais, pour que vous ap- 
préciiez mieux le charme de la mélodie et 
de l'interprétation, vous expliquer la situation. 

Clytemnestre et sa fille viennent d'arriver; 
le bruit s'est répandu qu'Achille, le bouillant 
Achille, est infidèle. Iphigénie souffre de cette 
trahison ; elle verse des larmes, et ses plaintes, 



uiyitized by 



Googk 



258 



et sa colère, et la passion dont son jeune 
et chaste cœur est déchiré, inspirent à Oluck 
une de ses plus belles pages : 

L ai-jo bien entendu f grands d|eux! le pUis-je croire? 

Qu'oubliant ses engagements, 

Achille, au mépris de sa gloire, 
Au mépris de l'amour, trahisse ses serments I 

Hélas ! mon cœur sensible et tendre 
De ce jeune héros s'était laissé charmer ; 
La gloire et le devoir m'ordonnaient de l'aimer, 
Et, d'accord avec eux, l'amour vint me surprendre. 

Parjure, tu m'oses trahir ! 

Un autre objet a su te plaire. 

Je te dois toute ma colère, 
Je forcerai mon cœur à te haïr ! 

Ici, mesdemoiselles, vous écouterez bien 
Mn>e Dettelbach... Gluck, avec cet instinct gé- 
nial des poètes, a voulu que la mélodie nous 
prévînt que cette charmante Iphigénie par- 
lait contre son coeur. 

-— Elle le forcera, dit-elle, à haïr. 

N'en croyez rien, elle aime de toutes les 
forces de sa jeunesse, de sa pureté, de son 
amour. 

Aussi la mélodie s'arrête-t-elle sur un ac- 
cord de septième diminuée, — puisqu'il faut 
l'appeler par son nom, — accord qui ne conclue 
pas et a quelque chose de déchirant. 



^ 



&==p~ 



^ 



rît 



:M:= 



Un autre ob - 






i^iii^npnrp 



Je te doit 







00 - le - n. 



:è=rù=:È=::èr±t 



ii^^i^i^ 



for -co- rai mon coeur à ta ha 



Irl 



Elle le forcera peut-être! mais elle l'aimera 
davantage, et vous admirerez la grâce avec 
laquelle Gluck a traduit ce sentiment. Tout de 
suite après ce beau cri, après notre fameuse 
septième diminuée, la phrase se fait envelop- 
pante, exquise. 

Que sa tendresse avait pour moi de chaniies ! 

soiipire-t-elle... 



Qu'il est cruel d'y renoncer! 
De mes yeux, malgré moi. Je sens couler des larmes. 
Est-ce pour un ingrat quils en devraient versw ? 

Cela est divin! 



Mme Dettelbach chante ce morceau avec 
une chaleur tendre, une pureté de style si 
parfaites qu'on lui redemande deux fois, ce 
qui semble réjouir particulièrement le confé- 
rencier. 

^*» 

Vous le voyez, mesdemoiselles, j'avais rai- 
son de dire que cela est divin. (Longs ap- 
plaudissements,) 

L'interprétation exquise de Mme Dettelbach 
(Vifs applaudissements) vous a fait mieux 
comprendre que par des paroles la figure 
suave, idéale, d'Iphigénje. 

Vous allez encore entendre un air peu connu 
de la (iartition et que M<ne Dettelbach fait 
bien de tirer de l'oubli : 

Par la craiule et par l'espérance. 
Ah î que mon cœur est tourmenté... 

Et, enfin. Pair célèbre, et je dirai presque 
immortel, par lequel Iphigénie, décidée à l'af- 
freux sacrifice de sa vie, par obéissance à 
l'ordre des dieux et de son père, adresse à 
Achille le plus touchant et le plus chaste des 
adieux : 

N'oubliez pas qu'Iphigéuie, 
Digne d uu moins funeste sort. 
Pour vous seul chérissait la vie, 
Et vous aiiua jusqu à ia mort. 
Adieu ! Adieu! 

Il y a, dans ces regrejts, tant de pudeur, 
qu'on ne saurait écouter sans émotion cet 
adieu d'une douceur héroïque. 



Mme Dettelbach doit recommencer deux fois 
le morceau, après des W« prolongés. 



J'espère, mesdemoiselles, que vous com- 
mencez à aimer Gluck comme il faut l'ai- 
mer. Nous parlerons, la prochaine fois, de 
deux œuvres sublimes: Orphée, Alcesfe. ^^'-fs 
applaudissements,) 
Conférence de 

'B0U1{GA'UVr''DllC0irDl{ 

iwiéê p«r Yvonne i ^7. 

Nota, — Je m'en voudrais de ne pas ass, er 

au succès éclatant de ia toute cliarmante «^c 

Dettelbach celui de M^c M. Donnay. ui 

raccompagna, et je remercie les deux a~"* es 
du concours qu'elles nous ont prêté. IT 



Digitized by 



Google 



r 



259 



LACADÉMIE DE DESSIN 



Cours de M. Paul THOMAS 
Lundi 11 Février et Jeudi 14 Février) 



L« Valeurs en Dessin 

J'abcM-de» id, un principe élémentaire qui 
joue un bien grand rôle dans l'art du dessin : 
je veux parler des valeurs. 
Le mot valetur, comme nous l'employons, 




Palmcttc (Frise du Capitolc). ; 

S .~n— plutôt au dessin qu'à la colora- 

ti ' l^ valeur est la plus ou moins grande 

ir .site d'une teinte; aussi dit-on valeur forte, 

V LIT faible; au peintre, on dit aussi: «Obser- 

V vos Valeurs et vos colorations. » Les colora- 
ti sont les tons différents comme le rouge, 
U le bleu, le jaune; mais ces couleurs 
p *' • plus ou moins foncées. Nous 



désignons alors cette différence par le mot 
valeur. 

La coloration par la juste observation des 
valeurs est peut-être la plus beHe; et si ce 
n'est la plus belle, c'est au moins la plus 
distinguée. Rembrandt est coloriste par la 




Masque, d'après l'antique (dit de GTemanicus). 

beauté de ses valeurs, comme Rubens Test 
par la richesse de ses colorations. 

Mais ne nous écartons pas du dessin. Rem- 
brandt, par ses valeurs, arrive à des colora- 
tions admirables; puis, toujours avec du noir 
et du blanc seulement, il rend la lumière. 
Quelle merveille, avec des moyens si bornés, 
de rendre la couleur e'- la lumière 1 !^ubens. 



lôo 



lui, dans son appétit des colorations, trouve 
le moyen, avec le noir, de donner une assez 
juste idée du rouge, du bleu, etc. Tant il 
est vrai que le génie trouve toujours le moyen 
de manifester ce qu'il sent, ce qu'il aime. 

Un jour, je fus étonné des résultats que 
donnait la comparaison des valeurs entre el- 
les, et jusqu'où l'on pouvait s'égarer en ne 
les observant pas. 

Un jeune Allemand vint dans mon atelier 
pour, disait-il, se perfectionner dans son art; 
iV avait fait, au débotté, un dessin, avec une 
grande habileté de main. 

je lui fis compliment de son adresse; mais, 
en même temps, je lui dis qu'il ne copiait 
pas son modèle et que je verrais, avec bien 
du plaisir, son talent mis au service de la 
nature. 

— Mais, monsieur, me dit ce jeune homme, 
j'ai copié, je vous assure, avec la plus grande 
exactitude. 

— Vous croyez; regardez bien! 

-— Oui, monsieur, j'ai bien regardé. 

— C'est possible. 

Et, tout en lui parlant, je retournais son 
dessin. 

—- Avec qui avez-vous étudié, en Allema- 
gne? 

La conversation continua... Puis, regardant 
le modèle qui posait, je lui dis : 

— Vous avjez là un superbe modèle, belle 
forme, belle couleur, n'est-ce pas, qu'en pen- 
sez-vous ? 

— Oui, monsieur. 

— Voyez donc comme la poitrine est inon- 
dée de lumière; c'est, évidemment, ce qu'il 
y a de plus dair sur tout son corps. 

' — Oui, monsieur. 

— En êtes-vous certain? 

— Ouï, monsieur. 

— Alors, montrez-moi? 

— Tenez, me dit-il en me désignant la 
partie la plus lumineuse, c'est évidemment là 
que se trouve le point le plus brillant. 

— jC veux bien vous croire, et je vois, 
ir ' c piasir, qu'à une main habile vous joi- 
gnez un bon jugement (disant cela, je remet- 
tais son dessin en vue). Décidément, vous avez 
une perception délicate des valeurs et vous 
pourrez me rendre de grands services. Voyons, 
là, sur votre dessin, quel est le point le plus 
lumineux ? 

Ne voyant pas où je voulais en venir, il me 
répondit naïvement qu'il était placé sur le 
genou. 

— Ce n'est pas possible. 

— Si, monsieur, permettez-moi de vous faire 
remarquer que, si on compare ce clair avec 



les autres clairs du dessin, celui-ci est évi- 
demment le plus vif. 

— Eh bien! alprs, pourquoi votre lumière 
n'est-elle pas placée comme dans la nature? 
Vous voyez très bien qu'elle est sur la poitrine 
et vous la mettez au genou;' pourquoi pas au 
talon? Et vous dites que vous copiez exac- 
tement votre modèle! Vous me permettrez de 
vous dire, à mon tour, que vous n'avez fait 
aucune attention à vos différences de lumière. 

— C'est vrai, je vois, maintenant, que, pom- 
mes lumières, je... 

— Très bien, on peut se tromper. 

Et je retournai encore son dessin... 

—'Vous avez de grands artistes en Al- 
lemagne : Owerbeck, Cornélius, Kaulbach, 
de beaux talents. Oh! voyez donc, dans 
ce moment, comme le modèle s'éclaire 
bien! Quel éclat, quelle vigueur dans les 
ombres! Mais, regardez cette chevelure, 
c'est comme du velours; et les ombres 
de la tête, comme elles sont transparentes et 
fortes. Cela rappelle le Titien, ne trouvez-vous 
pas? Ces cheveux crépus, mats, le sang qui se 
porte à la tête et au col, tout cela est d'une 
couleur superbe et l'emporte de beaucoup sur 
tout le reste. Qu'en pensez-vous? Si nous 
retournions votre dessin pour voir si vous 
avez bien rendu ce que nous admirons en- 
semble? Voyons! tiens, c'est singulier, vous 
avez encore oublié cela. 

— Oui, monsieur, je le vois maintenant 

— Vous voyez que votre tête est incolore 
et donne l'idée d'une figure de papier mâdié, 
et que vous avez fait, pour vos ombres, les 
mêmes fautes que pour vos lumières. Com- 
parez, maintenant, vos distances entre elles: 
chez votre modèle, le haut du corps l'em- 
porte de beaucoup sur le reste et lui donne 
une physionomie particulière; dans votre tra-. 
Vail, vous ne comparez rien; absorbé par le 
détail, vous ne voyez que lui; dessinant une 
partie, vous oubliez le reste et vous allez 
toujours. Vous me faites l'effet de ces gens qui 
se font bander les yeux pour marcher droit sur 
un long tapis de verdure; n'ayant plus, pour 
les diriger, la comparaison et la vue, ils vont 
tout de travers, à la grande joie de ceux oui 
les regardent. 

Je voulais revenir sur cette question es 
valeurs, si importante, si grave dans ses é- 
sultats. 

Je crois vous avoir fait suffisamment s%. dr 
les différentes qualités du dessin, dessin- ex. et, 
vrai, dessin de choix, dessin tamisé par es 
règles de l'art antique. 

Voilà ce qu'il faut savcMr, voilà ce qt nt 
su tous les grands artistes. 

Dans les talents qui paraissent i0 olus >i- 

uiyiLizeu uy 'v.j vy v^pt l^^ 



( 



26 1 



gnés des fortes études, vous trouverez la trace 
de ce que je vous enseigne. 

Quelques-uns semblent y échapper; est-il 
bien certain qu'ils y échai^ent? Je ne crois 
pas; seulement, la force de leur personnalité 
fait disparaître ce qu'ils prennent à la tradi- 
tion. 

TJfOMAS C0imi7(E. 

-*> 

Nous avons le plaisir de mentionner les 
élèves qui ont été remarquées par M. Jules 
Lefebvre et dont les dessins ont été classés 
ou retenus pom: l'exposition de fin d'année. 

Une seule de nos élèves de province a *été 
jugée digne de cette faveur; nous espérons 
que, le mois prochain, elles rattraperont noç 
étudiantes parisiennes. 

Voici donc le jugement de M. Jules Lefebvre : 

nnsioi Dmm (dessin d'objets dsueis) 

Premières, ex cequo : M"" Arletie Warrain et 

Lilie Brisson. 
Deuxième : M"* Mireille Miracle. 
Mention : M"* Germaine Normand. 



DIVISIOH DES PLATRES, D'APBËS LES TÊTES 
Première : M"» Charlotte Baschet. 
Deuxième : M"* Marthe Bonnet. 
Mention : M^'» Hérault. 

DinSlOK DES PLATRES, D'APRtS L'ORREIEITr 

Première : M"' Mareuse. 
Mention : M'^ Yvonne Thomas. 

Division D'APRES LE lODËLE TIYANT 

Première : M"" Savignac-Souvillouze. 
Mention : M"' Boulanger. 

Province : M"- Wanda So(Ihazenska. 



DEVOIRS 

Un seau. 

La Palmette (Frise du 
Capitole), reproduite ci-dessus. 

Troisième division : Masque, dit de Oernia- 
nicus» dont nous donnons plus haut la repro- 
duction. 

Quatrième division : Un homme assis, 
d'après le modèle vivant. 



Première division : 
Deuxième division : 



Vjê^s^injgj 



ÉCHOS DE L'UniVERSITÉ 



Va Conférence de JH. Jutes Bois 

M. Pierre Baudin ayant annoncé qu'il lais- 
sait à son confrère, M. Jules Bois, le soin 
de traiter, dans sa prochaine conférence, des 
€ lectures», ce sujet lui semblant se rattacher 
intimement à la névrose des femmes, ou, pour 
employer un mot plus moderne, à leur neuras- 
thénie, M. Jules Bois modifie ainsi le titre 
de sa conférence : il l'appellera « La Littérature 
neurasthénique », au lieu des « Cœurs neuras- 
thf^Qiques ». 

t. Pierre Baudin, en revanche, parlera de 
activité moderne ». 

►us profitons de cette occasion pour en- 
i.r à notre brillant CDnférencier nos meil- 
es félicitations. 

L. Pierre Baudin est fiancé à une charmante 
le fille, MWc Ochs, aussi jolie que distin- 
*, fille de M. et Mm« Louis Ochs. 

lUS souhaitons grand bonheur aux futurs 



JH. Hpujon Conférencier 

Il n'est pas utile de rappeler ici les succès de 
conférencier de M. Roujon, mais il est agréable 
de les constater. / 

M. Roujon est un improvisateur merveil- 
leux. L'éloquence — une éloquence particulière, 
faite de bonhomie, de finesse attique, de ron- 
deur et de haute distinction — coule de sa 
bouche sans qu'il semble y prendre garde. 
La mesure, le tact, la clarté, la bonne hu- 
meur, sont les fleurs charmantes sous les- 
quelles M. Roujon cache une érudition 
qui jamais ne se montre et, cependant, 
circule partout. On écoute sa parole sans fa- 
tigue; elle amuse, elle pénètre en vous, et 
l'on s'aperçoit, à la réflexion, qu'elle instruit 
plus que n'importe quelle leçon pédante. 

Je me souviens avoir eu l'honneur de voya- 
ger en même temps que MM. Roujon, Leygues. 
Dujardin-Beaumctz, Sarraut, Chaumié, Henry 
Lapauze, dans cette fameuse tournée des «Ca- 
dets de Gascogne » qui restera légendaire par 
le plaisir qu'on y prit, et les torrents d'éloquence 

Digitized by VjOOQIC 



262 



1 



qu'on y versa avec une joie, une gaieté ex* 
traordinaires. Chaque ville était marquée de 
discours et de vins d'honneur, et chacun de 
ces messieurs reconmiençait le speech attendu. 

Or, jamais une fois M. Roujon ne se ré- 
péta. Que ce fût à Carcassonne, ou dans les 
Pyrénées, ou dans les gorges du Tarn» il trouva 
à développer, avec une verve intarissable, le 
petit fait susceptible d'agréer à ses auditeurs. 
Il les charma, il nous charma aussi, et nous 
remplit d'étonnement et d'admiration, car le 
moindre de ses discours dévoilait le fin lettré 
qu'il est et le tour en était si vif, si spirituel, 
qu'il eue amusé le plus ignorant des publics. 

Ce voyage, d'ailleurs, fut une joute oratoire. 
M. Leygucs y recueillit de nombreux lauriers. 
Ahl les jolies improvisations que nous entendî- 
mes, au bord des sources,^ sur les monta- 
gnes verdoyantes, au pied des* torrents, et dans 
les mairies illuminées des villes! Le souvenir 
ne s'en perd point. 

Et c'est à titre de «Cadets de Gascogne» que 
nous obtînmes de notre illustre compagnon de 
voyage la conférence que nos universitaires 
eurent tant de plaisir à entendre... Il fait bon, 
parfois, voyager. 



O^^ 



Auditiont 



Une poignée de bonnes nouvelles... 

MWc Maille, la charmante pensionnaire de 
la Comédie-Française, dira les vers d'André 
Chénier à la conférence de M. Nozière; 

Mme Segond-Weber, la belle tragédienne de 
la Comédie-Française, prêtera son concours à la 
séance consacrée à Lamartine; 

Mïl« Arly chantera les chants révolutionnaires 
(conférence LéD Claretie) ; 

Mlle Berge, de la Comédie-Française, dira 
des poésies révolutionnaires (conférence Léo 
Claretie) : 

Le flûtiste Fleury, célèbre dans le monde des 
artistes, jouera le délicieux air de flûte des 
Champs-Elysées (séance Bourgault-Ducoudray) ; 

Enfin» les élèves de la classe de M. Tniffier 
joueront une scène de Cervantes : la Grande 
Sultane, à la conférence de Mme jane Dieu- 
lafoy sur le théâtre espagnol, et M. et Mme 
'Silvain prêteront leur concours à la deuxième 
conférence de M^e Jane Dieulafoy {Cid Es- 
pagnol). 



TLet Ombre$ Chinoiset^ 

On sait le succès énorme obtenu, il y a 
quelques années, par le seigneur Salis, avec 
les fameuses ombres chinoises, dont il fut tant 
parlé. 

La Marche à VEtoUe, de Rivière et Fra- 
gerolle, est restée presque aussi célèbre que 
les débuts, comme chansonnier, de l'acadé- 
micien d'hier, Maurice Donnay. Ce fut le mo- 
ment de gloire du cabaret du Chat-Noir. Tout 
y réussissait, tout y devenait célébrité. 

Depuis, les ombres chinoises, après avoir 
passionné Paris, avaient à peu près cessé de 
plaire; elles vont revenir à la mode, grâce 
à un procédé nouveau, très curieux, de projec- 
tions. 

Les ombres du Chat-Noir s'obtenaient par le 
passage, sur un écran blanc, de découpures 
en zinc, qui formaient ombre sur l'écran, grâce 
à un feu nu placé derrière. Puis, de simples 
verres de couleur, savamment disposés devant 
cette lumière brillante, tenaient lieu de dé- 
cor; la mer était représentée par une teinte 
verte; une nuance bleu foncé évoquait le 
désert. 

Aujourd'hui, avec moins d*artLfices, une ma- 
nœuvre plus simplb, on arrive à des effets 
bien supérieurs, grâce aux progrès de la pho- 
tographie et de la projection. On est arrivé, 
au point de vue du coloris, des décors, à des 
résultats vraiment surprenants. Les découpures, 
coûteuses, encombrantes, et si fragiles, .n'ont 
plus raison d'être. Des appareils perfectionnés, 
— analogues à ceux avec lesquels notre Univer- 
sité des Annales fait des projections, — seront 
combinés de façon à pouvoir produire, à volonté, 
la nuit, le jour, l'incendie; la tempête, etc. C'est 
ainsi que, dans une des dernières séances don- 
nées par la maison Mazo,-— laquelle possède tout 
le répertoire moderne des pièces d'ombres, 
et fait des projections admirables, — nous 
avons eu l'occasion d'assister à un lever de 
soleil sur le Paris dévasté et couvert de rui- 
nes d'un effet saisissant. 

Le charme de ces projections, — genre ombres 
chinoises, — c'est qu'on peut mettre des per- 
sonnages à l'infini. 

Dans une pièce intitulée VAigîe, et qui fut 
donnée par projections à la « Lune Rousse », on 
a vu un défilé de plusieurs milliers de grena- 
diers. 

Nous offrirons bientôt à nos étudiantes un de 
ces spectacles d'ombres chinoises; elles y pren- 
dront, j'en suis sûre, un vif plaisir. 




Digitized by 



Google 



263 



Les Cours Pratiques 



Série M 



COUPE 



Lundi, llféorlBr 



Cours de M»^ LAURENT BOURGET 



ROBE SIMPLE 

La leçon d'aujourd*hui sera consacrée à Tétude 
d'une robe très simple, dont le patron de 
corsage diffère peu de celui de la brassière; 
il est un peu plus décolleté (un centimètre tout 
autour) et plus court de taille : vingt et un 
centimètres, y compris une petite ceinture haute 




de trois centimètres. La croisure est un peu 
moins grande, trois centimètres au lieu de 
six (croquis numéro I). 

La jupe est taillée comme celle du cache- 
maillot, mais elle est fermée derrière. Si l'é- 
toffe employée a cent trente centimètres de 
large, il faut une seule hauteur de soixante 
centimètres et une seule couture placée der- 
rièrc. Mais, si elle a seulement soixante ou 
quatre-vingts centimètres, il faut deux hauteurs 
et, par suite, deux coutures qui seront placées 
sous les bras un peu plus en arrière qu'en 
avant pour donner de Tampleur par derrière. 
Le ^^ du milieu du dos sera fendu de haut 
sur une longrueur de vingt centimètres 
. pour la fente de fermeture, 
ffe destinée au corsage sera travaillée, 
, avant de tailler. Les garnitures de ces 
— 5S robes sont très simples parce que 
nts grandissent vite et que leurs vê- 
scrvent peu de temps. Je donnerai 
lainement quelques modèles de robes 



en 
en 

Sfa 
Pr 
les 
tci 
pr 
Ka 

m 
de 



lanche est taillée dans une bande de 

dine haute de dix-sept centimètres, large 

•-huit et pliée en deux dans sa largeur. 

' ^» lignes au crayon, nous la par- 




\ 



tageons en quatre parties égales dans le sens 
de la hauteur. 

Nous avons ainsi cinq lignes parallèles éti 
comptant les lignes extérieures : 1, 2, 3. 4, 6, 
qui serviront à déterminer l'échancré. 

Sur la ligne 1, il faut porter de haut en 
bas -trois centimètres et demi, point K. 

Sur la ligne 2, quatre centimètres, point L. 

Sur la ligne 3, un 
centimètre, point M. \ ï . 

La courbe passera '^ 

par ces points : K, 
L, M, en creusant 
entre K et L; puis 
elle se réunira en li- 
gne droite de M à 
N (croquis numéro 
II). 

La courbe du des- 
sus de la manche 
va très simplement 
de K à O (ligne 4), 
puis de là, en ligne droite, jusqu'à N. 

La couture de saignée est biaisée; elle ira 
du point K au point P, place k un centimètre, 
mesuré de bas en haut sur )ft ligne de division 
2. Ce dernier point P ett réuni en ligne 
droite à l'extrémité inférieure du ph de la ipous- 
seline. 

Le poignet sera une petite bande droit fil 
haute de deux centimètres et large de huit 
à neuf centimètres. 

M-' LAUÎiEJ^T BOUHGET. 

Résultat du premier concours de coupe. (Pa- 
trons sur mannequin.) 

Un Très bien à M"*' Baschkt. Markuse, Alice 
Marshall, M»* Blim, M"'* G. Buisson, 
S. Blisson, Oaillard, P. Marie, Chason, 
Pasquibr, Louise Chambon, Dora Polhman. 

Un Bien à M"" Lf.rfVAROL, J. Marie, E. Ternisien, 
Berger, M.-P. Fontenklle, M. Polin, 
S. DelauKay, s. Polin, H. Guérin, Bavet, 
Machrral. 

Un Assez bien à M"" Koi.hy, Julhans, M. Henry, 
Alice Savoye, Pollkt, J. Dumont, Rousîn, 
G. Wohlmutl, j. Crai'Ier, S. Saucé, Ch. 
Richard, S. Schustrr, M. Miracli:, 

DUSIONTEL, RODRIGI n. ^^ 

Les autres n'ont ippzdété Vla^stSQQlC 



264 



STÉNO-DACTYLOGRAPHIE 

Cours de M. de MOUSCARDY 



Comment on devient Dactylographe 

Cousine Yvonne me communique la lettre ci- 
dessous, si gentiment écrite que je ne puis que 
me rendre au désir exprimé : 

« Madame, 

» Abonnée au Journal de l'Université, je 
» ne puis résister au désir de vous dire quelle 
» place ce journal tient déjà dans ma vie. 
» Le mardi fait, maintenant, concurrence au 
» samedi, tant j'ai hâte de voir revenir ces 
» jours qui me ramènent mes journaux amis : 
» les Annales et le Journal de rUniversilé... 

» Toutes les jeunes filles de France devraient 
» y être abonnées..., et je vous avoue que 
» je suis un peu jalouse de nos « cousines » 
» de Paris, qui ont le bonheur de pouvoir 
» assister à tous ces cours si intéressants, dont 
» nous n'avons, nous, qu'un reflet... 

» Un cours, pourtant, nous manque, dont 
» nous n'avons môme pas l'écho : c'est celui 
» de dactylographie. Je comprends bien les 
» raisons qui vous ont fait renoncer à en 
» donner le compte rendu dans le journal. Mais 
» je me permets d'user de la permission que 
» vous nous avez donnée, de nous adresser 
» à vous, dans le cas où nous aurions la facilité 
» de pouvoir faire usage d'une machine à 
» écrire. C'est justement mon cas. Mes parents 
» emploient, aux bureaux, la machine Ohver, 
» et, si je pouvais avoir une notion de ce que 
» M. de Mouscardy enseigne les mardis à l'U- 
» niversité, je suis sûre que l'on pie permettrait 
» de faire mon apprentissage aux heures où 
» les employés laissent la machine libre. Vous 
» m'avez fait entrevoir un moyen de mettre 
» mon désir à exécution. Je suis sûre que 
» beaucoup de petites cousines sont dans le 
» même cas; dites-nous vite si vous jwurrez 
» nous satisfaire. 

» Voire petite cousine, 

» Gabrielle Berod. 

» 4, rue de Bétbune, à Lillers (Pas de-Caiais). » 

Je suppose donc, aimables universitaires, que 
vous avez devant vous une machine Oliver. 
Une partie, la plus rapprochée, est composée 
de touches dont l'ensemble forme le clavier, 
A droite et à gauche, sur des pivots, deux 
petites boîtes en métal, dans lesquelles se trouve, 
agrafé à des bobines, le ruban qui va servir à 
imprimer et que vous voyez à découvert, re- 
tenu par deux petites griffes qui lui laissent 



la liberté de s'enrouler à droite ou à gauche, 
tout en le maintenant au-dessus du cylindre 
sur lequel,, tout à l'heure, nous mettrons une 
feuille de papier. 

Les caractères sont portés par des branches 
ayant la forme d'un V renversé, disposées 
de telle façon qu'elles ne peuvent ni s'em- 
mêler ni ^e gêner, comme il est facile de 
s'en rendre compte à premièi"e vue. 

Les autres pièces, qui ont toutes leur utilité, 
seront décrites au fur et à mesure des besoins 
de l'étudiant dactylographe. 

Commençons par insérer une page blanche. 
Il faut que sa largeur ne d^asse pas celle 
du cylindre. Engagez cette feuille entre les 
deux plaques situées à la partie supérieure, 
non sans avoir eu soin, préalablement, de rap- 
procher les deux pièces en métal placées sur 
le cylindre, les guide-papier, dont les bords 
intérieurs doivent toujours recouvrir les bords 
de la feuille. 

Cela fait, tournez l'une ou l'autre des poi- 
gnées pour amener vgtre papier à la hauteur 
voulue. Il peut s'être enroulé régrulièrement 
ou n'être pas droit du tout. Dans ce cas, 
avant de commencer à écrire, il faut que vous 
ajustiez votre feuille. Pour cela, vous n'aurez 
qu'à lever un des leviers placés derrière les 
poignées; vous rendrez ainsi le papier libre, 
vous le* disposerez parallèlement au bord su- 
périeur de la plaque d'entrée, puis vous bais- 
serez le levier, afin que votre feuille soit ren- 
due immobile. 

Maintenant, il faut ménager, à gauche, une 
marge régulière. A droite de la machine, vous 
allez trouver une petite poignée terminant une 
tige horizontale. Cette poignée est un peu 
oblique. Vous allez la tourner légèrement d'ar- 
rière en avant; ce mouvement suffira pour 
la rendre mobile et vous pourrez, alors, dégager 
la tige de gauche à droite' ou la pousser de 
droite à gauche. 

Les divisions de cette tige correspond nt 
aux graduations E de l'échelle placée devani le 
cylindre. Si vous voulez margef à cinq o à 
dix, c'est-à-dire que votre ligne ne comme ce 
qu'à la division cinq ou dix de l'échelle j :a- 
duée, vous ferez ghsser le margeur jusqr au 
point désiré. 

Sur l'échelle graduée, se trouve une aîgi lie 
qui indique le point d'impression; vous -e- 
marquerez une encoche à cette aiguille; la 
lettre s'imprimera une diinsion avant Venco* ^^ 

Il vous tarde d^j^Çrjre,^ '^^^S v>^^L ^' ^^ 



i65 



<fricore me laisser vôiis donner quelques avis. 

Connaissez-vous de ces pianistes amateurs 
qui exécutent, avec un doigt. Au Clair de la 
Lune ou J'ai du bon Tabac?,.. Leur doigté 
vous paraît ridicule et les effets obtenus de 
Ja sorte sont remarquables par leur pauvreté. 

Il est aussi des dactylographes à un doigt 
et je ne saurais trop vous engager à vous 
défier de ce procédé facile qui nuit à la vitesse, 
à l'élégance et produit de la fatigue. 

Il faut se servir de tous les doigts, et l'on 
fait des exercices sur le clavier d'une machine 
comme sur un piano. La frappe doit être 
vive, légère; il faut lever le doigt dès que 
l'on a frappé la touche et n'en baisser qu'mte 
à la fois. 

Abordons courageusement les gammes dac- 
tylographiques. La partie gauche est réservée 
à la main gauche; donc, la partie droite est 
affectée à la main droite. 

Les pouces sont chargés d'actionner la barre 
d'espacement, — plaque noire placée en bas 
du clavier. Si on frappe cette partie, le chariot 
recule d'une division, mais rien ne s'imprime; 
d'où, séparation des mots. Si l'on vient d'em- 
ployer la main gauche, l'espace se fera avec 
le pouce droit; avez-vous^ écrit avec la main 
droite, le pouce gauche devra se charger de 
produire l'espace. 

Sur la première ligne du clavier, les touches 
portent des chiffres et des lettres. En les 
frappant seules, ce sont les lettres que nous 
obtiendrons. Nous les séparerons ainsi : 

AZERT MAIN GAUCHE YVIOP MAIN DROITE 

L'index étant le doigt dont on se sert le 
plus facilement écrira deux lettres : RT; les 



trois doigts qui les précèdent écriront les let- 
tres AZE. Pour la main droite, nous aurons : 
YV avec l'index, 10? avec les trois doigts sui- 
vants 

Vous ferez bien d'écrire une dizaine de li- 
gnes de cette première rangée de lettres ei> 
ménageant un espace après chaque groupe : 

AZERT, espace; YVIOP, espace. 

Puis, vous pourrez imprimer les mots sui- 
vants, plusieurs fois chacun : porte — portrait 
— prier — azur — rapport — erreur — errer — 
tiare — route — autre. 

DinèK.. Entendez-vous le timbre? Que veut-il 
dire.? Il vous prévient que la ligne se termine 
et que vous n'avez • plus que dix divisions ; 
c'est presque toujours suffisant pour terminer 
le mot avant de passer à la Hgne suivante. 

Votre ligne finie, poussez le chariot, % de 
gauche à droite, en appuyant sur la poignée 
de gauche, sans brusquerie, mais bien à fond. 
L'interligne s'obtient, de cette façon, automa- 
tiquement : le papier remonte tout seul. On 
peut obtenir trois interlignes avec la machine 
Oliver. A gauche du cylindre, se trouve une 
petite, pièce que l'on peut rendre mobile en 
la tirant à soi. Il suffit de faire engager le 
cran à l'une des divisions numérotées 1, 2, 3, 
pour obtenir un interligne plus ou moins grand. 
Le numéro 2 est celui qu'on emploie généra- 
lement dans le commerce. 

Ne vous semble-t-il pas que voilà beaucoup 
de choses à la fois et qu'il est prudent, de ma 
part, de les laisser se classer dans votre es- 
prit avant de continuer?... 

M. DE JHOVSCAHPr. 



=^0= 



Sens c 



ÊBrcrêdl, 13 Féorisr 



MODES 

Cours de M"* Valentine ABOUT 



'Les Chapeaux Troncés 

Nous avons préparé, la dernière fois, une 
bande de taffetas, — si vous vous souvenez, — 
et nous allons, aujourd'hui, la froncer des 
deux côtés dans le sens de la longueur, et 
nous rappliquerons sur la passe. 

n faut mesurer Tétoffc, la séparer en qua- 
tre, — sans la couper, — puis la poser sur 
la forme. 

La moitié de la bande devra être juste au 
milieu du devant. 

Les points marquant le quart devront être 
juste an quart de la passe. 

Enfin, la fermeture, bien entendu, sera dcr. 
rîère. 



Ces mesures bien prises, la bande bien posée 
en place, il faudra : 

1° Commencer par serrer, autour de l'entrée 
de tête, le fil de fronces passé en haut de 
la bande de taffetas; 

2° Bien égaliser les fronces; 

3*3 Les coudre à points très serrés. 

Puis, après avoir bien tendu le taffetas froncé 
sur la passe (tout au bord de la passe), cou- 
dre, comme vous l'avez déjà fait, autour de 
l'entrée de tête. 

Bien veiller à ce que les fronces soient égales 
partout, allant naturellement en éventail, puis- 
que le bord est beaucDup plus grand que 
l'entrée de tête. 



Digitized by 



Google 



266 



Faire attention aussi à ce que les fronces 
aillent bien droit. 

Le dessous du chapeau doit être fait de 
même. 

Pour l'instant, ne vous occupez pas du bord; 
nous le ferons au prochain cours. 




Il a fallu enlever de la passe la calotte 
béret pour tendre le taffetas. 

Remettez-la, dès que votre passe de taffetas 
tendu est terminée. Cousez alors votre ca- 
lotte solidement. 

Pour le béret en taffetas chiffonné, il faut 
un morceau de taffetas de 0^75 de long, 
sur toute sa largeur, c'est-à-dire m 55 à «» 60. 

Arrondissez les coins et passez une fronce, 
avec du fil solide, tout autour de ce morceau 
de taffetas (plus long que large). 

Nous poserons et draperons notre béret la 
prochaine fois. 

Il est utile de rappeler qu'il ne faut 
pas confondre la barrette (laiton qui sert 
à laitonner les formes) avec la barrett» 



qui sert à soulever le chapeau. Ces deux ho- 
monymes servent, comme vous le voyez, à dé- 
signer des choses bien différentes, et je me 
suis aperçue que ces mots créaient une confu- 
sion dans votre esprit. 

Pour laitonner, on prend de la barrette (lai- 
ton) en soie ou en papier numéro 3. 

Pour soulever le chapeau, et faire une bar- 
rette, on prend du tulle raide, laitonné d'une 
certaine façon (indiquée dans le deuxième cha- 
pitre de mon petit livre : VÀrt de faire ses 
Chapeaux). 

Les barrettes doivent toujours être recou- 
vertes en velours. Ce velours sera noir, brun 
ou beige, selon la nuance de la chevelure 
sur laquelle la barrette doit se poser, brune, 
châtain ou blonde. Gardez-vous de réassor- 
tir ce velours à la couleur du chapeau; rap- 
pelez-vous que la barrette, loin d'être un or- 
nement, n'est qu'une utilité. Son rôle consiste 
à soulever le chapeau, à suppofter les gar- 
nitures fixées en dessous; enfin, à donner de 
la légèreté à l'ensemble, en laissant voir le 
bouffant des cheveux sans l'aplatir. 

Votre barrette doit, pour demeurer invisi- 
ble, se confondre avec la jnasse des cheveux. 

Enveloppez donc complètement votre bar- 
rette de tulle laitonné, comme je vous l'ai 
déjà dit, dans tm morceau de velours en biais, 
sans faire un seul pU aux angles, et fermez 
en cousant — d'un seul côté — avec un fin 
surjet. 

Je i>ense que, maintenant, il n'y aura plus 
de malentendu possible entre ces deux fâ- 
cheuses barrettes, cause de tant d'erreurs. 



Nous donnons un des modèles qui sera exé- 
cuté à mon cours de mode. 

Béret en taffetas bleu Nattier, resserré par 
un lien de velours noir. Bouquets d'oeillets 
roses, et couteaux dégradés vieux bleu; passe 
en taJffetas tendu bordé de velours noir. 

V. Jf . 



Série D 



CHORAL 

Cours de M. Francis THOMÉ 



Jeudi, 14 FéoNer 



Le cours de M. Thomé est très éclectique. 
Il passe du classique au moderne avec la 
même facilité. Après avoir fait travailler les 
chœurs d'Hippolyte et Aricie, de Rameau, M. 
Francis Thomé a voulu que ses charmantes 
élèves étudiassent du moderne. 

Il leur a donc fait chanter le chœur de G. 
Fauré, si beau, si touchant, qu'on ne peut 
l'entendre sans être ému. 

Je veux parler du Cantique de Jean Racine. 



La partie de piano est admirablement , an- 
tante, avec des hartnonies imprévues, des dis- 
sonances ravissantes. Cela forme un vérit ble 
morceau à jouer. Ce chœur est écrit, ai ssi, 
avec accompagnement de violoncelle et d'orj ue, 
et produit un grand effet. Je le signale au'- na- 
teurs de bonne musique. 

Puis, M. Thomé a mis à l'étude un c eur 
de Brahms : les Bohémiennes, air pittore ue, 
avec des sonorités difficiles, des traits ai* les 

uiyiLizeu uy 'v_j"'*^>' v^pt i^- 



r 



r>'thmes amusants, des syncopes diaboliques. 

Je n'ai pas besoin d'ajouter qu'on retra- 

\'aillera ce morceau encore jeudi. Il n'est pas 

de ceux qu*on puisse perfectionner en une 

fois. 

Et, maintenant, parlons un peu de la façon 

I dont il convient de travailler .les chœurs. Ceci 

I pour les professeurs de province qui le deman- 

I dent. 

Il faut d*abord faire solfier, à chaque partie 
séparément, les notes : d'abord les hautes, en- 
suite les basses. 
, Puis, arrêter d'une façon définitive les res- 
pirations, car rien n'est laid comme lorsque 
; chaque choriste prend la liberté de pespirer 
au petit bonheur, là où il lui plaît et sou- 
vent à contretemps. 

Alors, toujours en solfiant, c'est-à-dire en 
nommant les notes, les parties peuvent s'as- 
sembler. Et, naturellement, il faut recommen- 
cer chaque passage, jusqu'à ce que la net- 
teté, la mesure, la justesse, soient parfaites. 
Si une voix semble trahir l'ensemble, il est 
bon de la faire travailler séparément. C'est 
pourquoi le chef du choral doit toujours être 
un musicien consommé. Son devoir est de 
reconnaître, entre cinquante voix, celle qui 
fausse, celle qui respire mal, celle qui chevrote, 
cefle qui traîne, celle qui nuit au bon en- 
semble et à l'attaque. 

Quand ce premier travail donne des résul- 
tats satisfaisants, c'est l'heure de recommencer 
l'étude séparée des parties avec les paroles. 
Ah! les paroles, quelle grave affaire, et que 
M. Brémont souffrirait, parfois, s'il entendait 
les mots défigurés par tant de jolies bouches 1 
L'articulation est presque toujours défec- 
meuse, les syllabes n'ont pas leur valeur, 
la prononciation laisse à désirer. On ne sai- 
sit point si ces voix fraîches prononcent de 
l'italien, de l'anglais ou du grec. 
M. Thomé tâche de rectifier ces misères ; mais 
I les jeunes filles n'attachent pas une impor- 
tance suffisante au rôle, cependant capital, 
' de la diction dans le chant. Elles enfilent 
des mots sur des notes, elles trahissent 
le sens exact des paroles, et la netteté des 
chœurs s'en ressent. Les paroles disent : 

Répands sur nous le feu de ta grâce puissante, 

Que tout Tenfer fuie au son de ta voix. 
Dissipe le sommeil d'une âme languissanto 
I - <*onduit à l'oubli de tes lois. 

i doute pas combien certains mots ar- 
ri aux oreilles défigurés : puissante, voix, 

d ?, languissante, lois; cela est effarant. 

erait bon que ces jeunes élèves s'appli- 
q lit à dire chez elles, sans les chanter, 
j il ises qu'elles auront ensuite à moduler, 

c es recommençassent cet exercice jusqu'à 

c la prononciation soit claire et, si je 

ï '. bien mise en place. 



267 

J'engage toutes les choristes, sans exception, 
à s'inspirer des excellents préceptes de M. 
Brémont; elles acquerront ainsi une meilleure 
articulation et les ensembles s'en trouveront 
d'autant améliorés. 



Après l'exercice séparé de chaque partie, 
soprani et contralti s'unissent et chantent avec 
les paroles. 

Et ce n'est guère qu'à ce moment que M. 
Thomé indique les nua]\ces, les effets; en un 
mot, le style ou, si vous préférez, l'esprit du 
morceau. 

Avec une patience inlassable, M. Thomé fait 
recommencer les passages difficultueux, jus- 
qu'à ce que rien ne cloche. 

Il recommande toujours à ses élèves de ne 
pas donner de la voix outre mesure. 

Dans les chœurs, rien ne sert de crier, ni 
de chercher un effet personnel; il faut tou- 
jours fondre sa voix dans l'ensemble, et ne 
pas accrocher l'attention par des moyens faciles. 

Et puis, surtout, surtout, les élèves doivent 
s'habituer à regarder le chef d'orchestre, 
— pardon, le chef de chœur 1 — à saisir au 
bout du bâton la mesure, la nuance, le rythme. 

C'est à quoi les élèves ne réussissent pas 
toujours. Elles regardent obstinément leur mu- 
sique, sans lever une seconde le bout de leur 
nez; elles suivent leur petit bonhomme de 
chemin sans s'inquiéter de rien, et elles font 
manquer le meilleur des effets. 

Un chœur doit avoir les yeux fixés sur le 
petit* bâton qui le dirige; sinon, il ne con- 
naîtra pas la perfection. 



Des élèves nous ont demandé si l'étude des 
chœurs fatiguait la voix. 

A cela, MM. Bourgault-Ducoudray et Thomé 
répondent : 

— Non, non, non! 

Il n'y a pas de meilleur exercice pour la 
fortifier, au contraire, ni de plus propre à 
développer le sens musical; il convient seule- 
ment de ménager sa voix, c'est-à-dire de ne 
pas crier à tue-tête et de ne point forcer 
des voix basses au delà du registre qui leur 
convient. 

Les Sociétés chorales, en Allemagne, en 
Suisse, en Russie, sont infiniment plus déve- 
loppées que chez nous; elles obtiennent des 
résultats admirables, justement par la discipline' 
des voix, l'homogénéité des émissions, la jus- 
tesse des respirations, la franchise des attaques. 

En France, nous sommes admirablement 
doués, mais moins patients, moins disciplinés 
que nos voisins. 

Nous dirons un mot, la prochaine fois, sur 
l'origine des chœurs. 

rVONME SAUCET. 



Digitized by 



Google 



268 



SéHe £ 



Yêndrâdi, /5 Féoriar 



LECTURE 



Cours de M. L, BRÉMONT 



Nous donnpns plus loin quelques-uns des 
morceaux qui ont été déchiffrés à la séance de 
lecture d'examen. 

Les élèves ont paru prendre un vif plaisir 
à cette épreuve, si spirituellement commentée 
par le professeur, M. Brémont. Voici le clas- 
sement qui a été fait par ses soins : 

Une Note d*honneur à M"* Fargub, absolument 
remarquable comme voix, intonation, 
compréhension du texte. (Hors concours.) 

lh\ Très Bien accordé à M"* Lucienne Dior, en 
tête; puis à M"" Boutard, Coulon, de 
Croisskuil, Magali Rouvière, Jeannie 
Alkassa, DuFAi'RE, dc Laprade, Char- 

PKNTIKR. 

Bien accordé à M"" Mareuse, Jullemikr, 

GiLMBT, KouDRiNE, FoRMicé , Ln.icéB, 

BocQuiLLON, Iskman, Brisson, Lkyguks, 

Miracle, Fontenklle, Pasquet, Ira^'ovo. 

Les autres concurrentes n'ont pas été classées. 



Un 



MONOLOGUE DE LA PLUIE 

Je suis la pluie... 

Ma fonction, ma raison d'être, que disjel 
ma condition d'exister, c'est de tomber... 

Si je ne tombais pas, je serais nuage, nuée, 
vapeur, je ne serais pas pluie. 

Je peux donc dire ; 

— Je tombe; donc, je suis. 
Et je puis dire encore : 

— Je tombe; donc, tu t'essuies... 

En général, les hommes ne m'aiment pas. 
Us disent : 

— Ennuyeux comme la pluie. 

Ce qui ne les empêche pas de dire aussi : 

— Une pluie bienfaisante. 

Tous leurs jugements sont, d'ailleurs, pleins 
de ces contradictions. Quand ils ne m'ont 
pas vue pendant huit jours, ils m'appellent 
à grands cris. Dès que je suis là depuis 
trois quarts d'heure, ils ont assez de moi 
et me maudissent. 

Us voudraient que je tombe la nuit. Mais 
la pluie n'est pas si bête que les hommes : 
pour tomber, elle n'a pas besoin de n'y pas 
voir. 



D'aiUeurs, je suis toujours tombée quand 
il m'a plu... 

Les hommes sont inférieurs à la pluie à 
tous égards : personne ne songera à nier, par 
exemple, que les plus forts d'entre eux ne 
soient au-dessous d'elle. 

Autre preuve. L'action de tomber est géné- 
ralement considérée par tout le monde comme 
uni accident, et, le .plus souvent, un homme 
qui tombe se fait du mal... Pour moi, tomber 
c'est une joie. 

Plus je tombe fort, plus je suis contente. 

Plus je tombe de haut, plus ça me fait du 
bien. 

Je suis un des très rares objets qui peu- 
vent «ne pas arrêter de tomber». 

Je ne connais guère que la neige et la 
grêle qui puissent en dire autant. Et encore 
ces deux concurrentes n'ont-elles ni ma téna- 
cité, ni ma patience. 

Le déluge fut les plus beaux quarante jours 
de ma vie. 

La pluie n'est pas une brute, comme les 
hommes voudraient le faire croire. Elle con- 
naît aussi les charmes de la rêverie et de 
la poésie : mieux que les plus subtils ]x>ètes 
elle sait vivre dans Jes nuages. Mieux qu'eux 
elle sait planer au-dessus des laideurs de la 
terre. 

Il y a aussi des pluies puissantes, torren- 
tielles ou diluviennes. Chacun sait que l'homme 
le plus robuste ne peut lutter longtemps cpn- 
tre la plus faible pluie et que, dans ce duel 
inégal, il est bientôt transpercé! 

La moindre pluie trempe en quelques ins- 
tants un géant comme une soupe, et le guer- 
rier le plus redoutable sur qui tombe la pluie 
n'a que la ressource de fuir et de se mettre 
à l'abri. 

L'homme, qui a inventé la cuirasse p< ir 
se protéger contre les coups de sabre, et le 
blindage pour se protéger contre les boul ts 
do canon, a dû aussi inventer le parapl ie 
pour se protéger contre la pluie. 

Or, la cuirasse et le blindage sont rarem* nt 
traversés, tandis que la pluie transperce, à la 
longue, le plus solide parapluie. 

S'il me plaît, je peux tomber sous, forme de 
hallebardes. 

Mieux que cela : je mH«, si la fant?^ ne 
Digitized by VjOOQlt 



2(>9 



m'en prend, obscurcir le sDleil. Chose étrange : 
je puis faire, quand, cependant, je tombe à 
torrents, que les hommes n'y voient goutte- 
La pluie la plus bête se moque des hommes 
les plus intelligents. Les pronostiqueurs les 
plus roublards, les météorologistes les plus 
éminents, n'ont jamais été capables de prévoir 
sûrement la venue ou la durée de la pluie. 

Quand il ne pleut pas, ils disent : 

— C'est à cause de la sécheresse... Et voilà 
lX)urquoi votre pluie est muette. 

Quand il pleut, ils disent que c'est la faute 
à une différence de densité et à une dépression 
barométrique, et que cela durera tant que 
cela durera. 

Les plus grands savants sont, d'ailleurs, très 
I>olis avec la pluie et construisent des plu- 
viomètres pour la recevoir^ 

Ne pouvant l'empêcher de tomber, ils la 
m€?surent. 

C'est ce que fait M, Bertillon avec les ré- 
cidivistes : ne pouvant les empêcher de tom- 
ber... dans le crime, il les mensure. 

Quand il pleut fort, le plus fameu.x métcoro- 
lujî^iste n'a qu'à rentrer chez lui. 

On peut donc dire que, de toutes les fac;ons, 
la pluie met la science dedans... 

î'ai mes vapeurs comme les femmes sensi- 
bles. 

Mon âme connaît les crises orageuses. 

Comme une créature vivante, je me calme, 
je redouble de violence, je m'entête, je per- 
siste, je renonce, je dure, je m'interromps, 
je m'éternise, je passe! 

Je puis être brutale, si je veux; alors, je 
frappe les carreaux et je fouette les vitres! 

Je vais quelquefois jusqu'au crime : je noie 
les semailles, je mine la maçonnerie et j'i- 
nonde les chemins. Je grossis les rivières et 
j'incite les fleuves aux plus graves déborde- 
ments. 

Te suis musicienne à mes heures : je chante 
délicieusement sur les feuillages épais des sous- 
bois. 

Je suis peintre aussi. Nul artiste ne trouva 
jamais des couleurs plus brillantes que celles 
qui me servent à enluminer ma carte de vi- 
site : l'arc-en-ciel. 

Je suis même fantaisiste à mes heures et 
cultive le pastiche. Ainsi je chante, sur l'air 
fameux de Galatée: 

Avorse! Averse! Averse encore!... 

Te suis d'une force peu commune, puisqu'il 
suffit d'une petite pluie pour abattre un grand 
vent. 

Je suis excellente femme de ménage : je 
lavr les trottoirs, je lessive les chaussées, 
je rijice les toits. 

Je suis hygiéniste de la nouvelle école : 
je ramone l'atmosphère, je purifie l'air, j'assai- 
nis le sol. J*abats les microbes flottants et 
les germes morbides en suspension. 

Je suis la providence des potagers et la fée 
des jardins. 



Je suis l'hydrothérapie botanique; je suis 
la douche des petits pois, le tub des salades 
et le bain des fraisiers. 

Je suis l'amie des colimaçons, des canards, 
des grenouilles, des cochers de fiacre, des 
Compagnies d'omnibus. Je suis la complice des 
gens fautifs qui rentrent en retard chez eux. 

Je suis la cause, je suis l'effet, je suis le 
prétexte et je suis l'excuse. 

Enfin, je suis un élément... de gaieté, puis- 
que, lorsqu'il pleut, tout « rigole » ! 

Et c'est pour toutes ces raisons qu'il ne 
faut jamais insulter une pluie qui tombe! 

MIGWBL ZAMACOJS. 

( Monologue eitrait de : Bedilt;snous fiael<{ne chose. Ullendot 11, 
♦•diteur.) 

-*> 

ROBES ET MANTEAUX 

Emergeant du bel escalier 
Dans leï^^ salons du couturier. 
De son volume inconsciente 
Paraît une énorme cliente 
Qui vient chez le maître habilleur 
Choisir un costume tailleur. 

Des demoiselles tout en noir 
S'élancent pour la recevoir... 
Et l'on volt, à leur politesse. 
A la façon dont on s'empresse 
De lui voiturer un fauteuil. 
Qu'un ne l'habille pas à l'œil. 

La ruche est sens dessus dessous : 
« Quelle façon désirez-vous? 
Voulez-vous voir une gravure 
Pour rétolTe et la garniture 1 » 
Puis, une madame Sarah 
Dit : « Du reste, tout vous irai... 

» Je vois très bien ce qu'il vous faut, 

Rien de mastoc et de lourdaud. 

Priez mademoiselle Adèle 

De venir avec le modèle 

Gris souris et vert aloès 

Que nous avons fait pour Braiulès ! » 

• 
Droit comme un pavot de Tarquin. 
Surgit un joli mannequin. 
Moitié guè|)e et moitié liane. 
Moitié Vénus, moi lié Diane, 
Et qui semble, dans le salon. 
Précéder son maître Apollon. 

« Ce modèle très él('ganl 

Vous ira, je crois, comme un gant î 

Il vous fera celte tournure. 

Il vous donnera cette allure... 

Même il nous faudra l'enforoir 

Pour ne pas trop vous amiiic 

uiyiLizeu uy 



5o§le 



ayo 



La dame — aveuglement puéril ! — 

Déjà se croit Taspect d'un fil : 

» Qui donc disait que j'étais grosse ? 

Je ne suis qu'une maigre lausse ! 

Ce modèle c'est, en efiet, 

Pour Brandès et moi qu'on Ta fait I » 



Quand le costume est terminé, 
Machiné, truqué, baleiné, 
Les demoiselles, hors d'haleine, 
Y fourrent la dame avec peUie 
.Qui, voyant qu'elle a l'air d'un tas, 
De surprise n'en revient pas I 



» Le modèle que j'ai choisi, 

Dit^lle, le teint cramoisi, 

Faisait le mannequin plus mince l 

Il faut qu'on truque ! Il faut qu'on pinco ! 

Arrange«-vous 1 car, dans le prix, 

L'aspect d'un sylphe était compris ! » 

« Madame, dit le couturier 
(Philosophe un peu par métier), 
Des mannequins les silhouettes 
Sont nos miroirs aux alouettes 1 
Je vends le costume tout sec, 
Je ne vends pas la taille avec ! » 

MJGVBL ZAMACOÏS. 

(Pièce exlrait« de HedUes-nous quelque chose. Olloadorff. 
* éditeur.) 



SirlB F 



Samedi, J6 Féoiiêr 



ENSEIGNEMENT MÉNAGER 

Cours de M»« Louise ROUSSEAU 



SAVOIR COMPTER 

N'avez-\ous pas entendu dire bien souvent, 
par des gens qui avaient du bon sens, et... 
surtout par des gens qui n*en avaient pas, 
cette formule stupéfiante, irritante et navrante 
tout ensemble : 

— Alil quel cœur excellent que M. X...I 
Quelle âme généreuse que Mme y...! Quelle 
bonne personne que MU« Z... I Quels braves 
gens!... Ils sont d'une générosité extraordi- 
naire : ils ne comptent jamais, ils ne savent 
pas compter! 

Avez-vous cru que ces paroles étaient des 
éloges ou des irisultes ? Pour ma part, j'opterais 
plutôt pour la dernière formule, et je trouve 
très sincèrement que ce sont des insultes... 
Qu'est-ce que c'est que de ne pas compter, 
de ne pas savoir compter, sinon une aberration 
du jugement ou du sens moral, — des deux 
bien souvent, — qui fait que vdus ne pouvez 
discerner le mal du bien et que vous allez... 
distribuant, semant vos richesses, vos ressour- 
ces, vos secours à l'aventure, non par bonté, 
mais par caprice, voire par vanité? 

Ah! que j'aime bien mieux les gens qui 
savent ce qu'ils font et pourquoi ils le font; 
qui mettent un frein à leur générosité mala- 
visée, qui comptent, en un mot, pour connaître 



ce dont ils peuvent disposer et comment ils 
doivent en disposer. Ceux-là, soyez-en persua- 
dées, sont meilleurs que les autres, ils sont 
réellement bons et d'une bonté judicieuse et 
éclairée, la meilleure de toutes. Oui, ils oom- 
mencent par compter; d'abord pour ne faire 
de tort à personne, pour n'avoir pas à troubler 
la quiétude des autres, ce qui n'est déjà pas 
trop banal. Ils comptent encore pour donner 
aux \eurs le nécessaire, le superflu s'ils le 
peuvent; pour bien élever leurs enfants, leur 
assurer un avenir, et, au cas où ils viendraient 
à mourir (nous sonmies tous mortels 1), ne 
pas laisser leur famille aux prises avec l'ad- 
versité. Ils comptent, enfin, pour arriver à 
prélever sur leurs économies la part des mal- 
heureux; de ceux qui n'ont rien, car les ^ens 
qui savent compter sont généralement mieux 
équilibrés que les autres et pensent à :out 



Ainsi donc, chères amies, le procès i zeiu 
qui ne comptent pas, des femmes qui jeitent 
par les fenêtres cet argent, si difficile è ga- 
gner, est fait, et, comme elles sont condamnées 
par avance, passons aux autres, et voyo'^'^ :oin- 
ment elles s'y prennent. 

Elles établissent une comptabilité — r^rc, 

uiyiLizeu uy "^^jv^wy Iv^ 



r 



au moyen d'un certain nombre de livres à l'aide 
desquels elles arrivent à savoir nettement ce 
4v*ette8 ont, ce qu'elles pewvent et ce qu'elles 
doèvmU d^enser : par jour, par mois, par an. 

Ces femmes-là ne se contentent pas seule* 
ment de compter : elles exigent encore que 
leurs domestiques, quand elles. en ont, comptent 
avec elles. Leur bonne ou leur cuisinière doit 
régulièrement apporter les livres des fournis-* 
seurs à vérifier; de cette façon, les filles hon- 
nêtes ne s'accoutument pas, peu à peu, à l'in- 
délicatesse qui les conduit, un jour ou l'autre, 
à faire danser l'anse du panier. , 

Madame le» a prévenues, dès le premier jour, 
des habitudes de la maison; elles ne s'offen* 
sent alors d'aucun contrôle et tout n'en va 
que mieux. 

Lt8 dcTnestigues, — Puisque nous abordons 
la question des domestiques, disons tout de 
suite qu'on doit faire grande attention en les 
choisissant et ne pas les arrêter ^ la légère, 
car il est toujours très ennuyeux d'en changer. 
On usera avec eux d'une grande bonté, mais 
aussi de justice et de fermeté. Il faut tou- 
jours qu'ils sachent que l'on s'aperçoit de leurs 



271 

fautes. Et c'est dès leur entrée dans la maison 
que leur ligne de conduite sera tracée et 
l'on ne leur permettra pas de s*en é|carter. 
Dès le début, aussi, on vérifiera tous les jours 
leur travail et leurs livres. 

Une bonne maîtresse de maison évitera de 
s'emporter quand sa bonne aura commis quelque 
bévue. Elle la reprendra avec douceur, mais ne 
sera pas avec elle d'une trop grande familiarité, 
tout en respectant sa dignité. Elle ne lui 
permettra jamais de se mêler à la conversa- 
tion et n'acceptera aucune de ses réflexions 
sur les personnes reçues dans la famille. Elle 
ne gâchera jamais rien devant elle pour que 
la bonne n'ait pas l'excuse d'en faire autant. 

Une bonne maîtresse de maison ne prendra 
pas ses gens à la légère : sans certificats, 
sans renseignements; mais elle ne les ren- 
verra pas subitement, et, si elle est forcée 
de le faire, elle s'y prendra avec tact et 
humanité. Elle exigera qu'ils aient une tenue 
simple, mais d'une grande propreté. Elle les 
engagera encore, autant que possible, à ne 
pas dépenser leur argent mal à propos et à 
faire des économies. 

M-^ LOUISE HOlfSSBAV, 



Les Comptes d'une Maîtresse de Maison 



Les lÎTTCs de comptes d*une maîtresse de maison 
sont au nombre de cinq : 

I /* le Carnet de comptés de la bonne ; 
2" L$ Carnet dos dépenses Journalières et du mois; 
0" Le Carnet de poche; 

4r Le Llôre des recettes et dos dépenses générales; 
Sr Le Carnet annaoL 



N* I. — CARNET DE LA BONNE 

Le Carnet de la bonne est un livre où s'inscrit, 
iour par jour, le détail de toutes les dépenses. 

La bonne devra le présenter tous les matins à 
sa maîtresse, qui le vérifiera. Celle-ci lui donne : 
. ftoic ine somme tous les matins, soit toutes les 
*eia ines. Mais le compte doit se régler chaque 
joui 
tiqa 

C« 
poui 

N< 

I à 11] 

ploj 

crip; 



■""ir ce qui reste d'argent à la domes- 

4 ^eut avoir des dimensions variables, 

1 soit divisé par jours. 

gageons la maîtresse de maison à écrire, 

-— T delà couverture, les mots usuels em- 

; Talimentation, pour faciliter les ins- 

la hi^nne et lui rendre service. 



N» 4. — CARNET DES DÉPENSES JOURNALIÈRES 
DE LA MAITRESSE DE MAISON 

Ce Carnet-là, ou plutôt ce grand-livre, devra 
avoir ses pages disposées en colonnes (sept ou 
huit), moins ou plus selon les besoins. 

Chaque colonne portera une rubrique spéciale. 

Les colonnes auront autant de lignes qu'il y a 
de jours dans le mois, c'est-à-dire trente et une. 

Chaque jour la dépense sera relevée sur ce grand- 
livre, et, au bout du mois, les totaux se font très 
facilement. 

Selon qu'on tient ce livre avec plus ou moins de 
méticulosité, on peut augmenter ou simplifier le 
nombre des colonnes. 

Il doit, du moins, contenir celles-ci: 

f* Dépenses de la cuisinière ; 

2" Dépenses du petit Carnet de poche ; 

3" tlntretien maison ; 

4° Entretien madame ; 

3* Entretien enfants; 

6" Education enfants ; 

7* Blanchissage ; 

8* Loyers, impôts, etc., etc. 

N- 3. — CARNET DE POCHE 

Le Carnet de poche est un cahier de petite di» 
mension sur lequel on inscrit les achats, au fur 
et à mesure qu'ils sont faits, pour les transcrire 
le soir sur le Carnet journalier n' 2. 



uiyitized by 



Google 



272 



N- 4. — LIVRE DES RECETTES ET DES DÉPENSES GÉNÉRALES 



ANNÉE 190 



AVOIR OU RECETTES 



Appointements . . . 

Revenu 

Cadeaux 

En caisse. .... 
Maison louée en cam 
pagne 

Etc. 

Etc. 

TOTAI 



PAR MOIS 



DOIT OU DEPENSES 



DEPENSES 



Nourriture 

Pièce de vin 

Loyer (un terme). . . . 

Employés 

Enseignement des enfants. 
Entretien 

Etc. 

Etc. 

Total. . 



Balance. 



Recettes : 
Dépenses : 

Economies du mois : 



N" 5. — CARNET ANNUEL 

Le Carnet annuel sert à récapituler rapidement 
les recettes et les dépenses de l'an née et à en éta- 
blir la balance générale. 

C'est, en somme, l'addition des totaux du livre 
n* 4 des recettes et des dépenses générales. 



MOIS 


KRfKTTKS 


!»KPE\SKS 


BALANCE 1 
ouffonomies 

réalisées 


Janvier 

Février 

Mars. 

Avril. 

Mai . 

Juin . 

Juillet 

Août. 

Septem 

Octobrt 

Noveml 

Décemt 


bre 

3re. 
>re. 












Te 


TAUX 













Mme Laurent Bourget, M. de Mou^cardy et 
Mme Louise Rousseau se mettent à la dispo- 
sition des élèves de province jx^ur corriger 
les devoirs qu'on désirerait leur envoyer. Les 
élèves pourront demander à l'Université des 
Annales, 51, rue Saint-Georges : 

Le Carnet-Correction contenant douze bons, 
au prix de cinq francs, ou : 

Le Carnet-Correction contenant quatre bons, 
au prix de deux francs. 

Il suffira de détacher un des bons de ce 
Carnet et de le coller au devoir pour avoir 
droit à la correction du devoir envoyé 

Frais de retour à la charge de l'élève. 

L'élève a le droit de choisir la correction 
du devoir qui lui plaira, c'est-à-dire qu'elle 
n'est pas tenue de faire corriger chacun de 
ses devoirs. C'est une facilité que nous of- 
frons, et non une obligation que nous im- 
posons et nous souhaitons que les explica- 
tions de nos cx)urs soient si claires que IVlève 
puisse se passer de toute correction. 



Imprimerie des Annalts, 5i, rue St-Georges, Pari« 



L'imprimeur- gérant : Vinsohji 

Digitized by VjOOQIC 



JOURHilL DE L'UniVERSITÉ 



1 " AMNÉB — N* 6 



des ** Annales " 



6 mars 1907 



I 

Les Cinq à Six Littéraires 



Série Â- 



Lundi, 18 Féorler 



MORALE 



'^^vw^^^^ 



L'ACTIVITÉ MODERNE 

m FBAflCE — iii ANGLETERRE - EN ALLEMAGNE 
Conférence de M. Pierrb BAUDIN 

Mesdames, mesdemoiselles, 

Je m'excuse de prendre quelque liberté à 
votre égard. Je devais, aujourd'hui, vous par- 
1er de la lecture : des bons et des mauvais 
inres. J'ai pensé que ce sujet entrerait fort 
bien dans la causerie que M. Jules Bois 
doit vous faire entendre lundi prochain. Mon 
très distingué confrère est plus compétent que 
moi pour traiter des rapports qui existent 
entre certaine littérature et la neurasthénie 
féminine. 

Aussi, je préfère me maintenir dans la ligne 
tracée lors de notre premier entretien, qui 
avait pour objet la description de la vie et 
VadM^ moderne. 



(Rires.) Intéressez-vous à tout ce qui vous 
entoure : car tout est intéressant! (Applaudis- 
sements.) 



Quels sont les aspects les plus g^énéraux 
et les plus caractéristiques de l'activité mo- 
derne et contemporaine? 

La vie évolue, selon une très grande har- 
monie : qu'il s'agisse de l'existence des peu- 
ples ou de celle des individus. Quand on 
considère les choses d'un peu haut, on voit 
s'accorder des forces qui, d'abord, semblaient 
se combattre. C'est ainsi que dans un cyclone, 
lequel apparaît comme un désordre violent 
de l'atmosphère, il n'y a, en réalité, que des 
éléments cherchant leur équilibre. De même, 
les cataclysmes qui s'abattent de temps à 
autre sur la société, ne modifient pas les 
traits essentiels du visage de l'humanité. 



Permettez-moi, en commençant, de rappeler 
! un mot fort juste et spirituel du philosophe 
; Alfred Fouillée : « Le cerveau n'est pas un 
\ magasin à