(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "dictionnaire malgache"

This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose legal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journey from the 
publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we have taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's system: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 



at jhttp : //books . qooqle . com/ 



• 



■ 



-V* t 



V 






I 










STAN P OR D UNIVERSITY LIBRA R II. S 






I 



I 



J? fbto ) 



Digitized 







J?:-' 



/ 



gitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



DICTIOiNKAmE 

MALGACHE-FRANCAIS 



Digitized by 



Google 



Tananarive.— Imprimerie tie la Missiuii CIatIioIi«iuc. 



Digitized by 



Google 



DICTIONNAIRE 



MALGACHE-FRANCAIS 



PAR 

LES RR. PP. ABINAL fcT MALZAC. S. J. 

deuxibmb Edition 
hevue bt considerab burnt augmenteb 




TANANARIVE 

IMPRIMERIE DE LA MISSION CATHOLIQUE 

MUIAMASINA. 

1899 

'" ' Digitized by G00gk 



?v 



Digitized by 



Google 



PREFACE 



DE TiJL FSUTMTftRJB ^HDITION". 



Le premier Dictiounaire de la langue Malgaehe a ete imprime a Ta- 
nanarive en 1835, par les Misatonnaires Protestants Anglais. Toutefois 
ce n'est qu'un vocabulaire dont plusieurs mots ontdeja vieilli. 

LeR. P. Webber a public en 1833, a Tile de la Reunion, un deu- 
xieme Dictionnaire Malgaehe qui a rendu jusqu'ici de grands services. 
II I'a enrichi d'un grand nombre de mots des divcrses provinces dont il 
avait parte l'idiome. II a aiusi generalise la langue, et presente m£- 
thodiquemenl une riche collection de mots malgaches dont la plupart 
sont usit£s chez les flovas. 

En 1885, le Missionnaire Anglais, M r Richardson, a Tail paraitre lc 
troisieme Dictionnaire Malgaehe. II a coonlomie, elucidc ce qni se trou- 
vaitdansles deux premiers, a joule des mots nouveaux/et surtout clon- 
ne les noms scienliiiques d'un grand nombre de plautes et d'animaux. 

Longtemps avant cette derniere publication les Missiounaires Catho- 
liques pr£paraient un grand Dictionnaire de la langue Malgaehe. Le 
R. P. Callets'en etait occupi, et avait deja faitde lonjues et cuiiscien- 
cieuses recherches, lorsque la mortvintle Trapper. 

Le R. P. Abinal repritce travail en sous-oeuvre. II cunnaissait a fond 
les mceurs et la langue des Hovas, ct tout en se servant desdictionnaires 
precedents, il a surtout consulte l'u^age qui fait loi en matiere de 
langage. Mais lui aussi a succombe, avant d'avoir pu terminer cet ou- 
vrage. 

II l'avait trop avance pour qu'il restat inacheve. Nous nous sommes 
imsal'cpuvre pour completer el cuordonner ses travaux, avec I'aide 
de plusieurs malgaches intelligent etconnaissanlbien le fian^ais. Nous 
avons la confianceque ce nouveau* Dictionnaire nc sera pas inutile, sur- 
tout aux Francais desireux d'etuclier et dc connaitre la langue du pays 



•o* 



gle 



VI 

Nous nous sommes servis parfois d'exem pies pour eclaircir certains 
points difficiles. Nous a von s cite tics proverbes ; ils sont geneValement 
obscurs, mais traduisent parfaitement les moeurset le langage du peu- 
ple. Toutefois nous avons du nous borner, de peur de rendre cet ou- 
trage trop etendu . 

On ne trouvera pas dans ce Dictionnaire les motspropres aux dialecles 
des provinces. Nous ne donnons que ceux qui sont usiles dans la Ian- 
gue hova ; et Ton peut dire qu*ils suffisent, car le hova est compris a peu 
pres partout. De plus, par suite des relations plus frequentes des di- 
verses tribus, beaucoup de mots des provinces sont employes meme a 
Tananarive, de sorle que les mots speciaux aux aulres dialectes sont re- 
lativement peu nombreux. 

Nous aliens dans une courte introduction donner un apercu succinct 
de la grammaire malgache, et Eclaircir ainsi les points principaux et les 
plus difficiles de la langue. 

Tananarive, 10 Ddcembre, 188$. 

V. Malzac. s. j. 



Digitized by 



Google 



PREFACE 

Z>E XiA. X)B3XJXIEMB} EDITION. 



. Nous esperons que cetle deuxieme Edition du Dictionnaire Malgache- 
Francais facililera notablement I'etuda do la langue malgache aux. 
nombreux Francais venus a Madagascar. Qu'il nous soit permis 4e 
signaler la principale des ameliorations que nous y avons introduces. 

Nous avons ajoute aux mots les plus usites un bon nombre de phra- 
ses du laugage ordinaire. Ges phrases feront connaitre les diverses 
significations d*un mot qui parfois sont Fort nombreuscs; elles met- 
tront sous les yeux du lecteur un choix d'expressions propres a la. 
langue malgache, et surlout elles l'initieront a Temploi des diverses 
formes verbal es, qui constilue pour les etrangers une difficult^ se- 
rieuse. 

A Paide des exercices varies de traduction qu'ils trouveront dans ce 
Dictionnaire, les Europeens feront indubitablement de rapides prog res 
dans la connaissance de la langue malgache. 

Ce Dictionnaire ne sera pas moins utile au grand nombre de Mai- 
gaches, qui se livrent avec ardeur a Tetude du francais. Us croient 
parfois qu'un mot francais suffit pour exprimer toutes les significa- 
tions d'un mot malgache ; ils verrout par des exemples multiples qu'il 
faut souvent avoir recours a plusieurs mots francais pour rendre les 
diverses acceptions d'un mot malgache. La construction de la phrase 
fraucaise est aussi pour cux un sujet de grands embarras. Mais ils 
trouveront dans ce Dictionnaire un grand nombre de phrases qui les 
aideront a en former de semblables pour exprimer correclement leur 
pensee. 

Leurs expressions usuelles reudues en francais seront pour eux 
des exercices de traduction, et ces exercices les feront avancer rapide- 
ment dans la connaissance d'une langue presque necessaire a tous 
ceux qui veulent entrer en relations de sympathie ou d'inlerets avec 
la mere Patrie. 

Tananarive, 29 Septembre, 1899* 

V. Malzac, s. j. 

Digitized by VjOOQIC 



SASIN-TENY. 



Tsy hahasoa ny Vazaha Frantsay hiany ity Dictionnaire natonla fa- 
nindroany iiy, fa hahasoa indriudra koa ny Malagasy belsaka izay 
milozoka mianatra ny teny frantsay. Betsaka ny fehezan-teny gasy nam- 
pidirina ato, ka nadika ho teny frantsay. Ho hita aid koa fa tsy 
ampy singan-teny frantsay anankiray hanazava ny hevitry ny teny 
malagasy anankiray; koa dia napetaka ato koa teny maro izay ampy 
hahazava ny heviny. Manahirana ny Malagasy matelika koa ny ma- 
morona fehezan-teny frantsay mazava araka ny graminaire,* koa dia 
nasiana fehezan-teny frantsay betsaka ato izay dikan' ny fehezan- 
teny malagasy, ka izany hanampy azy tokoa mba hamorona fehezan- 
teny frantsay mazava mitovy hevitra aminy. 

tlamptasa ny sain 1 ny mpandinika tokoa ny dikan- teny maro izay 
naisofoka ato, ka hampaudroso faingana ny m pi ana Ira rehetra amy 
ny falialalana ny teny frantsay izay hahazoany soa tsy anoiionana 
a in in' izao andro izao. 

Tananarive, 29 Septembre % 1899. 
V. Malzac, s.j. 






Digitized by 



Google 



INTRODUCTION. 



CHAPITRE I. — LBTTREB. 

I.— L'alphabet malgache ne possede point les lettres c, q, u, x. l/s remplace le 
e doux. Le k remplace lee dur etle q. L'u n'exisle pas. Vx est remplac6 par ks 
pour les mots qui viennent des laogues (Hrangeres. Vy ne se trouve qu'a la fin des 
mots. 

II. — Les lettres se prononcent en ge*ne>al comme en francais. L'a final se pro- 
nonce tres faiblement et est en quelque sorte muet, a moins qu'il ne soit accents. 
Vy final est aussi prononct* tres faiblement. L'o se prononce toujours ou. Le g est 
toujoursdur. Lej se prononce dz. La prononciation de dr, tr, est assez difficile, et 
ne pent 6lre bien saisie qu'en entendant parler les indigenes. On doit appuyer la 
langtie contre la racine des dents superieures et faire entendre un leger sifflement 
dental. 

III. — Les diphtongues se prononcent en general comme en francais. 
At, ay, ey se prononcent comme dans le mot ayant. Gependant dans aiza, l'a dtan* 
accentue se prononce separSment. II se prononce aussi separement, chaque fois que 
a est ajoute comme prefixe ou augment au radical d'un verbe : AfDiNA, de Idina ; 
AIditra, de Iditra. 

Ao dans le corps d'un mot se prononce o ou au, comme dans le mot francais 
rnau&sade . MjCotoxa, Mdtoune. Ao a la fin des mots se prononce comme dou ou 
aou ; mais la voix s'ttppesantit sur To qui est accentud : Hianao, hiandou. Va de 
ao se prononce s6par6ment comme en francais, lorsqu'il est ajoutd comme prefixe 
ou augment au radical d'un verbe : A6rina, de orina. 

IV. Accent.— L'accenl est un des points les plus importants dans la prononcia- 
tion du malgache. 

Dans MArina, vrai, qui a l'accent surle premier a, Va final di spa rait en quelque 
sorte et Vi est entendu tres faiblement. Le sens d'un mot change completement selon 
la place de l'accent : TAnana, signifie main; Tanana, village. 

L'accent se transporte sur lasyllabe suivante a Timpe>atifet dans tous les derives 
qui ont un crgment. Ainsi dans le radical LAza, l'accent se trouve sur le premier 
a, a TimpSratif Milaza, dites; au participe Lazaina, qui est dit ou qu'on dit, ainsi 
que dans Filazan a, Taction de dire, il passe sur la syllabe suivante. 

Gependant par exception l'accent ne change pas ordinairement : !• lorsque le ra- 
dical est un monosyllabe : LX, Lavina, qu'on nie ; FandAvana, Taction de nier ; 
2* lorsque le radical n'a que deux syllabes dont la premiere est accentuee et la der- 
niere est na, tra, ka : F6na, Fif6n ana, supplication ; Dotra, D<5rana, qu'on 
brule; F6ka, F6bina, qu'on aspire. Dansce dernier cas, lorsque les finales Ica, tra, 
nesubissent aucune modification, l'accent. suit la regie g6ne>alo*. Tsaika, TsaikXina, 
qu'on trie; K/tra, Kitraina, qu'on excite. 

V. Combinaisons des lettres.— La prononciation du malgache est en general 
fort douce. Par suite cette langue admet par euphonie un grand uombre de combi- 
naisons et de changoments de lettres. Nous en ferons ici un resume succinct. Voici 
les diverses combinaisons de n prec£dant un radical et de na et ny s'unissant au 
mot suivant : 

n— b devient mb : Man babo devient MambAbo 

» » m : » Mamabo 

b— f t mp : An-f6 » Am-i>6 

» » m : Man fAntsika » MamAntsika 

b— p > mp : Vonv ny paiso » Vonim-pAiso 

» t m : Man p6saka » Mam6saka 



Digitized by 



Google 



» 
n-h 

B 

n-1 
n—m 
»-n 
n— p 
n— s 
n— 2 



devient 
t 
i 

» 

» 

• 
i 

t 



mb : 
m 

ng : 
nk : 
nd 
m 

n i 

ndr : 
nts 



Makana va"tana 
Man vaicy 
Man hXhona 
voa ny hazo 
Man lAny 
Man mobavy 
Man n£nina 
Man rb 
An-saha 
Man zfinY 



devient 



MANAM-BAfANA 

Mamaky 

Mangarona 

VoankAzo 

M AND ANY 

Mamosavy 
Manemma 
Mandbb* 
An-tsaha 
Manjehy 
xes semblables: 
Man hantona, 



5, t, fa, et sou vent h et k se suppriment apres Man et autres pr6G 
Man sfMBA, MaNIMbA; Mantakona, Manakona ; Man tsIby, Man£ry ; 
Man anton a * Man k0lik6ly, Manolik6ly. 

Lorsqu'un Hiot termin6 pat* ka, tra, s'unit a un mot suivant, ces finales 8 'evident 
etla premiere lettre du mot qui suit subit diverges modifications 



f 
h 
1 

p 



devient 



P 

k 

d 

dp 

ts 

b 

J 



Tapaka vi devient 

Tapaka hazo » 

MlTARIKA LALANA • 

Manatitra rano » 

Zanaka saka » 

Mpivarotra vary 1 

MOLOTRA ZAVATRA » 



Tapa-pb 
Tapa-kazo 

MlTARl-DALANA 

Manati-drano 
Zana-tsaka 
Mpivauo-bary 
molo-javatha 



CHAPITRE II.- racinb. 



I.— II est important de connattre la racine des mots et de pouvoir la retrouver 
dans ses diverses modifications. La racine change et se d£veloppe avec une rtgula- 
ritd frappantepar lemoyeudespr6Gxeset des crdments. Une fois qu'on a saisi ce 
dgyetoppement, rinlelligence sere plus que la mSmoirea appren Ire un grand nom- 
bre de mots qui de>ivont de la racine. 

Gertaines racines sont inusitSes toutes seules, et ne sont guere connues quo de? 
Europeans qui entenJant des mots, lesont ddcompos^s seton les regies ordinairos 
et sont ainsi arrives a une racine premiere. Cependant la plupart des racines sont 
U9it6es ; quolques-unes mdme le sont tres fr£quemment. En gdne>al co sont des 
noms, des adjectifs, des verbes actifs, des parttcipes. Mais il y a n?6me des pronoms, 
des adverbes, des propositions qui ferment des conjugaisons regulieres. 

IL— II existe, en malgache, un grand nombre de racines qui no different que 
par quelques lettres et dont lesens est presque le mdme. Lo d se change facilement 
en 1 1 le b en v ou en p ; V f en p ; l'/i en k ; le ] en * ou en ts, etc.; et il se forme 
ainsi des racines dont le sens est quelquefois identique et qu'il est facile de retenir 
a cause de leur ressemblance otonnante. Nous allons en citer quelques exemples : 

Banabana, Dan ad an a, Sanasana, TanatAna. 

Dan an ak a, Sonanaka, Tonanaka. 

Rbbarbba, Refarkfa, Rbparepa, .Rbmarbsia, Rebarbra, Bon era, GorSra, Gorag6- 

RA^ FORiRA VORAVO*RA. 

HepiRefika, HipikIfika, KipikIpika, Hofok6poka. 

Hbbibbby, Sebisebt, 8blisely, Sblontsblona, Tsolotsoxotra, Helob£lo, Hblin- 

UEUNA. 

B6RAKA, V6RAKA, VORAVdRA. 

Haha* VAha. 

III. Racines secondaires.— Outre les racines premieres qui ne derivent d'au- 
cune autre, ilen existe une multitude de seondaires qui derivent d'une autre-et qui 
ont a peu pres le meme sens. Une syllabe ajoutee comme pr£fixe suffit pour cela. 
Nous allons donner un exemple des diverse* particulqs qui forment ces racines se- 
condaires : * 



Digitized by 



Google 



XI 



PrSpxe 


Racine 


Racine 


Derive* 




premiere 


secondaire 




An 


T6nta 


Ant6nta 


MlANTdNTA 


Ba 


Lelaka 


Bal£laka 


MlUALBXAKA 


Bo 


Rldana 


BORfDANA 


MlBORfDANA 


Da 


Raraka 


Dararaka 


Midararaka 


Do 


Rehitra 


DORBHtTRA 


MlDOR£H(TRA 


Fa 


Rltsoka 


FarItsoka 


MlFARfTSOKA 


Fo 


R6fotra 


For6fotra 


Mamor6potra 


Ga 


Rerarera 


Garbra 


MlGAR^RA 


Go 


R6dana 


Gor6daxa 


Migor6dana 


fro 


Rlrana 


HORfRANA 


MlHORfRANA 


Ja 


Reboka 


Jar£doka 


MlJARBBOKA 


Ka 


Menona 


Kambnona 


MlKAMBNOXA 


Kan 


Osa 


Kan6sa 




Ki 


Raviravy 


KiravirAvy 


MikiravirXvy 


Ko 


D6doka 


Kod6doka 


Mikod6doka 


Lab 


Asa 


Lahasa 




Ngo 


Rodona 


Ngor6dona 


MtNGORODONA 


Po 


Rlatra 


PORIATRA 


Mipor(atra 


Ro 


Ahana 


ROAHANA 


MlROUIANA 


Sa 


Felika 


Safblika 


MlSAPfiLlKA 


Sak 


Hellka 


Sakblika 


MlSAKBLlKA 


Sam 


F6tina 


Sampotina 


Misamp6tina 


San 


Rahaka - 


Sandrahaka 


MlSANDRAHAKA, 


• 


Hodina 


Sangodina 


Misang6dina 


Bom lorn 


iotercatf) SeOlka 


SOM^DIKA 


MlSOM^DlKA 


Ta 


Bor6aka 


Taror^aka 


Mitabor6aka 


Tan 


Verina 


Tamberina 


MlTAMDKfllNA 


» 


H61ika 


Tang6ltka 


MlTANGdLIKA 


To 


Hinjaka 


TorLnjaka 


MlTOHINJAKA 


Tom [om 


latere*^ Toetra 


Tom6etra 


Mitomobtha 


Ton 


Hllana 


TONGILAHA 


MitongIlana 


Tsa 


Rapaka 


TsarApaka 


Mitsarapaka 


Tsan 


Vikina 


Tsambikina 


MlTSAMBUUXA 


Tsi 


Karoka 


TS1KAR0KA 


MlTSlKAROKA 


Tain 


Vadika 


TsiMRADlKA 


MlTSIMBADlKA 





Herlna 


TsiNGFRlNA 


MlTSlNG^lUNA 


Tso 


Riaka 


TsORfAKA 


MlTSOUfAKA 


Va 


Lampatra 


Valampatra 


MlVALAMPATRA 


Vo 


Zlhltra 


VOZIHITRA 


MlVOZIHlTltA 



IV. Duplicatif.— La plupart des racines malgaches se redoublent. Elles tor- 
ment aiusi un nouveau mot en general plus usite* et qui indique la memo action 
faite avec moins d'intensite, ou plus frdquemraent, et quelquefois mdme avec plus 
de force. En ged6ral dans cos duplicatifs la racine premiere e3t seule rodoublee : 

MIoina, descend re, devient MidinIdina, descend re souvent. 

Ce|>endant \'n de Man est quelquefois intercaleo dans le verbe. Ainsi on dira : 
Manavinavy, de Manavy (avy); Manampinampy, de Manampy fampy); Mandanda, 
de La ; Manbkinbky, de Maneky ; ManbsonSso, et Manesobso, de Maneso (eso) ; 
Manotanota, de Manota fota). 

De meme dans les adject ifs qui commencent par m et qui sont eux-radmes raci- 
nes. ou qui ferment une raci no secondaire, I'm est intercalee dans le duplicatif; 
Mailamailaka, dupL de Mailaka ; Mblomkloka, dupl. de Meloka fheloka). 

V. Investigation 'de la racine.— Un point important et difBcile pour con- 
naltre la langue, e'est de pouvoir relrouver la racine aii milieu des diverses mo- 



Digitized by 



Google 



Xll 

dificatioDS qu'olle subit. II faut pour cela savoir retrancher ce qui precede la raci- 
ne, etco qui la suit. 

!• II fautd'abord savoir retrancher ce qui la precede. Ge sont les prefixes*. 
M , Ma, Man, Mana, Manka, Mi fan, Mampifan, Mampan, Mifampan, Mi, 
Mampi, Mifampi, Maha, Mampaha, Miha, Mampiha, F t Mp. 

II faut aussi tenircompte del'a qui precede la racine dans ie participe qu'on 
peut appeler participe augment, et de ha precedant le participe present pass if des 
adjectifs commencant par une consonne : AtsIndry, de Tsindry ; Ham arInina, do 
marina, qu'on justifie. 

2* II faut de plus savoir retrancher les cr£ments na, ana, ina, ena, sina, zina, 
vana, zana, qui s'ojoutent a ia racine. et savoir reconnaitre les modifications que 
subissent les letlres de la racine. Nous parlerons plus loin de ces deux difficulty. 



CHAPITRE III.— participe. 



Dans les verbes malgaches, les participes et les imperatifs correspondants sont 
d'un grand usage. 

I.— Bon nombre de participe* passifs sont des racines, et n'ont basoin d'aucun 
prgflxe. lis peuvent etre suivis d'un regime indirect : 

Hitako izY, je le vois ; Efa hitako fzv, je I'ai vu ; Ho hitako Izy, je le verrai. 

II.— Voa.— La racine precMee de Vo a, forme le participe pass6 passif et ex- 
prime toujours une action subie, recue par le sujet: Voakapoky ny tompony (zy, 
il a 616 frapp6 par son maitre. On peut faire aussi precdder Voa du mot efa et 
le sens reste le meme. 

Ce participe pass6 peut etre mis au futur en le faisant pr6c6der de la particule ho : 

IZAY HOVAHANARBO BTY AMBOXIN* NY TANY, DIA HO VOAVAHA ANY AN-DANITRA k6a, 

ce que vous delierez sur la terre, sera d6lie dans le ciel. 

II est aussi un grand nombre de participes passea passif* qui recoivent une au- 
tre forme en intercalant in fprononcequelquefoisoh ) apr6s la premiere conson- 
ne du radical > NovinCdiko io ou Efa novinIoiko ou VoavIdiko, je l'ai achet6. 

III.— Tafa.— Tafa plac6 devant la racine forme un participe actif et indique 
un passe completement ecoule ou bien une action passee dont I'eTet dure encore. 
II indique de plus que le sujet s'est mis par lui-meme, par sa propre action, dans 
l'etat marqu6 par la racine : 

Nony tapatsangana tao Izy, lorsqu'il se fut lov6 on cet endroit. 

Tafatsangana ou Efa tafatsangana ao Izy, il s'est lev6 la et il est encore debout. 

Ce participe correspond au verbe neutre : Mi: nitsXngana, il s'est lev6. 

Lorsque ce participe se rapporte a un objet inanime\ il signifie que te sujet s'est 
mis do lui-meme, involontairement, accidentellement dans l'6tat exprimd par la 
racine : Tafalatsaka ny voank^zo, les fruits sont tombes. 

On peut mettre le participe tafa au futur en le faisant pr£c£dcr de ho : Ho tafa- 
vory rahaiipitso ny vah6aka, le peuplo sera reuni domain. 

IV.— Le participe present passif qui est tres usite\ se termine par ana, bna, ina, 
fana, sina, zana zina, vana et a un imperatif passif correspondant. Le tableau 
suivant montrera les divorses modifications que subit la derniere syllabe ou voyel- 
le de la racine : 



Racine. 


Participe 


Laza 


Lazaina, 


F6ha 


Fohazina, 


Sasa 


Sasana, 


Doka 


Dokafana, 


Kitra 


Kltraina, 


La 


Lavina, 


Ary 


Ariana, 





Impe'ratif. 


qu'on dit 


LazAo. 


qu'on eveille 


Fohazo. 


qu'on lave 


Sasao 


qu'on flatte 


Dokafy. 


qu'on excite 


Kitrao. 


qu'on nie 


Lavy. 


qu'on jette 


Ario 




Digitized by \*jQ 



Xlll 



T6ry 


Torina, 


qu'on entaille 


Torfo. 


Te>y 


Terdna, 


qu'on presso 


Tereo. 


Tety 


Tetezina, 


qu'on parcourt 


TetSzo. 


BWty 


Het&sana, 


qu'on tond 


Hetezo. 


Ndiy 


Noflsina, 


qu'on reve 


Nofiso. 


*6ty 


Ref&sina, 


qu'on me sure 


Refeso. 


6ty 


Ot&zana, 


qu'oo cue i lie 


OtAzo. 


Andy 


j End&sina, 
'End&zina, 


qu'on rdtit 


EndAzo. 


Antso 


Ants6ina, 


qu'on appelle 


Ants6y. 


861o 


Sol6ana, 


qu'on rem place 


8ol6y. 


Tsinjo 


Tslnj6vina, 


qu'on regarde 


TsinjGvy. 


Aro 


Ar6vana, 


qu'on protege 


Arovy. 


T6vo 


Tov6zina, 


qu'on puise 


Tovozy. 


F6no 


Fon6slna, 


qu'on enveloppe 


Fon6sy. 


T&zana 


Taz&nina, 


qu'on regardo 


TazAno. 


Amblna 


Ambtaana, 


qu'on garde 


Amb6no. 


Andrana 


Andr&mana, 


qu'on goule 


And ram 0. 


Lena 


L6mana, 


qu'on mouille 


Lemo. 


T&ndrina 


Tandr6mfena, 


a quoi on fait atton- 


Tandrdmo. 


Velona 


Velomina, 


qu'on nourrit [ lion 


Veltiray. 


Helina 


Helenina, 


devant qui on passe 


HelAno. 


Araka 


Ar&hina, 


qu'on suit 


ArAho. 


Lelaka 


Lel&flna, 


qu'on leche 


Lelafo. 


Tevika 


Tev6hina, 


qu'on perce 


TevSho. 


S&troka 


Satrdhana, 


qu'on coiflb 


Satrrthy. 


D6tra 


D bran a, 


qu'on brule 


D6ry. 


Triatra 


Tri&rlna, 


qu'on dechire 


TriAro. 


Avotra 


Av6tana, 


qu'on arrache 


Av6ty. 


86katra 


Sok&fana, 


qu'on ouvre 


8okAfo. 


He>itra 


Hev6rina, 


qu'on pense 


Hove>o. 



Un certain nombre de participes presents pasaifsse formenten metlant ha devant 
I'ailjectif qui commence par une consonne : HamasInina, de masina, qu'on sanctilie. 

Quelques participes se Torment aussi en supprimant m A man ou manka : Man- 
galatra, angalArina, qu'on vole ; Mankahala, ankahalaina, qu'on detesle. 

On peut mettre ces divers participes presents au passA et au futur, en les faisant 
prec6der des particules no, ho : Nolazaiko taminao izvny, je vous I'ai dit; Hohama- 
rinina izany, co sera prouvA. Lorsque le radical commence par une voyelle, Vn et Vh 
seules restent; Arahina, Narahina, HarjChina. 

V.— Participe augment.— 11 yaun participe qu'on pout appeler augment 
parce qu'il recoit A devant le radical. Beaucoup de racines qui n'ont pas le parti- 
cipe present dont nous venons de parler, ont ce participe augment et dans ce cas ce 
participe a le mAmesens: Atsangana, qu'on dresse. 

Lorsque le radical a le participe present ordinaire, il a ordinairemeot un parti- 
cipe augment, quisignlfle en general tout cedont on peutseservir pour mettre le 
sujet dans l'etat cxprimA par la racine : Indro ny menaka ahosotra azy, voila la 
graisse pour Toindre. 

Quelquefois ce participe augment ales deux sens A la fois. Ainsi Apatotra veut 
dire qu'on enchaine, aussi bien que Fat<5rana, et il signitie en meme temps le lien 
qui sert A attacber : Indro ny kopbiiy apatotra Xzy, voila le lien pour le garrotter. 

On obtient le passA et le futur de ce participe augment, en le faisant precAder de 
n et de A : Izao no tuny navaliko azy, voici les mots par losquels je lui ai rApondu ; 
Ny vola no havalinaoazy amy ny vorona natbriny, vous lui donnorez de l'argenten 
echange de l'oiseau qu'il a apportA. 

Ce participe augment a un impAratif correspondant qui a le mAme sens que lui*. 
Atsangano 10 hazo io, dressez ce bois ; Afatory i'zy, attachez-le ; Afatory azy 10 
kopbhy io, attachez-le avec cette corde. 



Digitized by 



Google 



Xiv 

VI.— Outre les participes precedents, il y a aussi parfols ua participe present 
passif termini en Ana, qui indique toujours une porsonne ou uae chose recevant 
lobjet 04 Taction, etdans cocas le participo augment ou le participe ordinaire in- 
dique 1'objet qui est donn6 : 

Ny ankizy madimka no tolorana voaxkazo, c'est aux petits enfants qu'on offre des 
fruits. 

Ny voankazo no atolotra Azy, les fruits leur sont offerts. 

Ny fbrynotbtbvanakanaf<5oy, c'est sur la plaie qu'il faut faire couler le remede 
goutte a goutte. 

Ge participe a aussi un impo>atif correspondant : Tolory voninkazo Izy, offrez- 
lui des flours. 

Le sens ordinaire de ces trois derniers participes so trouved'une maniere claire 
dans le radical Tapy. 

TafIna, qu'on porte comrae vetement. 

TapIana, celui qu'on revet, qu'on habiile. 

Atafy, co qui sert a rovetir, a habiller. 

Ny lamba tapiro, le lamba don't je me revels. 

Tapiako lamba fzY, je le revets d'un Lamba. 

Ny lamba atafiko azy, le Lamba dontje le revfits 



CHAPITRE IV.— prefixes vbrbaux. 



II existe en malgache un grand nombre de prefixes qui donnent divers sens au 
radical. 

1° Man ou Mam, selon les combinaisons des lettres dont nous avons parle" pre 1 - 
cfrlemment, est un des prefixes los plus usit4s et donne ordinairement a la racine 
unsensactif : Tsangana, Manangama, dresser; F6rona, Mam6rona, fabriquor, creer. 

2° ManaetManka donnent a la racine un sons actif; Sitrana, Manas(trana, 
guerir ; Sitbaka, Mankas(traka. 

3° Ma etM. Ma se place devant quolques racines commencant par une conson- 
neou par une h aspirce: Hay, Mahay, savoir ; Tahotra, matauotra, craindre. 

Quelquefois M se trouve seul devanl un radical commencant par une voyelle : Aka, 
r. Maka, prendre. 

4* Maha se place devant la plupart des ra<licaux. Onl'appelle prefixe polontiel. 
parcequ'il indiquo la capacity, le pouvoir, la faculty, la force de mettro le sujet 
dans l'etat indique' par la racine : 

Mabatafo, pouvoir couvrir, qui peut couvrir, se dit de celui qui peut couvrir un 
toit, ainsique des objets suflisants pour le couvrir. 

Mahadu>y, pouvoir trancher, qui peut trancher, se dit dePhomme qui tranche et 
aussi de l'instrument qui suftit pour cela. 

5* Mi est un prefixe tr6s usit6 qui se place devant le raciue et lui donne ordinai- 
rement un sens neutre : Ala, Miala, se relirer. 

Mi penl Yi lorsque celui-ciso Irouvo deja au commencement du radical: Idina, 
Midina, descends. 

C* Miha indique qu'on se met peu a peu, graduellement dans I'tHat marqu6 par 
la racine: Sarotra. MiHAS.vROTUA.devenircher, difTicile; Manaritra, Mihamanaritra, 
gue>ir peu a peu. 

7" Prefixes caus at if s et re'eiproqaes. Tons les prefixes precedents peuvent 
prendre le prefixe causatif Mamp remplacant m. 

Les prefixes j^ ma, man, mana, manka, peuv3.it prendre le prefixe reciproque Mir 
remplacant I'm. 



Digitized by 



Google 



XV 



MiFAiiPi n'est que le r6ciproque de mi, lor3 mdme qu'il renferme le causatif mampi : 
Miarahaba, saluer; Mampia rahAda, faire saluer: Mifampiarahada, se saluer reci- 
proquement. 

Les rdciproques precedents pouvent prendre le causatif mamp : Mifamaly, se r6pon- 
dre reciproquement; MampifAmaly, faire r6pondre re'ciproquement, obliger des in- 
dividus a se rdpondre les uns aux autres. 

Le pr^flxe reViproque Mif se place quelquefois devant les causatifs de m, ma, man, 
mana, manka, mi; Mampamangy, faire visiter, envoyer des compliments ; Mifampaman- 
cy, se faire visiter r^ciproquemeot par quelqu'un, envoyer des compliments Tuna 
l'autre. 

Voici le tableau des divers prefixes verbaux : 



Simple 


Causatif 


Re'ciproque 


Causatif 
du re'ciproque 


Re'ciproque 
du causatif 


M 


Mamp 






Mifamp 


Ma 


Mampa 


Mifa 




Mifampa 


Man 


Mampan 


Milan 


Mampifan 


Mifampan 


Mana 


Mampana 


Mifana 


Mampifa na 


Mifampana 


Manka 


Mampanka 


Mifanka 


Mampifanka 


Mtfampanka 


Maha 


Mampaba 








Mi 


Mampi 


Mifampi 


Mampifampi 




Miha 


Mampiha 









Simple 

Milasa 

Dire 

Mankalaza 

Louer 

Mangataka 

Demander 



Causatif 
Mampilaza 
Faire dire 
Mampankalaza 
Faire louer 
Mampangataka 
Faire demander 



Pour mettre ces divers prSQxes au passe et au futur, on change m on netnenh; 
Nampamangy azy aho, je l'ai fait visiter; Hifamangy izy mfco, ils 88 visiteront. 

Cette r6gle s'applique mdme aux adjectifs dont la racine commencani par une 
onsonne, est pr^cddee de Ma : Marary ( rary ), narAry, harary. 

Les divers causatifs Mampan, Mampi ont en g6n6ral un participe present passif 
ainsi que TimpeYatif correspondant. 

Participe Impe'ratif 

Ampilazaina Ampilazao. 

Qu'on fait dire Faites dire. 

Ampankalazaina Ampankalazao. 
Qu'on fait louer Faites louer. 

Ampangatahina Ampangataho. 
Qu'on fait demander Faites demander. 
Mifamaly (mamaly) Mampifamaiy Ampifamalina Ampifamalio. 

8e repondre, Obliger a serepmdre, Qu'on oblige ase n§pondre, Obligez a se r6- 

pondre. 
%• Fan, Pi, etc. II sufllt de changer en f Ym des divers prefixes cites plus haut 
pour former des substantifs qui expriment, soit la maniere de faire Taction, soit 
Tetat marque par la racine diversement modified par ces prefixes. De plus pour 
tous les verbes actifs, cette f indique celui ou ce qui subit ordiuairement Taction, 
celui ou ce qu'on a Thabitudeou le devoir de... 
Fankalaza, celui qu'on loue ordinairement, qu'on doit louer, maniere de le louer. 
Filaza, ce qu'on d it ordinairement, cequi se dit ou qu'on doit dire, maniere de la 
dire. 
Fand£ha (de mandeha, v.n. /, maniere d'aller, de marcher. 
Fampilaza, ce qu'on fait dire ordinairement, maniere de le faire dire. 
Fiharatsy, maniere de devenir mauvais peu a peu. 

dependant Fahatsar a, de mahatsara ( et autros semblab les ), ale meme sens que 
Fahatsarana, Hatsara, Hatsarana, la bonl6. 

9* Mpan, Mpi. En changeant en mp I'm des prefixes 6nume>6s plus haut, on 
forme un grand nombre de substantifs agents, qui signifient celui ou ce qui fait or- 
dinairement Taction indiquee par la racine diversement modified par ces preflxes : 
Mamangy, visiter ; Mpamangy, le visiteur, celui qui a Thabitudo de visiter. 
Mandeha, alter ; Mpandbha, celui qui va souvent, le voyageur. 



Digitized by 



Google 



XVI 

Gepeadan til est a observer que les substantias agents, lorsqu'ils sont employes 
pour lescausatifs etles reciproques, sont en general inusit^s et incompris. 

CHAPITRE V.— forms relative. 

La forme relative des verbes est particuliere a la langue malgache. On ne trou- 
vo rien d 'analogue dans les langues europeennes. Elle offre par consequent une dif- 
flcult6 serieuse aux et rangers. Elle est appelee relative, parce qu'elle exprime par 
elle-meme les diverses relations de temps, de lieu, de moyen, d'instrument, de motif. 

Lo R. P. Ailloud explique parfaitement ce point diflicile a la page 200 et suivantes 
de sa grammaire. 

I. Diverses relations.— I* Relation de temps. 

Alakamisy no namangiako azy, c'est jeudi que je I'ai visits. C'est comnn si Ton 
disait: Tamy ny alakamisy namangy azy aho. 

Andro inona no nahitanao azy ? quel jour Tavez-vous vu? 

2* Relation de lieu, 

Taiza no nahalalanao azy? Ou I'avez-vous connu? Tany an-dafy no nahitako azy, 
c'est au dela des mers que je l'ai vu. 

3* Relation d instrument. 

Intynytsofa hamakiana ny hazo fisaka, voici la scie pour fendre la planche. 

4* Relation de mati&re. 

Nylambambna no amonosan'ny Malagasy my faty, c'est dans un Lamba rouge que 
les Malg&ches envelop pent les morts. On peut dire aussi : Ny lambambsa no afoson' 

NY MALAGASY NY ll,\TV. 

On voit par cet temple que le participe augment signiGant ce qui sert a faire 
lino chose, peutse rendre par la forme relative. Cependant la forme relative offrant 
du vague el de I'QmbigmU?. il vaudra mieuxsouvont se servir du participe augment. 

I son a so jusafqasao si irano f Avec quoi couvrirez-vous la maison ? 

Nf tammasga so n vtafoko azy, je la couvrirai avec des tuilos. 

Inona no HANAFOASAO.prosente de l'ambiguite et peut dire aussi avec quel instru- 
ments pour quel motif la couvrirez-vous? 

5* Relation de moyen. 

Ny rAK&NtinittCA so as&bqsqan'ny firbxesa tokoa, c'est le sagesse qui fail vraiment 
progrcsser les nations, 

frRcl&tt&n de motif. 

Nv namangUko azy, izv namangy ahy, le mHif pour lequeljo l'ai visite, c'est qu'il 
nfa visits lui-m£me. 

Ami iSA so awosoas vu sy ankizilahinao? pourquoi frappez-vous votre esclave ? 

Cells relation de motif « applique a lapersonne pour laquelle oualaquelte on fait 
quolque chose et dans ce cas la forme relative equivaut au participe toujours termi- 
ng en ana : 

Iia so asoloranao on tqlorasao ny vosiskazo f a qui offrez-vous les fleurs ? 

Ny olosa NiFOMAKOTAMiNio, I'homme pour lequel je vous ai domande* pardon. 

Ny olos* nanalasao ra, rhomme que vous ovez saign£. 

7* Relation departie p;*r rapport an tout. 

Nabalasiaxa sy v6lako t i'ai defense* une partiede mon argent; Nahaverbzana ny 
dMBiKo. j'al perdu quelques-uns demesboeufs; Nasalana ny bntasao, on a enleve 
q unique chose k votre ebarge. 

Remarques.— (&} La forme relative se met au passe* ou au futur en la faisant 
pnta&ier de n on h> et peut former ainsi de veritablos substantia. F placee devant, 
indiqiie une action presents : 

Nt NAHATONGAVAN'sY Ml VMONJY nahafaly sy tasy, aryny hahatosgavasy hampa- 
TAHOTriASY rai'Sy tvsur i premier avenement du Sauveur a rejoui la torro, son 
futur avenement epouvantera les mechants. 

Ny faeatongavasao mahafaly anay, votre arrivee nous fail plaisir. 



Digitized by 



Google 



xvii 



(b) Pour certains verbes, la forme relative est employee a la place du participe 
ordinaire et prend le meme sens: 

Ny zavavra nianarako, la chose que j'ai etudide. 

Ny olona ankasitrahako, la personne qui me plait. 

Ny loza niarbtako, le malbeur que j'ai endured 

Ny nandidiany Jbso ny mpianany, ce que Jdsus commanda a ses disciples, 

(e) La forme relative a ordinairement un imperatif correspondant. 

Akbtbzo nyvolonao, pa lavaloatra, coupez un peu vos cheveux, parce qu'ilssont 
trop longs. 

Anaovy vary ny VAHfNY, prdparez le riz pour noire hdte. 

Mba isasaro kbly izany raharaha izany, prenez un peu de peine pour cette affaire. 

n. Formation da participe relatif. Le participe relatif se forme en retran- 
cbant I'm du prdfixe etenfaisantsubir a la fln du mot des modifications analogues a 
cellos du participe present passif ordinaire. Le tableau suivant indiquera mieux que 
toutes les regies, commeut il se forme ordinairement. 



Racine 

Vdha 

F6ha 

La 

D6ka 

Soa 

Tete 

Ampy 

Tery 

Hety 

Refy 

Andy 

F6y 

6ty 

Antso 

F6no 

Aro 

Vovd 

T6 

Andrana 

Lena 

Tandrina 

Fantina 

Levona 

Velona 

Araka 

Lelaka 

Tetika 

H6hoka 

Anatra 

Sokatra 

Fetra 

Heritra 

Avotra 

Ddtra 



Verbe 

Mam6ha, ouvrir 
Mam6ha, rdveiller 
Manda, nier 
Mand6ka, flatter 
Manas6a, (aire du bien 
Mitetf, digoutter 
Manampy, aider 
Manery, presser 
Manety, tondre 
Mandrefy, mesurer 
Manendy, rdtir 
Mam6y, quitter 
M16ty, recueillir 
Miantso, appeler 
Mam6no, plier 
Miaro, protiger 
Mlvovd, aboyer 
Mankato, approuver 
Manandrana, gouter 
Mandena, mouiller 
Mitandrina, veiller 
Mifantina, 6plucher 
Maude von a, ane'antir 
Mamelona, nourrir 
Manaraka, suture 
Milelaka, licher 
Mltetika, de'couper 
Mandhoka, chavirer 
Mananatra, avertir 
Man6katra, ouvrir 
Mametra, limiter 
Mihevitra, penser 
Manavotra, arracher 
Mand6tra, bruler 



Forme relative 


Impe'ratif 


Amohana 


Amohay. 


Amohazana 


Amobdzo. 


Andavana 


Anddvo. 


Andokafana 


Andokafy. 


> Anasoavana 


Anasodvy. 


Itetevana 


Itetdvo. 


Anampiana 


Anampio. 


Anerena 


Anereo. 


Anetezana 


Anetezo. 


Andrefesana 


Andrefdso. 


Anendasana 


Anenddso. 


Amoizana 


Amoizo. 


Iotazana 


Iotazy. 


Iant«6ana 


Iantsoy. 


Amonosana 


Amondsy. 


Iarovana 


Iar6vy. 


Ivovbzana 


Ivov6zy. 


Ankatoavana 


Ankatodvy. 


Anandramana 


Anandrdmo 


Andemana 


Andemo. 


Itandremana 


Itandrdmo. 


Ifantenana, 


Ifantdno. 


Andev6nana 


Andevdny. 


Amel6mana 


Amel6my. 


Anarahana 


Anardho. 


Ilelafana 


Ileldfo. 


Itetehana 


Itetdho 


Anoh6fana 


Anohdfy. 


Ananarana 


Anandro. 


Anokafana 


Anokdfo. 


Amerana 


Amdro. 


Iheverana 


Ihevdro. 


Anav6tana 


Anavdty. 


And6rana 


Anddry. 



Digitized by 



Google 



ABREVIAT10NS. 



adj. 




adjectif. 


adj. dem. 


adjectif demonstrate 


adj. num. 


adjectif numeral. 


adv. 




adverbe. 


ang. 




anglais. 


art. 




article. 


aug. 




augmentatif. 


c. 




conjonction. 


dim. 




dirainutif. 


dupl. 




duplicatif. 


fig. 




flgurd. 


fr. 




francais 


Mq. 




frequentatif. 


imp. 




impe>atif. 


int. 




interjection. 


tat. 




latin. 


lit. 




lateral. 


toe. adv. 


locution adverbiale. 


P- 




participe. 


pp. 




participe pass6 


prep. 




proposition. 


pron. 




pronom. 


pron. 


pers. 


pronom personnel. 


pron. 


P08. 


pronom possessiF. 


proo. 




proverbe. 


r. 




racine inusitee. 


ret. 




relatif. 


8. 




substantia 


syn. 




synonime. 


va. 




verbe actif. 


vn. 




verbo neutre. 


toy. 




voyez 


— 




rem lace la racine ou le mot qui precede 



Digitized by 



Google 



DICTIONNAIRE 



MALGACHE-FRANCAIS 



A 



ABO 



ADA 



A, s. Premiere lettre et premiere voyellc 
de l'alphabet malgache; il se prononce 
comme la francais dans papa. II est 
plus ou moins muet a la fin des mots, 
a moins que la finale ne soil accentuee 
Uni a i il forme la diphtonguo ai qui se 
prononce comme dans le mot franeais 
rayon. Uni a o il forme la diphtongue 
ao qui se prononce dou, mais ou nVst 
ordinairement bien sensible qu'a la fin 
des mots. Quand a est prefixe d'un par- 
licipe passif et uni at ou o, chaquo v6y- 
e!le so prononce separement : AfoiNA 
(idina), qn'on verse; Aorina (orina), 
qu'on construit. 

A, int. Sert a appeler •. eh! eh bien! 
Boto a\ Eli! Boto. Mais on dit ordinai- 
rcraont Boto e! 

A, prefixe, \* Se joint a la raeinc otserta 
former un participo passil qui indique 
une action qui se fait ou une chose qui 
sert a faire Taction : Lamb a ahahy (ha- 
liy), linge qu'on fait secher; Trano 
ataon' ny ZANoniKO io, cette maison est 
conslruito par mon cadet ; Menaka aii6- 
sotha, graisse qui sert a oindre. 1* Sert 
a former quelqucs adverbes et proposi- 
tions, et equivout a an, am, any, a : 
Afovo'axy, au milieu ; Am6iiona (moro- 
na), au bord ; Anosy (nosy), a l'ilo. 

ABA. s. Mot venanl des provinces ; pen 
usite en hova, et employe a la place de 
Daua, Ikaky, papa. 

ABED& el ABIDY, 5. Norn de l'alpha- 
bet malgache. 

ABY, adj. Mot venant des provinces ; 

peu usiie en hova, et em ploy 6 dans le 

sens de HEm-Tiw, Avy, lous. 
Tonuv izy aby. Us sont tous arrives. 
Anoriana aby: Tous sont nobles. 

ABO, adj. Mot venant des provinces : peu 
usite en hova, et employe dans le sens de 
Avo, haut. 

Aboabo, dupl. dim. Un peu haut. 



Aboabdina, p. Qu'on vante, qu'on 
exalte. 

Man—, va. Vanter, cxaller. Kan— ,k. Ma- 
niere d'exaltor, celui qu'on exalte. 

Fanaboabdana, «. L'ucliou d'exalter. 
Anaboaboaxa, rcl. 

Mi—, vn. 1° Etre eleve, etre protube- 
rant; est parfois employe dans un mau- 
vais sens. 2* Etro Her, hautain. 

Abohanitra, «, Nom d'une plante dont la 
graine est tres parfumeo. 

Abot6nona, s. Nom d'une herbo polagere. 

AB6NY, s. Foiirberie, cajolerie. 

Abonina, p. Qu'on trompe, qu'ou cajole. 

Voa — ,pp. Trompe. cajole. 

Man — , va. T romper, eajolcr. Fax — , s. 
Celui qu'on trompe, maniero de I romper. 

Fanaboniana, s. 1 a fmirberiu. Ana- 
uoniana, rcl. Anabo.nio, imp. 
Prend Mifan — , Mampnn— . 

Abonib6ny, dupl. fre"q. de Abony. 

ADAB0 9 s. Nom de plusieurs especes . 

de tiguiers et de leurs fruits. 
Adabobk, s. Espece de flguier; son fruit est 

jaiinatro, tres gros et ties odo rift; rant. 
Adadolahy, 8. Espece de ligu.e»" a peLits 

fiuits rends. 
Adabonolona, s. Espece do figuier. 
Adabonomuy, 8. Espece de tiguicr. 
Adabovavy, s. O'est l'Adabobe. 

AD ALA, adj. et s. I* Ton, alicne, prive 
de raiscn, c«.mme un cufanten has age. 
Adala tokca izy, ka nafatotry ny havuny. 
II est vraiment fou, et il a ele attucho 
par hes parents. l 2° Sot, insense, imbo- 
c.Ie, simple. Adala hondry izy. 11 est 
sot et cependant aviso en c*.rlaine.s cho- 
ses 'IV y adala tsy hendry izy. II u'est 
ni fou ni sajfo. Mircn irony la\a io ada- 
la io. Get imbecile rode sans cess;. Tsy 
tuki.ny hambakaiua ny adala. 11 lie taut 
nas irornpcr los gens simples .1° E:n- 
burrasse, iguorunt. Adula laruleha izy. 
11 a une demarche rmhurrusscc, ridicu- 
le. Adala Uleny, adala vava izy. Ue'ot 



Digitized by 



Qo< 



ADA 



— 2 — 



ADY 



embarrasse pour parler, il ne sait pas 
s'exprimer. 4 - Passionne" pour, se dit 
parfois de quclqu'un qui excelle en bien 
ou en mal. Ada/an-dalao izy. II est 
passionn6 pour le jeu. Apala, imp. Sois 
iou.Raha tsy zaka anarina hianao, ada- 
l& any amin' izay alebanao any. Puis- 
que tu n'ecoutes pas les admonestations, 
porte ailleurs ta sotiise. 
Adalaina, p. Qu'on s6duit, qu'on dupe, 
a qui on fait perdre la tele, dont on 
sejoue, qu'on importune. Adalao, imp. 
Voa— , pp. Dup6, tromp6, importuned 
Man—, va. S£duire, duper, tromper, fairc 
perdre la tele, se jouer, importuner, 
embarrasser. Nanadala azy ny hevitra 
natoron'ny sakaizany azy. Les conseils 
de son ami l'ont trompe, lui ont fait per- 
dre la tete. Manadala -ahy ireto ankizy 
mitabataba ireto. Ces enfants tapageurs 
m'importunent, me font perdre la tGte. 
Manadala, imp. Fan—, a. Qu'on trompe, 

3u'on importune, maniere de duper, 
'embarrasser. Mpan— , s. Celui qui 
trompe, qui importune. 

Fanadalana, a. L'action de duper, d' 
importuner, moyen employe pour dunor, 
ie motif, le lieu, le temps. Anadalana, 
rel. Ny nanadalany azy dia ny liso- 
troan-toaka. II l'a dupe en lui iaisant 
boire du rhum. Anadalao, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan— . 

Mi—, vn. Tenir trop a, etre passionne 
pour. Jfiada/am-bolaiZy. II tienttrop a 
t'argent. Fi— , s. Trop grande affection, 
passion pour. Mpi— , s. Celui que est pas- 
sionne pour. 

Fiadalana— , s. Passion pour, motif de 
la passion, le lieu, le temps. Iadalana, 
rel. Inona no niadalanao amy ny toaka? 
Quel est la cause de votre passion pour 
le rhum ? 

Mampiadala, va. Bend re passion n6. 

Mih— , vn. Devenir fou, imbecile. Mi- 
hadala isan'andro izy. Sa folie aug- 
mente tous les jours. Fm— , s. La ma- 
niere de devenir fou- 

Fihadalana, 8. L'action de devenir fou. 
Ihadalana, rel. 

Mampih— , va. Faire devenir fou. 

Man— . Qui rend fou, imbecile. 

Adaladala, dupl. dim. Etourdi, un 
peu fou. 

Fahadalana et IIadalana, s. La folie. la 
sottise, rimb6cillite\ 

Adalabb, adj. et a. Gros; un grand imb6- 
cile. 

Adalalahy, adj. et s. Enorme, excellant 
dans son genre, en bien ou en mal. 

Adala lava. adj. Qui est toujours sot, im- 
becile. 

Adala lkfv, adala l&faka, adj. et s. Fou, 
alien6. 

Adala manara-dolana, s. Lunatique. 

Adala iiaikitha, adj. Fou dont la folie ne 
se gueritplus; fig. incorrigible. 

Adala batsy, adj. Mauvais fou, trompeur. 



Adala vXtana. adj. et s. Un vrai fou, un 
vrai nigaud ; enorme et mal conform^. 

Adalavatana, s. Nom d'une mauvaise 
herbe qui se trouvc dans les rizieres. 

Adalavavy, adj. et s. Femmc ou lille qui 
excelle en bien ouen mal. 

ADALO, 8. Nom de la onzieme bine et 

•du onzieme moisde Tannic malgache. 
Adalo me hanomaso. Le destin des pleurs. 

AD AN A, r. Lenteur; abondance, pro- 
sp^rite, paix. 

Adanina, p. Qu'on ralentit, qu'on fait 
lentement. Adaso, imp. A(/anonydia- 
nao. Ralentissez votre pas. 

Tafa— , p. Qui s'est ralenti. 

Mi—, vn. A Her, faire ou parler lente- 
ment ; etre dans l'aisance, dans l'abon- 
dance, etre prospere, jmiir do la paix. 
Afiat/am-pandeha izy. It va lentement. 
M iartam-pandeha ny famantaranandro. 
La monlrc retard**. \5/ia (7a na io liana- 
kaviana io. Cetie famille est dans l'ai- 
sance. Jfiadam-po izy. II a la paix du 
coeur. Miadana, itnp. Fi — , s. Laleuteur, 
le retard; l'aisance, la paix. Mim — , s. 
Celui qui va lentement, qui est dans V 
aisance, dans la paix. 

Fiadanana, s. La lenteur, l'aisance, la 
prosperity, ia paix, la cause de la len- 
teur. etc. Vao izao no nahazo fiadana- 
naTiho. J'ai maintenant obtenu la pros- 
perite. Mahasambatra ny //adanam-po. 
La paix du coeur rend heureux. Iada- 
nana, rel. Inona no iadananao toy iza- 
ny raha raiteny hianao? Paiirquoi vas-tu 
ainsi lentement en parlant ? Iadaxo. imp. 

Mampi— , va, Faire aller lentement, 
rendre prospere. Ampiadaniny loatra 
ny soavaliny. It fait alter trop lentement 
son cheval. Mampiadana ny asa- Le 
travail procure l'aisance. 

Adanadana, dupl. dim. de Adana. 

ADAORO, s. La seconde lune et le se- 
cond mois de I'anneo malgache. 

ADY, s. 1° Guerre, combat, bataille. Be 
ny ady an-trano taloha. Les guerres 
civiles etaient frequentes autrefois. Ma- 
ty tany an* ady izy. 11 est mort a la 
guerre. Mahery an' ady izy. II est valeu- 
reux dans les combats. Isauao ady sa- 
my irery Davida sy Goliata. David et 
Goliath se battirent en combat singu- 
lier. 2° Proccs. Manana ady izy. II est 
en proces. 3° Discussion, dispute. 
4° Ajustage, jonction, melange des cou- 
leurs, accord d'une copie aveo son ori- 
ginal. 

Mi—, vn. 1° Etre en guerre, se battre. 
Miady ny fanjakana roa tonla. Les deiix 
etats son en guerre. Mahav miady ireo. 
Geux-lu savent so battre. i° Etre en pro- 
ces. Miady lova izy ireo. lis sent en pro- 
ces pour leur heritage. 3° Discuter, se 
disputer. Miady matctika ireo zazalahy 
ireo. Ces gardens se disputent souvent. 



Digitized by 



Google 



ADY 



— 3- 



ADY 



4 # Eire ajust6, s'accorder, s'allicr, etre 
semblablo. Miady tsara ireo hazo lisaka 
ireo. Ccs planches sont bien ajust6es. 
Miady tsara ireo volon-doko ireo. Ces 
couleurs s'allient bien ensemble. Mia- 
dy tsara amin' izay nangalana azy io sa- 
ry voahoso-doko io. Co tableau est sem- 
blable a I'original. MiadIa, imp. Fi— , *. 
La maniere de se battre, de s'ajuster, de 
rcssembler. Mpi — , 8. Guerrier, com- 
battant, batailleur, les plaideurs. 
Fiadiana,* s. 1° Combat, bataille. Maty 
tany am-piadiana izy. II est mort dans 
le combat. 'I' Les amies, les munitions. 
Vao nampakatra fiadiana ny lanjakana. 
Le gouvcrnement a fait mouter dernie- 
rementdes armes, des munitions. 3* Ce- 
lui qui se bat souvent, qui se dispute 
souvent, qui est souvent en proces. Ia- 
dIana, rel. La cause de la guerre, du pro- 
ces, de la dispute, le lieu, le lemps, etc. 
Tsy hita izay antony iadian'izy ireo. On 
ne voit pas pourquoi ils sont en guerre, 
en procus, pourquoi ils se baltent, so 
disputent. Aiza no iadian" ireo hazo li- 
saka ireo? Ou est ce que ces planches se 
joiynent. Iadio, imp. Iadio io lova io, 
la nianao no tompony. Plaidezpour obto- 
nir eel hdritage, parce qu'il est a vous. 
Mampi— , va. Melt re en guerre, engager 
a se bat i re, engager a fa ire tin proces, 
ajuster, comparer, confrontcr. 
Mah— . Pouvoir combatlre. 
Adlady, dupl. dim de Ady. 
Imadi'na, s. Querelleur, batailleur, mauvais 

coucheur. 
Mampiady iiuvitra. — sai.va. Chercher des 
excuses, des pretextes pour so sous- 
trairo a. 
Mampiady kaiiajia. User de subterfuges, 

discuter, argumenlor. 
Maiipiady suiiaira. Comparer les ecrilu- 

rcs, laire une composition en ecriture. 
Miady ai.na. Etre a lagonie, avoir un pro- 
ces ou onjoue la vie. 
Miady laoxa, Ikotokely miady laona, s. 

Les pleiades. 
Miady lohalika, adj. Banoal, qui a les 
genoux en dedans et les pieds en dehors. 
Miady rahan'oloxa. Prendre failet cause 
pour quelqu'un par haine ou jalousie 
contro la partie adversj. 
Miady z6no. adj. Qui se touche, eoutigu. 
Ady am-panahahana, s. Proces qu'on faiL a 
quelqu'un (jui est deja pouisuivi par 
u'autres. 
Ady am-parimdoxa, s. Lulto a forces in£- 

gales, lultc de plusieurs contro un. 
Ady AN-KAiiEXDnENA, s. ProctM dont on se 
desiste lorsqti'on voit qu'on sera vnincu. 
Ady ax-kerixy, .s. Proces fait par dos usur- 

pateurs. 
Ady AN-KornoKA, s Combat de laureaux, 
parce qu'on y pousse des hourras tu- 
multueux, combat vif, proces oragcux. 
Ady anoano, s. Dispute, proces frivole. 



Ady ax'ohatra, 8. Combat simulS, petite 

guerre. 
Ady an-traxo, s.' Guerre civile, disputcde 

famillc. 
Ady antsaxga, s. Dispute de halle, dispu- 
te en paroles. 
Ady iiasy aman-depona, 8. lit. Combat nu 
fusil et a la lance; guerre, bataille ; fig. 
action de s'oxposer pour. 
Ady fady, 8. Proces pour ties causes scan- 
daleuses avec violation des droits sicres. 
Ady fanjakana, 8. \ m Dispute pour la cou- 
ronne, guerre de succession ; 2* dispu- 
te. proces do seigneurs ou de nobles an 
suj.ot do lours seigneuries ou patrimoincs. 
Ady yu, s Efforts ardents ou violonts. ac- 
tion de prendre a coeur une chose, un 
elTort pour finir vite. Iadio fo ny raha- 
raha mba ho vita faingana. Faites un 
cH'ort pour vite achever le travail. 
Ady fom-paxanaxa, s. Contestation pour 
ob'enir plus que sa part. Azi manao 
ady fom-pananana. fa mahalala ho any 
ny sosany. Ne cherchez pas a avoir plus 
quo voire part, imissachoz laisserquel- 
que chose pour les autros. 
Ady gehixa ougegeiiixa,s. Dispute forceo. 
Ady hkvitra, 8. Discussion. 
Miady hkvitra ou maxao ady hevitra. Dis- 
cutcr. Inona no iddianarco hevitra! 
Que diseutcz-vous? Miady hecitra ny 
amy ny lanahintsika izahay. Nous dis- 
cutons sur co qui confer ne not re a me. 
Ady hihy, s. Jonciion des gencives Manao 
ady hihy io antibavy io raha mihinani. 
Cette vieille joint les gencives, quand 
ello mange. Ady hihy no ahalairako ny 
hena. C'est avec l« j s gencives quo jo ma- 
che la viande. 
Ady lahy, s. Dispute cntre egaux pour la 

superiori te. 
Ady lo.na. s. Proces pour un a«*gent pret-3 

dopuis longlemps. 
Ady madio, s. Le content icux, procc* oil 
chaque partie sVn tienla son droit strict. 
Ady mafaxa, s. Un rude combat, querel- 

le, prcccs vifs, travnil anient. 
Ady maloto, *. Proces en matiore cri- 

minelle, l'instruction de lacriminalite. 
Ady maxgotraka, 8. Combat terrible, dis- 
pute, proces violent. 
Adim-bavknty, s. Dispuie onlro grands ou 

il y a dos pots casses. 
Adim-behivXvy, 8. Dispute en paroles sans 

tin, altercation defemmes. 
Adim-pamaxiauaxaxdro, s. Ileuro. 
Adivi-paxamdadiaxa, s Action de plaider 

en divorce. 
Adix'amdoa, izky mmikry no omuaxa, proo. 
til. Lorsque deux chiensse ba'tent. les 
autres se rangent du ciVe du plus fort; 
fig. on se range du parti du plus fori. 
Ai)iN*Anuf\NA, 8. Q'.KM'i'llo de r..is ou de 

princes; ou se ivs|ioetemuiuclleuioiit. 
Adix'axkizy, 8. Dispute dVnfan's sans 
rancune ; on se rccon^ilie vile pour 
recommencer encore. 



Digitized by 



Google 



ADI 



— 4 — 



ADI 



Adiny, 8. Le point capital, la difficulty 
d'une chose, son noeud. 

Adin'ny mpivady, s. Querelle d'epoux ; 
personne ne doit s'en meler, ils s'en- 
tendront eux-memes. 

Adin'ombalahy, 8. Combat de taureaux ; 
fig. querelle entre puissan Is; onne doit 
pas s y meler, par crainte d'un revire- 
ment ae fortune. 

Adin-tsbko*ly, 8. Petite guerre ; devours 
que fait un coq pour altaquer son ad- 
versaire. 

Adin-tsikidindrano, a. Combat de pu- 
daisesd'eau; ellesse separent sans se 
blesser ; fig. querelle, proces sans dpm- 
mages. 

Ady rAfitra, 8. Assemblage d'une char- 
pente, d'une maconnerie, etc. 

Ady ratsy, 8. Lutte ou jeu oil Ton cher- 
che a se blesser, a porter des coups 
dangereux. 

Ady r^saka, 8. Discussion en forme de 
causerie; chacun dit librcment ce qu'il 
pense. 

Ady r6mbaka, 8. Attaque subite pour pil- 
ler, razzia. 

Ady sahala, 8. Lutte a forces e*gales, pro- 
ces ou les pertes et les gains s'equili- 
brent de part et d'autre. 

Ady samy ir£ry, s. Combat singulier, duel. 

Ady samy kAry, 8. Querelle de gredins. 

Ady samy ta-hanana, 8. Concours oil 
chacun fait ce qu'il peut pour obtenir 
quelque chose. 

Ady tezitra, 8. Proces, dispute avec cole- 
re. 

Ady TRdsA, 8. Proces pour dettes. 

Ady tsy ahi-mahatratra. On risque d' 
6tre battu dans une guerre ou un proces 
auquel on ne s'attend pas ; fig. I'impr6- 
voyance est funeste. 

Ady tsy gishina ou geg£hina, 8. Querel- 
le, proces volontaire. 

Ady tsiramdina, Ady TSivfNiTRA.s. Combat, 
querelle, proces menc negligeminent. 

Ady tsy tra-mauahbry *vava, 8. Fanfa- 
ronnade. 

Ady varotra, 8. D6bat du prix, mar- 
chandage. Ohalrinona ny adu varotra, 
ataonareo am in' io omby io ? Quel est le 

£rix que vous d6battez pour ce boeuf ? 
[anao ady varotra ambony loatra hia- 
nao. Le prix que vous demandez est 
irop 61eve. Tsy mahay miady varotra 
akory hianao. Tu ne sals pas marchan- 
der. 7adio varotra io soavaly io. Mar- 
chandez ce cheval. 

Ady vava, 8. Dispute en paroles. Mahery 
manao ady raua ireo vehivavy roa ireo. 
Ces deux femmes sont fortes pour se cha- 
mailler. 

Ady volomdalala, s. Dispute surdos riens. 

Vbrin'ny adin-drbniomby ny ADIN'OMBALAH Y, 
prov. Un combat de vaches fait perdre 
de vue un combat de taureaux ; fig. il 
neglige les grandes afTaires pour s'oc- 
cuper des petites. 



ADIBUADY, 8. Norn d'une rangee de 
Sikidy. 

ADlDY, 8. 1 # Blame, censure. Manana 
adidy hianao raha manao izany. Vous 
me>itcz d'dtre blam6 si vous faites cela. 
2* ResponsabilitG, devoir. Adidinao ny 
mifehy tsara ny fianakavianao. Votre 
devoir est de bien gouverner votre famil- 
le. Adidinao ny ahatongavan' ireo mpia- 
sa ireo. Votre eles respousable de l'ar- 
rivee des ces ouvriers. 

Adidina, p. Qu'on blame, (Jn'on cen- 
sure. Adidio, imp. 

Man—, va. Blamer, censurer. Aza mana- 
didy olona foana. Ne blamez pas les 
gens sans motif. ManadidIa, imp. Fan—, 
8. Celui qu'on blame, maniere de bla- 
mer. Mpan— , s. Le critique, le censeur. 

Fanadidiana, s. L'action de blamer. 
Anadid/ana, rel. AnadidJo, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan—. 

Mi—, va. £tre responsable, 6tre charg6 
do, diriger, ce>er. Izy no miadidy ny fa- 
naovana io Ialana io. II est charg6 de 
faire faire cette route. Miadidy ny trano 
ranaovam-prinly izy. II dirigo 1 impri- 
merie. MiadidIa, imp. Fi— , s. La res- 

SonsabUitd, la gestion, Tadministration. 
[pi— , s. Les directeurs, les gtfrants, 
les responsables. 
Fiadidiana, 8. La responsabilite\ legou- 
vernement. IadidIana, ret. lADiDfo, imp. 

ADIJADY, a. Nom de la dtxieme lune 

et du dixieme mois de l'ann6e malgache. 
ADIKASAJY, s. Nom d'une rangee do 

Sikidy. 
ADIMIZANA, 8. Nom de la septiemo 

lune et du septieme mois do 1'annee 

malgache. 

AD IN A, 8. Question, examen. 

Adinina, p. Qu'on examine. Adino, imp. 

Voa— , pp. Examine. 

Man—, va. Questionner, demander, exa- 
miner. Manadina ilay voarupanga ny 
mpitsara. Lojuge questionne l'accuse. 
Manadina anao aho amy ny latabatra 
nampanaoviko anao. Je viens vous de- 
mander si la table que je vous ai 
commandee est finie. Manadina ny 
mpianatm izy. II examine les eleven 
ManadIna, imp. Fan—, s. Qu'on (jues- 
tionne, qu'on examine, maniere d exa- 
miner. Mpan—, s. Examinateur, ques- 
tionneur. 

Fanadinana, 8. L'examen, les questions. 
AnadInana, rel. AnadIno, imp. 
Prend Mifan—, Mampifan—, Mampan—. 

Man— .Pouvoir examiner. 

Adinadina, dupl. frdq. d'Adina, 

Am-panadi'nana, adv. A l'examen. 

ADINKlSY, s. Nom d'une rangee de 

Sikidy. 
ADISANINA, 8. Addition, operation d* 

aritbmetique. (Pr. addition.) 



Digitized by 



Google 



AFA 



— 5- 



AFA 



ADISAONA, s. Les extr6mit6s des ma- 

choires. 
Vary adisaona. Faire la dent de sagesse. 

ADITSIMAY, 8. Norn d'uue rangee de 
Sikidy. 

ADIZAOZA, s. Nom de !a troisieme 
lime et du troisieme mois do l'atin6e 
malgache. 

ADOKADOKA, s. Hauteur, flerte, re- 
cherche dans le port, la d-marche, la 
parole. 

Mi— ,vn. Etre fler, affects. Fi— , s. La 
fiertd, raffectalion. Mpi— , s. Gelui qui 
estfier, affectd, guind6. 

Fiadokaddhana, s. La flerte, l'afrecta- 
tion. lADOKADduANA, rel. 

A DON AD ON A, 8. Orgueil, mepris. 

Ml—, vn. Etre dSdaigneux. Fi— , 8. La 
flerte. 

Fiadonadbnana, a. La fiert6. Iadona- 
d6nana, rel. 

ADRA et ADRiO, int. Fi! fl done! 
Miadra et Miadrao, vn. Prononcer 
le mot Adra ou Adrao. 

ADRAY, int. Pour marquer ladouleur, 

la peur: aie ! la la la la! 
ADRfe, int. Exprimant la surprise, la 

douleur, I'approbation : ah ! eh ! ho! oh ! 

h61as! tres bien ! a la bonne heure! 

parfait ! 
Adrbdrbdredr£, int. Aie aio aie aie ! la 

la la la ! 

ADRlSA, s. Sautcrelle, la femelle de 

l'Aketa. 
Ny adrisa aza raha tsy andrian'ilika tsy 

azo, prov. On ne pout prendre l'adrisa 

qu'en se penchant sur le cdtd; fig. on 

n'a rien sans peine. 
AFA, r. Diminution de la fievre. 
Mi—-, vn. Se dit de la fievre qui dimi- 

nue. Fi— f s. Le mieux dans la fievre. 
Fiafana, 8. Le mieux dans la fievre. 

Iapana, rel. 

AFAKA, ad?', et p. !• D6tache\ tombe\ 
enleve\ pris d'assaut, emporte'. Afaka ny 
varavarana. La porte s'est d6tachee. Afa- 
ka ny ravinkazo. Les feuilles sont tom- 
h6es. Nidona tamy ny vato izy ka afaka 
ny hohon'ny ankibe. II a heurt6 contre 
line pierre et a eu l'ongle de l'orteil en- 
leve. Nasiany totohondry izy, ka afaka 
ny nifiny anankiray. II lui a donne un 
coup de poing qui lui a enlev6 une dent. 
Afaka ny diso. Les fautes ont 6te enle- 
vees Tsy a fa ky ny fabavalo ny tanana. 
La ville n'a pas eto prise par les enne- 
mis. 2* D61ivr6, sauv<5, echapp<5, aflran- 
chi, exempt, exemptd, delivre de ses en- 
gagements, obsous,d6barras$e\libre, qui 
pout. Nafatotra izy ka afaka izao. II 
avail 6t6 attache^ mais ilest maintenant 
delivre\ Afaka amy ny loza izy. II a 
echapp6 au danger. Andevo afaka. Escla- 
ve affranchi. Afaka amy ny fandoavan- 



ketra izy. II est exempt d'imp6ts. Afa* 
ka ahiahy izy. II est exempt d'inquie- 
tude. Afaka ota izy. II est absous de 
ses fautes. A/a-draharaba aho. Je suis 
d^barrasse do toute affaire. Afaka aho. 
Je suis Ubre. Tsy a/a-miala eto aho 
izao. Je ne puis pas maintenant quitter 
ici. Afaha, imp. Sois exempt. Afaha lo- 
za amin'antambo. Soyez exempt de mal- 
heur. Afaha amy ny arotina. Soyez 
exempt de maladie. 

Afahana, p. Qu'on delivre, qu'on aflran- 
chit, qu'on exempte, qu'on absout. 
Afaho, imp. 

Man—, va. D&ivrer, affranchir, exem- 
pter, absoudre. Nanafaka azy tao an- 
tranomaizina izy. II 1 a delivre" de pri- 
son. Nanafaka ny andevo ny fanjaka- 
na. Le gouvcrnemeut a affranchi les 
esclaves. Nanafaka azy tamy ny asa- 
ny mandritra ny tapa-bolana izy. II l'a 
exempts de son travail pendant quinze 
jours. Nanafaka azy tamy ny helony 
ny mpitsara. Le juge l'a aosous de 
sa faute. Manapaha, imp. Fan—, 8. 
Qu'on delivre. qu'on exempte; maniere 
de delivrer, d exempter. Hataoko ahoa- 
na no fanafaka azy. Comment ferai-je 
pour le d61ivrer ? Mpan— , s. Le libGra- 
teur, celui qui dolivre, aflranchit, exem- 
pte, absout. 

Fanafahana, $. La delivrance, l'affran- 
chissement, l'exemption, le moyen, le 
motif, le lieu, le temps. Anafahana, rel. 
Ataovy izay hanafahanao azy. Faites 
en sorte de le delivrer, de l'exempter. 
Anafaho, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan— . 

Mi—, vn. Se d&ivrer, se dSbarrasser. 
Miafaha, imp. Iafauana, rel. Le moyen 
de se delivrer, etc... Ataovy izay iafaha- 
Tiao amin* io trosa io. Faites en sorte de 
vous debarrasser de cette dette. 

Man—. I* Detacher, enlever, oter, forcer. 
Tsy nahafaka ny varavarana ny tonta- 
kely. Les voleurs n'ont pu forcer la 
porte. 2 - Delivrer, pouvoir delivrer, 
exempter, pouvoir exempter, absoudre, 
pouvoir absoudre. Tsy mahafaka azy 
aho. Je ne puis pas le delivrer, l'exemp- 
ter. Fahafahana, s. Liberty. Ahafahana, 
rel. Nahafahan' ny mpangalatra be dia 
be ny vary. Les voleurs ont enlev6 beau- 
coup de riz. Tsy misy ahafahako na 
dia kely akory aza. Je n'ai pas un mo- 
ment de libre. 

Afa-baraka, adj. D6shonore\ Ma/ia/a- 
baraka azy ny Htondran-tena ratsyaiao- 
ny. La mauvaise conduite qu'il mene 
le ddshonore. Fahafaham-baraka. D6s- 
honneur. 

Afa-bary, adj. Apres la moisson du riz. 

Afa-boady, adj. Delie de son vceu, doses 
promesses. 

Afa*bola amin-karena, adj. Qui s'est d6- 
gage, blanchi a prix d'argent. 

Afa-bojiikahitra, ad;. Degrade, d^shonord. 



Digitized by 



Google 



AFA 



— 6 — 



AFI 



Afa-bor6ka (mot trivial), adj. D«5shonore\ 
AFA-DiANA, adj. Rassasie\ qui a satisfait 

son appelit, sa curiosity, ses d£sirs. 
Afa-diso, adj. Corrige. 
Afa-doza, adj. Echappe au malheur. 
Afa-dranom-panala, adj. Le matin apres 

l'evaporation do la rosce. 
Afa-draorao, adj. lit. Debarrass4 do 

ses rugosit6s; fig. exempt de tracas. 
Afa-dratsiaina, adj. Guerie de ses mau- 
vaises envies (se dit des femmes en- 
ceintes). 
Afa-drofy. adj. Exempt de maladie, 
pour : sois exempt de maladie; mot ad res- 
se" aux enlants qui 6ternuent. 
Afa-jaza, adj. Qui a avorte. 
Afaka ady, adj. Qui n'a plus de difficul- 
ty, de miseres, a l'abri des contra- 
dictions; mort (qui n'a plus rien a 

craindre). 
Afaka adi'dy, adj. Exempt de reproche, 

qui n'a plus la rcsponsabilite. 
Afaka afo, adj. Qui a Echappe a un 

danger de mort. 
Afaka aina, adj. Qui a rendu le dernier 

soupir. 
Afaka alanalana, adj. Dors d'embarras, 

inaccessible. 
Afa-kaja, adj. Pour qui on n'a plus de 

respect. 
Afak ampitso, adv. Apres-demain. 
Afa-karatsaka, Voy. Haratsaka. 
' Afaka kntana, adj. Debarrasse* de son 

fardeau; fig. dtHivre* d'un embarras, 

d'une responsabilito. 
Afa-kbloka, adj. Absous de son delit, 

qui a expie sa faute. 
Afa-kenatra, ady. Dont la timidite est 

passed, qui ne sait plus rougir. 
Afak'omaly, adv. Avant-hier. 
Afaka 6lana, adj. DeHordu; fig. deMivre 

d'embarras. 
Afaka olan-teny, adj. DtMivre* de tout 

malentendu. 
Afa-k6trana, adj. Deli v re de tracas- 

series, de la peur, des tentations. 
Afa-nenina, adj. Qui en a le cceur net, 

qui a lait son devoir. 
Afa-panala, adj. So dit de l'eau qui a 

perdu sa froidure. 
Afa-paty, adj. Qui a echapp6 a un dan- 
ger imminent de mort. 
Afa-po% adj. Rassasie*, satisfait, qui se 

desiste, qui a fait tout son possible. 

Mahafa-po ahy ny nataonao. Ge que 

vous avez fait me satisfaiL 
Afa-p6fona, adj. Qui a perdu son odeur, 

son parfum, ses proprietes ; qui a perdu 

sa reputation. 
Afa-tav<Sny, adj. Delivre du placenta 

(se dit des animaux). 
Afa-tr5sa, adj. Qui a paye* ses dettes; 

fig. circoncis. 
Afa-tsaona, adj. Qui a quitte le deuil. 
Afa-tsarotra, adj. Qui a surmonte le* 

difficultes. 
Afa-tsasatra, adj. D<Hasse\ A/a/ia/a- 



tsasatra ity kilalao ity. Ce jeu delasse. 
Afa-tsJny, adj. Exempt de blame, qui 

a subi l'£preuve du tanguin. 
Afa-tsy, prep. Excepte, si ce n'est. 

AFANA, s. 1° Norn generique des pu- 
rilications exterieures et pratiques su- 
perstitieuses usit^es pour eloigner un 
mal ou le prevenir, pour purifier des 
souillures contraetecs aupres d'un mort ; 
purification, aspersion, bain. 2* Matieres 
employees pour cela : l'eau lustrale, le 
sang des victimes, obiets qu'on porte 
sur soi. 3° Le boeuf tue aux funerailles. 

Afanana, v. Qu'on asperge, purifie, 
exorcise. Afano, imp. 

Voa—, pp. Asperge, purifie, exorcisd. 

Man—, va. Asperger, purifier, exorciser. 
Fax—, s. Ce qui s'asporge, qu'il faut 
purifier, manierode purifier; la matiere 
donnee, appliqu£e comme remede ou 
preservatif. 

Fanafanana, 8. L'aspersion, la puri- 
fication, l'cxorcisme ; ce avec quoi on 
fait les ee>£monies superstitieuses. Ana- 
fanana, rel. Anafano, imp. 
Prend Milan—, Mampifan— , Mampan— . 

Mi—, vn. Se purifier, recevoir l'asper- 
sion, prendre un bain, etc. Fi— , s. Ma- 
niere de se purifier, etc. 

Fiafanana, s. L'action de se purifier, 
etc. Iafaxana, rel. Iafano, imp. 

Maxao ou manisy— . Accomplir les cere- 
monies fune>aires, luer le bcnuf aux 
funerailles. 

Afam-bb, 8. Lustration solennelle, asper- 
sion recue par tout le peuple en certains 
jours. 

Afan-dra, 8. Purification par lo sang. 

AFATRAFATRA, 8. Cris peryants 
avec pleurs, agitation et colere. 

Mi—, vn. Vociferer, se dGraener. Fi— , 
8. Les cris, 1'agitation. 

Fiafatrafarana, 8. L'action de se ddme- 
ner. Iafatrafarana, rel. 

AF&RO, 8. Bile, del, la vdsiculo qui le 

contient; fig. amertume, aigreur. 
Raxon'afero, 8. La bile. 
Aferomb(5rona, 8. Nom d'uno perle ver- 

te ; nom d'un arbre tres amer ; nom d'une 

plante rampante. 
Aferon»kbna, 8. Fiel de boeuf. 
Aferon-tany, 8. Petite plante tres arafc- 

re. Mollugo midicaulis. 

AFINA, 8. Etat de ce qui est cache, 
couvert, derobe a la vue, reeelement, 
Ataovy tsara afina ny vola. Gachcz 
bien 1 argent. 

Afenina, p. Que Ton cache, sur quoi 
on garde le secret. Afbno, imp. 

Voa—, pp. Cache, rec61e\ tu. 

Man—, va. Cacher, receler, garder le 
secret; fig. ensevelir les souverains. Ma- 
nafena, imp. Fan—, s. Ce qu'on cache, 
raaniere de cacher. Mpan— , s. Celui qui 
cache, etc. 



Digitized by 



Google 



AFO 



_7 — 



AHA 



Fanaffenana, 8. L'action do cacher, etc. 
le liou ou Ton cache. Anafenana, rel. 
A so hoy izay nana fen anno ny antsy. 
Montrez I'endroit od vous avez cach6 
lo couteau. Anafeno, imp. 
Prenil Mifan — , Mampifan — , Mompan — . 

Mi—, vn. Se cacher, etre cach£. Mia- 
fena, imp. Fi— , s. La maniere de se 
cacher. Mpi—, a. Celui qui sc cache. 

Fiaf6nana, s. L'action de se cacher, le 
lieu ou on se cache. Iafenana, rel. Ia- 
feno, imp. 

Mah — . Qui cache ou peut cacher. 

Afinafina, dupl. dim. de Afina. 

Am-panafjs.nana, adv En secret, en ca- 
chette, a la sourdine. 

Am-piafknana, adv. Secretement. 

An-kanafina, 8. etadv. Cache-cache; avec 
reticence, avec sous-entendu. 

An-kin afinafina, adv. En cachetic, avec 
des reticences. 

Tsy takona aiemna, adj. Qu'on ne peut 
cacher ou souslrairo a la vue, a la con- 
naissance du public. 

AFtNTSA, s. Bananes boucanees a la 
fum^e ou au soleil. 

AFITRA, r. Arret, interruption, halte, 
action de s'abriter. 

Af6rina, p. Qu'on arrete, suspend, 
empo'che, abrite. Apero, imp. 

Voa— , pp. Qu'on a arnHe, suspendu. 

Mi—, vn. S'arretor, iHro arrets, fa ire 
halte, s'abriter. Niafitra ny faman- 
taranandro. La montre s'est arrctee. 
Niafitra teny an-dalana ireo ankizy 
ireo. Ces cnt'ants se sont arretes eh 
chemin. Aza miafilra toy izany hianao 
raha miteny. No vous arretcz pas ainsi 
quand vous parlez. Miafilra eto hatra- 
my ny iray volana io mahantra io. Co 
pauvre s'abrite ici depuis un mois. Mia- 
fkua, imp. Fi — , s. Maniere de s'arreter. 

Fiaf6rana, s. L'action do s'arreter, le 
lieu. Iaferana, rel. Iafebo, imp. 

Mah—. Capable d'arreter. 

Afitrafitra, dupl. freq. d'Atitra. 

AFO, s. Feu; fig. catamite. 

Mamoaka afo. Qui laisse prendre du feu 
chez soi, ce qu'on ne permet pas a cer- 
tains jours prohibes, sacrCs; qui illumine 
au Fandroana, qui n'estpas en deuil, qui 
a des enfants pour porter la torche hors 
de la maison ; qui donne, vomit du feu. 

Mamo.no afo. Eteindre le feu, un incen- 
die ; fig. qui no se livre pas aux joies 
du Fandroana a cause d'un deuil; adj. 
se dit de la viande tres grasse qu'on 
fait rotir, ello eteint le leu. 

Maty afo. Qui n'a pas de feu chez soi; 
(fusil) qui rate: qui ne fait pas son de- 
voir, manque ii l'appel, au rendez-vous; 
oil il n'y a rien ii manger, a faire cuire. 

Misorona'afo. Attiser le feu. 

Misorona afo hum ana, adj. (Pauvre) qui 
n'a pas de lampe et mange a la clarte 
du feu. 



Manisy afo. Mottre le feu, attiser le feu. 

Afore., s. Enfer. 

Afokasika et Afokasoka, 8. Allumettes 

chimiques. 
Afomaxga, 8. Feu d'artifice. 
Afom-pompotra, 8. Feu aliments avec la 

tourbe, feu mis a la tourbe. 
Afon'amp6mbo, 8. Feu de son, il sent 

mauvais; fig. mauvais proc6d6 qu r oa 

oublie diflicilement. 
Afonanahary, 8. Feu follet. 
Afonangatra, s. Feu follet. 
Afondolo, 8. Feu follet. 
Afoxdolo afonangatra. Avec qui on bri- 

se entitlement, a quoi on renonce sans 

retour. 
Afon-draingy, 8. Feu obtenu par le frot- 

lement de deux bois. 
Afon'ny matoat6a, s. Feu follet. 
Aforanq, 8. Acide phosphorique. 
Afovato, s. Pierre a fusil. 
Afovatohazo, 8. Morceau de bois rem- 

placant la pierre a fusil; fig. se dit de 

['imitation, de la contrefacon. 
AFOKAFOKA, 8. Furie. transport de 

colere. 
Mi—, vn. Etre furieux. Fi— , s. La fu- 
rie. Mpi—, s. Celui qui est furieux. 
Fiafokafbhana, 8. La fureur. Iafoka- 

fohana, rel. La cause do la fureur. 

Ahoana no iafokafohanao izy? Pour- 

quoi £tes-vous furieux contre lui? 
AFONAFONA, s. Furie, violence, im- 

potuosite, emportement. 
Mi—, vn. Etre en fureur, violent. Fi— , s. 

La fureur, la rage, l'emportement. Mpi—, 

s. Le furieux. 
Fiafonafonana, s. La fureur, l'empor- 
tement. Iafonafonana, rel. 
AF6NTSY, s. La grande banane, ba- 

nanier qui la produit. 
AFOV6ANY, adv. Au milieu, au centre. 
Afovoanina, p. Qui est mis au milieu. 

Afovoano, imp. 
Man—, ra. Mettre au milieu. Manafo- 

voana, imp. F*ax— , 8. La maniere de 

mettre au milieu, ce qui doit so mettre 

au milieu. 
Fanafovoanana, s. L'action de placer 

au milieu. Anafovoanana, rel. Anafo- 

vo.vny, imp. 
AGY, 8. Espece d'ortie; fig. mechant, 

inabordable, renomrae par ses charmes, 

ses sorcellerics. 
A GO AGO. Commo Hakohako. 
AHAy, adv. Plutot, prefeYablcment, au 

moins. Io ratsy loatra fa ily ahay no 

homeko azy. Celui-la est trop mauvais, 

mais je lui donnerai pluldt celui-ci. Omeo 

mofo kely ahay alio. Donnez-moi au 

moins un pqu de pain. 

AH ANA, 8. Stalionnemcnt sur la porte. 

Tafa— , p. Qui stationne sur la porte. 

Man—, vn. Stationner sur la porte. Aza 

manahana eo am-baravarana. Ne sta- 



Digitized by 



Google 



AHY 



— 8 — 



AHO 



tionnez pas sur la porte. Manahana ou 
roivava a/iana ny aodro. Le soleil est 
sur le seuil de la porte. Nony manaha- 
na ny andro dia tonga izy. II est arrived 
lorsque le soleil etait sur le seuil de la 
porte (vers Aiue heure apresmidi). Ma- 
nahana, imp. Fan—, a. Maniero de sta- 
tionner. Mpan— , 8. Celui qui stationne. 

Fan ah an ana, 8. L'action de stationner. 
Anahanana, rel. Le motif, le lieu. 

AH AN A, r. Arret, halte, pauses 

Tafa— , p. Qui s'ost arr6t6. 

Mi—, vn. 8*arretor. Niahana tampoka 
izy, nony tonga aho. II s'est arrets su- 
bitement, lorsque je suis arrive. Miaha- 
na, imp. Fi— , a. I/arret. 

Fiahanana— , a. L'arret, la pause, le mo- 
tif. Iahanana, rel. 

Ahanahana, r. Arrets frequents, pau- 
ses fr6quentes, hesitation. 

Ahanahanina, p. Sur quoi on hesite. 

Mi—, vn. S'arrfiter souvent, faire des pau- 
ses en parlant, en marchant, hesiter. 
Miahanahana be hiany izy raba miteny. 
II s'arrete souvent en parlant. Fi— f a. 
La maniero de s'arreter, d'hesiter. Mpi— , 
8. Celui qui s'arrete souvent, qui h6sitc. 

Fihanahanana, a. Les arrets frequents, 
l'hesitation, le motif. Iahaxahaxana, rel. 

AHY, pron. per8. A moi, moi, me. Ahy 
(ou quelquefois ahiko) irery izany. C'est 
a moi seul, c'est ma part. "Mamono ahy 
izy. II me fruppe. 

Ny ahy, pron. pos. Le mien, les mien*. 

AHY, 8. Soin, sollicitude, inquietude* 
soupcon, souci. 

Ahina, p. 1° Dont on a soin. Tsy a/it- 
n\f akory ny raharahany. II n'a aucun 
soin de son emploi. 2* Qu'on uraint, qu* 
on soupconnc. Ahiko fa ho faty izy. Je 
crains qu'il ne meure. Tsy nahiko la ho 
avy hianao. Je ne soupcoonais pas que 
vous viondriez. Ahio, imp. 

Voa— , pp. Dont on a eu soin. 

Man—, ra. et n. Avoir de rinquietudc. 
craindre. Aza manahy ny ho ampitso. 
Ne soyez pas inquiet sur le londemain. 
Manahy aho sao tsy vita anio ny raha- 
raha. Je crains que le travail ne soitpas 
fini aujourd'hui. Manah/a, imp. Fan—, 
8. Maniere d'apprehender, co qu'on re- 
doute. 

Fanahiana, a. L 'apprehension, l'inquie- 
tudo. Anahiana, rel. Anah/o, imp. 

Mi—, va. Avoir soin, 6tre le soutien. 
Miahy tsara ny llanakaviany izy. II a 
bien soin do sa famille. Tsy mahay 
miahy tona izy. II ne sait pas avoir 
soin de lui-meme. Miahia, imp. Fi— , a. 
Celui ou ce qui est l'objet des soins, 
maniere de soigner. Mpi—, a. Celui qui 
a soin. 

Fiahiana, a. La sollicitude, les soins. 
Iahiana, rel. Iahio, imp. 

Mah— . Qui a soin ou capable d'avoir 
soin. 



A hi ally, dupl. a. Inquietude, appre- 
hension, soupcon. Be ahiahy loatra uia- 
nao. Vous etes trop inquiet. Aza ma- 
nana ahiahy amin izany. N'ayez pas 
d'inquietude sur ce point. Ahiahin' ny 
olooa ho mpangalatra izy. On le soup- 
conne d'etre voleur. Aza miahiahy uzy 
toana. Ne le soupconnez pas sans motif. 
Mampiahiahy ou mampanahiahy ahy 
ny toetry ny tranoko. L'etat do ma mai- ' 
son me donne do Tinquietude, me fait 
craindre. 

AHITRA. 8. Nom generiquo des her- 

bes ; le placenta. 
AniBAHtiAKA, a. Les feuille9 de glaieul 

dont on couvro les cases. 
Ahibano, 8. Herbe dont on tire la paille 

& chapeaux. 
Ahibibilava, a. Herbe. 
Ahib(ta, a. Herbe. Floscopa glomerata. 
Ahibitsika, a. Herbe. Oldenlandia land- 

folia, Schweinf. 
Ahiboanjo, a. Herbe. 
Ahidambo. a. Herbe a piquants. 
Ahidrano, a. Herbe qui pousse apr6s la 

coupe du riz. 
Ahidkatsy, 8. Esnece d'ivraie. 
Ahik6ngona, a. IJerbe qui sent la pu- 

naise. Espece de Sporobolua. 
Aiiimafaxa, s. Plante medicinale, vermi- 
fuge. 
Ahi-maina, s. Herbe seche. 
Aui-maitso, s. Herbe verte, fourrage vert. 
Ahim<5ka, 8. Plante aquatique dont on 

fait des liens. 
Ahipalana, s. Herbe, plante rampante 

excellento pour engraisser les bcoufs. 
Ahitrakanga, s. Herbe. Panicum semia- 

latum, R. Br. 
Ahitrak<5ho, 8. Herbe medicinale. 
Ahitrakoholahy, s. Herbe. Helichrysum 

tanacetiflorum, Baker. 
AhitrakohovXvy, a. Herbe. Gnaphalium 

luteoalbum, L. 
AmxRAKeNDRo, 8. Herbe. Anthcrictim 

Parkeri, Baker. 
Ahitromby, a. Fourrage. 
AntTsiTRY, a. Herbe. Stachys brachiata t 

Bojer. 

AHO, pron. pers. Je, moi. II se met 

tou jours apres le verbe. 
AHOAHO, r. EgoTsme, entetement. 
Mi—, vn. Ktre 6goiste, obstiue dans son 

id6e. 
AHdANA, adv. Comment? pourquoi ! 

de quelle maniere? qu'importe? eh bien? 

quoi ? que voulez-vous ? 
AneAKO, ahoanao, ah6any? Qu'importe a 

moi, a toi, a lui? Ahoako izany? Qu'est- 

ceque cela me fait? Tsy ahoako izany. 

Cela ne me fait rien. 
Manao— ? Comment se trouve? comment 

est? 
Manao — hianao, — izato izy? — hiana- 

reo?— izy? Comment allez-vous? com- 
ment va-t-il? 



Digitized by 



Google 



AIK 



— 9 — 



AIN 



Manao — moa raha. . . ? Que serait-ce si.. ? 

Tsy ahoatc-tsy ah(5ana, adv. Sans cause, 
sans motif. 

Tsy azo atao ahoana amin' arcana, loc. 
Dont on ne pcut rien tirer, enl6t£. 

AH6Y, p. de Hoy. Fait, dit. 

Ahdina, Ahoizina, p. Qu'on dit, qu'on 
fait d'une maniere indiquee, comme ceci, 
comme cela. Auoizo. imp. Faites a votre 
maniere, dites, tombez-lui dessus. 

AH ON A, r. ArrSt spontanea hesitation 

subite. 
Tafa—, p. Qui s'est arreted 
Man—, t?a. Arreter. retardcr, empecher. 

Manah6na, imp. Fan—, s. Maniere d'ar- 

reter, co qu'on arrdte. 
Fanah6nana, s. L'action d'arr&er, I'obs- 

tacle ; charme qui decourage, qui em- 

pecbe. AifAHdNANA, rel. Anah6ny, imp. 

Prend Mifan— , Mampifan—, Mampan—. 
Mi—, vn. B'arretor. faire halte, h6siter. 

Miah6xa, imp. Fi— , $. L'arret, The- 

sitation. 
Fiah6nana, 8. L'action de s'arreter, 

d'hesiter. Iah6nana, rel. Iahuny, imp. 
Man—. Qui arrete ou capable d'arrGter. 
Ahonahona, dupl. fre'q. 
Mi—, vn. Comme Miahan&hana. 

AHOTRA, s. Arret, comme en cou- 
rant, en parlant ; action de rester court, 
do s'arreter tout a coup; hesitation. 

Ahbrina, p. Qu'on arrete, qu'on sus- 
pend subitement. Ah6ry, imp. 

Voa— , pp. Qu'on a arreted 

Tafa—, p. Qui s'est arr6t6. 

Mi—, vn. S'arreter, rester court. Fi— , s. 
L'arret, la suspension. Mpi— , s. Gelui 
qui s'arreto souvent. 

Fiahbrana, 8. L'action de s'arreter, de 
demeurer court. Iahorana, rel. 

Mali—. Qui arrete ou capable d'arreter. 

Ahotrahotra, dupl. freq. de Ahotra. 
Pauses frequentes. 

AY, pron. pers. Do nous, par nous: se 
place comme regime indirect apres les 
mots termines par ka, tra: Resaka, rr- 
sakay, notre causerie ; m6lotra, molo- 
tray, nos levres; fantatray, su par 
nous. 

AY, int. Comme Hay. 

AlAY, s. L'aye-aye. Cheiromys Mada- 
gascariensis. 

AlKA, 8. lndigotier. Indigofera tincto- 
ria. 

Aikaberavina, 8. Espece d'indigotier. In- 
digofera argentea. 

Aikamakga, 8. Espece d'indigotier. 

Aikavavy, 8. Espece d'indigotier. 

AlKA, 8. L'Gtat de ce qui est serre\ com- 
pact; appel, convocation. 

Aihina, £hina, p. Qu'on prcsse, ser- 
re; qu'on reunit, convoque. Amo, £no, 
imp. 

Voa—, pp. Serre\ reuni, convoque^ 



Tafa—, p. Qui s'est serr6 ; qui s'est reuni. 

Man—, va. Serrer; reunir, convoquer. 
Tvsy nanaika tsara ny tsihy hianao. 
Vous n'avez pas bienserrG les j ones des 
nattes. Nanaika ny vahoaka ny lehibe. 
Les chefs ont convoqu6 le peuple. 
Manaiha, imp. Fan — , s. Maniere de ser- 
rer, de convoquer; ce qu'on serre, ceux 
qu'on convoque. Mpan— , 8. Ceiui qui 
convoque. 

Fanaihana, Fanehana, 8. L'action de 
serrer, d'appelor. Anaihana, Aneuana, 
rel. Anaiho, imp. 
Prend Mifan—, Mampifan— Mampan— . 

Mi—, vn. Se serrer, 6tre serr6. Miaika 
tsara io harona io. Les joncs de cette 
corbeille sont bien series. Miaika ny 
vahoaka. Le peuple est serr6. Miaiha, 
imp. Serrez-vous. Pi— , 8. L'6tat de ce 
qui est serre. 

Fiainana, Fidhana. 8. L'action de se 
serrer. Iaihana, Ieuana, rel. 

Mah— . Qui serre, convoque ou capa- 
ble de serrer, de convoquer. 

Aikaika, dupl. dim. de Aika. 

Fampoehana, s. Boucle pour courroie. 

AlKANY, adv. Mot familier : oui, oui- 
da; ha! il en est ainsi. 

AlKY. Comme Eky. 

AlNA, 8. 1° Vie. Manao ny ainy tsy ho 
zavatra izy. II ne tiont pas compte de 
sa vie. Ny zava-manana aina rchetra. 
Tousles etres vivants. 2* Le souffle ani- 
mal. Makaaina kely hianao fa sempo- 
tra. Respirez un peu parce que vous 
etes essouftl<§. 3° Vigueur, force, eflbrt. 
Be aina izy. II estvigoureux. Kely aina 
izy. II a peu de forces. Nataoko izay tra- 
try ny aiko. J'ai fait mon possible. 3° 
Rctrait ou dilatation des corps, comme 
d'une ballo en caoutchouc, d'un ressort. 

Mi—, vn. 1° Etre en vie, vivre. Miaim- 
poana izy. II mene une vie inutile. 2° 
Respirer. Mbola miaina izy. II respire 
encore. 3° Se retirer, se dilater. \" fig. So 
conduire. Tsy mahay miaina izy. line 
sait pas so conduire, il n'a pas de sa- 
voir-vivre. Fi— , s. La maniere de vivre, 
de respirer, la conduite. 

Fiainana, s. t # Vie. Lava fiainana izy. 
II vit longtemps. Ny fiainana mandra- 
kizay. La vie (Hernolle. 2" Respiration, 
canal respiratoire. soupirail. Iainana, 
rel. La cause de la vie, ce qui sert k 
respirer, le temps, le lieu. Mihelina ny 
anuro iainantsika. Notre vie passe vite. 
Ny fahasoavana no iainan* ny fanahin- 
tsika. Notre ame vit de la grace. Ao 
amy ny tendabe no iainantsika. C'est 
par le larynx que nous respirons. Iai- 
no, imp. 

Mampi— . 1° Faire vivre. Andriamanitra 
no wampiaina antsika. Dieu nous fait 
vivre. 2' Faire respirer. Ampiaino ny 
marary. Faites respirer le malade. 

Mah—. Qui respire ou peut respirer. 



9dByC 



AIN 



— 10 — 



AIS 



Ainaina, dupl. dim. Respiration entre- 
coupee on faible. 

Aim-bery f6ana. Peine perdue, oflbrls 
inutiles. 

Aina am-divitra. Un petit, un derniersouf- 
fledovie; fig. faible, d6bile. 

Ain'amboalambo. Fort, courageux par bou- 
tades, incapable d'un efTort soutenu. 

Ain' ANDndvo. Effort, travail vigoureux, 
mais non soutenu. 

Ain' ANGfDiNA. lit. Force de libellule ; 
fig. faible. 

Ain-droa s6sona. Double vie, double for- 
ce ; fig. force, vigueur extraordinaire. 

Be aina. Vigoureux, capable d'un grand ef- 
fort soutenu; fig. grand soufflet de forge. 

Boina aina. Sans souci, indifferent, quo le 
sort ou le danger deses proche? laisse froid. 

Kkly aina. Faible. 

Maiiak6ly aina. Affaiblir, rcndre faible; 
donner des soucis, dcs craintes. 

Mikely aina, vn. Faire de grands efforts, 
tout son possible. Mikely aina mba han- 
droso amy ny lianarana izy. II fait tous 
ses efforts pour avancer dans ses etudes. 
Mahagaga ny fikelezana aina nataony. 
II a montr6unzele extraordinaire. Izay 
mba bampandroso ny mpianatrao no to- 
kony hihelczanao aina.. Vous devez fai- 
re tout voire possible pour faire pro- 
gresser vos Sieves. 

Mahafaty ain'6lona. Qui a le droit de vie 
et de mort, qui l'usurpo commc les as- 
sassins, les brigands. 

Mahaf6y aina. Sacrifier la vie ; ne pas pre- 
server de la mort, quand on le pourrait. 
Ny fitiavana ny tanin-drazany no na/ia- 
foizany ny ainy. II a sacri!K» sa vie 
pour sa patrie. 

Mahazo aina. Se nHablir, respirer plus a 
Taise; nHablir ses affaires, etre debar- 
rasse, se raviver comme les plantes. 

Maka aina. Respirer, se reposer, prendre 
des forces, du courage. 

Maka ny aina. Qui est nuisible, fait du mal. 

Manama aina. Avoir la vie; fig. fort, vi- 
goureux. 

Ny mananaaina. Tout cc qui respire, qui a 
la vie animale. 

Manan-tomdon* aina. Plus fort quo. 

Manao an' aina. Faire tous ses efforts ; etre 
irrite. 

Manao fi ain an a. Faire bonne vie, mener 
grand train. 

Manao mosalahy ny aina. Risquer la vie 

follement. 
Maty ain.a. Qui a perdu un enfant ; insen- 
sible, qui ne ressent plus la sensation de 
la douleur. 
Menaky ny aina. Les enfants qu'on a cn- 

gendres. 
Misy aina. Qui vit, respire encore. 
Mitovy aina. Egaux en force, en courage. 
de constitution egale, so it forte, soil 
faiblo. 
Mitsoaka aina. Expirer; fig. crier, ap- 
peler de toute sa voix. 



AlNGA, s. Action de sou lever, de lever, 
d'aller chercher. 

Aingaina, »• Qu'on souleve, qu'on leve, 
quon va chercher. Tsy azoko aingaina 
io entana io. Je ne puis soulever ce pa- 
quet. Aingao, imp. Aingao kely ny la/ 
tabatra. Soulevoz un peu la table. Ain- 
gao ny tongotrao. Levez votre jambc, 
Aingao ny kapaotinao la mitarika. I.e- 
vez votre manteau qui traine. Aingao 
ny mpilauja. Allez chercher les porteurs. 

Voa— , pp. Qu' on a souleve. leve, qu'on 
est alle chercher. 

Tafa— , p. Qui s'est leve\ qui est parti. 

Man—, va. Soulever, lever, aller cher- 
cher. Manainga, imp. F'an— , s. Maniere 
do soulever, de lever; qu'on souleve, qu' 
on leve, qu'on va chercher. Mpan— , s. 
Celui qui souleve, qui leve, qui va cher- 
cher. 

Fanaingana, s. L'aotion de soulever, 
do lever, d'aller chercher. Anaingana, 
rel. An aingao, imp. 
Proud Mifan— , Mampifan— , Mampan— . 

Mi—, vn. Se lever, parti r. Tsy afa-mi- 
ainga ny marary. Le malade ne peut pas 
se lever." Niainga omalv izy. II est parti 
hier. Miainga, imp. Miainga kely eo 
asiana tsihy. Levez-vous un moment do 
la pour y mettre une natte. Fi— , s. La 
maniere de se lever. 

Fiaingana— , s. L'action de so lever, *lo 
partir. Iaingana, rel. Iaingao, imp. 

Man—. Soulever, pouvoir soulever. 

Aingainga, dupl. freq. Aingaingai- 
na, p. Qu'on souleve souvent ; qu'on 
elevo, qu'on loue. 

An-k an aing. \, adv. Eu sou levant, en levant; 

8. jcu deslillettcs lancant des ])ierres en 

l'air et les rccevant de nouvoau dans la 

main. 

Fan aing a lavitka, s. Charmo, philtre qui 

opere au loin. 
Manainga tsy uitra. Pressor, agir avant 
le temps. 

AINGlAlNGY. Voy. Haingiaingy. 
AINGINAlNGINA, s. Situation elevee. 
Aainginaingina, p. Qu'on place en 

haul. Aainginainqe.no, imp. 
Tafa— , p. Qui s'est eleve\ 
Mi—, et Min— , vn. Etre perche, juch6 en 

haut. Miainginaingena, imp. Fi— , s. 

L'etat d'elevation. 
Fiainginaingdnana, s. L'action de se 

pcrcher, le lieu. IainginaiNgenana, rel. 

Iainginaingeno. imp. 

AlNGITRA, s. Fantaisies difliciles a 
conlenter, singularity. 

Mi—, vn. Etre capricieux, fantasque, exi- 
geant, difficile Fi — , s. Maniere d'etre 
capricieux. Mpi — , s. Le capricieux. 

Aingitraiogitra, dupl. (plus usite). 

AlSY, int. Exprimant le desaveu, le de- 
gout, le relus -. non, certes non, helas! 
malheureusement. Aisyl tsy aluka aho. 



Digitized by 



Google 



AIZ 



— 11 — 



AKA 



Ob non! je ne suis pas Hbre. Aisy\ ra- 
hoviana bo vita io rabaraha io? ilelas! 
Quand sera-t-il fini ce travail? Aisy I 
mampalahelo loarra izany ! C'est vrai- 
ment affligeant ! 

Miaisiaisy, in. Diro non, exprimerson 
raecontentement. Aza miaisiaisy lava 
tabaka izany. No faites pas entendre 
continuellement ce cri de refus ou do 
raecontentement. Fi— . s. La maniere de 
dire Aisy. Mpi—, s. Celui qui dit souvent 
Aisy. 

Fiaisiaisiana, a. L'action de dire Aisy. 
Iaisiaisiana, rel. Iaisiaisio, imp. 

AlSY, s. Mot employd pour chasser les 
volailles, etc. 

AlVO, 8. Les enfants d'une famille qui 
sont entre I'aind et lo dernier cadel. 

Labiaivo 8, (Jn cadet. 

Vaviaivo, s. Une fille cadelte. 

Andrianaivo, Inaivo,;Naivo, Ranaivo, noms 
d'hommes. 

Rafotsiraivo, Raivo, noms de femmes. 

AlVOKA, 8. Le premier pilage du riz. 

Maivoka, adj. ('Riz) pile une fois. 

Manam-.ua. Piler le riz une premiere 
fois. Fanam— , 8, Maniere do d^eortiquer 
le riz. Mpanau — , a. Celui qui decortique. 

Fanamaivbhana, a. L'action de de- 
cortiquer le riz. Anamaivouana, rel. 

AlZA. adv. Ou ? En quel endroit. Ho 
aiza nianao ? Ou vas-tu ? Taiza izy ? Oil 
est-il alio? Avy laiza izy? D'ou vient- 
il ? Aiza bo aizan* Antananarivo Ambo- 
himanga? Oil est situe Ambobimanga 
par rapport a Tananarive. Hair' aiza 
no nalehanao? Jnsqu'oii 6tes-vous alle ? 
Nandeha halraiza hatraiza izy. II est 
alle partout. Tsy hita na aiza na aiza 
izy. On ne le voit nullo part. Tsy aiza 
tsy aiza izy. II n'est ni ici ni fa f on 
ne le trouve nulle part. Tsy aiza tsy 
aiza'izy fa eto hiany. II n'est all£ nulle 
part, mais il est ici. Mbolaatza izany? 
Quand sera-ce fini ? II y en a encore 
pour longtemps. Aiza aty ny rano- 
mainty. Faites-moi passer 1 encre. Aiza 
boe ou aiza kely ny famantaranandro- 
nao bozabana. Donnez un peu voire mon- 
tre, que je la regarde. 

Mankaiza, vn. Oil va ? oil aboutit? 
N&nkaiza izy ? Oil est-il all6 ? Mankai- 
za io lalana io? Ou aboutit ce chemin? 
Mankaiza iroo teny ireo?Que signi- 
fiont ces paroles ? Oil tendent-elles? A 
qui s'appliquent-elles? 

AlZANA, 8. Enfant dont le puin6 est 
concu.se dit aussi d'un enfant par rap- 
port a son cadet imm^diat. 

Man—, ra. Concevoir apres une deli- 
vraoce. Fan—, 8. La grossesse. 

Fanalzanana, a. Une nouvelle concep- 
tion. Anaizanana, rel. 

Mifan— , adj. fie dit des enfants qui se 
suivent immediatement 



Be no — , adj. Enfant deja grand lors de 
la conception de I'enfant suivant. 

Kbly— , adj. Enfant encore petit lors de la 
conception de son puiue ; fig, repas trop 
rapproches Tun de I'autro. 

AJOKAJOKA, s. Hauteur, dedain. 

Mi— , mi. Dedaigner. Fi— ,8. La maniere 
de dddaigner. Mpi—, a. Celui qui do- 
daigne. 

Fiajokajdhana, s. L'action de desi- 
gner. Iajokaj6hana, rel. 

Man—. Qui ose d&laigner. 

AKA. Commo Haka. 

AKA, 8. Simulation d'ignorance, feinte. 

Akaina, Akavina, p. Qujpn feint d'i- 
gnorer, avec qui on feint. Akao, Akavy, 
imp. 

Man — , va. Feindre d'ignorer, demander 
ce que Ton sait, s'amuser de. Manakb 
zavatra. Feindre d'ignorer cerlaines 
choses. Manaka ahy bianao. Vous mo 
demandez des choses que vous savez, 
vous vous amusez de moi. Fan—, s. Dont 
on s'amuse. maniere de s'amuser de. 
Mpan— . 8. Un rieur, un farceur. 

Fanakavana, s. L'action de feindre. 
Axakavana, rel. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan— . 

Mi—, vn. Simuler la simplicity, la niai- 
serie. Miakava, imp. Fi— , s. Maniere do 
simuler lo sot. Mpi—, s. Celui qui simule. 

Flak a van a, s. L'action de feindre la 
niaiserie. Iakavana, rel. 

Mah—. Qui embarrasse, qui met en per- 
plexity. (Nom d'un h^ros legendaire 
dans les contes malgaches^. 

Akaka, dupl. fr£q. Hesitation, balbu- 
tiement. 

Mi—, vn. Hesiter, balbutier. 

AKA, r. Action de prendre, d'aller 
chercber. 

Maka, va. Prendre, allerchercher, lever. 
Naka nvsatroko izy. II a pris mon cha- 
peau. Naka ny havany izy. II est alio 
chercher ses parents. Naka ny sezanam- 

f>anamboarina izy. 11 est alle chercher 
a chaise qu'il avait donnee a raccom- 

moder. Maka, imp. Faka, a. Ce qu'on 

prend, la maniere de prendre. Mpaka, 

s. Celui qui prend, l'envoye aupres de 

la fiancee pour laconduiro au raari. 
Fakana, s. L'action do prendre, la oil on 

prend, d'oii on tire, pour qui on prend. 

Akana, rel. Akao, imp. 
Mampaka, va. Faire prendre, envoyer 

chercher. Nampaka ny dokotera aho. 

J'ai envove chercher le m&lecin. 
Mifampaka, vn. S'envoyer chercher 

reciproqueraent. 
Maka am-bavany. Faire l'inlerrogatoiiro, 

instruire le proces. 
Maka am-pandairana. Prendre sans rela- 

che, sans remission. 
Maka an-keiuny. Prendre deforce. 
Maka an-kihitra. Prendre sans relache. 



Digitized by 



Google 



AKA 



— 12 — 



AKA 



Maka fanahy. Tenter, sonder. Fakam- 

panahy. Ten la lion. 
Maka uevitra. R6il6chir, deraander con- 

seil. 
Maka lalina. Approfondir les choscs; 

qui aunsens profond, subtil. 
Maka miaramila. Lever des soldats, les 

mander. 
Maka m6ra. Dont les rapports sont fa- 

ciles; agir, aller doucement. 
Maka r/votra. Prendre l'air. 
Maka sain a. Demander conseil, chercher 

un expedient pour. 
Maka to^rana, S'etablir, s'asseoir, pren- 
dre assietto, so dit des constructions. 
Maka vady. Se marier, aller chercher la 

fiancee. 
Maka vadin'olona. Commettre I'adultere. 

Fakam-badin* olona. Adultere. 
Maka vava latsaka. Saisir une parole 

echappee, erronn£e, ne pas en demordre. 
Maka vavan'6lona. Ecouter les cancans, 

les medisances, les croire. 
Maka v6la. Emprunter de I'argent, le 

prendre a interet. 
AKABO, s. Terrae de Sikidy. 
AKAY, int. 1* Imprecation : puisses-tu! 

Akay idiran-doza! Puisses-tu etrc puni! 

2* Terme de tendresse, de satisfaction, 

d'encouragement : courage, ties bien! 
Akayindray, int. Presque touchy, peus'en 

est fallu. ! * 

Akay ity et akay to, int. Exprimanl la sa- 
tisfaction, soit en bien, soit en raal : ah ! 

bien, parfait, bien touched 
Akay iry, int. Ce bandit-la, ce coquin, en 

pariant d'un absent ou eloigne. 
Akay iroana, int. Comme le precedent, en 

montrant quelqu'un. 
Akay itsy, — itsiaxa, int. Comme le pre- 
cedent- 
Akay izao, int. Marquant la satisfaction 

jointe au mSpris-. oh que c'est bien! ce 

n'est pas vole. 

AKAlKY. Comme Akeky. 
AKALANA , s. Escabeau, tabouret , 

coussinet, escabeau qui sert de damier 

pour le Fanorona, hacnoir, la buche sur 

laquelle on fend le bois. 
Akalantna, p. Qu*on cale, sous quoi on 

met un coussinet. Akalaxo, imp. 
Voa— ,pp. Cale. 
Man—, va. Caler, placer un coussinot 

au-dcssous de. Fan—, s. La chose qu'on 

cale, maniere de caler. 
Fanakalanana, s. L'action de caler. 

Axakalanana, rel. Anakalano, imp. 
Akala-manta, s. Planche, morceau de bois 

servant de billot. 
Akalam-bay et akalaxy, a. Le bourbillon 

des furoncles. 
Akala-mifamato, s. lit. Planches unics 

ensemble qui so consolident mutuellc- 

ment; fig. heritage conserve intact. 

AKAL6HA. Pour Aoka aloha. 



AKANA et AKANAKANA (dupl. 
plus usittf), 8. Hesitation, embarras dans 
la parole, le langage. 

Akanakanina, p. Qu'on dit avcc hesita- 
tion, confusement. avec des reticences. 

Tafa— , p. Qui s'est embrouille en par- 
iant. 

Miakana, vn. S'arreler en pariant, Tes- 
ter court. 

Miakanakana, vn. Hesitcr, balbutier, 
so troubler. Fi— , *. Maniere de balbu- 
tier. Mpi— , 8. Celui qui balbutie. 

Fiakanakanana, 8. L'besitation. le bal- 
butiement, le trouble. iAKAXAKANAXA.rel. 

AKANGA, 8. Pintade. Numida mitra- 

ta, Pall. ; fig. un filou, un fripon, un tin 

matois. 
Akangalna, p. Qu'on style a la roue- 

rie, qu'on laisse se livrer a ses defauts. 

Akangao, imp. 
Man—, va. Enseigner la rouerie, la fri- 

ponnerie. Maxakaxga, imp. Fan—, s. 

Qu'on dresse a la rouerie, maniere de 

dresser a la rouerie. Mi»ax — , s. Celui 

qui dresse a la rouerie. 
Fanakangana, a. L'action d'enseigner 

la rouerie. Anakangana, rel. Anakangao, 

imp. 

Prend Mifan— , Mampan— . 
Mi—, vn. Imiter les pintades, aller d'un 

cote" et do I'autre en bavardant, riant, so 

vantant; vivro aux depens des autrcs 

en les payant de belles paroles. Fi— , 8. 

Maniere "de bavarder ca et la. Mi»i— , 8. 

Celui qui bavarde par ci par la. 
Fiakangana, s. L action de bavarder 

ca et la. Iakasgana, rel. 
Man— . Qui rend roue. 
Akangakanga, dupl. dim. 
Akangahazo, ». Arbre. 
Akangahova, 8. Pinlade sauvage. 
Akangalahy, s. Pintade male; fig. un 

libertin. 
Akaxgavavy, s. Pintade femelle; fig. une 

libertine. 
Akaxga maro tsy vakix' amdoa, proi\ lit. 

Lorsque les pintades sont nombreuses, 

le chien n'en saisit aucune ; fig. l'union 

fait la force. 
Akangalahy ankova, prov. Absent de 

corps, present d'esprit. 
Akanga sisa nanamborana, prov. Qui a 

vu prendre ses compagnons, se tient 

sur ses gardes. 
Akaxga reraka, prov. Femme courue ja- 

dis, delaissee au declin de l'age. 
Akanga sasatra, prou. Lo lion devenu 

vieux. 
Akanga tsara soratra takalozana akoho 

taman-trano, prov. fig. Echanger un . 

bien solide contre un bien l'allacieux do 

brillanle apparence. 
Akanga tsy roa vulo. Peuple, sociele oil 

regno l'entente parfaite. 
AKANY, 8. Nid. 
Akawim-d6rona, 8. Nid d'oiseau. 



Digitized by 



Google 



AKA 



— 13 — 



AKA 



Akanin-kkna, a. Racines des nerfs de boeuf. 

AKANJO. a. Norn g6ne>ique des ha- 
bits, de Thabillement, du costume. 

Akanj6ana, Akanjdlna, p. Qu'on ha- 

- bille, a qui on fournit des habits. A- 
kanj6y, imp. 

Voa— , pp. Qu'on a habille*. 

Tafa— , p. Qui s'est habilte. 

Man—, va. Fournir des habits. Mana- 
kaxj6a, imp Fan—, a. A qui on fournit 
des habits, maniere de fournir les habits. 
Mpan— , 8. Celui qui fournit les habits. 

Fanakanj6ana, a. L'action de four- 
nir des habits. Anakanj6ana, rel. Ana- 
kanj6y, imp. 

Mi—, vn. S'habiller, etre habille". Mia- 
kanj6a, imp. Fi— , s. La maniere de 
s'habiller; l'habit de mise, propre k 
6tre mis, Mpi— , 8. Celui qui porte habit, 
costume. 

Fiakanj6ana, s. La toilette, l'habit habi- 
tuel, Taction de s'habiller, le cabinet do 
toilette. Iakanj6ana, rel. Iakanjo* y, imp. 

Man — . Qui peut s'habiller, suffisant pour 
un habit ou pour habiller. 

Akanjokanjo, dttpl. dim. 

Akanjo amboridao, s. Habit a broderied'or. 

A kan jo anatiny, 8. Habit de dessous, 
jupon. 

Akanjo da, s. Tricot. 

Akanjo OALfAKA. 8. Habit d<5collete\ 

Akanjo bis, 8. Un pardessus. 

Akanjo be fe, s. Habit a grandes bas- 
ques, pan talon tres ample au-dessusdes 
genoux. 

Akanjo be gal<5na, a. Habit a galons. 

Akanjo dolO*zy, s. Blouse, habit coup6 en 
blouse dont le col se serre par un lacct. 

Akanjo bory, s. Tricot, veston. 

Akanjo bory t.vnana, s. Corsage, blouse 
sans manches. 

Akanjo bory v6dy, s. Veston. 

Akanjo borizany, 8. Habit civil. 

Akanjo oozena s. Costume complet de 
m£me eHofle et de meme coulour. (Fr. 
douzainel. 

Akanjo fanamIana, s. Costume ofliciel des 
employes du Gouvernement, la grande 
tenuc, Tuniforme. 

Akanjo gaika, s. Corsage serre\ 

Akanjo uenjana, s. Justaucorps. 

Akanjo inorana, s. Habit emprunte; fig. 
habit qui va mal. 

Akanjo j6loka, 8. Tricot des marins, ha- 
bit sans autre ouverture quecellesde 
la tete et des bras. 

Akanjo lava, a. Habit long, robe de 
chambre. 

Akanjo l6baka, s. Chemise. 

Akanjo malabary, s. Blouse des Indiens, 
longue chemise sans col. 

Akanjo manatrika, 8. Habit ouvert par 
devant. 

Akanjo miamb6ho, a. Habit ouvert par 
derriere. 

Akanjo MiARAMfLA ou militkra, s. Cos- 
tume militaire. 



Akanjo manandrambo,— mitari-drambo, 8. 
Robe trainante, a queue. 

Akanjon-goaika, 8. Le collier blanc des 
corbeaux ;/?</.!• habit, toilette invaria- 
bles; 2 # digoite\ biens, aptitude de famil- 
le qui passent de pere en fils; 3° droit 
evident qui saute aux yeux comme le 
collier des corbeaux. 

Akanjo-nify, 8. Gencives. 

Akanjo palitao, s. Paletot. (Fr. paletot). 

Akanjo rkbareba, a. Soutane, aube, la 
robe des Arabes. 

Akanjo salotra, 8. GileL 

Akanjo tapaka,— tapany, a. Veste courte. 

Akanjon-tO*ngotra, s. Pantalon, calecon, 
moresque. 

Akanjo tsy an-tsaha. Voy. Tsiantsaha. 

Akanjo tsy lena, s. Manteau en caout- 
chouc. 

Akanjo vrrv, a. Redingote, tunique. 

Akanjo vity lava, s. Habit a queue 
d'hirondelle. 

Akanjo jaby ou zaby, s. Habit. 

AKARANA, 8. Coque d'oeuf; la lar- ■ 
geur d'une natte. 

AKATA et AKATATRA, a. Riz dans 
son enveloppe. 

AKATRA, a. Ascension. 

Akarina, p. Qu'on fait monter; fig. 
qu'on 6leve en rang, en dignity. Akaro, 
imp. 

Voa—, pp. Qu'on a monte\ qu'on a fait 
monter. 

Tafa— , p. Qui est mont<5, qui est en haut. 

Mi — , va et n. Monter, s'elever, entrcr. 
Tsy afa-miafca/ra io liakarana ioaho. Je 
ne puis monter cette cote. Niakatra any 
ambony izy. II est monte en haut. Afia- 
katra any amy ny habakabaka ny se- 
troka. La fumee s'elevo dans I'espace. 
Tsy nety niakatra an-tandna izy. II ne 
voulut pas entrer dans la ville. Miaka- 
ra, imp. Fi— , s. Maniere de monter. 
Mpi—, 8. Celui qui monte souvent. 

Fiakarana, a. Cote, montec, Taction 
de monter, de s'elever. Iakarana, rel. 
Iakaro, imp. 

Ampakarina, p. Qu'on fait monter, 
quon Spouse; s. celle qu'on prend pour 
epouse le jour des noces. Ampakaro, 
imp. 

Mamp— , ra. Faire monter, e*pouser une 
femme. MampakAra, imp. Famp— , a. Ce 
qu'on fait monter, la maniere de faire 
monter. Mpamp— , a. Celui qui fait mon- 
ter, le mari. 

Fampakarana, s. L'action de faire 
monter, Taction d'epouser, les noces. 
Ampakarana, rel. Ampakaro, imp. 

Mampaka-bady, manao fampakaram-bady. 
CeMbrer les noces. 

MAMPAKA-BAnixY. Introduire les voya- 
geurs, les strangers. 

Mampaka-bary. Porter le riz de la rizie- 
re a Taire. 

Mampaka-drano. Faire monter Teau; aller 



Digitized by 



Google 



AKO. 



— 14 — 



AKO 



prendre une eau spdciale pour la circon- 
cision. Fampakaran-drano, s. Pompe. 
Mampaka-tbny. Envoyer un message ver- 
bal aux autoriles. 

AK&KY, adj. adv. et pr&p. Voisin, 
proche, pres, aupres. Akekin* ny trano- 
ko ny azy Sa maison est voisine <le la 
mienne. Aheky hiany ny alehako. L'en- 
droit oil je vais est tout pros. Aheky foa- 
na ny tranony. Sa maison est tout pres. 
Akehy lavitrany tanana. Le village est 
pres mais cependant un peu loin. Mi- 
petrahaeto akehiko on aheky ahy. As- 
seyez-vous ici pres de moi. 

Akek6na, akekgzina, p Dont on ap- 
proche, qu'onapproche. Tsy tokony lia- 
ltekezina izy. II eonvientde ne pasap- 
procher de lui. Akekeo, akekezo, imp. 
AheMzo io lehilahy io. Approchez-vous 
de cet homme. Akekezo ny latabatra. 
Approchoz la table. 

Voa— , pp. Dont on s'est approch£, qu'on 
a approche. 

Man—, va. Approcher, s'approcher. Aza 
manakeky ny afo. N'approchez pas du 
leu. Manakkke, manakekeza, imp. Fan—, 
8. Celui on ce dont on s'approche, ma- 
niere de s f approclier. 

Fanakekgna, Fanakekgzana, s. Ina- 
ction de s'approcher. Anakekexa, axake- 

KEZAXA, rel. ANAKEKEO, ANAKEKEZO, imp. 

Prend Mifan— , Mampifan— , Mam pan— . 

Mih— . Devenir proche. 

Akekikgky, dupl. dim. Assez proche, 
assez pres. 

Mamely— . l< rapper de pres, tirer a bout 
portant; fig. attaquer quelqu'un de pre- 
sent par des paroles detournees. 

Mandry— . Dormirhors de chez soi mais 
tout pres comme les rodcurs; faire une 
petite elapc. 

Akeky jerexa,— tazanjxa. Qui parait pres 
a la vue. 

AK^TA ou AKETALAHY, s. Nora 

de sauterelle, le male de I'Adrisa. 
AKlSA, 8. Chicane, dispute. 
Mila aki'sa. Chercher dispute. 

AKlSA, adj. Plaisant, agreable, bonas- 
se, jovial. 

Akisaklsa, dupl. d'Akisa. 

Miakisakisa, vn. Eire plaisant, lieur. 

Akisa b6, adj. Plaisant. 

^KO, s. L'echo, le son renvoye par 1 echo. 

Man—, vn. Faire echo. Fan—, s. Manie- 
re de faire echo, la voix renvoyee. 

Fanakdana, s. Le lieu qui produit l'e- 
cho, la repercussion de la voix. Ana- 
k6ana, rel. 

AKdFA, 8. Le grain de riz coule. 
Man—, vn. Se dit des e"pis coules, non 

plems. 
Mampan-. Qui coule les epis. 

AKOHO, s. Nom generiquo des coqs et 

des poules. 
Mananuana akoho. Jeu consistant a ca 4 



cher une poule ou un coq dont on lais- 

se paraitre la tote, contre laquelle les 

joueurs lancent des pierres. 
Akohobe, s. Coq ou poule de graude es- 
pece. 
Akoho dory, 8. Coq ou poule sans queue. 

Gallua ecaudatus. 
Akoho ii6to, s. L'espece qui a une liunpe 

sur lanuque. 
Akoho h6va, s. Les coqs et poules ordi- 

naires. 
Akoho fantaka et akoholahy faxtaka, s. 

Coq de Turquie. Galhis pus ill us. 
Akoho kely,«. Poussin, petit pouiet. 
Akoho kixto, 8. Coq ou poule issue d'un coq 

vorombato et d'une poule ordinaire 
Akoholahy, s. Coq. 
Akoholahimbary, 8. Insecte. espece do 

charencon ; fig. pain de riz cuit. 
Akoholahimdoanjo, 8. Insecte. 
Akoholahinala.s. Oiseau. Courlis hupue 

Lophotibis cristata, Gm. 
Akoholahixandhiamaxitra, s. Rhyncopho- 

ro qui vit sur les figuicrs fie rou^o) 
Akoholahindmaxo, s. Oiseau. Canirallus 

griseifrons. 
Akoho nasomb/ka, s. Poule mozambique a 

plumes frisees. 
Akohonala, s. Comme Akoholahinala. 
Akoho sampona, s. Coq monstre, diflbrmc. 
Akohovavy.s. Poule. 
Akoho vazaha, 8. Les especes introduces 

par les Blancs. 
Akohovohona, 8. Poussins s6par<5s de leur 

mere. 
Akoho voromuato, s. Coq de bataille a 

bee court. 
Akoho vositha, s. Chapon. 
Akoho zexy, s. La race naine ou poules 

de soic. 
Akoholahy maxexo alixa, prov. Coq qui 

chanle la nuit ; fig. qui ne sail pas mo- 
de re r sa langue. 
Akoho tsy naxeno toy izay lasax-kary, 

prov. Si le coq n'a pas deja chanle, e'est 

que le chat l'a mange ; fig. attente 

decue. 
Akohovavy maneno, prov. Femme qui 

porte culotte. 
Rexiakoho.s. Poule mere. 
Vantotr' akoho, s. Gros pouiet. 
AK6MA, s. Gros serpent. 

AK6NDRO. 8. Nom du bananier et de 

la banane. Mma. 
Akoxdro af6ntsy, s. Grosse espece do 

banane. 
Akoxdro batav/a, s. Espece de bananier 

nain et son fruit. 
Akoxdro boroboaka, s. Espece de grand 

bananier et son fruit. 
Akoxdro fody, s. Bananier a fruit rouge. 
Akoxdro hambaxa, s. Banane double. 
Akoxdrolava, s. Action de so tenir sur 

la te*e el les mains, les pieds en haut, 

(faire la chandellc). 
Akoxdro mavokely, s. Banane iaune tres 

douce. 



Digitized by 



Google 



AKO 



— 15 — 



ALA 



Akondronjaza, 8. Plante comestible, cs- 
pece do cresson alenois sauvage. Nas- 
turtium bar bareas folium, Baker. 

Akonmiosamka, 8. Espece do Mum texiilis, 
des fibres duqucl on fait des tissus. 

Akoxdro tsiomeroa, 8. Espece do bana- 
nier dont on ne donne pas deux baua- 
ncs ; une suflit vu sa grosseur. 

Akondho vims* anoka, s. Vcuto d'un objet 
pour en achetcr un autre do la memo 
espece avec leprix. 

AK6RA, s. Hourra, acclamation, oris 
d'une multitude, huees. 

Akoralna, p. Qui est hue, ace lame. 
Akoray, Akorao, imp. 

Voa — , pp. Acclaim*, nut*. 

Man—, va. Acclamer, huer. Manakoka, 
imp. Fan—, s. Celui qui est hue, qu'on 
acclame, maniere d'acclamer. Mpan— , s. 
Celui qui hue, qui acclame. 

Fanakorana, s. L'action do huer, d'ac- 
clamer. Anakohana, ret. An akohao, imp. 
Prend Mifan — , Mampifan— , Mam pan—. 

Mah— . Qui hue ou cso huer. 

Akorakora, dupl freq. dcAkora. 

Akoiialava, s. Acclamations prolongees, 
huees prolongees. 

Velona ny akora. L'acclamation se pro- 
duit. 

AK6RA, s. Coquille, la coquc des 03ufs, 
coquillage, cocon, bambou prepare pour 
en faire un Valiha, avant d'en soulever 
les fibres servant de cordes; metaux en 
lingots. 

Akoram-barahina, s. Lingot de cuivre, 
cuivre en feuilles. 

Akoram-by, s. Lingoldefer. 

Akoram-diby, s. L'enveloppe des crus- 
taces, des larves, la carcasse, la carapace 
des animaux morts, les elytrcs des in- 
sec tes. 

Akoram-bola, s. Lingot d'argent. 

Akor\m-bolamena, s. Lingot d'or. 

Akoran-dandy, s. Cocon vide. 

Akorandhi'aka, 8. Coquillage de mer ou 
d'eau douce. 

Akohan-tsifotra, 8. Coquille des escar- 
gots. 

Akoravato, s. Macadam, pierres brutes, 
petitcs pierres servant a boucher les 
trous des murs, les monceaux de petites 
pierres. 

Akorany.s. Lacoque d'une chose. 

Akorakorany, s. Les rebuts, les restes 
de... 

AK6RT, adv. et int. Comment? com- 
bien ! 

Akory hianao? Comment allez-vous? 

Akory ity! Bien! bien touche ! tant 
mieux ! tani pis ! comment trouvcz-vous 
ca? 

Akory izato izy ? Comment allez-vous? 

Manao akory. Saluer. 

Mifanao akory. Se saluer mutuellemcnt. 

Tsy akouy, adv. Point du tout. 

TbY— tsy—, adv. Sans raison, sans motif. 



AKORlASA (pen usite), 8. Indecision. 
Akoriasaina, p. Qu'on rend indecis, 

llottant. 
Man—, va. Rendre hesitant. 
Mi—, vn. Etre indecis, hesiter entre 

deux. 
AK6TY et AKOTIFAHANA, s. Cou- 

til, tissu en soie du pays avec dessins. 

(Fr. coit til). 
AK6TRY, 8. Riz en cosse, paddy. 
Mamaky akotry, adj. Ruse, experiments ; 

ladre. 
Voan'ak6try, 8. Grain de riz represent^ 

sur une broderie. 
AK6TSO, s. Les bordures des Lamba, 

les raies dontelles son formees. 
Akots6ina, p. Ou on met des bordures. 

Akots6y, imp. 
Voa—, pp. Qui a une bordure. 
Man—, va. Faire la bordure, l'ajuster. 

Fan—, 8. L'etolle que Ton borde, ma- 
niere do border. 
Fanakotsbana, s- L'action de border, 

Tinstrument, la matiere. Anakots6ana, 

rel. 
Mi — , vn. Avoir une bordure. Fi— , 8. L'e- 

tat de ce qui est borde. 
Fiakotsdana, s. La bordure. Iakotsoa- 

na, rel. 
Akotso be, s. Bordure a plusieurs raies. 
Akotso dimy, s. Bordure a cinu raies. 
Akotso fohy,— kely, s. Ldger flletformant 

bordure. 
Akotso tenona, s. Bordure passee en tis- 

sant. 
Akotso t6kana, s. Bordure composee 

d'une raie. 
AliA t ^s. Foret, bois; fig. adj. touffu, 

serre.* 
Mian—, ru. Aller a la foret pour y pren- 
dre du bois. Fian— , 8. Maniere d aller 

a la foret. 
Mpian— , s. Ceux qui vont habituelle- 

ment a la foret, dont le metier ou la cor- 
vee consiste a prendre du bois a la foret. 
Mampian— . Envoyer a la foret. 
An' axa, adv. Dans la fonH. 
Kuuhitr'ala, 8. Arbustes formant un 

petit bois. 
Alabe, s. La grande foret. 
Ala fady, s. Bosquet sacre. 
Ala kely, 8. Petit bois. 
Ala maintyou maizixa, 5. Foret serree, la 

grande foret. 
Alamanga, s. Nom de Tananarive avant 

qu'elle fut occupec. 
Alamasina, 8. L'emplaccment du palais. 
Ala maty, s. Foret deTrichee, qui n'exis- 

te plus. 
Ala mazaotra, s. Foret oil Ton a prati- 
que une eclaircie. 
Alam-bkro.8. Foret de Vero. 
Ala MiKiRixDiio, s. Foret epaisse ; fuj, 

Cpais, densii. 
Ala nketroka, 8. Foret toufluc. 
Ala tsy vaky lay, 8. Foret vicrgc. 



Digitized by 



Google 



ALA 



-i6~ 



ALA 



Ala v6ry. s. Bosquet que Ton trouve sur 
quelquessommets. 

ALA, s. Sortie, enlevement. 

Alana, p. Qu'on enleve qu'on arrache ; 
dont on enleve, dont on arrache. Tsy 
azo alana io fantsika io. On ne pent ar- 
racher ce clou. Zazakely sarotra alana 
nify ka aoka ho sosona. Si un enfant ne 
veut pas se laissor arracher les dents, 
laissez-lc avoir des surdents. Alao, imp. 

Alaina, p. 1° Qu'on prond. Nalainy ny 
soavaliko. II a pns mon cheval. 2* Qu'on 
va chercher. Nalainy ny dokotera. II 
est alle chercher le medecin. Nalainy 
tany amy ny mpanjaitra ny patalohako. 
II est alle chercher mon pantalon chez le 
tailleur. 3° Qu'on vend ou cede a un prix, 
qu'on fait payer. Halainao hoatrinona 
ny ombinao? Combien vend rez- vous vo- 
tre boeuf? Halaiko ariary folo raha hia- 
nao no mividy azy. Pour vous je vous le 
vondrai dix piastres. Raha halainao 
ariary valo mr>a ho ahy. Cedezie moi a 
huit piastres. Tsy halaiko. Je ne puis le 
coder a ce prix. Hoatrinona no nalainy 
hanamboarana ny kiraro? Combien a-t- 
il fait payer (ou combien a-t-il pris) pour 
raccommoder les souliers. Alao, Alaovy, 
imp. 

Voala, pp. Enleve, arrache. Vo&la ny 
tsilo. Le piquant a etc arrache^ 

Tafala, p. Qui est sorti, qui a quitted qui 
est parti. Tafala tao an-tranomaizinaizv. 
II est sorti de prison. Ny nahatafala 
azy tao, dia nandoa sazy izy. II en est sor« 
ti parce qu'il a paye Tamende. Tafala 
omaly izy. II est parti hier. 

Man—, va. Enlever, oter, arracher, do- 
livrer. Manala fantsika. Arracher un 
clou. Tsy hanala anao ao an-tranomai- 
zina aho. Je ne te delivrorai pas de pri- 
son. Fan—, s. Maniere d'enlever, d'ar- 
racher, de delivrer; qu'on arrache, qu'on 
Jelivre. Mpan— , s. Cclui qui enleve, 
qui arrache, qui delivre. 

Fanalana, Fan gal ana, s. Action de 
prendre, d'enlever, d oter, d'arracher, de 
delivrer, de vendre ou de eddor a un 
prix. Analana, angalana, rel. L'instru- 
ment, le lieu, le temps, le motif. Inly ny 
sobiky analanao fasika. Voici une cor- 
beille pour aller prendre du sable. Tsy 
hilako izay hanalana io vato io. Je no 
sais comment arracher cette pierrc. Iza 
no nangalanao ny filanjana ? De qui 
avcz-vous reeu le palanquin? Hoatrino- 
na no hangalanao ny ombinao? Com- 
bien mo vendrez-vous votre boeuf? Roa- 
polo no hangalako azy. Jo vous le ven- 
drai vingt piastres. Moa izany no farauy 
hangalanao azy? Est-cc le plus bas prix 
auquel vous puissiez mo le coder? Iza- 
ny hiany no hangalaho azy. Ce n'est 
qu'a ce prix que je vous le coderai. Ana- 
lao, imp. 

Mampan-, 1° Faire enlever, faire arra- 



cher. 2° Envoyor chercher. TVampaaa- 
laiko ny sakaizako. J'ai envoye cher- 
cher mon ami. 

Mifan— . S'arracher reciproquement. MU 
fanala tsilo. S'arracher reciproquement 
des piquants. 

Mampifan— . Faire que deux individus 
s'arrachont reciproquement quelque 
chose. 

Mi—, vn. Se retirer, se desister, quitter, 
partir. Niala maina izy. II s'est retire 
sans rien obtenir. Niala tamy ny ady 
izy. II s'est desiste du proces. Rahovia- 
na no hi a la elo hianao ? Quand parti- 
rez-vous d'ici ? Miala, imp. Miala eto. 
Retirez-vous d'ici. Fi— , s. Maniere de 
se retirer. 

Fi alana, s. L'action de se retirer, de so 
desister, depart ; echappatoire. action 
d'esquiver. Nanao fialan-d ratsy izy. II 
s'est vilainement esquive. Nanao fialan* 
olon-kendry izy. II s'est esquive nabile- 
ment. Ialana, rel. Le lieu, le temps, le 
motif, le moyen. Alaovy izay hialanao 
amin' io raharaha io. Faites en sortc de 
vous retirer de cette alTaire. Hafirian'an- 
dro no nialanao tany Toamasina? Do- 
puis combieu de jours etes-vous parti 
de Tama lave ? Ialao, imp. 

Mampl— . faire retirer, faire partir. 

Man—. Pouvoir enlever, arracher, de- 
livrer. 

Alaim-panaiiy. Qui est tente, sonde. 

Alaina am-pandairana. Pris, poursuivi 
sans relache, dont on s'occupe sans cesse. 

Alaina an-kkriny. Pris do force. 

Alaina AN-KfuiTRA. Exige sans pitie, A 
quoi on s'obstine. 

Alain-dro. Dont on fait du bouillon. 

ALAlN-JAZABdDO OU ZAZA TSY MITB.NY. pi'OC. 

lit. Ce qui revient a 1'enfant qui ne 
parle pas encore ; fig. droit evident oil 
il n'y a pas a reclaraer. 

Ala aina, r. Action d'enlever la vio. 

Manala aina. Enlever la vie, tuer; fig. 
fatiguer excessivemeni. 

Miala aina. Rendre le dernier sounir ; fig. 
so fatiguer & l'exces. Tao nkekiny aho 
tamy ny nialany aina. Jetais aupres 
de lui lorsqu'il a rendu le dernier soupir. 

Ala akanjo, s. Action d'enlever les habits, 
de dcpouiller. 

Manala akanjo. Dcpouiller. 

Miala akanjo. Se deshabillor. 

Ala alahklo, s. Consolation. 

Manala alahklo. Consoler. Tsy azo alana 
alahelo izy. II est inconsolable. Tsy mi- 
sy mpanaln alahelo azy. II n'a aucun 
eonsoluteur. Nahazo fanalana alahelo 
izy. II a obtcnu quelque consolation. 
Tsy hitako izay hanalaho alahelo azy. 
Je ne vois pas de moyen de le consoler. 

Miala alahelo. So consoler. Ny sakaiza- 
ko no ialako alahelo. Cost aupres de 
mon ami que je me console. 

Ala andro, r. Passe-temps, distraction. 

Manala andro. Passer, tuer le temps, so 



Digitized by 



Google 



ALA 



17 



ALA 



dislrairc. Tsy mahita fanalana andro 

aho. Jo ne trouve pas do quoi passer le 

temps. 
Ala aty, r. Action d'enlcver I'interieur 

d'une chose: 
Manala aty. Enlevcr la moelle, 1'inle- 

rieur d'une chose. 
Ala daraka, s. Action de doshonorer. 
Manala dahaka. Doshonorer, dilTnmer, 

insultcr. Aza alanao baraha izy. Ne le 

deshonorez pas, nc lo dilfamez pas, ne 

I'insultez pas. Manala 6ara-tena izy. 

II sedeshonore. Mpanala baraha olona 

io. C'est un difTamateur, un insulteur. 

Inonu uo analanno baraha olona ta- 

haka izany? Pcurquoi diffamez-vous, 

insultez-vous ainsi les gens? 
Ala dokoira, 8. Action de deboutonner. 
Manala bokotka. Deboutonner, eilevcr 

les boutons. 
Ala entana, s. Action de dechargcr les 

paquets. 
Manala kntana. Doeharger, enlever les 

paquets. Aoka hanalaho kely vy enta- 

nao. Que j'cnleve un peu de' vutre lar- 

deau. 
Miala feNTANA. Etre dechargi*. 
Ala fady. s. Present donne a ceux qui on I 

assiste a un cnterrement 
Manala fady. Donner lo cadeau a un 

enterrcment. 
Ala faditra, s. Ce qu'on fait, ce qu'on 

rejette pour se delivrcr d'un mal ou s'en 

preserver. 
Manala faditra. Rejctcr nu loin certains 

objets ou fasro des oilVandes pour se 

debarrasscr d'un mal ou s'en preserver, 

conjurer un mal, exorciser. 
Miala- faditra. Se debarrasscr d'un mal 

ou s'en pre" server en rcjetant certains 

objets ou en faisant quelque ofTrande. 
Ala fatohana, r. Action de delior sos 

chaiues. 
Manala katurana De.ier ses chaines ,- fig. 

s'enfuir. 
Miala faiohana. Etre L'elivre de ses for*. 
Alafo.s. Satisfaction. 
Manala po\ Satisfaire. 
Miala f6. Se salisfaire, fairc son possible. 

Aoka hankany amy ny <lokotera ny ma- 

rary mba hiala fo. Que le malade aille 

chez le medocin pour sa satisfaction. Efa 

niala fo izy ka aoka tsy hankany intsonv. 

II a fait tout ce quVn pent fairc, qu'il n*y 

aille done plus. 
Ala fotaka, s. Action de se debarbouiller ; 

repas de rejouissancc a la suite d'un 

travail latigatit. 
Manala fotaka. Payer le repas. 
Miala fotaka. So debarrassor de la bone; 

fig, fairc un repas a la suite d'un travail. 
Ala <;adra, s. Action tie briser ses fcrs. 
Manala gadra. Briberies I'ers. 
Ala uamouamo, ». Ce (|u'on pi end pour 

laire passer le degout, 1'ivresso. 

M A N A L A II A ,\2 O II A MO. Fu i I'C | )RSSC I* 1 d «'»gOU t . 

Ala hazakazaka, s. Concours a la course. 



Mifanala hazakazaka. Concourir a la 

couise. Kianja fifanalana hn:aha:aha. 

Place oil Ton concourt a la course. 
Ala hkloka, s. Action de justifior, de par- 

donner. 
Manala hkloka. Pardonncr, absoudre, 

jus'ilier. 
Miala hkloka. Compcnser pour fairc on- 

blier la faute, se cunlcsser, sortir du 

peche. 
Ala hetahkta, s. Ce qu'on boil pour se 

desaltt'rer. 
Manala HEiwHErA. Desallercr. 
Miala hetahf.ta. Se desalterer. 
Ala hidy, s. Action d'ouvnr une serrure, 

une porte. 
Manala hidy. Ouvrir une serrure, enfon- 

sor les portes, les colfres. Funalahutu. 

Clef. 
Ala janona, 8. lluite. 
Miala janona. Se rcposer, fiiiro halte. 
Alakaforo, s. Opiniutrete, persistance; 

nom dun destin. 
Mialakaforo. S'opiniatrer, persistcr. Mia* 

lahaforo izy raha manao zavatra. U sV 

pinialre au travail. Mialakaforo ao an- 

trano izy raha milaky vola. 11 rcste opi- 

niAtrement dans la maisoii lorsqu*il le- 

clame une dette. 
Ala kamrana, s. Separation; fig. ejlaircis- 

semenr. 
Manala kamcana. Separer; fig eclaircir. 
Alakamo, r. Action de rossor. ' 
Alakamoina, p. Qu'on rosso, tfnlnknmoiny 

tamy ny hazo izy. II l'a rosso de coups «,o 

baton. Alakamoy, imp. 
Alakasy, r." Action de rossir. 
Ai.akvsina, Lakasina, p. Qu'on rosso Nd' 

lakuviny, notalta<iny tamy ny hazo izy. 

11 l'a rosse do coups de baton. Alaka- 

sio, Eakasio, imp. 
Fanalakasiana, s L action derossjr. Ana- 

LAKASIANA, 7*e7. A.SALAKASIO, imp. 

Ala lamba, s. Action doter le lainba. 

Manala lamda. Uter sou lamba ou filter 
a qudquun. 

Miala laaiua. (Her son lamba. 

Ala liana, s. Satistaction d'un <le ir. 

Manala li'ana. Satisfaire un drsir. 

Miala liana. S«j satislaire, uc so rien 
re! user. 

Ala l6ndona, r. Chute des flours a la for- 
mation <!u truit. 

Miala londona. Se debarbouiller, so dit 
Mirtout des enfunts ot de ccux cpii out 
mal uux yeux; se dit aussi des grai- 
ncs rejetont leu is cosscs ot ties fleur* 
qui toinbent apres lo d6vclujipemeijl du 
Iruit. 

Ala loza, s. I* Cercmouie pratlijueo an 
mariage entro parents, alin do prevenir 
le malheur; m i* ceremonio usiieo npics 
l'epreuve iJu tanguin, (pian«l on soriait 
viciorieux", 3° viande ei argent dunnes 
en eel to circonstance ; i" s rue du ticiiil 
et premiere communication av..e uno 
personno do i'aulrc sexe (vcut ou ve.uvcj. 



Digitized by 



y Google 



ALA 



— 18 — 



ALA 



Manala loza. Accomplir les ce>6monies 
ci-dessus. 

Mi a la l<5za. Se purifier, avoir commu- 
nication avec une personne de l'autre 
sexe, apres la mort de l'6poux ou de 1*6- 
pouse. 

Ala mandry, *. Action de decoucher. 

Miala mandry. D^coucher. 

Ala moim6y, 8. Petit cadeau pour faire 
taire le murmure. 

Manala moim6y. Donner un petit cadeau 
a quelqu'un pour faire taire le m<Seon- 
tentement. 

Ala MdNiNA, r. Changement de domicile. 

Miala m(5nina. Changer de domicile, de 
residence. 

Ala mosavy, 8. Action de goiiter des co- 
mestibles offerts en present. 

Miala mosXvy. Gouter le present, prou- 
ver en goutant que le present est inof- 
fensif. 

Ala n6mna, s. Action de faire le possible, 
pour en avoir le coeur net. 

Miala renin a. Faire le possible. 

Ala 6lana, 8. Action de detordre; fig. 
action de dSbarrasser, d'enlever un ma- 
lentendu. 

Manala 6lana. DGtordre ; tirer d'em- 
barras. 

Miala 6lana. Se detordre ; s'excuser sur 
un malentendu. 

Ala ondrana. 8. Action d'enlever un em- 
pGchement, de dispenser. 

Manala ondrana. Enlever un cmpdche- 
ment, dispenser. 

Ala ratsiaina, 8. Satisfaction des en- 
vies do femmes enceintes ou d'un vif 
d6sir. 

Manala ratsiaina. Donner satisfaction au 
dosir. 

Miala ratsiaina. Satisfaire son d£sir. 

Ala rivotra, r. Changement d'air. 

Miala rivotra. Changer d'air ; quitter sa 
demeure pour fuir un sort. 

Ala rohana, 8. Mouvement fait pour faire 
disparaitre Fengourdisseraont. 

Miala r6hana. Prendre du mouvement 
pour faire disparaitre I'engourdissement ; 
fig. se livrer a un travail avec ardeur. 

Ala safay, s. Action de faire ce qu'il faul 
pour Schapper au blame, assez pour 
l'acquit. 

Miala safay. En faire pour i'acquit. 

Ala saona, s. Action de quitter le deuil. 

Miala saona. Quitter le deuil. 

Ala sasatra, 8. Repos, haltc. 

Manala sasatra. Epargner la fatigue, sou- 
lager. 

Miala sasatra. Se reposer, faire halte. 
Fialan-tsasatra. Repos. 

Ala siKfDY, s. Action de changer de de- 
meure sur l'ordre du Sikidy. 

Miala sikidy. Changer de demeure ; fig. 
changer d'air. 

Ala taona, s. Provision pour une an- 
nee, action de passer l'annoe chez quel- 
qu'un a ses dgpens. 



Manala taona. Pourvoir aux besoins de 
quelqu'un pendant l'annoe. Ny ray a- 
man-dreny no manala taona azy. Ses 
parents pourvoient a ses besoins pen- 
dant l'annoe. Io mangahazo io hoentina 
manala taona. Ce manioc servira pour 
passer Tannic. 

Miala taona. Passer I'annee chez quel- 
qu'un, y vivre a ses depens. Niala tao- 
na taty amiko ity sakaizako ity. Cet ami 
a passe I'annee fci chez moi. 

Ala trano, 8. Effraction des maisons ; 
adv. hors de la maison. 

Manala trano. Fracturer une porte pour 
voler. 

Ala tsahatra, 8. Halte. arr6t. 

Miala ts ah atra, 8. S'amMer, Gtre arrete. 

Ala tskntsina, 8. Action de ddboucher. 

Manala tsentsina. Deboucher. Faialan- 
tsentsina. Tire-bouchon. 

Miala tskntsina. Se d^boucher. 

Ala TsfNY, s. Excuse, pretexle. 

Manala tsiny. Excuser, justifier. Nanala 
tsiny ny sakaizako aho. J'ai justifie' 
mon ami. 

Miala tsiny. S'excuser, se disculper. Mia- 
la tsiny lalandava izy. II s'excuse sans 
cesse. Manao fialan-tsiny matetika izy. 
II s'excuse sou vent. Tsy misy ialanao 
tsiny. II n'y a pas moyen de vous ex- 
cuser. 

Ala vadin' olona, 8, Action de separor ou 
faire separer deux 6poux. 

Manala vadin' <5lona. Separer deux 
epoux. 

Ala vato, s. Action de detacher des pier- 
res par le feu, d'extraire la pierre, la 
gravelle. 

Manala vato. Extraire des pierres. 

Ala vava, 8. Action de payer de- bon- 
nes paroles. 

Miala vava. Donner de bonnes paroles. 

Ala velirano, s. Action de delier d'un 
serment, d'un contrat jure\ 

Manala velirano. Delier d'un serment. 

Miala velirano Sedegager d'un serment. 

Ala vintana, 8. Action de corriger un 
destin ; fig. action de vilipender. 

Manala vintana. Corriger un destin ; fig. 
vilipender quelqu'un. 

Ala voady, s. Accomplir un voeu. Fana- 
lam-boady. Accomplissement d'un vo3u 
par une offrande, un sacrifice. 

Ala v6hitra, s. Assaut d'une place ; fig. 
proces de succession. 

Manala v6hitra. Prendre une place d'as- 
saut ; pg. plaider pour uue succession. 

Miala vohitra. Etro battu dans un pro- 
ces de succession, quitter sa demeure. 

Ala v6la, r. Depense en argent. 

Manala v6la. Payer de l'argent. 

Miala v<5la. Dispenser de l'argent. 

Ala voly, s. Mouvement fait pour se de- 
gourdir, se distraire do la vie seden- 
taire. 

Miala v<3ly. Faire du mouvement, se de- 
lasser. 



Digitized by 



Google 



ALA 



-19 — 



ALA 



Ala volo fotsy. s. Action d'arracher les 

cheveux blancs. 
Maxala volo fotsy. Epiler les cheveux 

blancs. 
Ala volox-jaza. s. La premiere coupe 

des cheveux d'un enfant. 
Manala. volox-jaza. Couper les chevoex 

d'un enfant pour la premiere lois ; as- 

sister a la eerdmonio do la premiere 

coupe des cheveux. 
Ala voxinahitiu, 8. Comme Ala haraka. 
Ala voxkixa, s. Action laite avec entrain ; 

fig. action do se venger sur autrni des 

mauvais traiiemcnls recus, 
Miala voxkixa. Agir do toutes s-s for- 
ces; faire payer a d'antres les mauvais 

traitemenls recus, dechargor sa mauvai- 

se Humour sur quelqu'un qui no l'a pas 

provoquce. 
Ala v6hy, r. Action de retirer la bourre 

d'un fusil. 
Manala vonv. Retirer la bourre d'un fusil, 

onlever la charge. Fanalacory. Tiro- 

bourre. 
Ala zaza, *. Avortement. 
Manala zaza. S3 lairo avorter <u faire 

avorter. 
ALAHADY, s.Lo dimanche; jadisnom 

des marches lenus ledimuuche. 
ALAHAMADY, x. La premiere luuo de 

I'anneo malgaclie ; nom d'un destin. 
Alaiiamadix-taxy, 8. Nord-est; fij. laine, 

Je representant de la famille. 

A L A HAS AT Y, 8. \a c.nquieme lune 
de I'anneo xnalgache ; nom d'un destin. 

ALAH&LO, 8. I* Tristosse, nlll.ction. 
chagrin, llonlsan* ny alalielo ny tuny. 
Sou cocurest plein do tristosse. *2" Su.et 
de plaiute, jjriot. Rnha mnnana alnhelo 
amy ny olona hiauao, dia mniidefeia. 
L» rsque vous avez quelquc sujet d«» 
plainto contro quolqu'un, iiyez de la pa- 
tience 

Malahglo, ra. el n. 1" Eire trisle. ofllige, 
chagrin M alnhelo alio noho ny nalao* 
nao tamiko. Jo suis triste a cause de ce 
quo vous m'avoz fait. V Recruiter. Ma- 
lahelo azy aho hotramy ny nialany taly. 
Jc le r»»grette depuis qu'il est parti d'i- 
ci. .'}• Avoir compassion. Malahclj azy 
alio noho ny fahantruuy. J'ai compas- 
sion de lit i a" cause de sa pauvrcte. Ma- 
lahclova, imp. F.vLuifeLO, s. La manie- 
io fie s'attrister. de regretter, d'avoir 
compassion; qu'on regreile, donl on a 
com (Mission. 

Falahel6vana, 8. La trislesso, le regret, 
la compassion: la puuvreto. Nony tongu 
kumboty izy, dia nis^ho ny faluheloua- 
11;/. Lorsqiwl est dovenu oiphclin, sa 
panvrelo sest manifesoe. Alahklovaxa, 
rcl. Tsy hilako izay autoiiy nlalwlovst- 
nun azy li.v izany. Jo ne vuis pns pour- 
quoi voiis fe regrcttoz do la suite. Ala- 
helovy, imp. 

jtfah— ,Mamp— . Attrister, ulfliger, fuire 



de la peine. Aza manao izay mnnipn- 
Inhclo azy. Ne failes pas ce qui lui fait 
de la peine. 

M If amp— . Se mire mutuellemcnt de la 
peine. 

Alaheloh41o. dupl. dim. 

Alaiirlox-taxy, 8. No^lalgin. 

MirsAi»A— ou maxalady— . Kaire des visi- 
ter de condoleanoe. 

Ny malahulo. *. Les pnuvres. les mnl- 
lieureiixci general; Tepoux ou l'epousc 
et les enfahts d'un defimt. 

To-mpon* alahklo, 8. \j\ fjimillu du defunt. 

Malahblo moxixa amoiiox-tsbna. Pauvre 
demcurant auprcs d'un bazar; il voit 
bonncoup tie choscj qui lui plaisent, 
mais il ne p«'ut les achoter. 

Malahelo vaoy vuky, proc. 8'altiister du 
bunhcur d'autrui. 

ALAIM6RA ( alu, mora ), s. Nom d'uno 
run gee de Sikidy. 

AliAlVANA, 8. He. be. Especc d7/e<i- 
chrysum. 

ALAIZANY, *. Nom d'uno ran eta de 
Sikidy, 

ALAKA, racine de Malaka qui n'e*t 
e nploye en hovu que dans Texprcssion 
Indray m\l\ka, une fois, et de Mialaka, 
usite seulement dani les deux expres- 
sions smvantes: 

Mialaka uuxtaxa, vn. S'achnrner, s'opi- 
nit\trcr. Mialaha bonUuui amy ny vn- 
mtra izy. II se livrc avec acharnemenl 
au commerce. 

Mialaka maxi\uxa, vn. Eire d ulcile, exi- 
ge:«nt, lonouss.int. Mialaha manlti- 
na izy rami m hinami II est poulu et 
ne partoge pus quand il mange. 

ALAKAMlSY, h. Jeudi : l< ; s marchoi 
du jer.di ; lemplaccm »ut du murche. 

ALA.JIA.MtSY, «. Arbre dont on fait 
des rome les. 

ALAKAOSY, s. Lu m'uvieme lune de 
Tann6e malgnehe: nonnl'u'i destin sup- 
puse irresi>iiblo, (les enfants qui miis- 
sa enl losdeux premiers juurs «|e ce mois 
devaient tuer pere «»t more a moms 
qu'on ne changeat le dentin); nom d'u- 
ue pei le. 

ALAKAHABO, 8 Lalnil.emo lune de 
Inuuee liMl'jac.ie; nom des classes des 
soldnts l^ves aniiu^llemcnt sous Raxa- 

VALOXA II. 

ALALANA, a. Message, ml remise, me- 
diation , iutercrssiuii , iuiermu lia.rc , 
ir.essagiT, cnlremelleur, meliateur, in- 
lorce.-siuir, ]iarlemoiituirc. Aniyny ala- 
Inny Jcsi-Krisiy no ulinzouiiis.ka i:y 
lahiis* avariu. (^e^t par t'entreniisu •»« 
Ji'»su-*-(ihr.sl quo nun* olilmiuns la gra- 
ce. Indio iruiiiko atalana any uiiiiiiuu 
mba hakii flnao. V.uci que joVutis cu- 
voio uit mesMigur pour \ous preudie. 
Niruhiko aiulutm auajik ray any amy ny 



Digitized by 



Google 



ALA 



— 20 — 



A LI 



mpitsara mba hifona ho ahy. J'ai en- 
voye un intermedial re au jupe pour in- 
terceder en ma faveur. Niranin'ny fan- 
jakana any amy ny lehibcn' ny laflka 
alalana roa. Le gouvernement a en- 
voye deux parlementaires an chef de 
I'armee ennemie. 

Alalanina, p. Qu'on envoie comme mes- 
sage r, comme intermediaire ; a qui on 
envoie un mcssagcr, un intermediaire ; 
qu'on traite par un intermediaire. Ala- 
lano, imp. 

Voa— , pp. Qu'on a envoye comme inter- 
mediate ; £ qui on a envoy6 un inter- 
mediaire; quon a traite par un inter- 
mediaire. 

Man—, va. 1° Etre messager, entremet- 
teur, intermediaire, mediateur, inter- 
cesseur, parlementaire Manalalana 
antsika amin' Andriamanitra Jeso-Kris- 
ty. Jesus-Christ est not re mediateur au- 
pres de Dieu. 2° Envoyer comme mes- 
sager, comme intermediaire, etc. Na- 
nalalana ny zanako tany amy ny govcr- 
nora aho fa tsy mhola naliazo valy. J'ai 
envoye mon tils comme messager au- 
pres du gouverncur, mate ic n'ai pas 
encore eu de reponse. 3° Trailer une 
affaire par un intermediaire. Nanala- 
lana izany raharaha izany tamy ny tom- 
pon-tranoaho. fa tsy mbola retitra. J'ai 
traite cette affaire aver le maitre de la 
maison par le moyen d'un intermediai- 
re, mais ce n'est pas encore flni. Ma- 
nalalana, imp. Fan—, 8. Qu'on en- 
voie comme intermediaire, a qui on en- 
voie un intermediaire, qu'on traite par 
un intermediaire; maniere d'envoyer, 
de traiter. Mpan— , 8. Messager, inter- 
mediairos entremetteur, mediateur, in- 
tercesseur, parlementaire. 

Fanalalanana, 8. La mediation, l'inter- 
cession ; l'envoi d'un messager, d'un in- 
termediaire; Taction de traiter une affaire 
par un intermediaire. Analalanana, rel. 
Le temps,' le lieu, le motif. Ny fitiava- 
ny Jeso-Kristy antsika no analalanany 
antsika amin Andriamanitra. Cost a 
cause de son amour pour nous que Je- 
sus-Christ intercede pour nous aupres 
de Dieu. Inona no anton' ny nanalala- 
nanao azy tany? Pourquoi I'avez-vous 
envoye la-bas" comme intermediaire? 
Oviana no nanafa/ananao izany raha- 
raha izany? Quand est-ce que vous avez 
traite cetie affaire par un intermediai- 
re? Analalano, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan— . 

Man—. Pouvoir envoyer comme inter- 
mediaire, pouvoir traiter une affaire 
comme intermediaire. 

ALAMO, 8. Alun. (Angl. alum). 

ALAM-PI&RY fa/a, ery,) s. Jeu de 
cache-cache. 

ALANAJLANA, s. Neutralitc, isole- 



ment, 1'etat do cehii ou de ce qui est 

hors de cause, d/'barrasso de. . 
Alanalanlna, p. Qu'on isole, met hors 

de cause. Alanal\no, imp. 
Voa—, pp. Qui a «t« ; isole. mis de cole. 
Tafa— , p.. Qui s'est mis de cote. 
Man—, va. Mcttre de cote, en dehors de. 

Fas—, s. Celui qu'on evince, ou ce 

qu'on met de cute, manure de mettre 

en dehors. Mi*an— , s. Celui qui met de 

col* 1 . 
Fanalanalanana, «. L'action dVvincer, 

de xneltn* de cote. Analanalanana. rel. 
Manafaka— . Est plus usitc que Mana- 

lanalana. 
Mi—, r?i. S'isoler, Atre isole ou mis de 

cote, Atre ueutre. Ft— . 8. L'etat neutre. 
Fialanalanana. 8. La neuiralite.'lALA- 

n alan an a, rel. Ialanalano, imp. 
Man—. Qui s'isole ou peut rester neutre. 

ALANANA. 8. Norn do Sikidy arrange 
stir quatre lignes et quatrc rungs; nom 
des graines employees pour tirer le Si- 
kidy. 

ALAOTRA, a. Nom d'un lac dans la 
province d'Antsihanaka ; nom donnc a 
la mer. 

Talaotra, 8. Les descendants des Arabes 
des Comorcs, de Zanzibar, parce qu'ils 
sont venus d'au dela des mers. 

AIiAROBlA, 8. Le mercredi; nom des 
marches qui se tienncnt en ce jour et 
de leur emplacement. 

ALATSINAlNY. 8. Lo lundi; nom des 
marches tenus le lundi et de leur em- 
placement. 

AL£0, p. II vaut micux, il est prefe- 
rable. II est souvent pris imperative- 
ment : choisissez, preferez. Aicoho mia- 
la toy izay mijanona eto. Jo prelcre m'en 
aller plutot que de rester ici. A/eoity 
lamba ity. Choisissez plutot cette etoffe. 

AuiO MANDIIOSO 110 FATY, TOY IZAY MIVERIN- 

ko may, pror. Micux vaut s'avancer avec 
la chance d'etre tue, que de reculer avec 
I'assurance d'etre brule. 

ALlKA, s. Chien ; fig. cynique. 

Alikaina, p. Qu'on traite comme un 
chien, qu'on avilit. Alikao, imp. 

Voa—, pp. Traite en chien. 

Man—, va. Traiter en chien, avilir. Fan—, 
«. Celui qui est avili, la maniere d'avi- 
lir, de traiter en chien. Mcan— , s. Ce- 
lui qui traite en chien, insulteur. 

Fanalikana, 8. L'action d'avilir, de trai- 
tor en chien. Analikana, rel. Analikao, 
imp. 
Prend Mifan—, Mampifan— , Mampan—. 

Alikalika, dupl. de Alika. 

Mi—, m. Se conduire avec effronterie. 
devergondage ; fig. ramper, cajoler avec 
bassesse. Fi — , 8. Maniere de se condui- 
re avec effronterie, do s'avilir. Mpi— , 
8. Celui qui s'avilit, se ravale. 

Fialikalikana, 8. L'action de s'avilir. 



Digitized by 



Google 



ALI 



— 21 — 



ALO 



Ialikahkana, rel. Ialikalikao, imp. 
Mah— . Qui traite en chien ou capable 

de trailer en chien. 
AlikalIka, adj. Dodu, potele\ malin, qui 

sait s:j tirer d'aflaire, se dit des enfants. 
Alika maty. Expression triviale, comme 

en francais : chien de mal de dents (s'ap- 

plique a co qui arrive de facheux, ue 

desagreable.) 
Altka mpandambo. Chien qui chaise les 

sangliers. 

ALIKA, s. L'action de se montrer dif- 
ficile, meticuleux, d6licat. 

Alikalika. dupl. plus usite\ 

Mi—, vn. Faire le difficile, se montrer dif- 
ficile. Fi— , 8. Lamaniere dose montrer 
difficile. Mpi—, 8. Celui qui est diffici- 
le, exigeant. 

Fialikallhana, s. L'action de se mon- 
trer difficile Ialikalihana, rel. 

Mah— Qui se montre difficile ou qui en 
est capable. 

ALIKlSA (ailika, isa), adj. Innombra- 

ble. J 

ALiIMANAKA, s. Du mot Almanach. 

ALIMlAlNA (alma, amaj, adj. Innom- 
brable, se «'it des etres vivifhts. 

ALINA, adj. num. Dixmille. 

Alinalina, adj. Innorabrable. 

ALINA, s. Nuit, obscurite ; fig. adj. qui 
est en retard, surpris par la' nuit. 

Allnina, p. Que Ton retarde jusqu'a la 
nuit. Alino, imp. 

Man—, va. Kctenir jusqu'a la nuit ou 
longtemps. Fan—, s. Celui qu'on retar- 
de, maniere de retarder. Mpan— , s. Ce- 
lui qui retarde jusqu'a la nuit ou long- 
temps. - 

Fanalinana, s. L'action de retarder. 
An alcana, rel. An alino, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan— . 

Ml—, vn. Agir, travailler de nuit. Fi— , 
s. Manure d'agir, de travailler, de pas- 
ser la nuit. Mpi — , s. Les ouvriers de 
nuit 

Fialinana, s. L'action de passer la nuit 
a une occupation. Iali'nana, rel. 

Mialina. Signilie aussi prendre son re- 
pas du soir, et surtout manger autre 
chose que du riz aurepas du soir. Mia- 
iim-bomanga. No manger que des pata- 
tes au repas du soir. jlf tatoi-koririka. 
-Faire le repas du soir avec les feuilles 
d'arum esculentum faute de riz. Tsy 
mia/m-tsy laoka. Ne pas manger son 
riz spc 

Fial6mana, s. Le repas du soir, et le 
temps oil on le prend. Ialkmana, rel. 
Ialemo, imp. 

Mah—. Qui cause ou petit causer le re- 
tard. 

Mihalina. Devon ir nuit pen a peu. 

Alinalina, dupl. adj. Un peu nuit, obs- 
cur. 

H alina, 8. La nuit passes, la dernidre nuit. 



Anio alina, 8. Cette nuit-ci, la nuit pro- 
chaine. 

Alin'iny. La nuit d'un jour determine' et 
passe. 

Alin' io. La nuit d'un jour d6termine\ 

Misaina alina. Rdver, revasser durant la 
nuit sans dormir. 

Raiia alina. La nuit qui va venir, durant 
la nuit. 

Ali-mainty. s. Nuit obscure. 

Alimd6lo, s. Lo temps que les fruits pas- 
sent dans un trou obscur ou sous ter- 
re pour murir. 

Mialim-bolo. Murir artiflciollemont, 6tro 
enferme. 

Alim-pahana, s. Le temps durant lequel 
une arme a feu reste cnarg6e; de"lai du- 
rant les pr^paratifs pour une reception, 
un repas. 

Mialim-pahana. Attondre une reception, 
faire attendre les notes. 

Alim-pito, s. Nuit tres obscure. 

Alin-dratsy, s. La nuit du Fandroana, 
parce cjuo les femmes s6pare*es et non 
divorcees sont obligees de coucher sous 
le to it conjugal. 

Alin-dr6a, s. La nuit et le jour passes a 
dormir, ce mii fait deux nuits. 

Alin-kely, 8. Temps bruraeux ou obscur- 
ci par la fumee des defrichements, Tobs- 
curite durant une eclipse solaire. 

Alin-taona, adj. Se dit des fruits se con- 
servant d'une saison a l'autre, et des 
fruits hatifs murs avant la disparition 
des precedents. 

Mialin-taona. So conserver d'une saison 
a Taut re, durer jusqu'a la saison nou- 
vellft (se dit des fruits et do la viande 
conserves d'un Fandroana a I'autre.) 

ALINJEN&RY et ALINJINfeRY, 

8. Corruption du mot Ingdnicur-, les por- 
teursdusouverain; cantonniers, travail- 
leurs aux routes. 
ALIZlNY, s. Nom dune certaine dispo- 
sition du Sikidy. 

ALO, s. Nom d'uno maladie d'enfants. 

ALontiTRA, s. Nom d'une maladie d'enfants 
qui les rend boursouftes. 

Alofisaka, s. Nom d'une maladie d'enfants 
qui les fait maigrir, s'etioler. 

Alomanehaka, s. Maladie des enfants qui 
les rend poussifs. 

ALO, 8. I" Interm6diaire, messager. 2° 
Les liens qui servent a separcr les fils 
avant le tissage. 3° Action de trans- 
vaser le riz, la sauce, les mets de la 
marmito dans les assiettes. 4° Action 
de plonger dans la sauce le riz qu'on a 
dans sa ruilierc. 

A16zina, p. 1° Que porte un internnS- 
diaire. '«!• Qu'on transvasede la marmite 
dans les assiettes, qu'on s°Tt aux con- 
vives; a qui on sort le riz, la sauce, les 
mets. 3° Qu'on plonge dans la sauce 
pour 1'humecter. Alozy, imp. 

Voalo, pp. !• Porte par un intcrm£diatre. 



ALO 



22-^ 



ALO 



2° Transvase\ servi; a qui on a servi. 
3* Plongd dans la sauce. 

HI— , wa. 1* Servir d'intermddiaire, com- 
muniquer un message. Nialo ny tenin' 
andriana iraku anankiray. Un envoys a 
portd la parole du souverain. 2 W Trans- 
vaser le riz, la sauce, les mets do la mar- 
mite dans les assisttes; servir les con- 
vives. Ny mpanompovavy dia mialo ny 
vary sy ny ro ary ny laoka. La ser- 
vante transvase ou sert le riz, la sauce 
et les mets. Aoka hialo ny vahiny a- 
lohahianao. Servez d'abord I'etranger. 
3* Plonger dans la sauce le riz qu'on 
a dans la cuillere. Aoka hialo ny vary 
anatin' ny ron-daoka aho. Quo je plonge 
un pen mon riz dans la sauce. 

— , vn. Etre humecte" do sauce. Mialo 
tsara ny variko. Mon riz est bien hu- 
mectf, de sauce. Mialoza, imp. Fi— , 
a. Qu' on transmit, qu' on transvase, 

3u'on sert, qu'on humecte; maniere 
e transvaser, de servir, d'humecter. 
Mpi—, 8. L'interm&liaire, le messager, 
le servant. 

Fial6zana, a. Action de transmettre, de 
transvaser, de servir, d'humecter. Ial6- 
zana, rel. Ny sotrobe no ialozana ny 
vary. La grande cuillere sert a trans- 
vaser le riz. Ialo*zy. imp. 
Prend Mampi— , Mifampi— . 

Mahalo. Etre capable de transmettre, de 
transvaser, de servir, d'humecter. 

Han—, we. Etre intermedial re, trans- 
mettre; s^parer par des liens les fils 
qu'on va lisser. Man&lo ny foly ny mpa- 
nenona. Le tisserand separe les tils. 
Mpan— , s. Intermediate, celui qui se- 
pare les fils. 

Aloalom-p6ly, 8. Les liens qui servent a 
separer et a compter les fils qu'on va 
tisser. 

Aloalon-tany aiian-danitra. Intermedial- 
re entre le ciel et la lerre; messagers 
entre le souverain et le peuple. 

AliOfiST, 8. L'aloes prepare", extraitde 
la plante. (Fr. aloes.) 

AL.6HA, pre" p. el adv. En avant. avanl, 
au devant, devant, auparavant. Lasa eo 
aloha izy. II est alle en avant. Voala- 
zako teo aloha izany. Jo I'ai dit aupara- 
vant ou pr6c£d6mment. Tonga taloha- 
ko izy. II est arrivd avant moi. Fanao 
t aloha izany. C'est un usa$e d'autrefois. 

Alohaina, p. Qu'on envoie en avant. 
Alohay, Alohao, imp. 

Voa— . pp. Envoye en avant 

Tafa— , p. Qui est alle en avant, qui a 
devance. 

Han—, i*a. 1° Envoyer en avant, oxp6- 
dier en avant, faire avancer ou dovan- 
cer. Tokony hanaloha olona hianao mba 
hilaza ny hahatongavantsika. II est ban 
que vous envoy iez quelqu'un en avant 
pour annoncer notre arnvee. Tsy ; na- 
n aloha ny ontana izy, ka tratra aoria- 



na ireo. II n'a pas expedie les paquets 
en avant. et lis sont mainteoant en re- 
tard. 2* Commoncer le premier on avant 
I'dpoque ordinaire. Manaloha ny vari- 
ny noho ny olona rehetra izy. II seme, 
plante ou recolte son riz avant les au- 
tres. Manaloha, imp. Fan—-, a. Qu'on 
envoie en avant, qu'on commence avant; 
maniere d'envoyer en avant, de com- 
mencer avant. ft pan— , a. Celui qui en- 
voie en avant, qui commence avant. 

Fanalohana, a. L 'action d'envoyer en 
avant. de commencer avant. Analoha- 
na, rel. Ahoana no analohanao toy iza- 
ny ny varinao tsy mbola masaka? Pour- 
quoi % moissonnez-vous ainsi votre riz 
alors qu'il n'est pas encore mur. Ana- 
lohay, Analohao. imp. 

Hi—, vn. et a. Pr6c6der, devancer, allcr 
en avant ; avancer comme les horloges ; 
venir avant l'epoque ordinaire. Aza 
mialoha ny rainao. Ne devancez pas • 
votre pere. Mialoha lava ity famanta- 
ranandro ity. Cette montre avance tou- 
jours. Mialoha, imp. Ft—, a. Qu'on 
precede, qu'on devance; maniere de 
preeeder, de devancer, d'avancer. de 
venir avant l'epoque. Odre! ity fialo- 
han' io soavaly io! Oh vraiment! com- 
me ce cheval a devancd I'autro ! Maha- 
gaga ity fialohan' ny ranonorana! C'est 
vraiment etonnant comme la pluievient 
avant l'epoque! Mpi— , s. Celui qui de- 
vance. pr£curseur. 

Fialohana, a. L'action de pr6c6der, 
de devancer, d'aller au devant, d'avan- 
cer, de commencer avant. Ialohana, rel. 
Taiza no nialohan ny mpilanja anao? 
En quel endroit avez-vous 6\6 dSpasse 
par les porteurs? Tsy azo ialohana ny 
lehibe. tl ne faut pas aller ou se placer 
au devant des chefs. Ialohay, Ialohao, 
imp. 

Hah—. Qui d6passe, devance ou en est 
capable. 

Alonal6ha— , dupl. dim. Un peu en 
avant, a petite distance. 

ALOH6T8T. 8. La douzieme lune et te 
douzieme mois de l'ann£e malgache. On 
l'appelle aussi Volam-padina, parceque 
durant ce mois les Hovas s'abstenaient 
de tout ce qui pouvait blesser au phy- 
sique et au moral, les blessures elaut 
censers incurables; ils s'abstenaient pa- 
reillement durant tes cinq derniers jours 
d'abattre les animaux de bouchene. 

Alohotsin-kevitra, s. Ide^s changeantes, 
inconstance. 

Manao vintana aloh6tsy. Etre inconstant, 
changeant. comme le desrin de ce mois. 

AL6Y, a. Moucheron; fig. petit, tres 
petit, un rien. 

ALOKA, s. Abri, ombre; fig. protection, 

subterfuge, prStexte. 
A16fana, p. Qu'on abrite, qu'on protege. 

Alofy, imp. 



Digitized by 



Google 



ALO 



-23- 



AMB 



pr 
Fia 



Voa— , pp. Qu'on a abrite\ prot6ge\ 

Tafa— , p. Qui s'est abrite, reTugie\ 

Han—, ra. Abriter, ombrager, obseur- 
cir, proteger. Manal6fa, imp. Fan—, s. 
Ce qu'on abrite, protege, maniere d'ab- 
riter, d'obscurcir. Mpan— , 8. Gelui ou 
ce qui abrite. 

Fanal6fana. s. L'action d'abriter, de 
proteger, le moyen, l'instrument. Ana- 
l6fana. rel. Anal6fy, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan— . 

Mi—, vn. S'abriter, se mettre ou etre a 
l'ombre, sous la protection de, se reTu- 
gier. Novonoina izy raha tsy niaioka 
tanv amy ny fanjakana hafa. II aurait 
£t6*mis a mort s'il ne s'^tait refugie 
dans un autre royaume. MiauSfa, imp. 
Fi— , s. La maniere de s'abriter, de se 
refugier. Mpi—, s. Celui qui s'abrite, le 
protSg6. 

ial6fana, s. L'action do s'abriter, de se 
refugier, I'abri, lo refuge, le protecteur. 
Ialofana, rel. Ial6fy, imp. 

Mali—. Qui abrite, protege ou en est ca- 
pable. 

Alokaloka, dupl. dim. Ombre claire, 
demi-ombre, subterfuge, fraicheur. 

Hamaloka, 8. L'obscurcissement, l'6tat 
sombre. 

Maloka, adj. Sombre, nuageux, ombrage, 
oil il y a de l'ombre. 

Malo-dohasaha, adv. Au ddclin du soleil, 
lorsque l'ombre s'dlend dans les val- 
lees. 

Alok'ak6ho, alok'aUka. Ombro de coq, de 
chien. 

MANAO TSY HO TRATRY NY ALOKA, KA TRATRY 

ny alok'akoho ou alok'aUka, prov. Va- 

niteuse ou frivole preemption. 
Aloka avi'vitra. Ombre qui est sur le 

point de s'6vanouir; fig. ami, protecteur 

qui fait deJaut. 
ALOKlSLY, s. Quelquesepismurs avant 

les autres dans un champ do riz de mau- 

vaise venue. 
Maxao alokely. Seditd'un champ de riz 

ou il y a des epis murs avant les au- 
tres. 
ALOK6LA, 8. Terme de Sikidy, nom 

d'uoe rangee. 
ALOK6LA, 8. Alcool. (Vr. alcool). 
AXON A, s. Vague, ondulation, flot, 

houle. 
Man—, vn. Onduler, fitre houleux. Fan 

— , 8. L'etat houleux. 
Fanaldnana, 8. Les ondulalions. Ana- 

iAvana, rel. 
Mah— . Qui souleve, donne des vagues 

ou peut en donner. 
Alon-drano, s. Les ondulation s de l'eau 

douce. 
AX ON A. s. Jalousie, envie, opposition 

au bien du proehain. 
A16nina, p. Qu'on j a louse. Alony, imp. 
Voa— , pp. Jalousti. 
Mi—, ra. et n. Jalouser, etre jaloux. Mia- 



l6na, imp. Fi— , 8. Gelui qu'on jalouse, 

les process de jalousie. Mpi—, s. Le 

jaloux. 
Fial6nana, s. La jalousie, Tenvie, Ial6- 

nana, rel. Ial6ny. imp. 

Prend Mampi— , Mifampi— . 
Mah—. Qui jalouse ou en est capable. 
Alonalona, dupl. freq. de Alona. 
Am-pial6nana, adv. Avec, par jalousie. 

AM ALONA, 8. Anguille. 

Man—, vn. Pecherauxanguilles. Fan— ,s. 
Les anguilles qu'on cherche a prendre, 
maniere de faire la peche. Mpan—, s. 
Un pecheur d'anguilles. 

Amalom-bandana, s. Anguillo a taches noi- 
res. 

Amalom-boasIra, s. Anguille sal6e; fig. 
dgotsme, d6sir des ricnesses. 

Raha tonga ny amalom-boasira tsy manan- 
kavana afa-tsy ny maty, ary raha ton- 
ga ny asa vadl-drano, havako daholo 
Imamo sy Imerina, prov. Dans le bon- 
heur on ne partage avec personne, dans 
le malheur on frappe a toutes les por- 
tes. 

Amalon-driatra, 8. Anguille noire. 

Amalon-k6raka, s. Anguille des bourbiers, 
des marecages. 

Amalon-tsorondrano, s. Anguille des eaux 
courantos. 

Amalon'Imoriandro tsy hain-jaza, tsy 
haim-behivavy, prov. fig. Se dit des af- 
faires diflicilos, les gens experimenter on 
viennent seuls a bout. 

Fy ny amalona, fa ny lbla tsy atao j6no, 
prov. fig. Les richesses sont agreables, 
cependant on ne peut se sacriller pour 
les obtenir. 

AMANA, prep, et conj. Avec, et, sur, 
contre. 

Ray aman-dreny. Pere et mere. 

Tokana aman-tany. Unique sur la terre. 

ATODY TSY MIADY AMAM-BATO. prOV. LOS 

oeufs ne se battent pas contre les pier- 
res. 

AMANY, 8. Urine. 

Voa—, pp. Atteint par l'urine. 

Maminy, vn. Uriner. MamanJa, imp. 
Famany, s. Maniere d'uriner. 

Famaniana, 8. Uretre, le lieu, les va- 
ses. Amani'ana, rel. Amanio, imp. 

Amanin6mby, 8. Pissat do boeuf recueilli 
pour la fabrication du salpetre; nom 
d'une herbo. Anlheroloma Naudini, 
Hook. fig. rhum, boisson de mauvaiso 
quality. 

Amanin-tsahona, s. lit. frai de grenouille ; 
fig. une goutle, une larme d'un liquide. 

Marauy famaniana. Uriner peniblement, 
avoir une retention d'urlne. 

Mamany an-dava-uitsika, Espece d'e>np- 
tion cutanea qui attaque les parties des 
jeunes garcons. 

AMB— pour AN-V. An proposition 
devient am devant u, et v devient 6. 

AMBADIKA. Voy. Vadika. 

Digitized by tiOOgle 



AMB 



— 24 — 



AMB 



AMBAT. s. Nora d'un arbre avec le bois 
duquel on fait des manches d'outils. 

AMBAY et AMBAlNY, s. L6 dun 
habit, d'un rideau, etc. Misy ambainy 
telo iozipo io. Cette robe a troisles. 

Ambaimbaina, (/up/, de Ambaina. Auquel 
on ajoute des 16s. 

AMBAKA, r. Tromperio, tricherie, 
fraud e. 

Ambakalna, p. Qu'on trompe. Amba- 
kao, imp. 

Voa— , pp. TrompS. 

Man—, va. Tromper. tricher. Aza ma- 
nambaka toy izany raha mivarotra 
hianao. Ne trompoz pas de la sorte en 
vendant. Aza manambaka ny adala fa 
Andriamanitra atohorana. Ne trompez 
pas les gens simples mais crai^nez Dieu. 
Maheryma?iam6a/*aan-dalao io zazala- 
hy io. Ge garcon est fort pour tromper 
au jeu. Manambaka, imp. Fan—, s. Ce- 
lui qu'on trompe, maniere de tromper. 
Mi'an— , 8. Un trompeur, un tricheur. 

Fanambakana, s. Troraperie. triche- 
rie. Anambakana, rel. Anambakao, imp. 
Prend Mifan—, Mampifan—, Mampan—. 

Ambakambaka, dupl. freq. 

AMBAKA, r. )3albutiement, embarras. 

Mi—, un. Balbutier, etre interloque, 
embarrassed Fi— , s. L'embnrras. 

Fiambakana, s. Le balbutiement, fern- 
barras. Iambakana, rel. 

Ambakambaka, dupl. Embarras, em- 
brouillement. 

Mlambakaxnbaka, vn. Etre interdit, 
interloque, ne savoir oil donner de la 
teto, balbutier. 

AMBAKA, adj. Inferienr, surpassed 
Ambaka noho ny zandrinao hianao. 
Tu es inferienr a toil cadet. Tsy ambaka 
noho ny zokinao hianao. Tu n'cs pas 
inferienr a ton aine\ 

AMBAKIL6HA {vakxj, loha), 8. Lam- 
ba forme d'un 16 et d une partie de 16- 

Ambakilohany, s. La partie de le ajoutee 
a un Id. 

AMBAK6ANY, s. Paquet de fibres 
textiles, do fils, de brins prepares pour 
nattes ou lissus. 

AMBALA et AMBALAMBALA 
i dupl. plus usit6),a. Dont on ne dit 
pas ou (lont on ne saisit pas le sens, 
paroles evasives. 

Ambalambalaina, p. Dit confus6raent, 
sans precision, dont on voile le sens. 
Ambalambalaq, imp. 

llli—, vn. Etre evasif, obscur, ambigu. 
Miambalambala, imp. Fi — , s. La ma- 
niere de parler avec ambigiute. 

Fiambalambalana, s. L'ambigmte\ Iam- 
balambalana, rel. Iambalambalao, imp. 

Mah— . Qui sait parler avec ambiguity. 

AMBANA, s. Menace en gestes; ce 
qu'on apprehende ou done on est 
trapped Ny ambany no tsy zakafa raha 



mby an-koditra mora foana. II est dif- 
ficilo de supporter un malhour qu'on 
apprehende ou dont on vient d'etre 
frappe\ mais avec le temps on le sup- 
porte. 

Ambanana, p. Qu'on menace ; dont on 
est frappe^ Nambanana tamy ny te- 
hinaizyka nihalaka tery. II a 6t6 mend- 
ed avec le baton et s'est ecartd aussi- 
tot. Nambanan' ny alahelo mafy izy 
nony maly ny rainy. II vient d'etre 
frappe dune grande douleur par fa 
roort de son pere. Awbano, imp. 

Voambana, pp. Menace; dont on a et6 
frappe. 

Man—, va. Menacer; frapper. atteindre. 
Manambana, imp. Fan—, 8. Qu'on me- 
nace, maniere de menacer. AIpan— , s. 
Gelui qui menace souvent. 

Fanambanana, s. L'action de menacer, 
la menace, ('instrument. Anambanana, 
rel. Anambano, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan — . 

Mah—. Qui menace ou pent menacer. 

Ambanambana, dupl. dim. 

AMBANGONT (bango), s. Une collec- 
tion do choses nkinies, un tas, le chi- 
gnon des femmes. 

AMB ANY, prep. adv. et adj. En bas, 
sous, au-dessous. inferienr, bas. Mi- 
petraha any ambany. Meltez-vous en 
bas. Apetrnho eo ambanin' ny lata- 
batra io vaia io. Mettez cette malle 
sous la table. Ambaniko izy amy ny 
raarika. II est au-dessous de moi, it 
m'est inferieur en arithmetique. Am* 
bany toetra izy. II est de la basse classe. 

Ambanin a, p. Qu'on abaisse, qu'on 
met plus bas, qu'on deprecie, qu'on de- 
grade. Ambani'o, imp. 

Voambany, pp. Qu'ou a abaisse\ depre- 
cio". 

Man—, va. Abaisser, mettrc plus bas, 
dSprecier, degrader. M anambany tena. 
S'abaisser.s'humilier. Manamdania, imp. 
Fan—, 8. Qu'on abaisse, qu'on depr£- 
cie ; le bas. le dessous; maniere d'abais- 
ser. de deprecier. Mpan— , s. Con- 
tempteur. 

Fanambaniana, s. La depreciation, l'a- 
baissement. Anambaniana, rel. Anam- 
banio, imp. 
Prend Mifan—, Mampifan—, Mampan—. 

Mi—, vn. Se mottre au-d«ssous, s'hu- 
milier. Miambani'a, imp. Fi— , s. Ma- 
niere de s'humilier. 

Fiambaniana, s. L'dtat humble, I'hu- 
milite. IambanIana, rel. Iamban/o, imp. 

Mah—, Qui degrade, d^prime ou peut 
deprimer. Fahambaniana. La basses- 
se, l'abaissement, 1'inferiorite. 

Ambanimbany, dupl. Plus bas, un 
peu bas. 

Fanambaniny, 8. Les soubassements, le 
pi&iestal de ; le ventre, le dessous des 
an i man x; le bas des objets. 



Digitized by 



Google 



AMB 



— 25 — 



AMB 



AmdaniXnoro, 8. Les citoyens, les sujets 
lib res. 

Ambanilaxitra, s. Tous les sujets libres 
et esclaves sans exception. 

Ambaximakdry, 8. La partie du corps sur 
laquclle on est couche\ 

Ambaniravixkazo, 8. Le pays a parlir de 
la loret jusqu'a la cote, ses habitants. 

Ambaniv6hitua, 8. Tout ce qui n'est pas 
la capitale, soil peuplc, soil ville, et 
tout ce qui dans la capitale est en de- 
hors des anciens fosses. 

Ambaniv6lo, s. La campagne par rapport 
aux villus et villages de la cote. 

Ambany naso tsy yoajkry. On ne regarde 
pas ceux qui sont sous les yeux ; fig. 
ou considore les grands et non les pe- 
tits ; on est indifferent pour les siens et 
favorable aux etrangers. 

AMBARA, p. Qu'on rovele, manifeste, 
flit, signitie. Nambarany ny anaran' 
ilay nangalatra. II a revele le nom de 
celui qui a vole. Izao no ambarako 
aminao. Voici ce que j'ai a vous dire. 
Ambarao imp. 

Voa-— , pp. Revele, manifesto, dit. 

Man—, va. Reveler, dire, annoncer, ma- 
nitester. Maxambara, imp. Fan—, s. 
La chose dite, la maniere de reveler. 
Mpax— , s. R6velateur. 

Fanambarana, 8. La revelation, Tac- 
tion de manifested Axambaraxa, rel. 
Hianao irery no hanambarako izao. 
C'est a vous seul que je revelerai ceci. 

AXAMBARAO, imp. 

Prend Milan—, Mampifan— , Mampan— . 
Ambarambara, dupl. frdq. 
Ambaramaixa, 8. Bambou sec sur pied, 

peau de Doeuf qui secho d elle-mome ; 

fig. avec force, violence, brutalement. 
Ambaramamo, s. Simulation d'ivresse pour 

direoufaire une chose qu'on n'oserait 

pas fairo autrement. 
Fambara, s. Presage, ordinairement mau- 

vais. 
Tsy ambara tklo, s. Qu'on ne dit pas a 

trois ; secret. 

AMBARABAHT, s. Espece de grosse 

banane. 
AMBARAD&DA, s. Safran roarron, 

autrement dit canne d'Inde. 
AMBARAKA, prep. Jusque, en atten- 
dant quo. 
Ambaraka androaxy. Jusqu'a ce jour, so 

dit d'une chose qui a cesseou n'a pas 

paru jusqu'a ce jour. 
Ambaraka axkehitriny. Jusqu'a present 

jusqu'a ce jour, se dit d'une chose qui 

dure encore. 
Ambarakariva. Souvent, continuelloment. 
Ambarakizay. Toujours, eternellement. 
Ambara-paha. Jusqu'a. 
Ambara-pahafaty. Jusqu'a la mort. 
Ambara-pahovi'axa. Jusques a quand. 
Ambara-pihaoxa. Jusqu'au revoir. 
Ahbara-pihavy. Jusqu'a I'arrivee. 



AMBARAM BANA, s. Tratneau pour 
charroyer de grosses pierres. 

AMBARATdNGA, s. Les marches, 
dogres; fig. gradation, hierarchic 

AMBARIVATRT et AMBERIVA- 
TRY, 8. Ambrevade. Cajanus indi- 
cus, Spreng. 

Amberivatrixd6lo, s. Plante m£dicinale. 
Crotalaria cytisoides, Bojer. 

AMBASADAOROou AMBASAD6- 

RO, s. Ambassadeur. (Fr. am6a«sa- 
deur ). 

AMBASY (basy), s. Simple soldat qui 
porte le fusil. 

AMBATRA. adj. Paralyse de la langue. 

Mi—, un. Avoir la langue paralysoe. 
parler d'une maniero inarticulee ; se dit 
aussi des tumeurs colleos ensemble, 
comrae des piqures, des eruptions. 
Ft— , s. L'etat de la langue paralyse, 
la cohesion de I'eruption. Mpi—, s. Ce- 
lui qui parle d'une maniero inarticulee. 

Fiaxnbarana, 8> L'6tat de la langue 
paralysed. Iambaraxa, rel. 

AMBATRY, s. La graino de I'ambre- 
vade. On sen servait autrefois pour 
poser la 72* partie de la piastre espa- 
gnole. 

Er ax ambatry, 8. La 72" partie de la pias- 
tre espagnole. 

AM-BAVA. Voy. Vava. 

AMBAVY, s. Arbre. 

AMBAVINY (vavy), 8. Nom des bas- 
sos des instruments a cordes ; le bout 
du tambour et autres instruments qui 
donnent un son plus grave, plus bas 
quo I'autre bout; le* parties creuses 
des engrenages, des jonctions des 
pentures, etc.. destinies a recevoir la 
partie pleine. 

AMBfiLA ( vela J, p. Pour A vela. 

AMBfiLY (vely), adj. et 8. Iraprime en 
frnppant, en battant comme I'impres- 
sion ducoin, de l'effigiede la monnaie; 
les pieces de frappage. 

Ambelisaxgodixa, 8. Nom d'une manie- 
ro de jouer a la savate. 

Amhelivaya. s. Action de frapper sur les 
levres ou d'agiter la main devant la 
bouche encriant. 

Ambeliv6dy, 8. Nom d'une maniero de 
jouer a la savate. 

AMBENTINTfiNY. Voy. Vexty. 

AMBfiZO (vezovezo), 8. Supplique, 
instance. 

Ambezdina, p. Qu'on demande avec 
instance. Ambezoy, imp. 

Mi—, va. Demander avec instance. Mi- 
ambezua, imp. Fi— , 8. La chose de- 
manded, la maniere do la demander. 
Mpi—, 8. Un suppliant, un demandeur 
acharno. 



Digitized by 



Google 



AMB 



-26 — 



AMB 



Fiambezdana, 8. La supplique, l'action 
de demander avec instance, la personne 
a laquelle on demande. Iambrzoana, rel, 
Iambbz<5y, imp. 

Mah—. Qui demande ou pout deman- 
der avec instance. 

AMBfiZO, s. Nom du pays qui s'elend 
le long de la mer au nord do S l Au- 
gustin. 

AMBY, s. Excellent, surplus, plus, sen 
dans la numeration a exprimor le nom- 
bre excodant les dizaines, les centaines, 
les mille, etc. 

Ikaika amby ny folo. Un excedant dix ; 
c-id. onze. 

Roa amby zato. Deux exc£dant cent; c-a-d. 
centdeux. 

Ambiana, p. Plus de. Manana vary 
zato ambiana izy. II a plus de cents 
mesures (de la grande mesure ) de riz. 

Manana amby. Avoir de I'excGdent, plus 
qu'il n'en faut. 

Manana amby ampy. Avoir un grand exc6- 
dcnt, excessivement plus que. 

Manana amby tsy ampy. Qui a trop d'un 
cot6 et pas asscz de I'autre. 

Manana amby tsy ampy hoatra ny solo 
vaohina, prov. En avoir trop et pas 
assez commoun chauve barbu; se ditdu 
superflu qui abonde, quand le ndcessaire 
manque. 

Ambim-bava, 8. Le resto apres les frais d'en- 
tretien pay6s ; biens concedes pour vi- 
vre et revenant aleurmaitre a la mort 
de lusufruitier; lexctfdent du traite- 
ment, du revenu non depense" au bout 
de 1'annee, etc. 

Ambin-draharaha, s. Petite affaire ou 
occupation en dehors des affaires obli- 
gatoires; affaire supplemental. 

Ambin-drasa, s. Le reslant aprds le par- 
tage egal ou proporlionnel ; fiq. la part 
honoritique reservee aux grands, aux 
chefs. 

Ambin-jaza, s. Enfant qui nait apres le 
partage des biens entre ses ain6s ; le 
moins airae, le moins favorise des on- 
fants. 

Ambin'olona, s. Quelqu'un qui ue comp- 
te pas; un aide supplementaire en pre- 
vision de. 

Ambin-taona, s. Le riz, les provisions de 
reste au bout de 1'annee. 

AMBlA, pour A via. Venez, viens, ex- 
pression lamiliere usitee entre enfants, 
et employee par les grandes personnes 
appelant les enfants. 

AMBlATY, s. Arbuste. Ve.noma ap- 
pendicular, Less. La floraison sert a 
determiner la saison prop re aux se- 
mailles du printemps. 

Vaky amoiaty. La lloraison do l'Ambiaty; 
le riz de la sceomle saiscn. 

Ambiatikely, s. Plante comestible. 

AMBtLY (vily), r. Deviation, 



Miambilimbily, vn. Devier du droit 

chemin, se mal conduire. 
AMBILOMBAZANA (vilona, vaza- 

na), adj. Trop pen, une petite bou,- 

chee, un rien. 

AM BIN A, 8. Action de garder, de veil- 
ler, de surveillor. 

Ambenana, p. Qu'on garde, surveille. 
Tsynambenana tsara day nifatotra ka 
nandositra. Celui qui etait attache n'a 
pas ete bien garde et il s'est enfui. 
Tsy nambenana tsara nv tanana hatina 
ka nisy nangalatra. On n'a pas fait 
bonne garde dans la ville la nuit 
derniere et ilya eu un vol. Ambeno, imp. 

Voambina, pp. Garde. 

Mi—, va. Garder, surveiller, veiller. 
Miambena, imp. Fi— , s. Ce qu'on garde, 
la maniere ne garder. Mpi— , s. Les 
gardes, les sentinelles, les surveillants. 

Fiamb£nana, s. La garde, la surveil- 
lance, la patrouille. Iambenana, rel. 
I ambeno, imp. 
Prond Mampi— , Mifampr— . 

Mah— Qui garde ou peut garder. 

Ambinambina, dupl. dim. de Ambina. 

Trano fiambenana, s. Corps de garde. 

AMBINA, s. Chance prospere, bonne 
fortune, favour. 

Ambinina, p. el adj. Qu'on favorise; qui 
a de la chance. Ambinina amy ny 
zavatra rehetra izy. II a de la chance 
pour tout. Ambino, imp. 

Man—, va. Favoriser, avoir sous sa pro- 
tection, rendre prospere. Manambina, 
imp. Kan—, s. Qu'on favorise, la ma- 
niere defavoriser. Mpan— , s. Celui qui 
favorise, qui rend prospere. 

Fanambinana, s. Les actes de favour, 
la favour, la prosperity, la chance. Fa- 
nambinana lehibe no nahazoany vola 
be toy izany. Cost par une grande 
chance qu'ilagagne lantd'argent. Anam- 
binana, rel. AnambJno. imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— . Marapan— . 

Ambinambina, dupl. dim. de Ambina. 

AMBIR6A. s. L'ame des morts. 
fanlome, ( Tame ou l'ombre de tout cequi 
existed 

Lasa ambiu6a. lit. Qui a perdu son arae; 
d('»perissant, s'acheminant vers la mort, 
deuilite* de corps et d'esprit. 

AMBtVITRA Voy. Vivitra. 

AMBO, adj. Haut, elev£ au-dessus de 

terre. 
Ambot6\vona, adj. A long noeud comme 

les bambous, les Cannes a sucro. 
Ambotonona, s. Arbuste. Espece de Sper- 

macoce. 
An'ambo, adv. En haut. 
Trano ambo. s. Voy. Trano. 
AMBO, 8. Nom dune maladie subite 

semblable a I'epilepsie. 
AMB6A, 8. Chien; fig, vil, abject. 

oUonto. 

Digitized by LjOOQIC 



AMB 



— 27 — 



AMB 



Amboazina, p. Traite en chien. Am- 

boazq, imp. 
Man-, va. Trailer en chien, ravaler. Ma- 

namboaza, imp. Fas—, s. Celui qu'on 

traite en chien, la maniere de le traiter. 
Fanamboazana, s. Action de traitor 

en chien. Anamboazana rel. AnamboAzo, 

imp. 

Prend Milan—. Mampifan— , Mam pan— . 
Hah—. Qui traite en chien, qui avilitou 

capable d'avilir. 
Amboamb6a. dupl. freq. Petits enfonts 

dodiis ou qui ne comprennent pas la 

modestie. 
Maty amb6a oIresy amb6a, adj. Condamne 

par lepreuvedu tanguin sur les cbiens. 
Velona AMBtfA.arf/. A qui le tanguin don- 

nait raison. 
Manao awboa di'tsika. Faire un efTort su- 
preme, agir en aveugle. 
Amboabb, 8. Araign6eMygale. Olios cap- 

U08U8. 

Amboad(a, 8. Chien sauvage ou vagabond ; 
nom donneau loup. 

Anuoa FiTRfTBA, adj. Polisson, gamin, ca- 
naille. 

Amboa haolo. 8. Chien sauvage. 

Amboakemnandriamanitra, r. Be dit des 
petits enfanls dodus, poteles. 

AMBOAFOTSIKELY Ot AMBOAFOTSITENDA. 8. 

Sensitive. 
AmboakeLikdrano, 8. Espece decourtiliere. 
Amboakeliktenda, 8. La luette. 
Amboa kely tiana, 8. Un ch6ri. Nokeke- 

rin'ny amboa kely tiana izy. II a et6 

mordu parson chen; fiq. son chcri lui 

a montrede ringratitude. 
Amboalambo, adj. Chevalier d'industrie, 

un faineant de mauvaises moeurs. 
Amboalambo f6laka, adj. Qui revient a 

resipiscence, se convertit. 
Amboalambokely, 8. Percc-oreille, forfl- 

cule 
amboalamboxtaktely, 8. Le bourdon des 

abeilles. 
Amboa mif/tra, s. Ce qui est tralne sans 

traineau. 
Amboam-pu,8. Le devant de la cuisse. 
Amboanala, 8. Lemur macaco, Lin. 
Amboan'ny malala, 8. Le cheri, rami do 

quelqu'un qu'on ch^rit. 
Amboa* kena, 8. Le dessus du jarret des 

boeufs. 
AmboaV oloxa, 3. Unvaurien. 
Amboa tokovato, s. Chien terrier. 
Amboa vahLny. 8. Un voleur, un rodeur. 

TSY MAMANA AMBOA AK6rY, prOl\ Qlll nO 

possede rien, pas meme un chien ; fig. 
tres pauvre. 
Amboalaby miandry bmbok' akondro, an- 
drasaxa tsy latsaka, ilaozana toa he>a, 
prov. Quand un chien regarde le bou- 
quet du bananier, il attend mais en vain 
qu'il tombe ; s'il s'en va, c'est a regret 
pensant que c'est de la viande; fig. 
souvent celui a qui on fait de belles 
premesses est d£cu dans ses espe ranees. 



Amboa bomana ondry, ny fony no manefa. 
prov. Un chien qui est pris mangeant 
une brebis la paiedesa vie; fig. quand 
un voleur est pris sur le fait, il est mis 
a mort. 
AMBOARA (voara ), s. Gerbe. 
AM-B6DY (vody ), adv. Au fond, au 

pied, a I'arriere. 
Ambodirano. s. Nom dune des six divi- 
sions de Tlmerina. 
AM-B6HO. Voy. Voho. 
AMB6KONY, adv. En aveugle. 
AMB6LO, s. Nom de la sauterelle verte. 
Ambolobitaka, 8. Varieto de la prtfeedente. 
Ambolokely, s. Petit morceau de bois ou 
tige d'herbe servant de navette aux 
enfanls apprenant a tisser-, petite espece 
de sauterelle. 
Ambolovarahixa, 8. La sauterelle cuivree. 
AMB6LO, s. Flair, I'odeur de la piste. 
Ambolbina, p. Qui est flaire\ senti. 

Ambol6y, imp. 
Voa— , pp. Senti, flaire, dont la piste 

est levee. 
Man—, va. Flairer, sentir une odeur, 
lever la piste. Mahay manam6ofo zava- 
tra io. Celui-la sait flairer les choses. 
Mahay manambolo sokina io amboa io. 
Ce chien sait trouver la piste des he- 
rissous Manamboloa, imp. Fax—, s. Ce 
qu'on flaire, qu'on pent, maniere de 
sentir. Mpaw— , 8. Celui qui sait flai- 
rer, trouver la piste. 
Fanambol6ana, s. L'aclion do flairer, 
ce avec quoi on percoit rodeur, I'odorat. 
Anamboloaxa, rel. Anambol6y. imp. 
Man— . Qui flaire ou pout flairer. 
Ambolombblo, dupl. freq. 

AMBONDROMB&, s. Nom d'une mon- 
tagne eouverte d'une foret vierge, si- 
tueo dans la province des Betsileos 
conlinant aux Tanala ouest d'lkongo ; 
elle est censeo la demeure des ombres, 
des ames des morts, des manes. 

AM-BONGADY. Voy. Voxgady. 

AMB6NGO, s. Province des Sakalaves 
a V ouest du Boeny jusqu'au cap S l 
Andre. 

AMBdNY, adv. prep, ot adj. En haut, 
au-dossus, sur, sup6riour, naut. Mija- 
nona eny ambony. Hestez en haut. Ape- 
traho eo ambonin' ny lalomoara io tita- 
ratra io. Placez ce miroir au-dessus do 
l'armoire. Amboniko izy amy ny faha- 
lalana ny teny frantsay. II est au-dessus 
de moi, il m'est superieur pour la 
connaissance du franeais. Ambony 
toetra ny flnnakaviany. Sa famille est 
d'un ran^ eleve. 

Ambonina, p. Qu'on £leve, exalte. Am- 
Boxio, imp. 

Voa—, pp. Eleve\ exalte, qu'on a fait 
monter en grade. Voambony izy no- 
ho ny herim-po nasehony. 11 a etc ele- 



AMB 



— 28 — 



AMY 



ve* en grade a cause du courage qu'il a 
montre". 

Man—, va. Elever, exalte r, faire monter 
en grade. Nanambony azy indrindra 
ny ray amin' izy raiariadahy avy. Son 
pere l'a mis au-dessus de tous ses f re- 
res ct de Unites ses sreurs. Maxamboxia, 
imp. Fan—, s. Celui qui est eleve, e- 
xalte, la maniere d'exalter. Mi»ax— , s. 
Celui qui (Sieve, exalte. 

Fanamboniana, s. L'elevation, l'exal- 
tation, raclion de faire monter en gra- 
de. Anamboxi'ana. rel. Axamboxio, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan— . 

Mi—, vn. Etre en haut, s'clever, sur- 
nager. Miambony izy noho ny vonina- 
hitra nomen' ny fanjakana azy. II s'ele- 
ve a cause des honncurs que le gou- 
vernement luia donnes. Miambony eo 
amy ny rano ny diloilo. L'huilc s'fHovo, 
surnage au-dessus de lVau. Miambo- 
n/a. imp. Fi— , s. La maniere de se 
placer en haut. Mpi— , s. Celui qui se 
met ou s'estime plus haut que les au- 
trcs. 

Fiambonlana, 9. La superiorite, la 
grandeur, I'excellence. Iamboxiaxa, rel. 
Iamboxi'o, imp. 

Mah— . Qui Sieve ou pcut elever, qui cau- 
se l'elevation. 

Fahamboniana, s. La grandeur, la su- 
periorite. 

Ambonimb6ny, dupl. dnn.de Am bony. 

Amboxjampaxga, adj. Donne en j»lus, par- 
dessus lomarche. 

Ambokifarafara. adj. Qui vit tranquille- 
ment.en retraite, a quoi personne autre 
ne peut toucher. 

Amboximaxdry, s. Lo flanc qui est en haul 
lorsqu'on est con c he. 

Amboximaso, 8. La partie du front au-des- 
sus des sonrcils. 

Amhoxixjato. s. Centenier civil. 

Amboniruiana, s. Tous les etages y com- 
pris le. galetas. 

Amboxivoiutra, s. Citadinde la capilale, 
rang des villes ou villages assimiles a 
la capitale; se dit des dclunls dont la 
mort cstdeclaree en attendant les hon- 
nours de la sepulture. 

Maxeky amboxy. C.onscntir en aveugle, 
avouer ce dont on n'est pas accuse. 

Volaxa amboxy. Le mois suivanf. 

Amboxy pipetbaka, fa ambaxy furry. Se 
dit de Dieu qui est place au-dessus de 
tout et voit tout au-dessous de lui. 

AMB6RA, s. Arbre dont le bois rcsiste 
au temps et & riiumidite; on en fait 
les cercueils desrois et des princes, la 
voute ct le plafond de leurs lombeaux. 
Tambourissa parvi folia, Baker. 

Ambohalahy, 8. Arbuste. 

Ambokamangi'dy, s. Arbuste a bois amer. 

Amboramaxitra, s. Arbre a essence- j»ar- 
fumee. 

Amboraxdraixivelona, 8. Arbuste et ar- 
bre. 



Amborantoloho, 8. Arbuste. 

Amborasaha, 8. Arbuste antiflevreux. 

Amboiutsevoka, s. Gros arbre. 

Amboravato, s. Arbuste a bois Ires dur. 

Amboravavy, «s. Arbuste. 

AMBORADARA it AMBORODA- 
RA, 8. Especo de broderie qui consiste 
a faire des trous formant dessin dansdu 
calicot et a en coudre les bords. * 

AMBORODAO, s. Dessinsen relief faits 
a Taiguille sur une 6totfe ; passemen- 
terie, brocart. ( Fr. broderie i. 

Ambobodao volafotsy. Brocart d'argont. 

Amborodao volamexa. Brocart d'or. 

AMB6SY,0. Excitation, encouragement, 
soit en bien, soit en mal. 

Ambosina, p. Qu'on excite, qu'on en- 
courage, qu'on seduit. Ambosio, imp. 

Voa— , pp. Excite, encourage, seduit. 

Man—, ra. Exriter, encourager, se'duire, 
tromper. Nanambony tsara ny mpiasa 
izy. II a bien excite les ouvriers au tra- 
vail. Nanambosy ny vahoaka hikomy 
izy. II a excite le peuple a la revolte. 
Manambosi'a, imp. Fax— , 8. Celui qu'on 
excite, maniere d'exciier. Mpax— , 8. 
Celui qui excite, encourage, seduit. 

Fanambosiana, s. L'action d'exciler, 
le moyen, le motif. Axambosiaxa, rel. 
Ax ambosio, imp. 
Prend Mifan— .Mampifan — , Mampan—. 

Maha— . Qui excite ou pent exciter. 

Axnbosixnbbsy, dupl. dim. 

AM-B6ZONA Voy. Vozona. 

AMfeLY. Voy. Vely. 

AMERfKA, s. L'Amerique. 

AMERJKANA, 8. et adj. Les Ameri- 
ca ins. les prod uits de lAmeriquo. 

AMY, r. Costume, tenue militairc ; par 
extension : toilette, paruro. 

Man—, vn. Se coslumer, Aire en tenue. 
Max ami a, imp. Fax — , s. La tenue. 

Fanamiana, s. L'action de se coslu- 
mer, ce qui compose le costume, In 
cabinet de toilette. Anamiaxa, rel. 
Ax am lo, imp. 

AMY, prep. Avec, dans, a, en, au, chez. 
Iliaraka aminao izy rahampitso. De- 
main il ira avec vous. Tsara ny vary 
nuu'n-drononn. Le riz au lait est bon. 
Noraisiny fa mm-kafa liana alio. II m'a 
reeu avec plaisir. Avy any am?/*ny fa- 
ri-tany hat'a izy. 11 'vient d'une autre 
contree. Hankany aminaveo alio raham- 
])itso. Je viendrai demam chez vous. 
Lors(|iie amy est suivi d'un regime in- 
direet determine, plusieurs ecrivent 
amin'ol nun amy. En adoptant cette 
ortliographe on suit la regie gene rale 
des prepositions. D'apres cette regie 
generale, il faudrait oerire amin' ny 
sakaizako, avec mon ami. de memo qu* 
on errit ambonin' nv olona rehetra, au- 
dessus de tous les hommes. 
iMankamy, vn. Aller chez, aboutir a, 



Digitized by 



Google 



AMP 



. -29- 



AMP 



se rapporter a. Nankamin" olona tsy 
fantatra izy ka voafitaka. II est alio chez 
un inconnu et il a ete trompe. Manka- 
min' izay voalazanao izany. Cela se 
rapportc ace qnevousavez dit. 

Koa amix' izany, adir. G'est pourquoi. 

Tamin' izay ou izany, adv. Dans ee temps- 
la, alors. 

AMtANA, 8. Arbre a feu i lies piquan- 
tes eommc les orties eta tige spongieu- 
se. Espeee d'Urera, Baker. II ressem- 
ble au Jntropn ureus. 

AMIDT. Voy. Vidy. 

AMINA, prep. Avec, et, usite dans cet- 
te phrase : . 

Miteraha lahy amlna vavy. Enfantez gar- 
cons et filles. _ 

AM6NDRA, 8. Norn dc I'Adrisa apres 
la ponte. 

AMONlAKA, s. Ammoniaque. f Fr. 
ammoniaque). 

AM6NTANA, 8. Figuier, sycomore. 

Amontamaxdixa, 8. Cclui dont le fruit est 
lisse, poli et rougeatre. 

Amoxtambol6isa, s. Celui dont les fruits 
sont (I u votes. 

AMdRONA. Voy. Mokona. 

AMP—. 1° Indique des adverbes compo- 
ses de any ouamy, a, dans, et d'un mot 
commencant par p ou f qui devient p. 
Eo am-pahitra ny omby. Le bcmif est 
dans le pare. 2* Commence les parti- 
cipes soil ordinaires soit relatifs des 
verbes a preiixe Mampax— ,mampi — , dont 
on retranche V m initiale : Ampaxdeha- 

NINA, AMPAXDEHAXAXA. 

AMPAHA-. Est un prefixe qui se place 
devant les adject its numeraux cardi- 
naux et indique le denominateur des 
fractions : Ny fito ampahafoloxy, les 
sept dixiemes. 

AMPAHIBEMASO (fahitra, maso), 

adv. Publiquement, ouvertement. 
AMPAlNGO. Voy. Paixgo. 

AMPAKA. 8. 1° Jen de billes quand les 
billes en sont l'enjeu ; 2° se dit des 
points qui comptent double, triple, 
etc. : Ampaka r6a, ampaka f<3lo, un point 
«»compte pour deux, pour dix ; jeu inte- 
rest. 

AMPALY, 8. Arbusto dont les feuilles 
rugueuses sont employees a polir, com- 
me le papier a verre; Ficiut soroceoi- 
des, Baker. Se dit aussi de tout ce qui 
sert a polir. 

Ampalgsina, Ampalina, p. Qu'on po- 
lit. Ampalkso, ampalio, imp, 

Voa— , pp. Qui est poli ; /if/, soigne, 
bien dit, bien fait, bien arrange. 

Man—, va. Polir. Manampaly sotro. 
I'olir des cuilleres. Fax—, s. Ce qu'on 
polit, fa maniere de polir. Mpax— , s. 
Celui qui polit. 



Fanampatesana, Fanampaliana, 8. 

Le pofissage, la feuille, Tinstrument 
avec lequel on polit. Anampalesana, 
Axampali'ana, rel. Axampaleso, Anam- 
pau'o imp. 

Mah— . Qui peutservir a polir. 

Ampalimpaly, dupl. dim. 

Ampaly fasika, 8. Papier a verre. 

AMPALIB&, 8. Jacquier. 

AM-PAMATORAN-JANAK6MBY 
(fatotra ), adv. Vers trois heures du 
soir, lorsque les rayons du soleil arri- 
vent a lVndroit oil Ton attache le veau. 

AM-PAMEL6MANA (velona), s. Me- 
sure de longueur, depuis le bout des 
doigts jusquau sein de ce cote. 

Ampameloman-dr<3a, s. Jusqu'au deuxieme 
sein. 

AM-PAMOLAHANA (folate), 8. A 
la flexion du coude ; une brass c moins 
une coudce- 

AM-PANDRAOFANA (raoka), 8. De- 
puis le bout des doigts jusqu'au milieu 
de la main. 

AMPANGA, s. Nom gSnerique des fou- 

geres(lilices;. 
Ampaxgabe, 8. Voy. Ampangahazo. 
Ampaxgafexak6mo, 8. Espeee de fougere. 
Ampangafotsy, s. La fougere commune. 
Ampangahazo, s. Fougere arborescente, 

les alsophiles. 
Ampangamaimbo, s. Fougere musquee. 
Ampangamaxga, 8. Variete de la prece- 

dente, fougere aquatique ou osmonde 

royale. 
Ampaxgampaty, 8. Se dit des feuilles de 

la fougere commune mises en pclote 

pour Boucher les trous des tomBeaux 

avant lour achievement. 
Ampaxgaxamaloxa, 8. La petite fougere. 
Ampangaxdhano, 8. Fougere imp6riale, la 

Ptoride. 
Ampangaravina, 8. Arbre dont les feuilles 

ressemblent a celles de la fougere. 
Ampaxgatsi'iuka, s. Gleichenia dicholo- 

ma, Willd. 
Ampangavolamexa, 8. Gymnogramme au- 

rea, Desv. 
Vola ampanga. s. La piastre auirichicnne. 
Volo ampanga, s. Maniere de tresser les 

cheveux en imitant des feuilles de 

fougere. 
AMPANGA, s. Accusation, denoncia- 

tion, deposition a charge. 
Ampangaina, p. Qu'on accuse, qu'on 

denonce. Ampaxgao, imp, 
Voa—, pp. Accuse, denonce. Nadinina 

ny voampanga. L'aceusd a et£ ques- 

tionne. 
Man—, ?;a. Accuser, denoncer. Maxam- 

paxga, imp. Fax—, s. L'aecuse, ma- 
niere d'aceuser. Mpan— ,8. L'accusateur. 
Fanampangana, 8. L'accusation, l'im- 

putation, celui qui recoit les accusations. 

A.NAMPAXGAXA, VCl. ANAMPAXGAO, imp. 



Digitized by 



Google 



Amp 



-30- 



AMt> 



Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan— . 

Ml— (plususite que le pr6cedent), va. 
Accuser, d^noncer, disposer. A//am- 
panga tena. S'accuser soi-meme. Fi— , 
8. Celui qu'on accuse, maniere d'accuser. 
Mpi — , 8, L'accusutenr, le dtfnonciateur. 

Fiampangana, s. L'accusation, la de- 
position a charge, celui qui reeoit les 
accusations. Iampangana, rel. Iampan- 
gao, imp. 
Prend Mampi— , Mifampi— . 

Mah— . Qui accuse on capable d'accuser. 

Ampangampanga, dupl. (r6q. 

Anpanga fi'saka, 8. Accusation calomnieu- 
se, malveillante, raais qui resto sans 
cffet. 

Ampanga lainga, 8. Accusation menteuse, 
fausse accusation. Miampanga lainga. 
Accuser & faux, porter un ' faux t6- 
moignage. Fiampanyana lainga. Ac- 
cusation fausse, taux t^moignage. 

Ampanga v/lana, s. Accusation surcharged. 

A MP AN GO,. s. Croute qui reste adhe- 
rente a la marmite apres la cuisson. 

Ml—, ra. Exhaler un bon parfum. A/iam- 
pango tsara ity vary ity. Ce riz coll6 
a la marmite exhale un bon parfum. 

Man—, ra. Faire exhaler un bon parfum. 
Iza no nanampango ity vary ity? Qui 
a lait exhaler ace Viz un si bon parfum? 

Ranon'ampango, 8. Eau chauflee dans une 
marmite ayant du riz colle aux paroi*. 

Ventin'ampango, 8. Riz colltS aux parois 
dans une marmite. 

AMPANG6RO, 8. Riz cuit de maniere 
a ce que toute l'eau en soit 6vaporec. 

VoaTR'aMPAXGORO NY OLONA, KA MIFAN- 

dimby ambany sv AMUONY, prov- II en est 

des hommes comme du riz cuit qu'on 

tire de la marmite; ce qui rHait dessus 

passe dessous et viceversa. 
Ampangoho manjahatra, «. Riz cuit que Ton 

mange en un seul repas; fig. prodi- 

galite. 
AMPANGOROMBARY s. Petite her 

be odoriferantc. 
AM-PANtNGOTRA. Voy. Singotra. 
AMPANJAT6ANA (zato). 8 Le re- 

vers de la main, le poignet, terme qui 

designe un empan et demi. 

AMPAN6NDRO (fanomlro), s. Les 
cordes du Valine, le son moyen on 
tenor. 

AMPAN6NONA (tonona). 8. Enigme, 
charade. 

AMPARAPAlNGO Voy. Parapaixgo. 

AMPARASiLY, 8. Etotfe en soic, taf- 
fetas. (Fr. parasol }. 

AMPARlMBONA (farimbona), s. Con- 
cours de plusicurs personnes a la memo 
action on occupation. Manao amparim- 
bona. Rivaliscr d'ardeur pour unmeme 
travail. 

AMPARITRA [farilraj, adc. et s. 



Entour6 d'un cercle, d'une aureole, limi- 

tejlcrond aujeu de toupie; la piastre 

a palme de laiirior et de chene. 
AMPATRA, 8. L'£tat de ce qui est 

elendu, allonge, raide. 
Amparina, p. Qu'on etend, qu'on 

diploic. Anparo", imp. 
Aampatra, p. Qu'on etend. 
Voaxnpatra, pp. Qu'on a elendu. 
Tafa— , p. Qui est etendu, allonge. 
Man—, va. Etendrc, allongcr, deployer, 

montrer. Hanampatra ny hatezerauy 

amy ny mpanota Andriamanitra. Diou 

d£ploicra saeolere contreles pecheurs. 

Manampara, nun. Fan—, 5. Ce qu'on 

etend, maniere detendre. 
Fanamparana, s. L'action d'etendre, 

d'allonger, de deployer, le lieu, le motif. 

Anamparana, ? % e/.*ANAMPARO, imp. 
Mi—, ra. S'etendre, Atre elendu, sallon- 

ger, etre allonge. Miampatra eo am- 

parafara ny fatiny. Son cadavre est 

elendu sur le lit. Miampara, imp. 

Fi— , s. L'6lat do celui qui est elendu. 
Fiamparana, 8. L'elat de celui qui est 

etendu, allonge, le lieu. Iamparana, rel. 
Mah—. Qui etend ou capable d'elendre. 
Ampatrampatra. dupl. frtq. 
Manampa- tsaina. Ruser pour dviter, 

esquiver. — fahendrcna. fahaizana, hery, 

harena, etc. Faire parade de son sa voir, 

de sa capacite, de ses forces, de ses 

richesses, etc. 
AHP&LA, 8. Fuseau. 
Anpelabe, 8. Grand luseau. 
Ampelakely, 8. Petit fuseau. 
Ampelandohalika, s. La rotule du ge:iou. 
AMPELAVAO, *. Femmo morte en 

couche ou des suites deses couches. 
AMPfiMBY, .s. Sorgho ; gramin6e res- 

semblant an riz pile\ Holcus sorgho. 
Ampembimasomd(ka, s. L'espece a tigo, 

feuillcs et §raincs rougeatres. 
Ampemrimrazaha,8. L'espece apnoituepar 

lesBlancs, a tige blanche ; mil. 
AMPfiMPA,*. Gateau ou pain de fari- 

ne de riz ; tamisage. Voy. Empaempa. 
A&ipempa man/fy, s. Galettes. 
Ampempax-tantely, 8. Les galettes de 

rayons de miel, les gateaux ue raiel. 
AMPENTANY. Pour Ampiantany, 
AMP&TRIKA, a. Petite marmite en 

lonte. 
Ampetridola, s. Cruche, cassette oil les 

anciensconservaient ou eulouissaient 

leur argent 
AMPY, adj. SuiTisant,au complet, pour- 

vu ; fig. riche. 
Ampiana, p. Qu'on augmcnte. a quol 

on ajoute, qu'on aide. Ampio, imp. 
Aidez, augmentez. ajoutez. 
Anaxnpy, p. Qu'on ajoute. Ity no anam- 

piko ny vola nomeko anao. Voici ce 

que j'ajoute a l'argent que je vous ui 
donne. 



Digitized by 



Google 



AMP 



-31- 



AMP 



Voa-, pp. A quoi on a ajoute, qu'on a 
aid6, qu'on aide. 

Man—, va. Ajouter, augmenter, aider. 
Hanampy ny karamanao aho raha ma- 
zoto hiasa hianao. J'ajouterai a votre 
salaire, j'auffmentcrai votrc salaire, si 
vous travaillez bien. Nan amp y ahy 
tsara tamy ny asako izy. 11 m'a* bien 
aide dans mon travail. Fan— , 8. Ce qu'on 
ajoute, ce qu'on supnlee, supplement; 
maniere d'ajouter, d aider. Ity no fa- 
nampin ' izay nomeko anao. Voici ce aue 
j'ajoute ace queje vous ai donne. Na- 
siako fanampiny ny bokiko. J'ai mis 
nn supplement, un appendice a mon 
livre. Ny /Vmampzn'ny batemy. Les 
ceremoniessupphSraontairesdubapteme. 
Mpan — , s. Celui qui ajoute, qui aide, un 
aide. 

Fanampiana, 8. L'action d'ajouter, d'ai- 
der, assistance, secours, le motif. No- 
meny fanampiana aho. II m'a donne un 
secours. Anampi'ana, rel. Anampio, imp. 

Mifan— , un. S'entr'aider, se secourir, so 
completer mutuellement. 

Mi—, va. Augmenter, etre augmente, 
devenir plus nombreux. Niarnpy ny 
volako, ny karamako. Mon argent, mon 
salaire a augmente. Niampy ny mpia- 
sako. Mes ouvriers ont augmente, sont 
devenus plus nombreux. MiAMpfA, imp. 
Iampiana, rel. Mahagaga ny mampian' 
ny vola. C'est Gtonnant comme 1'argent 
a augmente. 

Mah— . Augmenter, aider ou pouvoir 
le faire, suflire. Tsy mahampy ny ka- 
ramanao aho. Je ne puis augmenter 
votre salaire. Tsy mahampy anao 
amin' izany raharana izany afio. Je nc 
puis vous "aider dans cette alTaire. Tsy 
mahainpy ahy io vary io. Ce riz n'est 
pas suflisant pour moi. Fahampiana. 
Suflisance. Ny tsy fahampiana. L'in- 
suflGsance, le manque. Ny tsy /a/iam- 
pian' ny vola no anaovako trano madi- 
nika. C'est a cause du manque d'argent 
que je fais une maison petite. 

Ampiampy, dupl. dim. 

Ampv fanahy, adj. Qui pout ou sait secon- 
dare lui-m£me. 

Ampy MiHfnA. Se dit des enfanls reserves 
par les parents de l'cpouso (future 
mere ). 

Ampy misoratra. Se dit des enfants a eir- 
concire: assez age pour etre inscrit sur 
la liste des enfants qui suivront ie 
c6remonial public et solennel. 

Ampy mizara. Suflisant pour etre divise, 
ou il y en a pour tous. 

Tsy ampy toy inona. En un instant. 

AMPIANAHANA Voy. Anaka. 

AMPIANTANY, s. Mur en terre. 

AMPlPY, adv. pris subst. Action d'a- 
dosser contro. 

Ampifina, p. Qu'on accole ou qu'on ap- 
plique coutre. Ampifio, imp. 



Voa— , pp. Qui aetSadosse a. 

Tafa— , p. Qui s'appuie, se blottit centre. 

Man—, va. Accoler a, appuyer contre. 
Fan — , 8. Ce qu'on appuie, la maniere 
d'adosser. 

Fanampifiana, .s. L'action d'appuyer 
contre, la chose contre laquelle on ap- 
puie. Anampifiana, rel. Anampifio, imp. 

Mi—, vn. S'adosser, etreadosse, s'appuyer 
contre, s'abnter. Miampifia, imp. Miam- 
pifla eo amy ny rindrina mba tsy ho 
tratry ny ranonorana. Adossez-vous, 
abritez-vous contre le mur pour no .pas 
etre atteint par la pluie. vi— , 8. Ma- 
niere de s'adosser. 

Fiampifiana, 8. L'action de s'adosser, 
de s'abriter, le lieu. Iampifiana, rel. 
Iampff/o, imp. 

Mah—. Suflisant pour abriter. Tsy 
mahampify ahy io rindrina io. Ce 
mur ne suftit pas pour m'abriter. 

Ampiflmpify, dupl.freq. 

Ai-miampify, 8. Souffle de vie. 

AMPtNGA.s. Bouclier; fig. protection. 

Ampingaforona, 8. Bouclicr en joncs tres- 
ses. 

Ampingalahy, s. Bouclier en bois ; fig. 
bravoure. 

Ampingal6ita, adj. lit. Qui fait bouclier de 
sa tete; fig. qui ose, pret a tout, guer- 
rier intrepide, brillant combattant. 

Ampingam-borizano,8. Painde riz. 

Ampingaharatra, s. Carabine, fusil chez 
les Sakalaves. 

Ampingarabolamena, 8. Nom donne au 
souverain. 

Amptnga vava, adj. Hableur, qui sait se 
delendre en paroles. 

An-tranon' ampi'nga, ado. Dans la famille, 
la caste. 

AM-PIRAVAHANA (ravaka), adv. 
et 8. Au poignet, la ou on met les orne- 
ments : un empan et demi. 

AMPlRINA, 8. Ordre, arrangement, 
disposition de chaque chose a sa pla- 
ce ; action de se blottir, de se ranger 
par cote. 

Ampirimina. Ampirinina, p. Qu'on 
range, met en ordre. Ampiri'mo, Am- 
pirino, imp. 

Voa—, pp. Arrange, mis a sa place. 
Voampirina tsara ny zavatra renetra. 
Tout a ete bien mis a sa place. 

Tafa— , p. Qui s'est arrange, blotti. 

Mampirina, Man—, va. Hanger, met- 
tre en ordre. MAftpriu'MA, Mampirina. 
imp. Fampi'rina, s. Ce qu'on met en 
ordre, maniere de ranger. 

Fampirimana, Fampirinana, s. L'ac- 
tion de metre on ordre, le lieu. Am- 
pirimana, Anpirinana, rel. Ampiri'mo, 
Ampirino, imp. 

Mi—, vn. Se blottir, etre arrange. Fi— , s. 
L'etit de l'arrangemcnt. 

Fiampirimana, fiampirlnana, s. I /ar- 
rangement, la disposition, le lieu. Iam- 



Digitized by 



Google 



Atop 



-32- 



AMP 



piri'mana, Iampirinana, rel. Iampiiu'mo, 
Iampiiu'no imp. 

Mali— . Qui arrant, qui sait arranger. 
Ampirimpirina, dupt. fre'q. 

AM-PtTAKAf fitaka), adv. Avec frau- 
de, tromperic, fourbcrie. 

AMPlTIKA (pilika;, «. Une fleche ou 
simulacre de fleche 1 . 

Ampiti-kkly, s. Petite fleche. 

AM-PITOTOAM BARY (toto. vary), 
adv. Vers les deux hen res, lorsque le 
soleil arrive a l'endroit ou Ton pile 
le riz. 

AMPITRA. Voy. Hampitha. 

AMPlTSO, adv. Le lendemain Nony 
ampitson* iny, <iia tonga izy. Le lende- 
main m6me de ee jour ilest arrive. 
Manao ampilsolava, ampitsoampitso 
izy. II renvoie toujonrs au lendemain. 

AMP6 (fo), adv. Dans le cceur, au cen- 
tre; pns subst. attente, intention. 

Ampoizlna, p. Qu'on a a cceur, a quoi on 
s'attond, qu'on se propose. Tsy nam- 
poiziho fa ho tonga tampoka hianao. 
Je ne m'attendais pas a ce quo vous ar- 
nveriez subitement. AMPoizo, imp. Am- 
poizo io raharaha io mba ho vita tsara. 
Ayez a cceur ce travail pour qu'il soit 
bien fait. 

Voa—, pp. Qu'on a a cceur. a quoi on 
s'est at tend u, qu'on s'est propose. 

Man amp 6, ra. Avoir a cceur, sattendre, 
prevoir, sc proposer. Nanampo han- 
deha aho, nefa nijanona. Je me propo- 
sals d« partir, mais je suis reste. Ma- 
nampoiza, imp. Fan—, «. Ce qu'on a a 
cceur, maniere d'avoir ii cceur. 

Fanampoizana, s. L'attente, l'intention, 
le motif. Anampoizana. rel. Anampoizo, 
imp. 

Ampompb. dupl. fre'q. 

Ampontany, adv. A l'interieur des terres. 

Ampontsaha, adv. Dans le centre dune 
vallee, au milieu d'une vallce. 

Ampo tsy ambaha. Ce qu'on ne communi- 
que pas, ce qu'on garde pour soi. 

Mandatsaka am-po. Graver dans le coeur, 
garder rancunc. 

Manao am-po. Garder une arriere-pensee. 

Tsy manana am-po. Qui est franc, facile. 

AMPOASA adv. En projet. 

Ampoasaina, p. Qu'on se propose. Am- 
poasay. imp. 

Voa—, pp. Projete, propose. 

Mampoasa, Man—, va. Projeter. Fam- 
poasa, 8. Ce qu'on projette, maniere de 
se proposer. 

Fampoasana, 8. L'action de projeter, le 
projet. Ampoasana, rel. Ampoasao, imp. 

AMP6DY ot AMPdDINA, s. Arbre 
a bois jauneimitant le buis. 

AMP6FO, r. Sur le giron. 

Ampofdina, p. Qu'un met sur les gc- 
noux, dans le giron. Ampoi-oy, imp. 

Voa—, pp. Qui est sur le giron. I 



Mi—, va. et n. Tenir dans son giron, 
etre dans le giron de. Miampofoa, imp. 
Fi— *. Colli i qu'on prend dans le giron, 
man. ere de 1<* tenir. 

Fiampofdana, a. Le giron, l'actiou de 
tenir sur son giron. Iampok6ana, ret. 
Iampokoy, imp. 

Man— . Qui tient sur son giron ou pout 
tenir. 

Ampofompofo, dupl. dim. 

AMPOKA, adj. Imbibe, saturo; fig. ras- 
sasie. 

Ampohana, p. Qu'on imbibe, qu'on ras- 
sasie. Ampohy, imp. 

Voa—. pp. Imbibo. rassasie. 

Man—, ra. Imbiber, saturor, rassasier. 
Manampoha, imp. Fan— , 8. Co qu'on 
imbibe*, maniere d'imbiber. 

Fanampbhana, *. L'action d'imbiber. 
do rassasier. Anampohana, rel. Anamp6- 
hy, imp. 

Mi—, vn. Eire imbibe, rassasie. 

Man— . Qui imbibe, suflisant pour imbi- 
ber, qui satisfait, rassasie. 

Ampokampoka, dupl. dim. 

Manampoka aina. Satisfaire le desir, Tap- 
pet it. ' 

Olona tsy ampoka. Une personne mat 
elevi'e, un polisson. 

AMP6LO Voy. Folo. 

AMP6MBO, *. Son ; fig. action tie rus- 

sor, de broyer. 
Ampombbina, p. Qu'on brise, qu'on 

bat. Ampomb6y, imp. 
Man—, adj. Qui dovient trop menu, qui 

donne du deehet, se dit des grains. 
Ampomdo maiiery, s. Le gros son. 
Ampombo malemy, 8. Le son (in. 
AMP6NDRA, h. Ane, mulet: 

AMP6NGA, «. Norn generique du tam- 
bour. 
Ampongalna, p Qu'on van to trop. Am- 

pongay, Ampongao, imp. 
Voa—, pp. Vant6 a l'exces. 
Man—, ra. Kxaltcr, vanter trop. Fan—, 

8. Celui qu'on vante, la maniere de 

vanter. 
Fanaxnpongana, 8. L'action de vanter 

a l'excoj. Anampongana, rel. Anampon- 

gao, imp. 

Prend Mifan— , Mampifan— . Mampan— . 
Amponga an' ouona, 8. Bourdonnement 

dans le nez, nasillement. 
Ampongaue, x. Grosse caisse ; nom des 

piastres a Tefligie do Charles X. 
Amponga horona, 8. Espece i\o gnimbarde 

en bois composee d'une seule tige 

pincee entre les dents. 
Ampongakely, s. I'etit tambour, jouet 

denfant. 
Ampoxgalahy ou hazolauy, ,s. Tambour 

fait avec un tronc d'arbre c reuse qu'on 

battait a la suite du souverain. 
Ampongan* ny ntaolo, 8. Tambour des an- 

ceires en bois. 
Ampongatapaka, 8. Tambour de Hasque • 



Digitized by 



Google 



ANA 



-33- 



ANA 



Ampongataby, 8. Tambour dont on fait le 
siege des enfants a circoncire, second 
tambour. 

Ampongany no mihantoxa. Se (lit tie tou- 
te chose sur laquelle on pent revenir, 
quand on veut. 

AMPONGABENDANITRA, 8. Gre- 
nadier, grenade. 

AMPONGANDANDY (landu),8.$om 
du ver a soie mort dans le cocoa avont 
de I'avoir acbevd; il se resout en petite 
boule dure. 

AMPONGANTS6FINA, (sofina), 8. 
Tambour de Poreille, tympan. 

AM-P6TOTRA {fololra), ado. A la ra- 
cine, a la source, a I'origine, a la cause. 

Maizina am-potoiby ny mazava. Quiferme 
les yeux a la lumiere, a residence. 

Ampotom6ty, adv. Tout pros, a la portee 
de la main. 

AMPOV6ANT, ado. Au milieu, au 

centre. 
AN—, pour Any, prep. En, a, dans, au. 
An-trano, an~t&m[iony, an-dakana, etc. 

Dans la maieon, au sommet, dans la 

pirogue, etc. 

ANA, adj. Essouffl(§, hors d'baleine, 6pui- 

se. fatigue. 
Mah—. Qui Gpuise ou capable d'Gpuiser. 
Fan an an a, a. L'epuisoment, I'abalte- 

roent. 
Anana, dupl. Trouble, qui est dans la 

perplexite. 
Mian ana. vn. Hesiter, se Iroubler, per- 

dre la carte. I'i— , s L'etat trouble, por- 

plexe. 
Fiananana, *. L'hesitalion, le trouble. 

Iananasa, rel. 

ANABAVT, 8. Sceur d'un frere ; cou- 

sine d'un cousin. 
Mali—. Qui rend sceur d'un frere. 
Axabayix-diiay, 8. Tante paternelle. 

ANADAHY, 8. Frere d'une soeur ; cou- 
sin d'une cousine. 

Mi— vn. Etre frere ot sceur ; etre cousin 
ct cousine. Firy mianadahy hianareo 1 
Combien etesvous defreres et de soeurs? 

Fiaoadahiana, *. La consanguinite de 
frere et sceur. IaxadahUna, rel. 

Man—. Qui rend fiereet soeur, cousin et 
cousine Inona no mahanadahy anao 
nzy? Comment etes-vous le frere do 
eette fern me ? 

ANAD\mN-ni«£.\'Y, 8. Oncle matornel. 

AN AY, (excluant ccux a qui Ton parle) 
pron. per* Nous, a nous. Azamitora ba- 
lo anay. Ne nous lancez pas dos pierres. 
Anay ireo voankazo ireo. Ces fruits sent 
a noiK*. Anay nymiambina anio alina. 
C'csl a nous a faire la garde la nnit pro- 
caine. Anay ho anay izany C'est uo- 
tre airaire. 

Ny anay, pron. pers. Le noire, la notrc, 
les not res. 



ANAKA, s. Enfant dans le sens de des- 
cendance; terme de bienveillance, 
d'afTection, employe par les superieurs 
a regard des inferieurs, des anciens a 
legard des plus jeuoes qu'eux. Ilenoy 
Isara, ry anaka. Ecoutez bien, mon en- 
fant. Maro anaka izy. fl a beaucoup 
d'enfants. Maty anana izy. Un de ses 
enfants est mort. 

Mi—, vn. 1° Se dit surtout des parents ac- 
compagnea de leurs enfants. Tonga Rabe 
mianafia. Rabe est arriv6 avec son en- 
fant (ouses enfants). Lasa Raketakatelo 
mianaha. Raketaka est partio avec ses 
deux enfants. Manao ahoana hianareo 
mianaha ? Comment allezvous, vous ct 
votre enfant? Akory, Rainiketaka, ma- 
nao aboana hianareo teio mian&ka ? 
Bonjour, Rainiketaka, cumment allez- 
vous, vous et vos deux enfants? ou com* 
mentallez-vous, vous, votre femme et vo- 
tre enfant? 2°Sedit aussi d'un oncle et 
d'une tante qui soot avec leurs novcux 
ou leurs nieces. 3° Se dit aussi des su- 
perieurs qui sont avec leurs inferieurs, 
dos anciens qui sont avec de plus jeu- 
nes qu'eux, des nobles qui sont avec 
des libres. 4* Se dit meme desanimaux 
qui sont avec leurs pelits. Very ny 
akoho tito mianaha La poule et ses six 
petits sontperdus. Mpi— , a. Les parents 
et leurs enfants. Moa mpirahalahy hia- 
nareo sa mpianaka ? Etes-vous freres, 
ou bien Tun estil pere de I'autre ? 
.Fiananana, s. Relations des parents 
avec leurs enfants. Ratsy ny fianakan' 
izy ireo. I*e pere (ou la mere) est en di- 
saccord avee son enfant (ou ses enfants). 
Ianaiiana, rel. 

Mampi- . Qui fait qu'on est dans les 
rapports de parents et enfants ; qui met 
d'accord les parents et les enfants. 

Ampianahana, adv En famille; se dit aus- 
si dos animaux. Tonga am-pianahana 
izy rehotra. lis sont arrived en famille, 
ou tonte la famille est arriveo. 

Fianakaviana, s. La famille. la parento. 

Mr anaka vy, adj. et Mpiaxakavy, 8. Ccux 
qui coraposent la famille, la parento. 
Manao ahoana hiauaroo mianahavy ? 
Comment allez-vous, ainsi quo voire fa- 
mi'le? 

MpiANAKAViBfe, 8. La famille dans touto 

son extension, la caste. 
•Man ana anaka. Concevoir, avoir concu, 
etre enceinte. 

Fananahana, 8. La malrice. 

Mpanana anaka, s. Qui a souvent desgros- 
sosscs, feconde. 

Anakampo, ado. Au dedans do soi-meme, 
dans son coour. 

Manao anakampo. Se dire a soi munie, poa- 
ser en soi-meme. 

Anakanaka ct Kianak.xnaka, s Revcnu 
non en argent, mnis en objets, pension 
pour des objOls proles. 

Anakandriamaso, «. La pupille delVeil. 



Digitized by 



Goc^lc 



ANA 



34 



ANA 



AsAKANDniANA. Comme Ranakandriana. 
Anakan-tsaina, adv. Dans l'esprit. 
ANAKANDRO, 8. Dartre. 
Anakandroina, adj. Dartreux. 

ANALAS6SA, s. Herbe medicinale 
employee contro la dyssenterie et le cra- 
chomentde sang. 

AN AN A, r. Possessioa. 

Ananana, p. Qu'on a, qu'on possede. 
Andriamanitra no ihavian' ny zavatra 
rehotra ananantsika. C'est de Dieu que 
nous vient tout ce que nous possedons. 

Manana, ra. Posseder, avoir. Manana 
vola be izy. It possede beaucoup d'ar- 
gent. Manan-tsaina izy. II ado l'intcl- 
figence. Manana, imp. Mpanana, s. Ce- 
lui qui possede ; fig. riche. 

Fananana, 8. Les biens, ce qu'on pos- 
sede. Be fananana izy. II possede beau- 
coup de biens. Ananana, rel. Dont on 
a, sur qui on a une creanee, qui doit. 
Ny voankazo tahaka ireny no ananako 
betsaka. J'ai beaucoup de fruits de cet- 
- te espece. Ananako vola roapolo izy. 
J'ai sur lui une creanee de vingt pias- 
tres, il me doit vingt piastres. Anano, rel. 

Manamboninahitra, 8. et adj. Ofllcier, ho- 
norable, distingue. 

Manana anarana. Qui a un grade ; fig. 
connu, d'une lignee distinguee, ceiebre. 

Manan-draharaua. Etre occupe (terme 
d'excuse, echappatoire.) 

Manan-kabAry. Qui a des affaires embar- 
rassantes, qui a des diflferends. 

Manan-jara. Voy. Zara. 

Manan-j6. Voy. Z6. 

Manan-teny, ad). Qui est sous prevention, 
sur qui pese une accusation. 

Manan-tsy mamAnga. Voy. Vaxga. 

AN ANA, s. Nona generique des herbes 
potageres et de certaius legumes. 

Ana-madinika, 8. Norn generique des her- 
bes potageres poussant a 1'6 tat sauvage. 

AnamapAitra, s. Nom de deux plantes : 
Tune c'est le Solanum nigrum, brede 
martin; I'autre est une herbe rampante 
apetites feuilles tres ameres. 

Anamalaho, 8. Nom generique do plu- 
sieurs plantes potageres. Spilanthes. 

Anamalahob6, 8. Le spilanlhe olerace ou 
cresson de Para. 

Anamalahok&ly, 8. Le spilanthe acmelle- 

Anamalahombazaha, s. Le memo que le 
precedent. 

AnanalahonkcJva, s. 8pilanthe sauvage. 

Anamalahovavy, s. Conyza bellidifolia, 
Baker. 

Anamalaza et anambalaza, 8. Alternan- 
thera 8e88illi8. R. Br., G. Daruty. 

Anamamy, a. Morelles. Solanum nodi- 
florum. Jacq. 

AnamatAvy, 8. Herbe potagere. 

Anaiibary, 8. Nom d'une herbe. 

Anambibilava, 8. Herbe. 

ANAMBODiHfeNA, s. Espece de Patte d'oie. 
Chenopodium murale, L. 



Anamborivory, «. Herbe. 

Anampango, 8. Herbe. 

Anampantsaka, s. Herbe. Espece de Col- 
cus. 

Anampatsa, 8. Parietaire epineuse. 

Anampatsy, 8. Amaranlhii8 spinosus, L. 

Anampongalahy, 8. Herbe. 

Anamp6za, 8. Plante odorifcrante et me- 
dicinale. 

AnampozalAhy, 8. Conyza hirtella DC. 

Anampozavavy, 8. Conyza bellidifolia, 
Baker. 

Ananakondro, 8. Celosia trigyna, L. 

Anandaingo, s. Lobelia natalensis, A. 
DC. 

Anandrambo, s. Gynura cernua, Bth. 

Anandrano, s. Cresson d'eau. Sisym- 
brium nasturtium. 

Anandr/ana, s. Herbe aquatique. 

AnAKGITAK&LY, 8. Heibe. 

Anangoaika, s. Herbe. Hypericum ja- 

ponicum, Thumb. 
Ananjab6ra, 8. Herbe. 
Anantalapetraka, s. Herbe. 
Anantarika, s. Amaranthus tristis, L. 
Anantarobazaha, 8. Espece d'amaranthe. 
Anantatatra, 8. Hypericum japonicum. 
Anant(5ho, «. Herbe. 
Anantsaritaka, s. Drymaria cordata, 

Willd. 
ANANTsfFOTRA, s. Herbe dont on se sort 

pour prendre les escargots. 
Anantsinahy, s. Bidens bipinnata, ou leu- 

cantha. 
Anantsinahilahy, s. Bidens a petites 

feuilles. 
Anaxtsinauimbazaha, 8. OEillot d'lnde. 
Anantsinahivavy, s. L'espece a larges 

feuilles. 
Anantsing/ta, s. Herbe amere et odori- 

feraute. 
Anantsingitakely, 8. Espece de la prece- 

dente. 
Anantsingitantsoavaly, s. Senebiera di- 

dyma, DC. 
Anantsipika, 8. Herbe. 
Anantsipi'tika, 8. Herbe. 
Anants^nga, 8. Brassica campeslris, L. 
Anantsongaberavina, 8. Chou de Chine 

(petite espece.) 
Anantsonganala, 8. Herbe. Geranium si- 

mense, Hochst. 

AN'ANDRO< Voy. Andro. 

ANANKIRAT (iray) t adj. Un. 

Anankir6a, adj. Deux. 

ANAO, pron. pers. Toi, te, a toi, a ton 
tour. Tsy hanatona anao aho. Je no 
t'approcherai pas. Anao ity antsipika 
ity. Ce couleau est a toi. Anao ny ma- 
namboatra io lalana io. C'est a loi a ar- 
ranger ce chemin. Anao hoanaoizany. 
C'est ton affaire. 

Ny anao, pron. poss. Le tien, la tienne, 
les tiens, les tiennes. 

Ny anao lahy. Celui-la, il. 

Ny anao vavy. Cello-la, elle. 



Digitized by 



Google 



ANA 



35 



AND 



ANARANA, s. Nom ; fig. reputation, 
grade. 

AlANDIA NY ANARANY Voy. DlA. 

Mody amy ny an aran y. Eire retabli dans 
son grade. 

Mody amy ny anaran drainy. Rentrer dans 
la casto, tc rang, les emplois, les bicns 
ilc son pore. 

Very anarana. So ditdes parents qui re- 
jettent Jours noms pour prendre cclui 
do leur enfant precede do Raim on Re- 
ki, fere do..., mere do...: Raixiuoto, 
pere dc lioto, Reniketaka, mere tie Ke- 
taka. 

Miova anarana. Changer do nom. 

Anaram-dosotra, s. Sobriquet, surnom. 

Anarana eso, s. Nom ironiquc. 

ANAR^O, pron. pern. Vous, a vous. a 
voire tour. Hamangy anareo aho. Je 
vous visiterni. Anareo ny mifafa ny 
trano. Cost a vous autres a balayer 
la maison. Anareo ho anareo izanv. 
C'est voire affaire. 

Ny anareo, pron. Le voire, la voire, les 
volres. 

ANATY (ntyi, prep. Dans, au dedans, 
pnrmi, inelus. Ao arialy vata ou ana- 
liri ny vata ny satroka. Le chapeau 
est dans la malle. Hankany aminareo 
alio analin' ny herinandro. J'irai chez 
vous dans la semaino. 

ANATOMtA, 8. Anatomic. 

ANATRA, .s. Conseil, admonition, r&- 
primande. 

Anarina,p. Conseillc\ qu'on rcprim:inde. 
Anaro, imp. 

Voa— -, pp Conseiile, reprimande. 

Man — , ra. Conseiller, udmonester, ro- 
prendro. Manaxara, imp. Fan— ,a. A 
qui on donne conseil, cclui qu'on re- 
prend, maniere de rcprendro. Mpan— , s. 
Le conseiller, Fadmoniteur. 

Fananarana, s L'ad monition, le eon- 
seil, la reprimande. Anaxarana, rel 
An anaro, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan— . 

Ianarani, p. Qu'on Otudie, qu'on imite. 

Mi — , va. et n. Apjirendre, etudicr, imi- 
ter, contrel'airo. Mianalra ny verba 
izy. II apprend les vcrbes. Mianalra ny 
teny frantsay izy. II eludie le franc, ais. 
Mianalra ny lilenin' io antidahy io izy. 
11 contrefaitla maniere de parJer de ce 
vienx. Mivnara, imp. Fi— , s. Ce qu'on 
doit apprtjudre, ce qui est eompris dans 
linstruction, ce qu'on prend pour mo- 
dele, maniere d'appretidre, d'imiter. 
Mpi— , s. Emdiant, disciple, eleve, imi- 
tateur. 

Fianarana, s. L'etud», Paciioi d'«p- 
prendre, les livres «'t lout ce qui con- 
tnbue a Pinstruetiou, la kcon, imita- 
tion, oxerople. Ianarana, rel. Ianako, 
imp. 

Ampianarina, p. Qu'on in truit. Am- 
man aro, imp. 



Mampi— , ra. Instruirc, donner Pinslruc- 
tion, l'exemple, lormcr a. Mampianara, 
imp. Fampi— , 8. Maniere d'instruirc. 
Mpampi— , 8 Le maitrc, le docteur, Fins- 
tructour, rinslituleur. 

Fampianarana, s. Instruction, Paction 
d'instruirc, le lieu, etc. Ampianarana, 
rel. Am nana no, imp. 

Man—. Qui conseiile ou pent conseiller, 
qui etuuio ou est capable d'etudier. 

Anatranatra, dipl dim. 

Trano fianarana,— fampianarana, s. Colle- 
ge, etablissement, maison, atelier ser- 
vant a Fensoignomcnt des sciences, des 
arts et des metiers, etc 

ANATRfcHANAtafn7«aU<i(?. En face, 

en presence, devant. 
Ny anatrehana, a. La face, la facade, co 

qui est en lace. 
ANATStMO. Voy. Atsijio. 
ANTSINANANA. Voy. Atsinanana. 
ANAVAHATRA. Voy. Avaratra. 
ANDAFT tlafijKs. (est Fabreviotion de 

Andalin* ny ranomasina, outre mer). 

Tons les pays au dola ties mors par rai - 

port a Madagascar. 
An-dafy, adv. Au dola, do Pautre cote de. 

Ifo an-dafin' ny reniranony tranonav. 

Notre maison est de Pautre cote de la 

riviere. 
Andafix-tany. fi<J- Hors de la caste, de 

la faniille- 
ANDAHINY tluhy), s. Le cote de tout 

instrument qui donne le sonaigu; la 

voix, les cordes haules; le cote bouvelo 

portant la baguette, se dit de la | artie 

uei engrenages, des jonctions des 

peutures, « j tc., qui portent le bout pleiri 

entrant dans la partie vide. 
AN-DAKAMB&HO {lahana, voho}, 

alv. Le long do Pepiue dorsalo. 
AN-DAKAM6SINA (Inhana, lamosi- 

na), adc. Memo sens que le precedent. 
AN-DAKANDRANO (laltana, rano>, 

adv. Dans le canal; fig. le creux dudos 

le kng de Pepino dorsalo. 
AN-DAKlRA (liira), ado. La ou Pon 

veil les l'euilies du holla (Ires eb:gn6os 

autrefois); fig. tres loin. 4 
ANDALA, r. Fustigalion. 
Andalasiaa.p. Qui est rosso , qu'on f rap- 

po rudoment. Andai.aso, imp. 
Fanandalasana, s. L'action derouetter, 

la fustigalion. Anaxdalvsax.v. ivL A- 

NA.NDALASO, imp. 

AND ALAN A [latana), s. Range e, ua 
rang, lignes, sillons. Ataovy anda'a:in 
telo ireo tivoahungy ireo. "Faites trois 
rangees «ie ces buiteilles. Anda'an- 
tsoratra Iliy nj ao? Combien y a-t-il la 
de lignes d ecrilure? 

Andalanina.p. Qu'on melon rarer qu 'on 
raleulil, ipi'on lait aller gra tue I mem. 
Andalanu, imp. 



Digitized by 



Google 



AND 



— 36- 



AND 



Man—, va. Mettre en rang, tracer des 
lignes, des sillons comme en eerivant, 
en tressant, en plantunt, faire peu a peu. 
Fan—, 8. Ce qu'on met en rang, maniere 
de ranger. 

Fananaal&nana, s. L'action dc mettre 
en rang. Anandalanana, rel. Ananda- 
lano, imp. 

Mi—, vn. Se ralentir, diminuer,augmen- 
ter graduellement, etre par rangees. Fi 
— , s. Maniere de diminuer, etc. 

Fiandal&nana, s. Le ralentissement, la 
diminution, l'alignoment. Iandalanana, 
rel. Iandalano, imp. 

Andaland&lana, aupl. Miandalanda- 
lana ny tazo. La flevre diminue petit a 

* petit. 

Andalandrambo, s. Les bords replies des 
tresses et des tissus. 

AND ANT (lanv) t 8. Un cote, un parti 
par rapport a 1 autre, un camp a Vop- 
position de l'autre. 

Mi—, vn. Prendre parti pour, se ranger 
du cot6de, 6tre partisan de. Niandany 
tamiko izy tamynyadiko. II s'est rang6 
de mon cot6 dans mon proces. Mian- 
dani'a, imp. Fi— , s. Le parti oil Ton se 
trouve, maniere de se ranger du cote* de. 
Mpi— , 8. Celui qui se range duc6t6 de. 

Fiandaniana, a. L'action de se ranger du 

fiarti de, du c6t6 de. Iandan/ana, rel. 
ANDANfo, imp. 
Mampi— . Faire prendre parti pour. 
Mifampi— . Former deux partis oppose*. 
AndAniny, adv. et a. D'un cot6, du c6t6 

de; un des partis. 
Manao andamny. Former un parti, une 

opposition a. 
ANDAO (pour andeha), imp. Partons, 

atlons. 
ANDAPA. Voy. Lapa. 
AN-DAVANY. Voy. Lava. 

ANDftFITRA (lefitra), adv. pris subst. 
Le cdt6 du lit qui est vers la cloison ou 
la touche; du cot6 du mur. 

Andbfimandry, 8 Epouse legale, qui a droit 
a. la coucbe, celui qui couche du cotd 
du mur. 

ANDfiHA. Voy. Lbba. 

ANDfiVO, 8. Esclave ou traits comme 
lei. 

Andev6ina, Andevdzina, p Qu'on r6- 
duit en esclavage, qu'on traite en es- 
clave. Andbv6y, AndbvOzy, imp. 

Voa— , pp. Tomb6 en esclavage, traite en 
esclave. 

Man—, ua. Rend re esclave ou traiter com- 
me tel. Manandbv6za, imp. Fan—, a. Ce- 
lui qu'on rend esclave ou qu'on traite 
comme tel, le traitement. Mpan— , s. 
Celui qui r6duit souvent en esclavage 
ou traite en esclave. 

Fanandevdzana, s. Action de require 
en esclavage ou de traiter en esclave, 
le service des esclaves. Anandev6zana, 



rel. Ahoana no anandeuoranao ahy? 
Pourauoi me traitez-vous comme un es- 
clave r Anandbv6zy, imp. 

Mifan— . Se traiter mutuellement en es- 
claves. 

Mi— , vn. S'abaisser, s'bumilier, so con- 
duire en esclave, se mettre au rang des 
esclaves. Miandev6za, imp. Fi— , s. L" 
dtatd'humiliation, le service humble. 

Fiandev6zana 1 a. L'abaissement, Tac- 
tion de s'humilier.lANDBv6zANA,rei. Ian- 
dbv6zy, imp. 

Mah— . Qui rend esclave ou traite en es- 
clave. 

Fahandevdzana, s. L'esclavage, la con- 
dition d'esclave. 

Miandevo (prononcez Mind6vo). Se dit du 
maitre accompagn6 de son esclave. Ton- 
ga izy mindevo. II est arrive avec son 
esclave. 

Andevo am-patana, 8. Les esclaves du foyer 
qui font le service de la maison. 

Andevo an-dapa, 8. Les serfs de la couron- 
ne. 

Andevo Havana, a. Parent pauvre qui 
sert chez des parents comme s'il etait 
esclave ; 6pithete dont les nobles se quali- 
flent en parlant au sonverain. 

Andevom-bbhivavy, adj. Esclave de fem- 
me, fig. lourdaud, maladroit. 

Andbvon' andevo, 8. Esclave d'esclave, es- 
clave dont le maitre est esclave; fig. la 
lie du peuple. 

Andevon-drazana. 8. Esclave dont la farail- 
le sert ou a servi celle du maitre de g6- 
ne>ation en generation. 

Andevo ompikely, s. Esclave n6 et nourri 
dans la maison, dans la famille. 

Andevo tsymile>a, 8. Les enfants, la pos- 
terity. 

Andbvolahy latsaka avara-patana, ka sa- 
ro-miAla, prov. fig. Celui qui se place 
plus haut qu'il ne doit, est confus lors- 
qu'il doit descendre. 

Ny andevo tompoi-man6mpo. Pouretre bien 
servi, il faut avoir des egards pour les 
serviteurs. 

ANDlANY (dia), s. Troupe, troupeau, 
bande, caravane, une compagnie. 

Manao andi'any. Marcher en bande ou par 
bandes. 

Andiany iray,s. Un troupeau, une bande. 

ANDtLANA (difana), adv. Pris subst. 
La partie eHroite des reins, l'6trangle- 
ment entre les c6tes el les hanches. 

Andilam-pangaraka, adj. Qui a une taille 
de guepe. 

Kely andilana, adj. Qui a une 6trangle- 
ment comme un goulot. 

ANDtMT (dimy), adv. Pris subst. Nona 
du Fanorona, espece de marelle com- 
poseo do cinq lignes de chaque c6t6. 

ANDlNINY. Voy. Dinika. 

ANDO, s. La rosee, rhumiditl*. 

Ranonanpo, 8. La rosee. 

Mando, adj. Humido, humecte, arrosd. 



Digitized by 



Google 



AND 



-37- 



AND 



Mando ny trano. Lamaison est humide. 

Ampand6lna, p. Qu'on humecto, qu'on 
arrose d'un peu d'eau. Amp an do y, imp. 

Mamp — , va. Humecter, mouiller, trem- 
per, arroser d*un peu d'eau. Mampan- 
d<3a, imp. Famp— , s. Qu'on huraecte, 
qu'on mouille, maniere d'humecter. 
BJpamp— , g. Celui qui humecte. 

Fampand6ana, *. fraction d'humecter, 
de mouiller, de tremper, la cuve, le lieu. 
Ampandoana, rel. Ampand(5y, imp. 

Mahampando. Qui humecte ou peut hu- 
mecter. 

Andoando, dupl, dim. de Ando. 

AND6HA {loha) t ado. et s. A la tete, 

au commencement ; la tete. 
Andohalambo, s. Arceau, voute, cintre, 

ogive. . 

Awdohamalona, 8. Lapartie du genou au- 

dessus de la rotule. 
An-dohari'ana, adv. Al'article de lamort. 
Akdohasana, 8. Honoraire donne d'avance 

aux empiriques et aux tireurs do sort. 
ANDRA, adj. Libertin, mauvais sujet. 
ANDRA, r. Action de lever la tete, les 

veux. 
Andraina, p. Ge qu'on regarde en levant 

les yeux. Andrao, imp. 
Tafa— , p. Qui a regarde en haut, a lev6 

1a t&te 
Mi—, vn. Lever la tete, regarder en haut. 
Fiandrana, « L'action de lever la tete. 

Iandrana, rel. Iandrao, imp. 
Mali—. Qui leve ou peut lever la.tdte. 

MlANDRA LAHY, MIANDRA VAVY. Qui atteint 

I'ige ou les passions commencent a se 
faire sentir, on un sexe recherche 
l'autre. 

ANDRAY, int. Ah! vraimont! tout de 
bon! 

ANDRAlKITRA. Voy. Andrkkitra. 

ANDRAKA, prdp. Jusqu'a, jusque. 

Andraka androany. Se dit d'une chose qui 
n'a pas eu lieu jusqu'aujourd'hui, ou ue- 
pnis un certain temps jusqu'aujourd'hui. 

Andraka an kbhitri'ny Jusqu'a maintenant. 

Andrakar/va. Souvent, continueliement. 

ANDRANA, 8. Essai, epreuvo, Taction 
de gouter. 

Andramana, p. Qu'on essaie, qu'on 
goute. Andramo. imp. Andramo ny 
angady. Essayez la beehe. Andramo ny 
tantely. Goittez le miel. 

Voa— , pp. Essaye, goiite. 

Man — , va. Essayer. gouter. Manandra- 
ha, imp. Fan—, s. Ce que Ton essaie, 
qu'on goute, maniere d'essayer. Mpan— , 
8. Celui qui essaie, qui gouie. 

Fanandramana, s. L'essai, ['experien- 
ce, l'epreuve, la degustation. Anandra- 
mana, rel. Anandramo, imp. Anandra- 
mo ity hena ity hahitana raha masaka 
na tsia. Goutez nn peu de cette viando 
pour voir si elle est cuito ou non. 

Mab— .Qui essaie, goute ou peut essayer. 



Andranandrana, dupl. fr£q. 

Andran-drano, 8. Action de sonder I'eau 
pour voir si elle n'est pas trop profonde; 
fig. tater le terrain, sonder quelqu'un. 

ANDRANANDRANA, s. Fierte, ar- 
rogance, attitude droite, majestueuse. 

Andranandranina, p. A quoi on donne 
la tournure tiere, droite. Andranandra- 
no, imp. 

Voa—, pp. A quoi ou a donne la tournu- 
re fiere, majestueuse. 

Tafa—, p. Qui prend une tournure Here, 
majestueuse. 

Mi—, vn. Etre fier, arrogant, droit, ma- 
jestueux. Af iandranandrana izaitsizy io 
tovolahy io. Ce jeune homme est exces- 
sivement fier. N iandranandrana tokoa 
ilay narapakarina androany. La nou- 
velle mariee avait une tournure vrai- 
ment majestueuse. Fi— , s. La fierte, 
l'attitude droite, lamajeste. Mpi— , 8. Ce- 
lui qui est fier, majestueux. 

Fiandranandranana, a. La flerte\ la 
prestance. Iandranandranana, rel. Ian- 

DRANANDRANO, imp. 

Man—. Qui est fier ou sait prendre une 
tournure majestueuse. 

ANDRANDRA {andra*, 8. Erection de 
la tete, Taction de regarder le ciel ; fig. 
espoir, attente 

Andrandraina, p. Qu'on leve, vers quoi 
on leve la tete, ce qu'on attend, qu'on 
espere. Ny vola hiany no andrandrain' 
ny mpikarama. Le mercenaire n'a en 
vue quo I'argent. AndrandrAo, imp. An- 
drandrao ny lohanao. Levez votrc tete. 
Andrandrao ny hahavon'ny tendrom- 
bohitra. Kegardez la hauteur de la mon- 
tagne. 

Voa—, pp. Qu'on a lev6, vers quoi on a 
leve la tete ou les yeux ; qu'on a espere. 

Tafa—, p. Qui est levd en haut. 

Man—, va. Lever sa tete ou la tete d'un 
autre, esperer. Manandrandra, imp. Fan 
— , s. Qu on leve, maniere do lever. 

Fanandrandrana, s. L'action de lever 
la tete, Tespoir. Anandrandrana, rel. 
Anandrandrao, imp. 

Mi—, vn. et a. Regarder en haut, lever la 
tete. Mahafinaritra ny miandrandra ny 
lanitra. Host agreable de regarder le ciel. 
Miandrandra, imp. Fi— , s. La maniere 
de regarder en haut. Mpi — , s. Celui qui 
regarde longtemps en haut. 

Fiandrandrana, s. L'action de lever la 
tete, de regarder en haut. Iandrandra- 
na, re/. Iandrandrao, imp. 

Man— . Qui reste longtemps la tete levee. 

Andrandrandrandra, dupl. freq. 

ANDRANO (trano\ adv. Dans la mai- 
son, a la maison, chez soi. 

Andran6ina, p. (Fille) qu'on va deman- 
der en mariage. Andran<W, imp. 

Mi—, vn. Aller demander une lillo en ma- 
riage. 

Aa4raao y appliqud au Filanjana; ma- 



Digitized by 



Google 



AND 



— 38- 



AND 



niero de porter a deux ou a quatre. en 
so rangeant a rinterionr du brancard 
ou des bras du Filanjana. 

Andrandina, p. Qifon porto en se met- 
tant entrelos bras du Filanjana, Andra- 
noy, imp. 

Mi— t vn. Se mettro en dedans pour porter. 

Andrano n6\. S« dit des portours qui se 
trompent et passent tons les deux en 
dedans. 

ANDRAO, c. I)t» crainle, de peur quo. 

ANDRAR&ZINA, s. Arbusie. Celtia 
Madagasca v ie nsis. 

ANDRAVANA, 8. Demonstrations de 
joie, de force commo en bondissant, en 
dansant, en brandissant quelque chose ; 
toute rejouissance bruyante. 

Ml—, vn. Fa ire des demonstrations de 
joie. Miaxdravana, imp. Fi— . s. La ma- 
niere de t^moigner la joie. Mpi—, s. Ce- 
lui qui se livre a quelque rejouissance 
bruyante. 

Fiandravanana, s. L'action de te"moi- 
gncr sa ioie, ie lieu, le motif. Iandrava- 
NAXA.reZ. Iandravano, imp. 

Andravandravana, dupt. dim 

ANDR.ii, int. Marquant la surprise, 
l'admiration et le regret: ho! eh! hola! 
ah! oh! 

ANDR^FA, c. Neanmoins, cependant. 

ANDRAFANA, 8. Ouest. 

Ankandrefanina, p. Qu'on fait aller 
vers 1'ou est. Ankandrefano, imp. 

Miank— , vn. Aller vers I'ouest. Mian- 
kandrefaxa, imp* Fiank — , 8. La direc- 
tion vers I'ouest. 

Fiankandrefanana, s. L'action d'allcr 
a I'ouest. Iankandrefanana, rel. 

AndrefandreTana, dupl. 

IZAO MIANKANDREFAM-DAHAVARANA IZAO, lit. 

Tons ceux dont la porte est vers I'ouest; 
tuut le monde. 

ANDR&KITRA (rekitra), 8. Charge, 
devoir, responsabilite. A ndrekitrao ireo 
entana ireo. Vous etes responsable de 
ces paquets. 

Mi—, ra. Assumer la charge, avoir la 
charge, la responsabilite. izaho mian- 
drekitra ity trano ity. J'ai la responsa- 
bilite de cetto maison. Miandrekkta, 
imp. Fi— , s. Dont on rSpond, maniere 
do rcpondre. Mpi—, 8. Celui qui repond 
de. 

Fiandrek6tana,s. L'action de rcpondre, 
la responsabilite. Iandreketana, rel. Ian- 
dreketo imp. 

Mampi— . va. Charger d'une affaire, ren- 
dre responsable. 

Mah—. Qui prend a charge ou pout 
prendre. 

ANDRY, ,s. Pilier, colonne, soutien. 

Andry an-taincina, s. Un poincon, un 
montant portant sur un mur ou sur line 
traverse. 

Andry be fiankixana, Sur qui repose la 



gestion des affaires, la famillc; terme 
honoriflque. 

Andry ma lam a. Colon no glissanle. m&t de 
cocagne ; fig. ce qu'il faut respecter sous 
peine de malhcur. 

Mianika andry mal\ma, proi\ Toucher a 
ce qui porto malheur. 

ANDRY, 1* p. Attcndu, qu'on pcut at- 
tendro. Tsy andriko izay hahatongava- 
ny. Je ne puis attendre son arrivve. Tsy 
andry andrasanaizy ireo. Nous ne pou- 
vons les altendro, "nous los attentions 
impatiemment. 2* 8. Garde, surveillance, 
veille. 

Andrasana, Andrazana, p. Qu'on at- 
tend, qu'on garde, qu'on survoille. An- 
draso, Andrazo, imp. 

Voa— , pp. Garde, surveiltf. 

Miandry, ra. Attendre, garder, survcil- 
ler. Miar.dry olona alio. J'at tends quel- 
qu'un. Miandry trano aho. Je garde la 
maison. Miandhasa, imp. Fi — , s. Ce 
qu'on attend, qu'on garde, la maniere do 
garder. Mpi — , s. Gardien, celui qui at- 
tend. 

Fiandrasana, s. I/attentc. la garde, le 
lieu. I andrasana. ret. Iandhaso, imp. 

Mampi—. Faire attendre, faire garder, 

Mifampi— . S'altendremutuellement. Mi- 
fampiandrasa et mi fan an dr Asa (de 
manandry inusite), imp. Attendez-vous 
les uns les autres. 

Mah—. Qui attend, sait attendre ou sur- 
veiller. 

Andriandry, dupl. dim. Attente peu 
serialise. 

Miandry faty. Veillcr les morts. 

Miandry lauy. Attendre l'cnnemi dans 
une place Evacuee par les femmeset les 
enfants. 

Miandry lalaxa. Garder les passages, les 
entrees, les issues. 

Miandry rah ah ah a. Attendre les ordres 
de ses chefs, stationner aupres du pa- 
lais pour y recevoir les ordres. 

Miandry tax an a. Garder la ville, le vil- 
lage. 

Miandry tany. Garder les frontieres. 

Andhimaso, s. Garde a vue. 

Atao andrimaso. Garde a vue. 

Andry omby, s. Garde des bfpufs. 

Mpiandry 6mby, s. Bouvier. 

Mpiandry oxdry, s. Berger, pasteur. 

Mpiandritrano, s. Cloporte. 

ANDRY, r. 1° La position horizontale, 
l'etat de co qui est etendu, eouche\ 2" 
La paix, la tran(|uillite. 3° L'etat de co 
qui est iigo, gele, caille. 

Tafandry et Tafandriana, p. Couched 
paisible, fige. Tafandry ou tafandria- 
na tao an-tranon'ny sakaizako aho ha- 
lina. J'ai couche la nuit deiniere chez 
mon ami. Tafandry tsara et tafandry 
mandry ny saiko. Mon esprit est en 
paix. Tafandry ny ronono. Le laits'est 
, caille^ Nahoana hianao no tafandry 
mandry foana tany? Pourquoi avez- 



Digitized by 



Google 



AND 



-39- 



AND 



vous passe la nuit la-bas sans nul mo- 
tif? Tafandria mandry. Dormez bien, 
bonne nuit. 

Mandry, vn. Etre couche, se coucher, 
etre elendu, reposer, etre enpaix.jouir 
de la paix, etre flge, gcle\ caille. Efa 
mandry ny olona rehetra izao. Tout le 
monde est couche maintenant. Efa han- 
dry aho. Je vais mo coucher. Tsy nan- 
dry loatra ny marary halina. Le malade 
n'a guere repose la nuit demiere. Man- 
dry ny fanjakana izao. Le royaume jouit 
maintenant de la paix. Avelao handry 
ny divay. Laissez reposer le vin. Man- 
dry nysolika. L'huile est tigtte. Mandry 
ny ronono. Lo lait est caille. Mandria, 
imp. Fandry, 8. La situation horizon- 
tale, la maniere d<* se coucher, d'etre 
couche, etendu, d'etre en paix, d'etre 
coagule. Voy. Fandhy. Mpandry, s. Gclui 
qui se couche souvent. 

Fandriana, s. Le lit, la couchette, tout 
ce sur cjuoi on se couche, la paix, lu 
coagulation, le lieu. Tsy mety ity fan- 
driana ity. Co lit n'est pas bori, cette 
couchette n'est pas bonne. Efa mby ao 
am-pandriana sahady izy. II est deja 
au fit, il est deja couche. Andriana, rel. 
Tsy azoko andriana ity farafara ity, sa- 
tria fohy loatra. Je ne puis pas me cou- 
cher sur ce lit-ci, parce auil est trop 
court. Andiu'o, imp. Andrio io. Con- 
chez-vous la. 

Mampandry, va. Faire coucher quel- 
qu*un, coucher, <Hendre, pacifier, faire 
reposer. Ampandrio io hazo fisaka io. 
Gouchez cette planche. Mampandry ta- 
ny. Pacifler un pays. Mampandry Tela. 
Faire reposer une nuit la boue que t'on 
prepare pour faire des murailleSi afin 
qn'elle devienno bien gluante. 

Andriandry, dupl. dim. 

Mandriandry. Se coucher un peu, etre 
un peu en paix, se coaguler un peu. 

Mandry amin'ahiatiy. Dormir un peu niais 
avec des apprehensions, des soucis. 

Mandry an-driran'antsy. Dormir sur des 
Opines, avoir des craintes. 

Mandhy fahizay, Mandry fahalemAna. 
Jouir d'un paix complete que rien ne 
trouble. 

Mandry fehari'va. Coucher !a oil la nuit 
surprend, indigent. 

Mandry f6tsy. Se coucher sans manger. 

Mandry ilalana ou l.ylana. Coucher en 
voyage. 

Mandry ilika. Coucher sur le flanc. 

Mandry man6kana noho ny be. Dormir a 
part; fig. etre bizarre, singulier. 

Mandry maty. Dormir comme unmortque 
rien n'eveille. 

Mandry tsy aman'afo, s. Les postes avan- 
ces; il lenr est defendu de faire du feu. 

Mandry tsy matory, — tsirangaiunga. 
Etre couche sans dormir; fig. avoir des 
craintes, des apprehensions., 

Mampandry sofina. Etre attentif a. 



Hapa fandry, ad;. Singulier, original, bi- 
zarre. 
Ranomandry. Voy. Rano. 

RONONOMANDRY. VOy. RONONO. 
TsiMPANDniMPANDRY. VOV. CO mot. 

ANDRIAMANITRA, 8. Dieu. Autre- 
fois on donnait ce nom aux objets du 
culte superstitieux, ot aux bonnes cho- 
ses, comme nous disons Divin pour ex- 
primer une qualite superieure. 

Andriamanitra AndriananahAry, 8. Le 

Createur. 
Anriamanidahy andriamanibavy, a. Nom 
qui, dans le paganisme, desitfnait cer- 
taines divinites ou vertus inferioures. 
Andriamanitra latsaka an-tany, 8. Divi- 
nites descendues sur la terre. . 

Andriamanitra.lertbb, 8. Le grand Dieu, 
le Dieu des dieux, le vrai Dieu. 

Andriamanitra mby an-trano. lit. Dieu 
arrive dans la maison; fig. se dit du 
soleil dont les rayons penetrent dans la 
maison. 

ANDRlANA, 8. Souverain, seigueur, . 
noble; terme de respect. 

Andrianina, p. Qu'on respeete, qu'on 
honore, a qui on rend hommage. An- 
driano, imp. 

Man—, va. Honorer, respecter. Manan- 
driana, imp. Fan—, s, Celui qu'on ho- 
nore, ou qu'on doit honorer, la maniere • 
d honorer. 

Fanandrianana, s. Les honneurs ren- 
dus. Anandrianana, rel. Anandria- 
no, imp. 
Prend Alifan— , Mampifan— .Mampan— . 

Blah—. Anoblir, conferer la noblesse ; 
fig. ennoblir, donner du relief. 

Andriandriana, dupl. Conduite digne. 

Mi—, vn. Se conduire avec dignit6. Ft — , 
s. L'etat do celui qui sait se conduire. 

Fiandrlandrianana, s. La conduite 
digne. Iandriandrianana, rel. Iandrian- 
driano, imp. 

Pahandrianana, fiandrianana, handria- 
nana, 8. Noblesse, souverainete, royaute, 
majeste. 

Manandrian-ten'a. Se donner des airs de 
prince. 

Samy andrian ko azy. Chacun est roi, 
prince ou noble de son cote, chez lui ; 
a chacun sa noblesse, son titro. 

Samy manana ny fahandrianany. Chacun 
a sa noblesse, sa caste, sa maniere 
d'agir en tant quo noble. 

Anriamanjaka. s. Lo souverain, roi, reine. 

Andiuamasinavalona, 8. Nom de la secon- 
do caste noble. 

Andriamaso, s. La pupille de 1'omI. 

Andriamat6a, 8. L'aine des garcons; mon-- 
sieur, terme respectueux. 

Andriamhaventy, s. Juge, magistral. 

Andriamdavy, s. Femme noble. 

Andriambavilanitra, «.. Les dames respec- 
tables ; titre honorilique par lequel on 
d»}signe les femmes dans les reunions. 



Digitized by 



Google 



AND 



— 40 — 



AND 



AndriambavirXno, 8. Espece de nai'ade, 

nymphe des eaux. 
Andriamdk, s. Roi, reine. 
Andriamby, 8. Aimant, acier aimant£. 
Andriamboriv6>y, s. Sou vera in, noble des- 

pote, violent. 
Andmamparary, 8. Le dernier des flls. 
Andrianaivo, 8. Cadet, cadets a fexcep- 

tioa du dernier ne. 

AnDRIAN AHAMBANA. 8. Mot U8tt6 lorsqu'OB 

proclame un roi a la mort du prtdeces- 

seur, digne successeur. 
Andrianamboninolona, 8. Nom de la qua- 

trieme caste noble. 
Andriananahary, a. Le Crealeur. 
Andriandahy, 8. Un noble. 

ANDEAN-DRAY AMAN-DRiNYet ANDR1AN-DRAY 

andrian-drrny. Noble de pere et de me- 
re ; prince, princesse de sang royal. 

Andrian-drainazy, 8. Roi dgbonnaire. 

Akriandranando, 8. Nom de la cinquieme 
caste noble. 

ANBRiANfPY, 8. Dents incisives. 

Andrianjahonoany, 8..Un reprgsentant, un 
mandataire, un depute, un d6!egu6. 

Andrianteloray, 5. Nom de la 3 - *, I - *, 5- - , 
castes nobles reunies. 

Andmantompokoindr/ndra, 8. Nom do la 
troisieme caste noble. 

AnDRIANA TOMPOM-BODiVdNA. ANDRIANA AM- 
BODIVOXA et ANDRIANA TOMPOMBNAKBLY, 8. 

Seigneur d'un domaine- 
ANDRINA. Voy. Handrina. 

ANDRINDRIN AN TRAN O (rindri- 
na, trano), adv. Pour qui on ferme la 
maison; voleur ou suspect de vol. 

ANDRO, 8. Jour, temps, vie. Mihafohy 
izao ny andro. Les jours deviennent 
maintenant phis courts. Enina ny an- 
dro iasana. II y a six jours pour Ira- 
vailler. Aza manary andro foana. Ne 
perdez pas votre temps. Fohy ny an- 
dronteika. Notre vie est court e. 

Man—, vn. Pratiquer I'astrologie, tirer 
l'horoscope. pr6dire les jours fastes et 
nefastes. Manandr6a, imp. Fan—, 8. 
La maniere de tirer l'horoscope. Mpan— , 
a. Astrologue, diseur de sorts. 

Fanandr6ana, 8. L'horoscope, Taction 
de dire les jours fastes et nefustes. Anan- 
dr6ana, rel. Anandr6y, imp. 

An'andro, adv. et s. Alteroativement ; 
tour. Manao an'andro izy ireo. lis font 
chacun lour jour. Anandroko anio. 
Cest aujourd'hui mon tour. 

Mifanandro, in. Se reniplacer a tour 
de role un ou plusieurs jours. Mifanan- 
dr6a, imp. Fifanandro, 8. Remplace- 
ment success if un ou plusieurs jours. 

Fifanandrdana, s. Action d'alternor. 
Ipanandr6ana, rel. Ifanandroy, imp. 

Andro alina, adv. Le soir a nuit close. 

Andro ahan'alina, adv. Jour et nuit, tou- 
jours ou sou vent. 

Androany, adv. La partie ecoulee du jour 
present. 



Andro anJo, adv. Aujourd'hui, la partie 
non ecoulee du jour present. 

Andro ARfvo, 8 Un jour qui en vaut milie, 
jour de fete. 

Androbe*, 8. Epilepsie. 

Anoln 'androde, adj. Epileptique. 

Andro f6tsy, «. Jour de bon destin. 

Andro iray toa zvro, prov. Un jour qui 
en vaut cent, jour de fete. 

Andro mahatsara vAHfxY, toe. adv. Au cre"- 
puscule du soir, Jorsqu'il est clair; il 
la vo rise les voyageurs. 

Andro wabrry, 8. Jour fort qui presage un 
destin fatal. 

Andro mandr6rona, adv. A partir de deux 
heures jusqn'au soir. 

Axdrom-balala, a. Jour a sauterelles ; fig. 
temps lourd avec brise accablante. 

Andro mesa, 8. Jour a destin rouge, vio- 
lent. 

Andro misAndratra, 8. Jour et destin as- 
cendant, du matin a midi. 

Andro ik5dy, adv. els. Le jour a son de 1 - 
clin. 

Andron-dolo, adv. Jour des revenants, 
lorsque Thorizon est rouge au lever du 
soleil, et lorsque le soleifluit a t ravers 
la pluic. 

Andro ratsy,8. Une mauvaisejournee;/i0. 
un jour neTaste. 

Andro RiRfNiNA, 8. La saison froide dppuis 
Mai jusqu'en Aout. 

Androtry et androtriny, adv. En ce jour- 
la. 

Androtrizay, adv. Ce jour-la, en ce jour- 
la, alors. 

Andro tsara, 8. Belle journe'e; fig. un 
jour faste. 

Andro tsy maty, a. Jour exempt de sanc- 
tion penale ; jour d'orgie, de bacchana- 
les. 

Andro vklona, 8. Jour d'amnistie. 

Andro vid/na, 8. Jour dont les instants 
sont pr£cieux. 

Miandro mialina. Travailler jour et nuit. 

ANDRO, r. AcJion dese baigner, bain. 
Tafa— , p. Qui s'est baigne\ 

If andro, vn. Se baigner, participer a 
la feto du Fandroana. Mandroa, imp. 
Fandro, 8. Maniere se baigner. 
Fandrdana, 8. Le bain, la baignoire, le 
temps, le lieu ; fdte nationale, le pre- 
mier jour de l'an jadis. AndrO*ana, rel. 
Androy. imp. 
Mahamp— . Qui fait baigner ou suflisant 

pour se baigner. 
ANDR6A, c. De crainle, de peur que. 
ANDR6NDRA, a. Mauvais, fraude, se 
dit surtout des etofles vieilles lustrees 
et vendues commeneuves. 
ANDR6NGO, 8. Lezard gris ( une es- 
pece de moyenne grosseur. 
Man—, vn. "Hamper comme les lizards, 
etre lurieux comme un bosuf qui se 
demone. Manandrong<5a, imp. Fan— ,8. 
Maniere de ramper, de se d^mener. 



Digitized by 



Google 



ANG 



— 41 — 



ANG 



Fanandrong6ana, a. L'action de Tam- 
per. Anandrongoana, rel. Anandron- 
got, imp. 

Lavo manakdrongo. Tomber de tout son 
long la I6te en avant. 

ANDRONGO MILANJA L6LO, BE AM-PITONDRA- 
NA, PA KBLY AM P1HINAN ANA, prOV. BeaU- 

coup d'apparencc, peu d'eflet. 

ANDRONGO AN* ASA, KA SAMY MIARO NY RAM- 

boky tsy ho tapaka, prov. Chacun doit 

se tenir sur ses gardes. 
AKDRORANGA, s. Norn d'une herbe, 

on la brule comme bois de chauflage. 
ANDROR6SY, s. Nom d'une caste de 

mendiants condamn6s a demander l'au- 

m6ne par la malediction du chef de la 

famille dont ils descendent. 
iNDROVY et ANDR6VO, s. Rodeur, 

bende de malfaiteurs, de bandits, de 

detrousseurs. 
Androvondrdvo, dupl. de Androvo. 
Ml*-, vn. Devenir bandit, s'associer aux 

malfaiteurs. 
PiaHdrovoBdrov6ana v s. ^association, 

les exploits des bandes de brigands, 

leur vie. Iandrovondrov6ana, rel. Ian- 

drovondrov6y, imp. 
Androvilahy, s. Nom d'un coquillage ma- 

rin. 
Androvolahy, 8. Un brigand assocte a 

une bande. 

AN&FA, c. Et cependant, neanmoins, 
mais. 

AN-BLAN&LANA. Yoy. Elana. 

AN-*RANY. Voy. Ehana. 

ANGA, r. Pusillanimity lachete. 

Man—, vn. Se montrer lache, saigner du 
riez. Fan—, 8. Couardise. 

Mananga-tay, loc. lit. Faire dans ses 
culottes. 

ANGADft, int. Exclamation poussee par 
les eniants en agitant la mam vers leur 
compagnon qui s'est perm is une incon- 
gruity; c'est lui le vilain. 

ANGADY (hady), 8. Beche, pioche en 
forme de pelle. 

Angady bb lela, 8. Pioche largo; fig. ac- 
tion de prendre plus qu'il ne faut. usur- 
pation. Aza manao angady beleta amy 
ny tanimboliko. N'empietez pas sur mou 
champ. 

Angady m6kdro, s. Pioche usee. 

Angady rapaka, a. Beche a long fer. 

Angady tsy mahatapaka ahitra. Pioche 
emousse>; fig. qui craint d'userde son 
pouvoir pour la repression. 

ANGADRANO [angatra, rano), 8. Cras- 
se, dartre de la t6te. 

ANGAFA et ANGAFO, 8. Le chanvre, 
surtout le chanvre sec, (mot vulgaire). 

Man— , va. Fumer le chanvre. 

Fanangafloana, s. L'aciionde fumer le 
chanvre, la pipe ou ['instrument pour 
fumer, ordinairement une calebasse. 



ANG AH A 9 adv. Peut-dtre, c'est pos- 
sible. 

Angahalna, p. Dont on doute, sur quoi 
on rdpond : peut-etre. Angahao, imp. 

ANGAKA, 8. Canard sauvage. Anas 
MellerU Sclat. 

ANGALY, r. (vieux mot). Ritournelle, 
caprice. 

Mi—, adj. Capricieux, avec ritournelles, 
se dit du chant et des enfanls. 

Angalifatsy, adj. Roue\ tin matois. 

ANGALlSA, 8. L'ancien mousquet an- 
glais. 

ANGAL6HA (pour aoka aloha), adv. 
Un instant, attendez un peu. 

ANGAMBA, adv. Peut-etre. 

AWTGAMBNAVAVA {mena, raua), a. 

1° Chameau, dromadaire; 2* luciole, ver 

luisaot. 

ANGAMfiRANA, a. Nom d'un arbre 
et d'un animal aquatique. 

ANGANA, s. Indigo. 

ANGANA, r. Ce qui reste apres une 
deTaite, apres une ruine; action de se d6- 
dommagcr, de rentrer dans ses fonds. 

Mi—, vn. Rester apres la dcfaite, apres 
la ruine. Tamy ny miaramilaarivo izay 
lasa niady efajato sisa nianpana. Sur 
mille soldats qui sont partis pour la 
guerre il n'en reste que quatre cents. 
Ariary zato nampisamboriko azy ka roa- 
polo sisa niangana. Je lui ai prate" cinq 
cents francs et je n'on ai recouvr6 que 
cent. Fi — , 8. Le reste. 

Man — , va. Se dedommager, rentrer dans 
ses fonds. Tsy mbola nanangana ny 
fatiantoko. Je'ne me suis pas encore de- 
dommagS de mes pertes. Fan—, s. Les 
fonds dans lesquels ou cherche a ren- • 
trer, maniere de rentrer dans ses fonds. 

Fananganana, s. L'action de rentrer 
dans ses fonds, ce avec quoi on repare 
ou compense. Ananganana, rel. Anax- 
gano, imp. 

Tsy misy miangana. Tout est perdu, rien 
ne reste, pas de survivants. 

ANGANGA, s. Nom d'une plante a ra- 

cine acre, on la mange en temps de 

disette. 
ANG ANGA, s. Oiseau ceuse porter mal- 

heur; fig. un vaurien. 
Angangaina, p. Qu'on fait lever dun 

cole, qu'on vante a l'exces. Angangao, 

imp. 
Voa— , pp. Lev6 d'un col6, vante\ 
Tafar— , p. Qui se leve d'un c6te. 
Man—, va. Faire lever d'un cdte\ van tor 

a l'exces. Mananganga. imp. Fan—. 8. 

Qu'on lait lever, maniere de faire lever, 

de ilatter. 
Fanangangana, a. Action de faire lever 

d'un cote, de flatter. Anangangana, rel. 

Anangangano, imp. 

Prend Milan—, Mampifan— , Mampan— • 



Digitized by 



Google 



ANG 



— 42 



ANG 



Mi—, vn. Se lever d'un cotf, se ditsur- 

tout de la balance, Jever la tele. 
ANGANJA, adv. Peut-etre. 
ANGANO, s. 1° Conte, fable, farce, his- 
toriette. Mitantara angano izy. II raconte 
des lables, des routes. Milaza arxgano 
izy. II dit des farces, il conte des his- 
toriettes. 2° Malheur. Nahila angano 
aho. J'ai on du mainour. Mila angano 
izy. 11 chorche malheur. 3° Chose ex- 
traordinaire. Anganon-kanina izany! 
Quelle variete extraordinaire de mcts! 
4° Enjolivements, superletation. 
Anganbina, p. Quon dit ou fait avec 
des enjolivements, avec snperfetation; 
qu'on amuse par des farces. Angan6y, 
imp. 
Voa— t /i/j IiiUvec superletation; amuse 

|mii des [.in - qui a eu du malheur. 
Man— >Y(. EnjoJiver, dire avec super- 

bVLaLioii.amiiaer jar des farces. 
Mi—, i?n. Dirts des farces, plaisanter; 
ralm des fanjns, etro capricieux. Fi— , 
M&nteru da plaifcanter, caprice. Mpi— , s. 
Lji pliiisaui, un brodeur de contes. 
Fiangandana, i Les plaisanteries, les 
caprices, Iascaso.wa, rel. Iangan6y, 
%xnp* 
Anganongano, dupl s. et adj. Plaisan- 

lerw, ffccEtie, Hipcrfelation; plaisant. 
Am.anq amuanliho, s. Conie, farce, exa- 

geration; fig. quelque chose d'inoui. 
Anganon-javatra. Extraordinaire, hors 

ligne, c'est lacheux. quel malheur ! 
Anganonganox-k/ra, 8. Chant avec des 
lions. 

ANGAO, c. Si par hasard, de crainte 
que. 

ANGARABORARAKA, arte. Pelo- 
. mGle, sans trop y regarder. 

ANGARALAHY^iouxj.s. Esclave on 
suivant du souverain jadis, son horamo 
de confiance. 

ANGARANAdY, s. Grenade, petit bou- 
let. (Fr. grenade). M r Labordo apprit 
a les contectionner. 

ANGAR&DONA (redona), s. RIz cuit 
et ddjaye d'eau. 

ANGAR&SO, s. Superlelation, sur- 
charge d'orncments, exageration. 

ANGAR6HA, s. Grande coqullle ma- 
rine; on la sonnait a la suite du souve- 
rain. 

ANGATA, 8. Niello des dents. 

ANGATRA, 8. I- Itevenant, fantome, 
esprit, hum. Mamoha angalra. Evoquer 
les esprits. Famohazana angatra. Evoca- 
tion des esprits, magie. 2 ; Un Jibcrtin, 
un mauvais sujet. Angadahif. {Jn liber- 
tin. Angabavg. Une libertine. 

Angabe, s. Ksprit puissant. 

Lelafin' angatra. Se dit des cheveux qui 
tombenl premalurement ; on croit que 
los lutins les emportent on les lechent 



Masiaka angatra. Lieu regarde comme 
fr^quente par des esprits malfaisants; 
personne redoutablo qui vient apres sa 
mort faire soutTrir les vivants. 
ANGATRA, s. Partialite, preferences. 
,.y. nnpatra nataonao no naharesy ahy. 
J ai ete condamne a cause de votrenar- 
tialite. ' 

Mi—, va. et n. Faire des partialites, des 
preferences. Miangatra ny mpitsara ra- 
ha voan'ny vola. Lesjugesfout des par- 
tialites lorsqu'ils recoivent de l'argent. 
Aza miangatra amy nv zanakao farala- 
hy. Ne faites pas des preferences pour 
voire dernier garoon. Mmngaha, imp. 
vi— , s. Envers qui on est partial, on 
fait des prelerences, la maniere de les 
faire. Mpi—, s. Celui qui est partial. 

Fiangarana, s. Partialite, preferences. 
Iangahana, rel. Iangaro, imp. 

Maha— . Qui est partial. 

ANGATRA, s. Blennorrhagie, uretrito, 
plusieurs maladies svphilitiques. 

Angaboribory, s. Mala<iie, retention d'uri- 
ne avec suppression des selles. 

Angamaty. s. Blennorrhagie a 1'etat aigu 
avec retention d'urine. 

ANGAVY, s. Requete, demande d'un 
service. 

Angavina, p. Qu'on demande. Anga- 
vio, imp. 

Voa— , pp. Demande. 

Mi—, va. et n. Dcmander un service 
I'aide de quelqu'un. Miatigavy anao alio 
mba hiasa tanimbary. Jevous demande 
ie service de venir piocher ma riziere 
Miangavy angady aminao aho. Je vous 
pne de mo preter votre beehe. Miaxga- 
vi'a, imp. Fr— , s. Co qn'on demande 
maniere de demander. Mw— , s. Celui 
qui demande. 

Fiangaviana, «. La demande. celui a 
qui Ton demande. Iangavi'ana, rel. Iax- 
gavjo, imp. 

Man— Qui demande ou pent demander 
un service. 

Angavingavy, dupl. fre'q. 

ANGAVODaANA, 8 . Arbre dont les 
leuilles reduites en cendres sont uu 
eaustique encrgique emplove avec suc- 
c«»s contre la gale. Agauria 8alicifolia, 
Hook. ' 

ANGfe el ANGfeHA, adv. Un pen. 

done. Jorco ange. Rogardez un peu. 

Avia ange. Veuez done. 
ANGfeFA, c. Cependant, toutefois. 

ANGfeLY, s. Grillon; fig. libertin, de- 

bauche. 
Ancelingoaika, s. lit. Le grillon des cor- 

beaux : esj>ece de grillon noir. 
Angelinkary, 6-. Le grillon domesticate ; 

fig. un fripon. 
Angelin'olona, adj. Libertin, ln?cif 
Angeling61y, dupl. Dobauche. 
Angelingelena, p. Qw> V on enjule, 



Digitized by 



Google 



ANG 



-43 



ANG 



qu'on debauche. Angblingeleo, imp. 
Voa—, pp. Enjoin, debauche. 
Man—, va. Enjoler, d4baucher. Manan- 

gelingble, imp. Fan— , .s. Celui qu'on 

debauche, mnnicre de dSbaucher. Mpan 

— , s. Un enjoleur, un delmucheur. 
Fanangelingel6na, *. L'action de dd- 

baucher. An angeling klkna, rel. Anange- 

ungeleo, imp. 

Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan — . 

ANCxfiLOKA (heloka), ,s. Detours, con- 
tours, zigzags, eomme dans les arabes- 
ques. 

ANGfiNTSANA, s. Fantaisie, caprice, 
exigence, recherche, enjolivemenl. 

Angentsanina, p. Qu'on laisse alter a 
ses caprices, qu'on enjolive. Angentsa- 
no, imp. 

Voa—, pp. Qu'on a laisse alter a ses ca- 
prices, qu'on a enjolive. 

Tafa—, p. Qui suit ses fantaisies. 

Man—, ra. Laisser aller a ses caprices, 
laisser suivre ses fantaisies, enjoliver, 
mettro dela recherche. Manangentsana, 
imp. Fan—, s. Qu'on laisse suivre ses 
fantaisies, qu'on surcharge d'orne- 
ments, maniere de laisser faire, de sur- 
charge r. 

Fanangentsanana, s. L'action de lais- 
ser suivre ses fantaisies, de surcharger 
d'ornements. Anangentsanaxa , rel. 
Anangentsano, imp. 

Ml—, vn. Etre fantasque, capricieux, 
exigeant, recherche, se dorloter, etre 
enjolive, surcharge d'ornements. Mian- 
gentsana, imi). vi — , s. La fantaisie, 
la recherche. Mpi — , 8. Celui qui est fan- 
tasque, qui aime la recherche. 

Fiangentsanana, s. Fantaisies. capri- 
ces, celui a qui on s'adresse pour sui- 
vre ses fantaisies, la recherche, la sur- 
charge d'ornements. Iangentsanana, rel. 
Iange.ntsano, ivip- 

Angentsang6ntsana, dupl. freq. 

ANGftSO et ANGESONGfiSO (dupl. 
plus usite), s. Ornements du style, af- 
fectation, recherche. Angesoh-tany. 
Langage orne, fleuri, figure\ recherchb. 
Mahay a?i</eson-tcny tokoa izy. II sail 
orner son slyle. Be angeso loatra ny 
laha-leniny. Son style est trop recher- 
che. 

Anges6ina, p. Qu'on fait avec affecta- 
tion, avec recherche. Anges6y, imp. 

Voa—, pp. Dans quoi on a mis de la re- 
cherche. 

Mi—, vn. Etre afleete, recherche. Mian- 
geso liteny izy. II est recherche" dans 
son langage. Miangeso amy ny fitafia- 
na io vehivavy io Cetto femme est re- 
chereh6e dans sa toilette. Miangesoa, 
imp. Fr— , *• La recherche. Mpi—, s. 
Celui qui est recherehO. 

Fianges6ana, s. L'alTcetation, la recher- 
che. Iaxgks6ana, rel. Iangesoy, imp. 



ANGlANGY, s. Hardiessc, effronterie, 
mauvaise ou basse plaisanterie 

Mi—, va. Etre effronte, grossier. Affan- 
giangy loatra amy ny rainy izy. II est 
trop eiTronte en vers son pere. Fi— , 8. 
L'efTrontorie, Timpolitesso. Mpi—, *. 
L'elTronte. 

Fiangiangiana, s. L'ofTronterie. Ian- 

GIANGfANA, rel. 

Man—. Qui ose faire l'insolent. 

ANGtDINA, 8. Nom generique des li- 
bcllules. 

Angidimasombika, 8. La petite libcllule 
noire. 

Angidimbe, s. La grande libcllule. 

Angidixandevolahy, 8. Espece do libellu- 
le, (la Francaise.) 

ANGiNuiNANDnfANA, s. La libcllule do cou- 
Ieur marron. 

Angidindrano. s. Espece do libcllule. 

Angimndron6no. s. La libellule blancha- 
tre, tachettfe de noir. 

Angidinkely, s. La petite libellule brune 
tiront sur le noir. 

Angidintsakay, s. La libellule rouge. 

ANGILiSY, s. Anglais. (Angl.enp/is/i.; 

ANGtLO, s. Nom des tomates en g<5n£- 
ral. 

Angilobe, s. La grosse espece de tomato. 

Angilofonak6ho, s. Tomate oblonguc. 

Angilombazaha, 8. La grosse espece, in- 
troduite par les Blancs. 

ANGlRA, s. Nom d'unc foret; fig. dans 
le lointain. 

ANGITRANGITRA, s. Fierte, refus 
d'obeissance, de travail. 

Angitrangirina, Angitrangitina, p. 
Qu'on refuse de faire, qu'on fait de mau- 
vaise grace. Angitrangiro, Angithangi- 
to. imp. 

Tafa—, p. Qui refuse. 

Mi—, vn. Refuser ou faire de mauvaise 
grace. Miangitrangira, Miangithangita, 
imp. Fr— , s. Le refus, la mauvaise gra- 
ce. Mpi—, s. Celui qui n'obSit pas ou 
obeit de mauvaise grace. 

Fiangitrangirana, s. L'action de re- 
fuser ou de faire de mauvaise grace. 
IangitrangIhana, rel. Iangithangi'ro, 
imp. 

ANGtVY, s. Planto epineuse produi- 
sant des fruits rouges. Solanum erg- 
tkracanthnm. 

Angivibe. s. Commo Voampobe. 

Angivisiuazaiia, s. Aubergines. 

ANGOANGO, 8. Le trop plein, le com- 

ble. 
Mi—, vn. fitre comble. Fi— , r. L'etat 

plein. 
Fiangoangdana, s. Le comble. Iango- 

angoana, rel. 

ANG6A, c. De crainte que. 
ANG6AKA (nieux), s. Espece de gre- 

nouille. 
Angoatenda, s. Defi, provocation des en- 



Digitized by 



Google 



ANG 



-44- 



ANG 



fants entre oux, foite en se chatouillent 
la gorge ; imitation dans le chant do la 
voix de l'Angoaka. 

ANG6BY, s. La contenance, le volume 
compris entre los pouces et les index 
des deux mains reunis en cercle. 

ANG6BOKA. Voy. Godoka. 

ANG6LA, 8. Demandes importunes, 
fantaisies, caprices ; fig. fion, notes d'a- 
grement en musique. 

Angolaina, p. Dont on satisfait les ca- 
prices, les fantaisies. Angolaq, imp. 

Voa—, pp. Qu'on a laisse suivre ses fan- 
taisies, ciont on a satisfait les caprices. 

Mi—, vn. Avoir des fantaisies, des ca- 
prices, chercher d les satisfaire; etre 
enjoliv6 de fions. Miangola loatra amy 
ny hanina io zazalahy io. Ce garcon a 
trop de fantaisies pour la nourriture. 
Miangola loatra ny hira ataony. Son 
chant' est enjolivd tie trop de Dons. Mi- 
angola, imp. Fi— , 8. Fantaisies, fions. 
Mpi—, s. Celui qui a des fantaisies. 

Fiangolana, 8. Fantaisies, caprices, ce- 
lui auquel on s'adresse pour satisfaire 
ses fantaisies ; fions. Iangolana, rel. 
Iangolao, imp. 

Angolangola, dupl. 

Man—, ra. Laisser quelqu'un suivre ses 
fantaisies, les satisfaire ; mettre des 
lions. Manangolangola zanaka io reny 
io. Gette mere condescend aux fantaisies 
de ses enfants. Manangolangola, feo. 
Mettre des lions au chant, chanter en 
lisant. Manangolangola, imp. Fan—, s. 
Dont ou suit les fantaisies, a quoi on 
1 met des fions, maniere de le faire. Mpan 
— , s. Celui qui condescend aux fantai- 
sies, qui met des lions. 

Fanangolangolana, v. Indulgence ex- 
cessive pour les fantaisies de quelqu'un, 
les fions: Anangolangolana, rel. Anan- 
golangolao, imp. 

Mah— . Suivre les fantaisies do quel- 
qu'un. 

ANGOL£, s. Maniere dejouer aux bil* 
les, en les lancant avec le majeur d'une 
main, tandisque le pouce, 1'index et le 
majeur de l'autro servent de point d'ap- 
pui tout en fixant la bille. (Fr. anglais.) 

ANG6LY, s. Seduction, tromnerie. 

Angol6na, p. Qu'on seduit, qu on trom- 
pi?. Nangolen ny sakaizany izy. It a 
etc seduit par son ami. Angol&cT, imp. 

Voa- , }>]), Seduit, trompe. 

Man- r;i. Seduire, Iromper. Nanan- 
tfoiy rj> vAhoaka izy. II a seduit le peu- 
jde. Manaxgolu, imp. Fan—, s. Qu'on 
-■ ImiL Maniere de seduire. Mpan — , 8. 
Lfj sddtietour. 

Fanangolena, s. La seduction, la trom- 
nort" , J As \ngol£na, rel. Anangoleo, imp. 
l*reiid Milan—, Mampifan— , Mampan— , 

ANGONA, t. Reunion, rassemblement- 



Angonina, p. Que Ton reunit. Ang6ny, 
imp. 

Voa— , pp. Qu'on a assembled 

Tafa—, p. Qui s'est assemble. 

Man—, va. Reunir, assembler, rassem- 
bler, collectionner, ramasser. JVanan- 
qona ny lehiben* ny tanana maro izy. 
tl a reuni les chefs de plusieurs villages. 
Manangona ny vahoaka. Rassembler 
le peuple. Nanangona ny karazan-dolo 
rehetra izy. 11 a collection ne les di verses 
especes de papillons. Mananflom-hato. 
Ramasser ou rassembler des pierres. 
Manang<5na, imp. Fan—, 8. Ce qu'on 
reunit, la maniere d'assembler. Mpan—, 
s. Un collecteur, celui qui fait des tas, 
qui fait le monopole. 

Fanangonana, 8. L'action de reunir, 
de rassembler, le lieu ou l'on rassemble, 
comme un musee, un magasin. Trano 
fanangonan -javatra manate - hizaha. 
Musee. Trano /anangfonam-boky. Bib- 
liotheque. Anang6nana, rel. Anang6ny, 
imp. 
Prend Mifan— , Mampifan—, Mampan—. 

Mi—, vn. So reunir. s'assembler. Miango- 
na, imp. Fi— , s. Maniere de se rassem- 
bler. Mpi—, 8. Les membres de la reu- 
nion, les paroissiens. 

Fiangbnana. s. La reunion, le lieu de 
l'assemblee, realise, le temple, 1'ensem- 
ble de ceux qui composent l'assemblee, 
la paroisse. Ny trano fiangonana. L'eg- 
lise, le temple. Jangonana, rel. Taiza no 
niangonan' ny vahoaka? Ou esl-ce que 
le peuple s'est rassemble? Iang6nv, imp. 

Mah—. Qui reunit, peut reunir ou se 
reunir. 

Angonangona, dupl. dim. de Angona. 

ANG6NGO. r. Tas, monceau. 

Voa— , pp. Mis en las, en monceau. 

Man—, ra. Mettre en tas, en monceau. 
Manangongo vato. Mettre des pierres en 
tas. Manangongoa, imp. Fan — , s. Ge 
qu'on enlasse, maniere d'entasser. Mpan 
— , s. Gelui qui entasse. 

Fanangongdana, s. L'action d'entasser. 
Anangongoana, rel. Anaxgong6y, imp. 

Mi—, vn. Etre en tas, en monceau. Fi— , 
8. L'entassement. 

Fiangongdana, 8. L'entassement. Ian- 
gong6ana, rel. 

ANGORON AN - DAMBA ( horona , 
lamba), s. Les sorciers, les voleurs, (par 
la pour desquels on se cache sous la 
cou ver lure). 

ANG6TY et ANGOTING6TY, s. De- 
mandes, caprices des enfants, fantai- 
sies. 

Tafa—, p. Qui demande selon ses fan- 
taisies. 

Mi—, vn. Demander, exiger selon ses 
fantaisies. Miangotia, imp. Fi— , s. La 
maniere de demander. Mpi—, 8. Un de- 
mandeur, un enfant gate. 

Fiangotiana, *. L'action d'exiger, de 






Digitized by 



Google 



ANI 



-45- 



ANt 



demander commo les enfants, celui au- , 
quel on s'adresse pour demander. Ian- 
cotiana, rel. Iangotio, imp. 

Mah—. Qui sait demander, exiger. 

ANG6VY, adv. Avec force, violence; 
nom d'une maniere de porter en Filan- 
jana -. la course a fond de train. 

ANT, pre' p. A, dans, pour. Any ny sa- 
kaizako ity. Ceci est a mon ami. Any 
Koto ity. Ceci est a Koto. Any Koto izao. 
C'est m'aintenant le tour de Koto. Ao 
an-tranony izy. II est la dans sa maison. 
Ho any ny mahantra ity vola ity. Get 
argent est pour les pauvres. 

ANT, article personnel se place devant 
lesnomspropres employes comme regi- 
mes directs. Namely any Paoly izy. II 
a frappd Paul. 

ANY, adv. de temps, marque: 1° La 
partie ecoutee du jour ou Ton se trouve; 
1* un temps futur. 

Any antoandho. La partie 6coulee du jour 
present. 

Anikbhko. Dans la partie <§coul6e du jour 
present, il n'y a qu'un instant. 

Animaraina ou aninaraina. Go matin. 

Any tontolo andro. Toute la journee (paS- 
sS). 

Andro any ho any. Dans l'avenir, dans le 
temps futur. 

Taona any. L'annee prochaine. 

ANT, adv. de lieu. La, la-bas, dans un 
endroit, en, y. Any no itoerany. C'est 
la-bas qu'il resle. Mitoetra any amy ny 
tan Ana nafa izy. II reste dans un autre 
village. Avy any aho izao. J'en viens. Ta- 
mj aho omaly. J'y ai £te hier. Ho any 
aho rabampitso. J y irai domain. 

Manic— , vn. Aller a,se dinger vers, abou- 
tir a, conduire a. Hankany Ambohi- 
manga alio. J'irai a Ambohimanga. 
Mankany Toamasina io lalana io. Ce 
chemln conduit a Tamatave. Mankanbsa, 
imp. Mankanesa aty. Venez ici. Fank— , 
a. La maniere d'aller. Mpank — ,a. Celui 
qui va habituellement. 

Fankan4sana, a. L* action d'aller, le 
lieu. Ankanesana, rel. Oviana no nan- 
kanesanao tany? Quand est-ce que vous 
avez et6 la-bas? Ankaneso, imp. 

Any ho any. Plus loin, un peu plus loin, 
par la, ailleurs. 

Any ho any kok6a. Retirez-vous un peu 
plus. 

ANT, a. Ourdissage de la trame. 

Anina, p. Que ron ourdit. Amo, imp. 

Voa—, pp. Ourdi. 

Man—, va. Ourdir. Manan(a, imp. Fan—, 
8. Ce qu'on ourdit, la maniere d'ourdir. 
Mpan—, a. La personne qui ourdit. 

Fan an Ian a, a. L'ourdissoir, le metier, 
Tourdissage. Ananiana, rel. Anan/o, imp. 

Ani'ana, 8. L'echeveau, la trame ourdie. 

ANlANA, s. Serment, jurement. 
Mi—. cn . Faire un serment, jurer. Aza 



m tan tana foana. Ne faites pas de ser- 
ments sans motif, ne jurez pas en vain. 
Mianiana, imp. Fi— , 8. Maniere de jurer. 
Mpi— , Celui qui jure souvent. 

Fianianana, a. Le serment, le jure- 
ment, les paroles, le lieu, ce par quoi 
on jure- Ianianana, rel. Ianiano, imp. 

Mah—. Qui jure, ose jurer. 

Mianiana tsy to. Faire un faux serment. 

Mianiana amy ny tany aman-danitra. Pro- 
mettre de ne plus recommencer. 

ANlANT, 8. GonQement, ballonnement, 

Anianina, p. Qu'on gonfle. Anianio, imp. 

Mi—, vn. Etre gonfle, ballonne. M iania- 
ny ny kibon'ny manirano. Le ventre de 
l'hydropique est gonfl6. Ft—, a. Etat du 
ventre Dallonne. 

ANiE, int. Plaise a Dieu ! puisse ! que! 
Andriamanitraanie hanampy anao ! Que 
Dteu vous vienne en aide 1 

ANIE, adv. Vraiment, assurement. Ma- 
ran itra anie ny antsy. Le couteau coupe 
vraiment bien. Matiko anie hianareo. 
Vraiment je vais vous le faire payer. 

ANT KA, c. Tellement, de sorte que, 
de facon que. Nisamontitra izy, any ka 
namely olona. II etait tellement funeux 
qu'il a frappS quelqu'un. Nanambana 
ahy tamy ny tehina izy, any ka nando- 
sttra aho. 11 me menaca avec sa can- 
ne, de sorte que je m'enfuis. 

ANIKA, a. Action de grimper, d'escala- 
der, assaut. 

Anihina, p. Sur quoi on grirope, qu'on 
escalade. AnIho, imp. 

Aanlka, p. Qu'on fait grimper sur. 

Voa—, pp. Sur quoi on a grimpe\ qu'on 
a escaladd. 

Tafa—, p. Qui a grimp6, escalade. 

Man—, et Mi—, va. Grimper, escalader, 
livrer un assaut. Nananika ny hazo ny 
zazalahy, ka azony ny vorona. Le gar- 
con grimpa sur rarbro et attrapa l'oiseau. 
itfanantfta tendrombohitra. Escalader 
uno montagne. Nananika ny tananany 
fahavalo ka azony. Lesennemis livrerent 
I'assaut a la ville et s'en emparerent. 
Mananiha, Mian/ha, imp. Fan—, Fi— . a. 
Ce sur quoi on grimpe, qu'on escalade ; 
maniere de grimper, d'escaladcr. Mpan—, 
Mpi—, 8. Celui qui grimpe, qui escalade. 

Fananlhana, Fi an than a, a. L'action 
de grimper, d'escalader, de livrer I'as- 
saut. Anan/hana, Ian^ana rel. Tsy hita 
izay ananinana ou ianihana io vato- 
lampy io. On ne voit pas par oil on peut 
escalader ce rocher. Anani'ho, Ianiho, 
imp. 

Mah—. Qui grimpe ou peut grimper. 

Manani-dr6va. lit. Escalader les palissa- 
des entourant le palais; fig. voler dans 
le palais ; jadis ce crime etait puni de 
mort. 

ANINA, a. Halle, arr»H, cessation, re- 
pos, action de se contentcr de. 

Tafa—, p. Qui s'est arreto. 



Digitized by 



Google 



ANJ 



— 46- 



ANJ 



Mi—, un. S'arreler, faire halte. cesser, 
se reposer, se contenter tie. Aoka /ita- 
nina krly isiku amin'ity Oakarana ily. 
Fa i sons une petite halte a cette montee 
Mianina ny ranonorana sy ny rivotra. 
La pluie et le vent out cesse\ 'Mianina 
amin'izay ananako alio izao. Je mo con- 
lente mainlenant dc ce que je posse do. 
Mianina, imp. Fi— , s. Maniere do s'ar- 
retcr. de se eontenler. Mpi—, 8. Celui 
qui s'arrete souvent, qui se repose, qui 
jouit. 

Fianinana, s. L'arrct, la halte, la ces- 
sation, la repos, la jouissanee, Taction 
de se contenter de. Iaxixaxa, ret. Ity 
seza ity no hianinako kely. Je vais me 
reposer un peu dans cette chaise. Iaxixo, 
imp. 

Aninanina, dupl. 

AN -lNDRANA. Yoy. Ixdha. 

ANlO, ado. Aujourd'hui, lo jour present 
ou la partie non ecoulec. 

Axio alina, adv. Cette nuit, la nuit qui a 
commence ou va eommencer. 

Axio antoaxdro, adv. Aujourd'hui durant 
lajournee. 

Axio iiariva, adv. Ce soir. 

Axio marai'xa, adv. Cette matinee (encore 
presente). 

Axiotoxtolo axdro, adv. Continucllcmeiit, 
durant la journee. 

ANtRITRA. Voy. Iiutra. 

ANtVO. Voy. IvO. 

ANlVONA, 8. Espece de palmier. 

ANIZfiTY, a. L'auisette, I'anis (plante), 
et lefenouil. [Vr. anisette). 

ANJADY, 8. Exces dans le manger. 

Tafa— , pp. Qui a mang6 avec exces. 

Mi—, mi. Manger avec exces. Miaxjad/a, 
imp. Fi— , s. La maniere de manger 
avec exces Mpi—. 8. Celui qui mange 
avec exces. 

Fianjadiana, 8. Les exces dans le man- 
ger. Iaxjauiaxa, ret. Iaxjadio, imp. 

Man— Qui mange a 1'exces. 

Anjadinjady, dupl. dim. 

ANjAY, int. Que ne! ah si! puisse! 
ANJAlKA, adv. Dans une reunion so- 

lcnnelle. 
Mi — , vn. Assister en grande toilette a 

une reunion solennelle. 
Latsaka anjaika, Etre dans une reunion 

solennello doii il est diflicile de se re- 

lircr. 
ANJAiNGY, s. 1° Le fcr place au bout 

d'un baton, le talon de la lance ; '2* jou 

d'eufants consistent a marcher sur les 
- mains, les pieds en haut. 
Manjaingy, va. Ferrer un baton, une 

Jance. Maxjaixok, imp. Faxjaingy, s. 

Ce a quoi on met le fer, la maniere de 

placer le ler. 
Fanjaingena, 8- L'actiou de ferrer. Ax- 

jaixgexa, rcl. Axjaixglo, imp. 



Man—. Qui sail ou peut ferrer un baton. 
ANJAKA, s. Lingot, harre de metal, 

laniere. courroie do cuir. 
Anjahina, p. Qti'on met en lingots, en 

barres, en limit* res. Anjuio, imp. 
Voa— , pp. Heduit en lingots, en laniercs. 
Man— ,va. Reduiroen linguts, en tan teres. 

Maxaxjaiia, imp. Fax—, 8. Co uui se 

convertit on lingots, la maniere ue rft- 

duiro en lingots. Mpax— , 8. Celui qui 

fait des lingots. 
Fananjahana, 8. Action dc faire des 

lingots. Axaxjahaxa, ret. Axaxjvho, imp. 
Man — . Qui fait ou pent laire des lingots. 
Axja-dalahvxa, 8. Sangle. 
Axja-barahixa, 8. Lingot, barre de cui- 

vre. 
Anja-by, 8. (Jueuse, barre de fer. 
Axja-bolapotsy, 8. Lingot d'argent. 
Axja-uolamksa, 8. Lingot dor. 
Axja-koditiia, 8. Laniere de cuir. 
Axja-mena, 8. Lingot de cuivre r^uge. 

ANJAKA et ANJAKANJAKA, 8. 

Contrainle, violence, force. 

Manao axjakaxjaka. User de force, de 
violence. 

ANjALA, 8. Vicux mot remplace par 
Salaka. 

AN-JAMBA. Voy. Jamba. 

Anjana et ANJANANJANA, 8. 
Belle tailie, beau port. 

Anjananjanana, p. et adj. Imposant 
par sa tailie elancee. 

ANjARAf rara;, 8. Part, lot, sort, des- 
tinee, lour. Anjaranao ily. Ccci est 
voire part. Tsy nahazo anjara alio. Je 
n'ai pas eu ma part. Tsy hanana anjara 
amy ny lova io. Celui-la n'aura point 

{)ait a'rherilage. Anjarantsiita ny fa- 
ia(alesana. Nous sommes destines' a la 
mort. Anjaranao ny miambina anio 
alina. C'est a ton tour de montor la garde 
la nuit prochaine. 

Axjara maii\zo, ado. A qui lattrappera, 
comrae en lancant des dragees aux en- 
(ants. 

Anjaha maiiita, adv. So dit d'une chose 
perdue; elle appartiendraa qui la tiou- 
vera. 

ANJAVARANA. Voy. Zavatha. 

ANJAViDY, 8. Huberlia ambavilla, 
ou Senecia ambavitla; I'ambaville de 
Maurice et de Bourbon, brnyere. 

AxjAviniLAUiMADixiKA, s. La petite espece- 

AxJAViDii.oiiA, adj. Qui a les cheveux 
crepus. 

ANj£LY, 8. Ange, les anges. (Lat. 
anycli I. 

Axjely mimammxa, s. I/ange gardien. 

AN JO AN JO, s. Opposition mise, sus- 
pension faile, garantie prise. 

Ax4oaxjox-ti£xy, 8. Condition ou restric- 
tion, clause expresse. 

ANJOL6FO, s. Dumot Yoloif, guor- 



Digitized by 



Google 



ANK 



— 47 — 



ANK 



rier intrepide; fig. maniere do manier 

la lance avec dexte>ite, intrepidite. 
Manao- . Agiraveeardeur, sans crainte. 
ANJOMARA, s. Hautbois. 
ANJ6MBONA, 8. Goquille marine 

gu'on sonnait comme un cor d'appel et 

a la suite du souverain. 

MAXDOS1TRA NY AXJOMDOXA KA SENDRA NY 

axgar6ha, prov. Tomber de Charybde 
en Scylla. 
ANJONA et ANJONANJONA, 8. 

Port droit ; fig. hauteur, dedain. 

Mi — , vn. So tenir droit, raide. 

Mianjonanjona, vn. fttre dedaigneux, 
fier. Fi— , 8. L'etat fier, la maniere de se 
montrcr fier. Mpi — , s. Celui qui est fier, 
dedaigneux. 

Fiapjonanjdnana, s. La fiorte. le do- 
(lain. Ny fianjonanjonany no tsy itia- 
vakoazy. Je ne I'aime pas a cause desa 
flerte. Ianjonaxj6xaxa, rel. Iaxjoxax- 
j6ny, imp. 

Mali— . Qui se montre fier, sait se moQ- 
trer fier. 

Ax'axjoxaxjoxa, adv. Avec flerte\ arro- 
gance. 

ANJ6NJANY, s. Virole mise au bout 
d'un roanche pour le fortifier. 

ANJORlA. s. Action de risquer, de 
courtrla chance, dejouer gros jeu, de 
tenter un coup de fortune; nom d'un 
jeu d'enfants s'exercant a fendre, a 
entailler un objet quelconque. 

Manao—. Tenter un coup de fortune. 

AN J6RO. Voy. Zoro. 

ANKABtAZANY (be), s. La plupart, 
la majorite. 

ANKADILANANA. Voy. Dilaxa. 

ANKAY. Voy. Hay. 

AN-KALAMANJANA, adv. En plein 
air ; fig. au vu et au su de tout le monde. 

ANKAMANTATRA (fantatra), 8. 
Enigme, charade. 

AN-KAM&HANA (maika), adv. Dans 
un cas pressed urgent, avec precipita- 
tion. 

ANKANDRfeFANA. Voy. Axdrefa- 

NA. 

AN-KANIFlSANA. Voy. Nipy. 

ANKAN6NONA (tonona), s. Chara- 
de, calerabour. 

AN KAPETRAHANA (petraha), adv. 
En plein air. 

ANKAPOBfi (kapoka), adv. En bloc, 

• en gros, en sorame, en general. 

Axkapobrxy, s. La somme, le total, l'en- 
semble. 

AN-KARANANY (harana), adv. Dans 
le sein, dans la coque; fig. projet en 
herbe, chose qu'on espero. 

Maty ax-karAxaxy. Mort dans la coque; 
fig. projet avorte. 



AN-KAROMIAFINA ( harona ), adv. 

Dans la c&rbeille de>obee a la vue; fig. 

en secret. 
AN-KARATSlANA. Voy. Ratsy. 
ANKASAR6TANA. Voy. Sarotra. 
AN KASOAVANA. Voy. Soa. 

ANKASA et ANKATSA, adj. Pair. 
Tsy axkasa, adj- Impair. 
AN-KASOMPARANA Voy. Som- 

PATRA. 

ANKAZON DRARY, s. La ligne des 
nattes tressees a 1 et 3 levees, formant 
ornement. 

ANKEHITRtNY et ANKEHITRlO, 

adv. Maintenant, dans le temps ou nous 
vivons. 

ANK&RINY. Voy. IIery. 

ANKY, s. Mesure, la longueur du pouce. 

Axkibe\ s. Le pouce. 

Ankibex-toxgotra, s. Le pouce des pieds, 

le gros orteil. 
Ankikely, s. Le petit doigt. 
Axkikelix-tongotra, s. Le petit doigt du 

pied. 

AN-KIF6NA (fona), adv. Avec re- 
mission, en quoi on peut demander 
grace. 

AN-KILAHlLA. Voy. Hila. 

ANKINA, 8. Appui, soutien, charge, 
responsabilite. 

Anklnina, p. Qu'on appuie, que Ton 
confie, dont on charge, dont on rend 
responsable. Axkino, imp. Ankino 
amy ny rindrina ny filanjana. Appuyez 
le palanquin contre le mur. 

Voa— , pp. % Qu'on a appuye, confie, dont 
on a charg6. 

Tafa— , p. Qui est appuye, qui est a la 
charge de. 

Man—, va. Appuyer, confier, charger, 
rendre responsable. Manankina ny 
zanako aminao alio, tie vous confie mon 
enfant. Manankina izany raharahaiza- 
ny aminao alio. Je vous charge de cette 
allaire. Maxaxkixa, imp. Fax—, s. Ce 
qu'on appuie, qu'on confie, maniere 
d'appuyer, de confier. Mpax— , s. Celui 
qui appuie, qui confie. 

Fanankinana, s. Action d'appuyer, do 
confier, de charger, l'appui, le soutien, 
celui ix qui on confie. Axaxk/xaxa, rel. 
Hianao no anankinako ny volako. Je 
vous confie mon argent. Axank(xo, imp. 
Io hazo io no anankino ny hazo Msaka. 
Appuyez les planches contro cet arbre. 
Prend Milan— .Mampifan— , Mampan— . 

Mi — , vn. S'appuyer, etre appuye, appuyer. 
se confier, compter sur, 6tre*a la charge 
de, dependre, etre charge. Miankina 
amy ny rindrina ny lohatrano. Les 
chevrons sont appuyes sur le mur. 
Miankina aminao aho. Je compte sur 
vous. Miankina amy ny ray aman- 
dreny ny zanaka. Les enfants sont a la 



Digitized by 



Google 



ANK 



— 48 — 



ANO 



charge de leurs parents. Mian kin a ami- 
ko izany raharaha izany. 'Cette affaire 
depend de moi, je suis charge de cette 
affaire. Miankina, imp. Fi— , a. La 
maniere de s'appuyer. de se confler. 
Mpi— , s. Gelui qui s*appuie, qui se 
confie, qui est a la charge de. 
Flankinana, a. L'action de s'appuyer, 
dese confler, l'appui, le dossier, le sou- 
tien, celui duquel depend. Ba misy 
fianhinana. Banc qui a un dossier. 
Iaxkinana, rel. Ny latabatra no ianki- 
nan'ny sandrin* ilay manoratra. Le bras 
de celui qui 6crit est appuyti sur la 
table. Ny ray no ianftinan'ny zanany. 
Le pere est le soutien de sesenfants. Ny 
fltondran-tena tsara no iankinan' ny fa- 
hasambarana marina. Le vrai bonneur 
depend de la bonne conduite. Iank/no, 
imp. 
Mampi— , va. Faire appuyer sur. 

Mifampi— , vn. S'appuyer Tun sur l'au- 
tre, depend re Tun ae Vautre. 

Man—. Qui peut apnuyer, qui peut se 
mettre J la charge ae. 

Ankinankina, dupl. dim. 

Ankin-d6ha, a. Etat de celui qui est a la 
charge de, qui depend. 

Miankin-doha. Appuyer la tete sur, etre 
a la charge de, dependre de. 

AN-KiNJITRA (hinjitra), adv. Avec 
raideur. 

AN KITSILOHA et AN KITSIRA- 
NO (hitsy ), adv. Sans devour, fran- 
chement. 

AN KtTSINY. Voy. Hitsy. 

AN-KiTSOKA. Voy. Hitsoka. 

AN-KIVALO (valo), adv. En quoi on 
peut demander grace. 

ANKlZY, 8. Enfant, esclave. 

Rank/zy. O enfants, jeunosse. 

Ankizilahy,s. Esclave (homme). 

Ankizivavy, s. Esclave (femme). 

Ankizy madinika, 8. Lesenfants, Tenfance. 

Ankizilahymad/nika, s. Petit garcon, jeu- 
nes gens. 

Ankizivavy mad(mka, 8. Petite fille, jeu- 
ne fllle. 

Ankizin'olona, 8. De condition esclave. 

ANKOAY, s. Pygargue, espece d'aigle 
de mer. Halixins vociferoides. Des 
Murs. 

ANKOALA, 8. Nom donn6 aux bceufs 
grands et maigres; fig. jeunes gens et 
jeunes lilies grands et mol conformes. 

AN-K6BANT (kobany), adv. Entrc, 

au milieu. 
Ankodan'Xnoro, 8. Le jours de la semai- 

ne, les jours ouvriers. 
Ankobany, s. Toute I'armee a Texception 
desartilleurs etdes gardiens. 

ANK6DY (ody), 8. Quitte ou double. 
ANKODIMIRAXA. Voy. Hodivitua. 
AN-K6DINA (hodina), adv. et a. En 



tournant sur soi, en revenant au point 
de depart; coup de savate porte* en 
arriero, en tournant. 
ANK6HOKA. Voy. Hohoka. 
AN-K0H6NANA. Voy. Hohona. 
AN-KOLAFITRA. Voy. Lafitiu. 
ANKONA, adj. Engourdi, saisi d'une 
frayeur subite, confondu, abattu. An- 
hon' ny hatsiaka aho. Je suis ongourdi 
par le froid. Nony nahita azy nanatona 
ahy tamy ny basy aho dia anfconatery. 
Lorsque je 1 ai vu venir vers moi avec un 
fusil, je fus saisi d'une frayeur subite. 
AN-K6NA (hona), adv. Dans le bour- 

bier ; fig. dans un pas inextricable. 
AN-KONOH6NO Voy. Hong. 
ANK6SOTRA (ho8otra), adv. Pris 
subst. Enduit, couche, fard, teinte; 
fig. apparence fausse, trompeuse. 
Manao—. Passer un enduit, une couche; 

fig. deguiser, dissimuler. 
Ankoso-bolaf6tsy, 8. Art d 'argon ter, d'ap- 

pliquer I'argenture ; adj. argeme. 
Ankoso-bolamkna, 8. Art de dorer ; adj. 

dorG. 
Vola ankosotra. Argcntfaux. 
ANK6TRA (kotra), adv. et 8. Avec gi- 
berne, portant giberne; simples soldats 
composant la garde du palais. 
Ankotralahy, 8. Soldats portant giberne. 
AN-KOTSIO-DRlVOTRA ( tsioka ), 

adv. Expos6 au vent, a6re\ 
ANK6VA (hova j, 8. Les pays des Ho- 

vas, la province de l'lraerina. 
Tank(5va, 8. Les habitants do l'lmerina. 
ANO, r. Fait, dit d'une certaine maniere. 
An6ina, Andvina, p. Qu on fait ou dit 
de telle et telle maniere. An6y, An6vy, • 
imp. 
Nytsyanoina no ancJixa, prov. II fait ce 
qu'il ne faut pas faire, ou il ne fait pas 
ce qu'il faut faire. 
Manano tbna, adj. Veuf, veuve, celiba- 
taire. Fanano tbna, a. L'etat de veuf, de 
cdlibataire. Mpananotena, a. Une veuve, 
se dit par ironie d'un homme qui reste 
longtemps celibataire. 
ANOANO, s. Punaise des bois, diffe>en- 
les especes de pentatoma. 

ANOANO, a. Conjecture, action de de- 

viner, de dire au hasard. 
Manao anoano. Faire des conjectures, de- 

vinerou dire au hasard. 
ANOKA, a. Lenteur, gravitd, air pose*. 
Andhina, p. Qu'on fait posement, gra- 

vomcnt. An6uy imp. 
Tafa— , p. Qui s'est ralenti, qui a pna 

une pose grave. 
Mi—, vn. Agri, parler posement. Mia- 

ncjha, imp. Fi— , 8. L'etat pose, grave. 

Mr-i — , 8. Celui qui agit ou parle pose- 
ment. 
FianOhana, s. Lu pose grave, Taction de 



Digitized by 



Google 



ANO 



— 49 — 



ANT 



parler, d'agir posement. Ian6hana, rel. 
Mah— . Qui agit ou sait agir posement. 
Anokanoka, dupl. friq. de Anoka. 
ANOL.6ANA. Vby. Oloana. 

AN ON A, pron. ind. Chose, quetyue cho- 
se qu'on n'exprime pas. Aza simbanao 
ny anoko. Ne gatez pas ma choso. Alao- 
vy ny anonao ao. Emportez votre choso. 

Anonovina, Anan6vina, p. Qu'on fait, 
qu'on ditde telle ou telle lacon. Anono- 
vy, Anano*vy (plus usite). imp. 

Voa—, pp. Qu'on a fait, qu'on a dit de 
telle maniere. 

Manauona,Mananon&nona(d up/plus 
usit£), va. et n. Faire de telle et telle 
maniere, etre dans tol et tel (Hat, ni bien 
ni mal. Andraso kcly, fa mbola manano- 
nanona kely ity zavatra ity aho. At- 
tendez un peu, parce que je lais ceci 
comme ci comme ca. Manao ahoana ny 
marary ? Mananonanona izy. Comment 
va le malade? 11 va comme ci comme ca, 
ni bien ni mal. Mbola mananonanona 
izy. II est encore comme ci comme ca, 
pas trop bien. Inona no ataonao? Mann- 
nona. Quefaitesvous?Je faisceci et cela. 
Manan6va, imp. Fan—, s. Maniere de 
faire ceci et ce'.a, comme ci comme ca, 
tel et tel etat. Mpan— ,a. Celui qui fait com- 
me ci comme ca. 

Fanan6vana t 8 L 'action de faire de tel- 
le et telle maniere, comme ceci comme 
cela. Anan6vana, rel. Tsy hitako izay 
ananovana ity zaza ity. Je ne sais que 
faire de cct enfant, je ne sais que lui 
faire. AnancWy, imp. 
Prend Mlfan— , Mampifan— , Mam pan— . 

Anonanona, dupl. dim. deAnona. 

Ianona. Un tel, une telle, quelqu'un. 

Ranona. Monsieur N., Madame N. 

An'anona, adv. En un lieu dont le nom 

• ecbappe ou qu'on ne vent pas dire. 

Anona aman'anona. Telset telset les autres. 

ANON ANON A, r. L'action de se rcposer 
tranquillement tandis que dautres tra- 
vaillent. 

Ml—, vn. Laisseries autres agir pour se 
reposer soi-meme, so mettre tranquil- 
lement a 1'ecart. Fi— , s. La position Iran- 
quille de celui qui fuit le trncas. le Inis- 
sant aux autres. Mw- , «. Un sans-gene 
qui laisse les autres au travail pour so 
reposer. 

Fianonandnana, s. Action de se met- 
tre a I'ecart pour se reposer et fuir le 
tracas. Ianoxan6nana, rel. 

Mah—. Qui sait prendre ses aises au de- 
triment des autres. 

AN6NGONA, s. Jen consistant a ci- 
cber un objet dans un des tas de sable 

rjrepares ad hoc; tout jeu oil on cache 
a cnose a rechercher. 
ANdTRA, r. A reculons; en retard, se 

dit des saisons. 
Voa—, pp. Qu'on a fait rcculer. 



Mi—, vn. Reculer, marcher a reculons, 
etre en retard (saison). Mianora, imp, 
Fi— . s. Le recul, le retard. Mpi—, 8. 
Celui qui recule. 

Fiandrana, s. L'action de reculer, le 
retard des saisons. Ian6rana, rel. Ian6ry, 
imp. 

Diamianotra, a. Pas fatts on rcculant. 

Manao uia mianotra. Marcher a reculons. 

MlANTSORO-MlAXOTRA NY TRNY, NY TAONA. 

Le r£cit est anticipc et puis repris la oil 
on l'uvait laisse : les saisons sont tant6t 
en avance, tantot en retard. 

ANTADINY, 8. Nom d'une plante dont 

la racine se mange. 
ANTAFIKA {tafiha), adv. En expedi- 
tion, a larmee, h la guerre. 
Mi—, vn. Alter a la guerre, se rendre au 

corps cxpeditionnaire. MiaxtaWha, imp. 

Fi— , s. Maniere d'aller a la guerre. 

Mpi—. 8. Celui qui part pour la guerre. 
Fiantafihana, 8. L'action d'aller a la 

guerre. UxTAPiHAXA, rel. I a ntafhio, imp. 

Prend Mampi— , Mifampi— . 
ANTAMBA, 8. Chat sauvage; cri des 

chiens, des chats, etc,, durant la nuit. 

regard 6 comme de funeste augure. 
ANTAMBO, 8. Calamitc, grand nul- 

hour. 
Antambon'olox.%, a. Un hommo denature^ 

un raonstre. 
Loza aman'antamdo. Malheur extreme. 
ANTANANA {lanana) % adv. ct s. En- 

tre les mains; un jeune enfant qui e3t 

porte sur les bras. 
A-vtanan-dahy, adv. Entre les mains d'un 

homme, se dit d'une femme que le lucre 

retient dans le concubinage. 
An-tanan-dany, adv. Sur le point d'dtre 

£puise, se dit du riz, des provisions, 

lursque la nouvelie recolte est encore 

sur pie 1. 
An tanan-dava, adv. Se dit d'un vol qui 

passe entre les mains de plusicnrs voleurs 

et dont on perd ainsi la piste. 
An-tanan-doza, lit. Entre les mains du 

mainour; dans une position critique, 

comme un criminel attendant le j liga- 
ment. 

ANT AN ON A, r. Proximite. imminence. 
Man — , vn. Menacer. Manantanona ny 

ranonorana. La pluie menace. Fav— . *. 

Maniere de menacer. Voy. Tanonianonw. 
ANTARA, adj. Glacial, froid saisiswant 

comme celui de la rosee, de la glace, bo 

dit d'epoques passe 1 es tres eloign*}.;*. 
Antarantara et AiNrARAVELONA, tif//. Tre* 

froid. 
Antaiia vava, s. Un nouvean-n,! dont los 

levres ne savent pas encore prendre lo 

sein. 
Rano axtara, vary—. De I'ein glacialc, du 

riz lroid qui glace les dents. 
ANT&EA, r. Action de so poser, de s'ar- 



Digitized by 



Gcfoglc 



ANT 



50 — 



ANT 



reter, d'atteiodre, de toucher, de tomber 
sur. 

Mi—, vn. Se poser, s'arreter, atteindre, 
toucher, tomner sur, s'adresser a, con- 
cerner, regarder. Niantefa tanyan-tara- 
pon' ny trano ny vorona. L'oiseau s'est 
pose\ s'est arrele sur lc sommet de la 
maison. Niantefa tamy ny akanga ny 
diplo. Le plomb a atteint la pintade. 
Niantefa tamy ny tigetra ny bala. La 
balle a touchy le blanc de la cible. Nian- 
tefa tsara izany teny izany. Ce mot tom- 
bait bien. Niantefa tamiko ny teny na- 
taony. Les paroles qu'il a prononcees 
s'adressaientamoi.MiANTEFA, imp. Fi— , 
s. Maniere de se poser, de s'arreter, de 
toucher, de tomber. Mpi— , «. Gelui qui 
se pose. s'arrete. 

Fi ante f ana, 8. L'action de se poser, de 
s'arreter, d'atteindre, de toucher, de 
tomber sur, l'6tat de ce qui s'adresse a, 
de ce qui concerne, de ce qui regarde ; 
le lieu, celui chez qui s'arrete, sur 
qui tombe, & qui s'adresse, que con- 
cerne, que regarde. Iantbfana, rel. Izy 
nontante/an'ny fifidianan'nyolona. Le 
choix est tomb6 sur lui. Io mpitsara io 
no iantefan' izany ady izany. Ce proees 
regarde ce juge. Iantefao, imp. 

ANTfiHITRA, r. Appui, conflance. 

Mi—, vn, S'appuyer sur, reposer sur, se 
confler a, sen remettre a, compter sur. 
Miantehera, imp. Fi— , a. La maniere 
de s'appuyer sur, de compter sur. Mpi—, 
8. Celui qui s'appuie sur, qui compte 
sur. 

Fianteh6rana, s. L'action de s'appuyer 
sur, de reposer sur, de se confler a, de 
compter sur; celui sur qui on s'appuie, 
sur qui on compte. Ianteh£rana, rel. Ireo 
andry ireo no iantehdran'ny trano. La 
maison repose sur ces colonnes. Ny mpa- 
nan-karena no antehe'ran 1 ny manantra. 
Les pauvres s'appuient, comptent sur 
les riches. Hianao no anteherako. Je 
me confle a vous, je compte sur vous. 
Iantbh£ro, imp. 

ANTfiMOKA, adv. Au bord, sur le 
bord; a la legere, a une petite profon- 
deur, promptement mais a la legere. 

Manao antemoka. Agir a la lggere. 

Lavaka antemoka. Trou peu profond. 

Valy antemoka. R6ponse faite prompte- 
ment mais a la legere. 

ANTfiNA (tena), adv. Pour soi, a soi. 

Antenaina, j>. Qu'on attend, qu'on es- 
pere. Antbnao, imp. 

Voa— , pp. Espe>6, attendu. 

Man—, va. EspSrer, attend re. Manante- 
na hahazo karama be izy. II espere ga- 
gner un grand salaire. MananUna alio 
la ho tonga hianao rahampilso. J'espe- 
re que vous viendrez demain. 3/anan- 
tcna anao aho rahampitso. Je vous at- 
tends demain. Manantena\ imp. Fan—, 



s. Ce qu'on espere, maniere d'espe>er. 
Mpan— , s. Celui qui espere. 

Fanantenana, s. L'esperance, l'attente, 
celui dont on espere. I)iso fanantenana 
izy. II a 6t6 decu dans ses esperances, 
il se trompe dans ses esperances. An- 
driamanitra no fanantenantsika. Dieu 
est notre espSrance. Anantbnana, rel. 
Hianao no anantenako izany soa izany. 
C'est de vous que j'espere ce bienlait. 
Anantenao, imp. 

Prend Mifan— , Mampifan— , Mam- 
pan—. 

Antenant6na, dupl. dim. de Antena.. 

AN-TSNDRY (tendry), adv. En tou- 
chant, superficiellement, a la legere. 

Manao an-tendry. Faire superticiellement, 
a la legere. 

Antendriahitra. s. Jeu consistant a ser- 
rer les deux extr&nites d'un brin de 
pailleentre lebout del'indexet du pou- 
ce; les joueurs choisissent, quile pouce, 
qui I'index, et l'euieu appartient a 
celui qui a choisi le doigt auquei la 
paille adhere en 6cartant les doigts. 

Antendrivary, s. Exigence, chicane pour 
des riens. 

ANTiLY (My), adv. et s. En vigie, en 
sentinelle, en espionnage ; 6claireur ; 
employes exereant autrefois les fonctions 
de notaires, de gendarmes, d'agents do 
la police. 

ANTtMA, s. Espece de propitheque, le 
meme que le Simpona ; fig. figure pe- 
tite et laide. 

Antimatima, adj. Laid, figure de singe. 

ANTITRA, adj. 1- Age, vieux. Anti- 
tra dia antitra izy. 11 est tres age, tres 
vieux. 2' Mur, se dit des legumes. Tsy 
mbola antitra ny mangahazo. Le ma- 
nioc n'est pas encore mur. 3° Fonce, 
qui est a son point. Antitra tokoa io 
loko io. Cette couleur est a son point. 
4* Passe de mode. Lamody antitra io. 
C'est pass6 de mode. 5' fig. Qui a l'es- 
prit mur, sage, parfait. AnJt-tsaina io 
tovolahy io. Ce jeune homme a l'esprit 
mur. Antitra tokoa ny fampianarana 
izao. L'enseigneratTnt est maintenant 
parfait. t 

Anterina, p. Qu'on laisse murir, qu'on 
rend fonce, qu'on perfectionne. Ante- 
ro, imp. 

Man—, va. Laisser murir, rend re fonc<5, 
mettre uno couleur a son point, perfe- 
ctionner. Manantera, imp. Fan—, s. Ce 
qu'on fait murir, etc., maniere de faire 
murir, etc. 

Fanant6rana, s. L'action de faire mu- 
rir, de mettre au point, de perfectionner, 
le moyen. Ananterana, rel. Anantbro, 
imp. 

Mifan—. Vieillir ensemble. Mifananle- 
ra amy ny zanakao. Vieillissez avec vos 
enfants. 



Digitized by 



Google 



ANT 



— 51 — 



ANT 



Mih— . Vieillir. Fih— . s. Maniere dc vieil- 
lir. 

Fihantlrana, s. Le nrogr6s de la vieil- 
lesse. Ihanterana, ret. 

Man—. Qui rend vieux, qui fait paraitre 
vieux, qui fait murir, qui met uno cou- 
leur au point, qui murit l'esprit, qui 
perfect ion tie. 

Fahant6rana, «. Vieillessc. 

Antitrantitra, dupl. dim. de Antitra. 

Antibavy ou vaviantitra, s. Vieillo fem- 
me. 

Antidahy ou lahiantitra, 8. Un vioillard. 

Antipanahy, ad;. Age; fig. esprit mur. 

Mitoetr'antitra, adj. 0ui a I'air d'un 
vieux, qui se conduit en vieux. 

ANT6ANA, s. Honneur rendu a quel- 
qu'un; etagere, etago, hie>archie. 

Antoanina, p. Qu'ou honore. Antoany, 
Antoano, imp. 

Voa— , pp. Honors. 

Man-, va. Donner. faire les honneursa. 

Fanantoanana, s. L'actiou de rend re 
les honneurs a. 

Mi—, rn. Etre en etageres, a (Stages, en 
emphith6atro, en hierarchic. Intelo mian- 
toanany tranoko. Mamaison a trois eta- 
ges. Intelo mian/oaaa nyllt?arana.It y a 
trois dogres danslahierarchie des tribu- 
naux. In— ,s. L'6tat de ce qui est en 
etageres, a stages, a plusieurs degres. 

Fiantoanana, s. L'etat des etageres, 
des Stages, la gradation, la hierarehie. 
Iantoanana, rel. 

Antoantoana, dupl. frJq. dc Antoana 

ANTOANDRO, adv. Le grand jour. 

A.VTOASOROBIS, ANTOANOnOBEXANAHAHY, lldV. 

Grand jour. 
Man—, ra. et n. Retenir jusqu'au grand 

jour, retardcr; vonir taril. 
Antoandro ny andho. II fait grand Jour; 

fig. il est lard. 
Antoantoandro, dupl. dim. 

ANTOKA, s. Assenlimcnt donne en le- 
vant la tete, an pel en baissant la tete. 

Antbhina, p. Qu'on appcllc en faisant 
signe do la tete, la tote agitee de haul en 
bas ou de bas en haut. 

Man—, in. Ilocher la tete, appcler, con- 
sents en hochant la tete. Makantoua. 
imp. Fan—, s. Maniere de hocher la te- 
te. 

Fanantohana, 8. L'action de hocher 
la tGte. Anast6hana, rel. Anaxt6hy, imp. 

Antokantoka, dupl. frdq. 

ANTOKA, 8. Caution, garantie, respon- 
sabilite, assurance. Tsara an tokn nyvo- 
lako. Mon ardent a uue bonno garantie. 

Mi—, va. Garantir, repondre, cautionner, 
prendre a sa charge. Inona no ontinno 
hianloha ny volako? Qu'est-ce que vous 
me donnerez corame garantie de mon 
argont?MiANTOHA, imp. Fi — , s. (le qu'on 
garantit, maniere de garantir. Mw— , «. 
Celui qui garantit. 



Flantdhana, s. L'action de garantir. de 
cautionner, de repondre de. de prendre 
a sa charge. Ia.ntuhana, rel. Dont on 
repond. dont on se charge. Ianlohaho 
10 mpifatotra io. Je re ponds de cc nri- 
sonnier. Ianlohaho io mahautra io Je 
prends ce pauvre a ma charge. Iantj- 
hy, imp. 
Pi-end Mampt— , Mifampi— . 

Man—. Qui cautionne ou j>eut caution- 

Antokantoka, dupl dim. 
Anto-bava, m s. Parole donnee, action de 
prendre a credit sur parole 

ANT6K0NY. Voy. Toko. 
ANT6MOTRA (tomotra), adv. pris 
adj. Qui est sur le point de, qui est nro- 
che, imminent. Antomotra ny baha- 
tongavany. II est sur le point d'arriver * 
Antomorina, p. Qu'on met sur le point 
de, quon hate, qu on rapproche. Anto- 
m6ry, imp. 
Voa p PP- Mis sur le point de, aj pro- 
Man— , va. Etre sur le point de, s'ap- 
procher do, etre imminent. A/an an /o- 
rnotra ny ranonorana. La pluie appro- 
cho. Mana.\ioh6ra, imp. Fax—, s. L elac 
de ce qui est imminent. 
Fanantomdrana, 8. L 'imminence. Anan- 

tomorana, rel. 
Antomotomotra, dupl. dim. 
Antomotra hoatra ny oron-tsaka. Qui est 
prooho, sur le point de. 

ANTONDRAlNA, s. et adj. Mal qui 
vient au bas de i'oioille a la suite d un 
percement mal reussi; qui en porte la 
cicatrice. 

ANT0NG6MBY (tongotra, ombyj, 8 
Nom dune maniere de nurter les coups 
au jeu dc save teen se lancant sur Tad- 
versa ire, en sautant commo pour re- 
eraser. 

ANTONY, s. Cause, motif, tin, a.-cnt 
principal. ° 

Tsy misy axtoxy. Sans rime ni ra son. 

Antom poxkxana. IiU vraie domeure. 

ANT6N1NA, adj. Suirisant, juste, nn\ 
va bien, convenable. Antonina azy uv 
\ary ity. Ce riz est suffisant pour luf 
Anfonina anao itysatrolwi ity. c c cha- 
pcau vous va bien. 'Antonina anao iza- 
ny raharaha izany. Get emploi est con- 
venable pour vuus. 

Antonintbnina, dupl. dim. Assez bien 
passablement. ' 

ANT6NTA (tonla), adj. Imprimoeom- 
me les papiors, los ciolfes, K;s mon- 
naieo. 

Ant6nta, Antdntany, adc. el s. Mn t as- 
tascomine le* grains, lus bji^, |»>» gfV 
bes en pignoa Anlunlan-ktizo. Un toi 



Digitized by 



Google 



ANT 



— 52 — 



ANT 



dobois. Antontam-bary. Un tasdeger- 

bes de riz, 
AntOntaina, p. Qu'on met on tas. 
Yoa— . pp. Enlass£. 
Mi- ( vn. So precipiler, lomber avec 

fracas. Muntosta. imp. Fi— , s. Ma- 
nkre de tomber. 
Fi&ntontaaa, s> Action do se prScipi- 

LiT| do tomber. Iasto>ta>a, rel. Ian- 

iomay. Iastostao, imp. 
AN T6RAKA. Voy. Toraka. 
ANTRA, J!, et ad;. PitiA com passion, cha- 

ri id [ compatissant, charitable. An/ra 

■ ■tuna uy* II est compatissant. 

Mi—, tsfl. Com pel ir, secotirir, faire l'au- 
morie, Gtru charitable, Miantra ny ma- 
hantra rchetra izy, II sccmirt tous les 
jiuisvim Miantra, imp. Fi— , 5. A qui 
on doit piti<S, qui est digne de commise- 
ration, la maniere do seeourir, etc. 
Mpi— ,fiCclui qui fait I'aumdne, qui a 

Fi an trail*, s. I/action de secourir, l'au- 
n>one s le lecours. Betsaka ny fianlrana 
naUany, II a fait beamijisp d'aumones. 
Ianthasa, ret. Tokuny itixntrana izy sa- 
iriu mahantrn i^k a Jl uavient cfe le 
seeourir parri; qn'il est vraiment pau- 
vre, Iantraq, hit J*. 
Proud At am pi— , Mifanijil* — , 

Mah— *Qu\ a ful ie P qui i ompatit ; adj. 
I .in i vn i, indigftnl, inloriim-vmalheureux. 

Antrantra, dupi dim. de Antra. 

Kahastrana, a. La pativretg, L'infortune. 

ANTR^NDRY, s. Dttttc, dattier. 

ANTSA, S. Lhant elogieux en presen- 
ce an d La suite du souverain. 
Aotsaina, p. A qui on chante. Antsao, 

imp. 

Voa—, pp. Celabre, chanto, a ia suite 
tie qui on cLianle, 

Mi — , na. Chanter !c souverain. Miantsa, 
imp Vi— t 8. A qui on doll Fhonneur du 
clutnU manic rede chanter, Mpi — ,s. Les 

■ Ji inteurs* 

Fiantsaaa, b, L'action de chanter a la 
suite du souverain. I ants ana, rel. Ian- 
rsADi imp. 

AMSAM-BALfBA, s> Prelude ; on touche sur 
to Valiha pour voir si les tons sont 
d "accord. 

ANTSAFA, s. Action do s'informer de 
IVtat de sanlo du Bouverain et des af- 
i in cs do i'eHat, action de questionner 
but la aa&ld, les alTaires el tout ce qui 
r.^rde quelqu'un ; action de prendre 
dps informations sur cc qu'on connait 
oil avec feinto dlgnorance, afin de 
imkux connaLlre. 

Autsafaina, p.Qu*on iuterroge.sur quoi 
in interroge. Antsafat, An tsafao, imp. 

Voa—, pp. Quest ioum> j eclui sur qui 
cm a pns des informations. 

Man—, vsl. Questionner, s'iniormer. Ma- 
r&^FA, imp. Ian—, #. Celui qu'on 



questionne, ce qu'on demande, ma- 
niere de s'informer. 

Fanantsafana, a. Action de question- 
ner, reformation. Anantsafana, rel. 
Anantsafao, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan— . 

Man—. Qui s'informe ou capable de 
s'informer. 

Antsafantsafa, dupl. freq. 

Manantsafa Andriana. S'informer de 
la sante du souverain et de I'etat des 
affaires du royaume. 

Manantsafa mahita. S'informer des choses 
vues ou connues. 

ANTSALY, a. Nom d'un oiseau ; nom 
d'un chant au f on accompagne du Va- 
liha, espece ae romance. 

Antsalina, p. Qu'on chante sur cet air. 
ANTSALfo, imp. 

ANTSAMBOTRA (sambotra), s. Saut, 
bond, elan, gambade, sursaut. 

Tafa— , pp. Qui a saute, bondi. 

Mi—, vn. Sauter sur, bondir. Niantsam- 
botra ny alika ka azony ny hena. Le 
chien sauta en Fair et saisit la viando. 
Miantsamb6ra, imp. Fi— , a. Maniere 
de sauter sur, de bondir. Mpi—, a. Ce- 
lui qui saute en I'air, bondit. 

Fiantsambbrana, a. L'action de sauter 
sur. 1antsamb6rana, rel. Iantsambory, 
imp. 
Prend Mampi— , Mifampi— . 

Mah—, Qui saute ou sait sauter sur. 

Antsambotsambotra, dupl. fr4q. 

Antsambo-bato, 8. Espece dojeu, comme 
celui des osselets, joue avec de pctits 
cailloux. 

ANTSAMOTADY, s. Fronde. 

Foitr' antsamotady, 8. La place de la 

pierre. 
Tsapok' antsamotady, s. Le bout qu'on 

lache. 

ANTSAMPY fsampi/J, adv. En entou- 
rant des bras, a califourchon sur, en 
sautant dessus comme font les chiens, 
les enfants. 

Tafa—, pp. Qui estmonte, qui est per- 
ch6 sur. 

Mi—, vn. Sauter sur, mooter sur, etre a 
califourchon sur. Niantsampy tamyny 
tompony ny alika. Le chien sauta sur 
son maftre. Niantsampy tao an-damo- 
sin' ny reniny ny zaza kely. L'enfant 
montasur le dos de sa mere. Niantsam- 
py tamy ny soavaly izy. II s'Slanca et 
se mit a califourchon sur le cheval. Mian- 
tsampi'a, Miantsampaza, imp. Fi — , s. 
Maniere de sauter sur. Mpi—, s. Celui 
qui saute sur. 

Fiantsampiana, Fiantsampazana, 
s. L'action de sauter sur, de crimper, 
treille, perchoir. Iantsamp/ana, Iantsam- 
pazana, rel. Nytalantalana noianfaam- 
pa2an'ny voaloboka. La vigne grimp e 



Digitized by 



Google 



ANT 



-53- 



ANT 



sur la treille. IantsampIo, Iantsampa- 

20, imp. 

Prend Mampi— , Mifampi— . 

Mah— . Qui saute surou sait sautersur. 

Antsampitsampy, dupl. fr£q. 

ANTSANGA, s. Depot apporte par lea 
eaux, par les torrents. 

Anteangaina, p. (Terre) que les eaux 
couvrent de terre, de sable ; fig. qu'on 
embrouille par des paroles sans fin, 
qu'on embarrasse par des arguties. 

Voa— , pp. Couvert par le gravier, le 
sable et autres chose apportees par 
les torrents ; fig. entrave, arrete par 
les raisonnements, les arguties sans (In. 

Antsanga tsy aman* 6rana. Discours, 
conte sans fin, sans rime ni raison ; 
fig. abondanee, multitude. 

ANTSANG6RY, s. A ealifourchon sur 
l'6paule. 

Antsangorina, p. Qu'on porte a cali- 
fourchon sur l'Gpaule. ANTSANGORio, imp. 

Manao ajitsang6ry. Mettre a califour- 
chon sur l'6paule. 

ANTSANTSA, s. Hequin. 

Antsantsalahy, adj. Prodigieux dans son 
genre, eloquent. 

Amtsantsavavy. adj. 8e dit d'une femme 
qui a bonne langue. 

AN-TS APATS APAKA ( tsapaka ) . 
adv. Sans reflexion, a la 16gere. Manao 
an-tsapatsapaka. Agir a la 16gere. 
Miteny an-tsapatsapaka. Parler a la 16- 
gere. 

ANTSASAKA, ANTSASANY (sasa- 
ha), 8. La moitie, la moitie d'une chose 
d6terrain6e. 

ANTS AS AK A, r. Gate, fermente", ter- 
ni. se dit descouleurs, des feuilles, des 
16gumes, qui jaunissent ou se moisissent. 

Antsasahina, p. Se dit des feuilles de 
tabac, etc., qu on fait fermenter 16ge- 
rement pour les faire murir. AntsasAho, 
imp. 

Voa—. pp. Muri, fletri par la fermenta- 
tion. 

Man—, vn. Faire murir par la fermen- 
tation. Manantsasaha, imp. Fan-t-, s. 
Ce qn'on fait murir par la fermenta- 
tion, maniere de faire murir. Mpan — , 
*. Gelui qui fait murir. 

Fanantsasahana, s. L'action de faire 
murir par la fermentation. Anantsasa- 
hana, rel. Anantsasaho, imp. 

Mantsasaka, adj. Mur, ferments, gate, 
moisi legerement. 

ANTSAVtLY (savily), s. Escarpolette, 
trapeze; adj. et adv. qui est attached 
qui tourne sur unpivotcomme deschar- 
nieres, des pentures. 

Filanjana antsavily, s. Maniere de porter 
a deux en se mettant cbacun au bout 
d'uoe barro. 

Mi—, vn. £e balancer a l'escarpolettc, se I 



balancer en se tenant suspendu. Mian- 
tsavilia, imp. Fi— , 8. Maniere de so, 
balancer. Mpi— , 8. Gelui qui se balance. 

Fiantsaviliana, s. L'action de jouer a 
l'escarpolette, oil Ton se balance. Iantsa- 
viliana, rel. Io sampan-kazo io no azo- 
nao iantsaviliana. Vous pouvez vous 
balancer sur cette branche. Iantsavi- 
lio, imp. 

Mah—. Qui se balance ou peut se balan- 
cer. 

Antsavilivily, dupl. freq. 

ANTSAVONY, adv. S'ajoute toujours 
aux mots lany ou very. 

Lany antsAvony. Perdu, deponso, passe 
en des riens, des bagatelles. 

Very antsavony. Argent, temps perdu, 
affaire manquee. 

ANTSSFA (tsefaka), 8. Jeu consistant 
a lancer les doigts ouverts les ongles en 
avant contre los mains de I'antagoniste 
en cherchant a les blesser. 

ANTS&TRA, 8. Le fer du talon des 
lances, petit sarcloir, plantoir. 

Antsy, s. Couteau. 

Antsiarara, s. Goutelas a lonpue lame et 
effil6 ; fig. langne bien penuue. 

Antsibe, s. Grand couteau qui peut servir 
de hache. 

Antsiben' Andriamanitra, 8. L'arc-en-ciel. 

Antsifiharatra, 8. Rasoir d'autrefois, pe- 
tit couteau dont le manche et la lame 
sont d'uoe seule piece. 

Antsif6hy, 8. Gouteau a large lame. 

Antsif6tsy, s. Couteau, arme de guerre. 

Antsikkly, s. Petit couteau, canif, grattoir. 

Antsikbly be zarana, prov. fig. Tetu, opi- 
niatre, obstine. 

Antsim-bAry, s. Couteau servant do fau- 
cille. 

Antsim-bilona, s. Gouteau servant de faux. 

Antsim-panafody, s. Lancette, bistouri et 
autres instruments tranchants do chi- 
rurgie. 

Antsin-kena, 8. Couteau de boucher. 

AntsipIka, s. Couteau dont la lame se re- 
plie, canif, 

AntsivalIha, s. Lame en bambou. 

ANTSlANTSY, s. Petit tezard vert. 

ANTSIHANAKA, 8. Province au nord 
de Tlmerina. 

ANTSlKA, pron pers. Nous, a nous 
(y compris ceux a qui Ton parle). Ma- 
naratsy antsika izy. II dit du mal de 
nous. Antsika ity akoho ity. Ce poulet 
est a nous. Antsika ny manamnoatra 
io tetezana io. Cost a nous a arranger 
ce pont. Antsika ho antsika izany. 
C'est notre affaire. 

Ny ANTsiKA,. pron. pos. Le notre, la no- 
tre, les notres. 

ANTStKANA, s. Gomme Hatsikana, 
arbuste. 

ANTStONA, 8. Grillon, 



Digitized by 



Google 



ANT 



— 54 — 



ANT 



Antsiondaiiy, s. Grillon male, 

Antsionkary, s. Grillon domestique. 

ANTSIONDAHY, a. Nom d'une herbe. 

ANTSiVA, 8. Coquille qu'on sonnait a 
la suite du souverain. 

ANTSlVY (sivy), adv. pris subst. Nom 
du Fanorona compose de neuf lignes 
transversales et de cinq longitudinales. 

ANTSO, 8. Appel, convocation, publica- 
tion, proclamation, invocation. 

Antsbina, Antsbvina, a. Qu'on appel- 
le, qu'on proclame, qu'on invoque. An- 

TSOY, ANTSdVY, imp. 

Voa— , pp. Appeld, proclame\ invoqu6. 

Mi — , va. Appeler, convoquer, publier, 
proclamer, mvoquer. Miantso olona. 
Appeler quelqu'un. Miantso ny vaboa- 
ka. Appeler, convoquer le peuple. A/ tan- 
Iso kabary. Proclamer une assemble 
gdnerale. Miantso an' Andriaraanitra. 
Invoquer Dieu. Miantsoa, imp. Fi— a. 
Celui qu'on appelle, maniere u'appeler, 
do publier, d'invoquer. Mpi— , a. Celui 
qui appelle, le crieur. 

Fiantsoana, a. L'appel, la publication, 
revocation, le lieu, I instrument, lo por- 
te-voix. Iants6ana, Iants(5vana. rel. 
Iuty ny anjombona ian/soan'ialahy ny 
vahoaka. voici la eonque marine pour 
convoquer le peuple. Tao an-kianja no 
nianlsoana izany lalana izany. C'est sur 
la place publique qu'on a proclam6 cet- 
te loi. Iant66y Iants<5vy, imp. 
Prend Mampi— , Mifampi— . 

Mah— . Qui appelle ou peut appeler. 

Antsoantso, dupl freq. de Antso. 

Antso Avo, 8. Publication, manifestation. 

Antso valala, s. Oris des enfants, lorsque 
les nuees de sauterelles paraissent ; fig. 
• cris, appel a tue-tete. 

ANTSOALANY, adv. Se dit d'un en- 
terrement fait avcc toirtes les ceremo- 
nies voulues. 

Omby antsoalany ny maty. Enterre" selon 
le rite voulu. 

ANTS6DY. s. Fil devide sur une bobi- 
ne, action de devider sur une bobine. 

Antsodina, p. Qu'on divide sur une 
bobine. Antsodio. imp. 

Voa— , pp. Devido, mis en bobine. 

Man—, va. Divider, mettre en bobine. 
Manantsodia, Manantsodiava, imp. 
Fan—, s. Ce qu'on divide, maniere de 
divider. Mpan—, a. Celui qui devide. 

Fanantsodiana, Fanantsodiavana, 
s. Le devidoir, action de devider. Anan- 
tsodiana, Anantsodiavana, rel. Anan- 
tsodio, Anantsodiavo, imp. 

Mah—. Qui devide ou peut devider. 

Antsodintsddy, dupl. dim. 

ANTSOHARA, a. Action de fortifier la 
poterie on la faisant recuire et en la 
frottant avec de l'herbe fraiche; fig. 
6preuve, contre-epreuve. 

Antsoharaina, p. Qu'on fortifie par le 



feu. Antsoharay, Antsoitarao, imp. 
voa—, pp. Fortifl<§ par le feu, recuit. 
Man—, va. Recuire pour fortifier, faire 

la contre-epreuve. Manantsohara vilany. 

Recuire une marmitd pour la fortifier. 

ManantsoharA, imp. Fan—, a. Ce qu'on 

recuit, maniere do recuire. Mpan— , a. 

Celui qui recuit. 
Fanantsoharana, a. L'action de faire 

recuire, l'herbe propre a vernir, le lieu. 

Anantsoharana, rel. Anantsoharay, 

Anantsoharao. imp. 
Mah—. Qui fait recuire ou peut faire re- 
cuire. 
Antsoharantsohara, dupl. dim. 

ANTSOINTS6INA, a. Herbe. Emilia 

citrina. DC. 
Antsolntso;mb6hitra, a. Varied de la pre- 

c6dente. 

AN-TSOJAY. Voy. Tsojay. 

ANTSONA, 8. Action d'aborder, d'at- 
terrir, d'arreter au bord de 1'eau. 

Antsbnina, p. Qu'on arrete, qu'on fait 
accosler. Antso\ny, imp. 

Voa—, pp. Qu'on a fait aborder. 

Tafa— , p. Qui a aborde. 

Man—, va. I'aire aborder, faire atterrir. 
Manantsona, imp. Fan—, Ce qu'on fait 
aborder, maniere de faire aborder. 
Mpan—, a. Celui qui fait aborder. 

Fanantsbnana, a. L'action de faire 
arborder. Anants6nana, rel. Anants6ny, 
imp. 

Mi—, vn. Aborder, etre arrets au bord 

• de l'eau, etre au mouillage. Saiky tsy 
afa-man/sona ny lakana noho ny onjan- 
drano. La barque a abord6 difficilement 
a cause des vagues. Niantsoua tomy 
ny serauana telo ny sambo. Le navire a 
mouiltedans trois ports. Miants<5na, imp. 
Fi— , 8. Maniere d aborder. do mouiller. 

Fiantsbnana, 8. Le port, le quai. le do- 
barcadere. Iants<5nana, rel. Eto no azo 
iantsonana tsara. lei on peut bien a- 
border, mouiller, d6barquer. Iants<5ny, 
imp. 

Mah—. Qui fait aborder ou sait atterrir. 

Antsonantsona, dupl. freq. 

ANTSONAlNA. Comme Sonaina. 

AN-TSON6dLOKA ( tsongoloka ), 
adv. Avec chicane, frauduleusement. 

ANTS6NTSANY. Voy. Tsontsa. 

ANTS6RINA, adv. En temporisant, 
en prenant du temps pour examiner, 
reftechir. 

ANTSdRO, a. Herbe employee contre 
la colique. 

ANTS6ROKA (soroka), adv. Sur l'e- 
paule. 

Antsorbhina, p. Qu'on met, qu'on por- 
te sur l'epaule. Antsor<5hy. imp. 

ANTS6RONA, s. Action d'avancer, de 
devancer, se dit des saisons et des anti- 
cipations dans les recits. 



Digitized by 



Google 



AOR 



55 — 



ARA 



Antsorbnina, p. Qu'on fait avancer ou 

devancer. Antsorony, imp. 
Man—, va. Faire avancer, devancer. 

Fan—, 8. Maniere de faire devancer. 
Fanantsordnana, a. L'action de faire 

avancer, le temps, le lieu. Anantsoho- 

nana, rel. Anantsorony, imp. 
Mi—, vn. Etre avance, devancer. Fi— , s. 

L'etat de ce qui avance. 

AO, adv. La, a. Ao izy. II est la. Tao 
izy anikcheo. II 6tait la il y a un mo- 
ment. 

Mankao, vn. Aller la. conduire la. Tsy 
mbola nankao aho. Je n'ai pas encore 
6te la. Mankao an-trano leglizy io la- 
lana io. Ce chemin conduit la a Teglise. 
Fankao, s. La maniere d'aller la. Mpan- 
kao, 8. Celui qui va la souvent. 

Ao ho ao, adv. de lieu. Par la qu^lque 
part, tout pres: adv. de temps : bion- 
tdt, avant peu. 

AO, pron. pers. De toi, par toi, de vous, 
par vous ; se place comme regime indi- 
rect apres les mots terminus par Ka, 
tba, na: zanakao, ton onfant; takatrao, 
atteint par toi; anaranao, ton nom. 

AOfi, int. Fi done ! point du tout ! Aoe ! 
tsy hanao izany aho. Fi doncifje ne fe- 
rai pas cela. 

AOKA, int. f Marque le souhait, le 
desir : puisse ! que ! fasse ! permettez 
que. Aoka harahintsika ity lalana ity. 
Suivons ce chemin. k l° S'emploie dans 
plusieurs locutions qui signifient en ge- 
neral : assez, cessez. 

Aoka aloha, aoka angal6ha, adv. Assez 
pour le moment, attendez un peu, tout 
a I'heure. 

Aoka ary. Soil ! qu*a cela ne tienne ! c est 
entendu. 

Aoka hiany. Non, e'est bien assez, nen 
faites rien. 

Aoka itsy. Gardez-vous. n'allez pas. 

Aoka izay. Assez, cela suflit. 

Aoka izany, int. Gombien! oh que! a 
merveille! mirobolant. 

Aoka rb izany. Comme le precedent. 

Aoka izao. Assez, e'est bien. 

Aoka re, int. Assez, cessez done. 

AORlANA, ado. et pre" p. Derrierc, 
apres, on retard. Avy eo aoriana izy 
II vient la derriere. Tonga taoriako izy. 
II est arrive' apres moi. Tonga aoriana 
hianao. Vous arrivez en retard. 

Mi—, im. Etre derriere, resteren arriere, 
6tre en retard, retarder. Miaoriana izy. 
II est derriere. Miaoriana ny faman- 
taranandroko. Ma montre retarde. 
Miaoriana, imp. Fi— , s. La maniere de 
de rester en arriere. Mm—, s. Trainard, 
ou qui est ii Tarrioro-garde. 

Fiaorianana, s. L'action de se retarder, 
le retard. Iaorianana, rel. IaoriAno, 
imp, 



Mah— . Qui fait retarder, pout causer lo 
retard. 

Aoriandriana, dupl. dim. A une pe- 
tite distance en arriere. 

AORITSA. Mot servant a encourager les 
chiens a la chasse ou au combat. 

AOTRA, r. de Ranaotra. 

Mi—, vn. Etre beaux-freres, belles soaurs. 

AOTRA, s. Zero ( Angl. nought ou 
ought). 

APANA et APANAPANA. s. Taton- 
nement, comme dans le trouble, I'obs- 
curit6. 

Tafa— , p. Qui tatonne. 

Mi—, vn. Tatonner. Miapanapana ny 
jamba. L'avougle tatonne. Miapanapana, 
imp. Fi— , 8. Maniere de tatonner. 
Mpi— , 8. Celui qui tatonne. 

Fiapanapanana. 8. Le tatonnement. 
Iapanapanana, rel. Iapanapano. imp. 

Mah—. Qui tatonne, qui cause le taton- 
nement. 

APOKA, r. Etat de celui qui est e tendu 
de tout son long, grosseur d'un arbre. 

Tafa—, p. Qui est etendu. 

Mi—, vn. Etre couche, etendu, de tout son 
long; etre dnorme. Niapoka teny an-da- 
lam-be izy azon'ny androbe. II etait eten- 
du sur la" route par suite d*une attaque 
d'dpilepsie. Miap6ha, imp. Fi— , s. Ma- 
niere de s*6tendre. Mpi—, 8. Celui qui 
s'6tend habituellement. 

Fiap6hana, s. L'action de s'etendro, le 
lieu. Up6HANA,re/. Iap6hy, imp. 

Apbkapoka, dupl. frtq. de Apoka. 

APOST6LY, 8. Apdtre. (Lat. apoatoli). 

ARABti et ARABEN-DALANA, 8. 
Grand passage, avenue, rue. 

ARABIA, s. L'Arabie. 

ARABO, s. Les Arabes. 

ARAFANA, 8. Vin de palmier; rhum. 

ARAHABA, s. Salut, salutation, felici- 
tation. 

Arahabaina, s. Qu'on saluo. Arahabao, 
imp. 

Voa— , pp. Salue, felicite. 

Mi—, va. Saluer, feliciter. Miarahada, imp. 
Fi— , s. Celui qu'on salue, maniere de 
saluer. Mpi—, s. Celui qui salue. 

Flarahabana, s. Salutation. Iaraha- 
bana, rel. Iarahabao. imp. 

Mah—. Qui salue, qui pout saluer. 

Arahaba nahazo tqkan-trano. Felicita- 
tion aux nouveaux maries. 

Arahaba nirhen'ny afo. Felicitation a ceux 
quo 1'incendie n'a pas attcints. 

Arahaba nomen' Andriamanitra ny para. 
Felicitation aux parents a l'occasion de 
la naissance d'un enfant. 

Arahaba sitrana soa aman-tsara. Felici- 
tation apres une maladie au malade re- 
tabli. 

Arahaba tok^a boa amah-tsara. FdllcW 



Digitized by 



Google 



ARA 



56 — 



ARA 



tation aux voyageurs apres un heureux 
re tour. 

Arahaba tratry ;ny tAona. Premier salut 
an premier de Tan. 

Arahaba tsy nanao takalo kely. Salut 
et condoleance a une femme dont l'en- 
fant est mort en couche. 

Arahaba tsy maty po aman'ajna. Felici- 
tation a ceux que I'incendie a 6pargnes, 
aux guerriers apres uae expedition. 

ARAKA, prep. Selon, suivant, d'apres, 
en proportion. Araka ny he vitro, Selon 
rooi, suivant mon opinion. Araka ny 
reko. D'apres ce quej'ai entendu dire. 
Araka ny asanareo no bahazoanareo 
vola. Vous gagnerez de I'argent en pro- 
portion de voire travail. 

Ara-kbviny, 1* adv. Selon le sens, selon 
le contexte, en proportion, proportion- 
nellement, a raison de. Ara-hevin' ny 
andro niasana no hizaranany vola. L'ar- 
gent sera partage proportionnellement 
aux Jours ae travail. 2° s. Regie de pro- 
portion, regie de trois, regie de soci6l6. 

Arakaraka, pr4p. Selon, en propor- 
tion, proportionnellement. 

Arakaraka ny zaza maty ny harbn-kiala, 
prov. La defense des funerailles est 
proportionnee au mort que Ton enterre; 
fig. en tout il faut proportionner les 
irais a 1'importance de la chose. 

Arakara-tarehy voa-javatra, prov. Ce 
que Ton fait doit 6lre proportionn6 a la 
situation que Ton a. 

AR A K A, s. 1* Action de suivre, d'accora- 
pagner ; 2* de r6clamer, de revendiquer; 
a* d'imiter, de suivre les traces de, 
d'ob6erver, d'exGcutcr. 

Arabina, p. Qu'on suit, qu'on reclame, 
qu'on imite, qu'on observe. Araho, imp. 

Voaraka, pp. Suivi, reclame, imite, 
observe. 

Tafaraka, p. Qui va ensemble. Ta/a- 
raka teny an-dalana izahay roa lahy. 
Nous avous tous les deux fait route en- 
semble. 

Han—, va. t° Suivre, accompagner. iVa- 
naraka ahy izy. II m'a suivi. 2° Rec- 
lamer, revendiquer. Manaraka ny lo- 
vany izy. II revendique son herita- 
ge. 3* Imiter, suivre les traces do, 
observer, exdcuter. M anaraka nyataon' 
ny rainy izy. II imite son pere, il suit 
les traces de son pere. Tsy wanarafca 
ny la 1 Ana izy. II n 'observe pas la loi. 
ManarXha, imp. Fan—, s Celui qu'on 
suit, ce qu'on reclame, maniere d'ac- 
compagner. Mpan— , s. tin suivant. 

Fanaranana, s. L'action de suivre, de 
reclamer, d'observer. Anarahana, rel. 
Any an-tsaha no hanarahanao azy. 
Vous l'accompagnerez a la campagne. 
Anaraho. imp. 

Mifan— . S'accorder, s'entendre,etred'ac- 
cord. Mifanaraha tsara izy roa lahy. 
lis s'accordent bien tous les deux. Ny la- 



zaiko mi f anaraka amin'izay voalaza- 
nao omaly. Ce que je dis s'accorde avec 
ce que vous avez dit bier. Tsy mi/ana- 
rafca tsara ny lokanga. Les violons ne 
sont pard'accord. Fifanarahana. Ac- 
cord. 

Mampifan— , Mettre d 'accord. 

Mampan— . Faire suivre, r6clamer, obser- 
ver. 

Iarahana, p. Avec qui on va, on fait, 
qu'on accompagno, qu'on fait ensemble. 
Niarahan' ny m pan oro pony izy. II 6tait 
accompagn6 de son serviteur. /arahan- 
Isika manalala izany. Nous savons tous 
cela. 

Mi—, vn. Aller ou faire ensemble, etre 
ensemble. Aza miaraka amy ny namana 
ratsy. N'allez pas avec de mauvais ca- 
marades. Niaraka tany an-tsena izahay. 
Nous etions ensemble au marched iVia- 
ra-nangalatra ny omby izy roa lahy. 
lis ont tous les* deux vo4e le bceuf. 
Miaraha, imp. Fi— , 8. Maniere d'aller 
ensemble. Mpi— , s. Ceux qui vont en- 
semble. 

Fiaranana, a. L'action d'aller ensemble. 
Iarahana, rel. Ahoana no iarahanao 
amyny ratsy fanahy toy izany? Pour- 
quoi vas-tu ainsi avec de mauvais com- 
pagnons? Iaraho, imp. 

Ampiarahana, p. Qu'on met ensem- 
ble, qu'cn fait aller ensemble. Ampiara- 
ho, imp. Ampiaraho ireo hazo Osaka 
ireo. Mettez ensemble ces planches. Am- 
piaraho ireo zazalahy ireo. Mettez en- 
semble, iaites aller ensemble ces gar- 
cons. 

Mampiaraka. Mettre ensemble, faire 
aller ensemble. 

Manaraka. Qui pout suivre, rdclamer, 
observer. Haingam-pandeba loatra hia- 
nao ka tsy maharaka anao aho. Vous 
allez trop vite el je ne puis vous suivre. 

Arakaraka, dupl. 8. Revendication, 
poursuite en justice. 

Manara-bava. R6p6ter ce qu'un au- 
tre a dit, chanter en s'accompagnant 
d'un instrument. 

Manara-bAvy. 1° Loger chez les parents de 
sa lerome ; 2° se laisser mener par sa 
iemme. 

Manara-bolana, adj. Lunatique. 

Manara-dahy. Suivre un amant dans un 
pays loin tain. 

Manara-davahana. Suivre le Irou prati- 
que ; fig. blesser a la meme place. 

Manara- drenirano, manara-drian-drano. 
Suivre le courant de l'eau ; fig. dire ou 
faire comme les autres par complai- 
sance. 

MANARA-DRfNDRiNA, adj. Petit enfant qui 
marche en s'appuyant aux cloisons. 

Manaraka ambokony. Suivre en aveugle. 

Manaraka andro m6oy. Se rSehaufTer aux 
rayons du soleil couchant. 

Manaraka efa. Se ranger a I'avis domi- 



Digitized by 



Google 



ARA 



— 57 — 



ARY 



nant, faire comme le plus grand nom- 
bre, accepter le fait accompli. 

Manara-m6dy. Sortilege qui suit et tue. 

Mifanaba-boamaso. adj. Dont les yeux se 
rapprochent ou9 ecartentenmeme temps; 
fig. se suivre, s'entendre comme les 
deux yeux. etre d'accord pour tout. 

Aba-dIa, a. Action de marcher apres, 
sur les pas de, de suivre a la piste ; 
maniere de coudre. Nanara-dta ny 
lam bo izy. II suivit les traces du san- 
glier. Manaraha dia ny reninao. Sui- 
vez les traces de votre mere. Niara-dia 
izabay. Nous avons voyag6 ensemble. 

Ara-d6va, 8. Action d'intenter un proces 
au suiet d'un heritage. 

Aba-drknixy, 8. Accord des instruments 
de musique, en parlant des gammes et 
des jeux d'un memo instrument. 

Ara-jaza, a. Action de reclamer juridique- 
meot un enfant qu'on s'Stait reserve. 

Ara-j6ky, 8. Selon le droit d'ainesse. 

Abak'apo, a. Qui pjoursuit, qui atteint com- 
me le feu, aussitdt, sur le champ. 

Abak'aizina et arak'aloka, 8. Action de 
chercher les tenebres, de se dissimuler 
a leur favour, de se cacber dans I'om- 
bre. 

Ara-miritra, «. Action de so noyer en 
voulant sauver celui qui se noie ; action 
d'envoyer un messager a la suite dun 
premier qui n'est pas revenu, le second 
ne reparatt pas comme le premier, et 
ainsi de suite ; action de tomber dans 
le malbeur dont on veut sauver quel- 
qu'un. 

Aba-tsaikona, 8 Action de suivre le mou- 
vement du cheval. 

ARAN A, r. Action de suivre ses gouts, 
ses fantaisies, de toldrer les caprices des 
autres. 

Ar&nana, Aranina,p. Dont on satisfait 
les gouts, envers qui on est indulgent. 
Aza araninao toy izany ny tenanao. 
Nesoyez pas ainsi indulgent envers vous- 
meme. Aranin' ny reniny izy ka sim- 
ba be. 8a mere est trop indulgente pour 
lui et ainsi il se gate. Arano, imj). 

Voa- f pp. Satisfait, qu'on a laisse sui- 
vre ses caprices. 

Man—, va. Satisfaire ses gouts, les tole- 
rer chez les autres, etre indulgent. Ma- 
narana, imp. Fan—, 8. Le gout, le 
caprice, la maniere de le satisfaire. 
Mpan— ,8. Celui qui suit ses gouts, qui 
est trop indulgent. 

Fanaranana, s. L'action d'eceuter ses 
caprices, ce en quoi on les satisfait. 
Anabanana, rel. Anarano, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan— . 

Ifi— , vn. Se dorloter, 6tre indulgent 
pour soi. Miarana, imp. 

Fiaranana, a. L'action de se dorloter, 
de a'ecouter. Iaranana, rel. Iarano, 
imp. 

Mabajur-batana. Btre charnel, sen sue I. 



Fanaranam-batana, sensuality. Mpa- 
ttaram-6a/ana, le sensuel. 

Manabam-p6. Faire sa volont6, suivre ses 
gouts. Manarana fo. Faitescequevous 
voudrez. 

Manarana aina. S'epargner soi-meme. 

Manaban-daina. Selaisser aller a la pa- 
resse, a la nonchalance. 

Makaban-jaza. Gater un enfant, etre in- 
dulgent pour ses caprices. 

ARARA, 8. Farce, action ou parole plai- 
sante, bouffonnerie. 

Arabalahy, 8. Plaisant, drdle. 

Ababan'6lona, 8. Plaisant qui divertit, 
amuse. 

AR&), pron. pers. De vous, par vous; 
se place comme regime indirect apres 
les mots terminus par ka.tba, na: Ka- 
tsakareo, votre mai's; Fantrarbo, con- 
nu de vous ; Razanarbo, vos ancetres. 

AR&TINA, s. Maladie. 
Aretim-bilany. 8. La faim ressontie avant 

de pouvoir la satisfaire, le d6sir de 

manger ressenti a l'avanco. 
Arbti-mifindra, 8. Maladie contagieuse, 

epidSmie. 
Arbtin'ny olona, 8. Norn generique do 

toute maladie qui s6vit, qui regne, 

maladie courantc. 
Arbtin'olon-kendry, 8. Maladie dissimulee. 

ARY, s. La rate. m t 

Arin-kexa, 8. La rate des boeufs,des ani- 

maux de boucherie. 
ART, c. Et ; se met au commencement 

des phrases, ainsi qu'apres deux ou 

plusieurs mots unis par si/. Nisy ondry 

sy osy ary omby. II y avait des brebis, 

des ehevres et des boeufs. 
ART, c. Done. Aoka ary, soit. Andbba 

ary, eh bien ! partez. Ataovy ary, faites 

done. 
ARY, adu. La, la-bas, designe uno cho- 
se eloignee ou qu'on ne voil pas. 
Mank— , vn. Aller, conduire a... ftan : 

kary izy. II est alle la-bas. Mankary 

ny lalana. Le chemin conduit la-bas. 
Ary atsy, adv. Ca et la. 
Ary ho ary, adv. Plus loin, un peu plus 

loin, par la-bas, plus loin. 
ARY, adj. Forme, pourvu, qui a. 
MahAiiy. Voy. Hary. 
Ary fady, adj. Au complet, completement 

form6, quia tout cequ'il faut. 
Ary fanahy, adj. Quial'usage de la rai- 

eon, qui a atteint l'age de raison. 
Ary fanaka, adj. Qui a son amenblement, 

ses ustensiles. 
Ary hay, adj. Dont les cheveux repous- 

sent. 
Ary vatana, fa tsy ary fanahy. Gros 

de corps, mais born6 d'esprit. 
Arim-batana, fa tsy abin-karena. Qui est 

fortet robuste, mais sans argent. 



Digitized by 



Google 



ART 



— 58 — 



ARI 



Arim-pjadIana, adj. Pourvu d'armes, qui 

a fait les preparatifs de guerre. 
Ary nIfy. adj. Un enfant qui a une ou plu- 

sieurs dents; fig. enfant independant. 
Ary saina, adj. Qui a l'usage de la rai- 

son ou lage de raison. 
Arysomotra, adj. A qui la barbe pousse. 
Arytongotra aman-tanana, adj. Se ditde 

l'erabryon dont les pieds el les mains 

sont formes ; fig. les petits enfants qui 

courent ca et la. 
Ary v6ry. Ou tout le monde est present, 

oil il n'y a pas d'absent. 

ART, *. Action de rejetcr, d'abandonner, 
de perdre. 

Ariana, p. Qu'on rejette, qu'on abandon- 
ne. Ari'o, imp. 

Voa— , pp. Rejet6 f abaudonne\ 

Man—, va. Rejeter, abandonner, perdre. 
manquor, ne pas assister. d£sne>iter. 
Manary boky. Perdre un livre. Mana- 
ry andro foana. Perdre le temps. Ma- 
nary fianarana. Manquer la classe. 
Manaria, imp. Fan—, s. Ce qu'on re- 
jette, la nianiere de se debarrasser. 

Fanarlana, s. Le rejet, l'abandon, le 
lieu, Tinslrument. Anariana, rel. Eto 
amin' ity lavaka ity no lianarianao uy 
zezika. C'est dans ce trou que vousjet- 
terez le fumier. Anari'o, imp. 

Mlfan— . S'abandonner nSciproquement, 
ne pas s'assister mutuellement. Tsy to- 
kony tiifanary an-karatsiana ny olona. 
On iloit s-'assister mutuellement dans le 
malhour, quand le malheur fra))pe, on 
ne doit pas se d<51aisser les uns les au- 
tres. 

Mali— . Qui rejette, qui perd habituelle- 
raent. 

Ariana amy ny vola tsy vaky. Desh6rite 
legalement, en offrant au souverain le 
Hasina d'une piastre cntiore. 

Manary dia. Detourner l'attention, alle- 
guer des pretextes, se distraire, pas- 
ser son temps. 

Manary faty. lit. Jeter un corps mort ; 
fig. abandonner au loin le corps d'un 
parent, ne pas l'entcrrer au tombeau 
de la famille, ne pas assister aux fune- 
railles d'un parent. 

Manary k6ly. Sacrifier quelque chose 
pour avoir plus. 

Manary rano. Rejeter, sortir l'cau de..., 
uriner, sedit desboisqui rejettent leur 
seve en sechant, des pentes pour 
l'ecoulement des eaux. 

Manary zaza. Desheriler un enfant, le 
rejeter. 

Fanariana ondana, s. Lieu oil Ton jette ce 
qui a servi a enterrer unmort. lieu sale. 

Faxarian-jezika, s. Trou a lumier, voirie. 

ARlANDRO, s. Plnnte. Pterocaulon 
Bojcriy Baker ; etLagyera alata. S. B. 

ARlARY, 8. Une piastre. 

Manao ariary zato am-pandrUna. Comp- 



ter cent piastres 'dans son lit ; fig. batir 
des chateaux en Espagne. 

ARIKA, 8. M&noirc. 

Maty arika, adj. Oublieux, distrait. 

Yelona arika, adj. Qui a bonne mGmoire. 

M arika, Marimarika ( dupl. plus usite), 
adj. Inquiet de peur a'fitre ddcouvert, 
de peur d'un malheur, soupconneux. 

ARlKITRA, adv. La. la-bas ; sert a in- 
diquer une chose £loignee ou qu'on ne 
voit pas. 

ARINA, 8. Charbon, suie. 

Arim-bilany, *. Lasuie de lamarmite. 

Arin-kazo, 8. Charbon de bois. 

Arin-tany, s. Charbon deterre, houille. 

Arin-taolana,8. Noir animal. 

Man—, vn. Se charbonncr, devenir 
charbon. Fan—, 8. La carbonisation. 

Mijery AniNA an-tava. lit. Regarder une 
tache de suie sur la figure d'autrui ; fig. 
ne pas prtfvenir quclqu'un sur un defaut 
ou une chose qui luinuit. 

A BIN A, 8. Aplomb, nivellement, scant, 
redressement, retablissement, recouvre- 
ment. 

Ar6nina, p. Qu'on met d'aplomb, qu'on 
nivello, qu'on met sur son seant, qu'on 
n'dresse, qu'on releve, qu'on recouvre. 
A reno, imp. Areno ny andry. Mettez 
le poteau d'aplomb, redressez-le. Areno 
ny tokotany. Nivelez l'emplacement. 
Areno ny marary. Mettez la raalade sur 
son seant. Areno ny zaza kely fa potra- 
ka. Relevez l'enfant qui est tombe. 

Voarina, pp. Mis d'aplomb, nivele\ mis 
sur sons^ant, redresse, releve\ recouvrc\ 

Tatarina, p. Qui s'est mis sur son seant, 
qui s'est relevY 1 . 

Man—, ra. Mcttre d'aplomb, niveler, 
mettre sur sou scant, redresscr, relever, 
recouvrer, retablir scs affaires. A r ana- 
rina ny fananany izy. 11 a recouvre sa 
fortune, il a rctabli ses affaires. Mana- 
rena, Manarema, imp. Fan—, s. Ce 
qu'on met d'aplomb, etc. maniere do 
mettre d'aplomb, etc. Mpan— , s. Celui 
qui met d'aplomb, nivelle, redresse. 

Fanar6nana, Fanar6mana, s L'ac- 
tion de mettre d'aplomb, etc. le lieu, 
linstrument. Anarenana, Anaremana, 
rel. Ax areno, Anaremo, imp. 
Prend Milan—, Mam pi fan— , Mampan— . 

Mi— , vn. Etre d'aplomb, de niveau, sur 
son scant, so relever, retablir ses af- 
faires. Mi arena, Miaiiema, imp. Fi— ,s. 
L'aplomb, le niveau, le scant, maniere 
de se relever. 

Fiar6nana, Fiar&mana, s. L'aetion 
de se mettre sur son s^ant, de se relever, 
le lieu, le temps. Iarknana, Iaremana, 
rel. Iareno, Iaremo, imp. 

Man—. Qui petit mettre d aplomb, etc. qui 
peut se mettre sur son scant, se relever. 

Arinarina, dupl. [re'q. de Arina. 

Maharemana, adj. Qui est en forme de 



Digitized by 



Google 



AM 



— 59 — 



ARO 



plateau, qui a un sommet plat, etendu. 
Marina, adj. D'aplomb, de niveau ; juste, 

vrai, droit. Voy co mot. 
Manarina ady. Revenir au combat, re- 

prendre les armes, raviver une que- 

relle, un proces. 
Tsaha miarina. Se lever bien, se dit des 

Betsileosqui se couchent la tfite au sud ; 

en se levant ils paraissent saluer le 

souverain qui se trouve au nord. 

ARINDRANO. a. Norn d'un district 
cbez les Betsileos; nom d'un tissu qui 
se fabrique surtout dans ce pays. 

ARlRA et ARIRARlRA, a. Conte, 
histoire amusante; fig. un plaisant, un 
bableur, un farceur. 

Ariraina,p. A qui on en conte. Arirao, 
imp. 

Voa— , pp. Qu'on a amuse, a qui on en 
a conte. 

Man—, va. Divert ir, amuser, rendre 
piquant, amusant ce qu'on dit. Mana- 
rira\ imp. Fan—, a. Celui qu'on amuse, 
maniere damuser. Mpan— , a. Celui qui 
divertit. 

Fanarirana, a. L'action de divertir. 
Anabirana, rel. AnaruUo, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan— . 

Ifi— , vn. Raconter des historiettes, amu- 
ser, divertir. Miarira. imp. Ki— , a. 
Maniere de conter, d'amuser. Mpi— , a. 
Un contour, un plaisant. 

Fiarirana, a. Le recit, ceux qu'on amu- 
se. Iarirana, rel. Iakirao, imp. 

Man—. Qui amuse, sait faire nre. 

Arirabk, a. Des contes, des histoires de 
l'autro monde. 

Aribalahy, a. Un contour, un comique. 

ARITRA, r. Convalescence, guerison. 

Man—, vn. Etre convalescent, se relever 
de maladie. guerir, se cicatriser. Mana- 
ritra izy. II est convalescent. Nanari- 
tra izy. II est gueri. Manaritra ny 
feriny. 8a plaie se cicatrise. Manareta, 
imp. Fan— ,a. Maniere de gu6rir. 

Fanar6tana, a. La convalescence, la 
guerison, la cicatrisation. Anar£tana, 
rel. 

ARITRA, a. Endurance, support, pa- 
tience, perseverance, Constance. 

A retina, p Qu'on endure, qu'on sup- 
porte. Arbto, imp. 

Ml — , va. Endurer, supporter, patienter. 
Miaritra ny hanoanana. Endurer la 
faim. -Miaritra tsara ny loza manjo azy 
izy. II supporte bien le mainour qui le 
frappe. Miar£ta, imp. Fi— , a. Ce qu'on 
endure, maniere d endurer. Mpi—, s. 
Celui qui endure. 

Fiar6tana, a. L'action d'endurer, la 
patience. Iarbtana, rel: Mafy ny nia- 
retany. II a eu beaucoup a endurer. 
Iar&to, imp. 

Man— , va. Endurer, perseverer, 6tre 
constant, durer, rester. Maharitra amy 



ny fianarana izy. 11 persevere dans 
l'etude. Maharitra ela io lamba io. 
Cette etotle dure longtemps. iVa/m- 
ritra ela tany hianao. vous 6tes reste 
longtemps la-bas. Maharkta, imp. Fah 
— , a. Maniere de perseverer. Mpah— , a. 
Celui qui persevere. 

Fahar6tana, a. Perseverance, Cons- 
tance. AHARfeTANA. rel. 

Aritraritra, dupl. dim. de A ritra. 

Mahari-pkry. Qui supporte patiemment 
les blessures, les coups; fig. qui ne se 
decourage pas facilement. 

Mahari-po\ Qui sait con ten ir son eoeur, 
qui est patient. 

Ari-t6ry, s. Veille, veillee. 

Miari-tory. Passer la nuit en veillant. 

Maharitrafo, adj. et a. Quivaaufeu, qui 
y resiste, se dit des ustensiles qui vont 
au feu sans etre endommages; pris 
subst. il signiiie les ustensiles en tole 
ou en for-blanc rives sans soudure. 

ARiVO, adj. num. Mille. 

Man—, vn. Etre riche. Mpan—, a. Un 
richard. 

Arivoarivo, arivomiaina, adj. Innombra- 
ble. 

Arivo lahy tsy maty indray andro, prov. 
Mille hommcs ne meurent pas en un 
jour; les temoins norobreux ne meu- 
rent pas tout de suite, ilen restc durant 
longtemps. 

ARIVOLAHY, s. Calebasse. Lagena- 
ria. 

ARO, a. Protection, defense, tout ce qui 
sert a proteger, interdiction. 

Ardvana, p. Qu'on protege, qu'on de- 
fend, qu'on abrite. Ar6vy, imp. 

Voaro, pp. Protege, defandu, abrite. 

Mi—, va. Proteger defendro, abriter, in- 
terdire. Niaro ahy Andriamanitra. 
Dieu m'a protege. Miaro ny zanany ny 
reniakoho. La poule defend ses petits. 
Ireo hazo ireo miaro ny kafe amy ny 
rivotra. Ces arbres abritent les cafeiers 
coutre le vent. Miaro ny dobony ny 
tompon'io saha io. Le maitro de "cette 
campagne defend, interdit la peche 
dans son bassin. Miar6va, imp. Fi— , 
a. Co qui est protege, la chose qui pro- 
tege, la maniere de proteger. Mpi—, a. 
Prolecteur, defenseur, gardien, patron. 

Fiarbvana, s. Le moyens de defense, 
Taction de proteger. Iar6vana, rel. 
Ity ny basy hiarovanao teua. Voici un 
fusil pour vous defendro, pour vous 
proteger. Iaruvy, imp. 
Prend Mampi— , Mifampi— . 

Man—. Qui defend ou pent proteger. 

Miaro aina. Defendre sa vie, ses jours. 

Miaro fIuitra. Se defendre des mousti- 
cnies, desmouches; fig. ne pas se de- 
sister, pers6verer malgre les tracas- 
series. 



Digitized by 



Google 



ASA 



60 — 



ASO 



Miaho trano. Esquiver une visile afln de 
n'etre pas oblige de la rendre. 

Fiaro l6ha ou fiarovan-d<5ha, 8. Casque 
arm u re pour protdger la t6te. 

Fiaro tratra ou fiarovan-tratra, 8. Cui- 
rasse, plastron. 

FlARO TSINGALA, MIARO — , MAHARO — , 8. 

Pomme d'arrosoir, tamis pour le cafe\ 

6eumoire, passoire. 
Aro an-dAlana, 8. Escorte de surety. 
Arokanina, s. Garde-fou, balustrade. 
Aro ri'aka, 8. Rigole ou petite digue au- 

tour de la maison pour la proteger 

contre I'eau. 
Arov6niny, 8. Latte ou bois plac6 sur le 

failage pour donner la ponte aux joncs 

ou au cnaume qui couvrent les toits. 

ar6a, ar6ana, ar6katra, 

adv. La, la*bas. 

Aroa ho ar6a. Un peu plus loin, par la. 

AR6SY, 8 Oie de la cote de Coromandel. 
Sarcidiorni8 melanotus, Peunant. 

ASA, adv. Je n'en sais rien, tant pis. 

Asa anao fou asanao, de asa, travail). 
Cela te regarde, tant pis pour toi. 

Asaazy(ou asany, de asa, travail). C'est 
son affaire, tant pis pour lui. 

Asa lahy. Peut-dtre, je n'en sais trop rien. 

ASA, s. Travail, exercice, culture. 

Asaina, p. Qu'on travaille, qu'on cul- 
tive. Asao, imp. 

Voa-, pp. Travail 16. 

Mi—, va. Travailler. Miasa, imp. Fi— , 
8. Qu'on travaille, la maniere de travail- 
ler. Mpi— , s. Ouvrier, cultivateur. 

Fiasana, s. Le travail, les outils, le 
temps, le lieu. Tsy manam-piasana 
aho. Je n'ai pas d'outils. IasAna, rel. 
Andro tsy iasana ny alahady. Le di- 
manche est un jour oil Ton ne travaille 
pas. Iasao, imp. 

Mampi— . Faire travailler, faire cul- 
tiver, exercer. Mahay mampiasa ny 
sainy izy. II sait exercer son intelli- 
gence. 

Mah— . Capable de travailler. 

Mpiasa bb\ s. Simple, bonasse. 

Asa dasy, a. Exercice au fusil. 

Asa hik, 8. Promenade, exercice en mar- 
chant. Miasa dia. So promener. 

Asa tanana. Travail des mains. 

Asa tany, s. Travail de la terre, culture. 

Asa t6na, s. Mouvement des machines 
mues par un ressort, par l'eau, le vent 
ou la vapeur; exercices gymnastiques. 

Miasa t£na. Qui fait son travail lui-md- 
me, qui se sort ; so dit aussi des ma- 
chines mues par un ressort, par 
l'eau, etc... 

Asa vadi-drano, s. Travail des rizieres 
couvertes d'eau; fig. affaire difficile. 

Asazaha ou zamana, s. Defriehcraen t. 

ASA, r. Invitation, commandemont. 
Asaina, p. Qu'on invite, & qui on or- 
donne. Asaiko hiara-mihinana amiko 



hianao. Je vous invite a ma table. 
Asain* ny fanjakana hanao io lalana io 
isika. Le gouvernement nous ordonne 
de faire cette route. Asaovy, Asao, imp. 

Voasa. pp. Invite. 

Man—, va. Inviter. Manasa, imp. 
Fan—, 8. Celui qu'on invite, maniere 
d'inviter. Mpan— , a. Celui qui invite. 

Fanasana, a. L'invitation, le repas, le 
temps, le lieu. Nisy /anaaam-be tao an- 
tranon'ny governora omaly. Hier il y a 
eu chez legouverneur grande invitation, 
grand festin. Anasana, rel. Anasao, 
imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan— . 

Mah—. Qui peut inviter. 

Manasa fa masaka ny lohumby. lit. Jc 
vous invite a manger, la tete du boBiif 
est cuite : formule servant a declarer 
la guerre. 

ASA, s. Action d'aigniser, d'affiler, de 
raper. 

Asaina, p. Qu'on aiguise, qu'on rape. 
Asao, imp. 

Voa— , pp. AiguisS, rape\ 

Man—, va. Aiguiser, affiler, raper. Ma- 
nasa antsy. Aiguiser un couteau. Ma- 
nasa angady. Afliler une beche. Mana~ 
sa fakan-javatra. Raper des racines. Ma- 
nasa, imp. Fan—. Ce qui s'aiguise, 
maniere d'aiguiser. Mpan—, s. Celui 
qui aiguise. 

Fanasana, 8. L'aclion d'aiguiser, ce qui 
sert a aiguiser. Anasana, rel. Anasao, 
imp. 

Miasa, adj. Qui est aiguis£ ou doit s'ai- 
guiser. 

Mah—. Qui aiguise, qui a la proprtete" 
d'aiguiser. 

Manasa l6la. Se disputer. 

Manasa nIfy. Se preparer a un bon repas. 

ASAB6TSY, s. Samedi, nom des mar- 
ches qui se tiennent en ce jour. 

ASAHA, s. Imprecations, maledictions. 

Asahaina, p. Qu'on maudit. Asahao, 
imp. 

Man—, va. Maud ire, faire des impreca- 
tions. Manasaha. imp. Fan—, s. Celui 
qu'on maudit, maniere de maudire. 

Fanasahana, a. Imprecation. Anasaha- 
na. rel. Anasahao, imp. 

Mah—. Qui maudit ou ose faire des im- 
precations. 

Manasaha razana. Insuller les ancetres. 

ASARAMANITRA, s. L'gpbquc du 

Fandroana. 
ASlANA, ASlVY. Voy. Isy. 
ASiDRA, s. Acide. (Vv. acide). 

ASOMB6LA, s. Nom du sixieme mois 
de fanned malgache et d'un deslin. 

asoralAhy asoravAvy, 8. 

Termes de Sikidy, noms des rangces. 
ASOROTAnY, s. Nom du quatrieme 



Digitized by 



Google 



ATI 



-61- 



ATO 



inois de l*annee malgache ct d'un destin. 

ASOROTANITSISATRY, 8. Orphelin. 

ATAFA, ATAFANA, 8. Badamier. 

Terminalia badamia ou Catappa, L. 
ATATRA, r. I* Voracity ; 2* paraoison, 

mort, action de tomber raide; 3°honte, 
Mi—, vn. Manger gloutonnement, se pa- 

mer de rire ou de douleur, tomber mort 

on raide ; etre confus. Niatatra ny 

hehy izy. II se pamait derire. Niatatra 

ny alahelo izy. II 6tait suffoqu^ de dou- 

leur. Voan* ny bala izy ka niatatra 

tery. II fut frapp6 par une balle et tom- 

ba "raide mort. Miatara, imp. Fi— , a. 

lia maniere de manger avec avidile\ 

de se pamer, I'etat de raideur. Mn— , 8. 

Glouton. 
Fiatarana, s. L'action de manger glou- 

tonnement. Iatarana, rel. Iataro, imp. 
Mali— . Qui mange gioutonnement, qui 

tait tomber raide. 
Atatratatra, dupl fre'q. de Atatra. 
ATATRA, s. Grains de riz que le pilon 

n'a pas depouilles et qui sont meles aux 

grains pil6s. 
Man a la atatra, mitsimpona— . Retirer du 

riz pil6 les grains non ddcortiques. 
ATY, s. Foie, inte>ieur, ce qui est au 

dedans, la moelle, lo coeur des bois. 
Atyala a. L'interieur des forets. 
Atid6ha, 8. Lacervelle. 
Atidohan-k£na, s. La cervelle des boeufs 

tuesa Tabattoir. 
Atim-bary, s. Le rizpilS bien pur. 
Atin'andriana, 8. Prince du sang, la 

branche regnante. 
Atin-damda, 8. Lecotedu Lamba qui se 

porte a rintorienr, l'envers. 
Atindrambo, s. Herbe. Vernonia ochro- 

leuca, Baker. 
Akn'imerina, 8. Ce qui est compris dans 

Tlmerina. 
Atin-kavana, 8. Les proches parents. 
Atin-kazo, s. La moelle des arbres. 
Atin-kbna, 8. Le foie des bosufs, des ani- 

maux tues a la boucberie. 

RaHA VOATOHINA NY ATY MARARY NY AFERO, 

prov. Si Ton touche au foie, la bile se 
remue; fig. on ressent le mal fait aux 
parents, aux amis, on prend fait et 
cause pour eux. 

T8INAY MISINGOTRA AMAN* ATY. FrereS 6t 

scBurs de ineme mere. 
ATY. adv. Ici, dans ce pays-ci. 
Mank— , vn. Venir ici, aboutir ici. 

Fank — , 8. Maniere de venir ici. Mpank — , 

s. Celui qui vient ici souvent. 
Hatramy ny fandroana no ho mankatyY 

D^puis le Fandroana jusqu'a present. 
Hatrany no uo mankaty. Depuis la-bas 

jusqu'ici. 
ATlATY, s. Ballonnement du ventre 

rasaasie. 
Mi— , vn. Avoir le ventre ballonn6. Fi— , 

8. L etat du ventre ballonn£. 



Fiatiatiana, 8. Le ballonnement du 
ventre. Iatiat/ana, rel. 

ATIKATIKA, 8. Fierte dans la pose. 

Mi—, vn. Poser. 

ATlKITRA, adv. Ici, par ici. 

ATITRA, 8. Action de presenter, d'of- 
frir* de conduire, d'escorter, de porter, 
d'apporter, de rendre. 

At6rana, p. A qui on offre, on porte. 

Aterina, p. Qu on offre, qu'on conduit, 
qu'on porte. Atero, imp. 

Voatitra, pp. Offert, conduit, port6. 

Man—, va. Presenter, offrir, conduire, 
escorter, porter, apporter, rendre. Avy 
manatitra voaloboka aminareo aho. Je 
viens vous offrir des raisins. Nanatitra 
ny vahiny tao an-tranora-bahiny izy. II 
a'conduit l'etranger a l'hotel. Nisy mia- 
ramila nanatitra azy. Des soldats l'ont 
escorts. Nanatitra entana lany Toama- 
sina izy. II a portd des paquets a Ta- 
matave. Tsy mbolanana/ifra ny boki- 
ko izy. II ne m'a pas encore rendu 
mon livre. Manatera, imp. Fan—, 8. 
Present, offrande, maniere do conduire. 
Mpan— , 8. Celui qui offre, escorte. 

Fanaterana, s. I/action d'offrir, de 
conduire, de porter, celui a qui on offre, 
le lieu, Tinstrument, le temps. Anaie- 
rana, rel. Any Ilafy no hanateran* ia- 
lahy ity vata lty. C'est a Ilafy gue lu 
vas porter cette malle. Anatero, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan— . 

Man— . Qui offre ou neut offrir. 

Ati-dranomaso,s. Action d'aller au palais 
pour y pleurer le souverain mort re- 
cerament; visile de condoleance des 
esclaves a leur maitre. 

Mjati-dranomaso. Aller a la corvee des 
larmes. 

ATi-KfRA, a. Action d'aller chanter d'un 
village a un autre. 

MANArr-KiRA. Aller donner une se>6nade. 

Ati-pako,s. Action de porter une poign^e 
d'herbes en un monceau chez celui au- 
quel on a vole, afin que le voleur puis- 
se rendre secretement l'argentou I'objot 
vole. 

Manati-pako, miati — . Faire la ceremonie 
ci-dessus. 

ATO, adv. Ici, la oil Ton se trouve. 

Ato ho ato, adv. Par la, tout pres, a cote ; 
bientot, avant peu. 

Tato, pass6 de Ato. 

Tato ho ato, adv. Dernierement, il n'y a 
pas longtemps. 

Mankato, vn. Aller, conduire a. 

ATO, r. Action de s'arreter, d'interrom- 

pre. 
Atdina, p. Qu'on arrete, qu'on inter- 

rompt. At6y, imp. 
Voato, pp. Arrete, interrompu. 
Tafato, p. Qui s'est arrete. 
Mi — , vn, S'arrdter. Nahazo indimy tsy 

niafo izy. II a gagn6 cinq fois do suite 



Digitized by 



Google 



ATO 



-62 — 



ATS 



(ou sans s'arreter). Miat6a, imp. Fi— , 
s. La manure de s'arreter. 

Fiat6ana, a. L'action de s'arreter. In- 
terruption. Iat6ana, rel. Iat6y, imp. 

Mah— . Qui s'arrete, s'interrompt. 

Atoato, clupl. frSq. Arrets frequents, 
interruptions frequentes, diminution, 
retard. 

Miatoato, vn. S'arreter souvent, dimi- 
nuer, tarder. Miatoato any an-dalana 
izy. II s'arrete souvent en route. Mia- 
toato ny aretina. La maladie diminue. 
Miatoato ny varotra. Le commerce 
diminue. Aza miatoato mba handoa ny 
trosanao. Ne tardez pas a payer vos 
dettes. Miatoat6a, imp. Fi— , a. La ma- 
niere de s'arreter. Mpi— , s. Olui qui 
s'arrete souvent, un trainard. 

Fiatoatdana, a. Les arrets frequents, la 
diminution, le retard, la cause. Iatoa- 
t6ana, rel. Iatoat6y, imp. 

AT6A, a. Chant en l'honneur du sou- 

verain ou des idoles en battant dos 

mains. 
Atoavina, p. Qu'on celebre en chan- 

tant. Atoavy, imp. 
Voa— , pp. Honore du chant. 
Man—, va. Chanter les louanges. Mana- 

toava, imp. Fan—, 8. Celui qu'on 

chante, maniere de le chanter. Mpan—, 

s. Ceu x qui lechantent. 
Fanatoavana, s. Le chant, le lieu. 

Anatoavana, rel. Anatoavy, imp. 
Mah—. Qui chante ou sait chanter. 

at6dy,«. CEur. 

Atodizana, p. Qui est pondu. 

Man—, va. Pondre; adj. pondeuse. Ma- 
natodiza, imp. Fan—, 8. Le nombre 
des ceufs pondus habituellement dans 
uneponte. Mpan— ,s. Cellequi pond sou- 
vent. 

Fanatodizana, s. La ponte, le lieu, 
Tepoque. AnatodJzana, rel. 

Atody iray f6totra. Trois oeufs. 

Atodiakanga, 8. La tele arrondie du temur 
se joignant a l'os coxal. 

Atody av/vitra. Voy. Vivitra. 

Atodibb, 8. Vn grand ceuf ( presage ex- 
traordinaire). 

Atody malemy, 8. CEuf sans coque avec 
pellicule seuleraent. 

Atodimp6dy, s. Norn d'unc perle bleuatre. 

Atodi.x-t.vmy, s. Tubercules caches dans 
la terre. 

ATODiNTARfA et atodintar/na, s. Glandes 
aux aines. 

Atodin-tazo. a. Hypertrophic de la rate 
survenant a la suite des fievres. 

Atodi6mby, s. Boule de poils qui se trou- 
ve quelquefois dans la panse des b oeufs. 

Atodiorok6roka, a. Les petits enfanls, 
1'enfance; ceux qui ne savent pas 
encore se conduire. 

Atodi6sy, 8. Perle fausse, blanche a raies 
bleues. 



AT6Y et AT6KITRA, ado. lei, la tout 
pies. 

AT RAN A, 8. Action d'armer le fusil, 
I'etat d'attento lorsque tout est pret. 

Atranina, p. Qu'on arme, qu on pre- 
pare. Atrano, imp. 

Toatrana, pp. Arme, prepared 

Tafa— , p. Qui est pret. 

Man—, ra. Armer, preparer. Manatra- 
na, imp. Fan—, *. Ce qu'on arme, ma- 
niere d'armer. Mpan — , 8. Celui qui 
arme. 

Fanatranana, 8. L'action de preparer, 
d'armer. Anatranana, rel. Anatrano, 
imp. 

Mi—, vn. Se preparer, etre prot, arme, 
etre dans I'attente, l'expectative. Mia- 
trana, imp. Fi— , a. Etat d'expectative. 

Fiatranana, a. L'expectative, I'attente, 
I'etat du fusil arme. IatrjCnana, rel. 
Iatrano, imp. 

Mah—. Qui prend ses precautions, qui 
sait les prendre. 

Atranatrana, dupl. 

Miatranatrana. Avoir une tenue fiere. 

ATRlATRY, adj. Moyen d'iige, de tail- 
le, de graudeur, de grosseur. 

ATRIKA.s. Face, le devant, facade, la 
ligne de front; front (commandement 
millitaire); les deux lignes du milieu 
du Katra. 

Atr6hina, p. A qui on fait face, dont on 
est temoin. Atrbiio. imp. 

Voa—, pp. Envisage, vu en face, dont 
on a (H6 temoin. 

Man—, ra. Fa ire face a, afsister a, etre 
temoin oculaire de. Manalr ilia nylrano 
loglizy ny tranoko. Ma maison est en 
face tie leglise. NnnalriUa ny llvoriano. 
aho. J'ai a?sist6 a l'assembfee. Nana- 
trika ny namonoana azy aho. J'ai <He 
temoin de son assassinat. Manatreha. 
imp. Fan—, a. A quoi on assiste, la ma- 
niere d'etre en lace de. Mpan—, a. Les 
assistants, les temoins. 

Fanatr6hana, a. L'action d'assister, la 
presence. Anatrehana, rel. Anatreho, 
imp. 

Mifan— . Etre en face l'un de I'autre, se 
confronter pour regler un diflerend. 
Prend Mampifan— , Mampan— . 

Mi—, vn. Eire en face l'un de I'autre, etre 
present, etre en evidence. 

Mah—. Qui est en face de, qui ose re- 
garded 

Atrikatrika, dupl. d'Atrika. 

Miatrikatrika, vn. Etre, se mettre en 
evidence. 

Anatrehana. Voy. cemot. 

ATSY, adv. La, a une certaine distance. 
Atsy, Atsikitra, adv. Plus loin que 

Atsy. 
Ats(ana, adv. La, a une certaine distance. 
Atsy ary, adv. Par-ci par-la. 
Mankatsy mankary. Aller par-ci par- la. 



Digitized by 



Google 



AVA 



63 



AVY 



ATStMO,8. Sud. 

Anatsindmina, p. Qu'on dirige vers le 
sud, qu'on pousse vers le sud. Anatsi- 
n6my, imp. 

Man—, va. Pousser vers le sud. Mana- 
tsinoma, imp. 

Fanatsinbmana, s. Inaction do pous- 
ser vers le sud. Anatsin6mana, rel. 
Anatsinomy, imp. 

Mian—, vn. Se tourner. allervers le sud. 
Mianatbin6ma, imp. Fian— , 8. La di- 
rection vers le sud. 

Fianatsin6mana, s. L'action d'aller 
vers le sud. Ianatsin<jmana, rel. Iana- 
tsimony, Ianatsin6my, imp. 

Atsimotsimo, dupl. de Atsimo. 

Atsimom-patana. Au sud du foyer, la pla- 
ce des inferieurs, des esclavos. 

Atsimo andre>ana. Sud-ouest. 

Atsimo atsinanana. Sud-est. 

Mandry atsimon'ny maty. H6duit a Pex- 
treme misere. 

ATSINANANA, 8. Est. 

Atsinananina, p. Qu'on dirige vers P 
est, qu'on place vers Pest. 

Man—, va. Pousser, placer vers Test. 
Manatsinanana, imp. 

Miantsinanana, vn. So diriger vers 
Pest. Miantsinanana, imp. 

Fiantsinananana, s. L'action de se di- 
riger vers Pest. Iantsinananana, rel. 
Iaxtsinanano, imp. 

Atsinanananana, dupl, 

ATSIPILAVAKA. Voy. Tsipy. 

AVA, 8, Aval. 

AVA, s. Sarclage. 

A van a, p. Qu'on sarclo. Avao, imp. 

Voa— , pp. Sarcle. 

Mi—, va. Sarcle r. Miava vary. Sarcler 
le riz. Miava, imp. Fi— , 8. Ge qui doit 
etre sarcle, maniere de sarcler. Mpi — , 
s. Sarcleur. 

Fiavana, s. L'action de sarcler, Ins- 
trument, la saison. Iavana, rel. Iavao, 
imp. 

Man—. Qui sarcle, qui peut sarcler. 

Avava, dupl. dim. de Ava. 

AVAKA, s. Separation, distinction. 

Av&hana, p. Qu on separe, qu'on dis- 
tingue, Avaho, imp. 

Voavaka, pp. S6pan5, distingue. 

Man—, va. beparer, mettre a part, dis- 
tinguer. Andriamanitra hanavaka ny 
tsara fanahy sy ny ratsy fanahy. Dieu 
separera les bons d'avec les m^chants. 
Ny afo no entina manavaka ny vy amy 
ny vato. Le leu sert a stSparer le fer 
d avec les pierres. Mahaiza manavaka 
ny tsara sy ny ratsy. Sachez distinguer 
lebiendumaf. ManavAha, imp. Fan—, 
8. Go qu'on s£pare, maniere de s6pa- 
rer. Mi»ax— , s. Gelui qui separe. 

Fanavahana, 8. L'action do separer, 
de distinguer, co qui sert a separer. 
Anavahana, rel. Anavaho, imp. 



Mi—, vn. Etre separe, so separer, se dis- 
tinguer, no pas se meler comme I'huiie. 
Miavaha ny mararin' ny nendra. Les 
varioleux sont sepan5s. Niavaka tami- 
nay teny an-dalana izy. II s'est separG 
de nous en route. Miavaha amy ny be 
sy ny maro izy noho ny fahaizany. II se 
distingue des autrcs par sa science. 
Miavaha amy nyrano ny diloilo. L'hui- 
le nc se mele pas avec Peau. Miavaha, 
imp. Fi— , s. La maniere de se s6parer. 

Fiavahana, 8. La separation, la dis- 
tinction. Iavaiiana, rel. I avaho, imp. 

Man—. Qui separe ou peut separer. 

Avakavaka, dupl. freq. de Avaka. 

Tsy an-kanavaka, adv. Indistinetement, 
sans mettre de difference. 

A VAN A, 8. L'arc-en-ciel, nimbe, lumie- 
re, 6clat, splendeur. 

Mavana, adj. Hesplcndissant, beau. 

AVANAVANA, s. Splendeur. 
Man—, vn. Resplendir. 
Tsy hita avanavana, adj. Innombrable, 
incomprehensible. 

AVAOTRA et HAVAOTRA, s. Lia- 
neepineuse. Smilax Kraussiana, Musn. 

AVARATRA, 8. Nord. 
Anavaratina, p. Qu'on dirige au nord. 
Mian—, vn. Aller, se diriger vers le 

nord. Mianavarata, imp. 
Fianavaratana, s. L'action d'aller 

vers le nord. Ianavaratana, rel. Iana- 

varato, imp. 
Avarabaratra, dupl. de Avaratra. 
Avara-patana, s. La placo au nord du 

foyer, placo d'honneur dans la case. 
Avaratra andrefana, 8. Nord-ouest. 

AVARADRANO, s. Le district du 
Nord dans PImerina et ses habitants. 

BB TSY ADALA HOATRA NY AMBOAN' AVARA- 
DRANO, prov. Lourdaud, maladroit. 

AVfiLO, 8. L'ame on l'ombre des 
morts, les manes. 

AVY, p. et vn. Venant, qui vient, ar- 
rivant, qui arrive, qui descend de, qui 
est envoye par, qui est tire de.extrait 
de, qui provient de, qui est originaire 
de. Avy nandro izy. II vient de pren- 
dre un bain. Vao avy nihinana izy. 
II vient de manger. Vao avy narary 
izy. II vient d'etre malade. Vao avy 
tany Toamasina izy. II arrive do Tama- 
tave. Avy amin'Andrianampoinimeri- 
na izy. Il descend d'Andrianampoini- 
merina. Avy amy ny govemor*a ity ta- 
ratasy ity. (Jctte lettre est envoyeo par 
le gouverneur. Be ny volamena avy 
amin' io tany io. On a tire beaucoup 
d'or de cette mine. Ny solika acy amy 
ny tongotr'omby. L'huile du pays est 
extraite des pieds de boeuf. Avy any 
Amerika io gora io. Gette piece de toile 
provient de l'Amerique. Avy any India 



Digitized by 



Google 



AVI 



— 64- 



AVO 



io vahiny io. Get Stranger est origi- 

naire des Indes. Av/a, imp. 
Mill—, (inusitS). Fih— , s. Maniere de 

venir, a'arriver. Tsara fihavy hianao. 

Vous venez a propos. Andraso kely eto 

ambara-pifcainn' ny rainao. Attendez un 

peu ici jusqu' a rarrivee de votre pere. 

Mpih— , a. Celui qui vient. Mpihavy 

alinany tontakely. Les voleurs viennent 

la nuit. 
Fihaviana, s L'action de venir, d'ar- 

river, le lieu, le temps, I'origine. 

lHAvfANA, rel. Ny ratsy nataony no i/ia- 

viari ny fahoriany. Son malheur pro- 

vient du mal qu'il a fait. Ihav/o, imp. 
Aviavy, dupl. dim. «ie Avy. 
Avy Aina, adj. Fort, robuste, herculden. 
Avy ho Azy. Qui arrive de lui-mfime, for- 

tuitement. 
Avy miaina, employe avcc la negation tsy. 

Essouffle\ qui respire difiicilemeot, 

hors d'haleine. 
AM-piBAvfANA, adt?. Par ou Ton vient. 

AVY, r. Fievre, mauvaise humeur, cap- 
rice. 

Man—, vn. Avoir la fievre, etrede mau- 
vaise humeur. Manav/a, imp. F&che- 
toi de nouveau. Fan—, a. L'dtat fte- 
vreux, la maniere de se facher. 
Mpan— , a. Celui qui a souvent la flevre. 

Fanaviana, s. Les acces de h fievre, 
Taction de se facher de nouveau. An- 
dro fanaviana ny lohataona. Le prin- 
temps est est un temps de fievre. Ana- 
vfANA, rel. Anavio, imp. 

Manavinavy, dupl. dim. de Manavy. 

AVY, adj. ind. Chacun, chaque. 

Samy nahazo irayavy. Chacun en eut un. 

AVY, adv. Meme, jusqu'a, il n'est pas 
jusqu'a. 

Itony avy va no tianao? Vous tenez me- 
me a cela? Ces bagatelles vous inte>es- 
sent? 

Ny boriky avy no mamf.ly ahy! II n'est 
pas jusqu'a l'ane qui ne me donne son 
coup de pied 1 

AVlAVY, 8. Nom g6ne>iquc des figuiers 
et de leurs fruits, espece de sycomore 
du pays. 

Aviavimbazaha, s. Figuier. Ficus Carica. 

Aviavindrano, s. Ficus trichopoda, 
Baker. 

A VINA, s. Action d'aller chez, de s'in- 
former. 

Av6nina, p. Qu'on va trouver, qu'on 
questionne. Naveniko tao an-tranony 
izy fa tsy hita. Je suis all6 le trouver 
chez lui, mais je ne l'ai pasvu. Avbno, 
imp. 

Voa—, pp. Qu'on est alle trouver, qu'on 
a interroge\ 

Man—, ra. Aller trouver, s'informor. 
Manavbma, imp. Fan—, a. Celui qu'on 
va trouver, ce dont on s'informo, ma- 
niere d'aller trouver. 



Fanavenana, a. L'action d'aller trou- 
ver, de s'informer. Anavenana, rel. 
Anavbno, imp. 
Prend Milan— , Mampifan— , Mampan— . 

Man— . Qui va chez, ou peut aller chez. 

Avinavina, dupl fr4q. de Avina. 

AViOTRA, s. Salsepareillo. Smilax 
Sarsaparilla. 

AVlVITRA. Voy. Vivitra. 
AVO, adj. Elove\ haut, Eminent. 
Avoavo, dupl. Un peu haut. 
Avoavbina, p. Qu'on eleve*, qu'on ex- 

hausse, qu'on exalte, qu'on dil avec har- 

diesse. AvoavcJy, imp. 
Voa—, pp. Eleve\ exalte. 
Man—, va. Elnver, exalter, exage>er. 

Manavoavoa, imp. Fan—, a. Celui qui 

est exalle\ maniere d'eMever. Mpan—, a. 

Un flatteur, un cajoleur. 
Fanavoavbana, a. (/action de cajoler, 

d'exalter outre mesure. Anavoav<5ana. 

rel. Anavoav6y. imp. 

Prend Mifan— , Mampifan—, Mampan—. 
Man—. Qui exalte ou sait exalter. 
Mi—, adj. Entasse*, amoncele, protube- 
rant. 
Avo akarana, adj. Se dit de la largeur 

des nattcs. 
Avo DiA, adj. Perchd sur de longues jam- 

bes, qui a de longues jambes, se dit 

des animaux, des oiseaux. 
Avo feo, adj. Qui a une voix haute, per- 

cante; fig. un braillard. 

IZAY AVO FBO NO AMBONINJATO. prOV. lit. 

Les braillards deviennent centeniers; 
les braillards obtiennent le pas. 
Avo vava, adj. Impudent, insolent dans 
ses paroles. 

AVOKAVOKA, a. Poumons. 
Arbtin* avokavoka, a. Pulmonie. 

AV6KO, a. Plante dont la racine et les 
graines sont bonnes a manger. Vigna 
anyivensis, Baker. 

AvoKOMBfuY, a. Plante. Asystasia gan- 
getica, T. Anders. 

Avokompapango, 8. Petite herbe. 

AVOK6A, ado. Tout, tous sacs ex- 
ception. Ento avokoa ireto boky ireto. 
Emportez tous ces livres. Tonga avokoa 
ny miaramila rehetra. Tous les soldats 
sont arrives sans exception. 

AVONA, a. Orgueil, fierte, hauteur, de- 
dain, insolence. 

Mi—, vn. Etre orgueilleux. fier, d&lai- 
gneux; faire le aelicat, la petite bou- 
che. Miav6na, imp. Fi— , a. La ma- 
niere de s'enorgueillir. Mpi— , a. Un 
orgueilleux. 

Fiavdnana, a. L'orgueil, la fierte. Iav6- 
nana, rel. Iav6ny, imp. 

Mah— . Qui est orgueilleux. 

Avonavona, dupl. Tsy laitia ny fiavo- 
navonany. Son orgueil est insuppor- 
table. 



Digitized by 



Google 



AVO 



— 65 — 



AZO 



As' avona, adv. Avec orgueil, avec 
em phase. 

Avom-uava, 8. Fierte dans les paroles, 
insolonce. 

Avom-po, s. Estime do soi-meme. 

Avon-kevitra, 8. Bonno opinion de soi, 
prasomption. 

AV6SA, 8. Preeminence des choses en- 
tassees. entasscment. 

Avosaina, p. Qu'on entasse. Avosay, 
Avo^ao, imp. 

Voavbsa, pjp. Entasse. 

Man—, va. Entasser, accumuler. Mana- 
vosa, imp. Fan—, 8. Ce qu'on entasse, 
mamero d'entasser. Mpan— , s. Celuiqui 
entasse. 

Fanavosana, s. L 'action d'eniasser. le 
lieu. Anavosana, rel. Axavos.vo, imp. 

Mi—, vn. S'accumuler, 6tre enlasso. 
Miavosa, imp. Ki— , s. L'etat de ce qui 
est aceumule. 

Fiavosana, 8. L'cntassement. Iavosa- 
na, rel. 

Avosavbsa, dupl. frtp, de Avosa. 

AVOTRA, 8. Arracheraent, extirpation, 
rachat, redemption, achat d'eselavea, 
prix, rancon, seeours. 

Avbtana, p. Arraehe, rachete, achete. 
Avotana izao ny ketsako. On arracho 
maintenant mon semis de riz. ,X avotana 
taloha kristiana maro izay nobaboin' ny 
Silamo. On racheta ja»Jis beaucoup de 
chreliensque les musulmans avaieni laits 
prisonniers. Navotan' ny tom])o ma- 
lemy lanahy aho. J'ai 6tc achete par un 
ma lire donx. Av6ty, imp. 

Voa— , pp. Arraehe. rachete. 

Man-, vn. Arraeher, raclieter, secourir. 
Manavota, imp. Fax—, a. Celui qu'on 
rarhete, niauierc de raclieter. Mpan— , s. 
liedemptour, colui qui rachete. 

Fanav6tana, 8. Action de tirer defor- 
ce, le rarhat, la redemption, le prix. 
Anavotana. rel. Any Alrika no anavo- 
tan' ny misionera andevo hetsaka. G'esl 
en Airique que les missionnaires ra- 
ehelent beaucoup d'esclaves. ANAVOrv, 
imp. 
Prend Mifan— •, Mamptfan— , Mampan— . 

Mi-*-, Ki Arraeher le semis de riz. Mia- 
vota, imp. Fi— , 8. Le semis qu' on ar- 
raehe, piuces a epiler, pincettes. Mm— , 
s. Celui qui arraehe le Femis de riz. 

Fiavbtana, 8. L'action d'arraciier le se- 
mis de riz. Iavoiaxa, rel. Iavoyy, imp. 
Prend Mampi— , Milampi— . 

Man— . Qui arraehe, rachete ou capable 
de rachete r. . 

Avotravotra, dupl. dim. do Avoira. 

Avotra AiNA, s. Action de se soudraire a 
un grand danger, a la mort. 

Maiiavotua ahitua, adj. Soucicux, qui a 
dela crainle, quiest dans les transesau 
sujet d'un autre. 

MiAvo-TKNA. So raclieter de 1'esclavage. 

AVOTRAFO, 8. Shako, 



AV6VONA, 8. Pile, las. 
Mi—, va. Eire amoncole\ empile Fi— , 8. 
Etat de ce qui est entasse. 

AZA, adv Ne, ne... pas, no... point, que., 
ne. 

Aza l6zx. Ou'il n'en resulte pas de mal ! 

Az\ maty. Terme pour se disculper: par- 
don, je no I'ai pas 1'aitexpres. 

Aza mitomany. Ne pleurez pas. 

Aza ny izany on az i AxiE izany. Que ce- 
la n'arrive pas ! a Dieu ne plaise ! 

Aza tsiniko Excusez-moi, ne me blamez 
pas si..., permetlcz-moide... 

AZA, adv. Quoiquc, memo, quand, quand 

bien memo. 
Ny bidy aza. MGme les beles. 
Na dia ho paty aza. Quand il en coulerait 

la vie. 
Na dia izany aza. Quand il en serait 

ainsi, malgr6 cela, je m'en moque. 

AZY, pron. pera. Lui, elle, eux. le, la ; 
a lui, a elle, a eux; e'est son tour ou 
leur tour. II est mtacssaire d'ojoutcr 
iico a azy pour le pluriol, lorsque le 
sens n'esi pas assez clair. Tsy ma ha- 
lata azy aho. Je ne le connais pas. 
Azy ity satroka ity. Ce chapeau est 
a lui. Azy ny mantsaka rano anio. C'est 
a son tour a aller chercher de l'eau nu- 
jourd'hui. Nanasazy azy ireo nympiisa- 
ra. Le juge les amis al'amende. 

Azy ho azy. Cela le regarde, c'est leur 
allaire. 

Mandeha ho azy. Qui vade soi-meme, facile. 

Ny azy, pron. pos. Le sien, la sienne, les 
siens, les sienncs, les leurs. 

AZO, p. Gaj7n»'\obtenu,reru f pris.atteint, 
*aisi, empeche\ compris, pu. A zoho ny 
loka. J'ai gapne le pari. Azoho ny valim- 
pahaizana. J'ai obtenu le prix. Kfa azo- 
ho ny taratasinan. J'ai re^u voire Uetlre. 
Azoan-tanana izy. II a e»e pris sur le 
I'a it. Tsy axon' iolalana io izy. 11 nVst 
pas alleint par cette loi. Azon* ny pol.- 
sy izy. II a ele saisi par la police. Azon- 
draharaha ahu ki tsy, tonga. J'ai e>e 
cmpechi^ par une affaire et je ne suis 
]>ar venu. Tsy azohu izay lazainao. Je ne 
comprends pas ce que vons diles. Tsy 
azoho atao izany Je ne | ins pas lairo 
cela. Tsy a^onj/nosamborina ny mpan* 
galalra. *I1 n'a pas |.n saisir le voieiir. 

Mahazo, va. Ga^nnr obtenir, recevoir, 
atteindre, saisir, compren»ire, pouvoir. 
Tsy maltazo manao izany ialahy. Tu 
no peux jtas (aire cela. MauazOa, * imp. 
Fa ha—, 8 (-0 qu'on obtient, mnuiere 
il obtenir. Mpah— -, s. Celui qui obt t eut 
sou vent. 

Fahazoana, Fahazahbana, s. l/ar- 
tioii d'ob:enir, etc Io moyen, le lien 
AnAZOANA, Ahazahoana rel. Izao no tsy 
naliazoalto nandeliini izan}\ Voici 
pourquoi jon'ai pas pu supporter »m*Iu. 

AllAZOY, AUAZAIIUY, imp. 



Digitized by 



Google 



BAB 



— 66 — 



BAB 



Mampah— . Faire obtenir, etc. 

Mifankahazo. vn. Se comprendre, etre 
daccord. Tsy mifankahazo izy roa la- 
hy, satria mpiboredika ny anankiray. 
Cesdeux individus ne se comprennent 

Eas, parce que run d'entrc eux est un 
redouilleur. Tsy fantatro izay antony 
tsy nifankahazoan' izy roa lahy hatra- 
my ny iray volana. Je ne sais pour 
quel motif ces deux individus ne sont 
pas d'accord deputs un mois. 
Mahazo, Mihazo, vn. Passer par. Na- 
hazo, nihazo tany Zanzibar ny sambo. 
Le navire a passe par Zanzibar. Maiia- 
z6a, Mihazo a, imp. Fah— , Fih— , 8. 



Maniere de passer par. Mpah— , Mpih— , 

8. Celui qui passe sou vent par. 
Fihasoana, a. L'aciion de passer par. 

Ihazoana, rel. Ihaz6y, imp. 
Azoazo, dupl. Obtenu un peu, compris 

un peu, preTere. Tsy azoazoko ny teni- 

nao. Je necomprends pas trop ce que 

vous dites. 
Azo am-po. Sur qui on peut compter. 
Azo. Equivaut quelquefois a une conjonc- 

tion : a cause dc, parce que. 

AZON* NY TSY FAHATONGAVANAO DIA TSY VITA 

ny ii An arah a. Cela n'est pas term ine, par- 
ce que vous n'etes pas venu. 



B 



B, s.Deuxieme lettre et premiere consonne 
cie i'aJphabet malgache ; il se prononce 
commele b en francais ; il remplace le 
v apres ka, na, tba, any, ny, d'apres 
les regies de la combinaison des lettres. 
Quelquefois ii s'elide ou se combine 
avec in du preflxe man el forme m : 
mamabo pour MAMBAOO. 

BA, 8. Bas, chaussette, tout ce qui est 
tricote. ( Fr. bas). 

Mi—, vn. Cbausser des bas, porter des 
bas. Mpi— , 8. Qui se sen do bas ordi- 
nairement. 

BA, s. Banc. (Fr. banc) 

BA, s. Mesure en musique ( corruption 
du mot fr. battre), pas ensemble. 

Maka ba. Prendre le pas, la mesure, s'y 
mettre. 

BABA, 8. ( vieux mot ). Papa. 

BAbany, adj. Age, cense le pero des autres. 

BABA 9 ad). Beau, magniflque, fameux. 

Babantany, adj. Superbe, prodigieux, qui 
excede la mesure en bien ou en mal. 

Badara [ra), adj. Saignant abondamment, 
se dit des blessures. 

Mibababa, vn. Saigner abondamment. 

Babaray bababbny, adj. Parfait, de toute 
beaute. 

BABABABA, 8. Oris, clameurs de re- 
gret, lamentation. 

Ml— , vn. Exprimer sa douleur d'une 
maniere bruyante. Nokapohin* ny rainy 
izy ka mbaoaba6a aoka izauy. Frappe 
par sonpere il se lamentait etrange- 
ment. Mibabababa, imp. Fi— , 8. Manie- 
re de se lamenter. Mpi—, s. Celui qui se 
lamente. 



Fibabababana, $. Lamentation. Ibaiia- 
babana. rel. Ibabababao, imp. 

BABi&Y, 8. Nomd'un jeu d'enfants con- 
sistent a laisser choir quelque chose 
de la main el a le ressaisir dans la chu- 
te. On dit en iouant •. Latsaka babay, 
tonga babay. lit. Babay torn be, babay 
remonte. 

BABAKA, 8. Effusion, 6cou!ement abon- 
dant. 

Mi—, ua. Couler en abondance. 

BABAK6TO. 8. Lemurien a courte 
queue ; c'est rAmboanala. Indris bre- 
ticaudafus, Geoflroy Saint-Hilaire. 

BABANGALA et BABANGOALA, 
adj. Se dit d'un maison abandonnee 
sans portes ni cloisons. 

BABANGOANA, adj. Vide, oil il n'y 
a rien, dont on a retirS les meubles. 

BABY, 8. t* Epi de mais sur la tige; 
2° action de porter sur lo dos. 

BaMna, p. Qu'on porte sur le dos ; fig. 
qu'on supporte. Babbo. imp. 

Ababy , p. A porter, qu'on met sur le dos. 

Voa— , Nobinaby, pp. Porte sur le dos. 

Mi—, va. Porter sur ie dos ; fig. suppor- 
ter, endurer. Indraindray ny lahy azano 
mibaby ny zanany. Partbis le mari lui- 
memo porte son enfant sur le dos. Mi- 
babe, imp. Fi— , 8. Ce qu'on porte sur 
le dos, maniere de le porter. Ny zandriny 
no fibabiriny zokiny. L'alne porte ordi- 
nairement son cadet sur lo dos. Mpi — , 
s. Celui qui porte sur le dos. 

Fibabena, s. L'action do porter sur le 
dos, I'endroit ou le j>aquet se place. 
Ibabena. rel. Ibabeo, imp. 



Digitized by 



Google 



BAD 



— 67 — 



BAI 



Prend Mam pi— , Mifampi— . 
Mitambaby, vn. S'accrocher sur le dos 

de ; fig- s'appuyer sur. 
Malta— . Qui pent porter sur lo dos. 
Babibaby, dupl. dim. de Baby. 

KlBABIBABY et T31BABIBABY, 8. Jell d'enfantS 

qui consiste a so porter sur le dos, ou a 
y porter un objet quelconque. 

Baby r6a.— t£lo. Pied de mais qui a deux, 
troisepis. Manaobab// telo ou mambabu 
telo io foto-katsaka io. Ce pied de mais 
a trois 6pis. 

Baby xambana. Action do porter sur le dos 
deux enfants simulian6ment. 

Manao am-babbna. Porter sur le dos. 

BABO, s. Prisonnier de guerre, batin, 
capture, ies biens confisqnds. 

Babbina, p. Qu' on capture, qu'on con- 
flsque, qu'on pille. Nobaboin' riy jiola- 
hy olona maro sy omby betsaka. Les 
brigands out capture un bon nombro de 
personnes et beaucoup de bceufs. No- 
baboin' ny fanjakana ny fauanany. lie 
gouvernement aconlisquo ses biens. No- 
baboin' ny miaramilany tanana. Le vil- 
lage a ete" pill6 par les soldats. Bab6y, 
imp, 

Voababo, nobinabo, pp. Capture, con- 
flsque. pilld. 

Mam Abo, Mambabo, vn. Caplurer, 
conilsquer, piller. Mamab6a, imp. Fa- 
mabo. s. Ce qui est capture, maniere 
de pitler. MpamAbo, s. Celui qui capture, 
qui pille. 

Famabbana, 8. L'action de capturer, la 
confiscation, 1»j pillage. Amab6ana, rel. 
Amaboy. imp. 
Prend Mifamabo, Mampamdbo. 

Maba—. Qui capturo, on pent le faire. 
« Babobabo, dupl. dim. do Baho. 

Fahabab6ana, 8. La captivity. 

BABOKA, 8. Etat de colui qui est pros- 
tern6, aveu et demando de pardon. 

Mi — , vn. fitre prosterne\ demander par- 
don. Mibad6ha. imp. Fi— , 8. Maniere 
de demander pardon. Mpi— s. Celui qui 
se proslorne, qui domande pardon. 

Fibab6bana, s. L'action de se proster- 
ner, celui auquel on demande pardon. 
iBABtf han a, ret. Ibaboiiy, imp. 

Mb ha— . Qui se pro^terne. 

Babobaboka, dupl. dim. de Babnka. 

Babobava, *. Repentirdu bout des levres. 

BADA, adj. Sterile, se dit des animaux .- 
fig. embarrassed obstrud. 

Bada bp«. adj. Insulte adrcssee a une 
grosse femme sterile. 

Bada l6la. adj. Bcgue, qui a la langue 
embarrasaee. 

Bada saina, adj. Esprit bouche\ 

Bada tanana, adj. Maladroit. 

Badabada. dupl. de Bada, s. Inco- 
herence, embrouillamini. 

Badabadaina, p. Qu'on dit confine- 
ment. BadabadAo, imp. 



Mi—, vn. Parlor avec incoherence, con- 
fusement. Mibadabada. imp. Fi — , «. 
Maniere do parler coufusement. Mpi-, 
«. Celui qui parle confus6ment. 

FibadabadAna, s. L'action de parler 
confusement. Ibadabadana, rel. ibada- 
badao, imp. 

Maba— . Qui parle confusement. 

BAD&NA et BAD&NINA, adj. Qui 
est 6bloui, qui a des vertiges. 

BADfiRA, 8. Fil imports par lea Ara- 

be s. 
BADO, adj. Qui a l'osprit obtus, un pou 

bete. 
Midadobado pjTfeNY. Embarrass^ pour par- 

ler. 

BADONY, adj. Qui a de justcs propor- 
tions. 

Badobadony, dupl. Bien fait, bien pro- 
portionne, se dit surtout des ieunes 
lilies. 

BADHA, adj. Gros, Snormo, corpulent. 

Badrabadra, dupl. de Badra. Gros et 
maladroit, un gros lourdaud. s 

Badrahodra, adj. Gros et mou, Corpu- 
lent et flasque. 

BAFOKA, r. Action de se vautrer, de 
garder lo lit par paresse. 

Abafoka, p. Qu'un laisse se vautrer. 
Abaf6hy, imp. 

Mi—, vn. Se vautrer, roster moUVment 
couche\ Mibapoha, imn. Fi— , 8. T/6fat, 
la maniere. Mpi—, a. Qui se vautre. un 
paresseux qui est habituellomontcouche. 

Fibafdbana, s. L'action do so vautrer, 
lo lieu. Jbafohana, rel. Ibapohv, imp, 

BafobAfoka, dupl. freq. de Bafoka. 

B AH AN A, 8. Posilicn des membres 
ecartes, surtout dos jambe*. barriere. 

AbAbaxia, p. Qu'on dcarte. avoc quoi 
on fait barriere. Abakano. imp. 

Voa— , pp ArroUV caipoche. 

Tafa— , p. Qui s'est ecarte\ qui a fait 
barriere. 

Mi—, vn. Smearier ou 6tre rVartn, faire 
barriere. Mibahana, imp. Mibahana oo 
mba hisakana ny omby. Faitos barrie- 
re la pour arreter l«s hoeufs. Fr— , a. 
L'etai, la maniere. Mi»i— , s. Celui qui 
ecarte ordinairemenl les jambes. 

FibabAnana, s L'action d'ecarier Ins 
jambes, de former barriere. Iuaiiana- 
n\, rel. Ibaha.no, imp. 

Maba—. Qui obstrue ou ppu obslruor. 

BabambAbana, dupl. freq. 

BAHOLIMASO, adj. Qui a de beaux 

et grands ycux. 
BAY, 8. Baie. 

BAIBAY, 8. Reproche, rr^primando. 
Baibaizina, p. Qu'on re]>rimande, qu'on 

gronlo. Baiuaizo, imp. 
BAlBO, mlj. Bote. tetu. 
BAIB6LY, a. Nom que lestrQtoatants 



Digitized by 



Google 



BAR 



68 



BAL 



donnent a la Bible. (Ang. bible). 

BAlBONA, s. Gorno de 1'enclume; le 
bout qui se rive. 

BAlKA et BAIKABAlKA, 5. Action 
de marcher les jambes ecartees, comme 
les marins. 

Baikabaikaina, p, Qu'on dearie en 
marchant. Baikabaikao, imp. 

Abaikabaika, p. Qu'on 6carte, a (^car- 
ter. Abaikabaikao, imp. 

Mi—, vn. Marcher on ecartant les jam- 
bes. Mibaikabaika, imp. Fi — , *. D-- 
marche en ecartant les jambes. Mpi— , 
8. Celui qui marche ordinairement en 
ecartant les jambes. 

Flbaikabaikana, s. L'action de mar- 
cher en Ecartant les jambes. Ibaika- 
baikana, rel. Ibaikabaikao, imp. 

Maha— . Qui marche ou sait marcher 
en Ecartant les jambes. 

BAJKO, 8. Langage etranger; le mot 
d'ordre ou de passe, le commandement 
militaire, se dit aussi des exercices 
qu'on apprend aux animaux. 

Baikdina, p. A qui on parle en langage 
Gtrangerou par signes, a qui on fait un 
commandement. Baik6y, imp, 

Abaiko, p. Parole ou signe qui sert a 
communiquer sa pensee ou a donner 
un commandement. Abaikoy, imp. 

Voa-, nobinaiko, pp. A qui on a par- 
te ou fait un commaudomont en langage 
etranger ou par signes. 

Mi—, va. et n. Parler un langage <Hi an- 
ger, donner un commandement par 
1>aroles ou par signes. Mibaik6a, imp. 
<"i— , 3. Maniere de parler, de comman- 
der, ceux a qui on commande. Mpi—, 
8. Un interprete, un olficier qui com- 
mande. 

Flbaik6ana, s. L'action de parler un 
langage Stranger, etc. Ibaikoana, rel. 
Ibaikoy, imp. 
Prend Mampi— , Mifampi— . 

Maha—. Qui parle ou sait parler un 
langage 6trancer, etc. 

Baikobaiko, dupl. fre'q. de Baiko. 

Baikom-bazaha, s. Paroles qu'on ne com- 
prend pas, inintelligibles. 

Baikon' ny m6ana, s. Les signes des 
muets. 

Baiko ratsy, 8. Charabia. 

BAlKONA. Comme Baika. 
BAlLOKA, adj. Tortu, de t ravers. 
Mi—, vn. Etre tortu, de travers. 
BAlNGA, s. Motle de terre. 

"VaVOLOMBELON* NY MP1ASA NY BAINGA, pTOV. 

A l'oeuvre on connait l'artisan. 

BAlNGO et BAlNGOKA, s. Tortuo- 

site, courbure 
Baingobaingoka, dupl. 
Mi—, vn. Etre tortu. Fi— , 8. L'etat de 

ce qui est tortu. 
BAKA, adj. Divergent en forme de V. 



Bakaina, p. Qu'on rend divergent. Ba- 
kao, imp. 

Abaka, p. Qu'on fait di verger, a faire 
diverger. Abakao, imp. 

Voa—, nobinaka, pp. Qu'on a fait di- 
verger. 

Tafa— , p. Qui est divergent. 

Mana— , va. Rendre divergent, mettre 
en V. Manabaka, imp. Fan a—, s. Ce 

3ue Ton met en divergence, la maniere 
e rendre divergent. 

Fanabakana, s. L'action de mettre en 
divergence. Anabakana, rel. Ababa- 
is ao, imp. 

Mi—, vn. Etre en V. Fi— , s. L'etat di- 
vergent en V. 

Fibakana, s. La divergence en forme 
de V. Ibakana, rel. 

Maha—. Qui fait diverger ou pent le 
faire. 

Bak abaka, dupl. dim. de Baka. 

Baka lany saiiaza. Sans pareil. 

BAKAKA, adj. Se dit des dents larges, 

des nattes tissees avec de larges bnns. 

Bakakan' olona. Un grossier, un benet. 

BAK£LAKA, s. Tissu grossier, natle 

grossiere. 
Rary bakelaka. Arrangement a laraia- 

ble. d'un commun accord. 

BAKO et BAKOBAKO, adj. 1* Bien 

fait; 2° fatigue. 
Bakolava, adj. Grand et bien fait, beau 

personnage. 
Mahabako. Qui fatigue, enervc. 
Mihabako. S'enerver. 

BAK6LiT, 8. Faience. 

Vilia bakoly. Vaisselle en -faience. 

BAK6HA et BAK6RAKA, adj. 

Gros et mou. 
Bakorakbra et Bakorakdraka, dupl. 

BALA, 8. Balte, boulet. ( Fr. balle). 
Balana, p. Sur quoi on tire a balle; 

fig. qu'on empoisonne. Balao. imp. 
Voa—, nobinala, pp. Tire a balle; fig. 

em poison ne. 
Balabala, dupl. 8. Projectile. 
Abaiabala, p. A lancer, a servir de 

projectile. Abalabalao, imp. 
Balabalana, p. Sur qui ou contre quoi 

on lance un projectile. Balabalao, imp. 
Balauazo, 8. Lutte a bras le corps. 
Balamaso, adj. Louche en dehors. 
Balambasy, s. Balle a fusil, cartouche. 
Bala mihanta, s. Uue mauvaiso balle, 

comme celle qui reste enfoncee dans la 

chair. 
Bala mangatsiaka, — maty, — sasatra, s. 

Balle morte, sans force. 

BALAN-TAFONDItO, 8. Boulet. 

Bala asksiky ny vanja, ka tsy miamna 

RAHA TSY ANY AN-TAMPONY. prOt?. HI. 

Ballo chaste par la poudre, elle ne 
s'arrete qu'au bout de i>a course; fig. 
proces poussejusqu'a la derniero limite. 



Digitized by 



Google 



BAN 



— G9 



BAN 



BALADT. Corruption rie Malady, usite 
dans les contes. \ oy. Tongotba. " 

BALANGONY et BALANGON- 

DANGONY, adj. Bien pris, d'une 
hollo laille. 

BAL&L AKA ot BALEL AD&L AKA, 

adj. Bien ouve rt et un pou profond. 
Balbla-maso, adj. Qui a tie grands yeux 

bien ouvcrts. 
BALtAKA et BALIADtAKA, adj. 

Ouvert, ocarquille, d«»collet»*. 
Abaliaka, p. Qu'on ocarquille, qu'un 

rend decollete. 
Mana— , va. Ecarquiller, deeolleler. 
Mi—, vn. Etro ecai quills, decollete. Fi— , 

8. L'tHal de ce qui est ocarquille, de- 
collete. 
Manao akanjo bamaka ou balia-bozona. 

Faire on porter un habit decollete. 

BALlTA, adj. Rassasie, polisson. 
Mibalitallta, vn. Eire bien rassasie, 
polissonner. 

MlBALIT ALITA HOATRA NY AMB0A KELY VOKY 

iun-ken a. So vautrer comme un petit 
chien rassasie de sang. 

BAL.6NA, *. Ballon. (Fr. ballon). 

BAMBA, adj. Etenclu partout, qui eou- 

vre egalement tout. 
Bambairay, adj. Egal partout, comme une 

nappe deau, uno eruption cutaue'e 

penorale, uno maison incondite ou il no 

resto que los quatre murs. 

BANA et BANABANA, 8. Se dit des 

portos et des fenetres ouverles en 

grand. 
Banabanaina, p. Qu'on ouvro et qu'on 

laisso ouvert. Banabanao, imp. 
Abanabana, p. A laisser ouvert. A ban a- 

basao, imp. 
Tafa— , voa— , pp. Ouvert en grand. 
Mi—, vn. Etre grandement ouvert. Fi— , 

s. I/cUat de ce qui est ouvert en grand. 
Fibanabanana, s. L'etat de ce qui est 

ouvert en grand. Iranabakana, rcl. 
Mana—, vn. Ouvrir en grand. Manara- 

nabana. imp. Fana— . s. Ce qu'on ouvre, 

maniero d'ouvrir. 
Fanabanaban&na, s. L'action d'ouvrir 

en grand. Anabanabanana, rcl. Anaba- 

nabanao, imp. 
Maha— . Qui ouvro ou laisso ouvert. 
Mamanabana et Mambanabana. 

Comme Manabanabana. 
Bana ny andro. II fait grand jour. 

BANAlKA, adj. Pose, grave, se dit de 
la demarche : imperturbable. 

Mi—. vn. Marcher posement, etre imper- 
lurhahle. Mibaneha, imp. Fi — , s. De- 
marche posee, «'Mat imperturbable. Mi»i— , 
x. Ctslni qui marche posement. 

Fiban6hana, s. L'action de marcher 
posement. IbanAihana, Iraneiiana, rel. 
iBA.iftno. imp. 



Banainaika, dupl. do Banaika. 

BANAKA, s. Etat ouvert. 
Banahina, p. Qu'on ouvre. Banauo imp. 
Abanaka, p. A ouvrir. Abanaho, imp. 
Tafa—. voa—, pp. Ouvert. 
Mi— , vn. Etre ouvert. Fi— , s. L'etat de 

ce qui est ouvert. 
Mana—, ra. Ouvrir. Manabanaha. imp. 

Fan a—, s. Ce qu'on ouvre, maniero 

d'ouvrir. 
Fanabanahana, s. L'action d'ouvrir. 

Anabasaiiana, rel. Anabanaho, imp. 
Maha—. Qui ouvre ou capable d'ouvrir. 

BANOiA et BANDiANA, s. Ballot de 
marchandiscs, surtoutde toiles. 

BANDRINA, s. Regard avec de gros 
yeux terrifiant8, menacants. 

Bandrinina, p. Qu'on "rogarde. BandrJ- 
no, imp. 

Abandrina, p. Yeux qu'on rend me- 
nacants, terriflants. Abandrino, imp. 

Voa—, pp. Regarde avec des yeux me- 
nacants. 

Mi—, ra. Regarder avec de gros yeux. 
Mibvndrina, imp. Fi— , 8. Celui qu'on 
regarde avec de gros yeux, maniere de 
regarder. Mpi— , 8. Celui qui regarde 
souvent avec des yeux menacants. 

Fibandrinana, s. L'action do regarder 
avec des yeux menacants. Ibandiunana, 
rel. IuANDRixo, imp. 

Maha—. Qui regarde avec de gros yeux. 

Bandrimbandrina, dupl. de Bandrina. 

b Andro et bandrolAhy, «. 

Prisonniers faits dans les razzia et 
vend us comme esclaves. 

BANGA, adj. Edente, ebr6ch<§, cntaille, 
incomplet, tronque, dont on a enlevd 
qnelque chose. Bang a tanora izy. II est 
edcnte quoique jeune. Banga ny tsofa. 
La scie est edeniee. Banga ny anlsy. 
Lncouteau est ebr£ch<5. Banga ny isan' 
ny mpia«a. Le nombre des ouvriers est 
incomplet. Banga ny raharaha satria 
tsy too hianao. f,e travail a ete" tronqu6 
parce que vous nVtiez pas la. 

Bangaina, p. Qu'on edente, qu'on <5bre- 
che, a rjuoi on fait une breche, qu'on 
cntaille, dont on enleve une nartie. 
Nobangain' ny tafondro ny mandan'ny 
batery. Le canon a fait une breche aux 
remparts du fort. Bangao, imp. 

Voa—, nobinaaga, pp. Edente, cbre- 
che, etc. 

Mana— , Mam— . va. Edentcr, ebrecher, 
laire une breche. entail ler, rend re in- 
complet, tronquer, enlever quelque 
chose. Manabanga, imp. Fan a—, s. Ce 
(pi'on ebreche, etc. maniere d'ebrecher. 
Mpana— . s. Celui qui 6hrer.no souvent. 

Fanabangana, 8. L'action d'ebrecher, 
eir. Anabangana, rel. Anabangoa, imp. 

Man—. Qui Gbreeho ou capable d'ebre- 
cher, Xahabangana ny volako noho ny 



Digitized by 



Google 



BAN 



70 — 



BAR 



nividianako omby telo. L'achat de trois 

boeufs a fait une breche a ma bourse. 
Bangabanga, dupl. fre"q. Quia plu- 

sieurs brecnes. 
Banga NiFY, adj. Qui a perdu une ou plu- 

sieurs dents. 
Banga rIdana, adj. Qui n'a plus de dents. 

BANGO, a. Les cheveux rSunis en une, 
deux ou quatre toufles ou tresses ; fig. 
Sbauche. 

Bangdina, p. Qu'on met en touffes ou 
tresses. Bango y, imp. 

Voa— , nobinango, pp. Mis en touffes. 

Mam—, Mana— , va. Mettre en touffes 
ou tresses. Mambang6a. imp. Fam— , a. 
Qu'on met en touffes, maniere de mettre 
en touffes. 

Fambangdana, Fanabangdana, a. 
L'action de mettre en touffes. A moan- 
g<5ana, rel. AmbangoW, imp. 
Prend Mifam— , Mampiiam— , Mam- 
pam— . 

Mi—, vn. Etre nSunis en une, deux ou 
quatre touffes ou tresses, porter les 
cheveux en touffes; fig. commencer & 
quitter le grand deuil, (parce qu'on re- 
unit en une seule longue tresse les che- 
veux qu'on portait Spars.) MiBANGdA, 
imp. Fi— , a. Maniere de porter les 
cheveux en touffes. 

Fibangbana, a. L'action de porter les 
cheveux en touffes, le temps du petit 
deuil ou Ton porte les cheveux en une 
seule tresse. Ibangoana, rel. Ibangoy, 
imp. 

Haha— . Qui peutmottre les cheveux en 
touffes. 

Bangobango, dupl. Ebaucbd. 

Bangobangdina, p. Qu'on ebanche. Ban- 
godang6y, imp. 

Voa— , pp. Ebauche\ 

Mana—, va. Ebauchcr. Manabangoban- 
g6a, imp. Fana— . s. Ce qu'on ebau- 
che, maniere d'ebaucher. Mpana— , a. Ce- 
lui qui dbauche, qui fait superficiel- 
lement. 

Fanabangobangbana, a. L'action d'e- 
baucher. Anabangobang6ana, rel. Ana- 
bangobang<5y, imp. 

Bango an-katoka, a. Touffe unique de 
cheveux qui descend de la nuque le long 
du dos. 

Bango r<5a, a. Cheveux tresses en deux 
touffes de chaque cdte de la tSte. 

Bango tokana, a. Cheveux trcssea en une 
seule touffe de chaque c6t6 de la t6te; 
fig. parole claire, oui ou non, resume". 

BANG6ANA, a. Une poign6e de... 

BANJINA, a Regard attentif, conside- 
ration. 

Banjinina, p. Qu'on regarde flxement. 
Banj(no, imp. 

Abanjina, p. Qu'on fixe sur. ABANjfNO. 
imp. 

Voa—, pp. Regarde flxement. 



Tafa— , p. Qui a regarded 

Mi—, vn. et a. Regarder, contempler. 
MiBANjfNA, imp. Fi— , a. Ce qu'on re- 
garde, maniere de contempler. Mpi— , a. 
Celui qui regarde flxement. 

Fibanjinana, a. L'action de regarder 
flxement, de contempler. 1banj{nana, rel. 
Ahoana no ibanjinanao toy izany io 
sary voahoso-doko io? Pourquoi con- 
templez-vousainsice tableau? IbanjIno, 
imp. 

Prend Mampi— , Mifampi— . Nifampi- 
banjina elaela hiany izy roa lahy vao 
nilankahalala. Ilsse regarderent tous les 
deux flxement assez longtemps avant 
de se reconnaitre. 

Man—. Qui contemple ou capable de 
contempler longuement. 

Banjimbanjina, dupl. freq. 

BANKY, a. Banque. (Fr. banque). 

BANKOR6TY,s. Banqueroute. 

BAN6KA, a. Espece de jonc dont on 
fait des chapeaux. 

BANTY, a. La femelle du grillon. 

BANTY, adj. Jeu ferme\ se dit du do- 
mino. 

Ban tin a, p. Qu'on fermo. Bantjo, imp. 

Voa— .pp. Ferme\ 

Mana—, va. Fermer le jeu. ManabantIa, 
imp. 

BANTY. Usit6 dans quelques locutions 
adverbiales de lieu. 

any banty, adv. Dans le lointain. 

ArybAnty arV, adv. Meme sens que le 
precedent, mais dans un sens plus de- 
termini. 

BANTStLANA, a. Norn d'un arbre. 

BAO, a. La branche du Rofia dont on 
fait des Filanjana, des 6chelles;se dit 
des Filanjana et de tout ce qui sort de 
baton pour porter des p&quets on ba- 
lance. 

Miandry bao. Attendre quelqu'un pour le 
porter. 

Bao banjo, adj. Quia le mollot aussi gros 
en bas qu'en haut. 

BAODIKA. Voy. Bodika, 
BAOLINA, a. Balle. (Ang. ball.) 
BAONDY, 8. L'asau jeu de cartes; adj. 

ce qu'il y ade pins flni, de plus parfait. 
Baondy tsy resy, adj. Le plus iini, le plus 

parfait dans le genre, sur lesquels au- 

cun ne l'emporte. 
BAORIKA. Voy. Bobrika. 
BAORITRA, a. Carton. (Angl. board). 
BAOTY, a. Botte (Fr. botte). 
BAOTlNA, a. Bottine. (Fr. botline). 
BARA, a. Penplade de l'intgrieur au 

sud de Tile. 
BARA, a. Barre qui separe les mesures 

en rausique t traverse, pi6ce mise en 

travers. (Fr. barre). 



Digitized by 



Google 



BAR 



— 71 — 



6ar 



Barana, p, Gu on met une traverse. 
Barao. imp. 

Abara, p. Dont on fait une traverse. Ada- 

bao, imp. 
Voa-, pp. A quoion a mis une traverse. 
Man a—, va. Mettre une traverse. Ma- 

xabara, imp. Fana— , s. Ce a quoi on 

met une traverse, maniere de la mettre. 
Fanabarana, 8. L'action de mettre une 

traverse. Anabarana, rel. Anabarao, 

imp. 
Maha— . Qui met une traverse ou peut 

servir de traverse. 
Barabara, dupl. dim. de Bara. 
Mibara, adj. Qui a une traverse. 
BARA et BARABARA, adj. Se dit 

de la voix sourde et de rintelligence ; 

se dit aussi du cam616on vaincu et en- 
core furieux. 
Bara pro, barabara — , adj. Qui a une 

grosse voix sourde ou rauque. 
Barabara saina^ adj. Qui a I'esprit obtus. 

BARABAHY, s. Grosse espece de ba- 

nane. 
BARADAKA, 8. Divagation, action de 

battre la campagne dans ses paroles, de 

s'embrouiller en Darlant. 
Abaradaka, p. Qu'on trouble dans ses 

paroles, a qui on fait perdre la carte. 

Adaradaho, imp. 
Tafa— , p. Trouble dans ses paroles. 
Mi—, vn. S'embrouiller en parlant, di- 

vapuer, etre trouble dans ses paroles. 

Mibaradaha, imp. Fi— , 8. Trouble. 

Mpi—, *. Gelui qui s'embrouille souveut 

en parlant. 
Fibaradahana, s. L'embrouillement 

dans les paroles. Idaradaiiana, rel. Iba- 

radaho, imp. 
Baradadradaka, dupl. frdq. 
BARADONDRADONT, adj. Long, 

bien fait, bien proportionne. 

BARAINQO, 8. Tortuosite. courbure. 

Abaraingo, p. A rend re tortu, qu'on 
rend courbe. Abaraing6y, imp. 

Voa— , pp. Torlu. 

Mana— , va. Rendre tortu. Manabarain- 
g6a, imp. Fana—, 8. Co qu'on rend tor- 
tu, maniere de courber. 

Fanabaraingdana, 8. L'action de ren- 
dre tortu. Anabaraixgoana, rel. Ana- 
baraing<5y, imp. 

Ml—, vn. Etro tortu, courbe. Fi— , 8. L'e- 
tat de ce qui est tortu. 

Fibaraingdana, 8. La tortuosity. Iba- 
raing6ana, rel. 

Maha—. Qui rend tortu. 

Baraingoraingo, dupl. freq. 

BARAJLA, 8. Honnour, reputation. 

Afa-baraka, p. Desuonore ; fig. disap- 
points. 

BARAMtNA, 8. Barre amine. (Fr. bar- 
re a mine). 

BARANAHINY, adj. el 8. Livre a lui- 



memo, qui vit selon ses caprices; in- 
souciance, indifference. 

Fanjakana baranahiny. Etat mal adminis- 
tre, gouverne avec insouciance. 

Manao baranahiny. Etre insouciant, negli- 
gent, faire avec negligence. 

BARANJ&LY, 8. Aubergine, (du mot 
cr6ole Bringelle). 

BARARA, 8. Action de se rendre a re- 
vidence et d'avouer sa faute. 

Mi—, va. S'avouer coupable apres avoir 
et6 vaincu par l'6videnco. Fi— , 8. L'6tat 
decelui qui est confondu. Mm—, 8. Celui 
qui s'avoue coupable. 

Fibararana, 8. L'aveu arrache par re- 
videnco. Ibararana, rel. 

Vaky barara, adj. Confondu par l'evi- 
dence. 

Barara fbo, adj. Qui chante bas et faux. 

BARARAKA, 8. Jaillissement violent, 
abondant, vomissement violent. 

Mi—, vn. Jaillir, vomir abondamment. 
Fi— , s. Maniere de jaillir. 

Fibararabana, 8. L'action de jaillir, de 
vomir abondamment. Ibararahana, rel. 

BARARATA, 8. Roseau, espece d'arun- 
do. 

BARAR&OKA, 8. Beiement ; fig. si- 
mulation de bfilement, 

Abarar6oka, p. Qu'on fait beier. Aba- 
rarb6fy, Abarareohy, imp. 

Mi—, vn. B6ter, contrefaire le beiement, 
avoir uno voix chevrotante. Fi— , 8. Ma- 
niere de beier. Mpi—, s. Gelui ou ce qui 
b.Mo. 

Fibarareohana, 8. L'action de beier. 
Ibararb6hana, rel. Ibabare6hy, imp. 

Maha—. Qui beie ou peut beier. 

Barareodr6oka, dupl. fre'q. 

BAR&RA, adj. Lache, trainant, <16- 
brailie. 

Abar6ra, p. A faire trainer, qu'on tral- 
ne. Abarerao, imp. 

Voa— , pp. Rendu lache. 

Mana—, va. Relacher, faire trainer. Fa- 
na—, s. Ce qu'on rend lache, la manie- 
re de rendre lache. Mpana— , s. Gelui qui 
fait trainer. 

Fanabarerana, s. L'action de rendre 
lache, trainant. Anabarerana, rel. 

Mi—, vn. VAre lache, trainant, d6brailie. 
Fi— , 8. L'«5tat de en qui est lache. Mpi—, 
8. Celui qui est ddbraille. 

Fibarerana, s. Le debraillement, le re- 
lachement. Ibarbran*, rel. 

Maha—. Qui relacho ou peut produire 
lo relachement. 

Barerar6ra, dupl. fre'q. de Barcra. 

BARARAKA. Comme le precedent. 

Mi—, vn. Etre lache, trainant, d6brail- 
le ; chanter bas et faux. 

BARY, adj. Ouvert et expressif, se dit 
des yeux. 

Bary mXso, adj. Qui a de beaux yeux, 
bien ouverts et exproMtft. 



Digitized by 



Google 



BAT 



— 72 — 



BE 



Boribary, dupl. Ouvert en grand, Evi- 
dent. 

Abaribary, p. A 6carquiller, qu'on £car- 
quille. AbaribarIo, imp. 

Tafa— , voa—, pp. Ecnrquilld. 

Mi—-, vn. Avoir les yeux ouverts, dtro 
evident, en vucMiBakibarIa, imp. Fi— , 
s. L'6tat des yeux ouverts en grand, 
I fetnt de ce qui est Evident. Mpi—, 8. 
Gelui qui a les yeux ouverts en grand. 

Fibaribariana, s. L'6carquillement des 
yeux. IbaribarIaxa, rel. Ibaribar/o, imp. 

BARIBARlANA, s. Barbares. (Fr. bar- 
bare). 

BARlKA, s. Barrique. (Fr. barrique)- 

Barika b&. 8 Tonneau. 

Am-body barIka. Ce qu'on depose chez le 
marchand de rhutn, lorsquon ne peut 
pas payer la consommation; ce qui est 
d6pos<^ en caution, en gage. 

BARIKA, 8. Maladie qui tue rapide- 
ment les votailles. 

Barik'6lona, 8. Maladie 6pid6mique qui 
tue rapidement. 

Ilay ilatsahan'ny barika! Que la peste 
l'emporte ! 

BARiSA, a. Tafia, rhum. 

BAR6A, 8. Nom vrai ou fabuleux d'un 
roi excessivemeut d6bonnaire. 

Fanjakan*ibar6a, prov. La cour du roi 
pdtaud, p6taudiere. 

BAROM&TATRA, 8. Barometre. (Fr. 
barometre). 

BAR6TA, 8. Poudre grossiere. 

BASASAKA. Voy. Bosasaka. 

BASY, 8. b'usil. 

Voa—, pp. Atteint d'un coup de fusil. 

BaSIBASY, KIBAS1BASY, TSIBAS1BASY, 8. Un 

simulacrc de fusil, un jouet; fig. ha- 
bleur, faquin. 

Basiambiaty, 8 Jouet d'enfant comme le 
p6tard de sureau ; fig. un fusil de rebut. 

Basy katsaka et basibasy, 8. Un fusil fait 
d'un pied de mats, jouet. 

Basy kbxy, s. Un petit fusil, fusil a res- 
sort des enfants. 

Basy maty, 8. Fusil d<Hraqu6 ; fig. 6honte\ 

Basipolbta, 8. Pistolet. 

Basirano, 8. Pompe, seringue. 

Basy tongotra, adj. Qui a le tibia cro- 
chu par suite d'accident, 

Basy tsy mipoaka, 8. Fusil a vent; fig. cons- 
piration tenue secrete jusqu'au moment 
de Toxplosion.' 

Basivava, adj. Surnom d'un personnage 
plaisant; hableur, vantard, bavard. 

Basy volotsancana, 8. Bambou rempla- 
cant le fusil a l'exercice. 

BATA, 8. Action de porter sur les 
mains, a la main, de soulever avec les 
mains. 

Bataina, p. Qu'on porte avec les mains, 
qu'on souleve. Tsy azoko bataina io va- 
ta io. Je ne puis pas soulever cette 



malle. Batao, imp. Batao hatroto ny 

latabatra. Portez jusqu'ici la table. 
Abata, p. Les mains avec lesquelk'S on 

porle, on souleve. Abatao. imp. 
Voa—, nobinata, pp. Porte", souleve". 
Mam—, va. Porter, soulever. Mambata, 

imp. Fa*— , s. Ce qu'on souleve, ma- 

niere de porter. Mpam— , 8. Celui qui sait 

soulever. 
Fambatana, s. I/action do soulever et 

tout ce qui sert a soulever. Ambatana, 

rel. Ambatao, imp. 

Prend Mifam— , Mampifam— , Mam- 

Sam— . 
— , vn. Soulever avec les mains. Mi- 
bata, imp. Fi— , 8. Maniere de sou- 
lever. Mpi — , 8. Celui nui souleve. 

Fibatana, 8. L'action de soulever. l'ins- 
trument pour soulever avec les mains. 
Ida tan a, rel. Ibatao, imp. 
Prend Mampi— , Mifampi— . 

Maha— . Qui souleve ou capable de sou- 
lever. 

Batabata, dupl. freq. de Bata. 

An-kibatabata. Jeu qui consiste a se por- 
ter, tantot 1'un, tanlot I'autre, a soule- 
ver un fardeau. 

BATANA, s. Montants perpendicnlai- 
res consolidant les battants des por- 
tes, des croisees ; les montants du cadre 
des portes, des croisdes. ( Fr. battant). 

BATAViA, 8. Nom d'un bananier nain; 
le cheval Batavia. 

BATftMY, 8. Baptemo catholique. 

Manao bat£my. Baptiser. 

Vita batbmy, adj. Baptist. 

BAT&RA, s. Tabatiere. (Fr. tabatiere). 

BATER^, 8. t* Fortification, mur a 
pierres et 4 chaux; 2* batterie dlectri- 
que. (Fr. batterie). 

BATiSA, 8. Nom donne* par les Pro- 
testants au baptdme. 

BATlTA, adj. Polisson, vaurien, mar- 
maille. 

BATIZ&, adj. Baptist. 

BATRAKA et BATRABATRAKA, 

ad). Grossier, en parlanl des tissus, des 
tresses. 

BATRY et BATRIBATRY, adj. 
Gros, se dit des dents et des grains de 
ma is. 

Batribb, adj. Gros. Comme le precedent. 

Batry nify, adj. Qui a de grosses dents. 

BATRtTRA, adj. Vil, bas, polisson. 
marmaille, gamin. 

BAZAlNA, adj. Moire. 

BE, adj. Beaucoup, nombreux, gros, 
grand, considerable, abondant. Be vo- 
la izy. 11 a beaucoup d'argent. Be dia 
be ny ombiny. Ses boeufs sont tres nom- 
breux. Be kibo izy. II a un gros ventre. 
Be raharaha a ho. J'ai beaucoup d'occu- 
pations, je suis tres occupy Hisy fibi- 



Digitized by 



Google 



BE 



— 73 — 



BE 



nanam-be rahampitso. II y aura domain 
un grand repas. Be dia be ny hareny. 
Ses richesses sont tres Considerables. 
Be dia be ny ranonorana. La pluio est 
tres abondante. Biaza, imp. Grandissez. 

Habiazina, p. Qu'on agrandit, qu'on 
augmente, qu'on nourrit. qu'on eleve. 
Habiazin' ny raasolavitra ny zavatra 
lavitra. Les objets eloignes sont agran- 
dis par la longue-vue. Nohabiazina ny 
lalana. Le chemin a 6te agrandi. No- 
habiaziko teto io zazalany io. J'ai 
nourri ici cet enfant. Nohabiazin' io 
mpampianatra io ny zanako. Mon en- 
fant a ete e!ev6 par ce maitro d'eeole. 
Habiazo, imp. 

Manabe, va. Agrandir, augmenter, 
nourrir, clever. Ny varotra manabe ny 
iiarena. Le commerce augmente les ri- 
chesses. Manabe isa foana ny mpiasa 
io. Celui-1'a augmente inutilement le 
nombre des ouvriers. Manabiaza, imp. 
Fanabb. s. Ce qu'on agrandit, etc. ma- 
niere d'agrandir. Mpanabk, s. Celui qui 
agrandit, etc. 

Fanabiazana, s. L'action d'agrandir, 
d'augmenter, de nourrir, delever, le 
raoyen, le lieu. Anabiazana. rel. Ana- 
biazo, imp. 

Mihabe, vn. Grandir, grossir, augmen- 
ted se multiplier. Mihabe" ny vola izao- 
1 /argent augmente maintenant. Miha- 
be ny omby aty. Les boeufs se multi- 
plient ici. 

Mahabe, ra. Rendre grand, gros, nom- 
beux, considerable, abondant, procurer 
beaucoup de. Mahabh ny vokatra ny 
asa, Le travail rend la recolte abon- 
dante. Ny nataony no nahabe" vonina- 
hitra azy. Ce qiul a fait lui a procure 
beaucoup de gloire. Ny tany nahabe 
ou nahabiazana. Le pays oil Ton a 
grandi, ou Ton est ne, le pays natal. 

Bebe, dupl. Assez considerable, asscz 
nombreux, un peu plus. 

Habe, s. La grandeur ou la grosseur 
d'une chose. Ny haben' ny tany. La 
grandeur de la terro. Ny haben' ny 
tokotany. La grandeur d'un emplace- 
ment. Ny haben' ny boky. La grosseur 
d'un livre. 

Be adala et be tsy adala, adj. Imbecile, 
ni^aud. 

Be anaka, adj. Qui enfante a de longs 
termes. 

Be antitra. Les vieux, les anciens. 

Be an-tana.na. Les deso3uvr6s, les boBufs du 
village sans gardien, les gens qui n'osent 
pas s aventurer dans les pays fievreux. 

Bbdohaka, s. lit. A forte explosion; nom 
des vieilles carabines. 

Be pah a* a, s. Fusil a forte charge. 

Bbfahatany, adv. Au hasard, riegligem- 
ment. 

Befblatanana, 8. Latanicr, la grande es- 
pece. Latania. 



Behatoka, s. Tabac. riz a forte tlge : la 

piastre a 1'efligie de Charles X. 
Bekaraoka, s. Piante, purgatif violent. 
Be kibo, adj. Ventru, un grand man- 

geur. 
Bekira, s. Espece de tabac a grande cote. 
Bek6tro. s Les guerriers congedies a un 

age avance. 
Belakara, «s. Nom d'un fusil. 
Be lamba rangahy, be lamba rangahy. 

Mot dont se servent les onfants pour 

fairo pavaner le diudon, pour lui faira 

faire la roue. 
Be lambana, s. Large, se dit des nattes. 
Belambanana, s. Les etofTes de grande 

largeur. 
Belanjana. Nom doun6 au milan, lorsqu* 

il croise le chemin de quelqu'un. 
Be lblo, adj. Morveux. 
Be l6ha, adj. et s. Qui a une grosse tete; 

tig. un front compact, comme un ba- 

taillon; souchet. Manao be loha. Presen- 
ter un front compact a I'ennemi. 
Be lohalika, adj. Qui a la rotulo du ge- 

nou saillante. 
Bemaimbo, s. Comme Taimborontsiloza. 
Bbmanana, s. Espece d'oiseau de proie 
Be mand6mba, adj. Qui a le haut du front 

en saillie, surplombant, se dit de tout 

ce qui surplomDO. 
Bbmarika, s. Nom d'une cotonnade. 
Bbmavo, s. Excrement, ordure, saleto. 
Bemi6rika, s. Nom d'une grande perle de 

diverses couleurs. 
Bemiray, s. Tapis forme de divers petits 

echantillons cousus ensemble. 
Bbm6ty, 3. Nom d'une cotonnade. 
Benamboka, adj. Paresscux, desocuvre, 

ennemi du travail. 
Bbnandro, s. Grand jour ; prosperite, paix. 
Be rah ar aha, adj. Affaire, occupe. 
Be raoka, adj. Qui a de grandes mains, 

qui ornporte beaucoup en raflant. 
Bebavina, s. Espece de piante. 
Be resaka, adj. Jaseur, grand parleur, 

babillard. 
BERiRfNiNA, adj. Ceux qui restent dans le 

pays sain a l'epoque des lievros, et ne 

vont dans les pays fievreux quejpendant 

Thiver. 
Bbsavily, s. Nom primitif des {.moutons. 
Bbsofina, s. Nom fabuleux d'un roi aux 

oreilles de Midas. 
Betafoaka, 8. Piante grimpante. 
Bbtaimparasy, s. Nom d'une cotonnade. 
Betanimena, 8. Nom d'une tribu de Test. 
Betefaka, s. Nom d'un palmier dont on 

extrait la polasse; nom ;de la potasse 

extraite de ce palmier. 
Be tbnda, adj. Glouton, gourmand. 
Bbtong6a, s. Jeu consistant a lutter con- 

tre les breufs en lesj saisissant par la 

bosse. 
Betsiboka, s. Nom d'une fleuvc. 
Betsileo, s. Une peuplade du centre Je 

l'Ue au sud de I'lmerina. 



Digitized by 



Google 



BED 



74 



BEN 



Betsimiasa, s. Norn desgardiens deboaufs 
dans les deserts. 

BETsmiHiLANA, 8. La feuille du nenufar. 

Betsimisaraka, «. Nom d'une peuplade a 
Test do Tile. 

Be vava, adj. Qui a une grande bouche, 
une grande ouverture; Jig. important, 
grand, considerable ; bavard. 

Heloka be vava. Crime, faute grave. 

Mahade vava. Qui provoque des paro- 
les. 

Bevoh6ka, adj. Enceinte. 

Bev6ina. Termo dont on se sert a l'6gard 
desmorts: malheureux. 

Be zanahary, adj. lit. Protege par les 
amulettos ; qui a 6chapp6 a un malheur, 
a un p6ril. 

Bezanozano, 8. Peuplade a Test de l'lme- 
rina. 

Ny ben' ny tany, 8. Les principaux per~ 
sonnages. 

B&BAKA, a. Aveu, demande de par- 
don , repentir, conversion. 

Mi— , vn. Avouer sa faute, demander 
pardon, se convertir. Mibebaka aminao 
aho. Je vous demande pardon. Nibeba- 
ka tsara tokoa izy. IL s'cst bien con- 
vert!. Mibebaha. imp. Fi— , 8. Maniere 
dese couvertir. Mpi—, 8. Celui qui avoue 
sa faute, un converti. 

Fibebabana, 8. L'action d'avouer sa 
faute, celui auquel on avoue sa faute en 
demandant pardon, conversion. Ibeba- 
hana, rel. Ibebaho, imp. 

Bebabdbaka, dupl. dim. do Bebaka. 

B&BOKA, adj. Dodu, potele. 

BfeDA, 8. Action de saisir en embras- 
sant a brasle corps, de mettre la main 
sur, d'empoigner, 

Bedana, p. Qu'on saisit a bras le corps. 
Bedao, imp. 

Voa—, nobingda, pp. Qu'on a saisi. 

Mam—, Mana— , Mi—, va. Saisir a 
bras le corps. Mambeda, Mibeda, imp. 
Fam— , Fi— , «. Maniere de saisir. Mpam— , 
Mpi—. 8. Celui qui saisit. 

Fambedana, Fibedana, 8. L'action 
de saisir, le motif. Ambedana. Ibedana, 
rel. Ahoana no nibedanao azy toy iza- 
ny? Pourquoi l'avez-vous ainsi saisi? 
AmbbdAo, Ibbdao, imp. 
Prend Mampi— , Mifampi— . Mifam— . 

Man a—. Qui saisit ou peut saisir. 

Bedab4da, dupl. dim. de Beda. 

BEDAB&DA, adj. Mou. 

Mi—, vn. Etro mou. 

BEDANA, 8. Bee d'ane. 

BEDT, BEDIB&DY { dupl plus usite\) 
s. Action de parler continuellement 
sans rimo ni ratson, de delirer, de gron- 
der a tort et a travers. 

Bedibed6na, Bedibed6sina, p. Qu'on 
cronde a tort et a travers. Aza 6cdi- 
oedenao toy izany ny zanakao. Ne 
grondez pas ainsi votre enfant sans 



rime ni raison. Bedibbdeo, Bedldbdeso, 
imp. 

Abedib6dy, p. Paroles qui servent a 
gronder. 

Voa—, pp. Qu'on a gronde\ 

Tafa, p. Qui a parle ou grondS sans ri- 
me ni raison. 

Mi—, ra. et n. Parler continuellement 
sans rime ni raison, delirer; gronder a 
tort el a travers. Mibedibedy lava io 
vaviantitra io. Cette vieille j>arle con- 
tinuellement sans rime ni raison. Jl/i- 
bedibedy ny marary. Le malade d61ire. 
Mibedibede, imp hi— , 8. Celui qu'on 
gronde, maniere de gronder. Mpi—, s. 
Celui qui parle ou gronde sans rime ni 
raison. 

Fibedibedena, Fibedibed6sana, 8. 
L'action de parler ou gronder a tort et 
a travers. Ibedibbdena, Ibbdibbdesana, 
rel. Ibedibedeq, ibedibedeso, imp. 
Prend Mampi—, Mifampi—. 

BEDIKA. Comme le precedent; mais 
il n'indique pas de deMire. 

B&HANA,BEHAMB&HANA {dupl. 
plus usit6), 8. Action de se donner un 
air d'importance en dcartant les bras et 
les jambes. 

Abehamb6bana, p. Qu'on ecarte. 

Tafa—, p. Ecarle. 

Mana—, va. Ecarter les bras, les jam- 
bes. Fana— , 8. Maniere des les ecarter. 
Mpana— ,8. Celui qui ecarte les bras, les 
jambes. 

Fanabehambehanana. s. L'action d'e- 
carter les bras, les jambes. Anabeham- 
behanaxa, rel. 

Mi—, vn. Etre ecartd; se donner un air 
important en 6cartant les bras, les jam- 
bes Fi— , 8. L'etat, la maniere. 

Fibehambehanana, 8. L'6cartementdes 
bras, des jambes. Ibehambeh.ynana, rel. 

BEHOLAFINY(fa/?/ra),s. Une trou- 
pe composee de mille hommes. 

Mpitana beholafiny, 8. Les ofticiers qui 
ont mille bommes sous eux. 

B&LAKA, adj. Ouvert, epanoui, se dit 
de la figure, dos yeux. 

Mi—, vn. Avoir une figure pleine, 6pa- 
nouie, avoir des yeux ouverts et ex- 

Eressifs ; etre ouvert, epanoui. Fi— , s. 
'etat. 
Fibelabana, s. L'etat ouvert, t'panoui. 

Iiielahana. rel. 
Maha— . Rendre dpanoui. 
Belab61aka, dupl. de Bclaka. 
Belakari'va, s. Plusieurs especes de Mi- 

rabilis ou belles-de-nuit. 
BEMBON' 6RONA, 8. Preeminence 

de I'os nasal. 
BENAB&NA. Comme Venavena. 
BfiNITRA, 8. Bayonnette. ( Fr. bayon- 

netle ). 
BENJAMIN A, 8. Balsaminc. Espcce 

d'Impatiens. (Fr. balsamine). 



Digitized by 



Google 



BIB 



— 75 — 



BIJ 



BENOARA. Comme Bonara. 
B&O, a. Son imitatif du belement des 
moutons; onl'emploie pour les appclor. 
BERITfcLO, a. Bretellc. ( Fr. bretelle. ) 

BEROB&ROKA, 8. Laiteron. Son- 
chus amends. 

Bbrobbrobazaha, 8. Laiteron. Sonchus 
oleraceu.8. 

Berobbrokamb6a 8. Nona d'une herbe. 

Berobbhokondrilahy, 8. Nom d'une herbe 
amere. 

Anamamy no niraisana, ka bbrobbroka no 
isarahana, prou. So dit des amities, 
des alliances qui ont commence par 
des rapports agreables et fini par des 
querelles ameres. 

BBROKA, 8. Patois, baragouin ; toute 
langue etraogerenon comprise ; les idio- 
mes et dialecles malgaches autres que 
leHova. 

Berohina, p. A qui onparle une langue 
ou un idiome Stranger. B?r6hy, imp. 

Ml—, vn. Parler un baragouin. Miber6- 
ha, imp. Fi— , a. Maniere de baragoui- 
ner. Mpi — , 8. Un baragouineur. 

Fiberobana, 8. L'action de baragouiner. 
Ibbrohana, rel. Iber6by, imp. 
Prend Mampi— , Mifampi— . 

Maha— . Qui est capable de parler un 
dialncte etranger. 

Berob6roka, dupl. fre'q. de Berojca. 

BftSO. 8. La basse, les instruments, les 
jeuxde basse. ( Fr. basse ). 

BATA. Comme Bata. 

BETALY, 8. Espece de chaine ornemen- 
tee de perles, d'or et d'argent, servant 
d'ornement aux officiers ; espece de gi- 
bernes jumelles ornecs de brillants, de 
clinquants, portees a la circoncision. 

BftTROKA, 8. Gonflement du corps, 
soitpar orgueil, soit par colore, comme 
celui du cou du caraeteon sur le point de 
se battre, menaces. 

AMtroka, p. Qu'on rend menacant, 
qn'on gonile. Abbtr6hy, imp. 

Tafa— , pp. Gonfle\ 

Ml—, vn. Se gonfler, elre gonfle, pren- 
dre l'air menacant. Mibbtroha, imp. 
Pi— , 8. L'etat de ce qui est gonflA. 

Fibetrohana, 8. L'action de s'enfler, do 
se gonfler, de meoacer. Ibetr6hana, 
rel. Ibbtbohy, imp. 
Prend Mampi—, Mifampi—. 

Betrob6troka, dupl. fre'q. do Betroka. 

Mamaky bbtroka. Rabat tre l'orgueil, la 
suffisance, coofondre. 

BETSAB&TSA, s. Suede la canne 
ferments et pr6par6 en boisson. 

BftTSAKA, adj. Nombreux, beaucoup. 
Moa misy lam bo aty? Betsaha azy any 
an'ala. Y a-t-il des sangliers ici ? II y 
en a beaucoup dans la foret. 

Man a—, va. Augmeoter le nombre, ren- 
dre nombreux. 



Maha—. Qui rend nombreux. 
Miha— . Devenir nombreux. 
Hadbtsaka, habetsahana, fababetsahana, 

8. La multitude, Tabondance. 
Imbbtsaka, adv. Plusieurs fois, souvent. 
An-kabetsahana, adv. En abondance. 
BEZAB&ZA. Voy. Vezaveza. 
BEZ6MA, 8. Ophicl6ide. 
BtBAKA, adj. Enfl6, tumeiie, formant 

cloche. 
Tafa—, pp. Tura6fie\ 
""*— , vn. Etre enfle\ former cloche, avoir 



8. L*6tat de ce qui 



Mi- 
le vftntre plein. Fi- 
est enfle. 

Flbibabana, a. L'enflure, la cloche. Ibi- 
bahana, rel. 

BlBAKA AX-TEKDA, 8. GoitrO. 

BIBALiAHT, s. Plante medicinale. 

BIBASY, s. Bibasse, bibassier. Erio- 

botrya japonica. 
BtBY, 8. Nom g6ne>ique des animaux ; 

fig. quinecraiut rien, ne respecte rien, 

bestial. 
BiBfNA,aci/\ Qui a des vers dans l'estomac. 
Bibibiby, adj. Qui no craint rien, teme- 

raire, brutal. 
Biby dia, biby haolo, 8. Animaux sauvages. 
Bibykbly, 8. Insecte, animalcule. 
Bibilava, 8. Serpent 
Biby manompo, 8. Les animaux domesti- 

ques. 
Bidim-bary, 8. Ver qui ronge la tige du riz. 
Bibim-bomanga, 8. Chenille qui devaste les 

feuilles de patates. 
Bibimiolana, 8. Petits vers accoles ensem- 
ble ayant i'apparence d'une corde, d'un 

serpent. 
Bibim5ra, 8. Nom d'un petit serpent tres 

familier. 
Bibinamalona, 8. Une espece de libellule 

qui voltigeen rasant les eaux. 
Bibin'andr(ana, 8. Concubines royales de 

la caste des noirs. 
Bwin' aviavy, 8. Chenille des flguiers. 
Bibin-dandy, 8. Le vers a soie. 
Bibin-drapy, 8. Ohenille qui mange les 

feuilles du Rafy. 
Bibin-dramauavaly, s. Comme Bibimora. 
Bibin-kena, s. Les vers qui se trouvent 

dans la panse des animaux. 
Bibin' olona, ad;. Un brutal, qui ose tout. 
Bibin-tsaonjo, 8. La chenille d'une espece 

de sphynx. 
BibiGlona, s. Jeu desenfants qui se degui- 

sent en se couvrant tout le corps d'her- 

bes ; masque. 
BIBLlA, s. Bible. ( Lat. biblia ). 
BIDA. s. A credit (sans caution ). 
Manao bidA. Prendre et donnner a credit. 
BIDIBiDY, r. de. 
Bidibidina. p. Qu'on desire. 
Ml—, t?a. Desirer. 

Tsyazo bidibid(na. Qu'on serait fou ou im- 
prudent de desirer. 



Digitized by 



Google 



BIL 



— 76 



BIR 



BlFONA, r Action de quitter, de par- 

tir, de se desister. 
Tafa— , pp. Parti, qui s'est enfui. 
Mi—, va. S'enfuir, se retire. Mibip6na, 

imp. Fi— , s. Maniere de se rctirer. 

Mpi— . 8. Celui qui s'enfuit souvent, qui 

se d^siste souvent . 
Fibifbnana, s. La fuite. Ibifonana, rel. 

Idifony, imp. 
Maha— . Qui est inconstant, se d^siste. 
BlJA, adj. Petit, mince, se dit des pcti- 

tcs filles. 

BlKA, 8. Forme, conformation, mine, 

apparonce. exterieur. Tsara bika izy. 

II a de belles formes. Ny bika matetika 

mahasod6kanyolona. Souvent l'exte>icur 

trompe les gens. 
Bikaina. p. Qu'on envisage, qu'on con- 

sidere. Bikao, imp. 
Bikana, adj. De belle forme, bien fait. 
Voa—, nobinika, pp. Envisage, consi- 

dere. 
Mi—, ua.Envisager, considerer attentive- 

ment. Mioika, imp. Fi— , s. Ce qu'on 

envisage, maniere d'envisager. Mpi—, s. 

Celui qui considere attentivemcnt. 
Fibikana, s. L'action de considerer, 

d'envisager. Ibikana. rel. Ibikao, imp. 

Prend Mampi— , Alifampi— . 
Maha — . Qui envisage. 
Bikabika, dupl. fre'q. de Bika. 
Bikan' (3lona, s. Etat reel de quelqu'un. 
Bikan-javatra, 8. La forme des ehoses. 
BlLA, adj De Iravers, tortu, tordu. liila 

tongotraizy. Hales piedsde iravers. Bila 

io hazo io. Ce bois est tordu. 
Bilaina, p. Qu'on rend tortu, de travers. 

Bilao, imp. 
Voa—, pp. Qu'on a rendu tortu. 
Bilabila, dupl. freq. plususite. 
Mam—, va. Rendre torlu. Mambilabila, 

imp. Fam— , s. Ce qu'on rend tortu, ma- 
niere de rendre tortu. Mpam— , s. Celui qui 

rend souvent tortu. 
Fambilabilana, s. L'action dc rendre 

tortu. Ambilauilana, rel. Ambilabilao, 

imp. 
Mi—, vn. Eire torlu. Fi— , ,s. L'etat de ce 

oui est tortu. 
Fibilabilana, 8. L'action de so tordre. 

Ibilabilana, rel. Ibilabilao, imp. 
Maha—. Qui rend tortu. 
Mikobilaet Mikobilabila. Eire tortu. 

Voy. Kobila. 

BIL.AOY, 8. Terme de Sikidy. 
BILAHY, 8. Arbre. 
BiLAKA, adj. De Iravers. 
Bilahina, p. Qu'on rend tortu. contre 

qui on so fi\che. Bilaho, imp. 
Voa — , pp. Rendu tortu, contre qui on 

s'est 1 ache. 
Mi—, vn. Eire de travers, etre tortu, se 

lacher. Mibilaba, imp. Fi— , 8. I/etnt 

de ce qui est de travers, maniere de se 

lacher. 



Fibilahana, s. Tortuosity colore. Inr- 

lahana. rel Ibilaho, imp. 
Maha — . Qui rend tortu. 
Bilabilaka, dupl. fre'q. de Bilaka. 
Miko— , et Mitsi— . Etre tortu, de 

travers. 

BILAOTRA, s. Peccadille, ecart. 

Mi—, vn. Devier, s'ecarter. Fi— , 8. Ma- 
niere de dewier. 

Fibilaorana, 8. L'action do devier. 
Ibilaorana, rel. Ibilaoby. imp. 

Maha—. Qui fait devier. 

BILAOTRA, s. Papier buvard. f Ang 
blotting). * 

BILiSTRA, 8. Vesicatoire. (Ang. blis- 
ter). 

BILlTIKA, adj. Petit, menu. 

BlLiOG6MA, s. Eucalyptus. (Ang. 
blue-gum). 

BIN—, ou BON— . Indiqne un participe 
pass^ fornio par 1'addition de in insere 
apros la premiere consonne de la racine •. 
xouixAiKo, comme voabaiko. 

BINA, s. Nom d'un insecte. 

BINABtNA et BINAKA, s. EnOure. 

tumeur. 
Mi— ,i)i. Etre gonfl£, tumefie. Mibinaka 

izaitsizy ny kibon'ny omby. Le ventre 

du boeufest extreme'raent gonfle. Fi— , 

«s\ L'etat de ce qui est gonfle. 
BiNGO, adj. Bancal, torlu, do travers. 
Bingobi'ngo, adj. Uu peu bancal ou de 

travers. 
Bingo be laza, adj. Foi tement bancal. 
Bingo tanana, adj. Qui a le bras tortu. 

BiNGO MANAO MATSO, KA M1SAI.OVANA NY HA- 

naovan'ny sasany, prov. Se nuMer de ce 
qui n'est pas a sa portee, comme un 
bancal qui se met en ligne pour passer 
la r^vue. 

BtNGONA, s. Clairon, bugle. (Fr. 6?(- 
gle). 

BiNTSY, s. Nomd'une colonnade. 

BtRA (jargon). s. Sorcellcrie, poison. 

Biraina, />. Qu'on ensorcelle, qu'on 
eni|)oisonne. 

Voa—, pp. Ensorcele, empoisonne. 

Mana— . va. Ensorceler, empoisonner. 
Fana — . .s. Celui qu'on ensorcelle, ma- 
niere d'ensorceler. 

Fanabirana, s. L'action d'ensorceler. 
Anabibana, rel. 

BIRlKY. s, Brique pour construction. 
{Vr. brique). 

Biiuky manta. Brique sochee an soleil. 

BlBtKY MASAKA, — TANIMANGA, — VOAD6TBA, 

s. Brique cuite. 
BIRlOKA, 8. Deviation, obliquite. 
Abirloka, p. Qu'on fait alter en biais. 

Abuuohy, imp. 
Voa—, pp. Qu'on a fait d6vier. 
Tafa—, p. Qui s'est do vie. 
Mana—, ra. Faire devier, faire esquiver. 



Digitized by 



Google 



BIS 



— 77- 



BIT 



Manabuuoha, imp. Fana— , s. Ce-gu'on 
faite devier, maniere do faire devier. 
Mpana— . s. Celui qui fait devier sou- 
vent. 

Fanabiridhana, s. L'action do faire 
devier. Anabirlohana, rel. Anabibiohy, 
imp. 

Mi— , vn. Devier, tMre do travors, obli- 
que ; s'esquiver. Nibirloka ny vato ka 
tsy hila izay nalehany. La pierrc a 
ddvi6 et Ton ne voit plus oil elle est 
passSe. Mibirloha matetika io zazalahy 
10. Ce gareon s'esquive sou vent. Mibi- 
ri6ha, imp. Fi— , s. La direction obli- 
que. Mpi—, s. Celui qui s'esquive. 

Fibiri6hana, a. La doviatien, 1'obliqui- 
le. Taction de s'esquiver. Tsy hila izay 
nibiriohan' ny zanako. On ne voit pas 
oil s'est esquive mon enfant. Ibiiuoha- 
na, rel. Ibiiu6hy, imp. 

Maha — . Qui fait devier ou pout faire 
devier. 

Biriodrioka, dupl. fre'q. do Birioka. 

BIRIRiOKA, s. Sifflement des pro- 
jectiles, de la cravache, etc. 

Abiririoka, p. Qu'on fait si flier. Abiri- 
riouy, imp. 

Tafa—, p. Qui a siffle. 

Mi—, vn. Sifiler. Nibiririoha mafy ny 
vato nalefan'ny antsamotady. La piene 
lancGe par la fronde a siflle fortement. 
Fi — , s. Maniere de sillier. 

Fibiriridhana, s. Le sifflement. Ibiri- 
rioiiana, rel. 

BIRITIKAet BIRtTSIKA, adj. Tres 
petit, minime. 

BISlOKA, s. Deviation, ocartement, 
£loignement. 

Abisioka, p. Qu'on detourne, qu'on a fait 
esquiver. Abisi6by, imp. 

Voa—, pp. Qu'on a detourne, qu'on a 
fait esquiver. 

Tafa—, p. Qui s'est ecarte, esquive. 

Mana— , va. Detourner, faire esquiver. 
Manabisioha. imp. Fan a — , s. Ce nu'on 
detourne, maniere de detourner. AIpa- 
na — , s. Celui qui detourne, qui fait 
esquiver. 

Fanabisibhana, s. L'action de detour- 
ner, de laire esquiver. Anabisiouana, 
rel. Anauisiohy. imp. 
Prend Mifana— , Mampifana— , Mam- 
pan a — . 

Mi— , vn. Se detouruer, s'ecarter, ne pas 
aller au but, s'esquiver. Nibisinka loa- 
tra nyteninao. \os j)aroles s'ecartaient 
trop du sujet. NibisioUa ny tovolahy. 
Le jeune hommo s'est esquive. Mibisio- 
ha, imp. Fi— , s. Maniere de s'ecarter, 
de s'esquiver. Mpi—, s. Celui qui s'os- 
uuive. 

Fibisidhana, s. L'action de s'ecarter, 
do s'esquiver. Ibisiohana, rel. Ibisiohy, 
imp. 

Maha—. Qui fait ecarter, esquiver. 

Bisiotsioka, dupl. freq. de Bisioka. 



BISKOiTA, s. Biscuit. (Fr. biscuit). 

BITABtTA, ad;. Se dit du ventre, do 
l'estomac plein. 

Mi—, vn. Eire gros, plein comme une 
fern elle qui porte. 

BiTAKA, s. Bond de joie, gambade en 
signe dejoie ou d'approbalion. 

Mi— , vn. Sauter, bondir, gambader de 
joie, de colere. Nibitaha ny ankizy fa 
tonga ny reniny. Les cnfants saulaient 
dejoie a I'arriv&e de leur mere. Mibita- 
ha, imp. Fi— , s. Maniere de gambader. 
Mpi — , s. Celui qui gambade. 

Fibitahana, s. L'action de gambader. 
Ibitahana, rel. Ibitaho, imp. 

Maha—. Qui gambade ou pent gambader. 

Bitabitaka, dupl. frtq. de Bitaka. 

BtTIKA et BITlTIKA, adj. Tres pe- 
tit, une quantite infime, chelif. 

Bitiha, imp. Imprecation. 

BlTROet RABlTRO, s. Lapin; fig 
laid. (Ang. rabbit). 

BiTSIKA, $. Chuchotement, rumeur 
sourde, secret. 

Bitsihina, p. Qu'on chuchote, ft qui on 
parle bas, qu'on entraine. Bitm'ho, imp. 

Abitsika. p. Qu'on chuchote. Abitsuio, 
imp. 

Voa—, nobinitsika, pp. Qu'on a chu- 
chotd, a qui ou a parle bas, qu'on a 
entraine. 

Mam—, va. Chuchoter, parler bas a 
quelqu'un, entrainer secretement. Nam- 
bitsiha azy izy ka lasa izy roa lahy. 11 
lui a chuchote quelques mots et ils sont 
partis tous les deux. Nambitsiha ny 
namany izy mba hangalatra voankazo. 
II- a entraine" secretement son compa- 
nion pour voler des fruits. Mambitsiha, 
imp. Fam— , s. Ce qu'on chuchote, celui 
nu'on entraine, maniere de chuchoter, 
(i entrainer. Mpam— , s. Celui qui chu- 
chote, entraine. 

Fambitsihana, s. L'action de chucho- 
ter. d'entrainer. Ambitsihana, rel. A.m- 
bitsOio, imp, 

Prend Mifam— , Mam pi fam— , Mam- 
pam— . 

Mi—, ua. et n. Chuchoter, parler bas 
a (juelqu'un, entrainer secretement. Ni- 
bitsiha ela taminy izy ka tsy fanlatro 
izay nolazainy. II a longtemps chuchote 
avoclui et je ne sais ce qu'il lui a dit. 
MiBiTSiiiA, imp. Fi— , s. Ce qu'on chu- 
chote, celui qu'on entraine, maniere do 
chuchoter, d'entrainer. Mpi—, s. Celui 
qui chuchote, qui entraine. 

Fimtsihana, s. L'action de chuchoter, 
d'entrainer. Ibitsuiana, rel. Ibitsiho, 
imp. 
Prend Mampi— , Mifampi— . 

Maha—. Qui chuchote, entraine. 

Bitsibitsika, dupl. de Bitsika. 

BiTSIKA et BITSIBITSIKA, adj. 
Ties petit, une minime parcelle. 



Digitized by 



Google 



feOB 



-ft- 



BOB 



BIZIM6FO, s. Bismuth. ( Fr. Bismuth). 

BIZIZI6KA. Comme Bibibioka. 

B6, 8. Amadou, matiere avec laquclle on 

remplace l'amadou. 
B6. 8. Son imitatif de la capsule qui 

delate, du bruit d'un corps tombant; 

comme en francais : Pouf. 
Mlb6, vn. Resonner, faire du bruit. 

BOADA et BOADABOADA (dupl. 
plus usitS ), 8. Confusion, galimatias. 

Aboadabbada, p. A dire confusement. 

Tafa— , p. Qui a perdu le fil de ses idees. 

Mi— , tm. Perdre le fil de ses idees, par- 
ler confusement. Nanontanian'ny nvpi- 
tsara izy ka niboadaboada foana. In- 
terrogG par le juge il a perdu le fil de 
ses idees. Fi— , a. Maniero do parler 
confusement. Mpi— , s. Celui qui parlo 
souvent confus6ment. 

Fiboadaboadana, 8. Inaction de parler 
confusement. IboadaboaoAna, rel. 

Maha—. Qui parle confusement. 

BOADAKA et BO AD ABO AD AKA 

Comme le precedent et plus usite\ 
BOAFA, adj. Gros, 6normc, corpulent. 
Boafaboafa, dupl. de Boafa. 

BOAlZA et BOfiZA, s. Perrucbe ver" 
te. Paittacula madagascariensis, Bris- 
son. 

BOALABOALA, s. Etat serre, com- 
pact, dense, se ditdes plantes. 

Mi—, vn. Etre serre\ dense, touffu. Fi— , 
8. L'6lat serrS des plantes. 

Fiboalahoalana, s. La density. Iboala- 
boai.ana, rel. 

B6ANA, 8. Action d'ouvrir avec bruit, 
fracas. 

Bo an ana, p. Qu'on ouvre avec bruit. 
Boano, imp. 

Mam—, va. Ouvrir avec bruit. Mamboa- 
na, imp. Fam— , s. Ce qu'on ouvre 
avec bruit, maniere d'ouvrir. Mpam— , 8. 
Celui qui ouvre souvent avec bruit. 

Famboanana, s. L'aciion d'ouvrir avec 
fracas. Amboanana, rel. 

Mi—, vn. S'ouvrir avec bruit; peter. 
Fi — , 8. Maniere de s'ouvrir avec bruit. 

Fiboanana, 8. L'action de s'ouvrir avec 
bruit. IboAnana, rel. 

Maha—. Qui ouvre avec fracas. 

Boambdana, dupl. freq. de Boana. 

BO AT A, adj. Pour Bota. 

B6BA, adj. A tres bon marche, a vil 
prix. Boba ny vary. Le riz est a tres 
bon marche\ Ataon'ny mpivarotra boba 
ny hena. Le boucher vend la viande a 
tr6s bon marches 

Bobaina, p. Qu'on achete a Ires bon 
mareh6. Sobobaiho ity lamba ity. J'ai 
achete cette etolTc a tres bon marched 
Bobao, imp. 

Mam—, va. Acheter a bon marched Mam- 
boba, imp. Fam—, s. Ce qu'on achete a 



bon marche, maniere d'acheter. MrAir — , 
s. Celui qui achete souvent a bon mar- 
che. 

Fambobana, s. L'aciion d'acheter a vil 
prix, a bon marche\ AmbobAka, rel. 
Ambobao. imp. 

Maha—. Qui rend bon marchA 

Bobabbba, dupl. frdq. de Boba. 

B6BAKA, 8. Forte enflurc, uno grosse 
tumeur. 

Mi—, vn. Etre enflo. Fi— , s. L'etat enfle. 

Fibobahana, s. L'action de s'enfler. 
Ibobahana, rel. 

Bobabbbaka, dupl. fre'q. de Bobaka. 

B6BO, adj. et s. Tres blanc ; albinos. 

BOBOB6BO, 8. Glouglou, son imitalif 
du bruit de l'eau entrant dans une 
bouteille, du bruissement entreooupe" du 
vent, du bourdonnement des basses. 

Bobobobbina, p. Qu'on fait resonner. 
Bobobob6y, imp. 

Abobob6bo, p. A plonger dans l'eau, a 
faire ou qu'on fait resonner. Abobobo- 
b6y, imp. 

Voa—, pp. Qu'on a fait resonner. 

Tafa—, p. Qui resonne dans l'eau. 

Mana— , va. Plonger dans l'eau, faire 
resonner. Manaboboboboa, imp. Fana — , 
8. Ce qu'on plonge dans l'eau, maniere 
de plonger dans l'eau. Mpana—, a. Colui 
qui plonge dans l'eau. 

Fanabobobobbana, s. L'action de 
plonger dans l'eau, de faire resonner. 
Anabobobob6ana, rel. Anabobobob6y, 
imp. 

Mi—, vn. Siffler comme le vent, faire 
glouglou comme l'eau entrant dans une 
bouteille. Fi— , 8. Le sifllement, le bruis- 
sement du vent, la glouglou de l'eau. 

Fiboboboboana, a. L'action de siffler, 
de faire glouglou. Ibobobob6ana. rel. 

Maha—. Qui plonge ou pent plonger. 

B6BOKA, ad). Imbibe d'eau, moisi, 
rassasiS jusau'au degout, degoute. Hano 
ity mofo boooky ny divay ity. Mangez 
ce pain imbibe de vin. Boboka io 
mangahazo io. Ce manioc est moisi. 
Boboky ny fianarana io zazalaby io. Ce 
garcon est d6goute de l'etude. 

Bobbhana, p. Qu'on imbibe, qu'on fait 
boire a l'exces, qu'on degoute. Bob6hy, 
imp. 

Abbboka, p. Avec quoi on imbibe, co 
qu'on fait Doiro Abob6hy, imp. 

Voa—, pp. Imbib6, qu'on a fait boire a 
l'exces. 

Mana— , va. Imbiber, faire boire a l'ex- 
ces, degouter. Manabob6ha, imp. Fa- 
na — , 8. Qu'on imbibe, qu'on fait boire a 
l'exces, qu'on degoute, la maniere d'im- 
biber, etc. Mpana—, 8. Celui qui fait 
boire a l'exces, qui degoute. 

Fanabobbhana, s. L'action d'imbibcr, 
de iaire boire a l'exces, de degouter. 
Anabob6iiana, rel. Anabob6hy, imp. 
Prend Mifana— , Mampana— . 



Digitized by 



Google 



BOD 



— 79 



BOB 



Mi— , vn. et a. S'imbiber, 6tre imbibg, 
boire a l'exces. Miboboha toaka isan'an- 
dro izy. II boit tous les jours du rbum a 
l'exces. Aza mibobo-drano toy izany. Ne 
buvez pas tant d'eau. Mibob6ha, imp. 
Fi— , s. Manure de s'imbibor, de boi- 
re a l'exces. Mpi— , 8. Celui qui boit 
trop, un ivrogne. 

Fibob6hana, 8. L action de s'imbiber, 
de boire a Texces. Ibob6hana, rel. Ibo- 
b6uy, imp. 
Prend Mampi—, Mifampi— . 

Maha — . Qui imbibe on suflit pour imbi- 
ber, qui d6goute. Ny lalao nahaboboka 
azjr tamy ny fianarana. Le jeu I'a do- 
goute de l*6tude. Mahaboboka aby ny 
fahakamoanao. Votre paresse me d6- 
goute. 

Bobobbboka, dupl. de Boboka. 

Mia—, vn. Se gonfler, etre gonfl6, Gtre 
en tas. 

Misa— , vn. Etre #onfli\ ballonne\ 

Hazo b6boka, s. Bois ramolli, rendu spon- 
gieux par I'humiditG. 

BOBONG6LO, s. et adj. Moisissure ; 
moisi. Azon' ny bobongolo ou 6obon- 
golo ny kiraro. Les souliers, sont moi- 
sis. 

B6DA, adj. Mou. mollet, tendre. Boda 
ny vomanga. Les palates sont molles. 

Bodaina, p. Qu'on ramollit, qu'on rend 
mollet. Bodao, imp. 

Voa—, pp. Ramolli. 

Mana— , va. Ramollir, rendre mollet. Ma- 
naboda, imp. Fana—, s. Ce qu'on ra- 
mollit, maniere de ramollir. Mpana—, s. 
Gelui qui ramollit souvent. 

Fanabodana, 8. L'action de ramollir. 
Anabodana, rel. Anabobao, imp. 

Maha— Qui ramollit ou peut ramollir. 

Bodaboda, dupl. Mollet. Bodaboda ny 
sandriny. Son bras est mollet. 

BdDAKA. Comme le precedent. 

B6DIKA, s Embrouillement, pele-m6le, 
conftision. 

Bodehina, p. Qu'on embrouille, qu'on 
met p6le-m£le. Aza bodehinao toy iza- 
ny nv tarelra. N'embrouillez pas ainsi 
le fif. Aza bodehinao ny flteninao. 
N'embrouillez pas vos paroles. Nobo- 
dehinao ny taratasy rehetra. Vous 
avez mis p«Me-mele lous les livres. 
Bodeho, imp. 

Ab6dika, p. Avec quoi on embrouille, 
aembrouiller. Abodeho, imp. 

Tafa— , voa—, pp. Embrouille\ 

Mana—, t?a. Erabrouiller, mettre pele- 
mele. Manabodeha, imp. Fana—, 8. Ce 
qu'on embrouille. maniere d'embrouil- 
ler. Mpana—, s. Un embrouilleur. 

Fanabodahana, s. L'action d'embrouil- 
ler. Anabodehana, rel. Anabodkho, imp. 

Mi—, vn. Etre embrouille, 6tre pele- 
raele. Fi— , s. L'etat de ce qui est em- 
brouille. 



Fibodehana, s. L'embrouillement, le 
pele-mele. Ibodehana, rel. 

Maha—. Qui embrouille ou peut em- 
brouiller. 

Bodibddika, dupl. de Bodika. 

B6DO, adj. Enfantin, simple, se dit aus- 
si des vieillards tombes daus I'enfance 
et des malades qui ont perdu leurs 
faculty. 

BdDO adala. Qui n'a pas encore I'usage 
de la raison. 

Bodo kely, s. Jeune fille, se dit surtout 
d'une jeune femme marine a un vieil- 
lard. 

Zaza b6do. Un petit enfant; fig. encore 
novice, sans experience. 

B6DO, r. Opini&trete, action de pren- 
dre ou de retenir opiniatr6raent. 

Boddina, Boddana, p. Qu'on ravit, 
qu'on prend ou qu'on retient opinia- 
tr6ment. Nobodoiny ny vadin' olona. 
II a ravi la femme d'autrui. Nobo- 
doin' ny zandriko ny bokiko mandraka 
ankehitriny, Mon cadet m'a pris mon 
livre et le retient encore opiniatrement. 
Bod6y, imp. 

Voa—, pp. Ravi, pris, retenu. 

Tafa— , p. Qui s'opiniatre. 

Mana—, va. Ravir la femme d'autrui, 
retenir la femme ou le mari d'autrui. 
Manabod<5a, imp. Fana—, s. Qu'on ra- 
vit ou qu'on retient, maniere de ravir 
ou de retenir. Mpana—, s. Celui qui ra- 
vit, qui retient. 

Fanabodoana, 8. L'action de ravir, de 
retenir la femme ou le mari d'autrui. 
Anabod6ana, rel. Anabodoy, imp. 
Prend Mifana— , Marapifana— , Mam- 
pana — . 

Mi—, vn. et a. S'opiniatrer; ravir, 
prendre ou retenir opiniatrement. Aftbo- 
do amy ny heviny izy. 11 s'opiniatre dans 
son id£e. Nibodo vadin' olona izy. II a 
ravi la femme d'autrui. Nibodo ny sa- 
troky ny namany izy. II a pris et re- 
tient opiniatrement le chapeau de son 
camarade. Mibodoa, imp. Fi— , s. Ce 
qu'on prend ou retient, maniere de s'o- 

Siniatrer, de prendre ou de retenir. 
fpi— , s. Celui qui s'opiniatre, prend 

ou retient. 
Fibodbana, s. L'action de s'opiniatrer, 

de prendre ou de retenir. iBODOANA.ref. 

Idod6y, imp. 

Prend Mampi—, Mifampi—. 
Maha—. Qui ose prendre ou retenir. 
Bodobddo, dupl. fre'q. de Bodo. 
BODOB6DONT, adj. Enfantin, qui a 

les manieres, les caprices des enlants. 
BODOF6TST, 8. Couverture de colon, 

de laine. 
BO&DIKA et BOEDIBO&DIKA, s. 

Meme sens que Boerika. 
BO&RIKA et BOERIBO&RIKA* 

[dupl. plus usitej. s. Paroles inintel* 



Digitized by 



Google 



BOH 



— 80 



fcoi 



ligifoles, baragouin, jargon; fig. bre- 
douillement de rolere. 

Boeriboerdhina, p. A qui on pa He un 
jargon; fig. contre qui on se farhe. 
HohiunoEREHO. imp. 

Abo6rika, Aboeribo6rika, p. A ba- 
ragouiner, qu'on baragouine. 

Voa—, pp. Gronde. 

Mi—, vn. Jargonner, |>arler une langoc 
(Hrangere; fig. so facher en bredouil- 
lant. MiDOEKBUA, imp. Fi— , 8 Manic- 
re de jargonner. Mpi—, «. Colui qui 
hredouille, qui se faehe en bredouillant. 

Fiboer6hana, 8. L'action de jargonner. 
Iuoerehana. rel. Idoereho. imp. 
Prend Ma mpi — , Mi Tarn pi — . 

Maha— . Qui jargonnc ou peut jargonner. 

B6FOKA, s. Action de rester couche 
par paresse, par nonchalance, de s'6- 
parpiller comme la poussiere. 

Tafa— , p. Qui reste couch*'* par paresse. 

Mi — , vn. Hester couche, s'eparpiller. 
Midoe(3ha, imp. Fi— , *. L'ptat couche. 
Mpi — . 8. Un parosseux qui reste couche. 

Fibof6hana, *. Inaction de rester eou- 
eh<S, leparpillement. Iuofohana, rel. 
Idofuhy, imp. 

Bofobdfoka, dupl. freq. de Bofoka. 

BdFONA, adj. Potcle, grassouillet. 

B6FONA, s. Pet, bruit sourd, comme 
d'un corps mou qui tombe. 

Mi—, vn. Peter, rendre un bruit sourd. 

B6HAKA, adj. Qui s'est dilate, epa- 
noui. souleve, qui est elastiquc ; fig. 
prodigue par vanitp. 

Bohaflna, p. Qu'on dilate, comme le 
colon en le cardant. Bohafy, Bohafo, 
imp. 

Voa—, pp. Dilate, carde. 

Tafa—, p. Qui s'est dilate comme la 
pale. 

Mana— , vn. Dilater, carder. Manauo- 
hafa, imp. Fan a — . s. Ce qu'on carde, 
maniere de carder. Mpana— , 8. Celui qni 
carde. 

Fanabohafana, s. L'aclion de carder, 
le? instruments. Anaiioh.vfana, rel, 
Anabohafy, imp. 

Mi—, vn. Se dilater, se soulever, etre 
elastique; fig. etre prodigue. Miiioua- 
fa, imp. Pi— , 8. Dictation, epnnouis- 
soment, prodigalile. Mpi— , s. Un pro- 
digue. 

Fibohafana, s. La dilatation, la prodi- 
gulite. Ioohapana, rel. Iuohafy, imp 

Maha — . Qui dilate, qui rend prodigue. 

Bohab6haka, dupl. dim. de Bohaka. 

B6HY, s. Gonflemcnt, fierte, opinia- 
trete. 

Tafa—, p. Qui fait l'imporlant. 

Mi—, vn et a. Se go..ller, faire le fior, 
s'opiniatrer, retenir opiniatrement. Mi- 
/vo////nyanlsipikako izy. II rclient opinia- 
trement mon couteau. Mmoiiia, Miuo- 
iiiZA, imp. Fi— , a. La maniere de sc 



gonfler, etc. Mei— . *. Celui qui fait 
{'important, qui retient opiniatrfanent. 

Fibohiana, Fibohizana, 8. I^e gonfle- 
ment, la fl«rte, Taction de retenir opinia- 
trement. IuoitfANA, IftoHfzANA, rel. Ido- 
nfo, iDOHfzo, imp. 
Prend Mampi— , Miramni— . 

Maha— Qui ose faire le tier, qui osc 
retpnir opiniatrement. 

Bohibohy, dupl. dim. FlatuosilA, gonfle- 
m«»nt; fig. orgueil. preemption, fierte 4 . 
Mibokibohy izy. II se gooflc d'orgueil. 

BOHlHT, 8. Attachement a sa volonte 
propre, avec resistance a celle d'au- 
trui ; adj. reveehe, ent6te. 

Mi — , vn. S'upposer avi*c opiniatrcte, 
s'enteter, tenir a ses idpes. Fi — , s. Ma- 
niere de s'obstiner. 

Maha—. Qui ose s'enteter. 

Bohihihihy, dupl. dim. de Bohihy. 

BOHtKA, I* s. Obstination, meme 
quand ou voit qu'on a tort. Be bohika 
izy. It est ties obstine. 2' adj. Qui 
s'obstine meme quand il voit qu'il a tort. 

Mi— ,i?n. Etre obstine. Fi— , 8. Obstina- 
tion. 

Maha—. Qui rend obstine. 

B6HITRA, 8. Convcxite, protuberance. 

Boh lr in a, p. Qu'on rend convexe. Bo- 
iiiro. imp. 

Ab6hitra, p. Qu'on rend convexe, avec 
quoi on rend protfminpnt. Auohiro, imp. 

Voa—, pji. Rendu convexe. 

Tafa— , p. Qui s'est souleve. contr«. 

Mi — , vn. Lire convexe, bom be, preemi- 
nent; fig. so soulever contre. Mibohiha, 
imp. Fi— , 8. L'6tat convexe. Mei— , h. 
Celui qui se souleve centre. 

Fibohirana, s. La convex ite, la pro- 
tuberance, I'actini dese soulever contre. 
Iuoiiirana rel. Ibohiho, itnp. 

Maha—. Qui rend convexe. 

Bohibbhitra, dupl. freq. de Bohitra. 

B6IKA, 8. Action de sourdre, de jaillir. 

Abdika, p. Qu'on fait jaillir. Aboiho 
imp. 

Tafa—, p. Jaillissant. 

Mi—, vn. JailLr, sourdre. Fi — , s. Jail- 
lissement. 

Boibbika, dupl. froq. plus usite\ Misy 
lohiirano miboiboika eo arn-bodin'n^ 
tendrombohitra. lly tiune fontaine qui 
jaillitau pied de UTmontagnt*.. 

BOIB6IKA, s. Abcus, ulcere, tumeur 
scroiuleuse. 

BdlNA, adj. Apathiquc. indiir«''rent, in- 
scusthle, insouciant. 

Boina an'aka. Parents indilTdrents quo le 
sort de leurs enfants no touche pas. 

Boin-kahk.va. Que l'amour de la lortune 
lai^se inditrerent. 

B6ITRA, 8. Irruption, jaillissemcnt, 
Kiiintement. 

Mi—, vn. Jaillir, faire eruption. Fi— , *. 
La maniere de jaillir. 



Digitized by 



Google 



130K 



— 81 



BOL 



Fibolrana. 8. Le jaillissement, Irrup- 
tion. IuoiHANA, rel. 

Maha — . Qui fait suinter on cause Torup- 
lion. 

Boiboltra. dupl. freq. de Bottrn. 

B6KA, adj- et s. Lepreux ; fty. de mau- 

vaise apparence, rugueux 
Hadokana, a. La lepro. 
Bokaina, Habokaina, p. Qu'on de- 

precie, qu'on avilit, qu'on vilipends. 

Bokao, imp. 
Voa— , pp. Doprecie. 
Man a— , va. Deprecier. rabaisser, avilir, 

vilipender. Mannboka ny entako hia- 

nao. Vous dopreeiez ma marchandise. 

Aza manaboka azy tahaka izany. No le 

vilipendez pas ainsi. Maxahoka, imp. 

Fana— , 8. Ce!ui oil co qu'on doprecie, 

depreciation. Mimna— , 8. Golui qui d6- 

precie, qui vilipende. 
Fanabokana, s. L'aclion do deprecier, 

ilo viliponder. Anahoka.na, rel. Anauo- 

kao. imp. 

Prend Mifana— , Mampifana— , Mam- 

pana— . 
Maha—. Qui donne la loprc, qui depre- 

cie, vtfipende. 
Bokab6ka, duid. adj. Plo.in de nocuds, 

snditdu fit clue It conne A sue re. 
Bokabuka ct tsibokaboka, *. Nom d'un 

jeu d'enfunts consistent a toucher et 

a fuir. 

BOKA ltOTO TSY LEON'iKALA, DOKA IK ALA TSV 

lbon'ikoio, prov. Formulede contratde 
maiiagc: si Tun des deux conjoints 
devient mauvais, 1'aulre se separe. 

BOJEATRA et BOKiTRAKi, adj. 
Gros, epais, large, se dit de Tecrilure, 
des tissus, tics Uls, de3cordous. 

B&LY, a. Livre, cahicr. (Ang. booh). 

BOKtTRA, *• GonvcxUe. 

Xana-, ira. Bomber, rendre convexe. 

Fax a— , 8. Maniere de rendre convexe, 

ce qu'on rend convexe. Mpana— , a. Celui 

qui rend convexe. 
Mi — , vn. Kire bombc; se compriraer, se 

relcnir. Fi— , a. L'etat bombe. 
Flbokirana, 8. La eonvexiic. Ibokiha- 

na, rel. 
Maha— Qui fait bomber. 
B okitrakttra, dupl. freq. deBokitra. 

MlBOKfTltA NY TJSIIEZANA, lOC. QUI TelieUt 

lerire. 

B6KO, <t. Pommc, pommeau, boule qui 
surmonte quelquc cliose en guise d'ur- 
num«'nt, pompon, houppc, bourgeon. 

Mibokobdko, vn. Poussor des bour- 
geons, bourgeonner. Fibokou6ko,8 L'etat 
des bourgeons. 

BoKOLotiv, adj. Qui a une houppe, un oou 
court; fiy. surnoni du liibuu, parcc 
qu'il a un cou court. 

Bokony, h. Tout co qui sj leraiine en bou- 
le, comme tu pommc du chou, lu boule 
do lu lumpc, uue toufle de clievoux. 



B6KOTRA, «. Boulon. (Fr. bouton). 

BOKOTHA MAMY.8. Pastille. 

Boko-bar ahin a, 8. Punaiso (espece de 

petit clou;. 
BOlAKY,* Poutie. 

BOLALY, 8. Glissade, dcgringotatlc. 
Abolaly, //. A fairc glider, qu'on fait 

glisser. Adolalio. imp. 
Mibolaly, vn. Glisser, tomhor, degrin- 

goler. Fi— , a. Maniere de glisser, do 

oegringoler. 

BOLANGINA, adj. Gros ct gras, p> 

tele, (lodn, en bonne sante. 
Mi— ,rn. Etro dodu, bien nortant. Fi— , 

8 L'etat de colui qui est uodu. 
Bolangindangina, dupl. de Bolangina. 

BOLASITRA, r. Glissade. 
Bolasirina, p. Qu'on fait gliss?r. Bon- 

smo, imp. 
Abolasitra, p. A faire glisser. Abolasmo, 

imp. 
Tafa— ,p. Quiaglisse. 
Ml—, vn. Glisser. Mibolvsuia, imp. Fi— , 

8. Maniere do glisser. Mw— , «. Celui qui 

glissc. 
Fibolaslrana, 8 L'action do ftlisse:*, 

glissoire. IuoLAsinAXA, rel. IiiolvsIho, 

imp. 
Maha—. Qui glisse on ncnt gKssjr. 
Bolasidasitra, dupl. freq. de Bolasitra. 

BOLETA et BOLETAL^TA, adj. 

Petit, nain, rabougri. 
Mi—, vn. Ktre petit, marclier comme les 

canards. Fi — ,s. La petilosso. 
Fiboletaletana, .<?. Act i on de marclKM* 

comme les canards. Iduletalktaxa. rel. 
Maha—. Qui rend ou pent rendre nam. 
BOLftTAKA (lelahaj, adj Petit. 
Mi—, vn. Se rapelisscr, s'uHais or. Fi -, 

s Maniere de se rapelisscr. 
BOLtAKA et BOLIADlAKA, adj. 

Ouveit, ecarquille, beau, sulit desyeux. 
Mi—, vn. Eire ouvert. ecarquille, beau. 

HOMA-MASO, DOLIA-MANOItO (Usite dhTlS lOs 

contes). Qui y voit clair, n qui ri«»n n'e- 
chaiq>e, qui a de beaux youx. 

BOLlDY, 8. Action dj s'osquiver, <!e 

lairo I'e.jole buissonniere. 
Abolidy, p. Qu'on detourne. Auoi.ii>:o, 

imp. 
Tafa—. p. Qui s'est esqnive. 
Mi—, ?*u. S'c'stpiiver Miuoliuia, imp. 

Fi— . .s. Manie.e tie s'e*q<itvcr. Mi-i — , h. 

Celui qui s'esquive sou vent. 
Fibolidiana, 8. 1/action de s'e-quivor. 

IbOli'.m'ana, vol iuouufn. imp. 
Boiidilidy, dupl frJq. dj lJjl.«ly. 

BOLtLA, «. Glissade, eon t. 
Abolila, p. Qu'on fail ec«trl<T, oscpjiver. 

Abolii.au, imp. 
Tafa—, /). Qui sVst e^juivj. 
Mana— , ra. Faire esqnive./. Ma.nmiomi.v, 

imp. Fax a—, s. Celui gu co qu'on la it 



Digitized by 



Google 



BON 



— 82 — 



BON 



esqniver, maniere de faire esquiver. 

Mpana— , s. Celui qui fait esquiver. 
Fanabolilana, 8. L'action de faire es- 
quiver. Anabolilana, rel. Anabolilao, 

imp. 
Mi—, vn. Glisser, s'esquiver. Mibolila, 

imp* Fi— , 8. Glissade. Mpi— , 8. Celul 

qui glisse, qui s'esquive. 
Fibolilana, s. L'action de glisser, de 

s'esquiver. Iboljlana, rel. Ibolilao, 

imp. 
Bolilalila, dupl. fre"q. de Bolila. 

BOLlSATRA. Comme Bolasitra. 

BOLlTIKA, adj. Petit, tres petit. 

BOLOB6LO, 8. Desordre des cheveux, 

duvet. 
Mi— , vn. Etre en desordre (cheveux), 

etre velu, avoir du duvet. Fi— , 8. De- 
sordre. 
BOL.6FOTRA, 8. Continuity de la 

fumee. Voy. Folol6tra. 
Mi—, vn. Se succeder sans discontinue^ 

se dit surtout de la fumee. 
BOL6KY ? s. Le gros perroquet noir. 

Coracopsis obscura. 
Boloky k6ly, 8. Le petit perroquet noir. 

Coracopsis nigra. 

BOLOK1LAHY HOMAM-BOAN-TSKVA, prOV. Qui 

prend des deux mains, qui a un pied 

dans chaque parti. 
BOL6KY, s. Cangue. 
Bolokina, p. A qui on met la cangue. 

BolokIo, imp. 
Voa— , pp. A qui on a mis la cangue. 
Mana-, ra. Mettre a la cangue. Mana- 

uoLOKfA. imp. Fana— , s. Celui qui 

me>ite la cangue, maniere de mettre 

a la cangue. 

BOL.6ZY, 8. Blouse. (Fr. blouse). 

B6MBA, r. Comme Omba. 

Mambbmba, ra. Couvrir. Ny reniako- 
ho mambomba ny zanany amy ny ela- 
ny. La poule couvre ses nelits avec ses 
ailcs. Fam — , s. Maniere de couvrir. 

B6MBA, 8. Bomba. ( Fr. bombe). 

BOMP6A, s. Bon point, bonne note. 
(Fr. bon point). 

B6NA, 8. Odeur dc la graissc, du suif 

employe comme nomraade. 
Maimbo b<5na, adj. Qui sent le suif. 

BONABdNA, s. Gonflement, grosseur, 

boursouflure. 
Mi—, vn. Etre gonnY. Fi— , $. Letat 

Sonfle. 
bonabonana, 8. Gonflement, bour- 
souflure. Ibonabonana, rel. 
BON A IK A, adj. Paisible, tranquille, 

de moeurs douces, pacifique. 
Mi—, vn. Etre paisible. Fi— , s. LY*tat 

paisible. 
Flbonahana, s. L'6tat paisible, pacifi- 
que. Ibon£hana, rel. 



Maha— . Qui rend calme, paisible. 
Bonainaika, dupl. de Bonaika. 
B6NAKA, 8. Gonflement, ballonne- 

ment. 
Abbnaka, p. A gonfler, qu'on gonfle. 

Abonaho, imp. Abonaho io tatavia io. 

Gonflez cette vessie. 
Voa— f pp. Qu'on a gonfle\ 
Tafa— . p. Qui est gonfle\ 
Mana— , ra. Gonfler. Manaboxaha, imp. 

Fana — , s. Ce qu'on gonfle, maniere de 

gonfler. Mpana—, s. Celui qui gonfle. 
Fanabonahana, 8. L'action de gonfler. 

Anabonahana, rel. Anabonahy, imp. 
Mi—, vn. Etre gonfle\ se gonfler. Fi— , s. 

L'(Hat de ce qui est gonfle, la maniere de 

se gonfler. 
Flbonahana, s. L'action de se gonfler. 

Ibonahana, rel. 
Maha—. Qui peut gonfler, suftisant pour 

produire le gonflement. 
Bonabonaka, dupl. deBonaka. 
BONANAKA, adj. Gros ct gras. 
Jdi— , vn. Etre gros et gras. Fi— , s. 

L'C*tat gros et gras. Mpi— , s. Celui qui 

jouit de l'enibonpoint. 
Bonanananaka, dupl. do Bonanaka. 

BONARA, s. Bois-noir. Albizzia Leb- 
beh. Bth. (Fr. bois-noir). 

BON&NIKA, adj. Paisible, calme, tran- 
guille, doux. 

Mi—, vn. Etre paisible, doux. Fi— , a. 
L'etat paisible. Mpi—, s. Celui qui est 
naturellement paisible. 

Fibonenehana, s. L'etat paisible, tran- 
quille. Ibonenkhana, rel. 

B6NGA, «. Motte, elevation, monticule. 

Bongabonga, dupl. frdq. 

Bongaina, Mibongabbnga, adj. Oh 
il y a beaucoup de monticules, d eleva- 
tions, de mamelons. Tany be bonga, 
bongabonga, bongaina, mibongabon- 
ga. Pays oil il y a beaucoup de mon- 
ticules, de mamelons. 

Mitety bonga. Marchcrsurle sommetdes 
mottes ; aller de montagne en montagne, 
de monticule en monticule. 

B6NGO, s. Arbuste dont on tire un 
mordant pour la teinture. Dyonichia 
Bojeri, Naud. 

Bongolahy, «. Espeee de Chrysopta. 

Bongon-tany, s. Espeee de plante. 

B6NGO, 8. Nid, hutte, cabane, mamelon, 
une toulfe de plantes. ftongom-boalavo. 
Nid de rats. £ow/on-tany Mamelon. 
Bongon-karavola. One toulTe de I'herbe 
appelce Haravola. Bongo ravan'ny 
tompony. Cabane detruite par son 
maitre ; fig. biens defenses par le 
maitre ; testament, contrat changes par 
ceux qui en avaiont le droit. 

B6NGO, adj. Boursoufle\ gonfle. 
Bongo £ndiuka. adj. Qui a la figure lour- 
de comme en sortant du lit. 



Digitized by 



Google 



BON 



— 83 — 



BOR 



Bongo naso, adj. Qui a les paupieres 

grosses ou enfl^es. 
Bokgob6ngo, dupl. dim. de Bongo. 

BONtA, s. Nora donno a uo personnage 
dans les contes populaires; adj. on- 
vert, clairvoyant, charmani, captivant. 

Boxia maso, boxia max6ro. Beau regard, 
clairvoyant, caplivant. 

B6NY. Comr/.e A don* v. 

BONIB6NT (prononce quelqucfois Bo- 
nobono ), s. Rougeole. 

BGNOKA, s. Action de so rechauflfor 
en so couvrant bien. 

Bonbbina, p. Qu'on couvre pour le re- 
ehaulTer. Boxoiiy, imp. Bonohy ny 
zaza kely fa mangatsiaka. Couvrcz Ten- 
fan t parec qu'il fait frold. 

Abbnoka, p. Qu'on couvre, avec quoi 
on couvre. Aboxohy, imp. 

Voa— . pp. Qu'on a couvorl. 

Tafa—, p. Qui s'est convert. 

Man a—, Mam—, ra. Couvrir pour re- 
cliauffer. Maxabox6ha, imp. Fas a—, 8. 
Qu'on recouvre, maniere do couvrir. 
Mpaxa— . * Celui qui couvre souvent 
pour reehaufler. 

Fanabonbhana, 8. L'action tie couvrir 
pour reehaufler. Axaboxoiiaxa, rel. 
Axaboxohy, imp. 

Prend Mifana— , Mampifana— , Mam- 
pan a— . 

Mi—, vn. Sc couvrir. etre couvert, se 
cachor. iMiBOxoHA, imp. Fi— . «. Ma- 
niere de se couvrir. Mn— , 8. Celui "qui 
bo couvre ordinairemeot. 

Fibonbbana, s. L'aciion do sc couvrir, 
la couverturc. Iuoxoiiaxa, rel. Inoxtf- 
hy, imp 

Maha— . Qui pent couvrir. 

Bonobbnoka, dupl. do Bonoka. 

B6NTANA, s Chignon sur la nuque ou 
sur I tj stmmct de la tetc; fig. adj. enfle, 
gonfle 1 , lumefto. 

Man a—, va. Mettro fcs cheveux en 
chignon. Maxaboxtaxa, imj>. Fax a—, 
h. Maniere de mcttre en chignon. Mi»a- 
na-, s. Cello qui met liabituell iinent 
ses cheveux en chignon. 

Fanabontanana, 8. L'action do mcttre 
ses cheveux en chignon. Axaboxtaxana, 
rcl. 

Mi—, rii. Ft re cnfle\ el re gonfle. eire en 
chignon Fi— , 8. L'etat enfle. 

Fibontanana, s. Enflure, gonflement. 
Ibontaxaxa, rcl. 

Bontambbntana, dupl. de Bon tana. 

Mamoxtaxa, adj. Qui est gonfle. 

Tsy mahavaly boxtaxa. fig. Qui ne re- 
pond pas a un bienfoit, ingrat. 

B6NTANA, s Ver, insectc qui vit dans 
la tige du tabac. 

BONT6LO, adj. Sans division, enticr. 

BoxTOLOiife, adj. Gros. 

Bontolo v6, adj. Qui n'a qu'une parole , 



qui execute cc qu'il dit, dont la volonto 

ne change pas. 
Lamda boxt6lo. Lamba d'une piece sans 

couture. 
Oloxaboxtoloxtolo. Un individu court, 

gros, trapn, obstine\ 

BONT6NA,s Biobab. Adamonia digi- 
tal a. 

B6NTSINA, 8. GonhVmenl, endure, 

boursouflure, protuberance, ampoule. 
Bontsinina, p. Qu'on gonlle; fig. qu'o:i 

nxcile. Bontsixo, imf>. 
Abontsina, p. A gonh\*r, qu'on gonuV. 

AaoxTsixo, imp. 
Voa— , pp. Qu'on a gonlle. Voaboutsina 

ny tatavia. La vessie a tVe gonflee. 
Tafa—, /> Qui s'est gonfle. 
Mana-. ra. Gentler; fig. exciter. M.\x\- 

iioxtsixa, imp. Fan a— , .«. Maniere do 

gonflor. Miwxa— , 8. Celui qui gonfle. 
Fanabontsinana, 8. L'action de gonfler. 

Axaboxtsi'sana, rel. Axahontsixo, imp. 
Mi— , vn. Sj gonfler, etre gonfle. Mmox- 

tsixv, imp. Fi— , s. L'etat gonfle. 
Flbontsinana, s. Le gonflement. Inox- 

tsixaxa. rel. Iboxtsixo, imp. 
Man—. Qui gonfle ou peut gonfler. 
Bontsimbbntsina, dupl. freq. de Box- 

TS1XA. 

Mavoxtsisiiiuxtsixa, adj. Qui a des puslu- 
les. 

BOHAB6RA, adj. Lache, mil lie, gros 
et flasqne, debraillr*, mm, nonclnlant, 
m-iladruil B)rabora ny fehin'ny en- 
tanao. Les liens de ton pa que t sont 
Imp laches. Horabora ialaiiy iztnv. 
Tu es gros etJlisquo liirabora lilaiv 
hianao. Tu es ddbraillo. Horabora nm'v 
ny ataony rehotra izy. II ost mou dans 
tout ce qu'il fait. Horabora tauana i/.\ . 
II o.-t maladroit. 

Boraboraina, p. Qu'on reliieJio. Bo- 
rabouao, imp. 

Aborabbra, />. Qu'on rolaehe. Abjrauj- 
u \o, imp. 

Voa—, pp. Qu'on a reiadio. 

Tafa—, p. Qui s'est relache. 

Mamorabbra, Mana-. ra. HehUhe.-. 
Manoraiiora, imp. Famohuiuma, 8. Co 
qu'on relAche, maniere do relAcher. 

Famoraborana, s. L'action de rela- 
cher. Amorab3rvxv, rot. Avon vu ouvo, 
imp. 

Mi—, vn. Avoir des liens trop laches, 
6tre gros etflasque, etre debraille, mou, 
ma!alroit. Fi— , s. L'elat lache, llisque, 
etc. 

Fiboraborana, *. L'etat d^s liens h'uli >•, 
Petal de celui qui est llasque, le d'el 
braillcment. la mollcise, la milalrui- 

SO. luOHABORVXA, Vol. 

Maha—. Qui rood la ;he, etc. 

BO RA DAK A. Com nt.) Baiiadaka. 

BOHAlNQINA, el BDRAlNGONA, 



Digitized by 



Google 



B0R 



84 — 



BOB 



adj. Despotique, arbitraire, injuste. 
Didy doraingina. Commandement arbi- 
trage, despotique. 

B6RAKA, 8. Plante medicinale. 
B6RAKA, adj. Delie, defait, deballe, 

revele, manifesto. 
Borabina, p. Qu'on d61ie, qu'on defait, 

au'on deballe, qu'on manifeste. Borahy, 
oraho, imp. Boraho ny entana. Defai- 
tes les liens des paquets. Boraho ny 
tto anatin'ny vata. Deballez ce qui est 
dans la caisse. Boraho amiko ny ao am- 
ponao. D6eouvrez-moi ce qui est dans 
votre coeur. 

Voa— , nobon6raka, pp. Qu'on a de- 
fait, <J6balle\ manifesto. 

Tafa—, p. Qui s'est defait. 

Mam—, Mana — , va. Delier, defaire, 
d6baller, revdler, manifested Mambora- 
bA, imp. Fam— , s. Ce qu'on deTait, etc. 
maniere de defaire. Mpam— , s. Gelui 
qui defait. 

Famborahana, Fanaborabana, s. 
L'action de delier, de deballer, de mani- 
fbster. Amborahana, rel. Amboraho, 

(top. 

Prend Mifam— , Mampifam— , Mam- 
pa m— . 

Ml-, vn. Se delier, se defaire. etre de- 

> fftit, deballe, revG.te, manifeste. Fi— , s. 
La maniere de se deTaire. 

Flborahana, s. L'action de se defaire. 
IborAhana, rel. 

Maha— . Qui peut delier, defaire, de- 
baller, manifester. 

Borab6raka, dupl freq. de Boraka. 

BORAK&FRA, s. Parenthese, signe 
orthograpbiqiie. (Ang. bracket). 

BORAM&NA, adj. Se dit par ironie 
de celui qui a io teint rouge. 

BORARAKA, 8. Se dit des liquides 
tombant, se repandant, versus en abon- 
dance. 

Borarabana, p. Surquiousur quoi on 
verse du liquide. Noborarahany ny 
siny feno rano izy. II a verse* sur Tui la 
crucbe pleine d'eau. Boraraho, imp. 

Aboraraka, p. A verser, qu'on verse. 
Aboraraho, imp. 

Voa— ,pp. Sur qui ou sur quoi on a verse\ 
qu'on a vers6. 

Tafa—, p. Qui s'est vers6, repandu. 

Mana—, va. R6pandre de I'eau en 
abondance. Manaboraraha, imp. Fa- 
xa— , s. Ce qu'on verse, maniere de 
verser. Mpana— , s. Celui qui verse 
l'oau. 

Fanaborarabana, 8. L'action de ver- 
ser, l'instrument. Anaborarahana, rel. 
Ax aboraraho, imp. 

Mi—, vn. Se verser, se r^pandre en abon- 
dence. Fi — , 8. Maniere de se repandre. 

Fiborarabana, s. L'action de se repan- 
dre. Iborarahana, rel. x 

Maba— . Qui verse ou peut verser. 



Boraradraraka, dupl. freq. de Bora- 
raka. 

BORASAKA. Comme le prudent. 

BORATAKA, adj. Enorme, gros e't 

gras. 
Ml—, vn. Etre enorme, gros et gras. 

Fi— , s. L'(Hat de ce qui est enorme. 
Boratadrataka, dupl. de Borataka. 
BOREDA, 8. Nom d'une plante. Nican- 

dra physaloides. Gaertn. 

BOR&DIKA, s. Bredouillement, jargon. 

Boredehina, p. Qu'on bredouille, qu'on 
jargonne. Boredeho, imp. 

Aboredlka, p. A bredouiller, qu'on jar- 
gonne. Aboredebo, imp. 

Tafa—, p. Bredouillant. 

Mana—, vn. Troubler, fairo perdre le 
fil. Manaboredeha, imp. Faxa— , s. Ma- 
niere de troubler, celui qu'on trouble. 

Fanaboredehana, s. L'action do trou- 
bler. Anaboredehana, rel. Axaborede- 
ho, imp. 
Prend Mifana— , Mampana— . 

Mi—, vn. Bredouiller, parlor avec pre- 
cipitation, parlerun jargon, baragouiner. 
Miboredika lalandava io zazalahv io. Ce 
gareon brodouille sans cesse. Miboredi- 
ka amy ny teny frantsav izy roa lahy. Ces 
deux individus parlentle jargon francais. 
Miboredeha, imp. Fi— , s. Le bredouil- 
lement. Mpi— , 8. Un bredouilleur. 

Fiboredehana, s. L'action de bredouil- 
ler. Iboredehana, rel. Iborbdeho, imp. 

Maba—. Qui embrouille ou peut em- 
brouillor. 

Boredidredlka, dupl. de Bored ika. 

BOR&RA, adj. Faible, flasquo, mou, 
nonchalant, trainant, pendant. 

Boreraina, p. Qu'on ailaiblit, qu'on 
laisse trainer, qu'on fait nonchalam- 
ment. Borerao, imp. 

Mana—, va. Affaiblir, relacher, laisser 
trainer. 

Mi—, vn. Etre faible, mou, nonchalant, 
tratnant, avoir les ailes pendantes. Fi — ' 
8. L'etat. 

Fiborerana, s. La faiblesse, la noncha- 
lance, l'etat des habits trainants, des 
ailes pendantes. Iboreraxa, rel. 

Maba — . Qui rend flasque. 

Borerarera, dupl. de Borera. 

Haborera, 8. 1Mb ilite", faiblesse. 

BOR&SA, adj. Lambin, trainant. 

Mi — , vn. Lambiner, se trainer. Fi — , s. 
La demarche lente. Mpi — , 8. Un lambin, 
un trainard. 

Fiboresana, s. L'action de lambiner. 

Iboresana, reL 
Maba — . Qui rend trainard. 
Bpresare'sa, dupl. de Boresa. 
BOR&SY, s. Parenthese. ( Ang. brace). 
BORfeTAKA, adj. Mou, sans consis- 
tancc, s'alfaissant sous son pro pre poids, 
s'eboulant. 



Digitized by 



Google 



BOR 



— 85 



BOR 



Aborgtaka, p. Qu'on fait ebouler. Abo- 
retaho, imp. 

Voa—, pp. Qu'on a fait ebouler. 

Tafa—, p. Qui s'est affaisse\ eboul6. 

Mana— , va. Faire 6bouler. Manabore- 
taha, imp. Fana — , 8. Co qu'on fait Obou- 
ler, la maniere. Mpana— , *. Celui qui 
fait ebouleY souvent. 

Fanaboretahana, a. L'action Jc faire 
ebouler. Anaborktahana, rel. Anabq- 
nETAflo, imp. 

Mi—, vn. Eire mou, s'afTaisser, s'eboulor, 
roster assis, vivro chez quelqu'un sans 
rien faire. Miborctalta ny fotaka. La 
bouo est molle. Susatra teny an-dalana 
izy ka niboretaka. II 6lait" fatigue cu 
route et il s'est affaisse sur lui-meme. 
Niboretaka nv ampiantany. Le mur 
s'est tfboule. Mxboretaka ao an-tranon' 
olona mandrakariva izy. II vit sans ces- 
se choz les autressans rien faire. Mi bo- 
rktaha, imp Ft — , a. La maniere do 
s'afTaisser, de s'^boulcr. Mpi— , s. Celui 
nui s'alfaisse. 

Fiboretahana, s. L'action do saflais- 
sor, de s'eboulor. Iboretahana, rel. Iuo- 
retauo, hnp. 

Maha— . Qui rend mou, fait afTaisser, 
ebouler. 

Boretadretaka, dupl. dim. de Bore- 
taka. 

b6RY, adj. Sans rien qui dGpasse, ton- 
du, rase, ecourte, prive de ses mem- 
bres ou de ses branches, Bory loha izy. 
II a la tote rasde, tondue. Bory rambo 
ny alika. Le ebien a la queue roupee. 
Bory tandroka ny ondrilahy. Le b<>iier 
a les comes coupees. Bory tongotra 
aman-tanana izy. II a les pieds et les 
mains coupes, il a les jambes et les bras 
coupes. Bory tauana an' ila izy. II a une 
main coupee, il est manchot dune main. 
Bory io liazo io. Cot arbre est sans 
branches. 

Borina. Boriana, p. Dont on coupe 
les bouts, qu'on tond, dont on rase la tele, 
dont on coupe la queue, les cornes, les 
membres, les branches. Tsy noborinao 
tsara ny rambon-tsihy. Tu n'a pas bien 
coupd le bout des joncs des nalles. Bo- 
rio, imp. 

Voa— , nobondry, pp. Dont on a coup** 
les bouts, les chcveux. etc. 

Mam—, Mana—, ua. Couper les bouts 
qui depassent, londre, raser la tete, cou- 
per la queue, les cornes, les membres, 
les branches. Mamboria, imp. Fam— . s. 

• Co dont on coupe les bouts, etc. manie- 
re de couper. Mpam— , s. Celui qui 
coupe. 

Famborlana, s. L'action do couper les 
bouts, etc. Amboriana, rel. Amborio, 
imp. 

Prend Mifam— , Mampifam— , Mam- 
pam— . 

Mi—, vn. Avoir lo bouts coupds, avoir 



la tete rasseo fcomrae cela so faisait 
pour le grand deuil a la mort du sou- 
verain ), se raser la tete, etre privd de 
la queue, des cornes, des membres. des 
branches. Mibori'a, tmp. Fi— , 8. L'etat 
de la teto ras6»», etc. Mpi— , s. Ceux qui 
se rasent la tete, comme les Mahomed 
tans. 

Fiborlana, a. L'action de se raser la tele, 
le temps du deuil. Iboriana, rel. Ibo- 
Rfo, imp. 

Maha—. Qui pent couper, etc. 

Boribory, dupl. frdq. do Bory. 

Omby bory, Bouifs qui u'ont pas de cor- 
nes; etre fabuleux. 

Vilas y bory, s. Marmite qui n'a pas do 
rebords a l'ouverture. 

BORIB6RY, adj. Spherique. rond ; fig. 
violent, injuste. Hazo boribory. Bois 
rond, rondin. Vato boribory. Pierre 
ronde. BoriborirC olona manao ahoana 
izy ! Quel hommo violent I 

Boriborina, p. Qu'on arrondit. Boribo- 
rio, imp. 

Voa—, pp. Arrondi. 

Mam—, Mana—, va. Arrondir. rend re 
spherique. MANABORiBoafA, imp. Fana— , 
s. Ce qu'on arrondit, maniere. d'arron- 
dir. Mpana—, s. Celui qui arrondit or- 
dinal rement. 

Fanaboriboriana, 8. L'action d'arron- 
dir. ANABORiBOniANA, rel. Anvboribo- 
rio, imp. 

Maha—. Qui arrondit ou peut arrondir. 

Am-boiub6ry, adv. Arbitraircment, violem- 
ment. 

Boribory FiSAKA, adj. Plat et sphGrique. 

BORlDANA, s. Fuite en masse ; nudi- 

16. 
Aboridana, p. Qu'on fait Ichapper en 

masse ; qu'on dtipouille. Aboridano, imp. 
Voa—, pp. Qu'on a fait fuir en masse; 

qu'on a depouillo. 
Tafa—, p. Qui ont fui. 
Mana—, va. Faire fuir, raettro en d6- 

route ; depouiller. Manauoridana, imp. 

Fana—, s. Ceux qu'on fait fuir, la ma- 
niere de faire fuir. Mpana — , s. Celui 

qui fait fuir, qui depouillo. 
Fanaboridanana, s. L'action de faire 

fuir, de depouiller. Anaboridanana, rel. 

An aboridano, imp. 

Prend Mifana— , Mampifana— , Mam- 

pana— . 
Mi—, vn. Fuir en masse ; etre nu. Mibo- 

uidana, imp. Fi— , s. Maniere des'eohap- 

per; l'etat nu. Mpi — , 8. Celui qui est. 

nu ou mal vetu. 
Fiboridanana, s. La fuite, la nudite. 

Iboiudanana, rel. Iboridano, imp. 
Maha—. Qui fait fuir, uui depouillo. 
Boridandridana, dupl. (r6q. de Bori- 

dana. 

BORIGiJDRY, s Brigade (Ang. bri* 
. gade). 



Digitized by 



Google 



BOR 



— 86 — 



BOR 



BORiKY, s. Bourrique, ane. (Fr. bour- 
rique ). 

Borikin' 6lona, adj. Laid, vilain. 

BORtTIKA etBORtTSIKA, adj. Pe- 
tit, tres petit, une quantity infime. 

BORIZANO ou BORIZANY, s. Les 
civils; on donneaussi cenom aux por- 
leurs de paquets cu de Filanjana. ( Fr. 
bourgeois). 

Akanjom-uorizaxo, 8. Habit civil. 

BOR6AKA, adj. Perc6 de part en part. 

Boroabana, p. Qu'on perce. Boroahy, 
Boroaho, imp. 

Abordaka, p. A faire sortir par. A bo- 
roahy, imp. 

Voa—, pp. Qu'on a perc£. Voaboroaka 
nyhazo flsaka. La planche a£t6 percee 

Tafa— , p. Qui est sorti, qui a abouli. 
Tafaboroaka ny homa-manta. L'avant- 
clot: est sorti de l'autre cot£. 

Mana— , ra. Percer depart en part. Ma- 
xaboroaha, imp. Fana — , s. Ce qu'on 
perce, maniere de percer. MrANA — , 8. 
Celui qui perce. 

Fanaboroabana, s. L'action de percer, 
rinstrument. Anaboroahana, rel. Ana- 
boroaho, imp. 

Mi—, vn, Sortir de... f aboutir a, ddbou- 
rhcr. Miboroaka ny homa-manta. 
L'avant-clou sort do l'autre cote. Mibo- 
roaha eo amy ny fantsona ny rano. L'eau 
sort des tuyaux. Miboroaka eo amy ny 
kianja io Ialana io. Ce chemin aboutit 
a la place, debouche sur la place Fi— , 8. 
La maniere de sortir. d'aboutir. 

Fiboroabana, 8. L'action de sortir, 
1'aboutissement a. Iboroahana, rel. Ibo- 
roaho, imp. 

Maha— . Qui perce ou peut percer. 

Boroadr6aka, dupl. frdq. do Boroaka. 

BOR6BAKA, adj. Commo Boroaka. 

BOROB6AKA, s. Une grosse espece 

de bananos. 
BOROB6SY, adj. Gros et gras(peu 

usite). 
BOR6KA. Comme Baraka. 
BOR6NA, s. Arbuste. Tetradenia fru- 

ticulosa, Bth. 

B6RONA, adj. Qui a perdu son argent 
dans Io commerce et surtout aujeu. 

Borbnina, p. A qui on fait perdre son 
argent. Bor6ny, imp. 

Voa—, pp. A qui on a fait perdre son 
argent. 

Mana—, Mam—, va. Faire perdre a 
quelqu'un son argent soit dans le com- 
merce, soit surtout au jeu. Manabor6na, 
imp. Fana—, 8. Cehu a qui Ton fait 
perdre son argent, maniere de faire per- 
dro. Mpana— , 8. Celuiqui fait perdre a 
quelqu'un son argent. 

Fanabor6nana, s. L'action de faire per- 
dre a quelqu'un son argent. Anabor6- 
nana, rel. ANABORdNY, imp. 



Prend Mifana— , Mampana— . 
Maba— . Qui fait perdre I'argent. 
Boromborona, dupl. dim. de Boronn. 

BOROR6AKA, s. Effusion, chute abon- 
dante d'un liquide. du riz. etc. 

Aborordaka, p. A verser. Abororoa- 
hy. imp. • * 

Tafa—, p. Qui a coule\ 

Mi—, vn. Couler, jaillir. Ft— , s. Manid- 
re de jaillir. 

Fibororoabana, s. La chute, le lieu. 
Ibororoahana, rel. 

Maba—. Qui fait couler. 

BOR6SY, 8. Brosse, pinceau. ( Fr. bros- 
8e). 

Borosina, p. Qu'on brosse, qu'on cire, 
qu'on couvred'unenduit. BoROsfo, imp, 
Borosio ny akanjoko. Brossez mcs ha- 
bits. Borosio ny kiraroko. Brossez, ci- 
rez mes souliers. Borosio amin' ity sa- 
voka ity ny ngorodon-kazo. Cirez le 

£lancher avec cette cire. 
6rosy, p. Avec qnoi on brosse, on 
cire, ce qui sert d'enduil comme la cire, 
le cirage. A borosio, imp. Ily ravoravo 
ity no aborosio ny rindrina. Mettez cet- 
te" terre blanche comme enduit au rour. 

Voa—, pp. Bross6, eire\ convert d'un en- 
duit. 

Mana—. va. Brosser, circr, etriller, 
couvrir d'un enduit. Manaboros/a, imp. 
Fana— t s. Ce qu'on brosse, maniere de 
brosser. Mpana—, s. Un brosseur, un 
decrotteur. 

Fanaboroslana, s. L'action de brosser, 
de circr, de couvrir d'un enduit, l'instru- 
mcnt. AnaborosIana,- rel. Anaborosio, 
imp. 

Mi—, va. etw. Brosser; etre brosse, cire. 
Miboros/a, imp. Fi— , s. Maniere do 
brosser. Afn— , s. Brosseur. 

Flborosiana, s. Lcbrossagc. Iboros/ajca, 
rel. iBOROsfo, imp. 

Maba—. Qui brosse ou peut etre employ^ 
au brossage. 

Borosir6sy, dupl. dim. de Bo rosy. 

Borosilahy, 8. Brosse raide. 

BoROsm-BOLAMfeNA, 8. Brosse pour Tor, 
l'ar^enterie, les galons. 

Borosim-bolombava, 8. Pinceau abarbe. 

Borosin' akanjo, 8. Brosse pour habit. 

Borosin-d6ha ou borosim-b<5lo, s. Brosse 
a cheveux. 

Borosin-d6ko, 8. Pinceau pour coller, 
pour peindre. 

Borosi-m'fy. 8. Brosse a dents. 

Borosin-kiraro, s. Brosse pour cirer les 
souliers. 

Borosin-trano, 8. Brosse a parquet. 

Borosln-tsoavaly, 8. Brosse pour chevaux. 

Borosivavy, 8. Brosse molle, douce. 

BOR6TSAKA (rolsaka), 8. Action de 
glisser, de tomber, do degringoler en 
suivant quelque chose, comme le panta- 
lonou les bas qui tombent, comme la 
canne qui glisse entre les doigta ou le 



Digitized by 



Google 



BOS 



87 



BOT 



cordon qui so relache et se dSnoue. 
Aborbtsaka, p. Qu'on fait glisser on bas. 

AuonoTSAno, imp. 
Voa— , pp. Qu'on a fait glisser. 
Tafa—, p. Qui a glisse. 
Mana- vn. Faire couler, faire glisser le 

Ions: de... Manaborotsaha, imp. Fana — , 

8. Ce qu'on fait glisser, manierede faire 

glisser. Mpana— , s. Celui qui fait couler. 
Fanaborotsabana, s. L'action do faire 

glisser. Anaborotsahana, rel. Anabo- 

rotsAho, imp. 
Mi—, vn. Glisser lo long de... Miborotsa- 

ha, imp. Pi— , s. La manierede glisser. 

Mpi—, 8. Celui ou ce qui glisse. 
Fiborotsabana, 8. faction de glisser, 

la de^ringolade. Ibobotsahana, rel. Ibo« 

rotsaho, imp. 
Maha— . Qui fait glisser. 
Borotsadrbtsaka, dupl. freq. deBo- 

rotsaka. 

BOSASAKA,s. Effusion, chuto d'un li- 
quideavec abondance,* comme une dou- 
che, une cascade, unepluio torrentielle. 

Bosasabana, p. Qu'on arrose, sur quoi 
on verse un liquide. Bosas.uio, imp. 

Abosasaka, p. A repandre, qu'on rd- 
pand. Abosasaho, imp. 

Voa—, pp. Qu'on a arrose. 

Tafa—, p. Qui s'est repandu. 

Mana—, ra. Verser, repandre, doucher. 
Manabosasaha, imp. Fana— ,*. Ce qu'on 
verse, maniere de doucher. MrANA— , s 
Celui qui verse. 

Fanabosasabana, s. I/action de ver- 
ser, 4o doucher. Anabosasahana, rel. 
Anabosasaho, imp. 

Prend Mifana— , Mampifana— , Mam pu- 
na— . 

Mi—, vn. Couler en abondance. ruisseler 
sur. Ft— , s. Maniere de couler. Mm— , 
s. Ce qui coule en abondance. 

Fibosasabana, s. L'action de tomber en 
abondance. Ibosasahana, rel. 

Maba— . Qui douche ou peut douchnr. 

Bosasatsasaka, dupl. freq. de Bosa- 
saka 

BOS£SIKA ( sesiha ), s. Action de four- 
rer, de pousser en dedans ou en dehors, 
do so pressor, eommc une foule entrant 
ou sortant, do gorger. 

Boses6hana, p. Dans quoi on fourre, 
qu'on gorge. Nobosesehayia manga ha zo 
ny voromue kn matavy izao. L'oie aete 
gorgee de manioc et efle est maintenant 
grasse. Boseskuo, imp. 

Abosgsika, p. A fourrer, qu'on fourre. 
Aboseseiio, imp. 

Voa—, pp. Dans quoi on a fourre, qu'on 
a gorge, 

Tafa—. p. Qui so funrre. 

Mana—, ra. Fourrer, gorger, pousser on 
masse dans. Manaboseskha, imp. Fa- 
na—, 8. Co qu'on fourre dans, manic- 
re de fourrer. Mpana — ,s. Celui qui four- 
re. 



Fanaboses£hana, a. L'action de four- 
rer, de pousser, de pressor, de gorger. 
Anabosbsehana, rel. Anabosbskho, imp. 
Prend Mifana—. Mampifana—, Mam- 
pana— . 

Mi—, vn. Se pressor en masse pour entrer 
ou sortir, aller en masse. Aza mibosesi- 
ha tahaka izany eo am-baravarana. No 
vous pressez pas ainsi a la porte. 
Mibosbskha, imp, Fi— , 8. Maniere de so 
serrer, d'aller en masse. Mpi— , s. Ceux 
qui se pressent. 

Fiboses6bana, s. L'action de se pres- 
sor, Tissue. Ibosesehana, rel. Ibosese- 
ho, imp. 
Prond iMampi— , Mifampi— . 

Maba—. Qui peut fourrer. 

Bosesitsgsika, dupl. frdq. de Bosesrka. 

Mamos6sika, va. Encombrer, obstruer. 
Amoseskhana, rel. 

Mibosbsika ny am-bavafo. Avoir des em- 
barras a l'estomac. 

B6SY,s. Espingole. 

BdSY, r- Comme Amd6sv. 

Bo8ina, p. Mam—, Mana—, va. etc. 

B6SIKA, 8. Action de manger beaucoup 
et a la hate, action do devorer. 

Abbsika, p. Qu'on devore. Aboseho, 
imp. 

Voa—, pp. Devorer. 

Mam—, va. Devorer. Mambosbha, imp. 
Fam— ,s. Ce qu'on devore, maniere do 
devorer. Mpam— , 8. Celui qui devore. 

Fambos6bana, s. L'action de devorer. 
Ambosehana, rel. Amboseho, imp.' 

Maba—. Qui peut devorer. 

Bosibdsika, dupl. freq. ( plus usite ). 
Voracite, gloutonnerie. 

Mam—, et Mamosibbsika, ra. Manger 
beaucoup et a la hate, devorer, etre vo- 
race. Maika izy ka namosibosiha vary 
iray lovia. II etait presse et a mange a la 
hAte une assiettee de riz. Namosib08i- 
ha ny zanak' ondry ny ambodia. Lcloup 
d(Wofa 1'agneau. Mamosibosika ireto 
alika ireto. Cos chienssont voraces. 

BOS6A, 8. Bouchon. ( Fr. bouchon ). 
Bosoa, h. Plantc spongieuse qui sert de 
bouchon ; elle pousse dans les rizieres. 

B6TA et BOTAB6TA {dupl. plus 
usitcj, adj. Ramasse, court et gros, do- 
du ; se dit des enfants, des fruits, des 
vases, des bouteilles. des carafes, etc., 
a large base et a petite hauteur. 

BOTANAKA et BOTATAKA, adj. 

Enorme, boursoufle, ventru. 
Mi—, vn. Avoir un gros ventre. Fi— , «. 

La grosseur du ventre. Mpi—, s. Celui 

qui a un gros ventre. 
Botanatanaka, dupl. de Botanaka. 

BOT£TA ot BOTETATftTA, adj. 
Nain, nabot. 

BOT&TAKA, adj. Bas, aflaisse, assis 
a terre, accroupinonchalamment, eo dit 



Digitized by 



Google 



BOT 



— 8a- 



BOZ 



aussi des plantes qui poussent en tou'ffes 
sans sVSlever. Botetaka io trano io. Cct~ 
te case est basse. 

Abot6taka, p. Ou'on assied par lerre r 
ciu'on place surle sol. Abotetaho, imp. 
Abotetaho eo ambonin'ny tsihy ny za- 
za kejy. Asseyez l'enfant sur le nattc. 
Abotetaho eoan-tanyny entana. Placez 
ces paquets sur le sol. " 

Voa—, pp. Assis ou mis sur 1c sol. 

Tafa— , p. Qui est assis par terre, qui 
est assis nonchalamment. 

Mana— , ra. Asseoir par terre, mettre 
sur le sol Manabotetaha, imp. 

Mi—, vn. Etre bas, aflaisse\ etre assis par 
terre. 6tro assis nonchalamment. M ibo- 
tetaka ao an-tranomandritra ny andro 
izy. II reste assis nonchalamment dans 
la'.maison diwant toute lajournee. Mi- 
botbtaha, ir.vn . Ft— , s. L/etat de celui 
qui est assis. Mpi— , 8. Celui qui reste 
nonchalamment assis. 

Fibotetahana, s. L'etat &e celui qui 
est assis. Ibotbtahana, rel. Ibotetaho, 
imp. 

Maha— . Qui reste assis a terre. 

Botetatgtaka, dupl. freq. de Botetaka. 

B6TY, adj. Petit, etroit, so dit du che- 
min. 

BOTtNAKA. Comme Botanaka. 

BOTtTAKA, adj. Se dit des enfants 
bien repus dont le ventre est dilate, ou 
dont lo ventre est proerainenta cause 
dune infirmity. 

BOTtTIKA, adj. Petit, trds petit. 

B6TO, 8. Petit gareon ; huppe sur la nu- 
que des oiseaux. 

BOTRAB6TRA, adj. Gros, gras, dodu, 
potele, se dit des enfants et des petits 
animaux. 

Maha— . Qui rend potele, dodu. 

BOTRAlKA, s. el adj. Obstinalioo, en- 
titlement, durelo de caractere ; obstine, 
opiniutre. 

Manao botraika. User de violence, mon- 
trer de l'obstination. 

BOTR&FONA et BOTREFONTR&- 
FONA, adj. Gros, gras, enorme, puis- 
sant, bien portant. 

BOTR&TRA, adj. et s. Enrantin, pue- 
ril, faible. incapable de vaquer aux be- 
soins do la nature ; boutade, caprice, 
enfantillage. 

Mana— . vn. Dissimul.er, cajoler. Fana— , 
8. Celni qu'on cajole, manierede cajoler. 
Mpana — , «. Un cajoleur. 



Prend Mifana— , Mampana— . 

B6TRY, adj. Rabougri, chetif, ralati- 
ne; fig. ruin6. Hazo botry. Arbre ra- 
bougri. Zaza botry. Enfant chelif. Bo- 
•jria, BoTRiBOTBfA, imp. Reste nain, 
sois mine ! 

Voa—, pp. Ruine\ 

Main—, Mana— , va. Ruiaer. Mam bo- 
tria, imp. Fam— , s. Celui qn'on mi- 
ne, maniere de miner. Mpaii — , Mpana — , 
8. Celui qui mine. 

Fambotriana, s. L'action de miner. 

. AmbotrIana, rel. AmbotrIo, imp. 
Prend Mifam— , Marapifam— . Mam- 
pom—. 

Maha—. Qui ruino ou peut miner. Ny 
llsotroan-toaka no nahabotry azy. La 
boisson Pa mine. 

Botribotry, dupl. dim. de Botry. 

Habotriana, 8. Petitesse, indigence. 

Botria kely. Malediction: reste nain! 
sois mine ! 

Botria mi'la. Que tes eflbrte soienl vains, 
t'6puieent ! 

Manabotry te*a. Se ruincr soi m£roe. 

Botby vaventy, 8. Nom d'uno espece de 
riz. 

B6TRY, s. Boutre, batiment arabe ou 
indien. (Fr. boutre). 

BOTSATSAKA, adj. Tres blanc. par- 

faitement blanc, se dit ou teint, de 

la peau. 
BOTStAKA, adj. Tics blanc, se dit 

des choses et de la couleur blanche 

appliquee a. 

BOVft, s. Bouvet. ( Fr. bouvel). * . 

Voa—, pp. Bouveto. 

Mana—, ra. Bouveter. Manaboveza, imp. 
•Fana—, s. Ce qu'on bouvette, maniero 
de bouveter. Mpana—, s. Celui qui 
bouvette. 

Fanahovezana, 8. L'action de bouveter. 
Anabovezana, rel. Anabovezo, imp, 

Maha—. Qui peut bouveter. 

B&ZAKA, 8. Nom generique des her* 
bes; fig. abondance, multitude. 

Bozaka aman'ahura. Le peuplo, la po- 
pulace ; fig. abondance de paroles. 

Mifako bozaka. Hamasser des herbes a, 
bruler. 

BOZftNY, adj. Petit, nain, rabougri, 
se dit des person nes. 

B6ZY, s. Sonde, instrument de chi- 
rurgie. 

BOZT et BOZIB6ZY, adj. Nain, na- 
bot, ?c dit des petites lilies. 



Digitized by 



Google 



DAB 



I>AB 



D 



D, s. La troisieme lettre do l'alphabet 
malgache et la seconde des consonnes. 
II se proQonce comme led en francais. 
D, apres les prefixes tcrraines aa an, 
remptace /, quaod le radical no com- 
mence pas par un d : Mandeha pour 

MAN-LEHA, FANDADY pour FAN-LADY. II 

represente egalement / apres la sup- 
pression dcs muettes ka. na, tra: 
Satro-doha pour satroka ny loha, 

ANABAN-DA.MBA pOUT ANARANA NY LAMBA, 

tra-doza pour tr vtra ny loza. 
11 s'intercale quand le radical commen- 
ce parun r-. Mandrk, manoray, ainsi 
qu'apres l'elision des muettes ka, na, 
tra, devant r : Manaha-dray pour mana- 

HAKA NY RAY, LAKAN-DRANO pOUP LAKANA 
NY RANO, HERO-DRONOSO pOUT HEROTRA NY 
RONONO. 

DABA et DAB AD ABA, (dupl plus 
usite), «• Bruit que Ton fait en entrant 
dans. I'eau; en I'agilant, en nageaut. 

Mi— , vn. Fairedu bruit enagilant I'eau. 
Midabadada, imp. Fi— , 8- Maniere do 
l'agiter. 

Fldabadabana, s. L'action d'agiter 
I'eau. Idabadabana, rel Idabadabao, 
imp. 

Malta—. Qui agite I'eau on peut l'agiter. 

DABABAKA, adj. Plein, dcbordant, 
se dit des liquides seulement. 

Mi—, vn. Deborder. Fi— , a. Le debor- 
dement. 

DABAKA, adi. Qui a trop d'eau ou de 
liquide, ou lc liquide abondo plus qu'il 
ne faut. 

Mi—, vn, Nager dans, comme uno poi- 
gnee de riz dans une marmite pleino 
d'eau, etre inonde\ submerge. Fr— , a. 
Lo trop-plein. 

Dabadabaka, dupl do Dabaka. 

DABt, adj. Gros et gras, dodu. 

DAB&BAKA, ad;. Se dit des corbeiiles 
plates, larges et peu profondes, des fi- 
gures plates et largos, epatees. 

Mi—.tm. Etre plat, large, opate. Fi— , a. 
L'etat de ce qui est large et peu pro- 
Ibnd. 

DABILtO, s. Banc. (Fr. dtabli). 

DABO, 8. Variete de l'Amboio. 

DAB6BOKA, s. Chute lourde, vio- 
lente. 

Dabobdbana, j>. Sur quoi on precipi- 
te. Oabobohy, imp. 



Adab6boka, p. Qu'on jette en bas, 

3u'on precipite. Adabob<5hy, imp. Ada- 
abohy ny tsihy. Jetez les nattes en 
bas. 

Voa — , pp. Qu'on a jot6 en bas, qu'on a 
precipite, sur quoi on a precipite. 

Tafa— , p. Qui est tombe en bas. 

Man a— et Man—, va. Jeter en bas, 
fairo tombor on bas, precipiter. Mana- 
dabob<5ha, imp. Fana— , s. Ce qu'on fait 
tomber en ba9. maniere do precipiter. 
Mpana— , 8. Celui qui jette en bas. 

Fanadabobdbana, a. L'action de pre- 
cipiter. Anadabob6hana, rel. Anadabo- 
bohy, imp. 

Prend Mifaua— , Mampifana— , Mam- 
pa na — . 

Mi—, Mian — , vn. Tomber en bas, aller 
en grand nombre. Nidaboboka ou 
niandaboboha tao anatin'ny hady izy. 
II est tombe dans le fosse. Nidaboboka 
ny mpianatra avy nianatra. Une foule 
d'eleves sortaient de la classe. Midabo- 
b<5ha, imp. Fi— , 8. Maniere de tomber. 
Mih— , 8. Celui qui tombe souvent en 
bas. 

Fidabob6bana, a. L'action de se jcter 
sur ou dans. Idabobohana, rel. Idabo- 
bohy, imp. 

Maba— Qui precipite ou peut precipiter. 

Dabobobbboka, dupl. de Daboboka. 

DAB6FOKA, s. Chute lourde ; grande 
guantite. 

Mi— , vn. Tomber en bas ; etre en grand 
nombre, en grande quantite, comme la 
poussiere qui remplit une chambre. 

DABOKA, s. t° Chute, elatde celui qui 
est couche, de tout son long; 2* action 
de battre, de rosser. 

Dabbbana, Dab6fana, p. Qu'on bat, 

au'on frappe. Dabohy, Uabopy, imp. 
aboka, p Qu'on jette en bas, qu'on 

rosso. AdabGhy, imp. 
Voa—, pp. Jet6en bas, precipite, battu, 

rosso. 
Tafa—, p. Qui est tomb<\ couchrt de 

tout son long. 
Mana-r Man — , va. Jeter en bas, pre* 

cipiter, faire tomber; battre, rosser. 

Manadab(3ha, MandabOha, imp. Fana—, 

Fan—, 8. Ce qu'on precipite. celui qu'on 

bat, maniere de precipiter, de battre. 

Mpana—, Mpan— , s. Celui qui precipite, 

qui bat. 
Fanadabdhana, Fandabohana, a. 

L'action de Jeter a terre, de roster. 



Digitized by 



Google 



DAD 



— 90 — 



DAK 



Anadab<5hana, An*dab6hana, rel. Ana-» 

dab6hy, ANDABdnv, imp. 

Prend Mifan—, Mampifan— , Mampan— . 

Mi—, Mian—, vn. S ebouler, s'£crouler, 
toraber, se renvers*r, rester couch6; 
/?(/. avouer ses torts. Nidabaka ou 
mandaboka ny ampiantany. Lo mur 
s'est eboule. Nidaboka ou niandaboha 
tao an-davaka ny zaza kely. L'enfant 
est tomb6 dans un trou. Nidaboka teo 
an-dohany ny siny. La cruche ost tomb^e 
de sa t<He. Midaboka eo am-nandriana 
izy. II resto couch6 au lit. Nidaboka 
tamy ny helony izy. II a avoue" sa faute. 
Midaboha, imp. Ft—, a. Maniere do 
tomber, etc. Mpi — , s. Celui qui reste 
couched 

Fidabbhana, a. L'6boulement, la chute, 
P6tat de celui qui est coucbS, aveu de 
ses torts, le motif, le lieu. Idab6hana, 
rel. Idabohy, imp. 

Man a— . Qui fait tomber, qui frappe. 

Dabodaboka, dupl. freq. de Daboka. 

DABOKA, adj. Plein, gras. 

Dabo-dela, adj. Qui a la langue 6paisse 
sortant sur les levres. 

Dabo-dbano, adj. Se dit des oies, des ca- 
nards jeunos, gras et couverts de du- 
vet. 

Dauokandbo,s. Booufs devenus gras dans 
les patu rages. 

DAB6kA,s. Son de l'eau dans laquel- 

le tombe un objetlourd. 
Mi— , vn. Reteniir, en parlant de l'eau. 

Ft— , s. Bruit de l'eau. 

DABOLfeRA, s. Doublure. ( Fr. doub- 
lure). 

DADA, a. Papa, pere, terme familier ct 

honoriflquc. 
Dadabe, s. Grand pere, vieillard. 

DAPA, a. Nom d'une cspece de danse. 

Dada manainga, s. Une maniere de danscr 
le Dada, consistant a sauler, a gam- 
bader, tantot sur un pied, tantot sur 
l'autre. 

DADABOKA, s. Chute. Les derives 
comme ceuxde Daboka. 

DADADADA,8. Incoherence, embrouil- 
lement dans les j aroles, balbuliement 
desenfants. 

Mi—, vn. Balbutier. Fi— , a. Balbutio- 
ment. Mpi— , s. Celui qui balbutie. 

Fidadadadana, a. L'action de balbu- 
tier. Idadadadana, rel. 

DADAKA, s. Action de s'embrouiller 
en parlant trop vile. 

Mi—, vn. S'embrouiller en parlant trop 
\ite. Fi — , s. Confusion dans les paroles. 
Mpi—, a. Celui qui s'embrouille. 

Fidadahana, a. Confusion dans les pa- 
roles. Idadahana, rel. 

Dadadadaka, dupl. de Dadaka. 

DADASIKA, adj. Spacieux, vaste, 



large, 6norme, d'une forte carrure. 
Dadasika io Irano io. Celte maison est 
spocieuse. Dadasika io lalaua io. Cette 
route est large. Dadasika io lehilahy io. 
Get homme a une forte carrure. 

Mi — , vn. Eire spacieux, vaste. large. 

enorme, d'une forte carrure. Midadasi- 

ha io tendrombohitraio. Cetlomontagne 

. est 6norme. Fi— , a. L'etat spacieux, la 

carrure. 

Dadasidasika, dupl. de Dadasika. 

DAGAGA (gaga i, s. Ebahissement, 

stupefaction. 
Mi—, vn. Etre ebahi. Fi— , a. L'6bahissc- 

ment. 
Fidaga$ana, a. L'action de s'ebahir. 

Idagagana, rel. 

DAHdLO, a. Tons, f Ang. the whole). 
Daholodah6lo, dupl. de Daholo. Tous 
sans exception, tous ensemble. 

DAlKA, a Ecartement des jambes. 
Mi—, vn. Marcher les jambes 6cartees. 

Fi— , a. La maniere de marcher ainsi. 

Mpi—, a. Celui qui marche ainsi. 
Fidaikana, s.^ L'action de marcher les 

jambes £cartees. Idaikana, rel. 
Daikadaika, dupl. dim. de Daika. 

DAlNA, a. Coup, action de frapper, de 
bnttre. 

Dainana, p. Qu'on frappe. Nodainana 
mafy tamy ny hazo izy ka naratra. II 
a etc si for tern en t frappe avec un baton 
qu'il a ete blesse. Daino, imp. Daino 
mafy ny vary. Frappez fortement le riz. 

Voa— , pp. Frappe. 

Man—, va. Frapper, battrc. Mandaina, 
imp. Fan—, a. Celui ou ce qu'on frap- 
pe, maniere de frapper. Mpan— , a. Ce- 
lui qui frappe souvenf. 

Fandainana, a. L'action de battre. An- 
dainana, rel. Andaino, imp. 
Preud Mifan—, Mampifan—, Mampan—. 

Maha— Qui frappe ou pent frapper. 

Daindaina, dupl. dim. de Daina. 

DAINDAlNA, a. Chaleur brulante du 

soleil, son assourdissant. 
Mi—, vn. Etre brulant, produire un son 

assourdissant. Midaindaina ny hai- 

nandro. II fait une chaleur brulante. 

Midaindaina ny lakolosy. La cloche 

produit un son assourdissant. Fi — , a. 

L'ardeur du soleil, Pedal du son. Idain- 

dain ana, rel. 

DAINGIDAlNGT. Pour Jainguaingy. 

DAKA. s. 1° Coup de pied, made Na- 
mely daka azy ny soavaly. Le cheval 
lui a donno un coup de pied. 2° Piece 
de sout^nement, arc-boutant. Asivy t/a- 
ka ou dakany ny lohatrano, fa lava. 
Mettez une piece de soutenement au 
chevron, parce qu'il est long. 

Dak an a, p. A qui on donne un coup de 
pied ; oil l'on met une pidce de soutene- 
ment, Dakao, imp. 



Digitized by 



Google 



DAN 



91- 



DAN 



Adaka, p. Pied avec lequel on frappe, 

ceavec quoi on soutient. Adakao, imp. 
Voa-, nodinaka, pp. Qui a reeu la 

made, renforc6 parune piece. 
Man — , va. Donner des coups de pied, 

ruer. Mahery mandaka io ramole io. 

Ce mulet rue beaucoup. Mandaka, imp. 

Fas—, s. Maniere de ruer. Mpas— , «. 

Celni qui donne des coups de pieds. 
Fandak a na, 8. L'action de ruer. An- 

dakana, rel. Andakao, imp. 

Prend Milan—, Mampifan— , Mampan— . 
Mi—, vn. Avoir des pieces do soutene- 

ment. Fi — ,«. L'etat des pieces. 
Dakadaka, dupl. freq. de Daka. 
Midakadaka, vn. Se dit d'un enfant 

qui agile ses pieds au lit ou se met en 

travers du lit, ainsi que des bois qui 

sont en travers ou pele-raele dans la 

ma i son. Fi— , s. L'agitation des pieds, 

etat de ce qui est en travers ou pele- 

mele. Mpi—, 8 Celui qui agito les pieds 

ou semeten travers du lit. 
Fidakadakana, s. L'agitation des 

pieds. Iuakadakana, rel 
Dak a be, s. [Jou de ia savate en deux 

camps. 
Ma ii ely daka RAFozANA. Mallraiter (Fes 

personnes qu'on devrait honorer. 

DALAB6BOKA, s. Chute lourdo, 
I'dlat d'inertie, l'etat de ce qui croupit, 
de ce qui est abandonne. 

Adalabdboka, p. A prccipiter, qu'on 
abondonnc. 

Mi—, vn. Tomber violemment, reslor 
inertc, etre abandonne ; aller en grand 
nombre. Fi— . 8 Maniere de tomber, 
l'etat inerte. Mpi—, 8. Celui qui tombe 
sou vent. 

Fldalabobdhana, 8. La chute. Idala- 
bodouana, rel. 

DALlA, s. Dahlia. (Fr. dahlia). 

DAL6MPY, 8. Variope. 

DAM A, s. Damas, etoffe damassee. ( Fr. 
damas). 

BAMAStKA, adj. Damasse. 

DAMY, 8. Jeu de dames. (Fr. dame). 

DAMIZANA,s. Dame-jeanne. (Fr. (fa- 
me-Jeanne). 

DANADANA, 8. Etat de ce qui est 

ouverl en grand, comme les portes et les 

croisees. 
Danadanaina, p. Qu'on laisso ouvert. 

Danadanao imp. 
Adanadana, p. A ouvrir, qu'on ouvre. 

A danadanao, imp. 
Voa—, pp. Qu'on a ouvert en grand. 
Tafa— , p. Ouvert en grand. 
Mana— , va. Ouvrir, laisser ouvert. Ma- 

nadanadana, imp. Fana— , s. Ce qu'on 

laisse ouvert, maniere de laisser ouvert. 
Fanadanadanana, s. L'action de laisser 

ouvert. Anadanadanana, rel. Anadana- 

danao, imp. 



Mi—, vn. Etre ouvert en grand. Fi— , a. 

L'etat. Mpi—, 8. Cequi reste babituelle- 

ment ouvert. 
Fidanadanana, 8. L'etat de ce qui est 

ouvert. Idanadanana, rel. 
Maha— . Qui peut ouvrir. 

DANANAKA, s. et adj. Un sans-sou- 
ci, apathique. indolent qui a Fair hebe* 
te, la bouche bdante. 

Mi—, vn. Rester betement sans rien fai- 
re. Fi— , 8. L'etat d'un indolent qui res- 
to sans rien faire. Mpi—, s. L'indolent, 
l'insouciant. 

Fidananahana, s. L'inactiond'un indo- 
lent. Idananahana, rel. 

Dananananaka, dupl. do Dananaka. 

DAN£SAKA, s. Lenteur et mollesse 

dans la d-marche. 
Mi—, vn. Marcher lentement, noncha- 

lamment, rester en arriere. Fi— , s. La 

maniere de marcher lentement. Mpi—, s. 

Un larabin, un traiaard. 
Fidanesahana, s. L'action de marcher 

lentement, de trainer. Idanesahana, rel. 
Danesantaaka, dupl. de Danesaka. 

DANGA, 8. Herbedont lagraino est en 
lormo d'hamecon. Andropogon con- 
torlus. L. 

DANGA ot DANGADANGA (dupl. 

Elus usit6 ), s. Hauteur, elevation ; fig. 
erte, arrogance. 

Adangadanga, p. A faire ressortir, a 
clever. Adangadangao, imp. 

Mana—, va. Elever tres haut. Manadan- 
gadanga, imp. Fana — , s. Ce qu'on clo- 
ve, maniere d'elever. Mpa.na— , s. Celui 
qui eleve. 

Fanadangadangana, s. L'action d'e- 
lever. Anadaxgadangana, rel. Anadan- 
gadangao, imp. 

Mi—, vn. Etre eleve, etre fler, arrogant. 
Midangadanga io tilikambo io. Cetto 
tour est tres elevee. Midangadanga 
izaitsizy io vebivavy io. Cello femme est 
tres fiero, tres arrogante. Fi— , s. La 

* hauteur, I'arrogance. Mpi— ,a. Celui qui 
est fior, arrogant. 

Fidangadangana, s. La hauteur, la 
fierte, I'arrogance. Idangadangana, ref. 

Maha— Qui 6leve ou peut elever. 

DANGT 9 adj. Qui tombe raido mort, 
qui reste sur To carreau, consterne. 
Voan' ny bala izy ka dangy tery. II a 
et£ atteint par une balle et est "tomb6 
raido mort. Dangy izy raha nandreny 
nahatatesan' ny roniny. II aete conster- 
ne a la nouvelle de la mort de sa mere. 

Dangy et dangidangin' ny hehy. Qui se 
pamede rirc. 

DANY, s. Le bon plaisir. 
Danin' ny kibo. Le bon plaisir, ce qu'on ju- 
gea propos de faire. 

DANIDANY,8. Ballonnement, tension 
du ventre. 



Digitized by 



Google 



DAR 



— 92 



DAR 



Mi—, vn. Etre balionne", tendu. Fi— , *. 
LVHal tendu. Mpi—, *. Le ventre snjet 
aux coliques flattfeuses. 

Fidanidaniana, 8. L'etat ballonne. 
Idanidam'ana, rel. 

DANIKA, 8. Exposition a la chaleur du 
feu ou a I'ardeur du soleil. 

Danihlna, p. Qui est chauffe, brule par. 

Voa—, pp. Chauffe, brule. 

Mi—, vn. Se chauffer, se brillcr au soleil ; 
elre brulant, etouflant. Aza midanikn 
toy izany amy ny afo, sao marary ny 
andohanao. Ne vous chauffer, pas ainsi 
an feu. de pour d'avoir rool a la UHc. 
Midanika ny hainandro loatra hianao 
ka valaka. Vous vous chauflez trop au 
soleil et cela vous fatigue. Midanikn 
ny hainandro. La chaleur est tftouffante. 
Fi— , 8. Maniere de se chauffer. Mpi—, 
s. Celui qui se chauffe souvent. 

Fldanihana, 8. L'action de se chauffer. 
Idam'hana, rel. 

Man a— . Qui endure la chaleur. 

Danidanika, dupl. freq. de Danika. 

DANISMS, 8. Danse enropeenne. ( Fr. 
danser). 

D AN OKA, a. D-marche lente, comme 
de quelqu'un qui est bien repu ; action 
de parler avec affectation. 

Mi—, vn. Marcher a pas lentsen se ber- 
oantun peu; parler avec affectation. Fi— , 
s. La demarche lente. l'affectation dans 
ie langage. Mpi—, s. Celui qui marche 
ordinairement lentement. 

Fidandhana, s. L'action de marcher, 
de parler avec affectation. Idanohana, 
rel. 

Maha— . Qui marche, qui parle pose- 
ment. 

Danodanoka, dupl. de Danoka. 

DANTftLY, 8. Dontelle. ^ Fr. denhHle). 

DANTY, 8. Dentelle, passementerie, fri- 
vol ites faites a la navette. 

DAO. Pouf, bruit sourd que fait un corps 
entombant. 

DAONDAONA, 8. Impudence, arro- 
gance dans la parole. 

Tafa— , p. Qui parle insolemment. 

Mi—, rn. Parler insolemment, avoir le 
verba haul, resonner. M idaondnnm-bn- 
va izaitsizy izy. II parte ties insolem- 
ment. Fi— . s. Mauiero de parler insolem- 
ment. Mpi—, s. Celui qui parle souvent 
insolemment. 

Fidaondaonna, s. L'action de parler 
insolemment. Idaondaonana, rel. 

Maha—. Qui a le verbe haut. 

DARA, s. Tissu croise. ( Fr. drap). 

DARABOKA. 8. Chute lourde, violento. 

Adaraboka, p. A faire tomber, qu'on 
jette violemmenta terre. Nadarabohij 
ny namany tao an-tany izy. II ete.jete 
violemment a terre par son compagnon. 
Adarab6hy, imp. 



Voa— , pp. Jete violemmenta terre. 

Tafa—, p. Qui est tomM lourdement. 

Man a—, va. Faire tomber lourdement, 
precipiter. Maxadaraboha, imp. Fana— , 
s. Ce qu'on precipite, maniore de faire 
tomber. Mpana— , a. Celui qui fait tom- 
ber lourdement. 

Fanadarab6hana, 8. L'aclion de faire 
tumber. Anadaha»6iiana, rel. Anada- 
HADthiY, imp. 

Prend Mifana— , Mampifana— , Mam- 
pana— . 

Mi—, Mian—, rn. Tomber lourdement. 
Tatintohina izy ka nidaraboha. II a heur- 
te contie une pierre et est tombe lour- 
dement. Midahaduiu, imp. Fi— , 8. Ma- 
niere de tomber. Mpi—, «. Celui qui tom- 
be souvent lourdement. 

Fidarabbhana, s. L'action do tomber 
lourdemont. Idahauouan*, rel. Idarabo- 
ii y, imp. 

Maha — . Qui fait tomber lourdement. 

Darabodraboka, dupl. freq. de Dara- 
boka. 

DARAjY, «. .Sublime corrosif. ( Fr. 
hydrargyre t. 

DARARAKA, adj. Nonchalant, sans- 

souci, niais, nigaud. 
Mi—, vn. S'ebahir. el re niais. Fi — , 8. 

L'etat h6bnte. Mpi — . s Un nigaud. 
Fidararahana, *. LVbabissement slu- 

pide. Idararahasa, rel. 

DARAZAY, h. Dragecs, pastilles, bon- 
bons. ( Fr. dragee*}. 

DARfiSAKA, Comme Danesaka. 

DARIDARY. s. Ballonnemcnt, tension 

(du ventre, du tambour ). 
Mi-,ni. Etre ballonne, tendu. Fi— , s. 

L'etat ballonne. 

DARO, 8. Pea u, cuir de breuf. 

DAR6BOKA r roboha j, 8. Chute, plon- 
geon. 

Adar6boka, p. A precipiter en bas on 
dans 1'eau. Aac/aroboin/ tao anaty rano 
ny namany dia lasa namlositra izy. II a 

. precipitin son camarade dans 1'eau el 
sVsi enfui aussitot. Auabadoiiy, imp. 

Voa — . pp. Qu*on a precipite en bas ou 
dansl»uu. 

Tafa — , p. Qui est tombe ou s'est pre- 
cipite eu bas ou dans l'eau. 

Mana— , va. Precipiter. Maxadaroboha, 
imp. Faxa — , s. Ce qu'on precipite, ma- 
niere de precipiter. Mpana — , s. Celui 
qui precipite. 

Fanadarobohana, *. L'action de pivci- 
piler. Anadarobohaxa, rel. Axadaro- 
bohy, imp. 

Prend Mifana—, Mampifana—, Mam- 
pa na — . 

Mi—, rn.Se precipiter en bas ou dans 
l'eau. Midarodoua, imp. Fi — , s. Manie- 
re de se precipiter. 

Fidarobbhana, a. L'action de se precipi- 



Digitized by 



Google 



DAS 



— 93 



DER 



ter. 1darob6hana, rel. Idarob6uy, imp. 

Maha— . Qui peutprecipiter. 

Darobodr6boka, dupl. fre"q. de Daro- 
boka. 

DAROKA, s. Coup. 

Dardfana, Dardhana, p. Qu'on bat, 
(|iron frappe. Aza darofana tahaka i za- 
ny ny zaza kely. Ne frappez pas ainsi 
1'enfant. Aza darofana, mafyny vary, fa 
mbola Iona. Ne frappez pas trop fort 
en pilant le riz, parce qti'il n'est pas, 
encore assez sec. 1)ak6fy, Dar6iiy, imp. 

Ad&roka, p. Avec quoi on frappe. Ada- 
r6hy, imp. 

Voa— , pp. Frappe, baltu. 

Man—, ra. Battre, frapper. Mandarufa, 
Manuaroha, imp. Fan — , s. Colui ou ee 
qui est frappe, maniere de frapper. 
Mpax — , s. Gelui qui bat souvent. 

Fandar6fana, Fandardhana, s. L'ac- 
tion de frapper. Andarofana, Andaro- 
hana, rel. Andarofv, Andarohy.. imp. 
Prend Mifan— , Mampifan — , Mnmpan— . 

Mi—, vn. Retentir sous !es coups. r6son- 
ner. Fi— . 8. La manierq de retentir. 

Maha—. Qui frappe ou pent Dattre. 

Darodaroka, dupl. freq. de Daroka. 

DARONA, s. Lenteur, mollessc dans 
Taction, dans la parole, ampleur du son 
musical, melodie, symphonie. 

Adarona, p. A dire posement. Adaru- 
ny, iynp. 

Mi—, vn. Agir, parler posement, retentir 
avec pJenitude, avec harraonie. Mida- 
r<5na, imp. Fi— , s. La maniere do dire, 
I'accord des notes. Mpi— , «. Gelui qui 
agit ou parle posement. 

Fldardnana, 8. L'action faite pose- 
ment. la parole lente. Idaronana, rel. 
Idar6sy, imp. 

Maha—. Qui parle posement. 

Darondarona, dupl. de Darona. 

DARONDARONA s. Insolence melee 

de colere. 
Mi—, rn. Insulter avec colere. Fi— , 8. 

Maniere d'insulter avec colere. 
Fidarondarbnana, s. Insolence melee 

de colere. Idarondaronana, rel. 
Maha— .Qui insulte ou ose insulter avee 

colore. 
DARON Y et DARONDARONY, adj. 

Bien fait, jeune, frais, tendre comme les 

jeunes pousscs. 
Daro.\amd6lo, s. Nom de l' Ambolo encore 

jeune. 
DAR6ROKA, s Chute bruyante. 
Mi—, vn. Tomber avec bruit. Fi— , s. La 

chute bruyante. 

DASIDASY, s. Demarche grave, ma- 

jestueirse. 
Adasid&sy, p. Le pas grave a prendre ou 

qu'on prend. Adasidasio, imp. Adasi- 

dasio ny dianao. Prenez une demarche 

§rave. 



Tafa—, p. Qui va ou est alio gravement. 

Mi — , vn. Marcher gravement, majes- 
tueusement, se prelasser en marchant. 
Midasidasia, imp. Fi— , 8. La demarche 
grave. Mpi—, 8. Gelui qui marche gra- 
vement, qui se prelasse. 

Fidasidasiana, 8. La demarche grave, 
Taction dese prelasser, le lieu, le motif. 
Tdasidasiana, rel. Idasidasio, imp. 

Maha— ^ Qui se preiasse ou sait se pre- 
lasser. 

DEBAD&BA, adj. Pen eleve, large, 
ramasse, se dit des choses. 

D&BO et DEBOD&BO, adj. Court de 
taille etgro*, se dit de rhomme et des 
animaux. 

D^BOKA, s. Le son do I'eau battue avec 

la main ou avec un objet. 
Mi—, vn. Retentir, resonner. Fi— , 8. 

Le son de I'eau qui est frapp^e. 

D&BOKA, adj. Bas, enfonce. 
Ax-deuoka, adv. Dans un endroit bas en- 
toure de hauteurs. 

DEDAD&DA, s. L'agitation, le mou- 

vement des flarames. 
Adedad6da, p. A faire Jlamber. Ade- 

dadedao. imp. Adedadedao nyalo. Fai- 

tea flamber to leu. 
Tafa—, p. Flambant. 
Mi—, vn- Flamber. Midedadeda tsara io 

kitay hazo io. Ge bois flambe bien. Fi— , 

h. La maniere de flamber. Mpi—, 8. Ce 

qui flambe bien. 
Fidedadadana, s. L'action de flamber. 

IUEOADEDANA, rel. 

DfiDAKA, s. el adj. Agitation, mouve- 

ment des flammes,- /?</. fanfaron, van- 

tard, qui ade l'ostentation. 
Adedaka, p. A faire flamber. Adedaho, 

imp. 
Tafa—, p. Flambant. 
Mi—, vn. Flamber, se vanter. Fi— , s. La 

maniere de flamber, l'ostentation. Mpi—, 

s. Un vantnrd. 
Fidedahana, s. J/etat de ce aui flambe, 

l'ostentation, le motif. Idedahaka. rel. 

Ny harena no idedahan' io lehilahy io 

mandrakariva. Get homme se prevaut 

toujoursde sa fortune. 
Maha—. Qui rend vantard, fanfaron. 
Dedad6daka, dupl. dim. de Dedaka. 

D&HAel DEHAD^HA, s. Demarche 
trainante en ecartanl les jambes, en 
oscillant comme les oies. 

Mi — , vn. Marcher les jambes ecartees. 
Fi— ,8. La maniere de marcher les jam- 
bes ecartees. 

Fidehadeh&na, 8. L'action de marcher 
les jambes ecartees. Idbhadehana, rel. 

DEKA, 8. Aide-decamp. ( Fr. aide-de- 
camp). . 

Deka madixika, 8. Les pet its aides-de-camp 
du Premier Ministry. 



Digitized by 



Google 



DBR 



— 94- 



DIA 



Deka jejo. Qui faitl'obsequieux, qui cher- 
che a se faire valoir. 

D&KONA. Comme Diakona. 

D^MBA, adj. Deprime, enfonce" par un 
coup, rentrant. Misy demba ao amy ny 
ampiantany. Le murest un peu deprime 
en cet endroit. Demba ny ila vata vi- 
fotsy. Un cole de la caisse en fer-blanc 
estun peu enfonce\ Demba ^molotra io 
antibavy io. Cette vieille a les levres 
rentrantes. 

Dembaina, p. Qu'on fait rentrer. Dkm- 
bao, imp. 

Voa— , pp Deprim6. 

Mana- va. Deprimer, enfoncer. Fana— , 
s. Ce qu'on ddprime, la mani6re de de- 
primer. Mpaxa — , s. Celui qui deprime, 
enfonce. 

Fanadembana, s L'aetion de deprimer, 
d'enfoncer. AnadembAna, rel. Anadem- 
bao, imp. 

Maha— . Qui enfonce ou pout le (aire. 

Dembadgmba, dupl. dim. de Demba. 

DEM6NY, 8. Demon, diable ; fig. man- 
vais snjcl. (Fr. dtmon ). 

D^MPA. Comme Demba. 

D&RA, 8. Louange, 61ogc. Mahavery azy 
ny filan-dera. L amour des louanges Je 
perd. 

Deraina, p. Qu'on loue. Derainao lca- 
tra izy. Vous le louez trop. Mendrika 
hoderaina tokoa izy. II merite vraiment 
d'etre lou6. Derao, imp. 

Voa—, pp. Loue, exalte. 

Mi—, va. Louer, exalter, oelebrcr. Mide- 
ra, imp. Fi — , s. Co qui est digned'elo- 
ge, inanierc de louer. Mpi—, «. Louan- 
geur, panegyriste. 

Fiderana, s. L'aetion de louer, ce qu'on 
fail pour louer, chant, panegyrique. Ma- 
ba^aga ny fidcran' ny lianaltaviany azy. 
L'eloge que sa famille lait de lui est re- 
marquable. Iderana, rel. Toy izao ny 
teoy hideranao azy. Voici les paroles 
que* vous emploierez pourle louer. Ide- 
rao, imp. 
Prend Mampi — , Mifampi — . ' 

Maha—. Qui fait l'eloge, qui sail louer. 

Deradera, dupl. de Dora. 

Manade>a et Manaderad6ra, va. 
Monlrer quelque chose pour en tirer 
vanile. Fana—, 8. Ce qu'on montro, 
maniere do monlrer. 

Fanaderaderana, s. L'aetion de mon- 
trcr. Anaderaderana, rel. 

Miderad6ra, vn. Faire parade. Mide- 
raddra amy ny hareny izy. II fait para- 
de de sa fortune. Mideradera, imp. 
Fi— ,s. Maniere de faire parade. Mpi—, s. 
C-jlui qui tire vanitA de quelque chose. 

Fideraderana, s. L'aetion de faire pa- 
rade. Ideraderana, rel. 

Maha—. Qui monireou oso montrer. 

Mampidera zavatra. Faire parade dc quel- 



que chose, s'en glorifler pour hiimi- 

her les autres. 
Madera, adj. Eminent, bion en vne, re- 

marquable. 
DER6NINA, 8. et adj. Goitre des mou- 

lons, enfluro resseinblant au goitre; 

atteint du goitre. 

DERONDfiRONA, s. Forfanteric, fan- 
fa ronnade, paroles hautaines. 

Tafa— , p. Qui fait le fanfaron. 

Mi— , un. Parler avec forfanferie. Ft— , s. 
La forfanteric Mpi—, s. Un fanfaron. 

Fideronderdnana, a. La forfanteric, la 
fanfaronnade. Iderondero\vana, rel. 

Maha—. Qui parle en fanfaron, qui en 
est capable. 

DEV6L.Y, s. Mot par lequel les Pro- 
testants deiignent les demons. ( Ang. 
devil ). 

D&ZA, r. Etat de ce qui est droit, raide 
perpendiculaire, a pic. 

Dezaina, p. Qu'on met droit, raide. De- 
zao, imp. 

Ad6za, p. A metlre droit, raide. Ade- 
zao, imp 

Voa— ,-pp. Mis droit, raide. 

Tafa—, p. Qui est droit, raide. 

Mi—, vn. Eire droit, raide, montant a 
pic. Mideza io fiakarana io. Ceite raon- 
t6e est raide, a pic. Mideza. imp. Tenez- 
vous bien droit. Fi— , «. L'etat deccqui 
est raide, a pic, maniere do se raidir. 
Mpi—, s. Colli i qui a une posture raide, 
droite. 

Fidezana, s. Action dese raidir, la mon- ' 
tee raide. Idezana, rel. Idezao, imp. 

Maha—. Qui prend ou sail prendre la 
posture raide. 

Dezad£za, dupl. de Deza. 

DtA, adj. Sauvage, se dit des hommes 
et des animaux. Mbola dia irco (Irene- 
na irco. Ces peuplades sont encore sau- 
vages. Tonga dia ny sakanay. Notro 
chat est devenu sauvage. 

DiA, 1° adv. Tres. Tsara dia tsara izany. 
C'cst ties bon. 2°c. Et, ensuite. Nana- 
titra ny entako izy dia lasa. 11 a apporte 
mon paquet, et il est parti. 3* explelif 
servant a unirdcux membres de phra- 
se ou a donner do la force a ce qu'on 
dit. Nonv tonga tao izy, dia nanao hoe. 
iiorsqif if fut arrivd la, il dit. Tsy mely 
ny nataonao, ka dia tandremo amy ny 
sisa. Ce que vous avez fait n'est pas bien 
et ainsi faites attention a l'avenir. 

DiA, s. 1° Le pied, surtout qua ml il sort 
dc mesure Lava dia izy. II a le pied 
long. Folo dia io hazo fisaka io. Cette 
planchea dix pieds de long. 2* Pas, mar- 
che, voyage. Iiafainganony diauao. Hii- 
tez vos v pas. Manao aia mianotra uyora- 
na. L'ecrevisse marche a rcculons. v Nia- 
ra-dia, niray dia izy telo laliy. lis ont 
voyage tousles trois ensemble. Nanao 



Digitized by 



Google 



DIA 



— 95 — 



DEB 



dia be izy mianakavy. Toute la famille 
voyageait' ensemble. Lavorary ny dia 
nalehanay. Notre voyage a ete'hcureux. 
3* Trace. Misy diah' olona eto an-ta- 
nim-boly. II y"a ici des traces do quelqu' 
un qui a pasV? dans le champ. Voake- 
kitni izy ka mbola ao ny dia-nifiny. 11 
a 6t6 mordu et il y a encore la les tra- 
ces des dents. Nasiana langilangy izy 
ka mbola ao ny eiiau-kapoka. 11 a ete 
frapp6 avec un gros baton et il y a la 
encore les traces des coups. 4° fig. 1/6- 
tat, les qualites, les gouts diflerents. Fan- 
tany ny dian-kanina. II connait les dif- 
ferents gouts des mets. 

Diavina, p. 1* Qu'on mesure par pieds. 
Tsy nodiavinao tsara ny tokotany. Vous 
n'avez pas bien mesure par pieds 1 empla- 
cement. 2* Oil Ton va, ou Ton cntro, 
qn'on parcourt. Aza diavinao ny tra- 
noko. N'entrez paschez moi. Nodiaviny 
nyfanjakanamanontolo.il a parcouru 
tout le royaume. Diavo, imp. 

Adia, p. 1" Ce qui sert a mesurer par 
pieds. Inly ny hazo adianao ny tsihy. 
Voici le bois qui vous servira de pied 
nour mesurer la natto. 2° Les pieds avec 
losquels on marcbe, on parcourt. Adia- 
vo, imp. 

Voa— , pp. 1° Mesure par pieds. 2° Ou 
Ion est entre, qu'on a parcouru. 

Man—, t?a. et ?i. !• Mesurer par pieds. 
2° Entrer dans, parcourir. 3° fig. Etre 
payede retour, se realiser, s'accomplir, 
correspond re, coincider. Vokatra ny va- 
rinareo ka mandia tokoa ny fikelezana- 
reo aina. Vous avez une belle recolte 
de riz et votre travail est pay6 de retour. 
Mandia ny voalazako omaly fa tonga 
hianao. Ce que j'ai dit bier se realise car 
vous arrivez. Nandia tokoa ny an a ran v. 
Le sens de son nom s'est realise tout-a- 
fait. Mandia ny bevitro ny anao. Votre 
idee coincide avec la mienne. Mandiava, 
tin p. Fan—, s. Ce qu'on mesure par 
pieds, oul'onentre, qu'on parcourt, ma- 
niere de mesurer, de parcourir, la rea- 
lisation, la coincidence. Mpan— , 8. Ce- 
lui qui mesure par pieds, qui parcourt. 

Fandiavana, s. L'action de mesurer, 
de parcourir, la pierre placee au sauil 
des portes. Andiyvana, rel. Andi\- 
vo, imp. 

Maha— . Qui mesure, qui pent mesurer. 

Diadia, dupl. dim. freq. 

Diamanga, s. Coup de pied; jen do la sa- 
vate. Mifamely diamanga izy ireo. lis 
s'amusent a se frapper a coups do pied. 

Diam-pan6rona, 8. Lignes, dessins qui se 
croisent en quinconce. 

Dian' andrIana.s. Marcbe lente, voyageurs 
dont le nombro augmente en chemin. 

Dian-koho, s. Les traces des ongles, em- 
preinto des ongles sur la poterie en 
forme d'ornements. 

Dian'omby jamda, 8. lit. Demarche d'un 



boeuf aveugle ; action d'aller en aveugle. 
Manao dian' omby jamba izy. II mar- 
cheen aveugle. 

Dian' 6ndry. s. Action d'aller doucemenl, 
quoiqu'on soitpresse; plus on se pres- 
se, moins on avance. 

Dian-tana, s. Allure, d-marche des ca- 
nuMtkms : un ceil regarde en avant, I'au- 
tre en arriere ; fig. circonspection.. 

Dian-trandraka, s. Jeu des onfants, zig- 
zag. 

Dian-tsiriry, s. Nom d'uno perle. 

Dca tsy manina, 8. Demarche nonclialan- 
te. 

Dia tsy rototra, «. Demarche lente, non- 
chalante. 

Mandia l6ha. Tomber la tele la premiere, 
avoir la pointe en bas ; fig. faire de 
grands efforts, vaincre de grandes difli- 
cult6s. 

Mandia tany nalkha. Revenir a ses pre- 
miers errements. 

Mandiatelo, s. Trtfpied supportant le pei- 
gne du metier des tisserands. 

Mandia tongotra efatra. Marcher a qua- 
tre pattes; fig. qui marcbe par un che- 
min ardu, ou durant la nuit. 

Iray dia marenina. Bande norabreuse al- 
lant ensemble. 

MAMOA-DfA. Voy. VOAKA. 

Mamono dia. Voy. Vono. 

MaNARA'DJa. Voy. ARAKA 

Manoha-dia. lit. Qui veut faire des pas 

comme sessup6rieurs;/?0. vouloir tHre 

l'egal de ses superieurs. 
Tsy mandia tany ints6ny. Ne plus aller a 

pied ; aller en filanjana, aller en carros- 

se, etre riche. 

TSY MBOLA NANDIA OU NAMTSAKA TAIN-DAM- 
BO. lit. Qui n'a pas foule aux pieds la 
fienlb des sangliers ; fig. qui n'est pas 
sorti de son pays. 

DIAKONA, s. Gens qui font I'ofTice do 
suisse et de bedeau dans les temples. 

Diakom-bavy, 8. Femmes employees dans 
les temples, diaconesses protostantes. 

DlAKRA, s. Diacre. ( Fr. diacre ). 

DIAM6NDRA, s. Diamant. 

DIAPAZ6NA, s. Diapason. ( Fr. dia- 
pason). 

DlARY, s. Diaire, carnet. 

DIAV6L.ANA, 8. Clair de lune. 

DlASANA, p. Qu'on remplace. Dia- 
so, imp. 

Fandiasana, 8. L'action de remplacer, de 
succeder. 

Diadiasana, dupl. de Diasana. 

DIB AD tB A, adj. Tendu, ballonne, so 
dit du ventre. 

Mi—, vn. Etre tendu, ballonne, Fi— , ,«?. 
L'ctat du ventre tendu. 

Fidibadlbana. s. La tension, la dilata- 
tion. Idibadibana, rel. 

DIB&RA, 8. Beurre. fFr. du beurrc). 



Digitized by 



Google 



DID 



— 96 



me 



DIBIDlBY, adj. Plein dequilide, inon- 

d6, submerge. 
Mi—, vn. Etro plein, inonde. Fi— , s. 

L'tkat dece qui est plein. 
Fidibidibiana, s. La plenitude, l'inon- 

datioa. 1dibidib(ana, rel. 

DiBOKA, adj. Plein, comble, inonde, 

submerge. 
Dibdhana, p. Qu'on renipUt. Dib6hy, 

imp. 
Mi—, vn. Eire plein, regorger. Fi— , 8. 

L'elat plein. 

DiDY, s. I* Coupe, tailledes habits, tran- 
che, coupure, incision. Mahay didy 
akanjo izy. II sait couper ou tailler les 
habits. Ataovy didy sompirana io tapa- 
dam ba io hanaovana zipo. Coupez ce 
morceau d'etofle en biseau pour faire 
tine robe. Manao didy fisaka ny mpi- 
varo-kena. Le boucher fait des tranches 
minces. 2° fig. Commandement. ordre, 
loi, usages, regie, reglement. Folo ny 
didin* Andriamanitra. II y a dix com- 
mandements de Dieu. Didin' ny go- 
vernora izany. G'est un ordre du gou- 
vernour. Zh'dim-panjakana izany. G'est 
une loi du rpyaume. Mbola didy velona 
izany. G'est une loi oncore en vigueur. 
Didy maty izany. G'est un loi abrogee. 
Didi n-tany izany. G'est un usage du pays 
Didm-drazana izany. G'est un usnge 
vonant des ancetres, Didin' ny likamba- 
nan-drelijiozy rehetra izany. G'est la 
regie de toutes les congregations reli- 
gieuses. Didin' ny flkambananay izany. 
G'est le reglement de notre societe. 
Didy ho any ny mpianatra izany. Cost 
le reglement des Sieves 3° Sentence, dis- 
p >sition testamentaire. Toy izao.ny di- 
c/rm-pitsarana. Voici la sentence du 
tribunal. Toy izao ny cfidt'm-pananaiia 
ou didy fananaua nataony. Voici com- 
ment il a dispose de sea bien spar testa- 
ment. 

Didiana, p. t° Qu'on coupe, qu'on tail— 
le ; qu'on decoupe, a quoi on fait une 
incision. 2° fig. Qu'on commando, qu'on 
ordoune, a qui on commande, a qui on 
ordonne. El a nodidian' ny fanjakana 
izany. Gela a 6te ordonne par le gou- 
vernement. Tsy azonao didiana mba 
hiilaetoaho. Vous no pouvez pas me 
commander de m'en aller d'ici. 3* Sen- 
tence qu'on porle, biens dont on dispose. 
Didi'o, imp. 

Adidy, p. Avec quoi on coupe, on de- 
coupe. Io antsy io no adidinao ny voron- 
Uiloza. G'est avec co couteau que vous 
devez decouper io dindon. A didi'o, imp. 

Voa— , nodinidy, pp. Coupe, decoupe, 
commande, ordonne, a qui on a com- 
mande, dont on a dispose. 

Man—, ra. !• Couper, tailler, decouper, 
faire une incision, percer avec le bis- 
louri. Nandidy ny raasony ny dokote- 
ra. Le medecin a fait une incision a 



son ceil Nandidy ny vay ny dokotera. 
Le medecin a percS l'abees avec le bis- 
touri. 2° fig. Commander, ordonner. 
Mandidy zavatra sarotra loatra izy. 
II commando des choses trop difliciles. 
Izy no mandidy amin' ily tany ity. 
G'est lui qui commande daus ce pays. 
3° Porter une sentence, tester, dispo- 
ser de ses biens par testament. Man- 
didia, imp. Fan—, 8. Ce qu'on coupe, 
etc. maniere de couper, etc. Mpan— >,*. 
Gelui qui coupe, decoupe, commande, 
le testateur. 

Fandidiana, s. L'action de couper, de 
tailler.de decouper, de faire une Inci- 
sion, de commander, de tester, I'instru- 
ment, le temps. Andidi'ana, rel. Inty 
ny hety handidianao ny patalofaako. 
Voici les ciseaux pour tailler mon pan- 
talon. Tanteraho ny zavatra rehelra 
nandidian Andriamanitra antsika. Ob- 
servez tout ce que Dieu nous a com- 
mande. An didi'o, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mam pan—. 

Mi—, vn. Eire coupe. Ft— ,8. La manie- 
re d'etre coupe. 

Maba— . Qui coupe, ordonne, teste ou 
qui en a la faculle, le pouvoir. 

Dldididy, dupl. fre'q. de Didy. 

Didy ambo.ny vankona, ,s. fig. Ordre don- 
ne sans I'autorite ou contre I'autorite 
du superieur. 

Didy foitha, 8. Circoncision, action do 
couper le cordon ombilical. Mandidy 
foilra. Girconcire. Didiam-poitra. Qu' 
on circoncit. 

Didy kitapo, 8. Paletot on forme de sac. 

Didy l.vmba, 8. Action d'enlever la bour- 
se en coupant le pan qui contient 
l'argent. 

Didy mananjara, s. Piece qu'on met au 
haut d'un habit sur les epaules et sur 
lehaul de la poitrine; habit qui a celte 
piece. 

Didimaso, s. ot adj. Chassieux. 

Didim-pandkoana, s. Ddcret royal con- 
cernant le Fandroana. 

Didin' andriana, s. Jugemeut emanant du 
souverain ou d'un gouvorncur. 

Didin-tsoki.va, s. Crevasses aux articula- 
tions des doigts des piods. 

DlfeNY, c. Pendant que, tant que, alors 
que. Miasa, dieny mbola matanjaka hia- 
nao. Travail lez, pendant que vous etcs 
encore fort. Ataovy haingaua izany, die- 
ny mbola tsy tonga izy. Faile vite cela, 
alors qu'il n'est pas encore arrive ou 
mieux avant qu'il arrive. 

DlFY, 8. 1° Repli fait au bord Uos nat- 
tes, des corbeilles, des chapeaux avec 
les bouts des Jones qu'on replie et qu' 
on repique dans les tresses, ourlet. 
2° Actiou de s'esquiver. 
Adify, p. t- Oil Ton fait un repli, un 
ouriet. -2° Qu'on fait osquiver. Adifi'o, 
imp. Adifio tsara io tsihy io. Faitos 
bien le repli au bord de cetto nalte. 



Digitized by 



Google 



DIP 



— 97 — 



DIK 



Adifio izy sao azon* ny polisy. Faites-le 
esquiver "dc peur qu'il ne soil saisi par 
la police. 

Voa— , pp. Ou Ton a fuit un rcpli, un 
ourlet; qu'on a fait esquiver. 

Tafa— , p. Qui s'est esquive\ 

Man—, ra. Fairo un rcpli, un ourlet. 
Mandipia, imp. Fan—, 8. Oil Ion fait 
un repli, maniere dc le fairo. Mpan — , s. 
Celui qui foit le rcpli. 

Fandifiana, *. L'aeiion de faire un 
repli. Andjfiana, rel. Andifio, imp. 

Mi—, vn. 1° Avoir un repli au bord. 
?• 8'esquiver. Midifia, imp. Fi— , s. 
L'etat du repli, la maniere de 8 'esquiver. 
Mm—, s. Celui qui s'esquive sou von I . 

Fidiflana, s. Le rejili, Taction de s'es- 
quiver. Idifiana, rel. Idifio. imp. 

Maha— . Qui sait fairo le repli. 

Difldify, dupl. freq. do Dify. 

Difis£sy, 8. Tresse do cheveux oil les 
bouts se perdent au fur et a mesurc, 
maniere de tresser les cheveux. 

DiFIKA, s. Eclatsde bois ou de nierre 
separpillaut sous les coups de la liaclie 
ou du marleau, ctincelles du fer rouge 
jaillissantsous les coups du marleau. 

Adifika, p. Qu'on fait detacher, saute", 
juillir. Adif/ho, imp. 

Voa—, pp. Atteint paries eclats, les etin 
cellos. 

Tafa— , p. Qui s'est d<Mach6, eparpille, 
qui a jailli. 

Man—, va. ct n. Faire detacher, faire sau- 
ter, fairo eparpiller, faire jailli r ; se de- 
tacher, sV'parpiller, jaillir. Mandifi'ha, 
imp. Fan—, 8. Ce qu'on fait detacher, 
etc. maniere de hi ire detacher. Mi»an — , 
«. Celui qui fait detacher des eclats. 

Fandilihana, «. L'action de faire deta- 
cher, sauter, eparpiller, jaillir. Axdjfi- 
hana, rel. Andikiho, imp. 
Prend Mifan— , Mampilan— , Mampan— . 

Mi—, vn. Se detacher, sauter, s'eparpil- 
ler, jaillir, altcindre. Midi/ilia lavitra 
ny pik'afo. Lcsetincelles jaillissent loin. 
Nidifiha tamy ny lohaliny ny sila-bato 
anaukiray. Un eclat do pierre a atteint 
son genoii, Fi— , s. Meniere de se dela- 
cher, etc. Mm—, s. Ce qui se detache 
sou vent. 

Fidiflhana, 8. L'aciion de se detacher, 
de saulcr, de s'eparpiller, de jaillir. Idi- 
FIHAXA, i'cd. 
Prend Mam pi— , Mifampi— . 

Maha—. Qui fait sauter. 

Difidifika, dupl. freq. de Difika. 

DlFOTRA, adj. Plonge dans, submerge, 
qui a disparu sous l'eau, couvert, d6pas- 
se par; fig. accable, plonge dans. Difo- 
Iry ny rano ny taninibary. Les rizieres 
sont submergees. Difotry ny rano a-j 
izy. Kn cet endroit l'eau le eouvre. Di- 
fotry ny mangahazo aho. Le manioc 
me depasse en hauteur. Difotry ny ala- 
helo izy. II est plonge dans la douleur. 



Man — , va. et n. Submerge!*, eouvrir, de- 
passer, etre plus haul ou plus profomi. 
Mandifotra ahy ny ampiantany. Le 
mur mo depasse* en hauteur, est j»lns 
haut que moi. Mandifotra ahy io lava- 
ka io. La profondeur de ce trou depasse 
ma taille. Fan—, s. Maniere tic eou- 
vrir, de depasse r. 

DlHY, 8. Danse, saulillement, toiirnuip- 
ment de la tonpie, du fuseau, le Ire- 
moussement des ailes d'un oiseau pla- 
nant au meme point. Dihy be. Danse 
generalc. Dihn fnly. Danse dc joie. 
Dihy vazaha. Danse" europecine. 

Dihizana, Dihlzina, p. Dont en se re- 
jouit. Dihizo, imp. 

Man— , vn. Danser, tournoyer, sauliller, 
caracolor. Mandiiuza. imp'. Fan— ..s. Ma- 
niere de danser. Mpan— , s. Danseur. 

Fandihizana, s. L'action de danser, le 
lieu. Andim'zana. rel. Andihizo, imp. 

Mampan— . ra. Faire danser, faire snulil- 
ler. fairo tounier, faire caracoler. bran- 
dir. Mampandihy zaza kely. Faire 
danser un enfant. Mampandihy tatidri- 
niu. Faire tourner unc tonpie. Mampan- 
dihy soavaly. Faire caracoler un rhe- 
val. Mampandihy lelona. Brandir la 
lance. Mampandihy basy. Brandir le 
fusil. 

Dihidlhy, dupl. freq. de Dihy. 

Mandihy tsy afa tavony. Se rejouir avant 
d'etre hors de danger. 

Mandihy tsy am in' amp6m;.\. Danser, se 
rejouir sans motif. 

Mandihy tsv tohauan-damba Danser sans 
y etre invite (on presenle un Lamba 
propre a ceux qu'on desire faire dan- 
ser ;; fig. s'ingerer, etre inlrus. 

Mamfandihy ani'Kla. Faire tourner le fu- 
seau, liler; fig. qui n'est pas en deuil. 

Tsy mampandihy ampkla. Qui est en deuil. 

Mampandihy amm'nga. Aguer le bouclici ; 
fig. se rejouir. 

Dihim-davy, s. Danse de femmes, el es 
gesticulent des mains. 

DlHlM BAZAHA, 8. Cirque. 

Dihy mihoa-d(3ngv, s. Cajolerie dans Io 
dessein de t romper, do voler. 

Dihin-dkhy, s. Danse d'honimes, iU pieli- 
nent le sol. 

DIHINDtHINA, a. Action de mnrrlier 
en se dandi riant, en lraussaut la tele, la 
main sur les bandies. 

Mi—, rn. Marcher en so dandinant, etrc 
arrogant. Fi — , 8. Maniere do marcher 
en se dandinant. Mci— , ft. Celui qui 
marche en se dandinant. 

Fidihindihinana, *. L'action de mar- 
cher en se dandinant, arrogance. Iuiiiin- 
duh'nana, rel. Idihindihino, imp. 

Maha—. Qui marche en'se dandinant on 
sait le faire. 

BtKA, «. 1- Action do fraurhir, de pas- 
ser par-de^sus, de luis^ec de role, 



Digitized by 



Google 



DIK 



98 — 



DIL 



d'omettrc, de ne pas suivre la filiere. 
2; Transgression, violation. 3° Traduu- 
Uod, interpretation, copie, transcrip- 
tion. 
Dikaina, p. \* Qu'on franchit, au-dessus 
de quoi on passe, qu'on laisse de cot/*, 
qu'on omet. Tsy azoko dikaina io tata- 
traio. Je no puis pas franchir re canal. 
Aza dikainao ny lovia. Ne passcz pas 
au-dessus des assiettes. Aza dikainao 
io lehibe io. Ne laissez pas de eottf ce 
chef pour vous adresser a un plus ele- 
ve, suivez la filiere. Kfa nodikainao 
takelaka dimy. Vous avez omis cinq 
pages. 2° Qu'on transgresse, qu'on viole. 
Dikao, imp. 
Adlka, p. 1° Qu'on fait passer par-des- 
sus. Aza fady, fa hadikaho anao ity 
lovia ity. Pardon si je fais passer cette 
assiette au-dessus de vous. 2° Qu'on 
traduit, qu'an interprete, qu'on copio, 
qu'on transcrit. Tsy nadutanao tsara 
ny teniko. Vous n'avez pas bien traduit, 
interpret mes paroles. Nadikako ho 
teny gasy io boky frantsay io. J'ai Ira- 
duit en malgache ce livre francais. Ha- 
dikaho amy ny taratasy hafa'ily sora- 
Ira ity. Je transcrirai cet ecrit sur un 
autre papier. Adikao, imp. 
Voa— , nodinlka, pp. Franchi, trans- 

gresse\ traduit, transcrit. 
Tafa— , p. Qui a franchi. 
Man— , va. 1° Franchir, passer par-des- 
sus, laisser de cote, ne pas suivre la 
flliere, omeltre. 2° Transgresser, violer. 
Tsy maintsy hohelohina izay mandika 
ny lalana. II faut punir celui qui trans- 
gresse, viole la loi. 3°Traduire, interpre- 
ter, copier, transcrire. Mandika, imp. 
Fan — , s. Ce qu'on franchit, etc. maniere 
de franchir. fclrAN— , s. Celui qui franchit, 
omet, le transgresseur, le tradueteur, 
l'interprete, le copiste. Mpandika teny. 
Un interprete. 
Fandikana, 8. L'action de franchir, de 
passer par-dessus, do laisser de col6, 
d'omettre, de transgressor, de traduiro, 
de transcrire. Andikana, rel. Ratsv ny 
nandikan' ialahy ireo teny ireo. Tu as 
mal traduit ces mots. Andikao, imp. 
Prend Mifan—, Mampifan— , Mam- 
pan—. 
Mi—, vn. Passer en omettant, comme en 
comptant un, deux, cinq, quinze, cent, 
etc. ; avoir une copie. 
Maha— . Qui passe par-dessus ou peut 
passer, qui transgresse ou ose trans- 
gresser, qui peut traduire, copier. 
Dikadika, dupl. fre"q. de Dika. 
Mandikadika, va. Travailler irrcgu- 
lierement, par interval les, en omettant 
certaines choses. 
Mandika 6lona. So (lit du corps du souve- 
raiu defuntauquel on faisait franchir des 
hommes 6tehdus par torre, en le por- 
tant au tombeau. 



Mandika omby. Se dit du corps d'un ricbe 
defunt auquel on faisait franchir des 
banifs lues on son honneur, en le pro- 
tant au tombeau. 

Mandika sua Nanahary. Eire ingrat en- 
vers Dieu ou envers les parents. 

DlKATRA, s. Action de passer d'une 
chose a une autre sans aucun ordre. 

Man—, va. Agir irregulierement, passer 
on omettant. Fan — , s. Maniere d oraet- 
tre. 

Fandikarana, 8. L'action de passer en 
omettant. Andikarana, rel. Andikaro, 
imp. 
Prend Mifan—, Mampifan— , Mampan— . 

Mi—, t*n. Ne pasetreen ordre, a sa pla- 
ce. Fi— . s. I/etat. 

Bikadikatra, dupl.freq. de Dikatra. 

DtKY,8. Excrement, ordures, salens. 

DlKY et DIKIDIKY ( dupl. plus usi- 
t<7, 8. Degout. deplaisir, ennui. 

Madikidi'ky, adj. Qui est degoute, vex£, 
ennuve. 

MAHADHvYet MAHADIKIDIKY. VeXCr, degOU- 

ter f ennuyer. Mahadikidiky any ny fa- 
haloloanao. Votre malproprel6 me d6- 
goute. Mahadikidiky ny litondran-tena 
ratsy ataony. Lamauvaise conduite qu'il 
m c n e es t d e gou tan te . 

DtKITRA, adj. Mecontent, vexe\ qui 

a le co3ur groa, ennuye. 
Mahadikitka. Vexer, mecontenter. 
DIKSIONARY ou DIKSION&RA, s. 

Dictionnaire. 
DILA, adj. Outre, qui depasse la mesure. 
DlLANA, s. et adj. Col, resserrement, 

retrecissement, etranglement, comme 

un detroit, uue gorge, les reins de la 

guGpe, les traces des lianes sur les ar- 

bres ; qui a ele retreci, resserre. 
Dilanina, p. Qu'on r^trecit. Dilaxo, imp. 
Adilana, p. Avec quoi on resserre. 

Adilano, imp. 
Voa— , pp. Hetreci, resserre. 
Man — , Mana — , va. Rend re mince par 
- le milieu, retreeir en laissant les bouts 

gros. Mandilana, imp. Fan—, s. Ce qu'on 

amincit, maniere d amincir. Mpan— , s. 

Celui qui amincit. 
Fandilanana, s. L'action d'amincir par 

le milieu, l'instrument. Andilanaxa, 

rel. Andilano, imp. 
Maha—. Qui retrecit ou peul le faire. 
Madilana, adj. Qui a un retrecissement 

au milieu. 
Hadilanana, Ankadilanana, 8. Defile, 

arete servant de trait d'union entre deux 

montagnes. 

DlLATRA, 8. Sediment des caux, li- 

mon, vase. 
Tany dilatra. 8. Limon, vase, 
DlLATRA, adj. Touche* a peine, 

eiHeure. 



Digitized by 



Google 



DtM 



— 99 — 



DIM 



Man—, va. Toucher a peine, toucher 16- 

gerement et sans blesser. eflleurer. 

WandilaLra uy soliko nyvato. Lapierre 

a eflleure mon orcillo. 
Tsy misy manbilatra. Sans eeart, qui at- 

teint, qui toucbe au but, qui s'accomplit 

a la leltre. 
DlLO, 8. Agacemcnt des dents et des 

oreil les, provoque par les acides ou par 

un son strident. 
Moha— . Qui agacc ou pent agacor les 

dents. 
Mampa- . Produire l'agacement. 
Madilo, acfy. Agace. 
Madilo NYsoFOto. J'en suis assourdi. 
Madilo, s. Tamarinier. Tdmarindus. 
DlLOtLO, 8. Huile. surlout I'huile 

d olive. ( Fr. de I'huile). 

DlXOTRA, s. Grincement, son strident; 
friction, frottement. 

D116rlna, p. Qu'on fait grincer, qu'on 
frictionne, qu'on brosse. DiLony, imp. 

Adilotra. p. Avcequoion frictionne, on 
prod u it le son. Adilory, imp. 

Voa— , pp. Frictionne, brossc. 

Man—, va Frictionner, brosser, passer 
qirelquo chose sur une surface, pour 
la fairo rdsonner ou 1'electriser, com- 
me le doigt sur le tambour, l'ambre 
sur le drap, Ja poau de chat sur le ga- 
teau de rcsine. Mandilora, imp. Fan—, 
s. Ce qu'on frictionne, la maniere de 
frotter. Mt>AN — , s. Celui qui frictionne, 
qui frottc. 

Fandll6rana, s. L'aclion de frictionner, 
do frotter, de brosscr, rinstrument. An- 
iuloraxa. rel. Andil6ry. imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan — . 

Mi—, vn. Grincer, r^sunner conime le 
violon sous I'archct. Fi— , s. Maniere de 
grincer. 

Fldil6rana, s. Le grincement, le son 
produit. IdilCuana, rel. 

Maha— . Qui frolteou pout frotter. 

Dilodllotra, dupl. freq. dcDilotra. 

DIMATIKA. s. Espece de sangsue, 
vivant dans les foreis. sur les arbres. 
dans les herbes fraiehes ; elle marche 
comme les arpentcuses. 

DtMBANA, adj. et s Hantet bas, irregu- 
lier, inegal. obreclu'j, cchancru; eehan- 
crure. Dim ban a ny tandrok' io omby io. 
Les cornes tie ce bteufsont irr«'»gu litres, 
Tune est plus haute que l'aulre l)im- 
bana ny antsy. Lo coutcau est ebrcche. 

Voa— -, pp. Ehiech6, echancr*' 1 . 

Man—, vn. Echancrer, ebrechor. Max- 
uiMDANA, imp. Fan—, s. Ce nui .doit 
s'echancrcr, maniere debreeher. Mi»an — , 
8. Celui qui ebreehe souvent. 

Fandimbanana, 8. L'aclion d'obre- 
cher. ANnmBiNANA, rcL Andjmbanq, 
imp. 

Dimbandimbana, <lupl. dim. do Dim - 
bana. 



Soma-hy dimbana (prononce Somara dim-* 
bana\ Inegal. irregulier; fig. avec par- 
tialit6 ou preference. 

DtMBT,s. Successeur, romplacant, re- 
gain, rejeton, repousse a pros la coujjc. 

Dimbasana, Dimbazana, p. A qui on 
suecedc, qu'on remplace. Dimbaso, Dim- 
n\zo, imp. 

Adimby, p. Qu'on fait succ&ler. avec 
qui ou avec quoi on famplacc. Ny za- 
nany lahiaivo no nadimuiny azy. II 
desfgna son his cadet pour luisucccvier. 
Ily ropiov a ily no hadimbiho anao. Je 
vous remplacerai par cet ouvrior. Io 
tanlanana io no tokony hadimbinao ny 
simba. 11 vous faut rem placer le mar- 
leau gate par cclui-ci. Adindaso, Adim- 
bazo, imp. 

Voa—, nodinlmby, pp. A qui a suo 
cede\ qui a 6t6 remplace. 

Man—, va. Hemplacer, succeder. Man- 
dimbasa, Mandimdaza, imp. Fan—, s. 
Coux qu'on remplace, la maniere de 
succeder. Mi»ax— , .s. Le successeur, le 
remplaeant. 

Fandimbasana, Fandimbaaana, .s. 
L'action de succeder, do remplacer. 

AXDIMUASANA, AXDIMBAZANA, rel. A.NDiM- 

baso, Anbimbazo, imp. 
Mifan—. So succeder, se remplacer. Mi- 
fandimOy ny mpanjaka. Les rois so 
sneeedent. llifandimbij vilia hianareo. 
Vous vous succederez nour manger i\ 
lam«>meassiette. llifanaimby luauare.) 
roa lahy atnin' ily enlana ily. Vousvous 
remplacerez toas les d«nx pour porter 
ce paquct. llifandimbasanareo hy «sa 
ity. Vous vous remplacerez pour ce Ira- 

Villi. 

Prend Mampifan—, Mampan—. 

Mi'—, vn. Eire remplace, avoir uu rem- 
placant. 

Maha—. Qui remplace. ou qui est de 
taille a remplacer. 

Oimdinala, s. Fsjiccc d'arbiijlo. Kmbulia 
concinna, Baker. 

Dimbis' antsy, s. Le regain, la secomle rc- 
culte <!e ce qui si- moiss-jnne, qui se 
euiipe au couteau. 

DlMY, adj. num. Cincj. D/mam-polo. 

Cinquante. Diman-jalo Cinq cont. l)i* 

my arivo. (iinq inillc. Diman-jvUv. 

Cin<| empans. Indimy. Cinq ibis ln- 

dimy etiina ou dimy enina dia lelopo'o. 

(iincj fois six font Ironic. 
Dlmina, p. A partager ou qu'on divise 

en cinq. IJimio. imp. Pariagez en cinif. 
Voa—, pp. Parlageen cinq. 
Man a—, ra. Partugor, <li visor en cinrj. 

Manauimia, imp. Tana— , s. (e quou 

divise en cinq, man ere de diviscr en 

cintj. 
Fanadimiana, .s. L'aclion do divisor 

eu cinq. AnadiuIana, rel. 
Mi—, vn. Fire divise en cinq, se parlager 

a cimj. Midimia, iniy. 



Digitized by 



Google 



DIN 



— 100 — 



DIN 



Fidimiana, s. Division en cinq parlies. 

Ioimiana, rel. 
Maha— . Qui complete le nombre cinq. 
Manin— , vn. Faire pour la cinquieme 

fois. Fanindiminy. Pour la cinquieme 

fois. 
Fahadimy, adj. ord. Le cinquieme; 8. 

cinq brasses. 
Ampahadiminy, 8. Un cinquieme. 
Hadimiana. 8. Ginq jours. 
Sasa-pahadimy. La moitie de cinq brasses. 
Diminamdatry. -fa de piastre ou trente 

cinq centimes a peu pres. 
DimvENTY sy voam£na. y^ - de piastre, 24 

centimes a peu pres. 
Dimy dia. Cinq pieds. — m anal a rants an a. 

Cinq pieds moins la longueurdesorteils. 
DimanjatolAhy.s. Les gardiens dcla ville. 

DIMP6ANA, adj. Qui a des nausees. 

DIN—. Indique un participe passe forme* 
par l'addition de in insure apres la 
premiere consonne du radical: Dinidy 
pour VOADIDY. 

DiNA, 8. Convention faite par les mem- 

bres d'une soctete, d'un village, d'une 

caste, etc. 
Manao dina. Faire une convention. 
Din'asa, s. Ord re donne au peuple de 

planter du manioc, des patates, etc. 
Mamono dina, Imposer l'amende pour une 

violation d'engagement. 
Maty dina. Qui a violG la convention, qui 

est a l'amende. 

DINADtNA. Comme Diimdira. 
Kibo midinadi'na. Ventre plein, repiet. 

DlNAKA, 6. Action de battre violem- 
ment. 

Dinahina, p. Qu'on bat. Dinaho, imp. 

Voa—, pp. Battu. 

Man—, va. Battre violemmcnt. Mandina- 
ha. imp. Fan—, 8. Celui qui est souvent 
battu, maniere de battre. Mpan— , 8. 
Celui qui bat. 

Fandlnahana, 8. L'action de battre vio- 
lemmcnt. Andinahana, rel. Andinaho, 
imp. 
Prend Mifan—, Mampifan— , Mampan—. 

Maha—. Qui bat ou peut battre. 

Dinadlnaka, dupl. freq. do Dinaka 

DIN AM IT A, 8. Dynamite. (Fr. dyna- 
mite). 

DINDiLO, s. Berbe; on sen sert pour 
laver les cheveux. 

DINDlNA. Comme Tintina. 

DiNDO, s. Adieux a la vie, prupara- 
tifs a la mort, souvenir, ame, ombre. 

Mamela DfNDO. Faire ses adieux a la vie, 
laisser des souvenirs, se parer. se 
montrer une derniere fois en forme 
d'adieux. 

Mamono dindo Chasser les revenants, 
exorcise r. 



DINGADtNGANA, s. Arbuste. Psia- 
dia dodoniea* folia, St. 

Dingadingamhazaha, *. Arbuste. Juslicia 
gendaru8$a. 

Dingadingandhano, .s. Arbuste qui croit 
dans les terrains humides. 

DtNGANA, s. Enjamb^e, pas, saut, 
omission. 

Dinganina, p. Qu'on enjambe, qu'on 
franchit, qu'on omet. Dingano, imp. s 

A ding an a, p. Qu'on fait passer par- 
dessus. Adingano, imp. 

Voa—, nodinlngana, pp. Franchi, 
saute, omis. 

Tafa— , p. Qui a franchi, saute\ 

Man—, va. Enjamber, franchir, sauter, 
omettre, empieter, anticiper. Tratra 
indray mandingana ny tatatra. Lc 
canal peut etre saute d'une enjamb^e. 
Impolo mandingana ny halavan'ny 
trano. La raaison a dix enjambees de 
long. Tsy mahazo mandingana io rano 
kely io alio. Je no puis pas franchir ce 
ruisseau. Nandingana andalan-tsoratra 
maro hianao. Vous avez saut<\ omis plu- 
sieurs lignes. Aza mandingana ny 
taniko. N'empietez pas sur mon terrain. 
Mandingana tantara hianao. Vous on- 
ticipez dans votre iccit. Mandingana, 
iynp. Fan— f 8. Ce qu'on franchit, etc., 
maniere de franchir. Mpan — , 8. Celui 
qui franchit, etc. 

Fandinganana, s. L'action d'enj amber, 
de franchir. de sauter, d'omettre, d'era- 
picter, d'anticiper, les pierres qui ser- 
vent a sauter I'eau. Andinganana, rel. 
Andingxno, imp. 
Prend Mifan—, Mampifan—, Mampan— . 

Maha — . Qui peut franchir. 

Dlngandingana, dupl. freq. de Din- 
gana. 

Dinganamuoa. 8. Pissat de chien. 

Dingan-dava, s. Longue enjambec, couture 
a grands points. 

DINGIDtNGY, s. Grande hauteur, ele- 
vation, avancement, fierte". 

Adingidlngy, p. Qu'on eleve, a clever. 
Adingidingio imp. 

Tafa—, p. Qui est ^levrS qui s'est eleve. 

Mi—, vn. Etre haut, elev6, perche haut, 
avancc, fier. Midingidingy io ten- 
drombohitra io. Cette montagne est 
ties eMovee. Midingidingy ny tranonao. 
Votre maison est tres haute. Midingi- 
dingy iry ny boloky. Le perroquet est 
perche la-haut. Midingidingy amy ny 
tianarana io zazalahy i'o. Cegarcon est 
ires avance dans ses etudes. Midingi- 
dingy loatra io lehilahy io. Cet homme 
est trop fier. Midingidingia, imp. Fi — , 
s. Situation elevce. Mpi— , s. Celui ou 
ce qui se perche haut. 

Fidingidingiana, s. L'action de se per- 
chcr haul, I'clevation, la fierte. Idingi- 
dingiana, rel. Idingidingio, imp. 

Maha—. Qui peut se percher haut. 



Digitized by 



Google 



DIN 



101 — 



DIN 



DlNGINA, 8. Raideur, commo cello de 
la queue des chevres, do la tete des 
serpents qui so drossent; action de de- 
passer, do devancer; fig. hauteur, fierte. 

Dinglnana, p. Qui est depasse. Nodin- 
ginan ny namany rehetra izy. II a cte 
depass6 par tous ses compagnons. Din- 
gin o, imp. 

Adlngina, p. A dresser en raidissant. 
Adingino, imp. 

Tafa— , p. Qui s*est dresse. 

Mi—, vn. Se dresser, etre dresse, de- 
passer, devancer ; fig. 6tre fier. Midin- 
gm-drambo ny osy. La chevre dresse 
la queue. Midingina eo ambonin'ny 
olona rehetra ny lohany. II depasse tout 
le monde de sa tete. Midingina eo alo- 
han'ny namany io soavaly ib. Ce cheval 
devanco tous les autres. Nahazo voni- 
nahitra izy ka midingina izaitsizy. Jl a 
obtenu des honneurs et il en est tres 
fler. Midingina, imp. Fi — , s. L'6tat de 
cequi est dresse, de ce qui depasse, la 
ticrte. Mm— , s. Ceiui qui depasse, qui 
est lior, 

Fidinginana, s. L'action de se dresser, 
de depasser, de devancer, de s'elever, 
la fierte\ Idinginana, rel. Idingino, imp. 
Prend Mara pi — , Mifampi—. 

Maha— . Qui dresse ou peut dresser. 

Dingindingina, dupl. dim. de Dingina. 

DlNIKA, s. Petitesse, tenuite. 
Madinika ( souvent prononce' Majinika), 

adj. Petit, menu, mince, lin. 
Madini-bolo, adj. Qui a le grain petit, fin, 

qui se polit bien, qui est poii, lin. 
Madini-drkndrika. Comme le precedent. 
Dinidinika, dupl. de Diriika. 

DtNIKA, s. Rumination; fig. examen, 
consultation. Lava diniha izy. II exa- 
mine lougtemps. 

Dinihina, p. Qu'on ruraine, qu'on exa- 
mine. Tokony hodinihinao tsara iza- 
ny. Vous devez bien examiner cela. 
Dim ho, imp. 

Voa— , pp Rumine, examine. 

Man—, va. Ruminer; fig. examiner. 
Mandinwa, imp. Fan—, j*. Ce qu'on 
examine, maniere d'examiner. Mpan — , 
8. Un ruminant, celui qui examine. 

Fandinihana, s. La rumination, 1'exa- 
men attentii'. Andinihana, rel. Ela na»i- 
dinihanao izanv raharaha izany nefa 
tsy mbola vita. Vous avcz examine long- 
temps cette affaire et cependant elle 
n'est pas encore terminee. AndixIiio, 
imp. 
Prend Milan—, Mampifan— , Mampan— . 

Mi—, ivi. et n. Examiner ensemble, de- 
mandcr, se concorter. Midiniha izany 
raharaha izany izy ireo. lis examinent 
ensemble cette affaire. Avy midiniha 
aminao ny amy ny karamako aho. Je 
viens vous demander quelaue chose au 
sujet de mon salaire. Mbola midiniha \ 



ao izy rehetra. lis sont encore la a se 
concerter. Midiniha, imp. Fi— , s. Ce 
qu'on examine ensemble, maniere d'e- 
xaminer. Mpi— , s. Ceux qui examinent 
ensemble. 

Fidlnihana, s. L'action d'examiner en- 
semble. Idiniiiana, rel. Idiniho, imp. 
Prend Mam pi— , Mifampi—. 

Maha—. Qui sait examiner. 

Dinidinika, dupl. Examen minutieux, 
affaire sur laqucile on consulte. 

Andi'niny, 8. Verset. 

An-dinidinika, adv. Soumis a un examen 
minutieux. 

DlNITRA, s. Sueur, transpiration. 
Dinirina, p. Qui transpire facilement. 
Mivoa— . voy. Voaka. 
Dinitb'ombilahy, s. Grosses gouttes de 

sueur, 
DlNTA, 8. Sangsue. 
Dintamb6bona, s. Espece de sangsue qui 

s'attache au bee des canards. 
Dintanala, s. Comme Dimatika. 
Dintandrano, 8. Sangsue ordinaire. 

DINTlNINA, 8. Arbre dont les fleurs 
sont tres rouges. Symphonia clusioi- 
des, Baker. 

DlO, 8. Proprete\ nettet6, clart6, purete, 
innocence, chasletd ; fig. vol de tout ce 
qu'il y a dans une maison. 

Madio, adj. Propre, nottoyd, clair, pur, 
innocent, chaste, qui a subi victorieuse- 
ment l'6preuve du tanguin; fig. (maison) 
pillee. Madio ny ianitra. Le ciel est 
clair, pur. Madiova, imp. Soyez purified 

Hadi6vana, fahadi6vana, hadio.'s. Propre- 
te, clarte, purete, innocence. 

Di6vina ( quelquefois divinaj, p. Qu' 
on nettoie, qu'on purifie; qu'on piile. 
Nodiovin' ny mpangalatra ny trano. 
Les voleurs ontnettoye, pill6 la maison. 
Di6vy, imp. Diovy ny satroko. Nettoy'ez 
mon chapeau. Diovy ny trano. Net- 
toyez la maison. Diovy ny fonao. Puri- 
fiez votre coeur. 

Voa—, pp. Nettoye, purified 

Mana— , Man—, va. Nettoyor, purifier. 
Mandi6va, imp. Fax — , s. Ce qu'on net- 
toie, maniere de nettoyer. Mpan—, 8. 
Celui qui nettoie. 

Fandi6vana, s. L'action de nettoyer, la 
purification, ce avec quoi on purifie. 
Andiovana, rel. Ataovy izay handiova- 
nao tsara ny trano. I'aites en sorte de 
bien nettoyer la maison. Andi6vy, imp. 
Prend Mifan— . Mampifan—, Mampan—. 

Mi—, vn. Se purifier, se disculper, se 
laver d'une accusation. Lasa nidio tany 
amy ny rano mandeha ny mpandevina. 
Ceux qui ont assiste a" I'enterrcment 
sont all»>s se purifier a I'eau courante. 
Nidio teo anatn*han' ny mpitsara izy. 
II s'ust disculpe devant les iuges. Mi- 
diova, imp. Fi— , s. Maniere de so 
purifier, de sejuaiilier, 



Digitized by 



Google 



DIS 



— 102 — 



DIS 



Fidi6vana, s. Ablutions pour se puri- 
fier, la justification. Idi6vana, rel. Idi6- 
vy, imp. 

Maba— . Qui sait nottoyer, qui pout pu- 
rifier, qui suffit pour nettoyer. 

Diodio (queiquefois didio), dupl. dim. 
de Dio. 

DIPLtO, s. Plomb de chasse. (Fr. du 
plomb). 

DIPOAVATRA, s. Poivre. ( Fr. du 

poivre). 
DIRAND6ZA, int. Pour Idiran-doza. 

Qui a cu du mainour, do la mauvaise 

chance. 

DiRY, adj. Gonfie, gros, se dit des yeux 

Diry maso izy. \\ a les yeux gonfles. 
DIRIDlRY, 8. Tension, raideur, bal- 

lonnement, gonflement, se dit aussi des 

yflux gros. 
Diridirlna, p. Qu'on tend, qu'on gonfle. 

DiMDiRfo, imp. 
Adiridiry, p. A lend re, qu'on tend. 

ADiRiDinfo, imp. 
Mi—, vn. Eire tendu, gonfie; fig. s'obs- 

tiner. MmmiDiRfA, imp. Fi— , s. L'etat 

de tension. Mpi— , s. Ce qui est tendu. 
Fidiridirfana, s. La tension, le ballon- 

nement; fig. I'obstination. Idiridir/ana, 

rel. Jmridirio, imp. 
Maha— . Qui tend ou cause le ballonne- 

ment. 
PIROND6ZA. Pour Idiron-doza. 
DIROTANTY et DORATAnTY/s. 

Iodure do potassium. ( Fr. hydrotate). 
BlSA, r. Eratde ce qui a el<§ pietine. 
Disaina, p. Qu'on pietine. Disao, imp. 
Voa— , pp. Pietine\ foule aux pieds. 
Man—, t?a. Pietiner, fouler aux pieds. 

Mandisa imp. Fan—, s'. Ce que l'on 

pi&ine, maniere de pietiner. 
Fandlsana, 8. PteLineraent. Andisana, 

rel. Andisao, imp. 
Maha—. Qui pietine ou peut pietiner. 
Disadlsa. dupl. do Disa. 
Mad/sa, adj. Pietine, use par les pieds, 

epuis6. Madisa ny lalana. Le chemin 

est nettoyd de ses herbes. Mudisa ny 

vilon-tsoavaly. Le fourrage du cheval 

est epuise. 
Fahad/sa et Fahadisana, s. L'dtat de ce 

qui est pietine. 
MadisaMsa, adj. Brise\ harassed sans som- 

meil, sans repos, inquiet. 
DlSAKA, adj. Romnu, brise, mis en 

pieces, broye, fatigue. 
Disahina, p. Qu'on brise, qu'on broie. 

Disaho. imp. 
Voa—, pp. Broye. 
Man—, va. Broyer, briser, mettre en 

pieces. Mandisaha. imp. Fan—, s. Ce 

qu'on broie, maniero de broyer. 
Fandisahana, s. L'action ae broyer, 

I'instrument. Andisahana, rel. Andisa- 

ho, imp. 



Maha—. Qui brise ou peut briser. 

Disadisaka, dupl. de Disaka. 

DIS£LY, s. Sel d'Epsom. ( Fr. du set ). 

DlSO, s. Faute, omission, manquement, 
absence, retard. Be diso ny laha-tcni- 
nao. II y avait beaucoup de fautes dan3 
votre discours. Be diso hianao nandri- 
tra ny volana. Vous avez ete souvent 
absent ou en retard pendant le mois. 
~,adj. On il y a des fautes, fautif, faux, 
qui est en faute. coupable, qui manque, 
absent, en retard, qui se trompe. qui 
depasse, qui n'est pas conforme, qui 
excede, qui ne rencontre pas; fig mort, 
se dit des souverains et des princes qui 
sont tr6passes. Diso ny nosoratanao. II 
y a des fautes dans ce que vous avez 
6crit. • Aza manaraka ny fivavahana di- 
so. Ne suivez pas les religions fausses. 
Hevi diso. Id6e fausse, erreur. Mampia- 
natra hevi diso izy. II enseigne des er- 
reurs. Diso tamy ny rainao hianao. 
Vous avez 6t6 en faute envers votre pe- 
re. Diso tokoa hianao. Vous etes vrai- 
ment en faute, coupable. Diso fotoana 
izy. II a manque au rendez-vous, il est 
en retard. Diso hadimiana izy nandritra 
ny volana. II a manque cinq jours pen- 
dant le mois. Diso rasa hianao. Vous 
arrivez trop tard pour lo partage. Diso 
hevitra hianao. Vous vous trompez, 
vous etes dans I'erreur. Diso laiana hia- 
nao. Vous vous trompez de chemin. Diso 
ohatra ny famaizana nataonao azy. La 
maniere dont vous l'avez chatie depasse 
la mesure. Diso ohatra ny pataloha na- 
taonao. Le pantalou que vous avez fait 
n'est pas conforme au modele. Diso ma- 
saka ny vomanga. Les patates sont trop 
cuites. Diso manta ny hena. La viande 
n'est pas assez cuite. Nitady azy aho fa 
diso azy. Je l'ai eherche" maisje ne l'ai 
pas rencontre. 

Dis6ina, p. Oil Ton fait des fautes, 
qu'on Iransgresso, a quoi on manque, 
qu'on fait tromper, qu'on condamne. 
Nodisoinao bo dia be ny dikan-teny 
nataonao. Vous avez fait beaucoup de 
fautes dans voire traduction. JVodwai- 
nno ny lalana ka mendrika hofaizina 
hianao. Vous avez transgresse la loi et 
vous meritez d'etre punu Nodisoin' ny 
mpitsara ny hoviny. Le juge a con- 
damne son opinion. Dis6y. imp. 

Tafa— , p. Qui n'a pas rencontre. 

Man—, va. Faire des fautes, transgres- 
sor, violer, manquer, etre absent, faire 
tromper, induire en erreur, faire man- 
quer. Mandiso laklasy matetika izy. II 
manquesouventlaclasse.yVandisoandro 
hateloana izy. II a manqu6 trois jours. 
Mandiso ahyny fliabalaban'ny ankizy. 
Le tapage que font les enfants me fait 
tromper. Aza mihazona ahyhianareo, fa 
mandiso any amy ny fotoana. Ne me 



"Digitized by 



Google 



DIT 



— 103 — 



DIT 



retenez pas, car vous me faitos manquer 
I'heure. Mandisoa, imp. Fan — , a. Ce 
qu'on transgresse, a quoi on manque, 
qu'on fait tromper, maniere de trans- 
gressor, etc. Mpan — , s. Celui qui trans- 
gresse, etc. 

Fandisoana, s. La transgression, le 
manquement, l'absence, Taction do fai- 
re tromper, etc., lo motif. Anuis6ana, 
rel. Andisoy, imp. 

Mifan— . No pas so rencontrer, ne pas 
se comprendre. Nifandiso tany an- 
dalana izy roa lahy. Us ne se sont 
pas rencontres en route. Nifandiso ny 
neviny. lis ne se sont pas eompris. 
Prend Mampifan—, Mnmpan— . 

Maha— . Qui rend fautif, coupable, qui 
fait tromper, induit en erreur. Izao no 
mahadiso ny soratrao. Voici ce qui 
rend votre ecriture fautive. Izao no ma- 
hadiso anao. Voici ce qui vous rend 
coupable. Izany no nahadiso hevitra 
azy. C'est la ce qui l'a trompe, induit 
en erreur. 

Dlsodiso, dupl. freq. de Diso. 

Hadisoana, Fahadisoana, s. Faute, eulpa- 
bilit6. //adt'soan-kovitra. Erreur dans 
Iaqueile on se trouve. 

Diso be vava. Qui a commis une grave 
erreur, un grand crime. 

Diso fampana. Excessif. 

Diso hery. Trop fort, se dit de la fermen- 
tation; qui abuse de ses iorces, de son 
pouvoir. 

Disovala. Innombrablc, abondant. 

Diso vava. Qui se trompe en parlant, dont 
les paroles vont trop loin. 

DITfi, s. The. (Fr. du the'). 

DlTY,s. et adj. Gomme, colle, glue, les 
resines gluantes; tennce, persistant. 

Ditlana, Ditina, p. Qu'on colle, qu'on 
rend gluant, qu'on pdtrit. Ditio, imp. 

Adity, p. Avec quoi on colle. Aditio, 
imp. 

Voa— , pp. Colle, rendu gluant, petri. 

Man—, va. Coller, rendre gluant, petrir. 
Manaity taratasy. Coller du papier. 
M aridity feta. Rendre la bone gluan- 
te. M aridity lafarina. Petrir la farine. 
Manoit/a, imp. Fan — , s. Ce qu'on col- 
le, etc , maniere de coller. Mpan—. s. 
Celui qui colle, qui petrit. 

Fan ditlana, s. L'action do coller, de 
rendre gluant, de petrir, !e lieu. Andi- 
tiana, rel. An ditio, imp. 
Preud Mifan—, Mampifan—, Mampau — . 

Mi— , vn. Etre colle, se coller, otre 
gluant; Ctro ousting. Fi— , *. Elat de ce 
qui est colle, gluant, obstination. Mpi— , 
s. Un obstine. 

Fiditiana, s. Etat de ce qui est colli?, 
gluant, obstination. Iditiana, rel. 

Maha—. Qui peut coller, rendre gluant, i 
qui suffit pour coller. 

Ditidity, dupl. de Dity. I 



MADfTY, adj. Collant, gluant, visqueux, to- 

nace, adh6sif. 
Dity haboka, s. et adj. Egoiste, avare, la- 

dre. 
Ditin-kazo, s. Gomme, re"sine des arbres. 
Ditinonoka, «s. Arbuste dont on extrait 

une sorte de glue. 

DlTRA, s. Obstination, entetement, opi- 

niatrete, action de forcer ou de se faire 

violence, t6nacite. 
Dirlna, p. Sur quoi on s'entdte. Diro, 

imp. 
Mi—, vn. S'opiniatrer, register, ne nas 

coder. Midi'ra, imp. Fi— . s. Maniere 

de s'opiniatrer. Mpi— , s. Un entele. 
Fidirana, s. L'obsti nation, Taction de- 

resister, de ne pas coder. Idi'rana, rel. 

Prend Mampi— , Mifampi— . 
Fanditra, s. Dispute, contestation. 
Mifan—, vn. Se chamailler, se querel- 

ler, se disputer, tenir tete a, contester. 

Mifan did a, irnp. Fifan— , s. Maniere de 

contester, de se disputer. Mpifan— , s. 

Un querelleur. 
Fifanalrana, s. Action de contester, de 

se chamailler, dispute. Ifandi'rana, rel. 

Tsy hita izay antony ifandiran' izy ireo. 

On ne voit "pas pourquoi ils se dispu- 

tent. Ifandiro, imp. 
Maha—. Qui rend tetu. 
Di ditra, dupl. dim. de Ditra. 
Manao ditra, S'opiniatrer, s'obstiner, r<$- 

sistcr, ne pas se soumettre, violenler, 

user de force. 
Madura, adj. Obstine, t6tu, opiniatre, te- 

nace. 
Haoirana, Fahadirana, s. Maniere do 

s'obstiner, de s'opiniatrer, le caractcre 

opiniatre, les actes d'opiniatrete. 
Di-doha, s. Durote de tote. 
Drra' antitra, s. Opiniatret6 de vieillard, 

de vieille femme qui ne d6mord pas. 
Izaho tsy manam-panditra aman* 6lona. Je 

n'ai de contestation avec personne. 

DtTSAKA, adj. Imbib6, tremp6. mouil- 
16. Ditsahy ny ranonorana nv trano. La 
maison est trempec par la pluie. 

Ditsahina.p. Qu'on imbibe, qu'on mouil- 
le. Ditsaho, imp. 

Voa—, pp. Imbibe, trempe, mouille. 

Man—, va. Tremper, imbiber, mnuil- 
ler. ( terme convenable pour dire pisser 
an lit). Manditsaha, imp. Fan—, s. Ma- 
niere d'imbiber. Mpan— , 8. Celui qui 
mouille souvent. 

Fandits&hana, s. L'action d'imbiber, 
le lieu, le vase. Anditsahana, rel. An- 
ditsaho, imp. 

Maha—. Sumsant pour imbiber. 

Ditsaditsaka, dupl. freq. de Ditsaka. 

BtTSIKA et DlTSOKA, s. et adj. Un 
grain de poussiero, un felu qui entre 
duns I'oeil; I'tcil avcugle, rendu malade 
par ce i'etu ; terme servant de precau- 
tion oratoire durant te deuil royal » 



Digitized by 



Google 



DIZ 



— 104 — 



DOB 



NA D1TSIKA AZA NY MASO, NA TAPAKA AZA NY 

l6ha Quoique les yeux soient aveugles 
par la douleur et que la tete ploie sous 
le deuil, etc. 

Ditslhina, p. Qu'on aveugle en jetant 
quelque cnose dans les yeux. Ditsi- 
ho, imp. 

Aditsika, p. Avec quoi on aveugle. Adi- 
TsfHo, imp. 

Voa—, pp. Qui a recu quelque chose 
dans 1 obiL 

Man—, va. Aveugler en jetant de la pous- 
siere dans les yeux. ManditsIha, imp. 
Fan—, 8. Celui qifon aveugle en lui je- 
tant de-la poussiere dans les yeux, ma- 
niere de jeter la poussiere dans les yeux. 
Mpan— ,$. Celui qui jette souvent de la 
poussiere dans les yeux. 

Fanditsihana, a. faction de jeter de 
la .poussiere dans les yeux. Anditsiha- 
na, rel. ANDiTsfno, imp. 
Prend Mifan—, Mampilan— , Marapan— . 

Man a—. Qui aveugle ou peut aveugler. 

Ditaiditsika, dupl. fr£q. de Ditsika. 

DlVA, r. Sur le point de... 

Divaina, p. Qu on dispose, qu'on met 

sur le point de. Divao, imp. 
Voa—, pp. Dispose, mis sur le point de, 

ou il reste pen a laire. Voadivany cn- 

tana. Lcspaquets sont sur le point d'etre 

finis. 
Mana— , va. Arranger, meltre sur le 

point de, disposer pour etre pret d 

l'houre, pour arriver a temps. Mana- 

ihva, imp. Fana— , s. Co qu'on prepare a 

temps, manierede preparer. Mpana— , s. 

Celui qui fait les preparatifs prochains. 
Fanadivana, s. L action de preparer, de 

disposer a temps. Anadivana, rel. Ana- 

divao, imp. 

Prend Mifana— , Mampifana— , Mam- 

paua— . 
Maha— . Qui dispose a temps ou hate 

1'arrivee. 
Dlvadiva, dupl. de Diva. 
Manadiva lalana. Prendre les devants 

pour arriver a temps, devancer pour 

n'etre pas en retard. 
Madiva, adj. et adv. Qui est sur le point 

de; bientot, prochainoment, presque. 
MADivADfvA, dupl. dim. de Madiva. 
Nam'va, passe. Hadiva, futur. 

DIVAY, s. Vin. (Fr. du vin). 
DIVAY, s. Hibiscus. Ketmie oseille. 
DIZ&NA, s. Com me Dozbna. 

DIZIDlZY, 8. Action de marcher, de 
se tenir dcbout etant nu. 

Adizidizy, p. A mettre nu. Amzioizio, 
imp. 

Tafa— , p. Qui s'est denude. 

Mi—, vn. Marcher nu. Midizidizia imp, 
Fi— , s. L'etat do nudite. Mpi— , 8. Ce- 
lui qui marche souvent nu. 

Fidizidiziana, s. L'action d'aller nu. 
Idizidiziana, rel. Idizidizio, imp. 



Maha—. Qui ose marcher nu. 
DtZINA, 8. L'action de se raidir, de 

s'elaneer comme un jet d'eau, de cou- 

ler en jet. 
Adlzina, p. A faire tenir droit, raide. 

Adizi'no, imp. 
Tafa—, p. Qui s'est dresse. 
Mi—, vn. Se raidir, coulerenjet. Midizi- 

na, imp. Fi— , s. Maniere de se raidir, 

de couler en jet. Mpi—, 8. Celui qui se 

tient droit, ce qui coule raide. 
Fidizinana, s. L'action de se tenir droit 

et raide. Idizinana, rel. Idizino, imp. 
Maha—. Qui peut se tenir raide. 
Dizindizina, dupl. fr6q. de Dizina. 

D6, s. Espece de boa. Pelophilus ma- 
dag ascarien sis. 

DOAD6A. Comme Dohad6ua. 

DOAFANA, p. de Doaka inusite. Qu'on 
frappe, qu'on bat. Doafy, imp. 

D6AKA, s. Action de s'elever en mas- 
se, de monter, de tourbillonncr comme 
la fumee, la poussiere. 

Mi—, vn. S'elever en colonne, en nua- 
ge. Fi— , s. Mani6re do s'elever en co- 
lonne. 

Fidoahana, Fidoafana. s. L'action 
de s'elever en colonne, en uuee. Idoa- 
fana, rel. 

Doadoaka, dupl. do Doaka. 

D6ANA, 8. Action de donner un coup 
solide, comme en forcant, en fructurant 
une porte, une cloison. 

Doanana, p. Qu'on frappe fort ou vio- 
lemmcnt. Do any, imp. 

Voa—, pp. Heurt6, frappd violemment. 

Man—, va. Frapper, fracturer. Mandoa- 
na, imp. Fan—, s. Ce qu'on frappe 
violemment, manierede frapper. Mpan — . 
8. Celui qui frappe, qui fait effraction. 

Fandoanana, 8. L'action de frapper vio- 
lemment, de fracturer, d'ouvnr avec 
fracas. Andoanana, rel. Andoany, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan — . 

Maha—. Qui frappe ruderaent ou capa- 
ble de fracturer. 

Doand6ana, dupl. dim. de Doana. 

DOBAKA, adj. Gros, qui est en gran- 
de quantite. 

DOBARA et DOBARABfi (plus usi- 
te ), adj. Gros et gras, corpulent, vo- 
lumineux, enorme. 

DOBfi, adj. Gros et gras, corpulent. 

DOB&BAKA, adj. Qui s'elargit en se 
deprimant, qui s'assied en prenant une 
large base, comme une personne 
grasse. 

Adobebaka, p. A elargir. Adobebaho, 
imp. 

Tafa—, p. Qui s'est elargi on se depri- 
mant. 

Mi—, vn. S'elargir en se deprimant, 
s'asseoir en prenant une large base. 



Digitized by 



Google 



DOB 



— 105 — 



DOD 



Midobebaha ny sob iky feno vary. La 
corbeills pleine de riz s'elargit en se 
deprimant. Midobebaha, imp. Fi— , 8. La 
maniere de s'asseoir en prenant un 
large base. Mpr— , s. Celui qui s'assied 
en prenant une large base. 

Fidobebahana, 8. L'action de s'asseoir 
en prenant une large base. Idobbbaha- 
na, rel. Idobebabo, imp. 

Maha— , Qui (ait elargir. 

Dobebabebaka, dupl. dim. de Dobe- 
baka. 

DOBiBIKA, «. Collection, assemblage, 
tasde choses dont on ne se sert pas, 
qui n'ont pas cours, qu'on laisse la en 
attendant. 

Adobibika, p. A laisser croupir, qu'on 
laisse stagnant. Adobibiho, imp. 

Voa— , pp. Amasse, entasse. 

Mana— , va. Amasser, collcctionner, con- 
server deschoses dont on ne tire aucun 
{>roflt. MANADOBiBfHA, imp. Fana— , 8. 
;e qu'on amasse, maniere de conservcr. 
Mpana — , 8. Celui qui amasse. 

Fanadobiblhana, s. L'action de con- 
server*en tas. Anadobibihana, rel. Ana- 
dobi Bin o, imp. 

Mi—, v n. Eire en tas, n'avoir pas cours. 
stationner en grand nombre. Midobi- 
bika ao alatrano ny kitay bazo. Le bois 
de chauffage resle en tas au dehors. 
Fi— ,&. L'etat de ce qui est en tas. 

Fidoblblhana, s. L'action de station- 
ner en grand nombre. iDOBiafHANA, rel. 

Mft 11 ^ — . Qui amasse, qui laisse dormir en 

Dobibibibika, dupL dim. de Dobi- 
bika. 

D6BO, 8. Bassin, vivier, reservoir, la 
nappe d'eau qui se forme au confluent de 
deux courants, gouffre au pied des chutes 
d'eau; fig. adj. inond6, plein d'eau. 

DOBOD6BONY, adj. Dodu, grassouil- 
let, potete. 

DOB6FOKA, 8. Voy.' Dabopoka. 

D6BOKA, 8. Son retentissant, sourd, 
com me celui des tambours, des vagues 
qui brisent, des cascades, du bourdon- 
nement des oreilles, d'un coup de poing 
sur le dos. Ny dobok' amponga no mam- 
panatona ny clona. Le son retentissant 
de la grosse caisse fait venir les gens. 

Dobdfana, Dobohana, p. Qu'on fait 
retentir, resonner. Aza dobohanao ta- 
haka izany ny ngorodon-kazo. Ne faites 
pas ainsi resonner le plancher. Dobopy, 
Dobohy, imp. Dobony ny totohondry 
ny lamosiny. Faites resonner un peu 
son dos en le frappant avec le poing. 

Adoboka, p. Avec quoi on fait reson- 
ner. Adob6hy imp. 

Voa—, pp. Qu'on a fait resonner. 

Man—, va. Faire resonner quelque cho- 
se, comme en ballant, en frappant sur. 



Mandoboha, imp. Fan—, 8. Ce qu'on 
fait resonner, maniere de battre quel- 
que chose. Mpan— , 8. Celui qui fait re- 
sonner. 

Fandobbhana, s. L'action de faire re- 
sonner, I'instrument avec leuuel on ti- 
re le son. Anoob6hana, rel. Andob6- 
hy. imp. 
Prend Mi fan—, Mam pi fan— , Mampan— . 

Mi—, un , Resonner, retentir. Natsipiko 
tao ana tin' ny farihy vato lehibe ka ni- 
doboka ny rano. Je jetai une grosse 
pierre dans le lac et f'eau a produit un 
son sourd. Midoboka ny sotina misy 
rano. Les oreilles bourdonnent quand il 
y a de l'eau. Fi— , s. La maniere de re- 
sonner. Mpi—, s. Co qui resonne. 

Fidobdhana, s. Le retentissemenl. Ido- 
b<5hana, rel. . 

Maha—. Qui fait resonner ou sait le fai- 

Dobodbboka, dupl. dim. de Doboka. 

D6BOKA, s. Action de sojourner, do 

' rester, de se retarder. 

Addboka, p. A faire stationner. Adob6- 
hy, imp. 

Tafa— . p. Qui est reste, qui a sejonrne. 

Mi— , vn. Sojourner, stationner, se retar- 
der. Midoboha, imp. Fi— , s. L'etat de 
celui qui stationne. Mpr—, s. Un trai- 
nard. 

Fidobdhana, 8. L'aclion de sojourner, 
le temps, le lieu du sejour. Idobohana, 
rel. Idobuhy, imp. 

Maha—. Qui reste stationnaire, qui re- 
tient. 

DOB6KA. CommeDABOKA. 

D6DA et DODAD6DA ( dupl. plus 
usite;, adj. Depensier, liberal. 

Dodadodaina, p. Qu'on depense rapi- 
dement. . . 

Adodadbda, p. Qu'on depense rapide- 
ment. 

Voa—, pp. Denens6 rapidement. 

Mana—, va. Depenser rapidement. Fa- 
NA _, 8 . Ce qu'on depense rapidement, 
maniere de le depenser. Mpana— , s. Un 
depensier. , 

Fanadodadodana, s. L'action de de- 
penser rapidement. Anadodadodana, rel. 

Mi—, vn. Etre prodigue. dissipateur. Fi— , 
s. Htat du prodigue. Mpi—, 8. Un pro- 
digue. 

Fidodadodana, 8. La prodigalite. Ioo- 
dadodana, rel. 

Maha—. Qui depense rapidement. 

DODAD6DA Comme Dkdadeda. 

D6DANA, adj. Briil^, consum6 par le 
feu ; pg. prcsse, qui est dans 1'urgence. 

DODOD6DO, 8. Diligence, empresse- 
ment, celerity. 

Adododbdo, p. A faire hater. Adododo- 
d6y, imp. 

Tafa—, p. Qui se hale ou s'est empresse, 



Digitized by 



Google 



DOF 



— 106 — 



DOH 



Mi— f vn. Se presser, se hater, accourir, 
avoir recours a. Nidodododo nankanv 
an-tsena ny mpivarotra. Les marchands 
so hataicnt en allant an marched Nido- 
dododo ny vahoaka mba hamonjy ny 
hainlrano. Le neuple accourut pour 
eteindrc I'incenaio. Midododod<5a, imp. 
Fi — , s. La maniere do s'empresser. 
Mpi—, s. Celui qui se hate, qui se presse. 

Fidodododdana, s. L'action de s'em- 
presser, de se hater, d'accourir, d'avoir 
recours a, celui auguel on a recours. 
Idodododoana, rel. Nyreniny no idodo- 
dodoan* nyzanany amy ny'zavotra re- 
hetra ilainy. C'est a sa mere que len- 
fant a recours dans tous ses besoins. 
Idodododoy, imp. 
Prend Mampi— Mifampi— . 

Maha— . Qui s'em presse ou peut s'em- 
presser. 

D6DOKA, adj. Presse, qui a hate do.. 

DODONA, adj. Presse, empresse, ar- 

• dent, prt»cipit/j, impetueux. Dodona 
loatra mba handeha izy. II est trop pres- 
se pour partir. 

Dod6nana, p. Qu'on presse, qu'on halo, 
qu'on aecelere, qu'on fair agirlestemont. 
qu'on excite on grondant. Dodonany 
mba handoa ny volany aho. II me pres- 
se pour que je" lui paie sa dette, Dod6- 
ny, imp. Dodony izany raharaha izany. 
Pressez, hatez ce travail. 

Voa— , pp. Qu'on a pressed 

Man—, va. Urger, presser, exciter a. 
Mandodoxa, imp. Fan—, s. Celui qu'on 
presse, maniere de presser. Mpan— , s. 
Oeluiqui presse. 

Fandodonana, s. L'action do presser, 
daetiver. Andodo.nana, rel. Nahoana no 
andodonanao ahy taliaka izany? Pour- 
quoi me pressez-vous tant? Andodoxy, 
imp. 
Prend Mifan— . Mampifan— , Mampan— . 

Maha—. Qui rend pressed qui excite ou 
peut activer. 

Dodond6dona, dupl. de Dodona. 

DOD6SINA, p. irrey. de Dodo inusite. 
Qu'on poursuit, qu'on ])resse. Dodosy, 
imp. 

D6FA, adj. Gros, qui a de fortes pro- 
portions. 

Dofadof a, dupl. de Dofa. 

D6FAKA ? s. Colonne, nuee de fumee, 
de poussiere, odeur. parfum qui se re- 
pand, qu'on sent de* loin. 

Dofahana, p. Sur qui on repand. Do- 
faho, imp. 

Man a—, ra. Enfumer, soulever de la 
poussiere ; repand ro des parfums. Fa- 
na— ,$. Maniere d'enfumer, celui qu'on 
enfume. Mpaxa— , s. Celui qui en fume. 

Fanadofahana, s. L'action d'enfumer, 
de soulever de la poussiere, de repandre 
des parfums. Anadofahana, rel. 

Mi—, vn. Repandre une bonne ou mau- 



vaise odeur, s'elever en fumee. Fi — , s. 

Maniere de s'elever, de se repandre. Ido- 

fahana, rel. 
Maha—. Qui se repand. 
Dofaddfaka, dupl. dim. de Dofaka. 

D6FITRA, s. Choc des projectiles, des 
fardeaux, des navircs, des embarca- 
tions. 

Adbfitra, p. Qu'on fait heurter contre. 

Voa—, pp. Qu'on a fait heurler contre. 

Tafa— , p. Qui a heurte\ quis'est heuritf. 

Ml—, vn. Choquer, heurter. Fi— ,«. Le 
choc. 

Doflddfltra, dupl. do Dofitra. 

D6FOKA, adj. Emoussd, obtus, a poin- 

to ('•moussee. 

DdFOTRA, adj. Gros et court, trapu. 

de forte carrure. 
Dofodokotra, dupl. de Dofotra 

DOGAGA f gaga), s. Attenledans i'inae- 

tion, expectative. 
Adogaga, p. A faire attend re, qu'on fait 

attendre. Adogagao. imp. 
Tafa—, p. Qui reste dans l'expectalive. 
Mi— ,vn. Hester dans 1'oxpectative. Mi- 

dogaga, imp. Fi— , s. I/etat de celui 

qui attend. Mei— , 8. Un desoeuvre, un 

flaneur. 
Fidogagana, s. L'action de roster dans 

l'altente. Iuogagana, rel. Ioogagao, 

imp. 

Prend Mampi—, Mifampi—. 
Maha — . Qui fait rosier dans I'attente. 
Dogagagaga, dupl. dim. de Dogaga. 

DOHAD6HA, h. Vanterie, hablerie 

Mi—, vn. Se vanter, habler. Fi— . s. Ma- 
niere de se vanter. Mpj — , 8. Un van- 
tard. 

Fidohadohana, s. Vanterie, fanfarona- 
de. Idoiiadohana, rel. Idohadohao, imp. 
Prend Mampi—, Mifampi—. 

Maha—. Qui ose se vanter. 

D6HAKA, adj. Prodiguc par vanite, 

hableur, charlatan. 
Mi — , vn. Prodiguer par gloriole, habler, 

faire le charlatan. ,MinoiiAi\\, imp. Fi— , 

s. Maniere de prodiguer, de habler. 

Mpi— , s. Uu vaniteux, un prodiguc. un 

hAbleur. 
Fidohafana, s. L'action de prodiguer 

par gloriole, hablerie. Iuohafana, rel. 

InoHAFY, imp. 

Prend Mampi—, Mifampi—. 
Maha— . Qui rend hableur, qui cause la 

prodignlile. 
Dohadbhaka, dupl. do Dohaka. 
DOHAKA, s. et adj. Eclat dune voix 

forte, gourde, braillnrde, son des bour- 
dons, des timbres, dcsgrandeshorlogcs ; 

rau que, casse. 
Adohaka, p. A faire re'sonner sourde- 

ment et lortement. Adohafy, imp. 
Mi—, vn. Hesonner sourdement et for- 

tement, etre rauque, casse. Fi — , *. l#o 



Digitized by 



Google 



DOK 



107 — 



DOL 



son rauque. Mpi—, s. Celui qui a la 

voix rauque. 
Fidohafana, 8. [/action de r6sonner 

sourdement et fortement. Idohafana, 

rel. 
Maha — . Qui peut rdsonner fortoment et 

sourdement. 
Bedohaka. Voy. Be. 

d6KA, s. 1° Bambou on citrouille creu- 
se qu'on 1'rappait sur lo sol pour ex- 
citer les danseurs; 2° vantene, flatte- 
rie, adulation, action de faire ressortir 
lesqualitesd'une chose % do faire 1'article, 
la reclame. Tia doha loalra izy. II aimc 
trop les flatteries. 

Dokafana, Dokaina, p. Qu'on vante, 
gu'on flatte. Dokaky, Dokafo, Dokao, 
imp. 

Voa— , pp. Flatt6, vante\ 

Man—, va. Vanter, flatter. Mandoka 
varotra loatra izy. II vante trop sa mar- 
chandise. Aza mandoka olona tahaka 
izany. Ne ilattez pas ainsi les gens. 
Mandoka, Mandokafa, imp. Fan—, 8. 
Celui ou ce qui m6rite l'cloge, maniere 
de vanter. Mpan— , 8. Un adulateur, mi 
flatteur, un courtisan. 

Fandokafana, s. Flatlerie, vanterie. 
Tsy anerany ny fandokafanao azy. Les 
flatteries que vous lui adressez dgpas- 
sent la mesure. Andokana, Andokafana, 
rel. Andokao, Andokafy, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan— . 

Mi—, ra. Donner de fausses louanges. 
Midokafa, imp. Fi— , s. Maniere de 
donner de fausses louanges. Mpi— , s. 
Adulateur, courtisan. 

Fi dokafana, 8. L'action d'aduier, de 
donner de fausses louanges. Idokafana, 
rel. Idokafy, imp. 
Prend Mampi— , Mifampi— . 

Maha—. Qui salt flatter. 

Dokad6ka, dupl. freq. de Doka. 

Mandoka tkna et midoka — . Se vanter soi- 
meme, faire son propre <Moge. 

DOKA, 8. Action de commencer au mar- 
teau un trou pour la mine. 

Dokana, p. Qu'on commence a percer 
pour la mine. Dokay, imp. 

Voa—, pp. Perce\ 

Man—, Mana— , va. Commencer a per- 
cer. Fana— , 8. Maniere de percer. 

Fanadokana, s. L'action de commen- 
cer a percer, Instrument. Anadokana, 
rel. 

Maha—. Qui peut percer. 

DOKAD&KA, adj. Luxuriant, do bel- 
le venue, en parlant do la vegetation. 

Mi—, vn. Pousser luxurieusement. Fi— , s. 
L'etat luxuriant. Mpi—, s Les plantes 
qui poussent bien. 

Maha—. Qui rend luxuriant, qui a la 
proprie'16 de faire pousser. 

D6KO, 8. 1° Toufle de plumes ou de che- 
veux a cote des oreilles; 2* pomme, 



pommeau, caroncule, protuberance sur 
le becdesoiseaux ou surle nez des gens. 

Akoho be d6ko. Coq, poule qui a une toufle 
de plumes aupres des oreilles. 

DOK6A, s. Oiseau des marais. 

DOK6ROKA, r. M6loncolie, persisten- 
ce, patelinage, assiduit6, instance pour 
exciter la pitie. 

Man—, vn. Porsister, flagorner, impor- 
tuner, 6tre mglancolique. Mandqkoroha, 
imp. Fan—, s. Maniere de s'insinuer, 
d'importuner, d'insister. Mpan—, s. Un 
flagorneur. 

Fandokordhana, 8. La mdlancolie. la 
persislance, le patelinage. Andokor6- 
hana, rel. Andokorohy, imp. 

Maha—. Qui flagorne ou sait flagorner. 

DOKOT&RA, 8. Medecin. (Fr. docteur). 
Dokotera madixika, 8. Eleve en mddecine. 
Dokotera vehivavy, 8. Sage-femme, gar- 
de-malade, infirmiero. 

D6KOTRA, s. Canard musque. Anas 

moschata. (Ang. duck). 
Saiun-dokotra. Voy. Sary. 

B6LA. Voy. Tola. 

D6LA et DO£jAD6IiA, 8. Chancelle- 
ment, balancement, d-marche pnicicu- 
se. 

Adolad61a, p. A faire balancer. Adola- 
dolay, Adoladolao, imp. 

Tafa— , p. Qui titube. 

Mana—, va. Agiter, balancer. Manado- 
ladola loha mandrakariva io vehivavy 
io. Cette femme balance continuelle- 
ment la tete. Manadoladola, imp. 
Fana— ,8. Ce qu'on agite, maniere d'agi- 
ter. Mpana— , 8. Celui qui ngite. 

Fanadoladdlana, s. L'agitation, Tac- 
tion de balancer. Anadoladolana, rel. 
Anadoladolao, imp. 
Prend Milana— , Mampifana— , Mam- 
pan a—. 

Mi — , vn. S'agiter, se balancer, tituber, 
prendre une d-marche preVieuse. Mi- 
doladola, imp. Fi— , s. Maniere de ba- 
lancer la tele. Mpi—, 8. Celui qui balance 
la t6te. 

Fidoladolana, 8. L'action de balancer la 
tgte. Idoladolana, rel. Idoladolao, imp. 

Middla, vn. Tituber, s'enivrer, etre las- 
cif. Fi— , s. La maniere de tituber. 
Mpi—, 8. Un ivrognc. 

Fidolana, s. L'action de tituber. Idola- 
na, rel. 

Maha—. Qui se balance ou sait le faire. 

DOL^LAKA, 8. Prolongation de la voix 
sur les lettres a o, finales ou ajout^cs 
en appelant. 

Dolelahina, p. Qui est appcle par un 
long cri. 

Mi—, vn. Appeler par un cri prolongs. 

DdLOTRA. Mauvaise prononciation de 
Dilotra. 



Digitized by 



Google 



DON 



— 108 — 



DON 



La plus basse corde du 



DOMATINA, s 

valiha. 

D6MBA, adj. Saillant, proeminent. 

ft n ~"i L " n '. et ndj ' Sai,, «m, proeminent 
Mandomba ny orony. II a un tiez proe- 
minent Ian-, s. LVMat de ce qui esl 
saillant, proeminent. f 

D6MBO, adj Emousse, use, obtus • fin 

ttZvS 1116 ' °? nihi, «. <!"* a fait son temps, 
tombe en deTavour. ' 

D ?- mb ?J? a ' rk P Q u '<™ emousse, qu'on 
discrete. Domdoy, imp. ' 

?ST;? 0do .?^.? lbo ' W- Emoussd, dis- 
credit^ annihile. 

r^nrTo £, ana i~ V ^' Ero <>usser, user, 
rend.e obtus, discreditcr quelqu'un. Nv 
taoana nanadombo ny amiiko. Les 
os ont emousse mon coiitoau. Nv vato 

ns6 ma beehe. Ny hakamoana nana- 
dombo ny sainy. La paresse a rendu 
son esprit obtus. Ny flhinanam-bahoaka 
no nanadombo 10 governora io. Ce mm- 
verneur est discrete a cause de%es 
concussions. Mandomhoa, imp Fan— 8 
Celui qu'on diseredite, maniere d'emoiis- 
vent *""' S ' CelUi qui 6raousse sou " 
Fandomb6ana, s. L'action d'emousscr, 
de discreditcr, d'annihiler. Andomuoa- 
na, rel. Andomb6y, imp 



. Trend Mifan-, Mampilan-, Mampan-. 

rfn„f7' 9 U ! 6mouss e, qui annihile ou 
pent annihiler. 

Dombod6mbo, dupl. dim. de Dombo. 

D ^ p fil ;INA, adj. Qui a ia tote fati- 
g ee, lourdo, qu, a l'esprit accable, 
incapable de travail, de reflexion ab- 
niti; qui a perdu la memoire. 

DOMESTtKA, s. Domestique. (Fr do- 

DdMY, 5. Domino. (Fr. domino-. 

DOMIV&RINA. Vov. Don v. 

DOM6HINA s. Tourtcrelle. Turtur 
picturatus, Temm. 

D ^lJ?r^ Ue ^ P artici l>e passe forme 
par I addition de on insere apres la pre- 
miero consonne du radical: Donotra 
pour voadotka. ' 

D6NA, s. Choc, coup. 

Dbnina, p. Qu'on frappe, centre 
quo. on heurte, i paroles) 7pf on lance 
Domnao mafy loalra' nv varaval 
nana \ousfrappez la porte'trop fort 

ra tra tea tote a heurte centre la colonne 
etily a eu une blessure. Aodonin' ny 
governora lamy ny teny mafy izy ka 
nikoy. Lo gonvenieur lui a laneLles 
\?™n nQ * e l n s * est rendu I)6ny! 
k 7 v£° ny ma( V Baf y kokoa "V fanisi- 
ka I<rappez le clou un pen plus fort 
Donaiaa, p. Ql f on fra PP e/qu J bit com: I 



me font les laveuses. Nodonaino mafv 
oatra ny zaza kely. Vous avez frappe 
I enfant trop fort. Aza donainao Joa- 
tra ny lamba. No battez pas trop fort 
le lingo. D6nay, Donao, imp. 
Addna, p. Avec quoi on frappe, qu'on 
lait heurter. Indro ny vato hadonanao 
ny fantsika. Voila une pierre pour frap- 
per le clou. iXadonany tamy ny nn- 
drina ny lohany ka nisafoaka izy. II a 
fait heurter sa tele contre* le mur et il 
ftait furieux. Adcjny, imp. 
Voa— , pp. Qu'on a frappe, baltu, contre 
quoi on s'est heurte, contre qui on a 
Janet; des paroles. 
Tafa— , p. Qui a heurte, gui s'est heurte 
qui est alle trouver. Tafadona tamvny 
governora izy ka vita haingana ny raha- 
rana. II est allf> trouver le gouverneur 
et 1 affaire a el6 vile terminee. 
Man—, fa. Wrapper, battre, choquer, 
heurter, lancer des paroles. Nandona 
sambo hafa ny sambonay ka nisy loa- 
ka Notre navire en a heurte un autre, 
et il yaeuun trou. Mandona, Mandona, 
imp. Fan—, «. Celui on ce qu'on frap- 
pe, maniere de f rapper. Mi»an— *. 
Celui qui frappe. 
Fandbnana, s. L'action de frapper, do 
battre, le choc, etc. Instrument pour 
frapper. Andonana, rel. Anduny, imp. 
rrend Mifan—, Mampilan—, Mam- 
pan—, 
Mi—, vn. Choquer, heurter, se heurter, 
aller trouver, aboulir a. Xidonn tamy 
ny haram-bato ny sambo ka vaky. Le 
navire a heurte contre un rocher et il 
?°»t bnse.il/ idona env amy ny kianja 
io lalana io. Ce chemin aboutit a la pla- 
ce Midonx, imp. Fi-, k. La maniere 
de heurter, etc. Mm- s. Celui qui heur- 
te souvent. 
Fidbnana, s. L'action de heurter, d'aller 
trouver. le lieu oil aboutit. Id6nana, rel. 
Id6ny, imp. 
Mifampi— , vn. Heurter l'un contre 1* au- 
tre, s'entre-choquor. Nifampidona ny 
sambo roa ka vaky nv anankiray. Les 
deux navires se sunt entre-cheques et 
l'un dentre eux a ete brise. 
Maha— Qui frappe ou pout frapper. 
Dond6na, dupl. frcq. de Dona. 

DONY NYTANIN' ANDIUANA, 1ZAY MIFODY TSY 

ma nan a. Formulo prononcee apres un 
contrat: frapj ous la terre du souverain, 
et quo celui qui se dedira, suit fruslre 
du tout. 

Midona ny orana. Phrase usilee en par- 
lant des premiers coups de tonnerre, 
encore lointains, annoucant la saisoti 
pluvieuse. 

Mandom-uaiiavarana. Ajjpeler ceux qui 
devaient jadis subir i epreuve du tan- 
guin; se dit aussi des sorciersqui frai>- 
pent les porlcs 

Mandon'dom-baravarana. Frapper a la per- 



Digitized by 



Google 



DON 



— 109 — 



DOM 



to pour entrer ; fig. demandor une jeu- 

ne fille en mariage. 
Dox-tany, s. Accusation hasardfa porlee 

earr£ment comnw 9i on etait siir, pour 

sonder ou eonnaitro la verite, ballon 

d'essai. 
Domiverina ( dona miverina ), 8. Choc en 

retour. 

D6NA. Termedejeu au domino; passe. 
Mi—, vn. Passer. 

D6NAKA, s. Fumee, chaleur suflb- 
cante des appartements; coup. 

Donafana, Donahana, p. Qu'on suf- 
focnic avec la furore, qu'on enfume, 
qu on bat. Aza donafanao izahay. Ne 
nous enfumez pas. iVodo?ia/an t/"taha- 
maina izy. II lui a donne un bon souf- 

flet. DONAFY, DOXAFO, DONAIIY, DOXA- 

ho, imp. 

Addnaka, p. Avec quoion enfume. Ano- 
nahy, Adoxaho, imp. 

Voa— , pp. EofumA, battu. 

Man—, va. Enfumer, battre. Maxdona- 
ha, imp. Fan — , s. Ce qu'on enfume, 
maniere d'enfumer. Mpas — , 8. Celui qui 
enfume. 

Fandonafana, Fandbnahana, s. L'ac- 
tion d'enfumer, de frapper. Andoxaita- 
na, rel. Andonaho, imp. 
Prend Mifan— , Mampilan— , Mampan— . 

Mi—, vn. S'elover, se dit de la lumeo, 
fumor, donner do la fumee; etre tres 
chaud. Midonaha ny setroka ery amy 
ny toby. La fumee s'eleve du camp. 
Midonaha ny ala. La foret fume. Mi- 
donaka ny tranonay raha lohataona. No- 
tre raaisoh est ires chaude au prin- 
temps. Fi— , 8. L'cHat de la fumee, la 
chaleur. 

Fidonafana, Fidonahana, s. La fu- 
mee qui s'eleve, la chaleur. Idoxafaxa, 
Idoxahaxa, rel. 

Maha— . Qui enfume ou suflisant pour 
enfumer. 

Donadonaka, dupl. do Donaka. 

Doxak' afo, 8. Fumee, colonne de fumee, 
signal donnG en produisantde la fumee ; 
fig. repas. 

DONANA, adj. Imbecile, stupide, in- 
dolent. d&»ocuvre. 

Don ana velona. Stupide. 

Mi—, vn. Etre idiot, indolent. Fi— , s. L'e- 
tat d'imbecilite\ Mim— , s. Un imbecile. 

Maha—. Qui rend imbecile, nonchalant. 

DON AN AK A, 8. Nonchalance, indolen- 
ce, oisivete, desecuvrement. 

Adonanaka, p. Qu'on rend oisif, a qui 
on fait perdro le temps. Adonanaho, 
imp. 

Tafa— , p. Qui reste desoeuvre. 

Mi—, in. Flaner, 6tro d6sceuvr6, rester 
sans ricn faire. Ahoana hianareo no 
midonana-poana eto mandritra ny an- 
dro? Pourquoi restoz-vous ici sans rien 
fair© duraut lajourncc? Midonanaha. 



imp. Fi — , 8. L'etat d'oisivete. Mpi— , 8. 

Un flaneur. 
Fidonanahana, s. L'action do flanor, 

l'oisivetiS le desceuvrement. Idoxaxaha- 

n.\, rel. Idonanaho, imp* 
Maha—. Qui reste ou peut rester oisif. 
Donanananaka, dupl. do Donanaka. 

D6NDA, s. Consistance, solidile, epais- 

seur, poids des tissus. 
Mand6nda, adj. Corse, epais, pesant. 

D6NDRINA et D6NDRONA, adj. 
Maladroit, gauche, lourdaud. 

DON&NDRINA, adj. Maladroit, enlre- 

pris, simple, sot, nigaud. 
Ml—, vn. Etre niais ou le contrefaire. 

Fi— , 8. La niaiserio, la sottise. Mpi—, s. 

Un niais. 
Maha—. Qui rend nigaud. 
Donendrinendrina, dupl. de Donen- 

drina. 
DdNGA et DONGAD6NGA, adj. Do- 

du, potel6. 
Donga tsy mix6no. Sc*dit des petits pou- 

lets ou petits canards bien gras. 

DONGAlNGY, adj. Qui ale cou court 
et la tete enfoncee dans les Gpaules, par 
suite d'un lourd fardeau ou pour une 
autre cause. 

Adongaingy, p. Ce qui fait onfoncer la 
tete. 

Tafa—, p. Qui s'enfonce. 

Mana— , va. Charger d'un paquet qui 
fait enfoncer la tete. Maxadongaixge, 
imp. Fana— , s. Celui a qui on fait en- 
foncer la t6te en le chargeant trop, ma- 
niere de faire onfoncor la tofe. Mpana— , 
s. Celui qui fail enfoncer la t6te. 

Fanadongainggna, 8. L'action de laire 
onfoncer la leto en chargant trop. Axa- 
doxgaixgexa, re/. Axadoxgaixgeo, imp. 

Mi—, vn. Avoir la tete enfoncee. Midox- 
gaixge, imp. Fi — , s. L'etat do la tete 
enfoncee. Mm— , s. Celui qui a la tete 
enfoncee. 

Fidongainggna, 8. L'action d'enfoncer 
la tete. Idoxgaixgexa, rel. Idoxgaingeo, 
imp. 

Maha—. Qui fait enfoncer la tete. 

Dongaingingaingy, dupl. de Don- 
gaingy. 

DONGARA, s. Espece de sauterelle. 

Doxgarade, adj. Corpulent, massif. 

D6NGY, 8. Bouderie, ofistination. 
Mi—, vn. Bouder, etre morose, rcchigne, 

faire la moue, s'enteter. Miuoxgia, imp, 

Fi— , 8. La maniere de bouder. Mpi—, 

s Un boudeur. 
Fidongiana, 8. L'action de bouder. 

Idoxgiana, rel. Inona no idongian"\o za- 

za kely io? Pourquoi ce petit enfant 

boude-t-il? Idoxgio, imp. 

Prend Mampi— , Mifampi— . 
Maha—. Qui boude, qui persiste en bou- 

dant. 



Digitized by 



Google 



1)0R 



110 — 



t)OR 



Dongid6ngy, t/up/. fr6q. de Dongy. 
AIidongy an-ualana. Qui s'obstine a ne 
pas marcher. 

MlDONGY AN-KANINA. Qui boude, nCSt U8S 

content de sa ration. 

D6NIKA, 8. Tumeur au-dessous des 
oreilles. 

Donkbina, adj. Qui a une tumeur au- 
dessous des oreilles. 

D6NTO, adj. Sourd, tSmousse, obsline, 
tetu stupide, abruti, endurci, deter- 
mine, hardi. 

Dontdina, p. Rendu sourd, qu'on 
emousse, qu'on abrutit, qu'on endurcit. 
flodon toi n % ny aretina izy. La maladie 
a rendu sourd. Aza dontoina ny an- 
ismao. N e'moussez pas votre couteau. 
N odontoin' ny kapoka izv. II a ete 
abruti par les coups. Dont6y, imp. 

Voa-, pp. Rendu sourd, emousse\ abruti, 
endurci. 

Mana— , va. Rendre sourd, dmousser, 
rendre tetu, stupide, abrutir, endurcir, 
rendre hardi. Ny.iahazaraua amy ny 
asa no nanadonto ny tanako. L'habi- 
tyne du travail a endurci mes mains 



M-- ... ^ v^uvji.iwi U1C3 IUU1I13. 
anadontoa, imp. Fana— , s. Celui qu'on 
abrutit, qu'on endurcit, maniere d'ab- 
rutir, etc. AIpana— , s. Celui qui abrutit. 
Fanadont6ana, s. L'action d'tfmousscr, 
d abrutir, d'endurcir, do rendre hardi. 
Anadontoan'a, rel. ANADONTdv, imp 
Prend Mifana— , Mampifana— , Mam- 
pana— . 
Maha— . Qui rend sourd, qui emousse, 
qui r<?nd obstine\ tetu, stupide, qui 
abrutit. endurcit, qui rend hardi. Ny 
ady nataony no na/iadonto uzy. Les 
combats qu'il a iivres 1'ont rendu hardi. 
Dontod6nto, dupl. do Donto. 
IJONTOLAnv. Hardi, qui ne craint rien. 
UApoNTdANA, s. L'endurcissement, l'abru- 

tissement, la surdite. 
Donto saixa. Qui a 1'esnrit obtus. 
Donto v^lona. Qui s'obstine, qui ne sait 
nen faire. 

DONT6NANA, s. Arbre dont le bois 
uur sen pour les constructions. Smn- 
plwnia. J 

DONTdNANA, s. Le support do l'enc- 
lume. 

D6RA, adj. HAbleur, vantard, fanfaron. 
Ml— vn. Dabler, se vanter. Fi— pS . Ma- 

niere de habler. Mim— , s. Un hableur. 
Fidorana, s. L'action de habler. Ioo- 

» ana, rel. 

Prend Mampi— , Mifampi— . 
Maha—. Qui rend hableur. 
Doraddra, dupl. dim. de Dora. 
Doha vava, adj. Hableur. 

D6RANA,p. deDotra. 

DORARAKA, s. Nonchalance, desoeu- 
vreraent, oisivete. 



Adoraraka, p. Quon rend oisif. Ado- 

raraho, WW. 
Tafa— , p. Qui reste dcsceuvre, qui uerd 

son temps. ' r 

Mi-, vn. Rester oisif, flaner. Mioorara- 

ha imp. Fi- 8. L'elat oisif, desanivrc*. 

mm—, s. Un faineant, un flaneur. 
Fidorarahana, s. Le desoeuvrement, 

taction de flaner. Idorarahana, rel 

IDORARAHO, imp. 

Doraradraraka, dupl. de Doraraka 
DORfcHITRA, adj. Tres rouge, ecar- 

Mi *~;,V 4 n * Etre r o»ge comme le feu. Fi— 
8. Letat rouge. * 

^J^^hitra, dupl. dim. de Dore- 



DORfiRAKA. Comme Doraraka. 
DORfiTRA. Comme Tohbtra. 

D ^!m'c arfu .'.? edit d,un temps avenir, 
un temps indefini. ' 

M ment AK1ZAY DOafA " Toujours » eternelle- 

D hr^i?; * pA cti0 » ' J « mettre le feu, de 
bruler, d mcendier, de carboniser, de 
faire cuire. 

Dorbana, p. A quoi on met le feu, qu'on 

V c?rbon*»^ 

Man-, va. Mettre le feu, bruler, in- 
cendier, carboniser, faire cuire Nan- 
doro ny tnnana ny fahavalo. Les enne- 
mis ont brule le village. Mandoro arina 
*aire du charbon de bois. Mandoro 
binky tanimanga. Faire cuire des bri- 
r f u ?s. Mandohoa, imp. Fan-, s. Ce 
quon bnllo, maniere de bruler. Mj-an— 
s. Celui qui briile, un incendiaire, co- 
lui qui lait cuire. 

Fandorbana, ,s. L'action de bruler 
d incendier de faire cuire, le lieu, Hns- 
irument. Vato fandoroana. Pierre in- 
ernale ou nitrate d'argent. Andoroaxa 
rel. Andor6y, imp. 

Twro'i?o d M K an -» Mampifan-, Mampan-. 

^, a "*, Q ? 1 met le fou on suffit pour 
mettre le leu. F 

Dorod6rp, dupl. de Doro. 

DORdBOKA, s. Etat du dindon qui 
tait la roue, de ce qui pousse en touf- 
les series et peu hautes, action de so 
pavaner ampteur des contours des 
habits, desatours. 

Adordboka, p. Qu'on fait pavaner. Ado- 

robohv, imp, 
Tafa—, p. Qui se pavane. 
Mi—, vn. Faire la roue, etre louflu. se 

pavaner. Mii>orob6ha, imp. Fi— * 

Maniere de faire la roue. Mri— s Ce 

qui fait la roue. 

Fidorohdhana, s. L'action de faire la 



Digitized by 



Google 



D02 



— Ill — 



DRA 



roue, do se pavaner. Idorob6hana, rel. 
Idorobohy, imp. 

Dorobodrdboka, dupl de Doroboka. 

Dorobokalatrano, 8. Broussaillo. Euge- 
nia Michelii. 

DdROKA, adj- Ivre, degoute. Doroky 

ny asa izy. II est degoute du travail. 
Mi— f vn. Eire ivre, scnivrer. Midoroha, 

imp. Fi— , s. La maniere de s'enivrer. 

Mpi—, s. Un ivrogne. 
Fidor6hana, s. L'ivrognerie, le lieu. 

Idorohana, rcZ. Idoroiiy, imp. 
Maha— .Qui enivre.suflisantpourcnivrer. 
Dorod6roka, dupl. freq. de Doroka. 
DOROTANTY. Comme Dirotanty. 
D6SY,s. Nom d'unc perle. 
D6SIKA, r. Embonpoint, grosseur. 
Mi—, vn. Etre tres gras, tresgros. 

D6TRA, s. Action do bruler, d'incen- 
dier, de carboniser, de fairecuiro ; fig. 
de presser fortement. 

D6rana, p. Qu'on brule, qu'on incendie. 
qu'on fait cuire; qu'on presse fortement. 
Nodorann ny titafian' ilay matin' ny 
nendra. On a brule les vetements de 
eelui qui est mort de la petite verole. 
Nodorana ny tanety. On a brule les 
herbes de la colline. Nodorari ny fan- 
jakana ny governora mba hampanao 
lalana. Lo gouvernement a fortement 

f>ress6 le gouvemour pour faire faire 
a route. Dory, imp. 

Voa— , nodonotra, pp. Brule, incendie, 
cuit, presse fortement. Biriky taniman- 
ga voadotra. Brique cuito. 

Man—, va. Bruler, incendier, carboni- 
ser, faire cuire; Jig. presser fortement. 
Makdoba, imp. Fan—, s. Le qu'on bru- 
le, maniere de bruler. Mpan— , s. Celui 
qui brule, qui fait cuire. 

Fand6rana, s. L'action de bruler, de 
faire cuire, de presser fortement, la cau- 
se, le lieu. Lafaoro fandorana sokay. 
Four a chaux. And<5rana, rel. And6ry, 
imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan— . 

Maha — . Qui peut bruler, faire cuire, 
qui suffit pour bruler, pour faire cuire. 

Dod6tra, dupl. dim. de Dotra. 

D6VY, s. Terme de Sikidy. enncmi, op- 
position, ue qui peut faire du mal, une 
chose nuisible; fig. ceux qui peuvent 
s'opposer aux caprices, comme les 
parents. 

Manolaka d<Wy. Exorciser, enlever un 
sort oppose. 

Maty dovy. Enfant dont les parents sont 
raorts, ind<5pondant. 

DOZfeNAetDOZfiNINY, s Une dou- 
zaine d'objets, une fanfare de douze 
instruments censeo au complet, habit 
complet d'un meme etofle, de meme 
qouleur. ^Fr. douzaine). 



DRADRADRADRA, s. Cris porcants, 
cris melds de pleurs, lamentations. 

Dradradradraina, p. Qu'on dit en 
criant, qu'on appelle a haute voix. J)ra- 
dradradao, imp* 

Adradradradra, p. A elevcr, se dit de 
la voix. Adradradradrao, imp. 

Tafa — , p. Qui crie fort, qui se lamcnte. 

Mi—, vn. Crier, pousser descris dedou- 
leur, se lamenter. Aza midradradra- 
dra foana. Ne criez pas ainsi sans 
motif. Voakapoka mafy izy ka nidra- 
dradradra izaitsizy. Ay ant 6te* for- 
tement frappe il poussaitde grands cris 
Ue douleur. Nidradradradra izy ireo 
noho ny nahafalesan'ny reniny. Us se 
lamentaient a cause de la mort de leur 
mere. Midradradradha, imp. Fi— , 8. 
Maniere de se lamenter. Mpi—, 8. Un 
criard, celui qui se lamente trop. 

Fidradradradrana, s. Les cris per- 
cants, les oris de douleur, les lamenta- 
tions. Idradradradrana, rel. Tsy misy 
antony idradradradranao toy izany. II 
n'y a aucun motif pour que vous criez 
ainsi, pour vous lamenter de la sorte. 
Idradradraduao, imp. 
Prend Mampi— , Mifampi— . 

Maha—. Qui braille ou peut brailler. 

DRAdRAKA, 8. Action de pousser des 
exclamations de douleur, de se la- 
menter, de pleurer, comme en appre- 
nant un malheur, en ressentant une 
vive souffrance. 

Mi—, vn. Pousser des cris de douleur, se 
lamenter. Midradraha, imp. Fi— , s. 
Maniere de crier. 

Fidradrahana, s. L'action de pousser 
des cris. Idradrauana, rel. Idradraho. 
imp. 
Prend Mampi—, Mifampi—. 

Maha— Qui pousse des cris. 

DRAFANA, 8. Agitation, mouvemenl 
desordonne, emportement. Comme Tra- 
fana. 

Mi—, vn. S'agiter, se deraener commo 
un chevai fringant ou fougueux, montrer 
une douleur irritee. Fi— , s. Maniere de 
s'agiter. Mpi—, 8. Celui qui s'agite. 

Fidrafanana, 8. L'action de s'agiter, 
de se dtfmener. Idrafanana, rel. 

Maha—. Qui s'agite ou peut s'agiter. 

Drafandrafana, dupl. dim. de Dra- 
fana. 

DRAHO, adj. Maladroit, gauche, lourd. 
Mi—, vn. Etre lourd, gauche, maladroit. 

Fi— , 8. Gaucherie. Mpi—, 8. Un lour- 

daud. 
Maha—. Qui rend lourd, gauche. 
Drahodraho, dupl. dim. do Draho. 
Hadraho.s. Lourdeur, maladresse. 

DRAY et DRAIDRAIDRAIDRAY, 

int. Exclamation marquant la surprise, 
Tadmiration, la douleur. 



Digitized by 



Google 



t)RE 



112 



DftO 



DRAlKO, 8. Action do marcher clopin- 

clopant. 
Adraiko, p. A posor maladroitement. 

AdraikoW, imp. 
Tafa— , p. Qui marche clopin-clopant. 
Mi—, vn. Clopiner. Midbaik6a, imp. 

Fi— . s. Demarche gauche. Mpi— , s. Ce- 

lui qui marche clopin-clopant. 
Fidraik6ana, «. L'action de clopiner. 

Idraik6ana, rel. Idraikoy, imp. 
Maha— . Qui clopine ou peut marcher 

en clopinant. 
Draikodraiko, dupl. deDraiko. 

DRAKADRAKA, s. Ornement a poin- 
tes, narures dressees sur la tete portees 
par les femmes dans les grandes solen- 
nitds, Iresses se dressantsur la tete. 

Adrakadraka, p. Quon dresse, a dres- 
ser. Adrakadrakao, imp. 

Tafa—, p. Qui se dresse. 

Mi—, vn. Etre dresse\ Fi— , s. L'dtat des 
ornements qui se dressent sur la tete. 

Fidrakadrakana, s. L'action de se h6- 
risser. Idrakadrakana, rel. 

DRAKADRAKA, s. Espion, agent se- 
cret, police secrete. 

DHAKO, adj. Long et maladroit. 
Drakode, adj. Long, grand sans elegance. 
Drakodrako, dupl. de Drako. 

DRfiDRY et DREDRIDR&DRY 

(dupl plususite;,s. Plaintes, gemisse- 

ments. 
Mi—, vn. Se plaindre, gemir, geindre. 

Midredridredrb\ imp. Fi— , 8. Maniero 

do gdmir. Mpi—, s. Gelui qui g6mit. 
Fidredridredrgna, s. faction de se 

plaindre, de gemir. Jdrbdridredrena, 

rel. Idredridredreo, imp. 

Prend Mampi— , Mifampi— . 
Maha—. Quigemitou persiste a gemir. 

DRfeDRO mot trivial), 5. Basse flat- 

terie, flagorncrie. 
Dredr6ina, p. Qu'on flatte. Dredroy, 

imp. 
Mana— , va. Cajoler, aduler. Manadrb- 

droa, imp. Fana— ,s. Gelui qu'on cajole, 

maniere de cajoler. 
Fanadredroana, s. L'action de cajoler. 

Anadredr6ana, rel. Anadredr6y, imp. 

Prend Mifana— , Mampifana— , Mam- 

pana— . 
Mi—, vn. Flagorner. 
Fidredr6ana, s. Flagornerie. Idredroa- 

na, rel. 



Prend Mampi— , Mifampi—. 
Maha—. Qui cajole ou sait cajoler. 
Dredrodr6dro, dupl. de Dredro. 

DR&HO, 8. D-marche incertaine, lente 
comme ceile des vieux. 

Tafa—, p. Qui marche avec difficult. 

Mi—, vn. Marcher avec difficulty avec 
peine, avec embarras, avec lenteur, 
avoir les jambes raides, faibles. Fi— , s 
Marche difficile. Mpi— ,«. Gelui qui mar- 
cue difficilement. 

Pi ££ 6 M 6ana ' 8 - L'action de marcher 

difficilement. Idrehoana, rel. 
Maha—. Qui marche avec difficulty 
Drehodrgho, dupl. de Dreho. 

DRtAKA, r. Menaces par paroles et par 

gcsies. 
Driahina, p. Quon menace, qu'on re. 

nSTint^i aV S C memice - d «^ho, imp. 
Driadriaka, dupl. de Driaka. ' 

DRtDRA, «. Ulcere, grnnde plaie pcr- 
sistante ; nom d'une herbe qui est cen- 
see la causer. 

Dridraina, ad;. UlceYeux. 

D ^^ IDI ^ tDRY ' * «dmis8ements. 
mem gnncemenf ' bru 't du frottc- 

Mi—, vn. Se plaindre, Jtimir. <?rincer 
craqucr. Micfridridridry izy' uTo ny 
havesaran'ny cntany. II se plaint it 
gdrait a cause de la nesanteur de son 
paquet. Midridridrikry nv varavara- 
na. Laporte gnnce. Midridridridru ny 
filanjana. Le pajanquin craque. V,^ 
DR.DRiDR.DHiA, imp. Fi-, «. Manidrc 
jtow plaindre. mJU, s . telui quTse 

Fidridridridriana, s. L'action de se 
plaindre, de grincer', de crater. Idr,- 

Prend Mampi- Mifampi-. ' P ' 

Maha—. Qui se plaint. 

DRIDRODRlDRO, «. Grincement 
craquement, cris des rats. unncement ' 
Mi— , vn. Grincer, craquer. Fi- * La 

JriSce' 6 d ° gri0Cer * kl>l -> 8 - t& '<** 
Ffdridrodridp6ana, s. Le grincement 
le craquement. Idridrodridr6an A rel 

DR6DROKA, adj. Pourri, qui n'a plus 
de consistance, mou. 

D £ ON iP,F ONAlWA 'P- Pou sse, tral- 
ne, culbute comme un criminel. 



Digitized by 



Google 



EDB 



— H3- 



BFA 



E 



E, s. La quatriemo k-ltrc ct deuxiumo 
voyelie do l'alphabrt malgache. II so 
proa once com mo 6 ; il n'est jamais muet : 
tefena prononcez Tbp£xa. 

E, int. O ! eh ! eh bien ! vraimont. !• Pre- 
cede les invocations: E Andriamanitra. 
6 Dieu. 2* S'ajoute aux invocations, aux 
appeU, aux interrogations, aux chants, 
aux salutations, et sert souvenl a don- 
ner plus d'expreasion ou do force au ier- 
me precedent, ou a lavoix : Ketaka e. 
Eh! iillotle. tsv e. Bh hien, oui; oui, 
vraiment. 

EBAK&BAKA. Commo Hebakedaka. 

&BANA, s. Action de trainer lo Lamba, 
I'habit, oude le \ orter en lui donnant 
de l'ampleur, I'ainpleur dosalours. 

Ebanebanina, p. Qu'on elargit, qu'on 
traine. EBANBnANO, imp. 

Mi—, rn. Trainer ses habits, les porter 
ntfgligemmcnt ou d'une maniere a flee - 
t£e, parader. Miedana. imp. Fi— , s.* Ma- 
niere de porter ses habits d'nnc raanie- 
re affecttte. Mpi — , s. Celui ciui est nogli- 
fr C nt ou aflecte dans le port tie ses habits. 
ebanana, s. I/aetron do porter ses 
habits d'uno maniere affeeteo, en leur 
donnant de l'anparerice ; I'habit avec le- 
qucl on parade. Ibdakaxa, rel. 1eba.no, 
imp. 

Bban6bana, dupl do Ebana. 

fiBO et EBOfeBO {dupl. plus usile ), *. 
et adj. Vanite, ostentation, llerte ; vain, 
tier. 

Tafa—, p. Qui se montro tier, vain. 

Mi— , en. Bins Her, vain, vanitoux, se don- 
ner do rimpf>rtance Mieboebo izaitsizy 
io tovolahy io. Ce jeune hommo est 
oxcessivement tier. Mibb6a, imp. Fi— , 
s. Maniere dose donnerde I'importanee. 
Mpi— , s. Un vanitcux 

Fieboana, s. L'action de se donner de 
rimportanee. Ieboaka, rel. Ny hareny 
no ieboeboany. 11 est Her a cause de sa 
fortune. Iebov, imp. 
Prend Ma mpi— , Mi lam pi— . 

Maha— . Qui rend fier. 

BDfi el EDED£ (dupl. plus usile;, 
int. Teime pour huor a la vuo de quel- 
que inconvenanee. 

Eaeddna, v. Qu'on hue, que Ton eons- 
puc. Edkdeo, imp. 



Voa— , ;>/>. Hue, conspue. 

Man-, ta. Ilonnir, huor, conspucr. Ma- 

nbdedb, imp. Fan—, s. Celui qui e.^t 

honni, maniero do huor. Mpan— , s. Cc- 

lui qui honnit. 
Faneaedgna, s. I/action de honnir, do 

huor. Anededkna, rel. Aneokd^o, imp. 

Prend Mifan— , Mampifan— , Mampnn— . 
Maha—, Qui honnit ou pout honnir. 

EDIKADIKA, s. D-marche afleeiee. 
Tafa—, p. Qui a pris uue demarcho 

affeciee. 
Mi—, vn. Avoir une demarche affoctoo, 

se pavaner. Miedikedkha, imp. Fi — , *. 

Maniere de so pavaner. Mi»i— , s. Ce- 

lui qui so pavano. 
FledikecUhaaa, s L'action de marcher 

avec affectation. Iedikbubhana, rel. Iedi- 

kbdeho, imp. 

Prend Mampi— , Mifamni— . 
Maha—. Qui sait marcher avec affecta- 
tion. 
EDIN&DINA, s. Demarche Here, air 

pretentieux. 
Tafa—, p. Qui so donao dcs ai.s pivten- 

t.eux. 
Mi—, rn. Elro prAtentieux, avoir une 

demarcho Hero, se pavaner. Mieihxedk- 

na, imp. Fi— , s. Man ere de jkjslt. 

Mpi—, t. Un poseur. 
Fiedined6nana, s. L'aclion de poser. 

Ieuinbobnana, rel. Jbdixkdkso, imp. 

Prend Mampi—, Mil'ampi— . 
Maha—. Qui pose ou sait poser. 

EDIT AT, in I Fi dene ! Oh ! Ic salop ! 

EDR£. Commo A due. 

KDR&Y. Commo A dray. 

£FA, p. !• Fini, terming, achove, tuo, 
mort. hlfaho ny tranoko. J'ai lini nia 
niaison. hfany asa vao tonga hianao. 
Le ti avail est (ermine quand vonsar- 
rivez. 4 2* Pa\e, aequitie, restituo, com- 
ponse, reparg. Ef'a ny trosany izao. Sa 
dette est maintenant payee tifany ny 
halatra nalaony. 11 a teal Uue oe qu'il 
avait vol6. Efnhy ny endrikeudrikaDa- 
tauny. 11 a rcpare la cnlomnic qu'il avait 
laite. 3" Qu'on i>put laite. Moa mahefa 
izauy hianao? fcfaho. Pouvez-vous Cai- 
ro cela?Je puis lo iaire. A° Kfa plurt'j 
devant un imsse, indi<ftie un tempb 



8 



Digitized by 



Google 



EPA 



— 114 — 



EFA 



completement £coule\ Efa namely ahy 
izy. II m'a frappS. Efa ela no nahaton- 
gavany. II V a longtemps qu'il est ar- 
rive. i?/a fanoviana izany, efa fahagola 
izany. II y a ires longtemps, c'est de 
temps immemorial. 5 Q Efa place devant 
un present indique que Taction esttout- 
a-fait en train ou que le sujet est 
tout-a-fait dans Tetat exprime par le 
mot. Efa manoratra ny taratasy izy. II 
est en train d'ecrire la lettre. Efa ma- 
dio izy. II est maintenant propre. Efa 
olon-dehibe izy. II est maintenant grand. 
Efa izaitsizy, efa loza ny ditrany. Son 
enlevement est excessif, extraordinaire. 
6* Efa place devant un futur, indique 
que Taction est surle point d'etre faite 
ou subie. Efa ho faty izy. II est sur le 
point de mourir. Efa ho vouoin-ko faty 
izy. II va etre mis a mort. 
Efttina, p. 1° Qu'on finit, qu'on acheve, 
qu'on tue. 2° Qu'on paie, qu'on restitue, 
qu'on repare. Efao, imp. 
Voa—, pp- 1* Fini, acnev6, tu6, mis a 
mort. voaefa ilay namono olona. L'as- 
sassin a 6te mis a mort. 2° Paye\ resti- 
tue, repar6. 
Man—, va. \° Finir, terminer, achever, 
tuer, mettre a mort. Nanefa nv adiko 
aho. J'ai termini mon proces. Nanefa 
ny fetr' androny ny mpanao lala.na. 
Ceux qui faisaient la route ont acheve 
leurs journees. 2° Payer, acqaitter, res- 
tituer, compenser, Sparer, expier. iVa- 
nefa ny vidim-panompoana aho. J'ai 
aquitte le prix des prestations. Nane- 
fa ny helony izy. 11 a expte sa faute. 
Manefa, imp. Fan—, s. Co qu'on finit, 
etc maniere de finir. Mpan— , s. Celui 
qui finit, qui r6pare. 
Fanefana, s. L'action de finir, de payer, 
etc. le moyen. AnefAna, rel. Ataovy izay 
hanefanao haingana ny trosanao. Faites 
ensorte de payer vite vot^e dette. Ane- 
fao, imp. 

Prend Milan— , Mampifan— , Mampan— . 
Mi— , vn. 1* Aboutir a, se terminer a, se 
refugier chez ; fairo les dernieres cere- 
monies des funerailles. 2 S'acquitter, 
etre acquitte, se compenser. Niefa tro- 
sa izy. II a acquits sa dette. Niefa ny 
trosany. Sa dette a 6te acquittee. Niefa 
ny fatiantony. Ses pertes ont 6t6 com- 
pensees. Miefa, imp. Fi — , s. Maniere 
de s'acquitter, de se compenser. 
Fief ana, g. L'action de s'acquitter, de se 
compenser, aboutissant, terminaison, 
refuge, le pouvoir supreme, le plus ca- 
pable. Ny rauomasina no fie fan' ny ra- 
no rehetra. C'est a la mer qu'aboutis- 
sent toutes les eaux. Ny fitsarana am* 
bony indrindrano fiefan' ny ady rehe- 
tra. C'est a la cour de cassation que se 
terminent tous les proces. Ny anadahy 
no fiefan' ny anabavy. Le frere est le 
refuge de sa sceur. Izy no fiefana amy 



ny mpanefy rehetra. II est le plus ca- 
pable de tousles serruriers. Iefana, rel. 
Iefao, imp. 
Prend Mampi— Mifampi— . 

Mahgfa, va. Pouvoir faire, pouvoir acbe- 
ver, pouvoir mettre a mort, pouvoir 
payer, pouvoir restituer. Andriamanitra 
irery no mahefa ny zavatra rehetra. Dieu 
soul peut tout faire. Tsy mahefa ain' olo- 
na abo. Je ne puis pas mettre a mort. 
Tsy mahefa ny trosany izy. II ne peut 
pas payer sa dette. Mahefa, imp. Mpah — , 
8. Celui qui peut faire. 

Fahefana, s. L'action d'executer, le 
pouvoir, la puissance, Tautorite, le paie- 
ment, la restitution, la compensation. 
Ahefana, rel. Ahefao, imp. 

Efaefa, dupl. de Efa. 

Miefagfa, vn. Decbarger sa colere, son 
resseniiment sur quelqu'un qui ne l'a 
pas provoque, donner cours a sa cole- 
re. 

Manefa halatra. Restituer, compenser 
une chose volee. 

Efa fahoviana izany. II y a tres long- 
temps de cela. 

Efa fahagola. Depuis tres longtemps, de 
temps immemorial. 

Ffa izay l6za. Prodigieux! etrange! 
excessif! 

Efa loza ou efa tsy izy. Qui depasse les 
bornes, qui va trop loin, excessif. 

EFAKtiFAKA. Comme Hefakefaka. 

fiFATRA, adj. num. Quatro. Efa-polo. 
Quarante. /i/a-jato. Quatro cents. Efa- 
tra arivo. Quatre mille. Efatra efatra 
ou inefatra efatra. Quatre fois quatre. 
K/a-joro. Qui a quatre angles. 

Efarina, p. Qu'on divise en quatre. 
Efaro, imp. 

Voa—, pp. Divis6 en quatre. 

Man—, va. Diviser, partager en quatre. 
Manefara, imp. Fan—, s. Ce qu'on 
divise en quatre, maniere de partager 
en quatre. Mpan—, s. Celui qui divise 
en quatre. 

FaneTarana, s. L'action de diviser en 

auatre. AnbfArana, rel. Anefaro, imp. 
— , vn. Se diviser ou 6tre divis6 en 

quatre, se partager a quatre. Miefara, 

imp. Fi— , s. Maniere de se diviser en 

quatre, le partage a quatre. Mpi — , s. 

Ceux qui partagent a quatre. 
Fiefarana, s. La division en quatre. Is- 

farana, rel. Iefaro, imp. 
Manin6fatra, vn. Faire pour la quatrie- 

me fois. Faninefany. Pour la quatrie- 

me fois. 
Man a—. Qui fait ou complete le nombre 

quatre, qui divise ou peut diviser en 

quatre. 
Efatrefatra, dupl. de Efatra. 
Efatra ambatry. ff de la piastre. 
Faiiefany. Le quart, le quatrieme. 



Digitized by 



Google 



EPI 



115 — 



EKY 



Fahefatua. Quatricme; qualre brasses. 
Ampahbfany. Un quart. 
Heparana. Quatre jours. 

ftFITRA, 8. Cloison, separation, ce que 
Yoxr met entre deux com me de la pail- 
le entre des bouteilles, un papier enlre 
deux fouillels, charabre, appartement. 
compartiment, desert, nays inhabits ou 
peu habite\ Manify loatra ny efitra 
mampisaraka ny cfitsika. La cloison 
qui s^pare nos cliambres est trop mince. 
Asivy efitra ny tavoahangy, fandrao 
vaky. Mettez une separation entre los 
bouteilles, de peur qu'ellcs ne so cas- 
sent. Asivy efitra ireo tnratasy ireo 
mba tsy hitangaro Mettez une separa- 
tion entro ces papiers pour qu'ils ne se 
inelent pas. Misy efitra lelo ny trano- 
ko. II y a trois chambres ou apparte- 
naents a ma maison. Misy efitra dimy 
io lalomoara io. II y a cinq oomnarti- 
ments dans cetle armoire. lielsaka ny 
tany efitra eto Madagaskara. Les pays 
inhabited sont nombreux a Madagascar. 

Efferana, p. Ou on met des cloisons, des 
separations, qu'on divise en compar- 
timents. Efeso, imp. 

A^fltra, p. Qui doit servir de separation. 
Aefero. imp. 

Voa— , pp. Cloisonne, s6par6 par quel- 
que chose. 

Man—, va. Cloisonner, mettre des se- 
parations, des compartiments. Manefe- 
ra, imp. Fan—, 8. lie qu'on cloisonne, 
oil Ton met des separations, des com- 
purtiments, maniere de cloisonner, etc. ; 
cbarme cense eloigner les maux. les 
miladies. Mpan— , s Celui qui met des 
cloisons, des separations, des compar- 
timents. 

Fanef6rana, s. I /act ion de mettre des 
cloisons, des separations, des eompar 
timents. Anefeuana, ret. Anefero, imp. 
Prcnd Milan—, Mampifan— , Mam- 
pan—. 

Mi—, vn Ou il y a des cloisons. des se- 
parations, do? "chambres. des compar- 
timents. des casiers, des planches de 
legumes, elresepare par q iclque chosj. 
Ataovy miefilra tsara ny vilia. Mettez 
quelque chose pour bien separer les 
a?siettes. Miefltrn folo ny trano litsa- 
boaria. L'hopilal a dix chambres Mie- 
fera, imp. Fi— , s. L'etat de ce qui a 
de3 s')| arations, des compartiments. 
Mpi— , 8. Celui qui s'enveloppe pour 
dormir. 

Fiefdrana, s. L'etat de ce qui a des 
cloisons, des separations, des chambros, 
des compartiments. des casiers, 1'dtat 
de ce qui est sopare par quelque chose, 
ce qui sort a separer. Ieeeuana, ret. Vo- 
lotsangana no ieferan* ny tranonisika. 

. Nos chambres sont separees par des 
bambous. Irpeho, imp. 
Prcnd Mampi— , Miiampi— ♦ 



Mah6fltra. Qui pent faire des cloisons 

ou suflit pour en faire, etc. 
Efltr6fltra, dnpl. freq. de Etitra. 
Masangana efitra. Susciter un motif, une 

occasion pour se separer. 
&FOKA et EFOK&FOKA [dnpl. plus 

usite). s. Kmportement, coiere, licrie. 
Mi—, vn. S'em porter, 6tre lier, dedaig- 

neux. Mikpokkpoha, imp. Ft— , s. Ma- 
niere do s'omporler, de so montror lier. 

Mpi—, *. Celui q :i s'emporte. 
Fiefokef6hana ? « L'emportemcnt, la 

llerte. Ibpokefoiiana, rel. Irfokefouy, 

imp. 

Prend Mampi—, Mifampi— . 
Ma ha— Qui s'emporte ou capable ilo 

s'em porter. 

£FONA et EFON*FONA(</it^. plus 

usite), s. Essouflloment. respiration 

frequenle. forte ou diflicile, fureur, 

omportcment. 
Mi—, vn. Haleter, 6: re e^souflle, fumer 

de coiere. Miefonefona, imp. Fi— , «. 

Maniere de haleter, de s'omportor. 

Mrt— , 8. Le lurieux 
Fiefonftflonana, 8. L'essoufllement. l'om- 

poriement. Ibfoxepo.iaxi, rel. Iefoni:- 

f6ny, imp. 
Maha— . Qui s'emporte ou capable do 
" s'emporter. 

EGLlZY, * Eglise, l'Eglise catholiqne. 
(Fr. eglise). 

&HAKA. Comme Heiiaka. 

EH£, int. Point du tout, manque, tu n*y 
es pas, ce n'est pas cela. 

fiHINA,]). de Aikn. 

feHITRA. Comme Hehitha. 

EHOiHO,8. Retentissement. 

Man—, vn. Rc'entir: fig. etre, eoiebro, 
remarquable. Mnnehosho eny an-doba- 
saha ny feon'ny ankizv. La voix des 
enfants retentit dans la "vallee. Mane- 
lioeho eran'ny tany ny lazativ. Sa gloi- 
" re retentit sur la le;ro entiere. Fan—, 
s. Le retentissement. 

Faneho2h6ana, 8. Le retentissement. 
A.nkhoeh6ana, rel. 

fclSY. Comme Atsv. 

£JA. Comme IIeja. 

6KA.NY. Comme Aikaxy. 

^KY, r. Obeissance, soumission, cons n- 
temt'nt. acceptation, approbation, aveu, 
confession. 

Ekgna, p A qui on obeit, a quel oi 
consent, a qur.i on accede. qu\»u 
aceepto, qu'on apprrnve, quVn u voire. 
Tsy mainly hehena ny lehibe. 11 fant 
o!)e ratix chefs. 'IVy nzoko cJena izay 
angaiahinao. ,Ie no puis pas eouscnlir a 
ce (jue vuiis deman !ez. Tsy az<»ko cho- 
nn ny Inn^atahanao. Je ne puis needier 
a voire di»niam!e. Tsy azoko chena ho 
marina izay lazainaQ. Jo ue puis accepter 



Digitized by 



Google 



ELA 



— 116 — 



ELA 



comme vrai ce que vous dites. Tsy azo- 
koekena izay ataonao. Je ne puis ap- 
prouverce que vous faitos. Tsy neken' 
llay voampanga ny helony. L'aecus6 n'a 
pas avoud sa iaute. Ekeo, imp. 

Voadky, pp. A quoi on a consenti. 

Man—, va. Obeir, se soumettre, consen- 
tir, acc6der f aeeorder, accepter, agreer, 
approuver. Maneke, imp. Fan—, «. 
Ceux a qui on ob&t. ce a quoi on con- 
sent, etc. maniere d'obeir, etc. Mpan—, 
8. Celui qui consent souvcnt. 

Fanekena, s. L'obeissance, le consen- 
teracnt, acceptation, approbation ,- traite, 
alliance, contrat, convention. Nanao [a- 
ne/tem-pihavanana nyfanjakana roa ton- 
ta. Les deux elats ont conclu un traite 
de paix, un trait6 d'allianec. Voasoratra 
ao amy ny gouvernora ny fanekena. 
Le contrat a Ste" inscrit chez le gouver- 
neur. Anekena, rel. Anekeo, imp. 

Mifaneky, vn. Faire un traite, un 
contrat, une convention, convenir. Nifa- 
neky tamiko izy la hankaty rahampitso. 
II a fait avec moi la convention qu'il 
viendrait demain, it m'a promts de 
venir demain. Aza manadino izay nifa- 
nekentsiha. N'oubliez pas ce'dont nous 
sommes convenus. 
Prend Mampifan—, Mampan— . 

Mi — , va. Avouer, confesses reconnaitre 
que. Nieky ny helony izy. II a avoue 
sa faute. Mieky aho ra diso. Je recon- 
nais quej'ai tort. Mieke, imp. Fi— , 8. 
Maniere d'avouer. Mpi— , s. Celui qui 
avoue. 

Fiek6na, s. L'aveu. Ibkena, rel. Iekeo, 
imp, 
Prend Mampi— , Mifampi— . 

Ekieky, dupl. fr4q. dim. de Eky. 

Manbky ambony hiany. Consentir sans exa- 
men. 

Maneky be. Consentir a tout en aveugle. 

Maneky be fahatany. Consentir en aveu- 
gle. 

Maneky lembiSnana,— lempona. Consentir 
par crainte ou respect. 

Maneky tsy sazoka. Consentir a demi, un 
peu malgr6 soi. 

&LA, adj. et adv. Ancien, age, vieux, 
qui dure longtemps, qui tarde, qui se 
tail attendre longtemps, long; longtemps. 
Ela izany lalana izany. Cette loi est 
tres ancienne. Ela kokoa hianao noho 
izy. Vous e.tes plus ag6 que lui. Ela 
velona izy. II vit longtemps. Ho ela 
velona hianao! Vivez longtemps. Ela 
dia ela io hazo io. Cet arbre est tres 
vieux. Ela io trano io. Cette maison 
dure longtemps. Ela lany an-dalana 
hianao. Vous avez bien tarde en route. 
Ela fihavy hianao. Vous vous faites 
attend re longtemps. Ela io lalana io fa 
tsy lahaka ity. Ce chemin-la est plus 
long que.celui-ci. Elabe no tsynahitako 
anao. II y a longtemps que je ne vous 



ai pas vu. Ela dia ela no nisehoan* iza- 
ny. It ya tres longtemps quo celaa eu 
lieu. 

Elaina, p. Qu'on retarde, qu'on prolonge, 
qu'on ajourne. Elao, imp. m 

Man—, ra. Retarder, prolonger, ajour- 
ner. Aza manela ny mpandeha. Ne 
retardez pas le voyageur. Aza mane/a 
loalra izany raharaha izany. Ne pro- 
longez pas trop cetfj affaire. Manela 
ny adinay ny mpitsara. Le juge pro- 
longs ajourne notre proces. Manela, 
imp. Fan—, s. Ce qu'on retarde, ma- 
niere de retarder. Mpan—, «. Celui qui 
retarde. 

Fanelana, 8. L'action de retarder, de 
proloncer. Anelana, rel. Anblao, imp. 
Prend Milan— , Mampifan—, Mampan— 

Mah— . Qui retarde ou peut retarder! 

Elagla, dupl. de Ela. 

Fahelana, I1ah£la, s. L'ancienncte, Tage 
la longue duree, le retard. 

fiLAKA et ELAKfiLAKA (dupl 
plus usite), «. Feuille, eclat detache. 
uarcclle mince, pellicules qui s'efleuil- 
lent, se soulevent, ecailles. 

Elakelahana, Elakelahlna, p. Qu'on 
detache par feuilles. Elakelaho, imp. 
Elatielaho ny hoditr'io nato io. D6ta- 
chez l'gcorce ue ce natte. 

Aelakalaka, p. A detacher par feuilles. 
Aklakelaho, imp. 

Voa— . pp. Qui a ete detache par feuilles. 

Tafa— ,p. Qui s'est detache. 

Man—, ra. Detacher par feuilles. Mane- 
lakblaba, imp. Fan— , «. Ce qu'on de- 
tache par feuilles. maniere de se- 
parer par feuilles. Mpan—, s. Celui qui 
detache par feuilles. 

Fanelakelahana, s. L'action de deta- 
cher par feuilles. Anelakelaiiana, rel. 
Anelakelaho. imp. 

Mi—, vn. Se detacher par feuilles, so 
deeoller, s'eeailler. Mielakelaka ny 
lalotra. Le crepissage sVeaille. Fi— , $. 
L'dtat de ce qui s'ecaiile. qui se separe 
en leuilles. Mpi—, s. Ce qui s'ecaiile, 
qui se divise en feuilles. 

Fielakelahana, 8. L'action de stead- 
ier, de sc separer en feuilles. Ielakkla- 
uana, rel. 

Ma ha—. Qui souleve ou peut detacher 
en feuilles. 

Elabakaka, s. Membrane, membrane mu- 
queuse, une parcelle de membrane. 

Ela-bolafotsy, 8. Feuilles <l'argent. 

Ela-bolamena, s. Feuilles d'or. 

Ela-drano,s. Mica. 

ELAK&L.AKA, s. Entre-dcux, espace 

entre deux objets. 
Elakela-trano, 5. L'espace entre deux 

maisons. 
AnelakSlany, adv. Entre. 

feLANA et ELANfeLANA (dupl. 
plus usite), 8. L'espace, ce qui est entre. 



Digitized by 



Google 



ELA 



— 117 — 



ELY 



intervalle, distance; fig. un arbitre, un 
mediateur. Be elanelana loatra ireo an- 
dalan-tsoratra ireo. II y a trop d'espaee 
entre ces lignes. Metatru roa ny elane- 
Jan'irco and ry ireo. Hay deux metres 
d'intervalle ontre ces deux colonnes. Hoa- 
trinona ny elanelan" Antananarivo sy 
Ambohimanga ? Quelle distance y a-t-il 
entre Tananarive et Ambohimanga ? 
Hoatrinona no elanelan' Andriamasina- 
valona sy Andrianampoinimonna? Quel- 
le distance y a-t-il en d'Andriamasina- 
valona a Aridrianampoinimcrina? Aoka 
ho elanelan' ny adintsika izy. Qu'il soit 
I'arbitre de notre prooes. 

Elanelanina, p. Entre qui ou qnoi se 
trouvo ou Ton mot quelque chose, qui a 
on a qui Ton donne quelqu'un comme 
arbitre. Elanelanin' ny foto-bibosy ny 
foto-paiso. II y a des bibassiers entre 
les peehers. Aoka ho elanelaniny Paoly 
ny adintsika. Que Paul soit arbitre dans 
notre dispute. Elanelano, imp. 

A elanelan a, p. Qu'on mot entre, qu'on 
donne comme mediateur. A elanelano, 
imp. 

Voa— , pp. Entre qui ou quoi on a place 
quelque chose, a qui Ton a donne un ar- 
bitre. 

Man—, ra. Etre entre ; servir d'arbitre, 
d'intcrmediaire, de parlementaire, etre 
mediateur. Trano iray hiany no manela- 
nelana ny tranontsika. Entre y.os deux 
maisons il n'y en a qu'uno autre Nane- 
lanelana azy ireo aho tamy ny ady lova 
nataony. Jeleur ai servi 'd'arbitre dans 
leur proces de succession. Manelanela- 
na, imp. Fan — , s. Co entre quoi Ton 
met quelque chose, ce qui demande un 
in termed iai re. maniere de s'interposcr. 
Mpan— , s. L'arbitre, l'i n termed ia ire, le 
m6diatcur. 

Fanelanelanana, 8. I/arbitrage, la me- 
diation. Anklanelanana, rel. Anelane- 
lano, ijnp. 

Mi fan—, vn. Etre intercatfs. Mifanela- 
nelana ny hazo malahelo sy ny voan- 
delaka. Des lilas de Perse sont interca- 
les entre les saulos-pleurours. 
Prend Mam pi fan— , Mam pan— . 

Mi—, vn. Avoir quelqu'un, quelque chose, 
un espace, un temps entre. avoir des in- 
terval les, n'etre pas consecutil. Nicla- 
nelana ny anabaviny izy mirahaiahy. 
La sasur Vtait placee entre ses deux 
frercs, elle otaitpar sa naissanco entre 
ses deux In; res. Nielanelana mpanja- 
jakaroa Andrianampoinimerina sy Ra- 
dama II. II y a en deux rois entre An- 
drianampoinimerina et Badama II. Nie- 
lanelana hateloan' andro ny nahafatc- 
sany Filipo sy ny zanany. II y a eu trois 
jours d'intervalle entre la niort de Phi- 
lippe et celle de son enfant. Miklanela- 
na, imp. Fi— , a. L'etat de celui ou de 
ce qui a quelqu'un ou quelque cbote en* 



tre. Mpi— , 8. Ceux qui ont quelqu'un ou 
quelque chose entre. 

Fielanelanana, s. L'etat de celui ou de 
ce qui a quelqu'un ou quelque chose en- 
tre, l'espace, l'intervalle, la separation, 
la distance. Ielanelanana, rel. Iblanb- 
lano, imv. 

Maha— . Qui peut servir de mediateur. 

Mampo61ana (pour mamnielana), vn. 
Pondre a certains jours d'intervalle, se 
dit surtout de la poulc qui pond un 
jour entre autre ou tous les trois jours. 
Fampoelana, 8. Maniere de pondre. 
Mpampoklana, 8. La poule qui pond a 
certains jours d'intervalle. 

Fampoelanana, s. L'act : on de pondre 
par intervalles. Ampoblanana, rel. 

Anblanelany, adv. Entre, 

Elanelam-panahy, 8. Arbitre, mediateur. 

Elanelan' andro, 8. Lesjours ouvriers. 

Elanelan' 6lona, a. Personne neutro, qui 
n'est d'aucun parti, surnume>aire, en 
disponibilite. 

&L&TRA, 8. f* Aile. Biby manana 
elatra ou biby an' elatra ny boloky. Lo 
perroquet est un animal qui a des ailos. 
2" Le trefle au jeu de cartes. 3° r. Ac- 
tion de s'entr'ouvrir comme le Lamba, 
les rideaux. 

Elarina, Elatina, p. Qu'on entr'ouvre. 
Elaro, Elato, imp. 

Adlatra, p. A entr ouvrir. Aelaro, Aela- 
to, imp. 

Voa—, pp. Qu'on a enir'ouvert. 

Tafa— , p. Qui s'est entr'ouvert. . 

Mi—, vn. S'entr'ouvrir, comme I'habit, 
les rideaux agites par le vent. Fr — , s. 
L'etat de cequi est entr'ouvert, la ma- 
niere de s'entr'ouvrir, Mpi—, 8. Co qui 
s'entr'ouvrc frequemmcnt. 

Fielarana, 8. L'action de s'entr'ouvrir. 
Ielvrana, rel. 

Maha— . Qui peut enlr'ouvrir. 

Elatrdlatra, dupl. freq. de Elatra. 

Elatr'angi'dina, adj. lit. Aile de libellulc; 
fig. extremement mince, transparent. 

Elathelany, 8. Tissu transparent qui joint 
le derme aux chairs, diaphragme des 
fruits". 

ELEFANTA, s Elephant. 

&LY, 8. Dispersion, diffusion, extension, 
propagation, divulgation; fig. diflama- 
lion. 

Elgzina, p. Qu'on disperse, qu'on 
etend, qu'on rejmnd, quon divulgue, 
qu'on diflame. El£zo, imp. Elezo ny 
lavenona. Dispersez les cendres. Elezo 
kely ny vary mba hangatsiaka. Etendez 
un pen le riz pour le faire refroidir. 
Elezo izany zava-baovao izany. Repan- 
dez cettenouvelle. 

A61y, p. Qu'on disperse, otc. A elezo, 
imp. 

Voa—, pp. Qu'on a disperse, etc. 

Tafa—, p. Qui e'est disperse; etendu, re- 
pandu, propagd, 



Digitized by 



Google 



EMB 



— 118 — 



E>10 



Man—, va. Disperser, etendro, r£pan- 
dre, propager, divulguer; diflamcr. Izy 
no nanely izany tsaho izany. C'est lui 
qui a ronandu* propago ce bruit. Aza 
inanely izany zavc-miafina izany. Ne 
divulguez pas ccs choses secretes. Aza 
manely ny flanakaviako tahaka izany. 
Ne dillamez pas ainsi ma famille. Ma- 
neleza, imp. Fan—, a. Ce qu'on doit 
repandre. propager. maniere de propa- 
ger, de diflamcr. Mpan— , a. Celui qui 
repand, propago. celui qui livre a la 
publicity, qui diffame. 

Faneldzana, a. L'action de repandre. 
de propaprer, de diflaraer. Anelezana, 
rel. Anblkzo, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— . Mampan— . 

Mi—, vn. 8e disperser, s'Stendre, se 
repandre, se propager, etre divulgu6. 
Miely any an-tsiiha ny omby. Les 
bcEufs sont disperses dans la campagne. 
Nicly hatraiza hatraiza izany fanao 
izany. Get usage s'est rdpandu partout. 
Mibleza, imp. Fi— , 8. L'tftat de ce qui 
est disperse, la maniere do se disperser. 
Mpi— , 8. Ceux qui se dispersent. 

Fielezana, s. La dispersion, la propa- 

fation. Iblbzana, rel. Ielkzo, imp. 
'rendMampi— , Mifampi— . 
Maha— . Qui disperse ou peut disporser. 
Eiieiy, dupl. do Ely. 

&LO, 8. Parasol, parapluie, ou ce qui en 
tientliou, ciel do lit, baldaquin. 

B16ana, p. Qui e3t ombrage\ protegS par. 
EloYi imp. 

A.41o, p. A servir deparapluie, avecquoi 
on se protege ou on protege du soleil.de 
la pluie. Ael6y, imp. 

Voa— , pp. Proteg*, ombrage\ 

Man—, va. Tenir un parasol ou un 
parapluie sur quelqu*un, proteger con- 
ire la pluie ou le soleil. Manel<3a, imp. 
Fan—, 8. Celui ou ce qu'on protege 
contre la pluie ou le soleil, maniere de 
proteger. Mpan—, s. Celui qui ticnt lo 
parasol sur un autre. 

Fanelbana, s. L'action de prot6ger, 
d'ombrager. AneuSana, rel. AnuuW, 
imp. 
Prend Mifan—, Mampifan—, Mampan—. 

Mi— ,vn. Porter un parapluie, un para- 
sol, une ombrelle, Gtre protege par un 
parasol ou quelque chose qui en tient 
la place. MielOa, imp. Fi— , 8. Maniere 
de porter son parasol. Mpi—, a. Celui 
qui use d'un parasol. 

Fiel6ana, s. L'action de so proteger, de 
s'ombrager d'un parasol. IeuSana, rel. 
Iel6y, imp. 
Prend Mampi— , Mifampi—. 

Man—. Qui protege ou peut ombrager. 

Bloelo, dupl. de Elo. 

ElOM-BARAVARANA, — BARAVARAN-KELY, 5. 

Rideau des portes, des crois^es. 
Elo jikna. s. Parasol rouge r6serv<5 au 
souverain, aux princes, 



ELOii-PANDRfANA, s. Rideau de lit, mousti- 

quaire. 
Elom-tsambo, a. Tenle de navire. 
£LO et BLONfiLO, 8. Lourdeur, pe- 

santcur de la tete. 
Man—, vn. Avoir la tete lourdo, embar- 

rassee, malade. Manelonelo ny ando- 

hako. J'ai la tete lourde. Fan—, s. 

L'6tat de la tete lourde. 
Faneloneloana. a. La lourdeur de la 

tele. Anelonel<3ana, rel. 
&MBANA, 8. Sauterelles pulveriseas. 
Maika han(nona no mitsoka embana? 

Qu'est-ce quile presse. pourqu'il souffle 

sur la poudre ae sauterelles? fig. qui 

perd la carte, qui fait Tin verse de ce 

qu'il faut. 
&MBOKA, 8. Encens, resines propres a 

bruler, tout ce qui peut remplaccr I'en- 

cens, donner de la fumee et du parfum 

comme la graisse. 
Bmb6hana, p. Qu'on encensp. qu'on 

passe a la Aimee de 1'encens. Emb6ry, 

imp. 
A6mboka, p. Avec quoi on encense. 

Aemb6by, imp. 
Voa—, pp. E licensed 
Man—, va. Encenser, fa ire passer les 

idoles au-dessus de la fumee de la graisse 

qu'on brule, bruler de la graisse sur le 

tombeau desancetres. Manbmboha, imp. 

Fan—. 8. Ce qui meYite 1'encens, a qui 

on olTro 1'encens, maniere d'encenser. 

Mpan— , *. Celui qui encense. 
Fanamb6hana, s. L'encensement, Ten- 

censoir. ce qu'on brule comme encens. 

Anemb6hana, rel. Anemb6hy, imp. 

Prend Mifan—, Mampifan—, Mampan—. 
Man— . Qui encense, qui est suffisant 

pour encenser. 

ftMBOKA et BMBOKAK6NDRO, a. 

Le bouquet du bananier qui doit por- 
ter des fruits ; le piton qui rdunit les 
cbainettes de la balance et sert a les 
suspendre aux bouts du fleau. 

fiMBONA, 8. Regret, soupir subitpous- 

s£ en songeant a une personno ou a un 

objet cheVi, absent ou perdu. 
Voa—, pp. Regretted 
Man—, vn. ltegrctter, soupirer apres. 

Fan— ,8. La maniere de soupirer apres. 

Mpan—, s. Celui (jui est atteint de la 

nostalgic, qui soupire apres. 
Fanembonana, 8. L'action de soupirer. 

Anbmb<5nana, rel. 

Prend Mifan—, Mampifan—, Mampan — . 

MaNRMBONA NY TAN1N-DRAZANA. AvOir U 

nostalgic 
BMON&MONA, a. Situation eleve du 

cavalier ou de I'individu porte en Filan- 

jana. 
Aemonemona, p. A etre plac& en un 

lieu eleve. Aemonbmo\ny. imp. 
Voa—, pp. Qu'on a place sur. 
Tafa— , p. Qui est placd sur. 



Digitized by 



Google 



EMP 



— 119 — 



EMD 



Mi—, vn. Etre 6leve\ plac6 sur. Mibmone- 
m6na, imp. Fi— , s. Etat de celui qui 
est 61ev6. Mpi—, s. Celui qui se pavane 
sur tm tilanjana ou uncheval. 

Fiemonem6nana, a. L'action de se 
pavaner sur un filanjana ou un cheval. 
Iemonemoxana, rel. Ibiionrm6ny, imp. 

Maha— . Qui 66 place ou ose se placer 
sur. 

EMPAfcMPA ou EMP&MPA, s. Van- 
na^e pratiquS en faisant sauler les 
farmes, les poudres. 

Kmpempaina, p. Qu' ou vanoe. Empem- 
pao, imp. 

Voa— , pp. Vann6. 

Kan—, va. Vanuer, nettoyer la farino de 
manioc, de riz en la remnant sur le van. 
Manempempa, imp. Fan—, s. Ge qu'on 
vanne, maniere de vanner. Mpan—, s. 
Vanneur. 

Fanempempana, 8. L'action de van- 
ner, Tinstrument. Anempempana, rel. 
Anempkmpao, imp. 

Man — . Qui vanne, qui peut servir de 
van. 

AMPAKA, s. Ampoule ou ecorchure 
provenant d'un vesicant ; adj. ecorche^ 
par suite dun vesicant. 

Bmpahina, p. Qu'on enleve par un ve- 
sicant. Empaho, imp. 

Voa—, pp. Enlev6 par un veYicnnt. 

Man—, va. Ecorcher, en lever la peau 
nvec un vesicant. Manempaha. imp. 
Fan—, *. Ce a quo! on applique le vesi- 
cant, maniere d'eeorcher. Mpan—, s. Ce- 
lui qui applique le vesicatoiro. 

Fanempahana, s. L'action de poser le 
vesicatoire, le vesicatoire. AnempAhaka, 
rel. ANBMPAno, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mam- 
pan—. 

Mi—, vn. Eire ecorcbe. s'ecorcher par 
suite d'un vesicant. Fi— , s. La maniere 
de s'ecorcher. 

Fiempahana, s. L'excoriation. Iempa- 
hana, rel. 

Man— . Qui ecorche, vesicant. 

Empakempaka, dupl. dim. de Empaka. 

&MPO, s. Fonte, liquefaction. 

Empoina, p. Qu'on fait fondre. Emp6y, 
imp. 

Aempo, p. A fa ire fondre, qu'on fond. 
Abmp6y, imp. 

Voa—, pp. Fondu, liqueTi<5. 

Man—, va. Fondre, fa ire fondre. Ma- 
NBMPdA, imp. Fan—, 8. Ce qu'on fond, 
maniere de faire fondre. Mpan— , s. Un 
fond our. 

Fanempoana, s. L'action de fondre, le 
creuset, le vase, lefourneau. Anempoana. 
rel. Anemp6y, imp. 

Mi—, vn. Se fondre, se liquelier ; fig. 
faire eclater sa colere. Mora miempo 
ny varahina. Le cuivre se fond facile- 
ment. Tsy mety miempo io solika io« 



Cette huile ne veut passe liquelier. Ni- 
empo lamiko izy. II a fait 6clater sa co- 
lere contre moi. Niempo nyfony. II a 
fait eclater sa colere. Fi— , s. Manidre 
de se fondre. Mpi— , s. Ce qui se fond. 

Fiempoana, s. La liquefaction. IempGa- 
na, rel. 

Man—. Qui fait fondre ou peut faire 
fondre. 

Empo6mpo, dupl. dim. de Empo. 

feMPOKA, r. Action de raviver le feu 
presque eleint. 

Emp6nana, p. Qu'on ravivc. Emp6ht, 
imp. 

Voa—, pp. Ravive\ entretenu. 

Man—, ra. et n. Raviver, se raviver. Ma- 
NEMPonA, imp. Fan—, s. Feu qu'on ravi- 
ve, maniere de raviver. Mpan— , s. Celui 
qui ravive. 

Fanemp6hana, s. L'action de raviver 
le feu, l'aliment donne au feu. Anem- 
p6hana, rel. Anemp6hy, imp. 

Maha—. Qui ravive le feu. 

EMPON&MPONA, 8. Essouflement, 

palpitations. 
Mi—, vn. Haleter, palpiter. Fi— , a. La 

maniere de haleter, de palpiter. Mpi— ,s. 

Celui qui est essoufile. 
Fiemponemponana, s. L'essouflflement, 

les palpitations. Iemponemp6nana, rel. 

ftNA, r. Soupirs pousses dans les con- 
vulsions en faisant des efforts, efforts 
concentres. 

Man—, vn. Faire des efforts inte>ieurs, 
soupirer en s'efTorcant. Fan—, 8. Manie- 
re de soupirer. Mpan*—, 8. Celui qui fait 
des efforts concentres. 

Fanenana, 8. Les efforts concentres. 
Anenana, rel. 

Enena, dupl. Soupirs de douleur. 

Manena Ghana, adj. Qui porte de la pluie, 
orageux. Rivotra manena orana. Vent 
orageux. 

fiNDAKA, s. Action d'ecorcher, d'ecor- 
cer, de depouiller, de decoller, de de- 
tacher les pierres par Taction du feu, 
de separer les matieres lamelleuses, de 
diver, de faire ecailler. 

Endahana, p. Qu'on ecorche, qu'on ocor- 
ce, qu' on depouille, qu'on ddcolle, qu'on 
d6tache par plaques, qu'on fait ecailler. 
Tsy nendahanao tsara ny osy. Vous 
n'avez pas bien ecorche la chevre. Folo- 
paiso maro no neridahany. II a ecor- 
ce beaucoup de pechers. Nendalian' 
ny tontakely akanjo izy. Les voleurs 
I'ont d6pouille de sos habits. Sary telo 
no nend ah an' ny ankizy. Les enfants 
ont decolle trois images. Endaho, imp. 

Voa — , pp Ecorche, ecorce, depouille, 
decolle, delache. 

Tafa— , p. Qui s'est deeollt 4 , detach6, ecail- 
16. 

Man—, va. Ecorcher, «5corcor, - depoull* 



Digitized by 



Google 



BND 



— 120 — 



END 



ler, droller, separer en plaques, diver. 
ManexdAha, imp. Fan-*-, a. Ce qui s'e- 
corche, qu'il faut ecorcer, maniero d'e- 
corcfaer. Mpan— , s. Ecarcheur, ouvrier 
qui detache. 

Fanendahana, a. L'aetion d'ecorcher, 
d'ecorcer, de depouiller, de d6eoller, de 
faire ecailler, de detacher par plaques, 
Jes instruments pour Scorcher, pour de- 
tacher. AxrniUhaxa, rel. Ny afo no 
nnendahan* ny malagasy ny vato. Les 
malgaches te servent du feu pour deta- 
cher de grandes pierres plates. Axex- 
daho, imp. 
Prend Milan—, Mampifan—, Mampan— . 

Mi—, vn. Etro depouitle de la peau, de 
lecorce, des habits, so decoller, s'ecail- 
ler, se Sparer en lamelles, en plaques. 
Miendaka ny lalotra. Le cr^pissages'e- 
caille. Fi— , 8. Maniere de seseparer, do 
s'ecailler. Mm— , a. Ce qui se detache en 
lamelles, en feuilles, en plaques. 

Fiendahana s a. L'ecaiilement, le deta- 
chomont. Iexdahana, rel. Ibndaho, imp. 

Mali—. Qui dcpouille, detache, qui cause 
la separation. 

Endakendaka, dupl. friq. de Endaka. 

IBNDANT, a. Epaule on cuisse de boBuf, 
( lerme de boucberie ). 

&KDY, a. Friture, roti, grillade. torre- 

faction. Endy ra. Friture de sang. 
Sndasina, Endazina, p. Qu'on fait 
lrire, qu'on rdiit, qu'on grille, qu'on tor- 
refie. Endaso, Endazo, imp. Endaso ny 
atody. Faites t rire les ceufs. Endaso ny 
akoho. Faites rdlir le poulet. Endaso ny 
kafe. Grilloz, tonrefiez le cafe. 

Voa— , pp. Frit, rati, grille. 

Man—, va. Fairefrire, rotir. griller, tor- 
r6Uer. Manendasa, imp. Fan—, s. Ce 
qu'on fait frire, etc. maaierc de faire 
lrire. Mpan— , s. Celui qui fait frire. 

Fanendaaana, Fanend&xana, a. L'ac- 
tion de faire frire, de r6tir, de griller, 
rinstrument, la poele, la marmite, la 
rdtissoire. Anbndasana, rel Ny vilany 
no a?ienda8a/t'ny malagasy ny kafe. 
C'est dans la marmite que les malga- 
ches grillent le cafe. Anendaso, imp. 

Mah— . Qui grille, suffisant pour griller. 

Mendy. adj. Frit, rdti, grille, torrefie ; fig. 
altere, brnlant de soif, trop presse, qui 
agit prematurement. 

Endin' AXGfLfsv, s. Surnom des pistaches. 

ENDivo"nAKA, adj. Grille a denw, precipi- 
tammeni. 

ENDRAY, int. Margue l'admiration, la 
douleur : oh ! ha ! helas ! ah ! 

BNDRfi, int. Marque la surprise, le tU- 
sappointement : ho ! tiens ! 

BNDRftHINA, p. de Endrika. 

ENDRfiSY, int. Marque lapprobation 

ou la raillerie : bien ! parfait ! qu'il est 

bien ! qu'il est beau 1 



Exdrbsyka enca laht ! Comme il est gen- 
til ! 

SNDRY, s. Buse. Buteo brachypterus, 

Pelz. 

&NDRIKA, 8. La forme, la flgure, les 
traits, la tournure, Pair. la mine, lexte- 
riour, Tapparence, I'image. Mitovy e»- 
driftaamy ny reniny izy. II a les traits 
de sa mere. Tsara endrika, manana 
endriha izy. II a de belles formes, un 
bel exteYieur. Mora litahin' ny endri- 
javatra ny olona. On est facilement 
trompe par les apparences. Nataon* An- 
driamanilra mitovy endriha aminy ny 
fanahintsika. Notre ame a ete faite a 
fimage de Dieu. 
Endr6hina, p. Quo quelque chose cm- 
bellir, orne, a qui quelque chose va bien. 
Voa—, pp. Embelli, orne. 
Man—, ra. Embellir, orner, convenir a, 
aller bien, etre bon pour, etre on rap- 
port avec la dignity, le caraclere, res- 
sembler. Misy trano kanto manendrika 
ny tandna. II y a de magniflques mai- 
sons qui embellissonl la ville. Afanen- 
drika azy ny ravoka. Les parures I'em- 
belli8sent. Manendriha anao io satro- 
ka io. Ce chapeau vous va bien. Manen- 
drika anao izany raharaha izany. Get 
emploi, ce travail est bon pour vous. 
Manendriha ny fahamboniany ny fian- 
trana ataony, Les anmones qu'il fait sont 
on rapport avec son rang eleve\ Manen- 
driha ny ray araan-d reniny izy. II res- 
serable a. ses parents, il leur fait hon- 
nonr. Fan—, 8. Maniere d'embellir, ce 
qu'on doit embellir. 
Fanendr6hana, a. Embellissement, ©r- 
nementation, convenance^essemblance. 
Anendrkhana, rel. 
Mi fan—. Convenir, etre en rapport avec, 
ressembler a, se ressembler. Mifanen- 
drika amy ny toctranao izany fan&m- 
badiana izany. Ce mariage est en rap- 
port avec votre position. Mifanendri- 
«a izy mirahalahy. Cos freres se res- 
semblent, 

Prend Mampifan—, Mampan— . . 
Ml—, vn. eiadj. Avoir 1'air, la tournure, 
le port, ressembler, Miendrik' andria- 
na izy. II a Tair noble. M iendrik' adA\a 
izy. II a Tair fou. Fi— , a. L'air, la tour- 
nure, la maniere de ressembler. 
Fiendrehana, a. L'air, la tournure, la 

ressemblance. Iendreuana, rel. 
Endrikdndrika, dupl. dim. de Endrika. 
Mendrika, adj. Digne, quimerile. Men- 
driha hohajaina izy. II est digne de. res- 
pect. Mendrika hofaizina izy. II meri- 
te d'etre cb&tie. 
Hamexdrehana, Fahamrxdrehaxa, a. La 
beaute, la dignite, la convenance, le 
merite. 
Endhikendri-javatra. Fausse apparenco. 
T»y bndrehin-dravaka, adj. A qui les pa- 



Digitized by 



Google 



ENI 



— 121 — 



ENJ 



rures ne vont pas, sur qui les parures 
jurent. 
Endrwurotra, 8. La montre, ce qu'on 
etale pour servir de montre, marehan- 
dises relapses pour tromper rail. 

ENDRIKftNDRIKA, s. Calomnio, 

fausse accusation. 
Endrikendr6hina, p. Qu'on calomoie. 

ENDRIKBNDREHO, imp. 

Aendrikendrika, p. Ce dont on se sort 
pour calomnier. Aenprikenhreiio, imp. 

Voa—, pp. Calomnie. 

Man—, ra. Gaiomnier, accuser a faux. 
Manbndhirendrkha, imp. Fan—, s. Ce- 
lni qui est calomnie, maniere de calom- 
nier. Mpan— , s. Calomnialeur. 

Fanendrikendr6hana, s. L 'action de 
calomnier. Anendrikbndrehana, rel. 
Ahoana no anendrikendrehanao azy 
tahaka izany ? Pourquoi lo calomniez- 
vousdo lasorlo? Axbndrikendrbho, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mam- 
pan—. 

Utah—. Qui oaloranie ou est capable de 
calomnier. 

&NDRINA, s. Nom d'une espeee d7n- 
dris. 

ENDRIN&NDRINA, adj. Nigaud, im- 
becile, niais. 

Aendrintodrina, p. Dont on se joue, 
comme d'un imbecile. Aendrinbndrbno, 
imp. 

Tafa — , p. Devenu niais, stupide. 

Mi—, vn. Etre nigaud, niais, stupide. 
Fi— , 8. Letat de stupid ite. Mpi— , 8. Un 
stupide, un niais. 

Fiendrinendrenana, 8. La slupidite, 
la niaiserio. Iendrinendrenana, rel. 

BNDRtSY, int. Mauvaise prononcia- 
tion de Endresy. 

BNftMINA, p. de Enina. 

&NGA, int. Puisse ! Enga ka ou enga 
anie ka ho tonga izy ! Plaise a Dieu 
qu'il vienne ! 

*NY, adv. Oui. 

Eny hoe. C'est bien ca? n'est-ce pas? re- 

pondez : oui. 
Eny /ky. Oui, assure" ment. 
Eny lahy. Oui, c'est iacheux ! 

fiNY, adv. de lieu. La, la-ba3. Eny am- 
baravarana izy. II est la a la porte. Te- 
ny alio omaly. J'ai ete la-bas hier. Ho 
eny aho raha afaka herinandro. J'irai 
la-bas dans unesemaine. 

Mank— , vn. AHer a, se diriger vers, 
aboutir a, conduirc a. Voy. Any. 

Eny ho eny. Quelque part, par la. 

Eny hehbtra eny. Partout, ue tout cote. 

ANINA, adj. num. Six. Knim-polo. Soi- 
xanle. Entn-jato. Six cents Enina ari- 
vo. Six mille. £toin-joro. Ilexagone. 

Endmina, p. Qu'on partage en six. Epb- 
mo, imp. 



Voa—, pp. Partage en six. 

Mi—, vn. Etre partage en six, se parlager 

a six. Mibnbma, imp. 
Inenina, ado. Six fois. 
Manin6nina, vn. Faire pour la sixieme 

fois. Fanineniny. Pour la sixieme fois. 
Ampaheniny, 8. Un sixieme. 
Fahbnina, s. et adj. Le sixieme de la gran- 

de mesure ; six brasses ; sixieme. 
Heneuana. Six jours. 

fiNINA, adj. Qui a sa part, pourvu, 
participant. 

Man—. Suflisant pour fournir, pour en 
donner a tous. 

Esin-tsoa. Quiasapartde bien, qui par- 
ticipe au bien commun. 

Tsy enina. Qui n'a pas part, qui n'a pas 
obtcoii. 

£NJIKA, 8. Fuite, poursuito, persecu- 
tion. 

Enjehina, p. Qu'on suit, qu'on poursuit, 
qu'on persecute. Enjkho, imp. 

Voa—, pp. Suivi, poursuivi, persecuted 

Man—, va Suivro, courir apres, pour- 
suivre, persecutor. Sasatraizy ka nanen- 
jiha niandalandalana ny namany. II 
etait fatigue ot suivait son camarade a 
pas lenls. Na dia kely aza ny 2aiyiko, 
dia nanenjiha ahy teoaoriana. Quoique 
petit mon enfant courait dcrriere moi. 
Nanenjiha ela ny omby izy vao nahazo 
azy. II poursuivi t longtemps le bauf 
avant de I'atlraper. Nanenjika fatra- 
tra ny fivavaliana kalolika ny emperora 
romana. Les empereurs romains perse- 
cuterent fortement la religion catholt- 
que. Manenjeha, imp. Fan— , s. Go qu'o- 
poursuit, etc, maniere de poursuivren 
Mpan—, s. Celui qui poursuit, un per. 
sScuteur. 

Fanenjghana, s- Action de suivre, de 
courir apres, de poursuivre, la persecu- 
tion. Anenjehana, rel. Anbnjeho, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan—, Mampan— . 

Mi—, vn. S'ectaapper, s'enfuir, courir ya 
et la, repousser avec aigreur, tenir tele, 
s'on aller en refusant. Nienjika tany 
an-tsaha ny omby. Les bo3uts se sont 
enfuis dans la campagne. Lasa nienjika 
tao amy ny kianja ny ankizy. Les en- 
fants sont" all6s courir ca et la sur la 
place. Mienjika loatra amy ny vadiny 
10 vehivavy io. Cette femme tient forte- 
ment tete a son mari. Mibnjeha, imp. 
Fi— , s. Maniere de s'enfuir, etc. Mpi—. s. 
Celui qui s'enfuit souvent, qui court ca 
et la, qui tienl tete 

Fienjahana, s. L'action de s'enfuir, de 
courir ca et la, de tenir tete. Ienjeiu- 
na, rel. Ienjeho, imp. 

Maha— . Qui pout poursuivre. 

Enjikenjika, dupl. dim. de Enjika. 

ft N JIN A, r. Etat, gestes, paroles d'une 

demi-ivresse. 
Ml—, vn. Etre un peu ivre, parler, agir 



Digitized by 



Google 



ENT 



— 122 — 



ARA 



sons reflet do la boisson. Fi— , «. Ma- 
niere d'agir dans I'ivresse. 

Enjinenjina, dupl. dim. Agitation, mor- 
gue de I'ivresse, du dedain. 

Mi—, vn. Sedemener comme une person- 
ne ivro ou dedaigneuse. 

£NO. Voy. Nexo. 

fiNTANA, s. Fardeau, paquet, ballot, 
eflets, bagages. marchandises, charge ; 
parents ou amis pauvros qu'on prend a 
sa charge. 

Entanina, p. Qu'on souleve, qu'on trans- 
porte; que la joie ou la peur fait tres- 
saillir, saisi de douleur. Tsy azoko en- 
tan ina io vata io. Je ne puis pas sou- 
lever cette caisse. Nentanin' ny hafa- 
liana ny foko. Mon coeur tressaillit de 
joie. Nentanin' ny tahotra aho. Je tres- 
saillis de peur. Nentanin' ny alahelo 
aho, raha nandre ny raiko maty. J'ai ei6 
saisi de douleur en apprenant la mort 
de mon pere. Entano. imp. Entano eto 
ny vilany. Transportez ici la marmite. 

Voa— , pp. Sculeve\ transports. 

Tafa— , p. Qui a tressailli. 

Man—, va. Soulever, lever, transporter ; 
faire tressaillir,saisir. Manentana, imp. 
Fan— ,«. Ce qu'on souleve, maniere de 
soulever. Mpan— f a. Celui qui souleve, 
qui essaie un poids. 

Fanentanana, a. L'action de soulever, 
ce avec quoi on souleve, les ressorts de 
la bascule, les poignees, les anses des 
vases. !es crochets pour saisi ret enlever 
les objets. Anentanaxa, rel. Anextano, 
imp. 

Mifan— . .Se soulever Tun Taut re comme 
les plateauK d'une balance, etre du 
meme poids ; fig. etre en rapport avec. 
Prend Mampitan— , Mampan— . 

Mi—, vn. Se soulever, tressaillir, bondir; 
At re emu, tressaillir de joie ou de peur. 
Lchibe ny bainga indray mientana. La 
motte souleveo a'un seul coup est dnor- 
me. Nientana iray hiany ny foko raha 
nahita ny nanj6 azy. Mon coeur fut emu 
a la vue du malheur qui le frappait. 
Mientaxa, imp. Fi— , 8. Maniere de se 
soulever, de tressaillir. Mpi— , s. Celui 
qui tressaille. 

Fientanana, s. L'action de tressaillir. 
Ikntanana, rel. Iextano. imp. 

Man—. Qui souleve ou peut soulever. 

Entandntana, dupl. fre"q. de En tana. 

Anbntana, s. Fagot. 

Extan'olo-malaixa. Fardeau de paresseux; 
il porte beaucoup pour ne pas y reve- 
nir et sans soin. 

Maxbxtan-tsy ritra. Agiravant le temps, 
prematunhnent, avec precipitation. 

MlTONDRA BXTAXA TSY VOAFKHY. Porter UH 

paquet d6lie; fig. agir avec precipita- 
tion, sans avoir compris. 
Zanak'entana, s. Vn paquet supplemen- 
tal re. 



&NTINA, p. irreg. de mitondra (tondra). 
Ported emporte, apportg, enleve\ amene. 
conduit, transmls, employe, depense, dont 
on se sert ; gouvern£, gere\ pouss£. 
Akanjo betsaka no nenttny tany an- 
tsena. II a ports au marche beaucoup 
d'habils. Nentiny tao an-tranony ny 
bokiko. II a emportg mon livre chez lui . 
Nentiny ilay zavatra nangatahiko. II 
m'a apporte ce que j'avais demanded 
Ncntin'ny rivotra ny satroko. Le vent 
m'a enleve mon chapeau. Nentiny taty 
amiko ny alikako very. II m'a amen6 le 
chien que j'avais perdu. Nentiny tao 
an-trano fianarana ny zanako. II a con- 
duit mon enfant a l»*cole. Fanao nen- 
f m-drazana izany. C'est un usage trans- 
mis par les ancetres. Vato voapaika 
hiany no nentiny nanao ny tranony. 
II n'a employe que des pierres de taille 
pour batir sa raaison. Be dia be ny vola 
nentiko nanao ny tranoko. J'ai depense* 
beaucoup d'argent pour batir ma mai- 
son. Ny fahefanao no tokony hoenti- 
nao hanao soa. Vous devez vous servir 
de voire pouvoir pour faire du bien. 
Tsy entiny tsara ny vahoaka. II ne 
gouverne pas bien le peuple. Nentin' 
ny fahantrana izy ka nangalatra. II a 
6te poussS par la misere et a vole. Fen- 
tina. Ce qui se porte habituellement, 
dans telle occasion. Ento, imp. 

Exti-mamely. lit. Avec quoi on franpe ; 
fig. co dont on se sort pour incrimi- 
ner, inculper, confondre, arguraenter. 

Exrm-BAVY, adj. Qui se laisse gouveraer 
par sa femme. 

EnTIM-BBLONA, BNTl-MATY, pTOV. lit. Co 

que Ton porte durant la vie, on le porto 
a la mort ; fig. si Ton est mauvais pen- 
dant la vie, on Test aussi a la mort ; telle 
vie, telle mort. 

EO, adv. La. 

Mank— , vn. Aller, aboutirla. Fank— , s. 
Maniere d'aller la. Mpank— , a. Qui va 
la souvent. 

Ho eo izy. II ira la, il sera la. 

Eo no bo, adv. Par la, la quelque part. 

Eo xo no eo, adv. Indique le present et 
l'avenir: imm&tiatement apres, dansun 
moment. 

Tbo no ho eo, adv. II n'y a qu'un instant. 

EOKARISTtA, s. Eucharistie. (Lat. 
eucharistia). 

EPISTOLA, 8. Epitre. (Lat. epistola). 

fiRA, s. Action de consulter, de deman- 
der conseil, permission, consentoment. 

Eraina, p. (Femme) qu'on procure a 
quelqu'un pour faire le mal. Erao, imp. 

Voa — , pp. Procured pour faire le mal. 

Man—, va. Aller prendre, procurer une 
femme a quelqu'un pour laire le mal. 
Maneha, imp. Fan—, s. Celle qu'on va 
prendre souvent, maniere de la d<5bau- 
cher. Mpan — , 8. Celui qui debaucho 
ainsi souvent. 



Digitized by 



Google 



ARA 



— 123 



ARY 



Fanerana, 8. L'aclion do procurer uno 
fenime a quelqu'un. Anbrana, rel. Anb- 
rao, imp. 

Mi—, to. Dcmander la permission, l'a- 
grement, Pavis. Miera, imp. Fi— , a. Ma- 
niere de consulter. Mpi— , s. Celui qui 
consulte, qui demande permission. 

Fierana, s. A qui on demande con9eil f 
permission. Taction de demander per- 
mission. Ieraxa, rel. Ibrao, imp. 
Prend Marnpi— , Mifampi—. 

Maha— . Qui consulte ou a la faculte de 
consulter. 

Eraera, dupl. frtq. de Era. 

Erak'ny be sy ny maro. Adopte par la ma- 
jority. 

Alaina £ra. Surquoi on consulte, on de- 
mande l'avis. 

Lany era. Adopts, agr<*6. 

Tkny ierana ou teny miera. Parole, affaire 
qu'on soumet a la deliberation, sur quoi 
on se concerte, on s'entend. 

Soa miera et vao miera. Comrae lo prece- 
dent. 

ERA, 8. Amont. 

Aky era, adv. En amont. 

&RANA, 8. Contenance, capacite, raesu- 
re. dimension, longueur; fig. ce qui est 
possible, ce qui est en rapport avec. Ny 
eran'ny tavoahangy hiany no hoyidiko. 
Je n'acheterat que Ut contenance d'uno 
bouteille. Impiry favoabangy ny eran' 
io barika io? Gorabien de bouteilles con- 
tient cetle barrique, quelle est la capa- 
city de cetto barrique? Ny eran'ny lo- 
banao no halaiko ho marika hanaovako 
6atroka. Je prend rai la mesu re, la di- 
mension de votre tete comrae modelo 
pour faire un chapeau. Lazao ny vidin' 



ny eran' ny angady amy ny to rim-bo- 

manganao. Oites quel est le pi ' 

pa tales de voire champ de la longueur 



de la b6ehe. Ny eran ny aiko hiany no 
hataoko. Je ne ferai que ce qui est en 
rapport avec mes forces. 

— , adv. De la contenance de, de la capa- 
cite de, de la mesu re de, de la dimen- 
sion de, de la longueur de, dans loute 
I'etendue de. par toute la ville, dans tout 
le pays de; fig. selon, en rapport avec. 
Ento rano eran' ny siny. Porlez de l'eau 
de la contenance de la cruche, portez 
une crucbe d'eau. Misy volamena erany 
Madagascar manontolo. 11 y a de Tor 
dans toute I'Stendue de Madagascar. 
Notadiavina eran' ny tanana izy fa tsy 
hita. On l'a cbercbe par toule la ville 
maison ne I'a pas trouve. Eran'ny ainy 
no nataony. II a travaille selon ses forces. 
Eran* ny volako no hanaovako trano. 
Je ferai une maison en rapport avec mon 
argent. 

Man—, ra. Remplir, etre dans, toute 
I'etendue de ; fig. etre en rapport avec, 
suflire. Manerana ny trano ny setroka, 
ny ankizy. La fumee remplit, les enfants 



remplissent la maison. Misy miaramila 
manerana ny fanjakana. II y a des sol- 
dats dans toute I'etendue du royaume. 
Manerana ny raharahanay ireo mpiasa 
iroo. Ce ouvriers suffisent pour notre 
travail. Fan—, s. Maniere tie remplir. 
Mpan— , s. Celui qui remplit, ceux qui 
remplissent. 

Faneranana, 8. L'action de remplir. 
Aneranana, rel. 

Mi fan— , vn. Avoir la meme contenance, 
la meme capacity, la meme dimension, 
la meme longueur, la meme dtendue, 
le meme poids ; fig. etre en rapport 
avec. Mifanerana ireo sobiky roa ireo. 
Ces deux corbeilles out la meme conte- 
nance. Mifanerana amy ny lohanao ity 
satroka ity. Ce chapeau estdela dimen- 
sion de votre tete. Mifanerana ny ha- 
lehiben'ny tanimbary roa. Les deux ri- 
zieres ont la meme Stendue. Mifanerana 
amy ny vato mizana ny vola. Le poids de 
l'argent est egal a celui des poids. Mifa- 
nerana amy ny isan'ny zanako ny tanim- 
bariko. Mes rizieres sont en rapport avec 
lo nombre de mes enfants. Mifanerana 
amy ny toetrao izany raharaha izany. 
Get emploi est en rapport avec votre po- 
sition. 
Prend Mampifan— . Mampan— . 

Eram-paxahy, 8. Autant que l'esprit peut 
en saisir. 

Eram-po\ «. Autant que le coeur peut en 
embrasser, en contenir, en supporter. 

Eranamratry, s. La7 4 2 ro- partie de la pias- 
tre. 

Eran'ny k/do, s. Selon son app6tit, autant 
qu'on peut en manger, selon le bon plai- 
sir. 

Kran' ny s6tro, s. Une cuilleree. 

Eran-tanan-dr<>a, s. Le conlenu des deux 
mains r6unies. 

Euan-tanan' fLA, 8. Une poignee. 

Anerany, adv. Selon la mesu re. 

Tsy anerany, adv. Au-dela de la mesure, 
au-dela de3 bornes 

ERfiTINA, p. de Eritra. 

£RY, r. L'6tat de ce qui est cache\ de- 
robe a la vue. 

Tafa— , p. Qui s'est cache. 

Mi—, vn. et a. Se cacher, se de>ober a 
la vue, agiren cachetto. Miery ao anaty 
bozaka- izy. II se cache dans I'herbe. 
Miery anao ilay anananao vola. Votre 
creancior se derobe a vos regards. Min- 
ns, imp. Fi— , s. Maniere de se cacher. 
Mpi — , s. Celui qui se cache habituel- 
tement. 

Fierena, s. L'action de se cacher, la ca- 
chette, ce qui derobo a la vue. Ierana, 
rel. Iereo, imp. 
Prend Mampi—, Mifampi—. 

Fanalam-piery, 8. Jeu de cache-cache. 

ERY, adv. La-bas, tres loin on a une 
certaine distance. 



Digitized by 



Google 



ERO 



— 124 



ESI 



Blank—, vn. Aller la-bas, par la-bas, 

se rend re la-bas. 
Ery no ery, adv. Par la, par la-bas. 
EtifKrniA, adv. La-bas. 

ERY, expUtif. Coramo, combien, oh!..'. 

&RIKA, 8. Bruine, petite pluie fine. 

Erik'andro. s. Bruine, petite pluie. 

Merika, adj. Se dit du temps qui bruine, 
qui donne une petite pluie; fig. qui a 
les yeux humides de larmes. Mcrimc- 
rika ny masony. II a les yeux humides 
de larmes. 

&RINA, 8. Action de se montrer me- 
content, demurmureren recevant quel- 
que chose, de demander davantage. 

Ml—, vn. Demander davantage, etre 
mecontent de ce qu'on reeoit. MierGna, 
imp. Pi— , s. Manierede "demander da- 
vantage. Mpi—, 8. Celui qui demande 
souvent davantage. 

Fierenana, s. L'action de demander 
davantage. Ierenana, rel. Iereno, imp. 

Man—. Qui demande davantage. 

Erlnerina, dupl. frtq. de Enna. 

Erim-pit/a, s. Desir d'accroissement 
d'amitie, d'amour, plainte de n'etre pas 
aime\ Mierim-pitia. Chercher a etre 
aime davantage. 

Erin-kanina, s. Mnrmure au sujet de la 
ration, de ce qu'on donne a manger. 

ERIN&RINA, 8. Visibilite, evidence. 
Tafa— , p. Qui s'est mis en evidence. 
Mi—, vn. Etre eminent, visible de loin 

ou au. milieu de... Mierinbrena, imp. 

Fi— , 8. L'^vidence. Mpi— , s. Gelui qui 

est en evidence. 
Fierinerenana, s. L'action de se met- 

tre ou de se tenir en vuo. Ierinerena- 

na, rel. Ierinerkno, imp. 
Man a—. Qui se met en evidence ou sait 

s'y motlre. 
Manerinkuina, adj. et vn. Dominer, etre 

en vue, eminent, visible de loin. 

&RITRA et ERITR&RITRA ( dupl. 

plususite), s. Keflexion, meditation. 
Eretina. p. Qu'on medite. Eueto, imp. 
Voa—, pp. Medite, rellechi. 
Mi—, va. Me liter, reflechir, rover, son- 

ger. Mibreta, imp. Fi— , s. Le sujet 

medite, maniere de reflechir. Mpi—, s. 

Celui qui medite, le penseur. 
Fieretana. s. L'action de reflechir. Ie- 

retana, rel. Ieueto, imp. 
Maha— . Qui refleehit ou peut reflechir. 
Velona eritr^ritra, adj. Qui a rc£u l'e- 

veil, qui a concu des soupcons. 

ER6A, adv. La, la-bas, a celte place, a 
tel endroit. 

Mank— , vn. Aller la, aller a tel endroit. 

Froa ho er6a, adv. Par la, dans les en- 
virons de tel endroit. 

Erokatra et br6ana, adv. Gommc Eroa. 

Ter6a, terokatra, teroana, passe. Qui a 
ete la, de la. 



ERONA, 8. Ce qui est brute. 
Maimbo erona. Qui sent le brule\ 
Erom-bilany, 8. La crouie brulee qui res- 
te attachee a la marmite. 

fiRONA, 8. L'action de gronder, de ru- 
gir, de reprimanded 

Man—, vn. et a. Gronder, rugir, repri- 
manded Nanertina ny alika. Le chien 
se mit a gronder. Manerona ny liona. 
Le lion rugit. Aza manerona any tab a- 
ka izany. Ne me reprimaodez pas si 
fort. Manerona, imp. Fan—, 8. La ma- 
niere de gronder. Mpan—, s. Un gron- 
deur. 

Faneronana, s. L'action de gronder. de 
rugir, de gourmander. Aner6nana, rel. 
Anbr6ny, imp. 
Prend Milan — , Mam pi fan — , Mampan — . 

Mi — , vn. Gronder, grommeler, rugir t 
reprimanded Mierona, imp. Fi — . s. 
Manicure de gro^ner. Mpi — , 8. Celui qui 
gronde, qui rugit. 

Fier6nana, s. L'action de gronder, de 
rugir. Ieronana, rel. Ier6ny, imp. 

Mampi— . Faire grogner; gronder, rugir. 

Maha—. Qui gronde ou capable de 
gronder. 

Eronerona, dupl. fr&q. de Erona. 

ER6NY, adv. La, la-bas, a une certai- 

ne distance, ou loin mais en vue. 
fiROTRA, 8. Honflement. 
Mi—, vn. Ronfler. Mierota, imp. Fi — , 

s. Maniere de ronfler. Mpi—, s. Un 

ronfleur. 
Fierotana, s. L'action de ronfler. Ibro- 

tana, rel. 
Maha—. Qui ronfle ou peut ronfler. 
Erotrerotra, dupl. de Erotra. 

fcSANA, et ESANiSANA, {dupl. 

plus usite ), s. D-marche comme celle 

des canards et des nains. 
Mi—, vn. Marcher comme les nains, les 

canards. Miesanesana. imp. Fi— , s. 

Maniere de marcher comme les canards. 

Mpi—, s. Celui qui marche comme les 

canards. 
Fiesanesanana, 8. L'action de mar- 
cher comme les canards. Iesanesanana, 

rel. Iesanksano, imp. 
Mah— . Qui setraiue ou peut se trainer. 
fcSY, adv. Point du tout. 
ESlfeSY, 8. Mot pour appeler les chiens. 
Esiesena, p. (Chien) qu'on appelle par 

le mot Esiesy. Esieseo, imp. 
Voa—, pp. Chien appele par ce mot. 
Man—, ra. Appeler les chiens. Manesie- 

sea. imp. Fan—, s. Les chiens qu'on 

appelle, maniere do les appeler. Mpan — , 

s. Celui qui appelle lt>s chiens. 
Fanesiesena, a. L'action d'appeler les 

chiens. Anesiesena, rel. AnbsiesjSo, 

imp, 
Maha—. Qui appelle ou sait appeler les 

chiens. 



Digitized by 



Google 



ESO 



— 125 — 



ETY 



ES1K&S1KA, 8. D-marche lente et dif- 
licile, comme cello des personnes obeses. 

Mi—, vn. Marcher difficilement. Fi— , 8. 
Maniere de marcher difficilement. 

Fiesikes6hana, s. L'action do marcher 
difficilement. Iesikbseuana, rel. 

fiSINA et ESINfiSINA {ciupl. phis 
usite ), s. Respiration obslruoe, genee. 

Mi—, vn. Respirer du nez et difficile- 
ment. Fi— , s. La maniere de respirer du' 
nez et difficilement. 

Fiesines6nana, 8. L'action de respirer 
du nez et difficilement. Iesinbsbnana, rel . 

£SO, 8. M6pris, moqnerie, raillerie. 

Es6ina, p. Qu'on meprise, dont on se 
moque, qu'on raille. Es6y, imp. 

Voa— , pp. Mtfprise, raille. 

Man—, va. Mepriser, se moquer, railler. 
Manesoa, imp. Fan—, 8. Celui qu'on 
meprise, maniere de mepriser. Mpan— , 
8. Celui qui meprise, un moqueur. 

Fanes6ana, 8. Le mepris, la raoquerie, 
la raillerie. Anes<5ana, rel. Anes6y, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan— . 

Man a— . Qui se moquc ou sait railler. 

Eso6so, dupl. freq. de Eso. 

Eson-teny, 8. Parole meprisanle, allusion 
ironique. 

Eso sa idin-dron6no? Est-ce par plaisan- 
terieou tout de bon? 

&SONA, 8. Respiration bruyante durant 
le sommeil; fig. action do faire bonne 
ch6re. 

Mi—, vn. Respirer bruyamraenl durant 
le sommeil, faire bonne chere. Fi— , s. 
Maniere de respirer. 

Fies6nana, s. L'action de respirer bruy- 
amment durant le sommeil, de faire bon- 
ne chere. Ies6nana, rel. 

Eson6sona, dupl. [re"q. de Esona. 

fiSOTRA, 8. Action d'enlever, d'oter, 
de retirer, de soustraire, de renvoyer, de 
chasser, de destituer. 

Es6rina, p. Qu'on enleve, qu'on ote, qu' 
on retire, qu'on soustrait, qu'on ren- 
voie, qu'on deslilue. Rano be loatra no 
nesorxnao tamy ny vilany. Vous avez 
6t6 trop d'eau de la marmite. Nesorin' 
ny fanjakana sahady ilay lalana vao na- 
voakany teo. Le gouvernement a deia 
retire la loi qu'il avait proclamee. Vola 
roan-jato no nesorin' io mpanao raha- 
raha io. Cet employ^ a soustrait mille 
francs. Nesoriko ny mpiasa telo lahy. 
J'ai renvoye trois ouvriers. Nesorin' 
ny fanjakana io governora io. Le gou- 
vernemeni a destituS ce gouverneur. 
EsditY, imp. Esory ireo en tana ireo. 
Enlevez ces paquets. 

A6sotra, p. Qu on enleve, etc. 

Voa—, pp. Enlev6, etc. 

Man—, va. Enlever, oter, retirer, sous- 
traire, renvoyer, chasser, destituer. 
Manesora, imp. Fan—, 8. Ce qu'on en- 
leve, etc. maniere d'enlever. Mi* an— , 8. 
Celui qui enleve, etc. 



Fanes6rana, 8. L'action d'enlever, de 
retirer, de renvoyer, de destituer, 
le lieu, l'instrument, le motif, la panic 
qu'on enleve. Anbsorana, rel. Nancso- 
ran' ny mpangalatra be dia be ny vari- 
ko. Les voleurs ont enleve une grando 
partie de mon riz. Anesory, imp. Ane- 
sory ny entako fa mavosatra loatra. 
Enlevez quelquo chose a mon paquct, 



parce qu'il est trop lourd. 

Prend Mifan—, Mampifan—. Mampan—. 

Mi—, r». Se retirer, s'on aller, quitter 
sa place. Miesoiu. imp. Fi— , 8. La ma- 
niere de se retirer. 

Fies6rana, *. L'action de se retirer. 
Ies6rana, rel. Irs6ry, imp. 

Maha— • Qui enleve ou peut enlever. 

Esotr6sotra, dupl. de Esotra. 

Eso-PANDRtANA, Compensation donnee a la 
premiere femme, quand on lui donnait 
une rivale. 

Miesora ny vody kbly iiitoeran' ny vody 
be, prov. Que le petit cede la place au 
gros; fig. ote-toi Jo la que je my mette. 

ETAK&TAKA, 8. Fierte, airogance, 
ostentation, parade. 

Mi—, vn. Etre ficr, parader. Fi— , s. Ma- 
niere de poser. Mm—, s. Un poseur. 

Fietaket&hana, s. L'action de poser. 
Ietakbtahana, rel. 

Maha—. Qui pose, qui parade. 

ETY, adj. Etroit, gene, serre, petit ; fiq. 
dans la gene, severe, rigoureux, diffi- 
cile, dangereux. Ely ny lalana. Le che- 
min est etroit. Ely ny kiraro. Les sou- 
liers sont etroits, petits. Ely aho ka 
mihataha kely. Je suis gene, serro, 
retirez-vous un pen. Ely ity trano ity. 
Cette maison est petite., fc/y izany flana- 
kaviana izany. Cette famille est dans la 
gene. Ely dia ely ny lalana amin'izany. 
La loi est tres severe, tres rigoureuse 
surce point. Midi tra amy ny cty hianao, 
raha mandroso amy ny fanjakana. Si 
vous vous adressez au gouvernement, 
vous prenez un chemin dangereux. 

Etena, p. Qu'on serre, qu'on retr^cit. 
Eteo, imp. Eleo kelyny akanjoko. Re- 
trecissez un peu mon habit. 

Voa—, pp. Serre\ r6tr£ci. 

Man—, va. Gener, serrer, retnicir, rapetis- 
ser, rendre etroit. Aza manely ahy ta- 
haka izany hianareo. Ne me genez pas 
ainsi, ne me serrez pas ainsi. Mandeha- 
na hianao fa manety toerana. Allez- 
vous-en, parce que vous rendez la 
place (Hroite- Manete, imp. Fan—, s. 
Ce qu'on serre, maniere de r£trecir. 
Mpan — , s. Celui qui retrScit souvent. 

Fanet6na, s. L'action de serrer. de ro- 
trecir. Anetbna, rel. Aneteo, imp. 

Mifan—. Etre serrGs. Nifanely izai- 
tsizy ny olona. Les gens dtaient exces- 
sivement serr^s. 
Prend Mampifan—, Mampan—. 



Digitized by 



Google 



ETR 



— 126 



ETS 



Mihaety, vn. Devenir Stroit, gcne\ severe, 

rigoureux. 
Man6ty. Qui rend (Hroit, qui retrecit. 
Etiety, dupl. dim. do Ety; 

ET*i\ adv. Coromo Aty. 

ET1K&TIKA, 8. Ostentation vanitouee, 

gloriole, suflisance, recherche. 
Ml—, vn. Poser, etre vaniteux, suflisani, 

rechercher la gloriole, tirer vanite de .. 

Mietikbtbha, imp. Fi.— , 8. Maniere de 

tirer vanite de... Mpi— , 8. Un vaniteux. 
Fietik6t6hana, 8. L'action de parader, 

de tirer vanite de... Igtiketehana, rel. 

IbtiketSho, imp. 

ftTO, adv. Ici, dans l'endroit oil on so 

trouve. 
Mank— , vn. Venir ici. 
Eto ho eto. Par ici, par la. 
Eto uo eto kok5a, adv. Plus pres, avan- 

cons, avancezun peu plus par ici. 
Eioana, et6y, eto" kite a, ad v. Com me Eto. 
Teto,tet6katra, tet<Jana, passe. 

fiTONA, s. Fumee, vapeur, chaleur suf- 
fccante, dtouflee; odeur forte, parfum 
qui se repand au loin. 

Et6nana, p. Qu'on enfume. Et6ny, imp. 

Voa— , pp. Enfume. 

Man— , va. et n. Enfumer ; fumer, s'eJe- 
ver, se repand re, s'exhaler, exhaler des 
vapeurs, des parfum?, etre tres chaud. 
Aza manet07\a olona. N'enfUmez pas 
les gens. Manelona ny vary. Le riz 
lume. Misysetroka manetona ao. II y a 
de la lumee qui s'6leve de la. Manelona 
ny tauv. II s'dleve des vapours de la 
terre. Misy fofon-dratsr manelona ao. 
II y a de mauvaises odeurs qui s'exha- 
lentde la. Manelona ily trano ity. Cet- 
te raaison est tres chaude. Manbt6na, 
imp. Fan— ,8 Maniere de fumor, etc. 
Mpan— , 8. Celui qui enfume souvent, 
ce qui donne de la lumee. 

Fanet6nana, s. L'action d'enfumer, la 
fumee qui s'dlevc, les vapeurs ou odeurs 
tiuis'exhalent, la chaleur d'un endroit. 
Anet6nana, rel. Anetony, imp. 
Prend Mifan— . Mampifan— , Mampan— . 

Maha— . Qui enfume ou pout enfumer. 

Etonetona, dupl. fre'q. de Etona. 

ET6NY,ac/r. Ici, la, voila. 

fiTOTRA. Voy. Hetotra. 

fiTRA, s Ceinturc, ceinturon. 

Etrana, p. Qu'on ceint. EtrAo, imp. 

Voa—, pp. Ceint. 

Mi—, vn. S3 ceindre, etre ceint. Mietra, 
imp. Fi— , 8. Manidre de se ceindre. 

Fietrana, 8. L'action de se ceindre, de 
meltre une ceinture, la chose avec la- 
quelle on se ceint. IetrAna, rel. Iethao, 
imp. 

Maha— .Qui ceint ou qui peut servir do 
rcinture. 

Etretra, dupl. de Etra. 

ftTRY. Voy. Hetuy. 



ATRT t a. Abaissement, aflaissement, 
tassement, diminution en hauteur, en 
grade, en rang; humiliation. 

Etrena, p. Qu'on abaisse, dont on di- 
minue la hauteur, qu'on humilie. Etreo, 
imp. 

A6try, p. Qu'on abaisse, qu'on humilie, 
Haelnho ny ampiantany, fa mana- 
kona. Je vais abaisser le mur, parce 
qu'il cache U vue. Aetrko, imp. 

Voa—, pp. Abaisse. hum i I id. 

Man—, va. Abaisser, afTaisscr. tasser, 
diminuer la hauleur, le pouvoir, abaisser 
en grade, degrader, humilier. Ny rano- 
norana dia nanetry ny tany vao notao- 
mina. La pluie a tasse la terre trans- 
port^ dernierement. Nanetry izany 
flanakaviana izany ny fanjakana. Le 

fouvernement a abaiss6 cette famille. 
zay manetry tcna dia mendrika hasan- 
dratra. Celui qui s'humilie merite d'etre 
exalte. Manetre, imp. Fan—, a. Celui 
qu'on doit abaisser, maniere d'a^aisser. 
Mpan— , s. Celui qui abaisse souvent, 
qui humilie. 

Fanetr6na, a. L'action d 'abaisser, d 'hu- 
milier. Fane^ren-tena! Humilite. Anb- 
trena, rel. Anetreo, imp. 
Prend Mifan—, Mampifan—, Mampan—. 

Mi— . vn. S'abaisser, s'aflaisser, se tasser. 
etre abaisse, 6tre humilie\ Nietry ny 
tokotany. L'emplacement s'est aflaisse. 
Mielry teoa. S'humilier. Mietre, imp. 
Fi— , 8. Maniere de s'abaisser, 6tat de 
celui qui est humilte. Mpi— , a. Celui 
qui s'abaisse, qui s'humilie. 

Fietrena, s. L'abaissement, l'humilia- 
tion. Ietrena, rel. Ietreo, imp. 

Maha—. Qui abaisse, qui humilie. 

Etrtetry, dupl. de Etry. 

Manetry m6ntotra. Accuser les riches, 
les grands pour les miner. 

fiTRO, 8. Rhum (jargon). 

Ml—, etMan— , vn. Boire du rhum. Ma- 
netr6a, imp. Fan — , s. Maniere de 
boire. Mpan—, s. Un buveur. 

Fanetr6ana, a. L'action de hoii** du 
rhum, la cantine. Anetr<3asa, reL 

fiTSAKA, adj. Imbibe, sature d'eau ; 
fig. satisfait, comble. Elsaky ny rano- 
norana ny ampiantany ka nietsaka. Le 
mur en terre a et6 imbibd de pluie et 
s'est 6boule\ Etsaha hatramy ny volon- 
dohako alio. lit. Je suis imbibe jus- 
qu'aux cheveux de ma tele; fig. je suis 
ties satisfait. Ktsaka ny faniriako. 
Mes voeux sont comblcs 

Etsahina. p. Qu'on imbibe, qu'on satis- 
fait. Etsvho, imp. 

Adtsaka, p. Qu'on fait 6bouler. Abtsa- 
ho, imp. 

Voa—, pp. Imbibe. eboule\ satisfait. 

Man— , va. Imbiber; combler, satisfairc. 
Manetsaha, imp. Fan—, s. Celui qu'on 
satisfait, maniere de satisfairo. Mpan—, 
8. Celui qui satisfait sourent. 



Digitized by 



Google 



EVA 



— 127 — 



EVO 



Fanetsahana, a. L'action d'imbiber, de 
satisfaire. Anbtsahana, rel. Anetsaho, 
imp. 
Prend Mifan—, Mampifan— , Mampan—. 

Mi — , vn. S'ebouler, s'dcrouler; fig. 
accourir en foule, aflluer. Nictsaha rii- 
vidy zavatra tamiko daholo. Tous accou- 
raient pour m'acheter des marchandises. 
Mietsaha, imp. Fi— , s. Maniere de 
s'ebouler, d'aflluor. 

Fietsahana, s. L'ebouleraent, ['action 
d'alTluer, de so rendre en nombre chez. 
Ietsahana, rel. Ietsaho, imp. 

Maha—. Qui pout imbiber, faire ebou- 
ler; quisatisfait. Mahelsakany foko ny 
teninao. Vos paroles me satisfont. 

Etsakttsaka, dupl. fre"q. deEtsaka. 

ETSAKAet ETSAK&TSAKA (d upl. 

plus usitti), 8. Coups, action de battre. 

Etsaketsahana, Etsaketsahina, p. 

Qu'on irappe a coups redoubles. Etsa- 
kbtsAho, imp. 

Aetsak6tsaka, p. Avec quoi on Irappe. 
Abtsaketsaho, imp. 

Voa—, pp. Frappe a coups redoubles. 

Man—, va. Battre a coups redoubles. 
Manetsaketsaha, imp. Fan—, «. Celui 
qu'on bat, maniere de battre. Mpan— , 
8. Celui qui bat. 

Fanetsaketsahana, s. L'action de bat- 
tre. Anetsakbtsahana, rel. Anetsake- 
tsaho, imp. 
Prend Milan—, Mampifan— , Mampan— . 

Maha—. Qui bat ou peut battre. 

BTSfiTRA. Corruption de El cwlera. 

fiTSY et ETS*, adj. La, pres, non 

loin, mais en un lieu determine. 
Mank- ,vn. Aller la. 
Etsy ho etsy, adv. Par la. 
Etsy ange. Ecoute un peu, viens ici. 

ETSfANA, BTSIKATRA Ct ETSIKITRA, adv. 

Comme Etsy. 

TbTSY, TETS1KATRA. PaSSO. 

EVAN fc VAN A, 8. Neutre, interme'diai- 
re rf sans loucher ou apparlenir a 1'un 
ou a. l'autre. Mandeha an'ecanerana 
ou mandeha evanevana izy. 11 va 
entre les deux, il n'est ni pour 1'un ni 
pour Tautre. 

Aevan^vana, p. A mctlre entre, a ren- 
dre neutre. Aevanevano, imp. 

Tafa — , p. Qui resto neutre. 

MI — . vn. Rester neutre sans embrasser 
aticun parti, 6tre entre ou au milieu. 
Mievanevana, imp. Fi— , s. La neutra- 
lity, 1'eMat de ce qui est plac<* entre deux. 
Mpi — , 8. Les neutres. 

Fie vane vanana, s. L'action de se d£- 
clarerou de rester neutre, de so mettre 
entre deux. Ievanevanana, rel. Ibvank- 
vano, imp. 

Maha—. Qui cause la neutrality. 

Evanevan'olona. Une personne sans em- 
ploi, saus feu nilieu, sans nalionalile. 



EVANjfeLY et EVANJlXY, a. Evan- 
gile. (Lat. evangelia). 

EVANJELtSTA, 8. Evangelisle. (Lat. 
cvangeli8ta). 

EVANJELlSTRA, s. Espece d'in- 

tendant, d'inspecteur do temples chez 

les Protestants. 
ftVINA, s. Etcrnument. 
Mi—, vn. Eternuer. Mievena, imp. Fi— , 

8. Maniere d'6tcrnuer. Mpi—, s. Celui 

qui elernue sou vent. 
Fievenana. s. L'action d'elornuer. Ii> 

venana, reL Ieveno, imp. 
Maha—. Qui 6ternue ou peut 6ternuer. 
Evinevina, dupl. fre"q. de Evina. 

£VOKA, s. Vapeur, chaleur, odour 

suflbcante, bain do vapeur. 
Ev6hana, p. Qu'on 6tuve, a qui on fait 

prendre un bain de vapeur, qu'on em- 

5)cste d'une odeur. Tokony hevohant8i- 
ia ny marary. II faut que nous fassions 
prendre un bain de vapeur au malade. 
Aza evohanao toy izany ny olona. 
N'empcstez pas ainsi les gens. Ev6hy, 
imp. 
Aevoka, p. Ce qu'on emploie pour le 

bain de vapeur. Abvohy, imp. 
Voa—, pp. A qui on a fait prendre un 

bain de vapeur. 
Man—, va. et adj. Faire prendre un 
bain de vapeur; suffocant, se (lit de la 
chaleur et de l'odeur. Manevolia ny 
bafanana. La chaleur est suflbcante. 
Manevoka izany fofon-dratsy izany. Cos 
mauvaises odeurs sont suflbcantes. Ma- 
NEvtiHA, imp. Fan—, s. Celui a qui on 
fait prendre un bain, maniere de fairo 
prendre un bain de vapeur. Mpan— , s. 
Celui qui fait prendre les bains de va- 
peur. 

Fanev6hana, s. L'action de faire pren- 
dre un bain de vapeur, les ingredients 
qui entrent dans le bain de vapeur. Ane- 
vdHANA, rel. Anev6hy, imp. 
Prend Mifan—, Mampan—. 

Mi—, vn. Prendre un bain de vapeur, 
etre suffoqutf par la chaleur, rester tlans 
un endroit rcnferme\ chaud. Mievoky 
ny hafanana alio. Je snis suffoque' par 
la chaleur. Miev6ha, imp. Fi— , 8. Ma- 
niere de prendre le bain. 

Fievdhana, s. L'action de prendre un 
bain de vapeur. Ievohana, rel. Ibvohy, 
imp. 

Maha—. Qui pout prend ro un bain de 
vapeur, suffisant pour cela. 

Evokevoka, dupl. freq. s. et adj. Cuit 
a la hate avec peu d'eau ; empressement 
joint a l'inconstance, effort et d£coura?e- 
ment, inconstance; inconstant, quientre- 
prend etlaisse, qui so d^sisto facilement. 

feVOTRA, s. Rebondissement, 61asli- 
cite\ soulevement, dilatation comme d'un 
ressort, convexity relief, bosse d'un 
corps comprint revenant a son 6tat or- 



Digitized by 



Google 



EZA 



— 128 — 



EZ0 



dinaire. action de monter de condition, 
de se ded ire. 

Ev6tina, p. Qu'on souleve. Evoty, imp. 

Aevotra, p. A soulever, qu'on souleve. 
A evoty, imp. 

Voa— , pp. Souleve. Voaeuotra ny veto. 
La pierrc a ete soulevee. 

Tafa — , p. Qui s'est soulevt'i. 

Mi— , vn. Rcbondir, se soulever, se dila- 
tor, etre elastique eomrae les sommiers, 
les reasons; etre proemineut; fiq. mon- 
tcr de condition, chancer de place, de 
demcure, sededire. Mievotra ny hao- 
lina. La balle rebondit. Mievotra ny 
vato. La pierre se souleve. Hahefa voa- 
tcry ny matezaroritina ka miala ny ta- 
nana. dia mievotra izy. Lorsque la gom- 
me elastique a ete presses par la main 
et qu'on la laehe, elle se dilate. Mievo- 
tra ny vimiaina. Les ressorts so dilatent. 
Mievotra ny trafon* omby. La bosse du 
boeuf est proem inonte. Nievotra io le- 
hilahy io ka mireharelia izaitsizy. Cot 
homme est parvenu a unc condition c'le- 
vt^e et il est excessivement Her. Mievo- 
tra lava izy ka tsy hita izay iloerany. 
II change continueliement ue place et 
Ton ne voit pas oil il reste. Mievotra 
matetika izy ka tsy azo itokiana. II se 
dedil souvent et on ne peut compter 
surlui. Mikv6ta, imp. Fi— , 8. Maniere 
de rebondir, etc. Mpi— , s. Ce qui rebon- 
dit, celui qui change souvent. 

Fievbtana, s. L'action de rcbondir, de 
se soulever, de se dilator, de monter 
de condition, de changer de place, de se 
dfoliro. Iev6tana, ret. Ievoty, imp. 

Maha— . Qui souleve on peul soulever. 

Evotr6votra, dupt. freq. de Evotra. 

£ZAKA, 8. Tension, raideur, course, 
trolte, ce mot s'appliqtie a tout acte 
moral ou physique fait uvec effort, elan, 
entrain, application, violence, contrain- 
te. Lavitra ezaka halreto sy hatrany. II 
ya unc bonne trotte d'ici la. Manao an' 
ezaka. Travailler avec ardour, user de 
violence. 

Ezahina, p. Qu'on tend, qu'on raidit, 
qu'on allonge, qu'on fait uvec ardeur, 
pour qui ou pour quoi on use de vio- 
lence. Ezaho, imp. Ezaho ny mahaza- 
ka. Tendez bien la corde. Ezaho ny 
sandrinao. Raidissez voire bras. Ezaho 
ny anja-by. Allongez la barre do fer. 
Ezaho ny toto varinareo. Pilez ronde- 
ment voire riz. 

Aezaka, p. Qu'on tend, qu'on raidit, qu' 
on allonge, qu'on fait avec entrain. Ae- 
zaho, imp. 

.Voa~, pp. Tend u, raidi, allonge, fait 
avec entrain. 

Tafa—, p. Qui a agi avec ardeur. 

Man—, ua. Tend re, raidir, allonger, fai- 
re quelque chose avec entrain, avec cou- 
rage, user de violence, contraindre. Na- 
nezaka izy ka vita haingana ny rahara- 



ha. II a agi avec entrain et tout a 6t6 
bien vite fini. Aza mane z aha ny zavatr' 
olona. Ne prenez pas par force lo bien 
d'autrli. Man bz ah a, imp. Fah— , a. Ce 
qu'on raidit. etc. maniere de raidir. 
mpan— , 8. Celui qui allonge, etc 

Fanezahana, a. L 'act ion de tend re, d'al- 
longer, de faire avec entrain, de con- 
traindre. Ankzahana, ret. Axezaho, imp. 
Prend Mifan— , Mara pi fan — , Mampan— . 

Mi—, vn. A Her vite, rondement, s'elan- 
cer, s Vtirer, faire avec entrain. Niezaka 
izy ka tonga haingana. II a marche ron- 
dement et est arrive vite. Nieiaka izy 
ka nahivikina ny hady. 11 s'est Glance 
et a pu sauter le fosse*. " Miezaka mateti- 
ka izy. II s'etire souvent. Tsy miezaka 
na amin* inona na amin* inona izy. II ne 
fait rien avec entrain. Mibzaiia, imp. 
Fi— , 8. Maniere d'aller vite. Mpi—, a. 
Celui qui va rondement, qui setire sou- 
vent. 

Fiezahana. s. L'action d'aller ronde- 
ment, de s'etirer. Iezahaxa, rel. I ezaho, 
imp. 

Maha—. Qui peut agir vigoureusement. 

Esak6zaka, dnpl. [rtq. Efforts redou- 
bles, coups re i teres. 

Ezakesahlna, p. Qu'on frappe a coups 
redoubles, etc. 

Ez a -main a. Action d'agir sane cause, cour- 
se sans motif, pure violence, contrainte 
sans aucun droit. 

EZANftZANA, s. Action de se tenir 

debout, surtout quand les autrcs sent 

assis. 
Aezangzana, p. Qu'on fait tenir debout. 

Aezaneza.no, imp. 
Tafa—, p. Qui est debout. 
Mi — , vn. Etre debout. Miezankzaxa, imp. 

Fi— , 8. La maniere de se tenir debout. 

Mp.— , 8. Celui qui reste debout. 
Fiezanezanana, s. J /act ion de se tenir 

debout. Iezaxezvnana, rel. Iezaxbzaxo, 

imp. 
Maha—. Qui peut se tenir debout. 
EZIN&ZINA, a. Bruit, son retcntissant 

et prolonge, explosion bruyamo; tout ce 

qui est grand, colossal, commo un pa- 

lais, un arbre geant. 
Aezinezina, p. A faire ou qu'on fait re- 

tentir. Abzinezexo, imp. 
Tafa—, p. Qui a retenti. 
Mi—, vn. Retentir, se prolonger en par- 

lant du son ; etre colossal. Fi— , 8. La 

maniere de resonner. Mpi—, a. Ce qui 

fait explosion ou retentit. 
Fiezinezenana, .s. L'action de retentir. 

Iezixezenaxa, rel. 
Mah— . Qui retentit ou peut retentir. 
EZO&ZO, adj. Long et mince, raaigre, 

lluet, eflile. 
Mi—, vn. Etre long et mince, maigre. 

Fi— , 8. Maigreur. 
Fiezoez6ana, a. L'eltilemeut. la mai- 
greur. 



Digitized by 



Google 



PAD 



— 129 — 



FAD 



F, s. La cinquieme lottre et troisiome 
consonne de I'alphabot roalgaohe. II se 
prononce comroe f dans fa, Jolie. 
F, apres les finales muetles ka, na, tra 
les elide et devient p. De plus Vn de 
na devient in : Fia-paiiy ( liaka et fury ), 
hasim-py (hanina et \y) t saro-i»ady 
( sarotra et fady ). 

F t initiate en presence du prefixe max 
et autrcs termines en n se combine 
avec Vn et donnp m pour compose-. 
Mamody (man et fody), mamototra (man 
et fototra). 

F, joint aux voyelles a, e, i, o forme 
un pre'fixe designant un participe habi- 
tuel : Faleha, oil on va habiluollement; 
fentina, qui est de mise ordinairement; 
fomena, qui se donne ordinairement. 

PA, c. Mais, car, parce que. que. Hendry 
izy, fa maditra. II est sage, instruit, 
mais t6tu. Aza miandry azy, fa tsv ho 
avy izy. Ne I'attendez pas, car ll ne 
viendra pas. Aza kasihina izany, fa man- 
dratra. Ne touchez pas eela, parce que 
eela blosse. Ataoko fa ho avy izy. Je 
crois qu'il viendpa. 

FADY, s. et adj. Ce qui est sacre\ de- 
fendu, piohibe, abominable, inceatueux, 
ce dont on s'abstient cti dont on doit 
s'abstenir. maud it. Fady izany. (lest 
sacre, tout-a-fait prohibe, abominable. 
Fady ahy ny manao izany. Jo ne ferai 
jamais cela. Fady azy ny tongolo. line 
mange jamais d'bgnons. Andro fady. 
Jour oil l'on s'abstient de travail ou de 
certaino nourriture. Hokapohiko ilay 
fady- Je vais le Trapper ce maudit, ce 
coquin. Fadi'a, imp. Sois mnudit. 

Fadlna, p. Dont on s'abstient, dont on 
ne mango pas, qu'on ne fait pus. Fadi'o, 
hup. 

Voa— ? pp. Dont on s'est abstenu, dont 
on na pas mang6, qu'on n'a pas fair. 
Voy. Voa. 

Mi—, va. S'abslenir de, s'inlerdire, ne 
pas user de, ne pas manger de; ne pas 
l'airc. observer les defenses religieuses, 
mtfdicales ou Miperslitieusos, se morti- 
iier, se dit do la continence que doivenl 
garder 1<!S femmes des mililaires ab- 
sents. Xifady toaka izay ela izay a bo 
tie me suis jiiierdit le rtium, je nai pas 
use de ilium depuis longtemps. Nifady j 



heni nandritra ny andro niainanv izy. 
II n'a pas mange ti»* viando de toute *a 
vie. Mfady vary tamy ny Alakansv ny 
vehivavy rehelra. Toules les femmes 
s'abstenaient de manger du riz tes deux 
premiers jonrs du mois Alakaosy. Mi- 
fady hanina. Jeuncr. Mifadia, imp. Fi 
— , .S'. Oi dont on d<.it s'absleuir, ma- 
niere de s'abslenir. Mim— , s. Celui qui 
s'abstient. 

Fifadiana, *. L'abslinenee, le jeune, 
la mortification, le temps. Ifadiaxa, re/. 
Ifvdio. imp. 
Prend Alampi— , Mifampi— . 

Maha— . Qui s'abstient ou salt s'absle- 
nir, sob re. 

Fadifady, dupl. fr6q. d* Fadv. 

Fady fohehatra, adj. Qui eprot.ve ou a 
eprouve du maiheur. Fadia fohchara 
ou foahdra. Sois maudit! peris! meurs! 

Fady foisy, s. Dont on s'abstient a moi- 
tie comme en buvant le bouillon et en 
laissant la viande, observance phari- 
saique. 

Fadin-damho amin'amboa. Chose execra- 
ble, ce que lcs coclions et les chiens no 
font pas. 

Fadin-taxy, s. Les prohibitions, les su- 
perstitions d'un pays. 

Fadjn-tseranana, s. Les droits, les per- 
ceptions des douanes. 

Be fadifady, adj. Qui s'abstient de beau- 
coup de choses, prescriptions medicates 
ou superstitiouses chargees d abstinen- 
ces. 

Aza fady aho ou aza mahafady ahy. Ex- 
cusez-moi, veutllez m'excuser, pardon. 

Mamoa fady. Voy. Voa. 

FADtDITRa, s. Eniortillement, cntre- 
lacpnient. 

Fadidirana, p. Qu'on enlorlille, qu'on 
entrelaco. Fauidiho, imp. 

Afadlditra, p. A entortiller. Afadidiro, 
imp. 

Voa-, pp. Entortille, entrelaco. 

Tafa— , p. Qui s'est enlortille, enlrelace\ 

Mamadlditra, va. KntoitilW, louler 
autour, eulrvlacer. A<>ka hamadiditra 
ity fady ity amy ny lilunjana isika mba 
lianamaly azy. EniortiIlo:»s fettu eurde 
auiour du bras du palampnu puur to 
consolider. Mamauidiha, imp. I'amauiui- 
TttA, 9. La maniere d'euloi idler, co au- 



Digitized by 



Google 



FAD 



— 130 — 



FAF 



tour de quoi on entortille. Mpam— , 8. 

Celui qui entortillo. 
Famadidirana, s. L'action d'entortil- 

ler, d'entrelacer. Amadidi'rana, rel. Ama- 

didi'ro, imp. 
Mifam— , vn. S'entortiller l'unautourde 

1'autre, s'entrelacer, s'enchevetrer. 

Prend Mampifam— , Mampam— . 
Mi—, vn. Etre entortille, etre roul6 tout 

autour, elre entrelace. Mifadiditra 

amy ny rantsan-kazo ny vahy. Les lia- 

nes s'entortillent autour des branches. 

Mifadiditra ireo tady ireo. Ces cordes 

sont entrelacees. Fi — , s. Maniere d'etre 

entortille. Mpi— , s. Ce qui s'entortille. 
Fifadidlrana, s. Lentortillement. Ifa- 

didi'rana, rel. 
Maha— . Qui peut entortiller. 
Fadidididitra, dupl. de Fadiditra. 

FADlDITRA, s. Nom d'une maladie, 
c'est le Ladinintrambo. 

FADINY, 8. L'interieur d'un animal 

qu'on tue a la boucherie. 
Fadin-k6na, s. L'interieur des boeufs tues. 

FADITRA, s. 1° Mai provenant d'un 
sortilege. Miala faditra. Se d<5barrasser 
d'un mal provenant d'un sortilege. 2° 
Objet avec lequelon enlevo, on exorcise 
ce mal, objets execres et rejel^s. 

Fadirana, p. Qu'on exorcise. Fadiro, 
imp. 

Afaoitra, p. Avec quoi on exorcise, on 
retire le mal. Afadiro, imp. 

Voa—, pp. Exorcised 

Mamaditra, va. Exorciser, purifier, ex£- 
crer. Mamadira, imp. Famaditra, s. Le 
mal exorcised maniere d'exorciser. Mpa- 
maditra, s. L'exorciste, celui qui execre 
le mal. 

Famadirana. s. L'execration, I'exor- 
cisme. Amadiraxa, rel. AMADfRo, imp. 
Prend Mifam—, Mampifam—, Mam- 
pam—. 

mi—, vn. ct adj. Etre exorcised se puri- 
fier avec ou par. Mifadi'ra, imp. Fi— , 
8. La maniere de se purilier. Mpi—, s. 
Celui qui est exorcist. 

Fi fadirana, s. Les objets qui servent 
habiluellement a exorciser, Vexorcisme 
subi. Ifad/rana, rel. Ifadi'ro, imp. 

Maha—. Qui exorcise ou peut servir a 
exorciser. 

Fadipaditra, dupl. dim. de Faditra. 

Mifaditra ahitra. lit. S'exorciser avec des 
brins d'herbes ; fig. etre dans les angois- 
ses, dans la soufrrance, parce que dans 
ces cas les anciens prenaient un brin 
d'herbe, un fetu, et dcmandaient leur de- 
livrance en jetant ce fetu par derriere 
leur tete. 

Faditr'6lona, 8. Quelqu'un qui est le re- 
but du monde. 

Faditr'6vana, s. Un f£tu d'ecorce, un 6clat 
deboisjete derriere la tete en forme de 
purification, d'exorcisme. 



Mifaditr'6vana. Se purifier avec un brin 
d'6corce ou de bois, demander la deli- 
vrance ou la preservation d'un mal; fig. 
eviter soigneusement le mal, l'injustice ; 
etre dans un grande peine k cause d'un 
mainour qui frappe quelqu'un. 

FadirancJvana, adj. Infortun6, miserable 
au dernier point. 

Tsy MiFADiTRtfvANA, adj. Injuste, cruel, 
sans pitie\ 

FAFA. 8. Action de balayer, l'Stat de 
ce qui est balay6; fig. rafle. 

Fafana, p. Qu'on balaie, qu'on essuie, 
qu'on raBe. No fa fan' ny tompon-trosa 
ny fananako rehetra. Mon creancier a 
rafld tous mes biens. Fafao, imp. Fafao 
tsara ny trano. Balayez bien lamaison. 
Fafao ny latabatra. Essuyez la table. 

Afafa, p. Avec quoi on balaie. Afafao, 
imp. 

Voa—, Finafa, pp. Balaye, rafle. 

Mamafa, va. Balayer, essuyer, rafler. 
Mamafa, imp. Famafa, s. Ce qu'on doit 
balayer, la maniere de balayer. Mpa- 
mafa, s. Balayeur, celui qui rafle. 

Famafana, s. Balayage, balai ou ce qui 
le rem place, torchon. Amafana, rel. 
Amafao, imp. 

Prend Mifam — , Mampifam — , Mam- 
pam — . 

Mi—, va. et n. Balayer, essuyer; etre 
balay6, etre essuye. Mifafa, imp. Fi— , 
s. Ce qui se balaie, la maniere de ba- 
layer. Mpi—, s. Balayeur. 

Fifafana, s. Balayage, balai, torchon. 
Ifafana, rel. Ifafao, imp. 
Prend Mampi— , Mifampi— . 

Maha—. Qui balaie ou peut servir a ba- 
layer. 

Fafafafa. dupl. de Fafa. 

Mafafa, adj. Rafle\ entierement enleve. 

Mifafa k£ho. lit. Se gratter les coudes ; 
fig. qui a du malheur, qui est mine. 

Fafa vandana, 8. Coups de balai par-ci 
par-la. 

Manao fafa vandana. Balayer superficiel- 
lement. 

Kifafa, kofafa, 8. Balai, tout ce qui en 
tient lieu. 

Fafanimondry, adj. Rafle. 

Fafam-bolont6ndro, adj. Que le poil du 
doigt peut balayer, oil rien n'est epar- 
gne\ rafl£. 

FAFANA, s. Tablette des anciens pour 
ecrire. 

FAFANA, r. Odeur. 

Mamafana, vn. Exhaler des bou flees 
odorantes, comme les odeurs apportees 
par la brise. Famafana, s. Maniere 
u'exhaler une odeur. 

Famafanana, s. L'action d'exhaler une 
odeur. Amafanana, rel. 

FAFATRA, et mieux Fatratra. Voy. Ce 
mot. 

FAFY, s. Action de semer en eparpil- 



Digitized by 



Google 



PAH 



— 131- 



FAH 



lant, d'Sparpiller, de repandre, asper- 
sion. 

Fafazana, p. On Ton seme, sur quo! Ton 
oparpille, 1 on repand, I'on jotte, qu'on 
frappe. llofafazako vary lly tany iiy. 
Je semerai le riz dans ce terrain. No- 
fafazako rano ny tarehiny. Jo lui ai 
jete" de I'eau a la figure. Nofafazako 
tahamaina izy. Jo lui ai ianco un souf- 
flet. Fafazo, imp. Fafazo rano ny tsihy. 
Eparpillez de I'eau sur la natte. " 

Afafy, p. Qu'on seme, qu'on repand, 
qu'on jette. A fafazo, imj). 

Voa—, Noflnafy, pp. Oil Ton a seme\ 
sur quoi Ton u rcpandu, jete, lance; 
qu'on a seme, repandu, jete. 

Mamafy, va. Senier, 6parpiller, repan- 
dre, jeter. Namafy volatany an-dalana 
izy. II semait de rargent sur son pas- 
sage. Mamafaza, imp. Famafy, 8. La se- 
mence, maniere de semer. Mpamafy, a. 
Scmeur. 

Famafazana, s. L'action de semer, la 
saison des semailles, le champ qu'on 
onsemence, lesac. Amafazana, rel. Ama- 
fazo, imp. 

Prend Milam—, Mampiram— , Mnm- 
pam— . 

Mi—, c»i. Etrc seme, cnsemence, s'epar- 
piller.se repandre. Alifafy ny vary. Le 
riz est seme. Alifafy ny tanin-ketsa. 
La riziere est ensemencee. Nifafy tao 
akekin'ny angaka ny fatsaka. Le plomb 
s'enarpilla pres du canard sauvage. Fi— -, 
s. Maniere de se repandre. Mi'i— , 8. 
Lo champ qu'on cnsemence, ce qui se 
seme. 

Fi fafazana, 8. L'eparpillemcnt. Ifafa- 
zana, rel. 

Maha— . Qui seme, qui peut repandre, 
sullisant pour. 

Fafifafy, dupl. de Faly. 

Faky katuana. Riz qu'on seme sans le 
In ire prealablement germer dans l'eau. 

Fafy ha, 8. Aspersion avec le sang des vie- 
times. 

Fafy rano, s. Aspersion, benediction par 
aspersion. Mamafy rano. Asperger. A1U 
fafy rano. Hecevoir laspersion. Fama- 
fazan-drano. Laspersion, ce qui sert 
pour asperger, le goupillon 

Fafy v6voka. s. Aciiou de jeter de la 
poussiere. 

FAHA, adv. Du temps de, a lepoque 
de, sous lo regne de. 

Fahaoola et Fahagolan-tany, ado. An- 
ciennement, dans les temps recules. 

Faiiaiiaza.na, adv. Du temps des ance- 
tres. 

Fahataloha, ado. Autrefois, du temps 
jadis. 

Fauavklona, adv. Du vivant de. 

Fauazaza, adv. Du temps oil Ton etait 
enfant. 

Fahiny, adv. Autrefois, jadis. 

Fahikeny, ado. Dans ce temps-la, a cetle 
opoque. 



Fahizay, Fahizany, adv. Dans ce temps- 
la, a cette epoque, depuis longtemps. 

FAHA—, !• Preflxo servant a former les 
adjectifs ordinaux, a marquer lcrang, 
la quote-part, le quantieme, '.hs bras- 
ses. Faliaroa. Second ; le second du 
mois ; deux brasses. 2* Prefixe desig- 
nnnt des substantifs abstraits. Fa/tn- 
tsarana. Bonte\ Fahadiovana. Purete. 

Fahasivy 8. Terme de Sikidy, qui a un 
charme: neuf brasses. 

Fahatelo. Troisiemo, le troisieme du mois, 
trois brasses. 

Fahatelo. Terme do Sikidy: ennemi, 
adversaire. 

Fahatelo du tsy mampvnanv. loc. Un des- 
iructeur, un spoiiateur, qui empeche ou 
frustre les autres. 

F AH AN A, 8. [• Cadeau en vivres olTert 
a un etranger, nourriture, ration. Aoka 
hoterana fahana ny vahiny. Apporlons 
a l'etranger un cadeau en vivres. Ratsy 
fahana ny soavaly ka mahta. Le chcva'l 
est mal nburri et est ainsi maigre. Ity 
ny /a/iam-borona hamahauanao uy vo- 
rombo. Voici la ration des oies. 2" Char- 
ge d'une arme a leu, action de monter 
une hor!ogo, un ressort. la trame d'uu 
tissu. Iretu ny /a/iam-basy dimy. Voici 
cinq charges de fusil, cinq cartouches. 
Ratsy fahana ny faranntaranandro. La 
monlre n'a pas ete bien nuntoo. An- 
ts )dio ny /h/ian-tcnona. Mettez en bo- 
bino ce" qui doit se.vir tie tram? au 
tissu. 

Fahanana, p. A qui on o'Jre un cadeau 
en vivres, a qui on donne la nourriture, 
la ration, qu'on fait m:inger, qu'on 
charge, qu'on raonte, a quoj on met pour 
trame. Fahano, imp. Fahano ny soava- 
ly. Doanez a manner au ehcvaL Faha- 
no ny tafondro. Chargcz le canon. Ki- 
hano ny famantaranandro. Montez la 
montre. 

A fahana, p. Avec quoi on nourrit, ce 
qu'tn fait manger, avec quoi on charge, 
ce qu'on met pour trame. Ity no hafa- 
hanao ny akol o. Voici ce que vous 
donner^z pour nourriture aux poulets. 
Ny katirijy hiany no afahnna ny ba*y. 
On ne se sert plus que dei cartouches 
pour charger uu fusil. Afaha.no, imp. 

Voa—. pp. A qui on a fait un cadeau en 
vivres, qu'on a fj.l ma:ig.T, charge, 
uionte. 

Mamahana, ra OiTrir \u\ cadeau en 
vivres a un etranger, donuor un re pas, 
servira table, nourrir, donncr a manger, 
donno.* la nour.ilure aux auimaux, 
charger une arme, monter une moiure. 
melti'c pour trame. Mamahana uy ha- 
vako aho anio. Je donno un repus* au- 
jourlhui a m3s pirjnls. Mamahana 
antsika Anlriamanilra. Dieu nous nour- 
rit. Ny voro-mnnidina iwunahnta ny 
zanauy. Los oiseuux donueat a muuger 

Digitized by LjOOQ IC 



FAH 



132 — 



FAH 



a leurs petits. Mamahana, imp. Fama- 
hana, 8. A qui on donne un eadeau en 
vivres, un repas, la nourriture, qu'on 
charge, qu'on monte, maniere de le 
faire. Mpamahana, ,s. Celui qui donne le 
eadeau, le repas, la nourriture, celui qui 
charge, qui monte. . 

Famahanana, 8. L'action de donner un 
eadeau en vivres. un repas, la nour- 
riture, de charger, de monter, de mettre 
f)our trame, les instruments, les plats, 
es assiettos, range. Amahanana, rel. 
Amahano, imp. 

Prend Mifam—, Mampifam—, Mam- 
pam— . 

Mi—, vn. Recevoir des vivres, la nour- 
riture, elre charge, monte", avoir pour 
trame. Nifahana tsara ny nasaina. 
Les invites ont ete bien nourris, bien 
traites. Mifahana tsara ny omby raha 
fahavaratra. Les bceufs ont une bonne 
nourriture pendant l'ete. Mifahana, 
imp. Fi — , s. L'etat des vivres, de la 
nourriture, de ce qui est charge, monte. 
Mpi— , s. Celui qui recoit les vivres, la 
nourriture, les invites. 

Fifahanana, s. L'etat des vivres, de la 
nourriture, 1'endroit ou Ton recoit la 
nourriture, l'etat de ce qui est charged 
monte. Ifahanana, rel. Ifahano, imp. 

Maha — . Suflisant pour traiter ou char- 
ger, qui sait traiter, charger, monter. 

Fahampahana, dupl. dim. de Fahana. 

Mam ah amp ah an a, ra. Conduire les 
boeufs dans demeilleurs paturages. 

Mialim-pahana. Voy. Alina. 

Mamahan-tsofin-jaza. Promettre aux en- 
fants, les apaiser par des promesses. 

Maty fahana, adj. Qui rate; dont les liens 
sont rompus, se ditdu mariage. 

Faham-bainga, s. Mur construit en blocs 
de terre dure. 

Faham-basy, s. Charge de fusil, cartouche. 

Faham-b6dy,s. Arme se chargeant par la 
culasse. 

Fahan-dautra. 8. Mets oil les mouches 

, sont torabees, m61es do mouches; fig. 
tromperie, supercherie. 

Mamahan-dalitba. Tromper, en imposer, 
mentir. tricher. 

Fahan-damba, 5. La trame des tissus. 

F'ahan-dandy, s. Tissu a trame de soie. 

Fahan-dhongony, s. Tissu a trame de 
chanvre. 

Fahan-kanina, s. Repas, riz cuit oflert aux 

Parents d'un mort ; parfois on oirre de 
argent. 

Fahan-tenany, s. Tissu dont la chaine et 
la trame sont de meme nature. 

Fahan-tenona, s. Trame d'un tissu. 

Fahan-tsoavaly. s. Ration d'un cheval. 

F AH AN A, s. Soutien, support, action 
d'appuyer solidement une chose, de se 
cramponner, d'appuyer les pieds pour 
ne pas lomber, de se retenir en mar- 
chant; fig. obstination. 



Afahana, p. Ce qui sert a soutenir, a 
appuyer. Afahano, iynp. 

Voa — , pp. Soutenu, appuye. 

Tafa — , p. Qui s'est cramponne. 

Mamahana, ra. et n. Soutenir appuyer; 
se cramponner, s'appuyer: s'obstiner, 
refuser de marcher. Rendrika izy raha 
tsy namahana tamy ny hazo anankiray. 
II seserait noye s'ilne s'etait crampon- 
ne^ a un arbre. Mamahana loatra io 
zaza kely io. Ce petit enfant s'obstino 
trop a ne pas vouloir marcher. Mamaha- 
na, imp. Mamahana tsara amy ny lldi- 
nana, sao misolafaka hianao. Appuyez- 
vous bien a la descente, de pcurque vous 
ne glissiez. Famaiiana, 8. Ce qu'on 
soutient, maniere do soutenir, de se 
cramponner. Mpamajiana, 8. Celui qui 
soutient habituellement, qui s'obstine. 

Famahanana, s. L'action de soutenir, 
d'appuyer, de se cramponner, de s'ap- 
puyer, de s'obstiner, le soutien, I'appui, 
le lieu, l'instrument. Amahanana, rel. 
Ity hazo hamahanana ny larafara izay 
mila hianjera. Voici un Lois pour sou- 
tenir le lit qui est sur le point de tom- 
ber. Ny zanaka no hamahanan' ny ray 
aman-dreny antitra. Les eniauts sont 
I'appui de leurs parents devenus vicux. 
Amahano, imp. 

Prend Mifam—, Mampifam— , Mam- 
nara— . 

Mi—, vn. Se cramponner, s'appuyer, 
s'obstiner, refuser de marcher. Mifaha- 
na. imp. Fi— , s. Maniere de se cram- 
ponner. 

Fifahanana, s. L'action de se cram- 

fionner, l'obstination. Ifahanana, rel. 
fahano, imp. 

FAHATELON-TANANA, «. Lo tiers 
des biens acquis en communaute du- 
rant le mariage ; il appartient a la fem- 
me. 

FAHATRA, 8. Action de se crampon- , 
ner, d'appuyer le pied pour ne pas glis- 
ser; fig. do s'attacher a, de compter sur, 
de reiuser de marcher. 

Afahatra, p. A appuyer solidement. 
Afahabo, imp. 

Voa— , pp. Qu'on a appuye sur. 

Tafa—, p. Qui s'est cramponne, s'est 
appuye sur. 

Mam&hatra, vn. Se cramponner, s'ap- 
puyer, compter s>ur, refuser do mar- 
cher. Mamahaba, imp. Famahatba, s. 
Maniere de se cramponner. 

Famaharana, s. L'action de se cram- 
ponner, de s'appuyer, de compter sur, 
de refuser de marcher, de sobstiner, 
I'appui, ce a quoi on se cramponne, la 
personne servant d'appui. Amahabana, 
rel. Amahabo, imp. 

Prend Mifam — , Mampifam — , Mam- 
pam— . 

Mi—, vn. Se cramponner, s'appuyer, 
s'attacher a, se lixer, compter sur, re- 



Digitized by 



Google 



FAH 



— 133 — 



FAI 



fuser do marcher. Mifahara, imp. Fi— , 
a. Maniere <le so cramponner. 

Fifall&rana, s. L' action do so cram- 
ponner, do s'appuyer, dn compter sur, 
do s'obstiner, la cause, lo lieu, I'appui. 
Ifahaiiana, rel. Ipaiiaro, imp. 

Moha— . Qui se cramponne ou peut se 
cramponner. 

Fahapahatra, dupl. de Fahatra. 

FAHAVAliO, s. Ennemi; on donne 
aussi ce nom aux enfants encore dans 
le sein, parco qu'ils pauvent causer la 
mort de la mere. 

FAHAVARATRA, adv. et s. Du temps 
des orages ; saison des pluies, eV». 

FAHfiNINY, s. Mesure de capacitc: 
lo sixieme de la grande mesure dite 
Vary iray. 

Tapa-pahkniny, s. La moitie du Faheniny. 

FAHY, adj. Engraisse, enferm6, confine, 
sans la faculte do sortir. 

Afahy, p. Qu'on engraisse, qu'on par- 
que, qu'on enferme, qu'on consigne. 
S T afahy indray andro manontolo ilay 
zazalahy maditra. Get enfant tetu a ete 
enferm6 duraut un jour. N afahy hate- 
loana ny miaramila. Les soldats ont 
etc consignes trois jours. Afahazo, imp. 

Voa— , pp. Engraisse\ parque, renferme. 

Tafa— , p. Qui est enferme, qui est aux 
arrets. 

Mamahy, va. Engraisser. Mamahaza, 
imp. Famaiiy. s. Ce qu'on engraisse. la 
maniere d 'engraisser. Mpamauy, s. Un 
eleven r, celui qui engraisse. 

Famahazana, .s. L'engraissement, la 
nournture donnee pour engraisser, 
le pare ou on engraisse. Amahazana, rel. 
Amahazo, imp. 

Mi—, vn. S'engraisser, etre gras, etre 
enferme, etre aux arrets. Mifaiiaza, 
ii,ip. i\— , s. L'etat de celui ou de ce 
qui est enferme. Mn— , ,s\ Ce qui s'en- 
graisso. celui qui est enferme. 

Fifahazana, .$. Les procedes pour en- 
graisser, le pare, ratable, la maison oil 
on est enferme. Jfaiiazana, rel. Ifaha- 
zo, imp. 

Maha— . Qui engraisse. 

Akoho mifaiiy, s. Poule, coq engraisse. 

Omby mifaiiy, 8. Basils en^raisses en pare. 

Fahilauy, adj. Pas lout a fait engraisse. 

Fahivao, adj. Qu'on engraisse depuis peu 
de temps. 

FAHlAZANA (hial, s. Maigreur.* 

FAHIRANO { fahy, rano), adj. et s. 
Prive d'eau ; siege d'une place. 

Afahir&no, p. A priver d'eau, qu'on 
assiege. Ai'ahazorvxo, imp. 

Voa—, pp. Prive d'eau, assise. 

Mamahir&no, ra. Priver d'eau. 

Manao fahirano. Assieger, blotiuer. 

FAHiTA (Ixita/, 8. Ce qu'on voit ordi- 
nairement, ce qui arrive ordinairement« 



FAHITRA, 8. Pare, trou ou Ton engrais- 
se les bceuts, ouon les onferme. 

Fahibk, ,s. Grand pare servant autrefois de 
place publique. 

FaHIPAHITRA, KrFAIIIPAHITRA, TSIFAHIPAHI- 

tra,s. Jeu des petits garcons: ils pra- 
tiquent un petit pare ou un trou, et y 
renferment des sauterelles ou autres pe- 
tits animaux on guise de boeufs. 

FAHO, s. et adj. Melange, addition; me- 
lange, mele de ou a... 

Fah6ana, p. A quoi on mele, qu'on me- 
lange de... Fahoy, imp. 

Afaho, p. Qu'on mele, qu'on ajoule. 
Afah6y, imp. 

Voa—, pp. Melange de, aquoi on a me- 
le, ajoule, cuit avec, comme du riz avec 
des herbes. 

Mamaho, va. M&ler, melanger, aj outer. 
Mamahoa, imp. Famaiio, s. Ce qu'on 
m61e, maniere de m61or. 

Famah6ana, 8. L'action de melanger. 
Amahoana, rel. Amahoy, imp. 
Prend Mifam— , Mampifam— , Mam- 
pam— . 

Mi—, vn. Etre mele, melang6, ajoutrt. 
Fi— , s. L'etat du melange. Mpi—, s. Co 
qui est melange, ajoute. 

Fifah6ana, s. Meiange. Ifahoana, ret. 

Maha—. Qui mele, qui peut etre melange. 

Fahofaho, dupl. de l«'aho. 

Vary faho, s. Riz aux herbes. 

Tsy misy fahony, adj. Pur, sans melange. 

FAHOTANA (ota) t s. Peche. 

FAHOVlANA (oviana ), adv. Depuis 

longtemps. 
FAY, adj. Degouto de, se repentant de, 

facho de, qui n'a plus envie de, a 

cause d'un chatiment, d'une punition, 

d'nn desagrement. Faiza, imp. Cesse 

done, sois repentant. 
Faizana et Faizina, p. Qu'on degou- 

te par. qu'on chatie, qu'on punit. Toko- 

ny liofaizina io zazalany io. II est bon 

do chatier ce garcon. Faizo, imp. 
Voa—, pp. Chatie/ puni. 
Mam ay, va. Causer le degoiit, chatier, 

punir, corriger. Mamaiza, imp. Famay, 

s. (^elui qu'on chatie, maniere de punir. 

Mpamay, s. Celui qui chatie. 
Famaizana, s. L'action de chatier, le 

chatiment, la puuition. Amaizana, rel. 

Amaizo, imp. 

Prend Mifam—, Mampifam—, Mam- 

pam— . 
Manka— , ra. Comme lo precedent. 
Maha—. Qui cause du degoilt ou olo 

IV.uvio de, qui chatie. 
Faifay, dupl. dim. de Fay. 

FAY, s. Raie, poisson. 
Hamhom-pay, x. Queue do raie servant de 
lime, la queue-de-rat, lime ronde. 

FAlKA et FAlKANY, s. La lie, marc. 
depot, residu, rebut. 



Digitized by 



Google 



FAI 



— 134 — 



FAK 



Faikan* olona. La lie du peuple. la ca- 
naille. 

Faikana, adj. Qui contient de la lie, du 
sediment. 

Mafaika, adj. Qui contient du r6sidu, du 
sediment, qui en laisse dans la bouche. 

Faipaika, dupl. de Faika. 

FAlKA, r. Enlevement, rafle, vol adroit. 

Faikaina. p. Qu'on enleve, qu'on em- 
porte, qu on vole. Faikao, imp. 

Voa-, pp. Enleve\ vote. 

Mi—, va. Enlever, soustraire, voler 
adroitement. Fi— , 8. Ce qu'on emporte. 
maniere de voler. Mpi— , 8. Celui qui 
soustrait, un voleur adroit. 

Fifalkana, 8. L'action d'enlever, de vo- 
ler adroitement. Ifaikana, rel. 

Maha— . Qui vole ou peut enlever. 

FAlNGY, c. Mais, au contraire. 

FAlNGANA, adv. et adj. Avec promp- 
titude, promptement, vite; prompt, qui 
va ou pousse vite, exp6ditif. Faingana, 
imp. vite, depSche-toi. 

HaFAINGANA, HaFAINGANANA, FAnAFAINGA- 

nana, s. Promptitude, vitesse, hate, em- 
pressement. 

Hafainganina, p. Qu'on hate, qu'on 
accelere,qu'on presse. HafaingAno, imp. 
Hafaingano izany raharaha izany. Ha- 
tez ce travail. Hafaingano ny dianao. 
Hatez vos pas, acc6l6rez votre marche. 
Hafaingano ny mpiasa. Presscz !es ou- 
vriers. 

Mana-, va. Hater, acc616rer, faire ha- 
ter, presser, faire aller vite. Manafain- 
uana, imp. Fana— , 8. Ce qu'on doit 
faire vite, maniere d'acc616rer. Mpa- 
na— , 8. Celui ou ce qui accelere, qui 
donne plus de vitesse. 

Fanafainganana, $. L'action d'accele- 
rcr, de faire aller vite. Anafainganana, 
rel. AnafaingAno, imp. 
Prend Mifana— , Mampifana— , Mam- 
pan a—. 

Maha—. Qui hate ou peut hater. 

Mampaha— . Qui rend hatif ou prompt, 
qui peut rendre prompt. 

Faingampaingana, dupl. friq. de 
Faingana. 

Faingam-dava, adj. Prompt a parler, a r6- 
pondre, indiscret, qui ne sait rien 
garder. 

Faingandia, adj. Qui va ou est all6 vite. 

Faisgan-tanana, adj. Agile des doigts, 
des mains, escamoteur, qui a les doigts 
longs, crochus, prompt a voler. 

Faingan-tGngotra, adj. Bon marcheur. 

Faingan-tsaina, adj. Esprit prompt, deli6. 

Vao fAingana, adv. Dernierement, depuis 
peu. 

FAlNGOKA, 8. Croc, crochet, cram- 
pon. 

Faing6hina, p. Qui est accrochg par 
quwque chose. Faing6hy, imp. 



Afaingoka, p. A rendre crocbu. A fain- 
g6hy, imp. 

Voa—, pp. Rendu crochu. 

Mamaingoka, Man a—, va. Rendre 
crochu. terminer en crochet. Mamaingo- 
ha, imp. Famaingoka, 8. Ce qu'on rend 
crochu, maniere de l'ex6cuter. Mpa- 
maingoka, s. Celui qui fait le croc, le 
crochet. 

Famaingdhana, 8. L'action de rendre 
crochu, l'instrument. Amaing6haka, rel. 
Amaingohy, imp. 

Mi—, vn. Etre crochu ; fig. ne pas dire 
sa pens6e. Fi— , 8. L'6tat du crochet. 

Maha—. Qui rend crochu. 

Faingopaingoka, dupl. freq. de Fain- 
goka. 

Mi faingopaingoka, vn. Etre cach6, 
ne pas dire sa pensee. 

FAlSANA, 8. Blessure, plaie, affront, 
outrage, tort inflige\ 

Mitondra faisana. Porter les marques 
d'une blessure, d'un affront, dun pre- 
judice, d'un chatiment. Voy. Fesana. 

FAlTRA, s. Amertume, acret£. 
Mapaitra, adj. Amer, acre. 
MafajmAmy, 8. Lianem6dicinale. 
Ana-mafaitra. Voy. Anana. 
Rora mafaitra. 8. La salive du matin, 
quand on se leve^ 

FAlZANA, p. de Fay. 

FAKA, 8. Racine, cause, source. Ongo- 
ty io fakan-k&zo io. Arrachez cette ra- 
cine. Mbola ao ny fahan* aretina. La 
cause de la maladie est encore la. 

Fakaina, p. Qu'on examine a fond, dont 
on cherche la cause, qu'on analyse. Fa- 
kao, imp. 

Voa—, pp. Qu'on a examine\ sur quoi on 
s'est renseign6. 

Mamaka, vn. eta. Prendre racine, pren- 
dre des renseignements, interrojjer. Ma- 
maka, imp. Famaka, 8. Sur quoi on se 
renseigne, maniere de prendre racine. 
Mpamaka, 8. Celui qui se renseigne, ce 
qui s'en racine. 

Famakana, 8. L'action de s'enraciner, 
de s'informer. Amakana, rel. Amakao, 
imp. 

Prend Mifam— , Mampifam— , Mam- 
pam— . 

Mi—, vn. Prendre racine. 

Maha—. Qui s'informe, ou sait s'informer. 

Fakafaka, dupl. fr&q. Aoka hofaka fa- 
kaintsifia. izany raharaha izany. Exami- 
nons a fond cette affaire. 

Mifakafaka, adj. Qui a beaucoup de ra- 
cines. 

Latsa-paka, adj. Qui s'est enracind; fig. 
qui a contract^ Thabitude. 

FAKO, 8. Les balayures, les debris des 
herbes ou d'autres choses qui restent 
par-ci par-la ; fig. bas, vil, en grande 
qutfatite. 



Digitized by 



Google 



FAL 



— 135 



FAM 



Fakdina, p. Qu'on enleve, qu'on ramas- 
se comme les debris tomb6s a terre. Fa- 
k6y, imp. 

Voa— , Noflnako, pp. Ilerbes enlevees. 

Mi—, va. Enlever, ramasser les balayu- 
res, les pailles tombtfes. Mifako bozaka 
io vaviantitra io. Cette vieille ramasse 
des herbes a bruler. Mifak6a. imp. 
Fi— , s. Co qu'on doit ramasser, maniere 
de ramasser. Mpi— ,s. Celui qui ramasse 
les debris, les chiffons ; fig. malheu- 
reux. 

Fifak6ana, s. L'aetion de ramasser les 
balayures, les d6bris, le lieu. Ifak6a- 
na, rel. Ipak6y, imp. 

Maha— . Qui ramasse les debris. 

Fakofako, dupl. de Fako. 

Mjfakofako, adj. Se dit des herbes cui- 
tes avec la tige qu'on est oblige d'enle- 
ver en mangeant. 

Fakom-bary, s. Brins d'herbe, de paille 
que le moissonneur detache de la poi- 
guee de riz ft petits coups de couteau ou 
de faucille, avant de la deposer a terre. 

Fakon-kanina, 5. Mauvaise nourriture, 
nourriture autre que le riz. 

Fakon' Olo.na, s. La lie, le rebut du pcu- 
plo, gens de rien. 

FALADtA, 8. La plante des pieds. 

Faladian-kiraro, 8. La semelle des chaus- 
sures. 

Hafaladia, adj. Se dit de la profondeur 
de l'eau baignant et ne depassant pas 
la plante des pieds ; fig. bas age. 

NY HAFALADIA NO AFAKA, FA NY HAVAVA NO 

sisa, prov. Le facile est fait, le diflicile 
resle a faire. 

FALAFA, 8i Lattis fait avec une espe- 
ce de palmier; nomde ce palmier. 

Falafan'akondro, 8. L'Scorce seche du ba- 
nanier. 

FALANA, s. Le dessus du pied. 
Mivadi-palana, adj. Qui a le pied bot. 

FAL.ANO, s. Le chat de la Cafrerie. 
Felis cafra. 

FALftHA (Jeha;, p. Qu'on frequente. 

FAIiY, adj. Content, joyoux. 

Falina, p. Qu'on rend joyeux, content. 
FalIo, imp. 

A faly, p. Avec quoi on fait plaisir, on 
rejouit. Afali'o, imp. 

Voa—, pp. Hejoui, rendu joyeux. 

Mi—, vn. Se rejouir, prendre du plaisir 
a, faire une rejouissanco apres un gain, 
apres une laveiir obtenue, apres un mai- 
nour ou une maladie, se recreer. Mifa- 
lia, imp. Fi— . s. Maniere do se rejouir. 
de se recreer. Mpi—, s. Celui qui so re- 
jouit, qui se divertit. 

Fifaliana, s. L'aetion de se rejouir, la 
joie, le plaisir, la satisfaction, le diver- 
tissement, la fete. Ipal/ana, rel. Ipal(o, 
imp. 



Maha—. Qui rejouit, qui donne la joie, 
qui satisfait ou peut r£jouir. 

Falifaly, dupl. freq. de Faly. 

Mamalifaly, va. Apaiser, calmer, con- 
soler, distraire. cajoler. 

Mifaly tena. Faire une rejouissance, don- 
ner une fete apres avoir echappe a un 
malheur, a une maladie. 

IIafaliana et Fahafaliana, 8. La joie, la 
rejouissance. 

Faly ambonin-doza, adj. Qui se r6iouit 
]»rumaturement, dont la joie se chan- 
ge en tristesse. 

Faliuavanja, adj. Qui bondit, gambade, 
folatre. Mifalihavanja. Gambader, fo- 
latrer. Falihavanja, mifalihavanja ny 
zanak' ondry. Les agneaux folatrent. 

Faly malahelo, adj. Joyeux et triste en 
meme temps. 

Falim-p6, s. Cadeau de remerciement pour 
un bienfait, une faveur, un plaisir recu. 

Faly ravin y, adj. Qui se rejouit sur les 
apparences, comme celui qui voyant 
les feuillesd'un arbre pense y trouver 
des fruits qui n'y sont pas. 

Faly saiiirana, adj. Qui obtient un bon- 
heur accompagne de tracas. 

Faly v6lony, adj. Qui so rejouit sur les 
apparences. 

FA Li A. N'est usite qu'avec Vato. Voy. 
ce mot. 

FAM—. Preflxe formant les substantifs 

verbaux simples ou relatifs des ver- 

bes en Mam : Famuata, famuatana de 

♦ bata ; famototra, famotobana de fo- 

TOTRA. 

FAMAHANAN-T&NONA ( fahana, 
tcnona), s. Navette des tisserands. 

FAMAHO, s. Arbre dont les racines 
sorvent a faire une poudro dentifrice. 
Dichroslachys lenuifolia, Bth. 

FAMAKY (vaky), s. Hache, cognee, 
hachetto. 

Ampamaky, s. Valet aux cartes. 

Famakiakoha, 8. Oiseau, le briseur de co- 
quillo. Anastomus madagascariensi8. 
Milne-Edwards, Cochlotraustes Dela- 
landei ou Coua. Temm. 

Famakiloha, 8. La manie prie-Dieu. Man- 
tis religiosa. 

FAMAKisfFOTRA. Comme Famakiakora. 

Famakitakotiu, s. Plante. 

FAMAMO [hajno), 8. Arbustos dont 
on se sert pour enivrcr les poissons, tels 
que Mundulea Telfairii, M. pauciflo- 
ra et Cadia Ellisiana, Baker; M. tu- 
be rosa, Bih. 

FAMANTARANA (fantatra), s. Si- 
gne, marque, indication, enseigne, symp- 
tome, signal, indice, presage. 

Famantaranandro, s. Montre, pendule. 

Famantahawafdro alqka, 9. Cadran »olsi- 



Digitized by 



Google 



FAM 



— 136 — 



FAM 



re, cad ran dans lequel Pheure est indi- 
quee par la projection de I'ombre. 

Famantaranandro FAStKA, s. Sablier. 

Famantaranandronakoho, s. Montre, jouet 
aentonts; fig. une montre detraqude 

*AMANTARAN*AVARATRA, S. BoUSSOlc, COm- 

pas de marine. 
Famantaran-dranonorana, s. Barometre 

metallique, holosterique, ane>oide. 
Famantaran-drivotra, s. Girouette. 
Famantaran-taoxa, s. Hi verses marques 

auxquelles on reconnail les dillereiites 

saisons. 

PAMANTSY, adj. Un fin raatois, un 
roue, un politique habile, un madre 
quiconque excelle dans son genre. 
Famantsilahy, adj. Se dit des hommes 
Famantsivavy, adj. Se dit des femmes. ' 
FAMAOHANA [faoka), s. Torchon, 

tout ce qui sert pour essuyer. 
Famaohan-tava. s. Tout ce qui sert a es- 
suyer la figure. 

PAMARANA (fatra), s. Mesure de 

capacite pour les liquides, les grains 
tamaran-drano, s. Eprouvettc, vase, ver- 

re gradue pour mesurer I'eau et les 

liquides. 
Fanaran-dranonorana, s. Pluvioraetre. 
Famaran-tsira, s. Petite calebasse pour 

mesurer le sel vendu au detail. 

FAMA.TO, s. Charme pour proteger les 
boeuls et les villages conlre les voleurs. 

FAMATON-KAVANA (matona, /ia- 
vana),s. La parents. 

PAMAVANY (vara), s. Les articula- 
lions, les joints, les nceuds des tiges 

BORIBORY TSY MISY FAMAVANY, OLONA TSY 

misy famavany, loc. Une boule ou une 
personne qui n'a pas d'articulations ,- fiq 
quclqifun qui n'entend pas raison. 

PAMBAHA (ambara), s. Presage, si- 
gno pr^curseur. 

Fambara l6za, s. Presage, signe de mai- 
nour. 

Fambaras6a, s. Prdsage houreux. 

FAM*LONA(»e/ona;. s. (Aulrement 
dit Raiheka). Arbre, hois de construc- 
tion. 

Famelondindo, s. Liane grimpante. 

PAMBRfiNANA f verina ), s. Cadeau 
ou remise faite par un creancier ou oar 
un marchand. 

FAMETSIVETS&NA (vctsij), s. Char- 
me nour donner Peloquence, la faculte 
de bien chanter, de bien conter en 
chantant. 

FAMILIAN-TSAmBO (vily, sambo), 
s. Gouvernail. 

FAM6A, s. Herbe tres haute. Panicum 
jumentorum, Pers. 

FAM6AKA (voakaj, s. Insecte que 



les enfants introduisent dans le* trou du 
gnilon pour le faire sortir. 

PAMOALAKA, s. Gouge. 
Heveil, reveille-matin, clochette, tirn- 

F ^ A M6 i?ANA (foy), S . Rejet. aban- 
don ; fig. ceremonie superstitieuse par 
4aquello on est cense transmettre a un 
objet Je mal dont on souffre ; larmes 
versees sur les defunts le matin du Fan- 
droana; cadeau en viandeou en argent 
donne aux assistants a la cloture des 
funerailles. 

FAMOLAHANA. Voy. Folaka. 

FAMOLAlNA, s. Jalons, piquets, cor- 
deau d alignement. 

PAMOLftSANA. Voy. Foly. 

FAMOL6ANA. Voy. V(5lo. 

FAM6NO, FAMON0ANA. Yov 

VONO. - 

Famonoan-ts6ratra, 8. Gomme <5lastique 

pour elTacer lecriture. l 

Famonodindo, s. Plante.' Secamone olete- 
folia. Dene. On donne ce nom au nro- 
cede par lequel on se delivre des es- 
pnts, des revenants en Jeur lancantde 
pouts projectiles tels que lessons, raais 
haricots, etc. ; charme appliq U( s aux en- 
iarits pour les preserver contre les re- 
venants. 
Famono mosavy, s. Contre-poison, ce qui 

guent dun sort. ^ 

Famono ody, 5. Antidote, ce qui guerit 
d'un sort; nom de plusieurs plantes 
employees commo antidotes. 
Famono tandroka, h. Amulelte passee au 
con des laureaux de combat pour les 
preserver des cornes de leurs adverl 
saires. 
Famonototozy, s. Plante. Rhodocodon 
madagascariensis, Baker. 

FAM6NTO (vonto), s. Benediction 

augmentation de bien ou de mal. 
FAM6TAKA. Voy. Fotaka. 

famotsiamAso 

Blanc de Toeil. 

FAMOTSiANA (fotsyK 8. Nettovage, 
blanchissage, cirage. fourbissage,* tout 
ce qui sert a nettoyer. 

FAMOTS6RANA (volsolra), s. Ab- 
solution, alTranchissement. 

FAMOZ&ZY. Voy. Vozbzy. 



(fotsy, maso), s. 



Voy 

FAMPAKA (aka ), s. Comme Anten- 
driahilra. Voy. Antendry. 

FAMPAKARANA (akatra).s. Tout 
ce qui sert a 6Jever. 

Fampakaram-bady (vady), s. Mariage, so- 
lennite, ce>6monie du mariasre le 
temps. ' 



Digitized by 



Google 



FAN 



— 137 — 



FAN 



Fampakaram-dato, 8. Poulie, tour, cbevre 
pour lever les fardeaux. 

Fampakaran-drano, 8. Pompe, prise et con- 
duite d'cau, les tuyaux; eoremonie do 
la circoncision coosistant a aller pui- 
ser d'une certaine eau avec grande 
liesse. 

F AMP ANA, s. Precipice, abime, gouf- 
fre, endroit profond. 

Mandry amqrom-pampana. Dormir au bord 
de rabirae. 

Mihoa-pawpana, adj. Qui depasse la me- 
sure, qui exeede la capacite. 

Tsy omby fampana, adj. Excessif. 

FAMPAN- et FAMPI— . Prefixes des 
substontifs causatifs. 

FAMPAN6NONA (tonona), s. Comme 
Ankanonona. 

FAMPIS6RONA (sorona), s. Cordial, 
charme donne comme excitant et pre- 
servalif. 

FAMPITAHA. Voy. Taua. 

FAMPITANANA f tana A s. Caution, 
gage. 

FAMPITSARANA (tsara), s. Argent 
donno pour l'admission d uno cause 
aux tribunaux, a radministration du 
tanguiu. 

FAMPITSOAHANA ( tsoaka J, s. Char- 
me usite pour rendre lo tanguin inef- 
flcace, pour empecher, pour mettre 
obstacle. 

FAMPIVALANANA (valana), s. Pur- 
ge. 

FAMPOfiHANA ( aiha ), s. Boucle de 
ceinture. 

FAMPOHAZA, s. Grand marteau, mar- 
teau de martinet. 

FAN—, FANA— , Prefixe formant les 
substantifs verbaux des verbes en 
Man— et Mana— . 

FANA, s. La chaleur, le chaud, aclion 
de chauffer, de rechauffer, de se tenir 
chaud, 

Hafanaina, Afanaina, p. Qu'on chauf- 
fe, qu'on rechauffe. IJafanain' ny ma- 
soandro ny tany. Le soleil rechauffe la 
terre. Hafanao, Afanao, imp. Hafanao 
ny rano. Chauffez l'eau. Hafanao ny 
bena. Reehauffez la viande 

Voa— , pp. Chauffe, rrchaufle. 

Mamana, va. Chauffer, rechauffer. Ma- 
mana, imp. Mamana rano. Chauffez de 
l'eau. Mamana ny vary. Mchauffez le 
riz. Famana, s. Co' qu'on chauffe ou re- 
chauffe, maniere de le faire. Mpamana, 
s. Celui qui chauffe ou rechauffe. 

Famanana, 8. L'action de chauffer, de 
rechauffer, Tinstrument, le lieu, 1'agent. 
Amanana, rel. Ataovy ny alb hamana- 
na io mahantra io. l'aites du feu pour 
rechauffer ce pauvre. Amanao, imp. 



Prend Mifain— , Mampifam— , Mam- 
pam— 

Mana— , va. Chauffer, rechauffer, an i- 
mer. A anafana ny rindrina ny hainan- 
dro. Le soleil a chauffe le mur. Mana- 
fana ny fon' ny olona Andriamanitra. 
Dieu rechauffe les coeurs. Manafana, 
imp. Fana—, 8. Ce qu'on rechauffe, 
maniere de rechauffer. Mpana— , 8. Ce- 
lui qui rechauffe. 

Fanafanana, s. L'action de chauffer, 
de rechauffer, d'animer, le moyen. Ana- 
fan an a, rel. Laha-teny fohy no nana- 
fanan' ny jeneraly ny miaramila. Le 
general a amine" sps soldats par un petit 
discours. Anafanao, imp. 
Prend Mi fana— , Mampifana— , Mam- 
pana— . 

Mi—, vn. Se tenir chaud, faire ses cou- 
ches, so dit des femmes nouvellement 
accouchees qui rcstent huit jours dans 
une alcove chauffee. Mifana, imn. Fi-s 
8. Maniere de faire ses couches. Mpi — , s. 
Cello qui se tient chaud dans l'alcove. 

Fifanana, s. La maniere de faire ses 
couches, le lieu, le temps. Ifanana, rel. 
Ifanao, imp. 

Mampi— , va. Soigner une femme nou- 
vellement accouchee. 

Maha— . Qui chauffe ou peut chauffer, 
qui rend chaud, qui rechauffe ou peut 
rechauffer, qui anime ou peut animer. 

Fanafana, et Fampana, dupl. dim. 
de Fana. 

Mafana, adj. Chaud, qu'on lait avec en- 
train ; fiq. riche. 

Mafana fo, adj. Qui a un eoour ardent, 
enflamme, fervent. Hafanam-po. Ar- 
deur, fervour, animation. Be hafanam- 
po ny toriteniny. II y avail beaucoup 
d'animation dans son sermon. 

Mafana tanana, adj. Qui a la main mal- 
heureuse. 

Mafanafana, adj. Indispose, malade; fig. 
violent, qui fait de la peine. 

Mafampana, adj. Un peu chaud, tiede, 
un peu en train. 

Mafampana ou mafanafana hoatra ny ra- 
tsy ataon-kavana. Penible comme le 
mal fait par des parents. 

Fanam-b\ry, s. Du riz rechauffe. 

Fanam-bazaiia, s. Les couches, la maniere 
do passer le temps des couches a l'eu- 
rupeenne. 

Fanan' afo, 8. Action de faire ses cou- 
ches a cote du feu. 

Fanan-damra, s. Action de passer ses cou- 
ches sans feu avec des couvertures. 

Fanan-daoka, s. Mots rechauffes. 

Fanan-kkna, s. Viande rechauffe chaquo 
fois qu'il arrive des visiteurs aux jours 
du Fandroana; ragout rechauffe. 

F AN A F AH AN A. Voy. Afaka. 

FANAFANA. Voy. Afana. 



Digitized by 



Google 



FAN 



— 138 — 



FAN 



FANAF6DY, s. Antidote, remede, me- 
dicament, m^deeine. 

Mpamorom-panaf6dy. s. Pharmacien, qui 
compose les remedes. 

Mpanao fanaf6dy, s. MGdecin, empirique. 

Mpianatra fanaf6dy, s. Eleve en mede- 
cine. 

FANAHAFANA (tahaka), s. Res- 
semblance. 

FANAHY (ahy), s. Esprit, ame; fig. 

bonne nature, bonte. droiture, conduite. 
Be fanahy, adj. Qui a 1 "esprit profond, 

qui invente, qui perfectionne. 
Mahitsy fanahy, adj. Qui a 1 esprit droit. 
Malbmy fanahy, adj. Doux, affable, trai- 

table. 

Manam-panahy, adj. Qui sait se conduire. 

Ratsy fanahy, adj. Merchant, mauvais, 
pervers. injuste. se clit de loute mau- 
vaise quality, de tout dt^sordre. 
• ISARA fanahy, ady. Bon, qui sait se con- 
duire, vertueux, probe; fig. qui se por- 
ts £ ien - Hatsaram-panahy. Vertu, pro- 

Very fanahy. adj. Eperdu, qui ne sait ou 
donner de !a tete, quel parti prendre. 

Fanahy iniana, adv. Volontairement. de 
propos ddlibere\ Fanahy iniana no na- 
maJciany ny filaratra. C'est volontaire- 
ment qu'il a casse la vitre. 

Fanahim-boronkkly, s. MalpropreUS com- 
me celle des petits canards qui salis- 
sent m6me ce qu'ils mangent. 

Fanahin^adala, s. Etourderie. 

*anahin' andevo, s Incurie, conduite bas- 
se, comme celle des esclaves. 

Fanauin-jaza, s. Conduite inconsid6ree, 
comme celle dun enfant. Manao fana- 
hin-jaza lzy. II se comporte en enfant. 

Fanahin-jazahova, s. Effronterie. 

*anahin-kary, 8. Impudence, inconve- 
nance. 

Ny fanahy no 6lona. La conduite fait 
J 1 nomme, on juge quelqu'un par sa con- 
duite. 

FANAHY MASINA, s. Saint-Esprit. 

FANAH6NANA ( ahona ), s. Charme. 

FANAKA, s. Les meubles et ustensilos 
d une maisou. 

FAN Ali A, s. Fanal, lanterne. [ Fr 
[anal). v 

FANALA, s. Gelee blanche, froid pi- 
quant, saisissant. 

Mamanala, vn. Eire glacial, froid. 
Famanala, s. L'dtat du lroid piquant. 

Mampamanala Qui cause le froid. 

Matim-panala, adj. Etique, so dit aussi 
des plantessSchees par la gel£e. 

Fanala MANfDiNA, s. Verglas, gelee blan- 
che, froidure. 

P £? A . I - A , et FANALANA (ala). «. 

Retrait, enlevement. 
Fanalad/ndo, 8. Worn d'un arbre. 



Fanalafaritra, s. Plante emplov6e cen- 
tre la syphilis. 
Fanala hidy, s. Clef. 
Fanalalahy, s. Charme pour degouter les 

hommes des femmes. 
Fanalam-boady,.s. Accomplissement d'un 

vobu, 1'ofTrande pour I'accomplissement 

du voeu, oblation, sacrifice. 
Fanala-miady, s. Une couleur ou une raie 

colorize qui sert de separation a deux 

couleurs; separation pour era pecher lo 

choc, le frottement. 
Fanalam-piery. Voy. Ery. 
Fanalan' andro, 8. Passe-temps. 
Fanalan-tskntsina, s. Tire-bouchon. 
Fanalasimba, s. Plante employee dans les 

indigestions. 
Fanalas6mpatra, 8. Nom d'une plante 

employee contre la malice des esprits 

et des revenants; remede contre la 

colique et i'indigestion. 
Fanalavavy, s. Charme pour d£gotiter les 

femmes des hommes. 
Fanalav6ry, s. Tire-bourre. 
FANALANA ou FANGAL ANA (ala), 

s. Soustraction. 

FANALO, adj. Tres leste, habile, tres 

ruse. 
Fanalolahy, s. Soldat arm6 d'une lance: 

fig. tres adroit. 

FANAMAINAN-TS6RATRA (mai- 
?ia, soratra), «. Papier buvard, pous- 
siere pour s£cher Pecriture. 

FANAMBADlANA (vady), s. Ma- 
nage. 

FANAMBANY (ambany), 8. La par- 
tie interieure des animaux, surtout le 
ventre. 

Fanambaniny, 8. Base, soubassemenl, le 
dessous, le fondement, les londations. 

FANAMBY. Voy. Tamby. 

FANAMBINY (tamby), s. Mot qui 
sert tie ratification a un pacte, a un 
march6, et rend le contrat valable et 
irrevocable. 

Fanambiny ny ahy. J'accepte, conclu. 

Fanambiny ny anao. Conclu, je vous le 
cede. 

FANAMB6NY (ambony), s. Le des- 
sus, la couche superieure ; ce qu'il y a 
de mieux, do plus parfait pour les 
choses, de plus noble pour les gens. 

Fanambonim-b.\hy, s. La couche superieu- 
re du riz cuit; certains rofTrent aux 
gens respectables, d'autres la donnent 
aux esclaves et aux animaux. 

Fananbonin' andriana, s. La plus haute 
caste des nobles. 

FANAMBONIMBARY, s Plante. 
comme Ampangohombary. 

FANAMO. ilomme Famamo. 

FANAMORY (hamory), s. Gouver- 
nall ou cequi en tient libu. 



Digitized by 



Google 



FAN 



— 139 — 



FAN 



FANANAHANA (anaka ), s. Matrice, 
sein. 

FANANANA (anana), s. Possessions, 
propriety bien. 

FANANDEV6ZANA (andcvo), s. 
Esclavage. 

FANANDRAMANA (andrana), s. 
Essai. 

FANANGANANA. Voy. TsangAna. 

FANANGANY (tsangana). s. La 

viande qui environne l'omoplate. 
Taolam-panangany, 8. L'omoplate. 

FANANINA, 3. Espece de boa. 
FananimpitouSha, s. Nom d'un serpent 

fabuleux a sept tetes, comme rhydro 

a sept tdtes. 

FANANKlNANA. Voy. Ankina. 

FANANTANA (tantana), 8. Batlant du 
metier de tisserand. 

FANAO. Voy. Tao. 

FANAOVANA (tao), s. Les instru- 
ment dont on se sert pour executer 
quelque chose, le lieu, la fabrique. 

Fanaovam-da, a. Machine, aiguilles a tri- 
coter. 

Fanaovam-banja, 8. Poudriere. 

Fanaovam-b6la, 8. Presse numeraire. 

Fanaovan-dabozy, 8. Moule & bougies. 

Fanaovan-ji'ro, 8. Chandelier. 

FANAP&RANA (tapitra), 8. Termi- 
naison; fig. lecomble, la perfection. 

FanapbranaanArana, 8. Le plus haut gra- 
de, le pins haut rang. 

Fanaperan6ny, a.dj. Incomparable, par- 
fa it. 

FANARAV6ANA (ravo), 8. Arbuste. 
Sesbania punctata, D C. 

FANAR&TSA&A. Voy. Karetsaka. 

FANASANA ( asa, sasaJ, s. Invitation, 
iestin; aiguisement; action de laver, 
buanderie. 

FANASANDOVtA (s&sa, lovia), 8. 
Tabac marron, c'est lc Sevabe. 

FANASINA ( hasina ), s. Sel de cuisine. 

FANATAOVANA (tatao), 8. Amas de 
pierres ou d'autres choses d6pos£es sur 
les bordsdes ehemins par les passants 
en prononcant un voeu ou une demande. 

FAN AT RON A (satronal, s. Corboille 
de moyenne grandeur. 

FANATSATSORANO (Lsatso. rano ), 
8. Charme, expedient pour neutraliser 
les effets du tanguin. 

FANAVtANA (avy), 8. La Iievre, les 
acces de Iievre. 

FANAZA.VA(zava), 8. Nom d'un ar- 
buste medicinal. Eloeodcndron oly- 
ganthum et vaccinioides, Baker. 



FANDAFIKA (lafika h «• Antidote du 

tanguin. 
FANDAY (lay ),8. Chenille velue. Pro- 

cessionnaire. 
FANDAlNGA (lainga), s. Un men- 

teur, un hableur de profession. 
FANDAINGANA (lainaa), 8. Petit 

enfoncement surlajoue, rossette. 
FANDAL6RANA(/a{o*ra), s. Truel- 

le. polissoir. 
Fandalo-drary, 8. Os des machoires de 

boeuf servant de polissoir pour les nat- 

tes, les tissus en paitle. 
FANDAV6ANA (lavo), s. Charme 

pour rendre les taureaux vainqueurs. 
FANDEFANA (lefa), 8. Arbuste eu- 

phorbiace Euphorbia erythroxy- 

to ides, Baker. 
FAND^HA, KANDfiHA, c. Mais. 
FAND&MY (lemy), s. Drogue pour 

affaiblir. 
FANDEV6NANA (levona), s. La 

digestion, ce qui la procure, antidote 

pour apaiser les raaux d'entrailles qui 

suivaient le rejet du tanguin ; c6t6 du 

foyer oil Ton attise le feu. 
FANDIAFASIKA, 8. Guinette vul- 

gaire. Actitis hypoleucus, L. 
FANDtKA (dika), s. Nom d'une ma- 

ladie des parties; sortilege censS cause 

de cette maladie. 
FANDtO (dio), s. Ce qui puriOe, ce qui 

donna du lustre, de I'honneur. 

FANDfO IRAY SINY TSY MAHALEO NY FANOOTO 

iray tandroka. fig. Peu de souillure 

ternit une grande puretd. 
FANDIORANO, 8. Gyrin nageur. 
FANDiRANA, s. Arbre. Espece do 

Weinmannia. 
Fandirandahy, 8. Arbre. Memecylon 

oleec folium. Baker. 
FAND6AKA et FAND6AHANA 

{ loaka), s. Charme qu'on met aux cor- 

nes des taureaux de combat, afin qu'ils 

blessent leurs adversaires. 
FAND6MANA (lona), s. Cuve pour 

la tannerie ou la fermentation. 

FANDOTS6ANA (lolso) t s. Nom de 
certains excitants doun6s aux femmes 
pour favorispr la lactation; fig. flat- 
terie, cajolerie pour allechor, pour ob- 
tenir. 

FANDRAlSANA (ray), s. Piece de 
bois servant a faire croiser la chaine 
d'un tissu; reception, salle de recep- 
tiou. 

FANDRAKA, 8. Ciseau. 

Fandrahana, p. Ou Ton fait des mor- 
taises. des trous, qu'on taille, cm 'on 
eisele; fig. a qui on rive les clous, 
qu'on pou'sse activement. iVo/ancfra/ia- 



Digitized by 



Google 



FAN 



— 140 — 



FAN 



ny tsara ny hazo. II a bien fait les mor- 
laises de ces bois. Nofandrahany 
tsara ny vato. II a bien taille, bieh 
cisele les piorres. Nofandrahany ilav 
nanohitra azy ka resy lahatra izy. II a 
rive les clous a celui qui le contredisait 
et l'a reduit au silence. Nofandrahan' 
ny sakaizako ny adiko ka vita tsara. 
Mon ami a poussS activement mon pro- 
cesetil a 6t6 meno a bonne lin. Fan- 
draho, imp. 
Afandraka, p. Avec quoi on fait des 
morlaises, on taille; ce qui sert a r6- 
duire au silence, a mener a bonne fin. 
Afandraho, imp. 
Voa— , Nofinandraka. pp. Ou Ton a 
fait des mortaises, entaille, taille", cisel6; 
reduit au silence, mene a bonne fin. 
Voafandraka ilay nanohitra azv. Celui 
qui le contredisait a ete reduit au si- 
lence. Voafandraka ny raliarahako. 
Mon affaire a et6 menee a bonne fin. 
Mamandraka, va. Travailler au ciseau, 
faire des mortaises, entaiiler, tailler, 
ciseler; fig. river les clous a quelqu'un, 
pousser activement une affaire, mener 
a bonne lin. Mamandhaha, imp. Fa- 
mandraka, s. Ge qu'on entaille, etc. 
maniere dentailler. Mpamandraka, s. 
Celui qui travaille au ciseau, etc. 
Famandrahana, s. L'action de tra- 
vailler au cisetoi, de faire des mortai- 
ses, dentailler, de tailler, de river les 
clous, de pousser activement, lemoyen, 
la cause, l'instrument. Amandraoana, 
rel. Amandraiio, imp. 
Mifamandraka. Se dtkmirer mutuel- 
lement. 

Prend Mampifam— , Mainpam— . 
Mi—, vn. et adj. Etre entaille, qui a une 

mortaise. F[— , s. L'etat de Ten taille. 
Maha— . Qui peut servir a faire une 

mortaise, <<u qui peut la faire, etc. 
Fandrapandraka, dupl. freq. do Fan- 

draka. 
Fandra-bato, s. Ciseau pour tailler les 

pierres. 
Fandrabavy, 8. Le grand ciseau large. 
Fandra-dy. s. Ciseau a far froid. 
Fandradahy. s. Ciseau a lame etroite. 
Fandraka tohanam-pivlly. Orateur a qui 
on souffle les arguments, la riposte ; com- 
battant quon puiisse en avant; tout ce 
qui est mis en avant, qu'on pousse, qu'on 
excite. 

FANDRAMANANA, s. C'est le Voa- 
totsy employe comme philtre. 

FANDRANA, s. Le palmier employe 
comme caual pour r6coulemont des 
eaux; tout bois qui sert d'aquedue ou 
de canal. 

FANDHAO et FANDR6A, c. De peur 
que, de crainte que. 

FANDRAOTRA {raotra), s. Ratcau, 
peigne. 



Fandraob(3lo, s. Ilerbe forte (c'est le Ho- 
rondrano) dont les femmes font des 
peignes. 

FANDRARIB6LA, s. Corruption de 
Fandroribola. 

FANDRAVALAKA frava, laha), s. 
Charme pour annihiler les projets d'au- 
trui. 

FANDRAVANA (rava). s. Demoli- 
tion, pillage, saccage, destruction. 

FANDRAVAZANA, s. Nom d'un 
oiseau aqnatique. 

FANDREFlALA, 8. Nom d'un serpent. 

FANDR&SY {resy), s. Antidote. 
Fandrksilahy, 8. Charme, philtre. 

FANDRY [andryj, s. Substantif de 

Mandry. 
Fandriny* et Fandriandriny. a. La nature. 

la maniere d'etre ou la situation de 

tout etre. 
Fandrim-b6lana (volana), s. Action de 

dormir les yeux entr' ouverts. 
Fandrim-bolo [volo)> s. Maniere d'etre 

couche en rangs superposes, comme les 

tuiles sur les toits. 
Fandrin-dambo (lambo). s. Action de se 

eoucher sans ordre, pele-m61e comme 

les cochons. les moutons. 
Fandrin-drano (rano),s. Le niveau des 

eaux : fig. ogalite. 
Fandrin' omby {omby ), s. Maniere dont les 

bceufs se couchent. 
Mizaha fandrin' omry. Epier quelqu'un, 

ses actes. 
Fandrin-tsodina, s. Action de se eoucher 

tons lateteversun centre, comme les 

gerbes dans les pignons. 

FANDRf ANA, s. Lit, la ou on se cou- 
^ <die. 
Fandria-malemy lakika, 8. Flatterio, cajo- 

lerie, seduction. 
Fandria-.mila t6no.vy, s. Action de cher- 

eher une occasion de querelle. 
Fandriandriana, s. Lit ou lieu de repos. 

comme pour la siesto. 
Fandrian-d6mi»y, s. Rec<Meur. 

FANDRIKA, s. Piege au propre et au 

figure. 
Fandrihana, p. A qui ou a quoi on 

tend des pieges, des embuehes : qu'on 

arranare. Fanuriho, imp. 
Afandrika, p. Ce qui sert de piege. 

AFANinu'no. imp. 
Voa—, Nofinandrika, pp. A qui on 

a tendu un piege, pris au piege; qu'on 

a accapan*. 

Mamandrika, va. Tend re un piege, des 
embuehes; accaparer. A r amanc/ri-boro- 
naalio ka nahazo fody folo. J'ai tendu des 
pieges aux oiseaux et j'ai pris dix car- 
dinaux. Xnmandri-hary betsaka izy. II a 
accapaie beaucoup do riz. Mamandriiia, 
imp. Famandrika, s. A qui ou a uuoi on 
tend des pieges, mantere de tendre un 



Digitized by 



Google 



FAN 



— 141 — 



PAN 



piege. Mfamandrika, 8. Celui qui tend 

un piege. 
Faraandrihana. *. L'action do tendre 

u n piege, des ombuches,- d'aecaparer, lo 

temps, Tinstrument, le lieu. Amaxdiu'iia- 

xa, rel. Amandriho, imp. 

Prond Mifam—, Mampifam—, Mam- 

pam— . 
Maha— . Qui tend ou sait tendre des 

pieges, qui suflit pour celn. 
Fandripandrika, dupl. freq. de Fan- 

drika. 
Faxdri-iuratra, s. Paratonnerre. 
Faxdri-rorera, s- Piege habilement dis- 

simule ; singer la simplicite pour mieux 

tromper. 
Faxdri-borona, s. Piege a oiseaux. 
Faxdri-borovoro, .s. Piege a nlusieurs la- 

cets propre a embrouiller los oiseaux. 
Faxdri-davarexy, s. Pieges places les uns 

a la suite des autres. 
Fan i) rika ax-danitra, h. Pieges en l'air 

comme les loiles d'araigneos. 
Fandrika hetareta, 8. Piege mal tftabli. 
Faxori-tot6faxa, s. Piege cache, voil6, 

dissimule ; 1'raude. 
FANDRI6NANA {riona), s. Charme 

nour se preserver des blessures, des 

balles. 
FANDRORIB6LA [roritra, vola). s. 

Jeu dans lequel deux ou plusieurs fur- 

iups encamps opposes tireutune corde. 
FANDROTRA ( handrotra ) f 8. Nuiud 

coulant. 
Afandrotra, p. A attacher avec un 

nieud coulant. Afaxdroty, imp. 
Tafa— , voa— , pp. Attache. 
Mamandrotra, va. Attacher avec un 

ntpud coulant. Mamaxdr6ta, imp. Fa- 

Mandrotra, 8. Ce qu'on attache avec 

un mend coulant, maniere de Tattacher. 
Famandr6tana, 8. Action d'attacher 

avec un nceud coulant, 1'endroit qu'on 

attache. Amaxdrotaxa, rel. Amaxdroty, 

imp. 

Prend Mifam — , Mampifam — , Mam- 

pam— . 
Mi—, vn. Etre attache avec un nceud 

coulant. Fi — , s. L'etat de ce qui est 

ainsi attache. 
Maha—. Qui attache ou peut attacher. 
Fandropandrotra. dupl. freq. do Pan- 
el rot ra. 
Faxdrodaiiy, 8. Herbe, cspece de ehicn- 

dent. 
Faxdrotraraxa, 8. Chiendent. Triticum 

re pen 8. 

FANfiFA, c. Majs, neaumoins, cepen- 
dant. 

FANEFANA (efa), s. Compensation, 
satisfaction. 

FANBFfiNA, Voy. Tefy. 

FAN&FITRA (e/i*ra), -s. Charme, li- 
gature, proced£ cense ar rotor un mal, 
lo circonscriro ou l'empecher. 



FAN EL IR A (elij, ra), 8. Prooedc, re- 
mede, boisson pour fouetter le sang. 

FANENfiNANA [ncnina), s. Regret, 
repentir, contrition. 

FAN&NITRA, a. Guepe. 
FAN&NITRA [tenitra), s. Critique. 

FANENOALINA(ncno,a/ina). s. Es- 
pece de grillon domestique; e'est le 
Angelikary. 

FANENdMANA (lenona), s. Le me- 
tier des tisserands. 

FANETRALAHY (setra, lahy), 8. 
Charme, presorvatif. 

FANETRIB& {elru, be), s. Insecte 
qui mange les feu i lies et les tubercu- 
h's des palates; e'est le Bibimbomanga ; 
ft (j. qui prend los biena d'autrui en ca- 
jo'lant, paresseux qui depense beaucoup. 

FANJ&VA {hei:a), s. Vieux nom du 
drapeau, du pavilion; guidon, bandero- 
le servant d'enseigne aux boeufs gras 
an marcbd. 

Fanevamena, s. Pavilion rouge, autrefois 
pavilion royal; les soldats congedids et 
devant reprendre le service, lorsque ce 
pavilion sera hisse\ 

FANEV6TANA ( evotra ), 8. Charmo 
pour all^ger les poids. 

FANGADY [hadyj, s. BSche, pioche. 

Comme Angady. 
Faxgady be lela, 8. Violence, injustice, 

usurpation. 
Fangadif6hiny, s. L'os du poitrail des 

baiufs. 
Faxgadimainty, s. Complot sourd. 

TSY MAMFAXDRY FANGADY, lit, Qlli no 

laisse pas reposer la pioche, se (lit des 
maladies qui causent une grande mor- 
tality 

FANGALARINA ( halalra), adi. Pris 

subst. Vuleur de profession ou d'habi- 

tude. 
FANGALATRA, s. de Halatra. 
Faxgalabula, s. La chenille d'une cspece 

do Psyche. 
Faxgalatr6vy, s. Le crex insulairo. Ar- 

tygometra insularis. Sharpe. 
FANGANGA ( anganga ), adj. Outre. 

<jui depa>se les homes en tout. 
Faxgaxgax' oloxa, adj. Se dit de quel- 

qu'uu qui possede une qualitc, surtout 

un del'aut au supreme degre, vaurien, 

uiegere. 

FANGAO, c. De peur que, do crainto 

(|UC. 

FANGAOKA [haoka), adj. Roue, ha- 
bile a penetrer la pensee. le secret. 

FANGAOKA [haoka t, 8. Grande cuil- 
lere usee par le service; instrument 
pour polir la poterie Iraiche; fig. dis« 
sipateur, une cause de ruine. 



Digitized by 



Google 



FAk 



- 144 - 



PAN 



Fangaoby, 8. Cuillere en fer, rateau, 
etrille. 

HlTONDRA FANGAOKA ANY AN-TRANONY ANIB 

iny ! Imprecation : que cette chose 
volde porte la mine dans sa maison ! 

FANGARAKA ( haraka ), s. L'abeille 
maconne, { la grande espece). 

Oli-pangaraka, s. Larve de la maconne. 

FANGARtNANA (harina), 8. Moulin 
pour moudre la canne a sucre. 

FANGARONA, s. do Harona. 

l^NGAROM-PATY,— p6hY,— PdRY, S. Mille- 

pieds commun; e'est le meme que Ma- 

rotanana, iule. 
Fa:*garomp6dy, s. Nom d'une insecte. 
PANGY, c. Mais, cependant. 

FANGIRIGIRtHANA ( hirika ), s. 
Poincon, tout instrument pour faire un 
trou ou pour l'agrandir. 

PANGITRA, 8. Contour, delimitation, 
circonscription. 

Fangitana, p. Qu'on delimite. Tsy 
mbola nofangitana ny.tanimboly. Le 
champ n'a pas encore ete delimits. Fan- 
gito, imp. 

Voa—, Nofinangitra, pp. Delimite, cir- 
conscrit. 

Mamangitra, va. Circonscrire, limiter, 
tracer Tes contours; so dit aussi de la 
J6pre qui commence a paraitre. Ma- 
mangita, imp. FamAngitra, s. Ce qu'on 
ciconscrit, maniere de circonscrire, de 
limiter. Mpam— , s. Celui qui delimiie. 

Famangitana, s. L'action de circons- 
crire, de limiter, l'instrument. Amang*- 
tana, rel. Amangito, imp. 
Prend Mifam—, Mampifam— , Mam- 
pan—. 

Mi—, i37i. Etre limited circonscrit. Fi— , 
s. Letat de ce qui est circonscrit. 
Mpi— , 8. Ce qui est circonscrit. 

Maha— . Qui circonscrit ou <iui peut 
circonscrire. 

Fangipangitra, dupl. frdq. de Fangi- 
tra. 

Fangibolana, s. Farandoleeu rond. 

FANGOKA, s. Le bout non tisse qu'on 
enleve des etoffes; fig. piego, ruse. 

Fang6hana, p. A qui on tend un piege, 
on cherche querelle. Fang6hy, imp. 

Afangoka, p. Ce qui sort de piege. 
A fangohy, imp. 

Voa—, Nofinangoka, pp. Qui a ete 
pris au piege. 

Mamangoka, va. Chercher dispute, 
tendre tin piege, seduire. Mamang6ha, 
imp. Famangoka, s. A qui on cherche 
querelle, maniere de chercher querelle. 
Mpamangoka, s. Un querelleur. 

Famang6hana, s. L'action do chercher 
qurello. Amang6uana, rel. Amang6hy, 
imp. 

Prend Mifam—, Mampifaui— , Mam- 
pam— . 



Maha—. Qui cherche ou peut chercher 

querelle. 
Fangopangoka, dupl. freq. do Fan- 

goka. 
Fango-damba, s. Les bouts non tisses 

qu'on enleve d'une £toffe. 

PANGOLfiHANA, s. Plante medici- 
nale. 

FANGORlNANA, s. La larve du Dw- 
tiscus latismus. 

p £S ( ? OTRA et pangopAngo- 

TRA {dupl. plus usite"), 8. Entortil- 
lement, embrouillement. 

Afangopangotra, p. A entortiller, a 
embrouilter. Nafangopangotrtj ny zaza 
kely ny taretra. L'enfant a entorlill6 le 
ill. Afangopang6ry, imp. 

Voa—, pp. Entortille*. pris dans ses I 

paroles. 

Tafa-. p. Qui est entortille dans ses 
paroles. 

Mamangotra, va. Entortiller. Maman- 
gOta, imp. Famangotra.s. Celui ou ce 
quon entortille, maniere d'entortiller. J 
Mpamangotra, «. Celui qui entortille *j 

qui prend au piege. * 

Famang6tana, s. L'action d'entortiller. 
Amangotana, rel. Amangoty, imp. 
Prend Mifam—, Mampifam— , Mam- 
pam— . 

Mi—, vn. Etre entortille, s'entortiller. 
F:— , s. Maniere do s'entortiller. Mpi—, 
s. Celui qui s'entortillo. * 

Fifangdtana, s. L'action de s'entortil- 
ler. 1fang6tana, rel. 
Prend Mampi— , Mifampi— . 

Maha—. Qui entortille ou peut entortil- 
ler. 

FANGOROBART, s. Nom d'un arbre. 

qui donne uu bon combustible. 
PANGOTSdHANA ( hotsolta), «. Che- 

mile quivitsur le ricin et dont le noil 

produit I'urticaire. 
FANG6TSOKA. Voy. Hotsoka. 
FANY. Voy. Fano. 
PANtDY [hidy), s. Charmo cense fer- 

mer la gueule des caimans. 

PANIPIKIPiHANA (liifika), s. Char- 
mo pour degouter les personnes marines 
lune de l'autre. 

PANiHY, 8. Roussettes communes. 
Pteropus vulgaris ou Pier. Edwar- 
dsii. 

FANlLO ftsilo), s. Flambeau, torche; 
fig- reprosentant, agent, gens envoyes 
pour parlor. 

PANIN— . Prelixe adverbial servant a 
marquer combien de fois: Famxoroany, 
fanintelony, etc. Pour la sceonde, la 
troisieme fois, etc. 

FANINA, adj. Ebloui, qui a des verti- 

ges. 
Faninina, p. A qui ou donne des verti- 



Digitized by 



Google 



FAN 



— 143 — 



PAN 



* ges, a qui on fait perdre la tetc. Fanino, 

imp. 
Maha— . Qui donne des vertigcs, qui 

etourdit, fait perdre la tetc. 
Fanimpanina, dupl. freq. do Faniua. 
Hafam'nana, 8. Etourdissement, vertiges. 
PANtNANA. Voy. Inana. 
FANtNDRY (tsindry), s. Objet pour 

presser. 
Fanindriafo, 8. Tets dont 6ncouvre le feu. 
Fanindritbnona, 8. Bois, tringle qui rem- 

place lespedales des tisserauds. 
FANlNDRY, s. Espece do Buse. Bu- 

teo hrachypterux, Pelz. 
FANlTSO, s. Zinc. 
FANJA. Voy. Vomy. 
FANjAlTRA fzailra), s. Aiguille. 
Fanjai-bazaha, s. Aiguille de fabrication 

europdenne. 
Fanjai-be\ s. Grande aiguille. 
Fax\jai-drovi-b6dy. Aiguille dont la t6te 

est brisee; fig. un f6tu. un rien. 
Fanjaikkly, 8. Petite aiguille. 
Fanjai-tsalasala, s. Aiguille moyenne. 

K.OFEHY MANARA-PANJAITRA, lOC. Fil qui 

suit I'aiguille; fig. inferieur qui suit 

son chef, celui qui ob6it a plus habile 

que lui. 
FANJAKANA (saka), 8. Royaume, 

domaine, service. 
Fanjakana baranahiny. Etat oil cbacun 

fait ce qu'il veut. 
Fanjakan' Ibezanozano. Anarchie. 
FAN JAMB AN A, 8. Charme pour se 

derober a la vue; fig. argent, cadeau 

pour corrompre les grands, les juges. 

FAN J AN A, s. Action de se renvoyer 

la balle, le travail, le soin, la respon- 

sabilite\ 
Mi-—, vn. Se renvoyer de l'un a l'autre. 

Fi— , 8. La maniere de se renvoyer de 

l'un a l'autre. 
Fifanjanana, s. L'action de se renvoyer 

de l'un a l'autre. Ifanjanana, rel. Ifan- 

jano, imp. 
Fanjaajana, dupl. de Fanjana.. 
FANJATdANA [zato), s. Le poignet 

oil se place le bracelet. 
FANJiHITRA {zihitra), s. Dispute, 

Suerclle, disaccord. 
— , vn. Se disputer, se cbamailler. 
MiFANJiHfRA, imp. Fi— , s. Maniere de 
se disputer. Mpi— , s. Celui qui so dis- 
pute souvent. 

Fifanjihlrana, s. La dispute. Ifaxjiui- 
rana, rel. Nahoana no ifanjihiranareo 
lava toy izany ? Pourquoi vous disputez- 
vous ainsi continuellcment? Ifanjihiho, 
rel. 

FANJONA. Comme Fantsona. 

FAN JONJ6NANA (jonjona), s. Char- 
me que Ton prend pour tirer ou lancer 
droit. 



FANJOZ6RO. Comme Fonjozoho. 

FANKA-. PrSfixe des substantifs des 

verbes Mauka— . 
FANKATOAVANA (to), s. Charme 

pour accomplir desprodiges. 

FANO, s. 1° Grande tortue de mer; 2° 
insecte qui ronge les racines des plan- 
tes; 3° arbre, espece & 9 Acacia ; 4 - erup- 
tion cutanea produito par la chaleur. 

FANOHARANA {ohatra), s. Parabo- 
le, comparaison, fable. 

FANdlTRA {oitra), s. Levier, res- 
sort des serrures. 

FANOL&HANA {olika), s. Arbuste 
dontonfaisait boire iesfeuilles en deco- 
ction aux chiens qu'on lancait contre 
les sangliers. 

FANOMPdANA {tompo), s. Corvee, 
ob^issance, service. 

FAN6NDRO ( Londro}, s. L'index. 
Fanondro adala, 8. Le majeur. 

FAN6NY et FANONIB& (tony), 8. 

Charme qui neutralise. 
FAN6NONA. Comme Ankano»nona. 

FANOBjTTANA(tonfa), s. Presse typo- 
graphique, cylindre ou planche pour 
teindre les tissus, moule. 

Fanontam-biriky, s. Moule a brique. 

Fanontam-bola, 8. Moule pour les pieces 
de monnaie. 

FANORATANA [soratra), s. Carta- 
ble, tout ce qui sert pour eerire. 

FANdRY {ory), s. Plaisanterte bles- 
santo. 

FAN6RY et FAN6RO, s. Arbuste 
dont les fleurs servent pour les matelas, 
et dont les feuilles sont un vomitif. Gom- 
phocarpus fruticosus, R. Br. 

FAN6RONA, s. Grand jeu de marelle. 

Mi—, vn. Jouer au Fanorona.MiFANOR6.NA, 
imp. Fi— , s. Maniere de jouer au Fa- 
norona. Mi»i— , s. Un joueur de Fano- 
rona. 

Fifanor6nana, s. L'actiou de jouer au 
Fanorona. Ifanoro.nana, rel. Ifanorony, 
imp. 

Maha—. Quisait jouer au Fanorona. 

Fanorondrona, dupl. dim. de Fano- 
rona. 

Fanorom-bazaha, s. Marelle. 

FANOS&HANA (tosika), s. De acou- 
dre; fig. ragout, ce qui excite Tappotit. 

FAN6TA et FAN6TANY(o*a), s. 
Qui est en dessus ou en dessous du nom- 
bre convenu, faute ou chose mal faito 
qui d6pareille le reste. 

FAN6TO (toto), s. Pilon. 

Fanotokely, s. Nom d'un insecte. 

Faxoto nato, 8. Pilon on bois de natle, 

Fanoto vy, 8. Barre a mine, pilon dont le 
bout est arme de fer. 



Digitized by 



Google 



FAN 



144 



FAN 



FANTA, s. Imprecation, jurement. 

Mi — , vn. Jure:*, lairo des imprecations. 
Mifanta, imp. Fi— , s. Maniere de ju- 
rer. Mpi— , s. Celui qui jure. 

Fifantana, «. L'action cie jurer, ce par 
(|uoi on jure. Ifantana, rel. Ifantao, 
imp. 

Maha— . Qui jure ou est porte" a jurer. 

Fantafanta, dupl. freq. de Fanta. 
. Fanta tsy t6. Faux jurement. 

FANTAKA, s. Jalon, flche, pieu d'ali- 
gnement, les quatre pieux qui servent 
a raidir la chaine lorsqu'on tisse. 

Fantahana, p. Ou Ton planle, ou Ton 
tiche. Fantaho, imp. 

Afantaka, p. A Dehor. Afantaho, imp. 

Tafa— , p. Qui a penetre. 

Mamantaka, va. Planter, enfoncer. Ma- 
mantaka, imp. Famantaka, 8. Ce qu*on 
enfonce. maniere d'enfoncer. Mpam— , s. 
Celui qui enfonce. 

Famantahana, s. L'action d'enfoncer. 
Amantaiiana, rel. Amantaho, imp. 

Mi—, vn. Etre fiehe, plante, enfonce; fig. 
etre cloue a un travail, penetrer. Sli- 
fantaka isara ny liazo. Le pieu est bien 
plante, bien enfunce. Mifantaka amin' 
10 raharaha io izy. II est cloue a ce Ira- 
vail. Nifantaka ny teny nafitsony azy. 
Les paroles quil lui a lancees ont pene- 
tre. Mifantaha, imp. Fi— , 8. L'etat de 
ce qui est plante, maniere do pdntttrer. 
Mi*i — , s. Celui qui est cloue a un em- 
ploi. 

Fifantahana, s. L'etat de ce qui est 
plants, de celui qui est clone a un tra- 
vail, Paction de penetrer. Ifantahana, 
rel. I fantaho, imp. 

Maha—. Qui peut enfoncer, penetrer. 

Fantapantaka, dupl. freq, de Fantaka. 

Fantaka fanani'ana. Ourdissoir. 

Zana-pantaka, s. Petit pieu, piquet. 

FANTAKA, s. Herbe haute dont la ti- 
ge est com me un ruseau. Arundo ma- 
dagascariensis, Kunth. 

FANTAKA, 8. Metcore, etoile Mante, 
a»'»rolithe; fig. malediction des parents, 
1'roid excessif. 

FANTATRA, p. Connu, su, compris, 
reconnu. Fantalro izany. Je sais cola. 
Nony vao hitako izy dia tsy mbola fan- 
latro. Je ne 1'ai pas reconnu a la pre- 
miere vue. 

Fantarina, p. Qu'ou comprend, qu'on 
examine, qu'on cherche a comprendre, 
a connaitre, a reconnaitre, qu'on essaie. 
Tsy azoko fantarina izany. Je ne puis 
comprendre cola. Tsy nofantariko ny 
toetr' io lamba io ka voalitaka alio. Je 
n'ai pas examine la qualite de cette 
etofle et j'ai etc trompe. Aoka hofan- 
larilw koly io olona io. It faut que je 
cherche a reconnaitre cette personne. 
Ilofantariliony soavalinao rahampilso. 
Josbaierai domain votre cheval. Fanta- 
ho, imp. 



Mamantatra, va. Examiner, chercher 
a comprendre, a connaitre, a reconnai- 
tre, essayer, eprouver. Tsy namanta- 
tra tsara ny heviny abo. Je n'ai pas bien 
cherche a connaitre sa ponsee. Ma- 
mantara, imp. Famantatra, s. Ce qu'on 
cherche a connaitre, a comprendre, ma- 
niere de reconnaitre, d'essayer. Mpa- 
mantatra, s. Celui qui essaie. 

Famantarana, s. Marque, signe, ensei- 
gne, Taction d'essayer. Amantarana, 
rel. Amantaro, imp. 
Prend Mifam— , Mampifam— , Mara- 
pam— . 

Maha—, va. Connaitre, savoir, compren- 
dre, reconnaitre. Maha^aga raha tsy 
maliafan tatra izay lazain ny olona hi- 
anao. II est etonnant que vous ne sa- 
chiez pas ce qu'on dit. Maha^aga ny 
fa lia fan tar an' ny alika ny baikon' ny 
tompony. C'est etonnant comme lo chien 
connait ce que lui dit son maitre. Izao 
no tsy n aha fan tar ako ny heviny. Voici 
nourquoi je n'ai pas compris sa "pensee. 
Ny zavona no tsy naliafantarako azy. 
C'est & cause du brouillard que je ne 
lai pas reconnu. llampahafantariko 
anao izany any aoriana. Je vous ferai 
connaitre cola plus tard., 

Fantapantatra, dupl. dim. de Fan- 
tatra. 

Amantaran-dahy, adv. A la tombec de la 
nuit. 

Ankamantatra, s. Enigme. 

FANTINA, s. Cboix, triage. 

Fantenana, ;). Qu'on choisit, qu'on 
trie. Fanteno, imp. 

Voa— , Noflnantina, pp. Cboisi, trie. 

Mi—, va. Trier, choisir. Sifantina ny 
ovim-bazaha amidy abo. J'ai trie, cboi- 
si les pommes de terre qu'il faut vendre. 
Nifantina zazalahy roa mabay mba 
hanampy ahy abo. j'ai choisi deux gar- 
cons instruits pour m'aider. Mifantkna, 
imp. Fi— , s. Ce qu'on trie, la maniere 
de trier. Mpi—, s. Celui qui choisit, qui 
trie. 

Fifaritenana, s. L'action de choisir, do 
trier. Ikantenana, rel. Ifanteno, imp. 
Prend Mampi— , Mitampi— . 

Maha — . Qui choisit ou sait choisir. 

Fantimpantina, dupl. freq. de Fanti- 
na. 

Fantim-dary, s. Action de trier le riz. 

FANTOKA, s. Clous, action de clouer. 
Fantohana, p. Ce qu'on cloue. Fanto- 

h y, imp. 
A f ant ok a, p. Avec quoi on cloue. Afan- 

tohy, imp. 
Voa—, Nofinantoka, pp. Cloud. 
Tafa—, p. Qui est attache a une idee. 
Mamantoka, va. Clouer. Mamantuha, 

imp. Fa.maniokv, s. Ce qu'on cloue. la 

mauii'io de clouer. Mpamvntoka.s. Celui 

qui cloue. 



Digitized by 



Google 



frAN 



— 145 — 



FAN 



Famantbhana, s. L'action de clouer. 

Amaxtohaxa, rel. AmaxtcShy, imp. 

Prend Mifam— , Mampifam— , Mam- 

pam— . 
Mi—, ni. Eire cloue; etrc attacbe a line 

idee. Fi— , s Etal de ce qui est cloue. 

Mpi--. 9. Coin i qui est attache a son 

idee. 
Fifantdhana, 8. L'etat de ce qui est 

clone, I'attachemont a son id6e. Ifani<5- 

ii ana. rel. Ifantohy, imp 
Fantopantoka, dupl. fre"q. de Fantoka. 

FANTSAKANA ( tsaka ), 8. Fontaine 
o'i l'ou puisede l'eau. 

F ANTS AN A, s. Action dose rinccr la 

boucJie. 
Afantaana, p. Avec quoi on se rinco la 

boucbo. Afantsaxo, imp. 
Mi — , in. Se rinccr la bonclie. Mipantsa- 

xa, imp. Fi— , 8. Meniere de se rincer 

la b on die. 
Fifantsanana, s. L'action de se rincer 

la bouclic, ce avec quoi on la rince. 

Ifaxtsaxana, rel. Ifantsano, imp. 
Maha—. Qui sort a rincer la bonclie. 

FANTSY,s. Ergot. 
Faxtsixakoholahy, 8. Planto. Espeec de 
Clcrodendron. 

FANTSIKA, 8. Clou, ctnt de ce qui est 
clone, do celui qui est fixe a un oui- 
ploi. a une affaire. 

Fantsihana, p. Ce qu'on clone. FaxtsJ- 
ho, imp. 

Afantsika, p Avec quoi on cloue, celui 
qu'on fixe a... Afaxtsiho, imp. 

Voa— , Nofinantsika, pp. Qiun a 
clone. 

Tafa—, p. Qui est fixe a une affaire. 

Mamantsika, ra. el n. Clone r, (se dit 
aussi de la coquc des omul's, lorsqu'nn 
point roupe indiquo qu iis sont snr le 
poinl d'eclore ) ; fig. no | as demordrc 
d'un prix. Mamaxtsiiia, imp. Faman'si- 
ka, .s. Ce qu'on cloi:e, maniere de 
doner, l'etat des cculssurle point d'ec- 
lore. Mpama.ntsika,s. Celui qui cloue. 

Famantslhana, s. L'flction de dmer; 
marque indiquant lerlosion prochaine 
des oeuls. Amantsihana, rel. AMASTsfHo, 
imp. 

Mifam— . Mifamnutsiha irei > ny mpiva- 
rotra sy ny mpividy. Ancun ne vent de- 
mordrc deVoi prix, soit le marchand, 
soit racbeteur. 

Mi— . tw. I.tre clnue, elro fixe a un cm- 
ploi, ii une fonction. s'adenncr constant- 
ment a une occupation. Mifantsiha isa- 
ra io lainbaira io. Cetle lablc est bicn 
clonee. Mifnnlsiha amin' ity raharaha 
ilynbo ka isy ala miala. Je suis cloue a 
ce travail ct'jencpuis pas qniltor. Mi- 
FAXTsfHA, imp. Fi— , *. IAUat de ce qui 
est clone, de celui qui s'adonne a une 
occupation. Mpi— ,8. C^olui qui s'adonne 
a uno occupation. 



Fifantsihana, s. l/etnt de ce qui est 
cloue, Taction do s'adonner a uue occu- 
pation. Ifaxtsuiaxa, rel. Ikaxtsiho, 
imp. 
Prend Mampi— . Mifampi— . 

Maha— . Qui cloue on pout donor. 

Fantsipantsika, dupl. de Fnnisika. 

Faxtsi-dazuia, h. Clou, pointe de prove- 
nance etrangere. 

Faxisika pp.ta-dcSha. *. Clou ii lete } late. 

Faxisika rbzatiia. 8. Grand clou. 

FaXTSIKATAILAX-DOHAOU VAZiMUA loha, 8. 

Clou a tnte recourbde. 
Fantsika voxodaiboxa,*. Clou pour ferrer 

les clicvaux, el<»u r.ve. 
Faxtsi kiraho. 8. Petit clou, clou sans l«He 

pour soulicrs. 
Vatofaxtsika, 8. Ancre. Yoy. V.\ro. 

FANTSIKAHITRA, 8. Arbre a hois 
ties dnr. Espece de Plectronin. 

FANTSIKALA, 8. Norn d'nne lierbe. 

FANTSITStTRA, 8. Jet de liquide, 
jaillissement. 

Fantsitslrana, p. Snr qui on sur quoi 
jaillit lc jet. Faxtsitsiho, imp. 

Voa— , pp. Aiteint parlcjet. 

Tafa— ,p Qui. jail I it. 

Mana-, ra. Fairo jaillir. Maxapaxt i- 
TSinA, imp. Fan a — , s. Co qu'on fait 
jaillir, maniere do faire jaillir. Mpaxa— , 
s. Celui qui fait jaillir. 

Fanafantsitsirana, 8 L 'act ion do fai- 
re jaillir, ('instrument. AsAFAXTsiTii'iiA- 
na, rel. AxAFAxrsiTsfHO, imp. 
Prend Mifana— , Marhpifuna— , Mam- 
pan a—. 

Mi—, rii. Jaillir. Fi— , s. Mairerc do jail- 
lir. Mpi— ,«. Ce qui jaillit. 

Fifantsitsirana, 8. L'action tlo jaillir. 
finslnim uif, le lieu. Ifaxtsitsimxxa, 
rel. NifanUitsirnn' ny basirano ny la- 
vany. L'eau delaserjigue a jo ilia sursa 
figure. 
Proud Man 1 pi— . Mifampi — . 

Maha—. Qui jaillit on punt j .iiiir. 

FANTSONA, «. Tuyau d'eeoulemont 
pour la conduite des eaux.ffuigouille. 

Fants6nana, p. Oul'onmjt desluyam. 
Faxtsoxy. imp. 

Afantsona, p Qu'on pl:ire pour rcje- 
ler l'eau . Afvxtsoxy. imp. 

Voa—, pp. l)u on a mis ilestuyaux. 

Mamantsona et Mana—. ra. Trui- 
re dans la boucbo, faire couler dans la 
bouche d'un autro 

Famants6nana, 8. L'action de traire 
dans la bouclie, de verser dans la bonrhe 
d'un autre. Amaxtsonasa, rel. Amaxtso- 
ny, imp. 

Prend Mifam—, Mampifam-, Mam- 
pam— . 

Mi—. i'u. Couler dans la bourbe, emilor 
en forme de j»«t. Fi— , s. Maniere tie 
cuulur dans la bouche. 

Maha—. Qui pout survir do tuyau. 



Digitized by 



10 

Google 



PAR 



146 



FAfc 



Fantsomp&ntsona. dupl. de Fantsona. 

Mifaxtsona, adj. Ou il y a des tuyaux. 

Indray mifantsona. Tous ensemble, d'un 
seul trait, d'un seul coup. Nahafaty bo- 
trika telo indray mifantsona izy. II a 
lue trois poules d'eau d'un seul coup de 
fusil. 

Fantson-drano, 8. Tuyau pour les gout- 
tieres ou pour la conduite des eaux. 

FAOHANY, s. Partez, en avant, mar- 
cue, deTilez ; course, galop ; commande- 
ment militaire. ( Ang. ga on). 

Manao faohany. Counr, galoper. 

FAOKA, 8. Action d'essuyer, de net- 
toyer, de rafler, d'enlever le tout. 

F&ohana, p. Qu'on essuie, qu'on net- 
toie. Tsy nofaohan' ialahy tsara ny la- 
tabatra. Tu n'as pas bien essuy6 la ta- 
ble. 

F&ohina, p. Qu'on rafle, qu'on enleve. 
Nofaohin ny mpangalatra ny entana re- 
betra tao an-trano. Les voleurs ont ra- 
fle tous les effets qui gtaient dans la 
maison. Nofaohin 1 ny papango ny ako- 
bo kely tao alatrano. Le milan a enlev£ 
le petit poulet qui etaitnors de la mai- 
son. Faohy, imp. 

Af&oka, p. Avec quoi on essuie, on ra- 
fle. Afaoby, imp. 

Voar—, Nofin&oka, pp. Essuye, nettoye, 
rafld. 

Mam&oka, va. Essuyer, nettoyer. Ma- 
maoha, imp. Famaoka, 8. Ce qu'on es- 
suie, maniere de nettoyer. Mpamaoka, s. 
Celui qui essuie. 

Fam&onana, s. Serviette, torcbon, es- 
suio-main, nettoyage. Amaohana, rel. 
Inty ny voro-damba hamaohanao ny 
lalomoara. Voici un obi Hon pour net- 
toyer I'armoire. Amaohy, imp. 
Pfend Mifam— , Mampifam— , Mam- 
pam— . 

Mi—, ra. Essuyer, rafler, enlever a la 
course, en passant, com me les oiseaux 
de proie, frapper de la corne comme 
les taureaux. Mipaoha, imp. Fi— , 8. 
Ce qu'on rafle, qu'on enleve en pas- 
sant, maniere d enlever a la course. 
Mpi—, 8. Celui ou ce qui rafle. 

Fif&ohana, s. L'action de rafler, en- 
levement. Ifaohana, rel. Ifaohy, imp. 
Prend Mampi— , Mifampi— . 

Maha— . Qui essuie, qui rafle ou peut le 
faire. 

Faop&oka, dupl. fre"q. de Faoka. 

Fao-dranomaso, 8. Argent oflert comme 
condoleance a la famille d'un deTunt. 

Mamao-dranomaso. Consoler. 

Manao fao-dranomaso. Offrir le present 
de condoleance. 

FARA, 8. et adj. Descendants, posteri- 
ty horitier, enfant; llnal, dormer, su- 
preme, le plus eleven Hankalazain' ny 
Jara mandimby izy. II sera louo par les 
geuerations futures. Nabazo fara aman- 
dimby izy. II a eu uu enfant et beri- 



tier. Fara fihinanana hataoko aminareo. 
C'est le dernier repas que ie prendrat 
avec vous. Any ny mpanjaka ny fara 
fandidiana. C'est au souverain qu'ap- 
partient le pouvoir supreme. Efa tonga 
amy ny fara voninabitra izy. II est ar- 
rive aux honneurs les plus eleves. 

Mia— , vn. Se terminer, finir, aboutira, 
tomber sur, franper, atteindre, con- 
cerner. Ny teny noe, trano raiafara amy 
ny o. Le mot trano (maison) se termine 
par o. Miafara amy ny ony io lakan- 
drano io. Ce canal aboutit au fleuve. 
Tandremo sao miafara aminao ny loza. 
Prenez garde que quelque malheur ne 
torn be sur vous, ne vous frappe. Nia- 
fara tamy ny tanako ny antsy. Le cou- 
teau a atteint ma main. Miafara ami- 
nao izany raharaba izany. Ce travail 
vous concerne. Miafara, imp. Fia— , 
8. Maniere d'aboutir a, de tomber sur. 

Fiafar&na, s. Le terminaison, la fin, 
l'aboutissant, dont depend, a qui re- 
vient, sur qui tombe, que frappe qifat- 
teint, que concerne. Iafarana, rel. Ny 
fahafatesana no iafaran* ny olombelona 
rehetra. La mort est la fin de tous les 
nommes. Ny ranomasina no iafaran' 
ny renirano rehetra. Toutes les rivieres 
about issent a la mer. Ireo mpi tsara ireo 
no iafaran' ny adinao. Votre proces 
depend, est du ressort de ces juges. Ny 
zanaka no iafaran* ny fananan' ny ray 
amandreniny. C'est aux enfants que 
reviennent les biens des parents. Ny 
ratsy fanahy no iafaran' ny loza. Des 
cbatiments tombent sur les mecnants. 
Hianao no iafaran' izany teny izany. 
Ces paroles vous concernent. Iafarao, 
imp. 

Zanaka aman-para, 8. Enfant, beritier; 
terme flatteur, honorifique des novas 
envers les nobles, des vieillards envers 
les plus jeunes qu'eux. 

Nombn' Andriamanitra ny fara. Voy. Ara- 

HABA. 

Faraady, 8. Dernier effort, dernier coup, 
un repas d'adieu, l'6lite, ce qui donne 
le coup decisif. 

Farab6rona, 8. Le dernier de tous. 

Fara DfA, 8. Le dernier voyage, les der- 
niers dans un delile. 

Fara doboka, s. Le dernier coup, le der- 
nier effort, ce qu'on fait encoro une 
fois, mais c'est pour laderniere. 

Fara d6na, 8. Dernier coup; dernier su- 
rencberisseur. 

Fara fahakbly indray aiaka. Au moins 
une fois. 

Fara faharats/ana, 8. Le dernier degre 
de la malice, ce qu'il y a de plus vil, 
de pire. 

Fara fiainana, a. Le dernier jour ou der- 
nier souffle do la vie. 

Fara gilasy, s. lit. Lesderuieres goulles 
adbe>entes au verre ; fig. les derniers, 



Digitized by 



Google 



PAR 



— 147 — 



FAR 



tes moins capables, les plus pauvres, 
\es esclavea. 

Fara hafatra. Les dernieres volootes, 
testament. 

Fara iiaingo, 8. Action do so parer d'une 
maniere extraordinaire, com me pour 
un grand evenement, on pour micux 
caclier un jeu ; parure recherchee, la 
derniere mode. 

Fara h atoka, a. L'extremite de la nuquc; 
fig. usages des ancetres. 

Mitam-parah atoka. Observer religieuso- 
ment les usages des anciens. 

Mitsapa fahah atoka. lit. Se f rapper la 
nuque: fig. rcgretler exlremement. 

Fara hevitra, a. La derniere resolution, 
la derniere tentative. 

Kara h6ta. a. Derniere bouchee. 

FaraIdina, KAR(DiNA,a. La populace, ce 
qu'il y a de plus bns, de plus viL 

Fara kodia, a. Le forme, la fin. 

Fara l£ hatha, a. lies dernieres conclu- 
sions, les dernieres decisions. 

Faralauy, a. Le dernier enfant male 
d'une famille. 

Faralaiiin-karbna, a. I^e moins favorise 
de la fortune dans une laroille. dans 
un village. 

Faralahin-tavany, 8. Le dernier, le moins 
favorise parmi sesdgaux. 

Fara mand/mby. a. Les generations a venir. 

Fara amana dImdy, a. Enfant 8, descen- 
dants. 

Fara 6rana, 8. Les dernieres pluies. 

Fararako, a. Le temps de la moisson, 
l'automne; fig, abondanco, grando ri- 
chosse, le temps du go in. 

Fararanom-bakiambiaty, s. Le temps de 
la seconde moiston. 

Fauaiianomdauialoua, a. Lo temps de la 
premiere muisson. 

Fararanox' akoho, s. Lo commencement 
do la moisson, parce que les poules 
trouvent alors beau coup de grains. 

Farasi'sa, a. Certains maux causes ou 
laisses par cerlaines tna'adies. les in- 
fli miles causdes par ces maladies, ma- 
ladies con^enilales; les restes de* mail- 
vaises habitudes, les represaillcs. 

Fara taiza. a. Le dernier nourru*aon. 

Fara ibky, a. 1° Dernier mot, ultimatum, 
dernier avertissement ; 2* les dernieres 
volonies, les dernieres paroles d'un 
motiranl, d'un pariant; 3* les menaces 
a de mi-mot des superieurs, des amis; 
4* jeu des enfants se condamnant au 
silence. 

Fara tsbsa. a. Les dernicrs marches, les 
dernieres foires avant le Fandroana. 

Fara TsiNAiuE, a. Le coecum. 

Fara vady, anadAijy. Le frero est lo 
tcluge de sa soBur veuve ou renvoyee. 

Fara vody gilasy. Comrae Fan gilnsy. 

Faravato.n* Ij\.nga [Ijanga, nom d*un per- 
sonnage), a. et adj. Le dernier qui 
reste a laueer ou a tirer, le dernier 



palet, un coup de bonheur; decisif, der- 
nier, final. 

Fara valAla.s. Se dit de ce qui vient 
trop lard ou hors de saisou, les temps 
recules de l'avenir. 

Am-paravalala, ado. Dans un temps a 
venir. rccuie. 

Fara vava. Comme Fara hota. 

Fauavavy, s. La derniere lllle d'une fa- 
mille. 

Faravavi.m-tasasa, a#(/\ Se dit d'une fem- 
me ou d'un ouvrier, d'un ecrivain lent, 
qui n'acconiplit pas la taclie desaulrcs. 

Kara vaza.na. 8. La derniere des molui- 
res, les dents de sagessc. 

Faravazan-tany, 8. Le bout du monde, les 
conflns d'un royanme, d'un pays. 

Fara vooilanitra, a. L'Ik rizon visible. 

Fara vody lavaka, a. Lo riz du iond des 
trous; il est gat 6. 

Fara vody lalaka. Comme Vody liilana. 

Fara vo.sdANA, s. Le cinquierao jour 
avant le Fandroana, ou l'abatiage ties 
animaux etait perm.s; les boeufs qu'on 
luait alors. 

FARAFARA, 8. Lit, la boiscrie des 
i:ts. 

Farafaha mandkiia, a. Pliant, litdc voyage, 
lit a roulettes. 

Fahafara nandria.n* ny maty, a. Une veuve. 

Farafaran-tany, a. Terrain on amphi- 
theatre. 

Farafara tany, a. Lit en argile, en terre 
seche. 

Farafara vAro, a. Les etageres ou lits 
des morts dans les caveaux. 

Farafara vy, a. Lit en for. 

FARA et FARAFARA ( dupl. plus 
usile) ( «. Les stipulations, les obliga- 
tions, les conditions prealables it usi 
pacte, d'un contrat, les proliminaires 
d'un trade. 

Farafarana, Farafaraina, p. Ouon 
met des conditions prealables, des pro- 
liminaires. Farafarao, imp. 

Voa— , Noflnarafara, pp. Dent on a 
prononce les proliminaires, les con- 
ditions. 

Mamarafara, oa. Poser les preiimi- 
nairos, les conditions prealables, don- 
ner des instructions. Mamarafara, imp. 
Famarakaiia, h. Le sujet des instruc- 
tions, maniere de poser les prjliml- 
naires. 

Famarafarana, s. L'action de posur 
des proliminaires, les preiiminniros, les 
conditions, les stipulations. Amarafa- 
rana, re/. Amarvfarao, im >. 
Prend Milam—, Muinpifam— , Mam- 
nam—. 

aaha- • Qui stipule ou sait stipulcr. 

Farvfaran-talevana, 8. Accord, arrange* 
mont prdalable, provisoirc, avertisse- 
ment. 

FARAlNGO, 8. Croc, uqq gln.se ero- 
chuc, courbe. 



Digitized by 



Google 



PAR 



— 148 — 



FAR 



Faraing6ina, p. Ge qu'on rend crochu, 
comme un croc, un hamecon ; ce qu'on 
saisit avec un croc. Faraing<5y, imp. 

Afaraingo, p. A rend re crochu, avec 
quoi on saisit. Afaraing6y, imp. 

Voa— , pp. Rendu crochu, courb6; saisi. 

Mamar&ingo, va. Rendre crochu, cour- 
ber, plier ; saisir avec un croc. Mama- 
raing6a, imp. Famaraingo, 8. Ge qu'on 
courbe, maniere de courber. Mpama- 
raingo, 8. Celui qui courbe, qui fait des 
crocs. 

Famarain£6ana, s. L'action de cour- 
ber, de faire des crocs, 1'instrument ; 
Taction de saisir avec un croc. Ama- 
raingcJana, rel. Amaraing<5y, imp. 
Prend Mifam— , Mampifam—, Mam- 
pam— . 

Mi—, vn. Etre crochu. Fi— , s. I/dtat de 
ce qui est crochu. 

Fifaraing6ana, s. Le croc, le crochet. 
Ifaraing6ana, rel. 

M aha— • Qui rend crochu. 

Faraingoraingo, dupl. fr6q. dc Fa- 
raingo. 

FARALAMBOTRA, s. Norn d'un oi- 
seau aqualique. 

F A RAN A, s. Fin, terminaison, conclu- 
sion; action de rogner, do couper ce qui 
d6passe, d'egaliser, de iimer les dents. 

Faranana, p. Qu'on termine, qu'on 
conclut, a quoi on met Un, qu'on 
rogne, qu'on egalise, qu'on lime. Tsy 
nofarananao tsara ity boky ity. Vous 
n'avez pas bien roghe" ce livre. Tsy 
mbola nofaranako ny tsiny. Je n'ai pas 
encore rogne, egalise le bord de la nat- 
te. Nofaranako ny nifin' io tovovavy 
io. J'ai lim6 les dents de cette jouno 
fllle. Farano, imp. 

Voa—, Nofinarana, pp. Termine, con- 
clu, rogne\ lime\ 

Mamarana. va. Terminer, conclure, 
rogner, 6galiser, limer. Mamarana, imp. 
Famarana, s. Ce qu'on termine, maniere 
de terminer. Mpamarana, s. Celui qui 
termine, qui rogne. 

Famaranana, s. La terminaison, la 
fln, la conclusion, la peYoraison, action 
de rogner, d'egaliser, de limer, l'instru- 
ment. Amaranana, rel. Rahoviana no 
hamarananao ny raharaha? Quand ter- 
minerez-vous l'aflaire? Rahampitso no 
hamarananl8ika ny fanekena. Domain 
nous conclurons le contrat. Tsara loatra 
ny namaranany ny laha-teniny. La 
peroraison de son discours a »H6 magni- 
llque. Ny vato no amaranan'ny mala- 
gasy ny nifiny. C'est avec une pierre 
quo les malgaches liment leurs dents. 
Amarano, imp. 

Prend Mifam—, Mampifam—, Mam- 
pam— . 

Ml—, vn. Etre termini, conclu, rognG, 
egalise, lime\ Fi— , a. L'etat de ce qui 
est termine, rogne\ 



Fifaranana, 8. L'etat de ce qui est ter- 
mine, rogne. IfarXnana, rel. 

Maha— . Qui peut terminer, rogner. 

Faramparana, dupl. friq. de Parana. 

Farany, \° s. La fln d'uno chose, le 
bout, la terminaison. Mikasika ny fa ra- 
nt/ ny raharahantsika. Notre affaire 
touche a sa fin. Amv ny zavatra rehelra 
diniho ny farany. "En tout considerez 
la fin. Mipetraha eo amy ny faran' ny 
latabatra. Asseyez-vous au bout de la 
table. Rahefa mby amy ny farany atsi- 
nanana hianao... Lorsque vous serez ar- 
rive au bout dans Test... 2* adj. Der- 
nier. Izy no farany ao amy ny laklasy. 
II est le dernier de la classe. Amy ny 
andro farany gamy hovaliana araka ny 
nataony. Au dernier jour chacun sera 
puni ou recompense selon ses oeuvres. 
:i° adv. Enfin, en un mot. 

Faran' ny Aina, s. Le dernier enfant d'une 
femme. 

Faran' ny l6hany, s. Succession, con- 
tinuation de ce qui a pr6c£de\ 

FAR AN GO, 8. Instrument crochu, croc. 

gaffe. 
Farang6ana, Farang6ina, p. Ge 

qu'on accroche, ce qu'on saisit avec le 
crochet. Farang6y, imp. 

Afarango, p. A accrocher. Afaraxgoy, 
imp. 

Voa—, pp. Accroche, saisi. Voafaran- 
gori 1 ny hazo ny akanjoko. Mes habits 
ont et6 accrocnes par des branches. 
V oafarang on' ny fitrebika ny amalona. 
L'anguille a 6t<5 accrochee par le trident. 

Tafa— , p. Qui s'est accrocne\ 

Mamarango, va. Accrocher. Mamaran- 
g6a, imp. Famarango, s. Ce qu'on ac- 
croche, maniere d'accrocher. Mpamaran- 
go, s. Celui qui accroche. 

Famarang6ana, a. L action d'accro- 
cher, 1'instrument. Amarang6ana, rel. 
AmarangcW, imp. 

Prend Mifam—, Mampifam—, Mam- 
pa m — . » 

Ml—, vn. S'accrocher. Miparangoa, imp. 
Fi— , s. L'etat de celui ou de ce qui est 
accroche. 

Fifarang6ana, s. L'action do s'accro- 
cher. Ifarang6ana. rel. Ifarangoy, imp. 

Maha—. Qui accroche ou peut accrocher. 

Farangorango, dupl. fre"q. de Faran- 

Farangon' Il\il6za, s. fig. Quelqu'un 

qui a la main heureuse, qui ne manque 

pas son coup. 
Farangony Kaina, s. lit. Faux de Cain; 

fig. la faux de la mort. 
FARANTSA, s- Dollar espagnol, piece 

de cinq francs, piastre. 
Farantsa k£ly, s. Les petites pieces de 

monnaie. 
Farantsa voLAMfeN a, a. Piece d'or. 
FARANTSA, s. !• Classe d'enlployes 

servant de recors aux juges et aux au- 



Digitized by 



Google 



FAR 



— 149 — 



FAR 



tres officiers dal'Etat; 2 - especedo four- 
rier charge des clefs des poudrieres et 
do la distribution des poudres. 

FARA.RA, s. Trompette que les enfants 
fo'it avec I'dcorce ou la leuille de cer- 
tains arbres, la fouilledes arums et d'au- 
tresplantes. 

Faiiaran-tsaonjo, s. La feuille des colo- 
cacia encore roulee en spirale. 

Mamar&ra, vn. Etre ste>ile, rabougri, 
pique, se cJil des plantes. Famarara, s. 
La sterilite. 

FARANTSAY, s. Qtadj. Francais. 

FARARJ&MOTRA, s. Ride, etat de ce- 
lui qui a ie coeur gros, la larmo a I'oBil. 

Afarar6motra, p. A rider. Afararbmo- 
ty. imp. 

Tafa— , pp. Rid6, ayant la larme a I'ceil. 

Mi—, vn. Etre ride, etre sur le point de 

Eleurer. Mifararemota, imp. Fi— , s. 
a maniere de se rider. Mw- , s. Celui 
qui est sur Ie point de pleurer, dont la 
figure est ridee. 
Fifararem6tana, s. L'action de rider 
les traits. Ifararemotana, rcl. Ifarare- 
hoty, imp. 
Maha— . Qui ride ses traits. 

FARARY ( ran/ j, s. Qui est souvcnt 
malade. 

FARASlSA. Voy. Fara. 

FARATSAKA, «. Action de penetror 
dans, de deeamper vers, de se refugier. 
de torn be r dans. 

Faratsahana, p. Sur qui ou sur quoi 
on jette. Faratsaho, imp. 

Afaratsaka, p. A jeter sur ou dans. 
Afaratsaho, imp. 

Voa— , pp. Qu'on a jete, precipitin dans. 

Tafa— , p. Qui seat pr6cipit6 dans ou 
vers. 

Mi—, vn. Se refugier dans ou choz, se 
precipiier dans, se jeter dans, tomber 
dans. Natahotra izy ka nifaratsaka tao 
an-tranoko. II eufr peur etse rrtfugia chez 
moi. Nafana izy ka nifaratsaka tao ana- 
ly rano. II avait chaud et se preoipita 
dans 1'eau. Nifaratsa'ka lao anatirrny 
hady ny vato natorako. La pierre que 
jo lancai tomba dans le fosse. Ambini- 
na izy ka nifaratsaka taniiny nv zava- 
isoa reheira. II a do la chance et tous 
les bonheurs sont tombed sur lui. Mifa- 
ratsaha, imp. Fi— , s. Maniere de se 
preV-ipiler vers. Mpi— , s. CeRiiou cequi 
se precipilc vers. 

Fifaratsahana, s L'action de se pr£- 
cipiter vers ou dans. Ifaratsahana, 
ret. Iparatsaho, imp. 

Maha—. Qui se precipilc ou peut se pre- 
cipiier dans 

Faratsadratsaka, dupl. frtq. de Fara- 
isaka. 

FARAVODILANITRA, s\ L'hor'izon, 
lapartie du ciel touchant Thorizon. 



FARY, 8. Canne a sucre. Saccharum 
officinale, L. 

FARiPisdiTRA, s. Unevari6te de la canne 
a sucre. 

Farigasy, s. Canne blanche a ncauds rap- 
proch^s. 

Farihazo, s. Palmier qui ressemble a la 
canne. 

Farimainty, s. Herbe. Clematis saxico- 
la. H. et B. 

Farimanga, 8. Canne a sucre rougealre; 
mauvaise herbe des rizieres. 

Farimaola.s. Nom qu'on donne aux can- 
ues a sucre employees dans les ceremo- 
nies, soit de la circoncision, soit de la 
premiere coupe des eheveux d'un enfant. 

Farimaty, 8. Vigne vierge ou arabique. 
Clematis mauritianu, Lam. 

Farimbazaha, s. Canne a longs noeuds in- 
troduite par les Strangers. 

Fary mitety rbny, s. Publication, propa- 
gation d'un bruit, d'une nouvolle, sur- 
tout des medisancos, des calomnies, qui 
portent prejudice au prochain. 

FARiA, a. Vieux mot signifiant rizieie, 
elang a bords relevSs ; aujourd'hui il a 
le sons du mot suivant : 

Valamparia, 8. Les bordures en terre 
ele/vees autour des rizieres pour ymain- - 
tenir 1'eau. 

FARtDINA. Voy. Fara. 

FARlHY, s. Lac, etang. 

FARfMBONA, 8. Attaque, action d> ■ 
plusieurs ensemble. Nanao farimbori* 
asa ireo roa am by ny folo lahy. Ces 
douzo travailleurs ont convenu de be- 
ch'er u n jour pour Tun, un dutre jour- 
pour un autre. 

Mi—, vn. Agir ensemble, de concert, 
concourir au meme acto, au meme but. 
Ny mponina rehetra nifarimbona mba 
banenjika ny andian-tontakely. Tous les 
habitants s'unirent pour poursuivre la 
bande de voleurs. Nifarimbona nan- 
drilrany andro izy telo lahy. Durant la 
journee ils se sont unis tous les trois 
pour soulever lesmdmos mottes de ter- 
re. Nifarimbona nitoto vary izy roa. 
Ces deux lemmes ont pile ensemble le 
r»z dans le meme mortier. Mifarimb6xa, 
imp. Fi— , s. Maniere d'agir ensemble. 
Mw—, s. Ceux qui agisseut ensemble. 

Fifarimbdnana, s. L'action d'agir en- 
semble. Ifarimb6xana, rel. Ifarimb<5ny, 
imp. 

Maha—- Qui agissent ou savent agir en- 
semble. 

Farimbondrimbona, dupl. frfiq. de 
Farimbona. 

FARINA, adj. Enrou6, rauque. 

Maha—. Qui cause I'enrouement. 

Farimparina, dupl. dim. de Farina. 

Farim-pko, adj. Qui a la voix embarras- 
s^e, enrouue. Ilafarinam-peo. Enroue- 
ment. 



Digitized by 



Google 



FAR 



— t50 — 



FAR 



FARINA, a. Pellicule, petite croute de 
la figure, surtout du nez. 

FARINA, r. Constipation. 

Mi—, im. Etro constipe, se dit des cn- 
fants. Fi— , a. L'etat de celui qui est con- 
stipe. ##>*— , a. L'enfant qui est cons- 
tipe. 

Majoapif&rina, va. Constipcr. 

FARIStANA, a. Pbarisien. 

FARITRA, a. Trace pour limiter quel- 
que chose, encadmnent, borduro, de- 
limitation, contour, homes. Asivy fa- 
ritra ny lanimboly. Mettez une marquo 
pour delimiter le champ. Aiza ny fa- 
ritr' Imcrina ? Oil sont les bornes de 
Tlmerina ? 

Farltana, p. Qu'on circonscrit, qu'on 
limite. Farito, imp. 

Aiaritra,p. Avec quoi en circonscrit. 
Afarito, imp. 

Voa—, Noflnaritra, pp. Circonscrit, li- 
mite. 

Mamaritra, va. Circonscrire, limiter, 
border. Mamah(ta, imp. Fam aritra, a. 
Ce qu'on circonscrit, maniere de limiter. 
Mi'amaritra, 8. Celui qui circonscrit, qui 
limite. 

Famaritana, a. L'action de circonscri- 
re, de limiter, 1'inslrument. Amarita- 
na, rel. Amarito, imp. 
Prend Mifam— , Mampifam— , Mam- 
pam— . 

Mi—, vjn. et adj. Etre circonscrit, deli- 
mite ; qui a des plaques sur la peau. 
Ft— ,«. Maniere d'etre limite, circons- 
crit. Mi»i— , 8. Ce qui est circonscrit. 

Fifaritana, a. La limite, la demarca- 
tion. Iparitana, rel. 

Malta— . Qui circonscrit ou peut limiter. 

Fariparitra. dupl. fr4q. de Faritra. 

Fari-bava, 8. lit. Ce qui est oralement de- 
lini, tranche ; 1'expression des tlernieres 
volonles «!e quelqu'un, cession iegale et 
orale, soil du souverain, so it d'irn par- 
liculier. 

Finaui-bAva. Assigne, elabli, arrete, regie. 

Fari-b6dy, a. Le contenu couvrant a peine 
le fond d'un vaseou d'une me sure ; ac- 
tion de commencer un travail, une 
oeuvro. 

Faritam-body tfaritana, vody), p. Tra- 
vail qu'on commonce. 

Voapari-b6dy, pp. Travail commence. 

MAMARi-BdDY^va. Commencer 4in travail, 
une oeuvre ; qui couvre a peine le lond 
du trou a riz. 

Fabi-bodiny, adj. Qui couvre a peine le 
i^nd d un vase ; fig. pou. 

Fari-b6la*a, a. Halo, cercle, circonfe- 
rence, jeu des enfants s'amusant en 
rond. 

Fari-tany, a. Les limites des etats, des 
provinces ; les provinces, les etats eux- 
memes. 



Mamari-tany. Tracer, marquer les limi- 
tes; prendre possession d'un terrain, 
le delimiter, le marquer. 

FARiTSOKA (ritooka j. a. Badine- 
baguette, verge, cravache ; sifflemen 1 

, de la badine, de la cravache. 

K*rits6hana, p. Qu'on frappe avec la 
badine, la cravache, la mam Nofari- 
tsohaho karavasy ny soavaly. Je donnai 
des coups de cravache aucheval. Nofa- 
ritsohany tahamaina nv zanany. II 
.donna ua soulflet a son enfant. Farits6- 
hy, imp. 

Afarltsoka, p. Ce avec quoi on fustige. 
Afarits6by, imp. 

Voa—, pp. Fustige. 

Mamarltsoka, va. Fusliger, fouetter. 
Mamaritsoua, imp. Famar(tsoka, a. 
Celui ou ce qu'on fustige, maniere de 
fustiger. MpAXARfrsoKA.s. Celui quiftis- 
tige. 

Famaritsdhana, a. L'action de fustiger. 
('instrument. Amarcts6hana, rel. 
Prend Mifam—, Mampifam— , Mam- 
pam— . 

Ml—, vn. et adj. Sillier comme la ba- 
dine ; qui est droit, mince et flexible. 
Fi— , a. Le sifflemen t, la maniere de 
siffler. Mpi— , a. Ce qui siffle. 

Fifarits6hana, a. Le sifllement. Ifa- 
aiTsdiiANA, rel. 

Maha— . Qui fustige ou peut fustiger. 

Faritsodrltsoka, dupl. frtq. de Fari- 
tsoka. 

Faritso-kazo, a. Verge, baguette. 

FAR6FY ( rofy ), a. Maladif, habituel- 
lement malade. 

FAROMASO, a. Herbc. Espece de 
Thumbergia. 

FARdMBAKA ( rombaka ), r. Action 
de se precipiter plusieurs a la fois pour 
prendre quelque chose, pour faire un 
travail, pour purler. 

Mi—, va. et n. Se precipiter plusieurs a 
la fois pour prendre quelque chose, 
s'emprosser plusieurs a la fois pour fai- 
re un travail, se presser plusieurs a la 
fois pour parler. Nifarombaka ny voan- 
kazo ny ankizy. Les enfants se precipi- 
terent sur les fruita Nifarombaka ny 
borizany mba haka oyentany. Lespor- 
teurs se precipiterent pour prendre 
leurs paquets. Nifarombaka nakavary 
tany an tsaha izy rehetra. lis s'empres- 
saient tous d'aller chercher le riz a la 
riziere. Nifarombaka mba handaha-te- 
ny izy telo lahy. lis se pressaient tous 
les troU pour prendre la parole. Mipa- 
rombaha, imp. Fi— , a. Ce pour quoi on 
se precipite, maniere de se precipiter. 
Mpi—, a Ceux qui se precipitent 

Fifarombahana, a. L'action de se pre- 
cipiter plusieurs a la fois, le motif, 
I'objet, le lieu, le temps. Ifarombahama, 
rel. Nifarombahan' ny alika ny saka. 



Digitized by 



Google 



FAT 



— 151 — 



FAT 



Les chiens se pr£cipiterent sur le chat. 

Ifarombaho. imp. 
Maha— . Qui osent se precipiter. 
Farombadrombaka, dupl. dim. de 

Farombaka. 
PAR6RATRA, s. Fil t6nu produit par 

l'allougement ou la separation de ma- 

tieres visqueuses, les fils desaraignees 

et des vers a soio. 
Mi—, vn. Etre visqueux, gluant, s'allon- 

ger commc les raatieres visqueuses. 

Fi— . 8. Viscosity. Mpi— , 8. Ce qui est 

visqueux. 
Fifaroratana, s. L'allongemcnt, Tac- 
tion de filer comme les araign£es. Ifa- 

RORATANA. tel. 

Maha—. Qui file ou peut filer. 
Faroradr6ratra, dupl. frdq. de Faro- 

ratra. 
Faroha-bava, «. La salive visqueuse qui 

s'attache aux levres, surtout le matin. 
Faroba-dandy, 8. Les fils gluanls des 

cocons. 
Fahohi-damtra, s. Fil de la Vierge; nua- 

ge floconneux, cirrus. 
Mamar6ratra, adj. Gluant, qui s'allonee, 

se dit des malieres- visqueuses et aes 

nuages. 

F As AN A, 8. Gaveau, mausolee, torn- 
beau, tombe. 

Fasab-bao, 8. Tombeau neuf, ou personae 
n'a 6te placed 

Fasam-bazimba, 8. Tombeaux des Vazimba 
ou census contenir leurs restes. 

FaSAMPASANA, K1FASAMPASANA, TS1FASAM- 

pasana, s. Jouet d'enfants simulant de 

petirs tombeaux. 
Fasam-poana, 8. L'entre-deux des poites 

d'un caveau. 
Fasax'ky ntaolo, 8. Les tombeaux des 

ancdtrcs. 

FAS&HINA (fasika), adj. Sablonneux, 
rugueux, qui a do peliles asperit^s ou 
eruptions cutanees. 

Fasipasbhina, adj. Granulenx, rude au 
toucher ou a la languc. 

FASIKA, s. etaa\j. Sable; fig. innom- 
brable ; mensonge ( sens nouveau ). 

Fasi-polaka, s. Sable mouvant dans le- 
quel on senfonce facilcmont. 

FASINA, 8. Ancienne prononciation dn 
Fasana 

FASINY et FASIN-KiRA, *. Bary- 
tcn. 

FASITARA, 8. Un menteur. 

FATANA, 8. At re, foyer, fourncau, poe- 

le, r^cbaud. 
Fatam-bv, 8. Kourneau de fer. 
Fatany, *. Bassinet du lusil. 

FATAMBARY ( corruption de Fatram- 
bary ), «. Petite mesure de la ration de 
riz habiluelle, mesure des marcbands 
de riz on derail. 



FATATRA. Gomme Fatratra. 

FATY, 8. !• Un mort, un cadavre; un 
animal creve, charogne, signifie quel- 
quefois la mort olle-meme. Paty manao 
ahoana tamin* io ady io! Que de morts 
il y a eu dans cette bataille! Maimbo 
sahady ny fatiny. Son cadavre sent deja 
raauvais. Misy faliri alika ao. II y a la 
un chien creve. Faty hita ka mbola 
mandroso hiany hianao. La mort vous 
attend et vous osez encore vous aven- 
turer. 2* Perte au jeu, dans le com- 
merce. Hoatrinona ny fatinao amy ny 
loka? Combien avez- vous perdu au jeu? 

Maha—, ra. et adj. f Tuer, pouvoir 
tuer, donner la mort, mortel. Nahafaty 
olona iray izy. II a lue une personne. 
Tsy mahafaty ny mamba ny bala. Les 
balles nc peuvent tuer un caiman. Ma- 
hafaty tena ho any ny zanany izy. II se 
tue pour ses enfants. Tsy hahafaty azy 
io aretina io. Gctte maladie ne lui don- 
nera pas la mort . Mahafaty io poizina 
io. Ce poison est mortel. 2* Gagner au 
jeu, au commerce, gagner un pari. Iza 
no nahafaty taminareo roa lahy? Quel 
est celui de vous deux qui a gagne au 
jeu? Nahafaty ariary teloalio tany an- 
tsena. J'ai gagne trois piastres au mar- 
che\ :*• Eteindre, effacer, enlever la for- 
ce, abimer, faire tomber en d6su6tude. 
Nahafaty ny jiro ny rivolra. Le vent 
a eteintlachandelle. Inonano?ia/»a/af?/ 
io soratra io? Qu'est-ce qui a efface cette 
6crituro? Inona no nahafaty ny fofon' 
ity toaka ity? Qu'est-ce qui adiminue 
la" force de ce rhum? Nahafaty ny 
vary ny rano. I/eau a abime le riz. Ny 
ranonorana no nahafaty io hoso-doko 
io. La pluio a abimd cette peinture. Ny 
elano nahafaty izany foraba izany. Le 
temps a fait tomber en desuetude cet 
usage. 4* Ereinter, assommor, empes- 
ter, £toufler. Mahafaty Uy flakarana 
ity. Cette mont^e ereinte. Mahafaty ny 
hafanana. La chaleur est assommante. 
Mahafaty ny fofon* io fatim-biby io. 
Cette charogne empeste. Mahafaty iza- 
ny setroka izany. Cette fumSe est etouf- 
fante. Mahafatesa, imp. Faha— , s. 
Maniere do tuer, de mourir. Mpaha— , 
s. Celui ou ce qui donne la mort. 

Fahafat6sana. s. L 'action de tuer. de 
faire mourir, d'abimer, la mort, l'ins- 
trument, le lieu, le temps. Anjarantsika 
ny fahafatesana. Nous sommes des- 
tines a la mort. Ahafatesana, rel. Na- 
hafatesanay I'olo ny fahavalo. Nous 
avons tue dix ennemis. Ny tahotra no 
nahafatesany. II est mort de peur. 
Omaly no nahafatesany. II est mort 
hier. Nahafatesan' ny ranouorana be 
dia beny vary. La pluie a abime beau- 
coup de riz. Ahafateso, imp. 

MaiiafatifAty, adj. Aimable, gentil, ra- 
vissant a croquer, se dit des eniants* 



Digitized by 



Google 



FAT 



— \ol 



FAT 



Faty antoka, 8. Porte, suitout dans le 

commerce. 
Faty bb. Uq crime, un d61it commis par 

ud grand nombre do corapuces. 
Faty be mora efaina. On se tire faeile- 

ment d'une affaire ou il y a boaueoup 

do complices compromis. 
Faty hamna et Faty an-kanina. adj. Gou- 

lu, qui no partage pas. 
Faty hita, s. Mort visible, danger immi- 
nent. 
Fatim-dalala, s. Grande mortalite, en 

grand nombre. 

FATITRA, r. ScariUcation, incision jus- 

qu'au sang. 
Fati-b6lo, s. Chcveux qui tombcnt sous 

le peigne, se meltent en pelote. 
Fati-dra, 8. Frere par lo serment du 

sang; action de so tirer mutuellement 

du sang, et de le boire, pour se jurer 

amitie. 
Manao fati-dra. Faire le serment du 

sang. 
Mifamati-dra. Se faire freres de sang, 

etre freres de sang. 
Fatitrahitra. Comme Fatotraditra. 
Fatitr' amalona, 8. Une rondelle ou tron- 

con d'anguille couple. 

FA.TOTRA, s. Etat de ce qui est lie", 
attache, garrotte, enchaine. Hatsy fato- 
tra ny mpangalatra fca nandositra. Le 
voloura 6te mal attache ct s'est enfui. 

Fatorana, p. Qu'on lie, qu'on enchaine. 
Fat<5ry, imp. 

Afatotra, p. Qu'on lie, qu'on attache, 
cequisert a attacher. Afat6ry, imp. 

Voa—, Noflnatotra, pp. Qu'on a lie, 
enchai )6, garrotte. 

Tafa— , p. Qui est lie, enchaine\ garrot- 
te. 

Mamatotra, va. Lier, attacher, enchai- 
ner, garrotter. Mamat6ra, imp. Fama- 
totra, 8. Ce qu'on enchaine, maniere 
de lier. Mpamatotra, s. Celui qui en- 
chaine, qui lie. 

Famatorana, s. Lien, corde, chaiue, 
action d'attacher, d'enchainer, de gar- 
rotter. Anatorana, rel. Inty ny kofehy 
hamatorana ny entana. Voici une corde 
pour attacher les paquets. Tapaka ny 
lady namatorako ny soavaly. La corde 
avec laquelle j'ai attache le chcval est 
cass6e. Kojovy no namaforana azy. On 
t'a attache avec une chaine, on l'a en- 
chained Amat6ry, imp. 
Prend Mifam— , Mampifam—, Mam- 
j)am — . 

Mi—, vn. Etre lid, attache, amarre\ gar- 
rotte, enchaine\ Mifatotra amy ny andry 
ny mpangalatra. Le voleur est amarre' 
a la colonne. Fi— , s. Etat de celui qui 
est attache. Mpi— , s. Celui ou cequi est 
attache. 

Fifatdrana, 8. L'etat de celui ou de ce 
qui est attache^ enchaine, la cause, le 
Ueu. Ipat<5raj«a, rel. 



Maha— . Qui pout attacher ou sufHt 
pour cela. 

Fatopatotra, dupl. fr6q, de Fatotra. 

Mifatopatotra, vn. Slentrelacer, fitre 
embarrass^, embrouille dans ses paro- 
les. Mifatopatotra ny vahy. Leslianes 
s'entrelacent. Mifatopatotra ny lelany. 
II est embarrasse pour parler. Mifaio- 
palotra ny teniny. II est embrouill6 
dans son tankage. 

Fat6rasa, 8. Lien, chaine, corde; les gens 
enchain6s avant le jugement. 

Fato-dAva, 8. Prisonnier ddtenu sur pa- 
role. 

Fatotrahitra, s. Espece de petite herbe 
qui s'entrolace. 

FATOTRA, s- Indigo prepare en pain 
ou en gateau. 

FATRA, s. Mesure de capacite, action 
de mesurer. 

A fatra, p. A mesurer, qu'on mesure, 
qu'on paie, qu'on fait payer. Afaro, imp* 

Voa—, pp. Mesure; jig. paye. 

Mamatra, va. Mesurer; fig. payer, re- 
cevoir le paiement d'une creance. Tsy 
mbola namatra ny volako izy. II n'a 
pas encore pay6 ma creance. Tsy mbo- 
la namatra ny volako aho. Je n'ai pas 
encore recu le" paiement de ma creance. 
Mamara, imp. Famatra, 8. Ce qu'on 
mesure, maniere de mesurer. Mpama- 
tra., 8 Celui qui mesure. 

Famarana, s, L'action de mesurer, de 
payer, do faire payer, la mesure, le 
lieu. Amarana, rel. Ily sobiky ity no 
hamarantsika ny vary. Nous mesuro- 
rons le riz avec cette corbeille. lo ny 
lanimbary amarako ny volanao. Voila 
la riziere que je vous donne comme 
paiement de votre creance. Amauo, imp. 
Prend Mifam—, Mampifam—, Mam- 
pam— . 

Maha—. Qui mesure ou pout mesurer. 

Fapatra, dupl. fr6q. de Fatra. 

Mifatra, adj. Mesure\ qui a 6te" raesure\ 
Vary zalo mifatra no vokatro. Ma r6- 
colte est juste de cent vary. 

Tonga fatra. adj. Qui remplit la mesure. 

Fa-uary, s. Mesurage de riz. 

Fa-draso, s. Mesurage de I'eau, des li- 
quides 

Fa-ts/ra, 8. Mesurage du sel. 

Mipamatra amy n^masoandro. Se dit d'u- 
no affaire ou d'un vovage qui commence 
au lever du soleilet unit a son coucher. 

FATRAlNA, s. Arbrc dont l'dcorco 
est employee pour donner un arome au 
rhum. 

FATRANA, s. Un espace d6couvert, 
denude dans la foret ou au dela de la 
foret. 

FATRATRA, 8. Action de pressor sur 
la mesuro, sur le contenu, ue fourrer, 
de bourrer, de lancer un coup. 

Fatrarana, p. Dans quoi on bourre, 



Digitized by 



Google 



FAT 



153 



FEF 



a qui on fourre. Nofatrarako vary efi- 
traoo anankiray. J'ai bourr£ une cbam- 
bre de riz. Nofatrarako totohoudry 
izy. Je lui ai fourre un coup de poing. 
Fatraro, imp. 

Afatratra, p. Qu'on presse, qu'on bour- 
re, qu'on fourre. Afatraro, imp. A(a- 
traro tsara rty vilona. Pressez bien 
Iherbe. 

Voa— , )jp. Dans quoi on a bourre, a qui 
on a fourr6; presse, bourre, fourre. 

Tafa— , p. Qui est serre\ bourre\ tasse\ 

Mamatratra, va. Pressor, bourrer, 
tasser, fourrer. Mamatrara, imp. Fa- 
hathatra, s. Ce qu'on bourre, maniere 
de presser. Mpamatratra, s. Cclui qui 
bourre, qui presse. 

Famatrarana, a. Action depressor, de. 
bourrer, de tasser, de fourrer, le lieu. 
Amatrarana, ret. Amatraro, imp. 
Prend Mifam— , Mampifam— , Mam- 
pa m— . 

Mi—, vn. Etre serre, se serrer, £tre bour- 
re, tasse, se tasser. Mifatratra ao an- 
trano ny olona. Le monde est serr6 
dans la* maison. Mifatratra ny tany 
azoo* ny ranonorana. La terre se tasse 
a cause de la pluie. Mifatrara, imp. 
Fi— , s. L'etat compact, manidrc do se 
serrer. Mpi—, «. Ce qui est serre ou qui 
se serre. 

Flfatrarana, s. L*action de so serrer, 
de se tasser, le lieu, la cause. Ifatra- 
rana, rel. Ifatraro, imp. 

Maha — • Qui bourre ou peut serrer. 

Fatrapatratra, dupl. de Fatratra. 

Fatra-maina, s. Action de manger le riz 
sec. 

Fatra-tsaosjo, adj. Entasse, farci. 

Fatra-po\ 8. Confiance illimiteo. 

Mahafatra-po, adj. En qui on so confle. 

FATRATRA, adj. ct adv. So dit de 

toute quality et de toute action bonne 

ou mauvaise, pouss£e ou porlee a un 

haul degre. 
Fatra-panda, adj. Qui nie avec obstina- 

tion. 
Fatra-piahiahy, adj. Soupconneux, qui 

craint d'etre ensorceld, emnoisonne. 
Fatra-piasa, adj. Qui travaillo avec ar- 

deur. 
Fatba-pifbhy trano, adj. Qui lerme bien 

sa porte par crainte des voleurs ; fig. 

qui croit tout le monde voleur. 
Fatra-pit(a, adj. Qui aime avec passion. 

FATRIF6TONY ( corruption de Fa- 
trafotony ), 8. Maniere de tresser les 
cheveux* en les bouclant tres pres de 
la peau de la tele. 

FATRiTRA. Comme Batritra. 

FATRO et FATROFATRO, adj. 

Plein, dodu, gros et gras comme des 

en fants. 
FATS AKA, a. Plomb de cbasse. 



FAtSAKA, adj. Roue, ruse, intelligent. 

Fatsadahy, adj. Malin. 

Fatsa-droa b6uo^ adj. D'un talent supe- 

rieur. 
FATSAKA. Comme Fetsaka. 
FATSAFATSA, adj. Babillard, qui 

parle a tort et a iravers. 
Ml— , vn. Bavarder, parler a tort et a 

travers. Meme sens que Vatsavatsa. 

FATSY (pour Fantsy), a. Ergot, eperon 

de ccq. 
FatsiHainty, 8. Nom dun arbuste epi- 

neux. 
Fatsinakoholahy. Yoy. Fantsy. 
Fatsinkkna.s. Nom d'une partio du bouuf. 
FATSIFATSY, r. Perle\ granuleux. 
Mi—, vn. Eire granuleux, non coagule. 

Fi— , s. L'etat de ce qui est granuleux. 

Mpi—, 8. Ce qui est granuleux. 
FATS6RA, s. et adj. Craqueur, ha- 

bleur, trompeur. 

FA, s. Cuisse, 

Fenakoho, s. Les cuisses des poules, part 
que les parents donnent aux enfants; 
les 6trennes d'argent ou d'autres ehoses 
donnees aux enfants $l Tepoque du Fan- 
droana ; espece d'arbuste. 

Fem-dasy, 8. Le chieu du fusil. 

FB, c. Se place entro un nom, un adjec- 
tif ou un vorbe qui se repete, et lui 
donne le sens adverbial de : a peu pres, 
comme ci comme ca, un peu, pas trop, 
par acquit, sans zele. avec indifference. 
Trano fe trano io. Cost une case 
comme ci comme ca. Mozoto fe mazoto 
izy. II est un peu zele, pas trop zele. 
Olona fe olona izy. C'est un individu 
comme ci comme ca, un peu bete, un 
peu inabordable. Manao fe manao. 
Faire a peu pres, par maniere d'acquit. 
Homana fe homana- Manger sans gout. 

F^iFY, s. Haie, palissade, cloture, bar- 
riere, se dit de tout ce qui sert de de- 
fense, dc protection au physique et au 
moral. 

Feffena, p. Ou on met une barnere, 
qu'on defend, qu'on protege. Fefbo, 
imp. 

Aftfy, p. Avec quoi on defend, on pro- 
tege. Afkfeo, imp. 

Voa— , Noflnefy, pp. Palissade, de- 
fendu, protege. 

Mamefy, ra. Entourer d'une haie, d une 
palissade, d'une cloture, mottre une 
barriere, palissader, cloturer, defend re, 
proteger. Tokony hamefy ny tanimbo- 
linao hianao. II est bon d'entourer d une 
haie, d'une pnlissade, d'une cloture vo- 
tre champ. Hamefy ny foto-kate alio 
mba tsy huliran'nv ankizy. Je vais met- 
tre une barriere autour des cafeiers pour 
em pec her les en fan Is d'y aller. Misy 
hady mamefy ny tanana. II y a un 
fosse qui protege le village, fsamefy 



Digitized by 



Google 



FEP 



154 



FEH 



ahy tsara ny mpisolo vava. L'avocat m'a 
bien defenau. Mamefe, imp. Famkfy, s. 
Ce qu'on enclot, maniere de defendre. 
Mpamefy, 8. Celui qui palissade, un 
avocat, un protecteur, un patron. 

Famefena, 8. L'action d'en tourer d'une 
cl6lure, la defense, la protection. Ame- 
f6na, rel. Ambfeo, imp. 
Prend Mifam—, Mampifam—, Mam- 
pam— . 

Mi-—, v n. Eire entoure d'un c!6ture, etre 
ou se mettre sous la protection de. Mi~ 
fefy tsara ny toko tan y. L'em placement 
est entoure d'une bonne cloture. A/i/fe- 
fy amy ny reniny ny zaza kely. Lc 
petit enfant se met sous la protection 
de sa mere. Mifbpe, imp. Fr— , 8. L*6tat 
de ce qui est entoure d'une cloture, 
maniere de so mettre sous la protection 
de. Mpi— , s. Celui ou ce qui est entoure, 
protege, le client. 

Fifefena, 8. La maniere d'etre entoure, 
Taction do se mettre sous, la protection 
do... Ifefexa, rel. Ifefeo, imp. 

Malta— . Qui sert ou peutservir de clo- 
ture, qui defend ou peut defendre. 

Feflf6fy, dupl. de Fefy. 

Fbpil6ha, s. Digue do rivieres. 

Fefim-b6ly, 8. Cloture, baie de plantation. 

Fefy tanana et Fepin-tanana, 8. Action 
de se cachcr la figure avec les mains. 

Fefy vato, s. Enclos, muren pierres. 

Fbfy v6dy, «. Action de conserver les 
bions acquis par les devanciers, de les 
augmenter sans y toucher. 

F6IV. Sedit par extension du boeuf tue 
a la fin des lunerailles. 

Mifefy, adj. Se dit des ceremonies fu- 
nebres termin£es par I'occision du boeuf. 

F&FIKA, ad/. Echoue, brise sur les 
iGeifs, sur le rivage ; brise, casse 
comme la coque des oeufs, les coquil- 
lages; ruine, frustr6; fig. s. action de 
frapper avec le poing ferme. Fefika tao 
amoron-drano ny sambo. Le navire a 
echoue sur le rivoge. Fefika ny atody. 
L'oeuf est casse. Fefika io lebilahy io. 
Cet hommo est ruineV 

Fefdhina,p. Coquille qu'on brise, qu'on 
casse; qu'on frappe avec le poing. Fe- 
feho, imp. 

Af6flka, p. A faire echouer, avec quoi 
on donne un coup. Afefeho, imp. 

Voa—, pp. Qu'on a fait echouer, casse, 
frappe. 

Tafa— , p. Qui s'est Echoue. 

Mameflka, va. Faire echouer, briser, 
casser. miner, frapper. Namefika ny 
sambony ny kapiteny. Le canitainc a 
fait echouer son navire. Mamefbha, imp. 
Famefika, 8. Ce qu'on brise, maniere 
de casser, de frapper. Mpamkfika, a. 
Celui ou ce qui fait gchouer, celui qui 
casse, gui frappe. 

Famefenana, s. L'action de faire 
Echouer, de briser, de ruiner, de frap- 



per. Ambf^hana, rel. AmBfeho, imp. 

Prend Mifam—, Mampifam-— , Mam- 

pam— . 
Ml—, va. S'echouer, se briser. Mifbf£ha, 

imp. Fi— , «. Maniere de se briser. 

Mpi—, 8. Celui ou ce qui s'echoue, qui 

se brise. 
Fifef&hana, 8. L'action d'echouer, de se 

briser, le lieu. Ifefehaxa, rel. Ifepbho, 

imp. 
Maha— . Qui fait echouer ou peut faire 

echouer. 
Fefip6flka, dupl. freq. de Fefika. 

F&HANA, 8. Especc de Vero. Andro- 
potjon nardus, L. 

F&HY, 8. L'action de lier, d'atlacher, 
d'amarrer, no?ud; ceux qui dependent 
d'un chef ou d'un chef-lieu. Ratsy fehy 
ny kitav ka nihahaka. Le bois de chauf- 
fage a e"te mal li6 et il s'est dparnille. 
Ataovy fehy songory ny vozon'akanjoko. 
Faites un noeud coulant au cou do ma 
robe. Ataovy fehy maty, fehy vola ny 
entana. Faftes un noeud solide aux 
paquets. Tsy fehiriny governoranareo 
ity tanana ity. Ce village no depend pas 
de votre gouverneur. 

Feh6zina, p. Qu'on lie, qu'on attache, 

3u'on gouverne, qui depend de, subor- 
onne. Mahay mitondra ny olom-pe/ie- 
ziny izy. II sait bien gouverner sos 
subordohnes. Fehezo, imp. Fchezo 
tsara ny entana. Altachez bien les pa- 
quels 

A fehy, p. Qu'on lie, qu'on attache, ce 
qui sert a attacher. A fehezo, imp. 

Voa—, Noflnehy, pp. Lie, attache; 
gouverne, regi par. 

Mamehy, va. Lier, amarrer. Mamehkza, 
imp. Famehy, 8. Ce qu'on lie, maniere 
d'amarrer. Mpamehy. s. Celui qui lie. 

Faipeh6zana, 8. L'action de lier, la 
cordo. Amehezana. rel. Amehezo, imp. 
Prend Mifam— , Mampifam—, Mam- 
pam— . 

Mi— , va. el n. Lier, attacher, gouverner, 
administrer, conduiro; etre lie. Mifehy 
tsara ny vahoaka izy. II g«uvonie bien 
lc peuj.de. Mipeheza! imp. Fi— ,8. Manie- 
re do her, 1'etat de ce qui est lie. Mpi—, 8. 
Chef, commandant, eouverneur, inten- 
danr,. serveillant, celui qui lie. 

Fifehezana, 8. L'action de lier, d'at- 
lacher, de gouverner, d'administrer. le 
gouvemement, 1'administration, la dis- 
cipline. Ratsy ny fifehezan' ny lehibe, 
Les chefs gouvernent mal, administrent 
mal. Tsara ny fifehezana ataon'ireo ray 
aman-dreny ireo amy ny zanany. La 
maniere dont ce* parents gouvernent 
lours enfants est bonne. Ny mpianatra 
tsy maintsy liana raka ny fifehezan ny 
mparapianatra. Les Aleves doivent sin- 
vre la discipline imposeo par le mailre 
d'ccole. Ifehkzana. rel. Ifehezo, imp. 
Prend Mampi— , Mifampi— . 



Digitized by 



Google 



FEL 



— 155 — 



FEL 



Maha— . Qui peut lier, commander, 
gouverner, administrer. Tsy mahafehy 
ny zanany izy. II ne sail pas gouver- 
ner ses enfants. Tsy mahafehy tena 
izy. II ne sail pas so gouverner, so con- 
ten ir. 

Fefeifehy, dupl. dim. 

Fbhbzana, 8. Petit paquet. Fehezan-ga- 
lety. Un paquet de journaux. 

Fbhbzam-bary, s. Un gateau de Hz. 

FBHiKfBO et FsHiN-Kfoo, s. Ceinture, san- 
gle, ceinturon. 

Fehilkfitra, 8. NoBiid de la cravate. 

Fehjloha, a. Couronne, bandeau. 

Fehimaty, a. Noeud solide; fig. contrat 
indissoluble. 

Fbhim-barIka, s. Cercle des barriques, 
ptintbe de mur. 

Fbhix-jazavavy, a. Dot des fllles. 

Fehik-kapa, a. Lien, courroie, laniere des 
sandales. 

Fbhix-tanana, a. Bracelets. 

Fbhw-t£ky, 8. Conclusion du di scours, de 
cequi aeie dit. 

Fkhin-to'kgotra, 8. Anneaux, ornements 
passes au-dessus de la cbeville du pied. 

Fehim-tsatroka, 8. Cordon de chapeau. 

Feb* tanana, 8. Honoraire des devins, des 
ttopiriques. 

Mambhy taxana. Recommander fortement, 
expressement. 

Fbhitbnda et Fbhix-tsnda, 8. Cravate, 
fichu. 

Fehitratra, 8. Fluxion de poi trine, pleu- 
resie. 

Febivava et Fbhivavany, a. Cercle des 
bords, action dim poser ou de demander 
le secret, chaine d'argent avec laquelle 
on attachait la bouche d'un inort ; en- 
gagement pour un certain temps d'un 
meuble ou d'un immeuble jusqu' a re- 
version de Tarrant donne comme cau- 
tion, jeune prolonge; ftp. contrat dis- 
soluble. 

Mambhy vava. Avancer de l'argent pour 
jouir d'un meuble ou d'un immeuble 
durant un certain temps, im poser le 
secret. 

Mifbby vAya. Jeuner, ne pas manger 
durant un certain temps. 

Fbhivavan-tAxy, 8. Le prix d'un terrain 
engag6. 

Fbhiyolo, 8. Les cheveux r6unis en une 
seule toulfe sur la nuque durant le 
petit deuil. 

Fbrivozona, 8. Collier. 

Fbhiz6ro, 8. Pierre angulaire. 

Mambhy pbry. Bander une plaie. 

Mambhy tbna. 8'engager. Famehezan- 
tena. Engagement, promesse. 

FBHIZAT. Comme Fahizay. 

FELATANANA, s. La paurae de la 
main ; fig. les biens acquis par le travail. 

Am-pblatamana. Entre les mains, dont on 
peut disposer. 



Fblatanana mila zara. Comme Tondro 
mila zara. 

FELAB6RONA, s. Arbre. Espece de- 
Cupania. 

FEL AMBAHIKA, s Arbuste. Diony- 
chia Bejeri, Naud. 

F.&LANA, 8. Coquillage servant d'or- 
nementaux Sakalaves. 

Ffil^ANA, r. Epanonissement des 
fleurs, action de donner de belles paroles, 
de promettre, de se porter caution, de 
repondre de I'execution. 

Mi— , vn. Donner de belles paroles, pro- 
mettre d'exdeuter; s'epanouir. Mipbla- 
na, imp. Fi— , s. Maniere de promettre, 
dex6cuter. Mpi—, a. Celui qui donne 
de belles paroles. 

Fifelanana, s. L'action de donner de 
belles paroles, de promettre d'executer. 
Ifblanana, rcl. Jfelano, imp. 

Felamp£lana, dupl. fr&q. de Felana. 

Mame*lana, adj. Qui s'epanouit, se dit des 
fleurs. 

F&LIKA, 8. Contour, devour, circuit. 
Voy. Sapelika. 

Fel6hina, p. Pour quoi on fait des de- 
tours, des circuits. Feleho, imp. 

Af&lika, p. A quiou a quoi on fait faire 
des ddtours. Afbleho, imp. 

Voa—, pp. Pour quoi on a fait des de- 
tours. 

Tafa— ,p. Qui a fait des detours. 

Mi—, vn. Faire des detours, des circuits. 
MipbuSha, imp. Fi— , a, Maniere de se 
detourner. Mpi—, 8. Celui qui se d6- 
tourne. 

Fifelehana, a. L'action de se detourner, 
l'endroit du detour, 1'embranchement 
du chemin. Ifelehana vol. Ifbleho, 
imp. 

Maha—. Qui detourne ou peut faire de- 
tourner. 

Feiipelika, dupl. 8. Zigzag, tortuosite, 
action de serpenter, de s'agiter comme 
la queue des chiens; fig. paroles deiour- 
nees, ambigues. 

Felipelehina, p. Qu'on agite, qu'on en- 
tortille. FelipblSho, imp. 

Afelipelika, p. A faire serpenter, a 
agiler comme la queue d'un chien. 
ApRLiPELiino, imp. 

Voa—, pp. Agite, remue, qu'on a entor- 
tilie. embrouilie. 

Tafa—, p. Qui s'est ag'06, remue. 

Mamelipeiika, va. Agiter, remuer, en- 
tortiller, embrouiller. MamelipeLika ny 
rambooy ny alika. Le chien remne la 
queue. Namelipelika ny hevitro ny teny 
nataonao. Ce que vous "avcz dit a em- 
brouilie mes ia6es. Mamblipbleha, imp. 
Famelipelika, 8. Ce qu'on agite, manie- 
re de faire serpenter. Mpamblipelika, s. 
Celui qui agite, embrouilie. 

Famelipelehana, a. Agitation, Taction 



Digitized by 



Google 



FEN 



— 156 



FEN 



d'embrouiller. Amelipblbhana, rel. Amb- 
lipeleho, imp. 

Prend Mifam—, Mampifam—, Mam- 
para—. 

Mi—, vn. Etre en zigzag, serpenter, faire 
des detours, des circuits, s'agiler, re- 
rauer, s'entortiller, user d'ambages, de 
paroles am bigues. Mifelipelika ay la- 
laua. Le chemin fait des detours, des 
circuits. Nifelipelika tany andrefana 
izy. II est alle faire des circuits du c6t6 
de l'ouest. Mifclipelika lalandava ny 
rambony. Sa queue remue sans cesso. 
Mifelipelika toatra izy raha miteny. II 
se sert trop de paroles arabigues dans 
son langage. Mifelipeleha, imp. Fi— ,s. 
Zigzag, maniere do serpenter. Mpi— , s. 
Celui qufusede detours, co qui serpento. 

Fifelipelehana, s. L'action d'user de 
detours, de s'agiter, de serpenter. Ifb- 
lipelehana, rel. Ifelipeleho, imp. 
Prend Mampi— , Mifampi— . 

Maha— . Qui fait serpenter, qui pout 
embrouiiler. 

F&MPINA, adj. Obstrue, bouche. 
Fempenana, p. Qu'on obstrue. Fempe- 

no, imp. 
Afempina, p- Avee quoi on obstrue. 

Afemp£no, imp. 
Voa—, pp. Obstrue, bouch6. 
Mamempina, va. Obstruer, Termer. 

Mamempena, imp. Famempina, s. Ge qu'on 

obstrue, maniere de boucher. Mpamem- 

pina, 8. Gelui qui bouche. 
Famempenana. L'action d'obstruer, de 

former. Amempenana, rel. Amempeno, 

imp. 

Prend Mifam—, Mampifam—, Mam- 

pam— . 
Maha—. Qui obstrue, qui peut boucher. 
Fempimpempina, dupl. Jre'q. de Fem- 

pina. 

FENDROF&NDRO, s. Etat de celui 
qui est sur le point de pleurer. 

Fendrofendroina, p. A qui on fait ve- 
nir les larmes aux yeux. Kendrofen- 
dr6y, imp. 

Voa—, pp. Attrist6, rendu triste. 
* Mamendrofendro, va. Contrister, ve- 
xer, agacer de maniere a fairo pleu- 
rer. Famenurofendro, s. Celui qu'on 
vexe, maniere de contrister. Mpamendro- 
pendro, 8. Celui qui contriste. 

Famendrofendrdana, 8. Vexation, ac- 
tion de contrister, de laire venir les lar- 
mes aux yeux Amendrofkndu6ana, rel. 
Amendrofendiu3y, imp. 
Prend Mifam—, Mampifam—, Mam- 
pam— . 

Mi—, vn. Avoir les larmes aux yeux, 
etre sur lo point de pleurer. Mifenuro- 
fendroa, imp. Fi— , s. L'etat de celui 
cjui est sur le point de pleurer. Mpi—, s. 
Celui qui est souvent sur le point de 
pleurer. 

Fifendrofendrdana, s. L'etat de celui 



qui a les larmes aux yeux. Ifendrofen- 
dr<5ana. rel. Ifkndrofbndr(5y, imp, 
Prend Mampi—, Mifampi—. 

Maha—. Qui cqntriste ou peut contrister. 

FjfcNDROTRA, 8. Action de se ratati- 
ner, de contractor, de rider les traits 
comme les enfants sur le point de pleu- 
rer. 

Afendrotra, p. A rider. Afendu6ty. 
imp. 

Voa—, pp. Ratatine, ride. 

Mi — , vn. Se ratatiner, se contractor, se 
rider, etre sur le point de pleurer. Afi- 
fendrolra ny hoditra raha azon' ny afo. 
La peau so ratatine au feu. Mifendrolra 
ny haadrin' ny antitra. Le front des 
vieuxse ride. Mifbndr6ta, imp. Fi— , 
*. Maniere de se contracter, de se rider. 
Mpi—, s. Celui qui ride ses traits,- ce 
qui se ratatine, se ride. 

Fifendrdtana, s. L'action de se ratati- 
ner, de rider ses traits. Ifendr6tana, 
rel. Ifendr6ty, imp. 
Prend Mampi—, Mifampi—. 

Maha—. Qui ride ou peut rider les trais. 

Fendropendrotra, dupl. freq. de Fen- 
drotra. 

F*NY, s. Le chum de fusil. 

FENIFANY, s. Empressement de quel- 
cju'un qui cherche k droite et a gauche. 

Mi—, vn. Cherher avec empressement a 
droite et a gauche. Nifenifeny izy, fa 
tsyhitany ilay notadiaviny. II le cVr- 
chait a droite et a gauche, mais ii ne la 
pas trouve. Mifenifeny ny akoho rai- 
tady izay hanatodizany. La poule va a 
droite et a gauche cherchant un endroit 
pour pond re. Fi— , s. Maniere de cher- 
cher avec empressement. 

FfiNITRA, s. Coutume, usage, ce qui 
s'ebt fait dans les temps passes de peuplo a 
souverain etde souverain a pouple ; rates 
desnaltes dirigees dans un sens diffe- 
rent et formant des dossins. 

TSY MIOVA FKNITRA NY AMBANILANI TR A. Le 

^ pcuple no change pas de coutumes. 
Feni-drary, s. Dessin des angles des nattes. 
Fem-karona, fexl-tatamo, s. Les orno- 

ment des corbeilles. 
MAHARYFENirRA. Etablir un usage. 
Andriak(penitra, s. Nom d'un caste. 

FfiNJA, s. Action tie serrer, d'empoi- 
gner, de retenir. 

Fenj&na, Fenjaina, p. Qu'on serre, 
qu on empoigne, qu'on re lieu t. Fenjao, 
imp. Fenjao ny lanany. Empoignez- 
lui la main. Fenjao ao ampahitra ny 
omby. Retenez lo boeuf dans le pare. 

Voa—, Nofinenja, pp. Retenu, empoi- 
gne. 

Mamenja, va, Serrer, empoigner, rete- 
nir. Mambxja, imp. Fame\\ja. s. Celui 
qu'on empoigne, maniere de retenir. 
Mpam— , s. Celui qui empoigne, qui ro- " 
tieuL 



Digitized by 



Google 



PEN 



— 157 — 



£E0 



Famenjana, s. L'action de serrer, d'em- 

poigner, de retenir, rinstruracnt. Amen- 

jana, rel. Amenjao, imp. 

Prend Mifam— , Mampifam— , Mara- 

pam— . 
Ml— , vn. Etre retenu. Fi— , s. L'dtat de 

celui qui est retenu. Mpi—, s. Celui qui 

est retenu. 
Fifenjana, s. La maniere d'etre retenu. 

Ipenjana, rel Ifenjao, imp. 
Maha— . Qui retient ou peut retenir. 
Fenjaffenja, dupl. fre"q. de Fenja. 

F£NO, adj. Plein, rempli, com plot ; fig. 
combl£, satisfait, qui a lo cceur gros. 
Feno vary ny sobiky. La corbeille est 
pleine de riz. Feno ny isantsika. Notre 
nombre est au complet. Feno hafaliana 
ny foko. Mon cornr est rempli de -joie. 
Feno ny faniriako izao. Mes voeux 
sont mamtenant combos. Feno ny fo- 
ny. II ale coeurgros. 

Fen6ina, p. Qu'on remplit, qu'on com- 
plete. Fb.no v r imp. Fenov vary ny vi- 
lia. Hemplissoz l'assiette dfe riz*. Fenoif 
ity vola ily. Completez ce qui manque a 
cet argent. 

Af6no,p. Avecquoi on remplit, on com- 
plete. AFENiiv, imp. 

Voa— , pp. Rempli, complete. 

Mamgno, va Hemplir, completer, com- 
bier. Mameno nv trano ny selroka. 
La fumee remplit fa maison. Mameno 
ny isanay hianareo roa lahy. Vous 
deux vous completez notre nombre. 
Ny raharaha azolco mameno ny fani- 
riako. L'emploi que j'ai obtenu comble 
mes vcbux. Mamenoa, imp. Fameno, s. 
Ce qui comblo la mesure ou complete 
le nombre, ce qu'il faut remplir ou com- 
pleter, maniere de remplir. Ity no fa- 
menon ny volanao. Voici ce qui com- 
plete la somme qui vous est due. Io no 
sinibe famenonao isan' andro. Voila la 
grande cruche que vous devez remplir 
tous les jours. Hataoko ahoana no /a- 
meno io barika io ? Comment ferai-je 
pour remplir eette barrique? MpamiSno, 
s. Celui qui remplit, qui complete. 

Famen6ana, s. L'action de remplir, de 
completer, la cause, le moyen. Ambn6a- 
na, rel. Amen6y, imp. 

Mifamgno, vn. Se completer, so com- 
penser. Hifameno ny volanareo roa la- 
ny. L'un de vous deux completera avec 
le surplus qu'il recoit ce qui manque a 
1'autre. Mifameno ny azo sy ny lany. Les 
recettes et les defenses so compensent. 
Prend Mampifam—, Mampam— . 

Mi—, vn. Se completer. Mifen6a, imp. 
Fi— ,«. Maniere de se completer. Mpi—, 
s. Ce qui se complete. 

Fifen6ana, a. L'action de so completer. 
Ifbnoana, rel. Ifbn6y, imp. 

Miha— , vn. Se remplir graduellement 

Maha—. Qui remplit, qui complete ou 
auflisant pour completer. 



Fenoffeno, dupl. fre'q. Qui a le cceur 
gros, qui a des nausees, repu. 

Hafen6ana, s. La plenitude, I'onulence. 

Mahafenofeno, adj. Qui rend le coeur 
gros, qui donne des nausdes, qui suf- 
foque. qui produit une mauvaise odeur. 

Feno di'boka, adj. Comble, plein jusqu'aux 
bords. 

Fbno huca, adj. Bonde\ plein. 

Fenomanana, s. Pleine lune. 

Feno manta, adj. Se ditdu riz qui est trop 
serre" dans la marmite et reste cru, par- 
co qu'il ne peut se dilater. 

Feno m6rona, adj. Plein jusqu'aux bords. 

Feno rano, adj. Rempli d'eau ; fig. bles- 
sed offusqu6, triste et en colore. 

Feno ts<5ka, adj. Plein de moelle ; fig. 
riche, opulent. 

FfcNTYet FENTiyANTY, adj. Qui a 
la langue bien pendue, adroit, leste, 
habile. 

Mi—, vn. Eire habile, adroit, tHre beau 
parleur, parler avec aplomb, aisance et 
clarte. Mifentifente, imp. Fi— , s. Ha- 
bileto pour s'oxpnmer. Mpi—, s. Un 
beau parleur. 

Fifentifent6na, 8 L'action de parler 
avec aisance et clarte\ Ifbntifentena, 
rel. Ifentifenteo, imp. 

Maha—. Qui parleavec aisance et clarte. 

F jfcNTIN A ( en Una), s. Ce qu'on porte 
habituellement ou dans telle occasion. 

FENTSAHONA (fe, sahona /, s. lit. 
Cuisse de grenouille; fig. n§tr6cisse- 
ment, ride. 

Mi—, vn. 8er6tr6eir. se rataliner, so ri- 
der, se racornir. Fi— , s. L'etat de ce 
qui est rataline\ ride. Mm—, s. Ce qui 
se ratatine, se racornit. 

FfiO, 8. Voix, son, ton, bruit, cri ; fig. 
le prix demande. Reko ny feon" olona. 
J'entends la voix de quelqu'un. Maha- 
finaritra ny /eon' ny organa. Le son de 
l'orgue est magniliquc. Avo loatra ny 
/eo omen' ity pitsofaoro ity. Le ton do 
ce diapason est trop eleve. lie lavitra 
ny feon' ny tnfondro. Le bruit du canon 
so tait entendre au loin. Maharenin-tso- 
fmany /eon' ireto ankizyireto. Les cris 
de ces enrants (Hourdissent. Raha mi- 
vidy zavatra hianao, aza mihaino ny 
/eom-barotra. Quand vous achetez quel- 
que chose, ne failes par attention au 
prix qu'on demande. 

Be feo, adj. Qui a une grosse voix, voix 
de basse. 

Be feo mai\ary, fa kbly feo finarhr*, 
loc. fig. Promettre beaucoup dans la 
detresse et donner pea apres le danger 
passe. 

Farim-peo, adj. Bnroue. 

Fotsyfeo, adj. Qui n'a pas une belle voix, 
qui a une voix ordinaire ou voilee. 

Manga feo, adj. Qui a une voix douce, 
belle; fig. patelin. 



Digitized by 



Google 



fctes 



— 1^8 — 



tlfct 



Matyf£o, adj. Quine donne pas de son, 
qui a perdu la voix. 

Mivalam-peo, ad;. Qui a une voix fausse, 
qui baisse en chantant. 

Ratsy feo, adj. Qui a une voix desagrea- 
ble, qui a un mauvais timbre. 

Tsara feo, adj. Qui a une belle voix, un 
beau timbre. 

FEOFJSjO, r. Qui saisit la gorge, com- 
me i'apretg, la poussiere fine, I'odeur. 

Mameofto, vn. et adj. Eire suffocant, 
causer des dSmangeaisons, provoquer 
la toux, etre apre ; suffocant, apre. Fa- 
mbof^o, s. L'apretd. 

FEP&TRA, dupl. de fetra, s. Hecom- 
mandation qui doit faire lot, volontg ex- 
presse, reglement qui vient des ance- 
tres ou qui est elabii pour Taveoir, mis- 
sion, le pouvoir de traiter et la limito 
do ce pouvoir, commission, ordre. 

FfiRA, «. 1* Bague, auneau; 2 # fer a re- 
passer ; 3* fer pour mainlenir la lame du 
rabot ( Fr. fer). 

F£RY, 8. Plaie, blessure, ulcere, ava- 
rie des objets, deTaut comme une cas- 
sure dans un verre, une fente dans un 
bois, dans une lame; fig. tache, des- 
honneur. Lalina ny fery. La plaie est 
profonde. Fehezq "tsara ny ferin' ilay 
miaramila vao noratra. Bandez bien la 
blessure de ce soldat. Misy fery mitsi- 
ranorano ao amy ny heliny. II ya a son 
aisselle une ulcere d'oii suintent des 
humeurs. Misy fery io vilany vy io. II 
y a un defaut, une petite fente a cette 
marmite. Fery ho any ny lianakavia- 
nao ny nataonao. Ce que vous avez fait 
est un deshonneur pour voire famille. 

Voa—, pp. Blesse. 

Ferena et Ferezina, adj. Qui est cou- 
vert de plaies, d'ulceres. 

Fery mihady, s. Plaie cancereuse, qui 
rouge. 

Ferin aina, s. Souffrance, affliction. 

Miferin' aina, in. Etre souffrant, af- 
flige\ Fi— , 8. L'Stat de souffrance, de 
peine. Mpi— , «. Celui qui soullre. 

Fehin-jaza, s. Plaie de la oirconcision. 

Mamangy ferin-jaza. Visiter les nouveaux 
circoncis. 

Morain-pery, adj. Qui est gueri promp- 
tement de lacirconcision. 

FERIFARY. Comme Tsimperifeiiy. 

FESAFJfcSA, 8. Lingo ou Fonlozoro 
ehauds, appliques comme calapfasme. 

FJfcSANA, 8. Cataplasme, emplaire. 

Fesanina, p. Ou Von met un cataplas- 
me. Fbsano, imp. 

Voa—, pp. Oil Ton a mis un cataplasme. 

Mamesana, va. Metlre un cataplasme. 
Mamesana, imp. Famesana, 8. Ce a quoi 
on met un cataplasme, maniere de le 
niettrc. Mpamesana, s. Celui qui met le 
cataplasme. 

famesanana, 8. L'action de meltre un 



cataplasme. Amrsanana, rel. Ambsako, 
imp. 

Malta—. Qui sait faire un cataplasme. 

Fesampesana, dupl. freq. de Fesana. 

FfiTA, 8. Boue preparee pour crSpir ou 
pour faire des murs, se dit aussi de 
lout ce qui est mou, sans consistence. 
Matsora loatra ny (eta hanaovana biri- 
ky. La boue pdtrie pour fairo des bri- 
ques est trop d61ayee d'eau. Feta ity 
vary ily. Ce riz est trop mou. 

Fetana, p. Qu'on bouche avec de la 
boue. Fbtao, imp. 

Af4ta, p. Qui sert a boucber. Afetao, 
imp. 

Voa—, Nofln6ta, pp. Qu'on a bouch6 
avec de la boue. 

Mam6ta, va. Boucber un trou, une fente 
avec de la bouo. Mameta, imp. Fambta, 
8. Ce qu'on boucbe, maniere de le bou- 
cber. Mpameta, 8. Celui qui bouche avec 
de la boue. 

Fametana, 8. L'action de boucher avec 
de la boue, l'endroit. A met an a, rel. Ame- 
tao, imp. 

Prend Mifam— , Mampam— , Mampi- 
fam— . 

Maha— . Qui peut boucher ou sufDt pour 
cela. 

Fetateta, dupl. friq. de Feta. 

Fetafetaina, p. Qu'on petrit. Fbtafb- 
tXo, imp. 

Mametaffeta, va. Petrir, mettre en bou- 
le. Mambtafbta, imp. Fambtafbta, *. 
La maniere de | tHrir. Mpam— , s. Celui 
qui pelrit. 

Fametafetana, 8. L'action de petrir, 
l'instrument. Ambtafbtana, rel. Ambta- 
fetao, imp. 

Mi—, vn. Etre mou, sans consistence, 
etre petri. Fi— , 8. L'^tat de ce qui est 
petri. Mpi—, s. Ce qui est toujours 
mou. 

Fifetafetana, «. La mollesse. Ifbtafe- 
tana, rel. 

F&TA, adj. Qui eprouve une perte, un 
revers. une honte, qui est dans Tern bar- 
ras, gat6. 

Fetaina, p. A qui on fait Sprouver une 
perte, qu on gate. Fetao, imp. 

Voa—, pp. Qui a eprouve une perte, 
jgaic. 

Mameta, va. Faire dprouver une perte, 
gater une affaire. Mameta, imp. Famb- 
ta, 8. Maniere de faire eprouver une 
perte. Mpameta, 8. Celui qui fait eprou- 
ver un revers, une honte. 

Fametana, 8. L'action de faire subir 
une perio. Ametana, rel. AmetAo, imp. 
Prend Mifam—, Mampifam— , Mam- 
pam—. 

Maha—. Qui endommage ou peutendom- 
mager. 

F&TAKA, 8. Action d 'adherer, de sq 
col lor. 



Digitized by 



Google 



JFET 



— 159 — 



Fti? 



Fetahana, p. Surquoi on applique, on 
colle. Nofetahako tahamaina lzy. Je lui 
ai applique un soufflet. Fetaho, imp. 

Afetaka, p. A coller, aappliquer. Afe- 
taho, imp. 

Voa— , pp. Applique, colle. 

Tafa— , p. Qui s'est applique, colle, qui 
adhere. 

Mam6taka, va. Appliquer, coller. Ma- 
metaha, imp. Fambtaka, s. Ce qu'on 
colle, maniere d'appliquer. Mpam— , a. 
Celui qui colle. 

Fametahana, s. L'aclion de coller, 
d'appliquer. Ametahaxa, rel. Ametauo, 
imp. 

Prend Milam—, Mampifara— , Mam- 
pam— . 

Mi— , vn. Se coller, etre colle, adherer, 
etre applique, s'appiiquer. Mifetaka 
tsara ny taratasy." Le papier est bien 
co!16. Mifetaka tsara amy ny valin- 
dribana ny lalotra. Le crepissage adhere 
bien au plafond. Nifetaka lamy ny 
tongony ny folaka. La ooue s'ost apph- 
quec, s'est collee sur eon pied. Fi— , 8. 
\j& maniere d 'adherer. Mpi—, 8. Ce qui 
adhere, qui se colle. 

Flfetahana, 8. I/action de se coller, de 
s'attacher. Ipbtahana, rel. IPETAno, 
imp. 
Prend Ma mpi—, Mifampi— . 

Maha—. Qui colle 011 peut coller. 

Fetapetaka, dupl. de Fetaka. 

PiTY, a. Fete religieuse. ( Fr. fete ). 

FtTOKA, 8. Action de menacer, se dit 
surtout du taureau qui est sur le point 
de combattre et menace son adversaire 
avec la tele. 

Ml—, vn. Eire menaoant, prendre Pair 
menacant, etre en colero. Mipet6ha, 
vnp. Fi— , a. Maniere de menacer. Mpi 
— , 8. Celui ou ce qui menace, qui se 
fache. 

Fifet6hana, s. L'aetion de menacer, de 
s'irriter. Ipbt6hana, rel. Ifet6hy, imp. 
Prend Mampi— , Mifampi — . 

Maha—. Qui menace ou pent menacer. 

Fetop6toka, dupl. freq. de Fctoka. 

Tsy MiFETOKA, adj. Qui n'hesite pas, qui 
frappe sans menacer, audacioux. 

FATRA, 8. Limite, borne, ligne de de- 
marcation, restriction, determination, 
le temps assigne, moderation, tempe- 
rance. Ao ny fetra tsy azoaleha. Voila 
la limite qu'on ne peut pas dopasser. 
Ao ny fetry ny tanimbolintsika. Voila 
la limite, les bornes de nos champs. 
Manam-pefra ny fahefany. Son pou- 
voir est limite. Nasian' ny fanjafcana 
felra ny vidin' ny vary. Le gouverne- 
ment a* fixe la limite du prix du riz. 
Misy fetra io lalana io. II y a des res- 
trictions a cettc Ioi. Tapitra ny fetr' 
androny. II a ilni son temps. Mahalala 
fetra raha miteny. Sachez vous moderer 



quand vous pariez. Tsy mahalala fetra 
izy raha mihinana. II est intemperant 
dans la nourriture. 

Ferana, p. Qu'on limite, qu'on restreint, 
qu'on determine. Fero, imp. 

Af6tra,p. Avec quoi t>n limite, on se- 
pare. Afero, imp. 

Voa— , pp. Limite, restreint, determine, 
assign 6. 

Mamgtra, va. Fixer, limiter, restrein- 
dre, determiner, assigner. Mabiera, imp. 
Fametra, 8. Ce qu'on fixe, maniere de 
limiter. Mpambtra, a. Celui qui limite. 

Famerana, 8 L'action de fixer, de li- 
miter, de reslreindre, de determiner, 
d'assigner, la cause, le temps. Amera- 
na, rel. Amkro, imp. 
Prend Mifam—, Mampifam— , Mam- 

Sam— . 
— , vn. et adj. Etre borne, determine. 
Fi— , 8. Maniere d'etre born6. . 

Fife ran a, 8. La delimitation, la determi- 
nation. Ipbrana. rel. 
Prend Mampi—, Mifampi—. 

Maha—. Qui limite ou peut limiter. 

Fepetra, dupl. dim. 8. Limite, restric- 
tion, moderation; recommandation. No* 
feperan* ny rainy izy mba hanao fasa- 
na. Son pere lui recommanda, le chargea 
de faire un tombeau. 

Fe-bava, 8. Frein de la langue. 

FE-ofDY, s. Limites des prix donnees au 
commissionnaire ou flxees par le gou- 
vernement. 

Fe-b6lana, 8. Le terme dos mois donnes. 

Fe-tany, 8. Delimitation d'un terrain. 

Fe-taona, 8. Le terme des annexes don- 
nees, de 1'echeance, des contrats, des 
peines. 

Feth'andro, 8. Le terme des jours fixes. 

F&TRIKA, s. Coup do poing. 

Fetrehina, p. A qui on donne un coup 
de poing. Fetr£ho, imp. 

Afttrika, p. Le poing avec lequel on 
frappe. Afetreho, imp. 

Voa— , Nofinetrika, pp. Qui a recu un 
coup de poing. 

Mam6trika, va. Donner un coup de 
poingf. Mametreha, imp. Famktrika, s. 
Celui qui merite un coup de poing, ma- 
niere de le donner. Mpambtrika, s. Ce- 
lui qui donne souvent des coups de 
poing. 

Fametrdhana, s. L'action de donner 
un coup de poing. Ametrbhana, rel. 
Ametrbuo, imp. 

Prend Mifam—, Mampifam—, Mam- 
pam— . 

Maha—. Qui frappe ou peut frapper. 

Fetrlpetrika, dupl. freq. do Fetrika. 

FETRIV6HO ( fetrika, ivoho ), s. Ke- 

proche, bliime, querelle. 
Mila— . Chercher querelle. 

FJfcTSAKA,s. Action de s'ebouler, de. 



Digitized by 



Google 



FEZ 



— 160 — 



FlA 



<c pressor, de s'ontassor, de tomber 
sur, comrae les coups. 

Fetsahana, p. Ou I'on entassc, qu'on 
frappe Fets.uio, imp 

Affetsaka, p. A fa ire Scrouler, a enlas- 
ser, avecquoion bat. Afetsaho, imp. 

Voa— , Nofingtsaka, pp. Entasse, bat- 
tu. 

Tafa— , p. Qui s'est Sboule, qui sont 
reunis. 
, Mam6tsaka, t*a. D£raolir, renverser, 
cnlasser, battre. Mametsaha, imp. Fa- 
metsaka, *. Celui ou ce qu'on bat, ma- 
niere de baitrc. Mr am— , «. Celui qui 
bat. 

Fametsahana, s. L'action de ren- 
verser, d'entasser, de battre. Ametsa- 
hana, rel. Ametsaho. imp. 
Prend Mifam— , Mampifam— , Mam- 
para—. 

Mi—, vn. S'eboulor. sVcrouler, se pres- 
sor, se prGeipiter dans, s'entasser dans. 
Nifetsaka ny rindrina. Le mur s'est 
ccroule\ Azon* ny ranonorana izy ireo 
ka nifetsaka tao an-tranoko lis ont ote 
surpris par la pluie et se sont prtfeipi- 
les chez moi. Mifbtsaha, imp. Fi— , s. 
Maniere de s'ebouler, de se presser 
vers. Mn— , 3. Ceux qui se pressent 
vers. 

Fifetsahana, 8. L'aclion de s'ebouler, 
de se presser vers. Ifetsahana, rel. Ifk- 
tsaho, imp. 
Prend Mampi— , Mifampi—. 

Maha~. Qui renverse, qui pent battre. 

Fetsap6tsaka, dupl. freq. de Fetsaka. 

F&TSY, adj. Habile, precoce, inlel- 
ligenl. adroit, ruse, roue, fourbe. 

Fets6na, p. Qu'on trompe, qu'on vole. 
Fbtseo, imp. 

Voa—, Flnetsy, pp. Trompe, vole. 

Mamgtsy, va. Tromper, capter. Mamb- 
tsk, imp Fametsy, 8. Celui qu'on 
Iromnc habituellement, maniere de trom- 
per. Mpametsy, s. Celui qui trompe. 

Famets6na, s. L'action de tromper, de 
capter. Ametsbna, rel. Ametseo, imp. 
Prend Milam— , Mampifam—, Mam- 
liam-. 

Mi— , ra. Voler adroitement, furtivement. 
Mifetsk, imp. Fi— , s. Maniere de volor 
ndroitement. Mpi— , s. Un voleur. 

Fifets6na, s. L'aclion do voler adroite- 
ment. IfbtsGna, rel. Ifktseo, imp. 
Prend Mampi— , Mifampi—. 

Maha— . Qui trompe, vole ou en est ca- 
pable. Fahafclsena, hafets^na. Ruse. 
Manao ankafetsena. User de ruse. 

Fetsifetsy, dupl. de Fetsy. 

Fetsy nATsv, at(/» Roue pour le mal, 
malin ot pervers. 

Fetsy tanana, adj. Qui a la main prompte 
h voler. 

Kai'Btsy, adj. Malin roue. 

FEZAFJfcZA, adj. Long, mince, svelte, 
qui a la taille mince. 



Mi—, vn. Etre mince, svelte, ordinaire- 
ment par suite de la faim. Mifhzafkza, 
imp. Ft— , a. L'etatdo ce qui est mince. 
Mm—, 8. Celui ou ce qui est mince, 
svelte. 

Fifezafezana, s. L'action de se rendrc 
mince, svelte. Ifezafezana. rel. Ifb- 
zafezao, imp. 

Maha—. Qui rend mince, svelte. 

MlFBZAFEZA HOATHA NY ANDILAM-I'AXGARA- 

ka, prov. Qui a la taitle mince commc 
labeille mnronne; fiy. qui a une faim 
canine. 

F&ZAKA, adj. Qui a le ventre aplati, 
retreci, retire; svelte, mince de laille, 
quigrandit en diminuant de volume. 

Fezahina, p. Qu'on rctrecit, qu'on rend 
svelte. Fez a no, imp. 

Afezaka, p. A retrecir, a rendro svelte. 
Afbzaho, imp. * 

Voa—, Nofingzaka, pp. Rendu mince. 

Tafa—. p. Qui s'est retrdci. 

Mi—, vn. et adj. Etre aplati, mince, se 
retrecir; retreci. svelte. Mifezaka ny 
hanoanana ny kibony. Son ventre s'est 
aplati par suite de la faim. Mifkzaha, 
imp. Fi— . a L'etat de ce qui est aplati, 
reirdci, mince. Mn— , a. Ce qui est 
aplati, retreci; celui qui soufTre de la 
faim. 

Fifezahana, 8. L'aclion de se retrecir, 
de s'anlatir, de grandir en se retrecis- 
sant. Ifbzahana, rel. Ieezaiio, imp. 

Maha—. Qui retreci t ou pent retrecir. 

Fezapgzaka, dupl. de Fezaka. 

FI— . Prefixes formant les substantifs 
vcrbaux des verbesen Mi—. 

F"i\ adj. Delicieux, exquis, agreable au 
gout, goute, oime. Fy ny nahandro. 
Les meis sont delicieux." exquis. F>j 
amiko ny torobevitrao. Jo gouto vois 
conseils. 

Ankafizina,p. Qu'on goute, qu'on alme, 
uu'on cherit. Anftafiziko ny leninao. 
Je goute vos po roles. Ankafiziko ity 
fonenana ity. Jaime ce scjour. Akkapi- 
zo, imp. 

Manka— , va. Gouler, sc comnlaire dans, 
fairesos deliccs de, aimer, cherir. A/an- 
kafi) ny mamaky ity boky ity alio. Je 
fais mes deliccs de la lecture de ce li- 
vre. Manka fy ny bavako cbo. Je chcris 
mes parents. Maxkafiza, imp. Faxka— , 
8. Maniere de se complaire. Mpanka— , 
s. Celui qui secomplait. 

Fankafizana, s. L'action de se com- 
plaire a ou dans, defaire sos deliccs de. 
AnkafIzana, rel. 

Prend Mifanka— , Mampifanka— , Mam- 
panka— . 

Maha—. Qui rend delicieux, exquis. 

Hanim rV, 8. Mots delicieux, delicats, re- 
chercbes. 

FiA, s. Action de serrer, d'exprimer ea 



Digitized by 



Google 



FIA 



— 161 — 



FID 



serrant, de retenir, de comprimer, de 

presser. 
Fiaaana, p. Qu'on serre, qu'on exprime 

ea serrant, qu'on retient. Aza fiazanao 

toy izany ny tanako. Ne serrez pas 

ainsi ma main. Aza fiazanao ny volako. 

Ne retenezpas mon argent. Fiazo, imp. 

Fiazo tsaranyvoasary. Exprimez bien 

lejusdu citron. 
Afla, p. Avec quoi on serre. Afiazo, 

imp. 
Voa—, pp. 8erre, exprime, retenu. 
Manila, va. Serrer, exprimer en ser- 
rant, retenir,- presser. Namia mafy 

loatra ny fody ny zaza kely ka matiny. 

Le petit enfant a trop serr6 la cardinal 

et 1 a tu6. Misy mamia mananasy ha- 

naovana divay. II y en a qui expriment 

le jus de l'ananas pour en faire du vin. 

Aza mamia ela ny mpianatratoy izaoy. 

Ne retenez pas si longtemps les eleves. 

Aza mamia loatra izay anananao vola. 

No pressez pas trop votre debiteur. Ma- 

miaza, imp. Fami'a, a. Ce qu'on serro, 

maniere de serrer. Mpaw'a, s. Celui qui 

serre. 
Famiasana, s. L'action de serrer, d'ex- 

primer en serrant, i'instrument. Fa- 

miazam-boaloboka. Pressoir. Amiaza- 

na, rej. Amiazo, imp. 

Prend Mifam— , Mam pi fa m— , Mam- 

pam— . 
Ml—, vn. Eire serre, retenu. Fi— , s. 

L'etat de ce qui est serre, de celui qui 

est retenu. 
Ffflasana, «. Le serrtfmenl. Ifiazaxa, 

rel. 

Prend Mampi— , Mifampi— . 
Maha — . Q'li serre, ex prime ou petit 

retenir. 
Fiafla, dupl. de Fia. 
Fia potaka, s. fig. Action de traitor sans 

attention ou rudoment. 
Fia zaxa-boroxa, 8. Action de trailer sans 

pitie, comme los enfanls traileut les 

oiseaux. 

FIAFiA, s. Gravelle, la pierro. 
FtAKA. Comme Fihiaka. 

FtAKA, 8. 1* Aclion d'exprimcr le jus 
en machant ; 2* bagasse, ce qu'on re- 
jelte opres avoir exprim6 le jus en 
machant. 

Fiahina, p. Dont on exprime lo jus en 
machant. F.aho, imp. 

Voa—, pp. Dont on a exprime le jus en 
machant. 

Mi—, va. Exprimer le jus en machant. 
Mm aii a, imp. Fi— , s. Cc qu'on suce, 
maniere d'exprimer lo jus avec la bou- 
che. Mm— , a. Celui qui exprime le jus 
avec la houche. 

Fifiahana, 8. L'action d'exprimer le jus 
avec la bouche. Ifiahana, rel. Ifiaho, 
imp. 

Maha*. Qui suce ou pcut succr. 



Fiapiaka, dupl. fteq. do Fiaka. 
Mifia-bary maina. Manger du riz sec. 
Mifia-dranomaso. Verser des larmes in- 

tarissables. pleurer nuit et jour. 
Fia-pary, 8. Bagasse do canne a sucre. 
MafUka, adj. Sec, sans jus, sans gout 

comme un Hlet trop cuit. 

Ft AN A, 8. Nom de plusieurs especes de 

poissons. 
Fiampotsy, s. Autre espece. 

FlANDRY (andry), 8. Tumour des par* 
ties secretes, sonvent indolente ; gros- 
se pierro roulee contre la porte d'un 
tombeau; provision, reserve; ce dont 
on so sert pour amortir lo coup, la 
chute, pour prevenir les accidents; 
troupes -de reserve ; pieces de rechange. 

FiANDRiLAvfe.voNA, a. Mauve du pays, espe- 
ce de Maloa. 

FlANDRILAVBNOMDAZAHA, 8. Allhwa OffiCt' 

nalis. 

Fiandrinaixa, 8. Une espece de ver in- 
testinal, cens£. proteger la vie; il sort 
quandondoit mourir. 

FiANDRtVAVALA, 8. Nom d'un nrbre. 

FlAXDRlVODITATATRA, 8. EspCCC do hei'OQ 

qui se tientaux ecluses. Ardei comata, 
Pall. 

FIANDRlANANA (andriana), 8. Ma- 
jeste souveraine. 

FIANTS6NANA {antsona), *. Ancra- 
ge, port, point d'arret ou de ropos. 

FlARA, s. Brancard pour porter, pa- 
lanquin du souverain autrefois, l'arche 
dalliance, l'arclio de Noo. 

FiAHAKODfA^ 8. Wagon, char, se dit da 
toutcequi est porte surdes roues. 

FIARAFlARA. Comme Piarapiara. 

FlARO (aro), a. Nom genoriquo dc lout 

co qui sert a proteger. 
Fiaro axdoxy, 8. La garde do la detente 

du fusil. 
Fiaro f6taka, 8. Un annean d'argent ou 

d'autre melal porte au-dessns ucs che- 

villei» guetres, bottespour se preserver 

do la boue. 
Fiaro lalitra, a. Evenlail pour chassor !es 

mouches. 
Fiaron' amboalahy antitra, loc. Action de 

retenir, de garder par jalousie on la- 

drerie, comme un vicux ehienelcntti 

protege son os. 
Fiaro taxaxa, 8. La garde do l'epee et 

toutcequi sert a proteger la main, les 

doigts. 
Fiaro vo ala von v, a. Piece des bor«ls des 

toits servant ales garantirdo.* rats. 
FlAVOTRA (prononce et ccrit quel- 

quefois filiavilra). Voy. Avotra. 

FlAZANA, p. de Fia. 
FlDY, s. Choix, pnMerencj, election. 
, Fidina, p. Qu'on choisit. qu'on prcfere. 



Digitized by 



Google 



FIH 



— 162 — FIH 



Ity no fidiko noho io. Je prefere eolui- 

ci acelui-la. Fidio, imp. 
Voa— , Finidy ? pp. Choisi, elu. Voafi- 

dy, nofinidin ny vahoaka ho gover- 

nora izy. Le peuple l'a choisi pour 

gouverneur. Ny olompinidy. Les elus. 
Ml— ,ra. Choisir, preferer, elire. Mifidia, 

Mifidiana, imp. Fi— , 8. Celui ou ce 

qu'on choisit, maniere de choisir. Mpi—, 

8. Celui qui choisit, 6lectour. 
Fifidianana, 8. L'action de choisir, 

leleetion. Ipidianana, rel. Ifidia.no, 

imp. 

Prend Mampi— , Mifampi— . 
Maha— . Qui choisit, qui peut choisir. 
Fldifidy, dupl. fre'q. de Fidy. 
Tsy pfDiNY, adj. i)ont on n'a pas le choix, 

fait involontaircment on sur l'ordre d'un 
^ superieur. 

TSY FIDIKO OU TSY FIDINY AHY NY IllTENY. 

Ce n'est pas a mou choix ou volontaire- 

ment que je parlerai ; je ne parlerai que 

quand on me l'ordonnera. 
Tsy an-kifidy, adv. Sans choisir, indif- 

feremment. 
Safidy, s. La faculte do choisir. Vov. ce 

mot. 
SAFiniM-Pt), s. Choix volontaire, cc qu'on 

veut bien. 
Tompon-tsafidy, s. Maitre du choix, de la 

volonte. 
Andma-mifidy. Qui peut disposer, faire 

ce qui lui plait. 
Hanipidy lahy. lit. Qui choisit son epoux ; 

fig. qui suit son hon plaisir on en a la 

lac u lie. 

VOAHANGY M1FIDY ANDR1ANA. lit Perle fllli 

choisit les princes; fig. dignc des 
princes, a la portcedc ceuxqui peuvent 
se le procurer. 

FIDtRANA (idirana), 8. L'entree, le 

billet d'entree. 
Fidusan-dbano, 8. Passage de 1'eau, <5clu- 

se d'entree. 

• FIEFANA (efa).adj. Incomparable, le 
plus accompli, final, deeisif, supreme. 

FlfiHANA, 8. Norn dune herbe. Voy. 
Feiiana. 

FIFANENANA (t*ena) t s. Rencontre 

de deux voyageurs. 
FlFY, s. Lesjoues du rabot. 
Fifiny, s. Baguette, planehette, cadre sur- 

monte d'ornements (terme de me- 

nuiserie ). 

F1F6HANA (foka), s. Pipe, porto- 
cigare. 

FIF6NANA. Voy. Fox a. 

FIHAIN6ANA (/iaino), s. Stethos- 
cope. 

FIHAONANA (haona), 8. Rencontre, 
embranchement des cherains, l'abou- 
lissant, le point central, le point de 
jonction. 

FIHARATRA (havalra), 8. Ebpeco de 



rasoir ou petit grattoir, lancette dont 
les tisserands se serveut pour couper 
les fils. ' 

FIHATSAKA (hatsaka), s. Petit cou- 
teau des tisserands. 

FIHATSINY et FIHATSI-BASY, 8. 

La detente du fus:l. 

FIH&MBA, s. Espece de banderole ou 
eventaildont se servaient les gardiens 
des Sampv dans les sorties ou vovages 
do leur fetiche. " 

FIHtAKA, s. Le polyboroi'de. Polybo- 
roides radiatus, Var. 

FIHlFtHY, 8. Action de frissonner de 
peur ou de fruid, contusion. 

Tafa— , p.. Qui a frissonng, s'est con- 
fond u. 

Mi—, vn. Frissonner, trembler, se con- 
fondre.s'andantir en presence de, s'in- 
timider. Mifihifihy ny ankizy azon'ny 
hatsiaka. Les enlants frissonnent a 
cause du froid. Mifihifihy sahady izy. 
ncfa vao ambanana. 11 tremble deja 
surune simple menace. Nifihifihy izy 
teo anatrehan'ny mpitsara. II s'est con- 
fondu devant le juge. Mifihifihy eo 
anatrehan' Andriamanitra ny anjely. 
Les anges s'an&intissent devant Dieu. 
Mifihifihia, imp. Ft— , s. Frissons, 
confusion. Mpi—, s. Celui qui frissonne, 
qui s'aneantit. 

Fifihifihiana, s. L'action de * s'anean- 
tir en pr^senoe de. Ifihifihiana, rel. 
Ifihifihio, imp. 

Maha—. Qui frissonne, qui suit se con- 
fondre. 

FfHINA, 8. Action de serrer, de tenir, 
do retenir, d'embrasser. 

Fihinina, p. Qu'on serre, qu'on retient, 
qu'on embrasse. Nofihiniho ny sandri- 
ny. Je lui serrai le bras. No'fihininy 
ela ny mpianany. II a retenu longtemps 
ses clcves. Fihininy izay ela izay ny vo- 
lako. II retient mon argent depuis long, 
temps. No fihininy ny zanany vao longa. 
II embrassa son enfant qui venait d'arri- 
ver. Fihino, imp. 

Aflhina, p. Avec quoi on serre, on em- 
brasse. Apih(no, imp. 

Voa— , pp. Serre, retenu, embrasse. 

Tafa— , p. Qui s'est recoquille, qui est 
rcst6 renferme. 

Mamihina, va. Serrer, embrasser, re- 
tenir. Mamihina, imp. Famihina, *. Ce 
qu'on retient, maniere de serrer. Mpa- 
muiina, s. Celui qui serre. 

Famihinana, s. L'action de serrer, 
d'embrasser, de retenir. Amuh'nana, rel. 
Amihino, imp. 

Prend Mifam— , Mampifam— , Mam- 
pa m— . 

Mi—, vn. et adj. Se rccuquiller, se 
retreeir, diminuer de volume, etre re- 
coquille, rataline, rabougri, rester en- 



Digitized by 



Google 



PIH 



— 163 



FIL 



term*}. Mifihina nysokina raha tohini- 
na. Le herisson se rccoquille lorsqu'on 
le touche. Mifihina ny ravinkazo ma- 
lazo. Les feu i lies seches sent reco- 
quillees Mifihina ny land i hazo raha 
terena, Le coton diminuo do volume 
quand on le presse. Mifihina tsy mba 
railombo iny zaza iny. Cet enfant est 
rabougri et ne croit pas du lout. Nifi- 
hina taoan-trano aho androany. Je snis 
reste enferme aujourd'hui chez raoi. 
Mifihina. imp. Fi— . 8. Maniere de se 
recoquiller. Mpi—, «. Co qui se reco- 
up ille, celui qui reste enferme. 

Fiflhinana, 8. L'action dc se recoquil- 
ler, de s'enferraer. Ifihinana, rel. Ipiiii- 
no, imp. 

Maha—. Qui serre, capable de retenir. 

Fihimpihina, dupl. fr4q. de Fihina. 

Mamimn-tanana. Jointire les mains on 
croisant les doigts. 

Mamihix-tkna. Croiser les bras en serrant. 

Fihi-mamba, s. Action dc tout retenir, com- 
mc le caiman qui ne cede rieu do ce 
qu'il a pris. 

Manao ampihi mamda. Retenir tout pour 
soi. 

Fiuim-bava, h. Action de retenir sa lau- 
gue, de moderer ses paroles, ses ex- 
pressions. 

Mamiuim-dava. Retenir sa langue, ses pa- 
roles, ses expressions. 

Fihix KAI.A, 8. lit. Sorrement de la proic 
par I'araigooe; fig. 6go'isme. 

Vary mw fihina, h. Poignee de riz qu'on 
saisit e.i moissonnant. 

FIHIRANA ( hira), 8. Cantique, livrc 
de chants. 

FIHIRtFANA, s. Les tempos. 

FtHlTRA, 8. Action dese cramponner, 
de s'attacher fortement, dc s'appliquer, 
de s'opiniatrer. 

Fihirina, p. A qui ou a quoi on se 
cramponnfe, a quoi on s'attaehe. Fuuno, 
imp. 

Affhitra, p. Avec quoi on saisit. Afihi'- 
ro, imp. 

Voa— , pp. Saisi, a quoi on s'est attache. 

Tafa— , p. Qui s'esteramponne, attache. 

Mamihitra, vn. et a. So cramponner, 
s'attacher ten ir mordirus. Namihilra 
ny hazo on tamy ny hazo izy ka tsy 
potraka. 11 s'est cramponno a larbre et 
n'est pas tombe Mamihitra amy ny za- 
nanv ny reny. La m&ro s'attaehe a sou 
enfant. Mamihitra mafy amy ny hevi- 
nv izy. 11 tient mordicus a son idee. 
jrfAMiHiRA, imp. Famihitra, s Co a quoi 
on doit so cramponner, maniere de se 
cramponner. MPAw'iirrnA. s. Celui qui 
se cramponno, qui s'attaehe. 

Famihirana, 8. I/action de se cram- 
ponner, ce qu'on saisit. Amiiiirana. ret. 
Amiiiiro, imp. 

Prend Mifam— , Mampifam— , Main- 
pam— . 



Mi—, vn. Se cramponner, s'attacher for- 
tement, .s'appliquer, tenir mordicus, 
s'opiniatrer. Mifihitra amy ny vola izy. 
It est tres attache a I'argent. Mifihitra 
amy ny heviny izy. II tient mordicus a 
son idee. Mifihitra amy ny asa izy. II 
s'opiniatre au travail. 'MiFiHfiu, imp. 
Fi— , s. Maniero de se cramponner. 
Mpi—, 8. Celui qui so cramponno, qui 
s'opiniatre. 

Flfihirana, 8. L'action de s'attacher a. 
de re cramponner, de s'appliquer, de 
s'opiniatrer. iFiHfRANA.ref. IFinfuo, imp. 
Prend Mam pi— , Mifampi— . 

Maha—. Qui se cramponno, s'attache, 
s'appligue, s'opiniatre. 

Fihipihitra, dupl. fr6q. de Fihilra. 

FlHITRA, 8. 1° Herbe aromatique; V 
mouche aplalie, espece de sarcophage. 

FIHITSO-BASYet FIRITSCKBASY 
( hitsoka, firitsoka, basy ), 8. Baguette 
de fusil. 

FIH6FANY,* Le dossous du ventre 
des pores. 

FIH6GO (hogo), s. Peigne. 

FiiioGON-TANY, 8. Rateau. 

Fiiiogox-tsoavalt, s. Etrille. 

FIKAStHANA [Itaaiha), 8. Fer a son- 
der, archet dc violon. 

FIKBTRAHANA ( kelraha ), 8. Siege, 
lr6ne. 

FlKITRA, 8. Action do se cramponner, 
do saisir fortement, dc pcrsistcr, de 
s'appliquer, opiniatrete. Ce mot syno- 
nyme ae Fihitra, mais plus genera le- 
nient usit6, se conjuguu de la memo ma- 
niere. 

MAFiKiTnA, adj. Tenace, opiniatre, qui 
tient bon. 

FIKlTRA (kilra\ s. Ia pattc dun 
grilloo flchee au bout dune paille et 
(lont on so sert pour le taquincr, le fai- 
rc sorlir do son trou et l'obliger a se 
battre; la paille elle-memo; fig. un 
bouie-feu. 

FIKOPAHANA et FIK6PAKA ( /fo- 
paka\8. Eventail, ventilateur. 

FIK6TRA ( hotra ), 8. Balayures, sale- 
tes. 

FtLA. Voy. Ila. 

FILAFtLA, k. Action d'acquicsc. r et 
c!e se le.lire alternativcmetit. 

Mampilafila et Mamilafila, vn. Tenir 
le hoc dans J'eau, promettre et so dedi- 
re. Mampilafila, imp. Fampilafila, s. 
Maniere do promettre oi do se do lire. 
Mpampilafi'la, s. Celui qui pro met etse 
dedit. 

Fampilafilana, s. L'action do promet- 
tre et de so dedire. Ampilafilvna, rel. 
Ampil\fu.\o. imp. 

FILAMATRA, 8. Grande regie des 
charpenliers et des masons. 



Digitized by 



Google 



FIN 



— 164 — 



FIN 



FILAMBOTRA, 8. !• Grande cuillere 
en corne en forme de chausse-pied ; 
1 m espece de heron. 

FILANA [ila) t s. Desir, passion, con- 
cupiscence. 

Filan' ny n6fo, s. Concupiscence do la 
chair. 

FlLANA RAHA TSY MAHITA OU FILAN-DnAHA— . 

Occupation on metier qu'on quilte, 
quand on trouve raieux, et qu'on re- 
prend ensuite, tant qu'on ne trouve pas 
mieux. 
Filan-dhatsy, 8. ProcSdSs injustes, illS- 
gaux, illicites; convoitise de la chair. 

FILANSLINA, 8. Flanelle. ( Fr. fla- 
nelle ). 

FILANJANA ( lanja ), 8. Siege portatif 

comrae le palanquin. 
FILAN6NANA (lanona), s. Place ou 

ont lieu !es rSjouissances, les jeux 

publics. 

FILAo, 8. Arbre. Filao commun. Ca- 
suarina lateriflora ou equisetifolia, 
Forst. 

FILATRO, s. Fion dans le chant. 
FILtOTRA, s. Flute. (Fr. flute). 
FILlRA, FILlRO, FILtRONY, s. 

Liteau, ornement on bois ou en toute 

autre matiere qui entoure, qui borde, 

qui domine ; moulure. ( Fr. feuillure /. 
FlLITRA, s. Filtre. ( Fr. filtre). 
FlLO, 8. Nom de l'aiguille malgache. 

(Fr. fil des tranchants ). 
Tsy filo, tsy fihatsaka. lit. Qui n'a ni 

aiguille ni couteau; fig. dSnuS de tout. 
Filo v/rotra, s. Piece de bois armSe de 

clous pointus servant autrefois d'ins- 

trumontdo supplice. 
FtLO, 8. Croisement des baionnettes des 

gardes pour interdire Tissue ou I'entrSe 

uux portes du palais. 
Maiiaky f/lo. Forcer le passage. 

MlVAHA OU NISOKATRA NY FILO. PaSSQge Ubre 

ou la garde n'arrSte plus. 

FIL6HANY(/o/ia;, 8. Chef de parti, 
de file, de bande, de secte, de society 
de religion. 

FIL6MANA ( lona ), 8. Baignoire. 

FIN—. Indique un participe passe* forme 
parl'addition de in placS apres la pre- 
miere consonne du radical : Finafa 
pour voafafa, etc. 

FINARITRA, adj. Bien portant, en 
bonne sante; joyeux, content; mot 
ajoutS aux adieux d'une lettre. 

Maha— , va. et adj. Qui donne du con- 
tentement, de la joie. du plaisir, char- 
mant. beau, superbe. Mahafinaritra 
ahy ny mihaino anao. Je suis content, 
charms de vous entendre. Mahafinari- 
tra ity saha ity. Cette campagne est 
cha rmanto. 



Fahafinardtana, 8. Le plaisir, l'agre- 

ment, la joie, le bonheur. 

Prend Mampaba— , Mifampaha— . 
Finaritrarltra, dupl. dim. de Finari- 

tra. 

FtNDRA, 8. DSplacement, changemenl 
de place. 

Afindra, p. Qu'on dSplace, qu'on trans- 
pose, qu on envoie ailleurs. Afindra*o. 
imp. ' 

Voa— , pp. DSplacS, transports, envoys 

Ta Sf'^".'., p - Q ui sest transports, qui est 
alls ailleurs. 

Mamindra, va. et n. DSplacer, chan- 
ger de place, transporter, transplanter, 
transcnre, envoyor ailleurs, transmet- 
tre; marcher, faire des pas, manoeu- 
vres Iza no namindra toerana ny boky? 
Qui a dSplacS, change de place le livre? 
Namindra ny vata tany ambony izy. II 
a transports la malle en haut. Namin- 
dra zanakazo maro izahav. Nous avons 
transplants beaucoup de plants d'arbre. 
Tsy mbola namindra ny nosoratanao 
aho. Je n'ai pas encore transcrit ce que 
vousavez Scrit. Namindra ny kapiteny 
anyToamasina ny fanjakana. Le gou- 
vernement a envoys le capitaine a Ta- 
matave. Lasa ny Jeneralyka namindra 
ny fahefany tamy ny kolonela. Le G$- 
nSral est parti et a transmis son pou- 
voir au colonel. Mamindra sahady ny 
zaza kely. Le petit enfant marche deja. 
Mamindra tsara ny raharaha. L'affaire 
marche bien. Namindra tsara ny mia- 
ramila. Les soldats ont bien manoeuvred 
Mamindra, imp. Fam/ndra, 8. Ce qu'on 
dSplace, qu'on transplante, maniere de 
changer de place, de marcher. MpAMfN- 
dra, 8. Celui qui dSplace, qui trans- 
porte. 

Famindrana, 8. L'action de dSplacer, 
de transplanter, de transcrire, revue, 
manoeuvre miiitaire, impots, registres, 
rapport qu'on apporte aux chefs. Vao 
naterin' ny governora tany Antananari- 
vo ny famindrana. Le gouverneur a 
porte dernierement a Tananarive les 
impdts, les registres. Amindrana, rel. 
AmindrAo, imp. 

Prend Mifam— , Mampifam— , Mam- 
pam— . 

Mi-—, vn. Se dSplacer, se transporter, 
aller ailleurs, Smigrer, Stre transmis, 
passer & devenir. Nifindra tany amy 
ny BetsilSo izy. II est allS habiler chei 
les BetsilSos. Mifindra tany ny vorona 
sasany. Certains oiseaux Smigrent. Hi- 
findra amy ny taranaka mandimby ity 
tantara ity. Cette histoire passera aux 
gSnSrations futures. Nifindra ho kato- 
lika izy. II est devenu catholique. Mi- 
findra, imp. Fi— , s. Maniere de se 
transporter, d'Smigrer. Mri— , 8. Celui 
ou ce qui so transporte. 



Digitized by 



Google 



FIN 



165 — 



FIN 



Fiflndrana, a. L'action dese transpor- 
ter, de se deplacer, immigration. Ifin- 
drana, rel. Taiza no nifindrari ny sa- 
kaizanaofOu est-ce que votre ami s'est 
transports? Ifindrao, imp. 
Prend Mam pi— , Mifampi— . 

Malta—. Qui transporte, qui peut d6- 
placer. 

Findraflndra, dupl. fr&q. de Findra. 

Mifindra mOnina ou fonenana. Transpor- 
ter son domicile ailleurs. 

Mararyam-pamindrana. Sedit des soldats 
qni tombent malades durant la revue ; 
fig. donner un pretexte pour ne pas 
faire pour nepas assister a... 

Findrafd, a. Compassion, pitie, mise- 
ricorde. 

Mamindra f6, va. et n. Avoir pitie, 
compassion de. Mamindra fo ny ma- 
h antra ou amy ny mahantro izy. II a pi- 
ti6 des pauvres. Mamlndra fo, imp. 
Fammidra fo, a. Maniere d'avoir pitie\ 
Mpami'xdra fo, a. Celui qui a pitie, qui 
est misericordieux. 

Famindrana fo, Famindram-po, a. 
Pitie, compassion, misericorde, secours 

3u*on donne par pitie. Ity no famin- 
ram-po omeko anao. Voici le secours 

que je vous donne, parce que vous ex- 
*citez ma compassiou. Amindram-po, rel. 

Amindran' Andriamanitra fo ny mpa- 

nota. Dieu est misericordieux envers 

les pechmirs. Amindrao fo, imp. 

Prend Milam— , Mampifam—, Mam- 

pam— . 
Finpra hahazaka ou hahy, 8. lit. Action 

de transporter plus loin un objet qu'on 

a mis a secher ; fig. action d'oraprun- 

ler pour payer une dette. 
Mamindra hahy. EmpruntOr pour payer 

une dette, renouveler une diflieufteV 
FiNDRAN-TsdKiNA 8. Se dit de tout ce qu'on 

quitte pour prendre ou se fixer a cole. 

FlNGA, 8. Calebasse creuse qui sort 
pour puiser 1'eau. 

FINGAFtNGA, s. Action de marcher 
a petits pas par gene ou par contrainte. 

Fingaflngaina, p. Qui est entrave, ob- 
lige de marcher a petits pas. Fingafin- 
gao, imp. 

Aflngaflnga, p. Avec quoi on entrave. 
Afingafingao. imp. 

Voa— , pp. Entrave, gene\ contraint. 

Mamingaflnga, va. Entraver, gener, 
contraindre a marcher a petits pas. Ma- 
mixgafinga, imp. Famingafinga, 8. Ma- 
niere de contraindre. Mpamingafinga, 8. 
Ce qui entrave. • 

Famingaflngana, a. L'action tie gener, 
de contraindre a marcher a petits pas. 
Amingapingana, rel. Amingafingao, imp. 
Prend Mifom— , Mampifam—, Mam- 
pam — . 

XI—, vn. Etre gene, entrave, contraint 
de marcher a petits pas. Fi— , • . La g6ne 



pour marcher. Mpi— , a. Celui qui est 

contraint de marcher a petits pas. 
Fifingafingana, a. L'action de marcher 

avec gene. Ifjngafingana, rel. 
Maba— . Qui gene, qui entrave ou peut 

contraindre a marcher a petits pas. 

FtNGANA, a. Croc-en-jam be, sedit de 

tout ce qui accroche le pied et fait tre- 

bucher. 
Finganina, p. Qu'on entrave. Fingano, 

imp. 
Afingana, p. Avec quoi on entrave. 

Afingano, imp. 
Voa—, Noflnlngana, pp. Entrave. 
Mamlngana, va. Donner le croc-en- 

jambe, entraver. Mamingana, imp. Fa- 

MfNGANA, s. Maniere d'entraver. Mpa- 

mingana, 8. Celui qui entrave. 
Faminganana, s. L'action de donner 

le croc-en-jambe, d'entraver. Amingv 

nana, rel. AmingAno, imp. 

Prend Mifam—, Mampifam—, Mam- 

pam—. 
Maha—. Qui entrave, qui peut donner 

le croc-en-jambe. 
Fingampingana, dupl. freq. de Fin- 

gana. 

FINJIFtNJT, s. Tremoussement, fr6- 
raissement cause par la crainte ou par 
la douleur. 

Maminjiflniy, va. Faire frissonner, fat- 
re souttrir. Faminjifi'njy, a. Maniero de 
faire souflrir. 

Faminjifinjlana, s. L'action de faire 
souflrir. Aminjifinji'ana, rel. 

Mi — , vn. Fremir, frissonner, soufTrir. 
Mifinjifinjia, imp. Fi— , s. L'etat do ce- 
lui qui fnhnit, maniere de frissonner. 
Mpi—, s. Celui qui fr&nit. 

Fiflnjiflnjlana, a. L'action de frdmir, de 
frissonner. Ifinjifinji'ana, rel. Ifinjifin- 
ji'o, imp 

Maha—. Qui fremit, qui fait frisson- 
ner. 

FlNGOTRA, s. La gomme du caout- 
chouc, la plante. Vahea gommifera 
madagasrariensis . 

FlNGOTRA, s. La partie resserree au- 

dessus de lacheville. 
Fin£6rana, p. Qu'on entrave, qu'on 

saisitpar le pied. Fing6ry, imp. 
Voa—, pp. Entrave, saisi par le pied. 
Mamingotra, va. Entraver, saisir par 

le pied. Maming6ra, imp. Famingotra,.*. 

Maniere de saisir par le pied. Mpami'n- 

gotra, a. Celui quisaisit par io pied. 
Faming6rana, a. L'action de saisir par 

le pled, l'instrument. Amixg6rana, rel. 

Amingory. imp. 

Prend Mifam—, Mampifam—, Mam- 

pam — . 
Maha—. Qui entrave ou petit entraver. 
Fingoplngotra, dupl. freq. de Fingotra. 
Fingorana. adj. Qui ado forts mollets, da 

grossoj jambeft, 



Digitized by 



Google 



FIN 



— 166 



FIR 



Fingqm<5ka adj. lit. MoHets de moustique ; 

fig. quia La iambe mince. 
FingomcJka, *. lierhc. Er&grostia poceoi- 

dea, P. B. 

FIN6ANA (ino), 8. Foi, oroyance. 

FIN6MANA {inona), 8. Administra- 
tion du tanguin. 

Ft NT AN A, 8. Hamecon. 

Fintanina, p. Qu'on p6che a la ligne, 
qu'on prend a I'hameoon. Nahoana no 
mitaninao tahaka ny trondro aho ? 
Pourquoi cherchez-vous a me prendre a 
t'haraeeon comme un petit poisson ? 
Fixtamo, imp. 

Yoa— , Nofinintana, pp. Pris a I'hame- 
cona, eapte\ trompe. 

Mamintana. ra. Pecher a la ligne, 
prendre a l'haraecon, capter. Mamin- 
tana, imp. Fam(ntana, s. Cc qu'on p6- 
che a la lijnie. maniere de jetcr l'hame- 
con. Mpamintana, s. Un pecheur a la li- 
gne. 

Famintanana, *• I/action de p6cher a 
la ligne, le lieu ; fig. captation. Amin- 
tanana, rel. Amintano, imp. 
Prend Mifam— , Mampitam— , Mam- 
pam— . 

Jftaha—. Qui peche ou peut pocher a la 
ligne. 

Fintamplntana, dupl. frtq. deFinlana. 

-Mamintana andro. Manquer au rendez- 
vous, a l'appel. Tsy namintana andro 
ahy hianao. Vousavez ototldeloau ren- 
dez-vous. 

FtNTINA, s. Resserrement, r6trecisse- 
mcnt, diminution de volume. 

Fintinina, p. Qr.'on retrecit. Finti'no, 
imp. 

Aflntina, p. A re*tr6cir. AfintIno, imp. 

Tafa— , voa— , pp. Reared. 

Hamintina, va. Resserrer, retreeir. fai- 
re dirainuer le volume. Mamintina, imp. 
Fami'ntina, 8. Ce qu'on faitdiminuerde 
volume, maniere de r^trGcir. MPAiifxTi- 
ma, s. Ce qui retrecit. 

Fajaiatiaana, 8, L'action de rdtrdcir. 
Amintinana, rel. Amint(no, imp. 
Prend Mifam— , Mampifam— , Mam- 
pam— . 

Mi— , vn. Etre retr6ei, justo au corps, 
collant, diminuer de grosseur, de volu- 
me. Mifintina ny filanelina raha sasa- 
na. La flanelle so rdtre*cit au lavage. 
Mifintina amyny ranjo io pataloha 10. 
C'est un pantalon collant. Narary izy 
ka nifintina. 11 a e*te" malado et a di- 
minuede grosseur. Fi— , s. Maniere de 
se rotrGcir. Mpi— , 8. Ce qui se r6tr6cit. 

Fifintinana, s. ReHrecissement, dimi- 
nution do volume. Ifint/nana, rel. 

Maha— . Qui r6tr6cit ou peut retreeir. 

Fintixnpintina, dupl. de Fintina. 

MafJntina, adj. Comprime ; d'une taiilo 
vigou reuse. 

Ft NTS A, 8. Bannne sechee, boucanee. 



FtOKA, s.*Sifllement de lair traverse, 

battu par quelque chose comme par la 

cravacbe, le louet. 
Fiohina, p. Qu'on bat, qu'on fustige. 

FiGiiy, imp. 
Afioka, p. Avec quoi on frappe ; fig. 

qu'on troque. Afi6hy, imp. 
Voa— , pp. Frappe\ fustige. 
Mamioka, va. Battre, fustiger ; fig, 

troquer Fam/oka, 8. Maniero de frapper, 

de fustiger. MpamIoka, s. Celui qui 

fouette. 
Fami6hana, s. Laction de fustiger. 

Amiohana, rel. Amiohy, imp. 

Prend Mifam—, Mampifam—, Mam- 

pam— . 
Ml—, vn. Sifller, donner un son strident. 

Fi— , s. Le sifflemont. Mpi—, 8. Ce qui 

cause lesifllement. 
Fifiohana, 8. Laction de sillier. Ipiuha- 

na, rel. 
Maha—. Qui bat, qui fustige ou peut fus- 
tiger. 
Fiopioka, dupl. freq. de Fioka. 

FtOKA, 8. Action de soufller, de reni- 
fler comme le taureau sur le point de 
frapperdela corne. 

Fidhina, p. Contre qui on quoi lcs beeufs 
soufflent. 

Mi—, vn. Soufller, renifler. Fi— , s. Ufa- 
niere de soufller. Mpi—, s. Ce qui souf- 
fle. 

Fifidhana, s. L'action de soufller. Ifi<5- 
h an a, rel. 
Prend Mampi— , Mifampi— . 

Maha—. Qui souffle ou peut renifler. 

Fiopioka, dupl. freq. de Fioka. 

FtRA, «. Action de couper, do trancber 
quelque chose sur pied, comme en mois- 
sonnant le riz, de donner un coup en 
croc-en-jambo ; fig. action de dire, d'ex- 
poser brievement. 

Firaina, p. Qu'on coupe, qu'on tranche. 
Firao, imp. 

Afira, p. Avec quoi on tranche ou Ton 
coupe. Afirao, imp. 

Voa— , pp. Coupe*, tranche. 

Mamira, va. Couper, trancher, donner 
uncroc-en-jambe. Mamira, imp. FAMfRA, 
s. Ce qu'on coupe, maniere de trancher. 
MPAMfRA, 5. Celui qui coupe, qui tran- 
che, qui donne un croc-en-jam be. 

Famirana, 8. L'action de couper, de 
trancher, de donner un croc-en-jambe. 
Amirana, rel Amira*o, imp. 
Prend Mifam—, Mampifam—, Mam- 
pam— . 

Mi—, ra. Conner, trancher sur pied. Mi- 
fira, imp. Fi— , s. Maniere de couper. 
Mpi—, s. Celui qui coupe. 

Fiflrana, 8. L'action de couper. Ifirana, 
rel. Ikihao, imp. 

Maha—. Qui coupe ou peut trancher. 

Firaflra, dupl. fre"q. de Fira. 

Firain' nyvavafito saua, firain' my hahb- 



Digitized by 



Google 



FIR 



— 167 — 



FIS 



na voaxtcSndro, prov. lit. Sept vallees 
en paroles, un travers dedoigt en reali- 
ty, fig. vantard, fanfaron. 
FlRAKA, 8. Nom g&ierique du plomb 
et de Tetain, petits grains d'6tam in- 
tcrcal6s dans les lissus comrae orne- 
raents; fig. fausse monnaie. 

FlRA-MAlNTY, 8. Plomb. 

Fira-potsy, s. Etain pour 6tamer. 
Lamdam-piraka. Voy. Lamba. 
Firaka atakalo. De peu de valcur, dont 
personne ne veut. 

FIRAMBANA, s. Plante aquatique. 

FIRAMBOTRA, 8. Clous, fiches cro- 
chues en fer qu'on plante en terre pour 
tendre les tentes. 

FlRANA, p. de Fitra. 

FlRATRA, r L'eclat, le brillant. 
Mamiratra, Mamirapiratra, vn. 

et adj. Briller. hi ire. Gtinceler. Famira- 
piratra, s. L'6clat, le brillant. Mpami- 
rapiratra, s. Ce qui brille, qui eYin- 
celle. 

Famirapiratana, 8. L'action de bril- 
ler, d'£tinceler. Amirapiratana, rel. 

FIRARAZANA. Voy. Rary. 

FlRAZANiLNA (razana), s. Genea- 
logie, race, lign6e, caste. 

FIREN&NA freny), 8. Nation, tribu, 
caste, peuplade, race, famillc. 

Be am-piren£na, adj. Nombreux, pent se 
dire d'une nation, d'une caste, d'une peu- 
plade, d'une famille d'animaux. 

FtRY, adj. Combien de personnes, 
d'objcts? Firy ny ombinareo ? Combien 
avez-vous de boeufs? Firy hianareo? 
Combien etes-vous? 

Firina, p. En combien de parties par- 
tage-t-on? (Ce participe est usit<* an 
pass6 et au futur.) Nofirina no lizara 
azy? En combien de parties l'a-t-on 
partagG? Ho firina no (izara azy? En 
combien de parties le partagcra-t-on ? 

Mi— , vn. En combien de parties se par- 
tage? Combien de divisions, de groupes? 
Mifiry ny mananasy? En combien de 

{>arties est partago I'ananas? Mifiry 
lianareo rehetra? Combien de groupes 

formez-vous ? 
Maha— . Combien do personnes ou d'ob- 

jels cela donne-t-il? Maha firy anareo 

izy dimy lahy? Combien de personnes 

serez-vous avec ces cinq-la? 
Firiflry, dupl. aug. Nombreux, in- 

nombrable. Firiflry ny olona tao an- 

tsena. Les geus nui etaient an marche 

^latent ties nombreux. 
Tsy firy. Pen nombreux. Tsy firy ny 

mpivarotra no isy mandainga. lis sont 

pen nombreux les marchands qui no 

menlent pas 
Fahafi'ry. adj Quel rang? quel qiianlie- 

me? Combiou de brasses? Quelle 



quantity de la grando mesure apnelee 
vary? Fahaflry ao amy ny, laklasy hia- 
nao"? Quel rang occupez-vous en classe? 
Fahafirin'ny volana anio? Quel est le 
guantieme du mois aujourd nui? Faha- 
firy ny tranonao? Combien de brasses 
a votre'maison? Fa/ia/trim-bary no ao? 
Quelle quantity du vary y a-t-il la? 

Ampahafuuny, 8 Combien *de parties d'un 
tout? Quelle quantity d'un tout? Am- 
pahafirin* ny variny no novinidinao? 
Quelle quantite iui avez-vous achete de 
tout son riz? 

Hafiriana, 8. Combien de jours? 

Impi'ry, fammpiriny, adv. Combien de 
fois? 

FIRIFlRY.r. Froid vif, piquant. 

Firina, adj. Qui est froid. 

Firifirixa, adj. Froid vif, qui pique, tem- 
perature froide, piquante. 

Mamirifiry, vn. II fait froid, le temps 
est froid. 

FIRlNGA, a. Ordures, tout ce qui se 

jette dans les cloaques. 
Firingan-delo, adj. Morveux. 
Firinga mievotra, adj. fiu. Personne do 

rien qui monte dans la soci3t6, qui 

aequieit une position et devient pre> 

tentieuse. 
FIRlTSOKA. Comme Faritsoka. 
FIRONGOM-BEHIVAVY. Voy. Fo- 

rongo. 
FlSAKA, adj. Mince et plat comme les 

planches. 
Fisahina, p. Qu'on aplatit. Fisaro, imp. 
Voa— , Noflnisaka, pp. Aplati. 
Mamisaka, va. Aplatir. Mamisaha, 

imp. Famisaka, s. Ce qu'on aplatit, 

maniere d'aplatir. 
Famisahana, a. L'action d r aplatir, I'ins- 

trument. Amisahaxa, rel. Amisaho, 



imp. 

Prend 

pam- 



Mifam— , Mampifam— , Mam- 



Mi—, vn. S'aplatir, rampcr, se faire pe- 
tit. Mifisaha, imp. Fi— , 8. Maniere de 
s'aplatir. 

Fifisahana, s. L'action de s'aplatir, de 
ram per, de se cacher. Ifisahana, rel. 
Ifisaho, imp. 

Fisapisaka, dupl. freq. de Fisaka. 

Maha—. Qui aplatit oupeut aplatir. 

MiTAMPisvKA. Voy. Tampi'saka. 

Fisauanirua ( lany, roa), adj. et s. Plat 
des deux cotes, comme les planches; 
nom d'un arbre. 

Fisatkndiio, s. Arbuste. 

FISAONANA (wona), s. Deuil. 

FIStSIKA {sisika), s. Epingle de toi- 
lette, broche. 

FISIT6NA, s. Feslon, les festons passes 
aux bonis des broderies. (Fr. festoh)'. 

F1S61TRA et FISOITRAFO (aoilra 



Digitized by 



Google 



FIT 



— 168 — 



PIT 



a/b), a. Instrument pour attiser.le feu. 

FI86KO {aoko), a. Petit pare 6labJi 
dans les znaisons a Tangle sadest ou 
Ton met les brebis, les cochons, les 
volailles. G'est parce qu'il faut en ge- 
neral secourber pour yen ire r qu'on lui 
donne le nom de Fisoko. 

FITAPlANA {tafy), a. HabiNement, 
vetement. 

FITAlZA (faua), 8. Tout ce qui est 
mis en reserve. 

FlTAKA, 8. Tromperie, fraude, sira- 

tageme, artifice, ruse. 
Fitahina, p. Qu'on trompe. Fitaho, 

imp. 
Voa— , Finitaka, pp. TrompS. 
Mamitaka, *a. Tromper. Mamitaha, 

imp. Fam/taka, a. Ceiui qu'on trompe, 

maniere de tromper. MPAurrAicA, 8. 

Trompeur, un four be. 
Famitahana, 8. Laction de tromper, 

les moyens. Amitahana, rel. Amitaho, 

imp. 

Prend Mifam— , Mampifam— , Mam- 

pam— . 
Mi— , vn. Aller a un endroit oppose. 

Mifitaha, imp. Fi— , 8. Maniere d aller 

a un endroit opposed 
Fifltahana, a. Action d'aller a un en- 
droit oppose. Ifitabana, rel. 
Haha— . Qui trompe ou peut tromper. 
Fitapitaka, dupl. frtq. de Fitaka. 

FITANA(ita), 8. Guo. 

FITANANA {tana), 8. Cbarme; gage, 
otage. ° 

FITANftHANA (tanika), 8. Fournaise. 

FITAOMANA. Voy. Taoka. 

FITAOVANA (tao), a. Preparatifs, 
comme ceux qu'on fait pour une 
guerre. 

FITARAlNANA (/araina), 8. Plainte, 
demande, supplique, accusation. 

FITARATRA (tara/ra), a. Glace, 

miroir. 
Fitara-m azava, 8. Nom donne aux juges. 

FITARIKANDRO (tarika, andro), 8. 

Etoile du matin: iaplanete Venus. 
FiTATRA. 8. Oiseau. Tarier a collier. 
tiTATBALA, a. Tarier des bois. Copcy- 

cnu8 albo specularis, Eydoux et 

Gervais. 

FITAVOKA [tavoka), 8. Piston des 
pompes et des soufflels malgaches; 
cbarme ad ministry aux chiens pour les 
rendre actifs. 

FITELfiMANA (telina), s. Le gosier. 
FITtA {tia), 8. Affection, attachement, 

amitie, gratitude; fig. don, present 

d'amitie, daflection. 
Mahakbly pit/a. Diminuer 1'atTection «n 



causant du deplasir ou en montrant 

trop d 'amour. 
Fitia KBTSA. II en est des affections comme 

d'un semis de riz ; elles poussent la oil 

on les transplante. 
Fitia jiifono Xvona. Affection dissimu- 

lee. 
Fitiax-drbnikelt. lit. Amour de maratrd; 

amour faux, hypocrite. 

FITiXT. 8. Fildecoton rouge int rod u it 
par les Arabes. 

FITtZY, 8. Corset des demoiselles. 

FtTO, adj. num. Sept. Fitopolo. Soi- 
cante-dix. Fitonjato. 8ept cents. Fito 
fito ou impito folo. Sept fois sept. Fito 
dia ny nalavan'ny hazo fisaka. La 
planche a sept pieds de long. 

Fitdlna, p.£Qu*on partage en sept. Ft- 
t6y, imp. 

Voa— , pp. Partage en sept. 

Mi—, vn. Etre partage en sept, so par- 
tage r a sept. Mifit5a, imp. Fi— , «. 
Etat de co qui est partage en sept. 
Mpi— , 8. Ge qui se divise en sept ; ceux 
qui composent des escouades de sept. 

Fifltdana, 8. L'action de se diviser en 
sept. Ifitoana, rel. Ifit6y, imp. 

FAHAFfTO. Septieme, le septieme; sept 
brasses. 

Ampahafitony, a. l«a septieme partie. 

Imp/to, adv. Sept fois. 

Manlmpito, ua. Faire pour la septieme 
fois. 

FANiMPfTONY, adv. Pour la septieme fois. 

Hafit6ana, a. Sept jours. 

AiziM-pfTo, 8. Tenebres tres denses. 

Auii-pfTO, adj. Tres obscur. 

Fan ah y fito, 8. Esprit qui sait se plier a 
tout, se faire tout a tous. 

Fito lbla. Serpent fabuleux a sept tetes. 

Fito loha, adj. Sept especes. 

Fitoravina,'8. Herbe. 

Fito vava, adj. Sept coups de canon. 

Hady fito sdsoifA. Fosse a sept enceintes; 
fig. difficile a en lever, bien garde. 

Harom-pito sdsdtfA, 8. lit. Cornell le com- 

{>osee desept, enlermees les unes dans 
es autres; fig. action de bien conser- 
ves 
Ilay FfTo, 8. Nom donne a sept jours de 
pluie. 

FITODIAN-TSAMBO (tody, sambo), 
8. Port, la oil les navires accostent. 

FITOtiRANA [toetra), 8.<Piace, lieu, se 

dit surtoutdes nattes ou on s'a&sied. 
Fitoeran-dabozy,— j(ro, a. Chandelier. 

FlTOERAN-DRANOMAlNTY, 8. EncHer. 

FITOHtZANA (tony), 8. Ce qui sert a 

enliter. 
Fitohizamralala, 8. Herbe Cyperus obtu- 

8ifolhi8 t Vahl. 

FITONDRANA (tondra), 8. La mani- 
ere de regir, de conduire, de sui veiller, 
d'agir avec. 



Digitized by 



Google 



FIT 



— 169 — 



FIT 



Fitoxdban' Andriamanitra, a. Providence, 
le gouvernement divin. 

Fitoxdran-drazana, s. 8e dit du service, 
des usages transmis par les anciens. 

FrrosDRAK-TBNA, 8. La conduit© person- 
nel le. 

FnoNDRAN-T^NONA, 8. Piece de bois qui 
fait mooter ou descend re la chaine en 
se mouvant a l*inte>ieur. 

FIT6RAKA (toraka), 8. Amulette at- 
tached aux comes d'un taureau de com- 
bat pour lerendre invincible. 

FITORlANA (tory; 8. Partie du barnf 
qui fait suite a la bosse du cdte droit. 

FITORIAN-TftNY ( tory, teny ), a. 
Chaire, estrade d'ou Ton parte; ser- 
mon, discours, cause portee aux tribu- 
naux. 

FIT6ROKA (toroka), a. Bambous 
places entre les chevrons et servant de 
lattis dans les toits. 

FlTRA, 8. Action d'essuyer, de torcber. 
Firana, p. Qu'on essuie. F/ro, imp. 
Afltra, p. Avec quoi on essuie. Apiro, 

imp. 
Voa— , Nofinitra, pp. Essuyd. 
Mamltra, va. Essuyer, torcber. Mam*- 

ba, imp. Famitra, 8. Ge qu on essuie, 

maniere de torcber. 
Famlrana, a. Action d'essuyer, le tor- 
chon. AMiRAKA, rel. Aufao, tmp. 
Mi—, vn. 8'essuyer apres avoir vaque 

aux besoins naturels. MifIra, imp. 

Fi — , a. Maniere de s'essuyer. 
Fiflrana, 8. L'action de s'essuyer, le 

torchon. If/rana, rel. Ivino, imp. 
Maha— • Qui essuie ou peut essuyer. 

FrntfcBIKA ( trebika), 8. Fourchetle, 
brocbe pour entiler le rdti, espece de 
barpon pour la peche. 

FlTSAKA. a. Action de s'aplatir, de 
diminuer de volume, de se tasser, do s'af- 
faisser, de s'accroupir, de se coucher, 
de se cacher, de se mettre au guet, de 
supporter, de jeter dans. 

Fltaahina, p. Qu'on aplatir, qu'on fait 
diminuer de volume, qu on tasse. Fitsa- 
bo. imp. 

Afltsaka, p. Qu'on aplatit, qu'on fait 
diminuer de volume, qu'on tasse, qu'on 
jette. Nafitsaky ny mpangalatra taoan- 
davaka ny entana. Le voleur jeta le 
paquet dans un trou Afitsaho, imp. 
Afitsaho ny volon-dohanao. Aplatissez 
vos cheveux. Afitsaho ny (any vao no- 
taomina. Tassez la terre nouvellement 
transported. 

Voa—, pp. Aplati, qu'on a fait diminuer 
de volume, tasse\ 

Tafa— , p. Qui s'est tasse, accroupi, cou 
che, cache\ qui a supported 

Mamitsaka, va. et n. Aplatir, faire 
diminuer do volume, tasser, jeter; s'ac- 
croupir, se coucher, so cacher, te met- 



tre au guet, supporter. NamiUaka too 
akekin' ny fatana izy. II s'est accroupi 

Eres du foyer. Namitsaka izy fandrao 
ita. II se cacha pour ne pas 6tre vu. 
Mamitsaka izy, fa tsy mabomby anao. 
II supporte, parce qu'il ne peut pas lut- 
ter contre vous. Mamitsaha, imp. Fam{- 
tsaka, 8. Ce gu'on aplatit, maniere de 
supporter. Mpamitsaka, s. Celui qui 
aplatit, qui se cache. 

Famitsahana, a. L'action d'aplatir, de 
tasser, l'instrument, le lieu. AmitsAhana, 
rel. A m its ah o, imp. 

Prend Mifam— , Mampifam— , Mam- 
pam— . 

ML—, vn. et adj. S'aplatir, diminuer de 
volume, Se tasser, saflaisser, s'accrou- 
pir, se coucher, etre couche, se cacher. 
Mifllsaka ny volondoha lena. Les che- 
veux mouitl£s s'aplatissent. Mifitsaka 
ny mololo raha terena. La paille dimi- 
nue de volume lorsqu'on la presse. Ni- 
fitsaka ny tany azou' ny ranonorana. 
La terre s'est afFaissee, ' tassee & cause 
de la pluie. Mifitsafta ny miaramila 
mba tsy ho voan ny bala Los soldats 
se coucbent pour ne pas etre atteints 

Ear les balles. Mifitsaka ny tahom- 
ary azon* ny rivotra. Les tiges du riz 
sont couchees a cause du vent. Nifitsa- 
ka tao an-trano izy, fa natahotra. 11 
s'est cach6 dans la maison, parce qu'il 
avait peur. MifitsAha, imp- Fi— , 8. 
Maniere de se coucher. Mpi— , a. Celui 
ou co qui se ctuche a terre. 

Fifitsahana, a. L'action de se coucher 
a terre, le lieu. Ifitsahana, rel. Ifitsa- 
uo, imp. 
Prend Mampi— , Mifam pi—. 

Maha—. Qui aplatit ou peut aplatir. 

Fitsapitsaka, dupl. fr&q. do Fitsaka. 

FITSARANA (tsara), a. Jugement, 
tribunal, discernement; nom do::n6 au 
tanguin. 

F»tsara-mitan(la, 8. Partiality. 

FlTSARANA TSY ATENDRV HAVANA. II n'eSt 

pas juste de rendre sons motif les 
parents responsables d'un mal. 

FITStNDRONA (isindrona), 8. Four- 
chette, espece do harpon pour la peche. 

FITSlNJO [t8injo) t a. Charme donne 
aux taureaux pour dScourager leurs 
adverse ires. 

FiTStxj(5vANA, 8 Elevation siluee aux por- 
les des villages ou derricre les murs des 
emplacements, oil Ton monto pour re- 
garder au dehors- 

FITSIPlHANA (tsipika), 8. Ce qui sert 
a tracer des lignes com me lo cordon, 
lo crayon. 

FiTsfpiKA, 8. Regie. 

FlTSOKA, s. Action de flanquer un 
coup, de lancer un coup, des paroles, 
do ddpenser, de vendre, de gripper, de 
faire rondement, parfaitemeot. 



Digitized by 



Google 



FO 



170 — 



FOA 



Fits6hana, Fitsdfana, p. A quoi on 
flanque, on lance, qu'on grippe, qu'on 
fait rondement, parfaitement. Nofitso- 
hany karavasy ny soavaly. II a flanque 
un coup de cravache au cheval. Nofi- 
tsohako valo ny omby. J'ai lance un 
coup de pierre au bceuf. Nofitsohany 
ny voankazoko rehetra. II m'a gripp6 
tous mes fruits. Nofitsohany ny asa. 
II a lait rondement le travail. FitsOhy, 
imp. 

Afitsoka, p. Qu'on lance, qu'on defen- 
se, qu'on vend, qu'on fait parfaitement. 
Tahamaina mafy no nafitsony azy. II 
lui a lance un fort soufflet. Mafy ny teny 
nafitsony azy. II lui a lance des paro- 
les dures. Nafitsony tamy ny fanaovan- 
trano ny volany renetra. II a defense 
tout son argent pour batir une maison. 
Nafitsony ny ombiny rehetra. II a veo- 
du tous ses boeufs. Tsara ny soratra 
nafitsony. II a fait une£criture parfai- 
te. Afjtsohy, imp. 

Voa~, Nofinitsoka, pp. Contre qui on 
a Iance\ qu'on a depense, vendu, grippe, 
fait rondement, parfaitement. 

Mamitsoka, va. et n. Flanque r, lancer, 
d6penser, vendre, gripper, faire ronde- 
ment, parfaitement. Namitsoka indrin- 
dra izy tamy ny namany rehetra. II a 
fait plus parfaitement que tous ses ca- 
marades. Mamits6ha, imp. Famitsoka, 
S. Ce qu'on lance, maniere de lancer. 
MpamItsoka, s. Celui qui lance. 

Famits6hana, s. L'action de lancer, 
1'instrument, la vente, la depense. Ami- 
ts6hana, rel. Amitsohy, imp. 
Prend Mifam— , Mampifam— , Mam- 
pam— . 

Mi— f vn. Eire lance sur, etre depense. 

Maha— . Qui bat ou peut lancer. 

Fitsopitsoka, dupl. frtq. de Fitsoka. 

FIVALANANA ( valanaj, s. Le cours 
d'uno riviere, lieux d'aisance, purge, 
excrements 

FIVAL6ZANA ( valo ), s. Action de 
demander pardon, repentir, penitence. 

FIVAVAHANA ( vavalta ), s. Action 
de prier. formule de priere, lieu cou- 
saer6 a la priere; religion, secte. 

FIVJfcLY (vely), 8. Tout instrument 
pour trapper, marteau, maillet. 

FlVELY FAXDRAKA, S. Maillet. 

FIV6Y ( voy ), s. Ramc pour faire avan- 

cer la pirogue. 
FIZlO, 8. Fusil. (Fr. fusil ). 
FIZ6INA Voy. Zo. 

FIZOFlZO, r. Long. duet. 

Mi—, vn. Etre long, Hunt, svelte. Fi— , s. 

L'etat de ce qui est long et fluet. 
F6, s. Coeur, interieur, moelle de cer- 

taines plantos; fig. volonte, courage, 

desir, intention. 
FoiziNA, adj. Chatouilleux, susceptible, 



qui se fache facilement, qui dScharge 

sa colere a tort et a travers. 
Be fO\ adj. Qui entre dans une colere 

motivee, comme les parents admones- 

tant leurs enfants. 
Entim-p6, adj. Qui s'emporte, violent. 
Iray f6, adj. Qui n'ont quun cceur et 

3u'une ame, qui s'aiment, qui s'enten- 
ent. 

Iray tamp6, adj. lit. Qui ont <§t6 daos le 
raeme sein; enfants de meme mere; se 
dit aussi des descendants dune me* me 
souche. 

Lolom-p6 {lolo), s. Rancune. 

Otri-po [otrika),s. Ressentiment, ven- 
geance. 

Mamy fo velona. Voy. Hamy. 

Makome fo, ra. Exciter, pousser a la co- 
lere, a la revolte. 

Fo adala, s. Amour eperdu, qui ne se 
d£concerte pas malgre les refus. 

Fo afaka tsy ananax-tsi'x y. Lorstju'on 
en a assez ou qu'on en est d6goute, on 
est exempt de reproche. 

Fo emdoka, 9. Cceur volnge dont la dou- 
leur se dissipe promptement. 

Fo lavanan' axdro ( lava, andro ), s. Res- 
sentiment pro fond et de longue duree. 

Fo lentika, s. Rancune profonde. 

Fom-uato, s. L'interieur des pierres. 

FoM-Dinv, s. lit. Coeur des animaux; fig. 
cceur dur, sans pitie\ 

Fo milafi-karexa, s. Action de compter 
sur ses richess<»s pour tout oser. 

Fo mivontO, s. Co?ur gros de rancune. 

Fox' Itrimo. Voy. Tiumo. 

Fonjoz<5ro, 8. Moelle des Zozoro. 

Fon-kary, 5. Irascibility, cruaute. 

Fox-kIsatra, s. Moelle des joncs. 

Fon' ny mpanefy, s. Irascibilite. 

Fox' ny mpifoka rongoxt. Comme Fonkary. 

Fon'(5loxa, 8. Cceur humain au physique 
et au moral; qui salt se com porter di- 
gnement en lout, qui a bon cceur. 

Fonojubim.vixty, s. Le pique au jeu de 
cartes. 

Foxomdimena, s. Bonnet phrygien; le 
cceur dans le jeu de cartes. 

Fon-tkxa, s. Ce que Ton tient pour agre- 
able, (iit'on aime, qu'on desire pour 
soi. 

Fo tsy aritra, s. Volailles qu'on mange 
a la veille du Fandroana pour attendre 
les boeufs qu'on tuera en ce jour; petite 
jouissanee aceordeo preaiablement a 
I'impatience. 

Fovato, 8. Coeur de pierre ; petit insecto 
tres dur. 

Fo vomanga masaka. 8. Cceur trop debon- 
naire, trop sensible. 

FOA, s. Terme de b'-noiliction usite par 
les parents en aspergeant leurs enfanls 
avec une bouchee d'eau. 

FOABA, 8. Vociferations, elameurs, pa- 
roles de colere. 



Digitized by 



Google 



FOD 



— 171 — 



FOF 



Mi—, vn. Vociferer, clabauder,* Fi— , a. 

Meniere rle vociferer. 
Fifoabana, s. L'action de vociferer. 

Ifoabana, rel. 

F0AKA. Comme Safoaka. 

F6ANA, adj. et adv. Vide, vacant, 
sans occupant, sans culture, vain, frivo- 
le, insignifiant, inutile, epuise, perdu, 
qui no se realise pas; sans but, inutile- 
ment. Foana -ny trano, ny tan an a. La 
maison, le village est vide. Foana io 
tauimboly io. Ce champ est inculte. 
Hevi-poana izany. Ce sont des pensees 
vaines, frivoles. Zava-poana ny haren* 
ny tany. Les biens de la tcrre sont des 
choses vaines. Foana ny fangatahanao. 
Voire deraando est inutile. Foana ny 
bareko. Ma fortune est dpuisee. Foa- 
na ny androko anio. Ma journoe est 
perdue. Foana ny fikasako. Mes projets 
ne sont pas realises. Miasa foana hia- 
nao. Vous travaillez inutilement. 

Foanana, p. Qu'on vide, qu'on 6puise. 
qu'on nnnule, qu'on ralle, qu'on deva- 
hse. Nofoanana ny trano. On a vide la 
maison. Nofoanari ny fanjakana io la- 
laua io. Le gouvernement a annule cette 
loi. NofoanarC ny tontakely ny lamina. 
Les voleurs ont devalis6 le village. Foa- 
ny. Foano, imp. 

Voa—, pp. Vide, annule, devalise. 

Man a—, Mamdana, va. Vider, epui- 
ser, annuler, devaliser. Manafoana, imp. 
Faha— , 8. Ce qu'on vide, maniere d'an- 
nuler. Mpana— , s. Celui qui annule. 

Fanafoanana, s. L'action de vider, do 
devaliser, de raflor, d'annuler. Anafoa- 
xana, rel. Anafoano, imp. 
Prend Mifanr*— , Mampifana— , Mam- 
pana— . 

Maha — Qui rafle, peut annuler. 

Foamp6ana, dupl. fre'q. do Foana. 

Manaonao f6ana. En faire pour I'acquit, 
a tort et a travers. 

MiTE.viTBNY foana. D6lirer, radoter, par- 
ler inutilement, dire des balivernes. 

FOARAKA 7 8. Le boeuf immole apres 
les ceremonies funebrcs. 

F6DT, s. Cardinal. Foudia madagas- 

carien8i8, L. 
Fodifbtsy, s. Especc do Ploccus qui cons- 

truit au-dessus des cou rants d'eau un 

nid dont Ten tree piaeee en bas forme 

comme un long tube. 
Fodilaoimbna, 8. Nom donne au cardinal 

male lorsqu'il a muo en rouge; le 

glaieul rouge. Gladiolus ignescens, 

Bojer. 
Fodisiainty, 8. Oiseau. Especc do Ploceus 

ou Nelicurvis lisserius. (Multi). 
Fodimavo, 8. Ploceus sahalava, Hart- 

laub, on Nelicurcis sakalava, Schlegel 

et Pollon. 

F6DY, s. Retourau meme maitre, aclion 
de Se dedire, de rompre un contrat. 



Afddy, p. A retonrner, qu'on rend, 
dont on se dedit. Nafodilto tamy ny 
mpivarotra ny famantaranandro. J'ai 
rendu la montre au marchand. Afodio, 
iynp. 

Voa—, pp. Retourno, rendu, (contrat) 
eass6. 

Tafa— , p. Qui est revenu au marchand, 
qui s'est dedit. 

Mam6dy, va. Rendre, retourner, rom- 
pre un contrat. Mamodi'a, imp. Fas'6- 
dy,«. Ce qu'on rend, maniere do rendre. 
Mpamody, s. Celui qui rend, qui rompt 
un contrat. 

Famodiana, a. L'action de rendre, de 
retourner, de rompre un contrat. Amo- 
diana, rel. Amodio, imp. 
Prend Mifam— , Mampifam— , Mam- 
pa m— . 

Mi—, vn. Revenir au premier marchand 
ou au premier maitre, se dedire. rompre 
un contral. Mifody lava izy. II se de- 
dit continuellement. Mifodia. imp. 
Fi— , 8. Maniere de se d&liro. Mpi—, s. 
Celui qui se d<klit. 

Flfodlana, s. L'action de se dedire. Ifo- 
diana, rel. Ifodio, imp. 

Maha—. Qui retourno ou se dedit. 

Fodifody, dupl. freq. de Fody. 

Mimpody, vn. Kevenir a son premier etat, 
revivre, ressusciler. 

Mimpody arahaba. Rechutcr, rctorabor; 
t romper 1'attentc ou les espdrances 
donnecs. 

FOD t ANA {ody), s. La ou Ton retour- 
ne, domicile ou Ton revient habituel- 
lement. 

F6FY, 8. Instrument pointu en os ou en 
come qui sert a separer les cheveux, a 
tracer les raies des tresses. 

F6FO, s. !• Action de contractor des 
fiancailles ; 2° aclion de se determiner 
a unmauvais projet. 

Fotfoina, p. Qu'on choisit pour fiancee ou 
pour do mauvais des§ems. Nofofoin 
ny ray aman-dreny ho vadin' ny zanany 
io zazavavy io. Les parents ont choisi 
cette fille pour etre lepouse de leur 
garcon. Nofofoinij hovonoina alio. II 
a projete deme titer. Fofoy, imp. 

Voa—, pp. FiancSo, determine pour 
etre l'objet d'un mauvais coup. 

Mam6fo, ra. C.hoisir pour fiancee. Ma- 
mofoa, imp. Pamofo, a. Maniere de 
choisir pour fiancee. Mpamofo, s. Celui 
qui choisit pour fiancee. 

Famof6ana, 8. L'action de proicter. les 
fiancailles. Amofoana, rel. Amofoy, 
imp. 

Prend Mifam— , Mampifam—, Mam- 
pam— . 

Mi—, va. Concevoir, arreter un mauvais 
dessein. Mifof6a, imp. Fi— , 8. Me- 
niere de projeter. Mpi—, a. Celui qui 
est determine a un mauvais dessein. 



Digitized by 



Google 



FOF 



— 172 — 



FOF 



Fifofdana, a. Le mauvais dessein. Ifo- 

f6ana, rel. Ifof6y, imp. 
Maha— • Qui arrete ou peut arreter un 

projet sur. 
Fofom-bady, a. Fianc6. 
Fofon-dam6sina, 8. Cadeau donne par un 

enfant a ses parents ou aux nour riders 

qui Pout Sieve en le portant sur le dos. 

FOP6ANA [fofoiU 8. Le giron. 
Am-pof6ana, adu. Dans le giron. 

FOFOF6FO, 8. Souffle violent, brise 

forte; fig. fureur. 
Mi—, vn. Souffler fortement ; fig. travail- 

ler vigoureusement, etre en fureur. 

Fi— , 8. Maniere de souffler. Mpi—, 8. 

Co qui souffle. 
Fifofofof6ana t a. L'action de souffler 

fort, de travail ler vigoureusement, la 

fureur. Ifofofof6ana, rel. 

F6FOKA, 8. Coup, atteinte, chute; 
grippe. 

Fofdhana, p. Qui est battu, qui est at- 
teint par la maladie. Nofofohany ta- 
hamaina ny zanany. II a fourro un 
soufflet a son enfant. Fofohy, imp. 

Afdfoka, p. A battre. & precipiter, que 
la grippe atteint ; fig. qu'on vend ou 
qu'on depense totalement, qu'on rafle. 
Nafofony tao ala-trano ny kidorony. II a 
jet6 sa paillasse hors dela maison. Na- 
fofony ny taniny rehetra. II a vendu tou- 
tesses terres. Nafofony tamy ny toaka 
ny fananany rehetra. II a d£pens(§ toule 
sa fortune en buvant du rhum. Nafo- 
foky ny tontakely ny tao an-tranony 
rehetra. Lesvoleurs ont rafl6 tout ce 
qu'il avait dans la maison. Afof6hy, 
imp. 

Voa—, pp. Battu, jcte\ grippe, vendu, 
rafle\ 

Tafa- . p. Quis'astjote\ precipite\ 

Mam6foka, va. Battre, frapper, preci- 
piter, atteindre de la grippe, vendre 
totalement. Mamof6h a, imp. FajkJfoka, s. 
Ce qu'on bat, maniere de battre. Mpa- 
m6foka, 8. Celui ou ce qui bat, qui grip- 
pe 

Famofdhana, s. L'action de batlro, de 
precipiter, de gripper. Amof6hana, rel. 
Amof6hy, imp. 

Prend Mifam— , Mampifam—, Mam- 
pam— . 

Mi—, vn Se jeter, se precipiter, tomber, 
»Hre gripped Nifofoha tao analy rano 
ityadalu ity. Cet imbecile est tombd 
dans reau.'MiPOPdiiA imp. Fi— , a. Ma- 
niere de tomber, etat de celui qui est 
grippd. Mpi—, a. Celui qui tombe fre- 
quemment, qui est souvent gripped 

Fifof6hana, a. L'action de se precipi- 
ter, la grippe. Ifofuha.na, rel. I fofo- 
hy, imp. 

Malta— . Qui bat, qui precipite ou peut 
precipiter, qui grippe. 

Fofopofoka, dupl. fY4q. de Fofokt. 



F6FONA, 8. Odeur, fumet, exhalaison, 
souffle, vapeur ; fig. reputation. Man- 
dre /b/bn-dratsy aho. Je sens une mau- 
vaise odeur. Mandraraka ny fofon % ireo 
vonin-drozy ireo. L'odeur de ces roses 
embaume I'air. Tsara ny fofon" io na- 
handro io. Ce metsaun excellent fumet. 
Ratsy ny /b/bn-tany etc. II y aici de 
raauvaises exhalaisons du sol- Mbola ro- 
ko ny fofon" ain' io marary io. Je sens 
encore le souffle de la respiration de ce 
malade. Ny /b/bn-drano no mampan- 
deha ny sambo sitimo. La vapeur d'eau 
fait marcher les naviresa vapeur. 

Foflonana, Fofdnina, p. Sur qui ou 
sur quoi on envoie le souffle de son ha- 
leine ou une bouffee de fum6e. Nofo- 
fonany setroka izy. 11 lanca surluiune 
bouffee de fumee. Fofony, imp. 

Voa—. pp. Sur qui ou sur quoi on a en- 
voye son souffle ou une bouffee de. 

Mambfona, va. et n. Envoyer une 
bouffee de; exhaler, repandreune odeur, 
sen l ir mauvais. Afamofonaity hena ity. 
Ccite viande sent mauvais. Manofona, 
imp. F*mo>ona, a. L'exhalaison ropan- 
due. Mpamofona, a. Ce qui exhale une 
odeur. 

Famofonana, a. L'action d'envoyer une 
bouffee de, d'exhaler une odeur. Ano- 
fonana, rel. Amofoxy, imp. 
Prend Mifam—, Mampifam—, Mam- 
pa m—. 

Fofompofona, dupl. freq. do Fofono. 

Fofom-paty, 8. Odeur de cadavre, odeur 
fdtide. 

FOFOSARlTA, imp. Imprecation : p6- 
ris de fond en corable, que tes os soient 
£parpil!6s et sans sepulture! 

F6FOTRA, a. L'action d'agiter le 

soufflet, de chauffer ; fig. grands efforts. 

Fofdrina, p. Qu'on agite pour souffler. 

3u'on chauffo, qu'on active, a qui on 
onne un coup.Tsy mbola azony fofd- 
rina ny tafoforana. II ne peut pas 
encore faire mouvoir le soufflet. Tsy 
mbola nofoforina tsara ny vy. Le 
ler n'a pas encore et6 bien chaufle. 
Tokony nofoforinao kely ireo mpiasa 
ireo. ILvous faut activer un peu ces 
travailleurs. Nofoforiny tamy ny te- 
hina izy. II lui a doune un coup de can- 
ne. Fof<3ry, imp. 

Aflofotra, p. iLe soufflet) avec lequel 
on souffle, ce qui sert a frapper. Afof6- 
ry, imp. 

Voa—, pp. Sur quoi on a agile le soufflet, 
qu'on a active\ irappe. 

Mamdfotra, Mi—, ra. et n. Agiter le 
soufflet, chauffer, activer, faire de grands 
efforts, s'appliquer. Mamofotra, mifo* 
fotra amy ny nanarana izy. II s'appli- 
que lortementa lVHude. Mamof6ha, Mi- 
fofora, imp. Fam— , Fi— , a. bur quoi 
ou souffle, qu'on chaufle, qu'on active, 



Digitized by 



Google 



FOH 



— 173 — 



FOB 



qu'on frappe, maniere de souffler. 

Mpam — , Mpi—, s. Le souflleur. 
Famofdrana, Fifofdrana, a. L'action 

d'agiter le soufflet, de chauffer, de s'ap- 

pliquer. Amoforana, Ifof6rana, rel. 

Amof6ry, Ipof6ry, imp. 

Prend Mifam— , Mampifam— Mam- 

pam— , Mam pi— , Mifam pi— . 
Haha— . Qui agite le soufflet, qui s'appli- 

que ou en est capable. 
Fofopdfotra, dupl. friq de Fofotra. 
Tafof6rana,8. Soufflet ; fig. fente, trou par 

lequel le vent entre et souffle. 

F6HA, a. Action de se lever, de se dres- 
ser.de se mettre sur son seant ; fiq. 
action de reveiller, de ressusciter 10 
passe. On sesertaussi de ce mot com- 
me impdratif : Foba. Levez-vous, sor- 
lez du lit. 

Fohazina, p. Qu'on fait lever ; fig. qu'on 
remet sur le tapis. Fobazy, Forazo, imp. 

Voa—, pp. Qu'on a fait lever, qu'on a re- 
veille. 

Tafa— , p. Qui s'est leve\ 

Mamdha, va. Faire lever, reveiller, res- 
susciter une affaire, remettre sur le ta- 
pis, evoquer. Aza mbola mamoha ny 
zaza kely. Ne re\eillez pas encore l'en- 
fant. Aza mamoha izany raharaha iza- 
ny. Ne remettez pas cette atlaire sur 
le tapis. Mamoha angatra. Evoquer les 
esprits. Mamobaza. imp. Fam6ha, s. Ce 

au'on fait lever, maniere de faire lever. 
Ipam6ba, 8. Celui qui reveille, qui fait 
lever. 

Famohazana, s. L'action de faire lever, 
de ressusciter une affaire, le temps. 
Amouazaka, rel. Amobazy, Amobazo, 
imp. 

Prend Mifam—, Mampifam—, Mam- 
pam— . 

Ml—, vn. 8e lever, sortirdu lit, se dres- 
ser. Tsy mifoha izy rahatsy hetsiketse- 
bina. II ne se Ieve que lorsqu'on le re- 
mue. Mifobaza, imp. Fi— , 8. Maniere 
de se lever. Mpi — , a. Celui qui se leve. 

Fifohasana, s. L'action de se lever, le 
moment. Ifobazana, rel. Ifohazy, imp. 

Maha— . Qui fait lever ou peut faire le- 
ver. 

Fohafdha, dupl. friq. Mot usite dans 
les sikidy pour les exciter. 

Mamobafoua volo. Hebrousser les che- 
veux. 

MiFOBAFOBA v6lo. Avoir les cheveux he>is- 
ses. 

Famoramandry, s. Reveille-matin. 

Tsy habafoba trna. So dit des persounes 
qui ont le sommeil dur, qui ne peuvent 
pas se lever d'elles-memes. 

Mamoha fota-mandry. Reveiller une af- 
faire facheuse. 

Lolo mamoha angatra. Mai qui ravive un 
mal ptre, se dit des person nes et des 
c hoses. 



Mifoha olo-mazoto, ado. lit. Lorsque les 
gens actif se levent ; de grand matin. 

FdHATRA, adj. FJ6tri, gate, se dit des 
vegetaux. 

Harongam-p6batra, adj. Completemont 
detruit. 

F6H&HATRA, adj. Qui a, qui eprou- 
ve du dommage, du malheur, de Tin- 
fortune. Fobebara, imp. Sois maudit! 

Foheharina, p. A qui on fait eprouver 
du malheur, de l'infortune. Fohbbaro, 
imp. 

Voa—, pp. Qui a eprouve du malheur. 

Mamohenatra, va. Faire eprouver un 
malheur, une perte, un dommage, abi- 
roer. Namohehalra ahy io ldlana io. Ce 
chemin m'a porle malheur. Namoheha- 
tra ny varotro io kinanga io. J'ai gprou- 
ve une grande perte dans mon com- 
merce, parce que je me suis aventure. 
Mamohehatra ireo ankizy ireo. Ces 
enfants abiment tout. Famohbbatra, a. 
Maniere de faire eprouver un malheur. 
Mpamobbhatra, 8. Gelui qui fait Eprou- 
ver une perte, un dommage. 
Prend Mifam—, Mampifam—, Mam- 
pam— . 

Ml—, vn. Avoir du malheur, de l'infor- 
tune. Fi— , 8- L'etat de celui qui Eprou- 
ve un malheur. Mpi—, a. Gelui qui 
eprouve un dommage. 

F6HY, adj. Court, bref, laconique, pe- 
tit. Fohy ny andro izao. Les jours sont 
courts maintenant. Fohy ny laha-teny 
nataony. Le discours qu il a prononce 
etait court. Fohy ro zazalahy io. Co 
garcon est petit. 

Hafonezina, p. Qu'on raccourcit, qu'on 
abrege. Hafobbzo, imp. 

Voa—, pp. Raccourci, abreg6. 

MamOhy, Mana— , va. Raccourcir, 
abreger. Mamobeza, Manafobbza, imp. 
Famohy, Fana— , «. Ce qu'on abrege, 
maniere de raccourcir. Mpam6by, Mpa- 
na— , 8. Celui qui raccourcit, qui a- 
brege. 

Famohezana, Fanafohezana. a. L'ac- 
tion de raccourcir, d'abreger, I'instru- 
ment, 1'abreviation, l'abrege, le resume. 
Amohbzana, Anapohezana, rel. Amobbzo, 
Anafohbzo, imp. 

Maha—. Qui raccourcit ou peut abreger. 

Fohlf6hy, dupl. de Fohy. 

Fahaf6by, Fahafobbzana, Haf5hy, Hafo- 
hkzana, 8. La brievete, la petitesse. 

Foby fb, adj. Qui a les jam bos courtes; 
fig. qui n'arrive pas, qui n'atteint pas, 
msuflisant. 

Foby fiainana, adj. Qui a peu d'air pour 
respirer, qui respire difhcilement, qui 
a la vie courte. 

Fohyfwbry, adj. Myope. 

Foby fisainana, adj. Depourvii de juge- 
ment. 

Foby bbvitra ou saina, adj. Esprit sans 
portee, borne. 



Digitized by 



Google 



IFOI 



— 174 — 



FOK 



Fohy siraxa, adj. Qui a les cuisses cour- 

les. 
F6HINA, p. dc Foka. 

P6Y, p. et adj. \* Eclos ; fig. divulgue\ 
Foy ny atody. Les aiufs sont eclos. Ny 
teny atody, ka raha foy raanana elatrn. 
Un secret est comme un ceuf qui 6clot, 
lorsqu'il est divulgue il vole partout. 
2* Perce\ creve, se dit d'une enflure. 
Foy ny vay. Le furoncle est perce. 

Foizlna, p. Qu'on fait eclore ou suppu- 
rer, qu'on 6erase comme un pou. Fo/zo, 
imp. 

Voa— , pp. Eclos, ecrase\ 

Mam6y, vn. Se percer, suppurer. Ma- 
MoizA, imp. Famoy, s. Maniere do suppu- 
rer. 

Famoizana, 8. La suppuration, l'ins- 
trument. AmoIzana, rel. AmoIzy, AmoIzo, 
imp. 

Prend Mifam—, Mampifam— , Mam- 
pam— . Mifamoy hao. Se tuer recipro- 
uuement les poux. 

Mi—, va. et n. Ecraser les puces, les 
poux, sortir d'une ombuscade. MifoJza, 
imv. Fi— , 8. Maniere decraser. Mpi— , 
s. Celui qui 6crase. 
Prend Mampi— , Mifampi— . 

Maha— . Qui fait £clore, suppurer, qui 
eerase ou peut ecraser. 

Foif6y, dupl. freq. de Foy. 

Foy hehy, adj. et a. So dit d'un enfant 
qui rit pour la premiere fois; le present 
que lui donne celui qui l'a fait rire le 
premier. 

F6Y, p. Abandonne\ cSde a, donne a, 
dont on se dcsiste, a quoi on renonce, 
qu'on rejette, qu'on supporte. Foiho ho 
anao ily antsipika ity. Je vous donne ce 
couteau. Foiko ho an' Andriamanitra ny 
sitra-poko. J'abandonne a Dieu ma vo- 
lonte. Tsy foiho ny tranoko. C'cst avec 
peine que j'abandonne ma maison. Foin' 
ny flanakaviany izy. II est rejete do sa 
famille. Tsy foiko ny mandao anareo. 
C'est avec peine quo je vous quitte. 

Af6y, p. Qu'on abandonne, qu'on cede, 
qu on sacrifie, a quoi on renonce, qu'on 
rejette. Nafoiny ho any ny sakaizany 
ny ainy. II a sacrifie sa vie pour son 
ami. Nafoiho ny peratra very. J'ai 
renonce a 1'annoau que j'ai perdu. Afo/- 
zo, imp. 

Af6y, p. Qu'on abandonne, a quoi on 
renonce, qu'on cede a, qu'on rejette. 
AfoIzo, imp. 

Mamdy, va. Abandonner, renoncer a, 
c< j dor a\ donner. Mamoiza, imp. Fa- 
moy, «. Ce qu'on abandonne, maniere de 
renoncer a. Mi»am<3y, 8. Celui qui aban- 
donne. 

Famoizana, s. L'action dabandonner, 
dc renoncer; les souvenirs donnas aux 
defunls le matin du premier jour de Tan 



ou Fandroana. Voy. ce mot. Amoi'zana, 
rel. AmoIzo, imp. 

Prend Mifam—, Mampifam—, Mam- 
pam— . 

Malta— . Qui abandonne ou peut aban- 
donner. 

Foifoy, dupl. freq. de Foy. 

Mamoy aina. Faire le sacrifice do sa vie, 
s'exposer a la mort, perdre un enfant. 

Mamoy f6. Desesperer. 

Havantsy foy, s. Parents et amis cheris. 

MAHAFOY URANY, PA TSY MAHAFOY MlHlJfTSA- 

na, proi?. Donner la mesure pleine sans 
permettre de tasser le contenu en la 
8ecouant; fig. donner juste, et rien de 
plus, refuser de* donner une petite quau- 
tile apres en avoir donne une grande. 

F6INA, 8. Action de bloquer les pions, 

lesjetons. 
Foinana, p. Qu'on bloque. Foino, imp. 
Afoina, p. Avec quoi on bloque les pions, 

on les prend pour rien. Afoi'no, imp. 
Voa—, pp. Bloque, cerne. 
MamOina, va. Bloquer, corner. Faboi- 

na, s. Ce qu'on bloque, maniere de 

cerner. Mpamoina, s. Gelui qui bloque, 

se dit du joueur et du jeton. 
Famoinana, s. L'action de bloquer. 

Amoikana, rel. Amo(no, imp. 

Prend. Mifam—, Mampilam— , Mam- 

nam—. 
Maha—. Qui bloque ou pent bloquer. 
Fc4mp6ina, dupl. frdq. de Foina. 

F6lTRA,8. Nombril des animaux et 
des fruits; fig. le centre, I'abouttssant 
de. 

Didy foitra, 8. Action de couper le cor- 
don ombilical ; cii concision. 

Mandidy foitra. Couper le cordon ombi- 
lical, circoncire. 

FoiBfcxY, s. Le point central ou se croi- 
sent les lignes dans le jeu du Fanoro- 
na; le centre, l'a bout issant, la capitale. 

Fouaza, s. Le cocon d'un insecte renfer- 
mant ses ajuls; excroissance, fongus. 

Foi-kazo, s. NoDud des arbres so formant 
ordinairement la oil une branche a 6t6 
coupee. 

Foitr amfixga, s. La protuberance du 
bouclier. 

Foitra ivoho, *. lit, Nombril sur le dos; 
fig. I'impossible. 

F6IZINA, p. de Fo Impatient, suscep- 
tible. 

F6KA, adj. Qui a perdu la leto, lete 
16gere, imbecile, idiol. 

Hafokaina, Afokaina, p. Qu'on traite 
en sot, dont on se moque, qu'on mepri- 
se, qu'on deprecie. Nafokain' ny ankizy 
ilay solabe ka nisafoaka. Les garcons 
se sont moques de ce vieux chauve et 
Ton I rendu lurieux. Aza afohamao toy 
izany ny varotro. Ne d^prcciez pas 
ainsi ma marchandisc. Afokay, Afokao, 
imp. 



Digitized by 



Google 



FOK 



— 175 — 



FOK 



Mana— , va. Trailer en sot, se moquer, 
mcpriser, dSprecier. Manafoka, imp. 
Fana— , 8. Celui dont on s'amuse, ma- 
niere de traitor en sot. Mpana— , s. 
Celui qui traite en sot, qui rend ridicu- 
le, qui tient los autres pour imbeciles. 

Fanafokana, s. L'action de traiter en 
sot, de samuser de quelqu'un. Anafo- 
kana, rel. Anafokao, imp. 
Prend Mifana— , Mampifana— , Mam- 
pana— . 

Maha— . Qui rend imbecile, qui traite 
ensot. 

Fopoka, dupl. dim. de Foka. 

Fokafloka, autre dupl. Emporte, qui ne 
tient compte de rien, qui agit en aveu- 
gle, en 6tourdi. 

Ml—, vn. S'em porter, ne tenir compte 
de rien. Mifokafoka, imp. Fi— , s. Mani- 
ere de s'emporter. Mpi—, s. Celui qui 
s'emporte. 

Flfokafok&na, s. L'action de s'empor- 
ter, de ne tenir compte de rien. Ifoka- 
fokana. rel. Ifokafokao, imp. 
Prend Mampi— , Mifampi—. , 

Malta—. Qui cause ou pout causer l'em- 
portement. 

F6KA, 8. Ce qui reste en terre d'un ar- 
bre coupe\ 

Vody f6ka, s. La souche des arbres cou- 
pes. 

F6KA, 8. Action de humer, de fumer, 
d'aspirer, d'absorber rhumiditd et les 
liquides, de pomper. 

Fdhlna, p. Qu'on hume, qu'on fume, 
qu'on aspire, qu'on absorbe, qu'on 
pompe. Fohin' ny pompa ny rano. La 
pompe aspire l'eau. Fohin' ny tany ny 
ranonorana. La terre absorbe la pluie. 
F6hy, imp. Fohy ny hanitr' ireo vonin- 
kazo ireo. Humez le parfum de • ces 
fleurs. Fohij ny amoniaka. Aspirez I'am- 
moniaque. 

Af6ka, p. Qui sert a aspirer, a pom per. 
Ap6hy, imp. 

Voa—, pp. Hume, fume\ aspire, absorbe. 

Ml—, va. Humer, fumer, aspirer, absor- 
ber, pomper. MiFtfnA, imp. Fi— ,. s. Ce 
qu'on fume, maniere d'absorber. Mpi—, 
8. Un fumeur, celui qui hume, qui ab- 
sorbe. 

Fif6hana,s. L'action de turner, d'ab- 
sorber, l'insirument, la pipe, le porte- 
cigare, le lieu. If6hana, rel. lFdnY, 
imp. 
Prend Mam pi— , Mifampi—. 

Maha— . Qui fume, absorbe, peut fu- 
mer. 

Fopoka, dupl. dim. de Foka. 

Mifoka paraky,— rongony. Fumer la 
pipe ou le cigare, le chanvre. 

Mifo-drano. Absorber les liquides, les 
pomper. dessecher. 

Fq-delo, 8. Keniflement. 



FOKA, s. Araignee. Phrynaracline 

foka, Vins. 
F6KATRA, s. Exhibition, extraction, 

action de tirer de I'oubli, de produire 

aujour. 
Fokarina, p. Qu'on exhibe, qu'on sort, 

3u'on extrait, qu'on d^terre, qu'on pro- 
mt au jour, qu'on tire de I'oubli, qu'on 
r6vele. Be ny volamena no fokarina 
tamin* io fari-tany io. On a extrait 
bcaucoup d'or de cette contree. iVo/b- 
knriny ny fanao taloha. II a nroduit au 
jour les usages d'autrefois. Nofokari- 
nu riy heloka nataony. II a revele le 
crime qu'il a commis. Fokaro, Fokary, 
imp. Fokaro ny akanjo ao am-bata. 
Sortez les habits de la malle. Fokaro ny 
faty natao an' iritra. Deterrez le mort 
qui a 6te* enterre* provisoirement. 

Voa— , pp. Exhibe\ extrait, d6terre\ mis 
au jour, revel<§. 

Tafa— , p. Qui s'est montre\ quia paru. 

Mamdkatra, va. Exhiber, extraire, 
deterrer, mettre au jour, tirer de I'ou- 
bli, reveler, manifester. Mamokara, imp. 
Famokatra, s. Ce qu'on exhibe, manie- 
re de mettre au jour. Mpamokatra, s. 
Celui qui exhibe. 

Famokarana, s. L'exhibition, l'extrac- 
tion, Taction de deterrer, de produire 
au jour. AmokArana, rel. Amokaro, imp. 
Prend Mifam— , Mampifam— , Mam- 
para—. 

Mi—, vn. Se montrer, ctre exhibe\ re- 
venir au jour, a la surlace, comme les 
morts, les chrysalides, los tresors, les 
choses onterrees. Nifokatra tampoka ny 
fahavalo. Tout a coup les ennemis se 
sont montres. Maty izy vao nifokatra 
ny volany. C'est a sa mort que son 
argent a paru au jour. Be ny voman^a 
mifokatra. Beuueoup de patatos parais- 
sent a la surface du sol. MifokAra, imp. 
1<V- 1 $. Maniere de se montrer, de. pa- 
raitre au jour. Mpi—, s. Celui ou ce 
qui se montre au jour. 

Fifok&rana, s. L'action de se montrer, 
do paraitre. Ifokarana, rel. Ifokaro, 
imp. 
Prend Mampi— , Mifampi—. 

Maha—. Qui exhibe, deterre, qui peitt 
extraire. 

Fokap6katra, dupl. freq. de Fokatra. 

F6KO, s. Tribu, caste, famille, seete, 
groupe, classe. 

Ml—, vn. 8e reunir, s'ontendre pour, se 
joindre, s'associer pour une fin. Miko- 
koa, imp. Fi— , s. Maniere de s'enten- 
dre. Mpir-, s. Ceux qui s'entendent, 
qui se joignent pour une fin. 

Fifokdana, s. L'action de s'entendre, 
de se joindre pour uno fin, complot. Ifo- 
koana, rel. Ifokoy, imp. 

Fokof6ko, dupl. frcq. do Foko. 



Digitized by 



Google 



FOL 



-176 — 



POL 



Fokom-pirbnena, a. De souche commune, 
d'une m6me caste, d'une meme tribu. 

Fokon<5lona, a. Une tribu, une caste ; 
division, subdivision, comme commu- 
ne, canton ; chefs d'une subdivision. 

F6LAKA, adj. Brise", rompu mais te- 
nant encore, plie\ formant coude, an- 
fie; fig. dompte\ soumis, corrig6, qui 
aisse. qui diminue. Nianjera ny omny 
ka folaka ny tongony. Le boeuf est 
tombo en bas et a eu fa jambe rompue. 
Folaka izao ny soavaly. Le cbevai est 
maintenant dompte. Folaka izao ny 
hainandro. La ctaaleur a maintenant 
diminug. 

Folahina, p. Qu'on brise en angle, 
qu'on plie, qu'on replie, qu'on retrousse, 
qu'on dompte, qu'on corrige. Folaho, 
Folahy, imp. Folaho io rotsakazo io. 
Pliez cette badine. Folaho ny lamba- 
nao. Retroussez votre lamba sur l'epau- 
le. Folaho ny zanakao. Corrigez votre 
enfant. 

Afdlaka, p. A plier, a replie r, a re- 
trousser. AfolAho, imp. 

Voa— , FinOlaka, pp. Rompu, pU6, 
dompte, corrige\ 

MamOlaka, va. Briser, rompre, re- 
trousser, replier, dompter, soumettre, 
corriger. Mamolaha, imp. Fam6laka, a. 
Co qu'on rompt, maniere de retrousser, 
de dompter. Mp.vmolaka, a. Celui qui 
brise, qui retrousse, qui dompte, qui 
corrige. 

Famolahana, a. L'action de briser, de 
retrousser, de dompter. Amolahana, rel. 
Amolaho, imp. 

Prend Mifam— , Mampifam— , Mam- 
pa m—. 

Maha— • Qui brise, qui rompt, qui peut 
dompter. 

Folapdlaka, dupl. fre"q. de Folaka. 

Mamola-bady. Rendre son Spouse obeis- 
sante, souple. 

Mamola-damba. Retrousser, replier le Lam- 
ba sur I'e'paule. 

Mamola-tokokeliny. Enlever le foyer de 
la maison qui doit servir de Lapa dans 
la circoncision. 

Fola-bAnga, — barotra, s. Action do faire 
baisser le prix, le tarif. 

Fola-baviaty, adj. Qui a mal aux reins, 
courbS comme une vieille femme. 

Fola-damosina, adj. Qui a le dos fatigue; 
fig. qui s'est fatigue en portanl un en- 
fant sur lo dos. 

Fola-draiuay, adj. Satisiait. 

Folaka an-dAntony, adj. Qui meurt jeune. 

Folaka an dry niankinana, adj. Qui a 
perdu la colonne sur laquelle il repo- 
sait; fig. qui a perdu son tuteur, son 
protecteur, son soutien. 

Folaka andro, adv. Au declin du jour, 
lorsque le soleil decline. 

Fola-mandbpitra, adj. Qui plie, qui en- 
dure, qu'on fait plier. 



Fola-tana-man6ndro, adj. D6cu dans sa 
confiance, trompe par celui sur lequel 
il comptait. 

FOL&RA, a. Belle-de-nuit. (Fr. fleur). 

F6LY, 8. Fil en general; action de filer. 

Fol6sina, p. Qu'on file. Fol£so, imp. 

Voa— , Noflndly, pp. File. 

Mam61y, va. Filer. Mamolesa, imp. Fa- 
mily, s. Ce qu'on file, maniere de filer. 
Mpam6ly, s. Fileur, fileuse. 

Famoltoana, a. L'action de filer, 1 'ins- 
trument, le lieu, celui pour qui on file. 
Amolesana, rel. Amolbso, imp. 
Prend Mifam—, Mampifam—, Mam- 
pam— . 

Maha—. Qui file ou peut filer. 

Folifdly, dupl. dim. de Foly. 

MANAO FOLY MBNA TORIZAN-DROPIA. It/. 

Unir du fil de Rofla au fil rouge ; fig. 
commencer bien et finir mat. 

Folihala, 8. Araignee. Epeira madagas- 
carienata, Vins. 

Foly lanuy, a. Action de filer de la soic. 

Foly landihazo, a. Action de filer du co- 
ton. 

Folin-tsipay, a. Fil de soie introduit par 
les Espagnols; fil des roecaniques. 

F6LO, adj. num. Dix. 

Foldina, p. A diviser, qu'on divise ea 

dix. Foloy, imp. 
Ml—, vn. Eire divise" en dix ou se par- 

tager & dix. 
Foloalindahy, 8. Les cent raille bommes ; 

nom de I'armee. 
Imp6lo, adv. Dix fois. 
Iiipolokely, adv. Souvent. 
Manimpolo, vn. Faire pour la dixieme 

lois. 
Fanimp6lony, ado. Pour la dixieme fois. 
Fahap6lo, ad;. Dixieme; dix brasses. 
Ampahafolony, a. Un dixieme. 
Folokely, a. Octroi secondaire r petit peage. 
Folokeliny, 8. Subdivision d une tribu, 

d'une caste. 
Ampolokeliny, adv. eta. Par subdivision; 

la subdivision elle-m6me, 
Tompon* ampolokeliny, 8. Le chef d'une 

subdivision. 
Mitonora tanam-polo. S'en aller les mains 

vides. 
Vola f6lo, 8. Dix quarts de piastre ou 

12" 50. 
Hafol6ana, a. Dix jours. 
Folo tao*maty, adv. Se dit d'un temps 

long passe ou a venir. 
Folo vava, adj. Qui a plusieurs paroles, 

qui se d<§dit sans cesse. 
Folov6hitra, adj. Nom donne* aux Hovas. 

FOLOL6TRA, a. Continuity d'une ac- 
tion, comme la marclie, I'ascension, la 
direction du vent, de la fumee, d'une 
multitude de wagons sur les rails. 

Ml—, vn. Aller d'un trait, aller en file, 
dealer, Nisy ramole arivo nifololotro. 



Digitized by 



Google 



POM 



— 177 — 



FON 



II y avait mitle mnleis qui allaient en 
file. Pi — , $. La maniere u'aller en file. 

Fifololbrana, s L'action d'alter en lite. 
Ifololorana, rel. 

Maha—. Qui dirige vers. 

F6LONA, adj. Qui a penlu unepartie. 

coup6 ras, commo tin oignoti dont on 

a coup6 la tige, comuic un chien a qui 

on a coupe la queue. 
Foldnana, p. Qu'on coupe ras. Polony, 

imp. 
Voa— * Findiona, pp. CoupS ras. 
Mam61ona, vn. Couper ras. Mamol6na 

imp Famolona, s. Ce qui se coupe ras, 

maniere de couper ras. Mpam6lona, s. 

(felui qui coupe ras. 
Famol6nana, a. L'action de couper ras, 

l'epoque de la taUle clu manioc. Amo- 

losaka, rel. Amol6ny, imp. 

Prend Miram— , Mampiram— , Mam- 

pam — . 
Maha — . Qui coupe ou peut couper ras 
Falompolona, dupl. frSq de Polona. 
Folon-drambo, adj. A qui on a coupe* la 

queue. 
Polox-taho, adj. Se dil des tubercules 

dont on a enlev£ la tige. 

FOLOPOL.6RINA. Comrae Polopolo- 

HIS A. 

FOMAH&RY, s. Nom donn6 a lalliago 
dil cuivre blanc. 

F6MB A. ( omba ), 8. La nature, la cons- 
titution des etros, ce qui est ndliGront 
atix etres, insepara ble comme les pro- 
priest, les qualites, la maniere d'etre, 
ce qui est propre au genre, a IVspece, a 
l*6tat, au metier, a la profession; se dil 
par extension des coutumes, des usages, 
de ce qui s*est fail, s'est pratique ou se 
pratique. Samy ma nana ny fombany ny 
zavatra rehetra. Chaqito 6tre a sa natu- 
re. Ny mibevitrano fomban' uy olom- 
belona. Une propria de l'homme est 
de penser. Fombin' ny miaramila ny 
mondcha miady. Le propre du soldat 
est d'nller a fa guerre. SumhaDi ny 
(omba landrefesana eto sy anv an-dafy. 
La maniere de mesurer l«»s longueurs 
dans co pays-ci est diflerente ile celle 
de r Eu rone. Misy forn&an-dr.izana sa- 
sany azo anhina II y a certains usages 
des anc&trcs qui peuvent dire suivis. 

F JMPO&H ANA. Comme Fi m pochana 
F6MPOTRA, g. Esj.ece de touibe, le 

icstc du leu. 
Afom-p6mputra. Feu ontictcnu avee la 

ton r be. 
Fumpo-tany 8. Tturbe Obreuse. 
Fokpotra nXzo, *. Truncs, branches d'or^ 

hres a denii carbonises jar leur st?;(/lir 

dans les mara s. l ™ 

FdMPOT'RA, adj. Raflo, enlov.;), *pii{- 
•ed'un trait, ifun scul c.u^ t() ]n '/,., ih ti 



Af6mpotra y p. A rafler, qu'on dispense 
d'un couj). A'afompotr' Way adala ny 
hareny. Get imbecile a d^pense^ rapide- 
ment sa fortune. Afomp6ry, imp. 

Voa—, pp. Rafle\ enlevc. 

Mana-, Majn6mpotra, va. Rafler, 
onlcvcr le tour, I'epuisor. Manafompora 
imp. Pana— .#. I^a manie'e de rail •»!•,' 
d'cnlevor. Mpana— , s. (ielui qui rafle, 
deponse ou vend le tout. 

Fanafomporana, Famomp6i»ana, s. 
L'action de rafler, d'enlever, d'epnwer 
le tout. Anapomporana, rel. Anatompo- 
ry, imp. 
Prend Mifam— , Mampifam— , Alam- 

para—. 

Qui mine, qui cnleve le tout. 



Mue des dents, iei tc des dents 
Se dit des premieres dents qui 



Maha—. 

F6NA, s. 

de lait. 
Mi—, un. 

tombent. 
MiFO-NfFY, adj. Sedit de lonfant qui fait 

la deuxiemo dentition. 

F6NA, s. Action de demander pardon, 

do supplier, d'intcredlcr. 
Mi—, vn. Demander pardon, supplier. 

Mifona aho. Je demande pardon. Mifona 

aminao aho, mba avelao ny hadisoako. 

Je vout en supplie, pankmnezmoi ma 

faute. Mifona, imp. Pi—, a. Maniere de 

supplier. Mpi— , «. Celui qni demande 

pardon. 
Fif6nana, a. L'action de demander -par- 
don, ce qu'on fail ou qu'on dit, coim h. 

qui on demande pardon. Ikon an a, »•«/. 

If6ny, imp. 

Prend Mampi— , Mifampi— . 
Maha—. Qui demande ou est capable da 

demander pardon. 
Fomp6na, dupl fvjq. de Pona. 
MifonnIato, mifona ariVo. Mille pardons. 
F6NAKA, FONAP6NAKA ( dupl. 

plus usite). adj. Las, epuise, omolti, 

rendu mou. 
Fonahana, p. Qu'on epuise, qu'on ra- 

mollit. Ponaho, imp. 
Mamonapdnaka, va. 

moltir, rendre mou. 

imp. 1'amonaponaka, s. 

mollir, maniere de 

ser. 
Famonaponahana, s. 

guor, do ramollir. Amonapo»vua>a, 

Auon\ponaho, imp. 
Maha—. Epuisant, fatlgmt, qii ramol- 

Ht. '• ion: . 

FONAflPAV*. tiotfffttnent. 

|di— , vn. Honfler, lorlement. Ft— , *. 

&mtMit%ith, 8'. ?Je ftinftenttnt. ,, »l^r. 

prOfxDRAWAVa: ''" \a parWe mfdrjpwm 
i ou sjuche !U!, ( troac du.bai^ierofc^M 



Patigmi*. ra- 

Mamun\ponaiia, 

Ce qu'il taut ra- 

lotijni r, d'e>ui- 

Aclion i'e fati- 
, rel. 



& 



ve, 



Digitized by 



Gdfeg' 



PON 



— 178 — 



FON 



FoncLranana, Fomtoanina, p. Qu'on 
teint, Fondrany, Fondrano, imp. 

Afdndrana, p.> Avec quoi on teiot. 
Afondrano, imp> 

Voa— , pp. Plough dans la teinture, 

Mamdndrana. va. Donner-une teinture 
rougeatre. Fam6ndrana, s. Ce qu'on doit 
teindre, la maniere de teindre. Mpa- 
h6 now an a, s.vCelui qui teint. 

Famondranana, 8. Action de teindre. 
Amondranana, rel. Ahondrako, imp. 

Maha— . Qui peut teindre. 

F6NDRO, 8. Reprocbe, blame, censu- 
re, faute, tache. 

Maniby f6ndro. Blamer; cdnsurer. 

Manala fondro. Disculper, excuser. 

Miala f6ndro. S'excuser, se disculper. 

AFA-pdNDRO. Disculpe. 

FONDROF6NDRO, k Supplique, de- 

. manda« instances reiterees. 

Ml—, vn. Supplier, demander avec ins- 
tances. Mifondrofondr6a, imp. Fi— , 8. 
Maniere de supplier* Mpi— , 8. Un de- 
mandeur. 

FIfondrofondrdana, 8. La demande, 
Taction de supplier, l'objot de la de- 
mande. iFONDROFONDRdANA, rel. IFON- 

drofondr6y, imp. 
FON&NANA [onina), 8. Residence, 

habitation. 
FON&TANA {fonitra), adj. Court, 

trapu, fort. 
F6NGANA, adj. Dont il ne reste rien, 
demoli jusqu'aux fondements, d&ruit, 
Spuise, dissipe, defense entierement. 
Fongana ny trano. 11 ne reste plus rien 
de Ja maison. Fongana ny vary. II 
ne reste plus de riz, le riz a ete comp- 
lement detruit, le riz est dpuise. Fon- 
gana ny bareny. 6a fortune estdissip6e, 
J d4pensee entierement, epuisde. 
Fonganana, Fonganlna, p. Dont on 
. nelaisse rien, qu'on detruit, qu'on rafle, 
qu'on gpuise, qu'on dissipe, qu'on de- 
pense entierement. R0ngano, Fongany, 
imp. i 

Aflongana, p. A demolir completement, 
.& epuisec, a depenser entierement. 
Afongano, imp. 
Voa—, Nofln6na;ana, pp. DSmoli. de- 
truit, rafle, epuise, dissipe\ depensd. 
Mamdngana, Mana— , va. Demolir 
jusqu'aux fondements, detruire, rafler, 
epuiser, dissiper, depenser entierement. 
Mamongana, imp. Fam5.ngana, 8. Ce qu'on 
demolit, maniere de demolir. Mpamon- 
gana,8. Celui qui demolit, qui rafle, qui 
dissipe. 
Famonganana, $. L'action de demolir 
completement, de rafler, de dissiper. 
AmongAnana, rel. Amongano, imp. 
Prend Mifana— , Mampifana— , Mam- 
'pana— . 
Maha—. Qui cause la mine totale. 
Fongampdngana, dupl. (r6q. de Fon- 
gan& 



LANrA pongana, Qu'il perisse ! qu'il n'en 
reste rien ! 

F6NGATRA, 8. Action de sortir. d'e*- 
traire, de fouiller, de deterrer, de pro- 
duireau jour, de faire revivre, d'exhi- 
ber, de manifested de reveler. 
Fonparina, Fongatina, p. Qu'on sort, 
quon extrait, qu'on fouille, qu'on de- 
terre, qu'on fait revivre, qu'on revele. 
Fongarin* ny vazaha hatraiza hatraixa 
ny volamena. Les Europeans fouillent 
partout Tor. Rakitra saro-bidy no no- 
fongarina tao. On a deterre la un pre- 
cieux tresor. Tsy azo fongarina ny 
fanao sasany teo afoba. On ne peut pas 
faire revivre certains usages d'autrefoia. 
Fongaro, Fongato, imp. Fongaro ny 
ny vary ao an-davaka. Sortez le riz du 
trou. 
AfOngatra, p. A sortir, a reveler. iVa- 
fonnatry ny olona ny ratsy nataony. Oa 
a revel61e mal qu'il a fait. Afokgaro, 
imp. 
Voa—, Noflndngatra, pp. Extrait, de- 
terre, qu'on a fait revivre, revele, 
Tafa— , p. Qui est sorti, qui s'est mon- 

tre. 
MamOngatra, Mana— , va. Sortir, ex- 
traire, fouiller, deterrer, produire au 
•jour; faire revivre, ex hi ber, manifes- 
ter, r6voler. Mamongara, imp. Famon- 
gatra, 8. Ce qu'on extrait, maniere d'ex- 
traire. Mpamongatra 8. Celui qui extrait, 
qui exbibe. 
Famongarana, 8. L'action d'extraire, 
de faire revivre, d'exhiber. Amongarana, 
rel. Amongaro, imp. 
Prend Mifam— , Mam pi fa m— , Mam- 
pam— . 
Mi—, vn. Sortir de terre, de dedans ou de 
dessous quelque chose, reparaitre, re- 
vivre, se montrer. Nifongatra avy ao 
an-kady ny ankizy. Les enfants sorti- 
rent tout a coup du fosse. Mifongatra 
, indray izany lamody izany. Cette mode 
reparalt de nouveau. Mifongatra ny 
volamena izao. L'or se montre mainte- 
nant. Mifongara, imp. Fi— , 8. Maniere 
, de sortir deterre ou de dessous quelque 
chose. Mpi— , 8. Ce qui sort de terre 
comme les hannetons. 
Fifoagarana, Flfongatana, 8. L'ac- 
tion de sortir de terre, de reparaitre, de 
revivre. Ifongarana, rel. Ifongaro, 
imp. 
Maha—. Qui deterre, fait reparaitre. 

F6NGO, 8. Action de rester au lit en se 
couvrant bien. 

Afdngo, p. A faire rester au lit en so 
couvrant bien. Afong6y, imp. 

Tafa—, p. Qui reste bien couvert dans 
son lit. 

Ml—, vn. Hester bien couvert dans son 
lit. Mifong6a, imp.. Fi— , 8. La manie- 
re. Mpi—, 8. Celui qui reste au lit en se 
couvrant bien. 



Digitized by 



Google 



FON 



-179 — 



FON 



Fifongoana, 8. L'action de roster an lit 
ense couvrant bien, le lion, le temps. 
lFONG6xNA,re/. Ipoxg6y, imp. 

Fongoflongo, dupl. frcq de Kongo. 

FONGOF6NGO, r. Colere, emportc- 
ment, grand effort, application a. 

Afongofongo, p. A melt re on cole e, 
qu'on met en colore. Afoxoofoxg6y, 
imp. 

Tafa — , p. Qui s'est mis en colere, qui 
s'est applique. 

Mi—, vn. "Se mettre en colere, s'appli- 
qucr, travailler avec nrdeur. Mifoxgo- 
foxgga. imp. Pi—, 8. La colere, Impli- 
cation. Mm — , s. Cclui qui fume de co- 
lere, qui s'applique. 

Fifongofongoana, s. L'action dese met- 
tre en colere. de s'appliqucr. Ifonuofon- 
g6ana, rel. Ifongofoxgoy, imp. 
Prend Marapi— , Mi Tarn pi— . 

Malta — . Qui s'applique, qui sait faire 
des efforts. 

F6NGOTRA, adj. ct p. Delruit. de- 
moli jusqu'aux fondements, mine de 
lond en comtle, dont il ne reste rien, 
depense entiereraent, oteint, extermi- 
ne, ravage. Fonqolra uaframy ny fo- 
iodv nyuiandn. L*s remparts son de- 
mons jusqu'aux fondomenls. Fonqolra 
ny vary. Il no reste pliM do r.'z. Fon- 
ijotr* Way adala ny hareny. Get imbecile 
a depensg toute sa fortune. Fonqolra 
izany fianakaviana izany. Celle lamille 
est eteinte. Fongolry nv aretina r v 
vahoaka. Le pcnple a etc extcrminepi r 
la maladie. Fongolry ny fahavalo r v 
tanana. Le village a eie iJetruit, rava ce 
paries ennem is. 6 

Fongbrana, p. Qu'on delruit, q n0 n d6 
peuse, quon extermine, qu'on ravage 
I'oxguhi, imp. e 

Afdngotra, p. Qu'on delruit, etc. Afox- 
gory, imp. 

Voa— , pp. Delruit, ruim\ oxiermine. 

Mamdngotra, va. Ddtruire, miner de 
iond en comble, dupenser cntieremcat, 
extei miner, ravager. Mamoxgora, imp' 
Faii6xgotra, 8. Ce quon mine, manicre 
ded6truirc. Mpanongotra, s. Un exter- 
minaleur. un ravageur. 

Famongbrana, s. Aciion do miner, 
d'exlerminer. Amuxgurana. rcl. Amox- 
gory, imn. 

Malta—. Qui mine on peut miner. 

Fongopbngotn, dupl. do Kongo! ra. 

Koxgo-uudy, adj. Ituine «le lund en com- 
ble. 

Kongo-doha, s. el act/. Cornu dont on cou- 
pe la pointe el qui sert pour mettre la 
noudro ; qui a la t6ie uVprimeo cu le 
boutenlcve. rognc\ 

F6NY, c Du temps que, lorsque, quaud. 
I'oxy fahavblo.ny R... Uu vivantdcN... 

F6NT,*. I* Espece de poisson ; 2- pi- 



geon bleu. Columba Madagascar ion- 
sis, Boddaert. 
F6NITRA, adj. Court, ramasse, tropu, 

f.Tt. 

Mi—, rn. Agir avec vigiteur. 
Konii»6xitha, dupl. do Konltra. 

F6NJA, 8 1- Per brut ; 2* corps do re- 
serve ; 3 # la lourdour. la pesanteur ; 
\* enormc catsso servant de prisou pre • 
ventive, la prison o le memo. 

Maf6xja, adj. Liurd, pesant. 

Mafoxjafoxja, dupl. do Mafouja. 

Alatsaka ao amy ny foxja. Qu'on met en 
prison. 

Atao f6xja A mollre nu corps do resc. vo. 

Koxjam-dy, s. Gueuse de for. 

FONJAF6NJA, s. Actum de soulever 
quelquc chose pour on voir la i esan- 
tour. 

Fonjafonjaina, p. Que Von sonic. e. 
Foxjafoxjxo, imp. 

Afonjafbnja, p. So dit de la main qui 
soulevo. Aioxjvxpoxjvo, imp. 

Voa—, pp. Soiileve. 

Mamonjafdnja, va. Sou lever. Mauon- 
jafonja, imp. Famoxjafoxja, s. Ce qu'on 
sou^evc, manicre de soulover. 

Famonjafonjana, 8. L'action de sou- 
lever. Akonjaponjaxa, rel. 
Prend Milam—, Mampifam— , Mam- 
iKim— . 

Maha—. Qui pent soulever. 

FONJOZ6RO ( /b, zozor.) ), s La maji- 
1c des Zozoro. 

F6NO, 8. Couvcrlure, enveloppc, action 
de |dier dans un nteu 1. 

Fon6sina, p. Qu'un couvre, qu'on en*c- 
lopj»e, qu'on nouo dans un pli. Ko>6dv f 
imp. 

Af6no, p. Avec quoi on couvre, on c:i- 
vcIop/>e. Afoxusy, imp. 

Voa—, pp. Convert, onvelop; e. 

Mam6no, ia. Couvrir. onvelopper, nbuer 
dans un pli. commc des jniine*. do 
1'iirgent dans le coin du mouclitir. .Va- 
mono boky. Couvrir un livro. Mnmono 
gazeiy. Euvelopper <l«fs journaux. .Va- 
mono vola an-joron-damba. Nuiier do 
l'argcnt dans un coin du lamba. iVa- 
mono fu!y. Envelopper un moit. Mauo- 
xosa, imp. Kamonu. s. Ce qui doit so 
c uvrir, se nouer dais, 111111110.*) d'eu- 
velopj or. Mpamono, s. C.elui qui Coiivre, 
commc le relieur. 

Famondsana, s. L'aclion tie couvr'.r, 
de nouer • ans, ce qui o*t em ploy j p mr 
c .uvrir lo» Lvres. Amjnusaxa, ml. amj- 
xuiv, iniit. 

Mi—, rn. yiiro convert, so couvrir. etre 
envelopf;6, s'enveU ppcr. elre uou * dan^ 
un ph. Uifoxosa, imp. Fr— , a. Manie.o 
d'etre couveit. Mim— , s. Ce qui sc cou- 
vre ordinairement. 

Fifon6saha, 8. L'enveloppe. la cnuvor- 
ture Ifo.nOja.na, rcl. Ifoxusy, imp. 



Digitized by 



Google 



F0tf 



— 180 — 



FOR 



MaJia^ M &u$sa : nt s pQur couvrir, qui en- 

veloppe. 
Fopofono, dupl. Mq. de Fono. 
E*on6sana, sVBanae a 6tofle qui sort de 

bourse, lecontenu. 
Fonopon6satta. , Fpntopondsina, p. 

Qu'on noue'datis bliisieurs plis. 
Mipono LAjtBT. So ait? id w morts ensevelis 

dansdesgtoffes de-soieJ 
Mk»ono vt)LAMK!rfA k P4agu^ d*or. 
Kely am-pon6sat*a. i lit\ Petit sous I'en- 

veioppe ; peu vohieairieuK, fenais degraud 

prix. • < "• i ■ '• ^»"' .. 
FaNOH-BdA«T; a. Le suif- -qui/ -enveloppe les 

rognons des baeufs. 

FONOIf-JAWAWY, 8; PlQCODta. 

Fonon-tondro, S: Afrneau de cuir que les 
.corrionniejrs^t lautres ouvriers passent 
&,riqdex pour le preserver contre le ill. 

Manao. an-kifonof<Jno. Cacher son raecon- 
lentemeat, ses^de^rs, etre cache\ ne 
pas etre ouvert. 

F6NOKA', 8. €hafme soporifique. 

F6NOKA, a.^Etat dequelqu'un qui est 
eaypjppp6 ooinjne, nn mort, qui dort 
t prGfondemeptQU^ ( ne, hpuge pas, objets 
bieh arranges, ,au dehors, et qui au 
fond. n,e, Yfllent < rieji^ a apparences trom- 
peuses. ' ..... , , **'* ' 

Afonoka, », A^^rrer dans. 

Voa—, pp. Envelo'pp6 dans. 

Tafa— , p. Quf s/est .blqUi dans sa cou- 
verture,. 

Bila-j; tin. S*ehveIopp6r\ we enveloppe 

des pieds a la tele, etre fourre dans pour 

• tromper.^wondHA, imp. Fi— , a. Manie- 

re de s'envelopper, Mri**^, a. Celui qui 

est enveloppe dans. . • > > 

Fifon6hana r $. L'action de s'envelop- 
per, de rester enveloppe, de se blottir 
dansv iEONdBANA, rel* ^fon6hy, imp. 

Maha— . Qui reste enveloppe, qui aime 
a rester ainsi. •. : 

Fonoponoka, dupl.frfa. da Fonoka. 

FONdSANA, FONOPONdSANA. 

Voy. Fowo. ' 

F0)ttTINA, 8. Action de revenir a sa 
premiere plaice, cle prendre une revan- 
cbeV " ' .' * : ' 

Afdntina, p. A faire revenir a sa pre- 
miere pla<?e. AfontSno, imp. 

Tfafa— , p. Qui estretotirne.a sa premiere 
place. 

Mi— , vn. Hevenir Faourbn&lait, prendre 
une revanche, revenir a la charge ; etre 
embrouifleje'tre irrite\. MiPdyfiNA, imp. 
Fi— , s. La manierfe do revenir la ou 
Vbn 6tait. Mpi— , s. Celui qui revientou 
il 6tait. ...';'' 

Fifoptenana* s. faction do jrevenir la 
'. ou Ton etait, deprendreune revabclie.de 
revenir a la charge, ^'embroMHlement, 
la colere. iFONTfeKANA./.ref, Nanipando- 
sitra nv fahavalo ny .miaranul*n,tsika, 
nefa n {jontcnqny inji ray woq'y, alaka 



kelikely. Les ennemis furent mis on 
fuite par nos soldats, mais ils revinrent 
bientot a la charge. iForrrENO, imp. 

Man a—. Qui peut revenir ou prendre 
une revanche. 

Fontimp6ntina, dupl. fre'q. de Fontina. 

F6NTO, s. Arbre. 

F6NTSY. Voy. Akondro afontsy. 

F6RA, s. Girconcision. 

Forana, p. Qu'on circoncit. Forao, imp. 

Afdra, p. (Tranchant ) avec lequel on 
coupe. Aforao, imp. 

Voa—, Findra, pp. Circoncis. 

Mam6ra, va. Circoncire. Mamora, imp. 
Fam6ra, 8. Ceux qui doivent 6tre cir- 
concis, maniere de circoncire. Mpam6ra, 
8. Leministre de la circoncision. 

Famorana, a. L'action de circoncire, le 
temps, les instruments, la ceremonie. 
AmorAna, rel. AmorAo, imp. 

Mi—, vn. Etre circoncis. suivre I'usage 
de la circoncision. Mifora, imp. Fi— , 8. 
L'etat de celui qui est circoncis. Mpi— , 
a. Ceux qui pratiquent la c.irconcision. 

Fiforana, a. La pratique de la circon- 
cision. Iforana, rel. 

Maha— . Qui circoncit ou peut servir a... 

Fora-nanahary, adj. Ne circoncis. 

FORAMBANA et FIRAMBANA,*. 
et adj. Plante aquatique dont on nour- 
rit les canards ; ruine, consume. 

Forambanamb6a, a. Plante aquatique sem- 
blable a la pr6c6dente. 

FORARA, adj. TombS, qui a 6prouv6 
une perte. 

Mi—, vn. Tomber, eprouver une perte. 
Fi— ,s. L'6lat de celui qui est tombe\ 

FOR&HITRA [rehitra), adj. Brul^, 
consume par le feu, par la maladie ; 
ruin6. 

FORfeRA, adj. Petit, nain. 

POR^TAKA, r. Pe" tri, barbouilte, eten- 
dusur, couvert de, entierement crott6 ; 
fig. d6sappoint6. 

Foret&hana, p. Qu' on badigeonne, 
gu'on barbouille. Foretaho, imp. 

Aror^taka, p. A barbouiller, a desap- 
pointer. Aforbtaho, imp. 

Mamor6taka, va. Couvrir de saletes. 

Mi—, vn. 8'6tendre, etre couvert de sa- 
lens, d'ordures, se salir ; 6tre d6sap- 
f>ointe. Fi— , a.. L'6tat de ce qui est sa- 
e, crolte. 

Fiforetahana, 8. V action de se salir. 
Iforbtahana, rel. 

Foretadr6taka, dupl. fr4q. de Foreta- 
ka. 

F6RY, 8. L'anus. 

Fory maty (Jzatma, lit. Qui a les muscles 
sphincters paralyses ; fig. se dit d'une 
feinme qui apassel'age pour se marier ; 
qui ne sait pas rougir. 

Forin' antsamotAdy. La place de la pier- 
re dans une fronde. 



Digitized by 



Google 



FOR 



— 181 — 



FOR 



Forik-daka, s. Les centres secondares du 

jeu de Fanorona ; connaissances 616- 

mentaires. 
Tsy mahalala forin-daka. Qui ne connalt 

pas le commencement d'une affaire, les 

elements d'une science. 
Forinondry, s. Plante Thumbergia Cya~ 

nea, Bojer. 
Fohivato, adj. lit. Derriere de pierre ; 

fig. enlraillesinsensibles, impitoyables; 

extremement rigoureux. 

FORlFOTRA, 8. Eruption cutan6e, 
agglomeration, comme des oeufs dans 
I'ovaire, des fruits sur l'arbre. 
Mamorifotra, vn. Faire Eruption, ap- 
paraitre en masse, pulluler. Famori'fo- 
tra, 8. Manierede faire 6rupt ion^-gjfejL- 
morifotra,s. Cequi pullule, #))£ foijt iSru- 
ption. ., A y,,{. , ..-;. ,', 

Forifodrifotra, dupfcifo Fg(^6 f tc%.ov ] 
F6RITRA, 8-.&JayJep\i. ; >''.:i^\ .wxi 
Afdritra, n<,<tyftn (Ate,,4rttta6ifit)tte, 
qu'o.n, tovxhtou MuAtTHKn%mp.v,Afwreto 

. r Jampar*/iMre(a w j wonitsiUy.* RapJiez 
il#l le f ^lft|dB;^ jmm*. ^,/orwtOiOy. I&loiara. 
Courbez l&,iroset*iy;f;.,i<j., -i k>.j ',,\.-\\ 
*rrv.f>P* W^.^renli^caHiite^aoicjj^ 
Caw» Va-AMa'asA replwV, cburtofcini 
un6rltra, ua. Plief, repHfu\i cwnber, 
ii:ii a ^¥ff^pri'.MA|i«iniaH. imp* B*n<)iuil*, 
i » ; .*t£fljflu*#p doifc ;pHery fliamera ;.cle^;plier. 

J^fta^orttaaa, »*,I» actio© <te*plie^ty lifcne 
• i>«^jlJiyitfAWlrui»Wi*'«ftfftr«qt. '^; piterj le 
j^BiiflK^i^HftORitAttAr, rauAkoRtoro/. imp. 
4U*n4.vnM(fitr9i;pli& ;xepli6».'OQtti?be\ure- 
-«, Ml} cWiiSe>-pU/*rj 'fti^jf^fjierv ; «e • coliftber, 
MiteWjfrW ; IP applique*;; Ǥd*iujA'twoHer 
- ;*WfW"« MiifwiUraiJVj ibibiiaAr*. Lfevaer- 
i'.p«t s$,rejHifli!A1ff »i,- Ara.cfm/b/>A/ra 
^(Jnan/L, Noyaus 
ns le lit. MtfQpfra 

>^^.fflpft.iVK.tka 

etli a rone aussitot. .Miforei 



replrez pas amsl da 

mrori^a. Je^ui o }> ,1 

duros etli a cene aussitot. .miforeta, 
-, j imps.* iT^io^./Lpi u ttanie&TIft^yiQ!?* 

I'elat de ce qui est replied Mpi— , .vOhii 
-ii9fiiserifep1J*«0r>'04), oefluiftJU*;4&l4tfo'>I 
«i*ai!*tai«^8i»tiefe iMajUB/MtlWarttfeii, 

la chose sur laquelle le pli tou*tfevi nauror- 

-OOJ&. IffDR^WKAV^^UFOR^tO^-TM^iolA 

Malta—. Qui replie ou pftiittreptievM'r 
Foriporitray i dWri^/r^i'^e SPdri trrff° v 
•Fo»ipaiwQ.i«l »N*>m d:nne f JtfdtotfonxiiM 
^1«q«m'«*)r*?wo. ,/B»temH>MaJ<iue^uttofome 
- '.Mtttoh^enjimiheu Jju 'jf&jy' n^ie* .* s'aptet i r 
devant. \ .lifj^ ,h :>i 

FOROFjf 

' J ' J *: iT Urf Jl f4Ltfie6nC" 



Mi—, un. Pousser vigourenseme^i ©n 
touffesserrees. Fi— , s. Maniere.de pqus- 
ser. irj-.Hi.u 

Fiforofatana, 8. L'action de^powftser 
vigoureusement. Iforofatana, t%dp it -;i 

FOR6FOTRA, s. et adj. Et*{ de^ la 
peau soulev6e par les. 6ruptions iI 'tftlta- 
n6es; couvert de boutons. ai,u v -! 

Mamorifotra, tm. et adj.!jMi^\ai? ^ 
vert d'une Eruption c'Utaifee^FXMORO 
tra, s. Etat ^.fW^TO^^W !-J 

FOR6HANA; >*. •Tisoni.'lnVl/: 'v. .- .'•! 

FoROitAOfAl iu<»ftx(Wi^i F.UroerJOi.Giio'xoli^ 

TAPAftPOviSUMKUv L^ r«at^9 iiw fem ^peliU ti- 

J )30nS;-i 'i;:;'io! f^ <>.;:, !.;•':/. «;:-!• :^r."> 

-TAPi«Boa6HAKA>i £)ont: iJne,re8^B »9ai£fM3i 

unseui. .«»ji:.,.j 

FGRtatfAjgnr; e.^rbba* dPpiWflf^MS- 

FOROMB6SITRA./8. Vi£i^tfa>a^RU 

- ifporov isions alai voyage* /Fix kjubi .tout <;w*l- 
< »rfttti^eaj^agT4et;aic4ti-eoiportei3;avec 
./;lai^i i'-;» :»*i ';.o'i' > ./•j././^t/.w.)/ :»:n/I 

f6RONA.,8. !• EfyScfc WJomr^eVvknt 

>-, '«ofai/!9j ^ea wrttesi ,Hes-. QorteftfettflMWh 

me Hazondrano. Scirpus corymho&ws ; 

comme Horondrano. 



Foromroay, 8. Herbe .des, crocodiles.' 
•'^cSudfcrifeVaritesv '-^'> A '' A "J v - > A 





F6RONA, s. Cr6atibh"'Tnveb'tior] 

-I id«uc«'oW >m -l'esjfH*/ •'^*S I ^cietie«^, «_ 

-''a l rtS'Jfbrtt«tidh^'laliFi«b<lbm 3lI cortiS{rtlc- 

tion. Tsara forona ity milina ity.-^ttp 

•^.maohifne' a ^P6 Won IfcBtf ♦p&e.-MUieoTI 

-Fbrbni^^;, p: Qu ? on 'cYetj^qVi'o^ i#r^tf». 

qu'on produit, qu'b^for^r ^l^on^'fabrir 

que, qu'on con&lru\V'imfctHmyf'?V 

pekfijtppl -iim? jnifeai&' Wrftfifc w- 



"Tfee.Vrabvrfjii^ const n it 
Pata^/^: > Qui / s^st 1 mr.i&ft; M i 



) er, J"';njliiiL T .TteJ 




kevitra^wl(ihal'a , luy It a ih\k*j4rt*s : iJ'& 
. n si^guj^i;Q. MA^oR^NAii imPfAfxttostanL 
iwfi. ^m'lise-rUnieiijei'in^qiettjijttB .qw'on 

Uoitse procurer. mani^idi^.tJttftC^jrtJtc. 

(iateur. .«*i*»v *r«§I 

y(a^apflto^»,ayj,ri«ter^ati0n,/ KinTfttff 

aation, la fabrication, la construction, 



Digitized by 



Google 



FOS 



— 182 — 



W 



l'execution ; Taction de se procurer, le" 
lieu, lo temis, tes instruments, lama- 
tiero. Amoh6wana, rel. Ela no namoro- 
nana ny vanja. II ya longtemps qu'on a 
invente la poudre. Vao namoronan % ny 
fanjakana trano Htsaboana ity tandna 
ity. Legouvernement cl fonde dorniere- 
ment un hopital dans cette villa. Tsaia 
ny namoronany io tetezana io. II a 
bicn construit ce pont. Amor6ny, rel. 

Mi—, en. Se former, etre formed Nisy 
rambon-danilra niforona tampotampo- 
ka. Une trombc se forma tout a coup. 
Fi— , 8. Maniere de se former. v 

Fiforonana, a. La formation. Ifohonana, 
rel. Ny atoily no iforonan* ny akoho. 
C'est dans l'ceuf que so forme le poulet. 

Maha—. Qui cree, invente ou en est ca- 
pable. 

Forompordna, dupl. freq. de Forona. 

Mamorom-potsy, adj. Avoir faspect blanc. 

FOR6NGO, s. Attiraii. 
Foroxgom-bbhivavy,*. Attiraii de fetnme, 

tout ce qui est a son service, ses parures. 
Forongon-tsampy, 8. Tout ce qui formait 

l'attirail d'une idole. 

FOROS&TY, a. Fourchetle. ( Fr. four- 
chetle ).' 

FOROVATO. Commo Forivato. Voy. 
Fory. 

F6SA, a. Genelte fossane. Cryploproc- 
ta /erox, Bennett. 

FdSA, s. Diflamation, deVigrement, rap- 
ports fails en cachetteet souvent exage- 
r6s. 

Fosaina, p. Qu'on donigre. Fosao, imp. 

Aflosa, p. Dont on se sort pour deni- 
grer. Afosao, imp. 

Voa—, pp. Denigre. 

Mi— . ya. Decrier, di (Tamer, dttoigrer, 
inquire en cachet le, grossir 1« mal 
qu'on rapporto. Mifosa, imp. Fi— . 8 
Celui qui est donigre, maniere de dif- 
famer. Mpi— , a. Medisant, difTamateur. 

Fifosana, a. La diflamation. le denigre- 
ment. Ifosana, rel. Ifosao. imp. 
Prend Mampi— , Mifampi— . 

Fosaf6sa, dupl. fre"q. de Fosa. Bruits, 
rumeurs. 

Fosafosaina, p. Sur quoi on fait cou- 
rir des bruits. Fosaposao, imp. 

Mi—, va Faire courir des bruits. 

FosAifKAVAKA, 8. Diflamation des parents. 

Fosas' 6lona, 8. Los rapports, les bruits, 
les rumeurs. 

Fosa vava, a. Hapports vrais ou faux. 

FOSARlTA. Comroe Fofosarita. 

F68ITRA, s. Borer de la canne a Su- 
cre, nom gdndrique des insecles qui 
rongent les bois. 

Foserina, Foserana, p. Bongo par 
les vers. 

FOSITRA VA NO T3Y!UMBOLEM-BOAVAHY?Faut- 

il s'abstenir de planter des haricots, 



parce que les vers les rongent? fig. faut- 
il restcr dans l'inaction a cause de 
quelques perlcs? 

F6SITRA, a. Action de forer, de fairo 
tourner rapidementun bois pointu dans 
un trou pratiquti dan* une autre piece 
de bois, afin de produire le feu; fig. 
application, Constance. 

Foserina, p. Qu'on porce, dans quoi on 
fait tourner un bois pour produire le 
feu, qu'on fait rondement. Fosbro, imp. 
Fosero amy ny homamanta ity hazo ity. 
Pcrcez ce bois avec l'avant-ciou. Fose- 
ro io hazo io hiteraka afo. Faites tour* 
ner un bois dans celui-la pour produire 
du feu. Fosero ny raharahanao. Faites 
rondement votre atraire 

Afdsitra, p. Avec quoi on perce, nu'oa 
fait tourner dans un bois pour prouuiro 
du feu. Afoskro, imp. 

Voa—, pp. Perc6, (feu; produit par le 
bois, poussg rondement. 

Mamositra, va. Porcer, forer, faire 
tour nor un bois dans un autre pour pro- 
duire du feu. Mamos£ra, imp. Fam6si- 
tra, 8. Ce qui se perce, maniere de per* 
ccr. MpAirisiTRA, 8. Celui qui perce, qui 
frutlc pour obtenir du feu. 

Famoserana, s. Action de percer, Tins- 
trument, lavrille. Amosrrana, rel. Amo- 
sbro, imp. 

Mi—, ta. et n. Percer, faire tourner un 
bois dans un autre pour produire du 
feu, faire un trou dans la terre pour y 
dgposer les oeufs, comme font lea saute- 
relies ; s'appliquer avec ardeur. Mifosi- 
tra ny faslka ny valala hanatodizana. 
Les saulerellcs font un trou dans le 
sable pour y deposer leurs oeufs. Mifo- 
sitra amy ny asany izy. 11 s'applique 
avec ardeur a son travail. Miposb- 
ra, imp. Fi— , 8. Maniere de percer. 
Mpi—. s. Celui qui perce, qui produit 
le feu. 

Fifoserana, a. L'action de percer, de s'ap- 
pliquer. Ifosbrana, rel Ifosero, imp. 

Maha—. Capable d'application. 

FOTAF0TA, 8. Malproprete, barbouit- 
lagc. 

Fotafotaina, p. Qu'on salit, qu'on bar- 
bouille, qu'on rend degontant. Fotafo- 
tao, imp. 

Afotaf6ta, p. A barbouiller sur. Afo- 
tafotao, imp. 

Voa—, pp. Sdli, barbouill6. 

Mamotafdta, ra. Toucher, manipuler 
salement. Mamotafota, imp. Famota- 
f<Sta, 8. Ce qu'on fait salement, manie- 
re de salir. 

Famotafotana, a. L'action de faire sa- 
lement. AmotafotAna, rel.. 

Mi—, vn. Eire sale, barbouilte, malpro- 
pre en mangeant. baver en parlant ; 
ecumer de colero. Fi— , a. I/etat de ce 
qui est sale, surtout de la boucbe. 



Digitized by 



Google 



F01 



— 183 — 



FOT 



Mpi—, a. Celui qui bave ou est habi- 

tuellement sale. 
Fifotafotana, a. Le ruissellement, com- 

me de la graisse sur les levres, sur les 

mains. Ifotafotana, rel. 
Malta—. Qui salit ou rend degoutant. 
F6TAKA, 8. Boue, toute terre molle ini- 

pregnee d'eau, comme la vase, la fange, \ 

fe limon, les bourbiors ; fig. la foudre; 

adj. boo a rien, sans gout ni sue. 
FotaMna, adj. etp. Boueux ; qu'on con- 

vertit en boue, sur quoi on applique de 

la boue. Potahy, imp. 
Mamdtaka, ra. Convert ir en boue, ap- 

pliquer de la boue sur, gater une affaire. 
Mifam dtaka, vn. Etre meie, conlbndu; 

se batlre avec acba moment, comme le 

font les chiens. Fipam6taka, a X'etat 

de ce qui est m6l6, I'acharnement dans 

la lutte. 
Fifamotahana, s. La confusion, lutte 

acbarnee. Ifamotahana, rel. 
Maf5taka, adj. Exccssif, se dit d'un 

grand travail, comme celui des rizieres, 

alors qu'on travaille dans la boue. 
Mamotap6taka, adj. Inconsistnnt comme 

la boue, se (lit des mottes des micros 

tyen broyees, bien deiayees. 
Mawoso-p6taka. lit. Enduire de boue; fig. 

noircir, calomnier quelqu'un. 
Fota-m*inty, 8. Boue noire, limon noir 

servant a teindre. 
Maintim-potaka, adj. Teint avec du limon 

noir. 
Fota-mandry, 8. Boue, vase dorraante ; fig. 

mauvaise affaire. 
Mamoha fota-mandry. R6veiller une 

vieille affaire. 
Mamof6taka, lit. Qui est degoute" de la 

boue; fig. fatigue, comme le travail- 

leur fatigue par le travail des rizidres. 

FOTfiTAKA, r. Sali, barbouille, crotte. 
Fotetahana, Fotetahina, p. Qu'on 

barbouille. Potetaho, imp. 
Afotltaka, p. • Avec quoi on barbouille. 

Afotbtaho, imp. 
Voa— , pp. Barbouille ; fig trompe, 
Mamot6taka, va. Barbouiller ; tromper. 
Mi— , vn. Etre sale, barbouille, crottd; 

se rdpandre comme une tache d'huiie. 

Pi — , 8. L'etat de ce cjui est barbouille, 

crolt6. Mpi—, «.- Celui qui est sale. 
Ftfotetahana, a. Le barbouillage Ifo- 

TETAHA5A. rel. 

Maba— . Qui tacho, salit. 
Fotetatetaka, dupl. fre'q. de Fotetaka. 

FdTINA- Comme P6\ntina. 

F6TITRA, a. Action de roettre dans 
un sens oppose, comme l'avant a l'arrie- 
re, le haut en bas, ct rdciproquement, 
intervenjion; fig. inceste, union prohi- 
b£e par les lien's de la consanguinity ou 
de I'alHance. 

Afdtitra, p. Qu'on met dans uu sens 
oppose, qu'on intervertit. Atot^jro^ impr 



Afotero ny latabatra. Mettez la table 
dans un sens oppose. ,, 

Vcta— , pp* Mis damns' un sens oppose* 

Mamotitra v ua. kfettre dans un, sens 
oppose, intervertir; uuir, incestueuse- 
raent. Mamotera, imp. Faik5tixba, a. ,Ce 
que Ton met dan* un sens oppose, ma- 
niere de* mettre dans * un sens opposed 
Mpam6titha, a. Celui qui met dans un 
sens oppose. ''.', uh 

Famot6rana, a. L'action de metjre 
dans un sens oppose, d'unir incesttieu- 
sement. AmotbVna, ™l- AmoterO, imp. 

Mifamdtitra, vn. Se dlt de plusieurs 
personnes ou obje.ts places dans un sens 
oppose, de maniere que la tete de 1'utte 
soit pres des pieds de ('autre, se dit de 
plusieurs choses dont l'ordre est inter- 
verti. Aza ampifamoterinao ny raha- 
raha. N'intervertissez pas le travail, ne 
laites pas passer avant ce qui doit 
etre apr6s. . . . . 

Ml— 9 vn. Etre place dans un sens oppose 
a celui qu'il laudrait avoir, 6tre mter- 
verti, ren verse? se retourner contre; 
ovoir des rapports incestueux. Mifoty 
tra mondrakariva ao am-pandriana iq 
zoza kely io. Cet enfant lorsqu. ll dort 
met toujours la t6te Jl la place des pieds. 
Mahay mamaky boky mifohtra izy. ll 
sait lire unlivre qui est renverse. Mipo- 
tera, imp. Pi-, a. L*6tat de ce qui 
est renverse. Mpi—, a. Celui qui est 
place dans un sens oppose, l'mcestuoux. 

Fifottrana, 4. L'aclion de se mettre. 
dans un sens oppose, de se retourner 
contre, Tinlerversion, le renversemont, 
I'inceste. Ipoterana, rel Nifoleran ny 
alika romotro izy. Lo 6hien enrage se 
retourna contre lui. Ipotbro, imp. 

Maha— . Qui renverse, qui commet 1 m- 

Fotipotitra, dupl. fre'q. de Fotitra, 

FOT6ANA (qu'on prononce quelqiiefiois 
Piloana), a. Hendez-vous, terme, ech6- 
ance, temps ou lieu flxe. 

Fotoanina, p. A qui on donne un ren- 
dezvous, on flxe un temps. Potoany, 
imp. 

Mamotoana, va. Donner un rendez- 
vous, lixer un temps, mander nour un 
temps fixe. Mamotoana, imp. tAMOT6A- 
na, a. Le temps fixe. Mpamot6ana, a. 
Celui qui donne rendcz-vous. 

Famotoanana, a. L'action de fixer le 
temps, le rendez-vous. Amotoanana,?^/. 
Amot6any, imp. 

Prend Milam—, Mampifam— ,• Mam- 
pam— . 

Maha—. Qui donne ou peut donner ren- 
dez-vous, 

Fotoantoana, dupl.\fre"q. de totoana. 

Potoa-m.4ty, s. Temps fixe irrevocable- 

. ment, comme la mort. 

Potoam-panjakana, 8. LeJempsou le lieu; 
determine par l'Etat. 



Digitized by 



Google 



FOT 



— 184 — 



FOT 



Fotoan' andro, 8, Jour, temps assigne. 

Fotoan' Itsibvixa. 8. Rendez-vous man- 
que par suite d'un raaleniendu. 

Fotoak-tOkam a, s. Temps, lieu determin6 
pour tons. 

FoTOApr-iST MiBATiiA, 8. Rendez-vous man- 
que par suite d'un cmp&chemeut. 

FOTOF#TO, s: Boulevorseraent, desor- 
dre, contusion, embrouillement. 

Fotofotoina, p. Qu*ou boule verse, qu'on 
embrou ille. Koto*ot6y, imp. 

Afotoftto* p. A embrouiller, qu'on bou- 
leverse, Apotofot6y, imp. 

Voa— , pp. Embrouille\ boutoverae'. 

Tofa— , />. Qui s'est d6men6 de colere. 

Mamoto>f6to, Mana— ? ta. Boulover- 
ser.deraiiger, embrouiller. Mamotopo- 
t6a, imp. FAMOTOFdTo, s. Ce qu'on 
bouleverse, mauiere d'embrouiller. Mpa- 
motopoto, s. ijelui qui bouleverse. 

Pamotofot6ana, 8. L'aetion de boule- 
▼erser. Amotopot6ana, rel. 

Ml—-, in. Eire boule verse, en desordre, 
embrouillg ; se d&nener. Mifotofot5a, 
imp. Fi— , 8. L*6tat de ce qui est cm- 
broiiitld. Mpi— / s. Ce qui s'embrouille. 

Fifotofotoana, 8. L'embrouillamini, la 
conlusion. 1potopct6ana, rel. Ipotopo- 
t<W, imp. 
Prend Mampi— , Mifampi— . 

Malta—. Qui bouleverse ou en est ca- 
pable. 

FOTOGRAF**, 8. Photographie. 

FdTQNA, 8. Grand arbre, bois«io con- 
struction. Rhodolama allivola, Thou- 
ars. 

F6TOWTY {foiotra J, 8. La raisun, la 
cause. 

F6TOTRA, 8. Lcs oldmenls, le princi- 
pe, I'origine, la racine, la souche, les 
fondalions, le fondement, la cause; on 
donne aussi ce nom aux troncs d'ar- 

' bres charries por les eaux, qui s'ar- 

- -tetent dans la vase. Andriamanitia no 
fototry ny zavatra rehetra. Dieu est le 

-^principe tie toutes choses. Adama sv Eva 

v iio fototry ny olombelona rehetra.* Cost 
d'Adam el d'Eve que viennent tous les 
Itommes. Marary ny /bfo-delanv. II est 
inalade a la racine de la langue. Tsara 
foiotra io trano io. Cette maison a 
de bonnes fondations. Inona no foiotra 
nangalaranao ny voankazonay? Pour- 
quof avez-vous vole nos fruits? 

Potdrana, Fotdrina, p. Qu'on saisit 
pres de la racine, pres de la base, qu'on 
examine a fond. Fot<5ry, imp. Fotory 
tsara ny zanakazo ongotunao. Saisissez 
bien pres de la racine les plants d'ar- 
breque vousarracbez. Fotory tsara ny 
raharalia. Examinez bien l'airoire. 

Voa— , pp. Fond6, dont ou a assis la 
base, examine* a fond. 

Mam6totra, va. Saisir pres de la racine, 



. presdc la base, examiner a fond, jusqu'au 

principe. Mamot6ra, imp. Fam6totra, 

8. Ce qu'il faut saisir pres de la racine, 

scruter a fond, manicre de saisir, d'exa- 

minor. Mpam5totha, 8. Celui qui saisit a 

la racine, qui va au fond des choses. 
Famotorana, 8. L'action d'aller a la 

racine, les moyens. Amot6hana, rel. 

Amot6ry, imp. + 

Ml--, vn. Rester fix6 laou Ton se'trouve, 

s'appliquer a. Mifot6ra, imp. Fi— , a. 

Maniere de rester flxe\ 
Flfotorana, 8. L'etat de celui qui reste 

ou il est, 1'applicatlon. Ipotorana, rel. 

Ikot6ry, imp. 
Malta—. Qui sait examiner. 
Fotopdtotra, dupl. Abreg6, r6sumc\ 
Am-potony, adv. A la source, a la ra- 
cine. ^ 
Ak-poto-m6ty. Ties pres, sur le point de 

toucher. 
Iray fototra, r<5a f6totra. Se dit des 

oeufs comptes trois par trois ; Irois 

oeufs, six oeufs. Efa-pototra, une dou- 

zaine d'oeufs. 
Masaka if6tony. Se dit des fiuits qu'on 

laisse murir sur pied, par opposition a 

ceux qu'on fait murir artiflciellement. 
Tsy hita f6totra. Incomprehensible 

iuintelligible, inextricable, 
Foto-bolo, 8. La racine des cheveux, la 

base des tresses, uoetresse. 
Fotokavana, 8. Les proches parents, les 

vrais parents. 
Foto-pe\ 8. Le haut de la cuisse. 
Foto-tbny, 8. La substance, le sujet du 

discours, l'elymologie, la racine des 

mots. 
Fototr'aretina.8. Le siege, le principe, 

Tissue de la maladie ; fig. chose incer- 

taino, issue douteuse. 
Miandry fototr' arbtina. Attendre un r£- 

sultat incertain. 
Fototr' blany, s. La premiere articulation 

des ailes des oiseaux. 
Fototr' 6loh a, 8. Souche de famille, fa- 

mille. 
Foto-tsarika, 8. I-es fibres du bananter 

dont on labrique le 8a r ilea (tissu pen 

consistant ) ; /i<j. fc ex6oution facile, travail 

aise. 
Tsy mabay foto-tsarika. Qui ne sail rien 

laire, pas meme la chose la plus facile. * 
Foto-tsofina, 8. La racine des oreilles, 

leur point de jonction avec la t6te. 
Foto-ts6roka et Foto-tsasdry, a. Le 

point de jonction de I'dpuule avec le bras. 
Ranom-p^totra, 8. R^sidu du vesou anres 

une premiere distillation, qu'on mile a 

unc seconde distillation. 
F6TOTRA, 8. Torche qu'on place sur 

un trooc do bananier pour la c^r^monie 

dela circoncision, et dont la meche est 

faite avec de la bouse de bosuf pgtrie et 

allong^e ; torche. 
FOTRAF6TRA. Corome BoTRABdTBA. 



Digitized by 



Google 



FOT 



— 185 — 



FOZ 



FOTRAKA, s. Ronflement sonore. 
Ml—, vn. Bonfler fortement. Mpi— , s. 

Grand ronfleur. 
Fifotrahana, s. L'action do ronfler for- 

tement. Ifotrahana, rel. 

FOTR6AKA,s 1* Eruption, jaillisse- 
ment, sortie do, apparition subite •, 2* 
Inspiration bruyante du piston, bruit 
que fait un corps sortant rf'une matiere 
grasse, com me le pied retire de la bone; 
fig. action d'aller dechargor sa colere 
sur quelqu'un, de quitter son poste par 
chagrin. 

Mi—, vn. Jaillir, sortir de, faire du bruit, 
parler avec emportement. Fi— , s. Manie» 
re de jaillir. Mpi—, 8. Celui qui parle 
avec colere. 

Fifotroahana, s. Le jaillissement, le 
bruit du piston, du pied retire de la 
boue, les paroles emportees. Jfotroaha- 
na, rel. Ifotroahy, irr\p. 

FlJTSY, a. et adj. Blanc, netloye, four- 
bi. rendu nropre, blanchi. 

Fotsiana, Fotsina, p. Qn'on blanchi r, 
qu'on fourbit qu'on nettoie. FotsIo, 
imp. Fotsio ny vary. Pilez de nouveau 
le riz pour le rcndre blanc. Fotsio ny 
benitra. Pourbissez la balonnette. Fotsio 
ny nify. Nettoyez les dents. 

Afotsy, p. Avec quoi on nettoie. Afotsi'o, 
imp. 

Voa— , Finbtsy, pp. Blanchi, approprie. 

MamotAy, va. Blanchir, approprier, net- 
toyer. Mamotsi'a, imp. FaihJtsy, s. Ce 
qu'il faut blanchir, maniere de blanchir. 
Mpauotsy, s. Un blanchisseur, un four- 
bisseur, un nettoyeur. 

Fomotsiana, 8. L'action de blanchir, 
le moyen, les intruments. Amotsiana, 
rel. Amots/o, imp. 

Prend Mifam— , Mampifam— , Mam- 
pa m — . 

Maha— . Qui blanchit ou peut blanchir. 

Fotsifdtsy, dupl. fre'q. S'emploie sur- 
tout dans le sens do mepriser, ne pas 
tenir compte.se moquerde. 

Mamotsif6tsy, va. Mepriser, ne faire 
aucun cas de. 

Fotsy ajjgavo, 8. Lumignon. 

Fotsy Angela, 8. et adj. La cendre blan- 
che du bout du cigare; epuise, sans force. 

Fotsiavadika, a. Plante dont la feuillo est 
vcrte en dessus et blanche en dessous. 

Fotsy b6bo, adj. Blanc comme les albinos, 
tres blanc, se dit de la peau, des poils. 

Fotsy botsatsaka, — botsiaka, adj. Tres 
blanc, d'un blanc dclatant. 

FoTSiELATRA.a. I - Canard. Anas Erylhro- 
rhyncha, Gomlio. 2 # Heron blanc sau- 
vage. Ardea gularis, Bosk. 

Fotsy fanahy, adj. Peu delicat, inconve- 
nanldansses paroles, dans ses actes. 

Fotsy hbhy, adj. Qui rit de mauvaise gra- 
ce, qui rit en ricanant. 

Fotsy bbvitba, adj. Absurde. 



Fotsy hiaka, ac(/. Blanc comme une eclair- 

cie dans les nuages. 
Fotsy kotro, adj. Fertilise, deTriche, cul- 

tive, lecond, prospero, se dit du sol et 

des royaumes. 
Fotsy maxgatsakatsaka, adj. Blanc pur. 
Fotsy manjopiaka, adj. Blanc brillant, 

eblouissant. 
Fotsy maso, adj. Qui a une taie sur l'oeil 

ou sur lesyeux et qui par suite a perdu 

la vue. 
Fotsy m.\vo, adj. Blanc tirantsur le brun. 
Fotsimbary, 8. Riz pile. 
FoTSiMBARtV ak6ho, 8. Riz qui tombe du 

mortier ou on le pile, et qui devient 

ainsi la part des volailles. 
Potsimbarinak6ho, 8. Herbe. Alternan- 

thera sessilis, R. Br. 
Fotsimdarinakoholahy. 8. Herbe. Polygo- 
num senega Jenae.'Meisn. 
Fotsinanahary, 8. Herbe. Senecio coch- 

learifolius, Bojer. 
Fotsy r6ra. adj. Dont on ne fait pas cas, 

dont les ordres sont negliges. 
Mamotsy r5ra. Ne pas faire cas, negliger 

les ordres du supe>ieur. 
Fotsy tkny, adj. Qui parle en "vain, inu- 

tilement, qu'on n'^coute pas. 
Fotsy tsinay, adj. Qui a le ventre vide, 

aflamd. 
FoT8ivADfHANA,s. Arbuste. Helichrysum 

cordifolium. DC. 
Fotsy varavarana, adj. Se dit du mari 

dont la (emme s'absento habituellement 

durant lejour. 
Fotsy v6lo, adj. Qui a lescheveux blancs. 
Fotsivoloman6kana, s. Herbe. Clematis 

Bojcri, Hook. 
Fotsivolomanoro 8. Herbe mfriici.nale. 
Fotsiv6zosa, 8. Nom d'un palmier. 
F6tsiny, — hiany, — iZAO, adv. Seule- 

raent, simulement, sans raison, vaine- 

ment, inutiloment. 
FOVATO. Voy. Fo. 
FdZA, 8 Nom des crabes en general ; 

chevre de mecanique. 

FOZAHALA et FOZAHALAHALA, 8. EspeCO de 

Thelnhuse fluviatile. 

Fozahavatra, s. Dartre scroluleuse. 

Foza maleuy, s. Crabe a carapace molle; 
fig. nom donn6 aux petites filles fai- 
bles. de mauvaise constitution. 

Fozanihionono, s. Crabe blanc. 

Fozan-driaka s. Crabe do mer. 

Fozan'ony, 8. Crabe d'eau douce. 

F6ZA et FOZAF6ZA ( dupl. plus usi- 
t6 ) 8. Action de chiHbnner, de raaltrai- 
ter, de rudoyer 

Fozafozaina, p. Qu'on chiflbnne, qu'on 
mallraite. Aza fozafozainao ny tarata- 
sy. Ne chiffonnez pas le papier. Aza 
fozafozainao ny zanako. Ne maltraitez 
pas mon enfant. Fozafozay, Fozafozao. 
imp. S*f 

Afoaaf6aa, p. Avec quoi on 4h9ff6aA& 
Afozafozay, Awo9JO<QiikQs>4mp..frW * « J 



Digitized by 



Google 



GAD 



— 186 — 



GAD 



Voa-, Finozaf6za, pp. Ghiffono6, mal- 
traite. 

Mamozafbza, va. ChifTonner, maltrai- 
ter, rudoyer. Mamozafoza, imp. Fkuo- 
zafoza, s. Ce qu'on chiffonne, maniere 
de tnaltraiter. Mpamozaf6za, 8. Celui 
qui chifTonne, qui maltraite. 

Fomozafozana, 8. faction de chiffon- 



ner, de maltraiter, de rudoyer. Amoza- 
fozana, rel. Amozafozay, Amozapozao, 
imp. 

Prend Mifam— , Mampifam— , Mam- 
para—. 
Malta— . Qui cluffonne, qui peut maltrai- 
ter. 

FRANTSAY, 8. et adj. Francais. 



G 



G, 8. Sixieme lettre et quatrieme con- 
sonno de l'alphabet matgache ; il se 
prononce toujoursdur. Les finales muet- 
tes ka, tra, s'elident devant le g : Ta- 

PA-GILA3Y, pour TAPAKA GlLASY ; TONGO- 

goaika, pour tongotra, goaika. La fi- 
nale na ou ny ne conserve que Vn de- 
vant le g : Fahan-gisa pourFAiiANA, gisa. 
Apres le preJixe man et ses derives, il 
indique souvent une h intiale au radical ; 
Mangalatra de man et ralatra. 

GA, 8. Gant. ( Fr. gant ). 

Gan-tanana. Des ganls. 

Manao ga\ Porter gants. 

GABAKA, adj. Ou il y a beaucoupd'eau. 

Mi—, vn. Avoir beaucoup d'eau. Fi— , a. 
L'etat de ce qui a beaucoup d'eau. 

Figabahana, a. L'abondance de I'eau. 
Igabahana, rel. 

GAbOKA., 8. Tas, monceau. 
Agaboka, p. A mettre ou qu'on met en 

tas. Agabohy, imp. 
Voa—, pp. Enlasse. 
Mana— , va. Entasser, amonceler. Ma- 

nagaboha, imp. Fana-— , 8. Ce qu'on 

entasse, la maniere de mettre en tas. 
Fanagabdhana, «. L'action dentasser, 

le lieu. Anagab6hana, rel. Anagabohy, 

imp. 
Ml—, vn. Etre entass6, en monceau. 

Fi— , 8. L'6tat de ce qui est entass6. 

Mpi— , 8. Co qui est cntass6. 
Figabohana, 8. L'entassement, le lieu. 

Igabohana, rel. 
Maha— . Qui entasse. 
Gabogaboka, dupl. dim. de Gaboka. 
G vbo-bato, 8. Tas ae pierres. 
G aboraraka, adj. Fait sans so in, au ha- 

sard, (paroles) irrefl<khies. 
GADANA, 8. Cadenas. (Fr. cadenas). 
GADONA. Voy. Ngadona. 
GADRA, 8. Fers des detenus, des ga- 

leriens, colliers des chiens, chatnes 



{>our amarrer les pirogues ou fermer 
es portes. 
Gadrana, p. Qu'on met aux fers, qu'on 

attache. Gadrao, imp. Gadrao io olona 

io. Metlez cet horn me aux fers. Gadrao 

nyalika. Attachez le chien. 
Agadra, p. Dont on se sort pour atla- 

cher. Agadrao, imp. 
Voa—, Giaadra, pp. Attache. 
Mana—, va. Mettre aux fers, attacher. 

Managadra, imp. Fana—, a. Ceux qui 

qui doivent etre attaches, la maniere del 

mettre aux fers. Mpana— , a. Celui qui 

met aux fers. 
Fanagadrana, 8. L'action de mettre 

aux fers, les instruments, le lieu. Ana- 

GADiiANA,rel. Anagadrao, imp. 
Mi—, vn. Etre aux fers ou etre attached 

Fi— , 8. Maniere d'etre attache. Mpi—, a. 

Recidiviste qui est souvent mis aux 

fers. 
Figadrana, 8. Les fers, le lieu, les 

liens, la cause. Igadi\ana, rel. Igadrao, 

imp. 
Maha—. Qui attache ou peut servir a 

attacher. 
Manala gadra. Oter les fers. 
Gadra fohy, s. Fers courts mis aux pieds, 

et si rapprochtis qu'on peut a peine 

changer les pieds de place. 
Gadralava, 8. Fers des condamnes; les 

fers du cou et des pieds sont joints par 

des tringles, qui permettent de faire de 

do longs pas; les condamnes aux fers. 
Gadram-baravArana, 8. Anneau, chaino 

servant a fermer les portes. 
Gadran' aura, 8. Collier de chien. 
Gadran-dakana, 8. Cbaine pour attacher 

les pirogues au bord de I'eau. 
Gadran-dalana, 8. Sentinelles pour em- 

pecher de passer sur les chemins inter- 

dits. 
Gadra kofehy, 8. Corde qui tient lieu 

de fers pour les nobles. 
Gadran' olona, 8. Fers pour les gens. 



Digitized by 



Google 



GAl 



— 187 — 



GAI 



Gadb as-tan ana, a. Mcnottes. 
Gadran-trano, a. Anneau, chatae servant 

de ferine hire aux maisons. 
Gadban-tsandotiia, 8. Fer mis aux mains 

et aux pieds des esclaves pour les em- 

pecher de hiir. 

GADRAGAdRA, 8. Otsoau. Espece de 
Pterocles. 

GADRAGADRA, adj. et a. Fele, ran- 
que; voix sourde, cassee. 

Mi—, vn. Avoir la voix, le son rauque, 
cassd. Fi— , 8. L'etat de la voix rauque, 
cassee. 

GADRAKA, adj. Fele\ rauque, son 
sourd. 

Ml—, vn. Avoir le son rauque, casse\ 
Fi— , 8. L'etat du son rauque. 

GAGA, adj. Etonne\ stupefait, en admi- 
ration, surpris. Gaga anao aho. Je vous 
admire. Gaga ny nataonao aho. J'admi- 
re ce que vous avez fait. Gaga aho raha 
saby nanao ratsy toy izany izy. Je suis 
etonne qu'il ait ose se conduire aussi 
mal. Gaga, imp. Admirez, soyez 6tonne\ 

Mi—, va. et n. Admirer, etre 6tonne. 
Mgagaazy daholo ny olona. Tout le 
moode l'a admirf. Nigaga ny nataony 
ou noho ny nataony ny olona. On a et6 
6tonne de ce qu'il a fail. Migaga. imp. 
Fi— , a. Meniere d'admirer, de s'eton- 
ner. 

Figagana, 8. L'admiration, l'etonne- 
ment. Igagana, rel. Nigagan ny olona 
ay soa nataony. On a admire le bien 
qu'il a fait Igagao, imp. 

Maha— . Admirable, etonnant, surpre- 
nant.. Nahagaga ahy ny hasabiany. Son 
audace m'a etonne. 

Gagagaga, dupl. de Gaga. 

Fadacagana.s. Miracle, prodige. 

Doc ag a, Tolagaga. Voy. cos mots. 

GAGAKA. Voy. Gaka. 

GAGILAHY (corruption deGigalahy), 
a. et adj. Qui a 1'experienco, consom- 
me dans. 

GAlGY ou GAGY, adj. Imbecile, inso- 
lent, enrage, fou de colere. 

Geg6na, p. Qu'on rend courrouce\ en- 
ragG. Gbgko, imp. 

Mana— , va. Iiriter, rendre enrage. Ma- 
nacegb, imp. Fana— , 8. Qu'on irrite 
habituellement, la maniere d'irriter. 
Mpana— , 8. Celui quiinite. 

Fanageg6na, a. Action d'irriter. Ana- 
gegena, rel. 

Mana—. Rendre irritg ou capable d'ir- 
riter. 

Gaiglgaigy, dupl. de Gaigy. 

Auka gaigy. 8. Chien enrage. 

Gaigin' olona ou Olona gaigt, a. Un im- 
becile, un obstine. 

GAlKA, s. Action de serrer, de Her, de 
contraindre- 

Qthina, p. Qu'on serre, qu'on lie forte- 



ment, qu'on reiient, qu'on contraint, 
qu'on violente. G6ho, imp. Geho amy 
ny etra ny valahanao. Serrez vos reins 
avec la cemture. Geho ny kitay bozaka. 
Liez fortement l'herbe a bruler. Geho 
ao an-lrano ny ankizy. Retenez les en- 
fanls dans la maison. Geho izy mba 
hiasa. Contraignez-le a travailler. 

Agalka, p. Ce qui sert a serrer, a lier 
lortement. A geho, imp. 

Voa— , Noginaika, pp. 8erre\ lie for- 
tement, retenu, contraint, violent^. Voa- 
2aika, noginaiky ny lehibe ny tanim- 
ariko. Le chef m'a prls, retenu ma ri- 
ziere. 

Man—, Mana—, va. Serrer, lier for- 
tement. retenir, contraindre, violenter. 
Maxgbha, imp. Fan—, a. Ce qu'on lie, 
maniere de contraindre. Mpan— , a. 
Celui qui lie, qui contraint. 

Fang6hana, a. Action de lier, de con- 
traindre. Angbhana, rel. Angeho, imp. 
Prend Milan—, Mampifan— , Mam- 
pan—. 

MI—, vn. Etre serre, dtre lid. retenu, 
otre contraint. Fi— , a. LVtat do ce qui 
est serre\ lie. Mpi— , a. Ce qui se lie ou 
doit se lier. 

Figehana, a. L'attache, le lieu, Igbha- 
na, rel. Igbho, imp. 

Maha— . Qui lie ou peut lier. 

Gaigalka, dupl. dim. de Gaika. 

GAlNA, adj. Disappoints , decontenan- 
ce. 

Mana—, va. Dcsappointer, decontenan- 
cer. Nanagaina azy ny teny nafitsoko 
azy. Les paroles quo jo lui ai lancees 
l'ont decontenanc6. Fana— . a. Maniere 
de dicoutenancer. Mpaxa— , a. Celui qui 
desappointe. 

Fanagalnana, a. L action de dosappoin- 
tor, de deeontenancer. AnagAinana, rel. 

Man—, vn. Etre desappointe, deeonte- 
nance; etre vide. Nangaina ou nan- 
gain-tsola aho, fa tsy tanteraka ny nante- 
naiko. J'ai ele disappoints, parce que 
ce q» e j'esperais ne sest pns accompli. 
Mangatna io trano io. Cette maison est 
vide. Fan—, a. Le d&appointement, le 
vide. 

Fang&inana, a. Lo deaappointemont. 
Angainana, rel. 

Maha—. Qui desappointe. 

GAlNA et GAINGAlNA < dupl. plus 
usite), s. Ardeur d'un soleil sans vent 
et sans nuage, se dit aussi de ce qui 
est trop sec. 

Ml—, vn. Se dit d'une forte chaleur, 
d'une lourdeur de tete, de ce qui est 
trop sec. Migaingaina ny andro. Le 
temps est treschaud et lourd. Migain- 
gaina nyandohako J'ai la tete lourde 
Migaingaina ny kitay hozo. Le bois de 
chauflage **&i tie* sec. Fi— , a. La lour- 
deur du temps, de la tele, I'gtat do ce 
qui est sec, 



Digitized by 



Google 



GAN 



— 188 — 



GAR 



GAKA, s. Cri du canard, du corbeau. 

Mi—, t?7i. 8e dit du cri des canards, 
des corbeaux; fig. se plaindre, boire 
Irop. Fi— , 8. Maniere de crier, de se 
plaindre, de boire avec exces. Mpi— , 
8. Un buveur. 

Gagaka, dupl. dim. de Gaka. 

MigagaJca, vn. Crier; boire au goulot, 
faire glouglou. 

Manao gagaka, Boire au goulot. 

Voa vao migXka. On crie et on se plaint 
quand on voit ses meiaits dccouverts. 

GALABINA, 8. Grande liberty, grande 

licence. 
Mi—, on. Eire libre, sans frein, suivre 

ses caprices, Gtre liberlin, dissolu. Fi— , 

a. La liberie. Mpi—, s. Celui qui est 

libre, qui suit ses caprices. 
Figalabinana, 8. L'action de suivre ses 

caprices. Igalau/nana, rel. 
Galabindabina, dupl de Galabina. 
GAL&RA, 8. Rabot, (du vieux mot fr. 

galere). 
GAL6NA, s. Galon. (Fr. galon). 
Galona fotsy. Gnlon blanc ou d argent. 
Galona mbna. Galon rouge ou d'or. 

GAMATRA, 8. Gamroe de musique. 

(Fr. gamme). 
GAMATRA, adj. Egal, semblable. 
GAM&LA, s. Gamelle, seau, baquet. 

( Fr. gamelle ). 
GANA, s. Choc des portes, bruit des 

portes qui se ferment, bruit du battant 

sur letissu. 
Ganina, f>. Qu'on ferme ou qu'on frappe 

avec bruit, (tissu) qu'on bat fortement. 

Gano, imp. 
Agana, p. Avec quoi on frappe, on bat. 

Agano, imp. 
Voa—, pp. Ferm6 ou frappe avec bruit, 

battu lortement. 
Man—, Man a—, va. Fermer ou frapper 

avec bruit, battre fortement. Fan—, s. 

Maniere de fermer. Mpan— , s. Celui 

qui ferme avec bruit, qui bat fortement. 
Fanganana, s L'action de fermer ou 

de frapper avec bruit, de battro'toMe- 

mcnt. Anganana, rel. Angano, imtyi' 
Mi—, vv. Faire du bruit, 4re4HflfefcB4*r? 

battu. Fi— , 8. La maniere. /(to ttUrtAiv. 

Mpi— , 8. Cequi ft\iuM\hhrh}l.-- MtlnM 
Figanana, 8.^&&mkfy wtom&h 

ment. Igaxa^a,, ^ i w>U i a •• /.U««i 
Maha- t:i Q,u. #eut balira.lartfsKUM j„ 
Gangana, dupl. de Gana,,.,, ; (|ty ,j \ ti3 

0A>NAOANAv(9/l«:ai^rd^loni^tiTT^e% 
idTupsHo pfcur^afer^feS'ltfMnM"" 
GanaWamatoa^^ ^*«wwi4) qu^orh ttp'bfel- 
Ml6,tBlf«Ai^»i/M), J 'i»*i^'» • *"•■» '<' *vn * 
MimvJual'MA.Jbpelfer l«*'»khfllM*# MWa*a- 
uiikHk\ unpiAiflWyiffJ AfaWer^'uTutyWler 



i lad cadards. »•! 



!)'! \f 



;*\ti 



Fi#*nmg&naJaaf *. l/*e*toto'»u"aMKta 
les canards. Igakagaxaka, rek '"'' *"!' 



GAONA, 8. Choc. 

Agaona, p. Qu'on fait choquer. Aga6- 

ny, imp. 
Voa—, pp. ChoquS. 
Mi—, vn. Se choquer, s'entre-choquer. 

Fi— , s. La maniere de choquer. 
Figadnana, 8. L'action do se choquer. 

Iga6nana, rel. 

Prend Mampi— , Mifumpi— .. 

GAOTRA, 8. Maladie de la goutte. (*Fr. 
goulte). 

GARABA, 8. 1° Corbeille en treillis, 
bourriche ; 2* latrines. 

GARARAKA, s. Gorgarisme, glouglou. 
Manao gJtoaraka. Se gargariser. 

GARARAKA, 8. Ecoulement de IJeau. 
Agararana, p. A faire couler. Agara- 

hano, imp. 
Mi—, vn. Couler avec bruit. Fi— , a. 

Maniere de couler. 

GARARO, 8. Un plaisant; preiexte, 

faux-fuyant. 
Agararo,p. Qu'on pretoxte. 
Mi—, vn. Donner des prSlextes plaisants, 

des faux-fuyants. Fi— , 8. Maniere de 

donner ces* pretextes. Mpi—, a. Qui 

donne des prelextes. 
Gararolahy.s. Un farceur. 

GARASV, 8. Grace, demande de 
don, Taction de demander grace. 
grace). 

Ml—, vn. Demander graco, pardon 
der a quelqu'un. Migarasia, 
Fi— , 8. La maniere de demander gfflcV 
Mpi— , 8. Celui qui demande gratsH/teM 

Figarasiana, 8. L'action de»*'AentoHHlcr 
pardon. Igaras/ana, reL * t»w tjuuUin* 

GAR&BOKA, 8. Act\\ti u d%*&WW& 
avidity mi-iiPt .k.jV*..a.»aii/ T 

Agar^boka, p/ ( tf aUW. M &*m6kV 

imp. / w/ . > ./»'/ .AHAOAO 

Mana-T,,^, AWftKWW V#*^I»4A!a 

le avec avidite, maniere v,,^ a vmpr. 



par- 
(Fr. 

; ce- 
imp. 




que, trainant. • \ vi ,/**;*;» 







Digitized by 



Google 



GED 



— 189 



GEt 



GARISlSY, x. Exerciee railitaire. (Fr. 
exercice ). 

Manao garisisy. S'exerceran canon. 

GASY, adj. et a. Malgache. 

Gaaina, p. Malgachise\ traduit en mal- 
gache, fait a la mode, a la maniere mal- 
gache. GASio, imp. 

Gasigasy, dupl. dim. de Gasy. 

GAVO. Comme Goavy. 

GAZfiTY, s. et adj. Gazette, journal; 
publie. ( Fr. gazette ;. 

Gazetyvava. Bruits, rumeurs qu'on fait 
courir. 

Manao cazbty. Faire un journal, publier 
des rumeurs, des bruits. 

Mpanao gazbty. Journal iste ; qui rdpand, 
ou publie des bruits vrais on faux. 

G&BAKA Voy. Hebaka. 

G&BOKA, s. Action de gober, de garder 
pour soi. 

Ageboka, p. Qu'on gobe, qu'on attrape, 
qu'on retient. Nageboky ny mpivarotra 
toaka ny volako. Le marchand de rhum 
m'a attrap6 tout mon argent. Agbb<5hy. 
imp. 

Voa—, pp. Gobe, retenu. 

Man—, va. Gober, retenir, prendre pour 
soLFan— , 8. Maniere de gober. Mpan—, 
s. Celui qui gobe. 

GfiDRA ot GEDRAG&DRA, ad;. 
Lacbe, mal li6 ; s. chaino en or que les 
femmes portent au cou. 

Gedragedraina, p. Qu'on relacho ou 
qu'on lie lachement. qu'on gouverne 
avee trop d'indulgence. Nogcdrage- 
drainao ny kofehy ka nivaha ny enta- 
na. Vous avez lie la corde trop lache- 
ment et le paquet s'est delache. Aza 
gedragedrainao ny flfehin' ny ankizy. 
Ne gouvernez pas les enfants avec trop 
d'indulgence. Gedragedrao, imp. 

Agedrag6dra, p. A relacher, qu'on fait 
relacher. Agedragbdrao, imp. 

Voa— , pp. Relach6. 

Mana— , t?a. Relacher, delendre. Mana- 
gbduagbdba, imp. Fana—, a. La manie- 
re de relacher, de defend re. Mpan a—, 
8. Celui qui relache. 
Fanagedragedrana, a. L'action de re- 
lacher. Anagbdragedrana, ret. 
Mi—, vn. Etre relache, detendu. Fi— , s. 
L'etat de ce aui est relache\ Mpi — , s. 
Ceqiii se relactie habituellement. 
Figearagedrana, s. Relachement. Ioe- 

dragbdrana, rel, 
Maha— . Qui relaehe ou peut relacher. 

GEDROGfcDRO, s. Plainte, murmure. 
Mi—, vn. Se plaindre, so facher en mar- 

mottant. Migbdrogedroa, imp. Fi— , s. 

La maniere de se plaindre. Mpi — , s. 

Uogrognon. 
Figedrogedr6ana, 8. L'action de mur- 

murer, de se plaindre. 1gbdrogedr6a- 

KA t reL 



Prend Mampi—, Mifampi—. 
Maha—. Quise plaint oil sait se plaindre. 
G&HY, s. Action de serrer, de lier for- 
tement, d'etreindre, de retenir, de con- 
traindre. 
Geh6zina, p. Qu'on serre, qu'on lie fur- 
tement, qu'on Streint, qu'on retient, 
qu'on contraint. Gehezin' ny zokiny ny 
rananany. Son aln6 retient ses biens. 
Gehezin' ny ray aman-dreny mba hia- 
natra izy. 11 est contraint par ses pa- 
rents a 6tudier. Gbhezo, imp. Gehezo 
ny entana. Serrez, liez fortement le pa- 
quet. Gehezo ny namanao. Etreignez 
votre caraarade. 
Ag6hy, p. Avecquoi on serre. Agbhb- 

zo, imp. 
Voa—, Ginfthy, pp. Serre\ retenu, con- 
traint. 
Mana—, Man—, va. Serrer, lier forte- 
ment, Gtreindre, retenir, contraindre. 
Mangbheza, Managehbza, imp. Fan—, 
Fana—, s. La maniero de serrer. 
Mpan— , 8. Celui qui serre ou qui use de 
contrainte. 
Fangehgzana, s. Action de serrer, d'6- 
treindro. Angbhkzana, rel. Angbhbzo, 
imp. 

Prend Mifan— , Mampifan— , Mam- 
pan—. 
Mi—, vn. et a. Etre serre\ retenu, con- 
traint ; serrer, contraindre. Migbubza, 
imp. Fi— , 8. L'6tat de ce qui est serr6, 
la maniere de serrer. 
Figeh6zana, s. L'action de serrer, de 
contraindre. Igehbzana, rel. Igbhezo, 
imp. 

Prend Mampi—, Mifampi—. 
Maba— . Qui 6treint ou peut elreindre. 
Gehigthy, dupl. fre'q. JeGehy. 
G&IKA ou G&KA. Comme Gaika. 
G&JA, 8, Action de serrer, d'&reindre, 

de retenir, de contraindre. 
Gejaina, Gejana, p. Qu'on serre. 
qu'on Strcint, qu'on retient, quon 
contraint. Gejao, imp. Gejao ny 
kofehy. 8errez les liens. Gejao ny ta- 
nany. Serrez sa maiu. Gejao izy. 
Etreignez-le. Gejao ao am-pahitra ny 
omby. Relenez les boeufs dans le pare. 
Gejao mba hitaon-jezika izy. Contrai- 
gnez-le a porter du fumier. 
AgCja, p. Avec quoi on serre, qu'on rj- 

tient. Agejao, imp. 
Voa—, Gine\)a, pp. Serre, etreint, re:e- 

nu, contraint. 
Tafa— , p. Qui est retenu. 
Mana—, Man—, i-a. Serrer, etreindro, 
retenir, contraindre. Mangeja, imp. 
Fan—, 8 . Ce qu'on serre, maniere <io 
serrer. Mpan—, s. Celui qui serre, qui 
retient. 
Fangejana, s. L'action de serrer, de re- 
tenir, de contraindre, la cause. Ange- 
jana, rel. Angbjao, imp. 



Digitized by 



Google 



GIA 



— 190 — 



GIG 



Prend Mifan— , Mampifan— , Mam- 
pan—. 
Mi—, vn, Etre serr6, 6treint, cantraint, 

retenu. Migeja, imp. Fi— , a. L*6tat de 

ce qui est serrd. Mpi— . 8. Ge qui se ser- 

re, celui qui est retenu. 
Figejana, a. L'dtreinte, lelieu. IgbjAna, 

rel. IgejXo, imp. 
Mana—. Qui serre ou pout serrer. 
Gejagtija, dupt. deGeja. 
G&MO, a. Guillaume, rabot. 
GfiNA et GENAGftNA, a. Action de 

porter entre les mains et avec soin. 
Genagenaina, p. Qu'on porte entre les 

mains. Gbnagenao, imp. 
Agenag6na, p. Les mains avec lesquel- 

ies on porte. Agbnagbxao, imp. 
Voa—, pp. Porte avec soin. 
Mana— , Man—, va. Porter entre les 

mains. Mangknagkna, imp. Fan—, a. Ce 

qu'on porte avec soin, maniere de faire 

attention a ce qu'on porte. Mpan— , a. 

Celui qui porte entre les mains. 
Fangenagenana, a. Action de porter 

avec soin. Angbnagenana, rel. Ange- 

nagbnao, imp. 
Mi—, va. et ii. Porter avec soin ; etre 

porte avec soin. Migbnagbna, imp. 

Fi— , a. L'attention. Mpi—, a. Celui 

qui porte avec soin. 
Figenagenana, a. Action de porter avec 

soin entre les mains. Igbnagenaxa, rel. 

Igbnagbnao, imp. 
Maha—. Qui soigne ou qui porte avec 

soin. 
GEOGRAF^, a. Geographic. 
GEOG&OKA. Voy. Hboka. 
G&RA et GERAGftRA, adj. Laclie, 

mal lie, mou. 
Mi—, vn. et adj. Eire mal lie, laehe. 

Fi— , a. L'Stat de ce qui est mal lid. 

Mpi—, a. Ce qui est ddbraill6. 
GERIG&SY, a. Mot dont se servent les 

enfants en s'amusant et qui signifle : 

imbecile, oie. 
GERMANA, a. Allemand, Germain. 
GERMANY, a. Germanic, Allcmagne. 
GATY, a. Guetres. (Fr. gu6lres). 
GtA, a. Etreinte, serrement. 
Giazana, p. Qu'on serre, qu'on etreint. 

Xmgiazanao toy izany ny tanako. Ne 

serrez pas ainsi ma main. Giazo, imp. 
Agla, p. Avec quoi on serre ou Ion 

etreint. Agivzo, imp. 
Voa—, pp. Etreint, serre\ 
Man—, Mana — , va. Etroindre, serrer. 

Mangiaza, imp. Fan—, a. Ce qu'on ser- 
re, maniere de serrer. Mpan—, a. Celui 

qui serre, qui dtreint. 
Fangiazana, a. L'action de serrer, l'ins- 

trument pour serrer. Angiazana, rel., 

Angiazo, imp. 

Prend Mifan—, Mampifan—, Mam- 
pan—. 



Mi— vn. Etre serre\ Etreint. Miguza, 
imp. Fi— , a. L'elat de ce qui est so r- 
re\ Mpi—, a. Ce qui est serre, qu'H faut 
serrer habiluellcment. 

Figiazana, a. Le mode, la maniere 
(Tetre sernS, la place. Igiazana, rel. 

Maha—. Qui serre ou peut serrer. 

Giagia, dnpl. de Gia. 

GiAKA, r. Canard dans le chant. 

Mi—, vn. Faire un canard. 

GiDANA, s. Action d 'en lever, de ra- 
fter, de depenser d'un soul coup. 

Manao gi'dana. Faire plat net, balayer le 
tout. 

GtDRO, a. Plusieurs espeees de Makis, 
surtout le noir gris. Prosienia mon- 
goz\ fig. laid, figure de singe. 

GtDRO et GIDROGtDRO, a. Grin- 
. cement, le bruit du frottement, le era- 

quemeot, le cri des rats. 
Agidrogidro, p. A faire grincer. Agi- 

drogidr6y, imp. 
Tafa— ,p. Grincant. 
Mana—, va. Faire grincer. Managidho- 

GipitdA, imp. Fana— , a. Ce qu'on rait 

ffrincer, la maniere du faire craquer. 

Mpana—, a. Celui qui fait craquer. 
Fanagldrogidrdana, a. L'action de 

faire craquor, 1'instrument. Anagidro- 

gidr6ana, rel. Anagidrogidr<5y, imp. 
Mi—, vn. Grincer, craquer. Fi— , a. La 

maniere de grincer. Mpi—, *. Ce qui 

grince. 
Flgidrogidroana, a. Le grincement, 

le craquement. Igidrogidroana, rel. 
Maha— . Qui grince ou peut faire grincer. 
GlGA et GIGAGlGA, adj. Vicux.dur. 
Mi—, vn. Durcir, etre dur. Fi— , a. La 

duretc. 

GIGIGlGT, a. Action d'attacher solide- 
meut. 

Agi^igigy, p. Qu'on attache solidement, 
qu on garrotte. Nagigigigy ny mpanga- 
latra. Le voleur a etc garrotte. Agigi- 
gigi'o, imp. 

Mana— , va. Attachor solidement, gar- 
rotter. MANAGIGtGIGfA, imp. FANA— , 8. 

Ce qu'on garrotte, maniere de garrotter. 
Mpana—, a. Celui qui attache solide- 
ment. 

Fanagigigigiana. a. L'action d'alta- 
chcr solidement, de garrotter. Anagigi- 
gigJana, rel. ANAGiGiGiGfo, imp. 

Mi—, vn. Etre solidement attache, etre 
attache par des liens tres scrres. Fi— , a. 
La solidite des lions. 

Maha—. Avec quoi on pout aitacher 
solidement. 

GIGlKA, a. Sanglot, uleurs avec eftorts. 

Mi—, vn. Sangloter, pleurnicher. Ft—, a. 
La maniere do sangloter, de pleura i- 
cher. Mpi— , a. Celui qui sanglote. un 
pleurnicheur. 

Maha—. Qui sanglote, qui peut crier. 



Digitized by 



Google 



GIR 



idi — 



g6a 



GiJA. Comme Gbja. 

GiXA, adj. Qui cligue d'un ceil. 

Gila maso. Qui a un ceil clignd naturel- 
lemenl. 

GIlJLSY, 8. Verre aboire. (Ang. glass). 

GILtO, a. Glue. (Aug. glue). 

GIL.6BY. s. Globe, globe terrostre, glo- 
be pour lampe, lustre. (Fr. globe), 

GIL.OM6, s. Guillemets. (Fr. guille- 
met). 

GiNA, adj. Qui garde le silence, qui 
n'entend pas, assourdi. Gina ny tana- 
na. Le village est silencieux. Noteneni- 
na izy ka gina tery. II a 6te admonest6 
et a garde subitement le silence. Gina 
tiy sofiko azon* ny tabataba. Mes oreil- 
les sont assourdies par le bruit. 

Man—, vn. et adj. Garder le silence, 
cesser de pleurer, etre silencieux. Man- 
gina, imp. Taisez-vous, silence. Fan—, 
s. l/etat de ce qui est silencieux. 
Mpan— , «. Un taciturne. 

Fanginana, *. Inaction de se taire. An- 
gi'kana, rel. Angino, imp. 
Prend Mam pan— , Mifampan— . 

Ml—, en. Se dit des oreilles assourdies 

Ear le bruit; fig. s'obsliner. Fi— , «. 
,'etat des oreilles assourdies. Mpi— , s. 
Les oreilles qui sont souvent assour- 
dies. 

Figlnana, s. L'assourdissement des 
oreilles. Iginana, rel. 

Maha—. Qui rend silencieux, qui assour- 
dit. 

Gingina, dupl. dim. de Gina. 

Mangingina, vn. adj. et adv. Etre 
silencieux, solitaire, isole, secret; en 
particulier, secretement. Mangingina 

* ny tranonareo. Votre maison est soli- 
taire, isolee. Mbola zavatra mangingi- 
na izany ka aza arabara. G'est une 
-chose encore secrete, ne la rev^lez done 
pas. Nilazako mangingina izany izy. 
Je lui ai dit cela en particulier. 

Migin-kazo. S'obstiner fortement. y 

GtOKA, s. Pet, bruit incongru. 

Agtoka, p. Bruit a (aire entendre. Agio*- 
hv, imp. 

Tafa— , pp. Qui a p«He. 

Mi—, vn. Eciater, peter. Fi— , s. La ma- 
niere de peter. Mpi—, s. Celui ou ce qui 

Giogloka, dupl. freq. de Gioka. 

GIRaMPA. Comme Gorampa. 

GIRANDINA.s. Grand diner, feslin, 
grand repas. (Fr. grand diner). 

GIRKNADftLINA, s. Grenadille. Pas- 
siflora stipulata, Aublet. (Fr. gre- 
nadille). 

GIRIGtRIKA, 8. Point, notes pour 
marquer les absences. 

Girigirlhana, p. Qu'on marque par des 
points. Guuguuho, imp. 



Voa— , pp. Marqu6 par des points. 

Man—, va. Marquer les absences par 
des points. MANGiRiGmfHA, imp. Fan—, 
8. Ce qu'on pointe, la maniero de poin- 
ter. Mpan—, 8. Celui qui marque les 
absences. 

Fangirigirihana, a. L'action de mar- 
quer les absences par des points, I'in- 
strument. ANGiRiGitifftANA, rel, Angmi- 
GiRfHO, imp. 

Maha— • Qui met le point ou peut le 
mettre. 

GIRlKA. Comme Greka. 

GIRtO, adj. pris subst. Gris, drap gris, 
gris de fer. (Fr. gri8). 

GIRIRlOKA, 8. Le chant du grillon, lo 
tin'ement des oreilles. 

Mi—, vn. Tinter, chanter. Fi— , 8. Le cri 
du grillon, le tintoment des oreilles. 
Mpi—, a. Lc grillon qui chante, les oreil- 
les qui tintent. 

Maha—. Qui chante ou peut chanter. 

Giririodrioka, dupl. fre"q. deGiririoka. 

GtSA, 8. Oie. (Ang. geese). 

Gisag/sa, s. Mot usite pour appeler les 
oies. 

Gisalahy, 8. Jars. 

Gisavavy, 8, Oie. 

GOAY, adj. Grand, gros. 

Goaid£. adj. Gros, colossal. 

Goaigoay, dupl. dim. de Goay. 

GOAlKA, *. Corbeau. Corvus scapu- 
latus, Dand. fig. semblable, comme 
les habits dans une grande reunion. 

G6ANA, adj. Borgne, qui a un oeil 
poche, ouvert. 

Goa-maso, ad/. Qui a un oeil poche. 

Mang6ana, adj. Se dit de Paurore qui 
commence a poindrc, et d'un espace 
vide. 

Mangoana atsinanana, adj. Se dit do 1 au- 
rore qui commence a poind re. 

Mangoang6ana, adj. Cave, creux, ouvert 
etvide comme 1 oeil poche, comme une 
largo ouverture. 

Mangoa-m£xa, adj. Se dit de la rongeur 
qui paratt au-dossous de la paupiere 
quand ou la souleve. 

G6ANA, 8. 1" Bruit d'une porte qui 
s'ouvre ou seferme; 2* publication ; 3* ac- 
tion de commencer ou do continuer. 

Goanana, p. Qu'on ouvre avec bruit, 
qu'on publie, qu'on commence, qu'on 
continue. Aza goananao toy izany ny 
varavarana. N'ouvrez pas ainsi la porte 
avec bruit. Goany, Goano. imp. Goano 
ny anjaranao. Commencez, continuoz 
votre part. 

Ag6ana. p. A ouvrir. A goano, imp. 

Voa—, pp. Ouvert avec bruit, public, 
commence. 

Mana— , t* a. Ouvrir avec bruit, publier, 
commencer, continuer. Managoana, imp. 
Fana— , 8. Qu'on publie, maniere d'ou- 



Digitized by VjOOQIC 



GOD 



— 192 — 



GOt. 



vrir. Mpaka— , a. Celui qui ouvre avoc 

bruit. 
Fanagoanana, a. L'aclion d'ouvrir avec 

bruit, de publier, de commencer. Ana- 

goAnana, rel. Anagoany, imp. 
Mi—, vn Etre ouvert avec bruit, etre 

public, etre en train. Mivoria fa efa /u- 

goana ny teDin' ny fanjakana. R6unis- 

sez-vous parce que les ordres du gou- 

vernement vont etre publics. Fi— , a. 

I^e bruit de la porte, la publication. 
Figoanana, a. Le bruit, la publication. 

Igoanana, imp. 
Maha— . Qui fait retentir. 
Goangdana, dupl. frtq. de Goana. 

GOAVANA, adj. Grand, 6norme, cor- 
pulent. 

GOAVT, a. Goyavier, goyave. Psidium 
pomiferurn, L. 

Goavy f6tsy,s. Goyavier a fruits blancs. 

Goavy iikna, a. Goyavier dont les fruits 
out Tinte>ieur rouge. 

Goavitsina ou Goavitsinahy, 8. Goyavier 
de Chine. Psidium cattleyanum, Sabi- 
ne. 

Goavin' Ilaibavana. 80 dit de ce qui est 
dcpens6 par trop de bonte\ commo les 
goyaves d'llaihavana qu'il donnait a 
tous ceux qui lui en demandaient. 

GOBILft, a. Gobelct. (Pr. gobelet.) 

G6BOKA, adj. Vide, creux. 

Mi—, vn. Sonner creux, comme un cof- 

fre vide. Fi— , a. Leson creux. Mpi—, a. 

Go qui sonne creux. 
Figobohana, a. Le son creux. Igoboha- 

na, rel. 
Gobog6boka, dupl. de Goboka. 
Mang6boka, adj. Vide, creux. 
Manao ANGonoKA. Cacher dans un trou, 

sous quelque chose, sous I'babit, der- 

riero un rideau. 
GOD ANA, adj. Vaste, spacieux. 
Mi—, vn. Etre vaste, spacieux; fig. etre 

dans une grande liberie. Migodana ny 

kianja. La place est vaste. Fi— , a. L'eAat 

de ce qui est vaste, manierc d'agir li- 

breroent. 
Figodanana, a. Grand cspace, grande 

liberie. Igodanana, rel. 
G6DONA. Voy. N go don a. 

G6DRA et GODRAG6DRA, adj. 
Faiblc dans les articulations, dans les 
joinlures. 

Mi—, vn. Etre faible aux articulations, 
aux jointures. Fi— , a. l/ctat de ce qui 
o*t faible. Mpi—, a. Go qui est habituel- 
lement faible aux jointures. 

Figodragodrana, a. Li faiblesse des 
articulations. Igodkagodrana, rel. 

Maha—. Qui cause la faiblesse. 

G6DR1KA, a. Faiblesse des articula- 
tions des genoux. 

Tafa, p. Engourdi aux genoux. 

Mi— i vn. Eire faible aux genoux, commo 



un malade qui est resle long temps au 
lit. Fi— , a. La faiblesse des genoux. 
Mpi—, a. Celui qui est faible aux arti- 
culations des genoux. 

Maha—. Qui rend faible aux genoux. 

Godrigodrika, dupl. de Godrika. 

G6GA, adj. Vieux, age. 

G6GO et GOGOG6GO {dupl. plus ust- 
te) t a. Le bruit, la violence, le bouillon- 
nement de Teau qui coule; plours, la- 
mentations. 

Agogogdgo, p. A (aire pleurer. Agogo- 
gog<5y, imp. 

Tafa—, p. Qui couie avec bruit, qui se 
lamente. 

Mi—, vn. Couler avec bruit, se lamen- 
ter. Migogogog6a, imp. Fi — , a. L'im 



peluosite* de I'eau qui coule, la violence 

Mr 
lamente. 



des lamentations. Mpi—, a. Celui qui se 



Figogogogoana, a. La violence du tor- 
rent, les lamentations. Jgogogog6ana. 
rel. Nampangoraka ny nigogogogoan' 
ny olona rehetra tamin'izany landeve- 
nana izany. Les lamentations poussecs 
par tout le monde dans cet enterrement 
touchaient le cocur. Igogogogo>, imp. 

Maha—. Qui siit se lamenter. 

G6HINA, p. de Goka. 

GOIKA et GOIG6IKA {dupl. plus usi- 
to). 8. Bruit entendu dans le gosier de 
celui qui est suffoqu6 par h«s sanglots 
ou embarrassee par l'eau qu'il avale. 

Agoigdika, p. A fa ire prod u ire du bruit 
dans le gosier. Agoigoihy, imp. 

Tafa—, p. Dont le gosier u produit du 
bruit. 

Mi—, vn. Sangloter, avaler avec bruit. 
Migoigoiiia. imp. Fi— , a. La maniere 
d'avaleravec bruit ou de sangloter avec • 
effort. Mpi—, a. Celui qui sanglote ou 
avale avec bruit. 

Figoig6ihana, a. L'action de sangloter, 
d avaler avec bruit. Igoigoihana, rel. 
Igoig6ihy, imp. 

G6KA, a. Action de boire avec satisfac- 
tion et en abondance. 

Grohina, p. Ce qu'on avale. G6m, imp. 

Voa— , pp. Bu. 

Ml—, vn. et a. Boire avec satisfaction et 
en abondance, boire avec exces. Kange- 
talieta ny omby ka nigoha izaitsizy. Les 
bceufs etaient alte>&s et burent en abon- 
dance. Mahery migoka toaka Hay io. 
Celui-la est un fameux buveur tie rhum. 
Mtr.oiiA. imp. Fi— , a. Ce qu'on boil, 
mauiere de boire. Mpi—,*. Un buvenr, 
un ivrogne. 

Figohana, a. L'aclion de boire, le reci- 
pient Ig6hana. rel. Igohy, imp. 

Maha—. Qui petit boire. 

Gog6ka, dupl. freq. de Goka. 

Gok 6mdy. Action de boire en abondt.nc; 
et sans s'arretcr. 

G6LA, r. de 



Digitized by 



Google 



GOR 



— 193 



GOR 



Fahag6la et Fahagolan-tany, ado. Au- 
trefois, de temps immemorial. 

Golagoay ( mot us; 16 dans les contes ), adj. 
Tres vieux, tres ilge. 

GOL&DA, s. Faiblesse, debilite, mala- 
dio simul6e. 

Tafa—, p. Qui est faible, qui pretcxte 
une maladie. 

Mi—, vrt. Fitre faible ou protester une 
maladie. Migoleda, imp. ?i— , s. La fai- 
blesse, la maniere de prltexter une ma- 
ladie. Mpi— , s. Celui qui pretexte une 
maladie. 

Flgoledana, s. L'action de so trainer, 
ile lansuir, de prdlexter une maladie. 
Iuoledana. rel. Igoledao, imp. 

Mali a—. Qui pretexte ou sait protoxter 
une maladie. 

Goledal6da, dupl. freq. de Goleda. 

GOMAet GOMAB&, ad;. Gros, grand, 

enorme. 
G6NA, s. Coup, choc. 
Gonina, p. Ce qu'on choquo. Goxy, imp. 
Ag6na, p. Avec quoi on Irappe, on heur- 

te. Agony, imp. 
Voa—, pp. Frappe. heurte 
Tafa—, ;). Qui s't>t heurte. 
Man—, Mana- , va. Frapper, heurter, 

choqner. Maxgona, imp. Kan — , s. Ce qui 

est heurte, la maniere de heurter 

Mpan— , s. Celui qui heurte. 
Fangdnana, s. L'action de heurter. lo 

choc, 1'instrument. Ang6xaka, rel. An- 

coxy, imp. 

Prend Milan— , Mampifan— , Mampan— . 
Mi—, rn. Heurter. so hourtcr. se choqner. 

SigoiiSL tamy ny rindrina ny lohany ka 

natatra izy. Sa tele a heurte contrc la 

murnille et il s'c^t hlesse. Fi— , s. Le 

choc. Mpi—, s. Celui qui heurte. 
Figdnana, s. L'action de se heurter, de 

se choquer. Ig6xaxa, rel. Igony, imp. 
Mifampig6na, vn Se heurter, heurter 

Tun contre 1 'autre. 
Mah a—. Qui heurte, qui ose frapper. 
Gongona, dupl. freq. de Gona. 
Gox-doha. Action de so homier, de se co- 

gner la lele, com me les belie rs. 
GONAG6NA, adj. Boursoufle, ample. 
Agonagbna, p A fuirc boursouuVr, a 

i end re voluminous. Agjxagoxay, Ago- 

xagonvo, imp. 
Mi—, in. Eire boursoufle, voluminous. 

Fi — , 8. L'eiat de ce qui est boursoulle, 

volumineux. Mm — , s. Celui qui est bour- 

soufle. 
Figonagonana, s. La bonrsouflure, gon 

flement. Igoxago.vvxa. rel. 
Maha— . Qui cause la boursoufluro. 

GONG6RO. Com me Kixgory. 
G6RA, 8. Une piece de toile, de coton- 
uade ou d'autre ololle. 



G6RA et GORAG6RA (dupl. plus 
usite;. adj. Flasque, lacbe. mal lie, 
gros et mou. Voy. Boiudora. 

Agoragdra, p. A lier lachement. Agora- 
gorao, imp. 

Voa— , pp. Relache. detendu. 

Mana—, va. Relaeher. rendre flasque. 
Maxagoragoha, imp. Faxa— . a. Ce qu'on 
lie mal, qu'on relache. maniere. de rela- 
eher. MrANA— , 8. Celui qui relache, qui 
detend. 

Fanagoragorana, s. L'action de relu- 
cher. Axagoragorana, rel. Anagouago- 
iiao, imp. 

Mi—, im. Eire flasque, mou et gros. 
Fi— , 8. L\Hat de ce qui est flasque, mou. 

Flgoragorana, s. Le relaehement, la 
mollesse. Igoragohaxa, rel. 

Maha—. Qui rend flasque. 

GORABAKA, s. Trou large. 

Gorabahana, p. Ou on pratique un Irju, 
une breche. Gorabaho, imp. 

Agorabaka, p. Avec quoi on perce. 
A gorabaho, imp. 

Tafa— , Voa— , pp. Troue, creuse, perce. 

Mana— ,ra. Trouer, creuser, percer, I'aire 
un trou. Aoka hanayorabaka ny am- 
pinntany isika hivoahan' ny ranJ. Fai- 
sons un trou au mur j>our donner une 
issue a lean. Managohadaha, imp. 
Kaxa — , s. Maniere de percer, en qu'on 
perce. Mpaxa— , s. Celui qui perce. 

Fanagorabahana, s. L'action de trouer, 
decreuser. de percer. Anagorad\haxa, 
rel. Axagorabuio, imp. 

Mi — , rn. Avoir un irou.etrc perce. creu- 
se ; s'enfoncer. Mirjorabaka ny lefllolm. 
La digue a un trou, est pereee. Nigo- 
rabaka tao auatiu' ny futaka uv longo- 
ny. Sun pied s'enfour.a thins la boue, 
Fi— , 8. L'etat tie ce" qui est perce. 
Mpi—, .s\ Ce qui est perje. 

Figorabahana, a. Le pci cement, letrou. 
Igorahamana. rel. 

Mangorabaka, vn. et adj. Qui est per- 
ce, qui a un grand trou. Kan— , s. L'«Hat 
d'un iron large. Mpan— , s. Ce qui a- un 
grand trou, trou qui cede- sous la pres- 
sion. 

Fangorabahana. s. L'aciion de ceder 
Sous la pression. Axgobabahaxa, rel. 

Maha—. Qui perce ou punt percer. 

Gorabadrabaka, dupl. de Gorabaka. 

GORAIDRAlKA, i?. Coasscmeul .les 

givnouille*. 

Mi—, rn. Coasser. Fi— , s. Manier.j de 

cois*or. 

GOR AMP A, s. Ac. ion tie Htuliler. ( bV. 
ijranrl pns ). 

Gorampaina, p. Qu'..n hu.Iile. G« ram- 
pay, (.TtiHAMPAO, (ill,!. 

Agorampa, p. Awe quoi en li.uliie. Ago- 

ra.mpao. intp. 
Vol—, pp. Fauli e. 
Mana-, va. Fuulilu*. Maxagoaampa, 



Digitized by 



(Sboglc 



GOR 



— 194 — 



GRlE 



imp. Fana—, 8. Ce qu'on faullle, ma- 
niere de faufiler. Mpana—, 8. Gelui qui 
faufile. 

Fanagorampana, 8. Aciiou do faufiler, 
Instrument. Anagorampana, rel. 

Mi— , vn. et adj. Etre faufile. Fi— , 8. 
L'6tat de ce qui est faufile\ Mpi— , s. Ce 
qu'il faut faufiler ordinairement. 

Figorampana, 8. La man i ere d'etre fau- 
fU6. Igorampana. rel. 

Maba— . Qui faufile ousuffisant pour fau- 
filer. 

Goramparampa, dupl. de Gorampa. 

SORARAlKA, 8. Borborygme. 
1— . vn. Produire des flatuosites, des 
borborygmes. Ft—, 8. Le bruit des bor- 
borygmes. 

GOR&RA, adj. D§bile, faible, tratnant, 

sans 6nergie. 
Mi— , vn. Etre faible, se trainer. Fi— , s. 

L'etat de celui qui est languissant. 
Maha— . Qui rend d6bile. 

OOR6BAKA, adj. Perce de part en 
part. 

Gorobabana, p. Qu'on perce. Mary ity 
bazo ityka isy azo gorooanan' nyhoma- 
manta. Ce bois est dur et ne peut etre 
perce par l'avant-clou. Gorobaho, imp. 

Agor6baka, p. Avec quoi on perce, a 
Iaired6boucher a. A gorobaho, imp. 

Voa— , pp. Perc6 de part en part. 

Tafa—, p. Qui penetre de part en part. 

Mana— , va. Percer de part en part, pe- 
n6trer de part en part, faire aboutir. 
JVanaooroonfca ny nazo fisaka ny bala. 
La balle a perc6 la planche de part en 
part. Managorobaha, imp. Fana — , 8. 
Le qu'on perce. la maniere de percer. 
Mpana— ,«. Celui qui perce de part en 
part. 

Fanagorobabana, s. L action de per- 
cer, [instrument pour percer. Anagoro- 
bahana, rel. Ity ny zana-damisy hanago- 
robahana ny lotiatrano. Voici la vnlle 
pour percer les chevrons. Anagorouaho, 
imp. 

Mi—, vn. Etre perce de part en part, a- 
boutir a. Migorobaka any amy ny kian- 
ju ity lalana ity. Ce chemin-ci aboutit a 
ia place. Fi— , 8. L'eHat de ce qui est per- 
e6. Mpi—, 8. Ce qui se perce. 

Figorobabana, 8. Le percement. Igoro- 
bah an a, rel. 

Maba— . Qui perce ou peut percer. 

Gorobadrdbaka, dupl. frdq. 

Mangor6baka, adj. Large, perce. 

Gordbaka. Au figure signilie : Fraude, 
tromperie dans la phrase suivante : 

Manao gor6baka. Frauder, filouler. 

Vata gor6baka. lil. Mesure perceo ; fig. 
fraude. 

GOR6DANA, 8. Action de se precipi- 
ler.de lumber en quanlile, d'aller tous 
a la fois, de dosceudre comme l'eau d'uno 



cascade, les grains verses dans un trou 
a riz, action de boire d*un seul trait. 

Agor6dana, p. A verser, a faire couler, 
qu'on precipite en masse. Agoroda- 
no, imp. Agorodano ao analin' ny ba- 
rika iny rano eran* ny siny iny. Versez 
cette cruche d'eau dans la barrique. 
Agorodano daholo ao an a tin' ny lava- 
ka ny vary. Versez tout le riz dans le 
trou. 

Voa— f pp. Vers6, precipitG. 

Tafa— , p. Qui coule en abondance, qui 
se precipite. 

Mana—, va. Verser, prScipiter. Mana- 
gorodana, imp. Fana— , s. Ce qu'on 
verse, maniere de verser. Mpana—, 8. 
Celui qui verse. 

Fanagorodanana, 8. L'action de ver- 
ser, Te lieu ou Ton verse. Anagorodana- 
na, rel. Anagorodano, imp. 

Mi—, vn, Couler en abondance, tomber 
en grande quantity, se precipiter en 
grand nombre. Nigorodana tampoka 
tamy ny fahavalo ny miaramila niery. 
Les soldats qui eiaient en embuscade se 
precipiterent tout a coup con Ire les en- 
nemis. Migorodana, imp. Fi— , s. Manie- 
re de couler. Mpi—, s. Ceux qui se 
precipitent en grand nombre. 

Figorodanana, 8. L'action de couler en 
aoondance. etc. Igorodanana, rel. Ao 
misy riana igorodanan' ny rano betsa- 
ka. II y a 14 une cascade d'ou tombe una 
grande quantity d'eau. Igorodano, imp. 

Maba—. Qui verse ou peut verser. 

Gorodandrddana, dupl. (re'q. 

GOR6DONA. Voy. Ngorobona. 

GOROR6ANA, 8. Bruit de l'eau qui 
coule, qui se precipite, borborygme. 

Gororoanana, p. Sur qui ou sur quoi 
on verse, on fait couler. Gororoany, imp. 

Agorordana, p. Qu'on fait couler avec 

• nruit, avec fracas. Agororoany, Agoro- 
roano, imp. 

Tafa—, p. Qui coulo avec fracas. 

Mana—, va. Verser avec bruit. Manago- 
roroana, imp. Fana—, s. Ce qu'on ver- 
se, maniere de verser. Mpana — , s. Ce- 
lui qui verse. 

Fanagororoanana, 8. L'action de ver- 
ser avec bruit. Anagororoanana, rel. 

Mi—, vn. Couler avec bruit, gargouiller. 
Migororoana ny riaka. L'eau du torrent 
coule avec bruit. Fi— , 8. La maniere 
de couler, de gargouiller. Mpi—, s. Co 
qui cuiile, qui gargouille. 

Figororoanana, 8. L'action de couler 
cie gargouiller. Igororoanana, rel. 

Maba—. Qui lait couler. 

Gororoandrdana, dupl. freq. 

GOVERNEM&NTA,8. Gouvernement. 
( Fr. gouverncmenl ). 

GOVERN6RA, 8. Gouverneur. (Fr. 
gouverncur). 

GRJ&KA, 8. Grcc, le peuple grec. 



Digitized by 



Google 



BAB 



105 — 



HAB 



H 



H, b. Septieme lettre et cinmiieme ron- 
sonnede Parfpbabet malgaene, est tou- 
jours aspirec. 

// placee au commenceraont d'un mot 
indtque souvent le futur d'un verhc ■. 
t # lorsqu'etie remplace I'm initial <Iks 
prefixes man, wr, elleurs derives : Han- 

DEHA, de MANDBUA ; HlLAZA.de MILAZA : 2* 

lorsqu'elle se place devont Va prefix? de 
certains parti ci pes : Hatao, de atao 
i tao ). 

II, initiate de3 radicaux. se change ordi- 
nairement en g, npres le | reilxe man ct 
sesderiv6s terminus en n : Mangauatra, 

de HA LATH A ; MANGATAKA. do 1IATAKA ', 

mielquefois celte /idisparait : Manadino, 
ue hadino. 

HA—-, prdfixe, sort a former: l°dos subs- 
Untifs abstraits: Hazava, ha/avana 
data ) ; 2* des substantias indiquant le 
nonibre de jours employes dopnis trois 
jusqu'a dixc Hateloana (telo), trois 
jours ; riEFAn vna ( par contraction de ha, 
efalra ). quatre jours ; iiapoloana (fo- 
lo), dix jours: Is* des porlicipes pnssifs 
dont la racine est nrdinairement un ad- 
jectif commpnennt par un*j consonne el 
i>reud lo prcllxe nana a la voix active: 
Hapoiikzlna. deFuiiY ct imxapoiiy. 

HA! int. Marque la surprise, fad mi ra- 
tion : lia ! oh! Hal maty r.viana izy? 
Ha Iquand done est-il mort? 

HA—. Abreviatiotf do JIatro, sort a for- 
mer des advorbes mnrqnant hi hnuteur 
on la protbndeur : Halohauka, jusqu'au 
genou I se dit de laprofomlnnr de I'eau ): 
hahelika. jusqiraux aisscllos ; havava. 
jnsqu'aux levrcs. 

KARA, *. 1* Bracelet fait d'une rcut«» 
pievc ; 1' taxe imposee anx marc hands 
des divers marches, patent n, octroi, .pe- 
agc. 

Uadan-jaza, s Bracelet que les enfanls 
se font avoc des tiges c!e manioc ; fig. 
c* nduitc nnfantine. 

II ABA 2VI0, UABA ABIVO Foilllllit (ait B11X 

enfants quand on huir dnnne le biacc- 

let : puisses-tit en avoir cent, milk*, ou 

yois richc ! 

HABAKA, HABAKABAKA, x. Fir- 

. luamcnt, espaco, grand vide. Nisondro- 



tra nny amy ny habaltabalt&uy vorona. 

L'oisoau s'elova dans I'espnce. 
Mangabakabaka, rn. litre vide, avoir 

un grand vide, commo-un tombean, un 

prandirou. Fang—, s. L'eiat de ce qui 

est vide. 
Mlhabakabaka, rn Eire tres distance. 
HAB6BO, *. Le I ait encore sale que 

donnc la vachc. le troisieuio jour apres 

qu'ello a vele ; fig. apparenoes trom- 

pouses, plaisantp.rie. 
Milaza hab6bo. Hablor pour tromper, pour 

plaisnntcr. 

HABOKA, *. et adj. Jaune d'orange. 
Mangaboka, ad}. Torne, se dit aussi 

des choses cuttes commencant a passer, 

a nmisir. 

HADY, «. Fobs'*, tronchee, ravin : action 
de creiiser ; fig. d'examincr, d'appto- 
fondir.de scruter. 

Hadina, p. Qu'on creuso, qu'on fonille, 
qu'on arrnche qu'on exlrait ; qu'on 
examine. Nohadin' ny ranonorani ny 
tokotany L'em placement a pic creuso 
uar la pluie. Vomnnga vokatra no do- 
hadina tno. On a arrachado la de bidles 
patat^s. He ny vulamon-i nohadiua tan. 
On aeshail de la b aucoup d'or. No- 
hadin' ny mp.lsara ny raharahanny. Le 
j'igea i-'ximiire noire alTaire. IIadio, 
imp. IIadio ao hande»unana ny rnmole. 
Crensez la la terre pour euterror le mu- 
lct. 

Ah&dy, p. Avcc quoi on creueo. Aha- 
Dio, imp. 

Voa— . pp. Creus \ arrachc, oxtrait , exa- 
mine. 

Mihady, va. et n. Grouser, rouiller. ar- 
racher, delerrcr, exlraire ; examiner, 
app'ofnndir. scruter; se c:<mh<t Mika-\ 
d\i lalandava ny tokotaninay. Notre eir- 
pl'acement se c reuse t< ujouis. Mihaiu'a, 
imp. Fi— , .s. Ce qu'on oxt»ait, la manio- 
re <le creuser Mu — . « Celui qui 
ctvnse. quiextrait. qui exairvne. 

Fihad ana, «. L'jicIi.mi de rivnsrtr. 'p*x- 
tniire. rinstrr.me h. !«• lei Imaouna, 
rid. Iuadio, imp. 

Maha— . Qai cr. us •, scimIc ou pout scru- 
ler 

Hadihady, dtxpl. do ll.idy. 

Manadihady, va. S'uilurtncr ca'du'a'.lj 



Digitized by 



Google 



HAD 



^-196 — 



HAP 



examiner, appro fond ir, scruter. Mana- 
dihad/a, imp. Fana— , s. Ge qu'il faut 
scrutpr, maniere de s'inforraor on de- 
tail. Mpan—, s. Scrutateur. 

Fanadihadiana, s. Information, action 
de scruter. Anauuiadiana, rel. 
Prond • Mifan— , Marapifan— , Mam- 
pan—. 

Maha— . Qui s'informe ou sait s'informer. 

Manadihady l6za. Faire des interrogations 
qui deviennent nuisibles. 

An-kady, ado. Dans nn fosse. 

An-kadin-kary, adv. lit. Dans un fosse ha- 
bile par les chats sauvages ; fig. tres 
loin, incomprehensible. 

Hady fj^sana, 8. Action de piller les lom- 
* beaux. 

Hady f£tsy, s. P'etitfossSa bords surplom- 
bants pour arreter les animaux, pour 
empecher les vers. a soiede deserter. 

Hady fito s6sona. Voy. Fito. 

Badin-drano, 8. GoufTre oil I'eau est pro- 
fonde ; argent que la femme payait a 
son mari pour so separer. 

Hady tapaka, s. Fossd coupe par un che- 
min. 

Hady voakjo, s. Action de fouiller des pis- 
taches ; fig. attention. 

Hady vody rindrina, «". Action do percer 
les maisbns pour voler. 

Hady v<5ry, s. Fosse rond, circulaire. 

HADlA, s. Mot employe* pour chasser 

les chiens : va-t-en, dehors. 
Hadiatay ! Hadia t£o! Va-ten. 

HADIHADY, adj. Dont on a tout reti- 
re, mis a nu, decouvcrt. 

Mangadihady, vn. et adj. Nettoy6, 
completement vide, nu, decouvert, pe- 
16. Mangadihady ny trano. La maison 
est completement vide. Mangadihady 
ny lohany. Sa tete est netee, cfiauve, ro- 
see. Tany mangadihady. Pays nu. de- 
couvert. Tendfombohitia mangadiha- 
dy. Montagne pelee. Fangadihady, s 
L etat de ce qui est decouvert. 

HADLLANANA. Voy. Dilana. 
Hadilanan-ts6fina, s. Le petit creux ou 
d6flle entre loreille et la tete. 

HADiNO, p. Oublie, dont on ne se sou- 
vient pas ; fig. pardonn6. Hadinoko ny 
hafatno. J'ai oublte votre commission. 

Hadln6ina, p. Ge qu'on oublie. Hadi- 
n6y, imp. 

Voa— , pp. OubliA. 

ManadLo, va. Oublicr, no pas se sou- 
venir, pardonner. Manadin6a, imp. 
Fan— , s. Ge qu'on oublie, la maniere 
d'oublier. Mpan—, 8. Celui qui oublie, 
oublieux. 

Fanadin6ana, a. L'oubli, Taction d'ou- 
blier, de pardonner. Anadin6ana, Ana- 
DiNdvANA, rel. Ataovy izay tsy anadt- 
noanao izany. Faites en sorte de ne pas 
(Hibliercela. "Anadin6y, imp. 



Prcnd Mifan— , Mampifan— , Mampan— . 
Maha—. Oublieux, pardonnant lacile- 

ment. 
Hadinodino, dupl. freq* de Hadino. 

HADRA et HADRAHADRA, 8. Ac- 
tion de regarder en haul, en agilant la 
tete. les yeux par orgueil, par surprise 
ou par crainte. 

Ahadrahadra, p. Ge qu'on remue par 
orgueil. Auadrahadrao, imp. 

Tafa— , j> Qui a remud la tete comme un 
cheval fringant. 

Mi—, vn Avoir Fair Her, insolent, les 
yeux hagards, etre fringant. Mihadra- 
hadra, imp. Fi— , *. La maniere fiere de 
remuer !a t6to et les yeux. Mpi— , 8. Celui 
ou ce qui a Fair fler. 

Fihadrahadrana, *. L'action de re- 
muer la tete avec fiert6. Ihadrahadrana, 
rel. Ihadrahadrao, imp. 
Prend Mampi— , Mitampi— . 

Maha—. Qui prend Pair fler. 

HAFA, adj. Autre, different. 

Mi—, vn. Changer en bien ou en mat, 

prendre une autre ton mure ou un autre 

aspect, d'autres moeurs. 
Hafa&ndrika, adj; Qui ne ressemble pas 

a ceux de son espece, de sa famille. 
Hafa fiaina, adj. Qui a le caractere dif- 
ficile, cxcentrique. 
Hafa v6uDA, m adj. La nation, les individus 

qui ont des usages diflferents. 
Hafa karazana, adj. D'especes differen- 

tes, de dilterentes races. 
Hafa lavitra, adj. Bien different. 
Hafa ray, adj. Frero ou sceur de meme 

mere et de peres dilTerents. 
Hafa razana, adj. D'une autre lignec ou 

d'une autre caste. 
Hafa r6ny, adj. Frere ou soeur d o mdme 

pere el de meres dilFerentes. 
Hafa v6lo, adj. Different de couleur ou 

d'apparence. 
Any an-kafa any, adv. Aillours, dans un 

autre endroit. 
Hafahafa, dupl. de. Hafa. Un peu dif- 
ferent, bizarre; qui devie du vrai. 
Hafahafaina, p. Qu'on change. 
Ahafahafa, p. A changer, a alterer. 

Ahafahafao, imp. 
Tafa—, p. Qui a change. 
Mi—, vn. Changer, ne pas faire comme 

les autres, devenir different. Mihafa- 

hafa, imp. Fi— , s. Le changement. 

Mpi—, 8. Celui qui change. 
Fihafahafana, 9. L'action de ne pas 

faire comme les autres. Ihapahafasa, 

rel. Ihafahafao, imp. 

Prend Mampi—, Mitampi—. 
Maha—. Qui rend ou peut reudrediffe* 

rent. 
Manao hafahafa. Avoir une mauvaise 

tournure, tourner au mal. 

HAFAL ADiA ( faladia ), ado. Jusqu'A 
la planto des pieds. 



, Digitized by 



Google 



HAP 



-19? 



HAH 



HAFANANA (fana), s. La chaleur. 

HAFATRA 9 8. Commission, message, 
recommandation, commande de mar- 
ch and ises. 

Hafarana, p. A qui on donno une com- 
mission, qu'on charge de, qu'on mande, 
qu'on recotnmande. qu'on commande. 
Nohafarari ny lehibe aho mba hiton.lra 
ity tarutasy ity aminao. Mes che$ m'ont 
chargd de vous porter cette lettre. 
No ha far ana aho mba hiakatra any An- 
tananarivo. J'ai eiemandS pour monter 
a Tananarive. Nohafaran* ny raiko aho 
mba hitondra toara ity kamboty ity. 
Mon pere m'a recommaude d'avoir som 
de cet orphelin. Lara b a betsaka no no- 
hafarako tany Parisy. J'ai commande 
beaucoup d'eiolfes a Paris. Hafaro, 
imp. 

Ahafatra, p. L'objet de la commission. 
Ahafaro, imp. 

Voa— , ftp. Commissionn6, mandg, re- 
commaade, commanded 

Manafatra, va. Donner commission, 
charger, mander, recommandcr, comman- 
der. Manafara, imp. Fan—, a. Gelui 
qu'on charge de, qu'on mande, cc qu'on 
rccommande, qu'on commande, manie- 
re de charger de. Mpan— , a. Celui qui 
donne la eoinmissiou, etc. 

Fanafarana, a. L'action de commis- 
sionner, de mander, etc. Anafarana, 
rel. AnafX.ro, imp. 

Prend Milan—, Mampifan— , Mam- 
pan—. 

Mana— . Qui recommande ou pent re- 
commander. 

Hafatrafatra, dupl. frdq. de Hafalra. 

Mahatak-kafatra, Mitax— . Voy. Tana. 

Mitelin-kafatra. Avaler la commission, 
ne pas la faire. 

Tsv MiTELiN-KAFATRA. Bien faire la com- 
mission. 

Uafa-raya, 8. Commission verbale. orale. 

Hafa-drazana, s. Les recommandations, 
les ordonnances des anedtres. 

Manafa-boronkahaka Donner des* com- 
missions aux corbeaux, c-a-d. a ceux 
qui ne la font pas. 

HAFT, 8. Action de supporter, d'en- 
durer, de surmonter les diificultes, la 
peine, la donleur. 

Hafina, p. Qu'on supporte. Hafio, imp. 

Ahaiy, p. A mortiiier, a qui on fail sup- 
porter. qu'on fait patir. Aza ahafinareo 
eo amy ny lany maina ny omby. No 
faites pas patir les boBuls dans ce terrain 
pele. Ahafio, imp. 

Voa—, pp. Endure, supports. 

Tafa— , p. Qui endure, supporte. 

Mi— , va. etn. Eudurer, supporter, pa- 
tenter, toldrer, subir. se conl'ormer aux 
exigences. Nihafy ny hanoanana ny 
miaramila. Les, boldats ont endurd la 
faim. Mahaiza mihafy ny falioriaua 



dieny mbola tanora bianareo. Sachcz 
supporter la souffrance quand vous etes 
encore jeunes. Lozabe ny renikeliko ncfa 
mihafy aho. Ma belle-mere (ou maratre) 
est mechante, mais je patiente. MihafIa, 
imp. Fi— , s. La maniere de supporter. 
Mi»t— , 8. Celui qui supporte, qui subit. 

Fihafiana, a. L'action de supporter, 
d'endurer, la patience, la tolerance. Ira* 
Piks\.rel. Ihaf/o, imp. 
Prend Mflmpi— . MiTampi— . 

Maha — . Qui sait endurer. 

Hafthaiy, dupl. fr4q. de Hary. 

HAFINA, s. Espece do palmier dont la 
racine est comestible. 

HAFIRlANA (firy), a. Combien de 
jours? 

HAFITRA. Com me Hafotra. 

HAFOH&ZINA, p. de Fohy; 

HAFdlTRA ( foitra I, adv. Jusqu'au 
nombril. 

HAFOKA r. de. 

Mangafoka, adj. Qui sent un malaise 
d'esfomac, com me celui qui mange des 
aliments sees ou sans boire. 

Mangafokafoka, adj. Qui est indispose. 

HAFOTOP* (fototra, fe) t adv. Jus- 

qu'aux hanches. 
HAFOTRA, 8. Arbre a fibres textiles. 

Aslrapwa ou' Dombeya, ou espece de 

Ficus. 
Hafohalomesa, s. Ecorce du Valomena, 

qui sort pour faire des cordes. 
Hafoiiato.s. Arbre dont I'ecoree sert a 

faire des liens. 
EJafomrrika, 8. Ecorce du Merika servant 

a faire ties cordes. 
IJafop6tsy, a. Arbre dont l'6corce sert 

aux Betsileos pour faire des habits. 

Abutilon angulatum. Mast. 
Hafotrahavoha, 8. Ecorce de l'Havoha 

servant a faire des cordes et des tissus. 
Hafotrasomanoa, 8. Arbre dont lecorce 

libreuse servait a attacher la calebasse 

dans luquelle on puisait 1'eau pour 

la circoncision. Dombeya cannabina, 

Bojer. 
Hafots6kina. Comme Tsiv6lo. 

HAGA, s. Coute, sornette. 

HAGOHAGO. Comme Hakqhako. 

HAHA, s. Action de delier, de ddnouer, 
do detacher, de dcvis&nr, de dfanonter, 
de metfre en liberie. Voy. Vara. 

Hahana, p. Qu'on delie, qu'on dgnoue, 
qu'on detache, qu'on devisso. qu'on d6- 
monle, qu'on met «*n liberie. Taloha 
nohahana ny gadralava rehetra nony 
nisy mpanjaka vaovao. Autrefois on 
metlait en liberie Lous les prisonniers 
a l'avenement d'un nouveau souverain. 
Hahao, imp. Ilahao nv entana. Deliez 
le paquet Hahao ny kofehy. Donouez 
la corde. Ilahao ny ondiy. Uetachcz la 



Digitized by 



Google 



Hah 



— 198 — 



HAI 



brebis. Hahao ny saikrdn'ny gorodao. 
Devissez, ddmontez l'accordeon? 

Voa—, pp. Deli6, denoue\ d6tache\ d6- 
visse, demons, mis en liberty 

Man^ha, va. Delier, d6noucr, detacher, 
devisser, demontor, mettre en liberie 
Manaha, imp Fan- s. Ce qu'on delie, 
la maniere de delier, de demonter 
Mpan— , s. Celui qui delie. ^ 

Fanah&na, a. L'action de delier, de de- 
monter, de de>isser. Anahana, rcl. Ana- 
hao, imp. 

Prend Mifan-, Mampifan— , Mam- 
pan—-. 

♦J""i! va ' 8 £ teller, so denouer, se de- 
tacher sed^visser, se demonler. etre 
rtemonte etre mis en liberie. Nihaha 
nay nifatotra. Celui q-i 6tait amarre 
sest d6tache\ Mihaha ny gorodao. L'ac 
cordeonest deraonte\ ft- s La ma- 
niere dese dewier, de so demonter. 
Fihah&na, s. L'action de se d<Hier. Iha- 
ti ana, rel. 

l?f£fClY Qui , d6]i eon peut delier. 
Hahah&ha, dupL fr6q. de Haha. 

HAHAKA 9 8. Dispersion, dparpillement. 

imp *' P * Qu '° n dis P crse - Hahapo, 

A £m«£?'' P- A disporser, qu'on epar- 
• ?J,I e j:iL uon lU * sl P e > q"'on diiramo. Aza 
ahahaka ny harenao. Ne dissipez pas 
Jnt'L fort v ne A za a ^'*a/ f a ny llana- 
kavianay. Ne diffamez pas notre famiile. 
Ahahafo, imp. 

Jf?r"' PP- disperse, dissipe, diflame. 

Tara— , p. Qui s est disperse. 

Man&haka, { va. Disperser, eparpiller 
diss ( per, d.ffamer. Manahapa, 'IS 
.1^'*' U( l { i' on ^Parpille, la maniero 
de disposer. Mpan-, *. Celui qui dis- 

p6I*S6. 

Fanah&fana, 8. L'action de disperser, 
d eparpiller, le lieu. Anahapana, rel. 
Anahafo, imp. ' 

Prend Mifan— , Mampifan—, Mam- 
Mi—, vn. Se disperser, s'eparpiiier, se 
r6pandre etre dissipe. etre diflame\ 
Mihahaka eny an-tsaha ny omby. Les 
bceufs sont disperses dans la campa- 
gne. Mihahaka atsv arv ny saiko. Mon 
esprit se re>and a 'droile et a gauche 
MiHAHAFA imp. Fi— , s. L'ctat de ce 
qui est dispone. Mpi—. s. Ce qui se 
disperse. ^ 

Fihah&fana, s La dispersion* le lieu. 

Ihahafana, rel. Ihahafo, imp. 
Maha--. Qui disperse ou qui peut dis- 
perser. ' 

Hahak&haka, dupl. frtq. de Hahaka. 

JNY TOKAN-TRANO TSY AHAHAKA. 11 ne failt 

pas divulguer ce qui se passe en fa- 
mille. 

HAHAZANA, a. de Hahy. Ce qu'on 
mot au sechoir. 



HAH&LIKA (helika), adv. Jusqu'aux 
aisselles. 

HAHY, 8. Action d*e"tendre au soleil, de 
suspend™ au sSchoir, d'eparpiller pour 
fairo ae>er, pour fairo s6cher. 

Ah&hy, p. Qu'on Stend, qu'on fait se- 
cher. Ahahazo, imp. Ahahazo ny varv. 
Etendez le riz au soleil pour le faire 
secher. Ahahazo ny patalohako. Faites 
s6chec mon pantalon. 

Voa—, pp. Etendu, mis a secher. 

Man&hy, va. Etendre au soleil, faire 
s6cher au soleil ou au sechoir. Manahy 
elatra ny lolo. Le papillon 6tend ses 
ailes au soleil. Manahaza, imp. Fan—, 
8. Ce qu'on met au sechoir, la maniere 
de faire secher. Mpan—, a. Celui qui 
fait secher. 

Fanah&zana, 8. L'action de mettre au 
sechoir, le lieu, le temps. Anahazana, 
rel. AnahAzo, t*mp. 

Mi—, vn. Etre au sechoir, se seoher. 
Fi— , s. L'ejat de ce qui se seche. Mpi—, 
s. Ce qui est au sechoir. 

Fihah&sana, «. Le sechoir, etc. Ihaha- 

• zana, rel. 

Maha—. Qui met ou peut mettre a se- 
cher. 

Hahih&hy, dupl. frtq. de Hahy. 

Mamindra hahy. Voy. Findra. 

Manahy Elatra. Se dit des oiseaux etdes 
sauterelles qui 6tendent leure ailes au 
soleil; fig. etre d6soBuvre\ 

HAHlA ot HAHlAZANA ^iaj f 8. 
La maigreur. 

HAHOHAHO, s. Bourdonnoment, brou- 
haha; multitiKle. 

Tafa— , p. Bourdonnant. 

Mi—, vn. Bourdonner, faire du brou- 
haha; etre nombreux, parler a voix 
confuse. Mihahoiiah6a, imp. Fi— , *. 
Le bourdonnement. Mpr— , s. Oe qui 
bourdonne. 

Fihahohahdana, s. L'action de bour- 
donner. Ihahohah6ana, rel. 
Prend Mam pi— , Mifampi— . 

Maha—. Qui bourdonne ou peut Bour- 
donner. 

HAY, p. Su, connu; pu, qu'on peut fai- 
re, dont on est capable, qu'on frequeote, 
qu'on pout gouverner. Haiko tsianjerj' 
ny flanarako. Je sais ma le^on par 
cceur. Tsy haiko ny raharahanareo. Je 
ne connais pas votre affaire, je ne puis 
pas me charger de votre affaire. Tsy 
haiko ny mangalatra. Je ne connais 
pas lo vol, je ne suis pas voleur. Tsy 
haiko io olona io. Je ne sais pas trop 
ce qu'est cet homrae, je ne lo connais 
pas, je ne le frequente pas. Tsy haiko 
ity zanako maditra ity. Je ne puis gou- 
vet nor cet enfant tetu. 

H&izina, p. Qui est su, connu. Haizo, 
imp. 

Ma—, va. et adj. Savoir, connaitre; poa- 



Digitized by 



Google 



HAr 



199 



HAI 



voir, pouvoir faire, etre capable, etre 
competent, frequenter, savoir gouver- 
neur, savoir conduire. Mahay manora- 
tnt izy. II sait ecrire. Mahay zavatra 
bctsalca izy. II connait beaucoup de cho- 
ses. Tsy mahayny ratsy Andriamanitra. 
Dieu ne peut pas faire le mal. Mahay 
ny mpianany izy. II sait conduire ses 
efeves. Mahjuza, imp. Fa—, s. Ce qu'on 
sait, maniere de savoir. Mpa— , 8. Les 
gens capables, les savants, les artistes. 

Fahalaaaa, a. Le savoir, la capacity 
la science, l'habilet6. Ahaizana, rel. 

Mampa— , Manka— , va. Rend re sa- 
vant, capable, habile. 

Mlfanka— , vn. S'accorder, s'entendre, 
frequenter. 

Haihav, dupl.dim. deHay. 

Hain-tbny, 8. Proverbe. 

Mahay be, adj. Qui est habile pour beau- 
coup do choses, qui peut servir pour 
beaucoup de choses. *analahidy mahay 
be. Passe-partout. 

Mahay Manama, adj. Qui sait profiler de 
ce qu'il a. 

Mahay 6lona, adj. Qui sait trailer avec 
les gens, qui sait s*y prendre, popu- 
late. 

Mahay rang. Qui sait nager. 

Mahay r<5a. adj. Habile des deux mains; 
fkj. qui a une main ici, l'autre la; qui 
sait se faufiler dans un parti et dans 
l'autre. 

Mahay taratasy, adj. Qui sait lire et 
ecrire, lettre, savant. 

Mahay vava, adj. Bavard, indiscret, 
mauvaise langue. 

Mahay zavatra, adj Qui sait beaucoup 
ou est capable de beaucoup, se dit 
de toute habilele ou capacite bonne 
ou mauvaise. 

Hay vao. Raretes, nouvelle mode. 

HAY! int. Ah! vraiment! J/aj/.'misy 
toy izany ! Ah ! e'est comme ca ! Hay ! 
ka rahoviana ho tonga izy? Ah! ot 
quand done arrivera-t-il? 

HAY,s. Clialeur, incendie. feu. 
Hainandro, s. Chaleurdu soleil. 
Haixa*dron-d6lo, 8. Eclaircie, apparition 

du soleil durant la pluie. 
Hain-tanety, s. Incendie des herbes sur 

les colline*. 
Hain-tany, 8. Chaleur du sol chaufTe par 

le soleil. 
Haix-trano, s. Incendie des maisons. 
Hay, adj. Se dit d'une region dt'convcr- 

te, denudee, parce qu'on en a brule les 

arbres ou les herbes. 
Axkay, s. Nom d'une region au bord de 

latoiet. 
Tany hay, 8. Pays denude au bord des 

lorets. 
HAIDIRAJY. Comme Darajy. 
HAIHAY, r. Confusion. 
Mangaihay, vn. Etre oonfua, confon- 



du, dosappointe, attrape. Fang—, s. 
Letat de celui qui est dosappointe, con- 
fondu. Mpaxg— , 8. Celui qui est mter- 
loque, interdit, honteux. 
Mampang— , t?a. Couvrir de honte, con- 

fond re, rendro confus. 
Mi—, vn. Etro interdit ou rester inter- 
dit. Fi— , 8. L'etat de celui qui est in- 
terdit, interloque. Mm—. 8. Celui qui 
est interdit. 
HAlKA, s. Defi, provocation. 
Haikaina, p. Qu'on delie, qu'on provo- 

qne. Haikao, imp. 
Voa— , pp. Defle, provoque. 
Mi—, va. Dolier, provoker. MihaikA, 
imp. Ft—, 8. La maniere de provo- 
quer. celui qui est provoque. Mm—,*. 
Provocateur. 
Fihaikana, s. L'action de provoquer, 
le deli. Ihaikana, rel. Ihaikao, imp. 
Prend Mam pi— , Mifampi— . 
Haikaika, dupl. de Elaika. 
Haika avo, 8. 1° Un grand defi, comme 
celui de Goliath ; V administration du 
tanguin sur Taccusation d'un grand 
nombre. 
HAIKAlKA, s. Plaisanterie. 
Mi—, vn. Plaisanter. Fi— , 8. Maniere 

de plaisanter. 
HAlNOANA, adj et adv. Prompt, 
expeditif ; promptement, vile. Haingam- 
piteny izy. II parle vile. Ataovy hain- 
gana. Faitesvite. HaingXna, imp. Allez 
ou faites vite. 
Maha— . Qui acc6lere, qui bate. 
Haingan-tanana, adj. Qui a la main los- 

te, les doigls longs, crochus; voleur. 
Haingan-tsaina, adj. Qui a I'esprit prompt. 
HAlNGY et HAINGIHAlNGY, s. et 

adj. Confusion, limidite; confus. 
Tafa— , p. Qui est confus. 
Mi—, un. hire confus. limidc. Fi— , a. 
La contusion, la timidite. Mm—, 8. Celui 
qui est confus, timide. 
Maha—. Qui rend confus. 
HAlNGO, s. Ornement, decoration, pa- 

rure, embellissement. 
Haing6ina, p. Qu'on pare, qu'on orne, 
qu'on docore. Haingoy. imp. Haingoy 
tsara ny trauo. Ornez bien la maison. 
Anaingo, p. Avec quoi on pare, on orne. 

Aitaing6y, imp. 
Voa— j pp. Pare. orne, decore. 
M anaingo, va. Parer. orner, deeorer, 
embollir. Fanaingo,s. Ce qu'on orne, ma- 
niere d'orner. 
Fanaingdana, s. L'action de parer. 

Anaing6ana, rel. 
Mi—, vn. Etre pare, se narer, etre or- 
nemenle. Mihaingo ny olona raha misy 
Ilfaliana. Les gens si parent quand il y 
a quelquo rejouissauce. Mihaing6a, imp. 
Fi—, .<*. La maniere de se parer. Mpi— , 
8. Celui qui so pare, qui est toujour* 
pare/ 



Digitized by 



Google 



HAI 



— -200 



HAK 



Fiptaing6ana, a. L'aclion do se purer, 

ornemeat. Ihaing6ana, rel. Iumsg6\, 

imp. 
Mampi— , t*a. Parer, orner, decorer, 

embellir. 
Maha—. Qui orne on qui peut orner. 
Haingohalngo, dupl. dim. de Haingo. 
Haingo ambony tsikoko. Parures deparees 

par des choses sales. 
Haingo lava. Action de se parer toujcurs, 

habituellement. 
Haingon* adala. Parures exeessives et sans 

gout. 
Tsy bndrehin-kaingo. Quo les parures 

n'embellissent pas, deparent. 
HAlNKY! int. et mieux Hanky. Voy 

ce mot. 

HAlNO. p. Entendu, ecoute, exauce. 
Hainoko ny teniuao, J'ai entendu vos 
paroles. 

Hain6ina, Hen6ina, p. Qu'on ecoute, 
qu'on exauce. Hainoy, Hbn6y, imp. 
Henoy tsara ny teniko. Ecoutez bien 
mes paroles. 

Ahaino, p. Qu'on fait entendre, ce qui 
sert a ecouter. Ahain6y, imp. 

Voa—, pp. Ecoute, exauce. 

Tafa— , p. Qui ecoute. 

Mi—, ra. Eoouter, pieter I'oreille, exau- 
cer. Misy mihaino anao. Quelqu'un 
vous ecoute. Nihaino ny fangatnhako 
izy. II a exauce ma demande. Mihai- 
no a, imp. Fi— . s. Co qu'on 6eoute, la 
maniere d'6couter. Mpi— , s. L'auditeur. 

Fihalndana, «. L'action d'ecouter : cor- 
net acoustique, le stethoscope. Ihainoa- 
na, rel. Ihain6y, imp. 
Prend Mampi—, Milampi— . 

Maha— . Qui ecoute ou est capable d 'at- 
tention. 

Hainohalno, dupl. freq. de Haino. 

HAIN-T^NY {hay, lcny) % s. Proverbe. 

HAlSY. Comme Aisy. 

HAITRAJTRA, s. Bizarrerie, fantai- 
sie, caprice, Jiumeur difficile. 

Haitrairina, p. Qu'on rend difficile. Hai- 
trairo, imp. 

Ahaitraitra, p. Qu'on rend difficile. 
Ahaitrairo. imp. 

Voa—, pp. Rend re capricieux. 

Tafa—, p. Qui est dcvenu capricinux. 

Mi—, vn. Etre capricieux, bizarre. Mi- 
haitraitra io zazavavy io. Cetlefille est 
capricieuse. Mihnitraitra io Ichilahy io. 
Get horame est bizarre. Mihaitraira, 
imp. Ft—, s. La bizarrerie. Mn— , s. 
Un fantasque, un bizarre. 

Fihaitrairana, s. L'aclion de se raon- 
trer bizarre. Ihaitrairana, rel. Ihaitr/U- 
ro, imp. 

Maha—. Qui est capricieux, qui se mon- 
tre difficile. 

Haitraitra an'olombblona, fa ny didy an' 
Andriamanitra. L'homme propose, Dieu 
dispose. 



HAjA, 8. Hespect, consideration, vene- 
ration, bonneurs rendus. Mendrika ho- 
raen-fcaja izy. II m6rite d'etre respecte, 
bonore. Manan-Aa/a io vehivavy to. Get- 
to femme est respectee. 

Hajaina, p. Qu'on respecta, qu'on ho- 
nore, qu'on soigne. Hajain' ny olona re- 
hetraizy. II est respecte de tout le mon- 
de. Nahoana, anaka, no tsy hajainao ny 
lltafianao? Pourquoi, mon enfant, tune 
soignes pastes veleraents? HajAo, imp. 

Voa—, pp. Respecte, honore, soign6. 

Manaja, va. Respecter, honorer, soigner. 
Tsy mahay manaja olona ity. Gelui-ci 
ne sail pas respecter les gens, il est 
impoli. Manaja, imp. Fan— ,«. Qu'on doit 
honorer, la maniere d'honorer. Mpan— , 
s. Gelui qui honore. 

Fanajana, a. Action d'honorer, les mar- 
ques de respect. Anajana, rel, Ana- 
j*o, imp. 
Prend Mifan—, Mampifan— , Mampan— . 

Mi—, vn. et adj. Se respecter, etre res- 
pecte, honorable, d61icat. Vehivavy mi' 
haja io. G'estune femme qui se respecte, 
honorable. Mihaja amy ny hanina io ve- 
hivavy io. Gette femme est delicate pour 
la nourriture. Fi— , s. 1/etat de celui 
qui est honore. Mpi—. s. Geux qu'on 
honore, celui qui est honore, ce qu'on 
soigne. 

Hajam-d6lana, 8. Les cadeaux de noces 
fails aux parents de I'epousc par le mari ; 
ils constituent le contrat. 

HAjARY, r. Reformation, correction. 

Hajarina, p. Qu'on arrange. Hajario, 
imp. 

Voa—, pp. Arrange, reforme. 

Manajary, va. Raccommoder l'amitie, 
honorer. ManajarJa, imp. Fan — , a. Ge 
qu'il faut arranger, maniere d'arranger. 
Mpan—, a. Gelui qui arrange, qui rac- 
commode, qui met I'entente. 

Fanajariana, a. L'aclion de mottre I'en- 
tente, d'honorer. Anajari'ana, rel. 
Prend Mifan—, Mampifan—. Mampan—. 

Man— . Qui arrange, qui met I'entente. 

Havana manajary Havana. Les parents 
honorent leurs parents. 

HAJiA, a. Revenu. impots, taxe, rede- 
vances payees aux seigneurs. 

HAKA, adj. et s. Ami, compere; consom- 
me, fameux, parfait, farci, comble. Ton- 
ga ilay ftafca. L'ami, le compere est arrive. 
Hakalaky amy ny fahaizana izy. II est 
fameux pour la science. Manao azy ho 
haka izy. II se croit parfait. Tonga ha- 
ha ny lakoribabon'akoho. Le jabot du 
Eoulet est farci. Tonga haka ny sobiky. 
a corbeille est comble. 

HAKA, r. Glair, sec. 

Mangaka, vn. Etre clair, comme lau- 
rore ou le crepuscule; etre sec, comme 
le gosier. Fang—, a. La clarte de Tau- 
rore, d6mangeaison du gosier. 



Digitized by 



Google 



HAL 



— 201 



HAL 






Mangagaka, dupi de Mangaka. 

HAKELfcZINA, p. de Kely. A dimi- 
nuer, qu'on diminue. 

HAKtHO (kino), adv. Jusqu'au coude; 8. 
coudge 

HAKO et HAKOHAKO, s. Pretention, 

air precieux, recherche, deiicaiesse. 
Mi— , vn. Faire le deiicat, avoir des preten- 
tions, etre recherch6. Mihakohak6a, 
imp. Fi— , 8. Les manieres du prgten- 
tieux. Mn— , 8. Celui qui fait le deiicat. 
Fihakohakdana, a. La deiicatesse, la 
pretention, les airs. Ihakohak6ana, rel. 
laAKOHAKev, imp. 
Prend Mam pi—, Mifampi—. 
Maha— . Qui sait faire le deiicat. 
HALA, 8. Araignee. 
Halabb, 8. Une grosse araignee. Sytodcs 

thoracica. 
Halab6tra, s. Epeire fasciee. 
Halafanget6rana, 8. Tetracaine etendue. 
Halafi'saka, 8. Les lat6ngrades. Olios 

leucosius. 
Haialavatanana, s. Pholque phalangiste 
on araignee domostique a longues pat- 
tes. 
Haiamexav6dy, s. Araignee venimeuse. 

Latrodectus menavody, Vins. 
Haiasdrox6no, s. Espece d'Epeire verte 

et blanche. 
Halavola, 8. Espece d'araignee. 

FOLIHALA. VOV. FOLY. 

HALA, p. 1° Hal. deteste. Halany aho. 
II roe deteste. 2 # Aim6, recherche, 
//afam-bitsika ny siramamy. Le sucre 
est aime des fourmis. //a/am-baratra 
ny tendrombohitra. Le tonnerre tombe 
de preference sur les montagnes. 

Ankahalaina, p. Qu'on deteste. Anka- 
halao, imp. 

Manka— , va. Hair, detester. Mankahala, 
imp. Fanka— , 8. Ce qu'on hait, la 
manierii de hair. Mpanka — , s. Celui qui 
deteste. 

Fankahalana, 8. L'action de detester, 
la haine. Ankahalana, rel. Ankahalao, 
imp. 

Mifanka— . vn. Se detester mutuello- 
ment. Tsy hita izay anton'ny ifankaha- 
/an'izy roa lahy. On ne voit pas pour- 
quoi ces deux individus se detestent. 
Prend Mantpifanka— , Mampanka— . 

Halahala, dupl. dim. de JHala. 

Halam-po\ 8. Aversion, haine. 

llALAveLO, 8. Aversion, grande antipathic. 

Hala mahatratra. lit. Quoique detestes, 
ils assistent ; le pere, la mere, les pro- 
cbes parents n'abandonnent pas dans le 
besoindes enfants ingrats. 

HALADY, s. Excuse, pardon, precau- 
tions oratoires. 

Haladina, p. A qui ondemande excuse. 
Haladio, imp. 

Voa— , pp. A qui on a fait excuse. 



Manalady, va. S'excuser. Avy mana- 
lady anao izahay. Nous venons vous 
faire des excuses. MANALADf a, imp. Fax—, 
s. Aupres de qui, pour quoi on s excuse, la 
maniere de s'excuser. Mpan— . s. Celui qili 
prend des precautions oratoires, qui 
s'oxcuse. 

Fanaladiana, s. Action de faire des 
excuses. AnaladUna, rel. Analadi'o, 
imp. 

Prend Mifan— , Mampifan—, Mam- 
pan—. 

Mah— . Qui sait s'excuser 

Haladin-jato amin' arIvo. Mille pardons. 

HALAHALA, r. Pur, limpide. propre. 

Mangalahala, vn. Etre limpide, clair, 
propre. Fang — ,8. Lalimpidite, la pro- 
prete. 

HALAKA et HALAKAL AKA (dupl. 
plus usite), 8. Separation, espace*, dis- 
tance. 

Halakalahlna, p. Qu'on separe, qu'on 
espaco. qu'on distance. Halakalaho, 
imp. Halakalaho ny boky. Espacez, 
distancez leslivres. 

Voa— , pp. Espace, distance. 

Tafa — , p. Qui s'est separe. mis de cote. 

Mi— ,vn. Se separer. etresepar6, espace, 
distance, od if y a un espace, se mettre 
de edte. Mihalak alalia hjany ny kafe. 
Les cafeiers sont assez espaces, distan- 
ces'. Misy vato mihalana amin' io rati- 
bato io. II y a un espace entre les pier- 
res decette muraille. Nifanditra izy 
ireo ka nihalaka izahay. lis sedispu- 
terent et nous nous somraes mis de ed- 
te. Mihalaha, imp. Fi— , 8. La maniere 
de so separer, letatde ce qui estespac6. 
Mpi— , 8. Celui qui se separe, ce qui est 
distance, separe. 

Fihalahana, s. I/action dese separer ou 
de se mettre a distance, la,distance. Jha* 
laiiana, rel. 
Pivnd Mampi— , Mifampi—. 

Manalakalaka, va. Separer, espacor, 
distancer. Manalakalaha, imp. Fan—, 
8. Ce qu'on espace, maniere d'espacer. 
Mpan—. s. Celui qui separe. 

Fanalakalahana, 8. L'action do mettre 
a distance. ANALAK\LAHANA,rei. Anala- 
kalaho. imp. 

Prend Milan—. Mampifan—, Mam- 
pan—. 

Mah—. Qui separe ou peul servir de 
separation. 

HALAMANJANA, 8. Place, lieu vide, 
libre, sans obstacle. 

An-kalamanjaxa. Voy. ce mot. 

HALAMO, 8. Alun. 

HALAMPONA, s. Norn d'un arbre a 
bois legor. Espece de Dombuya. 

Ualampomdavy, 8. Espece d' Hibiscus a 
Urges feuilles. 

Hal\npond.\hy, 8. Espece d' Hibiscus. 

HALANA, s. Coussinet. 



Digitized by 



Google 



HAL 



— 202 — 



HAL 



Hal&nana, p. Qu'on fait porter on repo- 
ser sur un coussinet. Halano, imp. 

Ah&lana, p. Ce qui sert de coussinet. 
A halano, imp. 

Voa— , pp. Sous quoi on a plac6 un cous- 
sinet. 

Mi— , vn. Reposer sur un coussinet. Pi— , 
8. L'etat dece qui est pose sur un cous- 
sinet. Mpi— , 8. Ce a quoi i! laut mettre 
un coussinet. 

Fihalanana, 8. L'etat de co qui repose 
sur un coussinet, le lieu. Ihalanana, 
rel. 

Halankalana, dupl. de Halana. 

Maualana, aclj. Clair-seme, espace, qui se 
fait ou arrive de temps en temps. 

Halam-patana, s. L'antourage du foyer. 

HaLAM-PATANA NAVBLAN* NY RAZANA. Ri- 

zieres qu'on a recues en heritage des 
ancetres. 
MANAOHALAKA(nybibilava). Se dit d'un 
serpent qui s'enroule en forme de cer- 
cle. 

HALANALANA. Commo Alanalana. 

HAL.ANANA. Comme Alanana. 

HALANGALANA, 8. Etatdeceluiqui 
est separd ou action de se separcr ex- 
terieurement, olors qu'on est uni de 
coaurou par force. 

Halangalanina, p. Qu'on separe au 
moms exteneurement. Halangalano. 
imp. 

Voa—, pp. Qu'on a separe, mis hors de 
danger. 

Tafa— , p. Qui s'cst separe exterieure- 
ment. 

Manalangalana, ca. Separer au moins 
exteneurement. Manalangalana, imp. 
I<an-~, s. Maniere de separcr, ce qu'on 
met hors de danger. Mpan— , s. Celui qui 
separe. 

Fanalangalanana, s. L'action de se- 
parer, de mettre hors de danger. Ana- 

LANGAl.ANANA, rel. 

M ?r" f m ' Se S(5 P arer exterieurement. 
Mihalangalana. imp. Fi— , s. La manie- 
re de se separer. 

Fihalangalanana, 8. La separation 
exteneiiro. Iualangalanasa, rel. 

Vady miualaxgalana. Femme qui se se- 
pare exterieurement, sans avoir ete ren- 
vuyeo. 

HALATRA, ?. La chose volee, vol, lar- 
cin, action faite a la derobee. sans 
permission. Snhy nivarotra halatra izy. 
II a ose vendro tics objets voles. 

Angalarina, p. Ce qu'on vole. Angala- 
ho, imp. 

Mangalatra, va. Vo!er f derober. Man- 
galaha. imp. Fang—, s. Ce qu'on vo- 
le, la maniere ;de dumber. Mpang— , s. 
Volour. 

Fangalarana,s. L'action de voler, les 
instruments, les moyens pour. AngAla- 
hana, rel. AngalAho, imp. 



Prend Mifang— , Mampifang— , Mam- 
pang—. 

Maha— . Qui est capable de voler. 

Halatralatra, dupl. freq. de Halatra. 

Fangalarina, 8. Un voleur de profession. 

Hala-bblirano. 8. Parjure. 

Mangala-bblirano. Trahir, violer un ser- 
ment. 

Hala-boty, 8. Vols petits, mais repetes. 

Hala-dia, 8. Action de prendre la permis- 
sion, dialler sans permission. 

Mangala-dia. Alter sans permission. 

Hala-kasb, s. Action de se faire passer 



pour oflicier d'un grade qu'on u'a pas. 
Ungala-kase. Se Ta' 
voler un grade. 



Mangala-kase. Se Taire passer pour... 



Hala-pahana, s. Action d'egaliser le tissu. 
Mangala-pabana. Egaliser le tissu. 
Hala-paty, s. Action d'enterrer un mort 

sans proven ir la parente. 
Mangala-paty. Enterrer un parent sans 

prevenir la famille. 
Halapihinana, 8. Vol des comestibles, 

action de manger ce qu'on ne donne 

pa* ; fig- adultere. 
Mangala-pihinana. Manger en cachette, 

derobordes comestibles. 
Hala-puery, 8. Regard a la derobee. 
Mangala-pmery. Regarder a la derobee. 
HALA-piTf a, s. Action de suivre en secret 

une affection dereglee. 
Mangala-piti'a. Suivre un amour de>e- 

gle , commettre Tadultere. 
Hala-pito6rana, 8. Action de prendre la 

place ou le rang d'un autre. 
Mangala-pitobrana. Prendre la place d'un 

autre. 
Hala-tahaka, 8. Action do copier, d'imi- 

ter une oeuvre. un travail, do voler le 

secret d'une chose. 
Mangala-tauaka. Copier une chose, on 

voler le secret. 
Hala-tety, 8. Petits vols domestiques faits 

en cachette des biens de la famillo au 

profit des etrangers. 
Mangala-tety. Commettre de petits vols 

dans la maison. 
Halatu' ady,*. Attaque subite et perlldc. 
Mangalatra ady. Allaquera l'improviste. 
Hala-tsonia, s. Action d 'abuser du uom 

d'un autre, designer ou de prendre en 

son nom. 
Mangala-tsonia. Faire des faux, troraper 

avec le nom d'un autre. 
Halatr'ondrin'ny Mahaka, prov. Filouter 

en usant de finesse, de supercherie. 
Mangalatra an-tbna. Cacher une partie de 

ses biens. 
HALAVAlNA, p. de Lava. 

HALAVtRINA, HALAVtTINA, p. 

de Lavitra. 
HALEHIBlAZANA, s. do Lehibe. 
HALEM&NA, 8. de Lemy. 
HAL.1MO, 8. Le bronze. 
HASINA, a. I* auit demure. 



Digitized by 



Google 



HAL 



203 — 



HAM 



HAJLO. Comme Alo. 
HALOHALIKA ( lohaliha ), adv. Jus- 

qu'aux genoux. 
HAL.OHAXO, a. Etat de ce qui est sus- 

1>endu, qui ne touche ni en haut ni en 
)ajs, de celui qui est neutre, qui reste 
a une certaine distance, comme celui 
qui n'entre pas et ne s'en va pas* 
Ahalohalo, p. A suspend re, a rend re 
neutre. Ahalohal6y, imp. Ahalohaldy 
eoamy ny lady ny fitafianao. Suspended, 
vos votements a eette.corde. 
Voa—, pp. Suspendu. 
Tafa— , p. Qui est en suspens. 
Mi—, vn. Etre suspendu, rester en sus- 
pens, a une certaine distance, hesiter, 
rester neutre. Aza mihalohalo eo am- 
baravarana, fa roidira. Ne restez pas en 
susnens sur la porte, mais entrez. Aza 
mihalohalo hiombona antoka aminay. 
N'hesitez pas a vous associer a nous pour 
le commerce. Nihalohalo tamy ny adin' 
ny fanjakana roa tonta io flrenena io. 
Cotte nation est rested neutre dans la 
guerre que se sont faite les deux Stats. 
Mihalohal6a, imp. Fi— , a. La neutra- 
lity: Mpi—, a. Celui qui reste neutre ou 
en suspens. 
Fihalohal6ana, a. I/action de rester 
neutre ou ensuspens. Ihalohal6ana, rel. 
Ihai.ohal(5y, imp. 
Pi end Mampi— , Mifampi—. 
HALONTRALONA, 8. Eclat, limpidi- 
ty, clarte, se ditdes ondulations de 1 eau, 
delalumiere, du scintillement deseloi- 
les, de la reverberation du soleil, de 
l'eclat de Tor. 
Mi — , vn. Briller en ondulant, scintil- 
ler. Fi— , 8: Le scintillement, l'eclat des 
ondulations. Mpi— , a. Ce qui brille. co 
qui scintille. 
Pihalontral6nana, a. Action de briller, 

de scintiller. Ihalontral6nana, rel. 
HAJLOTRA,*. Halte.(Fr. halte). 
HAXOTRA, a. Action de pecber avec 
ia main du boisson, des Screvisses dans 
des trous ; fig. arracher un secret. 
Haldrina, p. Qu'on peche a la main, 

secret qifon arrache. Hal6ry, imp. 
Ahalotra, p. La main avec iaquelle on 

prend, on peche. Ahal6ry, imp. 
Voa — , pp. Prisavec la main. 
Mi—, va. Prendre avec la main, arracher 
un secret. Mihal6ra, imp. Fi— , a. Ce 
qu'on. peche, maniere d extorquer un 
secret. Mpi—, a. Celui qui peche dans des 
trous. 
Fihaldrana, a. L'action de prendre, de 
pfecher avec la main, d'extorquer un 
secret. Ibal6rana. rel. Ihalory, imp. 
prend Mampf— , Mifampi—. 
Malta— . Qui peche, qui sait arracher 

un secret. 
Halotralotra, dupl. friq. de Halotra. 
Halo-poza, a. Peche au crabe. 



HAMAFiNA et HAMAFtSINA, p. 

do Mafy. 

HAMAINTlSINA, p. de Mainty. 

HAMAITS6INA, p. de Maitso. 

HAMAIVANINA, p. do Maivana. 

HAMAIZlNINA, p. de Maizina. 

HAMAMA, 8. Turban. 

HAMARINA, p. de Hamatra. 

HAMARiNINA, p. de Marina. 

HAMAR6INA, p. de Maro. 

HAMASAHINA, p. de Masaka. 

H AM ASlNIN A, p. de Masina. 

HAMATRA, a. Eclisse, attelle. 

Hamarana, Hamarlna, p. Qu'on ban- 
deavec deseclisses. H am aro, imp. 

Voa—, pp. Bande. 

Manamatra, va. Eclisser, poser I'ap- 
pareil. Fan—, a. Ce qn'on echsse, la ma- 
niere d'e'elisaer. Mpan— , a. Celui qui 
pose l'appareil. 

Fanamarana, a. L'action d'eclisser, ce 
qui sert a maintenir un membre frac- 
ture. Anamarana, rel. Anamaro, imp. 

Mah— . Qui peut servir d'cclisse ou pout 
Gclisser. 

HAMATRA, a. Cicatrice, tache de la 
peau caracte>isant certaines maladies, 
pustule, desquamation de lepre. 

Hamarina, adj. Qui a des taches sur la 
peau. 

HAMAV6INA, p. de Mavo. 

HAMBA et HAMBAHAMBA, s. He- 
sitation, indecision, incertitude, trou- 
ble. 

Hambahambaina, p. Fait ou dit avec 
hesitation. Hambahambao, imp. 

Ahambahamba, p. A tenir en suspens. 
Ahambahambao, imp. 

Voa—, pp. Sur quoion a hesite. 

Tafa— , p. Qui hesite. 

Manambahamba, va. Essayer en he- 
sitant, faire ou dire avec hesitation. 
Manambahamba. imp. Fan—, a. Ce qu'on 
essaie en hesitant, la maniere de la ire 
avec hesitation. Mpa.v — , a. Celui qui es- 
suie en hesitant. 

Fanambahambana, a. L'action d'es- 
sayer en hesitant. Anambahambana. rel. 

Mi—, vn. Hesiter, 6tre indecis Miham- 
bahamba, imp. Fi— , 8. La maniere 
d'hesiter. Mpi—,*. Celui qui h6site. 

Fibambahambana, a. L'action d'hesi- 
ter, l'inditeision. Iuambahamuasa, rel. 
Ihambahambao, imp. 

HAMBANA, adj. Double. 

Akonoro hambana, s. Banane double. 

HAMBO, 8, Pretention, ostentation, pa- 
rade, imposture. 

Hamboina, p. A quoi on pretend. Ham* 
b6y, imp. 

Voa— i pp. A quoi on a pretendu. 



Digitized by 



Google 



HAM 



204 



HAM 



Mi—, va. et n. S'arroger a faux, s'attri- 
buer, pnkendre, se pretend re, se faire 
passer pour, se donner pour, se raontrer 
plus qu'on n'est, etre pr6tentieux. Aza 
miliambo ny zavatra Isy anananao. Ne 
vous mirihuez posdesbiensque vous ne 
poasfrJcz jws. Mihambo zanaka izy. II 
jirglcad avoir desenfants. Mihambo ha- 
rona izy, II so pretend riche. Mihambo 
ho jeneraly izy. II se fait passer pour 
general. Mihambo ho mpanjaka izy. II 
se donne pour red. Mihambo toetra izy. 
II sl* momre plus qu'il n'est. Mihambo 
loana izy. II est pretentieux.. Mihahb6a, 
itnp : lfa—j a. Co qu'on s'arroge.. la pre- 
tention. Mi^i- «. Celui qui s'arroge, nn 
preleutieux. 

Fihamboana, s. L'action de s'arroger, 
tie pretend re. Ijumb6ana, rel. Iuamb6y, 
imp. 
Preml Mam pi— , Mifampi — . . 

Maha—- Qui a des pretentions, qui se 
fait passer pour. 

Ha in bo ham bo, dupl. fre'q. de Ham bo. 

Mr hah uo m\nana. Avoir sans pouvoir dis- 
poser de ci> c|U*^n possede. 

Aza atao KiftAuno manana anao aho. Ne 
Krompoi pa* ma contiance en vous. 

Hambomp6, a. Amour-propre, point d'hon- 
neur. 

Be hambom-po, adj. Qui a de I'amour-pro- 
pre, sensible a Ihonneur, qui se pique 
d'honneur. 

Matinkambo, adj. Que I'orgucil perd. 

An-kambo, adv. Avec negligence, an ha- 
sard. 

HAMEL6HINA, p. de Meloka. 

HAMY, a. Douceur, comme celle du 
miel et du sue re ; suaviie\ ngrement, 
charmes, delices. Odr6 ! ity namin'ny 
tantely ! Comme ce miel est doux ! 

Mamy, adj. et s. Doux, suave, excellent, 
agreable, delicieux, cheri ; a quoi on 
tient. on est attache. Mamy itvlanafody 
ity. Co remede est doux. Mamy iroo 
voankazo ireo. Ces fruits sont doux, 
excellents. Mamiko ity zanako ity. Get 
enfant fait mes delices, je cheris cet 
enfant. Mamy ny miaina. On est attache 1 
a la vie. 

Mamikkly, 8. Baiser qu'on donne a un 
enfant. 

Mamimamy, dupl. dim. de Mamy. 

Manamamy, va. Donner du pout, de 
lasaveur. Fan a— , s. Ce a quoi on don- 
ne de la saveur, la maniere dY;nicer. 
Mpana— , 8. Celui qui donne du gout, de 
la saveur. 

Fan am ami ana, a. L'action de donner 
du pout, de la saveur, ingredients pour 
donner du gout. Anamamiana, rel. Ana- 
m\mio. imp. 

Ankamamlna, p. Qu'on agree, a quoi 
on est attache, aflcctionne. Ankamamud, 
imp. 

Manka— , i?a. Avoir pour agreable, etre 



affectionne\ attach6, Nankamamy ny 
soa nataony ny fanjakana. Le gouvorne- 
ment a eu pour agreable le bien qu'il a 
la it. Mankamamy ny Oanarana izy. II est 
aflectiounS a l'etude. Mankamamy ny 
fianakaviany izy. II est affectionn6 a sa 
famille. Mankamamia, imp. Fanka — . 8. 
Ce qu'on cherit, la maniere de s'attacher 
a. Mpanka— , 8. Celui qui chGrit, qui 
agree, qui s'aflectionne. 

Fankamamiana, 8 La complaisance, 
Tattachement. Ankamami'ana, rel. An- 
kamamio. imp. 

Prend Mifanka— , Mampifanka— , Mara- 
panka— . 

Maha—. Qui rend doux. qui donne du 
gout, suffisant pour donner du goftt. 

Hamamy, Hamamiana, s. La douceur. 

Mamifovelona, 8. Egoisme. 

Manao— . Qui est egoiste. 

Mamy hanina an-tanana. Qui ne donne 
pas, ne partage pas ce qu'il a. 

Mamy h6ditha, adj. Aime, . cheri, popu- 
laire. 

Hamamian-k6ditra, a. Popularity. 

HAMINA, 8. Egalite d'esprit, modera- 
tion, bonne tenue. 

Mi—, vn. Etre pos6, calmo, se respec- 
ter. Mihami'na, imp. Fi — ■, s. La maniere 
d'etre pose. Mw— , s. Celui qui se res- 
pect e. 

Fihaminana, s. La bonne tenue. Iha- 
Mfr<Af(A, rel. Ihami'no, imp. 

Maha—. Qui. sait se comporter selon la 
bonne tenue. 

Haminkamina, dupl. freq. de Hamina. 

HAM tN A, 8. Toile mince et blanche. 

HAMO et HAMOHAMO I dupl plus 
usitc), a. Degotit caus6 j nr la saliet6, 
satiet6 a 1'excos, d6gout en general, 
ivresse. 

Mamo, adj. Ivre, degoule\ Voy. ce mot. 

H AM OKA, 8. Tranquillity, calme de 
caractere. nonchalance. 

Mi— , vn. Etre calme. Fi— ,8. La manie- 
re d'agir avec calme. Mn— , s. Celui qui 
est placide. calme. qui a des tnoeurs 
donees, qui est nonchalant. 

Fihamdhana, 8. Placidite. moeurs dou- 
ces, nonchalance. Ihamohana, rel. 

Maha—. Qui sait agiravec douceur. 

Hamokamoka, dupl. frdq. de Hamoka. 

HAMORAlNA, p. de Mora. 

HAM6RY, s. Gouvernail. 

Hamorina, p. Qu' oil gouverno. Hamo- 
ri'o, imp. 

Manamdry, ra. Tenir le gouvernail, 
gouverner. Fan—, s. Maniere de gou- 
verner, le gouvernail qui dirigc le na- 
vire, la barque. Mpan— , s. Celui qui 
tient le gouvernail. 

Fanamorlana, 8. L'action de tenir le 
gouvernail, le lieu. An-amoiuana, rel. 
Anamorio, imp. 



Digitized by 



Google 



UaK 



— 205 — 



tJAN 



Prend Mi fan— , Mampifan— . Mam- 
pan— 

HAMPY, s. L'odeur de Purine. 

Maimbo hampy. Seutir l'urine. 

HAMPITRA, r. Action de vivre aux 
d^pens d'autrui. 

Ml—, vn. Btre a la charge d'autrui,. vi- 
vre auxd£pens d'autrui. Fi— f a. Maniere 
de vivro aux d£pens d'autrui. 

HANA, a. CapiLal, tout ce qui est pre- 
t6 a interGt. 

Hanaina, p. Qu'on prend a interet. Ha- 
nao, imp. 

Ah an a, p. A placer a inte>et. Ahanao, 
imp. 

Voa—, pp. Pris a inte>et. 

Tafa—. p. Place a int6ret. 

Manana, va. Prendre a interet. Mana- 
ma, imp. Fan—, a. Ce qu'on prend a 
interGt. la man : ere de prendre a inte>et. 
Mpan— , 8. Celui qui prend a inte>et. 

Fananana, a. L'action do prendre a in- 
teret. Ananana, rcl. Ananao, imp. 

M ampanana, ??a. Preter a inte>et. Mam- 
panana. imp. Fampanana, 8. Qu'on pre- 
te a inte>6t, maniere de preter a inte- 
ret. Mpampanana, 8. Celui qui prete a 
interet, un banquier. 

Fampananana, a. L'action de preter a 
interet. Ampananana, rel. Ampananao, 
imp. 

Mi—, vn. Etre place a interet. Fi— , a. 
Le scjour de 1'argent place" a interftt. 
Mpi — , 8. Tout ce qui est pr6te" a int6rdt. 

Fihanana, a. Le placement. Ihanana, rcl. 

Mampi — . Donner a inte>6t. 

Mah— . Qui prend ou pout prendre a 
interet. 

Hanahana, dupl. fr4q. de Hana. 

Mpampanana voxa, 8. Un Danquier. 

HANAHANA. Voy. Ana. 
HANAKA, a. Action de se repandre, 

comrne une tache d'huile, comme de 

l'eau sur une planche. 
Ahanaka, p. A repandre sur. Ahana- 

ho, imp. 
Tafa—, Voa— , pp. R^pandu. 
Mi—, tm.Se repandre. Nihanalta eran' 

nv latabatra ny diloilo. L'huile s'est 

r^pandue sur toute la table. Fi— , s. 

La maniere de se repandre. Mpi—, a. 

Ce qui se repaud. 
Fihanahana, a. L'action de se repan- 

dre. Ihanahana, rel. 
Hanakanaka, dupl. fr£q. de Kanaka. 
Mananaka, adj. Gras, qui rend beaucoup 

de jus dans la bouche. 
HANANA et HANANGANANA, r. 

Le gout agreable que laissent dans le 

gosier certains fruits et certaiues plan- 

tes, comme la r6glisse. 
Manganana et Mangananganana, 

vn. Se dilde ce qui est tout d'abord amer 

au gout et qui laisse ensuite un arriere- 



gout de douceur. Fang—, a. L'arriere- 
gout de douceur. 
Hanganana, a. Douceur suivant I'amerhi- 
me, arriere-gout de douceur*. 

HANANKANANA, r. Etat de ce qui 
nage dans un linuide, comme le pain 
dans le bouillon, liquefaction. 

Ahanankauana, p. A faire Hotter dans, 
qu'on faitliquefier. Ahanankanano, imp. 

Tafa— , p. Qui nage dans, quiseliquefle. 

Mi—, vn. Flotter, nager dans, se liquGfier. 
Fi— , s. L'eMat de ce qui nage dans, de ce 
qui se liqu6fle. 

HANATRA, a. Maladie des glandes 
ou ganglions du cou. 

HANDATRA, adj. A pre. acre, aigre- 

let comme des fruits verts. 
Handathandatra, dupl. de Handatra. 

HANDITRA, a. Saveur, e* tat des fruits 
qui n'ont pas trop d'eau ; fig. bonnes 
graces, faveurs, louanges. 

Mila handitra. Chercher les bonnes gra- 
ces, les louanges 

Manditra, adj. Farineux, savoureux, qui 
n'a pas trop d'eau. 

Hamanditra, a. La saveur. 

HANDRtA, imp. futur de Mandiy. 
Apres les bdnedictions prononcees a 
la circoncision, on r6pond: HANonfA, qu' 
il en soit ainsi ! 

.HANDRINA, 8. Front; menace, regard 
hardi ou irrite. 

Handrlnina, p. Qu'on regarde en face, 
avec colere, a qui on r^siste. HANDRfNO, 
imp. 

Ahandrina, p. Les yeux avec lesquels 
on regarde en face. Ahandr(no, imp. 

Voa—, pp. Regarde avec colere. 

Tafa—, p. Regardant en face. 

Manandrina, va. Regnrder en face, 
avec colere, register, tenir tele. Manan- 
DRfNA. imp. Fan—, s. Ce qu'on regarde 
en face, la maniere do regarder. 
Mpan—, s. Celui qui regarde en lace, 
avec colere. 

Fanandrlnana, a. L'action de regarder 
en face, avec colere. AnanduInana, rel. 
Anandrino, imp. 

Prend Milan—, Mampifan—, Mam- 
pan—. 

Mi—, vn. 8'appuyer surun objet solide, 
porter sur, roposer sur, compter sur. 
Mihandrina amy ny vatolampy ny trano. 
La maison repose sur le roe. Fi— , a. Ma- 
niere des'appuyer. Mpi— , a. Co qui s'ap- 
puie, qui repose sur. 

Fihandrinana, a L'action de s'appuyer 
sur un objet solide, l'am>ui. iHANiutfNA- 
na, rel. Hianao no inandrinan' ity 
kamboty ity. Vous etes I'appui de cet 
orphelin. Iiiandiuno. imp 
Prond Mampi—, Mifampi— . 

Mah—. Qui regarde ou ose regarder en 
face, avec colere. 



Digitized by 



Google 



IfAN 



-206 — 



haW 



Handrinkandrina, dupl. frSq. de Han- 
drma. 

Manandrinkandrina, adj. Qui porte a la 
tete, comme une nourritare lourde. 

Handrin-tany, 8. La terre dure, les cou- 
ches de terre non remuSes. 

Mbna handrina. Dont le pouvoir exerce 
uae grande influence. 

HANDRO, r. Preparation culinaire, 
cuisson, Be dit des mets qu'on fait cuire, 
de ce qu on fait bouillir, de ce qu'on 
passe a 1 eau chaude. 

Handrdina, Ahandrdina, Andra- 
nttna, p. Qu'on fait cuire ou bouil- 
lir. HandrOy, Ahandr6y, Andrah6y, 
imp. 

Voa—, pp. Cuit ou mis a cuire. 

Ma—, va. Preparer lcs mets, savoir les 
preparer, faire bouillir, passer a l'eau 
cnaude. MAHA*bR6.\, Mandraho*a, imp. 
Kah—, s. Ce qu'on prepare, la maniere 
de faire la cursine, art culinaire. Mpa— ,s. 
Cuisimer. 

Fahandroana, Fandrah6ana, a. Inac- 
tion do preparer les mets, les instru- 
ments, la cuisine, le foyer. Ahandroa- 
ka, Anduah6ana, rel Ahandr6y, An- 
drahot, imp. 
Prend Mifa— , Mampifa— , Mampa— . 

Mana— . Qui lait cuire ou peut faire 
cuire. 

Handrohandro, dupl. frtq. de Handro. 

JNahandro, 8. Les mets; cuisson. Tsara 
nyna/iam/ronaroso tao. Les mets qu'on 
a pr6sentes Staicnt excellents. Tsara na- 
handro ity hena ity. Cette viande est 
bien cuite. 

HANDROHANDRO, i\ L'etat de lat- 
mosphere chargee de vapeurs ou de 
pluie, l'etat d«»s yeux qui vont verser 
«!es larmcs; se dit aussi .des affaires 
qu'on va commencer ou exeeuter. 

Ahandrohandro, p. A mettre sur le 
point de. Ahanohoiianduoy, imp. 

Tafa— , p. Pluie qui est sur le point de 
lomber, affaire qu'on va executer. 

Ml— , "in. Etro sur le point de lomber, 
d'etre execute. Pi—, s. Le lemps som- 
luo. Mpi— , s. Ce qui est sur le point de. 

Fihandrohandrdana, s. La menace de 
))luie, i'insiance des airairos. Ihandro- 

IIANDROANA, rel. 

HANDRONA, s. Stagnation, so dit des 
liciuides.et des affaires.. 

Ahandrona, p. A rend re stagnant. Ahan- 
du6xy, imp. 

Manandrona, ra. Arreter, faire sta- 
tionner, suspend re le cours des affaires. 
Manandr6na, imp Fan—, s. Ce qu'on 
fail stalionner, la maniere de suspend re. 
Mpan—. 8. Celui qui fait stationner. 

Fanandrdnana, s. L'action «Varreier, 
d« guspendrc les affaires, de- les faire 
trainer, le lieu. Anandr6nana, rel. 
Prend Mifan— , Marapilan— , Mam- 
pan-. 



Mi—, vn. Sojourner, rosier la longtemps, 
6tre stagnant. M ihandron-dra, ny ran- 
joko, misy ra mihandrona ao amy ny 
ranjoko. II y a du sang qui sejourne 
(une varice) a ma jambe. Mihandron- 
dava ao amin* io tauimbary io ny rano. 
L eau sejourne continuellement dans 
cette riziere. Mihandrona ao ny volako. 
Mon argent reste la sans rien produire. 
Mihandrona ny varotra. Le commerce 
est stagnant. Fi— , a. L'etat de cequi est 
stagnant. Mpi—, a. Co qui est stagnant, 
les affaires stagnantes. 

Fihandronana, a. La stagnation, lelieu. 
Ihandronana, rel. 
Prend Mampi— , Mifampi— . 

Mah— , Qui fait stationner, qui rend sta- 
gnant. 

Handronandroaa, dupl. fr6q. de Han- 
drona. 

Manandron-drano. Ramasser de l'eau, 
attend re trop pour urincr. 

FAiNANonoNANA entaka, 8. Magasin. depdt . 

HANDROTRA, 8. Noeud coulant, re- 

siliation. 
Afcandrotra, p. A nouer avec un ncnud 

coulant, qu'on fait avec des clauses resi- 

liatoires- 
Fbhy handrotra, 8. Noeud coulant, con- 

tiat reailiatoire. 

HANGANA, adj. et adv. Amer ; qui so 
vend cher, chcr. Manao hangana io 
mpi varotra io. Ce marchand vend cber. 

HANGIB&, s. Pamplemonsse. Citrus 
decuman a. 

HANGIHANGY Comme Haingihaingy. 

HANY, adj. Soul, unique. Io no hany 
zanako sisa. C'esl la le seul enfant cpii 
me reste. Io no hany malalako. C'est 
la mon seul chert. Hany koa hianao no 
mba sakaizako. Th es mon seul ami. Ity 
no mba hany fananako. C'est la sen to 
chose que je possedo. Hany ahy ity. 
C'est mon seul avoir. 

Hany . vary Andraisi'sa. II n'y a plus de 
riz, si ce n'est a Andraisisa; ////.der- 
nier moyen ou expedient. 

HANlFIKA,*. Uerbc. Viola emirnen* 
sis, Bojer. 

HANIHANY, s. Ricanerie, moqiterio ; 
le luisant. 

Hanihanina, p. Dont on rit, qu'on rail- 
le, dont on se moqnc Aza hanihani- 
nao toy izany io antibavv io. No vous 
moquez pas ainsi de cette vioille. Hani- 
iianio, imp. 

Voa—, pp. Raille, dont on s'est moque. 

Tafa— , p. Qui a ricane. 

Mananihany, va. Hailler, persifler, se 
mo<|uer. Manamhania, imp. Fan— . *. 
Celui dont on se moque, maniere de se 
moquer. Mpan—, a. Un moqueur. 

Fananihaniana, *. L'action de railler. 
Ananihani'ana, rel. Ananihanio, imp. 



Digitized by 



Google 



HAN 



— 20^ — 



HAN 



[ 



Prend Mifan— , Mampifan— , Mampan— . 
Mi—, vn. Ricaner. MiHANiHANfA, imp. 

Pi— , s. Maniere de ricaner. Mpi— , 8. 

Celui qui rieane. 
Fihanihaniana, s. L'action de ricaner. 

IllANlHANfANA Tel. IlTANIHANfo, imp. 

Prend Mampi— , Mifampi— . 
Maha—. Qui ricane, qui sail ricaner. 
Manganihany, vn. et adj. Luire, etre 
surle point de se fendre, comme les 
fruits murs, les tumeurs ; luisant. Man- 
ganihany ny vav. Le clou est sur le 
point de crever. Manganihany ity lovia 
Hy. Cette assiette est luisante. Fang—, 
8. L'eiat de ce qui est luisant. 
HANINA, 8. Nourriture, aliments, vivres. 
Tsy mahalatsaka hanina ny marary. 
Le malade est incapable de prendre de 
la nourriture. Tsy azo omen-fcanina ny 
marary. II ne faut pas donner a manger 
au malade, il faut le mettre a la diete. 
Hanina, p. Qu'on mange. Nohanin ny 
saka ny bena. Le cbat a mang6 la viande. 
Tsy hohaniko io. Je ne mangerai pas 
cela. Hano, imp. 
Haninkanina, dupl. dim. 
Hand vblona, hano finajutra. Souhait fait 
en offrant un cadeau de vivres ; mangei 
et vivez, mangez et soyez heureux. 
Lian-kanina. Qui desire certaines nourri- 

tures. 
Mamy hanina an-tanana. Egoiste qui ne 

partage point. , 

Hani-maina. a. Riz-sec, nourriture seche 

sans accompagnement. 
Hanina maina. Depens6 en pure perte, 

mange sans retenue. 
Hanin-kotrana etHANi-MAiNTY, s. Nourri- 
lure grossiere, nourriture autre que 
le riz. 
Hani-maizina. lit. Mang6 dans l'obscurite -, 
fig. personne qu'on traite on amie sans 
trop la connaitre, argent qu'on recoit 
sans en connaitre la provenance. 
Hanw-b6katra, s. L°-s cereales d'un pays. 
Hanim-pito l6ha, s. Grand repas oiuil?on- 

tient les mets. 
Aanina amam-bolony. lit. Mange avec les 
plumes; fig. traite sans discernement, 
sans exan\en, sans iugement. 
Hanina T8 y miv6aka. Terme de Sikidy ; 
potion, nourriture pour les. gens de la 
ma/son et non pour lesautres. 
ban/n-jXvatra. Mange par quelque cho- 
S * S: fig. rong6 par une souffrance phy- 
sique ou morale, qui deperit. 
^'K-KARfcNA, s . in. Mange par les 
^chesses; action de s'exposer pour 
8en richir. Manao hanin-karena. »ex- 
uFS^ r Pour s'enrichir. 
i*i NK **ANA, s. Arrhes, argent donne 
fccbi?* l% executiond'uncontrat, avantune 



~K.o hanina. Comestibles. 

- *IAN ' 



J^;^ianwaza,8. Amour reciproque des 



Hanin-t6nta, s. Appatmis au piegc. 
Hanina ombna andevolahy: tsy tian-kano, 
tian-kano, prov. Nourriture donnee 
a un esclave ; qu'elle soit bonne ou mau- 
vaise, il est oblige de la manger; fig. 
il faut se contenter de tout ce qui vient 
dessupe>ieurs. 
HANINA.s. Regre,t, chagrin cause nar 
la perte ou 1'eloignement de ce qu on 
aime. 
Haninina, p. Que Ton regrette, apies 
quiouquoi on soupire. Han(no, imp. 
Manina, va. Regretter, d6sirer ardem- 

ment, soupirer apres. ManIna, imp. 
Mahamanina. Qui cause ou peut cau- 
ser du regret. , 
Manimanina, dupl. dim. de Manina. 
Manina ny tanin-hrazana. Regretter son 

pays, avoir la nostalgic. 
HANITRA, s. Parfum, arome, bonne 

odeur. 
Manitra, adj. Odoriferant, parfumS. 
Hanirina, Manirina, p. Qu'on parfu- 
me, qu'on rend odoriferant. Haniho, 
ManIro, imp. w „ 

Manamanitra, va. Parfumer, aroma- 
tiser, embaumer, rendre le nz odorite- 
rant en le faisant bien cuire. Manama- 
NfRA, imp. Fana— , 8. Ce quon rend 
odoriferant, maniere de pariumer. Mpa- 
na— , s. Celui ou ce qui parfume. 
Fanamanirana, s. L'action de parfu- 
mer, de rendre odoriferant. An am an i- 
rana, rel. AnamanIro, imp. 
Miha— . Devenir parfume. 
Maha—. Qui parrumoou peutaromatiser. 
Manimanitra, dupl. dim. do Manitra. 
MANiTnA andriana. lit: Qui sent le priu- 

ce ; fig. baiscr donue aux enfanls. 
Mpanao iianitra. Un parfumeur, ou celui 

qui se parfume habituellement. 
Tia hanitra, adj. Qui aime les parfums, 

les recherche 
Hani-barytsy hauena. Le parfum du nz 
bien cuit n'enrichit pas; fig. »1 ne faut 
pas qu'une jonissance presonte fasse 
oublier un plus grand bien. 
Hanidrais6a, 8. Arbusto dont on fait des 
remedes pour le Tety., Senecio fauja- 
sioidcs: Baker. 
Hanuat6vo, 8. Herbe. Selago murali8, 

Blh. 
Hanhazavavy, s. Herbe odonfdranle. 
liAXiTRANDRiANA.CommeTsiririnan.lnana. 

Hanitrandrianaivo, 8. Herbe, Espece «l 

Hetichxjsum. 
Hanitravoko,8. Planle medicmale. 

HANimiNIMPANTSAKA 6t H ANITROMBALAHY, 8. 

Herbe odoriferante. Agcralum cony- 
zoides. L. 

HANJA ct HANJAHANJA, 8. Nu- 
dile, manifestation. 

Ahanjahanja, p. A decouvnr, a met- 
tre a nu. Ahanjahanjao, imp. 

Voa— , pp. Misanu, manifeste. 



Digitized by 



Google 



Man 



— 208 — 



HAM 



Tafa-^, p. Qui s'est denude. 

Mi—, vn. Etre nu, etre expos4 a la vue 
ou manifesto. Mihanjahanja, imp. Fi— , 
s. Letat de ce qui est nu, manifesto. 
Mpi—, s. Gelui qui est nu. 

Fihaigahanjana, «. Lanudite. la ma- 
nifestation. Ihanjahanjana, rel. Ihan- 
jahanjao, imp. 

Maha— . Qui oseseraettre a nu. 

Mihanja vatana. Etre nu, a demi nu 
n avoir que ie saiaka ou lo kitamby. 9 

aANJAKA, r Nudite. 

Mi—, vn. Etre nu. 

HANKY? int. Vraiment? est-ce vrai? 
est-ce possible? Hanky /toy izany no 
fanao ny mofo. Ah vraiment! c'est com- 
me ca qu on fait Ie pain. 

HANOHANO, r. Clair, limpide, luisant 
corame les yeux humides, les fruits 
murs. 

Manganohano, adj. et »n. Luisant, qui 
a la tarme a i'ceij, limpide, trans- 
parent; avoir la larme aux veux. A/an- 
aanohano io varahina io. Ce cuivre est 
luisant. Manganohano ity rano ity. 
Lette eau est limpide. Manganohano 
ny ranomason' ity zaza kely ity. Les 
larmes do cet enfant sont sur le point 
do cooler. Fang- s . L'etat des larmes 
qui vont coulor. Mpang— , a. Se dit des 
yeux gros de larmes. 

Fanganohandana, *. Limpidite. An- 
ganohanoana, rel. 

HANOKAHY, 8., PJante. 

H A N $ NO » 8 - Nom t] onn6 aux cadets des 
families nobles chez les Betsileos. 

5^JTi A ' 8 ' Pri ^ Pe ' supplique, demande. 

Hantaina, p. Qu'on demande, mm Ion 
gate, a qui on accorde tout. Hantao. 
imp. 

Ahanta, p. Par qui on demande, ce qui 
sort a gaier un enfant. Ahantao, imp. 

voa—, pp. Demande. gate. 

Tafa—, p. Qui a demande. 

Mananta, va. Acquiescer, accorler, 
etre indulgent. Fan—, s. La maniere 
dotre indulgent. Mpan— , s. Ceux qui 
accordent. / 

Fanantana, s. L'indulgence, les con- 
cessions, les gratifications, les favcurs. 
Anantana, rel. Anantao, imp. 

Mi—, vn. et n. Demander, supplier; 
etre gatd. Mihania akanjo iray aminao 
alio. Je vous supplie do me douner un 
habit. Mihanta aminao alio, mba omeo 
fiantrana. Je vous en supplie. donnez- 
mii une aumone. Zaza mihania io. 
CVst u n enfant gate. Mihania. imp. 
ri— , s. La maniere de supplier. Mpi—, 
s Le suppliant, celui qui est gate. 

Fih&ntana, s. La supplique, lo recours 
a, ceux a qui on a recours. ceux qui 
gatent leurs enrants. Ihantana, rel. Hia- 
uao no ihantako amy ny zavatra ilaiko. 



C'est a vous que j'ai recours dans mes 
besoms. Ihantao, imp. 
Mampi— , va. Etre indulgent, suivre les 
caprices, gater. Aza mampihanta ny 
zanakao toy izany. Ne gdtez pas ainsi 
votre enfant. Aza mampihanta tena 
toy izany. Ne suivez pas ainsi tous vos 
caprices 
Mah—. Qui a recours a, qui est indul- 
gent. 
Hantahanta, dupl. fre"q. de Hanta. 
HANTONA, s. Suspension. 
Ahantona, p. A suspend re, qu'on sus- 
pend. Ah ant6ny, imp. 
Voa— , pp. Suspendu. 
Tafa— , p. Qui s'est arrets comme la 

pluie. 
Manantona, va. Suspend re, accrocher 
a. Aza manantona toy izany ny teni- 
nao. Ne suspendez pas ainsi votre dis- 
cotirs. Manant6na, imp. Fan— , a. Ce 
qui se suspend habituellcment, la ma- 
niere de suspendre. Mpan—, s. Celui 
qui suspend. 
Fanantonana,. s. L'action do suspen- 
dre, ce qui sert d suspendre. Ananto- 
nana, rel. Io nv fantsika hanantonanao 
uy satrokao. Voila uu clou pour sus- 
pendre votre chapeau. Anant6ny. imp. 
Mi—, vn* Etre suspendu. s'arreter, 
demeurer suspendu. hesiter, altendre. 
Mthantona ao ny elo. Le parasol 
est suspendu Id. Mihantona nyranono- 
rana. La pluie s'est arrete, est en retard. 
Mihantona ny andro. II n'y a pas de 
pluie. Mihantona ny raharaha. Les af- 
faires sont suspendues. Mihantona, imp. 
vi— ,s. Maniere d'etre suspendu. Mpi-. 
s. Ce qui se suspend. 
Fihantdnana, s. Suspension, le clou, 
a corde, tout ce qui sert a suspcudre, 
I intermittencc, le lieu, lo temps do la 
suspension. Ihant6nana, rel. Ihant6ny 
imp. - * ' 

Man—. Qui suspend, qui pent suspen- 
dre, qui sert a suspendre. 
Hantonkantona, dupl. frfa. de Han- 

tona. 
Manantom bAdy. Renvoyer une femme sans 
la divorcer, en lui rcfusant la facultd 
do so remarier. 
Mananton-jaza. Se reservcrun ou plusieurs 
esfantsqui naitront d'une femme qu'on 
divorce. 
Hantonana, 8. La chose qu'on suspend. 
Hantonan-tkny, 8. Cloud ilion qu'on pose. 
HANTSANA, s. Precipice, abimc, cas- 
cade, rapides desoaux, 
Hantsam-uato. s. Rocher a pie. 
HANTSY, s. Provocation, defi. 
Hantsina, p. Qu'on provoquo. (enfant) 

qu'on fait nre. HA.vrsfo, imp. 
Anantsy, p. Avec quoi on provoque. 
Voa—, pp. Provouue\ 
Mananisy, ra. Defier, prevjquer, chcr- 
cher querelle. 



Digitized by 



Google 



HAO 



209 — 



HAO 



Mi— , va. Provoquer, dgfler, faire rire 
un petit enfant. MihantsIa, imp. Fi— , 
«. Maniere de provoquer. Mpi—, «. Pro- 
vocateur. 

Ffliantsiana, a. L'action de provoquer. 
Ihantsuna, rel. Ihants/o, imp. 
Prond Mam pi— , Mifampi— . 

Mah— . Qui provoque ou ose provo- 
quer. 

Hantsih&ntsy, dupl. frtq. de H antsy. 

Miha.vtsy amb6a,— 6mby. Agacer, provo- 
quer les chiens, les bceufs. 

Mihantsy l6a. Provoquer le vomisscment. 

Mihantsy uSza. Courir a sa perte. 

HAnTSIKA, adj. Arque, cambre, bom- 
be, convexe. 

Ahantsika, p. A bomber, a rendre con- 
vexe. AHANTsfflo, imp. 

Voa— , pp. Qu'on a bom be. 

Tafa—, p. Qui s'est cambre. 

Manantsika, va. Courber, rendre bom- 
bed Manantsiha, imp. Fan — , s. Ce 
qu'on rend bom be. Mpan— , a. Colui 
qui rend bombe. 

Fanantsihana, a. L'action de rendre 
bombe. Akantsihana, rel. Anantsuio, 
imp. 

Mi—, vn. Se cambrer, elre courbe, bom- 
bs, convexe : fiq. sedelire. Mibantsiha, 
imp. Fi— , a L'etat de cequi est cam- 
bre, maniere de se cambrer. Mpi—, a. 
Celui qui se cambre, ce qui est arque, 
bambo\. 

Fihantslhana, a. L'action de se cam- 
brer, la convexitc; fig. Taction do se 
dedire. •Ihantsiuana, rel. Ihantsiho, 
imp. 

Mah— . Qui rend bombe, qui peut so 
cambrer. 

Hantaikantslka, dupl frdq. de Hon- 
tsika. 

HANTSINA, a. Puantenr, infection. 

Mantsina, adj. Puant, infect. 

Hantsinina, p. Qu'on rend puant, qu'on 
tntecte. Hants/no, imp. 

Manamantsina et Manka— , va. Ren- 
dre infect, puant. Fan a—, a. Ce qu'on 
rend infect, maniere de rendre infect. 
Mi'aka— , 8. Celui qui ron«l infect. 

Fanamantslnana, a. L'action do ren- 
dre infect. AifAMANTstoANA. rel. 

Mah—. Qui rend ou peut rendre infect. 

Mantaimantsina, dupl. de Mantsina. 

Mantsim-bAva, adj. Qui a mauvaise ha- 
leiue; insolent. 

Mantsina atody. lit. Poule qui ne | cut 
plus couxer, parco que les oeufs soul 
gales; fig. degoutc dun travail. 

HAO, 8. Pou. 

Haon*ak5ho, 8. Pon des volaides. 

Hao fotsy, 8. Pou du corps. 

{JAOs-KisdA, 8. Pou rouge des cochons. 

Haolahy, s. Pou male; fig. un ld.leur, 
un volour. 

Haobbary, 8. Charancon, calandre du riz. 
wrcutio oryzai. 



Haom-b6ka. lit. Poux d-'un leproux; fig. 
pouilleux. 

Miala hao. Malade qui est quit 16 par los 
poux, et qui est sur le point de mou- 
rir ; A/0, qui s'appliqu^, qui fait bion 
les cnosea. 

HAODY, 8. Torme dont se servent les 
visiteurs arrivant sur le- seuil de la 
porte et qui equivauta : peut -on se pre- 
senter ? est-on visible? 

HaodIana. Ce mot est la response donneo 
au visiteur par le proprtetaire de la 
maison, et 6quivaut a : entrez, nous 
sommes visiblcs. 

HAODY et HAODIHAODY, r. Inti- 
mide, peu rassure, peu fumilier. ro leur. 

Mi—, un Rdder autour de, comme un 
voleur, etre timide, etre peu civilised 
Miuaodihaodia, imp. Fi— ,8. Latimidite, 
Ut maniere d'ejner ou de rdder Mpi— , 8. 
Ce!ui qui craint d'entrcr, cspion, rodeur. 

Fihaodlhaodiana, a. La craintc, Tac- 
tion d'ospionner, do rdder. Ihaodihao- 
biANA, ret. IiiAODiUAODfo, imp. 

Mah a—. Qui rend timide, rodeur. 

HAOKA, r. Action de crouser, de mi- 
ner, de rafler; fig. (Jesooder, de devi- 
ner les secrets. 

Mangaoka, va. Crouser, miner, rafler ; 
fig. penetror les sec rots. Fang—, 8. Ce 
qu'on c reuse, maniere do crouser. 
Mi'ANG— , 8. Ce qui creuse, qui mine. 

HAOKA, et HAOKAOKA ( vieux ), s. 
Impatience, vif desir de. 

Mi— vn. Biulor du deair de, etre im- 
patient de. 

HAOLO, adj. Sauvage, errant, desert, 

abandonne. 
Mi—, vn. Errer, com ir dani le desert, 

vivi o a l'etat sauvage. 
Amboa haoi.o, 8. Chien rddeuri dopays6, 

auxyeux hagar.ls. 
Omby haolo, 8. Bo3iifssansmaitr3 ou sau- 

V.lgOS. 

Tanana uaolo, s. Village abandonne. 

HAOLO, 8. Alerfe. fAng. awl). 

HAONA, r. Rencoutro, jonction. 

Ahaona, p. A faire rencuntrer ou join- 
dre. Ah \ON y, imp. 

Voa— , pp. Rcnni. 

Tafa — , p. Qui s'est rencontre, abouclie\ 

Mi—, vn. Se rencontrer, s'abouchor. en 
vonir aux prises. Fi — , a. Maniorn «lo se 
rencontrer. Mi-i— , a. Ceux qui se ren- 
couirent. 

Fihaonana, s La rencontre, l'entrevuo, 
Fiiudience, I'actiou d'on \onir aux pri- 
ses, le lieu, le teo?|i*. lu jonction des 
cheuiiiis, ties rivie.es. Iuaonana, rel. 
Ela tsy nikaonnn.xika il y a long- 
temps que nous n.« u- us etn>ns pas reu- 
coiilre*s. Ataovy izay /i*/i tonun' »zy roa 
lahy. Faiicsen sorio que cos ileux in- 
dividus s'abouclieut eusemble. -Tao no 



Digitized by 



Google 



HAR 



— 210 — 



HAR 



nihaonan' ny lofika roa tonta taloha. 
C'est la que les deux armies en sont 
venues aux prises autrefois. Ao akekin' 
ny tranoko no ihaonan* ny lalana efa- 
tra. C'est pres de ma maisoo que se joi- 
gnent les quatre rues. Ihaony, imp. 

If aha— . Qui se rencontre, qui ose se 
mesurcr avec. 

Haonkaona, dupl. freq. de Haona. 

Mihaona AMiM-BAiiiNY. Recevoir officiel- 
lement un etranger, donner audience. 

Miha6n-d<5ha. lit. Dont les tetes se joi- 
gnent ; dont les idees se rencontrent. 

Ambara-pihaona. Jusqu'au revoir. 

HAORINA, p. deHaotra. 

HAOSY, a. Terme employ^ pour chas- 

ser les volailles. 
HAOTRA, a. Grattage, action de se 

frotter contre. 
Haorina, p. Qu'on gratie. Haory, imp. 
Abaotra, p. Avec quoi on gratte. Ahao- 

ry, imp. 
Voa—, pp. Gratte. 
Mi—, va. et n. Gratter ; se gratter. Mi- 

haora, imp. Fi— , 8. Ce qu'on gratte, la 

maniere de se gratter. Mpi— , 8. Celui 

qui gratte ou segnatte. 
Fib&orana, 8. L action de gratter ou de 

se gratter, les instruments. Ihaorana, 

rel. IhAory, imp. 

Prend Mampi— f Mifampi— . 
Malta— . Qui gratte ou pent se gratter. 
Haotraotra, dupl. fre'q. de Haotra. 
Hatraorina, Haotraorina, p. Qu'on 

gratte. Hatraory, Haotraory, imp. 
M /haotraotra f<5ana. lit. Qui se gratte; 

fig. timide, confus, confondu, qui n'a 

rien a dire. 
HARA, s. Nacre, ecaille fine. 
HARABYj 8. Raillerie. persiflage, mo- 

querie, satire. 
Harabina, p. Qu'on raille, qu'on ridi- 

culise. Hakabio. imp. 
Voa— , pp. Raille\ riaiculise\ 
Manaraby, ta. Railler, ridiculiser, per- 

sifler. Manarab(a. imp. Fan—, 8. Ce 

qu'on ridiculise, maniere de ridiculi- 
ser. Mpan— , 8. Moqueur, persifleur. 
Fanarablana, a. L'action de railler, de 

persifler. AnarabJana, rel. Anarau/o, 

imp. 

Prend Mifan— , Mampilan— , Mam- 

pnn— . 
Man—. Qui persifle, qui sail persifler. 
Harabiraby, dupl. freq. de Haraby. 
Harabin-tsy mahalala, tknaina dia tbzi- 

tra, prov. Plaisantez-le, il n'y com- 

nrend rien ; tutoyez-le, il se fache : se 

ait de ceux qui ne comprennent pas 

1'allusion et se fachent des paroles di- 

rectes. 
HARAFA, 8. Rhum imports. 
HARAFANA,s. Vin de palmier. 
HARAF&SINA, «. et adj. Rouille, 



rouill6 ; fig. maiade dont les levres uV 
viennent livides et les dents rouge&tres. 

Miha— , vn. Se rouiller. 

Maha— . Qni cause la rouille. 

HARAHANA, p. de Haraka. 

HARAHARA, r. Transparence, eltt 
de ce qui est perc6 a jour, etat des 
etofles minces ou us6es et sur le point 
de se d6chirer. 

Mangarabara, vn. Etre transparent,. 
Aire perc6 a jour ou us£. Fang—, i. 
L etat de ce qui est transparent, use. 

HARAHARA, 8. Arbre a bois tres dur 
et de tres belle couleur, dont on fait 
des meubles. Neobaronia phyllan- 
thoides. 

HARAKA, 8. Trop sec, cassant par 
trop de chaleur, calcined grille. 

Harabana, p. Se dit du riz vert qu'on 
fait bouillir dans la marmite pour pou-. 
voir le piler. Haraho, imp. 

Harakapo, 8. Fendilld, qui a eclatG a la 
chaleur ou au feu. 

Haraky ny andro, adj. Qui se fendille- 
au soleil comme la peau, brule par lo 
soleil. 

HARAKA, s. 1* Lisses du metier ; 2* 
action de tier les pierrcs sur les tral- 
neaux. 

Harabana, p. Qu'on introduit dans les 
lisses, qu'on amarre. Haraho, imp. 

Voa—, pp. Pass6 dans les boucles des 
lisses, amarre. Tsy voaharaka tsara ny 
tenona. Les filsn'on pas 6t6 bien pas- 
ses dans les lisses. Tsy voaharaka tsa- 
ra ny vato. La pierre n'a pas et6 bien 
amarr^e sur to traineau. 

Mangaraka, va. Passer les fijs dans 
les lisses, attacherjes pierres. Manga- 
raka, imp. Fang—, s. Ce qu'on passe 
dans les lisses, la maniere deJes enb- 
ler. Mpang— , s. Celui qui passe les Ills, 
qui attache les pierres. 

Fangarabana, a. L'action d'enfiler, 
d'attacher les pierres. Angarahana, rel. 
Angaraho, imp. 

Maba— . Qui passe ou qui peut passer 
les fits, qui peut attacher les pierres. 

Haraka amb6ny, 8. La lisse de d ess us ; fig. 
ce qui est fait ou dit legerement, a 
tort et a travers. 

Haraka roa, telo. Lisse double, triple. 

Haradava. 8. Lisses supplemenlaires pour 
former les dessins. 

Vovonan-karaka. s. Reglettes des lisses. 

HARAKA, 8. Extorsion, exaction. 
Harabina, p. Ce qu'on extorque. Ha- 
raho, imp. 
Voa—, pp. ExtorquS. 
Ml—, ra. Extorquer, exiger, prendre ce 

3ui n'est pas dO. Fi— , a. La maniere 
'extorquer.ee qu'on extorque. Mpi—, «• 
Celui qui extorque. 
Fibarabana, a. L'action d'extorquer. 
Iharauana, rel. 



Digitized by 



Google 



HAR 



211 — 



HAR 



Prend Mam pi— * Mifampi— . 
Harakaraka, dupl. freq. do Ilaraka. 

HARAKARAKA, s. Oisoau. Eurysto- 
mus madagascariensis, L. 

HARAMB6LA, s. Grands anneaux 

en argent servant do pendants d'oreil- 

les. 
HARAMT. Comme Ramy. 
HARANA, 8. Corail blanc, errands ro- 

ehers : coquillage, eoqno des cents, 

Ismail des dents et u'autres choses; 

tout ce qui est dur et blanc. 
Mangarana et Mangarangarana, 

adj. Pur, limpide, clair. Mangaran- 

qarana ity rano ity. Cette eau est lim- 
pide. 
An-karanooha, adv. Dans le crun«\ 
Antank\rana, s. Nom d'une penplade du 

nord d^ Madagascar. 
Harambato. 8. Grands rochers. 
Haban-dranomasina. s. Corail qui pousse 

Hans la mer. 
HARANA, 8. Recherche. 
Haraaina, p. Qu'on recherche. IIara- 

no, imp. 
Mi—, va. Chercher avec amour on em- 

pressement. Miiiakaxa, imp. Fi— . *. 

Ce qu'on cherche avec einpressoment, 

man i ere de chercher. 
Fiharanana, 9. L'action do chercher 

avec amour. I'endroit. Ihara.vana, rel 

Iharano, imp. 
Mm a rah a aoy. Chercher querelle. 

HARANA, 8. Mnnchc. 

Uaran' angady, 8. Lc manche de ta .be- 

chc. 
JIarax-jono, 8. La tige de la ligne a pe- 

cher. 
Hazoharana, s. Arbustc dont ou fait les 

cotes des parapluies. 

HARANANA, «\ Gesier. 

Kkly haranana. lit. Dont le pe:,i»*r ost 
petit; fig. maigrelet, rabougri, petit et 
mince. 

HARANGARANA, s. Action do so ni- 
ter, de regarder a travers ou dcrrie- 
re quelque chose, d'espionuer. 

Harangaranina, p. Qu'on re garde a 
travers, qu'on epie. Harasgarkno. imp. 
Ilarangarano izay nnlehany. ll««gnr- 
dez, epiez Tend roi ton il f»st alio. 

Voa— , pp. Regard**, 6pi<*. 

Tafa— , p. Qui rogarue a travers. 

Manarangarana, ra. Reganler a tra- 
vel's, a la der.ibee, epter, espionner. Ma- 
narangarana. imp. Fan — , s. Co qu'on 
regarde a travers, maniere de regarder. 
Mpax — , *. Celui qui £pie. 

Faaarangaranana, s. L'action d'epier, 
d'espionncr, les lentes de la porto. Ana- 
rangaranana, rel. Inona no anaran- 
garanan* ny ankizyeto an-trano? Pour- 
quoi les enfants regardent-ils, t^pient-ils 
uansnotre raaison? Anarangarano, imp. 



Prend Mi fan— , Mampifan— , Mampan— . 

Mah— . Qui regarde a travers, qui sait 
espionner. 

Manarangaran-tsy max6hatrv. Qui re- 
garde en passant et decide sans pren-. 
lire mesnre, sans examiner; qui agit 
a la legere. 

Ny alatrano mi'axaraxgarana. lit. Les 
gens du dehors 6pieut; fig. tout le 
raonde est curious de savoir ce que fait 
son prochain, estportea locritiquer. 

HARANINA, p. deHarana. 

HARANJO (ranjo), adv. Jusqu'au 
raollet. 

HARANKANA, 8 ot adj- ' Craque, 
hablerie, bonlJonnerie. facetie; farceur,. 
boulTon, plaisant, content*, facetieux. 

HARARAOTRA, 8. Panaris, ulcera- 
tion; aggravation, surplus qui s'ajou- 
te. se dit do tout ce qui arrive ou se 
fait par eoncomiiance ou par une me- 
mo occasion. 

Hararaotina, p A quoi on a;oulc, qui 
s'a#gravc. qu'on fail en mumi! temps, 

. par la meme occasion. 11 aiuhao iy. imp. 
Hararaotg izy mba hiasa. Pr« titoz de 
sa presence pour le [aire travailler. 

Voa—, pp. Fait par concomitance ou 
par la m.Mue occasion. 

Manararaotra, va. Ajouier a. sj join- 
dre a, piofiter de recension, de la cir- 
conNlance. Nandevdovy ny zanany ny 
vavy ka mba nanararaot a koany lahy. 
La tern me admonostait >ou enfant et lo 
mari l'a admoueslo encore plus forte- 
men L Sondra nan'taty an-tsoua aho ka 
nanararaolra namnngy anao. Je snis 
venu ici an inarchu et j'ai profile t\\i 
loccasiou pour vous visiter. Tsy tao an- 
irauo izahay ka nanararaolra izaiiy 
ny mpangaliitra mba haka ny enianay. 
Nous notions pas ch^z nous ct lo vu- 
leur a prolile tie notiv absence pour 
nous voler de^ clf.;ts. St*ndr«i uanasa 
la mba ny sakaizak«> ka nanararaolra 
ny savoniny aho mba hanasa ny akau- 
joko. Mi n ami lava t par hasard son 
/lamba et j'ai prulite do son savon pour 
lavor ma bluuse. 6<mdra nahiiaazy tony 
an-dalana nho ka nanararaolra azy 
mba hitondra ny entako. Jo I'ai n A n- 
conire par hazard en roule et j'en ai 
prifite pour hit lairc porter uiou paquel. 
Manararaota, imp. Fax—. «. C^ qu'on 
ajoute. la maniere de pndiler «h? I'oc- 
casion. Mi*AX — , s. Olui qui s.iisit luc- 
casionasou profit, mi detriment dun 
autre. 
Fanararaotana, 8 I/aciinn do profi- 
ler fie I'occasion. lo temps, la cause. 

ANARARAOTAiNA. TO'/ A.N AHAllAO i'Y, imp. 

Prend Milan—, Mum pan — 
Mah—. Qui | rolile i u sail profitcr do 

I'occasion. 
Manarauao-I'vi v. ///. Pruliter i'e la mort 

ou de I'entcrrenieu! ; fig. se dil, ^urtout 



Digitized by 



Google 



HAR 



212 — 



HAR 



de I'epoux ou de I'dpouse, d'un parent 
ou d'un heritier d'un delliint qui profi- 
te de be mort ou des frais de son enter- 
rement pour soustraire une partie do- 
ses biens. 
Manao hararaotra. Deg6ne>er en ulcere. 

HARAR&TRA, r. Tremblement. 

Mi—, vn. Trembler, remuer, se dit en 
particulier des choses brillanles qui 
tremblent, remuent. Fi— , a. Meniere 
de trembler, de remuer. 

HARARO, 8. Embarras, empechements 
cries, imagines pour entraver, retar- 
ded decourager. 

Hararolna, p. Qu'on amuse, qu'on em- 
peche. Hararo\, imp. 

Voa—, pp. Amuse, retenu, en t rave. 

Manararo, va. Amuser, dissuader, 
creer des embarras, des retards, des 
entraves. JVanararo ahy tamy ny loka 
izy ka izany no nahavoa ahy. ll m'a 
retenu au jeu et j'y ai perdu beaucoup. 
Aza manararo ny mpiasa amy ny kiva- 
zivazinao. N'amusez pas les ouvriers 
parvos plaisanteries. Manararoa, imp. 
Fan—, a. Celui qu'on amuse, qu'on 
dissuade, maniere d'entraver. Mpan— , 
8. Un faiseur d'embarras, quicree des 
obstacles vrais ou imaginaires. 

Fanarardana, 8. L'action d'amusor, de 
creer des embarras, des retards, des 
entraves. Anarar6ana, rel. ANARARdY, 
imp. 
Prend Mi fan— , Mampifan— , Mampan— . 

HARATANA, p. de Haratra. 

HARA.TO, 8., Filet a mailles, reseau, 
treillis, grille, grillage, tout ce qui est 
tisse ou tresse en forme de grille; 
appareil, bandage pour les membres 
fractures. 

Haratoina, Haratoana, p. Qu'on pe- 
che au filet, qu'on tresse en filet, qu on 
bande avec deseclisses. Harat6y, imp. 

Voa—, pp. Peche au filet, tresse en 
fllet, bande. 

Manarato, va. Pecher au filet, tresser 
en filet, eclisser. Hazandrano zato no 
azony indray manarato. II a attrape 
cent poisstins d'un coup de filet. Mana- 
rat6a, imp. Fan—, a. Ce qu'on peche, 
ce qu'on eclisse, la maniere do pecher. 
Mpan—, a. Un pecheur au fllet. 

Fanaratoana, a. L'action de pecher 
au filet, l'endroit, la saison, le moment 
de la peche, action d'eclissor, l'appareil. 
Anaratoana, rel. Anarat6y. imp. 

Man— . Qui peche au filet, qui peut ser- 
vir a un grillage. 

Harato vy, 8. Grillage, grille en fer. 

HARATRA, 8. Les pannes des toits. 

Haratra ambany, a. La panne du bas 

Haratra amb6ny. a. La panne du haut. 

Hara-boalXvo, 8. Sabliere. 

MlTATAO HARATRA AMBANY, adv. Moment 

du jour ou le soleil est vis-a-vis de la 



panne d'en bas, du cote de Test; en- 
viron neuf lieu res. 
Mitatao haratra amb6ny, adv. Moment 
du jour ou le soleil est vis-avis de la 
panne d'en haut, du cote de Test; en- 
viron onze heures. 

HARATRA, a. Action de raser avec 
un tranchant. 

Haratana, Harasana, p. Qu'on rase. 
Haiiato, Har/Uo, imp. 

Aharatra, p. Avec quoi on rase. A ha- 
rato, imp. 

Voa—, pp. Rase. 

Manaratra, va. Raser les cheveux, la 
barbe, les poils. Ny silamo no mana- 
ratra ny lohany. Les musulmans so 
rasent la tele. Manarata, imp. Fan—, 
a. Ce qu'on rase, la maniere de raser. 
Mpan—, a. Barbier, perruquier. 

Fanaratana, a. L'action de raser. Pms- 
trument, le tranchant. Anaratana, rel. 
Anarato, imp. 
Prend Mifan— , Mampifan—, Mampan—. 

Mi— , vn. Eire rase, se raser. Miharata, 
imp. Ft— , a. La maniere de se raser, 
un rasoir, un tranchant; fig. habile a 
parler, subtil dans ses paroles. Mpi— , 
a. Celui qui est rase ou se rase. 

Fiharatana, a. L'action de se raser. 
Iharatana, rel. Iharato, imp. 

Mah—. Qui rase ou peut raser. 

HARATSAKA, a. Action de rogner, de 
debarrasser en enlevant ou en faisant 
tombor les corps etrangers, comme le 
moissenneur en rejetant les herbes, le 
jardinier en tail Ian t les haies; rognures. 
rebut, ce qu'on rejette en rognant. 

Haratsahana, p. Qu'on rogne, qu'on 
tond, qu'on taille. Haratsaho, imp. 
Haratsaho io fefim-bonindrozy io. Tail- 
lez celte haie de rosiers. 

Aharatsaka, p. Avec quoi on tond, 
on rogne. Aharatsaho, imp. 

Voa—, pp. Rogne\ tondu. 

Manaratsaka, va. Rogner, tondre, 
egaliser en coupant. ManaratsAha, imp. 
Fan—, a. Ce qu'on tond, qu'on egalise, 
la maniere de rogner. Mpan—, a. Celui 
qui tond, qui coupe, qui rogne. 

Fanaratsanana, a. L'action de ro- 
gner, de tondre, I'instrument Anara- 
tsahana, rel. Anaratsaho, imp. 

Mah—. Qui rogne ou peut rogner. 

Haratsadratsaka, dupl. dim. de Ha- 
ratsaka. 

IIaratsa-bary. Herbes qu'on fait tomber 
de la poignee de riz, quand on mois- 
sonne. 

Afa-karXtsaka. lit. Debarrasse, deblaye, 
net; fig. accompli, termini. 

HARATSiNA, p. de Ratsy. 
HARAVdLA, a. Nom d'une herbe avec 

laquelle on tresse des corbeillet. 
HAR&FO, a. Petit j one aquatique dont 

on fait des nattes, des corbeilUn. 



Digitized by 



Google 



HAR 



-213- 



HAR 



HAR&NA (hary), a. Richesses, fortu- 
ne, opulence, biens. 

Maxax-karbka. Avoir des richesses, etre 
opulent, fortune. 

Mpaxax-karbka, a. Un richard. 

Barex-bblox-tompo. Biensenlre les mains 
dn uiaitro, du possesseur, dont les 
her i tier* ne peuvent encore disposer. 

Harrxa ax-dohariaka, *. Richesses par- 
tagees a Tapprocbe de la raort et qui 
peuvent etre revendiquees. 

Habem-bbrt rdANA. Pret non reconnu par 
la.loi; pure perle. 

Harbx-daxim-bAzo. a. Biens de>»oses, per- 
dus dans le liberlinage, dans le con- 
cubinage. 

Haren jazavaVy, s. La dot des filles, des 
scaurs. 

Harex-tsy mitomdo, a. Pret sans intordt. 

Harbs-tovokjAka. Grand es richesses, cu- 
mul de biens. 

HAR&NDRINA, a. Luciole, ver lui- 

sant. 
HAR&NDRINA, a. Feux de joie du 

Fandroana. 
Harbxdrim-bah6aka, a. Feux dc joie j>our 

le peuple, le deuxieme jour. 

HaRKXDRIX* ANDRfAKA. 8. FOUX de joie pOUT 

le souverain, le premier jour. 

Harbmdrim-biUxy, Harexdrim-boalAvo. 
Kirendrixa, a. Le feu qui prcnd a la 
suie des roarmites. les etincelles. 

Manarlndrina, vn. So <1 it do la suie 
des roarmites qui brnle, brnler, pe- 
tiller. Fax—, a. Moniere de bruler. 

HAREN&SINA, p. de Renina. 

HARftZA, a. Rasoir. 

HARY! int. N'est ce pas? c'est bien ca ! 
oui ! 

HARY, a. Creature, acquisition, fruit 
du travail, de [Industrie, du commer- 
ce, gain. 

Harlna, p. Cree, concu, forme\ qu'on 
ra masse, qu'on acquiert, qu'on gagne. 
HARfo, imp. 

Voa— , Hinary, pp. Cn*e\ concn. for- 
me, ramasse, acquis, gagne\ Avy amin' 
Andriamanitra ny zava-6oaharjy rehe- 
tra. Toutes les creatures viennent de 
Dieu. Nohinarin' Andriamanitra ny 
zavatra rehetra. Dieu a cre> tout ce qui 
existo. 

Ma—, va. Creer. Mpa— , a. Le cr£ateur. 

Fahariana, a. La creation, conception, 
formation. NaharUna, rel. Misy tokony 
ho enina arivo taona izay no naharian* 
Andriamanitra izao tontolo izao. II y a 
environ six mille ans que Dieu a cre*^ 
le raonde. Tao an-kibotiy Mary Vir- 
jiny no naharian* ny Fanahy Masina 
ny vatany Jeso-Kri&fy. C'est dans le 
aein de la Vierge Marie que le Saint- 
Esprit a forme* le corps de Jesus-Chris^. 

Mi— , ra. Aroasser des biens, gagner, 
IhoMuriBer, acquerir. MiuahIa, imp. 



Fi— , a. Ce qu'il faut gagner, la ma- 
niere d'amasser des biens, d'acquerir, 
Mpi— , a. Celui qui travaille pour 
acquerir. 

Fihariana, Fiharena, a. L 'action de 
th6sauriser, d'acquerir, tout ce qui est 
fait pour acque>ir. IharJaxa, rel. Ny 
asau-tanany hiany no nihariany fana- 
nany betsaica. C'est par le travail de ses 
mains qu'il a acquis une grande fortu- 
ne. IuAufo, imp. 

Malta—. Qui pent crecr, acqudrir. 

HaryvOlo,*. Cheveux qu'on la isse pous- 
ser sur la tete des enfants, en aug- 
mentant tous les ans 1'etendue du toupet 
supdrieur depuis lo sommet de la tfite 
jusqu'au bas. 

Mihary v6lo, adj. et vn. Arriver a l'age 
ou on laisse pousser tous 4es cheveux; 
laisser croltre tous les cheveux. 

HARIHART, a. Exposition a la vue, 
evidence 

Aharihary, p. A mettre en vuo, en 
relief, en evidence. Ahakihar(o, imp. 

Voa—, pp. Mis en Evidence. 

Tafa— t p. Qui est en Evidence. 

Mi—, vn. Etre en vue, en Evidence, en 
relief, manifesto, Evident; fig. Giro 
audacieux, etre confondu en public. 
Miharihary io trano io. Cette maison 
est en Evidence. Miharihary ny ha- 
tsaram-panahiny. 8a vertu est manifes- 
to. Miharihary ny porofo nataony. La 
nreuve qu'il a donnee est 6vidente. Mi" 
narihary fotsiny izao izy raha manga- 
Intra. II a vraiment de l'uudace quand 
il vole ainsi ouverlemont. Niharihary 
foana too izy nony novakin' ny olona 
lainga. II fut tout conf\is lorsqu'on 
I'eut convaincu do mensonge. Miiiari- 
haria, imp. Fi— , a. L'etat de ce qui 
est manifesto, la maniere d'etre en vue, 
d'etre audacieux. Mpi—, a. Celui ou 
ce qui est en evidence. 

Fiharihariana, a. L'gvidence, lauda- 
ce, la confusion. Iharihariaxa, rel. 
iHARiHARfo, imp. 

Ampiharlharloa, p. Qu'on met en 
Evidence, qu'on rend manifesto, Evi- 
dent, qu'on convainc. Nampihariha- 
rinany tsy fananany tsiny. Bon inno- 
cence a ete mise en evidence. Nampi- 
hariharina ny laingany. II a ete convain- 
cu de mensonj?e. Ampiharihar^o, imp. 

Mampi— , va. Mettre en Evidence, ren- 
dre manifesto, evident, convaincre. 

Maha— . Qui se met en dvidnnce ou met 
^en evidence. 

Hariharix-taolaxa. Se dit d'un corps 
maigre, decharne, dont on pout comp- 
ter les os. 

HARIKA, a. Regard de travers, regard 
defiant ou mdprisant. 

HariMna, p. Qu'on regarde de travers, 
Hariho, imp. 

Voa—, pp . Regard^ do travers, 



Digitized by LiOOff I 



HAR 



— 214 — 



HAR 



Mangarika, ta. Regarder de travers, 
avec mepris, avec colere. Mangarj'ha, 
imp. Fang—, s. Celui qu'on regarde de 
travers, la maniere de regarder de tra- 
vers. Mpang—, s. Celui qui regarde de 
travers. 

Fangarihana, s. L'action de regarder 
de travers, avec defiance ou mepris. 
AngarIhana, rel. Tsy hita izay angaria 
hany anao. On ne voit pas pourqdoi il 
vous regarde de travers. Angariho, imp. 
Prend Mifang— , Mampilang— , Mam- 
pang—. 

Maba— . Qui ose regarder avec mepris. 

Harikarika, dupl. dim. de Harika. 

Maso mangari-kavana. lit. Qui regarde ses 
parents de travers ; qui montre du 
mepris pour ses parents, pour ses amis. 

HARINA; s. Action de moudre, d'ecra- 
ser les cannes a sucre. 

Harinina, p. Qu'on ecrasc, qu'on passe 
au cylindre. Hari'no, imp. 

Voa— , pp. Ecrase, moulu. 

Mangarina, va. Moudre ecraser les 
cannes. MangarIna, imp. Fang—, 8. 
Ce qu'on dcrase, la maniere d'dcraser 
les cannes. Mpang—, s. L'ouvrior qui 
fait fonctionner le moulin. 

Fangarinana, s. L'action d ecraser les 
cannes, les cylindres, les moulins. An- 
garJnana, rel. Angari'no, imp. 

HARINGARINA, 8 Squetette. carcas* 
se ; fig. maigreur. 

Taolana haringabina. Viande oil il n'y a 
que des os. 

HARlRY, 8. Cotonnade mince, tine ; 
lissus fins. 

HARlVA, s. adv. adj. et p. Le soir, 
la soiree, dans la soiree ; lard, qui est 
en retard,; attendu, retarde jusqu'au 
soir. Avia eto amy ny hariva ou raha 
hariva. Venez ici ce soir. Tonga tamy 
ny /taritan'ny sabotsy ou tamy ny 
sahotsy hariva izv. H estarriv6 same- 
di soir. Tsy niasa hariva aho androany. 
Je n'ai pas travailld le soir aujourd'hui. 
Tonga hariva loatra hianao. Vous eies 
arrivd trop turd ce soir. Hariva ny an- 
dro. II est tard. Hariva sahady ny an- 
dro. Nous sommesdeja au soir. Hariva 
izahay. Nous sommes en retard. Noana 
ahoka saika tsy harivako ny andro. 
J'avais faira et j ai eu peine a attend ro 
jusqu'au soir. Harivan'ny rosakarco ny 
raharaha. Votre conversation retardo le 
travail. 

Harivalna, p. Qu'on retarde, pour 
quoi on est on rotard. qu'on retient 
iusqu'au soir. Aza harivamao ny asa. 
"Ne retardez pas le travail. Aza harivai- 
nao ny andro. Nesoyezpasen retard. 
Aza harivainao aho". Ne me retardez 
pas, ne me retencz pas jusqu'au soir. 
Harivao, imp. 
Manariva, vn. et a. Travailler le soir, 



attendre jusqu'au soir ; retarder, re- 
tenir jusqu'au soir. Manariva izy sa- 
tria tsy vita asa. IL travail le le soir 
parce que le travail n est pas flni. Saro- 
tra ny manariva ny andro raha tsy mi- 
sy raharaha. II est difficile d'attemire 
jusqu'au soir quand on n'a pas d'occu- 
pation. Manariva, imp. Fan—, s.' Ma- 
niere de retarder, celui qu'on retarde, 
occupation renvoyee au soir. Mpan— , 
8. Celui qui travaille le soir, celui qui 
retarde. 

Fanarivana, 8. L'action de retarder, de 
renvoyer ausoir. Anarivana, rel. Ana- 
rivao, imp. 

Prend Mifan— , Mampifan— , Mam- 
pan—. 

Man—. Qui peut attendre jusqu'au soir, 
qui retarde. 

Harivariva, dupl. de Hariva. 

Harivana, Faharivana, 8. Le soir. 

Takariva. l^e soir apres le coucher du 
soleil. 

Be hariva, s. lit. Beaucpup lfe soir; fig. 
brigandage. 

Manao be har(va. S'attrouper pour dd- 
trousser les gens. 

HARO, *. Ce qu'on mele, action de rol- 
ler, de melanger. 

Hardina, p. Qu'on mele eq remuant, 
qu'on remue, qu'on melange. Har6y, 
imp. Haroy nv vary mihat\y. Remuez 
le riz qui est 6tendu au soleil. Haroy 
ireo loko irco. Melangez cos couleurs. 

Hardana, p. A quoi on mdlq, on rad- 
iance. Tokony hoharoanao ovimbazaha 
ny nena. II vous faudrait mGler des 
pbmmes de terre a la viande. 

Aharo, p. Qu'on mele, qu'on reunk. 
Aza a/iaronareo amy ny ombinareo ny 
anay. Ne melez pas nos bceufs avec les 
votres. Aharoy, imp. 

Mangaro, va. Meier en remuant, re- 
muer, melanger. Mangar6a, imp. Fang 
— , 8. Maniere de meler, ce qu'il faut 
meler. Mpang—, s. Celui qui mdlang«. 

FangarOana, a. L'action de mdlanger, 
rinstrument, le lieu. Angar5ana, rel. 
Angaroy, imp. 

Mifangaro, vn. Se meler, etre meld. 
Aza mifangaro amin' ireo adala ireo. 
Ne vous melez pas a .ces imbeciles. 
Mifangaro ny entana rehetra. Tous les 
paquets sont melds. 

Mampifangaro, va. Moler, mdlauger. 
mettre pdle-radle. 

Mi— , vn. Se mdler, dire meld, dtre rdu- 
ni. Ny ranon' Imamba dia miharo amy 
ny ranon' Ikdpa. Les eaux de 1' Imam- 
ba se molent a celles de l'lkopa. Miharo 
trano amy ny rafozambaviny io vehiva- 
vy io. Cette Jerome habite avec sa belle- 
mere. Mihar6a, imp. Fx— , 8. Maniere 
de se meler. Mpi— , s. Ce qui se mele. 

Fihardana, 8 Le melange. IbarO'ana, 
reL Ihar6y, imp. 



Digitized by 



Google 



HAR 



215 — 



Mas 



i — . Qui mdle ou pent m&ler. 
Haroharo, dupl. de Haro. 

idlHAHO KARAN-DOHA OU TAOLAN«D<Sha, 3. So 

ditdes parents dont les ossemonts sont 
mis dans le meme tombeau. 

IlAROKA, s. Action de fouiller, de 
plonger, de passer la main dans ; fig. 
action de sonder quelqu'un ; adj. creux, 
creuse. 

Harofana, p. Qu'on fouille, qu'on cher- 
che a connaltre, qu'on sonde. Noha- 
ro/an* ny alika ny lavaka ka nahazo so- 
kina izy. Le chien a fouille dans le trou 
eta attrape un herisson. Noharofany 
ny hevitro, fa sasa-poana izy. II a cher- 
cne a connaitre ma pensee, mais il a 
perdu son temps. Har6fy, imp. 

Anaroka, p. Avec quoi on fouille. 

Voa-—, pp. Fouille, sonde. 

Hangaroka, Mi—, va. Fouiller ; chor- 
cher a eonnailre, sonder, scruter, exa- 
miner. Aza manyaroka vilany. Ne fouil- 
lez pas dans la mflrmite. Mangaroka 
lalina izy. II examine des choses proton- 
des. Mangab6fa, Mangar6ha, imp. 
Fang — , s. Co qu'on fouillo, maniere do 
sonder. Mpang— , 8. Celuiqui fouille, qui 
sonde. 

Fangardfana, Fangar6hana, Fiha- 
rofana, Fiharohana, s. Action de 
Touiller, de sonder, rinstrument. An- 
gar<5pana, Angau6hana„ rcl. Angarofy, 
AsGARdHY, imp. 

Prend Mifang— , Mam pi fang— , Mam- 
pang—. 

nana— . Qui creuse ou j>eut sonder. 

Harokaroka, dupl. freq. de Ilaroka. 

Harokaty, s. et adj. Cholerine ; echan- 
cre, planche trop mince au milieu. 

HARONA, s. Corboille ronde sans an- 
se, nom g^nerique des corbeilles. 

Harom-batovaky, s. Corbeille a couvercle 
en forme de malle. 

Harom-boatokana, h. Corboille A tressc 
simple. Voy. Rary voatokana. 

Harom-pitsokgoana a nana, s. Corboille 
pour cueillirles herbes potageres. 

Haronafohy vava. CommoIIaron-tabebaka 

Habon-davalava, 8. Corboille longuc. 

Haros-doa-b6dy [loaka, vody), s. Pa- 
nier perce ; fig. se dil d'une femme qui 
ne prend pas soin de son manage. 

Mitahiry an-karo.n-doa-b6dy. Conserver 
ou amasscr dans un panier perce ; fig. 
avoir une femme dissipatrice. des ser- 
viteurs qui volent. 

Harok-kbly, 8. Petite corbeille. 

Haron-tabebaka, 8. Corbeille plate et 
large. 

Lasas-ko vavany hoatra ny haron-tabe- 
baka. pror. II n'a que de la blague, do 
meme que la corbeille plate et large 
est absorbde par son ouverture : e'est 
un fanfaron. 

I1aron-tob-b6dy (toetra, vody), $, Cor- 
beille a largo fond, 



Haron-tsalasala, 8. Corbeille moyenne. 

Saronan-karona, 8. Corbeilles qui se ro- 

couvrent en rentrant Tune dans, l'autro. 

HARONA, 8. Action de fouiller, do 

porter la nourriture a la bouche avec 

fa main.d'introduire la main, lesdoigts, 

un instrument dans quelque chose. 

Harbnina, p. Qu'on fouille, dans quoi 

on plonge la main. JIar6ny, imp. 
Aharona, p. Avec quoi on fouille. Aha- 

r6ny, imp. 
Voa—. pp. Fouille. 

Mangarona, va. et n. Fouiller. plon- 
ger la main ou quelque chose dans, 
porter la nourriture a la bouche avec la 
main, s'introduire, se fauliler, eommet- 
tre un vol sacrilege. iVangarom-paosy 
tany an-tsena izy. II a fouille dans les 
pocbos de quolqu'un au marcho pour 
voler. Aza manparon-tsobiky. Ne fouil- 
lez pas dans le panier. Aza mangaron* 
tanana. Ne portez pas la nourriture a 
la bouche avec la main. JVangaron-da- 
pa izy. II s'est introduit dans le palais 
pour voler. Mangar6na, imp. Fang—, 
s. Co qu'on fouille, la maniere de fouil- 
ler. Mpasg— , s. Celuiqui fouille. 

Fangaronana, s. Action de fouiller, 

. de plonger quelque chose dans. Anga- 
ronana, rel. Angarony, imp. 

Maha— . Qui fouille ou qui pout servir a 
fouiller. t mT 

Harongarona, dupl frdq. de Harona. 

Mangarom-bava. lit. Metlre les doutts 
dans la bouche ; fig. etre confus, de- 
sappointo ; ensorceler. 

Mangarom'-biby ax-dAvaka. lit. Chercher 
a prendre un animal dangereux dans 
son trou; fig. roveiller un chien qui 
dort, s'exposorau danger. 

HAR6NGANA, s. Nom d'un arbre 
dont on lait des remodes pour la gale 
et la dyssenterio. Haronga madagas- 
cariensis, Choisy. 

Haronganina, adj. Galeux. couvort de 
boutons. dont la poau est rude comme 
l'ecorce de THarongana, se dit des ani- 
maux. f A 

Harongam-p6iiatra s. Detruit, ruine com- 
pletement. 

HASAR6TINA, p. de Sarotra. 

HASlAHANA, 8. do Siaka. 

HASIHASY, 8. Timidite, confusion. 

Mi—, vn. Etre enlrepris, timide, intor- 
loque. Fi— , s. L'elat de celui qui est 
timide. 

HASINA, s. Arbre. Kspece de Dragon- 
nier. . __ 

Hasimuavy, Hasimbola, Hasindahy, 8. va- 
riel^s du pr6c6dent. 

HASINA, s Vertu, force, puissance, la 
grace, propriety naturelle ou surnatu- 
relle. eflicacite. saintete, eel, saveur. 

1 gout, vertu attache 4 un objet, ce qui 



Digitized by 



Google 



HAS 



— 216 



HAS 



rend digne de respect. Misy hasina ma- 
hasitrana aretina maro ity fanafody ity, 
ity hazo ity. Co remede, cet arbre a 
uoe vertu pour guerir beaucoup de ma- 
ladies. Niankinan' ny Malagasy ny /la- 
am' ny tendrombohitra roa amby ny fo- 
lo. Les Malgaches comptaient sur la 
puissance des denize montagnes. Manan- 
hasina lehibe ny sakramentan' ny ba- 
temy. Une crande grace est attachee au 
sacrement de bap I erne. Ninoan' ny Ma- 
lagasy ny Ziasm' ny mpanjaka. Los Mal- 
gaches croyaient a la sainted df»s rots. 
Tsy misy hasina loatra ity sira ity. Ce 
sel n'a pas trop de saveur Tsy astana- 
reo hasina ity boky ity. Vous ne res- 
pectez pas ce livre 

Haainina, p. Qu'on be"nit, qu'on sanc- 
tillo, a quoi on attache une grace, une 
vertu. HasIno, imp. 

Ahaaina, p. Avoc quoi on attache une 
grace, on benit. Auasino, imp. 

Voa— , pp. Qui a recti une vertu, uno 
propriew, une sanctilication, b6nit. 

Man as in a, va. Donner une vertu, con- 
sacrer, b6nir. 

Mihaaina, vn. Cbercher uno vertu, so 
sanctifler, etre stint. Lasa nihasina any 
Ambohimanga ny andriana. Le sou- 
verain est alle* cbercher une vertu su- 
perieure a Ambohimanga. Mihasina 
ity lltoerana ity. Go lieu est saint. 

Masina, adj. Saint, sanctified qui a une 
vertu, une propri6te\ Masina, imp. 

Hamaainina, Ankamaainlna, p 
Qu'on consacre, qu'on sanctifie, qu'on 
benit, qu'on adore, qu'on honore, sur 
quoi on s'appuie. HamasIno, AnkamasIxo, 
imp. 

Voamaaina, pp. Consacre\ sanctified 
b6nit. 

Manamaaina, Manka— , va. Consa- 
crer, sanctifler, bdnir, adorer, honorer, 
s'appuyer sur. Aza mankamasina ny 
sanipy. N'adorez pas les idoles, ne 
vousappuyez pas sur les idoles. Mana- 
MASfwA, Mankamasina, imp. Fana— , 
Fanka— , 8. Ch qu'on consacre, maniere 
de consocror. Mpana— , «. Consecrateur, 
celui qui bdnit, sanctilicateur ( Dieu 
seul ). 

Fanamaainana, «. La consecration, Pac- 
tion de sanctifler, de benir. AnamasJ- 
nana, rel. Anamas/no, imp. 

Maha— . Qui sanctifie ou peut sanctifler. 

Fahamas(nana, 6. Vertu, ellicacit6, sain- 
ted. 

Fanasina, 8. 8el de cuisine. 

FihasInana, 8. Lieu de la consecration, 
du couronnement. 

HASINA, 8. Argent, cadeaux offerts au 
souverain pour reconnaitre sa souverai- 
netd; monnaie oflerte au souverain, 
apres la conclusion dun contrat, apres 
uq jugoment. 



Haainina, p. A qui on fait le Hasina. 
Has*. no, imp. 

Ahaaina, p. Avec quoi on fait lo Hasi- 
na. Ahasino, imp. 

Voa—, pp. A qui on a oflTert le Hasina. 

Manaaina, va. Faire, oflrir le Hasina. 
Manasjna, imp. Fan—, s. Gelui a qui 
on offre le Hasina, maniere de Toffrir. 
Mpan— , 8. Celui qui offre le Hasina. 

Fanaslnana, a. L'actton d'offrir le Ha- 
sina, loffrande, le temps, le lieu. Ana- 
siNANA, rel. ANAsf.so, imp. 

Hasim-pandr6ana, s. \jH cote personnelle 
de jfa de piastre par tfite; par exten- 
sion : tout ce que le peuple off rait au 
souverain a l'occasion du premier de 
l'an. 

Hasin' AndrUna, 8. Tout Hasina oflert 
au souverain ou a ses representants. 

Hasin-jaza, 8. Argent donne" aux enfants 
le jour de la premiere coupe des che- 
veux, de la circoncision et des noces. 

Hasin-tAnana, 8. Honoraircs donnes au 
sorcier Mpisikidy, aux empiriques, aux 
sages- femmes. 

HASINA, s. Action de rouler, com me 
on filant. en tordant des cprdes; action 
de bercer, dagiter. de balancer quel- 
qu'un ou quelque chose dans un drap, 
une couverture, un hamac. 

Ahaaina, p. A tordre, a bercer. Aha- 
sIno, Ahaseno. imp. 

Voa—, pp. Tordu, oerce*. 

Manaaina, va. Tordre, bercer. Mana- 
sbna, imp. Fan—, s. Ce qu'on lord, 
maniere de tordre. Mpan—, a. Celui qui 
tord. 

Fan ase* nana, Fanaslnana, «. L'action 
de tordre, de bercer. Anasbnana, rel. 

Mi—, vn. Etre tordu, berce\ Fc — , s. 
Etat de ce qui est tordu. 

FihasInana, 8. La torsion, le berce- 
ment, Ihasinana, rel. 

Mah— . Qui tord. berceou en est capable. 

Hasinkasina, dupl. de Hasina. 

HAsm-pdLv, 8. Action de tordre le ill. 

Manasim-p6ly. Tordre le fil. 

HASINA, 8. Les divers morceaux qui 
se mangent dans une orange, un citron, 
les divers compartiments d'un citron, 
les filaments des viandes, des bois, les 
blocs d'un rocher. 

Mihasinkasdja, adj. Se part age r en divers 
morceaux, avoir divers compartiments 
com me une orange, se detacher com me 
les filaments des viandes cuites, com- 
rae les fibres du bois, les blocs de 
pierre. 

HASOAVINA, p. de Soa. 

HASOHASO, 8. Flatterie perflde, iro- 
nic 

Haaohaaoina, p. Qu'on flatte, qu'on 
vanle ironiquement. Hasohas6y, imp. 

Ahaaohaao, p. Avec quoi on flatte, on 
raillo. Auabohasov, imp. 



Digitized by 



Google 



HAT 



— 217 — 



HAT 



Voa— , pp. Railte. 

Manasohaao, va. Vanter, railler. Ma- 
kasohasoa, imp. Fan—, a. Dont on se 
raille. manidre de railler. Mpan— , a. 
Un flatteur irontque. 

Fanasoliasoana, a. L'action de louer 
ironiquement. Ana9oha80ana, rel. Ana- 
sohas6y, imp. 
Prend Mifan— , Mam pi fan— , Mampan— . 

HASOHASO, r. Propre. 

Makgasohaso, adj. Tres blanc, sans tache. 

HATAFA et HATAFANA, a. Arbre, 
badamier. Terminalia badamia. 

Hatafamena, a. Terminalia catappa. L. 

HATAHINA, p. de Hataka. 

HATAlNA, p. futur da Taina. 

HATAKA, a. Demande, supplique, prie- 
re. requeto ; l'objet demanded Nobenoi- 
ny ny hatako. 11 a exauc£ ma demande. 
Hataka vao azoko ily ka angatahinao 
indray? Ceci est un objet que je viens 
de demander et d 'obtenir et vous me 
le demandez ? 

Voa—, pp. Demanded 

Anyat&hina, p. Qu'on demande. Anga- 
tauo, imp. 

Mangataka, va. Demander, prier, in- 
terceder, mendier. Mangataka fiantra- 
na amtnao izy. II vous demande une 
aumdne. Mangataka anao aho mba 
hamangy marary. Je vous prie de venir 
visiter un malade. Mangataha, imp. 
Mangataka smin' Andriamanitra bo 
ahy. Priez Dieu pour moi. Pang—, a. Ce 

3u on demande, la maniere de deman- 
er. Mpang— , a. Celui qui demande, un 
roendiant. 
Pangatahana, a. I/action de deman- 
der, ia demande, la supplique, a qui 
on demande ordinairemenl. Hianao no 
fang at ah aho ny ilaiko. Cest a vous que 
habitude de demander ce dont j'ai 



Angatauana, rel. Angataho, 



j'ai VI 

besoin 

imp. 

Prend Mifang— , Mampilang— , Mam- 
pang—. 

Man—. Qui salt demander. 

Hatakataka, dupl. dim. de Hataka. 

Kangatahina, a. Un demandeur de pro- 
fession, un mendiant. 

Hatak* ada la. Oemandes imporlune3. 

Haiak* andro. Demande de temps, sursis. 

Uata-piso. lit. Action de demander com- 
me les chats; fig. demande nMtereo, 
frequente, importune. 

Tomponv mangataka atiny. Se dit de celui 
qni n'a pas la jouissance de ses biens, 
comme le boucher qui serait oblige de 
demander le foie pour lui. 

Masgataka am-pblatanaxa. Demander ai- 
de, assistance. 

Uangata-bady. Demander pour la premie- 
re fuis une jeune fille en mariage. 

Mahgata-manana. Demander de ce qu'on a, 
tfla de n'avolrpat a donnersoi-merae. 



HATAKA, r. Separation, eloigpement. 

Hatahlna, p. Qu on separe, qu'on 6car- 
te. Hataho, imp. 

Abataka, p. A ^carter. Ahataoo, imp. 

Tafa— , p. Qui s*est ecarte\ eloign^. 

Hi—, vn. et a. Se mettre a distance, se 
sSparer, s'ecarter, s'6loiguer, se retirer, 
se disjoindre, etre disjoint. Ni hataka 
ny namany izy. II s*est s6par£ de ses 
camarades. Nihataka tamy ny vahoaka 
izy. II s'est ecart6, 6loi£n6 de In fonle. 
Nihataka tany ambanivohitra izy. II 
s'est retire a la campagne. Mihalaka 
io tongotry ny latabatra io. Go pied de 
la table se disjoint. Mihataha, imp. 
Mihataha' koly handehanako. Ecartez- 
vous pour me laisser passer. Fi— , a. 
L'etat de ce qui s'ecfirte. Mpi— ,a. Celui 
qui s'ecarte, ceux qui se mettent a dis- 
tance. 

Fihatahana, a. I/action de se separor. 
Ihatahana. rel. Ihataho, imp. 

Malta-. Qui se met a distance ou peut 
faire ecarter. 

Hatakataka, dupl. de Hataka. 

Manao fihatak' olon-k&xdry. Savoir se re- 
tirer avec prudence, avoc habilete. 

Mihata-maso. Se sdparer, s'ecarter com- 
me les anneaux d'une chalno. 

HATANJAHINA, p. de Tanjaka. 

HATAV&ZINA, p. de Tavy. 

HATKL6ANA (leloU a. Trois jours. 

HAT&NDA (lenda), adv. Jusqu'aucou. 

HATfiNINA, p. ad;, de Hatina. 

HATEVfiNINA, p. de Tevina. 

HATINA, 8, Gale. 
Hat£nina, adj. Galoux. 
Hatim-bavbnty, h. Grosse gale. 
Hati-mohaka, 8. Vari<H6 de la precddente. 
HatimpIsaka, a. Nom d'uno Eruption cu- 

tanee semblable a la gale, la gale 

plate. serr6e. 
Hatin-drazana, a. Gale dovonuo plaie, 

maladie he>editaire; espece d'ecz6ma. 
HATOKA, s. Nuque. 
Mlhatokatoka, vn. Remuer la teto 

avoc lierte, avoir une pose Here. 
An-katoka, adv. A la nuque, la veille 

d'uu jour d<Hermine\ 
An-katoky ny fandr<5a.na. La veillo du 

Fandroana, les jours qui precedent. 
Hatok* angi'dina, s. La jonction de la tete 

avec les verlebres. 
Hato-ta.nana, 8. Le poignet, la jonction 

de la main au bras. 
Hato-t6ngotra, 8. Le con du pied, la 

jonction du pied a la jarabe. 
Mavy h.vtoka, adj. Reveche, entAt6, opi- 

niatre 

HATONA, 8. Action de s'approcher, de 

se reconcillier. 
Hatonina, p. Dont on s'approche. Ha- 

t(jNy, imp. 
Voa—, pp. Qu*on a approchd. 



Digitized by 



Google 



HAT 



— 218 — 



HAT 



Tafa— , p. Qui s'est approchS. 

Manatona, va. S'approcher, se recon- 
cilier. Manat6na, imp. Fan—, a. Ma- 
niere de s'approcher, celui dont on 
s'approche. Mpan— , a. Celui qui s'ap- 
proche. 

Fanatonana, a. L'action de s'approcher, 
la cause. Anat6nana, rel. Anat6ny, 
imp. 

Mifanatona, vn. Se rapprocher Tun 
de 1'autre. 

Mah — . Qui s'approche ou ose s'appro- 
cher. 

Hatonatona, dupl. dim. de Hatona. 

HATRA, pre" p. Jusqu'a, depuis, a partir 
de. Hatr' aiza no hasainao amy ny 
tanimbary? Jusgu'ou becheroz-vous de 
cette riziere? Firy metatra hatr' aty sy 
hair' any ? Combien y a-t-il de metres 
depuis ici jusque la-bas? Hatr* izay 
nfainako. Depuis que je suis en vie. 

Ahatra, p. Qu'on fait atteindre jusqu'a, 
qu'on adresse a, qu'on applique a, 
qu'on fait retomber sur. Aharo, imp. 

Voa—, pp, Atteint. 

Tafa— , p. Qui a atteint jusqu'a, qui 
s'est applique a, qui est retomne sur. 

Mi—, vn. Atteindre jusqu'a, aller jus- 
qu'a, aboutir a, s'adressera, s'appliqucr 
a, retomber sur, tomber sur. Mihatra 
hatramy ny tafo ny tobatra. L'echelle 
atteint jusqu'au toit. Mihatra any Fia- 
narantsoa ny telegrafy. Le t616graphe 
<va jusqu'a Fianarantsoa. Mihatra ami- 
ko ny teny nataonao. Vos paroles 
s'adressent a moi. Nihatra tamiko ity 
ny loza nanj6 azy. Le malheur qui l'a 
frappe est retombe sur moi. Fi— , 8. 
La maniere d'attoindre jusqu'a, etc 

Fiharana, a. L'action d 'atteindre jus- 
qu'a, etc. Iharana, rcl. 

Manka— , va. Essayer ses forces ; s'ex- 
poser, so hasanlcr, provoquer, sonder. 
Nanhahatra nibata io entana io aho, 
fa tsy zakako. J'ai essayc" mes forces 
on soulevnnt ce paquot, mais je n'ai pas 
pu le sou lever. Aza manhahatra ny 
tazo. Ne vous exposoz pas a la itevre. 
Nankahatra handalo teto ny fahovalo, 
l'a tsy afaka. Les enuemis ont essaye de 
passer ici, se sont hasardes a passer 
ici, mais ils n'ont pas reussi. Aza man- 
kahalra ny lmtezeran* Andriamanitra. 
Ne provoquez pus la colfcre do Dieu. 
Nankahatra ny fahaizany aho. J'ai 
sonde sa science. Mankahara, imp. 
Fanka— , 8. Ce qu'on essaie, ce a quoi 
on s'expose, ce qu'on provoque, ce qu'on 
sonde, maniere d'essayor. Mpank— , s. 
Celui qui essaie. 

Fankaharana, s. L'action d'essayer. 
de s 'ex poser, etc. Ankahahana. rel. Ino- 
ua no ankahavanao io omby masiaka 
t io? Pourquoj vous oxposez-vous en 

' attaquant ce bcouf mochant? Ankaha- 
ro, imp. 



Mifanka— , vn. Essayer ses forces l'un 
contre i'aulre, se battre. 

Hatramy, prtp. Depuis, jusqu'a. 7/afra- 
my ny niatanao teto ka hatramy ny 
niverenanao. Depuis votre depart d'ici 
jusqu'a votre retour. 

Hatrany hatrany, adv. D'un bout a l'au- 
tre, sur toute la ligne. 

Hatratra, ado. Jusqu'a la poitrino. 

Hatry ny maraina ( prononcez Hatry na- 
raina). Depuis le matin, depuis long- 
temps ( aujourd'hui ). 

Hatrizay, adv. Depuis longtemps, jadis. 

Hatrizay hatrizay. Depuis fort longtemps, 
de tout temps. 

Hatrizay ela izay. Depuis longtemps, de 
temps immemorial. 

Havalauana et Havaniana, adv. Jusqu'aux 
reins. 

HATRABOKA. Voy.TRABOKA. 

HATRAFOKA. Voy. Trapo. 

HATRAKAet HATRAKATRAKA, 
8. Fierte\ arrogance, fanfaronnadc. 

Hatrakatrahina, p. Qu'on dil ou qu'on 
fait avec hardiesse, avec hauteur. 
Hatrakatraho, imp. 

Mi—, vn. Parador, faire le fier, lo suf- 
lisant, etre arrogant. Mmatrakatra- 
ha, imp. Fi— , 8. La maniere de fai- 
re l'important. Mpi— ,8. Un orgueillcux, 
' un arrogant. 

HATRAKATRAKA, r. Rouge ecar- 
late. 

Mangatrakatraka, vn. et adj. Etre 
rouge 6carlate. 

HATRAORT et HATRAORINA. 
Voy. Haotra. 

HATR6TRO, a. Gelatine de viaode. 

HATSAKA, a. Action de rogner, d'fara- 

lisor, d'aligner en coupant, se dit des 

murs en terro, des haics, des borduros. 
Hatsahana, p. Qu'on egalise, qu'on 

rogne. Hatsaho, imp. 
Ahatsaka, p. Avec quoi on rogne, on 

coupe, ondresse. Auatsaho, imp. 
Voa—, pp. Egalise. 
Manatsaka, ra. Egaliser, aligner en 

rognaut, en coupant lo bord, tailler. 

Manatsaha. imp. Fan—, s. Ce qu'on 

rogne, maniere d'egaliser. Mpan— , s. 

Celui qui Egalise, qui coupe, qui rogne 

le bord. 
Fanatsahana, a. L'action de rogner, 

I'instrument. Anatsahana, rcl Anatsa- 

ho, imp. 
MI—, r?i. Etre egalise. dresse, rogne\ 

Fi— , 8. L'etat de ce qui est nedress6. 

couteau de tissorand. Mpi—, 8. Ce qu'il 

faut rodresser, ce qui est 6galise. 
Fihatsahana, a. La coupe, le rodrosse- 

ment. Ihatsahana, rel. 
Mah—. Qui rogne ou peut servir a ro- 
gner. 
Hatsak&taaka, dupl. dim, de IJatsQ- 

ka. 



Digitized by 



Google 



HAT 



— ^ 219 — 



HAV 



HATSAKATSAKA, r. Blancheur. 

Makgatsakatsaka, adj. Tres blanc* 

HATSARAlNA, p. de Tsara. 

HATSATRA, adj. Pale, bleme, livide. 

HATST. Comme H antsy. 

HATStAKA, s. Froid, fraicheur, froi- 
dure. 

Mangatsiaka, tm> et adj. II fait froid, 
qui a froid ; /?0. lancuir. languissant, 
se relacher, etre relacne. Mangatsiaka 
ay andro. II fnit froid. Mangatsiaka ny 
vary. Le riz est froid. Mangatsiaka aho. 
J'ai froid. Nangatsiaka ny laha-teny 
Dtttaony. Son discours etait froid, lan- 
guissant. Nangatsiaka ny fianaranata- 
loha. Les etudes languissaient autrefois. 
Mangatsiaka ny flfehezana izao. La dis- 
cipline est maintenant relach^o. Fang—, 
s. L'etat de celui qui a froid, de ce qui 
est froid. 

Paagatst ahana, s. Le froid, la froidu- 

re. Angatsiahana, rel. 
'Ampangatsiahina, p. Qu'on refroidit. 
Ampangatsiaho, imp. 

Mampangatsiaka, va. Rafraichir, fai- 
re refroiihr, reTiigerer. 

Fampangatsiakana, a. L'action de 
laire retroidir, le refrigerant. Ampanga- 
tsiahana. rel. 

Hatsiatsiaka, dupl. dim. Fraicheur; 
fig. debarras. 

Mangatsiatsiaka. adj. et vn. Qui est 
frais, fnire frais ; fig. etre convalescent, 
etre dGbarrasse. 

Mangatsia-tanana, adj. lit. Oont la main 
est froide ; qui a la main legere et heu-> 
reuse. 

HATSIKA, s. Appel fait par quclque 
sijme, action d'armer le chien du fusil. 

Hatsihlna, p. Qu'on appelle par uu sU 
gne, qu'on arme. HatsIho, imp. JJatsi- 
ho tanana izy. Appelez-le par un signe 
de la main. 

Ahatsika, p. Avec quoi on appolle, 
qu'on nrme. AnATsiHO, imp. 

Voa— , pp. Appele. 

Kanatsika, va. Appeler par un signe, 
armer le chien tin fusil. Manats/ha, imp. 
Fan—, s. Celui qu'on appelle, maniere 
d'appeler. Mpan— . s. Celui qui appelle 
par un signe, celui qui cherche la fem- 
me d'autrui. 

Fanatsihana, a. L'aclion d'appeler par 
un signe, I'adullere. Anats/hana. rel. 
AnatsIho. imp. 
Prend Mifan — , Mampifan--, Mampan— . 

Ml—, vn. et adj. Etre arme, comme le 

chien du lusil. 
Hatsi-maso, s. Appel fait avec les yeux. 
Mibatsy et manatst maso. Appeler avec 

les yeux. 
HATStKANA, s. Arbuste dont l'ecorce 
sert d'arome dans la fabrication du 
rhum. Xerochlamys pilosa, Baker. 
HATStKANA, a. et ad;. Farce* plai 



santerie, bouflbnneric; farceur, plaisant, 
amusant, 

Hatsik&nina, p. Qu'on ridiculise, qu'on 
trompe. Hatsikamo, imp. 

Manatsikana, va. Ridiculiser, t rom- 
per, Manatsikana, imp. Fan—, a. Ma- 
nidrede ridiculiser, celui dont on s'amuse. 
Mpan—, a. Celui qui ridiculise. 

Fanatsikanana, s. Inaction de ridicu- 
liser. Anatsikanana rel. 

Mifan—. Se tromper rdcinroquumcnt. 

Hatsikantsikana, dupl. de Hatsikana. 

Manao hatsucana. Forger ties contes. 

HATStVO, 8. Petit bambou contcnant 
una charge de poudre. 

Haisivoina, p. Ce qu'on met pour u no 
charge. Hats!v6y, imp. 

Manataivo, va. Remptir le bambou d'une 
charge de poudre. 

HATSO et HATSOHATSO, s. Men- 
songe blen degnisA; blancheur. 

Mangatsohatso, adj. Tres blanc. 

Milaza uatsoratso. Fabriquer des men* 
songes bien doguis^s pour se faire bien 
voir. - 

HATS6TSO, s. et adj. Mensonge pour 
nre; qui ment pour faire riro. 

Hatsotsjob^, adj. Celui qui ment pour faire 
rire. 

HAVAL6ANA, s. Huit jours. 

HAVANA, s. Parent, allie, ami. 

Havanina, p. Avec^ui on a do bonnes 
relations, jivec qui on cherche a . en 
nouer. Uavanq, imp. 

Tafa— , pp. Dovenus amis. 

Mi—, un. Eire parent, ami, avoir do. bon- 
nes relations. Miuavana, imp. Ft—. •*• 
L'etat de purcnte, d'amitie. Mpi— , s. 
Les parents, les amis, les allies. 

Fihavanana, #, La pa rente", rami tie", 
les bonnes relations. Ihavanana, rel. 
Ihavano, imp. 

Ma mpi—. va. Rcndre parents, amis, 
mettre en bonnes relations, rViconcilicr. 

Maha— . Qui reconcilie, qui cpnstilue la 
parente. 

HavankAvana, dupl. dim. de Havana. 
Les parents eloigned, relations qui 
sont bonnes sans e;tre intimes. 

MihavankAvana, vn. litre un peu pa- 
rent, ami. avoir d'assez bonnes relations. 

Havana ak&ky, s. Los proches parents. 

Havan* andriana, s. Terme par lequel on 
designe les quatre dernieres castes des 
nobles. .i 

Havan-draha misy patsa. Parent lorsqu d 
y a quelque choso a gagner, ami de> la 
bourse. 

Havana mpanavang.vn ana. Parents, anus 
qui totirnent avec la fortune 

IlAVAN-TKTfeziNA. Parents eloignes. 

Havan-tsy AiifNA. Parents dont on nes'oe- 
cupe pas. 

Kibo omuy Havana. Affection pour sc$ pa- 
rents, pour ses allies. 



Digitized by 



Google 



HAV 



— J20- 



HAV 



MAMAO HAVAN NY LAHY 8Y IIAVA.V NY V/tVY. 

Partialis du mari et de la femme pour 
leurs parents reapectifa. 
Manao havako tsy mbloka. Ndpotisme, 
abuadautorite pour a^uatraire lea siens 
a la justice de la famille oude l^tat. 

MANAOVOHO-MITAHY HAVANA. Qllia do l'jn- 

diligence pour sea parenta ou aea amis. 

NOPONKfeNA WlTAll-PfHAVANANA, 8. Mor- 

ceau de yiande qu'on donne pour affer- 
mir lamitie. 
Vobo-manoiipo Havana, lit Oiseau qui 
sort son acmbjable ; fig. noblo qui sert 
son aouverain. 

HAVANA, a. Action de delayer, de s6- 
parer, de retirer lea cendrea pour mieux 
attiser iefeu. 

H £7*?i na \ p ;, (Cendrea) qu'on rotire, 

quon ecarte. Havano. imp! 
Voa—, pp. Ecarte\ separe. 
Manavana, va. Ecarter lea cendrea. 

pan—, a. Maniere d^carter lea cendrea. 

Mpax— , a. Celui qui lea ecarte. 
Fanavanana, a. L'action d^carter lea 

cendrea, I instrument. Anavanana, re/. 

A navano. imp. 
Mihavaxa, adj. Qui eat 6carl6. styarc*. 

Hava Pff* vana ? du P l - de Havana. Action 
de delaisser des parents malheureux. 

Havangavanina, p. Quon d6lai*se. 
Havana a vano, imp. 

Voa—, pp. D6Iaiss<£ 

Manavangavana,.tui. Dflaisser dea 
parents malheureux. ManavangavAna, 
imp. Ian— , a. Celui qifon delaiase, la 
maniere do d<51aisser. Mpan— , s. Celui 
qui delaisse aea parenta. 

Fanavangavanana, a. L'aciion de de- 
laisser. Anavangavanana, rel. Anavan- 
gavano, imp. 
Prend Milan-, Mampifan-, Mampan-. 

Man—. Qui ose dSlaisser aea parents 
malheureux. 

H ^4 N f I ! rA ' 8 - et ac 0- La d'-oite.le 
c6te droit, la place d'honneur; qui est 
sup6nenr en grade aim autre. 

Kavanana, adj. Qui travaille de la main 
droite. 

An-kava.\ana, adv. A la droite, a droite. 

Tan an a axkavaxana. La main droite. 

Havanambanana, adj. Habile. delie, qui 
est mieux qu'un autre. 

IlAVANAN-roinAXA, adj. Quia le paaaur 
un autre. 

Manavanana, rn.eta Se servir <!e la 
main droite ,-erro commode, facile, conve- 
nir, avocqui Ion est a raise. Manava- 
nana ahy ity lalana ity Ce chemin est 
commode pour moi. Manacanana ahy 
ltyraharaha iiy. Ce travail est facile 
pour moi, me convient. Manavanana 
anao io zazavavy io. Gette fl lie convient 
pour vous. Manavanana ahy io lehilahy 
io. Je auis a I'aiao ovec cot horame. 

HAVANDRA, a, Grdle; fig. raalheur. 



Manavandra, vn. Greler. 
Havandra latsaka, adj. Froid com me la 
grele. 

HAVANlANA (vaniana). adv Jusqu* 

aux rcina. 
HAVANINA, p. de Havana. 

HAVANJA, a. Le lieu oil Ton rgunit 

lea IkbuIs dans lea deserts. 
Falihavanja, a. et adj. Voy. ce mot. 
HAVAOTRA. Voy. Avaotra. 

HAVATRA etHAVATRAVATRA, 

a. Mouvement, trdmoussemenc, trossail- 
lemenr, agitation de tout le corps, 
soubresaut. 

Mi—, tm.Tressaillir, sagiter. Mihavatra- 
vara, imp. Fi— , a. La maniere de ae 
demener. Mpi— , a. Celui qui s'agile, qui 
se demene. 

Fihavatravarana, a. Le aoubrosaut, 
le mouvement de tout le corps. Iha- 
vatravarana, rel. Ihavatravaro, imp. 

HAVATSA, a. Tatouage. 

Manao havAtsa. Se tatouer. 

HAVAVA (raua), ado. Jusqu'a la bou- 

cho. 
Havavap6, adv. Jusqu'au creux de 1'es- 

tomac. 

HAVlA, a. La main gauche, le cole 
gauche. 

Haviazina, p. Qu'on saisit de la main 
gauche en haut et de la main droite en 
bas pour travailler. Haviazo, imp. 

Manavia, vn. et a. Se servir de la main 
gauche ; etre incommode, difficile, avec 
qui Ton eat gene. Manavia ahy ity to- 
hatra ity. Cet escalier est incommode 

Four moi. Manavia ahy ny manatsola. 
I est difficile pour moi de scier. A/a- 

navia ahy io lehibe 10. Je auis gen6 

avec ce chef. 
Mihaviavia, vn. Etre maladroit; ne pas 

trop s'entendre. Taloha nihaviavia ta- 

miko izy. Autrefois il ne s'entendait pas 

irop avec moi. 
Axkavia, adv. et a. A gauche; le cdte 

gauche. 
Tanana axkav(a, a. La main gauche. 
Havi'a et Haviany. Qui est inferiour en 

grade a un autre. 
II avi a vava, adj. Qui ne sait pas s'expri- 

mer, qui dit des choses biessuntes ou 

inconvenantes. 
Mahay manavia manavanana. Qui saitagir 

des deux mains, adroit des deux mains ; 

habile. 

HAVY et HAVIHAVT (dupl. plus 
usite). a. Suspension com me des nuagcs 
dans l'air, hesitation dana les paroles, 
dans le maintien. 

Mi—, vn. Etre suspendu, en suspens, 
interloque. Fi— , a. L'etat de ce qui est 
en suspens. Mw— , a. Celui qui est in* 
terloqu$, 



Digitized by 



Google 



HAV 



-241- 



BkZ 



I 

I 



FQiavihaviana, a. Le suspension, l'h£- 
sitation. IhavihavUna, rel- 

HAVINA. Comme Kavina. 

HAVINGAVINA, a. Action tie trailer 
les choses a la legere, sans attention. 

Havingavinina, p. Qu'on traite a la 
legere, sans attention. Havingav/no, 
imp. 

Ahaving&vina, p. A trafter legerement. 
Abavisgav(no. imp. 

Tafa— , p. Agissant sans precaution. 

Mi—, vn. Agir a la legere, traiter les 
choses sans attention. Mihavingav/na, 
imp. Fi— , 8. I/insouciance. Mpi— , a. 
Cefui qui traite les choses sans atten- 
tion. 

FUiavlngavlnana, a. L'action d'agir 
avec legeret6. Ihavingav£kana, rel. Iha- 
vinGAvfuo, imp. 

Hah—. Qui traite a la legere. 

HAVINlRANA (vinitra), a. La colore. 

HAVITRA, a. Per pointu, tringle en Per 
ou en bois pointu, servant a attiser le 
feu, a ecarter les cendres, a iaire rdtir 
la viande. 

HAVaTRAVITRA, s. Action d'agir ou 
de traiter los choses sans attention. 
Comme Havingavina. 

Havitravirina, p. Qu'on traite a la 16- 
gere. Havitraviro, imp. 

AhavltrAvitra, p. A traiter a la lege- 
re. A havitraviro, imp. 

Mi—, vn. Se montrer sans soin. Miha- 
viTRAvfRA, imp. Pi—, a. La maniere de 
traitor les choses sans attention. 

Flhavltravirana, a. L'action de traiter 
les choses sans attention. iHAViTRAvfaA- 
sa. rel. 

HAV6ANA (avo), 8. Hauteur, eleva- 
tion. 

HAV6HA, 8. Arbre dont 1'ecorce sort 
a laire des cordes. 

HAVOKA, r. Couleur terne. 

Mangavoka, adj. et vn. Gouvert de 
poussiere, terne ; avoir le teint livide, 
baje. Fang—, 8. L'Stat de ce qui est 
lerne, livide. 

MangavogAvoka, dupl. dim. de Man- 
gavoka. 

HAVOKARANA { vokatra), a. Ferti- 
le. 

HAVOKAVOKA, a. Poumons. 

HAVOKAVOKA, a. Coups, action de 
frapper, de battrc, de rosser de coups. 

Havokav6hana, p. Qu'on bat, qu'on 
rosse. Havokav6hy, imp. 

Voa~, pp. Batlu, frappe, qu'on a rosse 
de coupf . 

ManavokAvoka, »a. Battre, frapper, 
rosser. Manavokav6ha, imp. Fan—, a. 
Ce qu'on bat, ce qu'il faut battre. la 
maaiere de frapper. Mpan— , a. Celui qui 
bat, qui frappe, qui roase da coups. 



Fanavokavdhana, a. L'action de bat- 
tre, de rosser de coups, l'instrument. 
Anavokav6iiana, rel. Inty ny rotsakazo 
hanavokavohanao ny tsihy. Voici une 
badine pour battre la natte. Inona no 
anavokavohanao io zazalahy io ? Pour- 
quoi rossez-vous ce garcon de coups? 
Anavokav6rt, imp. 
Proud Mifan— , Mampifan— , Mampan— . 

Mah— . Qui bat ou pent battre. 

HAV6LONA, 8. Manioc epluchd et sc- 
ene* au soleil. 

HAV6ZO, a. Arbre, qui a le parfum 
de l'anis. 

Havozo mamy, 8. L'espece dont 1'dcorce 
est douce. 

Havozo mangidy, a. L'espece dont 1'ecorce 
est amere. 

HAV6ZONA (vozona), adv. Jusqu'au 
cou. 

HAZA, 8. Produit de la chasse, de la 
pdche, des recherches faites dans la 
campagne, ilans la foret, butin ; chasse, 
peche. 

Hazaina, p. A quoi on fait la chasse, 

au'on peche, qu'on cherche, qu'on 
emande avec importunity. Nohazai* 
nay 4 lay miaranvla nandositra fa tsy 
azo. Nous avons cherche partout le 
soldat deserteur mais inutilement. Ha- 
zao, imp. 

Voa— , pp. A quoi on a fait la chasse, 
qu'on a pech6, cherche\ demands avec 
importunity. 

MI— , va. et n.