(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "The Letters and Dispatches of John Churchill, First Duke of Marlborough ..."

This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose legal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journey from the 
publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we have taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's system: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 



at |http : //books . google . com/ 



3k 2^/3. ^/A^ 




THE 



LETTERS AND DISPATCHES 



or 



JOHN CHURCHILL, 

FIRST DUKE OF MARLBOROUGH, 

FROM 1702 TO 1712. 



London : Printed by W. Glowii & SoMi, Stamford Street. 



THE 



LETTERS AND DISPATCHES 



OF 



JOHN CHURCHILL, 

FIRST DUKE OF MARLBOROUGH, 



FROM 1702 TO 1712. 



EDITED BT 

GENERAL THE RIGHT HON. SIR GEORGE MURRAY, 

CBAUD CKOaS or THE MOST HONOUBABLB MILITABT OBDBS OF THE BATH, AND OP 
seVEBAL fDKEIOlf OBDEBS; COLONEL OF THE BOYAL BEGIIIENT OF FOOT; 
OOTEBNOB OF FOBT OEOBOB IN NOBTH BBITAIN. AND MASTBB^ENEBAL OF THE 
OBDNANCE; FOBMEBLT Q0ABTHK1IA8TEB-OENERAL OF THE BBITISH ABMT IN 
THE WAB OF THE SPANISH PENINSULA, AND AFTBBWABD8 CHIEF OF THE OENEBAL 
STAFF OF THE ALLIED ABMT OF OCCUPATION IN FEANCE, COMMANDED BT FIELD- 
MABSHAL HIS OBACB THE DUKE OF WBLLINOTON. PBINCE OF WATBBLOO.Ac Ac. *c. 



VOLUME n. 



LONDON: 
JOHN MURRAY, ALBEMARLE STREET. 

1845. 



fiva^/j. ^ 5^ 



^RVARD COLLESE UMWIf 






A 



( y ) 



CONTENTS OF VOL. II. 



From March SIst to December SIst, 1705. 



Pag« 



Attack of Saar-Louis proposed — Acddent in the Meuse — 
Fortifications at Sierck — Irish Regiments in the French 
Senrlce — Divernon on the 8aar — ^Movements of the 
Enemy on the Moselle — Removal of Prisoners higher into 
Germany — Present of P&lm Wine to the Duchess of Ports- 
mouth — Conference with the Prince of Baden — Return of 
M. LeKheraine — ^Conference with M. Huguetan — Mission 
of Quarter-Master-Geperal Cadogan — Arrival on the Mo- 
selle of M. de Schlick — Dispatch of Agents to the Hun- 
garians — Collection of the Ttoops at Maestricht — ^Lame- 
ness of the Prince of Baden — Journey to Aschaffenburg — 
Becommendation of Colcmel Ivoy — Delay of Contingents 
— AipfanMch of the Prussians — Collection of the Troops 
in the Field — Letter from General Fleming* — ^Departure 
for Coblenz — Journey to Rastadt to confer with the Prince 
of Baden — Ajoetmon of the Emperor Joseph — Joomey to 
the Lines of Bibel fuid Stolbofibn— Fun4 for the support 
of the Ctwiinifii»r-P»niahmjMit for SmoggUjig-— Ifative 
nbJBcts in the Enemy's service — ^Apprehension of the 
French fior Luxembourg^— Reinforcements expected by M. 
ViUars — ^Evasion of a Commissary — Causes of Delay in 
offensive Opeiatpn9 — Order for the >Luch of t)ia West* 
phaliaips • 1— r65 

Passage of the Mossixe 49i^ I54AR • • 67 

VOL. II. b 



VI CONTENTS. 



Page 



Retreat of the Enemy to Betel — Route from Treves de- 
scribed — ^Want of Subsistence in the Country — Supply 
of Bakers— Loss of Pontoon Horses — Detail of Posts of 
Communication — Non-arrival of Contingents — Efforts 
to draw M. de Yillars to Battle — Enlistment of Irish 
Deserters — List of Fords — ^Danger from alarm in Hol- 
land—Designs of Marshals Yillars and Villeroi — Want 
of Horses and Ammunition — Assistance to the Duke of 
Savoy— Slowness of the German Contingents — Defence 
of Huy — Refusal to supply Bread to the Wirtembergers 
and Westphalians — Increased DifRculties — Severity of 
the Weather, and Desertion — Offer of Assistance to Mr. 
Howe— Want of Tent Equipage— Loss of Huy . . 69^102 

Mabch to the Meusb 103 

Want of Engineers by the Board of Ordnance — Causes of 
the March to the Meuse — Consequent Arrangements — 
Vexation at quitting his Position — Expresses from the 
States — Communications to the Dutch Generals — Opera- 
tions against Saar-Louis— Security of Treves — ^Advance 
with the Cavalry 105—121 

FoBCED Mabch to believe Liege . • 123 

Detail to Prince Eugene of his Disappointment, and De- 
termination to quit the Service— Orders to press on the 
March — ^Hopes of surprising M. Villeroi — Arrival at 
Duren ........ 125—131 

Retbeat of the Fbench fbom Liege . . 133 

Security of Trarbach, Coblenz, Rhinfels — Communicates 
Memoirs from General Fleming — Unaccountable Re- 
treat of M. d'Aubach — Preparations to re-capture 
Huy 136—141 

Retbeat of the Enemy into theib Lines • 143 

Retreat of M. d'Aubach covered — ^Treves garrisoned from . 
Luxembourg . . .... 145 — 147 

Siege of Hut bj the Allies ... 149 



CONTENTS. VU 

Ck>rp8 sent to the Upper RhiDe— Ftaa^rt for the Sieur 
Yarennes — Amount of Force on the Bhine — Disposal of 
the BL]atin»— Strength of Prince Louis— Present of 
Snuffboxes ...... . 151 — 161 

SUBBENDER OF HUT ..... 163 

^oppage of. Couriers — ^Recommendation of Lord Sander- 
knd — Letter from the Emperor Joseph — ^Burden borne 
b]r England and Holland 165—171 

FORCING THE FRENCH LINES .... 173 

Superiority of Army under Prince Louis — Advance to- 
wards Louvain — M. d'All%re sent to Holland — Move- 
ments of the Imperial Army — ^Failure of M. Villars — 
The Dyle— Want of Gunpowder by the Prince of Baden 
— ^Letter from the Prince to the Duke — Attempted 
Ftaage of the Dyle— Mediation for a Peace in the 
North — HI consequences of Councils of War — Change 
of Views in the Deputies — Necessity of absolute Com- 
mand — Pretext of P. Louis — Commandery of the Teu- 
tonic Order — ^Levelling the Lines — Project by M. Dopff 
— Lajring the first Stone at Woodstock — Order for col- 
lecting the Peasantry — Lines of the Canal at Bruges — 
Supineness of the Prince of Baden — Siege of Lean — 
Further attempt 179^215 

Maxch to the Soubce of the Dyle . . 2I7 

The Palatins— Money supplied to the Prince of Baden . 219—221 

Refusal of the Deputies to engage , • 223 

DisBf^Kxintment on the Yssche— Pass for Count Home — 
Chivas — ^Beinforcements to Prince Eugene — Junction 
of M. Confians from Germany — Letter from the Prince 
of ^Salm — ^The Duke of Shrewsbury — Disease in the 
Army — Exchange of M. de la Yalliere — ^Attack of the 
Lines of Haguenau — Detail for the Si^- of Leau — 
Countermarch of Prussians to Upper Bhine— Detach- 
ments of French Troops from Germany — Bejoicings for 
Success in Italy — ^Mission of Agent as to absolute Com- 
mand — ^Passage of the Lines of Haguenau . • 225 — ^251 



viii CONTfiinS. 

Page 
SuBftEiiD&k br Lbau ..... 253 

Benewal of Frusdan Treaty — Character of the Prince ef 
Baden— Death of the Duke of Zell— Difficulties as to 
the Prussian Treaty — Dismantling at Tirlemont — Pre- 
sent of Tokay Wine from th« Comtd da Sehliok — Omi- 
paign on the Saar — ^French Disputes in Exchanges — 
Letter from the Pensioner Buys — Journey to Vienna-— 
Retreat of M. de Yillars — ^Behaviour of the Palatins— 
Spain — Recommendation of an Irish Officer — List of 
Winter-Quarters — Declaration in Favour of King 
Charles — ^Good Litentions for the Cevennois — ^Trial of 
M. d' Aubaeh — Imperial Loan — Recommendation of the 
Sieur de Frbe— Protection for the Forest of Sofgnies — 
Recall of Prussian Troops from Italy — Saxon Infimtry 
— Conference with the Prince of Baden — Good state of 
Affiurs on-the Rhine — Renewal of the Prussian Treaty 
— Powers given by the States — Purchase of Saltpetre- 
Attack of Sandvliet-^Extension of Time to French 
Officers — ^Recommendation of tiie Sienr Castai^ne— 
Renewal of Pass for the Duke of Shrewsbury — ^Ddiv^ 
of Share of captured Cannon — Quarters for tlie Hessian 
Troops — ^Bishopric of Lubeck — Recall of Pnttsian Troops 
from the Rhine — Audience of the Emperor at Vienna 
— Attack of Gout — Congratulates the Lord Keeper — 
Advance by Merchants for Prince Eugene — ^Additional 
Pfdadns for Italy — ^Invitation by the Margrave of Ba- 
reuth — Principality of Mindelheim conferred by the 
Emperor — ^Arrival at Berlin — Copy of the Prussian 
Treaty— Difficulties in obtaiAing Winter-Quarten— 
Letters to the Electors— To the Landgrave and Here- 
ditary Prince of Hesse— To the Vice-Chancellor of the 
Empire — Renewal of Treaty for Lunenburgeiw— Qnar- 
ters between the Nagh and Moselle — Successes in Cata* 
Ionia — Vexation respecting the Winter-Quarters — 
Apology to the Elector Palatin-^Destitute CondftioA of 
Prince Eugene — Squadron fitting out iit Brert— Answer 
to the Duchess of Portsmouth-r-Suspected N^otiation 
for Peace unfounded — ^Draft of French Troops from 



COimENTS. ix 

Page 
Alsace— Belief by the Stalai foi* OnUdonk— Lunen- 

buigera reedved by the Electot' of Ite&ts-^lDstnictioiii 

for Count Leaehetaine^MlBsioii of the Peneiooer Bays i66'-^72 



t^OU jANtJAttT Idf TO JVht itH^j 1706. 

Qoarten for the LunenbuigeiB — Oraat by the Emperor — 
Seizure of Lubeck by the Dane^— Zed and Efibrto of 
Count Leacheraine— Exertions of the Queen for King 
Charles — ^Patents for his Principality — Payment of 
Arrears — ^Princess of Nassau^-Death of the Hereditary 
PrincesB of Hesse— Austrian Loan of 250,000/.— Propo- 
sitions from Northern Sovereigns — Bate of Interest for 
the Loan — ^Instrument of Subscription— Security for the 
Loan — Earl of Leven — Complaint against Hessian 
Troops — Letters of Exchange for Prince Eugene — Em- 
barkation of M. d'All%re — Price and Payment of 
Forage — Answer to the Earl of Galway — M. d'All^gre 
to go to Nottingham — Opening the Campaign — Bat- 
talion of Cevennois — Instructioiis for Lord Baby at 
Berlin^Difference between Mr. Howe and Mr. Craggs 
— Permission to trade with the Enemy — Compulsory 
CouTeyance of M. d'All^e— Difficulties in executing 
Prusnan Treaty — ^Bishopric of Eutin — Condition of 
Palatin Horse and Foot — Silence, of the Prince of Baden 
— ^Designs of the French in Spain and Italy— Private 
Treaties in the North — Orders to pay Beady Money — 
Commissioning of Children — Troops for Italy not to be 
replaced— Purchase of a Company in the Guards — Be- 
commendation of the Marquis de Paleotti— Propositions 
respecting Poland — ^Pecuniary Difficulties of the Queen 
— Orphans of Schmettau — ^Exchange — Horses lost by 
Disease — ^Difficulties with the Prussian Court — Begula- 
tions for supporting Discipline— Bemittance of Bills on 
Yenioe — Plan of the Prince of Baden— Answer to the 
Princess Sophia — ^Melancholy Beflections — Objections 
to Operations on Strasburg — Troops detached by the 
Enemy to Germany— Defers answering Prince Louis*s 



CONTENTS. 



Plan — March of Prussian Troops to Wesel — New 
Articles proposed by the King of Prussia — Siege of 
Barcelona — Ill-treatment of a Contractor for Horses — 
Complaint and Threat by the King — Disasters in Italy 
— Project communicated by M. Slingelandt — Capture of 
Alcantara— M. Buys — March of the English troops out 
of Garrison — Proposition to the Landgrave of Hesse — 
Communicates the Act of Succession— Misfortunes on 
the Upper Rhine — Intention to join Prince Eugene in 
Italy — Consequences of Prince Louis's Retreat — Aid 
sent to Prince Eugene — Prince of Baden's Letter — Zeal 
in the Service of the Electress of Hanover — Operations 
on the Moselle — King of Prussia — ^Letter from the 
States-Greneral^Exertions required from the Emperor 
— Commissioners for the Union — Continued Obstinacy 
of the King of Prussia — Order to Colonel Hompesch — 
Passage of the Dyle by the French — M. Bulow refuses 
to serve with Prince Louis ..... 



Page 



373—519 



BATTLE OF RAMILLIES 

Summons of Brussels . .^ . . . . 

Acknowledgment of Kino Chablss III. 

Transactions with the Landgrave of Hesse — MM. Grumb- 
kow and Du Troussel ...... 

Submission of Mechlin «a.nd Alost 

Memoranda of captured Property— March to Ghent — 
Hanoverians — Absence of Prussian Troops from Battle 
— Summons of Ghent and other Cities — Passage of the 
Scheldt at Gavre — Journal of Operations 

SURRBNDEB OF GhENT . 

Answers to Letters of Congratulation 

Summons of Antwerp 

Capitulation of the Prince de Vintimille — Answer to Mr 
Speaker 



Surrender of Oudenarde 




521 
529 
531 

533--535 
537 



539—549 
551 
553 
555 

557-r560 
561 



CONTENTS. XI 

P«ge 
Retam of fiaron de Schilde — Measures for the Surrender 

of Antwerp — ^Relief of Barcelona detailed— Inaction of 

Prince Lonis — ^The Lunenburgers .... 563 — 569 

SURREHDEB OT AnTWEBF .... 571 

Mr. Methuen's Letter — French Forces drawn from the 
Upper Bhine — Conference with the States — ^Prepara- 
tions fi>r the Descent — Arrival of the Prussians — ^Bom- 
baidment of Deodennonde — Sieges of Ostend and Nieu- 
port— March of Palatins to Yilvoorde — Necessity of 
Diversion on the Upper Rhine — Pecuniary Burden on 
the Que^ and States— Congratulation of the King of 
Spain — Augmentation of French in Low Countries — 
Protection fi>r Baron de Loe— Prospect of the speedy 
Reduction of Ostend — Purchase of Muskets in Holland 
— Precautions against the £lector of Bavaria — Congra- 
tulates the Earl. of Peterborough — March of Hessians 
to the Prince of Savoy--Security of M. de Tarazena— 
Movements of the Elector — Thanks to Cardinal de 
Lamberg- — Operations of the Enemy at Dendermonde — 
Removal of Camp to cover the Towns — Orders against 
Exactions from Peasantry — Suspected Persons at Brus* 
sels — Bombardment of Dendermonde — OflTer of Cavalry 
by the Deputies — ^Recommendation of M. de Pascal — 
Question of local Rank — Trenches opened before Ostend 
— Council of State for conquered Provinces — ^Lines be- 
tween the Scheldt and Demer — Marriage of the Prince 
Royal of Prussia — The Prince's Visit to the Army — 
Visit and Return of M. Villeroi — Prisoners — English 
Niins at Mindelheim — ^March of Hessians and Prussians 
— ^Lrish Troops — Case of M. de Voubonne— Interview 
with M. Hop— Council of State— MM. de la Motte 
and Delvalle — Commission from the Emperor — ^Manage- 
ment of the large Towns — ^Transmits a Copy of the 
Emperor^s Letter — Order on the Country of Waes — 
Recompense to Prince Charles of Denmark — M. de 
Natzmer — ^Alarm at Brussels — ^Visit to M. d'Auver- 
querque — ^Passport of the Earl of Albemarle — Depar- 
ture of the Duchess of Anjou • . » . . 573—669 



Capitulation of Ostend .... 671 

T)ie GommuBion — ^Arriyal of the Prince Boyal of Pnuw 
— Oetend — Arrival of King Charles in Madrid — Super- 
session of M. de Natzmer — ^Preeaiitioiii agaioflt the 
surprise of Brussels — Levies for the service of Eing 
Charles — Congratulation of the Electress of Hanover^ 
Spaniards and Walloons — ^Infringement on the part of 
the States — Reasons fbr declining the Commission — 
Emharkation of the Expedition — Complaint by the 
Council of Ghent — Appointment of M. Spaar to Os- 
tend — Preparations for farther Enterprises— Junction of 
M. Behbinder with Prince Eugene— To the King of 
Spain respecting Commission— Preparations to attaelc 
Menin 673— 704 



THE 

DISPATCHES 

OP THE 

DUKE OF MARLBOROUGH. 

FROM 1702—1712. 



To IfB. SECRETARY HARLEY. 
Sn, Harwich Road, Z\st March, 1705. 

I WENT on board yesterday noon, with the wind at S. W. and 
a &ir prospect of a good voyage ; but when we came to join the 
convoy in Owsely Bay, the weather being then hazy, the pilots 
would not venture out with the men-of-war, so that we were ob- 
liged to come to an anchor with all the transports, expecting to 
pursue our voyage this morning; but at five o'clock, the wind 
coming about to the N. £., and a strong gale with very foul wea- 
ther, forced us back. If it holds a day or two, I fear we shall be 
oblig^ to disembark the horses, in order to put in a fresh supply 
of water and proidsions, which must take up some days ; and in 
tbat case, if the wind should come fair in the mean while, I intend 
to proceed with the yachts, the foot recruits, and clothing, and to 
take two or three of the men-of-war, which I hope may be back 

time enough to attend the horse ships. 

I am, Sir, yours, &c M. 



To THE MARECHAL DE VILLEROI. 
MoHsiEDBy ^ lo, Haye, ce 15 Avril, 1705. 

Je me sers avec plaisir du retour de M. le Marquis de 
Monperrous pour vous assurer de mes tres-humbles respects, et 
vons marquer en meme temps le chagrin que j'ai du retardement 

VOL. II. B 



2 MAKLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

des vaisseaux qui doivent ramener de Bordeaux nos deux bataillons 
qui out ete faits prisonniers en Portugal. Le vent ooptraire les a 
retenus long-temps dans nos ports, mais il y a quelques jours qu'ils 
en sont partis, et je m'attends a ehaque moment d'apprendre leur 
arrivee en Angleterre. 

Quelques amis en partant m'ont prie de vouloir m'employer 
aupres de yous pour ua passeport j^ur le Sieur Philippe du Ruel, 
un de nos comediens, qui souhaite aller a Paris avee sa fenmie 
Elinor du Ruel, Catherine de Mayers, et Jean Porwell, pour se 
perfectionner aupres de leur ancien maitre. Vous m'obligeriez 
beaucoup, Monsieur, de me le faire tenir, et j'aurai soin qu'il leur 
soit rendu ici a Teiur arriy^ d'An^terre. 

J'ai rhonneur d'etre avec une veritable passion et respect, 

Monsieur, &c M. 



To THE ELECTOR PALATIN. 
MoNSEiGNEDB, A la Haye, ce 15 Avrii^ 1705. 

Le Comte de Lescheraine, qui aura Thonneur de remettre a 
V. A. E. cette lettre, lui apprendra en meme temps combien la 
Reine ma maitresse est sensible du zele et de Tempressement que 
V. A, E. fait paraitre dans toutes les occasions pour le bien de la 
cause commune, et lui expliquera aussi ce que sa Majeste tSche 
de faire de son cote pour mettre tout en mouvement et meriter la 
continuation de son amitie et de son estime. II me fera aussi la 
justice de representer a V. A. E. les soins et Tapplication que je 
me donne partout ou il s'agit de ses interets, dont je la supplie 
tres-humblement d'etre persuadde. Pour ce qui regarde les 
operations, et ce qu'on a concerte jusques ici pour la campagne, 
Elle voudra bien permettre que je me remets k ce que M. de 
Lescheraine lui apprendra de bouche ; et comme il est absolument 
necessaire que M. le Prince de Bade soit aussi fidelement instniit 
de mes sentiments, je supplie V. A. E. de vouloir bien lui per- 
mettre de passer outre, et d'instruire S. A. de meme, afin que, s'il 
etait possible, il put revenir ici au plus vite me faire rapport des 
sentiments de V. A. E. et de ceux de M. le Margrave avant mon 
depart de la Haye. C'est la confiance que j*ai dans la fidelite et 
I'habilete de M. de Lescheraine qui m'induisent a lui donner toute 
cette peine, ne connaissant personne qui puisse si bien s'acquitter 
de ces commissions ; et je me ftatte que V. A. E. ne le desapprou- 

vera pas. 

Je sots, tr^reBpectncoflement, Monseignear, &e. M. 



1705.] ATTACE OF SAAB^LODIS FB0P06ED. d 

To THB PRINCE OF BADEN. 
UomnBom, A la J9ay«, ce 15 AarU, 170S. 

Le General Dopff m'a rendu la lettre que V. A. m'a £But 
lliooiieiir de m'ecrire, avec k projet qu'Elle lui a confie. J'ai en 
raone temps appris avec un yeritable plaisir les sentimeQts ou 
V. A. ^tait a mon ^[ard, et la supplie tres-instamment d'etre per* 
soadee qu'il n'y a rien au monde que je iie &s6e pour meriter la 
eoutmuatioii de Bon estune, me faisant une satis&ction tres-grande 
par avance de lliomieur que j'aurai d'etre avec lui oette cam* 
pagne. M. le Comte de LeBcherainey qui aura celui de lui re- 
mettr^ ma lettre, lui expliquera en meme temps mes intentions 
tout an long. Je la suppHe aussi de donner entiar credit a tout oe 
qu'il lui dira de ma part» particulierement en ce qui s'agit des 
operalions, que je souhaiterais de tout mon coeur que V. A. fnt en 
etat de eommenoer avant que je fuase k portee, et oela par I'ai- 
taque de Saar-Louis, s'il se pouvaity on qnelque autre entreprise 
qui put se termini rers la mi-mai, quand j'espere pouvoir etre 
pret a la joindre ea cas de besoin. Cela appartendt une gloire et 
applaudissement general a V. A., ou je prendrais plus de part que 
personne. «rai prie Monseigneur TElecteur Palatin de Touloir 
permettre a M. de Lescheraine de me venir fisdre rapport au plus 
▼ite des sentiments de V. A.» dont je la supplie de Youloir bien 
rinstmire tresreacactementy afin que je puisse etre d'autant mieux 
en etat de seeonder ses desseins, ne chercbant rien avee plus d'em- 
pressement que de lui pouvoir temoigner par des efiEets que per^ 
Sonne n'est avec une plus veritable passion et reapeot que je suis, 

MoDsieiir, de Totre Altesse, &c. M. 

P.S. — Si voire Altesse veut bien me marquer I'endroit qui lui 
sera le plus commode pour que j'aie I'honneur de m'aboucher avec 
EUe, je m'y rendiai au j^WKtot avec beaucoup de plaisir. 



To THE COMTE DE GRAMMONT. 
MomEOB, A la Haye^ ce 16 Avrilt 1705. 

La vue de M. le Marquis de la Valliere, qui aura Thonneur 
de vous remettre cette lettre, doit vous assurer de nouveau com- 
bien je defere a vos ordres, et que je tache par tons les moyens de 
meriter la tabatiere; mais j'avoue qu'elle doit vous etre trop 
chere pour que j'ose me flatter que vous voulussiez vous en defaire 
a aucim prix. Tout ce que je vous demande, Monsieur, est la 
continuation de I'honneur de votre amitie, et que vous soyez per- 
duadee du respect tres-sincere avec lequel je serai toujours, 

Monsieur, &c. M. 
b2 



4 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To THE COMTE DE NOYELLES. 
Monsieur, A la Haye, ce 17 Avril, 1705. 

J'ai re^u en Angleterre rhonneur de votre lettre du 25 du 
passe, et depuis mon anivee on m'a rendu eelle du 8 du courant, 
auxquelles je ferai toute I'attention possible pour tacher de vous 
aider en ce qui est le plus pressant, et de trouver quelque sou- 
lagement pour les hussards. 

M. le Grand Pensionnaire m'a aussi remis votre memoire, but 
lequel vous pouvez etre assure que je travaillerai de mon mieux 
pour que vous soyez entierement satisfiiit sur vos demandes ; mats 
il y a une affaire ou j'aurais bien souhaite votre avis, c'est pour 
savoir si nous ne pourrions pas, d'abord que les troupes com- 
menceront a s'assembler, entreprendre Tattaque de Saar-Louis, et 
les dispositions qu'il faudrait faire pour cela. La prise de cette 
place nous serait d'une grande utiUte pour pousser nos desseins, 
ainsi je vous supplie de me faire reponse au plus vite. Je serais 
bien aise, si cela se pouvait, de la recevoir avant de quitter la 
Haye, pour pouvoir d'autant mieux prendre mes mesures avec 
MM. les Etats ; en attendant il n'est pas besoin que je vous re*- 
commande le secret. 

J'ai vu ce que vous ecrivez touchant la demande de M. TElec- 
teur de Treves pour avoir des commissaires pour regler avec les 
baillages les decomptes des troupes Danoises et Hessiennes, avant 
qu'ils sortent de leurs quartiers, et suis entierement d'accord avec 
vous, qu'il n'y a rien de plus raisonnable. Ainsi vous pouvez 
croire que j'y donnerai volontiers les mains. 

Je suis, tr^s-sino^rement, Monsieur, &c. M. 



To THB COMTE DE WRATISLAW. 
Monsieur, A la Haye, ce 17 Avril, 1705. 

JTai re^u Thonneur de votre lettre du 18 du passe, et depuis 
mon arrivee ici mardi, on m'a rendu celle du 25 ; j'ai aussi vu 
M. Dopff", qui m'a rendu une lettre de M. le Prince de Bade, et 
m'a entretenu de tout ce qui s'est passe entre eux : mais je vous 
avoue que cela ne m'a donne gueres de satisfaction. Je vous ai 
deja mande mes pensees, que si on songeait a agir separemcnt 
avec les arraees, et qu'elles ne fiissent pas a portee de se secourir 
en cas de besoin, on ne ferait jamais rien. Je suis encore dans 
les memes sentiments; et comme je marche toujours le droit 
chemin, j'en ai ecrit a S. A. par M. le Comte de Lescheraine, qui 
est parti ce matin, et lui expliquera de bouche mes sentiments 



1705.] ACCIDENT IN THE MEUSE. 5 

plus an long que je n'ai ose les confier au papier. Je Tattends 

de retour en dix jours, et alors je me donnerai rhonneur d'ecrire 

au Boi des Bomains. £n attendant ayez la bonte de faire mes 

tres-humbles obSssances a S. M. en lui communiquant ce que je 

Tous marque, et de I'assurer en meme temps que je n^ai autre yue 

au monde que le bien de la cause commune et I'aTantage de son 

auguste maison en tout ce que je propose : car si nous n'agissons 

sur la Moselle avec les deux armees, ou a moins qu'elles n'y soient 

a portee de se secourir Tune Tautre en cas de besoin, je ne Tois 

aucune apparence de succes pour toute cette annee. II est tres- 

certain que les ennemis ne songeront a autre chose qu'a se defendre 

de ce oote-la, et its ameneront toutes leurs troupes de I'Alsaoe et 

meme du Brabant pour cet etkt ; puisque si nous pouvons nous 

rendre maitres de Saar-Louis et de Thionville, le vrai chemin 

nous sera ouyert pour passer outre, et les reduire a la raison. Je 

ne saurais tous en dire davantage que je n'aie la reponse de M. le 

Prince de Bade. 

Je suU tr^parfiiitement, Monneur, ftc M. 



To Mb. SECRETARY HARLEY. 
Sb, Hague, lltk ApriU 1705. 

I was 80 much £st1dgued and out of order on Tuesday by our 
Toyage, that I was obliged to direct Mr. Cardonnel to make my 
excuse for not writing to you that post Now I acknowledge the 
&TOur of your letters of the 27th and 30th past, and return you 
my particular thanks for your very kind expressions. You will 
have beard of our accident upon coming into the Meuse, most of 
the yachts falling in among the sands, where they lay beating for 
above two hours. The Soesdyke, in which were the French pri- 
MHiers, was ^ven up for lost, but I thank God they all got in on 
Tuesday morning. We only lost seven horses in the passage, 
whidi is very little, considering the number, and that some of 
them were ten days on board. 

Upon our landing we had the confirmation from France of Sir 
John Leake's having taken and burnt five great ships of M. de 
Pointy's squadron. Your next letters I hope may give us an 
account of this action from himself. 

Since my being here, I have been very much pressed to write 
that some person might be hastened over to go with M. d'Almelo 
to Vienna, where it is thought the public service sufiers very much 
for want of thar assistance in reference to the treaty with the 
Hungarians, which I desire may be laid before her Majesty. 



6 MAKLBOROUOH DISPATCHES. [1705. 

Oomte Lescberaine is gone post this moniiiig with my dis- 
patches to the Elector Paiatin and Prince Louis. I expect him 
back in ten days, till when we shall not be able to take any reso- 
lutioDS for opening the campaign ; in the mean while I am puttiBg 
the troops in a ocmdition to mardi npon the first orders. 

I am, with great treth, Sir, 

Your most obe<Ueat humble Berrant M. 



To THE EARL OF ALBEMARLE. 
Mt UmD, Hague, I7th April, 1705. 

I have received the honour of your Lordship's letter of the 
10th instant, and am 9orry to tell you I have had very little satis- 
faction from what M. Dopff brings me from Prince Louis. Comte 
Lescheraine is gone post this morning to give him my thoughts 
at large, and to try whether he may not be brought over to take 
such measures as may be most for the public service, so as to act 
with his troops on the Moselle. I can resolve nothing till his 
return, which I expect in ten days. 

I have read to the Pensioner what your Lordship writes to me 
about Mr. Scholten, and find he seems to doubt whether he may 
succeed in his pretensions, but withal believes, if he should, an 
expedient may be found to give you satisfaction. 

1 am very much obliged to your Lordship for my kind reception 
here in your house, and shall upon all occasions endeavour to own 
the obligation, being with very great truth. 
My Lord, 

Tour Lordshfip'a moat ftilhlbl obedient servaiit M. 



To LORD RABY. 
Mt Lobd, Hague, I7th JprH, 1705. 

I am a great many letters in your debt, and since I leifl 
London have received those of the 2Sth and Slst past and 4th 
instant, wludi were kept h^re for tny arrival. You may be 
sare they were the more welcome for the news they bring us of 
the tro<^ being advancmg apace towards Italy. Your next care 
will be to hasten all that is possible the mardi of those that are 
to replace them. 

Your Lordship will soon have an answer, I presume^ itom Mr. 
Secretary, to What you have written about die affair of religion. 
All I can tell you at preset on tha:t subject is, that when Oomte 
Lescheraine took his audience of leave, tiae Queen herself desired 



1705.] FO&TIFICATI0K8 AT 8IERCK. 7 

he would earneatlj reeommeBd it in her Majesty's name to the 
Elector, which I hope may have a good effect 

I believe I shall hardly be able to write to your court this post, 
and therefore pray you make my oomplimentB to the Kiogy the 
Prince fioyal, and the ministry in the best manner. 

I am, my Lord, your Lordship's, &c M. 

P.Sw — Sinoe the coqcIusiod of my letter, your Lord8hq>'s of 
the Uth, in BBBwer to mine of the 9th of March, is come to hand. 
I can give yo« no answer to it at present, more dvm that I shall 
transout what you write to my Lord Treasurer to be laid befiore 
the Queen and his Royal Highness for their further ord^«. As 
far the project you mention, I •cannot percri?e that any good is 
1^ to owMe of it ; OD the contrary^ it may obstruct or retard 
other serYices without having any other effect. 



To M. HOMTESCH. 
NoxsiECB, A la Haye^ ce 21 AvrQf 1705. 

Jai re9u la lettre que vous m'avez fait la grace de m'ecrire 

le 15 de ce mois, et suis bien aise de voir que vous continuez tou- 

joiffs si tcanquille. Les huit bataiUoos et vingt escadrons que M. 

de Salisch vous mande etre en marche pour renforcer les troupes 

da cote de la Moselle, se sont airetes, et apparemment n'avan- 

ceront pas qu'ils ne sachent que les troupes ici sont en mouvement 

Je mets tout en oeuvre pour les diligenter, cependant je serais 

bien aise qu'on ne negligeat rien pour empecber qae les ennemis 

ne se fortifient a Sierck, ce qui pourrait nous chagrinor et ap- 

porter beaucoup de difltonlte a nos desseins. Ainsi je vofOA ym 

de me mander votre avis par le proehain ordinaire, si vous ne 

cioyez paa qu'il nous serait faisable quand les troupes eommen^ 

oeroDt a s'assembler, de prendre poste, et nous maintenir de ee 

cote-la. 

Je fer^ ce que je pourrai tandis que je reste id pour obtenir 

qoelqne soulagemeat p<Mar les «fficiers des dragons dont vous me 

parlez. 

Je snifl, tr^s-parfiutement, Monsieur^ &c. Jf . 



T* WB COMTE XXB NOYELLES. 
MomiEDB, A la Haye^ m 21 Avrilt 1705. 

Encore que je n'aie point eu de voe nouvelles par le dernier 
ordinaire, cependant je ne laisse pas de vous ecrire pour vous 
aflBOTCT que je mets tout en «BUvre pour assomUer les troupes et 
vous venir joindre le {dus tot qu'il sera possible. Quandle tout sera 



8 MAHLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

^gl^9 J6 ne manquerai pas de vous donner les informations neces- 
saires tant du nombre que de la route que je tiendrai. En atten- 
dant je Yous prie de me donner Yotre avis touchant I'assemblee 
des troupes dans yos quartiers, et vous recommande sur tout 
d'empecher, s'il est possible, que les ennemis ne se fortifient II 
Sierck. Je crois qu avant que j'aie I'honneur de vous voir je 
pourrai m'aboucher quelque part avec M. le Prince de Bade. 
C^est pourquoi vous m'obligeriez beaucoup si vous vouliez avoir 
la bonte de m'instruire par le prochain ordinaire de vos pensees 
sur ce que je pourrais lui proposer touchant les operations de la 
campagne ; et comme peut-etre je pourrais etre parti de la Haye 
avant Tarrivee de votre reponse, vous pourriez adresser des dupli- 
cata de vos lettres a Coblenz, pour m'etre rendus a mon approche 
de cette place. 

Nous apprenons que le renfort de huit bataillons et vingt esca- 
drons que M. de Salisch vous mande etre en marche vers la 
Moselle sent contremandes, et qu'il n'y a pas d'apparence qu'ils 
avancent que nous ne soyons en mouvement pour venir a vous ; 
ainsi qu'il semble que les ennemis ne songent encore a aucune 

entreprise. 

Je sms, avec use y^ritable pasrion et respect, Monaeur, Sec M. 



To LORD RABY. 
Mt Lord, Haguey 21«( April, 1705. 

I have received the favour of your letter of the 14:th instant, 
and observe how solicitous the King continues to be that his 
troops might serve with me upon the Moselle : wherefore I pray 
you will take the first opportunity to assure his Majesty that I am 
doing all that lies in me in order to bring it about, and that I 
earnestly beseech him their march thither may be hastened all 
that is possible, even by re^ments, as they come up, without 
staying for each other, for that it is certain we shall have occasion 
for his troops before they all can reach us. 

You may inform his Majesty at the same time that by the last 
post remittances came from England for what is due from us upon 
the late treaty, and that the same shall be immediately issued. 
I am, my Lord, 

Your Lordship's most fisdthAil obedient servant M. 



To Mr. stepney. 
Sir, Hague, 21«« Afril, 1705. 

Before I left England, I promised my Lord Halifax to write 
to you on the occasion of Mr. Montague's coming with M. 



1705.] IRISH REGIMENTS IN THE FRENCH SERVICE. 9 

d'Almelo to Vienna^ and to assure you that nothing is intended 
by it to give you the least umbrage, but that, on the contrary, as 
the Queen and the ministry are perfectly satisfied ^ith your pro- 
ceedings, so all due regard will be had to your long service, and 
that there will be no thoughts of removing you until something 
else offers that may be more for your advantage. 

We have here daily complaints of the little care that is taken 
to secure the French prisoners in Suabia, so that they are con- 
tinually getting away in great numbers; therefore I pray you 
wiU take the first opportunity of representing it firom me to Prince 
Eugene, if he should not be gone, and even to the Emperor and 
to the King of the Romans, that some immediate care may be 
taken to remove both officers and soldiers further up into Ger- 
many, where they may have no opportunity of escaping, at least 
not without great difficulty. 

I am. Sir, your most humble Bervant M. 

P.S. — ^I shall endeavour, when Mr. Stanhope goes from hence, 
that you may succeed him if you continue of the same mind. 



To icb. secretary harley. 

Sib, Hague, 2\8t April, 1705. 

I have received the &vour of your letter of the t^^ instant, 
and have seen the extracts you send to Mr. Stanhope relating to 
the contraband goodS) concerning which we now are taking mea- 
sures, and hope that matter may be in some forwardness before I 
leave the Hague. 

I know nc^ yet where the Irish regiments in the French pay 
may serve this campaign, but it is likely some of them may 
come upon the Moselle. I believe in that case it might not be 
difficult to influence good numbers to quit that service if I oould 
be at liberty to give them any encouragement, and therefore pray 
you will take the first opportunity to move the Queen in it at the 
cabinet ; and if my Lords of the Council think it advisable for 
her Majesty to take the same measures about them on this side 
as in Portugal, I pray you will hasten over to me the like powers 
and other papers as were sent to the Duke of Schomberg, with 
what further instructions her Majesty may think fit to give on 

this subject. 

I am. Sir, yoizn, &c. M. 



10 MARLBOROUGH BISPATCHBS. [1705. 

To Mr. ST. JOHN. 
Sib, Mtigtu, Sl<f April, 1 705. 

I have received your letter of the 3rd inataat, aad do approve 
what you have proposed to hifl Royal HighoeBs of pladng the 
regiflaents of &r Charles Hothaxn, Colonel Breton, and Colonel 
Soames upon the establishment of England. 

You may likewise offer to h&r Majesty the two warrants you 
mention for Brigadier Cadogan, the one for 315/. lor replacing 
his dead horses, and the other for a furdier allowaaoe to him as 
Q. M. Gen.y out of the remainder of the bounty money, in the 
manner you proposed it to me. 

I am, with truth. Sir, yoore, &c M. 

P. S. — I pay you will insert in the same warrant with Brigadier 
Cadogan, 20/. for William Gill, our commissary, for the exchange 
of prisoners of war, who attended the service all the canqpaigp in 
Germany. 

To «KB PfilNCE DE UCHTENSTEIN. 
Monsieur, * A la Haye, ce 22 Avril, 1705. 

La lettre que V. A. m'a fait Thonneur de m'ecrire, et les 
termes obligeants dont elle a bien voulu se servir sur les heureux 
sucoes de la demiere campagne, meritaient bien un plus prompt 
remerciment. Je Taurais feit aussi si je n'avais attendu pour 
vous apprendre qnelque chose de oe qu'on medite c^te annee. 
L'faiTer s'est passe a remettre nos troupes non-seolement des 
pertes considerables de k campagne, mais aussi d'une maladie 
contagieuse qui a presque emporte tous les chevanx dans oe pays. 
Les ennemis y out aussi eu leur part Dieu m^t^i le tout est a 
present bien reorute et remonte de notre cdte, et les troupes com- 
mencent a se mettre en campagne. Les amemis s'aper^cnreot 
bien de nos desseins de pouss^* notre avantage yers la Moselle, 
. oomme le seul endruit ou selon les apparenoes nous pourrons agir 
avec le plus d'etf^, ainsi ils envoient tout ce qu'ils ont4e meilleur 
de oe cote-la, et meoacent meme de nous preyenir en campagne. 
Nous ayons eu mi gros de troupes tout cet hiver dans Treves, oil 
nous ay<Mis erige des magaains, ei entre cette plaoe et le Bhin 
toutes ces troupes vont s'aasembler, en attendant que je marche 
avec le corps Anglais et quelquos ajutres de ce pays pour les 
joindre. Je tache aussi a porter M. le Prince de Bade, qui 
semble avoir ses vues sur le Haut Rhin, de venir a portee avec 
les troupes de I'Empire pour agir de concert avec moi afin que 
nous soyons en etat de nous secourir Tun Tautre selon le besoin. 



1705.] I>iySR6iON ON THE SAAB. 11 

& ce eaa je me flatte que nous pofurrons toQ}oim afpr ofiemire- 
meot et empecber que les eDnemii n'eHYoieiit ancim aeootan en 
lialie, oa S. A. R. a &it des Biaracles en se defendant ai Io«g- 
teaps ayec si peu 4le monde. II &ut esper^ que le renfert lies 
trcf^ieB de Praaae, et autres qui eotA eafai en mardie pour s^y 
reodre, retabliront un peu les afiaires. 

Ah reste M. le Comte de Dhona, qui a'egt bien voulu cfaaiger 

de octte lettre, et qui oora aussi rhoimeur d'en preaettter une de 

ma part a S« 'ML^y entretieDdra V. A. pku particuliepeBient de 

Tetat de uos affiures. Cepeodant je la suppUe d'etre assuree que 

je me suis fait un tres-grand plaisir de presser autant qu'il m'a 

ete poeaible les mnmtions et autres secours pour Lisbonne et 

Gibraltar, oil j'ei^re que la lev^ du siege sera suivie d'une 

heureuse campagne pour le R(m. Faites-moi la grace, je vous 

conjure, de xne continuer toujours dans les bonnes graces de S. 

M., et d'etre persuade que je serai totite ma vie avec un attache- 

ment et respect tres-parfait, 

Monsieur, de V. A., &c. M. 

To THE COMTE DE NOYELLES. 
HoasnvB, A la Hajfe, ce-23 Avril, 1705. 

J'ai re^u ce matin llioDneur de yotre lettre du 19 de ce 
moisy par laquelle je Tois que les ennemis commenceot tovt de 
bon a se remuer, et vous puis assurer que je ne perdrai pas le 
moindre moment a faire marcher les troupes pour venir a votre 
secours d'abord que j'aund fini ici et que le tout sera pret Ce- 
pendant je suis fort tranquille de ce que nos affidres sont en si 
bonnes mains, etant sur que rien ne sera omis pour frustrer les 
desaeins des ennemis. A eette distance il est impossible qu'on 
putaae r«m doaoear aueun conseil : vous savez mieux que persoone 
ee qu'il y a a taare ; permettez seul^nent en passant que je vous 
donae a penaer s'il ne serait pas fiusable, tandis que les enaemk 
aenient employes aSaarbmdCfde paaaer un petit corps de troupes, 
et les fiure avanoer vera WasserbiUidi^ avec mine de roialoxr passer 
la Saar par maaiieire de diversion. 

On ae diligente ici a mettre Tarfnee de la Meuse en campagne ; 
ponr cet efiet toua les gnieraux partiront incessamment pour se 
mdre it •eette armee. £n attendant on aasemble les troupes, et 
on verra n Ton ne pouna pas oUiger les ennemis a rappeler 
qvelquea-iuies des leurs d'en-haot. 

Sot ee que vons avez nande a M. le Grand PensiomBaire, 
MM. lea EtatB ecrivient a TfHectenr Faktm pour que sea troupes 



12 



MAKLBOROUGH DISPATCHES. 



[1705. 



se rendent k yos ordres sans la moindre difficulte ; je me donne 
rhonneur d'ecrire aussi a S. A. £. sur le mSme sujet. 

Enfin, pour ne rien omettre qui puisse donner la moindre diver- 
sion en votre faveur, je propose a M. le Prince de Bade de fiiire 
passer la Saar a une partie de ses troupes, afin d'attirer I'attention 
des ennemis vers ce cote-Ik. 

Vous trouverez ci-jointe une liste des troupes destinees a servir 
sur la Moselle. Je vous prie de me mander ce que vous aurez 
aupres de vous, ou a portee, et oil se trouvera le reste. 

Je 81U8, aTee une rentable pafision et respect, Monsieur, &c. M. 

Liste des Tboupbs destine'es podb servib em Aixbmagnb. 



If^anterU. 

Batailloofl. 

Hanovre 8 

Danoises 8 

Palatins 8 

Hessiens 9 

Prussiens 5 

Nagel 

Swarts 

Saxen Goiha, Bartels • • • 

Hirtzel 

Stnrler 

Chambrier 

Seckendorf, le Vieux • . • 

Seckendorf 

Lunebourgeois .... 
Schwerin 

54 



CaoaUrie, 

Etcadront. 

Danoises 21 

Hanorre 14 

Palatins 8 

Hessiens 14 

Schnlemberg 8 

Stubenfolt 3 

Haremberg 3 

Schmettau , 4 

Goden 2 

Oostvrieslandt 2 

Erbach 2 

Baldwyn 2 

Yittbghof 1 

79 



To M. IVOY. 
Monsieur, A la Haytj ce 24 Aoril, 1705. 

Je VOUS suis bien oblige de la lettre que vous m*avez fait la 
grace de m'ecrire le 8 de ce mois. Par des avis ulterieurs de M. 
le Comte de Noyelles, nous apprenons que les ennemis com- 
mencent actuellement a se remuer, et que Ik-dessus il faut assem- 
bler tout ce qu'il y a de troupes dans vos quartiers. J'espere que 
cela les tiendra un peu en bride, et ne doute nuUement que 
chacun ne fasse son devoir pour prevenir leurs desseins. Je me 
repose particulierement sur vos soins pour m'informer de la situ- 
ation du pays d'abord que je serai arrive. 

Je travaille ici tout ce qui m'est possible a faire sortir nos 
troupes et k vous venir joindre au plus-tot: mais vous savez que 
nous avons bien du chemin k &ire ; ce sera encore quelque temps 



1705.] MOVEMENTS OP THE ENEMY ON THE MOSELLE. 13 

avant que je sois a portee. Cependant je vous prie de me donner 

de Yos nouyelles par touB les ordinaires ; le premier me pourra 

encore trouver ici ou aux environs, et en apres vous pourrez 

adress^ yos lettres a Coblenz, pour m'etre acheminees la ou je 

serai. 

Je sois, tr^parfiutement, Monsieur, &c. M. 



To THE COMTE DE WABTENBERG. 
MoHSiEUB, A la Hayey oe 24 Aoril, 1705. 

•Taurais diSlsre a youb ecrire jusques a mon depart d'ici 

pour Yous marquer en meme temps les mesures qu'on aurait prises 

pour les operations de la campagne, si ce n'etait les avis que nous 

venous de recevoir que les ennemis ont un grand corps de troupes 

assemblees du cote de la Moselle avec toute apparence de faire 

quelque entreprise des a present. Cela m'a oblige de supplier 

S. M. par la lettre ci-joiote, de vouloir faire diligenter la marche 

de ses troupes autant qu'il sera possible. C'est en quoi j'implore 

aussi Yos^bons offices. Je ne manquerai pas de vous ecrire an large 

ayant de quitter la Haye, pour vous informer de tout, etant avec 

toute Testime et le respect imaginable, 

Monsieur, &c M. 

To THE KING OF PRUSSIA. 
Sire, A la Hatfe, ce 24 Avril, 1705. 

Je me r^rvais a remercier V. M. de Thonneur de sa der- 
niere lettre jusques a ce que je fusse en etat de lui marquer en 
meme temps tout ce qu'on aurait regie ici pour la campagne : 
mais ayant re^u bier un expres de M. le Comte de Noyelles, avec 
avis que les ennemis commencent a se montrer en grand nombre 
sur la Moselle, avec apparence d'entrer incessamment en action, 
je n*ai pu me dispenser de supplier tres-humblement V. M. 
d'avoir la bonte de faire avancer ses troupes qui doivent servir en 
Allemagne, avec toute la diligence possible, et meme qu'elles 
pmssent defiler par regiment a mesure qu'EUes arriveront, pour 
ne pas perdre un seul moment de temps. J'ose assurer V. M. que 
j*en aurai tout le meme soin qu'en pourraient avoir ses propres 
generaux, et me ferai un devoir indispensable de chercher partout 
leur conservation et interet 

Ayant que de partir d'ici je ne manquerai pas de communiquer 
a V. M. par M. le Grand Chambellan les mesures qu'on aura 
prises pour les operations, comme etant avec un zele et attache- 
ment inviolable, 

Sire, de Yotre Majesty &c. M. 



14 MARLBOROUeH IH8FATOSBS. [1705. 

*T<> M. BULOW. 
MomBRTB, A la Ma^e^ e$ 94 JmtU, 170& 

J'ai reqa rhaBDcnr de Yotre lettre du 19 da ooorant, et roin 
etais redevable auparavant de deux autres, doal je vons svua bi^i 
oblige. II est vrai que M. de Botfamar m'a entretenu but la joBo- 
tion des troupes de S. A. E. qui sont a la solde de TEtat avec 
celles que vous commandez, et vous pouvez etre sur que je m*y 
emploie de tout mon cceur ; si cela d^pendait de moi, toutes les 
difficultes s^raient bientot levees. 

JPai ete bien aise de voir que votre infanterie etait en marcfae 
vers la Moselle, et que vous alliez aree, puisqme seloa les avis que 
nous avons de oe oote^la left ensemis commenceot tout de boa ^ 
se remuer, de sorte que M. le Comte de Noyelles aura bescnii 
noa-aeulemeat de Fassistanee des troupes, mais aussi de vos boss 
cooseils. Je crois m&ne que vous trouverez n^oessasre que la 
cavalerie avance en toute diligence, auquel cas je vous recom* 
mande de m^oager les fourrages autant qu'il sera possible. 

Je me trouve oblige k rester ioi encore quelques jours ; e'est 
beaucoup oontre mon gre ; et vous pouvez bien eroire que je ne 
tarderai pas un seul moment plus qu'il ne m'est necessaire pour 
depecher les affaires. Les troupes Anglaises doivent sortir des 
gamisons le premier de mai, et je £sLis etat de les joindre d'abord 
qu'ils seront en marche. 

L'armee de la Meuse va se mettre aussi en campagne, les 

generaux de cette armee qui sont ici ayant ordre de se rendre 

ittcessamment a leurs postes pour tacher de faire quelque diversion 

en votre faveur. 

Je soifi, tr^parfiutemeBt, Monsieur, &c. M. 



To SIR CHARLES HEDGES. 
SiH, Hoffue, 24th April, 1 706. 

I received this morning the fevour of your letter of the 6th 
instant, and at the same time from Mr. Secretary Harley the 
memorial you sent him from Comte Brian^on, relating to the ex- 
change of prisoners of war. It is true the Dutch commissary 
has within these few days made an agreement with the French for 
a considerable number, but it includes only two officers of the 
prisoners taken the last campiugn, and the Council of State have 
promised me there shall be nothing more pass of this nature but 
in concert with us, so that you may assure the Comte that here- 
after whatever the French may desire, we shall never enter into 



1705«] BEHOYAL OF FKI80NXR8 HI0HKE DfTO GERMANY. 1& 

any fmrtfaer negolSakioin with Aem until they admit of the ex- 
change of the priaoDers m Itdiy, and I have particularly reocnn- 
mended, both to the Emperor and the King of the Romam, the 
taking care that the prisoners they haye, and whidi are to be ex- 
changed for the Duke of Savoy's people, may be removed higher 
up into Germany, so as they may have no opportunity of making 
their escape. 

Enclosed you have the copy of a resolution of the States about 
the difference between my Lord Galway and M. Fagel, which I 
pray you will forward to his Lordship, whose good understanding 
I hope will find, means so far to improve it as that there may be 
a better intelligence between these two generals for the fdtiure. 

I know not what answer you can give to M. de Ligondes : if 
we admit of those gentlemen's pretensions there is none of them 
but may offer very specious arguments for going home. 

Yesterday morning I received an express from Comte Noyelles, 
by whidi he seemed very much alarmed at the motions of the 
French on the Moselle, but having heard nothing from him since, 
I hope it has had no consequence. However, we are taking all 
the measures possible to prevent their designs. 

I am truly, Sir, yours, &c. M. 

To Mb. secretary HARLEY. 
Sib, ifa^c, S4<A April, 170& 

This noroing I received the jbvonr of your letter of the 6th 
instant, with the copy of Comte Brianqon's memorial to the Queen 
relating to the exchange of prisoners taken by the French from 
his master : upon which I am to acquaint you, that since my being 
here I have agreed with the Council of State that there shall be 
no farther exchange without our joint consent, and you may be 
sore I shall never admit of any treaty with the French but on 
condition they exchange the prisoners they have taken from his 
R. H. ; and to the end there may be a sufficient numb^ left in 
Germany to exchange for them when the French court can be 
brought to reason, I have desired Mr. Stepney earnestly to re- 
oommend to the Emptor and the King of the Romans that those 
priaoners they have in Suabia may be removed higher up, where 
they maj be more secure from desertion. 

Yesterday morning early I received an express from Comte 
Noyelles, dated at Treves the 19tb instant, by which he seemed 
very much akunned at the motions of the French on the Moselle. 
We have heard nothing from him since, which makes me hope 



16 MARLBOROUGH DISPATCHES. 1705. 

they have not yet been able to undertake anything. However, 
he is drawmg all the troops in those parts together, and the army 
on the Meuse is to assemble immediately in order to make some 
diversion on this side. 

I am, with great truth. Sir, yours, &c M. 



To THE COMTE DE NOYELLES. 
MoMSiEOB, A la Haye, ee 25 AvrU^ 1705. 

Celle-ci n'est que pour accompagnerlacopie de ce quej'ecris 
a M. le Prince de Bade sur les avis qu'on vous aura depeches hier 
par expres, et dont j'ai peur que les sidtes n'aient deja eclate. 
II parait assez clair que les ennemis divisent leurs forces en deux, 
puisqu'ils ne songent a prendre le camp de Consarbruck que vers 
la fin du mois, de sorte que si M. le Prince de Bade voulait tenir 
tete a une partie, je vous laisse a considerer si en ce cas vous ne 
seriez pas en etat de saisir et de vous maintenir dans le camp de 
Consarbruck, ce qui me semble vous mettrait a convert a Treves : 
mais enfin, etant sur le lieu, comme j'ai deja eu I'honneur de vous 
le dire, vous pouvez mieux juger qu'aucun autre de ce qu'il y aura 
a faire. Vous voyez par ce que je mande a M. le Prince de Bade, 
qu'on fait les demiers efibrts pour se mettre en campagne de ce 
c6te-ci, et que je me haterai autant qu'il sera possible pour venir 
k votre secours. Cependant vous me ferez la grace de me donner 
de vos nouvelles le plus souvent que vous pourrez par la voie de 
Coblenz, et d'etre assure du respect tres-sincere avec lequel 
je suis. 

Monsieur, &c. M. 

To PRINCE LOUIS OF BADEN. 
Monsieur, A la Haye^ ce 25 Avril^ 1705. 

Je me donne I'honneur d'^crire a present a V. A. par expres 
sur des avis qu'on vient de recevoir, meme de bonne part, et dont 
il est a craindre que les suites n'aient d^ja eclate dans votre 
voisinage. Ces avis assurent que M. de Villars marchait avec un 
corps de troupes pour enlever les quartiers de Deux-Ponts et de 
Hombourg, et s'y poster ; et qu*il avait donne ordre au reste de 
ses troupes de s'assembler vers la fin de ce mois pour prendre le 
camp de Consarbruck et attaquer Saarbruck en meme temps, et 
puis voir s*il n'y aurait pas jour k nous attaquer aussi a Treves, 
n est a remarquer que par ces demarches les ennemis se divisent 
en deux corps, de sorte que je me flatte qu*il y aura encore moyen 
de pr^venir en partie leurs desseins par Tattention et les soins de 



1705.] PBESENT OP PALM WINB. 17 

Y. A., pnisque qoand son arm^ s avancera ils ne pourront se 
maintenir dans lenr poete. Elle saura beaucoup mieux que per- 
soime comment s'y prendre. Cependant je la supplierais, comme 
le sucoes de toute la campagne en depend, de faire avancer ses 
troupes jnsques a la Saar pour donner quelque diversion aux des* 
seins des eunemis, et empecher qu'ils ne se mettent entre nos deux 
armees. 

On fait part de ees memes avis k M. le Comte de Noyelles, 
qui aura grand besoin dans cette conjoncture des bons conseils de 
V. A., qu'Elle aura la bonte aussi de lui donner au plus vite, MM. 
les Etats lui ayant ordonne de concerter avec Elle dans toutes les 
occasions, et particulierement des moyens de prevenir ce coup. 

On &it tout ce qui est possible id pour mettre les troupes en 
campagne. L'armee de la Mouse sera formee en tres-peu de 
jours, et se mettra d abord en etat d'agir par maniere de diversion. 
Les troupes Anglaises commenceront aussi a sortir de leurs gar- 
maons le premier de mai, et des que je les aurai mis en marche, 
je prendrai la poste pour me rendre aupres de V. A. J'attends 
cependant avec impatience le retour de M. de Lescfaeraine pour 
m'eclaircir de ses sentiments, et pourvu que par la prudente con- 
duite de V. A. on puisse avoir quelque succes dans ces commence- 
ments, je me flatte toujours d'une heureuse campagne, tant pour la 
gloire de V. A. que pour le bien de la cause commune. 

Je suis, avee on veritable attachement et respect, MooBieiir, &c M. 



To THE DUCHESS OF PORTSMOUTH. 
Madame, A la Haye, ce27 Avril, 1705. 

J'ai re^ la lettre que vous m'avez fait Thonneur de m'ecrire 
le 15 de ce mois ; et comme je prends part avec beaucoup de plaisir 
partout ou vous vous interessez, je suis ravi de vous apprendre 
que la Reine a eu la bonte, sur mes instances, d'accorder la per* 
misBion a M. de Hautefeuille de faire im tour en France. II doit 
partir vers le commencement du mois prochain, de sorte que j'es- 
pere qn'il sera bientot a Paris, comme j'ai Thonneur de le mander 
a Madame la Marquise par la ci-jointe. M. le Marquis de Mon- 
parous a bien voulu, en partant d'ici, se charger d'un petit present 
de vin de Palme, que je vous supplie de vouloir agreer. Je dois 
voos &ire bien des excuses de la quantite ; mais comme ce qid 
est bon est tres-rare a present en Angleterre, a cause de la guerre, 
j'espere que vous ne trouverez pas mauvais que j*aie partage avec 
vous ma provision de campagne. J espere que Fannce procfaaine 
vous serez mieux pourvue chez nous. 

Je SUB, avec toute sorte de retpect, Madame, Sec M. 
VOL. II. C 



18 MAKLBOROUOH DISPATCHES. [1705. 

A MM. DE LA REGENCE DU DUCHET DE CLEVEB. 
MESSisims, A la Hofe, ce 98 Avril, 1705. 

Comme on a trouv^ a propos, pour pr^ution, do mettre tous 
les cfaevaux de remonte de la cavalerie Angluse venue depuis 
pen d'Angleterre, en quartier dans lea proyinces d'Utrecht et de 
Gueldre, afin de lee tenir le plus eloign^ qu'on a pu des vieux 
corps pour les garantir de la maladie qui a regne parmi les die- 
vaux pendant cet hiver ; et ayant donne ordre a pr&ent a ces die- 
vaux de remonte de passer par Nimegue pour se rendre du cote de 
Maestricht, et qu'en chemin fidsant ils pourraient dtre oblig& de 
marcher par quelques-uns des villages de la dependance du Duche 
deClfeves, je viens parcelle-ci vous prier de vouloir leur permettre 
le libre passage, et de les assister de tout ce dont ils pourraient 
avoir besoin, ayant donn^ ordre au commandant de ces troupes de 
prevenir les moindres desordres et de leur iaire observer la der- 
niere discipline dans leur marofae. Je ne doute point que ce que 
vous ferez a cette occasion ne soit tout-a-fait agreable a S. M. le 
Roi de Prusse, et me flatte que vous serez bien aise aussi de vous 
en prevaloir pour temoigner votre zele pour le bien public, dont je 
serai ravi de vous pouvoir temoigner ma reconnaissance, etanttres- 
parfiiitement et avoc respect, 

Messieura, votre tr^humble et tr^frK>b^i88ant semteur. M. 



To PRINCE EUGENE OF SAVOY. 
Monsieur, A la Haye, ce 28 Avril, 1705. 

Comme je m'attendais que V. A. serait partie il y a deja 
quelques joilrs de Vienne, je m^etais donne Thonneur de lui 
adresser deux lettres sous le convert de M. Hill a Turin, mais 
prevoyant que ces lettres ne lui seront pas si tot rendues, je me 
hasarde a lui ecrire encore celle-ci sous Tadresse de M. le Comte 
de Wratislaw. EUe iaformera V. A. que j'ai pris mes mesures 
et amene quelques officiers avec moi d'Angleterre, pour moyenner 
Techange de M. de Voubonne et de I'autre general-major dont je 
ne suis pas encore informe du nom. Je suis pret a suivre les 
ordres de V. A. pour Teffectuer en ecrivant a ces Messieurs, qui 
sont partis avec passeport pom* Paris, de faire agreer leur echange 
a leur cour, ou autrement, comme V. A. trouvera le plus con- 
venable. 

Je ne puis rien mander de positif a V. A. sur nos operations 
jusques a Tarrivee de M. de Lescheraine, qui est parti il y a dix 
jours pow s'aboucber avec le Prince de Bade et tacher de le 



1705.3 CONFERENCE WITH iHB PBINCE OF BADEN. 19 

porter a ag^* de concert avec dous gur la Moselle. Cependant 
rotia les ennemw dqa en mouvement de ce cote-la, comme V. A. 
aura deja apjnis. On fait le poflsible pour prevenir leurs desseios ; 
toutes 11O0 troupes, a la reserve des Anglais^ seront a present aux 
enTiroBs de Treves, et si M. le Prince de Bade veut bien, sur un 
eqires que je lui ai depeche il 7 a trois jours, fiiire un mouvement 
avec son armee du cote de la Saar, je ne doute point que oela ne 
les tienne en bride jusques a ce que toutes nos troupes soient 
aseeniblees. 

L'armee de la Mouse sera formee le 6 de mai pi^ de Maes- 
tricht. Mais la lenteur et Thumeur timide de ces Messieurs ici 
est cause que je n'ai pu encore les porter a me donner autant de 
troupes qu'il serait neoessaire d'avoir pour nos operations sur la 
Moselle. Quand ils verront tout en mouvement, j^espere qu'ils se 
resoudront enfin a prendre les mesures les plus convenables pour 
pousser nos desseins. 

Nos troupes Anglaises commenceront a sortir de leurs gamisons 

le premier de mai, et je partirai lundi pour les joindre sur la 

marche, et me rendre ensuite pour deux ou trois jours a Maes- 

tricht. Alors je prendrai les devants pour m'aboucher avec le 

Prince de Bade. Je supplie V. A. de me conserver toujours 

llionneur de son amitie, et d'etre persuadee que personne ne lui 

saurait etre devoue avec une passion et respect plus sincere que 

jesuis, 

De Totre Altesse, 

Le tr^humble et trcs-ob^iwint territenr. M. 



To THE COMTE DE WRATISLAW. 
HossiscB, A la Haye, ce 28 Avril, 1705. 

Je n ai point re^ de vos nouvelles depuis le 11 de ce mois ; 
et comme il y a deux jours que j'attends a chaque moment le 
retour de M. de Lescheraine, qui n'est pourtant pas encore arrive, 
je ne me suis pas donne I'honneur de vous ecrire par le dernier 
ordimure. 

Je m'attendais d'apprendre il y a deja quelques jours que M. 
le Prince de Savoie serait parti de Vienne, de sorte que je me suis 
adrease a S. A. sous le convert de M. Hill a Turin ; mais comme 
je vois qu'il ne pourra avoir mes lettres si tot, je me donne ITion- 
neur de lui ecrire la ci-jointe au sujet des deux g^^aux que S. A. 
aouhaite avoir ediang^, ayant, avant de partir d'Angleterre, pris 
des mesures pour cela. 

c2 



20 MARLBOROXTGH DISPATCHES. [1705. 

VoQS aurez sans doute deja appris que les Franks sont en 
mouyement du cote de la Moselle. On fait le possible ponr pre- 
venir leurs desseins, et si M. le Prince de Bade vent bien se re- 
soudre, sur iin expres que je lui ai depeche il y a deux jours, a 
faire un mouvement avec ses troupes vers la Saar, il faut esperer 
que cela les tiendra en bride. Mds comme je n'ai point de ses 
nouvelles depuis le retour de M. Dopff, ni de Vienne non plus, et 
que je vols que le penchant de S. A. est toujours du c5te de I'Al- 
sace, joint a la lenteur et rfaumeur timide de ces Messieurs id, 
tout cela fait que je me trouve assez embarrass^. Cependant 
Tarmee de la Meuse sera assemblee vers le 6 de mai, et je iais 
etat de partir d*ici en quatre ou cinq jours poiu* joindre les troupes 
Anglaises sur leur marche, et me rendre pour deux ou trois jours 
k Maestricht tandis qu'elles avancent. Vous aurez la bonte, s'il 
vous plait, de faire mes tres-humbles ob^issances k S. M. le Roi 
des Remains, et de lid communiquer les difficultes qui me tra- 
vaillent, et de supplier S. M. d'employer toujours ses bons offices 
en cas de besoin pour que M. le Prince de Bade agisse avec son 
armee de concert avec nous du cote de la Moselle. 
Je 81118, trds-sinob^ment, Moii8ieiir, 

Votre trts-humble et tr^8-ob6ia8aiit serviteor. M. 



To THE COMTE DE NOYELLES. 
Monsieur, A la Haye, ce 28 Avril, 1705. 

«rai requ bier I'honneur de votre lettre du 22, et k ce moment 
celle du 24, avec les avis des mouvements des ennemis, et suis ravi 
d'apprendre que leurs desseins ont echoue devant Hombourg. 
Mais je suis toujours d'opinion qu'ils poursuivront leurs projets 
selon ce qu'on vous a mande d'ici, et qu'ils s'attacheront a Sarre- 
bourg et prendront en meme temps le camp de Consarbruck, dont 
vous serez eclairci avant la recette de celle-ci. Mais si M. le Prince 
de Bade veut bien prendre ses precautions, et agir de son cote 
selon ce que j'ai prie S. A. par la lettre dont vous aurez re^u la 
copie, je me flatte qu'ils ne pourront pas les pousser a bout. J'at- 
tends a chaque moment le retour de M. de Lescheraine pour 
savoir les dispositions ou il aura laisse S. A. de seconder mes 

Je sai8, tr^s-sino^ment, Monsieur, votre, &c. M. 



To LORD BABY. 
Mt Lord, Hague, 2Sth Aprils 1705. 

By mine of this day se*nnight, and what I wrote the last post 
to the King, your Lordship will have seen the straits we are in for 



1705.] BEirTRN OP M. LS8CHBRAINK — ^M. HUGUETAN. 21 

want of the Prussian troops. I must leave your Lordship to such 
methods as yon may think most proper for hastening their march ; 
only must pray you will insinuate at the same time that it was 
not without some difficulty I was brought to consent that the 8000 
men ahould be taken firom Bavaria ; nor should I have been pre- 
vailed with without a positive promise that those troops should be 
immediasely replaced, and the whole 12,000 men recruited before 
the opening of the campaign, and that as matters now stand, I 
cannot imagine how the court can any way pretend to have com- 
plied with the treaty, since the French are already in the field, and 
their troops, at least a good part of them, still to seek : this your 
Lordship will do in the softest terms you can, so as however to let 
the court know the sense we have of their delays. 

I un, with troth, My Lord, &e. M. 



To BfB. SECRETARY HARLEY. 
Sn, Hague, 2Bth April, 1705. 

I have received the favour of your letter of the 10th instant, 
and am glad to learn by it that our sea preparations are in such a 
state of forwardness. 

My Lord Raby has given me the like account of the projects of 
the court at Berlin, for succouring the Duke of Savoy, but I see 
no likelihood of their being any way in a condition to put them in 
execution ; on the contrary, I am now pressing with the greatest 
earnestness the hastening of the troops of Prussia that are still 
wanting in the Empire. 

M. Huguetan was ¥rith me to-day, and seems to promise great 
matters if the States will concur with him. I am to have a further 
conference with him to-morrow, and then may be better able to 
judge of the sincerity of his intentions. I find many peopfe here 
are jealous of him, and others believe he has entirely quitted the 
French interest, in which case there is no doubt but he may be 
very useful. 

Comte Lesdieraine returned this morning firom Germany, and 
gives good hopes that Prince Louis will concur with me in what 
may be most for the public service. I am sending Brigadier Ca- 
dogan away to-morrow to concert every thing with him ; he is to 
join me agam before I leave Maestricht 

The enclosed extract, which I received this morning from Comte 
Noyelles, will acquaint you what the French have been doing 
towards the Moselle. It must be a great disappointment to them 



22 ICABLBOBOUGH DISPATCHES. [1705. 

that they have missed their aim at Homhurg. The greatest 
damage they have done is in the country of Deux-Ponts, belong- 
ing to the King of Sweden. The next advices we shall have of 
them I believe will tell us that they have taken the camp at Con- 
sarbruck, and that they are preparing to attack Sarrebourg, unless 
what I have writ to Prince Louis by express prevails with him 
to march towards the Saar, which may probably i»*event their 

I am, with truth, Sir, 

Tour most obedient humble servant M.* 



To Mb. secretary HEDGES. 
Sir, HoffM, 28tA April, 1705. 

I have received the favour of your letter of the 10th instant, 
and return you thanks for the minutes you are pleased to send 
me of your proceedings in what relates to the sea campaign, by 
wbich I find you make large demands from the Board of Ordnance, 
and hope my Lord Treasurer will be able to furnish them with a 
proportionable supply of money to carry on this extraordinary 
service. 

Comte Lescheraine returned this morning from Germany, and 
^ves me good hopes that the Prince of Baden will concur in 
everything that may be desired of him for carrying on the service ; 
and if upon what I wrote to him two days since by express, he 
can be prevailed with to march immediately towards the Saar, I 
hope it may put a stop to the designs of the Marechal de Villars, 
who has been already disappointed at Homburg. 

I am. Sir, your most obedient humble servant. M. 

• BuUeHn. Hague, 28/A April, 1705. 
By letters "which are arrlYed tlus day from the MoseUe we have advice that the 
Marechal Villars marched on the 19th instant with twelve thousand men in order to 
surprise the garrison of Homburg ; and that an enagn, who commanded an out-post 
about two leagues from the town, having notice thereof, gave the commandant an 
account time enough to make the necessary preparations for their reception. About 
three in the afternoon, the Marshal with his army appeared before the place, aod 
having summoned it, immediately drew out a thousand grenadiers for an assault - 
but seeing the good posture of tiie garrison, and the cannon of the place beginning to 
gaU his troops, the Marechal thought fit to relinquish his enterprise the next 
morning, and to march to Deux-Ponts, which being a place of no defence, the troope 
In quarters there retired ; whereupon the enemy plundered the town and set fire to 
several villages in the neighbourhood belonging to the King of Sweden. They are 
since marched, as it is supposed, towards Saar-Louis. 



1705.] MISSION OF a M. OSN. CADOGAN. 28 

To THB BOABD OF ORDNANCE. 
Gmteruaaat, Hagu9, %M April, 1705. 

I have receiTcd your letter of the 10th instant, with the 
enclosed papers, by which I see the extraordhiary demands that 
are made upon the office, and hope my Lord TVeasurer will furnish 
you with a suitable supply of money. 

I am sensible this service must create you a great deal of 
trouble, but am certain no care nor pains will be wanting in you 
for the immediate dispatch of what is necessary, since the service 

requires it 

I am, GeDtlemen, 

Your most obedient humble serrut. M. 



To tHE MARGRAVfi OF BADEN. 
MoNSiEiTB, A la Haye, ce 28 Avril, 1705. 

M. le Comte de Lescheraine est arrive ce matin, et m'a rendu 
la lettre que V. A. m*a fait Thonneur de m'ecrire le 24 de ce mois. 
II m*a aussi entretenu au long de ses pensees, comme aussi de 
Tetat des afiaires du Haut Rhin, et je dois remercier tres-humble- 
ment V. A. de la maniere obligeante avec laquelle Elle a bien 
Toulu s'expliquer; mais comme il me semble qu^EUe pourrait sou- 
haiter d'etre informee plus particulierement de mes sentiments sur 
la conjoncture presente des affiiires, et de tout ce qui regarde les 
operatioDS de la Moselle, j'ai cru ne pouvoir mieux faire que de 
lui envoyer le Qnartier-Mattre-General Cadogan, encore qu'il me 
soit tres-necessaire ici a present que les troupes commencent a se 
mettre en marche. II est instruit de tout, et je supplie V. A. de 
Tecouter &vorablement et de le depecher le plus tot qu'Elle pourra, 
afin qu'il puisse me rejoindre avant que je parte de Maestricht 
n doit aussi concerter avec V. A. le lieu ou je pourrai la venir 
trouver, me faisant par avance un veritable plaisir de Thonneur 
de vons embrasser, puisqu'il n'y a personne qui soit avec une plus 
veritable passion et respect que je suis, 

MoiMieot, de TOtre Altesse, fro. M. 



To THE ELECTOR PAIATIN. 
MomnoxsOB, A la Hayt, ee 28 AmU, 1705. 

Comme je fiais partir le Quartier-Maitre-General Cadogan 
pour aller trouver M. le Prince de Bade, et se concerter avec lui 
8ur les operations de la campagne, j'ai ete bien aise de me preva- 
loir de cette occasion pour assurer V. A. E. de mes tres-humbles. 



24 MARLBOROUGH DISPATCHES. , [1705. 

respects. En quatre ou cinq jours je dois partir pour joindre las 

troupes Anglaises sur leur marche du cote de Maestricht, et je ne 

manquerai pas de fisure part a V. A. E. de temps en temps de ce 

qui se passera durant la campagne, etant avec un respect et 

attachement inviolable, 

MoDseignear, de V . A. £., &c M. 



To THE ELECTOR OF TREVEa 
M0N8EIGNEUB, A la Haye, ce 28 Avnl, 1705. 

Comme je fais partir le Quartier-Mattre-General Cadogan 
pour aller joindre M. le Prince de Bade, j'ai ete bien aise de me 
prevaloir de cette occasion pour assurer V. A. E. de mes tres- 
humbles respects. Le Sieur Stratford, marchand de Hambourg, 
qui Taccompagne, ayant entrepris la foumiture de I'argent pour 
nos troupes sur la Moselle, et souhaitant de faire sa residence pour 
cet effet k Coblenz, je la supplie aussi de I'eoouter £aiyorablement, 
et de lui accorder Thonneiu* de sa protection pour pouvoir d'autant 
mieux etre en etat de nous faire les ayances necessaires. 

J'espere de partir d'ici lundi prochain, et me flatte qu'en pen de 
jours je pourrai avoir I'honneur de faire la reverence a V. A. E. a 
Treves, et lui assurer en personne du respect et de la veneration 
avec laquelle je suis, 

Monseigneor, de V. A. E., 

Le tr^-humble et tr^a-ob^issant seiriteur. M. 



To M. VAN GHENT. 
MoNSiKUB, A la Haye, ce 29 Avrily 1705. 

Comme il y a deux bateaux cfaarg^ de canons, munitions, 
et autres attirails de guerre, pour Tartillerie Anglaise, comme 
aussi un bateau charge de tout ce qui est necessaire pour noire 
hopital, et un quatrierae qui porte mon bagage et provision de 
campagne, lesquels doivent tons monter le Rhin jusques a Coblenz, 
je viens par celle-ci vous supplier de vouloir bien leur fidre avoir 
les passeports necessaires de votre province et de leur donner 
toute Tassistance requise dans votre departement. Je vous en 
aurai beaucoup d'pbligation, et t&cherai de la reconnaltre dans 
toutes les occasions, etant tres-parfaitement, 

Moxi8ieiir» Totre, &c M. 



1705.] AKRIYAL ON THE MOSELLE OF M. D£ SCHLICK. 25 

To THE KING OF SPAIN. 
Sob, a la Haye,ce $9 Avril, 1705. 

Je remercie tres-humblement V. M. de la lettre qu'EUe a 
daigne m'ecrire sur I'heureux succes dont il a plu a Dieu de benir 
la justice des annes des hauts Allies pendant la derniere cam- 
pagne, et des felicitations que V. M. a bien youlu me faire sur ce 
sQJet et sur la haute dignite dont sa Majeste Imperiale a eu la 
bonte de m'honorer, la suppliant tres-humblement d'etre persuade 
que je n'ai rien plus a coeur que de pouvoir faire parattre ma 
reoonnaissance et Tattachement que j'aurais toujours pour les 
interets de aoa auguste maison, ayant fiut les demiers efforts pour 
bater le secours qui est venu si k propos k Gibraltar, dont je me 
flatte que V. M. se prevaudra pour une heureuse suite de la cam- 
pagne, etant avee un tres-profond respect. 
Sire, de votre Majesty, 

Le tr^s-deyou^ et tr^s-oMiaBant serviteor. M. 



To THE COMTE DE SINZENDORFF. 

A la Hojfe, ce I Mai, 1705. 
Je Tous suis extr^ement oblige de I'honneur de votre lettre 
du 18 du passe. J'ai bien cm que yos engagements aupres du 
Boi ne tous permettraient pas de venir en Allemagne ; il faut que 
je m'en console. Cependant je me rejouis du caract^re que yous 
me donnez de M. le Comte de Schlick que S. M. I. a destine pour 
cela, me faisant un veritable plaisir par avance de I'honneur de 
son amitie et de sa confidence, ne doutant aucunement que de 
lliumeur que tous me le depeignez nous ne vivions parfaitement 
bien ensemble. 

Le Comte de Lescheraine est de retoiur depuis deux jours, et a 
laiase M. le Prince de Bade dans les dispositions d'agir de concert 
avec moi du cote de la Moselle pour nous mettre en ^tat de £sdre 
les efforts que la conjoncture presente demande. tTid trouve it 
propoe d'euToyer le Quartier-Maitre-General Cadogan aupres de 
lui pour concerter le tout et moyenner une entreyue avec S. A. 
Je serai oblige auparavant de passer par Maestricht, oh j'attendrai 
le retour du Sieur Cadogan, et alors je me rendrai en diligence la 
ou on sera convenu pour m'aboucher avec S. A. avant de nous 
mettre a la tete des armees. Alors je pourrai vous informer de 
tout ; cependant, quand on aura occasion de lui ecrire de la cour, 
je YOUS prie qu'on lui recommande toujours, sans qu'U sache que 
cela Yienne de moi, de donner le plus de troupes qu'il pourra pour 
a^ du cote, de la Moselle. 



26 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

Je suis bien marri que votre afiaire ne s'ajuste point avec M. 
TElecteur de Mayence; il &ut esperer qu'on trouvera encore 
jour k cela. Je m'y emploierai toujours de tout mon possible, et 
me croirai trop beureux si j'y puis contribuer. 

Vous ne me sauriez faire un plus grand plaisir, je vous assure, 
que de me donner souvent de yos nouvelles. Continuez-moi auasi, 
je YouB conjure, I'honneur de votre amitie, puisque personne ne 
saurait etre plus par£Edtement que je suis, 

Moosieiir, Totre, &c. M. 



To THB COMTE DE WBATI8LAW. 

MoMSixuB, A la Hajfe^ ee 1 Mai, 1705. 

J'ai requ I'honneur de votre lettre du 15 du passe, et suis 
bien aise de voir que les resolutions de votre Comite sont pour 
agir sur la defensive au Haut Rhin. M. de Lescheraine est de 
retour depuis deux jours, et a laisse M. le Prince de Bade a peu 
pres dans les memes sentiments, seulement nous ne convenons pas 
tout-a-fait du nombre qu'il pourra employer sur la Saar, lequel, 
selon moi, doit etre suffisant pour nous mettre en etat de donner 
bataille aux ennemis ; ce qui me semble, si on pent les y attirer^ 
etre absolument neoessaire pour les int^^ de S. M. I. et de 
r£mpire, vu la situation des aSaires d'ltalie et en Hongrie. C'est 
pourquoi j'ai trouve a propos d'envoyer le Quartier-Maitre- 
General Cadogan pour se rendre en poste aupres de S. A., encore 
que je ne puisse que difficilement me passer de lui a present que 
nos troupes sont en mouvement. II doit concerter le tout, et lui 
representer la necessite de &ire marcher incessamment les troupes 
vers la Saar, meme en plus grand nombre qu'il ne destine, et 
moyenner en meme temps une entrevue avant que nous nous 
mettions a la tete des armees. Ce ne pourra pas etre pourtant 
que vers le 20 du mois, puisque la lenteur et les irresolutions ici 
m'obligent a marcher les troupes Anglaises premierement a Mae&- 
tricht, ou j'attendrai le retour du Sieur Cadogan. Cependant 
quand on eorira de la cour a M. le Prince de Bade, je vous prie 
qu'on lui recommande toujours, sans qu'il sache que cela vienne 
de moi, de donner autant de troupes qu'il lui sera possible pour 
agir du dbt6 de la Saar et de la Moselle. Au reste, vous savez 
la passion avec laquelle j'ai toujours souhaite vous revoir en 
Allemagne, mais puisque S. M. I. vous aura destine ailleurs, il 
fiiut oeder. Je vous prie seulement de me oonserver toujours 
rhoimeur de votre amitie, et d'etre persuade qu'il n'y a persoone 



1705.] DISPATCH OF AGENTS TO THE HUKGABIANS. 27 

qui Tons estime et vote souhaite plus de bonheur que je Gus, ^tant 
tres-smoereiiient, 

Mondeor, Totre tt^hiiinble eC tr^s-ob^iBBaBt flerritenr. IL 

P. S- — Le caract^re que j'ai eu de M. le Comte de Schlick, 
qui j'appreuds doit yenir aur la Moselle, et sa parent^ aupres de 
▼OQS, me font beaucoup de plaisir. Je me rejouis par avance de 
llKmiieur de sa confidence. Prenez ^occasion, je yous prie, de 
lui £ure Ueu des compliments de ma part it oe sujet. 



To Mb. SECBBTAKY HARLBY. 
Sn, Hague^ lit 3%, 1705. 

I am to return you thanks for the favour of your letters of 
die 13th and 14th past The two merdiants you mention have 
been with me relating to Pitkins's business, and I have acquainted 
them with the measures the Pensionary thinks most advisable for 
them to take in order to secure him, and then he will give his best 
assistance to procure the States' leave for carrying him over to 
England. 

Since my last, I have had another conference with Huguetan, 
and find he does not think himself very safe here. It seems, some 
time before he came away, the French court, being jealous of his 
designsy that they might have the greater tie upon him, obliged 
him to give bills for about a million of livres without any efi^ts 
or security ; and as these bills may for the most part be protested, 
he is apprehensive that if the court should make application for 
having him sent to France, the States will be at a loss what to do, 
and may be prevailed with to deliver him up for fear of reprisals 
on their merchants, therefore he desires leave to go over and that 
be may be protected in England, upon which I have directed him 
to write to his firiends to make application to you. It is certain, 
as he has been employed in all the remittances for the French 
armies abroad, he may, if he deals honestly, be able to do great 
service. 

I am afiraid I have been guilty of a neglect in not sending over 
to the Pensionary the copy of the instructions prepared for my 
Lord Paget. He was asldng me for them two days ago, on which 
I was a little surprised, thinking I had sent them to him long 
snce; pray hasten them to him by the first post. They desire 
here likewise that Mr. Montague may be dispatched as soon as 
possible. Mr. Franco, who is well known to you, has many re- 
lations and good credit with several of the Hungarians, upon 



28 MABLBOBOUOH DISPATCHES. [1705. 

which I have been thinking he might be of use to go with Mr. 
Montague, and having discoursed with him on that subject, I find 
he is willing to attend him, so that it may be necessary, if this be 
approved of, that you concert this matter with Mr. Montague, 
and give some direction therein as may be proper. 

I have nothing new from the Moselle since what I wrote to you 
by the last post, so that we may believe M. Villars has not been 
able to do anything since. Our troops are marched out of gar- 
rison this morning, and will be all at the camp at Maestricht by 
the 13th. I intend to leave this place on Monday early, and to 
be there on Friday, against which time I may expect Colonel 

Cadoean from Germany. 

° Sir,&c Bi. 

P. S. — Since writing this letter the enclosed paper is come to 
my hands from M. Huguetan ; you have likewise, enclosed, a re- 
solution of the States relating to the treaty with Sweden. 



To Mb. secretary HEDGES. 
Sn, Hayme, \8t May, 1705. 

I have the favour of your letter of the 13th past, with the 

establishment for my Lord Peterborough's expedition, which in 

my opinion will be very well provided for when you have added 

an allowance for contingencies. I have seen what my Lord Raby 

writes relating to the projects in Switzerland, and believe it may 

not be amiss that the Queen's minister be instructed in that 

matter, though, as I have already told Mr. Secretary Harley, 

while the King of Prussia is webting in furnishing the troops he 

is obliged to give to the Empire, I have no great prospect of his 

doing anything elsewhere, at least tiiose engagements ought to be 

complied with in the first place. We have heard nothing from 

the Moselle since my last, so that we hope the French have not 

been able to do anything more. 

Our troops have begun to march out this morning towards 

Maestricht ; on Monday I intend to follow, and hope to be there 

this day se'nnight. 

I am truly, ffir, ftc M. 

To SIR J. WOOD. 
Sir, HaguM, lU May, 1705. 

Application having been made to me by several persons in 
behalf of my Lady Wood, your wife, who is represented with her 



1705.] COLLECTION OF THE TROOPS AT MAE8TRICHT. 29 

children to be reduced to a very low condition through your un- 
kindness, without any reproach that I can understand of her side, 
the friendship I have for you obliges me to give you notice 
thereof, and to advise you, by continuing to her the allowance of 
five pounds a month, and paying her what is in arrear, to put a 
stop to her further sohcitations, which if she should be provoked 
to carry so ikr as to her Majesty or the States, it is easy to fore- 
see the consequence will prove to your disservice and the dissatis- 
fiaction of those who wish you well, among whom you may always 

reckon. 

Sir, youn, &c. M. ' 

To THX KING OF PRUSSIA. 
Snus, A la JSIaye, ce 8 Mai, 1705. 

«rai tarde jusques au dernier jour de mon depart pour donner 
conmussance a V. M. de ce qui se passe id. La timidite de ces 
Messieurs m'a oblige de faire perdre deux ou trois jours de 
marche a nos troupes pour les faire assembler aupres de Maes- 
tricht Elles sont a present en pleine marche, et je pars demain 
de grand matin pour les y aller joindre. II me faudra y rester 
jusques au 13, et apres avoir donne les ordres necessaires, je dois 
me rendre a Coblenz pour regler tout ce qui regarde notre artil- 
lerie. De la j'irai m'aboucher avec M. le Prince Louis de Bade ; 
de sorte qu'il sera bien le 24 de ce mois avant que je puisse etre 
a Treves, d'ou je ne manquerai pas, si V. M. veut bien me le 
permettre, de lui rendre compte de temps en temps de tout ce 
qui se passera. Cependant je la supplie d'agreer la liberte que 
je prends de lui recommander encore la prompte marche de ses 
troupes, et d'etre persuadee du profond respect et de I'entier de- 
vouement avec lequel je suis, 

Sire, de votre Majesty, 

Le tr^humble et tr^s-obSBsaut serritear. M. 



To M. IVOY. 
HoNSiBUB, A &» Ha^ ce 3 Mai, 1705. 

J'ecris presentement a M. le Comte de Noyelles pour lui 
marquer que je me trouve oblige de passer par Maestricht, de 
sorte que je ne pourrai etre a Coblenz avant le 17. Je le prie 
aussi de m'envoyer.quelqu'un pour ce jour-la qui puisse m'in- 
struire exactement de I'etat oiivous vous trouverez alors, afin 
que je sois d'autant mieux en etat de concerter avec M. le Prince 
de Bade, que je m'attends de trouver aux environs de Mayence, 



80 HABLBOEOUGH DI8PATCHS8. [1705. 

et puis me rendre droit a Treves, oil j'espere arriyer le 23. Les 
troupes Anglaises qui s'assembleront du cote de Maestridit 
pourront etre a Treves pour le 27. En cas que M. le Comte de 
Noyelles ne se serve pas de vous pour me venir trouver a Cob- 
lenz, je vous prie de m'ecrire par la personne qui viendra, et de 
me doDuer toutes les informations que vous trouverez necessaires. 

Je eau» trts-parfiutanent, Honneor, &o. M. 

P. S.— •Tai oublie de prier M. le Comte de Noyelles de tenir 
les pontons prets pour faire un pont sur la Moselle quand je lui 
marquerai I'endroit et le temps. 



To THE BISHOP OF OSNABURG. 
MoMSiEUR, A la Hay9j ce 3 Jfat, 1705. 

J'ai re^u avec tout le respect que je dois la tres-obligeante 
lettre que V. A. ma fait Thonneur de m'ecrire le 20 du mois passe, 
et j'ose I'assurer que je suis au desespoir de n'y pouvoir repondre 
de la maniere que je souhaiterais. La repartition des troupes 
ayant ete faite avant que je fusse informe de la volonte de V. A., 
il ne m'a pas ete possible d'avoir son regiment avec moi sur la 
MoseUe, autrement je me serais employe pour cela, meme avec 
plaisir, ne chercbant rien avec plus d'empressement que les occa- 
sions de pouvoir temoigner a V. A. I'attachement et le respect 

tres-sincere avec lequel je suis, 

MoDaieor, &o. M. 



To THE PRINCESS OF N. SIE6EN. 
Madame, A la Haye, ce 8 Mcdy 1705. 

M. d'Oldersom, votre bon ami, m'a appris I'etat oii V. A. 
se trouve a present, et le malheur qui lui est arrive, dont je 
ressens une vive douleur, taut par le respect que je lui dois, que 
Tattachement que j'aurai toujours pour tout ce qui a aucune 
liaison k S. A. £. Monseigneur I'Electeur de Mayence. M. 
d'Oldersom m'a fait comprendre en mSme temps que V. A. espe- 
rait quelque soulagement de la Reine, et j'ose I'assurer que rien 
ne me ferait un plus grand plaisir que d'y pouvoir contribuer des 
a present ; mais oomme j'en suis assez eloigne, et que je le serai 
davantage par mon depart demain pour I'Allemagne, je ne vois 
guere d*apparence de pouvoir reussir, comme je souhaiterais, pen- 
dant mon absence. Cependant k mon retour I'hiver prochain, je 



1705.] LAMENESS OF THE PRINCE OF BADEN. 81 

De manqiierai pas de m'employer de mon mieax pour marquer k 
V. A. le req>ect tres-sincere avec lequel je suis, 
Madame, de ToCre Altnse, 

Le tr^homble et tr^t-ob^aiant aerviteur. M. 



To THE COUNT OF WARTENBERG. 
MossiEUB, A la Htoft, ce 3 Mai^ 1705. 

Je me donne Fhoimeur d*informer le Boi par la ci-jointe que 
je quitte la Haye demain de grand matm pour me rendre a 
Maestricht, d'ou, apres ayoir fait la revue des troupes, je partirai 
en diligence poor Coblenz et de Ik j*irai m'aboucher avec M. le 
Prince de Bade, qui me mande par une estaffette que je re^ois a 
ce moment, qu'il se trouvait fort incommode de ses jambes, et 
qu'il craignait ne pouvoir etre en etat de partir de chez lui, avant 
de s'etre send des bains, ce qui nous serait un grand contretemps. 
Cependant je serai contraint dialler jusques a Aschaffenbourg ; 
mais j'espere toujours d'etre a Treves pour le 24. A mon arri?ee 
je ne manquerai pas de me donner Thonneur de vous ecrire, et de 
Tous marquer la situation de nos affaires, vous suppliant d'etre 
toujours de mes amis et de me croire passionnement, 

MoD8iear» votre tr^hmnble et tr^a-ob^nant aervitecur. M. 



To THE COMTE DE NOYELLES. 
HoRSiscB* A la Bay€, ce 3 ifat, 1705. 

N'ayant point re^u de vos nouvelles depms celle du 24 du 
passe, je ne vous ai pas ecrit le dernier ordinaire. Peut-etre que 
vous aurez adresse vos lettres a Coblenz, mais je n'y serai pas si 
tot ; car, pour complaire a quelques-uns des Messieurs ici, je me 
trouve oblige de passer par Maestricht et de faire prendre la 
meme route a nos troupes Anglaises. •Fen partirai le 14 pour 
Stre le 17 a Coblenz^ ou je vous prie de vouloir envoyer quelqu'un 
qui pourra m'instruire exactement de la situation ou vous serez, 
afin que je puisse etre d'autant mieux en ^tat de concerter avec 
M. le Prince de Bade, que je m'attends de trouver aux environs 
de Mayence. Si vous avez quelque chose en particulier a me 
dire sur ce sujet, vous aurez la bont^ de me faire deux mots de 
lettre, auxquels je feral reponse par la meme personne, que je ren- 
verrai le lendemain. De cette manibre je ne saurais etre avec vous 



82 MAKLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

avant le 23 de ce mois, et voub pouvez compter sur nos troupes 

Anglaises pour le 27. 

Je 8iiia» trhi wnnhrmfiiti Momieiir, &c M. 

P. S. — Si la conjoncture le permet, envoyez-moi^ je vous prie, 
quelque offider qui puisse me donner le detail de tout 



To M. HOMPESCH. 
MoNSisuB, A la Hayet et S Mai^ 1705. 

Je n'ai rien re^u de la Moselle depuis celles du 24 du passe, 
de sorte qu*on aura sans doute adresse mes lettres a Coblenz, oii 
je ne serai pas pourtant si tot que je m'etais flatte, me trouvant 
oblige de rester trois ou quatre jours a Maestricht Je &is etat 
d'en partir le 13 de ce mois pour etre le 17 a Coblenz, ou je 
mande a M. le Comte de Noyelles de m'envoyer quelque officier 
qui sera instniit de la situation oil vous vous trouverez, afin que 
je sois d*autaiit mieux en etat de eoncerter avec M. le Prince de 
Bade. Si le sort ne tombe pas sur vous ou sur M. Ivoy, je vous 
prie de m*ecrire au large vos pensees, par le meme officier. £n 
tout cas j'espere de vous embrasser k Treves le 23 de ce mois, et 
vers le 27 les troupes Anglaises y arriveront aussi. 

Je 81118 ti%8-d]iob«nient, MoDsieiir, &c M. 

P. S. — ^Songez blen des moyens de sortir de Tendroit que les 
troupes occupent, car je ne saurais etre en repos que nous ne soy ons 
avances de dx a sept lieues de Treves. 



To Mr. secretary HARLEY. 
S»» 4M 3%, 1705. 

I write to you now in a yacht between Leyden and Utrecht 
to acknowledge the favour of your letter of the 17th past, whereby 
I find my lords of the council have advised the Queen that I be 
empowered to give her Majesty's protection to such of the Irish 
regiments as shall desert the French service, which I hope will be 
of good service ; but I must entreat you that I may be further 
instructed in this matter. The Duke of Schomberg had no doubt 
some authority firom her Majesty on this particular subject, with 
the form at least of a declaration to be dispersed among the 
Irish, whereby they might be fully informed of her Majesty's 
gracious intention towards them : these I pray you will forward 
over to me as soon as conveniently you can. I am now hastening 
to Maestricht, where I shall be obliged to continue till the Uth 



1705.] JOUBKEY TO A8CHAFFENBUBG. 33 

mstanft, to reyiew and give the necessary orders for the march of 
the troops : firom thence I go to Coblenz to give directions for the 
artillery to advance; and then lam afraid Imust be obliged to go 
as far as Aschaffenbnrg to concert measures with Prince Louis, from 
whom I had an estaffette yesterday of the 30th past, by which he 
tells me he finds himself very much incommoded in his legs, and 
&at he shall be forced to make use of the bath for some time. 
By Qua means it will be the 24th of the month before I can reach 
Treves, and the troops I shall expect three days later. M. Hirzel, 
a Swiss colonel, arrived this morning from the Moselle. He left 
Treves the 30th, and gives an account that the French troops were 
all retired into their quarters. Enclosed I send you the copy of 
a letter I had yesterday from the Marquis de Guiscard. I have 
pat it into the hands of the Greffier Fagel, the States being this 
day to come to a resolution both in his business and the Marquis 
de Miremont's, copies of which resolutions will no doubt be sent 
by this post to M. Yryberguen to communicate to you, <Sbc. 

M. 



To Mb. SECBETART HEDGES. 
So, 4th May, 1705. 

I now acknowledge the fiivour of your letter of the 17th past, 
and am glad to see you are so sanguine with reference to the 
affidrs in Portugal. It seems strange they have had no news of 
Sr John Leake, and that no ship should be come from him to 
England since the action. I am now upon the water between 
Leyden and Utrecht, hastening to Maestricht, where I shall con- 
tinue till the 14th in the morning, to review the troops and give 
the necessary orders for their march to the Moselle, and then 
taking Coblenz in my way, to send forward the artillery, shall go 
to the Prince of Baden at Aschafienburg, where, by an estaffette 
I had from him yesterday, he tells me he is so incommoded in his 
legs that he is not able to stir. 

M. Hirzel, a Swiss colonel, arrived at four this morning from 
the Moselle. He left Treves the 30th past, and says the French 

were then all retired into quarters. 

I am, with tmtli, Sir, &c M. 



To THB COMTES DE WRATISLAW AND 8INZEND0RPF. 
UomiEDB, Ce 4 Mai, 1705. 

Je vous ecris a pr^ient en bateau entre Leyde et Utrecht, et 
suis, je vous assure, bien marri d'etre oblige de vous importimer 

VOU. II. D 



34 KAHLBOBOTJGH DISPATCHES. [1705. 

si flouFent: a oette heure c'est au snjet d'une lettre que j'ai 
re^ue bier par estaffette de M. le Prince de Bade. II se plaint 
fortement du mauvaifi etat de ses troupes ; qu'U n'a ni caiasoos, 
ni train d'artillerie, ni magasii^ ; qu'une partie des troupes de 
rfimpei'eur qui devaient oomposer son arm^ sont en Baviere avec 
ordre de n'en point sortir ; qu'on n'a pas encore adieve le traite 
pour ceiles de Wurtzbourg ; enfin if m'en dit bien davantage. 
Mais Tous pouvez croire qu'en voila assez pour me donner bien 
de rinquietude. Je me flatte que les ordres seront dejJi partis de 
Vienne pour remedier k oes desordres, et que j'en aurai biwitot 
les nouvelles ; mais si cela n'^tait pas, je vous conjure de ne point 
perdre de temps k representer le miserable etat de son armee au 
Roi des Remains, et de supplier S. M. de ma part, d'y vouloir 
serieusement reflechir, afin qu'on trouve le moyen d'y mettre ordre 
incessamment, sans quoi il n'y aura rien a esp^rer de toute la 
campagne. Je m'etais flatte que j'aurais appris avant ceci la 
marche des troupes Danoises pour joindre le Prince Louis. 
Mandez-moi, je vous prie, ce qui en est. II me semble aussi que 
si on trouvait necessaire de tenir des troupes k present en Baviere, 
elles devraient etre des Cercles, et non pas des yieilles troupes de 
I'Empereur, dont on a si grand besoin ailleurs. 

Selon les avis que nous avons de la situation et des desseins 
des ennemis, si le Prince de Bade ne marche pas vers la Moselle 
ou la Saar avec un corps de cinquante bataillons et quatre-vingt 
escadrons, nous n'aurons paa la superiorite, et ne serons aucune- 
ment en etat d'agir selon que les interets de S. M. I. et de la 
cause commune le demandent. 

Voici oil finit la lettre que j^ecris par cet ordinaire k *M. le 
Comte de Zinzendorff. Les affaires dont il s'agit sont de trop 
grande cons^uence pour etre laissees au hasard, ainsi de peur 
que Tun ou Tautre ne fut absent, j'ecris a tous deux. Vous 
voyez, Monsieur, de quoi il s'agit ; c*est de faire une bonne ou 
mauvaise campagne ; et j'ose bien dire, si nous ne reussissona pas, 
que la faute ne sera pas de ce cote-ci. 

Je ferai mon possible pour etre vers le 20 avec M. le Prince de 

Bade, et si on est toujours d'iutention que M. le Comte de Scblick 

vienne, je souhaiterais fort qu'il put y etre pour le meme temps, 

afin de faire un rapport fidele k la cour de Tetat des troupes et 

de ce qui se passera. 

Je suis. Monsieur, &c M. 



1705.] RECOMMENDATION OP COLONEL IVOY. 85 

To Mb. SECBETABT HARLEY. 
Sib, MoMifiehty ^th May, 1705. 

On my journey hither I had not the opportunity of writing 
to you the last post, nor indeed }iad I anything material worth 
troubling you with. I am now to acknowledge the favour of 
your letter of the 20th past, and am of opinion, though the States 
should not think fit to let their ships stay for Sir Cloudesly 
Shovel, they will be very glad of the reinforcement you offer 
them. Nine battalions and six squadrons of our English troops 
came yesterday within five leagues of this place, and are now 
halting ; to-morrow they come to the camp marked for them in 
flie neighbourhood, where, by the 13th, all the rest of our troops - 
will have joined them. The Dutch of this garrison, and all their 
troops cantoned hereabouts, will march out on Monday and en- 
camp at Hacour, about two leagues off, between this place and 
Liege. 

Having received a letter from Mr. Davenant about his removal 
to Ratisbon, I send it to you here inclosed as the easiest method 
of letting you know what he desires. The French are very quiet 
in these parts; their chief attention seems to be on our motions. 

I am, Sir, &c M. 



To THE STATES-GENERAL. 
Hauts et PfTiBBAHTS SEiGNEUKfl, A Moestrichty ce 9 Mait 1705. 

Je suis arrive ici hier k midi, et dois me remettre a M. 
d'Auverquerque pour informer vos H. P. des ordres qu*il aura 
donncs pour faire camper leurs troupes lundi prochain. Une 
bonne partie des Anglais sont deja avances jusques a Maesyck, le 
reste arrivera de jour a autre : mais les dcmiers n'auront pas 
joint avant le 13. Je me donnerai Thonneur de faire part k vos 
H. P. de leur marche ulterieure, et de ce qui se passera partout 
oil je serai. Cependant je fais cette lettre principalement en 
faveur du Colonel Ivoy. Ayant appris depuis mon arrivee que 
M. de Volkerskoven a quitte sa charge de quartier-maitre-general, 
je ne doute, nullement que vos H. P. n'aient des egards en cette 
occasion au merite et aux longs services du dit Sieur Ivoy. Mais 
ayant ete temoin I'annee passee de son 2ele et application uifatigable 
a leors interets, je croierais manquer k mon devoir si je ne faisais 
pas tout ce qui depend de moi pour encourager un officier de son 
caract^ et capacite a continuer ses soins dans le service. C'est 
dans cette vue seule et pour leurs interets propres que je prends la 

d2 



36 MAKLBOEOUGH DISPATCHES. [1705. 

Hberte de supplier vob H. P. de vouloir bien ajouter a son acte de 
quartier-maitre celui de brigadier, y ayant eu trois colonels plus 
jeunes que lui qui ont dejli passe par dessus. Ce sera une justice 
qu'on lui rendra, et en mon particulier je leur en serai aussi in- 
finiment oblige, etant avec tout le respect possible, 
Hants et PniflBants Seigneun, 

Voire tr^homble et trb-ob^iflBant serriteor. M. 



To THE ELECTOR PALATIN. 
MoNSBiONEUB, A Maestrtcht^ m 10 Mat^ 1705. 

Ayant requ ce matin une lettre de M. le Comte de Les- 
cheraine, par laquelle il me mande que les sept mille hommes a la 
solde de I'Angleterre et de TEtat ne sauraient etre a Keysers- 
lauteren en moins de dix-huit jours, je n'ai pu me dispenser de 
prendre la liberte de lui marquer Tinquietude que ce retardement 
me donne, puisque cela derangerait entierement les mesures que 
nous avons prises pour Touverture de la campagne. Ainsi que je 
me trouve oblige de supplier tres-instamment V. A. £. de vouloir 
bien donner ses ordres pour pressor la marche des troupes autant 
qu'il sera possible sans s'arreter k*Keyserslauteren pour se former 
en corps ; mais plutot que les r^ments s'avancent droit vers 
Treves par le cliemin le plus court, ayant fait etat de les y trouver 
tons a mon arrivee le 23 de ce mois. Pour ce qui regarde la 
revue, elle se fera tout comme V. A. E. le trouvera a propos, a 
mesure que les regiments viendront, ou quand le tout sera en- 
semble ; sur quoi j*aurai I'honneur d'attendre ses ordres, et me 
ferai toujours une loi indispensable de chercher les occasions de 
temoigner a V. A. E. le zele et Tattachement tres-respectueux 

avec lesquels j'ai Thoimeur d'etre, 

MoDseignear, &c. M. 



To THE COUNT DE LESCHERAINE 
MoNSiEUB, A Maeatricht, ce 10 Mai, 1705. 

Vous pouvez facilement croire que ce que vous me marquez 
de la marche de nos sept mille hommes, et qu'ils ne seront pas a 
Keyserslauteren en moins de dix-huit jours, me donne la demiere 
inquietude. C'est ce qui m'a oblige d'ecrire a S. A. E. pour la 
supplier tres-humblement de donner ses ordres pour presser leur 
marche autant qu'il sera possible. Vous savez que ces troupes 
devaient etre pretes pour le premier d'Avril, et je m'etais flatte 
que le zele et I'attachement que j'ai toujours eu pour les interets 



1705.] DELAY OF CONTINGENTS. 37 

de S. A. £. n'auraient pas merite ce contretemps. Si elles ne se 
trouTaient pas a Treves a mon arriy^ yen le 23 de ce mois, cela 
deconcertera tout-k-fait nos mesures pour Touverture de la cam- 
pagne, et donnera le loisir aux ennemis de penetreret trayerser 
tous DOS desseins. Vous yoyez done la cons^uenoe qn'il y a de 
les presser, et je vous conjure d'employer vos meilleurs offices 
aupres de S. A. E. pour cet eflfet ; meme que rin&nterie deyance la 
cayalerie, si oela se peut. Je prie M. le Comte de Nassau, a qui 
TOQs ferez, s'il vous plait, bien des compliments de ma part, de 
▼ooloir bien employer aussi son credit dans une affiure si pressante. 
Pour ce qui est desautres troupes de S. A. £., cela ne me touche 
pas de si pres ; mais je dois vous dire pourtant, que leur retarde- 
ment nous sera a tous un tres-grand prejudice pour les operations. 
Aioffl je me pt;rsuade qu'on fera les demiers efforts pour les mettre 
au plus-tot en campagne. 

J^aurais ete tres-aise de vous voir ici ; mais vous me connaissez 
trop de vos amis pour souhaiter la moindre chose centre vos in- 
terets. Quand ils le permettront, soyez sur que vous serez 
toujours le bien venu, puisque je suis avec un veritable desir et 



Monsienr, &c M. 

P. S. — ^A regard de M. Davenant, vous pouvez assurer S. A. E. 
qu il ne recevra aucuns ordres pour venir a Dusseldorp que je 
ne sois edairci de son fait. 



To THE MARECHAL DE VILLEROI. 
MoasDEDB, A Maettriehtj ceil Mai^ 1705. 

J'ai depuis mon arrivee ici requ Thonneur de votre lettre du 
30 du paase, et vous suis ties-oblige du passeport que vous avez 
eu la bonte de m*envoyer; mais pour ce qui regarde les prison- 
mers, j'ose bien vous assurer que je ne suis pas tant a blamer que 
TOUS semblez le croire. II n'a pas tenu a moi que I'echange a 
traine m long-temps. II y a pr^ de trois mois que nos vaisseaux 
de transport sent sortis de la Meuse pour Bordeaux. J^avoue bien 
qn'il {iaat qu il y ait eu de la negligence, puisqu'ils ne sont pas 
encore de retour ; mais il ne faut pas, s'il vous plait, me I'attribuer. 
J'avais pris mes precautions pour degager tous ces honnetes gens 
de part et d'autre le plus tot que je pourrais ; mais Tofficier qui com- 
mande m'&nit qu'ilne pouvait m'envoyer les listes avant son em- 
baiquement, puisqu on avait envoye, ou pour le moins encourage, 
des oflBcieTS Irlandais a venir debaucher son monde; que le 
nomme Haye, capitaine du r^ment Darrington, lui en avait 



38 MAHLBOKOUGH DISPATCHES. [1705. 

enleve quatre depuis peu, et qu'un offider en avait amene deux 
pour la compagnie de Macartney des memes troupes : il s*en est 
plaint a M. le Marechal de Montrevel, sans pourtant en avoir pu 
obtenir aucune raison, encore qu'un de ses gens dans ce temps 
meme fut retenu a Bordeaux, ce qui me semble etre tout-a^Ssdt 
contre les regies ; particulierement apres qu'on est oonvenu de 
I'echange. J'ai meme donne des ordres expres k nos officiers de 
n'engager aucun des votres. tTattends a chaque moment les 
listes de I'embarquementy et des que je les aurai requ, yob gens 
seront renvoy^ au plus-tot, car il n'y a qui que ce soit qui sym- 
pathise plus que je ne £a.b dans les malheurs et souffirances d'autrui, 
ou qui travaillerait avec plus de plaisir a y mettre fin. Je vous 
prie d*en etre bien persuade, comme aussi de la Yeri'te et du 

respect tres-sincere arec lesquels je serai toujours. 

Monsieur, &c. M. 

To THB COUNT DE WRATISLAW. 
Monsieur, A Maesiricht, cell Mai^ 1705. 

Depuis que j'ai quitte la Haye on m'a achemine la lettre que 
vous m avez fait I'honneur de m'ecrire le 18 du mois passe, dont 
je vous suis infiniment oblige. Vous aurez deja vu par celle que 
je vous ai ecrit le jour avant mon depart, la satisfaction que j*ai cue 
en apprenant que M. le Comte de Schlick etait destin^ pour venir 
a Tarmee. Je souhaiterais meme de tout mon coeur qu*il fat deja 
arrive, ou de le trouver au moins aupres de M. le Prince de Bade 
quand j'y viendrai, car se sera alors peut-etre que j'aurai le plus de 
besoin de son assistance, car vous savez que si on ne se met pas en 
bon train des le commencement de la campagne, on n'y revient 
guere pendant tout le temps de sa duree. Ainsi s'il n'etait pas 
parti de Vienne, je vous prierais, si vous le trouviez necessaire, de 
feire des instances aupres de I'Empereur et du Roi afin qu'il soit 
depeche incessamment. 

Pour ce qui vous regarde en particulier, permettez que je vous 
disc sans ceremonie que vous n*avez pas un ami au monde qui 
vous souhaite plus de bien que je fiiis, ou qui prend plus d'interet 
en tout ce qui vous regarde. C'est tout ce que je puis vous dire ; 
mais s'il etwt ea mon pouvoir, vous vous en ressentiriez par les 
eflfets, puisque j'ai rhonneiu* d'etre avec une passion et estime tres- 
sincere, 

Monsieur, &c. M. 

P. S.— Les troupes Anglaises passent la Meuse vendredi, et je 
serai dimanche a Coblenz. Je vous conjure de m'ecrire r^uliere- 
ment, et de me mettre aux pieds du Roi. 



1705.] APPROACH OF THE PRUSSIANS. 39 

To M. DE BOTHMAR. 
MoNSEBOB, A MatitniAt, ee n Maif 1106. 

J'ai re^u Thoimeur de yotre lettre du 5 du courant ; mais 
n'ai encore rien on! de MM. les Etats touchant la jonction des 
troupes. Si leurs H. P. m*en ecrivent le moindre mot, je tacherai 
de m*ett prevalcnr pour la satisfaction de lenrs A. £. et S. 

A r^ard des conditions que rous m*enToyez pour le regiment 
de dragons, je suis bien marri que je ne saurais les accepter, 
n'etant pas en mon pouvoir d'ajouter la moindre chose a ce que je 
Tous ai propose a la Haye. Vous savez meme que les quartiers 
d'hiver, de la maniere que vous le demandez, ne dependent aucune- 
ment de nous. Tout ce qu'on y pent faire c'est d'employer les bons 
offices de la Reine et de I'Etat Jfaurais souhaite de tout mon 
ccBur qu'on put s'accommoder, taut pour le bien du service que 
pour I'amour de M. votre frere, lequel, encore que le regiment 
restat derribre, sera toujours le bien renu ; et je tacherai pour son 
propre merite, aussi bien qu'k votre egard, de lui donner dans toutes 
les rencontres des marques de mon estime et de mon amiti^, ^tant 

avec une veritable passion et respect, 

MoDiieor, ^otre, Sec, M. 



To THE COUNT DE NOYELLES. 
MomisuB, A Maeatricht, ce 11 Mai, 1705. 

Depms que je suis ici, on m'a achemin^ les lettres que vous 
m'avez fait I'honneur de m'ecrire le 29 du passe et le premier de 
ce mois. EUes m'ont beaucoup rejoui de voir que vous etiez 
toujours si tranquille. Apparemment I'assembl^ de nos troupes 
ici y aura en quelque maniere contribu^, les ennemis ne sachant 
de quel cdte nous voulions nous toumer. A present j'esp^re qu'il 
n'y a plus rien a apprehender. J*ai fait de tr^-pressantes in- 
stances, tant a Berlin qu'k Dusseldorp, pour presser la marche des 
troupes, et je ne doute point que oela n'ait un bon etBsL On 
m'assure que les Prussiens seront k Treves avant la fin du mois, 
et je me flatte que les Palatins y pourront etre plus tdt, pour le 
moins en partie, ayant prie M. I'Electeur de faire avancer Tin- 
figmterie le plus vite qu'il pourra, et de laisser suivre la cavalerie 
pour epargner les fourrages. 

Les troupes de TEtat sont sorties ce matin, et out pris le camp 
de Hacour. Une bonne partie des Anglais est aussi arrivee, et 
le reste sera a portee demain. D'abord que j'en aurai fait la 
revue je partirai pour Coblenz, on j^espere de trouver dimanche 
pn^hain q[iielqu'un de votre part, avee qui je pounid me ooocerter, 



40 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

et Yous faire savoir ensuite mes sentiments de ce que voos potmriez 
entreprendre tandis qne je fais un tour pour m'aboucher avec M. 

le Prince de Bade. 

Je Buis, ayec une T^itable paflsion et reject, 

Monsieur, yotre, &c. M. 

P. S. — Les troupes ennemies qui avan^aient vers laMoseUe ont 
re^u contre-ordre ; mais apparemment, quand ils sauront que nous 
sommes en marche, ils poursuivront la leur. 



To M. IVOY. 

MoNSiEUB, A Mae$lrickif ce II Mai^ 1705. 

J'ai regu la lettre que vous m'avez ecrite le 4 de ce mois, et ai 

ete bien aise de Toccasion que vous m'y donniez de vous temoigner 

le cas que je fais de votre merite. J'ai d'abord ecrit en votre 

faveur a MM. les Etats dans les termes que vous trouverez par la 

copie de ma lettre ci-jointe, et je me flatte que leurs H. P. auront 

au moins quelques egards a ma recommandation. 

Je fais etat de partir d'ici vendredi matm pour me rendre a 

Coblenz, ou j'espere de vous trouver, ou quelque autre de la 

part de M. le Comte de Noyelles, pour concerter et lui faire 

savoir mes sentiments de ce qu'on pourrait faire, meme avant que 

je vienne a Tarmee. 

Je sois tr^parfidtement, Monaeor, &c M. 



To ADMIRAL CHURCHILL. 
Sib, Maestricht, Utk May, 1705. 

This will be delivered to you by a young gentleman, son to 
M. Paulssen, vice-admiral of Denmark, who is desirous he should 
serve on board the fleet this summer, for his improvement. I have 
been requested to recommend him to you, and pray you will afford 
him your countenance. The kindness you show him on this occa- 
sion wiU, I doubt not, be very agreeable to his Royal Highness, 
as well as a great satisfaction to M. Paulssen, to which I should 
be very glad to contribute. 

I am, with much truth. Sir, 

Your loving brother and humble servant. M. 



To Mb. stepney. 
Sib, MaeUricht, lUh May, 1705. 

I have received the favour of your letters of the 22nd and 
25th past, and am concerned at the ill state of his Imperial Ma- 



1705.] COLLECTION OP THE TROOPS IN THE PIELD. 41 

jesly's health, whereof I hope, however, your next will bring a 
better account ; and if at the same time there were any prospect 
of aocommodating the affiurs in Hungary, and employing those 
troops against the common enemy, our greatest expectations firom 
your coiul; would be answered. 

The troops on this side are now hastening into the field. Those 
which are to compose the army of the Meuse encamped this day 
about two leagues off, and the English are come into the neigh- 
bourhood of this place. I intend to review them on Thursday, 
and then they will continue their march towards the Moselle. In 
the meanwhile I shall make a step to Coblenz, and thence to meet 
the Prince of Baden ; and having concerted with him the mea- 
sures necessary to be taken, shall hasten to Treves, in order to open 
the campaign. Of our proceedings there you will have constant 
accounts from Mr. Cardonnel ; and when anything o£krs for your 

particular service you will hear further from. 

Sir, yoon, &c. M. 

P.S. — ^You may be sure that I am so much Mr. Stanhope's 
fiiend that I shall take care he shall be provided for before he 
leaves the Hague. 

To Mb. hill. 
Sib, Maeshickt, 12<A May, 1705. 

Two days since I received the favour of your letter of the 
15th past, and am heartily concerned to see the situation you are 
in. The Duke of Savoy's steadiness to the Emperor's interest has 
certainly deserved better usage from that court However we 
are still in hopes the succours that are advancing under Prince 
Eugene may come to his relief before his Royal Highness be 
driven to the last extremity. We are now hastening into the field 
on this side ; the Dutch troops that are to compose the army of 
the Meuse encamped yesterday. All our English are likewise 
come into the neighbourhood of this place. On Thursday I 
intend to review them, and then they will continue their march 
towards the Moselle. In the meanwhile I intend to make a step 
to Coblenz, thence to meet the Prince of Baden, and so hasten to 
Treves to open the campaign, wherein I pray you will assure his 
Royal Highness that I shall act with the greatest regard possible 
for his interests. You will please to make him my compliment at 
the same time in the best manner. 

I am* with great truth, Sir, yoorB, &c M. 

P.S. — ^I shaU be glad you will let me know what conveniency 



42 HAJILBOROUOH DISPATCHES. [1705. 

you shall hare of sending my letters to Prince Eugene; for 
I would not willingly have tbem go by any other hand than 
yours. 

To THE PRINCE OF BADEN. 
MOHSIEDB, A Maatrichtj ce 12 Ifat, 1705. 

Le Quartier-Maitre-General Cadc^an vient d'arriver ce 
soir, et m'ayant remis la lettre que V. A. a eu la bonte de m'ecrire, 
il m'a aussi appris I'agreable nouvelle qu^EUe viendrait le 20 de 
ce moisa Creutznach, ou je ne manquerai pas de me rendre en 
meme temps avee beaucoup de plaisir ; et ayant Toccasion par ce 
gentilhomme, qui doit sc rendre en diligence aupres d'EUe, j'ai 
ete bien aise de m'en servir, pour lui en dormer la certitude, et de 
lui faire aussi une proposition de la part de MM. les Etats, qui, 
ayant appris le mauvais etat des troupes du Cerde de Westphalie^ 
out cru que V. A. serait bien aise d'accepter celles de Wirtemberg 
a la solde de I'Angleterre et de leurs H. P. en leur place. EUe 
en est entierement le maitre. Je la prie seulement de me faire 
savoir, par le retour du porteur, ce qu'Elle trouvera le plus a son 
gre, afin que j7en fasse part a MM. les Etats ; et en cas qu Elle 
accepte la proposition, de vouloir faire avancer les troupes du 
Cercle au plus-tot pour joindre M. le Comte de Noyelles. 

Nos troupes Anglaises sont pour la plupart arrivees dans le 
voisinage, et vendredi ils se mettront en marche pour se rendre en 
toute diligence sur la Moselle, oil je me flatte qu'elles pourront 
bien arriver vers le 27 ou 28 de ce mois. 

Je suis, Monsieur, de V. A., &c. Af . 



To THE BARON DE HEIDEN. 
MoNSiEDR, A Maestricht, ce 12 Afaif 1705. 

Votre adjudant-general m'a remis ce soir Thonneur de votre 
lettre. Sur quoi je n'ai pas voulu tarder a ecrire a M. le Prince 
de Bade, pour lui fsdre la proposition de lui donner les troupes 
de Wirtemberg, en cas qu'il veuille me laisser celles du Cercle 
pour servir avec moi sur la Moselle ; et comme je ne doute point 
que S. A. n'accepte volontiers cet ofire, je vous prie que toutes ces 
troupes s'avancent, le plus tot qu'il leur sera possible de marcher, 
vers la Moselle ; car je fais etat d'ouvrir la campagne vers le 23 de 
ce mois, et serai bien aise que vous fussiez a portee pour ce temps-la. 
Je me fais par avance un veritable plaisir de Thoimeur de votre 
compagnie et assistance durant la campagne, etant avec une 
veritable estime et passion, 

MoaMieor, &c. M. 



1705.] LETTBR FROM GBNEBAL FLEMING. 43 

To Mb. SECBETABY HARLET. 
&B, MaeUncht^ IStA May, 1705. 

I give you many thanks for the favour of your letter of the 
24th past, and hope, before this reaches you, you will have over- 
eome all difficulties relating to the fleet, and Uiat it may be in a 
sailing posture. 

I had a letter two days since from General Fleming, who com- 
mands the ISSng of PoIand*s troc^. He was then at Leipzic, and 
writes me his master had ordered him to come to me. I suppose 
be may meet me upon my coming to Treves, but I cannot guess 
what his errand should be ; as soon as I have seen him I shall give 
you an account of it 

Brigadier Cadogan returned last night from Germany, and 
informs me that Prince Louis will come to me the 20th instant to 
CTreutznach. He left him in a good disposition to act with his 
troops in concert with me as the conjuncture of afiairs may 
require. 

All our English are now in the neighbourhood of this place. 
To-morrow I intend to review the foot, and such of the horse and 
dragoons as march with them, but those that are come over this 
year, which are by much the greater number, are on the other 
side the Meuse ; and I shall keep them asunder for some days 
longer, as well for the ease of the country and oonveniency of 
forage, as on account of the infection, of which some dregs still 
remain among the old horses. 

On Friday the troops continue their march towards the Moselle, 

and I shall set out at the same time for Coblenz, and thence go to 

Creutznach, to meet the Prince, hoping to reach Treves the 22nd 

or 23rd instant, the French, according to the letters I had last 

night from the Comte de Noyelles, beginning to be in motion 

again in those parts. 

I am, Sir, yous, fto. M. 

To Ma. SECRETARY HEDGES. 
Sib, Maestrichi, ISth Matf, 1705. 

I am now to return you thanks for the favour of your letter 
of the 24th past, relating to the preparation of the fleet, which I 
hope may be in a sailing posture by the time this reaches you. 

All our English troops are now come into the neighbourhood. 
To-morrow I intend to review the foot, and the horse and dragoons 
that march with them ; all the new horses that came over this 
year I keep at a distance for some days longer, as well for the 



44 MAKLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

ease of the country and conveniency of the forage, as to prevent 
the infection coming among them, some dregs of it still remaining 
among the old horses. 

Last night Brigadier Cadogan returned from Germany, and 
has concerted my meeting with the Prince of Baden at Creutznach 
this day se'nnight, so that I shall leaye this place on Friday, and 
stop a day at Coblenz, from whence I go directly to meet the 
Prince, and hope to be on the 22nd or 23rd at fiirthest at Treves, 
the French, according to the letters I received last night from the 
Comte de Noyelles, be^nning to be in motion again on that side. 

I am, with truth, Sir, yours, &c. M. 



To TBE ELECTOR OF TREVES. 
MoNSEiONEDB, A Moutrichtj ce 14 Mod, 1705. 

J'ai re9U les lettres que V. A. £. a daign^ m'ecrire par M. 
le Baron Breidbach et le Brigadier Cadogan ; et encore que je 
parte demain dans Tesperance d'avoir Thonneur de la saluer di- 
manche prochain, j'ai ete bien aise cependant de me servir du 
retour de M. de Breidbach pour remercier tres-humblement 
v. A. £. de toutes les bontes qu'elle me temoigne, la suppliant 
d'etre persuadee que j'en aurai toute ma vie une parfaite recon- 
naissance, etant avec le dernier respect et attachement, 

Mooseignear, de V . A. E., &c M. 



To M. lyALMELO. 
MOMSIXDB, A Maestricht, ce 14 Mai, 1705. 

tPai re^u hier au soir Thonneur de votre lettre du 12 de ce 
mois de Dusseldorp, et suis bien aise d'apprendre que vous avez 
fait tant de diligence. Je fids aujourd'hui la revue de toutes nos 
troupes. Demain les Anglais passent la Meuse et presseront leur 
marche vers Treves. Je partirai en meme temps pour Coblenz, 
oil je me flatte que j'aurai le plaisir de vous embrasser dimanche 
vers le midi, ayant concerte de trouver M. le Prince de Bade a 
Creutznach le 20 de ce mois. 

Je suis, ayec one T^ritable passion et respect, Monsieur, &c M. 



To THE ELECTOR PALATIN. 
MoNSEiONEUB, A Moeatnckt, ce 14 Mai, 1706. 

M. de Maspourg m'a rendu ce soir la lettre que V. A. E. 
m'a fait I'honneur de m'ecrire a son sujet ; et encore que je parte 



1705.] DEPABTUBB FOB COBLENZ. 45 

demain de grand matin pour Coblenz, je n'ai paB laisse de lui 
domier tout le temps qu*il a souhaite pour m'expliquer son dessein, 
lequel merite bien qu'on y fasse attention. Mais comme la place 
ne m'est aucunement connue je ne suis pas si capable de juger de 
Texecution. M. Dopff, qui est a portee, il me semble, si V. A. £ 
I'approuTait, pourrait etre consulte, et il serait en etat aussi de 
preter la main a Tex^ution. Mais je ne lui en ai rien youIu dire 
sans la permission de V. A. E. Si Elle le trouvait kpropos, Elle 
lui en pourrait faire ^crire deux mots, et ordonner k M. de Mas- 
pourg de s'aboudier avec lui. Je croirais aussi qu'on aurait beau- 
coup plus d'apparence de succes si on employaitde yieilles troupes 
au lieu de nouvelles lev^, comme on le propose ; et en ce cas, on 
pourrait trouyer quelque autre moyen de recompenser ces Mes- 
sieurs en la place du regiment qu'ils demandent a lever. 

Je waoBf ayee nn tr^profond respect, Monteigneiir, ftc. M. 



To THE ELECTOR PALATIN. 

MoNSEiGMXUB, A JuUoTh c« 15 3faty 1705. 

M. le Major d' Alfani m'a remis ici ce soir la lettre dont il a 
plu a y. A. E. de le charger ; il m'a aussi communique son projet. 
En cas, comme Elle sait, que je m'eloigne a pr^nt de ces quar- 
tiers, je I'ai recommande a M. Dopff afin qu'il s^explique de meme 
avec lui ; et si ce qu'il propose se trouve praticable, j'espere qu'on 
trourera I'occasion favorable un de ces jours a le mettre en execu- 
tion. En mon particiilier, je serai toujours pret a y donner les 
mains autant qu'il dependra de moi. 

Je Bois, tr^respectaeusement, 

Monseigneiir, de V. A. E., &c M. 



To THB BISHOP OF RAAB. 
M0N8IEOB, A Situieff, Samedi au mnr^ 16 Mai, 1705. 

En arrivant ici le bailli m'a rendu la lettre qu'il a plu a 
y. A. de m'ecrire, et je lui suis infiniment oblige de I'honneur 
qu'elle me destinait. Je m'etais meme fait un veritable plaisir 
par avance de celui de la saluer, et aurais assurement fait un de- 
tour si j'avais su oil la trouver, afin d'avoir aussi I'avantage de 
I'entretenir un pen sur la conjoncture presente des affaires ; mais 
si celane se pent, je tacherai de m'en consoler. Je faisais ^tat de 
coucher ce soir a Andemach, mais j'ai trouve le chemin un pen 
trop long. Je partirai demain de bon matin pour dtner, si cela se 



46 MABXBOKOUGH BISPATCHES. [1705. 

peut, avec M. I'Electeur a Coblenz. Je supplie aussi V. A. deme 
continuer Fhoimeur de son amitie, et d'etre persuadee de Fattache- 
ment et du respect tres-sinoere avec lesquels je serai toujours, 

MoDsieiir, de V. A^ fte. M. 



Au BABON DE HEIDEN, LIEUT.-GEN. ET COMMANDANT EN CHEF 

DES TROUPES DU CERCLE DE WESTPHALIE. 
MoNSlEUB, A CobUaZf cel7 Mai^ 1705. 

Je viens a ce moment de recevoir une lettre de M. le Prince 
de Bade d'hier par yotre aide-de-camp general, et ai ete ravi de 
voir qu'il a accepte la proposition que je lui dx fiute toucfaant vos 
troupes. S. A. me mande meme qu'EUe avait ordonne a Tinfiui- 
terie de commencer sa marche des aujourd'hui, se remettant a 
moi de dinger celle de la cavalerie ; ainsi je vous prie de la vou- 
loir faire marcher en toute diligence par la route la plus courte et 
commode jusques a Treves, laissant suivre de meme toutes les 
recnies pour ces troupes. Permettez, s'il vous plait, que je vous 
repete encore de presser la marche, puisque je serais bien aise de 
commencer les operations pour le 28 ou 29 de ce mois. J'attendrai 
avec impatience Phonneur de vous embrasser, etant avec une veri- 
table passion et estime, 

Monsieur, votre, &c. M. 



To Mb. SECRETARY HARLEY. 
Sir, . Coblenz, 1 7th May, 1 705. 

Just before I came from Maestricht I received the favour of 
your letter of the 27th past, for which I return you my thanks. I 
left that place on Friday morning early, having the day before 
reviewed both the English and Dutch troops, who appeared all in 
very good order. Ours passed the Meuse at Viset on Friday 
morning ; on Monday the horse, which I kept on this side, will 
join them to pursue their march together towards Treves, from 
whence I have letters here of yesterday's date that the French 
were still very quiet in their quarters ; but now they are satisfied 
of our march to the Moselle, they will no doubt hasten their de- 
tachments to reinforce their army on that side. I design to stay 
here with the Elector to-morrow, that I may give the necessary 
directions for advancing the artillery, and on Tuesday to go to 
Creutznach to meet Prince Louis. 

Enclosed you have the copy of a letter I received from M. Hu- 
guetan, who you will see tells me her Majesty has been pleased to 



1705.] JOTTRNEY TO KASTADT. 47 

pennit his going to England, so that I have made no difficulty of 
giving him a short letter of recommendation to you, that upon 
discoursing with him you may be the better able to judge of his 
proposals, and make use of him accordingly. 

I am, Sir, yoan, &c M. 



To ras COUNT DE WARTENBERG. 
M<msi£UB, A Coblautf ce IS Mai, 1705. 

J'ai difiere de repondre k la lettre que vous m'avez fait 
I'honneur de m'ecrire le 2 de ce mois jusques k ce que j'eusse mis 
les troupes en marche, et que je fusse en chemin pour me rendre 
a Tarmee. Je ne dois pas tarder pourtant k vous remercier tres- 
humblement des informations que vous me donnez des troupes, et 
des soins que vous vous etes donu& pour pressor leur marche, de 
sorte que je me flatte qu'elles seront bientot dans le voisinage^ 
puisque nous aurons apparemment besoin de toutes nos forces 
pour deboucher de Treves. 

•Tavais fait concerter une entrevue avec M. le Prince de Bade 
pour domain a Creutznach, mais comme S. A. se trouve incom- 
mode de ses jambes, je suis oblige d'aller jusques k Rastadt, ce 
qui rctardera mon arrivee a Treves de trois ou quatre jours. 
D'abord que je me serai abouche avec ce Prince, je me donnerai 
Thonneur d'ecrire au Roi pour lui marquer ce dont nous serons 
convenus. Cependant je vous prie de me mettre tres-respectueuse- 
ment aux pieds de S. M., et de Tassurer que j'aurais tons les soins 
et egards qu'Elle pent souhaiter pour ses troupes. Au reste, je 
vous conjure d'etre bien persuade de la veritable estime et respect 
tres-sincere avec lesquels je suis et serai toujours, 

Monsienr, &c M. 



To Mb. secretary HARLEY. 
Sib, Cobletu, I9th Maif, 1705. 

Though the post for Holland does not go from hence till 
Thursday, yet I would not omit to leave a few lines for you, to let 
you know the disappointment I am under of meeting with the 
Prince Louis, as I expected, this evening, at Creutznach ; for yes- 
terday in the afternoon, the Baron Forstner, his conseiller intime, 
came hither express, to acquaint me that the Margrave being in- 
commoded with a swelling in his leg, could not come forward, so 
that I find myself obliged to go as far as Rastadt, and am just 



48 MAKLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

setting out for that place, where I hope to be on Wednesday next, 
and to reach Treves by the 26th, when our English troops will 
likewise be in that neighbourhood ; in the meanwhile we shall lose 
no time in getting all things ready to take the field. 

I am, Sir, yours, &c M. 

To THK BABON DE HAXHAUSEN. 

Monsieur, A CMenz, cel9 Matt 1705. 

M. le Margrave de Bade m'ayant informe qu'il vous avait 

donne les ordres pour dinger la marche avec les trois regiments 

du Cercle que vous commandez vers la Moselle, je vous envoie 

ci-jointe une marche route que vous aurez a observer. Je vous 

prie de me donner aussi des avis a Treves de vos mouvements, de 

la force de vos bataillons, et de tout ce que vous jugerez necessaire 

pour le service, afin que je puisse d'autant mieux vous donner mes 

ordres ulterieurs. 

Je Bois, tr^parfaitement, Monsieiir, Yotre, &c M. 



To M. ARNHEM. 
Monsieur, Ce 19 Mai, 1705. 

Ayant appris ici, que selon la route que vous tenez vous 
venez tomber sur Coblenz, et comme je dois etre a Treves le 26 
de ce mois, et souhaiterais commencer d'abord les operations, et 
que les troupes pourraient bien prendre une route plus courte que 
par Mayence, je viens vous prier tres-instamment de faire prendre a 
vos troupes la route la plus courte pour me venir joindre en toute 
diligence. tTose bien vous assurer que le changement que vous 
ferez a cet egard sera agreable a S. M. 

Je snis tr^parfaitement, Monsieiir, 

Votre tr^humble et tr^s-obSssant serviteor. M.* 



To THE ELECTOR OF MAYENCE. 
MONSEIGNEUE, A Ccblenz, ce 19 Mai, 1705. 

Comme je suis pret a commencer les operations de cette cam- 
pagne, pour I'avancement du bien de la cause commune, avec 
I'assistance du bon Dieu, dont j'espere la benediction sur les justes 
armes des hauts Allies, et que pour cet effet j'aurai besoin de trois 
mille bons chevaux a pouvoir faire transporter Tartillerie et les 
munitions de guerre la oil il conviendra, etant necessaire que 

* A similar letter was sent to M. Nasmar. 



1705.] ACCESSION OF THE EMPEROR JOSEPH. 49 

tnns-ciiiqmemes de ces chevaux soient atteles devant de bons 

chariots, pourviis d'ais et de planches de tout oote, et que les 

antres deux-cinqaiemes aient seulement leur harnais pour tirer le 

canon. JTai llionneur de supplier V. A. £. de vouloir bien nonuner 

des commissaires avec ordre de se rendre le 25 de ce mois a 

Coblenz, et d'y arreter, a Tinteryention du Sieur Pesters intendant 

de Tannee, la repartition des dits trois mille chevaux, arec ceux 

qui seront etablis pour cela par MM. les Electeurs de Treves, de 

Colc^e, et Palatin, comme aussi par les etats et comtes entre le 

Bhin, la Moselle, et la Saar, qui devront foumir leur contingent, 

afin que les trois mille chevaux soient prets a marcher sur mon 

premier ordre, ou de celui qui est charge de Tintendance de 

rarmee, pour m*en pouvoir servir au temps et lieu convenables, 

dont je donnerai connaissance a V. A. E. 

Snr quoi me reposant pour prevenir les desordres, j'ai Thonneur 

d'etre, 

Monseigneur, de V. A. £., &c M.* 



To THE EMPEROR. 

She, Rastadt, 2'2nd May, 1705. 

Ed passant a Coblenz pour venir ici m'aboucher avec M. le 
Prince de Bade, j*ai re^u la lettre que V. M. I. a daign^ m'ecrire, 
et apres lui avoir teraoigne la vive douleur que je ressens de la 
mort de feu S. M. I., je viens me jeter avec un devouement des . 
plus respectueux aux pieds de V. M. I. potu* la feliciter sur son 
glorieux avenement au trone de ses illustres ancetres. Je dois 
auasi la remercier tres-humblement et en particulier de la bonte 
qu^EIle me temoigne a la fin de sa lettre. Les interets de 
V. M. I. me sont tant a coeur que je n'aurais pas tarde un seul 
moment a me rendre aupres d'EUe, afin de lui representor I'etat 
oil nous sommes manque des troupes qu'on nous avait toujours 
&it esperer, si je ne craignais que les ennemis ne tentassent 
qudque diose a Treves pendant mon absence. J'en ecris au large 
a M. le Prince de Salm, et supplie V. M. I. d'etre persuadee que 
c'est le ^le et I'attachement que j'ai pour Elle qui me touchent 
le plus a cette occasion, et me font souhaiter d'etre en etat de 
remporter, pour la gloire des armes de V. M. I., quelque avantage 

* A siliiilar letter, of the same date, waB sent to the Electors of Treves and 
Paladn; to the lADdgrave of Hesse Cassel } and the Chapter of Cologne, with this 
<&rectioo: 

A MM. le Grand-PreYot et Capitobdies 

De la ti^illiis^ Cath^drale de Cologne, ^ Cologne. 
VOL. II. E 



50 MAKliBOBOXIGH DISPATCHES. [1705. 

8ur rennemi cette campagne. Je ne crois pourtant pas, encore 
qu'il ait la superiorite, qu'il veuille s'en servir pour haaarder une 
bataille, mais plutot qu'il nous tiendra a I'ecajrt et nous empechera 
de rien entreprendre. JesuppUe V. M. I. d'etre persuadee que je 
cfaercherai pourtant avec empreasement toutes les occasions pour en 
venir au moins a une bataille, le croyant si necessaire pour les in- 
terets de Y. M. I., auxquels personne ne saursdt etre deyoue plus sin- 
cerement et avec un plus profond respect que j*ai I'honneur d'etre. 

Sire, 4e votre Majesty Imp^riale, &c M. 



To THB PRINCE OF SALM. 
MoNsiEUK, A Rastadt, oe 22 Mai, 1705. 

Sachant votre zele et attachement aux interets de S. M. I. et 
a ceux de la cause commime en general, je n'ai pu me dispenser 
de m'adresser a V. A. dans la conjoncture presente, oil il s'agit de 
cea interets d'une maniere la plus essentielle. Je suis venu ici en 
poste pour concerter et prendre des mesures justes avec S. A. le 
Prince de Bade pour Touverture de la campagne, et j'ai ete 
surpris de voir Timpossibilite ou EUe se trouve de foumir un plus 
grand nombre de troupes, pour agir avec moi du cote de la Moselle 
ou de la Saar, que ce que vous verrez dans le papier ci-joint; Et 
comme il y va de la gloire de S. M. t., aussi bien que de I'utilite de 
toute la cause commune, qu'on soit en etat de pousser Tennemi et 
de faire quelque chose d'eclatant dans cette campagne, je vous 
conjure de vous employer de tout votre possible aupres de S. M. I. 
po\ur que M. le Prince de Bade puisse avoir un plus grand corps 
de troupes du cote de la Moselle Ji proportion de ce que Ton avait 
concerte et promis a M. le General Dopff, lorsqu'il fut envoye 
demierement de la part de MM. les Etats aupres du dit Mar- 
grave, ce qui montait a pres de cinquante bataillons et a plus de 
soixante escadrons. Vou^ connaissez trop Thumeur de ces Mes- 
sieurs pour croire que je voulusse volontiers leur faire part de ce 
grand changement; mais je ne le saurais celer que jusques a ce 
qu'ils nous joignent. En attendant je vous supplie de ne point 
tarder a me donner vos sentiments sur ce que je leur pourrai dire 
d'une augmentation, sans quoi je vous avoue que j'apprehende fort 
que les ennemis n'aient la superiorite. 

V. A. aura la bonte, s'il lui plait, de pr&enter la ci-jointe a 
S. M. I., et de I'assurer en meme temps que j'ai ses interets tant a 
coeur que si je ne craignais que les ennemis ne se prevalussent de 
mon absence, je viendrais tout droit en poste a Vienne pour repre- 
senter a S. M. I. I'etat de nos a&ires. 



1705.] LINES OF BIHEL AND STOLHOFEN. 51 

Le Prince Lotus vous enverra nn detail de toutes les troupes, 
taut de ceux qui marchent avec lui que de ceux qui restent derriere, 
el de ceux qui ne sont pas encore arriv&, par lequel peut-etre 
Tous pourrez trouver quelque moyen a nous 3oulager, sans quoi 
je ne aais, je vous assure, ou nous en serous ; naiads vous pouvez 
ctre sur que je n'omettrai rien au monde qui dependra de moi 
pour avanoer les interets de S. M. I. et de TEmpire. Au reste, je 
pie V. A. de me faire la justice d'etre persuadee de Tattachement 
et du respect tres-sincere avec lequel je suis, 

Monsieur, de V. A^ Ac M.* 



* Mr. Cardonkel to Mr. Lewis. 

^ Rasiadt, 22nd May, 1705. 

I wrote to yoo the 20th from Heidelberg under cover to Mr. DayroUes. Yesteiv 
day we travelled full threescore miles to get to this place, where the Prince of Baden 
ii baUding a noUe palace. The shell is almost finished, aad two or three apart- 
meots indifferently weU furnished \ in about fifteen or eighteen months more, if the 
PriDoe can find money to complete his design, it will be a very fine place. 

I tfaottght this would have been a day of rest, but my Lord's curiosity, or rather 
to pleaae the Prinee, we have made a journey of about forty miles out and home to 
see the fiunous lines of Bihel and Stolhofen, where the French have been once or 
tvioe foiled already with a great army. Our people are constantly at work upon 
them, and in my opinion have now brought them to that perfection that if they are 
guaided but with a smaU number of men, the Germans need not apprehend the 
eaemy'a penetrating this way. 

Mj Lord Duke has done as much as could be well expected with Prince Louis 
under the present drcunkstances. He promises to march in two or three days to- 
wards the Mosdie with what troops he can bring, though not half what his Grace 
expected. He promises likewise to do his utmost that the rest shall foUow as soon 
as possible; but aU or at least the greatest part of these German troops are in a 
miserable con(tition, without magazines, and very ill if it all recruited, for want of 
the necessary funds. Those for the Emperor's own troops, which he recruits him- 
self oof of the hereditary countries, are sent to Hungary or Italy, though their corps 
be on this nde ; so that of the Imperial regiments of foot, which should oonust of 
two thonsmid five hundred men, the strongest, which is Prince Louis's, has not one 
thousand five hundred, and few or none of the others make one thousand, and yet 
in their computations they generally reckon them complete. 

In oar nmble to-day we were within three leagues of Strasburg, and could see it 
plain, and within cannon-shot of Fort Louis. From the mountains we clambered 
up we coold plainly discern the Black Forest and the mountains of Switzerland, so 
that in three or four days more I reckon we shall have traversed as much ground as 
we shaU need to march all th&r^st of the campaign, though we should do all we can 
reasooabl J wish for. 

The Prince was pretty well when we arrived yesterday in the afternoon, but has 
kept his bed most part of this day for his lameness. To-morrow morning early we 
set oQt Cmt Mannheim, and in three days more hope to reach Treves. 

I hsve been more punctual and large with you since we began our voyage than 
vitfa the other office, so that I must leave it to you to pick out of my letters from 
time to time a paragraph of my Lord Duke's motions for the Gazette ; but you must 

e2 



52 MABLBOROUGH DISPATCBCES. [1705. 

Me^moirb dont on est coNTEzn; atec le Maborate de Ba3>e. 

A Rastadt, ce 22 Mai, 1705. 

Le dit Margrave de Bade a promis de venir joindre le Due 
de Marlboroagh vers Treves, avec un corps de vingt bat^dllons et 
quarante escadrons. Mais comme des dites troupes il en manque 
encore le regiment de ZoUem, et plusieurs autres, Ton a cm qu'il 
ne fallait pas perdre le temps pour cela ; ainsi le dit Margrave 
s'est charge de marcher pour cet effet aussitot qu'il sera possible, 
et tout au plus tard dans cinq jours d'ici, avec douze ou treize 
bataillons et vingt-huit escadrons, laissant suivre le reste avec 
autant de diligence qu'il sera possible. 



To THE ELECTOR OF HANOVER 
MoNSEiGNEUB, A Creutznoch, ce 24 Matt 1705. 

Je me serais donne I'honneur d'ecrire plus tot a V. A. £., 
mais je ne pouvais lui rien dire de positif jusques a ce que je me 
fusse abouche avec M. le Prince de Bade, lequel se trouvant in- 
commode, j'ai ete oblige d'aller jusques a Rastadt, d'ou je suis 
a pr^nt sur mon retour, et fitis etat d'etre apres-niemam a Treves, 
Le principal but de mon voyage etait de savoir au juste le nombre 
des troupes qu'il pourrait a mener pour agir de concert avec nous 
du cote de la Moselle, et j'avoue a V. A. E. que j'ai ete tres-peu 
satisfait du succes, car tout ce que ce Prince pent foumir ne 
monte qu'a onze ou douze bataillons et vingt-huit escadrons, qui 
doivent marcher en quatre jours. H est vrai qu'il me fait esperer 
qu'ils seront augmentes avec le temps jusques a vingt bataillons et 
quarante escadrons, ce qui est encore bien loin de ce qu'on m'avait 
fait esperer tout cet hiver de Vienne ; de sorte qu'au lieu de deux 
armees, je serai oblige d'agir avec un seul corps. La plus grande 
difBculte sera de deboucher de Treves, les ennemis ayant saisi 
tons les passages des rivieres ; mais avec la bonte des troupes, 
moyennant la benediction du Ciel, je ne doute point d*en venir a 
bout, alors mon dessein est de m'attacher a Saar-Louis, et je 
serai ravi d'en avoir I'approbation de V. A. E. et ses bons avis sin- 
take care nothing be put in that may giye the least ofience to Prince Louis, since he 
is like to be with or near us the whole campaign. 

I am, Sir, your moet futhful and obe(tient servant, 

A. DE Cabdonmex. 

MannkeitHf 23rd, 
We are come hither post this evening. My Lord Duke has not time to write to 
Mr. Secretary, and prays I wiU make his excuse. You will please to send the en- 
closed immediately to St James's. 



1705.] THE CAMISARDS. — SMUGGLING. 53 

no8 demarches, suppliant V. A. £. de me continuer Thomietir de 
ses bomies graces, et d'etre persuade de Tattachement inviolable 
et du tres-profond respect avec lequel je serai toujours, 
Mooseigneor, de V. A. E., 

Le tr^hmnble et tr^s-ob^inant eeryiteur. M. 



To TBE STATES-GENERAL. 
Hauts et PunsAim SBiomnrBS, A TWimi^ ce 27 Maif 1705. 

vTai re^u depuis mon arriv^ id les deux lettres que vos 
H. P. m'ont fait I'honneur de m'^crire le 11 et le 18 de ce mois. 
Par la premiere j^ai ete bien aise de voir qu'EIles avaient regie 
les affiures de MM. de Miremont et de Guiscard, et ne manquerai 
pas d'ecrire en Angleterre comme vos H. P. le souhaitent pour 
qu'on constitue un nouveau fonds pour etre employe a Tentretien 
des Camisards et aux afiaires des Cevennes. 

Pour ce qui est des plaintes dont vos H. P. me marquent par 
leur autre lettre, que les Etats de la province de Gueldre leur 
anraient fisdt de ce que quelques bateaux en montant les rivieres 
avec les bagages des troupes Anglaises y auraient mele des mar- 
chandises sans en vouloir payer les droits, ou meme soufirir la 
visitation, je ne manquerai pas de m'en informer des I'arrivee des 
troupes, et de faire punir severement ceux qui se trouveront 
eoupables. On aura soin aussi k I'avenir que ceux qui conduisent 
les vaisseaux d'artillerie ou les bagages soient mums des listes ou 
specifications qu'on demande. 

Je ne me suis point donne Thonneur d'ecrire a vos H. P. au 

sujet de notre voyage de Rastadt, M. d'Almelo s'en etant bien 

voulu charger. EUes auront appris de lui que les troupes que 

M. le Prince de Bade nous doit amener ne peuvent etre ici encore 

de quelques jours ; ceux du Roi de Prusse sont aussi en arri^re. 

Quand toute I'armee sera assemblee, je ne manquerai pas de leur 

en faire part, et de ce qui se passera, leur priant cependant d'etre 

persuadees de I'attachement et du respect avec lequel je serai 

toujours, 

De yo8 Hautes Puissances, 

Le tr^humble et tr^s-obdssant servitenr. M. 



To THE COBffTE DE SINZENDORFF. 
MoNSiKUB, A TYheg, ce 27 3/at, 1705. 

En revenant de Rastadt j'ai re^u la lettre que vous m'avez 
fait I'honneur de m'ecrire le 13 de ce mois, et hier a mon arrivee 
ici celle du 29 du passe m'a aussi ete rendue, dont je vous suis 



54 MABLBOROUOH DISPATCHES. [1705. 

infiniment oblige. Vous aurez sans doute dejk appris, par celle 
que je me suis donne Thonneur d'ecrire a M. le Prince de Salm 
de Rastadt, le peu d'assistance, en comparaison de oe qu'on m'avait 
promis de Vienne, que M. le Prince de Bade est en etat de nous 
amener ici. C'est je vous assiu^e un tres-grand contretemps. J*ai 
peur meme que la necessite m'obligera de sortir d'ici avant que 
ces troupes arrivent Cependant ce retardement donne tout le 
loisir aux ennemis de prendre leurs precautions, et, comme vous 
pouvez croircy nous est d'un tres-grand prejudice. 

J'apprends avec beaucoup de plaisir les applications et les peines 
que S. M. I. se donne pour remettre ses affidres, et I'attention 
qu'EUe a pour finir les troubles en Hongrie. La vigueur avec 
laquelle Elle agit aussi du cote de la Baviere doit avoir un tr^-bon 
efiet pour encourager ses amis et intimider ses ennemis. 

Pour ce qui est de Taffaire de Weert, je vous suis fort oblige 

des soins que vous avez bien voulu vous donner pour mes int&^ts; 

mais outre que cette terre se trouve engagee pour de grosses 

sommes a des particuliers en HoUande, et qu'il y a d'autres diffi* 

cult&, la seule consideration de detoumer S. M. I. un seul moment 

de ses occupations plus serieuses, dans un temps qu'elles sont d 

necessaires pour le public, m'obligent de vous prior tres-instam- 

ment de n'y plus songer pour le pr^nt Si le bon Dieu benit 

nos armes cette campagne, il y aura du temps de le faire plus a 

loisir. 

Je BvaSf Monaeur, &c M. 

To THE DURE OF LORRAINE. 
MoNSSiOKEDK, A TVeves, ce 27 Mai, 1705. 

J'ai re^u la lettre que V. A. S. m'a fait I'honneur de m'ecrire 
le 17 de ce mois ; mais j'ai et^ assez malheureux pour arriver hier 
quelques moments apres le depart de M. le Prince Francois. Si 
j'avais su que S. A. etait ici, j'aurais devance mon voyage pour 
avoir le plaisir de la saluer, et la satisfaction de m'entretenir en 
meme temps avec M. le Cbmte de Custine. Cependant je n'ai pas 
voulu perdre le moindre temps pour assurer Y. A. S. de mes tres- 
humbles respects, et des ordres reiteres que j'ai de la Reine ma 
mattresse d'avoir tous les egards possibles pour Elle. S. M. I. m'a 
de meme si fortement recommande ses interets la campagne passee 
devant Landau, que meme sans mes propres inclinations qui m'y oou- 
duisent entierement, je serais toujours oblige de faire mes demiers 
efforts pour temoigner k V. A. S. combien je les ai a coaur. CTest 
auBsi dans ces vues que je la supplierai tres-humblcment, si Elle 



1705.] NATIVB SUBJECTS IN THE ENEMY'S SERVICE. 55 

le trouvait a propoSy de m'envoyer quelque personne affidee avec 
laquelle je puiese m'entretenir la-dessus a cobut ouvert, et lui te- 
moigner axmi le xele et Tattachement avec lequel je guis et serai 
toujonrsy 

MoDseignettr, de V. A. S., &c. M. 



to Mb. SECRETARY HARLEY. 

Si«, Treves, 27th May, 1705. 

Upon my arrival here yesterday in the afternoon from Ra- 
stadt, I received the favour of your letters of the Ist aiid 4th 
instant, with the copy of the Queen's warrant and the draft of the 
proclamation you have prepared thereupon for calling her Ma- 
jesty's subjects out of the eoemy's service, and in case I make any 
alteration shall let you know it. At present I shall only observe 
to you, that if it has any effect, as I hope it will, it may occasion a 
considerable expense, for which my Lord Treasurer, I do not 
doubt, will make provision. 

According to the promises I have had all this winter from 
Vienna, I was in good hopes the Prince of Baden would have been 
enabled to have seconded me in these parts with a considerable 
force, so that we might have acted with two sepa)^te armies ; but 
you will be surprised to hear that all he can bring at present does 
not exceed eleven or twelve battalions and twenty-eight squadrons. 
These troops were to begin their march about this time, and may 
be here in ten or twelve days. The Prussians and several others 
cannot be here sooner, so that it will be about the 10th of the 
next month before we shall be able to move. The greatest diffi- 
culty will be to advance from hence and take post, which I hope 
we shall be able to effect, though the French are taking all the 
precautions they can to prevent us by destroying the forage on the 
ground, and they do not spare even their own places, having 
burned several villages that we may find no subsistence nor quarters. 

Our English troops are advanced within six leagues of this 
place on the other side of the Moselle, where I hope they will be 
able to subsist till the aimy marches that we may spare our 
magazines. The Dutch fleet, I presume, is by this time at St 
Helen's, and I have reason to hope from your letters that they 
will find ours in a sailing posture. 

I am, with tnith, yours, &c. M. 



56 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To Mb. secretary HEDGES. 
Sib, Treve$, 27th May, 1705. 

I am now to thank you for the favour of your letters of the 
1st and 4th instant which I found here upon my arrival yesterday 
in the afternoon from Rastadt, and am sorry to see, by the papers 
you sent me inclosed, the difficulties our people labour under in 
Portugal. I wish I could any way contribute at this distance to 
the removing of them, but that must be your business in repre- 
senting the ill consequences of it very seriously to the Portuguese 
envoy. 

All the troops Prince Louis will be able to bring into these 
parts do not amount to one half of what was promised me from 
Vienna ; so that instead of acting with two separate armies, we 
shall have but one. These troops I suppose may be by this time 
on their march, but will hardly be here these twelve days. The 
Prussians and some others are as backward, which will make it 
the 10th of the next month before we shall be able to form the 
army, and then I hope to be in a condition to advance from hence 
and take post, notwithstanding the precaution the enemy take to 
prevent us by destroying the forage on the ground and burning 
their own villages that we may find no subsistence. 

Our English troops are advanced within six leagues of this place, 
on the other side of the Moselle, where I shall endeavour to keep 
them till the army joins, to save om* magazines. 

I am truly, Sir, yours, &c. M. 



To THB KING OF PRUSSIA. 
Sqe, a Treves, ce 28 Mai, 1 705. 

Je remercie tres-humblement V. M. de la lettre qu'EUe a 
daigne m'^rire le 11 de ce mois, laquelle m'a ete rendue a mon 
arrivee ici avant-hier ; et de la bonte qu'EUe a eu de hater la 
marche de ses troupes. 

M. le Comte de Wartenberg lui aura dejaappris qu'une incom- 
modite survenue a M. le Prince de Bade m*a oblige de faire le 
voyage de Rastadt. Je viens a pr^nt communiquer a V. M. le 
succfes que j'y ai eu. 

Le seul but de ce voyage etait de savoir au juste le nombre des 
troupes sur lesquelles je pourrais faire fond pour agir du cote de 
la Moselle de concert avec moi, afin de prendre nos mesures a 
Tavenant ; mais V. M. sera bien surprise, comme je I'ai aussi ete, 
d apprendre que tout ce que le Prince propose de foumir a pr^nt 
ue consiste qu'en onze ou douze bataillons et vingt-huit escadrons. 



1705.] APFREHEfiTSION OF THE FUENCH FOR LTJXEMBOT7KO. 57 

lesqnels deyaient me soivre en quatre ou cinq jonrs. TL est vrai 
qaH promet de les augmenter avec le temps jusques a vingt batail- 
loDs et quarante escadrons ; mais tout cela ne monte pask pins de 
la moitie de ce qu'on m'avait toujours promis, de sorte qu'au lieu 
de deox armees que je m'etais proposeesnous serous obliges d'agir 
arec un seul corps. La plus grande difficulte sera de deboucher 
d'icL Je jvetends, en pen de jours, de prendre poste deyant les 
omemis. Si M. de Villars a enyie d'en yenir a une bataille, je 
ne sanrais Ten dedire; mais si oela n^aniye quand toutes les 
troupes m'auront joint, je m'attacherai a quelque place. Les 
eonemis apprebendent deja pour Luxembourg, Thionville, et 
Saar-Louifl. Je serai ravi cependant d'avoir I'approbation de 
V. M. et ses bons avis sur nos entreprises, ne cherchant rien avec 
plus d'empressement que les occasions de temoigner Fattacbement 
inviolable et le zele tres-respectueux avec lequel je serai toujours, 
Sire, de votre Majesty 

Le tr£8-hamble et tr^s-ob^Bsant senriteur. M. 



To THE COBfTE DE WRATISLAW. 
MossncuiK, A Trhtes, ce 28 Max, 1705. 

Je vous suis redevable de plusieurs lettres : elles sont du 29 
du passe et du 9 et 13 du courant. La premiere m'a ete' rendue 
id, et les autres m'ont trouve cbemin faisant. Je ne puis que 
loner les soins et les peines que vous vous donnez si utilement pour 
le public, vous souhaitant de tout mon coeur un heureux succes 
dans toutes vos affiures. 

Vous aurez su par celle que je me suis donne Thonneur d'ecrire 
a M. le Prince de Salm, le r&ultat de mon voyage de Rastadt, et 
le pen de troupes que le Prince de Bade est en etat de nous amener 
pour agir de ce cdte-ci. Cela est bien loin de ce qu'on m'avait 
promis, et celles meme qui doivent venir desk present ne sauraient 
etre a portee en moins de dix ou douze jours. Les Prussiens ne 
sont pas plus avances. Ce retardement donne tout le loisir aux 
emiemis de prendre leurs precautions, et nous est d'un grand pre- 
judice. Cependant, quoique je manque un tiers des troupes, je 
serai oblige en peu de joui^ de prendre poste devant les ennemis^ 
ou courir risque de crever id manque de vivres et de fourrage. 
Quand j^aurai iait ce mouvement, si les ennemis veulent venir a 
mi combat, je ne saurais m'en d^ire. 

L'lqifdication que S. M. I. se donne aux affaires, et particuliere- 
ment pour assoupir les troubles de Hongrie, et la vigueur avec 
laquelle Elle agit dans la Baviere, doivent donner beaucoup de 



58 MiHtLBOROXJGH DISPATCHES. [1705. 

satisfaction a tous les Allies, et en meme temps intimider noe 
ennemis. Je ne doute point ausn qu'avec la benediction du ciel, 
£lle ne reossisse dans tous ses desseins. 

L'amitie que vous aviez pour le Comte de Schlick me donnait 
beaucoup d'impatience a le voir ici ; mais pnisque cela ne se pent, 
j'espere qu'on songe k envoyer un autre ; mais je voos prie que 
ce soit nne personne en qui S. M. I. mette oonfianoe, et avec qui 
alors je puisse m'entretenir sans d^uisement et a coeur ouvert 
Je suis bien aise que S. M. vous retienne aupres d'Elie, et que 
vous soyez content, vous assurant que personne ne vous souhaite 
plus de bonheur que celui qui est tres^incerement, 

Monaeor, Totre, Skc M. 

P.S. — Je vous envoie ici la copie de ce qufe j'ecris a M. le 
Prince de Bade. De peur que m'a lettre ne tombe entre les mains 
des ennemis, je n'ose lui marquer la grande disette ou nous 
sommes, manque de vivres et de fourrage, ni le nombre des troupes 
ici a pr^nt, qui ne consiste qu'en soixante-un bataillons et quatre- 
vingt-six escadrons. Quand j'aurai passe la Saar, ce que je pre- 
tends &ire mardi procbain, je ne saurai eviter le combat, si M. 
Villars le cherche. 



To THE PRINCE OF BADEN. 
MoN8IEtTB» A Treves, ce 29 Maty 1705. 

C'est avec bien de I'impatience que j'attends rhonneur de tos 
nouvelles, avec la route que vous faites prendre aux troupes. II est 
de la demiere consequence, tant pour le service de S. M. I. que 
pour le public, qu'elles nous joignent le plus tdt qu*il sera possible. 
C'est pourquoi je soubaiterais fort que V. A. voulut avoir la bonte 
de domier les ordres que la ca valeric devance les autres a grandee 
joumees. Je fais etat de marcher d'ici en trois ou quatre jours, 
alors ils n'auront rien a craindre. II n'y a que les petits partis 
de Saar-Louis qui les puissent incommoder, et il sera facile de 
s'cn garantir. Les ennemis sont encore assez tranquilles dans 
leurs quartiers ; mais ils se fortifient toujoure a Sierck. 

Je n'ai point encore des nouvelles des troupes de Prusse, ni des 
Palatins, ce qui me fait souhaiter avec d'autant plus d'emprease- 
ment que vos troupes fassent toute la diligence possible. 
Je suis, avec one T^ritable passton et respect, Monsieur, 

De Totre Altesse, le tr^homble et tr^s-obiissant serviteur. M. 

P.S. — Si je n'apprehendais pas que ma lettre tomb&t entre les 
mains des ennemis, je vous en dirai bien davantage ; nos magaains 
de ibin seront epuises mardi. 



1705.] REINFORCKMKNTS EXPECTED BY M. VILLARS. 59 

To THB STATES^ENfiRAL. 
Haotb bt PumAim Bmciisoiifl, A 7Wm«, ee 29 Mai, 1705. 

Je me suis doime Fbcnmeur d'ecrire a vob H. P. mercredi 
passe, et me domie a present celui d'aocuser la lettre qu'Elles ont 
eu la bonte de m'ecrire le 24 de ce moisi «ur les avis que leur 
avait domie M. d' Auverquerqiie des mouvements des emiemis dand 
lee Pays Bas. II m'en ayait fait part en meme temps, ccmime je 
ne manque pas de mon oSte de lui communiquer tout ce qui se 
passe ici qui lui peut etre d'aucune utilite pour le service ; et 
quoique le nombre des ennemis fut si grand que ses avis le 
marquent, je suis sur que vos H. P. trouveront la plupart de 
leurs generaux du meme sentiment avec moi, qu'ils ne peuvent 
ayec tout cela etre en etat de faire quelque siege et garder leurs 
lignes en meme temps, et qu'il est presque impossible que les 
ennemis puissent songer a attaquer I'armee dans le camp oil elle 
est. Cependant je suj^lie vos H. P. d'etre persuadees que j'ai et 
que j'aurai toutes les attentions qu'Elles peuvent souhaiter pour la 
surete de leurs frontieres. Je leur puis assurer en meme temps 
que M« de ViUars a dit samedi dernier qu'il s'attendait a un ren- 
fort des Pays Bas, et ne doute point que les ordres ne soient dejk 
venus de la cour pour cela, m'attendant a chaque moment d'avoir 
des nouvelles que ce detachement est en marche. II semble aussi 
qu'ils Pattendent pour se mettre en mouvement, et se porter de ce 
cote-ci, puisque I'occasion leur a ^te tout-k-fait favorable par les 
eloignements de nos troupes. 

Par ma demiere j'ai marque a vos H. P. que les troupes que le 
Prince de Bade doit foumir pour les operations de la Moselle, et 
les Prussiens, sont encore bien eloignes, et ne pourront me joindre 
avant le 10 ou 12 du mois procbain ; qu'aujourd'hui les Palatins 
eommencent leur marche, et ne pourront etre ici en moins de huit 
jours, de sorte que voila plus d'un tiers de Tarmee qui me manque. 
Neanmoins je serai oblige en tres-peu de jours d'entrer en 

campagne. 

Je sais avec le dernier respect, 

HautB et Puissants SeigneiuB, 

De ym Hautetf PoitsanoeB, &c. M. 



To Mr. SECRETABY HARLEY. 
Sib, TWoef, 29M JIfay, 1705. 

I received yesterday the favour of your letter of the 8th 
instant, and have little to trouble you with since mine of the 27th. 
We are still in the same situation, only our English troops came 



60 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

yesterday within a league of this place. The Danes and Hesdans 
are gone over the Moselle to-day and encamp near them, but 
Prince Louis s troops, with the Prussians and . Palatins, are still 
at a distance ; however, I design to advance with what we have on 
Tuesday or Wednesday next The enemy are as yet quiet in 
their quarters and continue to fortify Sierck. M. de ViUars was 
heard to say on Saturday last that he expected a reinforcement 
from M. de Villeroi's army. As soon as this detachment has 
marched, our friends on the Meuse will be a little easy. 

I am, Sir, yoon, &c M. 

To M. WOLFE. 
Monsieur, A Drevet, ee SO Mai, 1705. 

Ayant requ avis que les ennemis avaient fait un detachement 
des lignes de Haguenau pour venir de ce c6te-ci joindre le Maxe- 
chal de Villars, je vous prie d'envoyer quelque personne affidee k 
leur rencontre, et de me faire savoir le plus tot que vous pourrez le 
nombre de ce detachement, et ou il se trouvera. Pour lors vous 
me ferez plaisir aussi de m'avertir de temps en temps de tout ce 
que vous apprendrez des mouvements des ennemis, ou autres occa- 
sions que vous croyez etre utiles pour le service. 

Je Bnis, tr^parfiutement, Monuear, &c M. 



To M. PESTERS. 
Monsieur, A Tr^es^ ce 31 Mai, 1705. 

Je viens de recevoir Thonneur de votre lettre du 30, et suis 
bien aise de voir le reqn des vingt bateaux de foin et d'avome que 
vous nous envoyez. J'ecris a present a M. le Baron de Heiden 
de faire marcher le regiment de Denhoff pour servir d'escorte a 
CCS bateaux jusques ici. H se trompe touchant les regiments qui 
doivent prendre les postes sur la Moselle. H croit que ce sont 
des troupes de Westphalie qui viennent de leur pays au lieu que 
ce sont des regiments qui marchent du cote de Landau, et qui selon 
leurs routes devraient deja etre dans leurs postes, du moins est-il 
impossible qu'ils tardent plus d'un jour ou deux. C'estle retarde- 
ment de toutes les troupes Allemandes qui derangent nos affaires, 
et m'oblige a attirer tout ce que je puis a moi pour me renforcer. 
Je ne saurais mieux vous expliquer la situation oii nous sommes 
qu*en vous envoyant les deux lettres ci-jointes. Tune que je viens 
de recevoir du Prince de Bade, et Tautre la reponse que je lui 
fais. En verite notre etat est plus a plaindre que vous ne croyez ; 



1705.] EVASION OP A COMMISSARY. 61 

mais je tous prie que cela n^aille pas outre. Nous perdons la 
plus belle occasion du monde, manque des troupes qui devaient 
etre icn il y a deja long-temps. Pour le reste de Tartillerie Hoi- 
landaise et les provisions qui peuvent arriver de Mayence, vous 
les arreterez, s'il tous plaSt, pour quelques jours jusques k ce que 
je Yous en ecrive. J'apprehends que mes lettres n'aient pas grand 
efet pour les chevaux, et k moins que nous ne les trouvions, il sera 
impossible de mener Tartillerie de Trarbach. Vos soins ne man- 
queront pas toujours cependant pour les trouver. 

Seuterie, le commis des vivres, vient de s'absenter ; il s'est mis 
&i bateau ce matin, oomme s'il voulait descendre la Moselle, et 
on ne sait ou il est alle. £n cas qu'il vienne a Coblenz, je vous 
prie de le faire arreter : ce nous est un autre contretemps que le 
wmgagin est OU grand desordre, et s'il ne vient pas a vous, on ap- 
pr^nde qu'il ne soit deserte aux ennemis. 

Je miu, tr^par&itement, Moosieiir, Totre, &c M. 



ToTHB PRINCE OF SALM. 
KoHSUUB, A TWvetj ce 81 Mai, 1705. 

A mon depart de Rastadt je me suis donne Thonneur de 
mander a V. A. ce que j'y ai concerte avec M. le Prince de Bade. 
A pr&ent je vt)U8 envoie la copie d'une lettre que je viens de 
recevoir de Rastadt et de la reponse que j'ai faite a M. le Mar- 
grave. Par ces deux lettres V. A. sera parfaitement informee de 
Tetat oil nous sommes. Je vous supplie d'en vouloir hire la com- 
munication a S. M. I. avec mes plus profonds respects, et de 
I'assurer que je ne negligerai aucune occasion pour lui temoigner 
mon zele et mon attachement a ses interets. 

Je suis, avec ime veritable passion et respect, 

Monsieur, de V. A., &c M. 



To THE COBfTE DE -WRATISLAW. 
Hommn, -^ 7Wtw«, ce 31 Mai, 1705. 

J'ai ete bien aise de me servir d'un courrier qui part a ce 
moment pour Mayence pour vous remerder de I'bonneur de votre 
lettre du 20 de ce. mois que j'ai re^u bier au soir, et pour vous 
envoyer, comme je fais en memo temps a M. le Prince de Salm, 
la copie d*une lettre que je viens de recevoir de M. le Prince de 
Bade, et de la reponse que je lui ai faite la^dessus. Ces deux 
pieces vous informeront assez au juste de Tetat ou nous nous 
trouvons. 



62 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

Voiu aurea sa par mes precedentes ce que le Prinee de Bade 
nous doit envoyer, aussi bien que la force que uous avons ici a 
present, etToua jugerez bien que je ne suis pas en si bon etat que 
je me Tetais flatte. Mais cela n'empechera pas que je ne fasse tout 
ce qui me sera possible pour Tavantage de S. M. I. et de la cause 
commune, etant sur, en cas d'accident, que vous etes tant de mes 
amis que vous me plaindrez phitot que de me blamer, ou de ni>n 
attribuer la &ute. 

Vous pouvez faire compte que je ferai valoir tant en Angleterre 
qu'en Hollande les bonnes intentions de S. M. I. envers les Hon- 
grois. Je prie Dieu de tout mon coeur que cela puisse aroir un bon 
et prompt e£fet. 

Je vous felidte des bontes que S. M. vient de vous temoigner, 
et de la justice qu'EUe rend a votre merite, etant avec une veri- 
table pa?sion et respect, 

Monsieur, votre, &c M. 

To THE COMTE DE SINZENDORFF. 
MoNBXEDB, A Treves, ce 31 Mai, 1705. 

Je me suis donne Thonneur de vous ecrire le 4 de ce mois en 
passant de la Haye. Hier j'ai requ des lettres de Vienne, qui 
accusent les miennes de cet ordinaire ; mais je n'en ai point eu de 
votre part ; peut-etre aurez-vous ete absent, ou vos grandes occu- 
pations ne vous auront pas permis de m'ecrire. Je vous le dit 
seulement afin que vous sacbiez que je me fais un veritable plaifdr 
de recevoir de vo6 nouvelles. 

Je marque a present a M. le Prince de Salm la situation ou 
nous nous trouvons. Vous voudrez bien permettre que je me 
rapporte a ce que je lui ecris, et agreer les assurances de Testime 
et du respect tres-particulier avec lesquels je serai toujours, 

Monsieur, votre, &c. M. 



To M. ITALMELO. 
Monsieur, A TVhyea, ce 31 Mai, 1705. 

J'ai re^u Thonneur de vos deux lettres du 28 de ce mois, et 
vous suis tres-oblige des soins que vous vous donnez pour avancer 
nos affiiires, et j'espere qu'elles s'en ressentiront. 

J'ai eu hier une lettre de M. le Prince de Bade, dont je vous 
envoie ci-jointe la copie, avec celle de la reponse que je lui fais, 
afin que vous soyez d'autant mieux instruit de la situation ounous 
sommes. 

A regard de ce que vous me marquez au sujet du regiment de 



1705.] CAUSES OF DELAY IN OFFENSIVE OPERATIONS. 63 

M. rotre fi«re, j'en ai parle a M. le Prince H^reditdre ; et comme 
je crois que oela tous est agreaUe, je lui ai ditqu'il pouvait 
aTerdr le regiment da Comte de Rhens de marcher droit a Trar- 
bach, oil j'ai auasi enyoye des ordres k M. votre frere de faire 
aortir son r^mcDt pour marcher id en diligence d'abord qu'il 
serait releye. 

Je 8011, tr^parfaitement, Monsieiir, votre, &c. M. 



To THs PRINCE OF BADEN. 

A TWbet, ce 31 Mai, 1706. 

J'ai re^u bier la lettre que V. A. m'a fait rhonneur de 
m'ecrire le 28 de ce mois, et ne doute point qu^Elle n'aura re^u 
la mienne du leudemain que j'ai adressee par Francfort. 

Elle aura tu par cette lettre la necessite de hater la marche des 
troupes, car selon tous les avis que j'ai des ennemis, s'il avait ete 
possible que je fusse renforc^ pour entrer en campagne il y a dix 
jouTR, nous aurions trouve beaucoup plus de facilite dans nos des- 
seins que selon les apparences nous ne ferons a present. 

n n'y a personne qui ne convienne avec V. A., que si nous avions 
pa agir offensivement a?ec deux annees on en aurait trouve Tavan- 
tage ; mais pour dire mon avis franchement, je crois que les 
grandes di£Scultes oil vous vous trouviez, manque de tout ce qui est 
neoeseaire pour une armee qui doit agir offensivement, et le petit 
nombre de troupes que j'avais ici, le rendait presque impossible 
de le &ire d'aucun cote. 

Comme je sors d'id en deux jours, j'attends avec impatience les 
troupes de Mayence et de Wirtemberg. Pour celles de Wurtz- 
bom^ V. A. sait qu'elles ne peuvent etre ici que fort tard, et pour 
les Palatins, dont vous parlez, je ne puis compter sur un seul 
homme, puisque M. TElecteur ne fait point de mystere a declarer 
qu'ils ne seront pas en etat avant le mois d'aout. 

Le Baron de Heiden me mande aussi que les Westphaliens ne 
sauraient etre a portee que vers la fin du mois de juin, puisque les 
troupes de Munster ne seront a Kayserswert que vers le 10. 

Le Lieutenant-General Natzmar, qui commande la cavalcrie 
Prussienne, m'est venu trouver ici bier, et m'apprend que je ne 
dois pas attendre les troupes du Roi son maitre que vers le 20 de 
juin. Par tout ced V. A. voit Tetat oil je suis. C'est pourquoi 
je la prie encore tres-instamment de faire avancer le Comte de 
Mercy avec les dix-huit escadrons Imperiaux avec toute la dili- 
gence qu'il lui sera possible. 



64 MARLBOROUaH DISPATCHES. [1705. 

L'amitie et la confianoe dont V. A. veut bien m^onoreTy et que 
je tacherai par tous les moyens de cultiver, m'assure qu'EUe ne 
trouvera pas mauvais que je ltd parle k ooBur ouvert, et que je lui 
dise franchement mon opinion, que le grand detaehement que M. 
de Marsin fait marcher de ce cote-ci, I'ayaiit oblige k d^amir 
tout-a-fait Strasbourg et les autres places, et de laisser tres-peu 
de chose dans les lignes de Haguenau, I'occasion ne saurait se pre- 
senter plus belle qu'elle n'est, si V. A. voulait joindre la plupart 
de ce qui est dans les lignes de Bihel et Stolhofen aux troupes qui 
sont k Lauterbourg et les faire avancer vers Haguenau. H me 
semble qu'Elle ne trouverait aucune difficulte a franchir ces lignes, 
et ce serait un grand coup pour la gloire et Tayantage des armes 
de S. M. I. et faciliterait en meme temps nos desseins de ce 
cote-ci. 

Comme je me declare sans reserve a V. A., j'espere qu'Elle en 
usera de meme envers moi. Je serai toujours pret a me prevaloir 
avec plaisir de ses bons avis, etant avec un veritable attachement 
et respect, 

Monnenr, de V. A^ 

Le tr^hmnble et tr^-ob^issant serriteor. M. 



To COLONEL BECHTEREN. 
MoNBiEDB, A Treves, ce 31 Mai, 1705. 

Ayant requ la lettre ci-jointe de M. votre frere, j'ai d'abord 

fait part du contenu a M. le Prince Hereditaire, qui s'est charge 

de faire tenir les ordres au regiment du Comte de Khens de 

marcher droit a Trarbach ; et a son arrivee je vous prie de faire 

sortir le votre pour nous venir joindre en toute diligence a 

I'armee. 

Je 8018, tr^-par&itement, Monsieur, Totre, &c M. 



To M. DE BIBRA. 
M0N8IEUB, A Treves, ce 31 Mai, 1705. 

Ayant appris de M. le Prince de Bade que vous etiez en 
marche avec les troupes de S. A. E. de Mayence pour venir 
joindre Tarmee, je vous ecris celle-ci pour vous prier de hater la 
marche autant qu'il sera possible, et de m'avertir au plus-tot de 
la route que vous prenez, afin que je sache quand vous pourrez 
arriver. 

Je snis, Monsieur, yotre^ &c. M. 



1705.] ORDER FOR THE MARCH OJF THE WE8TPHALIANS. 65 

To TUB BABON D£ HEIDEN. 

MoiniBDB, A TlriveB, ce 81 Mai, 170S. 

Je viens de recevoir l*honneur de votre lettre d'hier, et vois 

que Tons tous trompez a T^ard des regiments qui doivent prendre 

les postes sur la Moeelle : ce ne sont pas des Westphaliens qui 

riennent d'en-bas^ mais trois bataillons du Cercle qui viennent 

du oote de Lauterbourg, et qui, selon leurs routes, devraient deja 

etre dans leurs postes sur la Moselle ; au moins est-il impossible 

qu lis tardent Vous trouverez ci-jointe la copie des ordres que 

je leur envoie a present, afin que vous puissiez d'autant mieux 

Yous informer a leur ^ard et veiller a la surete des bateaux. 

Pour le raiment du Prince Hereditaire de Hesse, je vous prie 

de le iaire partir incessamment avec les bateaux qui se trouvent a 

Coblenz charges de provisions et de fourrage pour I'armee, et de 

donner des ordres au commandant qu'il les ait a escorter jusques 

ici, et de prendre aussi avec lui ce qu'il pourra trouver de bateaux 

a Trarbach, ou en chemin. 

Je BOM, MonBieor, votre, &c. M. 



MomisuR, A Drives, ee 81 Maif 1705. 

Je VOUS ecris celle-ci pour vous prier de faire marcher inces- 
samment le bataillon du Cercle de Westphalie, lequel, selon nos 
ordres, doit etre a Cobem et Winningen, jusques a Numagen, 
selon la route ci-jointe, et laisser celui qui est destine pour Coc- 
hem dans le dit lieu. Ces deux bataillons auront attention k la 
surete des bateaux qui passeront par la Moselle en foumissant les 
escortes requises de temps en temps. Vous ferez aussi avancer le 
reste de ces troupes en toute diligence selon la route ci-jointe a 
Treves, ou elles resteront jusques k nouvel ordre. Je vous prie, 
d'abord que vous aurez celle-ci, de vouloir bien en accuser la 
reception, afin que je sois informe que mes ordres auront une 

prompte execution. 

Je tnifl tr^par&itement, M oonetir, Tobre, &c M. 

A If. rOAeier qui eomiiuuide en chef les b*taill<nis da Cercle de Westphalie, 
qui viemieDt de Lauterbourg vers la Moselle, etc. 



To THE COMTE DE HOBNE. 
MoMBiBUii, A Trwest ce 31 Mai, 1705. 

Ayant appris que M. le Prince de Bade vous aurait donne 
des ordres pour venir nous joindre id avec les troupes de S. A. 
H. le Duc-R^nt de Wirtemberg, je vous eavoieij'ac^fMijpotir 

VOL. IL F 



66 IfAKLBOROUaH DXSPA'TCHBS. 1705.] 

vous prier de hater votfe marche antant qu'il sera possible, et de 

m'envoyer an plus*tdt la route que vous tenez, afin que je ■•cihff 

quand voos arriyerez. 

Je fuis* tf^ptrfiuteaent, MonBieiur, Totrc^ &c M. 



To M. SCHMPTTAIT. 
MoNSiEiTB, A TVhes, ce 1 Juin, 1 705. 

Je vous suis fort oblige de Thonneur de votre lettre du 19 
du passe, et de celle que vous avez eu la bont^ de m'envoyer de 
la part de M. le Comte de Wartenberg, a laquelle j'ai dqa eu 
rhonneur de faire reponse en droiture. 

Je ne doute nullement que les troupes de S. M. le Koi de 
Prusse ne soient en fort bon etat, et me persuade que, quand 
Toccasion se presentera, elles se distingueront a leur ordinaire, pour 
la gloire du Roi et Tavantage de la cause commune. H est fort a 
souhaiter qu'elles fussent jointes a nous a cette heure ; mais je m'en 
contenterai si elles arrivent le 10. Ce qu'on apprehende est 
qu'elles ne soient ici de quelques jours plus tard, encore que pent- 
etre au moment que je vous ecris celle-ci, elles pourraient nous 
etre plus n&essaires que jamais. 

J« Boifl, avec one Teritobte pa^non et estime, 

Monsieur, votre, &c. M. 

To THE STATES^ENERAL. 
Hauts bt Puissants Seigneubs, a Treve$% ce 2 •Aitfi, 1705. 

J'ai re^u la nuit passee la lettre que vos H. P. m'ont fait 
rhonneur de m*ecrire le 29 de mai, par laquelle, aussi bien que par 
des avis de M. d' Auverquerque, je vois la superiorite des ennemis 
dans les Pays Bas ; et ressens avec plaisir la confianoe qu'Ellee 
veulent avoir en mes soins pour la surete de leurs provinces, que 
je tacherai par tons les moyens possibles de cultiver, n*ayant rien 
au monde plus a coeur que de leur en donner temoignage dans 
toutes les rencontres. C'est aussi dans cette vue que j'ai consulte 
M. le Comte de Noyelles, et que nous avons mis nos peosees sur 
la conjoncture pr^nte dans lememoire ci-joint Vos H. P. oom- 
prendront facilement de quelle consequence en est le secret, et 
auront la bonte de ne le laisser communiquer que la ou Elles 
trouveront a propos. 

Ce matin nous avons eu des avis que le detachement de viogt 
batalllons et trente escadrons, que le Comte de Marsin a fait 
marcher de FAlsace, est venu a portde de joindre M. de Villars, 
et qu'aujourd'hui, ou denutin au plus tard, toutes leurs troupes 



1705.] PASSAGB OF THE MOSELLE AND SAAR. 67 

deTaient etre assemblees dans un meme camp. tTattends les 
Palatins demain au soir ; mais comme les troupes que le Prince 
de Bade m'enToie, et celles de Prusse, ne sont pas encore a portee, 
oe d^achement donne aux ennemis la superiorite. Nonobstant 
tons 068 contretemps, fai pris des mesures pour faire marcher cette 
unit tout oe que nous ayons id, afin d entrer demain matin dans 
la plaine de I'autre o8te de la Saar et prendre le camp de Fau k 
ime lieue et demie de Sierck. Nous yerrons apres ce que ce 
mourement produira, dont je ne manquerai pas de fiure part a vos 
H. P., leur suppliant de me continuer toujours Thonneur de leur 
UenTeiUanoe, et d'etre persuadees de Tattachement tres-devoue 
ATec lequel j'ai rfaonneur d'etre toujours, 

De T08 HanteB Pnimooes, &c. M. 

BfBKOIRB. 

n semble qu'il est tres-constant que si on envoie un petit de- 
tachement a M. d' Auverquerque, cela ne servirait seulement qu'a 
ie mettre h Tabri de quelque insulte, et pourrait nous etre tres- 
&tal de tous cotes. De sorte que si on veut avoir la superiorite 
dans 1^ Pays Bas, il faut envoyer un corps suffisant d'ici pour 
nous la donner et a^ arec vigueur k quelque grande entreprise, 
qui doit etre pour le moins celui d'Anvers. En meme temps, si 
on veut coDserver le poste de Treves, il fitudra laisser iciquaranto 
hataillons et quinze escadrons. Le circuit de la place avec les 
Egnes demandent ce nombre, et on enverrait le reste des troupes 
au BJun pour agir sous les ordres du Prince de Bade. 

Je ne dis pas mes pensees sur ce projet comme une chose a 
Boofaaiter ; mais si on veut en meme temps avoir la superiorite sur 
la Meuse et garder le poste de Treves, je ne vois point d'autre 
parti a prendre. 

Par la lettre que j'ai regue de M. le Prince de Bade, et dont 
j'enToie a present la copie a M. le Grand Pensionnaire, on verra 
le temps quand on pourra attendre les troupes de renfort ici; 
mais comme nous mw^bons cette nuit pour entrer demain matin 
dans les plaines, la chose du monde que nous devons le plus sou- 
haiter est que les ennemis voulussent en venir a une bataille, car 
la bonte et la bravoure de nos troupes, quoiqu'elles solent in- 
ferienres en nombre, nous donnent une grande esperancequ'avec 
la benediction du del nous aurions une heureuse joumee. 



f2 



68 MAKLBOBOUGH DISPATCHES. [1705. 

To M. lyAUVKRQUERQUE. 
MoNSTEUB, A Trhfes^ ce 3 Jwh 1705. 

Depuis ma derniere j'ai re^u rhonneur de vob lettres du 26 
et 28 du passe, par lesquelles je vois que lea ennemia sont avances 
jusques a Vignemont et Val Notre Dame, et que toub n'appreniez 
point encore quails faisaient marcher aucun detachement vers ici. 
De mon cote je fais tout ce qui m'est possible pour les y obliger ; 
car quoique nous ayons requ des avis certains ce matin, que le 
detachement d' Alsace, consistant en vingt bataillons et trente 
escadrons, est venu a portee de M. de Villars, que toutes leurs 
troupes seront assemblees aujourd'hui ou demain, et qu'il me 
manque encore tons les Prussiens, avec les troupes que le Prince 
de Bade nous envoie, qui sont encore assez eloignees, outre les 
Palatins, qui ne seront avec nous encore de deux jours, je ne 
laisse pourtant pas de passer la Saar cette nuit avec tout ce que 
nous avons ici a la pointe du jour, pour entrer demain sur la 
plaine de I'autre cote et prendre le camp de Fau a une lieue et 
demie de Sierck. Nous verrons bientot ce que cela produira, et 
si leur superiorite leur donne Tenvie de nous venir combattre, je 
ne saurais m'en dedire ; mais en ce cas j'espere qu'avec la bene- 
diction du ciel et la bravoure de nos troupes la joumee nous 
sera heureuse. Je ne manquerai pas de vous marquer tout ce 
qui se passera. Cependant je suis avec une veritable passion et 

respect, 

Monaeor, Totre, &c M. 



To LIEUTENANT-GENERAL ERLE.. 
Sib, Treves, 2nd Jtme, 1705, 

I was very glad to understand by the favour of your letter of 
the Ist of May that you were safely arrived from Ireland, and 
had found your instruments in readiness to give you your post at 
the Board of Ordnance. I am fully persuaded that that charge and 
the care of the troops could not be committed to better hands, 
which I doubt not but a little time will evidence by the good 
effects of your application and capacity. You may be sure there 
shall be nothing wanting on my part to make the employment 
agreeable to you, and that I shall be glad of any opportunity of 
giving you assurance of the truth wherewith I am. 

Sir, youn, &c. M. 



1705.] BFTBE^T OF THE ENEMY TO BETEL. 69 

To BfB. SECRETART HARLET. 
Sn, TVeoet, iad Jum, 1705. 

I DOW acknowledge the fiivour of your letter of the 11th past, 
and am to acquaint yon that having had advice this morning that 
the detachment sent by the Marechal de Marsin, consisting of 
twoity battalions and thirty squadrons, is come within reach of 
M. de Yillars, and that this day or to-morrow at furthest all their 
troope will be joined and encamp together; so that notwith- 
standing the enemy's superiority, Prince Louis's troops and those 
of Pmssia not being likely to be with me these ten days or more, 
I find myself imder the necessity of marching out of this place, 
in order whereto we are now making our bridges over the Saar, 
and shall march this ni^t so as to be to-morrow morning early 
in the plain on the other side of that river, and take the camp of 
Elft, where I have so good an opinion of our troops that I wish 
nothing more than that the enemy would come and ofier us battle. 
When we have made this march, we shall see what countenance 
the enemy will keep, which I may be able to inform you of the 
next post. The seven thousand Palatins will join us to-morrow 
or next day, but I fear not so complete as were to be wished. 

I am, Sir, yours, &e. M. 

To Mr. SECRETART HARLET. 
Six, Camp at Elfty Ath June, 1705. 

I received yesterday upon the march the favour of your letter 
of the 15th past, and am very glad to acquaint you that we are 
happily come into the plains. We began our march at two in the 
morning, when the English and Dutch passed the Moselle near 
Igel, and afkerwards the Saar near ConsarKrick over several 
bridges we made the evening before. They were followed over 
this last river by the Danes, Lunenburgers, and Hessians. We 
continued our march the whole day, having passed two great de~ 
files, and about five in the evening the head of the army was 
advanced within a quarter of a league of Sierck. Upon our 
approach the enemy retired to the camp at Retel, leaving only 
some few troops to keep their castle. The army lay all night 
under their arms, it being too late when they came to their ground 
to form a camp, and this morning we made a. little motion with 
the left to take the camp of Elft. It is probable M. de Villars 
did not expect we should have advanced thus far, or at least not 
till our reinforcements were come up. 
To-morrow the seven thousand Palatins in English and Dutch 



70 MABLBOBOTTOH inDBPATCH]S& [1705. 

pay will be with us^ but I cannot tell you when we shall haye the 
few troopB from Prince Louis, which do not exceed eight thousand 
men; nor the Prussians, some of these being still I fear in 
Bavaria. 

I am, irith Iruih, Sat, yonxn, &c. M.* 



To Mr. SECRETABY HEDGE& 

Sn, £lft, ah Jkm, 1706. 

I thank you for the fiivour of your letter of the 15th past, 

which came to hand yesterday on the march to this camp, where 

we happily arrived without any obstruction, having passed both 

the Moselle and the Saar and two large defiles t about five in the 

afternoon the head of the army came within a quarter of a league 

of Sierck. The enemy upon our approach thought fit to retire to 

the camp at Retel, leaving some troops to keep the castle. The 

army lay that night under their arms, it being too late to form 

the camp, and this morning I stretched out our left to take the 

camp at £lft. It is likely M. de Villars did not expect we should 

have made this march until all the troops had joined us. The 

seven thousand Palatins in English and Dutch pay will be here 

to-morrow, but I know not yet how soon those from Prince Louis 

or the Prussians may be with us. 

I am very glad to hear our sea-expedition is in so good a 

forwardness, and that our friends have made some progress in 

Portugal. 

I am, with truth, Sk, yours, &c M. 

* SuUetifL Canq) at Mfi, 4M Jwnt, 1705. 

Yesterdty the English and Duteh troops which were encamped near Igel on the 
other side the Moselle passed that riyer at two in the monung over the bridges laid 
for that purpose, and fh>m thence marched to those prepared for their passage over 
the Saar at Consarbrick, where they likewise passed that river, and were followed 
by the Danes, Lunenburgers, and HeariaiiB, encamped on the plain between that 
place and Trevea. The army, after a long march of near ei^ leagues, came with 
the right within a quarter of a league of Sierck. The troqw lay on their arms aU 
night, it being too late to encamp, and this morning they made a morement and 
took the camp at Elft, with the right at Peale, near Sierek, on the Moeelle, and the 
left at HoUendorf, his Grace the Duke of Marlboroa^ haTing taken his qoartert at 
this place near the centre of the line. 

Upon the appearance of the head of the line yesterday in the afternoon, the enemy, 
who were encamped near Sierck, immediately retired with great precipitation to 
Retel, where they continue. 

The deserters tell us they were joined yesterday by thirty squadrons fit>m the 
Upper Rhine, and that the twenty battalions which are marching ftom thence wiU 
be with them in two or three days. 

The seven thousand Palatin troops in the English and Dutch pay wfll Join tB 
to^norrow. 



1705.] KOUn V«W TBKVBS DttCRIBED. 71 

To TBI SXATES-GENEEAJL 
Haihi ar Ppnaianet SuoionnM^ 4l¥ Oaiv* d^Efft^ ce 4 /mX 1705. 

Selon oe que je me suia dcmne Fhoimeiir d'eerire a tos H. P* 
mardi pasBe, j*«i coomieiiee a mardber Tarmee bier a deux heures du 
matiii avec lea troupes Angkises et celles de vob H. P. qui etaient 
campees de Tautre cote de la Moselle, qui out passe cette riviere 
BUT les pouts que j'avcds fait construire la uuit pres d'Igel, et puis 
out aussi pass6 la Saar, sur des pouts que j'avais de meme fait 
mettre a CoDsarbrick, oil elles out et^ suivies par les troupes de 
Danemarc, les Lunebourgecns et les Hessiens ; nous arons passe 
deux grands dffles et continue notre marche toute la joum^. 
Sur les cmq heures du soir la tete de Tarmee etait avano^ a on 
quart de lieue de Sierck ; mais etaut trop tard pour former le eamp, 
les troupes ont coudie la nuit sous les armes, et ee matin, j'ai fait 
un petit mouvement pour etendre la gauebe, et prendre ' le camp 
d'Elft. A notre approche les ennemts, qui etsuent campes k Sierck, 
se sont retires, ayantseulement laiss^ quelque monde dans la place 
pour garder le cbateau, et ont pris le camp de Retel, ou ils continuent 
encore. Demain les sept mille Palatins viendront nous joindre ; 
mais je ne puia encore dire quand les troupes du Prince de Bade 
niles Prussiens pourront arriver. H y a apparence que M. de 
Villars ne s'attendait pas que je fisae une telle marcbe avant que 
les autres troupes nous eussent joints. 

Je suis bien aise d^informer vos H. P. que nous avons si beu* 
reusement fi-ancbi ce premier pas. Quand les autres troupes de 
rei^ort seront yenues, j'esp^re que nous trouverons la meme facilite 
a passer outre, ou, si les ennemis veulent le disputer, que le bon 
Dieu benira les armes des hauts Alli&. 

Je ran, avec tonte sorte de reipeet, 

De 7QB Haates Pimaancw, iSpc M. 



To TBS EMPEBOK. 
Snui^ Au Can^ tTJSlft, ce 4 Juin, 1705. 

J';aTais piis la resolution d'envoy^ le Quartier-Maitre-Gene- 
jral Cadc^an aupres de V. M. L; mais le Sieur Trognee se trou- 
▼ant ici dans le dessein de se rendre en toute diligence a' Vienne, 
j'ai cm qu'en le chargeant de ce dont je soubaitais qu'Elle futin- 
forme, oela feraiit meins de bruit que si j'envoyais un officier expres ; 
j^\nfa je bii ai explique au long mes pensees sur les operations de 
la campague ; suppltiant tres-bumblement Y. M. d'agreer qu'il ait 
I'boDiiettr de rapprocber, et qu'Elle veuille ajouter entiere creance 



72 MARLBOROTTGH DISPATCHES. [1705. 

a tout ce qu*il lui dira de ma part, comme aussi d'etre penuadee 
du zele et de rattachement inviolable avee leaquels j*embni88erai 
partout ses interets, ^tant avec le plus profbnd respect, 

Sire, de rotre MiQett^ Impigiald, &c M. 



To THE COMTE DE WRATISLAW. 
MONSIKDB, Au Camp d*Eyi, ce 4 Juta, 1705. 

J'ai reqn bier sur la marcbe I'bonneur de votre lettre du 23 

du passe, et me sers de cette premiere occasion par M. de Trogne^ 

qui va en toute diligence k Vienne, pour vous en temoigner mes 

remerciments. II est aussi instruit de la situation oil nous sommes, 

et vous Texpliquera au long. 

n y a quelques jours que je n'ai aucune nouvelle du Comte de 

Lescheraine. Par sa demiere il me marque qu'il serait bientot 

a Tarmee. Des qu'il arrivera, je lui ferai ressouvenir de vos em- 

plettes. Cependant je suis toujours avec une veritable estime et 

respect, 

MoDsieur, votre, &c M. 

To THE COMTE DE SINZENDORFF. 
MoNSiEmt, Au Camp d'Elft,ce4 Jiftn, 1705. 

M. le Baroil de Trognee etant sur son retour pour Vienne, 
je me sers avec beauooup de plaisir de cette occasion pour vous 
assurer de mes tres-humbles respects ; et comme je suis bien as- 
sure de son zele et attachement pour le service de S. M. I., et de 
la confiance que vous reposez en sa fidelite, je lui ai fait part de la 
situation de nos affaires de ce cote-ci, afin qu'il ait I'bonneur de 
vous informer de nos desseins, qui n'auront jamsiis d'autre but que 
les interets de S. M. I. et I'avantage de la cause commune. 
Je suis, ayec one pMsion et estime ti^s-sincbre, 

MoDsiear, votre, &c. M. 

To THE ELECTOR OP MAYENCE. 
MoNSEiONEUR, Au Camp d'Elft, ee 5 Jirtn, 1705. 

J'ai re^u la lettre que V. A. E. m'a fait Tbonneur de m'ecrire 
le 27 du mois passe, et la remercie tres-humblement de ses 
obligeantes felicitations sur mon arrivee en ce pays. EUe sait 
fort bien que je suis tres-sensible avec quel zele et empressement 
EUe a toujours agi dans les occasions pour le bien de la cause 
commune ; et je me flatte qu'Elle me fera la justice de croire que 
^'a ete avec beaucoup de regret que je me suis trouve oblige a lui 
faire la lettre toucbant les cbevaux pour Tartillerie ; rien que la 



1705.] WANT OP SUBSISTENCE IN THE COUNTRY. 73 

dend^ necessity m'y aurait contraint. Nous en fiommes aussi 
plus conyaincus que jamais, par la retraite que les eDnemis vien- 
nent de fiedre devant nous, et leur manoeuvre en se retranchant dans 
leur camp ; de sorte que n'y ayant aucune apparenoe de les attirer 
k un combat, je laisse k consid^rer a V. A. £. les fatales con- 
sequences qui resulteraient, si pendant qu'ils prennent leur avan- 
tage et nous pressent sur la Meuse, nous demeurions ici dans 
rinaction manque de I'artillerie. V. A. E. par ses grandes lumieres 
en pent juger ndeux que personne ; et je me flatte aussi qu'y ayant 
smeuseitient reflechi, Elle fera ses demiers eflbrts pour nous as- 
sister ; d'autant plus que je suis persuade que le Sieur Pesters ne 
souhaitera jamais lien de ses etats qu'k proportion de ce que four- 
nissent les autres Princes et Etats voisins pour le meme service. 

Je m'engage aussi que les chevaux seront renvoyes des que le 
service le permettra, et qu'en attendant, on les menagera le plus 
qu'on pourra. J'attendrai avec impatience I'honneur de sa reponse, 
le temps nous ^tant des plus precieux, et je serai toujours avec le 

dernier respect, 

Monseignenr, de V. A. E., 

Le tr^homble et tr^fl-ob^ifisaot servitenr. M. 



To M. VANDERKAA. 
MoNflZBUB, Au Camp ^Elft^ ce 5 Juin^ 1705. • 

Le Lieutenant-Colonel Oconnar, qui commande un bataillon 
du Cercle de Westphalie, qui vient d'arriver a Numagen, m'ayant 
ecrit la lettre ci*-jointe, pour me prier de lui vouloir faire foumir 
le pain, jusques a Tarrivee de leur commissaire qui en est charge, 
je lui marque en reponse qu'il ait a envoyer un officier aupres de 
vous, et que je ne doutais point que vous ne conviendriez facile- 
ment avec lui de cette livrance. 

Je dois aussi vous marquer en meme temps que nous sommes 
ici dans un pays ou il ne se trouve pas la moindre chose pour la 
subsistance de I'armee ; de sorte que s'il nous manguait le pain 
pour un seul jour, je ne sais ce que nous deviendrions ; c'est pour- 
quoi je vous en recommande le soin, et suis, 

Monnear, yotre, &c. M. 



To M. lyOCONNAR. 
MoMKBUB, Au Omkhp ^£y^ ce 5 Juin, 1705. 

J'ai ^ bien aise d'apprendre par votre lettre d'hier que 
vous etiez arrive avec votre regiment a Numagen, et celui de 



74 MARLBOBOUaH DISPATCHBS. [1705. 

Paderboni it Cochem. Par les memes ordroe f&vais prie que le 
reste eat itmarcfaer a Treves ; naia voiis ne m'en ditea rien. Je 
■ouhaiteFaia pourtant de aavoir ou aont oea baAailloiia qui doivent 
avanoer, et quand lis pourront etre a Treves, ayant numde a M. 
le Barcm de Heiden que je vous laiaBerais tons aur la Moaella 
jiisques a Tarrivee du reste dea taroupes duCerde avec learocruea. 
Je viens d'ecrire au Sieur VanderiEaa, notre commiasaire dea 
vivres a Treves^ pour qu*il ait a tout fouroir le pain juaques a Tar- 
rivee da votrety ainai tous ferez bien d'envoyer quelque officier au- 
pres de lui pour rqgler et convenir dea livrances. 

J« sub tr^pttr&itement, MonneuTi TOtre, &c M. 



T6 M. YAMDESKAA. 
MoMSiacm, Au Camp 4tE^ m 6 Jwrn, 1705. 

J'ai re^ k lettre qae toub avea ecrite jeudi am matin au 
Quartier-Maitre^^^al Ivoy. EUe ne m*a ^t^ rendue qire oe 
matin, et il faudrait que vos gens fissent plus de diligence quand ik 
sont charges de lettres qui le requierent 

J'ai donne les ordres a I'infanterie pour envoyer des boulangers 
a Saarbourg ; les chariots sont aussi marches pour chercher les 
six mille pains. 

J'ai fait marcher quatre bataillons pour prendre poste entre ceci 
et Treves pour la surety des convois ; maisde peur qu'ils ne soient 
pas assez avanc^, il faudra prendre une escorte de Tr^es pour 
les chariots que vous Ssdtes partir demain. Cette escorte les con- 
duira jusques k Tavanne, ou ils trouveront un bataillon ; de la ils 
Buivront la route qu'a tenn notre inianterie, et trouveront les ea- 
cortes en chemin ; apres demain ils n'osi auront plus besoin parce 
que les postes seront tous occupes. 

Faites avancer les farines et avoines de Mayence et CoMenz 
autant qu'il sera possible ; faites venir aussi en toute diligence le 
biscuit k Ti^ves, car j'en aund bientot besoin. 

Faites savoir aux vivandiers qu'ils pourront venir a Tarmfe et 
partir en toute surety, et encouragez-les autant que vous pourrez, 
car nous sommes dans un pays ou nous ne trouvons rien. 

Je sais que vous faites tout votre possible, ainsi je ne vous en dis 
pas davantage. 

Je suiB, Monsieur, &c M. 

P.S. — Faites avanoer le biscuit a mesure qu'U sera cuit, fliaia il 
firat le bien gaider a Tkwea, et n'en point dklribaer saiB mes 
«rdres. 



1705.] STJPPLY OF BAKERS. — ^LOSS OF PONTOON HOUSES. 75 
TV) M. VANDBRKAA. 

«rai fiiit partir cmquante boulangers pour Saarbourg, il en 
Tieudra le meme nombre par rescorte demain a Treves ; et u vous 
en souliaitez daTantage, toiib n'avex qu'a me le fiure savoir* 
Mettei^ je voiis piie, toia oes gens en oBuyrei car j'aurai bianlSt 
besran de pain ponr gix jomv en aTanoe ; aiDfii traTailletf-y de tout 
▼ofare poanbie. 

Je SUM, Monieai^ Totr^ &c. M. 



To M. DU TROSSEL. 

Vaagnam, Am Ctm^fTJEy^eee Jmum, 1706, 

J*ai ete bienaorpris d'apprendre a ce moment par un oourrier 

qui vient de Trevefly qu'il avait trouve le pont de Coosarbrick sang 

aacone garde, et qn'im parti ennemi avait oe matin enleve presque 

tons lea dievanx des pontons qui font ee pont ; et pourraient en 

meme tempe Tavoir entierement detruit Je Tons prie d'y en- 

Toyer du monde incessamment, et de voir 8*il n'y aurait pas moyen 

de rattra^r quelques-uns de ces chevaux, que le parti ne sau^ 

rait mener loin, etant tons enchalnes. II faudra aussi incessam* 

ment envoyer dans le pays cbercber d'autres chevaux pour rem- 

placer ceux qui sent perdus, puisque j'aurai bientot besoin des 

pontona. Vous pouvez assurer les paysans qui les foumiront 

qa'on aura soin de les satisfaire^ et s'ils ne se peuvent trouver au- 

trementy il faudra les prendre par execution. 

Je snis, &c. M. 

-^ ■' - •■ 

To THE GOVERNOR OP SAARBOIJRO. 

MoKsiEOB, Au Camp d^Elft, ce 6 Juin, 1705. 

Comme je viens d'etre inform^ qu*une partie de la gamison 

de Saar-Louis apris ee matin plusieurs de nos chevaux de pontons, 

etant a ITierbe pres de Consarbrick, je vous prie d'envoyer inces- 

samment les hussards pour tacher de les couper dans leur retraite. 

Ces chevaux sent tons enchain^ de sorte qu'ils ne pouvaient pas 

les avoir mene loin. 

Je aidi, MoittWat, totrt, flbc M. 



To M. PESTERS. 
HomiEiTB, Am Camp d'Elft, ee 6 Jactn, 1705. 

J'ai re^i llionneur de votre lettre da 4 du oourant, par la- 
qmlle je vois les peines oontinaelles que vous votis donnez pour 
nraa asoalerdans nos besoins. Nous sommes avanc^ dans un pays 
fort sftm^e on nous ne trouvons presque rien, de sort© que vous 



76 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

donnerez vos premiers soins, s'il vous plait, a faire avancer la fa- 
rine en toute diligence, et puis les avoines; pour le foin, cela 
pourra venir plus a loisir. 

Vous aurez dejk su la mardbe que nous venons de faire, et qu'a 
notre approche les ennemis se sont retir^ dans le camp de Retel, 
ou ils travaillent k se retrancher : de sorte que si nous avions Tar- 
tillerie et les troupes qui nous manquent, nous sommes post^ a 
commencer les operations. Pour ce qui est des chevaux, je suis 
sur que vous ne n^gligerez rien pour en venir a bout, puisque tout 
le succes de la campagne en depend. J'ai re^u une lettre de M. 
TElecteur de Mayence sur ce sujet, dont je vous envoie ici la 
copie, comme aussi de la reponse que je viens de lui faire ; laquelle 
je me flatte aura un bon effet, poiirvu que vous me secondiez, 
comme j*ai aussi prie M. d'Almelo de vouloir bien faire, non- 
seulement aupres de M. I'Electeur de Mayence, mais de tons les 
autres Princes et Etats interesses a la foumiture de ces chevaux, 
et de leur representor nettement que s'ils ne veulent pas nous 
donner cette assistance, et meme incessamment, ils ne peuvent pas 
s'attendre que I'armee demeure ici toute la campagne a ne rien 
faire. 

M. le Comte de Frise me mande de Landau du premier de ce 
mois qu*il allait se mettre en marche avec les troupes qui viennent 
du cote de Lauterbourg, et qu'il prenait la route droit a Creutz- 
nach, de sorte qu'ils n'arriveront pas si tot que je m'etais flatte ; 
et pour les Prussiens, je n'en ai encore aucune nouvelle, mais 
c*est toujours I'artillerie qui nous presse le plus. 

J'acbeminerai votre" lettre pour M. de St Contest parun trom- 
pette que j'enverrai demain, et lui ferai savoir ea meme temps, 
que sur le memoire qu'il me fera tenir, il aura les passeports qu'il 
souhaite pour des postilions et pour les pourvoyeurs des generaux. 
Mais a Tegard de ce qu'il demande pour M. de Jolly, il ne sera 
pas si facile a Tobliger, la Reine ayant depuis peu donne des con- 
ges a trois ou quatre de ces Messieurs qui sont en Angleterre. 
Quand I'occasion se trouvera favorable, je serai pourtant bien aise 
de m'y employer pour vous faire plaisir, et vous marquer les egards 
que j'aurai toujours pour ceux pour qui vous vous interesserez, 
etant tres-parfaitement. 

Monsieur, Yotrey &c. M. 

P.S. — D'abord que j'aurai le passeport pour M. de Guelder- 
malsen, je vous le ferai tenir ; cependant vous lui ferez mes com- 
pliments, et le prierez de nous assister de ses bons offices pour avoir 
les chevaux d'artillerie. 



1705.] BETAIL OF POSTS OF COMM0MICATION. 77 

To M. I/AUBACH. 

MoHBBCB, An CtMmp d^E^, ee 6 Mm^ 1705. 

Dq)iii8 que vous m'ayez quitte ce matin, je me suis mienx 
infcnrme des poetes que vos troupes peuvent oecuper, taut pour la 
surete des proyisions et passages que pour la commodite des 
troupes, et je vous en envoie ci-joint le Memoire que je vous prie 
de vouloir bien iaire observer. 

Je sou, tr^pairfidtement, Monrienr, Totre, fte. M. 

TS. — ^Vous aurez la bonte de faire poster vos gens, selon ce 
Memoire, demain de grand matin. 

Memoibx 

Poor les Troupes qui garderont le grand Chemin entre Tr^ei et rArm^ afin de 
donner les Esoortes n^cessaires aux CoDTois on anx ViTandieis et Paysans qui 
m p pa rteu i des ViTies k rarm^ soit de Saarboorg oa de Ti^es; oomme ansn 
poor eeux qui Tout de rArm^ dans oes pUoes-Ik. 

Que le bataillon de Tamar ait ordre de camper a Contz. 

n faut un regiment Palatin de deux bataillons entre Taveme 
et la Chapelle, pour couvrir lea deux chemins qui viennent d'Ons- 
dorff et de Commeren. 

n fiiut un regiment de deux bataillons, et deux escadrons Fala- 
tins qui campent sur la hauteur de Commeren pour observer la 
plaine, et Tentree des deux defile susdits ; k savoir Onsdorff et 
celui de Commeren. 

Les autres trois regiments, avec le reste de la cavalerie, se 
camperont entre le village de Fau et celui de Munsingen, figdsant 
front vers notre armee, ou entre Munsingen et Kirff : front vers 
la Saar ; ou ils couvrivont le grand chemin de Saarbourg a I'ar- 
mee en passant par derriere leur camp. 

Les demiers bataillons mettront un poste a Trasem sur le cime- 
tiere, en s'y retranchant, pour couvrir le grand chemin, et on en- 
verra incessamment des patrouilles pour favoriser les gens qui 
riendront avec des vivres a Tarmee, ou qui iront de Tarmee 
chercher des vivres a Treves ou a Saarbourg. 



To THB MARECHAL DE VILLABS. 
MoNSisiTR, Au Caag) tTElftt ce 6 Juin, 1705. 

Ayant regu une lettre du Sieur Pesters pour M. I'lntendant 
St Contest, j'ai et^ bien aise de me servir de ce trompette qui la 
lui doit remettre, pour vous remerder de I'honneur de votre 



78 HABLBOROUGS DISPATCHES. [1705. 

obligeante lettre d*hier, et vons aaeiirer que de mon oote je cher- 
cherai aussi ayec empreesement les occasioiis de mmter pairtoat 
Yi^tTQ estune. 

Je Youfi 81UB bien oblige^ Monsieur, des prisomuen que tous 
uouB avez reavoyee* et vous en tiendrai bon compte. Je serais bien 
majrri que vous eussiex quelque chose a nous reprooher a oet egard j 
et si vous vouliez bien me faire instruire plus partioulier^ment sur 
qui vous avez des pretentions, je ferai de mon mieux pour qu'on 
vous rende justice, puisque personne ne pent etre plus par&ite- 
ment que je sms, 

Monsieur, Yotre, &c. M. 

To M. ITALMELO. 
IfQUUfiiiB* Au Camfi ^JS^ c« 6 Jum, 1705. 

Vous avez sans doute deja appris que nous sommes beureuae- 
meut debouch^ de Treves, et la marche que nous avons fiiite 
jusques ici, A notre approche les ennenus se sent retires dans le 
camp de Retel, oil ils commencent a se retrancber ; de sorte qu'il 
n'y a nulle apparence de les attirer a une bataille, pour le moins 
de quelque temps. Nous sommes a present post& a conun^icer 
nos operations si nous avions toutes les troupes et I'artilleiie. 
C*eat ce dernier qui presse le plus, et ou je vous prie de continuer 
vos bons oflSces aupres des Princes et Etats interess^ a la four- 
niture des chevaux. 

J'ai re; u une lettre a ce sujet de M* I'Electeur de Mayence, 
dont je vous envoie la copie, comme aussi de ma reponse^ afin que 
vous sachiez d'autant mieux comment vous prendre aveclui* Vous 
aurez la bonte de lui faire savoir tout nettementi comme aux 
autres, que je ne saurais repondre de rester ici avec Tarmee a ne 
rien faire, et que s*ils ne nous assistent a fiiire mener rartillerie> il 
faudra quitter la partie, et aller ailleurs. 

Je Buisy Monsieur, &c M. 

P,S.' — Vous avez aussi la copie d'une lettre que je re^ois ce 
matin de Vanderkaa« Vous voyez ou nous en sommes, et je vous 
demande aussi vos bons offices pour hater les provisions de Ma- 
yence. Nous sommes dans un pays ou il ne se trouve rien, et si 
nous venons a manquer le pain un seul jour, nous sommes mines. 



To M. D'ALMELO. 
MomoBinu Au Camp ttSlft, ee 7 Jmm, 1705. 

Vous etes assez informe des instances pressantes que j'ai 
reiterees aupres de M. le Prince de Bade, pour hater la marcbe de 



1705.] NON-ARRIVAL Of COMTmOXNTS. 79 

sea inmpeBw Cependant tous royet par la ci«jokilo oopie d'ime 
lettre qui] n'&rit mas date, et qui m'a 6t& achemiMa hier de 
TiifveB> qae je ae puiB fiiire ancaii fond sur leur arriT^, et 
d'aatant fdus qvm Tent qn'ils prennent on detour de Tingt lieneB 
par Creutsnadi, d'ou le Comte de Hcrne, qui commaiKie lei 
troupes de Wirtemberg, me mande qu'il a ordre de reater aToe 
les siennes juaques 2t leur arrivee. Ceci et les difficultea qui se 
renooBtrent pour les ehevaw d'artillerie, me doDnaDt la demiere 
inquietiide* 

La diaette de fourrage m'avait oblige de marcher le 3 de oe 
mda de Treves, et cette marche a eu tout le succea que noua 
pouTi<HiB esp^r, M. de Villars ayaut ete oblige de ae retirer, 
noua laisaant entilrement maitrea de commencer lea op^rationa 
coDoertees, ai noua etkma en etat ; maia lea demarchea du Prince 
de Bade, et le pea d'^arda que les Princes int^vsa^ ont a leur 
fimnntnre des chevaux pour I'artillerie, me font d^aeaperer de 
rien fiure ici de toute la campagne. H eat vrai que de la maniere 
que noos aommea postea, noua n'avona rien a crahidre de la part 
dea ennemis ; maia le pen de snbaiatance qui ae trouve dana oe 
paja noua incommodera bientdt ai noua ne aommea en ^tat 
d'agir. 

Je aula sur que voua plaignez la aituation ou je suia. Travaillea, 
je Toua conjure, k me mettre hora de cet embanaa, et donnez-moi 
quelque mot de eonaolation. Si noua n'avons bientot lea chevaux 
d'artillerie, je ne aaurai de quel c8te me toumer. J'ai fieut tout 
mon poaaible en me tirant de Trevea et me presentant aux ennemia 
aprea une trea-longue marche ; maia il eat clair par leur retraite, 
en ae fortifiant dana leur camp, qui est aaaez fort de aoi-meme, 
qu'ila ne veulent rien riaquer. «rattendrai de ?oa nouvellea avec 
impatience, etant ti^s-aincerement, 

Monneor, fotre, &•• M. 

P.S. — Je reqoia a ce moment Thonneur de votre lettre du 4. 



To M. DU TROSSEL. 
MojmsDB, Au Campd'Elft, ce 7 Juin^ 1705. 

«rai requ voa lettrea et suia trop sensible de vos aoins et de 
?ote diligence pour voua imputer aucune part a la perte dea 
chevaux ; c'eat la faute du lieutenant qui n*a paa obel aux ordrea 
qu'il avait re^us. 

Je viena d'etre averti qu'il y a a Trarbach quelquea bateaux 
diarges de fieurine, avoinea et autres provisions pour I'armee, dont 



go MARLBOSOUGH DI8PAXGHB8. [1705. 

nous ayoiifl assez de besoin. Aiosi je yous prie de concerts inces- 
samment avec M. le Colonel Bechteren, commandant de cette place, 
des moyens de les faire monter en toute diligence et surete a 
Treyes, fournissant pour cela de votre garnison, et avec raaantance 
du regiment a Numagen, les escortes necessaires. Je me repose 
sur Yos soins dans cette affidre, et sms, 

MoDsienTi YOtre, &c. M. 

P.S. — Je vous prie d'acheminer incessamment la lettre pour 
M. de Rechteren ; et celle pour M. Behagel, par la premi^ occa- 
non. 



To COLONEL DE RECHTEREN. 
MoMSiBOB, Au Campd*EI^ ce 7 Jma, 1705. 

Ayant appris que vous avez a Trarbach plusieurs bateaux 
charges de provisions et autres choses necessaires pour Tarmee, je 
viens d'ecrire au Colonel du Trossel, commandant de Treves, pour 
le prior de concerter avec vous les moyens de les faire monter en 
toute diligence. Cost pourquoi, je vous prie d'y donner aussi 
la main, et de prendre vos mesures avec lui ; de sorte que par les 
escortes que vous foumirez et Tassistance du regiment a Nu- 
magen, les dits bateaux puissent etre menes en surete. Cette 
afiaire est de trop de consequence pour que je puisse douter de 
vos soins, qui nous sent fort necessaires dans la conjoncture 
presente. 

Je soisy Monrienr, votre, &c. M. 



To M. DU TROSSEL. 
MoNSiEDB, Au Camp d'ElJt, ce 7 Juin, 1705. 

MM. les commandants des troupes de Lunebourg m'ayant 
represente qu'il y a plusieurs de leurs soldats malades et incom- 
modes, de maniere qu'ils ne sont plus en etat de rester en cam- 
pagne, je vous prie de vouloir bien leur faire foumir quelquc 
maison dans la ville de Treves pour un hopital, ou des quartiers 
les plus commodes pour le soulagement et la guerison de ces gens. 
Ceci etant tres-necessaire pour le service, je ne doute pas 
que vous n'y donniez tres-volontiers la main et Tassistance 

requise. 

Je sois, Monneor, votre, &c. M. 



1705.] EFFORTS TO DRAW M. DE VILLARS TO BATTLE. 81 

To M. PESTERS. 
MoiansiJB« Au Camp d^Efi (<m Beffi), ee 7 Juin, 1705. 

J'ai requ rhonneur de tos lettres da 4 et 5 du oourant, et 
sds bien aise de voir que la farine et lea ayoines arrivent de 
Mayence. Je suis sur que vous ne perdrez pas un seul moment 
de temps a les faire avancer k Treves. II faut que M. de 
Bechteren se soit mepris en arretant les bateaux a Trarbach. Je 
lui ecris de les depecher en toute diligence, et j'ai donne ordre en 
zneme temps a M. du Trossel, qui commande k Treves, de se con- 
certer avec lui et de donner son assistance pour leur surete en 
cfaemin. 

Nous sommes toujours dans la meme situation, laqueUe, a vous 
dire le vrai, n'est pas des meilleures. Vous savez que j'ai fiiit 
tout men possible pour attirer les ennemis a une bataille, ou pour 
le moins de les obliger a iaire venir quelque renfort des Pays Bas 
]wur soulager nos amis sur la Meuse. Mais de la maniere qu'ils 
agissent, il me semble qu'ils ne songent a rien moins, puisqu'ils 
se retranchent dans leur camp. Cependant nous sommes postes 
de maniere a commencer nos operations si les troupes Allemandes 
Doiis eussent joints, ou que nous eussions les chevaux pour I'artil- 
lerie, manque de quoi, nous sommes obliges a rester dans Tin- 
action, et combien cela durera, ou quelle en sera la consequence, 
Dieu sait. C'est de votre cote que j'attends quelque consolation 
a I'egard des chevaux. 

Je vous prie aussi de faire monter le biscuit a Treves a mesure 
qu'il sera cuit. Je suis tres-par&itement, 

MoDsieiir, votre, &c. M. 

To THE STATES^JENERAL. 
lUim ST PuuBAMTB SsiONEUBS, Au Comp d*Elft, ce 7 Jmn^ 1705. 

Je me suis donne I'honneur d'ecrire a vos H. P. le 4 de ce 
mois, pour leur marquer que nous etions heureusement debouches 
de Tttves, et qu'il notre approche M. de Villars s'etait retire. 
II a mis un bois et deux ruisseaux devant lui, et a retranche toutes 
les avenues de son camp. 

J'espere qu'on me rendra justice que par le mouvement que je 
viens de fidre, j'ai fait tout mon possible pour attirer les ennemis 
a one bataille, ou pour le moins les obliger a faire venir un renfort, 
pour soulager notre armee sur la Meuse. Mais le zele que j'ai 
toujours pour le public et pour les interets de vos H. P. en par- 
ticulier, m'oblige a ne leur point celer mes pensees, que de la 
maniere que les ennemis agissent il parait trop clair qu'ils ne 

VOL. n. • o 



83 MABLBOROTJOH BISPATCHBS. [1705. 

Bongent ici qu'a donner le temps h. leurs troupes dans les Pays 
Bas a pousser leurs desseins a bout, pendant que je manque les 
troupes AUemandes ; n'ayant juaques ici pas un seul homme qui 
ne soit it la solde de TAngleterre et de FEtat, ce qui donne la 
snperiorite aux ennemis. £t par le retardement des tnns mille 
chevaux que les Princes voisins doiveut ibumir pour mener Fartil- 
lerie au si^e, nous sommes obliges a rester tout*a-fait dans Tin- 
action; meme cela pourrait durer encore long-temps, puisque 
je n'ai aucune assurance quand oes cheyaux seront prets. 

Je supplie vos H. P. de vouloir me fiure Thonneur de me 
donner leurs bons avis dans la situation oil nous nous trouvons, 
n'ayant d'autre passion que celle d'etre le plus utile qu'il me sera 
possible k la cause commune, et de leur t^oigner en meme 
temps le respect et la deference avec lesquels je serai toujours, 
Haate et PuMants SeSgoeon, 

De Tos HanieB PoiBsanoes, &c M. 



To M. ITAUVERQUERQUE. 

MoNSixuB, Au Camp ^Elft, ce 7 Juin^ 1705. 

Je viens de recevoir ITionneur de votre lettre du 2 de ce mois, 
et suis bien surpris de voir que vous n'avez encore requ aucune 
des miennes, vous ayant ecrit regulierement sous Tadresse de M. 
Van der Vicker, maltre des postes Imperiales a Maestricht. Ma 
demiere etait du 2 de ce mois, ou je vous marquals mon dessein de 
marcher incessamment aux ennemis, comme j'ai aussi commence a 
faire le lendemain a une heure du matin. Nous avons fait pour 
le moins sept lieues, et entre quatre et cinq heures de rapres-midi 
nous sommes venus dans ce camp, qui est a un quart de lieue de 
Sierck, ou les ennemis et^dent camp& ; mais d*abord qu'ils nous out 
vu paraltre, il se sont retires dans un camp tres-fort, et sesoot de- 
puis retranches, de sorteque vous voyez que j'ai fait tout mon pos- 
sible pour les attirer a un combat, ou pour le moins les obHger a 
demander du secours, ce qui vous aurait soulage. Mais de la 
maniere qu'ils agissent, je vois qu'ils ne songent qu'a se tenir sur 
la defensive. II est vrai qu'ils nous out laisse en liberte de com- 
mencer les operations concertees, et vous pouvez bien croire qu'il 
ne tient pas a moi que nous n'en profitions incessamment ; mais 
nous n'avons pas encore les troupes de Prusse, ni celles du Prince 
de Bade, qui ne seront a porteede quelques jours. Outre cela il y 
a encore une autre difficulte, qui me donne le phis de peine, ce qui 
est les trois mille chevaux que les Princes voisins devaient foumir 
pour mener I'artillerie et les munitions pour le siege, et dont je n'ai 



1705.J ENLISTBISNT OF HUSH DESBRTERS. — ^FORDS. 83 

encore aucune uouvelle, malgr^ toutes les instances que j'ai faites 

anpres d'eux, de concert avec M. d'Almelo et le Sieur Pesters. 

Soyez siir. Monsieur, que de mon c8te je ne negligerai pas la 

moindre occasion pour donner diversion aux ennemis, et les obliger 

a toiimer leurs armes de ce o6te-ci. Mais k tous dire le vrai, 

notre situation a pr^nt n'est pas des meilleures. 

Xe^re que M. de Cronstrom fera \me vigoureuse defense, et 

donnera le temps a remettre un peu les affaires. Je ne manquerai 

pas de vous fidre part de tout ce qui se passera ici, et vous prie 

d'etre persuade de la passion et du respect tres-sincere avec les- 

quels je sois, 

MoDUAiiry voCKy &e. M« 



To M. lyAUBACH. 
MoasEKiTB, Au Camp d'Hft, ce 8 Juin^ 1 705. 

Je Yous suis bien oblige des soins, que je vois, par I'honneur 
de Yotre lettre de ce matin, que vous prenez pour la surete des 
avenues du camp. Vous trouveres d-jointe la liste des gues et pas- 
sages que j'ai &it occuper sur la Moselle; s'il s'en trouvera 
d'autres entre cela et Wasserbillig, je vous prie de les faire 
occuper par vos troupes, et d'envoyer des partis au-delk pour 
amener de ce cote*ci tons ks bateaux qui s'y trouveront. Vous 
aorez aussi la bonte de faire occuper les postes entre Saarbourg 
et rarmee, comme vous avez fait de \k aTrfd^es. 

Je suit, MoaakioT, &c M. 

P.S. — ^n arrive ici tons les jours des deserteurs des regiments 
Irlandais dans le service de France, qui voudraient bien prendre 
parti ; et comme nous ne les pouvons prendre dans les regiments 
AnglaiS) je crois que S. A. £. serait bien aise qu*ils entrassent 
dans ses troupes, pour remplir les vaeanoes ; mais en ce cas il 
faudrait aussi prendre quelques officiers de la memo nation. H y 
en a dqa quelques-uns ici qui out servi en France depuis long- 
tempe, et je crois qu'il en viendrait bientot d'autres tons degoutes 
du service. Je vous prie de me mander votre sentiment la-dessus, 
et en cas que vous approuviez la proposition, d'envoyer quelque 
oflScier pour engager ces gens. 

Luxe ma Cos's qui nmt ooeapes sur la MoseUe depuis Perie juaqom k qnatre 
lieaes Ters Wasserbillig. 

Le gne vis-a-vis de Bemeschen. 

Village de Besch. 

Cue vis-a-vis de Sehwebsingen. 

g2 



84 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

Au gue yifl-a-yiB de Bech. 
Vis-a-vifl de Remich, pour garder les bateaux. 
La hauteur du chateau de Thorn. 
Village de Palzem vis-a-vis de Stadtbredimus. 
Ces sept postes sont gardes par trois mille hommes, commandes 
par un major. 

To M. DE LEYEN. 
MoMSiBUB, ^M ^«^ ^JBlJt, ee 8 Jidn, 1 705. 

J'ai requ I'honneur de votre lettre du 3 de ce mois, et vous 
'suis fort oblig^ des informations que vous m'y donnez de Tavance- 
ment des troupes. Je prevois qu*il sera fort tard avant que le 
tout nous ait joint, ce qui deconcerte beaucoupnos mesures. Vous 
aurez la bonte, s'il vous plait, de me continuer les avis de ce qui 
se passe dans vos quartiers. 

Je snis, tr^parfiEdtementp MoDsienr, Totre, &c. M. 



To M. D'ARNHEM. 
Monsieur, ^f^ Camp d^Elft, ee 8 Jvtiv 1705. 

Je VOUS suis fort oblige de rhonneur de votre lettre du 3 de 
ce mois, et des avis que vous me donnez de la marche de vos 
troupes, comme aussi de la peine que vous avez pris de les presser. 
II faut avouer que c'est avec quelque impatience que j'attends 
leur arrivee. Le plaisir de vous voir ici m'en consolera beaucoup ; 

en attendant, je suis avec passion, 

Monsieur, yotre, &c. M. 



To M. DAELHAUSEN. 
MoNSisuR, Aa Camp ^Elft, ce 8 Jvin, 1705. 

Ce n'est qu*aujourd*hui que votre lettre du 30 du passe m'a 

ete rendue. Je vous remercie des avis que vous my donnez de la 

marche des troupes de Prusse, et du soin que vous avez eu 

d'acheminer ma lettre a M. le Lieutenant-General d'Amhem. 

J'ai eu depuis de ses nouvelles, et ne doute pas qu'il ne presse leur 

marche autant qu il lui sera possible. C'est dommage que nous 

n'ayons pas pu profiter plus tot de si belles troupes ; mais je me 

console en m'assurant qu'a leur arrivee elles recompenseront am- 

plement ce delai. 

Je sols, MoDsiear, Yotre, &c M. 



1705.] DANGER FROM ALARM IN HOLLAND. 85 



To THS COBfTE DE WRATISLAW. 
MoanxuB, Au Camp fE^, ce 8 /viff, 1705. 

Le Baron de Trognee, qui est parti d'ici le 4 de ce moia, 
Tons aura sans doute rendu ma lettre avant Tarrivee de celle-ci. 
n TOU8 aura en meme temps appris la marche que j'ai faite le 
jour devant de plus de sept lieuespourtacher d'attirerles ennemis 
a un combat ; mais ils se sont retires a notre approche, et j'ai 
d'abord pris poste dans ce camp, oil je me trouve a portee d'entre- 
prendre le siege de Saar-Louis, si les troupes qui devaient avoir 
ete ici il y a quelques jours m'avaient joint. Cependant je n'ai 
pas jusques ici un seul homme qui ne soit a la solde de 1' Angle- 
terre et de la HoUande. JTai eu hier une lettre du Comte de 
Frise, ou il me marque qu'il faisait venir les troupes du Prince de 
Bade par Creutznaeh, qui est encore un detour de prcs de vingt 
lieues, et qu'il faisait etat de partir de la le 10 de ce mois, de 
sorte qu'il ne saurait me joindre avant le 20 ou 21 au plus-tot. 
Quelques-uns des Prussiens sont encore plus en arriere ; et pour 
les tnris mille chevaux que les Princes voisins nous devaient foumir, 
pour mener I'artillerie et les munitions, et sans quoi il nous sera 
impossible d'agir, je n'en ai aucune nouvelle, nonobstant toutes 
mes instances ; au contraire ils pretendent s'en excuser. Ainsi vous 
voyez combien de temps nous perdons entre le 3 et le 22, si meme 
alors nous pouvons etre en etat. Cepetidant M. de Villars, quoi- 
qu'il fut joint le 4 par la cavalerie et le 5 par Tinfanterie, qui lui 
a ete detachee d' Alsace, continue a se retrancher : de sorte qu'il est 
evident qu'il ne vent rien risquer, et qu'il ne cherche qu'a donner 
le temps a leur armee dans les Pays Bas a pousser leur desseins 
a bout J'attends meme a chaque moment d'apprendre qu'ils 
anront assise Liege, ayant des avis qu'ils feraient tout leur pos- 
sible pour donner I'epouvante a la Hollande, dont vous connaissez 
assez la constitution pour juger des consequences fimestes que cela 
pourrait produire ; meme jusques a preter I'oreille a des proposi- 
tions qu'on ne manquera pas de leur faire. J'ai grand' peur meme 
qu'il n'y ait a I'heure que je vous ecris celle-ci, des resolutions en 
cbemin de la Haye, qui detruiront entierement tons nos projets de 
ce cote-d. Cela ne pent pas manquer quand on saura que nous 
ne pouvons avoir rien ici de plusieurs jours que ce qui est a notre 
jointe paie. Cette facheuse situation me donne taut d'inquietude, 
que je ne satirais me dispenser de vous prier d'en vouloir faire 
part a S. M. I., qui, je ne doute point, me rendra justice que j*ai 
&it tout ce qui ma ete possible pour mettre les affaires sur un 



72 HARLBOROUGH DISPATGHBS. [1705. 

a tout ce qu'il lui dira de ma part^ comme auaai d'etre persoadee 
du zele et de I'attachement inviolable avec lesquels j^embraaserai 
partout 8es interets, ^tant avec le plus profond respect, 

Sire, de TOtre Bi^jetl^ Impiriale, &C. M. 



To THE COMTE DE WRATISLAW. 
MoNBixuB, Au Camp <rElft, ce 4 Jiitn, 1705. 

J'ai re^u hier sur la marche rhonneur de Yotre lettre du 23 

du passe, et me sers de cette premiere occasion par M. de Trognee, 

qui va en toute diligence a Vienne, pour vous en temoigner mes 

remerciments. II est aussi instruit de la situation ou nous sommes, 

et vous I'expliquera au long. 

n y a quelques jours que je n'ai aucune nouvelle du Comte de 

Lescheraine. Par sa demiere il me marque qu'il serait bientot 

a I'armee. Des qu'il arrivera, je lui ferai ressouvenir de vos em- 

plettes. Cependant je suis toujours avec une veritable estime et 

respect, 

MoDsieor, votre, &c. M. 

To THE COMTE DE SINZENDORFP. 
Monsieur, Au Canq}d'Elft,ce 4 Juin, 1705. 

M. le Baroil de Trognee etant sur son retour pour Vienne, 
je me sers avec beaucoup de plaisir de cette occasion pour vous 
assurer de mes tres-humbles respects ; et comme je suis bien as- 
sure de son zele et attachement pour le service de S. M. I., et de 
la confiance que vous reposez en sa fidelite, je lui ai fait part de la 
situation de nos afikires de ce cote-ci, afin qu'il ait Phonneur de 
vous informer de nos desseins, qui n'auront jamais d'autre but que 
les interets de S. M. I. et I'avantage de la cause commune. 
Je suis, avec une passion et estime tr^-sino^ 

Monsieur, yotre, &c M. 

To THE ELECTOR OP MAYENCE. 
MoKBBiONEUR, Au Cconp d*Elft, ee 5 Juin^ 1705. 

•Fai re^u la lettre que V. A. E. m*a fait I'honneur de m'ecrire 
le 27 du mois passe, et la remercie tres-humblement de ses 
obligeantes felicitations sur mon arrivde en ce pays. Elle sait 
fort bien que je suis tres-sensible avec quel zele et empressement 
Elle a toujours agi dans les occasions pour le bien de la cause 
commune ; et je me flatte qu'Elle me fera la justice de croire que 
9'a ete avec beaucoup de regret que je me suis trouve oblige a lui 
faire la lettre touchant les chevaux pour TartiUerie ; rien que la 



1705.] WANT OP SUBSISTENCE IN THE COUNTRY. 78 

deniMre neoessite m'y aurait contraint Nous en sommes aiusi 
plus oonyainciiB que jamais, par la retraite que les emieiiiiB vien* 
Dent de fiiire devant nous, et leur manoeuyre en se retranchant dans 
leur camp ; de sorte que n*y ayant aucnne apparence de les attirer 
a un combat, je laisse a oonsiderer a V. A. £. les fatales con- 
sequences qui resulteraient, si pendant qu'ils prennent leur avan- 
tage et nous pressent sur la Meuse, nous demeurions ici dans 
I'inaction manque de Fartillerie. V. A. E. par ses grandes lumieres 
en pent juger mieux que personne ; et je me flatte aussi qu'y ayant 
soieuseilient refledii, Elle fera ses demiers eflbrts pour nous as* 
aster ; d'autant plus que je suis persuade que le Sieur Pesters ne 
souhaitera jamais fien de ses etats qu'a proportion de ce que four- 
mssent les autres Princes et Etats voisins pour le meme service. 

Je m'engage aussi que les chevaux seront renvoy& des que le 
fierrice le permettra, et qu'en attendant, on les menagera le plus 
qu'on pourra. J'attendrai avec impatience Thonneur de sa reponse, 
le temps nous ^tant des plus precieux, et je serai toujours avec le 

dernier respect, 

MoDseignenr, de V. A. E., 

Le trk-hnmble et tr^s-ob^ifisant seryitear. M. 



To BL VANDERKAA. 
BfovnxCT, . Au Can^ ^Elft, ee 5 Juin, 1705. • 

Le Lieutenant-Colonel Oconnar, qui oommande un bataillon 
du Cercle de Westphalie, qui vient d'arriver a Numagen, m'ayant 
ecrit la lettre ci*-jointe, pour me prier de lui vouloir faire foumir 
le pain, jusques a I'arrivee de leur commissaire qui en est charge, 
je lui marque en reponse qu'il ait a envoyer un o£Bcier aupres de 
voos, et que je ne doutais point que vous ne conviendriez facile- 
ment avec lui de cette livrance. 

Je dois aussi vous marquer en meme temps que nous sommes 
ici dans un pays oil il ne se trouve pas la moindre chose pour la 
snbsistance de I'armee ; de sorte que s'il nous manguait le pain 
pour un seul jour, je ne sais ce que nous deviendrions ; c'est pour- 

quoi je vous en recommande le soin, et suis, 

Monneur, Totre, &c. M. 



To M. D'OCONNAR. 

Ah C(m^ ^JElfU ce 5 Juin, 1705. 

J*ai 6t6 bien aise d'apprendre par votre lettre d'hier que 
vous etiez arrive avec votre raiment h. Numagen, et celui de 



88 MARLBOBOUGH DISPATCHES. [1705. 

To THB MARECHAL DE VILLASS. 
MONSISDB, Au Camp ^EXft, ce 9 Jvin, 1705. 

•Fai requ rhonneur de votre lettre, et vous eDvoie par 

L'Orange les passeports contenus dans votre m^moire, vous as- 

surant en meme temps que je chercherai partout avec empresse- 

ment les occasions de vous t^moigner Testime et le respect avec 

lequel je suis, 

Monrienr, YOtre tr^humble et tr^s-ob^issant serriteor. M. 



To PRINCE TAXIS. 
MoNSiEUB, Au Camp d^Elft, ce 9 JuvHy 1705. 

Votre conunis des postes a Treves m'a rendu la lettre que 
vous m'avez fait rhonneur de m'ecrire le 28 du mois passe, et je 
vous suis bien oblige des propositions qu'il m'a faites de votre part 
touchant le transport de nos lettres. Celles d'Allemagne et 
d'ltalie prennent toujours leur route par vos offices ; mais pour 
celles d'Angleterre et de Hollande il s'est commis tant d'irre- 
gularit^i Tannee passee que je me trouve oblige de les faire porter 
par des courriers et postilions expres, ce que j'espere pourtant ne 
fera aucun tort a vos interets, pour lesquels j'aurai toujours tout 
regard possible, etant avec une veritable estime et respect. 

Monsieur, votre, &c« M. 



To THE COMTE DE LOWENSTEIN. 
MoNSlEDB, Au Camp d'E^ft, ce 10 Juin, 1705. 

J'ai re^u Thonneur de votre lettre du 27 du mois passe, et 
suis bien fache d'apprendre qu'il restait encore des troupes Prus- 
siennes dans la Baviere apres toutes les instances que j'ai faites 
pendant quelques mois, pour presser leur marche vers la Moselle. 
J'espere pourtant que vous aurez et^ quitte il y a quelques jours, 
puisque le Roi de Prusse m'a fait I'honneur de me mander que 
des ordres precis leui* avaient ete envoy^ pour se mettre incessam- 
ment en marche. Ainsi vous voyez. Monsieur, qu'il ne tient pas 
a moi que ces troupes, et bien d autres que nous attendons, ne 
soient deja ici. Les ennemis profitent beaucoup de leur lenteur, au 
grand prejudice de la cause commune et des interets de S. M. I., 
auxquels je me suis entierement devoue : au reste, je serais bien 
aise de vous marquer dans toutes les occasions le respect et Testime 
tres-parfaite avec lesquels je suis, 

Moxisieur, votre, &c M. 



1705.] WANT OF HOR8B8 AND ABIMUNITION. 89 

To THX LANDGBAVE OP HESSE CASSEL. 
MoBnBiGsnBVB, Au Camp <r£2/t, oe 10 Jirtii, 1705. 

•Tai re^u la lettre que V. A. S. m'a fait rhonneur de m'ecrire 
le 27 dn mois passe, qui ne m'a 4te rendue pourtant que de- 
puis trois jours; autrement je n'aurais pas manque de lui en 
temoigner mes tres-humbles remerciments plus tot Je me serais 
ansBi donne Honneur d'infonner V. A. S. de la marche que nous 
ayons faite de Treves a ce camp pour tacher d'attirer M. de Villars 
a un combat, si M. le Prince Hereditaire ne s'en etait charge. 
S. A. lui aura aussi fait part de la situation oil nous nous trouvons 
a present, etant oblig^ de rester dans I'inaction pendant que les 
ennemis poussent leurs desseins a bout sur la Meuse, manque des 
troupes qui devaient nous avoir joints il y a deja quelques jours. 
Cependant selon les lettres du Comte de Frise, elles n'arriveront 
que vers le 20 on 21 de ce mois. Mais apres que toutes les 
troupes que nous pouvons esperer seront venues, V. A. S. sait fort 
bien que nous ne serous pas en etat de rien entreprendre sans un 
nombre suflSsant de chevaux et chariots pour mener I'artillerie et 
les munitions au siege. EUe est aussi trop clairvoyant pour ne 
pas juger des ftmestes consequences qui en pourraient r&ulter, si, 
pendant que les ennemis poussent leur progres ailleurs et con- 
tinuent a doimer I'epouvante a la Hollande, nous demeurions plus 
long-temps a ne rien faire. C'est sur ces considerations que je 
ne fids aucune doute que V. A. S., animee de son zele ordinaire 
pour la cause commune, ne foumisse, non-seulement sa quote de 
ces chevaux, mais qu'Elle excitera en meme temps les autres 
Princes et Etats interesses a faire leurs demiers efforts pour nous 
tirer de Tembarras ou nous nous trouvons, puisque si cela durait 
encore, il est facile de prevoir que les suites en seraient fatales 
aux hauts Allies. Je me persuade que V. A. S. en cette iacheuse 
situation me pardonnera fadlement la liberte avec laquelle je 
m'expliqne, et qu'Elle me fera toujours la grace de me continuer 
rhonneur de sa bienveillance, puisque que personne ne pent etre 
plus respectueusement que je suis, 

MoDseigneor, de V. A. S. &c. M. 



To THB COMTE DE FRISE. 
HmfSiEiTB, Au Canq> d'Elft, ce 10 Juin, 1 705. 

J'ai re^u rhonneur de votre lettre du 6, et ce moment on 
rient de me rendre celle d'hier. Je suis bien aise de voir que 
vous serez parti aujourd'hui de Creutznach. Vous savez trop la 



90 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

consequence pour qn'il y ait besoin de vous preeser de diligenter 

la marche dans la situation oil Ton est sur la Mouse, et I'alamie 

qui est en Hollande. 

Je suis poste ici, d'oii avec uu petit mou?ement je me mets 

entre Saar-Louis et les ennemis; mais entre autres difficulties ou 

nous nous trouvons celle des chevaux pour mener la grosse artillerie 

et les munitions de Trarbach ne me donne pas peu d'embarras. 

Si M. le Prince de Bade est avec vous, vous aurez la bonte, s'il 

vous plait, de lui faire bien des compliments de ma part, et de 

prier S. A. de vouloir incessamment employer son autorite et ses 

bons offices aupres des Princes interess^ pour que chacun foumisste 

au plus-tot sa quote, selon la repartition faite par le Sieur Pesters 

avec leurs officiers a Coblenz, ou, en conformite de mes lettres, 

ils se sont rendus pour cet effet ; mais ils n'ont pas pu convenir 

entre eux. Au reste, permettez que je vous recommande le 

gentilhomme qui vous rendra cette lettre; c'est un offider de 

S. A. £. de Treves, fort zele pour nos interets. Je vous prie 

d'avoir quelques egards pour lui et de manager autant que vous 

pourrez tout ce qui le regarde. H est du pays et vous sera fort 

utile dans votre marche; c'est aussi principsdement dans cette vue 

qu'il se rend aupres de vous. 

Je sou, Monaeur, votre, &c. M. 

P.S. — Vous ne trouverez rien de tout sur la route de Treves. 
Si vous pouviez prendre quelque chose de Birckenfeld, vous feriez 
du bien a vos troupes. 

To THB BARON DE SPAAR. 
MoNBisuR, Au Camp d'JElft, ee 10 Juin, 1705. 

JTai re^u I'honneur de vos lettres du 16 et 28 du passe, et 
suis bien dse de voir par la demiere que vous vous trouviez plus 
en liberte de vous servir du peu de troupes que vous avez en 
Flandre. Je me flatte, puisque M. de Gasde a joint le Marechal 
de Villeroi, que vous trouverez moyen de faire quelque diversion 
en faveur de notre armee sur la Meuse. De mon c6te, je n'ai rien 
neglige pour cela, ayant fait le 3 de ce mois une marche de sept 
lieues pour offirir le combat a M. de Villars, quoiqu'il me manquat 
pour le moins un tiers de nos troupes, n'ayant jusques a cette 
heure pas un seul homme que ce qui est a la soldo de 1' Angleterre 
et de I'Etat. Mais les ennemis se sont retir^ a notre approche, 
et ont depuis toujours travaille k se retrancher dans leur camp 
entre Sierek et Thionville, de sorte qu'il est clair qu'ils ne veulent 
rien risquer. Cependant je suis oblig^ de rester ici dans I'inaction, 



1705.] ASSISTANCE TO THE DUKE OF SAVOY. 91 

manque de oes troupes. Ceux du Prince de Bade, de la maniere 
qu'ils ae sont pris, ne peuvent etre ici avant le 20 ou 21 an plus- 
tot, quoique, selcm ce que j'avaia dernierement concerte, Us dussent 
deja n&'ayoir joints ; et j'ai peur que quelques-uns des Prussiens 
ne soient encore plus tardifr. Mais ce qui me donne le plus de 
peine est la di£Bculte de trouver les cfaevaux et chariots pour mener 
la groflse artillerie et les munitions au siege. Je me flatte pour- 
tant qu'a la fin nous sortirons de oet embarras, ou je ne sais ce 

qui en sera la suite. 

Je snis, tr^parfidtement. Monsieur, yotre, &c. M. 



To THB DUKE OF SAVOY. 
MoMBXioNEUB, Au Camp d'Elft, ee 10 Jmn^ 1705. 

tFai re^u la lettre et la relation en chiffi^ que V. A. R. m'a 
lait Thonneur de m'adresser le 17 du pass^ et apres les avoir 
dechiffi-^es, je les ai d'abord acheminees en Angleterre, de peur que 
ce que V. A. R. y aura enyoye en droiture n'ait eu quelque mal- 
beur en chemin. S. M. la Reine verra par ces pieces le zele et la 
Constance inebranlable ayec laquelle V. A. R. continue a se devouer 
aux interets des hauts Allies, nonobstant les extremites auxquelles, 
ou Tabandon, ou le peu d'egard que la cour de Vienne a eu pour 
Elle Font reduite. Je suis aussi tres-persuade que S. M. et tout 
son ministere entreront avec empressement dans toutes lesmesures 
que v. A. R. propose pour se tirer de ces accablements, et que la 
Reine donnera avec plaisir les ordres a la flotte d'agir selon ce que 
y. A. R. propose, en tantque cela ne se trouverait point en opposi- 
tion aux instructions que nos amiraux auront deja revues, puisque la 
flotte sera sans doute partie avant I'arrivee de mes lettres ; c'est 
pourquoi j'aurais bien souhaite que celles de V. A. R. fussent ar- 
rivees un peu phis tot. Je me flatte pourtant qu'EUe se ressentira 
bientot de oette assistance g^ereuse que S. M. donne a ses Allies. 
De tnon cote, Elle voudra bien etre persuadee que je ferai mes 
demiers e^rts pour pousser les ennemis a bout, et que j'aurai 
partout oil il dependra de moi des egards particuliers pour ses 
interets ; mais V. A. R. me permettra de lui dire que ce n'est pas 
seulement en Italic qu'on se ressent de la lenteur des troupes 
Allemandes, puisque, nonobstant les peines que j'avais prises pour 
concerter I'assemblee de Tarmee de bonne heure, je me trouve 
jusques ici sans un seul homme que ce qui est k la soldo de 
TAnglet^rre et de la Hollande ; et memo je n'en aurai point 
d'autres encore de dix jours. Cependaqt j'ai fait tout mon possible 
poor attirer M. de Villars a une bataille ; mais il paralt fort clair 



92 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

qu'il ne veut rien risquer, 8*etant retire k mon approche, quoiqu'il 
me fut pour ' le moins ^gal en nombre. Le detachement de 
r Alsace I'a joint le lendemain, et il m'a pourtant laisse le champ 
libre pour faire le siege de Saar-Louis, que je fais etat d'entre- 
prendre d'abord que les troupes seront toutes ensemble ; en atten- 
dant on travaille aux preparatifs n^essaires pour cela. 

Je me dohnerai I'honneur de faire part a Y. A. R. en droiture 
ou par M. Hill de tout ce qui se passera pendant le cours de la 
campagne, que j'espere, avec la benediction du del, nous sera 

favorable. 

Je 61118 ayec le dernier respect et (k^ronement, 
Monseigneur, de Y. A. R., 

Le trbs-humble et tr^s-ob^issant senritenr. Bf. 



To PRINCE EUGENE OF SAVOY. 
MoNSiEUB, Au Camp ttElft, ce 11 Juin, 1705. 

J'ai re^u la lettre que V. A. m'a fidt Thonneur de m'ecrire 
le 22 du passe, et suis bien afflige de voir Tetat ou Elle se trouve, 
manque de troupes et autres preparatife necessaires pour la mettre 
en etat de commencer ses operations. Je puis assurer V. A. que 
nous ne nous trouvons gueres mieux ici. J'avais pris toutes les 
peines du monde a concerter que les troupes seraient toutes assem- 
blees pour la fin de mai, cependant je me trouve jusques ici sans 
un seul homme que ce qui est a la soldo de TAngleterre et de 
I'Etat. Memo le peu de troupes que le Prince de Bade nous 
donne, et qui ne consistent qu'en dix bataillons et vingt-huit 
escadrons, ne seront pas avec nous encore de dix jours, et quelques- 
uns des Prussiens pourront etre encore plus tardiis. Cependant 
je me stub trouve oblige, manque de fourrage, de deboucber de 
Treves le 3 de ce mois ; et encore que la plupart des troupes aient 
eu a passer la Moselle et la Saar, j'ai fait une marche de sept 
lieues, et suis venu me presenter a M. de Villars le memo jour; 
mais n'ayant pas trouve a propos de s'engager, il s'est retire entre 
Sierck et Thionville, ou il fiit joint le lendemain par I'in&nterie 
d'Alsace, et il a depuis continue a se retrancher dans son camp. 
Je suis poste de maniere qu'avec un petit mouvement, et sans 
aucun obstacle, je puisse me mettre entre les ennemis et Saar- 
Louis, dont nous pretendons faire le siege d'abord que nous serons 
en etat ; mais je me trouve dans le meme embarras que V. A. 
pour avoir les chariots et chevaux pour mener la grosse artillerie 
et les munitions de Trarbach, les Princes et Etats voisins, qui sont 
les plus interesses a les foumir, faisant beaucoup de difficulte. Par 



1705.] SLOWNESS OF THE GERMAN OONTINOENTS. 93 

oes contretemps les cnnemis out tout le loisir qu'ils pourraient 
sonhaiter pour leurs operations sur la Meuse. lis se sont deja at* 
taches a Hay, et je m'attends qu'ils seront bientot devant Liege, 
oe qui donne une telle epouYante a la Hollande, que je suis dans 
les demieres apprehensions que les Etats ne prennent des resolu- 
tions qui detruiront entierement nos desseins de ce cote-d, ce 
qu*on ne pourra attribuer qu'a la lenteur des troupes Allemandes 
a me renir joindre a temps. S'ils Favaient fait, Tennemi aurait 
assnrement ete oblige a fidre un gros detachement des Pays Bas 
pour Tenir au secours. J'ai peur que je ne vous aie deja trop &tigue 
par un reeit que je suis sur ne lui sera pas agreable ; pourtant je 
suis oblige d'ajouter deux mots a I'instance de M. le Lieutenant- 
General Scholten, qui a peur que V . A. n'ait pas ete contente de ses 
eerv^ices pendant la demiere campagne, et que cela aurait donne 
quelques mauvaises impressions a son egard a la Haye. Je vous 
prie de me faire une petite lettre qui puisse le consoler, et si vous 
arez quelque chose de particulier a me dire a son egard, vous le 
mettrez, s'il vous plait, dans un papier a part. Je m'estimerai 
toujours tres-heureux dans I'honneur de votre amitie; continuez- 
le moi, je vous conjure, et soyez persuade qu'on ne pent etre avec 
plus de passion et de respect que je suis, 
MoDsienr, de V. A., 

Le tr^hnmble et tr^-ob^issant serriteur. M. 



[The progress of the military operations in Italy up to Sep- 
tember, 1*704, has been already adverted to. The court of France 
being still intent upon pressing the war against the Duke of Savoy 
with the utmost possible vigour, the Duke of Vendome laid siege 
to the fortress of Vemia in the month of October. But the 
position selected by the Duke of Savoy at Crescentino for his 
small army being in communication with the place from the op- 
posite side of the river Po, afforded the means of protracting its 
defence. The besiegers having succeeded, however, in cutting off 
the communication between the fortress and the encampment by a 
night attack, the governor of Verrua was at length compelled to 
surrender for want of provisions, on the 9th of April, 1705. 

Upon the Lower Po, although some reinforcements had arrived 
to the Imperialists, the Count of Leiningen did not find himself 
sufficiently in force to make any diversion in favour of the Duke 
of Savoy ; nor could he make even any effectual attempt to raise 
the blockade of Mirandola. In addition to these difficultes, the 
Duke of Savoy's territories were invaded from France in the month 



94 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

of March on the side of the Var, where the enemy quickly obtained 
possession of the towns of Nice and Yillafranca ; and in the month 
of July, Chiras being also taken, the Duke had no resource left 
but to concentrate his remaining troops at Turin and prepare to 
defend his capital to the last extremity. 

But the unremitting endeayours which had been employed by 
the Duke of Marlborough to have succours sent into Italy had now 
begun to produce beneficial results. A corps of Prussians, fol- 
lowed soon after by a body of the Elector Palatin's troops, arrived 
through the Tyrol to join the Imperialists, and Prince Eugene 
had been appointed by the Emperor to assume the command of the 
whole. The first movement made by the Prince was to descend 
the valley of the Adige towards the Lower Po, but becoming 
aware of the fall of Mirandola, and finding it impossible to enter 
Lombardy by forcing the passage of the Mincio, he altered his 
line of operations ; and having passed the main body of his infantry 
over the lake of Guarda, whilst the cavalry marched round by 
Riva, he united his forces in the vicinity of Salo and Gavardo 
towards the end of May. The object of the French general (the 
Duke of Vendome's brother), who was opposed to Prince Eugene, 
was to hinder the further advance of the Imperialists towards 
Piedmont. But the Prince, having marched from his position 
during the night between the 22nd and 23rd of June, arrived 
without obstruction in the neighbourhood of Brescia, and pursuing 
his course from thence towards the Oglio, he passed that river at 
Calcio on the 28th, whilst the French corps opposed to him under 
the command of the Grand Prior crossed the same river, lower 
down, at Pontevico, and, marching through Crema, arrived at 
Ombriano on the 3rd of July. 

Prince Eugene had made himself master of Palazzolo, and sub- 
sequently of Sancio, in both of which places he captured consi- 
derable supplies of provisions, and he encamped at Romanengo on 
the 15th of July. On the same day the Grand Prior was joined 
by his brother the Duke of Vendome, who brought a considerable 
reinforcement. The French made then a forward movement 
towards the position of the Imperialists at Romanengo, but a 
country intersected by numerous canals still separated the two 
armies. The advance of the French general appeared to Prince 
Eugene to afibrd a favourable opportunity for attempting to gain 
the passage of the Adda by a lateral movement to the right, and be 
accordingly decamped with that view in the night between the 9th 
and lOtb of August. But the Duke of Vendome fell back on the 



1705.] DEFENCE OF HUY AGAINST THE FRENCH. 95 

next day to OmbriaiMV and, leaying his brother to obearve the enemy 
on the left of the Adda, he hastened with a select body of troops 
to the right bank of that river in order to oppose, in front, the 
attempt of the Imperial general to effect the passage of it. An 
accidental delay frustrated Prince £iigene*s design of passing the 
rirer at the place he had fixed npon for that purpose, but after 
much ability and vigilance had been displayed by both generals, 
an action took place on the 16th of August at Cassano, where the 
ImperiaUsts attempted to force the passage. The battle was fought 
with great obstinacy, and was attended with severe loss to both 
armies ; each of which laid claim to the victory. This action led, 
however, to no very decisive result; for although the Imperialists 
were unable to etSdd the passage of the Adda, and Prince Eugene 
was wounded, the design which the French court had formed for 
the immediate riege of Turin was likewise frustrated. No subse- 
quent event of importance occurred in Italy during the year 1705, 
and the armies on both sides went into winter-quarters in the 
month of December. The Duke of Berwick had indeed been 
sent in the montli of October to lay uege to the citadel of Nice, 
before which the trenches were acccH-dingly opened in the middle 
of November, but the gallant defence made by the Marquis de 
Corail protracted the final reduction of the place till the 6th of 
January, 1 706. In the preceding month the castle of Montmeillant 
in Savoy had also been reduced, after a tedious blockade of a 
yearns duration. The French demolished the works both of that 
place and of the castle of Nice.] — Ed. 



To M. lyAUVEKQUERQUE. 
MoKBiEUB, Au Camp iTElft, ee 11 Juin, 1705. 

Je VOU8 remerde de I'honneur de votre lettre du 5 de ce 
mois, par laquelle je vois que les ennemis poussent I'attaque de 
Huy, et que la gamison fait son devoir pour se bien defendre. 
Vons aurez vu aussi, par la mienne du 7, la situation oil nous 
nous trouvons ici, et vous pouvez etre sur, si j'etais en etat, que 
j'obligerais bientot les ennemis a faire des detachements de la 
Meuse pour venir au seconrs, et ainsi vous soulager de mon mieux. 
Le Comte de Frise, par une lettre du 9 de ce mois de Creutz- 
nadi, me marque qu'il devait se mettre en marche hier ; mais ce 
sera toujours bien le 20 avant qu'il puisse me joindre. Je ne vois 
oependant goere d^npparence des chevanx et chariots ; c'est cela 



96 MABLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

qui me doime le plus de peine. Jfespere pourtant qu'a la fin je 
pourrai vous mander que nous avons surmonte toutes ces difficulties. 
Je siiis, avec one y^table piusioii et respect, MoDsieor, &c. M. 



To THE DUKE OF WIRTEMBEKG. 
MoMSiEUB, Au Camp (TEtJt, ce 11 Juta, 1705. 

J'ai requ avec beaucoup de plaisir la lettre que V. A. m'a 
fait rhonneur de m'ecrire le 9 de ce mois, par laquelle Elle a la 
bonte de m*informer que ses troupes seront a Treves le 13. Je ne 
sais si elles trouveront aucune subsistance aux environs de cette 
ville, cependant si V. A. ne regoit point de mes nouvelles plus tot, 
Elle y pent faice halte, m'envoyant d'abord un officier pour m'in- 
fonner de son arrivee. 

Je suis, avec beaacoup de respect. 

Monsieur, de V. A., &c. M. 

To M. D'ALMELO. 

Monsieur, Au Can^^Elfi, ce 11 Jtdn, 1705. 

Je n'ai point eu de vos nouvelles depuis ma derniere du 7 de 

ce mois, ou vous aurez vu la situation ou nous sommes. Les 

difficultes augmentent de jour en jour, et je prevois qu'il sera 

presque impossible de faire le siege de Saar-T-K)uis, couvrir le 

siege, garder le passage de la Moselle, et laisser en meme temps 

des troupes a Treves suffisantes pour la surete de cette place, 

sans le secours des troupes des Cercles. Ainsi j'espere que vous 

travaillez de votre mieux pour nous les obtenir, et d'aplanir toutes 

les difficultes qui pourraient survenir quand les ordres seront 

donnes pour leur marche. Je mande a M. Pesters qu'il fassc 

tout son possible pour que nous ne manquions point de farine. 

Vous aurez la bonte d'employer aussi vos bons offices pour cela a 

Mayence. 

Je snis, tr^parfiiitemeiit, Monsieiir, yotre, &c. M. 

P. S. — ^J'attends M. de Gueldermalsen ici en deux ou trois jours. 



To M. PESTERS. 
MoNSiEUB, Au Camp dPElfl, cell Jvm, 1705. 

Je hasarde encore une lettre a M. de Gueldermalsen que 
vous aurez la bonte de lui rendre en cas qu*il ne soit pas parti. 
Mandez-moi, je vous prie, par la premiere occasion quelle ap- 
parence vous avez des trois mille chevaux pour Tartillerie, et en 
cas que nous fiissions oblige d'envoyer des troupes en-bas, si vous 



1705.] BBFU8AL TO SUPPLY BBEAD. 97 

pourriez trouyer les bateaux a main pour cela. Permettez que 
je Tous dise en meme temps que je prevois que, sans vos demiers 
soiDs, nous numquerons de farine pour Ti^rmee. Aipsi je yous prie 
de trayailler de tout voire possible pour nous assister. 

Je sms, trfefrparfifiitement^ Monriear, votre, &c. M. 



To M. IVOY. 
MossnoB, Au Camp <f £S^, ce 1 1 Juin, 1 705. 

Le Capitaine Kein yient de me rendre votre lettre, et eu 

reponse je tous enroie ci-jointe Tautorisation que yous demandez 

pour faire cesser les abus le long de la Moselle. Xai donne des 

ordres qu'on envoie, domain matin, a Tartillerie tous les chariots 

de paysans qui se trouYent parmi les troupes. Je ne sais ce que 

oela produira ; mais s'il en Yient, yous les aurez au plus-tot. J'ai 

ordonne aujBsi qu'on fbumisse le pain et deux batz par jour aux 

ehartiers. .recris a pr&ent a M. d'Aubach qu'il fasse marcher 

demain un de ses regiments Palatins a TreYcs; alors M. du 

Trossel sera en etat de foumir deux cents hommes pour aller a 

Fhaltz et prendre possession, tandis que vous y ferez cuire le pain. 

Les Yingt-cinq boulai^rs que yous souhaitez yous seront aussi 

envojes demain. 

Comme les troupes de Wirtemberg et celles de Westphalie 

approchent, je preYois qu*ils s'adresseront a yous pour le pain ; 

mais il faut que yous yous excusiez, comme n^ayant point d'ordre, 

sans dire pourtant que cela Yient de moi. Ces premiers preten- 

dront peut-etre que TEtat le leur doit donner gratis. Ne leur 

doonez rien a I'un ni a I'autre que dans la demiere necessite. lis 

devraient avoir leurs propres commissaires avec eux. Je n'ai 

pomt donne I'ordre pour faire decharger I'artillerie aTrarbach ; je 

ne sais d'oii il vient 

Je suis, M(»iBieiur, YOtre, &c. M. 



To M. lyAUBACH. 
MoHSXKOB, Au Camp dPElft^ cell Juin, 1705. 

Ayant appris qu'il y a plusieurs petits partis des ennemis qui 
passent la nuit entre Wasserbillig et Rhemich, et qu'ils out cette 
nuit meme enleve plusieurs de nos chevaux, je yous prie de faire 
patrouiller de Yotre cavalerie tous les soirs entre ces deux places 
pour les empecher k TaYenir. 
Vous trouYcrez ci-jointe une ordonnance que j'ai fait publier k 

VOL. JI. H 



98 MAKLBOBOTJGH DISPATCHB8. [1705. 

la tete de toutes les troupes qui ae trouvent ici, Je voos prie de la 

&ire tradrare en Allemand et pubUer de meme aux ▼&tr^ d'en 

donner des cojHes k chaque lament, et de tenir la main a I'exe- 

cation, afin de preyenir les desordres. 

On vient de me dire que les partis ennemis fourmillent entre 

Fredbourg et Mereig, et de la vers Tarmee. Je vous prie d'enyoyer 

aussi quelques partis de ce c6te-la, et de donner ordre a vos 

officiers, en cas qu'ils en rencontrent, de les traiter avec rigueur, 

puisque oe ne sent que des voleura qui yiennent seulement pour 

enlever nos cheraux. 

Je gois ti^pftrfiiitenient, Moosieiir, Totre, «c. M. 



To M. DE HEIDEN. 
MoNSiEDB, An Camp d^Elft, ce 11 Jwin, 1705. 

Je vous suis bien oblige des avis que vous m'avex feit Fhon- 
neur de me donner de la marche de vos troupes. Je vous prie, a 
mesure qu'elles arriveront a Coblenz, de les faire avancer a Treves, 
comme aussi les recrues, a la reserve de oelles pour les deux 
bataillons postes sur la Moselle, que vous ferez joindre, s'il vous 
plait, leurs regiments. On dit qu'il y a quelques-uns de ces regi- 
ments qui ne sont point pourvus de tentes. Faites-moi la grace 
de me mander lesquels ce sont, afin de leur donner des ordres a 
I'avenant ; et en cas que vous partiez de Coblenz avant que le tout 
soit passe, je vous prie d'instruire M. le Baron de Heiden de ce 
que je vous mande par rapport aux troupes qui seront encore 

derriere. 

Je suis, tr^parftitement, Monneur, votre, &c. M. 



To LORD CUTTS. 
Mt Lord, Camp at Etfty l^tK June, 1705. 

I have received the honour of your letters of the 11th and 
15th past, and am very glad to find you are like to meet with so 
kind a reception from the Duke of Ormond, though I could never 
doubt but his Grace would endeavour to make your being in 
Ireland as easy as possible, as well fix)m his own goodness as from a 
due regard to the Queen's service. I will do what I can with our 
general officers here, that your Lordship's allowance may be con- 
tinued on this side as you desire, and hope you will have reason 
to be satisfied with my endeavours. No application, I assure your 
Lordship, was made to me in behalf of Mr. Steel, upon the late 
vacancy in your regun^it, and if there had, you may believe I 



1705.] INCRBASED DIFFICULTIES. — ^DESERTION. 99 

abould not have concmied myself anywise in it, at least at this 
distance. I heartily wish your Lordship a good voyage and safe 
arriTai in Ireland, heing with truth. 

My Lord, yo«r Lordahip'ii &c M . 



To Mjl SECKETABY HABLET. 
So, Qm^ ai JSfft, IM Jtme, 1705. 

We have no letters from you since those of the 15th, nor 
have I mudi to add to what I wrote to you by the last post We 
eoatinne still under ibe same difficulties, and others occur every 
day, of whidi I can see no end. 

The weather is so extremely cold, that I attribute to it, in some 
measure, the desertion we have among us. The English have 
their share; and as it is likely those who can get their passes will 
endeavour to make the best of their way home, I wish some care 
might be taken, without making too much noise, to sdze them in 
the sea-ports at their landing, and send them over in order to 
make examples of them, and prevent the like for the future. 

I have received a long letter and relation from the Duke of 
Savoy in cipher. There is no doubt but the like has been sent to 
the Comte de Brian^on. However for fear of miscarriage you 
have here enclosed copies of them ; the Comte de Brianqon will 
lend you the cipher to explain them ; 'tis the same I had from 
Comte Mafiey. I shall only observe to you that what H. R. H. 
mentions of my being empowered to send orders to the fleet is 
altogether impracticable, since what may be desired of that nature 
must come directly from him. I shall be no ways able to judge of 
the circumstances, or how far our admiral and land-forces may be 
able to comply. I have returned an answer, that I could wish these 
fapears had come sooner, before our fleet was sailed, but that I was 
sure what U. R. H. desired would be complied with, as far as the 
same did not interfere with the orders already given to the fleet 

I am, with troth. Sir, yoarB, &c M. 



To Mb. secretary HEDGES. 
So, Camp at Elft, IM June, 1705. 

I received last night the &vour of your letters of the 22nd 
and 25th past, and am very glad to understand that the fleet is 
sailed ; I heartily wish them a successful campaign. You may be 
sure I am so sensible of the suflerings of the Dean of Liege, that 

h2 



100 MARLBOBOTTGH DISPATCHES. [1705. 

I shall let no opportunity slip that may tend to his release. I fear 
you will find the French yery averse to let him go, even for the 
Bishop of Quebec and all his followers. 

I thank you for the advice you give me relating to the intrigues 
of the King of Sweden and the Elector of Bavaria ; if Mr. Stepney 
can hear anything more of that matter, I suppose I shall have it 
from him. General Fleming has been here these two or three 
days, and delivered me a letter from his master the King of 
Poland. He has not as yet given me any account of his business, 
but I guess it is to make some proposals for putting an end to the 
troubles in Poland, or to crave tiie Queen's assistance by troops or 
money, wherein you may judge how &r he is like to succeed. 

M. de Gueldermalsen arrived here this morning, and I am glad 
to have his assistance under the circumstances we are in; at least 
he will be able to satisfy the States of the many disappointments I 
have met with, which renders it almost impracticable to prosecute 
the designs that were concerted for this campaign. You may be- 
lieve this, with the progress the enemies are making on the Meuse, 
and the alarm it causes in Holland, gives me the greatest uneasi- 
ness imaginable. When Prince Louis has joined me, which will 
not be these six or seven days, we shall see what measures may 
be taken, if I am not obliged before to quit this camp for want 
of forage, which begins already to be scarce. 

I am, with truth, &, yoois, &c H. 



To Mb. secretary ST. JOHN. 
Sib, Camp at Eljt, 1»A Jiine, 1705. 

Last night I received your favours of the 18th and 25tli 
past, and am glad to hear of your success in your election. I 
suppose they are all over by this time, and hope we shall meet in 
the winter in a temper wholly inclined to promote the public 
service. 

The disappointments I have met with, and the time that is lost 
for want of the troops which were most concerned punctually to 
have complied with the measures concerted, together with the pro- 
gress the enemies have taken the opportimity thereupon to make 
on the Meuse, ^ve me the greatest uneasiness; and I am now 
uncertain which way I shall be able to turn myself. All I can 
assure you is that my endeavours shall not be wanting to seek all 
occasions of employing her Majesty's troops, so that they may not 
pass the campaign improfitably. 

I am, with great truth, &, yours, &c. M. 



1705.] MR. HOWE. ^WANT OF TENT EQUIPAGE. 101 

To Mb. HdWE. 
Sn* Camp at EtfU 13M Jime, 1705. 

I received last night the favour of your letter of the 23rd 
past, and do assure you I am very much oonoemed for the disap*- 
pomtment you have met mith. I wish my Lord Treamirer's en- 
deavours may prove effectual; but if his letter should come too 
late, I am confident, if you can offer any other way, his Lordship 
will embrace it with all the readiness you can desire. I know not 
whether at this distance I may be any way useful to you ; you are 
the best judge, and whatever you shall think fit to propose, you 
may be sure of my assistance to the utmost of my power. We 
are here in very iiuiififerent circumstances through the many dis- 
appointments I have met with, which, with the progress the 
enemy is making on the Meuse, and the alarm which that causes 
in Holland, give but a melancholy prospect of our campaign. 

I am, with great troth. Sir, yoars, &c M. 



To M. DE HEIDEN. 
MomiBDB, Au Camp ^E{ft^ ee 13 Juin, 1705. 

Je viens de recevoir rhonneur de votre lettre par votre aide- 
de-camp, et quoique je ne doute point que vous aurez k present 
re^ celle que je vous ai adressee sous le convert de M. le Baron 
de Heiden a Coblenz, par laquelle je vous marque la disposition 
ponr vos troupes, vous permettrez, s'ils vous plait, que j^ vous le 
lepete par oelle-ci, oomme je I'ai aussi marque a votre aide-de- 
camp. Les deux bataillons qui sont a present a Cochem et 
Nuinagen sur la Moselle resteront dans ces deux postes, a moins 
que vous ne trouviezplus a propos de les relever par deux autres, 
et en ce cas ces deux premiers, quoiqu'on me marque qu'ils 
n'aient point encore de tentes, viendront a Treves, ou je vous 
prie de &ire avancer le reste de votre corps ; et pour ceux qui ne 
sont pas encore en etat d'entrer en campagne, on les pourra laisser 
dans cette ville, jusques k ce que tout leur equipage soit avance. 
Je m'attends avec plaisir a I'honneur de vous embrasser, et suis 

tres-parfEutement, 

Monsieur, votre, &c. M. 



To THE PRINCE OP BADEN. 
MomBiJB, Au Camp <f£J^, ce 14 Jinn, 1705. 

Je me trouve oblige d'envoyer le Brigadier Cadogan aupres 
de V. A., pour lui informer en detail de la situation oil nous nous 



103 MARLBOROTTGH DISPATCHES. [1705. 

trouYons. Je me serais donne I'hoimenr de venir moi-meme, si 
le voisinage de rennezni me permettait de m'eloigner de 
Farmee. V. A. aura la bonte d'ajouter entiere croyaoce a tout 
ce que le Sieur Cadogan lui dira de ma part, et d'etre persuadee 
de la passion et du respect avec lequel j'ai Thomieur d^etre» 

MoEuueor, TOtfS, &c !£. 



To THE KINO OF PRUSSIA. 

SiHB, Au Camp d'Eift, ce 1 5 Jtiin, 1 705. 

La lettre que V. M. m*a fait Phonneur de m*ecrire le 5 de ce 
mois m'a ete rendue hier. Je me flatte qu'EUe aura aussi re^u 
•la mienne du 9. Elle y aura vu les difficultes qui nous tra- 
vaillent ; mais il en parait a present une autre qu'on n'a pu prevoir, 
et qui est tout-k-fait insurmontable ; c'est le malheur d'une rude 
saison, dont on ne se souvient pas d'avoir eu de pareille dans ces 
quartiers de memoire d'homme, de sorte qu'ayant fait examiner 
le pays par des oflSciers generaux et dont M. de Natzmar jest du 
nombre, ils viennent de me faire rapport que, sur les lieux oil Ton 
pouvait naturellement esperer de trouver des fourrages pour la 
subsistance de I'armee pour un mois ou plus, il ne s'en trouve pas 
pour trois jours, le froid ayant entierement gate toutes les herbes 
et avoines. Ceci, et I'impossibilite d'avoir de six semaines les 
chevaux et chariots pour le transport de la grosse artillerie, M. de 
Villars ayant aussi fait un detachement hier de douze bataillons 
et quclques escadrons vers Luxembourg, qui selon les apparences 
doivent passer outre — toutes ces considerations et le danger auquel 
les frontiercs de I'Etat se trouvent exposees, nous ont fait deter- 
miner de marcher en diligence avec un puissant corps du cote de la 
Meuse, pour y agir durant ces six semaines selon que la raison de 
guerre le demandera, plutot que de rester ici les bras croises, a 
manger ce qui nous pourrait servir ci-apres, etant si fort persuade 
du zele de leurs H, P. jJour le bien de la cause commune, que je 
suis sur qu'EUes seront tres-aises que nous puissions retoumer 
meme avant ce terme, pourvu que les Princes de I'Empire nous 
veulent par leurs efforts nous mettre en ^tat d'agir avec quelque 
esperance de succes. 

•Taurais ete bien aise de prendre les troupes de V. M. avec moi 
et d'en laisserd'autresen leur place, si elles^taient toutes aportee, 
et que cela lui fat agreable. Par ma prochaine je me donnerai 
I'honneur de mander a V. M. plus au juste les mesures qu'on aura 
prises sur ce iacheux contretemps. 

Le General Fleming est ici depuis quatre jours ; mais il ne s'est 



1705.] LOSS or HUY. — MABCH TO THE HEUSE. 108 

point eoooFe ezplique du sujet de son Toyage, A ce n'est seulement 
qn'en termes goierauxil aemble demander raaristance de la Beine 
pour tirer son maltre d'afiaire, et retablir la paix dans le Nord. 
Je I'ai prie de cbucher par ecrit ce qu'il souhaite, alora je ne 
manquerai pas d'en informer V. M. 

Je fuis tg^regpeotoeoaem e n t . 

Sire, de votre Majesty &c. M. 



To THB STATES^BNERAL. 
HAim BT PcnsBAim Sbiomeubs, Au Camp cTjEJ^, ee\5 JW«i, 1 705. 

tTai re^ avant hier la lettre que tos H. P. m'ont fait Fhon-* 
nenr de m'ecrire le 8 de ce mois ; et M. de Gueldermalsen etant 
heurensement arrive en meme temps, apres aroir bien examine 
ensemble les raisonnements de vos H. P., je lui ai pri^ de con- 
suiter la-dessus et de prendre les avis des generaux, eu egard a la 
atnation ou nous nous trouvons, ce qu'il a aussi fait, et leur rendra 
compte par le meme courrier du r^ltat. Je lui ai de meme fait 
part d'une lettre, arriv^ par expres de MM. les Deputes a I'armfe 
de la Meuse, pour nous apprendre la facheuse nouvelle de la prise 
du chateau de Huy, et demander un prompt secours de trente 
bataiUons, oomme absolument necessaires pour retablir les affaires 
de ce oote-la ; et ayant re^u ce matin la lettre de vos H. P. du 11, 
apres que nous avons miirement r^echi sur le contenu, et bien 
pese les difficultes qui se rencontrent a mettre en execution les 
projets oonoertes en-deqa, tant par le manque du remplissement 
des promesses d'assistance qu'on nous avait fait esperer, que par 
le malheur de la saison, qui a ^te si rude qu*il ne se trouve 
preaque rien du tout sur la terre, les berbes et avoines que nous 
devrions avoir trouvees en abondance etant entierement ruinees par 
le froid — nous voyons bien par ces contretemps, et par le manque 
aoM de chevaux et chariots pour le transport de la grosse artil- 
lerie, qu'il nous sera impossible de rien entreprendre id de six 
aemames, outre la manoeuvre de M. de Villars, qui a fait hier un 
detadiement de dou2e bataillons et quelques escadrons du cot^ de. 
Luxembourg, qui selon les apparences ne peuvent avoir autre vue 
que de joindre ou operer de concert avec M. de Villeroi, etant 
meme en etat, de la maniere qu'il est poste et retrancbe, de faire 
d'autres detachements, sans que nous puissions Tempecher — 
tootes ces considerations ayant ete balancees, on a trouve qu'il ne 
soffiniit pas d'envoyer le detachement que MM. les Depute 
demaodent ; mais que la raison de guerre veut absolument qu'on 
majcbe avec le groe de Tarm^, selon que vos H. P. semblent 



104 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

souhaiter par leur demi^re lettre, et on travaille des a present a 
prendre les mesures pour que ce corps puisse avaneer en toute 
diligence, comme M. de Gueldermalsen aura I'honneur de leur 
expliquer plus au large. Je supplie vos H. P. de vouloir bien 
employer tous les soins necessaires, afin que, d'abord que ce corps 
arrivera sur la Meuse, il puisse etre en etat d'agir incessamment, 
soil pour marcher aux ennemis, soit pour quelque autre entreprise, 
selon que la raison de guerre Fexigera, pendant ces six semaines, 
et que Ton voie, en attendant, si les Princes de TEmpire voudront 
faire leurs efforts pour nous foumir ce qui sera necessaire, afin 
de nous donner quelque esperance de succes de ce cote-ci. 

Je ferai part a S. M. I. et au Roi de Prusse des necessites qui 
nous out oblige a prendre ce parti. Je supplie aussi vos H. P. 
d'en vouloir bien faire de meme aupres de ces Princes, afin qu'on 
n'ait rien a nous reprocher ; et avant de marcher, je tacherai de 
concerter avec le Prince de Bade les mesures qu'il y aura a 
prendre pour employer les troupes que nous lasserons, le plus 
utilement pour le bien de la cause commune. 

J'ai rhoDnear d'etre, avec toat le respect possible, 
Hauts et PuissantB Seigneurs, 

De vos Hautes Paissances, &c. M. 



To Mr. secretary HARLEY. 
Sir, Camp at Eyt, leth Jme^ 1705. 

You will hare seen by all my letters since my coming to 
Treves how very uneasy I have been at the disappointments I 
have all along met with in this country, even of everything that 
was promised me, the German Princes making now no scruple to 
own that they cannot in less than six weeks time furnish the 
horses and carriages necessary for bringing our ammunition and 
drawing the great artillery to the siege of Saar-Louis, and the 
Dutch being very earnest at the same time for otu* sending im- 
mediately thirty battalions to strengthen their army on the Meuse^ 
which would make it impossible for us to act here if we had every- 
thing else ready ; whereas to this minute I have no troops with 
me but what are paid by England and Holland. Besides, the 
season has been so extremely cold that all the grass and oats are 
in a manner spoiled,, which makes it already difficult for the army 
to subsist, so that having advised with the generals, we have taken 
the resolution of strengthening Prince Louis's army, and leaving 
some troops at Treves to march with the rest to the Meuse, in-> 
tending to return hither against the time the Germans can be in 



1705.] WANT OF ENGINBS&8 BY BOARD OF ORDNANCE. 105 

readinesB to assist us fin: carrjmg on the siege of Saar-Louis. By 
this march I hope ve may prevent the further progress of the 
Marechal de ViUeroi, and at the same time put llie Dutch so far 
at ease that they may not be tempted to receive propositions of 
peace which the French are ready to offer. I shall make this long 
march with so mnch diligence, diat I am in hopes I may be able 
to force the Marechal de Villeroi to some action, in order whereto 
I shall send a general officer to-morrow to M. d' Auverqnerque, to 
acquaint him with my opinion what ought to be done, as soon as the 
troops come to the Meuse, that so everything may be in readiness. 
I have already acquainted the King of Prussia with the mea- 
sure we are obliged to take, in hopes he will make no difficulty of 
leaving his troops with the Prince of Baden ; and now I am 
writing to the Emperor to give him the like account, though I 
believe it will be no surprise at that court, since I have constantly 
informed them of the hardships I was labouring imder, and what 

might be the consequences. 

I am, with mnch trath, Sir, jonn, &c. M. 

P.S- — ^I shall likewise leave the train of artillery at Treves and 
Coblenz. 



To THB BOARD OF ORDNANCE. 
Gbttlsmxh, Can^ at £jft, I6th June, 1705. 

I have received your letter of the 22nd of May, and am sorry 
to understand the difficulties the Board is under for want of en- 
gineers. They are so scarce with us, that I cannot readily think 
of one to be sent from hence ; when any such occurs I shall not 
fail to dispatch him away. In the meantime I hope England is 
not so destitute but that you may find a fit person to be employed 
in the service required, while Mr. Edwards is, by her Majesty's 
order, continued elsewhere. 

I am of your opinion, that the patent you mention is irregular, 
and no way conducive to her Majesty's service, and therefore hope 
the BUI will not be granted again, which I suppose will depend on 
the answer you shall return to the reference her Majesty was 

pleased to make to the Board on that subject. 

I am, &c. M. 



To LIEUTENANT-GENERAL ERLE. 
Sib, Camp at JSlft, XSth June, 1705. 

I am favoured with your letter of the 18th of May, and 
though I am always glad to hear from you, yet I hope you will 



106 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

spare the ceremony of giving yourself the trouble to write oftener 
than the public or your own service may require. I am very sen- 
sible of the care you take to supply the stores and arms, and hope 
the sum my Lord Treasurer has ordered will enable you to make 
a good progress in that service. 

I have written a long letter to Mr. St John« giving him an 
account of the necessity I am under of returning with a good body 
of troops towards the Meuse, to which I pray you will be referred, 

and remain with much truth. 

Sir, yoorit &c M. 



To THB ELECTOR OF BIAYENCE. 
MoNflEiGmsuB, Au Canqf ePStfif ce 16 /«£«, 1705. 

CTest avec bien du chagrin que je me trouve oblige d'ecrire 
une lettre a V. A. E., qui ne saurait que lui etre fort desagreable. 
Elle n'est deja que trop informee des contretemps que nous avons 
essuyes depuis que nous sommes dans ces pays. Yoici quinze 
jours que nous sommes dans ce camp, sans autres troupes que 
celles a la soldo de 1' Angleterre et de I'Etat ; et pour comble, on 
me marque, que je ne puis faire aucun fond sur le nombre de 
chevauxet chariots necessaires pour le transport de lagrosse artil- 
lerie et des munitions pour le siege encore de six semaines, outre 
que le mauvais temps a presque detruit toutes les herbes et 
avoines, de sorte que nous trouvons dejk de la difficulte a sub- 
sister. Tout ceci, johit aux pressantes instances qn'on nous fait 
de la part de TEtat, d'envoyer incessamment un secours de trcnte 
bataillons a la Meuse, (ce qui nous mettrait entierement hors d'etat 
d'a^r ici, quoique tout le reste fut pret,) nous a fait prendre la 
resolution, de I'avis des generaux, de marcher avec un corps suf- 
fisant pour arreter les progres du Mar^chal Villeroi, et mettre en 
meme temps les esprits en repos en Hollande. tTespere feire 
tant de diligence que de pouvoir etre de retour en ces quartiers 
au bout de cinq ou six semaines, pourvu que nous ayons des 
assurances que les chevaux et chariots pour la grosse artillerie 
seront pretes, et que nous trouverons tout en etat d'agir. Je 
laisserai un corps de troupes a Treves, et renforcerai Tarmee du 
Prince de Bade de maniere qu'il pourra toujours agir. Cependant 
je supplie V. A. E. d'employer ses bons offices aupres des Princes 
et Etats voisins, pour que chacun ait k faire ses demiers efforts 
pour nous assister dans nos besoins lors de notre retour. 

Jesiii%MoiiMigiiear,deV. A. £.,&«. M. 



1705.] CAUSBS OF THB ICARCH TO THE MEUSE. 107 

To THX iXECTOB OF TBEVES. 
MumnoimB, An Camp ^£^ ee 16 Jma, 1706. 

Le zele et rempressement que V. A. E. a fait paraltre a nous 
assister dans tous noB besoins me doime d'autant plus de peine k 
lui ecrire une lettre, qui je suis sur ne lui pent etre aucunement 
agreable. V. A. £. est sensible des contretemps qu'il m'a &llu 
essuyer depuis que j'ai eu Thoimeur de la voir, ayant 4^ quinze 
jours dans ce camp sans avoir jusques a present un seul homme 
que ce qui est k la soldo de 1' Angleterre et de I'Etat ; outre qu*on 
me marque, que je ne puis iaire aucun fond sur les chevaux et 
chariots pour le transport de la grosse artillerie et des munitions 
pour le si^e, encore de cinq ou six semaines ; la mauvaise saison 
ayant aussi detruit presque toutes les berbes et avoines, de sorte que 
nous trouTons deja de la difficulte k subsister I'armee. Tout ceci, 
joint aux pressantes instances qu'on nous fiiit de la part de I'Etat 
d'euToy er inoessamment un seoours de trente bataillons a la Meuse, 
oe qui nous mettndt entierement hors d*etat d'agir ici quoique 
tout le reste futpret, nous a fidt prendre la resolution, de Tavis des 
g^oeraux, de marcher avec un corps suffisant pour arreter les pro- 
gres dn Marechal de Villeroi, et mettre en meme temps les esprits 
en repoB en Hollande. J'espere faire tant de diligence que de 
pouYoir etre de retour en ces quartiers au bout de cinq ou six 
semaines, pourvu que nous ayons I'assurance que les chevaux et 
chariots pour la grosse artillerie seront prets, et que nous trouverons 
tout en etat. Je laisserai un bon corps de troupes a Treves, et 
renforcerai I'armee du Prince de Bade, de la maniere qu'EUe 
puisse etre en etat d'a^. Cependant je supplie tres-instamment 
V. A. E- d'employer ses bons offices aupres des Princes et Etats 
Toisins afin qu'ils fassent leur demiers efforts pour nous assister 
dans nos besoins a notre retour. 

Je raiB, Monseignear, de V. A. E.» &c M. 



To THE ELECTOR PALATIN. 
MoNflElcxcim, Au Camp <f £J^, c« 16 Juin, 1705. 

V. A. E. croira facilement que c'est avec le dernier chagrin que 
je me trouve oblige de lui faire cette lettre. Le pen d'egards qu'on 
a eu de seconder nos desseins ici, n'ayant procure jusques a pr&ent, 
apres avoir reste quinze jours dans ce camp, pas un seul homme 
que ce qui est a la solde de 1' Angleterre et de I'Etat, et ne voyant 
aacune apparence d'avoir d'un mois ou cinq semaines les chevaux 
aecessaires pour mener la grosse artillerie au siege, outre les dif- 



108 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

iicultes de subsister Tarmee par la mauvaise saison, qui adetniit 
les berbee et les ayoines — tout ceci, joint aux pressautes instances 
qu'on nous a fait de la part de I'Etat d'envoyer inoessamment iin 
seeours de trente bataillons a la Meuse, ce qui nous mettrait en- 
tierement bors d'etat d'agir ici, quoique tout le reste ffit pret, 
nous a fait prendre la r^lution, de I'avis des generaux, de 
marcber avec un* corps suffisant potu* arreter les progres du Mare- 
cbal de Villeroi, et mettre en meme temps les esprits en repos en 
HoUande. tTespere iaire tant de diligence que de pouroir 
etre de retour en ces quartiers au bout de cinq ou six semaines, 
pourvu que nous ayons des assurances que les chevaux et cbariots 
pour la grosse artillerie seront prets, et que nous trouyerons tout 
en etat. Je laisserai un bon corps de troupes a Treves, et ren- 
forcerai I'armee du Prince de Bade de la maniere qu'£lle pourra 
toujours agir. Cependant je supplie V. A. E. non*seulement de le 
faire joindre par autant de ses troupes qu'il lui sera possible, mais 
aussi de faire ses demlers efforts pour nous assister dans noa 
besoins a notre retour, et d'exciter les autres Princes et Etats 
voisins d'en &ire de meme. 

Je sttu, avec betucoap de respect, 

MuDBeigDeur, de V. A. E., &c M. 



To THE LANDGRAVE OF HESSE. 
MoNSEiGNEUR, Au Couip ^Elft, 06 16 Juw, 1705. 

C'est avec le chagrin le plus sensible, qu*apres tant d*es- 
perances dont je m'etais flatte que les armes des hauts Alli^ 
auraient fait a Theure qu'il est quelque progres considerable pour 
le bien de la cause commune et Favantage des Etats de V. A. S., 
je me trouvc oblige d'ecrire cette lettre, qui ne saurait etre que fort 
desagreable,'apres tant de zele et d'empressement qu'EIle a toujours 
fait paraitre pour nous seconder et assister dans nos besoins et 
exigences. V. A. S. aura sans doute appris les difficultes qui 
m'ont travaille depuis que je suis dans ce pays. II y a quinze 
jours que j'ai attendu dans ce camp les renforts concert^, sans 
avoir encore un seul bomme qui ne soit a la solde de I'Angleterre et 
de la Hollande : et pour comble de malheur, on m'assure qull 
n'y a aucune apparence que les chevaux et chariots necessaires 
pour le transport de la grosse artillerie et des munitions au siege 
soient a portee encore de cinq ou six semaines, et les fourrages et 
subsistance commencent deja a manquer par la sterilite du pays et 
la mauvaise saison, qui a detruit presque toutes les herb^ et 
avoines. Tout ceci, joint aux pressautes instances qu'on nous fait 



1705.] CONSEQUENT ARRANGEMENTS. 109 

de la part de FEtat, d'eoToyer inoessamment tin seoours de trente 
batailloos a rarmee de la Meuse, oe qui nous mettrait entierement 
hors d'^t d*agir ici, encore que tout le reste fut pret, nous a fait 
prendre la rraolntion, de I'aTig des genmiux, de marcher avec un 
corps suffisant pour arreter le progres da Marechal de Villeroi, et 
mettre en meme temps les esprits en repos en HoIIande. Je 
tacberai de fiure tantde diligence que depouToir etre de retour en 
oes quartiers an bout de cinq ou six semaines, en cas que nous 
soyws bien assures que les cbevaux et chariots seront prets, et 
que nous trouverons alors tout en ^tat. Je laisserai un bon corps 
de troupes a Treves, et aurai soin de renforcer I'arm^ du Prince 
de Bade de la maniere qu'il sera en etat d'agir. Pour le reste, 
j'oee bien esperer que V . A. S. agreera que je me remets k S. A. 
M. le Prince Hereditaire, la suppliant tres-humblement d'inciter 
par ses bons officw, comme Elle a toujours £ut par son exemple, 
les Princes et Etats interess^, afin qu'ils fiissent leurs demiers 
eflbrts de nous donner Tassistance necessaire a notre retour. 
Je HUB, ttvec tout le respect et iltachement poeriUe, 

MoDfleignear, de V. A. S., &c. M. 



To THE COMTE DE FRISE. 
MoHtiKliB, Swr la marche fTElft, cell Jiiin, 1705. 

Le Brigadier Cadogan etant de retour m'a rendu votre lettre 
avec celle du Prince de Bade. Je I'ai attendu pour vous marquer, 
que pendant son absence j'ai regu les avis que j'apprehendais de 
la Meuse, et que la-dessus je me suis mis en marche ce matin, 
pour aller au secours de Tarmee de M. d'Auverquerque ; ainsi je 
Tons prie de voulour avoir la bonte, d'abord que vous recevrez cette 
lettre, de partir avec une petite escorte pour me venir trouver a 
Treves, afin que nous puissions prendre des mesures ensemble. 
J'aurais ete bien aise de vous sauver cette peine ; mais il ne m'est 
pas posfflble, puisque je vous ecris celle-ci en marehe. J'esperc 
que vous aurez re^u des nouvelles de S. A. le Margrave ; ce- 
pendant ne perdez point de temps a venir. 

J'ai rhoxmeor d'etre, tr^par&itement, Montieor, &c M. 



To THE EMPEROR. 
SiREy A Drevea, ce 18 Juin^ 1705. 

Les contretemps que j'ai essuyes depuis que je suis dans ce 
pays m'ont oblige de rester quioze jours dans le camp d'Elft, n'y 



110 IfARLBOROUOH DISPATCHES. [1705. 

ayant d^autres troupes que oelles a la paie de rAngleterre et de 
la Hollande. II est vrai que je suis marche avec oes troupes dans 
resperanoe d'attirer M. de ViUars a uoe bataille ; mais oomme il 
s'est retire k notre approche, et s'est retraoche dans un camp, qui 
etait deja ties-fort de soi-meme, il m'a cte impossible de Teugager, 
xd, manque de troupes et autres preparatife, de rien autre entre- 
prendre. Cependamtlesalarmesqmlesennemis^pa^ 
eulehiiir et Tocension de doamsr en, HoOande^ ont 4ti n grandes^ que 
MM. le$ EtaU tnant eiway^ plusieurs exprhs Tvn aprks lautre^ pour 
fneprier de marcher en toute diligence h leur seeaure avec un corps 
de troupes, et dy accourir pour arreter leeprogr^de M. de ViUeroi, 
et remettre les esprits en repos de ce cote-la, de sorte que je me 
suis trouve oblige de decamper bier et revenir id, ou je trayaille 
a feire la repartition des troupes. Je laisserai a Treves un corps 
suffisant pour la surete de cette place, et renfercerai Tarmee du 
Prince de Bade de manik^ qu'EUe pourra etre en etat d'agir, et 
demain je fend avancer les troupes vers la Mouse. Ce derange- 
ment de nos affidres, j'assure V. M. I., me met tout-a-fait au 
desespoir, tant a I'^gard du public que des interets de V. M. I., 
que j'ai envisages particulierement dans tons mes desseins. Je 
me flatte pourtant, que je pourrai etre assez heureux que de re- 
tablir les afiaires sur la Meuse en douze ou quinze jours, et d'etre 
de retour dans ces quartiers au bout de six semaines, pourvu que 
nous ayons des assurances que les Princes de T Empire seront pour 
lors prets a nous donner toutes les assistances requises, etant per* 
suade que c^est ici le seul endroit oil on puisse esperer d'agir avec 
le plus de succes contre I'ennemi commun. J'envoie mon ad- 
judant-general d'infanterie, le Sieur Durel, en toute diligence 
aupres de V. M. I., afin qu'ElIe soit d'autant mieux instruite 
de la situation oil nous sommes. Je la supplie de vouloir 
I'ecouter &vorablement) et de le depecher le plus tot qu*£lle 
pourra avec ses ordres, que je tacherai de suivre partout avec la 
demiere exactitude, suppliant V. M. I. de me faire la justice 
d'etre persuadee du zele et de I'attachement inviolable avec 
lesquels je suis. 

Sire, de Totre MajeBt^ Imp^ale, 

Le tr^humble, tr^fid^le, et ti^B-ob^sBant Bervitear. M. 



To THE PRINCE OF SALM. 
MoNSisuB, A Trive$, os 18 Jnin^ 1705. 

J'ai requ ce matin I'honneur de la lettre que V. A. m'a fait 
rhonneur de m'ecrire, avec la liste des troupes qui doivent com- 



1705.] VEXATION AT QUriTING HIS POSITION. Ill 

poaer raniiee du Haut Rhin, lesquelles j'espere seront en etat de 
commcaicer les operations, pendant que par lea contretemps que j'ai 
essayes ka, manque dee troupes et des autres preparati& ooncertes, 
joints aux instances tEes-pressantes qu'on me fait de la part de 
r£tat de venir au secours de Tarmee de la Mouse, je me trouve 
oblige d'y marcher ayec un corps suffisant pour arreter les progres 
de M. de Villa-oi, esperant pourtant que les mesures que j'ai prises 
reosBircmt de maniere que je pourrai revenir en oes quartiers au 
bout de dnq ou six semaines, en cas que je puisse etre assure que 
le tout sera alors en etat d'agir avec vigueur ; car il me semble 
que c'est id Fendroit ou il y a le plus d'apparence de &ire des 
impressions contre I'ennemi pour I'avantage de la cause commune 
et Tiateret de S. M. I., lequel m'est toujours si fort a ccBur que 
c'est avec la demiere impatience que j'attends d'y etre utilement 
employe. Mon adjudant-goimd d'infanterie le Sieur Durel, qui 
aura rhoDneur de rendre celle-ci a V. A., I'informera en meme 
temps plus amplement de la situation ou nous sommes, et I'as- 
snrera de la passion et du respect tres-parfait avec lesquels je suis, 

Moonenr, de V. A., &c. M. 

To Tss COMTE DB WRATI8LAW. 
MoKnEOTB, A 7]r^vet, ce 18 Jiitfi, 1705. 

Je crois que ma demiere vous aura presque prepare a recevoir 
les m^hantes nouvelles que mon adjudant-general d'infanterie le 
Seur Durel vous apporte. Tous les contretemps que nous avons 
essuyes, et les alarmes que les ennemis ont eu le loisir de donner 
a la Hollande, ne pouvaient rien produire de moins ; enfin il me 
&ut marcher au secours de la Meuse. Mais ce n'est pas pourtant 
sans esperance de retoumer bientot, si on le veut Le Colonel 
Durel TOUS apprendra la situation ou nous sommes, et les mesures 
que nous prenons dans cette f acheuse conjoncture ; tous voudrez 
bioi permettre que je me rapporte a ce qu'il tous en dira. Ayez 
la bcmte de vous employer pour qu'il soit depeche avec les ordres 
de S. M. I. le plus tot qu'il sera possible. 

J« 8«S0, ti^s-parfiutemeiit, Himaiear, Totre, &c M. 



To not COMTK DE SINZENDORFP. 
MonnBOB, A TVivea^ ce 19 Juin, 1705. 

Les inquietudes que j'ai et^ oblige d'essuyer, et tous les con- 
tretemps depuis que je suis dans ce pays, sont la cause que je ne 
me suis pas donne rhonneur de vous ecrire de quelques jours. 



112 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

Enfin cet abandonnement m'oblige a marcher au seconrs de la 
Meuse, oil les progres des ennemis ont donne tant d'alarme en 
Hollande qu'on me demande avec des instances les plus pressantes, 
et je me croirai fort heureux si je puis, avec toute la diligence que 
je propose de feure, venir k temps pour nous sauver Li^e et Lim- 
bourg. J'envoie mon adjudant-g^eral le Colonel Durel aupres 
de I'Empereur pour informer S. M. I. de la situation ou nous nous 
trouYons, et des mesures que je prends pour la surete de cette 
place, et pour renforcer Tarmee du Prince de Bade de la maniere 
qu'EUe puisse etre en etat d'agir, n'etant pas sans esperance de 
revenir dans oes quartiers, pourvu que je sois assure de trouver les 
affaires en meilleur etat. Au reste, vous permettrez, s*il vous 
plait, que je me rapporte au Colonel Durel, qui vous instruira de 
tout ce que nous avons en vue, et vous assurera en meme temps 
de la pasedon et du respect tres-sincere avec lequel je suis, 

Monneor, votre, &c. M. 

To THB COMTE DE FRISE. 
MONSIXUB, A Trhea, ce 18 Jinn, 1705. 

Je viens a ce moment de recevoir I'honneur de votre lettre 
de ce matin, et suis bien marri que je ne puisse avoir I'honneur 
de vous voir ici, les aiSaires etant si pressantes sur la Meuse que 
je me trouve oblige a fa ire toute la diligence possible, de sorte 
que je fais avancer Tinfanterie et I'artillerie domain, et suivrai 
avec la cavalerie samedi. Je ne veux pourtant pas d^sesperer 
d'avoir I'honneur de servir avec M. le Prince de Bade encore de 
cette campagne, me flattant de pouvoir rassurer les affiures sur la 
Meuse, et d'etre de retour en six semaines, si les Princes d'Alle- 
magne veulent faire leurs efforts pour nous mettre en etat d'agir 
avec quelque apparence de succes. Les troupes de Wirtemberg 
vous suivront, et les Prussiens joindront aussi votre armee ; mais 
pour les sept mille Palatins, je dois les laisser ici pour la surete de 
cette place et pour garder la Moselle, comme aussi les Westpbaliens. 
Mais pourtant ces demiers seront aux ordres de M. le Margrave, 
quand il trouvera a propos qu'ils le joignent apres que I'armee de 
M. de Villars sera separee, comme elle le sera sans doute en tres- 
peu de jours. Nous ne sommes pas en etat de vous foumir le 
pain d'ici, mais M. de Gueldermalsen a donne ordre qu'on vous 
foumisse la farine a Trarbach, qui sera plus a port^e. 

Je suis, tr^parfidtement, Monsieur, Totre, &c M. 



1705-] EXPRESSES FROM THE STATES. Il3 

To BCb. secretary HARLEY. 
So, Treves, ISth June, 1705. 

I take the opportunity of an express going to the Hague in 
hopes it may get over before our next letters, to acquaint you that, 
in pursuance of what I wrote to you on the 16th from the camp at 
Elft, I marched with the army yesterday to the neighbourhood of 
this place. I left a strong rear-guard, supposing M. de Villars 
might have sent some troops to observe our march, but nothing 
appeared ; the weather, indeed, was so rainy and misty all day 
that if he had designed any such thing, it would have been very 
d]£Bcult to have engaged them. This ill weather harassed the 
foot and made it late before they all came into the camp, so that 
we could not march to-day ; but to-morrow the artillery and ten 
battalions and ten squadrons, and the rest of the foot with ten 
squadrons more, will pursue their march by two different routes 
for their greater ease, and I shall follow on Saturday with the 
main body of horse. We shall all meet the 27th of this month at 
Dueren, and from thence pursue our march together towards 
Maestricht I had this morning two expresses from the States to 
hasten my coming to the relief of their frontiers, so that I believe 
you will hear of the alarm they were in from all hands. 

I leave the seven thousand Palatins and the troops of West- 
phalia, for the security of this place and the guard of the Moselle ; 
but the four thousand Wirtembergers in the States' pay and the 

twelve thousand Prussians will join the Prince at , and so 

will the Westphalians likewise as soon as M. Villars separates 
his troops, so that they may be under no apprehensions here ; and 
I hope with this reinforcement he will be able to act offensively 
on the Bhine. 

According to the letters I had from Comte Frise, the Prince 

was to march from Creutznach with the German troops the 10th, 

so as to be the 13th or 14th at Birkenfeld, whither I sent Brigadier 

Cadogan to confer with him, but they were not come so far the 

15th by two marches, so that he was obliged to go on, and when 

he met them, the Prince was gone that morning to the waters of 

Slangenbad for his health. 

I am, Sir, yours, &c. M. 

To M. RECHTEREN. 
MoHfllBDB, A Trives, celS Jtdnj 1705. 

J'ai appris que le regiment de Rebus etalt arrive a Trarbach, 
et que vous fiaifliez etat de faire marcher votre re^ment demain 

VOL. II. • . I 



114 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

matin pour venir de ce c6te-ci ; mais hob afiaires ayant change de 

face depuis, je vous envoie a pr^nt celle-ci par expres pour yous 

prier de le faire marcher par le chemin le plus commode a Duren, 

oil j'aurais soin de lui fiure tenir de nouveaux ordres. Pour voire 

personncy vous aurez» s'il vous plait, a rester a Trarbacb, jusques 

a nouvel ordre. 

Je stuB, MoDflieor, Totre, &c M. 



To THE STATES-GENERAL. 
Hautb et Pdisbakts Seionbdbs, a Trhfes, ce 18 Juin, 1705. 

J'ai re<;u ce matin la lettre que voa H. P. m'ont fidt I'hon- 
neur de m'ecrire le 13 de ce mois, avec le duplicata, qui m'a ete 
rendu en meme temps.^ Elles auront vu par celle que je me suis 
donne I'honneur de leur ecrire le 15, la resolution que nous 
avions prise de marcher en toute diligence avec le gros de i'armee 
a la Meuse, afin d'arreter les progres des ennemis, et soigner la 
surete de leurs frontieres. Pour cet effet j'ai fait decamper les 
bagages et rartillerie le 16, et hier toute Tarmee est venu camper 
au voisinage de cette yille. Aujourd'hui le gros bagage Bedt en- 
core une petite marche pour gagner les hauteurs. Domain ils 
continueront leur marche, comme aussi le corps de Pinfanterie, et 
samedi je suivrai avec le corps de cavalerie ; le tout selon les 
routes que je me donne Thonneur d'envoyer a vos H. P., afin 
qu'Elles sachent ou m'adresser en cas de besoin. Je laisse id les 
sept mille Palatins avec les troupes du Cercle de Westphalie, qui 
font en tout seize bataillons et quinze escadrons pour la surete de 
cette place et pour garder la Moselle. 

M. de Gueldermalsen confirmera k vos H. P. plus en detail 
toutes les dispositions que nous arons faites. Elles verront que 
j'ai laisse le moins de troupes qu'il m'est possible dans I'inaction. 
Je les supplie d'agreer que je me rapporte a ce qu'il leur ecrira, 
et d'etre persuadees de I'attachement inviolable avec lequel j'ai 

I'honneur d'etre, 

Hauts et Puissants Seigneurs, 

De vos Hautes Poissanoes, &c. M. 



To THE DEPUTIES FROM THE STATES WITH THE ARMY 
ON THE MEUSE. 

Mbsbisitiu, a TWceg, cw 19 JW% 1705. 

Vous aurez deja ete inform^ de la resolution que nous avons 
prise sur vos instances, de marcher avec le gros de notre armee au 



1705-] COMMUNICATIOXS TO THB DXTTCH GENERALS. 115 

seoonrs des frontieres de leors H. P. Toute rinfenterie avec Tar- 
tillme B6st mke eo marche ce matin. Demain je suivrai avec la 
eavalerie, et j'envoie a present le Lieutenant-General Hompesch 
an derant pour vovfi informer de la route et des mesnres que nous 
ayons prises. II vous apprendra aussi mes sentiments au long sur 
la coDJonctore presente ; et oomme il doit yenir me joindre a Dueren, 
je you8 prie de me £ure I'bonneor de le charger ansa des vues que 
vouB avez pour les operations d*abord que nous serous a portoe de 
laMeose. 

Je laisy srec paasion et respect, Meesieon, votre, &c. M. 



To M. D'AUYEBQUERQUE. 
MosoTEint, A TVeves, ce 19 Juin, 1705. 

Vous anrez dqa appris les resolutions que nous avons prises 

de marcher a yotre secours. Pour cette fin, je prie M. le Baron 

de Hompesch de prendre le devant pour vous informer des mesures 

que nous avons concertees et de la route que I'armee doit prendre ; 

ainsi je vous prie de lui communiquer vos pensees et sentiments de 

maniere qu*il puisse me retrouver et m'en faire part a mon arrivee 

a Dueren, ou plus tot si on le trouvera n^essaire. C'est avec 

plaisir que je me promets que nous serons bientot en etat de re- 

tablir les affaires sur la Meuse. £n attendant, vous me ferez la 

JQsUce d'etre persuade de la passion et de I'estime avec laquelle 

jesuis. 

Monsieur, votre, &a M. 



To M. DOPFF. 
MoKsniTii, A Dreves, ce 19 Jvnifh 1705. 

J*ai ete bien marri d'apprendre que le mauvais etat de votre 
saute vous avait oblige de vous retir^r a Maestricht. Je me flatte 
pourtant qu'a mon arrivee elle permettra que je puisse profiter de 
Totre assistance. M. le General Hompesch^ qui vous rendra 
celle-ci, vous apprendra la situation ou nous nous trouvons, et que 
je marche avec toute la diligence possible au secours. H vous 
communiquiera aussi tous mes sentimens de la maniere que nous 
devons nous y prendre ; et c(»nme il doit revenir me trouver en 
marche, je vous prie de vouloir le charger d'une lettre ou vous 
m'expliquerez, s*il vous plait, vos pensees. 

Je sqIb tr^parfiutementy Monsieur, votre, &c M. 



i2 



116 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To THE KING OF POLAND. 
SiRE» A Drhfes, ce 19 Juin^ 1 705. 

La lettre que V. M. a daigne m'ecrire le 24 du mois de 

mars m'a ete remise depuis peu de jours par M. le Comte de 

Fleming, son conseiller intime et general de cavalerie, qui m'a 

aussi fait Fhonneur de m*entretenir plus au long sur la situation 

des affiiires de V. M. C'est avec beaucoup de plaisir que je 

trouve que mon zele et attachement pour le service et les interets 

de V. M. lui ont ete agreables ; et comme il n'y a rien que je sou- 

haite plus ardcmmcnt que la conservation de son pays et le reta- 

blissement de ses afiaires, de sorte que nous puissions proiiter du 

zele tres-genereux que V. M. a toujours fait paraitre pour la 

cause commune, je la supplie aussi tres-humblement d'etre per- 

suadee que je ne manquerai pas de continuer tous mes soins et 

offices pour cette heureuse fin, etant bien sensible que je ne puis 

rendre un service plus agreable aux intentions de sa Majcste 

ma maitresse, ni me faire une plus grande gloire, que de pouvoir en 

quelque maniere y contribuer. Au reste, V. M. me fera la grace 

d'agreer que je me remette a M. le Comte de Fleming, qui 

s'est bien voulu charger de me rendre justice, en assurant V. M. 

du respect et de la soiunission tres-profonde avec laquelle je serai 

toujours, 

Sire, de votre Maje8t<5» &c M. 

To THB ELECTOR PALATIN. 
MoNSEiGNEUR, A 7Wve«, c« 19 Juiftj 1705. 

Le Sieur Macartney, qui a servi quelques annees en qualite 
de capitaine reforme dans Tarmee de France, ayant quitte ce ser- 
vice, et souhaitant ardemment d'etre employe parmi les troupes de 
V. A. E., le caractere que j'en ai eu, et le malheur qu*il a de 
n'etre pas capable de servir dans son pays natal, me font prendre 
la liberte de le recommander a V. A. E., la suppliant tres-humble- 
ment de le vouloir prendre sous sa protection, que je me flatte 
qu'il meritera par son zele et attachement au service de V. A. E., 
et je tax2herai de profiter de toutes les occasions pour en temoigner 
ma reconnaissance, etant avec le respect le plus parfait, 

MoDseigneur, de V. A. E., &c M. 



To THE PRINCE OF BADEN. 
Monsieur, A Treves, cel9 Juin, 1705. 

Je suis fort marri de voir, par la lettre que V. A. m'a fait 
rhonneur de m'ecrire, que Tetat de sa sante I'a oblige de se retirer 



1705.] OPERATIONS AGAINST SAAR-LOUIS. 117 

aux eaux de Slangenbad, et que je me trouve prive de la satisfac- 
tion que je m'etais proposee de Tentretenir et profiter de ses bons 
avis dans la fachense ratuation oil nous sommes. V. A. aura deja 
appris que ne me trouvant pas en ^tat d'agir, par les contretemps 
que j'aa et^ oblige d'essuyer, je n*ai pu r&ister, pour plusieurs 
laisops, aux pressantes instances de MM. les Etats, de marcher au 
aecours de leurs frontieres ; ainsi j'ai deja fidt partir la plupart des 
troupes, et demain je feds ^tat de suivre avec le gros de la ca- 
ralerie. Ce n'est pourtant pas sans esperance et meme dans la 
resolution d'etre de retour en ces quartiers au bout de six semaines, 
pourru que nous puissions avoir des assurances qu'on nous mettra 
en etat d'agir des notre arrivee. C'est aussi a quoi je prie V. A. 
de Youloir employer tons ses soins aupres des Princes et Etats 
interesses, afin qu'ils aient a foumir les chevaux et chariots neces- 
siures pour le transport de la grosse artillerie* V. A. aura la 
bonte de me mander aussi, au juste, le nombre des troupes avec 
lesquelles Elle pourra marcher droit a Saar-Louis, k mesure que 
Hems avancerons de ce cot^i, et quelles troupes resteront alors 
sar le Rhin. 

J'ad donne ordre aux troupes de Wirtemberg de joindre I'arm^ 
Impmale, et a M. d'Amem, qui commando les Prussiens, de 
marcher dn cote de Worms, pour attendre les regiments qui 
viemient du pays de Cleves et de Baviere, et alors se mettre de 
meme aux ordres de V. A. Pour les Westphaliens et les sept 
mille Palatins, je les laisse ici a Treves et le long de la Moselle, 
pour veiller a la surete de cette place. Cependant les premiers 
dmvent marcher vers le Rhin pour joindre votre armee des que 
M. de Villars atu*a fidt quelques detachements, selon les ordres 
que M. de Heiden recevra de votre part, et quand il n'y aura 
pins rien a craindre ici. Sur les avis que V. A. me donnera j'en- 
verrai des ordres a M. d' Aubach de &ire marcher aussi une partie 
des demiers. 

Mon adjudant-general d'infanterie, le Sieur Durel, qui aura 
llionneur de printer cette lettre a V. A., Pinformera de plus 
de tons mes sentiments. Je la supplie de Tecouter favorablement, 
et d'ajouter entiere croyance k tout ce qu'il lui dira de ma part, 
particulierement des vceux que je fais pour le retablissement de sa 
sante, et des assiu-ances qu'il lui donnera de la passion et du 
respect tres-sincere avec lequel j'ai I'honneur d'etre, 

MoDsieur, de V. A., &c. M. 



118 HABJLBOROUOH DISPATCHES. [1705. 

To THE DUKE OF WIRTEMBEBG. 
MoMSiBin, A Tripet^ et 19 Jmm, 1709w 

Je me doime rbcmneur d*envoyer a V. A. la route que ses 

troupes peuvent prendre pour marcher du cote de Creutmacfa afia 

de joindre Tarmee imperiale, selon lea ordres qu'elles reoeYront de 

M. le Prince de Bade. Elles feront tel aejour que V. A. trourera 

le plus convenable pour la eommodite des troupes. Je me flatte 

que je pourrai encore avoir I'hoimeur d'embraaser V. A. avant la 

fin de la campagne. Cependant je la supplie de me continuer 

toujours rhonueur de son amitie, et d'etre persuadee da respect et 

de Tattachement avec lequel je sois, 

MoDBienr, de V. A., &c M. 

To M. D*ALMELO. 
MoNOBim, * A 7Wp«^ ce 19 Jmn, 1705. 

Je yiens de receyoir k ce moment Thonneur de yotre lettre 

du 18 de ce mois de Kern, par laquelle je yoLb que vous n'aviez 

pas alors connaissance des d^peches que j'ai revues de la Meuae et 

de MM. les Etats, lesquelles pourtant j'espere yous auront trouye 

en chemin. Mon adjudant-general d'sufanterie, le Sieur Durel, 

aura Thoimeur de yous informer des mesures que nous avons prises 

la-dessus, et de ce qu'il est instruit de dire de ma part a M. le 

Prince de Bade. 

Je me serais fait un plaisir et une satisfaction tree-pardculiere 

si j'ayais pu yous entretenir pour une seule faeure ayant que de 

marcher d'ici. J'aurais eu bien des choses a yous dire; mais je 

marche demain de grand matin, ainsi il faut que je me console, 

YOUS priant instamment de me donner souyent de yos nouvelles 

tandis que yous resterez en ce pays; et quand yous seree a Vienne, 

je ne connais personne qui puisse mieux vous instruire des affidres 

de Hongrie que nos ministrea M. Stepney et M. Bruyninx; ce 

premier aura ordre de le faire. 

Je sua, MoDsiear, Totre, &c M. 



To M. ARNBM. 
MoOTlEtJR, A Drhfes, ce 19 Jvin, 1705. 

Comme je me trouve oblig^ par les n&essit&i de la guerre 
de marcher ayec un corps de troupes au secours de Tarm^ de 
I'Etat a la Meuse, avec esperance pourtant de pouvoir revenir en 
ce pays au bout de six semaines, je vous prie de vouloir marcher 
avec les troupes de S. M. le Roi de Prusse du cote de Worms, 
pour y attendre celles qui viennent du pays de Cleves et de la 



1705l] raCUBITT OP TREVES. 119 

Bayiere ; et qnand le tout sera joint, je ne doute point que S. M. 
ne trouTe pour agreable que ses troupes servent avec I'armee 
Imperiale sous lea ordres du Prince de Bade, auxquels je voua prie 
de vouloir vous conformer pour le bien de la cauae conunune. £n 
attendant moa retour, 

Je sniSfe avec mie parfiute estime et respect, 

Monsieur, Totre, 9tc. M. 



To M. DE HEIDEN. 
MowiSDB, A Treve$, ot 19 Juin, 1705 

Comme je me trouve oblige par la necessite de la guerre de 
marcher avec le corps de notre armee au secours de Tarmee do 
TEtat sur la Mouse, je laisse ici les troupes Palatines sous les 
ordres du Lieutenant-General d' Aubach, pour la surete de Treves, 
et vous prie de faire avancer les troupes du Cercle de Westphalie, 
salon ce que je yous ai mande par ma demiere pour la meine fin, 
et de concourir avec le dit General d*Aubach en tout ce qui re- 
gardera le service, I'aidant aussi de vos bons avis, selon le besoin, 
jusques a ce que I'armee des ennemis ait quitte la Moselle, et qu'il 
n'y ait plus rien a craindre pour cette place. Alors vous aurez, 
s'il vous plait, a vous rendre avec vos troupes aux ordres de M. le 
Prince de Bade, dormant le temps premierement de relever les 
postes de Numagen et Cocbem, ou autres que vous occuperez. 
Je soifl bien marri que ce contretemps m'a prive de Thonneur de 
vous embrasaer. Cependant si nous pouvons bientot remettre les 
affiures sor la Mouse, je me flatte que je pourrai avoir ce plaisir 
avant la fin de la campagne, etant tres-parfaitement, 

Monsieur, votre, &e. M. 



To M. DE HEIDEN. 
MoKSmJB, Au Camp dt VHSpital, ce 20 Juin, 1705. 

Je viens de recevoir rhonneur de votre lettre du 19. J'avais 

hier au soir remis une lettre entre les mains de M. le Comte 

d'Aubach, pour vous etre acheminfe au plus-tot, et dont je vous 

envoie ci-joint un duplicata, afln que vous ayez, s'il vous plait, a 

vous y conformer. Seulement je vous prie a present de vouloir 

Jeter un de vos bataillons, celui qui sera le plus a portee, dans la 

ville de Bonn. Pour ce qui est de Cologne, je mande a M. le 

Prince de Saxe que, comme je marche avec le gros de Tannee, il 

n^y a pas la moindre chose a craindre. Vous me ferez plaisir de 

me donner quelquefois de vos nouvelles, et d'etre persuade de la 

pession tres-sincere avec laquelle je suisy 

MoDiiear, votre, ko. M. 



120 MARLBOROTTGH DISPATCHES. [1705. 

To THE PRINCE OF SAXE ZEITZ. 
Monsieur, Au Camp de FHdpUal, ee 20 Jtnm, 1705. 

Je viens a ce moment de recevoir la lettre que V. A. m'a fiut 
I'homieur de m'ecrire le 18 de ce mois, par laquelle je vois que 
Talarme des progres des emiemis sur la Meuse est venue juaques 
a Cologne. V. A. ne peut ignorer les contretemps que j*ai ete 
oblige d'essuyer depuis que je suis dans ce pays, tant par la lenteur 
des troupes a me yenir joindre que par d'autres ; de sorte que je me 
suis trouve quinze jours dans le camp d'Elft sans un homme que 
ceux qui sont a la paie de I'Angleterre et de la Hollande, et dans 
Teloignement des chariots et chevaux qu'on devait nous foiuTiir pour 
le transport de la grosse artillerie au siege, et dont, nonobstant toutes 
mes instances, je ne pouvais faire fond encore de cinq semaines. 
Et pour comble de malheur, la mauvaise saison avait detruit toutes 
les herbes et avoines. Tout ceci, joint aux pressantes instances de 
MM. les Etats pour venir au secours de leurs frontieres, m'ont 
enfin determine a marcher avec le gros de I'armee pour arreter les 
progres de M. de Villeroi. L'infanterie a quitte le voisinage de 
Treves hier, et est une marche au devant de nous. Les ayant 
suivi, je suis venu aujourd'hui dans ce camp, mais j'ai peur que 
toute ma diligence ne pourra pas sauver Liege. Cependant je 
vous reponds que les ennemis ne songeront pas a Cologne, et que 
la ville peut etre entierement en repos la-dessus, esperant meme 
d'etre en tres-peu de jours a portee d'arreter leur progres ailleurs. 
Je fais etat d'etre en six jours aux environs de Dueren, et si 
V. A. avait quelque chose a me commander, je serais ravi de re- 
cevoir ses ordres, etant avec une passion et respect tres-sinoere. 

Monsieur, de V. A., &c. M. 



To M. lyAUVERQUERQUE. 
Monsieur, Au Camp de Bibrich, ce 21 Jirtn, 1705. 

J'ai re^u aujourd'hui, en marche, I'honneur de vos deux lettres 
du 16 et 18 de ce mois. Par la demiere vous me confirmez la marche 
du detachement que les ennemis ont fait sous les ordres de M. 
d' AUegre, et que vous supposez etre destine pour la Moselle. Pour 
moi, je crois plutot que c'est pour joindre les douze bataillons et 
deux regiments de dragons que je vous ai mande que M. de Villars 
avait fait marcher il y a quelques jours, et de se jeter ensemble 
dans le pays de Cologne. Je suis confirme d'autant plus dans 
cette opinion par les avis que nous recevons a ce moment du 
Comte de Noyelles, et dont je vous envoie la copie d-jointe; 



1705.] ADVANCE WITH THE CAVALRY. 121 

nuus qnand ils sauront notre marche, il y a apparence qu'ils se 
toorneront de qoelque autre cote. 

M. le Lieutenant-General Hompesch doit vous amr joint avant 
rarrivee de oelle-ci, et yous aura appris toutes les toesures con- 
certees pour yenir a votre secours. Je yous dirai seulement a 
pr^nt que je fais etat de devancer la route d'un jour avec la 
cayalerie, et d'etre le 26 a Dueren, oil je tacherai aussi d'avoir 
quelque infanterie en meme temps. Ainsi je vous prie de ne point 
tarder a me renvoyer ce general au plus yite, pour m'apprendre 
ce que yous aurez concerte ayec lui ; et s'il est possible, il &udrait 
fidre sayoir au gouyemeur de la citadelle qu'il peut faire fond 
d'etre secouru pour le premier de juillet. 

Je 81218, ayec une T^ritable paasion et respect^ 

Monsienr, Yotre, &c M.* 



To M. DE SLANGENBUBO. 

HoKBisuB, Au Camp de Bibrich^ os 21 Jtdn^ 1705. 

J'ai re^u aujourd'hui en marche Thonneur de yotre lettre du 18 

de ce mois ; et comme j'ai charge le Lieutenant-General Hompesch 

de ?ous informer de toutes les mesures que nous ayons prises pour 

votre secours, il ne me reste plus qu'a yous prior de youloir bien 

me faire le plaisir de lui donner a son retour, que je souhaite 

puiflse etre en toute diligence, deux mots de lettre de yos ayis, sur 

ce que nous pourrons faire d'abord que je serai a portee de yous 

joindre. 

Je 8IU8, &c M. 

* BuUetin. Gtmp ai Bibrich, 2l8t June, 1705. 

On Wednesday the 17th, at one in the morning, the army commanded by his 
Graee the Duke of Marlboroagh decamped from Eift, and came to the neighboor- 
hood of Treves. Man^hal Villars did not think fit to send any troops to observe 
oar march, which was covered by twenty aqnadrons of horse left for the lear-guard. 
It rained almost the whole day, which fittigued the troops, and made the march so 
long that they conld not come into their camp till late, so that they were obliged to 
halt the next day. 

On Friday the foot with the tnun of artillery continued their march towards the 
Meose under the command of General ChnrchiU. His Grace followed yesterday 
with the horse, and camped at Hopital, and this day came to Bibrich. The foot 
and artillery march in two separate bodies, and the horse take a third roato for the 
greater eonveniency of the troops, but the whole will join the 27th at Daren. 

His Grace has left the 7000 Palatins nnder the command of Comte d'Aubach, and 
the Westphalians, to secure Tr^es and gnard the Moselle, bat the 4000 men of the 
Doke of Wirtemberg's troops in the States' pay and the 12,000 Pmssians have 
orders to join Prince Loais, as the Westphalians will likewise do as soon as M. de 
Villars bos made any considerable detachment, which we do not hear he has yet 
done, bein^ as we are advised, still in his camp between Sierck and Thionville. 



192 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

Tb M, HOMPESCH. 
MoNSiEiTRt Am Camp d$ BIkriek, €$ tl Anm, 1 70S. 

J'espere que celle-ci yous trouvera henreusement arriTe a 
rarm^. Jeroxxs envoie k present la copie d'lme lettre que j'ai 
reque aujourd'hui en marche de M. d'Auverquerque. Pour moi, je 
crois que le detachement sous les ordres de M. d*Allegre est 
destine pour joindre celui du Marechal de Villars, et se jeter 
ensemble dans le pays de Cologne, et les avis que nous recerons 
dans ce moment, et dont tous avez id la copie, me confirment 
dans cette pensee ; mais apparemment, quand ils seront informes 
de notre marche ils changeront bient6t leur dessein. Je fids etat 
d'aranoer un jour notre route avec la cavalerie pour 8tre le 26 k 
Duereu, ou je tacherai d'avoir quelque infanterie en meme temps. 
C'est pourquoi je vous prie de ne point tarder a me venir trouver, 
pour m'informer de ce que vous avez concerte avec les generaux. 
Vous ferez &cilement comprendre a ces Messieurs que nous ne 
pouvions laisser aucunes des troupes derriere, puisqu'il est impos- 
sible de rien entreprendre de ce cdte-la de six semaines, tellement 
qu'ils auraient non-seulement a rester tout ce temps-la dans 
rinaction, mais qu'ils auraient eu aussi beaucoup a soufirir, 
manque de subsistance. 

Je 8IU8, tr^parfUtement, Monsieur, Totre, &c M. 



To THE EARL OP BRADFORD. 
Mt LoKDf Camp at Bibrich, 2\8t June, 1705. 

I have received the honour of your Lordship's letter of the 
29th past, and am sorry you should have any further trouble 
relating to Captain Brereton's commission. I now send directions 
to Mr. St. John, to acquaint Col. Winne that he should send it to 
you immediately, unless the Captain should be come over fix>m 
Ireland, and have got it himself. 

Your Lordship will have heard already that the many dis- 
appointments I have met with in this country, and the repeated 
instances I have received from the States, have obliged me to 
return with the army to the Meuse to oppose the Marechal de 
Villeroi's progress. I hope to be there by the end of this month, 
and to be soon able to quiet the minds of the people in Holland, 
who are very much alarmed. 

I am, with much trath, My Lord, 

Your Lordahip's moft ftlthful and moat hvmble aervant. M. 



1706.3 FORCED MABCH TO BBLIBVE UBGE. 123 

To Mb. SBCRETABT HEDGES. 
Sn, Campat Bibrieh^ 2\m «/mm» 1705. 

I have received the fityour of your letter of the 29th past, 
wiA the eopy of one from Mr. Hill, both in cipher^ and am very 
glad the fleet is under orders to sail directly for 145, 103, 153, 
202, 210, where, if flie advices we have from thoee parts be true, 
they are like to meet with a very hearty welcome. I wish they 
coidd be already arrived. Their success at that place may fiici- 
litate their other designs. You will have seen by a long cipher I 
sent over to Mr. Secretary Harley, that the design Comte Brian^on 
has been soliciting 502, 1822, could not be without his master's 
directions, since H. R. H. seems to be very earnest for it, though 
he can give little or no assistance. 

I am making all the haste I can possibly to the Meuse, from 
whence you will have heard the enemy are attacking the citadel of 
Liege ; but if the governor does his duty, I hope I may come in 
time to his relief. 

Yesterday morning, before I left Treves, we received the English 

letters of the 1st instant, but there were none from your office, 

which makes me believe they have been covered to Francfort, as 

were yours of the 18th past 

I am, with tnith. Sir, yonn, fto. M. 

P.S. — Since closing my letter, I have advice that the Marechal 
de Villeroi detached on the 17th the Marquis d'Allegre with 
fifteen battalions and as many squadrons, which we suppose 
are to join the twelve battalions and two regiments of dragoons, 
detached seven days ago by M. de Villars, in order to march into 
the Inshopric of Cologne. We shall know in two or three days 
whether that be their intention, which our march will make very 
(Ufficult for them to execute. 



To GENERAL CHURCHILL. 
SiB» Camp at Bibrich, 2lat June, 1705. 

According to the advices we have received, I find it abso* 
lutely necessary that a body of troops should advance so as to be 
at Dueren the 26th instant ; therefore I desire, as soon as you come 
to your camp to-morrow, you will order a detachment of one hun* 
dred men and all the grenadiers out of each battalion of the army, 
including those with the artillery, who are all to be formed into 
battalions of five hundred men in each, and to march on Tuesday 
morning early with general officers and others in proportion, so as 
to be on Friday next the 26th at Dueren, where I intend to meet 



124 MARLBOROTJGH DISPATCHES. [1705. 

them the same day with the horse. You will take care that a suf- 
ficient quantity of bread be sent with the detachment for their 
march. 

I am. Sir, yoon, kc M. 

P.S. — ^I pray you will let me hear from you by the bearer. I 
desire you will send six squadrons of horse with this detachment 



To PRINCE EUGENE OF SAVOY. 
MoHSiEOB, Au Camp de Bihrich^ ce 21 Jvin, 1705. 

V. A. aura vu par celle que j'ai eu Thonneur de lui ecrire le 
11 de ce moid, par un courrier que S. A. R. m'avait depeche, la 
situation oii nous nous trouvions pour lors dans le camp d'EIft. 
J*y ai reste quinze jours de suite sans voir rien paraitre que T^e 
qui etait a la solde de TAngleterre et de TEtat. Je ne veux point 
celer a V. A. que le manque des promesses de la part de nos amis 
me donnait plus d*inquictude que tout le reste, n'ayant rien a 
apprehender des ennemis, qui a notre approche se sont retires et 
ont toujours depuis continue k se retrancher. Les troupes Im- 
periales, au lieu de me venir joindre par le chemin le plus court, 
ont pris un detour par Creutznach, d'ou le Comte de Frise me 
marquait qu'il allait enfin marcher le 10, pour venir a nous par 
Birkenfeld, de sorte qu'il devait s'y trouver le 13 au plus tard. 
Jai envoye done le Quartier-Maitre-General Cadogan le 14 pour le 
rencontrer et se concerter avec le Prince ; mais il fut oblige d'aller 
encore deux marches au-dela pour les trouver, et le meme jour 
qu'il les joignit, le Prince de Bade etait parti pour les eaux de 
Slangenbad de I'autre cote du Rhin, pour sa sante. Durant tout 
ce temps, je faisais les instances les plus pressantes aupres des 
Electeurs et Princes voisins pour nous foumir trois mille chevaux 
avec quelques chariots pour le transport de la grosse artillerie et 
des munitions de Trarbach au siege de Saar-Louis, sans aucun 
efiet ; meme a la fin on ne fit point de scrupule de me faire savoir 
que je ne pouvais avoir le nombre requis de cinq oil six senuunes. 
Je commenqai aussi a manquer de fourrage par la mauvaise 
saison, qui avait detruit toutes les herbes et les avoines, au lieu que 
si on m'avait mis en etat d'entreprendre le siege d'abord que je me 
iut poste, j'aurai eu toute la Lorraine k moi, qui m'aurait fourni 
abondamment Pendant ces entrefaites, je recevais tons les jours 
des expres de M. d'Auverquerque, de MM. les Deputes a 
Farmee, et de MM. les Etats meme, pour marcher au secours 
de leurs frontieres, ce que je me suis trouvd enfin oblige 
de faire, de peur que pendant que je restais dans Tinaction, 



1705.] DETERMINATION TO QUIT THE SERVICE. 125 

et que M. de Villeroi poussait sea progr^ sur la Meuse, 
les Hollandais ne pretassent Toreille aux propofiitions que la 
France ne manquait pas de leur faire. J'ai done decampe le 
17, et 81118 revenu au voisinage de Treyes, ayant d'abord feit part 
a M. le Comte de Frise de ma r^lution. II etait arriye le meme 
jour a Birkenfeld, et ne m'aurait pas joint encore de cinq jours 
an plu8-t6t, a j'ayais reste au camp. Je le priai de me yenir 
trouyer a Treyes, afin de concerter ensemble sur les mesures qu'il 
7 aurait a prendre ; mais il m'enyoya le 18 un officier ayec une 
lettre d'excuse, et fit une contremarche ce jour meme. J'ai laisse 
a Treyes, et pour lasurete de la Moselle, les sept mille Palatins et 
les troupes de Westphalie, et ai enyoye les troupes de Wirtemberg 
a la solde de I'Etat, qui etaient ayancees jusques a Treves, pour 
joindre Tarmee Imperiale; ayant aussi ecrit au Lieutenant-General 
d'Amem, qiu commando les douze mille hommes de Prusse, de 
Cure de meme, afin que le Prince de Bade soit d'autant mieux en 
etat d'agir. Le 19 j'ai fait marcher toute notre infanterie, et ai 
suiri hier ayec toute la cayalerie, faisant etat d'etre au voisinage 
de Maestricht pour le dernier du mois, au plus tard, et je me flatte 
d'arriyer a temps pour sauyer la citadelle de Liege, ou, apres la 
prise de Huy, les ennemis ne sont attaches — pouryu que le gou- 
yemeur fasse son devoir. 

v. A. yoit par tons ces contretemps que nos projets de ce c6te-ci 
sont eyanouis, au moins pour le present, et j*espere qu'Elle me 
fera la justice de croire que j'ai fiiit tout ce qui a dependu de moi 
pour les faire reussir. Je ne desespere pas pourtant de remettre 
les afiaires la-bas sur un tel pied que de pouvoir etre de retour en 
ce pays au bout de six semaines, pouryu que je puisse avoir des 
assurances de trouver toutes choses mieux disposes a me seconder, 
comme je I'ai aussi mande a S. M. L et aux Princes et Etats les 
plus interesses. 

Si je pouvais avoir I'honneur d*entretenir V. A. pour une seule 
heure, je lui dirai hien des choses par ou Elle verrait combien je 
suis a plaindre. J'avais nonante-quatre escadrons et septante- 
deux bataillons, tons a la solde de I'Angleterre et de TEtat, de 
sorte que si on m'avait seconde, nous aurions eu une des plus 
glorieuses campagnes qu'on pouvait souhaiter. Apres un tel traite- 
ment, V. A., je suis sure, ne m'aurait pas blame si j*avais pris la 
resolution de ne jamais plus servir, comme je ne ferai pas aussi, je 
vous assure, apres cette campagne, a moins que de pouvoir prendre 
des mesures avec I'Empereur sur lesquelles je pourrais entiere- 



126 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

ment me fier. Je fais des yobux ardents ponr le saooee de V. A., 
et suis avec line veritable pafieion et respect, 

If oDBiflor, de ¥. A^ &e. M. 



To THB DUKE OP SAVOY. 
M0N§EIGNEC7B, Au Comp de Pntym, ee 22 Jvin, 1705. 

V. A. R. aura to par la lettre que je me suis domie ITiomieiir 
de lui ecrire le 11 de ce mois, la situation ou nous nous trouFions 
pour lors. Nos difficult^ ont augmente de jour i, autre, et le 
manque des promesses de la part de nos amis m'a enjGn oblige 
de c^er aux instances pressantes de MM. les Etats pour venir a 
leur secours. J'ai deja fait quatre marches vers la Meuse, ou je 
ferai mes demiers efforts pour remettre les affiures sur un tel pied 
que leurs H. P. seront contentes que je retoume sur la Moselle, 
pourvu que . j'aie aussi des assurances que les Princes les plus in- 
teress& feront mieux leur devoir pour seconder nos desseins, car 
je suis persuade que c'est Tendroit de tons ces quartiers-ci ou on 
pent esperer d'agir le plus efficacement centre I'ennemi commun. 
M. Hill informera V. A. R. plus en detail des contretemps que 
nous avons essuyes, et je la supplie d'agreer que je me rapporte a 
ce qu'il lui en dira de ma part. 

Je suis, ayec un tr^profond respect et un attachement inviolable, 

Monseigneur, de V. A. R., &c. M. 



To M. PESTERS. 
MoNSlBira, Au Camp de Pntym, ee S2 Jmin, 1705. 

Vous pouvea bien croire que c'est avec le dernier chagrin 
que je me trouve oblige a faire cette marche ; mais M. de Guel- 
dermalsen vous aura appris, qu'outre la necessity de marcher au 
secours de la Meuse, il nous etait impossible de rester six jours 
davantage dans la situation ou nous etions sans un danger evident 
de faire crever les troupes par le manquement de nos amis de tous 
c6t&. 

Je n'ai point eu de nouvelles de la Meuse depuis le 18. Le 
courrier qui nous a apporte nos lettres d' Angleterre ce matin pr^nd 
que les ennemis ont commence a attaquer la citadelle de Liege 
vendredi api^-midi ; mais ceux de Stadkeile disent n'avoir point 
oui le canon avant dimanche. 

Je fais avancer la cavalerie d'un jour plus t6t que nous ne 
pensions le fiiire, pour etre a Duercn le 26, et je fais mard)«r cent 



1705.] OBDEBS TO PRESS ON THE MARCH. 127 

hommes par batailloa et tons les grenadiers de Tarmee, pour y 
etre le meme jour, afin que, s'il y a quelque apparence de sauver 
k place, je pause les prendre en croupe. 

Je fiiis ti^»-parftateBieiit» Montiear, Totra^ ^ce, M. 



To GENERAL CHURCHILL. 
SiB» Caa^ ai Prujfm, iSrd Juu, 1706. 

By the intelligence I have receired eince I wrote you yester^ 
day, it appears tliat the enemy hare been stopped two or three 
days before Liege for want of their artillery, so that I have good 
hopes of coming up in time to save that place, whidi would be of 
very great advantage to us for die rest of the campaign, and there- 
fere must earnestly desire you to press on your march with all the 
horse and foot you have widi you, so as to be at Dueren the 26th, 
as early as possiUe, and to give directions accordingly to Colonel 
Blood, who I know will be able to do it with the English train. As 
for the baggage, flmt which does not march with you, which I desire 
may be as little as possible, must be left to follow with the gross 
baggage, according to their route. I have written the same thing 
to Lieutenant-General Scholten, and intend to be there with the 
hone early the 26th, if not overnight, so as to settle everything 

for our march forward. 

I am, Sir, yours, &o. M. 

PS. — You will understand that you are to take as little bag- 
gage with you as possible. Leave officers with your sick, and such 
as can't march, so that you may get in early on the 26th at Dueren. 
Pray don't stop the posdlion a minute, but direct him forward to 
my Lord Orkney. You will please to send the inclosed to 
M. Scholten, and let the others be delivered immediately. 



To LORD ORKNEY. 
Mr LoBD, Camp ai Pruynh 23rd June, 1 705. 

finding by the intelligence I have from the Meuse that the 
enemy have been retarded two or three days before Liege, for 
want of their artillery, I am in good hopes, if we press on our 
march, that we may come in time to save the citadel, which would 
be of great advantage to us for the rest of the campaign, and 
therefore I pray your Lordship, if possible, to hasten your march 
80 as to be at Dueren, if it may be, the 25tb at night, or early the 
next morning, intending to do the same with the horse, that if we 
can, we may advance something further that same day. 

I am, Sir, yours, &c. M. 



128 BiAKLBOROTIGH DISPATCHES. [1705. 

To M. SCHOLTEN. 
MoNBisuB, Au Camp de Pruym, ce 23 Jvtii, 1705. 

Selon les avis que je viens de recevoir, je vois que les ennemis 
ont ete retardes deux ou trois jours devant Liege, manque de leur 
artillerie, ae sorte que je me flatte que nous pourrons venir a temps 
pour sauver la place. Pour cet effet, j'ecris a mon frere de hater 
sa marche autant qu'il lui sera possible, afin d'etre le 26 a Dueren. 
Et je mande a My Lord Orkney de s'y rendre, s'il le pent, avec le 
detacbement pom* le 25 au soir, ou le lendemain matin, comma je 
pretends aussi le faire avec la ca valeric. Mon frere donnera ordre 
au Colonel Blood de faire de meme avec Tartillerie Anglaise, ainsi 
vous lui foumirez telle escorte que vous trouverez necessaire ; et si 
vous voulez me faire savoir ou vous caroperez le 25, je vous 
avertirai de ce que vous aurez a faire pour avancer vers la Meuse. 
Mon frere doit laisser avec vous le bagage qui ne pourra pas le 
suivre, comme aussi les malingres de son corps. 

Je suis» tr^porfaitement, MonBieiir, Totre^ &c. M. 



To THE COMTE DE WRATISLAW. 
Monsieur, Au Camp de Pruym, ce 23 Juin, 1705. 

J'ai requ Tbonneur de votre lettre du 10 de ce mois, et suis 
ravi de voir les soins que S. M. I. se donne pour retablir ses 
afiaires ; si elles le permettaient de venir en campagne, je suis 
persuade que le tout en irait mieux. Je ne vous dis rien des 
contretemps que j'ai ete oblig^ d'essuyer ici, et de la marcbe que 
je me trouve oblige de faire vers U Meuse, puisque le Colonel 
Durel vous en aura assez informe. Au reste, je laisse ma lettre 
pour le Prince de Savoie ouverte. Vous aurez la bonte de la 
fermer, et de la lui feire tenir par la premiere occasion. Si S. A. 
avait quelque cbose de consequence a me marquer, EUe pourrdt 
se servir du meme canal; autrement Elle pent m'ecrire en 
droiture par Tordinaire. Je prends part, je vous assure, avec 
beaucoup de plaisir, a tons les bonneurs et bienfaits que S. M. I. 
vous temoigne, etant avec ime passion et estime tres-sincere, 

Monsieor, Totre, &c M. 

To the STATES-GENERAL. 

Hauts et Pi7I88ANT8 Seioneues, Au Camp de Pruifm, ce 23 Jwin, 1705. 

Vos H. P. auront vu par la copie de la route que Tarmee 
doit tenir, et que je me suis donne Thonneur de leur envoyer avant 
de partir de Treves, que nous marcbons sans perte de temps vers 



1705.] HOPES OP SURPRISING H. VILLBROI. 129 

la Mease. Elles auront aussi appria par la lettre que j'ai eerite 
a M. le Grand PensionDaire, de Bibrich, que je fiEdsais avancer 
un detachement de cent hommes par bataillon, et tons les grena- 
diers de Tarmee, pour me trouver le 26 ik Dueren. A pr^nt, 
ayant eu des avis que les ennemis ont ete retardes deux ou trois 
jours devant Li^, manque de leur artillerie, je presse encore la 
marche davantage, et ai donne des ordres au corps d'in&nterie 
d'etre le 26 a Dueren, s'il est possible, et au detachement de s'y 
trouver le 25 au soir, ou le lendemain de bon matin, afin qu'ils 
pnissent faire encore une petite marche avec la cavalerie ce meme 
jour, ayant quelque esperance de venir a temps pour sauver la 
dtadeUe, ou du moins d'engager le Marecbal de Villeroi a une 
bataille avant qu'il puisse se retirer. 

Je fads part de ma marche par ce meme courrier a M. d' Auver- 
querque, afin qu'il tienne tout pret pour que nous puissions 
marcher aux ennemis d'abord que je Taurai joint, et s'ils nous 
attendent, je me flatte, avec la benediction du ciel, que nous 
aim)ns une heureuse joumee. 

Je sms, avec an tr^profond respect, 

Hants et Pnissants Seigneurs, 

De Yos Hantes Pnissanoes, &c. M. 



To M. HOMPESCH. 
JfoKSiEirR, Au Camp de Pruym, ct 23 Jinn, 1705. 

Comme j'ai appris que les ennemis ont ete retardes deux ou 

trois jours devant Liege, manque de leur artillerie, je me flatte 

beaucoup que nous pourrons yenir encore a temps pour sauver la 

place. C'est pour cette fin que je mande a mon frere de hater la 

mardie avec toute Tinfanterie autant qu'il lui sera possible, pour 

etre le 26 a Dueren. Je fais etat d'y etre pour le moins de bonne 

heure ce jour-la avec la cavalerie, et, s'il se pent, d'avancex plus 

Idn. Ainsi vous ne tarderez pas a me venir trouver ; et ayez soin 

que tout soit concerte avec M. d'Auverquerque, et les generaux, 

que nous ne perdions pas im moment de temps quand nous serous 

a portee de le jo^ndre. 

Je sais, tr^parfaitement, Monsieur, votre, &c. M. 



To M. IVOY. 
MowanuB, Au Camp de Pruym,u» 28 Juin, 1705. 

Ayant des avis que les ennemis ont ete retard^ deux ou trois 
jours devant Li^ manque de leur artillerie, je me flatte que si 

VOL. n. K 



130 MARLBOROUGH DISPATCHBS. £1705. 

noiis faiBons toute la diligence possible, je poorrai enco^ venir a 
temps pour sauver la place, de sorte que je mande a mon firere 
qu'il ne perde pas le moindre moment pour etre le 26 a Dueren, 
oil je tacherai d'etre avec la cavalerie le 25 au soir, ou le lende- 
main de bonne heure. J'ecris a My Lord Orkney de hire de 
meme avec le detacfaement, pour que nous puissions, My Lord 
Orkney et moi, s'il se pent, faire encore une petite mardie le meme 
jour. Je Yous prie d'employer tons vos soins pour fiu»liter la 
marche de votre corps. J'ecris a Vanderkaa, qull tienne le pain 
pret pour notre armee. 

Je S1118, tr^parflKtementy Moonear, Tolre, &c M. 



To M. VANDERKAA. 
MoNsmm, Au Camp de Prujfm, ee 23 Juin, 1705. 

Ayant, selon les avis que je viens de recevoir, quelque espe- 
rance de sauver la citadelle de Liege si je puis avancer notre 
route d'une marche ou deux, je fais etat d'etre a Dueren le 25 
avec tout le corps de cavalerie et dix-huit bataillons d'infanterie, 
ayant donne ordre aussi a mon frere de s'y rendre pour le 26 avec 
tout son corps, de sorte qu'il &ut que vos gens travaillent nuit et 
jour pour que le pain soit pret a I'arrivee des troupes. 

Je suis, Monsieur, votre, &c. M. 



To M. lyAUVERQUERQUE. 
MoNsnsiTR, Au Camp de Prw/m, ce 23 Juin, 1705. 

Je vous envoie ci-jointe la copie des lettres que j'&ris par ce 
meme postilion a mon firere et a My Lord Orkney pour avancer 
leur marche autant quHl sera possible, afin que vous preniez vos 
mesures k I'avenant, et me depechiez M. de Hompesch au 
plus-tot 

Je me flatte beaucoup que nous viendrons k temps, si non pour 
sauver Liege, au moins pour saisir leur artiUerie, avant qu'ils 
puissent I'embarquer, ou, si Tarmee reste pour le couvrir, que 
nous pourrions les engager a une bataille. 

Je suif, tr^parfidtement, Monsieur, Totre, &c M. 

P.S. — ^Vous jugerez bien que si nous voulons surprendre M. 
de Villeroi, il faut que notre marche soit tenue le plus secret qu'il 
se pourra. 



1705.] AKRIVAL AT DTTERSN. 131 

To M. lyAUVERQUERQUE. 
MoanEOB, An Caa^de I}Mr€n,ee%SJuin, 1705. 

vTai reqa a mon anivee id I'honneur de Yotre lettre d'hier, 
par laqnelle youb me marqnez que renoemi etait oocupe k rem- 
harqoer son artillerie, de sorte que j'attends a chaque moment k 
apprendre qu'il s'est retire. Le detachement d'infiinterie etait 
arriTe icn deux heures avant moi, et le gros n'egt qu'a trob lieues. 
Le premier avancera encore demain quatre lieues, et mon frk« 
viendra par la meme route avec le reste de I'lnfanterie; mais 
comme j^ai &it yingt lieues arec la cavalerie hier et aujourd'hui, 
je ferai halte ici demain, a moms que vaus ne me mandiez que les 
emiemiff soient en mouvement, et que le service demande que je 
m'avance, alors je ferai marcher la cavalerie le moment que j'au- 
rai de vos nouvelles. Les troupes etant pleines de bonne volonte, 
j'attends seulement Farrivee de M. de Hompesch pour vous venir 
trouver ; ainai je vous prie de vouloir ordonner une escorte pour 
m*attendre samedi matin a Gulpen, et me conduire a Tarmee, ou je 
pretends diner avec vous a deux heures. 

Je siiis avec respect, Monsienr, votre, &c. M. 



To M. SCHOLTEN. 
MoKaiEOK, Au Camp dM Diteren, ce 26 Juin, 1705. 

J'ai re^i Thonneur de votre lettre, et vous assure que s'il y 
avait eu quelque apparence d'action, je n'aurais pas manque de 
vous feire relever ; mais comme M. d' Auverquerque toe mande 
que les ennemis etaient occupes a rembarquer leur artillerie, je 
m attends a chaque moment d'apprendre qu'ils se seront retir^ ; 
ainsi je vous prie de continuer a mener ce que vous avez avec vous 
a Maestricht. Vous ferez halte, s'il vous plait, ici dimanche, et 
avancerez lundi a St. Laurensbergh, mardi a Romberg, et viendrez 
mercredi a Maestricht J'y serai moi-meme demain k midi. 

Je 11118, tr^per&itement, Monsiear, votre, &c. M. 



To THE ELBCTOB PALATIN. 
MossnoiCBirB, An Cump de Dueren^ ee 26 Juin, 1705. 

JTairequ la lettre que V. A. E. m'a fait Thonneur de m'6;rire 
le 20 de ce mois, et lui suis infiniment oblige des bontes qu*£lle 
m*j temoigne et des assistances qu'EUe veut bien nous promettre, 
non-«eulement d'Elle-meme, mais aussi en s*employant aupres 
des Princes et Etats voisins afin qu'ils en £assent autant, dont j'ai 
toot lien d'eqierear un bon effet, quand nous serons en liberte de 

k2 



132 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

retourner, pour commencer les operations du cote de la Moselle. 
M. le Comte de Schellardt, je me flatte, me rendra justice aupres 
de V. A. E. des soins que j'ai pris dans notre marche pour la con- 
servation de ses etats de Juliers, par les ordres que nous avons 
donnes, et j'espere que le pays n'aura guere de raison de se 
plaindre. Pour ce qui est des prisonniers de guerre, au sujet 
desquels V. A. £. me fait Thonneur de m*ecrire dans sa lettre da 
16, je croyais, selon ce que j'avais appris de M. d'Aubach, qu'ils 
etaient tons revenus, M. de Villeroi m'ayant mand^ depuis long- 
temps que les ordres etaient donnes pour oela. A mon arrivee a 
Maestricht je m'en eclairdrai, et ferai tout mon possible que le 
traite ait son entier effet, n'ayant rien plus a coeur que de te- 
moigner a V. A. E. dans toutes les occasions rattachement tres- 
respectueux avec lequel j'ai I'honneur d'etre, 

Monseigiieor, de,V. A. E., &c M. 



To THE LANDGRAVE OF HESSE. 
MoNSEiGNKUR, Au Camp de Dueren, ce 26 /utn, 1705. 

J'ai re^u la lettre que V. A. S. m'a fait I'honneur de m'ecrire 
le 20 de ce mois par son chambellan et conseiller de guerre M. le 
Baron de Gortz, qui m'a aussi entretenu de ce dont V. A. S. I'avait 
charge touchant ses apprehensions pour Rhinfels et les precau- 
tions qu'EUe souliaitait de prendre pour la surete de cette place, 
par le rappel de ses troupes. Sur quoi je lui ai aussi explique 
mes sentiments la-dessus, et aurais &it marcher les troupes inces- 
samment, si je n'etais persuade que cela blesserait ses interets 
ailleurs, vu la conjoncture ou nous sommes. Je prends la liberie 
d'ajouter, qu'outre Tattachement inviolable que j'aurai partout 
pour ses interets et ceux de sa maison, ma conscience, par rapport 
a la religion, m*obligera toujours a veiller a la surete de cette 
importante fortresse, si j ose le dire, autant que ses propres gene- 
raux, de sorte qu'EUe pent etre entierement en repos de ce 
cote-la. Meme quand on viendra a traiter de la paix, je suis sur 
que je ne saurais mieux faire ma cour, et repondre aux voloDtes 
de la Reine ma maftresse qu'en mettant fin aux disputes qui ont 
regne si long-temps pour cette place, afin que V. A. S. n'ait plus 
k I'ayenir la moindre inquietude la-dessus. Je la supplie de 
croire aussi qu'en maintenant la tete de Treves, j'ai eu beaucoup 
en vue la conservation de Rhinfels, et que si les ennemis font le 
moindre mouvement qui nous oblige k faire quelque detachement 
de ce cote-la, les troupes de V. A. S. marcheront preferablement 
a toutes autres, me faisant une loi indispensable de temoigner par- 



1705.] REmiEAT OF THE FRENCH FROM USOE. 133 

toat it V. A. S. le devouement et le respect tres-soumis avec le- 
qael j*ai I'honneur d'etre, 

Monseigneur, de V. A. &, &c M. 



To THE BISHOP OF RAAB. 
MoxsiEUB, Au Camp de Dueren^ ce 26 Juin^ 1705. 

Les deux lettres que V. A. m'a fait rhonneur de m'ecrire le 
24 et 25 de ce mois ne m'ont ete rendues que cet apres-midi, 
autrement je n'aurais pas manque d'envoyer les escortes qu'Elle 
souhaite pour avoir le plaisir d embrasser V. A., et de Tentretenir 
sor les affaires de la conjoncture presente. Je me flatte que 
quelque occasion favorable se presentera encore pour cela avant 
son depart pour Vienne. Je serai demain a midi dans le camp 
sur la Meuse, ou les troupes me suivront en deux ou trois jours, 
une partie etant deja avancee a St. Joris, et le reste dans ce camp, 
a la r^rve du bagage. qui est un jour en arriere. 

M. d^Auverquerque me mande que les ennemis etaient occupes 
a rembarquer leur artillerie, de sorte que je m*attends k chaque 
moment d'apprendre qu'ils se seront retires de devant Liege. 
J'ai riunmear d*§tre avec beauooap de respect, 

MoDsieur, de Totre Alte«e» &c M. 



To THE STATES-GENERAL. 
Hauts bt PunsAiiTS SsioHEDRfl, A Miutincht, ce 27 Juin, 1705. 

CTest avec bien du plaisir que j'ai vu, par la lettre que vos 
U. P. m'ont fiut rhonneur de m'ecrire, qu'EUes approuvent la 
marche que j'ai faite avec le gros de I'armee pour venir au 
secours de leurs frontieres. J'ai pris aujourd'hui le devant, pour 
m'aboucher avec MM. les Deputes et M. d'Auverquerque, ayant 
laisse le detachement d'infanterie a une marche d'ici. £lle fera 
halte demain, et arrivera lundi avec la cavalerie, le reste viendra 
mardi ; le tout aurait pu etre ici un jour plus tot si je n'avais appris 
de M- le Velt-Marechal la retraite de M. de Villeroi de devant 
Li^e, ainsi j'ai cru qu'il serait plus a propos de menager un pen 
les troupes. Je prends la liberte de me rapporter a M. d'Auver- 
querque pour led mouvements que les ennemis out fedts au- 
jourd'hui, esperant que quand toute I'armee sera jointe, nous les 
obligprons a se retirer dans leurs lignes ; mais je crains qu'ils 

n'attendent pas la jonction. 

Je suis, avec toute sorte de respect, 

De Yos Hautes Pniisancee, &c. 

Le trts-hamble et tr^s-ob^issant senriteur. M. 



184 MARLBOBOUGH DISPATCHES. [1705. 

To THE COMTE DE WRATISLAW. 
MoNSEBUB, A MOfOtriehtf ee 39 JittM^ 1705. 

J'ai re^u rhonneur de voire lettre du 17 de ce mois, et suis 
ravi de voir que S. M. I. vous a choisi, conjotntement avec M. le 
Comte de Sinzendorff, pour les affiures d'Angleterre et de Hoi- 
lande, etant sur que nous nous ressentirons bientSt des bona eflfets 
de voire ministere. 

Mon adjudant-g&eral le Sieur Durel vous aura dqa appris les 
raisons qui m'ont oblige de venir avec les iroupes de ce cote-ci. 
Nous avons fait tani de diligence que les ennemis out ete force 
d'abandonner leiu* dessein sur Liege. lis se sont reiires du cote 
de Tongres, et comme toutes les troupes arriveront aujourd'hui et 
demaiuy nous verrons bient6t s'ils voudront tenir ferme. Mais j'ld 
regu une nouvelle ce matin de Coblenz qui me donne bien d'in- 
quietude ; c'est le Sieur Pesters qui me mande que les Palatlns et 
Westpbaliens se seraient retires de Treves. Je n'ai encore rien 
eu de M. le Lieutenant-General d'Aubach qui commande ces 
troupes, pour savoir ce qui Taurait oblige a faire une telle de- 
marche. D'abord que j'aurai de ses nouvelles, je vous en infor- 

merai. 

Je sms, tr^s-sinei^rement, Monsieur, votre, &c. M.* 

P.S. — Le Comte de Sunderland aura Thonneur de vous voir 
en peu. 



To TBOS COMTE lyAUBACH. 
MoNSisOB, Maeatrichty ce 29 Jktn, 1705. 

J'ai appris par M. Pesters que vous avez quitte Saarbourg et 
Treves, sans qu'il me dit les raisons et particularity. Mandez- 
moi incessamment comment tout s'est passe, et cependant soignez 
et concertez avec M. le Baron de Heiden, lieutenant-general com- 
mandant les iroupes du Cercle de Westphalie, et avec le General- 
Major Baron de Heiden au service de TEtat, ce qu'il y a a faire 
pour la surete de Trarbach et Coblenz, et y pourvoyez. Vous 
devrez au reste en tout suivre les ordres de M. de Gueldermalsen 
jusqu'k un ordre ulterieur de moi. H faudra que vous mettiez 
cinq cents hommes a Trarbach, ou plus si M. le Baron de Heiden, 
general-major au service de I'Etai, le trouve necessaire. Comme 
je ne sais aucune particularite de quelle maniere et par quelle 
raisoQ on a quitte T^ves, je vous prie de m'en informer, comme 
aussi de voire opinion sur le maintien de Trarbach et Coblenz. 

Je soisy Monsieur, Totre, &c. M. 

* A similar letter was sent to tbe Comte de Sinzendorffi 



1705.] SEcumnr op trabbach, oobuenz, rhintels. 185 

To LIEUT^ENERAL BABON DE HEIDEN. 
Mimamm, A MuttruAtf ce 39 Jmin, 1705. 

J^ai mande a M. le Lieutenani-G^ddral Aubach de concerter 
arec Tons et le Baron de Heiden, general-major au service de 
I'Etat, sur ce qn'il y aura a fiure pour la surete de Trarbach et 
CoUenZy et je vous prie de prendre k cet ^;ard les meilleures 
mesures avec eux qn'il ae pourra. lis doivent au reste, jusqult 
un ordre olterieur de moi, sniyre les ordres de M. de Guelder- 
malsen. 

Je 8aia» Moonenr, voire, &e. BL 



To MAJOR-GENERAL BARON DE HEIDEN. 
HoNBiEUit, Maegtrieht, ce 29 •/utn, 1705. 

«rai mande a M. d' Aubach, qui s'est retire de Treves, et au 
Baron de Heiden, qui commande les troupes du Cercle, de con- 
certer avec Tous, et pourvoir a la surete de Trarbach et Coblenz, 
et je vous recommande d'y veiller au possible. II faut que le 
r^ment de Ruys de S. A. le Landgrave, ainsi que je I'ordonne 
aa commandant de Trarbach et au colonel, marche a Rhinfels, et 
que M. le Lieutenant-General Aubach vous donne cinq cents 
hommes, ou plus si vous le trouvez necessaire, pour rentrer dans 

Trarbach. 

Je soii^ MoDflieiir, votre, &c. M. 



To M. DE RUYS. 
UomiBiTit, A MaeMtricht, ce 29 Jwin, 1705. 

Vous devrez marcher avec votre bataillon a Rhinfels des que 
le General Aubach des Palatins, qui a ordre de donner le monde 
n^^essaire a votre place a Trarbach, I'aura fait, de quoi vous 
serez averti par le Baron de Heiden, general-major au service de 
I'Etat En meme temps vous en devrez avertir par un expres 
S. A. M. le Landgrave. 

Je snis, Monsieur, votre, &c. M. 



To BARON RECHTEREN. 
MomSDB, Maeiiricht^ ce 29 Juin^ 1705. 

•Tai ordonn^ pour que M. le Lieutenant-General Aubach 
donne cinq cents hommes, ou plus, si le Baron de Heiden, g^n^ral- 
major au service de .VEtat, les demandait Ainsi vous pourrez 
parlez la-deMOB au dit Baron de Heiden, afin que vous ayez le 



136 MARLBOROTJGH DISPATCHES. [1705. 

monde n^cessaire, et de Ik laisser aller le bataillon de Rnys a 

Rhinfels. Je me repose sur yos soins et capacite pour ce qui tous 

regarde. Au reste je suis, 

MoDSiear, Totre^ &c. M. 

To M. DARNEM. 
IfoMBiBUB, A Maeitrichi, ce S9 Juin, 1705. 

Je viens de recevoir rhoimeur de votre lettre du 26 de ce 

mois, par laquelle vous me marquez les ordres que vous auries 

re^u de S. M. de marcher avec les troupes du c6te de la Meuse ; 

mais qu'ayant de les mettre en execution, vous vouliez attendre 

reponse des lettres que yous auriez ecrites a S. M. apres mon depart 

de Treves. Sur quoi j'aurai seulement a vous prier, en cas que 

S. M. persiste dans la resolution de faire venir ses troupes, de 

vouloir les faire marcher droit sur Maestricht, par la route la plus 

courte, et d'avancer avec autant de diligence que vous pourrez sans 

trop incommoder les troupes. Vous m'obligerez aussi de me faire 

savoir au plus-tot les ordres que vous recevrez du Roi, puisqu'en 

cas que vous marchiez a la Meuse, il me faudra envoyer d'autres 

troupes d'ici pour vous remplacer. 

Je BiiiB» Monriear, votre, &c. M. 



To M. DE NATZMAR. 
MoNSiEim, A Maestricht^ ce 29 Jvi% 1705. 

J'ai requ hier au soir I'honneur de votre lettre du 26 de ce 
mois, avec une autre de M. d' Amem, et vols les ordres que le Roi 
aurait donnes pour faire marcher ses troupes du cote de la Meuse. 
Sur quoi je souhaiterais, en cas que S. M. continue dans cette 
resolution, que les troupes fissent toute la diligence possible pour 
venir a Maestricht, comme je le marque aussi a M. d'Amem. 
Vous pouvez croire qu'outre la satisfaction que j'aurai en de si 
bonnes troupes, ce me sera un tres-grand plaisir d'avoir M. de 
Natzmar aupres de moi pour profiter de son assistance et de ses 
bons avis, sur lesquels je puis avec tant de raison me confier en- 
tierement 

Je sais, avec nne parfiute estime, Monrienr, votre, &o. M.* 



* FbOM M. HoifPSBCH TO M. GUXLDEBMAUSN. 

MoMsnin, A Mde$tricht, ce 29 Juin^ 1705. 

Selon oe que je me suis inform^ de la situation de Trarl)achy avec les troupes qu'on 
pourra mettre pour le maintien et conservation de cette place, il &udrait qu*ils se 
mifisent sur la hauteur d'Emkirch k Trarbach, qui joint le ch&teau de TrarUach. 
lis aonlent alors le dot au chAteau ; oouvriiaient rendioit oil est le fldUe de la place ; 



1705.] MEMOIRS FROM GENERAL FLEMING. 137 

To M. PESTESa 
UamwoR, A Maeatrickt, ee 29 Jmu, 1706. 

J'ai va par la votre du 27, que M. d'Aubach a fiiit aban- 
domier Saarbourg et a quitte Treves ; je n'ai jusqn'a present au- 
cnne notiTelle de lui de ses raisoiis on des particularites. Je lui ai 
ecrity comme aussi an Baron de Heiden, lientenant-g^idral dn 
Cerde, et an General-Major Heiden, au service de I'Etat, de con- 
oerter et ponrvoir a la snrete de Trarbach et de Coblenx. Je 
Tois qjae vons avez mis ordre d'envoyer des fiurines et de mnnitions 
a Trarbach. £t je m'assnre et me repose au reste snr vons, pour 
tons les besoins et precautions que vous pourrez y apporter, en ce 
qui dependra de vous. 

Monsieur, TOtre, &e. M. 

To THB COMTE DE WARTENBERG. 
MosBiKCBy A Maatricht, ce 29 Juim, 1705. 

Je me doime rhonneur d'envoyer a pr^nt, selon ma promesse 
a S. M., les copies des memoires que j'ai requs de M. le General 
Fleming, afin qu'EUe voie tout ce qui s'est passe entre nous. Je 
Tous supplie de fidre en sorte que je sois un pen menage et que 
ces memoires ne pandssent pas, car quoiqu*iIs ne contiennent 
rien de consequence, M. de Fleming pourrait toujours le prendre 
de mauvaise part 

et ttywBt on raem k dimte et k gauche, et le hien retraaohant k lenr t^ avec lenr 
isftuterie, et envojant ieur cavalerie et cbevauz d'^uipage se retirer Ten Coblena, 
en cas que rennemi vint a^ec an corps k eaz. II ne sera pas facile k rennemi de 
les J forcer, et encore moins d'attaquer Trarbach. Poor cooper ce monde de Coblenz, 
romemi le pent, rnais il ne s'y peut tenir qn'ayec one g;rande incommoditi^ pour sa 
«»^^^^tif^t1»x ^ im* S^b* ne poavant dtre d-t5t forc^ que Ton ne poorra fUre marcher 
im oorpaaox ennemis en temps pour les d^iyrer, il ne s'agirait, si non qu*ils enssent 
des provisions au chateau de Trarbach« et d'y avoir les munitions n^cessaires et 
poor la gamison et pour le camp retranchd, afin de pouvoir donner le temps au 
ttooon de venir; et snr ceei il &adra tftcher, selon oe qui m^ paratt d'ici, 
de prendre lea mesures et fiure pourvoir Trarbach du n^oessaire, en le mettant inces- 
amment en ^t. £t si les gen^ranx qui sont sur les lieux trouvent un poste plus 
BTsntageux pour oouvrir Trarbach, et s'y maintenir, qn'au terrain dont je me suis 
inform^ ils le doivent ftire, je vous prie de communiquer, sans perte de temps, ce 
que je vons mande, a MM. les g6i€raux. 

Ce qui est d-deasns je I'ai montr^ k My Lord Due, qui m'avait ordonn^ de 
donner ma pens^ et m'a ordonn^ de vous Tenvoyer, et de la communiquer aux 
gSninnJi comme de sa part. Pour ce que j'u pu voir du poste de Mont- Royal ; 
a un certain aombre de bataillons se tronvait bien retranclu^ k la gorge de oe 
terrun, le reste, que la MoseUe entonre, pourait, an travers de la Moselle, £tre 
ftdlement attsqn^ le montant de U hauteur ^tant &ci1e et d'une grande ^tendne 
pour nn petit corps k defendre ; outre que tres-ais^ent on couperait la communi- 
cation entre Trarbach et ee corps ; ainn que I'nn et I'autre oonrrendt tisqoe, selon 
ndee et jogement qoe f en ai pa prendre en passant, ^ 



138 M^RLBOBOUGH DISPATCHES. [1705. 

Je fais part a S. M. d'un autre malheur qui nous est arrive par 

la retraite de M. d'Aubadi, avec les PalatiuSy de TVeves, dont je 

n'ai pourtant encore aucun avis en droiture. Je tacherai, s'il est 

possible, de prendre ma revanche id, figiisant etat de marcher 

demain droit aux ennemis, mais je crains qu'ils ne reuillent pas 

nous attendre. 

Je suis, avec une veritable poMion et respect. 

Monsieur, ▼otre, &c M. 

To THB KING OP PRUSSIA. 
SiBE, A Maestricht, ce 30 Juin, 1705. 

Selon ce que je me sms donne I'homieur de mander a V. M. 
il y a quelques jours, je viens a present lui presenter les copies des 
memoires que m'a donn& M. le General Fleming. V. M. y verra 
tout ce qui s'est passe entre nous, et le vrai sujet de son voyage. 
Je lui ai seulement repondu en termes generaux, que j'etais per- 
suade que la Reine ma maitresse serait toujours prete a faire son 
possible pour retablir la tranquillite dans le nord, mais que j'etais 
sur aussi qu'EUe ne pouvait entrer en aucune mesure pour cela 
que de concert avec MM. les Etats, a qui il devait s'adresser en 
meme temps. 

v. M. aura sans doute deja appris que le Lieutenant-General 
d'Aubach a abandonne Treves, et tons les postes aux environs, le 
25 de ce mois. J'en suis tout-a-fiut an desespoir, et d'autant pluB 
que je n ai pas en tout ce temps eu un seul mot de sa part, n'y 
meme appris ce qui Ta pu obligor k une telle demarche, piusqu'U 
ne parait pas que les ennemis avaient forme aucun dessein contre 
lui. 

A notre approche id M. de Villeroi s'est retire de li^ge, et 
s'est poste du cot^ de Tongres. Aujourd'hui toutes nos troupes 
auront passe la Meuse, et je fais etat, s'il platt a Dieu, de 
marcher demain droit a lui ; mais comme je crains que les ennemis 
ne se retirent d'abord dans leurs lignes, je fais embarquer I'artillerie 
en meme temps pour aller reprendre Huy. 

Je finis, ayec le pins profond req>eet. 

Sire, de Totre M^est^ &c M. 

To Mb. secretary HEDGES. 
Sib, MaeHrieia, lit July, 1706. 

I received yesterday the favour of your letter of the 12th 
June, and at the same time that of the first, which should have 
come to hand sooner. I am heartily glad to see by the paper you 
send me the good disposition of our affiui-s in Catalonia, and hope 



1705.] UNACCOUNTABLE KKTBEAT OF M. B'AUBACH. 139 

onr fleet may appear in a few days on lliat coast to second the 
inclination of these people. I told you by the last post that the 
enemy had retired from liege towards Tongeren, where it was con- 
certed to attack them this day, but they marched yesterday to Mon- 
tenach, and I have an account, that this morning they have entered 
their lines, so that our whole attention at the present is upon the 
retaking of Hay, to whidi end the artillery and ammunition will be 
going up the Meuse on Friday, and I design to advance with the 
troops to-morrow morning. 

lieutenant-General Aubach's abandoning Treves appears 
every day more and more unaccountable. Comte Noyelles and 
myself have letters from thence and other parts, by which it is 
plain the enemy had not the least design upon the place, neither 
do we know yet whether they have sent any garrison thither. Two 
days after he retired there was none, and what seems yet stranger 
is, that 'tis now the seventh day since he quitted his post, and I 
have not heard one word from him. I have writ to tiie Elector 
Palatin, and sent him all the information I can, with tiie copies of 
the instructions I left with M. d'Aubach for the preservation of 
the place, that he may examine into this gentleman's conduct. 

I am, with truth. Sir, joun, &e. M. 



To THE STATES-GENERAL. 
Hadts ST PU1SS1.NT8 Seioneurs, A Mdeatricht, ce 1 JttiUet, 1705. 

Le Lieutenant-General Baron de Hompesch, qui a toujours 

ete aupies de moi pendant tout le temps que j'ai reste sur la 

Moselle, ayant bien voulu se donner la peine d'aller a la Haye, 

je lui ai charge d'instruire vos H. P. de tout ce qui s'y est passe 

jusques au jour de mon depart de Treves avec les troupes. H 

lem* fera part en meme temps des precautions que j'avais prises, et 

desordresque j'avais laisses avec le Lieutenant-General d*Aubach 

pour la conservation de cette place qu'il vient d'abandotmer, sans 

que les ennemis aient fait le moindre mouvement pour Tattaquer- 

Le dit Sieur Hompesch aura Thonneur d'expliquer aussi a vos 

H. P. mes sentimens sur ce qu*on pourrait encore entreprendre 

de ce cote-la. Ainsi je supplie vos H. P. d'agreer que je me 

rapporte a ce qu'il leur dira de ma part, et de Tecouter favorable- 

ment. 

Je SHIS, avee on ytfiitftble Bttdeheuieiit et retpeet, 

De YOB Httites Pnisaanoei, &c. M. 



140 MARLB0R0t70H DISPATCHES. [1705. 

To M. GUELDEBMAL£EN. 
MONSIBOS, A Maedricklf ce 1 JtiOUt, 1705. 

Depiiis oelle que je me suis donn^ rhonneur de Tons ecrire il 
7 a deux joure, M. le Comt^ de Noyelles et moi ayons eu des 
avis de Treves, par lesquels il parait clairemeut que les ennemis 
ne songeaient pas seulement a yenir attaqner M. d'Aubach. Sa 
ccmduite noud paratt encore plus etrange, que voici le aepti^e 
jour depuis sa retraite, et je n'ai pas encore eu un mot de sa part 
pour savoir ce qui Tavait oblige a &ire une telle demarche, et cm il 
est alle avec les troupes. H faut que je vous prie, puiaque tous 
Yous trouvez dans le yoisinage, de youloir prendre toutes les in- 
formations et d'en faire part au plus-tdt a M. I'Electeur Palatin, 
afin que S. A. £. les fasse examiner. Je lui enyoie aussi les ordres 
et instructions que j'ayais donn& a M. d'Aubach pour conseryer la 
place, pour que S. A. £. en puisse d'autant mieux juger. 

Vous me ferez plaisir de youloir marquer de ma part k M. 
I'Electeur de Treves les chagrins et le desespoir ou je suis de ce 
malheureux contretemps. Nous sommes presque d'opinion ici que 
les ennemis n'auront point en voye du monde a Treves, et je vous 
laisse a penser ce qu'il y aurait a faire en ce cas. £t comme nous 
sommes informes que M. de Villars serait marche avec le gros de 
son armee du cote de I'Alsace, nous sommes d'avis qu'il serait 
necessaire que les troupes et les Westphaliens marchassent au 
plus-tot pom* renforcer I'armee Imperiale sur le Rhin, a la r^rve 
de ce que vous trouveriez a propos de retenir a Trarbach et Cob- 
lenz. Je n'attends qu'une lettre de la Haye pour leur envoyer les 
ordres de marcher; ainsi je vous prie d'avertir les generaux 

qu'ils aient a se tenir prets. 

Je Bms, Monsieur, votre, &c. M. 



To THE COMTE DE WRATISLAW. 
MoNSiBUB, A Maestriclu, ee 1 JuiUet, 1705. 

J'ai rcQU I'honneur de votre lettre du 20 paisse, et vous suis 
bien oblige de la communication que vous avez eu la bonte de 
fdre a S. M. I. du contenu de ma lettre du 9 du passe. 

Je vous ai mande le 29 les nouvelles que j'avais reques de I'abaii- 
donnement de Treves. C'est aujourd'hui le septieme jour depub 
que M. d'Aubach a quitte ce poste, et je n'ai pas encore eu un 
seul mot de sa part ; cependant il paratt fort clair que les ennemis 
n'avaient aucun dessein sur la place, puisque deux jours apres son 
depart aucun Franqais n'y a paru : meme nous ne savons pas qu'il y 



1705.] PREPARATIOK8 TO RB-CAPTURE HUY. 141 

en ait jnaqnes a present «ren ai fidt part k M. TElecteur Palatin 
et Ini donne toutes lea infonnations, afin qn'il faase examiner la 
oondnite de oet oflSder. 

Lea emieinis sont marcheB hier de Tongres a Montenach, et oe 
matin ils se sont retir& dans leurs Lignes. ^ Nous trayaillons en tonte 
diligence a faire embarqner Tartillerie et les munitions pour 
reprendre Huy. Le tout j'espere mpntera la Meuse rendredi, 
et demain matm je fais etat d'ayancer de oe cote-la avec 
I'armee. 

Je Boifl, ayec passion et respect, Monsieiir, TOtrCr &€. M. 



To THB CHAPTER AND BURGOMASTERS OF TREVES. 
MsasiEUBS, A Mautricht, ce 1 JviUet, 1705. 

Ayant appris de Treves, aussi bien que d'ailleurs, comme le 

Lieutenant-Greneral d'Aubach rous aurait abandonn^ avec ses 

troupes, que j'avais laissees pour la conservation de la place ; je n'ai 

pa me dispenser de vous temoigner le chagrin que j'ai eu en ap- 

prenant cette facheuse nouvelle, et de vous assurer que q'a ete 

directement centre les ordres et instructions que je lui avais donnes, 

me flattant que vous me ferez la justice de croire que je n'aurais 

jamais pu etre capable de preter les mains k la moindre chose qui 

put etre prejudidable aux interets de S. A. £. et aux vdtres, aussi 

bien que de la cause commune en genial, ^tant avec une parfaite 

esame, 

Messienn, toCre, &e. M. 

To THE ELECTOR PALATIN. 
HosanomoB, A Maettrichtt ce 2 JuiUet, 1705. 

•Tai ete au desespoir d'apprendre par la lettre que V. A. £• 
m*a fiut I'honneur de m^ecrire, et ce que M. le Comte de Lesche- 
raine m'a dit de sa part, qu'EUe aurait sujet de se plaindre de la 
marcbe que I'armee vient de faire par son pays de Juliers. tTose 
bien assurer V. A. £. que la ou j'ai ete en personne j'ai pris tous 
les soins possibles pour prevenir ces d^ats, et ai donne des ordres 
tres-expres aux generaux qui out commando les corps separ^ d'en 
fiure de memo. J*ordonnerai aussi qu'on fosse incessamment une 
recherche rigoureuse, et s'il se trouve quelqu'un qui y ait donne les 
mains, ou qui ait connive a ces d&ordres, V. A. £. peut etre assuree 
qu'il sera puni tres-severement. 

Je ne sals que dire a V. A. £. sur Tafiaire de Treves ; il est sur 
que les amemis n'avaient aucun dessein sur la place, puisquQ deux 



142 MAKLBOROUQH DISPATCHISa [1705. 

jours aprea la retraite il n'a pas paru un seul Fraiu^ ; meme on 

ne sait pas jusques a present qu'il y en ait. Ce que je trouYe 

encore assez etrange c'est que M. d'Aubach ne m'ait pas ecrit un 

mot de lettre en tout oe temps pour m'informer de la raison de sa 

demarche, ni ou il s*etait retire arec les troupes. Enfin M. de Les- 

cheraine informera V. A. £. des ordres que je lui arais laisaes, et 

Elle jugera mieux que personne de ce qu'il y aura a faire. 

J*ai rhoniieiir d'etre avee le phis proftmd reipect, 

MonseigneuTy de V. A. £., &c. M. 



To THE BARON SPAAR. 

MoNSiEUB, A Hatintff, <x 2 JuiUet, 1705. 

Vous aurez appris par ma demiere les contretemps qui nous 

out oblige de revenir de la Moselle. A notre approche les ennemis 

out d'abord abandonne leurs desseins sur Liege, et hier au matin 

ils se sont retires dans leurs Lignes ; de sorte que notre premiere 

vue a pr^nt est de reprendre Huy : pour quel effet rartillerie 

doit commencer k monter domain de Maestricht J'espere que 

oela ne nous tiendra pas long-temps. En attendant je vous prie 

de Youloir bien me donner au plus-tot vos sentiments s'il y aurait 

apparence de faire quelque coup de Yotre cote ; et ce que vous 

demanderiez de troupes pour vous mettre en etat de Tentreprendre. 

II faut que yous sachiez en meme temps, qu'il vient de grands 

renforts aux ennemis de la Moselle, et dont les demiers les auront 

bientot joints. Cependant je serai ravi de faire tout ce qui de- 

pendra de moi pour vous obliger, et vous assurer de Testime tres- 

particuliere avec laqudle je suis, 

. Monsieur, yotre, &c. M. 



To M. L'ENVOI SCHMETTAU. 
Monsieur, A Haxntff, o$ 2 Juitteij 1706. 

J'ai regu cet apres-midi I'honneur de votre lettre du 20 du 
mois passe, et en meme temps deux autres du Roi. Par la pre- 
miere S. M. me marque, comme vous me le faites anssi, qu'EUe 
souhaitait que son armee march&t du cot^ de la Mouse pour nous 
venir joindre. Mais par la demiere du 26, je vois que S. M. avait 
change de r^lution, et qu'EUe avait donn^ ordre pour fiiire agir 
ses troupes sur le Haut Rhin. 

Je vousavoue que j'aurais ete ravi que ces troupes nous eussent 
joints, afin d'avoir I'occasion, a leur e^9urd, de temoigner I'attadie- 
ment et le zele que j'ai pour les interets du Roi et tout ce qui lui 



1705.] BETREAT OF THE ENEUT INTO THEIR LINES. 143 

regarde. CepeDdaiit je ne puis qu'approuTer enti^rement la 
reBoIation de S. M. par rapport au bien de la cause commime. Au 
reste, je tous suis infiniment oblige des bont& que vous me 
temoiguez, et tficherai partout de yous assurer de Testime et de la 
panon tres-siiic^ avec laquelle j'ai rhouneur d'etre, 

Mooneiir, votre, &e. M. 

P.S. — ^Les ennemifl se sont retires dans leurs lignes ; ainsi nous 
presaons les preparatifr pour reprendre Huy. 



To THX KING OF PRUSSIA. 
Sorb, A Hwu^ff^ <» S JmUet, 1705. 

Je n'ai re^u qu'bier les lettres que Y . M. m'a fait rhonneur 
de m'ecrire le 20, 26, et 87 du mois pass^. £lle aura deja su, 
par les memoires que j'ai pris la liberte de lui adresser, tout ce 
qui s'est passe entre M. le General Fleming et moi touchant les 
afl&ures de son maitre. Je ne puis rien dire des mesures que la 
Reine ma maitresse pourrait prendre a son egard. Cependant je 
suis persuade qu'EUe n'entrera en aucun engagement sans s'etre 
informee prealablement des sentiments de V. M. ; memo je crois 
qu'Elle ne youdra pas volontiers avoir aucunes attentions reelles a 
oes demeles que le plus tard qu'il sara possible, et que le bien de 
la cause commune le permettrait 

Sur une lettre que j'avais re^e de M. d'Amem, que V. M. 
soubaitait que ses troupes yinssent du cote de la Meuse, je lui ai 
rqKmdn qu'U devait attendre ses ordres positiib Ik-dessus, et que 
s'ils I'obligeaient a me venir joindre, il eut a marcher en toute 
diligence. II est vrai que j'aurais bien souhaite avoir ses troupes 
aapres de moi, tant pour la confiance particuli^ qu'avec raison 
j*ai toujours eue en leur bravoure, que pour I'occasion que cela 
m'anrait donne de temoigner a leur ^ard le devouement entier 
que j'ai pour les interets de V. M. 

Cependant je ne puis que louer le zele qu'Elle a temoign^ en 
cette occasion pour le public, puisqu'elles pourront assurementetre 
plus uiilement employees sur le Haut Rhin pour le bien de la cause 
commune, vu la situation ou nous sommes, que du cote de la 
Meuse. 

Pour oe qui est des etats de V. M. situ& en-de^ du Rhin, Elle 
me fera la justice j'espere de croire, qu'en cas de besoin j'en 
aurais eu ' le meme soin que *de ce qui m'appartiendrait en 
propre. 

V.M. aura deja appris que les ennemis se sont retires dans 



144 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

leurs lignes. Nous faisons monter Tartillerie en toute diligence 
pour reprendre Huy, dont nous nous sommes approch^. Des que 
nous en serons venus a bout, on tachera d'employer les troupes le 
plus utilement qu'il sera possible selon la raison de guerre. 

Je 8IU8, Sre, de Totre Migesti^ &c. M. 



To TOE COMTE DE WARTENBERG. 
MoNSiEUB, An Camp de ffemneff', ce 3 Juillet, 1705. 

J'ai requ celle que vous m'avez fait Thonneur de m'ecrire le 
20 du mois pass^ avec la lettre du Roi, a laquelle je reponds par 
la ci-jointe, comme aussi a deux autres du 26 et 27, qui m'ont 
ete rendues en meme temps. Vous voudrez bien permettre que 
je me rapporte a ce que je mande k S. M. et pour ce qui regarde 
leur contenu. J'ajouterai seulement que ma surprise et mon 
cbagrin sont augmentes par les demieres nouvelles de Treves, qui 
confirment le peu de raison que M. d*Aubach a eu de quitter ce 
poste, puisqu'il n'a pas paru un seul Francis de quatre jours 
apres sa marche ; et alors il n'est venu que quatre cents hommes 
de la gamison de Luxembourg pour en prendre possession. lis 
n avaient guere du songer a lui, puisque d'abord que la cour de 
France a su notre marche, elle a envoye dcs ordres pour fisdre 
venir la plupart de Farmee de la Moselle de ce c6te-ci, jusques 
au nombre de quarante bataillons et soixante-trois escadrons, dont 
la plupart est arrivee, et le reste de cette armee marche vers 
I'AIsace. 

Je snis, ayec passion et respect, Monsienr, votre, &e. M. 



To M. PACHECO. 
MoNSiEUft, Au Camp de Haxiaff^ ce S MUet, 1705. 

Je VOUS suis fort oblige de Thonneur de votre lettre du 19 du 
mois passe, et des bonnes nouvelles que vous me donnez de Por- 
tugal. J'espere qu'elles seront bientot suivies d'autres, puisque 
selon les demiers avis nos troupes devaient s'etre attachees a Badajos. 
Je ne puis vous rien mander de ces quartiers, ou nous sommes 
occupes a faire les preparatife necessaires pour reprendre Huy, les 
ennemis s'etant retir& dans leurs Lignes, ou ils devaient etre ren- 
forc& par quarante bataillons et soixante-trois escadrons de 
Tarmee du Marechal de Villars, dont la plupart les a deja 
joints. 

Je vous soubaite de toute mon ame un parfait retablissement 
de sante, et suis avec passion. 

Monsieur, votre, &e. M. 



1705.] RETREAT OF M. D'ATJBACH COVERED. 145 



To LIEUT.-GENERAL BARON D£ HEIDEN. 
MoMnKDB, Au Camp de Hamieff, C€ 3 JvilUt, 1705. 

Je viens de recevoir la lettre que vous m'avez fait Thonneur 
de m*ecrire le 28 du mois passe, oil je vols lea soins que vous 
ariez pris de couvrir la retraite de M. d'Aubach. Cependant il 
paraSt fort clair qu*il n'avait aucune raison de se retirer de Treves, 
puisque les ennemis ne songeaient a rien moins que de Tattaquer, 
pas un Franqais n*ayant paru de trois jours apres qu*il a aban- 
dornie la place. 

Je n'ai eu aucun dessein, je vous assure, Monsieur, de vous 
feire le moindre prqudice a I'egard de votre rang ; au contraire, 
j'ai toujours ete d'avis, que le plus ancien oflScier devait com- 
mander, et je suis au desespoir que vous n'etes venu a Treves, 
tant pour profiler de I'occasion de vous embrasser, que pour vous 
remettre le soin de cette place, en quel cas je suis persuade que 
ee malheur ne nous serait pas arrive. 

Vous aurez a pr&ent, s'il vous plait, k vous conformer entiere- 
ment aux ordres de M. le Prince de Bade, ayant des egards par- 
ticuliers k ce que S. A. E. de Treves pourra soubaiter pour la 
surete de Coblenz. 

Vous me ferez beaucoup de plaisir de me donner quelquefois 

de Tos nouvelles, et d'etre persuade de la passion et de Testime 

tres-particuliere avec lesquelles je suis, &c. 

M. 



To M. ITHERLEVILLE. 
MoNSiEUB, A Hanneff, ee 3 Juiliei, 1705. 

Je suis persuade que vous etes trop de mes amis pour prendre 
de mauvaise part mon silence sur la lettre que vous m*avez fait 
rhonneur de m'ecrire de Francfort, quand vous reflechire? sur les 
contretemps que j'ai ete oblige d'essuyer, et les demarches qu'il 
m*a fallu faire. Cependant vous voyez qu'en tout cet embarras je 
ne ptuB oublier mes amis, et je vous assure que je me ferais le 
plus grand plaisir du monde de trouver I'occasion de vous marquer 
a quel point je vous estime. Vous n'avez qu'a marquer a M. de 
Schulenbei^ ce que vous souhaitez que je fasse pour vous, et soyez 
persuade qu'il ne tiendra pas a moi si vous n'etes entierement 
satis&it, puisque je suis avec une veritable passion, 

Monsieur, yoCre, &c. M. 
VOL. II. L 



146 MAKLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To THE LANDGRAVE OF HESSE. 
MOHSBIQNECB, Au Comp de I^ Us B^ne., ce 5 JuiUet, 1705. 

J'ai rec}U la lettre que V. A. m'a fait rhonneur de m eonre Ic 
29 du passe. EUe aura deja su de M. le Baron de Hechteren, 
que d'abord que j'ai appris rabandonnement de Treves, j ai envoye 
des ordres au regiment du Comte de Reuss de marcher inceasam- 
ment a Bliinfels ; et si par les nouveUes ult^rieures je nav«s 
appris que rien qu'une peur panique avait oblige M. d Aubach de 
quitter son poste, je n'aurai pas manque de feire avancer mces- 
samment le reste des troupes de V. A. S., ou au moins lea trois 
miUe hommes; mais comme il a para tres^lair, et dont je suis 
perauade, que V. A. S. est apresent entierement convaincue, que les 
ennemis n'avaient aucun dessein sur ce poste, ayant detache toute 
leur armee de la Moselle, la meilleure partie de ce c6te-ci, et le 
reste vers 1' Alsace ; de sorte qu'ils n'ont pris possession de Treves 
que quatre jours apres que lesnotres en sont partis, et cela seule- 
ment par un detachement de quatre cents hommes qu'ils ont 
ramass^ a Luxembourg— j'ai era ne pouvoir feire un plus grand 
plaisir k V. A. S. qu'en retenant ses troupes Ik ou ils peuvent etre 
employees le plus utilement pour le bien de la cause commune ; la 
suppliant d'etre persuadee que j'aurai toute I'attention qu'Elle 
pent souhaiter k la surete de Timportante fortresse de Rhinfels, et 
qu'il n'y a rien que V. A.S. pent requerir que je ne fasse avec 
empressement, etant avec tout le respect et le' devouemeut 

P^^*^*^' Moii8eigneur,deV.A.S.,&c M. 



To THB PRINCE OF BADEN. 
MoNBiEUB, ^a Camp de Lens Us Brines, ce 5 JuiUH, 1706. 

J'ai re^u ce matin celle que V. A. m'a feit Thonneur de 
m'ecrire de Schwalbach par estaffette- EUe voudra bien que j'ob- 
serve que oette lettre est sans date. Je suis ravi d'apprendre que 
la sante de V. A. se remet au mieux, et me flatte qu'elle le per- 
mettra bientot d'etre a la tete de I'armee, ou sa presence serait 
tres-neoessaire. J'espere aussi que Tarmee sera assez nombreuse, 
non-seulement pour tenir tete aux ennemis, mais meme d'agir 
offensivement ; et ce me serait un tres-grand plaisir si j'y pouvais 
contribuer en aucune maniere, sur quoi V. A. n'aura qu'a me 
donner ses sentiments. II y a deja quelque temps que j'ai prie M. 
I'Electeur Palatin de feire marcher au Rhin tout ce qu'il a encore 
de troupes en quartier, ce que j'espere que S. A. E. aura aussi feit, 



1705.] TREVES GABBISONED FROM LUXEMBOURG. 147 

et je n'attends que des nouvelles de la Haye pour fiure marcher 
ausBi de oe oot&-la les troupes qui etaient a Treves. 

C'esi aujourd'hui que j'ai re^u la premiere lettre de M. d* Aubach 
depois qu'il a qnitte Treyes ; eUe est du 2 de oe mois. Tout ce 
que je yous puis dire a son ^ard est, qu'il n*y a rien de plus sur 
que que les ennemisn'avaient aucuu dessein de I'attaquer ; et que 
c'etaient seulement ks d^tachements qulls fidsaient de ce cdte-ciy 
et vers TAlsaoe, qui lui out doime I'epouvantey n'ayant pris posses- 
sion de la place que quatre jours apres qufil Tavait abandonnee ; et 
oela par un detachement de quatre cents honunes au plus, qu'ils 
avai^it ramaases a Luxembourg, toute leur armee de la Moselle 
s'etant d'abord separee. 

V. A. aura deja su qu'ici les ennemis se sont retires k notre ap- 
procfae ; ils sont rentres, et ont pris les postes le long de leurs 
lignes. M. TElecteur a ses quartiers a Jausse, et le Marechal de 
Villeroi est a Jandrain. 

Notre artillerie pour reprendre Huy monte la Meuse, et je 

iroia sera ayaneee a pr^nt en-de^a de Liege. Quand ceci sera 

iait, on tachera d'employer les troupes le plus utilement qu*il sera 

posdble pour le bien de la cause commune, et je ne manquerai pas 

de fiure part a V. A. de temps en temps de nos demarches, la 

suppliant d'etre persuadee de la passion tres-sincere avec laquelle 

f ai rhooneur d'etre, 

De YOtre Altene, 

Le tr^hnmUe et tr^s-obdinaiit eerTiteor. M. 



To M. GUELDERMALSEN. 
MoNnsim, Au Camp de Lens lea B^ineSf ce 5 Juillet, 1705. 

Je viens de recevoir ce matin une lettre de M. le Lieutenant- 
General Aubach, qui est la premiere que j'ai eue depuis qu'il a 
quitte son poste. Je tous en envoie ici la copie. II semble qu'il 
voit bien le mauvais pas que sa timidite lui a &it fiure, puisque 
rien n est plus clair que les ennemis n'avaient pas la moindre in- 
tention de I'attaquer, toute leur armee de la Moselle s'etant se- 
paree et marchee la plupart de ce cote-d, et le reste en Alsace ; de 
sorte que c'etait le 28 au soir avant que les ennemis aient pris pos- 
session de la place, et cela seulement avec quatre cents hommes de 
la gamison de Luxembourg, a ce qu'on debite, et peut-etre ne sont- 
ils pas tant, ainsi qu'il ne serait pas difficile de reprendre ce poste, 
les ennemis n ayant rien apporte pour I'empecher. Mais comme je 
▼008 1'ai marque dans ma demiere, je ne puis pas a cette distance 
donner aucun ordre pour cela. Vous pourrez beaucoup mieux 

l2 



148 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705- 

juger en consultant avec les generaux sur ce qu'il y aurait a faire. 
En attendant j'espere qu'on ne perd point de temps a remettre 
Trarbach et de pourvoir la place de ce qui est necessaire pour 
la mettre en etat de defense. Vous m'obligeriez de me maiquer 
quand vous croyez que cela sera fini. 

J'attends encore des nouvelles de la Haye avant que de pouvoir 
donner les ordres aux troupes Palatines et de Westpbalie de 
marcher au Rhin, si on ne trouve pas a propos de les employer 
ailleurs. 

Je vous envoie aussi la copie d'une lettre que je reqois ce matin 
de M. le Prince de Bade, que vous observerez etre encore sans 
date. J'y joins la reponse que je lui fais. 

Les ennemis ont occupe les postes le long de leurs lignes avec 
leur armee ; M. I'Electeur a son quartier k Jausse et le Marechal 
de Villeroi a Jandrain. Notre artillerie pour reprendre Huy, je 
crois sera avancee a present en-deqa de Liege. 

Je sills, avec une vdritable passion et respect, 

Monsieur, Totre, &c M. 

To THE STATES-GENERAL. 

Au Camp de Lens les BOptines, ce 6 JviUel, 1705. 
Hauts et Puissamts Seigneurs, 

Le Colonel qui conmiande I'escorte de I'artillerie qui monte 
la Mouse m'ayant infonne qu'il serdt aujourd'hui a Huy, j'ai fait 
marcher ce matin le Lieutenant-General Scholten avec un detache- 
ment de douze bataillons et dix escadrons pour prendre les postes, 
et demain Tarmee fera un mouvement pour s'approcher de la 
place, afin d'en faire le siege, qu on poussera avec toute la vigueur 



M. de Villeroi a separe son armee et Pa postee par brigades le 
long des lignes ; il a son quartier a Jandrain et M. I'Electeur de 
Baviere a le sien a Jausse. Je ne manquerai pas d'informer 
vos H. P. de tout ce qui se passera, etant avec le plus profond 

respect, 

Hants et Pnissants Seignenn, 

Votre tr^humble et tr^s-ob^issant serntenr. M. 



To the elector of TREVES. 
MoNSEiGNEUB, Au Camp de Lens les Brines, ce 6 Juillet, 1705. 

Quand j'«d requ la lettre que V. A. E. m*a fait I'honneur de 
m'ecrire le 21 du mois passe, j*ai ete dans un tel accablement par 
les nouvelles qui me sont venues, en memo temps, de I'abandonne- 



1705.] SIEGE OF HUY BY THE ALLIES. 149 

ment de Treves, que je ne sub que lui repondre. C'est aussi prin- 
eipalement les interets de V. A. E. qui m'ont le plus touche ; et 
des que j'ai appris ies circonstances de cette malheureuse retraite, 
qui n'a ete causee que par Tepouvante que la marchc des detache- 
ments que les emiemis faisaient vers ce pays et vers TAlsace out 
doime a M. d' Aubaeh, sans qu'ils eussent le moindre dessein de Tat- 
taquer, si j'avais ete a portee, j'aurais d'abord repris ce poste, comme 
sans doute M. de Gueldennalsen aura dqa informe V. A. E. 
Enfin je suis sur qu'Elle plaint mon sort, d avoir ete premierement 
si mal seconde dans mes desseins, et pour surcroft de malheur, 
d'etre oblige d'essuyer encore ce f acheux contretemps. Je me flatte 
que je pomrai encore retoumer de cette campagne ; au moins je 
ferai, si le bon Dieu benit nos entreprises ici, mes demiers efforts 
pour oela, et chercherai.partout avec empressement les occasions 
de marquer a V. A. E. Tattachement et le zele que j'ai pour ses 
interets, etant avec tout le respect possible, 

Monseignenr, de V. A. E., &c. M. 



To Mb. secretary HEDGES. 
Sn, Camp at Lens lea B^^nee, 6ih July, 1705. 

We have no letters from England since those I acknowledged 
by the last post, and I have little to trouble you with at present 
Oar artillery and ammunition from Maestricht arrived this morn- 
ing near Hny, upon which Lieutenant-General Scholten is 
marched with twelve battalions and ten squadrons to take the posts 
about the place, in order to carry on the siege ; to-morrow I shall 
approach with the army to cover it. M. de Villeroi has divided 
his army and posted them by brigades along the line. He has 
taken Us quarters at Jandrain and the Elector of Bavaria at 
Jauase. 

I am, with truth, Sir, yours, &c. M. 



To THB ELECTOR OF BAVARIA. 
UwsKtancnR, Au Camp de Lena lea B^pnnea, ce 7 Juillet, 1705. 

M. d'Auverquerque vient de m'envoyer ce matin les passe- 
ports qije V. A. E. a eu la bonte de m'accorder, dont je n'ai pas 
Toulu tarder a lui rendre mes tres-humbles remerciments. Je la 
Bupplie aussi d'agreer que je lui envoie la liste ci-jointe de nos 
generaux qui souhaitent la meme grace, et que je me donne Thon- 



150 MABLBOROTJOH DISPATCHES. [1705. 

netir de lui assurer en mSme temps du respect tres-soumis avec 

lequel je suis, 

MoDfldgnair, de V. A. EU 

Le tr^-humble et trtt-ob^unnt senriteor. M. 



To THE MARECHAL D£ VILLEROI. 
M0N8IEUB, ^it Camp de Lent Im B6pdne$, ce 1 JuilU, 1705. 

Nous Yous sommes bien oblig& des prisonmerB que vous avez 
eu la bonte de nous renvoyer ,par votre tambour. Je yous re- 
merde particulierement des cinq qui se trouYent parmisles troupes 
que j'ai amenees aYcc moi. .rai fait rendre oe que nous aYons 
des Yotres, comme je ne manquerai pas aussi de faire dans la suite, 
et dont les commissaires de part et d'autre tiendront oompte. 
Vous me feriez beaucoup de plaisir si yous Youliez nous £Bdre 
rendre pareillement ce qui nous a ete pris sur la marche et mene 
a Luxembourg et Vianden. De mon cote j'irai au dcYant de tout 
ce que yous pouYcz souhaiter de nous, et me ferai un Yeritable 
plaisir de yous temoigner dans toutes les occasions Testime et le 
respect tres-sincere aYec lesquels j'ai I'honneur d'etre, 

Monsieur, votre tr^hnmble et trte-oMuBant servitenr. M. 

P.S. — M. le Due de Shrewsbury, qui est sur son retour 
d'ltalie, m'a promis de me Yenir Yoir en passant a I'armee ; il doit 
Ycnir par Francfort, ainsi je yous prie de Youloir bien m'accorder 
tm passeport pour lui et son equipage de Francfort a Tarmee et 
de la en HoUande. Je ne suis pas sur quand il pourra arnYer ; 
ainsi yous aurez la bonte de le donner pour trois mois. Je yous 
demande la meme grace pour le Comte de Sunderland, que la 
Reine enYoie a la cour de Vienne. II Youdrait passer aussi de 
Hollande a I'armee et de la a Francfort. 



To M. D'ARNEM. ~ 
MoNSiEUB, ^tf Camp de Len$ lee Brines, ce 7 JuiUei; 1705, 

AYant que de receYoir la lettre que yous m'aYcz fait la grace 
de m'ecrire le 29 du passe, S. M. aYait d^jk eu la bonte de me 
communiquer les ordres qu'Elle yous aYait donnes de marcher 
aYec ses troupes Yers le Haut Rhin pour agir sous la direction de 
M. le Prince de Bade. Je yous ai deja marque le plaisir que 
j'aurais eu d'etre seconde dans mes desseins par un corps de si 
bonnes troupes, et particulierement d'aYoir ete assiste de yob hoos 
aYis ; mais il &ut aYouer que selon mes sentiments S. M. a pris le 



1705-] CORPS SENT TO THE UPPER RHINE. 161 

meilleiir parti, puisque les troupes pourront etre plus ntilement 
employees de ce odte*la qu'ici, et je vous souhaite de tout mon 
oGBor une heureuse campagne avec toute sorte de conteDfement. 

Notre artillerie est arrivee hier a Huy, et j'ai fiiit occuper en 
meme temps tous les postes par un detachement de Tarmee, afin 
de fiure le si^e, que j'espere ne nous coutera que peu de jours. 

Faites-moi le plaisir de me continuer toujours Thonneur de 

votre amitie, et soyez persuade de la vmtable estime et passion 

aree lesquelles je suis, 

Monsieor, TOtre, &o. M. 

To M. NATZMAR. 
HomiKim, Au Camp de Lena Us B^ffvine$, ee 7 Juilleit 1705. 

Avant que de recevoir Thonneur de votre lettre du 1 de ce 
mois, le Boi avait deja eu la bonte de me communiquer les ordres 
que S. M. tous avait donn& de servir sur le Haut Rhin, sous le com- 
mandement de M. le Prince de Bade. Je suis persuade que vous 
anriez mieux aime venir id ; mms je youb avoue aussi que je crois 
que les troupes pourront etre plus utilement employees de ce cote- 
El pour le bien de la cause commune, puisque notre armee me 
semble asaez nombreuse pour tout ce que nous pourrons entre- 
prendre. Je vous souludte une heureuse campagne avec toute 
sorte de oontentement, et me flatte que j'aurai souvent de vos nou- 
Telles, puisque je suis avec une veritable estime, 

Monsieur, Totre, &c. M. 

To M. DAUVERQUERQUE. 
MoxsisuB, An Camp de Lens les B^guines, ce 8 JuiUet^ 1705. 

Je me sers d» ce postilion que je renvoie a M. Scholten pour 
TOUS dire qu'il ne s'est rien passe ici depuis que j*ai eu I'honneur 
de vous voir. Les petits partis ennemis rodent toujours devant 
Tarmee ; mais jusques a pr&ent ils ne nous out &it aucun mal. 
J^ai des avis qu'aujourd'hui ou demain le dernier renfort que les 
ennemis attendent doit passer a Namur. 

Je Bnifly ayec respect, Monsieur, Totre, &c. M. 



To M. SCHOLTEN. 
MoKSiEDB, Au Camp de Lens Us Brines, ce 8 JyHiet^ 1705. 

J'ai re^ votre lettre d'hier au soir, et suis bien aise de voir 
que vous etes en si bon train ; continue, je vous prie, a me marquer 
tous les jours ce qui se passera. Vous marquerez aussi la meme 



152 MAKLBOROUOH DISPATCHES. [1705. 

chose k M. d'Auverquerque, qui ^tant a portee vous fournira ce 
que V0U8 pourrez manquer pour les postes ou autrement. Vous 
savez que les deux escadrons qui out marche ayec rartillerie 
doivent revenir joindre Tannee : vous les ferez marcher, s'il vous 
plait, aujourd'hui ou demain matin. 

Je suis, ti^fr-par^temeiit, Monsieiir, Totre, &e. M. 



To M. DE GUELDERMALSEN. 
Monsieur, Au Camp de Lens la B^uineM, ee 8 Juillet, 1 705. 

Je viens de recevoir I'honneur de votre lettre du 5 au soir, et 
vous avoue qu'il me semble que c'est une tres-grande honte pour 
vos generaux, qui ne sont qu'a dix lieues de Treves, de parler 
comme si le corps de M. d'AUegre s'y trouvait, y ayant plus de 
dix jours qu'il a rejoint Tarmee ici, selon ce que j'ai eu rhonneur 
de vous mander deja ; et je me trompe fort s'il y a un homme de 
plus dans la place que ce petit detachement qui a ete envoye de 
Luxembourg, et qui ne va pas a quatre cents hommes. 

Je suis bien aise que vous vous etes rendu a Trarbach, sans 
quoi on n'aurait jamais debrouille les affaires avec ces Mes^eurs. 
Je ne vois pas comment nous pouvons repondre de garder les 
troupes plus long-temps dans Tinaction, vu la situation ou nous 
sommes ; ainsi je vous envoie k present des ordres adress^ a ces 
generaux pour faire marcher leurs corps du c6te du Rhin, et joindre 
I'armee de M. le Prince de Bade, laissant telles troupes a Bonn, 
Trarbach, et Coblenz que vous jugerez a propos. Sur quoi je 
vous donnerai mon avis, que le meilleur serait de laisser a fiionn et 
Trarbach les Palatins qui sont a la solde de TAngleterre et de 
TEtat, en quel cas vous ferez relever le bataillon de Westphalie 
dans cette premiere place par les Palatins ; * et pour Coblenz 
S. A. E. pourrait choisir ceux qui lui conviennent le mieux. Vous 
pourrez garder aussi la cavalerie que vous trouverez a propos^ 
encore que selon mes avis tres-peu suffirait, n'y ayant aucun 
ennemi a craindre, et le pays etant aussi tout sous contribution. 

Notre artillerie est arrivee lundi a Huy, et j'ai fait prendre les 
postes le meme jour par un detachement de I'armee sous les ordres 
de M. le General Scholten, qui doit commander le siege. 

Je 8018, Monsieur, Totre, &c. BC. 

P.S. — J'envoie des ordres a present a notre hopital de descendre 
le Rhin, faisant venir par terre de Cologne un detachement des 
officiers, medicaments, et utensiles avec les soldats qui sont en etat 
de marcher. Vous ferez ce que vous trouverez a propos avec vos 
gens. 



1705.] PASSPORT FOE THE 8IEUK VAHBNNES. 153 

To M. lyAUBACH, 

Or to THS Ol^FICEB GOMMAMDINO IN ChIEF. 

MoNSiBCB, Au Camp de Lens leg B^yuinet, ce 8 JuiHet, 1705. 

J'ai reqa Thonneur de voire lettre du 2 de ce moisy qui est la 

senle qui j'ai eu depuis que lea troupes out quitte Treves ; et comme 

il parait a present queTarmee ennemie est marchee de laMoselle, 

de sorte qu'ils n'ont aucun corps de troupes de ce cote-la, je vous 

prie de £ure marcher les troupes Palatines sous votre commande- 

ment vers le Haut Rhin, selon ce que M. de Gueldennalseuy 

depute des Etats, vous le marquera, laissant tels bataillons et ca- 

valerie pour la surete de Bonn, Coblenz, et Trarbach, que M. de 

Gueldermalsen trouvera a propos. D'abord qu'ils seront en 

marche vous aurez a en donner avis a M. le Prince de Bade, afin 

de recevoir ses ordres. 

Je sois, Monsieur, votre, &c. M. 



To THE BARON DE HEIDEN. 
Monsieur, Au Camp de Lena les B^uines, ee 8 Jvillei, 1705. 

Comme il parait que Tarmee ennemie a tout-a-fiiit quitte la 

Moselle, et qu'il n'y a aucim corps de troupes k Trfeves, je vous 

prie de faire marcher les troupes du Cercle de Westphalie sous 

voire commandement vers le Haut Rhin, selon ce que M. de 

Gueldermalsen, depute des Etats, vous le marquera, laissant tels 

bataillons et cavalerie pour la surety de Bonn, Coblenz, et Trar- 

bach, que M. de Gueldermalsen trouvera a propos. .Et d'abord 

que vous vous serez mis en marche, vous aurez a en donner avis a 

M. le Prince de Bade, afin de recevoir ses ordres. Vous me ferez 

plaisir de me donner quelquefois de vos nouvelles, puisque je suis 

tres-parfaitement et avec beaucoup d'estime, &c. 

M. 



To THE MAGISTRATES OF ELWANGEN. 

Messieurs, Au Camp de Lens les B^guineSf ce 8 JuiUet, 1705. 

Le Sieur Varennes, capitaine au regiment des dragons de la 
Veilliere, tombe a la repartition de I'Angleterre etdela Hollande, 
m'ayant mande qu'il n'a pu s'y rendre jusques a pr^nt, a cause de 
ses blessures, qui I'ont oblige de rester tout ce temps aElwangen, 
je lui envoie ^ pr&ent un passeport, avec permission de passer par 
la France, pour ses affidres particulieres, et de se rendre au temps 
present en Hollande, Je vous prie de vouloir lui donner Tassis- 
tance requise pour qu'il puisse poursuivre son voyage. 

Je suis, Messiears, votre, &c. M. 



154 ICARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To THE MABECHAL DE VILLEROI. 
MoNSiSDB, Am Camp de Lena Im B^minm, ee 9 MUett 1705. 

Le postilion que je votu envoie arec oe trompette. Tenant 

expr^ de la Haye, avec des lettres adresaees a moiet autres de 

Tann^, ayant et/6 rencontr^ hier au soir par un parti de ros hus- 

sards, ils lui ont enleve ces lettres, nonobstant qu'il ^it muni de, et 

qu'il leur a produit un passeport, sign^ dans les formes de S. M. 

T. C Je Yous supplie de vouloir bien faire examiner cette 

afiaire, et de rendre justice k vos passeports, me renvoyant, s'il 

vous plaft, les lettres par oe trompette, en quoi vous obligeriez 

beaucoup, 

Monneor, Yotre» &c. M. 



To PRINCE EUGENE OF SAVOY. 
Monsieur, Au Camp de Lem les B^gvines, ce 9 JuiUet, 1705. 

La demiere que je me suis donne Thonneur d'ecrire a V. A. 
est du 21 du mois passe, ou je lui marquais les contretemps que 
j'avais ete oblige d'essuyer sur la Moselle, et que je marchaas avec 
I'armee pour m'opposer aux progres des ennemis de ce cote-ci, 
laissant les sept mille Palatins a la solde de I'Angleterre et de 
TEtat, avec les troupes de Westphalie, pour garder le poste de 
Treves. Mais pour surcroit de malheur le Lieutenant-General 
Aubach, qui commandait ces premiers, et a qui j'avais donne les 
ordres pour la conservation de la place, a pris I'epouvante et a 
abandonn^ son poste, sans que les ennemis aient seulement songe 
a Tattaquer ; de sorte que la ville a 6t& quatre jours sans aucunes 
troupes. A la fin les ennemis y ont envoye quatre cents hommes 
de la gamison de Luxembourg, toute leur armee de la Moselle 
s'etant separee. La meilleure partie est venue de ce cote-ci, et le 
reste est marche en Alsace. 

v. A. aura d^j^ appris qnk mon approche de la Meuse les 
ennemis ont quitt^ leur deseein sur la dtadelle de Li^e, et se 
sont retires ; il y a deja quelques jours qu'ils sont entr& dans leurs 
lignes. Leur armee est a present divisee par brigades pour les 
defendre et les garantir contre ime surprise. 

Nous sommes k cette heure occupy au si^ de Huy, Tartil- 
lerie y est arrivee lundi, et M. de Scholten a pris les postes en 
meme temps. J'espere que vendredi les batteries seront en etat 
Quand on se sera rendu maitre de cette place, nous tacberona 
d'employer les troupes le plus utilement qu'il sera possible pour le 
bien de la cause commune. 

Ce sont MM. le Marquis de Monperrous et le Marquis de la 



1705.] AMOUNT OP PORCB ON THE RHINE. 155 

Yalliere^ on bien M. de Valseme, en la place d'un de ces deux, 
que j'ai offert en echange pour MM. de Voubonne et de Krick- 
baum ; mais je n'ai aucune reponse de la cour de France. V. A. 
le fera savoir a M. de Vendome, qui peut-etre voudrait bien y 
cantribuer ses bons <^ce8. 

La plus grande oonaolation que j'ai est dans I'esperance d'ap- 
prendre bient6t quelque bonne nouvelle de V. A. Je le souhaite 
de toute men ame. 

Je veuz bien tous avouer qu'il n'y a rien qui pourrait tant 
m'lndnire a rerenir en campagne que quelques heures d'entretien 
avec Tous, en presence de S. M. L, pour prendre desmesures justes 
sur lesqnelles nous pourrions entierement nous reposer, sans quoi 
je ne vois pas que nous puissions jamais aller loin. 

Je suit, avec toute la pattion et le resped powible, 

Monsieur, de V. A., &c. M.* . 



To THE COMTE DE WRATISLAW. 
MoNBiEUB, Au Csmp de Lens lee B^ffuinee, ee 9 JuiUet, 1705. 

La lettre que yous m'avez fitit Thonneur de m'ecrire le 10 du 
passe, et que yous me marquez etre acheminee parun courrier, ne 
m'a ete rendue que mardi au soir par un paysan a pied de Zit- 
tard, etant Ycnu je crois la plupart du chemin de meme, puisque 
je Tai trace comma cela plus de Yingt lieues en arriere. 

Je n'ai pas grand* chose a yous mander a present. Notre artil- 
lerie est arnYce lundi deYant Huy, et j'ai detache en meme temps 
un corps de troupes pour prendre les postes sous les ordres du 

* Bulleiin. Camp at Lens les Beguines, 9th July^ 1705. 

On Tneiday the 7tli inrtant, the anny conmanded by his Grace the Duke of 
Marlborough made a small moyement, and has now the right at Cortisse, and the 
left extends to Ayennes on the Mehaigne, the better to cover the opening between 
that river and the Jaar. 

liie army of the States under the command of M. d'Auverqnerqoe marched at 
the Game time to the left, and is encamped near Vignamont, to be near at hand to 
cover and assist at the siege of Huy. 

The artillery for the siege came up on Monday, since which all posrable diligence 
has been used in disembarking it, and to-day a battery of twelve pieces of cannon 
and six mortars began to play on Fort Picard. Toononrow we expect another will 
be ready to fire on the old castle. 

The enemy continue posted by brigades within their lines, the last of their rein- 
fbroenent from the Moselle having joined them. 

My Lord Duke has sent orders to the Palatin troops, and UkewMe to those of the 
Circle of YYeatphalja which were at Tr^es, to march to the Rhine, so that with the 
Prussians, who are like^rise ordered thither, it is computed Prince Louis of Baden 
will have an army of one hundred and fifteen squadrons and near fourscore 



156 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

Lieutenant-General Scholten, qui doit commander le si^e. II 
m' a envoye dire ce matin qu'il esperait que led batteries seraient 
en etat pour vendredi. 

Je vous ai deja mande que My Lord Sunderland etait nomine 
pour venir a Vienne ; selonles demieres lettres il n'attendait que 
le vent favorable pour passer la mer. Je [ne doute point qu'il ne 
soit agreable a la cour, et puis vous assurer qu'il a toutes les dis- 
positions requises pour epouser les interets de S. M. L II doit 
passer par I'arm^, et je ne manquerai pas de lui donner tons les 
eclaircissements que je pourrai pour cela. Je vous envoie d-jointe 
la demiere lettre que j'ai re^ue de M. le Prince de Bade, qui est 
encore sans date, avec la reponse que je lui ai faite, pour votre in- 
formation. J'ai donne les ordres aux troupes Palatines et de 
Westphalie de marcher vers le Haut Rhin. Ce sent MM. de 
Monperrous,et de la Valliere, ou bien M. de Valsem^ ou bien Tun 
de ces deux, que j'ai nomme pour etre echange centre M. de You- 
bonne et M. de Krickbaum ; mais je n'ai point encore de reponse 
de la cour de France ; d'abord que je I'aurai re9ue, je vous en 

feral part. 

Je 8018, avec une veritable passioB et respect, &c. M. 

P.S. — ^11 faut que j'ajoute a ma lettre que j'ai donn^ les ordres 
aux Palatins et Westphaliens de marcher vers le Rhin. Avec ces 
troupes et les Prussiens qui y seront aussi, selon mon calcul M. 
le Prince deBade pourra etre a la tete d'une armee de cent quinze 
escadrons et de pres de quatre-vingts bataillons. 



To THB COMTE DE SINZENDORFF. 
MoNSiEim, Au Ctuqt de Ln» leg BOpiines, ce 9 JuiUei, 1705. 

Je ne sais oii votre lettre du 6 du mois passe s'est ^aree, elle 
ne m'a ^te rendue que dimanche passe, et celled que je me suis 
donne I'honneur de vous ecrire depuis auront anticipe la r^nse ; 
ainsi il serait superflu de la repeter. Tout ce que je vous puis 
dire a present est que nous sommes occup^ k reprendre Huy. 
L'artillerie y est arrivee lundi, et j y ai envoye en meme temps le 
Lieutenant-General Scholten avec douze bataillons et dix esca- 
drons pour prendre poste et faire le siege, que j'espere ne durera 
pas beaucoup. Les ennemis out divise leur armee, et ont poete les 
troupes par brigades le long de leurs lignes. M. I'Electeur a son 
quartier a Jausse, et M. de Villeroi a le sien a Jandrain. 

Vous aurez deja appris que la Reine a nomme le Comte de 
Sunderland pour aller a Vienne, et je crob qu'il sera a present sur 



1705.] DISPOSAL OF THE PALATINS. 157 

son depart de Londres. Je ne doute nullementqu'il ne soit agre- 
able a FEmpereur et a toute la cour. Je puis aussi vous assurer 
qu'3 vient avec toutes lea dispomtioiis que vous pouvez souhaiter 
pour embraaser les interets de S. M. I. II doit passer par rarmee, 
et vous apportera une lettre de ma part, pour yous prier de 
rhonorer de votre amities que je suis sur vous ne lui refiiserez 
pas. 

Je soifl, ayec one T^ritable pasBioD et respect, 

Monaeur, votre, &o. M. 

P.S. — Je Yiens a ce moment de recevoir Vhonneur de votre 
lettre du 27 du passe, dont je vous suis bien oblige. Je dois 
ajouter a celle-d, que j*ai donne les ordres aux Palatins et West- 
phaliens de marcher vers le Rhin. Avec ces troupes et les Prus- 
aens, qui j vont ausaa, je compte que M. le Prince de Bade aura 
une armee de cent quinze escadrons et de pres de quatre-vingts 
bataillons. 



To THE STATES^ENBRAL. 

Au Camp de Lem Us B^uineM, ce 9 Juitlei, 1705. 
Hadtb kt Puibsantb SsiGinBDBS, 

J'ai re^u la lettre que vos H. P. m'ont &it I'honneur de 
m*ecrire le 5 de ce mois, et pour y repondre je prends la liberte de 
leur envoyer la copie de celle que j'ai ecrite Irier a M. de Guel- 
dermalsen, et des ordres que je lui ai fait tenir en memo temps 
pour M. le Baron de Heiden, des Westphaliens, et pour TofBcier 
commandant les troupes Palatines, pour leur marche du cote du 
Rhin. Vos H. P. y verront Iqs egards que j'ai eus pour la surete 
de Bonn, Coblenz, et Trarbach. Avec ces troupes, et les Prus- 
siens que le Boi me mande avoir ordonne d'agir de meme sur le 
Rhin, le Prince de Bade, quand sa sante le permettra, pourra etre 
a la tete d'une armee de cent quinze escadrons et pres de quatre- 
vingts bataillons. 

MM. les Depute et M. d'Auverquerque sent march^ mardi 
avec les troupes a Vignamont, pour etre plus a portee d'assister et 
couvrir le si^e de Huy. Ainsi vos H. P. voudront bien permettre 
que je me rapporte a M. d'Auverquerque pour ce qui regarde ce 
a%e. 

Je suis, ayec im profond respect, &c M. 



To Mr. SECRETARY HARLEY. 
Sn, Camp at Zens lea B^jguinee, 9lA Jti/y, 1 705. 

I have received the favour of your letters of the 15th and 
19tfa past, by which I am glad to see that you are returned to 



158 MAKLBOROTTGH DISPATCHES. [1705. 

London, and am very nrnch obliged to yon for the concern you 
express at the disappointments I have met with in Germany, which 
I assure you affect me more ^th reference to the public than 
otherwise. I thank you for the extract you send me of M. Span- 
beim's letter. The Eling baa since thought fit to alter his resolu- 
tions and to order his troops to act on the Upper Rhine, as his 
Majesty was pleased to notify to me some time since. 

I have given orders to the Westphalians and Palatins, who so 
unaccountably abandoned Treves, to march thither likewise, so 
that I believe Prince Louis may be at the head of an army of one 
hundred and fifteen squadrons and near fourscore battalions, a 
greater strength by far than the French have in those parts to 
oppose him. This day a battery of twelve pieces of cannon and 
six mortars began to play upon Fort Picard, and to-morrow I ex- 
pect another battery will be ready to fire upon the castle, so that 
I hope in a few days we may be masters of the place. 

I am, with much trath, Sir, yours, &c M. 



To Mb. secretary HEDGES. 
Sir, Camp at Lent lea B^inet, dth July, 1705. 

I have received the favour of your letters of the 15th and 
19th past, and with the former the extract of a letter firom the 
person appointed to manage the transportation of the soldiers firom 
Bordeaux to Lisbon, by which it appears they were in some 
danger of being retaken by the French. I wish I had had an 
exact account of the numbers and qualities of those landed at 
Southampton ; I should have been the better able to have taken 
my measures, though I fear M. d'Auverquerque, who made the 
agreement with the Marechal de Villeroi, will not be easily in- 
duced to defer the exchange till we know all our people are safe, 
and the rather, for that the Marechal has been very clamorous 
already at the delay in sending for our people, which must be 
owned to have been very great. 

I am glad to find by your advices firom the Duke of Ormond 
that the land-forces were sailed from Cork the 7th, and hope they 
have before this joined the fleet. I wish Sir George Byng may 
come in time before Brest to keep the French squadron in. We 
have no account yet of their being sailed. 

I have given orders to the Palatins and Westphalians, sipoe 
they have so unaccountably abandoned Treves, to march to the 
Rhine: the King of Prussia has given the like orders to bis 



1705.] STTRBNGTH OF FBINCB LOUIS. 159 

troope, 80 that I reckon Prince Louis may be at the head of an 
annj of one huodred and fifteen fiquadrcms and near fouracore 
battelioDs, whieb is by much a greater foix^e than the French have 
in those parts. 

A battery of twelve jneces of cannon and six mortars began to 
play this morning upon Fort Picard, and to-morrow another bat- 
tery will be ready to fire upon the castle, so that I hope in a few 
days we shall be masters of the place. 

I am with troth, Sir, yours, &c. M. 



To BfB. ST. JOHN. 
Sn, Cbaip at Lau Us B^uinm, 9th Juljf, 1 705. 

I receired on Tuesday the favour of both your letters of the 
14th past, and am very much obliged to you for your kind concern 
for me. I must own the disappointments I have met with have 
given me a great deal of uneasiness, but I must assure you at the 
same time, I am much more concerned for the public than tor 
anything that may relate to myself. 

I have given orders for the Palatins and Westphalians, since 
they have so unaccountably abandoned Treves, to march to the 
Bhine ; the Prussians are likewise marching that way, so that I 
reckon the Prince of Baden may be at the head of an army of 
about one hundred and fifteen squadrons and near fourscore bat- 
talions, which is a much greater strength than the French have to 
oppose him in those parts. 

You will see by the oflSce paper that we have begun the siege 
of Huy : I hope it will be over in few days. 

I am, with much tmth. Sir, yours, &c. M. 



To Mb. HOWE. 
Sn, CoMp at Lent Im B^ffuineSy 9th July, 1705. 

I received yesterday your favour of the 16 th of June, and 
shall not fiul to write to my Lord Treasurer to make use of my 
name, and such interest as I have with Mr. Boscawen, that we may 
not be' deprived of the benefit of your zeal and affection to her 
Majesty and the Government this winter in Parliament I am 
persuaded of my Lord Treasurer's inclinations to serve you ; and 
the power he has with Mr. Boscawen will make my interposition 
needless ; however I am glad to give you this assurance, that 
nothing which is in my power shall be at any time wanting to your 
aatisfiu^tion. 



160 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

I am obliged to yon for the kind concern you expr^w at our 

disappointment, and hope it will not make any ill impressioa at 

home. If there be any means left to retrieve it, I can entirely 

depend on the troops we have, and you are so much my friend as 

to believe I will contribute my utmost endeavours to so good an 

end. 

I am, with great trath. Sir, yours, &c M. 



To LIEUT.-COLONEL WANSBOROUGH, at DUEREN. 
Sib, Camp at Lent la B^guines^ 9(A Mjfj 1705. 

I desire you will begin your march on Sunday or Monday 

next, with all the people you have with you at Dueren, towards 

Maestricht, whither I intend to send you fdrther orders ; therefore 

pray let me know by the bearer what day you propose to arrive. 

The country will not refuse you a few waggons to bring such of 

the men as are not in a condition, of which I should be glad to 

know the number at the same time. I send you no route, but leave 

it to your discretion, supposing you will march it with ease iu 

three or four days. 

I am, Sir, &c., your most humble servant M. 



To M. D'ALMELO. 
Monsieur, Au Camp de Lens Us B^gidnes, ce 10 JuiUeif 1705. 

Jeviensderecevoirrhonneur de votre lettre du 5 du courant, 
et conviens avec vous tres-volontiers, que les desordres sont bien 
grands par toute TAUemagne ; mais c'est aussi pour cette raison 
que je ne puis aucunement consentir que vous quittiez le parti 
pour songer a votre repos et aux aflaires domestiques, puisque 
c'est la crise ou nous avons le plus de besoin de votre assistance, 
sachant bien qu'il n'y a personne, sans compliment, si capable que 
vous-meme de debrouiller les afl&ures et les remettre en bon train, 
s'il est faisable. C'est pourquoi, je vous conjure de ne nous point 
abandonner dans un temps ou votre experience et vos lumieres 
nous sont le plus necessaires. 

Je ne puis comprendre comment Te monde pent etre si mal in- 
form^. Dans la Gazette de Leyde du 7 de ce mois, on parle 
oomme si M. d'AUegre etait avec son corps a Treves, quand, au 
contraire, il y a plusieurs jours qu'il a rejoint I'armee ici. Meme 
je ne crois pas que les ennemis y aient eu jusques a present plus 
de trois ou quatre cents hommes. 

On a pris hier les forts Rouge et Picard a Huy, et a pr&ent 



1705.] PRESKNT OF SNUFFBOXES. 161 

on a commenoe a battre le chateau, dont j'espere que nous serons les 
maitres en trois ou quatre jours. Mais je ne puis encore vous dire 
ce qne nous pourrons faire apres cela- 

Je vous remerde des nouvelles que vous me communiquez 
dltalie. Je me flatte que nous aurons bientot quelque chose de 
bon de ce o6te*la. Conservez-moi toujours Thonneur de votre 
amitie, et soyez persuade de la veritable estime et pasdon avec 
laquelle je suis. 

Monsieur, votre, &c. M. 

To THB MARECHAL DE VILLEROI. 
MoiiaiBiTB, Au Camp de Lem ten B^fvinet, ce 11 JuilUt, 1705. 

Quoique ce soit trop de grace que me font Madame la 

Duchesse de Portsmouth et M. le Comte de Grammont, je vous 

sois pourtant fort oblige de la peine que vous avez prise, de me 

&ire tenir de leur part les deux tabatieres que le trompette 

de M. le Marechal m'a bien rendues, avec les lettres dont il etait 

cbarge, et auxquelles j'ai Thonneur de repondre par les ci-jointes, 

que vous aurez la bonte de leur acheminer. Faites-moi aussi la 

justice, je vous prie, d'etre persuade que j'embrasserai avec em- 

presBement les occasions de vous marquer I'estime et le respect 

tres-pariait avec lesquels je suis, 

Monsieur, Totre, &c. M. 

To THE DUCHESS OP PORTSMOUTH. 
MiDAHE, Au Camp de Lenn les Beguinee, ce II Juillet, 1705. 

M. le Due de Villeroi m'a envoye la lettre que vous m'avez 

felt I'honneur de m'ecrire le 27 de mai, et m'a en meme temps 

fait tenir la tabatiere, qui est assurement la plus belle que j'aie 

jamais vue, et m'est inestimable par le portrait qu'elle porte. Je 

manque aussi de paroles pour vous exprimer le cas que j'en fais, 

trop heureux si je pouvais en aucune maniere meriter tant de bonte. 

Enfin, Madame, vous m'avez entierement gagne, et il ne depend 

que de vous de me donner la loi en tout ce que vous pouvez sou- 

baiter, puisqu'on ne peut etre avec plus d'attachement et de respect 

que je suis, 

Madame, Totre, &c M. 



To THE COMTE DE GRAMMONT. 
Mo3i8iEDB» Au Camp de Lena Ue B€guines, cell JuiUet, 1705. 

Vous m'avez tout-a-fait charme par le present que vous venez 
de me fidre. M. le Due de Villeroi me I'a fait tenir hier avec 

VOL. II. M 



168 • MABLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

Yotre tres-obligeante lettre, dont je ne saunus aBsez vous temoigner 
mes reconnaijBsances. Le choix que vous avez fait est aBsurement 
digne de M. de Grammont. II serait bien difficile de trourer rien 
qui en approchat, non-seulement en France, mais ailleurs ; et si 
vouB n'etiez proche de Toriginal, je ferais conscience de vous derober 
ce beau portrait. tTen ferai tout le cas que vous pouvez souhaiter, 
pas tout*a-fait pour Tamour du mari, car vous pennettrez bien 
aussi que je prenne quelque part k la belle. 

II ne depend plus de nous que votre ami, M. de la Valliere, 
ne soit degage de sa parole, puisque je lui marque que je suis con- 
tent qu'il soit echange contre M. de Voubonne.ou M. de Kircb- 
baum, qui ont ete fait prisonniers en Italie, de sorte que si la cour 
Tagree, I'affiiire sera bientot faite. 

J'ai rhonneur d'tere avec one T^ritable pasnoQ et respect, 

MoDsieor, Totre, Sec M. 

To THB STATES-GENERAL. 

Au Camp de Lena Us Brines, ce 12 JuilUt, 1705. 
Hauts et Poissantb Seionecbs, 

Le Lieutenant-General Baron de Hompesch m'a rendu la 
lettre que vos H. P. m'ont fadt Thonneur de m'ecrire, et j'ai ete 
ravi d'apprendre qu'Elles etaient contentes a notre egard du recit 
qu'il leur avait fait de ce qui s'est passe sur la Moselle pendant le 
temps que j y ai ete. Pour ce qui regarde le Lieutenant-General 
d'Aubacb, j*ai d'abord fait part de sa conduite a M. I'Electeur 
Palatin, son maitre, et j'^ en meme temps prie M. de Guelder- 
malsen de lui donner les informations necessaires. . J*ai depuis 
requ une lettre de S. A.E., dont j'ai Thonneur d'envoyer copie a 
vos H. P. EUes verront que le dit general a ete mande a Dus- 
seldorf pour etre examine, et que le Lieutenant-General Rehbinder 
est alle commander les troupes en sa place. Ce que j'apprendrai 
ensuite de cette afiaire, je ne manquerai pas de le commimiquer 
d'abord a vos H. P. 

La lettre qu'Elles m'ont fait I'honneur de m'ecrire le 7 de ce 
mois par un postilion expres, a eu le malheur de tomber entre les 
mains d'un parti de hussards ennemis, qui lui ont enleve son 
paquet Des qu'il est arrive ici, je Tai envoye k Tarmee de France, 
avec un trompette, porter mes plaintes, et afin qu'il put produire 
son passeport. M. de Villeroi m'a mande depuis qu'il en faisait 
la recherche ; mais le postilion ni le trompette ne sont pas encore 
de retour ; ainsi j'ai peur qu'ils ne veuillent pas nous rendre les 
lettres. Je prie vos H. P. de vouloir bien me repeter leurs ordres par 
la premiere occasion. EUes agreeront, s'il leur plait, que je me 



170&] SITRRKNDBR OP HUY. 163 

nipporte a M. d'Auverquerque pour oe qui regarde la red- 
ditioo de Huy, dont la gamison s'est reudu bier prisonmere de 
gnerre. 

Je fitufl, ETec toate sorte de respect, 

Haati et PoissanU Seignean, 

DeTosH.P^&c M. 



To M. 8CHOLTEN. 
MoKOEUB, Am Camp de Lena lee B^gwuee, ce 12 JnilUt, 1705. 

J'ai appris depuis que je yous ai quitte, que MM. les Deputes 
sont fort mal satisfaitsde votre conduite d'avoir conclu la capitula*- 
tion avec la garuison de Huy sans leur participation. Je crois que 
M. d'Auverquerque le prend aussi de mauvaise part ; et comme 
je suis fort de vos amis, et m'interesse beaucoup en ce qui vous 
regarde, je n*ai point voulu perdre de temps a vous en avertir, 
et vous conseiller de vous trouver demain chez eux, pour leur 
&ire vos excuses, taut aux Depute qu'a M. d'Auverquerque. 
Je soiB, tr^parfaitement, Monsieur, 

Votre tr^homble et tr^s-oMissant serviteur. M. 



A SON ALTESSE M. LE MARGRAVE DE BADE, 
IiIeotbnanivGbneral dk l'£^piiib, &e. 

MomUBOB, Au Camp de Lene les B^guines, eel2 Juillei, 1706. 

Je suis bien impatient d'apprendre I'etat de votre sante, et me 
flatte qu'elle permettra V. A, de se rendre bientot a I'armee. U 
y a quatre jours que j'ai 4cnt aux troupes Palatines, et a celles du 
Cercle de Westphalie, de se mettre incessamment en marche de 
Tnurbach vers le Rhin, avec ordres aux commandants d'en faire 
part a V. A., afin de recevoir ses ordres, comme je ne doute point 
qu'ils n'aient fait d'abord. Je suis dans ce camp depuis huit jours, 
et M. d'Auverquerque avec ses troupes est a Vignamont pres de 
deux lieues de moi, pour couvrir et assister au siege de Huy, dont 
la gamisou s'est rendu hier au soir prisonniere de guerre. Et 
comme les ennemis, quoiqu'ils aient tous leurs renforts, n'ont pas 
trouve a propos de se servir d'une occasion si belle pour sortir de 
leurs lignes, tandis que nous etions separes en trois corps, n'y ayant 
qu'une plaine entre-deux, il n'y a pas d'apparence a pr&ent qu'ils 
le fejasent, mais qu'ils se tiennent toujours sur la defensive; 
e'est ce qui me fait d'autant plus souhaiter de voir V. A. en etat 
d'agir de son cdte. Elle me ferait beaucoup de plaisir de me donner 
ses sentiments sur ce qu'Elle croit pouvoir faire, et en cas que 
V. A. songeat a quelque siege, je serais ravi de pouvoir contribuer 

m2 



164 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

en aucune maniere au succes, soit en secondant les instances de 

M. le Comte de Goes aupres de MM. les Etats, pour trourer le 

moyen de vous fournir, en cas de besoin, des miuiitions de leur 

magasin de Coblenz ; ou autrement, selon que I'exigence le de- 

mandera : sur quoi j'attendrai I'honneur de vos nouvelles, ^tant 

tres-parfaitement et avec respect, 

DeV. A^&c M. 



To Mr. secretary HARLEY. 
Snt, Can^ at Len» lea Brines, I3th JuUf, 1705. 

I give you many thanks for the favour of your letter of the 26th 
past, which came to hand yesterday, and am glad to acquaint you 
with our being now masters of Huy, with less expense of men and 
time than could reasonably have been expected. 

The two forts did not hold out above four hours after they were 
attacked, and the garrison in the castle surrendered prisoners of 
war on Saturday, in the evening, within twenty-four hours after 
our batteries began to play. The garrison marched out yesterday 
morning, to the number of four hundred and fifty men, com- 
manded by M. St. Pierre, a French brigadier, and have been 
conducted to Maestricht. Our artillery and ammunition are like- 
wise embarked and are falling down the Meuse for the same place, 
so that to-morrow the troops employed at the siege will join the 
army again, having sustained very little loss^ not one officer being 
either killed or wounded. 

On Saturday I began to review the troops ; that day I saw the 
left wing of horse, as I did this day the right wing, and found 
them in very good order. To-morrow I intend to review the first 
line of foot, and the second line on Wednesday. 

The enemy continue to fortify themselves within their lines. 

I am with truth, Sir, yonrs, &c M.* 



To Mb. BRYDGES. 
Sim Camp at Lens leg BeguineSf isth July, 1705. 

I am favoured with your letter of the 19th June, and am very 
glad that upon your return with success, from your election, you 
found your patent ready for your entering into the pay-office. I 
assure myself your faithful endeavours for the service of her 
Majesty and advantage of the troops will not be less there than 

* A similar letter iras sent to Mr. Secretary Hedges. 



1705.] STOPPAGE OP COURIERS. 165 

they have been in other employments. It will be much for your 
ease to begm your accounts on a clear footing ; and what you have 
already remitted for the army is a good presage of your futiu« 
care of them, in which, as you will not want my Lord TVeasurer's 
assistanoe, so you may depend on my endeavours to make your 
oSce as agreeable to you as you can desire. 

I am, with trath. Sir, yours, &c M. 



To M. DE LA VALLIEBE. 
MoNSixos, Au Camp de Letu Us B^ineM^ ce 13 JuiUetf 1705. 

Cest avec bien du plaisir que j'ai regu Thonneur de votre lettre 
da 17 du passe, que M. le Due de Villeroi vient de m'envoyer il 
f a deux jours. Je suis aussi tres-aise que je puis a present vous 
ofeir votre echange contre M. de Voubonne ou M. de Kirchbaum, 
qui out ete £ut prisonniers en Italic. Ce sera a vous a le faire 
agreer a la cour, et des que Tun ou I'autre de ces deux Mcssieiurs sera 
en liberty ou degage de sa parole, vous le serez aussi, ne souhaitant 
rien plus que de trouver les occasions de vous temoigner la passion 
et Testime tres-par£ute avec lesquelles j'ai I'honneur d'etre, 

Monsieur, &c. M. 



To THE ELECTOR OF BAVARIA 
HoKsnoNSDB, Au Camp de Letu les Brines, ce \4 Juillet, 1705. 

Je remercie tres-humblenient V. A. £. des passeports qu*Elle a 
Irien voulu m'accorder pour nos officiers g^eraux, qui souhaitent 
aussi d*en temoigner leur reconnaiBsance. 

V. A- E. me permettra, s'il lui plait, de lui porter en meme 
temps mes plaintes contre les officiers d'un parti de ses hussards, 
qui, nonobstant le passeport de S. M. T. C. que le postilion leur 
a produit, et qu'ils ont meme garde pour une demi-heure, lui ont 
eoleve ses lettres. M. le Marechal de Villeroi a eu la bonte de 
me mander la maniere dont ces Messieurs pretendent s'excuser ; 
mais oomme le postilion persiste en ce que j'ai I'honneur de dire k 
V. A. £., et que cela est meme verifie en partie par des gens du 
village de Wallem, je n'ai pu me dic(penser de renvoyer le postilion 
a V. A. E., pour qu'Elle s'eclaircisse de cette affaire, soit par le 
aerment du postilion ou autrement, comme EUe le trouvera a propos. 
J^ajouterai seulement que si un pareil cas etait arrive ici, les offi- 
ciers auraient ete punis avec la demiere severite. 
Je muM, avee tonte sorte de respect. 

Muuseignenr, de V. A. E^ &Cp M. 



166 MAKLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 



To TH£ MARECHAL DE VILLEROL 

MoNsrBUB, Au Camp de Lens lea B^inea, ee 14 JuiUet, 170&. 

J'ai reQU les deux lettres que vous m'avez fait Thonneur de 
m'ecrire le 10 et 11 de ce mois, auxquelles je me serais donne 
celui de repondre plus tot, mais votre trompette n'est revenu quTiier 
vers le soir, de chez M. d'Auverquerque. Je tous remercie des 
deux passeports que tous avez eu la bonte de m'envoyer pour le 
Due de Shrewsbury et le Comte de Sunderland, et ne manquerai 
par de dire a ces Messieurs, combien ils vous sont redeyables des 
ofires obligeantes que vous leur faites. 

Pour ce qui est des prisonniers que vous attendez depuis a 
long-temps, en echange de ceux qui out ete renroyes de Bordeaux, 
j'aurus bien souhaite que cela n'eut pas tant traine ; mai^ je yous 
assure que je n'ai point eu de liste de nos gens qui ont ete em- 
barques avant mon arrivee en ce camp, et d'abord les ordres unt 
^te donnfe pour faire avancer les yotres k Breda, d'oii on vous les 
rendra au premier jour. 

A Pegard des lettres qui ont et^ enlevees a notre postilion, vous 
me permettrez, s'il vous plait, de vous dire, que le partisan et les 
hussards ont eu grand tort dans la relation qu'ils vous ont iaite de 
cette afiaire, puisque le postilion persiste, et meme a fait serment, 
que d'abord qu'il a et^ arrete, il a declare qu*il etait muni d'un 
passeport de France, lequel leur ayant montre, le partisan I'aurait 
gard^ une demi-heure, et apres' lui avoir enleve ses lettres, le lui 
a rendu. Ceci s'accorde aussi avec la declaration des gens du 
village de Willem qui etaient avec le parti, et disent qu'ils ont 
ou! crier le postilion qu'il avait un passeport de France. £t pour 
ce qui est du passeport de MM. les Etats, on aura bien pu voir 
qu'U n'y avait rien de moins, et que c'etait seulement un billet de 
poste qu*on donne toujours avec les depeches, que ces Messieurs 
ont aussi pris avec les lettres. Ainsi je ne puis me dispenser de 
renvoyer le postilion, afin qu'en I'examinant soit par serment ou 
autrement, Monseigneur I'Electeur puisse etre eclairci du fidt. 
Alors je ne doute point que S. A. £. ne me rende justice, et 
qu'EUe ne fasse punir avec la demiere s^verit^ des gens qui, apres 
avoir viole si notoirement le passeport du Roi, ont ose lui faire un 
tel rapport Je vous assure, Monsieur, que si le cas fat arrive ici, 
je vous aurai d'abord envoye les coupables, pour etre punis selon 
leur demerite. Je vous renvoie avec ce trompette les prisonniers que 
nous avons des votres, et suis avec une veritable passion et respect, 
• Monnenr, votres &c M. 



1705.] BECOMMENDATION OF LOBD S17NDERLAND. 167 

To M. BULOW. 
Umnnan% Au Camp de Lent lea B^nee, ce 14 JviUei, 1705. 

JTayant pas eu llioDneur de vous voir aujourd'hui, j'ai cru a 
propoB de yous (aire part de ce qu'on me mande de la Haye au 
sujet de la jonction de vos troupes : c'est qu*on apprehende en ce 
cas que yous pretenderiez tout le detidl de ces troupes, de maniere 
qu'on craint d'en perdre toute la disposition ; et comme la poste part 
demain, je serais bien aise ra vous vouliez me faire un petit mot de 
lettre, pour m'eclaircir la-dessus. 

Je mis, Irts-parfiutement, Hoonenr, Totre» ftc M . 



To M. lyALMELO. 
MossnaiB, Au Camp de Lens lea B^gwineaj c» 14 JuiUet, 1705. 

J*ai requ ITionneur de votre lettre du 9 du courant, et vous 
remercie des avis que vous avez bien voidu me donner. Ceux 
d'ltalie font esperer que nos affaires iront bien de ce c6te-la ; mais 
je vous avoue que ce que vous me marquez du Rhin me donne 
beauooup d'inquietude. 

MM. les Etats m'ont fait Thonneur de me mander qu'ils vous 
avaient ecrit de vous aboucher avec le Prince de Bade sur la con- 
joDctore des affiures, et se remettent a moi, si je le trouvais a 
propos, d*y envoyer un officier general en meme temps; mais je ne 
Tois pas que cela puisse avoir aucun effet jusques a ce que le 
Prioce soit k la tete de Tarmee, et alors je fais etat d'envoyer le 
Lieutenant-General Hompesch, et de lui donner ordre de rester 
ime quinzaine, afin qu'il puisse apprendre aussi les sentiments des' 
autres generaux ; cependant si vous y allez, vous me ferez plaisir 
de me mander ce qui se passera entre le Prince et vous. 

Vous aurez deja ete informe de la prise de Huy. II ne nous 
reste rien a &ire a present que de tacher de forcer les Lignes, et 
je snis persuade que vous me faites la justice de croire que si on 
y voit jour, je n'epargnerai rien pour y reussir. 

J^attends le Comte de Sunderland a I'armee la semaine pro- 
chame. II vous apportera une lettre de ma part, pour vous prier 
de Ini aocorder votre amitie. Je puis vous assurer qu'il partira 
d'ici dans les memes sentiments, et qu'il se laissera gouvemer par 
V06 sages conseils en tout ce qui regardera vos negociations ; ainsi 
je vous conjure que vous viviez ensemble comme freres. 
Je snis tr^parfiutement et ayec respect, 

Monsienry Totre, &c M. 



168 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To M. DE 6UELDERMALSEN. 
M0N8IBDII, Au CcoHp de Lem lei B^ineSf ee 15 JtnlUi^ 1705. 

Je viens de recevoir rhonneur de votre lettre du 12 de ce 

mois, par laquelle je vob que vous songez a quitter le Rhin. Vous 

pourrez bien croire que rien ne me serait plus agreable que Totre 

compagnie ici a I'annee; mais comme je ne puis aussi que gouter 

les raisons que vous avez de n'y pas venir, je sacrifierai toujonrs 

volontiers ma propre satisfaction k tout ce qui pent convenir le 

plus a Tos interets ; ainsi je ne le presserai point, mius demeurerai 

tout-a-fiut neutre. 

Deyant partir, je vous prie de Youloir d^buser le Prince de 

Bade sur I'affiiire de Ti^ves. Je vois presque tout le monde 

tomber dans la meme erreur, et qu'ils croient que les ennemis y 

ont un grand corps de troupes, au lieu qu'il n'y a presque rien. 

Partout oil vous serez, je vous conjure de me continuer toujours 

rhonneur de votre amide, et de me donner souvent de vos nou- 

velles, puisque personne ne saurait etre plus parfaitement, ni avec 

plus de passion et d'estime que je suis, 

f Monsienr, votre, &e. M . 



To M. NATZMAR. 
M0N8IEDB, Au Camp de Lena le8 B^guinetf c« 15 Juillet, 1705. 

Je VOUS suis bien oblige de Thonneur de vos deux lettres du 

5 et 6 de ce mois. La premiere m'avait donne beaucoup d'in- 

quietude, mais j'ai ete bien aise de voir par I'autre que nos afiaires 

n'etaient pas en si mauvais etat comme on vous les avait rapporte 

au commencement II me semble un pen etrange que les troupes 

n'avaient pas joint M. de Thungen quand elles I'auraient pu fairc 

(au moins la pll» grande partie) avant que M. de Villars put 

etre a Weissembourg, ce qui lui aurait fait perdre I'envie d'y 

venir. Je ne saurais aussi croire que vous n'ayez des troupes 

dans le voisinage suffisantes pour former une armee superieure a 

celle des ennemis Continuez, je vous prie, de me donner les 

nouvelles de vos quartiers: vous ne sauriez me faire un plus 

grand plaisir ; et soyez persuade de I'estime tres-particuliere avec 

laquelle je suis, 

^ Monsienr, Totre, &c. M. 



To Mb. secretary HARLEY. 
Sib, Camp at Lene lee B^uines, leth Jul^, 1705. 

I received last night the favour of your letter of the 29th 
past, and am glad to hear that my Lord Peterborough is got safe 



1705.] XETTER PROM THE EBCFEKOR JOSEPH. 169 

with our fleet to Lisbon, and that Sir George Byng came time 
enough on the French coast to keep in the French squadron at 
Brest, so that 'tis not likely their fleet will come out of Toulon. 

I expect my Lord Sunderland here the next week. He will 
have informed you, before he leaves the Hague, what measures 
be has been able to take with the States towards remedying the 
disorders in Portugal, without which we can have but a melan- 
choly prospect of affidrs on that side. 

Colonel Durel is come back tins morning firom Vienna, and has 
brought me a very obliging letter, as you will see by the enclosed 
copy, from the Emperor.* He called likewise in his return upon 
Prince Louis, and has brought me a letter from him too. lliat 
court, you will find, is pressing for our return to the Moselle, but 
no resolution can be taken till we see what may be done on this 
side, and that I can be well assured how £u* I may be assbted by 
the army on the Rhine. 

The troops that were employed in the siege of Huy, having 
levelled their approaches and batteries, marched from thence this 
day, and will join the army to-morrow, when M. d'Auverquerque 
is likewise to approach nearer to us, and then we shall see what 
these people may be induced to do. 

I am, with great truth, Sir, joxas, &c. M. 

* The following is a copy of the letter referred to in the text 

IlXUSTBISSIXE CONSANOUINEB ET PHINCEPS CHABISSIMB : 

Optima prudentissimaque Dilectionifl yestrse consilia, ad Saram flairinm, non ad 
earn quern yolebamns exitum perduci modb potuisse, im^ urgentibus incesBanter 
Ordinibus Generalibos fcederati Belg^i, ooactam fuisse Dilectionem vestram cum 
maximft exercitus sui parte Mosam versus aocurrere, id equidem non potui rine 
magii& molesti& et sgritndine ex Uteris Dilectionis yestns per tribunum Durel mihi 
allatis, cognoscere. Nihil tamen eventus iste inahspicatus vel de prseclaro in me 
Dilectionis yestne merito, yel de me& erga eandem propensissimft yoluntate detraxit : 
snmmum quippe ejusdem in meft publicAque re promoyendft studium et ardorem 
hAc occasione abund^ expertus sum, et experiar adhuc luculenter, dum oertam 
mihi spem fiu^it, rebus ad Mosam tantisper restauratis, se intra paucas septimanas 
in relictft jam statione iterhm adfiiturum esse. Quod ctim gratissimum mihi maxi- 
mique ad rei sommam moment! sit, adhibebitur san^ k me meisque offidalibus 
omnis possibilis conatns ne quid earum rerum, qu» tarn salutaris oonsilii execo. 
tionem retardare iterum aut impedire possent, destinato tempore desit, monitis et 
north monendis tarn per literas qokm peculiares ablegationes Electoribus, Princi- 
pibus, et Statibus imperii illic vicinioribus, ut prseprimis neoessarinm equorum et 
eurmiim numemm prasto habeant. 

De quo uti et de aliis rebus quas scire desideravit, ut Dilectioni vestrsB accuratius 
constet, opers pretium esse existimavi, ut prsdictus ejusdem tribunus mandata mea 
desuper ad snpremum exercituum meorum prsfectum et locum tenentem Gene- 
ralem Marchiooem Badensem ipse perfertet, et ab illo uberiorem de omnibua 
notitiam aociperet Eo igitur me referens enixe voveo, ut Dilectio vestrat expe* 



170 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To Mb. secretary HEDGES. 
Sib, Camp ai Lem Ua Begmmm, \M Jvl^^ 1705. 

I received last night the favour of your letter of the 29th 
past and return you thanks for the copies of the several letters 
you send me from Portugal, where it can never be expected we 
should make any progress if, while the enemy had no army to 
oppose us, our people have not been able to do anything by reason 
of the disorders in the command of the troops. I h<^ my Lord 
Sunderland will have found means to concert s<»ne measures with 
the States towards rectifying them for the future. 

I have written to my Lord Treasurer in behalf of Lieutenant-* 
Colonel Wroth, and informed him how that matter stands; you 
must likewise give him your helping hand, and I do not doubt but 
he will succeed in his pretensions. 

The troops that were employed at the siege of Huy are marched 

from thence to-day, and will join us to-morrow, when it is intended 

M. d'Auverquerque's army shall likewise approach so as almost 

to join our left, and then we shall see whether these people may 

be induced to do anything. 

I am with much trath, Sir, yoon, &c. M. 



To M. D'ALMELO. 
MoNfllEDB, Au Camp de Lens let B^ipiines, ce 16 JuiUet, 1705. 

Le Colonel Durel vient de me rendre Thonneur de votre 
lettre du 11 de ce mois. Vous aurez vu par celle que je vous ai 
ecrite hier, aussi bien que par celle de MM. les Depute, qu'on ne 
voit pas qu'il soit d'aucime utilite d'envoyer un officier g&eral 
aupres du Prince de Bade jusques a ce qu'il soit a la tete de 
Tannee, ou qu'on sache s'il y voudra aller, et qu'on soit de meme 
^elairci sur ce qui se pqurra faire ici. Je dois aussi vous dire 

ditione pnesenti oeleiiter feliciterqae confectft, viotrida sua ngna qiuiitoeitiitt itenim 
ad Mofiells regiones vertat Qui quod reliquum est, oonstantem beneyolentise mees 
Cssareas affectam Dilectioni yestm prolixe oonfirmo. Datum in dvitate meft 
Vieima, die 2 Jolii, anno 1705. JoflSPHUB. 

Je saiB bien ffich^ que cette entreprise k la Moeelle, que voos aviea p roje t dc aTec 
tant de pnidence et de jnstease, ne se soit pas pa exdcnter prftentement. Je me fie 
entidrement k vous, et sur ce que voos venei de m'assorer par Dnrel, de oe que roaa 
reyiendrez k la Moselle, et j'u donn^ ordre au Prince de Bade de tous informer 
ezactement dn nombre des troupes avec lesqueUes il pourrait vous Jotndre. Je lui 
enTerrai de I'argent; Vartillerie sera arriv^ prtentement, et pluaieurs troi^ies qui 
n'avaient pas joint encore ; et k I'^gaid des trois mille cheyauz, on pressera de les fUre 
assembler ayec la demi^ diligence. Enfin je ne ndgligerai rien de ce qui poarra 
contribner It la r^ussite de voe desseins, qui sont les uniques qui puissent sanver la 
eanse commune et ma maison. Je suis ftch€ de n'y pouyoir pas 6tre present, et je 
me ferai toujours bien du pliusir de vous donner des marques de ma bienvdllance. 



1705.] BURDEN BOBNB BY ENOLAIO) AND HOLLAND. 171 

fi'ancheinent mes penseee, puisque je ne puis avoir rien de reserve 
avec Yous, qu'il me semble, comme I'Angleterre et la HoUande 
portent le &rdeaa de la guerre, nous devrions donuer le branle, 
et mm pas etre menes par les autres. Ce que le Sieur Durel me 
rapporte du Prince de Bade, des vingt bataillons et quarante 
escadrons, n'est pas grand' chose, et moins qu'on ne nous avait fait 
esperor an commencement ; meme je n^oserais trop me fier sur 
cela non plus. 

Vous trouverez le Comte de Sunderland fort chaud pour la 
cause conimune ; mais vous trouverez moyen de temperer son feu, 
et (V&i fiure le meiUeur usage» puisque, comme je vous I'ai deja 
marque, il se laissera entierement gouvemer par vos avis. 
Je soil, aTec one por&ite ettime et reipect, 

MoDsieur, Yotre^ &c M. 

To LIEUT.-GENERAL REHBINDER. 
MoimsuB, Au Camp de Lgm Ua JUguineg^ ce 16 JuilUt, 1705. 

J'ai re^ Tbonneur de votre lettre du 10 de ce mois, et vous 

assure que c'estavec bien du plaisir que j*ai appris que vous etes a 

la tete des troupes. S. A. £. m'en avait deja fait part Je crois 

que M. de Gueldermalsen vous aura mande que MM. les Etats 

trouverent plus a propos que vous laissassiez un des regiments a 

leur solde a Trarbach, que celui d'Efferen, et que la-dessus vous 

Taurez change. J'espere que celle-ci vous trouvera joint a rarmee 

Imperiale, d'ou je serais fort aise de recevoir quelquefois de vos 

nouvelles, aussi bien que d'avoir des occasions de vous assurer de 

Testime tres-particuliere avec laquelle je suis. 

Monsieur, Totre, &c. M. 

To LIBUT.^ENERAL BARON DE HEIDEN. 
MommEDB, Au Camp de Zen$ lee B^ineg, ce 16 JwiUetj 1705. 

J'ai refjCL I'honneur de vos lettres du 5, 9, et 11 du courant, 
et suis bien aise de voir que vous avez re^u la mienne du 8, et 
que vous vous etes conforme aux avis de M. de Gueldermalsen 
pour la disposition des troupes. Pour les deux bataillons qui ne 
sont pas en etat d'entrer en campagne, je crois que vous en avez 
fait une tres-bonne dispofiition en les envoyant k Bonn, oil ils 
pourront etre assez utilement employ^. Celle-ci j'espere vous 
trouvera joint avec I'armee Imperiale, d'ou je serai fort aise de 
recevoir quelquefois de vos nouvelles, aussi bien que d'avoir des 
occasions de vous assurer de I'estime tres-particuliere avec laquelle 
je suis, &e. 



172 MARLBOROUGH DESPATCHES. [1705. 

To M. lyAUVERQUERQUE. 
MoNSiEUB, Au Camp de Lena let B4jpttne$f ce 17 Jutttet^ 1705. 

Ayant des avis certains que les postes de Heilissem et de Neer- 
hespen ne sont gard^ que par des partis de trente hommes, je ferai 
avancer de Finfanterie a la tete de la cayalerie pour tacher de 
surprendre ces deux postes, et je vous prie d'ordonner a quelques 
escadroiis de yotre arriere-garde de paraitre du c6t^ de Meffle» 
comme aussi a My Lord Albemarle de faire avancer quelques 
escadrons de son corps pour paraitre vers Meerdorp, afin d'attirer 
Tattention des ennemis de ce cdt^ ; en cas que mes informations se 
trouTent justes et que nous puissions p&ietrer, je tacherai de 
souteuir notre infanterie. 

Je vous envoie ici I'ordre de marche que j'ai donne a nos gene- 
raux. Je la commencerai k dix heures du soir et marcherai 
lentement, afin que vous puissiez d'autant mieux nous joindre, et si 
quelque chose arrive, je vous en avertirai a chaque moment. 
Je Bois, avec one y^ritable passion et respect. 

Monsieur, votre, &c M.* 



To THE STATES-GENERAL. 
Hauts et Puisbamts Seigneurs, Au Camp de Tirlemontf oe 18 Juillet, 1705. 

Je viens par celle-ci feliciter vos H. P. de notre heureuse entree 
dans les Lignes, et de la defisdte d*un grand corps de Tarmee des 
ennemis qui s'y est voulu opposer. Nous nous sommes mis en 
marche hier a dix heures du soir. M. le Comte de Noyelles, qui a 
commande le detachement de trente-huite escadrons et vingt 
bataillons, que j'avais fait avancer pour surprendre les postes de 
Neerhespen et Heilissem, y a parfaitement reussi et s'est fort 
distingue, comme aussi M. le Prince de Hesse et tons les autres 
generaux qui se sont trouves dans Taction ; les troupes ayant de 
meme montre une bravoure au-dela de ce qu'on pouvait esp&^r. 
Apres que les ennemis ont ete repousses, j'ai fait avancer des 
troupes vers cette place, oil j*ai oblige le bataillon de Monluc qui 
s'y est trouve de se rendre prisonnier a discretion. 

J'ai cm que cette bonne nouvelle meritait que j'envoyasse a 
vos H. P. une personne de consideration, pour leur en faire part ; 
ainsi j'ai choisi M. le Lieutenant-General Hompesch qui y a eu 
bonne part, pour leur en dire les particularites de bouche, me 
reservant cependant a ma premiere pour donner a vos H. P. le 
nombre exact de tons les prisonniers et des canons, drapeaux et 

* A similar letter was sent to the Deputies of the States. 



1705.] PORCmO THE FRENCH LIKES. 173 

etendards que nous avons pris snr lea ennemiB, le temps ne me 
pennettant pas d'en (aire ime perquisition exacte. Je fais etat 
d'aTancer encore demain vers Louvain, et suis avec \m respect et 
attachement inviolable, 

De TOB Haates PaiaBuioeB, 

Le tre»-hamble et tjr^»-ob^Mant leiritear. M. 



To Mb. SECRETAKT HARLEY. 

Sir, Camp at TtrUmont, ISth July, 1705. 

You may believe that ever since I found myself obliged to quit 
the Moselle I have spared no pains to lay a scheme for attacking 
the enemy's Lines ; and more particularly since the taking of Huy, 
there being nothing else essential that could be done in these parts. 
And finding, after the best information, that the posts of Neer- 
bespen and Heilissem were the most neglected, and the most likely to 
be surprised, I desired M. d'Auverquerque to pass the Mehaigne 
yesterday with his army and to advance towards the Lines, in order 
to give the enemy some jealousy, that they might draw their troops 
that way. As soon as the day began to shut in, I ordered a de- 
tachment of twenty battalions and thirty-eight squadrons, under 
the command of Comte de Noyelles and Lieutenant-General 
Ingoldesby, to advance towards these posts, which were three great 
leagues from our camp ; and at ten at night I followed with the 
army, having given notice in the evening to M. d' Auverquerque, that 
he might march likewise in order to join and second us. By break 
of day the detachment forced its passage with littie opposition, and 
hastened over with so mUcb diligence that three regiments of dra- 
goons that were encamped near had not time to oppose them, but 
were obliged to retire to Leau. Immediately after, M. d'AUegre 
appeared with a great body of horse and foot, computed at fifty 
squadrons and twenty battalions, with whom he advanced witii 
great resolution ; but being already got over with good part of 
the right wing of horse, and having formed them, we attacked him 
with BO much bravery, that afl;er a hot dispute of two hours he was 
obliged to retire ; whereupon I immediately ordered a detach- 
ment to march to this place, who forced the battalion of Monluc, 
which happened to be here, to surrender at discretion. A detach- 
ment of dragoons which I sent to pursue the enemy had likewise 
the good fortune to overtake and seize part of their baggage. I 
must refer you to the enclosed account of the number of prisoners, 
and likewise of the cannon, standards and colours taken from the 



174 MABI4BOBOUGH DISPATCHES. [1705. 

enemy, the particulars coming in every minute and not being yet 
very exact. 

To-morrow I intend to advance towards Louvain. All I shall 
add on this occadon is, that it is not possible to express the bravery 
and resolution which all the troops that engaged the enemy have 
shown on this occasion. 

I send Colonel Durel, who will have the honour to deliver this 

to you, as also a letter for the Queen, and to give to her Majesty 

an accoimt of our success. 

, I am, with truth, Sir, yours, &c, M.* 



DETAILED ACCOUNT 

OF THE AjEOUNOEMENTS MADE BT THE DUKE OF MaRLBOBOUOH FOR THE PASSAGE 

OF THE Enemy's Lines on the 17th July, 1705. 

[The Duke of Marlborough, being now master of Huy, resolved 
to attack the enemy's Lines. His Grace sent orders therefore to M. 

* Bulletin. Camp at Tirlemont, l$th July, 1705. 

My Lord Duke of Marlborough haviug taken a great deal of pains to inform 
himself of the present condition of the enemy's Lines, and got the best advice where 
tbey might be attacked with the greatest probability of success, his Grace thereupon 
resolved to attack them this morning by break of day at Neerhespen and Heilissem. 
In order thereto he desired M. d'Auverquerque to pass the Mehaigne yesterday 
morning with his army, to give the enemy a jealousy that they were to be attacked 
on that side, and so oblige them to draw their greatest strength that way. This was 
done accordingly, and the detachment of twenty battalions and thirty-aght squadrons 
appointed to begin the attack, marched at nine o'clock at night under the command 
of Comte Noyelles, Lieutenant-General Scholten, and Lieutenant-General Ingoldesby, 
— the horse, which was principally concerned, being commanded by Lieutenant- 
General Lumley. At ten, my Lord Duke followed with the rest of our army, and 
M. d'Auverquerque was desired to march at the same time to join us. 

At four in the morning our people came to the Lines, and immediately made their 
bridges, and got over with so much diligence that three regiments of dragoons that 
were encamped near had not time to oppose them, but were obliged to retire to Lean. 
Presently after, M. d'All^gre appeared with a great body of horse and foot, which 
had taken the alarm fix>m the neighbouring posts, and are computed at fifty squadrons 
and twenty battalions of foot, with whom he advanced with great resolution; but 
my Lord Duke being already got over with good part of the horse of the right wing, 
and having formed diem, the enemy were attacked with so much bravery, that after 
a hot dispute of two hours they were obliged to retire with a considerable loss. His 
Grace thereupon ordered a detachment to march to this place, who forced the 
battalion of Monluc, which happened to be there, to surrender at discretion. A 
detachment of dragoons which his Grace sent to pursue the enemy had likewise the 
good fortune to overtake and seize a good part of their baggage. We have taken 
M. d' All^gre and the Comte de Home, lieutenants-general ; two majors-general, and 
a great number of other officers and private soldiers, besides the regiment of Monluc, 
and ten pieces of cannon, eight whereof are with treble barrels, and a great many 
standards and colours which are not yet all brought in. 



1705.] POBCmG THE FBSNCH IINS8. 175 

d'Anyaqnerqoe that he should with his arm j cross the Mehaigne 
ofiposite to his campy and inarch along the right bank of that river 
to Ville en Hesbaine, a Tillage situated opposite to the left flank 
of Uie Duke's army ; and that he should so regulate his march as 
to anira at the above destination on the 17 th. The Duke sent 
orders likewise to M. Scholten to march with the detachment he had 
near Huy and join the army with what expedition he conv^endy 
could. M. Scholten arrived on the 16th, and received directions to 
^icamp separately at a tillage a little to the rear of the Duke's 
camp. On the 17th M. d'Auverquerque arrived^ as had been 
oidered, at the village of Ville en Hesbaine, and the Duke of 
Marlborough ordered the following arrangements to be made for 
the attack of the lines. 

The Count de Noyelles was directed to march at nine o'clock 
of die evening of the 17th with twelve battalions, the first line of 
hone of the right wing, being twenty-five squadrons, six field- 
pieces, and with five hundred workmen, having with them twelve 
waggons laden with beams and planks proper for making bridges, 
and with tools suitable for the purpose. Tlie Count was instructed 
to proceed directly towards the castle of Wanghe, which is situated 
between the villages of Neerhespen and Heilissem, on the little 
river Greet, which rons in front of the lines. And on arriving at 
the castle he was immediately to order a captain with sixty grena^ 
diers supported by a colonel, with all the other grenadiers of the 
twelve battalions, to cross the river Geet and possess themselves of 
the barrier at the opemng in the lines which was opposite to the 
castle, overpowering the guard that defended it with as little noise 
as possible, and immediately lighting a torch as a signal to the 
Count de Noyelles to commence making bridges over the Geet 
and to pass his troops with all the expedition possible ; the grena- 
diers were in the mean time to destroy the barrier and enlarge the 
opening in the lines. 

M. Scholten was ordered to march with his detachment also at 
nine in the evening, taking with him the second line of the horse 
of die right wing, five hundred workmen, and having likewise 
several waggons laden with beams and planks, and a sufiicient 
supply of tools. This column was to march directly upon the 
village of Neerhespen, and on arriring there to act in the like 
manner with the other column, informing the Count de Noyelles 
of lus prepress, and obeying such orders as the Count might from 
time to time send to him. 

If either the Count de Noyelles or M. Scholten should find the 



176 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

enemy apprized of their coming and prepared to resist the grena- 
diers sent to attack the barriers, they were in that case imme- 
diately to advance, without waiting for further orders, with all their 
forces, and not only to sustain the grenadiers but to push the 
attack with aU the vigour they could. The Duke of Marlborough 
with the main body of the army was to march so as to support the 
operations of the troops under the Count de Noyelles and M. 
Scholten. M. d'Auverquerque was directed to begin his march 
about eleven at night, and, crossing the Mehaigne by bridges laid 
over the river on the left of the Duke's camp, was to follow the 
movement of that part of the Duke's army ; sending, however, 
towards the right of the French army a strong detachment to make 
a diversion in that direction and induce the enemy to suppose that 
the main attack was designed to be in that quarter. 

The Count de Noyelles marched with his column at the time 
ordered; but the night being extremely dark and there being 
three leagues to march over a plain, the guides missed their way, 
which retarded the movement at least two hours, so that it was 
betwixt three and four in the morning before the head of the 
column arrived near Wanghe. The Count de Noyelles, however, 
ordered the grenadiers to advance immediately, and they no sooner 
approached the castle than the thirty men stationed there for 
its defence abandoned it and retreated within the lines. The 
grenadiers having thus gained the castle, which covered the pass 
towards the lines in this place, quickly advanced beyond the river 
to the opening in the lines which was secured by a strong barrier ; 
but this also the enemy abandoned as soon as our men had passed 
the castle. The grenadiers having become in this manner masters 
of the entrance to the lines without meeting with resistance, 
bridges were immediately formed over the Geet, and the opening 
in the lines enlarged, and our horse began to cross with all possible 
expedition. 

When the enemy's troops posted at Neerhe^en and at Heilis- 
sem perceived what had occurred at Whange, they immediately 
abandoned their posts, leaving a free passage for our troops to 
enter. 

The passage of M. d'Auverquerque's army to the right bank 
of the Mehaigne, and the formation of several bridges over that 
river on the left of the Duke of Marlborough's encampment, led 
the enemy to expect that the attempt upon their position would be 
made by a movement of the allies to the left ; in consequence of 
which they drew the principal part of their force towaurds their 



1705-3 PORCINO THE FREKCH UNSS. 177 

right. But the bridges prepared over the Mehaigne served equally 
to bring back D' Auverquerque's troops to the left of that river, and 
to tmite them to the army of Marlborough ; and the movements 
being all made under cover of night, the object aimed at was at- 
tained before the enemy could discover which was the real point 
of attack. The lines were, however, of the most formidable de- 
scription : for, besides the height of the rampart and the largeness 
of the ditch, they were further defended by the difficulties of the 
ground over which they were to be appro^hed ; and by the river 
Geet, which could not be crossed without laying bridges over it, 
and which was near enough to the lines to be defended by the fire 
from the parapet. All these obstacles would have been sufficient 
to have rendered the lines unassailable, though defended by a very 
inferior body against a whole army, but for the ability with which 
the attention and the main force of the enemy was diverted from 
the real point of attack, and the energy with which that attack was 
conducted. 

The Duke of Marlborough had put the main body of the army 
in motion about eleven o'clock at night, to follow the march of the 
two advanced columns; and M. d'Auverquerque had begun his 
movement at the same time, by crossing to the left of the Me- 
h^gne ; and having done so, and sent a strong detachment towards 
the right of the enemy's lines, he followed the left wing of the 
Duke's army with the remainder of his corps. 

The Duke of Marlborough arrived at the point of attack when 
the English horse were passing the Geet, and being informed that 
the enemy was collecting in considerable force on the other side 
of a hill which was a little within the lines, he made all the ex- 
pedition possible to gain the head of the cavalry, which had 
moved on as it got over the river, and was forming as it arrived in 
front of the enemy. The Duke found that the enemy had got 
together a force of forty or fifty squadrons, which were drawn up 
in two lines, having eight pieces of artillery with them, and that a 
body of infantry was coming up to their support. No part of the 
allied infantry or artillery had however yet arrived ; but the Duke 
haring ordered the horse to charge, they did so with so much im- 
petuosity and success that they drove the enemy's cavalry fipom 
their ground, and overthrew also a part of the infantry which was 
advandng to sustain them, and captured the artillery. 

The several corps of the allied army now arriving successively 
from the points where they had passed the lines, the Duke of 
Marlborough continued to follow the enemy in his retreat. — Ed.] 

VOL. II. N 



176 MABLBOKOUQH DISPATCHES. [1705. 



To HER MAJESTY. 
Madam, Camp at T^rlemoiU, I9th Jai2y» 1705. 

God Almighty having been pleased this day to give success 
to your Majesty's arms and those of your allies by the pas- 
sage of the enemy's Lines and the defeat of part of their anny, 
I send Colonel Durel, your adjutant-general, to give to your 
Majesty a particular account of this action, and shall only beg 
leave to add, that it is not possible to express the bravery and 
resolution which your Majesty's troops, as well as those that were 
with them, have shown on this occasion. I am, with the greatest 

submission and respect. 

Madam, 
Your Majesty's most dutiful and obedient subject and servant M. 



To THE PRINCE OF DENMARK. 
Sir, Camp at Tirlemont, \9th July, 1705. 

I humbly beg leave to congratulate your R. H. upon the suc- 
cess of her Majesty's arms and those of her allies in forcing the 
enemy's Lines, and defeating a great body of their troops which 
came to oppose us. I send Colonel Durel to wait on her Majesty 
and your R. II. with the particulars, and am with the greatest 

devotion and respect. 

Sir, 
Your Royal Highness's most dutifiil and obedient servant M. 



To THE EMPEROR. 
Sire, Au Camp de Flierbeck, pres de Lovvavn^ ee 19 JuUletj 1705. 

Je remercie tres-humblement V. M. I. de la lettre qu'EUe a 
daigne m'ecrire par I'Adjudant-General Durel, qui m'a en meme 
temps informe des bont& qu'Elle lui avait temoignees a mon egard. 
J'ai cm qu'il etai de meme de mon devoir de faire part a 
V. M. I. du succes que le bon Dieu nous a donne dans Tattaque 
des Lignes, et de la defaite, d'un bon corps de troupes qui etaient 
venues nous opposer. 

J'envoie le Colonel Richards, un de mes aides-de-camp et 
capitaine aux Gardes, pour informer V. M. I. des particularites de 
cette affiiire, que je ne doute point aura des suites tres-avantagenses 
pour le bien de la cause commune et les int^rets de V. M. I., aux- 



1705,] SUPERIORITY OF ARMY TJNBBR PRINCE LOUIS. 179 

quels j aural partout une attentioQ toute particuliere, etant avec 
nn 2eie et attachement inviolaUe, 

She, de voire M^jest^ Imp^riale, 

Le tr^hamble, tr^fid^le, et trk-ob^uunt serriteor. M. 



To THE COBffTE DE SINZENDORFF. 
MomiEim, Au Camp de Vlierbeck, ce 19 JuiUet, 1705. 

Ajant, avec I^assistance da bon Dieu, franchi les Lignes, et 

de&it en meme temps un grand corps des ennemis, commandes 

par M. le Marquis d'AUegre, qui a voulu s'y opposer, et que 

nous avons fait prisonnier, avec un bon nombre de ses officiers et 

soldata, j'ai cm que cette nouvelle meritait bien la peine d'un 

cxpres. C'est pourquoi j'envcrie le Sieur Richards, un de mes 

aides-de-camp ct capitaine dansies Gardes, pour en figure part a 

S. M. I. n a ordre au&si de vous saluer de ma part, et de vous 

feire le recit de cette heureuse joumee ; de sorte que dans Tem- 

barras ou nous sommes, vous permettrez, s'il vous plait, que je me 

n^yporte entierement a ce quHl vous en dira, ^tant avec une 

feritable passion et respect, 

MoDsieor, Totre, ftc. M.* 

PJS. — Durel m'a rendu la votre du 4 de ce mois, a laquelle il 
m'est impossible de vous &ire de reponse a present Je vous dirai 
seolementy qu'il n'y a rien de plus certain que que le Prince de 
Bade a one tres-grande sup^orite de troupes sur les ennemis, et 
qn its feront venir encore a toute force des detachements de ce 
Gote-la. 



To THE KING OF SPAIN. 

Au Camp de ylierbeck, ce \ 9 Juillet, 1 705. 

Je n'ai pas voulu interrompre V. M. des facheux contre- 
temps que nous avons ete oblige d'essuyer sur la Moselle, et qui 
nous ont force a revenir sur la Meuse. Elle me fera la justice 
d'etre persuadee qu*il n*a pas tenu a moi que les projets qu'on 
avait forme de ce c6te-la n'aient eu leur effet. Cependant je suis 
ravi de pouvoir dire a V. M. que notre retour n'a pas ete in- 
fiructueux. M. le Prince de Lichtenstein aura Vhonneur de lui 
communiquer le succes que nous avons eu en for9ant les Lignes 
des ennemis, et de la defaite d'un corps de troupes qui a voulu 
s'y opposer. J'espere que ce commencement aura d'heureuses 
suites pour les interets de V. M. ; auxquels j'aurai toute I'atten- 

* A rimilar letter wie sent to the Prince of Salm and Count Wratislaw. 

n2 



180 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

tion imaginable, et me ferai toujours gloire de pouvoir marquer 
par des effets le zele et rattachement inviolable avec lequel je suis. 

Sire, de Totre Mijest^ &e. M. 

To THE PRINCE OP LICHTENSTEIN. 
MoNBiEDii, Au Campde Vlierbeck, ce 19 JtAtlet, 1705. 

V. A. n'aura su que trop tot les contretemps que nous avons 
malheureusement rencontres sur la Moselle par la nonchalance de 
nos amis a nous seconder, et que cela nous a oblige a revenir sur 
la Meuse. Ainsi je n'en ai pas voulu ecrire au Roi ; mais je n'ai 
pu me dispenser de faire part a Y. A., pour I'information de sa 
Majeste, de Theureux succes d'hier. Nous avons eniin, avec 
Taide du bon Dieu, franchi les Lignes, et en meme temps de&it 
un gros corps de troupes ennemies commande par le Marquis 
d'AUegre, qui fiit fait prisonnier avec le Comte de Home, aussi 
lieutenant-general, im major-general, et plus de septante autres 
officiers, avec bon nombre de soldats, outre le regiment de Monluc, 
qui a ete oblige de se rendre a discretion dans la ville de Tirle- 
mont. Pour ne pas ennuyer trop V. A., je kd dirai seulement en 
peu de mots, qu'ayant des avis que les postes de Neerhespen et 
Heilissem n'etaient gardes que par tres-peu de monde, je pris la 
resolution de tacher de les surprendre. Pour couvrir mon deasein, 
je priai M. d' Auverquerque de passer la Mehaigne vendredi matin 
avec toute son armee, afin de tirer Tattention des ennemis de ce 
cdte*la. Sur les neuf heures du meme soir, je fis avancer M. le 
Comte de Noyelles avec un detachement de vingt bataillons et 
trente-huit escadrons. A dix heures je suivis avec toute Tarmee a 
la sourdine, comme M. d'Auverquerque fit aussi avec la sienne. 

A quatre heures du matin le detachement arriva aux deux 
postes, et les gens commandes ayant passe la Ghette et chasse le 
peu de monde qui y gardait les Lignes, on fit d'abord passer les 
troupes avec toute la diligence possible. En cette entrefaite on 
vit paraitre im gros corps des ennemis ; mais avant qu'ils pussent 
approcher nos gens, j'avais deja passe avec ime bonne partie de 
I'aile droite de Tarmee, que je fis d'abord attaquer les ennemis 
avec tant de vigueur, qu'apres un combat de deux heures ils 
furent defaits et obliges de se retirer. Alors nous investimes la 
ville de Tirlemont, qui s'est d'abord rendue, avec le bataillon qui 
etait dedans. 

La bonne volonte et la resolution des troupes dans cette ren- 
contre est inexprimable, et ce qui augmente beaucoup le bonheur 
de la joumee c'est le tres-peu de monde qu'il nous a coute. 



1705.] ADVANCE TOWARDS LOTJVAIN. 181 

Les enneinis ont quitte aussi la ville de Diest et retire les deux 
batailloDs qui y etaient en gamison, et ce matin les magistrats sont 
Tenos demander noire protection. 

Je campai hier au soir a Tirlemont, et suis avance aujourd'hui 

ici pres de Louvain, oil les ennemis ont encore des troupes, et on 

voit leur camp de I'autre cote de la Dyle. Mais ils ont ete 

obliges de £siire une si griande marche, que leur arriere-garde 

n avait pas encore passe cette riviere quand nos troupes sont 

arriyees ce matin; de sorte qu'ayant envoye des partis sur leur 

route, nous avons fait pour le moins mille quatre cens prisonniers. 

Tesfikre que ce commencement aura des suites heureuses pour 

les interets de S. M., auxquels je suis entierement devoue. Je 

siq>plie y. A. de faire mes soumissions tres-humbles a sa Majeste 

en lui rendant la ci-jointe, et d'etre persuadee du respect tres- 

ancxre avec lequel je suis. 

Monsieur, de V. A^ &c. M.* 



To THE ELECTOR OP BAVARIA. 
M0X8BIONEIJB, Au Camp de Flierbeck, ce 19 JuilUt, 1705. 

Je n*ai pu me dispenser de remercier tres-humblement 
V. A. £. de la maniere obligeante avec laquelle EUe en a use a 
r^ard de notre Commissaire Castaigne, qui me Fa temoigne et 
ne cesse de s'en louer partout Comme parmi les prisonniers qui 
ont ete £adts hier, il se trouve des officiers des troupes de V. A. £., 
et dont quelques-uns sont de sa cour meme, j'ai ^te bien aise 
de maiquer a leur ^ard, en leur donnant des passeports, le re- 
spect tres-soumis avec lequel je suis, 

Monseigneuri de V. A. E., &c. M. 



To M. DE VILLEROI. 
MoMSiZDB, Au Campde Flierbeeh, ce \9 JuilUtf 1705. 

M. le Marquis d'Allegre m'ayant prie de vous faire tenir 

quelques lettres de sa part, je me sers de cette occasion pour 

a^urer Y. £. que non-seulement en consideration du merite de ce 

general, mais aussi pour I'estime que je sais que vous avez pour 

lui, je tacherai, par toutes les honnetetes qu'il me sera possible, 

de temoigner en sa personne le veritable respect et la passion avec 

laquelle je suis, 

Monsieur, votre, &c M. 

* A eimilar letter was sent to the King of Prussia, to the Electors of Treves, 
UxjeDce, and Palatin, the Duke of Zell, the Duke of Sayoy, the Prince of Savoy ; 
M. de GneldemulBen, M. d'Almelo, and M. de Natzmar. 



182 MAELBOROTJGH DISPATCHES. [1705. 

To THX MARQUIS D'ALLBQRE. 
M0N8ISUR, Au Camp de VHerUek^ ce SO JuUUl, 1705. 

J'ai requ rhonneur de votre lettre, et vous envoie ci-j<Mnte la 
reponse de celle que vous avez ecrite a M. le Marshal de Villeroi. 
Le Colonel Panton, mon aide-de-camp, qm atuu !'b<mneurdeTons 
remettre celle-ci, vous apporte les passeports que tous area sou- 
haites pour les officiers bless^. II a ordre aussi de vous assister 
en tout ce qui sera necessaire pour regler et fadliter votre voyage. 
Le trompette de M. le Marechal qui Taccompagne recevra vos 
ordres pour ce qui regarde Targent pour les officiers des trois na- 
tions, et j'aurai soin de feire suivre tout ce qu'on leur enverra. 
Au reste, quand vous arriverez k Amersfbrt, s*il y aquekjue chose 
oil je puisse encore vous etre utile, vous ne me pourrez ikire un plus 
grand plaisir que jie me le marquer, puisque je serai toujours ravi 
de m'employer avec empressement pour vous marquer Testime 

tres-particuliere avec laquelle je suis, 

Monneur, votre, &c M. 



To M. ZOUTLANDT. 
MoKSHSDR, Au Camp d$ Vlierbmsk, ee SO MXUt^ 1705. 

Celle-d vous sera r^idue par un quartier-maltre qui est ea- 
voye avec un detacheroent pour conduire M. le Marquis d' All^gre 
et des officiers, prisonniers de guerre, k Maestricht, d'ou vous 
aurez la bonte de les &ire conduire par un pareil detachement . 
jusques a Rhenen et Amersfort, oit ils doivent rest^ sur lear 
parole d'honneur. M. le Marquis d'AUegre doit repondre des 
gens que vous lui donnerez pour sa surete ; cependant ils dcHvent 
marcher de Tautre cote de la Mouse. 

Je sois tr^parfiutement, Monsieur, TOtre, &c M. 



To Mr. SECRETARY HARLEY. 
Sib, Camp at Vlierbeck, 20th Jii/y, 1705. 

I received this morning the favour of your letter of the 3rd 
instant, and had at the same time fipom Mr. Secretary Hedges the 
minutes of the conference with the Portuguese envoy, which must 
be repeated with great earnestness, or I fear will not have the suc- 
cess desired. Colonel Durel will, I hope, before this arrives, have 
brought you my letter and given you a particular account of our 
success in passing the Lines. Yesterday morning we decamped 
from Tirlemont and came to this ground. The French had marched 
all night to get over the Dyle and secure Louvain, but the head 



1705.] M. D'ALLVOBB SENT TO HOLLAND. 183 

of the anny being oome up before they were all got oyer, I sent 
out sereral parties to interrupt their rear. They had the good 
fbrtone to bring in near fifteen hundred prisoners, who with the 
others will be sent down to Holland, whither I am likewise send- 
ing the Marqius d'Allegre and the officers, whose numbers are 
increased to fourscore, besides those of the regiment of Monluc. 
I have sent Colonel Richards to the Emperor and Lieutenant- 
General Hompesch to the States, with an account of our success. 
We shall halt here to-morrow for our bread and heavy baggage, 
but I shall endeavour to march forward, on Wednesday. 

I am, with much truth, Sir, yoon, &c. M.* f 



To LORD GALWAY. 
Mt Lobi), Camp at Vlierbeck, 2\at July, 1705. 

I am SO sensible of the many disappointments your Lordship 
labours under in Portugal that I would not trouble you with those 
we have met with on this side ; but as I know your Lordship will 
be very well pleased with any good fortune that happens to us, as 
well on account of the public as for my own sake, I would not 
&il informing your Lordship with the first of the success we have 
had on Saturday, not only in passing the Lines but likewise by 
defeating at the same time a considerable body of the enemy that 
came to oppose us. These troops were commanded by M. 
d'Allegre, whom we took prisoner, with the Comte de Home, 
likewise a lieutenant-general, a major-general, two brigadiers and 
near fourscore other officers, with ten pieces of cannon and a gre^t 
many standards and colours, besides the battalion of Monluc, 
which was obliged to surrender at discretion in Tirlemont. The 
next morning, marching to this camp, our advanced squadrons 
came up with the enemy's rear while they were passing over the 
river Dyle, and here we took about fifteen hundred prisoners more. 

* A similar letter -was sent to Mr. Secretary Hedges. 

t Bulletin, Camp at Vlierbeck, 20M July, 1705. 

Tolerday oar anny marched from Tirlemont and encamped with the right near 
tUs place within a mile of Louvain and the left at Corbeeck. The enemy haying 
marched aU the night before, paned the Dyle the same morning at Hever and en- 
camped near Bethlehem ; bnt their rear-guard was not quite passed over when our 
advaaeed sqaadraos appeared in this camp, wherenpon they immediately took up 
their bridges, leayiag behind them a great number of their foot, whereof the parties 
lus Grace sent out have brought in above fourteen hundred prisoners. 

Several officers and soldiers who were wounded and made prisoners at the forcing 
of the lines are still hourly brought in, and the number of officers which are pri- 
i now to near fooisoore, besides those of the regiment of Monluc. 



184 MAKLBOBOUGH DISPATCHES. [1705. 

This happy beginning, I hope, may be followed with further suc- 
cesses. Your Lordship will hear from Mr. Secretary Hedges the 
endeavours that are using to remedy the disorders in Portugal. 
I heartily wish they may have their effect before you take the field 

again. 

I am, with great tmth. My Lord, 

Your Lordahip'B, &c M. 



To THK BISHOP OF RAAB. 
MoNSlsuRy An Camp de Vlierheck, ee 21 JmiUel, 1705. 

Je n'aurais pas tarde a repondre a la lettre que V. A. m^a 
fait rhonneur de m'ecrire si je n'avais attendu une lettre de M. le 
Baron de Heiden, lieutenant-g^eral des troupes du Cercle. II y 
a long-temps que j'avais remis le bataillon a Bonn sous ses ordres, 
et il m*a ecrit depuis qu'il allait le retirer, et qu'il faisait marcher 
deux bataillons en sa place, qui n'avaient point encore de tentes et 
equipages pour entrer en campagne. J'attends a chaque moment 
des ayis que ces bataillons seront entres, et alors je pourrai 
ordonner a un des deux ou a un detachement, de marcher a 
Cologne, selon ce que Y. A. et MM. les magistrats ont souhaite. 
Comme je sais qu'EUe prend beaucoup de part en tout ce qui 
regarde I'interet de la cause commune, j'avais ordonne a men 
aide-de-camp le Colonel Richards, que j'ai envoye expresa Vienne, 
de saluer V. A. de ma part, et de I'informer du succes que le bon 
Dieu nous a donne, en franchissant les Lignes des ennemis, ce 
que je ne doute point qu'il n'ait aussi fait ; et il faut esperer, 
qu'un si bon commencement aura d'heureuses suites pour les 
interets des hauts Allies. 

Je sais, ayec une veritable pasBion et respect, 

Monsieur, de V. A., &c M. 



To M. DE THUNGEN. • 

MOMSIXUB, Au Camp de Vlierbeck^ ce 21 JvUUi, 1705. 

Je vous suis fort oblige de la relation que yous m'avez fait 
rhonneur de m'envoyer de ce qui s'est passe entre vous et I'armee 
de M. le Marechal de Villars. Vous permettrez, s'il vous plait, 
que je vous felicite en meme temps de la belle defense que yous 
avez &ite centre une u grande sup^riorite, avec laquelle les enne- 
mis se flattaient de pousser tout devant eux, et meme de se rendre 
maltres de Landau, comme il y a trop d'apparence qu'ils auraient 
aussi fait sans votre sage conduite, et la bravoure de vos troupes 
qui les ont arrete dans leur cairiere. 



1705.] MOVEMENTS OP THE IMPERIAL AEMY. 185 

Vons aurez dejk appris par M. le Lietitenant-Gea^ralNatnnar, 
que j'ai prie de vous jGaire bien des compliments de ma part, le 
sncces que nous avons eu en franchiBsant les lignes des ennemis, 
oe que j'espere aura d'heureuses suites pour le bien de la cause 
oommmie. 

Je Yous conjure de me continuer toujours Thonneur de votre 

amitie, et d'etre persuade du respect et de la passion tres-sincere 

arec laquelle je suis, 

MoDiienr, yotre, &c M. 



[No very important event occurred in the countries bordering 
upon llie Upper Rhine during the year 1705. In the early part 
of the campaign the French troops in Alsace were under the 
orders of Marshal Marsin, but his force experienced considerable 
reductions by detachments being drawn from it to strengthen the 
array of Marshal ViUars, on the Moselle. 

When the Duke of Marlborough was called from the country 
on the Moselle towards Flanders, a considerable part of Villars' 
troops was also moved in that direction. The remainder, with the 
Marshal himself, joined the corps of Marsin, the command of the 
whole devolving upon Villars. This army made an attempt early 
in the month of July to dislodge the Imperialists from their posi- 
tion near Lauterbourg ; but the attempt was successfolly resisted 
by General Thungen, who then commanded the Imperial army, 
the Prince of Baden being absent on account of ill health. But 
a detsjchment of French troops having been drawn together to 
attack Hombourg, that place was obliged to surrender on the 
27th July; the small garrison which occupied it making con* 
ditions, however, to retire to Manheim. 

In the month of August the Imperial army, which the Prince 
of Baden had then joined, penetrated into Lower Alsace, and 
being reinforced, in consequence of arrangements eflFected by the 
Duke of Marlborough, by a body of Prussian and of Palatin 
troops, it besieged and took first, Durzenheim, and then 
Haguenau, in the end of September and beginning of October. 
Both armies went into winter-quarters in the following month. 
—Ed.] 

A S. A. MADAME LA PRINCESSE DE NIVELLE. 
Mapamr, Au Camp de Vlierheck, ce 21 JuilUt, 1705. 

J'ai re^u la lettre que V. A. m'a fait I'honneur de m'ecrire, 
et comme nous ne sommes pas venus dans le dessein de &ire le 



186 KASLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

moindre dommage an pays, Elle pent etre assiir^ qu'on aura 
tous les ^ards possibles pour oe qui lui appartient, dont M. le 
Comte de Noyelles sera garant En moa particalier je me croirai 
tres-heureux de trouyer I'oocasion de vous marquer le respeet et 
le devouement ayec lesquels j*ai Thoniieur d'etre, 

: Madame, deV.A^&c M.* 



To TME COMTE DE LOWENSTEIN/ 
M0M8IEDR, Au Camp de Vlierbeck^ ce 22 JuiXUi^ 1705. 

Je vous suis fort oblige des nourelles que reus arez bien 
Toulu me communiquer des progrte de M. le Prince Eugene. Je 
Tous assure que cela m'a donne le dernier plaisir ; et oomme je 
suis sur que tous aurez la meme satisfsurtion en apprenant les 
beureux succes que nous avons eus en franchissaut les Lignes des 
ennemis, je n'ai pas voulu tarder k tous en faire part, tous priant 
d'etre persuade de I'estime tre8*par£dte aTec laquelle je suis, 

Momieor, TOtre, &c. M. 



To BARON SPAAR. 
MoNSiEDB, Au Camp de Vlierbeck^ ce 22 JuiUet, 1705. 

Je viens de reecToir Totre lettre, et tous rend mille graces de 
Tos obligeantes felicitations sur Theureux succes que le bon Dieu 
nous a donne en franchissaut les Lignes. J'ecrivis le meme soir 
a M. le Grand Pensionnaire, et a M. Slingelandt, que je le croyais 
absolument necessaire qu'on eut a faire sortir tout ce qu'il serait 
possible des gamisons pour tous renforcer, ce que j'espere aura 
eu un bon effet. A present M. d' AuTerquerque euToie des ordrea 
au regiment de Lauder, Torsay, et du Prince de Hesse de tous 
aller joindre en toute diligence, comme ils feront sans doute. 
Cependant tous ne feriez pas mal d'ecrire aux commandants de se 
hater. Des pluies continuelles depuis presque deux jours nous ont 
arrete ici malgre nous. J'attendrai de tos nouTelles le plus 
souvent que tous pourrez, et je suis persuade qu'on entendra 
bientot parler de tous. MM. les generaux sont d*opinion que 
les ennemis feront Tenir des troupes de tos quartiers ; mais je 
ne crois pas qu'ils puissent le faire quand ils Terront que tous etes 
en etat d'agir. 

Je suis, avec une veritable passion et estime, 

MoDsienr, votre, &c M. 

* A similar letter was sent to the Duehew of Aiembeig. 



1705.] FAILURE OF M. YILIARS. — ^THE DYLE. 187 

To THB COMTE DE FBISE. 
MoiramDi^ Au Camp da Flierheck, ce 23 JuiM, 1705. 

J'ai reqa rhanneur de YOtre lettre du 10 de oe mois, el tous 
rends mille graces de la relation qae voua jp'envoyez des raoure- 
ments iofinctueox que M. de Villars s'est doones. En revanche 
Tous pennettrez, s'il vous plait, que je voua en enroie une de ce 
qm s'est passe ici a I'attaque des Lignes. Les grosses ploies qui 
soot tombees depnis trois jours nous ont arrete, autrement nous 
aurions tache de passer la Dyle. Nous sommes campes d'un 
eote de Lourain, oomme les ennemis le sont de Tautre, mais ils 
ODt une grosse gamison dans la place. Nous n'aTOOs enoore au- 
eune nouvelle du detachement que tous dites devait marcher vers 
ce pays ; peut-etre que les mouvements continuels que nous avons 
ete oblige de faire en sont la cause. Cependant je vous prie de 
continuer a me mander tout ce qui se passera de votre cote, par- 
ticulierement les mouyements des ennemis, et je ne manquerai pas 
d'en fiure de meme d'ici. 

Je siiiBv »T6C one T^ritaUe passion et eetime, 

Monsieur, votre, &c. M. 



To Mr. SFX;RETARY HARLEY. 

Sn, Camp at Vlierbeck, 2Srd July^ 1705. 

I was fevoured last night with yours of the 6th instant, and 
am sorry to write to you a second letter from this camp; but we 
have had so much rain within these three days that it has be^i 
impossible to advance, besides it has swelled the river to that de- 
gree that we shall find it difficult to get over in the face of the 
enemy, who lie encamped on the other side ; however, as soon as 
the weather is fair, I hope we shall find some means of advancing. 
Yesterday I sent M. d'All^e and the other French officers to 
Maestrieht, from whence they are to be conducted to Rbenen and 
Amersfort. The private soldiers are gone to Liege, where they 
will be embarked in (Mrder to be dispersed in the towns of Holland. 
Orders are given for several regiments to march out of the gar- 
risons in Flanders and Brabant to reinforce the Baron Spaar, which 
1 hope will put him in a condition to act on that side, and may 

have a very good effi^^t. 

I am, with truth. Sir, yours, &c. M.* 

* A simUv letter w«s sent to Mr. Secretary Hedges and to Mr. St John. 



188 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To THB DUKE OF SHREWSBURY. 
Mt Lord, Camp at Vlierbedk, ZSrdJnly, 1705. 

I flattered myself that before this I should have had the 

satisfaction to hear of your being come to Francfort, but last night 

I had the melancholy Jp^ws that your Grace was like to be detained 

some days by the old distemper at Augsburg, where it is probable 

you will have heard the first good news of our success in forcing 

the enemy's lines, and I hope it may have contributed in some 

measure to your recovery. I fear the relation you now receire 

will be stale, however I know it will be welcome, and therefore 

could not forbear sending it The Marechal de Villeroi's pass 

was forwarded some days since to Mr. Davenant. I heartily wish 

you a good journey to the army, and am with the greatest truth 

and sincerity. 

My Lotd, your Gnoe'B» &e. M. 



To M. GUELDERBiALSEN. 
MoNSiEfTB, Au Camp de Vliarhedk, ee S3 JuUUt, 1 705. 

MM. les Deputes viennent de me communiquer une resolu- 
tion de leurs H. P., sur laquelle ils doivent vous ecrire par ee 
meme courrier. Pour moi, je vous avoue francHement que je ne 
sais quel avis donner, n'ayant aucune certitude du detache- 
ment des ennemis, ni ne sachant ce que M. le Prince de Bade 
voudra ou pretendra faire avec toutes ses troupes ; ainsi je ne vois 
point d'autre parti a prendre que de laisser I'afikire a votre dis- 
cretion apres que vous aurez consulte avec le Prince. Je vous 
dirai seulement que s'il n'y a pas bonne apparence de faire quelque 
chose en-haut, les troupes pourraient ecre plus utilement employees 

ici, &c. &c. 

M. 



To THB DUCHESS OF PORTSMOUTH. 
Madamb, Au Camp de Vlierbeck, ce 24 JuiUet^ 1705. 

Quand je me suis donne I'honneur de vous ecrire demiere* 

ment, je ne me portals pas trop bien, et j'ai et^ depuis dans la plus 

grande confusion de ce que je me suis servi d'une autre main sans 

vous en avoir &it mes excuses. Je vous supplie, Madame, d'etre 

persuadee que ce n'a ete nullement manque de respect, mais une 

pure m^prise, puisqu'il n'y a personne au monde qui vous honore 

et vous estime plus que je fais, ni meme qui irait plus loin pour 

vous en donner des marques, ^tant avec tout le respect et le de- 

vouement possible, 

Madame, votfc^ fte. M. 



1706.] WAJNT OF GUNPOWDER BY THE PK. OF BADKN. 189 

To THE COUNT DE WEATISLAW. 
MoiiaiBVB, Au Camp da FUerbeek, ce S7 Juitt^ 1705. 

Depuis que j'ai depeche le Colonel Bichards pour Vienue 

avec I'agreable nouvelle de notre entree dana les Lignes, j'ai requ 

riic»iiieur de vos lettres du 11 et 15 de ce mois. Par cette der- 

niere je yois ce que le Comte de Lescheraine a ecrit a M. le Comte 

de Sinzendor£^ sur quoi je tous dirai seulement que tous pouvez 

etre assure que je ne me serais jamais explique de la maniere avec 

lui sans yous en avoir fait part. Au contraire, il est facile de 

juger qu'il m'a ete impossible de prendre aucune resolution de 

cette nature avant que de savoir les dispositions de part et d'autre. 

Je suis ravi de voir le mouyement que S. M. I. se donne pour 

avoir des recrues de bonne heure, la necessite demandant qu'on 

soutienne le Prince Eugene de toutes manieres dans ses progres, 

ai on ne vent pas que le Due de Savoie succombe. Je fais tout 

mon possible pour avancer id, mais je n'ai pu jusques a present; 

ce sera pourtant j'espere dans un jour ou deux. Cependant je suis 

avec une veritable passion et estime, 

Monsieur, TOtre, &c. M.* 



To THE COMTE DE GOES. 
MoHnsvm, Au Camp de VlteHfeeh, ce 27 JuiUet, 1705. 

Les deux lettres ci-jointes m'ont ete remises aujourd'hui par 
un courrier de M. I'Eveque de Raab. II m'a aussi rendu une 
lettre de la part de M. le Prince de Bade, ou il fait de ibrtes in- 
stances pour etre assiste de quelque poudre a canon. J'envoie la 
copie de sa lettre a M. le Grand Pensionnaire, aupres de qui vous 
aurez la bonte de seconder ses instances, afin de trouver le moyen 
de Im en faire foumir de maniere ou d'autre. Je me sers aussi 
avec plaisir de cette occasion pour vous assurer de la passion et de 
I'estime tres^sincere avec laquelle j'ai I'honneur d'etre, 

Moitfienry votK, &c. M. 



To THS BiARQUIS DEL BOURG. 
MoKsiBDB, Au Camp de Vlierbeck, ce 27 JuiUet, 1705. 

Je VOUS suis fort oblige de I'honneur de votre lettre du 21 du 
oourant, et de vos f^idtations sur notre succes aux Lignes. II 
aura j'espere des suites dont S. A.'R. meme se ressentira. J'avais, 
je vous assure, un egard tres-particulier a ses interets en pro- 
jetant les operations de la campagne, et je me persuade que ce qui 

* A nmilar letter was sent to the Comte de Sinxendorff. 



190 HARLBOBOUQH DISPATCHES. [1705. 

touche lea ennemis, de quel cot^ que oe eoit, fera aussi quelque 
impression chez voua. 

Je soifly tr^pArikitefliettt, Monsiettr, votre^ &c M. 



To Mr. secretary HARLEY. 
Sib, Camp at Vlierbeck, 27th Iidy, 1706. 

We have no letters from your side since my last, and as we are 
in the same situation as when I wrote to you on Thursday, I have 
little to trouble you with at present ; though I cannot forbear 
telling you that I meet with greater difficulty from our friends to 
move forward than I could have expected. Enclosed I send you 
the copy of a letter I received this morning from Prince Louis of 
Baden, that you may guess, if you can, what he intends to do. 

I am, with truth, Sir, yours, &c M.* 



* Le Prince Louis de Bade au Due de Marlborough. 
My Lord, Schuxdback, ee 24 JuiUet, 1 705. 

J'u re^Q du m6me joar deox des votres, I'une da 5 et Tantre du 12 de ce mois, qui 
ipe marqnent Tofire obligeante qne V. E. me fait, de prater la main autant qa'Elle 
poorra aox operations qui pourraient s'entreprendre sur le Haut Rhin, et particu- 
li^rement de contribuer de son c&te pour me iaire avoir quelque poudre, dont je 
manque enti^rement. 

Je crois que c'est un point fort essentiel, et quoiqn'il me soit difficile de vous dire 
li qnoi positivement je pourrais I'employcr dans T^tat ou sont les affiures, je suis 
p^rauadd que youb ne sauriez vous tromper en me &isant avoir une certaine quantity 
pour que, n Toccasion se pr^ntut de fkire quelque operation utile, je ne fusse pas 
oblig^ de la manquer fknte de la poudre. Le canon, bouleta, et oe qui en suit, je 
pourrai trouTer, moyenuant quelque argent, que j'attends de la conr. 

M. de Villars est toujours k Croon Weissembourg, fourrageant ayec beaucoup de 
precaution, et ne lussant pas de perdre, tant par la desertion que les partis qne M. de 
Tbungen ddtache, tons les jours quelque monde. 

Notre annde n'a pas boug^ de son retranchement, et a^t^ obligee de fiiire passer 
le Rhin k la cavalerie pour ne la pas laisser manquer de fourrage. 

Je compte partir d'ici dimancbe prochain pour la rejoindre, qui sera le 26 de ce 
mois, en quelque mani^re remis k regard des douleun, mais pas si parftitement 
gu^ que je poisse m'aasuer de ne point avoir quelque rechute. Je vois bien qae 
I'enti^re gu^rison pourrait aller un pen k la longue ; mais patience pour cela, pourva 
que je puisse agir le reste de cette campagne, et y 6tre utile k quelque chose. Je 
ferai de mon mieux, ayant un asses beau corps de troupes k la main ; mais comme 
V. E. sait que Haguenau et Drussenheim se trouvent fbrtifi^es, que le long du Rhin 
tout est inonde, et que naturellement le terrain qui se trouve entre les dites places 
est pour nous presque impraticable, par le haut ridean qui r^gne de Tune k Tautre, 
avec une aflses bonne rivi^ an pied, un chAteau k double fond presque an centre 
de la dite distance, et un bon retranchement bordant la hauteur sus-nommee, ainsi 
que Tennemi se postant derri^e ses lignes, qui sont d'une fort petite ^tendue, il iaudra 
assur^ment essuyer bien des maux pour I'dter d'au-dessus de Haguenau, qui est 
presque le seul endroit pour lui k craindre. J'y yenui k mon arriTee k Tarm^ pins 
clair, et je t&cherai, s'il est possible, d'en venir aux mains, comptant qu'apr^ 
rheureux suco^ que vos armes ont eu aux Pays Bas, que s'ils ne songent pas k 



1705.] LETTER FROM THE FBINOB TO THE DUKE. 191 

To m BISHOP OF RAAB. 
MomtauB* Am Coh^ tU VUerbmJ^ ce 27 JidlUi, 1706. 

Je remercie tm-htunblement V. A« de la lettre qu'EUe m'a 
fidt llianneTir de m'ecrire, et de see obligeantes fielicitatioiiB sur notre 
benrenx passage des Lignes, que je me flatte aura d'autres suites 
aTantageuses pour le bien de la cause commune. J'aurais eteravi 
du plaisir de saluer V. A. avant son depart pour Vienne ; mais 
comme par notre eloignement les difficultes s'augmeutent, et qu'il 
ne serait pas fort facile meme de foumir les escortes a cause des 
gamisoDs de Namur et de Leau, il faut que je m'en console 
pour le present dans Fesperance d'une occasion plus favorable a 

finre ifodqne d^ta^ement <pi'U8 ne seroBt du moins pas tvnibre^ oomaie on k 
pvdend. 

n ooat nn bniit qa'nn corps a'avanoe ven Hombonrg. J'en attends des certitudes ; 
mais oomme il y a depuis le Haat Rhin jnsquli Hombourg qoelqne chemin k fiiire, 
qoe rarni^ est en &oe de Thnngeo, et qne firate de sftrett^ on n'a pa entre Hombourg 
et le RUn ^tablir ancan magasin, le lien ^tant Ibrt raanTUS, il poorrait ooorir risqve 
d'etre emport^ avant <ia'on poisse lui prdter la main. Votre entr^ dans les Lignes 
toDtefois poorrait bien faire aocrocher ce dessein, on du moins TarrSter jusqn'k 
DonTd ordre de S. M. T. C. 

La fiiate d'aroir abandonntf, contre mon avis, Croon Weissembonrg, nous a ^ 
nogi nn pen nos affiures ; mais oomme le G^n^ral Thnngen croit avoir en des 
raisoas assez fortes poor ne pas hasarder le combat, je ne sals qu'en dire, et avant de 
eaodamner enti^rement sa oondnite, qnelque manvais effet qne oette d-marche ait 
prodnit; fai cm agir dans Tordre de la jnstioe en ne le point oondamnant avant 
d'a^ir enlendn sa Justification, qne je Ini ai demand^ par ^crit Le plus sftr est 
qoe Yoa est en sftreW, mais dans nn col-de-sac d'oh il ftnt sortir k tont prix. 

Les trois mille chevanx qn'on a demand^ poor Tope'ration de la Moselle sont 
presqne partoot assort ; mius comme «M. le Baron de Rechteren a fiut comprendre 
an jenne Comte de Lowenstdn, envoys exprte poor cetle n^gociation, qn'ils vons 
^Caient inotiles poor Tavenir, je ne laiaserai pas de les persnader k oonvenir d'one 
sftre r^artition poor qn'en cas de besoin on pnisse s'en pr^valoir. II ne noos 
en oofttera qne la fi^^n, et les Princes et Etats poor cet effet recherche n'en 
seront nnUement incommode oe les fidsant bonger de dies enx quli nonvelle r^ni- 



Je ne nanquerai pas de vons donner soigneuaement partde tont ce qui se paasera 
dans ce pays-d. Mais je ne voos r^ponds pas de la fraSchenr de mes lettres, le 
d^i^ement des postes dtant horrible. 

Je snis avec nne vraie passion et amiti^ sinc^ 
De Votre ExceUeoce, 

Le tr^humble serviteur. 

Lb Priuck Louis db Ba]>x. 
Eerit de as pnpn wiain — 

J'tt re^n la nonvelle de IHienrenx snco^ de votre entreprise snr les Lignes. Je 
m'en r^jooas de tont moo cinnr, personne ne prenant plos de part k tont oe qni vons 
arrive d'agr^aUe qne moL CeU dolt natnrellement fiure nn bon effet poor le reste 
de la campagne, et poor votre gloire ; aiosi qne tont le monde y tronvera son compte 
et moi pins qne personne par rapport k Ton et k Tantre. Mandez-moi, de grftce, s'il 
est n^oessaire qn'on ut encore attention an projet de la Moselle, pour que je ne 
anaqne pas max ordres de 8. M. I. 



192 MARLBOROUGH DISPATCHES,. [1705. 

Pavenir. Je souhaite a V. A. de tout mon ooeur un heureux 
voyage, et la supplie a son arrivee a Vienne de me mettre aux 
pieds de S. M. I., en rassurant de mes respecte les plus soumis, et 
de mon entier devouement a sea interets. Je conjure aussi V. A. 
de me continuer Thonneur de son amitie, et d'etre persuadee de la 
passion et du respect tres-sincere avec lequel j'ai I'honneur d'etre. 

Monsieur, de V. A^ &c M. 



To THB PRINCE OP BADEN. 
M0N8IEUB, Au Campde Vlierheck^ce 27 Juillet, 1705. 

J'ai re^u ce matin la lettre que V. A. m'a fait Thonneur de 
m'ecrire le 24 de ce mois, et la remercie tres-humblement de ses 
obligeantes felicitations. J'ai encore ecrit aujourd'hui a la Haye, 
touchant la poudre que vous demandez, et en ai feit part a M. le 
Comte de Goes, afin qu'il joigne ses instances pour que vous en 
soyez pourvu de maniere ou d'autre. J'ai ete ravi d'apprendre 
que V. A. etait si bien remise qu'Elle allait joindre Tarmee. Je la 
souhaite de tout mon coeur un heureux succes dans ses desseins, 
avec une parfaite convalescence pour les pouvoir pousser a bout 

Pour ce qui regarde les operations de la Moselle, Elle sait que 
cela ne depend pas uniquement de moi, et que je suis oblig^ de 
prendre mes mesures la-dessus de la Haye, ou elles seront reglees 
sans doute selon les progres que nous pourrons Seiire de ce cote-ci. 
Pour celles d'en haut, V. A. pourrait mieux en juger, etant plus a 
portee, et Elle me ferait plaisir en me donnant ses bons avis. 

Nous avons des gens qui veulent, selon leurs intelligences, que 
les ennemis soient aussi forts que nous ; cependant je ne puis etre 
tout-a-fait de leur opinion. lis debitent qu'ils attendant encore 
des renforts d'Allemagne. Je ne serais pas fache que cela fut, 
afin de vous donner d'autant plus de jour a agir de votre cote. 
Je ftnig, avec nne veritable estime et respect, de Y . A., &c M. 



To M. lyALMELO. 
MoNSiscB, Au Camp de Vlierbwk, ce 27 JuilUl, 1705. 

J'ai re^u ce matin la lettre que vous m'avez fait I'honneur de 
m'ecrire le 23 de ce mois, et conviens avec vous des raisons qui 
pourraient vous detoiuner du voyage de Schwalbach. Cependant 
j'espere que vous y serez alle, afin que nous soyons d'autant mieux 
informes k quoi nous devons nous attendre de ce c6te-la, 

Je vous remercie de vos obligeantes felicitations. C'est dommage 
que nous ayons ete obUges de rester si long-temps dans ce camp. 



1705.] ATTEBCPTED PASSAGE OF THE DYLE. 193 

Je trouTe pins de difficolte a avancer que je n'avais preva, car il.y 
a des gens qui croient que les ennemis sont aussi forts que nous ; 
mais je suis bien loin de partager leur opinion. Les ennemis 
debitent qu'ils attendent encore des renforts de I'Allemagne. 
Hier pourtant ils out fait partir leur gros bagage pour Bruxelles, 
et ils prennent toutes les precautions en fortifiant les passages de 
la Dyle. Mais j'espere qu'en un jour ou deux nous trouverons 
moyen d'avancer d*ttn cote ou d*autre. 

Je suis, tr^parfaitement, Monsiear, Totre, &c. M. 



To M. lyARNEM. 
Monsieur, Au Camp de Vlierbeek, ce 27 Juillet, 1705. 

Je Yous remercie de Thonneur de votre lettre du 14 de ce mois, 
et de la part que vous me donnez des mouvements de vos troupes. 
Celle-ci vous trouvera je crois joint a rarraee, ou, selon ce que 
le Prince de Bade me mande, il devait se rendre lui-meme 
aujourd'hul, de sorte que j'espere d'apprendre bientot que vous 
aurez quitte le camp de Lauterbourg. Je suis sur que vous avez 
assez de troupes, et vous souhaite de tout mon ca3ur un heureux 
succeSy etant tres-parfaitement et avec une veritable estime, 

Monsieur, vdtre, &c. M. 



A M. KUMLING, Commanpant a Akrschot. 
MoKSiEUB, An Camp de Vlierbechf ce 28 JuiUet, 1 705. 

J'ai vu par celle que vous m'avez ecrite, aussi bien que par le 
rapport de M. le Due de Wirtemberg, et du Quartier-Maitre- 
General Ivoy, T^tat ou vous vous trouvez, et vous avoue que Ic 
poste est assez alerte. Cependant je ne puis encore, do deux ou 
trois jours, prendre aucune mesure pour vous renforcer, ou vous 
faire rejoindre I'armee. Les ennemis ne peuvent venir a vous que 
du cote de Wesemaelen, ou par celui de Betecom. Pour le pre- 
mier, il me semble que les ponts devraient vous garantir, et pour 
I'autre il faut faire patrouiller la cavalerie en avant, et en cas que 
vous voyiez que les ennemis viennent vous attaquer tout de bon, 
vous pouvez vous retirer avec votre monde, en vous jetant dans les 
bois ; mais j'espere qu'on ne viendra pas a cette extremitc. 

Je mis, tr^parfiiiteinent. Monsieur, rotre, &c. M. 



To M. DE LA VALMERE. 
Mo:c8iKUB, Alt Camp de Vlierbeek, ce 2BJMillety 1705. 

J'ai re^ Thonneur de votre lettre, du 19 de ce mois, et me 
flatte qu'a votre egard on ne fera point de difficulte a vous echanger 

VOL. IL o 



194 HARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

centre un dea deux officiers dont j'ai parle dans ma deniiepe. Je 

vouB envoie ici une prolongation jnsqnes au premier de novembre, 

et serai ravi que votre affaire se finisse avant ce temps-la, puiaqu'il 

n'est pas en mon pouvoir de passer outre; mais vous pouvez 

toujours compter que je ferai tout au monde qui dependra de moi 

pour vous marquer Testime et le cas que je fais de votre merite. 

Je vous suis infiniment redevable des soins que vous avez bien 

voulu vous donner pour les instruments de noe hautbois. Je vous 

assure que jen'ai jamais songe a vous donner cette peine et qu'on 

s'est servi de mon nom a mon insu. Cependant je vous en ai toute 

Tobligation, et vous prie d'etre persuade de la passion tres-sincere 

avec laquelle je suis, 

Monsieur, votre, &c M. 

To THE STATES-GENERAL. 
Haitts et Puis8ANT6 Seigneurs, Au Camp de Meldert, ce 30 Juillet^ 1705. 

M'etant resolu avec les generaux mardi passe, de tater le 

passage de la Dyle par une marche derobee, nous fimes bier un 

detachement de dix-huit bataillons et vingt escadrons, qui com- 

mencerent a marcher a cinq heures apres midi vers le village de 

Neer Yssche, avec quelque artillerie et les pontons. A onze heures 

du soir toute I'armee suivit et les joignit k la pointe du jour, quand 

on fit d*abord mettre les ponts, et quelques bataillons passerent la 

riviere, et firent retirer ceux des ennemis qui voulurent s'y opposer; 

mais la tete de leur armee ayant paru en meme temps, on n'a pas 

juge a propos de pousser Taffaire ; ainsi nous sommes venus 

prendre ce camp, n'ayant presque rien perdu de monde par cette 

tentative, dont j'ai cru devoir faire part a vos H. P., ctant avec 

tout le respect possible, 

Hants et Paissants Seigneurs, &e. M. 



To Mb. secretary HARLEY. 
Sib, Camp at MeldeH, SOtk Jnly, 1 705. 

I have received the favour of your letter of the 10th mstant, 
wherein you desire my advice whether Mr. Davenant migfat be 
most useful where he is or at Ratisbon, and I am afrsid the 
Doctor has not sufficiently explained himself to you in that matter; 
for as his expense at Ratisbon must be much greater than at 
Francfort, I cannot think he would be willing to remove with the 
same appointments ; and I know not if her Majesty be inclined to 
be at any fiirther expense on that service. 

I am of your opinion, if there were any tendency in the north 



1705.] MEDIATION FOR A PEACE IN THE NORTH. 195 

towards a peace, it would be for her Majesty's honour as well as 
the interest of England, that her mediation were employed therein. 
And though I do not doubt but what you mention is upon good 
grounds, yet, from all the advices I have, the affairs of those parts 
seem as loose as ever. 

With the advice of the generals, it was resolved we should 
attempt the passage of the Dyle, and yesterday about five in the 
afternoon a detachment of eighteen battalions and twenty squadrons 
advanced towards Neer Yssche and Corbeeck, two villages on the 
river ; the army marched at eleven at night and joined them about 
break of day, when near one half of the detachment of foot imme- 
diately got over and beat the enemy from their posts ; but the 
head of their army appearing at the same time, it was not thought 
fit to pursue the attempt ; so we withdrew our men and marched 
to this camp, with very little loss on our side, but we are told that 
our cannon did the enemy considerable mischief. 

I am, Sir, youn, &c. M.* f 

P.S. — ^I take the letter I received last night from the States so 
kindly, that I could not help sending' you a copy of it. . 



To THE MARQUIS D'ALLEGRE. 
MoHnscB, Au Camp de Meldert, ee 2 Aout, 1705. 

Je vous assure que je ne me pardonnerais jamais si je 
manquais a la moindre chose en mon pouvoir pour vous faire 
plaisir, et vous marquer I'estime et le cas que je fais de votre 
merite. Aina c'est avec beaucoup de plaisir que je vous envoie 

* The like as to the relation part to Mr. Secretary Hedges. 

t Bulletin. Camp at Meldert, SOth July, 1706. 
My Lord Dnke of Marlborough being informed that several posts on the river 
Dyk between Lonvain and the village of Neer Yssche were slenderly guarded, re- 
solved, with the advice of the generals, to endeavour to force them in order to the 
passage of that river. Accordingly a detachment of eighteen battalions, commanded 
by the Comte d'Oxenstiem, and twenty squadrons under the command of the Duke 
of Wirteraberg, were ordered to advance yesterday about five in the afternoon with 
some artillery and the pontoons. At eleven at night the rest of the army decamped 
and followed. The detachment arrived at the posts about three this morning, and 
the workmen immediately made the bridges at Neer Yssche on the left and near 
Corbeeck on the right. Two battalions with five hundred grenadiers and as many 
fbsilien passed over at the former place, and five hundred grenadiers at the latter, 
who obliged the guards that attempted to oppose them to retire ; but the enemy 
having got intelligence of our march began theirs likewise at midnight, and the 
heads of their columns appearing at the same time as our army came to the river, 
sad having the advantage of the ground, it was thought fit to order our men to retire, 

o2 



196 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705- 

le pHSseport que vous avez souhalte. H vous mene a Maestricht, 

oil j'ai ecrit au commandant de vous assister pour venir a Tirle- 

mont ; alors j'aurai Thonneur de vous en donner un autre pour 

passer outre. Vous trouverez aussi une lettre ci-jointe adressee 

aux magistrats d'Amersfort, pour \e& prier de faciliter votre 

voyage. 

Je suis. Monsieur, voire, &c. M. 

To THE MARECHAL DE VILLEROI. 
Monsieur, Au Camp de Mddert, ce 2 AoH, 1705. 

Je vous suis fort oblige des passeports que vous avez bien 
voulu nous renvoyer, et comme je crois que vous serez bien aise 
de ravoir vos gens qui se trouvent dans I'hopital a Tirlemont, je 
vous les aurais deja envoye si on avait pu foumir les chariots pour 
leur transport ; les magistrats de la ville de Tirlemont m'ayant 
assure qu'il leur etait impossible d'en trouver. Vous en avez ici 
I'etat de cet hopital, et je vous envoie aussi un passeport pour 
faire venir des chariots de chez vous a notre armee, si vous le 
trouvez a propos. En ce cas j'aurai soin de les faire passer a 
Tirlemont, et de la a Louvain, avec les prisonniers. 

J*u I'honDeur d'^re avec one y^table pasBion et reipect. 

Monsieur, votre, &c. M.* 

To M. D'ULENPAS. 
Monsieur, Au Camp de Meldert, ce 2 Ao(U^ 1705. 

. II etait si tard bier quand je suis revenu de la visite des 
lignes, que je n'ai pu me rendre chez vous comme j'avais dessein ; 
mais j'y viendrai cet apres-midi a quatre heures, et vous prie d'en 
avertir tcls des generaux que vous trouverez a propos, afin que 
nous puissions consulter, et prendre des mesures sur ce qu'il y 
aura a faire. 

Je suis tr^-parfaltement, Monsieur, votre, 8cc M. 



To M. MACHADO. 

MoxsiKUR, Au Camp de Melderl, ce 2 Aout, 1705. 

tfc vous suis fort oblige de vos felicitations sur notre retour 
d'Allemagne, et sur notre heureuse entree dans les Lignes. Je 

which they did in very good order, bringing away their bridges, having bad only 
two or three officers wounded and fifty private men kiUed and wounded. Oar 
cannon, which fired in the mean time from two batteries without intermission, did 
considerable execution among their troops. The army afterwards marched and en- 
camped with the right at this place and the left at Bossut. 
* A similar letter was sent to the Mar^chal d'Arco. 



1705.] CONSEQUENCES OP COUNCILS OF WAR, 197 

n'aurais pas tarde a vous en temoigner mes remerciments plus tot, 
que dans T&perance de vous avoir pu ecrire de Bruxelles. II y 
en a?ait toutes les apparences qu'on pouvait souhaiter, et si un 
senl goieral avait ici le meme pouvoir que j'avais en Allemagne, 
je crois pouvoir vous assurer qu'il en serait venu a bout. Nos 
a&ires ont nne plus belle apparence qu'elles n'avaient il y a un an, 
et je suis persuade que vous me ferez la justice de croire que je 
n'omettrai rien qui d<5pendra de moi. Permettez que je recom- 
mande a vos soins particuliers que les magasins soient bien 
ponrvus, et qu'il ne manque rien de votre cote. 

Je sais, tf^parfiutement, Monsieiur, rotre, &c M. 



To THE PENSIONER OF HOLLAND. 
Sffl, Meldert, Zud Auguat, 1705. 

I am very uneasy in my own mind to see how everything 
here is like to go, notwithstanding the superiority and goodness of 
our troops, which ought to make us not doubt of success. How- 
ever it is certain, that if affairs continue on the same footing they 
now are, it will be impossible to attempt anything considerable 
with success or advantage, since councils of war must be called on 
every occasion, which entirely destroys the secrecy and dispatch 
npoD which all great undertakings depend ; and has unavoidably 
aaodier very unliappy effect, for the private animosities between 
BO many persons as have to be assembled being so great, and their 
inclinations and interests so different, as always to make one party 
oppose what the other advises, they consequently never agree. 

1 do not say this because I have the honour of being at the 
bead of the army, but it is absolutely necessary that such power 
be lodged with the general as may enable him to act as he thinks 
proper, according to the best of his judgment, without being 
obliged ever to communicate what he intends further than he 
thinks convenient The success of the last campaign, with the 
blessing of God, was owing to that power which I wish you would 
now give, for the good of the public, and that of the States in 
p&rticolar. And if you think any body can execute it better than 
myself, I shall be willing to stay in any of the towns here, having 
a very good pretext, for I really am sick. 

I know this is a very nice point, but it is of the last importance, 
fer without it no general can act offensively to advantage, or dis- 
charge with honour the trust that to the world seems to be reposed 
in him. 

lieutenant-General Hompesch will acquaint you with what I 



198 MABLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

would undertake if I can be enabled to do it, and if I succeeded, you 
will agree, I am sure, that it would quickly bring the war to a good 
end. On the other hand, if you leave the goTemment of the anny 
as it now is, to a council of war, the best end you can expect of 
this campaign will be the levelling of the Lines and the taking of 
Leau. But if the French be allowed so much time to strengthen 
their army by detachments as they may have, I would be glad 
you would consider, if that might not encourage them to en-> 
deavour the hindering you from doing anything. 

If I were not at the head of the army, I could say a great deal 
more on this subject, for I think the good or bad success of this 
campaign depends upon what resolution you shall now take: 

whatever it be, you ought to lose no time. 

I am, with truth. Sir, yoara, &c M. 



Tq the pensioner OF HOLLAND. 
MoNsnuR, Au Camp de Meldert, ce 3 Aout, 1705. 

Ayant reqa ce matin une lettre de S. M. le Roi de Pmsse 
touchant la marche de ses troupes vers les Pays Bas, et comme les 
conditions sur lesquelles U propose de les faire venir regardent I'Etat 
aussi bien que TAngleterre, j'ai cru devoir vous envoyer la oopie 
de la lettre du Roi, afin que vous ayez la bonte de communiquer 
Tafiaire a leurs H. P., et de me faire avoir au plus-tot leiir 

resolution. 

Je snis, avec une YcritahLe passion. 

Monsieur, rotre, &c M. 



To M. HOMPESCH. 
MoNSixcJii, Au Camp de Mddert^ ce 3 AcAt, 1705. 

De peur d'avoir oublie de vous parler de Tafiaire de M. 
Janelo avant votre depart, je vous fais cette lettre pour vous prier 
de le recommander fortement de ma part a MM. les Etats, afin 
que leurs H. P. ayent la bonte de le declarer des a pr^nt bri- 
gadier, puisqu'il merite bien cette distinction, non-seulement par 
ses services, mais parce que la justice meme le demande en sa 
favour, comme etant le plus ancien colonel, et ayant eu d'autres, 
plus jeunes, passes devant lui a la demiere promotion. Vousleur 
parlerez aussi, s'il vous plait, en favour de son capitaine, qui, 
comme vous savez, ne s'est jamais epargne, et nous a rendu de 
tres-bons services, pour que, quand Toccasion s en oflfre, leurs H. P. 
puissent faire aussi quelque chose pour lui. 

Je sttis tr^par&itement^ Monsieur, voire, &c M. 



1705.] CHANGE OF VIEWS IN THE DEPUTIES. 199 

To M. D'ALMELO. 
MoMSisiTB, Au Caa^ da MsldeH, ce 3 AoiU^ 1705. 

J^ai re^u ce matiii rhanneur de votre lettre du 29 du passe, 
par laquelle je vois que tous allies oommeacer votre voyage de 
Vieime^ ou je vons souhaite un heureux succes dans yob n^oda- 
tions. My Lord Sunderland vous sniyra de pres, devant partir 
d'id demain, et vous rendra cette lettre. Permettez que je vous 
conjure, encore one fois, de vivre a cceur ouvert, et avec une 
etroite amitie avec lui ; je suis sur qu'il en agira de meme de son 
cote, et qu'il sera toujours ra?i de profiter de vos bons avis en 
tout oe qui regarde votre jointe negociation. 

MM. les Deputes m'ont &it part de la relation que vous leur 
avez envoyee de votre conference avec M. le Prince de Bade. Je 
suis bien aise que vous ayez quelque esperance que nos Messieurs 
de ce c6te-la s'eveilleront a la fin ; j*en serai ravi. Mais pour vous 
parler franchement, je ne m'attends pas a grand' chose de la mani^re 
qu on a agi jusqu'a present 

My Lord Sunderland vous dira Tetat ou nous sommes, de sorte 
qu'il ne me reste plus qu'a vous repeter I'estime et la passion tres- 
anoere avec laquelle je suis, 

Monsieur, yotre, &c. M. 



To TBS EMPEROR. 
Sm, An Camp de Melderi, ce 8 AoAt, 1705. 

Comme le Comte de Sunderland a pris Tarmee en son chemin 

ponr se rendre aupres de V. M. I., je ne puis me dispenser de le 

cbai^r de me mettre avec toute sorte de soumission a ses pieds. 

£t quand EUe aura le loisir de lui donner audience, je la prie de 

pennettre qu'U communique a V. M. L mes pensees sur la con- 

jonctore presente de nos aflaires. Je la supplie de le vouloir 

eoouter &vorablement, comme une personne entierement devouee 

a ses interets, et aussi d'etre persuadee de I'attachement inviolable 

avec lequel je serai toujours, 

Sire, de Totre Migest^ Impiriale, &c. M. 



To THB PRINCE OF BALM. 
MosrsnuB, Au Camp de Afeldert, ce 8 Aaiit, 1705. 

V. A. me permettra d'accompagner M. le Comte de Sunder- 
land de ces lignes, pour le recommander k son amitie, comme une 
personne qui tachera de la meriter de toute maniere, ayant un 
ciBar pleb de zele pour les interets de S. M. I., et qui n'epargnera 



200 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

aucuns soins pour les avancer; me fiattant beaucoup que par 
Tassistance et les lumieres que V. A. lui donnera, il pourra tra- 
vailler efficacement a mettre fin aux troubles de Hongrie, chose 
tant soubaitee pour le bien de TEmpire et de la cause commune 

en general. 

Je Ellis, avec uae estime et respect trefrf mobre> 

Monsieur, yotre, &c M.* 

To Mr. secretary HARLEY. 
Sib, Camp at Melderi, 9rd Augutt, 1705. 

I have received the favour of your letters of the 13th and 
17th of the last month, and I think myself very happy that our 
success upon the Lines has given so general a satisfaction at home. 
I must own at the same time it is a great misfortune we have not 
been able to push the advantage while the enemy were under so 
great a consternation. I have sent Lieutenant-General Hompesch 
to the Hague to take further measures with the States, and to en- 
deavour to have our afiairs here put on such a foot as may enable 
us to pursue our success. 

I am perfectly satisfied, fix)m what you write, there was very 
good grounds for removing Mr. Weston from being a chaplain in 
the army. If his commission be not already disposed of, I wish 
you would move her Majesty in behalf of Mr. De Langle to succeed 
him ; his father was a prebend of Westminster, and he is recom- 
mended to me by the Bishop of Rochester and others for a v^y 
good and discreet man. 

I have communicated to my Lord Sunderland what you directed 
to him in cipher to Vienna. His Lordship designs to leave us to- 
morrow or Wednesday, in order to pursue his journey thither. 
Since I wrote you tlie last post, I have received the enclosed letter 
from Mr. Davenant, by which you will see I was not in the wrong 
when I told you I thought he would not be willing to remove to 
Batisbon upon the same allowances. 

I am, with truth, Sir, yours, &c. M. 

P.S. — Enclosed I send you copies of two letters which I received 
this morning from the King of Prussia, in order that you may 
please to lay them before the Queen, and let me know her 
Majesty's pleasure upon the article for the agio and bread. If 
the troops should come into these parts, it will augment the charge 
about twenty-five per cent, for the time they may stay here this 
campaign. I have sent a copy of that letter likewise to the Pen- 
sioner to be laid before the States. 



* A similar letter was sent to Count Wratistaw and Count SaaendwfL 



1705.] ABSOLUTE COMMAND. — PRETEXT OF P. LOTJIS. 201 

To Mn. SECRETARY HEDGE& 
SzB, Camp at Meideri, SrJ Amgutt, 1 705. 

I have received the fevour of your letters of the 13th and 
15di pasty and am very glad to find that our success upon the Lines 
has given so general a satisfaction at home. I sent lieutenant- 
General Hompesch yesterday to the Hague, to concert further 
measures with the States, and to endeavour to have our affiiirs here 
put on such a foot as that we may he in a condition to pursue our 
advantage, having experienced, by our attempt to pass the Dyle on 
Tliursday, that unless the command be more absolute in one person, 
we shall hardly be able to do anything. 

I un, with truth, Sir, yonn, &c. M. 



To LORD RABY. 
Mt Lord, Camp at Meldart, Uk Augud^ 1705. 

I am indebted to your Lordship several letters, for which I 
have made you my acknowledgment by Mr. Cardonnel, but can- 
not forbear acknowledgmg myself your last of the 20th July, and 
desiring you will take the first opportunity to insinuate to the 
King and to Comte Wartenberg how sensible I am of his Majesty's 
great goodness to me upon all occauons, particularly this last in- 
stance in 80 readily and generously ordering his troops to march 
this way ; upon which, however, I find myself under some diffi- 
culties, for I am almost persuaded that the Prince of Baden would 
desire no better pretence to excuse his not acting on the Rhine 
than the recalling of these troops. Though I must confess, at the 
same time, I am very apprehensive he will hardly do anything with 
all the troops together, since he might with a great deal of ease 
have assembled them long since, and prevented the aflront our 
troops have received from the Marechal de Villars, as well as the 
inconvenience they are likely to labour imder during the rest of 
the campaign for want of the forage the enemy have destroyed. 
But in all events, if the French should send any considerable de- 
tachments from the Rhine this way, I don't see how the court of 
Viemia or the Empire can have any just reason to complain of 
the recalling of these troops, since the consequences might be very 
fiital if the enemy should come to have a superiority and oblige us 
to retire out of the Lines. I must leave M. Amem to the orders 
he has received from the King and his own discretion, till Ve have 
some certain advice of the motion of the armies on the Upper 
Rhine, which I am hourly expecting, since Prince Louis will have 



202 MARMOROtrOH DISPATCHES. [1705. 

joined the army seven or eight days past, and I hope he will have 
already sent me some account of his designs. 

I am, with much troth. My Lord, 

Your Lordship's, &c M. 

P.S. — I pray you will make my compliments in form to Madame 
de Wartenberg and to the Grand Marechal. 



To THS KING OP PRUSSIA. 
SiBS, An Camp de Meldert, ce 5 AoUy 1705. 

•Tai re<;u avec tout le respect que je dois les lettres que V. M. 
a daigne m'ecrire le 29 du mois passe, et j'ose bien Tassurer que 
personne ne saurait etre plus sensible que je le suis a toutes les 
bontes qu'EUe m'a temoignees, tant par Tinteret qu'EUe veut bien 
prendre en ce qui me regarde en particulier, que par les soins 
qu'EUe se donne pour le public en ordonnant si genereusement a 
ses troupes de marcher vers les Pays Bas, en cas que la raison de 
guerre le demande. £t j'en suis d'autant plus sensible, puisque 
c'est un corps auquel je puis entierement me fier si on venait a 
quelque action avec les ennemis. J'en ai d^abord fait part a la 
Reine ma mattresse et a MM. les Etats, qui je ne doute nuUe- 
ment seront prets, de toutes les manieres, a reconnaitre les obli* 
gations qu'ils ont a V. M. des soins qu'EUe fistit paraftre dans 
cette occasion pour le bien de la cause commune. La cour de 
Vienne et meme tons les Allies ltd en doivent avoir bon gre, et ne 
sauraient aucunement se formaliser de la marche de ses troupes, 
en cas que les ennemis fissent de gros detachements vers le 
Brabant, dont nous n'avons encore aucunes nouvelles certaines. 
V. M. pourra recevoir les premieres de M. le Lieut«[iant-Cj^n^ral 
Amem, a qui j'ecris aussi selon les ordres de V. M. 

Je suis, avec on entier dfiyoaement et le plus profond reqieet, 

Sire,dey.Mn&c M. 

To THB COUNT OF WARTENBERG. 
MoNSixcTB, Au Camp de Meldert, ce 5 Ao&t, 1705. 

J'ai requ les lettres que vous m'avez fait I'honneur de 
m'ecrire le 24 et 29 du mois passe, et vous rends nulle remerci- 
ments de toutes vos obUgeantes fSicitations sur notre beureux 
succes dans le passage des Lignes. Je m'^tais fiatte que cela 
aurait deja ete suivi de quelques autres ayantages pour le bien de 
la cause commune. Nous allons a present commencer a demolir 
les Lignes dans I'esperance que I'occasion se presentera bientot 
de faire quelque chose davantage. 



1705.] COMMANDERY OF THE TEUTONIC ORDER. 203 

M. de Grnmbkow m'a commumqne les ordres que le Roi a donnes 

a M. d'Amem poor la marche dee troupes. Tai Fhonneur d'en 

remercier S. M. par la ci-jointe, et yous assure que je ne saurais 

Tous exprimer combien je suis sensible aux bontes qu'ElIe me 

temoigne en partieulier, aussi bien qu'aux egards qu'Elle a pour 

lebien de la cause commune, en prevoyant et en suppleant si gene- 

reusement, et de si bonne heure, aux besoins que nous pourrions 

avoir de secours en ces quartiers. J'en ai d'abord &it part a la 

Reine et a MM. les Etats, qui ne pourront que se louer des soins 

que S. M. temoigne pour le public. J'ai re^u hier une lettre de 

M. d'Almelo qui venait de s'aboucher avec le Prince de Bade a 

Mayence. II me mande que S. A. allait incessamment se mettre 

en campagne, pour agir avec vigueur sur le Haut Rhin. En ce 

cas peut-etre que les ennemis seraient oblig^ d'y retenir toutes 

leurs troupes. Nous en serons eclaircis au premier jour, et M. 

d'Amem, a qui j'^ris aussi sur les ordres que le Roi lui a 

donnes, ne manquerapas de fiiire part a S. M. de ce qui se passera, 

au plus Tite. 

Je suis, avec ane passion et respect tr^sinc^, 

Mousienr, Totre, &c. M. 



To THE BISHOP OF RAAB. 
HosBiEUB, Au Camp de Meldert, ce 5 Aodt^ 1705. 

Celle-ci sera rendue a V. A. par M. le Comte de Sunderland, 
qui m'a prie de lui donner I'occasion de la saluer en passant par 
Cologne. Je la supplie de vouloir bien me permettre de le re- 
commander a son amitie pendant son sejour a la cour de Vienne. 
Je suis sur qu'il tachera de la meriter de toutes les manieres 
possibles. 

•Tai requ la lettre que Y. A. m'a fait I'honneur de m'ecrire le 3 
du mois passe en faveur de la commanderie de Tordre Teutonique 
a Malines et de ses dependanoes, et je prie V. A. d'etre persuadee 
que quand on s'adressera a moi de la part de M. le Baron de 
Loo, je me ferai un veritable plaisir de lui temoigner les egards 
que j'aurai toujours pour ceux pour qui V. A. s'interesse; et si 
Elle yeut avoir la bonte de m'employer en quelque autre chose 
dans ces quartiers, je serai ravi de pouvoir lui marquer I'attache-* 
ment et le respect tres-sincere avec lesquels je suis, 

Monsieur, Yotre, &c. M. 



204 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To M. D*ARNEM. 
MoNSiEini, Au Camp eU Mddert, ce 6 Aout^ 1705. * 

tTai requ rhonneur de ros deux lettres du 24 et 31 du jiasse. 
La derniere est arrivee ce matin, et j'attends a chaque moment de 
V08 nouvelles, sur les ordres que vous aurez re^us du Roi, et le 
detachement que les ennemis auront iait vers ces quartiers. 
Jusques a ce que je reqois de vos lettres, je ne s^aurais rien vous 
mander de positif ; mais il faut que je vous laisse entierement a 
votre discretion. 

Je Yous prie de faire bien des compliments de ma part k M. de 
Natzmar, et de le remercier de ses dernieres lettres. 

Je sou, avec une T^ritable estime et paasioii. 

Monsieur, Totre, &c. M. 



To THE COMTE DE WRATISLAW. 
Monsieur, Au Camp de Afetdert, ce 6 Aottt, 1705. 

La lettre que vous m'avez fait Thonneur de m'ecrire le 25 du 
mob passe est arrivee ce matin, une heure apres le depart de My 
Lord Sunderland, qui poursuivra son voyage en toute diligence 
pour se rendre a Vienne. Je sais que vous connaissez fissez 
I'huraeur et I'ardeur de My Lord ; mais comme il defere beaucoup 
a mes avis, je puis vous assurer que vous le trouverez tres-flexible 
et toujours pret a suivre vos bons avis pour Tinteret de S. M. I. et 
pour apaiser les troubles de Hongrie, que vous savez que nous 
avons fort a coeur en Angleterre, comme Tunique moyen pour 
retablir entierement les afikires de I'Empire. C'est pourquoi ii a 
aussi ordre de ne rien negliger pour y reussir. H est charge de 
communiquer mes pensees a S. M. L et a vous seul, sans les 
exposer a autre personne que ce soit. 

Le meme ordinaire, arrive ce matin, nous a confirm^ la marche 
de M. de Marsin avec quatre brigades d'infanterie et une de 
cavalerie. II doit joindre en chemin le corps qui a fait le siege 
de Hombourg, et venir avec toutes ses troupes renforcer leur 
armee dans les Pays Bas. On nous assure que M. de Villars 
doit aussi avoir fiiit un detachement pour I'ltalie ; ainsi en cas que 
M. le Prince de Bade ne se croit pas en etat d'entreprendre le 
siege de Saar-Louis, il me semblc qu'il serait absolument neces- 
saire que S. A. detachat aussi de son cote, tant pour I'ltalie que 
vers ces quartiers, mais principalcment pour renforcer le Prince 
Eugene ; et qu'il ne retienne pas plus de troupes que M. de 



1705.] LEVELUNO THE LINES. — PROJECT BY M. DOPPF. 205 

Villars aura avec lui, puisque manque de troupes on pourrait 
beaucoup souffiir ailleurs. 

Je mis, avee pMsion et estime, Mmuienr, votre, &c M. 

P.S. — J'ai tant dit k My Lord Sunderland, que toub pouvez 
Yous reposer entierement sur lui, et etre sur que ce que vous lui 
direz en confiance, ne sera communique ni a M. de Stepney ni a 
aucun autre, et qu'il suiirra partout vps sages conseils. 



To M. GUELDERMALSEN. 
MoNtnsuB, Au Camp de Meldert, ce 6 AoAi, 1705. 

«rai reqvL a ce moment Thonneur de votre lettre du 4, avec 
la copie de ce que vous ecrivez a MM. les Deputes, touchant la 
marche des troupes Palatines. II pourrait bien etre que celles de 
Prusse seraient aussi en marche pour venir de ce odte-ci, le Roi 
ayant envoye des ordres expres a mon insu k M. d'Amem de 
marcher incessamment des que les ennemis feraient quelque d^- 
tachement considerable, sans attendre de nouveaux ordres, et 
meme de faire embarquer rin&nterie pour diligenter d'autant plus 
sa marche. II me semble que Tinfanterie Palatine pourrait bien 
£ure le meme, et laisser suivre le bagage avec la cavalerie. 

Nous commencerons demain a combler les Lignes, en attendant 
qu'on se prepare a &ire quelque chose de plus considerable. 

Je suis, Monsieur, ^c M. 

To THE PENSIONER. 
MoNSXBUii, Au Camp de Afeldert, ce 6 Aeutf 1705. 

Ayant re^u hier au soir de M. Dopff le papier ci-joint, con- 
tenant des reflexions sur la situation presente des armees, je n'ai 
pas pourtant voulu tarder a vous I'envoyer, comme je ne manquerai 
pas de faire de tout ce qui me viendra qui regarde le service. 
Vous aurez la bonte d'examiner ce projet, et de le communiquer 
a ceux que vous trouverez a propos, sans qu'il soit pourtant trop 
expose ; et vous me donnerez, s'il vous plait, vos sentiments 
la-dessus. En cas qu'on le trouvait praticable, je crois qu'il 
serait a propos que M. Dopff fit un tour pour trois ou quatre 
jours k la Haye, afin de r^gler tout ce qui en depend. 

Les nouvelles que nous recevons ce matin du Rhin, des gros 
detachements que les ennemis font marcher vers les Pays Bas 
rendent, il me semble, Texecution un pen difficile. Cependant 
j'attendrai Thonneur de vos avis ; mais en tout cad, ce que j'ai 
propose par M. Hompesch doit etre ex^ute en premier lieu. 
Je suis toajoan, avec une veritable piusion et estime. 

Monsieur, YOtre, &c. M. 



206 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To Mb. STANHOPK 
Sib, Camp at Meldert, Gth Augvtt, 1 705. 

I thank you for your kind letter of the Ist instant, and for 
those you sent me that came from my servant. Mr. Cardonnel 
has desired Mr. DayroIIes to encourage the correspondence, for 
I should be glad to know what could induce him to desert 

My Lord Sunderland left us this morning in order to hasten to 
Vienna. I showed him what you writ me about his taking Duasel- 
dorp in his way, but found he had no inclination to it ; neither do 
I think he could have done much good there in two or three days, 
besides that the ill news we have from Vienna requires his making 
what haste he can thither. 

We shall begin to-morrow to level the enemy's Lines, until an 
opportunity offers of doing something more. 

I am, with truth, Sir, youn, &c M. 



To Mb. secretary HARLET. 
Sib, Camp at Mddert^ Uh August, 1705. 

I received this morning the favour of your letter of the 20th 
past, by which I find the Queen has been pleased to give leave to 
three of the French officers to go to France. MM. de Blansac 
and Hautefeuille, I find, are to return in six months, but I know 
not on what conditions you have let M. de Vasse go, and there- 
fore have desired a copy of his pass, that I may know how to 
govern myself with relation to him. 

My Lord Sunderland left us this morning, in order to hasten to 
Vienna, where it is likely the late defection in the Emperor's 
hereditary country may make the court more inclinable to come 
to an accommodation with the Hungarians. 

To-morrow we shall begin to level the enemy's Lines, while we 
are preparing to make some further attempt. 

By letters I received to-day from the Upper Rhine, I have an 
account that the Marechal de Marsin was detached with four 
brigades of foot and one of horse, to join the troops that made the 
siege of Homburg, and then march together to reinforce the French 
army in these parts, upon which I expect the Palatin troops will 
soon be marching this way ; and it is likely the twelve thousand 
Prussians may follow, the King having given directions to his 
general to march, in case the French made any considerable 
detachment,.without expecting frirther orders. 

I am. Sir, yours, &c. M. 



1705.] LAYING THE FIEST STONE AT WOODSTOCK. 207 

To THE DUKE OP OBMOND. 

Mt Louk Camp at Mddert, Sth Auffuti, 1705. 

I am to tbank your Grace for the honour of your letter of 
the 17th of the last month, and your obliging congratulations on 
our saccess in forcing the Lines. I wish you do not think it long 
before you hear of some further consequences from that happy 
begnmmg, but persuade myself you will do me the justice to 
beh'eye that nothing on my part has been wanting towards it 
I am, with sincere respect. My Lord, 

Your Grace's, &e. M.* 

To Mr. VANBRUGH. 
Sib, Camp at MeUert, 7ih AugvH, 1705. 

I am very much obliged to you for the account you give me 
in your letter of the 22nd of June, of the laying the first stone at 
Woodstock, and of the alterations you design in the building, 
which I am satisfied must be for the better. I do not doubt but 
you will press on the works with the same care as long as the 
season will allow it ; for I assure you the greatest satisfaction I 
enjoy on this side is from the hopes I have of finding the house in 
good forwardness at my return in the winter. 

I am, with trath. Sir, yoors, &c. M. 



To Mb. TRAVERS, 
So, Camp at Meldert, 7th Anguat, 1705. 

I have received your two letters of the 8th and 17th of July, 
^ amextremelyraensible of your friendship to me in the election, as 
well as of the great care and pains you are now taking at Woodstock, 
where I am persuaded everything must succeed under your prudent 
management ; and therefore, as long as you are pleased to charge 
yourself with it, I shall be entirely easy in whatever you shall 
jndge proper to be done. The draft you send, with the explanation, 
has given me great satisfaction ; and the hopes I have of finding 
the works in so good forwardness at my return is one of the 
greatest pleasures I have on this side the water, and does not 
contribute a little to alleviate the &tigues of the campaign. Before 
Heft England I signed an instrument to Mr. Solicitor, to empower 
Urn to hold the coiuts, so that unless he should decline it, as not 
^king it worth his while, I cannot well appoint any other, but 
We written to Mr. St. John about it. 

I am, witltomTich tmtli, Sir, yoon, ftc. M. 

* A similar letter was sent to Lord Portmore and Lord Halifax. 



208 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

A MM. DE LA RBGENCB DU DUCHt: DE CLEVES. 
ME88iS0Bfl, Au Camp de MeldeH, ce 7 Aaut^ 1705. 

Comme j'ai donne ordre pour faire descendre le Rhin aux 
grains et farines qui restent des magasins qu'on avait eriges a 
Coblenz et ailleure pour Texpedition de la Moselle, je viens par 
celle-ci vous prier de vouloir laisser librement passer les bateaux 
charges des dits grains et fariues, exempts de tout peage, comme 
font aussi les autres Princes et Etats intere8S(»; ne doutant 
aucunement que S. M. le Roi ne Prusse ne soit entierement con- 
tent de ce que vous nous accorderez a cet egard. 

Je snis, tr^parfkitement, Messieurs, Totre, &c M. 



To M. LE COMTE VAN DER NATH. 
MoKSiBUB, Ah Camp de Meldai, ce 7 Atmt, 1705. 

Je vieiis de recevoir votre lettre de ce matin, et suis biea 
marri de voir que les choses ne sont pas mieux reglees. J^ecris a 
M. d'lvoy qu'il m'envoie un projet de la maniere qu'il voudrait 
qu'on s'y prlt pour avoir plus de travailleurs ; alors nous ferons tout 
ce que nous pourrons pour vous assister. Je parlerai aussi a M. 
d'Auverquerque pour vous envoyer un renfort de chaque arme au 
plus-tot Cependant, on vous laisse entierement le maitre de com* 
mencer le travail, selon que vous jugerez le plus a propos. 

Je Boia, ti^par&itement, Monsienr, votre, &e. M. 

P.S. — Je viens de recevoir une lettre de M. de Spaar du 4, ou 
il me marque qu'il avait emporte ce matin les Lignes du Canal de 
Bruges. 



To M. PESTERS. 
MoNStfiUB, Au Camp de Meldai, ce S Acut, 1705. 

Je viens de recevoir Thonneur de votre lettre d'hier au soir, 
et vous suis fort oblige des soins que vous vous donn^z pour 
acheminer nos afiaires, qui sont en si bonnes mains que je n'en suis 
guere en peine. Mais pourtant le pays de Liege a temoigne si peu 
J'cmpressement, que j'ai grand' peur qu'il ne nous manque de ce 
cote -la ; ainsi je vous prie de vous en bien informer et de mettre 
tout en QBUvre afin que nous soyons foumis. II faut aussi que tous 
les chariots a Maestricht soient decharges pour etre employes a 
Tusage que vous savez. 

Je demanderais volontiers les chariots des officiers dans ce pres- 
sant besoin, si cela ne les mettait pas hors d'etat de marcher. 
Pour ce qui est des quatre cens chevaux, il faut en prendre ce qui 
sera necessaire pour les quatre pieces de canon, et les quatre 



1705.] ORDER POR COLLECTING THE PEASANTRY. 209 

mortiers, avec tout leur attirail; le reste yous employerez, s'il vous 

plait, seloD Yotre discretion sans les laisser oisifs. J'attendrai 

Fhoimeur de votre repoiise par le retour de ce postilion, et suis 

tres-parfidtement. 

Monsieur, TOtre, &g. M. 

To M. IVOY. 

MoNSinm, Au Camp de Meldai, ce S Anut, 1705. 

Je viens de reoevoir votre lettre, et suis bien marri de voir 
que les paysans ne viennent point. J'ai cru que le plus court etait 
de YOUS autoriser d'envoyer vos mandements partout ou vous le 
trouverez k propos, comme je fids aussi par I'ordre ci-joint, que 
Tons oommuniquerez, s'il vous plait, a M. le Comte Van der Nath, 
de meme que le r^lement que je vous envoie pour empecher la 
marande. £t en cas qu'il vtnt des soldats de votre cote contre- 
venants au dit reglement, je crois qu*il en faudrait faire des 
exemples sur le champ pour donner la terreur aux autres. 

Je suifl, tr^parfaitement, Monneiir, Yotre, &c. M. 

Comine Nous avons trouv^ a propos de le commettre au 
Qoartier-Maitre General Ivoy d'avoir Tinspection de la demo- 
lition des lignes, Nous lui autorisons par la presente, d'envoyer ses 
mandements a tons les baillages et quartiers a portee, et de 
sommer le nombre de paysans qu'il trouvera a propos, de venir 
incesBamment travailler, chargeant chaque baillage ou quartier 
seloD aa force; et en cas de refus. Nous lui autorisons aussi d'user 
d*execution militaire pour les y contraindre; le tout de concert 
avec M. le Comte Van der Nath. — Fait au camp de Meldert, ce 8 

d'Aout, 1705. 

M. 



To THE MARECHAL DE VILLEROI. 
MoNSiEcn, Au Camp de Meldert, ce 9 Aout, 1705. 

J'w re^ rhonneur de votre lettre du 7 de ce mois, et vous 
suis bien oblige des honnetetes que vous me temoignez a I'egard 
du Sieur Cronstrom en lui accordant un passeport. II nous a 
toujours pam fort sage ici, et je suis bien marri qu'il se soit com- 
porte autrement chez vous ; je ferai aussi volontiers ce que vous 
souhaitez a son egard, mais j'apprends de la Haye qu'on le 
destine, en cas que vous le trouviez bon, contre M. le Brigadier 
de St. Pierre, qui de meme a ete pris a Huy, ce qui me semble, 
moyennant Fequivalent, etre plus naturel. Je ne veux point aussi 
vous oeler, que sur le traitement qu'on fait aux prisonniers des 

VOL. II. p 



210 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1706. 

troupes de S. A. R. le Due de Savoie, on a cru ^ propoe de se 
borner sur Techange des prisonniers qui ont ete faits avant cette 
annee ; me reservant pourtant deux officiers de distinction pour 
donner en echange centre MM. de Voubonne et de Kirchbamn 
des troupes Imperiales. Et pour yous montrer Testime que j'ai 
pour M. de la Valliere et M. de Monperrous, je suis content, si 
vous Tagreez, que I'ecbange se fasse entre ces quatres ; et meme 
de donner Tequiyalent pour repondre aux caracteres. Xecrin 
encore ce soir a Breda pour saroir ce qui est devenn des pri- 
sonniers qui devraient deja etre a Anvers, ne cberchant rien avec 
plus d'empressement que les occasions de vous assurer de I'estime 
et du respect tres-sincere avec lequel j'ai Tbonneur d'etre, 

Monnenr, votrer &«. M. 

To THE DEPUTIES OF THE STATES. 
MsmiKUBs, Au Cmi^ ds Mddtrt, ce 9 Ao6i^ 1 705. 

Ayant cm qu'il ne fallait point perdre de temps a faire part 
a leurs II. P. du contenu de la lettre de M. le Prince de Bade, 
j'envoie a vos Nobles Puissances mes depeches la-dessus ouvertes ; 
mon aide-de-camp les fermera: et je leur prie d'avoir la bonte de 
les acheminer avec ce qu'ils trouveront a propos d'ajouter sur le 
meme sujet. 

Je suis trM-fiinc^rement et avec respect, 

^De TOB Nobles PaiasanceB, &c M. 



To THE PENSIONER. 
Monsieur, Au Camp de MeideH, ce 9 AoAi, 1705. 

Ayant requ bier au soir une lettre de M. le Prince de Bade, 
j'ai cm vous en devoir envoyer copie, de meme que de la reponse 
que je lui fais, vous priant d'avoir la bonte de les communiquer 
au plus-tot a MM. les Etats, et de me marquer ce que leurs H. P. 
trouvent a propos que je dise de plus a S. A. au sujet de sa lettre. 
Vous trouverez aussi une lettre en original de M. le Prince 
Eugene, que je vous envoie, afin que vous puissiez rendre justice 
a M. le Lieutenant-General Scholten, ou vous le trouverez a 
propos. 

Je sols, tr^-parfaitement, Monsiear, votre, &e. M. 



To BARON SPAAR 
Monsieur, Au Camp de Mddert, ce 9 uloMf, 1705. 

Je n'ai requ Thonneur de votre lettre du 4 de ce mois que le 
7 au soir, et vous felicite de tout mon coeur de votre beureuse 



1705.] UNES OP THE CANAL AT BRUGES. 211 

entree dans les lignes des ennemis. Nous sommes dans I'im- 
patience d'apprendre les suites que cela aura eu, et encore que nous 
n'osons nous flatter que vous putssiez vous maintenir long-temps, 
cela aura cependant toujours son efiet, et obligera les ennemis a 
tenir un bon corps de troupes en Flandre, pendant que nous 
prenons des mesures potur agir de ce cote-ci, dont vous serez in- 
forme des que nous y yerrons jour ; en attendant nous sommes 
occupes a demolir les lignes. 

Je sols, tr^s-fiinoerement, Monsienr, -voire, &c M. 



To TBS PRINCE EUGENE OF SAVOY. 
MoNsncuB, Au Camp de Melderi, ce 9 Aout^ 1705. 

Depuis que je me suis donn^ Thonneur d'ecrire k V. A. le 19 
da mois passe, j'ai requ celles qu'Elle a eu la bonte de me faire le 
17 et 24, et vois bien les grandes difficult^ qu'Elle trouve pour 
avancer; cependant j*espere d'apprendre bientot qu'Elle aura 
trouye le moyen de les franchir. J'ai represente a la cour de 
Vienne la necessite qu*il y avait de vous renforcer au plus-tot, et 
j'espere qu'on y fera I'attention requise, d'autant plus, comme je 
le marque a M. le Comte de Wratislaw, qu'on a des avis que M. 
de Villars aiu^ait fait marcher un detachement pour Tltalie. Nous 
ne sommes pas moins embarrasses ici que ne Test V. A. Si Elle 
coim^ssait le terrain, Elle saurait les grandes difficult^ que nous 
avons a essuyer pour passer en avant ; cependant nous faisons tout 
notre possible, et je me flatte que nous en viendrons a bout avant 
que le gros renfort que M. de Marsin amene aux ennemis puisse 
arriver. Nous attendons aussi de notre cote les troupes Palatines, 
60 cas que le Prince de Bade ne voie pas jour a faire quelque 
chose de considerable. Enfin je fais tout ce que je puis pour 
attirer les forces des ennemis de ce cote-ci, et soulager autant qu'il 
m'est possible les armes des hauts Allies ailleurs. 

Je re^us une lettre hier de M. le Baron Spaar, qui commando 
les troupes en Flandre. II me mande qu'il avait force les lignes 
da canal de Bruges, ce qui pourra donner quelque diversion ici ; 
mais en apparence il ne pourra s'y maintenir. II a commence de 
qaelques jours trop tot. 

Pour ce qui regarde MM. de Kirchbaum et de Voubonne, il 
y a long-temps que j'ai offert Techange de ces Messieurs contre 
M. de la Valliere et M. de Monperrous, qui sont aussi bien a la 
ooor qu'aucun de leurs generaux. Ces Messieurs emploient tout 
leor credit pour I'obtenir, cependant la cour ne montre guere 

p2 



212 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

d'empressement pour leur liberie, ce qui fait voir qu'ik font une 
grande distinction de yob deux generaux. Mais je crois pourtant, 
comme les passeports de ces Messieurs vont expirer, et que je ne 
les prolongerais pas, qu'on y consentira a la fin plutot que de les 
laisser revenir. 

Nous sommes occupes a pr^nt a combler les lignes, en atten- 
dant que nous puissions faire quelque chose de plus. 

Je siiis, Monnear, de V . A^ &e. M. 



To THB PRINCE OF BADEN. 
MoNSiEus, Au Camp de Meldert, ce 9 Aa&t^ 1705. 

J'ai re^u hier au soir la lettre que V. A. m'a fait I'honneur 
de m'^rire le 5 de ce mois de Rastadt, et j'ecris aujourd'hui a la 
Haye touchant la poudre que vous souhaitez et touchant les 
troupes Palatines. V. A. peut etre assuree que je ne n^ligend 
jamais rien de mon cot^ oil je lui puis etre utile ; mais je prevois 
que MM. les Etats seront bien aises d'etre informes a Tegard de la 
poudre, quelle apparence il y aurait avec cela que vous seriez en 
^tat d'entreprendre quelque siege, et k quelle place V. A. voudrait 
s'attacher; quand je leur pourrai repondre la-dessus, mes in- 
stances auront sans doute plus d'efiet. Pour ce qui est du renfort 
que leurs H. P. voulaient faire marcher de ce c6te-ci, c'etait sans 
doute sur les avis que M. de Marsin etait detache avec un gros 
corps vers les Pays Bas. V. A. saura mieux que personne si ces 
avis sont fondes: en ce cas EUe. jugera facilement qu'on aura 
besoin de renfort ici. On dit aussi que M. de Villars fait un 
detachement pour Tltalie, et qu'il ne doit retenir aupres de lui 
que vingt-cinq bataillons et trente escadrons ; en ce cas je me 
flatte que V. A. songera aussi a envoyer quelque secours de ce 
cote-la, puisqu'il est absolument necessaire que les armes de 
S. M. I. soient soutenues en Italic. 

Nous n'avons pu encore trouver le moyen d'avancer ici, vu la 
difficulte du terrain. J'espere pourtant qu'on en viendra k bout 
En attendant nous sommes occupes a demolir les Lignes. 
Je sols, ayee un ve'ritable respect et panion, 

De Yotre Altesse, &c M. 

P.S. — tFenvoie a V. A. les nouvelles que je re^ois k ce moment 
de Treves. Les quatorze aquinze mille hommes qui s'assemblent 
a Bliescastel ne peuvent avoir autre vue selon moi que sur Trar- 
bach, dont EUe connait trop la consequence pour en souflrir la 
perte. Si cela arrivait, il ne faudrait jamais plus songer a re- 



1705.] SUPINENESS OF THE PRINCE OF BADEN. 213 

tourner dans ce pays ; meme cela couperait en quelque maniere 
la oommunication des deux armees ; ainsi je la conjure d*y preter 
toute son attention. 



To TBX COMTE DE WRATISLAW. 
MoKSiEOB, Au Camp de Meldert, ce 10 AoiU, 1705. 

Ayant re^u hier une lettre de M. le Prince de Bade, je ne 
puis me dispenser de yous en envoyer copie, et en meme temps vous 
marquer en confiance le chagrin que j'ai que S. A. reste a Rastadt, 
et parle d'assembler les troupes la semaine a venir, quand nous 
avons besoin ici, aussi bien qu'en Italie, de toute la diversion qu'il 
est possible de donner aux forces des ennemis. Vous voyez que 
S. A. ne dit rien des detachements des ennemis, ce qui nous est 
fort essentiel ; cependant nous apprenons de toutes parts qu'ils en 
ont fait de considerables ; meme on assure qu'ils meditent le siege 
de Trarbach. S'ils prenaient cette place, il ne faudrait jamais 
plus songer a retoumer dans ce pays-la, outre que ce nous serait 
de la demiere honte de laisser agir les ennemis en maitres contre 
une armee si superieure. Ainsi je vous conjure de representer ced 
fortement a S. M. I., afin qu'Elle ordonne au Prince de Bade de 
ne point permettre que les ennemis se rendent maitres de cette 
place, a quelque prix que ce soit Vous voyez ce que je lui 
ecris, et que j'envoie aussi la copie de la lettre du Prince a MM. 
les Etats, pour savoir ce que je lui manderai de plus a Tegard de 
la pottdre et des troupes Palatines. 

J'ai rhonneur d'etre tr^sinc^rement, &c. M. 



To M. GUELDERMALSEN. 
MoNBiEUB, Au Camp de Meldert, ce 10 Aout^ 1705. 

J'ai regu Thonneur de vos lettres du 5 et 6 de ce mois, et 
veux bien vous avouer que je ne me suis declare que faiblement 
pour le renfort des troupes Palatines, ne pouvant me promettre 
grand service de ce corps, et de peur aussi de donner pretexte au 
Prince de Bade k ne rien faire. Mais cette demiere raison semble 
pourtant cesser, par le peu d'empressement que ce Prince fait 
paraitre d'agir avec toutes ces forces, ayant regu hier une lettre 
de S. A. de Rastadt du 5 de ce mois, oil il parle d'assembler les 
troupes la semaine a venir; de sorte qu'a vous dire la verite, j'ai 
ties-peu d'esperance de ce cote-la, et il est temps d'ouvrir les yeux 
avant qu'il soit trop tard, et de ne plus se laisser amuser par des 
promesses sans apparence d'effet, de peur que la cause commune 



214 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705- 

n'en souflBre a la fin un prejudice irreparable. Selon les avia que 

nous recevons ce matin, les ennemis assemblent un corps de qua- 

torze a quinze mille hommes aBliescastel, ou ils attendrontles ordres 

de la cour. Ces troupes ne peuvent avoir autre vue que d'attaquer 

Trarbach, ou de venir renforcer leur armee ici ; en ce dernier cas 

il ne faudrait plus hesiter a faire marcher non-seulement les 

Palatins, mais aussi les Prussiens, et prendre meme des mesures 

incessamment pour cela. Et si les ennemis voulaient s*attacher a 

Trarbach, on doit mettre tout en OBuvre pour sauver la place. Je 

yous assure que je fais plus de fond sur vos soins a cet egard que 

sur ce qu'on pourridt raisonnablement attendre d'ailleurs. J'en 

marque la consequence a M. le Prince de Bade, et lui dis que 

cette place etant perdue, il ne faut jamais plus songer a la Moselle. 

Enfin vous voyez, Monsieur, que je vous ecris a coBur ouvert; 

mais la necessite le demande, et je vous prie de me menager un 

pen dans vos quartiers. 

Je snis, tr^pariUitement» Monsieur, votre, &c M. 



To Mb. secretary HARLEY. 
Sib, Camp at Meldert, lOth Anffust, 1705. 

I received this morning the favour of your letter of the 24th 
past, with the extract of Mr. Methuen's letter, by which I see the 
disorders in Portugal increase, and notwithstanding the necessity 
of our affidrs, I fear Mr. Stanhope's representations will have little 
efiect at the Hague. I have likewise the Earl of 6alway*s Me- 
morial, with your answer, and cannot but be surprised the court 
at Vienna should be so pressing for my return to the Moselle 
when there appears so little disposition in their own general to act 
with a superior army, since you will see by a letter I have from 
the Prince of the 5th, which my Lord Treasurer will show you, 
that he is still at B^stadt and that he speaks of assembling his 
troops la semaine h venir. I have written my mind very plainly 
to M. Gueldermalsen, who is in those parts, that we can have but 
very little dependance on anything from thence. 

We are using all the diligence we can in getting ten days* 
bread beforehand, and then I hope we shall find means of getting 

forward. 

I am, Sir, yoan, &c M. 

To COLONEL EVANS. 
Sib, ^ Camp at Meldert, lUh Anguat, 1705. 

Having ordered two battalions of Danish foot to march to 
Tirlemont to remain there in garrison until frirther orders, I desire 



1705.] SIEGE OF LBAU. — FURTHER ATTEMPT. 215 

you wrill take care that they be quartered in the town in like 
manner as the other troops, and that you will order the two posts 
between Tlrlemont and Diest, the next to you» to be relieved by 
one hundred and fifty men, and each out of your garrison; 
whereupon the detachments at those posts are to return and join 
their raiments; whereof you are to give the commanding officer 
notice. 

I am. Sir, yoan, &c M. 

To M. irAUVERQUEBQUE. 
MomixirB, Au Camp de Meldert, C€ 12 AcA, 1705. 

Je viens de recevoir des lettres d' Angleterre qui m'empechent 
d'ayoir Thonneur de vous venir dire le bon jour, et m'obligent a 
vous ecrire cette lettre, pour vous marquer qu'on m'assure que les 
six jonrs de pain seront ici demain. Ainsi je vous prie de faire 
venir M. DopflF aupres de vous, pour regler les mandements qu'il 
serait a propos de donner pour Ikire venir les paysans le 22 ou 23 
de ce mois, pour continuer la demolition des Lignes, comme aussi 
les ordres pour faire venir en meme temps de Maestricht Tartil- 
lerie, et tout ce que M. de Slangenbourg demande pour le aiege 
de Lean; quand tout ceci sera fait vous m'obligeriez de vouloir 
prior M. Dopff de passer ici pour m*en rendre compte. 

Je siuB, Monrieor, votre, Sec M. 



To THB DURE OF SOMERSET. 
Mt Lokd, Camp at Meldert, 12fA AtiffUBi, 1705. 

I have received the honour of your Grace's letter of the 24th 
of the last month, and am obliged to you as well for your accept- 
ance of the services I was forced to send by Colonel Durel for 
want of time to write, as for your kind congratulation on the suc- 
cess of our enterprise upon the Lines, from wluch I flattered my- 
self we should have reaped some considerable advantage before 
this time. But I have met with many difficulties that could not 
have been foreseen. I comfort myself, however, in the justice my 
fiiends are pleased to do me, in believing my utmost endeavours 
are not wanting to overcome them. We are now levelling the 
lanes, while preparations are making for some further attempt. 
I am, with great troth and respeet, My Lord, 

Your Graoe't mo6t obedient and most humble servant. M.* 

* A similar letter was sent to Lord Delawarr. 



216 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To Mr. prior. 
Sir, Camp at MdderU 12iA Angnat, 1705. 

I have received the favour of your obliging letter of the 20th 

of the last month, and return you thanks for your compliment on 

our late success. I heartily wish it may have the happy eflfect you 

foretell, and shall be very glad if I can any way contribute towards 

yoiu* having a share in it. 

I am, Sir, yours, &c M. 



To THE COMTE DE WRATISLAW. 
MoNBiEDR, Au Ctimp de Meldert, ce 12 AotU, 1705. 

Le Colonel Richards est arrive bier, et m'a rendu la lettre 
que vous m'avez fait rhonneur de m'ecrire le 31 du mois passe, 
ou j'ai ete bien aise de voir les mesures que vous prenez pour 
retablir les affaires en Hongrie. Je me flatte que Tamnistie que 
S. M. I. veut bien accorder a ces gens aura un bon effet Je vous 
ai ecrit une longue lettre par le dernier ordinaire, et n'ayant rien 
appris depuis du Haut Rhin, vous voulez bien permettre que je 
m'y rapporte. Nous aliens nous mettre en marche dans un jour 
ou deux, et je ne manquerai pas de vous en apprendre les suites. 
Je suis, tr^parfaitement, Monsieur, votre, &c M. 



To THE COMTE DE PRISE. 
MONSIBCR, Au Camp de Meldert, ce 12 Ao6t, 1705. 

II n'y a que deux jours que j'ai requ rhonneur de votre lettre 
du 31 du passe, ou vous me marquez que M. le Prince de Bade 
avait deja donne les ordres pour vous tirer de Tinaction, et vous 
mettre en mouvement. Cependant je re^ois une lettre de S. A. 
du 5 de ce mois, ou il ne parle d'assembler les troupes que la 
semaine a venir. J'espere que cela sera fait a present, car il est 
bien temps que vous fissiez quelque diversion. Si M. de Villars a 
fait les detachements qu'on nous marque, il serait a souhaiter que 
vous Teussiez pu prevenir, car en cas que M. de Marsin marche 
avec un corps de quatorze a quinze mille hommes, comme on le 
debite, il sera impossible que nous puissions resister ici sans quelque 
renfort Nous sommes occupes a present a demolir les Lignes, 
et aliens attaquer Leau pour mettre le pays im pen a couvert des 
partis eimemis. En attendant nous faisons un magasin de pain 
pour dix ou douze jours d*avance, afin d'etre en etat de passer 
outre. 

Je suis, tr^parfaitement, Monsieur, Totre, &c. M. 



1705.] MARCH TO THE SOTJHCB OF THE DYLE. 217 

To THX COMTE DE SINZENDOBFF. 
MomxaB, Au Coaip de MsUUrt, ce IS Aoiit, 1705. 

J'ai re^n les deux lettres que vous m'avez fait rhonneur de 
m'ecrire le 25 juillet, et le premier du courant, la demiere 
m'ayant ete rendue par le Colouel Richards. Je vous rends miile 
remerctments de la part que vous prenez si obligeamment dans 
notre heureux passage des Lignes, et suis ravi de voir que S. M. I. 
avait en la bonte d'accorder une cessation d*armes aux Hongrois, 
dans I'esperance que cela produira un bon effet parmi ces gens, et 
preparera les esprits pour un accommodement tant a souhaiter 
pour le bien de la cause commune. J'ai ecrit plusieurs fois a la 
Haye pour tacher de porter MM. les Etats a foumir la poudre 
que le Prince de Bade demande, encore qu'on ignore jusques a 
present ce que S. A. pourra entreprendre ; meme on ne sait pas 
qn'il soit k latete de I'armee ; quoiqu*il a declare qu'il ne manque 
que de poudre pour une action de campagne. 

Nous avons fait une provision de pain pour quelques jours 
d'avance, et nous aliens nous mettre en marche samedi prpchain 
pour gagner la source de la Dyle, et tacher d'attirer les ennemis 
a one action avant que leurs renforts n'arriyent du Haut Rhin. 
n serait fort a souhaiter qu'on se fut mis en etat de ce cote-la de 
les empecher de detacher vers ici ou vers Tltalie, ou il est tres- 
necessaire qu'on songeat serieusement a envoyer au plus-tot 
quelque renfort k M. le Prince Eugene. 

Je suis, avec une veritable passion et respect, 

Monsieur, yotre, &c. M. 



To THE PRINCE OP SAVOY. 
MoNSiSDB, Au Camp de HfekUrt, ce 13 Aouif 1705. 

J^ai requ ce matin la lettre que V. A. m'a fait Thonneur de 
m'ecrire le 31 du mois passe, et lui suis infiniment oblige de I'in- 
teret qu'EUe prend en notre heureux succes dans le passage des 
Lignes. Je lui en ai ecrit le detail par mon adjudant-g^eral, qui 
a porte la nouvelle k la cour de Vienne, et ai recommande ma 
lettre a M. le Comte de Wratislaw, ne sachant pas une meilleure 
adresse ; autrement je m'en serais servi avec plaisir, puisqu*il n y 
a personne qui honore V. A. avec une plus veritable passion que 
je fais. 

Nous ne savons pas jusques a pr^nt ce que le Prince de Bade 
pretend £Bure avec toutes les troupes sur le Rhin, ni meme qu41 
8oit encore a la tete de I'armee. Cependant les ennemis font si 
pen d*attention a ce qu'il pourra ou voudra entreprendre, qu*ils 



218 MARLBOROUGH DISPATCfHBS. . [1705. 

ont dejafait un gros d^tacbementyers ce pays. Meme on dit que 
M. de Villars a auasi envoye un renfort vers ritaliey quoique nous 
eussions lieu d'esperer qu'une armee de plus de cinquante mille 
homm^ nous aurait mis Tun et I'autre a Tabri d'un si facheux 
contretemps. J'ai ecrit dans les termes les plus pressants k M. le 
Comte de Wratislaw et a M. de Sinzendorff, qu'ils aient a recom- 
mander a S. M. I. de £Bdre marcher incessamment quelque ae- 
cours a Y. A. J'espere que oela pourra avoir un bon effet 

Nous aliens nous mettre en mouvement apr^ domain pour 
gagner la source de la Dyle, et tacher d'attirer les ennemis a une 
action avant qu'ils aient leur renfort d'Allemagne. Je ne man- 
querai pas de faire part d'abord a V. A. de la suite que cela 
aura ; cependant je la souhaite du fond de mon &me un beureux 
succes, et suis tres-sincerement et avec respect, 

MoDsienr, de V. A., &e. H. 



To M. D'ARNEM. 
MoNSiEDii, Au Camp de Meldert, ce 13 Aout, 1705. 

J*ai re^u Thonneur de votre lettre du 7 de ce mois, ou vous 
me marquez la situation ou vous vous trouvez, et me faites part 
en ineme temps des ordres que S. M. a eu la bonte de vous donner 
pour marcher avec vos troupes vers les Pays Bas. Vous aurez vu 
par ma demiere que je me suis remis a cet egard a votre dis- 
cretion. «ren ecris presentement a M. de Gueldermalsen, qui 
pourra bien vous rendre cette lettre, ayant ordre de MM. les 
Etats de s'aboucher avec M. le Prince de Bade au sujet de vos 
troupes. Ainsi je vous prie de vouloir bien vous concerter avec 
lui sur les mesures qu'il y aura a prendre. £t en cas que les 
ennemis fassent de gros detachements vers ces quartiers, et que 
M. le Prince de Bade ne se trouve pas en etat, nonobstant, d'agir 
offensivement et avec bonne apparence de succes ; sur quoi vous 
vous entretiendrez, 8*il vous plait, avec M. de Gueldermalsen ; et 
si, apres tout, il trouve a propos que vous marchiez, alors je vous 
recommande de faire toute la diligence possible, et d'embarqner 
Tinfanterie, selon que les ordres du Roi le portent 

Je BUS, tr^parfkitement, Moiunear, yotre» &c M. 



To M. NATZMAR. 
MoNSiBDR, Au Camp de Meldert, ce 18 Ao&i, 1705. 

J*ai requ I'honneur de votre lettre du 7 du courant, et vous 
suis fort oblig^ du detail que vous me donnez des affiiires de votre 



1705.] THBPALATIN8. 219 

cote. tPespere que oelle-ci trcmyera voire armee tellement 
avancee que le public puisse tirer quelque arantage par la puissante 
diversion qu*elle est bien en etat de donner aux ennemis. M. 
d'Arnem m'a fait part des ordres que S. M. a en la bonte de lui 
doDner, toucfaant la marche de aea troupes, en cas que la raison de 
guerre le demande. Je serais ravi que cela me donnat I'oocasion 
de Yons voir avant la fin de la campagne. 

Je toif, Moiisienr» votre, &c. M. 



To M. GUELDERMALSEN. 
MosisuiTB, Au Camp de MeUert, ce IS Aout, 1705. 

J'ai re^u hier au soir la lettre que vous m*avez fait Thonneur 

de m'ecrire le 8 de ce mois, oil vous me faites part des ordres 

donnes pour la marche des troupes Palatines, qui, selon la route 

que vous m'envoyez, doivent etre a present aux environs de 

Mayence. Yoici un paquet que je reqois ce matin de MM. les 

Etats pour vous. Vous y verrez, aussi bien que par la copie de ce 

que leurs H. P. m'ecrivent, quels sont leurs sentiments ; et comme 

vous etes sur le lieu, vous saurez beaucoup mieux juger que nous 

de ce qu'il y aura a faire, tant par rapport aux detachements que 

les ennemis auront fait, ou qu'ils feront, que par rapport a la dispo- 

ffltion ou vous trouverez M. le Prince de Bade a agir offensive- 

ment et avec apparence de quelque bon succes. Ainsi je vous 

supplie de ne point perdre de temps a vous rendre aupr^ de S. 

A. comme leurs H. P. le souhaitent, et, selon les dispositions ou 

vous le trouverez, vous prendrez, s'il vous plait, vos mesures, car 

vous pouvez bien juger que dans la situation ou nous sommcs, 

nous ne pouvons faire autrement que de remettre le tout a votre 

discretion. Cependant je vous envoie une lettre pour M. d'Arnem, 

oil je lui mande de suivre vos avis ; et en cas qu'il soit juge a 

propos qu'il vienne nous renforcer, de diligenter sa marche autant 

qu'il lui sera possible, en faisant descendre son infanterie par 

bateaux, selon les ordres qu'il n re^us du Roi. 

Nous allons nous mettre en marche en deux jours, et je ne 

mauquerai pas de vous informer par un expres ce que cela pro- 

duira. 

Je tiiis» Monsieur, Totre, ftc M. 

P.S. — Je reqois a ce moment votre lettre du 10, par laquelle je 
vois que les Palatins ne veulent pas marcher. 



220 MAKLBOROUOH DISPATCHES. [1705. 

To THE STATES-GENERAL. 
Hauts ST PiriflSANTS Skionecbs, Au Camp de Mddert, m IS AoAt, 1 705. 

J'ai re^u ce matin la lettre que vos H. P. m'ontfait rhonneur 
de m'ecrire le 11 de ce mois, avec les depeches pour M. de Guel- 
dermalsen, de qui EUes auront appris depuis qu'il serait trop tard 
d'arreter la marche des troupes Palatines, puisque selon leur 
route elles doivent etre k pr^nt en-deqa de Mayence, et Tin- 
fanterie, selon toutes les apparences, deja embarquee. Je lui ai 
d'abord achemine le paquet par expres, avec la lettre dont j'ai 
rhonneur de leur envoyer copie, et laquelle je me flatte aura leur 
approbation. 

Nous allons nous mettre en marche samedi, ayant les six jours 
de pain en avance ; et si le bon Dieu benit nos desseins, alors tous 
les renforts pourront etre tres-utilement employes. Mais Elles 
me permettront aussi de leur dire que si nous sommes oblig^ de 
Tester en-deqa de la Dyle, je ne vois aucun besoin que nous en 
puis^ions avoir, ayant deja autant de troupes qu'il nous faut en ce 
cas pour tout ce que nous pourrons faire le reste de la campagne. 

Sur la lettre que vos H. P. out eu la bonte de m'ecrire touchant 
les vaisseaux arretes par les armateurs Anglais, je n'ai pas manque 
d'en ecrire d'abord en Angleterre, comme je Tai aussi marque a 
M. de Vryberguen, et j'ose bien leur assurer que S. M. fera tout 
son possible pour les faire relacher, et qu'Elle ne negligera rien« 
au monde pour cultiver la bonne intelligence et I'amitie si neces- 
saires entre les deux Etats. 

La recommandation que j'ai pris la liberte de faire a vos H. P. 
en faveur des deux officiers, par M. de Hompesch, ne regardait pas 
moins I'interet de TEtat que la justice due au merite et services 
de ces Messieurs, puisque si on avait pu faire une declaration sur 
le champ, cela aurait eu un tres-bon effet parmi tous les officiers. 
Je suifl, avec on parfait attachement et respect, 

De Toa Haates PaiiBsanoes, &e. M. 



To COUNT LOWENSTEIN. 
MoMSUSUB, Au Camp de MMert, 00 14 AoAl^ 1705. 

Je vous remercie tres-humblement de Tbonneur de votre 
lettre du 1 de ce mois, de la liste de Tartillerie et des armes qui 
ont ete decouvertes par votre diligence, et des obligeantes felicita- 
tions que vous me faites sur notre heureux passage des Lignes. 
Je suis ravi d'apprendre que cela ait eu un si bon effet que 
d'affermir les interets de S. M. I. en Baviere. Je vois aussi avec 



1705.] MONEY SUPPLIED TO THE PBINCE OF BADEN. 221 

beaucoup de plainr le traite que vous avez fait avec le Cercle de 
Francooie pour deux mille homines, me flattant que S. M. I. trou- 
vera moyen par la d'envoyer quelque aecours en Italie, ou nos 
affiures le demandent avec le dernier empressement. Je fais etat 
de marcher demain pour gagner la source de la Dyle et avancer 
dans le pays, ou attirer les ennemis a une bataille. 

Je sdis, avec one estime et respect trd»-parfiut. 

Monsieur, votre, &c. M. 



To THE COMTE DE WELTZ. 
M0N8IEUB, Au Camp de Meldertt ce 14 Aoui, I7O5. 

«rai et6 ravi d'apprendre ce matin, par la lettre que vous 

m*ayez fait Thonneur de m'ecrire hier, votre heureuse arrivee a 

Maestricht, et vous aurai d'abord envoye une escorte; mais 

comme je commence une marche demain a la pointe du jour qui 

pourra durer trois ou quatre jours de suite, il vous serait un peu 

difficile de nous joindre, encore que vous eussiez une escorte, outre 

Tembarras qu'il vous causerait de venir a une armee en mouve- 

ment devant les ennemis. Ainsi poiur votre plus grande surete, 

j'ai envoye a M. de Villeroi pour un passeport, que je vous ferai 

tenir des que je I'aurai re^u. Cependant si quelque occasion 

favorable se pr^ntait pour venir a Tirlemont, vous seriez d'autant 

plus pres de nous. Je me fais im veritable plaisir par avance de 

I'bonneur de vous embrasser, et suis avec une estime et respect 

tres-parfait, 

Monsieur, votre, &c M. 



To THE COMTE DE GOES. 
Monsieur, Au Camp de Meldert, ee 14 AoAt, 1705. 

J*ai requ Thonneur de votre lettre du 7 de ce mois, et suis 
bien marri d'apprendre le peu de succes que vous avez eu dans 
V06 negodations pour la poudre. J'en ai encore ecrit depuis trois 
jours a M. le Grand Pensionnaire, et comme on me mande qu'on 
a trouve moyen a Vienne de foumir en partie I'argent necessaire, 
je me flatte qu'on ne fera plus de difficulte, encore que M. le 
Prince de Bade ne se soit pas encore declare sur I'usage qu'il en 
voudrait faire. 

J'ai re^u aujourd'hui une lettre de M. le Comte de Weltz, ou 
il me marque son arrivee a Maestricht ; mais comme nous aliens 
marcher demain pour gagner la source de la Dyle et avancer dans 



222 MARLBOROUGH DISPA1X:«B8. [1705. 

le pays, oa bien tacher d'attirer rennemi k une action, je crois 
que je n'aurai pas rbomietir de le voir a Tarm^ de trois ou 
quatre jours. 

Je saU ti^parfiutement. Monsieur, votre, &c. M. 



To THE MARQUIS DEL BOURG. 
Monsieur, Au Camp de Meldert, ce 14 Aout, 1706. 

J'ai re^u la lettre que vous m'avez fait Thonneur de m'ecrire 
le 6 de ce mois, et vous assure que depuis pres d'un mois je n'ai 
cesse de representer a la cour de Viemie, par mes lettres a M. 
le Comte de Sinzendorff et a M. le Comte de Wratislaw, la 
n&essite qu'il y avait d'envoyer un prompt secours en Italic, ayant 
autant k coeur les interets de S. A. R. qu'il est possible. Je me 
fiatte aussi que S. M. I. y fera de serieuses reflexions, et d'autant 
plus que je ne vois guere d'apparence que M. le Prince de Bade 
puisse &ire aucune chose d'eclat ou de consequence sur le Rhin. 
Je sois, ayeo aneT^ritable passion et estime, 

Monsieur, votre, &c. M. 



To BARON SPAAR. 
MoNsnsiTii, Au Camp de Genappe^ ee 16 Ao&t, 1705. 

J'ai requ tout a la fois les deux lettres que vous m'avez fait 
I'honneur de m'ecrire le 10 et 12 de ce mois, et suis bien marri 
de voir que le traite pour les contributions, conclu a la Haye, Ikit 
tant de prejudice non-seulement au public, mais a vos interets en 
particulier. 

Nous nous sommes mis en marche hier, et avons campe a 
Corbaix, et M. d'Auverquerque est venu en meme temps camper 
a St Martin. Aujourd'hui nous sommes avances k Genappe, ou nos 
deux armees se sont jointes. Nous avancerons encore demain 
pour approcher les ennemis de plus pres. Os n'ont fait jusques 
ici autre mouvement que nous apprenons que d'etendre leur droite 
a Over-Yssche, joignant le Bois de Soignies, et continuent leur 
gauche a Neer-Yssche. S'ils restent dans ce poste, je me fiatte 
qu'avec la benediction du ciel, je pourrai bientot vous apprendre 
de bonnes nouvelles. 

Je suis, tr^parfkitement, Monsieur, Totre, &c. M.* 

Bane rVavre, ce 19 Ao6i, 1705. 

P.S. — Je vous destinais cette lettre il y a trois jours, mais 

* Camp at Frieehemont, \7th Auffvtt, 1705. 
On Saturday last the army oommanded by his Grace the Dnke of Mariborongh 



1705.] REFUSAL OF THE BEFUTIES TO ENGAGE. S33 

n'ajant pas la oommodite de vons Tenvoyer dans rembaims de 
noire marche, je yous fisus part en meme temps de la fficfaeuse 
noavelle que tout notre dessein a echoue. Nous sommes venus 
hier en presence des ennemis, et M. d'Auverquerque et moi ayant 
ete reconnaitre les postes que nous voulions attaquer, nous avions 
tout lieu d'esperer une heureuse joumee ; mais quand il ne s'agis- 
sait plus que de Sure avanoer les troupes et commencer, MM. les 
Deputes ayant voulu consulter leurs autres generaux, et les trou- 
rant de diflerente opinion d'avec M. d'Auverquerque et moi, ils 
n'ont pas trouve a propos de oonsentir; de sorte que nous avons 
ete obliges de quitter la partie, et de rebrousser cbemin, pour aller 
reoonunencer la demolition des Lignes et prendre Leau. Je yous 
laisse a juger du chagrin que ceci me donne; mais je rois qu'il 
n'y aura jamais moyen d'agir offensiyement arec ces Messieurs, 
puisqu'ils ne veulent rien risquer, encore qu'ils aient tout Tavan- 
tage de leur cote. 

To TBE STATES-GENERAL. 
Haots et P0I88ANTB SBiOMSims, Au Comp de Bane Wavre, ce 19 Aoui, 1705. 

Selon ce que je me suis donne I'honneur d'ecrire a vos H. P. 
le 13 de ce mois, Tarmee s'est mise en marche samedi dernier. 
Nous ayons campe ce jour-Ia a Corbaix et a St. Martin ; le lende- 
main a Genappe, lundi nous sommes venus a Friscbemont ; et bier 
nous arons ete en mourement avant la pointe du jour, et apres avoir 
passe plusieurs defile, nous sommes venus dans une assez grande 
champagne, ayant trouv^ les ennemis, comme nous les attendions, 
entre Over-Yssche et Neer- Yssche, avec le petit ruisseau d' Ysscbe 
devant eux. Sur le midi, ou un peu apres, toute notre armee fiit 
rangee en bataille, et ayant visits avec M. d'Auverquerque les 

marcbed from Meldert and came and encamped at Corbaix. That commanded by 
M. drAaTerqaefqiie marched at the tame time and came to St Martin. The detach- 
ment wnft imder the command of the Comte Van der Nath, a mi^-general, to coyer 
the pioneen at the Lines, haying joined the great escort of bread, artillery and am- 
mmdtioa ttam Maertricht, came with them this eyening to Thorembaix St Tron, 
iht piODeera being sent home till fhrther orders. Yesterday the two armies con- 
tined their march to Genappe, where they were incorporated together, and the 
Comte Van der Nath likewise joined ns with the great conyoy. 

Tham day the army continned its march to this camp, the right wing being at 
Holpe and the left at Braine la Lend ; General Chnrchill being detached at the 
head of the line with twenty battalions and as many sqoadrpns. 

The enemy oontinne in their former camp, only haye stretched oat their ri|^t to 
Over-Tssefae joining the Bois de Soignies. Their left is still at Neer-Yssche, with 
he riyer Yssche beibre them. 

His Grace has left four battalions for the security of Tirlemont and two at Diest 



220 MARLBOKOTJOH DISPATCHES. [1705. 

To THE STATES-GENERAL. 
Hadts et Puissants Sbiokeurs, Au Camp de Mddert^ ce 13 AcAi^ 1705. 

J'ai pequ ce matin la lettre que vos H. P. m'ont fait rhonneur 
de m'ecripe le 11 de ce mois, avec les depeches pour M. de Guel- 
dermalsen, de qui Elles auront appris depuis qu'il serait trop tard 
d*aiTeter la marche des troupes Palatines, puisque selon leur 
route elles doivent etre a present en-deqa de Mayence^ et Tin- 
fanterie, selon toutes les apparences, deja embarquee. Je lui al 
d'abord achemine le paquet par expres, avec la lettre dont j'ai 
rhonneur de leur envoyer copie, et laquelle je me flatte aura leur 
approbation. 

Nous allons nous mettre en marche samedi, ayant les six jours 
de pain en avance ; et si le bon Dieu benit nos desseins, alors tous 
les renforts pourront etre tres-utilement employes. Mais Elles 
me permettront aussi de leur dire que si nous sommes oblig^ de 
rester en-deqa de la Dyle, je ne vois aucun besoin que nous en 
puis«ions avoir, ayant deja autant de troupes qu'il nous faut en ce 
cas pour tout ce que nous pourrons faire le reste de la campagne. 

Sur la lettre que vos H. P. ont eu la bonte de m'ecrire touchant 
les vaisseaux arretes par les armateurs Anglais, je n'ai pas manque 
d'en ecrire d'abord en Angleterre, comme je I'ai aussi marque a 
M. de Vryberguen, et j'ose bien leur assurer que S. M. fera tout 
son possible pour les faire relacher, et qu'EUe ne n^gligera rien* 
au monde pom* cultiver la bonne intelligence et I'amitie si neces- 
saires entre les deux Etats. 

La recommandation que j'ai pris la liberte de faire a vos H. P. 
en faveur des deux officiers, par M. de Hompesch, ne regardait pas 
moins Tinteret de I'Etat que la justice due au merite et services 
de ces Messieurs, puisque si on avait pu faire une declaration siu* 
le champ, cela aurait eu un tres-bon effet parmi tous les officiers. 
Je suis, aTec on parfait attachement et respect, 

De T06 Haates PiuBsanoes, &o. M. 



To COUNT LOWENSTEIN. 
MoMSUEUB, Au Camp de Meldai, ce 14 Amti, 1705. 

Je Yous remercie tres-humblement de I'honneur de votre 
lettre du 1 de ce mois, de la liste de rartiUerie et des armes qui 
ont ete decouvertes par votre diligence, et des obligeantes felicita- 
tions que vous me faites sur notre heureux passage des Lignes. 
Je suis ravi d'apprendre que cela ait eu un si bon efiet que 
d'affermir les interets de S. M. I. en Baviere. Je vois aussi avec 



1705.] MONEY SUPPLIED TO THE PBINGE OF BADEN. 221 

beauconp de plaisir le traite que vous avez fait avec le Cerde de 
Francoiue pour deux mille faommes, me flattant que S. M. I. trou- 
Tera moyen par la d'enyoyer quelque secours en Italie, oil nog 
afiaires le demandent avec le dernier empressement. Je fais etat 
de marcher demain pour gagner la source de la Dyle et avancer 
dans le pays, ou attirer les ennemis a une bataille. 

Je sniiB, aTec one estime et respect trds-pariSut, 

Monsieur, TOtre, &c M 



To TBM COMTE DE WELTZ. 
MossiEOB, Au Camp de Mdieri^ ce 14 AoOt, 17O5. 

«rai et6 ravi d'apprendre ce matin, par la lettre que vous 

m'avez fisdt I'honneur de m'ecrire hier, votre faeureuse arrivee k 

Maestricbt, et vous aurai d'abord envoye une escorte; mais 

comme je commence une marcbe demain a la pointe du jour qui 

pourra durer trois ou quatre jours de suite, il vous serait un pen 

difficile de nous joindre, encore que vous eussiez une escorte, outre 

rembarras qu'il vous causerait de venir a ime armee en mouve- 

ment devant les ennemis. Ainsi pour votre plus grande surety, 

fai envoye a M. de Villeroi pour un passeport, que je vous ferai 

tenir des que je I'aurai re^u. Cependant si quelque occasion 

&vorable se pr^ntait pour venir k Tirlemont, vous seriez d'autant 

pins pres de nous. Je me fais un veritable plaisir par avance de 

rhonneur de vous embrasser, et sius avec une estime et respect 

tres-parfait. 

Monsieur, votre, &c. M. 



To TRB COMTE DE GOES. 
M0H8IBVB, Au Camp de Meldert, ce 14 AoAt, 1705. 

J'ai re^ I'honneur de votre lettre du 7 de ce mois, et suis 
bien roarri d'apprendre le pen de succes que vous avez eu dans 
706 n^odations pour la poudre. vTen ai encore ecrit depuis trois 
jours a M. le Grand Pensionnaire, et comme on me mande qu'on 
a trouve moyen a Vienne de foumir en partie I'argent necessaire, 
je me flatte qu'on ne fera plus de difficulte, encore que M. le 
Prince de Bade ne se soit pas encore declare sur I'usage qu'il en 
Toudrait faire. 

«rai re^ aujourd'hui une lettre de M. le Comte de Weltz, ou 
il me marque son arrivee a Maestricht ; mais comme nous allons 
marcher demain pour gagner la source de la Dyle et avancer dans 



226 MAHLBOROtTGH DISPATCHES. [1705. 

rascendant sur les sprits qu'on m'aurait laiss^ faire. Apres 

quatre jours de marche consecutifs, nous sommes venus en preeeDce 

des ennemis, qui etaient dans la meme situation ou nous nous at- 

tendions de les trouver, entre Over-Yssche et Neer-Yssche, avec 

le petit ruisseau d'Yssche devanteux. M. d'Auverquerque et moi 

avons d'abord yisite ensemble les postes, et toute Tarmee etant 

rangee en bataille versle midi, il convint avec moi que nous avions 

tout lieu, avec la ben^iction du del, d esperer une heureuse 

journee ; mais eniin quand il ne s'agissait plus que de oommencer 

Tattaque, MM. les EMputes ayant consulte tons leurs autres g^ne- 

raux, qui se trouvant d'opinion contraire a celle de M. d'Auver- 

querque et moi, ils n'ont pas trouv^ k propos de donner leur con- 

sentement, comme vous verrez par la eopie ci-jointe de la lettre 

que j'ecris a MM. les Etats. II est vrai que la chose aurait et^ un 

pen serieuse, et qu'il nous aurait coute du monde; mais selon 

toutes les apparences, vu notre superiorite et la bonte de nos 

troupes, nous aurions eu une victoire des plus completes, ce qui 

aurait ete de la demiere consequence pour tons les Allies. Enfin 

je suis tout-a-fait convaincu, qu il n y aura jamais moyen de faire 

une guerre ofiensive avec ces Messieurs, puisqu'ils ne veulent 

rien risquer, encore qu'ils aient tons les avantages de leur cote, et 

je suis au desespoir que nous ayons une si grande partie de la 

campagne devant nous a rester dans Tinaction, n y ayant rien plus 

a fidre id que de demolir les Lignes, et prendre Leau ; de sorte 

que je serais bien aise si, de mon cote, je pouvais aucunement con- 

tribuer a faire agir offensivement ailleurs ; mais oomme j'ai eu 

rhoimeur de vous le dire, je n'y vois guere de jour, jusques a ce 

que S. M. I. ait mis ses afiaires sur un autre pied. 

Avant que vous aurez re^u celle-ci. My Lord Sunderland sera 

sans doute arrive a Vienne, et je euis persuade que vous com- 

menoerez deja a etre satisfait a la cour de sa conduite. Le bon 

Dieu veuille qu'il reussisse dans ses negociations, tant pour Tin- 

teret de S. M. I. en particulier, que de la cause commune en 

general. 

Jc suis, tr^parfiutement, Monsieur, votre, &c. M. 



To TH« COMTE DE WARTBNBEBG. 
MoNBiEDK, Au Camp de Basae Wcmrty ce 20 AoAt^ 1706. 

n y a quelques jours que je m'etais flatte de pouvoir vous 
envoyer k pr6ient de bonnes nouvelles de'ces quartiers. Pour cet 
efiet j'avais amasse avec assez de difficulte pour dix jours de pain 



1705.] PASS FOR ooumr hqbks. 227 

en awioe, et me suia mis en marche samedi dernier pour gagner 

la scniroe de la Dyle. Nona ayons marche quatre jours de suitet 

et Kiardi sommes venus en presence des ennemis, que nous avions 

troQT^B dans la situation que nous avions souhaitee, autre Over" 

Yssche et Neer^Ysscshe, areo le petit ruissseau d' Ysache deyant eux. 

M. d'Auverquerque et moi ayons d'abord ^ reconnaitre les poates 

que nous voulions attaquer, et Tannee ^tant rangee en bataille sur 

le midi, nous avions tout lieu d'esperer, avec la benediction du 

ciel, vn notre superiorite et la bonte des troupes, une heureuae 

joumee ; mais MM. les Depute de i'Etat, ayant voulu consulter 

leurs autres generaux, et les trouvant da different sentiment d'avec 

M. d'Auverquerque et moi, ils n'ont pas voulu consentir a passer 

outre. De sorte que tout notre dessein apres Tavoir mene jusques- 

la a echoue, et uous avons rebrousse cbemin pour aller recom- 

mencer la demolition des Lignes et prendre Lean. Vous pouvez 

bien croire, Monsieur, que je suis au desespoir d'etre oblige d'es- 

suyer encore ce contretemps ; mais je vois bien qu'il ne faut plus 

souger a agir offensivement avec ces Messieurs, puisqu'ils ne 

veulent rien risquer, quand mSme ils out tout Tavantage de leur 

cote, n serait encore plus f acheux si vos troupes avaient march^, 

dans la situation ou nous sommes, n'en ayant deja que trop, de la 

maniere dont on veut s'en servir. Cependant je ne dois pas moins 

de reconnaissance k S. M. comme aussi les hauts Allies, des ordres 

qu'Elle a bien voulu donner k oet egard. Je vous supplie, en me 

mettant avec toute sorte de respect aux pieds de S. M., de lui feire 

part de ce que j'ai Thonneur de vous mander, et de me croire avec 

une passion des plus sinc^res, 

MoDfl&evr, Totre, &«. M. 

Tp thf: pensioner. 
HossiKCB, 4u Camp de B(we Wtwre^ ce %0 AoM, 1 705. 

Le Marquis d'AUegre, qui est venu ici cet apr^midi, w'a 
tant sollicite pour un passeport pour M. le Comte de Home, en 
me repr^ntant la necessite de ses afiaires, que je n'ai pu le lui 
refuser. Vous le trouverez ci-joint, et je vous prie, en le lui re- 
mettant, de lui &]re tenir en memo temps la permission de MM. 
dn Conseil d'Etat, afin qu'il ne soit pas arrete a Breda. 

Je snis, tr^-par&itement, Monsieiir, votre, &c M. 



To BAKON REHBI^rDBK. 

Au Camp d$ Basse Wdvre, ce 31 AoAt, 1705. 

J'ai nqa rhonneur de votre lettre du 11 de ce mois, par la- 
quelle vous rae fiiites part des contre-ordres que vous ave^ requs 

q2 



228 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

de S. A. E. pour retourner sur le Haut Rhin. Pour moi, je vous 
assure, Monsieur, que je n'avais jamais soUicite la marche de ces 
troupes, et meme, vu la situation ou nous sonunes et le dernier 
contretemps que j'ai ete oblige d'essuyer, je suis bien aise qu'elles 
ne sont pas venu, dans Pesperance qu'elles pourront etre plus utile- 
ment employees ou elles sont qu'ici. Cependant il me semble un 
pen etrange qu'on ait eu si peu d'^ard auxordresde leurs H. P., 
qui sont les plus interessees dans le paiement de oes troupes. Je 
suis pourtant tres-sensible que cela ne vous pent etre aucunement 
attribue, et je serai toujours ravi des occasions de vous assurer de 
Testime tres-particuliere avec laquelle je suis, 

MoDBieiir, Totre, &e. M. 



To THE LANDGRAVE OF HESSE HOMBURG. 
MoNsiEOB, Au Camp de Corbaix, ce 22 AoflU, 1705. 

Je remercie tres-humblement V. A. de la lettre qu'U lui a 
plu de m'eerire sur notre heureux passage des Lignes, et de la 
maniere obligeante avec laquelle £lle veut bien s'interesser en ce 
qui nous regarde. Je m'etais flatte que cela aurait deja eu d'heu- 
reuses suites pour le bien de la cause commune, et j'espere qu'on 
me fera la justice d'etre persuade que cela n'a pas tenu a moi ; 
comme sans doute M. le Prince de Hesse Hombourg aurainforme 
V. A. Ayant avec beaucoup de peine mene notre armee en pre- 
sence des ennemis, et etant tout pret avec M. d'Auverquerque 
de donner bataille, MM. les Deputes des Etats, par la dissua- 
sion de leurs autres generaux, n'ont pas voulu donner leur con- 
sentement ; de sorte qu'on a perdu une des plus belles occasions 
qu'on pouvait souhaiter, et laquelle, si on avait voulu en profiter, 
nous aurait, avec la benediction du ciel, selon toutes les appa- 
rences, bientot achemin^ a une bonne et solide paix, tant a sou- 
haiter pour le repos de 1' Europe. 

Je suis, a^ec une veritable passion et respect, 

Monsieur, de V. A., Sec M. 



To THE MAGISTRACY OP LIEGE. 
Messieurs, Au Camp de Corbaix^ ce 22 Aaul, L705. 

Ayant appris qu'il se trouve parmi vos bourgeois plusieurs 
cloches ou marteaux qui ont ete pill& dans les villages d abord 
qu'on est entre dans les Lignes, je vous prie d'avoir la bonte de 
faire saisir tout ce qui se trouvera, et de publier que chacun ait a 
venir prendre ce qui lui appartient, les bourgeois ne pouvant 



1705.] CmVAS. — KKINFORCEMBNTS TO PR. EUGENE. 229 

ignorer qu'ils ne devaient acheter de telles choses, et qne meme 
c'est contre les mandements de TEmpereur. 

Je 801S, tr^parfiutement, Measieare, Totre, &e. M. 



To M. WITSEN. 
MoNsisim, Au Camp de Ccrbaix, ce 22 Aautj 1705. 

Je V0U8 STiis bien oblige de Thomieur de votre lettre, et vous 
assure, quand nous ayons ete assez heureux que de franchir le pas- 
sage des Lignes, j'avais espere pouvoir, avant cette heure, vous 
faire part de quelques bonnes suites ; mais vous aurez deja sans 
doute appris a quoi cela a tenu, et qu'etant range en bataille, a 
un coup de canon des ennemis, et M. d'Auverquerque et moi 
etant tout prets a commencer I'attaque, avec toute apparence d'une 
heurense joumee, les autres generaux de votre armee ont sn dis- 
suader MM. les Depute ; de sorte qu'ils n'ont pas voulu donner 
leur oonsentement Vous pouvez juger, Monsieur, du chagrin et 
de rinqtdetnde que cela me donne d'avoir perdu une occasion 
qui, salon toutes les apparences, ne se retrouvera pas de toute la 
campagne, les ennemis ayantdepuis requ im renfort d'AUemagne, 
oil neanmoins je ne vois pas que M. le Prince de Bade fasse grand' 
cboee, encore qu'on lui ait laiss^ toutes les troupes. Je vous sup- 
plie de me continuer toujours I'honneur de votre amitie, et d'etre 
pereoade de TeBtime et de la passion avec laquelle je suis, 

Monsieur, votre, &c. M. 



To Mb. hill. 
Sib, Ca$np at CorbaiXf 22nd Auffust, 1705. 

I am obliged to you for several letters ; the last, of the 29th 
July, arrived yesterday, and gives a melancholy account of your 
a&irs, which must have been much more so the next day, when 
you were obligisd to quit Chivas. I assure you I am as sensibly 
affected at his Royal Highness's condition as is possible, and have 
for this month past been doing all that in me lay, by the most 
pressing instances through letters to Vienna, that some reinforce- 
ments might be hastened to Prince Eugene, to enable him to act 
with more vigour for your relief. The letters I receive from thence 
assure me they are doing all they can ; and as I am desired to 
contribute that the four thousand Wirtembergers in the Queen's 
and the States' pay be ordered thither, I shall very readily do my 
part They design you likewise a great many more troops, as no 



230 MiLRLBOltOUQtt BlSI'A'rofiBS. [1705. 

doubt ttiB R. H. will be informed before thid can readi you, but I 

fear they will be too long in coming. 

You will have been already informed of the disappointment I 

met with here three days since, when the army was drawn up in 

battle in face of the enemy with a prospect of a glorious day. 

This you may believe makes me very uneasy, and leaves me very 

little hopes of ever being able to do anything with Uiese people, 

who will never be brought to act offensively, though they have so 

much advantage on their side. 

I am, truly. Sir, yoan, kt. M. 



To THE t^RlNCE OF SAVOY. 
Monsieur, Au Camp de Cerhais, e$ 33 Agtd, 1706. 

Par celle que je me auis donn^ Thonnear d'ecrire a V. A. le 13 
de ce moiB, je lui ai marqu^ que nous allions nou6 mettre en mouve* 
ment pour tacher de joindre les ennemis. £lle verra par la oopie 
de la lettre que j'ecris a oe sujet a MM. les Etats, k qad tout 
cela a about!. V. A> peut bien croire que j'en suis au deaespoir, 
ne voyant aucune apparence que ces Messieurs voudront jamais 
agir offensivement, quoiqu'ik aient tout Tavantage de leur eot^. 
Je ne suis pas moins «^ge de I'etat oii vous vous trouves, et si un 
souhait vous pouvait donner la moitie de mes troupes, vous les 
auriez, et moi avec, dans le moment. J'ai eu rhonneur de vous 
marquer les instances que je &isais a la coiu* de Vienne pour 
qu'on vous renforce incessamment. Le Comte de Wratislaw vous 
informera des mesures qu'pn prend pour cela. H me mande 
qu'entre autres, on voudrait bien vous envoyer les quatre mille 
hommes de Wirtemberg k la solde de TAngleterre et de TEtat. 
Vous pouvez bien croire que, de mon cot^,' j'y apporterai toutesles 
facilites possibles ; mais je vois que oek tirem en longueur, et c'eat 
un prompt secours qui vous est le plus neoessaire, vu I'^t ou 
S. A. R. doit etne reduite. V. A. saura que le Prince de Bade a 
toutes les tro«q)eB aveo lui, sans que nous ayoos demand £ &ticun 
renfort^ encore que le Marquis de Con6aim ait ^ envoy^ vers ce 
pays avec un gros detachement, qui doit etre a present k portfe 
de joindre Tarmee de M. de Villeroi. Cependant je ne vois gu^ 
d'apparenoe que le Prince fiisse grtnd' diose sor le Rhin. 
J« «iii8» avec uat pufton et repeat dts ^htt Ai6btm, 

Monmew^ d« v. A., te. M. 



1705.] JUNCTION OF M. C0NFLAN8 FROM GERMANY. 2S1 

To BC L£ COMTE DE FLEMING. 
MoHtisUB* Au Ccmp de Corhaix, oe 23 Atrnt, 1705. 

tTai rega la lettre qae vous m'aTez fedt rhoimeur de m'ecrire 
le 2 de ce mois, et vous suk bien redeyable de I'int^ret que voub 
prenex si obUgeamment dans notre passage des Lignes. Je m'etais 
flatte que cela aurait ete suivi de quelque avantage plus essentiel au 
bien de la cause commune. Pour cet effet, j'avais, avec assez de 
difficulty amasse dix jours de pain en avance, avec les chariots 
pour le transport ; mais apres quatre jours de marche, et que nous 
nous sommes trouv& ranges en bataille a un coup de canon des 
ennemis, avec toute apparence d'une heureuse joumee, de sorte 
que M. d'Auverquerque et moi alliens donner les ordres pour 
commencer Tattaque, MM. les D^put& de TEtat ont et^ dissuades 
-par leurs autres generaux d'en venir a une bataille. Ainsi nous 
avons ^te obliges de rebrousser chemin, sans rien faire. Vous 
pouvez juger du chagrin que cela me donne, et d'autant plus que 
je ne vois pas que nous y puissions revenir de toute la campagne. 
Nous sommes occup^ a pr&ent a faire les preparatifs necessaires 
pour Tattaque de Leau, et continuerons la demolition des 

Lignes. 

Je sou, avec one par&ite estime et passion, 

fiionsiear, TOtre, &o. M. 



To THE COMTE DE FRISE. 
MoNSiETTB, Au Camp de Corbaijc, ce 23 Aout^ 1705. 

Selon ce que j'ai eu Thonneur de vous mander par ma 
demiere, nous avions, avec assez de difficulte, fait un amas de dix 
jours de pain en avance avec des chariots pour le transport, et 
'apres quatre jours de marche sommes venus en presence des 
ennemis. Nous etions tout prets, M. d'Auverquerque et moi, de 
commencer Tattaque a midi, Tarmee etant rangee en bataille a 
imcoup de canon de celle des ennemis, avec toute apparence d'une 
glorieuse joumee, quand MM. les Depute de I'Etat ont ete dis- 
suade par leurs autres generaux de donner leur consentement. 
Vous pouvez juger du chagrin et de Tinquietude que cela me 
d(Hme d^avoir perdu une si belle occasion, sans esperance d'y 
pouvoir revenir de toute la campagne, M. de Conflans etant a 
portee de joindre M. de Villeroi avec son detachement d'Alle- 
magne. Cependant je suis bien aise que ni les Prussiens ni les 
Palatins ne sent marche de ce cote-ci, ayant deja assez de 
troupes pour ce que nous pourrons faire le reste de la campagne, 
Je puis aussi vous assurer que je n'ai jamais soUicite la marche 



232 MARLBOROTTGH DISPATCHES. [1705. 

de ces troupes, dans I'esperance qu'elles seraient plus utilement 
employees sous les ordres de M. le Prince de Bade, a qui je vous 
supplie de faire bien des compliments de ma part, et d'assurer 
S. A. que je la souhaite de tout mon cceur un heureux suoces. 

Je 81U8, tr^par^tement, Monaievr, Totre, &c. M. 



To M. GUELDERMALSEN. 
Monsieur, Au Camp de Corhaix, ce 23 Aout, 1705. 

Je m*^tais flatte que j'aurais eu I'honneur de vous faire part 
a cette heure de quelque avantage considerable pour le bien de la 
cause commune; pour cet effet, j*avais,avec assez de difficulte, fisut 
amasser dix jours de pain en avance avec des chariots pour le 
. transport. L'armee, apres quatre jours de marche, est venue le 
18 en presence des ennemis. Vers le midi nous nous sommes 
trouves ranges en bataille, a un coup de canon d'eux, avec toute 
apparence d'une heureuse joumee, et M, d'Auverquerque et moi 
alliens donner les ordres pour commencer I'attaque quand MM. 
les Deputes de TEtat ont ete dissuades par leurs autres generaux 
de donner leur consentement ; ainsi nous avons ete obliges de 
rebrousser chemin sans rien faire. Vous pouvez juger du chagrin 
et de rinquietude que cela me donne, d'avoir perdu une ra belle 
occasion sans esperance d*y pouvoir revenir de toute la campagae. 
Nous sommes occup^ a present a faire les preparatife necessaires 
pour Tattaque de Lean, et continuerons en meme temps la de- 
molition des Lignes,> apres quoi je ne vois guere de plus que nous 
puissions faire pendant le reste de la campagne ; de sorte que 
nous ayons deja plus de troupes qu'il n'en faut pour rester dans 

I'inaction. 

Je SHIS, &c M. 

To THE PRINCE OF 8ALM. 
Monsieur, Au Camp de Corhaix, ce 24 Ao&t, 1705. 

•Fai re^u ce matin la lettre que V. A. m'a feit Thonneur de 
m'ecrire le 12 de ce mois, et la supplie de vouloir bien agreer que 
je me rapporte a ce que j'ecris a present k M. le Comte de 
Wratislaw, touchant I'empnmt des cent mille pistoles, et les 
troupes de Wirtemberg a la solde de TAngleterre et de TEtat, 
que S. M. I. souhaiterait pour renforcer Tarmee du Prince de 
Savoie. 

Pour ce qui est des armees de France, je puis assurer V. A. 
qu'elles sont bien loin d'avoir reconvert leur perte de Tannee 
passee,et qu'il n'y a qu'en Italic seule qu'elles ayent la superiorite. 



1705.] LETTBR FROM THE PRINCE OP SALM. 233 

Elles le manquent de beaucoup ici, encore qu'elles yiennent d'etre 
jointeB par nn groB detachement que le Marquis de Conflans leur 
a amene d' Allemagne. 

Je suis persuade qu*il en est de meme sur le Rhin, oil notre 
supmorite doit etre encore plus grande. Mais je sais qu'il y a 
bien de noe Mesrieurs ici, et ailleurs, qui multiplient les forces des 
ennemis, et amoindrissent les notres, ce qui a un tr^-mechant 
effet 

Nous fisiisons les preparati& a Maestricht pour I'attaque de 
Leauy et allons recommenoer la demolition des Lignes. 

J'ai rhonnear d'etre avec one T^ritable paasUm et respeet, 

Moniieur, Totre, Sec M.* 



* Le Pbimce dx Saxn au Due de Marlbobouoh. 
MomiEUB, Vienne, ce 19 Ao&t, 1705. 

Quoique j« croie aToir suffisamment marqa^ k V. A. dans ma lettre da 12 da 
connnt, fimportanoe d'enyoyer un prompt et saffisant renfbrt en Italie, poor y ae- 
qnerir la sap^rknili^ et les moyens poor j parrenir, U est arrive on caa qui m'oblige 
k lu fiure de nourelles instances Ik oet effet. Voos awes H»pris, Monsieur, oomme 
k Due de SaToie a 4t4 oontraint d'abandonner ChiYas poor aller garder les hauteurs 
qui c on -yient Turin, et oomme le Comte de Pels, pour avoir fiut une fkute, a un pea 
toofiert dans smi arri^re-garde. On craint HHlessus que La Peuillade soit aU^ bom- 
barder Turin, ou en former le si^ge ; et c'est ce qui ne pent manquer de desesp^rer 
le Doc, qui y a toute sa iSuniUe, et ob toute la noblesse du pays s'est aussi renferm^ 
Cette place est grande, et je donte mdme si elle est suffisamment pourvue ; aiusi si 
le Doc venait Ik toe foni k une paiz particoli^ comme il est £>rt k eraindre, il est 
certain qm'ayec la superiority que la France prendrait en Italic, le Prince Eug^e se 
trouTenut oontraint d'abandonner le parti, et qu'en oe cas nous ne saurions plus ob 
dooner de la tftte. On a fiut un dernier effort pour fiiire marcher ce Prince en 
Italie; et 9'a ^ sous Tesp^rance qu'en y prenant pied, il trouTerait moyen d'y entre- 
tenir en partie son armde, oe qn'il nous serait impossible de fidre autrement. Oa, si 
oette ann^ yenait k en sortir, il est de fait qu'elle se d^truirait d'elle-m&ne, &ute 
de terrain et de moyen de la faire subsister ailleurs, ayec quoi tons les autres projeti 
se nSduiraient k rien ; les peoples de la domination d'Espagne yenant k perdre par- 
& toute espdrance, ne poorraient moins fiiire qoe de s'unir plus ^troitement ayec la 
France, et il n'y a point de doute aussi, que quelques-uns de nos Alli^ en perdant 
coorage, donneraient dans les leurres de la France pour sortir le moins mal qu'ils 
poorraient de cette guerre ; ce qui irait k one paix honteuse, qui ne durerait pas plus 
de trois ana, et serait suiyie d'une guerre infiniment plus dangereose. C'est ce que 
je yoos prie, Monsieur, de bien remontrer k S. M. Britannique et k MM. les Etats 
G^rauz, afin de les porter k embrasser promptement les exp^ents dont j'ai parM 
dans ma pr^oedente. On pent compter sur les bait mille hommes de recmes et sur 
aatres deux mille, qui sont partie en Bayi^re et partie sur les fhinti^res de Hongrie. 
On n^ode aoasi de tons odt^ pour ayoir quatre mUle hommes d'infiinterie ; et 
oomme on salt bien qu'on ne pourra pas les ayoir enti^rement des troupes de 
Wirtzbourg et de Wirtemberg, on n^gocie aussi k Wolfenbuttel k cet effet, afin que 
ee nombre se trooye eomplet d'une mani^ on d'une autre, ainsi si Ton pouyait 
eneore remonter les qnatre mille cheyanx, on serait star ayec oe renfort, qui serait 
d'enriroo huit mille hommes, de cette superiority ri necessaire, ayec laquelle on 
Kodrait le courage au Doc de Sayoie, et Ton serait en ^tat de lui payer par les con- 
tribotions les eent miUe pistoles, si Ton acoepte son offi-e, ou de les rembourser aux 



234 MARLBOBOUGH DISPATCHES. [1705. 

To TM5 COMTE DE WRATISLAW. 

MoKSXBDB, Au Campds Ctwhair, ce 34 Aodi, 1705. 

J*ai re^u Thoimeur de votre lettre du 8 de ce mens, et suis 
ravi de Yoir lee soins que 70us prenez a renforcer M. le Prince de 
Savoie. Je me flatte qu'on fera ayancer toates ces troupes k 
mesure qu'elles seront pretes a marcher. Pour oe qui est du 
corps de Wirtemberg a la solde de 1' Angleteire et de FEtat, vous 
pouvez croire que de mon cote j'y apporterai toutes les fiBudlites 
possibles, et j'ose presque tous assurer que S. M. la Reine y 
pretera volontiers les mains, vu la necessite qu'il y a de renforcer 
incessamment Tarmee de Lombardie. Je me flatte aussi que M. 
le Comte de Goes ne trouvera guere de difficulte a cet egard a 
la Haye. J'en ecris a M. le Grand Pensionnaire aussi bien qu'en 
Angleterre. 

A regard de Temprunt des quatre cent mille ecus, yous con- 
naissez trop notre constitution pour n'y pas prevoir de grandes 

poiflsanoes xnaridmes, qui noun les anraient Knnoo^i, An reste, qnelqaes-ons Yenillent 
imputer an Prinoe Eugtee d'aToir perdu le temps et rooeasion fiiTorable de passer 
I'Adda, et de prdter la main au Due de Savoie, comme le Ifarqois de Prie toos 
f anra peut-dtre mand^ ; mais ^tant k snpposer que oe Prinoe aura ea de fortes rai- 
sons poor fidre oe qn'il a ftit, o'est una chose oil je n'entre pmnt Je yous dirai 
settlement que je sols aprte k fidre avoir an Marquis de Prie la direction ^oonomiqne 
militaire en Italie, le connaissant pour on homme d'ordre, int^gre, et tr^s-capable 
de cet emploi ; outre qu'^tant sajet du Duo de fiayoie, et ayant par oons^nent 
an intdrfit pr^is de procurer ses arantages, il lui doit Hrt plus agr&ble que tout 
autre. 

J'esp^re que V. A. ne dtegr^ra pas tout ce que je Tiens de lui r^t^rer snr la 
n^eessit^ de oe renfbrt Je sais quel est son z^le pour le tnen de la cause commune, 
et o^est ce qm fiiit aussi que j'y prends une enti^ oonfianee dans une occasion 6h il 
s'agit de son bonheur ou de son malheur. Bn yous assurant. Monsieur, que si les 
exp^ents marqu^ peuTent 6tre agr^ par I'influence toute puissante que vous y 
donnerez, je tiendrai la main )i ce que rien ne manque de ce c6t^-d pour ia, prompti- 
titude et la fid<<lit^ de I'exdcution ; et ausn que je serai rari de toos ftire connaltre 
en toutes rencontres Testime tr^parfldte et toutes les considerations de respeet avec 
lesquelies je suis, 

Monrienr, de votre Altesse, 

Le tr^humble et tr^s-obSssant serriteur, 

C S. On Pbimcb se 8alx. 

P& — Depnis oette lettre ^crite, le Marquis de Prie vient de reoevoir par un ooor- 
rier du Due son maitre une dep£clie» par laquelle il remontre T^tat d^B^M de sw 
affaires, et le dit marquis, aprte un entretien de deux heures ayec lui, persiste qu'ii 
hat un seooun de diz mille bommes de troupes nouTelles, sans les recrua d'inAa- 
terie et la remonte de cavalerie. Tout ce qui est buznainement possible de notre 
part est de n^gocier ^ et Ik jusqu'k cinq mille bommes, enoore nous &at-il ravanoe 
d'argent en question pour fuuliter la marche de oes troupes jusqu'en Italie. Mais le 
principal est pour la remonte de quatre mille cbevaux ; le ^t Mai^uk ne maoquera 
pas d'en e'crire fort amplement k V . A. 

C. S. On Pruicb 0b Salm . 



1705.] BELEASB or DUTCH SHIPS. S35 

difficult^ Vous savez que tous nos fonds sont appropries d'annee 
a amiee, et rimpossibilit^ qu'il y a de les divertir a aucun autre 
usage, de sorte que le seul moyen eerait des domaines de la 
Reme, lesquels je craius seront dqk trop anticipes par les grands 
efforts que S. M. fiiit de sa propre bourse pour soutenir la guerre. 
MaiB V0U8 pouvez etre assur^ que My Lord Godolphin fera tout ce 
qui dependra de lui, siu* la lettre que vous lui avez ecrite. Je 
n'ai pas manqu^ ausai de le Mre ; mais oomme on ne doit pad 
trop 66 fier la-*de8sus,j'esp^re qu'onne negligera rien pour trouver 
oette somme par quelqu^autre canal. Nous sommes k present dans 
Tinactiony pendant qu'on fait les pr^paratife n^cessaires k Maes* 
tricht pour attaquer Lean. 

J'u rhotanear d'to« tr^s-onoferement, M onsiciir, Totre, &e. M. 



To Mb. SECRETART HARLEY. 
Sb, Camp &i Corbaix, 24<A Auguat, 1705. 

I have the fitvour of your letters of the 3rd and 7th instant, 
with Ae eztract of my Lord Raby s letter, and the answer, re- 
lating to the treaty on foot between the King of Prussia and tibe 
Ejng of SwedCT, and cannot be persuaded it is of that moment as 
you and his Lordship seem to imagine. However I think the 
answer you hare girea cannot but hare a good effect in all 
erents. 

I am glad her Majesty has been so good as to release the 
Dntdi diips, whidi Ihe States ou^t to take the more kindly, that 
it was done before Mr. Vrybei^'s arrival, and I hope it may have 
that influence as to oUige them to be more complaisant in what 
her Majesty desires both in relation to the command in Portugal 
and the leaving their fleet abroad. 

Yoa will hear by this post from Mr. Stepney of a great ad- 
vantage the ImperJaliHts are said to have had oyer the Hon^ 
garians ; if it prore true, I hope the court of Vienna will make 
the best use of it in aooommodating mattiere with these people, so 
as to be aUe to empby those troops idiere they may be of more 
use to the public! 

I see no likelihood of sending you any good neivs fi\»m these 

parts the rest of this campaign. We are preparing at Maastricht 

for tin attack of Lean, aqd diall go on with demolishing the 

Lines. 

1 a&it vith truth. Sir, youn, &c. M. 



236 MARLBOROXJOH DISPATCHES. [1705. 

To THB COMMANDER at DIEST. 
M0N8IEUB, Au Cofnp de Corbaix, ce 24 AcAt^ 1705. 

Je suis bien marri d'apprendre, par votre lettre d'hier, I'acci- 

dent qui est arrive a nos chariots de pain, et vous remercie du 

soin que vous avez pris apres cela de les faire passer outre. J'ai 

peur qu'en quittant le poste de Wanroc les convois seront encore 

plus exposes. Ainsi je vous prie de le faire reoocuper, et de 

donner ordre aux commandants des detachements d'y faire tra- 

vailler pour leur surete; nous nous approcfaerons bientot de Lean, 

alors les convois passeront avec moins de difficulte. H est tres- 

juste que les places et villages voisins foumissent leur proportion 

de fourrage pour votre gamison, et s'il y en a qui le refusent, 

ayez la bonte de me le mander, afin que je donne ordre pour les 

faire executor. 

Je soifl, trdfl-par&itementy Monsieur, Totre, &c M. 



To THE MARQUIS DE LA VALLIERE. 
Monsieur, Au Camp de Chrbaixy ce 25 AoStt, 1705. 

J'ai re^u I'honneur de votre lettre du 15 de oe mois, par la- 
quelle je vois que M. le Marechal de Villeroi ne vous avait pas 
explique ce que je lui avais ecrit demierement au sujet des 
echanges. Ainsi j'aurai Thonneur de vous dire que le traitement 
qu'on fait aux prisonniers des troupes de S. A. R. le Due deSavoie 
a fait prendre la r&olution, tant en Angleterre qu'en Hollande, de 
ne plus traiter de T^hange de ceux que nous avons fait Tannee 
passee jusques a ce qu'on ait donne quelque satis&ction la-deasus. 
Cependant par I'estime et I'amitie que j'ai pour vous et M. de 
Monperrous, j'ai obtenu que vous seriez hors du cas^ et quand je 
vous ai propose tons deux a M. de Villeroi pour etre &;banges 
centre M. de Voubonne et M. de Kirchbaum, je lui u ofiert en 
meme temps de lui faire bon I'equivalent entre les mar^faanx de 
camp et les brigadiers. II vient de me faire encore une lettre a 
votre sujet dans les termes les plus pressants; sur quoi j'ai ecrit 
en Angleterre pom* avoir la permission de prolonger votre passe- 
port pour tout I'hiver, que je ne doute pas ne me soit accorde. 
Ainsi vous voyez, Monsieur, que je fais tout mon possible pour 
vous obligor; cependant j'espere que vous travaillerez toujours a 
votre echange de la maniere que je le propose. Je vous supplie 
aussi de me menager un pen sur ce que je vous ecris pom* pr^venir 
les sollicitations qu'on me ferait d'ailleurs. 

Je suis tres-Biuo^rement, Monsieur, votre, &c M . 



1705.] DISEASE IN THB ARMY. 237 

To THB DUKE OF SHBEWSBURT. 
MtLobi», Conq> ai BamA, 27th AMffud, 1709. 

I was flattering myself with hopes of the long expected hap- 
piness of seeing yonr Grace in these parts, when I reoeiyed tibe 
honoor of your letter of the 10th instant, with an account of your 
being laid up with a fit of the gout I assure yon I take a great 
share in whatever you suffer, and am the more concerned at your 
present sickness, because it deprives me of the sole satis&ction I 
had proposed to myself for the rest of the campaign, for which loss, 
however, I should think myself sufficiently recompensed if, 
for a transient fit, you should at length get rid of your old 



Our army is in a manner laid up too by a disease, for 
which I see no cure, otherwise there is great reason to believe 
we might now have made considerable progress in the enemy's 
country, in order to which I had at the camp at Meldert with 
great difficulty brought together a provision of about ten days' 
bread ; and having marched four days together through several 
defiles and part of the Bois de Soignies, the army came the 18 th 
instant into a spacious plain, with only the Yssche between us and 
the enemy. About noon we were formed in order of battle, and 
having visited llie posts with M. d' Auverquerque, we had resolved 
upon making the attack, thinking there was no more to do but to 
order the troops to advance, when the Deputies of the States, 
haying consulted their other generals, would not give their con- 
sent, so tiiat I was with great regret obliged to quit the enterprise, 
which promised all imaginable success, and to march back with 
the melandioly prospect of being able to do nothing more this 
campaign, whereof so much still remains behind, than making the 
siege of Lean and demolishing the Lines. This disappointment, 
at a time when our expectations are so little answered elsewhere, 
makes me very uneasy, and since all my remaining consolation is 
in your good company, I hope, as soon as you have your health, 
nothing will hinder you from hastening this way. 

I am, with the greatest truth, My Lord, 

Your Grace's, &c. M. 



To THB PRINCE OF SAVOY. 
MoMBBim, Au Camp de Ram^ ce 27 Ao6t, 1705. 

J'ai reqn hier au soir tout k la fois les deux lettres que V. A. 
m'a fait I'honneur de m'^rire le 14 et 17 de ce mois. J'ai 
tremhle en commengant a lire la demiere par I'excuse qu'Elle me 



288 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

fait de se n'etre pas servi de 8a main propre ; mais j'ai ete bientot 
console, vojrant par la suite que sa blessure n'etait d'aucune con- 
sequence, et qu'Elle avait remporte un si grand ayantage sur les 
ennemis. J'en felicite V. A. de tout mon cceur, n'y ayant personne 
au monde qui s'int^resse plus vivement en tout ce qui la regarde. 
Demain nous en rendrons graces a Dieu, et vers le soir on rangera 
rarmee en bataille, et je ferai &ire trois salves de toute Tartillerie 
et de la mousqueterie en rejouissanoe de cet beureux sucoes.* 

y. A. aura vu, par ma demiere du 23, la situation ou nous 
sommes, et qu'Elle ne doit pas s'attendre a grand' chose id de 
tout le reste de la campagne. Cependant je continue a presser la 
cour de Vienne de ne pas perdre un moment de temps a vous 
envoyer des renforts. * 

J'ai rhponear d'etre, avec une pas^oa et respect ^des plus sioc^es, 

Monsieur, de V. A., &a M. 



To THE COMTE D£ FRISE. 
MoMsmm, Au Oniqi de Rtm^, ee 27 Awt^ 1705. 

J'ai reqvL bier au soir I'bonneur de votre lettre du 21 de oe 
mois, et j'ai ete bien marri de voir qu'on allait nous enroyer les 
troupes de Prusse. Je vous ai mande par ma demiere du 23 que 
nous n'en ayions aucun besoin, n'ayant dejk que trop de troupes 
pour I'usage que nous en pourrions faire. J'avais ecrit la meme 
cbose & la Haye d'abord que notre coup a manque le 18, afin que 
MM. les Etats eussent k donner les ordres a I'avenant a M. de 
Gueldermalsen. J'espere que tout ceci aura arrete leur marche ; 
mais en tout cas j'^cris pr&entement moi-meme a M. de Guelder* 
malsen comme aussi a M. le Lieutenant-General Amem, qu'ils 
aient a continuer sous les ordres de M. le Prince de Bade, et cela 
avec d'autant plus de plaisir que vous me marquez que S. A. 
etait d'intention d'approcber les lignes de Haguenau avec beau* 
coup d'apparence de les forcer, ou d'obliger les ennemis a les 
abandonner. Je lui souhaite de tout mon coeur un beureux 
succes, et suis tres-parfaitement, 

Monsieur, votre, &c. M. 



To M. D'ARNEM. 
Monsieur, Au Camp de JUan^e, ce 27 Atmi, 1705. 

Ma demiere je crois ^tait du 13 de ce mois, ou je me re* 
mettais, a I'egard de la marche de vos troupes, a rotre discretion 

* This refers to the battle of Cassano, in which each party laid chum to the 
▼ietory.— Ed. 



1705.] ATTACK OF THB LIMBS OF HAOUXNAU. 239 

et JL oe que vons ooncerteriez avec M. de Gueldennalsen, en eas 
que les ennemis fissent de groB detachements TeTS ces qnartiers, et 
que M. le Prince de Bade ne ae trouTait pas en etat d'agir offen* 
ayement Cependant j'ai ^ bien marri d'apprendre hier au soir, 
par tine lettre de M. de Gueldermalsen du 21, de Rastadt, que 
Tous alliez yous mettre en nuurche pour nous joindre, et d'autaut 
plus que le Comte de Frise me mande de meme date que M. le 
Prince de Bade etait d'intention d'approcber les lignes de 
Hagnenau ayec beauooup d'apparence de les forcer, ou d'obliger 
leg ennemis a les abandonner. 

Des que notre coup a manque ici, le 18 de ce mois, j'ai ecrit a 
MM. les Etats que nous avions deja plus de troupes qu'il ne nous 
en fidlait pour I'usage qu'on en voulait faire, afin qulls en don- 
nassent aris a M. de Gueldermalsen. J'eerivis la meme cbose par 
le dernier ordinaire a M. le Comte de Frise, ne croyant pas qu'on 
aurait songe a votre marcbe dans la situation ou nous sommes, et 
je me flatte qu'ajant appris la manoeuvre que nous avons faite le 
18, cela'vous aura arrete. Cependant en tout cas, et si vous etiez 
marcbe, je vous prie de retoumer incessamment aux ordres de 
M. le Prince de Bade, afin que S. A. n'ait rien k nous reprocber 
de Tavoir empeche de pousser ses desseins a bout. M. de Guel- 
dermalsen, sur ce que je lui ecris, vous marquera la meme chose. 
J'ai rhcmneor d'etre tr^parfiutement, M<Misieur, votre, &c. M. 



To M. DE NATZMAR. 
MosflisuB, Au Camp de Rcmee, ce 27 Ao&i, 1705. 

J'ai regu ITionneur de votre lettre du 16 de ce mois, et ai 
depuis appris, par le journal que M. le Comte de Frise m'a envoye, 
le sucoes de votre marcbe. H me mande en meme temps que M. 
le Prince de Bade avait form^ le dessein d'attaquer les lignes de 
Haguenau avec beaucoup d'apparence de les forcer, ou d'obliger 
les ennemis a les abandonner; mais que M. de Gueldermalsen 
voulait que les troupes Prussiennes vinssent en ces quartiers; 
eda detruirait entierement les bonnes intentions de S. A., et peut- 
etre serait suivi de la perie de Fribourg, de la Baviere, et des deux 
Cetdea. Sur quoi, encore que je me flatte qu'ayant appris le 
conlretempB que j'ai ^te oblig^ d'essuyer, et la situation ou nous 
wmimes, cela aura arrSte la marche de vos troupes ; cependant 
j'ecris present^arat kM.de Gueldermalsen et a M. d'Amem 
que ces troupes retoummt incessamment aux ordres de M. le 
Prince de Bade, en cas qu elles fussent marchees. Les ennemis ont 



240 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

fait des rejouissances hier an soir dans leur camp ; cela ne peut 
que regarder Taction en Italie, dont M. le Prince de Savoie me 
mande tout Tavantage a ete de son cote. 

Je 81118, tr^parfiutemeDt, MoDsieur, votre, &c. M. 



To M. GUELDERMALSEN. 
Monsieur, Au Camp de Ram^, ce 27 Ao^ 1705. 

J'ai re^u hier au soir Thonneur de votre lettre du 21 de ce 
mois, de Rastadt, et ai ete bien marri de voir que vous etiez sur 
le point de faire marcher les troupes de Prusse. D'abord que 
notre coup a manque le 18 de ce mois, j'ai ecrit a la Haye que 
nous n'en avions aucun besoin, et que meme nous n'avions que 
trop de troupes pour I'usage que ces Messieurs ici en voulaient 
faire ; de sorte que je me flatte que vous aurez regu des avis de la 
a temps pour les arreter. J'ai ecrit par le dernier ordinaire a peu 
pres la meme chose au Comte de Frise. Mais si, apres tout, ils 
etaient marches, je vous prie de les arreter incessamment, et de 
les faire retoumer aux ordres du Prince de Bade. Je suis d'autant 
plus interesse qu'ils restent sur le Rhin, que le dit Comte me 
mande de meme date que la votre, qu'avec I'assistance de ces 
troupes S. A. pourrait faire miracles ; mais qu'en les manquant, on 
courrait risque de perdre Fribourg, la Baviere, et meme les deux 
Cercles. Ainsi vous voyez de quelle consequence il est qu'ils 
restent, quoique je ne croie pas, entre vous et moi, que s'ils avaient 
encore plus de troupes, ils feraient grand' chose; mais il n'est pas 
bon de leur donner occasion de crier. 

Nous avons recommence la demolition des Lignes, et attendons 
I'artillerie et les munitions de Maestricht, pour attaquer Leau, ce 
qui est tout, selon les apparences, que nous pourrons faire le reste 

de la campague. 

Je 8018, avec one T^ritable passion et respect, 

Monsieur, Totre, &o. M. 



To M. SCHAGEN. 
Monsieur, Au Camp de RamA, ce S7 Aotti, 1705. 

J'ai requ ce matin la lettre que vous m'avez fait I'homieur de 
m'ecrire hier au soir, et M. d' Auverquerque etant venu aujourd'hui 
chez moi, avec d'autres generaux, nous avons consult^ ensemble 
ce qu'il y aurait k faire pour presser le siege de Lean. Sur qtioi 
on est convenu des points contenus dans le Memoire ci-joint, que 
j'ai I'honneur de vous envoyer potu* votre information, ne doutant 
point que M. le Yelt-Marechal ou MM. les Deputes ne vous en 



1705.] DETAIL FOR THE SIEGE OF LEAU. 241 

domieQt part plus au large. Nous ferons des r^jouissances demain 
an soir, pour Tavantage remporte par M. le Prince de Savoie sur 
les Franqais en Italie. Les ennemis pretendent qu'il a ete de leur 
odt4 et s'en sont rejouis hier par ordre de la cour. 

Je suis, tr^|Mir£Bitement, Monsieur, rjotre, &c M. 

Memoire 
ToQchant le Si^ de lAtm, fait le 27 Aoiit, 1705. 

On emploiera quinze bataiUons et quinzc escadrons au 8i^e. 

Au lieu de douze, on enverra de Maestricht seize pieces de 
canon. 

Vanderkaa foumira deux cents chariots, et on trouvera autant 
qu'il sera possible davantage a Maestricht, pour les munitions. 

On enyerra de I'armee, outre les chariots, quatre cents chevaux 
d'artillerie pour le canon et I'attirail. 

M. le Velt-Marechal se charge de faire venir le Lieutenant de 
Brage et vingt mineurs de Maestricht. 

M. de Roque a ordre de prendre tels ingenieurs pour I'assister 
qu'il trouvera a propos. 

On foumira deux generaux-majors et quatre brigadiers, qui 
seront pris ^alement des deux armees. 

M. le Velt-Marechal foumira Thopital. 

Quand le detachement marchera, M. Ivoy aura ordre dialler 
a?ec, pour marquer le camp. 



To Mr. secretary HARLEY. 
Sn, Canqf at Bamee, 27th August, 1705. 

I received last night the favour of your letter of the 10th 
instant, and by what I have from the Hague I find the States 
seem now inclined that their ships should stay longer abroad. I 
wish they may be as easy in the other two points. My Lords of 
the Council have earnestly recommended to Mr. Vryberg the 
contraband goods and the command of the army in Portugal. 

As to the treaty for the Prussian troops now in Italy, I hope 
H. M. will be so good as to renew it for one year longer, provided 
Ae States will do the same. I now write to the Pensioner about 
it, and flatter myself they will make no diflSculty ; in which case 
the sooner the orders are given for renewing it the better, at least 
the court at Berlin should be informed by the first opportunity of 
her Majesty's good inclinations. 

My Lord Sunderland had the same intimations before he left 
the camp that you give him in your private letter of the 10th in- 

VOL. II. r 



242 IfjmLBOROUQH DISPATCHES. [1705. 

stant. The adTantage over the Hungarians proTes very ineoosi- 
derable to what was at first reported. 

Enclosed I send you the copy of a letter and relation I received 
yesterday from Prince Eugene, giving an acoountof a considerable 
advantage he had obtained over the enemy, for which we intend 
to rejoice to-morrow, though the French did the same thing last 
night in their camp and garrisons, and, as we believe, for the same 
action. You will please to communicate it to my Lord Treasurer. 

I aw, with mttoli troth, Sir, jxmra, &c. M. 



To THE KING OF PRUSSIA. 
SnuB, Au Camp de Waltb^rgen, ce 80 Aumt, 1706. 

M. de Grumbkow etant sur son depart pour se rendre aupres 
de V. M., je la supplie tres^humblement d'agreer la liberte que 
je prends de le recommander comme un officier de merite, qui 
s'est toujours distingue dans leg occasions, et qui est tres-zelepour 
les interets de V. M. II aura Thonneur de I'informer de la situa-- 
tion oil nous sommes, que j'aurais souhaite de tout mon coeur f ut 
moins a plaindre. J'ai eu Thonneurde faire part^ V. M. par ma 
lettre du 20 du couraut a M. le Comte de Wartenberg, du 
facheux contretemps que j'ai et^ oblige d'essuyer demierement, 
et qui a deconcerte nos mesures pour tout le reste de la campagne ; 
de sorte que j'ai mande a M. le Lieutenant-General d' Amem de 
continuer sur le Haut Rhin, ce qui je me flatte aura I'approbation 
de votre Majeste. M. de Grumbkow a bien voulu se charger de 
me mettre aux pieds de V. M., et de I'assurer de bouche de Ten- 
tier devouement et soumission avec lesquels je suis, 

Sire, de votre Maje8t(f, &c. M. 



To THB PEINCB OP SAVOY. 
Uoaxamut Au Camp dt WaUimgm^ os 30 ^fiC 1706. 

Quand je me suis donne I'bonneur de fi^iter V. A. le 27 de 
oe mois, sur I'beureux sucoes des armes de S. M. I. et des hauts 
Allies sous sa conduite, q'a ete un peu trop a la hate pour pou^ 
voir m'expUquer ^ fond. J'ajouterai done a present qu'ayant 
appris par une lettre de M. de Gueldemudsen qu'il avail, par 
ordre de TEtat, concerte la marche des troupes de Prusse vers les 
Fays Baa, et recevant en meme temps une lettre du Comte de 
Frise, dont j'envoie une copie a V. A., afin qu'EUe puisse Toir 
Fhumeur ou sont ces Messieurs, j'ai d'abord repondu k M. de 
Gueldermalsen, et aussi ecrit a M. le G«ieral d'Arnem, qni com* 



1705.] COUNTERMABCH OP PRUSSIANS TO UPPER RHINE. 243 

mande ceB troupes, qu'dlea euwent a reeter sous les ordres de 
M. le Prince de Bade. J'ai en meme tempe prie ce premier de 
fodcar se rendre deredbef aupres du Prince de Bade pour pousser 
& A., poiaqu'Elle ayait toutes les troupes qu'Elle pourait sou- 
haiter , les Palatine deTant aussi rester sous ses ordres, k ne point 
perdre on momoit de tempe k se mettre en action, tant pour sou- 
Isger les affiiires d'ltalie que pour fiidliter la maidie des renforts 
que la cour de Yienne destine pour V. A. Nous saurons en pea 
de jom* a quoi tons ses mouvements aboutiront. 

n est certain, nonobstant que toutes les lettres du Rhin nous 
marquent, qu'il n*est point marche de detachement des ennemis 
vers ce pays ; que le Marquis de Conflans a joint M. de Villeroi 
depuis huit jours avec un corps de huit bataillons et autant d'esca- 
drons, qui viennent droit d'Allemagne. J'espere qu'il n*en sera 
pas de meme a I'^ard du renfort que M. de Villars pretendait 
envoyer en Italic. 

J'ai mand^ a V. A. par ma demiere le pen d'apparence qu'il y 
arait de faire quelque chose ici de tout le reste de la campagne. 
Cependant je suis sur qu'Elle me fera la justice de croire que si 
les ennemis en donnent la moindre occasion je ferai de mon mieux 
pour en profiter. EUe me fera aussi, s'il lui plait, celle d etre 
persoade de la verite et de la passion tres-sincere avec laquelle je 
sois, 

MgnsienT, d« V. A., &e. M. 

To K. GUELDERMALSEN. 
HonmB, Au Ckumpd^ WMmge^ ct 80 Aoit, 1705. 

Sor la reception de Totre lettre du 21 de oe 0U)is, par laquelle 
Tons me marquez qm vous aviez oonoerte avec M. le LieuteoaAt- 
General d'Amem la marche des troupes Pruasiennes vers les Pays 
Bas, je vous ai e^t par le dernier ordinaire, comme aussi k M. 
d'Amem, de les faire rester sur le Haut Rhin, ou elles pourraieat 
etre plus utilement employees pour le bien de la cause commune ; 
et ayant bier au soir requ une lettre de MM. les Etats, par laquelle 
je trouve que leurs H. P. sont h pi^nt du meme sentiment, 
comme vous verrez par celle de MM. les Deputes, je me flatte 
que, sur ma premiere, vous aurez arrete la marche des troupes, et 
d'autant plus que Ton pretend, avec leur assistance, de forcer les 
lignes de Haguenau ; ainsi qu'il paralt par la cofie ci-jointe d^ la 
Ic^ de M. le Com^ de Frise que je vous envoie pour votre seule 
iofermatioii. C^^ndant, selon mon avis, vous feriez bien de vous 
^codre dereehef aupres de M. le Prince de Bade, pour k pousser 

r2 



244 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

a &ire quelque chose, s'il est possible, pour soulager un peu dos 
afl&ires en Italie, que je crains seront dans un tres*niauTais etat. 
H est sur, nonobstant ce qu'on voudra tous Mre accroire, que 
S. A. a une grande superiorite sur les ennemis, et il n'est pas 
moins vrai, encore qu'ils disent le contraire, que le Marquis de 
Conflans a joint M. de Villeroi depuis huit jours avec un corps 
de huit bataillons et autant d'escadrons, qui viennent droit d' Alle- 
magne. 

Je suis, avec une T^ritable passion et e8time» 

MoDsieor, votre, &c. M. 

Ce 31 Amtt. 

P.S. — Cette lettre n'ayant pu partir hier, j'ai encore le temps 
d'accuser la votre du 24 de Lauterbourg, qui est arrivee ce matin, 
et de vous remercier tres-humblement de tous les papiers qui Pac- 
compagnent que je considererai a loisir. Cependant j'espere que 
ma precedente vous aura ^te rendue a temps pour arreter les 
troupes avant qu*elles aient ete fort avancees, au moins vous les 
ferez rebrousser chemin, s'il vous plait, au plus-tot 



To M. D'ARNEM. 
MoNBiEUB, « Au Ccanp de Walebergem, ee SO AoiA^ 1705. 

Sur les avis que M. de Gueldermalsen m'a donn& par sa 

lettre du 21 de ce mois que vous alliez vous mettre en marche 

avec vos troupes pour venir dans les Pays Bas, je vous ai d'abord 

ecrit pour vous prier de rester sur le EEaut Rhin, et meme si elles 

fussent march^es, de rebrousser chemin au plus-tot, et de yous 

remettre aux ordres de >M. le Prince de Bade, esperant que Totis 

seriez plus utilement employ^ de ce cote-la, pour le bien de la 

cause commune. Je me flatte que ma lettre sera arrivee a temps, 

mais de peur d'accident je tous fais encore celle-ci, pour le meme 

sujet, et suis tr^-parfaitement, 

MoDsienr, votre, &c M. 



To THE DUKE OF WIRTEMBERG. 
MoMSiECR, Ah, Camp de Tirlemomtt oe 31 Aa6it 1705. 

La lettre que V. A. m'a fait Thonneur de m'ecrire le 7 de oe 
mois ne m'a ete rendue que depuis deux jours, autrement je lui 
aurais faij: plus tot mes tres-humbles remerctments de ses obli- 
geantes felicitations sur notre heureux sucoki en occupant les 
Lignes. II y avait alors toute apparence que cela auraitet^ bien- 
tdt suivi de quelque avantage pour le bien de la cause commune, 



1705.] DETACHMENTS OF FR. TROOPS FROM GERMANY. 245 

dont les etats de V. A. pourraient en ressentir les bons effets ; inais 
les contretemps que j'ai essuyes depuis, et qui m'ont oblige de 
rebrousser chemin, sont trop connus pour que je donne a V. A. la 
peine d'en fedre ici le recit Je dirai seulement que je souhaiterais 
de tout mon ooeur qu'une partie de nos troupes, qui selon les 
apparences seront bientot dans Tinaction, fussent employees ou 
elles seraient plus utiles a la cause commune. 

Je SQU» aveo un attachement et respect tr^parfait, 

MoDflieur, de V. A., &c M. 



ToTHB COMTE DE WRATISLAW. 
MoKBisuB, Au Camp de Tirlemant, ce 31 Ao6t, 1705. 

^F'ai Te<^ ce matin I'honneur de votre lettre du 19 de ce mois, 
et Tons ai deja donne mes sentiments sur les affaires d'ltalie. Je 
snis sur qu*il n'y a personne qui les a plus a coeur que moi, mais 
c'est un grand malheur que Ton ne fait jamais de serieuses re- 
flexions que dans I'extremite, et quand il est presque trop tard. 
Vous aurez vu par ma precedente que je ne croyais pas que Ton 
fit grande difficulte a laisser marcher les troupes de Wirtemberg. 
Je serais bien aise qu'il y eut la meme Ceicilite a foumir Temprunt ; 
mais il &ut que vous attendiez les reponses de Londres et de la 
Haye pour en etre informe. Je vous envoie un extrait d'une 
lettre qui m'est venue ce matin du Haut Rhin, avec le plan du 
camp et de la force des ennemis. II est certain qu'on ne pent 
Cure aucun fond sur les avis que les generaux nous donnent de ce 
cote-la. Us continuent a vous ecrire et k nous aussi que les 
ennemis n'ont fait aucun detachement, et qu'ils les serreront de si 
pres qu'il leur sera impossible d'en faire. Cependant il y a dejk 
buit jours que M. de Conflans a joint le Marechal de Villenri avec 
hiiit bataiHons et autant d'escadrons Tenant droit d'Allemagne, et 
les gazettes de Paris, de Bruxelles, et de HoUande nous nomment 
les regiments meme que M . de Villars a detaches pour Tltalie. 
On nous assure aussi qu'il en vient un second detachement de ce 
cote-ci. 

Je sais que vous avez assez d'occupation et d'embarras, et je 
vons assure que mes chagrins ne sont pas moins ; ainsi je ne vous 
retiendrai pas daTantage que pour vous assurer de la passion tres- 

smcere avec laquelle j'ai rhonneur d'etre, 

Monsieur, votre, &c. M. 

P.S. — Tsi vu Tordre de bataille qu'on vous a envoye de Tarmee 
dn Haut Rhin, qu'on ne &it monter qu'a cinquante-quatre batail- 
loDs et quatre-vingt-dix escadrons, quand elle pourrait etre de 



246 MAELBOROUQH DISPATCHES. [1705. 

Boixante-dix batailloas et de cent seize escadroos. De Tautre 
c8te, on agrandit celle des ennemis de pres de la moitie. 

A ce moment je re^ois une lettre du Pensionnaire, qui me 
mande que les Etats consentent a la marche des troupes de Wir- 
temberg. 

To THE STATES4BNERAL. 
Hauts ft PoiSBAinrs Seignbdiis, Au Camp de Th-lemont, ce 31 Ao6t, 1705. 

tTai re^u les deux lettres que vos H. P. m'ont fait rhonneur 
de m'ecrire le 20 et le 27 de ce mois. A I'egard de la premiere, 
au sujet des renforts qu'il serait neoessaire de £Bdre marcher inces- 
samment en Italie, pour soutenir les interets de S. A. R. le Due 
de Same, il y a long-temps qu'a la requisition de M . le Prince 
Eugene, je n'ai cesse de le solliciter a la cour de Yienne par mes 
instances, tant aupres de S. M. I. meme que de ses ministres, et 
aussi par le canal du ministere de la Reine ; Tayant encore repete 
sur la reception de oette lettre de yos H. P. Par les demierea 
lettres que j'ai revues de cetie cour, on me mahde qu'on y faisait 
de s^euses reflexions, et que pour le mois d*octobre prochain on 
esperait d'y avoir un bon renfort de troupes. Pour ce qui regarde 
les troupes Prussiennes, vos H. P. auront vu, par ceUe de M. de 
Gueldermalsen, que je n'ai pas presse leur marche ; et aussitot 
que j'ai requ sa lettre du 21 du courant couchee dans les memea 
termes qu'il leur ecrit, je lui ai repondu que nous avions deja 
beaocoup de troupes ici, et que les Prussiens pourraient etre plus 
utilement employes sur le Haut Rhin. J'ai ecrit la meme choae 
au Lieutenant^G^n^ral d'Amem, et lui ai marque de plus qu'en 
cas que les trDupes fussent avaucees, ils eussent a retoumer aux 
ordres du Prince de Bade. J'espere que mes lettres seront 
arrivees a temps pour arreter la marche des dites troupes. Cepen* 
dimt je viens d'en remettre d'autres k MM. les Depute de la 

meme teneur. 

Je sals, avec beaucoap de respect, 

De vos Hatttes Ptiififiatioes, &c. M. 

P.S. — Je me donne I'honneur de joindre la copie de ce que 
j^^cris a pr&ent a M. de Gueldermalsen. 



To M. DE SCHMETTAU. 
MOMSISUB, Au Camp <k Tirlemoia, ce 31 Ao(it, 1706. 

J'ai regu ce matin Fhonneur de votre lettre du 29 de ce 
mois, et suis bien surpris des pretentions du Sieur Sweet, lui ayant 



1705.] REJOICINGS FOR SUCCESS IN ITALY. 247 

donne des ordres tout contraires, dont rous avez et6 temoin, et 

qu'il ne devait pretendre aucun rabat 8ur les subsides pour les 

troupes en Italie. Je le lui repete encore par cet ordinaire, de 

sorte que M. de Rover pourra insister sur les cinquante mille ecus 

dans lenr entier, et je ne doute nullement que My Lord Tresorier 

ne lui foumisse Targent a mesure que les subsides seront echus. 

Ai. le Pensionnaire vous aura apparemment communique la 

lettre et relation que le Prince de Savoie m'envoie de Taction en 

Italia. S. A. n'a ete que legerement blesse, et il s'attribue tout 

Tavantage; de sorte que nous en avmis fidt des rejouissances, 

conune les ennemis ont aussi fait de leur cote. La lettre du Roi 

de France k M. TElecteur de Bavi^re dit que M. le Prince 

d'Anhalt serait tue ; mais vous pouvez bien croire le contraire, 

puisque oette lettre et relation n'en font aucune mention. II faut 

e^p^rer que tout le reste qu'ils debitent de oette afiaire est sur le 

memepied. 

Je suis, ayec ime y^ritable passion et esdme, Monsieur, &c. M. 



To Ma. SECRETARY HARLEY. 
Sir, Ctmip at Tirleaumi, Z\8t August, 1705. 

I have received the favour of yours of the 14th instant, with the 
copy of the Queen's letter to the States and of the order in council 
for the release of their ships, which deserves a very kind return. 
By the last post I have told you I hoped her Majesty would be so 
good as to renew the treaty with the King of Prussia for the eight 
diousand men in Italy. I wrote at the same time to the Pensioner 
about it, and have just now his answer that he thinks it does not 
require our immediate consideration, and may be deferred for 
some time longer ; but I can nowise agree with hii% considering 
the circumstances of our affairs on that side, and therefore I wish 
Mr. Stanhope might be instructed to press the States' coming into 
it forthwith ; or at least that they may declare their resolution by 
their minister at the court of Berlin, in conjunction with my Lord 
Raby, to renew the treaty from the time the present treaty expires, 
that they may be encouraged to make an early provision of re- 
cruits and olher necessaries for that body of men. 

The army marched to this camp on Saturday ; the detachment 
intended for the siege of Leau at the same time invested the place, 
and are to break ground this night. I am concerned for the 
damage the late storm has done in our ports, and hope we shall 

hear no more of it. 

I am, trnly, Sir, yours, &c. M. 



248 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To LORD CUTT8. 
Mt Lord, Camp at Tirlemontf 3l§t Auffiut, 1705. 

I am very much obliged to your Lordship for the honour of 
your letter of the 26th paist, and your kind congratulation on our 
guccess in forcing the Lines. I am very well assured of the real 
satisfaction you take in anything that contributes to the good of 
the common cause, and beUeve you so much my friend as not to 
be sorry that I should have some share in it. The marks of joy 
your city expresses on this occasion are agreeable to the opinion I 
always had of their steadfast loyalty to her Majesty and zealous 
affection to the public good, towards which I fear the disappoint- 
ments we have met with will not suffer us to make any further 
progress this campaign than the siege of Lean and the demolition 
of the Lines, so that a correspondence from hence can at present 
be of no great use to you ; but when anything offers, either for the 
gratification or service of your Lordship, I shall be always ready 
to assure you of the truth wherewith I am, 

My Lord* your Lordsliip's, Sec, M. 



To Mb. ST. JOHN. 
Sir, Camp at TirUmont, Slat August, 1705. 

I am now to thank you for your kind letter of the 7th instant, 
and do not doubt but both yourself and the rest of our friends who 
take any satisfaction in our success are much concerned at our 
disappointments. I was in hopes that that which you speak of 
might have been retrieved in a little time, for which I had with 
great difficulty made all the necessary preparations ; but you will 
have heard already that our second expedition had the same &te 
as the former, which in truth I can impute to no other reasons 
than those you mention. 

We have now invested Leau, which, if the weather proves fiiir, 
will not be able to hold out many days, during which we shall go 
on with demolishing the Lines, which I fear is the most we shall 
be able to do this campaign. 

We have made rejoicings for Prince Eugene*s success in Italy, 
though we have not yet the full particulars of the action ; but we 
could do no less after the Prince had written to me that he in- 
tended to sing Te Deum. 

I am, with truth. Sir, yours, &c M. 



1705.] MISSION OP AGENT AS TO ABSOLUTE COMMAND. 249 

To Mb. SECRETARY HARLET. 
SiB, Tirlemtmt, *2nd September, 1705. 

I received last night the favour of your letter of the 18th 
pasty o. 8., and would not defer giving you my humble opinion as 
you desire, upon what has been proposed to her Majesty in council, 
of sending some person of distinction to the Hague with relation 
to our late disappointment and the more absolute command of the 
army ; whereupon I shall venture to tell you my thoughts freely, 
from the knowledge and experience I have of those people, that at 
this juncture, while they are in such a ferment on tfiis veiy occa- 
sion, as you must know from all hands, and that there are such 
divisions reigning amongst them, I can nowise think it for the 
public good or her Majesty's service, as believing it might rather 
give an advantage to the French and those who wish them well, 
or at least who are over-forward for a peace, of which I must own 
there are many even amongst the States themselves, than effect the 
end you propose; and therefore I would humbly offer that it 
might be deferred till I have advised with such of our friends as I 
am sure are in the true interest, and by that means will be obliged 
to pursue such methods as may be thought more proper for the 
public good. One chief reason that induces me to be of this 
opinion is that I am persuaded if an opportunity should now offer 
before our leaving the field, the greatest part of the generals who 
were against engaging the enemy are so sensible of their error that 
they would not obstruct anything that might be proposed for our 
advantage. Another reason that induces me to think the sending 
over such a person at this time may not be convenient is that it 
would undoubtedly create jealousies at the court of Vienna and 
with our other Allies, whatever we might allege to the contrary, 
that it had some tendency towards a peace, many of them being 
too ready to receive such impressions, which might prove of dan- 
gerous consequence. You will be pleased to lay this, with all 
submission, before her Majesty, and believe me with truth, 

Sir, yoar most obedient humble Benrant M. 



To M. LE COLONEL KUCKELSHEIM, 
Commandant a Diest. 
MoNSiEUB, Au Camp de Tirlenuml, ce 2 Septembre, 1705. 

Xai re^u Thonneur de votre lettre du 31 du passe, et je 
tacherai de vous envoyer au plus-tot le detachement de cavalerie 
que vous souhaitez. On pourra peut-etre vous envoyer en meme 



250 MAJULBOROnOH DISPATCHES. [1705. 

temps un renfort d'lBfanterie ; mais k I'egard des fourrages, on 
croit qu'il est absolument necessaire que Diest et ses dependanceB 
les fournissent, puisquey si on allait plus loin, les ennemis pour- 
raient prendre ce pretexte pour obliger la mairie et quartiers de 
Breda et BergeU'-op^Zooni de leur en foumir ansa. 

Je BoU tr^parfiuitement, MoDueur, ¥Otre» &e. M. 

P.S. — My Lord John Hay ecrira a son major que ses dragons 
demontes aieot k faire fonction dans votre gamison. 



To M. IXARNEM. 
MoNtiKTB, Au Camp de Tirlemo i U , «t 2 SepUmbr^ 1705. 

C'est id la troisieme lettre que je vous ^ris sur les instanoes de 
MM. les Etats pour arreter la marche de yos troupes vers les Pays 
Bas, et vous prier de retoumer inoessamment rejoindre M. le 
Prince de Bade, a qui vous aurez la bonte d'ecrire sur la reception 
de celle-ci, si vous ne Tavez pas d^ja fait, pour marquer a S. A. 
la route que vous prenez, et le jour que vous pensez rejoindre son 
Brm6e. 

Je snisf ti^-parfaitement, Monsieur, Totre, &c M.* 



To THE PRINCE OP SAVOT. 
MoNSiEUB, Au Camp de Tirlemontf ee 2 Septemhre^ 1705. 

Le G&eral-Major d'Herleville, qui a eu Thonneur d'etre 
connu de V. A. durant la demiere campagne en AUemagne, 
ayant depuis, par quelque chagrin, quitte le service de Hanovre, 
et souhaitant fort d'avoir Thonneur de servir dans les troupes 
de S. M. L, j'ai cru ne pouvoir mieux Tadresser quit V. A. 
C'est un officier qui s'est toujours distingue parmi nous, ainsi je 
me flatte, tant pour son propre merite que pour Tamour de moi, 
Elle voudra bien Thonorer de sa puissante protection, afin qu'il 
puisse trouver de I'emploi parmi ses troupes. Je lui en aurai 
toute I'obligation, etant sans r^rve, 

Monneur, yotre, &e. M.f 



To THE COMTE DE WRATISLAW. 
MoNSiEUB, Au Camp de Tirlemont, ce 3 Sepiembre, 1705. 

J'ai re§u bier au soir I'honneur de votre lettre du 22 du 
passe, et en meme temps les bonnes nouvelles que M. le Prince 



♦ A stnrilar letter was sent to M. Natzmar. 

t A similar letter was se&t to Comte SinMndorff. 



1705.] PASSAGE OF THB UNBS OF HAGUENAU. 251 

de Bade avait p^netre les lignes de Haguenau, ce qui nous a sur- 
pris d'autant plus agreablement que nous ne nous attendions a 
rien moins. Nous n'en avons pas encore les particularites, mais 
je me flatte que cela aura encore d^heureuses suites avant la fin 
de la campagne, et pourra des k present &ciliter I'envoi de 
quelqne renfort incessanunent en Italie. Je vous ai deja mande 
que d'abord que j'avais appris que les troupes Prussiennes, par 
Tentremise de M. de Gueldermalsen, venaient de ce cote-d, je 
leur avais envoye des contre-ordres, et j'espere qu'elles seront 
presque a portee de rejoindre M. le Prince de Bade. 

Je wkis, avec une y&-itable passion, Monsieur, YOtre, &o. M. 



To THE PRINCE OP BADEN. 
MoNSisuB, Au Camp de Tirlemont, ce 8 Septembrey 1706. 

M. de Gueldermalsen m'ayant communique de Francfort les 
bonnes nouvelles dont V. A. lui a fait part, qu'EUe avait penetre 
les lignes des ennemis, je n'ai pas voulu attendre les particularity 
pour la feliciter, comme je fais de tout mon coeur, sur un si 
heureux evenement. Je soubaite ardemment qu'il soit suivi de 
bien d'autres pour la gloire de V. A. et le bien de la cause com- 
mune. M. le Comte de Frise lui aura deja informe que d'abord 
que j'ai appris la marche des troupes de Prusse vers ces quartiers, 
j'ai tout aussitot ecrit a M. de Gueldermalsen et a M. d'Amem 
pour les contremander ; meme j'ai repet^ mes lettres par quatre 
fois, de sorte que je me flatte qu'a la reception de celle-ci les 
dites troupes auront rejoint V. A., on qu'elles seront pour le 

moins a portee. 

Je &m, aree one veritable passion et respect, 

Moasleiir, de votM Altesse, && M. 



To M. GUELDERMALSEN. 
MoNSiEOB, Au Camp de Tirlemont, ce 3 Septembre, 1705. 

J*ai deja accuse Tbonneur de votre lettre du 24 du passe de 
Lauterbourg, et j'ai depuis lu tons les papiers qui I'accom- 
pagnaienty dont je vous suis infiniment oblige. Hier au soir je 
re<;us celle du 30, et fiis d'autant jius agreablement surpris par 
les bonnes nouvelles du passage des lignes de Haguenau que 
nous ne nous y attendions aucunement Ceci fait voir combien 
ces Messieurs out toujours ete trompes, ou au moins nous ont 
voulu imposer, aussi bien qu a la cour de Vienne, sur la force des 
ennemis. Get evenement rend le retour des Prussiens d'autant 



252 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

plus necessaire, et je me flatte qu'a la reception de celle-ci, elles 

auront rejoint M. le Prince de Bade. MM. les Etats nous ont 

ecrit deux lettresa ce sujet, et j en ai ecrit trois ou quatre de suite 

a M. d'Arnem et M. de Natzmar pour presser leur retour ; de 

sorte que je me flatte qu'ils n'auront fait aucune difficult^. Vous 

devez aussi avoir re^u deux ou trois des miennes sur le meme 

chapitre. 

On travaille a la Haye a regler les quartiers d'hiver. Sans 

doute on vous en informera, au moins je ne manquerai pas de le 

faire quand on sera convenu du plan. Cependant il serait tr^* 

utile si, apres les operations que le passage des lignes donnera 

jour a M. le Prince de Bade de faire de ce cote-la, S. A. voulait 

songer a reprendre Hombourg, avant que les ennemis s'y soient 

trop fortifies. 

Je Buis, sans reserve, Monueur, votre, &c. M. 



To THE STATES«ENERAL. 
Hauts et PinssAMTS Seigneurs, Au Camp de Tirlemont, ce 3 Septemhre^ 1705. 

J'ai re^u la lettre que vos H. P. m'ont fait I'honneur de 
m'ecrire le 31 du mois passe, sur quoi j'ai d'abord repete mes 
ordres par expres a M. le Lieutenant-General d'Amem, comme 
aussi k M. de Natzmar, en cas qu'ils fussent separ&, de retoumer 
incessamment avec les troupes de Prusse vers le Haut Rhin, pour 
joindre M. le Prince de Bade. Je ne doute pourtant point qu'ils 
ne I'ayent deja faits sur mes precedentes, leur presence parais- 
sant d'autant plus necessaire que nous venous d'apprendre que 
S. A. avait penetre les lignes des ennemis, ce que je me flatte 
aura encore d'heureuses suites ; enfin que cela &cilitera I'envoi 
des renforts en Italic que je continue de presser de tout mon 

possible. 

Je suis, a^ec un yeritable attachement et respect, 

De Tos Hantes Puiasanoes, &c. M. 



To M. ZOUTLANDT. 
Monsieur, Au Camp de Tirlemont, ce 3 SepienAre, 1705. 

Je VOUS suis bien oblig^ pour le garde du corps FranQais que 
vous avez bien voulu renvoyer ; et comme M. le Marechal de ViUe- 
roi me sollicite fort pour une douzaine de soldats du regiment 
des gardes Francises, que nous avons ftut prisonniers en entrant 
dans les Lignes, et qui sont presentement a Maestricht, je vous 



1705.] STTKRENBER OF I^EJlU. 253 

prie de les faire partir par la premiere escorte qui viendra a 
I'armee, et les remettre a I'officier qui la commanderay afin qu'il 
ait soin de les fiiire mener a mon quartier. 

Je snifl, tr^parfaitemeDt, Monsieur, voire, &c M. 



To M. DE KUCiCELSHEIM. 
MoNStBDH, Au Camp de TirlematU, ee 4 Septem^>re, 1705. 

Par ma demiere du 5 de ce mois, je vous ai marque les in- 
conyeniens qui pourraient arriver en cas que vous fissiez contribuer 
les places que vous nommez a la fourniture de fourrage pour votre 
ganiison. J'ai requ depuis une lettre de M. de Pesters sur le 
meme sujet, et dont je vous envoie la copie, afin que vous puissiez 
voir que nous ne devons aucunement insister la-dessus. Ainsi je 
vous prie de me marquer le nombre des rations que Diest et ses 
dependances peuvent bien foumir sans etre trop opprimee. 

Je gniB, tr^parfiutement, Monnear, Yotre, &c. M. 

P.S. — Depuis que j'ai fait cette lettre, je re^is des plaintes de 
voB mandements envoy^ au quartier de Tumhout 



To M. PESTEBS. 
Monsieur, Au Camp de TirUmontt ce 4 Septemhref 1705. 

J'ai requ I'honneur de votre lettre du 3 de ce mois, et avais 
deja ecrit au commandant de Diest de n'exiger aucune livrance de 
fourrage que des dqiendances de cette ville, comme vous verrez 
par la copie de ma lettre ci-jointe. Je lui ai encore repet^ la 
meme chose d'abord que j'ai re^u la votre ; ainsi on ne vous fera 
plus aucune plamte a cet egard. 

Je sois tr^-parfiiitement, Monsiear, Totre, &c M. 

P.S. — Madame la Duchesse de Tyrconnel doit passer en peu de 
jours par Maestricht allant k Aix. Je vous serai fort oblige des 
civility que vous lui temoignerez. 



To M. D'AUVERQUERQUE. 
Monsieur, Au Camp de TXrUmotttt ce 5 S^ptembre^ 1 705. 

M. de Zobel m'a rendu la lettre que vous m'avez fait I'hon- 
neur de m'ecrire ce matin, avec les conditions auxquelles le gou- 
vemeur de Leau offi'e de rendre sa gamison, comme aussi les 
pretentions du magistrat ; et je crois que vous serez du meme 



254 MABLBOROUQH DISPATCHES. [1705. 

sentiineiit avec moi, qu*il vaut beauooup mieux lea accepter 

que de Be tenir a des oeremonieSy qui ne nous profiteront de rien, 

et pourront hasarder la vie a quelqueB-uns de nos gens. Je me 

suifl cKplique dans oes termes a M. Dedem, qui m'a envoye les 

memes papiers. 

Je sais, ayec one y^ritable panion et respect, 

MoDsiear, votre, &c M. 



To BARON SPAAB. 
MoNnjsim, An Camp d$ TifUmont^ c« 5 SipienAn^ 1705. 

J*ai re^u ee matin Thonneur de TOtre lettre dn 3 de ce moia, 
et ne puis que louer I'attention que yous avez sur Ie« mouvements 
des ennemis. Uaffiiire de Leau ne leur donnera guere de jour a 
ikire des operations dans vos quartiers, puisque la gamison s'est 
rendue aujourd'hui prisonniere de guerre. Cependant s'ils rou- 
laient s'opiniatrer k quelque chose, je vous assure qu'il ne tiendra 
pas a moi que vous ne soycz en ce cas bient6t en etat, par un renfort 
de notre armee, de leur tenir tete. 

Nous ne sommes nullement en peine de ce que les ennemis 
peuvent faire venir de Flandre ici ; ils sont trop sensibles de leur 
faiblesse et du mauvais etat de leurs troupes, encore que nous 
voulions Tignorer pour jamais, de rien oser entreprendre. 

Nous serous occupes encore quelques jours ici a demolir les 
lignes, apres quoi je preterai les mains a tout ce que MM. les 
g^neraux trouveront a propos de faire. 

Mes lettres sont toujours adressees au maltre des postes a 
Bergen*op-Zoom pour vous etre acheminees ; je voudrais bien, si 
je pouvais, vous les &ire tenir avec plus de diligence. 

Je suis, avec one Y^table passion. Monsieur, TOtre, &c. M. 



To TBB DUCHESS OP TTRCONNEL. 

Madam, Camp at Tirlenumt, 5th September, 1705. 

Upon the first notice I received of your intentions to go to 
Aix, I immediately dispatched a trumpet to the French army, who 
brought me this morning the enclosed pass. 

I have likewise ordered eight dragoons to attend on you on 
your coming to the Bosch : these will wait on you to Maestricht, 
where the governor will give you another escort on to Aix. I 
heartily wish you a good journey, and all the success you can 
desire with the waters. If I should not be able to have the satis-* 



1705.] RENEWAL or PRUSSIAN TREATY. 255 

£su;tion of aeemg you at the waters, I hope to have that of meeting 
you in Holland before I embark, being with much truth, 
Siadam, your Grace's, 9tc^ 

Meet obedient huDble servaat M. 



T6 Mb. STANHOPE. 
Sib, Camp at Tirlemoia, 5th September, 1705. 

I received yesterday the fevour of your letter of the 2nd 
instant, and baring already written to England about the renew- 
ing the treaty for the eight thousand Prussians in Italy, I may 
venture to assure you it will meet with no diflRculty on our side, so 
that you may proceed on it ; and to press the States to do their 
part, being confident the necessary powers will soon be remitted 
to you for that purpose. 

I entirely approve of your printing my letter, and of the answer 
you have given to the Pensioner. I dare say you are of my 
opinion, that I have deserved better usage from some of those 
gentlemen than I have met with on this occasion. 

I an, truly, Sir, yoan, &c. M. 



To THE STATES-GENERAL. 
Hadtb vt Pousamts Seioneijb8, Au Camp de TtrUmoiUt ce 5 Sept., 1705. 

Je suis bien aise de me servir de la premiere occasion pour 

feliciter vos H. P. sur la prise de Lean, dont la gamison s'est 

rendue aujourd'hui prisonniere de guerre. J'aurais ete ravi de 

Tavoir pu fisdre sur quelque chose de plus d'importance. MM. les 

Deputes auront I'honneur de leur envoyer la capitulation, qui a 

ete &ite avec la gamison et la ville ; de sorte qu'il ne me reste 

plus rien que de leur assurer de I'attachement tres*respectueux 

avec lequel je serai toujours, 

De Yoe Haates PaiBsanoeSi &c. M. 



lb M. HEUKELOM. 

MoNSiBUB, Au Camp de TMement, ee 6 Septewbre, 1705. 

Votre lettre d'hier au soir ne m'a ete rendue que ce matin. 

Je vous avais d^ cnvoy^ deux lettres, une pour M. le Grand 

Pensionnaire, et I'autre pour M. de Slingelandt. Voici ccUe que 

vous f^ouhaitez pour MM. les Etats, que vous trouverez, comme 

les autres, sous cachet volant, afin que vous en puissiez voir le con«> 

tenu et les fermer apres. 

Ja fuifl, ti^parfldtameiit, Monsieur, votre, ftc. M. 



256 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To THB STATES GENERAL. 
Hauts et PcistANTS Seigmeurs, Au Camp de TirlemoiU, ee 6 Sept., 1705. 

Les Deputes de vos H. P. a Tarmee leur auront communique 
il y a deux jours un projet de MM. leurs generaux, lesquels m'en 
ayant aussi fait part, j'ai ete d'avis, aussi bien que M. d'Auver- 
querque, qu'il serait a propos d*envoyer a vos H. P. un homme de 
la capacite et de I'experience de M. de Heukelom. II aura 
Thonneur en meme temps de leur dire les raisons que j'ai pour ne 
pas approuver les lignes ; mads a I'egard des quartiers, je suis 
d'avis qu'il serait tres-necessaire, pour le bien de Tetat et de la 
cause commune, de les occuper, pourvu qu'on veuille mettre les 

places hors d'insulte. 

Je suis, tr^-respectneasement, 

De Yoe Hautes Puissances, &c. M. 



To THE PRINCE ELECTOR OF HANOVER. 
MoNSEiGNEUR, Au Comp de Tirlemont, ce 7 Sqittembre^ 1705. 

M. de Bulow m'ayant informe du manage de V. A. avec 

Madame la Princesse d'Anspach, je me flatte qu'EUe voudra bien 

agreer la liberte que je prends de la feliciter sur un choix si 

digne d*£lle, et de la souhaiter en meme temps une longue suite 

d'heureuses annees ensemble. Ce seront les voeux que je con- 

tinuerai toujours de faire, tant pour I'avantage du public que 

celui que nous pouvons esperer d'en recevoir en particulier. Je 

la supplie aussi d'etre persuadee de Tentier devouement avec 

lequel j'ai Thonneur d'etre, 

MoDseigneur, de V. A., Ac. M. 



To THE PRINCE OF BADEN. 
MoNSiEUB, Au Camp de Tirlemontf ce 7 SqUembre, 1705. 

D'abord que j'ai requ de M. de Gueldermalsen les nouvelles 
que y. A. avait franchi les lignes, je me suis donne rhonneur de 
Ten feliciter par ma lettre du 3 de ce mois ; a present je dois la 
remercier de I'avis qu'Elle m'en a bien voulu donner £lle-meme 
par sa lettre du 1, sur quoi nous avons fait faire des rejouissances 
dans I'armee ; et je me flatte qu'Elle nous donnera I'occasion de 
les repeter encore avant la fin de la campagne. J'ai deja informe 
y. A. qu'aussitot que j'ai su la r&olution qu'on avait prise de 
^ire marcher les troupes Prussiennes vers ces pays, j'ai fait tout 
ce qui a dependu de moi, par mes lettres a M. de Gueldermalsen 
et au General Amem, pour les arreter et les faire rejoindre votre 



1705.] CHARACrrER OP THE PRINCE OP BADEN. 257 

arm^, oe que je ne doute pas qu'elles auront fait k pr&ent. 
Ainsi je ne vois pas que j'ai donne aucun juste sujet de plainte de 
mon cote, etant toujours avec une veritable passion, 

DeV.A., &c M. 



To THE COMTE DE FRISE. 
MoNSiEDBy Au Camp de Tirlrmontf ce 7 Septembre, 1705. 

J'ai recju aujourd'hui I'honneur de votre lettre du 1 de ce 
mois, avec la relation que vous avez bien voulu m'envoyer de votre 
heureux passage des lignes, et je vous en suis fort oblige. Nous 
en avons fait des rejouissances dans I'armee, et je me flatte que 
M. le Prince de Bade nous donnera occasion de les repeter avant 
la fin de la campagne. Permettez que je vous marque la surprise 
ou je suis de ce que vous persistcz toujours dans Topinion que M. de 
y illars n'a fait aucun detachement, apres ce que je vous ai marque 
que le Marquis de Conflans avait joint le Marecbal de Villeroi 
avec huit bataillons et autant d'escadrons vcnant d'Allemagne. 
II est certain aussi qu'il a fait un detachement pour Tltalie, et il 
est a craindre que vous en serez convaincu quand il sera trop tard 
d'en profiter. 

La gamison de Lean s'est rendue prisonniere de guerre, sans 
nous obliger a tirer un seul coup. Nous y avons trouve une assez 
grande quantity de munitions de guerre et de bouche. Je vous 
prie de continuer a me faire part de ce qui se passe chez vous, et 
de me croire tres-parfaitement. 

Monsieur, votre, &c M. 



To M. GUELDERMALSEN. 
MoNSiEUB, Au Camp de Tirlemont, ce 7 Septembre, 1706. 

J'ai requ Thonneur de votre lettre du 3 de ce mois, et suis 
fort aise d'apprendre que les troupes Prussiennes sont marchees 
pour rejoindre le Prince de Bade. Je vous suis aussi fort oblige 
de la communication que vous me faites de la lettre d'un general 
de Tarmee de S. A., laquelle est assez curieuse. Elle me con- 
firme qu'il n'y a guere a attendre de ce c6te-la, a moins que ce 
Prince ne soit pousse serieusement a faire quelque chose. C'est 
ce qui me fait d'autant plus souhaiter que vous voulussiez vous 
y transporter incessamment pour I'animer. Je suis sur que cela 
aurait un bon effet, et encore que je suis persuade que votre 
assistance nous aurait et^ tres-utile ici, c'est la oil il semble a 
present le plus ndcessaire. Selon le caractere que je vous ai deja 

VOL. II. 8 



258 MABLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

donne de ce Prince, vous le trouverez brave de sa persoime; 
mais sans le presser, et meme avec instance, il ne fera jamais rien. 
Je snifl, ti^s-ffinc^remeiit, Monuenr, TOtre, &c. M. 



To Mr. secretary HARLEY. 
Sib, CaMp ai Tirlenumt, 7th September, 1705. 

I received last night the favour of your letter of the 21st 
past, and hope mine of the 2nd instant will have reached you in 
due time, if the stormy weather has not hindered the messenger's 
getting over, my dispatches having been delivered to him at the 
Brille on Thursday before noon. You will have seen by them my 
opinion upon what I proposed of sending some person of credit to 
the Hague. 

I am glad to see that H. M. is willing to renew the treaty for 
the eight thousand Prussians, and have acquainted Mr. Stanhope 
with it, assuring him at the same time that if the States were 
willing to do their part, as I have no reason to doubt, he would 
soon be empowered to renew the treaty in conjunction with them. 

I have just now advice that the States have recalled M. Fagel 
from Portugal, which I am in hopes may conduce very much to 
the success of our winter-campaign on that side. 

The garrison of Leau have surrendered themselves prisoners of 
war without obliging us to fire one gun, though they might have 
taken us some time and cost us a good number of men, the place 
being in a good condition of defence, and well fortified by nature. 

I am. Sir, yours, &c M. 



To Mb. secretary HEDGES. 
Sir, Camp at Tirlemoni, 7th Septmher, 1705. 

I received yesterday the favour of your letter of the 2l8t 
past, and thank you for the part you take in our late disappoint- 
ment ; it will be well if it produce the efiect you mention, though 
if it should, it is too late to expect any benefit from it this year. 
There can be no foundation for what is written to you of M. de 
Villeroi's going to the waters, but it is certain there are many in 
Holland who are too fond of a peace, being pushed on by the in- 
trigues of the French court You will hear by this post that the 
States have sent for M. Fagel from Portugal, when we were least 
expecting it. I hope it may be a means for my Lord Galway to 
do somediing on that side during the winter-campaign. We are 



1705.] DEATH OF THE DUKE OF ZBLL. 259 

masters of Leau upon much easier terms than could have been 
expected. 

I am, truly, Sir, yours, &c. M. 
P.S. — I think myself very unjustly used by the Gazette of the 
20th of August.* 

To Mb. SECRETARY HARLEY. 
Sn, Camp at TXrlemotU, lOth September, 1705. 

I thank you for the favour of your letter of the 24th past, 

which came to hand on Tuesday. According to the advices we 

have from the court of Berlin and Hanover, the death of the Duke 

of Zell is like to breed no manner of disturbance in those parts, 

the £1ector having taken possession of all that belonged to the 

deceased without any opposition. We have for these three days 

past employed upwards of three thousand soldiers to assist in de* 

molishing the Lines, so that I hope in a ^ery few days we shall 

have finished in these parts. 

This morning I had a visit from Don Fr. Bernardo de Cuiros, ^ 

one of the plenipotentiaries for Spain at the treaty of Ryswick. 

He came only to thank me for a pass I sent him at his request 

two days since to go to Aix, whither he continued his journey 

after little more than a quarter of an hour's stay. I saw him 

only in public, with the general oflScers, to avoid giving any 

jealousy. 

I am, with much tmth. Sir, years, &c. M.f 



To M. D'ARNEM. 
MoMBiEDB, ^u Canqf de Tirlemont^ ce 10 SepUwbre, 1705. 

J'ai requ I'honneur de votre lettre du 4 de ce mois, de 
Worms, et ne doute point que par la diligence de votre marche, 
vous aurez a cette heure rejoint M. le Prince de Bade, et que 
S. A., par un renfort si considerable, sera bien en etat d'entre* 

* This postscript has reference to omissions made in the London Gazette of a 
part of the offidal bulletin of the 1 9th of August sent home by the Duke of Marl- 
borough. Thew omivioDfl wiU be seen by comparing the bulletin (note, p. 224) 
with the account published in the Qazette, which was as follows:— 

**The 18th the army decamped at three in the morning from Frischemont, and 
having passed several defiles, came through the wood of Soignies into a spacious 
plain, with only the Yssche between us and the enemy, whom we found, according 
to expectation, between Neer- Yssche and Orer-Yssche. In the afternoon the 
army encamped at Leau, from whence we marched the 19th to the camp at Basse 
Wavre." 

t A similar letter was sent to Mr. Secretary Hedges. 

s2 



260 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

prendre quelque chose avant la fin de la campagne pour nous con- 
soler en quelque maniere de nos contretemps ici, et du malheur 
que j'ai en particulier d'etre prive de Thonneur de votre compagnie. 
Je suis, avec ane v^itable estime et panion, 

Monsieur, YOtre, &c M. 

P.S. — ^Je vous prie de faire mon compliment a M. Natzmar. 



To M. REHBINDER. 
MoNSiEUB, Au Camp de Tirlemontt ce 10 Septembre, 1706. 

Je VOUS suis fort oblige de Thonneur de votre demiere lettre, 

et des avis que vous m'y donnez de vos mouvements. Nous 

n'avons rien d'agreable a vous mander d'ici, depuis la reddition 

de Lean, que vous aurez deja appris. Et comme notre grande 

attention est a cette heure de votre cote, je votls prie de continuer 

de me donner quelquefois de vos nouvelles, et d'etre persuade de 

la veritable estime avec laquelle je suis, 

Monsieur, yotre, &c. M. 



To THE STATES-GENERAL. 
Haots et Puissamts Seignedbs, Au Camp de ItrUmont, ce 14 Sept^ 1705. 

Depuis que je me suis donne I'honneur d'ecrire a vos H. P., 
par le Lieutenant-General Heukelom, j'ai requ les lettres qu'EIles 
ont eu la bonte de me faire tenir du 6 et 10 de ce mois, par 
lesquelles je vois combien Elles soubaitent qu'avant de separer 
I'armee, on put entreprendre quelque chose d'eclat et d'importance 
au plus grand dommage de I'ennemi et au plus grand bien de la 
cause commune, sur quoi vos H. P. me permettront de leur re- 
pondre, que j'ai toujours ete du meme sentiment ; que la situation 
des afiaires demande qu'on pousse les ennemis a bout, comme je 
I'ai repete plus d'une fois a MM. les Deputes et aux generaux, 
avec des assurances que s'ils pouvaient former quelque projet pour 
cet efFet j'y preterais les mains, meme avec empressement. Je ne 
manquerai pas de veiller aussi de mon cote, et si je trouve jour a 
quelque chose, je le leur communiquerai, ne doutant nullement 
qu'ils ne concourent de meme avec moi, puisqu'il nous est de la 
demiere consequence de donner quelque 6;hec aux ennemis avaAt 
la fin de la campagne, s'il est possible. 

Je suis, avec un T^ritable respect et attachement, 

De T06 Hautes Puissances, &c M. 



1705.J DIFFICTJLTIBS AS TO THE PRUSSIAN TREATY. 261 

To M. WITZEN. 
HoNBiBUB, Au Camp de T%rUmoiU,ce 14 Septembrty 1705. 

•Tai requ Fboimeur de votre lettre du 6 de ce mois, et vous 
remercae de la part que vous prenez si obligeamment dans le oon- 
tretemps qui m'est arrive a notre demiere expedition vers lesennemis. 
Ce malheur me parait meme plus grand, de ce que la saison est 
deja si avancee que je ne vois guere d'apparence qu'on y puisse 
remedier cette annee, quoique la situation des affaires ailleurs 
demande absolument quelque assistance et appui de notre part 
Msds si MM. les Depute et les generaux trouvent encore jour a 
entreprendre quelque chose, j'y donnerai toujours les mains avec 
beancoup de plaisir, et serai ravi si nous pouvons a la fin repondre 
en aucune maniere a Tattente qu'on a cue de notre heureux com- 
mencement ici. En attendant, je vous prie d'etre assure que je 
tacherai toujours de meriter I'honneur de votre amitie, et de vous 
marquer la veritable estime avec laquelle je suis, 

Monsieur, votre, &c. M. 



To M. SCHMETTAU. 
MoNSiEUB, Au Camp de Tvrlemonty ce\A Septembre, 1705. 

•Fai re^u Thonneur de votre lettre du 9 de ce mois, ou vous 
me marquez les difficultes qui se rencontrent dans le renouvellement 
du tridte pour les huit mille hommes en Italic. Je vous avoue 
que je ne m'y attendais pas, puisque la Reine a ponctuellement 
observe le dit traite de sa part ; et je ne doute point que MM. les 
Etats ne satisfassentau plus-tot ce qu'ils sont en arriere. Pour les 
autres articles, vous savez bien que nous ne sommes engages qu'a 
employer nos bons offices, et que les ministres de S. M. la Reine 
sont deja instruits de seconder les instances de ceux de S. M. le 
Roi de Prusse, partout et de la maniere que ses ministres 
trouveront le plus convenable pour les interets de S. M. Prus- 
siernie. 

A regard des arrerages de la demiere guerre, M. Spanheim 
aura sans doute informe la cour que nous n'avons pas manque de 
notre cot^ de faire tout ce qui nous etait possible pour que le 
Parlement donnat des fonds pour decharger cette dette. Ainsi je 
sois persuade que S. M. est trop bonne et trop genereuse pour 
insister, dans la situation ou nous sommes, sur des articles qui ne 
dependent pas de nous, et ou nous sommes toujours prets d'employer 
nos offices de toutes manibres qu'on le puisse souhaiter. 

Pour ce qui est du baillage de Turnhout, le commandant de 
Diest avait envoy^ ses mandements a mon ins^u, et d'abord que j'en 



262 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

ai ete informe le 4 de ce mois, par le grand bailli, qui m'a en meme 
temps envoye votre lettre du 22 de juillet, j'ai fidt savoir au dit 
commandant, qu'il aurait a s'abstenir de telles exactions ; et il 
m'a depuis ecrit qu*il avait rappele les dits mandements, sans qu'ils 
fiissent mis en execution. 

Je soisy tr^Hne^rement, MoBaear, Totre^ &e. M. 



To Mr. stanhope. 
Sib, Canqt at Ttrlenumt, 14M SqOewAer, 1705. 

I have received the favour of your letters of the 5th and the 
9th instant. I had one likewise of the latter date from M. 
Schmettau, insinuating the difficulties the King of Prussia makes 
to renew the treaty for his eight thousand men in Italy, and I 
have returned him an answer according to the copy here enclosed, 
which I send for your information and guidance, as I do the like 
to my Lord Rahy, and hope the King will not be in earnest, since 
he has nothing to lay to our charge, we having punctually com- 
plied with the payment of the subsidies, and being ready by our 
good offices to do what else can be required from us by the 

treaty. 

I am, Sir, yonrs, &c M. 

P.S. — I pray you will speak very seriously to the Pensioner and 
M. Slingelandt upon the enclosed memorial from the contractors 
for our artillery horses. We are losing great numbers every day 
by sickness, and they take all the pains they can in Holland to 
prevent our being supplied, at which rate there must be an end of 
the service. 



To Mr. SECRETARY HARLEY. 
Sir, Canqt at Tirlemtmt, \4th September, 1705. 

I have received the favour of your letter of the 28th past, by 
which I find H. M. was inclined to send the Earl of Pembroke to 
the States upon what has lately happened with relation to the 
command of the army ; and am sorry your messenger has had 
such ill luck in his return, having been out at sea and driven back 
to Helvoetsluys. You will have seen, I hope, before now, by what 
he will have brought you, my thoughts of that matter, and I 
flatter myself H. M. will thereupon be pleased to defer his Lord- 
ship's voyage. 

I have given my Lord Treasurer my thoughts of the loan de- 
sired by the Emperor. 



1705.] DISMANTLING OP TIKLEHONT. 268 

We have demolished all the Lines between the Mehaigne and 
Lean, and are now dismantling this place and carrying the pali- 
sades to Lean, to be made nse of elsewhere, as there may be oc- 
casion, it not being thought fit or advisable to keep a garrison 

here in the winter. 

I Hm, with truth, Sir, yours, &c. M. 



To Ma. SECRETABT HEDGES. 
Sib, CkaRp at TirUnumt, lAth September, 1705. 

I have received the favour of your letter of the 27th past, and 
give you many thanks for the copies of the letters you enclose to 
me from Portugal. I hope M. Fagel's return will make all 
things easy on that side. The diversion in Catalonia will likewise 
facilitate ihe execution of my Lord Galway's designs. We 
have at length made an end of demolishing the Lines between 
the Mehaigne and Lean, and are now busy in dismantling this 
place, and carrying off the palisades, to be made use of elsewhere 
as there may be occasion, it having not been thought fit to expose 
any troops in garrison here this winter. 

I am truly, Sir, yours, &c. M. 



To Mb. ST. JOHN. 
Snt, Camp at Tirlemont, I4th September, 1705. 

I am now only to thank you for the favour of your letter of 
the 28th of the last month, this quarter being at present in so per- 
fect a calm that it affords not the least matter for your informa- 
tion, I am obliged to you for what you intimate to me from 
Woodstock, and should be glad of a more particular account of 
that afiair, if it be not disposed of before I get into England, 
where I had never more reason to wish myself than now. I shall 
flatter myself with hopes that the conduct of our friends will pre- 
vent the ill impressions our disappointments here might give at 
home, and that the public service will be carried on without ob- 
stacle ; this, I am smre, is the only means of repairing what is 
past, and am therefore confident of your hearty concurrence 

in it. 

I am truly, Sir, yours, &c. M. 

To M. ROSENKRANTZ. 
MoNsnoB, Au Camp de TirUmoiUi ce 14 Septembre, 1705. 

Je viens de reoevoir la lettre que vous m'avez fait ThoDneur 
de m'ecrire le 8 de ce mois, et snis bien fSoLch^ qu'au lieu de la 



264 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

satisfaction dont je m'etais flatte de vous voir en peu de temps en 
Angleterre, il faut que je me contente de vous assurer de mes 
voBux pour votre heureux voyage et prosperite. C'est un grand 
dommage pour notre cour d'etre privee d'une personne de votre 
merite et distinction, mais il faut se soumettre k la volonte du 
mattre, et j'espere que vous allez recevoir la recompense des soins 
que vous avez pris de remplir si dignement votre charge. Je vous 
prie d'avoir la bonte, en arrivant en Danemarc, de fiiire mes tres- 
humbles soumissions a S. M., et de me continuer Thonneur de 
votre amitie. 

Je suis, avec une veritable estime, Monsieur, votre, &c M. 



To LORD RABY. 
My Lord, Camp at TurUmoiU, Uth September, 1705. 

I am indebted to your Lordship for several letters ; the last 
is of the 29th past. I return you many thanks for them, and 
should be more punctual if I were not assured that you hear con- 
stantly from Mr. Cardonnel. Yours to him of the 5th surprised 
me a little to find the King had sent an express for his troops to 
continue their march towards Brabant, but I am glad to see by 
another letter firom your Lordship of the 8th, that those orders were 
countermanded, so that the troops will have joined Prince Louis 
within these three or four days past. M. de Grumbkow went 
from hence at his own desire. He has no other commission from 
me than my compliments to the court. You are in the right to 
believe I should not have entrusted him with anything without 
imparting it to you. 

By a letter I had the last post from M. Schmettau, it seems as 
if the King were unwilling to renew the treaty for the eight 
thousand men on the same conditions as the other, but I hope the 
objections are not in earnest. You will see by the enclosed copy 
the answer I have returned him, which may serve for your guid- 
ance in that matter. 

I am truly, My Lord, your Lordship's, &c. M. 



To THE COMTE DE WRATISLAW. 



Monsieur, Au Camp de TirlemotU, ce 14 Septembre, 1705. 

J'ai requ ce matin Thonneur de la votre du 2 de ce mois, et 
comme j'ecris a present a My Lord Sunderland, je le prie de vous 
communiquer ma lettre, oil vous trouverez une reponse a la v6tre ; 



1705.] PRESENT OF TOKAY WINE. 265 

ainai vous aurez, 8*il vous plait, la bonte d'agreer que je me rap* 
porte a ce que je lui mande, et d'etre toujours persuade de la 
passion tres-sincere avec laquelle je suis, 

MoDBieor, Totre, && M. 



To THB MARECHAL DB MARSIN. 
MoNSiEiTB, Au Camp de TirUmont, m 16 Sepiembre, 1705. 

JTai re^u la lettre que vous m'avez fait rhonneur de m'ecrire 
le 15 de ce mois, et vous assure que s'il d^peudait de moi, je ne 
tarderais pas un moment a donner le passeport que yous souhaitez 
pour M. de Marivault. Cependant vous pouvez faire fond que 
d'abord que j'arriverai en Angleterre, je ne manquerai pas de 
faire savoir II la Reine combien vous vous interessez pour lui, et 
ne doute nullement que S. M. n'y ait des egards particuliers ; me 
chargeant avec plaisir d'etre son soUiciteur, puisqu'il n'y a rien 
que je cberche avec plus d'empressement que les occasions de 
vous temoigner la passion et I'estime tres-sincere avec laquelle 

je suis, 

Monsieur, Totre, &c M. 

To M. DEDEM. 
Monsieur, Au Camp de TXriemojU ou WaUber^en, cell Sepi^ 1705. 

Celle-ci vous sera rendue par le Quartier Maitre-General 

Cadogan, avec qui je me suis explique toucbant votre marche. 

Ainsi vous aurez la bonte, s'il vous pla!t, d'agreer que je me 

rapporte a ce qu'il vous en dira, comme aussi au siget d'un de- 

tachement, pour aller surprendre le monde que les ennemis 

ont dans Aerscbot. 

Je saiB tr^parfiutementy Mondeor, votre, &c M. 



To THE COMTE DE SCHLICK. 
MoNSiEUB, Au Camp de Walabergen, ce 17 Sepiembre, 1705. 

J'ai requ la lettre que vous m'avez fait I'bonneur de m'ecrire 
le 16 du mois passe, et vous assure qu'en apprenant que S. M. I. 
vous destinait pour venir a notre armee, je me faisais deja un 
veritable plaisir par avance de I'boimeur de votre compagnie. 
Je n'aurais aussi jamais pu me consoler d'en etre prive sans les 
avantages qui vous en reviennent Je vous suis infiniment oblige, 
Monsieur, du present que vous me faites du vin de Tokay ; vous 
ne pouviez rien imaginer plus a mon gout. Je soubaiterais de 



266 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

toutmoncceur trouver roccasion de meriter vos bontes, et de vous 
assurer de la veritable estime et du respect avec lesquels je suis, 

Monsieur, votre, &c. M. 



To THE COMTE DE WRATISLAW. 
MoNSisuB, Au Camp de WaUbergen, ce 17 Sq)tembre, 1705. 

J'ai re^u ce matin rhonneur de votre letti*e du 5 de ce mois, et 
Tous dirai seulement a pr&ent que M. Volckersboven, quartier- 
maltre-general des troupes Palatines, est arrive ici bier, de la part 
du Prince da Bade, qu'il a quitte le 9. II m'a prie, en cas que les 
ennemis fissent quelque detachement vers le Rhin, de vouloir 
envoyer S. A. un renfort a proportion, et m'a entretenu en meme 
temps touchant les quartiers d'biver et le postirung. II vient 
au8» soUiciter de la poudre. Je Tai prie de mettre le tout par ecrit, 
pour que je le puisse envoyer a la Haye ; et par le premier ordi- 
naire je vous en ferai tenir copie. 

Je suis, avec une passion et estime, tr^sincere. 

Monsieur, voire, &c. M. 

P.S. — Vous trouverez ci-jointe la copie d'une lettre que j'ai 
reque cet apres-midi de Madame I'Electrice de Baviere. J'ai 
achemine celle pour la Reine a sa Majeste. 



To M. GUELDERMALSEN, 
MoNSiEDii* Au Campde WcMergen^ce 17 Seplembre, 1705. 

J'ai regu I'honneur de vos deux lettres du 10 et 13 de ce 
mois, et vous suis bien oblige des deux lettres que vous m'envoyez 
du Baron Forstner. M. de Volckersboven, quartier-maitre- 
general des troupes Palatines, est arrive bier avec des proposi- 
tions du Prince de Bade. II a quitte I'armee le 9, quand elle 
etait toujours dans la meme situation. Je n'ai pas encore eu le 
temps d'entendre tout ce qu'il a k me dire, cependant je ne puis 
que d'etre de votre sentiment qu'on ne fera rien de ce cote-la. 
Outre les raisons que vous alleguez, j'en ai encore une autre, 
c'est I'ignorance qu'ils feignent de la force des ennemis, qu'ils 
voudraient nous faire accroire leur etre fort supmeure, oomme 
vous voyez par les lettres de Forstner, quand les lettres de la 
cour ne font M. de Villars fort que de vingt-huit mille hommes 
au plus, et notre armee de cinquante-quatre mille. Si ces Messieurs 
sont persuad^} de ce qu'ils ecrivent, nous ne pouvons rien attendre 
de ce cote-lk, et s'ils savent le contraire, c'est signe qu'ils ne 
veulent rien faire. Tout ceci me fait d'autant plus souhaiter que 



1705.] CAMPAIGN ON THB SAAR. 267 

vous y fiissiez en personne pour les animer, et je me flatte que 
Yous aurez re^u les ordres de I'Etat pour cela. 

A I'^ard desquartiers d'hiver, MM. les Depmti^ et tos generaux 
cot enyoye M. de Heukelom a la Haye pour consulter la-dessus 
avec MM. les Etats, et jusqu'a son retour je ne vous en saurais rien 
ecrire de positif : je vous du*ai seulement que, selon moi, on devrait 
prendre des mesures pour ouvrir la campagne prochaine de bonne 
heure de ce c5t^-ci, et la finir de I'autre cote de la Saar ; mais j'ai 
peur qu'ils ne s'y rencontreront bien des di£5cult6B. 

Je sai8» avec one parfiute eitime et reject, 

Monsieur, Totre, &o. B(. 



To THE BARON DE HEIDEN. 
MoNSiEDB, Au Camp de WaUbergen, ce 17 Septemhre^ 1705. 

J'ai re^u I'honneur de votre lettre touchant le commissaire 
de guerre et les yingt-quatre soldats de vos troupes que le 
GouYemeur de Luxembourg vous a renroyes, sur quoi vous aurez 
la bonte de lui taire savoir, s'il vous plait, que notre commissaire 
en tiendra oompte avec le Sieur Puech, commissaire de Tarmee 
de France, et qu'il n'aura qu'a lui en faire tenir le memoire ; 
ainsi vous en serez decharge. Je suis bien marri que les 
affaires aient toum^ de maniere que je n'ai pu avoir I'avantage 
de vous embrasser. J'espere que je serai plus heureux la cam- 
pagne prochaine, etant avec une veritable estime, 

MoDBieor, Totre, &c M. 



To M. DE NATZMAR. 

MomiEDB, Au Camp de WaUbergen, ce 17 Septemhre, 1705. 

JTai requ I'honneur de votre lettre du 7 de ce mois, des 

environs de Spire, et suis dans Timpatience d'apprendre les mesures 

qu'on aura prises sur votre jonction avec M. le Prince de Bade, 

laquelle lui donnera sans doute une assez grande superiorite. 

Ne manquez pas, je vous conjure, de m'ecrire par tons les 

ordinaires, et de me faire savoir vos sentiments. Nous sommes 

toujours occupes a la demolition des Lignes ; demain nous mar- 

cherons vers celles d'Aerschot Faites mes compliments, s'il vous 

pla!t, a M. d'Amem, et soyez persuade de la passion tres-sincere 

avec laquelle je suis, 

MoDdenr, votre, &c M. 



268 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To M. D£ GRUMBKOW. 

Monsieur, Au Camp de WaUbtrgen, e« 17 Septembrt, 1705. 

J'ai re^u Thonneur de votre lettre, et ai ete bien aise 

d'apprendre Totre heurense arrivee a Berlin. M. Cardonnel m'as- 

sure yous avoir d^ja envoye votre passeport sous le couvert de 

My Lord Raby ; cependant je n*ai garde de faire si mal ma cour 

a Madame que de souhaiter que vous la quittiez si tot Vous 

n'oubliez pas, j'espere, de faire mes soumissions les plus humbles 

a S. M. et mes compliments k M. et Madame la Grande Cham- 

bellane. Sonvenez-vous aussi, s'il vous plait, des deux cbevaux 

de carosse, et soyez persuade de la veritable passion avec laquelle 

je suis, 

Monueur, yotre, &c. M. 

To LADY OGLETHORP. 
Madam, Campai Wahbergen, llth September, 1705. 

There being now an opportunity, the first that has happened 
since I left England, of providing for your son in the Guards, if 
you please to send me the young gentleman's Christian name, his 
commission shall be dispatched immediately. 

I am, with truth. Madam, yours, &o. M. 



To Mb. secretary HARLEY. 
Sib, Camp at IVaUhergen, 17M September, 1705. 

Your letters of Friday last are not yet come in, so that I 
have none from you to acknowledge, and shall only trouble you 
at present with the enclosed letter from the Electress of Bavaria 
to the Queen, which you will please to present to H. M. the first 
opportunity. It came to my hands this afternoon by a courier 
from Venice. You will find likewise herewith a packet for a 
French gentleman, supposed to be in the island of Jersey or 
Guernsey ; it is earnestly recommended to me by the Duke of 
Villeroi, and, therefore, I pray you will endeavour that it be 
delivered to him, and an answer returned to me, to be forwarded 
to the Duke. 

We shall march to-morrow to Diest, and on Saturday to 
Aerschot, to continue demolishing the Lines on that side. 

I am, with great truth, Sir, yours, &c. M. 



1705.] FRENCH DISPTJTES IN EXCHANGES. 269 

To THE PRINCE OP SAVOY. 

MoNBiEUB, Au Camp tTAenchoi, m 19 Septembre, 1705. 

J'ai re^u la lettre que V. A. m'a fait Thonneur de m'ecrire 
le 29 du mois passe, et j'aarai celui de lui dire en reponse qu'il y 
a deja quelque temps que le Marquis de Vasse a sa liberte en 
echange de M. le Comte de Harach. A Tegard de MM. de 
Voubonne et Kirchbaum, j'avais offert centre eux M. le Marquis 
de la Valliere et M. de Monperrous ; mais selon ce que je eom- 
prends par la lettre de V. A., Elle a donne Elle-meme un equiva- 
lent pour le dernier, et qu'on Fa chicane sur I'echange de M. de 
Voubonne. Je n'en suis point surpris, puisque c'est leur maniere 
partout. tPfu fait savoir a M. le Chevalier de Croissy qu*il ne doit 
point esperer d'echange que V. A. ne soit entierement satisfaite. 
Ce sera aussi la reponse que je donnerai a tons ces autres Mes- 
sieurs amesure qu'ils m'ecriront, et quand EUe sera contentee/je 
la supplie de me le marquer. 

Nous avons marche hier de Tirlemont, que nous avons aban- 
donnee apres avoir emporte toutes les palissades, que nous avons 
envoyees a Lean, et detruit les portes. Nous sommes campes 
ce jour Ik a Diest, et aujourd'hui nous avons passe le Demer, et 
sommes venus ici entre Aerschot et Oosterwycke pour continuer 
la demolition des Lignes. Cependant si les ennemis donnent jour a 
faire quelque chose davantage on tachera d'en profiter. 

Je suis dans I'impatience d'apprendre que la cour de Vienne 
ait fait marcher quelque bon renfort vers V. A., pour la mettre 
en etat de profiter du dernier avantage qu'Elle g. remporte but les 
ennemis. Je fais des vobux sans cesse pour son succes, et suis 
avec ime passion et respect des plus sinceres, 

Monsienry de Totre Altesse, &c M. 



To THE COMTE DE WRATISLAW. 
MoNSiECJii, Au Camp d'Aerachot, ce 20 Septentbre, 1705. 

Selon ce que je me suis donne Fhonneur de vous mander par 
le dernier ordinaire, je vous envoie a present la copie de ce que 
j'w re^u du General-Major Volckershoven de la part de M. le 
Prince de Bade. J'en ai aussi envoye copie a la Haye, et fais 
rester M. de Volckershoven, jusqu'a ce que j'aie les sentiments 
de M. le Grand Pensionnaire sur ce Memoire, dont je vous ferai 
part en meme temps. 

Vous trouverez aussi ci-jointe la copie d'une lettre que j*ai 
re^ue aujourd'hui de votre ancien ami le Pensionnaire Buys. 



270 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705, 

Vous yerrez que je dois m*aboucber demain avec lui entre ceci et 
Breda ; par le prochun ordinaire je vous ferai part de oe qu'il 
aura k me communiquer. En attendant je suia avec une y^ritable 
passion, 

Monaiear, Totre, &c. M- 

To THB DUKE OF SAVOY. 
AfoNBBiQNBUB, Au Comp d'Aenckot, ce 21 Sepiemhre^ 17Q5, 

J'ai requ avec tout le respect que je dais la lettre que 
V. A. R. m'a fait Thonneur de m'ecrire le 26 du mois passe, et 
8uis d'autant plus fache que la joie qu'Elle avait congue de Aotre 
premier succes ici n'a ete de plus de duree, non plus que tons 
nos projets, tant en haut qu'ici, qui etaient calculi par rapport au 
secours et soiilagement de V. A. R., ce qu'Elle a si bien merite, 
tant par les efforts vigoureux qu'Elle a faits, que par les soufirances 
auxquelles EUe a ete exposee pour le bien de la cause commune. 
Mais oomme la fermete et la grandeur d'ame avec lesquelles 
y. A. R. s^est toujours oomportee dans ses malbeurs ont donne un 
nouveau lustre a ses autres vertus eclatantes, je suis aussi assure 
qu'elles ont fait une impression si vive dans Tesprit de la Reine 
ma mattresse^ et des autres Princes et Etats de la ligue, que, tant 
dans la poursuite de la guerre, que dans les negociations de la 
paix, on aura tout I'egard aux interets et avantages de V. A. R. 
qu'Elle pourra souhaiter ; non-seulement pour la conservation de 
aes pays, mais aussi pour le dedommagement des pertes qu'Elle a 
fiaites par son zele et attachement au bien public. 

A regard de la'flotte et des troupes de debarquement, V. A. R. 
me permettra bien de I'assurer qu*elles sont entrees dans la Me- 
diterranee avec des vues particulieres pour I'interet de V. A. R. ; 
mais on etait si fort engage et presse par S. M. C, qu'on ne pou- 
vait lui refuser I'expedition de Catalogne. Cependant S. M. la 
Reine a donne tels ordres k ses troupes et a la flotte pour rester 
dehors, que je ne doute point que V. A. R. n'en resolve un grand 
secours. Et pour ce qui dependra de moi, je supplie tres-humble- 
ment V. A. R. d*etre persuadee qu'il n'y a personne au monde 
plus sincerement devoue a son service que, 

Monseigneur, de V. A. R., &c. M. 



To Mb. secretary HARLEY. 
Sq^ Camp at Aerschot, 22nd September^ 1705. 

Since my last I have been favoured with yours of the 31st 
past and 4th instant. The former brought me Comte Gallas's 



1705.] LETTER FROM THE PENSIONER BUYS. 271 

Memorial, with your answer^ which I am afraid will give but little 
satisfaction at the court of Vienna. 

I now send you, according to my promise, what M. Volckershoven 
has given me from the Prince of Baden. I have forwarded a copy 
of it to the Hague, and desired the Pensioner to give me bis 
thoughts upon each head, which as soon as I receive I shall trans-' 
mit to you with my own. 

I shall be glad to hear the next post what resolutions H. M. 
has been pleased to take upon the receipt of my letters by Hill, 
the messenger, relating to my Lord Pembroke's coming over, 
which I am still of opinion will nowise answer the ends intended. 

Enclosed I send you the copy of a letter from M. Buys, Pen-> 
sioner of Amsterdam, which caused me yesterday to meet him at 
Tumhout, where he entertained me with a long conference, chiefly 
relating to the contraband goods ; whereupon I told him that, not 
being well instructed in those matters, if he would give me what 
he had said on that subject in writing I would transmit it to you. 
This he has promised to do, and you may expect it as soon as it 
comes to my hands ; then you will please to give him an answer 
direct, or by Mr. Stanhope, as you shall think most proper. He 
added a great many compliments from the States of Holland upon 
what has passed this campaign, with fair promises that care should 
be taken to prevent the like for the future. I wish we may find 
the efiects of them. 

I am but just now returned, having stopped the post for my 

letters^ so that I must conclude, remaining always with much 

truth, 

Sir, yours. &c. M.* 

* Lx Penbionnaibe Bura au Duo db Marlbobouoh. 
Mt Lord Duc^ A Breda, ce 19 Septembre, 1705, k 8 hewes an aoir, 

Messeigneara les Etats de Hollande et de West Frise m'ayaot honor^ d'one oom* 
mission k V. E., je suis, pour m'en acquitter, rondu id, et je sais r^Iu de partir 
apr^ demain d'ici le 21 de ce mois poar avoir rhonneur de saluer V. £. k Tumhout 
vers let dooze heures du midi, oil M. le Conseiller Pensionnaire m'a dit qu*Elle 
aurait la bont^ de se rendre le dit jour yen la in€me heure. Et quoique je ne doate 
pas que V. E. ne persiste dans ce dessein, et qu'Elle ne me donne Toccasion fitvorable 
de m'acquitter de ma commission, j'ai cm neanmoins de mon deyoir de yous en 
prier encore par oette lettre, et de me marquer par un mot de r^ponse si je n'aurai 
pas rhonneur de saluer V . E. lundi qui vient k Tumhout yen le midi. Si Elle 
m'accorde cet avantage, comme je I'esp^e, Elle m'obligera particuli^rement, et j*aurai 
anssi alors I'occasion de lui dire de bouche ce que je prends la liberty de yous as- 
surer par oelle-ci, que je suis avec tout le respect et tout le z^le possible, 
My Lord Due, de V. E^ 

he tr^humble et tr^s-ob^issant serviteur, 

WiLLBM BUTS. 



i72 MASLBOROTJOH DISPATCHES. [1705. 

To Mb. SECBETART HEDGES. 
Sib, Camp at Aenchot, 22nd September, 1705. 

I have received the favour of your letters of the 30th and 
31st past and 3rd instant from Winchester, and am sorry the 
weather has been so bad as to prevent her Majesty's enjoying the 
benefit of the air and the diversion the place might otherwise 
afibrd. 

I thank you for the copy of Sir Cloudesly Shovel's letter. We 
have advice from the French army that my Lord Peterborough 
was set down before Barcelona, and that all the upper country had 
already declared for King Charles. There are likewise some 
letters from France which mention that the town had actually sur- 
rendered, though I dare not give credit to it without further con- 
firmation ; but I am afraid it wants none that M. de la Feuillade 
has opened the trenches before Turin. 

I went yesterday to meet the Pensioner of Amsterdam at Turn- 
hout, from whence I returned this afternoon, and have kept the 
post all this day for my letters, which however I doubt not will 
come in time to-morrow to the Brille. 

I am, with truth, Sir, yours, &c M. 



To THE MARECHAL DE VILLEROI. 
MoMSiEUB, Au Camp (TAerachot, ce 24 Septembre^ 1705. 

Je n ai re^u la lettre que vous m'avez fait Thonneur de 
m'ecrire le 21 du courant que le lendemain apres-midi a mon 
retour a I'armee ; et ayant d'abord fait faire I'examen de ce que 
vous vous plaignez du procede d'un de nos partis, il se trouve 
qu'on a ete fort mal fonde en ce qu'on vous a dit la-dessus, meme 
de I'aveu de vos propres gens qui ont ete faits prisonniers en cette 
occasion. L'Orange vous pourra informer de deux ou trois occa- 
sions oil vos partis se sont tres-mal comportes envers les notres. 
Je suis persuade que vous ne les approuverez aucunement, et que 
vous donnerez des ordres pour les empecher a Tavenir. 
Je suis, avec une passion et estime des plus sinc^res. 

Monsieur, votre, &c. M. 

P.S. — ^Je renvoie les prisonniers, que vous pourrez faire examiner 
sur le fait dont on se plaint. 



1705.] JOURNEY TO VIENNA. 273 

A M. LE BARON IXELST, 
Bbigadieb et Commandant a Leau. 
MONSISOB, Au Camp tTAerachot, ce 24 Septembre, 1705. 

PuiBqu'on refuse de yous livrer le fourrage des magasins pour 
vos equipages, U faut, s'il vous plait, envoyer foiirrager avec des 
escortes suffisantes dans les villages aux environs, prenant bien 
garde que vos gens ne commettent le moindre dosordre, et qu'ils 
ne s'exposent point aux partis ennemis. 

Je saiB, MoDwear, votre, &c. M.* 



To THE COMTE DE WRATISLAW. * 

MoNSiEOB, Au Camp ^Aenchot, ce 24 Septembre, 1705. 

J'ai re(ju Thonneur de votre lettre du 9 de ce mois, et M. le 
Comte de Weltz m'a rendu en meme temps celle que TEmpereur 
a eu la bonte de m'ecrire au sujet du voyage de Vienne, que j'ai 
envoyee par le dernier ordinaire a Londres, pour avoir les ordres 
de la Reine, et d*abord que je les aurai re^us, je me donnerai 
rhonneur d'ecrire a S. M. I. En attendant je vous supplie de me 
mettre tres-respectueusement a ses pieds, et de Tassurer que pour 
autant qu'il dependra de moi, EUe pent etre assuree qu'il n'y a 
aucune peine ou diflSculte que je ne voulusse surmonter pour 
temoigner mon zele et mon attachement a ses interets et au bien 
de la cause commune. Cependant je ne puis vous celer que j'ai 
peur qu'il ne se rencontre quelque obstacle a ce voyage, puisque 
S. M. le croit de son service, et m'a ordonne de prendre des 
mesures pour etre de bonne heure en Angleterre. En peu de 
jours je pourrai vous ecrire plus positivement. En attendant je 
suis avec une veritable passion, 

Monsieur, votre, &c. M. 



To THE COMTE DE SINZENDORFF. 
Monsieur, Au Camp d'Aerschoi, ce 24 Septembre, 1705. 

J'ai requ avec d'autant plus de plaisir la lettre que vous 
m'avez fait I'honneur de m'ecrire le 9 de ce mois, que j'etais fort 
en peine de n'avoir pas eu de vos nouvelles d'aasez long-temps, de 
peur que vous eussiez pris quelque chose de mauvaise part, n'y 
ayant personne pour qui j'ai de plus veritables sentiments d'estime ; 
mais cette demiere lettre, et les marques d'amitie que vous m'y 
temoignez, m*ont parfaitement remis. 

M. le Comte de Weltz m'a rendu la lettre que I'Empereur a 
daigne m'ecrire sur le voyage de Vienne, que j'ai d'abord envoyee 

* A rimilar letter was sent to Colonel Kuckelsheim, Commander of Diest. 
VOL, II. T 



274 MARLBOKOUGH DISPATCHES. [1705* 

a la Reine, et j'attends lea ordres de S. M. pour y feire reponse. 

Cependant je puis vous assurer que si EUe veut bien m'en donner 

la pennisBion, nonobstant la saison avancee et la longueur du 

voyage, je me mettrai en chemin avec plaisir pour temoiguer I'ein- 

pressement et la deference que j*aurai toujours pour lea ordres de 

S. M. I. La seule difBculte que j'y prevois est, que la Reine 

m'avait deja fait savoir son bon plaisir que j'eusse a prendre des 

mesures pour retoumer de bonne heure en Angleterre, et pour y 

etre, s'il etait possible, au commencement de la seance du Parle- 

ment, ou S. M. me fait la grace de croire quemapersonnepourrait 

etre de qwelque utilite a son service. Cependant j'ose bien me 

flatter qu'en cette occasion Elle fera tout son possible pour 

temoigner son amitie pour S. M. I. et son zele pour le bien de la 

cause commune. Je me suis explique de meme avec M. le Comte 

de Weltz, afin qu'il en instruise M. le Comte de Goes a la 

Haye. 

Je suis ravi d'apprendre que My Lord Sunderland est agreable 

a la cour. Je vous ai dcja assure qu'il ne negligera rien qui 

dependra de lui pour les interets de S. M. L, et pour mettre fin 

aux troubles de Hongrie, dont presque tout notre bonheur 

depend. 

Je sais, avec one passion des plus sincbres, Monsieur, votre, 8cc M. 



To M. D'ALMELO. 
MoNSlEUB, Au Camp (VAerschotf ce 24 Seplembre^ 1705. 

J'ai requ celle que vous m'avez fait Thonneur de m'ecrire le 
9 de ce mois, et ai eu en meme temps des lettres de TEmpereur et 
de ses ministres au sujet du voyage de Vienne ; sur quoi j'ai ecrit 
par le dernier ordinaire a la cour pour savoir la volonte de la 
Reine, etant pret de mon cote a surmonter tons les obstacles a 
regard de la longuem* du chemin et de la mauvaise saison ; mais 
j'ai lieu de croire qu'on fera quelque diflSculte en Angleterre, 
puisque S. M. m'avait deja fait savoir son bon plaisir que j'eusse a 
prendre mes mesures pour etre de retour de bonne heure. En 
peu de jours nous en serons eclaircis. 

Je sais, avec une veritable passion et estime, 

Monsieur, votre, &c. M. 

To M. GUELDERMAL8EN. 
Monsieur, Avt Camp ttAetickci, m 24 S^embn, 1700. 

N 'ay ant point re^u de vos lettres par le dernier ordinaire, je 
me fiatte quo vous aurez ete en voyage, et que celle^ci vous 
trouvera aupres de M. le Prince de Bade, de qui nous attendons 



1705.] RETREAT OF M. DE VILLAR8. 275 

arec impatience dcs noavelles, pour sayoir les mesures qu'on aura 
prises aur la retraite de M. de Villars. Par la demiere poste 
d'Allemagne j'ai requ des lettres de TEmpereur et de ses ministres 
pour me prier de me rendre au plus-tot a Vienne, afin de con- 
certer les mesures pour les operations de la campagne prochaine. 
J'en ai 4crit k la cour, oil je crois qu'on fera quelque difficulte 
surmon voyage, puisque la Reine m'avait deja ikit savoir son bon 
plaisir que j'eusse k prendre des mesures pour etre de bonne heure 
en Angleterre. £n peu de jours je pourrai vous mander ce qui en 
sera ; en attendant je vous prie de garder le secret, puisqu'on le 
souhaite ainsi a Vienne. 

Je ne puis vous rien dire de nouveau de ces quartiers ; nous 
travaillons a force a demolir les lignes, sans apparence de pouvoir 
rien faire de plus de cette campagne. 

Je sais, tr^parfkitement, MoDsieur, votre, &c. M. 
P.S. — A ce moment je reqois Thonneur de votre lettre du 19, 
a laquelle j*aurai celui de repondre par le prochain ordinaire. 



To THE COMTE DE FRISE. 
MoNSiEUB, Au Camp dTAerschot, ce 24 Septembre, 1705. 

La lettre que vous m'avez feit Thonneur de m'ecrire le 7 de 
ce mois n'est arrivee que par le dernier ordinaire, quand j'ai appris 
avec beaucoup de plaisir que les ennemis ont ete obliges de se 
retirer devant M. le Prince de Bade, dont nous esperons d'ap- 
prendre bientot d'heiu*euses suites. 

D'abord que M. de Volckershoven est venu, j'ai fait part de ce 
qu'il a ete charge de me dire a M. le Grand Pensionnaire pour 
en savoir ses sentiments, et aussitot que j^aurai re^u sa reponse, je 
renverrai * avec les miens. En attendant je vous prie de faire bien 
des compliments de ma part a S. A., et de Tassurer que nous 
resterons le plus long-temps qu'il sera possible en campagne pour 
faciliter ses entreprises, et empecher que les ennemis fassent de 
detacbements vers le Rhin ; mais qu en cas qu'ils en fassent, je 
ferai aussi marcher des troupes a proportion. 

Je suis, tr^parfaitement, Monsienr, yotre, &c. M. 



To BARON SPAAR. 
MoNSiBCB, Au Camp (TAerKhot, ce 24 Septembret 1705. 

J'ai re^u I'honneur de votre lettre du 16 de ce mois, a 
laquelle j'aurais repondu par le dernier ordinaire, si ce n'eut ete 

* M. de Volckershoveii. 

t2 



276 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

queje fas oblige d'etre absent deux jours pour m'aboucher avec 
M. le Pensiomiaire Buys a Tumhout Je vois que le manyais 
temps vous met a couyert de toutes apprehensions des ennemis, et 
qu*il3 ne pourront rien entreprendre de votre cote pour le reste de 
la campagne. Je yeux bien yous ayouer que nous sommes ici 
presque dans la meme situation, au moins je ne yois rien sur le 
tapis; ainsi qu'on n'a garde de tenir le secret. Pour moi je 
serai toujours pret, si ces Messieurs ici ont quelque projet en yue, 
a y preter les mains, et a faire mon possible pour le mettre en 
execution. Tout ce que je puis dire est, que si I'ennemi donne 
jour a quelque chose, on ne le negligera pas, et que nous Tatten- 
drons aussi long-temps que nous pourrons pour fitciliter les opera- 
tions de M. le Prince de Bade. 

Je gnu, Monneur, Totre, &c. M. 



To Mr. secretary HARLEY. 
Sir, Camp at Aenchot, 24<A September, 1 705. 

I have received the favour of your letter of the 7th instant, 
by which I see the Queen has been pleased to suspend the Earl of 
Pembroke's coming over until H. M. has advised again with my 
Lords of the Council about it. You are already sufficiently in- 
formed of my opinion in that matter, and I am the more confirmed 
in it since my conference with M. Buys, who assiu^es me it can but 
create a great uneasiness with them, without any effect, since 
their constitution is such as can nowise admit of the army's being 
, without Deputies, or the giving them less power than they have. 
That the army was under the same direction in the late King's 
time, with this only difference, that H. M. by his authority had 
such persons appointed as he was sure would nowise oppose or 
dispute what he thought for the service ; and this is what he pro- 
mises shall be likewise observed for the future. 

I thank you for the copy of the Memorial you received from 
M. Spanheim. I had the same some days since from M. 
Schmettau and Mr. Stanhope, to whom I have given my 
thoughts of that matter, as likewise to my Lord Raby, and am in 
hopes the King of Prussia may, notwithstanding the difficulties he 
makes, be prevailed with to renew the treaty on the same footing. 
What makes H. M. the more pee^^sh is, I believe, the little care 
the States take to comply wiA their payments, as well with re- 
lation to this treaty as in respect to his troops in their service. He 
complains also that they do not use him kindly with relation to the 
succession of his late Majesty. 



1705.] BEHAVIOUR OP THE PALATINS. — SPAIN. 277 

As to the offer you mention of the four thousand men for Italy, 
I have so little reason to be satisfied with the conduct or present 
condition of those troops,* that I cannot advise their being sent 
hither ; besides I think they ought to make their application to the 
court of Vienna, and not pretend to bring any further expense 
upon the Queen ; those H. M. and the States have already in their 
pay having been the most backward of any to join me on the 
Moselle, and you know how they behaved afterwards at Treves. 

I am, with tnith. Sir, yonn, &c. M. 



To Mb. secretary HEDGES. 
So, Camp at Aenchct, 24th September, 1705. 

I received last night the favour of your letter of the 6th in- 
stant, by which I see H. M. has been pleased to enter entirely into 
the same measures with the States for the relief of the Duke of 
Savoy, which may give H. R. H. some life for the present, though 
I must confess Uiere seem to be so many difficulties in our fleet 
and land-forces going up to Nice, considering their present situa- 
tion and engagement with the King of Spain in Catalonia, that I 
cannot see how it will be possible for them to effect it, at least for 
some time. And the little care that is taken to send immediate 
succours to Prince Eugene gives me but a melancholy prospect of 
affidrs on that side. We continue to demolish the Lines, but the 
ill season being come in, our troops begin to suffer very much ; 
however we shall endeavour to spin out the campaign as long as 
we can, to give Prince Louis the more time for his operations on 
the Rhine, though I fear he will not be able to do much. 

I am, with troth, Sir, youn, &c. M. 



[A brief account has been already given of the military opera- 
tions in the Spanish Peninsula up to the end of 1704. 

After the capture of Gibraltar by the Allies, the attention and 
the endeavours of the government of King Philip were directed 
fer several months towards the recovery of that important places 
but without success. 

In the month of May, 1705, the Marquis de las Minas regained 
possession of Salvatierra, on the firontiers of Beira, and the Earl of 
Galway made himself master aftier a short siege first of Valencia 
d*AIcantara and then of Alburquerque in Spanish Estremadura. 
Aftier which, and some movements in the vicinity of Badajoz, both 

* The Palfttin troops. 



278 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

parties put their troops into quarters at the end of June to avoid 
the heats of the summer. 

In the mean time a comhined English and Dutch fleet, having 
a considerable body of land-forces on board, had sailed for the 
Peninsula ; and after touching at Lisbon to reoeive King Charles, 
and afterwards at Gibraltar, it proceeded along the coast of 
Valencia and Catalonia, in which provinces it had been anticipated 
that the disposition of the people would be found favourable to 
the cause of the House of Austria. A disembarkation was effected 
near Barcelona towards the end of July, and the reception given 
to King Charles by the Catalans proving to be highly favourable, 
the siege of that place was undertaken, and by the beginning of 
October both the town and the citadel were in the hands of the 
Allies. The population throughout the province also rapidly 
manifested itself in favour of the Austrian Prince. 

On the side of Portugal the allied troops reassembled towards 
the end of, September, and invested the town of Badajoz on the 
left bank of the Guadiana, not being in suflScient force to complete 
the investment of the place on both sides of the river. The 
trenches were opened on the 5th of October ; but a French and 
Spanish corps under the Marshal de Tesse having advanced from 
Talavera la Real for the relief of the place, the siege was aban- 
doned, after a cannonade in which the Earl of Galway was 
wounded ; and thus terminated the military operations of the year 
in that quarter. — Ed.] 



To THE ELECTOR OF BAVARIA. 
MoNSElONEUB, Au Camp d'Aerschot, ce 25 Septembre, 1705. 

J'ai re^u, avec tdut le respect que je dois, la lettre que 
V. A. E. m'a &it I'honneur de m'ecrire au sujet de I'echange de 
M. le Prince d'Aquaviva centre le Sieur de S'Gravemour, dont 
Elle pent entierement disposer, comme de toute autre chose qui 
depend de moi. Meme je serais ravi qu'il ffit en mon pouvoir de 
donner les ordres qu'Elle souhaite pour favoriser sa chasse. 
Quand Elle y aura bien reflechi, Elle verra qu'il n'est pas en mon 
pouvoir d'exempter une si grande etendue de pays des coiuros des 
partis; mais pour les passeports, Elle pent les commander dans les 
termes qu'Elle jugera le plus a propos, n'y ayant rien que je ne 
fesse pour temoigner a V. A. E. le respect tres-soumis avec lequel 
j'ai I'honneur d'etre, 

Monseigneur, de V. A. E., &c. M. 



1705.] RECOMMENDATION OF AN IRISH OFFICER. 279 

To THB COMTE DB N. WEYLBOURO. 
MoNSEEOB, Au Camp ^Aertchot, ee 36 SepUmbrej 1705. 

Le Sieur Macarty, officier Irlandais, qui aura Thonneur de 
Yous remettre celle-ci, ayaut quitte le service des ennemis, et 
n'etant pas capable de servir parmi nos troupes, a cause de sa 
religion, et m'etant repr^nt^ d'ailleurs comme un homme de bien 
et de merite, j'ai pris ia liberte il y a quelque temps de le recom- 
mander a Monseigneur TElecteur Palatin ; et comme il souhaite 
aussi d'avoir quelque puissant appui aupres de 8. A. E., je vous 
prie de vouloir bien lui accorder votre protection et seconder la 
requete que j'ai os^ fisure, de maniere qu'un officier de bonne 
&mille, bien intentionne au public et devoue au service de S. A. E., 
ne manque pas de quoi vivre. .Testimerai la bont^ que vous lui 
temoignerez dans cette occasion comme une nouvelle marque de 
Tamitie dont vous m'avez honore, et serai toujours pret de vous 
rendre la pareille, etant avec ime veritable estime et passion, 

Monsieur, votre, &e. M. 



To MM. lyODYCK ET COURTIENNE, 
Messisdw, Am Camp d'Aenchoi, ce 26 Septemhre, 1705. 

La lettre que vous m'avez fait I'honneur de m'ecrire le 22 
de ce mois m*a fort surpris et afflige en meme temps. Et comme 
je prends toute la part imaginable dans la perte que vous avez 
feiite d'un cher et tendre pere, le souvenir de I'amitie etroite dont 
il m'avait honor^ me rendrait inconsolable sans Tesperance que 
vous, Messieurs, heritiers de ses belles qualites, me feront la bont^ 
de me continuer une amiti^ dent j'ai fait tant de c&s, etant avec 
une veritable estime et respect, 

MeBsiean, voCre, &e. M. 



To MADAME LA DUCHESSE DE PORTSMOUTH. 
Madame, Au Camp d^Aenchot, ce 27 Septenibre, 1705. 

J'ai requ celle que vous m'avez fait I'honneur de m'ecrire le 
17 de ce mois en faveur de M. de Marivaux, et vous pouvez etre 
assoree qu'il n'y a rien que je ne voudrais feire, meme avec le 
dernier plaisir, pour vous marquer la d^fei'ence que j'aurai tou- 
jours pour vos ordres. Mais comme il y a plusieurs de ces 
Messieurs qui n'ont pas encore eu la meme grace qu'on a deja 
accordee a M. de Marivaux, et qui la sollicitent fort, je ne sais si 
S. M. la Reine voudra bien lui accorder a present ce qu'il souhaite. 
Cependant, Madame, je vous supplie d'etre per^uadee que je 



280 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

m'emploierai partout avec le dernier empressement pour voub 

temoigner le respect tres-sincere avec lequel je suis, 

Bfadame, votie» &e. M. 

To M. PESTEBa 
MoNSisuB, Au Camp ^Aenchat^ ee 27 SepUmbrey 1705. 

J'ai re^u Thonneur de votre lettre d'aujourd'hui, et je suis 

ires-sensible aux difficultes qu'il y aura a mettre toutes les places 

a Tabri d'insultes. Cependant il les faut surmonter, ou nous 

perdons le firuit de toute cette campagne. M. d'Auverquerque 

Yous envoie un r^ment de dragons avec un bataillon d'infanterie 

et deux mille outils. Quand vous aurez besoin de monde pour 

les autres places, vous n'avez qu'a le faire savoir, et si I'argent 

manquait, il faut en prendre a credit. Je suis persuade que 

I'Etat Tapprouvera, et je m'offre d'en etre le solliciteur, ou meme 

d'etre votre caution. Ainsi je vous prie tres-instamment qu'on le 

hate autant qu'il sera possible, puisque, comme vous dites, nous 

n'avons point de temps a perdre. J'attendrai souvent de vos 

nouvelles et d'etre informe de tons vos besoins pom* vous assister 

de mon possible, etant tres-parfaitement, 

Monsieur, votre, &o. M. 

To THE COMTE DE SINZENDORFF. 
MoMSiEUB, Au Camp tTAenchoif ce 27 Seplembre, 1705. 

Quoique nous ne puissions encore r^gler les quartiers d'hiver 
ni le postirung pour toutes les troupes jusqu'a ce qu'on voie plus 
clair en ce que M . le Prince de Bade pourra faire de son cote ; 
cependant, comme il y a toute apparence que nous serous obliges 
de nous servir des quartiers mentionnes dans le Memoire ci-joint 
pour les troupes de Lunebourg, Hesse, et autres, ou pour le moins 
en partie, j'ai cru ne devoir point perdre de temps a vous I'en- 
voyer, afin que vous puissiez, s'il vous plait, feire depecher les 
requisitoriales en tout cas ; puisque si nous ne nous servons pas de 
tons ces quartiers, cela ne peut toujours porter aucun prejudice 
aux interesses. 

Je SU10, avec ane esdme des plus sino^res. 

Monsieur, votre, &e. M. 

P.S. — Je VOUS supplie que j'aie Thonneur de votre reponse par 
le premier ordinaire. 

MsMonus. 

H sera necessaire, en cas que S. A. My Lord Due serait inten- 
tionne de faire loger pendant I'hiver des troupes en-de^ et au- 
dela du Rhin, de prendre les mesures suivantes : — 



1705.] LIST OF WINTER-QUARTERS. 281 

1. D*en donner sans perte de temps connaissance aux mmisires 
de rEmpereur a Vienne, afin qu'ils fiusent en sorte que TEm- 
pereur envoie des lettres requisitoriales aux princes et etats 
interess^ situ^ le long du Rhin, de vouloir loger pendant rhiver 
des troupes qui paieront leurs subsistances sur le pied que les 
troupes de Lunebourg les ont paye I'hiyer passe. 

2. Les principaux directeurs des Cercles et princes le long du 
Rhin sont — 

S. A. E. de Mayence. 

S. A. E. Palatine, laquelle n'est pas seulement le directeur du 
Cercle du Haut Rhin, mais aussi des ^tats interesses du Wester- 
wald, et qui doit insinuer aux etats interess^ les lettres requisi- 
toriales de la part de I'Empereur. 

Lists des Quabtiebs 
Oil les Troupes de Luneboaig k la paie d'Angleterre ont hiyeni^ Taim^ pass^. 

1. Dans le pays de Worms, qui est en partie en communion 
avec I'Electeur Palatin, entre le Neckar et le Mam. 

2. Le pays de Mayence. 

3. La yillc de Francfort, qui a loge de Tinfimterie. 

4. Le Cercle du Haut Rhin. 

5. Le pays et etats dans le Westerwald. 

On ne pourra pas compter que ces princes et etats voudraient 
recevoir ou loger pendant Thiver des troupes, si TEmpereur ne 
leur fsisse une requisition, selon les manieres et coutumes pratiquees 
dans TEmpire. 

Si on etait encore intentionne de vouloir loger des troupes dans 
le pays de Treves et celui de Cologne, il faudrait observer les 
memes manieres et coutumes de I'Empire. 



To Mb. hill. 
Sib, Camp at Herenthali, S8<A September, 1705. 

I have received the favour of your letter of the 2nd instant, 
and am very glad to see you are so sanguine, and that your affairs 
are altered so much for the better. You will find by the return 
of the courier that the Queen and the States have agreed to every 
thing that H. R. H. desired, though it were to be wished the same 
orders had been given sooner. However, I hope this will give 
new life in your parts, and if our fleet and land-forces succeed in 
Catalonia, as all the accounts from those, parts give us reason to 
hope ihey will, I make no doubt but you will soon find the good 
effects of it, even as far as Turin, by the enemies being obliged to 



282 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

detach a good part of their forces towards those frontiers. I wrote 
to the Dake of Savoy under your cover this day se'nnig^t, and 
hope my letter came safe to hand. All the advices I have in 
cipher from England and Holland give great assurance that 
H. R. H. will continue firm to the last. I know not whence they 
have that good news, but I should he glad to have it confirmed 
by you. 

We are come near to the end of our campaign, and are now 
only spinning out the time that Prince Louis may not be inter- 
rupted in his operations on the Rhine. 

I am, Sir, youn, &c. M. 

To THE PRINCE OF BADEN. 
MONSIEUB, Au Camp (THerentkaU, ce 29 Septembre, 1705. 

J'ai retenu le General-Major Volckershoven quelques jours 
au-dela de ce que j'avais cru, pour avoir les sentiments de M. 
le Grand Pensionnaire sur ce qu'il m'a dit de la part de V. A., 
avant que de lui expliquer les miens, ce quej'ai fait a present, 
et le renvoie instruit de tout, autant qu'il depend de moi. Pour ce 
qui est de la poudre, M. de Gueldermalsen se trouvant aupres 
d'EUe, V. A. pent s'entretenir la-dessus avec lui, et selon ce que 
je comprends, cela ne manquera pas en cas que vous en ayez besoin 
pour quelque entreprise. M. de Volckershoven informera V. A. 
de la situation ou nous sommes, et lui confirmera de bouche la 
passion et le respect tres-sincere avec lesquels j'ai Fhonneur d'etre. 

Monsieur, de V. A., &c. M. 



To M D'ELLEMEET. 
MoNSiEUB, Au Camp d' HereiUhaU, ce 29 Septembre^ 1705. 

J'ai requ I'honneur de votre lettre du 27 de ce mois, et me 
flatte que vous me connaissez trop de vos amis pour me rien 
imputer a I'egard de mon silence sur votre autre lettre. Je veux 
bien aussi vous avouer, que je suis un peu en peine sur ce que je 
dois vous dire dans celle-ci, de peur de donner quelque conseil 
qui ne fut pas agreable a My Lord North. II est certain que je 
n'ai point marie de fille sans que tout fat prealablement n^le de 
part et d*autre, et c'est assurement le meilleur ; mais M. Guidet, 
I'avocat que j'ai recommande, etant un parfait honnete bomme, 
je crois que vous ne pouve& courir aucun risque en suivant ses 
avis ; ainsi je vous renvoie sa lettre. £t a I'egard de la denisa- 
tion, j'ose bien vous ajssurer que la Reine y pretera volontiers les 
mains. Heme s'il y avait besoin d'un acte du Parlement, pour 



1705.] DECLARATION IN FAVOUR OV KING CHARLES. 283 

la imtiiralisatioii de Madame, oela ne trouverait aucune difficulte 
oet hiver. Vons aurex la bont^ de rendre la ci-jointe a My Lord 
North, a qui je donne ausn mee pensees, puisque je voudrau que 
Taflaire Be fit a la satisfaction entiere de tons deux. 

Je tolflv tr^parfiutenakt, Monrienr, TOfere, &e. IL 



To LORD NORTH. 
Mt Lord, Camp at HerenthaU, 29tk Sqi>iember'j705. 

I have received the &vour of your Lordship's letter, and had 
one yesterday from M. d'ElIemeet, to whom I now return an 
answer, and as you will have a sight of it, I shall refer your Lord- 
ship to what I have written to him, and will only add that in case 
he should insist upon having everything settled before the mar- 
riage, which I find by M. Guidet's letter cannot be done till next 
term ; yet in that case your Lordship might go over to England 
and come back again to consummate the marriage time enough in 
all likelihood to return with me. And you may be sure I shall 
be very glad of your company. 

I forget wheUier your Lordship desired Breda or some other 
place for your quarters, wherein I pray you will inform me by 

your next. 

I am, my Lord, year Lordship'B, &c. M. 



To Mr. SECRETARY HARLEY. 
Sir, Camp at Heretdhah^ 29lA September, 1705. 

I have received the favour of your letter of the 11th instant, 
and am glad to see that upon what I wrote, H. M. has been 
pleased to defer my Lord Pembroke's coming to Holland, since I 
told you I am convinced it could have no good effect. 

Mr. Secretary Hedges has sent me copies of H. M.'s letter to 
the Duke of Savoy, and of the orders given to the fleet and land- 
forces in the Mediterranean for H. R. H.'s relief, and I hope if 
these dispatches come to him in time, they will encourage him to 
continue firm in the interest of the Allies. Our success in 
Catalonia must likewise have a good influence on our affairs in 
Piedmont, since by letters I received yesterday, it is advised that 
the whole country had declared for King Charles, and that the 
inhabitants of Barcelona had taken arms to oblige the garrison to 
surrender, so that it was not doubted but H. M. was master of the 
entire province. 



284 MAKLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

I know not what you will be able to do to satisfy pomte Gallas 
in reference to the loan he desires of foiur hundred thousand 
crowns, but by the last post I had a letter from Comte Wratislaw, 
wherein he raises his demands to three hundred thousand pounds 
sterling. If the constitution of the Bank would admit it, I should 
think that might be the most feasible means of helping them. 

We shall endeavour to give you the best light we can into the 
compliance of the Allies, with reference to their quotas, though 
I believe every body is sensible that a great number of the troops 
the Emperor should, or might have furnished against the common 
enemy, have been diverted to the wai* in Hungary. 

The troops having on Saturday last made an end of demolish- 
ing the lines, the army marched yesterday to this camp, where we 
are like to continue some days, and in the meanwhile shall be 

settling the winter-quarters. 

I am, with much trnth, Sir, yours, &c. M. 



To Mb. SECRETARY HEDGES. 
Sni, Ca$np at HarentkaU, 29th Stptenher, 1705. 

I have received the favour of your letter of the 11th instant, 
and give you many thanks for the papers that accompany it. 
When the Duke of Savoy receives these dispatches, and sees how 
earnest the Queen is in giving him all the assistance that is 
possible, it will encourage H. R. H. to continue firm in the 
interest of the Allies, which, I believe, he must needs be sensible 
is his own too, though he may sufier for the present. And if the 
good news we have from Catalonia be confirmed, no doubt but it 
will have a great influence upon our afiairs in Italy, and likewise 
in Portugal. By letters I received yesterday I am advised that 
the whole country had owned Eling Charles, and that even at 
Barcelona the inhabitants had taken arms to oblige the garrison 
to surrender, so that it was not doubted but H. M. was in posses- 
sion of the city likewise. 

The troops having, on Saturday last, made an end of demolish- 
ing the enemies' lines, the army marched yesterday from Aerschot 
to this camp, where we are like to continue some days, and in the 
meantime shall be settling the winter-quarters. 

I am, truly. Sir, yours, &c. M. 



1705.] GOOD INTENTIONS FOR THE CEVENNOIS. 285 

To M. BUYS. 
MoNSiEUB, Au Camp d'ffermthaU, ce 29 Septembre, 1705. 

J'ai oublie, pendant que j'etais a Tumhout, de voiis parler 
au sujet de M. de Chanclos. II y a quelque temps que je me 
suis donne Thouneur d ecrire a MM. les Etats, afin qu'ils eussent la 
bonte de le declarer brigadier, en reconnaissance des bons services 
qu'il a rendus au public. Leurs H. P. m'ont promis qu'ils le 
feraient au premier jour ; mais comme cela tralne encore, vous ne 
trourerez pas mauvais que je yous en ecrive ce petit mot, pour 
vous prior de vouloir vous interesser pour cet officier, et de faire 
en sorte qu'il soit declare avant que je vienne a la Haye. Je vous 
le demande comme une marque particuliere de votre amitie. 
Vous agirez, s'il vous plait, en vous servant de mon nom ou 
autrement, comme vous jugerez le plus a propos. Je vous en 

aurai toute Tobligation, et serai toujours avec une parfaite estime. 

Monsieur, votre, ftc. M. 



To THB MARQUIS DE MIREMONT. 
MoNSiEDB, Au Camp tTHerenthaU, ce 29 Sqvtembre, 1705. 

J'ai bien re^u Thonneur de votre lettre du 10 de ce mois, 
que je vois est la premiere que vous m'avez ecrite depuis mon 
depart de la Haye, ce qui me semble etre une preuve assez con- 
vaincante que vous n'avez pas ete content de tons mes soins et de 
ce que j'ai pu y faire pour vous : cependant si vous etiez sensible 
des difficultes et des peines qu'il m'a coutees pour faire prendre la 
r&olution qu'on a faite a votre egard, je veux bien croire que 
vous seriez d'un autre sentiment. 

Je suis autant persuade que personne des bonnes intentions de 
S. M. pour le secours des Cevennois, et je vous assure je les ai 
aussi si fort a coeur, que si j'avais autant de credit et d'influence 
sur les affidres comme vous le dites, et dont je suis bien loin, je 
I'emploierais tout avec beaucoup de plaisir pour faire reussir 
aucun projet ou il y aurait quelque apparence de succes pour ces 
pauvres gens. A mon arrivee a la Haye je m'informerai de ce 
qui s'est passe sur votre sujet depuis mon absence, afin d etre plus 
en ^tat de seconder vos instances en Angleterre; cependant 
j*aurais ete bien aise que vous m'eussiez fait part du memoire 
que vous avez presente a MM. les Etats, et de la reponse que 
leurs H. P. vous out donnee. 

Je suis, tr^par&itement, Monsienr, Totre, iec M. 



286 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To THB STATES-GENERAL. 
Hacts bt Pui8aAKTB SeionKurs, Au Camp d'Herenltds, ce 30 SqM., 1706. 

J'ai re^u la lettre que vos H. P. m'ont fait rhonneur de 
m'ecrire le 24 de ce mois touchant le Lieutenant-Gen&al d'Au- 
bach. Je ne croyais pas qu*£Iles fiissent dans le dessein de (aire 
aucune recherche a son egard, puisque cela a ete differe si loDg- 
temps ; car il aurait et6 beaucoup mieux de Tavoir fait sur le 
champ. Cependant je me soumettrai toujoors ayec plaisir k tout 
ce qu'EUes peureut souhaiter ; mais comme je n'ai point le triute 
qu'Elles out &it avec M. TElecteur Palatin pour les cinq mille 
hommes a leur solde, et ou il doit etre parle du commandant des 
dites troupes, celui qui a ete signe pour les quatre bataillons dans 
I'an 1703 ne faisant mention que d'un brigadier pour les com- 
mander, je serais bien aise que M. le GreiBer Fagel eut ordre de 
m'en faire tenir une copie. Je crois aussi que vos H. P. trouve- 
raient k propos que j'en ecrive prealablement a M. TElecteur 
Palatin, car je ne voudrais pas volontiers donner des ordres pour 
faire assembler un conseil de guerre et qu'il s'y trouvat apres des 

difficult^. 

Je suis, avec toute sorte de respect, 

De vos Hautet PnissanceB, &c. M. 



To M. PESTERS. 
MoNSUSUB, Au Camp (THerenihaU, ce 30 Septembref 1705. 

Je viens de recevoir I'honneur de votre lettre, et ne doute 
point que M. d' Auverquerque ne vous envoie M. Hersel pour sup- 
pleer la place de M. de Rooques comme vous le souhaitez. Je 
lui en parlerai demain, en cas qu'il ne Fait pas deja fait. Si vous 
manquez de travailleurs, il me semble que vous deviez faire 
sommer les paysans, puisque nous n'avons point de temps a 
perdre. 

Je suis d'avis qu'il faudrait mettre plus de quatre bataillons et 
deux regiments de cavalerie a Diest, et ainsi qu'il serait bon de 
preparer les baraques neoessaires au plus-tot. 

A I'egard du fourrage dont la gamison a besoin, il est certain 
que nous en avons laisse une bonne quantite a Tirlemont, d'ou je 
suis persuade que les habitants le feraient voiturer a Diest plu- 
tot que d'etre fourrage, si vous leur en faisiez la proposition ; et 
mgme assez pour une bonne partie de I'hiver, cela ne devant porter 
aucun prejudice aux contributions. On a ccrtainement beaucoup 
de raison de chercher a mettre des sujets dans la magistrature de 



1705.] TRIAL OF M. D'AUBACH. — ^IMPB^pAL LOAN. 287 

U^ge qui soient affectionnes a la cause commune, et je ne manquerai 
pas de recommander le Sieur Engelbert de Lannoye k M. le Comte 
de WeltZy selon oe que yous le souhaitex. 

Je snis, tr^parfiutement, Monaieiir, fotra^ Ac. M. 



To THE COBTTE DE LESCHERAINE. 
MONBicuiu Au Camp (tHernUhaU, ce 30 Septembre, 1705. 

Voici la copie d'une lettre que je viens de recevoir de MM. 
les Etats au sujet de,M. d'Aubach. Je suis bien marri qu'elle 
ne soit arrivee avant votre depart, afin de vous en avoir pu entre- 
tenir de bouche, car comme il s'agit d'un general qui commandait 
les troupes de M. TElecteur Palatin, et qui est, comme je Ten- 
tends, encore en quelque maniere dans le service de S. A. £., je 
ne voudrais pas volontiers faire le moindre pas sans son aveu, ou 
qui en aucune maniere lui put etre desagreable. Je vous envoie 
done celle-ci pour etre eclairci des sentiments de S. A. E., que je 
tacherai de suivre avec la demiere exactitude ; ainsi je vous prie 
de vouloir bien m'en informer au plus-tot. 

Je sais, trk-parfaitement. Monsieur, Totre» &c. M. 



To THE COMTE DE WRATISLAW. 
MoMSiEUB, Au Camp (TfferenthaU, ce 30 Siptembre, 1705. 

J'ai requ Thonneur de votre lettre du 12 de ce mois, et vous 
ayant deja ecrit sur le voyage de Vienne, je ne puis vous en dire 
davantage jusques a ce que j'aie re^u reponse d'Angleterre. 
Pour ce qui est du changement, je me donnerai bien garde de le 
conseiller, aussi S. M. I. est-EUe trop clairvoyante et sait trop bien 
ses propres interets qu'il en soit besoin. Tout ce que je souhaite 
est que cbacun la serve avec le meme zele et d&interessement que 
je ferai partout; cependant comme il n'est pas certain que je 
pourrai avoir la permission de la Reine, et que meme j'en doute, 
je vous supplie que S. A. n'en sache rien jusques a oe que nous 
en soyons eclaircis. 

A regard de Temprunt, je vous ai aussi deja donne mes senti- 
ments la-dessus, que j'y prevoyais bien des difficultes, car outre 
que le Parlement n'est jamais entre dans de telle garantie, je ne 
puis pas comprendre comment il le pourrait faire s'il en avait 
I'envie. Le seul moyen, il me semble, serait de voir si on n'y 
pouvait pas engager la Banque, encore que je ne sache si sa con- 
stitution le permet. Enfin vous pouvez etre sur que My Lord 
Tr&orier fera son possible en cette occasion. Je suis tres-aise de 



288 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

voir que S. M. I. se sert de votre habilete et experience dans sea 
afiaires les plus importantes, tant par rapport a Tamitie que j'ai 
toujoure eue pour vous que dans resperance qu'elles pourront 
d'autant mieux reussir. Cependant si la Reine me permet de 
yeuir a Vienne ce sera un terrible contretemps pour moi de ne 
vous y pas rencontrer, car j'y veux a^r a coeur ouvert, et il me 
sera difficile de trouver quelqu'un aupres de S. M. I. avec qui je 
puisse m'expliquer avec la meme franchise qu'avec vous. Ainsi 
en tout cas je me flatte toujours que vous vous y trouverez. 

Je Buis, tr^8-€inc^rement, Monsieur, yotre, &c. M. 

P.S. — Depuis que j'ai fini ma lettre je re^ois reponse de 
Londres sur ce que j'avais ecrit touchant Temprunt des trois cent 
inille ecus, et vois que S. M. est encline a faire tout son possible 
pour trouver les moyens a preter sa part de cette somme, pourvu 
que MM. les Etats le souhaitent, et y veulent entrer pour leur 
quote. 

To Mb. secretary HARLEY. 
Sir, Camp at HerenthaU^ 2nd October, 1705. 

I have received the favour of your letter of the 14th instant, 
and am not able to advise what sort of answer the Queen should 
give to the Electress of Bavaria, since I am not apprised of the 
contents of her letter ; but supposing her Electoral Highness only 
implores her Majesty's favour and protection, I presume it will be 
thought proper to give her assurances of it in general terms, with- 
out entering into particulars. 

I have written to Mr. Stanhope, that if the States do agree 
to the loan of three hundred thousand crowns to the Emperor for 
the service of Italy, no time ought to be lost in settling that 
matter. 

We have no confirmation yet of the news I sent you the last post 
from Catalonia ; but as the Paris letters are silent as to the alBSdrs 
of those parts, it is a very good sign they go well on our side. 

I am, with truth. Sir, yours, &c M. 



To Mb. stanhope. 
^'■» Camp at HerenthaU, Srd October, 1705. 

Mr. Secretary Harley having acquainted me by' the last 
post that he had written to you concerning the loan of three 
hundred thousand crowns, which the Emperor desires from her 
Majesty and the States for the better enabUng him to send imme- 



1705.] RECOMMENDATION OF THE SIEUR DE FRISE. 289 

diate succours to Prince Eugene, I pray you will let me know 
what you have done in that matter, and in the meanwhile must 
recommend to you, in case the States come into the said loan, that 
no time may be lost in adjusting it, so that the public may imme- 
diately have the benefit of that sum for the service intended. 

I am, Sir, jours, &c. M. 



To PRINCE EUGENE. 
MoNSiEUB, Au Camp (T Herenthahf ce 3 Octobre, 1705. 

La liberte que je prends d'importuner V. A. par celle-ci 
provient de I'egard que mes amis ici veulent bien croire qu'EUe 
aura pour Testime que j'ai toujours eu pour sa personne, et de la 
deference que j'aurai toujours pour ses ordres. C est le Sieur Chre- 
tien Ernest de Frise, colonel commandant du regiment du Velt- 
Marechal de Staremberg, dont le merite et les services ne sont pas 
inconnus a V. A., que ses amis m'ont prie de recommander a sa 
puissante protection, afin qu'il soit pourvu d'un regiment lorsque 
cette charge sera vacante. Je sais bien qu'il n'est pas necessaire 
de presser V. A. a recompenser les gens de merite, et me flatte en 
meme temps que ce ne sera pas au moins un obstacle a Tavance- 
ment de cet officier que j*ose m' employer en sa favour. 
Je smB, ayec one T^itable paBsion et respect. 

Monsieur, de V. A., &c. M. 



To M. GUELDERMALSEN. 
Monsieur, Au Camp ^HereiUhaUf ce 4 Octcbre, 1705. 

J'ai requ hier Thonneur de votre lettre du 25 du mois passe, 
et suis bien aise que vous etes pres de M. le Prince de Bade, et 
que les afiaires sont en si bon train de ce cote-la. Je remarque 
ce qui s'est passe entre vous et S. A. touchant les quartiers d'hiver, 
sur quoi je vous dirai que, selon mon opinion, il ne faudrait pas 
laisser les troupes Palatines a la soldo de I'Angleterre et de I'Etat 
dans les quartiers entre la Mouse, la Moselle, et le Rhin ; mais 
les approcher encore plus pres de ce pays, autrement nous n'en 
aurons aucun service en cas de besoin, et elles feraient difficulte 
d'obeir aux ordres qu'on leur enverrait, comme elles out fait en der- 
nier lieu. II me semble qu'on ferait beaucoup oiieux d'y envoyer 
un plus gros corps de troupes que nous avons ici, et entre autres 
les Hessois, pour occuper les quartiers dans le pays de Coblenz, 
entre cela et Trarbach et du cote de Rhinfels, auquel je ne vois 
pas que le Prince de Bade puisse avoir aucune juste objection, sur 
quoi vous me ferez savoir, s'il vous plait, votre avis au plus-tot. 
VOL. II. y 



290 MARLBOROUGH DISPATCHES, [1705. 

II faut ausBi que je vous prie de vouloir consulter vos generaux, 
et de me fiure aavoir jusques ou voire campagne pourra encore 
bien durer, afin de prendre mes mesures pour separer I'armee ici, 
les troupes ayant beauooup souffert tant par les grandes marches 
que par les maladies ; et eomme d'un oSte je suis content de rester 
jusqu'au dernier jour qu'il serait necessaire pour encourager les 
desseins du Prince de Bade, de I'autre je ne voudrais pas de- 
meurer en campagne un seul moment plus que le service ne le de- 
mande. £t il faut considerer que si les ennemis songent a envoyer 
quelque detachement en Alsace, il leur faut pour le moins trois 
semaines avant que ces troupes puissent etre a portee de donner 
aucun ombrage aux desseins de M. le Prince de Bade. 

Je suJB, tr^s-sino^rement, Monsieur, yotre, &c. M. 

P.S. — Je viens a ce moment de recevoir Thonneur de votre 
lettre du 29 septembre, et vous envoie ci-joint un Memoire de ce 
dont M. de Volckershoven etait charge ; il vous dira de bouche la 
reponse que nous lui avons &ite. 



To PRINCE EUGENE. 
Monsieur, Au Camp d'ffenntkals, ce 4 Octobr8f 1705. 

J'ai re9u tout a la fois les deux lettres que V. A. m'a fait 
Thonneur de m'ecrire le 13 et 18 du mois passe, M. de Bette 
m'ayant envoye celle dont V. A, Favait charge par Tordinaire 
d'Augsbourg, I'etat de sa sante ne le permettant pas de venir lui- 
meme en diligence. Je suis au desespoir de voir qu'on laisse 
toujours languir V. A. sans lui envoyer les secoursnecessaires pour 
la mettre en etat de pousser son dernier avantage, et cela dans un 
temps ou toute I'ltalie en depend. Si EUe avait vu les lettres que 
j*ai ecrites sur ce sujet aux ministres de S. M. I., et celles de la 
Reine a Vienne, Elle me ferait la justice de croire que j'ai fait 
tout mon possible. Meme il y a apparence que S. M. et MM* les 
Etats feront un pret de trois cent mille ecus a S.M. I. pour 
trouver des chevaux de remonte pour votre armee. Je le presse 
autant que je puis. 

11 y a plus d'un mois que la Reine et MM. les Etats ont 
tcmoigne au Roi de Prusse quails etaient prets a renouveler le 
traite pour les buit mille hommes. 11 est vrai aussi que S. M. y 
fait quelque difficulte, quoiqu'Elle n'ait rien a nous reprocher sur 
I'execution de ce qui a ^te stipule de notre part. Cependaut je ne 
croyais pas qu'EUe aurait ecrit dans ces termes au Prince 



1705.] PBOTECnON FOR THE FOUSST OF SOIGNIES. 291 

d'Anhalt Je suis de I'avis de V. A. que ces menaces ne sont 
que pour aYoir de tneilleuFes conditions ; et il me semble que le 
principal but est d'avoir des quartiers d'hiver pour see troupes en 
Bayiere» ce que V. A. sait tres-bien ne depend pas de nous. 
Apres tout, je ne puis croire que S. M. soit dansTintention de lea 
fiiire revenir, au moins V. A. peut etre persuadee qu'on ne ne* 
gUgera rien ici pour prevenir un si facheux accident. 

V. A. aura sans doute ete informee que S. M. I. m'a fiiit I bon- 
nenr de m'ecrire le 6 du mois pass^ pour m'inviter de yenir a 
Vienne conoerter les operations pour la campagne prochaine. Je 
ne aaia si la Reine voudra bien permettre que j'y aille, m'ayant 
depuis quelque temps £ut saroir son bon plaisir que j'eusse a 
prendre mes mesures pour etre de bonne heure en Angleterre. 
J'attends a chaque moment ses ordres lii-dessus, et s*ils m'oUigent 
a faire oe yoyage, puisque je ne puis ancunement esperer d*y voir 
y. A., je la supplierai d'avoir la bonte de me donner ses pensees 
la-dessu8. Les lumieres de V. A. ne me seront pas seulement 
fort utiles en mon particulier, mais d'un grand avantage pour le 
public. 

La Reine et MM. les Etats ont accorde k Monseigneur le Due 
de Savoie tout ce que S. A. R. avait demande en dernier lieu ; 
ainsi nous nous flattons qu'Elle tiendra toujours ferme. 

Nous aliens bientot regler les quartiers d'hiver, et ne restons en 

campagne que pour donner le loisir au Prince de Bade de pousser 

ses operations. 

Je suJB, ayec one y^ritable pasrion et respeet, 

Montiear, de v. A^ &e. M. 



To THE ELECTOR OP BAVARIA. 

MoxrsEioiisuB, Au Camp ^MireiUhdU, C9 4 Oetobre, 1705. 

J'ai requ la lettre qu'il a plu k V. A. £. de m'ecrire bier, 

et suis au d&^spoir de ne pouvoir donner les ordres qu'Elle 

souhaite pour defendre a nos partis Tentr^ dans la foret de 

Soignies. Je me flatte que V. A. £. est persuade que si cela 

dependait de moi, j'irais avec empressement au devant de tout ce 

qu'Elle pourrait demander pour marquer la d^£erence que j'aurai 

toujours pour ses ordres, la suppliant de me finire la justice de 

croire qu'on ne saurait etre avec plus de veneration et de respect 

que je suis, 

" • r,deV.A.B.,&c M. 



U2 



292 MARLBOROTJGH DISPATCHES. [1705. 

To THE COMTB D'AUTEL. 
Monsieur, Au Camp d'HerenthaU, oe 5 Odcbn, 1705. 

tTai re^u les lettres que vous m'avez £ut Thonneur de m'ecrire 
le 17 et 23 du passe, et vous remercie tres-bumblement des pri- 
sonniers que ce tambour nous a ramen^ 11 a ete rembourse de 
I'argent que yous avez eu la bonte de leur faire avancer, et j*ai 
eerit au Sieur Pesters qu'ils entrent dans TechaDge qui se doit 
faire entre lui et M. de St Contest 

Pour ce qui est du Baron d'Elst, vous pouvez etre assure, Mon- 
sieur, qu'en votre consideration, je m'emploierai avecplaisir aupres 
de la Reine ma mattresse d'abord que j'arriverai en Angleterre, 
afin qu'il soit echange, ou du moins qu'il ait permission de venir 
yaquer pour quelques mois a ses afiaires, quoiqu'on n'ait pas lieu 
d'etre trop content de sa conduite Fannfe pass^ a Mayence. 
J'ai rhonneur d'etre, aveo ane veritable pasrion et respeet, 

Monsiear, Totre, &c M. 



To M. PESTERS. 
Monsieur, Au Camp tPHerenthaUf ce 5 Cktoffre^ 1 705. 

Je vous envoie ici la copie d'une lettre de M. le Comte 
d'Autel, par oil vous verrez qu'il souhaite que trente prisonniers 
Anglais qu'il vient de nous renvoyer puissent entrer dans I'echange 
qui se doit faire entre vous et M. de St. Contest ; et comme il me 
semble que tous nos prisonniers sont en commun, je vous prie d'y 
vouloir bien preter les mains, ayant repondu a M. le Comte d'Autel 
qu'il en serait comme il le trouverait a propos. 

Je SUM, tr^parfidtement, Monfiiear, yotre, &c M. 



To M. CRONSTROM. 
Monsieur, Au Camp ctHerenihaU, ce 5 OettAre^ 1705. 

Je n'ai pu r^pondre plus t8t a Fhonneur de votre lettre 
d'hier, n'ayant eu occasion que ce moment de parler a MM. les 
Depute et k M. d' Auverquerque. Nous sommes tous d'avis que 
vous devez insister sur les quatre bataillons de Huy, contre les 
trois bataillons que nous avons pris cette campagne, et ce qui 
manquera de notre o6te on le fera bon d'ailleurs. On salt fort 
bien qu'il n'est pas en mon pouvoir de relacher M. de la Valliere ; 
ainsi on a tort d'insister la-dessus. Meme il me semble qu'on ne 
devrait aucunement hesiter a vous donner votre liberte contre 
M. le Brigadier de St. Pierre ou M. Dumont, moyennant un equi- 
valent, puisque vous etes tous dans le meme cas. A I'^ard de 



1705.] RECALL OF PRUSSIAN TROOPS FROM ITALY. 293 

M. de St Maurice, j'ai fait comprendre a la Haye, que I'echange 
que V0U8 ayiez conclu entre lui et M. Huasey etait une meprise, 
puisque ce premier est un ancien colonel^ et I'autre seulement 
lieuteuant-ooloneL 

Je sals, tr^par^tement, Monsieur, yotre, &c. M. 



To THE COMTE DE WRATISLAW. 
MoKaiBOB, Au Camp iTSerenthalMf ce 5 Octcbre, 1705. 

J'ai reQU Thoimeur de votre lettre du 18 du mois passe, et 
suia bien mani que le Due de Wirtemberg fasse tant de difficultes 
pour la marche de aes troupes. A I'egard de celles du Roi de 
Pologne, encore que vous fiissiez tombes d'accord, c'est un secours 
bien eloigne pour M. le Prince de Savoie, dont les affaires n'ad- 
mettront pas un si long delai ; au contraire, il n est que trop 
evident a tout le monde que si S. A. n'est renforcee et mise en etat 
d'agir incessamment, il sera oblige de succomber. Selon les der- 
nieres lettres il ne pourait &ire aucun mouvement, manque de 
pain, de voitures et de bateaux. Enfin il me semble qu'il est bien 
temps de songer serieusement a cette guerre d'ltalie, laquelle 
emploie im si grand nombre de troupes ennemies, qui nous torn- 
beraient sur le dos partout si nous en etions chasses. J'attends a 
cbaque jour reponse d' Angleterre sur le voyage en question, dont 
je ne manquerai pas de vous faire part au plus-tot. £n attendant 
vous me ferez toujours la justice d'etre persuade de la veritable 
passion et estime avec laquelle je suis, 

Monsieur, votre, &c. M. 



To LORD RABY. 
Mt L<hu>, Camp at HerenthaU, 5th October, 1705. 

By my letter of the 14th of the last month I acquainted your 
LordsUp with the diiBculties that were made in renewing our 
treaty for the eight thousand Prussians in Italy, and was in hopes, 
as I am still, that the court will not insist on them ; but having by 
the last post received a letter from Prince Eugene, whereby I find 
the King had written to the Prince of Anhalt, that at the expira- 
tion of the treaty, which would be in three months, he was resolved 
to recall his troops, and as this would be of a most dangerous con- 
sequence to our affiiirs in Italy, I must therefore earnestly desire 
your Lordship, as you have opportunity, to expostulate on the 
matter very seriously with H. M. and the grand chamberlain, with- 
out taking notice of this advice I have from the Prince, unless they 



294 MAKLBOROTTGH DISPATCHES. [1705. 

should mention it to you themselves. You will have seen by what 
t wrote to M. Sdimettau, that we reckon we hare fully complied 
with the treaty on our part, particular regard having been, had the 
last session to the arrears due to the King since the last war, 
which was as much as could be expected then, and no doubt but 
H. M. will again this winter recommend it efiectually to the Par- 
liament. You may likewise assure the King and the grand 
chamberlain, that in whatever pretensions H. M. may have at the 
Hague, I will employ myself, and solicit whatever shall be re- 
commended to me, with the same earnestness that any of his own 
ministers can do. You may also hint, that as I take this treaty to 
be a particular mark of his Majesty's goodness and &vour to me, 
so I am the more immediately concerned for the renewal of it 
Your Lordship will best know how to humour the court on this 
occasion, and therefore I shall recommend to you that no time be 
lost, since while H. M. seems to be in this disposition, it may give 
a coolness to all the other preparations at Vienna for the rein- 
forcing of Prince Eugene, who, if the advices we now receive from 
France be true, that they are laying aside the siege of Turin in 
order to send all their troops into Lombardy, never had more need 
of succours ; and in all likelihood, if the Prussians should return, 
the Imperialists will be obliged to retire at the same time. I shall 
expect with impatience some good news from you in this afiair. 
As soon as they consent to the renewal of the treaty, it will be 
time to put them in mind of sending the recruits to the Prince of 
Anhalt, but this I must leave to your discretion. 

I am, mj Lord, your Lordghip's, &c. M. 



To TBE PENSIONER. 
MoKRiECB, Au Camp (jtHerenthaU, ce 6 Ociobre, 170ft. 

L'Empereur ay ant fort souhait^ et ayant meme ^crit a la 
Beine, pour que je vinsse faire un tour k Vienne pour conoerter 
avec S. M. I. les operations de la campagne prochaine, j'ai re^u 
bier au soir des lettres d'Angleterre qui me permettent de faire 
ce voyage aussitot que le service ici le permettra. Mais comme 
je ne puis prendre aucune mesure k cette cour sans etre bien 
iostruit des resolutions et sentiments de MM. les Etats, je fais ^tat 
de me rendre lundi prochain pour cet effet a la Haye ; et puisqu'il 
serait bon en meme temps de regler les qnartiers d'hiver, je vous 
supplie de faire en sorte qu'on ecrive a MM. les Depute et k 
M. d'Auverquerque d'envoyer avec moi un de leurs generaux 
qui serait instruit de leurs pensees la-dessua. 



1705.] SAXON INFANTRY. 295 

Jd ik^eotiB pohil en drcsture a MM. les Etats k cause que je ne 
▼oodnuB ptft ToloatierB que M. TEleeteur de Baviere sut que je 
qukte r«rmee, juaques k mon arriv^ k la Haye ; ou je ne pretends 
de rester que deu jours. Ainsi rous aure2 la bonte d'en ftdre 
part avec tonte soumiasion k leurs H. P., et de leur supplier que 
oeux qu'EIles troaTeront a propoe de nommer pour cela aoient 
prfila k eatrer en conHsrence avec mot d*abord que j'arriverai, 
fiusant &at de rejoindire inceasamment Tann^. 

Je ne voudrais pas aussi que les ennemis fussent infermes de 
mon voyage de Vienne que le plus tard qu'il serait possible; 
ainsi je vous prie de prendre toutes les preeautioBB que vous 
pourrez pour le tenir secret. 

Je suis, MoDsieiiT, votre, &c. M. 



To Mb. secretary HARLET. 
SlB» Can^ at HerenihaU, Gth October, 1705. 

I received last night the favour of your letter of the 18th past 
with her Majesty's credentials to the Emperor, upon which I have 
resolved to be on Monday night at the Hague, to consult and take 
measures with the States, on whose resolution my journey will 
chiefly depend ; for unless they will come entirely into such measures 
as may be thought necessary for the public good when I come to 
Vienna, it will be to no purpose for me to go thither ; so that by 
Tuesday's post I may be able to give you my determination, and 
then you will know whether I shall have occasion for her Majesty's 
leitre de cachet * or not. 

I had already from Mr. Stepney the papers you send me 
relating to the Saxon foot, and have told him and my Lord Sun- 
derland my opinion, that I thought they had given a very proper 
answer, for I can no ways encourage the Queen's giving new 
subsidies while her Majesty is doing so much every day for the 
Empire ; besides that it is a more immediate succour Prince Eugene 
requires than these troops can render. 

I have had no answer yet from Mr. Stanhope about the loan of 
three hundred thousand crowns, but when I come to the Hague I 
hope I may be able to settle that matter. 

I am, with troth, Sir, yonn, &c. M. 



To Mb. stepney. 
Six» Camp at Hermiihala, 7th Octoker, 1 705. 

Yaur servattt arrived here last night with the Emperor's 
sectnd letter to iBHrite me to Vienna, which is in such obliging 

* Credentidfl. 



296 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

terms that I dare nowise decline it, though my affistirs in England 
might reasonably dispense with my taking such a journey at this 
time of the year. I shall first make a step to the Hague, and 
upon my return to the army you will be informed of the day I set 
out, and when I may probably be with you. In the meantime I 
must entreat the liberty, when I come, to set up my field-bed in 
your house ; and if you find that preparations are making to lodge 
me elsewhere, I pray you will let the Prince of Salm know, or 
whom else you think fit, that I expect this retirement as a par- 
ticular mark of the Emperor *s favour, and cannot on any terms 

admit of being elsewhere. 

I am. Sir, yoors, &c. M. 

To THB EMPEROR. 
Sire, Au Camp ^HereiUhaU, ce 7 Octobre, 1705. 

J'ai re§u les deux lettres que V. M. I. a daigne m'ecrire. 

EUe m'y temoigne tant de bont^s, qu'il n'y a rien au monde que 

je ne fasse avec le dernier plaisir pour en marquer mes ti-es-humbles 

reconnaissances et mon zele et devouement entier a ses interets. 

V. M. I. jugera bien qu'il sera necessaire que je fasse un tour 

pour deux jours a la Haye, afin de m'instruire des resolutions de 

MM. les Etats, et me rendre par-la d'autant plus utile a mon arrivee 

a Vienne. A mon retour a Farmee, Elle sera informee du jour de 

mon depart, et quand je pourrai avoir Thonneur de me jeter k ses 

pieds. M. le Comte de Wratislaw lui fera savoir aussi que je 

n'epargnerai aucune peine de mon cote pour rendre mon voyage 

heureux, etant avec la plus profonde soumission et un attachement 

inviolable. 

Sire, de V. M. L, &c M. 

To THE COMTE DE WRATISLAW. 
Monsieur, Au Camp d'HaretdhalSf ce 7 Octobre^ 1705. 

tFai re9U bier celle que vous m'avez fait Thonneur de 
m'ecrire le 28 du passe par Texpres de My Lord Sunderland, 
avec une seconde lettre que I'Empereur m'a fait la grace de 
m'ecrire pour me pressor de venir a Vienne. S. M. I. m'y 
temoigne tant de bont&, qu'il n'y a aucune difficulte dont je 
n'aille au devant pour venir me jeter a ses pieds ; trop heureux 
si toutes mes peines peuvent etre d'auciuie utilite k ses interets et a 
ceux de la cause commune. J'irai dimanche prochain pour deux ou 
trois jours a la Haye, afin de m'instruire des sentiments de MM. 
les Etats; et quoique leurs H. P. ne voulussent pas prendre 



1705.] CONFKRENCB WTTH THE PfilNCE OF BADEN. 297 

toutes les reBolutions requises dans cette conjoncturey je suis resolu 
Dependant d'entreprendre le voyage, en ayant deja re^u la per- 
mission de la Reine, eomme vous aurez vu par ma demiere. A 
mon retour a rarmee, je yous ferai sayoir le jour de men depart ; 
et pour marquer d'autant plus que je ne veux rien epargner pour 
rendre moo voyage heureux, s'il est possible, je £eus etat, en 
chemin faisant, d'aller trouver M. le Prince de Bade a Tarmee, 
ou partout ou il sera, pour m'aboucher avec lui, et savoir aussi 
ses sentiments, car si S. A. a quelque projet qui soit aucunement 
praticable, je crois, de I'humeur qu'il est, qu'il fiiudra le suivre. 
Pour moi, je veux me soumettre a tout ce qui peut oomplaire 'k 
S. M. I., afin de lui marquer, par un devouement entier, ma 
reconnaissance pour toutes ses bontes. 

Je n'entre point dans tons les raisonnements de votre lettre, 
puisque je me flatte d'avoir bientot Thonneur de vous embrasser 
et de m'expliquer de bouche. 

Vous recevrez celle-ci par le meme courrier, ne jugeant pas 
necessaire de le laisser passer outre, ayant d^ja, comme je vous 
Fai dit, la permission de la Reine, outre que cela n'aurait sauv^ 
que deux ou trois heures au plus, puisque les lettres dont il 
^toit charg^ partiront par le paquet-boat d'aujourd'hui. 

Je 8018, tr^mc^rementy Monsieur, YOtre, &c. M. 



To M. GUELDERMALSEN. 
Monsieur, Au Camp d*Herenihals, c« 7 Octobre, 1705. 

Je vous ai deja mande que I'Empereur avait souhaite que je 
fisse un tour a Vienne pour concerter les operations de la cam- 
pagne prochaine. Voici la copie d'une seconde lettre que S. M. I. 
m*ecrit pour le meme objet, ce qui m'a entierement determine a 
entreprendre le voyage ; et afin d'etre d'autant mieux instruit des 
sentiments de MM. les Etats, je partirai dimanche pour la Haye, 
ou je ne resterai que deux jours et puis reviendrai a I'armee. II 
faut aussi que je vous disc en confidence, que je fais etat de venir 
m'aboucher avec le Prince de Bade en chemin faisant, soit a 
Rastadt ou a Tarmee, afin d'etre d'autant plus capable de rendre 
service au public a mon arrivee a Vienne. Pour moi, je suis 
toujours d'avis de commencer la campagne ici de bonne heure, et 
quand la saison le permettra, et que tout soit pret, alors a 
marcher en AUemagne. Je vous prie de sonder un pen le Prince 
la-dessus, de mam^ qu'on ne sache pas que cela vienne de ma 
part ; et de me marquer par le premier ordinaire ce que S. A. 



298 MAilLBO&OtrGH BI3PATCHE& [1705. 

votu en dira, et oil yous croyez que je la pourrai troiiTer vers le 

27 ou 28 de ce inois, sans lui rien dire encore, m a penonne, dc 

mon dessein. 

A mon retoor de la Haye, je vote marqnerai le jonr que je 

pretends partir, et les meraree que yous aures k prendre a? ec le 

Prince. Mais en tout cas il faut que j'ai une heure ou deux 

d'entretien avec yous avant de le voir, oar s*il a quelque projet 

qui soit praticable, je crois, de I'humeur qu'il est, qu'il faudra y 

entrer, si nous Youlons r^ossir dans nos desseins ; etant r^lu de 

mon cote de me souvettre a tout pour pousser la guerre avec 

vigueur. 

Je rais, Monneur, votre, &c M. 



To THE KING OF PRUSSU. 
SiBB, Au Camp ^ffwraUhals, ce S OcU»br€, 1705. 

Le Colonel Grumbkow m^a rendu la lettre dont il a plu a 
v. M. de le charger, et m'a appris en meme temps les bontes 
qu'Elle continue d'aYmr pour moi^ dont je ne respire queries occa- 
sions de temoigner combien j'en suis touche. M. le Comte de 
Wartenberg aura rhonneur de communiquer a V. M. deux lettres 
que je viens de recevoir consecutivement de TEmpereur pour me 
presser de venir a Vienne. Elle croira bien que je n'ai pu r&ister 
aux instances pressantes de S. M. I. ; ainsi apres avoir fait un tour 
pour deux jours a la Haye, je me mettrai bientot en chemin. Ce 
serait un surcroit d'honneur et de bonte pour moi, si V. M. Youlait 
faire naitre quelque occasion ou je puisse etre utile a ses interets 
en cette cour pour les six ou sept jours que j'y resterai. J'ose 
bien I'assurer que je m'y emploierais avec autant de zele et d*em- 
pressement qu'aucun de ses ministres le pourrait faire. Et si j*y 
pouvais apprendre le renouvellement du traite que V. M. eut la 
bonte de faire Thiver passe a mon egard pour ses troupes en Italic, 
cela me donnerait lieu de faire valoir d^autant plus les grands 
services que Y. M. rend partout a la cause commune. Je la 
supplie aussi d'etre persuadee de Tentier devouement et de Tat- 
tachement inviolable avec lesquels je suis et serai toute ma vie. 

Sire, de V. M, &c. M. 



To XHB COMTE DE WABTENBERQ. 
MoMUBUB,. Au Caitp. iTHermtiMtU, «e 8 (Miobre, 1705, 

Je-Youa remercie trefr-humblement de la leltre que Youa aYea 
faiei> Youlu me ime far M. de GruHabkow, qifti m'a ausai qipris 



1705.] GOOD STATE OP AFFAIBS ON THE BHINE. 299 

combite je tous suis redevable de Fhonneur de voire cher sou- 

▼enir. Vous verrez par les deux lettres ci-jointes de FEmpereuTy 

et qoeTous pr^nterez, s'il yous plait, an Roi a son premier loisir, 

rempressement que S. M. I. temoigne pour que je me rende k 

Yienne, afin de concerter les operations de la campagne prochaiiie. 

Yous pouvez croire que je n'ai pu resister a ses instances, quoique 

des afiaires assez pressantes m'appellent en Angleterre, et que 

j'avais meme r&olu d'y 8tre de bonne heure. Ainsi je pars 

dimanche pour la Haye, afin de prendre les mesures n&;essaires 

avec MM. les Etats. Je n'y resterai que deux jours, et k mon 

retour id vous saurez le jour que je me mettrai en voyage, dont 

les peines et la longueur seraient largement recompenses si je 

pouvais trouver I'occasion d'etre aucimement utile aux interets du 

Roi durant mon sejonr k cette cour. Je vous supplie d'y songer, 

et que j'aie Fhonneur de reoevoir les ordres de S. M. a mon 

arrivee. 

Dans la lettre ci-jointe, que vous aurez la bont^ de presenter 

avec toute soumission au Roi, je prends la liberte de supplier 

S. M. de vouloir bien renouveler le traite pour ses troupes en 

Italic. Yous savez autant que personne que tout le succes de nos 

affaires dans ce pays-Ik en depend, et combien il importe a la 

cause commune qu'ellte y restent, puisque sans leur assistance le 

Prince de Savoie serait infailliblement oblige de succomber, ce qui 

nous attirerait toute la force des ennemis sur les bras. Ainsi je vous 

conjure d'y employer vos bons offices comme dans une chose de la 

demi^re consequence pour les Allies, afin que cela ne traine plus. 

Yous pouvez aussi croire que ^y suis d'autant plus interesse que 

je compte ce traite oomme un pur effet des bontes de S. M. envers 

moi, que je me flatte qu'Elle daignera me continuer, osant bien 

dire que personne ne pent etre plus zele pour see interets. Je 

m'attendrai a recevoir de vos nouvelles a Yienne, etant avec une 

passion et respect des plus sinc^res. 

Monsieur, votre» &c. M. 



To M. jyAHNEM. 
MoNfliEini, Au damp d* HerenthaUf ce 8 Octobrey 1705. 

Je suis bien aise d'apprendre par la lettre que vous m'avez 
fait Fhonneur de m'ecrire le 18 du mois passe, que les affitires sur 
le Rhin sent dans un si bon train. Je suis sensible combien les 
troupes sous votre commandement y out contribue, et n*attends 
que du bon succes ^artout ou elles seront employees. Nous 
sommes id toujours dans Finaction, ce que vous pouvez croire ne 



300 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

m'estpas fort agreable. Cependant nous resterons toujdurs en 
campagne autant qu'il sera necessaire pour favoriser vos desseins. 
Je Yous en souhaite une heureose fin, et suis tres-parfaitementy 

Monsieur, yotre, &c M. 



To M. NATZMAR. 
MoNSiBUB, An Camp (THerenihah, ce 8 Octobre, 1705. 

«rai re^n Fhonneur de votre lettre du 25 du mois paase, et 
suis ravi d'apprendre que les aflSures en-haut ont si bien change 
de face, qu*outre les avantages qu'on a deja remportes sur les 
ennemis, il y a si belle esperance qu'on fera encore des progres 
ulterieurs ; et si enfin on pouvait trouver moyen de reprendre 
Homburg, il me semble que les affaires seraient en assez bon 
train de ce cote-la pour la campagne prochaine. Vous aurez 
appris I'inaction oil nous sommes toujours ici^ j'espere pourtant 
que YOUS en tirerez toujours quelque aYantage. 

Je sais, tr^par&itement, Monsienr, Totre, &c M. 



To THE COMTE DE PRISE. 
MoNBiEUB, Au Camp iTHerenthals, ce 8 Octobre, 1705. 

Je YOUS remercie de Thonneur de votre lettre du 25 du pass^, 
et YOUS felicite de tout mon cosur sur la prise de Drusenheim. 
J'espere que Haguenau aura bientot le meme sort, et ne doute 
point que yous ne profiterez du champ libre que les ennemis yous 
ont laisse pour faire des progres. Nous nous tiendrons id en 
campagne tandis qu'il sera necessaire pour faYoriser yos desseins, 
et c'est tout ce qu'on pent faire dans une saison si aYancee. Vous 
assurerez, s'il yous plait, M. le Prince de Bade de mes respects 
et de mes Yoeux pour son succes. 

Je suis, ayec une y^ritable estixne, Monsieur, yotre, &c M. 



To THE BARON DE REHBINDER. 
MONSIEITE, Au Camp d'HerenthalBj ce 8 Octobre, 1705. 

J'ai re^u les deux lettres que vous m'avez fait I'honneur de 
m'ecrire le 19 et le 27 du mois passe, et yous suis fort oblige de 
la part que yous me donnez de yos mouYcments. C'est avec 
beaucoup de plaisir que j'apprends que les afikires sur le Rhin 
ont si bien change de face. II faut aYouef qu'on a pris Drusen- 
heim k bon marche, et j'espere qu'il sera bientdt suiYi de quelque 



1705.] RENEWAL OF THE PRUSSIAN IREATY. 301 

avantage considerable pour le bien de la cause commune, ce que 
nous ne manquerons pas de fiivoriser ici autant qu'il sera possible. 
Je sou tr^parfutement. Monsieur, Totre, &c. M. 



To THE STATES-GENERAL. 
Hauts sr P01S8AIIT8 Seigmsubs, Au Osmp ^HerenthaU^ ce 9 Oct^ 1705. ' 

J'ai re<;u ce matin les deux lettres qu'il a plu a vos H. P. de 
m'ecrire le 3 et 5 de ce mois, la premiere au sujet du General 
d'Aubacby sur quoi j'ecrirai a M. I'Electeur Palatin, et d'abord 
que j*aurai la reponse de S. A. E. je leur en ferai part et send 
pret a suivre leurs ordres. Pour ce qui est de I'autre lettre, qui 
regarde la discipline des troupes dans leurs march^ vers les 
quartiers d'hiver, il n'y aura, je crois, que celles qui vont en 
Brabant qui toucheront les terres de vos H. P., et j'aurai soin 
qu'elles observent le meme reglement que je leur ai donne en 
sortant de gamison. 

Je BDifl, ayec on veritable attachement et respeet, 

De TO6 HauteB Puissances, &c M. 



To THE KING OF PRUSSIA. 
SnuB, A la Haye^ ce 13 Octoltre, 1705. 

v. M. peut juger par la lettre que je me suis donne rhoimeur 
de lui mire il 7 a cinq jours, du plaisir que j'ai eu en apprenant 
de My Lord Raby la declaration qu'EUe avait eu la bonte de lui 
&ire touchant le traite pour les huit miUe hommes, que je compte 
pour une veritable marque de la consideration et de I'amitie que 
V. M. a pour la Reine ma maltxesse, aussi bien que des egards 
qu'EUe a pour I'avantage de la cause commune ; et j'y prends en 
•mon particulier la part que je dois. Elle peut etre assuree aussi 
que je menagerai le secret aussi long-temps que V. M. le jugera 
convenir h, ses int^ets, et ne manquerai pas pour les trois jours 
que je reste ici a m'employer de mon mieux aupres de MM. les 
Etats pour que leurs H. P. y aient des egards justes et raisou- 
nables. Je prends mes mesures pour partir de I'armee, de maniere 
d'etre a Francfort avant la fin du mois ; ainsi je supplie tres-hum- 
blement V. M. qu'a mon arrivee j'y puisse recevoir ses ordres 
pour la cour de Vienne, et a mon retour si V. M. le jugeait a 
propos, je me donnerais I'honneur de me venir jeter a ses pieds 
pour lui en rendre compte, et en meme temps signer le traite. Je 
fend aussi en sorte qu'on me soUicite ici de m'y employer pour 
que cela me donne les moyens de presser avec d'autant plus de 



803 MAKLBOROUOH DISPATCHES. [1706. 

suoces les pretentions de V . M. ; mais en ce dernier cas je snp* 
plierais V. M. de vouloir bien ordonner qu'on ^rive de sa part k 
M. Spanheim, pour qu'il ait a demander la permission de la Reine 
que je passe par Berlin, ce que je suis sur que S. M. accordera 
la-dessus tres-volontiers. 

v. M.9 je me flatte, me pardonnera la liberte que j'ose prendre 
de lui ^rire avec tant de confidence en droiture, puisque je ne 
cherche par la que lea occasions de temoigner I'attachement et le 
profond respect avec lequel je suis. 

Sire, de votre Mijestd, &c M. 



To THE COMTB DE WARTENBERG. 
MoNBiCim, A la Hojft^ ce 13 Odobn, 1705. 

C'est avec le dernier plaisir que j'ai appris de My Lord Baby 
la declaration que le Roi a eu la bonte de lui faire sur le renou- 
vellement du traits pour les huit mille hommes. II me faisait 
esp^rer que je recevrais en meme temps une lettre de votre part, 
que j'attendrai par le premier ordinaire. Cependant je n'ai pas 
voulu tarder a en faire mes tres-humbles remerciments a S. M. 
par la lettre ci-jointe, que je vous supplie de lui presenter avec 
toute la soumission possible de ma part, assurant S. M. en meme 
temps qu^on ne pent etre plussensiblement toucheque jene le suis 
de toutes les marques qu'EUe veut bien me donner de sa bienveil- 
lance. «raurai grand soin de garder.le secret tant ici qu*a la cour 
de Vienne, afin que S. M. ait d'autant plus de temps a pousser ses 
pretentions, ou je travaillerai aussi de mon mieux pour qu'EUe ait 
une entiere satisfaction. Je prends la liberte dans ma lettre de 
supplier S. M. de me faire Thonneur de m'adresser ses ordres pour 
Vienne, afin que je les puisse recevoir a Francfort avant la fin du 
mois. Et je me flatte qu'en mon retour je pourrai avoir rhonneur 
de vous embrasser a Berlin, etant avec une passion et respect des 
plus sinceres, 

MdDsieur, Totre, &c. M. 

To LORD RABY. 
Mt Lobd, liapu, I3ih Oetcber, 1705. 

I received with a great deal of satisfaction the honour of your 
Lordship's letter of the 3rd instant, and do by this post return my 
humble thanks to the King for the declaration he has made you 
of renewing the treaty. I assure your Lordship I was in some 
pain about it, and must own we are indebted to your Lordship's 



1705.] POWERS GIVEN BY THE STATES. 808 

prudent management on this occasion. Yon will please to take 
the first opportunity of letting H. M. know in the best manner, 
how semible I am of his continued goodness to me, and that I 
shall be sure to keep the secret, and improve it to his advantage 
as long as he shall think fit 

I know not but I may take Berlin in my way home from Vienna. 
It will be a great inducement that I shall have the honour of em- 
bracing your Lordship, and assuring you in person of the truth 
wheiewidi I am, 

My Lord, your Lordsbip's, &c. M. 



To Ms. SECRETARY HARLEY. 

SXH, Hague, 1»A October, 1705. 

Since my arrival here yesterday in the evening I have seen 
the Pensioner, the president of the week, with some others of the 
States, and find they are very willing to give me all the powers 
they can to the court of Vienna, as far as their constitution will 
permit, without the formality of sending to the respective provinces, 
which would not only create great delays, but make the business 
too public, and I believe what they do now will sufficiently answer 
the end. 

I have likewise discoursed with them about the loan to the 
Emperor for the service of Italy, which I see they are ready to 
come into ; the only difficulty is the form of making it, for they 
seem to think it will be necessary there should be some mortgage 
or security given them for the money, wherein the Comte de Goes 
is not instructed, and fears it will not be easy for his master to 
satisfy the States in this particular. Before I leave the Hague I 
shall be able to inform you further, or you will have an account of 
it from Mr. Stanhope. 

I directed Mr. Cardonnel the last post to make my excuse that 
I did not write to you then, and now I am acknowledging the 
favour of your letters of the 25th and 28th past. The latter I 
received here this morning with the copies of Comte Gallas's 
Memorial, and of the answer, as also of what Mr. Hill wrote to 
Mr. Secretary Hedges about the difference between the Duke of 
Savoy and Comte Staremberg, which you will since have under- 
stood has been happily accommodated. I design to leave this 
place on Friday morning in order to be the next day at the camp. 

I am, tndy, Sir, youis, fte. M. 



304 MABLBOROXTOH DISPATCHES. [1705. 

To Mb. SBCRETABT HEDGES. 
Sir, Ha^uey \^h October, 1705. 

I now acknowledge the fayour of your letters of the 25th and 
28th past ; the latter I received here this morning, being come to 
take measures with the States for my joiumey to Vienna, which I 
reckon I may be able to begin in ten or twelve days, intending to 
be back in the camp on Saturday night. The difference you men- 
tion between the Duke of Savoy and Comte Staremberg has been 
happily accommodated, and by your letters from Mr. Hill of the 
16th past, you will find they were then perfectly reconciled. We 
have no certain news from Catalonia, but it is generally believed 
here that our troops are masters of Barcelona. 

I am, with trath. Sir, yours, &c. M. 



To LIEUT^GENERAL ERLE. 
Sib, Hague, ISM October, 1705. 

I have the favour of your letters of the 14th and 21st past, by 
which I see your great care of the public service. I have since 
received the letter you mention from the Board of Ordnance, to 
which' I now return an answer, approving entirely what is proposed 
for an immediate supply of saltpetre from this country, not doubt- 
ing but my Lord Treasurer will furnish you with the money 
necessary for it. 

I have lately had two very pressing letters from the Emperor to 
come to Vienna, in order to concert with him proper measures for 
the operations of the next campaign, and H. M. having been 
pleased to pve her consent, I believe I shall begin my journey in 
less than a fortnight ; this will make it late before I can reach 
England. In the mean time, I am very well satisfied no care 
will be wanting in laying the proper estimates before the Parlia- 
ment, and making the necessary demands for the service of the 

Ordnance. 

I am, with truth, Sir, yonrs, &c M. 



To THE BOARD OP OPDNANCE. 
Gbntlbmsn, Hague, ISth October, 1705. 

I have received your letter of the 25th past, and am very 
sorry to see by it the ill condition of the stores of ordnance. I 
agree entirely with you that no time should be lost in supplying 
them ; and as you intimate that the return of our East India ^ips 
with saltpetre may be very uncertain, I think it advisable not only 



1705.] PURCHASE OF SALTPETRE. 305 

to make a private inquiry what quantity may be had here in Hol- 
land, as you intimate in your letter, but even to proceed, if my 
Lord Treasurer will fiimish the money, in buying up what may 
be absolutely necessary for a present supply, which I hope may 
be had on reasonable terms, since I find there is a good quantity 
in the five ships that arrived some days ago. 

I am, Gentlemen, yoon, &c. M. 

To LORD HALIFAX. 
Mt Lori>, Hague, \Uh October, 1705. 

I am very much obliged to your Lordship for the favour of 

your letter of the 21st past, and for the account you are pleased 

to give me of Woodstock. You may be sure it adds not a little 

to my satisfaction to have the approbation of so good a judge. I 

was in hopes I might soon have been able to return you my thanks 

in person, but the Emperor having sent me two very pressing 

letters to come to Vienna, to concert with him the operations for 

the next campaign, and the States urging me likewise to it, as 

what may conduce to the service, I have, with her Majesty's Teave, 

resolved to undertake the journey, so that it will be December 

before I shall be so happy as to see my friends in England. Mr. 

Cardonnel will send you a copy of the Emperor's last letter ; the 

other I have not here. 

Your Lordship may be assured no man can have a greater 

regard than I shall always have for your recommendation, and 

that I shall take care to prefer Mr. Barton as you desire the first 

opportunity, being with truth. 

Your Lordship's, &o. M. 

To THB PRINCE OF BADEN. 
MoifaiBUB, V Ala Haye, ce 16 Odobre, 1705. 

L'Empereur ayant temoigne de I'inclination pour que je fiss« 
un tour k Vienne avant de passer en Angleterre, et la Reine 
m'ayant donne sa permission, j ai ete bien aise de me prevaloir de 
cette occasion, pour avoir Thonneur de faire la reverence a 
S. M. I. ; et comme sans doute EUe me fera Thonneur de s'entre- 
tenir avec moi sur les operations de la campagne prochaine, je 
serais fort aise de savoir les sentiments de V. A. la-dessus, tant 
pour mon instruction particuliere que pour I'avantage qui en re- 
sultersdt a la cause commune en prenant des mesures justes ; c est 
ce qui m'a determine de venir m'aboucher avec V. A. partout oil 
Elle me marquera. 

VOL. II. X 



JOS MARLBOROTTGH DISPATCHES. [1705. 

M. le Corate de l.e8clieraine, qui aura rhonneur de rendre oette 
lettre a V. A., eoneertera eu meme temps avec Elle les mesurea 
pcyor que je4a lieime troaver, et me les fera sayoir k FranefiHi:, 
oil }*ei9p^ d^Birirer vers la fin du mois. 

Je am, aree vne T^ritable patsion et respeet, 

MoBsienr, de V* A^ Ac M. 



To Mr. SECRBTARY HARLEY. 
Sib, Hague, IM October, 1705. 

Businees has kept me here one day longer than I intended, so 

that I shall not leave this place till to-morrow morning. I design 

to be with the army on Sunday night, and hope to order matters 

so as to be able to set out on my journey to Viemia the 25th or 

26th of this month, expecting to meet the Queen's lettre de cachet 

[credentials] at Francfort or Vienna. Mr. Stanhope will inform 

you of whi^ relates to the loan of the three hundred thousand 

crowns to the Emperor. 

I am, SKr, yours, &c. M. 



To tkb prince OF SAVOY. 
H<msiEO&, Au Catiqi ^HmnntkaU, ce 19 OtUbre, 1705. 

J'ai requ la lettre que V. A. m'a fait I'homieur de m'ecrire le 
25 du mois passe, a laquelle j'aurais repondu plus tdt, si ce n'est 
que j'ai ete oblig^ de feire un tour a la Haye, pour prendre des 
mesures ayec TEtat sur mon voyage de Vienne. J'etais ausri bien 
aise d'attendre une reponse sur les pressantes instances que j'ayais 
repetees aupres du Roi de Pnisse, pour que ses troupes restassent 
avec V. A., voyant qu'Elle avait cette afiaire beaucoup a coeur ; et 
je suis ravi de lui pouvoir apprendre que S. M. s'est enfin declaree, 
qu'Elle renouvelerait non-seulement le traite pour un an, mais 
qu'Elle remplacerait k cavalerie par trois bataillons d'iii£uiterie, 
qui out deja ordre de se tenir prets a marcher. Cependant je dois 
dire k V. A., que quand le Roi m'a maode cette bonne nouvelle, 
Elle a souhait^ en meme temps qu'on n'en sul rien encore a la 
eoor de Vienne ni k la Haye, le traite ne devant se renouvdbr 
qu'k mon retour de cette premiere place. Je &i8 etat de com-' 
mencer man voyage en cinq jours, et passerai par Beinsberg, pour 
tacher, de concert avec le Comte de Weltz, de porter S. A. E. a 
doimer quatre mille fantassins de ses troupes a la soldo de I'An'^ 
gteterre et de I'Etat pour renforcer Tamiee de V. A., et je me 
flatte que nous y r^ussirons. De Ik j'irai ea toute diligence a 
Francfort, ou je dois trouver le Comte de Lescheraine, qui a pris 



1705.] ATTACK OF 8ANDTLIET. 807 

le devant, pour ooaoerter une catrevue ayec le Prince de Bade, 
apres quoi je me haterai, autant quMl me sera possible, pour me 
rendre a Viemne, dans Fesp^rance d'y trouyer une lettre de V. A., 
selon ce que je Ini ai supplie par ma demiere. 

Nous marchons demain vers Oostmael, et mercredi k Brecht, 
pour couvrir I'attaque de Sandvliet, dent on voudrait bien se rendre 
maStre avant de separer les troupes. 

Je taiB, svee vne punoti et respect t r ^ri iicfege» 

Monriev, dey.A^fte. M. 

To Tt» COM T£ DE SINZ£NDORFF« 
MomzEDB, Au Camp d'HermthaU, ee 19 Ottobny 1705. 

J'ai reqa rhoimeiir de votre lettre du 30 du passe. A waxm 
retour de la Haye j'ai trouv^ id celle da 4 de ce mois, et aurais 
ayec plaisir donne une lettre k M. le Comte de Weltz poor M. 
TElecteur Palatin, comme yousle souhaitiez, m je n'ayais era qu'il 
serait plus eflfosace que je parlasse moi-meme k S. A. £. touchant ks 
quatre mille hommes ; de sorte que j*ai donn^ rendez-yous k M. 
de Weltz a Beinsberg pour le 29 du courant, et ne manquerai 
pas de presser S. A. £. autant qu'il me sera possible, puisque c'est 
la demiere ressouroe que nous ayons pour renforcer M. le Prince 
Eugene. De Ik j'irai droit a Francfort, oil j'espere trouyer le 
Comte de Lescheraine, qui a pris les deyants pour concerter une 
entreyue ayec le Prince de Bade, apres quoi je me haterai pour 
yenir me jeter aux pieds de S. M. I. 

Je roifl, ftTec une paflsion tr^s-sino^, Montienr, yotre, &c. M. 



To THE COMTE DE WRATISLAW. 
MomtBOti, Au Camp d^HerenthaU, ce 19 Octobre, 1705. 

A mon retour ici hier au soir de la Haye, j'ai re^u ITionneur 
de yos lettres du S et 7 de ce raois ; par lesquelles je yois que 
yotre demiere ressource pour les renforts d'ltalie se terminent 
dans les quatre mille Palatins ; et pour faciliter cette negociation 
j'ai promis k M. le Comte de Weltz de le trouyer le 29 de ce mois 
k Beinsberg, oil j'emploierai mes meillenrs offices pour porter 
S. A. E. k nous les accorder. 

Le Comte de Lescheraine a pris le deyant ayec une lettre 
pour le Prince de Bade, dont je yous enyoie copie, afin de con- 
certer, comme yous yerrez, une entreyue ayec S. A. Ik oil il 
le trouyera a propos. 

L'armee marche demain yers Oostmael, d'oii nous faisons etat 
de la contmuer mercredi yers Brecht, pour couyrir I'attaque dQ 

x2 



308 MARLBOBOTJOH DISPATCHES. [1705. 

Sandvliet, qu'on youdrait bien prendre avant de finir la cam- 

pagne. 

Je BOM, tr^iMUKionii^eDty MoD8i«ur, votre, &c. M. 



To M. GUELDERMALSEN. 
MoNnEUB, Au Camp (FHeraUhalt, oe 19 Oetobre, 1705. 

A mon retour hier an soir de la Haye» j'ai reqa Thoimeur de 
voire lettre du 9 du courant, oil je vois que vous songiez k quitter 
I'armee. J'espere, quavant votre depart yous aurez re^u la 
miemie du 7 de ce mois, afin que vous puissiez d'autant mieux 
m'informer des sentiments de M. le Prince de Bade a mon 
arrivee a Francfort, oil je me flatte que j'aurai le plaisir de yous 
embrasser vers la fin du mois ; alors je yous rendrai compte de 
tout ce qui s'est passe durant mon sejour a la Haye. 

Yous aurez apparemment rencontre le Comte de Lescheraine, 
qui a pris les devants pour concerter notre entreYue avec M. le 
Prince de Bade ; il doit m'en faire rapport a mon arriYee a 
Francfort, 

Nous marchons domain vers Oostmael, et mercredi a Brecht, 
pour couYrir Tattaque de SandYliet, dont on Youdrait bien se rendre 
maitre avant de separer les troupes. 

Je snU, tr^par&itement, Monneor, votre, &c. M. 



To THE PENSIONER. 
MoMSEBUBf Au Camp d* HererUkaUf c« 19 Oetobre, 1705. 

Ayant trouYe M. le Marquis d'AUegre ici a mon retour, il 
est parti pour Breda, d'oii il souhaiterait fort d'aller a la Haye, 
pour trouver Madame la Comtesse de Rupelmonde, dont le fils a 
epouse sa fille. Je lui ai fait esperer que MM. les Etats ne lui 
refuseraient pas cette grace, et je yous supplie d'aYoir la bonte de 
lui faire tenir la permission de leurs H. P. au plus-tot 

Je sois tr^parfSutement, MoDBiear, Totre, &c M. 



To THE MARQUIS DE LA VALLIERE. 
MoNSixuB, Au Camp (FHerenthaU, ce 19 Oetobre, 1705. 

C'est avec beaucoup de plaisir que je me sers de cette occa- 
sion pour YOUS repeter mes tres-humbles remerciments des in- 
struments et de la musique que vous avez eu la bonte de nous 
envoyer. On les a trouY^ tons deux admirables ; les gardes yous 
en sont aussi infiniment obliges, et se louent de la perte qui par 
Yotre generosity leur a et^ si aYantageusement r^paree. - 



1705.] EXTENSION OP TIBiE TO FRENCH OFFICERS. 809 

Vous trouverez ci-jointe la prolongation de voire pa^seport, 
jnsques au premier jour du mois prochain, c'est un tenne ''que je 
n'ose pas passer; mais j'espere qu'avant qu'il soit expir^ on 
trouvera le mojen de vous satisfaire entierement, au moins vous 
pouvez bien compter que je ne manquerai pas d'y employer mes 
soins. Vous aurez la bonte, s'il vous plait, de faire tenir les 
incluses a leurs adresses. 

Je Bois, avec nne T^ritaUe ettime et paauon. 

Monsieur, Yotre, &e. M. 

To Mb. SECRETARY HARLEY. 
Sn, Caa^ at Oottmad, 20(A October, 1705. 

According to what I wrote you in my last, I left the Hague 
on Saturday, and the next day joined the army at Herenthals, from 
whence we marched this morning to Oostmael. To-morrow we 
intend to continue our march to Brecht, and if the artillery and 
other preparations be ready to come up from Bergen-op-Zoom, 
we shall make another motion the next day, in order to attack 
Sandvliet, the taking of which place will be of good use to the 
States for securing the navigation of the Scheldt up to lillo, cover- 
ing their frt)ntiers, and will be a curb to the garrison of Antwerp 

this winter. 

I am, with tratht Sir, yonrB, &c M.* 



To TBS MARECHAL DE YILLEROI. 
MoNsniTB, Am Camp ^Oo§tmael, ee 20 Octobre, 1705. 

A mon retour a Tarm^ dimanche au soir j'ai trouv^ 
L'Orange a mon quartier, et j'espere que vous ne prendrez pas 
mauvais que je Fai retenu bier, puisque c*etait uniquement pour 
envoyer quelques prolongations a M. de la Valliere et a d'autres 
de vos Messieurs qui sont en France. Je les adresse a M. de la 
Valliere pour les faire tenir a ces Messieurs, et vous supplie 
d'avoir la bont^ de lui acheminer le paquet, et de me fSsdre aussi 
la justice d'etre persuade de la passion et du respect tres-smcere 
avec lequel je suis, 

MoDfienr, Totre, &o. M. 



To Mb. hill. 
Sib, Can^ at Brecht, 22nd October, 1705. 

You will already have been informed of the journey I am 
going to undertake this winter to Vienna, and may easily believe 

* A similar letter iras tent to Mr. Secretary Hedges. 



310 MARLBOROUGH DIHPATCHBB. [1705. 

nothing could prerail with me to undergo so much fatigne, and 
to be absent from England at a time when my affiurs call me 
thither, but the hopes of being serrioeable to the public in con* 
certing proper measures for the operations of the next campaign. 
You will please to take the first opportunity of acquainting the 
Duke of Savoy with it, assuring his Royal Highness that one 
chief motive of my going is, that I may be the better able to pro- 
mote his interest in prevailing with the Imperial Court to put 
Prince Eugene in a condition to advance to his relief, and that I 
should be very proud H. R. H. would honour me with his com- 
mands while I am at court, where I shall probably arrive about 
the middle of the next month, and reckon to stay six or seven 
days. You will have earlier notice of our successes in Catalonia 
and on the Upper Rhme than we can send you from hence. 

I am, with tnidi, Sir, joun, &c H. 



To M. D^ALMELO. 
MOKBIECB, An Camp de Bneht, et 82 Oetdbte, 1705. 

Je fais ^t de commencer mon voyage en trois ou qnatre 
jours, pour etre, a la fin du mois, a Francfort. De la je vous 
pourrai dire k peu pres le jour que je pretends etre a Vienne, 
mais je vous avoue par avance, que sans votre assistance je ne 
vois pas que mon voyage puisse avoir grand eflfet ; ainsi je vous 
supplie d'y vouloir bien songer murement, et d'etre pret, a mon 
arrivee, de m'instruire de vos sages conseils, pour que j'en puisse 
{Nrofiter. Nous ferons un mouvement domain pour nous approcher 
de Sandvliet, dont on voudrait bien se rendre maitre avant que de 
s^parer I'armee. 

Je snis, tr^s-suicdrement, Monsieur, votre, &c M. 



To M. HOP. 
MoNSiEUK, An Camp de Brecht, ee 22 Odobre, 1705. 

Quand je suis venu k Tarmee, M. de Scholten etait deja parti ; 
ainsi je n'ai pu lui parler, mais je ne doute point qu'a son arrivee 
a la Haye, vous ne soyez pret a Tassister de vos bons conseils. 
M. de Hompesch, puisqu'il ne pent avoir Aix, souhaite fort d'etre 
a Masyck, ce qui me semble si raisonnable, que si vous voulez avoir 
la bonte de vous interesser pour lui on ne saurait le lui refuser. 
Je suis aussi soUicite par le Brigadier Hamilton de vous prier de 



1705.] becommbndahon of the SIEUK CASTAIGNE. 011 

Youloir bien vous employer ponr que acm regiment soit change, 
dans ie nouTeau etat de guerre, de la province de Zelande a ceUe 
de Hollande ; oette preisdere ne payant aucuns estraordinaires, et 
k legiment ayant tanit soufiert par la perte qu'il a fait de see 
habits, armes c* bagage, dans le chatean de Huy> que sans cette 
grace il ne sera jaskais en etsi de ae remettre ; de scnnte qu'il me 
semUe q«'en justice on doit avoir quelque egard pour eux ; et je 
▼ou^isiipplie de vouloir bien vous y employer. 

Je sttUy aTiec one ylritable pasfiioxi et estiin/e* 

Monsieur, yotre, &c M. 

To M. MACHADO. 
MoNSisuii, Au Camp de Breckt, ce 29 Octobn, 1705. 

Le Sienr Oastaigne nous ayant servi toute cette campagne 
avec beaucoup de zele et d'attachement, et nous ayant ete tres- 
utile dans Tabsence de M. Vanderkaa, dont nous Tavons oblig^ k 
supplier la place, je me trouve oblige de lui reudre cette justice en 
vous assurant que je suis tres-content de lui, et serais bien aise que 
vous me fissiez naitre quelque occasion pour lui rendre service. Je 
vous le recomraande aussi comme une personne tres-capable, et 
qui merite bien votre protection. 

Je soifl, tr^pBrfidtement, Mondeur, Totre» &c M. 



To UEUT^£N£BAL RANTZAU. 

Cetait avec un veritable {daisir que j'ai le^ Thonneur de 
Toftre lettre dm 15 deoemoi8,ear psoisquevousetesoD^td'^rure, 
j'espere que Totre sante commence k se retaUir, et je serai ravi 
d'apprendre votre entiere oonvalescaice. 

Pour ce qm r^arde M. vvitre fils, vous ne pourries sans doute 
mieux fidre que de Temvoyer en Italie ; et quoiqu'on ne piit que 
kmer votre temdresse patemelle, vous me permettrez de vous dire, 
que son propre m^te I'a si bien recommande, que je n'amrais pas 
manque de chercher des occasions pour lui donner partout des 
marques de mon estime. Mais ayant, avant de savoir votre inten- 
tion, regie les relais pour mon voyage a Vienne, je crains qu'il 
u'y aura pas moyen de le prendre avec moi ; mais s'il prend ses 
mesures pour me rencontrer k Ratisbonne, nous descendrons le 
Danube ensemble, et je tacberai que son voyage lui soit le plus 
agreable qu*ii se pourra, et apres son retour d'ltalie, j'espere 
que je le retrouverai ici la campagne qui vient. 

le ims, avec une veritable estime. Monsieur, votre, &c. M. 



312 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To THE PENSIONER. 
Monsieur, Au Camp de Breehty ce 22 OctiAre, 1705. 

Cette lettpe de M. Wake devait ra'avoir ete rendue a la 

Haye pour que je yous parlasse gur son sujet, mais par malheur 

elle a ete negligee, et je ne Tai trouvee qu'en chemin, en retoor- 

nant a Tarmee, ce qui me fidt prendre la liberte de vous Tenvoyer 

et de vous prier tres-instamment de vouloir appuyer ses pr^n- 

tions, de xnaniere qu'il puisse au moins avoir de quoi vivre apres 

quarante ' ans de service rendus a I'etat Vous voyez par sa 

lettre a quoi il est reduit ; la justice etla charite demandent qu'on 

Tassiste, et je vous connais trop bien pour douter que vous ne le 

fassiez de bon ccsur ; je vous en aurai aussi une obligation toute 

particuliere, etant, 

Monsieor, "votre* &c. M. 

To Mk. secretary HEDGES. 
Sir, Camp at Calmpthout, 23rd October, 170.5. 

The favour of your letters of the 2nd and 5th instant came to 

hand together on Wednesday night, with the copies of several 

dispatches you have received from Portugal, for which I return 

you many thanks. By these letters it appears that preparations 

have been better concerted than the former campaign, though 

they give us but little hopes of better success. A great deal will 

depend on what we do in Catalonia, from whence the news you 

send me is the freshest we have that we can depend upon. The 

last letters from Paris of the 16th pretend that Barcelona held 

out still, but we have no reason to doubt our afiairs going well 

on that side, since they tell us nothing to the contrary. We 

were still in hopes, till tfie receipt of your letters, that the news 

of the Prince of Darmstadt's death might not be true. 

I intend to leave the army on Monday next to set out on my 

journey to Vienna, and befieve I shall not receive your next letters 

till I come to Francfort. 

I am, with tratfa. Sir, youn^ &c. M.* 



To LORD RABY. 
Mt Lord^ Camp at Cahnpthout, 23rd October, 1705. 

I received this day the honour of your Lordship's letter of the 
13th instant, with the propositions delivered to you, relating to the 

* A aimilar letter was sent to Mr. Secretary Harley. 



1705.] RENEWAL OF PASS FOR THE D. OF SHREWSBURY. 813 

renewal of the treaty. M. Schmettau had already given me a 
long memorial at the Hague on the same heads to be made use 
of as far as concerns the court of Vienna upon my arrival there, 
when I expect to be further solicited on that subject by the 
Prussian minister, and shall readily employ my best oflSces to 
procure H. M. all reasonable satisfaction. I did thank H. M. by 
a letter of the 13thy for the declaration he was pleased to make to 
you, of continuing the troops in Italy, and prayed I might receive 
his commands upon my arrival at Vienna, whither I propose to be 
going on Monday next 

I am, with mach troth. My Lord, yoor Lordship's, &c. M.* 



To THE ELECTOR OF BaVaRIA. 

MoMSEiONEDR, Au Comp de Ceilmpthout, ce 24 Octohre, 1705. 

Le passeport que V. A. E. a eu la bonte d'accorder a M. le 

Due de Shrewsbury pour venir d'AUemagne etant expire avant 

que sa sante lui ait permis de s'en servir, je la supplie tr^s-hum- 

blement de lui en vouloir bien accorder un autre pour venir de 

Francfort en HoUande, avec Madame laDuchesse sa femme, vingt 

domestiques, leur hardes et bagages, par terre ou par bateau. 

Le General-Major Wood, qui a I'honneur d'etre connu de V. A. E., 

supplie la meme grace pour aller et revenir des eaux d'Aix, en 

chaise, avec six domestiques et uue escorte, selon le memoire en- 

voye demierement par L'Orange le trompette, quoique sa maladie 

I'a deja si affidbli que j'ai grand' peur qu'il ne vivra pas pour s'en 

servir. 

Je imis, tr^respectaeusement, 

Monseigneur, de V. A. E., &c M. 



To Mb. CRAGGS. 
Snt, Camp at Calmpthout, 2ith October, 1705. 

I am indebted to you two or three letters. The last is of the 
2nd instant, by which you give me the good news of the arrival of 

* Bulletin. Camp at Calmpthout, 23rd October, 1705. 
On Tuesday the 20th instuit the two armies commanded by my Lord Doke of 
Marlborough and M. d'Anyerqnerqne decamped from Herenthals and came to Oost- 
mael, from whence they continued their march on Wednesday to Brecht, where they 
halted yesterday, and this day made a movement to this camp, and have now the 
right at this place and the left at Westwesel. The necessary preparations of artUIery 
and ammunition being made at Bergen-op-Zoom for the attack of Sandyliet, a de- 
tachment of fifteen battalions and eight squadrons is appointed to make the siege 
under the command of Comte Noyelles, who marches thither to-morrow with the 
horse and nine battalions, the other ax being to be drawn out of Bergen-op-Zoom 
and odier garrisons. 



814 MABLB0ROT7OH DISPATCHES. [1705. 

ten Eajit India ships, which I was very glad to reoetf e, not cnlj 
oa aecQunt of the public, but particularly for that the Company 
will now be able to comply with their contract in furnishing n« 
with the saltpetre that is wanting in the stores of ordnance. I 
propose to set out for Vienna on Monday next, aad desire you 
will put me in mind of Mr. Drummond against my return to the 
Hague, with your opinion what may be a proper gratuity for him. 

I am, with trath, &, fovn, &C IL 



To THB EARL OF LEVEN. 
Mt Lord, Camp at CalmpthatU, 24ih October, 1705. 

Upon the receipt of your Lordship's letter, I have not failed 

to represent to the Queen in the most farourable manner what 

your Lordship desires, and do not doubt but her Majesty will have 

due regard to your merit and the justice of your pretajsions. I 

am now goii^ to undertake a journey to Vienna, and if H. M. 

should not have declared her pleasure before my return, I shall be 

very glad to give you any further marks of my friendshq), and of 

the truth wherewith I am, 

My Lord, your Lordship's, &c M. 



To TSB EARL OF DALHOUSIE. 
Mt Low, Camp at Calmpthout, Uth Oetcher, ireS. 

I have the honour of your Lordship's letter, and do assure 
you I have always had so great a value for your family, and for 
the late lieutenant-General Ramsay in particular, that I should 
be heartily glad on this occasion to give you any marks of my 
fnendship. The Queen you may be sure will be advised in the dis- 
posal of the regiment of Guards by her ministers in ScoUand, who 
no doubt will do justice to your merit ; and I pray you will be- 
lieve I shall be glad of all opportunities to show your Lordship 

the true esteem wherewith I am, 

My Lord, your Lordship's, &c. M. 



To M. DinrVENVOURDE. 
MoNsnEDS, Au Camp de CabiipthinU, cb 34 OcUhr% 1705. 

Le Comte d'Erbach devant se rendre k la Haye pour.ses 
affaires particulieres, je me sers de cette occasion pour vous re- 
mercier tres-^humblement de toutes les honnetetes que vous avez 
eu la bonte de me temoigner, comme aussi de vous fiiire i 



1705.] DELIVKRT OP 6HABB OP CAPTURED CANNON. 315 

yenir de ce que je vous ai dit k sod egard. H souhaite d'etre 
cliange aT«c retat-major de eon regiment de la proTince de 
Z^^yh a eeUe de HoUande. Je vous aasnrey Monsieury que ce 
n'est pas seulement pour son propre Bimte que je prends la liberty 
de Le recomnumder a Totre protectioD ; xnais je me crois oblige k 
le feire en justice a I'Etat^ puisque rien ne peut etre phis de leur 
lotOTet que d'avoir des -egards paiticalien pour des officiwB de 
distinction cosome M. d'&hacfa, qui fose bien dire est digne de 
toot ce que leurs H. P. peurent faire poor lui. Pour ee que vous 
y contribuefec de Totre part, je yovm en aurai una tm-grande 
obfigalion, etant avec une y^table passion et reject, 



To TH£ 8TAT£S OF GUELDEB. 
Nobles et Puibsamts Sbuhieum, Ju Camp da Caimfikaitt^ et 24 Oef.» 1709. 

Les quaitmte pieces d'artillerie qui ont ete prises sur les 
ennemis la derniere campagne en AUemagne, et dont une moitie 
rerient a 1' Angleterre, ayant ete arretees a Nimegue en descendant 
le Rhin, j'envoie le Brigadier Blood, colonel de notre artillerie, 
pour recevoir celles qui reviennent k la Reine ma maitresse, que 
Tous aurez la bont^ de lui rouloir &ire remettre arec leurs afiuts. 

Je snis, trto-par&itament, 

De vol NobleB Piitwnoiw, &c M. 

P.S. — ^D m'a dit qu'il y a trois canons de m^tal Anglais g&tes, 
<{iii ont &d arret^ et que je tous supjdie de lui faire rendre en 
meme temps. 

To M. HIBELEZ. 
MoNSTEim, Au Camp de Calmpthout, ce 24 Octdbre, 1705. 

•Tai ete bien affige, je vous assure, de la triste nouvelle que 
vous venez me mander de la mort de M. Ferguson. C'etait un 
officier de merite, pour lequel j'avais beaucoup d'estime, et que je 
oe puis assez regretter ; le public y a ime grande perte, aussi bien 
que sa femille. II est vrai que je fiiisais etat, d*abord que je serais 
arrive en Angleterre, de prier la Reine de le fiiire general-major, 
el je ne doute pdnt que S. M. y aurait consenti. Vous pouvez 
anssi faire food que partout ok U dqiendia de nua, je ticberat 
de faire voir le cas que je faia de sa memoire. Je vous prie d'en 
aasurer Madame Ferguson^ et de aoe eroire tres-parfiutement, 

Monsiear, TOlr^ &o. M. 



316 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To M. IVOY. 
M0N8ISUB, Au Camp de Cahiqtihtmi, ee 24 Odobre, 1705. 

.Tai regu rhonneur de votre lettre du 16 de ce mois, avec celle 
de M. rElecteur de Treves, et puis toub assurer que je sois trop 
sensible aux soufiraaces et trop conyamcu du 2ele que S. A. £. fSsLLt 
toujours paraitre pour le public, pour ne pas chercher arec em- 
pressement les occasions de soulager son pays autant qu'il m'est 
possible; c'est surquoi £lle peut assurement sefier. Pour ce 
qui vous regarde en particulier, je dois vous remercier de toutes 
les peines que vous avez prises, et des services que vous nous 
avez rendus pendant le cours de cette campagne, vous assurant 
que je serai ravi de trouver les occasions de vous en temoigner 
ma reconnaissance. Vous pouvez rester autant qu'il vous plaira a 
Bois-le-Duc, et passer de la en Hollande quand vous le trouverez 
a propos, la campagne etant dejk comme finie. 

Je sois, trte-parfiutement, Moniienr, votre, &c. M. 



To THE PRINCE OF BADEN. 
MoNSiEUB, Au Camp de Calnqtihtmt, ce 24 Octobre, 1705. 

Le Capitaine Panfi, qui a commande le detachement des 
bussards a la suite de notre armee cette campagne, etant sur son 
retour avec ses gens pour rejoindre leur regiment, je dois lui 
rendre justice en assurant V. A. que nous sommes tres-oontents de 
sa conduite, s'etant comporte avec beaucoup de bravoure et de 
zele pour le service, de sorte qu'Elle me permettra de le recom- 
mander comme une personne digne de la protection de V. A- 
Je suis, ayec one Ydiitable passion et respect, 

Monsieur, de V. A., &c M.* 



To M. DE MARSIN. 
MoNBiEUB, Au Camp de Calnqtlhaut, ce 25 Octobre, 1705. 

Je viens de recevoir I'honneur de votre lettre, et vous envoie 
avec plaisir les passeports pour vos Messieurs qui vont h. Rome. 
Je n'ai pu y inserer " par mer," de peur de leur faire tort, puisque 
c'est centre les regies, et qu'il n'est aucunement en mon pouvoir 
de les proteger par eau, et ces Messieurs, se fiant sur la bonne fbi 
de mon passeport, pourraient courir risque de quelque mauvais 
accident, dont je serais tres-fache. Vous savez aussi qu'il ne 
depend pas de moi de donner des passeports pour faire passer des 

* A similar letter was sent to M. Schoenckenberg. 



1705.] QUAHTERS FOB THE HESSIAN TROOPS. 317 

chevanx en France ; mais si je ne partais pas demain pour Vienne, 
je serais votre soDiciteur aupres de MM. les Etats pour vous en 
obtenir un. Si cela n'est pas £Biit avant mon retour k la Haye, 
je m'y emploierai avec beaucoup de plaisir, ne chercbant rien avec 
plus d'empressement que les occasions de vous assurer de la 
passion tres-sincere avec laquelle j'ai Thonneur d'etre, ' 

Mondenr, Tofcre, &c M. 



To THE EMPEROR. 
Sirs, Au Camp de Calii^thtmt, ce 25 Odobre, 1705. 

JTai diff^re de faire mes tres-humbles remerciments k V. M. I. 
des lettres qu'EUe a daigne m'ecrire, et pour toutes les bontes 
qu'Elle m'y temoigne jusqu'k ce que je fiis pret a partir pour me 
Jeter a ses pieds. D'abord que la Reine m'en a donne sa per- 
mission, je me suis rendu k la Haye pour prendre des mesures 
avec MM. les Etats, et je suis dans le dessein de quitter I'armee 
demam. A Francfort je dois recevoir des nouyeUes de M. le 
Prince de Bade, ou je pourrai m'aboucber avec S. A., apres quoi 
je me haterai pour venir en toute diligence rendre mes devoirs a 
V. M. I., afin d'avoir I'honneur de I'assurer en personne du tres- 
profond respect et de I'attachement inviolable avec lesquels je serai 
toute ma vie, 

Sire, de votre Migest^ Imp^ale, &c M. 



To THK COMTE DE WRATISLAW. 
MoHSiEUB, Au Camp de Caln^ithtnU, ee S5 Odobre, 1705. 

JTecris la d-jointe a S. M. I. pour la remercier tres-humble- 
ment des bontes qu'Elle a bien voulu me temoigner par ses der- 
nieres lettres, et lui marquer que je pars demain pour mon voyage 
de Vienne. Vous la presenterez, s'il vous plait, tres-respectueuse- 
ment de ma part. Je fais etat d etre vendredi a Francfort, et 
quand je sauru ou je dois m'aboucber avec le Prince de Bade, je 
pourrai alors vous marquer a peu pres le jour que je serai a 
Vienne. En attendant je me fius un veritable plaisir par avance 
de I'honneur de vous embrasser, etant sans reserve, 

Monsienr, yotre, &c. M. 



To THE LANDGRAVE OF HESSE GASSEL. 
MoMSBiOMEDB, Au Camp de CalmpAmU, ce 25 Odobre, 1705. 

Je n'ai pas voulu quitter I'armee sans rendre mes devoirs 
tres-humbles a V. A. S., et lui assurer en meme temps que j'ai 



318 HARLBOBOUGH BISPATCaaDBS. [1705. 

ai t tout mon poanble pour que lesqnartiers d'biTer de see troupes 
lui fussent agreaUes. Je nle flatte aussi que lea troupes ellea- 
memes en seront en queique maniere ooDtenteB, sachant qu'il n'a 
pas d^)endu de moi qu'ik ne fussent meilleuTB. S les troupes 
de Lunebourg en trouTent de Tautre cote du Rhin, il &ut que oe 
sdit par leur propre entremise avec les Princes int^resses, n'y ayant 
aucunement donne les mains. Je pars demain de grand matin 
pour mon voyage de Vienne, et supplie V. A. S. de me continuer 
toujours rhonneur de ses bonnes graces, puisque personne ne pent 
etre avec plus de respect et d'attachement que je suis, 

Monseignear, de V. A. S^ &c M. 



To CTX DUKE OF HOLSTTEIN. 
MoH Si au NB Olt, Au Camp de Cahnpthout, ce S5 Octobre, 1705. 

M. le Lieutenant-General Banier m'a rendu la lettre qu'il a 

plu a V. A. S. de m'ferire, et m'a en meme temps entretenu de 

ce qui s'est passe toucbant la succession de 1 eveche de Lubeck, sur 

quoi je n'ai pas manque de le representer d'abord k la Reine ma 

maitresse, et suis persuade que S. M. voudra bien interposermSme 

avec plaisir ses bons ofiBces pour que cette affaire soit traits k 

I'amiable. En mon particulier V. A. S. pent etre assuree que je 

serais ravi d'y pouvoir contribuer en aucune maniere, comme etant 

avec beaucoup de respect, 

Moiueignear, de V. A. S^ Sec M. 



To BAlBON SPAAR. 
MONSISITB, Au Camp de CahnpOnnd, ce 25 Oetdbre, 1705. 

tTai requ I'hoimeur de votre lettre de ce jourd'hui, et suis 

bien marri de me voir frustr^ par mon voyage de Vienne, que je 

commence demain a la petite pointe du jour, du plaisir de vow 

embrasser k Tarmfe. H faut le remettre a mon retour k la Haye, 

ou je serai ravi de vous assurer en personne de I'estime tres-par- 

ticuliere avec laquelle je suis, 

Monnenr, Totre, &c. M. 



To M. MACHADO. 
Monsieur, Au Camp de Calmpihouiy ce 25 Octobre, 1705. 

Votre Jettre du 21 de ce mois ne m'a ete rendue que ce soir 
a mon retour de Sandvliet ; et comme je pars demain k la petite 
pointe du jour pour mon voyage de Vi^ne, il ne me reste pas le 
temps d'ecrire les lettres que vous souhaite2 pour M. le Grand 



1705.] BISHOPRIC OF LUBECK. 819 

Peiudoimaire et M. de Slingelatidt ; mais je ne manquerai pas de 
lea depeeher de Francfort, et tacherai partout de vous donner des 
marquee de la veritable estime avec laquelle je suis, 

Monieiuv Totre^ ^bc M. 



To lljL SECRETARY HARLEY. 
Sib, Can^ ai Caln^thout, 25th October, 1705. 

I receivecJ your letter of the 4th infitant this evening after my 

return from Sandvliet, and in the hurry of my taking leave of the 

general officers, intending to set out on my journey to-morrow at 

five in the morning, I have barely time to acknowledge and thank 

you for it I shall expect to find the Queen's lettre de cachet 

[credentials] at Vienna. Lieutenant-General Banier came hither 

yesterday and brought me a letter from the administrator of Hol- 

stein, relating to the bishopric of Lubeck. He hopes, by the 

Queen's and the States' interposition as guarantees of the treaty 

of Travendahl, that that matter will be accommodated without 

coming to extremities, which would occasion the recalling their 

troops, and these in all probability must be followed by the troops 

of Denmark. This you may believe would be of most dangerous 

consequence, and therefore I hope some means will be found of 

putting a stop to it before the French emissaries have blown the 

coals into a flame. You may be sure I shall neglect nothing 

towards it whither I am going. 

I Mu, Sir, jimn, ^cc IL 

To Mb. secretary HEDGES. 
SlB» Canqt at CalmpthoiO, 25th October, 1705. 

Your letter of the 9th instant is come to my hands this 
evening. I am in the hurry of taking leave of the general officers, 
inteaoding to set out on my journey to-morrow at five in the morn- 
ing, so tibat I have barely time to thank you for it. From the 
letters you send me I am imder no less apprehensions than you 
are that our campwgn in Portugal will not be so successful as 
were to be wished, and I cannot help telling you that I fear our 
affiiirg in Catalonia do not succeed according to the prospect we 
had of them soae days ago^ and that given by the letters upon it 
received from thence of the ^ instant 

I am, with truth. Sir, yours, &c. M. 



MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To HJu SECRETARY HARLEY. 

Sib. Fta^ort, ]!L^^ 1 705. 

'' 2U« Oct. 

I received upon my arrival here last night the favour of your 
letter of the 12th instant, with the translation of the King of Den- 
mark's letter to the Queen relating to the bishopric of Lubeck. 
You may be sure I hear of this matter from all hands, and that I 
shall not fail to urge the court at Vienna to interpose their good 
offices so as to prevent a rupture, though in my hmnble opinion 
what the guarantees of the treaty of Travendahl shall declare on 
this occasion is like to have the best effect to hinder the parties 
from coming to extremities. This must be done in concert with 
the States and the ministers of the other guarantees, so that Mr. 
Stanhope must labour therein as I advised him before I left the 
Hague. 

I wonder you have heard nothing from M. Buys. I am told 
that the two persons are ordered to retire from Holland, whiAh 
will give some satisfaction to the Allies. 

I rest here to-day to recover a little the fatigue of the journey ; 
to-morrow I am to meet the Prince of Baden at Heidelberg, and 
then shall hasten on to Vienna. 

I am with mach tmth, Sir, youn, &c. M. 

P.S. in his Graces own hand. — When you hear from M. Buys, 
I do not doubt but you will lay the whole matter before him in its 
true light, and let him see the error he is in. 



To THE PENSIONER 
MoNSiEUB, A Urancfort, ce 1 Novembre, 1 705. 

Ayant eu I'honneur en passant pres de Beinsberg de saluer 
Monseigneur I'Electeur Palatin, et d'entretenir S. A. E. au sujet 
des quatre mille hommes de ses troupes que TEmpereur voudrait 
avoir pom* renforcer I'armee du Prince Eugene de Savoie, j*ai 
trouve S. A. E. assez portee a les lui accorder ; mais Elle insiste 
en ce cas que I'Angleterre et la HoUande augmentent le corps de 
ses troupes qu'elles ont d^jk a leur solde, jusqu'au nombre de dix 
mille hommes, et qu'alors Elle enverrait six bataillons de ses 
autres troupes en Italic. Sur quoi j'ai repondu que le moyen de 
porter la Reine ma maitresse k entrer dans cette augmentation 
serait de fdre en sorte que MM. les Etats en prissent la resolu- 
tion, apres quoi je me flattais que S. M. ne ferait pas grande diffi- 
culte de son cote a y concourir, et qu'ainsi il me semblait que 
S. A. E. devait s'adresser en premier lieu a leurs H. P. ; et 



1705.] RECALL OF PRUSSIAN TROOPS FROM THE RHINE, 321 

comme je ne doute point qu'EUe ne le fasse au plus-tot, puisque 
le tempe presse pour la marche de ce secours, j'ai cm a propoe 
de vous en avertir par avance, afin de ne point perdre de temps. 
Je Bois, ti%»-parfidtemeiit, Monneur, votrey &c M. 



To THB ELECTOR OF TREVES. 
MoNSEiGHSUx, A Frantfcrt, ce 1 Novemhre, 1705. 

M. le Baron d'Eltz, grand doyen de Treves, m'a rendu a Dit- 
kirchen la lettre que V. A. E. m'a fait I'honneur de m'ecrire, et 
m'ayant suivi jusqu'ici, il m'a entretenu tout au long decequ'Elle 
souhaite touchant les quartiers d'hiver pour les troupes qui doiyent 
venir du Brabant Sur quoi je supplie tres-humblement V. A. E. 
d'etre persuadee que je ferai tout au monde qui dependra de moi 
pour soulager son pays, comme etant de mon devoir, non-seule- 
ment en reconnaissance des bontes qu'EUe m'a toujourstemoignees, 
mais aussi pour le zele et I'attachement qu'EUe a fait paraitre 
dans toutes les occasions pour le bien de la cause commune et les 
grosses pertes que cela lui a causees. Je compterais meme pour 
le plus grand bonheur qui me put arriver, si je pouvais de cette 
maniere contribuer a lui procurer quelque dedommagement pour 
rayenir, puisque on ne pent etre avec un plus profond respect et 
un plus veritable attachement que je suis, 

Monseigneor, de V. A. E., &c. M. 



To THE ELECTOR PALATIN. 
HoNSEiGNEDB, A Fnuicfort, ce 3 Novembrty 1705. 

Le Comte de Lescheraine m'a rendu ce soir la lettre que 

V. A. E. m'a fait I'honneur de m'ecrire le dernier de ce mois, ayec 

I'extrait de celle de M. le Comte de Clermont, dont je le remercie 

tres-humblement. J'envoie a present a M. Steingen la lettre pour 

M. le Grand Pensionnaire que je me flatte sera dans les formes 

Bouhaitees, et par la premiere occasion je ne manquerai pas 

d'ecrire aussi au Secretaire d'Etat en Angleterre sur le meme 

sujet, me croyant toujours heureux de pouvoir temoigner en au- 

cune maniere a V. A. E. I'attachement et le tres-profond respect 

ayec lequel je suis, 

MoDBeigneor, de V. A. E., &c M. 



To M. GUELDERMALSEN. 
Sm, Vienna, Mth November, 1705. 

I receiyed yesterday the fayour of your letter of the 7th in- 
stant, with the news of the Eang of Prussia's haying recalled his 

VOL. 11. Y 



822 HASXfiOROUGH DISPATCHES. [1705. 

troops from the Rhine. Nothing could have happened more un- 
luckily, since it is like not only to break our measures for the 
present winter-Kjuarters, but may likewise disappoint our projects 
for the operations of the next campaign, unless the Prince of 
Baden should be able to take Homburg without their assistance, 
wherein I am afraid he will meet with too great difficulty. This 
court, as far as I can guess hitherto, seems resolved to do their 
utmost for carrying on the war the next campaign, though I 
fear their circumstances will not enable them to do as much as 
were to be wished, or as the public service may require. I now 
write to the Pensioner that you may have leave to come for a 
fortnight to the Hague to meet me there. I hope you will not 
take it ill, since it is absolutely necessary you should be fully in- 
formed of what I may have been able to do here, and at the court 
of Berlin and Hanover in my return. I intend to leave this place 
on Thursday next, and hope to be at the Hague by the 6th of 
December, so that you may take your measures accordingly ; in 
the mean time I must entreat you not to think of removing the 
artillery from Coblenz till we have discoursed together. I muat 
refer to your care and knowledge of the country the settling of the 
quarters for the troops of Hesse in such manner as may be 
most convenient for them, with a just regard to the Elector of 
Treves's country ; but as these troops will come with a disposition 
of quarters under my hand, it will be necessary, in case of altera- 
tion, that you explain the reasons by a short letter to the Land- 
grave. 

I am, with truth, Sir, yours, &c. M. 



To M. BULOW. 

MoNsiECB, A Vienne, ce \i Nnvembre, 1705. 

Jfe suis arrive ici avant-hier au soir, et selon ce que je puis 
juger, la cour semble vouloir faire ses demiers efforts pour la cam- 
pagne prochaine, quoiqu'a la verity j'ai peur que ses circonstances 
ne lui permettront pas de faire tout ce qui serait k souhaiter 
pour le bien public. Je fais etat de partir jeudi prochain pour 
Berlin, et d'etre a la fin du mois a Hanovre. Vous me feriez un 
tres-grand plaisir si vous vouliez avoir la bonte de vous y trouver 
en meme temps. J'ose me flatter que vous aurez cette com- 
plaisance pour moi, puisqu'on ne peut etre plus veritablement que 

je suis, 

Motmcor, toIk^ ace M. 



1705.] AUDIENCB OF THE EMPEROB AT VIENNA. 328 

To BlB. SECBETABY HEDGE& 
Sn, Viama, I4th Novemker, 1705. 

I arrived here on Thursday after a very tedious passage 
of six days on the Danube, and yesterday in the evening had an 
audience of the Emperor, and afterwards of the two Empresses 
and of the Archduchesses. I have likewise been in conference 
with some of the ministers, and find the court inclined to use their 
utmost efforts towards carrying on the war as £Btr as their circum- 
stances will enable them. Last night I received the favour of 
your letter of the 16th past, and shall be very glad if our aflairs 
in Portugal succeed, as you seem to think they will. The French 
letters give us a very different account ; they pretend the Marquis 
de Tesse has obliged our troops to raise the siege of Badajos. 

I intend to leave this place on Thursday next, to take Berlin 
and Hanover in my way, and hope to be at the Hague by the 6th 

of the next month. 

I am, Sir, yours, &c. M. 

To Mr. SECRETARY HARLEY. 

Sib, Vienna, I4th November, 1705. 

I arrived here on Thursday in the evening, after a tedious 
passage of six days on the Danube, and yesterday in the evening 
had my audience of the Emperor, the two Empresses, and the 
Archduchesses. I have likewise been in conference with the 
ministers, and by what I am able to judge hitherto, this court is 
inclined to make their utmost efforts for carrying on the war, 
though I must own their circumstances seem to be such as not to 
enable them to do what they would otherwise, or what the public 
service might require. 

I cannot but take notice to you, that wherever I come they 
seem to think an augmentation of troops absolutely necessary, 
particularly the Elector Palatin, who was very pressing that the 
seven thousand men he has already in the English and Dutch pay 
might be made up to ten thousand, as a condition of his sending 
four thousand men to Italy. I told H. E. H. that I thought it 
would be best to make the proposal first in Holland, where, if it 
met with any encouragement, he might then make application to 
the Queen, tiiough I must confess that I am so far firom believing 
any such thing likely in Holland at this time of day, thitt I would 
not venture to mention it anywhere but to yourself especially as 
to these troops, from whom the public has hitherto had so Uttie 
service. 

y2 



324 MARLBOROTJGH DISPATCHB8. [1705. 

If the Queen has not yet answered the letter from the Electress 
of Bavaria, and her Majesty be inclined to write to her, I should 
be glad to receive the letter at the Hague in order to forward it 
to her Electoral Highness. 

You will have heard from my Lord Raby that the King of 
Prussia has recalled his troops with some disgust from the Upper 
Rhine. I wish the usage they have met with there had not given 
too just a handle for it, though I was in hopes at the same time 
his Majesty would have had more regard to the public interests ; 
for our not possessing ourselves of Homburg, which is like to be 
the consequence of it, may very much disappoint our measures 
as well with relation to the present winter-quarters as to the 
operations of the next campaign. The King is likewise making 
new difficulties in reference to the treaty for the troops in Italy, 
but I hope we shall be able to overcome them. 

Last night I received the favour of your letter of the 10th 
instant, and have taken care that Mr. St. John may be instructed 
to answer as well as he can any demand the Parliament may make 
as to the state of the quotas fiimished by the allies this campaign. 
You must give me leave to refer you to my Lord Sunderland 
and Mr. Stepney for what relates to the treaty with the Hun- 
garians. 

I am, with truth. Sir, yonn, &c. M. 



To Mr. secretary HARLET. 
Sir, Fienna, I9ih Nooember, 1705. 

I have the favour of your letter of the 19th past, and in 
answer to what you mention, relating to the loan of the three hun- 
dred thousand crowns, am to axx^uaint you that this court desiring 
us to remit the money to Italy, leaves no room to doubt of its 
being intended for that service, and therefore I have been pre- 
vailed with, upon the pressing instances of the ministers and the 
necessitous condition to which I see by my letters from Prince 
Eugene that he is reduced, to assure the bankers of this city, that 
what money they remit immediately to the Prince, not exceeding 
one hundred thouf^nd crowns, shall be repaid them in Venice, so 
that in case it be not too late, I pray that sum may be remitted 
thither, payable to the orders of Prince Eugene ; and if the re- 
mittances should be already made to Francfort, then I entreat you 
would move the Queen for her Majesty's directions that it may be 
paid over to such merchants of this place as have made the advance 



1705.] GOUT. — CONGRATULATES THE LORD KEEPER. 325 

towards their reimbursements. This I take to be agreeable to 
her Majesty's intentions and the advice given by my Lords of the 
Council, otherwise I should not have ventured thus far. When I 
come to the Hague, it may be time enough to settle the next pay- 
ment, which is to be made by the State. The ministers intended, 
before I leave this place, to give me in writing the method they 
propose to have it done in, some part of the two last payments 
being designed for the troops in Piedmont^ as the rest is for those 
in Lombardy. 

I have likewise been in conference with the ministers relating 
to the aflair of Lubeck, and find the court is entirely of opinion to 
proceed in the same steps with England and Holland, so that the 
Emperor designs to write a letter to the King of Denmark, and to let 
his Majesty know in the most civil terms that the Aulic Council 
having in the last reign, though it was not published, fully deter- 
mined the right in favour of the Prince Administrator of Holstein, 
he hopes H. M. will acquiesce therein ; since this court cannot 
recede from what has been already determined, which if pressed 
in like manner by the guarantees of the treaty of Travendahl, 
'tis hoped will put a stop to any further proceedings of the King 
of Denmark. I shall acquaint the courts at Berlin and Hanover 
with these measures, and doubt not but they will approve and 
follow the same. The answer you make to M. Buys relating to 
the contraband will, I hope, fully convince him how much he is in 
the wrong. I have been threatened these two or three days with 
a fit of the gout, which obliges me to keep the house to-day, and 
may detain me a day or two longer than I intended ; however I 
hope to be able to set forward on Sunday. 

I am» Sir, youn, &c M. 

To THE LORD KEEPER. 
Mt Lord, Vieima, I8th November, 1705. 

I am very much obliged to your Lordship for the favour of 
your letter of the 16th past, and do heartily rejoice at the justice 
the Queen has been pleased to do to your merit in committing the 
great seal of England to your custody. The zeal with which 
your Lordship has always promoted the true interest of England 
has been so obvious on all occasions, that I am confident all its 
real Mends must entirely applaud her Majesty's choice. 

I am, My Lord, your Lordship's, &c, M. 



8*6 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To M. GUELDEBMALSEN. 
8^ rienna, 18lA November, 1705. 

I acquainted you by the last post that I had written to the 
Hague, that you might have leave to come thither before I em- 
bark for England. This I suppose you will soon receive, and I 
must defer till our meeting the acquainting you with all that has 
passed since my being here, not judging it safe to commit it to 
paper. In the meantime you may believe I am at some loss for 
want of the memorials Prince Louis promised to send me, which 
are not yet come. I have been threatened these two or three days 
with a fit of the gout, which confines me to-day to my chamber, 
and I fear may detain me here a day or two longer than I 
intended ; if these papers should come in the meanwhile, it will 
be no time lost. 

I am now to acknowledge the favour of your letter of the 9th 
instant, with the translation of the result you have sent to M. 
Fagel of our conference at Francfort, to which I do not see that 
anything can be added. I find likewise by the letter you send me 
from Mr. Amem, that we are like to lose the Prussian troops in 
earnest, so that if the Prince of Baden do not find some other 
expedient to take Homburg, it will be a very great disappoint- 
ment, as well with relation to the present winter-quarters, as to 
the operations of the next campaign. We must begin with one 
of the three places you mention ; they have all their difliculties, 
which we must endeavour to surmount, and everybody must give 
their helping hand to have the troops early in a condition of 
service. 

I send you enclosed the repartitions of quarters intended for the 
troops of Hesse, with the directions given for their discipline and 
government. I foresee there must be some alterations in the 
quarters, which I leave entirely to you, hoping it may be so con- 
trived, that both the troops and the country may be satisfied. 
When you have settled them as you shall judge best, if you 
think it necessary^ I will sign and send the troops a new reparti- 
tion. 

I am, with much troth, Sir, ytmn, &e. M. 



To Mb. hill. 

Sib, Vienna, I6th November, 1705. 

Since my arrival at Vienna I have received your several letters 
of the 2nd, 14th, and 21st ultimo, and have not been wanting here 



1705.] ADVANCE BY MBBCHANTS FOR PRINCE EUGENE. 887 

in my endearours to continue you in your preieut tranquillity. 
The Marquis de Prie» I hope, will do me that justice to the Daks 
of Savoy, having promised to assure his R. H. of the zealous atten- 
iion I have given to his interest on all occasions. I have engaged 
to the merchants here that they shall be reimbursed by the Queen a 
hundred thousand crowns they are now advancing to Prince Eugene ; 
and as soon as I come to the Hague, I hope I may settle the re- 
mittance of two hundred thousand crowns more, part for your 
troops in Piedmont, and the rest for those in Lombardy. It is to 
be hoped all this money will be employed for the best of the ser- 
Tice, being sensible that if we could once be in a condition to act 
offensively in Italy, we should soon feel the good effects of it every- 
where else. 

I am very sensible of the hard task you have had in these dif- 
ficult times at Turin, and no less of the great advantage your 
ministry there has been to the public, so that it will not be easy to 
incline her Majesty to admit of your return : but you may be 
sure I shall be always ready to observe your commands, being 

with much truth. 

Sir, yoiin, &c. M. 

To THB PRINCE OF SAVOY. 
Mdniisub, a VientUf ee SO Ncvmhr*, 1705. 

Le Comte de Wratislaw m'a rendu depuis mon arrivee une 
lettre de V. A. S., laquelle, quoique sans date, doit etre assez 
fraSche. «rentre enti^ment dans tons ses raisonhements, qui 
sont tres-justes ; mais EUe avouera bien qu'il est beaucoup plus 
£acile de faire des projets et de raisonner dessus, que de les mettre 
en ex^tion ; particulierement dans la conjoncture ou on se 
trouve en cette cour, tant par T^uisement des finances que par la 
malheureuse guerre de Hcmgrie. Cependant V. A. pent fidre 
fond que je pretend la main avec empressement a tout ce qm 
pourra contribuer a la mettre en etat d'agir offensivement, ayant 
d^ja donne des assurances aux banquiers de cette ville pour ie 
remboursement de cent mille ecus quails doivent remettre au 
premier jour k V. A. Le Comte de Wratislaw vous informera 
au juste de toutes les mesures qu'on atu'a pu prendre ici ; ainsi 
y. A. voudra bien agreer que je la remette a ce qu'il lui en 
eerira. 

Une petite atteinte de goutte m'a oblige de tenir ma chambre 
pour trow jours, et de rester ici plus long-temps que je n'aveis 
destine. Je fids ^t poortant de parttr lundi pour Berlin, dans 



328 HARLBOKOUGH DISPATCHES. [1705. 

Pesperance d'y mettre la dermere main au traits pour les Irait 

mille hommes. Alors je me rendrai en diligence a la Haye, on 

je m'attends de recevoir encore des nouvelles de V. A. Je la 

snpplie cependant d'etre persnadee de la passion tres-sincere avec 

laquelle j'ai Thonneur d'etre, 

MoDBiear, de V. A., kc M. 

To THE COMTE DE WABTENBERG. 
Monsieur, A Vietme, <» 81 JVcvembn, 1705. 

Une petite atteinte de goutte m'oblige a rester ici trois ou 
quatre jours de plus que je ne croyais, autrement j'aurais deja ete 
avance en cfaemin. Je suis resolu pourtant de partir lundi, 
quoique je ne fusse pas tout-a-lait remis, et j'espere, au bout de 
fauit jours, avoir Tfaonneur de me jeter aux pieds de S. M. Je 
me reserve pour lors a vous instruire de tout ce qui s'est passe 
duraot mon sejour ici, vous suppliant de £aire bien des compli- 
ments de ma part a Madame, et d'etre persuade de la passion et 
du respect tres-sincere avec lequel je suis, 

Monsieur, yotre, &c M. 



To Mr. DAVENANT. 
Sir, Vienna, 2\9t November, 1705. 

Having had no letters from England by the last post, I sup- 
pose you have sent them to Berlin, as you were advised, but the 
ministers here teU me they have notice that the sum of a hundred 
thousand crowns, which the Queen advances to the Emperor, was 
remitted by the same post to Francfort, and press me that it may 
be remitted forthwith to Venice, payable to the order of Prince 
Eugene of Savoy, whereupon I must desire you will inform your- 
self if it be so, and in that case let the bankers know that it would 
comply with what is desired, and that I engage the Queen and my 
Lord Treasurer will be well satisfied with it. I shall expect your 
answer at Berlin, whither I shall begin my journey on Monday 
morning. 

I am. Sir, yoan, &c. M. 

To BRIGADIER HOWE. 
Sir, Vienna, 21«e Nooenher, 1706. 

A fit of the gout has detained me hei'e three days longer 
than I intended, but it being now in a manner over, I have taken 
my resolution of setting forward on Monday next for Berlin, 
where I hope to be in eight days, and shall make no longer stay 



1705.] ADDITIONAL PALATINS FOB ITALY. 329 

than will be absolutely necessary to renew the treaty for the 

Prussian troops in Italy, and settle the difficulties relating to 

those on the Upper Rhine. I then shall make, with all the diligence 

I can, for England, intending to stop only two days at Hanover, 

where I must entreat you will give me leave to set up my field- 

bed under your roof, and, in the meantime, pray you will make 

my compliments in the best manner to the Elector, the Electress, 

and where else you think proper. 

I am. Sir, youn, ftc M. 

To Mr. SECEETARY HARLEY. 
Sd, Viefma, 2lst November, 1705. 

Not expecting to have stayed here so long, I have ordered 
my letters to Berlin, whither yours of the 23rd past have been 
sent, so that I shall not receive them till the last of this month, 
when I hope to arrive there, intending to set out on Monday 
morning early. I have kept my chamber for these three days 
past, which I believe has quite cured me of my gout, so that I 
hope I shall feel no return of it in my journey. The letters that' 
came in yesterday from Holland brought us an account of the 
misfortune that has happened to our east coimtry fleet, on which I 
am afraid we depend for our naval stores. 

I am. Sir, yours, &c M. 

To THE ELECTOR PALATIN. 
MoNBSioirEUB, A Vtenne, ce 22 Novembre, 1705. 

Je n'ai pas manque, depuis mon arrivee id, d'obeir aux 
ordres de V. A. E. en repr^ntant a I'Empereur et a ses ministres 
tout ce dont EUe m'a fait Thonneur de me charger, et puis Tassurer 
que S. M. I. est entierement disposee a faire son possible pour lui 
complaire. Je dois aussi lui informer que TEmpereur &it beau- 
coup de fond sur les six bataillons qu*Elle espere que V. A. K 
voudra bien lui foumir pour augmenter son armee en Italic, et 
pour lesquels Elle office mille recrues a vingt ecus par homme, 
outre le pain sur le memo pied qu'on le donne sur le Rhin. .Tose 
aussi me flatter que le zele que V. A. E. fait paraitre dans toutes 
les occasions pour le bien de la cause commune le portera a nous 
accorder ce secours, si necessaire dans la conjoncture pr^ente. 
M. le Comte de Lescheraine, qui aura Thonneur de lui remettre 
cette lettre, et qui se montre si zele partout pour ses interets, lui 
expliquera plus amplement tout ce qui s'est passe icL Je supplie 
tres-humblement V. A. E. d'agreer que je me remets a ce qu'il 



880 HARLBOROtrOH DIBPATCHB8. [1705. 

lui en dira, et d'etre perauadee de Tattachement et du tres-profood 
respect avee lequel je serai toujours, 

Monaeigiiettr, da V. A. £., &c. M. 



To THS ELBCTOB OF MAYENCE. 
MomsiOKSDBy A Fiewtt ce 23 Ncvembrej 1705. 

Je souhaiterais fort pouvoir m'en retoumer par Mayenoe, 
afin d*avoir rhonneur de remercier V. A. £. en personne des 
bont^ qu'Elle a bien voulu me temoigner en la depeche des con- 
cessions que S. M. I. a daigne me faire en me confmmt la dignite 
de Prince de I'Empire. Je ne saurais assez me loner des manieres 
honnetes dont M. le Baron de Schonbom en a use avec moi en 
cette occasion; mais comme les ordres de la Reine ma maltresse 
m'obligent a passer par Berlin afin de renouveler le traite pour 
les troupes de Prusse en Italic, je supplie V. A. E. d'agr^r que 
je lui en fasse ici me^ tres-humbles reconnaissances, et d'etre per- 
suadee que j'en oonsenrerai le souvenir a toujours, ne cherchant 
rien avec plus d'empressement que les occasions de lui temoigner 
Tattachement et le respect avec lequel je suis, 

MoDseigneur, de V. A. E., &e. M. 



To THE LANDGRAVE OP HESSE CASSEL. 
MoNSEiGNBUB, A Fteiuie, ce 22 Novembre, 1705. 

J'ai requ la lettre que V. A. m'a fait rhonneur de m'ecrire 
le 14 de ce mois au sujet des quartiers d'hiver pour ses troupes, 
et je souhaiterais fort qu'ils fussent entierement a son gr^ ; c'est 
dans cette vue que j'ai prie M. de Gueldermalsen de consulter Ik 
dessus, et de les regler, autant qu'il lui sera possible, pour la oom- 
modite des troupes. J'ai aussi communique aux ministres ici les 
difficultes que V. A. apprehende touchant les quartiers situ& sur 
le territoire de M. I'Electeur Palatin, et ils m'ont promis d'obvier 
tons les obstacles qui pourraient arriver a oet egard. Je remercie 
tres-humblement V. A. des ordres qu'Elle veut bien donner pour 
&ire observer k ses troupes une discipline tr^-exacte, et la supplie 
de permettre que je lui recommande en particulier le pays de M. 
I'Electeur de Treves, qui a tant soufiert par la guerre. Je n'ai 
pas manqu^ de faire valoir aupres de 6. M. I. les services de M. 
le Prince Her^taire. Je ne manquerai pas de le filire aussi 
aupr^ de la Reine ma maltresse, et chercherai partout avec em- 
pressement les occasions de temoigner k V. A. I'attachement et le 
respect avec lesquels j'ai rhonneur d'etre, &c. 

MoDfleigneurt de Y. A. S^ Ac M. 



1705.] INYTTATION BY THE MARGRAVE OF BAREUTH. 381 

To VHB DUKE OF LORRAINE. 
MoNSBiONEim, A Vienne, ee 22 Novembre, 1705. 

M. le Comte des Armoises m*a rendu la lettre que V. A. R. 

m'a fait rhonneur de m'ecrire. Je souhaite tres-ardemment qu*il 

eut ^te en mon pouvoir, ou bien que je puisse ci-apres avoir des oc- 

casions delui marquerrattacfaementque j'ai pour ses interets, tant 

pour obeir aux ordres de la Reine ma mattresse que par inclination 

et en reconnaissance des bontes que V. A. R. vient de me faire, et 

que je n*ai os^ refuser, quoique je n*aie pu aucunement les meriter. 

Je supplie V. A. R. d'en agreer mes tres-humbles remerciments, 

et que je me remets a M. des Armoises pour lui temoigner com- 

bien j'ai a coeur ses int^rets. Je me flatte aussi qu'Elle me fera 

la justice d'etre persuade du zele et du tr^-profond respect avec 

lesquels je serai toujours, 

MoDBeignear, de V. A. B*, &e. M. 



To THE MARGRAVE DE BAREUTH. 
MoNSiEUB, A Fienne, ce 22 Novmbre, 1705. 

J'ai re^u la lettre que V. A. m'a fait I'honneur de m'ecrire 
le 7 de ce mois, et serais ravi qu'il fut en mon pouvoir de con- 
tribuer en aucune maniere a sa satisfieustion. En cette vue je n'ai 
pas manque d'insinuer ses pretentions k I'Empereur et a ses 
ministresy «t je me flatte qu'Elle trouvera S. M. I. tout-a-fait dis* 
posee a lui rendre justice. 

Je remerde tres-humblement V. A. de I'invitation qu'Elle me 
fait de passer chez EUe, dont je profiterais avec beaucoup de 
plaisir pour avoir I'honneur de saluer V. A., si les ordres de la 
Reine ma mattresse ne m'obligeaient de hater mon retour par 
Berlin autant qu'il me sera possible. J'espere que je pourrai etre 
aasez heureux de le faire dans une autre occasion. Cependant je 
la supplie de me &ire la justice d'etre persuadee de I'attacfaement 
et du respect tres-sincere avec lesquels je suis, 

Mpnsiear, de V. A., &e. M. 



To T«E PRINCE OF BADEN. 
MoNSXBUii, A VienMj ce 22 Novembrey 1705. 

Une petite atteinte de goutte, qui est, Dieu merd, pass^, m'a 
retenu id trois jours de plus que je n'avais fait ^tat de rester. Je 
ne suis pourtant pas fach^ de ce retardement, puisqu'il a donne le 
temps k M. de Borkar de venir avec les d^peches de V. A. avant 
mon d^rt. J'ai depuis eu une conference avec le Prince de 



332 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

Salm et lea autres ministres sur ]eur oontenii, ou le Baron de 

Graif et le Sieur Borkar furent preseDts, et je ne doute point qu'ils 

ne me rendront la justice que j'ai press^ tres-vivement tout ce que 

V. A. a souhaite ; je trouve aussi la cour disposee a faire son 

possible. £t comme je me suis explique a coeur ouvert avec le 

Comte de Lescheraine, qui aura Thonneur de lui remettre cette 

lettre, EUe voudra bien agreer que je me rapporte a ce qu'il lui 

dira de tout ce qui s'est passe depuis que je sub a Vienne. Au 

reste, V. A. apprendra que S. M. I. souhaite fort de s'entretenir 

avec EUe ; et comme il importe beaucoup au bien de la cause 

commune, et qu'il pouvait y avoir meme de I'interet de V. A., je 

la conjure de vouloir prendre la peine de faire un tour id pour 

sept ou huit jours, afin de pouvoir d'autant mieux expliquer ses 

pensees. Et quand EUe m'aura instruit de toutes ses vues et des 

mesures qu'on aura concertees, je lui promets en homme d'faonneur 

d*y preter les mains avec la demiere exactitude, et de temoigner 

dans toutes les occasions I'attachement et le respect tres-sincere 

avec lesquels j'ai I'honneur d'etre, 

MoDsiear, de V. A^ &c M. 



To M. STAPFHORST. 
MoNBlsim, A Bredam, ce 26 Nooembre, 1706. 

S. M. I. m'ayant &it I'honneur, durant mon s^jour a Vienne, 
de me conferer la Principaute de Mindelheim, mais toutes les 
depeches n'ayant pu etre expediees avant mon depart, j'ai laisse le 
maniement de toute cette idaire entre les mains de M. Stepney, 
qui a son premier loisir a dessein d'y faire un petit voyage poiur 
prendre possession dans les formes, et regler tout ce qu'il y aura 
a faire. Et comme c'est dans votre voisinage, et qu'U pourrait 
bien avoir besoin de votre assistance, je me flatte que vous ne la 
refuserez pas, et que vous aurez la bonte de I'instruire de tout ce 
qui pent regarder mes interets de t«mps en temps, dont je vous 
aurai beaucoup d'obUgation. Je ne dois pas finir sans vous prier 
d'assurer S. A. M. le Due de Wirtemberg et Mesdames les 
Duchesses de mes tres-humbles respects. 

Je sujBf ayec one T^ritable passion et estime, 

Mondeor, Totre, &c. M. 

To THE COMTE DE PAAR, Grand Mattre des Postbs. 
MoNBiEDB, A Gro99eny ce 29 ^ooembre, 1706. 

Je ne saurais assez vous remercier de la bonte que vous avez 
eue de nous donner le Sieur Lemel pour nous accompagner. Son 



1705.] MINDELHEIM. — ^ARRIVAL AT BERLIN. 383 

aflsistance nous a ete de la demi^re utilite; sans cela nous aurions 

eu bien de la peine a pousser notre voyage. Je vous en dois mille 

obligations, et serais ravi de trouver I'occasion de vous temoigner 

combien j'en snis sensible. Si elle s'ofire jamais, je Fembrasserai 

avec beaucoup de plaisir. Cependant je vous supplie de me con- 

tinner toujours Fhonneur de votre amitie, et d'etre persuade de la 

veritable passion avec laquelle je suis, 

Monsieur, yotre^ &c M. 



To Mb. secretary HARLET. 
Sib, Berlin, lat December, 1705. 

Upon my arrival here last night, I received the favour of 
your letter of the 23rd past, and was in hopes to have found several 
others of later date, but having been obliged to make a longer 
stay at Vienna than I at first intended, it seems they have been 
sent to Hanover, where I shall receive them on Sunday next, in- 
tending to set out from hence by four o'clock on Friday morning. 
In the mean time I am glad to see, by letters to my Lord Raby, 
that her Majesty's afikirs have had so happy a beginning in the 
Parliament. As soon as I arrived, I had an audience of the King, 
and could perceive that his Majesty was very much exasperated, 
both against the court of Vienna and the States; however I 
hope, before I leave this place, to be able to soften him, and to 
remove all prejudices. 

You will have seen, by my letter of the 18th past from Vienna, 
the directions I had sent to Francfort relating to the loan of a 
hundred thousand crowns to the Emperor for the service of Italy. 
I have yet had no answer from thence, but suppose you will be 
informed by Mr. Davenant what he has done in that matter. 

You may be sure I did not fail to recommend to the Emperor 
and the court in the most pressing manner the early preparations 
for the next campaign. They have sent to the Prince of Baden 
to histen thither, in order to take the most proper measures with 

him. 

I am, Sir, yours, &c. M. 



To LORD DALRYMPLE. 
Mt Lobd, Berlin, let December, 1 705. 

I received at Vienna the favour of your Lordship's letter of 
the 5th past, and hope the troops are long since separated, and 
that you are arrived in good health at the Hague, where I must 



334 ICAHLBOEOUGH DISPATCHES. [1705. 

entreat you will make my compliments in the best manner to my 
Lady Albemarle. I assure you the pleasure of embracing your 
Lordship at the end of my journey will enable me to bear the 
fiitigues with much more ease than I should otherwise do. I in- 
tend to set forward on Friday next, and hope to have that satis- 
fiiction by the 14th of this month at furthest ; in the mean time I 
pray you will do me the justice to belicTe none can be with greater 
sincerity than I am, 

My Lord, your Lordship's, &c. M. 



To THE STATES-GENERAL. 
Hauts CT PuiMANn Sbigneubs, a Berlin^ ce I D^embre, 1705. 

A mon arrivee ici hier au soir, le Sieur de Mortaigne, r&i- 
dent de yos H. P., m'a rendu les lettres qu'EUes m'ont fisiit 
ITionneur de m'ecrire le 18, 24, et. . . du mois passe; et a T^ard 
de I'argent pour les Cevennois, je ne manquerai pas d'en ecrire 
par cet ordinaire, comme Elles le souhaitent, dans I'esperance que 
je pourrai avoir la r^ponse avant que de passer la mer. 

Pour ce qui est des troupes de Prusse, tant celles qui marchent 
du Haut Rhin que les regiments que le Boi veut rappeler des 
Pays Bas, vos H. P. me feront la justice de crcnre que j'ai trop k 
cceur rinteret de la cause commune pour n^liger la moindre 
chose aupres de S. M. Prussienne et de ses ministres qui pourra 
contribuer a radoucir les afiaires, afin que toutes les troupes soient 
toujours employes contre I'ennemi commun. Je prendrai anssi 
la liberte, sur ce qu'EUes m'ecrivent, d'assurer S. M. que vos 
H. P. auront un soin particulier que ses troupes soient mieux 
payees k I'avenir. Je fais ^tat de partir jeudi matin prochain 
pour continuer mon voyage en diligence ; ainsi je me reserverai a 
leur rendre compte de mes negociations a mon arrivee k la Haye, 
etant avec le dernier respect et attachement, 

De T06 Haates Pninanoes, &o. M. 



To M. GUELDERHiALSEN. 
Monsieur, A Berlin, ee 3 Diixmhrej 1705. 

Quoique je me flatte que vous serez parti de Francfort avant 
Tarrivee de celle-ci, j'ai pourtant voulu la hasarder pour vous re- 
mercier de Thonneur des deux votres, dont la demiere est du 28 
du passe. Je prevois que vous aurez bien de la difficulte a regler 
les quartiers a la satisfaction de chacun ; cependant, s'il est pos- 
sible, je suis sur que vous en viendrez a bout. J'ai signe le traite 



1705.] COPY OP THE PRUSSIAN TRBATY. 885 

pour les huit mille homines en Italie,* et me reserve a vous entre- 
tenir dn reste a mon arriv^ a la Haye, qui pourra etre le 14 du 
mois, fkisant ^tat de partir ce soir k minuit 

J« svis, trt»4iiio^reiiieBt» MoBsieuTy Totre^ &e. M. 

P.S. — Le Sieur Borkar est aniv^ k Viemie le jour avaot moo 
depart, ayant ^t^ arrete en chemin par les Bavarois. 

* Aywbt M rein^Mttt^ k S. M. le Boi de Pnuse, de la part dc S. M. la Beiiie de la 
Gnade Bretagne par 8. A. My Lord Prince et Due de Marlborough, que pour par* 
yenir bieotdt k nne pais sftre et ayantageiue avec la France, il terait n^ocmiure de 
continaer Yigonreiuement la guerre I'ann^ qui vient, et que Ton souhaitait que pour 
eette fin 8. M. le Roi de Pruase ToolCtt laiseer en Italie enoord pour quelque tempi 
lee tn>upt8 qn'il y a fkit agir la oampagne pao^ : 

S. M. le Roi de Prnfte^ quoiqu'il ait plusieurs rusons qui Tauraient pu porter k 
retirer oes troupes, a n^anmoine touIu pref^rer k toute autre ooneid^ration le d&ir 
nno^ qu'il a de ftire plaisir k 8. M. la Reine de la Grande Bretagne, et d'avaneer 
satant qu'il di^pend de lui le bien de la oanae commune^ ayant, pour oet effet, r^Bolv 
de ooncourir encore une anw^ aux operations qui se feront en Italie contre la Francet 
avee un corps de bnit miUe hommes, aux conditions suiTsntes : — 

1. Que le traits et Tarticle secret fait et eigne ici k Berlin le 28 de novembre de 
Tann^ pass^ pour un pareil nombre de troupes, que S. M. le Roi de Prusse a donn^ 
alors pour I'ltalie, et qui finira bientdt, sera prorog^ encore pour une ann^e, et tout 
ce qui a 4t/i promis et sdpnl^ dans le dit traits, et dans Tarticle secret, tant par rap- 
port aux dites troupes, qulk I'^rd des autres points qui y sont compris, sera 
exactement observ^ accompli, et execute tout de mfone que s'il ^tait ins^r^ ici mot 
kmot 

2. Mais comme il a ^t^ trouv^ bon qu'au lieu de la eayalerie qui a ikit part de ce 
corps pendant cette ann^, il soit dans I'ann^ qui vient tout compost d'iniknterie» 
8. M. le Roi de Prusse promet de fidre partir de ses ^tats sur la fin du mois oourant, 
trois bataillons, et d'y joindre les recrues n^cessaires pour ceux qu'il a encore en 
Italic, pour fidre ensemble un corps de huit mille hommes, lesquels bataillons et 
recrues poursuiYront lenr marehe yers Tltalie selon la route qui en a ^t^ commu- 
nique k 8. A^ et qui se tronye k la fin du present traits. 

a Tout ce qui se trouyera 6tre dft de Fargent promis k 8. M. le Roi de Prusse par 
le traits pr^c^ent, sera pay€ sans plus de d^ai dans le temps promis. 

4. Comme S. M. le Roi de Prusse n'a pu jusqu'k pr^ent conyenir ayec la cour 
Imp^riale touchant I'argent des recrues qu'Elle pretend de S. M. I. en yertu de 
I'ardde 7 du traits pr^o^ent, et que S. A. My Lord Prince et Due de Marlborough 
a t^moigntf qu'on s'^tait expliqu^ enyers lui k Vienne, de yonloir payer k 8. M. mille 
dnq cents hommes de recrues k raison de yingt ^os par homme, 8. M. le Ren de 
Prusse, nonobetant que cette ofire n'ait nnlle proportion k la grande d^pense qu'il 
sera oblige de fiiire pour le r^tablissement de ces troupes, se d^lare n^anmoins de 
e'en youloir contenter moyennant que les deux cent mille florins que I'Empereur 
s'est d^lar^ par le R^ident Heems, de lui youloir iaire payer pour les quartiers 
d'hiyer lui soient payte aussi. 

5. 8. M. la Reine de la Grande Bretagne fera ses deyoirs enyers TEmpereur, les 
Etats G^n^ranx et M. le Due de 8ayoie, afin qu'ils se d^clarent de la mdme mani^re 
qu'il a ^ dlt d-dessus pour la continuation du traits de I'ann^e pass^. 

6. Ce present trut^ sera ratifi^ de part et d'autie dans un mois apr^ la date de la 
signature, et m^me plus tot si fidre se pent. 

En foi de quoi, le pr^ent traits a 4t4 agai et scell^ au nom et de la part de 8. M. 
le Roi de Prusse^ par son grand chambeUan le Comte de Wartenberg, et au nom de 



336 MABLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To THX PRINCE OF SALM. 
HoNnsoB, A Btrlim, ce S DOfo^brt, 1705, 

Je me donne I'hoimeiir d'envoyer a V. A. la copie du traite 
que je yiens de signer pour les huit mille homines en Italie. Je 
la supplie de le vouloir presenter a I'Empereur, avec des soumis- 
fflons les plus humbles de ma part, pour toutes les bontes que 
S. M. L a dsigae me temoigner, et dont j'aurai une juste recon- 
naissance toute ma vie. Comme je n'ai pas trouve le Boi en trop 
bonne humeur, je n'ai pas cm a propos de le trop presser au sujet 
des autres troupes ; mais je me flatte que S. M. sera facilement 
persuadee a avoir des egards justes pour le bien de la cause com- 
mune et d'employer ses troupes oil elles pourront etre le plus 
utiles. Je supplie aussi V. A. d'agreer mes tr^-humbles remer- 
ctments des honnetetes qu'Elle m'a fait a Vienne. J'en suis sen- 
fflble jusques au dernier point, et tacherai par tout de I'assurer du 
respect etde Tattachement avec lequel je suis, 

Moosiear, de V. A., &c. M.* 



To THB COMTE DE SINZENDORPF. 
MoNSlEint, A Berliu, ce 3 I}6Dembref 1705. 

J'ai re^u Thonneur de votre lettre du 25 du mois passe, et 
Yous suis fort oblige de la justice que vous m'avez bien voulu 
rendre aupres de S. M. I. et de la cour. Je dois aussi me servir 
de cette premiere occasion pour vous faire mille remerctments de 
toutes les honnetet^ que vous m'avez t^moignees, et en particulier 

S. M. la Reine de la Grande Bretagne par S. A. My Lord Prince et Dae de Marl- 
borougfa.—Fait k Berlin oe S de d^oembre, 1705. 

Le Prince et Dec de Marlborough. 

Article Secret, — Comme les troubles de la Pologne deTiennent de jour en jour 
plus dangereoz, et qu'il importe extrSmement k S. M. le Roi de Pmsse que pendant 
r^loignementd'un corps si considerable de ses troupes, il soit suffisamment pourru k 
la silret^ de ses etats en Prusse et ailleurs ; S. M. la Reine de la Grande Bretagne 
lenou^ele bien express^ent, en yertu de cet article, tout oe qu'Elle a promis k oet 
^gard. S'engageant que si le cas arrivait que S. M. f&t attaqu^ ou inqui^t^ dans 
ses etats de Prusse on aiUeurs, Elle I'assistera d^ le jour que ces hostilit^B com- 
menceront r^ellement et en effet, selon la teneur de I'alliance qu'EHle a avec S. M., 
sans y manquer sons quel prctexte que ce puisse 6tre. 

Cet article secret aura la mdme vigueur que le traits principal condu aiyourd'hui 
entre S. M. la Reine d'Angleterre et S. M. le Roi de Prusse, et la ratification sera 
foumie de Tun aussi bien que de Tautre. 

En foi de quoi, les ministres autorisds pour ce traits ont sign^ et acelU cet article 
du cachet de leurs armes. — Fait k Berlin ce S de d^cembre, 1705. 

Le Prince et Due db Marlborough. 

* A similar letter vas sent to Count Wratislav. 



1705.] DIFFICULTIES IN OBTAININO WINTER- QUARTERS. 337 

de la peine que yous avez prise de me conduire jusquesa Selowitz. 
J'en suia si sensible, que je yous assure qu'il n'y a rien que je ne 
Youlusse faire aYec empressement pour yous le marquer. 

J'ai renouYele ici le traits pour les troupes en Italie, et en ai 

euYoye la copie par cet ordinaire a S. M. I. Mais de Thumeur 

'oil j'ai trouYe le Roi, je n'ai pas cm a propos de le presser au 

sujet de celles qui ont servi sur le Rhin. Je me flatte pourtant 

qu'on trouYera moyen de le radoucir. 

Je pars a minuit pour me rendre en diligence a HanoYre, et 
apres pousser ma route Yers la Haye, oii j'espere arriYer le 14 
de ce mois. Si quelque chose se passe en attendant, qui le m^rite, 
je ne manquerai pas de yous ecrire en chemin, yous suppliant de 
me continuer toujours I'honneur de Yotre amitie et d'etre persuade 
de la Yeritable passion aYec laquelle je suis, 

Monricur, TOtre, &c M. 



To THE COMTE DE SCHONBORN. 
MoRSXSUB, A Berlin^ ce 3 D^embre, 1 705. 

J'ai requ I'honneur de Yotre tres-obligeante lettre du 25 du 
mois passe, aYec le calcul des contingents du Roi de Prusse comme 
Electeur de Brandebourg ; mais comme S. M. ne se trouYe pas 
en trop bonne humeur, je n'en ai pu profiter a pr^nt. Agreez^ 
je YOUS supplie, Monsieur, que je repete ici mes tres-humbles re- 
merclments des bontes que yous aYCz bien youIu me temoigner au 
sujet de la Principaute de Mindelheim. J'en suis tout-Wait 
penetre, et tacherai dans toutes les occasions de yous assurer de 
ma reconnaissance, et du respect tres-sincere aYec lequel je suis, 

Monsieur^ votre, &c M. 



To M. BULOW. 
MoNSiscni, A Hamwre^ce 7 DaDembre^ 1705. 

Je Yiens de receYoir I'honneur de Yotre lettre du 4 de (^ 
mois ; mais pour celle du 12 du passe que yous m'aYez ecrite de 

, elle ne m'a jamais ete rendue. C'est, je yous assure, aYec le 

dernier chagrin que j'apprends les difficultes que yous aYez a tra- 
Yailler pour mettre les troupes en quartier. Sur ce qu'on m'en 
aYait dit a la cour hier au soir, j'aYais deja ecrit deux lettres a ce 
sujet, I'une a M. I'Electeur de Mayence et I'autre a M. I'Electeur 
de Treves, qu'on yous euYcrra apparemment par ce meme courrier 
qui YOUS remettra aussi les lettres que yous souhaitez pour I'EYeque 
de Raab et le Chapitre de Cologne, quoique j'aie grand' peur 
qu'elles n'auront pas leur effet ; et pour cette raison, je yous prie 

VOL. II. z 



338 MARLBOROUGH DISPATCHES. [170& 

de ne les pas faire rendre quli la derniere necessite. Je Teuz 
cependant me flatter que M. de Gueldermalsen, avec yotre assis- 
tance, aura trouve moyen de regler toute cette affaire a Tamiable 
avec les int^ress^ avant la reception de celle-d. Je yous aurais 
envoye aussi avee plaisir quelques ordres poor la cayalerie de 
Hesse, si je savais ou les faire marcher. 

Je vois trop bien qu'il vous a ete impossible de me renir trouTer 
ici. J'aurais ete ravi que ce retardement ne f ut pas arriye. Je 
pars mercredi matin pour la Haye, ou j'espere etre aujourd*bui 
en huit, et vous supplie que j'ai Thonneur d'y recevoir de tos 

nouvelles. 

Je Efus, tr^s-siDo^ment, Monsieur, TOtre, &c. M. 

P.S. — M. le Baron de Gortz vient de me dire que le plus grand 
obstacle des Etats du Cerele est sur le prix du fomTage, qu'ils 
pretendent etre beaucoup plus cher que I'hiver passe. Si vous le 
trouvez comme cela, je vous prie qu'on ne se tienne pas a peu de 
chose, mais plutot de le leur accorder ; et de m'&rire un petit 
mot de lettre sur ce sujet, tel que je pourrai produire en Angle- 
terre, et je tacherai de le faire valoir aupres de la Reine et de son 
conseil. On vous enverra les copies de toutes le» lettres que 
j'ecris aux Electeurs et aux Deputes des Etats du Cerele. 



To THs ELECTOR OF TREVES. 
MoKSBJOiTKOR, A ffonovt^ ce 7 lUcembre, 1709. 

V. A. E. aum appris par M. le Baron d'Eltz, grand doyen 
de Treves, qui s'est bien voulu charger k Francfort d'une lettre 
de ma part, que comme le temps ne m'avait pas permis de regler 
moi-meme entierement les quartiers d'hiver pour les troupes qui 
devaient venir des Pays Bas, j'avais prie M. de Gueldermalsen de 
vouloir bien se charger d'en faire part k V. A. E. et d'avoir tons 
les egards possibles a ce qui regarderait ses interets particuliers en 
cette occasion. J'ai meme ^crit fortement a M. le Landgrave de 
Hesse pour le prior que la ou ses troupes se pourraient trouver 
daw les etats de V. A. £., il eut a leur donner des ordres trea- 
pr^is d'observer la plus exacte discipline, sachant d'ailleurs que 
les troupes de Lunebourg ont k cet egard des ordres tr^-positifs, 
et que V. A. E. a ^te satisfaite de leur comportement par le 
passe. 

Je veux esperer du zeie si connu de V. A. E. pour la bonne 
cause qu'Elle aura trouve moyen avec M. de Gueldermalsen et 
les generaux des dites troupes de lever toutes les difficult^ qui 



1705.] LETTBRS TO THE BLECTORa 889 

auTont pu survenir a Fegard de leurs quartiers, et que j'aurai la 

satisfaction de Tapprendre a mon arrivee en HoUande, etant avec 

beaucoup de respect, 

Monseignenr, de V. A. K, ^o. M. 



To THE ELECTOR OF MAYENCE. 
MoNSEianEDB, A Hanovre^ ce 7 D^cewibre, 1 705. 

Ayant appris a mon arrivee ici que V. A. E. faisait quelque 
difficulte de recevoir dans Mayence les trois bataillons dea troupes 
de Lunebourg a qui on y avait destine des quartiers d'hiver, je 
n'ai pas crn devoir perdre un moment a la supplier de vouloir bien 
donner une nouvelle marque de son zele pour les interets de la 
cause commune, en y recevant les dits bataillons, afin qu'ils soient 
d'autont plus a portee des lieux de Toperation a I'ouverture de la 
campagne prochaine. Je n'aurais pas manque d'informer V. A. £. 
avant de quitter Tarmee, de la disposition faite a cet egard, si je 
n'avais pas voulu attendre Tarrivee des lettres reqnisitoriales de 
TEmpereur ; mais etant parti avant de savoir qu*elles eussent et^ 
expediees a Vienne, j ai prie M. de Gueldermalsen d'instruire 
de tout y. A. £., ce que je ne doute pas qu'il n'ait £sdt depuia. 
Je la supplie de ne vouloir imputer ceci a aucune negligence de 
ma part, pmsque je ne suis pas- capable d'en avoir pour ce qui la 
regarde ; et que j'apporterai toujours toute I'attention possible a 
Itti faire voir que je suis avec beaucoup de respect, 

MoDseigneur, de V. A. E., fcc M. 



To THE ELECTOR PALATIN. 
MoRSEioMEUR, A Honovre, ce 8 jCVc»m6re, 1705. 

J'ai et^ an d&espoir d'apprendre a mon arrivee ici les difficultes 
qui se rencontrentii foumir aux troupes de Lunebourg les quartiers 
quileur Boat destin^ dans le Cercle du Haut Rhin. Si je n'ai pas 
eu rhonneur d'en parler particulierement a V. A. E., c'est que j 'avals 
&e informe que les lettres r^uisitoriales de I'Empereur qu'EUe 
avait revues comme je passais par Beinsberg, et qu^on avait en- 
voyees en droiture a V. A. £. pour lui marquer plus de conside- 
ration, ^taient suffisantes. J'espere qu'EUe voudra bien Texcuser, 
et qu'Elle aura ^ard a la precipitation de mon voyage, et a la 
pensee oil j'etais qu'apres ces lettres de I'Empereur, ce que j'aurais 
pu dire n'etait plus necessaire. Je me flatte aussi que V. A. E. 
donnera dans cette occasion des marques de son zele pour la cause 
commune, laquelle souffiirait extremement si les dites troupes 

z2 



340 MABJLB0R0U6H DISPATCHES. [1705. 

etaient obligees de retourner dans les etats de Monseigneur TElec-- 

teur de Bnmswic. Je supplie done V. A. E. de vouloir donner 

les mains.a rexecution de ce qui a etc concerte pour leurs quar- 

tiers d'hiver dans le Cercle du Haut Rfain, ou elles paieront 

regulierement, en sorte qu'on n'aura aucun suj,et de s'en plaindre. 

Je-prends la liberte d'assurer en meme temps V. A. £. que dans 

toutes les occasions qui pourront se presenter, EUe me trouvera 

toujours dans la disposition de lui faire voir ayec combien de 

respect j'ai I'honneur d'etre, 

Moiueignear, de V. A. E., &c. M. 



To THE BISHOP OF RAAB. 
Monsieur, A Hanovre, ce 8 IMbtMibi% 1705. 

Ayant appris avec bien du chagrin la difficultesans dire Tim* 
possibiUte ou M. TElecteur de Treves se trouve k foumir des 
quartiers dans la ville de Coblenz a trois bataillons des troupes de 
Brunswic qu'on y avait destines, je me trouve oblige d*en ecrire 
au Chapitre de Cologne pour leur prier de vouloir bien recevoir 
deux de ces bataillons dans leurs places le long du Rhin entre 
oette ville et Bonn ; sans quoi je ne vois autre remede que de les 
laisser revenir en ce pays-ci, au grand prejudice du service. C'est 
ce qui m'oblige aussi a avoir recours a V. A. pour la supplier de 
vouloir bien avoir la bonte d'appuyer mes instances de son credit 
aupres du Chapitre, moyennant quoi je me fiatte qu'il ne les re- 

fusera pas. 

Je Buifl, ayec one yeritable passion et respect. 

Monsieur, Totre, &c. M. 



To THE CHAPITRE DE COLOGNE. 
Me88iei7rs» a Mantwre, ce 8 DAembrt f 1705. 

Pour soulager d'autant plus le pays de Cologne, j'avais fait 
etat de mettre trois bataillons des troupes de Brunswic dans la 
ville de Coblenz ; mais comme je viens d'apprendre que les troupes 
de M. I'Electeur de Treves y sont dqa en quartier, et que d'ail- 
leurs il est impossible que la dite ville receive toutes ces troupes, 
je viens par celle-ci vous supplier tres-instamment de vouloir bien 
prendre deux des dits bataillons dans vos places le long du Rhin 
entre Coblenz et Bonn ; selon ce qui se concertera entre vous et 
le General Bulow. Je me flatte que vous y ferez d'autant moins 
de difficulte que j'ose bien engager que les dites troupes se com- 



1705.] TO THE LANDGRAVE AND H. PRINCE OF HESSE. 341 

porteront avec la derniere discipline et paieront r^gulierement leurs 

quartiers. 

Je sais tr^parfidtement, Messieurs, yotre, &c. M. 



To THE LANDGRAVE OF HESSE. 
MONSBIGMBITB, A Hanovrt, ce 8 D^endrre, 1705. 

J*ai regu ce matin de M. le Baron de Seybelsdorff la lettre 
que V. A. m'a fait rhonneuf de m'ecrire le 6 de ce mois, et TAd- 
judant-General Arnstell m'a aussi entretenu touchant les diffi- 
cultes qu'on fidsait de ceder les quartiers accofdes k ses troupes. 
V. A. aura deja vu par une lettre que je lui ai ecrite de Vienne, 
que j'ayais prie M. de Gueldermalsen de vouloir s'employer dans 
cette afiaire, et j'avais espere qu*il y aurait mis une bonne fin ; 
mais ayant a mon arrivee ici appris avec chagrin qu'on insistait 
sur les memes difficultes, je viens d'en fcrire encore k MM. les 
Electeurs de Treves et Palatin, comme aussi aux Deputes du 
Cercle du Haut Rhin a Francfort, afln quails s'en desistent. J*ai 
meme ecrit k la cour de Vienne, afin qu'EUe y emploie ses bons 
offices ; et j'ose me flatter que tons mes soins ne seront pas inutiles. 
Au moins, j'ose bien assurer V. A. qu'a ravenir les quartiers 
seront si bien concertes que nous ne tomberons pas dans les memes 
inconvenients. 

Je crains que M. de Gueldermalsen ne soit deja parti pour la 
Haye ; cependant en tout cas, je joins ici un petit mot de lettre 
pour le prier, s'il ^tait encore a portee, de s'employer de son mieux 
aupres des Electeurs de Treves et Palatin pour les porter k mettre 
fin a toutes ces difficult^ Je pars demain dans I'esperance d'etre 
lundi prochain a la Haye, ou je me ferai, comme partout, le der- 
nier plaisir d'obSr aux ordres de V. A., ^tant avec beaucoup de 
respect, 

Monseigneur, de V. A., &c. M. 



To THE HEREDITARY PRINCE OF HESSE. 
MoNUEUB, A Hanovre, ee 8 Diixmbre^ 1705. 

M. le Baron de Seybelsdorff vient de me rendre la lettre que 
y. A. m'a fait I'honneur de m'ecrire le 6 de ce mois, et j'avais deja 
appris depuis mon arrivee, meme avec beaucoup de chagrin, les 
difficult^ qu'on faisait d'accorder les quartiers d'hiver aux troupes, 
et j'ai pris toutes les mesures possibles pour y remedier en ecrivant 
aux Electeurs et aux Deput& des Etats du Cercle ; meme a la 
cour de Vienne dans les termes les plus forts, afin qu'on y apporte 



342 JIARLBOROUOH DISPAT€HBS. [1705. 

au plus-tot les remMes necessaires ; et j'ose me flatter que oela 
aura son efiet. M. de Seybelsdorff m'a aussi expliqu^ ce que 
V. A. Tavait charge de me dire touchant ses interets en Hollande. 
Je Tai ecoute avee beaucoup de plaisir, et je la supplie de me faire 
la justice d'etre persuadee que je ne negligerai rien quand 
j'ecrirai a la Haye pour les avancer. Je m'entretiendrai la-dessus 
avec le Baron Dalwig, et je suis sur qu'Elle sera entierement 
satisfaite du rapport qu*il lui fera de mes soins a cet egard, etant 
avec une parfaite estime dea plus sineeresy 

MoDoeur, de V. A^ &c M. 



To M. GUELDERMALSEN. 
IffmfBimm, A Banopre, et 8 Iktemin, 1705. 

Depuis mes demieres lettres, oil je vous ai pri^ de tous em* 
ployer a regler les quartiers 4'hiver pour les troupes qui sont 
▼enues des Pays Bas, j'ai re^u les votres du 28 du passe et premier 
de ce mois, selon lesquelles vous devez etre parti pour la Haye. 
Cependant je veux bien encore faasarder celle-ci pour vous marquer 
le chagrin que j'ai eu en apprenant ici de toutes parts les dif- 
ficultes qui se rencontreqt a kisser jouir les troupes des quartiers 
qu'on leur avait destines. Cela ne m'a permis aucun repos. Je 
viens d'en ecrire aux Electeurs de Mayence, de Treves, et Palatin, 
aux Deputes des Etats du Cercle du Haut Rhin, au Comte de 
Weltz, a la cour de Vienne, et enfin partout oil je puis esperer 
quelque remede ou assistance. Si celle-ci vous trouvait encore k 
portee, je vous conjure de ne rien negliger aupres des mteresaes 
pour mettre fin a ces brouilleries. Je serai ravi d'apprendre que 
vous y ayez reussi de maniere ou autre. Jepars domain, et fais 
etat d'etre le H k la Haye, oil je me flatte d*avoir bientot I'hon- 
neur de tous embrasser, etant tres-passionnement. 

Monsieur, votre, &a M. 

To THE COMTE DE WELTZ. 
MoMiiEUB, A Hanotrre, ce 8 D^tembre, 1705. 

J'ai appris avec bien du chagrin en arrivant ici les difficultes 
que font MM. les Electeurs de Mayence, Treves, et Palatin, aussi 
bien que les Etats du Cercle du Haut Rhin, de recevoir les troupes 
de Brunswic et de Hesse dans les quartiers qui leur ont 6t6 
assignes. J'ecris a ces trois princes et aux Deputes des Etats 
pour les prior de se desister de ces difficultes ; mais c'est prin- 
cipalement a vous, Monsieur, k travailler k les y determiner^ 
puisque c'est par vous qu'ils ont re^u les lettres requisitoriales de 



1705.] TO THE YICE-CHAKCELLOR OF THE EMPIRE. 843 

rEmperenr. Je Tons prie done de n'y rien n%1iger et d em- 
pecber par tos pressants offices aupres de ces princes et etats les 
ftcbenx contretemps qui pourraient eo resulter aux interets de la 
cause commiuie, et principalement a oeux de S. M. I., par un de- 
rangement entier des operations pour la campagne procbaine. Je 
pars d'ici demain matin dans Pesperance d'arriver lundi a la Haye, 
oil je serai ran de recevoir de vos nouvelles, ^tant tres-sincere- 
menty 

MoDsieur, yotre, &c M. 



To THE COMTE DE SCHONBORN, Yice-Changblusi de l^Empiee. 
MoMUECB, A Hanovre, ce 8 D^cembre, 1705. 

J'ai appris avec beaucoup de chagrin en arrivant ici que 
MM. les Electeurs de Mayence, Treves, et Palatin, aussi bien 
que les Etats du Cercle du Haut Rhin, faisaient difficulte de re- 
cevoir en quarders d'hiver dans leur pays les troupes de Brunswic 
et de Hesse, qui ont serri pendant la demiere campagne dans les 
Fays Bad, nonobstant les lettres requisitoriales de la part de 
S. M. I. Xecris a present h, leurs A. E. et aux Depute des Etats 
du dit Cercle, pour les exhorter adonner aux troupes les quartiers 
qui leur ont ete destines, au lieu de les loger provisionnellement 
pour trois semaines, au bout de quel temps, selon mes informations, 
leurs A. E. et les Etats pr^tendent qu'ElIes sercmt oblig^ de 
quitter ces quartiers. Vous comprendrez, Monsieur, mieux que 
personne, quel prejudice cela apporterait aux interets de la cause 
commune, et combien un tel precede serait capable de deranger 
les operations de la campagne procbaine. Et comme, selon ce que 
j'ai appris, leurs A. E. et les Etats fondent principalement les dif- 
ficultes qu'iis font, sur ce qu'ils ont regu trop tard les lettres r^ 
quisitoriales, il me paralt de la demiere necessite que S. M. I. en 
ecrive sans aucune perte de temps, et avant que les trois semaines 
soient expirees, aux Electeurs susdits, et aux Etats du Cercle 
du Haut Rhin, et que meme ses ministres en parlent fortement a 
ceux que ces Princes ont de leur part a Vienne. J'ai cm aussi 
devoir m*adresser a vous dans cette occasion, et comme Vice- 
Chancelier de TEmpire, et comme un ministre dont le zMe pour le 
public et la capacite me sont parfaitement connus, vous priant de 
vouloir etre persuade que je suis avec, &c. 

Monsieur, Totre, &c. M. 



344 MAKLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

A MM. LBS DEPUTED DES ETAT8 DU CERCLE DU HAUT HHIN. 
MsflSiEDRS, A Hanovre, ce 8 JMtembre, 1705. 

Ayant appris avec bien du chagrin les difficult^ qui se ren- 
contrent a fournir des quartiers dans le Cercle du Haut Bhin pour 
les troupes de Bnmswic et de Hesse, qui out servi sous mesordres 
dans les Pays Bas, et prevoyant les ficheuses consequences que 
cela pourrait produire pour les interets de la cause commune, je 
ne puis me dispenser de vous en ecrire et de vous prior tres-in- 
stamment de vouloir preter les mains a ce que les dites troupes 
soient pourvues des quartiers qui leur out ete destines, ou de ce 
qui leur sera du moins necessaire, selon les lettres reqmsitoriales 
qui out ete expediees pour cet effet par S. M. I. 

Je suis, tr^-sinc^rement, Messieon, yotre, &c. M. 



To Mb. SECRETARY HARLEY. 
Sib, Hanwer, Bth December, 1705. 

Before I left Berlin on Thursday night I received your letters 
of the 6th and 9th instant. Those of the 26th and 30th of Oc- 
tober, and 2nd of November, I found here upon my arrival on 
Sunday evening, and this morning those of the 16th and 20th 
came to hand ; but the packet of the 13th is yet missing ; I sup- 
pose it may be gone to Berlin. However I have seen the public 
news it brought to other hands, and shall only return you my 
thanks for your constant correspondence, intending to write to you 
more at large from the Hague, where I hope to arrive on Monday 
next, designing to leave this place to-morrow morning. 

I am, Sir, yoars, &c M. 

P.S. — Enclosed you will receive a copy of the treaty I signed 
at Berlin for the eight thousand Prussians in Italy. I shall send 
you the original from the Hague, or bring it with me. 



To LORD RABY. 
Mr LoBD, Dupenhoven, 9th December, 1705. 

I received yesterday evening, as I was preparing to leave 
Hanover, the favour of your letter of the 5th instant, and woidd 
lose no time in returning your Lordship my most hearty thanks 
not only for your many obliging expressions, but likewise for the 
kindness you showed me at Berlin. I intreat you to believe I 
have a true sense of them, as well as a real friendship for you, and 
that I shall ever have a just value for yours, and study on all 
occasions to deserve it. As to what you mention of the offers 



1705.] RENEWAL OF TREATY FOR LUNENBURGERS. 845 

made to you, I believe -they told me all they had a mind I should 
kuow. I thank your Excellency for making my 6ompliment8 in so 
friendly a manner to the King, and must beg you will improve all 
opportunities of letting H. M. know how sensible I am of all his 
&vours. Your Lordship will likewise please to give my humble 
service to the lady and her husband, and tell them it is not out of 
a compliment, but from the real value I have for the original, that 
I desire the picture* 

I am, with great trath and nnecrity, My Lord, 

Your Excellency's, &c. M. 

To Mb. secretary HARLEY. 
Sir, Haguey \Uh Decmher, 1706. 

Before I lefk Hanover I received the favour of your letter that 
was missing of the 13th past, with the enclosed from the Queen, and 
Comte Gallas*s memorial relating to the Marquis d'Aquaviva, 
which might have been complied with if it had come in time, but 
it is now near two months since that gentleman was exchanged for 
a brother-in-law of the Earl of Albemarle, taken prisoner this 
summer in Huy. I have renewed the treaty for the troops of 
Lunenburg in the English pay for the next year on the same foot- 
ing as the last treaty, and shall deliver it to you as soon as I come 
over, in order to its being ratified. 

Upon 'my arrival here yesterday in the evening I received your 
letters of the 23rd and 27th past, and this morning that of the 
30th, with the confirmation of the success of her Majesty's arms 
in Catalonia, and the good news of the safe arrival of our fleet. 
You may be sure at the first conference I have with the Deputies 
of the States I shall endeavour to excite them by her Majesty's 
example and the vigorous proceedings of the Parliament to exert 
themselves in carrying on the war, and to concur with us in giving 
proportionable supplies of men and money for enabling the King 
of Spain to continue his success. 

We have no news of the convoy that is to attend the yachts to 
England, but I hope it may be here at least within these eight 
days, by which time I shall be ready to embark. 

I am, -with truth. Sir, yonrs, &c. M. 



To Mb. secretary HEDGES. 
S^^ Hague, \M December, 1705. 

Your letter of the I3th past, that was missing, came to my 
hands before I left Hanover on Wednesday last, and upon my 



S46 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

coming hither yesterday evening I receiTed those of the 23rd and 
27th, as I did this morning that of the 30th, and do return you 
many thanks for the seyeral papers that accompanied them. The 
great zeal and earnestness which her Majesty and Parliament 
show for carrying on the war will I hope excite all the allies to 
exert themselyes in like manner. I shall be sore to prompt them 
to it as long as I am on this side. To-morrow I expect a con- 
ference with the Deputies of the States, and shall not &il to press 
them as you denre, that their minister in Portugal may be in- 
structed to join with Mr. Methuen in pressing that court to do 
their utmost, and to take the field with their troops as soon as pos- 
sible, which seems the more necessary at this juncture to prevent 
the enemy sending all their force from that side towards Cata- 
lonia. 

I am, with trath. Sir, yows, &e. M. 



To M. LE COLONEL CRONSTROM. 
MoNsnnjR, A la Haye, ce \7 DUcemhre, 1706. 

J'ai regu votre lettre du 14 de ce mois, et suis assez persuade 
des difficultes que vous aurez a essuyer avec les commissaires de 
France. Cependant je suis parfaitem^nt en repos a cet %ard, 
sachant bien que personne ne peut s'en tirer mieux que vous ne 
ferez. Pour ce qui est de M. le Chevalier de Croissy et du 
Baron de Montigny, le premier est sufBsamment instruit, aussi bien 
que M. le Marechal de ViUeroi, qu'il ne depend pas de moi de 
Techanger ; et a regard de I'autre, quoique j'aie des raisons assez 
fortes pour ne le pas relacher, je veux bien pourtant consentir k 
son ^change plutot que de rompre le traite. Cependant j'ai lieu 
d'etre m^ntent de sa conduite, puisque, selon son passeport, il 
devait Stre a present en ce pays. 

Je dois aussi vous repeter que pour les prisonniers qui sent en 
Angleterre, ou qui passent avec moi a present, je n'en suis pas le 
maitre. Pour le reste, vous etes assez instruit de mes intentions, 
et je me remets entierement a vos soins, selon le plein-pouvoir que 
je vous envoie ci-joint. 

Je suis, tr^parfaitement, Monsieur, votre, &c. M. 

Plsxn-pouvoir four M. ds Cbonstbom. 

Jean, Due et Comte de Marlborough, &c., aa Sieur Cronstrom, 
Colonel d'Infanterie dans les armees des Hants Alli&, &c. 
Comme Nous sommes convenus avec M. le Marechal de 
ViUeroi de traiter pour Techa^nge des prisonniers de guerre faits 



1705.] QUARTERS BETWEEN THE NAGH AND MOSELLE. 34T 

de part et d'autre, Ncras tous oonatituoiia et nonunoiiB par la 

presente, eommifisaire pcmr le dit traite, de ooo^enir et accorder 

avec les commissaires de Franoe tout oe qui en dependra de uotre 

cote, Nous engageaut par celle-ci de £aire executer tout ce dont 

Tous conviendrez arec eux k cet ^ard. — Fait a la Haye, oe 17 

Decembre^ 1705. 

M. 



To Tm PRINCE OF BADEN. 
Uoimwot^ , A la Ha^B^m 17 ZMmidm* 1705. 

v. A. n'aura dejk ete que trop impoitunee touchant les quar* 
tiers assignes aux troupes de Hesse. File peut bien croire que 
cela m'a aussi donn^ beaucoup de chagrin ; cependant je ne puis 
me dispenser de lui en ecrire encore ce petit mot, et cte la prior 
tres-instamment de vouloir preter les mains a ce que ces troupes 
soient pourvues au plus-tot des quartiers necessaires entre le Nagh 
et la Moselle, en leur faisant ceder Walpechelen, Meissenheim, 
Kirchberg, et le Rhingrayiat, sans quoi elles seraient obligees de 
retoumer dans le pays de M. le Landgrare, d'ou il est fort k 
craindre que nous ne pourrions les ravoir a temps pour les opera- 
tions de la campagne prochaine ; ce qui serait d'une tres-iacheuse 
consequence pour la cause commune. Ainsi je me flatte que V. A., 
quand File y aura murement reflechi, voudra bien donner les 
ordres necessaires pour qu'on leur foumisse les dits quartiers. 
Ce sera un service qu'FIle rendra aux hauts Allies, et je lui en 
aurai une obligation particuliere, etant tres-parfaitement et ayec 

respect, 

Monsieur, de V. A., &c M. 

To M. SPIEGEL. 

MoMSiECB, A la ffaye, cell D^seahre, 1705. 

«rai appris dqk durant mon sejour k Hanovre comme aussi k 
mon arrivee ici k la Haye, avec d^plaisir, par le rapport de M. de 
Gueldermalsen, que vous avez trouve une partie des quartiers d'hiver 
que je vous avais assignes, occupes par les troupes Palatines et par 
celles du Cercle de Westphalie ; et que les devoirs que M. de Guel- 
dermalsen a faits a Mayence pour vous les faire elargir out ete 
inutiles. JHai entendu depuis les dispositions provisionnelles que 
vous arez ete oblige de faire, et appris que trois bataillons de 
Totre corps ont passe le Rhin. Je continuend de £Eure des in- 
stances fort pressantes aupr^ de S. A. F. Palatine, et aupres du 
Prince de Bade pour que les quartiers que je vous avais assignes 



848 ' MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

▼ous puiflsent etre ceAes ; on du moins une teUe partie, que votre 

corps, qui est diminue a cette heure, puisse etre couunod^ent 

loge. En attendant, mon intention est que yous changiez pro- 

▼isionnellement la disposition que tous avez fiute, de maniere que 

dans les terres de S. A. £. de Treyes vous ne mettiez que deux 

bataillons. Le dit Prince ayant dejk re^ trois bataillons des 

Lunebourgeois dans ses Etats, il se trouverait surcharge si I'on 

en demandait davantage; et oomme il m'a fait representer et ofinr 

ici de vouloir donner les ordres requis a ses sujets de foumir aux 

dits deux bataillons leur necessaire, mon intention est precisement 

que vous ne donniez aucuns ordres a cet ^ard dans les dites 

terres ; et finalement que vous fassiez payer les dites troupes sur 

le pied de Taccord £Bdt entre S. A. E. de Mayenoe et le General 

de Bulow au sujet des trois bataiUons des troupes d'Hanovre 

logees dans la ville de Mayence. 

Je mis. Monsieur, yotre, &c M. 



To THE ELECTOR PALATIN. 
MoNSEiONEUB, A la Hatfty ce\% D^embre, 1705. 

Quoique j'aie deja importune V. A. E. par ma lettre du 8 de 
ce mois d'Hanovre, touchant les quartiers des troupes qui sont 
marchees des Pays Bas vers le Rbin, je me trouve oblige par les 
avis que je regois ici et les representations de M. de Guelder- 
malsen de Tetat oil sont ces troupes a present, d'avoir encore 
recours a V. A. E. et de la supplier tres-instamment de vouloir 
accorder les quartiers aux troupes de Hesse dans le ducbe de 
Simmeren et ses dependances ; moyennant quoi, et les quartiers 
que j'ai prie M. le Prince de Bade de leur ceder entre le Nagh et 
la Moselle, je me flatte que ces troupes pourront bient6t se re- 
mettre et etre en etat d'entrer en campagne de bonne heure ; 
autrement je crains beaucoup qu'ils pourraient deconcerter nos 
mesures pour les operations, au grand prejudice de la cause 
commune. 

Je 8ais, avec an vdritable attachement et respect, 

MonseigDenr, de V. A. E., &c M. 



To Mr. secretary HARLEY. 
Sir, Hague, IBth December, 1705. 

On Wednesday last I was in conference with the Deputies of 
the States, and represented to them the necessity of their paying 
without delay their proportion of the loan of three hundred thou- 



1705.] SUCCESSES IN CATALONIA. 349 

sand crowns ibr the service of Italy, which I hare reason to hope 
will be complied with. I likewise represented to them the mea- 
sures her Majesty was taking to support the Bang of Spain, and 
for carrying on our successes in Catalonia, desiring very earnestly 
the States would concur with her Majesty. They have promised 
me to make their report, and to lay the whole in the best manner 
before the States at their first meeting. In the mean time,. I shall 
take all opportunities of animating the particular members to take 
such resolutions as may be most for the public good, but am afraid 
I shall have no positive answer till the arrival of the convoy, and 
then, as I hope to be ready to embark in a day or two after, it is 
likely I may give you the first account of the success in person. 

We have had very blustering, stormy weather, with the wind at 
the N. W. for several days past, so that I hardly expect our men- 
of-war till the weather clears up. 

I am, Sir, yoan, &c. M. 

To M. CRONSTROM. 

Monsieur, A la Haye, ce 19 D^cembrey 1705. 

Je viens de recevoir votre lettre d'hier, et me flatte que la 
mienne du 17 vous aura ete bien rendue en son temps. Vous y 
aurez trouve un plein-pouvoir avec ma r^ponse sur le chapitre de 
M. de Croissy, dont je ne puis aucunement me relacher. Vous 
aurez aussi vu que je consens a I'echange de M. de Montigny en 
cas de necessite, et plutot que de rompre le traite. Pour le fils 
de M. le Comte de Bergeich, je n'ai pas songe a le retenir, ainsi 
vous pouvez vous en prevaloir comme vous trouverez le plus a 
propos, et vous en figure un merite, au lieu de M. de Croissy. Je 
suis bien aise que vous ayez mis le tout en ordre, peut-etre aurez 
vous signe, et que je pourrai vous voir encore ici avant que de 
m'embarquer, puisque le convoi n'est pas encore arrive. 

Je suis, tr^-parfaitement, Monsienr, votre, &c. M. 



To M. SALI8CH. 
Monsieur, A la Hatft^ ce 21 D^temhret 1705. 

Je VOUS suis fort oblige de Thonneur de votre lettre du 3 de 
ce mois, que j'ai re^u a mon arrivee ici, et souhaite de tout men 
coeur que tout puisse continuer tranquille dans votre departement. 
Je n'attends que Tarrivfe du convoi pour m'embarquer pour 
l*Angleterre, ou je vous prie de me faire le plaisir de me doiiner 
quelquefois de vos nouvelles, et de me faire part des avis que vous 



350 MARLB0B0X70H DISPATCHES. [17051 

reoevrez des moQYe m e nte que feront les eimeniis siir la frontftre. 

C(mtiauez--moi aussi, je youb conjure, rhonseur de vctre amitie, 

^t soyez persuade de la passion tres-«inc^ avec laqudle j'ai 

Thonneur d'etre, 

Mooaiear, votre, &c. M. 

To THB PRINCE OF SALM. 
IC^iftiKOB, A la Haye, ee 21 Ikbakbn, 1705. 

En partant de Berlin, je me suis donne Thonneur d'envoyer 
), V. A. une copie du traite que j'ayais renouYele arec oette cour 
pour le corps de huit mille hommes en Italic. Je n*ai pas laisse 
de reprosenter aox ministres en meme temps les facheuses conse- 
quences que pourrait prodaire la marche de leurs troupes du Haut 
Rhin, particulierement si elles s'eloignaient a ne pas pouvoir re- 
toumer a temps pour les operations de la campagne prochaine. Je 
me flatte que le Roi y aura fait des reflexions serieuses. Cependant 
il me semble qu'il serait tres a propos que I'Empereur envoyat 
incessamment quelque personne de distinction expres en cettc 
cour pour regler ce qui regarde les huit mille hommes que le Roi 
de Prusse doit foumir a S. M. I. ; comme aussi son contingent 
dans TEmpire ; et presser que toutes ses troupes soient remises 
au plus-tot en etat de service, et qu' elles puissent marcher de 
bonne heure, afin que, sur son rapport, on puisse prendre dei 
mesures justes pour la campagne. 

Depuis que je suis ici, j'ai soUicite I'Etat sur le pret de leur 
quote des trois cent mille ecus, et j'ai lieu d'esperer que moyen* 
nant les mesures que j'ai prises avec M. le Comte de Goes, dont 
il aura inform^ V. A., cette affaire reussira. Je n'ai encore que 
touche en secret I'emprunt de deux cent cinquante mille livres st 
pour mettre Tarmee d'ltalie en etat d'agir offensivement, ne 
Youlant pas les presser la-dessus que Tautre ne soit fim. 

Je me suis entretenu avec M. le Comte de Noyelles touchant 
le voyage d'Espagne, et lui ai fait savoir qu'en cas qu'il voulut 
Tentreprendre, I'Empereur ne le ferait pas seulement Velt-Mare- 
chal ; mais que quand S. M. C. serait en possession des Pays Bas, 
EUe y aurait des egards pour lui. selon son merite, outre que 
S. M. I. s'emploierait aupres de MM. les Etats afin qu'il eut leur 
permission d'y aller sans etre degage de leur service. Sur quoi 
je I'ai trouYe dans les dispositions telles que V. A. le pent sou- 
haiter, et tout pret a obeir aux ordres qu*il recevra a cet ^ard de 
la cour ; ainsi que si S. M. I. continue dans les memos sentimentst 
il sera necessaire que M. le Comte de Goes soit instruit de 



1705.] VEXATION KBSPECrnNO THE WINTEiUQUARTERS. 851 

s'adresser pour cet effet ^ MM. les Etate de concert avec le dit 
Comte de Noyelles* et de r%ler le tout avec lui. 

Le convoi que j'attends d'Angleterre n'est pas eiicore arrive, ce 
qui pourra retarder men depart de quelques jours ; mais avant de 
passer la mer, V. A. sera ioTorm^ de tout ce que j'ai pu ikire ici. 
£n attendant, je la supplie d'etre persuadfe de la passion et do 
respect tr^-sincere avec lesquels j'ai Thonneur d'etre, 

Moasienr, de V. A., &c. M. 

To THB COMTE DE SINZENDORFF. 

Momfsni^ A la Jla^t, ee 21 ZMsmOri^ 1705. 

Je ne vous ai pas ^rit depuis mon depart d'Hanovre, 

quoique j'en ai eu assez d'enviede demander votre assistance poor 

mettre fin aux brouilleries qui sont arrivees au sujet des quartiers 

pour les troupes de Lunebourg et de Hesse, qui sont marchees 

des Pays Bas. Cependant je tous ai epargne, et me suis content^ 

d'eu ecrire a M. le Comte de Sehonbom, comme vice-chancelier 

de I'Empire. Jamais rien ne ra'a donne tant de chagrin, et vous 

pouvez croire que je prendru mieux mes mesures a Tayenir. Ces 

troupes ne montent pas au nombre que M. le Prince de Bade 

arait souhaite par le Quartier*Maitre-General Volckershoven que 

je fisse marcher de ce c6te-la, neanmoins S. A. n*a pas trouv^ bon 

de domier la moindre assistance a leur faire foumir les quartiers 

necessaires ; mais j'ai lieu de croire qu'au contraire EUe a plutot 

tach4 de brouiller les cartes, et je ne sais si tous mes soins et 

toutes les lettres que j*ai ecrites a ce sujet y auront mis fin. 

J'ai travaille depuis que je suis ici a porter TEtat a entrer dans 

les conditions que FElecteur Palatin propose pour envoyer un 

corps de quatre mille hommes de ses troupes en Italic ; mais avec 

si peu d'apparence de succes, que je me trouve oblig^ de vous 

prier de rc^resenter les difficult^ qui se rencontrent en cette affiure 

k I'Empereur, et de supplier tres-humblement S. M. I. de vouloir 

s'y employer, et de tacher d'accorder cette affaire EUe-meme avec 

M. I'Electeur, sans quoi je crains fort que nous ne pourrons avoir 

ces troupes. J'ecris pour cet effet par cet ordinaire k M. le Prince 

de Salm, comme aussi au Comte de Wratislaw, ainsi je ne vous 

importunerai pas davantage a pr&ent ; mais avant de m'embar- 

quer, je vous ecrirai plus au large, etant avec une passion et 

respect des plus sinceres, 

MoDsiear, votre, &c M. 



862 MAKLBOROtrOH DISPATCHES. [1706. 

To TVS COHTE DE WRATISLAW. 
MoNSiEOB, A la Haye, ce 21 JO^bem&iv, 1705. 

Ma derniere etait de Berlin, ou je vous ai marque que j'avais 
renouvele le traite pour les buit mille hommes en Italie, dont j'en- 
Yoyais oopie en meme temps a M. le Prince de Sabn. Tout ce 
que j'ai pu faire alors touchant les troupes qui marchent du Haut 
Bhin etait de representor les f acheuses consequences qui en pour- 
raient r&ulter si elles s'eloignaient trop, et j'espere que la cour y 
aura fait de serieuses reflexions. Cependant je marque a M. le 
Prince de Salm que, selon moi, il serait fort a propos que TEm- 
pereur envoyat quelque personne de distinction a Berlin pour regler 
tout ce qui depend des troupes du Roi de Prusse qui doivent 
servir, la campagne prochaine, dans TEmpire, afin que nous 
sacbions de bonne beure k quoi nous devons nous attendre. 

Je me fiatte que mes soUicitations ici n'auront pas ete inutiles a 
regard de la quote de I'Etat dans Temprunt des trois cent mille 
ecus, pourvu qu'on entre dans les mesures que j'ai proposees a M. 
le Comte de Goes, et dont il aura deja informe la cour. 

J'ai reqn un expres de M. le Prince de Savoie, dans les termes 
les plus forts, comme sans doute il tous aura informe, et quoique 
je n'aie pas trouve a propos de pressor ici cet emprunt de deux 
cent cinquante milie livres st. jusqu'k ce que Tautre soit entierement 
vide, je n'ai pas laisse de montrer la lettre a quelques membres de 
TEtat les mieux intentionnes. Mais je dois vous dire francbement 
que je trouve si pen d'apparence quails y veulent entrer, qu^ j'ai 
ecrit a My Lord Tr^rier pour qu'il s*emploie que notre Banque, 
avec I'approbation du Parlement, foumisse toute la somme. 

Je garde le courrier du Prince Eugene id jusqu'a ce que je sois 
sur mon depart, afin de pouvoir d'autant mieux informer S. A. de 
tout ce qui le regarde. Je ne manquerai pas aussi de vous en 
ecrire en meme temps. 

Je snis, tr^ft-sino^rement, Moneiear, votrej &c. M. 



To THE COMTE DE WELTZ. 
MoNSiEOB, A la Hayty ce 22 D^cembre^ 1705. 

Le Comte de Lescberaine vient de me rendre la lettre que 
vous m'avez fait I'bonneur de m'ecrire le 15 de ce mois, ou je vob 
que vous avez deja passe vos offices pour terminer les difficultes 
survenues a I'egard des quartiers pour les troupes de Brunswic et 
de Hesse. J'espere qu'on y mettra bientot fin, d'autant plus que 
M. Bulow est autorise d'accorder quelques douceurs dans les 



1705.] APOLOGY TO THE ELECTOR PALATIN. 353 

quartiers, selon ce que les Etats du Cercle du Haut Rhin le sou- 
haitent. J*eii ecris encore a S. A. E. Palatine, comme aussi au 
Prince de Bade, et vou8 conjure de vous employer pour cela, 
etant persuade que tous y rendrez un tres-bon service a la cause 
commune. 

Je suis bien marri que je ne saurais avoir le plaisir de vous 
embrasser avant de passer la mer. Cependant j'espere que vous 
me continuerez toujours Vhonneur de voire amitie, et serez per- 
suade de la passion tres-sincere avec laquelle je suis, 

MoDsieur, rotre, &c. M. 

To THE ELECTOR PALATIN. 
MoNSsiGNEUB, A ki Haye^ ce 22 D^tembre, 1705. 

M. le Comte de Lescfaeraine vient de me rendre la lettre que 
V. A. E. m'a fait I'honneur de m'ecrire le 16 de ce mois, et je la 
siipplie d'agreer mes tr^-bumbles remerciments des felicitations 
qu'EUe veut bien me faire sur les honneurs que S. M. I. a daigne 
me conferer. J'ose bien Tassurer aussi que dans toutes les ren- 
contres oil il s'agira des interets de I'Empire, je tacherai de faire 
paraitre que je n'en suis pas tout-a-fait indigne. 

v. A. E. aura vu par mes demieres lettres le chagrin que 
m'ont cause les desordres survenus a Tegard des quartiers pour 
les troupes de Lunebourg et de Hesse que j'ai fait marcher des 
Pays Bas. Je suis persuade que pour ce qui me regarde en par- 
ticulier, Elle sera satisfaite que ou j'ai manque en aucune maniere, 
ce n'a ete que faute d'etre informe des formes et constitutions, et 
qu'ainsi Elle voudra I'excuser. J'ose bien aussi me flatter que le 
zele et I'attacbement de V. A. E. pour Pinteret de la cause com- 
mune et la consideration des efibrts de la Reine et de MM. les 
Etats pour soutenir la guerre, la porteront a pardomier de meme 
les Generaux Spiegel et Bulow en ce qu'ils auront pu manquer a 
leur devoir, et que, vu la necessite d'avoir les troupes a portee pour 
agir de bonne heure la campagne prochaine, Elle voudra bien 
concourir a ce que celles de Hesse puissent jouir des quartiers 
dans le duche de Simmeren, le baillage de Kirchberg, et les autres 
places qui leur sont destinees entre le Nagh et la Moselle, moyen- 
nant qu'elles observent une discipline exacte et se conferment en 
tout ce qui touche le paiement des quartiers a ce qui pourra etre 
convenu a cet egard, le General Bulow ayant des ordres expres de 
se conformer de meme, et de faire la repartition des quartiers pour 
les troupes de Lunebourg de concert avec les Depute du Cercle 
assemble a Francfort. 

VOL. IL 2 A 



354 MAKLBOROUGH DISPATCHES. [1703. 

Pour ce qui est du traite touchant Tenvoi d*uii nouveau Becours 
des troupes de V. A. E. en Italie, M. de Lescheraine aura aa 
premier jour une conference la-dessus arec MM. lea Deputes de 
I'Etat, ou je tacherai de mon cote d'y apporter toutes les fadlitea 
possibles ; alors EUe sera informee plus particulierement de cette 

affidre. 

Je 8018, avec toate soite de respect, 

MoDseigneur, de V. A. E., &c M. 



To THB PRINCE OF BADEN. 
Monsieur, A la Rage, ce 22 Decembre, 1705. 

Je n'ai regu qu'aujourd'hui la lettre que V. A. m*a fait 
rhonneur de m'ecrire le 7 de ce mois par M. le Comte de Les- 
cheraine, qui m'a en meme temps fait rapport de ce dont EUe 
Tavait charge de la situation des affaires sur le Haut Rbin. Je 
suis au desespoir de voir qu*elles sont si fort d^rangees, pourtant 
je me console im pen en ce que je suis persuade que V. A. ne 
negligera rien pour les remettre. EUe aura vu par ma lettre du 
17 du courant combien j'ai etc chagrine par les desordres sur- 
venus a Tegard des troupes que j'ai fait marcher des Pays Bas, et 
je ne doute nullement que V. A. n'aura deja donne les ordres et 
fait tout ce qui depend d'Elle pour mettre fin k ces brouilleries. 
Je suis, avec nne veritable passion. Monsieur, de V. A., &c. M. 



To M. BULOW. 
MoNSiEDB, A la Hajfe, ce 22 D^ioembre, 1705. 

J'ai regu Thonneur de vos lettres du 10 et 13 de ce mois, et 
n'ai pas cesse de travailler depuis mon arrivee ici k mettre une 
bonne fin aux disputes touchant vos quartiers. J'ai meme ecrit 
plusieurs lettres sur ce sujet a M. TElecteur Palatin, aux Elec- 
teurs de Treves et de Mayence, comme aussi a M. le Prince de 
Bade ; enfin j'ai lieu d'esperer que le tout sera regie a pr&ent, et 
que vous aurez fait la repartition des quartiers avec les Depute 
du Cercle assembles k Francfort k la satisfaction de I'lm et de 
I'autre ; et que moyennant une petite augmentation pour le four- 
rage, que je vous ai promis de tacher de faire agreer en Angle- 
terre, ces Messieurs seront entierement contents. 

Je n*attends que le convoi pour passer en Angleterre, ou je 
vous prie de me vouloir donner quelquefois de vos nouvelles. 
Je suis, avec nne Y^ritable passion, 

Monsiear, votre* &c M. 



1705.] DESTTTUTB CONDITION OF PRINCE EUGENE. 355 

To Mr. secretary HARLEY. 

Sib, ffaguCf 22nd December^ 1705. 

We have no letters from England since those of the 30th 
past, 0.8.9 Roi" ^^^ ^^ 7^^ ^^y n^^s of the convoy, which I am 
expecting with the more impatience that I am now preparing to 
embark with the first opportunity of wind after its arrival. 

Mr. Stepney acquaints you with the situation of affairs in Hun** 
gary, and gives you an account of the action that has happened 
between the Imperialists and the Hungarians on the borders of 
Transylvania. I fear it will not much forward our accommoda- 
tion in those parts. The disorders in Bavaria may also be of ill 
consequence if timely care be not taken to quiet them. 

I must own I am likewise under apprehension of ill news from 
Prince Eugene, since by the last letters I have from him of the 2nd 
of this month he was then in want of almost everything necessary 
for the subsistence of his army. I have recommended to the court 
at Vienna in the most pressing manner the applying speedy re- 
medies to all these disorders, and wish they may be in a condition 

to do it. 

I am, truly, Sir, yoars» &c M. 



To THE ELECTOR OF TREVES. 
MoNBEiONEUB, A la Haye, ce 23 DOiembre^ 1705. 

M. le Baron d'Eltz, grand doyen de Treves, m'a remis hier 
la lettre que V. A. E. m'a fait Thonneur de m'ecrire le 17 de ce 
mois, et m'a en meme temps fait part des exactions des troupes de 
Hesse dans son pays, dont je suis tout-a-fait au desespoir. Je me 
flatte pourtant que mes instances aupres de Monseigneur I'Elec- 
teur Palatin et du Prince de Bade, et la lettre que j'ai ferite au 
General Spiegel, dont EUe sera informee du contenu, auront eu 
leur effet et mis le pays en repos. Cependant je leur ai encore 
rep^ les memes instances par le dernier ordinaire, et M. le 
Grand Doyen, qui n'a rien neglige en cette affaire, aura Thonneur 
de fiiire part a V. A. E. de ce que j'ecris encore aujourd'hui a ce 
general, auquel j'ose assurer V. A. E. que je tiendrai exactement 
la main. Enfin je puis dire qu'il n'y a rien qui m'ait donne tant 
de chagrin que les justes sujets de plaintes que V. A. E. a eu lieu 
de faire en cette occasion, ce qui m'obligerak prendre des mesures 
plus justes a I'avenir. Ce sera aussi avec des egards tout par- 
ticuliers pour les interets de V. A. E., puisqu'on ne pent etre avec 
un plus veritable attacbement et respect que je suis, 

Monseigneiur, de V. A. £., &c. M. 

2a2 



356 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To li. SPIEGEL. 
MoNSiETB, A ia Hage, ee is Iktembn, noS, 

Quoique but les representataons reiterees que j'ai fiiites et 
meme repetees par le dernier ordinaire anpres de M. TElecteur 
Palatin et du Prince de Bade, j'ai toot lieu d'esperer qu'on vous 
aura cede les quartiers necessaires pour le logement de yob troupes^ 
ce qui aura ete &it avec d'autant plus de facilite, puisque trois 
bataillons de votre corps out passe le Rfain, de maniere que je me 
flatte que les troupes seront a present en repos, et que youb tous 
etant conforme a ma demiere lettre du 17 de ce mois, an sujet da 
paiement des quartiers, et en ne mettant que deux bataillons dans 
les terres de S. A. E. de Treves, on sera tout-a-fait content de part 
et d'autre — cependant les memoires ci-joints m'ayant ete remis 
hier, par lesquels il semble que vos troupes auraient hit de tres- 
grandes exactions dans le pays de S. A. E., qui d'ailleurs a assez 
souffert, je n'ai pu me dispenser de vous envoyer les dits memoires, 
et de vous prier de notifier au plus-tot aux officiers que j'ordon- 
nerai non-seulement de faire faire une recherche rigoureuse de 
toutes les exactions qu'ils auront commises ou commettront a 
Tavenir, pour dedommager le pays hors de leurs gages ; mius que 
j'en porterai aussi mes plaintes a M. le Landgrave, qui je suis sur 
approuvera le dit dedommagement, et fera meme des exemples de 
ceux qui se trouveront coupables. 

Je SHIS, tr^s^iDc^rement, Monsieur, Totre, &c M. 



To Mr. secretary HARLEY. 
Sir, Ifoffue, 2bih December, 1705. 

I have received together the favour of your letters of the 4th 
and 7th instant, and you may believe it is the only satisfaction I 
have in my confinement here for want of the convoy, to hear that 
her Majesty's affairs go on so well in Parliament The wind is 
now easterly, and very fair weather if we could make use of it 

I approve entirely of what you have written to M. Buys about 
the contraband. Those gentlemen seem convinced of their error, 
and I believe we shall hear no more of that matter for the pre- 
sent. 

The States notified this afternoon to the Comte de Goes that 
they would comply with the payment of their quota of the three 
hundred thousand crowns upon the condition he proposes, which 
comes very seasonably, since we had advice to-day that General 
Staremberg was arrived at Vienna, with great complaints from 



1705.] SQTIADROK FITTING OUT AT BREST. 357 

Prince Engene of the miserable condition his troops are reduced 
to for want of all manner of necessaries. We shall now press their 
quota of the other sum of two hundred and fifty thousand pounds 
sterling. 

I am, with trath. Sir, joan, &e. M. 



To Mr. SECRETARY HEDGES. 
Sib, Hague, 25th DeceaAer, 1705. 

I give you many thanks for the fsiyour of your letters of the 
4th and 7th instant, whereby I see not only how successfully the 
public business is carried on in Parliament, but likewise the vigor- 
ous efibrts her Majesty is making to assist the King of Spain, 
which you may be sure I shall endeavour to improve on all occa- 
sions as long as I am confined here for want of a convoy, so as to 
prompt the States to follow so good an example. 

I diall use my best endeavours to penetrate into the 'designs of 
the squadron you mention to be fitting out at Brest and the other 
ports, though if the advices we have be true, that they intend to 
have their main fleet at sea next summer, I don't believe they will 
be able to send so great a squadron of ships out of these seas, nor 
do I think they can spare three thousand landmen to put aboard 
them. 

Tlie States have at last consented to their quota of the loan of 

three hundred thousand crowns to the Emperor for the service of 

Italy. 

I am. Sir, yoan, &c. M. 

To THE DUKE OF ABGTLE. 
Mv LoBD, Hague, fteth December, 1705. 

I hope your Grace will excuse my not answering your letter 
in the hurry of my journey, and that you will not doubt of my 
readiness to comply with your recommendation, particularly where 
so near a relation as my Lord Archibald Campbell is concerned ; 
but Mr. Borthwick, lieutenant-colonel to Brigadier Ferguson, was 
so well recommended to me, that I could not refuse him the re- 
giment before I had the honour of your letter. If any other 
opportunities offer, I shall be very glad to assure your Grace of 

the true respect wherewith I am, 

Mj Lord, your Grace's. &c M. 



358 MABLBOROUOH SlSPAICHESu [1706. 



To noE OOlfTE DK WABTENBEB& 
MosiizirB, A fa Bag^ ee tC Ikhiwki i, ITOS- 

J*ai reqa la lettre que tods m^avez hik llMBneiir de m'ecrire 
le 12 de oe moia, et je me ilatte que toos croirez fccilrmfiit que 
je n'ai rien neglige depois que je suis id poor porter MM. ks 
Etats a etre plus exacts dans le paiement des troiqies de S. M. le 
Boi de Pmsse a lenr aolde. Je suis anad posoade que mes aoins 
a cet ^ard ne seroot pas sans lenr effi^ 

J'ai anssi parle a qoelqaes-nns des membres de TEtat aa sojet 
de S. A. S. le Prince Guillaame de Saxe Ciotha, pcrar leqnel, sans 
que S. M. s'y interessat, vous pouTez croire quli Totre recom- 
mendatioD seule je m'emploierais de tont mon possible afin d*obtemr 
ce que yous sonhaitez pour S^A. Mais oes Meaaenrs m*ant re- 
pondu qu'au lieu d'ajouter la mcniidre dioee a leur dqpensey FEtat 
dierche toutes les occasions de se soulager, et qu'ontre oela il J & 
plnsieurs de leurs offiders gen^ux qui se fbnsialiseraient a on 
leur paasait un autre par-dessus qui n'en aurait pas le rai^ de 
sorte que je n'ai ose passer outre. Cependant j'espere que ced 
ne Tous decouragera pas de m'adresser souTent tos ordres, pmsque 
Tous ne sauriez me £ure un plus grand plaisir qu'en me domant 
de frequentes occasions de tous assurer de la parfiiite estime et dn 
respect tres-sincere avec lequel j'ai llionneur d'etre, Ac, 

MoDsieiir, yoCki» &c. II. 



To M. SALISCH. 
MoKSiBCB, A la Haye, oe 36 Ditmin^ 170& 

Quoique je me sois deja donne llionneur d'accua^ Totie 
demiere lettre, me trouvant retenu id manque de convoi, je n'ai 
pas voulu laisser partir M. Murray sans racoompagner de oe petit 
mot de lettre. C'est un offider de merite, qui tous soulagera 
beauooup, puisque tous pourrez tos repoeer entierement sur ses 
soins. U s*e8t bien touIu charger aussi de tous assurer de boudie 
de la passion tres-sinc^re aTec laquelle je suis, 



To THE ELECTRESS OF BAVARIA. 
BiADAME, A la Hajfe^ ee 26 DAxmire, 1705. 

La lettre qu'il aplu a V. A. E. de m'ecrire m'a ete rendue en 
son temps, aTec celle dont Elle a bien touIu me charger pour la 
Reine ma maitresse, laquelle j'ai achemine d'abord en Angleterre, 
et je n'aurais pas tarde si long-temps ma reponse, si oe n'etait pour 



1705.] ANSWER TO THE DUCHESS OF P0RT8M0TJTH. 359 

attendre aiusi celle de S. M., qui ne m*e8t arrivee que par le 
dernier ordinaire ; auasi je n'u point voulu perdre de temps pour 
la faire tenir a V. A. £. J'esp^re qu'Elle la trouvera agr^ble, et 
me Bera ausai avec plaisir de cette occasion pour I'aasurer du 
respect tm-aoumis avec lequel j'ai Thonneur d etre, 

Madame, de y. A. E^ &c M. 

To THE DUCHESS OF PORTSMOUTH. 
Madame, A la Haye, ce 26 IMcembre, 1705. 

J'ai re^u la lettre que vous m'avez fait Thonneur de m'ecrire 
le 8 de ce mois. M. de Palmquist m'a aussi rendu votre pre- 
cedente, avant que j'ai commence mon voyage d'Allemagne, sur- 
quoi j'ai d'abord ecrit en Angleterre a une personne que je suis 
8ur est de vos amis. J'ai voulu attendre sa reponse avant que de 
vous ecrire ; je viens de la recevoir depuis mon retour, et aurais 
bien souhaite qu'elle fut plus favorable. Cet ami me mande que 
la Reine etant obligee de foumir au-dela de toute son epargne pour 
les frais extraordinaires de la guerre, il n'ose, quoique plein de 
bonne volonte, exposer vos pretentions a S. M . dans la conjoncture 
presente, puisque cela pourrait porter du prejudice pour I'aveniry 
sans aucune apparence de succes a present. Cependant, quand je 
serai arrive a la cour, si j'y vois le moindre jour, je ne manquerai 
pas de m'en prevaloir, et serai ravi de vous pouvoir mander 
quelque bonne nouvelle, puisque personne ne pent etre avec une 
plus veritable passion et respect que je suis, 

Madame, votre^ &c. M. 

To LORD AYLESBURY. 
Mr Lord, Hague, 2eth December, 1705. 

I take the opportunity of Major-General Murray's return to 
Liege to acknowledge the receipt of the letter he brought me 
from your Lordship, and to asstu'e you that when a favourable 
conjuncture offers in England, I shall be very glad to improve it 
to your satisfaction. I pray your Lordship will give my humble 
service to my Lady Aylesbury ; I heartily rejoice to hear she is 
so well recovered, and hope you will do me the justice to believe 
me with great sincerity. 

My Lord, yonr Lordship's, &c. M. 



To THE COMTE DE WRATISLAW. 
MovaiEnay A la Hojfe, ce 27 Ik'eembre, 1705. 

Le Comte de Groes m'a rendu voire depeche du 12 de ce 
mois, ou je vois que votre z^le pour le service du maltre vous a 



360 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

un peu emport^. Je yous ai ecrit de Berlin, et encore depuis, 
mes sentiments touchant les troupes que le Roi de Prusse doit 
envoyer dans TEmpire, et je me flatte que S. M. I. trouvera bon 
de faire partir quelque personne de distinction pour cette cour 
sans delai. J'ai lieu d'esperer qu'il la trourera dans des disposi- 
tions favorables ; mais elle vent etre pressee. 

II faut que ce soit sur quelque lettre ecrite de Vienne avant 
mon arrivee, que la Reine a envoye le premier paiement des trois 
cent mille ecus droit a Venise ; ainsi vous voyez que vous avez 
des realites et non pas des esperances seules, comme vous dites, 
puisque cette remise a deja ete faite depuis assez long-temps. 
Mais il n'y a que deux jours qu'on a pu obtenir le consentement 
de I'Etat pour leur quote dans cet emprunt, comme le Comte de 
Goes Tous informera, et ce sera k lui k remettre cet argent au 
plus-tot Pour les autres cent mille qui restent de notre quote, 
yous pouvez faire fond qu'elles suivront au temps promis, et je 
travaillerai le moment que j'arrive pour faciliter les moyens a 
trouver les deux cent cinquante mille livres st., comme je vous 
Tai mande par ma demiere lettre, car je ne vois gueres d'ap- 
parence qu'on y veuille entrer ici. Nous avons eu hier une con- 
ference avec les Deputes de I'Etat touchant les troupes Palatines, 
et j'ai declare que la Reine etait prete a entrer pour les deux tiers 
dans I'augmentation des dites troupes afin de hater le secours 
pour ritalie ; mais les ministres de TElecteur ayant fait de nou- 
velles propositions, qui out plutot servi a reculer qu'a avancer les 
affaires, la-dessus I'Etat a trouve a propos de consulter les Pro- 
vinces avant que de passer outre, ce qui retardera la conclusion 
pres de six semaines, de sorte que comme je vois par une lettre du 
Comte de Sinzendorff, que S. M, I. a accorde a M. I'Electeur I'ex- 
plication qu'il a souhaitee sur le surplus du pain a livrer en Italic, 
avec la permission de faire ses recrues dans T Empire au nom de 
I'Empereur, et qu'outre cela I'Angleterre s'est aussi declaree si 
favorablement, il me semble qu'on devrait pressor la marche de ce 
corps de troupes incessamment sans le moindre delai, faute de 
quoi, scion ce que je puis penetrer, MM. les Etats pourraient 
donner de leurs propres troupes, moyennant les avantages que 
I'Empereur ofire aux Palatins. 

A regard des negociations de paix qui se tramaient ici, tout 
cela s'est evanoui. Ceux qui les ont encouragees reconnaissent 
leur erreur, et avouent qu'ils ont ete abuses, mais je ne puis m'em- 
pecher de vous dire que vous portez cette affaire trop loin en 
soupQonnant que I'Angleterre y est entree. II est certain que les 



1705.] SUSPECTED NEGOTIATION FOR PEACE UNFOUNDED. 861 

efforts que la Reine fait, non-seulement pour pousser la guerre 
d'Elle-meme, mais outre cela pour aider sea Alli& presque au- 
dela de la possibilite, devraient la mettre entierement a convert de 
de tela soup^ns. La declaration qu^EUe a aussi fait faire par ses 
mimstres dans les cours de ses Allies, et ce qu'EIle vient de dire 
en dernier lieu a son Parlement, et duquel, avec votre permission, 
Yous pervertissez tout*a-fait le sens, sont aussi des preures assez 
claires que S. M. ne pent avoir le moindre penchant de ce o6te-lk. 
En mon particulier, quoique vous en disiez, si je pouvais soup- 
(;onner qu'on y songeat en aucune maniere chez nous, je me 
croirais oblige en bonneur et en conscience de le d&larer a TEm- 
pereur, et ne manquerais pas aussi de le faire des le premier 
moment, ce que je vous prie de vouloir temoigner k S. M. L en me 
mettant avec toute soumission a ses pieds. 

Je retiens le courrier de M. le Prince Eugene jusques a mercredi, 
quand je pourrai lui ecrire plus an net que je ne puis a present. Si 
S. A. se trouvait a Vienne, ou si vous lui envoyez quelque expr^, 
je vous prie de lui marquer ce que je vous mande. 

Je sma, tr^-sino^rement» Monsiear, yotre, &c. M. 



To THB COMTE DE SINZENDORPP. 
MoMSiEDB, A la Haye, ce 27 Dhembre, 1705. 

«rai re^u par Pezpres envoye a M. le Comte de Goes la lettre 
que vous m'avez fait I'bonneur de m'ecrire le 12 de ce mois, et 
suis ravi d'apprendre que I'Empereur est satisfait de mes soins It 
Berlin, pour ce qui regarde le traite pour les buit mille hommes. 
J'aurais bien souhaite avoir pu faire quelque cbose aussi touchant 
les troupes de Prusse qui doivent servir dans TEmpire ; mais je 
me flatte que S. M. I. approuvera la proposition que j'ai £ute d'en- 
voyer incessanmient quelqu'un en cette cour pour la presser a 
renvoyer toutes ses troupes de bonne beure. Je ne doute point 
aussi qu'on ne la trouve dans de bonnes dispositions pour cela. 
Je serai bien aise d'apprendre que le Comte de Stratman aura pu 
reussir dans sa negociation ; mais on n'a point de temps a perdre, 
autrement le eecoura viendrait bien tard. 

II y a deux jours que j'ai declare a MM. les Etats que la Reine 
etait prete d'entrer pour ses deux tiers dans I'augmentation des 
troupes Palatines afin d*avoir le secours de quatre mille hommes 
pour ritalie ; mais les ministres de I'Electeur ayant fait de nou* 
velles propositions qui reculent plutdt que d'avancer les affaires, 
les Etats ont trouve h, propos de les renvoyer a leurs Provinces, ce 



362 MARLBOKOUGH DISPATCHES. [1705. 

qui causerait un delai de pros de six semaines^ a moins que S. M. I. 

par 860 pressantes instances ne put porter M. TElecteur a faire 

marcher ses troupes en attendant, et incessamment, a quoi il me 

semble que S. A. £. ne devrait faire aucune dilBculte, puisque toub 

lui avez aooorde ses demandes, et que d'ailleurs I'Angleterre s'est 

dejk declaree si favorablement 

Tandis que nous etions en peine a Vienne pour trouver lea 

moyens de remettre les cent mille ecus pour le premier paiement 

de la Reine, dans I'emprunt des trois cent mille, de Francfort k 

Venise, on avait eu soin, sur quelque avis de chez yous, de 

fiiire la remise a cette demi^re place en droiture de Londres, et 

je me flatte que les troupes en auront deja profite ; mais il n'y a 

que deux jours qu'on a pu porter I'Etat a se declarer sur leur 

quote, et ce sera k present a M. le Comte de Goes de remettre 

incessamment cette somme. Pour les autres cent mille qui nous 

restent a payer, tous pouvez faire fond que cela suiyra au premier 

jour, et meme qu'on trayaillera pour que la grande somme de 

deux cent cinquante mille livres st. soit aussi avancee au plus-tot ; 

de sorte que j'espere qu'on fera marcher le secours a M. le Prince 

Eugene avec toute la diligence possible, et que yous aYouerez 

qu'en ceci comme dans les puissants secours que la Reine enYoie k 

S. M. C, Elle fait au^dela de ce qu'on pouYait esperer. Je me 

flatte aussi qu'on n'epargnera aucun moyen pour en profiter avant 

qu'il ne soit trop tard. 

Je sols, tr^-sincdrement. Monsieur, Yotre, &c. M . 



To THB PRINCE OP 8ALM. 
MoKHBOB, A la Hay^t ce 28 DOsmnbre, 1705. 

J'ai re^u la lettre que V. A. m'a fidt I'honneur de m'ecrire 
du 16 de ce mois, et suis au desespoir de ce qu'EUe n'est pas 
contente de I'article 4 du traite que j'ai conclu demierement k 
Berlin. Cependant il me semble que les deux cent mille florins y 
stipules n'ont aucun rapport k I'argent de leY^ pour les quinze cents 
hommes de recrues, et que je ne me suis engage k rien a I'^ard 
de cette somme de la part de S. M. I. que selon sa d^laration et 
du consentement du resident Heems, comme il est meme specifie 
dans le dit article, de sorte que je me flatte que quand V. A. y 
aura r^flechi, Elle Yerra que je n'ai pas eu grand tort dans cette 
affaire. 

II est bien clair, comme V. A. le remarque, que la France 
remue ciel et terre pour enYoyer du secours au Due d' Anjou ; 
cependant quand Elle sera bien informee des grands efforts que la 



1705.] DRAFT OF FBSKGH TROOPS FROM ALSACE. 863 

Reise fait pour soutenir S. M. C, je ne doute point qu'EUe avouera 
que nous faisons tout notre possible, et il £siut aussi esperer que 
ces eflforts ne seront pas sans leur effet 

Par lea demiers avis de France on mande qu'outre les trente 
oompagnies de grenadiers qu'on a fait marcher de TAlsace vers 
la Catalogne, on a donne ordre de les faire suivre par dix bataillons 
du meme pays, de sorte qu'il me semble que M. le Prince de 
Bade, puisqu'il n'a pu empecher la marche de toutes ces troupes, 
pourra du moins profiter de leur eloignement et de la fidblease des 
ennemis de ce cote-lk. 

«recris une assez longue lettre par cette meme occasion a M. le 
Comte de Wratislaw, toucbant les affiures d'ltalie et les n^ocia^ 
tions qui se sont tramees ici depuis trop long-temps. Ainsi je sup- 
plie V. A. de permettre que je me rapporte a ce que je lui marque 
sur oes deux articles, et de me faire la justice d'etre persuade de 
Tattachement et du respect avec lesquels j'ai I'honneur d'etre, 

Monsieor, de V. A., &o. M. 



To M. SPIEGEL. 
Monsieur, A la Haye, ce 28 D^Dembre, 1705. 

Je m'etais flatt^ que ma lettre du 23 de ce mois serait la 
demiere que j'aurais ete oblige de vous ecrire au sujet de vos 
quartiers. Cependant ayant regu aujourd'hui une lettre de S. A. 
S. £. Palatine, par laquelle Elle me marque qu'EUe arait bien 
Youlu condescendre k faire sortir son regiment de cai^biniers du 
duche de Simmeren, du baillage de Kirchberg, et du comte de 
Veldentz, pour ceder ces places a vos troupes, je n'ai pu me dis- 
penser de Tous ecrire encore celle-ci, pour tous recommander tr^ 
expressement que le dit duche, comte, et baillage ne soient 
charg^ qu'a proportion des autres lieux ou les quartiers pour les 
troupes sont etablis, et que pour cette fin vous ayez incessamment 
a nommer des officiers pour concerter avec les baillis des lieux et 
autres interess^ dans telle place qui sera le plus commode pour 
la repartition des dits quartiers, afin que cela se fasse ^alement, 
et a la satisfaction de chacun, ayant soin que les troupes observent 
une discipline tres-exacte, comme je vous Tai marque par ma 
demiere, et selon ce que S. A. £. souhaite par I'extrait de sa 
lettre ci-jointe, auquel vous aurez k vous conformer pour ne 
donner aucun sujet de plainte. 

Je mis, tr^sino^rement, Monsieur, votre^ &c. M. 

P.S. — ^D n'est pas besoin que je vous recommande le paiement 
des quartiers, m'etant assez explique la-dessus par ma demiere. 



364 BfABLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To M. BULOW. 
MoNBiEini, A la Haye, ee 29 Deeembn, 1705. 

Je n'ai point eu de tos nouTelles depuis celle de 13 de ce 

moisy que j'ai accuse le 22, et m'etais fiatte que ^'aurait ete ma 

demiere au sujet des quartiers; mais ayant depuis re<;u uue 

loDgue lettre de MM. les Deputes du Cercle du Haut Rhin, oh 

ils se plaignent fort de la repartition de tos troupes, particuliere- 

ment de ce que les terres de la noblesse ne sent pas logees, comme 

Yous Terrez par I'extrait que vous rece?rez de M. de Bothmar, et 

S. A. S. £. Palatine m'ayant aussi represente par I'instruction ci- 

jointe rinjustice qu'on fiBiit par la aux sujets des etats du Cercle, 

je Tous prie tres-instamment de vous conformer au plus-tot a ce 

que S. A. £., qui, comme vous savez, est directeur du dit Cercle, 

souhaite a cet egard, ayant un soin particulier que la repartition 

se fasse avec le plus d'egalite possible, de concert avec MM. les 

Deputes et les autres interesses, afin de mettre une fois fin a cette 

facbeuse affaire. 

Je sois, tr^smch^ment. Monsieur, Yotre, &c M. 

P.S. — ^11 n'est pas besoin que je vous repete le paiement des 
quartiers, m'etant explique Ik-dessus d'Hanovre et meme depuis 
mon arrivee ici. 



To THE ELECTOR PALATIN. 
MoNSEioNBUR, A la Haye, ce 29 D^bembre^ 1705. 

Le Comte de iLescheraine m'a remis bier la lettre que 
V. A. E. m'a fait Tbonneur de m'ecrire le 25 de ce mois, ou je 
vols la condescension qu'EUe a bien voulu avoir de retirer ses 
propres troupes de son propre pays pour fiure place a celles de 
Hesse, et nous tirer du mauvais pas ou le manque des precautions 
necessaires nous avait jetes. Je ne manquerai pas aussi d'en faire 
part a la Reine ma maitresse, qui, je suis persuade, sera tres- 
sensible aux marques d'amitie pour sa personne et au zele pour la 
cause commune que V. A. E. temoigne en cette occasion. En 
mon particulier, j'en suis plus penetre que personne, et tacberai 
par tous les moyens d'^n temoigner mes tres-bumbles reconnais- 
sances. 

V. A. E. pourra voir par les lettres que j'ecris a pr^nt aux 
Generaux Spiegel et Bulow, que je n'ai pas manque a suivre ses 
ordres en ce qui regarde la repartition des quartiers et la disci- 
pline de leurs troupes ; et j'ose bien me flatter que ces Messieurs 
s'y conformeront exactement, de maniere qu'EUe et les Deputes 
du Cercle n'auront plus occasion de s'en plaindre. 



1705.] RELIEF BY THE STATES FOR CATALONIA. 365 

M. le Comte de Lescheraine aura I'honneur d'informer V. A. E. 
de ce qui s'est passe ici a I'egard du nouveau secours de ses troupes 
pour I'ltalie, et je suis persuade me fera la justice de Tassurer que 
je fais mon possible pour que cette affaire se termine a la satis- 
faction de y. A. E.y ne cherchant rien avec plus d'empressement 
que de lui temoigner TattachemeDt et le respect avec lesquels j'ai 

Thonneur d'etre, 

Monseigneor, de V. A. E., &c. M. 



To Mb. SECRETARY HARLEY. 
SiB, Hoffue, 29th December, 1705. 

I return you thanks for the £ivour of your letters of the 11th 
and 14th instant, which came to hand last night, when we like- 
wise received advice of the arrival of the convoy, so that I am in 
good hopes, if the wind favours me, to be with you in a very few 
days. In the meanwhile I must send you the enclosed resolution 
of the States, by which you will find they propose, as the most 
expeditious means of supporting the King of Spain, and continuing 
our sucqesses in Catalonia, the transporting thither six thousand 
men, or such a number as may be conveniently spared from Por- 
tugal. This they are induced to do not only from the necessity of 
sending a speedy relief, but likewise from the advices we have that 
the enemy have marched with the greatest part of their troops 
from the frontiers of Portugal that way ; besides a great number 
from other parts ; so that notwithstanding our sending this de- 
tachment, we shall still maintain the same superiority at least over 
the enemy on that side, and be able to take the field with the like 
advantages as if no troops had been sent from either side. You 
will please to take the first opportunity of laying this resolution of 
the States before the Queen, that if my Lords of the Council think 
it advisable for her Majesty to concur therein, care may be taken 
that the necessary instructions be dispatched immediately to Mr. 
Methuen and my Lord Galway to join with the Dutch ministers 
in their applications to the King of Portugal for his consent, so 
that no time may be lost in the embarkation of the troops and their 

proceeding to Barcelona. 

Sir, yoon, &c M. 



To M. LE COMTE VAN DER NATH. 
MoMfliEUB, -4 ^ Haye, ce 29 Dtfcembre, 1705. 

J'ai re^ I'honneur de votre lettre du 6 de ce mois, et vous 
promets que j'aurai soin de la liberte de M. le Colonel Aaderkas 



866 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

au premier jour. Le Colonel Montigny n'y pourra apporter 
aucun obstacle, puisqu'a Theure que je rous ^cris je crois qu'il 
sera dejk echange. Je vois que vous n'avez pas 6te bien informe 
de la somme qu'on donne pour les chevaux creves de la maladie. 
Vous trouverez que cela ya beaucoup au-dela de vingt-cinq ecus, 
et d'abord que j'arriverai en Angleterre, j'aurai soin que ce qui 
vous regarde soit remis a notre tresorier au plus-tSt, pour etre dis- 
tribue aux officiers ; ainsi je vous recommande tres-instamment de 
les presser a faire lever leurs recrues avec toute la diligence pos- 
sible. Vous m obligerez beaucoup en me donnant quelquefois de 
vos nouvelles, et particulierement comment cela avance. 
Je suis, avec une y^ritable paasioo etestime^ 

MoDfiieur, Totre, &c. M. 



To M. BERTHOLDI. 
IfoNtiscB, A la ffaye, ce 30 IMcembre, 1705. 

Je VOUS suis fort oblige de I'honneur de votre lettre du 12 de 
oe mois, et comme vous pouvez croire, j'^tais ravi d^apprendre que 
S. M. I. se trouvait contente de la reussite de mes negociations a 
Berlin. Cependant par des lettres que j'ai revues depuis de 
Vienne, il me semble que cette cour ne serait pas satisfaite de 
Tarticle 4 du traite toucbant les deux cent mille florins payables 
a S. M. P., quoique je n'engage FEmpereur a rien que selon la 
d^laration du r&ident Heems, comme il est dit expressement 
dans le dit article. Je vous avoue que cela m'a un peu surpris, 
et j'ai voulu vous en dire ce mot, afin que si vous entendiez parler, 
vous me puissiez justifier, sans pourtant qu'on sacbe que je vous 
en ai ecrit ; ce que vous pouvez d'autant mieux faire, la de- 
claration de TEmpereur sur cette somme ayant passe par vos 
mains. 

Notre convoi est arriv^ depuis deux jours ; jdnsi je n'attends a 
present que le bon vent pour passer en Angleterre, ou je serai 
tres-aise d'apprendre de vos nouvelles, etant avec une veritable 

passion et estime, 

Monsiear, rotre, &c M. 



To M. DE WEYBERG. 
M0N8IEC&, A la Haye, ce 30 D^cembre, 1705. 

A mon arrivee ici j'ai requ votre lettre du 28 du mois passe 
avec celle que S. A. R. le Prince Charles de Danemarc m'a fait 
Thonneur de m'ecrire toucbant I'eveche de Lubeck, et auquel je 
me donne celui de repondre en droiture. Je vous assure que je 



1705,] LXJNBNBXJBGEE8 RECEIVED BY ELEC. OF MENTZ. 867 

soifl bien marri que je n'aie pas eu le plaisir de vous embrasser k 
Vienne, et de vous entretenir but cette affaire. Je tous aurais 
bientdt convainou que s'il tenait a moi, elle aurait deja ete videe 
a I'amiable. Je n'ai pas cesse d'y trayailler depuis que je suis 
ids et me fiatte qu'on trouvera bientot les moyens d'y mettre une 
heureuse fin. 

Je sols, ayec one T^ritable passion et estime, 

Monsleiir, y^ntre, &e. M. 



To THE ELECTOR OF MAYENCE. 
MoMSBiGKBDB, A ki Haye, ce 30 I>^cemhre, 1706. 

J'ai reQu les lettres que V. A. £. m'a fait rhonneur de m'ecrirQ 
le 10 et 15 de ce mois, et n'ai pas voulu manquer a lui rendre mes 
tres-humbles remerotments des felicitations qu'EUe veut bien me 
fitire sur les concessions et la dignite dont il a plu a S. M. I. de 
m'honorer, et que je tacherai de meriter, s'il est possible, par un 
attachement inviolable aux vrais interets de rEmpire. Je ne dois 
pas moins me louer des fisunlit^s avec lesquelles V. A. E. a eu 
la bonte de recevoir les troupes de Lunebourg dans son pays, 
quoiqu'on eut manque dans les formality requises. J'ose bien 
engager qu'elles se tiendront dans la demiere discipline, et seront 
tree-exactes dans le paiement de leurs quartiers, et qu'ainsi Elle 
n'aura aucun sujet de se plaindre du zele qu'EUe a temoigne en 
cette occasion pour le bien de la cause commune. 

Je suis, avec attachement et respect, 

Monseignenr, de V. A. E., &c M. 



To THB ELECTOR OF MAYENCE. 
MoHSUONBUB, A la ffaye^ ee 31 D^ombre^ 1705. 

M. le Prince de Hesse Hombourg etant sur son depart pour 
se rendre aupres de V. A. E., j'ai ete bien aise de me prevaloir de 
eette occasion pour Tassurer de la part que je prends partout oil 
il s'agit de ses interets. S. A. me fera la justice d'informer 
V. A. E. de bouche de la maniere que j'ai re^u les propositions 
qu'il m'a faites de sa part, touchant ses troupes, et qu'il ne tiendra 
pas a moi qu'elles n'aient une heureuse reussite, comme il aura 
I'honneur de I'expliquer plus au large. Et je supplie tres-hum- 
blement V. A. E. d'ajouter entiere creance a ce que S. A. lui dira 
la-deasus, comme aussi aux assurances qu'EUe lui donnera de 
I'attachement et du zele avec lequel j'ai I'honneur d'etre, 

Monseignenr, de V. A. E., &c. M. 



368 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1705. 

To THB ELECTOR PALATIN. 
MoNHKiGMBiTB, A la Haye^ ee 31 D^tembrty 1 705. 

M. le Comte de Lescheraine, qui se rend en diligence aupres 
de V. A. S. E., me fera la justice de I'assurer que je n*ai rien neglige 
depuis que je suis ici pour travailler a Taugmentation qu'Elle 
souhaite de ses troupes, comme une condition sur laquelle Elle 
Teut bien faire paraitre son grand zele pour le bien de la cause 
commune en envoyant un prompt secours pour soutenir les armes 
de S. M. I. en Italic. Sur quoi j'aurai Thonneur de lui dire 
qu'apres avoir bien delibere avec les membres de I'Etat, avec les- 
quels j'ai le plus de confiance, j'ai charge le Comte de Lesche* 
raine d*un projet la-dessus, qu'il communiquera a V. A. £. et lui 
expliquera en meme temps mes pensees plus au large touchant 
cette affaire. Je me flatte que voyant combien il s*agit de I'interet 
des hauts AUi^, V. A. E. voudra I'ecouter favorablement ; et 
qu'Elle voudra m'honorer de ses sentiments au plus-tdt Au reste, 
afin que I'eloignement d'un tel corps de ses troupes ne donne 
aucun ombrage a V. A. E. de la part de ses voisins, je me charge 
de dinger les affaires de telle maniere qu'Elle pourra etre entiere- 
ment en repos de ce cote-la. 

J'attendrai avec impatience la reponse de V. A. E., afin de 
pouvoir me regler ici Ik-dessus avant mon depart, et aussi d'ecrire 
k S. M. I. et a ses ministres de reconnaitre le zele de V. A. E. 
dans cette occasion. 

Je saiB, avec an z^le et attaohement tr^parfkit, 

MoDseignear, de V. A. S. E., &c M. 

INSTRUCTIONS 
POUR M. LE Comte de Lsbcherainb, dohme'es a uk Hate, lb 31 Dec., 1705. 

Le secours pour Tltalie etant de la demiere consequence 
pour Tavantage de la cause commune, M. le Comte de Lesche- 
nunc s'est bien voulu charger de representor de notre part a 
S. A. S. E. Palatine, qu*y ayant bien refl^hi, nous trouvons que 
le plus prompt et efBcace secours qu'on puisse donner aux armes 
de S. M. I. en ce pays-la depend uniquement de S. A. E. : c'est 
sur quoi le Comte de Lescheraine est depeche en toute dili- 
gence et confidence pour communiquer a S. A. E. le projet 
suivant: — 

1. Que nous promettons a S. A. E. Palatine que des que les 
quatre mille hommes seront en marche pour I'ltalie, Taugmenta- 
tion des trois mille hommes que S. A. S. E. Palatine souhaite se 
fera. 



1705.] INSTRUCTIONS FOR COUNT LESCHERAINE. 369 

2. Que sa dite A. S .E. s'oblige a envoyer en Italie le reste du 
corps de sea troupes a la solde de S. M. la Reine d'Angleterre et 
des Etats Generaux, lesquelles se tdendront en etat de marcher 
lorsque les trois mille hommes de surplus, que les deux puissances 
maritimes veulent envoyer encore en Italie, pour faire ensemble 
un corps de dix mille hommes (a savoir sept mille de S. A. S. E. 
Palatine et trois mille des puissances maritimes), seront pretes a 
les joindre. 

3. Les trois mille hommes d'augmentation que Ton prend de 
S. A. S. E. seront employ^ la campagne qui vient dans les gar- 
nisons ou S. M. la Reine et les Etats Generaux trouveront le 
plus convenable. 

4. La paie des dits trois mille hommes d'augmentation com- 
mencera du jour que le corps des quatre mille hommes se mettront 
en marche pour I'ltalie. 

5. Les arrerages dus a S. A. S. E. seront pay& promptement, 
tant du cdte de I'Angleterre que de I'Etat. 

6. Que nous donnerons connaissance au plus-tot a la cour Im- 
pariale de la necessite de ce secours, et combien elle et TEmpire 
en general sont obliges a S. A. S. E. de son zele en cette occasion. 

7. Ce projet n'etant su uniquement que du Comte de Lesche- 
raine, et de quelques membres de I'Etat, S. A. S. E. sera priee de 
n'en vouloir faire part qu'a ses ministres les plus affides. 

Le Comte de Lescheraine est charge, aussitot qu'il aura parle a 
S. A. S. E., de depecher incessamment un courrier a la Haye pour 
nous instruire des intentions positives de S. A. S. E., afin que nous 
puissions ecrire a S. M. I. avant de partir pour TAngleterre, et 
regler avec TEtat I'augmentation que S. A. S. E. souhaite. 



To THB COMTE DE WELTZ. 
MoNnsDB, A la Hayet ce 31 lM:emhre, 1705. 

Comme M. le Comte de Lescheraine, qui aura Thonneur de 
vous rendre celle-ci, vous instruira au large du sujet de son voyage, 
qui ne regarde uniquement qu'un secours de troupes pour soutenir 
les armes de S. M. I. en Italie, dont Fimportance vous est assez 
connue, vous agreerez, s'il vous plait, que je me remets a ce qu'il 
vous dira Ik-dessus, et que je vous recommande seulement, mais 
avec instance, de vouloir bien appuyer de tout votre possible le pro- 
jet dont il est charge pour cet effet aupres de S. A. S. E. son maitre. 
Je mis, avec one T^ritable passion et respect. 

Monsieur, votre, &c M. 
VOL. II. 2b 



370 MARLBOKOUGH DISPATCHES. [1705. 

To THB COMTB DE WRATISLAW. 

Monsieur, A la Haye, ca 31 JMtemJbrtt 1705. 

Je me suis donne Tbonneur de votis 6cme line assez longue 
lettre ; elle deyait partir incessamment avec le courrier de M. le 
Comte de Goes : mais comme Taflisdre du secours pour I'ltalie etait 
en bon train, nous avons trouve a propos de le retenir jusqu*a present, 
et j'espere que yous n'en serez pas fache, puisque vous apprendrez 
d'autant plus tot que par I'ordinaire que je n'ai pas seulement eu 
le bonheur de faire agreer aux Deput^ de I'Etat le secours des 
sept mille hommes, mais aussi d'y vouloir joindre encore trois 
mille autres de vieilles troupes pour faire ensemble un corps de 
dix mille hommes. Le Comte de Lescheraine, qui ne s'epargne 
jamais ou il va de Tinteret de S. M. I. ou de la cause commune, et 
dont je ne saurais vous dire assez de bien, part a ce moment en 
poste pour porter le projet a son maitre, et le pressor a j entrer, 
comme vous verrez par la copie ci-jointe de Tlnstruction que je 
lui donne. Apparemment vous aurez les sentiments de Mon- 
seigneur TElecteur Palatin la-dessus en droiture de Dnsseldorp 
avant que je vous les pourrai envoyer d'ici, de sorte que tout ce 
qui me reste a vous dire a pr^nt sur ce sujet est de vous ex- 
faorter, comme la chose est de la demiere consequence pour les 
interets de S. M. I., de presser Monseigneur FElecteur a agr^ ce 
projet, et ne pas perdre un seul moment k faire marcher les pre- 
miers quatre mille hommes. Cette afiaire ^tant d'nne si grande 
importance, j'ai resolu, malgr^ I'envie que j'ai de passer en Angle- 
terre, de rester ici jusqu'k ce que j'aie la reponse de Mon* 
seigneur TElecteur, et alors je vous ecrirai encore avant de m'em- 
barquer. 

Je suis sur que vous serez bien aise d'apprendre aussi par cette 
occasion la resolution de I'Etat d'envoyer un detachement de 
troupes de Portugal en Catalogue, pour soutenir le Roi Charles. 
Les ordres sont deja partis pour instruire leurs ministres de se 
joindre avec celui de la Reine et avec My Lord Galway, en fisusant 
de concert leurs instances auprbs du Roi de Portugal, pour le 
porter a agreer ce secours, comme vous verrez plus au large par 
la copie de la resolution de leurs H. P. d-jointe. 

Vous jugerez bien par ces deux r^lutions de TEtat de pouaser 
la guerre avec vigueur tant en Italic qu'en Espagne, qu'U n'y a 
plus rien a apprehender a present des negociations de paix qui se 
tramaient ici ; mais comme la premiere r^lution pour le secours 
d'ltalie n'a pas encore passee par les Provinces, il faut que je vous 



1705.] MISSION OF THE PENSIONER BUYS. 371 

piie de la manager afin que cela n'eclate pas, de peur qu'on ne 
s'en formalise. 

Leurs H. P. ont aussi troure a propos d'envoyer M. Buys aupres 
de la Reine pour t^moigner a S. M. combien TEtat est sensible 
aux efforts qu*£lle fait de tous cotes pour pousser la guerre avec 
vigueur, et pour assurer S. M. qu'ib feront tout leur posnble pour 
suivre un si bon exemple. 

J'attendrai la reponse de Dusseldorp avant d'ecrire a M. le 
Prince Eugene, afin de lui dire quelque chose de positif ; cepen- 
dant, si vous en trouvez Toccasion, je vous prie de lui marquer les 
soins que je prends ici pour son secours. 

Je sou toujonn, trt^gincftpema n t, 

Monsieor, votre, &c M. 



To THE COMTB DB 8INZEND0RFP. 
MoNUBUBt A la Haye, ce 31 D^bembre^ 1705« 

Je VOUS ai ecrit il y a trois jours, et ma lettre devait partir 
iacessamment par le courrier de M. le Comte de Goes ; mais 
oomme nous voulions mander quelque chose de positif sur le se- 
cours d'ltalie, nous Tavons retenu jusqu'a pr&ent, de sorte qu'il 
vous remettra deux lettres de ma part. Celle-ci sera pour vous 
apprendre Theureux sucoes de mes instances aupres de TEtat en 
cet egard, puisqu'ils n'ont pas seulement consenti a laisser 
marcher les sept mille Palatins que nous avons a notre solde, mais 
aussi k y joindre encore trois mille hommes de vieilles troupes 
pour faire ensemble un corps de dix mille. 

Le Comte de Lescheraine, qui est toujours plein de bonne 
volonte pour les interets de I'Empereur, est parti ce moment en 
poste pour en porter le projet a son maitre, et le lui faire agreer, 
selon les Instructions que je lui ai donnees, et dont vous avez ici 
la copie. C'est a vous k pr^nt a appuyer ce projet des puissantes 
instances de S. M. I. comme une afiaire de la demiere consequence, 
et k pressor M. I'Electeur a faire marcher les premiers quatre 
mille hommes sans le moindre delai. J'attendrai ici la ' reponse 
de Dusseldorp, quoique je sois fort presse de passer en Angleterre» 
et me donnerai Thonneur de vous ecrire encore avant de m'em* 
barquer. 

Vous ne serez pas fache de voir aussi la resolution des Etats 
que je vous envoie ici, de £Eure passer un secours des troupes de 
Portugal en Catalogue; les ordres sont deja partis pour leur 
ministre en Portugal. Vous pouvez juger par ces deux r&olu* 
tions qu'on songe tout de bon a pousser la guerre, et que les 

2b2 



372 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1706. 

negociations se sont tout*a-fait evanouies : mais comme la premiere 
n'a pas encore passe les Provinces, il Ta faut menager de peur 
qu'on ne s'en formalise. 

MM. les Etats ont aussi trouve a propos d'enyoyer M. de Buys 
en Angleterre pour temoigner a la Reine combien ils sont sen^bles 
aux grands efforts qu'EUe fait pour soutenir la guerre, et assurer 
S. M. qu'ils feront tout leur possible pour suivre un si bon 

exemple. 

Je sois toigonn, avee une passion des plus smc^res. 

Monsieur, Totre, &c. M. 

P.S. — Ne ferez vous rien aupres de S. M. I. pour Lescberaine ? 
II merite bien tous tos soins. 



To Mb. secretary HARLEY. 
SiB» Hague, \tt Jamutn/, 1706. 

By the last post I sent you a copy of the resolution of the 
States to direct their minister at Lisbon to join with Mr. Methuen 
and Lord Galway in their applications to the King of Portugal, 
that a detachment of the troops in that kingdom may be forthwith 
carried from thence to Catalonia for supporting the King of Spain, 
upon which M. Vryberg will without doubt have attended you, 
and communicated to you the orders he has received from his 
masters. The States have likewise thought fit that M. Buys, the 
Pensioner of Amsterdam, should come over with me to give the 
Queen fresh assurances of their friendship, and of their resolution 
to concur with her Majesty in everything that may be thought 
proper for carrying on the war with vigour. 

I can now assure you that the States have not only consented 
to the sending the seven thousand Palatins in the Queen's pay and 
their own to Italy, but have also found a fund for the augmenta- 
tion of three thousand men desired by the Elector Palatin as a 
condition of his letting his troops march ; and they are resolved 
likewise to join three thousand men more of old troops to these 
seven thousand Palatins, so as to make a body of ten thousand 
men to reinforce Prince Eugene's army. Comte Lescberaine 
went yesterday post to Dusseldorp to acquaint his master with it, 
and I send you enclosed a copy of the Instructions I have given 
him on this occasion, that you may be fully informed of the matter. 
I dispatched a courier at the same time to Vienna to inlinrm the 
Emperor of the good news, that he may not only comply with such 
conditions as the Elector may reasonably desire from him for so 



1706.] QUARTERS FOR THE LUNENBURGERS. 373 

seasonable an afisistance, but likewise press the immediate march 

of the first four thousand men. This you may believe that court 

will be yery ready to do, since they reap a double advantage from 

it, first by quelling the troubles in Bavaria, which I hope so great 

a body of troops may easily do on their march without losing too 

much time, and then by restoring their affiiirs in Italy, which 

seem to be in a desperate condition. Comte Lescheraine is to be 

back in four or fiye days with the Electors resolutions ; and if the 

wind does not fayour me, it is likely he may find me here at his 

return. 

I am, truly, Sir, yours, &c. M. 



To M. GUELDERMALSEN. 
MoNSiEDB, A la Hay9t ce 2 Janvier, 1706. 

Comme vous allez partir pour yous rendre k Francfort, je 

Yous prie de vouloir bien yous charger de ces deux lettres pour 

MM. de Spiegel et de Bulow. Je leur mande qu'en cas qu'il 

survient quelque difficulte au sujet des quarters, ils aient k 

s'adresser a vous, et que vous aiu^z la bonte de les assister'de vos 

bons offices partout ou il sera necessaire. Je marque aussi a M. 

de Spiegel que s*il arrive des desordres dans les quartiers, ou que 

les troupes fassent les moindres exactions, je vous ai prie, ainsi 

que je fieds par celle-ci, de vouloir vous en informer, et de m'en 

&ire part, afin que je fasse dedommager le pays aux depens des 

coupables. Je vous souhaite un heureux voyage, et suis tres- 

sincerement, 

Monsieur, yotre, &c. M. 

To THE DEPUTIES OP THE CIRCLE OP THE UPPER RHINE AT 
FRANCFORT. 

ME88ISUB8, A la Haye, ce 2 Janvier, 1706. 

J*ai reqa la lettre que vous m avez ecrite le 19 du passe 
touchant les quartiers des troupes de Luneboui^, et vous assure 
que je suis bien loin d'excuser leur entree dans le Cercle sans 
avoir prealablement pris de justes mesures avec vous pour cela. 
Je suis aussi persuade que les Princes et Etats du Cercle ont trop 
d'^ards pour le bien de la cause commune pour souhaiter qu'un 
tel corps de troupes s'eloignat a present d'lme maniere a ne pou- 
Toir aucunement revenir a temps pour les operations de la cam- 
pagne prochaine. Ainsi sur la reception de votre lettre, j'ai 
d'abord envoye des ordres precis a M. le General Bulow, comme 
je I'ai marque en meme temps a S. A. S. £. Palatine, de s'adresser 



374 MARLBOROUGH BISPATCHBS. [170& 

incessamment k toub, de se ooaformer k oe que yous trouyerez a 
propos pour la distribution des troupes, et de payer pour le four- 
m^e au-dela de ce qu'il a donne I'hiver pass^ De sorteque 
moyenoant yos bons offices, que je yous suppUe de lui acoorder, je 
me fiatte que les troupes seront a present tranquilles dans leurs 
quartiers^ de maniere que chacun en sera content ; et j'oee bien 
YOUS assurer qu'a Payenir on preudra ses precautions avec yous 
pour ne pas tomber dans le meme embarras. 

Je muBf avec une T^ritsUe pMim et eitimfi^ 

Meflsieon, rotte, &c M. 



To THE DUCHESS OP TYRCONNEL. 

Madame, A la Haye, oe 3 JaMBMr, 1706. 

Je me flatte que quand yous aurez bien reflechi, yous 

trouYerez qu'il n'y a pas eu de ma faute que le passeport qu'on a 

accorde a M. le Comte de Lionne pour aller en France n'a pas 

passe par yos mains, puisqu'il a ete donne par la Reine a Londres 

a mon ins^u. Mais ce Comte ayant depuis peu ecrit une lettre, ou 

il me prie de lui accorder une prolongation, je luI ai fait reponse, 

que YOUS m'en ariez deja ecrit, et qu'a mon arriYee a Londres je 

ne manquerais pas, \ Yotre ^ard, de m'employer aupres de S. M. 

pour la lui obtenir. Ainsi yous aurez la bonte, s'il yous plait, de 

me marquer, en cas que je puisse reussir, ou je pourrai yous 

Tadreser, a Aix-la*Chapelle ou ailleurs. Je n'attends que le bon 

Yent pour passer en Angleterre, ou je me ferai toujours un plaisir 

de YOUS assurer du respect tres-sincere aYec lequel j'ai Tbonneur 

d'etre, 

Madame, votre, &c M. 

To THE COMTE DE LIONNE. 
MoNSiEUB, A la HajfBj ce 2 Janvier, 1706. 

J'ai re^u Thonneur de YOtre lettre, ou yous me priez de yous 
accorder une prolongation de Yotre passeport Madame la 
Duchesse de Tyrconnel m'en avait deja ecrit, et je lui ai fait r^ 
ponse, que des mon arrivee a Londres, je m'emploierais aYec 
plaisir pour cela aupres de la Reine. Je ne manquerai pas aussi 
de le faire, et si je puis reussir yous pouYez compter d'aYoir bien- 
tot de mes nouYclles. J'ai aussi re^u une lettre d'une autre 
Dame, a qui je n'ose ecrire ; mais je yous prie de lui faire bien 
des compliments de ma part, et si je yous enYoie la prolongation 
cela tiendra lieu de tout. 

Je gois, tr^-parMtement, Montieur, TOlre» &e. M. 



1706.] ORAirr by the emperor. 375 



To M. VAUCHAU, 
Coi^NVL i>u Rbgimxnt de S. a. M. lb Prince db Bade^ au ssrtice du Cerclb 

DE SOUABE^ A RaBTADT. 

MoNSiBDB, A la Haye, ce 8 Janvier, 1706. 

J'ai re^u la lettre que vous avez bien voulu m'ecrire le 24 de 
ce mois, et vous suis fort oblig^, comme aussi a MM. les oflSciers, 
des felicitations que vous me faites sur Thonneur que S. M. I. vient 
de me conferer. Je vous prie de vouloir leur en &ire bien des 
remerctments de ma part, et de letu* assurer que ce sera toujours 
avec beaucoup de plaisir que j'embrasserai les occasions de leur 
marquer mon estime, meme je suis ravi qu'il s'en rencontre une 
si t&t en la personne de M. votre fr^re. Je consens tres-volontiers 
que la compagnie du major lui soit donnee ; et s'il ^tait besoin de 
quelque autre signification, vous n'avez qu'k me le faire savoir, et 
je vous le ferai tenir au premier jour, etant tres-parfaitement, 

Monsieur, yotre, ftc M 



To THE COMTE DE KONINGSEOG AULENDORFF, 
President du Conseil Pboyincial de S. M. I., a Weingarten. 
MoNSiEDBt A la Haye, ce 4 Janvier, 1706. 

J'ai re^u la lettre que vous m'avez ecrite le 24 du mois passe, 
et vous remercie taut de vos felicitations tres-obligeantes sur les 
bontes et sur la concession dont il a plu k S. M. I. de m'honorer, 
que des peines que vous avez prises d'en faire feire la d^laration. 
Je vous assure que le plus grand plaisir qui m'en revient est le 
contentement que S. M. I. a bien voulu temoigner des services que 
j'ai tacb& de rendre a son auguste maison et a FEmpire. Je 
taoherai aussi par un attachement inviolable a leurs interets de 
meriter en quelque maniere cet honneur, et serai ravi de trouver 
quelque occasion de vous pouvoir marquer en particulier I'estime 
et le respect avec lesquels je suis, 

Mouflieiir, Totre, &c. M. 



To Mb. SECRETARY HARLEY. 

Sib, Hague, bth January, 1706. 

Comte Lescheraine being returned this evening sooner than 
I expected him with an answer from the Elector to the proposal 
he carried for the march of the seven thousand Palatins to Italy, 



376 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1706. 

I send you enclosed a copy of the Elector's letter,* that you may 
see we are likely to meet with no difficulty in this matter. To- 
morrow I shall communicate it to the States and leave it with 
them, and the next day I intend to go to the Brille, in order to 
sail on Friday if the wind be fedr. 

M. Van Stocken, who is coming over to England, and his 
brother the Danish envoy here, have been with me to justify the 
former's having no manner of correspondence with Paussin. He 
has received no orders from court to stop him on this side, as Mr. 
Vernon mentions ; but the yacht's being so crowded that he can- 
not have a passage this opportimity, it may be those orders may 
arrive before he can embark. 

Enclosed you will find a copy of the resolution of the States 
for sending over M. Buys, that you may see the reason for his 
coming ; when we meet I may tell you more of this matter. 

We are alarmed at the Danes' having taken violent poasesuon 
of Lubeck, and I am doing all that is possible to prevent the ill 
consequences that may ensue. 

I am, with truth. Sir, yourB, &c. M. 



To SIR CHARLES HEDGES. 
Sib, Hagve, 5th January, 1706. 

I give you many thanks for the favour of your letter of the 
18th past and the several papers that accompanied it I think 
nothing can tend more to defeat the designs of the French against 

* L'Electeub Palatin au Due de Mablborough. 
MoNSiEUB, Dussddaiff, ce 3 Janvier, 1706. 

Ce matin enYiron les dix heures le Comte de Lescheraine est arriv^, et m'a remis 
la lettre que voob avez pris la peine de m*^crire, ainsi que le projet que toos Ini 
avez confix. Je ne pretends pas d^entir I'opinion que Ton a de mon idle poor 
Tavantage de la canse oommune, ainsi, Monsieur, ]e toos d^pdche le dit Comte avee 
la mdme vitesse qn'il est venu, avec ordre de se conformer k Tessentiel de yotre 
projet ; et lorsque Ton le conclnra, il aora k Tons fidre faire attention k qudqaes par- 
ticidarit^ qui sont n^cessaires, auxquelles je toos prie de Tooloir condesoendre et de 
les appuyer aupr^ de MM. les Etats G^n^ranx, tous assarant, Monneur, que la dioie 
da monde qai m'est le plus k coBur, c'est de couTaincre S. M. la Reine de la Grande 
Bretagne et MM. les Etats du d^sir que j'ai de conoourir en tout k ce qui est de leor 
gloire et aTantage, et de r^duire Tennemi commun k demander la paix. II y a dejk 
deux bataillons des premiers quatre mille hommes, qui sont dans le duch6 de Nea- 
bourg. Je ne manquerai pas de ikire notifier le depart des quatre antres. Ayei^ je 
TOus prie, Monsieur, la complaisance de donner une enti^re croyanoe k tout ce que 
le dit Comte de Leschenune pourra tous dire de ma part 

Je suis, avec une estime et amiti^ singuli^re^ Monsieur, 
Votre tr^assur^ Ir^s-acquis, et tr^s-oblig^ serriteur, 

Jean Guillauxe, Elbctbde. 



• 1706.] SEIZURE OP LXJBECK BY THE DANES. 377 

King Charles, nor be of greater advantage to the public service in 
those parts, than the march my Lord Galway proposes ; and if it 
be put in execution we may soon expect to hear the good effects 
of it. We are a little alarmed at the news we received last night 
that the Danes have possessed themselves by violence of the town 
of Lubeck. I am using all possible means to prevent the conse- 
quences it may produce. 

Comte Lescheraine, who went from hence on Thursday night 
for Dusseldorp with the project for sending seven thousand of the 
Palatm troops to Italy, returned this evening with the Elector*s 
approbation of it ; so that this business, which has kept me here 
till this time, being now over, I intend to go on Thursday to the 
Brille, in order to sail the next day if the wind be fair. 

I am. Sir, yoon, &c M. 



To THE PRINCE OF SALM. 
MoHBiEDB, A la Haye, ee 5 Janvier^ 1706. 

Les nouvelles que nous avons revues hier au soir que les 
Danois se sont rendus maitres de la ville de Lubeck par voie de 
fait, et y ont fait entrer leiu^ troupes, V. A. pent bien croire nous 
donne ici une grande alarme. Je suis persuade que si on avait 
insinu^ a M. de Weyberg des son arrivee k Vienne, la d&ision 
de cette affaire par le feu Empereur avant sa mort, comme Elle 
m'avait fait Thonneur de me promettre, on ne serait pas venu a 
cette extremite. Enfin il faut y trouver quelque remede avant 
que cela n'aille trop loin, ainsi je supplie tres-instamment V. A. 
de vouloir reHechir sur les malheureuses consequences que cela 
pourrait produire, et que M. le Comte de Goes soit instruit au 
plus-tot des ordres de S. M. I. pour qu'il puisse travailler sans 
delai de concert avec MM. les Etats et les ministres des Allies 
pour ^teindre un feu qui nous pourrait etre si funeste. 
J'u rhonnear d'etre avec beanooap de respect, 

Monsiear, de V. A., &c M. 



To THE COMTE DE WRATISLAW. 
MoNOKUB, A la Haye^ ee 5 Janvier^ 1706. 

La lettre que je me donne Thonneur d'ecrire a M. le Prince 
de Salm est au sujet de I'affaire de Lubeck. II est certain que 
si on s'^it explique a M. de Weyberg de la decision faite par 
feu FEmpereur avant sa mort, comme on me I'avait promis, les 
Danois ne seraient pas venus a cette extremite ; mais ce qui me 
chagrine encore davantage c'est que M. le Comte de Goes publie 



378 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1706. 

ici qu'il n'y a point eu de telle decision, ou du moins qu'on ne Ini 
en a point fait part : ced retarde les mesares qa'on aurait pu 
prendre ici pour prevenir un si facbeux accident Vous connaisses 
trop les malheureuses consequences que cette afl^re pourrait pro- 
duire par le rappel de plus de trente mille hommes des troupes 
que nous avons ici a la soldo de 1' Angleterre et de I'Etat, si on ne 
trouve moyen incessamment a y apporter quelque remede. II ne 
faut pas douter que le ministre de France a la cour de Danemarc 
n'ait trame dans cette afiSure, et qu'il ne travaille toujours k em- 
pecber tout accommodement Ainsi je vous ccmjure d'y vouloir 
faire de serieuses reflexions, et de faire en sorte que le Comte de 
Goes soit instruit sans le moindre delai de s'employer, de concert 
avec MM. les Etats et les ministres des Allies, a ^touffer un 
si funeste embrasement avant qu*il ne soit trop tard, et memo 
sans remede. 

Je vous envoie ici la copie de la r&olution de MM. les Etats 
pour le voyage de M. Buys en Angleterre, afin que vous en soyex 
d'autant mieux instruit 

Comme nous n'avons pobt encore de reponse de Vienne sur 
I'article de M. le Comte de Noyelles, je I'ai mene cbez le Comte 
de Goes, k qui j'ai prie, s'il ne recevait point d'ordres a son ^ard 
par le prochain ordinaire, de vouloir pourtant faire ses instances 
aupres de MM. les Etats comme s'il les avait, puisque sans doute 
S. M. C. sera bien aise d'avoir au plus-tot im general de son ex- 
perience, et cela presse d'autant pins que M. de Noyelles, en cas 
qu'il doit aller, voudrait se servir de notre convoi qui doit partir 
vers la fin du mois. 

Quoique le vent soit assez favorable, je reste encore ici pour des 
nouvelles du Comte de Lescberaine, de peur de quelques diffi- 
cult& que ma presence pourrait etre utile a lever. 

Je snifl, tr^s-fiino^rementy Monaiear, votre, &c. M.* 



To THE COMTE DE SINZENDORFF. 
M0N8IEUR, A la Haye, ce 5 JcanAer^ 1706. 

Afin que vous soyez d'autant mieux eclairci toucbant le ren- 
fort que nous faisons marcber pour soutenir les armes de S. M. I. 
en Italic, je vous envoie a pr&ent copie de la resolution que MM. 

* It is obTioQB that this letter, although dated the same day, was written at in 
eariier boor of the day than the letters to Mr. Harley and to Sir C. Hed^aii for 
these last speak of Count Lescheraine having arrived. — Ed. 



1706.] ZEAL AND BFFOBTS OP COUNT LESCHERAINE. 379 

les EtatB ont pris touchant ce corps de dix mille homines. Vous 
y trouverez que les trois mille des troupes de Saxe Gotha doivent 
jouir des memes avantages et douceurs que les sept mille Palatins ; 
oe que je ne doute point sera trouye tres-raisonnable, et que 
S. M. I. ne veuille donner les ordres pour cela ; vous permettrez, 
s'il Yous plait, que je le recommande a. vos soins. 

J'ecris par cet ordinaire a M. le Prince de Salm et au Comte 
de Wratislaw touchant Taffaire de Lubeck, qui commence a etre 
fort serieuse. Vous verrez mes lettres, ainsi je ne tous en dirai 
pas davantage, que seulement pour vous conjurer d'employer fos 
bons offices pour mettre fin h, une aflaire qui pourrait nous etre 
ftmeste. 

Vous me ferez le plaisir de me donner de yob nouvelles quand 
je serai de Tautre cote, et me ferez aussi la justice d'etre persuade 
de la passion tr^-sincere avec laquelle j'ai Thonneur d'etre, 

MoDBieiir, yotre, &c M. 



To THK COMTE DE SINZENDORFP. 
MoNSiEUH, A la JSaye, ce 6 Janvier, 1706. 

Le Comte de Lescheraine a fait plus de diligence que je 
n'avais pu esperer. Son zele et son empressement pourle service 
des Allies est digne d'attention. II est revenu hier apres-midi 
avec Tapprobation de I'Electeur Palatin du projet pour la marche 
de ses troupes en Italic. Je I'ai communique dans ime conference 
que j'ai cue aujourd'hui aux Deputes de I'Etat qui ont confirme 
leur premiere resolution ; de sorte que tout ce qui nous reste est 
de pressor la marche de tout le corps de dix mille hommes, ce 
que j'espere M. le Comte de Goes sera instruit de faire avec toutes 
les instances possibles, et qu'on fera aussi de pareilles instances de 
la part de S. M. I. k la cour Palatine. 

Je pars demain matin pour la Brille dans I'esperance de faire 
voile vendredi a la pointe du jour. 

Je moBf tT^fr-Bino^rement, Monsieiir, Totre^ &e. M. 

PJS. — Je VOUS envoie ici la copie de la lettre de Monseigneur 
TElecteur Palatm. 



To THB ELECTOR OF HANOVER. 
IfamnoMBUB, A la Maye, ce 6 Jamoier, 1706. 

Encore que je ne me suis pas donne I'honneur d'ecrire it 
V. A. E. en droiture, je ne doute point qu'a ma priere M. Both- 
mar lui aura communique le projet que nous avions^ de &ire 



380 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1706. 

marcher un corps de dix mille hommes a la solde de I'Angleterre 
et de FEtat en Italic, pour renforcer rarmee de M. le Prince 
Eugene. Cela est enfin condu de part et d'autre, et il ne reste 
plus qu'a mettre les troupes en etat et presser leur marche, dans 
I'esperance qu'avec ce secours, et I'argent qu'on lui a aussi remis, 
il sera en etat d'agir ofiensivement dans le printemps. La Beine 
fait en meme temps ses demiers eflbrts pour soutenir le Roi 
Charles ; et pourvu que nous puissions pousser Tennemi dans ces 
deux extremites, je me flatte que nous aurons une heureuse cam- 
pagne, quoique je dois avouer a V. A. E. que je ne vois guere 
d'apparence de faire grand' chose de ce cote-ci. 

Mais ce qui nous embarrasse le plus a present est Taffiiire de 
Lubeck, oil il faut que nous implorions Tassistance de V* A. £. 
pour prevenir les extremity et que la Suede ne s'en mele point 
pendant qu'on travaille ici h, porter les deux parties a retirer leurs 
troupes, afin que cette dispute soit terminee a Famiable. V. A. £. 
est trop clairvoyante pour ne pas apercevoir les funestes suites 
qu'un embrasement de ce c6te-la pourrait produire a la cause 
commune ; ainsi je me flatte qu'EUe voudra bien employer tous 
ses soins pour le prevenir, dont les hauts Allies lui auront une 
obligation infinie. 

Je pars demain pour la Brille afin de passer en Angleterre, ou 

je supplie V. A. E. que je puisse avoir Thonneur de recevoir ses 

ordres, puisqu'on ne peut etre avec im plus parfait devouement 

et respect que je suis, 

Monseigneur, de V. A. E., 

Le trte-hnmUe, &c. M. 



To THE COMTE DE WRATISLAW. 
MoNSiEUB, A la Haye^ ce 6 JamneTf 1706. 

Selon ce que je vous ai promis par ma lettre d'hier, je vous 
ecris celle-ci la veille de mon depart, faisant etat d'aller demain 
matin k la Brille, dans Tesperance de faire voile vendredi a la 
pointe du jour. 

Le Comte de Lescheraine a fait plus de diligence que je ne 
pouvais esp^rer ; il est revenu hier au soir, et a apporte I'appro- 
bation de I'Electeur Palatin du projet touchant ses sept mille 
hommes. Aujourd'hui je Tai communique dans une conference aux 
Depute de TEtat, qui out la-dessus confirme leur premiere resolu- 
tion, de sorte qu'il ne nous reste plus rien qu'a presser la marehe 
des troupes, ce que je vous prie que le Comte de Goes soit instruit 
de faire sans cesse, et avec toutes les instances possibles. 



1706.] EXERTIONS OF THE QUEEN FOR KING CHARLES. 881 

Comme je ne vols aucune apparence qu'on veuille entrer ici 
dans le pret des deux cent cinquante mille livres st. pour le ser* 
▼ice d'ltalie, je travaillerai de mon mieux pour trouver toute cette 
somme en Angleterre, et vous rendrai compte 4e ce que je pourrai 
faire. 

Je vois par la lettre que TEmpereur a ecrite a M. le Comte de 
Goes combien S. M. I. a a coeur les interets du Roi Charles, et 
me flatte qu'Elle sera satisfaite des efforts que la Reine fait pour 
le soutenir ; il faut que la plus grande assistance vienne de notre 
cote, et je suis persuade que S. M. ne negligera rien pour cela. 

Je suis, Monsieur, &c M. 



To THE DUKE OF SAVOY. 
MoNSEiGNEUR, A la Hat/t^ ce 6 Janvier^ 1706. 

Encore que je ne me suis pas donne I'honneur d'ecrire en 
droiture a V. A. R. depuis quelque temps, je me flatte que M. le 
Comte de Bourg m'aura fait la justice, comme je Ten ai prie, de 
lui faire part des peines que je prenais ici pour mettre les affaires 
sur un tel pied qu*on put commencer les operations de la cam- 
pagne prochaine de maniere d'en pouvoir esperer d'heureux 
succes. J'ose bien aussi assurer V. A. R. que j'ai eu en vue ses 
interets particuliers par rapport a la guerre d'ltalie, et suis ravi 
de la pouvoir informer que mes soins n'ont pas ete inutiles a cet 
^ard, puisqu'on est conyenu de faire marcher incessamment un 
corps de dix mille hommes a la solde de I'Angleterre et de TEtat, 
pour renforcer I'armee de M. le Prince de Savoie ; a savoir, sept 
mille Palatins et trois mille du Due de Saxe Gotha ; et outre cela, 
on lui a deja found une bonne somme d'argent pour la remonte 
de sa cavalerie, et je travaille a lui en trouver davantage, de sorte 
que j'ai lieu d'esperer qu'il sera en etat de commencer la cam- 
pagne offensivement, et que V. A. R. sera bientot delivree du 
voisinage de ses ennemis, a quoi les hauts Allies doivent toute 
leur attention, en reconnaissance de la fermete inebranlable avec 
laquelle EUe a soutenu leurs interets jusqu'a la demiere extremite. 
Je supplie tres-humblement V. A. R. de permettre que je lui 
nomme ici le Comte de Lescheraine, puisqu'il est ne de ses 
sujets, et que je lui rende cette justice, que non-seulement en cette 
occasion du renfort des sept mille Palatins, oii il a beaucoup con- 
tribue par ses bons oflSces aupres de M. TElecteur Palatin son 
maitre, mais que partout oil il s'agissait des interets des hauts 
Allies, il a toujours montre un zele et attachement infatigable. 



882 HARLBOBOUGH DISPATCHES. [1706. 

Je Bupplie ausffl V. A. R. de me continuer toujours dans aes 

bonnes gr&ces, et d'etre persuadee de rattachement inviolable avec 

lequel je serai toujours, 

MoDteigiiear, de V . A. R^ &c. M. 



To THE ELECTOR PALATIN. 
MoNSEiONEUit, A la Haye, ce 6 Janvier, 1706. 

Le Comte de Lescheraine est arrive ici hier apres-midi, et 
m'a remis la lettre que V. A. S. E. m'a feit Thonneur de m'ecrire 
le 3 de ce mois, laquelle j'ai communique aujourd'hui dans une 
conference a MM. les Depute de I'Etat, qui ont appris avec beau- 
coup de satisfaction la promptitude avec laquelle V. A. E. a bien 
voulu consentir a la marche de ses troupes, comme le Comte de 
Lescheraine aura Tbonneur de lui marquer. La cour de Vienne, 
je suis sur, lui en sera tres-reconnaissante, et je ne manquerai pas 
d*en faire part a la Reine ma maitresse, qui je suis persuade ne 
sera pas moins sensible du zele que V. A. E. a fait paraitre en 
cette occasion pour le bien de la cause commune. Je la supplie 
d'agreer que je lui en fasse ici mes tres-humbles remerctments en 
particulier, etant avec tout le respect et Tattachement possible, 

Monseignenr, &c. M. 

To THE H. PRINCE OP HESSE. 
MoNSiEini, A la Haye, ce 6 Janvier, 1706. 

Je prends tant de part en tout ce qui regarde V. A., que je 
ne puis pas me dispenser de lui marquer avant que je m'embarque 
pour I'Angleterre la grande affliction que m'a donnee la triste 
nouvelle que j'ai re^ue de la mort de Madame la Princesse Here- 
ditaire, sa chere et illustre epouse. C'etait une Princesse dont 
la haute naissance, les quality agreables, et les perfections ecla- 
tantes, la font regretter de tout le monde, et agrandissent de telle 
maniere la perte de V. A. qu'il faudra qu'Elle emploie toute sa 
Constance et fermete pour se supporter dans un si facbeux et 
funeste etat. 

Je suis tres-sensible combien cette saison est mal propre a im- 
portuner V. A. des affaires ; c'est pourquoi je lui dirai seulement 
que je n'ai rien neglige ici pour avancer la sienne, ce qui j'espere 
ne manquera pas d'avoir un bon effet a son enti^re satisfaction. 
C'est avec beaucoup de plaisir que je continuerai d'y employer 
mes soins et tacherai partout d'assurer V. A. du veritable respect 
et attachement avec lesquels j'ai I'honneur d'etre, 

MoDBieari &c. M. 



1706.] PATENTS FOR HIS PRINCIPAIiTTY. 383 

To THS PRINCE OF SAVOY. 
MoNBiKDB, A la Haife, ce 6 JwwUr^ 1706. 

V. A., je suis persuade, me fera la justice de croire que je 
n*ai rien n^lig^ au monde pour venir k bout de lui enyoyer un 
prompt secours, tant de troupes que d^argent Pour cet effet 
je me suis servi de la lettre qu'Elle m'a fait Thonnenr de m'ecrire 
le 2 du mois passe, ou Elle represente si yiyement I'extremit^ ou 
Elle etait reduite, et a quoi on devait s'attendre sans un prompt 
secours. Enfin, apres bien de la peine, j'ai porte MM. les Etats 
k prendre la resolution, que V. A. trouvera ei-jointe, de faire 
marcher incessamment un corps de dix mllle hommes. Je n'ai 
pas voulu depecher votre oourrier jusqu'a ce que j'en eusse fait 
part a M. TElecteur Palatin pour voir s*il ne se trouverait point 
de difSculte de ce o5te-lk ; et le Comte de Lescheraine, qui n'est 
parti que jeudi, est de retour bier au soir avec I'approbation de 
S. A. E. : de sorte qu'il ne nous reste plus qu'a presser la marche 
des troupes, ce que V. A. pent etre sure qu'on ne manquera pas 
de faire. J'espere qu'Elle aura deja toucbe les cent mille ecus 
pour notre premier paiement des trois cent mille, la Reine les 
ayant depuis assez long-temps fait remettre en droiture a Venise. 
V. A. doit aussi avoir re^u, avant la recette de celle-ci, les 
cent mille de la part de TEtat. Le reste, Elle pent compter, 
suiyra selon ce qu'on est conyenu; et comme je m'embarque 
demain pour TAngleterre, mes premiers soins seront de trayailler 
it lui faire trouyer une plus grosse remise, ne yoyant aucune ap- 
jMurence qu'on y veuille entrer id. 

Je ne dis rien des grands efforts que la Reine fait pour soutenir 
S. M. C ; V. A. en sera informee d'ailleurs. Mais je me flatte 
qu'une si puissante diversion obligera les ennemis a tirer un bon 
nombre de ses troupes d'ltalie, que V. A. en pourra profiter, et 
que moyennant le secours que nous lui enyoyons, Elle sera bientdt 
en etat d'agir offensivement. 

Je conjure V. A. de me continuer toujours rhonneur de son 
amitie, et d'etre persuadee que partout ou je serai, Elle aura une 
personne qui lui est entierement devouee, puisqu'on ne saurait 
etre avec plus de respect et de passion que je suis, 

MoDBieur, &c M. 



To Mr. stepney. 
giB, Hague, Bth January, 1706. 

Though I had not received this afternoon the favour of your 
letter of the 29th past with the box containing my three patents 



384 MABLBOROUGH DISPATCHES. [1706. 

for the Principality, which puts a double obligation on me, I should 
not, however, have left this country without returning you my 
thanks for all the care you have been pleased to take in that busi- 
ness ; wherein I must entreat you will continue your good offices, 
since I must leave it entirely to your prudent management. 

I received by the same courier two letters from Comte Sinzen- 
dorff and Comte Wratislaw, in which they lament their disap- 
pointment of the SIX thousand Muscovites for Italy ; but I hope 
they will think that loss sufficiently made up by the ten thousand 
men we are sending thither, of which you will have already had 
an account Comte Lescheraine returned last night from Dussel- 
dorp with the Elector's consent to the march of his seven thou- 
sand, and the three thousand men of the troops of Saze Gotha 
will be put in a condition to march as soon as possible ; besides 
which I hope you will think at Vienna of sending a good number 
of recruits to Prince Eugene for the troops that are already with 
him. I am sure this ought to excite them to do their utmost 

You were informed by the last post of what I wrote to the 
Prince of Salm and Comte Wratislaw about the business of 
Lubeck, which ^ves us no little trouble, and might have been 
prevented if the court of Vienna would have spoken plain, as they 
promised me. I must entreat you to solicit very earnestly that 
some speedy resolutions may be taken in this matter, and let me 
know what measures they take. 

I intend to go to-morrow morning for the Brille in order to 
proceed to England, where I shall be glad to embrace all occa- 
sions of assuring you of the truth wherewith I am. 

Sir, youn, &c. M. 

To THE KING OP PRUSSIA. 
Sire, A la Haye, ce 6 Jaiwier, 1706. 

J'ai diflBere de rendre mes tres-humbles remerciments a V. M. 
des bontes qu'Elle a daigne me temoigner en dernier lieu k Berlin, 
et d'accuser la lettre qu'Elle m'a fait Thonneur de m'ecrire le 10 
du mois passe, jusqu'a ce que je fusse sur mon depart, pour pouvoir 
lui rendre compte en meme temps de ce qu'auront produit mes 
soins pour Taccommodement entre V. M. et Madame la Princesse 
de Nassau sur la succession du feu Roi. Je me fiatte cependant 
que ses ministres lui auront deja informe que je n'ai rien neglige 
pour cela depuis que je suis ici. Pour faciliter d'autant plus cette 
affiiire, j'ai remis a M. Hop un projet pour etre communique a 
Madame la Princesse, comme venant de moi-meme, quoique je 



1706.] PAYMENT OF ARREARS. — PRINCESS OF NASSAU. 885 

n'ai rien propose que de Taveu de M. de Schmettau. Le Sieur Hop 
promit d'y employer ses meilleurs offices, de sorte que j'ai lieu 
d'esperer que cette affaire aura bientot une heureuse fin, a la 
satia&ction de V. M. 

Sur les fortes instances que j'ai aussi faites aupres de MM. les 
Etats pour le paiement des arrerages dus aux troupes de V. M., 
Us m'assurent que la province de Gueldre, a leur requisition, 
travaillent actuellement a trouver les fonds, non-seulement pour 
le passe, mais aussi pour que les troupes soient payees plus ex- 
actement a Tavenir. Je me donne Thonneur d'informer V. M. 
qu'on a pris des resolutions de &ire marcher au plus-tot un corps 
de dix ndlle hommes a la solde de la Reine et de I'Etat pour 
soutenir les armes de S. M. I. en Italie. Par ce secours on a 
aussi en vue d'apaiser les troubles en Baviere sans que les troupes 
soient obligees de faire que tres-peu de sejour dans ce pays. Et 
enfin pour pousser les ennemis partout avec d'autant plus de 
vigueur, les ordres sont deja depeches pour faire passer un corps 
de troupes de Portugiil en Catalogue, de sorte qu'avec la bene- 
diction du ciel nous esperons une heureuse campagne. 

Aussitdt que j*arriverai en Angleterre, je rendrai compte a 
V. M. de ce dont Elle m'a charge, etant avec un profond respect 
et attachement. 

Sire, &c. M. 

To THE COMTE DE WARTENBERG. 
M0M8ISUB, A la Haye, ce 6 Janmer, 1706. 

Je me donne Thonneur d'informer S. M., par la lettre ci-jointe 
que vous aurez la bonte de lui pr&enter tres-respectueusement de 
ma part, des soins que j'ai pris depuis que je suis ici pour porter 
la Princesse de Nassau a un accommodement raisonnable sur la 
succession du feu Roi, et je me flatte que je laisserai cette affiiire 
en si bon train qu'elle se terminera bientot a la satis&ction entiere 
de S. M. 

J'ai I'honneur de mander aussi a S. M. que MM. les Etats 
avaient fort a coeur le paiement des arrerages dus a ses troupes; et 
qu'a leur requisition la province de Gueldre travaillait actuelle- 
ment a trouver les fonds necessaires, tant pour satisfaire le passe 
que pour continuer les paiements a I'avenir. 

Vous trouverez par la resolution ci-jointe les soins qu'on prend 
de soutenir les armes de S. M. I. en Italie, ce que vous aurez la 
bonte, s'il vous plait, d'expliquer a S. M., qui je suis persuade en 
sera tout-a-fisiit contente. Outre cela^ on a aussi depeche des 

VOL. II. 2 c 



S86 MARLBOROTTGH DISPATCHX8. [170& 

ordres pour faire pftssev un bon corps de troupes de Portogal en 
Catalo^e pour appuyer le Roi Charles, et le mettre eu etat de 
pousser ses avantages encore phis loiik Enfiu il finit esperer, avec 
I'assistance du bon Dieu, line heureuse campagne prachaine, k 
laquelle les troupes de S. M. auront toujours bonne part, et tous 
les hauts AUi^ lui seronl rederables d'avoir coBtribue si glo- 
rieusement a r^blir la paix dans I'Europe. 

Je suis Ibrt sifflige de k mort de Madame la Prhieesse de 
Hesse. Personne ne pent prendre phis de part que je fios a im 
accident qui doit Umciier S. M. de si pres, et je yous suppiie de 
lui en ftire mes tres-bumbles condoleanoes. Je tous ooojare 
aussi de me continuer toujours rboMieur de Totre amitie, et d'etre 
persuade de la pdasion et du respect tres-sincere a^ec lesquels je 
suis, 

P.S.— M . de Welderen, qui est dans les Etats pour la proTince 
de Gueldre, m'a assur^ qu'il avait commistton de lerer de Targent 
pour vos troupes k Nim^gue, et qu'on trandllait de meme dans 
les autres quiutiers de la proyince. 



To THK ELECTOR OF BAVARIA. 
MoNBBiGNSUR, A la Hoffe, ob 6 Jam/ier^ 1706. 

Ayant appris du Sieur Oonstrom, qui yient de faire le traite 
pour I'echange des prisotiniers de guerre ayec les commissaires de 
France a Tumhout, comme aussi d'ailleurs, combien V. A. E. 
s'interesse pour le Baron de Martigny et le Colonel Despinat, 
quoique je n'aie aucUn lieu d'etre content de la conduite de ces 
deux Messieurs pour n'avoir pas accompli les conditions du passe* 
port que je leur avais accorde ; cependant pour t^oigner Tern- 
pressement que j'aurai toujours a &ire ce qui pent etre agreable 
a V. A. E., je me donne Tbonneur de lui envoyer ci-jointes deux 
prolongations de cong^ pour ces Messieurs jusqu'au 1 de mai, 
et le laisse entierement k sa disposition de prendre lequel des 
deux EUe troUvera bon pour le Colonel Aadergas, ou bien le Comte 
de Jau£Pkirke, qui aura Thonneur de lui remettre cette lettre, et 
d'abord que je saurai la yolont^ de V. A. E., je lui ferai tenir un 
d^agement de parole pour celui qu'EUe aura cboisi, etant avec 
toute sorte de respect, 

MoQseigDeiir, votre, &c. M. 



1706.] DEATH OF HBEEDITARy PBINCESS OF HESSE. 387 

To M. GUELDEBMALSEN. 
M0N8IXCE, A la Haye, ce 7 Janoier, 1706. 

MM. du CoBseil d'£ta,t vous. ecriront pour vous prier que 

d'abord que lea troupes Palatines sortiront du postiruug, vous ayez 

sola que cell^ de Hesse avancent pour suppleer leur place. Tout 

ce que j'aurai a ajouter est seulement pour vous recommander de 

concerte^. ayec le Prince de Bade avaijit que de faire marcher les 

Hessiens, afin de prevenir les disputes qui pourraient arriver a 

cette occasion. Je pars dans ce moment pour le Brille, et serai 

partout avec un^ veritable p^sion, 

Monsieur, votre, &c. M. 



To THE COMTE DE GRAMMONT. 
MoNSiBUBy A la Haye, ce 7 Janvier, 1 706. 

J'ai regu la lettre que vous m'avez fait I'honneur de m'ecrire 
le 30 du mois passe en faveur de M. le Marquis d'Auvet; et 
quoique j'aie lieu de n'etre pas content de sa conduite en n'accom- 
plissant pas les conditions de son pas^eport, cependant a votre con- 
sideration je vous en envoie ci-jointe la prolongation que vous 
avez souhaitee, et je serai toujours ravi de vous marquer restime 
et le respect avec lesquels je suis, 

Monsieur, votre, &c. M. 



To THB LANDGRAVE OF HESSE. 
MoNSEiONSim, A la Hatfe, ce 7 Janmer, 1706. 

Je n'ai pas voulu manquer, avant de passer en Angleterre, 
de fidre part a V. A. S. de la r&olution qui a ete prisa de faire 
marcher un corps de sept mille Palatins et de trois mille des 
troupes de Saxe Gotha en Italic pour renforcer Parmee de M. le 
Prince de Savoie. Quand ces premiers seront sortis de leurs 
quartiers dans le postirung, celles de V. A. S. pourront suppleer 
leur place, et de cette maniere etre plus a leur aise, quoique je ne 
doute point qu'elles ne soient a present assez tranquilles dans leurs 
quartiers. 

Elle permettra que je me sers aussi de cette occasion pour lui 
marquer I'affliction oil je suis de la mort de Madame la Princesse 
Her^taire, et que je lui en fasse mes tres-humbles condoleances, 
personne ne pouvant prendre plus de part que je fais a tout ce qui 
la regarde, ^tant avec un attachement et respect tres-sincere, 

Monseigneiir, votre, &c. M. 

2c2 



388 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1706. 

To THB COMTE DE SINZENDOBFF. 
AfoNSiEUB, A St. Jamu^ ce 11 Jamfier, 1706. 

Je ne sais par quel accident votre lettre du 23 du mois passe 
ne m'a ete rendue que le jour de mon depart de la Haye. Apres 
vous avoir ecrit ma demiere du 6 de ce mois, je m'etais toujours 
flatte que le Prince de Bade* aurait ete persuade a la fin de se 
rendre a Vienne pour concerter les operations avec S. M. L : 
mais je vois par cette lettre que vous ne vous y attendez plus. 
Ainsi je ne sais que vous dire sur cet article ; et ce qui m'em- 
'barrasse davantage c'est que S. A. m'a fait dire par le Comte de 
Lescheraine qu*il m*enverrait au plus-tdt son projet, cependant je 
n'ai point eu de ses nouvelles, quoiqu'il y ait assez long-temps 
depuis. Je vous dirai seulement que je ne crois pas que 
VAngleterre et la HoUande consentent a aucune autre operation 
de ce cote-la que celui de la Saar^ mais comment nous y prendre, 
sans le concert et Texplication du Prince, passe mon jugement. 

Vous aurez vu par la lettre que je me suis donne Thonneur 
d'ecrire a M. le Prince de Salm le 28 Decembre que ce qui re- 
garde les deux cent mille florins promis a S. M. le Roi de Prusse 
a ete, de I'aveu et du consentement du r&ident Heems, (qui me 
semblait etre parfaitement instruit de cette afiaire,) comme il est 
con^u dans les propres termes du traite, ainsi je ne crois pas que 
j'ai rien a me reprocher a cet egard. 

Les fetes nous ont empeche de travailler depuis mon arrivee ici, 
mais nous aliens a present mettre tout en oeuvre pour tacher de 
trouver les deux cent cinquante mille livres st. que vous demandez 
pour Tarmee d'ltalie. 

Je suis, tr^-par&itement, Monneur, votre, &c M. 



To M. D'AUVERQUERQUE. 
Monsieur, A St. James, ce 11 Janvier, 1706. 

J'ai requ Thonneur de votre lettre du 5 de ce mois, et vous 
assure que je m'emploierais avec le dernier plaisir en ce que vous 
souhaitez pour M. le Comte Francois. Meme je suis persuade 
que la Reine aurait des egards tres-particuliers pour votre re- 
commendation, mais j'ai trouve a mon arrivee que S. M. destinait 
les regiments qu'on va lever pour des Messieurs du Parlement et 
non pas pour des gens de service. Meme selon toutes les ap- 
parences, ils seront de si peu de duree, que je ne crois pas que 
M. le Comte Franqois y trouverait son compte. C'est pour cette 

* Passages in italics sent in cipher. 



1706.] AUSTRIAN LOAN OF £250,000. 389 

raison que je tache de persuader a tous no8 vieux lieutenants^ 
colonel de quitter leurs pretentions. 

Une bonne partie de nos chevaux de remonte sont prets, et on 
en fera Tembarquement vers la fin du mois. La Reine a aussi 
donne aujourd'hui I'argentnecessaire pour les chevaux de remonte 
poiur les troupes auxiliaires, lequel sera remis par le prochain 
ordinaire, comme aussi une grosse somme pour les autres extra- 
ordinaires. Ainsi je vous supplie de presser les officiers a se dili- 
genter k remettre leurs troupes autant qu'il sera possible. 
Je sals, arec one r^ritable passion et Teipeet, 

Monsiear, TOtre, &c. M. 



To COMTE LESCHERAINE. 
MoNSiEUB, A St. James, cell Janvier, 1706. 

J'ai vu avec le dernier chagrin lalettre que S. A. E. vous ecrit 
le 5 de ce mois au sujet des desordres commis dans ses etats par 
les troupes de Hesse. Vous savez les peines que j'ai prises pour 
les prevenir, et les ordres reiteres que j'ai envoy^ a M. de Spiegel 
la-dessus. Ce qui me console un peu est ime lettre que je re^ois 
de M. de Gueldermalsen du 8, comme il partait de Dusseldorp, 
oil il me marque qu'il doute si S. A. S. E. etait bien informee du 
fait, et qu'en tout cas il allait y mettre ordre, selon le pouvoir que 
je lui ai laiss^. Je me donnerai I'honneiur d'ecrire a S. A. E. par 
le prochain ordinaire pour lui marquer combien la Reine est sen- 
sible a son zele pour la cause commune dans le secours qu'EUe 
donne poiur Tltalie ; en attendant, je vous prie de lui temoigner le 
d&espoir que j'ai que S. A. E. ait le moindre sujet de plainte, et 
que je m'engage qu'on lui rendra bonne justice. 

Je Buis, tr^parfidtement, Monsieur, yotre, &c M. 



ToTHB COMTE DE WRATISLAW. 
MoN^iEUB, A St, James, cell Janvier, 1706. 

J'ai re^ I'honneur de votre lettre du 2 ce mois, et vous dirai 
seulement k pr&ent que I'emprunt des deux cent cinquante mille 
livres st. est en fort bon train. En tres-peu de jours on I'aura 
regie sur des conditions que je me flatte seront entierement a la 
satisfaction de S.M.I. Pour encourager nos Messieurs a y 
mettre leiur argent, je me suis engag^ de souscrire tout ce que 
j'aurai en caisse quand on sera convenu des conditions. Je per- 
suaderai M. le Comte de Gallas de les envoyer a Vienne par un 
expres, afin qu'on ne perde point de temps, et qu'on puisse com- 



390 MAHLBOROtPGH DISPATCHES. [1706. 

mencer k £Bdre les remises pour le mois de mars, comme yoas 

Bouhaitez. J'ai ecrit par le dermer ordinaire k M. le Comte de 

Sinzendorff touchant le Prince de Bade* Je n*ai point encore de 

ses nouvelles, quoique nous eiimes mercredi an soir trois paqnets 

de Hollande. 

Je raia, tr^parfiutemflnt et avee pMnon, 

MoDsieiir, Totre, &e. U. 



To THB COMTE DE WAETENBERG. 
MoNSiEUB, A St. Jametf ceil Jamnerf 1706. 

Je &i8ais etat de vous mander par cet ordinaire les sen- 
timents de la Reine snr les offres des deux Rots du Nord * con- 
tenus dans le papier que vous m'avez remis a Berlin, mais ayant 
requ mercredi au soir I'honneur de vos lettres du 2 et 9 de ce 
mois touchant les propositions du Comte de Bielke^ que je n*ai pu 
encore communiquer a S. M., je me reserve jusqu'au premier 
ordinaire a vous repondre sur ces deux affaires tout k la ibis. 
Cependant je suis sur que la Reine dera tres-sensible h la con- 
jftance que le Roi lui temoigne en cette demifere occasion. 
Je suis, tr%s-«inc^rement et ayec respect, 

Motisieiir, votre, &c. M. 



To LORD RABY. 
Mt Lord, St. Jame^t, llth January, 1706. 

I have the honour of yoiu* Lordship's letters of tlie 2nd and 

9th instant. They came in together on Wednesday night, when 

I likewise received the two letters your Excellency mentions from 

the grand chamberlain, which I barely acknowledge by this post, 

and only tell him he may expect an answer at large by the next, 

when I shall have laid them before the Queen. He acquaints me 

in general terms of the great offers that are made as well from 

France as by the Kin^ of Spain* though he does not seem to be 

any way reserved : so that I shall be glad your Excellency would 

be as particular as you can, either to me or Mr. Sectetary, in 

whatever you can learn of this matter, and you may be sure we 

shall communicate to you the answers that will be given to your 

court. 

I am, very nnoerely, My Lord, yonrs, &c M. 

♦ In cipher. 



1 706.] PROPOSmiONB PROM tJOBOTBBN .SOVEREIGNS. 091 

To Hiu 8TPPNEY. 
SlB. Sk.,Jdm«i^$tllth JanMOry, 1706. 

I hsL^e ^een your letters :to Mr. Cardoimel of the 3Qth past 
and 2nd instaiit, with an aoeount of the money you had distributed 
for the dispatch of my busmess at Vienna. The patents came to 
the Hague two days before I embarked. I cannot enough ac- 
knowledge your kind assistance in this affisiir, and pray you will 
believe I shall always be entirely satisfied with whatever sums you 
think fit to disburse on these oceasions. You will please to make 
my compliments to M. Consbruck, and thank him in the ^best 
manner tor his generous aasicrtanoe, letting him know at the same 
time that I shall be glad of any (qqpprtunityto show. him how sen- 
sible I am of his.fri^idship. 

I may ventine to tell you, in eonfidenoe, that I was dissuaded 
from going to Wolfenbuttel, but you have made a very good 
e:(oase :fer .me, and I pray you will insist upon it if you should 
•hear any: more ofithat matter- 

I.a]n,trulyM3ir,70iic8^&c .M. 



To THX GOMTE DE WART£»^BEBG. 
MoNSiKUB, A Sl James, ee\5 Janvier, 1706. 

En eonformite de ee que je me suis donn^ Thonneur de vous 
ecrire par le dernier ordinaire, je riens a present vous expliquer 
les sentiments de la Heine ma maitress^ tant sur les offres des deux 
Rois du Nord et du Czar, contemies dans le papier qui m'a 6\& 
remis a Berlin, que sur les propositions du Comte de Bielke, dont 
vous m'avez fait part dans vos lettres du 2 et 9 de ce mois. Mais 
en premier lieu, je dois vous assurer que S. M. est sensible jusqu'au 
dernier point a la franchise avec laquelle le Roi se communique 
envers EUe, dans des affidres de cette importance, et qu'ElIe 
esp^re que S. M. le Roi prendra de bonne part qu'EUe en use de 
-meme avec lui, oe qui est le vrai moyen de cultiver la bonne 
-amitie entre les deux couronnes, en quoi nous sommes tous deux 
^alement interess^. Je vous dirai done en premier lieu, que 
la Seine ayant mttrement r^fUchi sur les offres du Roi de SuMe et 
sur celles du Roi Auffuste conjointement avec le Czar, S. M. est 
d^ opinion que^ quoique ses offres paraissent itre trhs-avantageuses 
pour le Roif cependant S. M. est persuadee qtCelles ne peuvent 
etre exiaUies ni Tune ni T autre sans plomger S. M. le Roi en de 

* Indplier. 



392 MAHLBOROUQH DISPATCHES. [1706. 

trhsgrandes difficult^ avec ses voisinSy et avoir des suites trh-dan- 
gereuses pour la cause commune^ puisque cela produirait indubitablc- 
ment de si fortes jalousies entre tons Us Princes de T Empire quils 
se trouveraient obliges a rappeler leurs troupes emphyies contre 
Tennemi commun^ de maniere que la France en retirerait des acan- 
tages plus grands quelle ne peut esp^er par les armes^ si les hauts 
Allies continuant h faire leurs efforts sans aucune diversion par des 
jalousies entre eux-mhnes. Ainsi la Reins esph^ que S. M. ne 
voudrait point Scouter des propositions qui pourraient mettre hi 
France en ^tat de donner la hi h toute T Europe^ mais que le zele 
et rempressement que S. M. a fiedt paraitre dans toutes les occa- 
sions pour Tinteret de la religion et de la cause commune, arec sa 
prudence ordinaire, lui feront fadlement comprendre qu'il n'est pas 
de saison d*entrerh present en detels engagements^ etqu'EUe voudra 
bien les remettre jusqu^a une paix genSrak^ quand S. M, peut etre 
assuree que la Reine aura les memes Sgards pour toutes ses prAen- 
tions que pour les siennes propresy et qu'en temps de paix et de 
guerre EUe estimera toujours S. M . comme son premier ami et 
allie. Voilk, Monsieur, ce que j'ai ordre de vous ecrire tauchant 
les offres des Princes du Nordy que je vous prie de vouloir pre- 
senter favorablement a S. M. comme venant de la part d*une de 
ses meilleurs allies. 

Pour ce qui regarde hs offres du Comte de Bielke, la Reine est 
sure que le Roi est trop clairvoyant pour ne pas comprendre que 
tout ce qu'il dit ne tend a autre fin que de semer des jalousies entre 
les hauts AlliSs et tdcher a les desunir ; c'est pour ce meme sujet 
que la France envoie ses dmissaires dans presque toutes les cours de 
T Europe, sachant tres-bien que c'est le seul moyen de parvenir a 
ses ambitieux desseins; ainsi la Reine est persuadee que S. M. 
ddcouragera des propositions d'une sifatale consequence, et qui nont 
autre vue que Fesclavage de toute la ChretientS. 

Pour ce qui est des nigociations en Hollande qui ant fait tant de 
bruit, la Reine a ordonne a M. Harley, secretaire d'etat, d'en 
ecrire au large par cet ordinaire a My Lord Raby, afin qu'il 
en instruise S. M., de sorte que je vous prie de vouloir bien per^ 
mettre que je me rapporte a ce que S. E. vous en dira. Au reste, 
vous me ferez la justice d'etre persuade de la passion et du respect 
tres-sincere avec lesquels j'ai I'honneur d'etre, 

Monsiear, &c M. 

* Passages in italics in cipher. 



1706.] RATE OF INTEREST FOR THE LOAN. 398 

To THE COMTE DE WRATISLAW. 
MoNBiEUR, A St. JameB, ce 15 Jamrier, 1706. 

Je me suis donne rhonneur de vous mander par le dernier 
ordinaire que remprunt de deux cent cinquante mille livres at. 
etait en bon train, et qu'en tres-peu de jours on enverrait a Vienne 
les conditions sur lesquelles on esperait trouver Targent C'est 
aussi par le courrier de M. le Comte de Gallas qui vous remettra 
celle-ci, qu'on les fait tenir a M. Stepney. Vous trouYerez qu'elles 
sont a peu pres les memos contenues dans le papier que vous 
m'avez remis, avec cette seule difference, qu'au lieu de sept, on 
demande huit pour cent d'interet, et c*est ce qu'on n'a pas refuse, 
puisque le gouvemement ici donne le meme interet 'k la Banque et 
en plusieurs autres fonds. 

M. Stepney aura aussi la forme de Tinstrument qu'on doit sous- 
crire pour le paiement de I'argent, par lequel vous verrez qu'on se 
rapporte aux memes conditions qu'on vous envoie, de sorte que si 
on y faisait le moindre changement, cela annulerait toute la sous- 
cription, qu'on espere avoir complete avant le retour du courrier 
moyennant ime lettre que la Reine ecrit k la ville pour en- 
courager chacun k donner leur argent dans cet emprunt. 

Vous savez mieux que personne combien cette afiaire presse, 
ainsi je suis sur que vous vous emploierez de votre mieux pour que 
tout ce qui est requis soit depeche au plus-tot, et le courrier ren- 
voye en toute diligence. 

Je 81118 tr^s-Bino^rement, Monsieur, &c. M. 

P.S. — Je VOUS prie de me mettre avec toute soumission aux 
pieds de S. M. I. 



To THE COMTE DE SINZENDORFF. 
MoN8iSDR« A Si, James, ce 15 Janvter, 1706. 

Le courrier du Comte de Gallas, qui vous remettra celle-ci, 
porte a M. Stepney les conditions sur lesquelles on espere trouver 
ici la somme de deux cent cinquante mille livres st. pour I'armee 
en Italic. EUes sont les memes qu'on m'a remises a Vienne, a la 
reserve qu'on y a ajoute un pour cent d'interet, ce qu'on n'a pu 
refuser, puisque nous avons plusieurs fonds en Angleterre, qui 
donnent le meme interet de huit pour cent. 

La Reine doit ecrire au premier jour a la ville de Londres 
pour exciter les marchands et autres a preter leur argent. Alors 
on commencera d'abord a prendre les souscriptions, que nous 
esperons avoir completes par le retour du courrier, avec les actes 
et engagements requis pour la surete du remboursement. Tout 



394 MARLBOROTTGH DISPATCHK6. [1706. 

ce que j'aurai a ajottter sur ce sujet est que, oomme les aouflcrip- 
tions anront rapport aux memes conditions qu'on vous envoie, si 
on y faigak le moindre changement, lea partis ne aeraient pas 
oblig^ a domier leur avgent. On prend ees souscriptioiiB par 
avanoe senlement pour gagner du temps et afin d^avoir la premiere 
somtne a main, pour commenoer les remises d'abord que le ooor- 
rier sera de retour. Vous sarez trop combien cette affidre prease 
pour ne pas user toutes sortes de diligence dans lee depedies 
n^ssaires ; ainsi je ne vous dirai plus rien sur ce sujet. Tesfere 
que M. le Prince de Salm sera parfaitement remis de sa goutte. 
Je vous prie de-faire bien des compliments a S. A. de ma part, et 
d'etre persuade de la passion tr^^aincere avec'laquelle j'ai ThoD- 
neur d'etre, 

To Mb. HOWE. 
Sn, St. Jmmt^s, iUh Jamury, 170S. 

I must desire you will excuse my not answering sooner the 
fietvour of your letter of the 1st inst, and that you will impute it 
entirely to the hurry I have been in since my coming over. I 
shall always be very sensible of the good oflkes you do me at your 
•court, where I am satisfied no endeavours will be wanting to mis- 
represent our.proceedii^ here, so that you will have a hard task 
to put everything in its true light. I must likewise pray you will 
omit no opportunities of making my compliments upon all proper 
occasions to their £. Highnesses. 

The Queen writes this post to the Elector about the affair of 
Lubeck, as you will be informed by Mr. Secretary Harley, and 
receive from him her Majesty's instructions in that matter, which 
being of the greatest consequence, I am sure you will spare no 
pains in persuading his E. H. to use his utmost endeavours to pre- 
vent any violent proceedings on either side. 

I am, truly,' Sir, yours, &c. M. 



To LOBD RABY. 
Mt Lobd, St.Jamtif9, \blh Jamuury, 1706. 

You will now receive a long letter from Mr. Secretary Hariey, 
to which I must pray leave to refer you. I desire the same fiivour 
of the Grand Chamberlain by a letter 1 write to him. this. post, to 
hsLYe recourse to your Excellency for what relates to the oonteiUs 
of it, and only add, with refisrenoe to M. Bieike's proposals, diat 
^the* Queen is-penmaded 'Ae King of Prussia .most . be senaiMe 



1706.] INSTRUMENT OF SUBSCRIPTION. '895 

tfakt th^ can liave no other vicfw than to create jealousies among 
the allies, for which end France has its emissaries almost in every 
courty and that therefore her Majesty hopes the King will not 
give the least countenance to them. 

I am, My Lord, yoan, ^bc M. 



To Mr. STEPNEY. 
Snw St. Jame^s, \5ih Jdihuuy, 1706. 

I gave you my thanks by the last 'post for your care in my 
own concerns. What I now trouble you with has more immediate 
reference to the public, and will require your greatest- skill end 
industiy in securing to H. M.'s subjects the reimbursement of thfe 
'sum of two hundred and fifty thousand pounds St., which, out of their 
2eal to the common cause and aflfection to the interest of the House 
of Austria, they may be willing at H. M.'s desire to advandie 
for carrying on the war in Italy. The conditions I send you here 
enclosed, with the annexed form of the instrument to be subscribed, 
Mill fully instruct you in what is desired from the court at Vienna ; 
but the manner of trtosacting this affidr must be left to your. pru- 
dent management as being much better acquainted with the con- 
fitituiioiis of the Empire and the nature of the Security that is 
ofiered than we are on this side. The conditions are the same in 
effect with what were proposed to me at Vienna, only we have 
added one per cent, to the interest, without which it is thought by 
those that are most knowing in these matters, it would be very 
difficult, if not impossible, to get so great a sum subscribed. You 
will likewise observe that as these very conditions are annexed 
and referred to in the instrument of subscription, they will admit 
' of no alteration without running the hazard of losing the whole sub- 
Bcriptiota, which will be taken before the return of the courier,- that 
so we may have the money at hand to begin the remittanees with- 
out loss of time. 

The merchants and others who lend this money have an entire 
reliance on you in this affair, that they may be secure of their 
reimbursement, and I have assured them you will use all the pre- 
cautions a matter of so great concerli requires. You will see one 
of the conditions is that the Emperor is to pay all the necessary 
expense that may be requisite in settling this whole affiiir, so that 
you will not stint yourself in taking such advice and assistance as 
•may be proper. I haVe nothing to add on thissutjectnidre thstn 
to recommend to you that all possible diligence may be Used in 



396 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1706. 

sending back the courier who brings you this, with the necessary 

dispatches. 

I am, truly, Sat, yonn, &c M. 

SUBBCKIPTIOlf. 

Whereas her Majesty hath recommended to the Bight Hon. 
the Lord Mayor and court of aldermen a proposition made by 
his I. M. for the borrowing a sum of money for carrying on the 
war in Italy under the command of his Highness Prince Eugene 
against France with vigour — ^which sum is to be remitted imme- 
diately from hence to his said Highness ; — yiz.^ in March next 
50,000/., in April 50,000/., in May 50,000/., in June 50,000/., and 
in July 50,000/., in the whole the sum of 250,000/.— the repay- 
ment of which sum, with interest thereof at the rate of eight per 
cent, per annum, his said Imperial Majesty will secure to the 
several subscribers hereto out of his revenues in Silesia, as by the 
articles hereunto annexed more fully appears. For the manage- 
ment whereof Sir William Gore, Sir James Bateman, Sir Henry 
Fumisse, Sir William Scawen, John Ward, Esq., Sir Gilbert 
Heatbcot, Sir Theo. Jansson, Francis Eyles, Esq., and Samuel 
Shepheard, sen., or any five of them, are desired to become our 
trustees for taking care to have the security well settled, the 
money received from us remitted to Italy, and the interest and 
principal repaid from the Emperor, and the same divided among 
us according to our several subscriptions : 

And we who are desirous to promote so good and necessary a 
service do promise by these presents to pay unto the Governor 
and Bank of England our several sums of money mentioned in 
our several subscriptions at such times as by the said Governor 
and Company of the Bank of England shall from time to time be 
directed after his I. M. shall have secured the repayment of the 
said subscriptions with interest as is mentioned m the annexed 
articles. 

Proposals humbly ofiered to the Most Hon. the Lord High 
Treasurer of England, by which, according to the opinion of 
several eminent merchants, a loan of two hundred and fifty 
thousand pounds may be procured in this city for supporting 
the Emperor's army under Prince Eugene, and carrying on the 
war in Italy with vigour. 

. Art. 1. That the States of Silesia in a provincial diet do grant 
to his I. M. the necessary provision for the repayment of the sum 
of two hundred and fifty thousand poimds, with interest at the rate 



1706.] SECUBITY. — EARL OF LEVEN. 397 

of eight per cent, per annum, to be advanced for the use of the 
Imperial army in Italy, by five equal monthly remittances, which 
money is to be reimbursed as foUoweth : viz., in the first year the 
interest of the whole, in the next fifty thousand pounds of the prin- 
cipal with the interest of the whole, the third year fifty thousand 
more with the interest that shall be then due, and every year aft;er- 
wards a continuance of the like payment till the whole shall be 
satisfied. 

2. That his I. M. make a solemn and irrevocable grant or 
assignment of such part of his said revenue in Silesia as will be 
sufiScient to discharge the whole debt in six years in the manner 
above mentioned. 

3. That as a corroborative security for this loan the city of 
Breslau do in a more particular manner engage for the debt as 
far as their quota of the contributions may extend to. 

4. That the interest of the whole subscription shall commence 
from the day of the first payment thereof into the Bank of 
England. 

5. That to prevent ail manner of disputes relating to the ex- 
change or difiference between the sterling and German money, 
the States of Silesia and the city of Breslau shall by their engage- 
ments be obliged to repay the said loan in sterling money to the 
trustees in London, and likewise to answer to their order, within 
two months after the first remittance shall be made, any charge 
that may occur in Germany in perfecting this agreement. 



To THB EARL OP LEVEN. 
Mr JLoRD, St, Jameses, I5th January, 1706. 

I must now acknowledge the favour of three letters from your 
Lordship, and at the same time ask pardon for deferring to answer 
the former. I easily persuade myself you will impute it to no- 
thing else than the continual hurry I have been in upon my first 
coming over, and not to any want of friendship. 

You will soon hear from the secretaries of the dispatch of your 
commission to command in chief the forces in Scotland, a trust I 
am sure H. M. cannot repose in better hands ; and you may de- 
pend upon my earnest solicitations that you may keep at the same 
time your commission of master-general of the ordnance with the 
government of the castle of Edinburgh. I shall likewise move 
H. M. that you may have leave, as soon as her service will permit, 



'• 



398 MAHLBOBOUGH DISPATCHES. [1706. 

to come up to London, as your Lordship desires, bpipg witk great 
truth, 

My Lord, joqr Lordship's, Ac. M. 



To THx EARL OP ALIWMARLE. 
Mt Lord, London, IBtk January, 1706. 

I have received the favour of your Lordship's kind letter, 
and am sorry to see that Mr. Hop should hav^ mislaid the Me- 
morial I delivered to him in your closet for accommodating the 
difference between the King of Prussia and the Princess of 
Nassau. I now send your Lordship a copy of it, which I pray 
you will g^ve him with the enclosed letter. Having not been per- 
fectly well since my coming over is the reason I have not sooner 
returned you and my Lady Albemarle my thanks for your good- 
ness to me at the Hague. I am going to-morrow for a week to 
Woodstock, to try if the air will do me good. 

I am, with truth, My Lord, 

Yoar Lordship's, &e. M. 



To M. HOP. 
Moivqi^c^i A Sl Jame9, ce 18 Janvier, 1706. 

My Lord Albemarle m'ayant mande que le Memoire que je 
vous ai donne chez lui, touchant raccommodement entre le Roi 
de Prusse et Madame la Princesse de Nassau, se trouvait ^are, 
j'en envoie a present une copie a My Lord pour vous etre remise 
avec cette lettre, et me sers de la meme occasion pour vous prier 
de vouloir employer vos meilleurs offices pour mettre fin a ces 
disputes qui regardent en quelque maniere le public, puisque le 
Roi se sert souvent de ce pretexte pour refuser a I'Etat ce qu on 
pent aouhaiter de S. M. pour le bien de la cause commune. 

Je suis, tr^s-slDO^ment, Monsieur, &c. M. 



To THE ELECTOR PALATIN. 
MoHfETGKSUB, A Si. Jamti, ee 18 Jamner, 1706. 

Je devais avoir accompagne de celle-ci la lettre que la Beine 
a ^rite de sa propre main a V. A. E. pour lui marquer combien 
EUe etait sensible sur le rapport que j'en ai faite a S. M. du zele 
et devouement que V. A. E. a temoigne pour le bien de la cause 
commune en accordant la marcfae de ses troupes pour Tltalie ; 
mais le secretaire d'etat avait deja achemine cette lettre par le 



1706.] COMPLAINT AGAINST HESSIAN TROOPS. 399 

dernier ordinaire a mon ioBqn. £t je dois ajouter k ptesent par 
ordre de S. M. que, comme une marque de sa reconnaisBanoe, EUe 
avait ordoune au tr&orier de rarmee de fiiire payer incessaiameut 
tous les arrerages de subsides dns a V. A. E. J*ai comnmnique 
a la Reine la lettre qu'Elle m'a fait Thoimeur de m'dcrire le 12 
de ee mois, laquelle S. M. prend pour une nouvelle marque de 
ranritie de Y. A. E., qu'Elle tachera de cultiver dans teutes les 
occasions. En mon particulier je me croirai trop heureux d'y 
pouToir contribuer &i aucune maniere, etant ayee k dernier 
respect et attachement, 

MonscigneDr, <W V. A. {!., &c. M. 



To M. GUELDERMALSEN. 
MoKSiKim, A sa, JameM, ce IB Jbnvter, 1706. 

J'ai re^ I'honneur de voire lettre du 8 de ce mois; et 
comme le Comte de Lescheraine m'a fait tenir en meme temps la 
copie d'nne lettre que son maftre lui ecrit, ou TElecteur se plaint 
fbrtement des d&ordres commis par les troupes de Hesse, j'ai ete 
bien aise de voir par la votre que vous doutiez si S. A. E. etait 
bien informee du fait, et que vous etiez sur votre depart vers ses 
quartiers pour tacher d'y remedier. J'espere que vous n'y aurez 
pas trouve grande difficulte, ayant appris d'ailleurs que les Pala- 
tins ont ete les agresseurs, ayant premierement cbasse trois com- 
pagnies des Hessiens de leurs quartiers. J'ai aussi re^u une 
lettre de M. de Spiegel, ou il se plaint a son tour que les quartiers 
que M. I'Electeur lui a assign^ ne sent pas suffisants pour toutes 
les troupes qu'on y a ordonnees, et que S. A. E. pretendait aussi 
les obliger a payer tout ce qu'on leur foumirait dans les quartiers 
sur le* pied qu'on le paie dans le pays, sans leur accorder la moindre 
douceur, ce qui me semble serait un pen dur, et pourrait aller 
beaucoup au-dela de ce que la paie du soldat pent foumir ; ainsi 
je vous supplie de vouloir employer vos bons offices pour qu'on 
n'impose pas trop sur les troupes, et qu'on ne les oblige pas a 
payer plus dans les ^tats de I'Electeur Palatin que ne demande 
I'Electeur de Treves pour ceux qui ont leurs quartiers chez lui. 

Depuis que j'ai commence cette lettre, j'ai re^u la votre du 14 
de Francfort, et je suis ravi que vous soyez a portee, ne doutant 
point que votre presence ne contribue beaucoup a regler tout ce 
qui re^fce a I'^ard des quartiers. II faut bien que M. Spie^l ait 
Uvrt de se plaindre que les siens sent trop etroits, s'il a redime, 
comme vous dites, la seigneurie de Crevenreygh. Ce sont de^ 



400 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1706. 

abu8 qu'on ne doit aucunement souffiiry et je sufs bien aiae de 1& 
resolution que vous ayez prise de vous y opposer. Vous aurez la 
bonte, s'il vous plait, de me mander ce que vous aurez &it la- 
dessus, et je yous promets de yous menager autant que yous le 
souhaiterez. 

M. le LandgraYe de Hesse me mande qu'il pourrait envoyer 
encore quelques raiments dans le postirung pour remplaoer les 
Palatins qui doivent marcher en Italic, pourvu que yous lenr 
puissiez assigner des quartiers ou ils peuvent trouYcr leur sub- 
sistance. J'ai repondu a S. A. que je me remettais entierement 
la-des8us a ce que yous trouveriez a propos apres avoir consulte 
M. le Prince de Bade. Vous me rendrez aussi justice aupres 
de ce Prince, que je ne voudrais jamais rich faire ou il pent etre 
interesse sans son avis. 

M. de Bulow m'ecrit du 14 de ce mois qu'il n'a pu encore venir 
a bout de regler les quartiers pour ses troupes avec les Deputes 
du Cercle, et qu'il se trouvait des difScultes presque insur- 
montables a loger les noblesses aux environs de ses quartiers a 
cause des engagements ou cette noblesse se trouve de foumir a 
Tarmee du Prince de Bade. Tout ce que j'ai pu lui repondre, 
aussi bien qu'a M. Spiegel, est qu'ils eussent a s'adresser a vous, 
particulierement ce dernier, ses troupes etant egalement a la solde 
de I'Angleterre et de I'Etat, leiur assurant qu'en vous exposant 
leurs grieh vous vous emploierez de votre possible a y trouver des 
remedes. C'est ce que je vous prie instamment de vouloir faire, 
afin que ces Messieurs n'aient aucun pretexte pour ne pas remettre 
leurs troupes a temps ; la Reine ayant ordonne aux Hessiens une 
bonne somme pour leurs extraordinaires et pour la remonte. 

Je dois aussi vous dire que par le dernier paquet-boat nous 
avons envoye un courrier a Vienne avec les conditions sur lesquelles 
on espere de trouver les deux cent cinquante mille livres st. pour 
I'armee d'ltalie, et ces conditions etant a pen pres les memes que 
cette cour a proposees, il ne faut pas douter qu'elle ne les accorde 
avec plaisir. En attendant, on prendra ici les souscriptions afin 
que I'argent soit pret pour commencer les remises d'abord que le 
courrier sera de retour. 

Jc suis, tres-sincgrement, Monsieur, &c. M. 



To THE PRINCE OP SALM. 
Monsieur, A St. James, celS Janvier, 1706. 

J'ai re^u la lettre que V. A. m'a fait I'honneur de m'ecrire 
le 6 de ce mois, et veux bien avouer que je suis bien marri d'avoir 



1706.] LETTERS OF EXCHANGE FOR PRINCE EUGENE. 401 

insere ce 4* article dans le traits que j'ai renouvele a Berlin, 
puisque cette cour s'en sert poxur former des pretentions qui ne 
sont aucunement fondees, n'^tant qu'un simple narr^ qui n*a 
aucune liaison avee le dit traite. Mais il est vrai aussi que le 
resident de S. M. I. en est en partie la cause, m'ayant induit trop 
fadlement a inserer cet article. Pour moi, je ne me suis engage 
a rien qui regarde S. M. que pour les quinze mille recrues, dont 
V. A. sait que j'etais suffisamment autorise. Je ferai aussi tout ce 
qui dependra de moi en ecrivant a Berlin pour les porter a d&ister 
de ces pretentions. 

V. A. aura vu par mes depeches envoyees le 15 de ce mois par 
un courrier expres a M. le Comte de Sinzendorff et a M. Stepney, 
ce qu^on avait fait ici poiur I'emprunt des deux cent cinquante 
mille livres st. Je suis persuade que vous accorderez volontiers 
les conditions qu'on demande, et me fais fort aussi que I'argent ne 
manquera pas de notre cote, ainsi je compte cela comme une 
aflaire faite. 

A present j'envoie a M. le Prince de Savoie deux lettres de 

change sur Venise, chacune de cinquante mille ducats, avec les 

assurances d'une pareille somme dans un mois, de sorte qu'en cas 

de besoin S A. pourrait se prevaloir du tout. Selon ce qu'on 

m'avait ecrit d'id il y a plus d'un mois, j'avais raison de croire, 

commef je I'ai mande alors a Vienne, que cette premiere remise 

avait d^ja ete faite, mais j'ai 6te informe a mon arrivee que 

c'etait la faute des marchands. J'espere que M. le Comte de 

Goes aura aussi trouve les cent mille ^cus en HoUande, de sorte 

que voila tout Targent que S. M. I. a demande pour les armees 

d'ltalie. Ainsi nous avons tout lieu d'esperer une heureuse cam- 

pagne de ce cote-lk, pourvu qu'on y envoie toutes les recrued 

concertees, dont je ne doute nullement. On se flatte auss^ que 

M. le Prince de Savoie, etant si bien pourvu, ne fera que peu de 

s^jour a Vienne, mais que S. A. se mettra bientot k la tete de 

I'armee pour'tacher de prevenir les ennemis. Je supplie V. A. de 

me continuer toujours I'honneur de son amitie, et d'etre persuadee 

de la passion et du respect tres-sincere avec lesquels j'ai Thonneur 

d'etre, 

Monsieor, de V. A., &c« M, 

To THE PRINCE OP SAVOY. 
MoNSisuB, A St, Jamegf ce 18 Janvier, 1706. 

Ayant appris par une lettre que j'ai reque hier de M. le 
Comte de Wratislaw, que V. A. etait attendue a Vienne pour le 

VOL. II. 2 D 



402 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1706 

20 de oe mois, 8. n., j'ai peur que le oourrier que j'ai renvoj^ 
Avant mon depart de la Haye ne voua ait manque ; cependant, 
comme j'ai ecrit la meme choee au Comte de Wratialaw, il tous 
aura informe du contenu de mes depechea. 

v. A. peut bien croire que j'ai 6t6 fort surpria k mon airivee 
ici de trouver que les ]N«miera cent mille ecus n'etaient pis remis 
a Venise, comme je lui avais mand^ et aussi a la oour, sur les 
avis qu'on m'avait donn& il y a plus d'un mois que cea remises 
seraient faites par le procfaain ordinaire. ' ^'a ete la fiiute de 
quelques gens qui nous out voulu trop imposer; mais pour le 
reparer autant que nous pouyons, j'envoie a pr^nt a V. A. deux 
lettres de change, chacune de cinquante mille ducats, payables a 
courte vue a Venise, ayec une lettre d'avis, dont une pareille va 
en droiture par la poste adressee aux marchands, par laquelle on 
ne leur fait pas seulement part de ce traite, mais on leur mande 
aussi qu'en un mois on tirera sur eux une pareille somme, de sorte 
que si la necessite le requerait, Y. A. pourrait se prevaloir des a 
present de toute la somme de deux cent mille ecus. Arant la 
recette de celle-ci, V. A. aura appris qu'on est conyenu id des 
conditions pour Temprunt des deux cent cinquante mille livres st 
Elles sont les memes qu'on m'a proposees a Vienne, de sorte qu'on 
ne pourra les d^pprouver chez vous ; et je me fais fort aussi que 
cet argent ne manquera pas de notre cote. Ainsi V. A. voit que 
nous avons accorde au-dela de ce que la cour a pu souhaiter pour 
pousser la guerre avec vigueur en Italic ; et je me flatte que les 
suites y repondront parfaitement, et que V. A., avec Tassistance 
de ces remises, pourra bientot se rendre a U tete de Tarmee. 

Je ne puis m'empecher de rendre justice en cette occasion a nos 
marchands, qui out ete portes a entrer en ces engagements par un 
pur effet de leur zele pour Tinteret de Tauguste maison, et la 
coofiance qu'ils out en la conduite de V. A.; puisque o'est la 
premiere fois que 1' Angleterre ait jamais £Eut une pareille chose. 
J'ai rhonaeor d'dtre, avec one paMdon et an respect dee plus •inck-ee» 

Monsieur, de V . A^ &c M. 

Mbssieurs, a Londre9, ce IS Janvier, 1706. 

J'ai tire aujourd'hui sur yous cent mille ducats, en deux 
lettres payables a S. A. M. le Prince Eugene de Sayoie, yaleur 
de THonorable Jacques Brydges, Ecuyer ; savoir, 

D. 50,000 payables k 10 jours de yue. 

D. 50,000 payables a 30 jours de yue. 
Auxquelles lettres s'il yous plaira de faire honneur et bon 



1706.] EMBAKKATION OF M. D'ALLEGRE. 403 

paiement, dans un mois je tirerai pareille somme sur vous pour 
le servioe de sa dite Altesee, payable de la meme maniere que 
celles d'aujourd'hui, savoir, 

D. 50,000 a 10 jours, et D. 60,000 a 30 jours de vue, I'ayant 
ainsi accorde avec My Lord Tr^rier. 

Je mat, Totre tr^hnmble Berriteur, 

ThBODORB JAN88BN. 

MM. T.etS. Williams. 

D. 50,000. A Londrea, ce 18 Janvier, 1706. 

A dix jours de vue, payez cette premiere de change a S. A. 
M. le Prince £ug^ne de Savoie, ou ordre, cinquante mille ducats 
de banque, valeur de I'Honorable Jacques Brydges, Ecuyer. 

ThEOD. JAN88SN. 

MM. T. et S. Winiams, k Venise. 

D. 50,000. A Londrea, ce 18 Janvier, 1706. 

A trente jours de vue, payez cette premiere de change a S. A. 
M. le Prince Eugene de Savoie, ou ordre, cinquante mille ducats 
de banque, valeur de I'Honorable- Jacques Brydges, Ecuyer. 

ThEOD. jAMgBEN. 

MM. T. et S. Williams, li Venise. 



To SIR DAVID MITCHELL. 
Sib, St. Jame^s, \%th January, 1706. 

I return you many thanks for the accounts you are pleased 
to give me in your several letters of your negotiations at the 
Hague. What further instructions may be necessary in those 
matters you will receive from Mr. Secretary Harley, and I hope 
the States will at length be prevailed upon to comply with what 
her Majesty desires, since it is equally their interest as well as for 
the public good. You will now soon have the yachts and convoy 
with you, and I make no doubt but the Marquis d' Allegro will be 
ready to embark when they return, if he should not have come 
away in the mean time in the packet-boat, which he ought to do 
if he be well, as you know I wrote to him. 

I am trnlj, Sir, youn, &c M. 



To TKB MARQUIS DE PRIE. 
MoNSiBim, A Si, Jame$, ce 18 Jaxoier, 1706. 

Je ne me suis pas donne Thonneur de vous ecrire depuis mon 
depart de Y ienne, mius a present que nous av^ns accompU tout ce 

2d2 



404 MAKLBOROUOH DISPATCHES. [1706. 

que cette cour a pa souhaiter pour la mettre en etat de ponsBer la 
guerre en Italie avec vigueur, tous permettrez, B*il vous plait^ 
que je vienne vous en feliciter, ne dontant aucunement que quand 
S. A. R. en sera bien informee EUe sera enti^rement eonyaincue que 
la Reine n'a rien au monde neglige pour soutenir ees interets. 
Vous aurez deja su les mesures prises pour faire marcher un corps 
de dix mille hommes a la soldo de TAngleterre et de I'Etat |x>ur 
renforcer I'armee de M. le Prince de Savoie ; et avant la recette 
de celle-ci vous serez informe qu'on est convenu de preter id a 
TEmpereur les deux cent cinquante mille livres st sur les con- 
ditions qu'on m'a proposees k Vienne ; et enfin je doisajouter que 
par ce memo ordinaire j'envoie a S. A. des lettres de change sur 
Venise pour cent mille ducats, avec des assurances d*une pareille 
somme au bout d*un mois, de sorte qu'en cas de besoin Elle pourrait 
se prevaloir des a present de toute la somme. Ain^ la Reine se 
flatte que moyennant tout ce secours, S. A. pressera son retour a 
I'armee pour mettre tout en etat de commencer les operations de 
bonne heure, afin de prevenir les ennemis et soutenir S. A. R., dont 
le zele et la fermete ont beaucoup contribue k porter nos mar- 
chands et autres a foumir une telle somme sur des engagements 
etrangers, dont on n'a jamais vu d*exemple en Angleterre. 
Je suis, BTec une passion et on respect trts-oncdre, 

Monsieur, &c M. 



To THE COMTE DE WRATISLAW. 
Monsieur, A Sf. Jama, ce IS Janvier, 1706. 

J'ai requ Thonneur de votre lettre du 9 de ce mois, et me 
rapporte a ce que je vous ai ecrit mardi passe touchant rempnint 
des deux cent cinquante mille livres st. Je compte cela pour une 
affaire faite. Vous avez raison de ne pas bien comprendre Fartide 
de ma lettre du 27 du passe, touchant la remise des cent mille 
ecus, puisqu'a la verity elle n'a pas ete fiute, quoiqu on me Teut 
mande positivement d'ici. Mais pour reparer ce coup, j'envoie a 
present a M. le Prince de Savoie deux lettres de change sur 
Venise, chacune de cinquante mille ducats, avec des assurances 
d*une pareille somme au bout d'un mois, de sorte que S. A. pour- 
rait se prevaloir des a pr&ent du tout en cas de necessite. Vous 
voyez. Monsieur, qu'on vous accorde tout ce que vous arez pu 
demander pour I'arm^ d'ltalie, ainsi vous pouvez croire qu'on 
s*attendra ici a une heureuse campagne, et que vous fassiez yds 
demiers efforts de ce cote-la. L' Angleterre ainsi franchit un 
pas pour TOUS assister, dont il n'y a jamais eu d'ezemple. 



1706.] PRICE AND PAYMENT OP FORAGE. 405 

Je Bois bien aise de yoir que vous etes revenu de Terreur ou 
VOU8 etiez touchant les emissaires de France. II est yrai que la 
Heine a trouve la conjoncture favorable pour parer ce coup, mais 
il ne fiiui pas se flatter qu'il sera toujours dans son pouvoir de le 
fjEure, a moins que chacun ne fasse son devoir pour pousser la 
guerre avec vigueur. Vous etes trop bien informe de notre con- 
stitution pour n'en etre pas convaincu. 

Je snis, tr^s-fiinc^rement et ayec passion, 

Monsieur, &c. M 



To M. BULOW. 
MOMSIEUB, A St, Jamety ce 18 Janvier, 1706. 

•Pai re^u I'honneur de votre lettre du 14 de ce mois, ou je 
vois les difficult^ que vous avez a vous accommoder avec les 
Deputes du Cercle et les noblesses quant aux quartiers pour 
vos troupes. Xecris k pr&ent a M. de Gueldermalsen, qui se 
trouve a Francfort, d'y vouloir bien employer ses bons oflSces, 
moyennant quoi je me flatte que vous en viendrez bientot a bout, 
et que vous ferez tout votre possible pour remettre les troupes 
en ' etat d'entrer de bonne heure en campagne ; pour quel 
effet on vous fera au premier jour un paiement pour la re- 
monte de la cavalerie. Pour ce qui est des fourrages, vous savez 
que je n'ai jamais songe a donner plus d'un sol par ration, et meme 
que je ne me suis seulement engage que d'employer mes bons 
offices pour obtenir ce paiement de la Reine, qui, je puis vous 
assurer, ne s'attendait aucunement a cette depense apres la somme 
de 75,600 florins qu'EUe a accorde annuellement pour les extra- 
ordinaires de vos troupes ; et comme je vois que S. M. aimerait 
mieux payer une somme fixe que d'entrer dans les details du 
fourrage, vous permettrez, s'il vous plait, que je recommande 
fortement de menager cet article, qu'on espere viendra a beaucoup 
moins de deux cents florins par jour d'augmentation, puisquHl est 
certain qu'une partie de cette depense doit etre comprise dans la 
susdite somme de 75,600 florins. 

Je snis tr^parfaitement, Monsieur, &c. M. 



To M. SPIEGEL. 
MoNsneuB, ^ Si. James, ce 18 Janvier, 1 706. 

Je viens de recevoir rhonneur de votre lettre du 9 de ce 
mois, et suis bien marri d'apprendre qu'apres toutes les peines que 
je me suis denudes, vos troupes n'^taient pas encore a leur aise 
dans les quartiers. «ren ecris k M. de Gueldermalsen, qui se 



406 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1706. 

trouve pr^sentement k FrancfOTt, et sera pret a Tons aansler de 
868 boii8 offices aupre8 de M. FEIecteur Palatiii, la ou il sera de 
besoin, pour vous mettre en repoe, afin qne les officiers pcdsBent 
travailler sans relache k leurs recrues, et k remettre les troupes 
de bonne heure ; la Reine ayant ordonn^ qu'on vous paie au 
plus-tot une sonune d'argent sur les extraordinaires et pour la 
remonte. 

Avant de finir ma lettre, vous permettrez, s'il vous plait, que 
je vous recommande encore une fois que les troupes se servent 
actuellement des quartiers qui leur auront ete asagnes, puisqae 
s'il se trouvait quelques abus a cet egard, je serais oblige d'y 
mettre ordre aux depens des coupables, comme je vous Tai d^ 
marque. 

Vous pouvez compter, Monsieur, que je m'emploierai avec 
plaisir pour vous obtenir le commandement que vous souhaitez, et 
qu'il ne tiendra pas k moi qu'on ne vous I'accorde, etant tres-par- 
fidtement, 

Monsiear, fte. M. 

To THE MARQUIS OF LOTHIAN. 
Mt Lord, St. Jamais, \9th Jamuuy, 1706. 

I have deferred acknowledging the honour of your Lordship's 
letters, in hopes I might have been able to have informed you of 
the Queen's pleasure in what you desire ; but I find H. M. is 
resolved to defer the disposal of the Guards till the Duke of 
Queensbury comes to town, that she may take the advice of her 
ministers, which must meet with a general approbation ; having 
only thought fit in the meanwhile to ^ve directions for the com- 
mission to the commander-in-chief of the forces. K I can any 
ways forward your Lordship's pretensions, I shall be ready to do 
it, and to assiu^ you on all occasions of the truth wherewith 

I am. 

My Lord, your Lordsliip's, &c. M. 



To THE MARECHAL DB TALLARD. 
MoNSneuB, A Woodttodi, ee 21 Janvier, 1706. 

La lettre que vous m'avez fait I'honneur de m'ecrire le 23 
de ce mois, 8. n., m'a ete apportee ici par M. Cardonne]. Si je 
I'avais re^u avant mon depart de Londres, je n'aurais pas manque 
de la communiquer d'abord k la Reine en conseil, comme je ferai 
des que je serai de retour, en quatre ou dnq jours. Vous savez 
tres bien que ce que vous souhaitez ne depend pas de moi, mais 



1706.] ANSWER TO THE EARL OF GALWAY. 407 

T008 pcmvez compter, coanme je sympathise beaucoup en oe qui 

Yous regarde, tant par rapport a votre sant^ que I'^tat de tob 

affidrm de &mille, que je serai tres-aise que S. M. tous aecorde 

ce que tous demandez, ^tant ayec une passion et un respect tres- 

aincerey 

MoDsievr, &c. M. 



To THE EARL OP GALWAY. 
Mt Lobd, St. Jame8% 2Sth January t 1706. 

I have the honour of two letters from your Lordship, one of 
the 7th of December, and the other of the 16th inst. By the 
former you desire Mr. Ferguson might be spared to supply the 
place of major-general in Portugal, but he had been dead near 
two months before the date of your letter. By the other you de- 
sire me to order Colonel Pepper to his post of adjutant- general in 
Ireland, which I should willingly do, but your Lordship knows 
that matter is more immediately under the direction of the Duke 
of Ormond, with whom I would not willingly interfere. How- 
ever I doubt not but you will dispose of this gentleman as may be 
most for the Queen's service. 

I shall offer to the Board of Ordnance what you propose in 
favour of Colonel Borgard, and be glad to be any ways instru- 
mental in procuring what you desire for him. 

We are in great expectations from the motions of your troops 
into Spain, which seems to be the most expeditious and certain 
diversion in favour of King Charles. 

I am, with great smcerity, My Lord, 

Your Lordship's, &c. M. 



To TWJ PRINCE OF aiLM. 
MoxsxEDR, ^ St. JanM, ct 29 Jatmer, 1706. 

J'ai requ la lettre que V. A. m'a fait Thonneur de m'^rire 
le 13 de ce mois, et la remercie tres-humblement de la justice 
qu'Elle a bien voulu me rendre aupres de I'Empereur, dont Tap- 
probation de mes soins pour les interets de S. M. I. et de Tauguste 
maison, m'encouragera toujours a continuer mes demiers efforts 
pour montrer combien j'y suis devone. On travaille id avec tout 
Tempressement possible pour faire partir les secours pour le Roi 
Charles, et V. A. aura appris par le courrier du Comte de Gallas, 
ce qu*on a &it, tant a I'^gard de la remise des deux cent miUe ecus 
a M. le Prince de Savoie, que pour I'emprunt des deux cent 



408 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1706. 

dnquante mille livres st Nous esperons que le oouirier sen 

bient6t de retour, afin d'accomplir aussi ce dernier article. 

J'ai Yu la lettre que V. A. avait destinee pour M. le Prince de 

Bade, et aurais bien souhaite qu'EUe la lui eut enroyee, puisque 

les conseils d'un si bon ami auraient sans doute eu leur efet de 

maniere ou d'autre. Je suis toujours dans Tattente de reccToir 

son projet, que j'espere ne tardera guere a venir, afin que nous 

ayons le temps pour prendre des mesures justes la-dessus. Je sup- 

plie y. A. de me continuer toujours I'honneur de son amitie, et 

d'etre persuadee que personne ne pent etre avee plus de respect et 

de passion que je suis, 

Monsienr, de V. A^ &c. M. 

To THE DUKE OF WIRTEMBERG. 
MoNSiEUB, A St, James, ce 29 Janvier, 1706. 

J'ai ve^VL a la campagne la lettre que V. A. m'a fait I'honneur 
de m'ecrire le 26 de ce mois, ou EUe me fait part de son dessein 
de faire un tour pour quelques semaines an pays de Wirtemberg. ' 
Je la souhaite de tout mon coeur un heureux voyage, ne doutant 
qu'Elle ne recommande fortement avant son depart a M. Scholten 
et aux officiers de travailler sans cesse a leurs recrues, et a re- 
mettre les troupes, puisque le Sieur Sweet doit avoir re^u il y a 
deja quelques jours des remises considerables tant pour les extra- 
ordinaires que pour la remonte de la cavalerie, ce qu'il aura sans 
doute distribue a chaque corps. 

Je ems, tr^s-sincdremexit et avec respect, 

M<maeur, de V. A^ &c. M. 



To COMTE LESCHERAINE. 
MoMfiiEUB, A St. James, ce 29 Janvier, 1706. 

Vous aurez ddja appris par M. Cardonnel que j'ai regu votre 
lettre du 12 de ce mois avec celle de S. A. S. E., a laquelle je me 
suis dejk donn^ I'honneur de r^pondre. Les vdtres du 16 et 19 
m'ont ete rendues a la campagne, et comme le Secretaire d'Etat 
m'a assure depuis mon retour que les ordres et instructions pour 
autoriser M. Stanhope de signer le traits touchant les trois mille 
hommes d'augmentation etaient partis il y a plus de dix jours, je 
m'attends a chaque moment d'apprendre que cela est fini. 

Vous pouvez croire que je suis bien marri de voir que vous 
couriez risque de soufirir aupres de S. A. E. par le peu de d^ai 
que cela a eu. Je me flatte cependant que la lettre que la Heine 
lui a ecrite de sa propre main I'aura tout-a-fait radoud ; mais si 



1706.] M. D'ALLBGBE TO 00 TO NOTTINGHAM. 409 

Yous souhaitez que je fasse encore quelque chose, vous me con- 

naiasez trop de vos amis pour le uegliger ; ainsi vous n'avez qu'k 

me mander librement ce que tous souhaitez que j'ecrive a S. A. E. 

ou ailleurs, etant fres-sincerement, 

Monsieurt &c. M. 

To M. GUELDERMALSEN. 
MoNSiEUB, A St. James, ce 29 Janvier, 1706. 

J'ai re^u la lettre que vous m*avez fait Thonneur de m'ecrire 
le 21 de ce mois, et comme je suis de votre avis, que M. Dave- 
uant pourrait nous etre de quelque utilite aupres du Prince de 
Bade, le Secretaire d'Etat lui envoie par cet ordinaire la permis- 
sion de la Reine d'y aller faire un tour quand vous le trouverez 
a propos. Vous aurez la bont^ de Tinstruire de vos bons conseils 
avant son depart, afin que le public puisse tirer quelque avantage 
de son voyage. Quand il m*aura fait savoir son arrivee, je le 
chargerai de mes compliments et de ce que je pourrai avoir a dire 
a S. A. Je crains fort comme vous que le plan de ce Prince pour 
les operations de la campagne ne vienne trop tard pour en faire 
aucun usage ; il y a long-temps qu'il me le fait esperer. 

Je me flatte dapprendre bientot que vous avez regie les quar- 
tiers pour les troupes de Hesse a la satisfaction de chacun, et 
que vous aurez remedie aux desordres que ces troupes commet- 

taient. 

Je suis, tWrancdrement et ayec passion. 

Monsieur, &c M. 

To M. D'ALLEGRE. 
MoMBXXDB, A St. JameM, ce I FAmer, 1706. 

J'ai ^te ravi d'apprendre par Thonneur de votre lettre du 26 
du mois pass^ que vous vous trouviez tm pen soulag^ de votre in- 
eommodite, et me flatte qu'a I'arrivee des yachts vous serez par- 
&itement remis. S. M. la Reine vous destine pour etre a Not- 
tingham aupres de M. le Marechal de Tallard, ce que j'esp^re 
sera k votre gre. J^aurai le plaisir de vous embrasser en passant, 
pour vous r^peter mes assurances de la passion tres-sincere avec 

laquelle je suis, 

Monsieur, TOtre, &c M. 

To M. DE HEESPEN. 
MoNSZBVB, A St. JameB, ce 1 Fenier, 1706. 

Je VOUS suis bien oblige de Thonneur de votre lettre du 15 
du mois passe et de celle que vous m'avez acheminee de M. le 



410 BCARLBOROX7GH DISPATCHES. [1706. 

Baron Staffhorst, a qui vous aurez la bont^ s'il TouspUdt» de hire 
tenir la ci-jointe. Vous avez bien jug^ k Tegard des troubles de 
BavierC) puisque nous apprenons qu'ils sont touil»k-£dt asBonpis. 
Ten suis d'autant plus ravi que cela saure beauooup de peine a 
S. A. le Due de Wirtemberg, qui n'a pas laisse en cette occasion^ 
comma en toute autre, de temoigner son zele pour le bien de la 

cause commune. 

Je suiE, ayec une y^ritable paaaoiit 

Monsieur, ^otre, &c. M. 



To BARON STAFFHORST. 
Monsieur, A St, James, ce 1 F^vrier, 1706. 

Je vous suis bien redevable de la maniere obligeante arec 
laquelle vous vous interessez en ce qui me regarde. Quand j*ai 
pris la liberte de vous prier de donner votre assistance a M. Step- 
ney dans mes affaires de . Mindelheim, j'ai ete persuade, par lea 
manieres honnetes dont vous en avez toujours use avec moi, que 
vous ne me refuseriez pas ce plaisir, et j'en stiis plub que con- 
vaincu par la reponse que vous venez de me faire ; j'en suis aussi 
sensible jusqu'au dernier point, et je chercherai avec emprease- 
ment les occasions de vous en temoigner m'a reconnaissance. 

Je vous supplie de remercier tres-humblement de ma part 
Monseigneur le Due, et Mesdames les Duchesses, de Thonneur de 
leur souvenir, et de me croire avee une veritable passion, 

MoDsieor, &c. M. 



To THE COMTE DE WRATISLAW. 
MoNsiEUB, A Si, Jamm, ee I Fhrta-t 1706. 

J'ai re^u celle que vous m'avez fiiit Thonneur de xa^ecrm le 
16 du mois passe, et je puis vous assurer que la Heine Mt tout 
son possible pour secourir le Roi d'Espagne, meme sans aucun 
egard a ce que pourra foumir la Hollande. Vous en devez etre 
persuade quand vous r^echissez sur les eSoris extraordinairee 
que S. M. fait pour soutenir la guerre en Italic. Sir Charles 
Hara, qui va en qualite de lieutenant-genial, doit partir demain, 
et si le vent est favorable notre escadre fera voile en trois jours 
avec les deux bataillons qui s'embarquent a Plymouth ; mais le 
Comte de Noyelles est retomb^ malade, et est oblige de garder le 
lit. D'abord qu'il sera remis, il partira dans le paquet-boat pour 
Lisbonne, oil il trouvera occasion de passer outre. D espere de 
recevoir sa patente de TEmpereur avec les premieres lettres de 



1706.] OPENING THE CAKPAIGN. 411 

Hollander mais cela ne retarderait pas son depart s'il ^tait en 
etat. Nona attendons auasi le retour dn coarrier dn Comte de 
Gallas pour acbever rempnmt des deux cent cinquante mille 
livres st Je ne puis qu'etre en peine de ce que nous n'ayons 
point enoore de nouveUes du projet de M. le Prince de Bade. 

Je soil, ti^s-sino^renie&t, Moiisieiir» Totrei &c M. 



To M. lyAUVERQUERQUE. 
MOKIDEOB, A SL Jamm, ee 5 Fhrrier^ 1706. 

«rai regu Thonneur de votre lettre du 9 de ce mois, et yous 

suis bien oblige de la communication que tous me fiutes du 

Memoire que tous avez presente k MM. les Etats touchant I'ou- 

rerture de la campagne. Je suis tout^a-fait de votre sentiment 

que les troupes ne peuvent etre en mourement trop tot, soit pour 

prevenir les ennemis ou pour agir offensivement, et qu'en tout cas 

il fistudra des magaslns selon que vous le marquez. Mais a I'egard 

des troupes de Lunebourg et de Hesse, avant de leur donner des 

ordres pour leur marcbe, je serais bien aise de sayoir an juste le 

cantonnement que vous leur destinez ; et si vous voulez qu*elles 

soient dans le pays de Juliers, il faudra prealablement que cela 

soit bien ajust^ avec M. TElecteur Palatin, a qui il serait bon 

que MM. les Etats voulussent ecrire sur ce sujet pour prevenir les 

desordres qui pourrsdent autrement arriver. Memo je crois que 

ces troupes ne doivent pas bouger de leurs quartiers jusqu'a ce 

que la neoessite le demande, car comme elles occupent une partie 

du postirung en Allemagne, leur eloignement trop tot pourrait 

donner jour aux ennemis d'embarrasser M. le Prince de Bade, et 

meme de prendre le dessus avant qu'il fat en etat de s'opposer k 

leurs desseins. 

Je sou, ayec nne T^ritable purioii, Moanev, &c. M. 



To M. Gl 
MoNffiBDB, ^ St, JameM, o« 5 Fhrier, 1706. 

•Pai requ Thonneur de ros lettres du 28 du passe et premier 
de ce mois, ou je Tois oombien yous etes embarrasse par les disputes 
entre les Palatins et les Hessiens, au sujet de leurs quartiers. 
Je remarque aussi par celle que yous avez 6crite k M. le Comte 
de Nassau, que ces premiers Tont bien vite en besogne, et je 
ne puis qu approuver entierement la reprimande que vous lui 
fidtes. II parait bien que nous ne pouvions mieux hire que 



412 MAKLBOAOUGH DISPATCHES. [1706. 

de separer ces Messieurs. Tont ce qid reste est de presser la 
marche des trois mille homines pour Tltalie, alors on sera plus 
en repos. Vons y emploierez, s'il vous plait, yos bons offices, et 
nous ferons de meme aupres de M. TElecteur. En attendant je 
suis persuade que si vous ne pouvez mettre ordre et regler les 
quartiers, il sera impossible de le feire. Je suis bien aise de voir 
que M. de Spiegel ne se tronve pas tout-a-fidt dans le tort, mais il 
serait bon de travailler a faire donner une meilleure pale auz 
troupes a Tavenir ; meme je crois que nous avons droit de le &ire 
jusqu'a la concurrence de ce que I'Angleterre et TEtat foumissent, 
de peur que les troupes ne deperissent manque de subsistanoe. 

Je vous avoue que je ne comprends rien dans les delais de M. 
le Prince de Bade a nous donner son plan ; peut-etre si vous etiez 
present vous pourriez penetrer dans ses desseins, ainsi j'ecrirai a 
la Haye qu'on vous donne permission d'y aller quand vous le 
jugerez a propos. 

Je suis. Monsieur, &c. M. 

P.S. — Je VOUS envoie une lettre que j'ai reque de M. d'Auver- 
querque avec la reponse que je lui feds. Vous avertirez, s'il vous 
plait, MM. Spiegel et Bulow de tenir les troupes en etat de mardier 
BUT les premiers ordres ; mais il faudra que vous en avertissiez M. 
le Prince de Bade, afin qu'il puisse prendre ses mesures avant que 
les troupes se mettent en mouvement. 



To THE MARECHAL DE TALLARD. 

Monsieur, A St, Jam^, ce 5 Ftvner^ 1706. 

Selon ce que je me suis donne Thonneur de vous ecrire de 

Woodstock, je n'ai pas manque des mon retour de communiquer 

a la Reine, assemblee en conseil, le contenu de votre lettre, etsuis 

bien marri de vous dire que les seigneurs, ayant cm que si vous 

alliez en France, celaaugmenterait le bruit qui court des negoda- 

tions, et donnerait de Fdmbrage, n'ont pas ete d'avis que S. M. 

vous donne a pr^nt la permission que vous souhaitez ; aina il 

faut esperer une conjoncture plus favorable ; mais si cela depen- 

dait de moi, vous auriez bientot lieu d'etre content, puisque je me 

feral toujours un veritable plaisir de vous assurer de la passion et 

du respect tres-sinceres avec lesquels je suis. 

Monsieur, &c M. 



1706.] BATTALION OF CBVENN0I8. 413 

To THB BARON DE SEILEBN, 
CoMSBnxBB Imtimb d'Etat et Chstalier ds la Cool d'Autbiche, a Vienvb' 
MoKHUSUHv A St. James, ce 5 Fhrier, 1706. 

Ayant appris de M. Stepney la promptitude ct les manieres 
honnetes avec lesquelles voua.avez bien voulu donner votre assis- 
tance pour les depeches qui me regardent dans la concession dont 
il a plu a S- M. I. de m'honorer, vous permettrez, s'il vous plait, 
que je tous en t^moigne mes remerciments, et que je tous supplie 
d'etre persuade que j'en suis sensible jusqu'au demier point. Je 
chercherai aussi avec empressement les occasions de vous assurer 
partout de la passion et du respect tr^-sinceres avec lesquels je 

suis, 

Monsieiiry &e. M. 



To THE PRINCE DE UCHTEN8TEIN. 
MomiBUB, - A St» James, tt 5 Fhtrier, 1706. 

•Tai differe k remercier V. A. des bonnes nouvelles qu'Elle 
nous a donnees par la lettre qu'Elle m'a fait Thonneur de m'ecrire 
le 24 d'octobre, jusqu'k mon retour en Angleterre, afin de lui pou- 
voir marquer en meme temps les efforts que la Reine ma maitresse 
fait pour soutenir les justes droits de S. M. C. V. A. en aura d^ja 
et^ informee en partie, et comme le Brigadier Stanhope, qui aura 
rhonneur de rosider aupres de S. M. en qualite d'envoye extraor- 
dinaire, doit partir incessamment avec ce convoi, et est parfaite- 
ment instruit de tout ce que nous faisons ici, EUe permettra que 
je me rapporte a ce qu'il lui en dira. Outre cela nous attendons 
de la HoUadde par le prochain convoi, un bataillon de Cevennois, 
ou S. M. entre pour les deux tiers des frais. II sera commande par 
le Colonel Cavalier, qui s'est si fort distingue dans les Cevennes, 
et qui nous fait esperer qu'il entretiendra toujours de la Catalogue 
des intelligences avec ses gens Ik qui ne pent que produire une 
tres-bonne diversion. La Reine a aussi repete ses instances en 
Portugal pour que I'armee fasse toute la diligence possible a se 
mettre en campagne ; et selon les demiers avis nous avons lieu 
d'esperer qu'elle sera prete k pr^nt k entrer en Espagne, ce qui 
sans doute attirera toute lattention des ennemis de ce cdte-lk et 
donnera le temps k S. M. de s'affermir dans les provinces de 
Valence et d'Arragon, et meme k pousser ses progres k bout. 

y. A. sera aussi informee que la Reine et MM. les Etats 
donnent un secours de dix mille hommes pour I'armee d'ltalie, 
dont une partie est actuellementen marche, et le restesuivra avec 



414 MARLBOROUGH DI8PAT0HES. [1706. 

toute la diligence possible. Nous avons aussi founii les deux tiers 
de trois cent mille ^us pour la remonte de cette armee et pour la 
mettre en etat d'agir. Outre cela, I'Angleterre fera un pret de 
deux cent dnquante mille livres pour la subsistanoe de cette 
armee pendant la campagne, a cinquante mille livres par mois, qui 
oommenceront a Stre payees le mois prochdm. Enfin il fiiut 
esp^rer qu'arec la benediction du ciel tons ces soins auront leur 
effet par Tetablissement de S. M. C, et nous achemineront a une 
bonne et beureuse paix. 

Je ne dis rien a V. A. des operations qui se dmvent &ire dans 
les Pays Bas et en AUemagne, seulement qu'on se prepare a se 
mettre de bonne heure en campagne, et qu'Elle pent etre assuree 
que je ferai mes demiers efforts pour pousser Tennemi partout 

Je charge de cette lettre le Sieur Richards, dont le merite et 
les services qu'il a deja rendus sont si connus que quoiqu'il ne soit 
arrive que depuis quatre jours, la Reine a trouve bon de le ren- 
voyer incessamment ; et comme je suis fort persuade de son zele 
pour les interets de S. M. C, V. A. voudra bien me permettre de 
le recommander a sa puissante protection aupres de S. M., etant 
sur qu'il ne negligera rien dans toutes les occasions pour s'en 
rendre digne. Je me recommande toujours a I'amitie de V. A«, 
et suis avec une passion et un respect tres-parfsdts, 

MoDsiear, &c. M. 



To THX KING OF SPAIN. 
SiRB, A St. Jamet, ee 5 Feurier, 1706. 

J'ai requ avec une joie inexprimable les nouvelles dont il a 
plu a V. M. de me faire part de la prise de Barcelone et de la sou- 
mission de toute cette principaute, comme aussi des progres de 
ses armes dans les provinces de Valence et d'Arragon. EUe aura 
appris depuis combien la Reine ma maitresse 8*y est interessee, et 
les r&olutidns qu'EUe a prises d'abord d'envoyer de puissants 
secours a V. M., dont je me flatte qu'EUe aura dejk ressenti en 
quelque maniere les efiets. Depuis mon retour de Hollande, je 
n'ai oesse de travailler de tout mon possible pour hater le depart 
des troupes : celles qui vont d'ici feront voile incessamment avec 
les munitions et autres attirails de guerre, et les regiments qui 
s'embarquent en Irlande je me flatte pourront bien arriver a Bar- 
celone en meme temps. Enfin j'ose assurer V. M. qu'on n'a rien 
neglige pour la mettre en etat de pousser ses avantages ; le Bri- 
gadier Stanhope, qui aura I'honneur de lui printer cette lettre, 



1706.] INSTRUCTIONS FOR LORD RABY AT BERLIN. 4l5 

nous en rendra justice. En mon particulier, outre mes indxoations 
de fieure tout mon poeaible pour les interets de V. M.9 les obliga* 
tions que j'ai a Fauguste maison m'engagent a cherdier avec em* 
pressement les occasions d'en temoigner mes tres^^^humbles recoQ** 
naissaooes. Je fiais aussi des yobux sans cesse pour le succes des 
armes de V. M., etant avec le plus profond respect. 

Sire, de ToCre Mi^Ml^ &0. M. 



To LORD RABY. 
Mr LoED, St. Jame8*8, 5th February, 1706. 

I received two days since your Excellency's. letters of the 
23rd and 30th past, and you may believe was not a little surprised 
at the information you give of the march of so many of the King's 
troops to Prussia. The Queen, who has been made acquainted 
with it, is under no less concern, and would have signified her 
directions to you in this matter by the secretary of state, but that 
it is thought what comes from me may be better taken. I am, 
therefore, commanded to desire your Lordship will take the first 
opportunity to represent to the court, and even to the King him- 
self, in the most serious manner, the concern her Majesty is under 
to find that these troops, which were so much depended upon for 
the service of the common cause, and to have been early in the 
field, should be sent so far ofi^as that the public cannot expect the 
least advantage firom them ; letting them know at the same time 
that H. M. had reason to hope, firom the great efibrts she makes 
for carrying on the war in all parts, and from the assurances the 
ELing had given of his ready concurrence therein, that his Majesty 
would have relied so tar on her promise to have the same concern 
for his interest as for her own as to be under no apprehensions in 
Prussia. And though H. M. might reasonably have expected the 
King would have furnished a greater number of troops this cam- 
paign than he did the last, she cannot believe he will think of 
sending fewer. That as spring draws on apace, and as the success 
of the campaign will depend in a great measure on our being 
early in the fiekl, H. M. hopes no time will be lost in putting all 
the troops in a condition to march as soon as possible. 

Your Excellency may use such further arguments as you shall 
judge will be most prevalent for recalling these troops and obtain- 
ing at least twelve thousand men for the Rhine out of those that 
remain in the King's territories in the Empire, and then the others 
may return firom Prussia at leisure. You will please to make my 



416 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1706. 

compliments to the Grand Chambellan and the Velt-Maredud, 
and let them know that I depend entirely on their good offices in 
joining with you in a matter that is of the greatest importance to 
the common cause. 

If there should be any stop put to the troops that are marching 
for Italy, I must likewise entreat you will do all that is posdble 
to press their march by representmg the ill consequences of it at 

this juncture. 

I am, with truth. My Lord, 

Tour Lordship's, &c. M. 



To THE EARL OF PETERBOROUGH. 
Mt Lobd, St, Jamet^B, Sth F^nary, 1706. 

Mr. Richards arrived here two days ago, and has delivered 
me your letter. You may believe, my Lord, we cannot be insensible 
of the straits you are in, and I am confident Mr. Stanhope, who 
brings you this letter, will do us justice in assuring you that 
nothing has been neglected in hastening the succours to you. 
H. M. has done all that is in her power, and we hope soon to hear 
of the good effects of it. I need not be particular with your 
Lordship, since Mr. Stanhope has promised me to give you an 
account of everything. All I shall add is only to entreat your 
Lordship to believe no one can have a greater regard for your 
interest, nor be with greater sincerity than I am. 

My Lord, &C. M. 

P.S. — ^I am told that your Lordship did at the siege of Barcelona 
make use of Captain Romanet as an engineer. I hope you are so 
satisfied with him, that you will take the first occasion of doing 
him good, which will be taken kindly by your fedthful friend and 
servant, M. 



To THE EARL OP GALWAY. 
Mt Lord, St. Jammts, 6<A Febmarf^ 1706. 

Though I gave your Lordship the trouble of a letter rery 
lately, I could not let Mr. Stanhope go away without repeating by 
him the assurance of my constant friendship and respect He is 
so fully instructed of all matters, that I need not give you any 
relation of what passes here, and shall only tell you that we reckon 
the whole success of the war depends on what shall be 0one tliis 
campaign in Spain, and that we rely more particularly on the 
operations under your Lordship's direction, which must ^ve life 



1706.] MR. HOWE AND MR. CRAGGS. 417 

to those in Catalonia and the neighbourhood. We are rare all 
that is possible will be attempted, and are in good hopes that 
before he arrives your army will be in motion. 

I am, with the greatest truth, My Lord* &c. M. 



To Mb. HOWE. 
Sn, St. Jame8% Hth February, 1706. 

I am very much obliged to you for the constant advices you 
give me from your court, and should be more punctual in my 
returns if anything offered here for your service : however you 
may be sure I omit no opportunity of representing to the Queen 
your zeal on all occasions for her Majesty's interest. 

I was very sorry to hear of the difference between you and Mr. 
Craggs, having a particular concern for his father, who tells me 
he designs soon to send him further off, which I hope will make 
you more easy. 

Mr. Secretary will have informed you of the measures that are 
proposed for putting an end to the disputes about the bishopric of 
Lubeck, and have given you your instructions in that matter, which 
we expect will have a good effect. 

I am, Sir, &c. M. 

To M. BULOW. 
MoNBlBDii, A Si. James, ee 8 Fevrier, 1706. 

J'ai regu vos deux lettres du 28 du mois passe, et suis bien 
aise de voir que vous avez r%le avec les Depute du Cercle tout 
ce qui regarde les quartiers des troupes. Je vous ai d^ja marqu^ 
par ma demiere que je croyais que la somme de deux cents francs 
que vous demandiez par jour pour le fourrage etait plus que la 
Reine serait contente de foumir: cependant vous faites la su- 
putation de cette maniere, et memo pour six mois, quoique, selon 
les apparences, les troupes ne seront pas si long-temps de beaucoup 
en quartier. Ainsi je vous prie de vouloir moderer la somme, 
afin que je puisse interceder pour le paiement avec quelque es- 
perance de succes. Je travaille a obtenir quelque douceur pour 
les chevaux creves pendant la demiere campagne, et je vous 
rendrai compte au premier jour de ce que j'aurai pu faire. 

Je suis, avec one T^ritable passion, Monsieur, Totre, &c. M. 



To M. CRONSTROM. 
MoNsmni, A St. Jamee, ce 8 Fhrier, 1706. 

J'ad re^u Thonneur de votre lettre du 29 du mois passe, ou 
vous me marquez que vous etiez occupe a lechange des prison- 

VOL. II. 2 E 



418 MAItLBOROUOH DISPATCHES. [1706. 

niers de gaerre, selon les conditions dn dernier traite, auxquelles 
les Sieors St. Maurice et Balincourt ne doivent etre aucim ob- 
stacle, puisque les ordres sont actuellement donnes pour les faire 
passer en Hollande afin de 8*en retoumer en France. La seule 
difficulte qui les a retenu jusqu'a present, ou du moins le dernier, 
etait manque d'argent pour payer les dettes qu il a contractees 
avec les habitants de la ville ou ils sont en quartiers. Mais je 
crois qu'il aura trouve moyen a present de les satisfiure, ainsi tous 
ne devez pas etre en peine a leur egard. Je viens de recevoir une 
lettre de M. TElecteur de Baviere en reponse a celle que je lui 
ai ecrite de la Haye, touchant Techange 'du Colonel Aaderkas. 
S. A. £. accepte le Baron de Montigni, mais il me marque aussi 
que le Lieutenant-Colonel Morton, que tous avez echange contre 
M. Siberius, lieutenant-colonel de Riperda, avait ordre du Roi 
de France de rester prisonnier, et qu'il souhaiterait le Comte de 
TaufTkirken en sa place, sur quoi je dois vous prier de vous tenir 
au traite et d'insister sur la liberte de M. Siberius pour le 
Sieur Morton, sans pourtant que cela paraisse venir de ma 

part 

Je suU, tres-parfkitement, Monsieur. &c. M. 



To THE PRINCE OF SALM. 
MoNSiECK, A Si, Jame$, ce 8 Fhrier, 1706. 

J'ai rcqu la lettre que V. A. m'a fait Thonneur de m'ecrire le 
20 du mois passe, touchant les disputes survenues au sujet de 
I'eveche de Lubeck. EUe aura appris ce que I'Angleterre et la 
Hollande ont propose pour terminer ces differends a I'amiable, et 
quoique je me flatte qu'elles pourront avoir leur effet, cependant 
il aurait ete fort a souhajter, et Test meme encore pour y mettre 
fin, que S. M. I. voulut faire la publication de la sentence, d'autant 
plus que les parties sont deja convenues du droit du cbapitre a 
Tadministration et jouissance des rentes episcopales. II est certcun 
qu'une afiaire de cette consequence, ou le bien de la cause com- 
mune est si fort interesse, ne devrait point souflrir de delai quand 
il y a moyen de couper court. Nous attendons avec impatience le 
retour du courrier du Comte de Gallas pour finir le pret des deux 
cent cinquante mille livres st. 

Je Buis, avec une ve'ritable passion et respect. 

Monsieur, &c M. 



1706.] PERMISSION TO TRADE WITH THE ENEMY. 419 

To THE COMTE DE SCHONBORN. 
Monsieur, A St, James, ce 8 Fevrier^ 1706. 

Le r&ident de S. M. la Reine ma maitresse a Hambourg 
m'ayant ecrit une lettre par laquelle il me marque que la dite villa 
et celles de Lubeck et de Bremen Tont prie d'intercAier aupres de 
S. M, pour qu'il leur soit permis, sans aucun empechement de 
notre cote, d'ouvrir le commerce avec la France et I'Espagne, 
selon ce qui a ete fait depuis peu par la Hollande ; et comme vous 
savez le peu de penchant que T Angleterre a pour aucun commerce 
avec les ennemis en temps de guerre, je n'y ai pas voulu entrer 
sans avoir prealablement demande votre avis, ce que vous aurez la 
bonte, s*il vous plait, de me donner a votre premier loisir. 
Je siiis, avec one passion et respect tr^s-sinc^, 

Monsieiir, &c. M. 



To THE PRINCE OF SAVOY. 
MoNSiEUB, A St, James, ce 8 Fhrier, 1706. 

Je suis dans Timpatience de recevoir une lettre de V. A. 
depuis son arrivee a Vienne sur les avis qu'EUe aura eus des 
efforts que nous faisons pour renforcer et soutenir son armee en 
Italic. Nous attendons le retour du courrier du Comte de Gallas, 
qui a porte le projet touchant le pret des deux cent cinquante 
mille livres st. avant que de pouvoir mettre la demiere main a 
cette affaire. Je me flatte beaucoup qu'avec tons ces secours 
y. A. nous donnera des esperances d'une heureuse campagne. Je 
le souhaite de toute mon ame, etant avec tout le respect possible, 

Monsieur, de V. A., &c M. 

P.S. — Je joins ici une lettre de M. le Comte de Brian^on 
touchant quelques olEBciers de S. A. R. qu'EUe souhaiterait avoir 
echanges. Je n'y ai point voulu entrer sans les avis de V. A., 
que je la supplie de vouloir me donner a son premier loisir. 



To THE MARQUIS DE VOUBONNE. 
MoNSiEUB, A Sle. James, ce 8 Ftvrier, 1706. 

J'ai requ Pbonneur de votre lettre du 11 de Janvier, et je 
puis vous assurer que je suis tres-sensible a votre malheur, et au 
traitement que vous recevez de MM. les Frangais. A la rAjuisi- 
tion de M. le Prince Eugene, j'avais, avec la permission de la 
Heine, destine M. le Chevalier de Croissy pour etre echange centre 
vous, et il etait dejk passe en France pour cet effet : mais d'abord 

2e2 



420 MARLBOROTTGH DISPATCHES. [1706. 

que S. A. m'a appris les chicanes qu*on lui a faites but votre snjet, 
S. M. Ta fait revenir, et vous pouvez etre sur que j'aurai toate 
rattention possible k votre liberte. En attendant, je tacherai, par 
le moyen des officiers generaux qtii souhaitent la liberte d'aller en 
France, d'obtenir la meme grace pour vous, que vous pnissiez 
aller vaquer a yos affidres particulieres, vous priant d'etre per- 
suade qu'on ne peut etre avec une plus vmtable passion et estime 
que je suis, 



To M. irOBDAM. 
MomiBUR, A St. Jame$, ce 9 FhrUr, 1706. 

Le Sieur Jean Keil, de TUniversite d'Oxford, ayant ete re- 
presente k M. Buys par le Comte de Pembroke, le Chevalier 
Newton, et nos plus fameux mathematiciens, comme un sujet ires- 
capable de remplir la place de Professeur a Lieyde, vacante par la 
demission du Sieur Volden, je prends la liberte de vous le reoom- 
mander, et vous supplie de vouloir avoir la bonte d'appuyer ses 
pretentions de votre puissante protection. Je vous en serai fort 
oblige, etant toujours avec passion et respect, 

MoDSteor, ftc M. 



To COLONEL MACARTNEY. 
Sn, iSe. JiMMf'f, 12tA jF«6nrary, 1706. 

You were acquainted by the last post with the orders given 
to Sir David Mitchell not to admit of any excuse from the Marquis 
d'AUegre, but to bring him over with him, so that you may be- 
lieve the Queen was not a little surprised that the admiral should 
come without him, and commands me to repeat the same orders 
to you ; and if it should happen that the men-of-war return im- 
mediately without staying for the yachts, her Majesty would then 
have you bring over the Marquis in the packet-boat By the 
enclosed letter I advise him that her Majesty has directed you to 

attend him over. 

I am, ffir, yonre, &e. M. 

P.S. — If the Marquis d'Allegre should make any diflSculty of 
coming over, you are to advise with Mr. Stanhope of the most 
proper means to oblige him to it 



1706.] COMPXTMORY CONVEYANCE OF M. D'ALLEGRE. 421 

To M. ITALLEGRE. 
MoNSiEDB* A St. James, cel2 Fevrier, 1706« 

Par mes deux demieres lettres vous aurez appris que la 

Reine continue a souhaiter que yous veniez en Angleterre; et 

comme TAmiral Mitchell avait ordre de vous y conduire, S. M. a 

6t6 surprise de le voir arriver sans vous avoir mene avec lui. Elle 

en a remis le soin a present au Colonel Macartney, qui aura 

rhonneur de vous rendre celle-ci, et je dois vous prier de vouloir 

bien vous conformer a ce qu'il jugera a propos pour votre passage. 

Jevous le souhaite heureux de tout mon ooBur, etant tres-sincere- 

ment et avec respect, 

Monrieor, &c M. 



. To Mb. stanhope. 
Sib, Si, Jame^B, \2th February, 1706. 

Admiral Mitchell having been directed to admit of no excuse 
from M. d'AUegre, but to bring him over with him, you may be- 
lieve her Majesty was not a little surprised at his having left him 
behind. The same orders are now repeated to Colonel Macartney, 
who is directed, if the men-of-war should not stay for the yachts, 
in that case to make use of the first packet-boat ; and if any diffi- 
culty should happen, as I hope there will not, he is to advise with 
you as to the proper means for obliging the Marquis to come 
away, and you are to apply to the States as there may be occasion. 

I am, with trath, Sir, youn, &c. M. 



To THB COMTE DE GOES. 
MoNSiEUB, A St, James, ce 12 Fhrier, 1706. 

tTai requ ITionneur de votre lettre du 16 de ce mois, et puis 
vous assurer qu'on a ^te fort surpris de voir arriver I'Amiral 
Mitchell sans avoir amene M. d'AUegre avec lui. Je lui avais 
^crit de la part de la Reine qu'il n'eut a admettre aucune excuse, 
ayant marque aussi a M. le Marquis par deux differentes lettres, 
en reponse de celle dont vous me parlez, que S. M. ne trouvait 
pas a propos de le laisser alter en France, comme je lui repete 
encore par cet ordinaire, et je vous envoie ici copie de ma lettre a 
M. Macartney, afin que vous soyez instruit des ordres positife 
qu'il a de Tamener ici au plus-tot, soit dans les yachts ou par le 
packet-boat 

Je sais, Monsieur, &c. M. 



422 MARLBOROUGH DISPATCHES. [1706. 

To THE COMTE DE WRATISLAW. 
Monsieur, A St. James, ee 12 Fhrier, 1706. 

Depuis ma derniere j'ai re^u vog deux petites lettres du 20 
et 23 du pass^, et hier me fiit rendue celle du 3 de ce mois, dont 
une partie est en chifire. tFen ai fait communication a la Reine 
ma maitresse, et je dois tous dire que S. M. donnera les ordres a 
ses generaux et amtraux de se conformer a ce que le Roi trouyera 
bon pour Tayancement de ses interets et le bien de la cause com- 
mune, eu ^ard a la surete de la flotte. Pour ce qui est des 
contributions, vous sayez que cela se doit feire de concert ayec 
MM. les Etats, ainsi il sera necessaire que M. le Comte de Goes 
Boit instruit au juste de cette affiure tant des Princes et Etats 
qu'on youdrait &ire contribuer, que de la somme qu'on pretend 
de cbacun, et yous pouyez etre sur que S. M. y pretera yolontiers 
les mains. 

II y a a pr^nt quatre semaines que le courrier du Comte de 
Gallas est parti ayec le projet pour I'emprunt des deux cent 
cinquante mille liyres st., et par I'ordinaire suiyant on a enyoye a 
M. le Prince Eugene des lettres de changes pour les premiers cent 
mille ecus, de sorte que nous attendons a chaque moment des ayis 

que yous aurez re9u ses depeches. 

Je S1U8, &C. M. 

To THE KING OF SPAIN. 
Sire, A St. Jamea, ce 12 Fforier, 1706. 

Quoique je me sois donne Thonneur d'ecrire a V. M. depuis 
trois jours par le Brigadier Stanhope, j'ai ete bien aise de me 
seryir encore de cette occasion que me donne M. le Comte de 
Noyelles pour rendre mes deyoirs tres-humbles a V. M. C'est un 
general que j'ai connu depuis plusieurs annees, et dont rexperience 
et le zele qu'il a pour le service de V. M. ne peuyent qu'avoir un 
tres-bon eflFet, tant pour ses interets en particulier que pour le 
bien de la cause commune. H me fera Thonneur de me mettre 
aydB toute soumission aux pieds de V. M. en I'assurant de Tentier 
denouement avec lequel je^suis^ . 

*^ ' " Sire, de votre Majestd. M. 

To THE KING OF PRUSSIA. 
SniE, A St. James, cc 12 Fhrier, 1706. 

Je yiens rendre mes tres-humbles remerciments a V. M. de 
la bonte qu'EUe a cue d'agreer la notification qui lui a ete &ite 
par I'Empereur de mon eleyation h. la dignite de Prince de TEm- 



1706.] DIFFICULTIES IN EXECUTING PRUSSIAN TREATY. 423 

pire, et des ordres qu'Elle a daignes donner a ses ministres a 
Batisboime de concourir a mon introduction dans le College des 
Princes. Je supplie V. M. d'etre persuadee que je serai sensible, 
jusqu'au dernier jour de ma vie, a tons les bienfaits dont Elle con- 
tinue a me combler, et que ce sera avec le plus grand empresse- 
ment du monde que je chercherai les occasions de lui temoigner 
mon entier devouement, etant avec le plus profond respect, 

Sire, de votre Maj(«t^, &c. M. 

To THE COMTE DE WARTENBERG. 
MoNSSBCB, A St. JaiMB, ce 12 Fevrier, 1706. 

Je viens de recevoir I'honneur de votre lettre du 6 de ce mois, 
et me flatte que vous aurez de meme celle que je vous ai ecrite en 
reponse des votres du 2 et 9 du mois passe, et que le contenu aura 
ete agreable a S. M. Je vous assure, Monsieur, que je suis au 
desespoir d'apprendre les dijfficultes que vous rencontrez k la cour 
de Vienne sur Texecution du traite que j'ai eu Thonneur de signer 
demierement a Berlin. Pour ce qui est de Tarticle des recrues, 
il me semble que cela est si clair qu'il n'en pout admettre aucune ; 
et k regard des deux cent mille florins, vous savez tres-bien ce 
que je vous ai dit la-dessus ; il faut s'en tenir a la declaration du 
resident Heems. J'en ai ecrit a Vienne, et vous supplie de vouloir 
aussi employer vos bons offices aupres du Roi pour faciliter la 
conclusion de toute cette aflaire. En attendant, j'espere que pela 
ne retardera aucunement la marche des bataillons et recrues pour 
ritalie, oil leur assistance devient de jour en jour plus necessaire. 
Pour ce qui est des arrerages de la guerre passee, M. le Baron 
de Spanheim vous pourra informer des soins que My Lord Tre- 
Borier prend pour les satisfaire au premier jour. 

Je sais, Monsieur, &c. M. 



To LORD GALWAY. 
My Lorp, St Jame9% \2th February ^ 1706. 

Though I wrote to you but three days since by Brigadier 
Stanhope, yet I could not forbear giving you this second trouble 
by the Comte de Noyelles, who is extremely desirous of your 
friendship, and I am confident will omit nothing to deserve it. I 
have ventured to assure him that your Lordship would be ready 
on all occasions to contribute your part. This I entreat of you, 
as what must tend very much to the public service, to which I 
know no man wishes better than your Lordship. 

I am, with great trath. My Lord, &c. M. 



424 MARLEOROUGH DISPATCHES. [1706. 

To Mb. stepney. 
Sis, St, Jam»\ ISM February, 1706. 

We are very impatient here to know what measures are 

taking at Vienna for the operations of the next campaign, as well 

in Italy as on the Rhine, therefore I entreat you will get the best 

information you can, and communicate to me from time to time 

whatever you can penetrate of their designs, since I cannot learn 

anything of these matters from the ministers, and you may be 

sure I shall expose nothing you desire should be a secret I have 

not heard from Prince Louis since I saw him at Francfort, thou^ 

he promised me then I ^should very soon have a plan of his 

designa 

I am truly, Sir, yours, &c M. 



To THE EARL OF ALBEMARLE. 

Mt Lord, St. Jam€$\ 12/A February, 1706. 

The real concern I have for your Lordship has made me very 

uneasy since the receipt of your three last letters, not only relating 

to your domestic afiairs, but to see you continue the thoug