(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Les comedies de Terence: avec la traduction et les remarques, Volume 2"

This is a digital copy of a book that was preserved for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It bas survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that 's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book' s long journey from the 
publisher to a library and finally to y ou. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that y ou: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
any where in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 

at http : //books . google . com/| 



dby Google 



dby Google 



dby Google 







Digitized by VjOOQ IC 



Digitized by VjOOQ IC 



^ii'^'^wed^Google 



L E S 

COMEDIES 

DB 

T E R E N C E. 

TOME SECOND. 



Digitized by VjOOQ IC 



Digitized by VjOOQ IC 



COMEDIES 

TEREN CE; 

AVEC LA TRADUCTION 

ST LES REMARQUES 

DE MADAME DACIER. 

NOUVELLE EDITION; 

Cotr/gée d'un nombre confidérable de fautes , & 
(BWicbie des différentes Leçons de Mr. Bshtlu» 
_ deDojVAT, deFAstH, &d'tuttes. 

TOME SECOND, 



A jIMSTERDAM £f J LEIZIG» 
Chez ARKSTETE et M E R K U S. 
M^CCXLVIl, 



Digitizedby Google 






LfBRARy 
FROM THE LIBRARY Of 

fer'nando PALHA ' 

-^ DECEM6ER 3, i«28 



.; V 



,. \?. ;:^^ •:> 



.■. r^ p_ 



Digitized by VjOOQ IC 



5^ 



f U B L I 1 

TÉRENTII 
HEAUTON^ 

TIMOR UMÈNOS. 

UHEAUTON- 

TIMORUMENOS 

D £ 

T E R E N C E. 



ToUelL À TI. 



Digitized by VjOOQ IC 



iT I TU LU 5 

.5 EU 

D I D A S C A L I A. 

ACTA LUDIS MEGALENSinUS , 
L. CORNELIO LENTULO, L. 
p-ALERIO ILA<:CO MDILIBUS 
CURULIBVS. EGERE AMBIFIUS 
TURPI0,L. ATTILIUS PRJENES. 
TINUS. MODOS FECIT FLACCUS 
CLAUDII. GRJECA EST MENAN- 
DRU. » ACTA PRIMUM TIBIIS 
IMPARIBUS, DBINDE DU^US 
DEXTRIS. ACTA ETIAM TERTIO. 
^T. SEMPRONIO, M. *fVNIO 
COSS. 

# Vb%. JOEMT 10. 

LE 
R E M A R Q.U E S. 
a>ACTA PKIMCM TIBIIS IMPARIBUS , DCINSK 
«nUABUS DEXTRIS]. Elle fut Jouée la prémiéri fnt 
Mvee les flûtes inégales .fb^ etijuite avec les flûtes dnhet. 
Qumd elle fut jouée avec les flûtes droites , ce fut 
pour quelque occdion fort féiieuPçj ou pour quelque 
ttccaûon de deuiU 



au, Google 



L È T I T R B 

O U L A 

D I D A S C A L I E. 

CÊTtE PIÈCE Fût JOUEE PENI>AKr 

LA FETE DE CTBELE, SOtTS LES EDI- 

LES CCRULES L. CORNELIUS LENTtJ- 

LUS, ET L. VALERIUS FLACCU5 , PAll 

mA TROUPE D'AMBIVIUS tURPIO, ET 

OÇ L. ATTlLIUSPRiENESTlKUS. FLAG- 

XUS APÎRANCHI DE CLAUBIUS FIT 

LA MUSIQUE. EtLE EST PRISE DU 

GREC DE MENANDRE. ELLE FUT 

JOUE'E LA PREMIERE FOIS AVEC DES 

FlVtES INEGALES; ENSUITE AVEC 

LES DEUX FLUTES DROITES; ET EL« 

LE LE FUT^POUR LA TROISIEME FOIS 

SOUS LE CONSULAT DE TITUS SEM- 

P-R0NIU5,ET DE MARCUS JUVENTIUS. 

PER- 
R E M A R Q^U E S. 

b. T. SïMPROKIO^M. JUVENTIO COSSj. 
SpuS ie Ccn/ulat it Titus Simpronhs^ 6» de M. Juvett- 
fmt, C*étoit Tan de Rome spd, cent folxante ans 
javanc k naiÛâoce de Notre Seigneoi, 

A a 



Digitized by VjÔOQ IC 



PERSONii; DRAMATIS. 
prdlogvs. 

CHK E MES^ finex, fdter Clitîpbmis & AtU 

tiphiUs. 
CLiriPHO, adolefiens, filius CbremeiU. 
MENE DEM US, fenex, pater Qiniœ. 
CLINIA^ adolefcens , filius Mcnedemî. , 

SOSTRÂTA, ux$r Cbrùmetis. • 

ANTJPHILA, filia CbremetU & Sofiratai 

arnica Qinia. 
tJCCHIS, meretrîx, amîca Clitiphmis, 
NU TRI X Antipbilœ, 
PHRTGIA^ ancilla Baccbidis. 
STRUS, fervus Clitîpbonis. 
DROMO^ fervusCtinia. 

^ccna efi in pagà fuiurban^ 



ÎKÇh 



Digitized by VjOOQ IC 



Digitized by VjOOQ IC 



dby Google 



PERSONNAC^ES 

DE LA. PIECE. 

EE PROLOGUE: 

CHREMES ,pèredeaitîphon &d'Antîphîlëi 

€Llf IPHON, fils de Chrêmes. 

MENED EMK, père dé CUnia. 

CL INI A , fils de Ménédème. 

SOSTRATA, femme de Chrêmes. 

A.NTIPHILE, fille de Chrêmes & de Sû^ 

llrau, maîtrefle de Clinia. 
BACCHIS, courtifane, maitrefle de GlitiphûQ* 
L A N O UK I C E d'Aatîphile. 
P H R Y G I A , fer vante de Bacchis. 
S Y R U S , valet de Clitiphon. 
D RO MO N , valet de Clinia., 



La Scène eft dans un petit hameau pxé5 
d'Athènes. 



Ai PRO* 



dby Google 



P R O t O G U S.. 

jVe tuift vojlrûrn mirumr cur partes fem 
Pùêtadederit, quafuîtt adolefcentium; 
Mprimum dicam: demde^ ^i^vem^ ckqj^ \ 
S$^ intêgrd Gnscà integram commdiam 
, Hodiefum aUurus Heautontimorumerm,; 
Duplex qu0 ex argt^entùfaSû^efiJimplici : 
Novam ejje ojiendi ^ ($ qua effets NitftCf qu^ 

fcripferit,. 
J^uja, Grœcajît, nipaHem maxunuint ^ 

Exijli^ 
R E M A R Q^U E S. 

t. CUR PARTES 8ZNI PORTA DEDERIT}. 

'Jimiji9tre Poète ait donné à mt vieillard un rôU^ Il pa^- 
lolt par ce paiTage y que cVtoit toujours lez jetmeK 
gens à qut on ^^nnoit les Prologues, 

3. ID primum dicam; DEINDC9 qjjoo vEwr^ 
ELOC^UAR ]. Je vais y avant toutes chifes , vous éclatr'r 
€tr ce point y €)* enfuiteje vous dirai ce qui m amène 4^* . 
vont vous. On accuie ici T^rence de ne tenir pas (a 
parole ; car il ne rend pas d'abord r^ifon dô vCe o'Vii- 
a chpiû un vÎAÎjUri ^Hq accufatîon eft injuàe ; 
c eft la première chofe qu'il fait ; il commence au 
dixième vers ; ce qu'il dit auparavant o'eft que pour 
faire connoître la Pièce , dont U ne dit que deux mots^ 
te c'eft une parenthèfe, 

6, DUPLEX. qUj: EX ARGUMENTO EACTA EST 
ajiyiPLiCi ]. ^vèe cette différence , que lefujet eft dou* 
hle^ quoique il ne foit quefimple dans V original. Ce pas- 
iâge a exercé inutilement tous ceux qui ont travaillé 
fut Térence; jufques là que Jule Scaliger a cru que ce 
Ppète apeiioit cette Comédie double y parce qu'elle fut 
jouée à deux fois; les deux premiers A^s furent joués 
le .foir , 5c les trois autres le lendemain mat^n ; de 
qu'aijjil c*étoit comniç deux Pièces au-lieu d'une. 
' Ma-* , 



dby Google 



7 
P^ R L O G U E. 

^Ffn qu'aucun de vous ne trouve étrange que 
notre Poète ait donné à un vieillard un rô- 
le qu'on ne donne d^ordinalre qu'aux jeunes-gens, 
je vais, avant toutes chofes, vous éclaircir ce 
point, & enfuite je vous dirai c& qui m'amène 
devant vous. |g dois aujourdhui repréfenter 
J'Heautontîmoruménos , qqr eft une Pièce tirée 
totite entière d'une feule Comédie Grèque,avec 
cette différence, que le fujet eft double, quoi- 
qui! ne foit que (Impie dans ror^ina). Vous fa- 
vez préfentement, Meffieurs, quelle ell cette 
Comédie, & vous comprene2 qu'elle peut pafler 
poar nouvelle. Je vous dirois maintenant qui 

cir 
Rï Ai A K <tu E s. 
Mais cette txpUattion eft inibutenable en toute» mt« 
nîères. Térenee veut dire que n'ayant piis de Ménak" 
drt qu'an ftsjet ample, on vieîUard, un jeune-homme 
amoureux , -«se maitieffis y &c. il en a fait on fofct 
double , en y mettant deux vieillaids , deux jeunes- 
hommes amouieux , deux maîtrefles , &c. Ceft pow^ 
quoi îl ajoute, nwAm ejè âfientfi ; elU feut pajpfr pour- ' 
MkvelU. C'eft la véritable explication ; ainfi il n'eft pas 
nécé^re de corrigée Jlmpltx quâ, tx argnmenU f^iSftk^ 
tjtduplîci. Cai fi Térenee avoit pris ce double fujet de 
Ménandre y- (k Pièce n*auroIt eu que ce qu'on voyoit 
dans ceUe du Poète Grec; &paï confequent il n"au« 
roit pu ajoatety^novam ejJTe ofiendiyCtLt ïi n'y anroîr 
rien de nouveau. 

s. Ni partem maxumAm existimarem scihb 
VCfSTRXJM , ID DIÇEREM]. Si je n'étûîs perf»aà0- 
qiiil n*y aprefijue perfohne parmi vous^ à qui ces deux 
chofes ne Joient connues. Ce!a eft bien remarquable. 
Voila Térenee op dit aux Rêmuim cm*i\ n*y a prefquG: 
pcrfonne paimi eux qui ne connoiiîe la Pièce Grèque 

de 
NO T ES. 

f . fimplex» - - dapfià* ■ Voy. la Bîem4 & Bie« D« 
A4. 



dby Google 



s PROLOGUS; 

Epcijlimarem fcire vojlrûm, id dkerenif 

10 NunCtquam ob rem bas partes dîdicerîm^ paucis 
dàbo. 

Oratoremvoîuit ejjeme^ non Prolo^um: 

Fojtrumjudiciumfecîtf meaSorem dedit.^ 

Sed bic aSor tantum poterit àfacundid-y 

Quantum illepotuit cogîtare commode^ 

tS Q'^^* orationem banefctipjîtfquam diSuruHfum. 

Nam quod rumores dijiulerunt malevolit 

iduU^ cmtaminqffe Grcecas^ dum facît 

Pau- 

R E M A R (i.tT E s. 
Je Ménanire^ d'où celle-ci eft tlr^e. On voit par-làle 
fein qu'ils avoient de s'inftruire & de lire 1^ Epètcs 
Grecs. Il s*en faut bien que Térence ne foit aujout- 
dhui ^ connu. Un homme, qui paflfe pour homme de 
JLemes, en parlant de Térence devant moi, me louoît 
.fur-tout Tes beaux chœurs; il s'imagînoit que c'^toit 
un. Poète Grec. 

• M. Non Prologum]. Et non pat pnnr vàtn 
faire U Prologue de fa Pièce. Il y a dans le texte j^ 6* 
nên tôt pour être le Prologue, Les Latins apelli>ient 
Proto^um celui qui rëcitoit le Prologue ,^ comme cela 
a dcja été remarqua. 

13. Sed hic actor tantum poterit a f a- 
CUNDIA 1. Mail cet Avocat ri aura ^u autant d'éloquen» 
oe. C*eft une plaifanterie , pour dire que Térence eft 
l'Auteur de ce qu'il va réciter, & pour dilpofcr en 
même tems les (pe^Ateurs à écouter avec plus d'at- 
tention. 

i+. Cogîtare commode]. Mais cet Aùfi' 
tat naura qu'autant d'éloquence. Ce mot commode eft 
lemarouabie, pour élégamment ^ éloquemment. Dice^e 
$0mmoa^y cogitare commode^ parler avec éloquence ^pen» 
fer avec force. 

Je. NA^ qpOl^ AUMOA£$ DISTVLE&UNT Mf LE* 

VOLl]?. 



dby Google 



P-ROLOGUE. 9 

en eft TAutcur, & le nom du Poète qu! Ta fiuto 
. en Grec, lî je n'étois perfuadé quUI n'y a pres- 
que perfonne parmi vous , à qui ces deux chofes 
])e fôîenc également connues. Je vzk doncvou» 
expliquer pourquoi notre Poète envoyé ici un 
homme de mon âge; c*eft,Meffieurs , pour dé- 
fendre fa caufe, a non pas pour vous faire le 
Prolo^ede fa Pièce; il a voulu que vous foyca 
les Juges, & que je fois l'Avocat ,• mais cet A- 
vocat n'aura qu'autant d'éloquence que lui en au- 
ra pu donner celui qui a fait le plaidoyer que je 
vais réciter devant vous. Premièrement , pour 
ce qui eft des bruits que quelques envieux ont 
femés, que notre Poète a confondu &'mêlé plu* 
fieurs Pièces Grèques,pour en faire peu de La-» 
tines» c'eft de qyoi il ne prétend pas fe défen- 
dre; 

R E M A R Q^U E Si 
VOLI J. Premièrement , pour ce qui efi des huits qut 
quelques envieux «nt femés. Cette particule nom n*a au. 
cun laport avec ce qui piecède. Les Anciens s'en fèi* 
voient fouvent au commencement du difcours, à IT- 
mitation des Grecs, Rumores iîfferre eft une façon de 
parler fort élégante. Z^iwriïiM a dit de même : 

Caudtt ckm dé me ifià firU fermonihus dijfers. 

Tu es ravi quand tu fais courir ces hruits-l^ de moi, "Et 
Varron dans fes livres de la vie du Peuple Romain z 
Rumores famam différant licebit , no f que carpant, Qu*ih 
/agent courir ces bruiis-li de nous^ 6* qu'ils nous aécbU 
rent, 

17.MÙLTAS CONTAMINASSE GRiBCASi. 
Que notre Poète a confondu Qf mêlé plu/teur s Pièces Grê^ 
ques. Il répond encore ici au reproche qu'on lui avoit 
fait avant qu'il donnât VAndriène. On peut voir les 
Remarques fur le leizième vers du Prologue de cette 
JPièce, cêntaminari non decere fabulas. Termes ixe voti- 

loit 
N O T E S. 

^n Sif poîxtffd, fans autorité» . , . 

A S 



dby Google 



10. P R O L O G U s. ; 

Pauau Latinasi faSum hic ejfe id nm negaPy - 
Nequçfs idpigere, & deitide faQurum autwnaU ' 

ao Hàbet bonorum exemplum; qua exemple Jibi 
Licere id facere 9 quod UH féccrwu ^ putat* 
Tum quod.malevolus vettu^Poitû diSitat , 
Repente adjiudium btmfiapplicajfe muficunt^ . 
Amicûm ingenîo fretum^ baudnaturâfuâ: 

a5^ Jrbitrium vçftrum,, vq/im iMCiftimatiQ 

Vàlebit, Quamobrem omîtes vos oratof volo, , 
Ne plus iniquûm.pojfu quam aquûm oratio» , 
Fficite œquijitis, date crefcendi copiamy 
Novarum qui fpeUandi faciunt copiam, 

ao Sine vitiis: ne ille proje diâum exiflumet^ ^ 

R E M A R QJJ E S. 
Joit pa» que (ts ennemis puflènt croire qu'en donnant 
Ion Heautmtimcruméno* , qu'il apelle ex intégra Grjtcâ 
integram comœdiam , une Pièce entière tirée aune feule 
Pièce Grèque^iï avoît profité de leurs leçons, & qu*il 
avoit blâmé fa première conduite. Il leur déclare , 
que quoiqu'il ne Tait pas fait dans cette Pièce, il n'y 
z^nbace pas pourtant, & qu'il le fera encore. 

2p.. H.ABET BONORUM exemplum]. lia 
p9U^ lui r exemple de beaucoup de gens fort toi i les; 11 
parle de NéviuSj de Plaute & d'Ennius, 

23. Repente ad studium hunc se applicasse 
MU31CUIVI ]. Qu'il s'ejl mis tout d'un coup à faire des 
Comédies, Mot à mot , ^uil s'eft apliqué tout d'un 
€imp à f étude de la Mujs^ue, Car les Anciens apel* 
loiént Mufique ce que nous apellons Us Belles-Lettres^ 
Ariftopbane^n plus d'un endroit a aptlléMufique l'Art 
de faire ^çs Pièces de Théâtre. 

24. AMICUM INGENia ïRETUmJ. S'a- 
fuyant plutôt Air re/ptstdefes amsf de Lélius & de 
Scipion^ On peut voli ks Remaïq^iies fur le prologue 
des Mtlpbcu 

aï. PATB 



dby Google 



PROLOGUE. n 

dre'îîr dit au contraire qu'il ne 8*enrepentpoîot^ 
& il efpère qu'il le fera encore à l'avenir. Il a 
pour lui l'exemple de beaucoup de gens fort ha- 
biles, & il prétend avoir droit défaire ce que 
tant de perfonnes de mérke ont fait avant lui a* 
vec beaucoup de fuccès. En fécond lieu, Mes- 
fîeûrs,un vieux Poète envieux lui reproche qu'il 
s-e(l mis tout d'un coup à faire des Comédies» 
s'apuyant plutôt fur l'efprît de fes amis, que fur 
fon heureux naturel. C'efl: à vous à exaucer 
cette accufation; il veut bien s'en raporter à 
votre jugement, & fans apel. La feule prière 
quej'aià vous faire pour Juf, c'eft que vous 
n'ayez pas plus de pente à écouter les contes 
des méchans , qu'à vous rendre aux fentimens 
des gens de bien; foyez ju(les,& par vos aplau«> 
diffemens donnez du courage à ceux qui travaif- 
lent à vous^ donner des Pièces nouvelles & fans 

dé. 

ILEMARQ^UES. 

n. l>At* CRÏSCENDI copiamJ. Et par 
MOI aplauitffimens donntz du etarare. Fidtes crêltre ^ 
Gy^. Virgile a eu en vue ce mot de Térenct , quand 
il a écrit ertfeeniim ornate Poitam, 

29. NOVAKUM qui SPECTANDI PACIUNT CO- 
. '5;aM]. Qui travaillent m vous donner des Pièces noa» 

Villes f^i vous donnent le plai/îr de voir des Piécetnou* 
Villes. Dan» cette façon de pûûei ^ /jpeffandi novansm^ 
ce gétondlf/be&andi eft pour le yQthzl/pe&atio ,vi/to , 
comme s*il dîfoit , ^ui vohis faeiunt copsam vi/îoms no^ . 
varum. Ou bien il faut fousentendre Taccuiatif^^tf. 
taeiilum, 

30. Stne vitiis : ne IILE, &c.J. Je dir 
font défauts^ afin que ce méchant Attteut^ Çye. 11 faut 

que 
NOTES., 

19. Se pigéTi y 6* deinde fàSum vî. U n'eft poînc 
diM un MS. Fûem. Le refte fans autorité. 
2tf. OMorif pour quamohrem , après les plus anc. MSS* 
A 6 



dby Google 



K PROLOG us; 

Qui mperfeeitfervo currerai In vid 
Decejfe populam: cur infanoferviat^ 
Di illius peccatis plura dicet, quum dabk 
Alias novas^ nifi finem-imUediSis faciu 
35 Adejle œquo anima: date potejlatem mbi, 
Statariam agea ut liceat per Jîkraium:. 

R E M A R Q^tT B S. 



M^ 



^ae ce paSge foît difficile • car on l'a fort mal expliqua 
Ce» mots , ne ille prù fe di^um ext/fumgt , afin que ce 
méchant Auteur f &e. de'pendent de Qr fine vitihy & 
fans défauts. Après que Téréiiee a dit , par vos aplau- 
dtjfemens donnez du courage aux Poètes qui travaillent 
à vous donner des Pièces nouvelles^ il a^ peur que l'on ne 
croye que Ton ennemi Lu/cius ne foit compris dans le 
nombre de. ceux pour qui il demande des aplaudiflè- 
inensrce qui eft fort clo'gne de fa penfée; c eft pour- 
quoi il ajoute, 6* yî«^ vitiis^ ^ fans défauts y zûn qu'on , 
ne puiflè pas s'y méprendre ,. ôc que ce Lufcius ne 
croye pas que Térence parle pour lui ; car les Pièces 
•que lJufc}us faifoit) ^toient pleines de défauts. Ccft 
pat cette raifon que j'ai ajouté cette reprife , je dit 
fans défauts y pour le faire mieux entendre. 

31. Qui nuper fecit servo currenti in 
via]* Dont toute la beauté eonfifioit en un efclave qui 
tutroit. Il falloît qne cette Pièce fût fort méchante, . 
puifque c'étoit là Ion plus bel endroit 11 faut bien 
lemaïquer qu^ Térence ne condamne pas ceux qui 
jnettent dans leurs- Pièces des efclaves qui courent de 
toute leur force , & qui font écarter le peuple pour 
leur faire place. Cela eft fouvent néceflaire; on en 
Yoît un exemple dans la quatrième fcène du troifièmp 
Ade de V Amphitryon dt Plaute^ où Mercure dit ça 
courant : 

Concedite atque ahfcedite omnes, de via decedite* 

11 blâme feulement ceux qui font de cela le capital 
de leurs Pièces, comme ce Lufcius; car alofir il n'y « 
xicivdeplus Ytçiçm, Le but de- la Comédie eft de 



dby Google 



PR O L O GUE. 13' 

défauts. Je dis fans défauts, afin que ce mé- 
chant.Auteur qui vous, fit voir l'autre jour une 
Pièce de fa façon, dont toute la beauté conû- 
ftoit en un efclave qui couroit de toute fa for- 
ce, & devant qui le peuple s*enfQyoit,ne pren« 
nç pas cela pour luL Pourquoi Térence s'amu« 
feroit-it â parler poitf un fou ? Sî ce vieux rê- 
veur ne met fin à fes impertinences, nous vous 
entretiendrons plus au Iong.4e toutes fes fod- 

fes» 
R FM A R Q^u ES; 
peindre les mœuis ; & Ton s'éloigne de ce but-û;, 
quand on s'amufe à faire couilx un valet à qui tout le 
peuple fait place. 

32. CUK IN8ANO S E R V I A T ] ? Ptf «iy»di T/- 
rence i*atnu/ero%t-il k parîet pour un fou t Ceft le vé- 
ritable fensL-de ce iwflâge, €{Vk*Eugré^biMs a fort mal 
expliqué. Il vent diie : Térenee n'a garde , MeJJHeurs^ 
de comprmdre ce Zufcius parmi ceux pour qui il demaniÉL 
^tre faveur i car outre quil en efi indigne par les Fii^ 
ces qu^ilfaitj pourquoi notre Poète voudroit-il fervir un 
fou y un enragée Cur Terentius in/ano fefviat t Cela eft 
cft fans difficulté. 

i6. Statariam]. Cette Pièce qui eft JPun car ai» 
th-e tranquile Ô* repofé. Tout cela eft dit en un mot,, 
fiatariam agere , que Ton n'a point du tout entendu. 
Pour bien expliquer ce paflàge,!! faut prendre la cho- 
fe dès fa fource. Les 0hcs divifoient les ver» des 
chœurs de leursPicces de Théâtre en vers fîatariês^ 
qu'ils apelloient ^xo-ijum fiî?^9i , parce que le choeut 
les chantoit fans bouger d'une place, &.en vers mot^ 
Ttos , qu'ils apelloient ^etgo^ttcm fiêXn , parce que le 
dioeur les chantoit en danwnt & en changeant de lieq. 
XeSvSchoUaftes d'E/c;Ayle & â^Arifhphane ont parfaite- 
ment éclaird ce point. Delà les Latins le {ont avi* 
fés de divifer, non pas une petite partie de leurs Piè- 
ces, inais leurs Pièces entières, en Pièce? qu'ils apel- 
loient fiatarias^ quand le fujet étoit tranquile & re- 
rfé, fie en d'autres qu'ils apelloient motorias^^ quand 
fujet étoit fort vif, & qu'il demandoit beauco\^ 
de mouvement. Cette' Gomé«lie eft du premier or- 
die, i'on n'y voit p^s beaucoup d'agitation; c'eft un 



dby Google 



U:'. PROLOGUS. 
JSèfmper fervos çurrens, iratusfenex, ' 
Sdax parafttus, fycopbanta autem impudensy , 
AvarusUm^ qffîdué agendi fini * feni 
4O-1 Qamorefummo, cum labore maxumo. - 

Med caufd, caufambanc jujtam-effe^ mmumirù 
duciUy '. 

Vt aliqu(kfi^s labùrismtnuiatur mîbi. ' 
Namnuncrtùwsqmfcribunt, nilparcunt fenu 
•Lahmofafi qm-eji\ ad me currifur: 
4S Si levis efiy ad aîium mox defertur gregem. 
Jn bac ejtpùra oratio; ' çxperimmi^ 
In tttramque parfem ingenium quid pojjlt tneum» 
Si nunqmmavari pp$tium Jlatui arti wi#«, 

B 

R E M A R Q^U E S. 

]père <\ui s*afflifre d'avoir Qà>\'g4 Ton fils à le quîter. 
On a cru que Térence apelloit ici Jiateriam ^ non pas 
toute la Pièce , mais un des rôles, en fousentendant 
fer/onam. Mais quoique je fâche que les Anciens ont 
aulfî nommé Its A^euts JJatarios ^ ou motorîos^ félon 
les mouvemens qu'ils fe donnoient; il me femble que 
cela ne fait rien ici , où Térettct parle d'une Pièce en- 
tière : car autrement comment expliquera-t-on le 
Tçrs 4î ? 

i Sîn iivhêfl, ad sUum mâx de/ertur gn^tmi 

Il faudroit fiiîre une trop erande violence à ce ter- 
ce , pQur Tespllquec de quelqu'un des autres A^eurs 
de \^ même Tioupe^ 

4<. m 



d bTGoogle 



PROLOGUE. Ij^ 

f^^ quand nous voos donnerons d'autres Pfé» 
ce^. £coutez-BOus avec un efprk deGntéreflé^ 
& xionnez-moi la liberté de jouer devant vous, 
fans être Interompu v cette Pièce, qui eft d'un 
ca^aâèfe tranquite & repofé; afin que je ne 
fois pas toujours obligé de jouer aux dépens de 
mon poumon>,& avec bien de la peine, des Piè- 
ces où Ton voit un efclave éfoufflé à force d'à* 
voir couru ; un vieillard en colèfe, un.para(ite 
gourmand, un impudent ficophantey & un a« 
vare marchand d'efcîaves. Pour ramourdemoî, 
& en faveur de mon âge, ayez ta complaifance 
de foufFrir c2ue je commence à n'être plus fi char- 
gé ;car ceux qui font aujourdhuî des Comédies, 
n'ont aucun égard à ma vieillefle ; s'il y en a 
une extrêmement pénible, on vient à moi; &_ 
celles qui font faciles à jouer, on ne manque ja- 
mais de les portei)|^une autre Troupe. Le (lile 
de cette Pièce efl pur; voyez donc ce que je 
puis dans l'un 6c dans l'autre de ces deux carac- 
tères. Si je n*ai jamais confulté Tavarice pour 

fixer 

B.EMARQ.UES. 

' 4«. In hac est puha oratio]. Le fliU 
de cette Pièce eft pmr. Ce n'eft pas fans laifon que 7>- 
rence loue le «île de cette Pièce ; il n*y a rien au mon* 
de de plus pur, ni de mieux, écrit; ce nand Poète 
voyant qu'elle etoit dénuée d*a^on , s'en efforcé ^ de 
réparer ceb par la vivacité & par la pureté du fHle; 
& c'eft à quoi il a parfaitement bien réulfî^ 

47. IN. UTRAMQUE PARTEM]. DonsPun^ 

ian$ Vautre de ces deuic caraEtères, . C^eft-à-dire lorfque , 
je joiie des Pièces ftatariai , tranquiUs , & lorfque jc 
joae des Pièces memias,, pleines de mouvement. 

N^ o T r s. 

^s» Si Jems efiy dans h plupart des MSS. Taertu 



dby Google ^ 



t6 P R O L O G US: 

Et mm ejje quajlum in mimuminduximaxummtip. 
^ Quàm tnaxumè fervife vdjifis commdù ^ 
Exemplumjïatuite in me, ut adolefcentuH 
Vubis placere Jtudeant, potiàs quàmjibi. 

R E M A R Q^U E S. 
Jfl. UT ADOLESCENTULI]. Qui ioflftê éUM 

jemiiS'^ens | &tf« Pax ces. jciincs-gcns,, il entend les 



PUBLIC 



Digitized by VjOOQ IC 



PROLOGUE. 17 

S^et^ un prix i.moo art, & (if ai toujours pris 
pour le plus grand &ain quejepuii&falr^ Thon- 
neur de fervir à vos divertiffemens , feîtçs en. 
moi un exemple qui donne aux jeunes-gens l'en* 
vie de travailler à vous plaire plutôt que de 
fuivre leurs plaifixs, 

R E M A K oiv E 5. 

A.âeuzs, ou peat-ccie même les jeunes Poctei; cas. 
^r4nçt A'aYoit alois ^ue ucme 0c un «At 



L'HEAHc 



Digjtized by VjÔOQ IC 



la 



T U B L I I 

TER E N T I II 

HE A U T O K^ 

TIMORUMENOS, 

ACTUS PRIMUS. 

S; C E N A L 
'CH R E ME S; M E N E D E MU S. 
CHREMES. 

QUamquam bacitUer ws nupera notitia adm» • 
*k1. dumefty 

Inde adeo qubd agrum in prexumo hic merceous es^^ 
-^rsi ferèfanè amplius quidquamfuit; • 



Digitized by VjOOQ IC 



AjfTxrs.i' aczvA..J> 




Digitized by VjOOQ IC 



Digitized by VjOOQ IC 



X£> 



L'HEAUTON- 

TIMORUMENOS 
TERENCEv 

ACTE PREMIER. 

S C E NE L 
Cnn^M, ME S, M E N E p E 3\m& , 

CHREMES,: 

Quoiqu'il n'y ait que très peu de tems que 
nous nous connoiffions, & que ce ne foit 
que depuis que vous, avez acheté une maifon . 
pràs.de la miepnç. (car c'ejl prefqije toute la . 

liaîf<» . 



Digitized by VjOOQ IC 



20 HEAUTaN- AcT. I.. 

Thmen veJ virtus tua me ^ vel vicinitaSy 

5 Quod ego in propkifuâ parte amicitiœ pute , 
Facit^ ut te audaSer moneam^ ^ famliarîter y 
Quàd mibi vider e prater atatem tuam 
Facere, 6? praterfuam res.te adhertatur tua. 
Nam^pro Deûmatquebominùmfidemïquii vistibi?" 

yo Quid quœris? annos feû^aginta natus es y 

Ata plus eOf ut conjicio;agrum in bis regionibui* 
MelioretHy neque pretii majaris nemo bàbet: 
Serves complures\ proinde quafi nemofiety 
Ita tute attenté illorum officia fungere. 

ï5 Numquam tam mane œgredidr^ neque tm vâfpere 
Domum revortor\ quin te infitndo confpicer 

Fo- 

4. Tam«n vel virtus tua']. Néauntùint^^ 
tu votre vertu. Il apcIJe veftm^ la vie auftèie & péni* 
ble qu'il menoit; car c'en pai-là qu'il Juge. de lui. 

y. QUOD EGO IN PROPINqUA PARTE AMlClTIiB 



^n* Tw^^e^lt ^-le voifinage Tient incontinent 
après l'amitié, qui! tient le fccond rang. Et ce bon 
Chrêmes fuît en cela le fcntiment û:H^fiotU . qui fait 
ces trois degrés, ami:^ voifin^ purent y & qm cfet- 
To» ^tXlôfr M imrtù uctXtlt t rù9 S* ^x^çhit iareti^ 
T«» ^f fuiXtÇit UMXi7f «W« Ttêif lyyé^t naieu 
Eî ^'ittïxtù xpif^ tyx^^*^* «AA» yifnrw^ 

Of>, b^ Dsesy V. 342. & feqq. 
,rf/>é//e S^ ta toile ton ami , ty laiffe ton em^em».. Sur» 
tout aPtlUi-y ton voi/in qui demeure prés de toi ; car s)il 
t* arrive quelque méchante affaire , tes voîfins viennent en. 
ehemife pour t* aider , &* tes parens veulent prendre aupa- 
ravant leurs habits. On voit de même dans le . cin- 
quième livre dtfintbus hn* & mal, û^^ic^ron, le vo£- 

finage. 



dby Google 



Sel TIMORUMENOS. ^ 

lîaifon qui eft entre nous ); néanmoins , ou votre 
vertu , ou le voifînage , qui , félon moi , tient le 
premier rang après l'amitié, m*obIige â prendre 
la liberté de vous dire en ami, qu*il me femble 
que vous vivez d'une manière qui ne convient 
pdînt à tin homme de votre âge & de votre 
bien. Car au nom des Dieux , qu*avez*vous coq- 
ire vous-même ? que cherchez-vous ? Autant 
que je le puis connoître , vous avez foixante 
ans , ou davantage ,* dans tout ce pays il n*y z 
perfonne qui ait une meilleure terre » ni de plus 
grand revenu ; vous avez pludeurs cfclaves ; 
cependant vous faites avec autant d*aplicatioti 
tt)ut ce qu'ils devroient faire , que û vous n*ea 
aviez point. Quelque matin que je forte de chez 
moi, ou quelque tard que je me retire, je vous 

trouve 

R E M A H <^U E s. 

fifta^e mis au premier rang après ramitîé: ferait enim 
fjras cêgnationikus primàm y tum ajjinîtatibus y deinie 
ûmiekîisj pofl vUinitatihui y tùm civibûs. Il met les 
parentés oc les aîliancts avant ramitié & le voifina- 
gCj païce qlfil regarde cela félon l'ordre naturel. 

I<î. Qyilf TE IN ÏUNDO COKSPICER FODEReJ. 
C»e /> ne v9us trouve bêchant. Ce vers eft plus impôts 
tant qu'on ne penfê pour rintelligence )ufte de \z 
conduite de cette Pièce : car il s'agit de favolr en quel 
état feft Ménédème , quand Chrêmes lui parle ; s'il travail- 
le dans fon champ , ou s'il en fort chargé de fes ou- 
tils. Il y a eu fur cela ose grande difpute entre deux 
Savans d'Uii fort grand mérite. Si Ménédème travail- 
loit encore o^^naChrémèi le rencontre, Térenee au- 
roii fait dfe tort grandes h.\iits coiïtfe la conduite du 
Théâtre ; car comme la fcène ne change poî«t,5l//g^ 
éèm feroit toujours prêtent j qu*eft-ce donc ^ui Tem^ 
pccheroit de voir Ôe d'être vu? Térenee n'avoit garde 
ùt faire une fi lourde faute; U a foin de marquée 

non 
NOTES. 

•y. Quûd eg$ ejft in atiquâ parte ^ faits autorité. 

II. M. B. ôte M, fans due pourquoi» 

j$* Serv9s non flurh, fans autoûte% 



dby Google 



:& HE AU TON. Act;l 

^foderCyOUbcararey aut aliquid ferre denique. 
NuUum remiuis tempus y neque te refpicis. 
Hac nm mh^tati tibi ejje, fttistertàfcîo, 
' ftO jft enim^icesy ^Cy quàrOum hîc operisjiat, ^* 
nitet. 
Quoi in cpere faeiuriHo opéra' eonftimh twt^ 
Sijumas m illis exercendis, plus agas. 
MENEDEMUS. 
Gbreme; tmtumne aib re tuâ efi otii tibi 9 
jiliena ut cures , eaque , fdhil qûée ad te attinwiî 
CHREMES. 
25 Hmofum: huma?ii nibità me alienumputOé 

Vel 

REM AU Q^UES. 

iioii Seulement Vétax où cft Ménédèmt^ maïs encofe 
rheme qu'il eft quand fa Pièce coimnence ; ^ il le 
marque pai ctz deux mots , AUt alhfmid ferre , qui d^- 
ddenc toute la queftion. Ménéièmt ayant travaillé 
tXMX le joac , & ne voyant plus y prend fes outils fut 
fes ^paules^ H s'en va chez lui. Chrêmes le ^ouve éa 
cet état ptès de fa maîfon , où eft la fcène. Ainfî la 
f rèce commence manifedement à Tentée de la nuit^ 
lorique Ménédèmt qàlte (bn travail. Ce que j'ai dit 
dans ma Pïéface ne laifle aucun lieu d'en douter. 

17. AUT AtK^UlD ÏERRE ÔENK^UE]. Ou 
« tn^ portant quelque farietnt. On avoit m^ féparé cq 
thnique de ferre , pqor le joindce à: ce qui fuit. Ce mot 
doit finir lar phwfe, comme ce travail de porter quel- 
que fardeau finit k jourhëe du bon Méîiéd^me, Èe 
c*efl: ainfi que Cicérùn avoir lu ; car d?ns fon premier 
livre defintlmty il cCrit; Tir état anus Crèmes non inhu' 
manus^,nwommvmfium hùh vult foderty aut arart ^ Mut 
■^allautd ferre dewque .• non ut ilium ah induftriâ , fed ab 
aUhrali lahure duemau D'alllems c'eâ la coutume 

dd 



dby Google 



Sel. TIMORUMENOS. ^^^ 

trouve toujours bêchant ou faboorant , ou en- 
fin portant quelque fardeau; vous ne vous don- 
nez aucun relâche, & vous n'avez nul égard â 
vous-mêmer Je fuis fur que ce n*eft point pour 
votre plaifir que vous en ufez ainfî. Vous me 
direz peut-être : Je ne fuis pas content du tra- 
vail que font mes efclaves. Si vous employiez 
à les foire travailler tout le tems que vous met- 
tez à travailler vous-mteie, vous avanceriez 
beaucoup davantage. 

MENEDEME. 

Eft-ilpoffible, Chrêmes, que vous ayez fl 
peu d'affaires chez vous , qu'il vous refte du 
tems pour vous mêler de celles des autres y&de 
ce qui ne vous regarde en aucune foçon? 
CHREMES. 

Je fuis homme, & en cette qualité je croîs 
être obligé de m'intéreffer à tout ce qui arrive 
i mon prochain : prenez ce que je vous dis , ou 

pour 

HEM A B. Q^UE S. 

de Tértme de placer prefquc toujours le mot JenifÉU 
à h fin , comme dans VBunmè. I. 2. t* 7s. Et danf 
]e Pèorm. II.. 2. v. 11. 

2$. HORTO SVM , HUMANT ITIHIL A MM ALTX- 
WUM ?irPO ]. Je/ms homme ^ Çy en cette ifudUté^ G«r« 
On doit s'étonner que ce vers ait été fi mal entendu ^ 
après ce que Cicérm en â dit dans le premier Line 
des Offices^ qnv peut lui fervir de commentaire ; c» 
on voit manifeèement pa^4à , que Têrense apelle îd 
htmemum tous les maux> tous les acddens ficheux qui 
amvent ou qui peuvent arriver aux hommes» ou pac 

NOTES. 

17. Tacert^ pomfirre^ fur un MS. ficles anc. éâxtm 
& comme Donat a oité. 

20. M. B. ôte dicesy après}]tttie cîutlon de Servîus^' 
& la correftlon de Muret. 

24* Eaaud nibil ad ti . dans tous ks MSS* & lei 
i^t. aac. 



dby Google 



24 lï E A U T Ô N- Àct. 1 

Vel me montre hoc , vel percentm putô; 
a s ReShim eft ? ego utfaeiam : non eji ? te ut ^eterreamn 
M E NE D E M U S. 
Min fie eJi ufus: tibi ut opus eJi^aSo^ face. 

CHREMES, 
An cuiquam eft ufus bominij Je utcruciet^ 

ME NE D E MUX 

Mihi. 
CHREMES. 

30 Si quîd Moris eft^nolîem :fed iftud quid malt eft^ 

Qu0jOf quîd de te tantum meruifti? 

MENEDEMUS. 

Heu.boi! 

CHRE' 
R E M A ïl Q:U Ç s. 

u force de la defllnée, ou^at les effets du hafaid. ^fâ 
tradu^on le fait aflèz entendre. St. Auguftin écrit 
quelque part, que quand on r^citoit ce vers fur le thi^â- 
tre de Rtme^ tout le peuple faifoit de grandes excla* - 
m&tîons. 

z^, VEL ME MO NE RE HOC, &c. ]. Prenez Ci 
^ue Je vtus dh^ a^ p$ur des svss que Je vous donne* Oa 
jie fauroit voir deux plus beaux vers que ceux-ci. 

Pel me monere hoe , vel percontdri puta i 

Re^um eJi t ego ut faciam t non eJi ? te ut deterredm* 



Ego 4ét faciam repond à pereontari; te ut deterream^ 
xepohd a mwere, rercontéri eft proprement s'infor- 
mer cour s'infttuire, demander les raifons d'une cho* 
Ce y $*en înftruire \ fond , & c*eft un mot emprunte 
des mariniers qui fondent les gu^s. 

'^o. Siq^UIDLABORlS EST, NOLLE M 1. 

5i voui aviez ^ueipte grand fuj et de dépUifir^ Je ne ii^ 

r%U 



dby Google 



5c. L TIM0RUMEN05. 25 

pour des avis que je vous donne, ou pour des 
Mraâions que je vous demande; afin que û ce » 

^ue vous faites efl: bien fait, je le fafTe comme ] 

vous; & s'il eft mal, que je vous en détourne. 
M E N E D E M E. 
Je trouve à propos de faire ce que je fais; ', 

pour vous , faites comme il vous plaira. Y 

CHREMES 
Jamais perfonne a-t-il trouvé à propos de fe 
tourmenter ? 

M E N E D* E M E. 
Oaî, mou 

-CHREMES. 
Si vous aviez quelque grand fujet de d^pîaî- 
fir, je ne dirois rien ; mais que vous eft-il ar- 
^véV je vous prie, qu'avez-vous donc commis 
de fi terrible que vous vous traitiez û cruelle', 
ment ? 

M E N E D E M E. 
Ahi, ahi! 

XHRE. 

R E M A B. Q^U E S. 

nh rhn. Von n*a point du tout bien entendu ce vert. 
Mttrèt & les autres Tont avoué franchemènt.Mr. Guyet 
a eu recours à Ton expédient ordinaire ; il dit que ce 
veis eft indigne de Térence , & qu'il faut le retrancher. 
11 eft certain qu'il eft très difficile,. & j'ai été fort long- 
tems fans le comprendre ; je ne fais même fi après Je« 

trouver le 
îndu ; on en 
à Cbrémèt 
Cbrémês ne 
:traordinaire 
y nollemy il 
Ml^ae grand 
qtét vus [aU 

jtoiité» , 



dby Google 



26 H E A U T O N- AcT. L 

CHREMES. 
Ne lacruma^ ^tque ijlbuc,. quïdquid eji^ fac mt 

ut Jciam. 
Neretice: ne ver ère: crede, inqmm, mibi^ 
Aut cmjhlandoy aut conjilio, aut rejuver^. . 
M E N E D E M U S. 

35 Scire boc vis? 

CHREMES. 
Hàc caufii equidem > qud dixi tibt^ 
MENEDEMUS. 
Dicetur. 

CHREMES. 

Jt ijlos rajlros interea tamen 
Dep(mef ne lahora. 

MENEDEMUS. 

Minimes 

CHREMES. 

Quam rem agis ? 
MENEDEMUS. 
Sine^me^ vacivom tempus^ ne quod duîm mibi 
Lahoris* 

CHRE^ 

R E M A B. Q.U E S. 

têSi je m dirots rî«i, 6*/* ne tâcherais pas de vous êm 
détourner. En effet il ne pouvoît y avoir qu'un très 
grand dëplaifîr, ou plutôt une efpèce de d<ffefpoir^ 



fer ou de tromper fes ennuis par la peine & par Jte 
travail. Je trouve là une bienf^aace dont je fuia 
chanhée. 

|#. AT 1«T0S &A»TRO$ INTEREA TÀMEN PEPO* ^ 

NE. 



dby Google I 



5C. I. TIMORUMENOS. ay 

CHREMES. 
Ne pleurez pas ,• dites- moi, je vous prie, ce 
que; vous avez, ne me le cachez point , ne craignez 
rien: fiez- vous à moi, vous dis-je,je vousfou» 
iageraijOu en vous confolant,ou en vous aidant 
de mes confeiis & de mon bien, s'il eft nices« 
faire. 

MENEDEME. 
Le voulez- vous fa voir? 

CHREMES. 
Oui, feulement pour la raifon que je vient 
de vous dire. 

MENEDEMB. 
Vous le faurez. 

CHREMES. 
Mais cependant quitez ce râteau , De VOttS 
fetîguez pas. 

M,E N E D E M E. 
Je ne le quîteraî point. 

CHREMES. 
Que voulez- vous faire? 

MENEDEME. 
Lai(rez-inoî,que je ne me donne pas un feu! 
moment de repos. 

CHR&r 

R E M A K <i.U E s. 

ïî£, NE tABORA]. Qustéz ce râteau y ne vous fatiguèa 
pas. Le feul mot , ne lahtra , a trompe des ^^ns très 
(âvans, qiii ont cru que Ménédème travailloit dans fon 
champ, & que Chrêmes lui difbit, nt labéra , ne ira^ 
Veillez pas. Mais ce fens ne peut jamais s*ajufter avec ' 
la fuite. Ménédème étoit foxti de fon champ , & fe 
letiroit chez lui; il portoit fon râteau fur fon épaule, 
& Chrêmes le prie de quiter ce râteau", pendant qu'il 
lui fera le récit de fcs malheurs. Ne lofera vent dire 
ici, «^ vûys fatiguez pasy ne vous tourmentez pas ^coxA-* 
m Ml, l'Abbé d*/mfs^ac l'a fort bieA fait voix% 



dby Google 



aB H E A U T O N- Acr. X 
cnifE ME S. 

TJmfinm, inquam. 
MENEDEMVS. 

-iAh, non tsquam jaciSt 
CHREME S. 

Sic meritum eji mettin, 
CHREMES. 

I^unc loquere. „ ^ « «^ tt r. 

M E N E D ^ M U S. 

Filium unicum adolefceritulum 
XMeo. Jb.^uîd dixi babcre me! M habuu 
' Chranes, _ 

Nuw babeam, nccns, incertum ejU 
CHREMES. 
Qtud ita ijlbw ? 
UENEDEMUS. ^^^ 

va i Corinibo'hic aivenaanus paupercula, 
mus filiamille aman cxpitperditè ^^^„^ 

AI Propijamutprouxorebaberet: bœctlmmeomM 
^Vbi*id refcivi, capi non bumamter, . 

TraSare ,fedvi(^ via pervolg«tâpatrum._ 
Qu^meaccufaba^: bm! tibine hac dmiuu 
Ticere fperas facere , me vivo pâtre , 
ZkZvt habeas prope jam in uxoruloco? 
iTJTfiiàcredisi (^ me ignoras, aima. 
%o te meum^edicitmtiSpervolo, ^^ ^^^ 

•*VuIg.r«». ^ o T, E S. .. 



au, Google 



50 



Sa L TIMQRUMENOS: ap- 

CHREMES. 

♦le ne le fouffrirai pas, vous dis-je. 

M E N E D E. M E. 
Ah ^ ce que vous faites eft injolle. 

CHREMES. 
QoaU un râteau fî pefant! 

•MENEDEME. 
Après ce que j*ai fait, j'en devrois avoir un. 
bien plus pelant encore. 

CHREMES. 
Parlez maintenant; 

MENEDEME. 
X'ai un fils unique fort jeune. Ah, que dis je, 
j*ai un filsl je Tavois,, Chrêmes,, car je ne fais, 
fî je l'ai encore. 

CHREMES. 
Comment cela? 

MEJ^EDEME. 
Jje vais vous le. dire. Il y a ici une certaine 
vieille femme de Corînthe ,. qui n a point de 
bien.;, mon fils devint ëperdûment amoureux 
de fa fille, deforte que fans que j'en. fufTe rien, 
il vivoit déjà avec elle comme fi elle eût été fa 
femme^ Sitôt que je feus apris , je me mis à 
le traiter inhumainement, non pas comme je 
devois traiter un efpiit malade,. mais avec toute 
la dureté & toute la riguçur que les pères exer- 
cent dans ces occafions- Tous les jours je lui 
faifois des reproches : Quoi!, lui difois-je ,. 
croyez-vous pouvoir continuer ce honteux com* 
merce tant que je ferai en vie, & vivre avec 
cette créature ,. comme û vous étiez mariés ? 
Vous vpus trompez fort, (i vous le croyez, 
flinia , & vous ne me çonnoiflez guère. Je 
vous regarderai, comme mon fils , pendant que 

voii's 
* // /ui ifte en m^m teiàs îe rattaUt . 

B3 



dby Google 



30 H E A U T O N- JVct. I. 

55 Dum^quod te dîgnUmeJl ^faciès: fed^îd non faciSf, 
Ego, quod me- in te fit facere dignum^ invenero. 
Nulla adeo çx re ijlbuc fit , nifi ex nimio otio. 
Ego iflbuc œtatis tum amori operam dabanif 
Sed in Afiam abii bincpr$ptcrpauperîemt at^fi^i 
4o ^mul um éf gloriam armis belli repperi. . 

Pojlremd , adeo res redik : adol^centulus , 

Swpe eadim^ ^•'graviter audiendo vi^us ejli: 
Futavit me (^ œtate éf benevdentid 
Pius/cire, ^ providere, quàmfe ipfum fibi. 
tf 5 In Afiam ad Regem mîlîtatum ahiit , Cbreme» 
CHREME S. 
Quîd ois! 

M E N El> EM U S. 
Gam me efipr(/eSus; menfes très aiejk 
C H R E M E S. 
Amboaccufandî: etfi illud inceptum, tmnen^ 
^limi eft pudentis fignum , ^ non inJlrenuL 

M E N E D E MU S. 
Ubi comperii ex «V, qui et fuere eonfcHf 
jo Domum revortor mxjlus , atque animo feri* 
Perturbato , atque incerto pra œgritudine. 
Adjido: accurruntferviifoccûsdetrabunt: 

indei^ 
R E M A R C^U E 5. 

5^. ATqUE IBI SIMUL REM ET GLORIAM AR- 
MIS BELLI REPPSRi ]. Et là par mon courage J ae* 
qtùi de la gloire 6* du hen. Il y a dans le texte , /» 
trouvai de la gloire 6* du bien. Les Latint fe font ler- 
vis de leur ver'je reperire^ trouver^ pour dire ^7t{^ 
gagner ^remporter ^ comme les Gréa ont employé »^^ 
i^tufstf, PirJare dans TOde VIII. des Ifih* 



dby Google 



Se. I. . TIMORUMENOS. 31 

vt>us ferez, ce que vous devez ; mais fi vous ne 
le faites pas , je ferai ce que je dois Tout ce 
libertinage ne vient que d'oiûveté; à votre âge 
je ne foflgeois pas à faire l'amour; me voyant 
pauvre, j'allai pcwrter les armes en Aflc, & là 
par mon courage j'acquis de la gloire & du bien. 
Enfin cela vint à tel point, que ce pauvre garçon, 
à force d'entendre toujours la même ctofe, & 
de fe voir traiter durement, n'eut plus la force 
dç ré(î(ter;^il crut que mon âge^ & l'amitié que 
j'avois pour lui, me faifoient voit plus clair que 
lui-même en ce qui le concernoic. Âh, Qtté- 
mès, il s'en alla en Afie fervîr te Roi. 

C H ft E.M K S. 
Que me dites- vous là! 

M E N B D E M E. 
. Il partit fans m'ea rien dire; 1! y a dé}a troîf 
mois qull eft abfent. 

CHREMES. 
. Vous avez tous deux tort. Ce qu*îl a faft 
Béanmoins part d'un bon naturel, & d*un cœur 
bien fait. 

MENEDEME. 
Lorfque ceux à qui il avoit fait confidence de 
fon deflein , m'eurent apris qu'il étoit parti, je 
m'en revins chez moi accablé de trille(re,rerpri£ 
prefque troublé, & ne fâchant à quoi me réfou- 
dre 

R E M A R. Q.U E S. 

// a trùuvê I» gloire det combats y pour dire, il a re»' 
porté la viHoire. 

^ 6s. IN AS1A.M AD REGEM MILITATUM ABIIT 7. 
JL s'en alla en Afie/ervir le Roi, J*a?ois fait ici la mj- 
me faute que dans l'Eunuque III. i. J*avois fuivi le 
fentiment de ceux qui cntendoient le Roi de Per/e. 
Mais cela ne fe peut. Ménandre pailoit fans doute du 
Roi Se'leucus, On peut voit la Remarque fm Tendioit 
de ÏEunu^e (jliq je viens de maïquei. 



dby Google 



3^^ HEAUTON- Act. I., 

Fideo altos fejlinare , leSos fternere , 
Cosnam apparare , profe quijque fedulb , 

75 Fnciebat^ quo illam mibi knirent. miferiam, 
Ubi video bcec, cœpi cogitare: Hem y tôt mei 
Sciîus filiciti funt caufd, ut me unumexpleant?- 
jincUlce tôt me vejliant ? fumptus demi 
Tantos ego foins faciam ?^ fed gnatum unicum , 

83 Qi*em pariter uti kis decuity aut etiam ampliuSy 
Quàd illa estas magis ad hcec utenda idonea eft^ 
• Ego ewn bine ejeci miferum^ injuJUtiâ meâ, 
Malo quidem ma^ dîgnum quovis^deputem^ 
Si id faciam: nam ufque dum ille vitam illam colU, 

85 Inopem , carens patriâ oh fneas injurias, 
Jfiierea ufque illi de me fupplitium daho , 
Lahorans, quœrens ^ pafcçns, illîfervîens. 
Ita facis pTùrfus , rJbil relinquo in aidibus^ 
Nec vas 9 nec vejiimentum: corrafi omnia 

50 AncilhSy Jervos, nifi eos , qui opère ruftic^ 



Fa^ 



R E M A R Q^U E S. 



7(J. TOT MEI SOLIUS SOLICITI SUNT CAUSA ].. 
Quoi! tant de gens feront embarajfés pour moi fculU J'ai 
l^■ comme mon père , folicitijînt. Cela eft neceffairc. 

78. ANCIJLLiE TOT ME vestiant]. J'au- 
rai tant d'e/c laves, qui ne feront occupées. qu*ùi faire les 
étofes pour mes habits ? C'eft-là le fens de ce paffagc ; 
x\ parle des cfclaves que Tonavoit chez foi pour cou- 
dre , & pour faire des etofes. 

89. Nec VAS, nec vestimentdm]. Ni 
meubles y ni étofes. Il y a ni va/cj ni lakit. Mais j'ai 
mis meuhles au-lieu de vafe; car tout eu compris dans 
le mot de meubles , & vejiimenta font proprement des 
pièces d ëtofe dont ils fe fervoient pour couvrir les 
lits, pour faire des tapîs, Ç'eiLce que r'sr^iU apel- 
le vejteu 

50. Qui 



dby Google 



^Sc. I: TIMORUMENOS. 55- 
dre dans l'excès de mon chagrin. Je prens un 
fiège, roes. valets accourent,, les uns me désha- 
billent, les autres fé hâtent de mettre le cou- 
vert, &:d'aprêter le fouper; enfin chacun fiait 
de. fott mieux pour adoucir mes inquiétudes.. 
Quand je vis tout cet empreflement, je me mis 
à fonger en moi-même : Quoi ! pour moi tout 
feul tant.de gens feront embaraffés? tant de gens 
feront empreCfés à me. fervir? j'aurai tant d'es- 
claves qui ne feront occupées qu'à faire les éto- 
fçs pour mes habits ? je ferai tout feul tant de 
dépenfe? & mon, fils unique, qui devroit avoir 
part à tout cela autant & même plus que moi , 
étant d'un âge à faire plus de dépenfe, ce fils 
unique^dis-je». mes duretés l'ont cha/Téf Ah, 
fî je continuois cette manière de vivre, il n'y a 
point de malheur fi grand dont je ne me trou- 
vaffe digne. Je ne le ferai pas aujft, & tout le. 
tems qu'il fera dans la mifère oîi il eft, banni 
de fa patrie par mes înjuftices , . je me traiterai 
d'une manière qui le vengera; je travaillerai con- 
tinuellement, j'épargnerai, j'amafferai, je n'au- 
rai ^ue lui en vue.. Cette réfolution fut bientôt 

fuivie. 

RE MA R Q^U E S.. 

^ 90. Qui OPERE RUSTICO ÏACIUNDO TACILE VIC- 
TUM EXERCERENT SUUM ]. Excepté ceux qui en tra-- 
vaillant à la campagne pouvotent al/ément gagner leur 
vU. Iln'eftr'pas néceflàire de fe tourmenter pour cor- 
riger ce vers qui eft admirable. Te'rence a dit exereere' 
viSum , exercer, fa vie y pour gagner fa vie, comme 
XénopJ^on z dit y ii vôfUf t«, travailler fon vivre ^, 
pour gagner fa vie.. 

N a T ES. 

73. Inde alii feflinafe y (ans autorité. . 

75". Fa9iebanty à caufe de lemrent^ 

79. Qui j pom fedf conim^ la conftm^Ion (cm* 
Uie le oemander. , 



dby Google 



34 R E A U T O N- Açt. Ik 

Faciundo facile viStwn exercèrent futm^ 
Omnes produxi ac vendtdi: infcripfi illîcOé. 
Mdes mercede^ quafi ttUenta ad quîndecim 
Cdëgi: agrumbunc mercatusfum: b{cmeexerce\, 

^5 Decrevi tantîfper me minus injuriai y 

Cbreme, meo gnatofacere,, dumfiammifert 

Nec mihi fâs ejje ullâ me volupme hic frui^ , 

Ifiji uhi ilk hucfaîvos redierit meus particeps^ 

CHREMES. 
Tngenîo te eJJe in liberos Uni puto , £f 

TsOO lUum obfequentem, fi quis reSti aut commodt^ 
TniStaret: verùmneque tu illumfatr noveraSr 
Nec te ille: hoc ubifity ihi non veri vivitur* 
Tuillum, numquam oftendiJH, quanti penderes ,, 
Nec tibi iile ejl credere aufus qua ejlcequompatri'^ 

icsQmo* 

R E M A R Q^U ES. 

91. INSCRIPSI ILLICO iEI>ES]. Je mh ûuM 
ma mai/on en vente. Il eft queftion de favoir s'il faut 
liie, înfcrip/i iîUc0 ^es meraedt; ou bien infcriffi îllic». 
ddes t mereedem quafi talenta ad quindecîm. J'aime^ 
mieux le dernier , cw il me paroit plus élégant de di- 
re (împlement infcnhere ddes^ que ît^fcrihert ides mv^ 
side* P^laute^ dit de même; 

Mdes* vénales hafie infcrlhit literîs^ 

lis mettoient comme nous des e'crîteaux, maîfon ^ 
vendne , mai/on à huer ^ £des vendundd.^ ides locandêm. 
Ceux qui ont cru que Ménédême n'avoit fait que loucc 
fa mairon, n'y ont pas pris garde d'^flez près: la fom- 
va& feule qu'il en retire , marque aflea que fa maifoit 
ixfi. yendiie^ U, faut i^ fouveiiix qu'il p^ule de la 



dby Google 



ScL TIMORDMENOS. 35 

fiime de Tefiet; je ne laiflai rien dans la mai* 
fon, ni meubles, ni étofts; je vendis tout, feN 
vantes, valets, excepté ceux qui en travaillant 
a h campagne, pouvoient gagner leur vie. Je 
mis auiïï en même tems ma maiCon en vente, & 
.fai ramalTé à peu près quinze talens; j'ai ache- 
té cette terre, où je travaille depuis le matin jus- 
ques au foir. Je me fuis imaginé. Chrêmes, 
que l'injure que j*ai faite à mon fîts fera moins 
grande, f! je me rends malheureux aufH-bien 
que lui; & j'ai trouvé quMl n'étoit pas jufte que 
je goutafle ici aucun plaiflr , que lorfque celui 
qui doit le partager avec moi, fera de retour 
beureufement. • 

- CHREMES* 
Je fuis perfuadé que vous êtes un bon père, 
ftquHl auroît été un fort bon fils, û vous a- 
viez fu le prendre; mais vous ne vous connois- 
fîez pas bien l'un l'autre, & quand celaellainlî, 
ce n'efl pas vivre. Vous ne lui aviez jamais fait 
connoître combien vous Tairaiez , & il n'a ôfé 
vous faire les confidences que les enfans doi- 
vent 
R E M A R Q. U E s. 

maifon qu'il avoît à Athènes ; car la fcène eft aux 
champs; on s'y «Il trompé, comme nous le vcnonf 
dans la futte. 
94. Hîc ME EXERCE O ]. 0% je travaille de* 

fuis le matîn jufqu* au foir , Le ttavail que j'ai fait fur 
Oi-jffée à* Homère y & que je vais bientôt donner au 
Public , m'a fait apercevoir que Ménanire n'îîvoit pas 
inventé ce caraftère de Méniième , mais qu'il l'avoic 
tiré èi Homère y ou le bon L^wr/*. affligé de l'ahfence de 
ion fils , fe tourmente à fa maiion de campagne com- 
me Ménèditne fait ici. Ce font les mêmes traits; oa 
n*a*qu*^ voir 1^ les Remarques. 

NOTES. 
fi, Exfircirenty fuivant la correâion deJ^alm&ittS» 
lo>, lifS it94p% tikiy fans autgjit^. 



dby Google 



36 H E A U T O N- Act. I. 

105 Quoi fi effet fuSam^ bac numquam evenîffent 
tibL 

MENEDEMUS. 

lia res ejl^ fateor: peccatum à me fMXumumeft. 

CHREMES. 
Menedemfi, atperrsre&èfpero: Q* illumtibi 
Salvum affuUtrum effe hic confido propeèiem^ 

ME NE DE MU^. 
Utinam Ua Dii^faciant. 

CHREMES; 

Faciera: nunc, fi commodum efi, 
ÏIO Dionyfia htcfunt, bodie apud me fis voîo. 

ME^ 

*. Vulg. faxinti 

R E M A R Q^U E S. 
iio. DiONisiA Hîc sunt]. Feut/avin qut^ 
r.OH célèbre ici la fête de Bacchus. Les Athéniens ce*. 



V Ahhé. à' Auhignac^ recherchë^avec foin toutes ces fê-. 
tes , & après en avoir cite un. grand nom^rç,U a pris 
malheureufement le mâchant parti ; car il a cru que la 
fête, dont parle ici Têrence^y eft, la ^kx& du ptintems. 
que ron,apelloit antheftérie^ & oh il fait aufli tomber 
la- fete.apell^e i*}ï^»i^/>, parce qu'on perçoit alors les» 
tonneaux, ce qu'il fonde fur Je 50. vers de la fcène^ 
du troiiîème Afte : 

Relevi omnia dolia^ emnes ferias, ^ 
y as percé tous mes tonneaux , fai ouvert toutes met^ 
truches. Maïs ce r^-ifonncment eft bien foible; com-" 
me il dans toutes les autres fêtes de Tannée on ne 
pouvoit pas percer dès tonneaux, & comme fi ce n'é- 
toit pas l'ordinaire dans les grandes fêtes d'en percer 
beaucoup pour choifir le meilleur yin. D'ailleurs on 
▼oit bien que ce n'eft point ici une chofe de coijtu- 
me , & que Chrêmes ne le fait que. parce qu'il y eft 
force pir l'importun îtë de Bacchis qvil n'en t|ouvoit 
jamais d'affez bon, & qu'il ne le dit même h Mené- 
^ime^ que poiw lui faiiç voir k fiirienfê dépenfe à 

quoi^ 



dby Google 



Sq;L TIMORUMENOS. 5r 

vent faire à leurs pères. SI vous Vavîez fait Tua 

&, Vawtre, tout ce defordre ne feroit pas arrivé* 

M E N E D, E M E. 

Cela eft vrai, jeravouc, j*ai grand tort. 

CHREMES. 
Mais, Ménédème, j'efpèrc qu'à Tavenîr tout 
ira bien , & je n^'aflure qu'au premier jour vous 
l'aurez ici en bonne fanté. 

M E N E. D E M E. 

Faffent les Dieux que cela foitl 

CHREMES. 

Ils le feront; mais préfentement vous favez- 

qu'on célèbre ici la fête de Baccbus-, je vou- 

drois bien que vous. vinSiGz fouper cliez moi , 

fi vous le pouviez* ME- 

R E M A R ou E S. 
quoi il va être expof^. Cette faute eft plus ira portail--* 
tç qu*U ne paroit; car elle en entraine d'autres, ic el- 
le eft caufe que Mr, â'JlMhi^nac a fort mal pLicé la 
fiçèncr de- ccttt-fihct.. Je fuis, fâchée d'être obligée dfc 
faire cette remarque, & de relever la faute d'un hom- 
me qui a Ait un, Ouvrage -aulfîuîile que. fa Pratique du 
Théâtre y ou il paroît tant de l>elle érudition, & tant 
de jugement.. La fcte.doatjl s'agit, eft la. fête qu'on 
cclebroit en automne, & qu'on apelloît Dionyfta in. 
cgrii y les Dionjjîa^ues des champs^ ôc. Ja fcène n'eft 
pas dans Athènes, comme l'a cru Mr. â'Aulugnae^ el- 
le eft. dans un petit hameau^ ou Ménédème Ôc Chrémét 
avoient chacun une maifôn. Cela paroît par toute la 
fuite;. &' d'ailleurs Ménéd^me na-t-iV pas déjà dit qu*it 
avoit vendu la m^ifon qu'il avolt \ la ville ? La feule 
difficulté qui refte , c'eft dé favoir pourquoi Cbrèmii 
dit DhnyfiaMc funt ; t» eéUhre icu C'eft parce qi:e^ 
cette fête durant plufîeurs jours, on ne la célébroit" 

i>as en même tems dans tous les boiurgs Ôc^ dans tous 
es hameaux de l'Attique : on la célébroit aujourdhui 
4ans un lieu Ôc demain dans l'autre, afin qu'on pût 
affemblet fes, voiiins , ôc que la compagnie fût plos^ 
Hombrcufè. 

NOTE S. 
X9P« Ifa DS/^int^ après plufîeuxs MSS. 

B 7 



Je 



dby Google 



58 HE A UT ON- Act. îl 

M E N E D E MU S. 

ifm pojjum. • 

C H R E MES. 
Cur non? quœjo tandem altquaniûlum' 
Tihi parce : idem ahfens facere te hoc voit filius* 

M E N E D E MU S. 
Nonconvenity qui illum ad laborem'^mpulerim,. 
Nunc me ipfumfugere. 

C H R KM E S. 

Siccine eji fententiat 
M E N E D E M US. 



ns SU. 



CHREMES. 
Bene vale. 
MENEDEMUS. 

Et tu. 

A C T U S P RI M U S- 

S C E N A I L 

CHREMES. 

Juv Gemmas excujjît mihi\. 
tfîferetque me ejus: fed , ut diH tempus eft , 
Montre oportet me hune vicinum Pbaninm 
Ad cœnam ut veniat: ibo , vijamfi domi eji. 

m 

♦ Vulg. impelUrîm, 

R E M A R au E S. 

4.lBO,VISAMSIDOMI EST]. Jt VAt$ V^tt^ 
i-il eft chez hii. En difant ces mots Chrémêf va à la 
porte de Ton voiiîn Phaniaj & fans quiter le théâtre 
a avance un pied à l'entrée de la malfon , & quelqu'un 
lui ayant dit que Fkania s'^toit ii)^ içado cfaea lui» 



Digitized by VjOOQ IC 



Se. II. TIMORITMENOS. Sft 

MENEDEME* 
]e ne le puis. 

C H R E M E Si 

Pourquoi? enfin, ménagez- vous un peu, je 
vous prie, je fuis fur que votre fils lefouhaitc^ 
tout abCènt qu'il efl. 

MENEDEME; 
Il n*eft pas jufte que Payant obligé â menct 
une vie fi laborieufe , je fuie moi-mêfflej le XiM 
vail. 

CHREMES. 
Eft-ce-là votre réfolutîon ? 

MENEDEME. 
Ouû 

CHREMES. 
Adieu donc. 

MENEDEME. 
Adieu. 



ACT E PREMIER. 

S C E N E IL 

CHREMES. 
TL m'a tiré des larmes, & il me fait pîtîé. Maïs 
lie jour eft déjà bien avancé, il faut que j'ail- 
le avertir notre voifîn Phania de venir foupet 
avec nous ; je vais voir s'il eft chez lui. II n*a 
pas eu befoin d'avertifleur; on vient de me dire 

qu'a 

RE M- A R (i.U E S. 
il revient & dit , nil ^pus fuit m^mtore, Ainû le th^ii 
Ixe ne demeure pas vuîde. 

NOTES, 
ir?. Urne pepuîerim^ fans autorîré. 

tCt lu ii$ & io'mf çe»^ fcioe à la px^câlente» 



dby Google 



la H E A U T O N- AcT, t, 

5, NU opus fuit, monhore : jamdudum domi 

prœfto apud me ejje aiunt: egonut convivasmoron. 
Jbo adeo bine ifitro. Sed quid crepuerunt fores ? 
Hinc à me quifnam egreditur? bue coneejfero» . 

A C T U S P R I M U S.. 

S- C E N Al III. 
C L I T I P H O. C H R E M E S.. 

CL I TI F HO. 

AJIhil adhuc^eft\ quod'vereare ^ Clinia: hauin 
^ quaquam etiam eejfant f.- 

Et ilîam JimuL cum nuntick tibi Me affuîuram . 
Hodie ,Jtio iproin folicitudinem iflam/alfaMi qutB ta* 
Excruciat^ mittas, 

CHREMES. 

Quicum loquiturfilius?" 
CL I TI F HO. 

Pater adeftl 
S Quevfi'oolui^ adiho. Pater ^ opportune .advenis.. 
CHREMES.. 
fktididejl^: 

CUy 
RE M A R Q^U E S.. 

ï* NJHIL ADHUC EST qUOD VEREARE , CLINIA ]. 



Clinia. Clitiphdn en fortant de chez lui parJe à Clinia^ 
^Is-de M^nidémè^Qm le fie dans la maîion ÔCqui n*ô* 
fe fortir , de peur d'être vu de fon père , ou de quel» 
qu'un de fa maifon. qui étoit, fort vpiiîne. de, celle de 
{jhrémès, . 

» l£AyD.(^UAQUAM XTIAH C^5ANT}, -IU 

«Ci 



dby Google 



Se- IIK TIMORUMENOS. 4^: 

qu'il y a déjà i^uelque tems quMl cft chez moi; 
c'eft moi-même qui fais attendre les autres ; je 
m'en vais donc. Mais d'où vient que l'on ou- 
vre notre porte ^ qui cft-ce qui fort? je m*en 
Vais me mettra ici dan$ ce coin, 

ACTE PREMIEER. 

SCENE IIL 
CLITIPHON. CHREMES. 

• CLITIPHON. 

nru n'as paa encore fujet de craindre, ils ne 
tardent pas ^ Clinia, & je fuis fur qu'elle 
viendra aujoordhui avec le valet que tu lui as 
enyoyé; en&n, défais- toi de ce chagrin mai fon-- 
4é qui te tourmente. 

CHREMES., 
Avec qui parle mon fils ? 

CLITIPHON. 
Voila mon père comme je le fouhaitoîs, je 
vais lui parler. Mon père, vous venez bien à, 
propos. 

CHREMES., 
Qu'eft-ce que c'eft? 

CLIv 

R E M AR Q^U E S. 

fie t/irdent pas. Il parle de Tefclave que Cttnia avoit 
Oivoyé à la ville arec Syrus^ valet de Cliêiphon. 

NOTES. 

3. Hodiefeioy au v. pre'ccdent, otmthtcy après UA- 
MS. Protn tu-'-mittat^ en un vers, 

4. Quicum h^uttur Jîliuif en UJl VCIS, Faern. Patan 



dby Google 



4* H E A U T O N- AcT. :t 

C L I T I P H q. 

Nunc Menedemum nojiine no/lrum vicinum7 
CHREMES. 

Frabk 
C L I TIF H O. 
Suicfiliumfcis effe^ 

CHREMES. 

jiudivi effls in AfiL 
C LI T'I P H O. 

Non ejly paier, apul 
Nos eji. 

CHREMES. 

Quid ak^ 

C L I T I P H Oi 

[abduxi illicQ 
Advenîéntemj è navi egredimtem^ 
'Ad CŒftam: nom mibi magna cum eojam inde ua^ 
que à pueritid 
^^ Semper fuiù famîltarîtas. 

CHREMES. 

Vùluptattm magnam fîuntiar^ 
Qtiàm velîem Menedemum invitatum , ut nobifcum 

hodie effet amplius ,^ 
Ut banc lœtitîam nec opinami primus objicerem 

domi ! , 

^tjue etîam nunc tempus ejl. 

C L I T I P HO. 

Cave f axis: non opus ejly pater. 
CHREMES. 
Quapropter? • 

CLI^ 

NOTES. 

7. Apui^ au V. fuiv. 

8. Abduxi y au v. fuiv. ôtant magna j fur quatre MS 5. 
II. M. B. retranche btdUi apxè$ pluiieurs M5S. de 

tiEonlus. 



dby Google 



Se. m. TIMORUMENOS. aJ 

C L I T I P H O N. 

ConnoiflTez-vous un certain Ménédème notre .. 
voifin? 

CHREMES. 
Oai. 

C L I T I P H O N. 

Savez- vous qu'il a un fils? 

C H R E M E a 

Gui, j'ai ouï dire qu'il efl. en Afie. 

C L I T I P H O N. 

^ il n'y eft plus, mon père, H eft chez notts, 

CHREMES. 

Que dites- vous là?' 

C L I T I P H O N. ; 

Tout-à-rbcure comme il arrivoit je l'ai prî^ 

au fortir du vaifleau, & je Tai amené fouper 

chez nous , car dès notre enfance ooos avons^ 

^è fort bons amis. 

CHREMES. 

Vous m*aprenez là une nouvelle qui me fait 
un fort grand plaiQr. Que je voudrois bien que 
M^nédème vînt augmenter la bonne compagnie^ 
afin que je fufle le premier à lui donner cette 
joie dans* ma maifon , & lorfqu'il s'y attend le- 
ffîoins! Mais il efl encore tems. 

C L I T 1 P H O N. 

N'en faites rien, s'il vous plaît, mon père,^ 
9 ne le faut pas. 

CHREMES, 
Pourquoi cela? 

NOTES. 

tz. Ohjletrem et domi^ fui vaut tous les MSS. 
X j. Nunc/oiii tcmpori eft^^ malgré tous les M^S;. 



dby Google 



44^ H E A U T O ÎT- AcT. L 

C L I T I F H O. 

[ciat: modh venit, 

^ Q^^^^nimincertwn el^ etiam, quidfefa^ 

'5 Tmet omnia: patris iram, & animum arnica fi 

ergautjitjuce: 

£am mîferè atfiat;propter eam bac t44rba aitque ahU 

Ho 'evenit, 

QH R E.M E S. 

C L IT IF HO. 

Wéncfervolum atl -eam in urbetn mifit, Çf eg^ 
nojlrum unà Syrum. 
CHREMES^ 
Qui d narrât^ 

^ C L^I T I F H 0. 

Quid ille? Je miferum ejfe. 
CHREMES. 
Miferum ! Quçm mînu' credere ejl ? 
^id reliquî ejl, quîn babeat , qwè quidem"^ sjje. 
in bomine dicuntur bona, 

20 Fa^ 

'^ Eflè ah^ à vutg, 

R E M A R <i.U E S. 

Î7* NUNC SERVOLUM AD EAM IN URBEM MI- 
SIT]. h a envoyé un petit laquais chez elle. Mot à 
mot,. // 4 envoyé un petit laquais à la ville. Ce qui 
Ibarque bien ccrMînement que la fcène eft à la cam- 
pagne; (î elle etoit à Athènes y Te'rence pzilerolt ridi- 
cutement. Mr. Mé/tage, dans la difpute qu'il a eue 
Tur cette Comédie avec Mr. l'Abbc d'Aubi^nac , s*6toIt 
ftrvi de ce paflage pour prouver que la fcenc eft k la 
campagne. Maïs Mr. d'Aubignae traite cela de gros- 
fier, & il dît Qu'il n'y. a poinr de- valet à Paris, ni de 
garçon de boutique , qui ne dife tous les jours que fon 
maître eft à la Ville, qu'il n'eft pas encore revenit de 
^ h vyie, fans qu'on puifle. inférer delà, que l'on dit 
wh ^ 1a campagne ; ôc là-deiTiu 11 fait des railleries 

qui. 



dby Google 



Se. UI. TIMORUMENOS. 4y 
C L 1 T I P H O N. 

Parce qu'il eft encore incertain de ce qu*il doit 
faire j il ne vient <iue d'arriver ; tout lui fait 
peur; il craint la colère de fon père. & il ne 
fiwt pas bien comme il eft dans l'efprit de fa 
njiîcrefle; il en elt éperdûincnt amoureux ; c'cft 
pour elle qu*efl arrivé tout le defordre,& q^'il 
s'en étoit allé. 

CHREMES. 
3e le fais. 

CLITIPHON. 
II a envoyé un petit laquais chez clic, Se j'ai 
envoya Syrus avec lui. 

t: H R E M E S. 

"Eh bien, que dit-il? 

C L I T I t» H O N. 

Ce qu'il dit? il dit qu'ij e(i malheureux. 

C H R E M E S. 
Malheureux ! lui ? qui trouvera-t-on qui le 
foît moins ? qu'eft ce qui l'empêche d'avoir tout 
ce que les hommes appellent des biens ? Il re- 
trouve fon père & fon pays en hon état; il a 

des 

^ E M A R Q^U ^ s. 

quî ne font pas trop faûts. Mais en réntéy peut^n 
-penfer qu'on^puilTe règlci la langue de Scipitn & de 
Lélim fur Tufagc des valets & des garçons de boutfque 
de Paris? Je n'entrerai point dans l'examen de cette 
" façon de parler Françoife ; il me Hiffit d'aflurer que û. 
Térence avoir voulu dire dans Rome \ Lélius , qu'il a- 
voit envoyé un laquais à Scipstn^ il n'auroit jamais 
dit , fervum ad Scipionem in urbem mifi ; & Mr. ^Au- 
kt^nae a beau dire qu'il n'y a pas une Comédie dans 
PloMtey & dans Tirencey oîi l'on ne trouve des exèrn» 

?)\es de cette expreflîon prife dans fon fens , il ne per- 
uadera qoe ceux qui ne les ont- pas lues; pour moi 
je n'en ai /aînals vu un feul, & j'ôfe dire qu'il cft iiait 
poffible^'en tiouvej:. 



dby Google 



4(5 H E A U T O N- Act. t 

ao Parentes , pntrîam incoîumem , amîcos , genus^ 
cognatosy divitia:'^ 
^tque bac perînde funt t ut ilHus animus^ ^ie$ 

poffidet; 
Qui utîfcit , ei bona ; illi , qui non utîtur te^ , mala^ 

C LIT I F H 0. 

» ïmè ille fenexfuit iniportuîius femper : £? nunc 
nibil magis 
Vereor, quàm ne quid in iUum itatus plus fatis 
faxk pater, 

CHREMES. 

25 Ilîene'^ (fed reprimam me : nain , in metu ejfe bunC^ 
iilieft utile). 

C LIT I P HO. 

Quid tute tecum? 

CHREMES. 

Dicam, Utut erat^manjum tamen oportuit. 
FortaJJe aîîquanto iniquior erat , prœter ejus lubidi- 

nem: 
Pateretur: nam quemfertet, fiparentem mnfer^ 

retfuuml 
Hunccîne erat œquom ex illius more , an illum ex 
bujus iHvere ? ^ 
30 Quod illum injîmulat durum , idnmejl '; nam pa* 
rentium injuries 

Uniu^-* 

R E M A R Q^V E 5, 

41. Atq^ue h^.c perinde suKt]. II éfl 
^as que toutes ces chofes font comme eft l'efprtt de ceux. 
Cette façon de pailcr eft remarquable, atque eu une 
leprife que les Grecs apellent îirwôpùùurtç. 

1}. IMO IH.E SENEX fuit]. Mais mon père, 
•ÇUtiph^n répond à ce que Ton p^ie a dit au 17^ vers. 



dby Google 



Se. Iir. -TIMORUMENOS. n 

des amis, de la nailTance, des parens, des ri* 
cheffes. H eft vrai que toutes ces chofes font 
comme efl: l'efprit de ceux qui les poQTèdent; 
elles font de grands biens pour ceux qui favent 
s'en fervir , & de grands maux pour ceux qui 
nTen font pas l'ufage qu'ils en devroient feire. 
C L I T I P H O N. 

Mais mon père, ce bon-homme a toujourt 
«été fâcheux; & préfentement dans la colère oii 
il eft contre Ton fils, je crains bien qu'il ne le 
maltraite plus qu'il ne devroit. 

CHREMES. 

Qui, lui? bas. Mais il ne faut pas que j'en 
dife trop; car il eft bon pour ce pauvre père de 
tenir ce jeune garçon en crainte. 

C L 1 T I P H O N. 

Qu'eft-ce que vous dites tout bas , mon père ? 
CHREMES. 

Je vais vous le dire. Quelque fâcheux que 
fôc Ménédèflie, fon fils ne devoit pourtant ja- 
mais s'en aller. Il le trouvoit peut-être un peu 
moins équitable qu'il ne l'auroit fouhaité. Il fa- 
loit le foufFrir; car s'il ne fouffre fon père, qui 
foufFrîra-t-il donc? Lequel à votre avis eft le 
plus jufte, qu'un père vive à la fantaifie de fon 
fils, ou qu'un fils vive à la fantaifie de fon 
père? Et pour ce qui eft de la dureté dont il 
raccufe,il n'y a rien de moins; car les rigueurs 
<les pères font prefque toutes de la même forte: 

je 

R E M A R Q.U E s. 

mt/erum! Quem minu' ered^e ejîf Malheureux 1 Juif 
aui trouver a-t- on qui le fait moins t Cet imà eft ici ttn© 
particule adyeifative, pour quîn* 

NOTES. 
2p. £; , au V. fuiv. où M* B, lit infîmulant ^Uvi ua MS^ 



dby Google 



^8 H E A U T O N- Acr. I; 

Uniufmodi funt ferinè épaula qui eji bomotolerabilis 
Sctrtari crebrà nolunt , nolunt^rebrè cmvivarier , 
Prcshent exigiiè funaum : -£? ea fura^ tamen^ ad 

virtutem 'omnia, 
Verùm uhi aninmsfemelfecupiditatedevinxitmald^ 
35 Ne€ejJ& eft, Clitipbo , confilia confequi conjimilki, 

♦ Hoc 
Scitum ejl, perîculum ex aliis facere^ iibi .quoi 

ex ufu Jiet. 

C L I T I P H O. 

Ita credo. 

CHREMES. 

V \c(Bna ftet. 

Ego ibo bine intro , ut vîdeam , nobis qutd 
TUf ut tempus eJi diei^ videjts ne quo bine àbeas 
Ungiùs. 

ACTUS 

* Abcft kMS. 

R E M A R QJJ E & 

JI. PAULO qui EST HOMO TOLERABILIS, SCOR- 
TAB.1 CREBRo NOLUNT ]. Je parle des pèrês qm font 
»n peu raifonnahles. Ce changement de nombre eft bien 
remarquable , s'il y a un père un peu raiformable , ils ne 
veulent p^is; U met l'un au fîngulier , & l'autre au pltt* 
liel ; & c*eft parce que le premier hombre marque U. 
qualité de chaque père en particulier, & tous enfem- 
ble font un pluriel ; on n'avoit pas bien expliqué ce 
changement. Jules Scaliger a fort bien remarqué dans 
le 8. Lîvre de fa Poëtique^ que le fe^itîment de Chré^ 
mes eft tire de la plus fine morale ; les pères qui n'ont 
pas dépouillé toute forte d'humanité, fouflfrent quel- 
que petite chofê à leurs cnfans , 8c ne les puniflent 
que des excès ; ils permettent qu'ils s'oublient quel* 
quefbls , mais non pas toujours. 

9 8. Tu, UT TEMPUS EST DIEI,. YIDESIS NE OUO 

HINC ABEAS JLONGiUS]. Songez k ne vops pas éloi' 

:iner à P heurt {uil ejî. Comment Chrêmes pcut-iJ di- 



dby Google 



V-III. TIMORUMENOS. .0 

je parle des pères qui font un peu raifonmibles; 
ils ne veulent pas que l*on foit toujours dans les 
vilains lieux, ils ne trouvent pas bon qti'ôQ aille 
'fouvèût au cabaret, ils donnent peu d*argent, 
& tout cela Veft que pour rendre 'les enfans 
plus vertueux. Mais lorfqu'une fois de mauvai- 
{es inclinations fe fontempàrées iJe TePprit des 
jeunes-gens, il faut néceflair^mcQt queloutes 
leurs aâions fe fentent de cette corruption. Mon. 
fils, c*eft une belle maxime » qu'il nac foire foô 
pio&t du mal d*auccui. 

C L I T I P H O N. 

Je le crois. 

C H R E M ES. 
Je vais entrer pour voir ce que nous aurons 
â louper ;fongez à ne vous pas éloigner â Theu* 
re qu'il cft. 

ACTE 

H E K A R Q^tJ E s. 

tt cela 1 fbn fils^puifqu*^ la fin de la fcène ptécéâcn* 
te il a dit , erwut emnfiva* mtrêr , e*tft moi-même fui 
fais attendre Us conviés ? Il (èmblç donc qu'il ne de- 
volt pas laiflèr aller CliHphony mais le mener avec 
lui, puifqQ'on n'atcendoit que lui pour fe mettre ï. 
table. Cette obfeftioh ne peut ctte fcite que par ceux 
qui ne fàvent pas que dans une occafîon comme cel- 
le-ci, on avôît bien des chofes îk faire avant _què de 
fe mettre à table. Car il falloir que le repas rat pré- 
cède d'un faèrificc : d'ailleurs ces bolifies *getts em- 
ployoient un allez lotigtems à dlfcoitrlt ovant que de 
inaBger. Un homme comme Cbrémh n'avoir garde de 
vouloir gêner Ton BXs , en ra(fii|ettUIâne à Ce ttouver ^ 
toutes CCS cérémonies »& à'^coutet tous louadifcotus. 

N O T E 5- 

%%* At^m béti/unii dans tous tes lA^ti 

Ttmt IL C 



au, Google 



50 HEAUTON-. Acr. I. 

A C T U S P R I M U s. 

S C E N A IV. 

C L I T I P H O, 

QVàm iniquifunt pû^es^ in emms adoiefcentes^ 
*v> jutUcesl 

^^lU aqiwm effe jcenfmt nosjam à puerîs illico nqfci 

fenesn 
Neque illarmi aâfinis rerum 'CJJe^ quas fert ado^ 

lefcentia. • 

Exfuâ libidine modirantwr, nunc quœ^ ejl , non 

qtiœ olim fuît. 
5 Mihift umquàmfilius erit, na ille facili me utetur 

pâtre» 
Nom fi? cognofcendi (^ ignofcendi dàbitur peccc$i 

kcus : 
H^ ut meus, qui mibi pet alium ojiendit fuarr^ 

fententiûm. 
J^erii, is mibi ubi adbibit plus pauià, Jua qua nar- 

4tat facin^fal 

Nunt 

•3. NKQVE ILLARUM ADÏINES RERUM ESSE QUAS 
ÏERT ADOLESCENTia]. Et ne point fentir t$utes les 
,féiÛ»ons de la jeunejfe. Mot à mot, G)* n*étre point pétr- 
ticipans de ce» chtfes amxfuelles la jeunejfe nous porte. 
Qiiand les 'AticîcAS difoient au pluriel ces ebq/èf , illiu 
reSf sUaram rerum f ils parJoienc toujours de Tamour. ' 
. X,e mot adfines eft fort oeau^les Grecs employent leur 
c-vyytfiç dans le même fens. 

4. Ex SUA xibidine]. Par les înelmattoni 
qu*ils ont auhurdhm. Libido eu quelquefois pris en 
bonne p^ri. ' ^ 

tf. NAM ET COGNOSCENDI ET IGKOSCENDI 
«ASITU& FKGCATI LOCUi [J. Cof il pâlira me faire 



Digitized by VjOOQ IC 

a 



•Se. IV. tiMORUMENOS. yt 

ACTE PREMIER. 
SCENE IV. 

C L I T I P H O N. 

O ^ '^^ ^^^^ ^"^ înjuftes à l*égard de tous 
^^ les enfens ! de croire que nous devons être 
des barbons en venant au monde» èc ne point 
femir toutes les pallions de la jeunefle. Ils veu- 
lent nous régler par ks inclinations qu'ils ont 
aujourdhul, & non pas par celles qu'ils avoîent 
autrefois. Ah, (î jamais j'ai un 6ls, en vérité je 
ferai un père bien commode; car il poura me 
faire confidence de toutes fes folies, je ferai 
toujours prêt t les lui pardonner; je ne ferai pas 
comme le mien, qui veut m'aprendre fa belle mo- 
rale en me parlant toujours des autres, penra- 
ge, quand après avoir un peu plus bu que de 
raifon,*!! commence à me chanter fcs beaux 
faits. Préfentement il vient de me dire : Mon 

fils, 

R E M A R Q^U E y. 

Hnfidenci de toutes /es foUès y (y Je ferai tùujêun ffH J 
iés l»i pardonner. C'eft le fens (k ce vers, ^ue l'on 
li*avoît pas bien expliqua. 

g. PERII , IS MIHÏ UBÏ ADBIBIT PLUS PAULo]. 
^enrage , quand après avêir un peu ptms iu que de rû- 
fon, ClstêphêH fe moque id afli» |<Miment de fon pè- 
le , & Térenee ne pouvoît mieiu faire voir que pat 
cet exemple le mauvais efiTet que produit ordinaire- 
ment la débauche dans le coeur des jeunes-gens , & de 
quelle conféquence il eil pour eux d'avoir des pcr« 
qui avec beaucoup de bonté & de douceur veillent 
pourtant fiic leurs adHons avec une grande exadUtudc. 

C 2 



dby Google 



^ HEAUTON- AcT.U 

Nunc ait: Perklum ex aliis facîto tïhi quod ex 

ufufiet. 
:io jiflutus ! \nœ ille haud fcit , quàm .mrW nuncfurdQ 

narret fabulam. 
MagV nunc me arnica diSaJiimulant,, da mîbi, 

atque adfer mtbù 
Cui quid n/pondeam^niLbaheo: neque me quis* 

quam ejt miferior. 
Uam CUnia htc , ^etfiis quoque fuarum rerum fa^ 

'tagit, attamen 
Habet benè acpudkêeduStam^ ignaram artis me^ 

retrtcie, 
J5 Mea efl poiens, ^rocax , magnifica , fumptwfa, 

nùbilis. 
Tum quod dem et , reSè eft : nam nihil ejje mibi , 

relligio eft dicere» 
Hoc ego mali non pridem inveni: neque etîamdum 

fiitpater» 

A C T U S S E C U N P U S. 

S C E N A L 

C L I N I A. C L I T I P H O. 

•C L I N I A. 
Çlmibi fecunddt res de amore meo ejpmt, jam 
^ dudumyfcio^ 

Vents- 

K E M A R Q^U E S. 

IB. ETSI 18 quOt^UE SUARUM RERUM SATAGIT]. 
Q%9iqu*H ait affez d^ajfédrés ehiz Im, Cette ezpieiHon 
eft lemaïqaable. . Satagere iignîfie ici aToir des affai- 
res , être en peine, x«>itf«^«6y/Adrf?f. C*eft pourquoi 
Pbtkxêne GXf>li({VL^ futagit y mymtS, 

jê^ TVM qyOD dem £Ii eects ssrj* 

Quand 



. Digitized by VjOOQ IC 



Sc.L. TIMORUMENOS. 53- 

fils, c*efl une belle maxime de faire fon pro5t 
du mal d'autrui; pefte qu'il efl fini ma foi il ne 
fait* pas combien je. fuis-fourd à fe^^contes. Main* 
tenant je fuis bien plus Coaché de ces^cux mots 
éeJSï2L-maltxeiSèy.dmneZ'moi & /i^rtes.mot; aux- 
quels je ne fais que répondre. Perfonne n'efl 
plus malheureux^ que moi; car pour Clii^ia , quoi- 
qu'il ait aflTez.tfaffiaires chez lui , au moins a-t-il 
une nxaîtreffe bien élevée, & qui n*eft point 
faite à toutes les manières dcs^courtifanes; au- 
liea.qiie la mienDe e(l une §roflc Dame; elle 
cft hardie, magnifique, dépenûère, tnfin une 
perfonne du grand air. Lorfqu'elfe mo^ deman- 
dé dé l'argent; je ne fais que marmoicr entre 
les dents, car je n'ai garde de lui dire que je n'ai 
p^s le. fou. IL n'y a pas longtems que je me fois 
mis cette épine au pied, & mon père n'en feit 
lien encore., 

A C T E S E C O N D. 

S C E N E^ L 

CLINIA. CLITIPHON. 

• CLINIA: 
CI jé dévoîs avoir de bonnes nouvelles de ma ' 
•^ maltrelTe, je fuis (ûr qu'il y a déjà du tems 

qu'ils 

RE M A R Q^U B S. 
Qkûni tlkmê dtmanie de targent^jt m/ais que mar- 
mour entre Ui Menti. , Quand on ne iàvoit que repon- 
dre, & qu'on ne vouloît dire ni oui « ni non, on le- 
pondoît reQéf qui ne iîgnifie rien. 
• NOTES. 

13. Sât agitât j comme Chaiîfius a dtc. 



dby Google 



54 HEAUTON- Act. IL 

Vemjfent: fed vereor^ ne mulier me àhfetae hic 

corruptajtt. 
Cmcurrum multœ opiniones , quoi mibi animum 

exangeaiu ; 
Occajîoj locus^ (ttas ^ matera cujuî fub imperia^ 

eji, maîa; 
Qui nibil prœter pretiumjam dulce eft. 
C L I T I P H O^ 
Clinia, 
C L I N I A, 

Hèi tnifero mibi! 
C L I TI P H O. 
Eiiam caves , ne videat forte bine te à pâtre ali* 
quis exiens? 

C L I N I A. 
Faciamy fed nefcto quii profeOà mibi antmu' pree'-r 
/agit mali. 

C hl T I P H 0. 
Pergîh' ijlhuc priùs dijudicare, quàmfçés, ^iêc 
verifief^ 

C L I N I u4 
Si nibil mali effet , jam hic ♦ adeffet. 
C L I T I P H 0. 
Jam t aderit^ 

CLU 
t Vulg. adejjent. f Vulg. ûdcrunt, 

RJB M AR Q^U E S* 

3. QjJm MIHI ANIMUMEXANGEANf]. 
Mille chofei eon-oureni à me tourmenter. Il faut bien fè - 
donner de garde uc Vite, exaugeant. Les Anciens ont 
dit exango So^exargepy cowime aémto & ahtueo', exttt- . 
/(f & excHleo , Jirido , /îritkû, ferv» , fervfr, /Wfe» » /W/-r 
geo y congrao , ccngrmê. 

4. OCCASIO, LOCUS , iBTAfr, MATBRJ. 
Vocca/tûH ^ le lieu , /on âge , la mère (Qu'elle a. C/inis 
nfTemble ici les qjitre chofes qui pctfventiui donner 
du Xoupçon; fçccitponyÇz mâîtcefle étoit feule, 6e »'a- 



dby Google 



Se. I- TIMORUMENOS. jy 

qu'ils feroientici. Maïs je crains qu'en^mon 
abfence elle ne fe foit gitée? MHle chofes* con- 
courent à me tourmenter & à me donner ce 
ioupçon ; l'occafton , le lieu , Tâge , la mère 
qu'elle a, qui ne lui donne que de» mauvais 
cjcemples , & qui n*aime que l'argent. 
CLITIFHON. 

Clinia. 

C L I N I A. 

Que je fuis malheureux! 

C L 1 T 1 P H O N* 

Veux-tu donc prendre garde que par hafard 
perfonne ne te voye en fortant de chez ton père? 

C L I N I A. 

J*y prends girde. Mais en- vérité j'ai un cei> 
tain preiïentiment de je ne fais quel malheur, 
C L 1 T I P H O N. 
Jugeras-tu toujours des chofes, avant que 
d'en favoir la vérité? 

C L I N I A. 
S'il ne m'étoit arrivé quelque malheuf, il jr-a 
lôngtems qu'ifs feroientici. 

C L I T I P H O.N. 
Ils y feront dans un moment. 

CU- 
RE M A R Q^U E S. 

Tolt perfonne qui veillât à fi /conduite: le /»V«,elle e'toît 
dans uae ville pleine de jeunes-gens foit débauches : 
y^« Jt^â, elle étoit foit jeuns , & par conféquent pen 
expérimentée, & facile à tromper: U mère y &c. elle 
avolt une mère avaie & corrompue , qui aurolt vcU' 
du cent fois fa fille. 

NOTES. 

3. Muhayûpinîonem banc quA mihi animo exauieant i 
Êms autorité, hors exauçant ^ après Faern. 

»• Quàm/clas quid uL Sciai ^ fm la pjupatt dcôM.SS» 
04- 



dby Google 



^, HE A U T ON-. ACT. II.. 

C L I N î A. 

Quando iftbuç erit^ 
C L I TI PR 0.: 
$Q Nm coghas bine longulê ejje : ^ nojii mores mii« 
lierum: 
' DummoHuntury dum comuntur , annus ejl» 
C L I N I A. 

OÇlitîpbOi 
7ime9.,0. 

C L IT I P HO. 

^ [adfunt tibi»\ 
Uejpif^i tccûm T>romùnem cum Syro: una 

A C T U S S E C U N D U S- 

^ S C E N A II. 

S^YRUS. DROMO. CLITIPHOî 
CLINIA. 

STRU S. 



Aln'tul 



DROMO. 
Sic efl. 



STRUSr 



R E M A R Q^V E S. 
f^QjJANDO ISTHUC ERIt]? Quand arriver /t , 
ionc ce moment t II faut coriiger quando ifthuc jam erit f 
II. DUM MOLlUîTTDR. D17M COMUNTUR , AN- 
NUS est]. Pendant qu* elles s*aju/lent ^ qu'elles fa 
§tfejfent^ un an fe pajfe. Moliri eft ici jjour ctnari ; il 
explique paîraltement les foins & les peines que bien 
des femmes (e donnent pour leurs ajuftemens , & le 
tems qu'elles emploient a eflTayer ce qui leur fîedbien. 
' I. Ain* tu] ? Me dis-tu vrai? Syrus répond ainû 
) Dromon , en s'ctonnant fans doute ae ce que ce va- 
let lui contoît, de tout ce que fon juaitip avoit fouP» 
Ibct dins fon voyage» 

' ' . HT-., 



dby Google 



SczIL. TIMORUMENOS; 57- 

C L I N I A. 
Quand arrivera donc ce moment? 

C L I T I P H O N. 
Tu ne penfes pas qu'il y a unpeuloîn d'id;*' 
d'ailleurs neconnois-tu pas les femmes? pendant 
qu'elles fe coeffent & qu'elles s'aiuftent, un ao 
fepafle. 

C LI NIA. 
Ah, ClJtîphon j'apréhende... 

CLITIPHON. 

Prends courage, voici Dromon avec Syrus. 

AC T E s E c o N D. 

S" C E N E II. 

SYRUS. DROMON. CLITIPHON. 
C L I N I A. 

S Y R U S. 

KlÊ dîs-tuvraî? * 

D R O M O N. 

Cela eft comme je te le dis. . 

SYftUS. 

HE M A R Q^U E S. 

IITTERKA BUM «ERMONEg CJFOÏMCS'], 

Pendant qui nous nous étmufons à cauftr. ^Jctce man'e- 
le de parler eft aflèz lemarquaSIe , céuert fermones^ 
fendri des difcoursi pour dire, seihretemr^ eaufer, Lct' 
Latins ont Imit^ cela des Grecs ^ qui ont dit xc^ttt^ 
$C^ript9tn Xiy^i^ Psndan-x dit '^téh^ Ufttttf^ dit* 
des menfonges. . 

NOTES.. 

p. Ifysèjam er2f, comme.Me, D. dit qa*U faut coir 
tîgcr.- 

XI. CcHafa» i w}vii t^munUKt ^ apx^ piefque tom 

es 



Digitized by VjOOQ IC 



5g. HÊADTON- Act. ID. 
S r R us. 

Fsfùm , ifUerca dumfermones ccBdimus.f , 
lliajuvlt rçliSa. 

C LJTIPHO.: 
Millier tibi adâjl f audin\ CUnta?^ 
CLJNIJ. 
'Egoi)erb audîo nunc demum, ^ video y (^ va*^ 
leo, Clitipbo, 

DR O M 0/ 
Mmimi mirum : , adeo impedita funt : ancillairum i 
gregem 
, Duc!un^ fecuni' 

QLINIAj 
Perii: unde iUi funt tmcilîa'i 
C L I TI P HO, 

Men* rogas?^ 
STR US. 
iV^n oportuit reliSas : portant quid reruml 
CL INI A: 

Hei mibi ? » 

STR V S,, 
'jbffum^ viftem: {^ vefperafcit^^ nonnovenmt * 

vianu ^ 

FiShmà nohisftùîti efii aht dum iu^ Dr^y 

mis ohvtam. 
Praperai quid ftas% 

CLlNïj^. 
V<B mifero mibi, quantd dtfpe àecidil ■ 

CLI^ 
RE M A KQJJ ES. 

f. Men' ROGAS]? Efl'Cek m$i qu'ilfaut U dé^ 
àtândert C'eft le véritable Cens de ce mot. C'eft coin- 
ne l'U lui difQiti fQmmint v(^3i'$tt ^^e ji kjêthn^ 



Digitized by VjOOQ IC 



Se; IL TIMORUMENOS. $9 

S Y R U S. 

Mais pendant que nous nous amaCcmsâ cau« 
fer, nous les avons laiffées derrière. 
CLITIPHON. 
Tu vas aft>ir tout-à-rheure ta maîtrcffe ici , 
entends-tu Clinia? ' \ 

C L I N I A. 
Oui, j*entends enfej, je vois & jeco«»icn. 
ce à refpirer. 

D R O M O N. 
Je ne m^étonne pas qu'elles foîent demeuréet - 
derrière, elles font û cmbaraffées ; elles mèqenc 
avec elles une troupe de fervantes. 
C L I N I A. 
Je fuis perdit; d'où lui viennent ces fervantes? ' 

CLITIPHON. 
Eft-ce à moi quMl faut le demander? 

S Y R U S. 
Nous ne devions pas les quiter ainfi; elles 
portent tant de bardes! 

C L I N I A. 
Ah; mon Dieu! 

S Y R U S. 
Tant de bijoux, tant d'habits! il commence à 
fe faire tard, & elles ne favent pas le chemi*. 
Kous avons fait une fotife, Dromon, rerpur- 
ne fur tes pas, va au devant d'elles, hâte-toi, 
marche donc. 

C L I N I A. 
Que je fuis malheureux ! quelles efpérancef 
n'ai-jc point perdues! 

CU- 

N o TES. 

j, ytvê , pour video , malgré tous les M^S. 

4. Minima-'-fecum y dins h bouciK de Syriis,com- 
iaé au r. -i. yerkm-^-reHifé, dans ceUe de DroBlQilr 
4Lie'Çi4siifi£ ctans^tD^^^i ^P^ ^<Û9 Côtiqucs* \ ^ 
j C 6 



dby Google 



6p> H E A U T O N- Act. IC; 
C L I T I ? H O. 
ÎO Quid ijibuc^ quœ res tefolicîtat autem?^ 

Rogîtasquîdfietl^ 
fîden'tu anciUaSf aurum^veftemY juam £go cttiB^ 

unâ ancUlulâ : 
JS^fteUfUi: mdc ejfe cenfes^ ^ 

CLITIPHO. 

i Fab, nunc demttmttUelkgQ»y 

' • SJr^ US. 

DH ponif quid turbatjll œdcs nojlra vix eapient, 

Jcio,. 
Quîd comedera! quid ebibentlquidfene erit nojlrg , 
miferius ? ; 
1% . Sed video, eccos, quos volebam.- 

CL I NI A.' 

O Jupiter, ubînam ejl fidesi • 
Dum ego pr opter te errans patrid careo démens , tu . 

interea loci . 
Conlocupletqftite, Antipbila, (^ me in bis défi* 

ruijii malts ; . ' 

^ropter quam infummd infamîdfum, ^ méù pa* 
tri minus obfequens : ^ 

Hum . 

R E M4,R Q^U.E S.- 

^^"7,}^^,^*T^ ^^^^^^J^s]liréntemis-tu pas 
fas ^jlU mène dis fervanusf Toutes ces femmes ne ' 
paroiflent pas encore, puifque Dromon ne .vient que 
4 aller au-devant d elles. Il femble donc qu'il faudroit 



Utcaudi 



au-devant d elles. Il femble donc qu'il fai 
dlfitu ancjllasf^ tient ef^ds-tu. pas ce qu'ils 



vien'^ 



nefit^ de ^^^rer mais cet amant jaloux parle comme s'il 
les voyoït deia-. Ou bien viden\eû ici comme nous 
ilifons , ne Vùh-tu pas qt^Us difetit^b'^e, . 
. QjJAM EGO CUM tJNA AN C lî, L UI. A]. -B/^ 

^^U^rMUpf'i 0v{ç wefiM^ petite /crwmt€. CiiiUà 



dby Google 



ScrIÎ-, TIMORUMENOS.'. «*: 
C L I T I P H O N. 

Qa*as-ta? qu*eft-ce qui te chagrine donc en- 
core? / 

C L I N I A; 
Peur- tu me feire cette demande? n*entends« . 
tu pas qu'elle mène des fermantes, quelle fisdl 
porter des bijoux» des habits, elle que j'ai lais* 
fée iivec une feuie petite fervante; d'où croisHU 
qu'elle ait eu tout cela? * 

C L I T I P H Ô N.. 
Ah l je t'attends enfin, 

S.YRUS. 
Bons Dieux, quelle troupe! je fuis (ûrqut 
notre maifon aura peine â les loger. Qu'eHes 
vont manger!, qu'elles vont. boire! Peut-on voir 
quelqu'un de plya malheureux que va l'être no- 
tre bon-homme! Mais je vois lç$ gens que je 
fquhaltois fort de trouver. 

CJ-INIA.^ 
Oh; JopHer, où eftia bonne foi? pendant 
que j'ai la foiblefle de.quiter ma patrie pour 
l'amour de vous j & d'être errant comme un 
fugitif, voHS. vous enrichiffez , Antîphile, & 
vous m'abandonnez dans ces malheurs , vous 
qui êtes çaufe que je fuis blâmé de tout le mon- 
de , & que je n'ai pas obéi à mon père commo 
je le devois. Préfentement je meurs de honte 
' ' & 

RB MA R Q^U E Sr 



_^ : Clitipbtn qaî 

dément de Teneux deCUma^ <fû fait ici un jeu fort 

agréable. 

ni VaH, KUKC D«MUM IHTELLEGpJ* 
^b f f entends enfin, , H entend enfin le fujct qu'il » 
d'ivoit pem 5c d'être jaloux. 

N O -T B S. 

Ih.Mf^/'^ f V<f «««' 9 comme Çaetm^ 
C 7 



dby Google 



5^ H E A U TON- Acr. Ii;. 

Hujus nunc pudet me , &? mifsfet^ qui harum mo* 

res cmt^at mibi , 
20 Monuîjfefrujlra: neque potuijje eumumquammé 

ah bac expelttre, 
Quod nunc faeiam tomen : tum chm gratum mibi ■ 

effe potult , nolui» 
Nmo eji miferior m/s. ^ 

STR U S.- 

ïBc de nojlris vèrbis trtdt viàtMcet ; 
Qu(B bic fumus locutl C/fnw, aliUr tuum amo'^ 

remt atqueeftt accipis. 
Nom ^ vita eJi eadem^ (^ animus ergû U idem-- 
ac fuit , 
25 Qiimttùm 5x ipfà n conje&uram cepimus. 

C L I N I Ji. 

Qiàd eJi , ohfecro'^ nam mibi mtnc nihU rerum omt» 

nium efi^ 
Qucd^màHm^ quàmi-me boc fcdfd fufpicarkr. 

S r R u s. 

H<x primum.ut ne quid bujus rerum ignor es :nnuSy , 
Qua ejl diSa mater ejje et , antebac , non fuit. 
30 £^f obiit mortem: boc ipfa in itinere altéra 
Dum narrât y forte audivi. 

C L ITI P H O. 

^amam ejl altéra ? ' 

E. E M A R Q^U E S. 

ai. TÛM CUM GRATUM MlHI ESSE POTUIT, NOi 
XUl]. St iorffu'ilm'tHiUtrtit /m qutl'^ gré ^ je m - 
/^î pAi V9ulu fairu L'on a toujours mal traduit c% 
p?flà^e ; car on a cru que grjttum (îgnifiok ici agr/at' 
Ue^ & rien n*eft .moins Wai» Chtâtum ^ c*€ft-à-dire 
dinttJiadtfglrMiatkiu 

> K0% 



dby Google 



Se.- IL TIMORQMENOS. ôj 

& de dépit , qu*il m'ait averti tant de fois inu- 
tilement, lui qui ne ceflbit de me chuinter tou- 
jours les manières de faire.de ces créatures , .&. 
qu'il n'ait jamais pu m'arracber d'auprès d'elle. 
Je m'avife à l'heure qu'il eft de lai obéir; & 
iorfqu'il m'en auroit fu quelque gré , je ne l'ai 
pas voulu faire: perfonne n'ell plus malheureux 
que moi. , 

S Y RUS. 

Voila un homme qui eft aparemment trompé 
par ce que nous venons de dire Dromon & mol, 
Monfîeor , vous prenez votre maîtrefTe pour 
tout autre qu'elle n'eft ; car •& fa manière de vî* 
vre eft toujours la même , & fon cœur n'efl 
point changé, au moins autant que nous avons 
pu en juger par ce que nous avons vu. 
C L i N I A. 

Et qu'avez- vous vu? dis-le moi, je te prie; 
car de toutes les chofes du monde, il n'y en a 
point que je fouhaite avec tant d'ardeur , que 
de voir que je la foupçonne injuftement. 

S Y R U S. V 

Premièrement, afin que vous foyez inftrnît 
àe tout , la vieille qui paflbit pour la mère 
d'Antîphile, ne Tétoit pas, & elle eft morte; 
j'ai ouï cela par hafard en chemin comme elle 
le contoit à une autre. 

C L I T I P H Q N. 

Eh qui eft cette autre? 

SY- 

NOTES. 

2|. FeâSmut^ pour cepîmusy far un MS. Fàitn, 
30. Ex ipf» in stère hoc. Ex ipfl y Qv deux MSS. 
Itwty Tcrence ayant toujours dît itet ^ qui fait iteris^ 
comme on trouve dms Nëvins , A^us , Vairon , Pa* 
cuve fie Hyglnus, au-fieit ofUtlnere vient d'itiner, que 
ron dlfoit aufi du tCQ^iS âe TttenCc, au xapoïc d^ 



dby Google 



mi ' HE A Û T O N- AcT. IL, 
S T R U S., 

Mfâne , boc , quod cœpî^ primùm enarrem^ Qiiipho: : 
P^Ji ijibuc. veniam. : 

CL LT I P H 0.\ 

Propera* . 

s_r RU s.^ 

Jam primùm ûmniumiy 

IM ventum ad ades êjt^ Dromo pultat fores: 
ai" jiniu qmdamprBdit: bac ubî aperutt qftium ^ 
: CorOinub btcfe conjecit îritro: ego confequor: 

Arvus foribus obdit pejfulum » ad lanam redit » . 

Hic fciri potuit; aut nttjquam alibi, Qinia^ 

Quojludio vitamfuam te ahfente exegeritt ' 
M ^^* de imprêvîfô ejl interventum mutierî,^ 

Nam ea res dédit tum exijttimandi copiam^ > 

Quotidîanavitaxonfuètudinem; : 

Quce cujufque ingenium utjtti déclarât maxuiaim . 

Texentem teîamftudiosê ipfam offmdimusy . 
^5 * Medtocriter veftitam vefle lugubri , . 

Ejus anuiscaufd, opinor; quœ erai mortua. 

Sine auro twn omatami ita mi quœ omanturfibi, 

i^lld mald re ejjf expolitam muliebri : . 

It.:E.M A R Q^U E S. . 

9t. HÎC SCIRI OPORTUIT j AUT Kt7S<^UAM ALT- 
Bl]- * C*ffi ^ ^f^^^ ùcca/ton ou jamais y AftMjîemr. L'«a 
ne peut rien voir de plus beau que ces. iîx vers; c*e(l 




^ik 



dby Google 



Çç, IL, TIMORUMENOS. 6y 

S Y R U S. 

Donnez- vous patience. Mon (îeur> que j'achè- 
ve avant toutes chofes ce que j'ai commencé, 
après cela je vous le dirai. 

Ç L 1 T I P H O N., 

Dépêche. 

S Y R U S. 

D'abord t Jorfque nous fommes arrivés à fa. 
maifon, Dromon a heurté à la porte; une cer- 
taine vieille- femme eft venue, mi n'a pas ca 
plutôt ouvert , qu'elle eft rentrée ; je l'ai ful- 
vîe ; en même tems elle a fermé la porte au 
•verrou, & e(l_ retournés à. fon travail. Ceft en 
cette oç^fîon, oujamaîs, Monfîeur, que vous 
pouvez connoître la vie que votre maîtreflc a 
menée en votre abfençe. Quand (H) furpreni 
upe femmç , &^ qu'on arrive auprès d'elle à 
l'heure qu'elle s'y attend le moins , on doit être 
perfuadé que l'état où on la trouve eft^une fui- . 
te de Tes occupations, ordinaires ;.&, ce. font ces 
OQÇUf)atJons ordinaires qui marquent . parfaite- . 
ment* les inclinations des geng. .' En arrivant 
nous l'avons trouvée qui travaiïïoit en tapiffbrie 
avec grancje aplication : elle étoit vêtue fort 
fimplement en habit dç. deuil, fans doute à eau- - 
fe^de la vieille qui étoit morte. Elle étoit fans 
aucun ornement j comme font celles qui ne s'ha-- 
billent que pour elles. Elle n'avoit rien de tout 

cet 

B. E M A R QV E S. , 

'AnthèiU feulement. J*al trouva que cela écoit^mleme 
ainu en notie langue. 

NOTES., 

35, jtf. Aptrît^ cênficity contre les MSS. 
5<. Re htterpolMdm mulUbri , fans autre autorité ' 
que* quelques ç3^^^q% dç Plante qèi ce mot fe upur^.^ 



dby Google 



es HEAUTON-^ AcT. H. 

Capillus pfijjus , proîixus, circum caput 
50 Reje&us negfegenter, paxl 

C LI N I A. 

Syre mi, objecny^ 
Ne me in l(Stitiàm frufira cmjicias. 

S T R irs. 

Afius 
Suhtemen nebat'^ prceterea una ancillula 
Erat: ea texehat wii.y pannis objîta^ 
NegleBa, imminâa illuvîe. 

C L I T I P H 0. 

Si bœcfunt , Clînîàj. 
55 Vera^ itattt- crtdoy quîs te eji fortanatîfr? 

SHn' tu banâ, quam dicîtfordidatam ^ fordidmn?^ 
Magnum boc qumiue fignum eJi domiriam effe ex« 

tra mxiam , 
Quum ejus tam» negleguntur • internuntH : 
Nam difcîpîîna eft eifdem^ munerarier 
60 Ancillas primùm, ad dominas qui adfeOmt vidn,' 

(^L.I N 1 yl^ 
Ferge , ohjecro te , ^' cave m falfam gratiam 
Ssudeas inire. Quii aii: ubi me nommas-^ 

RE M A'R Q^U ES* 

JT. Anus subtemen nebat]. L}i vieîlU- 
lui filoît des lifftes, Suhemeriy c'eft proprement h tra^- 
me, ce qui palTe avec h navette entre les fils qui font 
attaches au métier. Suhfemen , de fu^txa , fu'^texî ^ ,. 
fu^temen. Je crois qu*il n'y a perloane qui ne foît' 
touché de la naïveté 6c ^u naturel du tableau que 7V- 
nnce fait. 

62. QUID AIT, UBI ME NOMlNASl? Québ" 
t'dU dit ûudni ta m*as TéOmméf Sjfus veut /aire voir 
dfiftix choies à Cl nia y la première 'qu'^»frf^^»/tf a tou*, 
jantilitteiié la m^xac vie pendant Ion abfencc , & U 

^ fecou-s.- 



dby Google 



Se. Il; TIMORUMENOS. Cj^ 

ce dont les femmes fe fervent pour relever leur 
beauté; fes cheveux étoient épars, mal rangés, 
fictions négligemment autour de fa tête, ahî 
C L I N I A. 

Je te prie, mon cher Syrus, ne mC jette [ûs 
dans une fàuffé joie. 

S*Y. RUS. 

La vieille lui fiioit des laines; de plus il y a- 
voit là une petite fervante fort mal vétoe, fort 
négligée, fort mal-propre, qui travailloit au mé- 
tier avec Antiphile. 

C L I T I ? H O N. . 

Si cela efl: vrai, comme je le crois, Clinîa,. 
qui eft plus heureux que toi? prends-tu garde 
à cette fervante qu'il dit qui étoit fi mal vêtue & 
û fâle?Ceft une grande marque que la maîtres» 
fevit fans reproche, quand on voit les confia 
dens fi négligés: car c*^(l une règle générale ♦. 
on fait des préfens aux fervantes quand on veut: 
^e bien reçu des maitreflçs. 
G L I N. I A; 

Continue , je te prie , Syrus , & prends bien 
garde à ne te pas faire dç fête auprès de moK 
fans fujet, Ou'a-t-eilc dit quand tu m'as nommé? 

SY- 

R E M A R Q.U E S. 

/èconde , <ju*ellc raimc toiijouts. Ces deax chofêî 
font compiifes dans le 24. veis : . 

Nam &* vita tji eadem , 0* antmus te erga idem ne fuit, • 

Il a fàtisfait à la première dans tout ce au*il vient do 
^e^ & il va piéientement s'agulter de 1 autie. 
NOTES.* 

5 3. Cum tam TieeUgkur ejus internuntia, PluCeurs 
MSS. ont cktn tam ntcUpintur ejuh intirnuntU 9 d'où ; 
JH* B. a tîié û ieçDn. 

^f. Définit 9 pour di/srit ^ fiiivaot un W.lJFatm^ 



dby Google 



<S: HEAUTON- A^, IC 
S 2 R U S. 

Vbi dieimus rediiffè te , (f rogare uti 
Veniret ad te^ muliettelam dejerît * 

<î.5:: Qt^iUinub^ ff, laçrumis opplet. os totumfibi^ ut. 
facile fcsres dejiderio idfiéri tuo,^ 
CLIN IpA: 
ItfCt gaudiOf ita^me Dit ornera.^ uhijîm neJcÎK 
Jta timui. 

CL I T I F HO. 

A% egù ml ejfe fcihim^ Clinia, 

Agedum vicijjimi Syre , die qua illa tjl altéra?: 

STR'U S.: 

ap Adducimus tuam Bacchiàemi. 

C L I T.I P H O. 

Hem, quid Baccbidemf' 
Sbùy fcelejle^ qui illamradducis'i 

STRUS^' 
Qfifè illam ego ? ad nos fcilicef^, 

c:litipho. 

^44 pàtremnefy 

sr R US.: 
Ad eum ipfum. 

CL I T I P H O. 
O.bomînts impudent em audaciam! 
SsT.R US.. 

ffeus 
Tu, 
KrE M A R (i.U E S. 

«4. MULI»R TELAM DïSERIT]. EIU S 
ttahprd ijuhi /«n euvrage,^ Pour tnduire mot \ mot il 
auroit fallu dire, elU a et abord ijuité le métier; car i#- 
U n*eft"pasîcî l'ouvrage, maïs le métier fur lequel 
on îe fait. Comme Plrgile a dit Ikh uU addere^ & 

Ucié 



dby Google 



Se. U. TIMOftUMËNOS. b^ 
S Y R U S. 

Lorfque nous lui avons dit que vous étiez de 
retour, & que vous la priyiez Je vous venir 
voir, elle a quité d'abord Ton ouvrage, & daot 
le moment Ton vifage a été tout couvert de lar- 
mes, de manière qu'il étoit fort aifé de recon- 
noicre que c'étoit de rimpàtience qu'elle avoil 
de vous voir. 

C L I N I A. 
En vérité j'ai tant de joie , que je ne fais oh 
je fuis , après toutes les -frayeurs- que j'ai eues. 
C L 1 T I P H O N. 
Mais pour moi je favols bien que tu tfavoîj 
rien à craindre. O ça , Syrus , dis-moi à mon 
tour qui e(l cette autre dont tu as parlé? 
SYRUS. 
Nous avons amené votre Baccbîs. 
C L I T I P H O N. 
Oh , comment ? vous avez amené BaiTchîf 7 
Et dis-moi, pendard, où la tnènes-tuî 
SYRUS. 
Oîiie la mène? chez nous apâremmenu 

C L I T I P H O N, 
Oaoî, à mon père? w 

^ SYRUS. • 

A lui-même. 

C LIT IPHON. 
<Oh, l'horrible impudence! 

SYRUS. 
Savez- vous bien , Monfieur , qu'on ne fait 

point 

K E M A 11 Q^V E s. 

Xicia BarharUâ fufpeniit tkU uU. 
■C*câ ce que Cst9H apelle JtigaUm ttlam. 
NOTES. 
4$. Ut^ au r. fuîv. lifant /*»**, qi faveot du r^ 



dby Google 



^o s É A U T O N- AcT. ir. 

Ttf , non fit fine pericuh facinus magnum (^ irte- 
morabile. 

C L I T ï P H 0. 
Hoc vide fin meâ vîtâ tu tibi laudem is quctfitumt 
I fcelus: 

75 Ubifipaululum mode quid te fugerit , egoprierim* 
Quii ilh/ncias^ 
^ S T R Ù S. 

.Jt enim. 

C L I T l F H 0. 

Quid enîm^ 

S T R U S. 

Sifinas, dîcafn, 

C LIN I À. 

Sine. 
C LITI P HO. 

S T R U S. 

Ita tes efi^ bœc nunc quafi cum,,. 
C L I T I P H 0. 

Quas^ malum, ambages ttàbl 
Carrare occipit? 

C L I N I A. 
Syre, verum bîc dicit: mitte^ aâ irem redU 
S r R U S. 
Ènîmverà reticêre nequeo ; multmodis injuriusj 
ta QitipbOf es, neque ferri puis efi. 

CLI- 

R E M A R Q^U E S. 

77. Tta res est H/EC nunc quASi Ct)M---3. 

Cett^ affaire ejfi pré/enteritent comme Ji — . Syrus veut 

raflurer Cîitiph9n , & pour y r^uflîr il cherche une com- 

paraifon; mais comme il a de la peine à la trouver, 

il traîne ces deux derniers mots quafi cum. C'eft ainp 

eue dans VEunuaue le Capitai»e dit , quajl; nofiinf 

^' t?k là le véritable km. _ 



dby Google 



Se. 11. TIMOR UMENQS. ^n 

point fans péril des avions extraordinaires & 
jnémorables ? 

C L I T I P H O N. 
Prends garde à ce que tu fais , coquin; tu 
'veux acquérir de la gloire aux dépens de mon 
repos; pour peu que tu ayes mal pristeç mefures 
me voila perdu. Que prétends-tu faire enfitt? 
S Y R U S. • 

Mais ... * 

CLITIPH O N. 
Quoi, mais? 

S Y R U S. 
Si vous me vouliez laifTer parler , je vous le 
•diroîs* 

C L I N I A. 
Xaifle-Ie parler. 

CL iT iphon: 

Et bien parle. 

S Y R U S. 

Cette affaire eft préfentemcnt comme fî... 

C L-I TI P H O N. 
iQuei diable de galimatias me commence-t- il là? 

CL I N I A. 
Syrus, Clitiphon a raifon, laifle tous ces dé- 
itours, & viens au fait. 

SYRUS. 
En viSrîté je ne puis plus me contenir; vom 
êtes înjufte en toutes manières, Monfîeur, & 
Ton ne peut plus vous foufFrir. 

CLI^ 

NOTES. 

73 . T« , au V. précedenr. Périch - . . tûmmimtn^U 
If , fans autre autorite qa'un pafîàge de l'ANDR, 
oîi il y a eommâmwath^ & un de Plante ou Ton ciouve 

. 75. niâfûciai' - -ft finis dîco. Dieu , dans deux MSS, 
" i.e refle fans nutorité. 

fo, ÇHtfph, uns «f, ôtwit ^uid efif coîia» les I^S^ 



dby Google 



^2 H Ê A Ù T O N. ÀcT. H. 
C L I N ï A. 

Audiendum bercîe ejl : tace^ 

♦C L I T I P H 0. 

^^Quidefit 
S TJiU S, 

Vis amare: vispotiri: vis, quoddesilli, effici: 
Tuum ejfe in potiundo periclum non vis: baui 

Jlultèfapisy 
Siquîdem idfapereefi, veîlâ te id qmd non po* 

teji contîngere. 
Aut bac cum illisftdt babénda^ aut illa cum bis 
'amîttmiafunt. 
Z$ Harum duarum conditionum nunc utram malii, 
vide. 
Etft\ boc cmfilium, quod cepi» teSum ejfe (^ w 

tuM fcio: 
Nam tua apud pa^rem arnica tecum fine metù iu 
fit, copia 'eft: 
- Tum^ quod ilîi argentum pollicUu' ex, eâdem'bac 
inveniam viâz . ,^..^ 

Quod ut efficerem, orando fiirdas jam aures reddi* 
deras mibi, 
90 Quîd oliud tibi vis? 

C L I Tï P H O. 

Si quidem boc fit. 

S T R U S. 

àiquidemx experiuniofcies: 
C LIT I P HO. 
JlgeyagCf cedo ifibuc tuum confiîîum,quid idefti 
S T^RU S. 

jèjpmulabimui 
Tuam amcamy bujus efji. 



Digitized by VjOOQ IC 



Sc.ir. TIMORUMENOS. 73 

C L I NI A. 
^J^OT Dieu, Clitjphon, tai-toi, II le fe« en- 

S y R U «. 

Vous voulez être aœoureur, voui voule» 
polTéder votre maîtreflê , vous voulez S 
«ouvedequoi ui donner, & vous voul« S 
courir aucun rifijue. Vous n'êtes pas fot. fi 

poflible: Il faut prendre le bien avec les char- 
ges, ou renoncer à tout : voyez lequel de ces 
deux partis vous aimez le mieux. Je fuis pour- 
tant perfuadé que j-ai bien pris mes mefures, & 
quil B:y a nul pc^ril; car par-là vous pouvS 
avoir votre maîtreffe chez votre pëK avw vouj 
ftDS aucune peur; de plus, paf ce moyen j* 
trouve 1 argent que vous lui avez promis . & 
pour lequel vous m'avez rompu la tête fi fou- 
tent, que j en étois déjà prefque fourd. Que 
vous faut-il davantage? ^ 

CLITIPHON. 
Pourvu que cela foit ainlî. 
'^ ■ * S Y R U S. . 
Ah,f«urvu; faites-en rexpSrience, vous le 

/CLITIPHON. 
_^ O -ça , dis-moi les mefures que tu as pirifci. 
Qu'eft-cequec'efi? *^ 

S y R U S. 

JfT ^^H ^^°^* ^^ ^otre maltreffi! eft 
ceiI6 4e Monfieur. 

» O T B s. 

Tmell. D 



Digitized by VjOOQ IC 



74 H E A U T O N- Acr. H. 
CLITIFHO. 

Fulcfè : eedo , quid bic faciet fui ? 
Jn ta quoque bujus dketur, fi bac um dedtmi 
ejlparum? 

S Y RU S. 

Imi ad îuam matrem deducetur. 

C LITIF HO. 

Quid eol 
S T RU S. 

Longum eft^ Gîtipbo^ 
m< Tihi rinarrem,quamohrem îdfaciamiveracaufaf. 
^^ C L I TI P HO. 

Fabula : 

Nmifaurfirmî mdeo, quamobrem accipere hune 
'fttibi expédiât metum. 
Si T Ti ZJ St 
M«ie, b(Ae« nliud, fi ijlbuc M«tuîs, quod anU 
conjueamini 

Hujufmodi, obfecro, aîiquid reperi. 
^' S T RU S. 

Maxime: 

Ibo obviam bine :; dicam ut revortantur. domurh. 
CLITI P HO. 

Jnent » 

joo Quiddixtil gj-, 

B; E M À B. QJI'^ ^ 

T^ <5VRE,Dic modo; verumI. ^^ 



dby Google 



Se. IL TIMORUMENOS. 75 

C L I T I P H O N. 

Fort bien. Mais je te prie de me dire ce qu'il 
fera de la fienne ? Paffera-t-elle encore pour 
être a lui, comme fi une feule ne lui faifoit pas 
déjà allez de tort dans le monde? 
S Y R U S. 
Elle ne pajfera nullement pour être à bUf n 
contraire on la mènera à votre mère. 
CLITIPHON. 
•A ma mère? & faire quoi ? 
S Y R U S. 
H feroît long, Monfieurjde vous conter pour» 
quoi je le fais; il vous àoitfuffire que j'ai met 
falfons. 

CLITIPHON. 
Ce font là des contes ; & dans tout ce que ta 
me dis , je ne vois rien qui doive me ralTuren 
S Y R U S. 
Attendez; j*ai un autre expédient, où vous 
ferez obligés d'avouer Tun & l'autre qu'il n'y a 
nul péril. 

CLITIPHOIÏ. 
Ah,|ete prie, trouvcd-en quelqu'un comme 
cela.* 

S Y R U S. 
Cela eft. faît ; firai au-devant d'elles , & je leur 
diiai qu'elles n'ont qu'à s'en retourner. 
CLITIPHON. 
Quoi? que dis-tu? 

- ST. 

K E M A H (i.U E s* 

tSadttftlon cela n'autolt point eu de grâce. 
NOTES. 
57. Si ifte eft rnetMy comme dans le PROK. A. IIX» 
5c. I. V. 18. Qùantus metui eft mibi, 

^9' Hme^ poai hhw^ apte» on AI5« tt rtVfrtêttÊt% 
fax couié^nx^ » 

D 2 



dby Google 



H(S H E A U T O N- AcT. II. 
S r R u S. 

Memptum tibi jam faxo omnem «lettnn» 
In aurem utramvis otiofè ut dormias. 
C L I Tl P H 0, 



gj„-iago„«r.c?^^^^j^ 



Tune'^ quod boni... 
C LIT I F HO. 



Fuum* 



S r RV S. 

[voles. 
' Age moâby bodieferb ac nequîc^uam 
Ç L IN I A. 
Datur modb: fruare dum Iket: nàm nefcias^ 
to< Eiu' fit poteftas poftbac, an mmtiuam tibi. 
C L ITI P HO. 

&rtft inouam. 

' STRUS. 

Pergeporro, tameniftbuc agê. 

CLITIPHO. 

fèrum bercle ifibuc ejl\ Syrt: Syre , iniuam beuf, 
beus, Syre. 

S r RU S. 

' Çtmalult. Quid vw? 

CLITIPHO. 

Redit redi. * 

ST. 

NOTES. 

%54 3t iant , pour datur mode, m^gié tous les MSS. 
toi M, B. pUc€ ce ve» avant i^ précédent, fi»o- 



Digitizedby VjOOQIC 



Se. IL TIM0RUMENO& ?; 

S Y R U S. 
"Ne vous mettez pas en peine, je vous dterai 
tout.fujet de crainte, deforte que vous dormi* 
rez tranquilemtnt de vos deux yeux.* 

C L 1 T I P H O N. 
. Que dois- je faire préfentcment? 
C L 1 N I A. 
Je fuis d'avis que tu profîtes. .. ' 

C L I T I P H O N. 
Tu as raifon. Syrus, Syrus, parle â moî feu* 
Icuîent. • 

SYRUS. " 
jtllez , laifTez-moi faire ; aujourdhui même 
vous vous en repentirez; mais il fera trop tard, 
& vous le voudrez envaîn. 

C L I N I A. 
Je fais d'avis, dis-je,que ta profites du bien 
qui fe préfente ; car tu ne fais pas û jamais tu 
retrouveras une pareille occafion. 

C L 1 T I P H O N. 
Syrus, hola, arrête, te dis-je. 

S Y R U a 
Criez , criez , je ne laifleïai pas d'alTer mon 
chemin. 

C L I T I P H O N. 
Tu as raifon en vérité; Syrus, Syrof , hola, 
Syrus, encore une fois, arrête. 
S Y R US. 
Mon homme l'a eu chauoe. Que voulez-vous ? 

C L I T I P H O N. 
Revien, revicn. 

^ ' SY- 

^ It i'en va en m/me ^i^^ 

N O "^p S. 

£uit une iiitetruption après ne/cias' --commt Ciig«i« 
D 3 



Digitized by VjOOQ IC 



7« HEAUTON- Act. Il 
S YRV S. 

Mfmiy die quîdejll 
Jam hoc ^loqM negahis tîbi plac^re. 
C L I T I P H O. 

Jmèi Syre^ 
iio Et me y ^ meum amorem ,ff f amant permimtihi^ 
Tuesjudex: ne quîd accufandus Jts ^ vide. 

S TR U S. 
Ridîculum ejl , te ijlbuc me admonere , Clitîpbo t 
Quafi ijtbic minor m'ea res agatur^ quàifi tiéOm 
Hicji quid nobiî forti advorfi eveneritj 
II 5 Tlhi erunt paraCa verba , buic bomini verbera : 
Quapropter bac res neuttquam negkàui ejl mibK 
M iftum exora ; ut fmm e[fe adfimulet. 
CL INI J. 

SciUcet 
FaSturum me ejje: in eum.}am res rediit locum^ 
Ufjiù nec0. 

C L I T I P H O. 
Merîtd amo te , C/ima* 
C L I N l A. 
120 Verkm Ula ne quid tituhet, 

S r R U S. 

PerdoSa efl probe. 

CLITIPHO. 
Ai boc demiror^ qui tam facile potueris 
Perfuadereilli^ quœfol^f quos/pernere! 

A_ ST- 

K E A^PR. Q^U E s. 
XX7. Scii.}cetSIcturum ms ESSE^J. 
Cela s' entend^ Je le f état, Cettç façon de parler eft re- 
. mar<J^nble; Lucrèce $' en eft lerW dans le ii. Livre : 
^ilMt efe gMofa^ tamtn ^mfjualidA €9njient. 



dby Google 



Se IL TIMORUMENOS. 7$^ 
S Y R U S. • 
Et bien , me voila , que me voulez- voos t 
3'aurai beau faire, vous direz encore que cela 
ne vous plaîc pas. 

C L I T I P H O N. 
. Bien loin de cela, mon cher Syrus , je me re- 
mets entre tes mains , je t'abandonne mon a- 
mour , mon honneur & mon repos, je t*en fais le 
maître; prends garde feulement de n*êtr<;; point 
blâmé. 

SYRUS. 
VoUa un plaifant avis à me donner, comme 
fi j'a7ois moins d'intérêt à cela que vous-même. 
Si par malheur cette afiàire n'alloit pas réuflîr, 
vous en feriez quite pour quelques répriman- 
des que vous auriez à effuyer; mais l'homme 
qui vous parle n'en feroit pas quite à Ci bon mar- 
ché: c'eft pourquoi vous pouvez juger fi je né- 
gligerai rien. Mais obtenez d« Clinia qu'il fafle 
fembJant que Bacchis eft fa maîtrefle. 
CLINIA. 
Oh, cela s'entend, je le ferai; & la chofe eft 
préfentement en tel état, qu'il eft abfolumenc 
nécelTaire que je le fafle. 

C L I T I P H O N. 
Je te fuis bien obligé , nion cher Clinia. 

CLINIA. 
Mais l'afiàirc eft qu'elle ne bronche pas. 

SYRUS. 
Ho , elle eft parfaitement bien înftruîte. 
C LJ TI P H O N. 
• Maïs je fuis bien furpris que tu ayes pu la 
perfuader fîiacilement , car quelles gens ne re. 
bute-t-elle ^tous les jours? 

SY- 

NOTES. 
itu Jnkscj poijx ju^Uxf contse tous les USS^ 
D4. 



dby Google 



Sa H E A U T N- Acx. II: 

^STR US. 

In tem^ore ad eam veni^ quod rerum ùmnium eft. 
Primum : nam quendam * mîferit^endi ibi miHtemi 

325 EjV no&em orantem. Hœc arte traSabat virum.j 
Cupiium ut ilUus aTiimwn inopiâ incenderei^ 
Eademque ut effet apud te quàm gratijjima. 
Sed heus tu y vide fis^ nequid imprudens ruas^ 
Patrem novîjli nd bas res (^hm fit perfpicax: 

J30 Ego te autem novi , quàm effs foie as impotenst 
Inverfa varia y everfas cervices tuas ^ 
GemituSffcreatus, tujjis^ rifus, abftinê* 

C LIT I P HO. 
Laudabis. 

sr RU S. 

Fidejts. 
CLITLPHÙ. 

Tutemet mîràberej 

♦ Vulg. mtjirum. 

R E AT A R Q.tT E S. 

123, QyOD RERUM OMNIUM EST PRIMUM ]. Et 
dans toutes les affaires c'e/i ce ^u*il y a iè ptus impor- 
tant. Il a traduit ce mot à'Héftode, 

115' H«C ARTE TRACTABAT VIRUmJ. Elle mi" 
luit cet bûmme avec heamc^up iPadmjffè. Car c*eft U une 
grande adrefTe de faire \ un amant un facrlfîce de foa 
rival, de minière que ce rival n'en foi^ que plus a- 
moureoz ; voila auflî pourquoi Syrus vient de dire ^ 
CUtipboH , qu'il ^toit arrive chez Baccbis dans le mo- 
ment favorable, pmfqu*ellc fongcoit à lui plaire en 
lui fâctiJi^t fou ziyal. 



dby Google 



Se. IL TIMORUMENOS. 8t 
S Y â U S. 
]e fuis arrivé chez elle juftement dam te mo 
xnent favorable, & dans toutes les affaires, c'eft 
ce qu'il y a de plus important; car j'y at trou- 
vé un Capitaine qui ta preflbk vivement. Elle 
mcnoit cet homme avec beaucoup d'adrefle, 
trouvant toujours des prétextes pour Je refufcr, 
afhî de Tenflamer davantage par ce reftis , & de 
vous en faire en môme tems un facrifice qo! 
vous fût agréable. Mais à propos , Monfieur , 
prenez bien garde dfe ne rien faire in»prudeQi- 
ment. Vous connoifTez votre père; vous favex 
comme 11 voit clah- en ces fortes de chofes. Or 
eft-il que je fais la peine que vous avez à vous 
contenir. Je connois vos mots a double enten- 
te, ragiJiCé de votre cou, qui. fait alifer votre 
tête comme une girouète , votre manière de 
toufler, rire, cracher. Trêve à tout ce manège* 
là , je vous prie. 

C L I T I P H O N. 

Ttt me donneras des louanges* 
S Y R U S. 

Prenez-y bien garde, 

C L 1 T I P H Q R 

Tu m'admireras. SYV 

R £ M A R Q^U E S. 
1)1. Inversa verba]. Fhsméi^k dâmik m* 
Unie, Ceft ce que Flaute apclle verhmm perpUxmhiU. 

Neque ultum verhum faciat petpiexabiU. 
Sm*elU ne dife peint de mots à double entente. 

EVERSAS ceAvicesJ* Vagiltté de votre eott^ 
^. C*eft proprement un cou mobile , fl^xibJe , quf 
tourne paiement, comme s'il étolt (Mmonté; c'eft 
pourquoi Lucien a fort bien dit de la même maniète^ 
t;p«;^«A«f l4rnM«A«r]Etff «y , un cou rêmpn, 
NOTES. 
X24« Jl^ferum pundam^ ^ tous \ts MSS. 
117. Ti bo€ ftkim gratijtmum , fttivaAt un lf£. 



taertu 



DS 



dby Google 



S^ HE A UT ON- AcT, n. 

S r icu S. 

Si^d guàm cU^àfwU cmfecuta muUeres! 
Q L l T l P H O, 
«35 Ubi Jurai cnr rétines? 

S r R u S. 

Jamnufic bac rm efi tuéu 
C L I T I P H O. 
Seio^f apud patrem ; at nunc intérim 
S t R U S. 

C L I T l P HO. ^ 

S r R U S. 

Nûnfinamt inquam. 

C L IT l P HO. 

§iuBfo paulij^er, 
S, • 

retê. 
c L I TI p H o, 
Saitemfalutareé 

S r R U S. 

Abeas^ fijapis, 
C L I T I J^H 0. 

So: qtM 



/ 



^bîc? 



S r R U S. 

Manebit. 

C L ITJP H O. 

Ofelicem hominem l 
STRU ST 



w. 



^mhtdtk 



ACTU3 



Digitized by VjOOQ IC 



Sc.U. TIMORUMENOS. gj 

S y R u S- 

Mais nos femmes nous ont fuivis de bien prèl» 

C L I T I .P H O N. 
Où font- elles? pourquoi me retiens tu? 

S Y R U S. 
Dès ce moment elle n*eft plus à vous. 

CLITIPHOK. 
Oui, chezmonpibrey s'entend; mais en atr 
tendant. ... 

S X R U S. 
Et attendant, point de nouvelles. 
CLITrPHON. 
Pennets-le moL 

S Y R U S. 
Je ne le fouffrirai pas, vous dis-jc. 

C L I T I P H O N. 
£h, je t'en prie , un moment. 

S Y R U S. 
Je vous le défends. 

C L I T I P H O N. 
Au moins que je la falue. 

S Y R U S. 
Si vous êtes fage, allez-yous-en. 
C L I T I P H O N.. 
Je m'en vais. Et celui ci ? 

S Y R U S. 
U demeurera. 

C L IT IP H O N.. 
Ah, qu'il eft heureux! 

S Y R US. 
Allez feulement, marchez. 



D ê ACTB 



dby Google 



S+ H E A U T Ô N- Act. lEli 

À C T U S S E C U N D U S. I 

S C E N A IIL. J 

BACCHIS. ANTIPHILA. CLINÎA.i 
S Y R U S. C L I* T I P H O. | 

BACCHIS. \ 

L*Depolt Antipbiln fMxtt laudo t^, Êf fortuna» ^ 

tamjudîcê, 
Id quumfluduijli^ ijli formes fnores ut conjtmîîes 

forent: 
Mînimêqut, ita me Dît amenty mîror^ Ji te fibi 

qu^que expettt 
Nam mibif qunle ingcnii*m baberesj fuît iruHci^- ^ 
oratio tua. 
5 Et quûm egomet num mecum in animo v^m tuam . 
coHfidefo, 
jtdeoque vojirarûm mnium , mlgus qacs àb feft \ 

Jegregmt. 
Et mî ejfe ijtiuffnodi, & nos non ejje , baud mîlra- 

. biteeft. . 
Nm vobis expedit e(je b^nas : no^^ quibufcum res 

ejl^ nanfinunt 
Quippe f^rmi impulfi ttofirâ nos amatores colunt : 
XO H^c ^^ immmuta efip ilH Jkim mîmum alià.çon^ 
ferun6% 

Niji 

t. Nos, QUIBUFCUM RES BST , WOK SINUNTJ. 
Mm nous ne le féutriom y car If s gens^ &c. La vcrtii 
eft loa<^e même pat les petfonncs qui y ont renoncé. 
Mécchit veut ezcufec ici la rie qu'elle mène, & en re- 
ktre U faute fut la néceflicé. Ea^cafe ttèi âirole; cat 
: V» 



Digitized by VjOOQ IC 



dby Google 



Digitized by VjOOQ IC 



Se. nr. TIMORUMENàS. 99 

ACfE SECOND. 
SCENE iir. 

BACCHIS. ANTIPHILE. CLt 
NIA. SYRUS. CLITIPHON. 

BACCHIS. 

PN vérité, ma chère Antiphile, je vous trotN 
^ ve bienheureufe, & vous méritez toute fou. 
te de louanges, d'avoir pris foin que vos mœurs 
répondiflent à votre beauté; je ne fuis pas rur« 
prife que tout le monde vous deOre. Car jepufs 
JDger de vôtre vertu par la converfation que je 
viens d'avoir avec vous: & îor(que je confidè* 
re la manière de vivre de toutes celles qui coin* 
me vous ne veulent pas recevoir tout le monde^ 
& qui ne fe donnent qu*à un feul ,je trouve qu'il 
ne faut pas s'étonner que vous ayez les inclina*, 
dons honnêtes , & que nous ne les ajrons pas» 
n vous e(l avantageux d'être alnfi^; maïs nous 
ne le faurions;car les gens avec qui nous avenir 
â vivre ne nous le permettent pas. Comme ils 
ne nous aiment que pour notre beau!*, fitôC 
que cette beauté change, ils changent auflj,& 
portent ailleurs leurs inclinations; deforte que. 
u nous n'avons été un peu prévoyantes , nou^ 

Q0U9 
R £ M A R QJJ E S. 

qui eft-ce qui Tempêcholt d'abord de faite ce <pi*JjaU 
pbiU a fait? 



NOTES. 

Dr 



xou iMmatâtAf pour immhmta. Cm pief^oe tons M 

fiiSS* 



dby Google 



86 -HEAUT.ON:- Act. il 

J^pn^e&um ifmrêa aU^ii mbis efi, d^ut 

vivimus, 
Fobis mm unnfefpel uM œtatem a^e deeretumefi 

vire , 
Cujus mos mammè tft cmfimilis vt^ram; ht Je ad 

vos applicant; 
Hoc, heneficio utHque ah lOrifyue verd devincimM^ 
<5 Uù nuwqtêam ulla Mmm vojiro incidepc po£i( cola* 
mitas, 
A NT I F H I L A: 
Nefcio édias-: me quidmnfempeffciafeciJpsfedttUef 
Us ex illius commodatntumcon^arwFemcommodumi 
Ç^LJNIA. 

Abl 
£rgo y mea Antiphtia^ tu nfmc fila reduum ma 

in palriam facis : « 

Nom^éum oSjte abfumojnnes mbi làb^rts fuerM ^ 
s qiéos cepi^ levés y 
Ao Praterquam tui carendum qubd erat. 

S r R u S. 

Credo, 
CLITIPHO. 

SjTOy vixjuffèrêé. 
Moceinty me mifemm^ mn Ucere mtikmodo ingc* 
niumfrui? 

R E M A R Q^U E S. ' 

i«. NssciO ALI as]. Je ne faii pat €e ^uê f$n$ 
lis autres» Le cara^èie d'Ataiphile eft admirable. Il 
n'y a rien de contraint dans fa vertu ; elle ne fe mcle 
point de ce que font les autres : ainfî la peur des acci- 
dens fâcheux qui arrivent à toutes ces créatures , n*a 
lien contribue à lui faire prendre le parti qu'eUe a prisw 

20. S Y R E , V I X s U F F E R O ] . Syrus^ Je ne pmià 
me retenir. Tous ceux qui ont travaillé fur Téreme 
ont été trompés en cet endroit^ car ils ont fait dire 
ceci D.r Clinia^ fous brétextc que Syrus a dit à Cliti* 

féH\ k fiA de la fçSae pc^cçdcatc» mkith^ nHez^ 



dby Google 



Sfc. m. TIMORDMENO& gy 

nous trouvons abdadonnées de tout le inonde; 
& pour vous, Iorfqu*une fois vous avez réfola 
de paffer toute votre vie avec un feul homme 
d(»t lliumeur vous convient , vous avez leplai« 
fîr de voir qu'on s'attache abfolument à vous^ 
& vous êtes liés également par ce choix que vooê 
avez fait Tun de Tautre; defone qu'il cft Un» 
poflible que votre amour finiffe jamais. 
A N T I P H I L E. 
Je ne fais pas ce que font les autres ; mais 
je fais bien que pour moi j'ai toujours été apH- 
quée à faire mon unique plaifir de celui de Clinia. 
CL I N I A* 
Ah« ma chère Antiphile , vous êtes auili là 
feule caufe de mon retour; car depuis que je 
vous ai quité, toutes les fatigues que j*ai eues 
n'ont été rien au prix du ct^ria de ne voQt 
pas voir. 

S Y R U S. 
Ven fuis perfuadé. 

Ç L I T I F H O N, 
Syrus, je ne puis me retenir. Malheureos 
ooe je Ibis ! faut-il qu'il ne me foîc pas permis 
deme fâtisfaire? 

SY- 
* // dit cela fan» qu*elît f entende ^ elle ne ts pss em* 
êore tw. 

R E M A R Q^U ES, 

Vêus-en. Mais ils dévoient bien fentii que ClHipbm. 

ctoit trop amoureux pour obéir fi facilemeuty & poiic 

, s'en all'^t fî volontiers ; il demeuœ caché en qaàqoe^ 

coin du théâtre pour voir , & pour entendre fa 

Bàcchis, & delà il dit \ Syrusy Je ne puis plus me te» 

Xfnir, Cela fait un jeu de théâtre fort agréable , & 

peint admirablement le caraftère de ClitipSeiu Cette 

ifemirque eft de mon père , & je ne doute pas qiw 

ceux qui aiment Térence ne lui en fâchent bon-gré. " 

NOTE S. 

II» InUriA à tiri^x dtaoc dli^uid, qql eil.aj({tt& m^ 



dby Google 



t» H E A U T N. AcT. n. 
S TR US. 

Jmb ut patrem tuum vidi ejfe bàbîtumt diu etiàm 
duras dabit, 

. B A C C H I S. 
Quifnam hic adokfcens ejl, qui intuitur nost 
ANTIBHILA. • 

Ah^ rétine me^ ohfecr^. 
B AC C H I S. 
'AmàbOf quidtihi ejl^ 

A NT I P H I LA. 

Difperii mifera, 

B A C C H I S. 

Periiy quîdjluperf 
iS Amipiila^ 

ANTIPHILA. 

Videon' Qiniam^ an non^ 

B A C C H I S. 

Quemvidef^ 

\ C L I N I A. 

Salve ^ mime mt^ 
A NT If H I L A. 
mi exfpeSate Qinîa » falve. 
CL I N I A. 

Ut vaîeif 
A NT I P H IL A. 
Salv(m venifTe gaudeo. 

CLT- 

R E M A R Q^U E s. 

12. Diu ZTIAM DURAS dabit}. II vêM m 
ftra hitu avétlet et autres. Il ne faut rien changer à ce 
paC^ge; Juras éahit ^ on fousentend plagas^ Ôc daté 
tifgoi eft dit comme iart iUui^ dête imJntra , dans 
■«-'î/ip, Ovide & Lucrèce 

«4* Qpi^ 



dby Google 



Wiriii 



Se. III. TIMORUMENQS. 8S> 

S Y R U S. 
Oh, voas nièces pas au bouc, & de (bumear 
que je connois votre père, il vous en fera bien 
avaler d'iautres. 

B A O C H I S. 
Qui eft ce jeuae-hommc qui nous regarde? 

A N T I P H I I^ E. 
Ah, foutene2M&oi, je vous prie. 

B A C C H I S. 
Qu'avez- vous? 

A N T I PHIL fc 
Je n'en puis plus. 

B A C C H I S. 
D'où vous vient cette défaillance? 
AN T I F H 1 L EL. 
Eft-ce Clinia que je vois? , 

B A C C H I S. 
Quil voyez- vous ? 

CLINIA. 
Bonjour, ma chère Antiphile. 

A N T I F H I L E. 
Bonjour , mon cher Clinîa, que j'avob tfiia- 
patience de vous voir ! 

C L. I N I A. 
Comment vous portez- vous ? 

A N ï I F H I L E. , 
Que j'ai de joie de vous trouver ea bonne 
&Dté! 

CLI* 
Il£MARQ.t7E5. 

24. Qjr ll> aTUFEs]? D*êk vhh vitnt cette iifaU* 
lance f On avoit mai expliqué cet endroit ; flupetê p 
^goifie ici ttmàer en f»iklej/e , de non pas s^étfnner. 

NOTES. 

11. P7é/i ^fortes dm y ôtant eft béihîmmyîv» Vê^ 
toilti» 



dby Google 



90 HEAUTON. Act. HT. 
C L I N I A. 

• * Teneom U 

Antipbîlêi maxumi animo*exfpe£laiameo? 

S Y B*U S. 
hi intH: mm vosjam dudum exfpeOat fenex. 

ACTUS TERT I U S. 
.S C E N A L 

CHREMES, MENEDEMUS. 
CHREMES. 

*Lj UcefcU hoc jam: ajji pultare ojiium 

^, Viilg. exêptâts, 

R E M A R Q^U E S. 

I. Luckscithocjam]. // cùmmatti ^}a A 
^iti jour. Dans cette façon de parler hoc fe rapoite 
à eotlum qui eft'fousentendu; car on àXt cela en le- 
gardant le ciel. IPlaau dans le Curculh. I. m. 

Nam hoc quUem edepol haud muUè pofl luce Ucehit, 

On ne peut pas douter que cette Comédie n*aît 4té 
Jouée à deux reprifes; les deux premiers Aâ:es furent 
jau^s le foir après le coucher au foleil, & les ttols 
autres le matin à la pointe -du jour. X'intcrvalJe qui 
fépire le fécond & le troifième Adc , eft rempli pat 
Je foupes qui fe fait chez Chrêmes daiw une nak de 
débauche. La fête que l'on célcbroit ;ilors donnoit à 
MAtandre la liberté de paitager ainfi Cx Pièce , Sx. Té- 
rence n'étoit pas obligé de rien changer \ cette con- 
duite, parce que comme fes Comédies étoient auflS 
jouées chez les Romains dans les f^tcs folemnelles , 
ces fêtes pouvoicnt donner lieu à Téi^ence de fuivre |c 
MKme paitage. Eu^aphiut qui a fait dc« Comoicxirsl- 

tes 



dby Google 



Se. L TIMORUMENOS. 91 

C L I*N I A. 

Eft-ce bien vous que je tiens , mon AnUphilc» 
que j'ai deûrée avec tant de paflîon? 
S Y R U S. 

Entrez au logis, car il y s^ déjà longtems qae 
voixBfifkitcs attendre notre bon-homme. 

ACTE TROISIEME/ 
SCENE L 

CHREMES. MENEDEME. 
CHREMES. 
]L commence déjà à faire jour ; pourquoi ne vais- 
je donc pas tout-à-l'heure heurter à la poKC'de 

notre 
a E M A R Q^tJ E s. 

m fat cette Pièce, a ciu que cela ^toit fans ettmpîe. 
Mais il s'eft tiompé. J'ai fait voâ qvîArift^kétne avoit 
Mit la même chofe » & que les deux premier» Ade» 
04 /Vt^âtf furent jou^s le foir,. & Jet trois autres Je 
lemlemiin au nutin , & que 1 imeivaUe du fécond dxt 
tioliième A£fce eft remnli n^r l<> vnv^^» m.«« vur^* 




"7',r" "^ — préciiemeat à quelle Hcmc s uuvtç ic 
théâtre dans Arîflopbam ^(m tiouvexoie fan» doute qve 
k liberté qu'il a prife ne, lui a pas fait paffet la lèglc 
oes douze heures qui doivent kiâîtei Taâîon théatsa- 
le. Il eft au moins certain que Térenet ne la pafl© 
point ki, 5c qu'il eft aulïî leguKer en cela qu'en tout 
le «ôe. .Le théâtre s'ouvre après huit heures du foif ;^ 
les àtta premiers A^es ne durent tout au plus que 
deux heures^ dn foupe , & je veœt que cet intenrallc 
dure J* ou fept heures. I^e troifième Afte commen- 
ce a K petit© poiiir* du jopr, comme Tértnce a e» 

foin 
/ N O T E iS. 

ZU Exp^atam, comme facma piûpofif de lice*. 



dby Google 



*» H E A U T O N. AcT. ia 

Vîciniy primum.fx me utfciatjibifilium 
RediiJJe? ètfy adokjcentem hoc mile intellego. 
Verum, cimvideam miferum hune tam excniciatieu 
5 Eju' àbUu^ celef/kiam infperaium gaudium, 
Cùm un nibil perkli ex indick fiu? 
Hauffaciami fw», quodpotefo, adjutahofimnu 
Item uifilitm meum amico atque aqualifuo 
Video infervire, &focium ejje in negotUs; 
20 Nos quoque fines eji aquom fenibus obfequL 
M ENE D E MU S. 
jlut ego pnfeîSt ingerdo egregii ad mferisi 

Natm 
R E M A H Q^TT E S. 
foîn dfe le marquer , en faifant dire à Chrêmes , tucét* 
0it èoejamf si eêmmenee déjà à faire J9ur. Ainfî let 
trois A^s,^ qui ne iàaroîent durer plus de trots hen- 
xcs y £nlilènt avant les (ept heures au matin. Mais ce 

2UÎ mérite d'Itre bien remarqué ici , c*eil jue ce troi- 
ème intervalle entre dans l'avion, & devient une 
partie du fu/et auilî-bie» que dans Arift§pbanei C'eft 
dans cet intervalle que Chrêmes s'aperçoit des libertés 
que Clitipbên prend avec BmccMs^ « c'eft ce qui don- 
ne lieu à tout le jeu de théâtre du troiiième Aâe. Si 
les Critiques avoieik bien p«is garde à cela y ils n*au- 
roient jamais écrit , vafta (y hîans &* inanis comadra 
tft. Cette Comédie eji vuide ^ il y a du tems perd». On 
ne fauroit faire ce reproche à Térence , puisque ce 
qu'ils apellcnt vuîde , & tems> perdu , vaftnm &* bîant^ 
a une haifon néceflaire avec le fujet , & qu'il ea eft 
même le fondement. .Si Térence avoit partagé* ia Piè- 
ce de manière que cet intervalle n'eût point: fait par- 
tie de fon fujet, cela auroit été ridicule &: infuporta- 
ble. Si l'on fai(bit aujourdhui |ouer le commence* 
msiic d'ttoe Pièce de M^U^ti 5c demala la fia, U^V 



Digitized by CjOOQ IC 



Sel. TIMORUMENOS. 95 

notre volfm , afin de lui aprendre le prémiet 
que Con &U eft de retour? quoiqu'on me dife 
que ce jeune garçon ne veut pas qu*ii le fâche» 
Mais voyant la douleur que ce pauvre père a 
de Tabfence de Ton ûls quil aime fi tendrement^ 
pourois-je lui cacher un bonheur qu*il .attend d 
peu; fur- tout puisque cela ne peut ^ire aucun 
tort i ce jeune garçon? En vérité je ne faurois 
m*en empêcher , & je fervirai ce bon-homme en 
tout ce qu*tl me Xera poflîble; & comme mon 
fils & le fîen font fort ums,& qu*rls vivent dans 
une pacfaite amitié, di n*ont rien de caché Tun 
pour l'autre , il e(l jufte que nous autres vieil» 
lards nous vivions de mêiue enfemble, & que 
nous nous rendions tous les bons offices que 
nous pourons» 

MENEDEME. 
Ou je fuis né plus que tous les autres hom- 
mes pour ia peine & pour les ennuis , ou ce 

qu'on 

R E M A R Q.U E $• 

ipcrfonne qui ne fc moquât de ce partage: mais TV- 
rence & Ménanire étoient trop habiJes pour prendre 
de ces Ubeicés ; ils counoiflbient trop bien Tait du 
diéâtre. On trouverolt aujourdhui des occafîons oui 
i*on pourolt faire avec grâce ce qu^ls ont fait, & oît 
ce ferolt même tme n^ceffité de le faire ; mais pouc 
cela il faut de TadrelTe & du jugement. 

2. PRIMUM EX ME UT TcIAT].* Et fUTi^ 
yiitri.pa% U premier k l%t aprjnire. Mon père Jifoît, 
prima à mi ut/eiai, comme Sans la féconde fcène d^ 
VA€tQ I. 
Ut banc UtitUm nec êpsnanti primus H êhjieepem demi. 

II. AUX EGO PROFECT^ INGENIO EGEEGIE AW 

HISEElAS ]. Ouùfm$ né plus u%e tous Us autres htmi 

mes. Ménéiimc fort de (à maifon dès la pointe da 

• ' joat 

NOTES. 

I. Eirfgfûf dans un MS« FatTM* Aifstftrimt fi« 

\ les ^S, hors aa« 



dby Google 



î)i^ HEAUTON- AcT. IIL 

Nhtusfum, aut illudfalfmi efi, quod volgoaudiê 
Bici, diein adimere agritudinem' bominibus : 
Nam mihi quidem ^tidie augefcit magis 
"JC5 De filio agritudo , ^5* quamà diutius 

Abefi, magiî€Ufiotamè, (^ magis defidef9. 

• CHREMES. 
Sed ipfum egreffum foras video: ibo, allpquar. 
Mejiedeme , jàlve : nuntîum apporta tihi , 
Cujus maxumè te fieri participem cupis. 
MENEDEM'VS. 
to Nunquidnamde gneUo meo audijii, Cbrem^ 
CHREMES. 

VàUtn ïxtque vivit. 

-MENEDÉMUS. 

Ubinam ejl quœfo? 
CHREMES: 

Hic dpud me demi, 
MENEDEMUS. 

MsusgnnttR? ^ ,. ^ « 

CHREMES. 

* Sic efi. 

MENEDEMUS. 

Venîtl 

CHREMES. 

Certê. 

MENEDEMUS. 

^ Clinia 

Meus venif^ 

, CHRE^ 

HEMARQ^ÛÊS. 
jo«t pour tetournei à fon travail ; car il a dcja dit qu'il 
ne vent fe donner aucun relâche. Cela eft fort bien 
conduit. 

21. VALET ATQ^UE VIVIT]. Il fe pûHe fort 
hUn. Le Latin dit mot à mot : Hfe pwtfi bien o* ejt 
fUinde^iê. ÇMméi éevoit dire, U cft plein de |fe, 
vivit ^ &Ufe porte foit bien< vaicK Mais coinm^ 



dby Google 



Se. L TIMORUMENOS. pj 

qu'on dit d'ordinake eft faux, que le tems em- 
porte nos chagrins; car chaque jour ie fens aug- 
menter ceux que j'ai de rabfence de mon fils; 
& plus il y a de tems qu'il m'a quité, plus je de- 
ûte avec impatience de le revoir , & plus j'ai 
de regret de l'avoir perdu. 

CHREMES. 

Mais le voila lui-même qui fort, je vais lu! 
parler. Bonjour , Ménédème ; je vous «porte 
«ne nouvelle que vous ferez bienaife de ftvoir. 
MENEDEME. 

Avez-vous apris quelque chofe de mom fils , 
Chrêmes? 

C H R E M Ë S. 

B fe porte fort bien. 

MENEDEME. 
, Eh, joù eft-il, je vous prie? . 

CHREMES. 
Chez moL 

MENEDEME. 
Mon fils? 

CHREMES. 
Oui. 

MENEDEME. 
U eft venu ? « 

CHRÊMES. 
U efl venu. 

MENEDEME. 
Mon cher Clinia eft venu? 

• CHRE- 

R E M A R Q,U E S. 

Utji piein de vît ne raflure pas fitôt un père plein 
d'afifcftîon , U commence par le tern^jC le plus confb- 
lant, ilfe pfirtehim. Mais- comme cela n'auroit poinc 
de grâce en notre langue , ou il ne lèroit pas même 
foiti, il a fallu fe contenter de mettre ilfe ptrte bien. 

NOTES. 
: A;. H^lu/ / prpptfr ptceatum éoc y &n& auto|îté» 



dby Google 



p$ H Ë A U T O N- ÀcT, ÏIL 
CHREMES. 
Dixù 
MÈ N ED E M US. 

EamuSi duc me ad eum^ ohfecrêm 
CHREMES. 
*5 Non vplt tefcirefe rediiffe étiam; (^ tuum 

Confpeiium fugitat ob peccatum : tum hoc tîmet^ 
Netuaduritia antiqui illa ciiam adauâûjk* 

ME N E D E M V S. 
Non tti eî dixîfii^ ut ejjem^ 

CHREMES. 

Non. 

M E NE D E MUS. 

Q^uam ob rem, ùbfemef 
C S R Ê M È S. 
Quia peJlJumi ijîbuc in te atque in itium corifulis^ 
Si te tam lerd S^ viSo êjje animo ojlenderis.^ 
MENEDEMUS. 
50 Non pojjum : Jatis jam , fatis pater durus fui. 

CHfi E M ES. 

Ml 

Velemens in utrtim^ie partem , Ûenedeme , es nimis , 
Jut largîtate nimiâ', aut parfimnià. 
Jn eandem fraudem ex bac te atque ex illi incidet, 
frîmùm olimpo^ùs quàm patererefilium. - 

35 Com^ 

ÏL E M A R <i^U E s. 

54. Aut tARÔITATE ^IMIA , AtTT PAASI»«rOi 
nia], f^ous êtes êu trtp prodigue^ ou trop ménager. 

CeU eft hcMCiw; U apeUe pt9dlg4Uté, U trop gr^ 



dby Google 



Se. L TIMORUMENOS. ^^ 
CHREMES. 

Cela «ft comme je vous le dis. 

MENEDEME. 
Allons i que je le voye, je vous prie. 

CHREMES. 
Il ne veut pas que vous fâchiez encore qull 
eft de retour; il vous fuit à caufe de la faute 
qu'il a faite; & il craint que la dureté que voua 
aviez pour lui ne foit encore augmentée. 
M ENEDEME. 
Eft-ce jque vous ne lui avez pas dit dans 
quels fentimens je fuis préCentement? 
CHREMES. 
Non. 

MENEDEME. 
Et pourquoi non , Chrêmes ? 
CHREMES. 
Parce que Vous prenez-là un liiauvais parti, 
& pour vous & i>our lui , de lui fkire connoître 
que vous êtes li doux, & que vous ne pouvez 
téfîfter davantage. 

MENEDEME. 
Je ne puis faire autrement; j'ai eu aflez de 
rigueur jufqu'ici. 

CHREMES. 
Ah! Ménédème, vous outrez tout, & vous 
paffez d'une extrémité à l'autre, vous êtes ou 
trop prodigue, ou trop ménager. Quelque che- 
min <iue vous preniez de ces deux-là, vous tom- 
berez dans le même précipice. Autrefois , quand 
l'amour de votre âls ne faifoit que commencer, 

au^ 

H E M A R Q^U E s. 

douceur, la tzop grande complaifance , & menait ^ Ci 
économie trop grande , la trop grande rigueuc* 

tom tl. £ 



dby Google 



— $8 H E A U T O N- Act. UL 

55 Commeare ad mulierculamf qua paululo 

Tum erat contenta , cuîque erant grata omniaj 

Froteruifti bine. Ea coaSa ingratîis 

Pojl illa ccspit viSum volgo quarere. 

Nunc , quum finç magno intertrimento non potefi 

40 Haheriy quidvis dan cupîs. Nam^ut tufcias^ 
Qiiàm ea nunc inJlruSta pulcri ad perriiciem fiét ; 
Primwnjam ancillas fecum adduxit plus decem 
Oneratas veftcy toque arnro. Satrapes fi fiet ^ 
Amator fufferre numquam ejusfumtus queat^ 

45 Nedum lu pojjis. 

MENEDEMVS. 
EJine ea intus ? 
CHREMES. . 

Si fit f rogas? 
^enfi: nom eiunam caenam, atque ejus comittbus 
Dedi: quod fi iterum mibifit danda^ aSumfiet, 

Nkm, 

H E M A R QJJ E S. 

t^. Q^JR FAULtJLO TUM ERAT CONtENtA ]. 
^héz une femme qui en ce tems-là fe c»ntentott depeum 
Chrêmes parle ainfî , parce qu'U croit que Bacchh eft 
la maîtrefle de Clinia, 

40. NAM UT TU SCIAS OUAM EA NUNC INSTRUO» 
ta]. Car afin qne vùusfaehiez, eçmme elle a mamte* 
fiunt. Cbrémés prend Bacebis pour la tnaltréfle du ûHa 
de Ménédème^ oc c'eft celle de Ton fils. Ce jeu <te 
théâtre eft admirable. 

43. Oneratas veste ATq^uE auro]. 
Chargées d'hakHs 6* de bijoux. Ces fervantes portoient 
ides habits & des bijoux pour leur maîtrefle. J'ai ex- 
•pliqu^ cette coutume dans les Remarques fur la fé- 
conde Comcilie. Car Térence n'a pas voulu dire que 
-«OS fefYiiKei ar^i^t elicâ-mémes de« iiablts d'or & 



dby Google 



Sc.L tIMORUMENOS. ©^ 

au-Ueu de foaffnr qu'il allât chez une femme 
qui en ce tems-là fe contentoic de peu,& qui a« 
voit de l'obligation des moindres chofes qu*on 
faifoit pour elle, vous le chaflàtes de votre mai- 
fon. Cette créature contrainte par la néceiEté » 
reçut enfufte malgré elle tous ceux qui la vou- 
laient aller voir. Préfentemeût qu'il ne peut a- 
voir ce commerce fans faire une dépenfe prodi«. 
gieufe, vous voila prêt à tout donner. Car afia 
que vous fâchiez , comme elle a maintenant tout 
ce qu'il faut pour bien ruiner les gens, elle mè- 
ne avec elle plus de dix filles couvertes d*or & 
d'argent Quand fon amant ferbit un Satrape, 
il ne pourolt fournir à ces dépenfes; à plus fox* 
te raifon n'y pourez-vous réflfter. 
MENEDEME. 

Eft-elle chez vous? 

CHREMES. 

Si elle y eft? belle demande! je l'ai bien fenti 

qu'elle y eft; je lui ai donné un foupé & à tou« 

te fa troupe, & û j'en devois donner un autre ^ 

je 
R E M A K Q^U £ 5. 

titgtDXf cela ièiole xidlcole ; mais oa n'a pas lali&S 
it ?y tromper. 

Satrapes si siet]. Quand/ûn AmMta fer^tt 
îmt Satrape, On a cm que Minanâre s'^toit fervi dti 

|noc de Sairapt^ P^^^ ^^ ^^^^ ^^ ^^"^^ ^^ ^^^* 
de Terfe; car c'ett un mot Peifan oui iignî£e Gêtfoer* 
neitr de prevince. Mais c*e£t UJie fort j&^chante lai- 
ibn. Dans la féconde Comédie , qui eft anfli tii^e de 
Méfumdrâf il èft parM de Pyrrhus; il faut donc dire 
anffi aue Pyrrhus étoît du tems des Rois de Per/e, Il 
yavoit longtems que Darim CodomauMs ^It dernier dé» 
lois de Per/e i étoitmott, quand Ménandre vint ab 
toondc ; car ce grand Poète vlvoit dtt temi de Ft^têp. 
mie HUadelphe, 

N O T E f r 
|/« Ommtarft ian» autorité. 

E« 



dby Google 



XM HËAUTON- AcT. m. 

Namf ut aîia omittam, pytijjando mode mibi 
{^uîd vini abfumfit ! Jîc ^ boc, dicens, afperum^ 
50 Pater , eft : aliud lenius^ fodes , vide. 
Reîevi .Mia omnia , ormes ferlas : 
Omnes babui folicitosj atque, bcec unanox, 
Quii te futurum cenfes , quem qffiduê exedent? 
Sic me DU amabuta, ut me tuarum mîferitumefi^ 
55 Menedeme^ fortunarum. 

MENEDEMUS. 

Façiat quod lubet : 
Sumatf confumat, perdat: decretum eft patî, 
Dum 4Uum mode babeam mecum. 
CHREMES. 

Si certum tfl tibi 
Sic facere^ iUudpermagni referre arbitrer ^ 
Ut nefcientem fentiat te idfihi dare. 

MENEDEMUS. 
4o Quîd faciam^ 

CHREMES. 
Quidvis potiàs quàm quod togitas • 
Per alîum quemvis ut des y falli tefinas 

Tech- 

R E M A R <IV E s. 

48. PYTISSANDO]. Engoutant U vîn, Pyth- 
fore eft un mot imîtatif, quî exprime le bruit qu'on 
fait des lèvres quand on rejette le vîn qu'on a pris 
dans la bouche pour y goûter. FytiJTo , du Grec pyti^ 
pft, qui vient de ptaoy qui ûgnlûe fpuere , cracher. 

49. ASPERUM PATER]. Celui-ci ijl un peu iuti 
Ce font les propres termes, afperum & lene, Caton, 
itinum afperum lene fieri, 

51. KELETI OA^IA DOLUj OMNBS SERIAS J.' 

7W 



dby Google 



/ 

Se; L TIMORUMENOS. lot 
je feïoîs Tuïné ; car fans parler des autres cbo- 
fes , en goûtant feulement le vin avec fa mine 
dédaigneufe , quelle quantité ne m*en a-t-eilc 
pas gâtél en me difant, celui-ci eft un peu ru- 
de, bon père, voyez, je vous prig,'fi vous n*en 
auriez pas de plus doux. ]*ai percé tous mes 
tonneaux. Tous mes gens fuffifoîent à peine à- 
îa fervir. Et ce n*ell là qu'une nuit. Que pen- 
fez-vQus donc devenir, vous qui ferez mangé 
tous les jours de cette manière ? Quand j'ai vu 
cela, je vous jure que vous m'avez fait pitié. 
M E N E D E M E. 

Qu'ilfafle tout ce qu'il lui pîaîra, qu'il dé- 
penfe, qu'il confume, qu'il perde, j'ai réfoîu 
de tout foufixir, pourvu que je l'aye avec moi* 
C H R E ]V^ E S. 

Si vous voulez en ufer ainlî, il me ferable au 
moins qu'il eft fort important qu'il croye que 
vous lui donnez de quoi faire toute cette dé* 
penfe fans le favoir. 

MENE D^E M E. 

Que dois-je faire? 

CHREMES. 

Tout ce que vous voudrez , plutôt que ce 
que vous avez réiblu ; faites donner par quel- 
que autre, quel qu'il foit; laiflez-vous tromper 

par 

R E M A R Q^U E S. 

T^î pfrcé tous mes tonneaux y mot à mot, fat pêfcé 
tûus mes tonneaux &* toutes mes cruches. Mais cela n'eft 
pas à' nos manières, j'ai perce tous mes tonneaux , 
(fit tout. Relinerey c'eft ôter la poix avec laquelle on 
' houchoit. 

N O T E. S. 

• 5«. Pater h fie eji^ après Fàern. 
f^. Hefcientem^ comme Palméiîus , Guyet, Hc; • 

E3 



dby Google 



102 H E A U T O N^ AcT. Ht 

Ticbnis per fervolum, Etji fubfenft id quoque^^ 
Illos ibi ejfe, f? inter fe agere clanculum ; 
- Syrus cum illo vejiro confufurrat : conferunt 

€S Conjtlia adoleji: entes: (^ tibi perdere 

Tale7aum hoc paSo fat'ms eji\ quàm illo minanu 
Nm nune de pecunid agitur^ fed illud^ quo mod^^, 
Minimo pericîo id demus adolefceniuh^ 
Namjifemel tuumanîmum is intellexerît^ 

70 Prîùs proditurum te tuam vitûm , (^ prîùs 

pectmam mnem.quàm abiteamittasfilium, huil: 
Quantam fenefiramad nequîtim patefeceris ? 
libi autem porrQ ta mnfitfuave vivere» 
Nam détériores omnesfumus Hcentîâ. 

75 Quodcunque inciderit in mentein, volet: neque id' 
Putabitj pravumne an reSumJit quod petet, 
^ Ttt, rem perire, f? ipfum non poteris pati^ 
Dare denegaris?, ibît adUlud illico :, 
Quomaxumè apudtefi valerefentiet:: 

to Abiturumfe abs te tjje illico minabitur. 

ME N E D E M U S. 

Fidere vertm, atqjie itaj mi res eji, dicere» 

C H RÉ M E S. 

Somnum bercle ego hoc noBe oculis non vidi meism 
Dum id qucerOi tibi qutfilium rejiituerem* 

ME^ 

NOTES. 

«3. Uf pour &, fuivant plufieurs MSS. 
«+, 6s. Confufurrant y dans prcrquc tous l^l MSS# 
JLi adoUfcente$ i fur on MS. Faern* 
72. Qitant4tm cîîj iàus aucoiit^» _ 

74. Pr^ 



dby Google 



Se. r; TIMOR UMENOS. 103 

par un valet. Vous n'attendrez pas longtems, 
je me fuis déjà aperçu qu'ils y travaillent, & 
qulls machinent quelque chofe entre eux. No- 
tre Syrus eft toujours en chuchetant avec votre 
vaIeL Les jeunes maîtres font auffi des confé« 
rences enfemble; il vous feroit plus avantageux 
de perdre ♦ cîno cents écus de cette manière , 
que trois f pîftoles de Tautre. Ce n'efl pas i 
Targent qu*il faut prendre garde, mais à le don- 
ner à ce jeune-homme avec le moins de péril 
que nous pourons ; car fi une fois il connoit vo- 
tre foible , & que plutôt que de fouffrir qu'il 
s'en aille, vous éte&en état de hafarder votre 
repos & votre bien;- oh, quelle porte ne lui 
ouvrez-vous pas à la débauche ! Il arrivera de- 
là que la vie vous fera à charge ; car la licen- 
ce nous perd tous tant que nous fbmmes. Il 
voudra tout ce qui lui viendra dans Tefprit, 
fans jamais examiner fi ce qull demandera fera 
jufte ou non. Vous ne pourez voir périr votre 
bien , & le voir périr lui-même , vous lui refu- 
ièrez de l'argent ; aufiltôt il aura recours au 
moyen qu'il croira infaillible pour fe faire va- 
loir auprès de vous , il vous menacera fuc 
Tiheure de vous quiter. 

M E N- E D E M E. 

U me femble que ce que vous dites eft vrau 
CHREMES. 

En vérité je n'ai pas fermé l'œil de toute la 
nuit, pour chercher les moyens de vous rendre 
votre fils. 

ME- 

* Un taknti f Uni mkn 

K O T E S. 

7^. Pravêm itn nitûm fit i comme Faern. D'ailleurs 
H. B. prétend que ce vcis & le plaçaient fom fu^ 



dby Google 



i04 lî E A U T O N. Act. lE 
M.E NE D E M U S. 

Ce do dextram iporro te oro idem ut faciai , Cbreme 

CHREMES. 
tS Paratusfum. 

MENEDEMU^. 

Sein' quid nuncfacere te vJdZ 

CHREMES. 
Bic. . 

ME NE D E M US. 

Qmdfenfifii îllos me incipere fallere ^ 
Idut maturent facere : cupîo illi dare 
QuodvQJt: cupio ipfum jam videre. 
Q H R E M ES. 

Operam dabo. 
Syrus eji adprebendendus ^ atque adboHandus mibi. 
90 A me nefcio quis exit: concède bine domum. 

Ne nos inter ms congruere fentiant. 
^ Paulum boc negotii mibi objlat: Simus ê? Oito, 
Vîctninojiriy bîc ambigunt de finibus : 
Me cepere arbitrwn: ibo,ac dicam., ut dixeram, 
»S Operam daturum me, bodie non poffe bis dare. 
Continua bic adero, 

M E NE DE M US. 

Ita quœfo, DH Vdflfam fidem, 

Itan' 
R E M A R Q^U E S. 

$0. CONCEDE HINC DOMUM]. AtUt-V^Ui-iH, 
f^hrémès trouve un prétexte pUufîble & néceflaire pour 
obliger Mênéilmt à rentrer chez lui, & à ne pas al- 
iei a ion travail , comme U TavoU. refoiu. 

NO- 



dby Google 



se: h TIMQRUMENOS. iqy 

MENEDEME. 
Donnèz-moi votre main : je vous prie, mon 
cher Chrêmes, de continuer comme vou« avex 
commencé. 

C H R E M E.S. 
Crefl: mon deffein.. 

MENEDEME. 
Savez- vous ce que je voudrois que vous fîfEéz? 

CHREMES. 
Dites-le moi. 

MENEDEME. 
Pulfque vous avez aperçu qu'ils trament quel- 
que fourberie , au nom de Dieu qu'ils fe hâ- 
tent, je defîre extrêmement 'de lui donner tout 
ce qu'il veut; je veux voir mon fils. 
.CHREMES. 
J'en aurai foin; il me faut prendre Syros & 
l'exhorter à Je faire; mais quelqu'un fort de chez 
moi. Allez-vous-en , afin qu'ils ne s'aperçoivent 
pas que nous foyons de concert. J'ai une pethe 
affaire; Simus & Criton, deux de nos voifins, 
font en différend fur les limites de leurs terres, 
ils m'ont pris pour arbitre; je m'en vais les trou« 
ver, & leur dire que je ne puis vaquer à cette 
affaire aujourdhui , comme je leuravois promis, 
je. ferai ici dans un moment. - 

MENEDEME. 
Je vous en prie. Grands Dieux 1 feut-il que 
tous les hommes fdient faits, de manière qu'ils 

voyent 

NOTES. 

t9, M. B. ttanfporte ce vers & les deux fuîvans à 
la fin de la Scène, à caufe de > me nf/ch juis extt, 
qiiî , fuivant la manière de T^rencc, femble devoii la 
finit, 

96. Adfumj pour ttier^^ fans autorité* 

ES 



dby Google 



10(5 " H E A U T O N- AcT. in*. 

Itan* Cimparatam ejje botninum naturam omnium ^ 
Jliefia ut meliùs videanù £^ dijudicent quàm Jua! 
An eo fit 9 quia in rt noflfâ, auù gaudio 
ÇOO Sumus prœpediti nimiOy aut agritudine? 

Hic mibinunc quanta plus fapit^ quàmegometmibit: 

C H R E M E S. 

Dijfolvi me, otiûfus operam ut huic darem* 

A G T U S T E R T I U S.. 

S C E N A IL 

S Y R U S. C H R E >! E S,^ 

SX RU S. 

ti Ac ilîac circumcurfa, inveniendum ejt^tamen^ 
édrgeniumtintendenda infenem eftfallacia. 

CHRE^-: 

K E M A R Q^V l^S. 

Jl. ALIENA UT MELIUS VIDKANT ET WJU1>I- 
«SNT QUAM SUA ]. Jli voient btéiucoup plut clair dam* 
ks affaires des autres aue dans les leurs, Ménédème ne 
dit ceci que poui pailei de lui-même : car quoique ce* 
UToit Tiai aulH-par raport \ CMméSyCelz ne le trou- 
Yfi vrai k cet égard , que parce que <^eft une vcn'té 
|;^néiale que Ton peut connoître fans rien favoir d'Un, 
tçl» ou d un tel. Ménédime ne connoiflbit pas Chré* 
mês^ic dans tout ce que nous avons vu^il n'y a rien. 
- i|ui ait pu le lui faire connoître : il ne pouvoit donc 
pas l'avoir ici en vue > & comme j'ai dit, il ne parle 
que de lui-même: autrement Térence auioit fait une 
faute qu'on ne poaroit excufèr. 

I02. DISSOLVI ME, OTIOSUS OPERAM UT HUIC 
9iftSM]t J'^idé^ai4maf0r9f<i aff^féVfirktemt^ 

ii 



dby Google 



Se. II. flMORUMENO^S; wf 
voyent beaucoup plus clair dans les affaires de*- 
autres que dans les leurs? Cela ne vicndroit-i' 
point de ce que dans nos propres afl^res , la 
trop grande joie, ou le trop de chagrin, ne nous 
Jaîflent pas le jugement libre? Voyez comme ce 
Gbrémés eft beaucoup plus habile en ce qui me 
concerne, que je ne le fuis moi-même. 
C H R £ M E S. 
J*aî dégagé ma parole, afin d'avoir le tems dt 
rendre fervice à ce pauvre homme. 

AC T E T R O I S I E ME. 

SCENE IL 

S y R US. CHREMES. 

S Y R U S. 
1^ Ours tant que tu voudras de côté & d'autre. 
Il faut-il toujours trouver de l'argent, i^ 
tendre quelque piège au bon-homme. 

CHRE- 

R E M A R Q:U E s. 

éÊé rendre firvtce à ^t pauvre homme. Chrêmes eft rentra 
tm moment chez un de (es voi(ît»s qui <^toit en dif^ 
iëtcnd, & après s'être àéga^éy 'û reffort. Cependant 
Ménéiême eft rentra chez lui , ainfî ceux qui ont éciit 
le dernier vers de cette Scène, Qtîofm tperam ut Ubi 
ém-em^ iê font trompés; car Ménédètêe nVtant plus 
fut le Théâtre , Cbrémis ne peut Jui adreflèr cts paro« 
les. Il faut donc etsefus êperâm ut huic darem. 

2. INTENDBNDA IN SENEM EST ÎALLàCIA ]. Et 
tendre quelque ftêge etu bon-hemièe. Chrêmes croit que 
S^r*is, parle ia de Ménédème , & c'eft de luî-m6mCf 
C« eft un jeu de Théâtre fort plaifant. 
NOTES. 

e«. Q»AmfuA^ au v. fuivant. ' 

•^o*, Tihii pow buiç , comme Façûli 
E 6 



dby Google 



lOS H E A U T O N- Act; m. 
CHREMES. 

Num mefefellit, bofce idjlruere? videlieeb 

nie. Œniœ fervus tardiufculus eft : 

5 - Ucirco buic nojiro tradita eji (rovincîa^ 

STR US. 

Quisbic loquitur ? périt, nummm bac audiitt 

CHREMES. 

Syre^ 

sr R U S. 

HtnU 
CHREMES. 

Quid tu ijtbîc^ 

S T R U S. 
Re&ê equidem; fed îe demiror, Cbrem, 
Tarn mane, (mi befi taraum hiberis. 
CHREMES. 

Nibil nîmiSm 
S T R U S, 
Ntl, narras^ vif a vero eft, quod dicifokt 
la. AguU(S Jenedtus. 

CHREMES. 
Etal 
S T R u S. 

Faceta, bcec meretrix. 

CHRE^ 

rJ\ \S-VJ^Jf^ SE NE cru s]. La vhUU/Te été 
ÏTÂt ^ff"^^^. ""« ^^^^^^^^ verte &vSouWf 
1X1*"^"%^^ faille, qui ne meurt jamais^de v eU! 



dby Google 



Se- IL TIMaRUMENOS, k^ 

CHREMES. 
Me fuis-je trompé , quand j'ai dit qu'ils ma^ 
€:hmoient quelque chofetSans doute que le va- 
let de Clinia e(t m peu pefant; ?ofla pourquoi 
Von a donné cette commiflîon au nôtre. 
S Y R U S. 
Qui parle ici? Je fuis perdu: n'a-t-il poînt 
QUï ce que j*ai dit ? 

CHREMES. 
Syrus. 

S y R U S. 

Ah, Monfieur ! ^ 

CHREMES^ 

Que fais-tu ici ? 

SYRUS. 
Pas grand'cbofç. Mais en vérité je vous «a* 
mire d^étre levé. de fi bon matin, vous qui W 
tes tant hier au foir. 

CHREMES. 
Eh pis trop. 

SYRUS. 
Pas trop , dites- vous l Ma foi , Monfieur f 
vous avez, comme dit le proverbe, là vieiiles- 
fe de l'aigle. 

CHREMES. 
Doucement, doucement. 

SYRUS. 
Cette femme eft de bon commerce; elle eft 
agréable , cette bonne pièce. 

CHRE- 

N O T E 5. 

7. M. B. ôte/^^, «près h plupart des US$. ftp^ 



Digitized by VjOOQ IC 



Ï^IO H' E A U T O N- AcT. TU. 
[CHREMES. 

Sanè : idem vif a ejl mhk 
STRUS, 
St quidam bercîe forma luculentA. 
C H R E M E S. 

Sic faiiSé\ 
S Y RU S. 

Ita non ia oUm^fed itti nunc, fani honit 
Minimèque miror, Clinia banc fi dépérît. 
J5 Sed babet patrem picndam aviduin, miferum at^' 
• aridwUf 

Vicinum buncrnofiin'? aZ qua/ins non divitiis 
Ahmdet, gnâtu' ejus profugitimpiâi 
Sein* effe faSum , ut dUo ? 

C H R E MES. 

Quid ego nefiiami ^ 
JSomînem 0rino dignumt 

S Y RU S. 

Qîiemf 
CHREMES. 

Jftbuncfervoluié- 
sto Dico^ddiefcentis.... 

S Y RUS. 

Syre, tibi timui malè. 

CHRE^ 
!L E M A B. Q^U E s. 

t|. ITA NON UT OLIM , SED UTI NtJNC , SAN» 
*0NA]. Elle ni/eft pas comme lei femmes de vtre 
tems. Je luis peifuadée que le fens que j'ai fuivi dans 
ma tiaduaipn , eftle véijtabJe. C*eft une flaterie de 
Syrttf,qui fe conforme ici aux man/ères des vieillards, 
^î trouvent toujours ce qu'ils ont vu dans leurs jeut 
nés ans , & plus beau , & meilleur que ce qu'ils 
voyent. On peut pourtant donner un autre fens à ce 
Niag«i ôC irç; Ellen'^p^t^ kffU ftt'fl/e Mt il 

1 



dby Google 



Se. It. TIMORUMENOS. ne 

CHREMES. 

Oui vraiment; je l'ai troufé ainiu 

S Y R U S- 
Et en vérité elle eft fort belle. 
CH R E MES. 

S Y R U S: 

Elle ne l*efl pas comme les femmes de votrt - 
tems, mais pour ce tems-cî elle eft fort belle ,, 
& je ne m'étonne pas û Cllnia Taime avec tant 
de paifion. Mais il a un certain père avide de 
bien, un miférable que l'avarice a rendu fce 
comme une alumette. Ce voifin que nous avons ^^ 
le connoifTez-vous? ce vieux vilain, comme s'^ 
n'avoit pas fes coffires pleins d'argent , avoit- 
ibufiert que la mifère chafllt fon fils de chez 
lui» Saviez- vous ce que je vous dis-U? 
CHREMES. 
Comment, fi'je le favois ? un homme qu*o^ 
devroît envoyer au mouUn. 

S Y R U S. 
Qui, Monfieur? 

CHREMES. 
Je veux parler du fot valet de ce jernie-hoinj 
me... 

S Y R U S. 
J'ai grand' peur pcnir toi, mon pauvre Syrus;. 

CHRE^ 

K E M A H Q^U E S. 

Î' '-a qntîauis années; mait en véiité elU </? fin htlU p$m 
*Jige qitelle n* Mais cela ne me plait pas. 
14. MiNiMZqUE MIROR]. £< je ne m*ét9tme paSé 
Il parle aînfî poui confiimei CMmés dans la croyant- 
ce ou il étoit, que Bacchti etoit la maittcHc dc CAi 
nÀf > ôe c'étoit celle de fon £is. 

NOTES, 



Digitized by VjOOQ IC 



\ia H E A U T O N- AcixIIF 

CHREMES. 
Qui pajjus eft idfim. 

S T RUS. 

' Quid faceret"^ 
CHREMES. 

R&gas? 

^Atîquîd reperiret , fingeret fallacias , 
Unde effet adolefcenti amicœ qîMd daret r 
Atque bunc dîfficilem invitumfervaretfsnem. 
Sf RU S. 
a< Garris. 

CHREMES. 

Hac fcSta ah îllo oportehant^ Syre^ 
S r R U S. 
KbOyquafo, laudas qui héros falhntV 
CHREMES. 

In lo€% 
Ego veri laudo. 

S T R U S. 

ReSèfanè. 

CHREMES. 

Quippe quia 
Magnarum fape id remedium œgrîiùdinum eji. 
Jam buic mmfijjet unicus gnatus domi, 
S r R U S. 
f(0 Joçône anferio ilksc dicta, nefcio; 

Nijî mibi quidem addit animum , quo lubeat magîs. 

CURE. 

NOTES. 

ao« IIU hdù dîcatf fulvant deux^MSS; 



Digi^dby Google 



Sç>II. TIMORUMENOS. 113 

CHREMES- 
D'avoir, foufFert que fon maîue ait été con? 
craint de s*en aller. 

S Y R U S. 
Qu'aurojt-il pu faire ? 

CHREMES. 
Me le demandes-tu? il devoit trouver quel- 
que expédient; inventer quelque rufe pour faire 
venir de l*argent à Ton maître, qui i'auroit donné 
ifamaîtrelîe; en faifant cela, il auroit fait le 
biçji de ce fâcheux vieillard malgré luL 1 

S Y R U S* 
Vous vous moquez. 

C H R E M E & 
Encore une fois, Syrus, voila ce qu'il devoît 
faite. ^ 

SYRUS. 
Ho, ho, je vous prie, louez- vous les valets, 
qui trompent leurs maîtres? 

CHREMES. 
Ceft félon; il y a des occafions où j*aproa* 
»e qu'ils les tronipent, 

SYRUS. 
Fort bien, vraiment. 

CHREMES. 
Car fouvent ces fortes de tromperies épargnent 
de très grands chagrins. Par exemple, fans aller 
plus loin', ce fils unique, dont nous parlons^ 
îeroit demeuré chez fon père,. fi fon valet avoH 
eu de Tefprit. 

SYRUS. 
Je ne fais s'il raille, ou s'il parle férîeufem^t: 
mais au moins ce qu'il dit me donne courage, 
& augmente renvîequej'avois déjà de le tromper. 

CHRRc 



dby Google 



ÏI4 H E A U T O N' Act. IIE 
CHREMES. 

Mt rame quîd ex/peStat^ Syrc, an^ dum bine dô* 

nuo 
Aheia^ cùnh'tolerare Uîîusfumtusnonqueat^ 
ISmnc adfenem aliquamfabricamfingit? 
S Y RU S. 

Stoîidus eliî 
CHREMES. 
SS At te adjutare oportet adoUfceimli 
Caufâ. 

S Y R U S. 
Equidem facile facere pojjumi Ji Jules 4: 
Eienim, qmpaSo idfierifoleaiy calleo. 

CHREME S. 
Ikntè bercle tnelior. 

m s T R us. 

Non ejl Tnentiri meurm 
CHREMES, 
Jkc ergfK 

s^r R US: 

[minertfi^ 
jft beus tu^ facito dum eadem bac rnêif^ 
iiO Si quii bujus Jimile forte aliquando eveneritj^ 
Uifunt bumma^ tuus ut faciat filius. 

CHREMES. 
Non ujus vinietfpero. 

S Y RU S. 

Spero bercle ego quoque : 
Neque eo nunc dico^ quod quidquam illum Jenpe^ 
rim;. 

Sedp 

K E MA R Q^U E S. 

îti Non est m^ntiri meum]. Le men-»- 
Jht^e n*efl pas mm vice. Il veut dire qu'il ^^ ment r 
liomty quand il dit qu'il eft maître pailts ^ qu'il nç^ 
ib.yanu de xien qu'u ne pulflc faixe» 



Digitized by VjOOQ IC 



Se. II. TIMORUMENOS. uy> 

CHREMES. 

Et préfentement, Syrus, qu'attend donc ce 

benêt? que fon maître foit encore obligé de 

s'en aller, pour n'avoir pas dequoi fournir â la 

dépenfe de cette femnie? Eft-ce qu'il ne dres- 

{ipra pas quelque bâter îe contre ce bon-homme?* 

S y R U S, 

Ceft un lourdaut* 

CHREMES.. 
Mais toi, tu devrois lui aider , pour l'arnoot: 
de ce pauvre garçon. 

S Y R U S. 
En vérité je le ferois très volontiers, fi vou^ 
me l'ordonniez , car en ces fortes d'affaires jt- 
fijls. apurement maître paffé. 

CHREMES. 
Je t*en eftime davantage. 

S Y R U S. 
Le menfonge n'eft pas mon vice* 
eu RE ME Sv 
O ça, fai donc. 

S Y R U S. 
Mais vous » Monlieur , fou venez- vous an- 
moins de ce que vous me dites, û par hafard» 
comme cela peut arriver humainement , votre 
fils un jour alloit avoir quelque petite affaire de 
cette nature. 

CHREMES. 
Ho, j'efpère que cela n'arrivera pas. 

S y R U S. 

Je Tefpère auffi en vérité, & ce que je vou» 
en dis -ce n'eft pas que j'aye aperçu quoi que ce 
£bic en lui* Mais fi cela arrivoit, au moins n*al* 

NOTES. 
âj. Mrg^i, pour abêaty fans autorité 
il* Qf^»> pov fW,^ après on US, 



dby Google 



45 



mô H E A U T Q N- Act, IlJ; 

Sed , Jtquid , nequîd ,.,qu<z fit ejus atas vides : 
Et nce ego te y fi ufus veniaèy magnificê, Cbreme 
'fia£tari pojfem. '^ 

CHREMES. 

Dsifthoc^ cùm ufus venerit ^ 
Fidehîmus quid opusfit: nunc ifibuc âge. 

S r R U S. 

Numqum commodiùs umquam berum audivî loqui 
Nec^ cùm malèfacere crederem tni impuniîu' 
50 Licere. Quîfnam à-^mbis egreditur foras ^ ' 

A C T U S T E R T I U S. 

S C E N A IIL 
CHRÊMES. CLITIPHQ. SYRUâ. 

CHREMES. 

QUîdiflb^c, quafi"^ qui iftbic ww ejf.y Qiti» 
*^ pbo^ itane fieri 
Qportetl 

C L I T I P HO. 
Qiiid e^ofecî? 

CHREMES. 
Vidin' ego te * manum infinum b'uiè 
ileretrici inférer e^ 

S Y R U S. 
j48a efi; res , periû . 

CLL 
* Vulg. modà manum.. 

R E M A R Q^U E S. 
aACTA EST RES]. Votla nos afatrts fatUs. Sy- 
rus apréhende que ce que vient de faire Clitipbon^y. 
n'ait fait découvrir \ fon père que Baccbh eft fa moT- 
yîsff&y âc ïiQVL pas .celle de ClinsA^ 

KO* 



dby Google 



5c. IIL T'IMORQMENOS. xi? 

lez pas vous... vous voyez l'âge qu'il a. Et pit 
ma foUMonfîeur, fî l'occafion s'en préftntoit 
jamais , j'ai dequoi vous régaler <:omme il faut. 
CHREMES. 
Quand ccJa fera , nous aviserons à ce qae 
ro is aurons â faire; à préfent fonge à ce que 
je t'ai die 

S y R u S., 

De- ma vie je n'ai ouï mon maître fi bien pat. 
1er; il me donne pleine liberté de mai feire, & 
je vois bien que je puis le tromper impunémenu 
Qui fort de chez nous? 

ACTE TROISIEME. 

SCENE III. 
I CHREMES. CLITIPHON. SYRUS. 

CHREME S. 

Qirefl-ce donc, je vous prie, & quelles ma- 
■nières, Ciitiphon? eft-cc aînfi qu'il en faut 
ufer? 

CLITIPHON. 
Qu'aî-je fait? 

CHREMES. 
Ne vous aî-je pas vu porter la main au fcîu 
.de cette courtifane? 

syR us. 

Voih nos affaires foites, tout eft perdu* 

CLI- 

NOTES. 

2. Opûrtit, au v. précédent. 
, 3. Mfretricij aufli au yfiis précédent, lifaht mdà 



dby Google 



>îi8 lî E A U T Ô N- Acr. I^ 

CL ITI P HO. 

Mene^ 

CHREMES. 

Hifce ocuHs: ne neg^ 

Facîs adeo indigné injuriam illi, qui non abftincâs 

manum: 

j Nam ijlbac quidem contumeliê ejl, hmînem aà 

te amicum recipere , 

Atque ejus amicam fubagiùarei vel ben in vin^ 

quàm immodejlus 
Fuifti! 

S T RUS. 

FaSum eft. 

CHREMES. 

. ,, Quàm mlejius! ut èquideik^ 

TO me DU ament , metui quid futurum denique 

effet. Nmego 
Amaratum animum: advortunt graviter ^ qua non 
cenfeas. 

C L J TJ P HO. 

Jb mibifides apud buuc efi, nibil me iJliusftOh^ 
rumpater. 

CHREMES. 

EJh: at certi concédas ab ore eorum aliquantifpéf 

aliquo. 
Libido multa fort : ea facere probibet tua prœfefata. 
Ego de mefacio conjeSturam: nemo eft meorum be» 

die , 
^pudquem expromere mnia mea occulta ^ Oôi- 

pbOf audeam. 

Apud 

NOTE S. 

5^^ Kam^^-efty en un vers. Hùmlném-'-Mî^ 

^t^tare^ auffi en un vers, rel - ^ . moUfius . encore en 

un vêts. Vit e fùidem- - ^ effet , de m^me. Novi èfOy 

««I n fwY, Sukli^itart , fw 1« plus aac MSS. y y. 



dby Google 



Se. m. TIMORUMENOS. ii* 

CLITIPHON. 
Qui, moi? 

CHREMES. 
Ne le niez pas; je i*aî vu de mes propres 
yeuj[. Vous faites une injure ii ce jeune-hom- 
me, de ne pouvoir retenir vos mains; & c'eft 
dTurémenc là un affront pour lui. Quoi, rece- 
voir un ami chez vous, à, vouloir toucher i 
fa maicreflê 1 Hier au foîr encore à fouper» de 
quelle immodeQie ne fûtes- vous pas! 
SYRUS. 
Celaeft vrai. 

CHREMES. 
De quelle împortunité! Que je mettre tout 
préfentement fî cela n'alla fi loin, que je craignis 
iju'il n'en arrivât du defordre. Je connois Tefprit 
des amans, ils prennent en mauvaife part des 
chofes à quoi vous ne croiriez pas qu'ils prilTent 
feulement garde. 

CLITIPHON. 
Mais, mon père, mon ami eft fort aflitré que 
Je ne ferai rien qui le fâche. 

CHREMES.' 
Je le veux ; cependant vous devriez vous 6* 
loigner un peu, & n'être pas toujours fur leurs 
ulons. Les amans ont mille chofes à fe commu- 
niquer, qu'ils n'oferoîent dire devant vous; un 
^iers eft toujours incommode. Je juge des au- 
tres par moi-même; voyez-vous, Clitiphon, il 
n'y a aucun de mes amis à qui je vouIuiTe dé- 
couvrir tous mes fecrets : la dignité de l'un me 
retient, 4a honte m'empêche de tes dire â Tau- 

tre^ 
NOTES. 

•mmantis anlimtm, comme Palm^rius a conlgé. 

II. At certè ut hinc eùneedas^ Hine ^ dans dCVt 
MS%, Féiem. lU, apx^s tcoii. 



dby Google 



. !ï^ H E A U T N- Aet. IIl^ 

Ï5 ^pud alium prûbihet dîgmtâs : apùd aîîum ipjius 
faSipudet^ 
Ne ineptm , ne protervos videar : quod illum face' 

re crédité. 
Sed nojlrum e/i intellegere, utcunque^ atqus uï/ù 
'cunque opusjit^ ohfequû 
S T RU S. 
Qnîd ijlbic narrât 1 

C LIT I P HO. 

TèriL 

S T R (7 S. 

Qitipbo , bcec ego pracipio tibî7 
Hominis es f rugi £? temperantis funStus officiuml 
C L I T I P HO. 

Tacey 
M Sûdes. 

STRU S. 
ReUèfanè. 

CHREMES. 
Syre , pudet me. 
S X R U S, 

Credo : neque îd injuriât 
Quin mihi moîefium eft. 

CLITIPHO. 

Pergin'? 

S T R U S. 

Hercle verum dîco , quod videtur* 

C L I T I F H 0. 

Nonne âccedam ad illos? 

CHRE- 

k E M A R C^U E s. 

18. H^CEGOPRiECIPlOTIBl]. EJi-ee /à 
te ^«* y<? vous avois tant recommanda? C'eft ainfî que 
ce pamge doit être ponéèué, c'eft un interrogant, & 
le vers qui fuit eft une ironie. On s'y étoit trompé, 
^'eft une remarque de mon père. 

2¥, HERCLE VEHUM DICO, QUOD VIDE- 

fuiij. 



dby Google 



Se m. TIMORUMENOS, X2i 
tre, de peur de paÂTer pour JFoiWe, ou pourefe 
fronté. Croyez qu'il en eftde raêtae de ce jeune- 
hoi^e; eeft à nous de connoîlre Je tems & le 
heu ou nous devons avoir de la complaifance 
i>our hos ami*. ^ «^laMwc 

SYRUS*. 

Entendez- vous ce qu'il dit? 

CLITIPHON. 

Je fuis mort. 

„^ ,^ SYRUS. 

:*xf .r^^ • ^ ^"/ ^'* vousavoistantrecomman* 
dé? Vous vous êtes comporté en homme pr». 
dent & d'une fort grande fagelFcl 

. CLITIPHON. 
Tai-toi, fî tu veux. 

SYRUS. 

voila comme il faut faire. 

CHREMES. 
Syrus, en vérité j'ai honte pour lui 
SYRUS. ' 

Je le croîs, Monfîeur, & ce n'eft pas fans 
ro)^. Cela me fâche bien, moi qui ne fuis pas 
fon père. *^ 

CLITIPHON. 
Tu continues? 

. SYRUS. 

Oui mi foîi je dis mon fentîmcnt. 

CLITIPHON. 
Cft-ce que je n'oferois aprocher d*eur ? 

^M^t cela has i Clitîphn. ^^^ 

R E M A R Q^U E S. 
* tJ R ] . Oui ma fit , je dii mon fehthnenu Mon Dire 
comgeoic : HircU verà , dico quod vidttur. Oui 7^ 
icute, ji dis mon/enttmént, ' 

NOTES. 
W^ssf^*' w^»»f«^, lêkicmtfHi opuséfl^ malgré to^» 

Tme IL - F 



dby Google 



142 H E A U T O N- AcT. IH. 
X: H RE ME S. . 

Mo fuaSt, um accedundi via ejtf 

jâawnéjl: bic priùs Ji indicarit, ([uàm ego flf- 

geroum effectrù. r t ^ 

Chrême, vin' tu bominiftulto mbt aufcultarc^ 
£ H R E M E S. 

SXRUS. 

Jubé TrtM 



*^ CLITIPHO. 

' Ouà ego bine abeam ? 
^STRÛS. 

jtbi dcmbuhtum. 

CLITIPHO. 

Deambulatum? quà? 

STRU S. , , ^ , . 

Faby quafi défit locw. 

jfbîfaniijibac, iftorfa^^ «"^ ''"• 
CHREMES. 

ReSidicitrcenjeû» 

CLITIP HO. 
DH te eradieent, Syre, qui me bine extrudas. 
STRU S. 

At tu pot tibi 

Tqftbac comprimito iftas manus, ^cxUS 

RE M A R Ci.XT B S. 

itf. QllASl DESiTLOCtJS]. Comme s'H i»^ 
Jinidl promenades. Il dit cela, parce que la fc^ 
Hie 4ft aux chanpj. ^ , ^9^ 



Digitizedby VjOOQIC ^ 



^ 



te IH. TIMOR UMENOS. 

CHREMES. 

Ho, ho, ne fauriez-vous en aprodier (va 

faue des fotifes? ^ *" 

SYRUS, Jax. 
Notre affaire eft flambée; il «a fe découvrir 
avanc que jaye tiré notre argent Monfleur,vMh 
lez-voi<s.fiuvre l'avis d'un fot? 

CHREMES. 
En bien, quel eft cet avis? 

,^^ , SYRUS. 

Ordonnez-lui de s'en aller qœlqae part 

CLITIPHON. 
vu eft-ce que j'irai? 

^^ , SYRUS. 

Où? ou il vous plaira. Cédez-Iear la plac«w 
alJez-vous-en un peu vous promener. 

CLITIPHON. 
Me promener? où? 

SYRUS. 

Voyez! comme s'il manquoit kl de promeo* 
des. Allez deçà , delà , où vous voudrez. ' 

CHREMES. 
Il dit fort bien; j'en fuis d'avis. 

CLITIPHON. 
. Que le diable t'emporte , Syrus, de mecfaaiii 
fer d'ici. —*«««« 

SYRUS. 
Mais Vous une autre fois foijgez â iétetà 
ns mains. 



NOTES. 



^CTS 

4 



^t. ffiShc, pour km\ fur tons les MSS. 

Al tm , au 7. fiiîv, ôtant ^#/, apc^ tom ICS HSIk 



Fi 



dby Google 



,24 H E A'U TO N- Act. IS. 



ACTUS TERTIUS. 

S CE N A IV. 

S Y RU S. CHREMES. 

srRus, 

rMtii ««"' «'•''* «/Minforro çredisfaOurum, 
^, :Cbreme, , ... . 

cmgasy mmes? 

CHREMES. 

£go ilUmc eurabo. 

Ç T R 17 S 

^Jtqui nunc, bere, btc tîbi ajfervan- 
dus efi... 
CHREMES. 

^^' STRUS. 

[obtempérât. 

Sifapîas: nam mibijam mim\mînufque 
CHREME S. 
Oati ta? eoquid de illo, quod dudum tecum egi^ 
^ egifti. Syrel 

Reperïjli quod plactat , m nondum ettam < 

STRUS. ^ ^ 

DefdlacUL 

WcfVÎ fl 9 inveni quandam nuper. 

CHR'E MES. ^ ^ ^^ 
Frugies:'Cedoy quididejt? 

N o .T E $• 1 < 

f a lY, M, B. maïc cette 5cène avec la Pi<^<^édcBte- 



Digitized by VjOOQ IC 



se. IV. TIMORUMENOS-. laj 

ACTE TROISIEME. 
'SCENE IV. 
S YRUS. CHREMES. ^: 

S Y R U S. 

p N bonne foi, Monfieur, qu'en penfez-vcas? 
qtte croyez-vous qu*il deviendra, û vous ne 
]è gardez de près autant que vous pourez, (l 
vous ne le châtiez, fi vous ne Tavertiflez? 
CHREMES. 
Jy prendrai garde. 

S Y R U S. 
Voyez- vous , Monfieur , c'eft préfentement 
que vous devez i'obferver. . , . 

CHREMES. 
Cèlà refera. 

S Y R U S- 
Si vous êtes fage ; car de jour en jour il fâk 
moins de cas <de mes confeils. 

CHREMES. 
Mais toi , que dis-tu de Taffaîre dont je t'ai - 
tantôt parlé? y as- tu travaillé , mon pauvre Sj^ 
rus? as- tu imaginé quelque chofe qui te plaife? 
ou n'as-tu encore rien trouvé? 
SY RUS. 
Vous voulez parler de notre tromperie? ft, 
j'en ai trouvé une. ' 

CHREMES. 
Tu es un brave garçon; dis-moi ce que c'cd. 

SY. 

NOTES. 

4. Aut efi tihi qatd placeaty (ans autorité. , 

7. Dieis f eft-'- quU eji f lur quelques JAiS. _ V 
F 3 



dby Google 



i4t6 H E A U T O N- Act. Ilfe 

S T R US. 
bkamf Virim^ ttt aliud ex alio incidU,... 
C H J^ SM E S. 

Quidnanki Sjpcl 

sr RU & 

I^eJTuwk.i^ç efi meretrix. 

C H R E M E S.: 

Ita videtur. 

STRUS. 

Imi^ fifcias* 
U> IBbc vide , quod ineeptet facinus. Fuit quadam- 
anus Corîntbia 
Hic: Inde drachnarwn argenti bac mille dedera$- 
mutuum, 

CHREMES. 

^ STRUS. 

[mlfunt 
E^mortuaefi: relijuit filiam adolefçerh 
^(TWiffa buie arrabonieft pro illo argem* 
CHREMES. 

InùeîKgê. 

S r R us. 

Bàncfecum bue adduxU, eaque ejl nunc ad ux&^ 
rem ttiom. 

CHRE- 
R E M A R QJJ E S. 

ÏX. HUIC DRACKMAKUM ARGENTI H«C MILLS 
D^DERAT MUTUUM ]. A qui elle dit qu*elte avoit prl-- 
H trente pifloles. Il y a dins le Latin mille drachmes, 
La drachme Attiqùe valoît environ fîx foas de notre 
monnoie, comme le denier Romain; défaite que mil* 
le drachmes font près de cent écus. 

14. EAqUE EST NUNC AD UXOREM TUAM ]. "Et, 
ft*e/l celle qui eji préfentement dans Vapartement de_ vétré 

ftmmc. '^f^ipbile 4evoit eue reconnue pour h fille de 

ChrU 



dby Google 



Se. IV. TIMORUMENOS. 127 

S Y R U s. 
3e le veux. Mais comme une cbofe &itfo«« 
venir d'une autre. . • 

CHREMES. 
Qu'eft-ce^ Syrus? 

S Y R US. 
Cette Bacchîs eft une 6ne mouche» 

CHREMES. 
Cela me parole. 

SYRUS. 
Oh, vraiment fî vous faviez! vofez ce qu'elle 
machine, II y avoit autrefois ici une certaine 
vieille femme de Corinthe, à qui elle dit qu^eUe 
avoit prêté. trente piftoies. 

CHREMES- 
Eh. bien? 

SYRUS. 
Cette vieiUe femme eft morte, elle a laiffi 
une jeune fîlle, & cette jeune fille lui eftdemeu« 
rée en gage pour fon argent. 

CH R E M ES: 
J'entends. . 

SYRUS. 
KHe Ta amenée ici avec elle , & c*eft elle qui' 
eft préfentement dans Tapartement de votre fem- 
me. 

CHRE- 

K E M A R Q^U E S. 

Chrêmes y c'eft pourouol Térence n'a garde de la met- 
tre avec. les autres yic de la faire trouver au feftin,bà 
il n'y avoir que des courtifânes qui puHènt piroitre. 
Il la met dans Tapartement de la femme ds Chr/més, . 
afin qu'pn n'eut xien à lui reprocher > 5c qu'elle fi&( 
hors de tout foupçon. 

NOTES. 



10. P'aS, pour J!nc^ après deux MS^ 
^V Eam f«4 éfi. faoi autorité 

f 4. 



dby Google 



ia3 H E A U T O N- Acr. IIP. 
CHREMES. 
15 Quid tum? 

^ S T RU Si 

[îam tUi tam^n 
* Qimam ùrat^ Jibi uti id nunc det: il- 
Poli dûturanu: Mille nummûm "* pofcet. 
CHREMES. 

Ec pofcit quîdem^ 
STRU S. 

Hvi, 
Duhîum id ejlf 

C H R E M ES. 

[gîtas? 
Ego fie puiavi: quid nimc co* 

S r R us. 

Egonef ad Menedemum ibo: dicam banc ejfe cap* 
^ tam è Caria. 

Ditem^ (f nobilem: fi redimat , magnum ifiejjï 
in ed lucrwn. 

CHRE' 

» Vulg. pùfcit, 

R £ M A R Q^U E S. 

16. HXAM ILLI TAMSN POST DATURAM. Mrt,- 

Ll NUMMÛM POSCET]. Et g lié dit q^elU nauTA 
fas plutôt ttuehé cet argent , ^'t.'elle lui donnera cette 
fille pQttr nantijfement de la jomme. Ce paflige m*a 
toufours paru très difficile , 5c je n'ai jamais été con- 
tente de ce que Ton dit-pour rexpliquti. J'efpète que 
mi tiadui^ion le fera aiiez bien entendre. Je mets 
on point après daiuramr 

— Mlàm ilU tamen. 
fajl daturam. Mille nummfim ptfcit. 

Et Bacchis dit k CHnîa, qu'elle li4 donnera cette fillt 
après qu'elle aura touché cet argent, Tamen eft pour 
po/lea. Ces paroles mille nummAm pofcit , c*eft l'ejcpli- 
cation que Syrus donne à h- demande de Bacchis; el- 
le fait femblant, dit-il, de les demander à empruntct, 
le de vouloir dôonei cette fille poux g^Z'^i oim dans 



dby Google 



Rc. IV. TIMORUMENOS. i2> 

CHREMES. 
Qu'y a-t-il encore? 

S y R U S. 
Elle prie Clinia de lui donner cet argent, & 
elle dit qu'elle ne Taura pas plutôt touché qu*el le 
tai donnera cette fille pour nantiiïemenc de la 
fomme; maïs c'eft qu'elle lui demande adroict* 
ment ces trente pidoles en pur don. 
CHREMES. 
Elle les demande alTurément? 

S Y R U S. 
Ho, cela s'en va fans dire. 

CHREMES. 
Je croyois bien que cela abouciroit là. Eh 
bien, ûir cela que veux-tu faire? 
S Y R U S. 
Moi? j'irai trouver Ménédème ; je dirai qwe 
cette fille eft de Carie, & qu*elle y a éc'é enle- 
vée; qu^elle e(l riche*& de bonne maifon ; & que 
s'il la rachète, il fera là un très grand pro5t. 

CHRE. 
R E M A R Q.U E S. 
lâvcrîté, c'eft qu'elle les lui deiuMide en pur don. 
Ce qui a embarafTé tous ceux qui ont voulu expliquer 
cet endfoit y c'eft qu'ils ont cm que milU ntuiÊmâm 
écoit une fomme fort différente de mille dracbmarum: 
mais ils le font trompas : draibme & numme font ici la 
même chofe; car numme ne fignifie que pièce ^ & en 
Latin ce mot va à toutes fortes de monnoic. La 
drachme des Grecs ^ comme je viens de le dîie, eft la 
même chofe que le Denariut majer des Romains , qui 
étoit une Pièce d'argent , argenteus nëmmtu. 
NOTES, 
ly. 27/ id"'ilU illif Cm» autorité» 
' 15. Fêjl datuM tri mille numûm prds Jtu Et fret» 
fit quidem^ fans autorité. 

17. Egê fie putaviy dans la bouche de Synis, fui- 
Tant un MS. 

19. Magnum ejfe in eâ re Imcrum, fur tous les MSS. 
& les anc. ^dit» ù. ce n'eft que re ae s'y îiowft p^'mu 



dby Google 



t30 H E A U T O N- AcT. III; 
C HRE M E Si 

Èù Stras. 

S TR US. 
Qmd ita ? 

C H R E ME Si 
Pn Menedemo nunc tibi ego refpùndi^ir 
Smtm: quii ais? 

STRUS. 
Optata îoquere. 
CHREMES. 

Atqui nonjfo Wi 
STRUS. 
JJon opui ejl? 

CHREMES, 
Nm hercle verb. 

STRUS. 
Qu(ijlbuc9 mifor. 
CHREMES. 

Jamfciés. 
Monâp manê;.qutd eji quod tam à nobis gravitep^ 
crepuere fores ^ 

ACTUS 

R E M A R <5^U E s. 

. ît. OPTAT A LOQUE RE ]. Jh y r/pùndéX-ftéMi 
fluS favorahlement , j*j7 vou$ plair , Mon/tear, Syrtts 
fiche de ce que ce bon-homme trouve que fbn expé- 
dient n'eft pas bon , lui dit ; Ah Monfieur , répondez- 
nous de meilleures chofes, ne nous découragez pas 
tout d'un coup. D'autres Tont expliqué de cette ma- 
nière , optata Uqutrîs , vous dites ce que vous foubai* 
sez , vous lui faîtes répondre ce que Vous voudriez 
^u'il répondit ; mois ce ne peut être là le fens. 
AT<^ui NONEST OPUs]. Mais il n'e/i pas he^ 
• /w« de tout cela, Chtimès n'explique pas fa penf^ ^ 
& ceux qui ont travaillé fur Térence ne fe font pas 
ïnls en peine de la deviner. Mais je crois que la voi- 
ci : il voit que Baccbis demande mille drachmes , tren- 
te pîftoles y & qu'elle offre de donner en gages Antim. 
ikUti qtic c*eft im marché où a ne làaioxc jcien pe«^ 



dby Google 



se. IV. riMORUMENOS. iyt< 

CHREMES. 
Tu te trompes. 

S Y K U S. 
Comment cela? ' 

CHREMES. 
Je vais te répondre pour Ménédème: Je ne 
veux pas l'acheter moi: qu'as>tu à direT 
S Y R U S. 
Ab, répondez-nous plus fâvorablemwit, t'il 
vous "plaît, MonGeur. 

CHREMES. 
Mais il n'eft pas befoin de tout cela, 

S Y R U S. 
Il n'en eftpas befoin? 

CHREMES. 
Non, te dis-je. 

S Y R U S. 
Comment? je m'en étonne. 

CHREMES. 
Tu le fauras tout-à-Pheure. Attends, attends: 
d'où vientqu'on&it tant de bruit à notre porte? 

ACTE 

K E MA R Q. U E S. 

ùt; Se que Bœchis ne fàuioît le tromper j pitlfqa'll 
cft d^ja nanti de cette allé qui eft cbes la femme. Je 
ciois donc que fa penfee eft de doonex lui-mÀaxfl 
cette fomme, & de retenir AntipbUe, 

23. OyiO EST quoD tam a nobis gravitik 
CB.EPUERE lORES j ? D'êk vient qu^n fait tant dé 
éruit à Hêtre pirtef y zfol9 oubU^ d'avertir que les 
portes de la rue ^toient faites de manière qu'ellei 
s'ouTioient toujours en dehors, 6c que ceux qui vou« 
loient fbttir dé la malfbn faifoient du bruit à la poi« 
te, pour avertir ceux qui ëtolent dans la j;ue de s'^ 
loigner ,^ afin de n'être pas heurtés pat les bâtant do 
la' porte. 

NOTES, 
l at. £i^<^ 41^ r dans la bouche de SyruSi .- . 

^)« 'Ce' vM dans la bouché de ^ynii» . : 



dby Google 



13^ H E A U T O N- ^ Act. lli: 

A C T U S TER T I U S. 

S C E N A V. , 

SOSTiATA. CHREMES. NUTRIX. 
SYRUS. 

S O S T R A T A. 

Î^Ifi me a/ùtnusfatUty hic profeSto ejl anntdusy 

Is , qidctm expojtta efi gnata. 

CHREMES. 
Çuidvoîtfibi^ Sç/re^ bac onitia.^ 
SOSTRATA. 
QtM efi ? ifne tibi vidètur? 

NU TR I X. 
Dixiequidem^ ubiojhnd^i, Ulicê, 
SmeffCk 

S S T R A TA. 
At ul Jôtr contemplata niêdè fis , mea mUrix ? 
N U TR I X. 

ScÉis. 
SO S T R A TA. 
5 Abi ttunc jam intro : atque^ iUaJi jam làfùcrît, 
, mibifiuraia: 
Hic ego virum interea opperibor. 
Sr RUS. 

Te volt : videos quid velit. 
SeJcÎQ quid trijlis ejl : non temere ^ ; metuo quid 
fit. 

CHRE^, 
NOTES. 

^ se. V. hL B^ fait de cecie Scène la pnTmlèw'de 

I. VH 



Digitized by VjOOQ IC 



Digitized by VjOOQ IC 



Digitized by VjOOQ IC 



Se. V. TIMQRUMENOS: «33 

ACTE, T R O I S I EME- 

S C E N E V. 

SOSTRA^TA. CHREMES. LA 
NOURRICE- SYRUS. 

S O S T R A T A. 

CI je ne me trompe., c*e(l affurémeot li la bi- 
gue que je foupçonne, c'cft celle qu*avoic ma 

fille quand elle fut expofée. 

CHREMES- 
Syra8> que fignlfie ce difcours? y 

SO^TRATA. 
Qu'en dis-tu ^ourice ? crois- tu que ce (bit elle f 

LA N O U R R I C E. 
En vérité, Madame, vous ne me Tavezpat 
plutôt montrée que je Tai reconnue. 
SOSTRATA. 
Mais au moins Tas- tu bien conHdérée? 

LA NOURRICE. 
AiTttrément. 

SQSTRATA. 

Va préfentement au logis , & yiens me dire 
fi cette fille e(l déjà hors du bain; cependant 
j'attendrai ici mon mari. 

S Y R U S. 

Ceft vous qu'elle demande, voyez ce qu'elle 

veut. Je ne fais de quoi elle eft trifte; ce n'eft 

pas fans fujet; j'apréhende ce que ce peut étie 

. ^ ., CHRÈ- 

K o T ^ 5; 

*V U^i-mi' ^eiUifii^ après Faenu ' ' 



dby Google 



^4 H EAU TON- Act. Ili; 

IC HR E M ES. 

Quîdjiet^ 

Unifia berele magm jain cwiatu tnagnas nug(u 
dixerit. 

S O S T R A T A. 

CHREMES. 
Ehem, meauxor. 

{ s^osTR A ta: 

Te ipfiétn quœra. 
. . C H R EM E S. 

Lpquere quid velis^^ 
SOS TR A T A. 
1^ frimùm te hoc oro^ ne quid credas me advwfum 
ediSum tuum 
ISicere effe-aufam. 

C il R E M E S. 
Vin* tibi me ifibuc , etji incredtbile eft , cndere ? 
t^età. ' 

S T RU s: 

Nfjfcio quid peccaîi portât bac purgatio: 

S, O s T R A TA. 

iléminijlin' me effe gra^idam^ f^ mibi te maxu* 

mo ofere "^^inîerminatum* 
SI puellam parerem , nolîe^toîlif « ^ 
* : ' C H R E M E s, 
^ - ' ' Scio quid feeerîs r 

iS SuJlulifliifteeJifaSium? 

^ . srnus^ 

Domina 9 et go berus damno auOus efi^ 

S0& 

# Viilg. dlcerei ' : 

' ' ' ' N> Or 1^ Ç^. S^- 

ij. M. B. àtetfe fan» amoxittff E^i^e^f^ Ù. 
. i %S*SU 



Digitized by VjOOQ IC 



5c: V: TIMORDMENOS. 135^ 
CHREMES. 
Ce qae ce peut être? ma foi elle va fiire de 
grands efforts pour me dire de grandes foti&s, 

SO^TRATA. 

Ah 9 mon mari. 

CHREME& 
Ab, ma femme. 

S O S T R A T A. 

Ceft vous-même que je chcrchois» 

C H-R E M E S. 
Dices-mo! ce que vous me voulez^ 

S O S T R A T A. 
Premièrement, je vous prie, n'allez pasvoor 
imaginer que j'aye rien fidt contre vos ordres» 
CHREMES. 
Voulez-viMis que je croye ce que vous dites* 
tout incroyable qu'il eft? je le crois, 
S Y R U S. 
Cette manière de fe judifier m'eCt un pes 
flifpeéke. 

SOSTRATA. 
Vous fouvenez-vous qu'il y a quelques an- 
nées qjie fétois grofle, & que vous me dîtes for- 
tement que fi j*âccouchois d'une fille, vous ne 
vouliez pas qu'elle fût élevée? 

CHREMES. 
Je vois ce que vous av«e fait; vous l'avez éf 
levée, n'eft-il pas vrai? j 

S Y R U S. 
Sîcelaeft, Madame, c'eft-â-dîre que voila 
augmentation de dommage pour notre maître. 

SOS^ 

NOTES. 

ly. Sk efifaSmm^ dans la booche de Syias, apâi 



dby Google 



X3« H E A U T O N- Act. III. 
S 0,S T R A T A. 

Winmèijti erat bic Corintbia anus baud impum: 

et dedi ' 

Exponendam. • 

CHREMES. 
O Jupiter, tantam ejfe in animo infcitiûml 
SOSTRATA. 
Perii, quiiegofeci^ 

CHREMES. 

At rogitas7 
SOSTRATA. 

Si peccavi\ mi Cbreme, 
înKimsfeci. 

CHREMES. 
Id quidemego, etfituneges, certèfcio^ 
ao Je infcientem atque imprudemem dicere ac facere 
omnia: 
TV pcccata in bac re ojlmdis. Namjamprimm^ 

fi meum 
Imperium exequi voluiffes^ interemptam opBriuif^ 
Nmfimulare mortem verbis^ reipJUJpem vita date. 

An 

R E M A R Q^U E S. 
41, IKTEREMPTAM OPORTUIT]. Il faloit 
fui âter la vie fans balancer. Je ne lis jamais ce paflà- 
ge fans horreur. Eft-il poflîble qu'il y ait eu des hom- 
mes alTez aveugles , nuêz inhumains , affez barbares 
pour faire tuer ainfi leijrs enfans fans aucune peine » 
làns aucun remords ^ pour le moindre intérêt de fa- 
mille , & feulement parce qu'il ne convenoit pas \ 
, leurs agraires de les élever f Voici un mari qui lur ce 
gue fa femme n'a pas obéi à Tordre abominable qu'il 
V lui avoir donné , non d'expofer fa fille , mais de la 
£iire mourir^ Taccufe de ne connoitre ni ce qui eft hon- 
Hête^ni ce qui eft raifonnable. Cependant la Philofophie 
avoit déjà montré rhorreui. je ne dis pas de ces meur- 
tres, mais même des ezpoutions. Mais h Philofophie 
eft toujours foible contre des ttfages rèçui &autoxi/<^s« 
«3rN0N. 61MULARS M0A1KM TSJLSISj BI IPSi 

8PEM 



dby Google 



Se- V. TIMORUMENOS. 137. 

S O S T R A T A- 

Point du tout II y avoît ici une vieille fem- 
me de Corinthe, foït honnête femme ; je la lui 
donnai à cxpofer. 

CHREMES. 
Oh, Jupiter^ peut-on être fi mal aviféet 

SOSTRATA. 
Te fuis perdue; qu'ai- je fait? 

C H R IJ M E S. 
Me le demandezL-vous? 

SOSXRÀTA. 
Mon cher Chrêmes , fi j'ai mal fait, c*e(l fâtof 
le favoir. 

G aR E M E S. 
En vérité quand vous ne le diriez pas, je 
fuis perfuadé que c*eft fans le favoir & fans y 
penfer^.que vous dites & que vous faites toutes 
chofes. Dans cette feule occafion , combien de 
fautes de jugement! Premièrement, fi vous vou- 
liez exécuter mes ordres, Il faloit lui ôter la 
vie fans balancer; & ne pas faire femblant de 
Ici donner la mort, en la laiflànt en effet en état 
dç vivro, Cependant je paffe fur cela; Ja com- 

pafllon^t 

RE MA KQ^V E S. 
SPEM viTiE DAR£ ]. Et ni p4$ /«< tlonner la m$rt -m 
fétftUsy en. la laijfant en effet en. état de vivre. J'ai ctc 
foicee de tiaduiie ainfî ce reis pout le faire bien en* 
tendre. Siinulare jmcrtem verbit^ fmre Jèmhlant par fu 
paroles de lui donner la morP; cela marque l'avion de 
^ Soflrata yqwi n*ayant pas la cruauté de tuer elle-même 
fon enfant,. Ta donne à expofer; car ce n'eft propre- 
ment que faire fembhnt par fes paroles de lui donner 
la mort. Re ip/â fpem vita dare^ lui laijfer en effet 
llefpérance de. la vie y c'eft-à-dire, lui lailTei les moyens 
de confcrver fa vie , en ne faifant que l'expofer ; cac 
la plupart de ces enfans expofés etoient^ faurés par 
quelque h^fard,, comme on en a mille exemplos* 
îsT O T £ S., 
xs< &i tu ne^es, fulvant un MS, Fawu 



dby Google 



138 HEAUTÔN- Acr. Ilh 

M id omitto : miferkordia , animus maternus * 

te devicit : Jino. 

#5 ^im bene verà àbs te profpe&tm efll quid voluiS' 

ti? cogita: 

Nempe anui iUi prodita ^hs teJUia efi planijfumê^ 

Perte vel uti quœjlum faceretf vel uti vaniret 

palam. 
Credê id cogitnjii : quidvis fatis ejt^ dum vivat' 

mode* 
Quid cum illis agns, qui neque jus ytieque bomim^ 
neque œquomfciuntl 
SP ^lius, pejus^ profit, obfit; nil vident, nifi qtéod^ 
iuhet. 

S OS T R A T A. 
iii Cbreme , peccavi , fateor : vincor : nunc boc tt 

obfscro y 
Ç^antè tuus ejt animus natu grauior , ignofcen-^ 

tior f tantd fit , 
t^ meœ ftidtitice injuftitid tuâ fit diquid prœftdL 

CURE- 
^ Ti dtvkii abeft^ vulg. f Tantà /« -abeft à vulg.- 

R E M A BL QJJ ES. 
29. QjJID CUM ILLIS AGAS"]^ Qm^ peMt-êm 
tfiitre avec des créatures'^ L'on n'avoit aflurëment rien-, 
compris à ce pailàge. Cum illis n'eft pas ici arec ces 
marchands (ferdaves^aytc ces femmes qui proftimenc 
les autres. Il veut dire amplement , mais que peu- 
vent faire les mark, quelles précautions peutent-ils 
prendre , quand ils ont des femmes û (btes i^ &c. 

32. QtJANTO TUUS EST AHIMITS -NATU lUlAVIOB,-. 
IGNOSCENTiOR ]. Mais je V9us prie que comme vous 
êtes plus âgé que wi > vous foyez au£i flus indtdgenU 
Je ne me fuis pas amufée à marquer bien de petites 
différences de texte , que j*ai trouvées dans le beau 
manufcrit de la Bibliothèque du Roi dont j'ai parlé » . 
parce qu'eUes m^ont paru aflez indifférentes; mais fur 
ce vers j'en ai trouvé une qui mérite de n'être pas 
oubliée , car elle eft néceflàire pour la belle Latinité. - 
Voici donc commc ce veis nous cft préftocé dans ce 
aamiroit; 



dby Google 



ScV. TIMORUMENOS. 138* 

paffion, la tendrefle de^mère.... je le veux. 
Mais voyez qae vous zvéz été d'une grande pré* 
vojancelquel étoit votre deflein ? faites-y ré- 
Qéxion , je vous en prie. Vous avez entièrement 
abandonné votre fille à cette vieille, afin qu*U 
ne tint pas à vous qu'elle ne fe prodituâc, ou 
qu'elle ne fût vendue publiquement; & voici 
fans doute quelle étoit votre penfée.-de quelque 
Bianière que ce foie, difiez* vous, pourvu qu'elle 
vive, cela mefuffit. Que peut-on foire avec des 
aéatures qui ne connoiffent ni ce qui eft jufte». 
ni ce qui eft honnête, ni ce qui eftraifonnable? 
Que les chofes foient bien ou mal, utiles ou nul- 
fibles, elles ne voyent rien que ce quileurplalt. 
SOS TR A TA, ' 

J'ai tort-, je l'avoue, mon cher Cbrémès, je 
me rends; mais je vous prie que comme vous 
êtes plus igé que moi, vous foyez aufli d'autant 
plus indulgent» & que votre bonté excufe mon 
iipprudence* 

CHRB-- 

K E M A R <i.U E s. 

QMa$aà tûui eft snsMnu natm grmfi^ff ign^antim 
tsntàftt. 
Ces deux mots, tsnti/ît^ manquoienc aifur^ment aq 
texte & léponaent à ^mantà eft. 

3|. UT ME^ STULTlTIiB IN JUSTITIA TUA ], EjL 
Mit voire benté exeufe. Il y a que votre /uJHce ;,m3âi 
Kl )MÛîcc ftgniûe àêtué ^ comme nous avons déjà ?ii 
imjmftice pool Pureté , n^neur* 

NOTES, 

24. TV ievUit , vous a entr^née. Me. I>. n'a point 
traduit cela, apaiemment parce qu'on ne le tiouro 
.point dans Jes MSS. & en ^et M. B. l'ôte. 

29. Cmm Uli/ce , (ans autorité. 

32. Qiuonti tu me es etmds gravier ^^ têntd es igne/$0fk 
tîir, fans antoiité. 

91% M. 2« Ktnuiche ni, apihtQttS l%% M$Sf 



dby Google 



i>40 H E A U T aN- Act. m. 
C H R^E M ESi 

ScîHcet equîdem ijlbuc faSum ignofcam: veràm-, 
Sojirata , 
35 MaU docet te mea facilitas muUa ;, fed ijfbuc 
quidquid eft^ 
Qtidboc occeptumeft caufdj loquere. 
SOS T R A TA. 

Ut Jhiltè (^ mîferê omnesfumus 
Riligiofa, quum exponendam do illi^ de digito ary- 

nulum 
DHrabo: (^ eum dico ut unà cum puelld expone^ 

rtt? 
Si mtreretur^ ne expers partis ejjet de nojtris ^bnîx. 
CHREMES. 
40 JpbucrcSi: conferva/ii te ^ atque iUam, 
SO ST R A T A. 

Ts bfc ejl anmlusi 

chre:- 

R E MA B. Q.U E S. 
89. Si moreretur , ne zxpers partis esset 
tJE NOSTRis bonis]. Afin qui fi tUe mwrpit^ elle 
ne fkt pas au moins entièrement privée de fa part de ne* 
tre kien. Les Anciens aiiroient cru avoir fait un fort 
grand péché , û Jeurs enfans étoient morts fans avoit 
en là p2Tt qu'ils deroîent avoir de leurs bieiis; c'eft 
pouri|Uoi quand les femmes, toujours trop fuperfB» 
tièufes, donnoient un enfant à expofer, elles lui mefr> 
toient dans fes langes, ou aillouts ,-<jueIqqe bi|oaj, 
croyant que cela tiendroit lieu de légitime, & met- 
troit leur confcience i couvert. Voila en quoi confis- 
te la fuperflition dont parle Sefirata , & elle trouve 
bierr \ propos cet expédient , pour ne pas donnef Heu 
à fon miri de croire «qu'elle n'avoir donné cette ba^- 
rue , qu'afin de pouvoir un joui leconnoltre fa fille:,, 
fi elle étoit fauvée. 

'. 40. ISTHUC RECTE : CONSERVASTI l» AT<Mm 
ILLAm]. Ct fi fort bien fait i par ee mêyen vous 7W 
vtz cft^trvée, &* vous vpês ^es fatitfaite. Ce pa£bge 



dby Google 



SC.V. TIM0RUMENOS. i^ 

CHREMES. 

Eh bîeo voila qui eft fait, je rexcufc, il (aiit 

bien en pafler par-là; mais, Softrata, ma trop 

grande facilité vous perd. Quoi qu'il en foit, 

dites-moi par quelle raifon vous fitesxcttefeute. 

S O S T R A T A. 

Comme nous autres femmes nous fommes 
toutes fotement & ridiculement fuperftitieures, 
lorfque je la donnai, pour être expofée je tirai 
de mon doigt une bague que je mis entre les 
mains de cette bonne femme, & je lui disqu'etiô 
la mit dans tes bardes de cette enfant quand elle 
rexpoferoit, afin que fi elle mouroit,elle ne fût 
pas au moins entièrement privée de fa part de 
notre bien. 

C H R E JVl É S. 

C'eft fort bien fiait; par ce moyen vous l'avez 
*confervée, & vous vous êtes fatisfaite. 
SOSTRATA. 

Lavvoila cette bague* 

CHRE- 

K E M A K <^TJ E S. 

^eft plus difficile qu'on n*a cru. Chrémêt dît à Hi fem- 
me qu'en donnant cette ba^e , elle a fait deux cho- 
fe» au-lieu d'une; elle a mis fa confcience à couvert» 
& elle a fauve fa êHt; car on auroit aflorementlaîSé 
mourir cette filfe , & perfonne n'auroit voulu s'en 
charger, û elle n'a voit eu cette bague, qui avoît fait 
cfpérer.a ceux qui Tavoient trouvée, atfelle pouroit 
ctfc un jour reconnue & rachetée fort cher par Çi^ pir 
reas. Cmfirvafli a donc ici deux fens, cenfervafii^te^ 
V9US vous étef eon/ervée , vous vous êtes fatisfaite , en 
' fui vant les mouvemens de votre fuperftition; & c»«- 
fervafti illam y vous F avez eonfervée^ en lui donnant 
une bague qui a fait venir l'envie \ ceux qui l'ont 
trouvée , de l'élever , dans reipérance d'en tirer on 
jour une groife rançon. 

1? O T E 5. 
39- ^tukA &* w\ftrA^ (ôivant dem hi^^. très ta* 

. aiens« 



dby Google 



t4^ H E A Ù t Ô N- A(5T. ÎIL 
CHREMES. 

Vhdcbabes? 

SO S T R AT A. 

Quam Bacebis ficum adduxit adolefcen^ 
S T R U S. 

Hcml 
CHREMES, 
^uid ea narrât ? 

SOSTRATA. 

[dédît. 
Ea lavatum dum U y fervandum mibi 

AnU 

R. B M A R <^U E S. 

42. Ea lavatum dum it , servandum mihi 

DEÛIT]. m* a priée de la ht garder^ pendant qn'elft. 
Jeroit dans le bain. Antipbile eft la feule qui fc met au 
bain après le feftiiï, & Térence a ménagé cela fage- 
ment pour la diftinguer de toutes les autres. Comme 
-^e avoir pafl^ la nuit d.ns Tapartcment de la femme 
de Chrêmes , aparemment elle n'y avoit pas fait fi 
grand*chère, & n'avoit pas été fi longtems à taM^? 
ainiî n'ayant fait aucun excès tilt pouvoit bien fe bai* 
|rner quelque tems après le fouper , outre que depuis 
le fouper jufqu'à l'iieure qu'il eft, il s'eû paffé aflfes 
de tems pour faire <\\x'AntiphiU pulile fe baigner. 
Teut-ctre même qu'elle a dormi , car on ne voit pas 
bien ce qu'elle a pu faire depuis Ici fouper jufqu'^ 
l'heure qu'elle fe baigne. Ce bain à'Antiphile eft plu* 
tôt pour la propreté & pour la politefife , que pour la 
fanté ; car il faut fè fouvenir qu'elle el^ venue à'Athi^ 
fus chez Chrêmes à pié, & il y a aflèz loin, comme 
TVrme a eu foin de nous en avertir , en faifant dire 
-p^t Clitiphon i AGte II. Scène i. Non cogitas hine loh* 
gmié effê. Tu ne pen/es pas qu'il y a un peu loin éCieim 
£t fans doute AntifhiU a mieux aimé dîfféier Ton 
bain> afin de n'avoir après cela qu'à (e coucher^^ de . 
de mieux dorihir. Il n'y avoit point d'heure preUni- 
te pour le baia j chacun le prenoit \ l'heaie qu^il voo« 
WH availC 1>0 apx^s le xepas j çac il ne faut pas s'infat* 



dby Google 



SâT. TIMORUMENOS- ï4f 
CHREMES. 
D*bù l'avez- vous eue? 

SOSTRATA. 

Cette jeune iiile que Bacchis a amenée avec 

S Y R U S. 
Oh! 

CHREMES. 

Que dit-elle? 

SOSTRATA. 
M'a priée de la lui garder, pendant qtfelle 
feroit dans le bain. D'abord je ne Tai pas re- 
gardée; 

R E M A R Q.U E S. 

fîner que ce fût k coutume dans ces fortes de £ète§ 
de foupei &c de (e baigner enfuitc , pour eotrei dans 
le fanàiiaiie. Mr. d^Aubignéu qui Ta cru, a été trom* 
p(^ par ce paffà^ du XXXIX. Liv. de 7ïr*-Liw , Sec- 
tion IX. DeetMO die cœnatum^ deinie pitre lautum , in 
facrartum deduQitrum. Et, que U dixième Jour^ aprit 
au* il attroît foupé ^ G)» qu* il fe ferait enfuit e pmri fié dan$ 
4e kaiftf elle le mènerait dam le fanBuaire, Mais hSU 
^Aubignac devoit prendre garde que dans ce paflàge 
de Tite-Live il s'agit d'un jeune-homme qui doit être 
Initie aux Baechanalet, C*eft ici toute autre cliofe, fie 
les Bacchanales , dont parle Tite-Live , n'ont rien de 
commun avec cette fcte de Bac<bus que Chrêmes cél^ 
bre chez lui. Vnt autre faute que Mr. d'Aub^^nac « 
faite , c'eft qu'il a cru qa* AntiphiU ne le baigne qife 
•dans le tems du quatrième Aébe. Il n'avoit point du 
tout connu la difpofîtion de cette Comédie; il eft Û 
peu vrai qa'Antiphsle ne 'le baigne qu'au quatrième 
AÔe, que Softrata envpye la nouxice avant la fin da 
troi/îème , pour favoix u elle n'eft pas d^/a foxtie 09 
l>aln. 

Ahinuncjam intrê^ MftH^ ilbtjijam iéverit, 
nsiti nuntia, 

Ta préjintejkent mm U^^ ô* "Hm m$ 4ht fi iùu fiàk 
i^déjah^tdêMih r 



dby Google 



^j^, HEAUTON- AcT- IM. 

Animum non aâvoni frimùm :Jèd ftjiquam afpexi > 
illico 

Cognovi: ad té erJilU. 

C H RE M ES. 
Qiiid mncfufpicare, aut imietSt 
4S Deilld? 

S O STR AT A. 

' [ hàbuerifi , 

Nefcio-, • nifi &x Ipfd .qwras , unde bunc 
^potiicji fcperiri, 

.S Y RU S. 
Interii: pîusfpei video, quàm voh^ 
mjlraejl, Uafieft. 

CHREMES. 

Fivîtne illa, eut tu dedcras^ 
S S TR A TA. 

'Ifejiîo. 
CHRÊMES. 
Oûiâ réHumîavit êlitnfecijjet 

S S TR AT À. 

, Id, quodjujjirim^ 
X: H R È M E S. 
Woroen muUeris cedo quodfit-, ut quœratur. 
S S T R A TA. 

Pbiltere. 
S Y RU S. 

<6 Ipfa ejl: mnm ni^illafalva eft, ^ ego péril 
^ •' Cff/ÎJE- 

, H K M A R Q.TT ES. 

4«. iNTïRii]. Mts Mjfaîrts vmt niai. Syrms avoîe 

niron^e pailei ainfî ; car il voyoit bien qM'AntspkiU 

'^tant reconnue pour, la fille de \CMmit , CHnU ne 

manqucioit pas de la demander ie»; mariage, & ^ue pa^ 



dby Google 



Se. V. TIMORUMENOS. 445 

gardée; mais dès que j'ai eu jette les yeux des- 
fus, auditôt je Taî reconnue, & je fuis «ccou- 
' rue vous chercher, 

CHREMES. 
Eh bien que croyez-vous de cette fiDe ? oti 
.qu*cn avez- vous découvert? 

SOS T RATA. 
Rien autre chore;inais vous pouvez vous in* 
former d'elle d'où elle a eu cette bague, afin 
de voir fi nous pourions retrouver notre fille. 
S Y R U S. 
Mes affaires vont mal; je vois mille fois plus 
à'àparence à cela que je ne voudrois; c'eit là 
notre fille, fi tout ce qu'elle vient de direefi vraL 
|C H R E M E S. 
Celle à qui vous l'aviez donnée vit-elle en* 
cbre? 

SOSTRATA. 
Te ne fais. 

C H R E M E S. 
Après avoir emporté cette' enfant, que vou* 
^it*eUe qu'elle en avoit.fait? 

SOSTRATA. 
Ce que je lui àvols ordonné. 

CHREMES. 
^Dites-moi le nom de cette femme, afin qu'ofî 
la cherche. 

SOSTRATA. 
Philteré. 

S Y R U S. 
, C'eft elle-même, c'eft un grand hafard fî cet- 
te fille tfeft retrouvée, & Q je ne fuis perdu. 

CHRËr 
K E M A R Q^U E $. 

ce mo^^n Ci>rémé$ âéconvutoit qjn^ Sâcç&ii itQÎX & 
^malttcOède fou fils. 

Tome II, G 



dby Google 



ï0 HEAtJTON- Acr. IV. 
C H'R E ME^S. 

Sûftraiaj 
Senutn me intro bac. 

SOSTRATJ. 

[mali^ 
Ut prctterîptm evetiit! quàm timui 
Ne nunc anitào ita'ejfes auro, ut olim in tollenddt 
Cbreme ! 

c a R E ;^ E s. 

Non licet bominem ejjèfape itau volt^ fi tes nm 

finit. 
Nunc îta tempus efi ml, ut cupiam filiam: oHm 

nil minus. 

ACTUS qUARTUS^ 

S C E N A L 

SÏRUS. 
TS^Ifi me ênimusfidlitj bmd muttum h me àberit 

infirttmium: 
Ita * bac re in auguftum eppiM nunc mee ee^gufh • 

turcopke: 

Nifi 
* Hoc Tê, vulg. èereli. 

KE M AU <l,VZ 5* 

Sî. l^ON LIC^T AOMtNiCM XSS£ SMf% ITA U9 
"tOLTj SI RES NON sinit]. Les b9Mme$ ne peuv^ 
'fas toujours étrt ce ^u*ih vouJroient. Cbrémés ait c|Éa 
pour excufer la dureté qu*il avoir leoe- d'ordonner 
• !qae Ton tuât l'enfant dont fa femme accoucheroity Û 
c'ëtoit une &1^» Ses â£^ijes nelut j}ermettoient pas 
alors d'élever des iàHl^s, qui font d'ordinaire à charge 
. à une moifon. 

I. KiSI ME ANIMUS F AI. lit]. AutiHU qut 

ji le pmt <ompr€ndtu Syras fort de la maifon ^ où il 



dby Google 



Se. I. TIMORUMENOS. 147 

CHREMES. 
Softrata, fuivez-moi au logis. 

S O S T R A T A. 

Comme les chofes ont réaffi contre mon es* 
pér^ncel oue j'ai apréhendé que vous ne fuiOez 
encore aum^ur que vous Tétiez, quand vous 
m'ordonnâtes d'expofer cette enfant! 
CHREMES. 

Les hommes ne font pas toujours ce qu*ib 
«foudroient, à moins que lemrs affaires ne leper- 
Bsettent. Fréfentement les miennes font tour« 
nées de façon que >e voudrois Wen avoir une 
fille; ce n'^toit pas de même autrefois. 

ACTE Q^Û A T R lE ME* 

S C E N E I. 

S Y R U S. 
A lAant que je le puis comprendre» notre dé^* 
*^ faite n'eft pas loin; car je vois mes troupe* 
fort preffées, & il n'y a point de falut pour moi, . 
fi je ne trouve quelque expédient pour empê- 
cher que 4e bon-homme ne fkche que Bacchis 

eft 

.* entendu tout ce ^AtitiphiU a dit à Cbrémèsj pouf 
iui donner rcclaîrcaTement de ce qa'îl vouloir fa voir; 
c'eft pourquoi il voit fa ruine fort proche. Cela fait 
voir que ceux qui n'ont pas feulement fait ici une non* 
yelle Scène, n*ont pas bien, connu le Théâtre , puifque 
ce doit être le commencement du quatrième A^e. 
K O T B S. 

54. 'Pempus fert , mi ut y comme Térence s*ezprim6 
en quelques autres endroits. 

i. JPcrmuhumf pour muTtum^ en faveur du Yers, 
G % 



dby Google 



I4i8 H E A U T O N- Act. 1Y. 

^JNifi dîquîd video , ne effe amicam banc gnati res-» 

.cifcatfenex: 
Nam quod fperem de argento, autpoJfepHftuîem 
me fallere , 
. 5 Nibil efl : triumphoyfi licet me latere teSê ahfcedert, 
ÇrucioTy bolum tmttum mibi ereptum tam fubito 4 

faucihus, 
Quid agam? aut quid comminifcavf ratio de inte^ 

gro ineunda eji mibi. 
NU tam difficile ejlj quin quarundo imejlîgan 

p9ffiet. 
Quid,>JlbQC Ik nunc incipiam? nlbil eJl': quidf 
fi fie? tantundem egerù. 
.10 ^^t fic^ opinor : non ppteft : imè optumè : ^uge , babeo 
optumam, 
Retràbam b&rcle, opinor^ ad mf idem illudfiigiti' 
vum argentum tamen. 

ACTUS 

JR E M A R Q^U E S. 

^S» TRIUMPJïO , SI LICET ME LATERE TECTO 
ABSCEDERE ]. Ce fer A OH ajfez grand exploit pour ntêi^ 
Jî je puis me tirer c^ici vie & ba^ue$ fauves» Ce mot 
de S-jrus peut avoir donne lieu à ce beau mot qu'ifs* 
race fait dire des Romains pat Annibal , àins TOâe 
XV. du IV. Livre: ' 

— quàs ipimMi 
FaUere 6» fjftts^re eft triumphus. 



Tl. RETRAHAM HE igCLE , OPINOR , AD ME IDEM 
ILLUD rUGlTlYUM ARGENTUM ]. Je perje ma foi 
fuà la fin Je ratraperal cet orient qui a p bien pris U 




dby Google 



Se. L TIMORTJMENOS. n^ 

eft la maitrefle de Ton fils: car d'efpérer de pou* 
voir lui efcroquer cet argent, ou de penfer à lui 
tendre quelque autre pf^e, ce feroit une folie. 
Ce fera un aifez grand exploit, (i je puis me ti* 
rer d*ici vie &' bagues fauves, Pbfteî j'enrage, 
qu'on û bon morceau me foit échapé à Thcure 
que je m'y attendois le moins. Que ferai-je ? 
ou que puis-je inventer? il me faut recommen* 
cer fur nouveaux frais. Avec tout cela, il n'y 
a rien de û difficile qu'en cherchant on nepuiâi- 
fe trouver. Si je m'y prenôis de cette manière? 
noTii cela n^vaut rien; Et àé celle-ci? je nV 
vancèrols pas davantage. Mais voila pourtant 
]e moyen; cela ne fe peut; au contraire, fort 
bien ; courage, j'ai un expédient merveilleux. 
Je penfe ma foi qu'à la fin je ratraperai cet ar- 
gent qui a ù bien bris la fuite. 

ACTE 
R £ M A R Q^U es; 

fiuti. il parle de cet ntgent comme d'an cfclavc ftu 
ghif ; mais cette aUafîon ëtoit incompaiablement phn 
agréable dans le Giec, cai Ménandre avoit zSmémeni 
iédt ivçpt'^e» Tr'f ^puveittn ^péa-oi. Le mot 
Ctfry/BSy qui fîgnîfie or, cft auflî Je nom d'un efch- 
TC , comme en Latin Chrjfa , Chryfnlus , Chrsjaîh, 
On pent voii mes Remaïques fur TOde LIV. ^A^' 
nàcrion* 

NOTES. 

P*'^Ag;êi pour egfrot ^n^lg'^ 1®* I^SS*.' 



G'^3: 



dby Google 



550 H E A U T O N- Acr. IV^ 

A C T U S <i U A R T U & 

S C E N A II. 

CLINI A. S Y RUS; 

CL IN I A. 

JÇima mhires pofibac poteft- fam inUrvifdr$^ 

Ç^ mibi agritudhemaffem : tairm bac Uuitia. 

obortêeji. 
Dedopatfi me nunc }<m, ia fmgMor fin quàm 

STRUS. 

Nibil mefefellit: cognita ejl, quantum aùdî^ bu^ 

jus vtrba. 
J(ftbuc tibi ex/ementid tuâ obtîgîJJ'e Icetor* 

CLIN 14, 
OmîSyre, aadifiîn' oh/ecro"^ 
STRUS. 
Quidni, qui ufque unà adfuerîmf 

REM AILCLU ES. 
S QXJTDNI, QVt VSqVt UNA ADFUERIM]? PMtf 
»uoi ne lefaurolsrje pas^putfqM fat été préfent à tùu^f- 
Ce que S-)rus dît ici , qu'il s été préfent à iot$t,^it 
Toir aflez clairement qu'il étoit entré dans la mailon 
avec Cbrémês & Sofirsita^ & que par conféquent le 
troifîème Afte a finîrlà, le Théâtre demeurant vuide. 
La feule difficulté que l'on puîffe oDofer à cela, c cft 
ce que Syrus vient de dire au quatrième vers : 

mhil me fefelltt*âognitaeJf, quantkma^diol>ujusvirha<> 
Je ne me fuit pdnt trompé, cette fille eft recênnue ^ ««• 
tant que je U puis cmpreridre par a qu*U dit. Car , ài" 



dby Google 



se; IL TIMO RUMEN OS. ijt 

ACTE QUATRIEME. 

SCENE IL 

CLI U lA* S Vu U S. 

C LIN I A.. 
1^ Efonnaîs il ne fauroit m'airir^r^pcùn mab 
heur qui puifle me donner de l'inquiétude, 
j'ai un trop grand fujet de joie. A'préfent je 
itoe Kvre à mon père , & je veux être encore 
meilleur ménager qu'il ne vouSra, 
S Y R U S. 
•Je ne me fuis point trompé; cette fille eflrct 
connue, autant que je le puis comprendre par 
ce qu'il dit. Monfîeur, je Ans râvi que les cho- 
ies aillent comme vous le fouhaitez. 
en N I A. 
Ho, mon cher Syr^s; dis-moi je te prie, 
feis-tu que. .,•? 

S Y R U S. 
Pourquoi ne le faurois-je pas, puifque j'ai été 
préfent à tout? 
^- . * CLI- 

la-t-on , .ptti%iip Syru* ne fait que la iîik t& lecon* 
nue, que par ce qu'il entend dire à CÎinîay c'cft une 
marque qu'il n'a pas été prëfeiit \ la recotinoifTance. 
MaiAÎbû'eft pas difficile de rc'pondre à cette o'^/ec- 
tion. Syrus entre avec Ciirémès & Sojîrata; il entend 
ce qvC AntiphiU leur * dît , & voyant que * cela n'alloit 
que trop bien pour lui,, il ne ie ^onne pas la patieû- 
ee^e voir la fin, il fort pour penfer à fon malheur^ 
& pour tâcher d'y trouver quelque remède» 
NOTES. 
^ Cttifuami |>0Q{ («[/,, fans autoxk^ 
* G4 



Digitized by VjOOQ IC . 



ly^. ITE A UT O N^ AcT^ IV- ^ 
' C L I N I J.. 

Cui œ^ui audijli commode quîdquam evemffe^ 

S r R ip.s. ^ 

mm, 

C LlNl A. 
^ Atque^ d« me DU ament^ ta ego mme non tam^ 
meâpte caufd 
l^tor, quàm ilUus, quam ego-fcio ejfe bonore quO' 
ifk dignam, 

. s-r R us. 

IQ Itj!!i Cfiioi fsd nunc, Clinia, âge, da. te mîU vU' 
cijjim : * 
Nam d^iei quo'que res eft videnda, iîu^tutout col^' 

Incctur : • ' 

Njnuid de amicd nunc fenex. 

C L I N J A. 

O Jupiter Ly 
STR US. 

Quiéfçe. 
CLINIA. 
AntipiUa mea nuhet mîbi! 

S^ R US. 

Siccine me interloquerez 
C L I NIA. 
QtéiJ fàciam^ Syre mî? gaudeo: fer me. . 
SXR U $. 

Fero bercle veri^ 
CL I NI A.^ 
ts Deorum vitam adepUfumus^ 

STr 
NOTES*.- 

, th Rit^ ^ft ffldittium i fans autonté« 

15. Aptiy . 



Digitized by VjOOQ IC 



S6. n. TIl^ORUMENOâ. 153 

C L I N I A. 

Ai-tu jamais vu arriver un pareil bonheur i 
qui que ce foit^ 

S Y R U S. 
Non affurément. 

C L I N I A. 
En vérité je n'en ai pas tant de joie pourmoî- 
même, que j'en ai pour elle, car H n'y a point 
de fortune qu'elle ne mérite. 
S Y R U S. 
J'en fuis perfuadé. Mais à préfent, Monfîeur , 
îl faut à votre tour que vous vous donniez à 
mbl; car il eft jufte depenfer à mettre auflî les 
affaires de votre ami en fureté, & de faire en- 
forte que préfentement fon père ne fâche rieii 
de fa maîtreffe. 

C L I N I A. ' 
Oh, Jupiter! ■ 

S Y R U S. 
Oh, fîniflez donc ces tranfports, 

C L I N I A. ^ 
répouferai ma chère Antiphile! 

S Y RU S. 
M'inte;rompre2-vous toujours? 
C L I N I A. ^ 
Qiie veux-tu que je fafle , mon pauvre Syrus ^ 
jefuis tran(];)orté dejoie,aye la complaifancc de 
me fouffrir. 

S Y R U S. 
11 faut bien que je l'aye malgré mes dents. 

C L I N I A. 
Nous allons mener une V'ie auflî douce que 
cdîe des Dieux! 

... . , SY- 

NOTES. 

l^* 4ftif jpOUC êieptif api^s un MS, Fétirn» 

5 • 



dby Google 



J54 H E A D T O N- Acr. IV. 
S r RU S. 

Frujlra operam^ opirm, ftmo. 
C L I N I J. 

LoquerCf audîo. 

- S r RU S. 

At jam hoc non âges. 
C LI NI A. 

Agam. 
sr R U S. 

Vtdendum ejt , inquam^ 
Amei quo^ res ^ Qiniaf tuiintuio ut colloec» 

tur. 
Numfi rame à nobis àbis, S* Saccbidem hic rtf- 

lin^is^ 
♦ Nojler refcifcet illicty ejje amcam banc Qîtipbo^ 
mx, 
HO Si àbduxeris , ctîakitur hidem , ut celata adbuc efim 
C L I N I A. 
At enim ifiboc nibil tfi magis, Syre, mis nup- 

tiisadmfjum: 
Nam quo ore appeliabo patrem^ tenes m^id dkam? 
SI RU S. 

Quidnii 
CL IN I A. 
Quid dicam'i quam caufam adfiram^ 

•^ sr R U S. 

Quid^ neîomentiare: 
Aperti « ita ut resfefe babet , narrato. 
CLINIA. 

Quid ah? 

* Nofter vulg. finex» 

R E M A R <i.U E S. 

XZ. NAM quo ORE APPELLABO PATREM ] ? Càp 
de quel front, pourai-je parler à mon pèret II veut dire 
qu'en menant Bacchis chez lui , il n'ôlera parler à fbn 
père , pour lui propofer de demander la filJe de Cbré-^ 

s^«, Q%vsfi 4iû vat «EU que CUmék âcniwde de quel 

ÛOût 



dby Google 



5c. IL TIMORUMENOS. rsf 

& Y K U s. 

Te aoîs que je perds ma peine. 

C L I N I A. 
O ça parle, j*écoute. 

S y R U S. 

Mak dans an (nomenc vous n*écoaterez ptii9* 
C L I N I A. 

J^écouterai. 

S Y R U S. 

Je vous dis qu'il faut fonger â mettre les aft 
faires de votre ami en fureté ; car Ci vous vous 
en allez^ préfentement de chez nous, & que vous 
y lai/Iiez Bacchis , notre bon-homme verra tout 
auilkàt que. c^ed la maîtreife de CIftIphon , au- 
lieu que û vous l'emmenez, elle paiTera pour ce 
qu'elle a toujours paflTé. 

C L I N I A. 

Mais , Syrus , cela eft entièrement contraire à 
mon mariage; car de quel front pourai- je parler 
à mon père ? comprends- tu ce que je te dis? 

SYRUS. 
Pourquoi non ? 

C L I N I A. 
Que lui dirai-je, & quel prétexte trouver? 

SYRUS. 
Au contraire, je ne veux pas que vous men- 
tiez , dites-lui la chofe comme elle eft. 
C L I N I A» 
Que dls-tu là? 
^ SY^ 

R fi M A R Q^U E s. 

front îl pouta parler au père à^AnthbiU^ pour lui 
demander cette fille en mariage , fe font fort trom- 
pes y comme la fuite le fait allez cotmoître. 

NOTES. 

»+• VmmtV^^ narratfi^y fàas autorité, . 
6 



dby Google 



ïj^ H E A U T O N- AcT; IVX ' 

STRUS. 

Jvpeo * 

«S IHamteamare, (f velleuxerenif hàic ejfe Gfc»- 
pbonis, 

CL I N I A. 
Sonam atque jujlam rem oppidà imper as ^ (f faSu * 

facilem; . 
Et^ fcilicet9< jam meboc voles patrem çxorare^ ut : 

cetet 
Senemvojlnm*^ 

S r R US. 

J/î|i, ut rtSd via rem narrer ordine omnem* • 
C L l N I A. 

• Hem , 
Satin* f anus es (j^fohrius? tu quidem illum plané- • 
* prodis : 
sa Nam qui iUe poterie eJfe in tuta^ die mibi? 

S r R U S. 

Huîc equidem conplio palmam, do: hic me magni*- 

ficè effero. 
Qui vîm tantam in me £*f potejlatem bàbeam tanta 

ajiutice , 
Fera dicenduuteosMmhQsfallamy ut, cùninarnt 

fenex 
Vojlet nojîrû^ ijïam ejji amicam.gnati , non credaù - 

tamen, 

C L I N J A. 
55 At enmfpem ijiboc paQo rurfum nuptiarum wnnem 

viibi ] eripis : 
Nam dum amicam banc meam ejje credet , non 

committet filiam. 
Tufortajfe^ qutd me fiât, parvi^ctéras, dumilli ; 
^ confulas, 

S r R U S. 

Quîd, makim, me cetatem cenfes velle id adjtmu^, 
larîer^ Unus . 

f Vulg. ftrJUs^' t Mii àbeft l rulg. 



dby Google 



se. IL TIMOUUMEN^OS. lyt 



^ y R u S. 

qfe je veux c 



Je, vous dis qfe je veux que vous lui diQçz 
que vous êtes amoureux d'Antfphile, que vous 
fouhaicez 4e Tépoufer , & que Bicchà -eft Ja 
mattrefTe de Clitiphon. 

CLINIA.^ 
Ce que tu me demandes là eft très jufte & 
très facile. Cèft- à-dire que tu veux que je prie 
mon père de n'ea rien dire à votre bon-homme. 
S Y R U S, 
Nullement ;]e veux au contraire quHl luî con* 
tela chofe comme- elle eft d*un bout à Tautre. 
C L I N I A. 
Oh, es-tuen ton bon fens? tu le perds, Cat 
dis-moi, je te prie, comment poura-t-il fc tirer 
delà ? ' 

S Y RU S. 
Voila où je triomphe, voila où Je nefaurofr 
aJDTez me louer de trouver en moi des fîneûes 
qui ont tant de force & de pouvoir, qu*en dU 
faut la vérité je tromperai nos deux vieillards, 
de telle forte que lorfque le vôtre dira au nô- 
tre, que ^Bacchis^ eft la maîtreflede fon 6k ,0 
n'en croira rien pourtant. 

C L I N I A. 
Encore une fois tu m'ôtes toute efpérance 'de 
xne marier; car pendant que Chrêmes croira que 
j'aimerai Bacchis . iV ne m© donnera, jamais fa 
fille. Mais peut-être que tu ne t'embarafles pas 
fort de ce que je deviendrai, {^urvu que tu ti- 
res Clitiphon d'intrigue. 

S Y RUS.. 
Comment, diantre! croyez- vous donc que je 

vcuil- 

NOTES, 

• ^7. 7h ffs y faii» aatorité. Pai)i peniUr^t Ics-plu» • 



dby Google 



r^S H E A U T O N. Act. IV^ 

Unus ejf dies^ dum argmtum mbio: pax ! nM 
amplùus* ^. 

C LI N I A. 

jp Tantutnjat botes ^ quid tum, quafo^ fi boc pmet' 
rejcvoerit'}' 

S y RU S. 

^idy fi redeo ad illosy qui aiuni, quid fi nune: 
cxlum ruât ! 

C L I N I jt 
Metuo quid agam. 

S T RU Si 
Metuis? quafi non es poteftasfiû tua^ 
Çtto velis in t empare ut te exfolvas^ remfaciasptf^ 
Ican» 

XHNI4. 

i^e, âge: traducatur Biucchîs. 
S TR U S. 

Optimi: ipjk exitfirof. 

A G T u s q U A R T U S. 

• S C E N A IIL 
, BACCHIS. CLINIA. SYRU& 
DROMO. PHRYGIA. 

B-A C C H I S. 

CJtr poîprotervê me Syri promijja bue induxe- 

runt : 
becem minas quas mibi dare pollicitus eft: modfi 

is nunc me . 
Ï^Çfperitj fape objecfam me 9 ta veniam, frus- 

traveniet: , • 



Digitized by VjOOQ IC 



Se. III. TIMORUMENOS. 1S9 

veuille que cela dure unfiècle?un jour mefuflk 
jufqu'à ce que j*aye tiré Targent quil nous faut, 
Soo; pas un quart d'heure de plus* 
C L I N I A. 
Te cooteoteras-tu de cela? mais quoi, je tô 
prie; û fonpère s'aperçoit de tout ceci? 
S Y R U S. 
Ah» mais fî le ciel tomhoft préfentementi 

C L I N I A. 
Je crains fort ce que je vais faire. 

S Y R U S. 
Vous craignez l* comme s*il n'étoît pas en vo- 
tre pouvoir de vous débaralTer quanci vous le 
voudrez. Vous n'aurez qu'à dire la chofe comr 
me elle efl* 

C L I N I A. - 
Voila qui ed fait , que l'on amène dône Baccbis; 

S Y R U S. 
Fort bien; la voila qui fort% 

ACTE qu A T RI E ME, 
SCENE IIL 

BACCHIS. CLINIA. SYRUS. 
DRaMON. PHRYGIA. 

B A C C H I S. 

EN bonne foi Syrus m'a feit venir ici fort îm- 
pertinemment,avec les belles promeffes qu'il 
m'a faites de me donner trente piftoles. Mais 
s'il me trompe cette fois, il viendra fouvente^ 
vain me prier 4e venir; ou fi jç l^i promets. S: 

que 



dby Google 



ido HE A UT ON-' Ac?t. IV. 

Auti cùm vmuram dixero , (^ conjiituero ; cim is 
cette ' 

^ 5 f Renunciarit; Clitipbo cum in fpe pendebit animi^ 
Vecipiamf àc non veniam; Syrus mibi ter go px» 
nos pendet, 

C L I N î A. ^ 
Satî Jcltè promittit tihl 

S T R U S 

^ . ^ Aiqui tu banc jocari credîs ? 

^Factet, ntfî cafoeo. 

B A C C)H I s: 

J^ormiunt: pol ego ijtos commovehom 
Mta Fbrygia, audiftin\ modà ifte bomo ^uam 
villam demonftravit ' 
XO Cbarini? ' 

P H RTG I A. 

fAudivl 

V B A c c H I s. 

Proxifnam ejfe huic fundo ad dextram ? 
PH R TG I A. 

Memm* 
/ BACCHJS. 

Currkulêpercurre; apud eum miles Dionn/ta a£Ù> '■ 
tôt.' "^^ ** 

^.^, , SÏRUS/ 

Qutd bcectnceptat? 

^, BA ce HIS, 

Dtc me btc opptdà ejjt invitam,ëtqae ajfervàri: 
Vorùm aliquopaSo verba ma bis (Uamm eJTt. R 
venturam. > 

R E M A R Q^U E s. 

ftul prouvcroit ruffifameiit <,ue la*féte de Bnchm, - 
dont 11 eftp.rlé dans cette ^iïcc.t^ Dhny/ïainaxrîL 
celle que Ton cél<^roit aux champs; car villa t^^nnl 
mairoftOe «mpagnc, iwçflwi&û qui. fait panie d'uji 

ha;»' - 



dby Google 



Set IIL: TIWrORUMENOft i6i^ 
que je prenne jour^ je manquerai au rendez* 
vous. CUtiphon â qui il aura afluré que je doir 
Valler trouver, fera chagrin, s'en prendra à lui, 
le frotera ,& je ferai vengée de fon impudence» 
CL IN I A.- 
Elle ce fait là d'aflfez bonnes promefles. 

S Y RUS. 
Mats oK^fez-vous qu'elle raille? Elle le fera . 
ma foi comme elle le die, fi je n'y prends garde. . 
B A C C H I S. 
Ils dormeni, je les éveillerai aflurément Ma - 
chère Phrygia, as- tu pria garde à la maifon de 
Carinus,.que cet homme nous a tantôt montrée r 
PHRYGIA- 
OuL 

B A C C H I S. 
C'cft ceUç qui eft la plus proche de celle d : 
du côté droit. 

P H R Y G I A. 
Tem'en fouviensi 

B A C C H I S. 
Va tout d'une courfe ; il y a chez ce Carînus • 
on Capitaine qui y célèbre la fête de Baccbus* w 
S Y R U S. 
Que veut- elle faire? 

B A C C H I S. 

Dîs-luîjque je fuis ici çalgré moi, & que Tod 

me garde à vue; mais que de quelque manière. 

que ce fott je leur joucçai un tour de ma façon, 

& que j'irai le trouver. SY- 

RE M A R Q^U ES. 
hame^ju^^Sc pai confêquent la fcèhe n'eft pas \ Athé^ 
M9ti mais ^ la campagne. 

NOTES. 
4« S* Cersif apiès Guyet. Rmunciabit^ \ caufe dec^ 
fendebit, 

là.iCœfttaM^àiit hceptst, comme dans ^ le FHOi^ . 
A,,IY, i. llh Y. ax. 



dby Google 



t<l2 H È A U T a N^ AcT. iv: 

STR us. 
Bini btrcle» Bacchis j mme , maM ; ^. mktis %*• 
tb/mc^ quœfo-? 
As Jub^manmt. 

B A c<:h I S. 

' jdbL 

STR US. 
Quin panaum efi argmum» 
M A CCms^ 

Quin ego hic mnUà 
STR us. 

B A C QH I Si 

Ut îuhet , ««7» ego injlo^ 
ST RU S. 

AnfcifC^dyJodesf 
^.^ B A C C H I S. 

f^idr 

S T RU S 

Tranfmndum nunc tM ad li&nedèmutffi. 
ff tua pompa 
Eà traducmda efl. 

BACCHIS. 
Quam rem ag^, fc9lus? 
STR U S^ 
^ ^ ^ ^Egofargnmentum cuiài 

^odtibidem. 

B A C OH I S. 
Dignam me putas , quam inludas? ^ 
S T RÙ S. 

Non f/î t^mçri^ 
BAC^ 

NOTES. 

,:tjt />, P0« 4*1, fiÙFaiitnû M& Ettrn. étant Uc^ 

jpie tous les MSS. poitcntv ^ 

J7« Mî^ 



Digitized by VjOOQ IC 



Se. lit TIMORUMENOS. .iflj 

S Y R U S. 

]e fuis perdu: Bacchis, arrêtez, arrêtez, pî». 
teuvoyez-vousîje vous prie de loi dire qu'elle 
demeure. 

BACCHIS. 
Non. marche^ 

SYRUS. 
Mais je vous dis que votre argent eft pt6u. 

BACCHIS. 
Et moi je te dis que j^ demeure donc. 

SYRUS. 
On vous Je donnera tout-à-Vheurc. 

BACCHIS. 
Comme il vous plaîra ; eft-ce que je vous preffe t' 

SYRUS. 
Maïs fâvez-vous ce qu'il faut 'que vous fu* 
0ez, s'il vousplak? 

BACCHIS. 
Quoi? 

S.YRILS. 
11 faut que vous paflîez chez Ménédèmo t^ 
vcc tout votre train. 

B ACCHIS. 
QueOiîs-tulà, fcélérat? 

SYRUS. 
Qui moi?ie feîs de l'argent pour vous donner* 

BACCHIS. 
Trouves-tu que je fois une femme qu'on dot* 
ve jouer? 

SYRUS. 4 
Ce que je vous dis-là n'eft pas raillerie. 
^ BAC*. 

NOTES. ♦ 

17. Mintdemum e/, après tous les MSS, hofs «w»ih 

18. E^%A f dans tous les MSS. 



Digitized by VjOOQ IC 



m ' HE A U T O ISf-* Aet. IV; 
B Accrus. 

^ Miamne tecum Uc res mîbi ejl^ 
; s T R U s. 

Minime : tuum tibi red(h.*. 
B A C C H l S,^ 
Satufr 

S T R us:' 

Se^uerebac: beus^ Drom^ 
D R O MO. 
Quisme volt^- 

s^r R us. 

Syrus. 
DROMO. 

Quidejlrei?* 
S T R U S. ^ 

Mcillas ûmnes Baccbîdîi tranfdî^e bue ai vos^ro^ • 

B AC:C H I S. 
S^mebrcm^ 

S r R U S. 

Neqmras: (j" feront, quafecumbuc. ' 
attulertmt. 
S^^abUfumtumfibi^fenex levatum eJTè barunc'^ 
àbitu: . 

^l Na tire baudfcit: boc pauîulum iucri qjiantum et 
damni apport et ^ .. 

fto. EflAMlirr TECUM HÏCliES MIHt EST? ST. 
MlNOlE , TUUM TIBI JREDDO ]. £/?.«. gue J'ai là ' 
ftéelifW chêfe à démêler avec lêir SY. Point du têut 
, maUpêur avoir ce qui vous apartient. Ce paffage étoit 
lajft doute difficile, purfqu'^on sV eft tromp<?. Sytus ' 
•îBUit propofç à Bacckis d'aUei che» MMdàkt, klle 

Mi- 



Ci by Google 



\ 



Se. m. TIMOR DMENOS. i^; 
B A C C H I S. 

Elt-ce que j*ai Jà quelque chofe i démêler t* 
vcctoî? 

SYRUS. 

Tôînt du tout , mais je veux vous rendreod 
qui vous apartient. 

B A C C H I S. 

Soit, allons <:bez Ménédème. 

S Y RUS. 
Suivez-moî'par îd. Hola, Dromon. 

D R O M O N. 
Qui me demande? 

S Y R U S. 

Ceft Syrus. 

D R O M O N. 
tQu'ya-t-il? 

SYRUS. 
Mène bien vite toutes les efclaves d^Baccys 
: chez vous. 

D R O M N. 
Pourquoi cela ? 

SYRUS. 
JTe t'en informe pas; qu'elles emportent dé 
fchez nous tout ce qu'elles y ont aporté. Quand 
notre bon-homme les verra fortîr , il fe croira 
délivré d*une grande dépenfe. Ma foi il ne fait 
pas combien il payera cher ce petit gain. Aa 

moins, 

K E M A R Q^U E S. 

lui répond: Que veux-m que j'aille faire là?«ft-ceqU€f 
^y ai quelque chofe à démêler arec toi ? eft-ce pouï 
ramour de toi que j'y dois aller? Non, dit le valet ^ 
jnais pour Tamour de vous-même. 
NOTES. 
;t3. Esferant, pour tjyfirant, Efferant^ fut un 2iJS» 



dby Google 



^S6 H È A O t'O N- Acr. t9. 
Tu nefcis id qf$odfiis, Dromoj fifapics. 
D R O M 0. 

Mutuin dîcts. 

A C T U S (^ U A R T U S. 

S C E N A. IV. 
CHREMES. SYRU S. 

CHREMES. 
JTa me DU amahunt^ ut nmc Menedemî vieilli 
Miferet me, tantum deveniffe ad eum malii 
iUanccine mulierem alere cum illû familial 
Etfifcio, bofce aîîquôt dies nonfentiet: . 
S Ita magno defiderîo fuit tifilius, 

Verùm ubi videbit Pantos fibifumtus domi 
Qudtidiams fieri ^ necfierimodum; 
Optabit rurfwn ut abeab abfefilius* 
Sjrum epttmè eccum. 

SI R Û S. 

Ceffo bune adoririP 
CHREMES. 

Ssre. 
S r R U S. 

Èem: 
tO Quid eJlTte mibi ipfum jam 4udUm optabam dari. 

CHRE* 
R E M A R av ES. 
. 9. H E M ! QU I D E S T ] ? //// ft^y a-t'ilT Ùfe, Il 
ln*a paru qu'ooi a foit mal dlflxibué^id les peifonna* 
gts; car on. a lu; 

«*. ST. km. 
CH. Quid êft f ST. 7> mihi ipfm jàmdtdum exêptà- 

bam dort. 
SY. Héf CHR. C«*v a-t'in SY. M^ Mwfieut^ il y 
^Jongtem que Je fouhaitois de vous trouver, C eft as- 
iuicment $)ms gui doit dire tout cela: ce fn'y a-t-Ur 



Digitized by VjOOQ IC 



Se. IV- TIMORUMENOS. ï9f 

moins, Dromon, fi tu es (âge» ignore Coot ce 
^ue eu fais. 

DROMON. 
Tu diras que je n*aî point de langue. 

ACTE Q^U A TRI EMÇ. 

SCENE IV. 

CHREMES. SYRUS. 

CHREMES. 
P N vérité lé pauvre Ménédème me fait pitié; 
*^ je le plains que cet oriige foit allé fondre 
chez lui. Nourir cette femme avec toute h 
bande! Je fais bien qu'il «e s'apercevra de rien 
ces premiers jours , tant il avoit d*env!e de re- 
voir fon fils; mais lorfqu'il verra que tous les 
jours de la vie il faudra faire la même dépenfe, 
& que cela n*aura point de fin, il fouhaitera ett« 
core que fon fils s'en aille. Mais voila Syrua 
fort à propos. 

SYRUS. 
Que ne vaîs-je râborder! 

CHREMES. 
Syrus. 

SYRUS. 
Hé! qu'jra-t-il? il y aloogtems que je fou» 
haîtois de vous trouver. 

CHRE- 
ïl E M A K~QiV^S. 
eft ùold dans la bouche de Chrêmes^ & il me iêmble 
que c'jeft tine ciiofe que Ton delt fendi. ' 
y NOTES.' 

S. M. B. foapçoiiiie ce vers de fiipbfîdon y te en 
î«ffet il y a on MS. ou il n*eftbohit. 

lo. {>«/</ ejft dans la bou<aie de Cht^iôès, aptN 
unlilS. Rum, Exopto ^ ^Vit- ûptaham ^ ^ns autre 80- 
«toxit^ que qael^ie» ^S$. qui pozveat iptêptàbém* 



Digitized by VjOOQ IC 



xTdS fl E A U T O N- ACT. IV- 
C H RE M E-& 

ndere egijje jam nefcio quid cum Jen% 

S T R US. 
De ilk , quod âùdum"^ did;um faUum réddilih 

CHREMES. 

'9marCfide'i 

sr R us. 

Bond berck. 
CHREMES. 

, Non pojjufh p(tî 

Qutn tibi caput demulceam: accède bue, Syre: 
ît5 Facîam boni tibi alîquid pn iftd te ^ aclubens. 

S r R us. 

Atfifcîas, quàmfcitè mibi in mentem venerU. 

C H RE M^ S. 
Vabl gloriart evenijjeexfementiâ^ 

S r R US. 

JffoHbercleveri: verumdico. 

C HR E MES. 

Dkt quideji. 
S TRUS. 
Tui Clîtipbonîs ejje amicam banc Baccbidem 
^0 Menedemo dixit Clinia, fef eâ gratid 
Secwn adduxijje, ne id tu perfentifcerer. 

CHRE- 

R E M A B. Q^U E S. 

jJV Y*j^ • ®^^^^^^E EVINÎSSI EX SENTENTIAJ? 

Mois nefi-ee- point une vanité que tu te donnes t On s'efî 
•trompé à ce paflage; ^loriare eveniffe ex /entettiâ , ne 

fignifie pas, tu te glorifies ^ tu fats le vam de ee que Uà 
'^srénjfi.; car fi cela éto:t, S^rus ne pouroit pas r^- 
.pondre comme U fait, verum dico. Je dis la vérité j 

ma^ U figiufic, ttê Si vmtufaujfmm d'avoir rénffl, 



dby Google 



Se. IV. TIMORUMENO^, * 169 

C H R fi M B S. 

Tu me parois avoir déjà conclu je ûe fais quoi 
avec notre vieillaÂl. , , . 
S Y R U S. 
VouIez-voi^ parler de ce que nous diûoni 
tantôt? ho, auifitôt dit, auffitèt fait. 

CHREMES. 
e^Eobcwiôe-foi? 

S Y H U S. 
Oui en vérité. 

CHREME». 
Je ne faurois m*empêcher de t'embrafïfer ; â- 
proche. Syrus, je te ferai affurérfent du bien 
pour cette aftion, & de tout mon cœur. 

S Y R U S. 
i Maïs fî vous favîez, Monfîeur, que j'ai ima« 
giné un joli tour. . - . 

CHREMES, 
' Maïs n*eft-ce point une vanité que tu te don- 
lies maI-à.prop6s d'avoir bien rencontré? 
S Y R U S, 
Non par îna fou ce que je vous dis eft vrai 
' au pied de la lettre. 

C H ft E M E S. 
Dis-moi ce que^deft. 

. SYi^l|$. 

Clinîa a dit; à foa père q^e BaçchU eft lianwî- 
treflc de vôtre gis, qu'il V^ emmenée avec lui» 
aÛB que vous ne vous eii aperçuflîez point. 
• ^ , CHRE- 

KEhî ÀK QJJtS. ^ 

ht (fh t*!^ P^^ vanité, C'eft la force du mot ghrîArîi 
^^ù'on a voulu chaDgei; a)^ B^tlaff, parce que l'oa 
ne Ta pas entendu.' 

N TE S, 

*». Her^ây d^w la bouche de Chr^mîS« 

2î. Se eam tmduxijjk^ fans aut^ité., "> 

V îVwtf IL H 



dby Google 



17a H E A U T O N- Act. IV, 
Ç H RSU ES. 

SX RU S. 

Dicfoder, 

C H R£ M ES. 
Nimium^ inquam. 
S YRU S. 

Imèfifiktf. 
Sedporro aufculta fiioi fûpeteli fdlacia, 
Sefe ipfe dicet tuam vidiffe filiam : 
^5 Siùi complacitam ejus'fimamypqftquim afpexeritz 
Hancje €U^e uxtfrem. 

'C H R E M ES. 

Modène quœ inventa ejli 
S T R U S. 

Emt 
Et quîietû juhehît pofti. 

CHREMES. 

Quam oh rem ifibuc , Sftef 
Nam pvofpm nibil metkgo. 

S Y RUS. 

Hui , tarius âSé 
CHREMES. 
Fortqffe. 

S YRU S. 
Afgentum dabitur ei ad nuptias. 
30 Jurum, âtfue veftein qui. ..Pênes nc^ 
CHREMES. 

Comparai f 
S YRU S. 
Id ipjunu 

cHm 

NOTÉS. 

M. Immh fie fath ^ aîprès tous lêl MSS. hors deux, 
as. Quidjitfirfaltacfét eft ^ fva VU MS/JiOfS ^9 
qai ib ttouve (bas ^Mtza aïKiçft 



Digitized by VjOOQ IC 



SC.ÏV. tIMORUMENOS. 171 

C H R E M K S. 

Fort bien. 

S y R u S. 

Dites- vous vrai, le trouvez- vous bien? 

CHREMES. 
On ne peut pas mieux, ce dis-je. 

S Y R U S. 
Oh fi vous favîez. Mais écoutez, je vôus^ 
prie, la fuite. Ginia doit dire â fon père qu'il a ' 
vu votre fille, & qu'il la trouve bien faite; qu'il 
toudroit bien qu'on la lui donnât en mariage. 
CHREMES. 
Eft-ce celle qui vient d'être trouvée ? 

S Y R U S. 
Elle-même. Il priera Ménédème de vous b 
demander. 

'CHREMES. 
Pourquoi cela?car enfinje n'y comprends rîen» 

S Y R U S. 
Ouais^ Monfiear , vous êtes aujourdhui bien 
pefant. 

CHREMES. 
Cela pcat 6tre. 

S Y R U S. 
Son père lui donnera de l'argent p6ur fes no^ 
ces, aiifqu'il*. vous comprenez bien. 
CHREMES. 
Afin qu'il achète les bijogx & les habits? 
S Y R U S. 

Cela môme. ^_ 

CflRB- 

NOTES. 

24. Se detnie dicit tuam^ fans autoilt^i tZiCtpté ^ 
ttt^ aue portent tioîs MSS, 
i^« M. B. ôcey^i apiès deux MS$4 
•H 2 



dby Google 



Si 



^2^2 HE A UT ON- AcT.lV^ 
Ç H RJSi M ES, 

Ai ego un nec do, nec defponieo» 

srRV's. ,/,i 

CHREMES.. 
Qiéam oh rm^, me rogas? bomitiu.» 
STRUS. 

TSfon egQ in perpetuum, diçchamlUam illi ut dares 
Ferùm ut ftmulares. 

C H JtE M IS S. 

Non mea eft Jîmulaiîo : 
35 Hêtu ifth^C m mif€eto , ne me êdmifeea^f 

Egm' , cuî daturus non Jîm , ut ei defpêndeamt 

STRUS. 
tredebanu 

x;hrkmi:s. 

Minime» t 

.STRUS. 

Scîtèpoteratfiertf 
Et. çrgo^ hoc i qtita du^um tu tant opère jujjer as , 
Ego c(Epi» • ^ 

CHREMES. 

; s r R u s. 

Ceterum equideni ijlbuc , Çbrem ^ 
^îii ionique facîo. 
^^ €HRE^ 

NOTES. 

31. Neque de, fiequi , comme FaOïtt « ^^i _ j 



Digitized by VjOOQ IC 



Se. IV- TIMÔRUMENOS.. 173 

C H tl Ë Al É g. 

' Mais pour moi je ne lui donne ni ne lai pro*»- 
Yhets ma filte^ 

S y a u t. 

Non?, pourquoi cela? 

C H k E M E S. 
Pourciuôî céîi? peuîc-tu ttltf le demander ? je- 
donnerois ma âUe à un homiae.é» 
S.YRUS^ 
Comme.il vousnlalra- Je ne difots pas gne 
vous la lui donnafliez tout de bon, je vouloi» 
feuIeftK-nc que voUâ flfOez feinblantt 
CHREMES. 
Je ne fais point faire, femblant Voîs-to, dé- 
mêle tes affaire^ côtodie il te plaira , pourvu 
que je n*y fois point mêlé. Moi , que je pfô- 
mette ma fille à .ua homme, à qui je ne veux, 
^as la donner!. 

S.Y R U S. 
* Je le croypis. 

cïlïiÊMËA:. 

Ta te trompois. 

S Y R U S. 
ît'me femble que cela fe pou voit, & je n'aC 
donné là- dedans que parce que vous m*aVie2>- 
tantôt recommandé fi fort cette affaire* 
CH RE MES., 
te le croîs. . 

S Y R U S. 
Au refle , Monfieur , je fais tout pour le 
Inîeur. . 

CHRE- 

H, O T g 1 

3 3.* Nên eg9 4ii9bam ferii^ nt sihm^ fans aut0ilt^« 
comme au y« ftUn mtimft^ poui mU efi^ 
H 3. 



dby Google 



in » E A U T O N- AcT. IV. 
CHREMES. 

Atquî cutn nu^i^ni, 
ST R U Se 
F!at: quwatut àlittd: fed illud ^d tihi 
Bixi de catg^m^ quod ijla débet Baccbidi, 
Id nunc reddendum eft iUi : nequê tu feilket^ 
Ed nunc confugies : quid meâ ? num miM datum ejl f ^ 
45 NwnfuJJlt num illa oppignorare fiHam 

Meam me invkepmitf verum illud ^ Cbume^ 
Dicuta^ jusfummum, fœpejhnma efl malitia. 

CHREME S, 
J&udfaeUm^ 

S r R us. 

hà oHisfi licetj ttbi nùt^ IktU 
Ûmnes te in laiitijijf bene auSi pvrtt putant. 

R E M A R Q^U E S. 

4J.NTTM ILLA OPPIGNOKARï FILTAM}. 
Cette vieille femme pouvêit-elle mettre maille en gagef 
Il parle de la vieille femme \ qui Sojîrata a voit don» 
né fà fille \ expofer. Cette fille étant née libre , ne 
pouvoit être ni vendue ni engagée fans le confente- 
ment du père. 

47» Jus SUMMUM SiEPE SUMMA EST MALITIA ]• 
Le Droit prit à la rigueur* ept très fouvent •ne granaé 
thicane. Cette m«invç eft fi fure que je ne fais pas 
difiîcult^ de dire qu*iî eft impoilble qu'un homme 
ibit homme de bien , s'il ne relâche jamais de cette 
ligueur du Droit , de s'if n'explique fouveat contre lui 
U. loi qiii fo» pour luit JUmifiét ûpôût jw o p fe ai e m 

chicane 4^ 



dby Google 



Se. IV. TIMOROMENOS. 175 

C a R E M È^ S. 
Ob, je foahalte fort etieere qve ta aAèves f 
suais il faut troaver qii9(qu9 ^cre moyen. 
S Y R U.^ 

Soit; chercfaons-en un autre. Mais pour cet 
argent que je vous ai dit que voti;e*fille doit i 
Bacchis, il faut préfentement le lui rendre, & 
pour ne la pas payer je croîs ^e vous n*êtes 
pas homme à dire comme la plupart des gens: 
Qu*ai-je afaûre de osla ^ e&*ce à moi qu'elle a 
donné cet argent? eft-ce pour mol qu41 a été 
donné? cette vieilie femme pouvoit-elle donner 
ma fille en gage fans monconfentemencP Car ce 
que Ton dit d'ordinaire eft très véritable ; le 
Droit pris à la rigueur, eft prefque toujours une 
grande chicane. 

C H R E M E S. 

Je n*ai g»rde. 

S Y ÎLU8w 

Cela pouroit être perpw à d'^utrçs; mais â^ 
vous , Moniîeur , cela ne vous feroit jamais 
p*f donné; tout le monde fait que vous êtes fort 
jiche, & que vxuis av^,d« tfés beau bka ué» 
légitimenrent acquis. 

CHRE- 

R E M A R Q^U E S. 

chicane, que les JurKconfukes apellent fouvent c#/«m^ 
THOm , calomnie. M^andn jivoic d^t ; 

Cilut qM regardé k U toi de trop prèi^ efi mn /tcopbaiih 
te, ft9 çhicMn/twrfiàffi. 

NOTÉS. 

t9* h^tin^ ej^e*" ro ûutant ^ fans aatoiit^ 
H 4 



dby Google 



x?^: H E A U T O NV AcT^ IV^ 
CHREMES. 

50 QutfK^gmHjtmadttmdefetam. 

S T k us. 

^ Ç HRÊM ËX 
Quamohremi 
S TR U S. 

Trm/ktê amôtù. ■ j j^ -J'. 

CHREMES. 

QufdtUmP 

S r R U S, 

S^uia videliUur 
Magts verifimil^ ii ejji^ fim hic Uli dabit: " 
Etfimul conficiamfaciliùs ego, qobdbeli^ 
55 I^ftadeoadeji, aU^ iff& atgentum. 
CIÎRËMË$. 

Effero*^ 

ACTUS (^UARTUS. 
. S C E j^ ^ ^ 

C L I T I P H 0. S Y R a S.. 
CLîTi P H 0. 

^ Ulla ejl tm facilis ns, quin diJSkilis fut 
il'^'im invitas fadas : t,el me hatàsambulaik^ 
Qu\m mnlaboriofa, ad languorem dédit : 
Nsc quidiuam mgis nunc metuo, quàm ru denu» . 

■ i m. 



Digitized by VjOOQ IC 



5c- V. TÏMÔftUMENÔS. 177 

C H R B M Ë 8. 

Je te dis que je veux tout-à-rheure le lui 
pottc#j . 

S Y R U S. 
• Point du tout , sMi vous plalfc , envojrcz'^lC 
plutôt par votre fils. • 

CHREMES. 
Pourquoi cela? 

; 8 Y R U S. 

Parce que Tôt! à fait crofte â Ménédètne cfit 
c*efl lui qui eft attioui^ux de Bacchis. 
C H R Ë M B 1 
Qu*eft-ce que cela fait? 

S Y R U S. 
C'eft qu© èela pai'oîtft plus vraîfemblabld^ 
lorfqu'on verra quIMui. donnera M-même, & 
par ce moyen je ferai iv«c plus de facilité ce 
que je veux , Ah » voila jufîement CiitipliGn ; 
aileZff & aporCez cet argent. 

CHREMES. 
Je vais l'aporten 

ACTE* (QUATRIEME. 

S C E N É V. 

CLITIPHON. SYRUS. 

' CLlTIPttON. 
f L n'y 3 POÎ"f de chofe û ai fée qui ne devîen- 
* ne difficile lorfqu'on la fait i regret & à con- 
Cre-toeuif. Par exenlple^ cette prometiade qtte 
je vien^ de faire, quoiqu'elle ne fût pii fort pé J 
nible, m*â mis dans un fort grand abattemeiitY 
. . H 5 * 



dby Google 



TTff BEA UT O N- AcT. IV. 
5 Mîfer aliquoextnéiâr Unç, m cÊBcedam ad Baccbu 
iem. 
Uù te omnes quidem DU Dcaque^ quarOym $fi^ 

Syre^ 
Qim tm ifiboc mventê, cumque incefâo^ pe^ii^n^ 
^Hujujmodi mi resfemper commimfcer€y 
Ul/i me excarnujker. 

S Y R (JS. ^ 

! m^bhêc quù dîgnus en 
20 (^^ penè tua me perdidU pntervitas l 

C L I T I P IfQk 

FellemberclefaBh^m: i$ameritu\ 
S T'R U S. 

Meritu' l qm moiôT 
m meifthue ex te prîiu audiffe gaudeo , 
Quàm argenHm btbiint , ^$d da^mu fan fuhi 

CLITiPMO. 
^uid igîtur tibi vis dieam^ àbUfH, nàbi 
f5 jimîcam adduxU, quam mn lîcipum eft tanprâi. 
S YRÛ S. 
Jam non fum iraius: fedfcM ubi nmcjù tibi- 
rmBaccbir? '' 

CL J TJ P^HOé 

Apud nos. 

3 Y R US. 

Non. 

CL I Tir HO. 

• Ubiergof 

» o T K s. 

t. p^J^e^f ftfts ^imr, q«e d'aiittes ont ôrf, an t^ 
f OKt et Faern. 

9. l^Jinc, pour i ut hmc^ùns autrç autorité qu'iul 
JtS« Qtk loti aoure h bine, Iguetiu 



dby Google 



Se. V. TIMOHUMENOS. ly^ 

& à l'heure qu'il ^ je ae criins rien tant que 
4'ôtr€ ena»e envoyé quelque part, & qu*on ne 
m'empêche de fo*r «accftff. Que les Dieux 
& les Déeffes te puniflent , Syrus , pour tt 
l^elle invention , & po^r t09| maudit confeil ; 
tu ne manques jamais de me jouer de ces tours* 
îà pour me faire enrager. 

S Y a u S. 

Vous en irez- vous o& vous méritez d'aller? 
vous qui m'a>^e0 penfé perdre entièrement par 
vos imprudences. 

CLITIPHON. 
Je voudrois Pavûir faiit par m» foi, tu le mé* 
rites bien. 

S Y KUS. 
Je le mérite! & comment V* &i vérité je fuis 
ravi de vous avoir entendu parles ainfi, avant 
que de vous avoir mis entre les mains l'argent 
que f aMois vous donner. 

CLITIPHON. 
Que veuflt-tu wŒ qae je te dîfe t tu fen eê 
allé, tu m'as unené ma maîtrelie, & H ne m'a 
pas été DiÇEBm d'en qproc^iv 
SYRUS. 
Je ne fuis plus en colère. Ww fyvçst-vom 
où ^ préfentemeiit votre Bacehis? 
C L I T I P tt O N. 



Chez nous. 
Non. 



SYRUS. 



CLITIPHON. 
Oîi donc ? 

NOTES. 

té JudivtJJe^ après Sous les M^. 

}S« Liceatf poux IkUmm tft^ coq^ti^ l^m* 



SY* 



dby Google 



i.8o, HE A U T O N^ Acr, IV^ 
S TA ij s. 

^ CLlTlPHO. 

Pmt, 

S T RU S. 

Som ûntmti: jm argémum ai tam ithrti 
Quod et es poîlicitm. . "* 'nm a^eret^ 

CLÎTÎPHO. 

Garris: undi idi ■ . 

ST R U S.^ ' 

20 LudisfortaJJe me. 

S Y RU S. 
Ipfâ re èxpéribtre.x 
CLITJP jjo. -■-^■ 

Ni ego forlunatus bomo fum, deumo ti, Sym-. . 

il"odmperabit,facttO!h^ittr.patKUl». 

2^ C TUS qUAR TU S. 

CHREMES. .S.YRU$.^'cLÏTIPHà 

S r R US. 

Eccumme, inque.. 



Digitized by VjOOQ IC 






xaATTVir.jte.rr.sc.TZ. 7tm.M.r^.i*». 




Digitized by CjOOQ IC 



Digitized by VjOOQ IC 



^,.VL TIÎvrORUMENOS. t^ 

SYKVS.. 

Chez CiÎQÎa. 

C L I T I P H O N* 
Je fuis mort. 

S Y R U 3. 

Prenez courage ; Vous lui- porterez tout-i*V 
lîhcure J'iifeût que voifs lui avez promis. 
C L 1 T I P H O N. 
Tu tç moques; d*oii l'auras-tu ? 
S. Y RU S. 
^ De votre père. 

^C L I T I P HO N.. 

Tu ris peut-être. 

Ô YRÏJ«. 
La chofe va vous faire voir fi j6 dk vrai 

C L II* IPH O N. 
En Véfi^ltûite Wcn heureux; je t'aime dô* 
tout mo» câsur , mon pauvre SvrtiK 
S Y R U S. 
Mais voila Vôtre père qal fort. Prenez bien 
garde dpneparoîtrepas Airpriii fuivezà prcM 
pos ce que je dirai ^ faites Ce qa*il vous ordoa» 
Qera , , & parlez fort peu^ . 

ACTE (^ A T R I E M E. 

S. c E N t VI, 
CHREMES. SYRÛS* CLITIPHOîft 

C H RE MES. 

ÔU eft Clitîp>ion? 

^ S Y.A U S &»fi: 

• Dites , me voici. 

N. o T B S. 



CLK 



'il 



dby Google 



jgt HE A U T O m AcT, IVI 

Eccnm hk Mî^ 
C H R E Mi & 
Ottii f ^î ^Sfet dixtè hmc ? 

5 r il 17 S» 

Dêspi pl0rwiui mmim 
CITR'E M B»^ 
Cape hoc argenturf^^ of d^fiP. 
S T R U S. 

Jy §iidfiaSf lapis 9- 
Quîn accîpis? 

C L iTiFH a 

S TR V S 

5 Tu htc nos^ Am ewlmui^ mtme^ ^^^m^t^ 
Natn nibil efl illk iwd monnmr diiaius. 
C H RÉ MES: 

^nas prit éimenHs tfft nmc imff dafias. 
Jtafce ornamentis confequmttuf aUterm, . 
jo fmn^ hac tuknUk dêUs t^ft^^swê dm- 

Quàm wiuka injvft<h ac praiiAJmt m^ibus? 

H E Jf A R Q^tr E s. 

' 11. QpAM MULTA. INJUSTA AG PRAVA FIUNT 

YU des éditions où il y a : 

Quim multa jujta înjufia ttfi fravn fiunt mv^mt 
ce qui ne fait point àt fen* raifonnable , mais il htM 
à me faire con jeâ^iréf que Tétencf aToit écrit ; 

0«àw multa tfijufta ac prava^ fmfiafknt morHtts) 
Mot i mot : Comhien He chifti injuftes 6* wauvaifti 
ievitnnent jmjht pat la ^utmmefjç^ luis charmée de ce 
fentlmenty & encore plus de Taplication que ce bon- 
tomme en fait: m tfyêmtmiukt H nV a /itn ^ . 

^ puiilè 



dby Google 



$c.VÎ. TIMORITMEWOS. i% 

C L I T I P H O N.» 
Mevoid» moa père. 

CHREMES* 
Lui as-tit dit de quoi il s*agit? 

S Y R a Sr 
Te lui entai^dit la plus grande partie» 

CHREMES. 
Prenez cet argent , & le portez. 

S Y R U S. 
Allez , pourquoi donc vous tenez-vous làf 
leAupide! voulez- vous le preodre? 
CLITIPHON- 
Ab> donnez. 

S TR U& 
Suivez-moi vite ; & vous, Monfieur, tturp 
dez-nous ici un moment, car nous ne ferons^ 
qu'entrer & fortir, nous n'avons rien à &ire là 
qui nous arrête plus loBgtems. 
CHREMES. 
Voilt déia tfentt piftoles qùt ma f!fle a ât 
moi , je compta que je les donne pour fa nouri- 
ture : il en faudra trente autres pour les ha- 
bits, & après cela ii faudra encore mille écus 
fear la doter. Ooe la coutume autorife d'injus- 
tices 1 il &at prâeneement que je quite toutes 

mas 
1.BM A R Q^tr B s. 
fÊiuSkpmBAi» ptas cîdkale, que de voit âu'en don- 
aant (a fille ^ iuil homme,. U fiUlle e«cote lui donner 
fon bien. Et une mai<pie htea csttaîae qsc ce n'eft 
que la coutwcie qui autotile une Êiçon àc faire il mal 
entendue, deù que les prémieis hommes en ufolent 
autrement I on donnoit de Targent , ou l'on faifoir- 
#aut]es^ prëfens aux pères ^ quand on vouloit avoût 
leurs filles. 

NOTES. 
le AipùffH dtto , cam»e le feas le éemmêe, 

16» Sftbûcius de Guyet. Voy« tr^«oi. de Me. 0« . 



dby Google 



,^f8^ HE A U T Ô N* Aef. IV-:. 

MiUnunc^,ttliBis.TehiiSs invèniundus eji 
jUiquis , labore inventa mià xUi êêm htmâk 

ACTUS (;^tJ A R T U S* 
S C E N A VIL.. 

\ MENEDEMtrS.. CHREMES. . 

ME NE t) S MUS. 
Jyl Ulth onmiuni mt nufic foftunatijjîmum 
' FaQum puto ejje , gna^t , jqmm te intellego > 
MAfip^e. 

CHREMES. 
' lit irrat ! 

ME NE DE M U Se ' 

Te ipfuni quœreham , Chrême , 
Strva^ ^od in U eft.filium, (f me, f^ famiikm. . 
CHREMES*. 
5.-, ttrfo, quid vis /aciam? 

M E N E D E M U S. 

^ ^ Invenijli bodiefilkm* 

C H R E M E.Sé^ 
Quidtumt^ 

M E N E D E M U S, 

Ham ux9t€fH jihi dari VoU Qitiiêi 
CHREMES. 
Quiefii ^id tu bminîjf ei? 

MENE Ù K MUS. 

Quid? 

CHRÊ^ 

RE MA R Q^U E S. . 
av Gnate, ouùm i-E iNtfr.LtiEGO reçipisse].: 
Jl/o» fiU m prijferiî fné /é véH ^ .&c. Mihféêmë en for- 

t^i^ fa m^lToQ acbè?» de patlet à ioïk fils ^ul y eft 

NO» 



Digitized by VjOOQ IC 



§Q. Vlfi^flMORUMENOS. igj- 

mes afiFaires pcHir.trdûvet qVielqu*ûn à qui donner 
le bien que j'ai amalTé avec beaucoup de peine, 

ACTE, (^UATRIEME^ 

SCENE VII. 

MEIiBAEME.. CH.RBIMES., 

MENEDÊME. 
VI On fils, à préfent que je vois que vous reiW 
trez dans VWfé devoir, je me trouve Ift^ 
glus béureuic d^ COUS led hcHnnl^s» 

CHAEMES.. 

Qu'il fe trompe! 

M.E.NEDEMR. 
Ah, Chrémè$, c*eft vôus-hiême que Je cher*^ 
chois; fauvez mon fils &.moi, &^tputc ma fi*. 
mille; vous te pouvez 

CHREMES. 
Êtie vous prie, que faut-il feîre? 

SIENEÔËMÈ. 
Vous avez aujourdhui retrouvé une fîHe. / 

CHREMES. 
Éhbîen? 

MENÈDEMË. 
Ç^inia vondroit que vous la lui 4onna(Be2» 

CHREMES. , 

I^ôn !Dièù, qael homme êtes-Vôusî 

M E N E D E M E.. 
pourquoi? 



K O, T E S. 
7< M« B. ô!ê thi fut tous Tes M^S^ 



CHRBv 



dby Google 



latî H E A U T N. Agt. IV. 
CHREMES. 

Jamnc oètitus ex,. 
Jmer nos ^uidfit diSumdefêlkcU^ 
Ut ed via abs te argentum anferretur? 
MSNEDKMUS. 

ScÎQé 

C H R E ME Si 
lô Ea res mnc agltur ipfa. 

ME N EU E MUS. 

Qfiddixti, t^reme'i erravi, 
Res oBa ejt: quanta liefpe décidé I 
C H R E MES. 
hnb, bac quidim, que apud U efi^ Qk^bmu ejl 

jilMCai 

MENEDEMUS; 
Jta oiunt. 

C H R E M ES., 
Et tu cndis ? 
M E N E D E MU & 
Qmnia. 

CBRE* 

to. (Sm» mxn , Crrcms ] ? Que me JHes*v9m là ^. 
Chrémèst Hemfims & ^elquf^ 0^tre# ont lu ces deux 
vers comme îh (ont imprimes dans c^te ééltionr 

S la première ,<^difîpn faite iPa/is en i6g8 ),oti c*eft 
(énédime feul qui païle; dé ai'iHl il auroît falu tradui* 
le; ^, fm me dUtts-i/HU IX j Chwémêst.dU cémrAirey 
cette créatutâ qui ejl ckeK moi , c'eft U maîtreljk de CtU 
tiphnj Us le dtfent tous. Mais je trouve p^us dâ iel à 
diftinguet ainâ les perfonnages : 

Quid dixtif CkftmiT' 

. ^ CHREMES, 

M'èM'quidem qux apud te efl^ Clifipbonii eJt 
dmlçM ? 

MENJ&DEUUS^. 
ItM aime. 

Et 



dby Google 



ScVîl: TIMORUMENOS. xg; 
CH R E M Ë & 

Avez-vous déjà oublié ce que nous avons dk 
cnfemble de la tromperie qu'on vous doic feirc 
afin d!avoir de l'argent? 

-M.ENEDEME. 
J'entends; 

CHREMES. 
C'eft à quoi l'<m travaille à l'heure qu'il eft. 

MENEDEME- 
Qme me dîtes- vous là, Chrêmes? 

CHREMES. 
Mais bien plus , cette Bacchis qe» vous avez- 
çjhez vous.c'eft la maitreffe de Clidpbon, n'efl?- 
ce pas? 

MENEDEME* 

Ils le dîfent. 

CHREMES. 
Et vous le croyezf 

MENEDEME. 

Jp G»0Î3 tOUfii 

CHRE- 

REMARQ.UES. 

Et c*eft ce q^ j*aî foivi dons ma tradu^on ; maïs fe 
ne m'etois pas aperçne que dans le texte que j'ai dpi- 
né aux Imprimeurs, on avoit fuivi en cet tnàtait VA 
dition de Hein/ttft^ ^ cela eft- canfc de la différence 

?uî eft entre ma tradu£fcion , ôç le Latin qui eft à coté. . 
Cette faute ne ft ttoùve point dans cette nouveUe 
^ition). 

NOTES. 

lo. QuiJ narras f Chrtme f apfès un AW. Faern, M. B. 
ète trrAvi Se le v, f»iv. fur un h/LS. & met i»a — é^ 
mica dans la bouche de Ménçdème, lîfant apui me:: 
8c ita amnt dans celle de CH»^s , jnfqu'à compmtt : 
V. ij, lifant V. 14. iUam.^ (ans autoiit^, Yoy. i*^ 
Rem. de Me. D^ 



Digitized by VjOOQ IC 



ISfc H E A tf T N* AcT. IV^ 
C H R Ê M Ë S. 

Et illûm aiunt vçlle uxorem^ ut eiim âefpmderm^ . 
72L Vts qui aurum^ ac vejîemi.at^ue aliai ^ua^ op»^ 
funf^.coTnfaret. 

^ E N E D E M U si' . 

lîefi profcStè:- id arnica dabitUr^ 

CM RE M E S. 

Scilîcets 
Daturum^. 

MENEDEMVS: 

Ab î fruftfk i^itur ga^ifus Jum mi fer y, 
^'QpiâvktafHeûjaftumaiù^ ^uAmbuné ûihittetâi 
Quid nunc renunciem abs te refpmfum; Chremi'%^, 
^Ct Nefeîitiat nifsfenft[fe^,àtque tegri fetat. 
CHREMES^ 
Mgrè^ nimumMlh Mejiedemè 9. indulges^. 

ME NE D È MU S. 

Sine, 

^eptum ejt: perfice boc mibi perpetuum ^ Cbrem^*^ 
CM KK.M E S^ 

Die convenîjjè , egiffè te de nuptiis. 

MENE n Ê.MV S.\ 
Dicam : quii deînde ? - 

CHRÊMES. 

Me fa^urwn.effc Qtnnîat 
^5 Gènerum placer e: poftremd etiamt fi "ooles.^ 
Z)efponfam quoque efje dicit&. 

M EN E DE M U S. 

Hem i ijtbuû mïu^m. 
CHRË' 
«^Huc totÙLii ttaûftrîbl dqbet veifus n. Res aa^^ 
f^. Bec. _ ^ 



dby Google 



'^c. vil. TIMORUMENOS, Mi» 
ç H R b; M e; S. 

Et ik TOUS difent que votre fils veut fe ma» 
Tier, ann que lorfqueje lui aurai accordé ma 
fille, vous lui donniez de quoi acheter des bir 
joux , des lubies , Se tout ce qu'il faut. 
MENEOEME. 
Voila l'affaire -^irurénaent ; & -^çt argent Tç 
dçonera à fa maicreffe, 

Ç tJ R lî M E §• 
§ans dpqte; quoi dpnç ? ^ 

M E N E D E M È. 
' Ah, je me fuis réjou; f^ps fujet, que}e fuis mal* 
lieureux l avec tout cela îi n'y a rîen que je n'ai- 
me mieux foufFrir que de le perdre. Quelle ré- 
ponfe lui dirai?)e que vous m'avez faite, de peur 
(ju'il ne s-aperçoîve que je çpnnois fa rufe, & 
qu'il n'en ait du chagrin? 

CHREMES, 
Qu'il n'çîj ait du chagrin? en vérité, Mené-» 
dème, vo^s êtes trop indi^lgent, 

MENEDEME. 
' Lalflëz-mol faire, U pierre en eft jettée^ je 
vous prie fçulement dç m'aidçr toujours com- 
me vous m'avez promis. 

CHREMES. 
Dites que vous m'êtes venu trouver ^ tjue 
vous ;n*avçz propofé fon mariage, 

MENEDEME. 
Que diràl-je encore ? 
^ CHREMES. 

Que je fuis prêt à faire tout ce quç vous voû-* 
drez; que le gendre me plaît; enfin vous pou- 
vez encore Iui\lire, 11 vous voulez, que je luî 
ai accordé ma fille. 

M E N & D E M E. 

Ah, voila cç que je voulois, ^ 

GHRB. 



dbyGdogle 



ti)(j H E A U T N- AfcT. V. 
CHREMES. 

Tanti ocîùs te m po/cat, £<f m idy fiuii cupisv 
Quàin ocijfmè m des. 

ME N E D E'MUS. 
Cupîd. 
CHREMES. 

N(8 m ptopediemi 
Vt iftam rem vUeo^ iftius ohfaturabere. 
30 Sed^ bac ta u^fura^ Cautim ff pauktim dùMs^ 
Sijapies. 

MENEDEMUS. 
Faciam. 

CHREMES. 

jihiiraro: vide juid poftutéù* 
Ègo demi erOy Jî quid me volet. 

MENSDEMVS. 

Sanê volô: . 
Nam te fcieraem faciam t quidquid egero. 

ACTÛS Q^UINTUS. 

S C E N A L 

MENEDEMUS. CHREMES. 

MENEDEMÛS. 
jp^ Go me nm tâm ajlutum , ne([ue ita perfpîcacerk 
ejfc id certàfcio: 

Sed 

a E M À B. Q^U £ S. 

30. CAtJTiM ET PAULATIM DABIS]. t-^MS 
éomurez avec préeantion & peu à peu. Ce eautim eft 
remarquable. Aeciut s'en étoït ferri dans ion Phiioéèè- 
|a> f$mrA tjl eundêm cautim* Mon pèie a lemarqué 



Digitized by VjOOQ IC 



se. I. TIMOR UMENOSL ti«f 

CHREMES. 

Afin qu'il ait plutôt occaflon de vous deman- 
der de l'argent, & que vous puidiez aufliplutôfi 
lui donner ce que vous avez tant d*enviede perdro. 
MENEDEME. 

C'eft ce que je fouhaite. 

CHREMES. 

En vérité , de Tair dont je vois que vont lef 

chofes,je fuis ftr que vous en ferez bientôt fou. 

Mais ptâfîque cela eâ ainli, fi vous êtes fage, 

vous donnerez avec précaution , & peu à peu. 

MENEDEME. 

Je le ferai. 

CHREMES. 
Allez vous-en,& voyez ce qu'il vous deman- 
dera; je ferai an logis, û vous avez befoin de moit 
MENEDEME. 
Je vous en prie, car je ne veux rien faire fang 
vous le communiquer. 

ACTE C I N Q^U I E M E. 
SCENE I. 



j 



MENEDEME. CHREMES. 

MENEDEME. 
E fais fort bien que je ne fuis pas le plus fia 
da inonde, ni le plus clairvoyant. Mais ce 
• b^Ul 

KZHAK OBVIES, 

mt ces zittihts tn im Ct fotmoîent dei fttplns des 
vetbes. Comme minUtm , certatim , reftriffim , feJU- 
fiatim^9c quelquefois des adjeAifs , comme paulatim^ 



dby Google 



->j«^ H E A U T O N. Act; V. 

Sed hic aâjutor meus^ £? mmtw, 6f prœmonjlra' 

tor Ckfems^ 
ffoç mibi pr(Pjia$, In we pHâvis barum r^rwn 

Quafunt diSt^ inftultuniifat^^PjJUpcs, nftnùs^ 
plimheus: ^ 

:^ In îllum nil poufi : nam exjjupirc^ ejus Jiukitia 
omnia h(Zc^ 

QHKnUE S, 

Tuam ejje inverAitm gnatm^nifi iiks tuoex in- 

genlo judicas , 
Uù nil credas intçll^^, nifi idem diStumJît çèn* 

S&d intérim quid ilUç jamduéim gafiU4S çejjat 04 A 
Syro? 
ME)SfEDEMUS. 

ïo Quos aïs bomines f Cbreme ^ çejfare? 

CHREMES. 

Hem^ Menedéme^ advenîs% 
Dk mibi, Cliniae^ qucB dixi,'nuntîajti;i*f 

MENEDEMUS. 

Omnia» 
CHREMES. 

'QuÙaîtl 

2. SED hic ADJtJTOll MEUS , IT JuaNïTOR Elf 
IP^iEMONSTRATOR CHREMES ]. Mais ce beMuimnetW 
de ctn/eîh ^ue J'ai Ik. Çe| trois mots^ adjutor^ wni- 
ttr^ & prétmonflrator f font des mots de théâtre, & 
jCgnifient touji celui qui teclreflfe 1^ A^*ws , qui f^ 
jtient derrière la tapîuerîç , pqm; le\|r fiiïex lef eiidxoiw 
où la mémoîrcî leur maçiquç. Maiç corume notre, lai;^ 
4;ue n,'a pas de* mots qui p^eaç e.4tpiia;Ç* cela ^ r4 

traduit 



dby Google 



Mt 



gc.L TIMORUMENOS. i^ 

beau donneur de confeils que j'ai li, ce bon 
Chrêmes Teft encore moins que mot J'avoue 
t^up toutes les épithètes que Ton donne d'ordi- 
naire aux fots, me conviennent; je fuis une gros* 
fe bûche y une grofle pierre, un Sine blté, une 
maûfe de plomb: mais pour lui, fa rotife-eCl au* 
delTus de toutes ces exf refilons. 
CHREMES. 

Hp, enfin, ma femme, ceflez de rompre la 
tâte aux Dieux à force <le leur rendre grâces de 
ce^ue vous avez retrouvé votre fille, à moins 
que vous ne jugiez d'eux par vous-mêdve, A 
que vous ne croyîez^qu'ils ne puiflent rien en- 
tendre, fi on ne le leur dit cent fois. Mais ce- 
pendant d'où vient ^ue mon fils demeure fi long- 
tem€ avec Syrus? 

MENEDEME. 

Que dites-vous qui demeure tongtems , Chrê- 
mes'^ 

CHREMES. 

Ah, Ménédème! vous voila? eh bien, dites- 
moi, je vous prie, avez- vous dit à votre fils ce 
que je vous avois dit? 

MENEDEME. , 

Oui, d'un bout à l'autre. 

. CHREMES. 

Qiiedit'41? 

k E M A R Q^U E 5. 

tz&doîf fimplement Se naturellement. Cela ne petit 

Eas avoîi la même grâce en François qu'en ^atin; cat 
i beauté de ce paflage confîûe paxticuliètemeot daoa 
la figure. 

NOTE S. 

5- M. B. ôte nom 9 après un MS. Faim. 

xo. Eàem^ fm tfmpui^ Mentdtm^ fu un M9« 

TmtlU 1 



Digitized by VjOOQ IC 



15)4 H E A U T ON- Acr. V. 
M e:N ëD EMUS. 
Gaudere adeo occepit, qmfiiui cupium 
nuptia^. 
C H R E M E S. 

MENEJ) E MV S. 
X^uid rijijli^ 
CHREMES. 

' Servi vmerein msemmSyri 
<:(dlidU<aes. 

M EN ED EMU S. 

C H R E MÉ S. 
Vakus' qnoque bomînum fingit fctlus» 
MENEDEMUS. 
Z5 GîUitusfuidfe qffimulat lœtum, id dicist 
CHREMES. 
Td. 
ME NE D E M US. 

'Jtidem îHhUcmiH 
Ttnii in mtratm. 

C H R:ë M E S. 

Veteraior ! 

MENEDEMUS. 

Magi\ fi magV noris^ pûtes 
Ita rem effe. 

CHREMES, 
^in'tu? 

MÊ NE D EMUS. 

^ CIJAS^ 

K O T E s. 

C7« Mantdnm « poutjja mermc du vcili. ^ 



Digitized by VjOOQ IC 



Sb- I. tiMORDMENOS. j^^ 

MENEDBJME. 

Il a paru d*abord •voir ppefqae autant dejôfe 

IQU& s*il fouhaicoic véntablemenc de fe oiari^^ 

CHREMES. 

Ha, ha, ha. 

MENEDEIÔE. 
De quoi riez- vous? 

CHREMES. 
Les fubtilités de Syrus me viennent dans Tci- 
prit. 

MBNEDEME. 
Oui? 

CHR EMES. 
Il dreffe les gens à merveille, îl ny a pasju^ 
qu'àieur vifage à.qui .il ne falîc prendre telle 
forme qu'il lui plait, lependard! 

MENEDÊME. 
Vous dites cela, (ans doute, parce que mon 
fils a fort biea contrefait l'homme joyeux? 
CH REM ES. 
Ceft ceb v^me. 

MENEDEME. 
lia même chofe m'eft venue dans l'elpriti 

CHREMES. 
1^ vieux routier l 

MENE DEME. 
Plus vous le conboitrez , plus vous lui doà": 
herez ce nom. 

CHREMES. 

Dîtes-vous vrai? 

MEN EDËME. 
X) ça, écoutez, j^ ^jj^. 



dby Google 



it^ R E A U T O N. AcT. V. 

CHREMES. 

Mane : friàs boc ferre expeto f 
Duid perdideris : imn iihi de/ponfoMm nuntiafti 

filio, 
Continua injeciffe verha tibi Dromonem , fcilket , 
^ Sjionfa vcftem^ aurum^ atque ancUlas opus effh^ 
argentum ta dates, 

M E N E D E MU S. 
Nm. 

C Hli E M£ S. 
Quid^ nonl 

MENE DE MÛ S. 
Non , inquam. 

Chrêmes. 

Neque Hpfe gnatutf 
M E N E D E M U S. 

NilpTùrJus^ Cbreme ; 
Magis unum etiam inftare , ut bodie tmficcrentw 
nuptia. 

CHREMES. 
Mira narras ! Quid Syrus meus ? ne is quUem 
quidquam^ 
M^E N E D E M US. 

NïbiL 
C H R E ME & 
Quamoiremf 

MENEDEMUS. 
Nefcio equidem , fed te miror^ qui âlia tam 
pîanèfcias, 
as Sàituum iOe quoque SyrusAdem mirifinxitfilitm^ 
Ut ne paululum quidemfuboleat amicam ejje ban€ 
Clînim. 

. CH^E. 

NOTES. 
. 10. M. B. &te Mqui^ fuivant la plupart des MSS. 
2^. Nefcîoy dans la bouche de Ghiemès, àt^mtjèd 

' - 16. Sm* 



dby Google 



Sr.I. TIMORDMENOS. 197 

CHREMES 

Arrêtez; avant toutes chofes, que je ûche^' ' 
je vous prie, ce que vous avez perdu; car je 
lie doute pas que ôtôt que vous avez eu dit à 
votre ffls que je lui ^accorde ma fille, Dromoa 
ne vous aie lâché quelque mpt, quHl faut des 
habits , des bijoux & des efclaves pour racco]> 
dée, afin que fur cela vous donnafliez de Targcnt; 
MEN EDEME. 
Point du tout? 

C ItR E M E S> 
Conrment, point du tout? 

M EN EDEME. 
Non, vous dis- je. 

CHREMES. 
Ni votre fils ? 

M E N E D*E M B. 
Pas le moindre mot , Chrêmes; la feule cho- 
ft qu'il m'a demandée avec plus d'empreflfemeijt 
que jamais; c*eft'que fon mariage s'achève au- 
jottidhui. 
^' CHREMES. 

Vous me dites là des chofes qui mefurpreiv 
lient! Eh notre Syrus ,n'a-t-i! rien dit non plùsr 
ME N E D E M E- 
. Rien. 

.CHREMES. 
Pourquoi cela? 

M'.B-N E D E M Et 
Jçne fais en vérité. Mais je vous admire, 
vou^ quf favez R bien les aij^res des autres. 
Votre Syrus a û bien dreffé votre fils , qu-il ne 
^roit en aucune manière que Baccbis foit là 
jBaicreOTe de Clinia» 

CHRE- 
ir O T E s. 
Z^ SithUti foiraat im MS. ^MÈtai^ 
13 



dby Google 



tpB S' E A^ ET T O N- Act. V. 
C M RE ME S. 

Quia cas? 

M E NE D É MU S.^ 
Étittojamofcuîarly atqUe amplexari: Unil: 
puto. 

CHREMES. 
Quii^Jl quod amplius Jimuletur*^ 

MENEDEM-^US. 
Vab\ 
C H R E M E S. 

Quîdejl'i 

ME N E D ÉMUS. 

Audi modè»^ 
EU mihi în ultiniîs conclave adibus quoddam rétro: 
26 Hac eji intro ktus le&us, vejlimentis Jlratus ejti 
C H R E M R S. 
ûutd pojlquûtn hoc eft faBum ? 

MENE D E MU S^ 

PiOumfa&um, bue ahiit CHttpi9^ 
CHREMES. 



Sdlus? 



Solal 



AI E NE D E M US. 

Solus. 

CHREMES. 

Ttmeo. 
M^È NE D B MU S. 

Batcbis confecuta eft illicOt 
CHREMES. 

menedemus. 

Soh* 

CHREMES. 



Digitized by VjOOQ IC 



Se r. TIMORUMENO^. i^ 
C.H & E ME S. 
Qae dites-voas? 

M E N E D £ M E. 
Je ne parle point des baifers ni des embtat* 
fades , je compte cela pour rien. 
CHREMES» 
Que peut-on faire de plus , jç vous i»le, ta 
6ifantfemblant? 

M £ N E D EM. E. 
Ahl 

C H R E M E $. 
Qu'eft-ce qae c'eftl 

'ME N E D E M E. 
Ecoutez reulement. Sur le derrière de ma mï^ 
fbn j'ai un certain cabinet éloigné des aparté» 
nens; on l'a fait meubler. 

CHREMES. 
£h bien, après cela? 

MENE DEM)E. 
Jtpiès cela Clitiphon y eft.entré. 

CHREMES. 
Toutfeul? 

MENED EME. 
Tout feul. 

CHREMES. 
?aî grand' peur. 

M E N E D E M E. 
Baccbis Ta fuivi dans le moment; , 

CHREMES. 
Toute feule? 

MENEDEME. 
Toute feule. 

CHREMES. 
^ fuis mort; 

I4 - UZi 



Digitized by VjOOQ IC 



200 H E A U T O N- Acvt V. 
ME NMDE MUS. 

Ubi abiere intro , operune oftiums 
CHREMES. 

Hmî 

CUnla Jhbc fier* vîdebat ? 

M E NE D E MU S 

Quiclni? unh mectm Jit9iu[%. 
CHREMES. 

35 FilH eft amîca Bacchis ^ Meneietne: occîdi. 
M E N E D E M US. 
Quamobnm'i 

C H R E ME S. 
Decem liierum vix mt ejl famUiOm 
M EN E,D EMUS. 
Quid7 ijihuc timesy quod operam amko iUe dut 
>? 

CHREMES. 
Imi quoi amkce^i 

ME NE D EMUS. 
Si dat. 
CHREMES. 

An dubium id tibi tft^ 
Quemquamne anîmo tam comiejfe^ aut leniputar^ 
iO Qui Je vidante amicam patiatur fuam ? 
M E N E D EMUS. 

Ha, bât, ht» 
Quidni? quo yerba faciltùs deniur mibi. 

CHREMES. 
Dérides^ mérita mibiyiisnc egofuccenfeo» 
%iQt res dedere , ubi pqffem perfentifcere , 
Ni ejjem lapis i quavidiiva mifer» mibi! 

Ai Ai 

NOTÉ S.. 

1^. EtUfû, dan? prefque tous les MSS. 

40. M. a. «tlànclK Aa^ bdi hdt fur la piiipai^J dç» 



dby Google 



j5c. l TIMORUMENOS. aoi 

MEN£D]E:M£. 
Us nV ont pas plutôt été qu'ils ont fenné It 
porté. 

CHREMES. 
AhflEz Ctinia voyoit tout ce beau manège? 

MENEDEME. 
Pourquoi non? il le voyoit avec moL 

CHREMES. 
Ab, Ménédème! Bacchls ed lamaltroOë ai 
non fils; je fuis mort. 

MENEDEME. 
Pourquoi cela? J 

CHREMRS. 
A peine ai-je du bien pour dix Jours; 

MENEDEME. 
Quoi ! vous avez peur , parce qu'il fert fon amif 

.CHREMES. 
Non, mais parce qu'il fert fon amie. 

MENEDEME. 
H6 , c'eft à favoir fi cela eft. 

CHREMES. 
En doutez-vons?7 t^t-itun bomme aflis pa^ 
tient pour foufirir qu'on s'enferme ainfi avec & 
maltrdrè. 

MENEDEME. 
Ha, ha, ha, pourquoi non? c'eft aînfîqtfott 
in*en« donne plus tellement à garder. 
C H R RM E S. 
Vous vous moquez? Çue je fm's en colère 
contre moi-même! Combien ont- ils fait dé chb« 
(es qui devroient me &ire tout foupçonner , fi 
je n'a vois pas été cruche. Que n'ai-je pas vu? 

que 
N O T E Se 

4^ Mérité» Ut mibt, fans dutotit^.- 
44* f^ifijt fjpt»9 Api^ ploiîeats liSS. 



dby Google 



±ai fi E A U T O N- Acr. ^. 
4S Jt ne Uîud btèui kiûltum , fivîvOi ferent. 

M3NEDEMUS. 

ï^tute côbibes ? tmte ftfpilfis T 
Non tibi ego exempté JàtUfum^ 

CHREMES, 

Pra iracundU^ 
jileriedeme: rimfmi apui iné. 

MENE D E MUS. ^ 

Tene ifthue ït^dt 
Nonne idflagttkm eft, te ûlHi e^fiUum dore, 
50 F(iri5fapere,xibinonpo[fete(iuxiliarîert 
C H R É M E S. 
Çluidfaciam? 

M EN EUE MUS. 
' Id^ quùd mefeciffe aiebaspnnm i 
Tac , te patrem effefentht :■ fac^^ ut audeat 
VUfiefedeftmnnia^ abimpetere^ ^pqfcefet 
ikpemalkmquarue^iam, (Uf t^ defetaê. 
CHREM ES. 
15 hnb^Mpt^iàstnuUè^tuvtsgentium^ 

Quàm bic perfiigUkm ad inepiam f^Mpatttin t 
Nom fi illi pergofitppedifûrâ fiimttbus , 
Menedem^t mbi ilUec urè ad rafiros res redit. 

It E M A R Q^Ù ES. 

4^. KTON TU TÉ OOHIBES? NON TE RESPICIS]^ 
^v9uUz'V9us pas vous modérer f n*aarez-v$M$ aucun é» 
f^ard à vut-méme f Une des grandfcs beautés de cttte, 
Scène confiée en ce que Méuédème dit à Chrêmes les 
mêmes chofcs qnt CMmis lui i <fitc» atf commente* 
iBCOt de la ?ièce« 



dby Google 



Sel. TIMORUMENOS. wy 

que je fuis malheureux ? Mais fî je vij, ils ne le 
porteront pas bien loin, car tout-à-rheure... 
M B N £ D £ M E. 
Ne voulez- vous pas vous modérer? n^aarez^ 
vous aucun égaid â vous-même?. Ne vous ûiii^ 
JOrpa$ up affez bel exemple? 

CHREMES. 
Ménédème, je fuis trarifporté de colère. 

Un homme comme vous doît-il pajler de h 
forte? Neft-ce pas une honte que vous don» 
niez confeil aux autres , que vous foyez (i fage 
j^our les étrangers, & que cette lagefTe ne vous 
^it d'aucun fecours pour vous-mêgie? 
CHREMES. 

Que puisfb /aire ^ 

MENEDEME. 

Ce que vous me cMfîea tantôt que j'avois tort 
de n*avolrpas fait. Agifli^ de manière qu*ilfen* 
te toujours quQ vous^ êtes fon pèrc^ qu'il ofe 
vous feire confidence de tous fes fecrèts , & s'a- 
drefler à vous pour tous deman^ler toutes Icg 
chofes dont il a befoîn, afin qu*ihie cherche pas 
d'autres fecours, & qu'il ne vous quite jamais. 
CHREMES. . 

Qu'il s'eif .aille en quelque lieu du monde que 
ce (bit, plutôt que de réduwki (ba pèrô.à»î{aa^ 
mène par fes débauches; car , Ménédème, (i 
je coptipue à fournir a fe? 4^penfes, je;. n'ai affilia 
rément qu*à me prépai«r à prendre le même râ- 
teau que TOUS aviez hier au foir. 

NOTES. ^^^ 

;i. Qppd tu m y ùxc lia Ml?. ' > 

5 s. Mafo , pour m»lto. Mtéltû mah^ dans tQi)$ lesJtfSH^ * 

1 6 



' ^^ ■ ' Digitized by VjOOQ IC 



204 [HEAUTON-. Apr.V^ 
mj:ned£Mus. .- 

dmt incommoda tibi in bac re capies, nifi eavêsl 
fo Difkilem ojiendes te ejfe , f^ ignofces tamen 
Sffif &Jd erk ingratum. 

C H R MME Si 

Abnefcis^ fuàmdoleamt 
MENEDEMVS. 

W luhe9. 
Qui4 hoc i qmd voîoy ut illa nubat nojirof niji 

quideft^ 
Quoid malit. 

CH RE MES. 
Imà Ê? gêner ^ (f affines placera^ 
MENED EMUS. 
Quid d^is dicam te dîxijje filio ? # 
«5 ^i obticviftti ' -" * ^ 

C HR EMES4 
• Dotis^ 

MENE D E MUS.' 
It'a dîco. 
CHREMES. 
Jbl 
M EN BUE MU S. 
Cbremem 
Ne ^tdd tereare^ fi efi mim^ : nil des nos movet^ 

CHREMES. 
^taUnta pro re nojirâ ego effe decretifatis , - 
Sedtta diOu opu*efi, fi me vis falvom eJfe, tf. 

rem, (ffilium, 
•u mea omnia bona doti dixiffe illî. 

KO TE s.- ^*"' 

jj^^ *w«wwrf^, »pii« na m, dttfyks^ coma» 



au, Google 



tel. TIMORUMENÔS. çoj 
MENE.de ME. 
Combien cette aftirè va-t-ellè vous donner 
èé chagrin , li vous n'y prenez garde l Vous vouf 
ferez tenir à quatre, vous ne laiiTerez pas de 
j>^donner après cela^ & votre fils ne vous eo 
faura point de gré. 

CHREMES. 
Ab4 vous ne favez pas encore quelle eft mt 
Couleur! 

M E N E D E M B. 
Fûtes , contentez- vous donc. Mais que me 
répondez- vous fur le mariage que je vous-pro^ 
pofe de votre fille avec mon fils? à moins que 
vous n'ayez quelque autre pafti qui vousptà^ 
davantage. 

CHREMES-. 
Nullement, & le gendre & ralliaoce, toQf • 
me plaît. 

ME N ED E M E. 
Quefle dot diraî-je à mon fils que vousvoulea 
donner? Quoi! vous ne dîtes rien? 
CHREMES. 
Qoelle dot? 

M EN E D E ME. 
OuL 

C H R E M E & 
Âh! 

MENEDEME. 
Chrêmes, necraîgnez point dé dire ce qne- 
vous voulez donner, pour peu qu*il y ait Ce 
n*ëA pas la dot qui nous tient. 

C H R E ME S. 
Je trouve que pour le bien que j'ai, je fels 
«flêz de lui donner mille écus. Mais pour mon ^ 
reposa pour le falut de mon fils, il faut, je 
,yous prie, que;vou* difiez que je donne tout i 
mafilie. . c-^ 

17 MB5 



dby Google 



^ UEI^VT ON- AcT. V. 

M EN EVE MUS. 

Qpam rem agisT 
CHREMES. 
20 Ufinrânnjhiukm, &U^mbocfOgHis^ 
Quamébum a faciam. 

M EN EUE M us: 
' • ^ • ^inegoverèj quamohremidfacîas^ 
nefciê. 
C H R E ME S.\ 

i>rfflw$,f retmdâm: rtH^a», m^ fi Wftot 
nefciat. 
M B US D E MU S. 

CKR.EM ES. 

Mue^ fine me in bac rt germe miH 

mort» : fine., 

* US N-^ J> E MUS. 

TK I^nevis? 

" .CHREMES: 

%I S NR^BiHUS. 
Ftat. 

CHRff^ 

•* ^4. Mit*»; mne me in hac he geeekê hik< 

MOREM. MEN. SlNO. ITANE VIS ? CHR. TTA. 
KEV. ïIAT ]- LâiJlfeXy fimjfnz 4futn cette occafiM fe 
f^fa^ifé^ , ISJèx-mpi faire. D^ns ce rets on a mal 
2hcé le peifonnage de MMièmti au-lieu de /»«i^U 
é faut lire fmt , & rajouter \ ce que dît Chrêmes; aitte s 
Sne in bac rt gêrere mihî mcremfjine, MEN. Itan? visT 
Ca< il cft xî^cule t{\x^ Mén^Me lui àiCtr/mc^Je vous 
Utfey avant que de lui ayçû demanda ^ /# vvtUs^vmê 



dby Google 



Sal. TIMOROMEÎTOS. «7 

M E N ED EMB. 
Qu*aIIe2B-vous faire ? 

CHREMES. 
Faites femblant d'en être étonné» & dtoaa»? 
clez^Iuiâ loî-fflêffle d*oir vient que j'ennfe ainfi* 
MENEDEME. 
Et en bonne foi, j'anral raifon de le M de4 
jDisideCy car je ne vois pas pourqwL 
CHREMES. 
Pourquoi? pour fauver cet efprît entièrement 
noyé dans le luxe Scdans la débauche; je le ré* 
dtrîrai en tel état, qu'il ne (aura de quel côtdft 
tourner. • 

MENEDEME. 
Que faites- vous? 

CHREMES- 
Laiâez, fotifFr^ qu*eo cette ^occafion je l&t 
fatisfaûe. LaifTez-moi faire. 

MENEDEME. 
Le voulez-vous aind? 

CHREMES. 
Oui. 

MENEDEME. 
Soit. 

•CHRE- 

lLEMAl!La.UE$. 

7^. UTtiBEROsEsT «ottomJ^ Cmm H 
#j| )i^e ^*on traite /es enfant. Chrémêt ne ?cut pas 
que les pères bâtent leofs énfims, 6c il a laifon; eu 
c'eft les traiter en cTclaves. Les coups ne corrigent pas 
eeu± aue les remontrances ne touchent point, ^S* 
rabailient le courage. On peut voir ce que dit fc 
eela Mckn dans h première Scène des Adelpbet, 

NOTES. y 

74. Mtte aeftMy foîtant toUs les MSS. èinê% pwit 
le àtt^^&t/tne y dans U (K^cha d« Ght^mèi. Yoy« jU 



dby Google 



»5 HEAUTON^ Ac». Vi 
CHREMES. 

Ac jam 9 ut uxarem arcejfat paref 
Se» Hk tta, utliberos ejt csfuQm^y diSis cûnfu^ 

^ISyrum...., 

ME NE DE MU s: 
Quid eum^ 
CH R E M E Si- 

Egone? fi vivo 9 adeo exôrttatuïn dàbif,^ 
jideo depexum u/que^ ut dum vivat, memintrit 

fempermei: 
tàifiU me pro deridicuîo ac deledamento putat. - 
Zo Nm{ita me DU ûment) auderet fycere bac viduè 
mulierij 
Quœ in me fecit^ 

ACTUS <^UI N T U s. 

S GENA II. 

(TLITIPHO. MENEDEMUS. 
CHREMES. SYRUS. 

OL ITI F HO. 

JTmie tandem, quœfoeji, Â^nedene, ta 

Tarn in hrevtfpatio wnnem iè me ijecerit animum 
patris^ 

Quoi- 

KE M A R Q^Uï s. 
2. ITANE TANDEM qVMSO , MENEDEMÏ ]. EjîM 
M9nc vri7i, MéniièMty que mtn père. CMmés^hc fait 
"que d achever de carier à Ménédême ; Ménédêmt ne 
Yicnt que de le quiter , & dans le moment on voit 
CUtiphon déjà lotit inftruit de ce que fon phic avoît 
i^fohide faire \ fôn désavantage. Ilfemble donc que 
^n^enft a manqua id de çQttdwtc; çai ce qui fe p^ 

entre 



dby Google 



SdL TIMORUMENOS. ito^ 

CHREMES- 

A prêtent vous ii*avez qu*à dire i votre fili 
qu'il fe prépare à faire aller fa femme diez luid 
Pour le mien, je le traiterai comme il faut, en 
paroles pourtant, comme il e(l jufle qu'oa tnl* 
ce.re$ enfans. Mais Syrus... 

M EN E D E.ME^ 

Queluiferez-vous?. 

CH R EM ES. 

Ce que je lui ferai? Si je vis, je râjolleral ff 
bien, je Tétrillerai de manière, qu'il ne fera jour 
de fa vie quUl ne fe fouvienne de moi. Un pen^ 
dard qui croit que je dois lui fervir de jouet. Je 
veux mourir , il n^uroit ofé traiter une femme- 
veuve fi indignement qn'il m*a traité. 



ACTE CINQ^UIEME. 

S C E N E IL 

CLITIPHON. MENEDEME. 
CHREMES. SYRUS- 

CLITLPHON. ■ 

CSt- il. donc vrai, Ménédème, qu'en fî peu .^ 

tems mon père ait entièrement dépouillé tous 

les fentimens de la nature à moB égard? Qu'ai- je 

donc "^ 

K E M A R Q^V E s. 

entre la un de la Sc^nt pr^c^dente, & le commença* 
wcnt de celle-d , laffiroit pour lemplîi rinteivtlJe 

d'an 
NOTES. 

77. Egê i fi vhê , eum duteù, fine autont^ 
7«. Ptxumy pour depexurn^ qu'on ae tiouve poiat: 
alllea» , . ni dajo» PUate, . 



dby Google 



«o HEADTON- Acr. V: 

Quodnam ob facmus f quii ego tantum /céleris 

admifimi/er? 
Fdgâ id faeima. 

MENEDRMUS. 
Sciotibî ejje hoc gruvius mukà^ ac darhif^ 
f Cidfit: verim ego. hwd minus œgrê patior iJ, 
quinefciOf 
Née rationem cgpiç^ nifi quod tihi - béne ex animée 
voîo. 

C L I T I P B O. 
Hic piitrem adjfare aiehas. 

MENBD ÊMU& 
Eccum. 
CHREMES. 

Quid me incufaSy Gîtîpbo ?*' 
Xlîiidqûidegobufusfeci, tibirfrrfpexiy gfjfhifel* 

tiattKB. 
Vbite vidî animo ejji omiffoy (S fwtvîà in pra* 
fmiâ 
*ïo Ç^uœ ejjeru, prima babere^ neqtte confulére iii Im^ 
■ fftuMmmi 
Cepî rîUimeniy ut neqm^egenes ^ n^w u( hacpos^ 

'fesperdere. 
Ubif eut decmt prinà^ tUfi:nm iicuît per te mibi 

dare , 
jibHadproximùS'tibi'quierarAieis commiji, f£' 
credidii * 

m 

£uft Aâ6. Maïs il.n'fft pas. difficile dedé&'ndre Té* 
rend & de le juûîfier. Ménédéme qiiite Céréjmés^pQUC 
aJIei parler à Clitipbotiy il ne fait qu'entrer un mo-7 
ment dans la nyiiiony il lu» dit en deux mots de quoi 
il s'agiifoit , & il reflptt en même tems avec lui ; ce- 
. pendant CMmés attend fur le -théâtre' Pcffée du com-^ 
l^lpneiit qtie MéMèmi Fa* faire de^ fa ptct-à CHtiphon^ 
▲laû le. th^âtiç ne demeoie p «s vmdé',. 6c Talion 



dby Google 



S^ H. TIMORUMENOS. aix 

donc fait? quel crime aH'e commis? tous Ie$: 
jeunes-gens ne font-ils pas de même? 

M E N E D E M E. 
Je fais que vous devriez être plus touché que 
moi de cette dureté, parce que c'eH âvous qu'on 
l'a ^It; cependant je vous aflure que je ne la 
xeiTensr pas^moins que vous, je^ie fais pourquoi, 
& je ne connois point d'autre raifon dudéplaUu. 
que j'en ai , que l*amitié que j'ai pour vous, 
C L I T I P H O N. 
Vous difiez que mon père étoit ici* 
M E N E D E M E. 
Le voila. 

CHREME S. 
Pourquoi vous plaignez- vous de mol, Ctit^ 
phon? Dans tout ce que j'ai fait je n'ai eu en 
vue que votre bienj&'que de pourvoir à vos dé- 
léglemens. Lorfque j'ai reconnu que vous étîea^. 
négligent, que les plaidas préfens tenoientdani 
votre e([)rît la première place, & que vous ne 
faifîez nuHe réflexion fur l'avenir, j'ai cherché 
les moyens de vous empêcher de tomber dans 
rindigence,& de dffiper mon bien. Voyant que 
vous ne me permettiez pas vous-même de vous 
faire mon héritieit, comme cela fe devoit natu- 
rellement^ j*ai eu recours à vos plus proches» 
je leur al tout donné. Gc fera chez^ux que vous 

tro»* 

K £ M A R. C^U E 5« 

n'eft nallement intenompue, Duifone les fpeâateœt 
QÊtendent àuffi^ade MénéttémruAtme ceto^. Le Hea 
de la fcène, qm ^toit devant les maifons de Chrêmes 
fie de Ménédémi y àonnoit liçu.à Ménûnârt & \ Térm* 
u de faire cette Uaifon de fcèhes , ok H n'y a ùcstk. 
one de fort ordinaiit & àé fdrt natnteL 
NOTES. 
<b M* B« ôte idi foc tous Us M$S, hors oiw 



dby Google 



212 H E A U T a N- AcT, VZ 

Ihiûuajlultttt<g femper erit prafidiam^ QiHpboL 
tS FtSus , veflitus , quo in teSum te nceptts. 

CLITIPHO. 

Hei mibiî 
CHREMES. 
SâUus efl, quant te ipfo berede bœc pQjpdere B^tcm 
cbidem. 

S T R U S. 

JDifperii :fcelejlur quantas tûrbas concivi infciensT 

CLITIPHO. 
Mmorî cupio^ 

CHREMES. 

TJt, r . r ^'?^' ^^J^' ^'^^^* ^"*^^* vtverei;. 
UMjcies, fi dtfphcebit vita^ tum iflboc utitor.\ 

S TRU S. 
ao Hère y licetne? 

CHREMES. 
Loquere. ^ 

S r R U S. 

> jittuth? 

CHREM^S^ 
Loquere. 
STR U Si 

^. ^ „ Q^ i/la tjl^pravitar, 

Çntcev^ mentta eji\ quoi peccavi ego,id obejh 
buic ? 

CHREM'ES. 

mj ^ ..r nicet^ 

ste te ami/ce: nemo accufat^ Sfre, te: neatu^ 

aram tibi, 

^eme precatorem pararîs. 

sr R us. 

CHRE^ 



Digitized by VjOOQ IC 



Se. IL TIMORUMENOS. ûig 

trouverez une wflburce contre votre mauvaîfc 
conduite. Vous ferez toujours nôuri, Iogé& vêtu» 

CLITIPHON. 
,Que je fuis malheureux l 

-CHREMES. 
Cela eft bien mieux aînfî que de donaertout 
à Baccfeis , & ce feroit lui donner tout quelle 
-vous faire mon héritier. 

S y R u S. 

Me voila perdu: miférable, quels dcfordrei 
ai-je fait ici fans y penfer ! 

CLITIPHON. 
Je voudrois être mort. 

CHREMES. 
Aprencz auparavant ce que c*efl que de vi- 
vre; quand vous le faurez, fi la vie vous dé* 
plaît, vous délirerez de mourir. 
S Y R U S. 
Monlîeur , me feroit- il permis de vous diréM.f 

CHREMES. 
Barle. 

SYRUS. 
Mais en toute fureté ? 

CHREMES. 
Parle. - 

S YRXJS. 
Quelle injuftice eft-ce là, & quelle folie de 
vouloir qu'il porte la peine de ce que j'ai fait! 
CHREMES. 
Ceft une affaire conclue. Ne te viens poiat 
mêler en tout ceci; peffonne ne t*accufe, & ta 
n'^s que faire de chercher ni autel, ni interces- 
feur pour toi. 

S Y R U S. 
Que faites- vous? 

CHR«* 



dby Google 



«X4 H E. A Ù/T iD N. Aex. V. 

* Ntljuccenfé^ 

Ncc tibi^ necMic:^nec vos ^ œqfuumy quod fa* 
ciOj mibi, 

A C T U S (^ U I N T U S. 

S C E N A III. 

SYRU.S.. CLITiPflO. 

S r RUS. 

JUBiit: vab! rogajje vellem. 

CLITIPHO. 



guid, Syref 
S. 



S r 

Unde mibi peter em cibum t 
^ Jia nos abalienavit : tibijam'ejje ad fororem in* 
tellego. 

CLITIP HÙ. 

Mem* rem rediijje, ut periculum ethm^ fam 
mibijit, Syre? 

S T R U S. 
Âùdi liceat vîvere, fpes eft. 

CLITIPHO. 
Qua? 
S T R U S. 

Nos ejuritum fatts. 
CLITIPHO. 
j Jrrides în re tantâ , neque me, qtddquam cmftlio 
adjuvas ? 

NOTES. 
24. NâC tîhiy nec tibi^ après Erafîne & Facm. 
se. llh M« fi. confond cette Scène avec la pWcé- 
ifeate» 



Digitizë»by Google 



Se. m. TIMORUMENOS. ^tj 

CHREMES. 
Je M Culs^n colère, ni contre Coi, ni conere 
'lui; de votre côté, vous ne devez pas non plus 
être fâchés contre moi de ce que j*ai fait 

ACTE C I N Q^UIE ME. 

S .C E N E III. 

SYRUS. CLITIP.HON. 

S Y R U g. 
^L s'en eft «lié. Ah! Je voudrois bien lui avoir 

demandé 

C L I T I P H O N. 
Et quoi, Syrus? 

SYRUS. 
Où il veut préfentement que j'allie cherchct 
i manger, puîTqu'il nous a chafTés. Car pour 
vous, je comprends que vous en trouverez chej 
^otre fœur. 

C L I T I P H O N. 
Faut-il que je fois réduit à cette extrémité, 
que je me voye en danger de n'avoir pas de pain ? 
SYRUS. 
Pourvu que nous puiflîons vivre, il nous reftc 
encore une belle efpérance. 

C L I T I P H O N. 
Quelle? 

S Y R^U S. 
Que nous aurons toujours bon apétît. 

C L I T I P H O N. 
Tu' railles dans une affaire de cette importai!"* 
ce, & tu ne m'aides d'aucun confeil ? 



NOTES. 
I. A< B< httvahl fur quelques H$$« 



SY< 



dby Google 



^t4 H E A T O N- Aù^. V. 
STRUS. 

Mi (f ibi nmcfum^ff ufqus dudUtÊ id e^, dum 

loquitur pater : ^ 
£p.quwtùm ego irUelligere pojjum. 

C L I T I ? H O. 

STRUS. 

Nm dbierît longtÙTm 
C L ITI P H 0. 
^uid id irg9 1 

STRUS. 
Sic efi, non ejje borum te arikror. 
C LIT IF if O. 

Quidijlbuc, Syrei 
^in^finus es? 

STRUS. 

Ego iicam^ quoâ mt in mentem^ tu dijudiéa. 
10 Dum 0ÎS fuifti folus , dum nulla dia dcleStatio, 
Qua propior ejjet^ t» indidgebani ^ t{bi dabant: 

nuncfilia 
toffquam vera inventa eji, inventa èfl caufa , quH 
, te expeUerent. 

eu* 

HS'M A KQJJ E S. 

t. NON ES8B HORUM TE ARBITROA]. 
Cefi que je crois que vous n'êtes pas leur fils, La /înev 
* fc de Syrus eft merveîUeufe , il ne cheiche qu*à faire 
la paix de ClîtîphêUy & qu'à fléchir & attendrit foa 
pèxc.. Il n'y avoit rien de plus propre à ce deflein, 
qttô de faire enforte que CUtiphon feignît de croire 
qu'il n'étoit pas fils de Ch¥émês t mais outre qu'il y ^^ 
me grande différence entre les chofes que 1 on taie 
tout de bon y & celles dont on ne fait que femblant, 
Syrui comioiQait ttop foa homme pout loi faisç cet- 

1œ 



dby Google 



9fe.ïïl. TIMORUMENOS. tif 

S y R u S. 

Vous vous trempez, je ne fongeâ autre cho.- 

fe qu'à vous tirer de peine. & pendant touTfe 

tems-que votre père a parlé, je n'ai eu nue «£ 

dansj-erprlt. i^.isauS„,t ^Jejet'r «S 

Quoi? ^^^ SIPHON. 

S.YR-US. 
•tes chofes n'iront pas bien loin. 

CLITIPHON. 
Comment donc? 

, SYRUS. 
Cela eft comme je vous. le dis, c'en qqe je 
«rois que vous n'êtes pas leur fils * 

CLITIPHON. 
Comment cela? es-tu en ton bon-fens? 
. . SYRUS. 

...îVr" ^°"? ^'"^ ''^ ^"'™'eft venu dans res- 
pHt, vous en jugerez. Pendant qu'iU n'ont ea 
que vous, que vous faifîez feul leurs plaiOrs. & 
quils navoient perfonne qui leur touchât de pltff 
près, ils avoient de l'indulgence pour vous! ils 
vous donnoient de l'argent; préfentement qu'ils 
ont retrouvé leur véritable fille, ils ontd'abord 
trouvé un prétexte pour vous chaffer. 

CLI- 

K E M A K Q.U E S, 

te confidence ; il le trompe wat le ptânier. Cela efl 
crès bien conduit. ■ ^^ 

'ÂJ^l'"^'*'^ * <*'• yif» filia par opofitiSn*4 
Cbttpbtn, qu'il pnftend n'être faa le v,<rita&e^ 
NOTES. 
',\ ^" "^'" «/î, après cinq des meillents MSS. 



au, Google 



«18 H E A U T O N- Acx. V. 
CLITIPHQ. 

€jî verijimîlc. 

s'r R us. 

An tu ohpeccatum boc ejfeillumiratum putas7 
C L I T.I P H O. 
Non arlitror. 

sr RV S. 

Nimc àliudfpedta. Maires omnesfilîis 
f5 In pecccao adjatrices^ auxilio in paternd injuria 
Soient ejje: id non fit. 

CLITITHO. - 
Verumdieis: quîd ergo nunc faciam , Syref 

S r R U S. 

Sufpicionem ijlbanc ex illis quœre: rem profer pa* 

lam. 
' "Sinm^ verum, ad mîfericordiam amhos adducés 

citby aut 
Scihîs cujusjis. 

CLITITHO. 
■Re&èfuades: faciam. 

S r R U S. . 

Sat reSi boc mibi in 
20 Men* 
K E M A R Q^U E S. 

14. Matris omnes riLirs in peccato adju- 

TRlCES]. Quand les tnf/ins ùnt fait quelque fêtife*^ 
tes mères ne manquent Jamais de parler pour eux. Ceci 
cft forr adroit. S)rui veut engager par-là Softrata. à 
prehdre vivement le parti de fon fils contre fon mari ; 
car le fils allant fe plaindre à elle & lui dire le foup- 
çon qu'il a de n'être pas leur fils, né peut manquei 
û'ëmouvoir fa compaffion & fa tendreflè. D'ailleura 
•Ik cpouioit ciaÎAdxe que fon mau ne fc mit en tète 



dby Google 



ScïIL l'IMORUMENOS. ^i^ 

CLITIPHON. 

Cela eft vraifemblable. 

S y R u S. 

Etes- vous afTez bon pour croire- que cç foît 
ipour cette petite pécadille ? 

CLITIPHON. 
Tu as raifon. 

S Y R U S. • 
Coniîdérez encore une autre choie. Quand fet 
cniàns ont fait quelque fotife, les mères ne man- 
quent jamais de parler pour eux , elles prennent 
toujours leur parti contre les pères; ici, nous 
ne voyons p%s que cela fe fafle. 

CLITIPHON. 
Cela eft vrai, que dois-je faire â préfent, Sy- 
ïus? • 

S Y R U S. 
Demandez^Ieûr à eux-mêmes réclairclflement 
de ce foupçôn. Dites-leur franchement votre 

Enfée. Si ce que nous croyons n'efl pas, vous 
1 attendrirez tous deux, & ils vous pardon- 
neront fur l'heure; & s'il efl vrai que vous ne 
foyez pas leur fils, vous faurez à qui vous êtes» 
CLITIPHON. 
Le confeil eft bon; je le fuivrai. 

S Y R U S. 
Cdam'eft venu dans refprit bien à propos | 
car moins ce jeune-homme aura d*efpérance, 

plus 

R E M A R Q^U E S. 

que CUtiphon n'eft pas fon fils ; ce qui pouToit ctt^ 
pour elle d'ime très grande conf^qoeace* 

NOTES. 

1 3 . Hoc tam ejfe , fans autorité. 
17. PaUmt aut^ à la fin du vers, & Vaut da t% 
%\^ aa V. fuiv, tout cela fans autoiitc» 

K a 



dby Google 



^aa SE A DT O N- Act. ▼. 

fto Aùraemvenîti nam^e adolefcens^ quàm minimâ 

infpejttus erit^ 
TamfacilHmè patrispacem in leges conficiet fuat. 
'Etiafii 'baud fcto an uxorem ducea , ac Syro ^il 

gratia. 
Ouid hoc autem ejl? fenex exît foras: ego fugio. 

Adbuc quod fa&um eji , 
Mifor nm iujjijfe iUico me arripi. Ad Mènede'* 

mm bine pergam , eum 
2 5 Precatortm mibi paro : feni nojlro fidei mbil bàbeo, 

A C T U S Q^U I NT U & 

S C E N A IV. • 

.SOSTRATA. CHREMES. 

\ • 

S O S T R A T Ji. 

P'RofèSi , niji caves tu ^ bomo^ aliquid gntOê 

^ confkies mali : 

lâque adeo miror, quomêdo tam ineptum quidquam 

potuerit'tibi 
Fenireintnentem, mivir. 

CHREMES. 

. Ob, pergin" fnulier ejfe^ ulîamne egê 
Kem^iiTnquam in vitd med volui^ quin tu'in ed n 

inibi advorfatrix Jueris 9 Sojiraia'i at 

SSi 
R E M A fl QJS E S. 

20. NAMqjJE ADOLESCENS QUAM MINIMA IW 

S*fe srrus erit , &c. ]• <^^ **«« eejeune-hmme ûtt- 
ra d^efpérance\ plus il ours de facilité à faire fa paix, 
kfon avantage. Il veut dire que ce jeune-homme crai- 
gnant tout de bon de n'être pas fils de Chrêmes , fera 
les chofes beaucoup (5lus natuirellement ^ & parlera 
d'iwie -manière plus touchante que s'il ^toit averti qoe 
ce n'eft-là qu'un jeu pomtâciiex d'attendiû ioA père« 



dby Google 



StAV. TIMOR UMENOS. 2Tt 

pius il aura de facilité à faire fa paix à (âhvfzn* 
tage avec fon père. Maintenant je ne fais pas 
s*il ne feudra point qu*ii fe marie; j'apréhende 
qu'il ne m'en veuille pas grand bien. Que cefa 
me fait-il dans lé fond? mais voici notre bon* 
homme, je m'enfuis. Vu les chofes qui font 
pafTées, je fuiâ fôrtfurpTis qu'il n'ait pas com- 
mandé qu'on m'enlevât fur l'heure. Jevaiscbe^ 
Ménédème, c'eft lui que j'ai choifî pour mon 
intercefleur ; . car quoi qu'ait dit notre vieux 
maître, je ne me fie pas trop à lui.' 

. A.C T K CINQUIEME.. 

SCENE IV. 
SOST RAT A. CHREMES, 

S O S T R A T A- 

g N vérité, mon mari, (î vous n'y prener gar« 
de, vous ferez caufe qu'il arrivera quelque 
malheur à notre fils,& je fuis fort furprife qu'u- 
ne chofe fi déraifonnable ait pu vous venir dans 

CHREMES. .' „ ,. 
Oh, continuez-vous d'être femme? aï- Je jà-- 
mais voulu rien faire que vous n'ayez été* tou- 
iours contraire à mes delTeins? & û je vous de 

man* 

M o T E s. 

21. DijffUVlumé y fans autorité. 

Z2i Anne y pom an, après tous les MSS. 

2?. M. B. retranche le premier é-y?, fuivant les MS5î» 

24. Nên Jujfe me ahipi bine s nunc ad Mtntdemum 
hkne pergam. Jujfey & bunCf fui vaut un MS. Eum^ 
au y. fuîv. comme Faern. 

2 — 4. Idque- — fMOModo y en un vers. Tarn — »»' 
*f>, auffi en un vers. Ob pergm* "'vitâ miâ, cn«0W 
t» ua vers, f^tlm^^S^firata , de ffléiue« 
S3 



dby Google 



122 H E A U T a N- AcT. V^ 

5 Si rogittm jam y ^id eji quod peccem, aut quanir- 

obrtm id faciam , nefcias. 

Jnquàfk nunc tain confidenter reftas^ ftultaf 

S OS T R AT A, 

Egùnefciùf^ 
CHREMES. 
IinbfciSj potîùs quàm quidem rtdeat ad îniigrum- 
eadem oratio. 

SOSTRATA. 
0/j, inîquBs es^qui me tacere de re tantâpojluleî. 

CHREMES. ■ 

Non pojlulo : Jam loquere : nibîlo minus egô iof 
faciam tamen. 

SOSTRATA. 
le Faciès f 

CHREMES. 
Verum. 

SOSTRATA. 
Non vides, quantum mali ex ei re BXci^sl' 
Subditumfe fufpicatur. 

cùm 

R E M A R Q^U E S. 
li. SUBDITUM SE SUSPICATURJ. C/rV»- 
fhon croira qu'il nejl pas notre fils. Il y a dans le tex- 
te, Clitiphon foupfiOnne qu'il nèfl pas nêtrt fils, Mais^ 
comme mon père Ta remarqué, c'eft une- faute très 
Gonfîdérable , & que TYrence ne peut avoir faite ; car 
il eft merveilleux pour la conduite & pour Tëcono- 
mie de fes Pièces; ôc c'eft {>articulièrement ce qus 
les Ancî^îns ont vanté & admiré en lui. Il n*y a qu'un 
moment que 5jr«f a donné à Clitipkon ce foupçon,^ 
qu'il n'eft pas fils de Chrêmes. Depuis que ce jeune-' 
homme Ta quité, U n'a pas eu le tems d'aller trou- 
ver fa m^ie , ^ de. lui communiqiiex ce rpupçon* 



dby Google 



SP. IV. TIMORUMENOS. aj^j 
mandois en quoi j'ai tort, ou par quelle raiToa 
j'en ûTe de la farte, vous ne pouriez le dire. 
Pourquoi donc, fote que vous êtes , vous opo- 
£ez-vous préfentement avec tant d'opiniâtreté è 
ce que je veux? 

SOSTRATA* 

Jenepourois le dire? 

C H R E M É S. 
Je me trompe, vous le pouriez J j'aîme bfen^ 
mieux le croire que de recommencer ,& de vous- 
entendre rebatre cent fois la même chofe. * 
S O S T R A T A. 
Ob, vous êtes injufte de demander que je me 
taîfe dans une chofe de cette importance. 
CHREMES. 
Je ne le demande pas, parlez; je n'en ferafc 
pourtant pals moins. 

S O S T R A T A. ' 

Vous n'en ferez pas moins ? 

CHREMES. 
Non... 

S O S T R A T A. 

Vous ne voyez pas les dangereufes fuîtes que 
cela peut caufer ; Clitiphon croira qu'il n'eft pas 
notre fils. 

CHRE- 
R E M A R. QLU E S. 
pour lut en deminder réclairciflement ; car à mefurc 
qu'il fe retire , on voit paroître Chrémêt^ & Sifirata ^ 
qui continuent la difpute qu'ils avoient eue cniemblc 
^ la maifon. Cet endroit eft fort important, & quoi* « 
q«*il ny ait qu'une lettre à changer, on ne lailTeri ' 

pat- 
K O T E S. 
f* Facias yipowt fac'tam, fur deux à^ meilleurs MSS. 
7. Redit , pour redeat , fans aurorité. 
«. Oh y au V. précédent. 

ïi- M. B. ôte le fécond fukditumt qui afoit pani 
fugofc a «âcm, 

K4 



dby Google 



MO vît. 



iH H E A U T O.N^ AcT. V-* 
CHREMES, 

Subditum! ain* tu? 
SOSTRATA. 

Ccrtèficcrli^ 

CHREMES. 

Qmjkere tuum non effe. 

SO-STRA TA. 

Au, obfecrote, ifibucintmîctsjtet. 
Egmh'cor^ar meum mn effefiliûm, qui fit meus?^ 

CHREMES. 
Quid? metuis-ne mn, cùmvelis, convînças ejjç 
illum tuum ? ^ 

S O S.TR A TA. 
JS Quod'fiUaeJlinventa^ 

CHR£^ 

R E M A R Q. U E s. 



pas de pouvoir juger par- là avec quelle exaé^îtade & 
avec quelle aplication il faut lire les Ouvrages dès An- 
ciens. Tl ^O- r/^rf*it* ntIM ^TVmM,^*M ^mr^:*. ^^..ïP /!. /V 5. ..' . . 




que c étoit auparavant une affirmation. Sojlrata apte- 
hende que les rigueurs que Chrêmes a pour CUtipbon^ 
ne lui faflent loupçonner enfin qu'il n'eft pas leur 
±^s; U cette apr^heufîon eft fort naturelle à une mè- 
re, lur-tout dans ce tems-là oîi Ton trouvoit tous Its 
jours des enfans expofc's. Mais fans aller chercher de« 
preuves plus loin , ce qui fuit dans ce même vers , 
confirme entièrement cette correaion : car Stftratn 
ûity ctrté,fic erit, mi vîr; cela fera MJjurément . mon 
maru Si elle avoir dit fufpîeatur. ç,i\ç. auroit conti- 
nué par le prcfent, fie efi; & puisqu'elle a mis ici le 
o a*^* "ne marque fûre qu'elle n'a parlé que par 

Xf. QjJOD FILIA EST INVENTA-1 ? Efi^ 
perce oui ma fille efi retrouvée, que vous me dites celaf 
Ce poUage ma paru difficile; ;e qc fuis pai contente- 

dn 



dby Google 



Se. IV. TIMORDMENOS- 22J 

CHREMES- 
Qu'il n'eft pas notre fils! Cela e(l-il poIEble? 

SOSTRATA. 
Obî aflurément, mon mari, cela fera. 

CHREMES. 
£h bien y dites-lui qu'il a raifon. 
SOSTRATA. 
Oh, je vous prie, pouvez- vous parler aîn&f 
que nos ennemis faflent une aéUon û déteftable. 
Je dirois à mon fils qu'il n'efl pas à moi? à mon 
propre fils? 

CHREMES. 
Qjxoi ! craignez- vous de ne pouvoir, "quand 
vous voudrez, faire voir qu'il efl: à vous?'^ 
SOSTRATA. 
Eft-ce parce que ma tille cft retrouvée, que 
lous me dites cela? 

CHRE- 

R E M A H Q^U E s. 

é€ ce qu'on a dit pour l'expliquer.- Je croîs oue 5#« 
Jflrata veut dire que Cbrémii prétend qu'il lui fera al- 
fô de faire voir, que Clitiphon eft Ton ^\%^, putfque fà 
fille eft retrouvée, parce que le frère reflèmble \ Xz 
iÎEur. La fuite fait voir que cela eft fondé fur cetto 
reflèmblaïKe ; car Chrêmes lui répond , n9n , mait 
t*efi pfirce f^il vous reJfçmhU, En effet , la premier» 
marque n etoit pas fort fàre ; Antipbilt avoir été cx^ 
pofée, on ne venoitscjue de la retrouver: par confé* 
quent on pouvoit toujours douter que ce fut la véri- 
table fille de Softrata ; & ainG cette raifon , que 
Clitiphon reflemSloit à Antiphile , nu-lieu d'être UQ 
préjugé favorable pour lui, en devenoit im très de£i* 
Tajitageux pour elle. 

NOTE 5. 

li. M. B. retranche mi vir^ fans autorité: il 6ta 

«tiflfi tuum n9n e/fe y 6c te ^ iifant no/lris inimùis. Ti 

n'eft point dans un M$. non plus que dans ua aïKm 

tmm nm egè . U tow 90gt(int n^isn ^ 

K 5 



dby Google 



^^ H E A U T O N- AcT. V. 

CHREMES. 

Non, fed, quo mag¥ cudendumftet^ 
Qmd ejl confmiliT moribus , r - a 

Facile cDnvinces ex te natum: nam tut fimilîs ejt 

probe : 
Nam un nibil vitii eft reliSum, quîn & fit idem 

tibi: 
Tum prœterea taUm, nifi m, mdla. pareret filtwm 
ao Sedipfi cgreditur: qukmfcverusl rem, cùm vi- 
deas^cenfeas. 

A C T U s Q^ U I N T V S. 
S C E N A V. 
CLITIPHO.SpSTaATA.CHREMES; 

CLITIP HO. 

Clumquam uîlum fuît tempus, mtster, eèm eg9 
^ ^ voîuptati tibi 

Fuerim^ diUus fiiius tms tui voîuHtate , ohfecro , 
Ejus ut memineris , atque inopis nunc te mijeres- 

cat met; 
QuodpetOy(^voh, parentes meos ut commonftres 

mibi. 

K E M A R Q^U E S. 

10. QUAM SEVERUSÎ REM, CUM VIOEAS , ttVj 
«EAS]. 2«*i/ a Pair grave! à le voir on connottce qu'il 
t/?. On a auflî mil expliqué ce vers que s'il eut été 
fort difpcile. Térence imite ici un vers de PloMtt^ 
Cafma, Aâre III. Scène II. .^ , . ^ 

Sed etcum incedit ^at quom afptctétttnfttmjfrtfgt cen/eofm 
rjat trifiit dan* ce vers de Plante eft Ta même cho(e 
que /€vert« dîUM celai de TVroifffc Mit k vpilajmà 

/^4 



dby Google 



Se. V. TIMORUMENO'S- nj 
CHREMES. 
Non , il y a une raifon bien plus convaincan- 
te; c'eft qu'il a toutes vos manières ; il vous res- 
femble parfaitement, vous n'aurez nulle peine à 
faire voir qu'il eft à vous; il n*a pas le moindre 
défaut que vous n'ayez tout comme lui. D'ail- 
leurs il n'y a que vous au monde qui puîflîez a- 
voir un fils comme celui-là. Mais le voila qui 
fort. Qu'il a Tair grave! à le voir on connoic 
ce qu'il eft, 

ACTE CINQ^UIEME. 

SCENE V. 
CLITIPHON. SOSTRATA. CHREMES. 

C L I r I P H O N. 

Ç r jamais vous avez eu quelque joie & quelque 
plaifir de m'entendre apeller votre fils, & de 
me donner vous-même ce nom, je vous prie» 
ma mère , de vous en fouvenif , & d'avdîr pî« 
tié d'un miférable. Ce que je foûhaite, c'eft que 
vous me falCez connoitre ceux de qui je tiens le 
jour. 

S0-: 

H E M A H Q^U E S. 

firi: }i vùtrfon $h grave ^ mi k prendt$it pOMT un hêtê» 
néte homme. Ckm videasy eenfeas rem ita ejpy nempê 
€um ejfe fevermm* C'eft ce que les Crets dilbient ^ 

NOTES. 

tt/Q»inid Hidem Jtt tihi^ fuivant toii kf U$ii^ 

liois id^ ^ 



dby Google 



• 128 H E A U T O N- ; fAcr. V- 

S O s TR ATA. 
S Obfecro, mi gnate, rie ijibuc in animum indUcoM 
tuum , 
AHenum ejje te. 

CLITIPHO^ 
Sum, 

SOS TR ATA. 

Mifiramme! haccinequœftjliohfem^ 
Jtamtbi, atque buic fis fuperftes , ut ex nie, at* 

que ex hoc natus es : 
& cave pojibac, fi me amas, umquam ijlbtsc ver* 
, bum ex te audiam. 

CHREMES. 

/^goy fi me metms, mores cave in te eJTe ijlos/en^ 
tiam. ^ "^ 

^' C LIT I P HO. 

lo Qtios^ 

C H R E M E S. 

Si frire vis, ego dicam: gerro, iners, fraut. 
belluo, . ^ j 9 

Ganeo, damnofus. Crede ; 6? mJlrUm te eHk 
credtto. '" 

^^ ^ sostrata, 

Mnfum jam bac paremis di&a. 

CHREMES. 

Non, fi ex capitefis ma 

• 11. Non suifT jam HiEc pareotis dicta "L 

Toit fait dire cela à CUtiphon: ]\\ remis le Dcrfonnî 
ge de So/hata; car c'eft elle qi doîtXe IVni^ll 
f^^tpas çyc. Cas paroles font riSs & Tad^ 
<hns ia bouche de Clîtiphn, ^^^^Mtts oc Tadgs 

«ON «; 1< GXnX& 8IS. M«0 NATW , ITEM T7T 

AlUNV 



dby Google 



Se. V. TIMORUMENOS. â^^ 

SOSTRATA. 

Ah ! mon fils , je vous prie , ne vous mettez pai 
dans la tête que vous Coyoz à d'autres qu*à nous* 
CL ITIP H O N. 
Cela eft aflurément. 

SOSTRATA. 

Que je fuis malheureufe! avez- vous pu mefaC 
fc cette demande? Ainfr puifDez-vous furvîvre 
à'votre père^que voila & à moi ,.comtoe vous ê- 
tes fils de l'un & de l'autre : donnez-vous bien 
garde déformais que j'entende jamaisccla de vo^' 
tre bouche, fi vous m'aimez. 

CHREMES. 
Et moi je vous dis , donnez-vous bien garda 
que Je m'aperçoive jamais que vous ayez cet 
mêmes inclinations, fi vous me craignez. 
CL I T I PH O K 
Quelles inclinations ? 

CHREMES. 
Je vats vous les dîre, puifqqe vous le vouléaf 
ravoir; les inclinations d'un coquin, d'un faî- 
néant, d'un fourbe, d'un débauché, d'un pro- 
digue. Croyez-moi, & ne doutez pas que vous 
ne foyez notre fils. 

SOSTRATA. 
Ce ne font pourtant pas là les paroles d'à» 
père. 

CHREMES. 
Non,CIitiphon,jquand vous feriez fortî de ma 

tête, 

R E M A R Q^U E s. 
AiUNT Miner VAM esse ex Jove]. Non ^ClHipbit^ 
fuand vùtts/erhz forti de ma tête y cmme §n dit tm^ 
Mnerve eft forti de celle de Jupiter, Voici un ftile 

plut 
NOTES. 
12. M. B ôte Jam qui n'eft dms aucan MS. & ùât 
4I1C cela p« Clitiphoa. Voy. la Rem. de Me, £>^ . 

K 7 : 



dby Google 



p,^a H E A U T O K- Act. V, 

Naius, item ut aiunt Minervam ejje ex Jove^ eét- 

caufd magis, 
i^atiar^ ClitipbOj^ ftagîtîis tuis me infamem jkrù- 
.SOSTRj^TA. 

15 Dîiijlbac*... 

CHREMES. 

NefctoDeos: ego y qupd potero ^ enitarfèAM» 
Quœris idf quod iaheSy parentes: quoi abeft, non 

quarts t patri 
gwo modo ohfequare, ^ firves quod lahore invene' 

rit. 
Jùn mibi perfaîkcias' adducereante oculos ? pudet 

Dice^ 

R E M A R C^U E S^ 

phïs releva que le ftile ordinaire de Ja Comédie ; mal* 
cela vient de la paflîon^ qui en ^chaufant rcfprit, lui 
fait trouver des expreflîons & des penfifes plus nobles 
âue celles que l'on a d'ordinaire quand on eft de fang 
Koid ; & c*eft pourquoi Horace dit dans VArt P9étiqut% 

Inttrdum tdmen G)* vocem Comœdia toUit, 
hratufqué Chrêmes tumiio deliHgat ore, 

La Comédie élève pourtant quelquefois la voix , 6* Chrê- 
mes en colère parle d'une manière empoulée, 

14. DU, 1 8 T H iK C. . . ]. Que Us Dieux faJfenU 
Sêfirata^ comme une femme fort relineufe, a tou« 
jours recours aux Dieux. Ici elle fouhaite qu'Us chan- 

Îjent en b'en tout le defordre qui eft entre le père" Se 
j* fils ; DU ijibdc in melius vortant , ou prohibant ^ 
mais Chrêmes ne lui donne pas le tems d'achever. 

KescioDeos]. Je ne fais point ee qu'ils fe- 
ront , les Dieux, 'On avoit explique ce paflage d'une 
manière qui faifoit gr^nd tort à Térence^ car on avoit 
au qu'il faîfbit dire \ Chrêmes , je ne me foueie point 
(ks Dieux, Lambin y dans la belle Lettre qu'il écrivit 
\ Charles IX. accufe Térence d'impiété'; mais il s'eft 
fort trompé , & a trompé tous ceux qui l'ont fuivi. 
Qftand m«me Térence auroit été impie , il n'aurclt ea 
gaxde^de mettce UA mot fi odieux dans une Pièce que 



dby Google 



Se. y. TÎMORVUEKOS. 031 

tête, comme on dit que Minerve eft fortîe de 
de celle de Jupiter, je ne foufFrirois pas pour 
cela que vous me deshonoraflîez par vos infaïf 
mes débauches. 

S O S T R A T A* 

Que les Dieux falTent... 

CHREMES. 

Je ne fais point ce qu'ils feront, Jes Dieurr 
mais pour moi je ferai tout ce qui me fera poŒ- 
ble pour l'empêcher. Vous cherchez ceqoevoui 
avez , un père & une mère;& vous ne chercher 
pas ce qui vous manque, le moyen de plaire i 
votre père, ^ de cooferver par votre bonne 
conduite ce qu'il a amafTé par fon travail. Ne 
rougiflez-vous pas d'avoir eu Tinfolence de me 

trom- 

B. E M A R Q^U E S. 

les Magîftrats faifoient jouer. Deos ne/cU ne iigiu£è 
pas aufi. Je ne mefiucse point des Dieux; mais feule- 
ment, /« ne fais tas ee que les Dieux feront^ & cit- 
▼bîci un exemple bien fenfîble dans la Scène IV. de 
ÏKGtt II. de cette même Pièce : Antiphile répond \ 
ce que Bascbis lui difoit des autres femmes : 

Nefciê alias , me qtéidèm femper fcio fecijje feiulè 
. Vt ex illius eommodo meum compararem commodstm 

Dans cet endroit nefei$ alias ne iigni£e pas Je ne mé 
Joucie pas des autres : Antiphile eft trop modefte pour 
parler ainlî; mais il fignifie, je ne fais pas ce quefwÈ 
tes autres j &*c, 

18. PT3DET DICCEB HAC PRESENTE VERBUM 
ïURPe]. J'ai honte de dire un vilain mot en préfenee 
de votre nière. Les Grecs Ôc les Romains avolent un fi 
^and refpeô pour leurs femmes, que pour rien do 
monde ils n'auroîent voulu dire en leur préfence un 
mot deshonnéte ; la Religion & la Politique les obU* 
geoient également à cette bienféance. • 
NOTES. 

15. Di ifiJtc probikeant^ ôttnt ewtéM^^ apt^s unlMSi 
-iiors prêhiheant. 

u. Tî»^ poui »i»» fasBautCMui^ 



dby Google 



«3» HEAUTON. Act; V. 
Dtcere bacprafente verbum turpei at te id nuîitf 
modo 
to Fàctror-puduit. 

CLITIPHO. 
EbeUf quàm ego nunc totus difplîceo mibi! 
Quampudet! neque^ quod prihcipiumincipiam ai 
pkcandum , fcio. 

A C T U S <^U I N T US. 

S C E N. A VL 

MENEDRMUS. CHREMES. CLITI^. 
PHO. SOSTRATA. 

M E N E D E M U S. 

"D Nifnvero Chrêmes nimr gxceoUer cruciat adàlcT^ 
eeraulum^ " 

iHmifqut snbumanê. Exeo ergo, ta pacem ctmU^ 
Hem: optumi 

I^fis' video. 

C H RE M E^S. 

Ebem^ Menedem/^ cur non arceffi jute9 
' Mlîàm , 6f Sl*d<^ dotis dixi , firmas ? 
S O S T R A T J. 

Mivir^ teobjecroi 
^ Ne.facioi. 

CM- 

R £ M A R. Q;u es, 

4. Et c^tjod dotis dixi, fijim as] ? jBÏ 
^•ên'ace^ptfZ'Vousce ^efai promispimr/a dùtT Czt • 
afin que cela fût valable, il fallolt l'acceptntion du pè- 
j£ du maiû Chromés fzjCk Ici comme $'U vouloir don- 
ner 



dby Google 



Digitized by VjOOQ IC 



dby Google 



Se. VI. TIMORUMENOS. 033 
tromper, & d'amener devant mes yeux & dans 
mamaifon une., .j'ai honte de dire un vilain 
mot en préfence de votre mère ; & vous n'en 
avez eu aucune de faire une affcion infâme. 
C L.I T I P H O N. 
Ah, que je me déplais â mol- même, que j*at 
àfi confufionlje ne fais par où commencer peut 
Tapaifer. 

ACTE C IN Q^U I E M £• 

SCENE VI. 

MENED£ME. CHREMES. CUTIPHON, 
S05.TRATA.. 

MENEDEME. 

]^ N* vérité Chrêmes traite ce jeune garçon a» 
vec trop de rigueur & d'inhumanité. Je fors 
auflî tout exprès pour faire fa paix. Je lesvoia 
fort à propos. 

CHREMES. 
Ah, Ménédème d'où vient que vous ne ftfles 
p^s aller. ma fille chez vous? & que n'arrêtons- 
nous donc ce que j'ai dit pour fa dot? 

SOSTRATA. 

Mon mari , ne le faîtes pas , je vous en confùre. 

CU- 
RE M A R QjU E S. 

H^touc Ton bien; c'eft pourquoi Soflratd tiponâf, 
wti vir^ te ohfecro^ ne fatias, M%n morii ni U I^U$$< 



dby Google 



234 H E A U T O N- Act. V. 
CLITIP HO; 

Pûter, obfecro ut mî ignofcas» 
MENE DE MUS. 

Daveniamy Cbremet- 
Sine te exorent. 

CHREMES. 
Egm' fnea bona ut dem Baccbidi dmofciens^ 
Norifaciavk 

ME KED E MV S. 
At nos id non Jînemus. 
C L I TIF H Q. 

Si me vivom vis y pater>^. 
Ignofce. , 

S OS T R A TA. 
Age , Chrêmes mi. 

M E N E D E MUS. 
Age quœfo^ ne tam uhfirma te^ Cbreme^ 
CHREMES. 
Quid ijibuc"^ video non licere^ ut cœperam, boâ 
pertendere ? 

M E N E D E MU S^ 
XO FaciSy ut te decet. 

CHREMES, 
Eâ lege boc adeo faciam , fifacit id'^ 
Quod eg(hbunc œquom cenfeo. 

C L I T I P H O. 

Pater, omnia faciam: impenu 
CHREMES. 
Ujcorem ut duras. 

CLITiPHOi 

Pater, . . , 
C H R E M E & 
Nibil audio* 



NOTES, 
ff. M; B. ôte egett , en faveur du vers. 
7i M, 8, leciaachaiV. apiçs uoi% iiSSm, 



ME^ 



Digitized by VjOOQ IC 



ÇC. VI. TiMaRLTMENOS. ^^f 

C L I T I P H O N. 
Je vous prie, mon père, de me pardonner* 

M E N E D E M E. 
P«rdonnez-lui, Cbiémès , laiflez- vous fléchit 
à fes prières. 

CHREMES. 
Moi, que le fâchant, Je voyant, je donne 
Sion bien â Bacchis? je n*cn ferai rien*, 

MENEDEME. 
Maïs nous ne ie fouffrirons pas. 

C L I T l P H O N. 

Mon pè,re, fi vous voulez que je vive, paî- 
«lonnez-moi. 

S O S r R A T A. 
Faîtes-le, mon cher Chrêmes. 

MENEDEME. 
Allons, ne vous obftinez pas fi fort. 

CHREMES. 
Enfin vous le voulez,- je vois bien qu*il ne 
me fera pas permis d'achevet ce que j'avoii 
commencé. 

M EN E.D E M E. 
Vous faites une chofe digne de vous. 

CHREME S. 
Je le ferai, à conditioa qu'il fera auflî cequ^ 
je trouverai à propos. 

C L I T I P H O N. 
Mon père, je ferai tout ce qVil VOUS plaira,, 
commandez* 

C H.R E MES. 
Je veux que vous vous mariyez. 

CLITIPHQN.. 
Mon père.... 

CHREMES. 



Je n'écoute lien. 



ME- 



dby Google 



jgtf H E A U T O N- Act-. Vi 

MEtN^ED E MUS. 

Ad me rec^9m 

CHREME& 
Nibil etiam audio i^um, 
CL I TI F H O. 

Périt. 
»0 S T R A T A. 

An duhitas , Qiti^lfo T 
CHREMES. 

M E NE D E MU &~ 
Faciet omnia, 
SOS T R ATA. 

Hœc\ dum incipias, graviàjun$p^ 
15 Dûmfue ignores: ubi cognoris^ facilia. 
e L I T I P H O: 

Faciamy pateu 
S O S TR A TA. 
i(^ mf y ego pol tibi dabo pueUam lefidam-, quam 

tu facile âmes , 
FUiam Pbamcratœ nojfri. 

CL I TI P H or. 

Rufamne illam virginemf 
Offiatn^ fpàrfo ore , admco nafo ? non pojfèm , 
pi^er. 

CHRE* 

Rr E M A R Q^U E S* 

rj. NIHIL £TIAM AUDIO IFSUM]. Je 
u* entends point emtere fu'il me promette rien. On ne 
(àuroit douter que ce ne (bit le véritable fens de ces 
mots , il faut fousentendre mièi polUceri. On ravoit 
mal expliqué. . . 

14. IMO UTRUM VULT]. Sans tmt:iargui^er,, 
fp*aime't'il mieux f C*eâ-à-dire » Jl n'a qu'à vou: ce 
qu'il aime miens , ou fe maxieii ou que je donne 
tOBtàiâfoetti« 



dby Google 



Se. VL TIMORUMENOS. m:^j 

MENEDEME. 
]e me charge de cela, moi, il le fera« 

C H R E J\J E S. 
Je n*entends point encore qu'il me promette 
rîên. 

CL I T I P H O N. 
Te fuis mort. h 

SOSTRATA- 
Eft-ce que vous balancez, Clitiphon?] 

CHREMES. 
Sans tant barguigner, qu'aime t-il mieux? 

MENEDEME. 
11 fera tout ce que vous voudrez^ 
8 S T R A T A. 
Cela vous parolt rude d'abord, parce que voui 
ne favez ce que c'efl;; mais fîtôt que vouslcfau- 
rez vous n'y aurez aucune peine. 
CLITIPHON. 
Te vous obéirai, mon père. 

SOSTRATA. 
Mon fils, en vérité je te donnerai une jolie 
fine que tu aimeras; c'eft la fille de notre voi* 
fin Phanocratès. ^ 

CLITIPHON. ^ 

Quoi! cette rouffe qui a les yeux de la cou- 
leur de ceux des chats, le vifage plein de rous- 
feurs , le nez de perroquet ? je ne le puis, mon père. 

CHRE- 

B. E M A R Q^U E s, 

IS. SPARSOORE]. Le vî/age plein de rùMj/êtifi^ 
Spar/um os ne fîgnifie pas ime bouche fendue jufqiêcmx 
oreilles y comme beaucoUD (le gens Tont cru; mais un 
vifage moiquet^, plein de romleufS} comme les Aa* 
cicnsTont Toit bien expliqua. 

K O T E S. 
M. TiH dék$ illam hpidàfif, apxh oa US. Féwm 



dby Google 



^3? HEAUTON.. AcT.Xr. 

CHREMES. 
Eia ut eUgans ejîl credas animum thi ejjel 

S O ST R AT A. • 

Aliam dcm» 
C L I TIP HQ. 

■ko Quîdijlbuc? quandoquidem ducenda eft^ egMM 
babeo propemodum 

^ SOSTRATA. 

Nunc laudo te j gnate. 
C L I TI r H O. 

Arcbonîdîs filtatÊ. 

S S T R A TA. 

Tirpîaeet. 

C L I T I P HO. 
Pater f hoc nunc rejlat. 

CHREMES. 
Quùl ? 
C LIT I-P HO. 

Syroignofcasvot9, 
Duce med caufifectt. 
•^ CHREMES. 

Fiat. Fosvalete, (^plaudite. 

k E M A R CLU E S. 

Î9. ElA UT ELEGANS] ! Qu'il tfl iiJpciU &• 
iélicat en beauté t comme Térence a dit ailleurs, qukm 
ilegans fcrmarum fpeBatcr fum, 

21. Archonidisfiliam]. Ceft la fille eli 
Mire voi/tn Archonidès. Alon père a remarqué qu'ii 
faut dire Archnidi hujusfiliam , comme dans les bons 
aunufcnts; hujusy c'eft-â-diie notre voIfin,/:ar c'eÀ 

ainâ 
FINIS HE^UTONTmORUMÈNU, 



au, Google 



Se. VI- TIMORUMENOS. 23^ 

CHREMES. 

Voyez un peu qu'il eft délicat en beauté ! au- 
Toît-on cru qu'il eût eu l'cfprit tourné de ce cô- 
té-là? 

S0STRATA- 
Je t'en donoerai une autre. 

C L I T I P H O N. 
Ho bien, puifqu'il fout que je me marie, j'ai 
trouvé moi-même à peu près celle que je veux. 
S O S T R A T A. 
A préfent , mon fils , je fuis fort contente de toi. 

C L I T I P H O N. 
Ceft la fille d'Archonidès. 

S O S T R A T A. 
Elle eft fort à mon gré. 

C L I T LP H G N. 
Mon père, il. ne refte plus qu'une chofe.' 

CHREMES. 
Quoi? 

C L I T I P H O N. 
Que vous pardonniez à Syrus tout ce qu'il t 
lait pour Tamour de moi. 

CHREMES. 
Voila qui eft conclu. Adieu, MeflleurSi bi« 
tez des mains. 

R E M A R Q^U E S. 

aînfi que parloîent les Anciens. Archonîdi pour Ar* 
tbtntdis , comûie Achilli pour Aehillis , Perji poiii 
rtr/îu 

N O T E^ S. 

20. 7««i3,pout quidifihucfÇxxt le même MS. Faertt» 

21. Atchêhidi hujtafiliamy dans le même MS. Fatrm 

FIN DE L'HEAUTONTIMORUMENOS. 



dby Google 



dby Google 



P U B L I 1 

TERENTII 
A D E L P H L 

•*ftt#if»*«tt»ttf»«»»»*»«t*»tttttttt*tttt»t» 
LE S 

ADÉLPHES 

DE 

T E R E N G E. 



iimlL IL "a-. 



Digitized by VjOOQ IC 



:242 

T I T U L U S 

S E ;U 

DIDASCALIA- 

• ACTA LUDIS FUNEBRIBUS, QUOS 
^ECERB^* ^.FABIUS MAXÏMUS, 
F. CORNELIUS AFRICANUS MML 
LU PAULL EGERE L. ATTILLUS 
FRJENESTINUS, MINUTIUS PRO^ 
THTMXJS. MODOS FECIT FLAO 
<;US CLAUDIL ♦♦♦♦♦♦♦ c TIBIIS 

SAR, 

* Vulg. g. Fahs0 Miximâ.f P. Comelio AfricMt$ 
JEeUL Cuml. Voyez la Remarque ûir ce paiïàge. 

R E M A R Q^U E S. 

a ACTA LUDIS FUNEBRIBUS L. jEmILTI PAtTLîl. 
Jouée poMr les Jettx funèbres de L. 'EmUius Paalus, 
C*eft X. EmUius Pauîus qui fut apelle Macédonicus^ 
parce qu'il avoit raincu Terféty Roi de Macédoine, 
Il mourut l'an de Reme 593. cent cinquante^ huit ans 
avant la naiffance de notre Seigneur; fie il mourut iî 
pauvre y qu'il fallut vendre fon bien pour payer la dot 
de fa femme. 

b Q. FABIO MAXÏNfO, P. CORNELIO AFRICANO 
JEdii7|. Sous les Ediles g. Fahim Maximus, 6* A 
Cornélius Afrtcanus, Ce titre eft corrompu, comme 
Sealiger 5c beaucoup d'autres l'ont remarqué ; car ce 
ii'étoit pas les Ediles qui avoient foin des jeux funè- 
bres, mais les enfans ou les parens du mort. D'ail- 
leurs il eft certain que P, Cornélius Sciph Afrieanus^ 
fils de Paulus EmllktSy ne fut jamais Edile, puifque 
la même année qu'il demanda l'Edilité, il fut tait 
Conful avant Vige. AuréliusP'iElory dans le petit Traité 
qu'il a fait des Hommes Illuftres ; Ci>«i ^dilitMtemfe» 
foret y Conful ante unnos uîtro foQus, Et cela n'arriva 
'4)ue douze ans après la mort du père. & la repréfen- 
lia^oA de cette Pièces ce ^a^^ifs a ayant alors que 

^- tlCfttO» 



dby Google 



S45 
ï- E TITRE 

ou L A 

ï) I D A S C A L I E: 

CETTE PIECE FUT JOUEE POUR LES 

Jeux funèbres de l. emjlius pau- 

-LUS, sous les EDILES CURULES (^ 
FABIUS MAXIMUSj ET P. CORNELIUS 
AFRICANUS, PAR LA TROUPE DE L. 
ATTILIUS DE PRENESTE, ET DB MI- 
NUTIUS PROTHYMUS. FLACCUS AF- 
FRANCHI DE CLAUDIUS FIT LA MXI^ 
SIQ.UE. ON LA JOUA AVEC LES FLU'- 
^ES TTRIENES. ELLE EST PRISE DIT 

OREà 

R E M A R Q^U E S. 

tfente-fîx ans, qui ctoient Tâgè f(égitimé pour VZdlUp 
té» Muret a corrige ce titre fur un ancien manufcnfc 
qu'il ayoit vu à Venife. ABa Ludis funebrihus L. jÊ- 
mtlti Pamli , ^u«s fecere Q. Fabita Maximus^ Çy Pm 
Cornélius Afrieanus. Elle fut repréfentée aux jeux fw 
Zèbres de L, Emilius J^auluSy qui furent faits par Q* 
Fabius AfaxtmuSy Qr Pub. Cornélius Scioio Afrieanusm 
C'^toit les deux enfans de Paulùs Emilius. Le pr^« 
mier fut apellé Q. Fabius MaximuSj parce qu'il avoît 
^été adopte par O. Fabius Maxîmus , & Tautre fut apel- 
lé P. Cornélius ^cipio , parce qu'il avoit été adopte 
par le fils du premier Scipion tAfriquain. Cette cot- 
icdîon eft très certaine. Car il eft faux d'ailleurs que 
"^. Fahiu% Maximus & T, Cornélius Afrieanus fuflent 
alors Ediles. Les Ediles de cette année etoient &, 
Fulvius Nohilior & Z/. Marcius. ^ 

CTIBIIS SARkANTlS]. Avec les flûtes TyrleH'» 
fies* T^r éto\t apellé anciennement Sor par les 7*^/* 
mteiens. Les Carthaginois^ qui étoient une Colonie dfe 
f es Peuples , difoient Sar pour Str, De Sar on a dît 
^éirrê% iSarràHm cft donc T^ii»^^ de 7^; eômme 
L Z ^^^ 



dbyGoogk 



4^ TITULUS SEU DIDASCALIA. 
^JRR^NIS. FMCIT E GR^C^ ME. 
^ AN DRU. à L. JNICIOy M. COR^ 
a El 10 COSS. 

PER. 

R E M A R Q^U t $. 

€ins T^irgilt , Sarrano ïUrmiat ojîro , qk^îl dormi fut U 
fourpre de T)r^ Smrrannis Tihiti^ c*eft-à-dirc avee4u 
fiutet égales gauches. Mais voici une très grande diffi* 
IcuJté. Ces flûtes Tfriennes avoient le fon aigu ; c*^ 
toient celles qu'on cmployoit toujours dans les occa- 
îîons de joie ; comment donc eft-il poflible que les 
enfans de Paulus Emiliut ayent employé une^mufii^ue 
enjouée à la repréfentation d'une Pièce qu'ils faifoient 
jouer aux funérailles de leur prre \ cela ne peut être. 
Ce titre n*eft pas feulement corrompe,, il a été tron- 
«iw, comme il eft aifé de le faire Toir. Il faut lire, 
ACTA PRlÂiUM TIBIIS LTDIIS , DEINDE Tl- 
J5//S SARRANJS. Elle fut Jouée avec les flûtes Ly- 
diennes ^ 6» enfuite avec les flûtes de Tyr, Avec les flu* 
tes Lydiennes y c*eft-à?dire, avec les deux flûtes droites 
quiavoiçAt.le fon grave ^ Se que Ton employoit pat 
ton^é<\\xtnt dans les occafions de deuil. Après la pré' 
icîère repréfentatîpn pn la joua avec les flûtes êau- 
ches^ parce que ce fut Tans doute dans des occa^ons 
moins triftes que celle-ci. Et afin que Ton ne m*ac- 
cufe pas de faire cette correftîon fans quelque fonde- 
ment , voici ce que Denat en écrit dans la préface de 
cette Pièce. MeduUta eft autem tihiis dextrîs , id eft 
LydiiSf eh ferîam gravitatem , G)*c. /dpe tamen mutât ss 
fer fcenam médis ^ cantica mutawt, fued /ignificat titu^ 
Ifts/cend hahens fuhjenas perfonts literas M. M. C. EU 
le fut jouée ^a^ord avec les flûtes droites y e*eft-à-dtre 
Lydiennes y à cau/e de U gravité du fujet, Térence y 
thangea. pourtant enfuite la mu/ique , comme nous l'apre- 
fi^spar le titre, au bas duquel y après les perfonnages ^ 
m V9ît tes trois lettres , M M, C. c'ell-à^aire, mtttatis 

modh 



Digitized by VjOOQ IC 



LE TITRE OU LA DIDÂSCALIE. ^ij 

GREC D^ MENANDRE, ELLE PUT RE- 
PRESENTE E POUR LA PREMIEREPOI'S» 
SOUS LE CONSULAT DE L. ANICIUS» 
ET PE M. CORNEL4US. 

PÈR*. 
R £ M A R Q^U ^ S. 

modh iAntitu Ces txsÀ% lettres que Dênat avoît Tuef 
dans les titres de (on tem^, ne ïont pas dans celai-d^ 
ce -qui prouve encore que le titre n'eft pas entier. 
* dX. ANiC10,M. CORNELIOCOSS.]. SoiJ 
le Confulat de L. Anieims 6* de M, Comiliuf. C'eft 
fous le Confulat de L, Anicius & de ^ Cûmélinf 
Céthégut:, Tao^ de Rême 5^3. avant la nalflànce d9 
N. S. 158. 

Au refte Denai nous a conferv^ une tradition qwî 
m'eft fort fufpeôé,' voici ce qu'il t^crit dans l'argu- 
ment : Hane dicunt ex Terentianis fecundé' Joco sSam'^ 
itiam tum rmdi nom:ne Poëu , itnque fie pronwiciatam , 
Jtdèîplioi Terenti , non Terenti Adelphoi , quai sdbue. 
magîs de fabuU nomme Poëta , quam de Foitd nomtn^ 
fabula commendabatur. On dit que cette Pièce des AdeU 
pbesfut U féconde Pièce de Tcrence qui fut jouée ^ lé 
nom d*$ Piire^étânt enionfm inconnu; c'eft pourquoi on 
la puhlia Adelphoi Terentii , lé nom du Poète après h 
nom de la Pièce ^ (y non pas Terentii Adelphoi, le nenf 
de la Pièce après le nom du Poète , parce que le Poète 
thoit encore plus de recommrtndation de la Pièêe^ que 
la Pièce nen tiroit du nom du Poète* On peiit voit mk 
Blemarque fur le titre de V Eunuque, Cette tradition 
cft infoutenable , car il eft certain que cette Pièce dek 
Adelpbes fut la dern'ère Pièce de Térence ^ t^wi la don^ 
na Tannée qui précéda (a mort, -Se alors fa réputation 
étoît ^fon plus haut période. Comment donc n'au- 
roit-on^jas fait à ce Poète pour cette Pièce Thonneuc 
qu'on lui avoît déjà fait pour \*EunuqUey<{m fut publié 
terentii EunùtbiSy le nom du Poète avant celui de ii 
Pièce, comm^ Donat nous Ta api') lui-même daitt - 
Târgumcnr ? 



L3; 



dby Google 



PERSONiE DRAMATIS. 

J^ROLOGUS. 

îdlCtO , fenex, paUr aioptîvus MfçhinL 

PEMEA^ fenex.f rater Micimîs , pater JEfihu 
ni i$ Ctefiphonis, 

JESCHINUS^ adoîefcerKS y filius Dmsa ^ a| 
doptione, Mîeionis. 

ÇTESTP HO , ffoùer J^bîrtî. 

SOSTRAJA, mater Pamphila. 

PAMPHILA, fiiia Sojlnsta, amUê JEfcbifUi 

CANTHARA, nutrtx PampbUa. 

SEGIO, fenex, propinquus Pt^mphike. 

GETA, fervusScftrotar 

SANNIOy leno. 

DROMO,fermsMicionts. 

STR US y fervus MfchinL 

P E R S ONiE MU T Mi 

TYBICINA. 
PARME NO, fervus. 

Scend.eji Atibeniu 

* 



dby Google 



2$»i.a.^« 



dby Google 



Digitized by VjOOQ IC 



PERSONNAGES 
DE LA ËIECE- 

LE PROLOGUE. 

M I C I O N , père adopdf cfEfchinas. 

DE ME A, frère de Mîcion, & père Je Ctéffi 

phon & d'Efchinus. 
ESCHINUS, filsdeDéméa^ & adopté par 

Micioo. 

XTESIPHON, frère d'Efchinus. 

SOSTRATA, mère de Pamphila. 
^PAMPHILA, fille de Softrata, &maltreflc- 
d'Efchinus. 

CANTHARA, nourice de Pamphila* 

HEGION, parent de Pamphila. 

G E T A , valet de Softrata. 

S AN NI ON, marchand d'EfcIaves* 

DR O MON, valet de Micion. 

SYRUS, valet d'Efchinus. 

PERSONNAGES MU ET Si) 

Unejoueufe d*in(lrumens , dont Ctéfiphoû eft* 
amoureux 

PARMENON, valet. 

La Scène eft à Atbèner. 

t -f PR^4 



Digitized by VjOOQ IC 



PROLOG U S;. 

P Ojlquam Fpltafenfit fcripturamfui 
Jbiniquisobfervari, (^ adverfarios 
Rapere in pejorem partem, quam aShiri fumu:,i, 
Indicio de fi ipfi erit : vês eritis judices , 

5 [àoudine an-vftio duci faStum id oportca$4 
Synapothnefcoraes Dipbili Cnnadia eji : 
Eam commoriefOes Fha^us fecU fabulam. 
In Grœcd adolefcens efty quidenoni eripit 
Meretrkem^ in prima fabuld. Eum Plmtuslocim 

lO Relîquitimegrum: eum hic ïocum fumfit f%bi 
Jh Adelphos: verbum de verho ^xprejjum extuli^; 
Eam nos (mBwiJumus novam. Pernofiite, 
lUrtume fàStjm exift^metis y an îocum 

7.COMiVfORiENTES]. Mo»rani enfmhli.C^dk 
l*expUcatîon da titre Grec Synapûtbne/ctnteî. FarM 
foutenoit dans un de fes Oayrages, aue cette Comé- 
die des Mourans enJemhU n'ctoit pas de Plaute\ mus 
il/aut, ou qu'il parlât de 4uelque autre Pièce qui a voit 
le môme titre , ou que de (on tems les lentimens 
fuflcnt partagés fur ce fujet . que les uns \\ ^^^^^ 
4mi\FUmte^ &4es autres à ^^/i«i. Miis TértiÊCê 
cft plus croyable. Cette Pièce de Piautê tit perdue. 

9. In prima F A3 u L a ], Q,f*i dés le comt^^ânci- 
9tent de U Pièce, Ilfaut remarquer cette façon de 
prier , prîmSk in faSulSL , dans U première Cemidtc^ 
pour in prtrsStpiiKte'fayuU^ dans, le eQmvencemeht de U 
Çmédie, Cela eft ordinaire dans cette langue. 

II. Adelphos]. Les Adelphes, C'eft un mot 
Grec qui fignifie Us Frères, Donat remarque qu on 
4^4^911 AdtlpbHi & ftOttpas Adelpki ; comme m^. 



dby Google 



^fyJËLFMJ . 



Zcm.x.^i 



iy Ji^. 




Digitized by VjOOQ IC 



Digitized by VjOOQ IC 



t 



2W 

? R ô L o G' u e: 

JsJ Otre Poète s*étant aperçu que fes ennemU 
obfervent fes ouvrages pour les critiquer*, 
& qulls tâchent de décrier la Pièce que nousaU 
Ions jouer devant vous, s'eft cru obligé, Mes- 
ûew&y de vous rendre id compte d« fa condu!-. 
te: vous jugerez Ci ce^u'on lui reproche eft dî» 
gne de louange, ou de blâm^; 

Dipbilus a fait une Comédie Grèque qui a pour 
titre, les Moutans e»/hnWe^PIaute l'a traduite 
en Latin; & lup a laifTé-Ie même nom traduit en 
fa langue. Dans celle de Diphilus , il y a un jeu- 
ne-homme qui dèà le cômmencem^t de la Pj3- 
ce , enlève une tille â un marchand d*efclaves« 
Plaute a laiffé cet endroit-là tout entier fans le' 
mettre en œuvre , & Térence Ta traduit mot à 
mot, & Ta mis^ dans- f» Comédie des Adelphes, 
qui eft une Pièce toute nouvelle que nous allons 
Tepréfenten Voyais , je vous prie , fi cf éft>un voK 

oa 

R E M A R Q^U E S. 
tktins difoîent o/»^ pouc ilUy CUrumenùe pour CUré^ 



13. FURTUMNE VACTUM ^XISTUMETIS, AN LO* 
CUM REPREHENSUM ]. Voyez ^ je vous prie^ fi **eft 
im vol 9 ou fi ce ne fi pas plutôt un- ufage honnéu^ (yc. 
JRjen n'cft plus glorieux aux Poètes Grees^que de voif 
dans, ces piémieis têtus les Romains û amoureux (|e 
leius Ouvrages , qu'ils ne travailloient qu'à les. traduv 
ie>Ôc qu'ils ne cuoient-rîen de leur propre fonds. O^ 
peut auili aflurer que ce fut ce qui çnrichlt la langue 
Xatine y & qui amena ce grand goût q^î r^gna depuis, 
.Donat dit de Térence qa*iî aurtit cru mériter moins de 
louanges en faifant des Pièces nouvelles ^qu* en tradui/ant 
les Pièces Grèque s. Minus exiftimmns Umdis propriai 
fcrihere, quàm Gr/tcai tramferre. Il feroît à deurer qqîfe 
les Poètes d'amjoiirdhuî penfailent comme Térence , de 
QU,'il$>ouluirçAtcgyïu&e lui pipfi((f;( dei e^ceilens Ori« 
. . ^ ' î- 5 «îMia 



Digitizedby Google 



^o P R OL O G US. 

Reprebenfumf qui prcstmtui ntgkgentid ejtl 

IS Nam quod ifti dicunt malevoli^ bomnes n9bil€t: 
Eum adjutare , afflduéque unâ Je f ibère , 
Quod illi mdediSum vebemens ejje exijlumantp 
Eam laudem bic ducit maxuHMm,quumiUisplaci^i 
Qui vobis miverfis , ^ populo pkcem ; 

ao Quorum operû in bello^ in otio, innegotîêf^ 
Suo quifiue temporeufù' eji fine fuperUâ. 
Jklmc ne exfpeOetis argumentum fabulai 



RE MA R Q^Û E S. 



5^ 



itnatis qw nous zefbent encore. Les Fp^s Latins ne 
traduifoicnt pas rêulement les Comédies Gièques , 
mais ils tranfportoient de l'une à Tautre ce qui le», 
accommodoit y. comme Térènct fait ici ; car il trans- 
porte dans cette Pièce, qu*il traduit de Méfimdrt, un 
endroit entier de la Pièce de Diphilus^ dont Plauu. 
lie s'^toic pas fervi dans la' tradu^on qu*ii en avoic 
donnée. 

14. QUI PR«TERITUS NïGLEGENTTA BST]. QiU 
nvost été laijfé par la négligence Je Plaute. Térentê 
n'a garde d'accufer ici Plaut&d'êtic négligent; négli^ 

Sence eft mis en bonne part,, «comme dans le Prologue 
e VAndrténe;U il fiçnîfie proprement , quand on né* 
glige quelque chofe dont on n a pas befoin. 

If. HOMISTES NOBIJLES]. Des premiers de U 
Répmbliûue. Le ;eune Sciphn^ le jeune Léltus^ & Fip- 
Tsus Puhius , non feulement des premiers , mais dei 

ÎAus honnêtes gens de la République. Il en a été as* 
èz parlé dans la Vie de Térence. 

II. Eam laudem hic ducit mAxumam]. li 
ff^i ^u'9M ne/mtrt M donner wfH fivs s^andt kwus* 



dby Google 



P-ROLOGDE. tjT 
00 fi <e ii*e(l pas plutôt un ofage^ honnête qu*U 
a fait d'un endroit dont Plaute avoit négligé de 
'fe fervir, & dont notre Poète a voulu profiter. 
Pour ce que difent ces envieux , que des premiers 
de la République lui aident à faire fes Pièces, 
& travaillent tous les jours avec lui, bien loin d'ea 
être ofFenfé, comme ils fe l'imaginent, il. trou* 
ve qu'on ne hii fauroit donner une plus gran- 
de baange, poffque c'eftune marque qu^l M 
llîonnêur de plaire i des perfonnes qui vout 
plaîfent à vous , Mefïïcurs , & à tout le Peuple 
Jlomain , & qui en paix , en guerre, & en tou* 
tes fortes d'affaires , ont rendu à la République 
en général, & à chacun en particulier, des fervî- 
ces confidérables, fans en être pour cela plus 
fiers ni plus orgueilleux. Au refte n'attendez pas 
que je dife ici le fujet de cette Pièce,- tes deux 
vieillards qui paroîcrpnt les prémien fur là fcè* 

ne^ 

R E M A R Q^U E s. 
gt. Têrenu ne fe défend pas du reproche qu'on luf 
faîfoît que ces grands- hommes ][uî aidoient à faire fèfi 
Comédies ; ce reproche loi faifoit trop d'honneur» 
Four moi ie fuis perfuadée que la modeAîe de Térenté 
en cette occaiîon, ne vient nî de fon honnêteté , nt 
de fenvie qu*il avoit de f^ire plaifîr à fes amis & \ 
fes bienfaiteurs,^ mais de la force de la vérité. Il y « 
beaucoup d'ipirence que des %t.n% auffi po:is que Srx-^ 
fhn & Léliut avoîent .beaucoup de part \ ces Pièce»? 
car comment un Cârtbdginois auroit-il pu en fî peu de 
tems atraper toutes les beautés & toutes les gracei . 
tfune langue auffi difficile que la langue Latine? 

19. VOBI8 UNIVERSIS, ET POPULO]. Et 

k' VOUS y Mejj^ewiy Çy à tsut te' peuple. A vous^ cela 
$*adreffe aux fpe<àireurs, à tous ceux qui étoient au 
Théâtre: b* à tsui le penfUyC'tfk à ceux qui n'étoicnt 
pas préfens. 

20. INT BEl^LO, IN OrrO , IN NEGOTIO ]. Ert 
pmx , eH guerre j 6* en fûtes fortes d'affaires. On veut 
que en patx, Jn ttiOj regarde Furius Puhlius^ qui étoît 
iÇa^d f optique ;f/»^««rrr*, »» helh^ regardé Scipion, 



dby Google 



^5« P R O n O O U S; 

Smes qui frhni venien^t hipartem ëperienti • 
In agendo partem o/lendent.^ Facite , aquammiScÉ 
^S Tifirû Foius. ad fcribendum augeat indujlrianu 

KE M A K Q^U E 5. 

ou! ^toit gfrand Capitaine ; & enfiiî qae idmi ^êutiê' 
JkrUt^ûgétWKy in negptiê, legirâe Léîi^s , qui étoic 
un des plus Tares hommes de la Képubli^iuej .^ di| 
si$^emc9nfea«. 



-PUBUlT 



Digitized by VjOOQ IC 



PR O E O GU E. tsi 

ne ^. vous en feront connoltre une partie, vou§ 
aprendre^ le refte dans la fuite. Faîtes , s'il 
vous plaît» Meflîciïrs, oue la dfrpoflrîon que- 
notre Poète peut avoir i ' fefré'fîes Comédies , 
fbît augmentée & fortifiée aûîo»r<îhui p^ la fa^ 
vorable attention que vous donnerez à celle-cL. 

HOTES. , 

l|# M.^ B. 6te veflfa'f^9pii's Dooat ; miîM ^ fà^ 
^nnt^^sLj^Tlidfasnimitailts Çoplftes pourojcAf blctt 
avoir oublié ce TerSyjqtfU afalt: ^ • 



t ï- tE# 



Digitized by VjOOQ IC 



zn 



PUBLÏïTERENTïî 

A DEL P H L 

A C T US P R I M U S. 

* S Q E N A L 
Ml CI O 

CThrax.,,.non rediit bac noBe à cœndJEfcbinuTi 
Nequefçrvul9rumqufjquam,quiadv$rfufn ierant, • 

R E M A R Q^U E S. 

M I C I O ]. Muret 5c beaucoup d'autres ont toujours 
écrit le nom de ce perfonnagc par un f , Mitio , Mî- 
tlon, & ils ont cru qu'il à voit été ïoimé du mot La- 
tin mitis^ dùux , affhhlt ; mais ils fe font trompés. 
T^r#«c* auroit fait une faute trop groflfîère, fî dans- 
une Pièce Grèque Ccar la fccne eft à Athènes) il a- 
Toit mis un nom tire d'un mot Latin. Mici^ eft un 
nom purement Grec , MIKION, comme on le voit 
dansZ)fW*r0, Flutarftiê y Lûcieuf^&c il Went de uikkoç 
petit; & delà on t'ro'r rîulfi des noms de femme, - 
comme Micca* Plutanjue dins le Traité dé la Vertu 
des Femmes. ^Dans Arifiophane il y a une Mien , la 
orei^l^re fîUabe longue | p3;ce que c'eft pour Mieca, 

t% SYORAX«% NON ÀXDilT HAC KOCTS A C0£- 



dby Google 




Digitized by VjOOQ IC 



dby Google 



*;i 



LES ADELPHES 

DE TER EN CE. 

. ACTE PREMIER. 
S C E N E L 

M I C I O N. 

c Torax. . .Efchinus n'eft pas revenu cette naifi 
r du lieu où il foupa hier , ni aucun des va*» 

letï 

R E M A R au E S. 

WA ASCHINUS ]. Storax E/cbtnus n'efl pas revtnm 

€ette finit. On a fait à ce premier vers une faute con- 

' fideraMe en le traduifant, comme fî c'ctôit une de- 

' irnnde que ATtcionfit à Storax de cette manière, 5/#- 

rak , Éfchinui eft-it revenu cette nuit f Mais ce lï'eft 

£as une interrogation. Mici^n fortant de fon logis \ 
L pointe du jour, apelle Sfrax^ un des valets qui 
^toient allés Je foir chercher Efebinusi^ 8c vby^nt qu'il 
ne répondoit point , il juge par là que perfonne n'eft 
encore revenu , ni le m ître , ni les valets ; c*eft. pout- 
' quoi il dît en.luî-mêmç , non rtdiity îbre, E/chsn»s^ n*tfi 
j>as revéntiry ^e. Cela eft important pour le Théâtte» 
'/)«»4r ttë s'y étoit- pas trompé. ' -^ ...... 

- «« QjJl Ai>VOR«UM liRANTl. S,^i 0flérent 



dby Google 



^ A D E L P HI. Acr. K 

J^rofeSti boc verè dicunt : fi abfis ufpîam , 
Jia ub^fi cejjes^ eventre eafatîu* eft^ 
5- Q}^ *^ ^^ ^^^^ diciP^ ÏjP ^tti» in animo cogttit'' 
Jratat quàmiliat qua parentes pr9pi0, 
T^xor.9 fi cejjesy aut te- nmart cogitai'^ 
jdut tête amari^ aut potare,at(me animo dh/equi^» 
Et tibi hene ejjefoli, cùmfibifit mali.- 
ÏO Ego, quia non ndiitfilius^ qua çogito'^ 

Et quîhu*^ nunçjolicitor rébus? ne aut ille alferk » • 
' jiui urpiam ceciderit^ aut perfngerit 
jiliquid. Vah^ quemquamne bominem in nnimum 

inftifueré, 'ant ^ ' 
Parafe 9 quodfit cnriuSi quàm tpfe eftfibif 
j^ Atque ex me bic natus non eji, Jed ex fratre : U 
adeo 
'^jytjfmili 'fludîo efi. Jdm inde ab adolefcentid ' 
Ego brnic tlefnentem vitam urbanam* atfie'^Mium 
Secutusjum: £3* ^dfortmatum ijii putant^ 

Uxorem 

R B AT A R CLU E s, 

iMMlêvant de' lus. C'eft le propre terme , êd'ûtrfkk în; 
U le» valets qui alloient au aevant de leurs maîtres , 
^soient apellés Aiverjîtores. 

13. QpEMqUAMNE HOMINEM IN ANIMUM IN- 
ITITUEUS AUT PARARE]. De pUcer dani fên c9Ut f 
§u de prendre dàni fa maîfin. Cette disjonâlve sut 
inarque alïbrément que T^rence dit ici deux chofcl; 
' in^anîmum inftiiuerr^ placer dans fon coeur; parari^ 
prendre dans (à maifpn: c'eft un mot de conunerce, 
qui convient fort bien \ l'adoption. 

17. ECO HANC CLSMENTEM TITAM URBANAM V 
J*/ù vécu à la ville itùne manière' douée 6)* trauquiU» 
Cttte façon de parler me paroit remarquable , viia 
tlemenSf une vie clémente y pour ce aue nous dlfons 
«ne vie douce & tranquile. Plaute scû feivl de'.m£« 
m» dû mot eUmenter dans le Sticèms IV. i. 

Hidim i^mramm Wf^m^ fi^irf ÎA% tlm^0 ^9h. 



dby Google 



ScL LES. ADELPHES. aj^ 

lets qui allèrent au devant de lui. En vérité 
Ttèn- n'eft plus vrai que ce qu'on dit d'ordinaire : 
fi vous êtes abrent,& fi vous vous arrêtez trop 
longtems quelque part, il vaut mieux qu'il vous 
airivece que votre femme en colère dit de vous, 
que ce que penfent des parens qui vous aiment 
avec tendreffe. Si vous tardez trop à revenir, 
votre femme s*imagjine que vous faites i'amous; 
ou que vous êtes quelque part à boire & & vous 
divertir i & que vous vous donnez: du bon teAS 
pendant qu'elle n'a que de la peine. Mais mol, 
fur ce que mon fils n'efl pas encore revenu, quel* 
• les penfées n'ai-je point? & de quelles inquiétu* 
des ne fiïîs-je point agité? Je crains toujours 
qu'il n'ajt,eu froid , qu'il ne foit tombé en quel* 
que lieu, ou qu'il ne fe foit rompu quelque bras 
ou quelque jambe. Alrîed-il pofSbIe qu'un homr 
me ait la folie déplacer dans fon cœur , ou de 
prendre chez foi quelqu'un qui lui foit plus chet 
que lui-même! Ce garçon qui me donne aujourd* 
hui tant de chagrin, n'eft pas mon fils, il eft à^ 
mon frère; & ce frère dès fon enfance a^tou* 
jottts été. d'une. humeur entièrement opofSeàlà 
* mietv 

R E M A H Q^U 1 S. 

I^éehargiùnS'ftêut ^ aujourihui le' vaiffioM , mên frèrtf 
PA. Doucemetit je vous prit, 

Î8. Et qUOD rORTUNATUM ISTI PUTANT, UXOk 
H-KM NUMCKJAM HABUl]. Et J*ai pris le parti dés 
gens du monde , qui aiment le re^s , & qui fsnt cmfifttr 
le bonheur à ne je point marier. Je n*ai jamais eu dt 
femme. Ce çaflâge parait équlvooue dans le texte*; 
mais /e ne laifle pas d'être petfu.idée qu'on s*efl trom* 
p^ quand on a traduit, Se au- lieu qu'ils efiiment que le 
mariage foit un^ grand bonheur >^ je ne me fuis jamais ma* 
fié,C't& aflurcment tout le contraire ; car c'eftà n'être 
point mari^ que les gens dont parle Micion , font con^ 
fifter le fouveiain bien, & il n'eftpas difficile de Icfairte 
yek, Micion fait ici le portrait d'une vie douce de 
ttanqulie» ilolgaee de toutes, foices d^AâiUzes ^e^-â^ 



dby Google 



^8 A D E L FH'L Act. T. 

Uxorem numquam babuL Lie contra, bac omnU:: 
ao Ruri agere vkêm, femper parce ac duriter - 
Sebaberez uxùrem duxit : natifilii 
puo; tnde ego bunc majorem adoptavi mîbi: 
EduxH parvulo , bahui, amavi promeo: 
In eo me ûhle&à : fohm id ejl cartm rmbi r:- 
tLS Ill^ut item contra me babeat^ facto feduld* 
Do 9 pratermitto, non necejje baheo omnia 
Pro meo jure agere : pojlfemà, aîH clancuîwn.^ 

Patru quce faciunt quœ fert adolefçentia , 

Eêr 

K E M A R Q^U E S. 

chagrins : îl n'cft' donc pas poflîblé qu'il fîriiffe ce pof-- 
trait par une chofe qui eft très fouvent contraire air^ 
bonheur de la vie. De plus il faut que roponcion 
foJt pleine & entière entre la vie douce que menoit 
JUiscion , & la vie dure & pénible de D/méa, Cette 
opofîtion n'y fera plus , fî Miciên a dans fa vie un en- 
droit par lequel on le puiflè )uger malheureu?:. D'aiU 
Jeurs le mot ifti montre aflèz auel étoit le fenfiment 
de Michttj &c c*eft ce mot que 1 on n'a pas aflèz confî- 
d^ré; car il a un raport manifefte avec urèsnsm v|« 
tamf i/fiy c'eft-'à-dire ijfi urbani^ ces ^ens de ville ^^ 
ces gêna qui comme moi vivent à la ville. En effet 
les gens du monde font moins portés au mariage^que 
les gens qui vivent feuls à la campagne ; 5c Ton doit 
jB^me avouer que les femmes font plus néceifaires à ' 
ces derniers qu'aux autres ^ qui peuvent faciloment 
s'en palFer , à caufe de ta ùxÂété qu'ils peuvent avoir 
d.^ns les villes. Tirenee aous^ aprend ailleurs ce qu'il 
^Afolt du madtge» quand il fait, dite par Démia^ 



dby Google 



Sô. I. LES ADELPHES. ftj«> 

mienne. Toute ma vie j'ai vécu â la ville d*une 
manière douce fictranquile; & j'ai pris le partie 
des gens du monde, qui aiment le repos, & qui 
font conûfter le bonheur à ne fe point miarier; 
je n'ai jamais eu de femme. Lui au contraire s 
toujours vécu â la campagne, épargnant & tra- 
vaillant ince(ramment;il s*e(l marié, & il a eu 
^eux enfans;. j'ai adopté Tainé, que j'ai élevé- 
ces fa plus tendre jeunefTe : je l'ai regardé & ai« 
xné comme mon propre fils ; il fait feu) toute ma 
joie; rien ne m'eft cher comme ilui, & je fais 
tout ce que je puis pour l'obliger à me rendre la 
pareille. Je lui donne dequoi fedivertir , jepas- 
fe fur mille chofes, & je ne crois pas qu'il foit: 
jîéceflaire de me fervir de toute mon autorité:, 
enfin je l'ai accoutumé à me faire confidence 
de toutes ces petites chofes que la jeuneffe in« 
fpire, & que les enfans ont grand foin de ca« 
cher à leurs pères; car celui qui e& accoutumé 
à mentir 9 & qui ofe tromper fon père, entre^ 
Çrendra bica aifément de tromper les autres. Je 

R E M A R Q.U E s. 

Aââ V. Scène II. i)mx$ uxorem^ quam ihi mî/eriam 
vida Je mtfmt muié^ futile mifirt H*ai-jt foint vueî 
Dtnat^ été de ce (èntiment, mais ce qu'il ajoute, . 
qtie Titenct s'adreilè là aux RoméùnSy qui ntturelle- 
ment n'étoient pas trop portés au mariage » eft infou- 
tenable. Il n'eft pas quedîon des Rimains dans une 
Pièce toute Grèque. ^(^im»«4^«^ pènfoit-il aufli aux Rê^ 
mains quand il écrivit ? tf fJUitKmptùt fA$ftç yvveuit ^ 
^iXf^Çéaef. Et en ^u^i Je fûts trop heureux ^ je n^di 
jamais eu de femme. Et ailleurs, iVi« ytvôj^tf^ 
piXtreu ^ijf i^î^v» E'TC^«y yetf^etruf y ttùrùç twt^^ 
X*^^ V^iu.ôu Celui fui veut vivre heureux , dtit 
Uijfer marier le% autres y Çy ne fe marier jamais. Donati 
devoit fe (bu?enii que lès Athéniens, n'étoîcnt pas 
plus pour le mariage que \t% Romains. Cela fuifir pout 
taire voir fi Mr. Gujet a été bien fonde' dc TOttloilt 
CPiriget Çy ^d infvtWéUum sfti puta^iU 



dby Google 



9fio A IX EL PUT. iJoi^.-E 

Sa ne me celet , cmjuefeci ftlium : 

îo Nam qui memifi ant f aller e injheverit 
Patrem , tantà magîs U audebit ceter$s. 
Pudore^ Êf libéralité liber$s 
Ketinere , fatius ejfe credo , quhm metu. 
Hœc fratri mecum non conveniunt , neque ' placent^: 

35 Venit ad me fape clanùtans ^ quîd agis^ Miciof 
Gur perdis adolefcentem nobis ? cur amot ? 
. Cûr pùtat f'^cur tu bis rébus ftimptùs fuggeris? 
Uejiliu nimkim indulges : nimium ineptus es. 
Nimium ipfe- efl dums , prater aquêmqtie , ^/ 
bonumy 

40 Et errât longé , meà quidem fi'nteittiS^ . 

Qûiimper'mm credat gr/vuius effe aut fiabilius ^ 
Vi quodfit, quàm illud.quod amicitid adfûngîiut: 
Mea fie eft ratio ^ (^ fie animum inducQ meumf 
^alQ.coaSiusquifuumqj^fiumfieiPt 

45 Dam id tefcitumiri crédit^ tantifper eetuef: ' 
Sifperatfore: clam, rurfum ad ingenium rediH 
^em bénéficie adjùngasi ilU ex animo facit: ■ 
StUdet par referre : prcefens àbfenfque idem erits 
tloc.patrium eft^ potius confuefàcere fSium 

59 Sud 
RE M A R'Q^U ES. 

48. PAXSENS ABSENSqUE IDEM ElUT ]. Préftnt 
^U'ahfenty il fera toujours U même, Préfent 4u abfents^ 
cen'eft pas pour parler d'un changement de lieu ; eu 
^at«ÛSipju:t>toutle xncme,-.ks.Iieux ne. changent pas 
; le8^ 



dby Google 



tc.^. LES A^DELPHES. 2«i 

fuis perfuadé qu'il eft beaucoup mieux de rete^ 
sàï les enfdns par l'honneur & par la pudeur 
que par la crainte; mon frère & moi ne fom« 
aies pas fur cela de même fentiment; cette é- 
ducation lui déplait. 11 vient fouvent chez nous 
crier & me dire; Que voulez- vous donc faire? 
pourquoi nous perdez- vous notre fils? pourquoi 
fouïïrez-vous qu'il ait des maîtrefles, & qu'H 
aille au cabaret? .pourquoi lui donnez^vous de 
l'argent pour cela? vous rhabillez trop propre- 
ment, & vous êtes trop facile. Et lui , il eft trop 
dur, il pafle les bornes de la judice & de l'é- 
quité , & il fc trompe extrêmement, de croire 
qu'une autorité établie par la force, eft plusfo- 
]ide & plus durable , que celle qui a pour fon- 
dement l'amitié. Au moins je le erols ainfi, 
c'eft-làmon fentiment, & voici comme je rai^ 
fonne: Celui qui eft contraint de faire fon de* 
vdir^ar la. peur qu'il a du. châtiment, prend gar- 
de à lui pendant qu'il apréhende d'être décou* 
vert; mais qu'on lui ôte cette crainte, d'abord 
il retourne à fon naturel. Au-Iicu que celui que 
Vous gagnez par votre douceur & par vos bien- 
faits , s'aquite toujours de fon devoir fans au- 
cune contrainte, ic cherche; à vous donner des 
marques de fonraffeftion. Préfent & abfent il 
fera toujours le même. C'eft là* le devoir d'un 
pèw d'accoutumer fes enfans à faire le bien 
par leur propre mouvement, plutôt que par ces 
inotifs de crainte; & c'eft jen cela qu'un père eft 

foit 

HEM A R Q^U E S. 

les înclînatîons ; mais c'eft pour diic > devant V9iu 
^mmt ion votre tré/ence, Qrc. 

NOTES. 

jo. Jta ut fit. y pour m/uiverit , lîfant au r. fuîr. péh 
frtm audebitj èc ôtant is, tout cela fans autorité 

f 5^ Ckmans poiji Igk mefiuç du veis. 



Digitized by VjOOQ IC 



t52 A D E L iP H L ACT, X 

^0 Suâfp^nt^reQêfacere, quàm alieno rfieiu. 

Hocpater ac dominus interejl : boc qui nequU^ 

FaUatur nefcire imperare liberis. 

Sei eftnc hic ipfus, de quo agebam? (^ certi is tfi. 

Nefcioquid trijlem mdeo: credo jam , uifikf , 
55 J^rgabit. 

A CTUS P RI M Û5. 

S C É N A IL 
M I C I O. D E M E A. 

çf M I c I o. 

o ^iHimm te advtnircy Demea , - 
Cétdmus. 

DEMEA. 
Ebem^ opportune: te ipfum quaritf» 

M I e I O. 

Outd trîjlts «? 

DEMEA. 
Rogas me , Ubi nohis Mfcbînut 
Sîet , quid trijlîs ego Jim ? 

M IC I 0. 

Dixin boc fore? 
S Quidfecttf ' 

DE. 

R E M A R Q^U E S. 

2. Ehem Opportune], M^ /V v$us irowtk 
firt k froPts. Dès le premier mot aue prononce Dé^ 
mé'a , il tait fentir fa groflîereté & Ion incivilité : caï 
îl eft plus prompt à quereller fon frère , qu'à lui rciî- 
dre fon faîut» % 

3. ROGAS ME, UBI NOBIS ^SCHINUS SIET]. 
CfâZ'^utMs me faire cette demande , vous ehes qui eji 
Éfchinust On s'eft trompé à ce paflage , car on « cmi 
que Déméé diftit ; Ofi^-^m wf :f9m Wt% éim^à 



dby Google 



Digitized by VjOOQ IC 



Digitized by VjOOQ IC 



St?. n. LES ADELPHES. 263 

fort différent d*un maître. Tous ceux qui ne fa- 
vent pas en ufcr ain(î, doivent avouer qulilsne 
font pas propres à élever des enfâns. Mais n*ell- 
ce pas là notre hommet c*eft lui aflurément. Il 
me paroit trifte , je ne fais de quoi. Je m*imagi- 
ne qu*il va me querelleur félon fa bonne coutume. 

ACTE PRRMIER. 

SCENE II. 

MICION. DEMEA. 

M I C I O N. ' 
AH, mon frère, je fuis ravi de vous voir ici 
en bonne fanté. 

DEMEA. 
Ah, je vous trouve fort à propos ;c*eft voua» 
même que Je cherche. 

M I C I O TT, 
Qu'avez- vous à être trille? 

DEMEA. 

Ce que j*aî à être trifte? pouvez- vous mefaî- 

-re cettç demande, vous chez qui ell Efchinust 

M I C I O l^, bas. 

Ne Tai-je pas bien dit? haut. Qu'a-t-il fait? 

DE. 

R E M A R Q^U E S. 

ift mot ^ui ai un fils etmme Efehînusf XJbi^ c'eft-à-dîr« 
apud queMy vous chez ^ùi; & c'eft une fort bonne raî- 
fon: Quoi y vous avez chez vous Efchînusy &• vous mû 
demandez ce que j'ai à être trtfle f Les Anciens (e (er- 
voient de ces adverbes de lieu pour mirquer les per- 
sonnes, comme is unie petitur^ pour lè quOy celui à 
^ui on aemande; unde hac fufcepta eft ^ pour ex quâf 
^morem-kuc tranfylitt poiu in hans ptfllam t & miUc 
a^cs cxemplcf « 



dby Google 



2«t A D E L t U I. Aer. 1 

B E M E A. 

Quîd ille fecerit ? gw^ w nefiue puiet 
QuiJqucm: nec metuit quemquam : neque lesefn 
putat ^ 

TsnerefeuUam. Nam iîla^quœ antebac f$aafurit, 
OmktQ: mode quid defignavit^ 

MICI'O. 

Quidnamid eft^ 
D E M E A. 

Fbres ef régit, atque in œdes îrruît 

20 Aliénas: ipfum dominfim atque mnnem famiHam 
Mukavit^fque ad mêrtem: eripuit inulierem, 
Quamamàbat: clamant omnes , indignijjumi 
FaStum tffe hoc. Advenienti quot mibi^ HSch ^ 
Dixere! in ore eft omni populo. Deniqtie ^ 

15 Si conferendum exemplum eft , nmi fràtrem videt 
Rei dare êperam, ruri ejje parcum acfobriwh^ 
NuUum bujus fimile faSium^ Hac quum illi, AU* 

cio, 
DicOf tîb'i dicOf tu illum cûtrumpi Jirtis. 

MU 

KÈ M A R (I.U È S. 

f. MOO6 <lVliy DESIGKATIT]? QuilU oe^ 
tiâff inoi^e ne vientM péu de cemmettref Dejtgnar^ eib 
im terme très grave qui (ê prend en bonne 8c eij, 
jnaavaife part, & il (e dit proprement de ceux qui 
font quelque chofe d'eitcaoïdinaiie ^ cfiiioiu» & qui 
if a point d'exemple. 

XI. MuLCAViïj. A iêtmé mille etmpt. Quand 
tt mot doit f^gfaifier, doniiei des coups > affommer» 
batte y meurtnr , il faut toujours écrite mutcàre » 8e 
«on pas multaref j'en ai fait une ^eiuarque aUleuit. 



dby Google 



ScII. LES ADELPHES. S^ 

D E M E A. 

Ce qu'il a fait? ud garçon <juî n'a honte de 
tien, qui ne craint perfonne , & qui croit que 
les lois ne font pas eûtes poUr lui. Je ne veux pas 
parler de tout ce qu'il a fait avant cejour : quel- 
le aélion inouie ne vieùMl pas de commettre? 

. M I C I O N* 

Quelle aéUon donc fi terrible? 
D E M E A. 

n a enfoncé une porte, il eft wtré par force 
dans une maifon , il a donné mille coups au mal* 
tre & à tous les domelîlques; il les a JailTés près** 
que morts fur la place, il a enlevé une femme 
qu'il aimoît; tout le monde crie que c'eft l'ac- 
tion la plus indigne qu'on ait jamais ftlte. Àh» 
Micion, en venant ici, combien aî-Je trouvé de 
gens qui me l'ont dit! Le peuple ne parle d'au* 
tre chofe. Enfin s'il lui faut un exemple, n'a-t-il 
pas fon frère? ne le voit-il pas apliqué à fes af* 
faires , fe tenir à la campagne , épargner & vU 
vre avec frugalité? On ne lui a jamais rien vu 
fiire de femblable. Quand je dis cela contre 
Efchinus , je prétends le dire contre vous , Mi- 
cion; c'efl vous qui foufirez qu'il fe débauche. 

MI- 

il E M À R C^^U E s. 

ïl faut bien remarquer ici que Dém/a ne dit pas M 
lenonem^ maïs dtminum; il fuprime la profemon de 
rhomme , parce qu'elle aoroit diminué le cdme 
é*E/cbinui, 

ERIPUIT MULIEREM ÇUAM AMABAT]. 
ï/ a enlevé une femme qu*il aimott. Voila cet liicldent 
que Térence a pris de la.Cpmédie de Biphitus^ com- 
me il le dit lui-même Sans le dixième veii dufi^ 
logpe. 

TamtL M . 



dby Google 



^i69 . ADELPHI. 1 AcT.i; 

Micro. 

Homme imper ko num^uam quîdquapi înjujliut, 
',S.o Qui,, nijl qtiod i^efacîty nibil reUum putat. 

DE ME A. 

Quôrfum îjlhuc^ 

MICIO, 
QuîdtUt Demeay btt^mMj^kaf* 
'Nonefiflagttîwtti mihî crede y adolefcentulum 
• Scortarif neque p6$are ; nonefi, neque fores 
Effringere. Hac fi neque ego^ neque tu fecimui^ 
^5 'Nonfivîtegejlasfacerenos: tununc-Ubi 
Jd laudî duciSy ^uod tumfecijii inopiâ. 
Injurium éfi, namji effet unde id fieret^ 
Faceremus : (^ tu illum tuum^ fi ejfes homo, 
Sineres nunc facere ^ dum per œtatem licet, . 
-30 Potîiis quàm y uH te exfpeSûtum ejecijfet foraf-^ 
Alieniore atate poft faceret tamen. 
D E ME A. 
Frô Jupiter î tu me bomo adigis adinfanîam. 

Nm 

H E M A R Q^U E S. 
19. HOMIItE IMPERITO NUMQUAM QUIDqUAM 
JNJUSTIUS]. Je ne trouve rien de /t înjujie , qu'un. 
,hùmmf q'^î n'a nulle expérience du monde. Imperttuty 
[j^noranty fîgnifiç ici proprement un homme fans ex- 
périence , & qnî ne connoit point du tout le monde, 
iz. P<R ô J u P 1 T RJi ]. 0^ Jupiter! JOçnat remar-' 



Digitized by VjOOQ IC 



5c. II. LES ADELPHES- 25^ 
M I C I O N. 

Je ne trouve rien ^e (î injofte qu'un homme 
"qui n'a nulle expérience du monde ; il s'imagi- 
ne toujours qu'il n'y a rien de bien fait que ce 
'.qu'il iait lui-même. 

D E M E A. 
Qu*eft*ceque cela veut dire,? 
M I C I O N. 
Ceft 4|tte vous prenez cela de travers , Dif- 
înéa. Croyez- moi, ce n'eft pas un G grand cri- 
me à un jeune-homme d'avoir des maîtrefleSjHî 
d'aller au cabaret; ce n'en eft pas un, vous dis* 
je, ni d'enfoncer une porte. Si nous n'en avons 
pas fait autant, vous & moi, c'efl: que notre 
peu de bien ne nous l'a pas permis , & aujour- 
dhuLvous voulez vous faire un gfand mérite d'u- 
^e chofe que vous n'avez feite que malgré vouf. 
Cela eft Injnfte; car Ci nous' avions eu de quoi» 
nous aurions fait comme les autres, & fî vous 
étiez un homm^, raifonnafale^, vous fouffririez 
^ que ce ^s qui eft chez vous , & dont vous di- 
tes tant de merveilles , fe divertît aufB pendant 
(que l'âge où il eft le lui permet , plutôt - que de 
'l'obliger d'attendre qu'il vous ait cnfîp fait pôr- 
'tef à; voti;^ rfemiejr gUe, après avoir, longtems 
; fouhaiié ce moment» Alors tous ces ptaifîrs fe- 
ront? pour lui beaucoup plus horç de falfon, & 
il jie laiÇera .pas de les prendre. 
* ^ DE lyi.Ë A. - 

Oh Jupiter l vous, me fêrçz devenir fou.\ Cfe 

. n'eu; 

' '■ R EM A RCLUE's; 

■'<iue ici que cette eîtchmation , Ù^ Jupiter! eà de la 
Tragédie, & non pas de la Comédie.- c*eft pourquoi 
^térincè ne la fkit jamais faire qifbn ne'vdye en ml- 
xne tems 4ue ceux qui la font otrt l*efpllt agité <fe 
quelqtiè J)a(Qon Violente , comme içi D^mfè q«i a^tt* 
te , V9Ui >»ff /€«» 'divtnîr fou.' » . . ^ . . . , 

Ma' 



dby Google 



-ft^s . A D E L P H I; Acr.fL 
.Non ejl flagitiujn fdce^ bcBc adolefcentulum î * 

^Jlnjcàlta^ ne me ohtunias de bac refapîus^ 
35 Tuumfilium dedijli adoptanduin mibi. 

Is meus eftfaSus: fi iuiil peccat, Demea^ 
Mibi peccnt , ego îlU maxumam partem fersatu 
^ Opfonat^ patate olet unguenta ? de meo, 

^mat? dabittir à me argemum» dum erit.com* 
modum; 

40 Ubi nm erii, fortajje excîudetur for^. 
Fores efregit? refiituentur: difcidit 
Vejiem? refarcietur. Eft^ Dits gratta ^ 
Et unde bcec fiant , ^ adbuc non moleftafitne. 
Tùfiremi aut define; aut cedo quemvis arbitrum : 
45 Teplurainbac repeccairfi ofiendam^ 
DE M E 4. 

Heimbil 
£ater ejjls difce àb ittis^ qui verifciunt. 

Mt 

B. E M A R Q^U E S. 
37. EGO ILLt MAXUM:Xm f ARTEM ITEIIAm}. &éji 
moi qui en porterai la piàs grande partie, lUi tCiSt 
^pa$ le datif du pionom ille ^ c*dl Tad^erbe -Mi pout 
illic , ihi, 

39. DUM IRIT COMMODUM']. Quand îe U 
gourai* . Afc9nia$ & Tauhman s'étoient trompés a ce 

xnot-, qu'ils cxpliquoiem, ^uandiu libuerit^ tsmi ^m'U 
mè plaira. 

40. FORTt^SSS EX<:i.WDETUR VORAS}. 
. Feut'4tré que Jet m^ttrejfes le cbafferont. Voici un au- 
tre fens qu'on pput donner à ce i^^in^ey peuuétre f&é 
je femerrai prêmmeniSc j'avoue que j'ai ctk Ipngtemfi 
^ue.cfëtOîitfle.bonj mais enfin je trouve que' Tcxpli- 
catîori que j'ai fjilvie eft beaucoup ,pJus du' caïaâère 
de Meiçn; 5c l'on doit. prendre garde à la cendxeilè 



dby Google 



a. Ili LES ADELPHES. 26^ 

n'eft pas un crime â un jeune-homme ^ de faire 
toutes ces chofes ? 

M I C I O N- 

Ah! écoutez; ne me rompez pas davantage 
la tète. Vous m'avez donné votre fils à adopter, 
il -eft donc à moi; -s'il fait quelque fotife, c'eft 
ijir mon ciwnpte , c'eft moi qui en porterai la 
plus grande partie. Il fait de la dépenfc? il va 
au cabaret? il fe parfume? c*eft de mon bien- 
Jl a..des maîtrelTes^'je lui donnerai de l'argent 
pendant qne je le poura^; & lorfque je ne le pou- 
ïaîplbs, peut-ftre qu'elles le chafTeront. H a 
brifé une porte, on la fera refaire,' il a déchiré 
des habits, ou les raccommodera. Mous^vons» 
grâces aux Dieux ,dequoi fournir à* cette dépen* 
fe y & juTqu'ici tout cela ne m'a pas chagriné. 
Enfin, ou ceflez toutes ces plaintes, ou pre- 
nons tel arbitre que vous voudrez, & je vous fer- 
lai voir que vous prenez tout-à>faic mai cette 
affaire. ^ 

D E M E A. 
Mon Dieu, aprenez à être père, de ceux que 
lé font véi:itablemenu 

MI. 

R E M A R Q^U B S. 

de ccfentîment; il ne dit pas abfolument , fit m^ 
trejpts le chajftrmt , excludetur foras; mais peut-eirê 
ettifei maitrejjes le ehafferont. Il aime tant ce fils, Cç 
il en a fi bonne opinion , qu'il croit qu'il peut fe tai- 
jjt aimer r^ins rien donner. Il y a dans ce mot, peut» 
être y une gjace merveilleufe ; -Dw»/»/ Tavoit bien vue, 
voîci fâ remarque; Et miré fortaffe dieity «t pater ifi" 
dulgens &* eredens adùle/eentem pojft etism gratis amari 
ak amicâ , non enim affirmavit ut diceret , exeludetur 
Itrar, 

^. AB II.LII» QUI VERE 5CIUNT]. tê 

ceux , 

NOTES. 

4«. Qui veri fient t apr^ Palm^rhi* ÔC Guyet» Voy»- 
M Rem. de Me. D^ 
; M 3 



dby Google 



2yo A DELPHI Act. t, 
MIC 10. 

Nsturd tu illi pater es , cmfiliistgo^ 

D E ME A, 
Tun\confulis quidquam? 

MJ CIO. 

Ah ! fi pergis , abiena^ 
D E M E A. 
Skcine agis ? 

M I C I O. 
.An ego toties de eâdem re audiamt ■ 
D E M E A. 
50 Cur(S ejl miit. 

Micro. 

Et mibi curce eft i verîim^ Demeai 
Ca^emus aquam uterque partem: tu alterum^ 
tgo item alterum. Nam amhos eurarty propemok 

rr" dum . , 

Jtepofccu ejt^iltumf quemdedijlt 
D E M e; A. 

Ab , Micîci 
M I à 10. 
êiibifie videtur. 

D E M E A. 

Quid' ifibuc ? tihi 1% ifthuc piaeet^ 
55 Profundtt, perdat^ pereat,^. nîbîl ad im. attinet. 
Jam fi verhum ullum poftbac^ ... 

Mti 

R E M A BL Q^lî E $. 

aux qui Ufint véritahUmefa. Onaea raîronde corri* 
^er qui verê fient , comme s'il lui difoît ; Vous « n*ltes 
p^ie que pai adoption, 2< njioiije le fuis par la natiH 



Digitized by VjOOQ le 



Se* It LES AUELBHÎIS. ayxt; 
MI c I o n; 

Vous êtes fon p^re par la naiflance. Mais moî 
je* le fuis par TédUcation ù, par les confeUs que 
je lui donne, , 

D-:E M E A., 
Vous, desconfeils? vous lui en donnez de 
bons vraiment! 

M I C I O N. 
Ah, fi vous continuez, je m'en vais. 

D E M E A. 
Eft-ce ainiî que vous en ufez? 
M I C I O N. 
Faut-il donc aulTî vous entendre toujours dire ' 
la même cfactfe? 

D E M E A. 
Ceft qu'il me tient fort au cœur. 

M I C I O N. 
Et à moi auffi il me tient fort au cosiir. Mais 
enfin , mon frère , je vous prie que nous parta- 
gions vous & moi réducation de nos enfansj- 
ayez foin de Pun , j*aurai foin de Tautre. Car de 
vouloir les conduire tous, deux, c'eft à peu près^ 
me redemander celui que vous m'avez donné, 
D E M E A. 
Ah, Micion! 

M I C I O N. 
Cefl-Ià mon fentiment. 

D E M E A. 
Eh bien, vous le voulez donc ainfî ? qu'il di-- 
pi^fe, qu'il perde tout , qu'il pérille, cela ne 
me regarde point. Si j'en dis jamais un feul ■ 

IQOt<r. 

MI- 
RE M A R Q^U E S. 
te; vous devez donc aprendre de moi à l'être ; car îl 
y*a blçn de la dîffetence e^tre les fentimçns que ce*, 
oçttx çtatJ doivent infpirer. 

M4 



dby Google 



aj-^ A D E L P H I. Acx. Iv 

MlCIOi 

bajcetu 

DE ME A. 

An non ctedis^ upeton* qu^m iedil: 
J^gri eft : altenus non fum : fi obfto .... bem » 

d^no. 
Utium vis curem: curo-y (f eft. Dis gratta, - 
§o Quom îta, ut volo, eft: ifte tuus ipfè fenxîet. 
Pojlerius,... nolo in illum gravius dicere. 

A C T US P RI M U S. 
S C E N A Uh 

M I c I O. 

]\^^c nibU, neque omnia bœçfitni, çua dicit^ 

tofticn 
NontUbil mdefta, bac fim mibi: fed oftendere^ 

Me 

R E M A R Q^U ES. . 
5«. Alienus non sum]. 7> nê/tiîs pat un 
étranger. Il ne veut pas dire, f g fuis pourtant /oh pé- 
re , de peur de déplaire à Micion , qui a adopta (on 

»M j5^' ^^ ^^^» ^^ *' -^'* P^ *** ^^^^S^^ comme 
s 11 Oïlpit, vous, ne voulez pas que je me méte de fa eoti" 
ésitte, cepend-ant je ne fuis pas un étranger, 

1. NEC NIHIL , NE<^UE OMNiA H«C SUNT 7. 
Ce quil vunf de dire n*eji pas vrai en tout, il tn ejî 
fwrtant ,&e, Donat tXDÏiQMt autrement ce palïàffe . 
TlSl ^^J^"^^]?^^ eft ^e lui, aiTurc^ment il hi 
ttompë. Au refte Térence fait parler aînfi Micion. 
pour fatisfaire les /peftateurs, qui euiTent trouvé mauî 
vais qu II eut dit des choTes qui jiouvoîent faire ua. 
ttès méchant effet datg l'clpât dei ieuucs-gens, »*U 



dby Google 



gc. nr. LES A DELPHES. 273 

M I C I O N. 

Vous mettez-vous encore en colère? 
D E M E A. 

En doutez-vous? Quoi! c'eftvous redeman- 
der celui que je vous ai donné? Cela m*eft fort 
fenflble; je ne fuis pas un étranger; cependant 
fi je m'y opofe plus, que je... Mais je nten 
▼eux plus parler. Vous voulez que je ne même* 
le que de la conduite d*un feul ; je le ferai , & 
rends grâces aux Dieux de ce qu*il e(l comme 
je le demande. Votre bon fils fentîra à ouelaue 
heure ce que. . . Je ne veux rien dire de plus 
fort contre lui. 

ACTE PREMIER. 
SCENE IIL 

M ICI ON. 

Ç E qu^l vient de dire n'eft pas vrai en touf, 

il en e(l pourtant quelque cbofe, & cela me 

diagrine en quelque façon ; mais je n*ai pas vou- 

R E M A R QJJ E ^. % 

t. Mon viril mojlbsta HiSC sunt mihiJ. 
St Cela me chagrine en queLjue fmfCH, Le caxaâère oe 
JWtson eft fort bfen ména^; Térenee fait qu'il cft 
cbaerin de ce que Déméa ui a dit , & pour fadsfaize 
léft TpeAiteurs , comme je viens de dire , & parc^ 
que s'il ëtoit infenfible à tout ce que fait E/eémms, 
ce ne feroit plus une indu'gence, mais un abandon 
entier. Dans cette grande modération il ne laifle pas^ 
éb confêrver tous Its fcntimens d'un yéntable pèie^ 
èc cela eft fort bien conduit. 

M a TES. 

se* IIX* M« B« confond cette ^cioe av^c la piécé^ 
4ente« 



dby Google 



..ftjui: . AD E L Pm. . Acr. lîé 

Me agri patij iUi nôlui: nam ita eft bomoy. 
Ciimplaco, avorfor fedulà ^ ^ detetrei^ 
5 Tamen bumanè vix paiitur. Fèrùmfi augem^ 
jiut etiam adjutorfim ejus îracundics\ 
Infamam profeBà cum Ulo, Etfi MJcbînus 
Nomullam in bac re mbisfdcU infuriim* 
Quam bic non amavit theretricem, aut eut noft"^ 
dédit 
10 Aliquid ? Pojtremà nuper (credo jam omnium , 
Tœdcbat)dixit velle uxorem duc ère'. 
Sperabam jam defetvijfe adolefcentiain^ 
Gaudebam: ecc^ autem de integro : nîji quiçlq^uiiP 

J^oÎQ'fcird>y atque homnem cmvemre^fi apud fo^ 
rum eft. ^ 

, A C T U S SEC UN pu S. 

. .'." se 'E; N' A, 'I.'..,;. \ . 

S AN N 10. ^SCHINUS. TIB14 
C IN A. P ARM EN O; 
S A N N I O. ; 

QBJecrOy popuîares^ ferte mifsrOf taque innaî 

cênti auxilîum: 
Subvenîte inopL 

JEscffr^ 

11EMARQ.UES. 
ïi. Velle uxorem ducere]. Qu'il voa^ 

Èitfe Marier. £l/cbjinusjiii avo^t b^ dit qu'il vouloiè 
marier ; mais il n'avoir ofé liw dire avec qui ; aînfî 
. ilftVtott.fans U i^YOix^expU^qQ une panfe^ du fujét de 
cette ri^ce» .4 

K 42, Jam 



dby Google 



Digitized by VjOOQ IC 



Digitized by VjOOQ IC 



Se T. LES ADELPHÈS. 275 

W lui en faire rien connohre, car c*efl un hom- 
me bâti de manière, que fî je veux l*apaifer, il 
faut que je lui réfîflc de toute ma force, & que 
je'crieptus haut que lui; encore a- 1- il bien de 
h peine à fe retenir. Mais fî j'aîdois aie mettre 
en colère, & fî je l'échaufois tant foit peu, il y 
auroit en vérité de quoi nous faire devenir fous 
Tun & l'autre. Il eft pourtant certain qtfEfchi. 
nus me fait une efpèce dinjure en cette occa-^ 
ûpn; quels auachemeos n'a-t-il point eus ici?l* 
quelle femme n'i-t-il point fait des préfens? 
Enfin il y a quelques jours qu'il me dit qu*il fe 
vouloit marier. Je crus d*abord qu'il comment 
ç6it à fe lafler de toutes ces créatures, & fes* 
pérois que tout le grand feu de fa jeuneflè étoit . 
paffé; j'étoîs ravi, & voici encore une nouvelle' 
équipée. Mais je veux fa voir ce que c'eft, & 
aller à la place chercher mon homme. 

ACTE SECOND. 

S C E N E I. 
S ANNION, ESCHINUS.' 
LA JOUEUSE D'INSTRUMENS. 
P A R M E N O N. 

S A.N N 1.0 N. * , 
yi L'aide, mes concitoyens, fecourez, je vous 
prie , un miférable qu'on outrage injttftô» 
ment , donnez maîn force à un malheureux qut 
n*a nul apui. 

ESCHI- 

R E M A IL Q^V ES. .t 

' It. JAM DF.FSR VISSE ADOLBSCENTUM !• fl»< 'k 

kù de /a Jeune fe étoit pajé, Mcion attiibue. tout 4« 

feu de lai jeuneife, 4c liep. à Efihîms{ U JlC fe peii| 

Û«li 4« Wtt» fiwYi' qwc ce caraûètç* * . • .4 



dby Google 



>i 



87(^ A D E L P H I. AcT. IL 

JE S C H I NU S. 

Otiqfè nuncjnm illtcû hîc cmfijte. 
Quid rtfpeSasf nibil pericli eft i numquam^ hm 

ego adcro^ bic U 
Tmgtî. 

SAN Nia 

Ego iftam invitis ornnUmu 

JE S C H I NU S. 

5 ^fiamfumn eftfcelejiuf^; nm con^îttet iodie uuh 

qwm iterum ta vapulet. 

S A N N I O. 

Audif Xfchine, ne ignarum fuijje te iicâs amh 

fum meùm.f 
^BgoUnofwru 

JE S C H I NU S. 
Scio, 

S J N N I O. 

jitita, ut ufquam fuît fidequifquam 
optumd^ 
Tu quod te pq/ierius purges ^ nolh. banc injuriam 

miU 
Fa&am ejfe^ bujus nm faciam : crede boe , ego 
metim jus perfequor : 
lo Neque tu verhisfolves umquam% qi¥^(t,re niibi iwk 
lèfeceris. 
NM ego veftra bac: nuïlUmfgBum: dahiturjus* 

jurandum , effe te 
Jndignum injuria bâc ; indigtiis cùm egomelfim 
acceptus modis» 

JESCHL 

R E M A R QJ5 E. $. 

7. E O O LBN O 8 U M ]. ^ Je jiis marchsnd itfilÊf 
«fi.- ¥1 loi déclare cela, parce que tes marcliands d'es- 
claves ^toient foir privilégiés à Athènes^ \ caufe du 
«and profit que la RépulMique en tiroît , 9c il étoît 
i^endudeles xxMlttaicer» lus peine d'emKfdatîon r 



dby Google 



Sfe- L LES ADELPHES. 277 

E S CH I N US , é la fille qu'H a enlevée. 
PréfeDCemenc tiens-toi là fans crainte; qve 
îegardes>tu?tu n^as ri^ i apcéhender; pendant 
que je (biai ici il ne te touchera pas , fur ma pft» 
lôle. 

S A N N I O N. 
Moi malgré tout le monde je vais Ir... 

E S C H I N U S. 
Quelque méchant qu'il foit, il y fongera fîki$ 
tune fois g &iine s'expofera pa^ davantage à 
être batu* 

S A N N I O N 
Ecoutez, je vous prie, afin que vous n'en 

5 rétendiez eau fe d'ignorance» je fuis marchand 
'efclaves, au- moins. 

ESCHINUS. 
' Je le fais. 

S A N N I O N. 
Et homme de parole, s'il en fut jamais. Né 
vous imaginez pas que je prenne pour argent 
comptant , quand après que vous m'aurez' mal- 
iraité, vous viendrez vous excufer,^ me dire 
que vous en êtes fiâché; je ne m'tn foucieral 
non plus que de rien, foyeztwi bien aâk^ Je* 
vous pourfuivrai en juftice, & vous ne répare- 
rez point' par des paroles une injure que vous 
m'aurez faite réellement* Je connois toutes vos 
dé&ites; je fois très mari que cela foit arrivé, 
je fuis prêt à jurer que vous ne méritiez pas ce 
mauvais traitement. Cependant j'aurai été traité 
de la manière du monde la plus indigne. 

ESCHIn 
B. E M A R Q.U ES. 

t*tK powtqaoi dans l^MCsen un jeune-homme qui fè 
plaint d^re desh^'t^ i tort p-ir ion .père , dit » 
rU fF»f9ôÇé9%ûç fKfffMi ; y s^uil. tm marchand t^ty 
ilava qui fa ^y^ne fme gif isyjtmaHréÊitéi^' ' a 
M 7 



Digitized by VjOOQ IC 



5^3/ AD E L P H L Act. H., 

iE 5 C H I NU S. 
40/ pr^ Jlrenuè , «c /or ef aperi. 
S A^N N î O. 

Ceterum bdc nibilfackè 
MS C H I NU S. 
J intrb nunej^m. 

S^ N N 10. 
At enim nonjinam. 

. j^ S C H I N us: 

Accède illuc^ 'Parmeno^' 
J5 Nimîum àbîijli îjlhôc , btc ^ropte'r hune adjijle: ■ 
hem^ ficmlo. 
Cave nuncjam ocuîôs à mets oculis quoquam dimo» 

veas tuos , . 

Ne morafît, fi innuerim^ quin fugnus coatinui 
in malâ bareat. 

SA N N 10. . 
ijliuc voîo ergo ipfum e^cperiri. 

JE S C H I NUS. 

Hemferva:, omitte muîi&remi 
SANNIO. 
*Omiferumfacinus! 

m se H IN us: 

Geminabîtf riîji ctroes^. 
s A N N I O. 

f Hei tniferiam i 
JE S C H I NUS. 
ao ^ori innueram , verùm in ijlampartem potiùs pec-*- 
cato tannen: 
ï nuncjam. - ; 

. -, • SA^', 

» Vulg. O facinus indii^num I "fyviig^inimr/eromfèkt^ 

i - . N-O T :ï s.' ■' -^ *' *' 



.} 



Digitized by VjOOQ IC 



Sa I. LES ADELPHES. 27a 
E S C H 1 N U S. 

Pârménon, cours devant & ouvre la porte* 

S A N N I O N. 
Tout cela eft inutile, je ne le'fouffrîrai pas; 

E se H I N U S, àlafillc. 
Entre préfentemcnt. 

SAN NI ON. 
Mais je ne le fouffrîrai pas, vous dîs-je. 

ES CHI N U S. 
Aproche un peu de ce côté-là , Parménon ; 
tu t'es trop éloigné de ce coquin, mets- toi près 
de lui; bon, te voila bien. Préfentemcnt prends 
garde de ne pas détourner tes yeux de deiTus 
les miens , afin que tu fois toujours prêt à lui 
enfoncer les mâchoires au premier figne que |c 
te ferai. 

S A N N I O N. 
. Je vôudrois bien le voir, vraiment, 
E S C H I N U S. 
Hola, Parménon, prends garde. Parménm dmi 
ne en même tems unjoùffiet à Sannionfans rien dû 
r*> 6f EJçJjwus commue. XaifTe cette fille, &• 
Quin. 

S A N N I O N. 
Oh, quelle indîgûîté! 

Ç S C H I N U S. 

Il redoublera, û tu continues» 

S A N N I O N. 
Que je fuis malheureux î 

E S C H I N U S, àPaminm. 
* Je ne t'avois pas hit figne de le batrç, mafi 
îlvaut mieux ^pécher dececôté-li Va-t'en prér 
lentement avec ton foufflet, Sannlon. > 



Digitized by VjOOQ IC 



ftS^ A D E L P H T. Acr.TL 

S A N N I O. 
Quid hoc reiefh'^ regnumne^ Mfcbine^ 
Uc tu pojfides? 
JE S C H IN U S. 
Si ttSinem , oma^ttu ^ffes eoc tuis virmîb'us. 

S A N N I O. 
Quid tibi rei meçum efi?. 

JE se H I NU S. 
Nibil. 

SA N N I o: 

Qiifi? nojlin' qui Jtrnf 
^ JESCHINUS. 

Non dejdèrh 

S A N N I o: 

TetiÊirC tui'quîdquam^ 

JESCffiNUS. 

Si (Utigiffes , ferres infiHUnium» 
' S A N N I 0. 
^S QeiI Hhi magis Hcet meam babere , pro quâ egù 
arg-entumdcdi^ 
Mefpmde. 

JE S C H I NU S. 
Ante œdesfwn fecijft eriê meliu' bit eorvoi» 
cium: 

Nom 

H E M A R Q^U ES. 
a). QJJID? NOSTiN* <^ui $iM']l'Cmmentf 
me eonnoiJfeZ'Vtmi'^. Ifçnat a fait unecemarque fur» ce 
vers, qui mérite <f^tre expliquée 9 prçprié fit'tnim H- 
€it ^nt nihil qutd^am^ iehtt^ num me nov't ? nt» qtAi^ 
iyiwttuT ^ Jtd qubd in jure non cernatur. S^nnion par* 
k ici proprement ^ car c'eji ce que répond d'ordinaire un 
homme fMine doit rien y me connoit-il ? Ce nefi pas 
au' il fott inconnu i celui à qui H parie , m/iîs c'efi quen 
^uftiee on na point d'a&îon contre lui. C'eft-à-aîie que 
ct< termes, no/li me t nofti qui fimf font t'rés des 
* coutumes de de& formalités. du-H^reau f pour àîtt. qu'on 
«a^cyoit tien \ quelqu'un, on lui éiS<yAX^me:onnr'ffez 

VQtuf. 



dby Google 



Sc.T. LES ADELPHES- 281 

SA N*N I O N. 
Qu'eft-ce donc que cela, Efchinus? êtes- vous 
ici le Roi? 

ESCHINUS. 
Si >€ Wtoîs, tu ferois traité félon tes méxitesn. 

S AN N I O N. 
Qu'avez- vous à démêfer avec moi ? 

ESCHINUS. 
Rien du tout« 

SA N N ION. . ih' 

Comment? me«pnn9i(rez-vous? 
ESCHINUS. 
Je n*aî nulle envie de te connoîtrew. 

SA N N I ON. 
Aî-je quelque chofe du vôtre? 

ESCHINUS. 
Si cela étpit». tu n'en ferois pas quite â ûbotin 
aarché,. 

S A N N I O N. 
Pourquoi vous eftil plus permis de m'enlever 
mon efclave qui me coûte mo& bon^ argent ?ré;« 
pondez. 

ESC H I N US. 
Il te fera pjus^ avantageux de nç» faire poîftt 
lant de vacarme devant cette maifon; car fi ta 

coi^ 

R E M A R Q^U E S. 

Jdftjf car îl ir'y a utn qu'an Créancier connoîfle fi 
bien que foa Débiteur; 6c ce que répond Ëfchinus^ 
qu*U n*a nulle envie de le comioîtrey eft prefque la 
même chofe que s'il dîfoit,/* n'ai nullt envie .dit u 
Hen demander. Ainfi toute la plaifanterîe ût ce palïa» 
ge confifte dans Tëquivoque des termes ; mais cette 
^uivpque ne ful^fifte plus dans Ja ttaduâ^on, quot- 
qu'elle foit à la lettre. 

2(r. Non fecisss hic convicium]. -Dt 
ne faire point ici tant de vacarme. Convictum^ propre» 
ment un bruit de gens qui pàil^At tpj» ^€Q. mçw» 
IftOisi- c'eft i>ôui #MfV9c/»»« ' 



dby Google 



figa • A DEL P H l; î Acj. JI. 

Nam fi molejlus pergis tffti juin întro abripierty^ 

Uj^ue'^àSfiUcem operïere lo'rîs. * > ..v- ^ -- 

* ' LûtIj /»&er? 

Mrs C H J NU S. 

Sic eriù.' 
S JÎ N N I a 

iomîft^m tmpuruml biccine libertatem aiunt 
œquam ejje omnibu^ 

JE S C H I NUS. 

éQ Sifatîsjam debaccbatus es, leno y audi fi vis 
nunc jam* 

S yl N N I O. 

Bgon' debaccbeaus fum autem, an tu in me? 
M^S.C.H I NU S. 

Mîite ifta , aîgue ni rem red^ . 

. . \ ^ A N N I 0: 

^^iam rem? qu6 redeam? 

JE S C H I NU S. 
Jamne me vis àicere quod ad te attineti"^ 
S A N N I O. 
Cupîo, aquî modd aliquid, 

JE S C H I N U S. 
Faby leno iniqua me nm valtloq^^ 
SANNIO. 
Lénofiim.j fateor , perhicies communis adokfcen^ 
ttum^ 
g5 PerjuruSy peflis: tamen tibi à me nulld efi ort% 
injuria» 
; . . MSCHl^ 

NO T* E S. 
%z.JOiç(r^U qmd^ après la plupaxt^es MSS» 



dby Google 



Se. I; LES ADELPHES. 2B3: 

continues à me chagriner > je vais tout à Theurc 
te faire emporter au logis, où je te ferli doonet 
mille coups d'étrîvières. 
^ SA N N I O N. 

Des coups d'étrîvières à un 'homme libre 9- 
i ;E S C H 1 NUS. 

Cela fera comme je te le dis. . 
S A N N I O N. 

Oh le méchant homme! Eft-ce donc lâ ce 
qu'on dit, qu'ici les Joîic font faites pour tout le 
monde? î 

E & CH I NU S- 

O ça, fi ta as affez fait Tenragé, écoute fi Vi 
veux préfentement ^ 

S A N N I ON. 
Eft-ce donc moi qui ai fait Tenragé? n'efl-ce 
pas plutôt vous qui l'avez fait à mes dépens? 
ES C H 1 N U S. 
Ne parle plus de tout cela , & vleni au fait, 
. : SJiN N I O N, 

A quel fait? 

E S C, H I N U ^. > . 

l VèûK-tu donc me laiflcr parler pour tes affâl^ 

S A N N I O N. 

Je ne demande pas mieux, pourvu que ca 
que vous direz foit jufte, 

E S C H I N U S. . , 

Oh vraiment nous y voici;, un faquin demar* 
çhand d'efclaves veut que je ne diferien que de 
lofte! . . < . 

SANNION. 

Je Tavoue, je fuis marchand d'efclaves, la 
ruine commune des jeuiles-gens, un parjure , une 
pefte publique; avec tout cela je ne vous ai fait ■ 
aucun tort. 

^ESCHb- 



dby Google 



asV A D E L P H L Acr. Ui 

JE se H I NUS. 

Km ierck etiam hoc rejiat. 

S ^ N N I O. 

. JUuCf qvuBJhy, fedi, quocepi/lîy Mfchiiie^ 

; JE se H I N u s, 

idinU viginti tu illam emifii , quœ tes tibi vorta^ 

malè: 
jirgerUi tarOum dabitur. 

SAN N I O: 
QtUdi fi ega illam mh venderei 
Qgesmef 

JE SCflLN US. 
Mmmê. ' . 

S ji N N I O: 

Nàtnqùe id metuL 
MS C H I N U S. 

Neque vendundam cenfe$ ^ 
4» Quœ libéra e/f: nam ego iUam libérait adfero eau* 
Jâ iHanu. 
mnc vide utrum w, argentum accîpere, an cttué. 

Jam meditari tuam. 
Délibéra boc^ dumegoredeo, leno*. 

ACTOS 

R.B MA R.Q^U E $1 

, 9^-îffA»r HIRCLÏ ETIAM HOIT RXSTATJ. 
^à, vraiment il ne te manquer oit plus f«e eeU. Otf 
avQit traduit ce. vers; EJi-ce là toutuce que tu mots à 
iMwiirMf Mais ce n'eft point du tout le fens, &.roa 
»"éfoit fort éloigna de la penfe'e ^Efcbmui^ comme- 
on le peut voix par ma tr^du^ion. li Berele reftatL 
fcgnifie en Latin, ,7 ne manque plus que cela. On ca 
trouve de» exemples d^as Cic^inm^ 

40. nasc 



tiasi.f 



dby Google 



ÎC.L L&S ADELPHES. «V 

BSCHINUS. 
n ne te manqueroit que ceta. 
S A N N I O N. 
' Revenons, je vous prie, à ce que vout^vfez 
commencé. 

E S C H I N U S. 
Tu as acheté cette fille ♦ foixante pîftoIes,ce 
quipuide te porter malheur I On te rendra ton 
argent. 

S A N N I O N. 
Quoi! iSt Cl je ne veux pas la vendre, mol, 
Wt'y contraindrez- vous? 

ESCHINUS. 
Ho, point du tout. 

S A N N I O N. 
Ced pourtant ce que j'apréhendoîs* 

ESCHINUS. 
J'aprens même qu'elle ne peut être vendue^ 
car elle eft libre, & je la foutiens telle. Tun'aî 
donc qu'à voir lî tu veux de Targent, ou fi ta 
«Jmes mieux fonger à défendre ta caufe. Peu* 
fes-y pendant que je vais là-dedans. ' 

ACTE 

* Fintt msnes» 

IL E M A R QJJ X S. 

40. NaJ« ego ILLAM I.IBÏRA.LI AIMtRO CAtT- 
SX manu]. Et je la foutiens telle. Il y a dans le 
Latin, (b' Je mets la main fur elle, pour fêutenir puhtl» 
quement fa liberté. Ce font àts termes de Droit , ad* 
fertre aliptem -mann ^ porter la main fui onelqo'iut 
poar le Mettre en liberté, pour foutci^i quil cfk. lî- 
htti hauffSi lihef^sliy poux une caufe de Uooct^f po«c 
routenix fa liberté devnt les Juges. 



€ 



dby Google 



%éS * A-D E L P Hl. AcT. E 

,A GT US SECUNDU& 

S G E N A IL 

SANNiq. 

iTRô^fuprem Jupiter! 
iEnimimirory fui inf mire gccipiura ex injurîi. 
Domo me eripuitj vtrbenvuit: me moiîo adduxU 
meiffn : * 

Homini mijero plus quingemos colapbos mfrégit 
mibi. } • 

S Ob mdefàSta bac tantiiem emtam pojlulat fibi 
tradier, * • 

Verîm enim, quando bene promeruit^ fiât: fuum 
jus pojlulat. 

Jge Jam çupio , mdo fi argentum tedd^t,; fed çg^ 

bcec bariolor. 
iVbime dixero dare tanti, tefies facîet illico^ 
VendidiJJe me^ de argentojomniumimox^crcùredî. 
Xo Id quoque peffùm ferre , fi mode Yèddat: quêé- 
-' ' quumi^tium efl, :/.'-:.. 

ihritm cogftû id, quod res efi: quando éuin' quai- 
tumoeceperis , • ' l\ 

Accipîenda (f mujfttanda injuria àdolefçentium^. 
,Mnmo dabit: frufira egometmecum bas ratii. 
nespuPo. 

ACTUS 

NOTES. 

se, II, M. B. «^{e cette st^e avec la pt^c^eatci 



Digitized by VjOOQ le 



Se. II. LES ADELPHE S, nSr 

ACTE S E C ON D- 
SCENE IL 

S A N N I O N. 

QRand Jupiter! je ne m'étonne plus qu'il y 
ait des.gefts que les injuftices faOTent devû- 
VIT fous! Il m'a arraché de ma maifon, il m'a 
battt y il m*a donné plus de cinq cens coups de 
poing dans les mâchoires , il a emmené mon 
\ efclave malgré moi; & pour touç ces outrages, 
il demande que je lui donne cette fille pour ce 
qu'elle m'a coûté. En vérité je lui ai trop d'obli- 
gation pour lui rien refufer,-U a raifon, & il ne 
demande que ce qui e(l julte. A la bonne-heu- 
re, je veux bien le fatisfaire, pourvu qu'il me 
lende mon argent. Mais je me repais ici de 
fumée ;fitôt que je lui acur^ dit que je veux bien 
lui donner cette efclave pour ce qu'elle me coû- 
te, d'abord il prendra des ténwins comme je 
l'ai vendue, & pour ce qui eft<le Taigent, ba- 
gatelles, il ne s'en parlera plus; on vous paye- 
ra tantôt : revenez demain. Encore pren Jroit- 
on patience, pourvu qu'à la fin on fût payé, 
quoique ce Toit là une fort grande injuftice. Mais 
voici une chofequi eft très véritable, c'eft que 
lorfqu'une fois on a commencé à faire le mécier 

3 ne je fais, on doit fe réfoudre à tout fouffrir 
es jeunes-gens fans rien dire. Perfonne ne me 
J>ayera, je compte ici fans mon hôte. 

ACTE 



dby Google 



^88 A DEL PHI. Act. IL 

ACTUS SECIJNDU& 
S. C E N A IIL 
SYRUS. S AN NI O. 

S r RU S. 

^Jice^f egtmet cmveniamjafn ipfum : xupidi oc» 

-• cipiat jam faxo : atque etîafH 

Bène Ocaifecum ejje aHunu Quid ijibiic. Son. 

nio^ eft quod te audio 
-Cum bero ne/do quid amcertaffe^ 
S AN N 10. 

Numquamvidi iniquitU 
'<:oncertatîonem cùmpara^am^ quàm bac bodie imcf 
nos fuit. 
5 Egqvapulandoy iUe verherandd, uj(pu ambo rflî 
feffifumus. 

S TRUS. 

Tua ûuîpa. 

S A N N I O. 
Quîdûgerefn^ 
^ SX RUS. 

Adolefcerai mofem^ejlum opârtnft. 
S J N N I O. 
Qutpotui meUus? qui bodie uf que os prabui^ 

SX' 

R E M A R a:U E s. 

) CUM HERO NÏSCIO qUlD CONCERTASSE]. 

De Je -M Jais quel combat entre mûn maître (y ^w. La 

beauté de ce paiTage confiftc dans le choix liu mot 

tùncertaffe. qui éft un terme qui itiêl règalité ^trc 

' Bfchtnus & le marchand d'efclavcs ; & c'eft ce qai fofl^ 

de la ïéponCe que ce marchand fait à Syrut. 

KUMQUAM VIDI INIQUIÛS CERTATIONEM COM- 
l»ARAT>Uî ]. Je n'ai ie ma vie vu un combat plus ini» 
^aL Ce cêmpûTêtam e&, un mot empiimt^ des corn- 



dbyGpogle 



^Sc. III. LES ADELPHES. qss 

A C T E S E C O N D. 

S C E N E in. 

"s Y R U S. 's ANNÎON. 

S Y R U S. * 
nr Aîfez-vous, je vais mof-ràéme tout-à-l*hca. 
-^ re le trouver , & je ferai G bien qu'il recç- 
'vra cet argent avec'bieSn delà joie, & <|u*ildirâ 
qu'on en a fortfecn ufé avec-liâ. Qu'eft-cedonc 
^e ceci, Sannîon,& «qu'entens-je dire de je ne 
fais quel combat entre moh maître & toi? 
S AN N I O N. ' 
Je n'ai de ma^ vie vu un cembat plus inégal; 
nous nous fommes laflës tous deux â n'eft pou. 
voir plus, lui de batre, & moi d*être batu. 
S Y R U S. 
Ceft ta faute. 

SAN NI O N. 
Qu'auroîs-je pu faire ? 

S Y R U S. 
11 faloît avoir de là complaifançe pour on jeu- 
îie-homme. 

S A N N I O N. 
Çue pouvois-je mieux faire que. de lui tendre 
la joue tant qu'il lui a plu? * 

SY- 

^ Il par h à E/chinus en fortant du logis, ^ 

R E M A R Q^U E S. 
b^ts de gladiateurs, dont on choiMblc Ics^plus ^gaus 
pour les faire combatre enfemble. 
NOTES. 
I. M. B. ôte le Crémier /il», for tova €ts MSS. U 
les edit. anciennes. 

' 4» i^^ ^i/«,f«4 buer^ étant b^^^ fans atitorit^ 
6'^aceremy poiii arerem^ après pluficws JtS5. 

Tome IL N 



Digitized by VjOOQ IC 



apo A.D E L PHI. Act. Jt. 
S T R U S. 

Age , fcîs quîd loquar? 
fecunkm inloco n^glegere, maxumum interdum 
eji lucrum. 

Hua 

s T R U 8. ' 

. Metuijii ^fi rmnc de tuojure comeffiffes paululum^ 
^o At^e adûlefcenti effes morig^r^us^ bommm è«-t 
moftMltiJlkme.y 
i^t^imtihiihbuç fœmtçLtet'i 
' ; $ 4 N NïO. 

,, : ' Ego fpem pr^tio non m$, 

:/ S T R U S. 

Numquam rtm faciès : abî, nefcio inefcare bomi* 
fkSt Smnio. 
. ' ; SA N NI O. 

€reàè ijliuc ^meUusejJe-: verùm ego-numquam 

adeo ojiikus fui^ ' ' 
Quin , quidquid^ pojjlsm , , malkm a^tferre ^otiùf in 
/ prœfcnUâ,^ - *' 

S T RUS. 
15 -^S^ * ^^* ^'^^ animwn : qûafi quidquam tibi 

i jint vîginti mina, 

Dum buic ohfequare : praterea autem U aiunt pro* 
ficifcf Cyprum, 

S A N NI O. 

Hem! 
' ' , ST RU S. 

Cohnijfe bine, quœ illuc v^htns , imita i navem 
, cmduUam: bocfcio, 

Ari' 

,N Ô T "E ^S* î 

7. Hodie et nfque y Tans autorité. ' 
w4; H«i I dans la bouche de. Syxxa ^ ïxixmx quet» 
9te944SS,. , 



dby Google 



Se.nL LES ÀDELPIÏES. ^pt 

S Y R U s. 

O ça, fais-tu bien ce que j>i à te dîret C'eft 
fouvent un grand gain que de favôir méprifer le 
gain à propos. 

SAN.NION. 
Ho, hoi 

S Y R U S. 
As-tu eu peur, impertinent que tu es, que 
û tu eufles retâdié un peu de tes droits, & que 
tu eufTas fait piaifir à ce jeune-hoinihe, cela ne 
^- l'eût pas été rendu au double? 

SA NK I O N. 
Te n'achète pas Tefpéranceà deniers cômptans. 

S Y R U S. 
Tu ne feras jamais rien^ va, tu ne fais pas 
Oijolér lés gens, Sannion. 

S A N N I O N. 
Je croîs qu'il feroit mieux d'en ufer comme 
tu dis; mais je n'y ai jamais entendu tant de d* 
nèfle , que je n'aye toujours mieux aimé être 
payé fur le champ & perdre, que d*atteaJre & 
gagner beaucoup. .• 

^^ S Y R U S. 
Va, va, Sannion, je connoîs ta générofîté; * 
comme fi ♦ foixante niftoles t'étoîent quelque 
chofe pour obliger mon maître. D'ailleurs on 
dit que tu es fur le point de partir pbur Cypre* 
SANNION. 
Ahl 

S Y R U S., . 

Et que tu as acheté ici bien clés chofes pour 
y porter; que tu as loué un vaifleau; cela te 
tient l'efprit en fufpeùs, Je le vois bien; maïs 

♦ Vtnkt mines. - 

NOTES. 

^5. ym Vf«NMi| pQtti fmdptam^ ùôÀ autositA / 

If 2 



edby Google 



ftpi ^A D E L P H I. AcT. 7L 

Jnîmus tibi pendet: ubt illinc ^ fperOf: redierh^ 
mamen boc âges, 

S A NN I d . 

.Nufquam pedem. J^àrii Jiercle: lac iUifpe boc 
inceperunt. 

srRv:s. 

ao InjecifirupUlum fcomîrt». 

S A N if I 0. 

'Ofielera! iUud vide^ 
Ut in ipfo articuloopprejjîtl emtœ mulieres 
Complures , 6f item bine alia , qwe perto Cyprum : 
Ni eh ad mercatum veiiio, damnum maxumum fft» 
Ifuncji boc omitto^Mbi tUincredierOyoSumagam» 
9.$ Nibil eft, réfrixerit res, Nunc demum venis? 
Cur pajjus ? ubi eras^ utjhfatius ferderCr^ 
Quàm aut htc nunc'mmert tam diu^ au^tum per* 
Jequi. 

ST. 

• 

ai. "EMTM M0I.IBRES 'COMPLURES , ET ITEM 
HINC ALIA qVM PORTO CTPRUM ]. // tfl'vr^y 
féù acheté plu/Umr s Slaves y Çy beàucêup «t autres cbê" 
fes pour pwter à Cypre, "M. Gayet ne veut pas que ce 
marchand eât acheté des femmes à Athènes pour les 
poner à Cypn. Il veut au contraire qu'il ks eât ache- 
tées à Cypre pour les porter à Athènes y & fur cela il 
change oc corrompt le texte comme il lui plait. Mais 
a devoit fe fouvenirque les marchands, coiiroient toç- 
te la Gréée f & y achetoient des femmes oour les al- 
ler vendre a une foire célèbre qui fê tençit à Cypre/ 
• '. i '' ' ■ • ' ft 



dby Google 



SctIIL- les ADELPHES. 29J 

iton retour, s'il plaît aux Dieux, nous termi- 
nerons cette affaire. 

S A N N I O N. 
Mol ? je ne bouge d'ici. Me voila perdu : c'efl 
fur cette e^érance qu'ila ont uamé cette fripo* 
nerie. . 

S y R u s;. i 

Ha peur, je la lui ai donné bien chaude. , 
S A N N I O N. 
. Oh lies méchantes gens! voyez comme îls'efl 
bien fervi de,rocca(ion!.ll eft vrai, j'ai acheté 
plufieurs femmes,. & beaucoup d'autres chofes 
pour porteren Cypre; fi je manque la foire, je 
ferai une très grande perce; & û je laifle ici 
cette dette ,- quftid.je ferai revenu, le tems fera 
pafféjJLji'y aura plus de remède, lachofe fera 
trop vieille - Quoi 1. vous vous avifez préfente- 
ment de venir, me dira-t-on? pourquoi nvez- 
vous fouffcrt qu'on vous dût fi longtems ? oi 
étiez-vousîiDeforte que, tout bl|p compté, il 
m'eft pîus,ayantageux . de perdre cette fomme 
que de <iemeurer. ici. davantage pour me faire 
payer , ou que d'attendre même à pourfuivre ce 
payement quand je ferai de retour. , 

RE MA R'O.U E S. 

«f que le profit que les Grecs y particulîcremcnt Ie« 
Athéniens y tiroient de ce commerce, étoit caufe de 
tous les privilèges qu'ils avoient donnés aux mar* 
chands d'efcîaves. , 

NOTES. 

23.^ Ni/t9 pour m, après Faein. t 
24. Omîttam, après tous les MSS^Jic tum agansp 
têhi ill'tnc rediero , fans autorité. 
27. M. B. ôte nunc » fuivant quelques MSS. & Poaat. 

N 3 . 



dby Google 



5P4 ADELPHE. Acr. tf. 

S T:R U S. 

Jamne enumeraJH id quod ad te rediturtm put^s? 

S A N NI O. 

HûccineiUo digmm eft? boccme incipere JEfcbU 

^ Per opprejknem ut banc mt eriperi pojlulet ? 
ST R US. 
Lahafcît. Unum Im baheo , vide fifatîs placet : ■ 
Potiùs, quàm venins in perîclum , Sannîo^ 
Serve/ne , an pet dos totum » dividuum face. 
Minas decem carradet alicunde, 

S A N N I (X 

Hei mibit^ 
85 Etiam de forte nunc venio in dubium mifer. 
Pudet nibil: mnms défîtes lahefecit mibU 
Trceterea colafjbis tuber eft totum caput. 
Ètiam infuper dtffudetl nufquam abeo^ 
S Y RU S. 

Ut lubeh 
Numquid vtV, quin abeaml 

SANNtO. 

Imb bercle hoc qy^o^ ^i^^^ 
i^ Ui bac funt^faSa, potiiis quàm lites fequar , 

Meum 

R E M A R Q^U E S. 

18. JAMNE ENUMERASTI ID qUOD AD TE RED{« 
TURUM PUTES ] ? As- tu enfin fuputé le gMn qui te ri* 
Viendra de toutes tes marchandifes t On a fort mal com- 
pris le fens de ce paflage, en Texpliquant vcomme &' 
Syrta pirloit encore de cette fille que fon maître a- 
▼oît enlevée. Ce n'eft point cela, ce valet veut dé* 
loiutiçj; fedlTcQUis, ôc.padex d'aube chofe, afin que 

cela 



dby Google 



Se. III. LES ADELPHES. z^jj 

S Y R U S. 

As-tu enfin fuputé le gain qui te reviendra de 
toutes tes manchandifes? 

S A N N I Q N. 
Eft-ce là une aftion digne d'Efchînus? ur* 
homme comme lui devroit-il entreprendre de 
m'enlever ainfi par force cette fille? 
S Y R U S. 
Le voila bien ébranlé. Je n'ai qu'une chofe à- 
te dire, voi ficelle te plaît. Mon pauvre San- 
jTÎon, plutôt que d'être dans Tincenitude fi tiv 
retireras ton argent ou fi tu perdras tout , con- 
tente-toi dé la moitié; il tirera trente piftoles 
de quelque endroit. 

S A N N I O N* 
Ah, malheureux que je fufsl quoi, me voîfar 
en danger de perdre même le principal? N'a-t- 
il point de bonté? il m'a cafi^é les dents, il m'a 
faif de groflbs bofles à la tête à force dp coups , 
& fur tout cela il veut encore avoir mon bien. 
Je ne vais nulle parti 

S Y R U S. 
Comme il te plaîra. N'as-tu rien davantage à 
me dire? Je m'en vais. 

S A^ N N I O N. 
Eh , mon pauvre Syrus-, de quelque manière 
^ue la chofe fe foit palfée, plutôt que d'avoir 
-tin procès je te prie, qu'il me rende au^moius 

ce 

. cela Voit fini ; il demande donc au marchand s'il a 
' Ken fuputé le gain qu'il prétend faire dans fon voya- 
j<eV & cela eft tiès fin. 

NOTES. 

29. Tncepure, pouf inespéré, /ck>mmc 11 paiolt.qtie 
Ponat a lu. t 

N4 



dby Google 



2^5. .' A D E L P H L Act. IL; 

Meum mibi reddatur Jat^em quanti emta eft, S^fr^,^ 
Scio té non ufum anùebac amicitiâ mtà i 
Memorem me dkes ejje , 6f gramm. r 

S Y RU S. 

Sedu^. 
Fnciam. Sed Oejtpbmm video ; ketus efi 
45 De amicd. 

S.A N^N FO. 

Quid quod te oro?~ 
SX RU S. 

~- Paulîfper mane. 

ACT US. S E C U N D U S.^ 

^ S. C E N A IV. 

CTESIPHO. SYRUS. SANNIO. 

CTESIPHà 
jâBs qutvîs.bominâ\ càm eft opus ^ beneficium^ 
•^ accip^e gaud$as : 

Feràm eniwoerero id demum jwoat^ fi y quema* 

qtiimt ejl:bénéfatere\ iffacit. 
' Of rater ^ .f rater ^ quid ego nunc te Imdeml fatif 

. certhfciOy^ < ' ^ 

Numq^Êmit(Lfnagrlrficèquidquamiic(^^ id vir* 
tus quinfuperet tua : 
5 Itaque unam bftnc rem me'bàbefe prœter altos prce^ 
. cipuam arbitror, 
[ Fratrem bomîni* neminem eJJe primarum artium 
magV principem, 

» Yulg. nemink 
i ' N O T. E-r<^,. • -' 

4Z. EJft ufuw^ rue ua M5. 



Digitized by VjOOQ IC 



.Se, IV. LES ADELPHES. -^297 

ce que j*ai débourfé pour cette efcïave. Je fais 
bien que jufqu'ici tu n'as point eu de preuves de 
mon amitié,* mais à l'avenir tu avoueras afluté- 
ment que je n*oubIie paS' les ftrvices qu'on me 
rendjà que je ne manque pas dereconnoiffance. 
S Y R U S.^ 
J'7 travailleraî.tout de bon. Mais je vois 
Ctéfiphon, il eft fort gai d'avoir fa maîtreffe. 

S A N N I p N. 
^ Eh bien, feras-tu ce que jé^e Amande? 
S Y R U S. 
Attends id un jmomentr. 

ACTE SECOND, 
s: C E N E IV. ^ ~ 

CTXSIPHON. SYRUS. SANNION. 

cte:s:iphon. 

I^E quelque part que vienne un bienfait dans un« 
occafîonpre{rante,cela fait toujours plaifir; 
mais en vérité le plaifir eft double lorfqu'on le 
reçoit de ceux de qui on devoit l'attendre rai- 
fonnablenaent. Oh, mon frère, mon cher:frére4 
de quelle manière puis^je m^ prendre à vous 
louer? Je (àis très bien que. tout ce que je pou- 
ib\% dite (te vou^jfcroit toujours fort au-deflbus 
de ce que vous méritez; & je ijuis perfuadé que 
le feul avantage-que j'aî fur tous les autres hom- 
mes, ç*cft d'avoir un frère comme vous qui pès- 
fédez au plus haut degré toutes les qualités es- 
fencielles à un honnête-homme. 

. • Sï-- 

NOTES. 

^. ^mini^ fuivant quef^ues MSS, 
N 5 



dby Google 



^8 A DELPHI AcT. ^ 

is TR us: 

C T E & I P H 0. 
OSyre, JEfcbinus ubi eJlT t^ 

S r RU S. 
Ellum, te exfpeSat domL 
e T E s I P H Oi 

S XRU S. 

giifd ejif 

C TE&I P H Oi 

Quidfi^^ musoperâ, Syré, nuncvivo. 
S XR U Se 

FeJHvum captaC: 
C TE SJP BO. 
Qui omnîafihi pêftputarit e[fe pra meo commodot 
XO MalediSûj famam, meum(moremt & peccatum^ 
in Je tranftulit: 
Nibilpoteff^a. Sed quidnam firis crepuk ? 
ST R US. 

Mmie^ maneyipftesçitforaK 
AC1U& 

NOTES. 
1^ 2«lfK-r-f^^^vf<> ^uc diff<^iis KS^»- 



Digitized by VjOOQ IÇ 



Se. IV. LES ADELPHES. ^ 299 

S Y a U S. 
*Ho, Monfieur. 

C T E S I P H O N. 
Ah, Syrus, où eft mon frère? 

S Y R U S. 
£.e Toîla qui vo^s attend au logis. 
C TE S IFH O N. 
Ahl 

S Y R U S. 
Qu-ya-t-il? 

C T E S I P H OK* 
Ce qu'il 7 a, mon cher Syrus/ c*effpar foa 
aïof en que je vis préfentement. 
SYRUS. 
Ceft un gal^nd homme, en vérité! 

C T E S I P H O N. 

* Il n'a compté pourïientousfes intérêts, quani 
i\ a été queftîon de me fervir; il s*eft expofé 
aux emportemens de mon père; il a pris fur 
Hii tout ce qu'on dira de cette aflîon, les fuite» 
flcheufes de mon amour, mon crime; enfin per- 
fonne au monde n'eft plus généreux. Maisqîi'eft» 
ce? on fait du bruit à. la porte. . 
SYRUS* 

' Demeurez, c*eft lui qui fort. 

ACTE 

NOTES. 

n. Nam qmd ^ pour JiJ amduamr, Sed^i fç ttOUr 
Vant poiAt d^OS wi MS. ni dans Donat« 









Digitized by VjOOQ IC 



^oo , A D E L P H L Act. IL 

ÀCTUS SECUNDUS^. 

- S\C E N A' V./ 
/ESCHINUS, SANNIO. CTESIPHa. 

Syrùs., 
je s c h i nu s. 

TJBi ille eji facrikgm ? ; . 

^ S jd N N I O. : 

Men' jtt^nt? numquidmm effçrt? <H:cidi:,^ 
Nil video. 

i/E S C H I N US. 
Ebetn, opportune, tHpfym quarito ; quîdfib^ 
Qejtpho ? ^ 
In tuto ejl Twnntr res : omiûte vtrb triflittoin tudhu 

C T E S I F H O. 
^go ilîam v^rb omitto^ qui te frainm babeam q^U 

dem ,. Ô mi M/chine l ' 
mi germanetah vereot coram in os te taudaret 

amplius ,...,.. , 
Ne id ajjentandi magîs,quàm qufi babeam gratum, 
facere exijtumes. 

ÏIEM4RQ^UE s.. 

1. MlN* <^U«R,iT]? Me cherebi't-iif^HoA |Ê* 
îç Ufolt fans point interrogant, me qiutrity il me cfoer' 

.'. ^^ »narchand.d'eCclav^^ n'a pas plutôt entendu 
9hi ille e/i fétcrilegmf qu'il fent bien que cela s'adçes- 
lè-à lai, 8c qH*iî «t gayement il me cherche ^ cat y^. 
elpèfe qu Efchinus lui aparté fon argent. Ce carac- 
>èrc du marchand d'.efclaves eA très bien fuîvî. Il 
compte pDur rien le» coups & lé»- in/utes , pourvu 
qU*oii lui donne fon at|ent. Il dit ces mots, il mt 
êbercbey en treilaillant de [oiç; & lorfqq*!! voit qu'on 

a'apoxtcrien, U cft tQ«t conftexné. 



dby Google 



^nUI. . ulCU. se. V. i:,m.*.2Ki.^ 



<l"J^^' 




Digitized by VjOOQ IC 



Digitized by VjOOQ IC 



Se. vjl les ADELPHES. 3w 

A C T E. SEC OND., 

SCENE V. 

. ESCHINUS. SANNION. CTESIPHON. 
S y R U S. 

ESCHINUS. . ""55 
(F)U eft ce coquitt?* 
.' " • S A N N I O N.- 

Me cherche-t-il? aporte-t-il quelque chafc?^ 
Je fuis mort , je oe vois rien. 

ESCHINUS. 
Ah, je vous, trouve icî>ieçi à propos, je vouf 
cherchoîs. Que dites- vous, mon frère? tQut^ft 
en fureté, ceffez donc d*ôtre triftie. 
C T E S i P HO N. 
Je cefle de l'être auflî, puifque faî un frère 
comme vous. Oh , mon cher Efchinus, oh^ 
mon frère! Mais je n'ofe vous louer davantage 
en votre préfénce , de peur que vous ne croyiej^ 
^tie mes louanges ne viennent plutôt d*un efprît 
flgteur que d*un efprit reconnoif&nt. 

ESCHK 

RE MA R Q.U B S. . , r 

6. Ne ID^ASSE-NtXnDI MAGia], lU piKh* 
qnt V9US %e €r$%itz , &c. La plitafe Latine eft retnar^ 
^able. , ajfentandi magis / on fousentend cau/tl oq 
gfatiây que les bons Auteois fupiimoieat oxdxnaiie^ 
xnçat ayec graçç., 

N O. ES, • 

I.. M!^ti4rh\,ùn^ interrogation, fiir ua M¥«- • 3 
^2. j8»«rd, dans prefque 191» 1^ M^% . . 



dby Google 



^on ADELPHL AcT. ir^ 
: JESC H I NU S. 

Jgi fhiepti i quafi nunc non norimUf tms inter- 

ms , Qefipèo! 
Sèd boe mibi delet, no^ p(gne fera fc^e y ^ pœne 

in eum tocum 
lUdiJfc^ utji omnes cupertn^^ mbil Hbipoffer»' 

auxiliarier, 

C T ES I P H Ol 

\ Pudchat. . : ' 

M S C iriifu S- 

Jtb yJhiUiti» ejf ifibœc , nonpudor^ tam bbpar^ 
' vdam ■ - ' / 

Jlem pienc è patriâ ! turpe diSu; Dèos quœfo or 
ijib^ probibeant. 

'< CTE^rPHO. 

M S C H I N U S.^ « 
Ç^uii ait tandem nohis Sànnio t 
^ STRUS* 

Jam mkis ejh 
JE S C H r N U S. 
tgp ad forum ibo, ut bunc abfolxkm: tu imro eM 
illçm , Ctefipbo. . . 

: \ SANNIO. 

fyre^ wfla. 

. .. Sr R US. -, 

Eamm: namquebic proférât in' Cjprtmi^ 

'• „ ^-^^ 

K EM A R Q^U E S. 

II. P«NE E PATRIA]. Av9Îr ptnfi quîter fin 
fétysl Donat nous avertît que Ménamlre avoît fait qiie 
ce ieunc-homme avoit voulu ie fiter de dfefefpmr; 
mais CQipme cela j^oittrop tr gicjue, Térenfe r<i cor* 
ngé avec railôn ; & cela Yàit voir 'de quclTe jnanîâe 
ce Poète tr'ïduêloît \ts p'èccs ôts Çnes. 

l^ EAMU$; NAM<^TJE fllC P&OPERÂt IN Cït- 



dby Google 



Se. Y. L E S A D E L PH E S. 30J: 
E S C H I N U S. 

. Allez , badin , comme (1 nous ne nous con^ 
Boiffions que d'aujoàrdhui / Ce qui me fâche ^ 
c'cft quMl ne s'en ^ prefque rien falu que nous 
n'ayons fu votre paflion trop tard , & que les 
chofes ne foient allées de manière que quand» 
tout le monde auroit fouhaité de vous fervir^ 
en ne l'auroit pu pourtant. 

CTE SIPHON. 
Javois honte de vous découvrir mon àmouK 

E S C H I N U S. 
Ah, celas'apelle fatife, & non pas honte. 
Quoi! pour fî peu de choTe avoir penfé quiter 
^n paîs! cela efl honteux, & je prie les D^ou^ 
d'empêcher un tel malheur. 

CTESIPHON. 
paî eu tort» 

E S C H I N U S. . 
Eh bien, Syr«s, que dit donc enfin Sannionf 

S Y R U S. 
Il eft doux comme un mouton. 
E S C H I N U S. 
Je m'en vais à la place pour le payer : pour 
vous» mon ftère^ entrez & allez voir votre mat» 
treffe. 

SAN'NION. 
Syrus, prelTe-le, je t'en prie. 
p . S Y II U S. 

Allons, Mpufieur, dépêchons-nous, car Saih 
Blon efl: fort preûfé de partir pour QrpTe. 

SAN- 

R E K A K Q^U E S. 
JÏlUm]. Allêns^ Mçnfieur^ dép^eèêns-notUf car Smh* 
9Ù9H eftfirt préjpf de^ partir pour Cypre. Syrutàit cc- 

ROTES. ; 

1 «. M. /B. ,6t%fidy aptèà. Jxrt M, 'ficDonat, Faern^ 
lUknt ^ in mm rem locum. Rem^ dans tsois 'iA-^Sm 9t 

4^ati i^% »ic« mais avec p^nt^ 



dby Google 



304- A D E L P H L Act. U.', 
SAN NI O. 

Netomquidenu^ 
.15; Quawfois etiam maneo otiofiis htc 
STRU.S. 

ReddetUTj netime^^ 
S jtN NI a. 
'jitutomne.reddat.- 

SX R U S. 
Omntjcddet^ tme-mêdb ^ ac fequere bàk^:^ 
S,A N N I (X 

SequoTm, 
C T E S I P H a 
Seus^ heusj Syre. 

S Y R U S.\ 
flemi.quideft?' 

CTE.SIP, H O.' 
,Obfscro Jbercley bomînem iftum impw\IJimum 
^(smpTtmum àhfolvitote , ne ^ fi ma^is irritants 

jtliqua ad patrem hoc permânet ; . atque ego tum 
perpétua perierim, 

S Y.R US. 
20 Nonfiei: honoanimo es: tu cum iUâ te intus 
ohleUa intérim , , 
Et leHulos jubé'Jlerni mbis^ ($ parofi cetera. , 

R.E M A R Q^U E S, / 

la pour ^pou¥«itcr*Ie marchand , quî apréhende d'a- 
.bôrd x^u*È/chhms ne veuille profiter de la nccelfit^ oh 
il le voit de partir, &^uHl ne iui. donne point d*ar- 
gpnt; c'eft pourquoi il répond quMl.n'cft pas fi pteffé. 
.. 17' Obseceo HÇRCLE, &C.T.V JevQUipriê, 
mu nom de Dieu. Ctéftphon étoît rentre : mais la peut 
'^u'il a que le marcjnntd ne faflè do bruit, le fait for» 
tir po^r |>iie< Ton ii^e do ptyçr piosa^ptement. cet 
]iomme. 



dby Google 



Sc,V. LES ADELPHES. 30J 

SANNION. 

Pas il prefTé ; je n'ai rien à faire, j'attendrai 
tant qu*on voudi^a. 

SYRUS. 
. Ne crains point , il te rendra ton argent, ^ 
SANNION, 
Mais au moins qu'il me le rende tout, 

SYRUS. 
11 te Je rendra tout, tai-toi feulement ,& nous . 

SANNIONv. 

Allons,. 

CTESJP.HQN.: .1 
Hola, hola, Syrus. 

SYRUS.. 

Ehl:)iien, qu'y a-t-ii? 

CTE SIPHON. 

Je vous prîe>. au nom de Dieu, de dépêcher 

au plus vite de payer ce coquin, de peur que s'il 

fc met encore à iaire l'enragé , cela ne vienne 

aux oreilles de mon père, ce qui me perdroit 

'pour jamais^ 

« SYRUS. 

• N'apréhendez rien , cela n'arrivera pas : cepen* 
dant entrez au logis, & allez un peu entretenir 
cette belle fille. Sur-tout faites mettre le cou- 
Vert, & ayez foin que tout foit prêt; fitôt que 

cette 

R E M A R Q^U ES.. 

* 
. 18. N£ SI MAGIS IRB.ITATUS SIET]. De 
feur.que iilfe met tncore à faire l* enragé. Irritari fè 
dit proprement des chiens, comme 2>^nat Ta fort bien 
xemaïqué. Lucilius ^ irritata canîs, 

N O T E S. ^ 

17. Hmk t€i for deux MSS, en faveur du vers; ,^ 



dby Google 



3o6 A D E L P H L Act. Ili. 

EgojaMy tranfaâd re, cemjoHainme domum cun^ 
opfinio. 

C T E S I P H 0: 

Ba qu^fo;, qumilo hoc bemjuccej/tùj bîlaremhunc^ 
fumantus dieirh 

■ ^' C T U S T E R T I US. 

S C EN' À' I. 

SOSrRATA. CANTâARA» 

SOSTRATA. 

t/B^ecrOt tnea tu mtrix, quîd nunc 'fiet*t 
: CANTHARA. 

Quidfiet rogasV 
JSldSè œdtppl fpero. Modb dolor^t ^ mea tu , ncci* 
piunt^rimuium: 

R E M A R Q^XJ ES.» 

22. FGO JAM , TRANSACTA HE , CONVORTAlVr 
WE DOMUM CUM OPSONio], Je m en reviendrai bien 
vite avec tout ce. qu'il faut. Donat fait ici cette judi- 
cieufe remarque ; Convertere magnlfitè diHum. Ve^- 
hum tjl enim ma^ni moHmnis Çy apaktk içgetaisj ua»r 

^convertere y* dicitur quem pompa rpr^eedit^ Qf fmpera^ 
tûrptopriê convertit exircitum: Convertere r/^ dit ma- 
gnifiquement, Car€*efi'un mat de grand attirail &• dé 
grande fuite i 6» il /e dit ûropr^ent de ceux qui tevieih- 
*wnt .comme en triompbe]^ & des Généraux qui rampent-. 
ieur armée. Mais notre langue n'a point de terme 
pfopre qui paîflô exprimer cela. 

23. HlLAREM- HUNC SDMAMUS DIEM ]. // faMÈ' . 
qurnout pajtims toute cette Journées On peut rem irquer 
ici yiH»^f# prendre , pour ctn/umere, ruratvctMs-tut» 

iv ÇKjip FIT ROGAS]? Ctq^*i} en arriverai Qn Z 
om difttibue ks perfonnages eu cet endrbit, jcat '?©î- 



dby Google 



se. T. LES ADELPHES. 307 
cette îifFaire fera terminée, je m'en reviendrai 
bien vice avec tout ce qu'il faut pour faire bon;^ 
ne-daère. 

CTESIPHON. 
Jet*enprie, Syrus; puifque tout nous a R- 
bien réuflî, il faut que nous paffions toute cette. 
Journée dans la joie & dans le piaifîr. 

.ACTE TROISIEME. 

SCENE L 

SOSTRAPA. GANTHARA. 

S OS TR A TA. 
Vf A chère nourice, je te prie, qu'ârrîvera-t-ît' 
^^^decemaj? 

CANTHARA* 
. Ce qu'il arrivera? .j>efpère en^ vérité quetoot 
ka.biçn. Mais les douleurs ne font encore quô> 
«ptninencer,& vous apréhendez comme fi vouc: 

ne 

K E M A B. Q.U E S. 

ci comme ils font en tous les Térmcesi 
- CAN. Quidfiet ra^asf 

lUOt ddepfl fiero. SOS. M9dà (Ulorn^ ma tu, ê^ 

eipiunt primulum» 
CAN. Jam nunc times , ^e. 
îl eft certain que c'eft la aourke qui parle toujoars» 
comme je l'ai mis dans ma traduaion ; le lefte fait 
un fens ridicule. Dênat Tauroit bien feuti. . SafiratA 
dit à (à uourlçe mea tu nutrix , &'la nourice lui rc*. 
pond avec la n^me tendreiïè hua tu. Cela me paioU. 
lAconteûable. 

NOTES. 

23. Hilare y comme Palmërius a corrigé^ 
ï. M. B. retranche /«, après Faem. 
2. Modà-^—primulum^ dihs la bouche dc SO&taU^ 
;ftn$ au^ûtc» yoy« U É^m^ de Me, P% 



Digitized by VjOOQ IC 



9o8 A D E L P H I. Act. im. 

Jam mmc timesy qunfi numquam aifueriSy num* 
quam tuie pepereris* 

SOS ZRJTA. 

Mifefam mç! neminem baheo : fokt fumus : Geta- 
autem bic non adeft ; ' 

5 Nec quem ad ohjletriccmjmittamy nec qui arcejjat 

Mfcbinum. . 

CANTHARA. 

FqI is quidffni jantik aderit: nom numquam unam 

int^rmîttit dkm , .^ 
Quin femper 'veniat. 

SOSTRATA.' 
Sçlus^mearum miferiarum eft remcdiunU-^ 
CANTHARA. 
E re riùtd meliùs fieri baud potuiù, quàm faSum 

eji bigra!^ / : ^ ^ 

Qjiandovhium ohlatum êjl; qmd ad îllum attinet 
potiffimum^, 
XP. X<ii^^% tali génère j taîi anîmo; natum ex tarnii 
fatnilid^^ 

SOSTRATA.^ 
fia pol eji\ ut. dîcisi falvus nobii^ deos quafo , . 
tutfiet.^, 

ACTUS- 
RrE MA R (i.tT E^ S*\ 

i.'Nuî^C ILLUD ïstJ." Ceft pré/entemênt pte» , 
On ne iauroit dire en bon Latin c*efi préfentementq*^, 
*îl faut néceiïaîrement avoir recours à cette façon de 
parler, mnc iUttd eft. Et cela me pacoit remarquable. 






dby Google 



'Se. I. LES ADELPHES. 309 

ne vous étiez jamais trouvée à aucun accouche* 
ment, ^ que vous n'eufliezijamfis accouché 
vous-même. 

' -SOSTRATA. 

"Malheureufe que je fuis! je n'ai perfonrie, 
~ nous ne fomnies que nous deux ; Géra même 
n'eft pas ici, & je n'ai qui que ce foit pour en- 
voyer quérir la fage-femme ^ni pour faire avér* 
tilr Efchinus. . . 

CAîlTHAR A. 
Pour Efthinus, il fera aflurément bientôt Ici: 
car il ne laifle jamais, pafler un feul jour fans 
vous venir voir, 

SOSTRATA. 

Il eft ma feule confolation dans tous mes cha- 

X: AN TH ARA. 
*En vérité puifque cet accident devait arriveir 
à votre fille, elle ne pouvoit pas tomber en meil* 
leurcs mains. 'Efchinus eft un jedne-homme û 
bien fait, fi noble, fî généreux, & d'une hmÙ* 
le il riche & fi confidérable. 

SOSTRATA. 

<ilaefl; très vrai, & je prie les Dieux de 
■ nous le conlerver. 

ACTE 

NOTE .S. 

3. ITufquam cifutrU^ fuîvant un M$. 

5. Ntc eft quem^ ûn5.aatorUé, 

%^ Ere natdj fur tous les MSS. 

jo, TaUfo, taiihsenh atqiu animOi fàns autotîtc. 



dby Google 



JTô A D ELPHI. AtT. «L 

AC TV S T E R T I U a 

se EN AIL 
'CÎETA. SbStRATA/CANTHAR1^. 

. G ET H. 

J^Unc ilîud eft, quodji omnes lomniàfm confia 

lia cpnf étant, 
Atque buk maio Jalu$em quctrarâf aUxilU rdbîl 

affarant, ^ ..^ 

i^uod mibique^ berœque , filùeque/berili eft, Pà 

mîjeramibil 
Tôt res repente circumvailant^ xtnde emergi non 

■poteji. , 

5 Fis y egeftasy injujjtîtia^jpîitudo, fh/a«fa. ^ 

Hàccîne fecluml âfcelefalô genéri/jîkrHega! ^ 
' 'bominémimpiUfn\ ' •: 

; ' . SOS TR Àfd.\ : j 

Me miferaml quidmm efi, ^nod fie. video pimidum* 
Êf prvperantem Gitâmt . ". [ 

. CE TA, 

Qaem n^qûe fides, ^qttejusjuranduit, neque uUa 

miferîcordia . ^ ^ . . . ; i 

. Aepr^Jk, nequerefiexittneffuquddpirtusinjln" 
bût prope: -^ ' '- 

to Cui miferœ indigné per vim vîtîum phtuier^ 

SOS t RATA. ' 

^ ' / ' tlon intelkgi 

Sutis qwe hquàtut. 

C A N TH AkJL 

PropiàSf ob/ccro, accçdmuty SoftratOk 



Digitized by VjOOQ IC 



dby Google 



dby Google 



Se. IL XESADELPHES. 311 

ACTE TROISIEME. 
SCENE IL . 
GETA. S0STRATA. CANTHARAt 

G ET A. 

/^•eft préfentemcnt quenous fommcs dans un 
éiat,que quand toute la terre a'afleroblefofc 
pour confulter & pour chercher du remèJe au 
malheur qui nous eft arrivé , à ma malcres- 
fe, à fa fille , & à moi, tout cela ne nous fe- 
roit d'aucun fecours. Que je fuis mHerable! 
mille maux font venus nous afliéger tout d'un 
coup, fans qu'il nous refte un feul moyen de 
les éviter: la violence, la pauvreté, rinjuQice» 
rabanJonnement, rinfamic. KtUil poflible que 
le iîècle foit û corrpmpuîÀh le fcélérac lah les 
maudites gensl ah le perfide! 

S O S T R A T A.^ 

Malheureufe que je fuîsî qu'ya-t-îl? d'où 
vient que G éta eft (î troublé ?&. pourquoi vient* 
il avec tant de hâte? 

GETA- 

Qui n'a pu être retenu , nî par la foî qu'il luî 
a donnée, ni par les fermens qu'il a faits, irf 
par la compaffion, ni pour voir fur fon terme 
cette pauvre malheureufe qu'il a deshonoréel 

S O S T R A T A. 

Je n'entends pas afTez clairement ce qu*il dît» 

CANTH ARA. 
.|e vous piiÇyaLprochQOS-nous pltt»pi^delui« 

GB» 



dby Google 



3i2 A D E L P H L 'Act. lll. 
G E T'jî. 

Me mîfefum! vix fum compos mimi ^ ka ardd9 

iracundiâ , 
Nihil eji y qmd malim, quàm iiiam îOtatnfamiUm 

mibi obviam^^ 
Ut tram banc "in eos evomam omntm/ dum itgrù» 

tudo bœc eft recens : 
IS Soumis mibi id babeafnfùpplicii ^'dûm illos ulcifcar 

Seni animam primàm exftingueremJpfi^ qui illud 

produxit fcelus-: 
Tum aiuum Syriim impulforem^'vab, quibus illum 

làcerareminMist 
Sublimem médium "arriperem , ' capite primùm in 

terramftatuerem^ 
'Uù cerebro difpergàc'viam: 
' 20 Adolefcenti ipji bcul&s'triperém , poft bœc prœcipi- 

tem da/rem: 
Ccieros ruerem, àgefem\raperemy tunderem^ £f 

proftemerem. 

. ■ j.- . . . • ''; '' * Sei 

. .^ E M. A R Q^U ^ S, 

•TJ. SATia MtRl ID HABEAM SUPPLtCII,Dt7M IL- 
LOS ULClSCAR modo]. // ny a rien ^ue fi ne v««- 
luffe fouJfrir.]\\ùi}x'ici on a^xpliquéce paflàge de cette 
manière. Je Us tiendrais ajjez bien punis , pourvu quon ^ 
mefermU de-me venger ^eux^ •b'c. En vérité ce^e- 
xoît Ù. une chofe bien fur prenante que Géta crût ces 
gens-là affe? piinis, s'il avoit arraché le cœur à Tun, 
« écraf é la Vête à Tautre. 'Je m*étoline'lgue Y un n'ait 
fenti que ceb i^it un très mauvais Fens. Satis babirem 
U/uppIieiiyûgaiûe Jefoufrirois telfuplice que ton V9U- 
droit. Mr. Guyet ttouve à propos de retrancher ce vers. 

. 'm ^5^^ ^^ ILLUD PRODUXIT SCEJUUS]. Au 

9$eiHara qui a donné le jour à ee mçnjhe. C'eft Déméa; 
car quoiqu'il fut très éioifi[aé d'aprouver ce que faifoit 
fon fils, ÇétA eft fi traniporté de colère qn'il troure 
^e ce bott-temme en domantle jimi l^fihhms, a iiît 



d by^Google 



Se. IL LES ÀDELPHES. ^^13 

* -G E T A. 

Ah , que je fuis malheureux I je ne fauroîs me 
polTéder, tant je fuis tranfporté de colère Ma 
plus grande paflîon' ferbit de rencontrer préfen. 
teinent fur mon chemin tous ceux de cette mai- 
fon, pour décharger fur eux toute ina colère » 
pendant qu'elle ^ft etacore récente. Il n'y a rien 
que je ne vouluflè fouffrir, pourvu tju*il me fût 
permis de me venger comms je voudxois. Pré- 
mièrement^j'arracherois le cœur au vieillard qui 
a donné le jour à ce monftre; & pour le fcéié- 
rat de Syrus qui Ta pouffé à faire cette perfidie/ 
ahl de quelle manière le mettroîs-je en pièces! 
.]e le prendrois d'abord par le milieu du corps, 
je batrois de fa tête les pavés . afin que toute 
fa cervelle fût répandue dans la rue. J'arrache- 
rois les yeux à Efchinus, après quoi je le pous- 
ferois dans quelque précipice. Pour les autres, 
je les jetterois par terre, je les pourfuivroîs , je 
les trainerois, je les aflbmmerois, je les foule^ 
rois aux pieds. Mais pourquoi tarder davanta- 

!r. E M A R Q.U B s. 

. 'tin affez giând mal pour mériter qu'on lui ôte la vie. 

19. UT CEREBKO DISPERGAT VIAM]. -4* 
Jin que t9ute fa cervelle fAt répandue élans la ru;, Trf** 
rence avoit écrit -aiTutémeiit difpergertty comme mon 
père Ta corrigé ; car on ne peut pas dire iUum inva* 
aerem ut interficiam^ miis ut înterfieerem: autrement 
ce feroit un lolécifme. lltUm arriperem ut difper^eret^ 
afin que les tems fe répondent. 

^ar. RuEREM, &c.]. Je Ut renver/eroh ^ ôcc, 
TOUS ces termes font pris de la gaefl:e. 

NOTES. 

14. Ut egê tram y fui van t la plupart des M$5* 
ij. Dum — mêdà. M.B. ôte cela , maisTans autorité. 
'S S. Et capîte pronumj fans autorité. 
zi. Funderem^ pouc tundmmy coi^QQ Guyet a llH 
^lum IL O 



dby Google 



^î4 A D E L P H I. AcT. IIL 

'€ed cejjo boc malo beram Impértiri properè ? 
SOSTR J TA. 

Revocemus. • Gsta. 
G E TA. 

Ouifouis es fine me. 

^ -^^ SOSTRATA. 

^ -^ G ETA. 

Ubi ea eft? te ipfam quertt»: 
Te^xfpeSo.Oppidi oppcrtuniteobtulijiimt •bvianh 

SOSTRATA. 

Omd eji ? quid trépidas^ 
^ G ET A, 

Hei mibi! 
SOSTRATA 

gttW fefiiruts^ mi Getaf 
Aiiimam reâfe. 

G E TA. 
Pmfit, 
S O S T R A T A. 

}uid ijlbutprorfus ergo ejl? 
ETA. 

Periimus^ 
4Stumtfi. 

SOSTRATA. 
^ Loquere,ohfecro^ quid fit. 
G ETA. 

S9' 

HE M A R Q^U E S. 
^t* Hem» <^ui«quis es, sine me]. Hé^ 

Îhi ^ue vus/oyez, ne m arrêtez point. Cette reponîc 
e Géta «ft fondée fui ce qu'en Gréa le peuple pre- 
noit plaifir à arrêter les efclaves dans les rues 5c à les 
ftmuCer , afin qu'ils fuifent bacus x^ai U» kiwtnt de 
jtscoitf cbe» kuxs maitics. 

JSO* 



dby Google 



^ 



%c. II. LES ADELPHES. 315 

• ge à aller faire part de cette méchante nouvelle 
a ma maltrefle. 

SOSTRATA. 
Rapellons-le, Géta. 

G E T A- 
•Hé, qui que vous foyez, ne m'arrêtez point. 

SOSTRATA. 
CeftSoftrau. 

GETA. 
Oh eft-elle? C'eft vous-même que jecher- 
chois , & que je fouhaicois tant de ren contrer. 
En vérité je ne pouvois vous trouver plu« à 
propos. . . 

SOSTRATA. 
Qu'y a-t-il? pourquoi es-tu fl troublé i 

G E T A. 
Ah, mon Dieu! 

SOSTRATA. 
Pourquoi es-tu û fort hors d'haleîhe ? Mot 
pauvre Géta, re{)rens tés efprits. 
GETA. 
Nous fommes entièrement .... 

SOSTRATA. 
Eh bien entièrement, quoi? 

GETA. 
Entièrement perdus , c'en eft fait. 
SOSTRATA. 
Dis-moi, je te prie, ce qu'il y a» 

GETA. 
Préfcntement... 

N O f E 5, 

23. Uhkam esf pont M ea tftt fans aùtottt^.^ 
. 2+. Te expeto , après un US. 

S7. Uquereerto^ okfim tr^ fi» -pl^ÛW» WS5* »<Wf 
n$ que DoQat a lu, 

Of 



dby Google 



2^5 A t) EL PHI AcT.lU.- 

S O S T R ATA. 

Quidjamy Getal 
G ET A. 

Xfcbittus. 

S S T R A T A. 
Xhiid trgo is'^ 
^ G E T A. 

Alienu'eft ah no/Iri famUii. 
S S T R ATA. 

Etm, 
Periil guare ? 

G E T A. 
Amnre occepit aliaim. 
S ST R AT A. 

FtB mferœ mfbi ? 
G E T A. 
30 Nequ§ id œcultèfert : à lenme ipftis eripuh pakaa> 
8 O S T R A T A. 
àitfV boc* cenè? 

G.E TA. 
j Certè: hîjce ocuîîs egomet vidi^ Sq/lrata, 
SOSTRATA. 

3fe n^eram! quîd credas jam^ aut ci*i créHas? 

rwjhumne JEfebinum^ 
Nojlram vitam omnium ^ «n ^mo noftrafpes ope/que 

ofHHSs fitœ erant, 
'Qui fine hacjurabatfe unum numquam vtSurtm 

diem^ / 

35 ?w 

^Vnlg. certum. , t Vulg, cirt($m. 

K £ M A R Q^U È S. 

52. QUIO CREDAS JAM , AUT CUI CRÏDA3 3 ? 
gwe erùire pr^eAtemirA^ (y à qui le fi» f Ou^ ^ofrtf 
C'eft pour Jes chofes. A /fut fe fîery C'eft pour les ,1 
perfonnes: car la bonne^foi pe rient qUe de ces deojr 



Digitized by VjOOQ IC 



Se. IL LES* ADELPHES. 31?^ 

SOS T RATA. 
Eh bicDi Géia, préfentement? 

G E T A. 
Efchlnus. . . • 

S O S T RAT A. 
Q^'^ fait Efchinus? 

G E T A. 
U ne fe foucîe plus de nous. 

S O S T R A T'A. 
Ah, je fiûs morte : & comment cela? 

G E T A. 
Depuis peu il eft devenu amoureuK. d*une au- 
tre. 

S O S T R A' T A. 
Quel malheurt eft le inien ? 
G E T A. 
Et if ne s'en cache pas; il Ta lui-même enlè*' . 
vée en plein jour à un marchand d*cfciaves. 

S O S r R A T a; 

Cela edr^il bien vrai? 

G ET Ai 
Très vrai, je Tai vu mor-même (te ces deux 
yeux. 

sostrata; 

Malheureufc que je fuis ! que croire préfente* 
ment, & à qui fe fier? Q^oil notre Efchiiiûs, 
-notre unique reflburce, notre vie & notre coi> 
relation, fur qui nous fondions toutes nos efpé- 
Tances ; qui étoit tout notre bien & notre feul 
apui, qui juroit qu'il ne pouroit jamais vivre un 
feul jour fans ma fille, qui difoit que ûtôt qu'elle 

feroit 
REM A R Q.U ES. 
chofes, on de la qualité des peifonnes qui promcti 
tent, ou de la nature des chofes qu'ils promettent* 
NOTES. 
31. SMtin* koc cettumj}? Certum, for un MS»- 
ai. hit Bi ôtc trsTit, fans autoxité« 

o 3 



dby Google 



318 ADELPHT. Act. III; 

SS Q^' J^ *^ /"* gremio pefiturum pûerum dicebat par. 
tris, ita 
Ohfecraturumy ut Uceret banc wçorcm ducerei 
G E TA. 

Pera, lacnmas mîttt^ ac potiàs, jMoi ad banC: 

rem y opus eft^ porro *tonftd(!^ 
ïatîaTtturnej an narremus cuîpîam? 
C AN T H A R A.r 

Au, au, mi borna , fanm* tsl^ 
drf» profercndum hoc tibï videtur ufjuoin ejfe? 

G^BTA. 

Mîbi fuidem non pheetè 
è? J^^ primùm , iîlam aliéna animo à nobis ejfe^ res, 
ipfa indicat. 
Nuncfi hoc palam proferiimi , iUe inficias iWf , J2*> 

fcio; 
Tua fam% * iS gnatce vi^ in dubium vemei€ 
Tum^ fi maxumi 

R E M A R Q:UE S^ 

IJ* IN StIÏ GRIMIO P(»ITURUM PUERUff Dî^*- 
^^T ÏATR18 ]. // pcrtp-ùit P enfant fur kt gtn^mx ât^ 
j^ père* C'eto!t la coutume des Grées; Jcs ciif;Mi« 
nou^reaox-nés étaient mis dans le glion des grands-^. 
pères. Il y en a une pteuye bien lemarquable dans 
le p. Livre de Tlliade vers 44 J^ ou Phénix dit «joc 
fôn père fît plufieors imprécations contre lui , & qtfil 
invoqua les Furies, pour les conjurer de faire, enfor-, 
te que jamais aucun enfant né de lui ne fût mis fur 
les genoux, c'eft-à-^dire qu'il n*tù!t jamais d'enfans. 
£t quoique cette coutume ne fdt pas à Rome , Térett* . 
ce. n avoit garde en traduifant une Comédie Grèque»^, 
if^ rien changer à un palTage qui marquoit une coûta- * 
^jne. Cs font des choies qu'il faut toujours conferver. 

JtT> O^SEÇRATURUM], Et^u*H h ^nj«re^ 



dby Google 



Se. IL LES ADELPHES. 31P 
feroit accouchée, il porteroît Tenfant furies gc- 
DOUX defonpère, & qu'il le conjureroit eiu 
fuite d'agréer fon mariage. Ab l 

G E TA. 
• Ma maître(re,nê vous amufez pas à pleurer:' 
foBgez plutôt à ce que nous devons faire dans 
cette rencontre. SoufFrirons-nous cet affront,. 
ou nous découvrirons-nous à quelqu'un? 
C A N T H A R A. 
Oh mon pauvre garçon, es-tu en ton bon: 
, fcns? à quoi penres-tu?Eft-ce que tu voudrois 
que nous allalfions publier une chofe comme 
celle- là?. 

G E T A. 
^ Je n'en fuis pas trop d'avis, car prémièreraenr 
rien n'eft plus vrai qu'il ne fefouciephis de nous,, 
la chofe parle d'elle-même. Si nous publions- 
ce qu'il nous a fait , il ne manquera pas de le 
nier, j'en fuis fur; & c'eft commettre votre ré- 
patation, & l'honneur & le repos de votrefiUe. 
De plus, quand même il tomberoit d^accord de 
lout, puifqu'il aime ailleurs, ce feroit fort mal 

fait" 

BTE M A*ICQ:U E s. 
mît ènfiiUe.^ Ceux qui ne fe fouvieimenf pas que les 
UatîM avoient beaucoup de mot» purement Grecs , ne 
peuvent s'empêcher de faire . beaucoup de fautes en. 
traduifant. Ita ne %aîfîe pas en cet endroit aMp^ 
mais pofteéiy .enfmte y ^ il eft pris du Grec, 

39. An hoc PROEERENDUM TIBI V1I>ETUR U»» 
QU A.M ESSE ] ? EJï-ce que tu voudrois que nous aHaJUtoni-^ 
fublier une chofe comme eéUe-là t Térence garde bien les'^ 
câraélères ; la nourice eft d'avis qu'on cache cet acci- 
dent, car les vaJets croyent que c'eft là le feul remè- - 
de; mais c'eft à quoi la mère n'a garde de confentir. • 
N O T* E S. 

3jr. hai au v. fuiv. où M, B. ht hi^nefe. Si daitfs^ 
im MS. j 

38 Patiamufy fans ne & fans autorité.-. 

3^. M.» B. ôte ejfe, après un MS, 

4 



dby Google 



} 



32a A D E L P H I. Acr. lU. 

Fateatur, cwn omet aliam, tien mile banc iUidari 
Quapropter , quoqm paSo tacito ejt apis. 
S O S T R A TA. 

Ab, minimi gentîuMi 
45 Non faciaim. 

CE TA. 
Quid agis f 

S O STRA TA., 
Froferam, 

G E T A^ 
Hem y me a Softrata, vide quamjrm agau.' 
SOSTRATA. 
Pejore tes loco non potis eji ejje^ quàm in boc, qu9 

nwicjtta eft. 
Frlmùm îndotnta eJt : tt4m prœterea , qua fecufU 

^ da ei dos erat, 
Fâriit : pro virgine dari nuptum non folejl, Hoc> 

reliquom ejl , 
Si. inficias ibit^ tejl\s mwum ejl. annulus, qum, 
mnîferat^ 
50 Pofitemi, quàndo ego eonfcîa mîfum ^ à- me ad* 
pam banc procul effe , nec 
Pretium, neque rem ullam intercejje ilU ^ ^ 
indignant y experioTy Gua. 
G E TA. 
Qaidiftbic^ aeçedo, ut meîius dicas. 
S S T K A T A, 

Tu y quantum poUSt âhU. 
\4fqtfe Hegîoni cognato hjus rem omnem narrait ^ 
ordine. 

NOTES. 

4). N»n efl Mille huie^ ilti dari ^ fans autorité- 
45» Qj^d ahf pour fu*d agis T fuivant un MS. .H«*^ 
aiMy Q\ns la bouche deCanchaia, fans autoiic^* 
i^. Qitkm in f«#, ôtpiX hcj cpmme Fâï^ a i?* 

4^ 2»«** 



Digitized by VjOOQ IC 



gc.II. LES'ADELPHES. 321 
feit de lui donner TOtre fille; c'éft pourquoîv 
de quelque manière que la cbofe tourne , il faut 
garder le fecret. 

S O S T R A T A. 
Ah, point du tout, je n'en ferai rien. 

G ET A. 
Que prétendez- vous donc faire? 
S O S T R A TA*. 
Te veux m'en plaindre. 

G E T A. 
Aîi, ma bonne maltreffe, fongez-y plus d'û» 
ne fois. 

S O S T R A T a: 
L*afFaîre ne peut être dans un état plus fiichèux ^ 
que celui où elle eft. Premièrement ma fille n'a 
point de bien , & elle a perdu la feule chofe 
qui pouvoit lui tenir lieu de tous les biens du 
monde; elle ne peut plus être mariée comme 
fille. SU nie ce qu'il a fait, j'ai une reffource, 
l'anneau que ma fill^ a de lui fera un bon témoiité 
Eftfîn, puifque je n'ai rien à me reprocher, é: 
que nous ne nous fommes attiré ce malheur, ni 
par avarice, ni par aucun autre motif indigne 
d'elle ou de moi, je veux voir ce qui en^ arri-^ 
vera, je veux lepourfuivre. . ^ 

G E T A. 
. Ah , qu'allez-vous faire ? je Vous en prî&>' 
changez de fentiment. 

S O S T RAT A. 
Géta» va le plus vite que tu pouras chez Hé- 
gion 9 le parent de ma fille, & lui conte bien 

toute 

NOTES. 

i^p.Quem ipft , fur prefque tous les MSS. ^lesiéd. t«c. 

5 1. Ni^ui pretium — a^U illâ^amt mf , (knh^i\t9titi ^ 
pariant eyperiar au v. fulv. après quelques MSS. , 
. $1. Cedc, pour accedn, fans autoiite , u^Cpoxx^t 
K^i au V. fuir. 

o s 



dby Google 



5i2!t A D E L P H I. AcT. in. 

Nm is noflro Sifmdofuit fummus, , {f nw cdvHi 
maxumi^ 

G E TA. 

y S Nm berde alius nemo refpîcU nos. 
S S T R A T A. 

Propera tu y mea Qmtbmi 

Curre; ohjletricem arcejje ui, càm 9puijît, nen. 
morâ nobisfiet. 

ACTUS TERTIUS.. 
S C E N A IIL 

D E M E A.^ 

jyifperiiy Ctefipbonem audivi filium - 

Unà, oilfuijfe in raptione cum Mfcbino: • 
Id mifsro rejlat mibi tnali , fi illum poteft, 
Quialtcuirei eft^ etiam * eum ad nequitiem â^^ 
ducere., 
5< Ubi egji illum quaram ? ereda abduSum in ganeum > 
' A'iqtià: perfuafit ille impurus^ fatfcio. 
Sed eccum ire Syrum video; bine fcibo jam M 

ftet. 
Atque berde bic de grege illo ejl: fi me fenferii 
Eum quccrîtnre, numquam diçet axrmfex* 
te Non ojtendam id me velle,. 

ACTUS: 

. R E MA R Q^U ES. 

S^ NosTRO SiMULO]. De nûtn pamfreSîMhr 
hl^ ûfnat a eu tort de ciode 'que Simêks itolt on 



. Digitizedby VjOOQIC 



se. m. LES ADELPHES. 3^3^ 

toute Taffaîre; car il étoit iml intime de notre 
pauvre Si<nulus j& il a toujours eu de l'affefUon ; 
pour nous. 

G E T A. 
Mat foi . il ny a que lui qui nous conGdère, 

SOSTRATA. 
Hâte-toî,^&^toi, ma ch^re Canthata, cours 
chez la fage-femme, afin qu'elle, ne nous fafle 
pas attendre quand nous en aurons befoin. 

ACTE TROISIEME. 
SCENE III. 

D E M E A. 

JE fuis perdu : j*ai ouï dire que mon fils Ctéfi- 
phon étoit avec Efcbinus à Penlèveraent de 
cette fille. Miférable que je fuis! il ne me man- 
que plus que de voir celui qui s'occupe à quel- 
que chofe de bon ; fe laifler aufïï entraîner à la 
débauche. Oîi le chercheraî-je? afluréraent fon 
frère l'aura mené avec lui dans quelque vilata 
lieu. Ce perdu l'aura enfin entraîné malgré lui , 
j'en fuis fûn Mais voila S5n-us, je vais tout-à- 
Theure fa voir où il peut être. Cependant ce 
maraud eft de la bande ; s'il s'aperçoit que je 
le cherche, le pendard ne me le dira jamais. Je 
ne ferai fcmblant de tien. 

ACTE 

K E M A R Q^TJ E S. 

nom LatiA détîT^ StSlmûn. Simulut eft parchient 
Gfftc; ctfMi, ^t^v^i. Ce mot Ci tiQUYC d2ns Ltfckfu ~ 



O 6 



dby Google 



3^4 A D' E L P H !• Act. II!.' 

ACTUS T. ERT I US.. 

S C EN A IV. 

S^Y R US. DEM E»A. 

■ ^ . s^r R us. 

mnem rem modà fehî i ^ 
Qao^paSû hàheret^ enarrêmus ordme. 
Nil^dfuam vidi lœtius. 

D E ME A. 

PrâJ^pUef,^ , 
Hmmis Jlultttîaml 

S r,R us. 

Collaudavit jUiumi 
Jt Mihi, quîd id dediffem cmfilium, egit ^ratiaSp: 
DE ME 4. 
Difrumpor, 

sr.Rus., 

jirgtmum-adnumerofoît Ulko: 
Hddit praterea infumtum dimidium mina:, 
14 dijlributumfani e/l exfententtd.^ 

D E ME A.. 

Hmf 
Huic mfmdes^ fi quid re&è curcoum vHis. 
STRUS. 
^A Ifeinf Demeay baud afpcxer§n te: quidéigkttrf 

N O T B s. 
«Ç, :I?« MnB. joîttt.cet^e Scène l h pi^c^dentfi^ . 



DigitizedbyCjOOQlC 



ju>j:z. j^cm. sc.ïïv. 



Jim.*..Aff.j*4 




Digitized by VjOOQ IC 



dby Google 



Së.lV. LES ADELPHETS. 32^ 

ACTE TROISIEME. 

SCENE IVv 

S Y RU S. D E M E A*. 

S Y R U S. 
KJ Ous avons tantôt conté â notre bon-hôm^ 
me toute TafFaire d*un bout à l'autre, &; 
de quelle manière elle s'eft psffée; je n'aide- 
mawie rien vu de plus gai. 

DE M E A.' 

Oh, Jupiter! voyez l'extravagance da per^ 
fonnage! 

S Y R U S. , 

Il a Joué fon fils , & il m'a remercié. de lui aà. 
voir donné ce confeil, 

D E M E A. . 
J'enrage. 

S Y R U S. 

Stir Vheure même il nous a compté cet -^nî 
gent, &nous a de plus donné une * piftole & de- 
mie pour nous réjouïr. r Elle a été bientôt cm» 
plcyée, ma fol, & fort à mon gré.- 
DE ME. A. 

Hô vraiment j fi Ton veut que quelque chofe 
foie bien fait, on n'a qu*à en donner le foin à 
cethonnêoe homme- là. 

S Y R U S. 

Ah , Monfîeur, je ne vous avoîs pas aoer-^ 
Çû. Que fait-on? 

0? 



Digitized by VjOOQ IC 



^6 A • D EL P H L AcT. 1I& . 

D E M E J. 
Qîiid agaturf voftram neqim mîrarîfatis 
Jiatioîiim» 

S T.R U S. 
EJl hercle inepta , ne dicam dplo , atquc - 
jjljufda. Pifces ceterospurga^ Drimo: 
Congrum iftum maxumum in (iquAfinita hder»\ 
îj Paulifper: ubi egov&iiero, exaJfabitUTi; 
Friùs nolih • 

D E ME A. 
Hicccine flagitial : 

• s.r R us * 

Mibi quidem fion placent : : 
Et clamO'fapi, Salfamenta b(Sc , Stepbanio^ 
Fàc macermtur pulçrè- 

DE ME A. 

Du vojlramfidem! 
^Utfumflùdione id Jibi hahet^ an laiidiputat 
to Tfjre, fi perdiderîc gnatumf vce mijero mibi! ' 
Vider e videor jam diem illum, quum bine egens . 
Frnfugiet aliquà milkatum, 

S r R u s. 

ODemeûi 

J^buc ejtfaperet mn quod anUpedes mode efi^ 

Vide^ 

RE M A R QiU E S.^J. 
IX. VOSTRAM NEqUEO MIRARI 5ATIS RATIO- 
>1EM ]. Je ne puis ajfez admirer Vêtre manière de f»-- 
vrtf. Ràiiû fîgnifie en cet endroit manière ^ procédé ^ . 
comme dans la II J« Scène du Y. Aièe : . 

Eandim illam ratîonem étntiqetam cètineê*'. 

Dônat s'y eft trompa , «'il eft vrai que la remarque - 
^'on trouite fut ce paiTage fok de lui, et que j'ai 
peine à croire. 

, 20. SI PERDIDBRIT GNATUM]. Prend-fl 

Ane i tacite de perdre ce fils f II a fallu traduire ce fh . 
J TpQxa cQalciyex la beauté de ce pa0êge. qui coj£B*itTi 



dby Google 



Sc.lV;. LflS ADELPHES.. 317 

D E M E A. 
Ce que Ton faît ? Je ne puis aflez admirer ^ 
votre manière de vivre. 

S y. R U s.: 
Ah, à n'en point mentir, elle efl fort imper- 
tinente ,& fort extraordinaire. Dromon, vuidc* 
moi tous ces poitFons; mais pour ce congre-là,. 
laifTe le un peu dégorger dans l'eau; quand je ' 
ferai de retour on Taprétera^je ne veux^paak, 
qu'on y touche plutôt. 

DEMEA., 
Peut-on foufFrir ces dérèglemens! > 

S Y R U S. 
Je ne les éprouve pas non plus ,& Je crie fou-' . 
vent contre. Hola , Stéphanion ^ aye foin de faire- • 
bien deflalcr ces poiflbns, 

D E M E A.. 
Grands Dieux! prend^il donc^à tâche de pef-.- 
dre ce ftls , ou croit-il qu'il recevra de grandes 
louanges quand il; Taura perdu? <^ue je fuis 
malheureux! il me femble que je vois déjà le joue ■ 
que ce garçon fara contraint par la pauvreté de . 
s'en aller quelque part à la guerre. 
S Y R U S. 
Ho, Mpnlîeur; c'eillà ce qui s'apelle ôn-e 

fage, 
RE MA R Q^U E s.- 
ce que i)/«/if ne dit point: Quand U aura perdu EJkkSf 
nus^ ou w«n fils, ou /on fiUf mais gnatum feulement, 
ce fils. Et c'eft ce que Dstutt a bien vu , car il dit: 
Magno affeStuy non dixit ^fchînwm^ 6* mîrè^ non nd' 
iiidit cujui gnatum. • 

2 3. ISTHUC EST SAPERE , NON qUOD ANTE PE- 
DES MODO EST , VIDERE ]. Ceft-là ce fui s'aùells 
être fage , de ne voir pas feulement ee qu*ên a devant les • 
yeux. J'ai mis ce fu'tn a devant iex yeux^ au-iieu de 
ce fft'#« a devant ùs pieds. Cela revient à la même 
chofe. Donat dit qae Tirence a imit^ ici le mot qu'u- 
^Q.fçj:T«Wc dit d«:fon maître» qui en regardant dans 

loi. 



dby Google 



Tjîg A D E LP Hi: AcT. nt 

Vidtrf , fed etiam illa , quœ.futurafunt, , 
•5 . Frofpicere. 

DE ME A. 

Qjiidy iJlbœcjampentsvos>pfaltriatiJl? ' 
SX RUS. 
♦ EJl jam imus. 

DEME A 

tb(hf an domi' eft babkurust' 
S r R U S. 

Credo.^ ut eft l 

Dementia» 

D E M E A. 

Haccinefierit 
S r RU S.\ 
Inepta lenitas 
fjitris, ^ facilitas prava. 

DE ME A. 

Fratris me ^dem ' 
Fudet, fîgàtque. 

s^r R us. 

Nîmium , iraer vos ^ Demeê^ (ê€ 
8P Non y fuîa ades prœfens , dko hoc) pernimium in- 
terefl. 
Tui quantus quantus^ nibil niji fapientia es: 
Jlle Jomnium : fmeres vero illum tu tuum 
FiKere bac! 

DEM E A.' 
Sincrem illum f.aut nm ex totismen/tbus 

Prir 
» Vulg. elUm. 

REMARQ^UES. 
les aflres pour y lire TâTenir, tomba dans.un- puitsc 
Huod ante pedes efiy n«n vidtts em/i /criaatttr plagat, 
Jl ne voit pas ce fuî eft à/es pieds ^ (y il veut v$ir te 
igui/e pfjffe dans la vafte étendue du Ciel, 



dby Google 



St. IV. LES ADELPHES. jîp 

fage, de ne voir pas feulement ce qu'on a de- 
vant les yeux, mais.de prévoir encore de loin 
ce qui doit arriver. 

D E M E A. 
-Eh bien , cette joueufe d'inftrumens eft pré« 
ffentement à vous? 

S*Y R U S. 
La voila Ià.dedans« 

D E M E A^. 
go, ho, eft-ce qu'il veut l'avoir chez lui?;* 

S Y R U S. 
Je le cfoîs, tant: il eft fou. 

D E M E A. 
Cela fe peut-il? 

S Y R U S.. 
Ceft une fotte bonté de père, Srune pernî- 
dcufe facilité. 

D E M E A. 
Çn vérité f«i bien du chagrin & bien de là 
cacmte de la conduite de mon frère. 
S Y R U S. 
MonGeur, il y a une grande diffé/ence de Vou$ 
à lui, ce n*eft pas parce que vous êtes préféîit- 
que* je le dis: vous depuis la tête jufqu'aux pieds 
VAus n'êtes que fagefle, & lui , rien que mifère 
& que pauvreté. Ce feroit vous , vraiment, qui 
Jaificriez faire ces équipées à votre filsl^ 
DE ME. A. 
Î4pi^ luilaifler faire? & je n'auroîs pas dé- 
couvert tous fes defleins fix moi« tout enti.çrs 

avant 

R;E M A R Q^V E S. 

X^s bùn du ehagrin 6» hUn de la htnti. Pudere (è dltr 
des chofès honteufes, pigere des chofes nuifiblcs.. 

NOTES. 

H* ËUam i^om eji jam^ çommg Doiut a lu.F^nv , 



dby Google 



5Î0 . ^ D E L P H T. AcT. Iir. 
JPrfàf oifecijftm , qiiàm ille quîdquaw caperîtt 

S r RU S. 

}j^ Figilantiam tuam tu mîhi narras ^ 
D E ME A^ 

Stc/tf 
Modi^ ut nme ejl, quafo, • 
S TR US. 
Ut qui/que fuum voit ajje i it'sffii 
DE M E A. 
Quid eum? vidijlin* bodiel 

STRU'S. 

Tuwnnefiltum?' 
(Jbigam hune rus ) jam^Udumaliquid ruri agm: 
arbitrer. 

DEMEA.^ 
Starfcis-iHeffe^ 

S.T R US. 

Ob, "^quf egomt pfodufH 

DE M E A. 

Optumi.^é 
;i0 SÙttU^, ne S'ereret bic. 

STRUS: 

Atque îratwn aimod^^ 
DEMEA^ 
QuîdautemT' 

srrRUS. 

^ Afîortus ejl jurgio fmir^m apud form- 

De pfaltriâ iJlMc. 

D E M E Aj. 
Aih'verà?^ 

ST- 
♦ Vulg. é»êm, 

NOTES. ^,_^. 

iU Tun miki? ôtant narras^ comme ^ins iHE^^ 

I^Y. S. III. V. zzM lîfant/wa^,dans le mémo vers. 



Digitized by VjÔOQ IC 



Se. IV. LES ADELPHES. 331, 

^vant qu'il eût oCé entreprendre la moindre chofe ?'^ 
S Y R U S. 
A qui le dUes-vou«?ell-cç que je ne connot». 
pas vos foins & votre prévoyance? 
D E M E A. 
Pourvu qu'il foit toujours comme il e(lpréfei>ï 
tément, je. n'aurai pas fujet de m*en plaindre. 
S Y R U S. 
Ma foi; Monfieur,Jes enfans fontcequ'on* 
leut qu'ils foient. 

DE M E A; 
Mais à.pcopos Tas-tu vu aujourdhui? 

S Y RUS- 
Qui ? votre fils^:bas. Je vaij le chafler bieli, 
^itc. haut. Il y a longtems qu'il eft à votre mai» 
ion de campagne à faire quelque chofe. . 
DE M E A. 
Es-tu bien fur qu'il y eft? 

S.Y R U S^ 
Si j*en fuis fur î j'ai été avec lûrjuf^u'à moitié' 
themin, 

D E M E A. . 
* Cela va le mieux du monde ; je crajgnois qu'il ; 
«^ fût retenu ici. 

S Y R U S. 
Et il étoît même fort en colère*, 

D E M E A. 
Comment donc? 

S Y R U .S. 
Il venoit de quereller fon frère à la placeV 
fur le fujec de cette chanteufe. 
DE M E A. 
Dis-tu vrai? 



Sï. 



N O T E S. 

39* Q/ttmf pour ^uij après quelques MS5«> 



dby Google 



53* A D E L P H I. Act. IH 
5 r R US. 

Vaby nil reticuit: 
Nàm, nt numer/thatur forîè argentum ^ ijuervenit 
Homo deimprovifo; cœpit clamare: O'JEjclinei 
45 Haccine flagitia facere tff ? bœc te. admittac 
hidigm génère noftroX • 

D E M E A. 

' Ob, lacrufM gsttiiê* 

S r R u S. 

Non tu Me ûrgentum perdis ,Jed vitam tuanu^ 

D ËM E A. 
SaîVQsJtt : fpero^ efijimilis mûjorum fùûm^ 
S 2.R us; 



D E M E A. 
. Sjre, prœceptorum plenus ejl ijlorum iUc^ 
STRUS. 

59 DmibaUuiff und^difcereti 

D E M E A 



Huit 



«y/* 



Fltfiduîbi 
Nil pretermittù: confûefacio: denique 
Tnfpicere, tanquam ihjpecuîum , in vîtas ûimutn' 
Jubeo^ atque ex aliisjumete exemplumfibù 
Soc facitO: 

'' sie. 

K E MAX au ES. 

• J2. INSPICERE TA1>ÏQUAM IN SPECULUMJ. -^ '3^ 
regarder cêmme dans un miroir. Comme on fe lertda 
m.ifbic pour corriger les défauts que la nature ou ^h^ • 
bitude peuvent avoir donnés > oc pour prendre, uo; 
meilleur air & des manières plus convenables, ainli ' 
^xtgudmM vie de .chacoa en particuUeci^oû pe»i 



dby Google 



Sc.JV, LES ADELPHE^. ^y^ 

S Y R U S. 

Allez, il ne lui a rien celé; Mon homme, efl 
-arrivé tout d*un coup comme on comptoic l*ar- 
genc, il a commencé à erier; E(l-il donc poflS- 
^le, Erchinus, que vous faâiez des choCes ûio* 
dignes de. notre maifon? 

D E M E A. 
Oh I je pleure de joie. 

S Y RU S. 

Ce n'eft pas feulement cet argent que vous 

perdez, c'ell votre repos, c*eft votre réputation. 

D E M E A. 

"Que les Dieux le confervcnt ; j'efpere qu'il 

teflemblera à Tes aieux. 

S Y R U.S. 
Qui en doute? 

D E M E A. 
Syius, il eft tout plein de ces beaux précep- 
tes que tu lui as vu donner à Ton frèr«. 
S Y R U S. 
Bon! comment pouroit-il être autrement? nV 
t-il pas toujours eu chez lui de qui aprendre? 
D E M E A. 
Je fois affurément tout ce que je puis pour le 
rendrejhonnôte homme; je ne fui lailFe rien pis- 
fer ; je l'accoutume à la vertu; en un mot je 
l'exhorte à confidérer Ja vie de chacun , d s'y 
regarder comme dans un miroir, & à prendre 
de- là des exemples pour fa conduite. Faites ce- 
ci, lui dis-je. 

5Y. 

H E M A R C^U Ç S. 
changer ce qu'on a de vicieux, & choifîr des exem- 
ples pour ta conduite de fa vie. Car d'ailleurs la vie 
des autres ne nous reprcfente pas la nôtre comme uo 
miroir leprcTente le même objet. 
NOTES. 
4S. ErUf pour tfy?'jTans autorité. 



dbyGoogk 



334 A D E L P H I Act. SL 

STRtiS. 

ReBèfanè. 

DE M E A. 

Hocfugito. 
S T RU S. 

Calliâi. 
D E M E A. 
5S Sic btudieft. 

S r R U S. 
JJlbac res ejl. 
D E M E A. 

Hoc vîtio datàr* 
S T RU S. 
Probinumi. 

D E M E A. 

Porro autem 

S r R U S. 

Non bercle oHum tfi 
Nunc tnihî aufctdtandL Pifces exferaentid 
NaQus fum: hi mibi ne corrumpantur caïuio eji. 

Nam 
IIEMARQ.UES. 

y4. Hoc JACITO , HOC TUGITO , HOC LAÙDI 
ÏST, HOC VITIO datur]. Faites ceci ^ évitez cela\. 
ttne telle cbofe eft louable. Ce caraé^èie de DAnéa ce. 
fort naturel & fort bien fuivi. Un homme comme l\\i 
ne peut pas inftiuîre fon fils en Philofophe^ qui rend 
xaifon des chofes^ôc qui dit pourquoi elles font boen 
nés ou mauvaifes ; il ne peut & ne doit Tiniliuire que 
comme un fimple botirgeoîs înftruît fon fils , en lui 
difant faites cici^ Gr évitez cela , une telle chp/e ejt 
louable; cette autre efi blâmée de fut le monde, Fota 
bien connoître la^eauté de ce paflàge, on n'a qu'à 
le comparer avec ce c^vCHoraee dit de fon père dans 
la IV. Sat. du Livre I. Ce père en donnant à foJ& 
fils les mêmes leçons que Déméa donne ici au ùtn^ 
ajoute : 

•— Sdpîens vitMu quiipte pttîtm 
$it meUus^ eaujjat reddet titl, mS/atts ijl^fi 



dby Google 



Se. IV. LES ADELPHES. 335 

S Y R U s. 

Fort bien en vérité. 

D E M E A. 
Evitez cela. 

S Y R U S. 
Excellemment. 

D E M E A. 
VriQ telle chafe eft louable. 

S Y R U S. 
Voila le point. 

D E M E A. 
Cette autre eft blâmée de tout le monde 

S Y R U S. 
Tarfoîtement 

D E M E A. 
Enfuîte je.... 

S X R U S. 
Ah pour l'heure, Monfieur, Je n'ai pas te 
tems de vous entendre, j'ai le plus beau poif- 
fon du monde, il faut que je fonge à ne le lais- 
fer 
tiEUAK Q^UE s. 

IVaditum Mh antifuis mwtm firvart y tuamqutg 
I>um cujhdis eget-^ vUam famamque tueri 
Ineelmmem pcj/km, 

2>i PhiUfophes te £roitt poor^uoi une thofe tfl honne #a 
mauvaîfe. Ceft ajjez ftw -un homme comme moi de gar^ 
•der les coutumes qui viennent de nos premiers pères ^ Gt 
pendant que tu as befoin de gouverneur ^ de eonférver fan» 
aucune tache ta vie (y ta réputation. Sur cela Dontt a 
fort bien remarqué; Non philo fophicè ^fed civiUter mO' 
net; non enim dixit ^ hoc honvimyfed ^ hoc laudi eft; 
%ecj hoc malum, ^^, vltîo datur. Ergo ut idïota G)P 
tomicuSy non utifapiens &* prJtceptor. 

$6, NON HE R CLE OTIUM EST]. Ah. pot^ 
t heure ^ Monfieur ^ je n ai pas le tems. Cette reponle 
de S-jrus eft fondée fur ce que le vieillard vient de di- 
re porro auîem , qui font deux termes qui menacoienc 
d'un long difcouiS. 



Digitized by VjOOQ IC 



33« A D E L P H I. Acf • 1!L 

JVflw îdnohis tamfljgîtium e^l quàm illaiDemea^ 
'60 Nonfacere vobis , qu^ miyîà dixti : 6?^ quod (piéb ^ 
Confervis ad eunlein ifibunc prcscîpio modum : 
Hocjaljumeft, boc adujlum, hoc lautum ejl pa- 

rum: 
IlludreUêy iterum- fie mémento. Sedulè 
Moneo , qu(t pojjum pro med fc^ie ntid : 
'^5 Pojlremb, tanquam injpeculum, inpatinns^ De- 
mea^ 
Infpicere jubeo , &? mmeo quld faSio ufu* fîet. 
In€pthl)tèc ejje, nos quœ faciinus , fentîo. 
Verîim.quidfacîa:'^ ut bomo ejl Jta morem géras. 
Numquid vis? 

D E M E A. 
Mentem^obis meliorem dari. 
S 1 RU S. 
'^0 Tu rus hinc àbis? 

D E M E A. 

ReSà. 
1S f R ut 

Nam qfùd tu hîc a^àst 
Vbii fiquidbenepracîpîas^ nemo obtempérât? 

DE- 

k Ê M A K Q^U ÎE S. 

«4. PRO M E A S A P I E N T I A ]. SeUn ma Petite 
Capacité ô* U peu de ^oùt que fau Le Latin dît (êule- 
ment, feUn m^ capacité^ mais pour faire fenHr Ja 
fflcace de ce paiTige il a faiii traduire feUn mu petite 
Hpétetté ; 6* le peu de goût que j'ai; car S)ru5 fait ici 
uttC équivoque fur le. mot dQ/ipientia^ en le prenmt 
atffiî pour un terme de cuifine, ôc c'eft ce que Ùtnat 
a bien fenti> car il dit ht&TvpiKvi Japîentta dixit^ 

quia 



dby Google 



*5c. IV. LES ADELPHEiS. ^7 

fer pas gâter; car c'eftune auffi grande honte 
pour nous de faire une faute comme celle- là » 

'qtiepoor TOUS autres de pe pas &ire tout ce 
que vous venez de dire; & tant que je puis Je 
donne ces mêmes leçons à mes camarades: Cela 
eft trop falé, cela cù, brûlé, cela n'a pas affez 
trempé ; voila qui efl bien, cela, foovenez- vous 
de le faire de même une îrtitre fds. Je leur don- 
ne tous les meilleurs avrsqne jepuis, félon ma 
Êetite capacité & le pea de goût que j'ai. Enfin, 
lonfîeur, je les exhorte à fe mirer dans leur 
vaiflelle comme dans un mîrofr,& je les avertis 
de ce qu'ils doivent faire. Je voîs fort bien qoe 
tout ce que nous ftilfons e& ridioile; ma» quel 

^moyen^f il faut fervir les gens à km laode» JKe 

-me voulez- vous plus rien? 

D E M B A. 

Que vous deveniez plus ftge. 

&y R U 8. 
Pour voHS , fans doute que vous vous en ai* 
Itz f HZ champs tout de ce pas ? 

D E M£ A. 
Tout droit. ' 

S Y R U S. 

'Car que feriez- vous dans un lieu où, û vous 
donnez de bons ^vts, perfcmne ne les écoute? 

DE- 

R E m A B. Q^U E $. 

%^ eondimentum gu/fu ac /apore tempérant edqùi. Il dît 
lapîentia en femt^manf ^ parce t^ les ptijiniers afaifift^ 
nmi 4esJ'auffès*par le ggât (y par U/âveur. 

N O T K S. * 

^9. Demea » fûivant un tiès anc. Xi5; 
€6. U/us fît y fur un MS. 
H 70- ^Am> pow 0kis:^ i^m ka meiûeurs MS'S. 



dby Google 



338 ' A D E L P H L Act. IH. 

3 EME A, 
£go veri ièic tAeo^ ^ndo is^ ^êombrem bue 

. Rus flWtt: Uhm etno nmtmi We nd me adtmet^ 
Quando ita voit fr Mer; de ijlboc i^fi viderit. 

75 Sed qms illic efi, ^fltem video procûl? eftne HegtB 
Trîbulis ns/ier ffi^is ctmo, hrck is efi. V^ 
Bomo mnicu' ^n/^kjam Me à puero, DU bmn^ 
Ne ittfiajmadijrmmtigna mbîs tivmm 
Temria jejl : bDtno antiquâ vîrtute acfide. 

9o Haui cîih maU ^id ortum exbocfit pulUci. 
QuàmgÊaàs»y M aktm bujus generis -reliqui^ 
Reftare video! vab^ vivere etiam rame kibet, 
Opperiar bomine^bic^ m/dutem, & amlofuir. 

A C T U S TER f I U^& 

S C E N A V. 
HEGia GETA. DEMEA. PAMPMILA. 

HEG 10. 

^ pRob DU immrtales^ facims 4ndigfmm! Geta^ 
Q^uid narras! 

CE* 
iLEMAROrFES, 

7Î. IjLriS AD ME ATTINET]. // n'y 4 ^ 
Im qui me touche.- Cette parbîe ânroît para dure pour 
un père qui ne doit jam?iis oublîçr fon fils; c'eft pout- 

3IU0Î il ajonw , ^uîfqut won frère k veut dinfi, S«M- 
ç ita volt /rater. 

7<« TKiBULiâ iros^sii}. iknmtTyièm. Xes 



dby Google 



5c. V. LES ADELPHES. ^jg» 

D E M B A. 
Je m*en vais aOTurémcnc» puisque celui pour 
qui j*étois venu s'en eft retourné. Je n'ai foin 
que de celui là, il n'y a que lui qui me touche» 
puifque mon frère le veut ainfi; qu*il fiafle de 
l'autre comme il l'entendra. Mais qui eft cet 
homme que je vois là-bas ? Eft-ce là Hégion de 
notre Tribu? fi j'ai de bons yeux c'eft lui aOuré- 
ment. Ah, c*eft un de mes meilleurs amis de« 
puis l'enfance ;grahd8 Dieux, quelle difettenout 
avons préfentement de tels citoyens! C'eft un 
homme de la vieille roche; perfonne ne fauroit 
dire qu'il ait jamais fait la moindre chofe qui 
ait pufcandalifer le public. Quej'ai de joie quand 
je vois qu'il refte encore de ces bonnes gens du 
fiècle d'orl Ah! il y a encore du plaifir à vivre; 
je vais^ l'attendre pour le faluer, & pour m'en* 
tretenir avec lui. 



ACTE T R O I S I EME. 

SCENE V. 
HEGION* GETA. DEMEA. PAMPHUA. 

HEGION. 

J[^Rands Dieux, voila une aélioa Wenlndîgne» 
Gétal que me dh-tul 

GE- 

k E M A ÎL Q^Û E s. 

'éthêfâifii étôient àWiUs en douze Tcibus, peut*itt<( 
à i'imttatîon des Juifs, 

NOTES. 

73. Cuiro: unumilUdy fans lutorîté. 

76. M. B. ôte 4t/?, fuivant un MS. 

79. M. B. retnnche bomo , fans aatorîtl. 

•t, M* B« ôce vabf pour la mefuiie du vxn». 



dby Google 



:346 A D E L P H L Act. m 
G E T Jî. 

Sic ejtfa&um» 

usa 10. 

Ex illarC famUîâ^ 
Tain iîliUrde facinus ejfe ortum! ô Âfcbine-l 
l^ol baud paternum ijibuc dediftL 
DRUE A. 

VidelicH 
S '^^ pfaltriâ hic màmtj id illi nunc dolet 
. Aliano ; pti$er is nibili pendit l Hei mibi ! 
Utinam bic prc^e ade£k aUcuM ^ oique ^uiipA 

HEGID. 

\Vifacim ^ua îlles aquom eft , boudfic aufire^ 

G E T A. 
in te fpes nmms^ Uegîo^ nohis Jtta. éji : 
jo Te folum babemus : tu es patronus , tû pater^^ 
yJU^ tiMwmiemiwcmmindfiivUjsnex^ 
Si deferis tUf pmimus. 

HE G I a 

C(Voe dixerîs: 
2^eque factam , nuque me fatis pîi poJTe arbhror* 

D E M E A. 
Adiho: falvere Hegionem pîurimum 
3-5 Jubeo. 

IL E M A It Qi^If B X 

• X HAÛ» SIC AUÏEÎlEIfTl. Ils ti'tn Mtmt pO» 
Ji bon marché qu*ih penjênt. C'eft le Teritable fens de 
ice mot uuferent^ auquel Donaa même a été élifl>âtafl5L 
Ou n'a pas pris goide que c*eft un terme «mpruafié 
des marches où l'on emporte la inarchandlfe 1 im cei- 
<tain prix. 

13. NEqUK TWE »ATIS TIE 70S9E :MlBITROll]. 
lËtjene fémmU h fmre en eon/ckncê, 3^e fit puis U fd' 
ÂTi ddnh^f 0mximc9 Wïr /a^ ^tf, il puU de kk pâ4tc« 

i>aica 



dby Google 



ffc;.V*^ LES ADELEHES: 341 

G K T A- 

Cela eft comme je vous le dis, Monfieur. 

H E G I O N. 
Que dans une famille comme celle-là on ait; 
fait une chofe fi honteufe! cîix, Efchîmis, vous^ 
n'avez pas apris cela-de votre père. 
D B M E A- 
II a fans tioateooi parler de cette chanteofe,. 
& cela le fâehe , quoique ne nou$ foit rien ; & . 
ce brave père n'en eft point touché! Ah, mon 
Dieu! ie voudroîs bien qu'il fût en quelque lieu, 
près d'ici , & qu'il- entendît ce qu'on y dit. 
\^ ^ H E G I O N. 

S'ils ne font leur devoir en cette affaire , ila 
n'en auront pas û bon marché qu'ils penfent. 
G E t A. 
Monfieur , nous n'avons d'efpérance qu'en 
vous , vous êtes notre feul apui , notre défen- 
feur, notr^père; le pauvre défunt nous recom- 
manda à vous en mourant; fi vous nou^ aban^ 
donnez, nous fommes perdus. 

REGION,- 
Ah, ne me parle pas: de cela; Je ne le ferai 
pas ^& je ne feuroîs le faire en confcicnce. 
^ D E M E A. 

Je vais l'aborder. Je, donne le bonjour à Hé** 
gîon. * , . 

° HE. 

R E^M A B^Q^U E S. * 

fitc& que Gétét lui a dit» votts <te4iK>ttô père, c«[ 
-piété en Latin eft des pères aux ènfans , au0î-bien que 
des enfans aux pères. Hégîpn répond pirfaitenent à 
là boniie opinion que Déméd a témoigné avoir de lui 
hJA fia de ia précé^nte Scène». 

NOTE S.. 

* s^ 'HoCf pour Hfo^f après uatiîcs anc. M5. 
% . . Nifi. fasient , dans tous' les MSS, ^ . Donat, . , 



dby Google 



342 A D E L P H L Act. IIL 

B EG I O. 

Ofr, te quœrébam i^fism: fatve^ DeiM 
D J^Mi E A. 
Qmiauum? 
^^ HEGJO. 

HùiùrJUiiU tuui ^chmus^^ 
Qm fratri adêftmidum dediJH^ ntfue bm^ 
^Bque UberaUs funSus officium eft vkù 
D E M E Ji. 

^ H EG I O. 

NoJlruM amkum noras Simubmh ^ 
lio JEjuglenf 

DEME jt. 
Quidni^ 

H E G lO. 
Fîlum ejus virginem 

P^ÎQVit. 

D E ME A. 
Hem! 

HEGIO. 

ManCf noTfdumamJlîftif DemcHf 
Qmi efi gMViffifnum. 

D E M E A. 
An quidquam eft etiam ffmfto? 
H EG lO^ 
Verb aw^llus: nam ïm quidem. ferundum àHfi^ 

modo ejt : 
PerfuafiPnojÇj amr, vinjm,, ailolefcenik: 
i$ Humnum eft. Ubifcit faàum, ai mairem w* 

**"' m 

NOTES, 
flZ. An pêld efif fut un JAS^ 



Digitized by VjOOQ IC 



Se.V.. LES ADELPHE». 343 

H ^ G I O N. 

Ceft vous-même que je cberchois; bODjour», 
Séméa» 

D E M E A. 
Que dkes^vous donc? 

REGION. 
Vôtre fil» atné, votre Efchinui» que voat. 
avez donné à adopter à votre frère , a fait une 
aébion qui n*ell ni d'un honnête bomm^i nid*ui^ 
homme de condition. 

D £ M E A. 
Qu'a-t-il hitf 

REGION. 
ConnoifTez-vous Siinulus» notre suni, quii** 
toit de notre âge?* ^ 

D E M E A. 
Guida* 

HE G^ aN, 

Efchimis a deshonoré Ta fille. 

D E MB A. 
Ohy bcmsDiemcl « 

REGION. 

Attendez, vous n'avez pas encore entenda 
ce quil y a de plus horrible. 

D E M E A. 
Bft-ce qu^il y a. quelque cbofe de plus hotr^ 
ble que ce que vous me dites? 
REGION. 
Oui afRjrément; car quelque méchante que 
foit cette aédon , elle eft pourtant excufable en 
quelque manière; la nuit, l'amour, le vin, la 
jeuneflfe l'ont porté à cela, il n'y a rien là d'er- 
traordinaire. Mais dès qu'il fe fut aperçu de fa 
faute I il alla de lui-ipême trouver k i^çce de 
F 4 cette 



dby Google 



34< A D Ë L P H I. AoT; III:. 

Venit îpfus ultro^ lacrumams ^ wrans ^ ohfecrans^^ 
Fidem- dms\ juransfe ilhm diiQumm ^mum. 
Igmtum^ ejl.f tacitum eji , creditum, eft:.virgQ^ 

ex eo - ' 
Compreffu gravida faBa efi : menji*^ bîe dècimus efiu 
3[p lile hmus vir nohis pfalèrîamy fi Dits placet, 
Fixravity qukum vivats, Ulam defirit. 

D E M E A, 

Tro certoîi' tu îfthcec dîcis? 

H E GI O. 

Mater virginis. 
In medîa eJi , îpja virgoi, res ipfa: hic Geta 
^Fraterea, ut captus eji fervorum^ non malus ^^ 
35 Neque iners, dit illas^folus omnem familiam. 
Sujlentat: bunc ab{iucey^vinçij qiijere rem. 

G E T A. 

Imh bercfe extorque nlfi ^faUum efi y Demea* 
Fojîremànohnegabit, coram ipfiim eedo* 

D E M E A. 
Fudet: nec, quidagam, neque quid huicrtfpm^^ 
deam^ 
40 Scîû*^ 

PAW 

R E.M A R a.Û E S. 

30. St Dus placet]. 5';/ pUtt aux DUux^, 
On le fervoit de ces termes i*i7 plaît aux Dieux ^ 
quand on voulolt aggraver une aftion & la rendre, 
plus odieufe. 

34. Ut captus ESf SERVORUNf , NON MALUS,. 
NEqUE INERS], Qui pour un valet ^ ne/1 ni un /rK 
pon y ni un fou Ut c.iptui ejî fervorum^ pour un'vaUu 
Cit les Anciens a voient très miuvaife opinion dt& 
valets, & ils les croyoient tous ou fots ou méchans,. 
témoin le proverbe, 

li.n'y a rien de plus méchant qu'un vakt, le metUeUf. 



dby Google 



Sb^V., LES ADELPHES. 345^ 

cette fille, pleurant, fuplîant, conjurant, pro- 
mettant, jurant qu'il répouferoit. On lui a par- 
donné, on n'a rien dit, on s'eft fié à lui. La 
fille fe trouve groffe, elle efl dans le neuvième, 
mois, & cet honnête homme, cft allé acheter 
une. chanteufe, pour vivre avec elie,& il aban<« 
donne ceJIe-ci. . 

D E M E A.. 

En êtes- vous bien fur ? 

H E G I O N. 

La mèrelSc la fille font â votre porte, & la 
chofe parle affez d'elle même. De plus voila Gé- 
ta, qui, pour un valet, n'eft ni un fripbn.ni un 
{bt;il nourit-ces pauvres femmes de fontravaiL| 
& il eft feul le foutien de toute cette famille i 
emmenez-le, faites-le lier , & tirez de lui la vérité. 
G E T A. 

Ouï aflurément, Monfitur, mettez- moi â Ia 
toi^iire pour favoir fi cela n'eft pas comme oi| 
vous ledit. Efchinus lui-même n'en difconvien*, 
drà pas, faites-le venir en 'ma préfence, 
D E M E A. 

paC grand'honte, & je ne fais, ni que faire; 
ni que loi répondre. . 

^ PAM- 

H E M A R Q^U E S. 
tCên vaut rien. Hcgion dît donc ici qnt pour Mit va- 
let Géta n'eft ni malus y ni fripon ^ ni inerty nup /otm 
Et il parle ainfi.poùr faîte vrfir^ue ft>n t^qi^nage 
Jbit être de quelaue ptiids. Il fl'eft pas un mpoa , 
pour dire une choio qui n'eft point ; Sa il n'«ft paf 
nn fot , COI c%ft ce que âgnifîe ici proprement iners^ 
Jine arte , pour être trompé & ne pas faVoir ce qH.'il 
dit. . Cela métitoit d'être expliqua , car je m'y étoift 
trompa 

NOTES- • 

29* M. B. 6te hhy en faveur du veirs, 

34. tr« cMptus fervQrum tft, Servulorum, datts tO^ 

les Mss, . 



dby Google 



34(î. A D E L P H I. Act; lit 
PAMPHILA. 

Miferam me ! diffcrar dolmbus» 
junff Lucinaf fer opem^ ferva me, obfeef^ 
HEGIO. 

Uimnam iUa, quafo^ ptmwritt 
G ET A. 

Certii Be^ 
HEGIO. 

Emi 

IlUecfidem nune voftram implora^ Demea. 
Quod vos jus cogit, id voluntate uù impetret. . 

^j Scec primùm utfianf^ Deos quafoy ut vobis decet: 
Sài aiiter animus vojlêr eft, ego^ Demea^ 
SfHimi vi defendam bane^atque iUum mortuum^ 
Cognatus mibi erat: unà à pueris parvoii 
Suifius eduSif unàfemper mUiUe Ëf domi 

50 Fuims; pooffifiMemuinà^^ 

Quapnpternitarffaciam, experiar dmi^i 
Animum relinquam potiùs fuàm illas deferanu 
(^imibifeliondesi 

^ ^^ 

^ 7 H E M A R QJJ E S. 

50, PAUWRTATBM UNA PERTULIMUS GRAVEM}* 
K#M avons féuffen efJèmbU mue p^mdt pmtvrtté. U 
é^t cela ^ parce qu*il eu. certaiii que la manvaii* 
femme lie & unit plus les hommes qu» l'oot éfifo» 
We enfamble quet la bo|iiie» Dênai dit fott bien y 
$Mgii conîungtt malorum confortmm , quàm hnorm^ Et 
H ne feAit pas difficile d'en donner la raifon. 

54. ID qUQD MIHl DE HAC RS DEBEB.IT CON5I- 
LiUM;j, ip Sïq|JAB. ]. JefuSvraX h con/eil f«'j/ ^ 
donnera fur cette affaire. On a ajouté ici ce ?ers. 

Hais A Gonme ^tara i'ft.f9^ bica xemax^ué, c'c/2 un 



dby Google 



Sr. V* 'LESADELPHE& ^iT 
PAMPHILA, 

Ab^malheureufe que je fuis! je n'en puîsplust 
Jimon Lucinc, fecourez-moî, ayez pitié de moi, 
je vous en prie. 

H E G I O N. 

Ho, je te prie, e(l-ce qu'elle accouche? 
G ET A» 

Ouï , Monfieur. 

H E G I Ô N. 

Ah, Déméa, cette pauvre créatures împlord 
préfentement votre bonne-foi; accordez lui de 
bonne, grâce te que les loix vous forceront enfîa 
de lui accorder. Au nom des Dieux, faîtes de 
vous-même ce que doivent faire des gensd'hon* 
Deur , comme vous. Mais fi vous êees en d'au- 
tres féntimens, je vou» avertis que j*entr^ren- 
drai hautement la-défenfe de cette pauvre maU 
heureufe, & que je vengerai Fafff ont qu'on vou- 
dra feîre à la mémoire de mon ami. C'étoit mon 
parent; noua avons toujours été élevés enfem- 
bîe;nous ne nous fommes jamais quîtés, ni en. 
paix, ni en guerre; nous avons foufFert enfem* 
We une grande pauvreté. Ccfl: ppurquoi.je ne 
négligerai rien J'agirai, je ferai , je tenterai tou- 
tes fortes Je voies.» enfin j'abandonnej^ai plutôt 
la vie que leurs intérêts* Quemerépandez-^vous?* 

DE* 

R E M A R Q^U E S. 
têts qi/oii â piîs de la IV. Scène du II. Aôe du Pêof^ 
tniùn^ & que i*on a tranfportë ici fort mal-à-prôpos. 
Mifi$n ^toit le maître abfohi é'Efcbhmsy ainfî tout 
ce que Dérnéa pouvoit faire , c*étoît de donner fou 
ayis, & de tepréfencei à Mçhn ce qoilai paxolflbit 
ûifte & taifonnable^ 
^^ .NOTES. 

44» Vis^ pp^t/«i^ (vu les anc. M5S. ôtâiit «1»^^ 
dîxe pourquoi. 

47. H(»f, pour i64J»f, fans autorité^ , 

.4.8. F^rvolûi après quatre M5S. * i 



dby Google 



343. AD E LP Hl: Act. lit. 

DEMEA.' 

Fratrem conveniam i He^i, 
Is quoi mibi de bac r$ dederii conjilium^idfejm^ 
^ ' HE G 10. 

5.5; Sedt Demea, boaiufacito , cum .anîmo CBgites 

?uàm vos facillimè agitis^ quàm eftis rnoxmà, 
otenteSj dites . fortunati ^ nobiles ^ 
Tarn maxumè vos aquo aniino a^M mfctrù 
Oportet, fi' vos voUis;ferbiberi probos, 
• DE M E A. 
6o Rsdito: fient ^ quœfieri œquom efi^ owiia., 
H EG l O. 
Decet tefacere.^ Gaa, duc me * intro ad Sofiri^ 
taiTL , 

A,C TUS TE R T I U & 
S C E N A VI., 

DEMEA. 

NOh me îndiceme bcec fiunt :, utinam.boc fit; 
mode. 

Pet 

^ Intrô, abeft à AÏS. 

R E M A R QJJ E S. . , 

S^'QjJAM VOS FACILLIME AGTTIS]. */* 
^ut étei richtu II faut fousentendre v/fiti» ou.^ew*'" 
Hgere fdcillimé y vivre facilement y pour dire Ar* •» T'^ 
«(/*, ne manquer de rien. Et les Latins ont emprunte 
cette façon de .parler des Grecs y qui apelloiciit le«*" 
Dieux puu ^é^fteti» facile viventes, 

58. TA^, MAXUME VOS ^qUO ^ ANIMO » X(^' 
. NOSCERE ]. Plus VOUS êtes obligés à être jupes Ùf rd'- 
finnahles^^ jEqua nofcers^ c'eft une manière de parie* 
Grèque ^Vr ^,a yvami , être jufte, être raifonnaWc,. 
avoir les (èntimens -d'un homme droit. Hégion donne 
icîun.gtaad piréceptc qui dcvroit être gravé dans tous 
les cœurs.: Mus ç'eft un précepte qu'on ne connoît- 
pçefque plus, La plupart dç5 hommes aujowrdiiwi, f 



dby Google 



Se. VL. LES; ADELPHES;. 34^, 
D E M E A. 
Tout ce que je puis faire, Région, c'eft d'alf 
Içr trouver mon frère. 

REGION. 
Au refte, Déméa, fou venez- vous que plug: 
Vous êtes riches, puiflans , heureux & de bonne- 
naîflance^^plus vous êtes obligés à être juHesà. 
raifônnables , fî vous voulez pafTer pour gens àt] 
bien. . 

DEMEA.. 
Allez, on fera tout ce qu'on doit,. 

REGION..- 
Cela efl: digne de vous.. Géta, mène-moî *^, 
tamaîtreflè.. 

ACTE T R O I S lE ME. 
S C E N E VL. 

DEMEA. 

J'EPavoîs bien dît, qu'il arriveroît quelque cKb- 
- fe de femblable, & plût â Dieu] que nous en. 

fus« 

R EM A K Q^UB S. 
fe fouviennent qu'ils font riches, puîfïàns, heureux & • 
de Sonne maifon,,qae pour eu être njus injuftes Si ■ 
plus deraifonnables. 

I. Non me indigente h.bc FHfNTTfe. 
Je l^ avais bien dit, Donat remarque fort bien que cet* 
te cotnpofîtion iW/cew pour non Mcens^tù dure, mais 
qu'elle eft bonne pour on homgie ei^ colère; en effet 
je ne crois pas qu on ait vu ailleurs indicere pouc nott 
dicere, Mn Guyet ^o\x\oït corriger non me înticente. 
comme fî tntUente éçoit plus fuportable. & plus ordi- 

N O T E S. "^^' 

se. VI. M. B. /oint cette Scène à la pr^c^dentfi*. 
' li./Ktf, pottt k9C^ fiiîvant deux MSS, Faern^ . ' 



dby Google 



35^^ A D E L PHI. Acr- IB. 

DefimSum: veriHnmmiaUlœcHcerttia 
fnfe&^evadet in aliquodmagnum.nyilum» 
Jb9f requiram frûtremt mineum bac evomam. 

A C T U s T E R T I U s. 

S C E. N A VII. 

HEG ICh 
^Ono mîmo foc fis , Softrata, 6?. (/îûw aum 

Fac confolere. Eg^ Micîonem , fi aptid farumeflt 
Çmvenùmt atjue , ut rn gefla efi-, narrabê i>rdin^ 
Si efl ut foBurus nfficium fietfuùm , 
5 FaUat: fin ali^r de iat^re jijusj'entmtia efi, 
Rsjpmdeat mi, ut, quid agam,quamprmumfcianù 

A C T US Q^IXAR XU& 

S C E N A- I, 

CTESIPHO/STRUS* 

JCTESIP HO. 

' Jlh\t(»lfirsmim abUjre rus? 
^ SX RU S. 

Jam dudumé 

ctesiPho. 

Dicfod^s. ^^ 

R E M A H Q^U ES. 

t^te qvL^indicente f & s'il n\étoit pas mille fois plïj 

dur. Ct qvktDéméa dU ici qu'il avoit Wcn dit» cft 

• l la fin de la II. Scène du I. AAc» Ffiift hnfihM 

thrét è f «e/yw ùâfre Ç9 quh • < tA. 



Digitized by VjOOQ IC 



Se VIL LES ADELPHES. 35^ 

fuffions quites poar cela; mais cette licence ef« 
frénée aboutira aQurément à qaelque chofe do 
fâneflie. Je m'en vais chercher mon frère , pour 
lui dire tout ce que j*ai fur le ccsur. 

ACTE TROISIEM E... 

SCENE VIL 

H E G I O N. 
I^TE vous affligez poiot» Softrata, & confoles 
autant qu'il vous fera poflBble cette pauvre 
fille. Je m'en vais voir û je trouverai Micic» 
â la place, & je lui conterai comme toute la cho- 
fe s'eft paffée: s'il veut faire fon devoir, quil 
le ^fle , à la bonne heure; iinon qu'il me le dU 
fe, afin que je voye le parti que j'ai à prendre, 

ACTE qU A TRIEMiL 

SCENE L 

CTESIPHON. SYRUS. 

CTE SIPHON. 
*QIs-tu que mon père s'eaeCtaUéila campagne? 
S Y R U S*^^ 
Il y a déjà lodgtem». 

CTESIPHON. 
^ Dis-le mol, je t'en prie. 

N O T 5 Si 

4é Sritaejif pmufitfi^ fans aatotît^. 
t^yiUam^t iujr« pEé«4d«Jil»â>mn^^^ti|i#. 



dby Google 



352: A D E L P H L Act; IV;. 

yîpui: 
• Ti^lam eji nunc *cummaxumè operis. aîiquîdface* 
re. credo/ 

CTESÏP HO. ' 

Umdm fjuidemi. 
Ottoi cum JakAe eju^ fiât, Uafe defatigaretvelimt . 
ïktriduo toc perpétua è leéo prorfus nequeatfurgerc, . 
. S T RU S. 
5; Itafiatf &iftboc,fi quid potîs eji\ re&ius* . 
C TE SI E KO. 

Ita : nam hune dUm* 
^tferè nîmî^ perpetuumt ut çœpi ^ cupîû in lœtitià. 

degere: 
Et îlîud rus nullâ aliâ caujâ tam. mali odi, nîji 

quia prope ejt. 
^od fi abejjet longiùs , 

rriùs nox opprejfîffet illfc quàmbuc^revorti pojfei , 
iterum. . • ' 

Xô ifuncyuii me illic rmi videbit^^mbuc reaùre$'^ 
fatfcio: . , . . 
^êgitalit fne.ûbifuerim : quem ego^iodk tàêonéà'* 

vîdi die.. 
Quid dicam?. 

. S r RUS. 

Nibîlnein mentem^: 

l V Al. êto»* 

«. E'M A R Q^XT E S. 
3. QUOD CUM SAlAJr^ ETU' FIAT]. Pour* 
%it» néanmoins, que cela né préjuiîciit péu à /a /knié^tTé* 
rencè n'a * ^ ^ ^ *- *v.^ . /._^- . x 

nëcefTairi 



rence n'avoit ga[rdç (î^>iiblicr re çorreftif qui étoït tiès 
nëceflàire, ÔcTaris Tequel ce muhait de Ctéftphon i^voit 
j#t^ une impre'catîon pidne d'impiété , ce qui alsoJv . 



"lendu ce caraôère très vicieux 

5. IJA FIAT, 1^ fcTrifOC, SI QUID POTIS EST, 
RECTius]. Je U voudro'tsf ty quelque ehofe de mieux ^ 
9* il et oit p»J0ie* Ce maître fripon, qui fe fent con* 



dby Google 



S^ L. LES ADELPHES; gjSi 
S Y RU S. 
Jè vous dis qu'à l'heure que je parle il eft ar- 
rivé, & je fuis perfuadé' qu'il: travaille déjà de. 
tpiice fa forcô. 

' CTE SIPHON., 

Plût à Dieu;& qu'il feirfatigult fi.fort, pourvu 
néanmoins que cela ne préjudiciât point à fa fan* 
té y que de trois jours il ne pût quiter le lit*. 
S Y R U S: 
Je le voudroîs , & quelque chofe de mîeœc;. 
s'il étoit poflîble. 

CTE SIPHON: 
Oui; car je fouhaite extrêmement de paffer- 
ce jour tout entier dans le plaifîr, comme j'ai 
commencé; &. ce qui me fait plus haïr cette 
jnaifon de campagne, c'eft qu'elle eft trop près 
d'ici; car fi elle étoit plus éloignée ^ la huit l'y 
furprendroit avaht'qu'îl pût être revenu. Pré* 
fcntement qu*il ne m'y aura pas trouvé, je fuis» 
Çàr qu'il reviendra ici au plus vite; & comme je 
ne l'ai point vu de tout le jour, il me^mandera^ 
oùj'aiété: que lui dirai-je? 
S Y R U S. 
Ne vous vient-il rien dans refprît?' 

CTE> 

KJB, MA R au E S; 

fé contente pas du fouhait de Ctéfiphm , îl demanJd • 
quelque chofe de plus; c*eft la mort du bon-hom- 
me. . Maïs n*ofant s'expliquer ouvertement devanr Xe^ 
fils, îl le fait d'une manîèxe. équivoque, comme s'il 
ne defîroit qu'une incon;imodit^ un peu plus longue à. 
Déméa. 

N O T E 5. 

II. Rûgâ^it nu, fur tous les MSS. & les édlt. stnCm. 

i2i /n mentem eft, Nu/^uam y après un MS. Iiois 



dby Google 



3^4. A D E L P ttl. AcT, IV. 

CTE S I P Ha 

STR irs. 

Tantirnequion 
OiitUi amcus^ hofpes, nemo ejh vobis ? 

€ TE^S^I P HO. 

' Sunt: iuid pificaP 

S^TRUS. 
Sifa 9perû m dêtajit. 

C TE SIP H O. 

Quœ nm data fit? non potefifieri» 

S TRU S. 

PdteJH 
CTE S IP HO. 
15 hUersUu ifidji bkpemoUù , em^cs qnii dkcmi&prûi^ 
S TRU S. 
^ïlf , ^ttto fuU»m niam noSu amids operam |iiar 

i[j^t daril 
Qukitu.oâùfus es:egê Ulius fenfum ptdcri caUee^ 
Cumjcrvetmaxumè^ tamphcidum^qtÊimivemrtdd^ 
CTESIPHO. 

S f RU S. 
Laudarier te imâitUbtntir:fui^t9'^ opud Ulum^ 
Deun? 
»A Vîrtutcs noifOé 
^ CTE. 

R E M A B. Q^V. E S. 
Î4. QU^E NON DATA SIT? NON POTKST TULEl]^ 
QûoUfans C/ivêirfahf CéUi nt fé peut. Il eft bon de 
xeiQarquer la beauté du'caïa^èrd de ce jeuae-homaie. 
I^e valet lui' confeille d^ dite lut nmiiCooge^ car let^ 
incuruiiges font li xeflbmce oïdxaalre des vaipfii»«»^ 



dby Google 



Se. I. LES A!DEtPHES. 25ï 

CTESIPHQN. 
JELien du tout. 

SYRUS. 

Tant pis , vous êtes un pauvre hûmtne. Mai^* 
dl-ce que vous n*avez ici ni client, ni ami, ni^ 
hôte? 

CTESIPHON. 
Nous V en avons aflez» que cela fait-il? 

SYRU5. 
Il faut lui dire que vous avez été obligé d'eoi 
fervir quelqu'un en quelque affaire» 
CTESIPHON. 
Quoi! fans Tavoir hitf cela ne fe peut* 
. SYRUS. 

Cela fe peut fort bien. 

CTESIPHON- 
Bon, pendant le jour; mais (i je . paflfe ici la 
nuit, quelle excufe luLdonnerai-jé^mon pauvre 
Syrus? 

Ah, que je voudrois bien que ce fût la cou^ 
tume d*aller devant les Juges la nuit l Mais foyes 
en repos, je le fais prendre parfaitement, & 
Iorfqu*il eft le (Jus en colère , Je le r^ds aull^ 
doux qu'un agneau. 

CTESIPHON; 
Et comment fais- tu? 

SYRUS. 
Il écoute volontiers lorfqu'on vous loue; dof 
vant lui je vous fais un Dlea,ie conte vos graot 
des qualités. 

0T& 
Use m a r q.u e s. 

thifipbon^ comme un homme, bien në,.mâ£que d'aboli 
* raveifion qu'il a pour un moyen fi indinie^ 
NOTES. 
II. Cmm fermt"'- fuàm ovh tft , (ans autorl^ , 
29* MtajîK^^^ mtas^ faos autoxi^« 



dbyG^oogle 



SS6' A D E L P H r. Acx; IV;> 
GTE S I P HO^ 

STR us: 

Tuas. Hmini Ulico lacrum codant^ 
l^aji' fuero y gaudio : bem tibi àutem.. ' 
QTES TP HO^i 
Quidnam tft ?' 
STR US.. 
^ Lupus in fàbuldl 

CTES IP H O/ 

STR us:: 

Ipfus. 
C TE s I p HOi 
Syre, quîd agîmus*^ : 
s T R US. 
. figfin$di',intrô: egoviderê^ 

R. E.M.A R QIU E S^ 

J^mI L U p U $ . I >r F a B U L a Î; , Quayid un parte itk 
JSup CHéH i)6ifta quéu^, SéYiAus â efxplîqu'é ce provci"< 
be. fui ce vers^de la IX. Ecloguc de Plr^^U : 
» \ • ■ 

7àm fiigtt ipfa :. hpiMmrim. vider e prhres, 

tes Pht/tcteniy â'it'U, ajfurent tfnt ceux que h fottp voit' 
U premier y perjUnt t^ia iun. €êupM parole ; €r ieik ejl' 
venu ce proverhe , lupus in fabula , dont otyfe ferttouiii 
ks fm que celui drnt i>n parle arrive /ans être attendu y. 
fe* que par fa ptéfsnce if^ n§uî été h liberté de parler, 
^Jine xonûrme cela dans lé Chapitre 22. du Livre VI 11^- 
'\otimque iominî ,. quem priores conremplintur-y adimert 
îid prJtfensi Mais n'en d^plaîfe à Pline Se aux Phifi- " 
ciens ^ je penft qu'on peut douter de la vérité de leur 
obreiradon, & je fiùs peifiiadée ^ne le proyerbc eft 



dby Google 



.Se. L ILES ADELT>HES. i^H 
C T E S I P H O N. 

"Mes grandes qualités î 

5 Y R U S. 

r- Om, VOS grandes qualités. On w)it d'aborJ 

mon homme pleurer de joie comme un enfant. 

«Ho, ho, en voici d'une autre, prenez gaxd^à 

vous. 

C T E S I P H O N. 
Qu'y a-t-il? 

S Y R U S. 
Quahd on parle du loup on en voit la qOeue, 

CTESIPiiON. 
-^Jott père vient? 

^S Y R U S.- 

Lui^ême. 

C T E S I î H O K. 
. "Syrus, qu'allons-nous faire? 

S y R U S. 

^Fuyez-vous-en feulement aulogîsj&jeverrrf* 

CTE^ 
R E M A H XXJJ E S. 

•venu des contes du loup que les fèmfties des champs 
faifoient à leurs enfans; car comme il arrivoit fouvent 

■qu'en parlant du loup elles le voyoient tout d'un coup, 
la peur leur faifoit perdre ht parole , ou changer de 
diCcours. C'eft pourquoi l'on a -^tUftpus in iakulâ, 
pour faire entendre que celui dont on parle furvient, 
quoique l'on continue à parler, & que l'on parle mê^ 
me avec lui. Ce que Térence dit lupus in fabula , PlaU^ 

.te le âikÂmpMS Ufefmenej dans le Stich. IV. z. 

Sei eecum tihi hpum In /ermpne prd/ens e/kriens aiej^t 

Fabttlor & /(fwta font «deux ^noiûmes qui figniftem 
'éifiours* 

NOTE S. 
22. TatemeT pQva pater adefl,, , Is rpjks 9 tant teh 
•fans autorité , û ce n Cft quç txofs MSS. pOXtÇût f 4h 



dby Google 



^ ADELPHI. AcT. IV. 

CTE S I P HO. 
Stftiîd ngàbit, nufquam tu me: audifiin' ? 
^ TRUS. 

Petin' ta defimi 

ACTUS qUARTUS. 

S C E N A IL 
DEMEA. CTESIPHO. SYRUS. 

ly E M E A. 

A^iE tfgo hotnofum infelix ! pritnÙm fiatrem n«x- 

^am ifweffw genêium: 
Praterea autem^ dum illum quaro^ àvUU mera' 

fiarium 
Vtdi : tsfiliùm negat efTeruH ; nec , ^uH agam yfciê, 

CTESIPHO. 
Syre. 

S f RUS. 

S I P HO. 
Men quœrît'^ 
S T R U S. 

Verum* 
ttESlPHO. 

PmtîL 

S r RU S. 

Quin tu mi0o hem ^. 

DEMEA. 
5 Quid bùe^màlum^ ififeîicitatis! nequeofatis décernera: 
Niji me credo buiceJJènatumreiyfirundismferHs. 

Pfi- 

N O t s s. 



dby Google 



Quid • , 

CTE l 



Se. IL LÉS ADELPHES. 350 

C T E S I P H O N. 
S'il te parle de moi, dis que tu ne m'as vè^ 
nulle part, entends-tu? 

S y R û S. 

Y a-t-il moyen que vous vous taîfîez? 

ACTE (QUATRIEME, 

SCENE IL 
DEMEA. CTESIPHON. SYRUS. 
D E M E A. 
P N vérité je fuis bien malheurenx/ Première* 
ment je ne trouve point mon frère, & pour 
comble de chagrin comme je le cherchoîs, j'ai 
trouvé un ouvrier qui revenoit de ma maifon 
de campagne, & qui m'a dit que mon fils n'y 
^ft pas. Je ne fais ce que je dois foire. 
CTESIPHON. 
Syras. 

S Y R U S. 
Que voulez- vous? 

CTESIPHON. 

Mecherche-t-il? 

S Y R U S. 
Ouï. 

CTESIPHON. 

Je fuis perdu. 

S Y R U S. 
Afon Dieu , ne vous allarmez point. 

DEMEA. 
Quel malheur efl: le mien! je ne fauroîs te 
comprendre, je vois feulement que je ne fuis né 
que pour être malheureux. Tout ce qu'il y a de 

mal| 

NOTES. 
f, Qttid tjif pour ^md a^isf Cm pMettrs ASSi 



dby Google 



500 A D E L P H I. AcT. IV. 

Prîmus fentio rnala noftra : prmus refcifco ^mnia: 
Primus porro ohnuntioz <Bgfè folus ^fi quidfit jfen. 

S XR U S. 

Ridio bunc :primum aitfejcire : is folus nefcît (mnht 

D E ME A. 

230 ^'M redeo: f% furtè f rater redierît^ vifi* 

C T ES I P H O. 

Vhfecro^ vide ne ille bucprorfusfe irruat. 
STRU^ 

Etiam taces^ 
^Ego cavehù. * 

C TE S I P H 0. 
Numqtiam bercîe hodie egê ijibuc commis 
tam tihi: 
iNam me.jam in cellatn aliquam eum sM cm^ 
dam , id tuttffmûm eJL 

S r RU S. 
Jige^ tamen ego hune amoveho. 
D E M E A. 

Sed eccum feeleréOtm Syrttnu 
S T R U S. 
ï5 Nm Urcle hic tmidem dur are qui/quaniffi Jîc fit^ 
potejl/ 
^cire equidem voîa^quot mîbifint domîniiquce hoc 
miferîa ? 

^ 'B.E M AR Q^UE ^. 

t. Primus porro OBNUNTia]. Cefi ma 

Wià en perte la nouvelle -Mtx antreu ' OHimtîare % eft 

' ]^r6pteraent annoncer une mauvai(e nouTcUe ; if cft 

tOtifours pris en mauv^îfe part. Cela eft remarquable. 

I©, SYRE, QB5£'CB.ol. $yrus ^pritulê bien ^arde, Ctifi- 



Digitized by VjOOQ IC 



8c. IL LES ADELPHES,' gBï 

mal, c^eft moi qui le fem toujours le premier, 
c'eftmoi qui le fais toujours le premier, c*eft 
moi qui en porte la nouvelle aux autres , & le 
fuis le feul qui en ai du chagrin. 

S y R u S. 

Cet homme me fait rire, il dit qu'il efl le pre- 
mier qui feit tout, & il eft le feul qui ne fait rien. 
D E M E A. 
Je reviens préfentement pour voir fi par hafard 
mon frère ne feroit pQînt revenu. 
CTESIPHON. 
Syrus, prends bien garde, je te prie,qu*ilne 
fe jette tout d*un coup dans cette maifon. 

S y R U S. 

Vous tairez- vous, vous dis-]c? j'y prendrai 
garde. 

CTESIPHON- 

fe ne faurois me fier aujourdhui à toutes tes 

belles promefles, je v^iis tout-à-J'heurem*enfermer 

avec elle dans quelque petit coin , c*eftlephjsfîkr, 

S Y R U S. 

Faites; je l'empêcherai pourtant bien d'entrer. 

D E M E À. 
Maïs voila ce jTcélérat de Sytas. 

S Y R U S. 
Par ma foi, fi les chofes vont toujours demî- 
me, il n'y a pas moyen que qui que cefoitpuiile 
durer dans «ette maifon: je veux favoir enSn 
combien j'ai de maîtres; quelle mifère eft-ce 
donc que ceci? - 

DE. 

R E M A R OU E S. 
ftphon ne paioit pas fui le théâtre ^ Il eft caché dans 
un coin, deiilèie la porte. 

NOTES. 
13. Nam me in iellulam , ôtant jam , qui ne (è tCOtt» 
^e dîns aucun des MSS. de M. B. 

15. Ptriurarej pour daràre^ fans autorité. 

Tome IL Q 



dby Google 



SSt .ADELPHL Acr. IV. 
T> E M K jL 

Qidi 
VltgmmU^ qiddvok? quidds^lmte t«r? èm* 
eft fratier domi^ 

S TRU S. 

^OfMgmalum^bonem',wùbini^as?Êfuidem pifiL 

D iMB A. 

^r RUS. 

^gkas ? Ctefipbo me pugmrmffertm £f ijlam Ffil' 
triam 

''* DE ME A. 

Jlemf (juid narras^ 
S TRU S. 

Henij vide ut difcidit Ubmm* 
D E M E A. 

^ S T RUS. 

Me impulfore banc emtâm ejje (dt. 
D E M E A. 

Non tu eum rus bine moM 
^Dixtin* Miffe'i 

STRUS. 
Fa&um.'V€ràm pfffl ventt infmiem^, 
Utlpepercit Nmfuduîffevtrberarehtminemjtnm^ 
^juem ego mode puerum tantiUuminnum^m gefiû' 
vi mets? 

m. 

♦ Vulg. Tfûduxe aîehas, 

R E M A R.Q^UE S. 

40. Vide UT'DI:SCIDIT LABRDAf]. "rij» 



Digitized by VjOOQ IC 



Se, n. LES ADELPHES. 3^3 
D £ M E Â. 
QuVt-il à crier? que veut-il dire? Que dis* 
tu rhonnête homme? qu*eft-ce que (feit? mon 
frère eft-il chez lui? 

S Y R U S. 
Que diable me vouLez*voi2s dianter avec vo« 
tre honnête homme ? je n*en puis plus. 
D E ]VÎ E A. 
Qu'as-tu? 

S Y R tJ S. 
Ce que j'ai ? ÇtéGphon nous a rouées dtf coups^ 
cette chanteufe & moi. 

D E M E A. 
Que me dis-tu là? 

S Y R U S. 
Tenez, voyez comme il m'a fendu la li^UC, 

D E M E A. 
Pourquoi cela? 

S Y R U S.. 
Il dit que c'eft par mon confeil qu'on a ache- 
té cette créature. 

D E M E A. 
Ne *în'as*tu pas dit tantôt qu'il s'en étoit le* 
tourné à la campa^ie>, & que tu avols été avec 
lui jufqù'à ;noitié chemin ? 

S Y R U S. 
Cela eft vrai auffi; mais il efl revenu fur fes 
pas tout furieux , & il ne «pus a pas épargnés. 
N'a-t-il point de honte de batre un homme dç 
mon âge, moi qui le portois dans Tnes bras il 
n'y a que trois jours : il nVStoit pas plus grand 
que cela. 

m- 

la pïeilkfit entre fes doigts, il y fait paioîire ufie ftnte. 
NOTES. 
22. Prod»xe aihas^ comme daas k note de Me. D« 

Q * 



dby Google 



3^4 A D E L P H I. ^ Acx..lV, 
D EUE A. 

t$ LaudoyCt&fipbOf patrijpis: ahi, virum te judkùi 
S T R U S. 
Louias l rus îlle continébît poUbac yfifapiet , marim, 
D M M E^, 

S r RU S. 

JPerqwm , qui mifiram mulierem Jf mejèr- 
Vélum, 
ôiM fefîrîre mn audebam ^vicit : bui ^ perfortUerl, 
V E M E A. 

Non potuît meliis : idem quod ego fenfit^ te ^Jfc 
buîc reicapuu 
30 Sed ejlne frmr intus ? 

S r RU S. 

Non eft. 
J> E ME A. 

Ubi Hhim quceràm eogUti 
S Y RUS. 
Sçh ubi fit 9 9erùm bodie fmmquam monjlrahiu 
D E M E A. 

Hem 9 ^pdd aisi 
S YRU S. 

• Itû, 
D E M E Jt. 
Diminuetur Hbi qmdemjam eerebrùm* 
S T RU S. 

At nomen nefcit 
liUus bomints. fed îocum novi ubi fit. 

îî O T E S. 

il. Cn/tphû^ fiiiff ot ttoîs MS^t 



Digitized by VjOOQ IC 



Sc-II. LES ADELPHÈS. 36^ 

D g M E A- 

O Ctéfîpbôn : que je te fais bon-gré de cette 
action! Tu tiens de ton père; va» tu as déjà 
toute la fageflb d'un homme fait. 
S Y R U S. 
Vous le louez T par ma foi', s'il cft fagc, è 
Tavenir il tetiendra Tes n^ains. 
D E M E A. 
II a fait Taftion d'un homme de cœur* 

S Y R U S. 

Ho tout à fait 1 il a batu une miférable femm«w 
& un malheureux valet <îui n*a ofé fe revan- 
cher; la belle aftion! 

D E M E A. 

U ne pouvoît pas mieux faire, il croît comme 
«orque tu es Tauteur de cette belle équipée. 
Mais mon frère eft-il au logis? 

S Y R U S. 

Non , il n'y eft pas. 

D E M E A. 
Je fongÇ où je dois Taller chercher. 

SYRUS. 
Je fais bien où il eft, mais d'aujourdhuî jenc 
vous Tenféignerai. 

D E M K A. 
Hé^ qu'eft-ce que tu dis? 

S Y R U S-. ( 

Je dis ce que je dis. ' 

I> E M E A. 
Je vais te.caffer la tête tout-à-rheure. 

S Y R U S. 

Mais je ne fais pas le nom de Thomme chez 
qui il eft , je fais feulement le lieu. 

ES- 



dby Google 



3M ADELPHL Acr, IV, 
D E M E J. 

Dktrgêlgcttu 
S r R U S. 

NêJlÙ!^ pmicum ofnd maceîhm banc demfimt 
D ÊM E A. 

Qmdtù rmam^. 

S TRUS. 

35 FrtnerHô hae teUé pUÊêS/wfum : ubi e^ veoifîSf 

Qivùs deorfum voffus eft, bac prœçjpitato: fofiu 

Eft ai bdrtc MMumJ^KeUium : ibi anfffammf^ 

tcreft. 

D E M E A. 
Quonam^ 

S T R US. 

nikt ubi etîam eaprifict/ magna efi: n^Hl 

D E ME A. 



SrT RU &. 



D ÊMÈ A. 

Id ijuldm angîportum n6n efi peruiunL 
S r R US. 

Verum bercle. Fitbf 
40 Cenfen' bominem Ttu €ff9^ irravi, in pwticmi^ 
fum redi: 

Si' 
HB M A R (^U E S. 

40. CENSEN* ho mine Rf ME ESSE? ERRAVi]. ^. 
^di animal quiJefuUl fe *ke ttêOÊpois, Èti atowiwlt 
ingénument fa faute , U à'atttre d'autant mîeut h colh 
ûititù de ce vieillard, par la bonne opinion qa'il ^^ 
donne de fa fimplicît^, te Donat a fort bien remif- 
qi»e : Calliditoi efi maxima depnhenfum mnddchtm n^*;i 



dby Google 



Se. n. LE s A D ELP ETE S. :fi7 

D E M E A* 

Hé bien dis le mol <1oqc, le lieu. 

S Y RUS. 
Savez- vous ce portique qui eftprèsde laboo* 
chérie, en defcendant? 

D E M E A^ 
Oaû 

S Y R U S. 
PafTez tout droit par cette place en montant,- 
& iorfque vous y ferez, vous trouverez * à cet- 
te main-là une petite defcente, jettez-vous-y; 
Après quoi il y a une petite chapelle, & tout: 
auprès une petite ruelle. 

D E M E A. 
' Eu quel endroit? 

S Y R U t 
Dans cet endroit oà il y a un grand fîgoiet 
fiuvage. Entendez- vous? 

D E M E A. 
Eort bien* 

SYRUS. 
Continuez votre chemin par-là. 

D E M E A. 
Mais on ne fauroit paffer par cette petîtÇ' 
ruelle, c'eft un eu de faa 

^ Y R U S. 
♦Cela eft vraf, par ma foi. Oh, quelle imper- 
tinence! le gros animal que je fois /je metrom- 
pois. Retournez à ce portique dont je vous aï 
parlé, je m'en vais vous donner un chemiAtiea 

pkis 
* llf^tjigni df U maîîti 

H E M A R Q^U E S. 
mfenderty fedfateri ut ù^htitnem /tmplicitaris sséfuêrat^ 
NOTES. 
3^. y^fum efi; hoc ta , dans les MSS. & lesanc. c^'t^ 
3 s. liEAî» Quonamim. B. 6te ceU fau* attWtt'^*- 
^lii&^biea «^ w^n^ après deux M$« 
Q.4 



dby Google 



3û«l ADELPHL Act. IT. 

Smè bac multè prùpiùs ibis y (^ nUnor eft trruii^ 
Scm* Cratini bujus ditis œ^ês ? 
D E M E Jx 

Scio. 
S r RU S. 

Ubi eas'prc^terieris, 

Adfiniflram hoc reSâ pltued; ubi ad Diana vernis ^ 

Ito ad dextram , pnusquam ad fortam vemas 

apud îpfum lacum 

45 EJt pijirilta, g* exadvorjum eft fabrica: ihi # 

DE ME A. 

Quid iUficiil 

S T R U S. 

LeSutàs in foie ilîgnîs pedibus faciundùs dcdîi» 

D E M E A. 
Ubipotetis vos ? bene fané :fed ceffo ad emptrgtfti 

S r R u s. 

Ifini. Ego te exercebo bodie,ut dignus es^fi^f^' 

nium. 
JEfcbinus odîosê ceffnt: prandium corrumpUur: 

K E M A R Q^VES. 

44. Apud ipsum lacum]. Tout auftres^ 
Pahreugotr, Vartûn nous aprend qu'auprès des poi^ 
des vînes il y avoit toujours de grands refervoirs d e* 
ou l'on abreuvoît les chevaux, & où en tems de gof" 
le ou prenoic de Teau pbiir éteindre le feu qoe iw 
eâoemis tâcboient de mettre aux portes. 

45. Lectulos in sole]. Des lits pii^ '^'^ 

fer au fvUH^ c*eft pour USuîos/olares ^ cir dans » 
e^u tems ils foupoient à Tair. .^^ ^ 

45. PaANDlUiiCaRRUMPlTUa]*^*^ ^ 



dby Google 



Se. If. LES ADELPHES. 36^ 
plus court, & qui û'cft pas lî cmbaraffé. Sa- 
vez -vous la maifon de Cracinus, de cet homm^ 
qui a tant de bien ? 

D R M E A. 
Ouû 

S Y R U S. 
Quand vous l*aurez pafTée , tournez à gauche 
dans cette même rue, & quand vous ferez ai» 
temple do Diane, prenez à droite avant que.de 
veoir à la porte de la ville.- Tout auprès deT^- 
breuvoir il y a un boulanger, & vis-à-vis de ce 
boulanger vous verrez une boutique de menui- 
fier; c'cft là quil efl. 

D E M E A. 
Qu'y fait-il ? 

S Y R U & 
Il fait faire des lits de table avec les pieds de 
chêne vert pour manger au foleil. 
D E M E A. 
Pbur vous faire boire agréablement, vousau* 
très ? c'eft fort bien fait en vérité. Mais pour- 
quoi ne l'y aller pas trouver? 
S y R U a^ 
Vous n* fauriez mieux faire, pexercera! au^ 
jourdhui tes jambes comme il faut, vieux ra- 
doteur. Mais Efchinus eft bien haïitable d'être 
û longteoisà i^enir^cependantledinerfegâte» 

& 

R E M A R Q.U E S. 
/e gâte» Les Grecs & les Rcmains ne faîfoîcht ordinai- 
rement qu'un lepas qui ^toît le fouper, mais ici ce 
dîner eft pour de jeunes-gens d^baucWs qui n*oI>fèr- 
vent aucune règle ; c*ett pourquoi dans la dernière 
Scène de ceitt Comédie Déméa reproche à Syrus qu'il 
ayoit foin de leur tenir le feftin prêt dès le matlôf 
ffpparare de die cûnvivhtm* 

NOTES. 

(|5« M« 61 xeciaAche efl^ qui n'cft dans au^on MS, 



d byGoogle 



37a A E L F H I. Act. IV. 

50 Ctefipbù au^em in amare ejl totw. Ego Jam pr^ 

ciam mlbiy 
Namjamadibo, atquc unum quodque^ qnod ful* 

(iem erii belliffimum , 
Carpamt 6? cyatbos JbrbiUans^paulatim butte frê» 

ducam diem* 

A C T US .Q^U A RT US. 
S C E N A m, 

M I C I O. H E G I O. 

M I C I O. 

PGo in bac re nibil reperio, ^uam 'ob rim te*- 

der tantopere , Hegio. 
Meum officium f(Êcio : quod pesçatum à nohis ortum 

eji corrigo, 
Nififi ne in illo credidijii ejje bominum numerOf 
qui iùa.putojaf 

Sibi 
H i; M A R €l^V E S. 

. J2. HUNC PRODUCAM DIEM]. 7' P^^^ 
itueement cette Jturnée. Foui rendre ce p%ffiige mot \ 
tnot il falloit traduire 9 fentirrtr'mi cette yot^nét; aur 
frêdùceretà un terme de fanét^cs^icproéuceredkmf 
cft ce jqat Flrgilt a dit condere foles^ 

3. Q.UI ITA PUTANT SlBI FiIrI AjURIAMJ. 

jjtt» s'imoj^snent toujours au on leur fait tort. Ce pafla- 

^e eft ailez difiicile, 8c je croîs qu'on l'a mal explique: 

— qui itit futant 

Sihifieri injuriant ^ uUrOy fi^ quam fie en ipfi^ o 

poJiuUnt , 
JE/ uîtro accufant."—' 
En voici la conflru<aion ; Qui putant ftbi fieri injurtâm^ 
fi aViqui expoftulant êdm injurtam quàm ipfi uUro fect' 
TA %^ ultro accufant. Qui itmaginefit tHtJoun qu'm 
rew\(Mt tort y ft oh leWr demande taifon du tort qu'ils 
/0Ht fia^ux-mhnts ^ ^J^^ ^^ plmi^nent tes frémUrs. 
Ainfi il n'ed pas néceâ^Q de hx^ exfoJiuUu Aials le 



dby Google 



Se. m. , LES A DELPHES. 371 
& Ctéfîphon de Ton côté ne penfe qu'à Ton a* 
mour, rour moi, je faurai fort bien mettre or- 
dre à me$ affaires; car tout préfentement jcv 
vais me garnir de ce qu'il y aura de plus beau 
& de meilleur, & en vuidant peu à peu les pots 
je paiïerai doucement la journée. 

ACTE qUATRIEME. 

SCENE IIL 

MICION^HEOION. 



N 



M I C I O N. 

On, Hégîon, je ne vois rien !â qui mérite 
les louanges que vous me donnez; je fais 
ce que je dois, je répare le mal que nous avons 
fait. Mais peut-être que vous avez cru que j'é- 
tois de ces gens qui s'imaginent toujours qu'pii 

leur 

R. E MA R Q^y Ç s. 

m'tnurcilc du Roi m'a fait venir une autre penf^e^ Cft 
piéfetitant ainfi le p^flàgc : 

— ^ut tta putant 

Sibi fieri injurîtm^ ultt^ £ ^êê» fecere ipfi expês* 
tuloHt^ 

Et ultf aecu/ant, 
Qmî y quand ils ênt fmt unt în^rê k qsulqu'un , s'ima* 
^inifit qttih r9nt fouffert^ , en demandent ralfon &* ten 
plaignent Us premiers. Ces fortes de cara^ères înju»- 
tes font fort communr parmi les Riches & lesGrand% 
& c*eft ainfî qu'ils en ufent d'ordinaire avec le? pau- 
vres & les petits. Jjq Livre de la Sage£e a peint c@ 
îi^eme caraftère, Chap. XIII. vf. 4. Divesjt cm in- 
Jurtam fecerît ultrû , precihus adihitut , pauper injuriât» 
pafTus e/î (b* adhac minis impetitur. Quand /? ricJ>e a 
ftlt injure , il faut li prier 6* lut demander p^rdof^i fc 
pativrt l* a foujferte i é* il eft encore menâtes 



dby Google 



57^ A D E L P H T. Act. m 

^ Sibifierî injurîam^ukfOyfi^qumnfcctre iffi, ex* 

poJluUmit 
5 JSt uUro accufant, id quia non eft à- mefaSum offT 

gratiasl 

H EG J O. 

Abf mmimè, numqtiam te aliter yotque es ysnmd0 

mum induxi meum, 
SeJ quafo;ut unà meçum ad maircm virginiseai^ 

Micio, 

jitque ijlbac eadera ,.qu(B mbi dîxti , tute dicas mu- 

lîeri: 
Sufpiciofiem banc poptet fratrem ejus eJJe^^iU. 

km Ffaltriam, 

M I C I 0. 

lO &* ita aquom cenfes , dut ^fi ita opus eJlfaSg , eamun 
H E O I Oi 

Benefacisi. 
Nm (f illi animumjam reîlevahis^ qtue dolorej 

ac miferi/t 
TabefcU; 6f tuo ifficiofuerisfunOusifidJi aUter 

ptitas^ 
Pgomet narrabo quct mibi dîxti. ^ 

M XC î O. 

Imh ego iho*. 
HE G 10. 

Benefacîsz 
Omnes quibu' resfunt mînu' fecunda^ tnagi* fura 
nefcio quo modo 
t S Sufpîcioji : ad contumeHam omnta accipiura ma^: 

Frop^ 
NOTES, 
é^.ExpêfiitUs,(\xirznt un MS. Voy. la -^îm. de Me. Ife 
9^ ffmm ejfu *Jm fifi iUsm, fans autorité. 

11. Ei9 



Digitized by VjOOQ IC 



Ste. III* LES ADELFHES. 373^ 

kur fait tort, quand on leur demtnde raffonda 
tort qu'ils ont fait aux autres, & qui font les 
premiers à fe plaindre; parce que Je n'en ufe 
pas alnfi, vous me remerciez. 

H E (? I O N. 

Ah point du tout, je ne vous ai jamais cra 
autre que vous nlêtes. Mais je vous prie deve» 
Bif avec moi chez la mère de cette fille, & de 
lui dire ce que vous m'avez dit, que le foup« 
çon qu'on a contre Efchinus e(l mal fondé, et 
qu'il a enlevé cette joueufe d'inflrumens pour 
fon frère. 

M I C ION. 

Si vous jugez que cela foit n^ceflalrei allons* 
M E G I O N. 

Vous me faites plaifir; car vous remettre» 
refprit de cette pauvre fille, que la douleur & 
le chagffn ont mife dans un état pitoyable, 61 
vous aurez la fatisfaéUon de vous être acquîté 
de votre devoir. Si pourtant cela vous faifoit de 
la peine, j'irois feui lui dire ce que vous venes 
de m'aprendre. 

M ï C I O N.. 
Poîîît du tout, j'irai moi-môme. 

HEGION. 
Je vous en ferai bien obligé,- car les perfon* 
nés à qui la fortune n'e(l pas trop favorable, font 
je ne fais comment plus foupçonneufes que les 
autres, & prennent tout en mauvaife part, 
croyant toujours qu'on lesméprife pour leur 

pau* 
N o T H J. 

XI. Eijro pt^jut ap-i fans autoilt^. 
«7 



dby Google 



574 A D E L P H I Act. W. 

Frofterjium hÊptunUmmfeftmpncreimitMm 
f^ufrwftif ttiffumputgan iffitmûm^tlMbiim 
efi. 

M I C J (k. 
H reBi ff verum dkis. *• 

H EG I O. 
Sefuere me ergù hae mM, 
M I C I O. 

MmMt 



ACT US ÇIV A R T US. 
S C E N A IV. 
^SCHINUS, 

7) Ifcrucior animi : 

Hoccine de improvifo malimibi ohjicitantwHf 
Vt neque quid de me faciam; neque quid a^an» 

certumjiet? * 

Menibrametu debiliafunt: ' 
jfnimus timoré ^bjiupuit : 
Pe&Qre confijltre nibîl cmfilU guU. Vab^ 
Quomodo me bac expedimn turbd? 
Tanta nuncfufpîcio de me incidit , neque ea immeriti» 

R E M A R Q^U E S. 

1^. PROPTER SUAM IMPOTENTIAM SE SEMPIR 

CREDUNT CALVIER ]. Cr9y(nt tê%J9im f •>» /f* ^ 
fri/i ptur leur pauvreté. Il y a d«i4X choUs lemaïqu^- 
oies dans ce vêts; impountia pom paupertas. Je ne 
fais n Ton en trouveroît ailleurs des exemples. Et le 
Jnot de cahier paflîf , pour cahi , qui ctoit un teteaf 
Ibct en ufage du tems de Sdphn & de L^ii»s,pwsé' 

35 méprifer , tromper. Ceux qui ne l'avoient pas enten- 
u , avolent mis en fa place negUgi. Voici les dei» 
vers de MénÂndre , que latence a tiaduits : 

tt 



dby Google 



Se. IV. LES ADELPHES- 37^ 
ptuvreté. Ceft pourquoi je penfe que le meiU 
leur moyen de rapaiferyC'eft d'allex vous-mdsit 
juftifier fifchinus. 

MI Ç,ION. 
Ceft bien dit,& rien n'eft plus vraû. 

H E G I O N, 
Suivez-moi donc par ici. 

M I C I ON. 
Je le veux. 

ACTE (QUATRIEME. 
SCENE IV. 

ESCHINUS. 

JE fuis au defefpoir: faut-il qu'un fi grand mal- 
heur me foit arrivé tout d*un coup, fans que 
je fâche, ni ce que je dois faire, ni ce que je 
puis devenir? La crainte & le defe(}}oir m'ao 
câblent le corps & l'efprit, je fuis incapable de 
prendre aucune réfolution. Ah, comment me ti- 
rer d*un embaras fi borrii^e, foupçonné de la 
plus noire de toutes les trahifons & avec quel- 
le elpèce de judice? Sodrau croit que c'eft 

pour 

R E M A R Q^U E $. 

Le pauvre ifl tîmîde en futtt choftSy (b* il croit UMjomi$ 
Mue têut le mûnde le méprife. 

N O T E S» 

16, Ludier^ pour calvier , iàns autoxk^. Voy« la 
Rem, de Me. D. 

1. Ex improvifOf (ans autotit<^. Tsmum, an t. (ùltr. 
lifant nee^pom le fécond ne^ue , après ^Reùts MSS. 

S, Animus timoré y au v. précédent, lîfant ^4 fl«r« 
fe, Obftupuit , au v. foîv, tooit cela fans autorité. 

tf. 7« yah^zsxi. fuir. \iC\nt nefcio mi\s turhâ, 

%l Tanta nuHc\ au v. précédent. Sufphio de tfe hcii 
éit^ eç un yers« * 



dby Google 



376 ADELV HL Act. IV. 

SoftfQtà crédit;^ mihi me emifffi hmc pfaUrimi- 
jO -^^^ indicium id fech mbû 

^am ut-hine forte ea ad objletricem miffa eraf, 

ubividi eam, Ulico 
uiccedOy roglto^ Pamplnla^^uid agaty jàm partus 

adfiei: 
Eme ohjletrkem QmeJJatr ilîa exclamai, éi,éif 

jamJEfcbiney 
Satis. diu dedijli verha nobîs,fat adbuc tua nos 

frujlrata eji fiâis. 
J5 .Biw>3"*^ 0buc9 ohfecro, inquam^ efil valeas^ 

babeas illam quœ placet. 
Senfi illico td îllas fufpiiari :fed me rèprebendi ta* 

men. 
Ne quid defratrg garrula illî dicerem, acjimtp^ 

km» 
Nunc. quid faciam ? dtcamne fratrîs ejjç bencf 

quod minime ejl opus 
Vfquam efferi. jdge, mitto^fieri potis tfi^ uti ni 

qua exeat. 
20 JpP^'*^ ^^^^^^ ^^' credoHt: m coruurrur^ verifi- 

milia, 
Egojnet rapuiiipfe egometfolvi argentum: a^^ 

adduQa ejl domum. 
Hifc adeo m^à culpà fateorfiéri. Non me bmcrm 

patrie 
Vt erat gejîa, indicajjef txorajfem ui eam aud' 

remdomum. 
Ceffatum efi ufque ndbuc : nunc porro, JE/chini, 

cxpergifcere. , , 

N O T E Sj 

12. Jamnt , pow /#», fwyaj« dW WS» ^ ^^ 



Digitized by VjOOQ IC 



Se. IV. LES ADELPHES. 377 

pour moi que j'ai acheté- cette joueufe d^înflri»- 
mens. La vieille fervante me l^ fait compren» 
drc ; jcar tantôt , comme oi> i'a^:oit envoyé cheft» 
cher la fage- femme, je Tai rencontrée par ha- 
fard ;j'e me fuis aproché d'elle^ & je loi ai de- 
mandé des nouvelles de Pamphila; fi elle étoît 
déjà en travail, & û c'étoit pour cela qu*elle al» 
loit faire venir la fage- femme. Elle s'cft mife l 
crier: Allez, allez, Efchînus, 41 y a aiTez long? 
temsque vous vous moquez de nous, 4 que 
vous Dous amufez par vos belles promeffes. 
Ho, lui ai-je die, qu'eft ceci, je vous prie? 
Elle a continué, allez vous promener, allez, 
prenez celle dont vous êtes fi charmée Tout 
auiS-tôt j'ai connu leur penfée; mais je me fuis 
retenu, & je n'ai rien voulu dire à cette eau* 
feufe, de peur qu'tlle ne Tailât divulguer. Que 
dois-je donc faire préfentement ? Diraî-je que 
'4:ette cbanteufe eft pour mon frère? C'eft k 
chofe du monde qui demande le plus de fecret. 
Mais je pafle fur cette confîdérationi je veu« 
[u'il (bit poffible que quand je leur aurai tout 
it» cela ne fafle aucun éclat. Je crains qu'el-^ 
les ne croyent pas même la chofe comme elle 
eft,. tant les aparences font contre moi. Cefl 
moi-même qui ai enlevé cette fille, c'eft moi- 
même qui ai donné l'argent, c'eft chez môî qu'el- 
le a été menée. J'avoue que ce malheur m'eft 
bien arrivé par ma faute: de quelque manière 
que la chofe fe fût pafféCi ne devoi«-je pas la 
déclarer à. mon père? Je Taurois fléchi, a j'au' 
rois obtenu de lui la permiffion d'époufer Pam- 
phila; mais je me fuis endormi jufqu'à préfent. 

Eveil*. 
N O T E 5. 
14. M. B. 6te nêhh après un MS. & Donat* « 

19% 4c r ?^^ ^, fut iw M^, Tiiettis 



i 



Digitized by VjOOQ IC 



3-78 ADELFITL. Act.IV. 

aeeedam mi fanes ^ 

tmi: bmefcofemper, ubifores^pultare ïx^cen^ 

c^9 mifer. 
JShif, heus, Mfibhm ego Jttm; aperîtc oUquis 

aSutum ofiium. 
Irodtt nejcio qids: ctmceâam hue. 

ACTUS (^UA Ht T EPS. 
S C E N A V. 

»; MI CIO. JESCHINUS. 

MIC 10. 

I Ta tui dîxî^ Skfifûtat 
facko: eg^ Mfcbimm cûmjemam^ ut f^ nuiê^ 

aQa baefum^t fciat\ 
S^iquis ojiéum l^epukavit^ 

Msc H I N irs. 

PaUr berde efti periL 
MIC 10. 

'" . Mfdvti^ 

JE S CH IN US. 
Guid huicbic negoti efi ? 

M I C I 0. 

Tune bas pepulifli forei^ met» 
5 Car hune alù^aantijper non ludo? melius efi: 
Quandoquidem hoc numquam mièi ipfevoluit creierti 
Soi rmbi refpmchs'i 

MSCHINUS. 

Non equidem ijlasy quod/cianté, 
MP 
K»0 TES. 
t6. htm. àtt fires > apièt «n W. Faern. 



Digitized by VjOOQ IC 



Se V. LES ADELFHES. ^^. 

Eveillons-nous donc enfin à cette heure; le meil* 
kur parti que je puifle prendre, c'eft d'aller de- 
ce pa» chez elles rae ju(tiiîer; je vais donc heur- 
ter à leur porte. Je fuis perdu: je fens un fris- 
fon me courir par tout le corps, dès que je com^ 
mence à heurter. Hola, hola, quelqu'un, c'dJt 
Efchinus. Mais je ne fais qoi fort. Je m'en vais 
me retirer ici. 

ACTE QU A TRIEME* 
SCENE V. 

MICION. ESCHINUS. 

M I C I O N. 

ÇOftrata, faites comme je viens de vous dire; 
pour moi je vais trouver Efchinus, afm qu'if 
fâche de quelle manière cette aflFaire s'eft paflée* 
Mais qui eft-ce qui heurte? 

ESCHINUS: 
Hb, ho, voila mon père: je fuis audefefpoiiW 

M I C I O N. 
Efchinus. 

ESCHINUS. 
Quelles affaires peut- il avoir là-dedans?] 

M I C I O N. 

Ave2-vous heurté à cette porte? il ne ré-? 

pond point. Pourquoi ne me donneroîs-je pas 

le plaifir de le jouer un peu? Jenefauroîsmîeux 

frire, pour le punir de ce qu'il n'a jamais voulu 

me confier ce fecret. Vous ne me répondez pas?- 

ESCHINUS. 

Moi? je n'ai pas heurté, que je fâche. 

MTi 

ÎT o T E St 
t% Ùixffi dans quaue M^S,^ 



dby Google 



38d ADELPHL Acr. IV. 

M r c I 0. 

Haf nammîrttbar quîd htç negott effet Ubi. 
Embuit: falvareseji. 

JES.CHÏNUS. 

wrt fn. Dkfides^ feie^f 

*^ 4ibi veri quid iftbic eji rei? 

M I C I O. 

Nibil mibi quîdm 
jimtcus quidam me hforo aVduxit mode 
JB^ advocatum fibi. 

JESCHINirS. 

MICIO. 

Ego dicam tihi. 
Habkant bk quidam rnidietes paupercuhi» 
Opfnor eas nm nojje re, &p certè fcio: 
tS Netpu enim dvi hue commigrarunt. 
JESCHINUS. 

Qtéid tuntpoJieiiT 
'M I C I Ch 
Virg9 eft eum matre. 

^SC H INU& 

Perge. 
MICIO. 

.? HœcvirgotM^baefipfitrêr. 

R E M A B. Q^U E S. 

^. ERUBUIT, SALVit RES EST]. U fêupt, 
^ejl h9n Jfgne, Donat remarque qu'il y a dans cette 
cxpreflîon une grande tendrede ; car Mcm ne dit 



dby Google 



Se. V. LES ADELPHES. gSt 
M I C I O N. 
Je te crois, je m'éconnois bien auffi que vont 
eufliez affaire <lans cette maifon , & je ne poa« 
vois comprendre ce que ce pouvoit être, llrou- 
git , c*eft bon ligne. 

ESCHINUS. 
Mais Vous» mon père» dites-moi, s'il vout' 
plaît , quelle affaire vous y avez. 
" M I C 1 O N. 
Je tfy en ai nulle pour moi, en vérité; c'eft 
un de mes amis qui m'a pris tantôt à la place» 
& qui m*a prié de venir ici pour quelque chofe 
qui le regarde. 

ESCHINUS. 
Et quelle chofe? 

M I C I O N. 
Je vais vous la dire. Dans cette maîfon de-" 
meurent certaines femmes qui n*ont pas de bien, 
A que vous ne connoiflez pas aparemneni ; j'ea 
fuis môme fur, car il n'y a pas longtems qu'el- 
les font venues dans ce quartier 
ESCHINUS. 
Eh bien , mon père, après cela? 

M I C I O N. 
Il y.a une jeune fille avec fa mère. 

ESCHINUS. 
Continuez^, je vous prie. 

M I C I O N. 
Cette fille n*a plus fon père. L'ami dont je 

viens 

H E M A R Q^U ES. j 

lui. Mais cela n'auroît pu être foutfert en notre lan- 
gue ; c'eft pourquoi )*ai été obligée de dire la chofe 
Smplement , & comme nous la dirions en pareille 
xencontre. 

N O T E S. 
10. Ifiic rei fuitf fans autorité. 
JI4» ^ •piner has*"^ ccrtç y fans autorité. 



dby Google 



382 A DEL PSI. ACT. 1¥. 

' Hic meus amicus HH génère eji proxumusi 
^fiuk iegM cogunt nàere bmc, 

^SCHINUS. 
Ptni. 
M I C I O. 

Quidejn 
JE S C HI NU S. 
Nil, reUèy pergc. 

M I C I O. 

ïs venity tUjiMm ffoehé: 
^ NmiàUtQiMikti. 

JESCHïNUS. 

Hem 5 virginejn ut fecum avéa^^ 
M I C I O. 

JES[CHINUS. ^ 
MilHum ufque^ obfecro f 

M I C 10. 

M. 

'JESCHI NUS. 

Anîmo mîi «J» 
Quid i{Jœ7 quid aiunt'i 

MI CIO. 

Quid nias cenfes ? ml ttibH' 
Commenta màiÇT efi , ejjc exnlio viro 
Nefcio quo piierwn natum, neque eum mmMt 
«S ^iwremejje illwn^ mn oportere Jjuic darl _, 
^ MSCEl 

K E M A B. Q^U E S. 

; U. HtriC LUGBS COGXWT NUBEBE HANC]. /^^ 

htfc VùkU$entde téptufer. Il y a mille exemples oao$ 
l«s Anciens, que telle etoit Ja loi d'Athènes. M^ 
ffOxiTttus ducat , Ux4tttc^ eJi, Et cette loî ^toit w 
même que celle que Dieu a voit donnée à fon peuple* 
OmnisfiUayquAfucGidit in hereditatem , in familiâ ^«^ 
eumque J/raëlitarum ^ ,fiUcui quijit wriginis famUi^ *J/^ 
dcm paternAMXor trît. On peut Tpii ic TO^VI. Cba- 



dby Google 



Sa T. LES A DELPHES. 383 

viens de vpus parlée eu Ton plus proche pareat* 
les loix Tobligenc de l'époufer. 

ESCHINUS. 
Je fuis mort, 

M I C I O N. 
Qu'eft-ce que c'eft? 

ESCHINUS. 
Rien, rien du tout, continuez, s'il vous pblt. 

M I C 1 O N. 
Il eft venu pour i'tfmmener, car il demeure 4 
Milet. 

ESCHINUS. 
Ohl Quoi pour emmener cette fîUc? 

M I C I O N. 
Oui. 

ESCHINUS. 
Comment, je vous prie, jufqu'à Milet? 

M I CI O N. 
'Oui* 

ESCHINUS. 
Je n'en puis plus. Et ces femmes, que dîfent^ 
•dles? 

^ M I C I O N. 

Que penfez-vous qu'elles difent? elles ne du 
fent rien. La mère s'eft avifée feulement de dire 
que fa fille avoit un enfant de je ne fais quel au- 
tre homme qu'elle ne nomme point, que cet 
homme Ta aimée le premier , & qu'ainfî fa fille 
"ne peut être à ce parent. 

ESCHt 

R i M A R qjJ E J. 

•pître des Nomkres & les remarques de X^rêths , oui 
^roit que cette loi ayoit été communiquée aux Atié-» 
mens par les Phéniciens, Et cela ektrès vraifemblable. 
19. NIL,RECTE, PERGE]. Rien y rien in 
'7(mt , continuez. Ce reltè eft la même chofe que ^ihil^ 
on difoit reSé y quand on ne favoit tjue dire, com- 
bine je l'ai déjà remarque i ©n s'y cft trompe. 



dby Google * 



384 A D E L P H L Act- IV, 

JESCHIflUS. 
£bê9 norme bacjufta tibi eideatm f^w? 
M I CIO. 

Nm. 

JESCHINUS. 

Objecro , nm? an iUam bine labducet, fekt^ 
M IC 10. 

Quidni Ulam ahducat? 

• MSCHINUS. 

FdEtum à mbîs durUer, 
ImmîferttardUerque, atfue etitm^fi "efi, p^^» 
«o Dicendum magis (^enèy inliberaliter. 
"^ M IC lO. 

Quam-ob rem ? 

MSCHfNUS. • 
Rogas me? quîd illi tandem cre^^ 
Jibrranîmi miferh, ^t cum iUâ confuevU pfwtf» 
(Q/il infelix^ baudfcio» an Ulam mijhri nmO' 

mat^) . #. , 

Qmm bancfihi videhk frefens prafenti ertpif 
35 Jbduci ab oculis? facinus indignum, f^^' 
Ml CIO. 
Quà rotimt ifihmf quîs de/pendit^ quis deiîtj^^ 

R E M A R Q.U E s. _ ^„.^. 

3<Ç. QUTS DIÇSPONDIT? QpiJ DEmT? ^'^^ Alu 
DO NUPSTT ] ? Qui Un a promis atte fille? ^^ *• 
m donnée? fmment ie fi fait ee mariage? U T^ 
parce qu'il n'y avoît point eu de parole a°5^^ ' le 
c'ëtoit un ript, qu'il n'y avoît eu wune cér^o^'jj 
& qne le père rf^ avoît point ^té apeUé> *Î;V ju 
Micion raffemhie en peu de mots toutes les nn"»^r 
ce pri^tendu miriage. Dans le 37- v»»?^ ^^l^^Lïs 
€ql wpfitt qui ne fait aucun feus raifoiwaDlc,;*^ ^ 



dby Google 



Sl>. V. LES AÇELPHES. 38J 

ES CHINAS. 
Ho, ho! cft-ce que cela ne vous parott p« 
jufte enfin? 

M I C I O N. 
Non. 

ESCHINUS. 
Comhient, je vous prie, nonVEft-ce quecct 
homme remmènera , mon père? 
M I ai O N. 
Pourquoi ne remmeneroit-il pas? 

ESCHINUS. 
Vous avez fait lachofedumonde la plus dure» 
la plus cruelle , 6c' fi je Tofedlre plus clairement-, 
la plus indigne de gens d'honneur comme vous. 
M I C 10 N. * 
Pourquoi cela? 

ES CH iNtJS. 
Pouvez- vous me faire cette demande? En quel 
état enfin penfez vous'que fera ce pauvre hom^ 
me, qui a vécu jufqu'à préfent avec elle, & qui 
fans doute en eil encore pafConnément amou- 
jeux? Que deviendra ce malheureux , quand il 
Ife verra enlever cette fille a Tes yeux?Ceft àflU' 
rément là une aftion très indigne, mon père* 
M l C l O N. 
Par quelle raifon? Qui lui a promis cette fil* 
le? Qui la lui a donnée? Comment s'eft fait ce 
mariage? Quand s'efi-il fait? Qui s'en eft mêlé? 

Pour- 

R E M A R. <^.U E s. 

qp.*ll faut lire ^ui , quando vupfit , ce qui marque les 
. cérémonies qui dévoient êtie obletvéos» 
NOTES. 
2S. Quxdîllam ni ahducAt^ fur U plupart des MSS. 
- 32. Cumeây fans autorité. Priorj (ulvant la plu* 
part des MSS. anc. 

34- Prdfemem^ pour prd/enti ^ comme la conftiuc- 
tlon le demande. 

Tome IL R 



dby Google 



385 A DELPHI. Acr.IV. 
Cal, quando nupfit^ cMvr bis rOus î»m ejl^ 
Car duxU aMetiaml 

JESCHINUS. 

An fédère eportuU 
Domi virginem tam grâudem, dum cognatus fm 
40 Illinc venir et exJpeBanteml bcec, mifaier^ 
Te dicere aquomfuît, (^ id defendert, 

MI qjo. 

Ridicule, aiverfiimne Ukm cmifam diemmj, 
Cui veneram aivocntus? fed quid ijla, ^M^i 
fftflhâ^'èuPiuidmMscuMms? jibûanms: j»tf (F 

45 Quidhcfumas? 

JESCHINUS. 

Pater, (^fecrOy aufculta. 
MIC 10. 

jEfcbùœ , ûUdivimnii, 
»/rfo : nm am9 te-, qu» nugis , ff» «^'' ^ 
rœ funt mibi. 

JE S C HINU S. 
Ita Delim me promerentem âmes, dum vkûS-, w 

Uù me hoc deliSum ûdmîffip in me id mbi vsb^ 

menter dolet^ 
Et me tui pudct. 

M I C I 0. 
Credo bercle: nam ingenium novituufH 
JO Libérale: fed^wrê9rne4TdmginsnimiianJi^'^ 

yp. SU> VEREOR NE INDILIGÉNS Ni;«j^/|^ 
4^, Je crains ^ vtm; nef^ntz un ^eu ^^ /'^s H 
11 ne le gronde pas d'tvo« fait cette ^^^Jj^qu'H 
le gronde de n'avoir pas ^^ ^l^^^^^'l^.^^tx 
faltoir^iK la feke tourner à bien, & P^^f/J^t pc" 
kl chagiini qu'elle lui a cauies. On «e >»»* ^^^ 



dby Google 



Se. V. LES ADELPHES. 387 

Pourquoi va^^U.épott(er uoe ^lle qui (k^c écte i 
un autre? 

E S C H I N U S. 
Etoit'il jufte qu'une fille de fon âge demea- 
ràt-là, en attendant qu'un parent de je ne fais oà 
vînt la demander en mariage? Voila, mon père, 
ce; que lajuftice vpuloitque vous repréfentas» 
fiez, & ce que vous deviez faire valoir^ 
M I C I O N. 
Que vous tes pjaiftm! auroîs-je été parler 
contre un homme qui m'avoit mené là poiir fou» 
tenir fes intérêts VMais, Efchinus.Que toutceU 
nous importe-t-i! ? qu'avons-nous a voir dani 
tout ce qui les regarde? allons-nous-en. Qu'j 
a-t-il? pourquoi pleurez-vous? 

E S C H I N U S- 
Mon père, je vous prie d'écouter. 

M 1 C I O N. 
Mon fils, j*ai tout entendu, & jie fiiis tout, 
car je vous aime tendrement, & cVft pourquoi 
je m'intérefife û fort à tout ce que vous faîtes. 
E S C H I N U S. 
Mon père, ainfi puifliez-vous m'aimer ton* 
jours, ê. me trouver toujours digne de votre 
tendreflè, comme il eft vrai que j'ai une très 
fenfible douleur d'avoir feit cette faute, & que 
je fuis confus de paroître devant vous, 
M 1 C I O N. 
Je n'çD doute pas .car je connds votre bon 
naturel: mais je crains que vous ne foyez un peu- 
•« trop 

R E M A R QJJ E S. 
Vaîi de plus tefxâie qne tous ces zeprôdies; il n'y â 
|)is un (eul mot qui se méxlte d être bien confidec^. 

N O T E 5. 

S 9* Hinc,pout ^«tf, apils un JjiSS, êc ks anc édit^ 
4Z. Advorfyj^f fans autorité. 



Digitized by VjOOQ IC 



3Î8 ADELPHl. Act. IV.' 

Jh ^ âivitate tandem te arbitrartvivere? 
yirginemvitiqfiij quamtejus nmfuerattangere. 

Jam îd petcatum primùm.9 magnum, magnum ydt 
bumanumtameu: 

Fecere aliifœpe^ UembonL Atpejtquam id ew» 
nity cedot 

5 5 Numquid circumjpextn aM num^id^ tuteprrfpexA 
tibi , 

Ouîdfieret? quAfieret^Jî te Ipfum mibi puduit & 

.cere , 
Quâ refcifcerem'^ bac dum dubitas^menfisahiervnt 

decem. 

Prodidijli 6f îtf , 6? illam miferam, ^ gnatum, 
quoi quidem in te fuit. 

Quii't 
K E M A R Q^U E s. 

yt. TTT qUA CIVITATE TATn>EM TE AilBlTRAM 
▼IVERE ] ? JE» quelle ville enfin fenfez-vtus vtvret 
Voih qui commence d*un ton bien grave & bien fi^ 
lieux ; mais ce ton fera bientôt radouci , & après a- 
voir bien expofc la faute , il ne manquera pas de 
Texcufer. 

5 3. AT HUMANtTM TAMEN", FECERE ALII S*PÏ| 
JTEM boni]. Cependant pardonnable , car /^fi i^ 
malheur qui efi arrivé à bien, d autres ^^ même * deféft 
hfinnétei gens. Après avoir expofé la fayie avec toutes 
l'es noires couleurs , voila déjà une grande fauUt f' 
(Ui fort grande y voici bien des excufes.* Humanumefy 
iUe efi pardonnable k la foiblejfe humaine. Feeere oB 
fgpt. Ce maibeur tfl arrivé k bien d' autres, H faot 
encore quelque chofe de plus, c'eft pourquoi il ajou- 
te item boni , 6)* même à de fort honnêtes gens, Nc pwt- 
on pas dire que cette faute eft fi diminuée & fi a»«- 
^lie pax-là| qu'elle ne paioit pieibue plus? 

54. Aï 



dby Google 



Se. V. LES- ADELPHE9. 33^ 

trop négligent. En quelle ville enfin penfez- vous 
vivre? vous avez déshonoré une fille, dont les 
loix ne vous permettoient pas d'aprocher. Voila 
déjà- une grande faute, je dis fort grande , cje- 
pendant pardonnable,. car c'eft un malheur qv>i 
e(l arrivé à bien d'autres , & même à de fort 
honnêtes gens. Mais, je vous prie, après cet 
accident, avez- vous pris quelques mefures? a- 
vez-vous prévu ce qui pouvoit arriver? avez- 
vous fqngé aux moyens de faire réuflîr l'affaire 
comme* vous le fouhaitiez?Et (i vous aviez hon- 
te de vous ouvrir à moi , ne deviez-vous pas 
^^ moins me le faire fovoir par d'autres? Pen- 
dant que vous êtes dans ces irréfolutions, neuf 
mois fe fontpaffés; vous vous êtes trahi vous- 
même, vous avez trahi cette pauvre jualheureu- 
fo& votre pauvre enfant: au moins il n'a pis 
tenu à vous qiie vous ne l'ayez fait. Que pen* 
fiez- vous donc? croyiez- vous que pendant qu** 
rons dormiriez, les Dieux prendroîent^ foin de 

vos 

R E M A R Q^U E S. 

54. AT POSTq^UAM ID E venit]. MaU , /£ 
vous prît y après ûet accident. Il dit fort bien po/lcjuam » 
,»ventt , après que cela eft arrivé ^ & non pas pojîquani. 
t9mmij[um efi , après que cela a été co'mmii. Car lo 
premier marque unecîiole ordinaire & un iîmpie ha- 
iard, & Tautre une chofe extraordinaire & grave, 
& un deflein formé. Mcion ne pouvoit choiûr de 
terme plus doux, ni plus innocent. 

58. PaODIDlSTr ET TE, El 
IT GNATUM , quoi» qUiDÊM l 

VOUS êtes trahi vous-même , Ô* vo 
vre malheateufe , (y votre pauv. 

{>ouvoit lui rien dire de plus te 
ant ; car il lui fait connoicre 
^ntéreiTe à ce qui le regarde y 
cette pauvre mère , & à ce qu 
cUe Yieut d'accoucher, ^ 



dby Google 



5P0 AÛÉLPH L AcT. W. 
Quid?crê4ébas,ddrmîentibactibi anfeSuros Dtoi'^ 
60 & Ulamfine tuâ operâ in cubiculum iri deduSuà 
domum? 
Noiim ceterarum rerwn tefocordem eoAtn m^à* 
Bma animo es, duces uxorem banc. 

M S CH I N U.S. 
Hml 

M I C I O. 

Bmo nnimo es y inquam,^ 

JE S C H I NU & 

ObfecrOf num ludis tu mne me^ 

M r c I o. 

Ego te? quamohrem? 

JESCSU 

R E M A R. Q^V E S. 

♦ 

59. gredsba» dormisnti hmc tibi cosno» 

TT7A0S DEOS ]. Croyiez-vous atte pendant ûue vous /ff; 
miriez y les Dieux prendroient j$in de vas affairesf Ced 
ad encore pliis tendre que tout le re^e. Cat MicitB 
fait voix \ ce jeune-homme que s'il avoît Voulu s'ai- 
der ,. les Dieux auroient donn^ une heureute fin \ cet* 
te atfaire. Or peut-on diminuer darantage une &ute^ 

Xie de dire que les Dieux l'auroient men^e à bienf 
fec quel art Micien fait-il entendre qvCE/cbînus n*eft 
jwesque coupable que d*uttpeu trop de négligence, 
comme il Ta dît d'abord. 

6l, NOLIM CETERARUM RERUM TE SOCORDEM 
XODEM MOOO]. En vérité Je ferais bien fâché ^e dans 
les autres chofes qui vous' regardent. Voici la fiiite de la 
même douceur. Il ne prend pas le ton de Doâeur^ 
ni de maître , ni de père irrité , il ne dît pas garitz- 
vous bien détre aujp négligent^ &c Mais il dit fîraple- 
jnent, nolim, je ne voûdr ois pas , Je ferais fiché, Donat 
a donc eu grande raifon de dire : Que toute cette gron- 
der'.e dt Micîon ejt fi douce Çyfi pleine ÎT amitié quelle 
ru diffère prefque pas des carejffes. Tota o^Jurgatio itf 
smita eft ut non multàm à bUndimento difcrepet. Et il 

ajoute^ 



dby Google 



Se. V. LES ADELPHES. 3^1 

▼os afiaires, qu'ils les fcroiem réuflîr (elonvot 
deOrs? & que fans que vous vous donnaflîezia. 
moiodre peine, on vous meneroic cette fille chez 
vous? En vérité, je ferois bien fâché que dans 
ks autres chofes qui vous regardent, vous fus- 
fiez aufli peu foigneux. Mais ne vous aiSligpr. 
pas I vous répouferez. 

E S C H I N U S. 
Ahl 

M. I C I a N. I 

Ne vous affligez pas^, vous dis-je. 

ESCHINUS. 
Mon père, ne vous moquez- vous point de 
moi? 

M I C I O N. 
Mol me moquer de vous! & pourquoi? 

ESCI& 

R E M A R Q^U E S. 

afoutei qu* elle fait plut ^ effet fur c$tui k ftd elle ia» 
drejfey qu'une grondirie âpre 6* rude. 

63/ EGO TE? (^uamobrem]? jMU me imqutr 
di vous! (y pêi4rquoit Ces deux pronoms de iùliCy^ 
font admirables pour marquer la tendteflè que ce pè« 
re a pour Ton âls. Mais on demandera pourquoi j/l* 
€i$n dit à Ton fils avec tant de confiance : Moi me mo^ 
quer de vous t âr pourquoi? puirqu*!! s*eft de;a moque 
de lui en lui faifànt le* conte de cet homme qui de« 
voit cpoufer fa maitreffe. Voici une le'ponfe de Do^ 
IM^, qui me paroit une maxime fôre daiis la morale. 
II dit qu'on peut jouet les perfonnes que Ton aime, 
en leur donnant de fkuffes craintes, quand on peut 
dans le moment didîper ces Cfaîntes par des joies fo- 
lides & véritables; mais que c'eft l'avion d'un enne^ 
tni, de jetter les gêna dans et feufles joies qui ne 
peuvent cne fuivies que de fiijets de triftejfe te de 
douleur. 

N O T I S. 

Cl, M. B. retranche hane , qui charge le vers , ^ 
^ n'eA; poôAt dans Donac 



dby Google 



392 AD EL PHI. AcT. IV. 

£ S C H I NU S. 

Nefcio: 
Quia tam tniferê hoc ejje cupîo verum , ideo verm 
magis. 

M I C I O: 
CS* j^ domum^ ac Deos comprecare ^ ut uxmmoT- 
cejjas: obi. 

jESCHINUS. 
Quid? jamne uxorem ducnmT' 
^ M I C 10. 

JE S C H I NUS. 

M I C I 0. 

Jam^ quantum potejl,, 

jESCHINUS. 

Dime^pnteù 
Omnes oderînt, ni magis te quàm ocuksnumtff^ 
^mo îMOi^ 

MIC I O. 
Quid! qùàmillam? 

JE S CH I NU S. 

M I C I O. 

Perbenignè. 

JESCHINUS. 

Quid: illeubi eJhMHefml 

Micro. 

Abiit^ piriit, navem qfcenditrfedcur cefj'as'^^ 

•^ JESCHÏ' 

R E M A R Q^XJ E S. - 

^ AbîIT,PERHTj NAVEM ASCÏKDITJ» 

Il s'en êfi allé y il s*e/i embarqué^ il a fait iiaufr»Sf' 

Pour ne pis dire crûment, J'ai menti ^ e'e/i ur. f^^^t 

il fiait ce conte comme les noutices finifltot ceui 

^'elles fonç à leucs enfans , quand elles les voyent 

trop cpourant^; en elles Iciu difcat alo» q^f r 

loup 



dby Google 



n 



dby Google 



dby Google 



Sç:V. LES A DELPHES. 393^ 

E S C H I N U S. 

^ Je ne fais, û ce n'efl: que plus je defire cela 
z^ec pâflion, plus il me femble qm j*aî fujetde 
craindre. 

MIC I ON. 
Alfez-vous-en au logis, & priez- les Dieut, 
afin que vous puiflîez faire venir votre femme 
chez vous. Allez; 

E 5 C H I N U S. ' 
Quoi! je répouferai tout-à-rheui«? 

M 1 C I ON. 
Tout-à-Pheure. 

ESCHINUS. 
Dès à préfent? 

M I C I O N. 
Dès à préfent, le plutôt qu'il fe poura^- 

ESCHINUS. 
Mon père , que tous les Dieux me haïiTent, 
Cje ne vous aime plus que mes yeux. 
M I C I O N. 
Quoi! plus qu'elle? 

ES CHINUS; 
Tout autant. 

M I C I O N. 
Ceft beaucoup. 

ESCHINUS. 

Mais qu'eft devenu cet homme de Milet?" 

M I C I O N. 

-- Il s'eneft allé, il s'eft embarqué, il a fàîtnau- 

fiage. Mais pourquoi tardez- vous? 

ESCHî. 

RE MA R Q^U ES. 
louD s'en eft allé , que les chiihs Tout man?é • Sce» 
NOTES, 
«4. Niji , pour ^uia. Tous les deux font dint 
trois M S S. 
66. Quîdf Jam^ fans ne, après un MS, de "Dox^ 



Digitized by VjOOQ IC 



3ÎX4L A Ë L P lï I. AcT. IV. 

JESCHINUS. 

Abi , fit9r: 
70 Tù pi^îiis Deos comprecare: nam tîbi ees certifcte^ 
Quo vir melior multb es fu/^ ego fum, ofctewfc- 
raturos magis. 

M I C I O. 

Ego eo tntro, ut , quis cpu' fwa, parentw^ W 
/oc, ut dixi, Jifapis. 

M S C H I NUS. 

Quid hoc negoti? hoc eft patrem ejjiy aut hoc ef 

filium ejje? 
Si frater amfodoHs effet, qui rMgimoremgererety 

75 Hic tu/n ammdus? hîccîne non geftandus in fit» 
eft? hem! 
Itaque adeo magnam mi injecitfuà^ommoditaiecuf 
raMf 

H E M A R. Q^U E S. 

70. Tu poTius Deos co mfubcari)- 
Miéz plutét vous-même prier les Dieax, C'eft une 
chofe defagréable qu'un fils l<jue fon père en fa 
préfence ; c'eft pourquoi il eft bon et remai^ 
ici avec quelle déScatefle Térence fait (^ViEfcbi^m 
\o\xt Mitiw ; c'eft la religion qui lui fournit cette 
louange , & ce n*eft qu'en s'excufant de prier les 
Dieux lui-même , qu'il trouve une occafk>n natureBc 
dé donner en deux mots à fon père la plus granae 
louange qu'il pouvoît lui doiinet. Ceft alnfi que diH 
Tsrgiîe Enée dit à Anebife, 

T», genitor^ capejfaera nsaku fatfîtfqne Pénates, 
Vêusy mm fin ^ pre^ tes ebofes faerées ^ & lesDieêX 
pénates. Il veut porter fon pète , mais il veut que 
ibn pète poïte }es Dieux. Tétettte à peut-être ea en 
vue en cet endroit ce que dît Hé/tode,^ que c'eft ao» 
|eanes-gens \ agk, àax hoiiïmes en âge.parftit à don- 
«ex dei coorçiis, ^ aux yiçUkids è pûg; ies i>^ 



dby Google 



Se V. LES A DELPHES. 355- 

ESCHINUS. 

Maïs vous, mon père, allez plutôt vous-mê- 
me prier les Dîeux; car je fuis fur que comme 
vous êtes beaucoup meilleur que moi, ils vous 
€xauceioQC aufli plus facilemenc. 
M I C I O N. 

Je vais entrer pour donner ordre qu'on prépa- 
re tout ce qu'il faut; vous, fi vous êtes fage, 
faites ce que je vous dis. 

E S C H I N U S. 

Quelles manières charmantes font-ce là! dî- 
roit-pn qu'il eft mon père , & que je fuis fôn fiis ? 
S'il èeoti mon frère ou mon ami, pouroit-ll en* 
trer dans toutes mes pafOons avec plus de bonté 
& de complaifance? Ne dois- je pas l'aimer? ne 
dois-je pas avoir pour lui toute la tendreffe & 
tout l'empreffement imaginables? Ah, je put» 
dire auffi que par cette complaifance il me jette 
dans un foin continuel de ne rien faire par mé- 
§trde qui lui puiSë déplaire : car pour le faire 

ex- 

H E M A R CLU E s. 

71. QpO VIR MELIOR MTJLTCy ES <^AM EGO 
SUM, OBTEafPERàTUJROS M AGIS]. Cimme vous êtes 
meilleur que moi y ils vous âxMucefont plus facilement^ 
Jamais les hommes n*oute'të plongés^ndest^nèbfwfi 
ëpaiffeSyqii^îls n'ayent cru que Dieu exauce plus fad-- 
lement les prières des gens de bien que celles des autres» 

J6. rrAqpS ADEO MAGNAM M IHI IKJCCIT SVA 
COMMODITATE CURAm]. Par cette complaifance il 
. me jette dans un Juin continuel. Térenct a grand foin 
de remarquer les bons efifets que^ la complaisance des 
pèies peut produire. Cela n'empêche pas que cette 
complaifance ne foit fouvent très dançereule, quand 
cîîe eft aveugle. Mais quand elle auroit toijfouïs e'té 
bonne & utile dans ces tems où les ténèbres, de l'ec- 
reut couvroîent prefque toute la tcire, elle temt ttès 
n^u^aife auiottidhui. 

R (5 



Digitized by VjOOQ IC 



39(5 A D E L P H I; Act. 1K 

Ne forti imprudens faciam , quod nolit ; fciens ca- 

vebo, 
Sed cejfo ire intro, ne morœ meis nuptiù egomA 

fim? 

, A.CTUS qu A R T U & 
S C E N A VI. 

D E M E A, 
jT) E/eJlJus fum amhulando. Ut, Syre^ te cumitui 

Mmjiratione magnus perdat Jupiieté 
Pjsrreptavi ufque omne oppidum^ ad pertamtOd 2(i* 

f^ud non? neque fghrîca ulh erat^ neque froirm 
bmio 
5 PidiJJe aiefiat quî/quanii Nùnc v^b domi ? 
. Certum obfidere. eji^ ufque donecredierU, 

A C T U S Q^U A R T U S. 
S C E N A VID 
MICIO. DE ME A. 

MIC 10: 
JSttf mis dicam nuUam e[Je in nobis mofamir 
^ DE ME A. 

Sed eccum ipfum: tejam dudum quaro , Meso, 

MJ- 

a E M A R QJ3 E 5. 
f. Domi certvm objidere bst]. ^< 
Tmttndre chez lui Je pied 'fetme, O'jfidere ne fignific 
]»is ici aflSéger, comme Dotutt Ta cru: 7)frf>if* auroît 
dît JtmuMy Se non pis domi. Objttiere eft pour perpf 
tuè fédère f (e tcai; quelque p^rt de pied feime, op^' 
iMcxémentt 



dby Google 



3c. VI. LES ADELPHES. ^r 
expresse fuis fur que cela ne m'arrivera de ma 
vie. Mais pourquoi n'entrer pas touK préfente? 
ment, aBn que je ne fois pas caufe moi-même 
qae m:QQ. mariage foit différé? 

ACTE qu A T R I EME. 

se E N E- VL 

D E M E A. 

IE me fuîs lafTé â n*en pouvoir plus à force dé 
marcher. Que le grand Jupiter te puifle per- 
dre, pendard de Syrus, avec ta belle, manière 
d*enfeigner le chemin: j'ai couru toute la ville; . 
j'ai été à la porte, à l'abreuvoir ; où n'ai- je point 
écé? & par-tout là je n*ai trouvé ni boutique de 
menuilîer, ni perfonne qui eût vu mon frère. 
Mais préfentement j'ai réfolu d'attendre che2 
lui de pied ferme jufqu'à ce qu'il vienne. 

ACTE <^U A T R I E M E. 
SCENE VII. 
MI CI ON. DE ME A- 

micion; 

fE m*én-vaîs chez elles pour leur dire que de 
notre côté il n'y aura point de retardement* 
D-E M E A. 
. Mais le voila» Il y a longtems que je vous 
cherche. ' MI. 

NOTES. 

' ^ Necy pour nequiy dans les deux endroits, fur un 
^S, Faern. FahJcA ilU mlla, Jllk^ dans tous les AC^S. 
S, Vidjjfefe àikat , comme Faern. 
*. Ta jam 4ftd»m qtUroi ô .Miçio , fur, la plupait, 
flçs MSS4 

K7 



Digitized by VjOOQ IC 



««8^ A D E L P H L Acr. m 
•* M te 10. 

2»^' I>EMEJ. 

Fero diaflagitia ad te ingcmîct 
Sm mus ûdêUfctrais. 

. Ecce ataem. 
D E M EA. 



JXWSf 



S Cap^iOi 



M I C I O. 

OhejûMu 

DE M E A. 

jdb! nefiis qui w fieU 

M I C J 0. 



D E M E A. 

O fiuU0, tm^ de pfaUriâ me fowmas 
Asere : Im pecmum hi mrgmem efi dmm. 
^ M I CIO. 

D E ME A. 

Obe.fciSy if paten? 

Micro. 



Sckt 



5W^ 



Qutdni patiar? 
#JS ME Ai 



DkmUt 



ilm cUmmf% nm infmu ? 

M I CIO. 

Nén: maUm fiddem.*i^ 
D E M E A. 

ml''- 
R E M A R <IV E S. 
4. ECCE autem]. P^oHorUH pas] Cette pâfO; 
cttle ecce^vùiei^ie^tt toujours à marq^Ci quelque acOi? 
4eat fâcheux & non attendu* 



Digitized by VjOOQ IC 



Se. Vn. LES ADELPHES. 39^^ 

MICION. 
Qu'y ^-jt-il? 

D E M B A. 

J'ai à vous aprendre d'autres defordres de ce 
brave garçon , mais des defordres épouvantables. 

MicraN. 

Voila-t-il pas ? 

D E M E A. 
Nouveaux, horribles, abominables,. 

M I C I O N» 
Ah c*eft affez. 

D B M E A. 
Ho! vous ne favez pas quel homme c^efU 

MICION. 
}e le fais fort bien. 

D E M E A. 
Pauvre homme que vous êtes! vous vous iouh 
ginez que c*efl de cette chaoteufe que je veur 
parier: il y a bien autre chofe, & ce que j'ai à 
vous dire ell un crkne capital, & contre une 
fille qui eft citoyenne. 

MICIOK 
Te le fais. 

D E M E A^ 
. Ho, ho! vous le faEvez,& vous le fouffrezf 

MICION. 
Pourquoi non? 

D E M B A. 
É(l-ce donc que vous ne criez point? eft-ce 
que vous n*êtes pas hors de vous? 
MICION. 
Non, j'aimerois mieux â la vérité. •• 

D E ME A. 

Il y a un enfant. 



Ut 



• • 



Digitized by VjOOQ IC 



,4po A- D E L P H li AcT. m 

MJCia 

Du bene vortant. 

D E M E A. 

, ■ ' ■ Firgo. nibil béet* 

MI CIO. 

D E M E J. 

Et ducenda indotata-eji?' 
M I C I O. 

Scilhet. 
DEMEJ. 

^ • , M ICI a 

' Id enim quod res ipfaftftt' 

lUinc bue transferetur virgo. 

D E M E J, 

O Jupiter! 
Ifiboccine paSo oportet'^ 

M I CI O. 

Quid faciam ampUiU^ 
, DE ME A. 
X% Quidfacias ? * rogitas^ fi mm ipjà re tihi 'd»kt-f 
Simulare certi ejièominis. 

M I C I O. 
• Q«'w jam virgtfUfâ 

Gefpèndl: res compofita efl: fiuntmptiœ: ' 
Demfi metum omnem: hac magisfunt bominis. 

DE» 
♦ Abeft à vulg. ♦ 

r R. E M A ïl Q^U E S.^ 

ÏS. KJRC m agis SUNT HOMINIS]. ÈtVif' 
U ce qui efl bien pluïôt du dtvird^un icmme. MiHon n« 
pouvoit pas tnieux repondre à ce que Dèméa ftii à^o'^ 
dit, qu*ïï ^toit du devoir>d'un homme de t^moiçoef 
être en colère : câï tin homme doit plutôt entrer 3an« 
les foiblelïès des sutres hommesr , y compatir, ic'jF 
WUici toos les fottlagemens dont U cft capabJc, & '* 



dby Google 



Se. VIL LES ADELPHES. 40» 

M I C I O N. 
X.Q$ Dieux k béniffent. 

D E M E A. 
La fille n'a rien. 

_MICIO..N. 
On. me Pa dit. 

DE M E A. 
Et il faudra qu'il Tépoufe fàns dot?* 
^ MI CI ON. 

. Qui en doute? 

D E M E A. 
Eh que faut- il donc faire préfentement ? 

M I C I 0. N. 
Ce que la chofe demande: il faut faii^ vcnit 
cette fille dans notre maifon. 
D E M E A. 
Oh Jupiter! eft-ce là ce qu'il faut faire ? 

M I C I O N. 
Que pouroisje faire de plus? 
D E M E A- 
Ce que vous pouriez? Si la cbofe ne vott^ 
touche pas efTeélivement , au moins feroit-jl da 
devoir d'un homme d'en faire quelque femblanta 
M I C I O N. 
Mais j'ai déjà donné ma parole, la chofe lefl 
conclue. Ton prépare les noces, je leur ai ôté 
tout fujet de crainte, & voila ce qui efl bien 
plutôt du devoir d'un homme. 

DE. 

R E M A R Q^U E S^ ^ 

fouvenîr toujours dé ces mots de FHéautontmorumt' 
ntst Hêmêfum^ humam nîhil à me alienumputow 

NOTES. , 

ij. M. B. ôte rû^itaSf & lit tihi.ifibsut après \m^ 
MS. Fjotrth. 



dby Google 



40Z A D E L P H L Act. IV. 
D E M E A ^ 

Ccternup 
PlacHtibifaSum, Mciot 

MICI O. 

Nott, fiqùeam 
10 Mutare: nune, quum non queo, œquo animo ferh 
Ita vita eji baminum, qmfi cùm ludas tejjerisi 
Siilludf qàod maxumo opus eJtj&Bu, nmcadUp 
Hhidy quod cecidkfinè, id une ia corrigas. 

D E M E A 
CorreSor! nen^e tuâ arte viginti mina 
15 Pro pfaltrid periere : qa<9y quanièum pùtafl ^ 

Aliquo abjicimda sfl; Ji non pretîe, vel gratiù. 

M I C I O. 
Neque eJi , neque illam Janè fiudeo venderd 
D B M E A. 

M I CI (X 

DE- 

R B M A R Q^V E S. 
*ï. Ita vita estshomindm , quasi cum lijdm 

TESSEKIS}. FêyeZ'VHts^ dans U vie il faut tenir » 
tméme conduite que dans U feu de dés, Ménémdre po* 
Toit avoir pris cette maxime dans Platon , qui dit dans- 
le dixième Livre ât CzRépuèli^uetTM ^a^avs^^c^t^^, 
fit ro ytyofovg xu) io'irîf U trttftni «eîoi»» v^^S ^* 

y(^ Ipo) ^sXrtç txen* Qu'il faut prendre co«feil ées 
acddens mêmes, & comme dins le jeu de dé$t r^&'^' 
nos afFaiii^s fur ce que le hafard nous a envoyai ^ 
nous (èrvant de toutes les lumières de notre raiion,- 
JBc commâ it nous (emblcra mieux. Ces maximes Q^ 
mpxaie zéufSJTcJit foxt bien dans la CoiOédie , ^ 

Vit» 



dby Google 



Se. VIL LES ADELPHES; 403 
D E M E A. 
Mais enfin êtcs-vous fort content de cette a»^ 
vanture? 

M I C I O N. 
Non, û je pouVois la changer; maïs comme 
je ne le puis , je le fuporte patiemment. Voyez* 
vous,, dans la vie il faut tenir la même conduite 
que dans le jeu de dés; sll arrive que vous 
n'ameniez pas le point quil vous faut, c'cft à 
vous à corriger par votre adreffe celui que le 
hafard vous a envojné. 

DEMEA. 
L'habile homme! c*eft par cette belfe adreffr 
que Ton a jette dans Teau les foîxante piftoles 
qu'on a données pour cette chanteufe. II faut fe 
défaire au plutôt de cette créature à quelque 
prix que ce foit;fî on ne la peut vendre» ii&ut 
la donner,* 

M I C ï ON. 
Je ne veux ni la donner, ni la vendte* 

DEMEA. 
Qu'en ferez- vous donc? 

MI Cl ON; 
Elle fera chez moi. 

REMARQUES, 
ti'eft qu'un tableai^^e la vie humaine. Au lefte o» 
voit par tous cqs paflà^es des Anciens ou il eu pailé 
du jeu tejjerarum , qu'il falloit que ce fût un jeu fera- 
blable à peu près à notre triébac, puîi^ue fur le point 
que les clés anaenoient, on jouoit enfuiiCjôc que par 
fon habileté on pouvoit corriger un mauvais coup. 

27. N E Q,u 1 E s T ]. Jt ne veMX ni la donner » &c. 
Déméa vient de dire ati^uo abjicienda efi. Et Mci^m. 
répond nefue efi, îi faut fousentendie akjieiendam 

NOTES. 
21. 5/, pour c&m, ^^i^s autorité. 
2tf. M. B. retranche vely malgré Ces MSS. 

28. Quid illâ igituTy comme la réponfe l'exige. F^r 
M94Uy lux la plupart des MSS, 



dby Google 



40+ AD E LP H r. AcT.IV; 
D E M E A. 

Prâ àivîimfiiimf 
MeretriXi (^ materfamîlias unà in domd 
MI CIO: 

30 Cur non? 

D EME A. 

Sanum te credis ejje ? 
M I C I O. 

Equidem arbîtm, 
DEMEA. 
JiameD» ament, ut video ego tuam ineptim^ 
FaQurum credo , ut babeas qyticum amtitfs* 

M I C I O. 
Cur mn? 

DEMEA..' 
Et nova nupta eadem bac dijcet'i ' 

M ICI O: 

ScUkek 
DEMEA. 
Tu inter eas rejlim dû^ms Jaltahis. 

R E M A R Q^U E. S.^ 

90. CXTH Nt)N}t Qui en empécUtJknchn pouvo^ 
dire que cette courtifane n'étoit ^s la maitreflê d'E* 

J^hinus. Mais il falloît cacher la faute de Ctéfiphtjt 

%. ne pas la découmi \ fon père. Cette remarque dt 
de Donat. 

54. Tu INTER EAS RESTIM DUCTANS SALTABISJ- • 
Et ce fera vous qtd mènerez le branle'. Mot a mot 
v#«j qui dan/erez au milieu Selles en menant U c^rtt' 

*lî faut donc expliquer ce que c'eft quç mener la fj^ 
de y refiim ducere. Cette expreflîon mène natu^eII^ 
ment à croire que dms ces tems-là , quîud oci^' 
coup de perfonnes danfoîçnt enfemble , elles preno;ent 
i\o cordon qu'elles tenotent, &<ju*on difoit de ceilî 

Ijtti eteit au-bouLôc qui machoit la pt^mièw, q«^ 



Digitized by VjOQQ IC 



Se. Vn. LES ADELPHE^. 40J 
- ,D E M E A. 
Grands Dieux! une courtifane avec une fem- 
'me dans une mâme maifon! 

M I C I O N. 
Qui en empêche? 

D E M E A. 
Xc vous croyez'étre en votre bon-fens? 

M I C I O N. 
Ouï en vérité je le crois. ' 

D E M E A. 
^ue je meure,- à voir la folie dont vous êtes^ 
fi je ne penfe que vous la vouiez garder pour 
avoir toujours avec qui chanter, 
M 1 C I O N. 
Pourquoi non? 

D E M E A. 
•Et la nouvelle mariée aprendra auilî ces bel- 
les chanfons? 

M I C I O N. ^ 
Sans doute. 

D E M E A. 
Vous danferez avec dies, & ce fera vous qui 
mènerez le branle. 

MI- 
RE M A R Q^U E S. 

k menoît le cortion , reflim iutere. Maïs cela ne m« 
paioit point du tout vraifemblable ; car à quoi bon 
ce cordon ? ne pouvoit-on pas fe tenir par les mains? 
Je fuis perfuadëe qu'on n'employoit aucun cordon -î 
ces danfes, & que les mains ont donné ce nom \ 
cette longue fuite de gens qui danfoient enfemblè^ 
en fe tenant comme liées par les mains ; car- les 
makis ainfi liées enfemble , font comme une cfpèce 
die cordon ; & voici une autorité qui me patoit incbn- 

tefti- 
NOTE S. 
30. Sanumnê, après tous les MSS. 
, 34. I>EM Probe T M. B. ôte cela tfprès les meU. 



dby Google 



405 A D E L P H I. Acr. IV. 
M I C I O. 

Prahè. 
D E ME A. 

Prohèl 
Ml CIO. 
»ç E% tu nobifium unà, fi opusfit. 
^^ D E M E A. 

Eei mm 
Non te hac fuient? 

M IC I O. 

Jam verà omkte, Demea, 
lÀimiJlhmic kactindiam^ atque ita, uti decet, 

Ma- 
R E M A R au E s. . 

^cftable. Tite-Live en aécrivant la marche (Je V^- 
fept jeunes filles, qui alloient enproceffion au tem- 
ple de Junon en danfant, dit dans le XXVIl. Livre, 
Chapitre 37. ht foré pêwpa comfiittty 6» per manusror 
te duSfa virgines fortum vocis pulfu pedum m^iuUnUi «• 
eejferunt. En cet endroit fer manus refte^ ne lignjn« 
pas «ïT^ mettant un cordon aux mains ^ mais, ^7^/^' 
Jant un cordon de leurs w/z;«;,c'eft-à.dire en fe prentni 
pour danfer toutes enfemble. C'eft ce (\}x* Hofact} 
dit fimplement, dare bra^bi»y dans l'Ode XII. da u* 
vre II. Ce cordon de mains entrelafïees ctoit a^ 
apell^ nodusy noeud; c*e|J pourquoi Horact a ait û« 
Grâces : 

Segne/ijMe nodum filvere Gratîœ, 

Us Gracés qui ta rompent jamais Uur rjpud^ *^'^t^" 
, le qui ne fe quitent jamais, & qui fe tienncat w»- 
ioiirs par la main. Mais voici encore une autie auw- 
xitë plus forte que la première. Lucrèce en P^'^' 
la danfe des Prêtres de Cyhéle, apelle cbaini c&\ 
Térence apelle reflim , cordon. Voici le paflage cn»r 
que je raporte, parce qu'il a befoin d^^tre c^'W^ 
^Jiquë, car U me femble qu'il a toujours itt »" 
entendu. 
HU armât a manus ( Otret/is nùmhu Oraîi 
Quos memcrant Pbrygios ) inter ft forte catenM 
Ludmt, in mmérumque exultant fanguine Ut*- 
Je fais que ludunt fîgnifie i*»/*»^/ mais /"avoue q^ 



dby Google 



Se. VIL LES ADELPHES. 407 

M I C I O N. 
Fort bien, 

D E M E A. • 

Fort bien? 

M ï C I O N. 

Oui, &, s*il le faut, vous ferez de h partie. 

D E M E A. 
Hé, mon Efîeu!n*avez-vous poîut de honte? 

M I C I O N. 
Oh enfin, mon frère, défaites-vous de cette 
humeur bilieufe, & foyez gaî & content,. com- 
me 
R E M A K Q^U E S. 

}e ne Ces point ce que peut fîgnîfier ladtmt caiênat^, 
^ c'eft ce qu'on devoît expliquer. Il me femble qu'il 
n'y a pas grand'chofe à changer pour trourer le vérita- 
ble fens; au-lieu àc forte il ne faut que lite/orte ; ca^ 
^enas eft un ancien génitif pour eatenjt , & forte tate^ 
fias, c'eft-à-dire, félon qu'ils (e trouvent liés cnfem- 
ble , chacun en fon rang. L^ cette troupe de gens ar* 
mes ( que les Grecs apellent les Curetés de Phrygie ) dan* 
Jent enfemble comme ils Je trouvent, enfe tenant liés par 
les mains , G)» fautent en cadence , ravis de voir le fan^ 
^ui coule de leurs blejfures. Pour moi je trouve qu'il 
ibroit ridicule de s'imaginer que ces gens armés danfa»- 
fent enfemble en fe tenant tous à une corde. Tous 
ces paflages donnent un grand jour au pafTage de Té- 
rence, & je vois que Donat même Ta pris dans le mê- 
me lens; car après avoir rejette l'explication de ce 
<ordon , il ajoute : Sed ego puto manu con/ertos chorot 
y>uellerum puellarumque cantantes, refiim ducere exijii* 
'mari , ^ id maxime convenir e ad exagttandum importtsm 
nitatem fcnis veluti pueros imîtantts. Simul etiam qutM 
^e connexus manuum lafcivus ac peiulans adimit dtfcrt' 
tionem conditionis, dignitatis , éttatis inter meretrtcem » 
ttovam nuptam (y Jènem. Il ne pouvoir pas dire plus 
clairement que cette corde n'étoît que le nœud dô« 
mains qui fe teoolent entèmhte ; connexus manmm Ui" 
^ivus, 6yc, 

NOTES. 
3(. O Jà^mes, » fur deitf de* aieUleiiM M55. 



dby Google 



408 ' A D E L T H I. AcT. IV. 
Hilarem ac luhentemfac te in gnâti nuptits. 
iËgo bos cmveniam , poji bue redeo, 
D E M E A. 

Jupiter l 
40 HtmccfM^'Uiaml bofcine mores! banc dementùmî 
Uxorjîne doti veniet: intus pfaltria eft: 
Domu* fafhtuofa: adolêfcens luxu perditus: 
Senex delirans. Ipfa , fi cupiat y Salus j 
Sefvare prorfus nori^oteft banc familiaitt, 

• A C T U S qU A R T U S. 

*S C E N A VIIL 
S Y R U S. D E M E A. 

S T RU S. 

VDepoî, Syrifce^ 'te curajli molliterf 
Lautêque munus adminîjlrajii tuum. 
j4bi : fed pofiquam intus fum omiium rerumfatwr^ 
Prodeambulare bue libitum eft. 

D E M E A. 

lUudfis^ide 
S Exemptutn difciplincel 

BrE M A RXÎ^U E S. 

* * On lavoît fait de cette Sclïke la première du cîh- 
fl^uième Aâe : mais .cela eft ridicule , puifque Déméa 
eft fu( leTb^âtie; aflùrément cette Scène 2e la Suivante 
font du quatrième Aéie. 

J. EXEMPLUM DlSCIPLIN«]/Z,tfAM« WO<J^^- 

hfwr tiàuuktm du enï^ml Cai BimU legaicfe S:frmi 



dby Google 



Se. VIII. LES ADELPHES. 40& 

me vous derez, pendant lea noces de votre fils. 
Te m'en vais lestrouver, après quoi je reviens icù 
D fi M E A. 
Grands Dieux, quelle vie! quelles mœurs f 
quelle extravagance! Une femme fans bien: une 
chanteufe chez lui, une maifon de dépenfe & 
de bruit; un jeune-homme perdu de luxe; un 
vieillard qui radote! En vérité quand la Déeifo 
Salut elle-même fe mettroit en tête de fauver 
cette famille, elle ne pouroic jamais en venir à 
bout. 

ACTE QUATRIEME- 
SCENE VIIL 
SYRUS. t)EMEA. 

S y R U S. 

r N vérité , mon cher petit Syrus, tu t'es aflcz 
* ^iéïi traité, & tu ne t'es pas mal acquitéde 
ton devoir; va, tu es un brave gardon ; ûiàis a- 
près m'être bien repu de tout ce qu*il y avdit 
de bon au logis, j*ai trouvé à propos de venir 
me promener ici. 

D E M E A. 
Voyez, je vous prie, le beau modèle pour 
Péducation des enfans! 

sy- 

R E M A R Q^U E S. 

comme le Gouverneur & le maîtie du'fib qu'il avoH 
donné à adopter à fon frère. 

N O T E 5. 

' se. VIII. Malgré ce que dit Me. D. M. B. a cOm* 
mtncé VA€tQ V. par cetljC Scène, 

Tome IL ^ $ 



dby Google 



410 A D E L 1> H I. AcT. IV. 

S TR U S. 

Ecce autem hîc adefi 
Senex mfter. Quidjk^ quîd tu es triftis? 
D E M E A. 

Ob.fcelusl 
S T RU S. 
ObCy jam-iu verhafundis bîc^ fapîentiaf 

D EUE A. 
Tun'^ fimdus ejjes. 

S r R U S. 

Dis quidim ejjes, Demen^ 
AcÈUom rm conJlaUlîffes.^ 

DE M E A. ' 

Exemfiim omnibus 

* t TRU S. 

Quamobremt quid/ecit 

D E ME A. 

Rogast 
InipJûturU, atque in peceato maxumo 9 
Quod vix fedatumfatis eft, potajiis^ fcelus: 
^uafire4)ene gejlâ. 

S r RU S. 

Smè noîlem huB exitum. 

ACTDS 

H E M A R Q^U B s. 

7. OSS , UM TU VSRBA RJNDIS HIC , SAPISN- 

TIaI. Ho , bê, votrtfaiefe vient ici nous cAfnterfit 

miximes. :En picnzntfapmtia au vocatif, il apelle 

^éméa la fagelte , comme il lui a dit au commence- 

• «nent4 Tït ijua^t^s» guêntus «, nîbU nifi /apientiaes. 



Digitized by VjOOQ IC 



Se. VIIL LES ADELPHES. 411 

^Y R U S. 
Ah! voici encore notre bon-homme. Eh bien» 
Monfîeur, que dit-on? d*où vient que vous ô- 
tes yrifte? 

D E M E A. 
Ah,peadardl 

S Y R U S. 
Ho, ho, votre fagefle vient-cUe déjà ûous 
xhanter fcs belles maximes? 

D E M B A. 
Si tu étois à moi ! 

S Y R U S. 
Vous feriez bien riche, & ce feroit le moyen 
. de mettre vos afiFàires en bon état. 
^ D E M E A. 

Je ferois afRirément que tu fervirois d'exem* 
pie à tous les autres. 

S Y R U S. 
Pourquoi cela? qu'ai-]e fait? ^ 

D E M E A. 
Ce que tu as fôit? dans le fort d*un defordttf 
horrible, au moment que vous venez de com- 
mettre un crime épouvantable, & dont vous ne 
favez pas encore bien les fuites, vous vous êtet 
tous mis i ifrogner, comme li vous aviez fait 
la meilleure affaire du monde. 
S Y R U S. 
Far ma foi je voudroîs bien n*âtre pas venu feu 

ACTE 

R E M A R q^V E S. 

Pêtu iepUH U tête fufautt mûx pîedt^ vous n'êtes rien 
5*»^ fàvH^' Ce veis eft foit beau. Mr. Qu-^n le coû« 
damne pourtant. 

NOTES. 

f • Tu^ après plofîçuis MSS. & k$ mcîUeut)» 



dby Google 



4«2 A D E L P H I. AcT.lV.* 

ACT US qU A R TUS. 
S C E N A IX. • 

_D R O M O. S Y>R U S. DE ME A. 

V R O M 0. 
TJEuSi Sjre, rogas te Ctefipbê ut reieas. 
" STRUS, 

M. 
D E M E J. 
Ouîi Vttftpbanem hic narrât? 
•^ SX RU S. 

NibiL 

D EME Jl. 

EbOf carnufex* 

• ' " : Non efi. 

D E M E JÉ. 

Cur bienomintàf 
SiTRUS. 
J^ (dius qtiîdm parafitafter panxJui: 

'""'fi''' DEMEA, '"'^ 

Jûmfcibo. ^ 

'^ S Y RU S. 

Duidagisf qub oMsl 
E M E J. 

STRUS. 

Noîi, imuam. ^^ 

N O T E S. 
[ 4, JPoMluhSi dans la pli^àit ^s MSS# 



g* 



Digitized by VjOOQ IC 



ADZL.ACÏV.XCTX /^.^J^jg., 




Digitized by VjOOQ IC 



Digitized by VjOOQ IC 



Se. IX. LES ADELPHES. 415 

*A C T E q^UA T R LE M E. 
S CE N E IX. 
DROMON. SYRUS. DEMEAi 

D R O M N. 

XJ Ola ,Syrus, Ctéfiphon te prie de rentrer.. 
^^ SYRUS- 

Va-t-en. 

D E M E A. 
Qu'eft'Ceque celui-là dit de Ctéfiphon? 

SYRUS- 

Rien. 

D E M E A. 
Ho, ho,pendard, eft-ce que Ctéfiphon eft là- 
dedans? 

SYRUS. 
Non, Moniîeur. 

D E M E A. 
Pourquoi le nomme t-il donc? 

SYRUS. 
Ce n*eft pas de votre fils qu'il parle , c'eft d'ila 
autre qui a le même nom ,' c'eft d'un méchant 
petit parafi te; entendez-vous? 
D E M E A. 
]e le faurai^tout^à-theure. 

SYRUS. 
Que voulez- vous fiaîre? où allez-^ousl 

D E M E A. 
Laifi[e-moî. 

S Y R U & 
M'entrez-pas, vous dîs-je. 



^3 



DE- 



Digitized by VjOOQ IC 



4^4 A D E L P P I. AcT. V. 

D E M E A. 

Nm manum aiftinei ^ mùfligia^ 
An tibi mxvis cerebrum difpergi btc?' ' 

, S XRU S. 

Eiepùl comîfpaorêm haud fané commwïumy 
Prœfertim Ùefipboni^ quid ego nunc agaim? 
to Niji, dum bœfileftura turhœ^ intere» in angulum 
Aliquà abeam^ atque edormifcamboc villi: fic^ 
agam, 

A C T US Q.UI NT US. 

S C E N A I. 
M I C lO; D E M E A* 
M I C J 0. 
pArata à mhisfunt, ut dixi, Sofirata, 
Ubi vis. Quîfnmn à me pepulit tam grcmt» 

»: E M. A R Q.U E S. 
S. BOIPOL COMMISSATOREM HAUD SANE COM- 
MODUmI. Je Jurerois bien que ce eompagntn de if' 
kiaucbe , ïye. Toute la grâce de ce paiTage «e peut )^ 
mais paroitre dins la tradu<aioa. Commiiïdttr ett 
proprement un homme quî, aOrès avoît d^ja bu, ▼* 
en màïque faire encore débauche chez quelqu'un» <>» 
il arrive tout d'un coup e^ faifant beaucoup de briwïj 
C'eft pourquoi cela convient très bien à Déméa <p 
entre chez Micion ou Ton Jeft en débauche, où lo? 
ne l'attend point, & où il va faire un vacàtms horr^ 
ble. Ces fortes d'ironies font un très bon eflfét iw ^^ 
Théâtre, & divertiflènt extrêmement les Spe^i^"^' 

t« I. PARATA a NOBIS SUNT , UT Dixr, SOSTRA* 

TA. J. D« notn Q^té^ Softrasa^ t$ut eft prêt, 01^^ 



dby Google 



Se. I. LES ADELPHES. 415 

D E M E A. * 

Veux- tu ôter tes maips, maraud? je m*envai^ 
te cafier la céce. 

S Y R U S. 

Le voîla entré; je jurerois bien que ce com» 
pagnon de débauche ne fera pas fort agréable à* 
toute cette bonne compagnie ; & fur - tout à- 
Ctéfîphon : mais moi préfentement que dols-je 
faire? fi ce n'efl pendant que tout ceci fe cal- 
mera, de m*en aller en quelque coin cuver le 
vin que je viens de boire; c'eft là le meilleur partù 

ACTE C I N Q^UIE M E- 

SCENE L 
M I C I O N. D E M E A. 

M I C I O N. 

T\ E notre côté,Softrata, tout eft prêt, comme 

je viens de vous le dire; le mariage fe fera 

quand vous voudrez. Mais qui fait tant de bruit 

à notre porte ? & qui eft-ce qui fort de chez nous ? 

DE- 

R E M A R Q^V E S. 

peut pas douter que ce ne foit ici le commencemenr 
dû V. Aéèè, qu'on avoit fort mal commence deiix Scè- 
nes plus haut. Déméa eft entr^ chez Michn à la ûa 
de la Scène pr^ce'dente. Syrus s'eft letir^ pour aller 
cuver fbn vin, & Micion eft chez Sojirata; ainft la 
Scène demeure entièrement vuide,.Ôc tout ce qui fe 
palfe chez Sa/Irata fait un intervalle fuffifant. On 
ne fauroit croire combien d*abfurdîtes a produit la 
faute d'avoir fait ici la troifîème Scène du V. A^e, 
I^e Manufcrit de la Bibliothèque du Roi confirme ce 
partage comme /e Tai fait. 

NOTES. 
7" 7^m matfii*—' difper^am ^ ^ans Ull MS» Faên^ 

S4 



dby Google 



4itf iî DEL PHI. AcT. V. 

• DE M S'A. 
Hei mibi , q^xd faciam2 quid agam ? quid clck» 

mem? aut queratl 
O cœlumt 6 terra y 6 maria Neptunil 

M I c I a 

Hem tibù 
S Refcivk omnem rem: id nunc eîamaP: fcilket. 
Faratce lites : fùccurrendum ejl. 
D E ME A. 

Bccum adejl 
Communîs corrupteîa nojlrùm Hberûm. 

MPC 10. 
Tandem reprUne iracundiam , atque ad. te reiu 

DE ME A. 
RepreJJî^ redite mhto maîedi&a omnia: 
10 Rem ipfam putemus : diSum boc inter nos fuil; 
Et te adeo efl ortum , ne tu curares meum » 
Neveego.tuum: refpondet 



ML 



R E M A R Q^U B S. 



?. Hei mihi , quid faciam ? quid agam]? 
Ahf que ftrai-Jâf 6* que deviendrni-Jet (b^c. Dimi^ 
fort de chez MîcUn , ou il a ttouv^ Ctéfipbon à table 
avec Efchsnasy le il a apris la v^rît^ de tout ce «jm 
s'étoît pafl^ ; c*eft pourquoi il fort dans une colè* 
ic furieufe. Miîs il faut bien remarquer ici Tadres- 
fe de Térence , qui fait monter la colère qu'a /)/• 
méadts defordres dt fon ûls Ctéfipb$n , autant au-dc^ 
fus de celle qu'il avoit des débauches à'EfchinuSy que 
la tendreifé qu'JI a pour celui-là eft au-deffus de celle 
qu*il a pour cclaî-ci. Quand il a fu les débauches d'£- 
fihinus il en a été trifte: Ro^as me quid trîjiis fimf 
Miis fur le moindre foupçon qu'on lui veut donner 
que CtéAphan étoit avec E/ehinusy i Tenlèvement de 
U çhaateufe^il dit; D^eru^ m eg^fum infeUxt 5« 

fitt 



dby Google 



St. I. LES ADELFHES. 4^.7 
D E M E A. 

Ah que feraî-jePque deviendrai-je ? comment 
me prendrai- je à crier? quelles plaintes ferai-jc? 
ô ciel! ô terre! ô mers au grand Neptune. 
M I C I O N. 
Voila notre homme, il a découvert tout fe 
iniftère, c'éft fans doute ce qui le feit crier fi 
haut. Ceft cela même, il nous en va donner 
tout du^long. N'importe, il faut allc)r au devant. 
D E M E A. 
Ho le voici, le commun corrupteur de nos 
«çnfans, 

M I C I O N. 
Enfin retenez un peu votre colère, & revenez 
â vous. 

D E M E A. 
Elleeft toute retenue; je fuis revenu à mof; 
je laifTe là toutes les injuresv examinons un peu 
la chofe de fens rafCs. 11 me femble que nous 
étions convenus (& cela étoît même venu de 
vous) que vous ne vous mêleriez point du tout 
de mon fils, &'qtie je ne me mêleroîs^ pas non 
plus du vôtre. Répondez. 

MT- 

R E M A R Q^V È S. 

Juk-petâu^ ilfKiut av$uer qui fe fuii bUn mMimetaff 
Et ici voyant la vérité de ce qu'on lui avoit dit , ^ 
qu'il n'avoît pai cru, il entre dans une fureur qu'il ne 
peut exprimer; c'eft pourquoi îl- commence par cette 
interjedion; Het MÎhiy ah, quîd faetamf Que ferai- 
'je? Quand il a été queftion d'E/cbiimSy il a fti- ce ' 
qu'il devoit faire, Il a querellé, il a gronaé>> il a «tiéy 
^ a accufé Mciêfu Et quand il s'agit de Cté/tphons 
il ne trouve rien qui puiite exprimer fa douleur ; tout 
ce qu41 a fait lui paroit trop foible , & il accufe leg 
cieux, la tene & la mer, ceft-à-dire tous les él^mei» 
-^•^Ifes Dieux Tncme, Cette conduite eft nwrveilleufe, 
& ce font ià de ces coups dé moitié qu'OQ Afi famoit 
U Uflèx d'admiiçi* 

S 5 



dby Google 



A^ A D E L P H I. AcT, V. 

Ml c la 

Fa3uin eft^nm negùi 
D E M E A. 
Oit mne a^i te potot? cur recipîs meumt 
Curjmis amfcam, Mrw? mm qui minùs^ 
15 Mibi idem jus œquom eft e[Je, quod mecum efttibi T 
fhjumdo ego tuam non euro ^ necurameuau 
M I C I O. 

Nmœqwmdîcis^ *non: nam vêtus verbum bot 

quidem ejl^ 
Cmmunia ejfe amicorum truer fe omnia* 

D E M E J. 
Facetc: nunc demum ijlbac nota oratio efl* 
MIC 10. 
10 jlufculta paucis ^ nifi moleftum ejt^ Demeth . 
Frincipio, fi i^te mordet , fumtumfilU 
Quem faciunt; quœf&, faoito hoc tecum eogUef^ 
Tu illos duos êlim pro re tolerahas tîtâ^ 
Quodfatispu^abas tuabona ambobusfore^ 
%$ Et me tum uxorem credidijli fcilicet» . 

9^ In US. hoc mn tûbmtat Denear» 
B. E M* A R Q^U E S. 

T7. NON iBQUOM DICIS, NON]. M^ àf fmt 
wut dites n*'ifl pas jufte^ tn vérité non. Ce fécond n9ft 
fait voir qiie Mciti ne fait oîi il en eft» il je pronon- 
ce en rêvant & en dierchant quelque excufe, & com* 
me il ne trouve rien qui lui plaife , il a recours à ua 
proveAe qui eft plus contre lui que pour lui. 

19. NtJNC DEMUM ISTHiEC NATA ORATIO 1STJ« 
Vêus v$ns avifez bien Ustd de tenir ce langage. Il lui 
leproche avec raifon qu'il n'a pas toujours ^e de ca 
lèntimcnt» puirqu'U loi arpit dit le maclA que c*étoîç 



dby Google 



Se. 1. LES ADELPHËS. 419 

M 1 C I O N. 

Cela eft vrai , j'en tombe d*accord. 

D E M E A. 
Pourquoi donc aujourdhui eft-il dbcz voqs â 
faire la débauche ? pourquoi le recevez-vous 
dans votre maifon? pourquoi lui avezvous a- 
eheté une maîtreffe ? pourquoi les chofes ne 
foBt-eJIes pas égales entre vous & moi? Puifque 
je ne me mêle pas d'E^hinus , ne vous mêlez 
pas de Ccéfîphon. 

M I C I O N. 
Ah ce que vous dites n'eft pas jufte, en véri- 
té non. Vous favez cet ancien proverbe qui 
dit, qu* entre amis tous biens font cmnfnutis. 
D E M E A- 

Sue cela efl: bien dit! vous vous avifez bien 
de tenir ce langage, 

MIC ION. 
O ça, mon frère, écoutez, s'il vous plaît, 
ce que j'ai à vous dire. Premièrement , (î la 
dépenfe que font nos enfans vous chagrine , 
. fouvenez-vous, je vous prie, qu'autrefois vous 
les éleviez tous deux félon vos petits moyens , 
& que vous ne doutiez pas que votre bien ne 
leur dût fufHre; car alors vous me regardiez 
comme un homme qui devoît fe marier. Faites 
donc encore votre compte fur cela; confervez, 

aqué* 

R E M A R Q^U E S. 
lui ledetnandei Efchinut^ que de vouloir ea piendro 
quelque foin. 

— Nam amho curare prppemodum 
Ribdfcereillnm e/iquim dedifti, 

^ NOTES. 

17. i\r*«, dans la bouche de Dém^a, fur la pHupaïf 
àt^ MSS. 

2 3. HiMi ^Piès ^^ ^^* "^^Màs^ fuivant tons m 
autres, 

S a 



dby Google 



420 A DE L P H I. Act. V; 

DuSurum» E(mienk Ulam rationem ofaîquam ch 

Omfervat qucsre, parce ^ fa» quam pîurimum 
mis relinquas; gloriam tu iftam tibi obtint: 
Mià , quœ prcBter fpem evenere , ittantur fine* 
30 De fummd nîhil decedet : ^dbinc accejjerity. 
Jd.de lucro putato ejfe. Omniafi bac voles 
Jn^animoveri cogitjare^ Demea^ 
Et mibiy (^ tihi^ ^ illis demferis molejltaà. 

D E ME A, 

Wtto rem : cmfuetudinem ipforum»^ 

MIC 10. 

Manié • 
55 Scioi ijlhuc ibam.' Multa in bomine^ Demea^ 
Signti infunt y ex quibu' conje&ura facHi Jk , 
Du9 quum idem faciunt , f ope ut poffis dicerti: 
Hoc îicet impuni facere buiù > illi rum licet: 
Non qubd dijmilis resjîp, fed qubd is qui fâctt'i 
40 Quœ ego in illis ejje video: ut confidam fore ita 
Utvolumusé Video eosf opère , intellegeret inkc9 
Vereri, interfe omare^ fcire efi liberum 

B. E M A R Q^i; E S. 

tS. MULTA 11^ HOMWE» DSMEA 9 SIGItA Vf' 
«UNT , &c. ]. J^ùyeZ'Vêm , mon -frère , dans tbèmme il J 
m phfiturs marpus. Le pauvre JiSei^n ne (àk pas trôP 
bien comment fe tiret d*afifàîre ; car ii s'eft eng^ag^ ^ 
ik ezcufet des chofes qu*il n'eft pas trop aîfi^" d'exca- 
icr; il en fort comme il peut; c'eû pourquoi il parle 
avec afièz d*obrcurit^ & d'embatas; auà «« ^^' 
che-t-il pas tant à convaincre ôc à perfuader Diméan 
^u'à rétoiudir par un galimitlas oh H paroiflê quel- 
que cfpicc de laifQg, Il lui yçm faûc W^H^^*^ 

01 



dby Google 



S-c. L LES ADELPHES- 4« 

aquérez, épargnez, travaillez à leur laiflTer le 
plus de bien qu*il vous fera poflible; ayez cette 
gloire vous feui ; mais laiflez-les jouir de mon 
bien , puifque c'eft une chofe qui leur vient 
contre votre efpérance. Votre fonds ne dimi- 
nuera point ; & tout ce qui vous viendra de 
mon côté, prenez- le pour un gain tout clair^, 
& pour une bonne fortune qui vous arrive. 
Si vous vous mçtte;^ bien cela dans TeCprit ; 
mon frère, vous nous épargnerez beaucoup 
-^Inquiétudes, à vous, à moi, &ànos enfans. 
I> E M E A^ 

Mon Dieu , je laifTe là le bien ,. & je n&.me plaint 
que des mauvaifes habitudes qu'ils prennent* 
M I C I O N. 

Arrêtez, je, vous entens,c'eft là que j'en vou- 
lons venir. Voyez-vous , dans Thomme il y a 
plufîeurs marques par lefquelles il elt facile de 
connoître de deux perfonnes qui feronnine m^ 
me chofe , celui à qui on peut la laiiïer faire 
fans aucun danger, & celui é qui on ne le peut 
pas: ncMi que la chofe folt différente en elioi' 
même, mais c'eft que ceux qui la font fopt foft 
difFérens. Je vois dans nos deux enfans des 
chofes qui me perfuadent qu'ils feront comme 
noa& les pouvons fouhaicer. Je leur vois du 

boce 

n'a fooffert les d^anches dé fes deux enfans, qœ 
parce qu*il' a cpnnu q|ue cela ne pouvoit pas les gâ« 
ter , & qu'on leur fexoit; toujours changer de vie. quaoïfjl 
^n voudroit. " ^ 

NOTES. 

2g. GUriamqut iftane tibi, ôtant tu & Muèytïxaai» 
gré tous les MSS. 

31. Omne^ hM /t volesy comme im MS. J2«nt. 
%9' Quoy\ h place des deux quU^ aprêi le mçme 



dby Google 



422 A D Ë L P H I AcT. V. 

IngejUum^ atque anhmm: quovis iUos tu die 
Reducar,' At enimmetuas^ ne ah re fint tamen 

4-5 OmJ/îores pauk. O nqfter Detnea , 
jid omnia did atate fapimus reStiùs : 
Solum unum boc vitium adfértfene&us bomîmbus^ 
Atteraiores ftmus ad rem omnes; quamffit ejt: 
Ç^uod ilksfaù atas acuet. 

DM^MEA. 

Kfè nimum modi^ 

jb BofUB tuer îftœ nos ratknes ^ Micioy 
Et tuus ifie animus œquus fubvortat. 

M le I Oi 

Tace^ 
Konfiet: mine Jam iftbcBC : da te bodie mibi :. 
Sxporge fiontem. 

WE ME A. 
tcUicet , ita tempus fert , 
Faciendms eji : ceterim rus cras cum filio 
55 Qun primo lucu. 

M I C 10. 

Imè de noSè cerifeo: 
Uodic wodh bilarum te face. 

D E M E A. 

Et ipfam pfaltriam 
Vnà illuc mecum hînc ahftrabam. 

MI. 

R E M A R Q^U E $. 
jtf.AjB T I » S A M P s A L TR 1 A M J.y^ er.trahend 
guîlfi eetu chantfu/e, Déméa vient de diie qifil veut 
être de bblle humeur, & que le teins le demande. Mais 
comme les caïaâères ie changent diiScilement. Té- 
r&ite nous fail Tok ici une bâlc h\unsva bien ÙLun- 



dby Google 



Se. L LES ADELPHES. 427, 

bon-fens, de TintelUgence, de la pudeur quand 

il faut , & ils s'aiment tous deux. Tout cela 

fait aflez voir qu'ils font de bon naturel, & qu'ils 

ont l'efprit bien fait. Vous les réduirez quand 

vous voudrez fans aucune peine: mais vous me 

direz peut-être que vous craignez qu'ils nefoient 

un peu négligens pour leurs affaires. O notre 

cherDéœéa,râge nous rend plus fages en toute$ 

les autres chofes; lefeul défeut que la vîeilleflè 

aporte aux hommes, «'eft qu^elie fait que tous 

tant que nous fommes , nous avons plus d'at* 

tachement au bien qu'il ne faudroît Ne craî» 

.gnez rien , l'âge ne les rendra que trop foîgneux* 

D E M E A. 

C^Ia eft fort bien ; pourvu que toutes-ces belles 

raîfons, & cet efprit tranquile qui prend tout en* 

bonne part, n'aillent pas les gâter entièrement*^ 

M I G I O N. 

Ne vous inquiétez point;, cela n'arrivera pasi 

Déformais ne fongez plus au paffé: donnez- vous 

â moi pour aujourdhui , & foyez de belle humeur» 

D E M K A. 

Je vois bien qu'il faut que je le fafle, fe tcms 

]e veut ainfi. Mais demain dès la petite pointe 

du jour, je m'en retournerai aux champs avec 

mon fils. 

M I C I O N. 
Dès minuit fl vous voulez ; foyez feulement 
die bonne humeur aujourdhui* 
D E M E A. 
py entraînerai auflî cette chanteufe. 

M» 

R E M A R OU E S. 
; encore 8c bien revêche. Premièrement il ne con- 



4a. )ouc 11 ira travatller a ta çzmpzgriQy comme lè 
coftfolaiit pas «Tance da bon toyos qtril v4 fe donner» 



dby Google 



42^ ADELPHL Act. V. 

M rc I O. 

Pugnaverii: 
go prùrfus paSio iîli aîlegarisfiUmt 
Mfidhfaci^ ut illamferves. 

D E M E A. 

Ego iftbuc videro : atqat 
Co HHfafoUIaplenat fumij ac poUinis 

Oipiendo fit faxo , ^ molendo : prater bcBc , 
Meridiefyfo^ facimi, utftipulamcolligat, 
Tàm excoààm reàttam atque atram, quàm carbo efi. 
M I C 10. ^ • 

• PîaceP: 
Nune mihi vider e fapere: atque equidem filium^ 
65 Tum etiamfi nolit, cogas cum Ulâ unà cubeL, 
D E ME A. 
Dérides ? forpunaiuSf qui ifto animofies, 
Egofentio..... 

MIC 10,. 
., Ab! pergifne'i 

UEMEA. 

jom defirWi' 
M IC I O. 
l'ergo iiiiro /{f , cui rei ejl^ H rei bilarem hmc 
fumamus diem, 

ACTUS 

REMARQUES. 

pat h peîiie & le travail qu'il fè prcparc.' Il n*îra pâ$ 

feul , il emmèneta. fon tàé avec lui , il y entralnea 

cette chanteule. Il p'y a pas là un mot qui ne^ foit 

^jioer. Et il Tentrainera pour lui faire de la peine f* 

Ta traiter en efdave , & non pas pour faire plaifir à 

fo% Ris. Tout cela eft ménagé avec un art admirable. 

s\ PuGNAVERis]. Cefi un coup de partie» 

C'eft Te^fens de ce purnaveris^ vous ferez là un grand 

€9kép. È^atVsL fôit bien expliqué, magnam rem jech 

rhf & rajJqrte UQ yçis de LtieHim qiù a dit dans fe 

même içDs; fh 



dby Google 



Se. L LES ADELPHES. 4^5 

M I CI ON. 

Ceft un coup de partie, car par-là vous y 
altacherez abfôlument votre fils. Songez feule- 
ment à la bien conferver. 

D E M E A- 
J'y donnerai bon ordre; j'aurai foin de la met- 
tre à la boulangerie, afin qu'en cuifant le^pain 
elle foît toujours enfumée, & pleine de cendre 
& de farine. Ce ne fera pas encore là tout, 
car en plein midi je i'envoyerai couper du 
chaume ; deforte que je la rendrai auffi bruléô 
& auffi, noire qu'un charbon. 

M I C I O N. 
Cela me. plaît,; c'eft préfentement que je vous 
trouve raifonnable. Maïs quand vous l'aurez " 
rendue (î jolie , je. fuis d'avis que vous contrai- 
gniez votre fils d'en être encore amoureux. 
D E M E A. 
Vous raillez? vous êtes bien heureux d'être 
de cette humeur, mais pour moi je refifens.*» 
M I C I N. 
Ah! continuerez- vous toujours? 

D E M,E A. 
Non , voila qui efl: fait. 

M I C I O N. 
Entrez donc au logis , & puifque ce jour eft 
defané à la joie, ne fongeons qu'à nous divertir. 

AC^ 

RE M A K Q^U ES. 
Vlcîmui ociks & magnam pugnavîmue pugnam, 
«8. El REI HILAREM HUNC SUMAMUS DIEM*J. 
2^e fongeons ^uà nous divertir. Apres ces mots, Micion 
entre dans la maifon en attendant que Diméay après- 
avoir fait un tour chez lui , vienne pour la fête. Dé* 
. méa demeure Tue le Théâtre, & il fait le monologue 
avù: fuit. 

NOTE S. 
«j* CogMi ut cum^ fuîvant la plupart des MSS% 
es. M. B. ôte hilarfmy fur trois MSS. Fàem^ 



dby Google 



426 A D E L P H T. Act. V: 

[ACT V S Q^U I NT US.. 

S C E N A II. 

DEMÉ A. 
JVOmquam ita ^ifquam benefubduSâ ratione Mi 

vitamfuity 
Quin res, atas^ ujitsfemper aîtquid adpnrtet novir 
Aliquii moneat: m illa^ quœ te f cire credas^ nés- 

cias ; 
&, qwB tibi put arts prima , in cxperiundo ut re* 
pudiei. 
2 Quod nunc mt evenit : nam ego vitatn duram i 
quam vixi ufque adbuCy 
Propejam excurfofpat.o omitto. Id quamohremf 

re îpfâ repperi , 
Facilitate nibil ejje bomini melius^ nepie clemeru 

Td ^e venm , ex me^ atque exfratre ctdvis fct 

cile eji nofcere. 
Ille fuam femper egît vîtam in otte, in conviviit: 
XO]^ Qemens, placidus^ nulH kedere os^ oNridere om* 
nibus : 

Sibi 

R E M A R O^U E S. 

ï. NUMQUAM ITA qVlSqVAfd BENE SUBDUCTl 

RATIONE AD VITAM FUir]. Jamais ptrfonne n*afi 

bien réglé Gr /imputé tout ce qui regarde la cênduite de 

fa vie, C'eft une figure empruntée des livres de comp- 

te, czx fuhducere rationem eft proprement marquer aa 

bas d'un compte à combien monte toute la fomme. 

Déméa dit donc que perfonne n'a jamais fi. bien>rcgîc 

fcs comptes pour ce qui regardé fa vie , qu'avec le 

tems il ne trouve bien d^s chofes \ y changer, & 

qu*il ne fè voye oblige' de prendre d'autres mefuies. 

Ceft un fort bel endroit. 

lo. NULLI ljeDERE os]. Ne ebêquant fa- 
miûs perfinnu Cette fà^QA de p^ulex eâ xemarquabley 



Digitized by VjOOQ IC 



Se; IL le;s adelpites. W 

ACTE C I N (^U I E M E. 

SCENE IL 

D E M E A. 

JAmab perfônne n'a û bien réglé & fuputétoat* 
ce qui regarde la conduite de fa vie , que les 
affaires, Tâge, Texpérience, ne lui aprennent 
encore quelque chofe de nouveau , & ne lui 
feflent connoître qu'il ne fait rien de ce qu'il 
croyoit le mieux favoir , de manière que dans 
h pratique on fe voit fouvent obligé de rejettes 
le parti qu'on avoit regardé d'abord comme le 
plus avantageux. C'eft ce que j'éprouve au* 
jourdhui ; car fur le point que ma courfe eft 
prefque finie , je renonce à la vie dure & pénh 
ble que j'ai menée jufques ici. Et cela pour* 
quoi ?' parce que l'expérience m'a fait voit > 
qu'il n'y a rien de fî avantageux aux hommes 
que d'avoir de la complaifance & de la douceui» 
Il ne faut que nous voir mon frère & moi pouc 
être convaincu de cette vérité* H a-paffé toute 
fa vie dans Toifiveté & dans la bonne chère; 

tou- 

R E M A R Q^U E S., 
Uderi ^i atteuty blejjer U vif âge à quelqu'un^ pour lui 
dire des chofes fi dures &. fi duoquantes , qu'elles Tob- 
ligent à Faire des gtimaces pour témoigner ou fa fur- 
pf ife ou fon reflentiment. Saint Auguftin avoit ce pas- 
fage en vue , quand il a dit dans le premier Livre de 
la Cité de Dieu y en parlant de ceux qui craignent d'a- 
vertir leur prochain de leurs péchés: P^el ckm lahorit- 
pigety vel ùs eorum vereeunddmur offendete. Soit que 
fioui fuyions le travail ^ 9U que nous afr^bendiçm de les- 
•fen/er. 

NOTES. 
6, M.B. 6tc/tfw, lifant dtçttrfi isi^t PiifdcA a citi 
cinq fois,. ' * , 



dby Google 



4^« ADTELPHTI. Act. V; 

Sibi vixH: fibifumtum fecit: omnes benediam^ 

aynant. 
*£go ille agreJliSy favus^ trifiii^ pmcus^ trucu^ 

Duxi uxorem: quam ihi mifertam vidr! natifilH^ 

Mia cura. Porro auum , Ulis dum ftudeo ta 

^mplurimum 

'S facerem, contrivi inqu(erundovitam, atqtfe œùa» 

tem. meam : . 

Nunc exaUâ œtate hocfruQi pro labore ab iUferoy 

Odium : ille akerjîhe labore patria .potitur^ com' 

moda. 
Illum amant , me fitgit'ant : Uli credunt cotifilia 

omnîa: 
Illum diligunt : apud illum funt ambo : ega defer» 
tu' Jum. 
20 Blum^ ut vivats optant^ meam autem mortem ex^ 
fpeQant fcilicet. 
Ita eos meo labore eduSos maxumo^ bic fecit fuor 
Paulojumtu : miferiam omnem ego capio » hic po^ 

titur gaudia. 
jfge, âge j.jam experîarmr contra ^ ecquid.eg^ 

pojiem 
Blàndê die ère , aut bénigne facere ^ qt^ando bue 
provocat. 
75 Ego quoque à uieis me amari (^ magnipendi pofluh. 

Si 

B. E M A R Q:ir ES.. 

. 13. QUAM IBI MISERIAM VIDl]î QMeUiS miférâs! 
>iot à mot, quelle mifèrt naÀ-je point vuel Les Latins 
difoieiit vidârt^ voir, pout />iïfi,foufFrir,à rimicatioa 
dès Grecs,, qui avoient pris cela des Orientaux ^ com- 
me je Tai zcmuqué.Gu r£pigcamme de Ca/^jm/m 
pag. 227. 

► 24.. QXJANDO.HHC PR>OVOCATj. Puifqu'tk 
mt force d'entrer en lice avec luk Provocat eft un ter- 
ttte pris des combats fi|igiiUêrs« Dïm^a ze^de toa^ 



dby Google 



i 

1 



Se. n. LES ADELPHES. 419 

toujours doux, complaifant, ne choquant jamais 
perfonne, careflfant tout le monde, il a vécu 
pour lui, il a dépenfé pour lui ,• chacun en dit 
du bien , chacun Taime. Et moi bon campa- 
gnard , rude , trille , épargnant , rébarbatif , 
avare, je me fuis marié, quelle mifèreîll nTéft 
venu des enfans., autres foins; en travaillant à 
leur ^mafTer le plus de bien qu'il m'a été poflî- 
ble, j'ai ufé ma jeunefTe & ma vie. Préfente* 
ment , que j'ai un pied dans la fofle , toute la 
récompenfe que je reçois de mon travail , c'eft 
la haine de ceux pour qui je me fuis facrlfié. Et 
lui,* fans nulle peine, il jouît de tous les plai. 
fir€ qu'on peut trouver à être père. Us 'l'ai- 
ment , ils me fuyent, Àh lui font confidence de 
tous leurs fecrets; ils le chériflent , ils font 
toujours chez lui ; & on me laifTe là. Ils fou- 
haitent qu'il vive longtems, & ils attendent ma 
mort avec impatience; en un mot après que j'ai 
bien pris de la peine à les élever, il les a rendu»! 
fiens à peu de frais ; toute la peine eft pour 
moi, & tout le plaifir pour lui. O ça, voyons 
donc à notre tour fi nous ne faurions pas dire 
des chofes obligeantes, & .faire le libéral, puis-, 
qt1\ me force d'entrer efn lice avec lui. Je 
veux aufE* être aimé & eflimé des miens. Si 

cela 

R E us A R Q.U E S. 

ce que Micion lui a dit oour le porter à ctte de bonne 
humeur^ comme un d^n qu'il lui faifoit. 

NOTES.., ,., 

14. Hûa^ pour porro, fuivant deux MSS. Fofrtt. 
23, Ag€f nunc jam experiamur porf contrat après 
itti MS. oii 0gt fe tfouvc cependant deux fois. Faern% 



dby Google 



3^30 A D È L P H L Acr. V- 

Si id fit dando aique vbfiquendo , nm fofterkres 

feram, 
Tkerit ? id meâ minime refert , qui fum nùm 

maxumus. 

ACTUS Q^UINTÙS- 

S C E N A III. 

SYRUS. DEMEA. 
S r RU S. 
ZJEus, Demea, rogat frater , ne abeas Jongîùs. 
" D E M E j4. 

Qui bomol ê Syrô nojlir , falve ; quid fit? quii 

S TRÛ S. 

D E ME A. 

Optumi eft:jam nunc bac tria primàm ai- 
didi 
Traternaturam^ onafier, quid fit? qûid agiMrl 
Servom baud inliberalem prcsbcs U^ ^ tibi 
S Lubens bene faxim» 

S r R û S. 

Cratîam babeo» 
D E M È J. 

Atqttu Syre^ 
Boe vsrum eft, ^ ipfi re experiere propediem. 

ACTUS 

K. E M A R <iU E s. 
i. O STRE noster]. Notre cher Syrus. Ton* 
Ms les douceurs que d^t û^m^s font xidîcuks Se Im* 

pe»- 



Digitized by VjOOQ IC 



Se. m. LES Ap^LPHES. 431 

•cela fe peut faire à force de préfens & de com- 
^plaifance , je fuis fur qu'il n'aura pas le deflus. 
Le bien manquera, que m'importe? je fuis le 
plus vieux. 

ACTE CINQUIEME. 
S C*E N E IIL 

S y ft U S. D E M E A. 

S Y R U S. 
X:TOk , Monfîeur, votre frère vous prie Hc 
ne vous pas éloigner. 

D E M E A. 
Qui m'apelle? ô notre cher S7rus , bonjoarj 
que fait-on? comment vont les chofes? 
S Y R U S. 
Fort bien. 

D E M E A. 
Bon, nous commençons le mîeujt du monde; 
voila déjà trois mots que j*ai dits contre mon 
naturel. O notre cher , que faiuon ? cvmment 
vont les chojes ♦ ? il me parolt que tu es un 
brave garçon ; & que tu fers avec honneur ; je 
t'aflure que je ferai ravi de trouver les occa^ 
fions de te faire du bien. 

S Y R U S. 
Te vous fuis fort obligé , Monfieur. 

D E M E A. 
Maïs , Syrus , c'eft qu'il n'y a rien de plu* 
^vrai , & tu en verras les effets au premier jour. 

ACTE 
* haut* 

R E M A R C^tJ E 5. 
^rtin entes, & Térence Ta fait ainiî, potir fâîiC voîf 
€lu*OB. ne séuffîc jîunals loiT^u'gA foxçç fon aat^iel. 



dby Google 



432 AD EL':P H L Act. V. 

ACTÛS Q^Û I N T U & 
S C E N A IV. 
»GETA. DEMEA. 
G E TA. 

TJEra^ ego hue ai tos provifo ,• quam mox vit- 

ginsm 
Arcejpmt :Jed eccum Demea: fd'^sfies^ 
D E M E A. 
.Ob, ^utvocare! 

G E TA. 
Geta. 
DEMEA. 

Geta, bomUiem maxuni 
^retîi effe te bodiCf judîcavi animo meo: 
5 Nam is mibi efl profeUhferous fpeSiatus fatis ^ 
Cui dominus cura ejl^ ka utt tihi fenfi ^ Geta: 
Et tîbi vb eam rem , Jt quid ujus venerit , 
Lubens hene faxim. Meditâr ejje affàbiUs ^ 
Et bene procedît. 

GETA. 

Hmus es, qUum hoc exiftunus. 
D E M E À. 

to Paulattmpîehmprmuïùm facto meam. 

ACTUS 

R E M A R Q.tT E S. 
3. GETA , ^OMINF.M MAXIMI PRETII ESSE. W 
HODIE JUDICAVI ]. Gita, au/ûurHhùi J'ai pênfé en 
mi-mime^ &rc. Voila encore une impeitinente cour- 

toi£e 



dby Google 



^.IV. LES ÀDELPHES. 455 

ACTE C I N QU lE M E. 

SCENE IV. 
GETA. DÈMEÀ. 

G E T a: 

V4 Adame, je fîi'eh vais les trouver, afin qu'au 
plutôt fls faflent porter la nouvelle mariée 
chez eux; mais voici Déméa, Bonjour, Moa- 
fieur. 

D E ME A. 
Comment t'apelles-tu? f 

G E T A. 
Jem'fepelle Géta. 

DE M E A. 
Géta , aujourdhui j'ai penfé en moî-méme 
^ue ta es un garçon qui vaut beaucoup; car fô- 
Ion moi , un valet sCt ailez éprouvé , quand on 
voit qu'il prend les intérêts de Ton maître avec 
autan c d'afFeflion que je vois que tu fais. Mon 
pauvre péta, aulU pour cette bonne qualité, (î 
l'occaCon s'en préfente, je ferai ravi de te faire 
plaifir. ♦ J'ai deflèin d'être afîable, & cela ne 
me réuflit pas mal. 

GETA. 
.Vous êtes trop bon, MonCeor, d'avoir ce$ 
fentimens-là pour moi. 

DEMEA. 
Je commence par les petites ^ens, & je tâ- 
die de les gagner peu à peu. 

A^TE 
^ Sas» 

R E M A R Q^V E S. 
toiCe de Déméa^ de parler aînfi à un valet dont îl ne 
iàvoit pas même le nom , & en a£feâant de la poU- 
teifc il tombe dans un menfonge greffier, 
TgmIL T 



dby Google 



434 A D E*l. P H L Acr. V. 

ACTUS Q^UINTUS. 

S C E N A V. 

JESCHINUS. DEMEA. SYRUS. 

CE TA. 

MSCHINUS. 

/yCeîdunt me quidem^ dum nimffanQas rmp^ 
Siudent facere , in apparando totum confunwH 
diem. 

DEMEA. 
Quidttgitur, JEfchinel 

JESCHINUS. 

HetHj pater mî, tu bte eroit 
DEMEA. 
fuus bercle ver 6 ff animo , (f naturâ pater; 
Qui te plus quàm oculos bejfce. Sed eur non dmm 
Uxorem quafo aircejjts f 

^SCHINUS. 
Cupio: veràm boc mibi mora ejif 
Stbicina 9 ^ bymenœum qui content. 
DEMEA. 



Vin' tu bui$fem aufcultare? 

MSCHINUS. 
Quid^ 



Eh^ 



m 



RE M A H (i.U E S. 

%. MiSSâ HfiC FACE , HYxMEN^UIiff , TURBA8 f 
aLAM?ADAS, TIBICINAS]. Envûyez-Mâi prùmerer ch 
thémtturi tthiménée , ces joueufts dt fl%U , ces fiam^ 
iteauxyiy toute tettt feule. Tout cela accom^agnoit 
la nouvelle marine dans la maîfon de Ton mari. Im^ 
Àïen a parié de tout cet attirail , & |e croîs qu'il a pr» 
ce paflage dfi Mén^ndâ-e ^ quand U dit^ %oà «vAvr^f- 



dby Google 



Sc.V. LES ADELPHES. 433* 

ACTE C I N Q^U I E M E. 

S C E N E V. 

ESCHINUS. DEMEA. SYRUS* 
G E T A. 

ESCHINUS. 
P N vérité ils me font mourir; en voulant ftî- 
*^ re mes noces avec trop de cérémonies & dé 
formalités , ils empioyent tout Iç Jour en pr6L 
paratifs. 

DEMEA. ^ 
Hé bien» Ëfcbinus, que fait-on? 

ESCHINUS. 
Ah? vous étiez- là, mon père? 

DEMEA. 
Oui aflUrémetît, je fuis votre père autant par 
la teodreflè-que par la ftature; car je vous aime 
^lus que mes yeux. Mais d'où vient que voui 
ne faites pas allet votre femme chez vous? 
ESCHINUS. 
Je le voudroîs bien >• mais la joueufe de flûte, 
"& <:eux qui doivent chanter l'hyménée , nous 
font attendre. 

DEMEA. 
Eco;xtez,yôuIez-vous croire ce bon-homme? 

.ESCHINUS. 
Quoi, mon père? 

^ DE- 

R E M A R CLU E S. 

fm^ » steù ^ipvÇûf y »») ùfAtveiiûf tchtretç rlfetç y Çf Ut 
Jêmeu/esdéflutesy iaf$ulede gens, ks tharUiWS (tki* 
'menée. 

NOTES. 

ft« M B, KCtaache iptum^ comme Fact«« 
T 2 . 



dby Google 



43^ A D E L P H I. Acx. V. 
D E M E A. 

Miffa bœc 'face^ 
Nymefmmt'turhas^ lampadas^ tthicitias.: 
lo Atqtie'banc in borto maceriam juhe dirui 

Quaraum poteji : banc tr ans fer , unam foc domum ? 

Ttflnsàicc (f matrem ^fatniUam omnem ad iw. 

JESCHINUS. 

Paier iepidijifl^e. ' 

DE M^ A. 
Euge, jam lepidus vocor. 
Ffatris^d€sfien$ perviœ : turbam domum 
15 Aiducet j fumtum admttteu multa, quîd meâ? 
Ego lepidus ineo gratîam: jubé nuncjam^ 
Dinumeret * ille Bahylo vigirUi minas. 
Syre^ cejjas ire^ acfacere? 

SI- 

♦ Vulg. itli. 

REM ^H ti^Û E S. 

15. JUBE NUNC JAM DimJMERtT ILLE BABYLO 
VIGINTI MINAS ]. Jl^is k propos f EJkbinuSy faitts 
tnftrtt que cet homme tout coujfu d'or doimi  tes hins 

fmfùn$<t ^c. Ce pailàge ne me paioit pas corrompu» 
cla conjefture de Donat.cH fort vcaifemblable. Il 
croît, que Déméa: açelle Mtcion, Bahylo , le Babylonien y 
poiu marguet £q& ucheflès & fa prodigalité, en fe mo- 
quant de lui ; car Babylone étoît en ce. tems la yille 
capîtate de VAJJyrtey & tout ce qu'il y àvoit de gran4 
& de magnifique , on l'apelloît Babylonien & Per/an. 
fîoraee , Per/ieot êdi , puer^ apfanfitus," Bahylo eiî donc 
ici pour le Roi de Bahy Une, comme on a dit Maeedê 
pour Aléxandr^^ Xa difficulté n'eft doac pas 'fur ce 
' - ^ mot 



dby Google 



Se- V. LE5 A DELPHES. 437 

D E M E A. 

Envoyez-moi promener ces chanteurs d'himé^ 
née, ces joueufes de flûtes , ces flambeaux & 
toute cette foule de gens; faites abatre au plus 
vite ce méchant mur qui eft dans le jardin. 
Qu'on porte par-là la nouvelle mariée , que les 
deux. mai fons n'en foient plus qu'une, & que 
la mère & tous fes domeftiques paûferït aufli 
chez nous. . 

ESC ai NUS.* 
^. L'on ne faurpit donner un meilleur confeil , mon 
'père: en vérité vous êtes un homme charmaût, 
D. E M E A, bas. 
Courage, on dit déjà que je fuis charmant, 
la maifon de mon frère va ôirre percée , toute 
la foule fe jettera là-dedans. Cela fera fur fes 
coffres, < & bien d'autres chofes ; que m'impor- 
te ? Je fuis un homme charmant , & l'on n^a 
de l'obligation. * Mais à propos , Efchinus , 
faites ^nforte que cet homme tout coufu d'or 
faffé un préfent de foixante pifloles à ces bons 
garçpns. ^Syrus , efl-ce que tu ne vas pas fai- 
re ce que j'ai dit ? 

SY. 



»► Haut. , ^ 

R E M A R Q^U E S. 



tn à qui 
jui avait 

que i^«-/ 
: à San. 
u'il faut 
ir a deJa 
)eaucoup 
les effets 
X Scènes 
de poi- 
oa-hoHi- 

pQUXVU 



Digitizedby VjOOQIC , 



438 A D E L P H I; Agt. V. 
S.TRUS. 

Quidergo? 

Dirm: 

TuMas, oW, f^ trmfduce. 
G E 1 A, 

Diitihi, Demcâf, 
%0 Stne faxint ^uum te video w^cefomliiB. 
2Îm ex anime hùum velle. 

D E M EA.^ 

Dîgtius arbimfif, 
Tp^uidaii-I ^ ^^ ^ 

jEs.c H I rrus. 

^ opiner, 

D E M E A. 

Multà reQlu' ejt;^ 
Quàm iUam puerperam nmc duci bue per viam ^ 
JÉgrotam,. 

M se H I NU S. 

Nibilenîmvidimeliusj mipateh- 

D E M E A. 

15 Sicfeleo. Sed eccum , Mîcîo egreditur foras. 

ACTUS QUINT US. 

S C E N A VI. 

MICIO. DE ME A* iESCHINUS. 

M I C I Ol 

y Ubetf rater ? uhi ejl,^ tu jubés boc^ Demeal 

R E M AR OMITES. 
19. Dirue: tu illas , abi, et transdhcej. 
Akatre ce mur : 6» toi , Géta , coûts Its faire venir par^ 
14, Dès que Déméa a parlé , Syrus part -pour alicc 
abatre le mur, & Géta, après avoir dit le? deux vers 
fttivaas. Ta auifi pom faiic YCflW: la maji^ pw le /arcwi. 



Digitized by VjOOQ IC 



Se, VI. LES ADELPHÏIS* 43^ 

S Y R U Si 
Quoi donc ? 

D E M E A. 
Abatre ce mur. Et toi , Cîéta , cours 1er 
fitire venir par-Iâ. 

G E T A. 

. Que les Dieux vous comblent de biens , Mon* 

fleur, puifque vous nous rendez de fi bons offices /- 

D E M E A. 

Vous le méritez bien. Que dites-vous de ' 

cet expédieqt, mon fils?^ 

I? S G H I N U S. 
Je le trouve fort bon. 

D E ME A. 
Cela eft beaucoup mieux que de porter par la 
rue une pauvre femme malade & nouvellement 
accouchée. 

.E S C H I N U S. 
En vérité , mon père, il ne fe peut rien de 
mieux imaginé. 

D E M E A. 
Cefl aînfî que j'ai accoutOmé de faire. Maïs 
voila Micion qui fort. 

ACTE C I N O UI E M E. 

S C H N E VI. ^ 
MICION. DEMEA. ESCHINUS. 
MICION. 

Ç'efl mon frère qui Ta ordonné ? & où eft-ce 

quMleft? Ah, mon frère, eft-il vrai? l'a- 

vez-vous ordonné ? DE- 

R E M A K OU ES. 

I. JUBET FR ATER].' Cift miri frère f»! fa tr* 

dçnnéf ^Kîw» ayant ?u abatre la mytmlie^ du jaidîit' 

PAt* 
NOTES. 
lî* Quid eitf après quelques MSS, 

T 4 



itizedby Google 



^io A D E L P ff I. Aot.. V. 
DE ME A. 

Ego verd jub'eo y (^bacre^ (f. oHis omnibus 
Quammaxume.m'imfacere nos bancfamiliami 
OlcrCi adjuvare, adjungere, 

JE se H I NUS. 

ba quafo, patgr. 
MI CIO. 
Hmid ûJi^cenfeo, 

D E ME A. 

Jm^ bercle ifa nobis decet, 
Srimàm bujus uxoris eft^mtder. 
MICI O. 

D E ME A. 

Tfoba Êf naiejta. 

MICI en 

ha aiunti 
DE M E A. 

Nom grandioTi 

M I C I O. 
Sch. 

D E M E A. 

Parère jam diu bœc per annos non-potejl\ 
NfiC, qui eam rejpiciat, quijquam eft^ fila eft. 

MI C I 0. 

Qfifl» bk rem aglt'^ 
DE- 

pat SfruSi comme Diméa l*ayoît ordonne dans h Sel- 
ne p:é-édente, ôe Syrus lui ayant dit que cétolt piï 
foa oïdce, il ei^ étonné d'un changemsnjç û ]pomU 



Digitized by VjOOQ IC 



fie. VL LES ADELPHES. 441 

D E M B A. 

Ooiaflurémentjer l'ai ordonné. Et en cela, 
comme en toute autre chofe , je fonhaite pas- 
fionnéraent d'obliger ce$ perfonnes , de les fer- 
vir, de nous les attacher, & de ne faire qu'une, 
même maifon de la nôtre & de la leur. 
E S C H I N U S, àMkUm. 
Je vous en prie, mon père. 

M I C I O N. 
Tene mV opofe pas. 

D E M E A. 
Et bien plus , je vous dis que nous y fommes 
obligés. Premièrement c'eft la mère de la fem- 
me de votre fils. 

M I C I O N. 
Et bien après cela ? 

D E M E A. 
Cell une brave femme, fort modefte& fort fagc». 

MICION.. 
On le dît. 

D E M E A. 
£llô a déjà quelques années. 
MICION. 
Te le fais. 

D E M E A. 
U y a lougtems qu'elle n'eft plus en âge d*à« 
voir ' des enfàns; elle eft feule, elle n'a perfoQ^ 
jie qui ait foin d'elle. 

MIGIOI^ 
Que veut-il faire? 

IL E M A R Q^V E ^. 

& a vient fur le Théâtre pour s!en édaircir. 
NOTES, 
4. ^/I .• fHidpâftear fur un MS. 
T s 



dby Google 



44«- A ETE L Pfl I: Agt. V; 
DEMEA. 

IP Hanc te aquom eji ducne , (ftc(feram9 at.^,\ 
ddre. 

M I C I O.^ 
M^ ducfn autfim^ ' 

D E M E A.^ 
Tt. 

M ICI 0.^ 
■ Me? 
D E M E A. 
Tf, inqmm, 
M 1 CI 0. 

Ineptîs» 
Lt E M E A.. 

Situjîsim9v. 

JE se H I NU S. ^ 

Mimer. 

MIC 10. 
Ottfi? tunutembunc^ ajiney mtfcuUas?' 
DEMEA. 

tle^i aiiier mn poteft, 

MI CIO.} 
Déliras, 
MSCHINUS.: 

Sineteexorem$ ndp(Uer,r 
MI CIO. 
Infarùst cufer. 

D E M E A. 

Age y da veniam, * qu0f(r, fiio. 
Mk- 
* C«^ Abeff i vufg.. ' ' 

BL E M A R Q^U £,S. . 
X4. D A YEN I A ^ , (IVJES o , p 1 £ I o^.' Faim 
ê$^lat/tr à votre fils.. Cette façon de parler eft remar- 
qiiabie, tfarg vtmamh J^oifsfii^f tnrplai/tr^ffîri ànegrJte. 



Digitized by VjOOQ IC 



• Se; Vr, LES ADELPHEs; 443: 

D E ME A. 

W eft jufte que vous l'époufiez. Et vous 

* Efchiiius , vous devez faire tout ce que vous ^ 
ppurez pour l'obliger â le faire. 

M I C I O N. 
Moi Pépoufer, dîtes- vous? 

D E M E A, 
Ouï, vous. 

MI CI O N. . 
Moi? 

DEMEA. 
Vous-même, vous dis-je. 

M I C I O N. 

Vous radotez. 

D E M E A. 

Efchinus, fî vous avez de refprît» U le feia.' 

ESCHINUS. 
Mon père. 

M I C I O N. . 

Quoi donc, grand benêt, eft-ce^que to prends- 
garde à ce qu'il dit? ^ 
DEMEA. 

Vous ne gagnez rienr cela -ne peut être aiu 
frement. ^ 

MICION.- 

Vous extravaguez. ^ i 

ESCHINUS. 
SôuflFrezque j'obtienne cela de vous, monDèrc^'. 

M I C I O N. ^ 

Es-tu fou ? Ôte-tol de-Iâ. 

DEMEA. 
Allons, mon frère, feisps ce plaîfir-fâ à va; 
tre-fils. 

N o T B s. 

\ I^Mt fi, ôte gH^0, aptes qUelqaci US$9" 
T(5> 



Digitized by VjOOQ IC 



444 A D E L P H I; Acr. Y. 

M I C I G. 

Satrfamtf esi' 
ïîS Ego nùvusmaritus mm demum qumto (^ fexagt' 
Jimo 
Ftam^ atque anum decrepitam ducamf, idne eftis 
auQores mihi? 

jE^SCHINUS; 
Foc: promifi egi illis. 

M I C I 0: 
Promi/ii autem ? de te largîtef-^ pueK 
D E M E A. 
^e, quidi fi quid te majus oret^ 
MI C I Ch 

Quafijim hoc fit maxumum*, 
DEM E A. 
0a veniam, 

JE S C HI NU S., 
Ne gr avare, 

D E M E A.\ 
Foc , promittem 

MIC I Oi 

Nônminisi- 

JE S C H I NUS. 
10 Nîfi te exdfem. 

MI CI O; 

J^s efi bac quidemi 
D E M E A. 

jlge prolixe. y Mtctê» 
MI- 

^ E M JtK (i_U E S. 
lo. AG« prolixe, MiCio]. O^ligez-nêtÊé 
fkffëes M» hêut. Donat s'eft tromac à rezpJicatlon de 
cet advetbe prêUxi\ qfti iîgnifie d'un bo« \ Tautre , 
H comniej'ai uadaît, Jufym 49 hout^ 



dby Google, 



Se. VI. LES ADELP^HES. 4^ 

M I C I O. N. 

Etcs-vous en votre bon-fens? moi nouveau 
Biarié à foixante & cinq ans ? & époufer une 
vieille décrépite? Me le confeilieriez-vous?, 
E S C H I N U S. 
Faites-le, je vous prie, je leur ai promis. 

M I C I O N. 
Oui ? vous leur avez prx>mis? difpofez de 
vous, mon petit mignoui 

Û. EJM E A.- 
Allons, faites ce qu*il vous demande; que 
fisroit-ce dpnc s'il vous demandoit quelque cho* 
fe de plus grande conféquence! 
M I C I O N. 
Comme s*il y avoit rien de plus grande coq* 
féquence que cela. 

D. E M E A. 
Accordez-lui cette grâce» 

E S C H I N U S. 
Eh, mon père, ceflTez d'avoir de la répugnant 
ce à nous faire ce plaifîr. 

D E M E A. 
Dépêchez, promettez- le nous. t 

M I C I O N. 
Ne me laifleras-tu point? 

ESC H IN us; 

Non, que je n'aye obtenu cela de vousi 

M I C I O N. 
En vérité c'eft là une violence. 

D E M E A. 
Atloi^, mon frère, obligez^nous jufques^ an 
bout. 

MI- 

NOTE S. 

U. Quajift h%c »0», fans autorit^é 
' ift, Omittithf compte les plus anc, MSS*. 



dby Google 



^^5 AD EL P H i; AcT. Vf 
MI CIO. 

Et fi hoc pronom, ineptum^ ahjurdumi atque alk-- 

num àvitd meâ 
mdetur: jî vos tantopere ifthuc voîtis, fiai. 
M S C H I NU S. 

Bènefacist' 

MeritS amo te. « . , 

t DE ME A.\ 

Verùm quid ego dteûmf hoc cùmfif quod voit. 
Quid nunc qml refiat? Hegio cognaim bis eji 
• proxumus^ 

as Jjfinis noHs, paupen bene nos laîiquid facere tlh ^ 
decet. 

MIC 10. 

jigelli èft htcfiih urbe paiâulum^ quod lockas^^ 
foras ; 

Pauîulum ii outem ? 
D EME A. 

Simtiîtumfietf ^ 
Fàcîundum eft : pro pâtre huic eft , bonus eft^ nos- - 

ter eft 9 rkiè datur 
Poflremb , non meufn illud verbum facto , çiod • 
tu y MiciOf 

30 Bene 
REMARQUES; 

12. SI vos TANTOPERE ISTHUC VOLTIS, ÏIAT]. 
$t vd%s li Af4^f^ iwfc tant ^ardfort h U vtux. Il 
'paroît ridicule que Térence faffe confentir àinfî Michn 
\ À marîei à foixante & cin^ ans, & l'on ne peut pas 
èbte que cela ne fqit au moins fprt outré. Mais ce 
Poète a voulu faire vc^r par-li le ilëfaut de ces bontés 
iotes & exceflîve^: elles portent toujours xreujt qui les 
oiit,k faire des f<*dfés,dont U fèut qu'ils fc repentent 
oécéflairemW* -• "^ 

%9n f 09X&£m6 NOIf J^VM UAm TSIIIUM FA- 



CIQ 



1 



dby Google 



Se. VI. LES ADELPHES. 447^ 

M I C I O N. 
Quoique cela me paroifle impertînent, fot,\ 
ridicule, & entièrement opofé à la vie que j*aî ] 
toujours menée, fi vous le fouhaitez. avec tant i 
d'ardeur, je le veux. 

ESC H IN US. 
Je vous fuis bien obligé, mon pèfe; que j'ai i 
de raifoQS de vous aimer! 

D E M E A. 

Mais quoi ? que dirai-je encore ? puîrqu*oa 

fait tout ce que je veux; qu'y a-t-il encore? ' 

Hégîon efl leur proche parent & notre allié; il . 

cft pauvre; nous devons lui faire quelque bieû^i 

M I C I O N. 

Eh quel bien? 

D E M E A. 
Vous avez ici près dans le feuxbourgon men- 
diant petit coin de terre que vous affermez ji i 
je ne fais qui, donnez-lui en la jouiffance». 
M I C 1 O N. 
Un méchant petit coin de terr^? 

DE ME A. 
S*il cft grand, tant mieux; il ne faut pas lais^ 
fer de le lui donner :il tient lieu de père à Pam« 
[Hiila, il eft honnête-homme, & notre allié, on 
'ne fauroit mieux faire. Enfin , mon frère, ne 
croyez pas que je veuille m'attribuer le beau 

ÏÙQt 
R E M A R Q^U E S. 
CIO, 8cc. ]. Enfin y mûn/rérty nt croyez pat fUi Je 

vemU 
NOTES. 
2}. Mérita tuù te Amoi ventm^.^zns la bouche çle 
Dëm^a; qti.id t ditis celle de Mi don,, de même que 
qt^nuncf ^idireftatf tout cela fans autodt^, hou 
. ^md refiat f \ . ^ 

24. Hegio hie eft his cognath^ fans autorité. 
26, Pauîumy poui' paululum ^ aj)rès un MS. Faenu 
' 27. Paulum id 4mtm efii roitkm ,dsM un AtS, 



dby Google 



4+8 A DE LPHI. Act. V. 

jo Bene f^fapîenter dixti dudum: Fitium communs 

QuècT nimiùtn ad rem. in feneSti attenti Juim.: 

banc maculant nos dccet 
Effugere: di&um eji verè^ 6? n iÈfdfieriopom, 
Micio^ 

MICJO. 
(>éidijlbic^ dabîtur, quandoquidem bicvoU^ 
JESCHINUS. 

Mi f attf. 
D E ME A. 
JSunc tu vdbi germanus espariter corporc ^.aninti* 
MI CIO. 

D E M E A. 

35 ^ fibî gladio buncjugulô. 

ACTUS qUINT US- 
S C E N^ À VIL 
SYRUS. DEMEA. MICIO- 
iESCHINUS.. 
S r RU S. 
PAQumeJl, quodjuJpJU, DcnM' 
^ DEMEA.. 
Tmgi Imo es. Ego edepol bodic med quiim /«» 
tenxid^ ^ ., 

R E M A R Q^U E s. 

^uilU ntattrlhmr li btawmot qût vaus mâVizU*^^ 
ditfifagtmtnt. On a donne \ ce paflàge un autre lei 
«ne celm que jVi ftim-dans ma tradu^on^, c»ron. 
«U que Démia difoit : Enfin je ne veux pas f» **f*' 
Jt m*ApU^utr le mot que vous diftez tantôt. Je ^y^ 
^ijjue ce tBêt pniffe m entvenifi Mais ce fciis-w c 
^tmit pai la fuite» ^ 



dby Google 



u*J>KT.. jLC.V. S 



". se. VIZ. 2!mt.;t..n^.^é 




Digitized by VjOOQ IC 



^ 



Digitized by VjOOQ IC 



Se. VJI. LE5 ADELPHES. 44g 

' mot que vous avez tantôt dit fi fageuirent, c*eft 
vous qui en êtes Tauteur ; le iéfaut le plus ordi- 
naire de tous les hmmes , c*efi déùre trop attachés 
au bien quand Us font vieux» Nv/us devons évi- 
. ter cette tache ; rien n'eft plus vrai que ce boaa 
mot, nous devons en profiter. 
M I C I O N. 
Que faire? il n'y a pas moyen de s*en défen*» 
dre, puifqu'il le veut. • 

E S C H I N U S. 
Mou cher père. . . 

D R M E A. 
Cèfl préfentement que nous fômmes véritable- 
ment frères par la nailTance & par les fentim^ns. 
M 1 CIO N- 
Jen fuis ravi. 

D E M E A; 
J^ le tue de fes propres armes. 

ACTE CINQ^UIEME. 

* S C E N E VII. 

SYRUS. DEMEA. MICION. 

ES C H.I NUS» 

SYRUS. 

•Vf Onfîeur, f ai fait ce que vous m'aviez com- 

^^^ mandé. 

DEMEA. 
Tu e^ un brave homme. Pour moi ep véri- 
té 

NOTES. 

2S. Si ^uUumft f tamsH>, Cmyant qvitlqnts tnç, MSS» 
Faem, . 

29. NunCy pour Kon^ après an MS. 

33. Dabituf ûuidem y quandê bie vàlt ^ danstoui 
les MSS. 

3+. Nune tu mihî^ au v. procèdent, Mciài n gm^ 
méims^ touc cela uns autorité. 



dby Google 



450 ADELPffI; Acr. V. 

^udko Syrum fieri œquvm lihemnu 

MIC 10. 

ipbtmcUbnumV 
'^dnamob/aSum? 

DEM E A. 

Malta. 
S T RIT S. 
tiBJliT Demea^ edepol vir honu* esr 
$ Ego ijlos vobis ufque à pueris curavi ambùsfeduUi 
^ . JDocid, mmii^ bene prtteepifempêr, fwpapm, mm. 
D E M E'A. ^ 
Res ûpparet ; & qtcdem porto bac , oh/mare cumfiie, - 
Scortum adducere, ûpparare de die comivium: 
' Km mtdiHrk hminit bac.fitrtt officia. 
STR US. 

Olepidum copiai 
D E M E A, 
10 Pojlremi bo:ite in pfaltrid ijld emmdd hic adjuiùr 

M» 
' Hlccuravit:prodeJJeaqmmeJl:aliimeliorei erunt: 

De- 

R E M A R Q^U E S. 
J. TSTHTWC WBERtJM? QyoONAM OB TACTOM]? 
Z*l en liberté t 6* potir (fuelle alfitH"]? Car félon U 
formule des affr^ichUTctaeiw , il faîloit miiquct 1^ 
zatTons pour Idquelles on mettoît un ei^lâve tn Uberrc 
7. ObSO^ARE CUM F IDE]. Tu iCor-jàmai^ 
ferré la mule. Mot à mot acheter fidèlement. C'cft 
une contre- vérité. On s'eft trompé à ce pîflà^e, w 
fôparant cum fide du veibe •hftnsrty & en Je joignant 
jincc h fuite. 

K Appara&x de die co»vivium]. ,^ 

l^ 



dby Google 



Sa. VII. LES^ AETELPHES. 45t. 

té je fuis d'avis , & je trouve <ju'il eft jufle q\x*tm 
jourdhui on mettre Syrus en liberté. 
MI CI ON 
Lui en liberté? & pour quelle aflîon? 

D E M E A. 
Pour pUïfîeurs. 

SYRUS. 
Oh notre cher Déiuéa, ma foi vous êtes un> 
bon- homme ; vous favez bien aufîî avec quel 
foin je vous ai élevé vos deux enfans dès le bé- 
guin ; je les ai enfeignés , je leur ai donné des^ 
. con feils, des préceptes , j'ai fait tout Ja mieux ; 
qu*il m'a été poffible. 

DE M E A. 
On le voit bien , tu leur as rendu même d*a«i- 
1res fervices , tu n'as jamais ferré la mule fur 
ce que tu as acheté pour eux, tu les as tou;ours 
fort bien fervis dans leurs amours , & tu as eu. 
ft)in de leur tenir toujours le feflin tout prêt 
dès le matin; ce ne font pas là aflUrément le«; 
aftions d'un homme médiocre. 
SYRUS. 
Oh le galant homme que vous êtes! 

D E M E A. 
De plus, il a aujourdhui aidé à faire le mar- 
ché de cette chanteufe , c'eft lui qui a pris foin » 
de tout; il efl: jufte qu'on l'en récoinpenfe, les 

au* 

a P M A R Q.U ES. 
Uar tenir toujours le fefiin prêt dès U matin. Le dUg^ 
c*eft-à-dire dès Je nntin , avant midi. 

Fvs citnvivia fumptûofa lautè de die fi^itis» 
Vous, faites des feftins magnifiques en plein Jour, Ce quî 
étolt, c5mme j ai dé/a dit, une véritable débauche. 
IXéméa dît cela parce qu'il Its avoit trouvés à table 1« • 
matin , & Syrus même a dit dans la II. Scène de 
l'Afte IV, Prandiam corrumpitur ^ le dîner fi gâte, 

II. AlïI melioRES ERUNT]. Les autres eti 
ftrm. mteêx kêt dfvcir^ C'çft une mwime de Caton ^ , 



dby Google 



4^2 A DE L P H L AcT. \ 

Brique bic vok fieri: 

M 1 C I O: 
^ Vin* tu boc fieri? 
JËS C H I NU s: 
Cupio. 
Ml c l Q. 
Si quidem 
ïu vis, Syrûy ebo accède Bue ad ine^ liber eflL 
S TR US. 

Bene facu.^ 
Omnîbu^gratiambabeo, (^ feorfumtibi pratereot 
Demea, 

' D E M E A. 
1% Gaudeâ. 

JE S e H I NU Sr 
Et ego. 

S Y RU ^. 
Credo. Utimm boc perpetuum fiai' gttudium^ 
Fbrygiam ut uxorem meam uHà mecum videamn- 
beram. 

D E ME A. 
Optimam quidem mukierem. 

S TR U S. 

Et qnid<fm nepoti tu& bujurjilîê 
Ibdiâ pfimam tnammfim dédit bac. 
D E M E A. 

Hercle verèferi. 
Si quidem primam dédit ^ baud duhium quin evùtti 
œquomfièt, 

M I C I Oi 
90 @b eamremf 

m 

R E MA R Q^U E S. 

qui dans le Chapitre des devoirs d*iin Fermier dit; 

. J^ro hentficto grattam Ttftrat, ut aliis rtEti facere /»• 

ktst* Hfyut quil réiompenfe fis vakts^ ^ani iis9§i 

Ha- 



dbyG00gl(i 



) 

c/VlI. LES At)ELPfiËS. 45^ 

litres en feront mieux leur devoir, d'ailleurs 
ï ^is fur qu'Efchinus le veut. 

MI CI ON. • 
Eft-il vrai, mon fil»? le vmilez-vous^? 

E S C H I N U ^. 
Tfe le fouhaite fort. 

M I C I O N. 
Puifque cela eft iinfi, hola, 'Syrus, aprochot 
î te meta en liberté. 

S Y R U S. 
Vqus av:ez bien de la bonté, Moùûevir. Je 
rems remercie tous en général, ♦ & vous en 
)articulier, Monfîeur. 

D E M E A. 
Tai bien de la joie de te voir libre. 

. ESCHINUS. 
Et^moi auIC. 

S Y R U S. 
J'en fuis perfuadé. I*lût à Dieu 'que ma joie 
fût entière , & que je vifle Phrygia ma pauvre 
femme mife en liberté auflî i)îei) que moi. 
D E M E A. 
Ah en vérîtë c'efl: une fort brave-femme. 

S Y R U S. 
Cefl: elle qui-^ujourdlwi a donné la première 
à teter à votre petit-fils. 

D E M É A. 
t>h en^bonne foi, û cela eft^ il eft jufte de 
TafFranchir. - - 

MIC ION- 
Comment? l'afFranchir pour ceUf 

DE* 

* A Dcmca. . . . - 

; H E M A R Q.U E S. 
bien ftéff afin qut cela donne envie aux autres de hîenfairim 

N O r É \i ^^ . , 

•^9 . Prima • - - dtékimofi , apt«s k». indllduri ^tc }m . 

pUs anc. Aï S S. 



dby Google 



454 A D E L P H L Act. t. 

D E ME A. 

Oh eam: pcfitemh à me argentum, fiunTi 
eft, Jumit0. 

s'ir RUS. 

DU tS?if Demea, owinesfemfcr «ania tfUia «^ 
Tant. 

M I C IQ. 
Sjre: proceffljli bodiepidcrè. 

D E M E A. 

Sifuidem pêrro^ MUi9, 
Tu tuum qfflciumf actes i atqtu buic alifuid fak- 

lum prit manu 
Dideris^ undeutmwr: reddH Ubi citii. 

M IC 10. 

IJiboc vUius. 
JES C H I N U S. 

#5 Brugi hm0 eft. 

S TRU S. 

Reidam bercle : da modh, 

MSCHINUS. 

" . " ^fg"*» paitr. 

MIC 10. 

PQftetmfiùm 

D E ME A. 

Facia. 

S r RU S. 

O vif eptime. 
JE S C H I NÛ S. 

O pater mi fefiiviffimi. 
M I C I O. 
V^^i^^Vmrestmrepentcmorcstmavittm} 

QuU 



Digitized by VjOOQ IC 



Se. VIL LES ADELPHES. 455 
D E M E A. 

Oui fans doute , pour cela. Enfin fi vous 
voulez, je vous donnerai ce qu'elle vaut. 
S Y R U S. 

Que les Dieux acccmpliflent toujours tom 
vos fouhaits, Monfîeur. 

M I C I O N. 

Tu n'as pas mal fait tes atffaires aujourdhoi, 
Syius. 

D E M E A. 
Cela eft vraL, mon frère , pourvu que vous 
faffiez votre devoir , & que vous lui mettiez un 
peu d'argent entre les mains ,• afin qu'il le faflTe 
valoir, & qu'il ait le moyen de vivre i il vous 
le rendra bientôt. 

M I C I O N. 
Je ne lui donnerai pas un fétu. 
E S C H I N U S. 
II eft honnête-homme, je vous en répons. 

S Y R U S. 
Sur ma parole, Monûeur, je vous le ren- 
iai, donnez feulement. 

ES CHINUS. 
Allons, mon père.- 

M I C I O N. 
J'y penferai. 

D E M E A. 
Il le fera , ne vous mettez pas en peine. 

S Y R U S. 
Ah, que vous avez de bonté l 

E S C H I N U S. 
. Ah, mon père, vous êtes le plus galant hom- 
me du monde. 

M I C I O N. 
Qu'eft-ce donc que ceci, mon frère? & quï 



dby Google 



45^ AD E L P fi I. AcT.V. 

^uodprolubium! qua iftbacfubîta efi largitasJ 
D E M£ A. 

Ut ïd ojlenderem , quàd te ijli facUem fef feftivum 
putmt, 
30 U nonfieri ex ver à vhdy neque adeo ex (zqfio éf 
hono: 
Sed exûjjemando , induîgendo , (^ lar'giendo, Micio. 
Nunc adeo , fiob eam rem i9obis ^ea viPs invifa 
eft^ Mfcbine, 

Quia non jujla injujla prbrfus omnin o^nnino obje* 
qmr, 

Miffa 
K E M A H Q^U E S. 

' i«. QyoO* PaOLUBIUM ! Qpx ISTHiEC SUBITA 
tARÔiTAS]! Quelle profu/Ion! 'quelle proisgalît^ fi 
JuhiteîCt paiTage eft pris d'une Comédie de Cécihus: 
-QMêJ proluvium , qtut vîuptas , que te laifat lofiifssf 
Mais dans l'un il y a pMlahmmj qui ûgm&e caprice ^ 
fantàifie^ & dans l'autre proluvimn^ qui fîgnifie ^»/»- 
fton. Je croîs pourtant que Téirence avoît mis ^ro/»- 
wum; ie trouve ce fens-la meilleur, ôc c'eft celui que 
rai fuivi dans ma tfââuftion. Il me femble même que 
j'ai obfcrvé que proluhlum, fe dit plus oïdinaiiement 
des femmes. Accius dans V Andromède : 

Mttltehi^ ingemum , proiubium y oeta/tOj 
' Vefprît d*une femme, la fantaifie^ ïoccafiw; 6* dans 
LahérktSf proluhium meretrîch, 

QjJ m 18THJEC SUBITA EST LARGITASl! 
Quelle prodigalité Jt fubite ! Largitas & largitio font 
deux termes dififérens. Largitio marque raftion de ce- 
lui qui donne , & lattgiias déiîgne Thiclinrftion ^ le 
penchant qui^porte. à donner. 

31, NONC ADEO , SI Ofi EAM REM VOBIS VITA 
MCA. INVISA EST , /EsCHINE]. PréfintemeiU donc f 
IJciinnSiJi nm mamérede vie vttw eft odieu/e. Voila 



dby Google 



Se. VII. LEÇ ADELPHES. 457 

a pu Cl promtement changea votre humeur? 
Qjuelle profufion! quelle prodigalité fi fubîtel 
DE ME A. 
Je vais vous le dire; c'efl que j*aî voulu vous 
feîre connoître que û nos enfans vous trouvent 
fî'doux &: fî aimable, ce n*eft pas que vous vl- 
vîez comme vous devriez vivre, ni que vous 
agilfîez fielori Téquki & le bon-fens ; mais c'eft 
que vous êtes indirigait, que vouaJeur foufFrez 
tout , & que vous leur donnez tout ce qu'ils 
démandent. Pféfentement donc , Efchinus, il 
ma manière de vie vous eft odieufe, parce que 
je ne fuis pas d'humeur de vous accorder tout 
ce que vous voulez, juftè ou injufte, je ne me 
mêle plus de votre conduite ; dépenfez, ache- 
tez, faites tout ce qui vous viendra dans Tes* 
prit, je ne vous en parlerai de ma vie. Mais 

fi 

RE M A.R Q UES. 
T>êméd qui revient \ fon caraéïère, & Térence a fort 
bien conduit cela , pooi faire ?oir que s'il s'etoit fi 
fort radouci contre fbn naturel , il ne Tavoît fait que 
pont faire connoitre à -Ton frère, que la complaifan- 
ce aveugle qu'il avoir pour fès enfans , étoit la feule 
caulè de Tamolir qu'ils avoient pour lui, & qu'il n'eft. 
pas difficile d'en être aimé, quand on veut s'éloigner 
en leur faveur des règles de la morale & de la vérita- 
ble honnêteté. Les caradèces opofés de ces deux fié'* 
Xds^- & les inconvéniens qui en arrivent, montrent 
parfaitement aux pères le millet; qu'ils •doivent tenir 
pour l'éducation de leurs enfans, entre la trop grande 
lëvérité de l'un , & la trop grande douceur de l'autre. 
C'eft le parti que prend enfin Déméa , en prenant 
diez loi cette chanteufe dont fon fils étoît amaareiur«- . 
Cette complaifance que ■ nous, trouverions anjourdboi 
fart criminelle , n'avoir rien de condamnable chez 
les RomuUnSj qui n'étoient pas afièz éclairés poiK cm ^ 
connoître J& «^fant. 

N O T B S. 

SI. M. B. ôte eye^ r&T.^UX MSS. 

>7* 0.^"^ 9 POUX mt* wïs autorité* 



dby Google 



453 A D EL PHI. Act. V. 

Mîffafacio^ effumîite, emitejaciu ^uod vohis iubrt r * 

35 Sed^fiidvoUis potHts, qucevûspnpteradtflefceraiam., 

Minu* videtisj mogîs imperifè a^itis .cmfulitis pth 

rum, 
H(BC reprebendère , 6? corriger e me , ohfecundare in: 

loco : 
Exce me , qui id faciam vohis. 

^^ TMy paterypermittimus;- 

BusfcisqwdfaUo opusejl. Sed defratrequidfiaf^ 

Sino;: 
4P Habeat : in ifthac finem faciaS;.' 

M S C H INU S. 

Ifihuc re&i. Plaudite.> 

REMARQ^UES. 

AO T S T« U C R E C T K ]. CfU eft très rat/bnnahU. 
l*âi fuivi ceux qui font dire cela ^taEfchhtus. ^*»^- 
i*eft pourtant pas àt cet aWs, il le fait dire à Micttny, 
& il rexplique d*un# manière fort ingénierie. Il lo- 
«ofe que Micion voyant la facilité qu a Déméa à per- 
mettre que fon fils Ctéfipbon giide cette chanteufe,, 
dît i/ihuc TêSèy en fe moquint de Diméa^ comme 
^'U difoit» voila mon homme qui vtent de me repro- 
cher que j*ai eu trop de complaifance pour ces leu- 
nes-gens, que je n*ai pas vécu comme un honnête- 
homme , & que je n*ai pas fuivi les règles du b<fii- 
fcns & de réquité, qui fait ici le Cenfeur, & qm dit 
\Xes cnfans qu'il n*a pour eux qu'une coœplailance 

' - TOMf SECUNDI FJNJS^ 



au, Google 



Se. VII. L E S A D E L P H E S. 459.. 

fi au contraire vous voulez que je vous repren-^ 
ne dans les chofes dont votre âge & la pafîîoiî 
avec laquelle vous les defîrez, vous empêchent 
de voir les conféquences & les fuites , fi vous 
voulez que je vous corrige , & que je n'aye 
pour vous qu'une complaifance de véritable 
père ; me voici , je fuis prêt à vous donner 
tous naes ùm& — - 

E S c M 1 IN u 5. 

Nous nous mettons entre vos mains, mon ? 
pète» vous êtes plus fage que nous, & vous fa- 
vez mieux comment il faut fe conduire. Mais . 
que deviendra mon frère? 

DEM EA; 

Qu'il ait cette chanteufe, & que ce foît là la t 
dernière de fes folies. 

E 5 C H I N U S. . 

Cela eft très raifonnable. Adieu, MeffiÊurs^ . 
bâtez des mains. 

RE MA R Q^U E-S. 

de véritable p'h^ : cependant il fouffre, une maîtrefl^ 
à fon fils dans fa maifon. Cela eu bien fin. Dans ce 
fens-là il faudioit traduire cela n'ifi pas^mal, vrai», 
mmu Et ce qui pouioît rendre ce lentiment plus vrai- 
femblable , c'eft qu'aparemment Micion devoit être 
en colère de ce €\\x'Efchmui dît à Déméa , tibî, pater, , 
permittimui. Nous nous mettons entre vos mains, 
nous nous abandonnons à vous , Ôec. En efiet cela, 
devoit Tofienfer. 

NOTE S. 

40. I/!buej.ice. dans la bouche âeMîehn^ cosattiH' 
Qooat l'a xemaïqué. Voy. la Rem* de Me. D« 

FIN DU SECONP^TOMJS^ • 



dby Google 



f 



Digitized by VjOOQ IC 



Digitized by VjOOQ IC 



Digitized by vSoOgle ' 






Digitized by VjOOQ IC 



dby Google 



dby Google 



dby Google