(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Miscellanea entomologica; revue entomologique internationale"

Class. 01-J^éL 



SMIIHSONIAN DEPOSIT 






*57 



N" 1. — Vol. II 



i""- AiiiK't' — II JalirgaiVg-, '"'Sof^i^K, ot*^''-^ '- ^ janvier 1894. 



Miscellanea 




offica 



Organe international 

contenant les demandes d échange, d'achat et de vente de collections 

livres ou objets d'histoire naturelle. 

Anzeiger #on Tausch, Kauf und Verkauf für internationale Entomologen. 

Entomologist's international Advertiser for ejohane-e, purohase and eale. 



Direction e! Hédaction 

E. BARTHE, à Cette, Hérault, (France). 

Avec la collal)oralion de naturalistes de tous les pay^ 
Mit Mitwirkung iiitcr.iotionalor Entomologen. 




Le " Miscellanea Entomologica " paraît le 1" et le 15 de chaque mois. 
Abonnement annuel : Union postale, fr. 5. 
Die " Miscellanea Entomologica " csscheint am l. und 15. jeden Monats. 
Jährliche Sul)scriplion : 4 Mk. — Annual subscription : 4 sh. 



Comité d'études - Studien -Ausschuss 

MM. Argod-Vallon, à Crest (Drôme . I.ununiirncs cl coléoplères cavernicoles iluglol)e. 

A. Finot, 27, rue St. Honoré, Fontainebleau. Ort liopîiTCS européens et circa-médilerra- 
néens. 

F. Ancey, St. Loup, 138, Marseille, iloléopièros en j^éncral. 

H. Gouin, 99, cours d'Alsace-Lorraine, Bordeaux. Corciiiellides de 1 rance. 

R. Martin, au Blanc, ilndrei. Odoiialcs du gîolx". >i;'rvropltu'e.s tl'Kurope. 

D' M. Régimbart, à Evreux (Eure). Dvliscides el liNiinides du globe. 

R. P. Belon, rue du Plat, 18, Lyon, l/.itliridiens. 

E. Barthe, Cette, (Hérault!. Coléoptères de la litiyanc française. Apiculture. 

M. Pic, à Digoin, (Saône et Loiret, I.oiii^icornes d'Rurope el circa el AnUiicides du globe. 

J. Croissandeau. rue du Bourdon-Blanc, 15, Orléans. Seydménides, l'aussides, Tséla- 

phides et Clavi^îi-ridi-s du glol)e. 
D'' Chobaut, 4, rue Dorée, Avignon. Monicllidcs, AnUiicides. Pédilides, Uhipiphorides, 

Vésiiaiils et (Kdéiiirrides de la f;iiuic pidéairtiiiue. 
A. Janet, 104, boul. Saint-Louis, Toulon-Mourillon. l'ihopalocères du globe. 
D'- A. Sicard, à Tebourzsuk, Tunisie. Corciiiellidi's du globe. 
D' L. Vitrac, aux Trois-Rivières, Guadeloupe. Kutoninlogie des Anlilles. 
E. André, 17, rue des Promenades, à Gray, iH' Saône). lorniicides du globe el Mulilli- 

des dt; la réginu (•uroi)éo-;u,''dilenaii.riiiie. 
M. Vauloger de Beavipré, lieutenant ou 144 de ligne, Blaye, (Gironde). Cicindélides 

et Chrysonu'lides d'I.urupe cl, elrea. 
A. F. Nonfried, Rakönitz, BDhemia, Autriche. Lucamidcs, Cclonides, Mélolonlhides 

Rntélides, Dynastides, liui)re.stiiles et Céraniiiycides du globe. 
A. Théry, St-Charles, par Philippoville, A-gèrie. Buprcslides du globe el Longicornes 

dTurope. 
l'abbé A. Carret, aumônier aux Chartreux, Lyon. Carabides d'Europe el en particulier 

genres llai|)alus, l'len»licliu.'. cL Ainara. 
A. L. Montandon, Strada viilor filaretc, Bucarest, Roumanie. Ilémiplères lléléroplè- 

res. 

G. Gribodo, Via Maria Vittoria, 19, Torino, Italie. Ves|iida; et Mellifera du globe. 

D'- C. Schaufuss, Directeur du Museum Ludwig Salvador à Meissen, Saxe. Scolylides 

I*laly pilles el Scydnirnides e\o(i(|iics. 
Dr Franz Spaeth, Kohlmessergasso, 3, Wien, II, Autriche. Cassidldes du globe. 
E. Simon, 16, Villa Saïd, Avenue du Bois de Boulogne 56, Paris. Arachnides du 

globe. 
H. Fruhstorfer, Bei'lin N, Gavtcnstrasse 152. liliopa'.ocùres de la légion Indo-auslra- 

lieniie. 
D'- Franz Spaeth, Kohlmesssrgasso, 3, V/ien ï 1. Cissididcs du globe. 
G. de Bony, r'ue Vaneau, 36, Paris. ("i;!ni'e Ciciiidela (lùirope et contins), Carabides vr.iis 

(européens et e\oli(|ues!. spécialeniciil genre Xcbria. 
E. Abeille de Perrin, rue de la bibliothèque 24, Marseille. Buprcslides, Malaciiides 

cl Cisides palé;!rcrni!ies. 
E. Fleutiaux, 1, rue Malus, P.iris. Cicind 'dides, Elalérides du globe. 
D A. Puton, à Remiremor.t, Vosges, iléniip'.éres ilétéroplères iialéarctiijucs. 
H. Caillol, avocat, rue Tiaveiie clu Chapitre, Î8, Marseille. Crypiopliagidcs, M\lal>ri- 

dcs (iiruelii'lcs! cl l roniides paléaiiliiii.'cs. 
H. Nicolas, rue Velouterie 9, Avignon, ididojic des Il>nu''uoptèies. 
C. Houlbert, professeur au College de Dieppe, larves de Coléoptcrcs. iiiihi)|)icrcs cl 

Névropteres. 
D' E. Candèze, à Glain-lès-Liogc, Bo'giquo. KiatéibUv du globe. 
Ch. Bruyant, rue Gaultior de Biau.'.at, 26, Cîermont-Ferrand. 1 aiiüc eiilonirtlogi((ue 

des eaux, spéeiaicnieul llydroeorises. 
E. Ragonot, 13, quai de la Rilpée, Paris. "iiçKd.pldoptéres d'Kuropc ; l'yralilcs. Crani- 

l)il( s et l'iiyciles du gl(d)e. 



jVm/.s rcppcloTiti ([KO. tout cii'i.i <l'iiii^cclt'a (iii.i. /iicnthrcs iln Co/itilr doit cire accoin- 
l)a<ini' de tunùrcs-posfc pour le ret'tiir cl an ht soin pintr la réponse. 

Man wird hicrniit. (jehetcn Jeder tnsekiens •lidantj an die Mifiilieder des StiuUen- 
Aussehusses daa l'rankoj itr RäeLsendiiiifi und nöiliiijen l'alls I ûr Aniioort belegen. 



jii 






NUNTIUS ENTOMOLOGICUS INTERNATIONALIS 



No. 1. Vol. II. Edition Française 1 Janvier 1894. 



Avis. — La séparation des éditions s'étant faite à partir du n« 22 de l'édi- 
tion franco-allemande, le n» actuel, de 16 pages, remplace le 23-24 de cette 
édition. Ceux de nos abonnés qui ont souscrit au Journal depuis le commence- 
ment sont donc priés de vouloir bien nous adresser sans retard le montant de 
leur cotisation pour 1894. 

Nrs homonames étant nombreux à Cette, prière de libeller complrtement 
notre adresse. 

Monsieur et honoré collègue, 

Vous pouvez juger, par le numéro actuel, des modifications qu'a subies la Revue ; 
j'espère qu'elles auront votre approbation. 

La séparation des éditions française et allemande, depuis longtemps réclamée, et 
qui est maintenant un fait accompli, équivaut à une augmentation du nombre de pages, 
enfin le journal a pris un caractère plus général, renferme des articles plus variés et tend 
de plus en plus à présenter au lecteur des articles intéressant toutes les branches de l'en- 
tomologie. Il n'est pas jusqu'aux conditions matérielles de l'impression que nous n'ayons 
constamment améliorées ; pour s'en rendre compte, nos lecteurs n'ont qu'à comparer un 
des numéros de l'édition actuelle avecles premiers numéros de l'édition franco-allemande. 

Est-il besoin de vous assurer que tous nos efforts tendront à réaliser des améliorations 
nouvelles ? — La progression constante du Comité d'études, dont les membres sont pour 
la plupart des collaborateurs, vous est le plus sûr garant des progrès que la Revue est ap- 
pelée à faire. 

Les études entomologiques ont pris dans le monde entier une très grande extension. 
Des travaux très remarquables ont été publiés en France et nous comptons parmi nos 
compatriotes des entomolosistes de haute valeur ; mais si l'on jette un coup d'œil dans les 
revues étrangères, nn est surtout frappé de l'importance des travaux publiés en Allemagne. 

Ces travaux ne sont certainement pas ignorés de ceux de nos entomologistes qui se 
sont fait un nom dans la science ; mais, il faut bien en convenir, l'étude des langues étran- 
gères n'est pas assez approfondie chez nous pour permettre à la majorité des collection- 
neurs d'en faire leur profit. De bonnes traductions peuvent donc nous être très utiles et 
le journal ,, Miscellanea Entomologica ", grâce aux nationalités très diverses de ses rédac- 
teurs, peut, plus facilement que tout autre, en publier qui offrent toutes les garanties 
d'exactitude. 

Après les CarcuHonidœ du Dr Stierlin et les Rhopalocera de K. Bramson dont la 
publication sera menée aussi rapidement que possible, nous publierons les Heteroceri- 
dœ ; Trichopterigidœ ; Df/tiscidce et Gi/rinidœ : Cnlydiidœ, Rhr/sndidœ et Trorjo- 
sitidœ; Parnilœ et Hydrophilidœ et, très probablement, la traduction d'un ouvrage 
sur les chenilles. 

Les premières de ces traductions sont déjà prêtes. 

Avec la séparation des éditions une question se pose. Est-il indispensable de conti- 
nuer la publication bimensuelle ? — Si nos lecteurs veulent bien nous faire connaître leur 
avis, nous nous rangerons à l'opinion de la majorité. 



2 

La pul)Ucatiou IniiiLUisuelle peut entraîuer des retards que nous voudrions éviter a 
tout prix. L'édilion franco-allemande l)imensnelie ayant eu jusqu'à présent 8 pages, si le 
jouriial devient mensuel, nous donnerons aux deux éditions 10 à 2i pages. 

Maintenant que la Revue a pris rang parmi les publications scienlilitiues, des discus- 
sions peuvent a\oir lieu ; il va sans dire que nous serons dune impartialité absolue; mais 
nous recomm.uidons à nos lecteurs d'être très modérés dans leurs critiques et de ne pas 
sortir du terrain scientilique. Nous refuserons tout ar icle rédigé dans des formes peu 
courtoises. 

J'ai resjwir, Monsi 'ur, que vous ne me refuserez pas votre bienveillant concours et 
qu'en m'envoyant votre cotisation pour 189i, vous voudrez bien me signaler les modilica- 
tions qui vous paraîtront utiles pour dé\elopper de plus en plus les ,.Miscellanea Entomo- 
logica '. J'ai l'intention de donner la plus grande extension à cette feuille; mais encore 
faut- il que les encouragements ne fassent pas défaut. 

Veuillez agréer, 

Monsieur et bonoré collègue, 

l'assurance de mes sentiments les plus distingués. 

E. Bartiik. 

Hymenopterorum novorum diagnoses prsecursoris. 
I. 

1. Hemipepsis tagala. — Obscure fusco-subcastanea, opaca; antennis, mandibulis ba- 
si, clypei apice, femoribus apice tibiis, tarsis pygidioque hete luteo-fulvis, aureo prui- 
nosis; fronte, melanoto scutelloque dense aureo veslilis ; alis fuscis violaceo micantibus ; 
melathorace cylindrico, apice oblique truncato et conspicue elevato-marginato ; arca dor- 
sali Iransversini crasse rugata. 

$ Long. corp. niill, 30-35. 

liai). Ina. Mindoro (PhiUppuiœ). 

2. Pepsis tricuspidata. — Robusta, nigra, antennis (3 primis articulis exceptis) 
luteo-fulvis; alis fulvis, summo apice grisesceniibus, basi et costa nigro squammosis ; 
capite thoraceque iiigro-ceralea velulinis. VbJomine nigro-violaceo holosericeo-pruinoso ; 
clypeo laie et profunde arcuato-emarginato ; melathorace subcylindrico, poslice trunca- 
to-declivi, supra transversim fortiter -triato, longitudinaliler medio et utrinque subca- 
rtnato, carinis lateralibusin lubcrculum acutum, mediana in crislam transversam, desinen- 
tibus $. — rj* Metalhorace poslice robustius tricuspidato. 

Long. corp. Ç mill. 42; cf mill. 31-55. 

Hab. Chiriqui. 

3. Paracyphononyx Caesar. — Magna, robusta, obscurissime ferrugineo-fusca, fere 
ubique dense concinne fulvo-aureo-sericeo-tonientoso-squammosa vel pruiaosa ; facie, 
antennis (apice excepto), alarum tegulis, pedlbus, abdominisque segmentorum marginibus 
l»te rufo-ferrugineis, alis iafascatis violaceo micanliljus; scutello elevalo-pyramidato ; 
postscutello spina maxima verticali compresso-subarcuata armato ; ipopygio apice regulari- 
ler arcuato, medio arca elevata plana utrinque carinulata. 

Long. corp. mill. 25-28. 

Hab. Sierra Leona. 

i. Sphex sulciscuta. — Submagna, nigra, unicolor opaca, alis nigro-fuscis azurco et 
violaceo-iuic.uilibus; nigro lanosa vel setosa, facie obsoletissime argeuteo pruinosa ; clypei 
margine rotundato; dorsulo conferlissime punclulato, subcoriaceo, melanoto tenuiler trans- 
versim ruguloso-subcoriaceo; scutello et melanoto profunde longitudinaliler sulcatis; 
peliolo brevi. 

$ Long. corp. mill. 24-27. 

Hab. /. Mindoro. 
.\flinis Sph. niuticœ, sed alia species. 



5. Sphex Staudingeri. — Magna, robusta, fuliginoso-subrufescenti, anteunis nigris ; 
scapo, mandibulis basi, alarum legulis, pedibus, abdominis segmenti primi maculis dua- 
bus maximis confluentibus, anoqiie apice rufo-ferrugineis ; alis subinfiiscato-hyalinis, 
apice nonnihil obscurioribus, cupreo-violaceo-aureoque micantibus ; capite thoraceque den- 
se concinne fulvo-cupreo vel aureo serieeis ; abdomine cupreo pruinosiusculo ; metatho- 
race fulvo-subaureo-hirto, subcoriaceo. 

(f Long. corp. mill. 26. 

Hab. A''. Guinea. 

6. Coloptera Theryi. — Parva, nigra, ore, antennarnm scapo pedibusque rufo-variis : 
abdominis segmentis tribus primis et quarto basi rufis ; corpore albn villoso vel argenteo 
pruinoso. Capite niaximo, transverso, infra recte truncato (ut in Chhirionibni' semicir- 
culari), prothorace iransversim crasse striato; mesonoto inedio depresso-sulcato, utrinque 
striolalo; area metanoti sat elevata, oblique rugulosa ; alis brevibus $. 

c? capite antice vix magis alto quam lato, subrotundato, clypeo antice producto, me- 
dio emarginato. 

Long. corp. mill. 14-15. 

Hab. Biskra (Algiria). 
Affinis C. Rarbarœ Lep., sed structura capitis maris et articulorum antennarum, 
coloreque hirsutiei certissime distincta. 

Augustae Taurinorum, d. 10 decembris, 1893. 

Johannes Gribodo. 
^N 

Communications - Questions- Observations biologiques- Notes de chasse. 

Saturnia Pyri et Carpini — En réponse à la question de M. Marini, l'élevage do 
ces deux espèces se pratique en Autriche-Hongrie ; mais le filage des cocons est impossible 
à cause des nombreux poils dont ils sont entremêlés. 

E. Eck. 

Apion variegatum. — M. Henry de Guerpel a repris Apion rariegatum, mais sous 
les écorces des pommiers avoisinant les touffes de gui. C'est là qu'il hiverne, à l'exemple 
des Anthonomus. 

Hylotoma rosarum. — J'avais depuis longtemps remarqué sur les branches des ro- 
siers de longues incisions noirâtres sans pouvoir en découvrir la cause. Cet été j'aperçus 
sur une jeune pousse de rosier un hyménoptère noir à abdomen jaune orangé dont la cou- 
leur éclatante attira d'abord mon attention. 

Retrouvant quelques heures après l'insecte à la même place, cette immobilité me parut 
singulière et j'essayai vainement de lui faire prendre sou vol. Je remarquai alors que l'in- 
secte était fort occupé à pondre. Il incisait légèrement l'écorce encore tendre avec sa tarière 
et déposait un œuf dans chaque incision. Le lendemain l'insecte était parti; l'écorce avait 
noirci le long des incisions; quelques jours après elle s'était gonflée et fendue, présentant 
l'aspect des lignes noires dont j'ai parlé. Obligé de m'absenter je ne pus assister à l'éclosion 
des larves. 

N'étudiant pas spécialement les Hyménoptères, le nom de l'insecte m'était resté inconnu ; 
une note de M. Paul Noël, parue dans le buHetin du laboratoire d'entomologie agricole 
de Rouen, vient de m'apprendre qu'il s'agit de YHylotome du rosier et cette note confir- 
me et complète mon observation. 

D'après M. Paul Noël, l'œuf de l'Hylotome est enduit d'une liqueur mousseuse et acre 
qui empêche les fibres de l'écorce de se rejoindre et détermine un gonflement noirâtre 
des lèvres de la plaie. L'insecte fait 10 ou 15 entailles sur la même branche et pour termi- 
ner sa ponte change de rameau ou même de rosier. 

Les œufs éclosent au bout de 8 à 10 jours. La larve, qui est une fausse chenille, a 18 
pattes, Il tête jaune, les yeux noirs, le corps d'un jaune plus ou moins foncé sur le dos, 
vert ou d'un vert jaunâtre sur les côtés, blanchâtre en dessous et parsemé de points noirr 
tuberculeux, luisants, d'où partent de petits poils. 



_ 4 — 

Ces larves se tissent dans la terre une double coque dans laquelle elles restent uu 
mois avant de se changer en nymphes. 

E. Bakthk. 

Comité d'études. — Nous avons le plaisir d'annoncer à nos lecteurs les nouvelles 
adhésions suivantes : 

M. le Dr Pulon, auteur du Synopsis des Hémiptères Hétéroptères de France, se charge 
des Hviniptrrcs Ilctcroptcres paléarcliques. 

M. H. Caillol se réserve l'étude des Cri/ptofjttofjicU's, Mylabridcs {Bruchides) et 
Uromides paléarctiques 

M. H. Nicolas étudiera la Biologie des Humcnoptèrcs. 

M. C. Houlbert, D^ ès-sciences nat., auteur de divers ouvrages sur les insectes et leurs 
larves, se réserve l'étude des Lances de Colcoptircs, Orthoptrres et Ncvroptcrcs. 

M. le Dr E. Candèze, bien connu par ses importants travaux sur les Élatérides, se char- 
ge, de concert avec M. Fleutiaux, de la détermination des Elatérides du globe. 

M. Ch. Bruyant, licencié ès-sciences nat., étudiera la Farine entoniolofjigne des 
eaux, spécialement Hf/drocorises. 

Nous prions les nouveaux membres du Comité d'agréer tous nos remerciments. 



Nouvelles entomologiques. 

— Alex, lloyne publie un ouvrage illustré sur les coléoptères exotiques (20 livraisons à 
r» frs. ; cbaciuo livraison compte 16 pages de texte, deux planches coloriées). 

Cet ouvrage sera le digne pondant des Rhopalocéres exotiques de Staudinger. 

— M. le D' Kiickenthal, professeur d'université, vient de s'embarquer pour l'île de Hal- 
mahera. Son but est d'étudier 1 histoire naturelle de celte île si vaste et si peu connue. On 
espère que ce voyage amènera des déc(»uverles intéressantes. 

— La librairie J. B. Baillière et fils 19, rue Hautefeuille, Paris, annonce la publication 
d'un ouvrage intitulé: L'amateur de Coléoptères, guide pour la chasse, la préparation et 
la conservation, par M. Henri Coupin, préparateur d'histologie zoologique à la Sorbonne, 1 
vol. in 1(>, de 552 pages, a\ec 217 lig. cartonné, 4 fr. 

Depuis longtemps grand amateur de coléoptères, l'auteur a voulu faire profiter les 
néophytes de son expérience en leur ofTrant ce livre destiné à les guider dans la recherche 
et la conservation des insectes. 

Il s'est efforcé de rendre la lecture de cet ouvrage aussi claire et aussi pratique que 
possible ; à cet égard, le plan qu'il a adopté est tout à fait original et sera fort goulé. 

.\près avoir donné des renseignements sur réqni|)emcnt du chasseur et les instru- 
ments qu'il doit porter avec lui dans ses pérégrinations, il étudie séparément les diffé- 
rentes chasses auxquelles il pourra se livrer. C'est ainsi qu'il passe successivement en 
revue les chasses sous les pierres, dans les bou>es, dans les prés, dans les étangs, sur 
les animaux putrétiés, dans les feuilles mortes, dans les troncs d'arbres, sur les arbres 
fruitiers, sur les fleurs, dans les détritus abandonnés par les eaux, au bord de la mer, 
dans 'es fourmilières, dans les nids d'hyménoptères, dans les grottes, dans les maisons, etc. 

Dans chacune de ces divisions, l'auteur décrit les engins qui servent à la chasse décri- 
te, la manière de chasser, et cite les coléoptères qui sont les plus communs, que l'on ren- 
contre dés les premiers pas. 

Les nombreuses ligures d'insectes distribuées dans le texte seront très utiles aux com- 
mençants et les aideront à se mettre sur la voie des déterminations des genres et des 
espèces. 

EnQn il étudie, avec figures et détails circonstanciés, la préparation des coléoptères et 
U^ur rangement en collection. 

Un dernier chapitre est consacré aux collections pittoresques. 



— 5 — 

Échanges. 

Les annonces d'échange émanant de nos abonnés et ne dépassant pas six 
lignes d'iini^ression seront insérées gratuitement. 

M. P. de Beaulieu, 14, rue de l'Archevêché, Tours, (Indre-et-Loire), France, 

désire échanger, Ci)ntre des Carabes et des Cicindàles d'Europe, plusieurs Clytes 
de sa ré.s;ion, plusieurs Btcprestides et M 'gacrphales exotiques et quelques Co- 
pris. Il récoltera sur la demande des amateurs des Aniara, Harpales, Pœciles et 
autres petits Carabiques de sa région. 

M. O. Lamarche de Rossius, à Liège, Belgique, désire entrer en relations d'échan- 
ges pour Lépidoptères exotiques. 

M. J. Buffet, à Montrevel, (Ain), offre de bons Coléoptères d'Europe en échange d'un 
catalogue de de Marseul, Reitter ou autre, pointé ou non. 

M. J. Quittard, rue de la Charité 23, à Riom, (Puy de Dôme), offre : Cicind. Hy- 
brida, Oniuphron limbatus, Cal. sycophanta, Car. inlricatus, morbillosus, catenulatus, 
Lebia turcica, Panagœus crux-uiajor, Chlsenius velulinus, Licinus cassideus, Sphodr. 
leucoplithalmus, Ateuchus cicatri(;osus, Copris hispanus, Rhizotrogus Hennoni, dis- 
par, HopUa bilineata, Celonia floralis, Glbbium scotias, Omophl. cœruleus, Lydus al- 
giricus, Chrysanthia viridis, Molyles germanus, Hesperophanes nel)ulosus, Clytus tri- 
fasciatus, Dorcadion meudax, Lamia textor, Astynomus œdilis, Liopus nebulosus, Po- 
gonochserus hispidus, Mesosa cureulionoïdes, Agapanthia cardui, Saperda scalaris, 
populuea, Pachyta coliaris, cerambyciformis, Clythra taxicornis, Timarcha generosa, 
le tout bien préparé, contre d'autres Coléoptères d'Europe ou d'Algérie. Échange à 
valeur égale. Envoyer oblata. 

M. Ant. Boucomont, 20, rue Steffen, Asnières, (Seine), demande Lucanides — 
Offre : Heterugn/nphus Schornherri, Pau son, Xij'otrupos sp.?, Oryctes rhi- 
nocéros, Rhi/nochœta cornuta, Diloboderus apterus, Aglyciptera Biirmcis- 
teri, An^'ichira ctacata, tristis, Macronota morio, Rutela lineola, Miniela 
splendens, Lepidiota bimaciUata, Pjronotafestira, Anoinala aulax, Popi- 
lia cganea, v. bninnca, Peiidnota pulchclla, Diplognafha gagates. etc. 

M. le baron A. Bonnaire, 114, rue St. Merry, Fontainebleau, offre : Ischnodes 
saaguinicoUis, Tefratoina Desmaresti, Thorictus sorieseto.'^us, Bryaxis Le- 
prieari, en échange de Zuphiuin olens. Les espèces offertes sont en parfait état : 
on désire l'entière réciprocité. 

M. H. Nicolas, conducteur des ponts et chaussées, rue Velouterie 9, Avignon, 

désirant compléter certaines études sur la biologie des Hyménoptères, a besoin du 
plus grand nomln-e de nids d'insectes de cette famille ou de cocons leur appartenant. 
Accepte tout ce qu'on pourra communiquer à ce sujet. 

Les hyménoplères nichent partout ; sur les pierres, où ils se construisent des nids 
résistants, dans les coquilles terrestres vides, dans les roseaux des haies, dans les 
ronces, dans les terrains sablonneux où ils se creusent des galeries, etc. 

M. Luigi Pozzi, ingénieur, à Modena, (Italie), rua del Muro, 33, désire entrer en 
relations d'échanges et offre des Coléoptères et Lépidoptères de la faune d'Europe, 
contre Coléoptères et Lépidoptères des mêmes pays. Envoyer oblata. 

M. L. Marché, instituteur, à Limalonges, (Deux- Sèvres), offre Coléoptères contre 
Diptères et Névroptéres, 

M. E. Dubois, rue de Bruges, à Menin, Flandre occidentale, Belgique, offre des 
Lépidoptères exotiques contre européens en parfait état. 

M. Flamary, 26, rue de Placé, à Mâcon, (Saône et Loire), désire des Diptères 
ncmatoccrts et des Forniicides. 



— (5 — 



VRAIMENT A BON MARCHÉ : 

Lot Fortuna. 1 K(\ P^*''"l>'- ^O espèces diverses, COLÉOPTÈRES, tous cor- 
iv/v fectr.niont noinin s, de Madagascar, Célèbes, Brésil, 
Amasia, parmi lesquels : Carabus Bonrouloiri, Drypta Iris Clado'inathus occipi- 
talis, LcpfinopfrruH tibialis (Lueanide), ('opiomia. Lnnc/iotus, 2 esp. Polybothris, 
Rhyncophortis papKctnKS. ©^^ (Valeur véritable env. 75 francs). 

Pour Fr. 45. 35 seulement. (Kmballage et port inclus). 



LotSta. Catharina. mfl exempl- eO espèces diverses, COLÉOPTÈRES, 

ivl/ to'is cnrrr'ctcmrnt no/imi/s, du Brésil, de plus 
grande ou de moyenne taille. ®^^ (Valeur véritable env. 40 francs). 

Pour Fr. 14. 25 seulement. (Emballage et port inclus). 

Lot Mada^'aSCar. KA exemplaires, 22 espèces diverses, COLÉOPTÈRES, 

vlv fous correctement nomin-s de Madagascar, parmi 
lesquels : DrypUi, Scarites, Lonchotus crassus, Coptnniia (beau Célonide) 2 esp., 
Polyhothris (Buprest.), P(jcnochilns et un nombre d'espèces nouvellement décrites 
manquant à toute collection. EJ^F* (Valeur véritable env. 55 francs) 

Pour Fr. 14. 35 seulement. (Emballage et port inclus). 

Lot Célèbes. KÇ\ exempl., 20 espèces diverses, COLÉOPTÈRES, de plus gran- 
liv de taille, tous corrrctement n mm s, de Macassar (Célèbes), 
parmi lesquels : Holnlcpta pro'ora, Clado inathus occipit/dis (grand Lueanide jaune), 
Glyciphana cetehrnsis (Cétonide), Prophthrclmus, Hormocerns, lihyncophorus pa- 
puanus (grand Curcul. de palme). &^ (Valeur véritable env. 40 francs). 
Pour Fr. 14. 25 seulement. (Emballage et port inclus. 

E xemplaires de déterminatio n. 

Afin que chacun puisse déterminer lui-même ses arrivages exotiques en comparant à 
des exemplaires correctement nommes, j'offre des Coléoptères défectueux aux prix 
très modérés suivants : 

60 esp. ditr., corr. nommées, 
120 )) » )) 

60 )) )) » 

60 )i » » 

30 » » )» 

Lots b, c, d, e, tous ensemble fr. 40. 
Européens 100 esp. fr. 15 ; .500 esp. fr. 5i; lnOO esp. fr. 100 (Liste CLXXIX). 

Tout payable d'avance 
L. W. Schaufuss sonst E. KIocke, Meissen, Saxe. 

HENRI PETIT 

Calendrier cole^ptèrologique suivi 

d'un tableau indicpianl les époques des 
chasses aux Coléoptères. 
1 volume in-8" de 51 pages fr. 1.50 

Notes sur l'habitat des Coléoptères 

de France, i volume in-S» de 06 p. fr. 2 

Envoi franco contre mandat ou bons de 
poste. — Les deux ouvrages réunis fr. 3. 

Il ne reste que très peu d'exemplaires 
de ces deux ouvrages tirés à petit nombre. 
On céderait tout en bloc à bon compte. 

Envoyer offres et mandats à M. Henri 
PETIT, 2 rue St. Joseph, Chàlons-sur-Marne. 



a. 


Lot Amérique du Sud I 


b. 


» » » 1) II 


0. 


» Amérique du Nord : 


d. 


» Indes : 


e. 


» Afrique : 



fr. 


9.25 


fr. 


20.50 


fr. 


9.25 


fr. 


9.25 


fr. 


8 



LA SOCIETE 

d'Histoire Naturelle de 
Mâcon 

désire recevoir des catalogues et prix 
courants des marchands de livres, usten- 
siles et objets d'histoire naturelle. 

Les adresser au bibliothécaire de la So- 
ciété ; 

E. André, 62, rue municipale, 
Mâcon. 



7 — 



ENVOIS DIRECTS 

DE 

Colombie, Bornéo, Java, Ceram 

LÉPIDOPTÈRES 

EUROPÉENS & EXOTIQUES 

offerts à des prix très modérés 
en particulier 

Morpho Cypris Se Menelaus 

frais et d'une ouuleur magniiique 

à 3 Mark. 

10 exemplaires, en cornets, 20 Mk. 
id. 2m« qualité, 10 Mk. 

Grandes Mygales de Bogota 

2 Mk., 2 Mk. 50 & 3 Mk. selon la qualité. 

Encoi gratis et J't'ancu des listes de prix'. 

H. Stichel, Grunewaldstrasse, Berlin W 30. 

Graf-Kriisi, à Gais, Suisse 

recommande son assortiment de Lépidoptères de la 

Faune Indo-Australienne 
magnifiques sujets des plus grands 
J'offre 12 p èces 

2 Papilio Buddha 
2 - Hector 



2 
2 
2 



Aristolochiae 

Polymnestor 

Polytes 

Erithonius 

Agamemnon 

contre remboursement ou contre payement 
d'avance 

premier choix, étales, au prix de 25frs. 

,, encornets ,, 22 ,, 

deuxième choix, étales, ,, 15 ,, 

,, en cornets ,, 12 ,, 

Port et emballage en sus. 



Leopold Karlinger 

Vienne, 11/ % Dammstrasse 33, 

(Autriche) 
offre des 

CHRYSALIDES 

ticantes et fortes des cspices 
suicantcs. Prix en centimes par 
pirces. Sur 5 d'une espèce, l gra- 
tis : 

Van. Levana 10, Sph. Ligus- 
tri 15, Pinastri 15, D. Vesper- 
tilio 50, Euphorbiae 15, Smer. 
Quercus 70, Ocellata 15, Macr. 
Bombyliformis 30, Euch. Jaco- 
beae 10, Arctia Casta 80, Hy- 
perchira lo 60, Las. Ilicifolia 
100, Endr. Versicolora 40, Sat. 
Pyri 50, Pavonia 20, Nem. 
Pulmentaria 30. 

H. P. DURLOO 

à Valby, près Copenhague, 
Danemark. 

offre des Coléoptères du Nord, 
exemplaires frais dans l'alcool, prix 
en centimes : 

Pelophila borealis 55, Amara torri- 
da 20, convexiuscula '20, maritima 
Sclijödte 55, Plerostichus vitreus 20, 
Patrobus septenlriouis 50, Agabus 
arcticus 15, Enochrus l)icolor5, Och- 
tebius marinus 5, Silpha lapponica 
25, Pytho depressus 15, Œdemera 
croceicollis 15, Upis ceramboïdes55, 
Leptura virens 15, Acmîcops praten- 
sis 20, Phaleria cadaverina 10, Co- 
rymoites melancholicus 20, Tomicus 
acuminatus 10, Lina lapponica 15, 
Phytodecta polaris Sahlberg 15. 

Port et emballage gratis — Envoi 
contre mandat poste. 

Danemark : 100 exempl. (40 es- 
pèces, non préparées et indétermi- 
nées, prix 5 fr., port et emballage 
compris. 

Dans chaque lot il se trou- 
oe des espèces très rares. 



VERKAUF 

der 

seltensten Doubletten 

VENTE 

des Doubles les plus rares 

A.F. Nonfried, 
Entomologe, Rakönitz, Böhm. 

(Autriclie) 

Dr A. J. F. Fokker 

à Ziérikzée (HOLLANDE) 
désire acholer ou cchani^er des 

Hémiptères Hètèroptères 

d'Europe méridionale, Algérie etc. 

Mr le Dr Jacobs 

28, r. des Ursulines, Bruxelles, 
désire acquérir des 

Diptères européens 

de la famille des 
Tachinaires 

Doubletten-Liste 

über paLoarkl., COLEOPTEREN 

versende auf Verlangen. Audi Exo- 
ten Verzeichnisse. Iloliernaar-Rabatl. 

Hugo RAFFESBERG, 

Podhragy, Post Prasicz, Ungarn. 

Heyep, Elberfeld, Warresb. St. 

vend Chrysalides U'= qualité 
de l'Amérique : 
A. Cynthia 25, P. Cecropia 40, 
H. lo 90, Sm. Myops 100, Ex- 
cœcatus 120, E. Imperialis 140, 
D. Inscriptus 125, Th. Abbottii 
160, C. Undulosa 160 D. Ver- 
sicolor 400 centimes la pièce. 



— 8 — 

A VENDRE 

Coléoptères d'Abyssinie 

RARES OU NOUVEAUX 

prix réduit ou échange centre 

Africains, Histérides, Buprestides, Cèram- 

bycides du Globe. 

({lire aic'ëi : 
COLÉOPTÈRES des SEYCHELLES, 

CHINE, MADAGASCAR, CUNGO, ALGÉRIE etc. 

A. Théry 

St. Charles, par Philippeville, 

Algérie. 

HYMENOPTERA 

Mon nouveau prix courant contenant un 
nombre immense d'espèces rares et nouvel- 
les a paru et est envoyé franco à qui en fait 
la demande. 

Dr. O. Schmiedeknecht 
Blankenburg in Thüringen, Allemagne. 

À VENDRE 

une jolie collection de 
Fourmis dans l'ambre jaune 

composée des espèces sui vantes, le tout de conser- 
vation splendide ; 

Prix à la pièce 
4 Hypoclinea Geinitzi fr. 2 

4 » GœppTti 11 1.25 

5 1 )i constrictus « 4 

4 4 Formica Flori » 2 

5 3 Lasius Schieflerdeckeri » 2.75 

6 2 Gesomyrmex Hörnesi » 3 

puix M-T : 32 francs la collection. 
Cette collection pourra être complétée au 
fur et à mesure des arricagefi. 
Quantité de diptères, arachnides, coléoptères et 
hyménoptères dans l'ambre à l'r. 0.75, 1 fr., 1 fr.50 
l'écliantillon, Isr choix. 
Stock important de Lépidoptères et Coléop- 
tères à prix des plus réduits. 
ENVOIS AU CHOIX 

Amédée Pouillon, naturaliste 
à Landroff, Lorraine. 



Nos 

i 

9 



Le Directeur-di rant : E. Bartiie. 



Cette. — Imprimerie spéciale des „ MISCELLANEA ENTOMOLOGICA " 



Annonces 


La page 

•J/2 « 


fr. 


10. - 
5. — 


l'4 « 


,< 


2. 50 


i/8 « 


" 


1.25 


\otc <1(^ 7 à 8 lignes 


de 


2Ö lettres, 50 cent. 


(kluction d'un tiers pour 


les 


annonces à l'année. 


« (l'un quart pour 


les 


annonces au trimestre 



Anzeigen 

Die Seile Mk. 8 

1/2 « <. 4 

l'4 « « 2 

1/8 « .. 1 

Anzeigen von 7 bis 8 Zeilen zu 2ö Huclislaben, 40 Pf. 

Reduktion um ein Drittel für jälirliclic Anzeigen. 

« um ein Viertel rürviertcljalirlichc Anzeigen. 



POUR LES ABONNtS : 

l au ui$crt. de la iiuune annonce 25 % ; 12 insert. 33 '/sX ; 21 ins. 50 % 



Réduction 



Les annonces sont payables d'avance 
par mandat-poste. 



Die Anzeigen werden zum Voraus 
durch Postan-weisunc: bezahlt. 



jîlf'â Toute la coiTcspoiKlaiK-e doit êlre adressée à M. E. Barthe, 

jt professeur,Chàteau de la Caraussane, Cette, Hérault, France. 

Nous correspondons en franeais, allemand, anglais, espagnol, italien et lalin. Prière décrire très 
lisiblement et sur une feuille à part le texte des annonces. 

Aile Briefe sind zu richten an Professor E. Barthe, Château de la Caraussane, Cette, Hé- 
rault, (Frankreich). Wir werden cjrrespandicrea : i'ranzösiscli. Deutseii, Engliseii, Spaniscii, Ita- 
lienisch, Lateinisch. Es uird gehelen, Artikel oder Anzeigen miiglichst deullich zu schreilien, und 
die Anzeigen auf ein besonderes Blatt zu setzen. 

N.B. ^°"* payement doit se faire d'avance par mandat-poste ; nous n'accep- 
tons de timbres-poste que peur les petites annonces. 

Jede Zahlung muss in einer Post-Anweisung pränumerirt werden : Freimarken 
werden nur fur kieine Anzeigen angenommen. 

Les abonnements partent du commencement de chaque trimestre. 

Die Abonnemente gehen von Anfang eines jeden Vierteljahres ab. 



M. CROÎSSAWDEAU 
rue du Bourdon-blanc, 15, 

Orléans, 

désire acquérir par voie d'éclianges ou 
contre argent toutes les espèces de Psé- 
laphidee, Scydmenidee, Paussidae 
et Clavigeridas du globe qui peuvent 
l'intéresser, déterminés ou cou. 

Il y a des doubles de plus de 5000 es- 
pèces Gallo-lUiènanes et Corses à la dis- 
position des entomologistes ((ui veulent 
entrer en relations d'échanges. . 



LlDRAlKIi': 
DES SCIENCES NATÖRELLES 



FELIX L. OASiES 

nieitibrv (/'? /.'' Socicic cntfindioiji 
que (le l'raiice. 

Berlin W., Taiibanstr, 47 

se recommande pour la 
Fourniture des ouvrages ento- 
moiogiques, lU'ufs ou d'occa.-ion. 
Les catalogues (h's li\rvS d'occasion 

sont cuvoy/'S franeo à (jui en fera la 

demande. 



J. Desbrochers des Loges 

à TOURS Indre-et-Loire. 

Prix courant de Coléoptères d'Europe et CircS; d'Hémip- 
tères, d'Hyménopîères, de Curciilionidcs exoli([nes. Achat 
de Curculionides exotiques. 

Direction du Frelon, Journal mensuel d'Kiilomologie 
descriptive (Coléoptères). 
Prix de l'abonnement : 6 l'r. pour la France et l'étranger. 

Rivista itc.Iiana di scienze naturali. 

l'c^ année. 18i)j. 
Jiiiinud hi-iii(uu-:u'l. Ai'iniieniait 5 ,/"r. 

Contenant des mémoires illustrés et l'aimoiicc de tous 
les travaux italiens sur l'histuire iiatureiie. 

Direction et administration à Siena (Italia). 

Boilettmo del naturalista. 

i 'i ■ année. 18 il). 
Journal mensuel. AbDKnemrrt :; Ji\ 
Contenant des communicalions et notes d'hisltùre na- 
turelle. 

Publie graîuiteineni toutes les comjiunications 
et annonces d'échanges d'objets d'histoire natu- 
relle de ses abonnés. 

Direction et administralion à c^iena (lialia). 



A W I Q En sadressant directement au Bureau du Journal pour leurs achats, nos 
H V lO. abonnés réaliseront une économie de 10 à 25 % sur tous les articles 
nécessaires pour le rangement des collections. 

ÉPINGLES A INSECTES VIENNOISES 

Johann MÜLLER 
Vienne, Autriche, II, Circusgasse 20, 

recomniaiide son assorlinicnl complet des excellentes épingles blanches el noires, épingles camions, 
épingles pour micros. 

Mon dépôt général pour toute la France se trouve chez M. HENRI GUYON Paris, 20, rue 
des Bourdonnais. 

Die Insekten-Borse 

jetzt vereinigt mit der „Sammler -BÖrSe" 



Ja(nmlcr-3ör3c. 




m^i^^^M^^ 




üff«rt?nblatt 
5iensfe aller Sammei-'n^spe««"-! 



ißt für „Entomologen" und „Sammler" das hervorragendste Blatt, welches wegen 
der belehrenden Artikel sowie seiner internationalen und grossen Verbreitung betreffs 
Ankauf, Verkauf und Umtausch aller Objekte die weitgehendsten Erwartungen erfüllt^ 
wie ein Probeabonnement lehren dürfte. Zu beziehen durch diePost(ZeitungslisteNo.3135) 
und die Verlags-Buchhandlung Frankenstein & "Wagner. Leipzig, Augustusplatz 1. 
Abonnement bei Zusendung unter Kreuzband in Deutschland u. Oesterreich 1 Mk., nach 
».T-'deren Ländern des Weltpostvereins 1 Mk. 2Ü Pfg. = 1 Shilling 2 Pence =• 1 Fr. 50 Cent 



TUR 

BRITISH NATURALiST 

REVUE ILLUSTRÉE D'HISTOIRE NATURELLE 

surtout d'Entomologie et de Conchyliologie 

OIIUGKE !'Ai; JOHN K. KOKSO.N, V. K. S. 

HartlrpaoL Auqlctcrrc 
avec la collaboralion de nombreux spécialistes. 



ABOXNEME^iT ANMIEL ; 6 Shillings. 
John E. ROBSON,HARTLEPOOL, Angleterre. 

The „Entomoîogists Record" 

and Journal of Variation. 



Publié par J. W. TUTT, F. E. S. 
ABONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 

— FRANCO — 

Celle Hevue Scientilique mensuelle contient des arlicles 
l'un intérêt général |)()ur les Lépidoptéristes de tous les 
pays et est illustrée de nombreuses plauclies enchromoli- 
lliographie. 

Le montant de l'ahonnenient doit être adressé à 

Wr. A. J. Hodges, 2 Higbury Place, London N. 



Histérides, Buprestides, 
CÈRAWBYCiDES DU GLOBE 

COÉOPTÈRES AFRICAINS 



. A. Théry 



à St. Charles, Algérie. 

désire acquérir les raretés lui nian- 
quanl en Hislrrides, Btt/irrsfidcä et 
Crramhi/cidcs d'Europe. 

olTre, en échange de ceux d'autres 
provenances el de Coléoptères africains 
de bonnes espèces algériennes et du 

globe. 



On achète ou on échange 

contre des insectes les timbres de Fran- 
ce de 1818 à l'efllgie de la Ilépublicjue 
(en particulier le timbre de 1 franc), 
ceux de la Présidence et de l'Empire 
1852-1870) à l'elligie de Napoléon IH et 
ceux de 1870-71, République, non den- 
telés. 

S'aiîrrssci' dit linreau du Journal 



No 2, 



"1 

Vol. II. 



2""^ .\nnt;e — II Jahrcranç 



I février i89i. 




Miscellanea 

ntomologica 

Organe international 

contenant les demandes d'échange, d'achat et de vente de collections 

livres ou objets d'histoire naturelle. 

Anzeiger von Tausch, Kauf und Verkauf für internationale Entomologen. 

Entomologist's international Advertiser for exoliange, purohase and sale. 



Direction et Rédaction 

E.' BARTHE, à Cette, Hérault, (France). 

Avec la collaboration de naturalistes de tous les pays. 
Mit SUtwirkung internationalor Entomologen. 




<K^ Of CO 



/^SöNiAN ^ 



;ev^ 



Le " Miscellanea Entomologica " paraît le l" de chaque mois. 
Abonnement annuel : Union pos.tale, fr. 5. 
Die " Miscellanea Entomologica " erscheint am 1. jeden Monats. 
Jährliche Subscription : 4 Mk. — Annual subscription : 4 sh. 



MM. Argod- Vallon, à Crest (Drôme). Longicorncs cl coléoptères cavernicoles du globe. 

A. Finot, 27, rue St. Honoré, Fontainebleau. Oi'llioptères eiiropâons ot circa-méditorra- 



neons 



F. Ancey, St. Loup, 138, Marseille. Coli-opléres on yôrn rai. 

H. Gouin, 99, cours d'Alsace-Lorraine, Bordeaux. Cocànclliiies île l'rancc. 

R. Martin, au Blanc, (Indre), (iddiialcs du i^iolîc. >ii'vniptèiTS d'Kin-ope. 

D' M. Régimbart, à Evreux (Eure). Dylisridcs el (Iviiniilos du globe, 

R. P. Belon, rue du Plat, 18, Lyon, l/dlnidiens. 

E. Barthe, Cette, (Heraulti. Colroplères de la liiiyane frau(,-ai.se. ApiciiUnre. 

M. Pic à Digoin, (Saône et Loire), l,ougicoriics d'Kiirope et circa el Anthicides duglol)e. 

J. Croissandeau. rue du Bourdon-Blanc, 15, Orléans. Scjdménides, Paussides, Tséla- 

plùdes cl Clavijïcridcs du glol)e. 
D"^ Chobaut, 4, rue Dorée, Avignon. Mordcllidcs, Antliicides. l'édilides, RhipiphorLdes, 

Vcsicanis cl (Edcmcridcs de la laiino pal,''arcli(|ue. 
A. Janet, 104, boul. Saint-Louis, Toulon-Mourillon. Uliopalocères du globe. 
D' A. Sicard, à TebourzDuk, Tunisie. Cncciiicllidcs du i-lobe. 
D' L. Vitrac, aux Trois-Rivières, Guadeloupe. Enloniologie des Antilles. 
E. André, 17, rue des Promenades, à Gray, (H'' Saône), roraiicides dii globe el Mulilli- 

dos de la région ciiruijéo-iiicdilcrranéeniic. 
M. Vauloger de Beaupré, lieutenant au 144- de ligne, Blaye, (Gironde). Cicindélidcs 

et ("lirysiini ■■lidi's dl'.iiropc et ciroa. 
A. F. Nonfried, Rakonitz, Bohemia, Autriche. Lucaiiules, Célonides, Mélolonlhides, 

Rulclides, Dynastulcs, r.ui)reslules el Cérainhycidcs du globe. 
A. Théry, St-Charles, par Philippeville, Algérie, liaprosliilcs du globe el Longicornes 

d'Euroi)c. 
l'abbé A. Carret, aumônier aux Chai'treux, Lyon. Carabides d'Europe el en particulier 

genres llarpalus, l'tcrosticlius cl Aniara. 
A. L. Montandon, Strada viilor filarete, Bucarest, Roumanie. Hémiptères Hétéroptè- 



res. 



G. Gribodo, Via Maria Vittoria, 19, Torino, Italie. Vespi(l;c el Mcllifera du globe. 

D'- C. Schaufuss, Directeur du Museum Ludwig Salvator à Meissen, Saxe. Scolylides 

Plalypides el Scydmciddes exotiques. 
D^ Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, Wien, 1,1, Autriche. Cassidides du globe. 
E. Simon, 16, Villa Said, Avenue du Bois de Boulogne 56, Paris. Araclinides du 

globe. 
H. Fruhstorfer, Berlin N, Gartenstrasse 152. Uliopalocères de la règicm Indo-austra- 

licnnc. 
D' Franz Spaeth, Kohlmesscrgasse, 3, Wien I / 1. Cassidides du globe. 
G. de Bony, rue Vaneau, 36, Paris. Genre Cicindela (Europe et confins), Carabides vrais 

(çuropcens el eAoli<iues). spécialement genre Nebria. 
E. Abeille de Perrin, rue de la bibliothèque 24, Marseille. Dupreslides, Malacliidcs 

et Cisidcs palcarcti(iues. 
E. Fleutiaux, 1, rue Malus, Paris. Cieindclides, Élalcrides du gl(d)e. 
D' A. Puton, à Remirem-jnt, Vosges. Ilcnùplcrcs llclcroptères palcarcliques. 
H. Caillol, avocat, rue Traverse du Chapitre, 18, Marseille. Cryptopbagides, Mylal)ri- 

des (lirucldde:;) cl l'ronii<lcs palcarcliques. 
H. Nicolas, rue Velouterie 9, Avignon, biologie des Hyménoptères. 
C. Houlbert, professeur au Collège de Dieppe. I.arv('s de Coléoi)tères, Orthoptères el 

Ncvropteres. 
D>^ E. Candèze, à Glain- lès -Liège, Belgique. Élaléridcs du globe. 
Ch. Bruyant, rue Gaultier de Biauzat, 26, Clermont-Ferrand. l'aune entomologique 

des eaux, spécialcmenl ilydrocorises. 
E. Ragonot, 12, quai de la Râpée, Paris. .\licrolèi)idoplères dEuroiie ; Pyraliles, Cram- 

biles cl riiycites du globe. 

Nous rai)/)"l<in.'i <i:ic tout cuxiii. d'insectes aux membres ilu Comité doit être accom- 
pa(jne do, t'tnin-eä-po^te j)Our te retour et an besoin /)oiir la réponse. 

' Man wir.l hiermit (jebeten jeder Insektens'uduiuj an die Mitfilieder de^ Siudien- 
Ausschusses dus Fr<uikoJ'nr Riuksondumj und nöthifien/alls Jùr Antwort beleijen. 



«\StaUN" ENT0M0LO5/C4 



NUNTIUS ENTOMOLOGICUS INTERNATIONALIS 



No. 2. Vol. II. Édition Française 1 Février 1894. 



Monsieur et honoré collègue, 

La majorité des abonnés s'étant prononcée en faveur des éditions mensuelles, le jour- 
nal paraîtra désormais le 1" de chaque mois et aura 16 pages au minimum. 

Nous répondrons dans le prochain numéro aux nombreuses lettres qui nous ont été 
adressées à propos de ce changement. 

Il est bien entendu que le prix de l'abonnement reste le même pour tous nos anciens 
abonnés, c'est-à-dire pour tous ceux qui ont souscrit avant le 31 janvier 1894. 

Il nous reste à faire paraître le numéro échu du 1" mars ; nous recevronsjusqu'au 13 
courant les articles et les annonces pour ce numéro qui est à l'impression. 

Lv RÉDACTION. 



Rhopalocères nouveaux de l'île de Java 

par H. Früiistoiifer 

Helcyra hemina Hew. 

J'ai capturé au mois d'avril de l'année 1895 cette espèce, qui est nouvelle pour Java 
et les îles de la Sonde, dans les montagnes de l'intérieur de l'île, à une altitude de 4300', 
où je l'ai trouvée se reposant sur les bords d'une rivière. 

Cet exemplaire (d") se distingue des sujets de cette espèce capturés surl'IIymalaya par 
sa taille de beaucoup plus petite ; d'autre part par son coloris et la disposition de son 
dessin elle lessemble en tous points à l'image que nous donnent de cette espèce Marshall 
and de Nicéville, The Butteitlies of India, Burmah and Ceylon, tabl. XIX. 

Les espèces de ce genre [hemina Ilew., chi nipnc Feld, et >iupcrba Leach) pa- 
raissent être fort rares. 11 me suffit de rapi)eler à ce sujet la remarque fidle par Felder 
dans son travail fort étendu «Ein neues Lepidopleron, Jena 1861» à savoir que le Df Do- 
leschall n'a pu, durant un séjour de quatre ans dans l'île d'Aniboine, d'ailleurs si petite 
comparativement aux autres îles, capturer qu'un seul exemplaire d". Et il paraît que de- 
puis cette époque, il na pas été importé en Europe un second sujet de celte espèce, 
quoique lîle ait été parcourue depuis par de nombreux voyageurs et entomologistes. 

Le Dr Pagenstecker dans son Verzeichniss der Schmetterlinge Amboina's pag. 9. Wies- 
baden 1888, observe entre autres : «Ni le D'- Staudinger ni moi n'avons pu obtenir cette 
espèce si singulière. De même de Nicéville. dans l'ouvrage cilé plus haut, tome II pag. 45, 
déclare que Ho'ajra hemina est une espèce fort rare et qu'il n'a pu obtenir des ren- 
seignements exacts que sur la capture d'une Ç prise près de Darjilling à une altitude de 
1300' par 0. Möller. Outre ce dernier exemplaire, le même auteur n'a pu citer qu'un se- 
cond exemplaire d", propriété de l'indian Museum à Calcutta, et c'est la reproduction de 
ce second exemplaire qu'il nous a donnée dans son ouvrage. Probablement il ne sera 
possible d'obtenir un plus grand nombre de sujets de celte espèce que lorsque des 
spécialistes habitant les Indes auront recours à l'entomologie pratique et demanderont 
à l'élevage ce que les chasseurs n'ont pu obtenir jusqu'à présent. 



- 10 — 

Par suite de la découverte à Ja?a des genres Hcrona et Helcj/ra appa\ , ^ ■^^ 
famille des Nymphalides, la plus importante pour la Zoogéographie, on voit api .._„ jgg 
rapproclieiaeuls étroits entre la faune tie cette île et celle des Indes; bien cei ,p,r.ent 
la distance qui semble les séparer l'une de l'autre s'elTacera dans peu d'années i\\ . 
fois celle île si intéressante aura été explorée plus à fond. De même il est fort i^ icpm- 
blable que dans peu de temps on trouvera des représentants de ces genres sur le:'i ..ipeg 
îles de la Sonde, ainsi que dans la presqu'île de la Malaisie. 

Délias dorylaea Feld. var. altivaga m. 

d. Les deux paires d'ailes blanches en dessus écaillées de bleu gris à la base et i 
le bord noir antérieur des ailes supérieures jusqu'à la moitié de la costale. A l'ai 
apical des ailes supéri ures, la bordure costale noire s'élargit et forme une large ta< 
qui etlleure légèrement la cellule, devient plus étroite, pour se terminer en frange légère 
l'angle anal. 

La partie apicale porte trois taches jaunâtres, peu distinctes, oblongues (ces tachet 
ne se reconnaissent que ditlicilement sur l'un des exemplaires) et s'échancre intérieure- 
ment ; celte échancrure est parsemée de petites raies grises. 

Dessous des ailes suj) »rieures comme le dessus, avec cette différence que le noir de la 
partie apicile porte un retlet soyeux et que le bord interne de la tache apicale est plus 
nettement circonscrit. Vers l'apex on remarque quatre grosses taches très-distinctes, d'un 
jaune d'or et deux taches plus petites blanchâtres ; ces six taches sont rangées en ligne 
courbe. La base des ailes est écaillée de noir el porte un léger rellet jaune clair. 

Ailes inférieures bordées en-dtssus d'une étroite bande marginale, noire et dentelée, 
munies d'une taclie rouge transparente sur le bord interne ; la bande marginale du dessous 
se reflète sur le dessus. 

Dessous des ailes inférieures jaune d'or, avec reflet couleur safran le long du bord 
intérieur. Le long du b 'rd margi i:il une b.mde noire deux lois aussi large que celle du 
dessus, et eutreronpée par une rangée de cinq taches jaunes intercostales. Marge ieterne 
de cette bande fortement o.idnlée. 

Ç plus petite que le ^, a ec dessins plus am:)les sur les ailes. La bande apicale des 
ailes supérieures forme bor.Inre autour de l'angle anal el porte une rangée de cinti lâches 
Jaunâtres effacées. De m,;.n.» la banle mirginale de^ ailes inférieures est munie de cinq 
taches p»u distinctes rni^ç'-es ea li.jiie et est bordée inl 'lieurement d'atome^ bleu-gris 
Dessous comme chez le ^ a .ec cette diTérence que les différentes bandes des bords sont 
plus larges et sont parsem 'es de taches plus grandes et idus distinctes. 

Tète et corps noirs, cou.erts de poils bleu-gris. Abdomen gris en-dessns. blanchâtre 
en dessous. Palpes gis- noirâtre ; yeux brun foncé; antennes noires, lisérées de blanc 
intérieurement. Cuisses et tibias noirs avec une bande blanche. 

Mesure des pajjillons étalés: rf -^ 51— 53 mm; $Ç W-51 mm. D'après six exem- 
plaires -? ^ et ([uatre ^ $ faisant partie de ma collection. 

La variHé décrite ne diffère de i^oli ig do"//! ra provenant des îles Aru, el dont on 
ne conn.iît (ja'un seul e'vem,)laire, que par la couleur noii foncé des bandes, par les peti- 
tes lach 'S in')inî dis incies, disi)ar.iissant méni) pai-Fois el teint '-es de jaune sur le dessus de 
la partie apic lie — en outre par» la bande mirgiiiale des ailes inférieures plus larye — 
qui atteint le bord antérieur, est dentelée distinctement en dedans et est munie de taches 
intercostales jaunes et oblong les, taches (|ui sont blanches et arrondies jhez J u-ijl'i'd. 

Le dessf)us des ailes inférieures iVa'f. ra a porte dans la partie apicale cinq taches 
jaunes et une tarlie blanche tandis que chez donjlœa on y voit trois taches jaunes el 
trois taches blanches. 

En outre les ailes inférieures de 'lor'/lœa sont jaum-s ocre en dessous, celles d'nlfi- 
ca la jaun ' d'or clair ; les points marginaux sont blancs ou jaunes chez dorijlca tandis 
qu'ils sont tous colorés en jaune ch-z la variété dont il s'agit. 

Le beau jaune d'or qui brille sur le dessous des ailes inférieures A'nUi'a<jn lui est 
commun avec DrHis f/a'j/rtBoisd. de la Nouvelle-Guinée, cspècequi lui est proche parente 
el qui est tout aussi rare. 



- il — 

C'est par cette espèce et par une autre, Délias momea Boisd, qui elle aussi est propre 
à Java et qui se rapproche de Di^Uas n /sa Fabr., que se manifeste une parenté étroite 
entre la faune de Java et celle de l'Australie et des îles Papoua, parenté qui jusqu'ici 
n'avait été accusée que par la présence de Fcnariâ HorsfiehU Swains dans notre île. 

La présence de notre variété à une altitude très élevée mérite d'être remarquée ; car 
toutes les espèces qui s'en rapprochent ont été trouvées sur le littoral. J'ai capturé alti- 
viaga sur le volcan Gede à une altitude de riOOO'— 6000' ; c'est là que ces insectes volent 
par les belles journées à une grande hauteur au-dessus des plantations de café. Tandis 
que les autres Douas que j'ai observés à Java et à Ceylan volent lentement et en se 
jouant et vont à tout instant se reposer sur les fleurs ; le vol d'alticaga rappelle plutôt 
celui des Oroilhoptera et le vol si rapide des Papilionides des Indes ;, jamais d'ailleurs je 
ne suis parvenu à observer un exemplaire se reposant sur une fleur ou sur tout autre 
objet. J'ajoute que durant des mois et des mois j'ai du me contenter de sujets défraîchis 
et fanés jusqu'à ce qu'enfin des chasseurs indigènes m'eussent apporté des exemplai- 
res plus frais ; ce sont ces derniers qui ont servi de base à ma description. 



Communications - Questions - Observations biologiques - Notes de chasse. 

Le suicide d'un insecte. — Une guêpe errait sur les vitres de ma fenêtre ; je réso- 
lus de constater jusqu'où la porterait son humeur belliqueuse. Pour cela je la fixai délica- 
tement sur la vitre en appuyant sur le thorax de façon à ce qu'elle ne put me nuire. 

Inclinée sur le flanc, elle pouvait remuer la tête et l'abdomen presqu'en tout sens. 
Pendant près d'une demi-heure, elle fit des efforts désespérés en repliant rapidement et 
avec violence son abdomen prolongé par un long aiguillon qu'elle dardait contre l'obstacle 
qui la retenait captive. En même temps elle tournait la tête autant que possible vers le 
même but en faisant manœuvrer ses mandibules avec ardeur. Puis voyant ses efforts impuis- 
sants et la lutte désormais impossible, elle s'arrête un instant, se replie sur elle-même, 
ouvre largement la bouche, et, s'aidantavec ses pattes antérieures, y plonge résolument 
son aiguillon jusqu'à moitié ; par un second efl'ort elle le fait pénétrer jusqu'au bout dans 
sa petite cervelle. Â l'instant un tremblement nerveux se produit dans sa tête et son tho- 
rax; l'aiguillon n'était pas encore tout retiré que les pattes et le thorax s'agitaient convul- 
sivement ; 15 secondes après, la tète et le thorax étaient inertes et sans vie et l'abdomen 
qui avait encore un mouvement de va et vient mourait sur ma table trois minutes plus 
tard. 

Cette pauvre bestiole en voyant la lutte impossible avait semblé se dire : « Plutôt 
mourir que de me priver un instant de la liberté de ma vie éphémère ! », et, dans un 
suprême désespoir, elle s'est librement suicidée en s'injeclanl de son propre venin. 

Ce fait de la mort donnée par désespoir se constate d'autant plus que l'on remonte 
davantage les degrés de l'échelle des êtres pour avoir malheureusement son comble chez 
l'homme. J'ai souvent entendu dire que des quadrupèdes, des oiseaux s'étaient laissé 
mourir de faim par ennui, désespoir, avaient empoisonne leurs petits pour leur éviter la 
captivité ; mais de véritable suicide chez des insectes, c'est la première fois que je cons- 
tate le fait sans l'avoir jamais vu mentionné ailleurs. 

Une poire véritablement véreuse. — Quelques lecteurs seront peut-être sur- 
pris de ce titre, surtout cette année, où les fruits se conservent peu dans ma région parce 
que, dit-on, ils sont véreux. Mais, comme on le sait, cette expression française « fruit 
véreux » est loin d'être prise dans son sens strict, puisque tout fruit, rongé par un animal 
vermiforme, est appelé véreux. Habituellement il s'agit de larves de lépidoptères, de colé- 
optères ou de diptères, qui sont faussement appelées vers pai le public, à cause de leur 
formes allongées. Il est très rare de rencontrer un véritable ver, de la classe des annelés, 
dans un fruit n'ayant pas séjourné à terre ; c'est pourquoi je cite l'observation que j'ai 
pu faire dune poire véritablement véreuse. 

Au mois d'août dernier, je cueillis une grosse poire (duchesse) à environ 0.60 déterre. 
En la coupant par la moitié, je découvris à son centre une larve de lépidoptère et un très 
long ver. La larve avait environ 20™™ de long sur 4°"» de large ; elle avait dévoré tous 



— la- 
ies pépins de la poire et était morte. Le ver avait de 12 à 14 centimètres de long sur 1%'nm 
de diamètre. Il était replié sur lui même en deçà et au delà de la chenille après l'avoir 
transpercée deux fois pour la dévorer. 

J'ai envoyé l'intérieur de la poire et son contenu au Muséum de Paris, pour avoir le 
nom du ver. 

D'après M. Brongniart, c'est un Mcrmcs de la famille des Nvmathclminthcs. Ce genre 
a pour habitat les insectes (cette année les journaux en ont cité un exemplaire trouvé 
dans l'ahdomen d'une mouche, à Paris, par M. l'abbé David, naturaliste et missionnaire en 
Chine). 

M. Brongniart croit ([ue la présence d'un Mcrmcs n'avait pas encore été signalée dans 
une larve et encore moins dans une poire. 

Il rés'ille de ce qui précède que ce n'est qu'exceptionnellement que les fruits sont 
véreux ; le terme qui devrait remplacer celui-ci est le mot larceux. 

Abbé VlTLRAT. 

Comité d'études. — Nos abonnés microlépidoptéristes seront heureux d'apprendre 
que M. E. Ragonot, auteur de divers travaux descriptifs sur les microlépidoptéres et 
conservateur de la collection Peyerimhoff, se charge de l'élude des Microlcjndoptrres 
d'Europe, Pyralitos, Crambücs et Phjcitcs du globe, 

M. Pic étend ses attributions aux Pdnidcs (Bi-i/chiis) Dcrmcstidcs d'Europe et 
circa et aux Xt/lophilidrs, complétant les Anthicides du globe. 

M. Couturier, à la Nerthe, B" du Khône, offre son concours à ceux de nos abonnés qui 
s'occupent de malacologie pour la détermination des Coquilles marines, terrestres et 
fluciatilcs du globe. 

Nous prions les nouveaux membres d'agréer tous nos remerciments. 

M. Vicente Ortoneda, à Quito, Equateur, via Panama, échange des Hémiptères 
parfaitement déterminés, i'our les autres ordres, il ne fera des envois que contre rembour- 
sement. Propose des oiseaux de l'Equateur, surtout des Paradisiers. 

Autre adresse pour l'Amérique du Sud : M. L. Hoffmann, à Valparaiso. Chili, 
Casilla 798. Ce dernier n'est pas abonné et nous ignorons sa spécialité. 



Ouvrages d'occasion. 

Desiderata. 

I . Fauconnet, Faune analytique des coléoptères de France. 

Oblala. 

Kr. C. 
'2. Cramer, l'apillons exotiques avec sup[)lénient parSloll. 5 vol. avec 4i2 pi. 

color. Amsterdam. 177!)-91. gr. in-io, dem. rel 525 - 

ô. Edwards, The Itutlertlies of North America, Vol. 1 & 2, vvith 101 col. plates. 

Phihidel. 187i)-85. in-i», maro(juin, tranches dorées 350 - 

4, Audinet-Serville, Orthoptères. in-S". av. figures col., 1854-1870 . . 14 - 

5. Herrich-Schäffer, Systematisch Beari)eitung der Schmetterlinge von Euro- 

pa. 6 Bde. mit ÖÜ schw. und G3ü col. Tafeln. Regensburg. 1845-18J5. in-4'', 

demi-reiiure 850 - 

li. — lA!|)i(lijplera e\otica nova, mit l'2l} col. Taf. Regensburg. 1850-1858. 

in-4'. (lein. r. . • 200 - 

7. Kirby. Synonymie Catalogue of diurnal I>('pi(loi»tera. 2 vol. avec sup|)l. Lon- 

don, 1871-77 25 - 

8. Staudinger & Schatz, FAOtische Schmetterlinge. Bd. 1 et 2, mit 150 col. 

und scliw. Tafeln. Fürth, 188 't 18tl2, in-fol. . • • 225 - 

'.». Gyllenhal. insccta sueclca. 1827, 4 vol. reliés 12 - 

10. Kiferbuch Calwcr, Stuttgart, 1858. 1 volume relié, planches coloriées 5 - 

II. Tournier, Description des Dascil ides du bassin du Léman, 1808. pi. color. 12 - 
12, Schönher, Curculionidum dispositio methodica, 1820 2 - 



— \ô — 

13. Catalogue de la collection de Dejean 1837 (annoté par Lasserre), usagé, rel. 10 — 

14. Solier, Essai sur les Buprestides (Dédicace de Solier) 3 — 

15. Heer, Catalogue des Coléoptères suisses. 1" partie, S»« livraison. 1841 . . 3 — 

16. Duméril, Considérations générales sur les insectes. 1823. planches . . 10 — 

17. Pictet, Recherches pour servir à l'anatomie et à l'histoire nat. des Phrygani- 

des (dédicace de Pictet (1834, relié, pi. col 65 — 

18. de Marseul, Monograpliie des Téléphorides (L'Abeille). 1877. rel. ... 12 — 

19. Brez, Flore des insectophiles. 1791 relié 1 — 

20. Latreille. Hit-toire naturelle des Fourmis. 1802. relié li- 
ai. Katter, Monographie des Meloë. 1883 (brochure) ....... 0. 50 

22. Mulsant, Histoire naturelle des Coléoptères de France. Altisides, 1860 . 8 — 

25_ )) )) » » « » ScuticoUes, 1867 . 8 — 

24- _ » » » » » » GibbicoUes, 1867 . 11 — 

25. )i » I) H n » Pectinipèdes. 1856 . 10 — 

26. » » » M » » Palpicornes, 184i, . 7 — 

27. » » » » » » Piluliformes, 1869. 5 — 

28. — Improsternés, Uncifères, Diversicornes, Spinipèdes, 1872 ... 5 — 

29. — AngusticoUes, Diversipalpes, 1864 5 — 

30. Chevrier, Essai monographique sur lesNysson du bassin du Léman. 1867 . 1.50 — 

31. Chapuis, Synopsis des Scolytides. 1869 2 — 

32. Duponchel. Iconographie et Ilist, natur. des Chenilles (56 pi. col.), 2 vol. 

1849. rare "î^ — 

53. Bedel, Faune des Coléoptères du bassin de la Seine. Tome VI, Curculionid» 

Si Scolytidid'cC 10 — 

3i, Minière, Iconographie, 3 vol. reliés • . . . 300 — 

35. Rambur, Catalogue systématique des Lépidoptères d'Andalousie. 1 vol. rel. 35 — 

36. Chenu. Encyclopédie d'histoire naturelle : Papillons. 1850. relié ... 7. 50 

37. Berce, Guide de 1 éleveur de Chenilles 1 — 

38. Preudhomme de Borre, Conseils aux chasseurs d'insectes, 78, et 

Leprieur, La chasse aux coléoptères, 1887. les deux ouvrages ... 1 — 

39. Pictet, Synopsis des Névroptères d. Espagne (14 pi. col., la dernière déchirée) 

1865 20- 

iO. Schmidt, Bestimmungs Tabellen europ. Coleopt., XV, Ilisteridœ. 1885 . 

et Fauvel, Les ilislérides gallo-rhénans & catalogue, 1886, rel. . . 5 — 
H. Bonvouloir (H de), Monügrai)hie de la famille des Eucnemides, 1866, rel. 20 — 
42. Latreille & Dejean, Histoire nalurelle et Iconographie des Insectes Coléo- 
ptères d'Euro|)e. planches coloriées (tout ce qui a paru), 1822 ... 5 — 
'k.. Desbrochers des Loges, Monographie des Balaninidie & Antbonomida? 

d'Europe et des contins méditerranéens. 1868 4 — 



Échanges. 

Les annonces d'cchanfje (''manant de nos abonnes et ne dépassant pas six 
lifincs d'iini,rcss(on seront insérées gratuitement. 

M. le Dr. C. Houlbert, 55, rue Chanzy, Dieppe, offre sa Pc^'iïe Faune analiiiique 
des Coli opt res, in-12, 78 pages, en échange de Coléoptères français déterminés, 
rares ou non. Envoyer oblala ; au moins 40 es|)èces pour chaque exemplaire. 

M. F. Bonnemaison, rue de la République, 63, St. Gaudens, Hte. Garonne, 
offre plusieurs centaines de Coléoptères cha.s.sés dans les régions pyrénéennes, contre 
espèces de l'Europe. Envoyer listes détaillées d'oblata et de desiderata. 

M. Pic, à Digoin, Saône - et -L Dire, cesseri ses relations entomologiques du 10 avril 

au 20 juin, par suite d'un voyage en Algérie. 
M. J. Passet, 60, rue Miromesnil, Paris, désire des Chenilles exotiques soufflées. 



— 14 — 

M. P. de Beaulieu, 14, rue de l'Archevêché, Tours, (Indre-et-Loire), France, 
désire échan},'er. c nitre des Carabes et des Cccimlrlrs d'Europe, plusieurs Clijtcs 
de sa région, plusieurs Buprestides et M (jac phnlcs exotiques et quelques Co- 
pris. Il récoltera sur la demande des amateurs des Amara, IJarpales, Pœcilcs et 
autres petits Carabiques de sa région. 

M. O. Lamirche de Rossius, à Liège, Belgique, désire entrer en relations d'échan- 
ges pour L iditopt rc.-i exotiques. 

M. J. Buffet, à Montrevel, (Ain), offre de bons Coléoptères d'Europe en échange d'un 
catalogue de de Marseul, Reitter ou autre, pointé ou non. 

M. J. Quittard, rue de la Charité 23, à Riom, (Puy de Dôme), offre : Cicind. Hy- 
brida, Oniophron limbalus, Cal. sycophanta, Car. intricatus, morbillosus, catenulatus, 
Lebia tureica, Panag«^us crux-major, Chla^nius velulinus, Lioinus cassideus, Sphodr. 
leucophthalmus, Ateuchus cicatricosus. Copris iiispanus, Rliizolrogus Hennoni, dis- 
par, Uoplia bilineata, Cetonia floralis Glbbium scotias, Omophl. cseruleus, Lydus al- 
giricus, Chrysanthia viridis, Molyles germanus, Hesperophanes nebulosus, Clytus tri- 
fasciatus, Dorcadion meiidax, Laniia textor, Astynomus a^dilis, Liopus nebulosus, Po- 
gonoch'.erus hispidus, Mesosa curculionoïdes, Agapanthia cardui, Saperda scalaris, 
populnea, Pacliyta coUaris, cerambyciformis, Clylhra taxicornis, Timarcha generosa, 
le tout bien préparé, contre d'autres Coléoptères d'Europe ou d'Algérie. Échange à 
valeur égale. Envoyer oblata. 

M. H. Nicolas, conducteur des ponts et chaussées, rue Velouterie 9, Avignon, 
désirant compléter certaines études sur la biologie des Hyménoptères, a besoin du 
plus grand nombre de nids d'insectes de cette famille ou de cocons leur appartenant. 
Accepte tout ce qu'on pourra communiquer à ce sujet. 

Les hyménoptères nichent partout ; sur les pierres, où ils se construisent des nids 
résistants, dans les coquilles terrestres vides, dans les roseaux des haies, dans les 
ronces, dans les terrains sablonneux où ils se creusent des galeries, etc. 

M. Luigi Pozzi, ingénieur, à Modena, (Italie), rua del Muro, 33, désire entrer en 
relations d'échanges et offre des Coléoptères et Lépidoptères de la faune d'Europe, 
contre Coléoptères et Lépidoptères des mêmes pays. Envoyer oblata. 

M. L. Marché, instituteur, à LimilDuges, (Deux- Sèvres), offre Coléoptères contre 
Diptères et Névroptéres, 

M. E. Dubois, rue de Bruges, à Menin, Flandre occidentale, Belgique, offre des 
Léi)iiloptères exotiques contre européens en parfait état. 

M. Flamiry, 26, rue de Flacé, à Màcon, (Saône et Loire), désire des Diptrres 
a iiiafn,-' n -i et des/orniicidos. 

M. le baron A. Bonnaire, 114, rue St. Merry, Fontainebleau, possède de nom- 
breux doubles de Coléoptères rares ou intéressants de la f;une paléarctique 
et du pourtour de la méditerranée. — Demande d'échanges contre Coléoptères de 
même provenance. Prière d'envoyer listes auxquelles il sera repondu selon leur impor- 
tance. 

M. Ant. Boucomont, 20, rue Steffen, Asnières, (Seine), offre : Calcdnnica Inni- 
(j !•'(, Hiirii li P ii-nc <f)'a 'T /ifiroct'phaia ; Manticrc/iidiiis rariabilis ; Aula- 
c -c iCius tri u pis: Orf/iorinus Lcaeleiici ; Mrcistocnriis miprrssus ; 'l'ra(jopus 
jjicfiis; Mec >piiH calcdon eus; Arcof mus tristis ; Buprcstoniorpha Monirou- 
^irri ; S/dn^ltc/ia ijratiosa ; Nrinas-henia Pcrardi, Los'Iouci: Lcptonnta co- 
miirssa ; Uroptrrus Douci. — Demande Lucanides et La/nelticorncs, Carabes 
d Europe. 

M. A. Dhoine, comptable, 39, rue du Plat, à Armentières, (Nord), désirerait 
entrer en relation avec une personne (|ni, i)ar occasion, pourrait lui céder dans des 
conditions avantageuses des Lépidoptères de France (Diurnes seulement). Envoyer 
oblata et conditions. 



— 15 — 

VRAIMENT A BON MARCHÉ : 

Lot Fortuna. | KH exempl. 90 espèces diverses, COLÉOPTÈRES, tous cor- 
ii/v recteiucnt noninvs, de Madagascar, Célèbes, Brésil, 
Amasia, parmi lesquels : Carabm Bon,ouloiri, Dry pi a Iris, Ctadojnathus ocapi- 
talis, Lepdnoptoruä tilnaiis (Lucanide), oiiioniia, Loncho us, 2 esp. PolyboHiris, 
Rhyncophorus pa'iuaniis. iQ^ (Valeur véritable env. 75 francs). 

Pour Fr. 45. 35 seulement. (Emballage et port inclus). 

Lot Sta. Catharina. lAH exempl., eo espèces diverses, COLÉOPTÈRES, 

11/1/ 10 s corrcccmm noiiun s, du Brésil, de plus 
grande ou de moyenne taille. ©.^ (Valeur véritable env. 40 francs). 

PourFr. 14. 25 seulement. (Emballage et port inclus). 

exemplaires, 22 espèces diverses, COLÉOPTÈRES, 

?oa,s correct eni'a' nomia s de Madagascar, parmi 
lesquels : Drypfa, Scari es, Lonchotus crassu^, Coptoima (beau (Jélonide) 2 esp., 
Poli/hofhris (Uuprest.), Pjcnochilns et un nombre d'espèces nouvellement décrites 
manquant à toute collection. 8^^ (Valeur véritable env. 55 francs) 

Pour Fr. 14. 35 seulement. (Emballage et port inclus). 

Lot Célèbes. KO '"'^'"l''-' ■^O espèces diverses, coléoptères, de plusgran- 
ÜV de taille, ous correct cinciit n inia s, de Macassar (Célèbes), 
parmi les(juels : HoL l''jjta/)ro rra, lai/o ,natluis o.ct/n7.7./(. s (grand Lucanide jaune), 
Glycipkana celcl)on~.iä (Cétoiiide), Pri>/)hih ilmu.s, Honnocf^r s, liliync( pliorus pa- 
puanus (grand Curcul. de palme). §^^ (Valeur véritable env. 40 franc-;). 
Pour Fr. 14. 25 seulement. (Emballage et port inclus. 

Exemplaires d^ déterminatio n. 

Afin que chacun puisse d.'termiiier lui-même ses arrivages exotiques en comparant à 
des exemplaires . orr^ctcincnt uoiniit s, jolfre des Coléoptères défectueux aux prix 
très modérés suivants : 



Lot Madagascar. KQ 



60 esp. (Ii(f., corr. nommées, fr. 9.25 

123 )) » )i fr. 20.50 

60 » )) )) ir. 9.25 

60 » » » fr. 9.25 

30 » » )) fr. 8 
Lots b, 0, d, e, tous ensemble fr. 40. 
Européens 10Ü esp. fr. 13 ; 5,)J esp. fr. 5i; lnOO esp. fr. lOiJ (Liste CLXXIX). 

Tou: Dav^ble d'avance 



a. Lot Amérique du Sud I 

b. I) » I) » II 

c. » Amariqae du Nord : 

d. » Indes : 

e. H Afrique : 



L. W. Schaufu33 sj.ist c i\Iüc><8, wlsissen, Saxe. 



HENÜI PSfir 
Calendrier cole.pteroiogique suivi 

d'un tableau iiuliqaaal les épixiues des 
chasses aux Golét)pières. 
1 volume in-S" de 51 pages fr. 1.50 

Notes sur l'habitit das Coléoptères 

de frànce. l volume in-S« de 00 p. fr. 2 
Envoi franco CDUtre miudat ou l).>ns de 

poste. — Les deu'w uUvrrages réunis fr. 3. 
Il ne reste q le très peu d'exemplaires 

de ces deuv ouvrages tir -s à petit nombre. 

On céd.-raii. tout e.i bloc à bon compte. 
Envoyer oïlV^^s et maïui.its à M. Henri 

PETIT, 2 rue St. Joseph, ClUàlons-sur-Marne. 



LA SOCI£T£ 

d'Histoire Naturelle de 
Mac on 

désire recevoir des catalogues et prix 
courants des marchands de livres, usten- 
siles et objets d'..istoire naturelle. 

Les adresser au bibliothécaire de la So- 
ciété ; 

E. André, 62, rue municipale, 
Màcon. 



— 16 — 



EN VENTE 

tt^ au Bureau du Journal ^elî 

Cavernicoles de l'Ariège 

Aphœnops Cerberus — 0.25 — le cent fr. 20 

Aphœnops Pluto 0.30 — le cent fr. 25 

Bathyscia clavata 0.10 — le cent fr. 8 



Carabus splendens 0.35 — le cent fr. 30 



THE 

Naturalist' S Journal 

Revue illustrée 

pour les collectionneurs et les amateurs 

d'Histoire naturelle. 

Surtout d'Entomologie, d'Ornithologie, de Conchy- 

iologie, de Botanique, etc. 

Colonni' (iratiiitc /loiir le?; (Icinarulos (rechange 

Abonnement annuel : 2 sh. 6 d. (fr. 3) 

Dirig'C par 

H. K. Swann, 389. Enston Road. 
London N.W. Angleterre. 

M. Henri Caillol, avocat, 
rue Traverse-du-Chapitre, 18, Marseille. 

désire acheter ou échanger contre des Coléoptères 
français des 

BRUCHIDES (Mylabrides) et UROMIDES 
du globe, 
déterminés ou non, ou même non préparés (dans 
la sciure). 

Il (li'sirerait également se procurer des gousses 
et graines contenant des larves de ces insectes. 



Filet à Papillons 



de M. Graf-Krüsi. 

Ce lilet en tissu de 
soie 1res fort, bordure en acier re|»liée en quatre 
parties, applicable à tout bâton, est le seul qui 
ait obtenu un diplùme et une 

Médaille de l>'*' classe 

à l'exposition de Vienne. 

Marque G au /jiu- do 6 ./'/'. la jjièce. 

» K » n » 5 )) » n 

S'adresser au fabricant : 

M. Graf-Krüsi, Gais, prés St. Gall, Suisse. 

CHRYSALIDES VIVANTES : 

CECROPIA et PROMETHEA 

la douzaine 4 fr. 



JAVA 

LEPIDOPTEREN i COLEOPTEREN 

In reicher Auswahl und 

vorzüglichster Qualität giebt zu sehr 

billigen Preisen 

COLEOPTERES ET LÉPIDOPTÈRES 

Coquilles terrestres etßuciatiles 

de Java 

Grand [choix et excellente qualité, 

prix très modérés. 

H. FRUHSTORFER 
Berlin N. Gartenstrasse 152. 

Walter WINDRATH 
Post Office, Singapore, 

olfre des 

LÉPIDOPTÈRES 

de BORNEO 

et d'autres provenances 
à des prix tr s aranta'iewv. 

Julius Dahlström 

à EPERJES, Hongrie. 

ollVe des 

MACR0LÈPEIÛ3PTRES d'EUROPE 
environ 600 espèces en vente 

avec 6Ü — 75 % de rai)ais. 

lA-'ifs (jra'is ri J'ranco 

M>'. J. Gribodo 
rue Maria Vittoria 19, Turin 

achète des Vespida; et Mellifera par 
centuries, exe pté les Européens et 
les Néoarctiques (Etals-Unis et Ca- 
nada)^ 

LÉPIDOPTÈRES 

européens, exotiques 
MICROLÈPIDOPTÈRES 

CHENILLES PRÉPARÉES 

très soigneusenienl 
PRIX TRÈS AVANTAGEUX 

H. Lhotte, naturaliste, 31, rue 
de Clichy, Paris. 

Nota. — (>n de/naiide des cor- 
resfi 'ndants pour rece <>ir dès 
Lépidoptères rt des Chenilles 
vivantes d^<'s/)('ces partivitlirrrs 
aiu- dijf'< rentes re'jinns de la 
Frtince, ainsi que des exotiques 
en papdlottes. 



— 17 — 



ENVOIS DIRECTS 

DE 



Colombie, Bornéo, Java, Ceram 

LÉPIDOPTÈRES 

EUROPÉENS & EXOTIQUES i CHRYSALIDES 



Leopold Karlinger 

Vienne, II", Dammstrasse 33, 
(Autriche^ 

ofri'c des 



offerts à des prix très modères 

en particulier 

Morpho Cypris «Se Menelaus 

trais et d'une couleur niagniliijuc 

à 3 Mark. 

10 exemplaires, en cornets, 20 Mk. 
id. 2'"'^ qualité, 10 Mk. 

Grandes Mygales de Bogota 

2 Mk., 2 Mk. 50 & 3 Mk. selon la qualité. 

Enroi gratis et J'raiiro des listes de pi'ir- 

H. Stichel, Grunewaldstrasse, Berlin W 30. 

A VENDRE 

Coléoptères d'Abyssinie 

RARES ou NOUVEAUX 

prix réduit ou échange contre 

Africains, Histèrides, Buprestides, Cèram- 

bycides du Globe. 

O/I're (dissi : 
COLÉOPTÈRES des SEYCHELLES, 
CHINE, MADAGASCAR, CONGO, ALGÉRIE etc. 

A. Théry 

St. Charles, par Philippeville, 
Algérie. 



Anthicides, Xylophilides, 

PTINIDES 

M. Maurice PIC, à Digoin (Saône-et-Loire) 
demande à acquérir par voie d'échanges ou 
d'achats des Anthicides. Xylophilides et Pti- 
nides {Brarhits) du globe, déterminés ou non. 

Il offre en échange plusieurs Aiitliicas du 
globe, décrits par lui avec de nombreuses rare- 
lés (surtout des Alpes, Algérie, Egypte) dans di- 
verses familles de Coléoptères, beaucoup de Lon- 
gicornes et quelques insectes de divers ordres (Hé- 
miptères, Hyménoptères etc. ) provenant de Chine 
ou d'Algérie principalement. 



ricantes et fortes des espèces 
suicantes. Prix en centimes par 
pièces. Sur 5 d'nne espèce. 1 gra- 
tis : 

Van. Levana 10, Sph. Ligus- 
tri 15, Pinastri 15, D. Vesper- 
tilio 50, Euphorbiae 15, Smer. 
Quercus 70, Ocellata 15, Macr. 
Bombyliformis 30, Euch. Jaco- 
beae 10, Arctia Casta 80, Hy- 
perchira lo 60, Las. Ilicifolia 
100, Endr. Versicolora 40, Sat. 
Pyri 50, Pavonia 20, Nem. 
Pulmentaria 30. 



H. P. DURLOO 

à Valby, près Copenhague, 
Danemark. 

olFre des Coléoptères du Nord, 
exemplaires frais dans l'alcool, pri\ 
en centimes : 

l'elophila borealis "t, Amara lurri- 
da 20, convexiuscula '20, maritima 
Schjödte 55, Pterostichus vitreus 20, 
Patrobus septentrionis 50, Agabus 
arcticus 15, Enochrus bicolor5, Ocli- 
lebius marinus 5, Silpha lapponica 
25, Pytho depressus 15, Œdemera 
croceicoUis 15, Upis ceramboïdes55, 
Leplura virens 15. Acmieops praten- 
sis 20, Phaleria cadaverina 10, Co- 
rymbites melancholicus 20, Tomicus 
acuminatus 10, Lina lapponica 15, 
Phytodecta polaris Sahlberg 15. 

Port et emballage gratis — Envoi 
contre mandat-poste. 

Danemark : 100 exempl. (40 es- 
pèces, non préparées et indétermi- 
nées, prix 5 fr., port et emballage 
compris. 

Dans chaque lot il se trou- 
re des spcces trèi rares. 



VERKAUF 

der 

seltensten Doubletten 

VENTE 

des Doubles les plus rares 

A. F. Nonfried, 
Entomologe, Rakönitz, Böhm. 



Viilrirlic) 



Dr A. J. F. Fokker 

à Ziérikzée (lloLLA.NbE) 
désire arholer ou eclianj^er des 

Hémiptères Hètèroptères 

d'Europe niéridiouale, Algérie etc. 

Mr le Dr Jacobs 

28, r. des Ursulines, Bruxelles. 
désire ac(iuérir des 

Diptères européens 

de la famille des 
Tachinaires 



Doubletten-Liste 

iilx'v pala'aikt., COLEOPTEREN 
versende auf Verlangen. Audi Exo- 
ten Verzeielinisse. Ildheilkutr-Iialiatt. 

Hugo RAFFESBERG, 

Podliragy, Post l'rasiez. 1 "ngarn. 



Heyer, Elberfeld, Warresb. St. 

vend Chrysalides 1"= (pialilé 
de l'Amérique ; 
A. Cynthia 25, P. Cecropia 40, 
H. lo 90, Sm. Myops 100, Ex- 
cœcatus 120, E. Imperialis 140, 
D. Inscriptus 125, Th. Abbottii 
160, C. Undulosa 160. D. Ver- 
sicolor 400 centimes la pièce. 



— 18 — 

Graf-Krüsi, à Gais, Suisse 

reconimaiule son assortiment de l.(''pido|)lères de la 

Faune Indo-Australienne 

Il ollre les |iapillons sui\anls en ((irnets : 

DE MALABAR 

PAPILIO BUDDHA 

1' I choix 4 fr. — 2"' choix 2 fr. 

PAPIL. POLYMNESTOR 

1 ' choix fr. 2.50 

PAPILIO HECTOR 

1«' choix fr. 0.75. 

PAPILIO POLYTES 

1"' choix fr. 0.40. 

HEBOM. GLAUCIPPE 

1 ■ choix fr. 0.75. 

PARTHEN. V. SYLVIA 

1 ■ choix fr. 0.75. 

DE BORNEO 

Amathuxidia ottomana 

2""^ choix fr. 5. 

Amaxidia Aurelius 

2 ' choix fr. 10. 



Zeuxidia Amethystus 

2" choix fr. 4. 

Zeuxidia Doubledayi 

2""^ choix fr. 5. 

Thaumantis Odana 



2'" choix fr. 2. 
S'adresser à 

Mr. Graf-Krüsi, Gais, Prés St. Gall, Suisse, 



HYM ENOPTERA 

Mon nouveau prix courant contenant un 
nombre immense d'espèces rares et nouvel- 
les a paru et est envoyé franco à qui en fait 
la demande. 

Dr. O. Schmiedeknecht 
Blankenburg in Thüringen, Allemagne. 



Le Dii'vctc ir-C, Tant : E. liAuriit. 



Cette. — Imprimerie spéciale des „ MISCEI.LANEA ENTOMOLOGICA " 



Annonces 


La page 

1/2 « 
l'4 « 
1/8 . 


fr 


10. — 
5. — 
i'. 50 
1.25 


Noie de 7 à 8 lignes 

éduction d'un tiers pour 

« d'un quart pcui 


de 
les 

les 


26 lettres, 50 cent, 
annonces à l'année, 
annonces au triniesti 



Anzeigen 

Die Seite Mk. 8 
1/2 <- « 4 

1/4 II o 3 

1/8 « « 1 

Anzeigen von 7 bis 8 Zeilen zu 26 Buchstaben, 40 Pf. 
Reduktion um ein Drittel für jährliche Anzeigen. 

« um ein Viertel liir vierteljährliche Anzeigen. 



FOUR LE.^ ABONNIES : 
Rcduction — / a /) insert, de la m'hue annonce 25 % ; 12 insert, .i'.i ^3% ; 21 ins. 50 % 



Les annonces sont payables d'avance 
par mandat-poste. 



Die Anzeigen werden zum Voraus 
durch Postan-weisung bezahlt. 



Correspondance 



Toute la corrcspondauco doit être adressée à M. E. Barthe, 
professeur,Chàteau de la Caraussane, Cette, Hérault, France. 
Nous correspondons en iraneais, allemand, anglais, espagnol, italien et latin. Prière d'écrire très 
lisibiemenl et sur une leuilie à part le texte des annonces. 

Aile ßriefe sind zu richten an Professor E. Barthe, Château de la Caraussane Cette, Hé- 
rault, (Frankreich). Wir werden currespoadicren : Franzosiscli, Deulscii, Engliscli, Spanisch, Ita- 
lienisch, Lateinisch. Es wird gebeten, Artikel oder Anzeigen niögliclist deullidi zu sclireiben, und 
die Anzeigen auf ein l)esonderes Blatt zu setzen. 

N.B. ^°"* payement doit se faire d'avance par mandat-poste ; nous n'accep- 
tons de timbres-poste que peur les petites annoncei;. 

Jede Zahlung muss in einer Post-Anweisung pränumerirt werden : Freimarken 
werden nur fur kleine Anzeigen angenommen. 

Les abonnements partent du commencement de chaque trimestre. 

Die Abonnemente gehen von Anfang eines jeden Vierteljahres ab. 



M. CROISSANDEAU 

rue du Bourdon-blanc, 15, 

Orléans, 

désire acquérir [>ar voie d'échanges ou 
contre argent toutes les espèces de Psé- 
laphidae, Scydmenidse, Paussidae 
et Clavigeridse du glol)e qui peuvent 
l'intéresser, déterminés ou non. 

Il y a des doubles de plus de 5000 es- 
pèces Gallo-Rhénanes et Corses à la dis- 
position des entomologistes qui veulent 
entrer en relations d'échanges. 



LIBRAIRIE 

DES SCIENCES NATURELLES 



FÉLIX L. DAMES 

membre de la ■'riocietc ent(jmulu(ji 
que de France. 

Berlin W., Taubenstr, 47 

se recommande pour la 
Fourniture des ouvrages ento- 
mologiques, neufs ou d'occasion. 
Les catalogues des livri^s d'occasion 

sont envoyés franco à ([ui en fera la 

demande. 



J. Desbrochers des Loges 

à TOURS Indre-et-Loire. 

Prix courant de Coléoptères d'Europe et Circa, d'Hémip- 
tères, d'Hyménoptères, de Curciiliouidcs exotiques. Achat 
de Curculionides exotiques. 

Direction du Frelon, Journal mensuel d'Entomologie 
descriptive (Coléoptères). 
Prix de l'abonnement : 6 fr. pour la France et l'étranger. 

Rivista italiana di scienze natural!. 

\'i<^ année. 1891. 
Journal bi-mensuel. Aboiinemenl 5 fr. 

Contenant des mémoires illustrés et l'annonce de tous 
les travaux italiens sur l'histoire naturelle. 

Direction et administration à Siena (Italia). 

Bollettmo del naturalista. 

li« année. 1849. 
Journal /ncnsuel. Abonnement :> J'r. 
Contenant des communications et notes d histoire na- 
turelle. 

Publie gratuitement toutes les communications 
et annonces d'échanges d'objets d'histoire natu- 
relle de ses abonnés. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



Il W I C Ell s'adressant directement au Bureau du Journal pour l^urs achats, nos 
MW lO« abonnés réaliseront une économie de 10 à 25 % sur tous les articles 
nécessaires pour le rangement des collections. 

ÉPINGLES A INSECTES VIENNOISES 

Johann MÜLLER 
Vienne, Autriche, II, Circusgasse 20, 

recommande son assorlimeut complet des excellentes épingles blanches et noires, épingles camions, 
épingles pour micros. 

Mon (icpùt i,MMi(''ral pour toute la France se trouve chez M. HENRI GUYON Paris, 20, rue 
des Bourdonnais. 



Die Inse 

jetzt vei-einigt mit der 



en-KSorse 

Sammler -Börse" 








ist für „Entoniologeu" und „Sammler" das hervorragendste Blatt, welches wegen 
der belehrenden Artikel sowie seiner internationalen und grossen Verbreitung betreffs 
Ankauf, Verkauf und Umtausch aller Objekte die weitgehendsten Erwartungen erfüllt^ 
wie ein Probeabonnement lehren dürfte. Zu beziehen durch die Post (Zeitungsliste No. 3135) 
und die Verlags-Buchhandlung Frankenstein & Wagner, Leipzig, Augustusplatz 1. 
Abonnement bei Zusendung unter Kreuzband in Deutschland u. Oesterreich 1 Mk., nach 
».»'deren Ländern de.*; Weltpostvereins 1 Mk. 20 Pfg. = 1 Shilling 2 Penco == 1 Fr. 50 Cent- 



TUE 

BRITISH NATURALIST 

REVUE ILLUSTRÉE D'HISTOIRE NATURELLE 

surtout d'Entomologie et de Conchyliologie 

DIIUOKIÎ i'.\U JOHN K.uonsoN, F. K. s. 

HnrtlopnoL Anr/lcferre 
avec la collaborai ion de nombreux spécialistes. 



ABON.NKMENT ANNUEL : 6 Shillings. 
John E. ROBSONjHARTLEPOOL, Angleterre. 



The „Entomologists Record" 

and Journal of Variation. 



Publié par J. W. TUTT, F. E. S. 

ABONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 

— FU.^NCO — 

Cette Revue Sdentilique mensuelle contient des articles 
l'un inti'rèl jï-n'-ral pour les Lépidoptéristes de tous les 
pays el est illuslrécde nombreuses planches en chromoli- 
thographie 

Le montant de l'abonnement doit être adressé à 

Mr. A. J. Hodges, 2 Higbury Place, London N. 



Histérides, Buprestides, 
CÈRAMBYCIDES OU GLOBE 

COÉOPTÈRES AFRICAINS 

Mr. A. Théry 

à St. Charles, Algérie. 

désire acquérir les raretés lui man- 
quant en Hisf' rides, fitiprrsfidcs et 
C'-rani '•i/riffo!^ d'Europe. 

offre, en échange de ceux d'autres 
provenances el de Coléoptèi'es afi-icains 
de bonnes espèces algériennes el du 

globe. 

On achète ou on échange 

contre dc'^ insectes les timbres de Fran- 
ce <h^ I8i8 à l'efligie de la Ilépubli(|ue 
(en partienlier le timbre de 1 franc), 
ceux (h* la Présidence et de rEm|>ire 
1802-1870) à l'elligie de Napoléon III et 
.•eux de 1870-71, Uépubliciue, non den- 
telés. 

S'adi'C.'>>ct' au Bureau du Journal 



No 3. — Vo(,. II. 



2""' AiiiK'O — IF jalii'a;ani 



mars 1894. 



Miscellanea 

Entomologica 

Organe international 

contenant les demandes déchange, d'achat et de vente de collections 

livres ou objets d'histoire naturelle. 

Anzeiger von Tausch, Kauf und Verkauf für internationale Entomologen. 

Entomologist's international Advertiser for exo^an^e, pnrohase and sale. 



Direction et Rédaction 

E. BARTHE, à Cette, Hérault, (France). 

Avec la collaboration de naturalistes de tous les pays. 
Mit Mitwirkung internationaler Entomologen. 




^^{(0% 



Le " Miscellanea Entomologica " paraît le 1" de chaque mois. 
Abonnement annuel : Union postale, fr. 5. 
Die " Miscellanea Entomologica " erscheint am 1. jeden Monats. 
Jährliche Subscription : 4 Mk. — Annual subscription : 4 sh. 



Comité d'études — Studien -Ausschuss 

MM. Argod-Vallon, à Crest (Drôme). Longicornes et coléoptères cavernicoles du globe. 

"a. Finot, 27, rue St. Honoré, Fontainebleau. Ortlioptères européens et circa-médilerra- 
néeus. 

F. Ancey, St. Loup, 138, Marseille. Col ('oi)! ères en gômîral. 

H. Gouin, 99, cours d' Alsace-Lorraine, Bordeaux. Coccinellides de France. 

R. Martin, au Blanc, (Indre). Odonales du glol)e. Névroptères d'Europe. 

Dr M. Régimbart, à Evreux (Eure). Dytiscides et Cyrinides du globe. 

R. P. Belon, rue du Plat, 18, Lyon. Lathridiens. 

E. Barthe, Cette, (Hérault). Coléoptères de la Guyane française. Apiculture. 

M. Pic, à Digoin, (Saône et Loire), Longicornes d'Europe et circa et Anthicides du globe. 

J. Croissandeau. rue du Bourdon-Blanc, 15, Orléans. Scydménides, Paussides, Pséla- 

pliides et Clavigèrides du globe. 
D'' Chobaut, 4, rue Dorée, Avignon. Mordollides, Anthicides. Pédilides, Rhipiphorides, 

Vésicants et Œdémérides de la faune paléarcticjue. 
A. Janet, 104, boul. Saint-Louis, Toulon-Mourillon. Rhopalocères du globe. 
Dr A. Sicard, à Tebourzouk, Tunisie. Coccinellides du globe. 
D"" L. Vitrac, aux Trois-Rivières, Guadeloupe. Entomologie des Antilles. 
E. André, 17, rue des Promenades, à Gray, (H'<= Saône). Formicides du globe et Mulilli- 

des de la région euroi^éo-niéditerranéenne. 
M. Vauloger de Beaupré, lieutenant au 144'^ de ligne, Blaye, (Gironde). Cicindélides 

et Clirysomélides d'Europe cl circa." 
A. F. Nonfried, Rakönitz, Bohemia, Autriche. Lucanides, Célonides, Mélolonthides, 

Rutélides, Dynastides, Buprestidos et Céranibycides du globe. 
A. Théry, St-Charles, par Philippeville, Algérie. Buprestides du globe et Longicornes 

d'Europe, 
l'abbé A. Garret, aumônier aux Chartreux, Lyon. Carabides d'Europe et en particulier 

genres Harpalus, Pterosticlius et Aniara. 
A. L. Montandon, Strada viilor filarete, Bucarest, Roumanie. Hémiptères Ilétéroptè- 

res. 

G. Gribodo, Via Maria Vittoria, 19, Torino, Italie. Vespidai et Mellifera du globe. 

D'' C. Schaufuss, Directeur du Museum Ludwig Salvator à Meissen, Saxe. Scolylides 

Platypides et Scydménides exotiques. 
D^ Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, Wien, I/l, Autriche. Cassidides du globe. 
E. Simon, 16, Villa Said, Avenue du Bois de Boulogne 56, Paris. Arachnides du 

globe. 
H. Fruhstorfer, Berlin N, Gartenstrasse 152. Rhopalocères de la région Indo-austra- 
lienne. 
Di- Franz Spaeth^ Kohlmessergasse, 3, "Wien I / 1. Cassidides du globe. 
G. de Bony, rue Vaneau, 36, Paris. Genre Cicindela (Europe et con(ins), Carabides vrais 

(européens et exoti(iues), spécialement genre Nebria. 
E. Abeille de Perrin, rue de la bibliothèque 24, Marseille. Buprestides, Malachides 

et Cisides paléarcliques. 
E. Fleutiaux, 1, rue Malus, Paris. Cicindélides, Élatérides du globe. 
D' A. Puton, à Remiremont, Vosges. Hémiptères lléléroplères paléarcliques. 
H. Caillol, avocat, rue Traverse du Chapitre, 18, Marseille. Cryptophagides, Mylabri- 

des (Bruchidos) et Uroniides paléarcliques. 
H. Nicolas, rue Velouterie 9, Avignon. Biologie des Hyménoptères. 
C. Houlbert, professeur au Collège de Dieppe. Larves de Coléoptères, Orthoptères et 

Névroptéres. 
D-- E. Candèze, à Glain- lès -Liège, Belgique. Élatérides du globe. 
Ch. Bruyant, rue Gaultier de Biauzat, 26, Clermont-Ferrand. Faune entomologique 

des eaux, spécialement llydrocorises. 
E. Ragonot, 12, quai de la Râpée, Paris. Microlèpidoptères d'Europe ; Pyralites, Cram- 

biles et Phycites du globe. 



Nous rappelons <{ne tout cnroi d'insectes aux membres du Comité doit être accom- 
pagné de timbrcs-postc pour le retour et au besoin pour ta réponse. 

Man wird, hiermit qebeten jeder InsektensrnduiKj an die Mitglieder des Studien- 
Ausschusses das Franko/iir liiicksendung und nöthigenj'alts für Antwort belegen. 



tt\sttkU«" imnoLOGiCi 



NUNTIUS ENTOMOLOGICUS INTERNATIONALIS 



No. 3. Vol. II. Edition Française 1 Mars 189k 

NOTA. — Ceux de nos anciens souscripteurs qui ont gardé le n" 2 de 
cette année et qui ne se désabonneront pas à la réception du présent numéro, 
seront considérés comme réabonnés et le mois prochain nous ferons recouvrer 
par la voie postale les abonnements de ceux de nos souscripteurs français qui 
ne nous auront pas envoyé d'ici là le montant de leur cotisation. 

Messieurs et chers collègues, 

Permettez-moi de répondre par la voie du journal aux nombreuses lettres reçues à 
l'occasion du renouvellement des abonnements pour 1894. 

Comme je l'annonçais dans le dernier numéro, la plupart des abonnés se sont pronon- 
cés en faveur des éditions mensuelles, deux seulement pour le maintien des éditions bi- 
mensuelles qui donneraient, disent-ils, plus de facilités pour les échanges en général et 
surtout pour les échanges ou la vente d'œufs de lépidoptères et de chrysalides. 

L'objection a bien sa valeur, car les lépidoptéristes qui font de l'élevage sont de plus 
en plus nombreux, surtout en Allemagne, et d'octobre à juin les journaux allemands sont 
remplis d'annonces de vente ou d'échanges d'œufs ou de chrysalides. 

On pourrait donner à cette (juestion une solution satisfaisante, comme le propose un 
autre abonné, en groupant les annonces de vente et d'échanges dans un numéro qui 
paraîtrait le 15. Les frais d'impression pourraient être couverts eu cédant à un régisseur 
les annonces de couverture et en réservant 8 pages pour les annonces entomologiques. 

Quelques abonnés, me citant comme exemple certaines revues allemandes, m'ont de- 
mandé de donner plus de place aux articles relatifs aux mœurs des insectes, aux procédés 
de chasse et de conservation, aux communications des abonnés etc. — « Un journal du 
genre de celui que vous dirigez, m'écrit l'un de 'ces derniers, n'est pas fait pour publier 
des livres, mais pour donner des renseignements de collègue 'à collègue et pour publier 
des études détailléesde mœurs, d'habitat, de métamorphoses, d'élevages etc. ; les tableaux 
analytiques n'intéressent qu'un nombre restreint de lecteurs, la plupart ayant des ouvra- 
ges similaires. » 

That is the question, comme diraient nos confrères d'outre-Manche, et en ce qui 
concerne la Coléoptérologie, je me prononce franchement pour la négative. Nous avons de 
bons ouvrages embrassant la faune française ou gallo-rhénane ; mais les travaux d'ensem- 
ble sur la faune d'Europe et du Caucase nous font défaut et les traductions des Bestim- 
uiunqs Tabellen nous sont indispensables. En négligeant l'entomologie descriptive pour 
traiter des questions de biologie ou d'entomologie pratique, le journal serait d'une lecture 
plus attrayante, mais la plupart des abonnés ne me suivraient pas dans cette voie. En un 
mot je m'en tiendrai au pian que j'ai adopté et qui répond je crois aux desiderata de la 
majorité. 



— 20 — 

Les revues allemandes que l'on me cite à ce propos se trouvent dans des conditions 
ditt'érentes ou s'adressent à uu public spécial. En France on compte à peine 800 entomolo- 
Sistes appartenant pour la plupart aux professions libérales. Kn Allemagne les ento- 
mologistes s'occupant de haute science ne sont peut-être pas plus nombreux (ju'en 
France, mais les collectionneurs, j'entends par là ceux qui rassemblent des insectes par 
distraction, par délassement, plutôt que pour en faire un sujet d'études, se comptent par 
milliers. Pour n'en citer que quelques exemples, la Société entomologique de Guben, fon- 
dée en 1884, compte 1800 membres, la Deutsche Entoinoloylsche Gcaellscha/t 500 
environ, V Iris de Dresde 200, Y Insekten-Börse a 1000 abonnés, etc. Parmi ces gros ba- 
taillons d'entomologistes allemands, il y a des gens de toute profession, je dirais même de 
toute condition sociale. Les collectionneurs allemands sont aussi mieux outillés que nous 
sous le rapport des ouvrages de détermination et il est naturel que certaines revues alle- 
mandes négligent un peu les ouvrages purement descriptifs. 

Reste la question polémiques. Quelques abonnés redoutent (|ue les polémiques ne 
-Soient un écueil pour notre journal : il est pourtant bien difficile de les interdire. Si nous 
posons en principe que le journal appartient à tous et (|ue chacun peut, sous sa propre 
responsabilité, y publier ses idées, il faut bien admettre la libre discussion (jui ne peut 
(lue nous éclairer sur la valeur [des opinions émises. Je veillerai, comme je l'ai dit, à ce 
que la discussion ne sorte pas du terrain scientifitjue. Si un de nos abonnés désire répon- 
dre à des attaques personnelles publiées dans un autre journal, c'est au gérant de ce jour- 
nal (ju'il doit adresser la réponse et l'insertion ne peut être refusée ; je ne connais pas la 
législation étrangère, mais la loi française de 1881 est formelle à cet égard. 

Vax remerciant tous ceux <|ui ont bien voulu prendre part à ce petit plébiscite, 

je vous prie. Messieurs et chers collègues, 
d'agréer l'assurance de mes sentiments les |)lus distingués. 

E. Bakthe. 

Rhopalocères nouveaux de l'île de Java 

par H. FiiiiiisTdurr.ii 

Délias bromo m. 

Se rapproche de Délias, crithoé Boisd., dont il diffère pourtant à première vue par .son 
dessin plus clair et par la bande moins large des ailes inférieures. 

r?* Ailes supérieures noires avec six taclies gris blanc, oblongues. qui sont placées 
entre les nervures en forme de rangée subapicale courbée. A l'extrémité de la cellule, deux 
taches blanches tangentes (jui se placent de telle sorte autour de l'extrémité de la cellule 
(ju'elles sont traversées par une fine nervure noire. Au dessous de la cellule deux grandes 
taches estompées l)leu-clair, parfois le bord intérieur est aussi liseré de bleu vers le mi- 
lieu. 

Dessous des ailes supérieures comme le dessus, avec cette différence c[ue les taches 
sont sensiblement plus |tetites sur le discpie et (pie l'on voit encore au milieu de la cellule 
un point bleu ; en outre tout le bord intérieur est bordé de bleu. Costale semée de bleu 
des deux c(")tés, près de la base. 

Ailes inférieures à base d'un rouge vif sur le dessus, ce qui fait ([ue cette espèce rap- 
pelle quelque peu /lurfhenia Sldgr. : toutefois la lache rouge n'est pas aussi étendue (pic 
chez cette dernière. 

Au delà de la tache basale, une tache noire à trois lobes, profondément incisée, qui va 
rejoindre la bande marginale à peine de moitié aussi large (|ue chez crit/ior. Ailes infé- 
rieures blanches au milieu, avec bord intérieur d'un jaune intense jus(|u'à la médiane. 
Partie basale sur les bords des taches rouges et noires semée de bleu et couverte de longs 
poils bleus. Dessous d'un beau jaune, partagé comme chez crithoé par des nervures bor- 
dées de noir qui s'élargissent petit à petit vers le bord marginal et vont rejoindre l'étroite 
bande noire. Sur la base noire on voit des taches rouges qui sont bordées d'une bande noire 
transverse, bande qui est très étroite chez crithoc et qui parfois se résoud en un amas 
de points noirs. 



— 21 — 

$ Ailes supérieures arrondies et de couleur fort sombre comparée à celle de crithoi- 
espèce dont le c? est de couleur plus foncée que le d* de bromo. Les taches subapicales 
arrondies et moins distinctes que chez le d* ; rien qu'un point peu distinct vers l'extrémi- 
té de la cellule, et d'autres points obsolètes très petits au dessous de cette dernière. Des- 
sous à peu près comme le dessus avec cette différence que les taches sont plus distinctes 
et que le bord intérieur est coloré de bleu comme chez le d* • 

Ailes inférieures à bordures noires plus larges, tache basale d'un rouge moins intense 
((ue chez le d". Partie intérieure jaune ne paraissant droite que par rapport au d*? angle 
interne blanc. Dessous comme chez le c? . 

Antennes noires, liserées de blanc en dessous, un point brun-rouge vers Textrémité. 
Tète et thorax noirs, couverts de duvet bleu-gris. Abdomen noirâtre sur le dessus, 
blanchâtre en dessous. 

Mesures des d* d* étalés, 58-00 mm. Il me semble que la grandeur de ces (^ cf est moins 
variable que chez les d* d* de crithoc dont je possède des exemplaires ne mesurant que 
.o2 mm., et d'autres qui ont jusqu'à 68 mm. 

D'après 6 d* d* et 2 Ç Ç faisant partie de ma collection, les Ç Ç mesurent étalés oO- 
58 mm. 

J'ai capturé l'espèce que je viens de décrire dans les gorges des monts Tengger et je 
me permets de la baptiser bromo du nom d'un volcan en éruption faisant partie de cette 
chaîne de montagnes. 

Délias bromo recherche, en compagnie de Prioneris antothisbe (dont les $ Ç lui 
ressemblent fort) les fleurs odoriférantes des Cinchona qui répandent au loin leur parfum 
c'est d'ailleurs sur ces arbres que j'ai cai>turé le superbe Pap. arjuna var. tenggeren- 
sis. 

En comptant cette espèce (bromo), le nombre des Délias dont Java est sûrement 
l'habitat s'élève à dix : tout juste autant qu'on en compte pour l'île beaucoup plus grande 
de Bornéo, et trois de plus qu'on n'en connait pour Sumatra. 

Neorhina crishna Westw. ç 

Ç Couleur des quatre ailes, brun-noir. Sur les ailes supérieures une lar^e bande sub- 
apicale de couleur jaune, qui s'éclaircil dans la costale et encadre une tache brune à 
l'angle externe de la cellule. Les ailes inférieures ont l'apex jaunâtre, deux ocelles près 
de la queue anale dont une seule, contrairement à ce que l'on voit chez le cf, la plus 
basse, a un noyau blanc. En outre ces ocelles sont plus petites que chez le d"- 

Dessous assez semblable au dessus, à cela près que la bande subapicale des ailes supé- 
rieures est blanchâtre jusqu'à la cellule et qu'enfin la partie apicale des ailes inférieures 
est elle aussi plus claire. 

Mesures prises sur six exemplaires 89-97 mm. 

A l'est de Java, à une altitude de J200 à 1500 pieds au dessus du niveau de la mer. 

Ce superbe et remarquable satyre, après Neorhina saka m. la plus grande espèce 
connue de cette famille, est assez rare. J'en ai pris quelques exemplaires dans des forêts 
humides où ces papillons, par des matinées ensoleillées, quittent leur abri et s'en vont se 
jouer dans les clairières pendant quelques courts moments, soit seuls, soit par compagnies 
de trois ou quatre individus. Ils se reposent un instant sur les feuilles, étalent leurs ailes, 
ce qui offre un coup d'oîil ravissant,et après s'être délecté quelques instants, s'en l'etour- 
nent paresseusement se cacher dans les fourrés. 

Cette espèce parait manquer presque partout à l'ouest de Java, car pendant un séjour 
de deux années dans cette partie de l'île, je n'ai pu capturer que de rares exemplaires. 

Entomologische Nachrichten, 1893, No 21-22. 



Descriptions de deux Anthicus de l'Amérique du Nord. 

Anthicus gibbithorax n. sp. — Modérément allongé, brillant, d'un rougeàtre tes- 
tacé, avec l'abdomen et les 2/5 postérieurs des élytres noirâtres, la tête obscurcie, arrondie 
en arc en arrière, à ponctuation écartée ; yeux gris ; dernier article des palpes élargi. An- 



— 22 — 

lennes grêles, assez longues, prescfue filiformes, quelquefois obscurcies sur leurs derniers 
articles. Prothorax relativement court, assez dilaté arrondi en avant, muni dans sa partie 
basilaire d'une élt-vation gibbeuse, très nette vue de profil ; base sillonnée transversale- 
ment. Éljtres à peine diminués aux épaules (un peu anguleuses), bien atténués à l'extré- 
mité (tronquée), assez élargis au milieu, à ponctuation jtresque imperceptible, ornés de 
quelques poils clairs, épars, courts, mi-dressés. Dessous du corps brillant. Pattes grêles, 
assez courtes, avec les tibias posTTh-ieurs minces, les cuisses à |)eine épaissies. 

Long. 3 mill. Texas. Acquis de M. H. Donckier. 
Remarquable espèce se rapprochant par son protliorax si particulier des Anthicuti 
hactrianus et tninidivolUs Champ. (lUol. C. Am. Vol. IV P' 2, p. 254) et différant nette- 
ment de ces espèces par la coloration et la forme un peu moins étroite. 

Anthicus mexicanus n. sp. — Grand, modérémenl allongé, brillant, noir, avec la 
base extrême du prothorax, une tache humérale et vaguement l'extrémité des élytres bru- 
nâtre; base des antennes et pattes roussàtres avec les cuisses obscurcies. Ponctuation gé- 
nérale à peu prés uniforme, forte et écartée ; pubescence grisâtre, couchée, assez fine. 
Tête très longue, tronquée-arrondie en arrière, assez large dans cette partie, bien atténuée 
en avant avec les yeux gris pou saillants; antennes modérément courtes, peu épaissies. l'i'o- 
thorax en trapèze, dilaté-arrondi en avant, à peine plus large que la tête dans cette partie 
assez diminuée en arrière, courtement droit sur les côtés, avec la base sillonnée transver- 
salement. Élytres à côtés presijue parallèles, peu déprimés, à épaules et extrémité bien 
arrondies, d'un noir vaguement bleuâtre, ornés d'une petite tache humérale externe d'un 
brunâtre roux avec l'extrémité étroitement de la même couleur. Dessous du corps noir, 
pubescent de gris. Pattes longues avec les cuisses (postérieures un peu sinuées) dilatées. 

Long. 5 % mill. Mexiijue. 1 ex. (probablement .•^) reeu 
indéterminé de M. E. Reitter. 

A ranger je pense dans le voisinage de .1. iii/'crnus Laf. ; rappelle un peu noire An- 
ffucifs européen bvunnens Laf., mais plus fort et plus large ; moins élargi aux élytres que 
A. J'ai ripes Laf. et espèces voisines. 

Malrice Pic. 



Hymenopterorum novorum diagnoses prsecursoriae. 
II. 

' 7. Bembex expansa. — Fusco-nigra, parum nitida, sat dense albogrisea pilosella ; 
labro, mandibulis, callis humeralibus, alaruni tegulis, macula metapleurarum, scutelli 
marginibus posticis pedibusciue tlavo-citrinis ; abdominis segmentis flavo-fasciatis : fasciis 
tlexuosis, secunda utrincjue nigro submaculata ; ano nigro ; femoribus inermil)us ; tarso- 
rum intermediorum articulo primo in laminam sat conspicuam. margino arcuatam, apii-e 
pellucida, dilatato; segmento ventrali secundo carinula elevatissima subspinoidea armato, 
.sexto tuberculo robusto deprosso-plano apice acuto prtedilo ; alis hyalinis. cf. 
Long. corp. mill. 17. 

Hab. Scujanelti (Ahyssinia). 

8. Larra Jugurthae. — Nigerrima, facie, mesopleuris et arca epipygiali dense argen- 
tée villosis ; capite, thorace, pedibus et segmentis abdominis 1-5 argenteo pruinosis ; alis 
subinfuscatis ; fronte ut in L. nigrita Lep. ; mesothorace confertim tenuissime punctula- 
to ; scutello nitido ; metatliorace latitudine longiore uniformiter reticulali», medio linea 
tenuissima elevata ; lamina epipygiali complanata. cllyplica, bene marginata, apice parce 
pectinata. Ç. 

d* metathoracis arca postica transversim rugosa ; pygidio apice truncato integro. 
Long. corp. $ mlil. !)-10, cf niill. 7-9. 

llab. RojJuiri, Di^'kra (Algiria). 

9. Cerceris teterrima. — Robusta, nigro-fuliginosa, Immaculata, alis infuscatis ; 
capite magno subcubico ; ore latissimo ; clypeo medio inllato suliproducto vel subtuber- 
culato ; tuberculo supra recte truncato ; pro- et meso-thorace parce sed profunde punc- 



Ullis ; inetathorace confertissime puuctato-granoso ; arca cordiformi opaca, medio sulcala. 
utrinqiie oblique rugoso-punctata ; abdomiue dorso sat deiise piinctnlatn : segmento pri- 
mo robusto, transverso ; peltha epipygiali elliptiea, coriacea. Ç . 
Long. corp. mill. 16. 

Hai) . A lij ir la et Tu n is ia . 

10. Diodontus crassicornis. — Affinis D. iitinuto ; difl'ert antenuis valde robustio- 
ribus et nonniliil brevioribus, articiilis magis latis quam longis, immaculatis ; dorsuld 
paulhilum densius et crassius punctato. interstitiis polilis, liaud coriaceis. .:^. 

Long. corp. mill. i, 5. 

Hab. Constaniina. Tetiioi-pl-Haad (Algiria). 

11. Diodontus punicus. — D. nirdio et tristî valde affinis dignoscitur caHis hu- 
meralibus eburneis ; capite robustiori, labri margine magis rotundato profundius emargi- 
nato ; antennarum scapo minus incrassato ; capite dorsuloque confertissime minutissime 
punctulatis ; mesopleuris transversim strigosis ; metanoto crasse irregulariter subreticu- 
lalo-rugoso; metapleuris tuberculis duobus validissimisacutissimis armatis ; alis hyalinis. 
Ç genubus tarsisque 4 anticis, tibiisque anterioribus antice ferruginescentibus — ^ man- 
dibulis, palpis, tibiis anterioribus antice, posteriorihus basi, tarsisque anticis eburneis. 

Long. corp. milL .3,.5-4,5. 

Hab. Ah/iria et Timisia (local, plur.) 

12. Trypoxylon Hannibalis. — T. Jhjulo et attenuuto affinis dignoscitur meta- 
noto oblique subtilius et regularitev strigoso ; abdomine multo graciliori : segmento 1" 
elongato, femora iiostica excedens, duobus sequentibus attamon manifeste brcviore, ante 
marginem tumidiusculo ; segmento 2» duplo longiore quam lato ; sequentil)us subcorapres- 
siusculis. (^ Ç. 

Long. corp. Ç mill. 7-8, ^ mill. 6. 

Hab. Boghari, Diskra (Algiria). 

15. Crabro (Blcphari/ms) herinaceus. — Gracilis niger nitidissimus, mandilnilis, 
antennarum scapo, maculis duabus facialibus, callis humeralibus, scutello, genubus ti- 
biis tarsisque 4 anticis, tibiis posticis basi, maculis lateralibus segmentis l». 3o. 50 citri- 
nis] ; alis hyalinis, venis tegulisque testaceis ; capite magno, vertice uec depresso nee 
foveato ; clypeo medio corniculato ; pronoto conspicue elevato ; prosterno utrinque spino- 
so; dorsulo nitidissimo, parce sat crasse punctato ; scutello impunctato ; metanoto per- 
lenuissime coriaceo ; area cordiformi nitida, medio canaliculata : tibiis posticis spinulo- 
sis ; abdomine gracili, subpetiolato nitido. — Ç Trochanteribus intermediis infra tuber- 
culatis : tibiis intermediis compressis, ante apicem intra emarginatis, hinc anoulatis. — 
^ l'ronoti angulis lateralibus spinoideis. 

Long. corp. Ç mill. 6, .5-7 ; d* mill. 5-7. 

Hab. Algiria et Tunisia (plur. local.) 

Ik Leptochilus Jacinthae. — Subgracilis viridis metallicus modice nitidus, clypeo 
l)asi supra excepta) eburneo ; antennis nigris ; alis fuscis, ad costam obscurioribus ; cor- 
pore confertim tenuiter punctato-granoso, abdominis segmento secundo (margine excepte), 
anoque confertim tenuiter punctulatis ; clypeo apice truncato, medio margine depresso 
hinc bidentato apparet) ; segmento abdominis 1« subpetioliformi, infundibuliformi-sub- 
oampanulato. $. 

Long. corp. mill. 12. 

Hab. Humboldt-Bay (Nova-Guinea). 
AiiKustœ Taurinoruni, d. IV. Kai. febriurias 1894. 

JOHANNnS GltIDoDd. 



— u — 
De la Priorité nominale. 

11 esl mit' (Idtliiiic (IcIiuilLvciiifuI admise aujourd'hui, cest (ju uuo descri|ition, cl par 
(:uiisé(|uenl le noui donné à un insecte, doit primer tout nom postérieur. 

Nous ne discuterons pas les doctrines icstrictives (jui veulent (jue la descrl|)liou pri- 
me le type, celui-ci pouvant avoir été changé, ou (jue le type prime la description si cel- 
le-ci est erronée. 

Nous nous bornerons à prouver que Ihomme a peut-être (ort de poser des règles ab- 
solues, piii^'iu ici bas il n'est rien d'absolu, et nous allons choisir un exemple des plus 
bizarre pour le soumettre à nos collègues. 

Les Scijdiaœnu^, s. g. Eiisteininas, se divisent actuellement eu (juatrc grandes sec- 
tions : 

\o prothorax quadrilovéolé, massue oblongue ; 2« prothorax bifovéolé, massue longue, 
."." prothorax non fovéolé, massue longue ; 4» prolhorax non fovéolé, massue carrée. 

Elles sont représentées par des types capitaux : la l'^ S. anlidottiH, la 2'- S. camelus, 
la ")>= .S. Tarki, la 4" -S. rons/>icniis. 

Dans notre monographie ces grouiies sont remaniés de tond en comble ; mais ce n'est 
pas ce dont nous nous occuperons aujourd'hui. Nous ne |)arlerons (jue du ô«, représenté 
dans le travail de M. Reitter par une seule espèce: .S. Tiirlïi l'.ttr. Elle est de Syrie. 

Elle ligure ainsi dans le tableau syuopti(iue : 

Jaune brun, à |»ubesceuce jaune, longue et très serrée ; antennes longues et grêles, 
a articles minces, les deux avant-derniers beaucoup plus longs que larges ; élytres très 
courts ; prolhorax non fovéolé. 

Or cette espèce était représentée, dans la c(dlection Heitter, par deux types. Elle ne 
saurait constituer une coupe dillérente de S. caiiiclus, syrien également, (jueu vertu de 
son prothorax non fovéolé. Et voilà (juaprès examen, nous avons constaté qu'il était bifo- 
véolé et caréné, c'est à dire identique à S. cainelus. 

Donc la description de celui-ci est exacte, celle de S. Tiirki fausse, beaucoup de bons 
esprits pensent (jue faire tomber S. camelus en synonymie n'aura d'autre résultat (jue de 
perpétuer une erreur déi)lorable, d'autant plus que, dans la masse des inouimés de la col- 
lection de Saulcy. nous avons trouvé un ScijdinœiiKs de Hussein-Dey, Algérie, correspon- 
dant exactement à la descri|)tion de S. Tin ki, c'est à dire massue longue, protiiorax non 
ovéolé, la pubescence seule dillere. 

Doit-on conclure comme les partisans du typt; contie la description el nommer 'l'iirl.i 
les insectes Syriens .' 

l>oit-ou, au contraire, comme les partisans de la description contre le type, leur don- 
ner définitivement le'nom de CamcUisi 

Est-il possible, en outre, de supposer un seul instant (|uune espèce exclusivemenl 
africaine puisse hériter par raccroc d'un nom donné à une espèce exclusivement asiati(|ue. 
en vertu d'une description erronée ! 

Telles étaient les trois (luestions |)osées par nou> au dernier congrès de la Société En- 
iomologi(iue de France. 

Notre opinion était de faire primer le nom de Cuiiœlus Kttr.. et de faire toml)er en 
svuonymie celui de Tarki Kttr. pour ue pas perpétuer une source inévitable d'erreurs. 

Telle n'a pas été celle de l'assemblée. S. Tiirki primera .S. cumc.lus. Nous avons 
nommé .S. interinedius l'espèce africaine à massue longue et prothorax non fovéolc. 

.1. (;koiss\m)i;vi . 

Communications - Questions - Observations biologiques - Notes de chasse. 

Réponse à M. l'abbé Eck. — V('llciii.< dih/tafus se trouve plus pai'ticulièrement 
il;ins la seconde (luinzaine de juillet. Ouoi(iue dillicilement, il est ixissible d'en élever les 
larves. l'our les soins à leur donner, il faut consulter l'opuscule de .M. Hougel [de Dijon 
sur les coléoplères parasites des Vespiiles. 

Il paraîtra prochainement dans la Feuille un article sur les Volleiiiti et spécialemeul 

un nouveau procédé de chasse permettant de capturer le VcUeiiis et sa larve sans les 

faire mourir. 

Abbé \iriK\i. 



— 25 — 

Note sur les Mermis {Nemathelminthcs) parasites des insectes. — A propos 
de l'intéressante observation de M. l'abbé Viturat sur les Mcrniis (et non Mermes), je crois 
utile de faire les remarques suivantes : 

On lit dans Brehm (Vol. des Vers, p. 55) : « elles (les larves de Mermis) peuvent même 
grimper sur les arbres, car on trouve ces larves assez souvent dans le corps des chenilles 
de Carpocapsa poiuonana réunies dans l'intérieur des pommes et des poires )i. 

J'ajouterai que les Mermis adultes se rencontrent assez souvent dans le tube digestif 
de diverses larves de Lépidoptères. Je me souviens de les avoir observés notamment chez 
Van. polychloros et Mam. otcracea. 

Enfin l'Helminthe peut se rencontrer dans l'imago même du Lépidoptère. J'ai vu dans 
un individu — mal conformé, il est vrai — de Gratnmetia trujrammica (noctuelle), 
un Mermis enroulé en spirale serrée (attitude que ces sortes de vers prennent souvent 
pendant leur vie parasitaire). 

P. DE PeYERIMHOI F. 

Préparation des microcoléoptères. — M. L. Bleuse, à Picnnes (Ille-et Vilaine), a 
l'honneur d'informer Messieurs les Entomologistes désireux d'avoir dans leur collection de 
belles préparations et soucieux de la conservation de leurs microcoléoptères typiques ou 
rares, ((u'à partir du 1" juin il se chargera de la préparation et de la repréparation de ces 
insectes par la méthode de M. Croissandeau, dite cristalline (cellule de carton close par 
deux lamelles minces en cristal). 

Par ce moyen ne tenant pas plus de place dans la collection que les préparations or- 
dinaires sur cartons rectangulaires, les petites espèces précieuses sont à l'abri de toute 
destruction et peuvent être étudiées aussi bien en dessous qu'en dessus, soit au micro- 
scope, soit à la loupe. On évite ainsi des pertes irréparables pour la science et bien des 
ennuis. 

Pour les préparations ou repréparations ordinaires de tous ordres d'insectes qu'on 
voudra bien lui confier ; il apportera, comme toujours, tous ses soins pour atteindre la 
plus grande perfection, et à des prix très raisonnables. 

Il a fait construire, principalement pour le séchage des Lépidoptères, un système d'é- 
tuve qui lui permet de ne pas les laisser séjourner longtemps sur les étaloirs où ils sont 
toujours en danger, et pour ses envois par la poste ou le chemin de fer. des caisses capi- 
tonnées pour les protéger contre les risques du voyage. 

M. Bleuse enverra un échantillon de ses préparations cristallines ou autres à Messieurs 
les Entomologistes qui lui en feront la demande ; ils se rendront ainsi plus facilement 
compte de la supériorité des préparations susdites. 

Rennes, le 5 mai 1894. 

La méthode cristalline est maintenant assez connue pour qu'il soit superflu d'en 
faire l'éloge. Le matériel nécessaire se trouve, pour la France, chez M. Martin, rue Royale, 
à Orléans. — ÎNous avons eu sous les yeux des préparations faites par M. Bleuse : qu'il 
s'agisse de microcoléoptères, de lépidoptères ou de chenilles soufflées, il n'y a qu'une chose 
à en dire : elles sont parfaites. M. M. les Entomologistes peuvent s'adresser en toute con- 
ti ance à M. Bleuse 

Note de la Rédaction. 

i^tiquettes imprimées pour collections de Coléoptères. — Rien de plus fasti- 
dieux que de faire soi-même les étiquettes d'une collection. 

A la demande de quelques uns de nos abonnés coléoptéristes, nous avons l'intention 
de publier un Catalogue des Coléoptères de France et de Corse imprime'' d'un seul côté poui- 
étiquettes de collections, notes de chasse, etc. 

Ce travail sera revu et complété par des spécialistes et il présentera toutes les garan- 
ties d'exactitude. 

Les meilleures étiquettes sont celles qui attirent le moins l'attention. Celles que l'on 
trouve dans le commerce ont à notre avis le grave défaut d'être imprimées sur papiers 
teintés, en caractères très noirs, et d'avoir un encadrement de gros traits. Quant aux cata- 
logues imprimés d'un seul côté qui ont été déjà publiés, ils ne sont, pas plus que les 
étiquettes, limités aux espèces françaises et les noms sont trop rapprochés pour pQuvoir 
être découpés avec marges. De plus, catalogues ou étiquettes valent de 18 à 25 fr. 



— 20 — 

En imprimant sur papier assez fort et en espaçant les noms de façon a pouvoir les dé- 
couper en laissant une petite marge, on peut obtenir des éti(iuetles d'un très joli aspect, 
bien supérieures dans tous les cas aux éti(|uetles manuscrites. 

La souscription est ouverte et l'impression sera commencée dès ([ue nous aurons réu- 
ni 100 souscripteurs. Ce catalogue formant un volume île ir)0 à 170 pages reviendra à envi- 
ion 2 fr. 80. 

I;a première liste de souscripteurs sera [luldii'ê dans le procliaiii numéro. 

Anarchie entomologique. — Plusieurs foison m'a reproché de vive voix de pnbliei- 
des descriptions dans certains journaux enlomologiques, mais tout dernièrement un ento- 
mologiste de mérite (T.ut. M. M., 180i, |). 8(>) a donné la publicité à cette idée, ce (jui 
m'autorise à m'expliquer dans une feuille pul)li(|Uf. 

J'écris .souvent dans des journaux nu)destes (lliumilité n'est pas incompa tible avec 
l'entomologie), non seulement pour placer mes travaux dans le cadre t|ui leur couvient, mais 
surtout pour me mettre à la portée de l)eaucoup de naturalistes. Certains petits journaux 
ont beaucoup d'abonnés, et parcequ'ils ne sout pas chers. et parcequ'ils sont ouverts à tous 
e( non pas seulement à certaines idées, comme on ])eut le déplorer ([uebiuefois dans les 
iiraiids. 

Dans un journal, l'élénuMil imbliritr a bien sa valeur, ainsi (jue i'élénnnit rédaction, 
(lu'on ne l'oublie pas ! 

D'ailleurs est-ce liien une publication obscure, épliémère ou introuvable (|ui obscnrcil 
si souvent ma plume ? 

1» Un jourual fondé depuis 2 i ans et (|ui ligure dans la |)liq)art des bil)liothè(pies 
sérieuses ! 

^1" Un journal cité dans le C'alaloijus lleydcn, Heitter, bien qu'il soit en circnlalion 
depuis moins de 10 ans ! 

^0 Un organe récent mais internai louai ayant plus de .50 noms inscrits au coniilé 
d'études ! 

Pour moi un journal fondé depuis 24 ans n'est pas éphémère; un autre cité au Caia- 
htfjiis ne peut être ni inconnu ni obscur pour lui-même; enfin une publication interna- 
tionale ne restera introuvable (lu'à ceux qui ne voudront pas la consulter. 

Tant (|u"on n'aura ((ue des raisons de mois dans ce genre à me donner pour agir dif 
léremmenl, je demanderai à continuer le commencé, quand ce ne serait (|ue pour n'être 
pas variétisle sur mon propre corps 1 

Miilomologistes, je vous en prie, pour V(»us é|)argner d'inutiles pandes, regardez donc 
un peu ce (|ui se passe avant de condamner nos écrits à l'échafaud ! 

Les grandes villes ont des bibliotiièques, tous les ouvrages ordinairement appelés 
sérieux ; c'est très bien, tout le monde là peut consulter facilement, au moins avec de 
l'argent, des Biolor/ia quelconques : mais sortons d(!s hauts murs et des vastes vitrines, 
croyez-vous (pie le prix de I à 5 fr., maximum 12 fr., ne répandra pas dans les campagnes 
un petit jourual en laissant le grand avec sa grosse valeur (2i ou 50 fr., minimum 12 fr.) 
complètement inconnu Min vous désirez refuser en général aux petites bourses le dioit 
d'étudier et d'avoir sa petite valeur, ou vous devez accorder une place particulière dans 
le monde scieutili(pie aux publications (|ui ne sont ni conqilètement éphémères, ni abso- 
lument inconnues ou obscures, ni coutinuellemeut introuvables ! 

l/anarchie est née de ral)us des richesses par certains mauvais riches. — MM. des 
grandes villes et des gros livres, ne chercliez doric pas à étoufl'er les petits ouvriers natu- 
;'alistes, c'est appeler l'anarchie, demander la bnmbe horrible et déplorable, cliargéc 
d'épingles, la bombe très raison lu'i' dans son ii loi.-^oitnable existence !! 

Maikici: Pic, ui; Dicjoin. 

Moyen de tU'T les insectes. — Parmi les substances employées pour la chasse 
des insectes ne ligure jamais un li(iuide pourtant bien connu et d'un usage journalier pour 
l'éclairage : l'essence de pétrole, dite essence minérale. 

Comparée à la l)enzine et à l'éther, son action est de beaucouj) la j)lus rapide;; or. 
toute autre question mise à part, la mort la plus prompte est préférable, les insectes ayani 
l)eaucoup moins de chances de s'abîmer les uns les autres en se débattant. 



— 27 — 

En ce qui concerne les couleurs, je lai expérimenté sur les espèces de papillons in- 
iligènes les plus délicates sous ce rapport, je n'ai jamais eu à constater la moindre altéra- 
ration. Les parties rousses ou testacées des coléoptères ne mont pas non plus paru jusqu'à 
présent se rembrunir sous l'action de cette essence. Ajoutons (ju'on peut l'employer piié- 
niquée, l'acide pliénique s'y dissolvant parfaitement. 

Enfin, et c'est un point important à signaler, l'usage de ce liquide est répandu aujour- 
d'hui partout, de sorte que l'on pourrait s'en procurer là où benzine et éther feraient dé- 
faut. — Les quelques lignes qui précèdent montrent (|u'on ne pourrait, en pareil cas 
souhaiter mieux pour les remplacer. 

G. P. 

Comité d'études. — M. A. Finot étend ses attributions aux Orfhoptrres du 'jlobr. 



Bibliographie. 

Hübner. Papillons Exotiques (Exotische SchinetterliiKjc). Aouvellc édition, 
par W. J. Kirl)y, du British Museum de Londres. 

La jnemière li\ raison de cette nouvelle édition vient de paraître. Elle comprend dix 
planches. 

Disons-le tout de suite : ces planches sont magniTupies comme gravure et comme colo- 
ris. Elles sont bien plus belles que celles de l'édition oiiginale. Le papier employé est 
aussi meilleur. 

Toutes les planches sont numérotées, ce qui rend l'emploi du livre plus facile ipic 
l'ancienne édition. 

Le texte sera l'œuvre de M. Kirby : il ne pouvait être en de meilleures mains. 

Cette nouvelle édition a reçu une approbation générale, aussi nous ne pouvons qu'en- 
gager les collectionneurs à souscrire au plus tôt, car nous pensons que le livre sera bientôt 
épuisé, à en juger par la longue liste des adhérents (lue nous avons sous les yeux. 

Cette nouvelle édition fait honneur à la librairie P. Wytsman (79, rue Neuves de 
iîruxcdles, qui a eu l'heureuse initiative de la publier. 

La librairie .T. B. Baillière et lils vient de faire paraître un ouvrage intitulé : 
Les Ennemis de la "Vigne et les moyens de les combattre, par M. E.Dussuc, ingénieur 
agronome, 1 vol. in-lG de 508 pages, avec liO ligures, 4 fr. 

La vigne est attaquée par une foule d'ennemis dont plusieurs sont très redoutables. 
Ce sont ces ennemis que M. Dussuc, mettant à profit l'expérience qu'il a acquise au Labo- 
ratoire de viticulture de Montpellier, a étudiés dans un livre simple, pi-écis et concis, que 
la Société des agriculteurs de France vient de couronner. 

M. Dussuc étudie successivement les insectes souterrains et aériens, les maladies cryp- 
togamiques et les altérations organiques de la vigne. 

Il passe successivement en revue tous les insectes nuisibles à la vigne, les plus répan- 
dus, tels que le Phylloxéra, la Pyrale, la Cochylis, etc., comme les moins connus, tels que 
le Tétranyque tisserand qui produit la maladie rouge de la vigne, et s'occupe longuement 
des moyens de les détruire. 

Viennent ensuite les moyens de combattre les maladies cryptogamiques : Mildiou, 
(lidium, Anthrachnose, le Black-Rot, le Rot-Blanc, la Brunissure, la maladie de Californie 
le Pourridié, etc. 

L'ouvrage se termine par l'étude de la chlorose et des autres altérations organiques île 
la vigne et les moyens de remédier aux dégâts delà gelée et de la grêle. 



Ouvrages d'occasion. 

GRAND RABAIS SUR LES PRIX DE LA LISTE PRÉCÉDENTE. 

Fr. C. 

!t. Gyllenhal, Insecta suecica. 1827, 4 vol. reliés 7 _ 

Kl. Käferbuch Calwer, Stuttgart, 1858. 1 volume relié, planches coloriées . 7, — 



— SS- 



11. Tournier, Description des Dascillides du bassin du Léman, 1868. pi. color 

12. Schönher. Curculionidum dispositio mothodica, 1820 

15. Catalogue de la coUoclioii de Dejean 1807 (annoté par Lasserre), usagé, rel 

14. Solier, Essai sur les Bupreslides (Dédicace de Solier) 

1.'). Heer, Catalogue des Coléoptères suisses. I" partie, ")■"« livraison. 1841 . 

16. Duméril, Considérations générales sur les insectes. 1825. planches 
18. de Marseul, Monogra|)liie des Téléphorides (L'Abeille). 1877. rel. . 

20. Latreille. Histoire naturelle des Fourmis. 1802. relié 

22. Mulsant, Histoire naturelle des Coléoptères de France. Altisides, 1860 

25. — )) )» Il » )i )i ScuticoUes, 1867 

24- — » » » » M » Gibbicolles, 1867 

25. — » » » )) » )) Pectinipèdes, 1856 

26. — Il » Il II 11 » Palpicornes, 1844, 

27. — » Il )i II » )i Piluliformes, 1869 

28. — Improsternés, Uncifères, Diversicornes, Spiuipèdes. 1872 . 

29. — AngusticoUes, Diversipalpes, 1864 

51. Chapuis, Synopsis des Scolytidcs. 18(i9 

41. Bonvouloir (H de), Monographie de la famille des Eucnémides, 1866, rel 

42, Latreille & Dejean, Histoire naturelle et Iconographie des Insectes Coléo- 

ptères d'Europe, planches coloriées (tout ce qui a paru), 1822 
45. Desbrochers des Loges, Monographie des Balaninida' fr Anthonomidae 
d'FiUrope et des conliiis méditerranéens. 1868 



7 


— 


1. 


20 


5. 


50 


2 


— 


2 


— 


5. 


50 


7 


— 


6 


— 


4. 


50 


4. 


50 


6 


— 


6 


— 


4 


— 


5 


— 


5 


— 


5 


— 


1. 


20 


12 


— 



Desiderafti. 
Fauconnet, Faune analytique des coléoptères de France. 

Oblata. 

4i. Abeille de Perrin, Essai monographique sur les Cisides européens et cir- 

caméditcrranéens. 1874 5 — 

i't. Pandellé, Essai monographique sur les Staphylins européens, tribu des Ta- 

chyporini. 1868 1. 50 

46. Mélanges hyménoptérologiques, 1'^' fascicule (4 exemplaires), planches col. 

le fasc 0. 50 

47. Schilde, Schach dem Darwinismus, 1890. 1 vol. broché 3 — 

48. Berliner entomologische Zeitschrift, 1888. 2 vol. 7 pl. (valeur 44 fr). 6 — 

49. _ • „ ,, 1889. id. 4 » (valeur 37 fr.). 5 — 

50. — (( (( 1890. id. 6 » (valeur 28 fr.). 4 — 
Til. Heinemann, H. von. Berge's Schmetterlings Buch, 4 aufläge. 50 pl. color. 

1870 12 — 

.")2. Jacquelin du Val, Genera des Coléoptères d'Europe, pl. col. bien cous. 170 — 
.')5. Meunier, Planches de Coléoptères (25 planches coloriées détachées d'un 

atlas : Chrysomélides, Coccinellides, Cérambycides, Curculionides, etc.) . 2 — 

.'>i. Lasserre, 50 planches de Coléoptères ctdoriées à la main (travail inédit) 10 — 

5.'). Bonelli, Planclies de Coléoi)téres ((> planches Genera) 0. 50 

.■)(i. Mémoire sur les larves des Némoures 0.10 

57. Observation sur Scolia (lavifrons ^ 0. 10 

■'8. Feuille des Jeunes Naturalistes. 2 nos, Tropideres 0. 30 

59. _ _ — _ 4 nos, Faune des environs de Béziers . 0. 40 

60. _ _ _ _ 2 nos, Lathridiens 0. 50 

61. — — — — In», Chasse aux Coléoptères pendant 

les inondations 0. 10 

62. Miscellanea Entomologica, 1« année, 1893 0. 60 

65. Le Naturaliste, année 1885 0. 60 

6i. Jacquelin du Val, Genera, Tome II. Staphylinides à Hétérocérides, pl. col. 30 — 



— 29 — 

Échanges. 

Les annonces d'cchcuuje émanant de nos abonnés ci ne dépassant pas six 
lifincs d'imi^ression seront insérées gratuitement. 

M. le Dr. Bastelberger, Eichberg i. Rheingau, Allemagne, désire entrer eu rela- 
tions d'échanges avec des lépidoptéristes de la France méditerranéenne pour macro- 
lépidoptères d'Europe. 

M. E. Barthe, Professeur, Château de la Caraussane, Cette, olFre en échange 
Lymniclius pygnuieus, Alexia pilifera, Ditoma crenata, Parnus griseus, Bubas bison, 
Aphodius rufescens, .'Egyalia arenaria, Cryptohypuus lapidicola, Pimelia 2-punctata, 
Opatruui pygmœnm, Gnathocenis cornutus, Phaleria pallens, cadaverina et var. bi- 
maculata, Leptaleus Rodriguesi, Anthicus luteicornis, Ochteuomus uuifasciatus, Me- 
cynotarsus serricornis, Peritelus subdepressus, Phyllobius mus, MetalUtes margina- 
tus, Trachyphheus scaber, Geonemus tlabellipes, Pachytychius sparsutus, Apion sijua- 
migeruni, Phlœophthonis spartii, Albana M-griseum, Cryptocephalus lui vus, Pachybra- 
ohys pradensis, Paehnephorus tessellatus. Timaicha rugosa, etc., contre coléoptères. 

M. A. Dabourgais, 15, rue Guilbsrt, à Caen, d '.sire entrer eu relations d'échange et 
oUVe de nombreux Coléoptères de la Faum^ d'Europe et circa. Envoyer oblata de 
Coléoptères de la même région. 

M. J. Croissandeau, rue du Bourdon Blanc 15, Orléans. — Monsieur et honoré 
collègue. Ayant une très grande quantité de doubles de coléoptères gallo -rhénans et 
corses et aussi d'Europe, je me suis décidé à faire autographier tous mes oblata, au 
nombre de cinq à six mille espèces. 

Ces oblata forment trois fascicules : 1" oblata N" 1, contenant les meilleures espèces 
- 2» oblata N" 2, contenant toutes les bonnes espèces courantes et un certain nombre 
d'autres figurant sur le ?sö 1 - 3" oblata N» ô ne comprenant que des espèces commu- 
nes. Tous les échanges seront faits contre espèces de même valeur. 
Les entomologistes qui voudront entrer en relations d'échanges sont priés d'envoyer 
leurs oblata. Je leur enverrai mes fascicules et ils me les retourneront en indi(iuant 

les espèces qu'ils désirent. De mon côté, je leur signalerai celles qui me seraient 

utiles. 

M. René Fritsch, 30 faubourg Rivotte, Besançon, oilre Chenilles vivantes de Lasio- 
campa Treiuuli/'olia,CrocaUisTasciaria, Actias Liina, Chclonia Villica, etc. 
Chenilles préparées de CalUmorpha Dominula, Parnassius Apollo, Plasia il- 
lustris, Niselia Oxijcanthe, Bombyx Cratœr/i, Ptcrogon Proserpiita, Lasio- 
campa Quercifolia, etc. et beaucoup de bonnes espèces de lèpido|)teres européens. 



Errata — N» 18-19, 

p. 1Ô8, ligne Ö8, au lieu de : Allererst ist das Kopfschild breit ab(jeschrä(ji . . 
lisez : Allererst ist der Kopfschild breit abgerundet . . . 

» ligne M), au lieu de : das Kopfschild, lisez : den Kopfschild . . . 
p. l".!», ligne 11-12, au lieu de : das Kopfschild, lisez : der Kopfschild . . . 

» ligne 12, — dass Zwischenglied, lisez : das Zwischenglied . . . 

I) ligne 19, — gebogene Zahn, lisez : gebogenen Zahn .. . 

Il ligne 42, — dreickiges Kopfschild, lisez : dreieckiger Kopfschild 

p. 140 ligne 5, — als das Kopfschild, lisez : als der Kopfschild . . . 

)) ligne 15, — ein so ojfenbares Irrthum, lisez : einen so offenbaren 



Irrthum 



Gräf-KrÜSi'S seidene Schmetterlingsfangnetze au i theii. 

Stahlring (passend an jeden Stock) erhielten an der wissenschaftl. 
Fachausstellung in Baden bei Wien die Medaille der I. Classe und ein Diplom mit der 
höchsten Auszeichnung. 

Preise : 5 Mk. (G) und 4 Mk. (K) 
Versandt geschieht franco und zollfrei nach allen Ländern des Weltpostvereins. 



>0 — 



Bulletin d'échanges. 

M. L. Mesmin, p'% à Gabillaud, près Bussières Poitevine, Haute- 
Vienne, oJlVe en sujets frais et l)ien i»rt''parés : 



Caraluis sploiuleus. 

inorbillosus. 
Plcrostiiliiis bicolor. 
Hydroporiis cantabi'iciis. 
niemnonius. 
Goiidoti. 
Genei. 
varius. 

orylhroccplialiis. 
Ilybius suba^neus. 
Ochtebius 4-collis. 
Ilyihaîiia lestacea. 
Iliiiiialota fungi. 
ànalis. 
gregaria. 
Mynneiloiiia laticollis. 
IMilmobiiiiii cly|iealiini. 
Cylindroijaster corsicu. 
Brycuis iranica. 
Scimpjyeli. 

fossulata v. riit'escens 
Ilelferi. 
nigrivculris. 
iinpressa. 
Lefebvrei. 
sangiiinea. 
y.'ihus planiceps. 
Triiiiiuin brevicorne. 
Tychus niger. 

ibericus. 
tuberculalus. 
Euplectus signatus. 
Karsten!, 
(llaviger testaeeus. 
Paussus turcicus. 
Eut/lia formicetorum. 



Ceplieiinhim lanlns(inense. 

Auhei. 
Seuraplies myrmecopliilus. 
Scydnia-nus Helferi. 

scutellaris. 

Weltcrhali. 

pusillus. 

collaris. 
Eiiconmis pubicoUis. 
coHspicuns. 
ru fus. 
liuUiyscia zophosyma. 

ovata. 
Myrmecoxenus suhterranetis. 
Setaria sericea. 
Merophysia formicaria. 
Eiidophlanis spinulosus. 
Prostomis mandibularis. 
Mraphilus cursicus. 
Odontœus armiger. 
Glaphyrus maurus. 
Hoplia faiinosa. 
Pachypus cornulus. 
Julodis setifensis. 
Ancylocheira llavoiiiaculata. 
Cebrio corsicus. 
Antholinus analis. 
Troglops inipressifrons. 
Tillus imifascialus. 
Trigonogenius exiguus. 
Xyloperllia trispinosa. 
Ërodius laticollis. 
Dichiltus pumilus. 
Stenosis orientalis. 

.^myrnensis. 
Microteliis asiaticus. 



Asida r.orsica . 
Piinelia pilifera. 
Boyeri. 
Adesmia Solieri. 
Mecynotarsus serncornis. 
Pseudochina torqiiata. 
Otiorhynchus candatus. 

itarcrrirus. 
Apion Jlerelieri. 
Cleon us li ieriiglyph icus. 
Cryptorhyncliiis la[)athi. 
Ilyle.simis veslilus. 
Perrisi. 
Plilœotiibus ole.-B. 
Prionus coriarius. 
Stenoptenis infus. 
Cartalhun ebulinuin. 
Leptidea hreripennis. 
Gracilia pygnuea. 
fcosium tomenlùsiim. 
Stionialiuin unicolor. 
Callidiuni violaceum. 
("dytus liciatus. 

inassiliensis. 

tiiyslicus. 
Exocenti-us punctipennis. 
Dorcadion inendax. 
Morimus Ingnbiis. 
Leptura a^thiops. 
revostita. 
Clythra centroniaculata. 
C/i ryso mêla 4- y e m i n a . 
Pkrathovn pumila. 
Lycoperdina validicornis. 



I.es espèces obtenues en échange seront offertes dans les miiTK'r 
MiscoUanea. — On désire des insectes frais et intacts. 



os suivants des 



P. WYTSMAN, 

librairie scientifique. 79, rue Neuve. 

BRUXELLES 

NOUVELLE ÉDITION 

DE 

J.HUBNER 

SAMMLUNG EXOTISCHER SCHMETTERLINGE 

(l'AlMI.I.oNS KXOTlQir.S — I-XOTIC lilTTEHFl.lF.s) 

Prix de l'ouvrage complet : 65 francs. 

l.ouvrage paraît par livraisons de 10 planclies 

coloriées environ — Prix 10 francs par livraison. 



l)n n'accepte que des souscriptions à l'ouvrage 

complet. 

Envoi gratis et franco d'un prospectus 

et d'un spécimen des gravures. 



M. H. P. Durloo 

à Valby, près Copenhague 
(Danemark) 

très versé dans la faune seplen 
trionale (voyages entoniologi(iues en 

LAPONIE 

(1888-89) 

désire cet été collectionner des in- 
sectes de tous les ordres, par com- 
mission, soil en Danemark, soit en 
Suède ou Norwège. 

Références du Musée zoologique 
de Copenhague. 



— 31 — 

VRAIMENT A BON MARCHE : 

Lot Fortuna. 1 KA ß^'^'wpl- ^O espèces diverses, COLÉOPTÈRES, tous cor- 
iliU recteincnt nommes, de Madagascar, Célèbes, Brésil, 
Amasia, parmi lesquels : Carabus Boncouloiri, Drypta Iris, Cladognathus oecipi- 
talis, Leptinopterus tibialis (Lucanide), Coptomia, Lonchotus, 2 esp. Polybofhris, 
Rhyncophorus papuanus. ^^ (Valeur véritable env. 75 francs). 

Pour Fr. 45. 35 seulement. (Emballage et port inclus). 



LotSta. Catharina. \(\(\ exemple eO espèces diverses, COLÉOPTÈRES. 

Ivv tous correctement nommes, du Brésil, de plus 
W (Valeur véritable env. 40 francs). 
25 seulement. (Emballage et port inclus). 

Lot Madagascar. KQ 



grande ou de moyenne taille. H^^ (Valeur véritable env. 40 francs). 

Pour Fr. 14. 25 seulement. (Emballage et port inclus). 

exemplaires, 22 espèces diverses, COLÉOPTÈRES, 

tous correctement nommés de Madagascar, parmi 
lesquels : Drypta, Scarites, Lonchotus crassus, Coptomia (beau Gétonide) 2 esp., 
Polybothris (Buprest.), Pycnochilus et un nombre d'espèces nouvellement décrites 
manquant à toute collection, gf^^" (Valeur véritable env. 55 francs) 

Pour Fr. 14. 35 seulement. (Emballage et port inclus). 

Lot Célèbes. KO •^^^'"P^' ^^ espèces diverses, coléoptères, de plusgran- 
ÜU de taille, toas correctement nommés, de Macassar (Célèbes), 
parmi lesquels : Hoiolepiaprocera, Cladognathus occipitalis (grand Lucanide jaune), 
Glyciphana celebensis (Gétonide), Prophthalmus, Hormocerus, Rhyncophorus pa- 
puanus (grand Curcul. de palme), ©i^ (Valeur véritable env. 40 francs). 
Pour Fr. 14. 25 seulement. (Emballage et port inclus. 

Exemplaires de déterminatio n. 

.Min que chacun puisse déterminer lui-même ses arrivages exotiques en comparant à 
des exemplaires correctement nom/nés, j'offre des Coléoptères défectueux aux prix 
très modérés suivants : 

60 esp. dift\,corr. nommées, fr. 9.25 

120 )) » » fr. 20.50 

60 » )i )) fr. 9.25 

60 II » » fr. 9.25 

30 )) » » fr. 8 
Lots b, c, d, e, tous ensemble fr. 40. 
Européens 100 esp. fr. 15 ; 500 esp. fr. 54; 1000 esp. fr. 100 (Liste CLXXIX). 

Tout payable d'avance 
L. W. Schaufuss sonst E. KIocke, Meissen, Saxe. 



a. 


Lot 


Amérique 


du Sud 


I 


b. 


Y, 


)) 


)• » 


II 


c. 


)) 


Amérique 


du Nord 




d. 


)) 


Indes : 






e. 


}) 


Afrique : 







HENRI PETIT 

Calendrier colècptérologique suivi 

d'un tableau indiquant les époques des 
chasses aux Coléoptères. 
1 volume in-8o de 51 pages fr. 1.50 

Notes sur l'habitat des Coléoptères 

de France, l volume in-S» de 66 p. fr. 2 
Envoi franco contre mandat ou bons de 

poste. — Les deux ouvrages réunis fr. 3. 
Il ne reste que très peu d'exemplaires 

de ces deux ouvrages tirés à petit nombre. 

On céderait tout en bloc à bon compte. 
Envoyer offres et mandats à M. Henri 

PETIT, 2 rue St. Joseph, Chàlons-sur-Marne. 



LA SOCIETE 

d'Histoire Naturelle de 
Mâcon 

désire recevoir des catalogues et prix 
courants des marchands de livres, usten- 
siles et objets d'histoire naturelle. 

Les adresser au bibliothécaire de la So- 
ciété ; 

M. Lissajous, quai des Marans, 
Mâcon. 



— 52 



EN VENTE 

0:^= au Bureau du Journal ..^ 
Cavernicoles de l'Ariège 

Aphœnops Cerberus — 0.25 — le cent fr. 20 
Aphœnops Pluto 
Bathyscia clavata 



0.30 — le cent fi-. 25 
0.10 — le cent fi\ 8 



Carabus splendcns 



0.35 — le cent fi-. 30 



THE 

Naturalist' S Journal 

Revue illustrée 

pour les collectionneurs et les amateurs 
d'Histoire naturelle. 
Surtout d'Entomologie, d'Ornithologie, de Conchy- 
liologie, de Botanique, etc. 
Colonne (jrataitc pour les demandes d'échange 
Abonnement annuel : 2 sh. 6 d. (fr. 3) 
Dirigée par 

H. K. Swann, 369. Enston Road. 
London N.W. Angleterre. 

M, Henri Caillol, avocat, 
rue Traverse-du-Chapitre, 18, Marseille. 

désire acheter ou échanger contre des Coléoptères 
français des 

BRUCHIDES (Mylabrides) et UROMIDES 
du globe. 

déterminés ou non, ou même non préparés (dans 
la sciure). 

Il désirerait égalenient se procurer des gousses 
et graines contenant des larves de ces insectes. 



c M. Graf-Krüsi. 
lihH en tissu de 



Filet à Papillons ;!; 

soie li-ès fort, bordure en acier repliée en quatre 
parties, applicable à tout bâton, est le seul qui 
ail (il)tenu un diplnine et une 

Médaille de P'*" classe 

à l'exposition de Vienne. 
Mdniuc G au iirii; de 6 J'r. la pièce. 
)) K » » » 5 » n » 
S'adresser au fabricant : 

M. Graf-Kriisi, Gais, près St. Gall, Suisse. 

cnin'sM.inr.s viv.wtks : 
CECROPIA et PROMETHEA 

la douzaine 4 fr. 



JAVA 

LEPIDOPTEREN & COLEOPTEREN 

In reicher Auswahl und 

vorzüglichster Qualität giebt zu sehr 

])illigen Preisen 

COLÉOPTÈRES ET LÉPIDOPTÈRES 

Coquilles terrestres etjluriaftlcü 

de Java 

Grand choix et excellente qualité. 

prix très modérés. 

H. FRUHSTORFER 

Berlin N. Gartenstrasse 152. 

Walter WINDRATH 
Post Office, Singapore, 

otl're des 

LÉPIDOPTÈRES 

de BORNEO 

et d'autres provenances 

a des prie tri'S acantatjeiLV. 

Julius Dahlström 

à EPERJES, Hongrie. 

offre des 

MACROLÈPIDOPTÉRES d'EUROPE 
environ 600 espèces en vente 

avec 00—75 % de rabais. 

Listes gratis et franco 

M>. J. Gribodo 
rue Maria Vittoria 19, Turin 

achète des Vespida? et Mellifera par 
centuries, excepté les Européens et 
les Néoarctiques (Etats-Unis et Ca- 
nada). 

LÉPIDOPTÈRES 

européens, exotiques 
MICROLÉPIDOPTÈRES 

CHENILLES PRÉPARÉES 

très soigneusement 
1>P.IX TRÈS AVANTAGEUX 

H. Lhotte, naturaliste, 31, rue 
de Clichy, Paris. 

Nota. — On demande des cor- 
respondants potir recevoir des 
Lépidoptères et des Chenilles 
vivantes d'espèces particulières 
aur (lijrèrcntes, régions de la 
France, ainsi que des exotiques 
en papillottes. 



35 — 



ENVOIS DIRECTS ' 

DE 

Colombie, Bornéo, Java, Ceram 

LÉPIDOPTÈRES 

EUROPÉENS 8c EXOTIQUES 

offerts à des prix très modérés 

en particulier 

Morpho Cypris 8c Menelaus 

frais et d'une couleur magnifique 

à 3 Mark. 

10 exemplaires, en cornets, 20 Mk. 
id. 2me qualité, 10 Mk. 

Grandes Mygales de Bogota 

2 Mk., 2 Mk. 50 & 3 Mk. selon la qualité. 

Envoi fjrafis et franco clos listes de prix. 

H. Stichel, Grunewaldstrasse, Berlin W 30. 

A VENDRE 

Coléoptères d'Âbyssinie 

RARES ou NOUVEAUX 

prix réduit ou échange contre 

Africains, Histérides, Buprestides, Céram- 

bycides du Globe. 

OJf're aussi : 
COLÉOPTÈRES des SEYCHELLES, 

CHINE, MADAGASCAR, CONÇU, ALGÉRIE etc. 

A. Théry 

St. Charles, par Philippeville, 
Algérie. 

Anthicides, Xylophilides, 

PTINIDES 

M. Maurice PIC, à Digoin (Saône-et- Loire) 
demande à acquérir par voie d'échanges ou 
il achats des Anthicides, Xylophilides et Pti- 
nides {Briichus) du globe, déterminés ou non. 

Il offre en échange plusieurs Anthicus du 
globe, décrits par lui, avec de nombreuses rare- 
tés (surtout des Alpes, Algérie, Egypte) dans di- 
verses familles de Coléoptères, beaucoup de Lon- 
gicornes et quelques insectes de divers ordres (Hé- 
miptères, Hyménoptères etc. ) provenant de Chine 
ou d'Algérie principalement. 



H. P. DURLOO 

à Valby, prés Copenhague, 
Danemark. 

offre des Coléoptères du Nord, 
exemplaires frais dans l'alcool, prix 
en centimes : 

Pelophila borealis 55, Amara torri- 
da 20, convexiuscula 20, maritima 
Schjödte 55, Pterostichus vitreus 20, 
Patrobus septentrionis 50, Agabus 
arcticus 15, Enochrus bicolor 5, Och- 
tebius marinus 5, Silpha lapponica 
25, Pytho depressus 15, Œdemera 
croceicollis 15, l!pis ceramboïdes55, 
Leptura virens 15, Acmœops praten- 
sis 20, Phaleria cadaverina 10, Co- 
rymbites melancholicus 20, Tomicus 
acuminatus 10, Lina lapponica 15, 
Phytodecta polaris Sahlberg 15. 

Port et emballage gratis — Envoi 
contre mandat- poste. 

Danemark : 100 exempl. (40 es- 
pèces, non préparées et indétermi- 
nées, prix 5 fr., porl et emballage 
compris. 

Dans chaque lot il se trou- 
ce des espèces très rares. 

Un LOT de 

fOO 

Garabus splendens 

légèrement défectueux 

pour 10 francs. 
FAUNE 

DES 

ORTHOPTÈRES 

DE FRANCE 

par 

M. A.FINOT 

Orthoptères proprement dits et 
Thysanoures. 1 vol. gr. in-S» de 
522 p., avec fig. et 15 planches 



15 fr. 



S'adresser au Bureau du 
Journal. 



VERKAUF 

der 

seltensten Doubletten 

VENTE 

des Doubles les plus rares 

A. F. Nonfried, 

Entomologe, Rakönitz, Böhm. 
(Autriche) 

Dr A. J. F. Fokker 

à Ziérikzée (HOLLANDE) 

désire acheter ou échanger des 

Hémiptères Hètéroptères 

d'Europe inéridionalo, Algérie etc. 

Mr le Dr Jacobs 

28, r. des Ursulines, Bruxelles. 

désire aitiuérir des 

Diptères européens 

de la famille des 
Tachinaires 

Doubletten-Liste 

liber pakoaiki., COLEOPTEREN 
versende auf Verlangen. Auch Exo- 
ten Verzeichnisse. Hoher Baar-Rabalt. 

Hugo RAFFESBERG, 

Podhragy, Post l'rasicz, Ungarn. 

Heyer, Elberfeld, Warresb. St. 
vend Chrysalides l'«^ qualité 
de lAnieriipie : 
A. Cynthia 25, P. Cecropia 40, 
H. lo 90, Sm. Myops 100, Ex- 
cœcatus 120, E. Imperialis 140, 
D. Inscriptus 125, Th. Abbottii 
160, C. Undulosa 160, D. Ver- 
sicolor 400 centimes la pièce. 



Graf-Krüsi, à Gais, Suisse 

recommande son assortiment de Lépidoptères de la 

Faune Indo-Australienne 

11 ofl're les papillons suivants en cornets ; 

DE MALABAR 

PAPILIO BUDDHA 

1" choix 4 fr. — 2""= choix 2 fr. 

PAPIL. POLYMNESTOR 

1 ' choix fr. 2.50 

PAPILIO HECTOR 

1«' choix fr. 0.75. 

PAPILIO POLYTES 

1«' choix fr. 0.40. 

HEBOM. GLAUCIPPE 

l'^' choix fr. 0.75. 

PARTHEN. V. SYLVIA 

» 1 ' choix fr. 0.75. 

DE BORNEO 

Amathuxidia ottomana 

2"!'^ choix fr. 5. 



Amaxidia Aurelius 

2'"' choix fr. 10. 

Zeuxidia Amethystus 

2''- choix fr. 4. 

Zeuxidia Doubledayi 

2"!' choix fr. 5. 

Thaumantis Odana 



2" choix fr. 2. 

S'adresser à 

Mr. Graf-Krüsi, Gais, Près St. Gall, Suisse. 

HYMENOPTERA 

Mon nouveau prix courant contenant un 
nombre immense d'espèces rares et nouvel- 
les a paru et est envoyé franco à qui en fait 
la demande. 

Dr. O.Schmiedekhecht 
Blankenburg in Thüringen, Allemagne. 



Le Dirccteur-Gcnuit : E. Barthe. 



Cette. — Imprimerie spéciale des „ MISCELLANEA ENTOMOLOGICA " 



Annonces 


La page fr. 

1/2 . 
1/4 «• 

1/8 a 


10. — 
5. — 
2.50 

1.25 


Note de 7 à 8 lignes de 26 lettres, 60 cent. 
Réduction d'un tiers pour les annonces à l'année. 
a d'un quart pour les annonces au trimestre 



Anzeigen 



Die Seite Mk. 8 

1/2 a << 4 

1/4 « « 2 

1/8 « « 1 

Anzeigen von 7 bis 8 Zeilen zu 26 Buchstaben, 40 Pf. 
Reduktion um ein Drittel für jährliche Anzeigen. 
« um ein Viertel für vierteljahrliche Anzeigen. 



POUR LE6 ABONNÉS : 
Réduction — 1 ciG insert, de la même annonce 25 % ; 12 insert. 33 y^X ; 24 ins. 50 % 



Les annonces sont payables d'avance 
par mandat-poste. 



Die Anzeigen werden zum Voraus 
durch Postanweisung bezahlt. 



Correspondance 



Toute la correspondance doit être adressée à M. E. Barthe, 
professeur, Château de la Caraussane, Cette, Hérault, France. 
Nous correspondons en français, allemand, anglais, espagnol, italien et latin. Prière d'écrire très 
lisiblement et sur une feuille à part le texte des annonces. 

Aile Briefe sind zu richten an Professor E. Barthe, Château de la Caraussane Cette, Hé- 
rault, (Frankreich). Wir werden correspondieren : Französisch, Deutsch, Englisch, Spanisch, Ila- 
lieuiscli. Lateinisch. Es wird gebeten, Artikel oder Anzeigen möglichst deutlich zu schreiben, und 
die Anzeigen auf ein besonderes Blatt zu setzen. 

N.B. ^°"* payement doit se faire d'avance par nr>andat-poste ; nous n'accep- 
tons de timbres-poste que pour les petites annonces. 

Jede Zahlung muss in einer Post-Anweisung pränumerirt werden ; Freimarken 
werden nur fur kleine Anzeigen angenommen. 

Les abonnements partent du commencement de chaque trimestre. 

Die Abonnemente gehen von Anfang eines Jeden Vierteljahres ab. 



M. CROISSANDEAU 

rue du Bourdon-blanc, 15, 

Orleans, 

désire acquérir par voie d'échanges ou 
contre argent toutes les espèces de Psé- 
laphidse, Scydmenidae, Paussidae 
et Clavigeridae du globe qui peuvent 
l'intéresser, déterminés ou non. 

Il y a des doubles de plus de 5000 es- 
pèces Gallo-Rhénanes et Corses à la dis- 
position des entomologistes qui veulent 
entrer en relations d'échanges. 



LIBRAIRIE 

DES SCIENCES NATURELLES 



FÉLIX L. DAMES 

membre de la Société entonioluiji 

que de France. 

Berlin W., Taubenstr, 47 

se recommande pour la 

Fourniture des ouvrages ento- 

mologiques, neufs ou d'occasion. 

Les catalogues des livres d'occasion 

sont envoyés franco à qui en fera la 

demande. 



J. Desbrochers des Loges 

à TOURS Indre-et-Loire. 

Prix courant de Coléoptères d'Europe et Circa, d'Hémip- 
tères, d'Hyménoptères, de Curculionides exotiques. Achat 
de Curculionides exotiques. 

Direction du Frelon, Journal mensuel d'Entomologie 
descriptive (Coléoptères). 
Prix de l'abonnement : 6 fr. pour la France et l'étranger. 

Rivista italiana di scienze naturali. 

14« année. 189i. 
Journal bi-nicnsuel. Abonnement 5 fr. 

Contenant des mémoires illustrés et l'annonce de tous 
les travaux italiens sur l'histoire naturelle. 

Direction et administration à Siena (Italia). 

Bollettino del naturalista. 

14« année. 1849. 
Journal mensuel. Abonnement 3 fr. 
Contenant des communications et notes d'histoire na- 
turelle. 

Publie gratuitement toutes les communications 
et annonces d'échanges d'objets d'histoire natu- 
relle de ses abonnés. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



Il W I Q En s'adressant directement au Bureau du Journal pour leurs achats, 
M W I O . abonnés réaliseront une économie de 10 à 25 % sur tous les articxes 
nécessaires pour le rangement des collections. 

ÉPINGLES A INSECTES VIENNOISES 

Johann MÜLLER 
Vienne. Autriche, II, Circusgasse 20, 

recommande son assortiment complet des excellentes épingles blanches et noires, épingles camions, 
épingles pour micros. 

Mou (li|int <î(Miéral pour toute la France se trouve chez M. HENRI GUYON Paris, 20, rue 
des Bourdonnais. 



Die Insekten-BSrse 

jetzt vereinigt mit der „Sammler -BÖFse" 




\t^ Elntomnloqii>.i)Cs Organ 




amni(cr-3ör3C 

Üffcrbnblatt , ^ 
"nA'ens»e aller Sammel-in«res 




ist für „Entomologen" und „Sammler" das hervorragendste Blatt, welches wegen 
der belehrenden Artikel sowie seiner internationalen und «rossen Verbreitung betreffs 
Ankauf, Vorkauf und Umtausch aller Objekte die weitgehendsten Erwartungen erfüllt^ 
■wie ein Probeabonnement lehren dürfte. Zu beziehen durch die Post(ZeitungslisteNo. 3135) 
und die Verlags-Buchhandlung Frankenstein & Wagner, Leipzig, Augustusplatz 1. 
Abonnement bei Zusendung unter Kreuzband in Deutschland n. Oesterreich 1 Mk., nach 
ftj^deren Ländern des Weltpostvereins 1 Mk. 20 Pfg. == 1 Shilling 2 Pence =» 1 Fr. 50 Cent- 



TUE 

BRITISH NATURALIST 

REVUE ILLUSTRÉE D'HISTOIRE NATURELLE 

surtout d'Entomo!ogie et de Conchyliologie 

DIUIC.KE \\\R JOIIN E.UOBSON, I". F.. S. 

Hartic'pool, Angleterre 
avec la collaboration de nombreux .spécialistes. 

.VBONNKMENT ANNUEL : 6 Shillings. 
John E. ROBSON,HARTLEPOOL, Angleterre. 

The „Entomologists Record" 

and Journal of Variation. 



Publié par J. W. TUTT, F. E. S. 

AIîONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 

— rHANCO — 

Cette Revue Scientifique mensuelle contient des articles 
i'un intérêt général pour les Lépidoptéristes de tous les 
pays et est illuslrée de nombreuses planches en chromoli- 
thographie 

Le montant de l'abonnement doit être adressé à 

Mr. A. J. Hodges. 2 Higbury Place, London N. 



Histérides, Buprestides, 
CÈRAMBYCIDES DU GLOBE 

COÉOPTÈRES AFRICAINS 

Mr. A. Théry 

à St. Charles, Algérie. 

désire acquérir les raretés lui man- 
quant en Histi-ridcs, Btiprentides et 
Crratn'nicides d'Europe. 

offre, en éciiange de ceux d'autres 
provenances et de Coléoptères africains 
de bonnes espèces algériennes et du 

globe. 

On achète ou on échange 

contre des insectes les timbres de Fran- 
ce de 18i8 à l'elligie de la République 
(en particulier le timbre de 1 franc), 
ceux de la Présidence et de l'Empire 
18r)2-1870) à l'efligie de Napoléon III et 
.;eux de 1870-71, République, non den- 
telés. 

S'adresser ou Bureau du Journal 



^0 4. _ Vo(,. II. i'"" Année — Il .lalivgang. 1 uvril 1894. 



Miscellanea 

Entomologica 

Organe international 

contenant les demandes d'échange, d'achat et de vente de colleotions 

livres ou objets d'histoire naturelle. 

Anzeiger von Tausch, Kauf und Verkauf für internationale Entomologen. 

Entomologist's international Adyertiser for exobanje, purohase and sale. 

Direction et Rédaction 

E. BARTHE, à Cette, Hérault, (France). 

Avec la collaboratipn de naturalistes de tous les pays. 



Mit Mitwirkung internationaler Entomologen. 




294921 



NI AN 



.« TA 



Le " Miscellanea Entomologica " paraît le 1" de chaque mois. 
Abonnement annuel : Union postale, fr. 5. 
Die " Miscellanea Entomologica " erscheint am i. jeden Monats. 
Jährliche Subscription : 4 Mk. — Annual subscription : 4 sh. 



Comité d'études - Studien -Ausschuss 

MM. Argod-Vallon, à Crest iDrôinei. Lungiconies et coléoi)lères cavernicoles du globe. 
A. Finot, 27, rue St. Honoré, Fontainebleau. Ortlioptéres du glolte. 

F. Ancey, St. Loup, 138, Marseille. Coléoptères en général. 

H. Gouin, 99, cours d'Alsace-Lorraine, Bordeaux. Coccinellides de France. 

R. Martin, au Blanc, (Indre). Odonales du globe. Névroplères dEurope. 

D' M. Regimbart, à Evreux (Eure). Dytiscides et Gyrinides du globe. 

R. P. Belon, rue du Plat, 18, Lyon. Lalhridiens. 

E. Barthe, Cette, (Hérault). Coléttplères de la Guyane française. Apiculture. 

M. Pic, à Digoin, (Saône et Loire), Longicornes d'Europe et circa et Anthicides du globe. 

J. Croissandeau, rue du Bourdon-Blanc, 15, Orléans. Scydménides, Paussides, l'séla- 

pliides et Clavigérides du globe. 
D' Chobaut, 4, rue Dorée, Avignon. Mordellides, Anthicides. Pédilides, Uhipiphorides, 

Vésicaids et (Edéniérides de la faune paléaiotiiiue. 
A. Janet, 104, boul. Saint-Louis, Toulon-Mourillon. Rhopalocères du globe. 
D' A. Sicard, à Tebourzouk, Tunisie. Coeeiiii'Uides du globe. 
D' L. Vitrac, aux Trois-Rivières, Guadeloupe. Entomologie des Antilles. 
E. André, 17, rue des Promenades, à Gray, (H'^ Saône). Formicides du glube et Mutilli ■ 

des lie la région eui'0|)éo-niéditerranéenne. 
M. Vauloger de Beaupré, lieutenant au 144 de ligne, Blaye, (Gironde). Cicindélides 

et Cbrysomélides dEurope et circa. 
A. F. Nonfried , Rakonitz, Bohemia, Autriche. Lucanides, Cétonides. Mélolouthides 

Rutélides, Dynasiides, Buprestidei: et Céraud)ycides du globe. 
A. Théry, St-Charles, par Philippeville, Algérie. Buprestides du globe et Longiconies 

d'Europe. 
l'abbé A. Carret, aumônier aux Chartreux, Lyon. Carabides d'Europe et en particulier 

genres llarpalus, l'terosticlius et Amara. 
A. L. Montandon, Strada viilor filarete, Bucarest, Roumanie. Hémiptères jHétéroptè- 

res. 

G. Gribodo, Via Maria Vittoria, 19, Torino, Italie. Vespid;e et Mellifera du globe. 

D' C. Schaufuss, Directeur du Museum Ludwig Salvator à Meissen, Saxe. Scolytides 

riatypides et Scydménides exotiques. 
Dr Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, "Wien, II, Autriche. Cassidides du globe. 
E. Simon, 16, Villa Said, Avenue du Bois de Boulogne 56, Paris. Arachnides jdu 

globe. 
H. Fruhstorfer, Berlin N, Gartenstrasse 152. Uhopâlocères de la région Indo-auslra- 

lienne. 
D' Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, "Wien I / 1. Cassidides du globe. 
G. de Bony, rue Vaneau, 36, Paris. Genre Cicindela (Europe et confins), 'Garahide.s vrais 

(européens et exotiques), spécialement genre Nebria. 
E. Abeille de jPerrin, |rue de la bibliothèque 24, Marseille. Buprestides, Malachides 

et Cisides paléarcticpies. 
E. Fleutiaux, 1, rue Malus, Paris. Cicindélides, Éiatérides du globe. 
D' A. Puton, à Remiremont, Vosges. Hémiptères Hétéroptères paléarctiques. 
H. Caillol, avocat, rue Traverse du Chapitre, 18, Marseille. Cryplophagides, Mylabri- 

des (lîruchide;.") cl Iromides paléarcli(|ues. 
H. Nicolas, rue Velouterie 9, Avignon. Itiologie des Hyméno|)tércs. 
C. Houlb'ert, professeur au Collège de Dieppe. Larves de Coléoptères, (»ilhopiéies el 

>'evi'o|iteres. 
Dr E. Candèze, à Glain- lès -Liège, Belgique. Eiatérides du globe. 
Ch. Bruyant, rue Gaultier de Biauzat, 26, Clermont-Ferrand. Faune entomologique 

des eaux, spécialement llydrocorises. 

E. Ragonot, 12, quai de la Râpée, Paris. Micrulé|)i(lo|)tères d'Europe; Pyralite.s, Cram- 

biles et Phycites du gl(d)e. 

J. Vachal, à Argentat, (Corrèze). Hymenoptera aculeata de la région circa méditerra- 
néenne el d'Afriiiue ; Halictus et Prosopis de l'ancien monde. 

H. Léveillé, rue de Flore 104, Le Mans (Sarthe). Botanii|ue en général. 

F. Silvestri, à Bevagna, Umbria, Italie. .Myriopodes du globe. 

(Vi)ii- la sditc (I la />a<ic .'>' de la couxci-lttrc. 



ft\StaUHE» ENTOMOlOfi,c^ 



NUNTIUS ENTOMOLOGICUS INTERNATIONALIS 



No. 4. Vol. II. ÉDiTio>i Française 1 Avril 1894. 

NOTA. — Le N» 5 paraîtra dans la quinzaine. On peut, dès à présent, en- 
voyer les annonces pour ce numéro. 

RAPPORTS NATURELS ET PHYLOGÉNiE 



PRINCIPALES FAMILLES DE COLÉOPTÈRES 

Par CONSTANT HOULBERT * 

Docteur es sciences. 



INTRODUCTION 

L'ordre des Coléoptères est le plus riclie de la classe importante des Insectes; c'est en 
même temps l'un des plus homogènes et des mieux circonscrits. 

Je me propose de rechercher ici les rapports naturels qui existent entre les dififérentes 
familles de ce groupe ; j'exposerai en même temps, d'après les auteurs les plus autorisés 
et d'après mes vues personnelles, un certain nombre de faits qui permettent de rattacher 
cet ordre remarquable à des types plus simples que l'on considère, à juste titre, comme 
étroitement alliés eux-mêmes aux formes ancestrales primitives, communes à tous les 
Hexapodes. 

D'une manière générale, le but de toute classification est d'exprimer ces rapports 
de parenté dans leur ensemble ; par conséquent, avant d'aborder le sujet avec toute l'é- 
tendue et la précision que permettent de lui donner nos connaissances entomologiques, je 
vais brièvement passer en revue les principaux systèmes qui ont eu en vue la distribution 
méthodique de ces Insectes. De systématiques et purement artificielles qu'elles furent tout 
d'abord, nous allons voir les anciennes classifications se modifier petit à petit, devenir de 
plus en plus naturelles et acquérir, en un mot, les tendances philosophiques de l'époque 
actuelle. 

Toutefois je ne saurais prétendre donner à ce sujet tous les développements qu'il 
comporte ; il faudrait pour cela deux choses qui me font également défaut, des connais- 
sances très vastes et beaucoup de temps. Le nombre des travaux auxquels les Coléoptères 
ont donné lieu est si grand que la vie d'un auteur ne suffirait pas à les analyser tous, s'y 
appliquât-il de tous ses efforts. Ce qui suit ne sera guère qu'un plan, un essai où je m'ef- 
forcerai d'appeler l'attention sur les points les plus saillants de cette intéressante 
question. 

* La première partie de cette remarquable étude vient de paraître dans le Bulletin des Sciences 
Naturelles publié par l'Association des anciens élèves de la Faculté des Sciences de Paris. 



— 36 — 

C'est Linné qui a créé le nom de Colcoptcres pour désigner les Insectes chez lesquels 
les ailes supérieures sont transformées en élytres protégeant les ailes inférieures, mais il 
comprenait sous cette dénomination un certain nombre d'espèces que Fabricius sépara plus 
tard sous le nom d'Ulonafhes ', et pour lesquelles Olivier proposa en 179Ü le nom d'O/ - 
thopt'-'res, qui est définitivement resté. 

Plusieurs ordres de caractères ont servi de base à la classification des Coléoptères ; 
il faut mettre en première ligne le nombre des articles aux tarses, employé pour la pre- 
mière fois par Geoffroy ^ et érigé définitivement en un ingénieux système par Lalreille 
vers 1820 3. 

Latreille partage en trois classes les animaux pourvus de pieds articulés ; ce sont les 
Crustacés, les Arachnides et les Insectes, 

La classe des Insectes forme 12 ordres dont voici les noms : myriapodes, tbysanoures, 
parasites, suceurs, Coléoptères, hémiptères, névroptères, hyménoptères, lépidoptères, 
rhipiptères, diptères. 

Les Coléoptères sont réitarlis en 4 sections, d'après le nombre des articles aux tarses : 

1. Pentamères. — (5 familles. — Carnassiers, Brachélytres, Scrricornes, Clavi- 

cornes, Palpicorncs, Lamellicornes, qui se subdivisent chacune en tribus et en 

sections '*. 
H. Hétéromères. —4 familles. — Mélasomcs, Taxicorncs, Sténélytres et Trachc- 

lides. 
III- Tétramères. — 6 familles. — Rhyncophores, Xylophages, Platysomes, Lon- 

gicornes, Eupodes, Cycliques, Clavipalpes. 
IV. Trimères. — 2 familles. — Aphidiphages, Fongicoles. 

Conformément au système tarsal, Latreille avait ensuite placé à la fin de l'ordre des 
Coléoptères deux autres sections artificielles (jui ont été supprimées depuis : c'étaient les 
Dimeres, qui passaient pour n'avoir que deux articles aux tarses, et les Monomères, ijui 
n'en avaient qu'un. Il a été reconnu plus tard, parlUiger, par Reichenbach et par Latreille 
lui-même, que les tarses des premiers possédaient en réalité trois articles, et on les a rap- 
prochés des Staphilinides, sous le nom de PsclapJiiens. La seconde section n'ayant été 
établie que sur un seul insecte, le Clambus arniadillus, dont les tarses ont 4 articles, 
a été rapportée à sa véritable place, entre les Anisotomides et les Trichoptérigiens. 

Tel était le système tarsal dans son intégrité primitive ; les auteurs qui ont suivi, 
après Latreille n'en ont point modifié l'économie fondamentale, ils se sont bornés à des dé- 
placements d'espèces et au perfectionnement des grandes coupes. 

On peut cependant faire de graves objections au système tarsal, mais ce n'est pas le 
lieu d'exposer ici les critiques dont il a été l'objet ; l)ornons-nous à dire que sa généralité 
n'est qu'apparente et que très souvent il oblige à séparer des groupes qui sont véritable- 
ment très voisins. 

L'une des premières modifications apportées à la méthode de Latreille est celle de 
Gyllenhall, dans son remarquable ouvrage sur les Coléoptères de la Suède ; l'ordre adopté 
est le suivant : 

Sectio 1. — Pentamera. — Scarabœidcs, Lucanoides, Histeroides, Sphœridioia, 
Ainphibii, Derniesfidœ, Nitidulariœ, Palpatores, Ptiniorcs, Cucuji- 
pes, Clerii, Malacodermi, Sternoxi, Hydrocanthari, Cicindelaiœ, 
Car ab ici, Stajjhylinii. 

' Les Coléoptères étaient désignés sous le nom d.'Kleutli<'ral/ies. 

- Geoffroy. — Histoire abrégée des insectes des environs de Paris, 1762. — La judicieuse obser- 
vation de Geoffroy n'entra en réalité dans le domaine scientifique que douze ans plus tard, quand fu- 
rent publiés les tomes IV et V des intéressants Mémoires du baron de Geer. 

3 Latreille ayant successivement perfectionné ses ouvrages, j'ai ici en vue son dernier travail, 
inséré à l'article Entomologie dans le Dictionnaire de Délerville. 

* Ainsi les Lamellicornes formaient deux tribus : les Scarabéides et les Lucanides, et six sec- 
tions naturelles que l'auteur nommait les coprophages, les géotrupiens, les xylophiles, les phyllopha- 
ges, les anthobies et les mélitophiles. 

* L. Gyllenhal. — Insecta suecica Coleoptera. 4 vol. Lipsiae, 1808-27. 



— 57 — 

Sectio 2. — Heteromera. — Meloides. Pyroehroides, Helopii, Diaperiales, Tene- 

brionitcs, Mordellonœ, Cisteliniœ. 
Sectio 3. — TetTSLiaxera. — Bruchelœ, Curculionides, Xylopfiagi , Erotyleno?, Chry- 

somelinœ, Cerambycini. 
Sectio 4. — Trimeri. — Indivisa, continens : Lathridius, Coccinella, Coccidula. 
Sectio 5. — Dimeri. — Indivisa, continens : Pselaphus, Claviger. 

Comme on le voit, la classification de Gyllenhall ne diffère essentiellement de celle de 
Latreille que par la place accordée aux Scarabéides et par la suppression des Monomères. 

Quoi qu'il en soit de ces modifications^ apportées du vivant même de Latreille à sa 
méthode, presque tous les auteurs de cette époque adoptèrent le système tarsal ; il faut 
arriver jusqu'à Erichson : Die Käfer der Mark Brandenburg, 1838-39, pour trouver 
une disposition des Coléoptères basée sur d'autres caractères, et encore faut-il remarquer 
que la différence porte surtout sur le morcellement des grandes familles, dont les rapports 
sont à peu près conservés. 

<A suivre). 



Biologie des Insectes. 

Les Hyménoptères. 

Je ne viens pas plaider en leur faveur ; ils se recommandent suffisamment par eux- 
mêmes, et cela avec d'autant plus d'autorité que nous pénétrons plus avant dans l'étude 
de cette si intéressante famille. 

En nous plaçant à un point de vue tout autre que celui de la classification, si labo- 
rieuse pourtant, il est facile de s'assurer que nos connaissances sont très limitées. 

Nous rangeons ces insectes d'après une méthode qui repose toute sur les caractères 
extérieurs, c'est déjà beaucoup, mais nous nabordons jamais leurs origines. 

Quelques tentatives dans cet ordre d'idées ont été faites par certains savants pour 
des séries particulières des animaux de la création ; des conclusions d'une haute portée 
furent révélées sur l'enchaînement de ces êtres. 

Des essais entrepris sur les mammifères portèrent une vive lueur sur leurs descendan- 
ces et démontrèrent de la plus absolue manière des origines communes. 

Il ne suffit donc pas de classer telle ou telle espèce, mais il faut s'attacher à connaître 
leurs rapports dans le passé d'abord, en remontant aux âges reculés de notre formation. 

Les Hyménoptères sont déjà de vieille souche sur la terre et si leurs traces nous 
échappent dans certaines couches et si nous ne pouvons les retrouver à tous les étages, 
rien, absolument rien ne prouve qu'ils n'aient pas existé. 

Actuellement ce qu'il importe, c'est de bien connaître leurs mœurs, leurs hal)itudes, 
lenrs aptitudes, car il faut revenir sur ce mot d'instinct pour eux et leur accorder fran- 
chement des intentions plus élevées en abordant carrément leur intelligence ; l'instinct 
n'étant au fond qu'un procédé naturel de conserver ce qui est acquis par l'hérédité à tout 
être perfectible de père en fils, d'une génération à une autre, si l'on veut. 

En connaissant donc bien nos hyménoptères depuis l'œuf pondu jusqu'à son complet 
développement qui est l'insecte parfait, nous aurons un système tout autrement puissant 
pour les réunir en familles, espèces et groupes, et nous verrons alors quelle filiation ils 
suivent et les embranchements qui en ressortent. Des ramifications sans doute nous con- 
duiront à l'origine. 

Je ne puis trop insister sur les ressources qui résulteront d'un procédé aussi simple. 

L'œuf peut nous paraître identique, c'est toujours une petite enveloppe contenant une 
substance qu'un germe habite, mais des différences de composition qui nous échappent 
peuvent les distinguer certainement. Quant à la première larve, à peine évoluée, toutes se 
séparent ; il n'y a plus de conformité entre elles. 

C'est donc dans l'œuf que se passe ce phénomène de distinction et comme l'œuf lui- 
même a subi une période de formation avant d'être œuf et œuf pondu, le [secret parait 
inviolable . 



— 38 - 

Après la première larve, des métamorphoses s'opèrent où, de même, aucun rapproche- 
ment n'est possible entre ce qui était avant et ce qui est après. Nous les voyons se sépa- 
rer, mais se modifier jamais, ou bien rarement. Cette l« larve abritait tout un laboratoire 
de transformations secrètes dont nous n'apercevons que les points extrêmes qui différen- 
cient. 

La nymplie elle-même arrive toute formée comme une ébauche de l'insecte parfait, 
dégrossie, mais développée progressivement sous l'enveloppe larvaire, sans que rien exté- 
rieurement trahisse un changement aussi complet. 

Les larves d'Anthrax livrent quelque chose de cette élaboration d'une larve produi- 
sant la nymphe, mais leur nymphe est impénétrable. 

Enfin l'insecte se façonne extérieurement, sous nos yeux éblouis, faible compensation, 
me direz-vous, pour tout ce ([ui a passé d'inaperçu ! Néanmoins la surprise reste, car la 
nymphe, comme un bloc que le sculpteur ciselle, vous laisse assister au travail de l'ar- 
tiste ; on la voit se modeler sûrement, se teinter, pour que l'insecte parfait lentement se 
substitue à elle. 

Dans toutes ces évolutions mystérieuses, nous ne contemplons que quelques phases, et 
si, extérieurement, il nous est permis d'en arrêter l'ordre d'avancement, de progression, 
il y a en dessous, au dedans de cette forme larvaire ou nymphale, toute une série de ma- 
nifestations organiques des plus compliquées : des muscles qui disparaissent, d'autres qui 
les remplacent ; des organes intérieurs qui dérivent d'autres organes abandonnés ; des 
vaisseaux, des nerfs, des ganglions, tout un système de créations successives dissemblables, 
se soudant, s'éliminant, s'identifiant, se greffant, qui sont inconnues. 

La biologie, cette science de la vie, vient relier tous ces problèmes, les rattacher dans 
toutes leurs phases et saisir au passage ce fil d'.\riane qui les tient enlacés, pour en expli- 
quer la succession. De nomf)reux travaux témoignent des résultats obtenus ('). Toutefois 
avant d'entrer dans cette voie hérissée de ditiicultés dans son ensemble, pour ne rien li- 
vrer au hasard et n'entreprendre que ce qui est d'une grande utilité, sans risque de s'éga- 
rer dans des détails secondaires, de perdre un temps précieux, ou de perdre les bénéfices 
d'un labeur compromis, nous nous sommes préalablement attaché, exclusivement, à cette 
autre science, la Physiologie, qui en est comme le prélude, en suivant l'Ilyménoptère de- 
puis l'œuf jusqu'à son complet achèvement. 

Connaître la larve, la suivre, c'est préparer l'œuvre considérable qui doit en découler 
et c'est là qu'actuellement tous nos efforts se portent. Par l'étude d'ensemble de tous ces 
phénomènes, nous serons conduits plus sûrement à la biologie des insectes. 

Les larves sont absolument nécessaires ; les nids d'Hyménoptères si variés, si nombreux, 
doivent tout spécialement fixer notre attention; nous engageons les Entomologistes à les 
rechercher avec le plus grand soin quels qu'ils soient. 

Sans entreprendre de passer en revue tous les moyens qu'emploient ces insectes pour 
abriter, construire, approvisionner, assurant ainsi l'avenir de leur ponte, nous ne pouvons 
qu'indiquer très succintement comment on peut se les procurer. 

1" Une grande série élabore le miel ([u'olle met en réserve pour le donner en nourri- 
ture aux larves. 

Ceux-ci solitaires ou isolés construisent des nids en terre ou profitent d'un vide quel- 
conque i)Our y uidilier (roseaux de haies, coquilles terrestres abandonnées et vieux nids 
ayant appartenu à autrui), et s'ils vivent en colonies, les nids acquièrent un poids et un 
volume considérables. 

Les llalictes, les Andrènes, etc., creusent des galeries sous le sol, en distribuant tout 
autour et assez profondément des cellules ; les premières se réunissent, s'agglomèrent, 
tout en restant indépendantes sur le même emplacement, chacune ayant son logis 
séparé («). 

2o L'autre série englobe les chasseurs de proies, paralysant les victimes et les livrant 
en pâture aux jeunes nourrissons, en approvisionnement. 

(1) Voir le travail remarquable sur les Vésicanls de M. Henri Beauregard, Professeur au Musé- 
um de Paris, auquel nous avons ét^ assez heureux de pouvoir contribuer par de longues recherches. 

(*) Parmi celles-ci, il en est une dont le terrier commun reçoit plusieurs $. Elles font le pas- 
sage des espèces solitaires aux sociables. 



— 39 — 

Les Bembex, par exception, alimentent leur larve au jour le jour. 

Tous construisent des souterrains, ou bien creusent une simple casemate peu profonde ; 
quelques uns cependant font élection d'un roseau dont ils profitent, comme le Sphex 
splcndidulus ; par contre les Pclopœus ont un nid aérien en terre gâchée, réunissant 
plusieurs cellules accolées. 

Les proies sont prélevées sur bien des espèces d'insectes, peut-être même aucune n'é- 
chappe-t-elle à la destruction. 

Coléoptères et leurs larves, Hémiptères, Diptères, Orthoptères, Pucerons, Araignées 
surtout, paient un énorme tribut à ces ravageurs et destructeurs. Les Hyménoptères eux- 
mêmes ne sont pas respectés. Le Palarus Jîcwipes, entre autres, s'adresse à toutes sortes 
d'Hyménoptères ; son nid est une véritable collection de cette famille, en cela pareil au 
Cerceris bupresticides qui, lui, réunit dans son terrier les Buprestes les plus éclatants. 

J'ignore si ce Cerceris pond toujours sur la même espèce : le Palarus a le sien ré- 
gulièrement porté sur le flanc d'un Halicte. J'ai eu l'occasion d'examiner plusieurs de 
leurs nids et jamais je n'ai trouvé cette règle en défaut, tandisque dans les autres provi- 
sions du même genre, aucune ne montrait une conformité dans le choix, elles différaient 
toutes. 

La 1« série comme la 2« varient énormément leurs procédés, mais c'est jtoujours un 
œuf déposé sur le miel ou pondu sur une proie. 

J'engage donc à visiter les roseaux des haies, les bois pourris, les murs en pierres sè- 
ches, le dessous des pierres, puis les lieux sablonneux en remuant le sable, les talus ter- 
reux qui, souvent, véritables éponges, sont criblés de trous nombreux ; les hélix et quel- 
ques autres coquilles terrestres mortes et vidées sont recherchées par une foule d'Hymé- 
noptères. 

Reste une 3^ série, celle des parasites, qui s'adressent indififéremment à la \^ comme 
à la 2« série et à d'autres familles, et ils sont nombreux. 

En dehors de ces insectes et parmi ceux vivant aux dépends des Hyménoptères, les 
Diptères s'acharnent sur eux et ne respectent rien à leur égard. Comme une horde sauva- 
ge, ils se ruent sur ces êtres qui à eux seuls payent le plus large tribut à cette loi non du 
plus fort, mais du plus rusé. 

Enfin, en parasite sur les Hyménoptères, combien ne rencontre-t-on pas de Coléoptè- 
res, et c'est à cela que nous devons précisément nous attacher, dans l'ignorance où nous 
sommes du développement de quelques uns d'entre eux dont il serait si intéressant de 
connaître la première partie de l'existence, les Mijlabres par exemple. 

Qui sait toutes les révélations qui nous seront faites ? 

H. Nicolas. 



Communications - Questions - Observations biologiques - Notes de chasse 

La soie d'araignée. — On sait que la toile d'araignée possède au plus haut de- 
gré le pouvoir hémostatique, en d'autres termes qu'elle arrête le sang d'une blessure pres- 
qu'aussi sûrement que le perchlorure de fer, mais son emploi présente quelque danger. Les 
toiles d'araignées sont en effet chargées de poussières au milieu desquelles peuvent se 
trouver des ferments pathogènes. 

Pour remédier à cet inconvénient, un industriel anglais, M. Stillbers, s'est mis à fabri- 
quer en gl and des tissus hémostatiques de toiles d'araignées pour les besoins de la chi- 
rurgie courante. 

Les araignées employées sont des araignées d'Afrique ou d'Amérique de forte taille. 
Elles sont placées dans des cases octogones disposées ad hoc, où on leur sert chaque jour 
des insectes variés en quantité suffisante. Dans l'appartement où sont rangées ces cases et 
où est entretenue une température constante de IS», on fait lentement évaporer un liquide 
composé de chloroforme, d'éther et d'alcool. Il paraît, en effet, que ces araignées domesti- 
ques ne travaillent bien qu'à la condition d'être sous l'influence de l'excitation produite 
par l'évaporation de ce liquide. 

Dans une chambre de 40 mètres de long sur 20 de large et 5 de hauteur, il se trouve 
5000 cases, dont les habitants pondent des œufs diversement colorés et enveloppés d'un 
cocon de soie. 



— 40 — 

Ce sont ces cocons qu'on recueille et dont on dévide l'enveloppe de la même manière 
que pour les cocons de soie ordinaire, à l'aide d'une série d'opérations mécaniques et chi- 
miques. 

Un cocon donne 120 à 150 mètres de lil, mais les procédés de tissage sont tenus abso- 
lument secrets. 

Toujours est-il que l'on obtient ainsi un tissu ressemblant assez à de la soie mate, 
bourrue et d'un gris sale. Il est d'autant plus nécessaire de la blanchir que la couleur n'en 
est pas uniforme. On y parvient à l'aide d'un traitement spécial à l'eau oxygénée. On assou- 
plit ensuite le tissu en le faisant passer dans un bain de sulforiciuate d'ammoniaque, puis 
on le tanne : il prend alors une belle teinte jaune et devient lisse et brillant. Voilà the 
heiiwstatic stUlbcrs délinilivemeut fabriqué. 

L'apiculture mobiliste. — L'invention de la ruche à rayons mobiles revient au ge- 
nevois François lluber. C'est en grande partie à cette ruclie, importée aux Etats-Unis par 
Langstroth et modifiée par Quimby, que sont dus les progrés réalisés en apiculture depuis 
un demi siècle. 

La ruche Quimby, adoptée et perfectionnée par M. Ch. Dadant, apiculteur français éta- 
bli aux Etat-Unis, a fait son chemin en Europe sous le nom de ruche Dadant ; elle est 
maintenant une des plus répandues. 

Quaud on compare les ruches modernes, (jui ont la forme d'élégants |)etils chalets, avec 
les caisses grossières et mal closes dans lesquelles nos campagnards élèvent et élèveront 
longtemps encore des abeilles plus ou moins dégénérées, ou n'a pas de peine à compren- 
dre le développement pris par l'élevage des abeilles depuis l'invention des ruches à ca- 
dres. 11 est vraiment surprenant que, pendant des siècles, on n'ait pas su imaginer, pour 
loger un insecte aussi frileux que l'al)eille, autre chose que des caisses mal jointes on 
des paniers qui laissent passer la pluie ! 

Dans une ruche ordinaire, les rayons sont soudés aux parois ; dans celles à rayons 
mobiles, au contraire, on ol)lige les abeilles à bâtir dans des cadres que l'apiculteur peut 
enlever ou déplacer à son gré. Avec ce système il est donc possible, non seulement de 
proportionner la grandeur de la ruche à la force de la population et à l'abondance de la 
récolte ; mais aussi d'observer dans tous ses détails la vie de ce petit monde aîlé, et quel 
intérêt cette observation ne présente-t-elle pas pour un entomologiste ! 

L'emploi des feuilles de cire gaufrée, perfectionnement qui a suivi de près l'invention 
des cadres mobiles, permet aux abeilles de consacrer à Ja récolte du miel un temps pré- 
cieux qu'elles emploieraient à bâtir des rayons. 

Pour donner une idée (' i développement pris par l'apiculture depuis l'invention des 
ruches à cadres, il y a actuellement eu Europe environ 5 700000 ruches. 

Dans la lIongri*e seule, où d'immenses prairies artificielles donnent aux abeilles des 
récoltes abondantes, on comptait en 1801 107 865 ruches à cadres et 530875 ruches fixes, et 
la production du miel atteignait 2 051800 kil. Il est vrai que la propagation de l'apicul- 
ture dans ce pays est due surtout à la sollicitude du gouvernement (pii a confié l'enseigne- 
ment des nouvelles méthodes à des professeurs ambulants qui se partagent le pays et y 
propagent par des conférences cette science si utile et si productive. 

Réaumur, (|ui s'est beaucoup occupé de l'élevage des abeilles, écrivait vers 17iO : 

(( Le Gouvernement, si attentif aujourd'hui au bien public, pourrait tirer les gens de la 
u campagne de lindolence où ils sont sur cet article, en leur donnant des assurances que- 
« non seulement leur taille ne serait pas augmentée, à cause des produits (lui leur pour- 
« raient revenir des abeilles, mais en accordant même, chaque année, une petite diminu- 
<i tion de taxe à celui qui aurait un certain nombre de ruches ». 

(XIIIo Mém. p. 661) 

Je ne sais si le conseil de l'illustre entomologiste a été suivi de son temps, mais il 
serait à souhaiter (pie l'apiculture prît en France un plus grand développement ; il y a là 
une source de richesse bien négligée. La production du miel en France atteint 000 000 de 
kilog., mais cette production n'est pas suflisante et nous sommes obligés de faire venir des 
miels du Chili et des cires d'.Vustralie. 

E. Bautiie. 



— 41 - 

Elevage d'Hyménoptères. — Nous lisons dans le Naturaliste du 15 avril 1894 : 
Les hyménoptéristes du département de Vaucluse sont très connus par leurs beaux travaux 
sur la biologie des insectes qu'ils étudient : M. Fabre a ouvert la voie où MM. Nicolas et 
Chobaut l'ont suivi. Voici le procédé aussi simple qu'ingénieux qu'ils emploient pour éle- 
ver les hyménoptères et en suivre les mœurs. M. Fabre se contentait de déposer des tubes 
de roseaux dans les lieux fréquentés par ces insectes ; ceux-ci y effectuant leur ponte, il 
suffisait de transporter les tubes dans un appartement pour suivre tout le développement 
de l'insecte. 

M. Nicolas a perfectionné la méthode en remplaçant les tubes de roseaux par des tubes 
de verre. Il a pu ainsi se rendre compte de l'arrangement des cellules, delà ponte de l'œuf, 
de son éclosion et de toutes les phases larvaires et découvrir même toute une série de pa- 
rasites dont la plupart étaient inconnus ou considérés comme très rares. 

Comité d'études. — Deux adhésions nouvelles : 

M. J. Vachal, à Argentat (Corrèze), se fait inscrire pour Hyinenoptcra aeiilcata de 
la région circa-inéditcrranéenne et d'Afrique ; Halictus et Prosopis de l'an- 
cien monde. 

M. H. Léveillé pour la botanique en général. 

Beaucoup d'entomologistes s'occupent aussi de botanique. Il est intéressant en effet de 
connaître les plantes sur lesquelles vivent les insectes ; cela facilite beaucoup la capture 
d'un grand nombre d'espèces et le nom de la plante aide souvent à déterminer l'insecte. 

Dans le but de faciliter la détermination des plantes à ceux de nos collègues que la 
botanique entomologique intéresse, j'ai sollicité et obtenu l'adhésion à notre comité d'étu- 
des d'uu botaniste distingué, M. H. Léveillé, secrétaire perpétuel de l'Académie Internatio- 
nale de Géographie Botanique. 

M. H. Léveillé, ancien missionnaire et professeur de sciences naturelles au collège colo- 
nial de Pondichéry, connaît admirablement la flore française ; ses études sur les plantes 
exotiques et les importants herbiers recueillis dans ses voyages lui permettent de déter- 
miner même les plantes exotiques. 

Je profite de l'occasion pour recommander à nos collègues botanistes l'excellente revue 
fondée par M. H. Léveillé : Le Monde des Plantes. Cette revue illustrée et bimensuelle con- 
tient de très intéressants articles et son prix modique (6 fr. par an) la met à la portée de 
tous. E. B. 



Nouvelles entomologiques. 

— M. le D' Arnold Pentlier, zoologiste viennois, collectionne actuellement dans le pays ^e 
Matabelé, Afrique du Sud. Deux autres zoologistes, M. le D^ Adensamer de Vienne et M. le 
Prof. Df Graf, de Graz, ont entrepris un voyage d'exploration autour du globe ; ils s'arrê- 
teront assez longtemps à Java. 

— M. Ch. Ribbe collectionne toujours dans l'archipel de Salomon qu'il ne pourra quitter 
qu'au passage d'un vaisseau de guerre. 

— M. Henri Deyrolle s'est séparé de la maison H. DeyroUe et Donckier. M' Henri Donckier 
se charge de la partie entomologique. 

— L'entomologiste russe Alexandre Semenow a découvert dans le Transcaspien une nou- 
velle famille de Coléoptères qu'il a appelée Petriidœ : un seul genre, Petria, comptant 
deux espèces prises la nuit à la lumière. Cette nouvelle famille se rapproche des Méloïdes 
et des Rhipiphorides. M. Semenow croit que les deux espèces vivent en parasites sur cer- 
tains Hyménoptères ou Orthoptères. 



Bibliographie. 



M. le Dr Standfuss vient de publier un travail fort intéressant qui a pour titre : 
Beziehungen zwischen Färbung und Lebensgew^ohnheit bei den paläarktis- 
chen Schmetterlingen (Relations entre la coloration et les habitudes des Lépidoptères 
paléarctiques). 



- 42 - 

Après avoir donné en passant quelques notions élémentaires sur la nature des couleurs, 
M. Standfuss montre que la coloration d'une espèce déterminée dépend de la position 
qu'elle prend à l'état de repos, à l'état de demi-mouvement (p. ex. en prenant la nourri- 
ture), à l'état de vol. 

S'il est reconnu qu'il existe des analogies plus ou moins grandes entre la coloration 
du lieu de repos et la coloration du papillon à l'état de repos, il n'en est pas de même entre 
la coloration du papillon à l'état de vol et la coloration des endroits où il prend ses ébats : 
au moins pareilles analogies n'ont- elles pas encore été signalées. 

L'auteur montre ensuite les relations qui existent entre les différentes positions prises 
à l'état de repos et la descendance des dioérentes espèces. Les lépidoptères fossiles les 
plus anciens que l'on connaisse sont des Noctuelles qui paraissent descendre de certains 
Névroptères (Phryganides) dont prol)al)lement elles ont aussi conservé la position à l'état 
de repos. Plus tard les géomètres se séparèrent des Noctuelles : dans ce nouveau groupe, 
un certain nombre d'espèces continuèrent de tenir au repos les ailes en forme de toit in- 
cliné, d'autres les étalèrent horizontalement, d'autres enfin les redressèrent verticalement. 
Cette dernière position ne serait que la fixation de la position que prennent les ailes au 
sortir de la chrysalide et qui s'est probablement perpétuée parce qu'elle facilite l'essor. En 
cela les Rhopalocères n'auraient fait qu'imiter les Géomètres, 



Ouvrages d'occasion. 

Desiderata. 

Fauconnet, Faune analytique des coléoptères de France. 

Oblata. 

Fr. C. 
65. Saalmûller, Lepidopteren von Madagascar. Neue und wenig bekannte Arten, 
meist aus der Seuckenbergischen Sammlung. 2 Bde, mit Portr. u. 15 col. 
Taf. Frankfurt, 1884-91. in- 4 • . 90 — 



Échanges. 

Les annonces d'échanne émanant de nos abonnés et ne dépassant pas six 
liçjnes d'imi^rcssion seront insérées gratuit entent. 

M. le Dr. Bastelberger, Eichberg i. Rheingau, Allemagne, désire entrer en rela- 
tions d'échanges avec des lépidoptéristes de la France métliterranéenne pour macro- 
lépidoptères d'Europe. 

M. E. Barthe, Professeur, Château de la Caraussane, Cette, offre en échange : 
Lymnichus pygmicus, Alexia pilifera, Ditoma creuata, Parnus griseus, Bubas bison, 
Aphodius rufesceus, .Egyalia arenaria, Cryptohypnus lapidicola, Pimelia 2-punctata, 
Opatrum pygma^ura, Gnathocerus cornutus, Phaleria pallens, cadaverina et var. bi- 
maculata, Leptaleus Bodriguesi, Anthicus luteicornis, Ochtenomus unifasciatus, Me- 
cynotarsus serricornis, Peritelus subdepressus, Phyllobius mus, Metallites margina- 
tus, Trachyphlœus scaber, Geoneraus flabellipes, Pachytychius sparsutus, Apion squa- 
migerum, Phlüpophthorus spartii, Albana M-griseum, Cryptocephalus fulvus, Pachybra- 
chys pradensis, Pachnephorus tessoUatus, Timarcha rugosa, etc., contre coléoptères. 

M. A. Dubourgais, 15, rue Guilbert, à Caen, désire entrer en relations d'échange et 
offre de nombreux Coléoptères de la Faune d'Europe et circa. Envoyer oblata de 
Coléoptères de la même région. 

M. René Fritsch, 30 faubourg Rivotte, Besançon, offre Chenilles vivantes de Lasio- 
canipa Tre/iinli/'olia,CrocaUisTusciaria, Acfias Liina, Chclonia Villica, etc. 
Chenilles préparées de Calliniorpha Dominula, Parnassius Apollo, Plasia il- 
(ustris, Niselia Onjcanthe, Bombyx Cratœgi, Pterogon Proserpina, Lasio- 
campa Quercifolia, etc. et beaucoup de bonnes espèces de lépidoptères européens. 



M. J. Croissandeau, rue du Bourdon Blanc 15, Orléans. — Monsieur et Iioikhô 
collègue. AyaiU une très grande (luantité de douilles de eidèoplères gallo-rhènans et 
corses et aussi d'Europe, je me suis décidé à faire autographier lous mesoblata, au 
nombre de cinq à six mille espèces. 
Ces oblata forment trois fascicules : 1« oblata N" 1, contenant les meilleures espèces 
- 2» oblata 'S" 2, contenant toutes les bonnes espèces courantes et un certain nombre 
d'autres figurant sur le N» 1 - S« oblata JN" 5 ne comprenant qna des espèces commu- 
nes. Tous les échanges seront faits contre espèces de même valeur. 
Les entomologistes qui voudront entrer en relations d'échanges sont priés d'envoyer 
leurs oblata. Je leur enverrai mes fascicules et ils me les retourneront en indiquant 
les espèces qu'ils désirent. De mon côté, je leur signalerai celles qui me seraient 
utiles. 

M. Ch. Pujol, Bella Vista de Goyaz, Brésil, offre des insectes du pays *. 

M. Angelo Solari, Piazza San Lorenzo, 14, Gênes, accepte en échange ou en vente 
des Curculionides du globe : offre coléoptères d'Europe. 

M. Ch. Bloesch, Laufenburg, Argovie, Suisse, désire échanger des ritnlriiliu--- 

Ichneumonides, Braconidcs et Cijnipides. 

M. Chas. S. "Westcott, Holmesburg, Philadelphie,^ Fa., États-Unis, offre des Pa- 
pillons de l'Amérlquo du Nord contre Noctuelles d'Europe et contre exotiques *. 

M. Jürgen Schröder, Kossau pr. Plön, Holstein, Allemagne, désire entrer en re- 
lations d'échanges pour Coléoptères paléarctiqnes et exoticjues. Envoyer oblata de 
bonnes espèces *. 

M. E. Goubaut, naturaliste-préparateur, à St. Vaast-la-Hougue (Manche'), olfre 
des oiseaux de France, toutes les espèces en général, en peau fraîche ou mont(''S : 
Coquilles fossiles de tous les terrains — demande en (''change Coléoptères, Hémiptè- 
res, Orthoptères, Lépidoptères européens ou exotiques, surtout les grosses espèces. 

M. P. J. Roelofs, 10, rue Van Straelen, Anvers, désire entrer en relations d'échan- 
ges pour Coléoptères du globe, spécialement Stopli'jlinuli's. 

M. le baron "W. von dem Bussche-Haddenhauren, Hanssenstrasse 12, Göttin- 
gen, Hanovre, Allemagne, offre des Coléoptères de l'Allemagne Centrale contre 
coléoptères d'Europe. — Envoie sur demande une liste d'oblata détaillée. A. citer par- 
ticulièrement : Ciclndela germanica c. caerulea, Carabus artcnsis v. ponxera- 
nus, Drijops snhsfriatus, Atonieles cniarginatus Xccrophorus germanicus, 
V. bipunctatus, Nccrophilus subterrancus, Drapetes cguestris, Htjlccœtus r. 
Marci, Tomoxia bignltata, Pijrochroa pectiniroriu's. ('ri/pfoccpha(us 6-ina- 
enlatus, etc. 

M. Filippo Silvestri. à Bevagna ( Umbria ), Italie, désire des Myriopodcs d'Europe 
ou exotiques non déterminés, mais de provenance bien exacte, contre paiement ou en 
échange de Coléoptères de l'Italie Centrale : Anthypna Carcelii, Carabus 
Clamijdatus, Niphonrc picticornis etc. 

M. Th. Faivre, 11, rue du Palais, à Gray, France, désire faire des échanges avec 
des collectionneurs de Lépidoptères d'Afrique, d'Amérique et d'Asie. 

M. Richard Bartsch, Halle a. S., Allemagne, Zwingerstrasse 30, désire entrer en 
relations d'échanges pour Lépidoptères avec des Entomologistes de tous les pays, 
surtout d'Amérique, de l'Inde, etc. 

M. Lionel Stones, Northwood, Seymour Grove, old Trafford, Manchester, oflVe 
en échange des Papillons de sa région. 

Les offres d'échanges suivies du signe * sont empruntées à d'autres journaux nu transini.ifs 
par des correspondants. \ous les donnons sons toutes réserves. 



- 4i — 



LISTE 

DES 

ENTOMOLOGISTES 



DU MONDE 



Notice. 



^otre but eu rédigeant ce recueil a été surtout ilc réuuir les noms et adresses des 
eutomulogistes collectionneurs et cchaïu/istc^. 

Les noms de ces derniers sont suivis du signe r*j. 

Nous faisons suivre du signe (*) les adresses dont nous avuns pu vérifier l'exactitude, 
et du signe (?) les adresses douteuses. 

N'ayant pas la prétentiim d'offrir à nos lecteurs dans cette première éditiou un travail 
complet et exempt d'erreurs, nous recevrons avec grand plaisir les additions et rectifica- 
tions que l'on voudra bien nous signaler : nous les publierons dans le journal et nous les 
ferons tigurer dan? l'édition prochaine. 









Abréviations. 




Entomologie g( 


■nérale 


Ent. 




Mat rnléiddoiitères 


Ma. 


Coléoptères 




Col. 




Microiépidoptères 


Mi. 


Diptères 




Dipt. 




Névroptères 


Név. 


Hémiptères 




Hém 




Orthoptères 


Orth. 


Hyménoptères 




Ihm. 




Chenilles préparées 


Ch. Pr. 


liépidoptères 




I.ép. 




Elevages 


El. 



EUROPE 

Allemagne 



Abeudroth, hr. A., lloliestr. M, Leipzig, (ol. '. 

Abt,J., Kaufmann, Ludwigshafen a. Rh., Aggersheimer-Strasse. T.. /•;///. (frii. Lrj> 

.\chen, C, Darmstadt. /•;/. * 

Ahrens, 11. F. Kliitz. Mecklembourg. Lcji. ' 

Ahrendts, Bauralh, Potsdam. Marienstr. 141). EiK. ' 

.libers, Sénateur, Hanovre, I'ru.sse. Col. larncU. ' 

Albrech, R., Juwtdier; Regensburg. Ent. ' 

Albrecht, Johannes, gr. >Yoll\veberstrasse, 57 58, Stettin, ('of. Lr/i. i 

Albrecht, Karl, Klempner, Tübingen, Lhlandstr., 9. Li'/). ' 

Albrecht. Richard, Technische Hochschule, Charlottenburg. Ent. * 

.\lbrich, Linus, Glasmalereibesitzer, Hreslau, Sternstr., Pi. Ma. ' 

Aldendiirf, 11., jun., Kaufmann, Frauenstr., Münster, West. Lép. '! 

Allendorf, Paul, SclidnebecU a. Elbe. Lop. ' 

Almert, P.. Rathscalculator, Bautzen, Sachsen. Mältigslr. 5. Eut. ' 

Anielang, (ieometer, Dessau, Anhalt. Lcp. 

Amnion, (iottfried, Tucherstrasse 19, Nürnberg. Lop. ? 

Andre, Fritz, llaardt bei Neustadt a. d. 11. Ma. ' 

\ndreas. A., kgl. Eisenbahn-Secret., Limburg a.d. Lahn. Cot. ' 

Andreas, Carl, Eisenbahn-Bureau Assistent, Limburg a. d. Lalui. Eni. ! 

\ngebrodt, Karl, Nordhausen a Harz. Col. Conc/i. ! 

Angele, Theodor, Linz a. Donau. Lcp. ' 

.\usorge, kgl. Landes-Bauinspector, Breslau, Schicsswerderplatz, 11. Cot. * 

Auton, Schulimacheruieister, Frankfurt a. 0., Junkerstr. 14. Lop. ' 

Apell,Carl, Rentier, Erfurt, Thüringen, Louisenstrasse l.Ent. * 

Arendts, kgl. Garnisons-Bau-lnspektor, Breslau. Col. ! 

Armbster, Carl, Naturalienhandlung, Goslar, Hannover. Ent. * 



— 45 — 

Arnzt, Julius, p. Adr. E. Steinberg, Gera, Reuss, Brühl 5 I. Col. Lop. * 

Arp, H., Altenkiempe pr. Neustadt i. Holst. Le/». * 

Aschenauei-, Max, SecniKle-Lieuteiiaiit im 11. Inf.-Resiment, Kegoasburg, Sleinweg .^8. Ma. 

Aschenauer, Oberamtmanu, Spaichingen, Württemberg. Eni. * 

Augustin, G., Gotha. Ent. ? 

Auras, Paul, Lehrer, Gr.-Peterwitz Kreis Trebnitz, Schlesien. Col. sp. dfrp.lop. des col. ' 

Auras, W., Kunstgärtner, Guttmannsdorf b. Reichenbach, Schi. Ma. * 

Autenrieth, T. G., Kunsthandlunng, Stuttgart. Cot. 'i 

Axthelm, Carl, Obergärtner, Bautzen, Sachsen. Lop. * 



Bachmann, Paul, Limbach i, Sachsen, Schützenstr. 25. Li'p. * 

Backhaus, Lehrer, Heinersdorferstr. 7, Berlin. Col.' 

Baden, Dr.. J. A. F., Zahnarzt, Blicherstr., 35, Altena. Col. ? 

Bading, Petristr. 1, Braunschweig. Lep. ? 

Bahr, W., Lehrer, Mutterhausen b. Bitsch, Lothringen. Lep. ? 

Bahre, Th., Locomotivtührer, Nortlieim, Hannover, Göttinger-Chaussee, 605. Lep. * 

Bätchke, E., Pastor, Altrüdnitz p. Freienwalde a. 0. Ma. * 

ßakalla, R., Oppeln. Li'p. * 

Ballowitz, Dr., Privatdocent, Langestr. Ol, Greifswald, Pommern. Cot. Avach. ? 

ßandelow. F., Frankfurt a. 0., Gubenerstr. 21 c. Eni. ' 

Barth, C, General-Agent d. Feuer- Versicherungsbank, Gotha, llöhersaad 14, Sachsen Go- 

1)0 urg. Ma. * 
Barth, Hugo, Leipzig, Langestrasse 28. Lep. ex. * 
Barisch, R,, Zwingerstr. 30, Halle a. S. Ent. * 
Baschin, AV., Grünstrasse 37, Cöpenik, Brandenburg. Ent. * 
Basset, P., Lehrer, Mutterhausen b. Bitsche, Lothringen. Lep. ? 
Bastellberger, Dr., J., Eichberg im Rheingau. Ma. cur. — désire entrer en relations 

d'i'chanyes arec des lépidoptéristes de la France méditerranéenne . ** 
Bau, Alexandre, Hasenheide 117, Berlin. Col. Lép. éch. et vente. * 
Bauer. Dr., Leipzig, Banhofstrasse. Ent. ' 
Bauer, J. Nicolaus, Loher, Uberlind bei Sonneberg, Thür. Gol. ? 
Baumeister, Ilofratii und Stadtphy^icus in Teplitz. Col. ' 
Baun, Th., Holzbildhauer, Liegnitz, Wallstr. 6 . Ma. * 
Baunack, Max. in Jessnitz, Anhalt. Chrys. * 
Bartels, Oberstaatsanwalt in Cassel, Wilhelmshöher Allee 7. Col. * 
Bartels, Referendar, Kurfürstenstrasse 45, Berlin. Ent. * 
Bause, F., Gymnasiallehrer, Prälalenslr. 2, Magdeburg, ('ol. * 
Bayer, kgl. Berganitssecretair, Malstatt Burbach. Ma. * 
Beck, R., Landgerichtsrath, Stuttgart, Hauptstätterstr. 59. Ent.* 
Beck, AVilhelm, Tischlermeister, Eschwege, Hessen, Dünzelbachstr. 5. Lép. * 
Becker, H., Cand. phil., Benesisstr. 51, Cöln a. Rhein. Eni. * 
Becker, L., Kl. Münzstr.3, Magdeburg. Lép. * 
Becker, Théodore, Stadtsbaurath, Liegnitz, Silésie. Dip. * 
Beckers, Seminarlehrer, Rheydt. Col.' 
Beckherrn, Dr., pract. Arzt., Pillkallen, Ostpreussen. Eni. ' 
Becking, N., Buchhalter, Saarlouis, Rheinprovinz. Col. Lép. * 
Beinling, Professor, Breslau, Lützowstr. 24. Col. * 
Reling, Theodor, Seesen am Harz. Dipl. ('ol. * 
Bemer, E., Pastor, Lossen, Kr. Brieg, Schi. Ent. ' 
Benner, Max, Diakonus, Wohlau. Lép. ' 
Bercio, Dr., Referendar, Orteisburg, Ostpreussen. lùu. * 
Berger, Ed., Bucididlg., Guben. Ent." 
Berlepsch (Baron von), Hannöv. Münden. Ent. ' 
Bernard, E., Landgerichtsrath, Danzig, Krebsmarkt 4-5. Ma. ' 
Berndt, E., Löbau, Sachsen. Ent. ' 
Bernuth (von), Kgl. Oberförster, Freienwalde, Oberpreussen. Col. Lép. * 



— 46 — 

lUTlUau, Trof. in lîoiiii, Maarl'Iacli 4. Arachn. • 

lît'rtralu, Koln-KlirciiÉeld, Goisselstr. M- Lép. * 

r.essiger, Max. Ilolifslr. 10. Leipzig. I.i'p. 

Hestor, Po.stratli, liromlterg. .U^<. * 

BHlie, Dr. med., Stettin, l'.iil. ' 

Hoiitliele. AV.. praki. Zalinar/.t, Uni a. li. Punaii, Wurl. Lcj/. ' 

lUmlelspaeher, .\., Oborlnonu l)ei N ederbronu, ELs. Lop. i 

KiMilhiu, H., Scliuldirector, llanibiiig, St. Georg, Steindaruni ^'J. Col. ' 

Uoyer, Dr.. Überstal)sarzt, Dresden, Hautzenerstrasse 17. Col. rare. ' 

Uiebach, P., Ilauptlolirer, (Uebicheustein bel Halle a S. Lcp. i 

r.iegner, M., llofpliotbograph, Guben. M(i. ' 

lîielil/, Hau|)tnian. Granden/.. Weslpreussen. Col. ' 

l!iel/., Eduard .Vlb., Kgl. Ratli. Scliulinspektor, llermannsladt, Siebenl»iirgen. Col. '. 

i;ill/,, P.. Dresden, Seilergasse ."). Knt. ' 

Iliuder. A., Sclibtssernieister, Carlstr. 8, Stullgart. IjiL ' 

liirlhler, K., Gericlitsratli, Marus Vàsàrhely. Siebenbürgen Col. * 

lîischkopf, Jl., Yerlagsbucldiandlg., Wiesbaden. M((. * 

lliscludr, Cil., Verein von VugeUVeuenden, in Karlsruhe, lîadiMi, 7.iUuingers[r.,.Mi dorl. f.c/). 

P.itlkow, A., Lehrer, Sehünebeek i)ei Magdei)urg. Col. ? 

Bittrolf, Fried., Bretten Baden. l'Jit. ' 

Biltner, Joh., Graveur, Cöpenik, Eni. * 

Dlanel, C Stud. jur. et com. Tübingen, Corps Suevia. /•,'«/. * 

Bhis. R., Cöln a. Rh., Alexandersir. 21. Eni. ' 

lîlass, R., Ronsdorf. Lcp. er. ' 

lUeil, A., llolTsmanns Verlag, Stuttgart. /•,/)/, " 

Rlind, Dr. phil., Pfarrer, Adolzliausen p. Niederstellen. Wiullemberg. Eni. ' 

Blisse, H., Lehrer. Brandenburg a. II., Gr. Gartensir. ~>ô. Lcp. " 

Blühm, B., Magislralsseerelair, Breslau, Kaiser Wilhelmslr. 7i. /•,'///. ' 

Blume, Georg., Kaufmann, Berlin N., Swineniiinderstr. 17)8. f.c/i. '. 

Rlumeusaat, Lehrer, Annen. Lcp. ' 

Bock (Freiherr Hans von ), .Molzsl. ül, Berlin. Lc]>. * 

Bock. Dr., |)ract. Artz, Erfurt, Karliuluserufer 1. Lcji. ' 

|{(pekerH., Fabrik microscopisclier Präparate, Wetzlar. Eni. * 

liottger, E., Premierlieutenant, Beichenbach i. Schi. Eni. ' 

ÜüUcher, A., Physiker, Berlin, Melzerstr. ù.Eni. * 

Bücher, And., Hanau a;M., Langstr. 94. Col. ' 

Röhne, Alb.. ILiiieslrasse, Leipzig, Sachsen. Lop. ! 

liönninghauscii ( Victor von), Kaufmann, Hamburg, Erlenkamp '>'}, II. Lc/i. ' 

Böttinger, G. kgl. Betriebsma.schinenmeisler, Bamberg, Rayern. Ludwigstr. <'<>l. ' 

Bolduan, Apotheker, Guben, Niederlausitz. Eni. ' 

P>(mibe, A., Postsecretair, (iuben, Preussen. Eni. * 

Rongardt, ('.. A., Grefeld, Riielnprovinz. Eni. ' 

Rooch Arkossy, Haus, Erdmannslr. 'i I, Leipzig, Sachs. Lcp. ! 

Uoodstein, Oscar, Apotheker, Biesenlhal bei Berlin. Em. " 

Roigschulze, Lehrer, Bochum, Westplialen. /.'/(^ • 

Rormann, .lui., (ibertVlrsler, lUersdorf bei Friedeberg a Oueis. Col. Li-/i. '. 

Roiii,Max, Mathildenstr. (i, Dresden, Saciis. Col.i 

Bornemann, Gustav, Kaufmann, Grosse Junkerstrasse 1, Mag(U'burg. Lrp. ' 

Bo.se, Ankerstr. S."», Köln, a, Bhein. Lcp. 1 

Boss, Lehrer, Waisenstr., Potsdam. Col. '. 

Roth (A. von). Major z. D. und Rezirkscommandeur, Kassel, Weissenburgerstrasse, 8. Cttl. 

Bolhe. Louis, Postsecretair, Schwerin a. W. \I(i. ' 

Rournot. M., Oberlehrer, Wriezen a. 0. Eni." 

Boyé. E., ßahnhofsverwaller. Ilochspeyer, Rheinpfalz. .U«. ' 

Rrackmann. Fried.. Volksschullehrer, Neumünster, llolsl. Lcp. ' 

Brade, Alexander, Forst, Niedcriausitz. Col. Lcp. Hipn.l 

Bradtke, Ed., Lehrer, Gleissen, Regbcz. Frankfurt a. d. Oder. Lcp. i 



— 47 — 

Brandt, Fabrikbesitzer, Kurlurstenslr. 109, Beriiu. Enf. ' 
Braudl, 0., Bildhauer, Berlin, ^'ettelbeckstrasse 2. Ma. ' 
Brasch, II., Konigl. Obergärtuer, Sanssouci bei Potsdam. Eni. ' 
Braun, Carl, Kaufmann, Weilburg, Bezirk Wiesbaden. Leji. ' 
Braun, Carl, Schulamtseandidat, Königsberg i. Pr. Col. ' 
Braun, G., K. K. Prof. a. d. Oberrealschule, Troppau, öst. Schi. Col. Le/>. ! 
Braune, Premierlieutenant, Schweidnitz, Schlesien. Eni. * 
Brauner, A., Amtsgcr-Secretair, Schönau a. d. Katzbach. Lr/i. Col. ' 
Brauns, Oberlehrer, Schwerin, Mecklenburg. Cot. ? 
Breddin, G., Oberlehrer, Gotha, Sundhäuser Allee 14. Eni. ' 
Breit, J., Werkmeister. Düsseldorf, Kavalleriestr, 26. Ent. ' 
Bremer, A,. Lehrer, Erfurt, Fischersand 57. Col, ' 
Brendel, C , Wilheimstr. liG. Beréin. Col. ' 
Brennliausen, Stolp i. Pommern Lcp. * 
Brenske, H., Capellenbergstrasse 9. Potsdam. Col. ' 
Brenzinger, J., Cemcntwaaren-Fabr., Freiburg i. Breisgau. M(t. ' 
Breton, A., Regierungsbaumeister, Frobenstr. 40, 11, Berlin, Uyi/i. 1 
Brink, Rob., Gerberstrasse 50, Crefeld, Rheinprovinz. Ent. ' 
ürincken (Baron von), Leipzig, Weststrasse 4. Lcp. ' 
Brinckman Rud,, Kaufmann, Königsberg i. Pr. Col. Lep. ' 
Brinkmann, Otto, Oberlehrer, Walle bei Bremen. Hijni. i 
Brischke, emeritirer Haupllehrer, Zopport bei Danzig. Ent. ' 
Brocke, R., Betriebssecretair, Erfurt, Krämpferstr. 58 a, Lcj). <'ol. ' 
Brückner, E., Staats Kassen-Assistent, Gotha, Ilansenstr. 4. Eni. * 
Brünow, Lehrer a. d. Vicloriaschule, Fürstenstr. 14 Berlin. Le/>. ! 
BrünnfJ. von), Cöthen, Anhalt. Ent. * 

Buceck, Frau Th., Ilaubbesitzerin, Prag, Brenntegasse 41. neu. Lcp. ' 
Biichaly, J., Ober-Telegralen-Assistent, Brüderstr. 2. b., Breslau, Schi. Li'p. 

(A suivre) 



EPINGLES VIENNOISES 

Nous rappelons à nos abonnés qu'en s'adres- 
sant au bureau du journal ils peuvent se procurer 
les excellentes épingles viennoises aux prix 
suivants : 

Epingles viennoises blanches ou noires, marque 
Johann Müller, longueur 55 ou 58 mill. du noOOO 
au no 7, et 58 mill. de 7 à 12, 

No 000 le mille 3,25 

» 00 » 2.75 

« et 1 )i 2.50 

» 2, 5, M, 12 ). 2.25 
» 5, 5, 9, 10 )i 2.00 

)( (i, 7, 8 » 1.75 

Port par mille 0,10 et. 

Epingles à micros, arg. ou acier, le 1000, 7 fr. 
Epingles pour étiquettes 

de 9 et de 12 mill., le 1000 : 
à la machine. » 50 

à la main, » 70 

Sur tous les autres articles pour collections nos 
abonnés ont droit à une remise de lOo/o en nous 
transmettant directement leurs commandes. Les 
expéditions sont faites de Paris et remballage est 
compté au prix le plus réduit. 



Doubletten-Liste 

über pakearkt,, COLEOPTEREN 
versende auf Verlangen. Auch Exo- 
ten Verzeichnisse. Hoher Baar-Rabatt. 

Hugo RAFFESBERG, 

Podhragy, Post Prasicz, Ungarn. 

HYMAL.WAN 
UNITED TEA PLANTERS 

ASSOCIATION 



THE DE LINDE 

PEKOE 

Qiialitè extra 
provenance directe de 

DARJEELING 

la livre 5 fr. 50 
Expédition en boîtes de ter blanc 
scellées, de 1 livre et de % livre. 

S'adresser au bureau du Jour- 
nal. 



i8 — 



Gräf-KrÜsi'S seidene Schmetterlingsfangnetze an 4 thei 

Ui Ul 1^1 UO O siahliing (passeiui an jeden Stock) erhielten an der wissenscha] 



theil. 
haftl. 
und ein Diplom mit der 



l'acliausstellung in üaden hei Wien die Medaille der I. Classe 
höchsten Auszeichnung. 

Preise : 5 Mh. (G) und 4 Mk. (K) 

Versandt geschieht franco und zollfrei nach allen Ländern des Weltpostvereins 



M. H. P. Durloo 

à Vaiby, près Copenhague 

(^Danemark) 

très versé dans la faune septen- 
trionale (voyai^es entomoloifiques en 

LAPONIE 

(1888-89) 

désire cet été coUectioimer des in- 
sectes de tous les ordres, par com- 
mission, soit en Danemark, soit en 
Suède ou Norwège. 
Références du Musée zoologique 
de Copenhague. 



SOUSCRIPTION 






Al 


CATALOGUE 


- ÉTIQUETTES 


Première liste 


1. 


L. 


Mesniin 


2. 


Ch 


, Alhiaud 


3. 


E. 


Barthe 


■i. 


Dr 


. Guedel 


5. 


Cl] 


. Clerc 


C. 


A.- 


Bouconionl 


7. 


E. 


Mocquerys 


8. 


C. 


Peltier 



L'AMI 

DES 

Sciences Naturelles 

Entomologie- Botanique 

Géologie, etc. 
REVUE MENSUELLE ILLUSTRÉE 

DE 

VULGARISATION 

Itaraissant le 1" de chaque mois 
Aboniu'iiicnt annuel 5fr. 

Direction : E. Benderitter, fils, 

Rue des Champs Maillets, II, 

Rouen. 



L' INSTITUT ZOOLOGIQUE 

W. Schlüter, Halle a. S. 

ALLEMAGNE 

a l'honneur de recommander à MM. les Collec- 
tionneurs, Instituteurs & Chefs d'établissements 
scolaires ses comptoirs d'objets d'histoire naturelle 
spécialement de peaux, d'oeufs d'oiseaux, d'a- 
nimaux empaillés, d'amphibies, de reptiles, 
de poissons, de mollusques, d'insectes et de 
minéraux. 

Catalogue spécial d'objets d'histoire naturelle 
pour l'enseignement . 

Instruments V ustensiles pour la recherche A. la 
préparation de tons les objets d'histoire naturelle : 
Epingles, Cadres vitrés. Plaques de Tourbe 
de toute grandeur; grand choix d'yeux artificiels 
pour mammifères, oiseaux, poissons. 

Ateliers spéciaux pour le montage des oiseaux 
& des mammifères. 

Spécialité : Têtes de daims, de Chevreuils. 
Hures de sanglier. 

Préparation soiijnre et prompte. 
CATALOGUES GRATIS ET FRANCO 

W. Schlüter, Halle a. S., Wuchererstr. 8 
Allemagne. 

Il Naturalista Siciliano 

giornale di Scienze natural! 

Si pubblica ogni primo di mese 
ABRONAMENTO ANNUALE 

Italia L. 10 — 

Paesi compresi nell'unione postale « 12 — 

REDAZIONE : Enrico Ragusa, in Palermo, 
via Stabile, 89. 



— 49 — 



EN VENTE 

ms^ au Bureau du Journal =^0 
Cavernicoles de l'Ariège 

Aphœnops Cerberus — 0.25 — le cent fr, 20 
Aphœnops Pluto 0.30 — le cent fi'. 25 

Bathyscia clavata 0.10 — le cent fr. 8 



Carabus splendens 0.35 — le cent fr. 30 

THE 

Naturalist' S Journal 

Revue illustrée 

pour les collectionneurs et les amateurs 
d'Histoire naturelle. 
Surtout d'Entomologie, (rOrnilhologie, de Conchy- 
liologie, de Botanique, etc. 
Colurinc gratuite pour (es demandes d'échange 
Abonnement annuel : 2 sh. 6 d. (fr. 3) 
Dirigée par 

H. K. Swann, 369, Enston Road. 
London N.W. Angleterre. 

M. Henri Caillol, avocat, 
rue Traverse-du-ChapItre, 18, Marseille. 

désire aclieter ou échanger contre des Coléoptères 
français des 

BRUCHIDES (Mylal)rides) et UROMIDES 
du globe, 
déterminés ou non, ou même non préparés (dans 
la sciure). 

Il désirerait également se procurer des gousses 
et graines contenant des larves de ces insectes. 



Filet à Papillons 



de M. Graf-Krüsi. 

Ce tilet en tissu de 
soie très fort, bordure en acier repliée en quatre 
parties, applicable à tout bâton, est le seul qui 
ait obtenu un diplôme et une 

Médaille de M'^' classe 
à l'exposition de Vienne. 

Marque G aa pri.r de 6 fr. la pièce. 

Il K » )i » 5 » » I) 

S'adresser au fabricant : 

Graf-Kriisl, Gais, près St. Gall, Suisse. 

CHRYSALIDES VIVANTES : 

CECROPIA et PROMETHEA 

la douzaine 4 fr. 



M 



JAVA 

LEPIDOPTEREN & COLEOPTEREN 

In reicher Auswahl und 

vorzüglichster Qualität giebt zu sehr 

billigen Preisen 

COLEOPTERES ET LÉPIDOPTÈRES 

Coquilles terrestres etjluviatiles 

de Java 

Grand choix et excellente qualité, 

prix très modérés. 

H. FRUHSTORFER 

Berlin N. Gartenstrasse 152. 

Walter WINDRATH 
Post Office, Singapore, 

offre des 

LÉPIDOPTÈRES 

de BORNEO 

et d'autres provenances 

a des prie tri'S avantageux. 

Julius Bahlström 

à EPERJES, Hongrie. 

offre des 

MACROLÉPIDOPTÈRES d'EUROPE 
environ 600 espèces en vente 

avec 00—75 % de rabais. 
Listes gratis et franco 

W. J. Gribodo 
rue Maria Vittoria 19, Turin 

achète des Vespida; et Mellifera par 
centuries, excepté les Européens et 
les Néoarctiques (Etats-Unis et Ca- 
nada). 

LÉPIDOPTÈRES 

européens, exotiques 
MICROLÈPIDOPTÈRES 

CHENILLES PRÉPARÉES 

très soigneusement 
PRIX TRÈS AVA!NT.\GEUX 

H. Lhotte, naturaliste, 31, rue 
de Clichy, Paris. 

Nota. — On demande des cor- 
respondants pour rccecoir des 
Lépidoptères et des Chenilles 
vivantes d^espéces particulières 
aux dijfèrcntcs régions de la 
France, ainsi que des exotiques 
en papillottes. 



— 50 — 



P. WYTSMAN, 

librairie scientifique. 79, rue Neuve. 

BRUXELLES 

NOUVELLE ÉDITION 

iti: 

J.HUBNER 

SAMMLUNG EXOTISCIIEP, SCHMETTERLINGE 

li'Ai'ii.LONS F.xoTinrcs — r.xoTii: BrrTi-.iiFi.ii.s) 

Prix de l'ouvrage complet : 650 francs. 

L'ouvrage paraît par livraisons de 10 planches 

coloriées environ — Prix 10 francs par livraison. 

On n'accepte que des souscriptions à l'ouvrage 

complet. 

Envoi gratis et franco d'tin prospectus 

et d'un spocimen des r/racures. 

A VENDRE 

Coléoptères d'Âbyssinie 

RARES OU NOUVEAUX 

prix réduit ou échange contre 

Africains, Histèrides, Buprestides, Cèram- 

bycides du Globe. 

({ff're aussi : 
COLÉOPTÈRES des SEYCHELLES, 

CHINE, MADAGASCAR, CONGO, ALGÉRIE etc. 

A. Théry 

St. Charles, par Philippeville, 
Algérie. 

Anthicides, Xylophilides, 

PTINIDES 

M. Maurice PIC, à Digoin iSaône-et-Loire) 
demande à âc(|U(''rir par voie d'échanges ou 
d'achats des Anthicides, Xylophilides et Pti- 
nides {Brachns) du glol)e, déterminés ou non. 

Il offre en échange plusieurs Anthicus du 
globe, décrits par lui, avec de nombreuses rare- 
tés (surtout des Alpes, Algérie, Egypte) dans di- 
verses familles de Coléoptères, beaucoup de Lon- 
gicornes et quelques insectes de divers ordres (Hé- 
miptères, Hyménoptères etc.) provenant de Chine 
ou d'Algérie principalement. 



VERKAUF 

der 

seltensten Doubletten 

VENTE 

des Doubles les plus rares 

A. F. Nonfried, 
Entomologe, Rakönitz, Böhm. 

(Autriche) 

Dr A. J. F. Fokker 

à Ziérikzée (IIOLLANI)E) 
désire acheter ou échanger des 

Hémiptères Hétéroptères 

d'Europe méridionale, Algérie etc. 

Mr le Dr Jacobs 

28, r. des Ursulines, Bruxelles, 
désire acquérir des 

Diptères européens 

de la famille des 
Tachinaires 

Un LOT de 

100 

Carabus splendens 

légèrement défectueux 

pour 10 francs. 
FAUNE 

DES 

ORTHOPTÈRES 

DE FRANCE 

par 

M. A.FINOT 

Orthoptères proprement dits et 
Thysanoures. 1 vol. gr. in-8» de 
7)22 p., avec lig. et 1^> planches 

15 fr. 

S'adresser au Bureau du 
Journal. 



Le Directeur-Gérant : E. Bautiie. 



Cette. — Imprimerie spéciale des „ MISCELLAINEA ENTOMOLOGIGA " 



Comité d'études. 

(Suite) 
M. Couturier, à la Nerthe, par Saint Henry, (B'^ 
terrestres et ttuviatiles du gloJ)e. 



du Rhône), (kiquilles inariiios, 



Nous rappelons (jkc tout encol d'insectes aux membres du Comité doit être ciccodi- 
IKiiiH''' de timhres-poste pour le retour et au besoin pour la réponse. 

Man wird hiermit (febeten jeder Insektensendung an die Mitglieder des Studien- 
Ausschusses das Franko f il r Rifcksendun<i und nöthig en falls für Antwort bci:sulegen. 



Annonces 



La page 

1/2 « 
1'4 « 
1/8 « 



fr. 



10. — 
5. — 
2. 50 
1. 25 



.\ote de 7 à 8 lign«s de 26 lettres, 50 cent. 
Hédiiction d'un tiers pour les annonces à l'année. 
■■ d'un quart pour les annonces au trimestre. 



Anzeigen 

Die Seite .Mk. 8 
1/2 « .. 4 

1/4 « .. 2 

1/8 « <. 1 

Anzeigen von 7 bis 8 Zeilen zu 2(3 Buchstaben, 40 I*f. 
Reduktion um ein Drittel für jährliche Anzeigen. 

« um ein Viertel für vierteljahrliche Anzeigen 



POUR LES ABONNÉS : 
I à(j-insert. de la mOnie annonce 25 % ; /',' insert. 33 y^% ; 2À ins. 50 % 



Rédaction 



Les annonces sont payables d'avance 
par mandat-poste. 



Die Anzeigen Averden zum Voraus 
durch Postan-wreisung bezahlt. 



Correspondance 



Toute la correspondance doit être adressée à M. E. Barthe, 
professeur,Ghàteau de la Caraussane, Cette, Hérault, France. 
Nous correspondons en français, allemand, anglais, espagnol, italien et latin. Prière d'écrire très 
lisiblement et sur une feuille à part le texte des annonces. 

Aile Briefe sind zu richten an Professor E. Barthe, Château de la Caraussane, Cette, Hé- 
rault, (Frankreich). Wir werden correspondieren j Französisch, Deutscli, Englisch, Spanisch, Ita- 
lienisch, Lateinisch. Es wird gebeten, Artikel oder Anzeigen möglichst deutlich zu schreiben, und 
die Anzeigen auf ein besonderes Blatt zu setzen. 

N.B. ^°"* payement doit se faire d'avance par mandat-poste ; nous n'accep- 
tons de timbres-poste que pour les petites annonces. 

Jede Zahlung muss in einer Post-Anweisung pränumerirt werden ; Freimarken 
werden nur für kleine Anzeigen angenommen. 

Les abonnements partent du commencement de chaque trimestre. 

Die Abonnemente gehen von Anfang eines jeden Vierteljahres ab. 



J. Desbrochers des Loges 

à TOURS Indre-et-Loire. 

l'riv courant de Coléoptères d'Europe et Circa, d'Hémip- 
tères, d'Hyménoptères, de Curculionides exotiques. Achat 
de Curculionides exotiques. 

Direction du Frelon, Journal mensuel d'Entomologie 
descriptive (Coléoptères). 
l'rix de l'abonnement : 6 fr. pour la France et l'étranger. 

BoUettino del naturalista. 

14« année. 1894. 
Journal mensuel. Abonnement 3 fr. 
Contenant des communications et notes d'histoire na- 
turelle. 

Publie gratuitement toutes les communications 
et annonces d'échanges d'objets d'histoire natu- 
relle de ses abonnés. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



Histérides, Buprestides, 
CÉRAMBYCIDES DU GLOBE 

COLÉOPTÈRES AFRICAINS 

Mr. A. Théry 

à St. Charles, Algérie. 

désire acquérir les raretés lui man- 
quant en Histérides, Buprestides et 
Cèrambycides d'Europe. 

offre, en échange de ceux d'autres 
provenances et de Coléoptères africains 
de bonnes espèces algériennes et du 

globe. 



EPINGLES A INSECTES VIENNOISES 

Johann MÜLLER 

Vienne, Autriche, II, Circusgasse 20, 
recommande son assortiment complet des excellentes épingles blanches et noires, é|)ingles camions 
épingles pour micros. 

Mon dépôt général pour toute la I-Yance se trouve chez M. HENRI GUYON Paris, 20, rue 
des Bourdonnais. 

Die Insekten-Börse 

jetzt vereinigt mit der „Sammler -BÖrSG** 



ri$>cKt«n-f5ör5e. 




istt)e5 Organ 

für An^bot. Nachfrage 




ist für „Entomologen" und „Sammler" das hervorragendste Blatt, welches wegen 
der belehrenden Artikel sowie seiner internationalen und grossen Verbreitung betreffs 
Ankauf, Verkauf und Umtausch aller Objekte die weitgehendsten Erwartungen erfüllt^ 
wie ein Probeabonnement lehren dürfte. Zu beziehen durch die Post (Zeitungsliste No. 3 135) 
und die Verlags-Buchhandlung Frankenstein & Wagner, Leipzig, Auguatusplatz 1. 
Abonnement bei Zusendung unter Kreuzband in Deutschland u. Oesterreich 1 Mk., nach 
arideren Ländern des Weltpostvereins t Mk. 20 Pfg. = 1 Shilling 2 Pence = 1 Fr. 50 Cent 



The „Entomologists Record" 

and Journal of Variation. 

Publié par J. W. TUTT, F. E. S. 

. AliONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 

. ^ — I-IIANCO — 

dette Revue Scientifique mensuelle contient des articles 
i'un intérêt général jiour les Lépidoptéristes de tous les 
pays et est illustrée de non.ibreuses planches en cliromoli- 
thograpiiie. 

l-e montant de l'abonnement doit être adressé à 

M>'. A. J. Hodges, 2 Higbury Place, London N. 

THE 

BRITISH NATURALIST 

REVUE ILLUSTRÉE D'HISTOIRE NATURELLE 

surtout d'Entomologie et de Conchyliologie 

DIIUliKi: l'AK JltlIN i:.H<mS(lN, V. K. s. 

Harticpool, Angleterre 
avec la collaboration de nombreux spécialistes. 

ABONNEME.NT ANNUEL : 6 Shillings. 
John E. ROBSON,HARTLEPOOL, Angleterre. 



Rivista italiana di scienze naturali. 

14«! année. 1894. 
Jduriifd bi-incnsuel. Abonnement 5 fr. 
Contenant des m.'moires illustrés et l'annonce de tous 
1(!S travaux italiens sur l'histoire naturelle. 

Direction et athninistralion à Siena (Italia). 



M. CROISSANDEAU 

rue du Bourdon-blanc, 15, 
Orléans, 

desire ac(juérir par voie déchanye on 
contre argent toutes les espèces de Psé- 
laphidae, Scydmenidae, Paussidoe 
et Clavigeridae du globe (jui peuvent 
l'intéresser, déterminés ou non. 

Il y a des doubles de plus de MXKI es- 
pèces Gallo-Khénanes et (lorses à la dis- 
position des entomologistes (pii veulent 
entrer en relations d'échanges. 



On achète ou on échange 

contre des insectes les timbres de Fran- 
ce de 1848 à l'effigie de la République 
(en particulier le timbre de 1 franc), 
ceux de la Trésidence et de l'Empire 
1852-1870) à l'elligie de Napoléon \\\ e' 
i-eux de 1870-71, République, non den- 
telés: 

S'adresser <ia Rureau du lournal 



' -i- I 



No 5. — Vol.. II. "2"'" Année — II lalirgang. l mai 1894. 



Miscellanea 

Entomologica 

Organe international 

contenant les demandes d'échange, d'achat et de vente de collections 

livres ou objets d'histoire naturelle. 

Anzeiger von Tausch, Kauf und Verkauf für internationale Entomologen. 

Entomologist's international Advertiser for exchan^e, purohase and sale. 



Direction et Rédaction 

E. BARTHE, à Cette, Hérault, (France). 

Avec la collaboration de naturalistes de tous les pays 
Mit Mitwirkung internationaler Entomologen. 




Le " Miscellanea Entomologica " parait le l^i- de chaque mois. 
Abonnement annuel : Union postale, fr. 5. 
Die ** Miscellanea Entomologica " erscheint am l. jeden Monats. 
Jährliche Subscription : 4 Mk. — Annual subscription : 4 sh. 



Comité d'études - Studien -Ausschuss 

MM. Argod- Vallon, à Crest (Drôme). Lou^'icoriies et coléoptères cavernicoles du globe. 
A. Finot, 27, rue St. Honoré, Fontainebleau. Orthoptères du globe. 

F. Ancey, St. Loup, 138, Marseille. Coléoptères en général. 

H. Gouin, 99, cours d' Alsace-Lorraine, Bordeaux. Cocclnellides de France. 

R. Martin, au Blanc, (Indre). Odonates du glol)e. îSévroptères d'Europe. 

D-^ M. Régimbart, à Evreux (Eure). Dytisoides et Gyrinides du globe. 

R. P. Belon, rue du Plat, 18, Lyon. Lathridieus. 

E. Barthe, Cette, (Hérault). Coléoptères de la Guyane française. Apiculture. 

M. Pic, à Digoin, (Saône et Loire), Longicornes d'Europe et circa et Anthicides du globe. 

J. Croissandeau, rue du Bourdon-Blanc, 15, Orléans. Scydménides, Paussides, Pséla- 

phides et Clavigérides du globe. 
D"^ Chobaut, 4, rue Dorée, Avignon. Moi-delUdes, Anthicides. Pédilides, Rhipiphorides, 

Vésicants et Œdémérides de la faune palearctitjue. 
A. Janet, 104, boul. Saint-Louis, Toulon-Mourillon. Uhopalocères du globe. 
D' A. Sicard, à Tebourzouk, Tunisie. Coecinellides du globe. 
D"^ L. Vitrac, aux Trois-Rivières, Guadeloupe. Entomologie des Antilles. 
E. André, 17, rue des Promenades, à Gray, (H'« Saône). Formicides du globe et Mutilli- 

des de la région européo-niéditerranéenne. 
M. Vauloger de Beaupré, lieutenant au 144* de ligne, Blaye, (Gironde). Cicindélides 

et Chrysomélides d'Europe et circa. 
A. F. Nonfried, Rakônitz , Bohemia, Autriche. Lucanides, Cétonides, Mélolonthides 

Rutélides, Dyuastides, Buprestides et Céraïubycides du globe. 
A. Théry, St-Charles, par Philippeville, Algérie. Buprestides du globe et Longicornes 

d'Europe. 
l'abbé A. Carret, aumônier aux Chartreux, Lyon. Carabides d'Europe et en particulier 

genres Harpalus, Pterostichus et Auiara. 
A. L. Montandon, Strada viilor filarete, Bucarest, Roumanie. Hémiptères Hétéroplè- 

res. 

G. Gribodo, Via Maria Vittoria, 19, Torino, Italie. Yespidai et Mellifera du globe. 

Dr C. Schaufuss, Directeur du Museum Lud-wig Salvator à Meissen, Saxe. Scolytides 

Platypides et Scydménides exotiques. 
D' Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, Wien, II, Autriche. Çassidides du globe. 
E. Simon, 16, Villa Saïd, Avenue du Bois de Boulogne 56, Paris. Arachnides du 

globe. 
H. Fruhstorfer, Berlin N, 'Gartenstrasse 152. Uhopalocères de la région Indo-austra- 
lienne. 
D' Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, "Wien I / 1. Çassidides du globe. 
G. de Bony, rue Vaneau, 36, Paris. Genre Ciiindela (Europe et confins), [Carabides vrais 

(européens et exotiques), spécialement genre Nebria. 
E. Abeille de Perrin, [rue de la bibliothèque 24, Marseille. Buprestides, Malachides 

et Cisides paléarctiques. 
E. Fleutiaux, 1, rue Malus, Paris. Cicindélides, Élatérides du globe. 
D' A. Puton, à Remiremont, Vosges. Hémiptères llétéroptères paléarctiques. 
H. Caillol, avocat, rue Traverse du Chapitre, 18, Marseille. Cryptophagides, Mylabri- 

des (Bruchides) et Uromides paléarctiques. 
H. Nicolas, rue Velouterie 9, Avignon. Biologie des Hyménoptères. 
C. Houlbert, professeur au Collège de Dieppe. Larves de Coléoptères, Orthoptères et 

>évroptéres. 
Dr E. Candèze, à Glain- lès -Liège, Belgique. Elatérides du globe. 
Ch. Bruyant, rue Gaultier de Biauzat, 26, Clermont-Ferrand. Faune entomologique 

des eaux, spécialement Hydrocorises. 

E. Ragonot, 12, quai de la Râpée, Paris. Microlèpidoptères d'Europe ; Pyralites, Cram- 

bites et Phycites du globe. 

J. Vachal, à Argentat, (Corrèze). Hymeno|)tera aculeala de la région circa méditerra- 
néenne et d'Afrique ; Halictus et Prosopis de l'ancien monde. 

H. Léveillé, rue de Flore 104, Le Mans (Sarthe). Botanique en général. 

F. Silvestri, à Bevagna, Umbria, Italie. .Myriopodes du globe. 

{Voir la suite à la pacjc 3 de la coucerture. 



^\StaUHEA mOHOLOßiCf 



NUNTIUS ENTOMOLOGICUS INTERNATION ALIS 



No. 5. Vol. 11. 



Edition Française 



1 Mai 1894. 



RAPPORTS NATURELS ET PHYLOGENiE 

DES 

PRINCIPALES FAMILLES DE COLÉOPTÈRES 

Par CONSTANT HOULBERT 

( Suite ) 



Erichson prit pour base de sa classification la structure et l'agencement des pièces 
tlioraciques, le nombre des segments de l'abdomen visibles en dessous, la situation des 
stigmates et enfin la forme et l'insertion des hanches antérieures'. Sa méthode, qu'il n'a 
pas eu le temps d'exposer en entier, a été complétée par Redtenbacher 2 avec un certain 
nombre de modifications, dont la plus importante est la place que ce dernier assigne, à 
l'exemple de Stephens 3, aux Hétéroméres, à la fin de la série, immédiatement avant les 
Staphylinides, qui la terminent complètement. 

Voici l'ordre des familles dans la. Fa (me des Coléoptères cV Autriche : 



1 Gicindelse. 

2 Carabi. 


19 
20 


Georyssi. 
Byrrhi. 


37 
38 


Clypeastrcs. 
Coccinellae. 




5 Dytisci. 
i Gyrini. 


21 

22 


Throsci. 
Histri. 


39 
40 


Lycoperdinse. 
Tenebriones. 




5 Hydrophili. 

6 Sphîeiii. 

7 Parni. 


23 
24 
25 


Scarabœi. 
Bupresti. 
Elateres. 


il 

i2 


Opatri. 
Blapes. 
llelopes. 




8 Elmides. 


26 


Cyphones. 


44 


Cistelaî. 




9 Sylph». 
10 Scaphidi. 


27 
28 


Telephori. 
Malacliii. 


i6 


Serropalpi. 
Mordellae. 




n Anisotomœ. 


29 


Cleri. 


47 


Cantharides. 




12 Nitidula\ 


50 


Ptini. 


48 


Lagriœ. 




15 Colidii. 


31 


Anobii. 


49 


Pyrochroffi. 




U Cucuji. 


32 


Bostrichi. 


50 


Anthici. 




1.5 Cryptophagi. 
16 Lathridii. 


33 
34 


Hylesini. 
Curculiones. 


51 
52 


Scydmeni. 
Pselaphi. 




17 Mycetophagi. 

18 Dermestfe. 


35 
36 


Cerambyces. 
Chrysomelae. 


53 
54 


Clavigeri. 
Stapbylini. 




1. Erichson tient 


aussi compte de la forme des larves, 


mais le résu 


Itat de ses observations 


semble 



voir eu peu d'influence sur ses idées systématiques. 
2. Redtenbacher. — Fauna austriœ : Die Küfer, in-8. Wien, 1849. 
:l. Stephens. — Manual of British Cotecptera. London, 1839. 



— 52 — 

AuirTiouri'aienl ;ui\ travaux do Keilteubaeher, Motschulskya ; avait établi un système 
particulier, basé sur le mode île nourriture des Coléoptères; voici la classiücatiou de cet 
auteur que les naturalistes américains ont récemment remise en honneur en la simplifiant. 
M. Motscliulsky partage les Coléoptères en 8 ordres subdivisés en 32 familles : 

1' Entomophaga. — Cicindcluia^ ('arabica, Hi/drocanfhara, S(crnox'a,Tcrc(ii(a , 

MdJacodcrinata, Brache lytra. 
2" Rhypophaga. — Crassicornia, Breoicoriiia, Tcnuicornia, Ctaricoriiia, Globi- 

(■iiniia, LameJUcornia, Fracticornia. 
5» Melasomata. — Piinclitia, Blapsina, Opairina. 
i» Ylyxenida. — M(jcopha(jn, Tcnebrionidu, Cursoria. 
5» Anthophila. — HclopUla. Trachclida, Vesicatoria, Steneiytra. 
ti" Xylophaga. — Loiiriicunila, Plattjäoinata, Lcpopharja, Bostrichida . 
7» Ernophaga — Cnrctiiionida, Brachyccphala. 
8' Chylophaga. — Aphidiphaçia, Phylophaga. 

(I Sil y a lieu d'hésiter «, comme le dit très justemeut Lacordaire « sur la valeur des 
« changements apportés à la classification des Coléoptères depuis Latreille, en revanche il 
« n'en est plus de même en ce qui regarde l'emploi des caractères qui lui étaient restés 
« inconnus, ou dont il n'avait pas apprécié toute l'importance "^^ ; » d'ailleurs, dans la plu- 
part des cas, ces caractères n'ont été appliqués qu'à des familles ou a des groupes isolés ; 
telle est, par exemple, la présence d'une suture entre l'anneau dorsal et les tlancs du pro- 
thorax, utilisée par Spinola pour l'arrangement des Prioniens' ; la forme des épimères mé- 
sothoraciques, sur laquelle M. le D'' J. Le Conte, de Philadelpiiie, a édihé une nouvelle 
classittcalion des Carabiques «, enfin la méthode du même auteur sur la famille des Lon- 
gicornes, basée sur la forme des hanches et des cavités cotyloïdes' . 

D'une manière générale, on peut dire qu'il n'existe aucun ouvrage sur l'ensemble des 
Coléoptères, à part le Genera de Lacordaire et la magnifique faune d'Europe de MM. 
Jacquelin du Val et Fairmairea; je citerai donc seulement pour mémoire le Spccie^ de 
Dejean et Ia Monographie de M. .\ubé sur les Ilydrocanthares '»; celles de Fauvel ' et 
d'Erichson ^ pour les Staphylinides; l'essai monographique de M. de Marseul sur la famille 
des Uistérides' ; l'immense travail de Schœnherr sur les Curculionides"«; enfin l'œuvre con- 
sidérable de Mulsant ». Je dois encore à l'obligeance de M. Giard la connaissance de plu- 
sieurs travaux très récents, tels que ceux de Verhœlf, où l'armure génitale des mâles est 
employée avec avantage dans la classification <>. 

Pour qu'elle soit complète au |)oint de vue systématique, je ne dois pas non plus 
oublier dans cette énumération les (Catalogues de de Marseul, de Schaum, de (lemminger 
et Harold. 

Â.. V .Motscliulsky. - Die coleopteroloyisc/ien Verhältnissen und die Käfer Russland. Moscou, 1846. 

c. Lacordaire. - Genera des Cole'opti'res, in-8. Paris, 1854-I87(j. 

i>. Spiiiola. - Dei Prioniti e dei Coleotleri ad essi piü affmi. Mein, de l'Acaii. de Turin, 1842. \ol. V. 

K. .1 Le Conte. Notes on the classification uf t/ie Carubidir o/' tlic i'nited-states. Trans, of llie Ainer. 
Phil. Soc. X, p. 365. 

V. .]. Le Conte. On attempt to classi/'y the Longiconi V.olcopteru, of the part of America Sorth of 
Mexico. Journal of the Academia of Philad. Vol. I et II. 

(;. .lacquelin du Val et Fairmaire. Genera des Coléoptères d'Europe. Paris. 18r)7-t8tj8. 

H. Aube. Species général des Hydrocanthares et Gyriniens. Paris, 1838. 

I. Fauvel. Faune Gallo— Rhénane, Staphylinides, Caen, 1868-75. 

K. Erichson. Genera et species Staphylinorum, Berolini, 1804. 

i. Da MäLTseuX. Essai monographique sur la famille des Uistérides. Ann. d(^ la Socii'Lé entouiol.. 
de France. Vol. I à vol. V. 1833-37. 

M. Schœnherr. Curculionum dispositio methodica, 1826, et Genera et species curcutiontdum , iS33 

fi. Mulsant. Histoire naturelle des Coléoptères de France. Paris, 1839-1879. 

o. C. Verhœll". Vergleichende Untersuchungen über die Abdominal-Segment und die Copulationtor- 
gane der männlichen Coleoptera, ein Beiträge zur Kenntniss der natürlichen Verwandtschaft 
derselben, i pl. ( Deutsche entomologischc Zeitschrift. 1803, I). 

Kurze Bemerkung über die Bedeuttmg der Genitalanlage in der Phytogénie (Entomol. .Vachrichten. 
XIV, 15-19, 1893). 



— 53 — 

J'ajouterai que la dispositiou îles nervures dans les ailes inférieures a été utilisée dès 
1841 par M. Burmoister dans son mémoire sur les Paussic/es, et que les progrès do la 
paléontologie ont conduit M. Heer à entreprendre un travail capital sur ce sujet'. 

Enfin je ne terminerai pas ce court exposé sans signaler encore les intéressants travaux 
de M. J. Le Conte sur les Coléoptères de l'Amérique du Nord, où se trouve décrit pour la 
première fois le remarquable insecte qui établit le passage des Carabiques aux Dytiscide^;-- 
sa classification des Coléoptères en collaboration avec M. le Dr. Horna, puis enfin le curieux 
ouvrage de Grolsch * et la Faune analytique des Coléoptères de France de M. Fauconnet -^ 
qui apporte, comme le précédent, de notables changements à la nomenclature coléoptérique' 

Quels que soient leurs mérites respectifs, la plupart de ces classifications sont 
artilicielles. Si elles paraissent, dans un grand nombre de cas, respecter les rapports qui 
existent entre les familles, tiès souvent aussi elles rompent ces affinités et obligent à éloigner 
des groupes qui sont en réalité très voisins. Je ne veux pas dire cependant qu'on doive 
rejeter complètement les caractères empruntés à la forme extérieure du corps, puisque, 
dans bien des cas, on n'en possède pas d'autres pour ranger dans un ordre rationnel les 
espèces de certaines sections, mais ces caractères ne devront venir qu'au second rang, et 
autant que possible, on ne devra les utiliser que lorsqu'on sera parvenu à établir des 
groupement plus généraux et véritablement naturels. 

Les considérations qui paraissent le plus sûrement conduire à ce résultat sont celles 
({ui sont tirées de l'étude des larves ; c'est pourquoi je vais m'v attacher lout particulière- 
ment. 



CHAPITRE PREMIER 
Importance de l'étude des larves. 

Eu égard ■! la nature de leurs métamorphoses, Westwood '• a divisé les Insectes en deux 
grandes catégories, les lloraomorphes, chez lesquels la larve ne diffère de l'adulte que par 
l'absence d'ailes, et les Hètéromorphes, chez lesquels il n'y a pas de ressemblance entre la 
larve et l'insecte parfait. 

Les Coléoptères appartiennent donc à ce dernier groupe, c'est-à-dire qu'ils subissent 
•les métamorphoses complètes. Leurs larves sont hexapodes ou apodes; elles possèdent une 
tète distincte, munie d'un appareil broyeur plus ou moins perfectionné. 

Je n'ai pas à relater ici les avantages de la méthode embryologique au point de vue 
systématique; basée sur le principe même de l'évolution, dont la réalité n'est plus 
aujourd'hui contestée, tous les naturalistes admettent, avec Darwin*, que «l'état embryon- 
naire de chaque espèce reproduit plus ou moins complètement la forme et la structure de 
ses ancêtres les moins avancés », et si j'ai bien compris la pensée de Spencer, les trans- 
formations que l'on voit s'effectuer, en un temps relativement court, pour une espèce 
donnée, résument pour ainsi dire, et presque toujours avec fidélité, les étapes par 
lesquelles cette espèce a passé dans le cours de son développement paléontologique : 
<( Qu'on suppose », ajoute encore l'habile philosophe anglais, «ces modifications s'effectuant 
en un temps extrêmement grand et suivant des voies diverses, on se fera une idée 
passablement claire de l'évolution organique en général **. » 

Eu réalité, la difficulté n'est pas de reconnaître ces diverses étapes dans les cas, 
suffisamment nombreux, où elles sont claires et bien marquées; l'incertitude n'existe^ 
comme le fait remarq uer Lubbock, que lorsque les premières périodes sont rapidement 

'. Heer. Die Inseclcnfauna der Tertiäryebilde von Œninçien und non Rabadnj in Crnalien. Bd I 
Die Käfer. Zurich. iS47-18ô3. 

■-. .1. Le Conte. Proceedings of tlie Acad. of Philad., 1SS3. 

•*. S. Le Conte et G. Horn. Classification of the Coleoptera of North America. Sinilhsonian Iiist 
Washington, iSS3. 

*. G. R. Crotsch. CJieck list of l/ie Coleoptera of North America. 

■'•. Fauconnet. Faune analytique des Coléoptères de France. Autun, 1S93. 

». Westwood. ,1« Introduction to the Modem Classification of Insects. London. JS3.0-W. 

*. Darwin. Origine des espèces, p. 532. 
**. Herbert Spencer. Prinoiptes of Biology. TomeVI. p. .35.9. 



- 54 - 

traversées ou coalusément indiquées, ea d'autres termes lorequ'elles ne sont (lu'unc 
récapitulation « brève et rapide » du développement de l'espèce, conformément aux lois 
de l'hérédité et de l'adaptation. 

Dans tous les cas, et quelle que soit la signilicatioa que chacun accorde à ces trans- 
lormations, personne ne peut contester qu'il n'\ ail un grand avantage à prendre les 
animaux à l'origine même de leur développement libre, avant que les agents extérieurs, 
la fixation, la vie aquatique ou parasitaire n'aient modifié leur forme primitive. Sous ce 
rapport, en ce qui concerne les Insectes, nous pouvons déjà faire de curieuses remarques. 

Je reproduis ici, d'après Lubi)ock, les larves d'une Kphémère, d'un Méloé, d'un Dytique, 
d'un Stylops et d'un Campodé ( Fig. 1), qui appartiennent, comme on le sait, aux groupes 




l''iti.4 CUio'éon : a, sa larve ; a', insecte iiailail, Mcloé : h, sa larve; h', insecte parfait. Dyti(/ue: r, 
>a larve; c' , insecte parfait. Campodé: d, sa larve; d' , insecte parfait. 

les plus divers des Insectes. Il est facile de voir que toutes ces larves ont un faciès com- 
mun, et qu'elles .se rapprochent toutes plus ou moins de la forme du Campodé. 

Si la ressemblance est frappante entre les larves, par contrôles différences qui existent 
entre les adultes sont considérables ; c'est pourquoi, tant qu'on s'est borné à l'étude des 
formes parfaites, on a été conduit à envisager ces types comme appartenant à des familles 
différentes, absolument indépendantes, et n'ayant entre elles que de très vagues relations 
de parenté; l'étude comparée des larves amène au contraire à reconnaître immédiatement 
une parenté très générale, non délinie il est vrai, non démontrée, mais extrêmement 
(»robable. 

Un autre groupe de larves donnerait lieu aux mêmes remarques et conduirait aux 
mêmes conclusions. Dien que, dans leur furme générale, ces larves s'éloignent sensiblement 



— 55 — 

des premières, elles conserveul entre elles un certain nombre de caractères communs 
appréciables au premier coup dœil. A titre d'exemple, je reproduis ici les larves et les 
formes adultes d'un Hanneton, d'une Piéride, d'une Mouche et d'une Guêpe (Fig. 2). 

Partant de ces principes, on donne le nom de campodc if ormes à toutes les larves 
(|ui rappellent tant soit peu le premier type, et le nom d' cruciformes (de enica, chenille) 
à celles qui se rapportent au second ; les principaux groupes d'Insectes peuvent se 




Fk;. 2. Piéride du chou; a, sa larve;«', insecte parfait. Hannelon; h, sa larve; b' , insecU' |i:iil;ui 
Mouche ; c, sa larvé, c', insecte parfait. Gut'pe ; d, sa larve; d', insecte parfait. 



rattacher à l'un ou l'autre de ces deux types; mais il existe plusieurs familles remarqua- 
bles de Coléoptères qui possèdent, suivant les phases de leur développement, des larves 
successivement CampodciJ'ormes et cruciformes; le meilleur exemple peut en être 
pris parmi les Hétéroméres du groupe des Vésicants. 

Toutefois cette singularité est plus qu'un accident spécifique, et elle acquiert une 
portée théorique considérable quand on lui restitue sa véritable signification biologique. 

.le sais que la présence de la forme larvaire, dite cruciforme chez les Insectes, avait 
tout d'abord induit en erreur bien des naturalistes, qui avaient cru voir, dans ce tvpe 



— 56 - 

embryoaoaire, la répétition ontogénique de la forme annélide ; mais, comme le dit très 
justement M. Giard, « une connaissance plus approfondie du groupe montra bientôt que 
la larve Cainpodcifovme est en réalité lo type normal et que la larve énici/oriiic n'esl 
qu'une modification due au parasitisme ». 

Et où trouve- t-on, en eflet, cette dernière, ajoute le savant professeur de la Sorbonne V 

1" Chez les Coléoptères phytophages, qui vivent au milieu même des matières qu'ils 
consomment et qui se déplacent peu. 

2« Chez les Hyménoptères, dont les larves se nourrissent de matériaux accumulés par 
la mère ou vivent en parasites sur les végétaux. 

">. Cliez les Lépidoptères, dont les larves sont égalememt parasites des plantes. 

Au contraire, le type CainpoJea s'est maintenu partout où il y a existence libre : 
chez les Orthoptères, les Névroptères, les Pseudo-Névroptères et les Coléoptères à larves 
carnassières; on cite même quelques chenilles aquatiques, telles que les Dicranura et 
les Har/ii/a — bien que le fait soit très rare parmi les Lépidoptères — qui, ayant à se 
défendre contre les attaques de noml)reuses entomobies, reprennent la forme Campodca '. 

En second lieu, il est démontré par un grand nombre d'observations que la forme des 
larves des Insectes dépond, en première ligne, du groupe auquel elles appartiennent, et 
nous sommes forcés d'admettre que les groupes les moins différenciés sont ceux chez 
lesquels l'insecte parfait diffère le moins de sa larve; à ce titre, suivant la juste remarque 
de Brauer, les Staphylins nous apparaissent comme l'un de ces groupes primordiaux, dont 
lancienneté sera, je l'espère, clairement établie dans la suite de ces recherches . 
Et de fait, si l'on pousse ce principe à l'extrême, on sera porté à penser que l'insecte le 
plus voisin de l'archétype des Hexapodes serait celui qui ne subirait aucune métamorphose 
et qui conserverait toute sa vie la forme qu'il possède à la sortie de l'œuf. Or ce type 
remarquable existe, et nous le connaissons déjà, c'est le curieux Canipodea (Fig. 5), genre 
de Thysanoures, habitant la vase humide et dont on n'a encore observé que deux ou trois 
espèces. 

Sans aucun doute, les Campodés sont de tous les Insectes ceux (ju'on doit considérer 






Kig. 3 — a, Campodca xtupliytinus (d'après Lubbück). — b. Partie antérieure du Campodea fiaijilis 
(p'après Palmen; pour montrer les pattes abdominales. — c, Lepisma sacc/iarina (d'après Clausu 

comme se rapprochant le plus delà forme aucestrale des Coléoptères; ils sont privés d'ailes 
et ne subissent aucune métamorphose, mais ils se meuvent avec une grande agilité pour 
aller à la reciierche de leur nourriture ; c'est pourquoi on les a rangés souvent à coté des 



'.A. Giard. Les faux principes hiDlogi/iuex et leurs cnsi-y/uences en taxinomie. Revue Scientifique 
no 38, p. 280. — 1876. 



- 57 — 

Orthoptères, qui subissent comme eux les métamorphoses les plus simples que lou 
connaisse. 

Il me parait utile de décrire avec quelques détails le type instructif des Campodés, 
parce que nous trouverons parmi les Coléoptères un certain nombre de larves qui s'en 
rapprochent incontestablement ; nous serons alors en droit de considérer les espèces 
auxquelles ces larves appartiennent comme les formes souches, ou du moins comme celles 
qui s'en rapprochent le plus. 

Chez le Campodea staphylinus. (Fig. 5, a.), le corps est allongé ; l'abdomen, formé 
de dix anneaux, est terminé par deux longs likiments; les antennes sont longues et multi- 
articulées. Les pièces buccales, quoique peu développées, sont disposées d'une façon 
particulière et modifiées pour mâcher ; les mandibules sont fortement dentées ; les mâ- 
choires sont formées de deux lobes et portent des palpes. La lèvre inférieure montre une 
languette médiane, des paraglosses et des palpes maxillaires très courts ; les anneaux 
abdominaux présentent des membres rudimentaires et les pattes tiioraciques sont armées 
de deux grilles; par la forme aplatie de louis anneaux tiioraciques, ces animaux ressem- 
blent aux larves des Ghilopodes. 

Dans ce même groupe des Thysanoures, ou trouve encore d'autres insectes qui présen- 
tent une organisation voisine et très simple : ce sont les Lcpisincs que tout le monde 
connaît (l'ig. 3^ c). 

Munis de ces observations, nous pouvons maintenant aborder avec fruit l'étude de la 
descendance chez les Coléoptères, et cette élude comprendra deux points principaux : \» 
description des larves dans chaque familUe et recherche des affinités; 2» origine probable 
du groupe des Coléoptères. 



CHAPITRE II 



Description des larves. 

§ 1. LARVES CAMPODÉIFORMES. 

Strepsiptères. — Vésicants et groupes coiaina. 

§ 1 

Si nous cherchons parmi les Coléoptères quels sont ceux qui possèdent des larves 

rappelant plus ou moins la forme des Campodés, nous trouverons, en premier lieu, le petit 

groupe des Strepsiptères {Stij lapides), dont les espèces, peu nombreuses, vivent en parasites 

sur les .Vbeilles et sur les Guêpes. 

La larve est petite, pourvue de six pattes et très active; son corps, composé de l.'i 
segments, se termine par deux longues soies caudales qui rappellent l'appareil saltatoire 
des Podurelles (Fig. 4, a). 




Fig. 4. - a. Lai've du Stylops Childreni. — b. Sti/lops ChUdreni. adulte, c? . — c, le même, $ 

(d'après Kirby; 
Je sais q ue la nature coléoptérique de ces Insectes a été contestée ; Rossi, qui les a 
lécouverts, les regardait comme des Hyménoptères ; Lamarck les plaçait parmi les Diptères; 



— 58 — 

Burmeister ' est le premier qui, vors 1857, les considéra comme des Coléoptères. Nous 
verrons, en effet, que les Stylopides confinent de très près à tous ces ordres et que leur 
organisation est celle d'un type mixte, incomplètement évolué. 

D'après M. le D' Scliaum, les larves des Strepsiptères ressemblent à celles des .Méloides 
et les organes buccaux des adultes appartiennent au type des insectes broyeurs ; en outre, 
leurs élytres sont rudimentaires et la structure de leurs ailes inférieures est analogue à 
celle de certains Rliypipliorides. 

Les femelles conservent toute leur vie la forme larvaire ; elles n'abandonnent jamais 
l'abdomen des Guêpes, dans lequel elles vivent en parasites et d'où elles ne laissent sortir 
que la partie céphalique de leur corps ; les mâles subissent des métamorphoses complètes, 
mais leur vie est très courte et ils meurent aussitôt après l'accouplement (Fig. i, b et c)*. 

Les métamorphoses des Strepsiptères sont semblables à celles des Méloides. Or dans ce 
groupe, l'histoire évolutive du Sitari.-i huiiicraliü étant complète et connue jusque dans 
ses moindres détails, c'est elle qu'il convient de prendre pour point de départ. Je ne 
décrirai pas toutefois les nombreux cas particuliers qui peuvent se présenter .selon les 
différentes espèces; je me l)ornerai à indiquer les principales phases du développement, 
en renvoyant le lecteur qui désirerait des éclaircissements plus complets sur ce sujet 
aux ouvrages de Kirby^, de Siebold *, de Newport ', et enfin à l'intéressant Mémoire de M. 
Fahre sur l'Ilypermétamorpliose" . 

(A suivre) 



Bibliographie 

Il n'existait pas encore en Italie d'ouvrage élémentaire dans lequel les amateurs pussent 
trouver, après quehjues généralités indispensables, la description et la figure des Coléop- 
tères les plus répandus. 

Les commençants, obligés de compulser de gros ouvrages pour la détermination de 
leurs chasses journalières, se décourageaient vite d'un pareil labeur trop souvent suivi 
d'insuccès et beaucoup finissaient par renoncer à une étude qui ne leur causait que des 
déboires. 

L'ouvrage du !)■ Griflini est venu très heureusement combler cette regrettable lacune. 

Dans ce Manuel élémentaire d'Entomologie descriptive, l'auteur a laissé de côté tout 
ce qui pouvait rendre l'étude des Coléoptères difficile ou minutieuse et s'est applicpié à 
faire un ouvrage aussi simple et aussi élémentaire que possible. 

Après avoir donné des indications générales .sur le faciès, les mœurs et l'habitat de 
chaque famille, l'auteur décrit les espèces, au nombre d'environ 050, ({ue le collectionneur 
aie plus de chances de rencontrer. M. le D-- Achille Griffini est déjà connu des entomologistes 
italiens et de nos lecteurs par ses travaux sur les Rincotes, les Diptères, les Orthoptères 
et par une récente monographie des insectes aipiatiques qui est très appréciée. 

L'éditeur Hœpli a apporté le plus grand soin à l'impression de cet ouvrage, le format 
en est élégant et commode et 215 belles figures accompagnent le texte. Enfin le prix 
très peu élevé de ce nouveau Manuel ("fr.) le rend accessible à tous. 

Après ce Manuel sur les Coléoptères italiens. M. Griflini en publiera un autre sur les 
Papillons diurnes, nocturnes el crépusculaires. 



'. Bunneister. — Handbuch der Natitrg., p. liW. 

-. Voir la très iiilt'ressanlp \oto piiljliée rticeininent par M. l'aljhi' ,1. l)omini(iue dans lo liiitlftin 
de la Socli-lc des sciences naturetles de l'Ouest à propos d'une .\ndrène (piadiistylopisée. 

^. Kirby. — Slrepsiplera, a new order of tnsects. Transact. of Linnean Society. Vol. X. 

*. DeSiebold. — Vehcr Pädiujenesis der Strepsipleren, Zeitsclir. tïir wiss. ZooL Vol. XX. t870. 

'■'. Newport. — On llie nalural history (ind deneloppement of Meine. Trans. Lin. Soc, Vol. X.\ ot 
XXL 

*. Fahre. — Memoire sur l'IIyperméUimorpliose el les Mœurs des Mclo'ides. -- Ann. de se. nal., +>' 
série. Tomes VII et L\. 



Comité d'études. 

(Suite) 
M. Couturier, à la Nerthe, par Saint Henry, (B^s 
terrestres et fluviatiles du globe. 



du Rhône). Coquilles marines, 



Nous rappelons que tout cncoi d'insectes aux membres du Comité doit être accom- 
pagne de timbres-poste pour le retour et au besoin pout ta réponse. 

Man wird hiermit gebeten jeder Insektensendung an die Mit'ilieder des Studien- 
Ausschusses das Franko für Rücksendung und not higeii falls für Antwort beuulegen. 



Annonces 


La nage 

1/2 « 
1/4 « 
1/8 « 


fr. 10. — 
5. — 
2. 50 
1. 25 


Note de 7 à 8 ligaes 

Réduction d'un tiers pour 

« d'un quart poui 


de 26 lettres, 50 cent, 
les annonces à l'année, 
les annonces au trimestre. 



Anzeigen 

Die Seite Mk. 8 
1/2 « « 4 

1/4 « « 2 

1/8 « « 1 

Anzeigen von 7 bis 8 Zeilen zu 26 Buchstaben, 40 Pf. 
Reduktion um ein Drittel für jährliche Anzeigen. 

« um ein Viertel fürvierteljährlicheAnzeigen 



POUR LES ABONNÉS : 
Réduction — I à insert, de la même annonce 25 % ; 12 insert. 33 YsX ; 24 ins. 50 % 



Les annonces sont payables d'avance 
par mandat-poste. 



Die Anzeigen werden zum Voraus 
durch Postanweisung bezahlt. 



Correspondance 



Toute la correspondance doit être adressée à M. E. Barthe, 
professeur,Château de la Caraussane, Cette, Hérault, France. 
Nous correspondons en français, allemand, anglais, espagnol, italien et latin. Prière d'écrire très 
lisiblement et sur une feuille à part le texte des annonces. 

Aile Briefe sind zu richten an Professor E. Barthe, Château de la Caraussane, Cette, Hé- 
rault, (Frankreich). Wir werden correspondieren : Französiscli, Deutsch, Englisch, Spanisch, Ita- 
lienisch, Lateinisch. Es wird gebeten, Artikel oder Anzeigen möglichst deutlich zu schreiben, und 
die Anzeigen auf ein besonderes Blatt zu setzen. 

N .B. ^°"* payement doit se faire d'avance par mandat-poste ; nous n'accep- 
tons de timbres-poste que pour les petites annonces. 

Jede Zahlung muss in einer Post-Anweisung pränumerirt werden ; Freimarken 
werden nur für Ideine Anzeigen angenommen. 

Les abonnements partent du commencement de chaque trimestre. 

Die Abonnemente gehen von Anfang eines jeden Vierteljahres ab. 



J. Desbrochers des Loges 

à TOURS Indre-et-Loire. 

Prix courant de Coléoptères d'Europe et Circa, d'Hémip- 
tères, d'Hyménoptères, de Curculionides exotiques. Achat 
de Curculionides exotiques. 

Direction du Frelon, Journal mensuel d'Entomologie 
descriptive (Coléoptères). 
Prix de l'abonnement : 6 fr. pour la France et l'étranger. 

Bollettino del naturalista. 

14e année. 1894. 
Journal mensuel- Abonnement 3 fr. 
Contenant des communications et notes d'histoire na- 
turelle. 

Publie gratuitement toutes les communications 
et annonces d'échanges d'objets d'histoire natu- 
relle de ses abonnés. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



Histérides, Buprestides, 
CÉRAMBYCiOES DU GLOBE 

COLÉOPTÈRES AFRICAINS 

Mr. A. Théry 

à St. Charles, Algérie. 

désire acquérir les raretés lui man- 
quant en Histérides, Buprestides et 
Ccrambycides d'Europe. 

offre, en échange de ceux d'autres 
provenances et de Coléoptères africains 
de bonnes espèces algériennes et du 

globe. 



EPINGLES A INSECTES VIENNOISES 

Johann MÜLLER 

Vienne, Autriche, II, Circusgasse 20, 

recommande son assortiment complet des excellentes épingles blanches et noires, épingles camions 
épingles pour micros. 

Mon dépôt général pour toute la France se trouve chez M. HENRI GUYON Paris, 20, rue 
des Bourdonnais. 

Die Insekten-Bopse 

jetzt vereinigt mit der „Sammler -BOFSe" 




ist füi' „Entomologen" und „Sammler" das hervorragendste Blatt, welches wegen 
der belehrenden Artikel sowie seiner internationalen und grossen Verbreitung betreffs 
Ankauf, Verkauf und Umtausch aller Objekte die weitgehendsten Erwartungen erfiült 
wie ein Probeabonnement lehren dürfte. Zubeziehen durch die Post (Zeitungsliste No, 3135) 
und die Verlags-Buchhandlung Frankenstein & "Wagner, Ijeipzig, Augustusplatz 1. 
Abonnement bei Zusendung unter Kreuzband in Deutschland u. Oesterreich 1 Mk., nach 
»nderen Ländern des Weltpostvereins 1 Mk. 20 Pfg. = 1 Shilling 2 Pence =- 1 Fr. 50 Cent- 



The „Entomologists Record" 

and Journal of Variation. 

Publié par J. "W. TUTT, F. E. S. 

ABONNEMENT ANNUEL : 6 ShiUings. 

— FRANCO — 

Cette Revue Scientifique mensuelle contient des articles 
J'un intérêt général pour les Lépidoptéristes de tous les 
pays et est illustrée de nombreuses planches en chromoli- 
thographie. 

Le montant de l'abonnement doit être adressé à 

Ml'. A. J. Hodges, 2 Higbury Place, London N. 

TliE 

BRITISH NATURALIST 

REVUE ILLUSTRÉE D'HISTOIRE NATURELLE 

surtout d'Entomologie et de Conchyliologie 

DIlUtiKi: l'AK JdlIN IMIOIISON, F. K. S. 

HartlcpooL Angleterre 
avec la collaboration de nombreux spécialistes. 

ABONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 
John E. ROBSONjHARTLEPOOL, Angleterre. 

Rivista italiana di scienze naturali. 

lie année. 1894. 
Journal bi-nicnsticl. Abonnement 5 fr. 
Contenant des mémoires illustrés et l'annonce de tous 
les travaux italiens sur l'histoire naturelle. 

Direction cl administration à Siena (Italia). 



M. CROISSANDEAU 

rue du Bourdon-blanc, 15, 
Orléans, 

désire acquérir par voie d'échange ou 
contre argent toutes les espèces de Psé- 
laphîdse, Scydmenidae, Paussidœ 
et Clavigeridae du globe qui peuvent 
l'intéresser, déterminés ou non. 

Il y a des doubles de plus de .^000 es- 
pèces Gallo-Rhénanes et Corses à la dis- 
position des entomologistes qui veulent 
entrer en relations d'échanges. 

On achète ou on échange 

contre des insectes les timbres de Fran- 
ce de 18 i8 à l'efligie de la République 
(en particulier le timbre de 1 franc), 
ceux de la Présidence et de l'Empire 
1852-1870) .i l'efligie de Napoléon III et 
veux de 1870-71, République, non den- 
telés. 
S'adresser au Bureau du .Journal 



nloli ( 



No 0. — Vol. II. 



•2"i« Année — II Jahi-oani 



l juin 1894. 



Miscellanea 

Entomologica 

Organe international 

contenant les demandes d'échange, d'achat et de vente de collections 

livres ou objets d'histoire naturelle. 

Anzeiger von Tausch, Kauf und Verkauf für internationale Entomologen. 

Entomologist's international Advertiser for exolian5:e, purohase and sale. 



Direction et Rédaction 

E. BARTHE), à Cette, Hérault, (France). 

Avec la collaboration de naturalistes de tous les pays. 
Mit Mitwirkung internationaler Entomologen. 




Le " Miscellanea Entomologica " parait le \" de chaque mois. 
Abonnement annuel : Union postale, fr. 5. 
Die " Miscellanea Entomologica " erscheint am i. jeden Monats. 
Jährliche Subscription : 4 Mk. — Annual subscription : 4 sh. 



Comité d'études - Studien -Ausschuss 

MM. Argod- Vallon, à Crest (Drôme). Longicornes et coléoptères cavernicoles du globe. 
A. Finot, 27, rue St. Honoré, Fontainebleau. Orthoptères du globe. 

F. Ancey, St. Loup, 138, Marseille. Coléoi)lères en général. 

H. Gouin, 99, cours d'Alsace-Lorraine, Bordeaux. Goccinellides de France. 

R. Martin, au Blanc, (Indre). Odonatos du globe. lNé\Toptéres d'Europe. 

Dr M. Régimbart, à Evreux (Eure). Dytiscides et Gyrinides du globe. 

R. P. Belon, rue du Plat, 18, Lyon. Lalhridiens. 

E. Barthe, Cette, (Hérault). Coléoptères de la Guyane fr.^uçaise. Apiculture. 

M. Pic, à Digoin, (Saône et Loire), Longicornes d'Europe et circa et Antbicides du globe. 

J. Croissandeau, rue du Bourdon-Blanc, 15, Orléans. Scydménides, Paussides, Pséla- 

phides et Clavigérides du globe. 
D-^ Chobaut, 4, rue Dorée, Avignon. Mordellides, Anthicides. Pédilides, Rhipiphorides, 

Vésicants et (Edémérides de la faune paléarctique. 
A. Janet, 104, boul. Saint-Louis, Toulon-Mourillon. Pibopalocères du globe. 
D' A. Sicard, à Tebourzouk, Tunisie. Cuccinellides du glol)e. 
D' L. Vitrac, aux Trois-Rivières, Guadeloupe. Entomologie des Antilles. 
E. André, 17, rue des Promenades, à Gray, (H"' Saône). Formicides du globe et Mutilli- 

des de la région européo-niédilerranéeiine. 
M. Vauloger de Beaupré, lieutenant au 144* de ligne, Blaye, (Gironde). Gicindélides 

et Cbrysomélides d'Europe et circa. 
A. F. Nonfried, Rakönitz , Bohemia, Autriche. Lucanides, Cétonides. Mélolonthides 

Hutélides, Dynastides, Buprestides et Céranibycides du globe. 
A. Théry, St-Charles, par Philippeville, Algérie. Buprestides du globe et Longicornes 

d'Europe. 
l'abbé A. Carret, aumônier aux Chartreux, Lyon. Carabides d'Europe et en particulier 

genres Ilarpalus, Ptorostichus et Amara. 
A. L. Montandon, Strada viilor filarete, Bucarest, Roumanie. Hémiptères Hétéroptè- 

res. 

G. Gribodo, Via Maria Vittoria, 19, Torino, Italie. Vespidœ et Mellifera du globe. 

Di C. Schaufuss, Directeur du Museum Ludwig Salvator à Meissen, Saxe. Scolytides 

l'iatypides et Scydménides exotiques. 
D'" Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, Wien, 1, 1, Autriche. Cassidides du globe. 
E. Simon, 16, Villa Saïd, Avenue du Bois de Boulogne 56, Paris. Arachnides du 

globe. 
H. Fruhstorfer, Berlin N, !Gartenstrasse 152. Rhopâlocères |de la régi(tn Indo-austra- 
lienne. 
D' Franz Spaeth, Kohlmessergassé, 3, "Wien I / 1. Cassidides du globe. 
G. de Bony, rue Vaneau, 36, Paris. Genre Cicindela (Europe et conflns), |Carabides vrais 

(européens et exoticjues), spécialement genre ^'ebria. 
E. Abeille de Perrin, [rue de la bibliothèque 24, Marseille. Buprestides, Malachides 

et Cisides paléarcli(|ues. 
E. Fleutiaux, 1, rue Malus, Paris. Gicindélides, Élatérides du globe. 
D' A. Puton, à Remiremont, Vosges. Hémiptères Hétéroplères paléarctiques. 
H. Caillol, avocat, rue Traverse du Chapitre, 18, Marseille. Cryptophagides, Mylabri- 

des (liruchides) et l'romides paléarctiques. 
H. Nicolas, rue Velouterie 9, Avignon. Biologie des Hyménoptères. 
C. Houlbert, professeur au Collège de Dieppe. Larves de Coléoptères, Orthoptères et 

Névroptères. 
D"- E. Candèze, à Glain- lès -Liège, Belgique. Elatérides du globe. 
Ch. Bruyant, rue Gaultier de Biauzat, 26, Clermont-Ferrand. Faune enlomologique 

des eaux, spécialement llydrocorises. 

E. Ragonot, 12, quai de la Râpée, Paris. Microlépidoptères d'Europe ; Pyralites, Cram- 

bites et Phycites du globe. 

J. Vachal, à Argentat, (Corrèze). Hyineuoptera aculeata de la région circa méditerra- 
néenne et d'Afrique ; Halictus el Prosopis de l'ancien monde. 

H. Léveillé, rue de Flore 104, Le Mans (Sarthe). Botanique eu général. 

F. SUvestri, à Bevagna, Umbria, Italie. Myriopodes du globe. 

(Voir la suite à la paye 3 de la coucerturc. 




MOLoeic 



4 



NUNTIUS ENTOMOLOGICUS INTERNATIONALIS 



>'o. 0. Vol.. II. Édition Fiiancaisi: 1 Juin 1894. 

AVIS. — F.a tieuxiènie feuille de ce N^ iKiraîtra avec le N» 7. 

RAPPORTS NATURELS ET PHYLOGÉNIE 

i)i:s 

PRINCIPALES FAMILLES DE COLEOPTERES (" 

Par CONSTANT HOULBERT 

( Suite ) 



,Ie (lirai d'une manière générale que tous les phénomènes du développement, posté- 
rieurs à la fécondation des œufs, rentrent dans un même mode d'évolution, et (|ue, bien 
qu'on n'ait pas suivi le développement de toutes les espèces, il .semble que le parasitisme 
soit la règle pour toutes les larves de Vésieants. 

l'ondu au comniencenient de l'automne, à l'entrée des trous creusés i)ar V.\it(oj)hora 
/)ilifjes, l'œuf du Sil((ris éelôt bientôt ; il en sort une larve allongée, très petite tiarcc 
primitive) (Fig.'), a), qui reste dans cet état jusque vers le mois d'avril suivant sans 
prendre aucune espèce de nourriture. 

A cette épo(iue a lieu la sortie des Antophores mâles ([ui précède celle des femelles. A 
mesure que les Antophores mâles sortent de l'étroite retraite où ils sont nés, dit Lacordaire, 
une ou plusieurs larves de Sitaris grim[»e sur eux et s'attache fortement aux poils de leur 
thorax. Des mâles, ces larves — qui continuent à observer le jeune le plus complet — 
passent sur les femelles au moment de l'accouplement. Quand ces dernières, après avoir 
construit une cellule et l'avoir approvisionnée de miel, y déposentun œuf, une de ces lar- 
ves se glisse sur cet œuf ([u'elle saisit avec force pour ne pas choir dans le miel où elle 
périrait infailliblement, déchire son enveloppe et en dévore le contenu. Ce repas achevé, la 
larve est parvenue à toute sa croissance, mais son existence campodéiforme est terminée ; 
sa peau se fend sur le dos et la seconde larve apparaît (Fig. 5, c). 

Celle-ci se laisse tomber dans le miel, qui maintenant doit lui servir de nourriture, et 
croît lentement. Dans cet état, c'est un ver mou, blanc, de forme elliptique, et dont le 
corps est du reste composé, comme auparavant, de 13 segments. Ses organes buccaux sonl 
au complet, mais rudimentaires, ainsi que les pattes qui ne peuvent plus lui être d'aucu- 
ne utilité, elle traverse ainsi une phase éruciforme {scarabculoid stage). 

Ouand le miel, dont rAnthoi)hore avait fait provision est consommé, cette larve obèse 
passe à l'état de pseudo-cJirijsaiidc immobile (Fig. 5, d), qui, sous son enveloppe cornée, 
rappelle la nymphe des Diptères, puis, au printemps suivant, à celui de ti'oisicine tarée 
(Fig. 5, e), sous Igpiel elle est complètement semblable à la seconde. Sous cette dernière 
forme larvaire, l'animal ne prend, non plus, aucune nourriture ; ses mouvements sont très 
lents et se bornent à de simples contractions du corps redevenu mou ; puis enfin, sans qu'il 
y ait rien de remanpiable à signaler, il se change en une nymphe absolument semblable à 
celle de tous les coléoptères, et d'où le jeune Sitaris sort au bout d'un mois, en août 
généralement. 
1 Voir MisceUa)iea Entomoloyica, n°' 4 et 5. 



— GO — 

Le ih'voloppomonl des Mêlai', coninio je l'ai dit précédemment , est on tout semblable 
à celui du Stinris, saiit(|u':i lu jdiase de secünde lai've (sccirithcidoid sUnjc) (l^it!,. .">, f), 
leur rosseinl)lance avec les Lamellicornes est encore |)lus accentuée ; il en est de même 
chez les Mylabrcs, les Cantharides, les Zunids, les Ccrocoincs et les Epicauta, dont 
les larves vivent également en parasites dans les nids d'Hyménoptères ou dans les coques 
ovigères des Locustides et des Acridiens. 

Léon Uufour trouva un jour, cramponnés aux poils du tliora\ d'une Abeille solitaire, 
de petits êtres pédiculiformes, de couleur jaune, qu'il considéra comme des |)arasites; il 
leur donna le nom de TrUuKjuUns, à cause des trois griües (jui terminent leurs tarses 
(Fig. 5, b), mais >'e\vporl ayant constaté plus tard (|ue ces petits animaux n'étaient autre 
chose (jue les jeunes larves des Méloés, on a donné, depuis cette époque, le nom de Triun- 
gnlins à toutes les larves primitives des Yésicants. 




Pio. 5. — a. Larve primitive du Siluris humcralis. — c, le \nèmo, seconde lar)^c. ~ d,\e 
in:^ine, pseudo-clirysalide. — e., le niéiiic, Irüi-sicnie larre. — b. Larve primitive d'un Meioe. — 
f. Meloc cicalrico.mx, seconde larve. — g. Pseudo-chrysalide d'un JMtUoUlc. — h. Troisième 
larve (?) du Meloe ricalricoxun (d'après Fahre). — i. SitarU fufipennix. adulte. — j. Meloe ery- 
tJirocneniUA-, adulte. — k. Mylabrin Fuexalini, adulte (d'après Fairniaire). 

La forme de ces Triungulins est fort variable et l'un des points les plus intéressants 
de leur histoire phylogénique réside dans ce fait que, si dans quelques espèces, ils pré- 
sentent la forme typi(jue des (lampodés, dans d'autres, ils se relient étroitement à plu- 
sieurs groupes de (;oléo[)tères ; c'est ainsi, i)ar exemi)le, (jue le Triungulin des Méloides se 
retrouve avec des caractères très voisins chez les lUiipipiiorides, et i)ien (jue le dévebq)pe- 
ment de ces derniers se fasse d'une manière l)eau(ou]) plus simple (|ue ciiez les Vésicants, 
ceux-ci se trouvent donc rattachés aux Mordellides de La façon la |)lus naturelle et, par 
suite, au reste des Ténéi)rionides. Au contraiiC, le Triungulin des Epicauta, décrit par 
M. liiley ', rappelle très nettement la larve de certains Caral)i(|ues (Cialcrita). 

1. c. Riley. — Fitwl Report ot tlic VhUcU Htales Jùiloitioloyical CommUxion, p. 297, PI. IV 



— Gl — 

Le groupe des Vésicaiits apparaît donc coiniiie le noyau primordial au(iuel seraient 
alliées, directement ou indireclement, toutes les autres familles de Coléoptères. 

On peut dès maintenant établir le tableau suivant i)our indiiiuei' sommairement les 
rapports des principales familles. 

Strepsiptères. 



lie Lalr.ilr). 



Méloides. <—^.-. 

Epicaala. 
Adéphages (Carna 
Clavicornes. 
Drévipennes et Coccinellides. 

Ciirysomclldes. -— 

Elatérides. 

MoUipennes (ma. auinm-^). 



— niiipipiiorides. 

Eyaniocèrides. 
Jlordellides. 
Ténéhrionides. 
(Edémériiles. 
-> Longicornes. 
Ituprestides. 



§2. 



Telle <|u'elle nous est connue par les formes larvaires aux phases initiales de leur 
existence, et telle que nous venons de la présenter pour les |)remiers groupes, la parenté 
de ces diverses familles semlde peu discutable ; malheureusement bien des larves sont 
encore inconnues, et nous sommes dans l'obligation de nous adresser à des faits d'uu 
autre ordre pour étalilir le labieau genealogifjue complet des Coléoptères. 

Tout d'abord, en C(! (|ui concerm; les Uhipiphorides, leiu- alliance avec les Mordellides 
n'est douteuse pour [lersoiine, surtout si l'on considère la tribu (ies Evaniocérides, mais il 




Fict. 6. — a. Myodites subdiptera $. — b. Rhipiphorus puradoxus Ç . — c. Rltipidius pccti- 
nicorius ^. — a. Evaniosma Ditf'oufi ç^. f. Slenalia testacea. — e. Larve de VAnas2}is niacu- 
lata Geoff. (Mordellides, d';iprès L'airm.). 



n'eu est pas île même pour les quatre genres Eincnadia, Mijoditcs, Rhipiphoras et 
Rhipidius (Fig. ü, a, b, c,). Chez ceux-ci, les élytres sont déhiscentes et s'abrègent au 
point de devenir de simples écailles ; les ailes inférieures couvrent le dos sans se replier, 
enlin, dans le genre Rhipidius, apparaissent à la fois, l'atrophie des organes buccaux et 
la dégradation des femelles, qui sont toute leur vie parasites des Blattes. Ne trouvons- 
nous pas là tous les caractères propres aux Stylopides ? Ce que l'on connaît des larves est 
aussi en faveur de ce rapprochement, bien qu'on ne sache pas dans quelles circonstances 
a lieu l'accouplement, ni comment s'y prend, par exemple, la femelle du Rhipiphoras 
paradoxus (Fig, G, b) pour déposer son œuf dans les nids de la Guêpe commune. 



- 62 — 

Toni CO (pli prroèdfi nous autorise donc à oonsidérpr les Rhipiphorides vrais comme 
iiilerniédiaires entre les .Strepsiptères et les iMaiiiocérides (Fig. (1, d) : ceux-ci ue dilléraul 
en rien d'essentiel des Mordellides, on voie ([ue les allinités (pii relient ces trois t'anulles 
sont très claires et parfaitement admissibles '. 

lia famille des Mordellides est représentée par de nombreux Insectes répandus dans tou- 
tes les régions du globe; plusieurs larves ont clé observées, elles peuvent se ra[)porter à 
deux types. Celle de VAiiasj)is inacalata (Fig. 6, e) est caractérisée par sa forme linéaire, 
par ses anlennes eHilées, dont le dernier article est terminé par une longue soie ; le der- 
nier segment a!)tlominal porte deux crochets divergents, recourl)és vers le haut ; les pattes 
sont très courtes et la métamorphose a lieu selon le mode normal. 

Nous trouverons ce type larvaire, avec des variations très faibles, dans tnulcs les fa- 
milles du groupe des lléléroméres, de sorte qu'il sullira de mentionner les caractères par- 
'iculiers i)ropres à chacune de ces familles. Aussi bien par leurs larves (jue par les carac- 
tères morpliologicpies de l'ailnlle, tous les Insectes de ce groupe immense accusent entre 
eux la parenté la plus étroite et passent d'une espèce à l'autie |)ar les transitions les |»lus 
ménagées. 

Le second type de larves se trouve plus spécialement chez les Uuirüdcs et chez (piel- 
qiies familles par enchaînement telles que les Pijrochrciùlcs, les Pylhidcs (exclus les 
Agnathides) et les Mrlandrijulcs. 

Je ne me fais aucune illusion sur les difficultés (jue présente la classification desllété- 
romères et je ne prétends pas non plus indiquer ici l'enchainement véritable et absolu des 
espèces. En ce qui concerne les TétraLomides, notamment, on sait (jue lii Fabricius, ni 
Redteid)acher, ni Jlnlsant ne sont d'accord sur la place (pi'il convient de leur attribuer et 
il en est de même encore pour d'autres Mélandryides. 

Au contraire, dans le groupe des Ténébrionides et des Cislélides, où, comme le dit 
Lacordaire ; « VlnstabUitr de la J'orine (jcnci-alc ci de ions les onjanes est portée 
« à ses dei'iiières luniics », la structure des larves pr(''senle une " uni formitù reinar- 
« (luable et telle qu'on ne peut les distinguer généri(|ucmont cpie par la taille, la couleur 
i( la ponctuation, l'absencc! ou la présence des stemmales cl .surtout la slructure du der- 
« nier segment abdominal 2 h. 

Quelle que soit la forme des Insectes parfaits, dit encore le savani prolcsseurde I I ni- 
versité de Liège, ces larves sont tontes allongées, subcylindrifpies ou un peu déprimées ; 
leur tète est munie d'un épistome distinct et leurs organes buccaux sont au complet; le 
nombre des ocelles est variable; leur corps est composé de 15 segments, celui (|ui leimine 
l'abdomen se distin'guc; des autres par sa forme et par les ci'ochets dont il est muni ; en 
dessous, il porte un mamelon bilide, létractile, servant de i)oinl d'a|)pui;i la larve pendant 
la locomotion ; leur allure [)endant la marche est Irop connue pour (pie je la décrive ici, 
Terris l'a fort bien caractérisée. Les nynq)iies présentent des saillies de lorme bizarre, qui 
leur .sont exclusivement projires dans l'ordre entier des Coléoplères : je n'attribue aucune 
valeur pliylogéni(pu' à ces |tarticularités. 

Les Cislélides se rattachent si intimement aux Ténébrionides par les Afracliiri. les 
Cijlni'lrnihoi'us et \o<. Cisfela, qu'il n'y a ])as lieu de les considérera part ; on doil mê- 
me, très probablement, les regarder connue un rameau détaché des llélopides s. 

Avec les O'Alémèrides, .se terminera pour nous l'ensemble des familles directement 
alliées aux Vésicants ; l'étude de ce groupe 'nous montrera encore des particularités fort 
curieuses et fort instructives. 

!>'une manière générale, on peut dire que les (Kdémérides sont des hétéromères à fa- 
ciès de i,ongicornes, bien (]ue certains détails de leur structure extérieure — sauf cepen- 
dant |iour les Mi/ctcriis — tendent à les raj^procher des l'édilides et surtout des Mèloides. 
L'analogie indicjuee par le faciès S(! poursuit encore lorsqu'on considère les larves (jui 
ressemi)lent également à celles des Cérambycides. l]lles sont en elfet allongées e( 
pres(pie toutes privées d'ocelles ; l'abdomen se compose de neuf segmenis (jui porlent en 
dessous des lubei'cujes charnus (pTon a (piclquefois compai'is an\ fausses pâlies des che- 
nilles. 

1. Je me borne à indiquer les faits généraux sans entrer dans les ilei,iil> île l.i slnictuTP, ce 
qui m'entraînerait bien au (b'ià des limites assignées à ce travail, on li-niivcia les renseigne- 
ments coniplémeiiljiires dans les onvraK'Cs de l^acordaii'e, — Jacquelin du \al e' l'';urinaire, 
— I';. l'erris. — Cliaiiuis e( Candèze, — Westwood, etc. 

2. I.,acordaire. — lienryn (lex Coléoplcrc!'. T. V, p. 11. 

3. Lacordaire. — Lov cit. T. V. p. 490. 



— es- 
La curieuse famille des Trictéaotomides, composée du seul genre Tnctenotoma, ne 
présente rien qui soit étranger aux Longicornes du groupe des Prioniens, sinon qu'elle est 
hétéromère à la façon des Ténébrionides ; elle établit donc, d'une façon très naturelle, le 
passage entre les Œdémérides et les Cérambycides ; c'était là d'ailleurs l'opinion de Solier 
et d'Erichson. Malheureusement les larves de ce groupe intéressant ne sont pas connues et 
l'on n'a observé jusqu'à ce jour que trois espèces adultes de ce genre, l'une de Java, les 
deux autres de Ceylan et de la côte de Malabar. 

Mais que ferons-nous maintenant des Myctérides ? 

Qu'on les range parmi les Œdémérides ou qu'on en fasse une lamille à part, comme le 
proposait Lacordaire, nous restons en présence d'un type ambigu^ dont les affinités sont 
plus que douteuses. 

J'aurais un grand désir de voir les Hétéromères rattachés aux Rhynchophores, et je 
pourrais invoquer la ressemblance des Mycterus avec les Larinus, dont ils possèdent 
même la pubescence, mais j'estime qu'il serait prématuré d'admettre cette parenté avant 
de connaître au moins quelques unes de leurs larves. Lacordaire pense qu'elles seront tota- 
lement différentes de celles des Salpingides, c'est aussi mon avis, mais je ne crois pas 
qu'il soit possible de dépasser cette hypothèse. 



Le passage des Œdémérides aux Prionides se trouve donc franchi de la façon la plus 
naturelle par l'intermédiaire des Tricténotomides. 

D'après les caractères énumérés par MM. Chapuis et Candèze * les larves de Prionides 
ont la tête grosse et déprimée, le prothorax formant un bourrelet charnu ; la première 
paire de stigmates est située sur le mésothorax ; les pattes sont très réduites et impropres 





FiG. 7. — a. Larve de l'IIelops striatus (d'après M. L. Planet. Nat. no 69. — b. larve du Prionus 
coriarius ("d'après M. L. Planet. iNat. no 94.) — c. larve de VAncylocheira flavomaculala, Buprestides 
(d'après Fairmaire). 

à la locomotion ; le nombre des segments abdominaux est de neuf, dont les huit premiers 
portent chacun une paire de stigmates. Aucun de ces caractères ne peut servir à les dis- 
tinguer des Longicornes (Fig. 7 b). 

Le groupe des Prionides est encore intéressant [sous un autre rapport ; plus de 300 
espèces sont aujourd hui décrites, mais sur ce nombre, il en est plusieurs qui s'écartent 
tellement des formes normales (jue bien des auteurs ont hésité à les regarder comme de 
véritables Longicornes. Lacordaire en fait un groupe à part, sous le nom de Prionides 
aberrants, et il indique qu'ils doivent immédiatement prendre rang à la suite des Tric- 
ténotomides, qui ne sont eux-mêmes « que des Prionides présentant un degré d'aberrance 
encore plus accentué «. Cette opinion est exacte, car leurs larves connues, telles que celle 
du Parandra brunnea par exemple, décrite par M. Osten-Sacken, ne diflèrent absolu- 
ment en rien de celles des Prionides normaux. 



1. Chapuis et Candèze. — Catalogue des larves des Coléoptères. Liège, 1853. (Ext. des Mém. de la 
Soc. des se. de Liège, t. VIII.) 



— 64 — 

Plus encore que les Triclenotonia, le genre Hijpocephalus a dérouté les entomologistes. 
Desmarest qui l'établit et le décrivit le premier, le plaça près des Sylphides ; Hope et 
Casteluau adoptèrt>nt cette manière de voir ; >Vestwood le mit à côté des Passandro 
dans la famille des Gucujides ; Gurtis en fit un Lamellicorne et le considéra comme un 
type intermédiaire entre cette grande famille et les Hétéromeres, mais, chose plus éton- 
naule encore, Spinola proposa de le laisser complètement en dehors de toutes les familles 
de Coléoptères. 

Je regrette de ne |)ouvoir donner la figure de cet étrange insecte (jui rappelle par sa 
forme générale et par sa taille, le Gryllotalpa culgar-is. On l'a rencontré au Brésil, 
marchant très lentement sur la terre, ou encore, dit-on, dans les carcasses des animaux 
desséchés. 

.\ la suite des Longicornes nous devons placer les Buprestides ; malgi-é la grande di- 
versité des Insectes parfaits, leurs larves ressemblent à celles des Lamiaires plus qu'à celles 
de n'importe quel autre groupe. Gomme chez ces derniers le corps est atténué d'avant en 
arrière et la tète est plus ou moins invaginée dans le prothorax ; la tête ne présente pas 
d'ocelles et porte deux antennes très courtes, bi ou tri-articulées (Fig. 7, c). 

Au point de vue phylogénique, et autant qu'on peut en juger parla larve du Melasis 
Buprestoides, la seule qui soit actuellement connue, le petit groupe des Eucnémides ne 
saurait non plus être éloigné des Buprestides. 

[1 en est tout autrement des Élatérides, qui se rapprochent tant des Eucnémides par 
la forme générale de leur corps (jue bien des auteurs ne les ont pas séparés. En ne con- 
sidérant que les espèces d'Europe, je conviens que le faciès de ces deux groupes d'insectes 
présente de grandes analogies qui s'étendent même jusqu'à certains Buprestides. 

Les caractères des larves n'autorisent cependant pas ce rapprochement d'une façon, 
absolue, mais je discuterai les affinités des Élatérides en traitant du groupe des Malaco- 
dermes auquel je les ai rattachés. 

En résumé, et ne considérant que les véritables Hétéromeres, nous voyons chez la 
plupart des larves un plan morphologicjue commun et particulier surtout au noyau dit Té- 
nél)rionide. Ghez d'autres, une légère modification de ce plan accuse une parenté plus ou 
moins marquée, d'un côté avec les Glavicornes {Lctfjria hirta), de l'autre (Œdéméridos) 
avec les Longicornes, ce qui porte à établir ainsi (juil suit le tableau généalogique des 
Ténébrionides '. 



I" Section. — Dcreloppeiacnf parasitaire et hy pc rinriainor phase . 
Strepsiptères. — Rhipiphorid.es. — Méloides. 



Il« Section. 

Développement 

libre 

ou présume 

libre- 



Écaniocérides. 



ï î 



Mordellides vrais. 
Pythides. 
Pyrochroides. 
Lagriides. 
CAffinités avec les 
Glavicornes). 



Mordellides. I Œdémérides. Myctérides. 

I 
Tricténotomides. Curculionides. 



Auaspides. 
Mélandryides. 
Gistélides. 
Ténébrionides. 

(Noyau Ténébrio 
nide propre- 
ment dit). 



Prionides 



Longicornes. 



(?) 



Buprestides. 
Eucnémides. 



1. A l'exemple des auteurs les plus récents, j'emploie ici ce terme pour désigner, d'une manière 
générale, l'ensemble des Hétéromeres. 



— 65 — 

CHAPITRE III 

SÉRIE TRONCATIPENNE. 

§ 1. — BRÉYIPENNES. 

Si l'on s'en tient aux seuls caractères de la morphologie externe des adultes, voici 
certes l'un des groupes les plus difficiles à étudier, à cause du nombre infini des formes 
qui passent de l'une à l'autre par les transitions les plus insensibles ; au contraire, si nous 
considérons les larves, nous trouvons qu'elles ont entre elles les rapports les plus intimes. 

Brauer regardait les Staphylinides comme l'un des groupes rappelant le mieux les 
Procoléoptères primitifs : « so wird uns der Slaphylinas als eine der ältesten 
Käferforina gelten ', » et de fait, leurs larves conservent une forme campodée très 
nette, ce qui fait que les insectes parfaits sont, de tous les Coléoptères, ceux qui présen- 
rent les plus grandes ressemblances avec leurs larves. Maurice Girard voit aussi et avec 
aison dans ce fait, non pas une dégradation, comme quelques auteurs l'ont avancé, mais 
la persistance d'une forme primitive. 

Ces deux opinions sont parfaitement exactes, mais je crois qu'il est possible d'aller 
plus loin encore dans la connaissance des affinités réelles de ce groupe, et de remonter 




FiG. 8. — a. Larve du Sylpha obscwa. — b. Plalypsillus castoris, adulte, — c, sa larve (d'après 
Riley), — d, Larve du Platysnina oblongem, Histérides. — e. Larve de l'Ocypus olens, Staphylinides. 
— f. Choleva angustata. — g, Pselaphus Jfeisei (d'après Fairmaire). 

jusqu'aux Insectes à hypermétamorphose, en tenant compte des découvertes les plus ré- 
centes. 

Jusque vers 1860, la larve du Choleea fusca était seule connue dans la section des 
Nécrophages aberrants ; selon Erichson, elle ressemblait complètement à celle des Silpha; 
mais depuis, on s'est assuré que d'autres Choleoa suivaient un mode de développement 
voisin de celui des Vésicants. Aux Cfioleca, il faut encore joindre le Leptintis testa- 
ceus '^, séparé comme famille distincte par MM. Le Conte et Horn, et enfin le Platypsil- 
lus castoris, dont la larve vient d'être publiée par M. Riley dans l'Insect-Life de 
Washington (Fig. 8, b). 

d. F, Brauer. — Betrnchlungen über die Verwandlung der Insecten im Sinne der Descendenz- 
Theorie. Wien. Verh. k. k. zool.-bot. Ges. 1869, p. 313. 

2. Reitter. — Tableaux analytiques pour déterminer les Coléoptères d'Europe. F. Nécrophages, p .5* 



— 66 — 

Là, nous retrouvons le commensalisme si curieux présenté par les Stylopides et les 
Rhipiphorides, car ce minuscule insecte qui, d'après M. Ed. Reitter, « oCfre l'aspect d'une 
puce aplatie «, vit en parasite sur les Castors dans l'extrême midi de la France. Un coup 
d'oeil jeté sur la ligure ci-contre (Fig. 8, c), suHit pour constater que sa larve ressemble 
absolument à la pseudo-larce contractée des Méloides et des autres formes parasites. 

Tout en reconnaissant la grande simplicité organique des Staphylins, nous pensons 
donc que la grande série des Troncatipeanes doit s'ouvrir par les Platypsillides et les Lep- 
tinides ' ; ceux-ci nous conduiront aux Silphales par les Choleca (Fig. 8, f), dont les 
larves vivent aussi dans les pelleteries. 

Nous trouvons dans cette série plusieurs divisions qui furent souvent élevées à la 
hauteur de familles ; il y aurait lieu, au contraire, de les réunir sous une même dénomi- 
nation, parce que toutes leurs larves présentent entre elles les plus grandes analogies. 
Toutes ont, en effet, les mêmes mœurs et la même conformation ; tels sont, par exemple, 
les Nécrophorides, les Anisotomides, les Clambides et même les Histérides (Fig. 8, d) ; le 
faciès de ces derniers ne peut pas être distingué de celui des Nécrophorides et les larves 
des Liodcs, des Agathidiuin, des Clainbus ressemblent à celles des Nécrophores. Le 
genre Ariyrlus établit le passage des Anisotomides aux Silphides ; enfin les Sphœrites, 
appartenant au groupe des Silphides, présentent complètement le faciès des Histers. 

Je ne saurais non plus négliger de rappeler ici que plusieurs auteurs, qui se sont oc- 
cupés de la tribu des Anisotomides, comme Stephens ^, Westwood 3, Redtenbacher *, y ont 
introduit un certain nombre de genres que beaucoup d'autres regardent comme apparte- 
nant aux Coccinellides ^ c'est là l'indice d'une parenté très curieuse qu'il n'a pas encore été 
possible d'éclairer davantage jusqu'à ce jour. 

Chez les Silphides, les larves sont ovales (Fig. 8, a) ; leur tète, aplatie en-dessous et 
arrondie en-dessus, porte deux antennes de quatre articles et six ocelles divisés en deux 
groupes ; leur bouche, composée comme celle de toutes les formes carnassières, porte deux 
mandibules fortes et pointues ; elle est close en dessus par un labre bilobé très apparent. 
Les segments thoraciques et abdominaux sont recouverts d'écussons cornés qui débor- 
dent sur les côtés ; le dernier segment porte un tube anal et deux appendices biarticulés. 

Chez les Trichoptérygiens, la forme des larves est intermédiaire entre celle des Silphes 
et celle des Staphylins, toutefois il n'existe pas d'ocelles. 

La parenté des Psélaphides avec les véritables brachélytres ne saurait faire de doute; 
quant aux Staphylinides proprement dits, bien que très variés sous le rapport morpholo- 
gique, ils présentent, comme le reste des Brévipennes, une très grande homogénéité sous 
le rapport de la conformation des larves. 

Je range les Pçélaphides (Fig. 8, g) et les Scydménides dans un même groupe ; bien 
que leurs métamorphoses soient presque inconnues, leurs habitudes myrmécophiles et leur 
structure les rapprochent suffisamment des Staphylinides. On ne connaît encore qu'un pe- 
tit nombre de larves dans cette famille si nombreuse ; celle de YOcypas olens (Fig. 8, e) 
étudiée par Heer et par Blanchard, est l'une des plus communes et la mieux connue ; elle 
peut servir de type. 

Cette larve est allongée et atténuée vers l'extrémité postérieure, avec deux filets ve- 
lus et divergents. Sa tête est orbiculaire et munie d'un col rétréci, absolument comme 
chez l'insecte parfait. Les organes buccaux sont au complet ; le corps est comme d'habitude, 
composé de 15 segments. Sauf sa forme allongée, cette larve ressemble à celle des Silphi- 
des ; il en est de même pour toutes les larves de ce groupe (jui présentent en outre des 
analogies très frappantes avec celles des Carabiques (Fig. 9, e). 

La dislance qui existe entre les Staphylinides et celte dernière famille (Carabiques) se 
trouve comblée par les Paussides, petit groupe qui présente un intérêt considérable, mal- 
gré le nombre restreint de ses espèces. 

1. Lacordaire dit que cet insecte vit dans les vieux troncs d'arbres et dans les végétaux en dé- 
composition, mais M. Olivier rapporte qu'il l'atrouvé en Franche-Comté dans la fourrure d'une Mu- 
saraigne iriorte. (Faune des Colcopléres de l'Allier, 1890, p. H2. 

2. Stephens. — Manual of British Coleoplera, p. 98. 

3. Westwood. —An introduction to Ihe modem classification of Insects, II. Syn., p. 10. 
*. Redlenba(,'her. — Die Küfer Austriœ, p. 158. 

5. Ce sont les genres Alexia, Corylopttus, Orthoperus et Sericoderut. 



— 67 — 

Sil'observatioQd'Erichson est exacte, les larves des Paussides sont déprimées, mais 
tous les segments sont revêtus d'une peau coriace garnie de longs poils dressés ; la bouche 
est fermée inférieurenient, comme chez les Carabiques et les Staphylinides ; la tête porte six 
stemmates arrondis ; le dernier segment abdominal est pourvu de deux appendices bien 
développés, également garnis de longs poils. 

Ces divers caractères, joints à ceux de leur organisation externe, ont toujours porté 
les auteurs à rapprocher ces insectes des Carabiques, auxquels ils se relient d'une façon 
assez satisfaisante par le groupe des Ozénides ; ils ont, en effet, le même faciès et des 
trochanters très saillants au bord interne des cuisses postérieures ; enfin ils possèdent la 




FiG. 9. — a. Larve du Cicindela campeslris L. — b. Manticora tuberculata, Dej. — c. Larve du 
Megacephala euphratica, 01. — d. Bembidium paludosum, Panz. — e. Larve du Calosoma sycophanta 
L., Carabides. — f; ScariUs Polyphemus Bonel., Scaritides. 

faculté crépitante comme les Brachinus et les Osœna. Ces analogies suffisent pour que 
les Paussides soient considérés comme alliés de très près aux Carabiques. 

Cette dernière famille terminera pour nous la série des Troncatipennes. 

En prenant, comme nous l'avons fait, les Nécrophages parasites comme point de départ, 
on voit que la série Troncatipenne évolue selon deux types divergents: d'un côté les Sil- 
phales, les Trichoptérygiens, les Psélaphides et les Staphylinides, nous conduisant 
jusqu'aux Carabiques par les Paussides ; c'est une filiation très étendue et parfaitement 
continue ; de l'autre, les Anisotomides, conduisant aux Nècrophorides et aux Histè- 
rides ; cette branche est bien moins étendue qne la précédente. Dans les deux groupes. 



— 68 — 

un caractère ancestral s'est conservé, c'est la troncature des élytres qui donne à ces insec- 
tes un faciès particulier que l'on retrouvera jusque dans les Carabiques qui leur sont le plus 
directement alliés. 

(A suivre) 



Communications - Questions - Observations biologiques - Notes de chasse. 

Chasse aux Papillons à domicile. — Jardins, forêts, prés, champs, voilà, à vrai 
f'ire, le terrain de chasse du Lépidoptériste. Que de fois pourtant le mauvais temps, des 
occupations multiples, une infirmité passagère l'empêclieront d'aller courir les bois et les 
prairies à la recherche de ses favoris ailés ! D'ailleurs ces promenades ou excursions ento- 
mologiques exigent toujours certains eflorts, occasionnent toujours des fatigues. 

Il est vrai que tout collectionneur tant soit peu sérieux, à moins de vouloir monter 
sa collection à prix d'argent, ce qui enlève tout le charme, est obligé de se déplacer, de 
courir la camjjagne ; toutefois, à côté de l'immense terrain de chasse que lui offre la belle 
nature, le lépidoptériste peut se créer à domicile un terrain de chasse, restreint sans doute, 
mais pourtant fort riche en gibier entomologique et qu'il pourra visiter à toute heure, dans 
des moments perdus, sans fatigue aucune. 

Yoici du reste comment je pratique depuis de longues années et non sans résultats 
importants la chasse à domicile ou plutôt dans mon grenier, sous mon toit. A défaut de 
grenier si.ué au-dessus d'une maison liabitée, une grange, un hangar, une masure quel- 
conque pourra rendre les mêmes services à quiconque aura soin d'observer ce qui suit. 

J'ai fait pratiquer dans le toit de mon grenier deux petites lucarnes vitrées qui doi- 
vent rester fermées en temps de chasse ; je dis deux, on pourra en disposer davantage, le 
nombre n'y fait rien. Outre ces lucarnes vitrées, il peut s'en trouver d'autres munies de 
volets et destinées à faciliter en temps voulu le renouvellement de l'air intérieur : ces 
dernières doivent également rester fermées, car si elles étaient ouvertes, les insectes en 
profiteraient pour s'échapper. 

Vu le petit nombre de lucarnes vitrées, il règne dans le grenier une demi-obscurité ; 
les insectes qui y ont pu pénétrer ou qui y ont été introduits artificiellement, sont portés 
dar nature à rechercher la lumière, viennent voler contre les vitres croyant trouver une 
issue et font de vains eiforts pour s'échapper. Il est très facile de les capturer à ce mo- 
ment, soit avec le filet, soit avec le flacon à cyanure, soit avec la main. Quand on se sert 
du flacon à cyanure, il est bon de procéder comme suit : que le papillon se repose contre 
la vitre ou qu'il vole de bas en haut ou de haut en bas, on tâche de le saisir en appliquant 
par un mouvement rapide le flacon ouvert contre la vitre. Ai)rès avoir fait passer une car- 
te de visite entre cette dernière et le goulot du flacon, on s'écarte de la lucarne en tenant 
^a carte appli([uéc sur l'ouverture du flacon ; ceci fait, on remplace adroitement la carte 
par le bouchon. 

Il arrive souvent que des insectes viennent heurter avec tant de force contre les vitres 
qu'ils retombent tout étourdis, à moitié morts. Afin qu'ils ne soient pas perdus pour le 
collectionneur, on applique un peu au-dessous des lucarnes vitrées une pièce de grosse 
toile de couleur claire, en forme de van, qui a pour but de recevoir et de retenir tout ce 
qui tombe. 

Il faut aussi avoir soin d'enlever les toiles que les araignées tissent elles aussi devant 
les vitres à l'effet de chasser les insectes, non pas dans le but de les ranger en collection, 
mais afin de s'en rassasier. Les papillons qui donneraient dans ces toiles seraient toujours 
plus ou moins endommagés. A ce propos je me permettrai de rappeler qu'au vignoble, du- 
rant ma jeunesse, j'ai i)lus dune fois capturé dans des toiles d'araignées établies entre 
deux ceps de vigne, nombre A'Onthojihnçius et autres insectes. Toutefois il ne faut pas 
arriver trop tard au risque de ne trouver que des exemplaires déjà attaqués par la pro- 
priétaire du logis. 

Jusqu'ici je n'ai iiuli(jué (jue les moyens de capturer les insectes, il me reste à dire 
quelles sont les mesures que je prends pour multiplier le gibier dans mon terrain de chasse 
à domicile. Tout d'abord je prends soin de ménager entre les tuiles des rangées inférieu- 
res de petites ouvertures, de ne pas fermer complètement les volets des lucarnes en lais- 



— 69 — 

sant un petit espace ouvert ; tout cela en vue de rendre l'accès de mon grenier plus facile 
aux insectes du dehors. Les livres d'entomologie, l'expérience propre enseignent que les 
larves d'insectes recherchent un abri pour se chrysalider, que les insectes à l'état parfait 
vont se cacher dans un coin, dans une fente, pour se garantir des intempéries de l'air ; les 
uns et les autres trouvent ce qui leur faut à cet effet dans les habitations de l'homme, 
surtout dans les greniers quand ils ne sont pas trop élevés au dessus du sol. Dans une ha- 
bitation située au milieu d'une ville, il ue pénètre que peu d'insectes, par contre on les 
trouvera eu nombre d'autant plus grand dans les maisons qui s'élèvent prés d'un jardin, 
d'uo parc, à l'entrée de la campagne, près d'une forêt, d'un terrain inculte : par suite la 
chasse à domicile sera d'autant plus fructueuse. 

Qui n'a pas été surpris par la présence soudaine dans sa chambre des Piérides, des 
différentes vanesses : urticœ, polychloros, anthiopa, atalanta, etc. ? — • Pourtant les 
fenêtres sont restées fermées ; d'où vient le papillon ? Il a pénétré à l'état de chenille dans 
dans nos appartements, s'est transformé en chrysalide dans quelque coin et nous a enfin 
révélé sa présence par ses premiers battements d'ailes. 

Qu'on me permette de signaler les captures les plus intéressantes faites à domicile. Il 
m'est arrivé de trouver les grands Sphinx, atropos, convoloidi, dans un local dont pour- 
tant portes et fenêtres n'avaient pas été ouvertes pendant de longs mois. J'ai pris dans mon 
grenier, toujours contre les vitres de mes lucarnes^ Agrotis simidans, nictymera, que 
je n'ai jamais rencontrées en plein air, des quantités A'Amphypira tra(jopoginis,pyra- 
niidca, de Caradrina i-punctata. Depuis les premiers jours du printemps jusqu'en hi- 
ver, il s'y trouve toute l'année des Hyp. rostralis, Alucita hexadactyia. Ainphis 
einnamornca, Dianthœciafiligrainina et cucubati sont déjà plus rares. Notons encore 
Agrotis obscurci, nigricans, Cucullia verbasci, Neiironia cespitis, Dyschoriëta 
Jlêsipancta, chaque espèce à son époque. Au commencenient du mois d'août se prend 
régulièrement Briophila raptricula et sa belle aberration rcccptricula. En outre 
mainte bonne espèce, mais il serait trop long de dresser une liste complète de toutes mes 
ca ptures. h 

Chaque année les Microlépidoptères se présentent eu nombre respectable, parmi une 
bonne douzaine d'espèces de Dt'/>/'eö'saria, entre autres castosa, flaccUa, propinqaella 
/cette dernière en quantité) yeatina etc., presque toute la série des espèces striées de brun, 
des Albipuncta, Nercosa. Naturellement pourra-t-on aussi faire ample provision des 
mites des maisons, des familles Blabophancs, Tinea, Philloporia, Tincola, Endrosis . 

Les espèces citées jusqu'ici ont la plupart pénétré d'elles mêmes dans mon terrain de 
chasse, sans mon intervention, à mon insu presque. Il est d'autres espèces que j'importe 
moi-même et voici comment. 

j'ai pris l'habitude de ramasser et de transporter dans quelque coin de mon grenier 
les plantes mortes de mon jardin, spécialement celles attaquées par des insectes, les 
semences de fleurs et de légumineuses, les l)ranches ou parties de tronc d'arbre malades 
trouvées soit dans mes propriétés, soit dans la campagne et dans les forêts. Le bois de 
chauffage, et surtout les fagots ont leur place presque traditionnelle. Que de fois ne 
m'est-il pas arrivé d'avoir importé de cette façon l'un ou l'autre Sphingide. Ajoutons 
immédiatement qu'il est bon de placer les débris de plantes ou autres dans des caisses à 
moitié remplies d'un mélange de terre et de sable afin que les larves logées dans ces dé- 
bris trouvent facilement un abri pour se chrysalider. 

Les tiges et les semences de Silène nutans et d'autres plantes de la même famille 
m'ont donné Dianth. albinxacua, Cid. hydrata que je n'ai jamais pu capturer ailleurs, 
en outre Acid. hcrbariafa et Virgularia. Des oignons, des poireaux m'ont procuré eu 
octobre et avril Acrolcpia assectella ; les semences d'ombellifères, nombre de petits 
papillons qu'il me serait difficile de nommer, sans doute parmi quantité de Depressaria ; 
Althea rosea, Verbascum, certaines légumineuses nourrissent Botys ferrugalis, extynia- 
lis, rependalis, Nothris verbascella. En ramassant en automne les tiges de Bryonia 
alba, on a le plaisir de voir voler contre les vitres des lucarnes en juillet de l'année sui- 
vante la belle Phtheochroa rugosana qui n'est pas commune. Chaque année j'ai captu- 
ré dans mon grenier, sans que toutefois je puisse dire avec quelles plantes je les ai impor- 
tées, Cera.io/)/iora ^rianwie^ia et Oecogonia 4-piincta, Je dois maint exemplaire de 



— 70 — 

Sesia myopiformis aux pièces de tronc de pommier ou de cognassier transportées 
sous mon toit. 

Comme les insectes éclosent à toute heure de la journée et même de la nuit, il est 
fort à recommander de visiter plusieurs fois les lucarnes vitrées du grenier, on s'en 
retournera rarement les mains vides. 

Notons encore un autre moyen d'attirer nombre de papillons dans nos greniers, je 
veux parler des appâts naturels et artificiels (pommes tapées plongées dans l'éther nitreux 
éponges imbibées de miel et de rhum, ou de bière et de sucre etc.) qu'on suspend ça, et 
là. Tandis ([ue les lucarnes vitrées restent fermées, on ouvre celles à volets. Le lendemain 
de bonne lieure on ferme ces dernières ; durant toute la journée mais surtout vers le soir 
on trouvera plus d'un captif qui s'est laissé attirer. 

Bien des fois j'ai installé tout près d'une lucarne ouverte une forte lampe à pétrole 
avec réflecteur; par des nuits tranquilles et chaudes, le rendement de ce procédé n'est pas 
à dédaigner, surtout si la lucarne a vue sur la campagne, sur des forêts. Maint papillon 
attiré par la lumière vient voltiger autour de la lampe et s'en va ensuite se reposer dans 
quelque coin pour devenir le lendemain la proie du collectionneur. 

En passant je me permets de mentionner qu'outre les Lédidoptères, une foule 
d'autres insectes visitent mes lucarnes vitrées, beaucoup d'Hémiptères, d'Ichneumonides, 
mais surtout quantité de Coléoptères. Les Laihridiiis et Anthocornus ne manquent ja- 
mais. Titlas clongatus, unifasciatus, se trouvent assez souvent ; sans aucun doute ils 
sont à la recherche des larves de Xylophages surtout de celles à'Hijlotrupes bajulus ; 
des pièces de cerisier, de prunier, de conifères m'ont fourni des espèces rares comme An- 
thaxia caivlrns, plusieurs Agrilus, Ertiobiiis siinilis; les fagots de chêne et de frêne 
donnent Xylopertha sinuata, Callidium alni, Hylcsinus fraxini ; les tiges 
d'Alriplex, Chjtas 4-punctatus. 

Après avoir visité mon grenier, je fais la ronde dans les corridors, un peu dans tous 
les coins jusque dans la cave. Je me rappellerai toujours tel établissement de bains dont 
les corridors abondaient en Nudaria secundaria, B oletohia fuliginavia; ^^rmi le 
grand nombre des Eiipithacia il se trouvait souvent de bonnes espèces comme i:alcrianata> 
prtiinata etc., Tephrasia dubitafa, Tinea chloacella hivernent dans les caves et les 
celliers en compagnie de Lathi'idius clongatus et Mycetœa hirtella. 

Reste à visiter l'extérieur de la maison . Derrière les volets on trouve souvent 
Agrotis obelisca, Aniph. cinnanioniea; c'est h pareil endroit qu'un jour je mis la 
main sur lucipeta à ma grande joie de collectionneur. Dans les jardins et les cours on 
peut faire maintes bonnes trouvailles, p. ex. celle de Polia flacicinta et de sa variété 
mcridwnalis contre des murs crépis h la chaux, celle de Mamcstra dcntina ab. 
latenal, chryso^ona, serena, nana derrière des planches et toute espèce d'abris ; je 
ne parle pas des espèces locales. Un jour en faisant ma ronde, je découvris Cathcphia 
alchyniista qui vaut bien la peine de se déplacer. Inutile de mentionner les nombreux 
Catocala qui se reposent le jour contre les murs, les maisons. 

Tout collectionneur, ne fùt-il que commençant, pourra tirer parti de mille autres 

circonstances d habitations dont je ne me souviens pas pour le moment, ou bien que je 

n'ai peut-être jamais remarquées. Pour terminer je dirai encore que plus le terrain de 

chasse est un endroit négligé, peu fréquenté, plus les visites que le collectionneur y fera 

seront fructueuses. 

E. Eck 



Échanges. 

M. Ch. Pujol, Bella Vista de Goyaz, Brésil, offre des insectes du pays *. 

M. Angelo Solari, Piazza San Lorenzo, 14, Gênes, accepte en échange ou en vente 
des Ciirciillonldes du globe ; offre coléoptères d'Europe. 

M. Ch. Bloesch, Laufenburg, Argovie, Suisse, désire échanger des Chalcidites 
Icfincu/nonidcs, Braconidcs et Cynipidcs. 

M. Jürgen Schröder, Kossau pr. Plön, Holstein, Allemagne, désire entrer en re- 
lations d'échanges pour Coléoptères paléarctiques et exotiques. Envoyer oblata de 
bonnes espèces *. 



— 71 — 

M. Chas. S. Westcott, Holmesburg, Philadelphie, Pa., États-Unis, olFre des Pa- 
liillons do rAniL'i-i(|ue du ^ord contre Noctuelles d'Europe et contre ex()li(|U(>s *. 

M. E. Goubaut, naturaliste-préparateur, à St. Vaast-la-Hougue (Manche), oHre 
des oiseaux de France, toutes les espèces en général, en peau fraîche ou montés : 
Coquilles fossiles de tous les terrains — demande en échange Coléoptères, Hémiptè- 
res, Orthoptères, Lépidoptères européens ou exotiques, surtout les grosses espèces. 

M. P. J. Roelofs, 10, rue Van Straelen, Anvers, désire entrer en relations d'échan- 
ges pour Coli'optères du glol)ç, spécialement Stffp/Kjliiiidi's. 
M. le baron "W. von dem Bussche-Haddenhauren, Hanssenstrasse 12, Göttin- 
gen, Hanovre, Allemagne, oll're des Coléo[)tères de l'Allemagne Centrale contre 
coléoptères d'Europe. — Envoie sur demande une liste d'ol)lala détaillée. A citer par- 
ticulièrement : Cicindcla geniianica r. caerulea, Carabus arceiuls c. po/nera 
nus, Dryops substriatus, Atonielcs cinarginatus Necrophorus (jcrinanicuê, 
c. bipunctatus, Necrophilus subtcrratious, Drapetcs cqucstris, H/jlccœtus r. 
Mnrci, Toinoxla bujuttata, Pyrochroa pcciinlcorniä, Cryptoccphalus 6-ina- 
cnlatus, etc. 
M. Filippo Silvestri, à Bevagna ( Umbria), Italie, désire des Myriopodes il'Euroiie 
ou exotiques non déterminés, mais de provenance bien exacte, contre paiement ou en 
échange de Coléoptères de l'Italie Centrale : Anthypna Carcelii, Carabus 
Clamydatus, Niphona picticornis etc. 
M. Th. Faivre, 11, rue du Palais, à Gray, France, désire faire des échanges avec 
des collectionneurs de Lépidoptères d'Afritjue, d'Am('ri(iue et d'Asie. 

M. Richard Bartsch, Halle a. S., Allemagne, Zwingerstrasse 30, désire entrer eu 
relations d'échanges pour Lépidoi)lères avec dos Entomologistes de tous les pays, 
surtout d'Amérique, de l'Inde, etc. 

M. Lionel Stones, Northwood, Seymour Grove, old Trafford, Manchester, ofire 
eu échange des l'apillons de sa région. * 

M. Rudolf Emmer, in Neutitschein, Mähren, Autriche, échange des coléoptères 
de la l'aune paléarc(i(iue. 

M. Piel de Churcheville, rue de Clermont 6, Nantes (Loire-Inférieure), désire 
entrer en relations d'échanges et oll're des Hémiptères de sa région contre îles Coléo- 
ptères fraui.ais nommés. Envoie une liste d'ol)lata sur demande. 

M. Rudolf Hansen, Pschelo-wodnji Museï Kamenno, Ostro"wsky Prospect, St. 
Petersbourg, spécialité : Macro et Microlé|)id()ptéres, ollre et désire en échange des 
Lépidoptères de la Faune paléarctique, généralement de l'Asie centrale, lîussie méri- 
dionale et septentrionale. 

M. E. André, 62, rue Carnot, Màcon, récoltera sur demande tous objets d'histoire 
naturelle de sa région, en échange contre des lépidoptères. 

M. L. Mazéret, entomologiste, à Labarrère, par Montréal, Gers, ollre une centai- 
ne d'Anillds cci'cus et des Pselaphrdce non déterminés. 

M. A. Kritz, Wien IX, Fuchsthalergasse, 14, désire entrer en relations d'échanges 
avec des coléoptéristes pour coléoptères de la Faune paléarctique. Envoyer ohlala. 

M. le Prof. J. Mik, Rédacteur der "Wiener Entomologischen Zeitung, Wien III, 
Marokkanergasse 3, offre des Diptères d'Europe contre des Diptères exotiques. 

M. Josef Gold, K. K. Forstcommissär, in Trautenau, Böhmen, Autriche, collec- 
tionne des Hyménoptères et des Dii)téres et écliange surtout des Tachinaircs et des 
Œstrides. 

M. le Baron A. Bonnaire, 114, rue St. Merry, Fontainebleau, possède de nom- 
breux (louhles de Coléoptères raies ou intéressants de la Faune paléarctique et du 
[lourtour de la Méditerranée. — Demande tl'éclianges contre (^(déoplères de même 
provenance. Prière d'envoyer listes auxquelles il sera répondu selon leur importance. 



M. Cuisance, rue Notre-Dame, 12, Dijon, olFro une grande i|uantilé do doubles de 
Colcoplèrcs, entre autres : r,aral)us mouilis v. consitus, C. liispanus, l'Iiyta^cia vires- 
cens, Doreadioii niolitor, linefjla, Sapenla i)li()ca, lUianiniisinin l)ie()lor, Salicis, Aga- 
pantliia eaidui, l'.osalia alpina. Envoyer oblata. 

M. Oscar Bottinger, Bamberg, Bayern, Allemagne, Ludwigstrasse, écliange des 
(Coléoptères de l'Kurope centrale. 

M. E. Wasman S. J., Exaeten, près Roermonde, Hollande, collectionne les insec- 
tes myrniécopliiles, surtout coléoptères. Oll're inuriarcophiics d'Europe en échange 
de lu'jrinécophilcs et tvrtnitophilcs exoti(]ues. 

M. le Dr. Egid Schreiber, K. K. Schulrath, in Görz, Autriche, désire échanger 
des Coh'optères. Écliange aussi des (;oléo|)tères contre des anj|diihies et des reptiles. 

M. L. Bleuse, Mail d'Onges, 125, à Rennes, désire recevoir des Drtjopidœ et Gco^ 
ri/ssido' contre insectes de ces deux familles ou autres. 

M. Le Boul, Ste. Anne lès Tours, (I. et L.), od'reen écliange : CcUdota Slcphcnai' 
Aiioc/tilia oriuda : Knri/muia ((r(jcnlc(t ; Bricopsls carinlosa ; Goiopha Pof~ 
tari c? $, e(aci(jci' c^, JiastafAis ; AtKjosonia centaureiis c? 2 >' Di/nastcs Her- 
cules cf, Neptunus d" ; Diloboderuii abderns d* Ç ; Xijlotruprs Gideon d* ? ; 
('(viosis biloba ; Strafœtjus eolossiis rf ; Grijcte^ Unnaralo rj'Ç.eic, ainsi (jue 
des lépidoptères cxoli(|ues. Envoyer oblata. 



EPINGLES VIENNOISES 

?sdus rappelons à nos abonnés qu'en s'adres- 
sant au buieaii du journal ils peuvent se procurer 
les excellentes épingles viennoises aux prix 
suivants : 

Epingles viennoises blanches ou noires, inanpie 
Johann Millier, longueur r).") ou ."iS niill. du irMUId 
au no 7, et ö8 inill. de 7 à l'J, 

>'" 000 le mille 3,25 



)i 00 




II 


2.75 




Il 1 


t 1 


II 


2.50 




Il 'J, 


:.. II. l'J 


)i 


2.25 




» i, 


a, 1», 10 


II 


2.00 




Il G, 


7, 8 


II 


1.75 






Tort |)ai 


mille 


,10 et. 




Epingles 


à micros, 


aig. ou 


acier, h 


1000, 7 IV. 


Epingles 


pour éti(| 


nettes 






de 9 et de 1' 


l mili.. 


le 1000 : 






"i la machine. 


Il 


;.(» 




1 la main, 




Il 


70 



TRES RARES 

COLÉOPTÈRES DU MAROC 

ORTHOPTÈRES 

REPTILES & BATRACIENS 
nommés, 

llYMf:\()PTi:i!i:S non noininrs 

chez Henry Vaucher, à Tanger. 

i'rix courant gratis, conditions très avantageuses. 1 



Douhletten-Liste 

liber pabearki., COLEOPTEREN 

versende auf Verlangen. Auch Exo- 
ten Verzeichnisse. Hoher liaar-Kabatl. 

Hugo RAFFESBERG, 

l'odhragy, l'ost l'rasicz, Ungarn. 



IV||. J. Gribodo 
rue Maria Vittoria 19, Turin 

achète des Vespiihe et Mcllil'era par 
eentiiries, l'xcepté les Européens et 
les Neoarcticpies (Etats-Unis et Ca- 
nada). 

LÉPIDOPTÈRES 

européens, exotiques 
MICROLÈPIDOPTÉRES 

CHENILLES PRÉPARÉES 

1res soigneusement 
rr.lX TI'.ÈS .WANTAGEU.V 

H. Lhotte, naturaliste, 31, rue 
de Clichy, Paris. 

Nota. — On di'inande des cor- 
rf^/iiiiidant.< pour reccoir des 
Lépidoptères et des Chenilles 
vivantes d\'spéces pai'ticiilières 
aiu: di Jferentes ré'jions de la 
France, (dnsi ifue di's exotiques 
oa papdlottes. 



- 75 - 



Gräf"KrÜSi'S seidene Schmetterlingsfangnetze an i tiiei 

Siahliiiig (jjasseiul au jeden Stock) erhielten an der wissenseha) 



tlieil. 

Fachausstellung in Baden bei Wien die Medaille der I. Classe und ein Diplom mit der 
höchsten Auszeichnung. 

Preise : 5 MI,-. (G) und 4 Mk. (K) 
Versandt K«^schielit franco und zollfrei nach allen Ländern des Weltpostvereins. 



Graf-Krüsi à Gais près St. Gall 

(SUISSE) 

od're en nonilm' et (h* toute fraîclieur : 

CARABUS MONILIS 

<Sji^ 2 ex. fr. 1. 25 ex. fr. 6 

10 ex. « 3. 100 ex. » 20 



/mijchl'' ({'(trarico par nxoï'lat poste 



L' INSTITUT ZOOLOGIQUE 

W. Schlüter, Halle a. S. 

ALLEMAGNE 

a l'honneur de recommander à MM. les Collec- 
tionneurs, Instituteurs & Chefs d'établissements 
scolaires ses comptoirs d'objets d'histoire naturelle 
spécialement de peaux, d'œufs d'oiseaux, d'a- 
nimaux empaillés, d'amphibies, de reptiles, 
de poissons, de mollusques, d'insectes et de 
minéraux. 

Catalogue spécial d'ol)jels d'histoire naturelle 
pour l'enseignement. 

lustrumenls & ustensiles pour la recherche & la 
préparation de tous les objets d'histoire naturelle ; 
Epingles, Cadres vitrés. Plaques de Tourbe 
de toute grandeur; grand choix d'yeux artili ciels 
pour mammifères, oiseaux, poissons. 

Ateliers spéciaux pour le montage des oiseaux 
& des mammifères. 

Spécialité : Tètes de (hiims, de Chevreuils, 
Hures de sanglier. 

Prrparaiion soùjnée et. prompte. 
. CATALOtaiES GRATIS ET FP.AÎNCO 

W. Schlüter, Halle a. S., Wuchererstr. 8 
Allemagne. 

Forstcommissär Josef Gold 
in Trautenau, Böhmen, Autriche, 

bietet Tachinarien und Œstriden gegen 
Tausch oder kauf an. 



L'AMI 

DES 

Sciences Naturelles 

Entomologie - Botanique 

Géologie, etc. 
REVUE MENSUELLE ILLUSTRÉE 

DE 

VULGARISATION 

paraissant le l^i- de chaque mois 

Abonnement annuel 5j'r., 

Direction : E. Benderitter, fils, 

Rue des Champs Maillets, II, 

Rouen. 



M. H. P. Durioo 

à Valby, près Copenhague 

(Danemark) 
très versé dans la faune septen ■ 
Irionale (voyages entomologiques en 

LAPONIE 

(1888-89) 
désire cet été collectionner des in- 
sectes de tous les ordres, par com- 
mission, soit en Danemark, soit en 
Suède ou Norwège. 
Références du Musée zoologique 
de Copenhague. 

IIYMALAYAN 
UNITED TEA PLANTERS 

ASSOCIATION 

THÉ DE L'INDE 

PEKOE 

Qualité extra 
provenance directe de 

DARJEELING 

la livre 5 fr. 50 

Expédition en boîtes de fer blanc 
scellées^ de 1 livre et de % livre. 

S'adresser au bureau du Jour- 
nal. 



— 74 — 

P. WYTSMAN, 

librairie scientifique, 79, rue Neuve. 

BRUXELLES 

NOUVELLE ÉDITION 

J.HUBNER 

SAMMI.llNii EXdTISCIlKH SCIIMKITKI'.LINi;!; 

(l'AI'll.l.IlNS i;.\OTl(ll l-S — KMITIC. Ill'l TK Kl' 1.1 Ks) 

Prix de l'ouvrage complet : 650 francs. 

l/oiivrai^e parait, par livraisons de 10 planches 
coloriées environ — Vii\iU) francs par livraison. 



On n'accepte (jue des souscri[)tions à l'ouvrage 

complet. 

Envoi gratis et , franco d'un prospectus 

et d'un spécimen des gravures. 



A VENDRE 

Coléoptères d'Abyssinie 

RARES ou NOUVEAUX 

pri X réduit ou échange contre 
Africains, Histèrides, Buprestides, Céram- 
~" bycides du Globe. 

()J/'re aussi : 
COLÉOPTÈRES des SEYCHELLES, 

CHINE, MADACASCM;, CONliO, AlAiÉHIE elc. 

A. Théry 

St. Charles, par Philippe ville, 

Algérie. 

Anthicides, Xylophilides, 

PTINIDES 

M. Maurice PIC, à Digoin (SaoTne-et- Loire 
demande à ac(inérir par \o'w d'écliaiiges on 
d'aciials des Anthicides, Xylophilides cl Pti- 
nides {lîrucluis) dn globe, déterminés ou non. 

Il oIFre en échange plusieurs Ant/iicus du 
glohe, décrits par lui, avec de nombreuses rare- 
lés (surtout des Alpes, Algérie, Egypte) dans di- 
verses familles de Coléoptères, beaucoup de l.on- 
gicornes et (juehiues insectes de divers ordres (Jb-- 
miptères, Hyménoptères etc. ) proNcnaiil de Cliinc 
on d'Ali^érie |)rincipalement. 



VERKAUF 

der 

seltensten Double tten 

VENTE 

des Doubles les plus rares 

A. F. Nonfried, 
Entomologe, Rakönitz, Böhm. 

(Anliiclif) 

Dr A. J. F. Fokker 

à Ziérikzée (llol.l.A.NüE) 
désire acheter ou échanger des 

Hémiptères Hétéroptères 

d'Europe méridionale, Algérie elc. 

Mr le Dr Jacobs 

28, r. des Ursulines, Bruxelles. 

(h'sirc acMpiérir des 

Diptères européens 

de la famille des 
Tachinaires 

Un LOT de 

100 

Carabus splendens 

légèrement défectueux 

pour 10 francs. 

FAUNE 

DES 



DE FRANCE 

M. A.FINOT 

Orlliopléres proprement dits et 
Tiiysanoures. 1 vol. gr. in-S" de 
Td'l p., avec lig. l'I !"> planches 

15 fr. 

S'adresser au Bureau du 
Journal. 



Le Directeur-Gérant : E. Cautiii: 



Cette. — Imprimerie spéciale des ,,MISCELL.\NEA ENTOMOLOGICA " 



Comité d'études. 

(Suite) 
M. Couturier, à la Nerthe, par Saint Henry, (B«^ 
terrestres et fluviatiles du globe. 



du Rhône). Coquilles marines. 



Nous rappelons que tout cnroi d'Insectes aux membres du Comité doit être accom- 
pagne de timbres-poste pour le retour et au besoin pour la réponse. 
Me • ' - ■' • ' • ■ ' ' ■ 

Aiissehu 



Man wird hiermit gebeten jeder Insektensendung an die Mitglieder des Studien- 
•husses das Franko, fur Rucksendung und nöthigenfaUs für Antwort beizulegen. 



Annonces 


La page 

1/2 « 
1'4 « 
1/8 <■ 


fr. 10. — 
5. — 
2. 50 
1. 25 


Mute de 7 à 8 lignes 

Réduction d'un tiers pour 

" d'un quart poui 


de 26 lettres, 50 cent, 
les annonces à l'année, 
les annonces au trimestre 



Anzeigen 

Die Seite Mk. 8 

1/2 a „ 4 

1/4 « « 2 

1/8 « « 1 

Anzeigen von 7 hi% 8 Zeilen zu 26 Buchstaben, 40 Pf. 
Reduktion um ein Drittel für jährliche Anzeigen. 

« um ein Viertel für vierteljährliche Anzeigen 



POUR LES ABONNÉS : 

Réduction — 1 à G insert, de la môme annonce 23 % ; 12 insert. 33 y^X ; 2i ins. 50 % 



Les annonces sont payables d'avance 
par mandat-poste. 



Die Anzeigen werden zum Voraus 
durch Postanweisung bezahlt. 



Correspondance 



Toute la correspondance doit être adressée à M. E. Barthe, 
professeur,Château de la Caraussane, Cette, Hérault, France. 
Nous correspondons en françslis, allemand, anglais, espagnol, italien et latin. Prière d'écrire très 
lisiblement et sur une feuille à part le texte des annonces. 

Aile Briefe sind zu richten an Professor E. Barthe, Château de la Caraussane, Cette, Hé- 
rault, (Frankreich). Wir werden correspondieren : Französisch, Deutsch, Englisch, Spanisch, Ita- 
lienisch, Lateinisch. Es wird gebeten, Artikel oder Anzeigen möglichst deutlich zu schreiben, und 
die Anzeigen auf ein besonderes Blatt zu setzen. 

N.B. ^°"* payement doit se faire d'avance par mandat-poste ; nous n'accep- 
tons de timbres-poste que pour les petites annonces. 

Jede Zaliiung muss in einer Post-Anweisung pränumerirt werden ; Freimarken 
werden nur für Ideine Anzeigen angenommen. 

Les abonnements partent du commencement de chaque trimestre. 

Die Abonnemente gehen von Anfang eines jeden Vierteljahres ab. 



J. Desbrochers des Loges 

à TOURS Indre-et-Loire. 

Prix courant de Coléoptères d'Europe et Circa, d'Hémip- 
tères, d'Hyménoptères, de Curculionides exotiques. Achat 
de Curculionides exotiques. 

Direction du Frelon, Journal mensuel d'Entomologie 
descriptive (Coléoptères). 
Prix de l'abonnement : 6 fr. pour la France et l'étranger. 

Bollettino del naturalista. 

14« année. 1894. 
Journal mensuel. Abonnement 3 fr. 
Contenant des communications et notes d'histoire na- 
turelle. 

Publie gratuitement toutes les communications 
et annonces d'échanges d'objets d'histoire natu- 
relle de ses abonnés. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



Histérides, Buprestides, 
CÉRAMBYCIDES DU GLOBE 

COLÉOPTÈRES AFRICAINS 

Mr. A. Théry 

à St. Charles, Algérie. 

désire acquérir les raretés lui man- 
quant en Histérides, Buprestides et 
Cérambycides d'Europe. 

ofifre, en échange de ceux d'autres 
provenances et de Coléoptères africains 
de bonnes espèces algériennes et du 

globe. 



EPINGLES A INSECTES VIENNOISES 

Johann MÜLLER 
Vienne, Autriche, II, Circusgasse 20, 

recommande son assorliment complet des excellentes épingles l)lanelies et noires, épingles camions 
épingles pour micros. 

Mon dé|K")t général pour toute la France se trouve chez M. HENRI GUYON Paris, 20, rue 
des Bourdonnais. 

Die Insekten-Börse 

jetzt vereinigt mit der „Sammler -BÖrSG** 



ïX^c)(Jrz(X'^àTSQ, 





ist für „Entomologen^' und „Sammler" das hervorragendste Blatt, welches wegen 
der belehrenden Artikel sowie seiner internationalen und grossen Verbreitung betreffs 
Ankauf, Verkauf und Umtausch aller Objekte die weitgehendsten Erwartungen erfftllt^ 
wie ein Probeabonnement lehren dürfte. Zubeziehen durch diePost(ZeitungslisteNo.3135) 
und die Verlags-Buchhandlung Prankenstein & "Wagner, Leipzig, Augustusplatz 1. 
Abonnement bei Zusendung unter Kreuzband in Deutschland u, Oesterreich 1 Mk., nach 
•ruderen Ländern des Weltpostvereins 1 Mk. 20 Pfg. = 1 Shilling 2 Pence — 1 Fr. 50 Cent- 



The „Entomologists Record" 

and Journal of Variation. 

Publié par J. W. TUTT, F. E. S. 
ABONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 

— FRANCO — 

Cette Reviie Scientifique mensuelle contient des articles 
j'un intérêt général pour les Lépidoptéristes de tous les 
pays et est illustrée de nombreuses planches en chromoli- 
thographie. 

Le montant de ra!)onnement doit être adressé à 

Mr. A. J. Hodges, 2 Higbury Place, London N. 

THE 

BRITISH NATURALIST 

REVUE ILLUSTRÉE D'HISTOIRE NATURELLE 

surtout d'Entomologie et de Conchyliologie 

DIIUiiÉK l'AU JOHN F-.noilSON, F. K. S. 

Hartlepool, Angleterre 
avec la collaboration de nombreux spécialistes. 

ABONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 
John E. ROBSON,HARTLEPOOL, Angleterre. 

Rivista italiana di scienze naturali. 

lie année. 189 i. 

Journal bi-inrnsueL Abonnement 5 ,/r. 
Contenant des mémoires illustrés et l'annonce de tous 
les travaux italiens sur l'histoire naturelle. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



M. CROISSANDEAU 

rue du Bourdon-blanc, 15, 

Orléans, 

désirt acquérir par voie d'échange ou 
contre argent toutes les espèces de Psé- 
laphidae, Scydmenidae, Paussidœ 
et Clavigeridae du globe qui peuvent 
l'intéresser, déterminés ou non. 

Il y a des doubles de plus de 5000 es- 
pèces Gallo-Rhénanes et Corses à la dis- 
position des entomologistes qui veulent 
entrer en relations d'échanges. 

On achète ou on échange 

contre des insectes les timbres de Fran- 
ce de 1848 à l'effigie de la République 
(en particulier le timbre de 1 fran c ), 
ceux de la Présidence et de l'Empire 
1852-1870) à l'effigie de Napoléon TU et 
ceux de 1870-71, République, non den- 
telés. 
S'adresser au Bureau du Journal 



No 7. — Yot,. II. 



211'= Année — II Jahrgang. 



1 jiiillot 1894. 





Miscellanea 

molos^ica 




Organe international 

contenant les demandes d'échange, d'achat et de vente de collections 

livres ou objets d'histoire naturelle. 

Anzeiger von Tausch, Kauf und Verkauf für internaiionafe Enfonnologen. 

Entomologlst's international Advertiser for eyc^^an-i-e, purcliane aud sale. 



Direction eî Hédacîion 

E. BARTHE, à Narbomie, Aude, (Franco). 

Avec la collaboration de naturalistes de tons les pays. 
Mit JJit\Yirkiuig interna! ionaier Entomologen. 




iùy^^f 



Les " MisceHanea Entomologica " paraissent le l«' de chaque mois, 
•abonnement annuel : Union postale, fr. 5. 
Die " Miscellanea Entomologica " ersclieint am 1. jeden Monats. 
Jährliche Subscription : 4 Mk. — Annual subscription : 4 sh. 



Comité d'études — Studien -Ausschuss 

MM. Argod- Vallon, à Crest (Drôme). Longicornes et coléoptères cavernicoles du globe. 
A. Finot, 27, rue St. Honoré, Fontainebleau. Ortlioptères du globe. 

F. Ancey, St. Loup, 138, Marseille. Coléoplèros on général. 

H. Gouin, 99, cours d'Alsace-Lorraine, Bordeaux. Coccinellides de France. 

R. Martin, au Blanc, (Indre). Odonalfs du globe. ÎNévroptèrcs d'Europe. 

D' M. Régimbart, à Evreux (Eure). Dyliscidos et Gyrinides du globe. 

R. P. Belon, rue du Plat, 18, Lyon. Latlukliens. 

E. Barthe, Cette, (Hérault). Coléoptères de la Guyane française. Apiculture. 

M. Pic, à Digoin, (Saône et Loire), Longicoinos d'Europe et circa et Anthicides du globe. 

J. Croissandeau. rue du Bourdon-Blanc, 15, Orléans. Scydménides, Paussides, Pséla- 

piiides et Clavigéi'ides du globe. 
Dr Chobaut, 4, rue Dorée, Avignon. MordcUides, Anthicides. Pédilides, Rhipiphoridcs, 

Vésioants et Œdéniérides de la faune paléarcti(iuo. 
A. Janet, 104, boul. Saint-Louis, Toulon-Mourillon. Rhopalocères du globe. 
D' A. Sicard, à Tebourzouk, Tunisie. Coccinellides du globe. 
D'' L. Vitrac, aux Trois-Rivières, Guadeloupe. Entomologie des Antilles. 
E. André, 17, rue des Promenades, à Gray, (H'« Saône). Fornilcides du globe et Mutilli- 

des de la région européo-niédilerranéenno. 
M. Vauloger de Beaupré, lieutenant au 144'^ de ligne, Blaye, (Gironde). Ciciudélides 

et Clji'ysoniélides d'Europe et circa. 
A. F. Nonfried, Rakonitz, Bohemia, Autriche. Lucanides, Célonides, Mélolonthides 

Rutélides, Dynastides, Buprestides et Céranibycides du globe. 
A. Théry, St-Charles, par Philippeville, Algérie. Buprestides du globe et Longicornes 

d'Europe, 
l'abbé A. Carret, aumônier aux Chartreux, Lyon. Carabides d'Europe et en particulier 

genres Harpalus, Plerostichus et Aniara. 
A. L. Montandon, Strada viilor filarete, Bucarest, Roumanie. Hémiptères Hétéroptè- 

res. 

G. Gribodo, Via Maria Vittoria, 19, Torino, Italie. Vespidrc et Mellifera da globe. 

D' C. Schaufuss, Directeur du Museum Lud-wig Salvator à Meissen, Saxe. Scolytides 

Platypides et Scydniénides exotiques. 
Dr Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, Wien, I/l, Autriche. Cassidides du globe. 
E. Simon, 16, Villa Sa'id, Avenue du Bois de Boulogne 56, Paris. Arachnides du 

globe. 
H. Fruhstorfer, Berlin N, Gartenstrasse 152. Rhopalocères de la région Indo-austra- 
lienne. 
D' Franz Spaeth-, Kohlmessergasse, 3, Wien I / 1. Cassidides du globe. 
G. de Bony, rue Vaneau, 36, Paris. Genre Ciciudela (Europe et confins), Carabides vrais 

(européens et exotiques), spécialement genre Nebria. 
E. Abeille de Perrin, rue de la bibliothèque 24, Marseille. Buprestides, Malachides 

et Cisides paléarctiques. 
E. Fleutiaux, 1, rue Malus, Paris. Cicindélides, Élatérides du globe. 
D' A. Puton, à Remiremont, Vosges. Hémiptères Hétéroplères paléarctiques. 
H. Caillol, avocat, rue Traverse du Chapitre, 18, Marseille. Cryptophagides, Mylabri- 

des (Brucliides) et Uromides paléarctiques. 
H. Nicolas, rue Velouterie 9, Avignon. Biologie des Hyménoptères. 
C. Houlbert, professeur au Collège de Dieppe. Larves de Coléoptères, Orthoptères et 

Névroptères. 
Dr E. Candèze, à Glain- lès -Liège, Belgique. Elatérides du globe. 
Ch. Bruyant, rue Gaultier de Biauzat, 26, Clermont-Ferrand. Faune entoraologique 

des eaux, spécialement Hydrocorises. 

E. Ragonot, 12, quai de la Râpée, Paris. Microlépidop'.éres d'Europe ; Pyralites, Crani- 

bites et Phycites du globe. 

J. Vachal, à Argentat, (Corrèze). Hymeaoptera aculeata de la région circa méditerra- 
néenne et d'Afrique ; llalictus et Prosopis de l'ancien monde. 

H. Léveillé, rue de Flore 104, Le Mans (Sarthe). Botanique en général. 

F. Silvestri, à Bevagna, Umbria, Italie. Myriopodes du globe. 

(Voir la suite à la page 3 de la coucerturc. 



^\StaV.M«E» ENTOMOioc/f^ 



NUNTIUS ENTOMOLOGICUSiINTERNATIONALIS 

No. 7, Vol. II. Édition Française 1 Juillet 1894 

RAPPORTS NATURELS ET PHYLOGÉNIE 

DES 

PRINCIPALES FAMILLES DE COLÉOPTÈRES 

Par CONSTANT HOULBERT 

( Suite ) 



§ 2. — C ARABIQUES K 
1" Cicindélides. 

i. — Cette série n'est que la suite naturelle de la précédente; le caractère brévipenne 
reparaît dans un nombre considérable d'espèces, et, comme nous l'avons vu précédemment, 
au lieu de considérer les Staphylinides comme des Carabiques dégradés, c'est au contraire 
ceux-ci qu'on doit considérer comme des brévipennes perfectionnés. 

Qu'est-ce en somme que nos Brachines, sinon de véritables brévipennes? Ce sont aussi 
les seuls, dans le groupe des Carnassiers de Latreille, dont l'abdomen soit composé de 
sept segments, et nous savons qu'il en est de même dans la grande majorité des Staphylini- 
des; ils apparaissent donc comme les moins différenciés des Carabiques. 

Un fait important est encore à noter ici^ c'est qu'à la tribu des Ozénides ^ si voisine 
des Brachinides, touchent encore plusieurs autres qui ne sont pas moins remarquables 
par les types aberrants qu'elles contiennent : tels sont, par exemple, les Péricalides ^, 
qui renferment le curieux Morinolyce et les Siagonides « qui possèdent une structure 
exceptionnelle et des caractères empruntés à un grand nombre d'autres groupes « notam- 
ment aux Galéritides; les Ozénides eux-mêmes, d'après MM. Klug et Mannerheim, se rat- 
tachent aux véritables troncatipennes par le genre Graphipterus. 

Enfin une remarque de M. Packard * va nous mettre encore plus directement sur la voie 
des premières liaisons jusqu'auxquelles nous croyons pouvoir faire remonter les Carabitjues: 

1. Pour être juste envers tous ceux qui ont abordé l'étude systématique des Carabiques, je 
dois citer ici les remarquables travaux de M. le docteur G. Horn, publiés dans les Transuctions de 
la Société américaine d'Entomoloyie, 18S1, et ceux de M. Kolke, i, Nahirliches System der caniiooren 
Coleoptera, publié dans la Deutsche Ent. Zeit,, 1880. 

2. Malgré la forme de leurs élytres, MM. Perty et Brullé n'ont pas hésité à les placer à côté des 
Ti'oncatipennes. 

3. Pour ne pas compliquer ces questions de parenté, je néglige ici la tribu des Pseudomor- 
pMdes, composée de Troncatipennes alliés de très près aux Ozénides. 

4. A -S. Packard. — Ori(jin of tfie Coleoptera, Third Report of the United States Entomological 
Commission, 1SS3, p. 302. 



— 70 — 

« It appears then, dit le savant entomologiste américain, ihaf tkc Epicaufa triiin- 
(( fjulin closelfj rcäscniblcs a Carabid larva, thc head, antennœ, and moath-parta 
u as well as thc legs and form of thc body in gênerai, bcing on thc priniitice 
« Carabid type soincwhat like Casnonia, Galcrita and Harpalas. » 

De fait, si en deiiors des Cicindélides on considère les tribus établies aux dépens de 
de la famille des Carabiques, il en est plus de la moitié qni renferment quelque forme 
troucalipennc et la seule diUiculté systématique, porte par conséquent sur la place qu'il 
faut assigner aux Simplicipédes et aux Scaritides, puisque tous les auteurs sont d'accord 
pour rapprocher les Patellimanes des Féroniens et des Harpaliens. 

Pour nous, nous prendrons comme point de départ le groupe des Troncatipennes, 
car c'est là que nous trouvons le point d'attache des principales tribus de Carabiques. 
Toutefois il ne faudrait pas, comme le dit Lacordaire, s'attendre à établir une série liné- 
aire continue; les choses se passent, en réalité, comme si chaque groupe de troncati- 
pennes avait donné naissance aux divers groupes de Carabiques, de sorte que, ce que 
nous i)ouvons constater, ce sont des points de contact très nombreux, cha(|ue groupe 
s'étant ensuite développé parallèlement à son voisin. 

^ous reconnaissons trois faciès fondamentaux qui correspondent aux trois grandes 
divisions adoptées par tous les naturalistes modernes : les Cicindélides, les Carabides et 
les Dytiscides, ce dernier comprenant tous les Carabiques adaptés à la vie aquatique. Tous 
les genres vont se grouper autour de ces trois types, car il existe des intermédiaires 
tellement nombreux, ([u'il est impossible de tracer la limite entre les Cicindélides et les 
Carabiques, pas plus qu'entre ces derniers et les Dytiscides. 

II. — La liliation qni me parait la plus simple est celle qui semble avoir donné nais- 
sance au faciès ciciudélien. 

En eilet, si nous considérons dans les Troncatipennes, la curieuse tribu des Helluoni- 
des, nous trouvons un certain nombre d'espèces très remarquables qui, aux caractères 
propres qui les distinguent génériquement, en joignent d'autres qui les rapprochent, d'un 
côté des Galéritides, de l'autre des Odacanthides. A leur tour, ceux-ci sont proches pa- 
rents des Trigonodactylides, dans lesquels se trouvent déjà des formes cicindélienues par 
leurs mâchoires pourvues d'un crochet articulé ', tel par exemple, le genre Ilexagonia, 
composé dinsectes très rares provenant de l'Asie méridionale et dont on ne connaît en- 
core que trois espèces décrites par MM. Kirby et Schmidl-Gœbel. De même que ces der- 
nières formes paraissent se rattacher aux Cicindélides vrais, de même aussi les Cténosto- 
mides paraissent dériver directement des Odacanthides et, en effet, leur forme générale 
et leur structure sont assez différentes de celles des autres Cicindélides. 

On peut constater très facilement que, à partir des Helluonidcs, le faciès brévipenne 
disparaît petit à petit, et, bien que rentrant dans la division troncatipenne, les Trigo- 
nodactylides ont déjà les élytres allongées et arrondies aux extrémités; enlin, quand 
nous passons aux CoUyrides et aux Cténostomides, il ne reste plus guère du faciès 
l)racliinien que l'étroitesse du corselet et la forme rectangulaire des élytres. 

La larve la mieux connue de tous ces groupes est celle du Galcrita Lccontei, que 
M. Salle a fait connaître vers 1850 2. Ses formes sont les plus singulières que l'on con- 
naisse jusipi'ici parmi les Carabiques. Son corps est allongé, écailleux et garni de 
poils espacés ; sa tête porte, en avant, une longue corne fourchue à son extrémité ; l'ab- 
domen est rétréci en arrière et son dernier segment porte deux longs stylets, entre 
lesquels fait saillie le tube anal; elle est donc nettement campodéiforme, et c'est avec 
raison que M. Packard la compare au triungulin des Epicauta. 

Sauf dans le genre Cicindela, les autres larves de ces diverses tribus sont peu ou 
pas connues; chez le Cicindela ra/npestris (Fig. 9, a), le corps se compose de 15 seg- 
ments, légèrement atténués en arrière ; la tète possède des antennes de i articles et porte 
de chaque côté 4 à ocelles. Tout le monde sait ([ue ces larves creusent dans le sol 
des trous cylindri(iues verticaux, à l'entrée desquels elles se tiennent en embuscade, et 

1. Oa sait qu'on avait donné ce caractère commo exclusivement propre à la famille des 
(Jiciadélides ; il n'en est rien, ce crochet manque dans beaucoup de genres, par exemple chez 
les Psihcera, Procephalus, Ctenostoma, etc. 

2. 8allé. — A.nn. de la Soc. entomol. de Ft. Série 2, YII, p. 29S, pi. S. 



— 77 — 



dont elles bouchent l'ouverture avec la tète ; le cinquième segment de leur abdomen est 
garni de deux crochets qui leur servent à se cramponner aux parois de leur trou et « mal- 
heur à l'insecte qui passe sur cette bascule perfide, dit M. Maurice Girard ; elle cède sous 
lui ; il est précipité au fond du puits meurtrier où la Cicindèle se gorge de son sang ' ». 
Nous croyons donc pouvoir établir ainsi la filiation des Cicindélides (Fig. 9, b). 

SOUCHE TRONCATIPENNE. 

Helluonides. 



Galéritides. 



Dendrocellides. 

Galéritides proprement dits ^. 



Carabides. 



Odacanthides, 
Ctenodactylides. 



j Trigonodactylides. 



Hexagonia. 



Cicindélides. 



Gténostomides. 
(Cicindélides privés de cro- 
chets articulés et possédant 
le faciès des Odacanthides.) 



! Collyrides. 
] Cicindélides. 
■j Mégacéphalides.Fig. 10, c 
f Manticorides. 
(Ce dernier groupe étant certaine- 
ment le plus différencié.) 

§ 5. — CARABIDES. 
a. — Faciès féronien. 

Un deuxième embranchement, qui vient encore se greffer sur le noyau troncatipenne, 
est le groupe immense qui possède le faciès plus ou moins variable auquel je donne le 
nom àe faciès féronien. 

On est obligé de faire rentrer dans ce groupe les Carabides proprement dits, les Patel- 
limanes et les Subulipalpes de Latreille, dans lesquels peuvent cependant encore se dé- 
velopper des faciès secondaires tels que ceux qui sont particuliers aux Carabides, aux 
Scaritides, etc. 

L'évolution phylogénique des espèces, dont l'ensemble constitue le type féronien, 
semble encore s'être faite à partir des Helluo-Galéritides. 

En effet, considérons en premier lieu les Anchoinênides ; un certain nombre d'entre 
eux, par leurs habitudes, par la structure de leurs tarses et par la troncature de leurs 
élytres, sont de véritables troncatipennes, tels sont, par exemple, les Ontjptcrygia, cu- 
rieux insectes du Mexique dont on connaît seulement 3 espèces, qui toutes, en possédant 
plusieurs caractères des Galéritides, annoncent déjà d'une façon très nette le faciès géné- 
ral des Féronides. 

L'exemple des OnijpteryQia n'est pas le seul qu'on puisse invoquer et nous trouvons 
encore dans cette tribu les Stcnocne/nus et les Discolus qui nous conduisent aux 
Anchoménides vrais. 

La ressemblance entre les deux groupes qui nous occupent, ne se borne pas seulement 
aux caractères morphologiques, elle se retrouve encore dans les habitudes des Insectes 
parfaits; l'on sait, en effet, que les débutants confondent souvent les Anchomcnes avec 
les Brachines, et que s'ils possèdent le faciès de ces derniers, ils en ont aussi les 
habitudes grégaires. 

1. M. Girard. ~ Les Métamorphoses des Insectes, p. 45. — Paris, Hachette, 1874. 

2. Dans ce groupe, le genre Trigonognathus est voisin des Mégacéphalides par la forme de ses 
dalpes. 



— 78 — 

Si nous examiuons mainteuant les nombreuses formes qui jalonnent, pour ainsi 
(lire, la distance des Troncatipennes (Brachinides) aux Féronides, nous voyons 
que le passage à cette dernière tribu est préparé par le groupe instructif d'insectes, 
auxquels Lacordaire a imposé le nom de Paeudo-Féronides. Tous ont une certaine ana- 
logie avec les Troncatipennes, desquels M. Schmidl-Gœbel ne les a meine jamais séparés; 
il me suffira de citer le Caphora huinilis de Birmanie et VyEpJmidius adelioides de 
Java. Ce dernier insecte est extrêmement voisin des Masorens, qui eux-mêmes font pas- 
ser aux Féronides proprement dits par les Abacetiis et les Trujonotoina. 

Je n'ai pas, il s'en faut beaucoup, indiqué tous les cas où la parenté des Troncatipennes 
s'est le plus nettement accusée ; je me suis borné aux cas les plus intéressants, à ceux ([ue 
personne ne contestera. 

Voici donc la liliation présumée des Féronides. 

SOUCHE TRONCATIPENNE. 

Helluo-Galéritides. 
Anchoménides. 

Pseudo-Féronides. 



Abaceius. Tvigonoioinu . 

Féronides. 
b. Facies scaritieii'^. 

Le troisième groupe naturel, qu'on peut encore suivre à partir des Troncatipennes est 
le groupe des Scaritides, car si l'on part des Anthiades, dont la stucture est si voisine de 
celle des Helluonides, à côté des Pacht/morpha et des Tcrniophila, dont le prothorax 
est déjà légèrement pédoncule, nous trouvons les Melanins et les Carteruä (Ditomides), 
qui établissent le passage aux Siagonides, et enlin les Apotoinus qui ne se distinguent 
en rien des Clicina. 

Les Siagonides eux-mêmes — bien (jue plus voisins des véritables Scaritides — n'ont 
pas perdu tous leurs rapports de parenté avec les Procarabicjues, puisque la structure de 
leur lèvre et de leurs antennes est la même que cliez les Galéritides et les Ozéuides. 

Il existe même, dans la nombreuse tribu des FiTonieus de Bejean un certain nombre 
de genres où le faciès scaritien ne disparaît jamais complètement, je veux parler des Sto- 
mides, sur la place desquels Lacordaire se dit très incertain, et ensuite des Cnémacanthi- 
des. La première de ces tribus possède des genres (jui conservent le faciès féronien, et 
d'autres où le faciès scaritien est de plus en plus en plus prononcé. Dans la seconde, tous 
les genres sans exception, possèdent un tliorax plus ou moins pédoncule. Il faut voir dans 
ce fait une alliance probai)le entre les Féronides et les Scaritides, et je placerais volon- 
tiers ces deux tril)us aberrantes — que Lacordaire range à la suite des Licinides — au voi- 
sinage des Anthiades et des Ditomides. 

Nous aurions ainsi une série parfaitement ordonnée, depuis les llelhiouidcs iiis(iiian\ 
Scaritides les plus parfaits (Fig. 9, f). 



1. M. de Castelnau, qui a établi ce genre, l'a placé parmi les Moiionides qui t^oni, vomiua on le 
sait, fort voisins dos Helluonides. 

2. Ce fioies est dû principalement, chez les Coléoptères, oii il so développe, au pédoncule 
inésothorarique et à la forme globuleuse ou cordii'ormc du prothorax. 



— 79 — 
Souche troncatipenne. 

Helluonides . 

Anthiades. 

Ditomides. — Siagonides. 

Stomides. 

Cnémacanthides. 

Scaritides. 

c. — Faciès carabien. 

Le quatrième groupe, qui me semble encore prendre son origine dans le noyau tron- 
catipenne, est celui qui aboutit aux Carabides, c'est l'un des groupes les plus nombreux 
et dont les affinités sont les plus variées (Fig. 9, e). 

Si nous partons des Brachinides ou plutôt des Lébiides qui forment deux groupes 
très voisins, nous trouvons le genre Cyinindis et surtout le genre Hoinethes, dont les 
caractères sont si vagues et les affinités si multiples, que tous les auteurs sont restés dans 
l'indécision relativement à la place qu'il convient de leur attribuer. La formule morpho- 
logique des Hoinethes est absolument celle des Péricalides, autre tribu de Troncatipennes 
dont les affinités sont également multiples, et qui possède les plus grandes analogies avec 
les Lébiides dont nous venons de parler. 

Les Péricalides nous conduisent tout naturellement aux Anisodactylides, par le genre 
Orthogoims qne Dejean avait placé près des Cymindis, à la suite des Captodera. Quand 
on compare les caractères des O'^thogonus, des Piosinia et des Aiiisodactylus, on 
trouve qu'ils établissent en même temps une transition naturelle vers les Harpalides par 
l'intermédiaire des Cratocérides {Daptii'^, Cratocerus) '. 

Bien que les larves des LébiiiJes n'aient pas encore été observées, du moins à ma 
connaissance, on sait que les Harpalides en présentent qui paraissent des plus primitives 
dans la grande famille des Carabides 2. 

A côté de cette tribu des Harpalides, nous trouvons les Licinides, établissant sans 
difficulté le passage vers les Ghlœnides; ensuite la ressemblance de ceux-ci avec les 
Panagéides est tellement évidente qu'elle a été reconnue par tous les auteurs. 

Des Panagéides aux Pamborides, l'intervalle est comblé par les Cychrides, et les 
Pamborides eux-mêmes sont assez voisins des Carabides pour que leur parenté avec ce 
groupe soit admise sans difficulté. 

Nous avons donc encore, à partir des Troncatipennes, une série assez homogène, 
incomplète sans doute, mais que des recherches approfondies permettront certainement un 
jour de mieux délimiter. 

Souche troncatipenne. 

Lébiides. — Péricalides. 

Orlfiogonus. 
Anisodactylides. 
Cratocérides. 

Amblyç/nal/tus. 
Harpalides. 

Licinides. — Chlœnides. 
Panagéides. 

Cychrides. — Pamborides. 
Carabides. (Fig. 9 e.) 

1. L. Casey. — Contributions lo tlie descriptive and systematic Coleopterology of North- America. 
Philadelphie, 1884. Part. I, p. 9. 

2. A.-S. Packard. — The systematic position of the Orthoptera in relation to the other orders of 
Insects. — Third Rep. of the U. S. Ent. Comm., 1883, p. 302. 



— 80 — 
d. — Faciès bcmhidicn. 

Pour terminer rélude du faciès carabique considéré dans son ensemble, nous exami- 
nerons encore un dernier ijroupe, celui-là peu étendu, mais dont la lilialion nous a paru 
très claire : c'est le AactV.s bemhi'Ucn. 

Pour trouver quelques-uns des jalons de sa généalogie, il nous suffira de remonter 
aux Anchono léri'les , parmi les(iuels se trouvent plusieurs types troucatipenncs très 
prononcés. Nous pouvons, eu premier lieu, citer les genres Ega et Lasiocera, placés 
autrefois par Dejean et par SoUer à la suite des Casn onia,ce qui indique certains rapports 
avec la famille des Odacanthides, puis les Tachi/ pus, qui établissent le passage direct 
de la famille des Ancliouodérides à celle des Bembiides (Fig. 9, d). 

Ce groupement pourra donc s'exprimer très simplement par le tableau suivant : 

Souche troncatipenne. 

Odacanthides. 

ï 

Lasiocera- 
Anclionodérides. 



Laclinop/iorus. 



I 



Tacliypus. 

Bembiides. 

J'aurais pu étendre davantage ces considérations et les justifier par des exemples très 
nombreux, mais il sera facile, à ceux qui s'intéressent à ces questions, de compléter les 
points que je n'ai pu qu'effleurer. 

Dans la plupart des groupes que je viens de passer en revue, les larves ne sont pas 
connues, et j'ai dû presque toujours avoir recours à l'ensemble des caractères fournis 
par la morphologie externe des adultes. 

Je ne veux pas dire que ces groupements linéaires soient l'expression absolue de ce 
qui s'est passé dan;? la nature; j'ai simplement voulu exprimer comment je comprends les 
groupes secondaires qui semblent s'être formés aux dépens du centre carabique. Je répète 
que ceci n'est ([u'un essai; beaucoup do naturalistes pourront ne pas l'adopter dans les 
détails, il nous suflira (|u'ils en approuvent le plan et les grandes lignes; libre ensuite à 
chacun de chercher un arrangement meilleur (|ue celui que je propose. 

Quel qu'il soit cei)endanl, cet arrangement ne saurait reposer sur des faits plus précis 
ni plus nettement établis, et je tiens à dire que, dans tout ce qui précède, j'ai pris soin 
de ne jamais m'en tenir à ma seule opinion personnelle. Toutes mes appréciations sont 
appuyées des plus fortes autorités entomologi([ues, auxquelles j'ai eu constamment recours, 
et, certes, en tête de ces autorités, personne ne s'étonnera de me voir placer Lacordaire 
et le Dr Schaum i. 

§ 4, — DYTISCIDES. 

On sait que les Dytiscides ne sont en réalité autre chose que des Carabiques organisés 
pour la vie acjualique; cette opinion n'est pas contestée que je sache, elle demande seule- 
ment à être précisée. 

Je vais donc essayer de montrer comment ces insectes sont sortis, eux aussi, du noyau 
troncatipenne, et comment leur évolution s'est efTectuée ensuite parallèlement à celle des 

1. Schaum. — Das System der Carabicinen, Berlin. Entoin. Zeitschr. IV, p. 161-179. 



— 81 — 

Carabiques, ce qui donne la clé de leur organisation et explique en même temps leurs 
nombreuses relations de parenté avec ce dernier groupe. 

La vie aquatique imprime, à tous les Coléoptères qui s'y sont adaptés, un faciès parti- 
culier, toujours très reconnaissable et qui n'est point spécial aux Dytiscides; nous le 
retrouverons dans toute une grande section des Clavicornes auxquels on a donné le nom 
d'IIydrophilides. Ce fait a induit en erreur un grand nombre d'auteurs, qui ont cru voir 
dans ces derniers des proches parents des Dytiscides, tandis qu'ils s'en éloignent, comme 
nous le verrous, autant par leurs caractères propres que par renseml)le de leurs méta- 
morphoses . 

Si nous remontons, parmi les Carabiques les plus aberrants et les plus nettement 
troncatipennes, jusqu'à la tribu des Pseiulo/iwrphides, nous trouvons là, de l'avis de 
tous les entomologistes, un groupe d'Insectes pour lesquels il est fort difficile de décider 
s'ils appartiennent aux Carabiques ou aux Hydrocanthares, à tel point que les natura- 




FiG. 10. — a. Laive de VAinphlzoa LecmiUi Ilubb. — b. Amphizoa Lecontei Hubb. Insecte parfait. 
(Insect Life. N» 1. Vol. V). - c. Larve du Dytiscua marçiinaiis L. — e, le même, insecte parfait. — 
d. I/aliptus elevatus Panz. — ï. Omophron limbatum Fabr. 

listes anglais, qui les ont décrits les premiers, s'y sont presque tous trompés K Ce groupe 
est fort localisé, et toutes les espèces appartiennent à l'Amérique ou à l'Australie 2. 

A partir des l'seudomorphides, l'évolution du groupe semble s'être effectuée par les 
PscmloDiorpha et les SphaUoinorpha. On arrive ainsi aux Dytiscides par l'intermédiaire 
de certains Cratocérides et par les Omophron (Fig. 10. f). Nous trouvons en effet le genre 
Cyelosonins, dont les espèces sont tellement voisines des Omophron que BruUé n'avait 
pas hésité à les placer dans ce genre » ; on ne connaît malheureusement encore que trois 
espèces appartenant aux pays tropicaux. 

1. Westwood. — Exemples empruntés à ta classe des Insecles des rapports désignes ordinairement 
Sous le nom d'affinités. 

2. On signale généralement la ressemblance très étroite qui semble exister entre ces insectes, les 
Ips, et les Peltis; d'après moi, ce n'est là qu'une simple analogie ; les affinités de ces deux derniers 
genres sont plutôt pour le faciès hydrophilien, car ce sont de véritables clavicornes, 

3. BruUé. — Histoire naturelle des Insectes. Tome V, p. 139, 



— 82 — 

Je n'ai évidemment pas besoin d'insister sur les uflluités plus qu'étroites qui u.iis;c!it 
les Otnophron aux Dytiscides ; leur vie tout entière, qui se passe exclusivement au bord 
des eaux, est un aclieminement vers l'existence véritablement aquatique que nous trouve- 
rons plus accentuée encore chez les Amphi:ohles et les HalipUdcs (Fig. 10, a, b, d). 

La larve des Otnophron est très instruclive ; voici les caractères que lui assigne 
Desmaresl». Son corps est relativement court et fortement rétréci en arrière; sa tète est 
large, échancrée en avant et armée de longues et robustes mandibules; le dernier seg- 
ment abdominal est muni de deux courts appendices liliformes, tri-articulés. 

Tous ces caractères sont également ceux des Dytiscides, mais la larve de VOmophron 
a conservé un dernier trait de parenté avec les larves des Hrévipennes, elle relève, quand 
on l'inquiète, l'extrémité de son abdomen à la façon des Stapliylins. 

Nous voyons que, dans les cas où elles sont connues, les larves viennent confirmer notre 
manière de voir relativement à l'origine troncali[»enne de tous les Carnassiers de Latreille, 
soit terrestres, soit aquatiques. 

Si nous intercalons maintenant les Amphizoides et les Haliplides, entre les Omophro- 
nides et les véritables Dytiscides, nous aurons établi, autant que le permettent nos con- 
naissances actuelles sur les Coléoptères, la filiation probable des principaux groupes 
d'Ilydrocantliares. 

La famille des Amphizoides a été établie sur un seul insecte excessivement curieux» 
découvert en 1855 dans la vallée du Sacramento {Ainphi^oa lasolens)"-. Une seconde 
espèce, A. Lcconfci, a été récemment trouvée avec sa larve, en nombre considérable, 
par MM. Schwarz et Ilubbard dans les ruisseaux des montagnes de l'IUah 2, 

D'après M. llubl)ard, la larve de l'Ainph(::oa Lecontei est ovale et a pattes courtes: 
sa couleur est brune et sa face su|)érieure est fortement chitinisée. Une carapace dorsale 
s'étend sur les côtés, en formant des lobes latéraux ({ui diminuent progressivement de 
largeur et finissent par deux pointes allongées sur le dernier segment abdominal. Les 
antennes sont courtes et tri-articulées; la cavité buccale est grande et adaptée à la mas- 
tication. La lèvre inférieure est transversale et proéminente, mais sans languette ; elle 
porte des palpes très courts bi-arliculés. L'abdomen est formé de huit segments et se 
termine par deux appendices divergents qui servent à la respiration (Fig. 10, a). 

La larve, de môme (jue l'Insecte parfait, vit dans les eaux claires et peu profondes, 
sous les pierres partiellement inondées. Dans le City Canyon et dans l'Utah, MM. Schwarz 
et Ilubbard trouvèrent les adultes cramponnés à des bâtons flottants et à des chatons de 
saules accumulés dans les remous. Quand 01 essayait de les saisir, ils se laissaient couler 
dans l'eau, sans faire aucun mouvement et les pattes étendues 3. 

Par tous ces caractères, la larve des Aniphicoa se place entre les Carabides et les 
Dytiscides; c'est, avec le Pelobius, le représentant d'un ancien type, actuellement isolé 
par l'extinction des formes environnantes. 

Les HuUpUdes comprennent deux genres, CneniiAotus et Haliplus (Fig. 10, d). chez 
lesquels le faciès dytiscien se déunit plus nettement encore que chez les Anq)hizoides ; 
enfin chez les Pélohiides, et surtout chez les llydroporides. (|ui sont des « DijtL^cides 
norinauK », l'adaptation est complète et définitive (Fig. 10, e). 

Je dis complète et définitive, parce que les Haliplides ne vivent pas forcément dans 
l'eau, bien que colle-ci soit leur élément naturel ; ils grimpent souvent sur les plantes du 
rivage, où ils se réunissent en sociétés nombreuses. Les liabitudes aquatitpies sont encore 
moins prononcées chez les Omophron, puisque ceux-ci .se tiennent généralement dans le 
sable au bord des eaux; quant aux Cyrlosonuis, je n'ai pu me renseigner sur leurs liabi- 
tudes; je les crois terrestres. 

En même temps (pi'on suit la filiation de ce groupe remarquable à tant d'égards, on 
voit les hal)itudes aquatiques devenir de plus en plus générales, et le faciès dytiscien 
s'accentuer parallèlement. Par conséquent, les nombreuses ressemblances qui ont été 
signalées entre les Dytiscides et les Carabiques, s'expliquent naturellement, si l'on admet, 
comme nous, l'origine troncatipenne des Dytiscides. 

i. Desmarest. — Bulletin des sciences nat., III, pi. 24, lig. 1. 

2. Le Conte. — Proceedings of Ute Acad. of Philad., 1853, p. 227. 

3. H.-G. Hubbard. — Noies on t/ie Larva of Ampliizoa. Insect Life, vol. V, n» 1. p. 10, 1802. 

4. Voir C. Iloulbert, traduction de cette intéressante Xole dans Le .XaUiralistc du I" janvier 1S94. 



- 83 — 

Les larves des Dytiscides sont bien connues; elles ont, cela se conçoit, de nombreuses 
analogies avec celles des Carabiques. Elles eu dilTèrent principalement par leur caractère 
campodéiforme plus accentué, par leur corps plus allongé et plus fortement attéoué en 
arrière (Fig. 10, c) ; leur dernier segment abdominal est complètement corné et porte 
deux appendices filiformes, mobiles ; le noml>re des segments est de huit, comme chez les 
Amphyzoides. La léte est forte et porte six ocelles; les mandibules sont creuses et percées 
d'une petite ouverture prés de leur extrémité. Ces larves sont fort agiles et d'une voracité 
extrême; pour se transformer en nymphes, elles quittent l'eau et s'enfoncent dans la vase 
humide. 

Voici, d'après moi, la filiation probable des Hydrocantbares : 

Souche troncatipenne. 
Pseudomorphides. 



Pseudoniorp/ia. Adelotopus. 

Sphalloinorpha. 1 



ï 



Cratocérides. Gyrinides, 

Cyclosuinus. 



Omophronides. 



Amphizoides. 
Ilaliplides. 

Dytiscides. (Fig. H, c) 

(A suicre). 
>H 



Communications - Questions - Observations biologiques - Notes de chasse. 

Mœurs et habitats peu connus de quelques coléoptères. — Toutes les espèces 
de coléoptères ne sont pas aussi nombreuses en sujets les unes que les autres, c'est 
évident : ainsi Melolontha cutijctris a plus de représentants que Lucanas (Platycerus) 
cercus. Mais il est certain aussi que beaucoup d'espèces réputées très rares ou simple- 
ment rares, le sont en réalité bien moins que cela parait : Silo(ruj)Cä cpistomaliä cité 
dans le journal par ÎI. Croissandeau en est une preuve. 

Le manque de connaissances précises sur les mœurs et l'habitat de ces espèces est le 
motif qui, le plus souvent, empêche les entomologistes de les capturer plus fréquemment. 
Il est donc de Fintérèt des collections et de la science de faire connaître les observations 
qu'on a pu recueillir sur ces points. 

Dans l'espoir que d'autres collègues m'imiteront, je vais donner dans différents articles 
quelques unes des observations que j'ai faites sur les coléoptères de ma région. Pour 
apprécier la rareté réelle ou apparente des coléoptères dont je parlerai, je donnerai d'abord 
l'avis du catalogue raisonné des coléoptères de Saône-et-Loire (mon département), rédigé 
par M. Fauconnet, l'auteur bien connu des tableaux analytiques; puis, je dirai ce qu'il en 
est véritablement d'après mes recherches. 

Un article ayant été annoncé sur le Qncdius (Vclleius) dilafatus Fabr., je parlerai 
aujourd'hui de son habitat précis, des époques où il faut chasser l'insecte à l'état d'adulte 
et de larve, j'indiquerai la manière d'élever cette dernière et je terminerai en exposant 
un nouveau procédé de chasse qui n'a pas la prétention d'être parfait, mais qui comble 
néaniiloins les desiderata de beaucoup d'autres. 

Les représentants de l'espèce V. dilatatus ne sont ni abondants ni très rares dans la 
nature; leur qualificatif est : rare. Cependant la plupart des catalogues, y compris celui 
de S.-et-L., les citent comme de grandes raretés. De fait, bien peu de collections les 
possèdent en nombre; cela tient à deux causes: i» le manque de connaissances précises 
sur l'habitat; 2» le danger qu'il faut affronter pour capturer l'insecte. 



— 84 — 

§ 1" Habitat. — LeVcllcitis dilatatus vil en parasite liaus les nids de frelons (Wsp« 
crabro); mais tous n'ea contiennent pas. La plupart des coléoptéristes savent cela, mais 
ce que beaucoup ignorent, c'est le discernement des nids favorables aux Velleius, et la 
connaissance du moment où ils doivent être visités. Voici, en quelques mots, ce que l'ex- 
périence ma appris sur ces deux points. 

Le V. dilatatus .se trouve spécialement dans les vieux nids de frelons ', datant de 
plusieurs années, situés dans des lieux isolés, suvtout dans les bois rarement visites par 
les hommes et les animaux. Les vieux chênes caverneux sont leur séjour favori; les saules 
qui bordent les petits ruisseaux dans les prairies et les châtaigniers situés chins les coins 
de terre non cultivés en contiennent quelquefois en nombre. Enfin, j'ai trouvé des larves 
dans des nids creusés dans l'argib» (li> talus exposés au midi dans un bois. Les nids qui 
en contiennent le plus sont souvent les moins peuplés, où les fielons ont l'air maladifs. Il 
m'est même arrivé d'en capturer (juatre dans li" creux d'un vieux chêne, sur le bord d'un 
bois, où il n'y avait aucun frelon, mais une éjjaisse couche de terreau composée d'excré- 
ments d'écureuils, de rats et prol)al)lemenl de frelons. Les Velleius, qui se jouaient sur 
le terreau à mon arrivée, se iiàtêrenl, mais trop tard, de s'y enfoncer. Les nids de l'année. 
c'est-<à-dire les sites qui contiennent un nid pour la première fois, possèdent rarement 
des Velleius. 

Voici les raisons de ces assertions. Les V. ddatatus et surtout leurs larves vivent des 
résidus des nids de frelons : excréments, peaux de larves, débris de cellules, etc., le tout 
arrosé d'un liquide que laissent échapper les frelons, un peu à la façon des Apliis, et qui 
semble procurer l'arôme le plus alléchant à ce mets. 11 est donc naturel qu'ils recherclienl 
les nids déjà anciens, où il y a des provisions suffisantes ; or, ces nids ne peuvent se 
trouver que dans les lieux isolés oii l'homme et les animaux ne les détruisent pas de sitôt. 
L'expérience m'a prouvé que c'était surtout dans les vieux chênes des clairières des bois 
que les nids de re^ipa sont féconds en rellcius, puisque, en plusieurs chasses faites en 
l'espace de quinze jours, j'ai pu capturer neuf r. dilatatus adultes. 

La réussite de la chasse dépend aussi de l'époque où elle se fait. Sans doute, on peut 
trouver de très rares adultes ])en(Iant presque toute l'année, surtout des Ç ; mais l'épocjue 
la plus favorable est certainement celle qui suit la métamorphose des nymphes en adultes; 
or, celte opération, que l'on peut constater par l'élevage des larves, commence vers le 
milieu de mai, et c'est dans le mois de juillet, du 13 au 50, que tous les velleius éclos 
se trouvent le plus en nombre avec les frelons. En août, ils quittenl le nid et se disper- 
sent pour chercher d'autres logis. Donc répo(iue de la chasse est bien précise : tout le 
mois de juillet, surtout le milieu. Ceux qui désirent élever des larves pour faire d'alion- 
danles récolles, doivent chasser seulement en octobre; plus tôt, elles seraient trop petites 
et réclameraient trop de soins et pendant trop longtemps pour arriver à bonne fin ; plus 
tard, elles seraient renicrmées dans leurs co(|ues et périraient si on les dérangeait. C'est 
presque uniciuemenl dans le terreau placé au-dessous du nid qu'elles se trouvent, quel- 
quefois autour et très rarement à l'intérieur. Les nids ordinaires peuvent en fournir une 
vingtaine; mais ce nombre peut aUer jnsou'à prés de deux cents dans les meilleurs. 

Tour élever ces larves, il faut les recueillir avec le terreau où on les a trouvées et 
même prendre (piebpies débris du nid contenant des larves de frelons. Si le terreau n'est 
pas suflisanl, on peut prendre celui qui se trouve à l'intérieur de n'importe (|uel arbre, 
pourvu qu'il .soil encore grossier et non réduit en terre. 

Ou place ee terreau dans une l)oîteen bois ou un vase en terre perméable rempli aux 
deux tiers ^; les récipients en verre sont peu favorables ; si on les emploie, ils doivent 

1. Les hyiiiuiioptérologiics jxxirraient in'objecter ici qu'il n'y a p.TS do. nul de Yespa datant do plu- 
sieurs années, |)uisqufi leurs snciélés conimeneonl nu prinleuips pour se dissoudre à l'aulonine. .le 
sais cela; aussi mon intention n'est pas de parler d'une sociélé continue, mais de sociétés successi- 
ves s'établissaiil cliaqiie année à la même place, dans le même nid ou un uid renouvelé, accumulant 
de plus en plus à sa partie inléricure le terreau formé par ses résidus. Or j'ai vu un même creux 
d'arbre abriter pendant dix ans de suite des essaims de frelons. C'est le terrau accumulé par ces nids 
successifs que je recommande bien plus que le nid lui-même, car il est le berceau des Velteins. 

2. M. Iloui^et qui a mené à bonne lin l'élevage de prés de 250 de ces larves de Velleius et dont je ne 
fais (|ue préciser les excellents conseils sur ce point, a employé avec succès les pots de terre usités 

poui' planter les (leurs. 



— 85 — 

être revêtus de papier pour cacher la lumière. Tous doivent avoir le dessus couvert d'une 
fine toile métallique ou d'un linge permettant le passage de l'air. Il est fort à désirer 
aussi que ces cages aient une ouverture inférieure, afin d'humecter le terreau deux ou 
trois fois par mois, tantôt en dessus, tantôt en dessous. Les larves étant déposées sur le 
terreau, on leur fournit quelques insectes mous, tels que larves de frelons et autres, jus- 
qu'à ce qu'elles s'enfoncent à l'intérieur, ce qui a lieu à la fin d'octobre, pour en sortir 
adultes au milieu de mai, après s'être transformées en nymphes en avril. 

§ 2« Chasse. — Lorsqu'au printemps ou à la fin de l'automne les guêpiers sont peu 
peuplés et les habitants maladifs, il est facile d'y rechercher le Velleius, car il n'y a pas 
ou peu de dangers ; mais il en est autrement à la fin de juillet et au commencement 
d'octobre, deux époques cependant très favorables à cette chasse. 

Pour surmonter la difficulté, beaucoup de procédés ont été imaginés, et tous offrent 
plus ou moins d'inconvénients. Voici celui que j'ai expérimenté pour capturer les Velleius 
et leurs larves sans faire périr ces dernières ni les oespa et cependant sans danger 
sérieux i. 

Lorsque j'ai découvert un nid de Vespa, je me munis d'une pioche si le nid est en 
terre ou d'une hachette s'il est dans un arbre; puis de nitrate de potasse (chez tous les 
pharmaciens : fr. 10 cent, pour vespa crabro, fr. 05 cent, pour vespa germanica 
V. vulgaris) et de quelque peu de matières déliées et inflammables (coton, ouate, 
étouppes, etc.) Arrivé sur place, je forme deux boules, composées de minces couches de 
coton recouvertes chacune de nitrate, environ trois couches pour chaque boule, que je 
saupoudre également de nitrate à la surface. Puis, armé d'une main d'un objet capai)le de 
boucher l'ouverture du nid (chiffon, herbes prises dans le voisinage), j'attends, en me 
tenant de côté, le moment où il n'y a presque plus de guêpes voltigeant autour du nid ; 
je bouche rapidement l'ouverture avec mon tampon, je mets le feu à l'une des boules et 
l'introduis en prenant bien garde de ne pas laisser sortir des prisonnières. Bientôt, on 
entend un sourd bruissement d'ailes; après une demi-minute, on met la deuxième boule 
et l'on ne débouche qu'après le silence complet. Si le nid était profond, il faudrait une 
troisième boule. Pendant l'opération, qui doit toujours avoir lieu de bon matin ou le soir 
assez tard, il survient parfois quelques guêpes des champs ; il ne faut pas s'en effrayer, 
il suffit de les renverser par terre avec la main restée libre; d'ordinaire, elles ne cherchent 
pas à piquer. 

Une fois le silence établi dans la colonie, il faut se hâter de manœuvrer la pioche ou 
la hache en attaquant toujours le nid de côté. Arrivé au nid, on l'enlève promptement 
avec les mains ou la pioche en évitant de l'endommager pour le déposer doucement sur un 
linge ou sur le chemin ; puis, on examine les parois de l'emplacement, ainsi que tout le 
terreau qui se trouve au-dessous, c'est là que se tiennent les larves et se cachent les 
Velleius adultes. S'il n'y a que des larves pas élevables ou que telle ne soit pas l'inten- 
tion de l'explorateur, il faut les laisser en place, vite examiner les rayons du nid et le 
remettre en place, autant que possible dans sa position primitive et boucher l'ouverture la- 
térale faite précédemment. Dès le commencement de l'extraction du nid, l'ouverture pri- 
mitive servant de passage aux guêpes a du être débarrassée des restes de tampons. Un 
quart d'heure après la dernière fumigation, les guêpes revenues à la vie, rentrent dans 
leur logis pillé. Dans cette opération, qu'il est mieux de faire à deux, la fumée abondan- 
te du nitrate de potasse a simplement fait tomber en léthargie toute la colonie, guêpes et 
parasites, qui reviennent à la vie 15 minutes après. Pendant que l'on fouille le nid. il se 
trouve presque toujours quel(['.ies frelons à demi engourdis, courant en battant fortement 
des ailes ; ils ne sont pas à craindre, on peut les laisser voyager sur ses mains, les manier 
même sans qu'ils nuisent. 

Cette chasse qui demande un peu d'activité est fort intéressante à deux ; les enfants 
se font un plaisir d'y prendre part. Un seul pourrait même difficilement la mener à bonne 
fin s'il fallait monter sur un arbre. 

Abbé ViTURAT. 

1. Ce procédé employé depuis longtemps, sous une forme un peu différente, réussit à merveille 
pour capturer les abeilles dans les ruches sans issue supérieure et que les paysans font périr impi- 
toyablement pour s'emparer du miel. 



— 8ß 



Une Observation d'un haut intérêt. — M. II. Nicolas, dont nous décrivions (u» 4, 
p, 4(î)les ingénieux procédés d'élevage d'hyménoptères, et qui, depuis dix ans, étudie la 
biologie de ces intéressants insectes, vient d'avoir le bonlieur d'assister, le premier, à la 
transformation d'une larve en nymphe. 

Espérons que M. Nicolas nous donnera bientôt des détails sur cette observation si ia- 
téressante. 

Avis divers. — Le Bureau du Journal est transféré a Narbonne (Aude), rue des Fos- 
sés, n» 2. 

Pour simplllior le travail de l'expédition, nous allons faire im|)rimer les adresses. Nos 
abonnés sont priés de vouloir bien nous faire parvenir au plus tôt les rectifications et 
changements d'adresses. 

Vente de collection. — La vente aux enchères de la collection de coléoptères eu- 
ropéens et exotiques et de la bibliothèque de feu Lethierry aura lieu à Paris du 3 au H 
décembre prochain. Pour Tordre des vacations et le catalogue, s'adresser à MM. Deyrolle, 
experts, 4(3, rue du Bac, Paris. 



Échanges. 

Les annonces d'échange émanant de nos abonnes et ne dépassant pas six 
lignes d'iniiression seront insérées gratuitement. 

M. Dubourgais, 15, rue Guilbert, à Caen, offre nombreux Coléoptères ^d'Europe et 
circa déterminés par M. Albert Fauvel, en échange de Coléoptères des mêmes régions: 

Liste al)régée (Synonijmie du Catalogus Coleopterorum Europœ). 



Ciciudela maritima. 
Calosoma reticulalum. 
Carabus auronitens. 

)) splendens. 
Elaphrus uliginosus 

» cupreus. 
Dyschirius salinus. 

)) ;eneus. 

Cillenus lateralis. 
Bembidium ephippium. 

» concinnum. 

» minimum. 

M Maiinerheinii. 

» îricolor. 

Plalynus obscurus. 
Pterostychus pumilio. 
Abax ovalis" 

Dichirotrichus pubescens. 
Dromius meridionalis. 
Haliplus llavicollis. 
Cœlambus parallelogrammus. 
Deronectcs l'i-puslulatus. 
Hydroporus lineatus. 

» piceus. 

» cantabricus. 

Agabus chalconotus 

« conspersus. 
Aulonogyrus capensis. 
Orectochilus villosus. 
Philhydrus grisesceus. 
Anaciena globulus. 
Ochtebius exsculptus. 

» riparius. 

» marinus. 

Hydrsena riparia. 

» nigrita. 

» gracilis. 

» atricapilla. 



Esolus |)arallelopipedus. 
Parnus striatellus. 
Heterocerus marginatus. 

)) obsolelus. 

)) lœvigatus. 

Thiasophila angulata. 
Üxypoda formiceticola. 
Notothecta flavipes. 

)) anceps* 

Amischa talpa. 
Gyrophtcna Poweri. 

» atlinis. 

Ilygronoma dimidiata. 
llabroccrus capillaricornis. 
Ouedius brevis. 
Philouthus ii espèces. 
Stenus 50 espèces. 
Bledius spectabilis. 
Claviger testaceus, 
Sciodrepa alpina. 

» Waltoni. 

Emphylus glaber. 
Dermestes vuipinus. 
Sajjrinus maritim us. 
Onlhophagus nuciiicornis . 

)i verticicornis. 

Aphodius ater. 

» satellitius. 

» v. gagates. 

Acm;eodcra degener. 
Ludius sjaelandicus. 

)) (luercus. 
Cyphon |)allidus. 

)) v. gagatinus. 

)) Paykulli. 
Hy|)eba'us albifrons. 
Làgria at ripes. 
Otiorhvnch. tenebricosus. 



CoMiopsis Waltoni. 
Strophos.v. Desbrochersi. 
Trachyphbcus scabriculus. 
Erirrhinus festuca». 

» Nereis . 

» scirrhosus. 

Brachonyx pineti. 
Ceuthorrhyncli. geograph. 

» variegatus. 

» napi, 

» ericaî. 

Anthonomus roctirostris. 
Ellesclius 'i-punctalus. 
Tychius Schneider!. 
Magdalis duplicata. 

» barbicornis. 

» rulicornis. 

)) aterrima. 

)) cerasi. 

» (lavicornis. 
Apion 54 espèces, parmi 

lesquelles : 
Apion varicgatum. 
Gvammoptcra variegata. 
Cryptocepiialus 21 esp. 
Gh'rysomela v. galii. 

» marginalis. 

!) hyperici. 

)) dydimata. 

Lochmpea suturalis. 
Batophila œrata. 
Longitarsus ventricosus. 
Cassida tlaveola. 
Coccinella hierogly phica . 
Mysia oblongo-puiictata. 
Halyzia 10-guttata. 
lUiyzobius subdepressus. 



Enverra oblata sur demande. 



— 87 — 

M. V. Richon, à Iwuy, Nord, offre en échange des Noctuelles de France contre 
d'autres lépidoptères. 

M. E. Guérin, 22, quai Sud, Mâcon, désire échanger des insectes de tous ordres 
contre insectes de sa région et recevoir des listes de doubles. 

M. P. Beaulieu 14 rue de l'Archevêché, Tours (Indre et Loire,) désire échanger 
contre des Curculionides exotiques des genres Cyphus, Platyoïnus, Amycterus 
surtout, des Carabes d'Europe, q. q. Cicindéles, Longicornes exotiques et des Ghrysi- 
des de sa région, le tout en parfait état. 

M. J. Blanc, rue Entre -les- 2 -Porte s, 26, Épinal (Vosges), offre : Carabus var. 
gatlicus, v. rußpes, arcensis noir et violet et v. pomeranus, Hhagium 2-fa§- 
ciatuin, Orina luctuosa, etc. en nombre, ainsi que des exotiques, contre d'autres 
coléoptères ou des timbres-poste. 

M. Stanislas de Kamieniecki, à RakuloAva, par Balka, Russie-Podolie, offre : 

Ci. Kraat^i, Cavabns excellons, Lethras podolicus et autres Coléoptères podo- 
liens en échange de Coléoptères français ou espagnols de même valeur. 





res 




Tarif des t 


i rages à 


part. 

500 ex. 






50 exempla 


100 ex. 


200 ex. 


500 ex. 


fr. c. 






fr. c. 


fr. c. 


fr. c. 




fr. c. 


1 page 2 50 






4 00 


6 00 


• 7 50 




10 00 


2 pages 5 50 






4 50 


6 50 


8 00 




10 50 


3-4 pages 4 50 






5 50 


7 50 


9 00 




il 50 


5-8 pages 5 25 






7 00 


10 50 


15 50 




18 50 


le prix d 


une 


eoiiL 


•erturc iinpr 


'inèe est c 


elui (lu (iraye 


d'une 


page. 



Graf-Krüsi, à Gais près St. Gall 

(SUISSE) 

offre cette magnifique collection de papillons exo- 
tiques : 

Morpho Gypris, Amathonte, Or- 
nithoptera Minos, Papilio Paris, 
Buddha, Polymnestor, Hector, 
Amathuxidia Ottomana, Amaxi- 
dia Aurelius, Zeuxidia Amethys- 
tus, Doubledayi, Thaumantis Ali- 
ris, Odana, Symphaedra Pardali- 
na, Dirtea, Prothoë Franckii etc. 

50 pièces en 30 espèces ! 

1^1 choix, étalés, 60 fr., en cornets 50 fr. 
II'iiB )) )) 30 » » 25 )i 

III'"° » partie étalés, partie en cornets 10 » 
Paiement d'avance ou par remboursement postal. 

CARABUS MONILIS 2 ex. I fr., 10 ex, 3 fr. 
100 ex., 15 fr. 



Actias Luna 

Chi'ysalides vivantes de cette 
belle espèce américaine a 3 Mk. les 
6 ex., port et emballage inclus ou 
en échange de Chrysalides ou de Pa- 
pillons d'Atropos^ etc. 

A. Schmidt, Hannover, Holz- 
graben, 10 A, 



CENTURIEN 

gespannter und determinirter 

Javafalter 

in 7)0 meist grossen Arten, [darunter 
Papilio arjuna und Amnusia décora 
d* $ à 50 Mk., incl. Verpackung u. 
Porto giebt gegen Nachnahme ab 

H. Frühstorfer, Berlin N., 

Garten-Strasse 152. 



— 88 — 



TRES RARES 



COLEOPTERES DU MAROC 

ORTHOPTÈRES 

REPTILES & BATRACIENS 

nommés, 

HYMHNOrrjilŒS non noinnws 

chez Henry Vaucher, à Tanger. 
Prix courant gratis, conditions très avantageuses. 

ÉPINGLES VIENNOISES 

Nous rappelons à nos abonnés qu'en s'adres- 
sant au bureau du journal ils peuvent se procurer 
les excellentes épingles viennoises aux prix 
suivants : 

Epingles viennoises blanches ou noires, marque 
Juhann Maller, longueur ?>5 ou 38 mill. du noOOO 
au no 7j et 58 mill. de 7 à 12, 

No 000 le mille 3,25 

» 00 )) 2.75 

»Oetl )) 2.50 

» 2, 5, 11, 12 » 2.25 

M 4, 5, f), 10 )) 2.00 

» 6, 1, 8 M 1.75 

Port par mille 0,10 et. 

Epingles à micros, arg. ou acier, le 1000, 7 fr. 

Epingles pour étiquettes 

de 9 et de 12 mill., le 1000 : 
à la machine . » 50 

à la main, « 70 

M. Henri Caillol, avocat, 
rue Traverse-du-Chapitre, 18, Marseille. 

désire acheter ou échanger contre des Coléoptères 
français des 

BRUCHIDES (Mylabrides) et UROMIDES 
du globe, 
déterminés ou non, ou même non préparés (dans 
la sciure). 

Il désirerait également se procurer des gousses 
et graines contenant des larves de ces insectes. 

Ci. Kraatzi à 150 Pf . 
Carab. excellens à 250 Pf. 
Lethrus podolicus à 60 Pf. 

LA PAIRE cfÇ 

et plusieurs autres Coléoptères podoliens. 
Échange contre des Coléoptères français et espagnols 

Stanislas de Kamieniecki, à Rakulowa, par 
Balka. Russie-Podolie. 



Doubletten-Liste 

über palaiarkt., COLEOPTEREN 
versende auf Verlangen. Auch Exo- 
ten Verzeichnisse. Hoher Baav-Rabatt. 

Hugo RAFFESBERG, 

Podhragy, Post Prasicz, Ungarn. 



M. Félix ANCEY 

138, St. Loup, près Marseille, 

offre 

EN VENTE 

SES 

DOUBLES 

EN 

COLÉOPTÈRES, LÉPIDOPTÈRES 
HYMENOPTERES 

& COQUILLES 

1IYM\LAYAN 
UNITED TEA PLANTERS 

.\SS0CI.\TI0N 

THÉ DE L'INDE 

PEKOE 

Qualité extra 
provenance directe de 

DARJEELING 

la livre 5 fr. 50 

Expédition en boîtes de fer blanc 
scellées, de 1 livre et de % livre. 

S'adresser au bureau du Jour- 
nal. 

SOUSCRIPTION 

AU 

CATALOGUE - ÉTIQUETTES 

Deuxième liste 

9. L. C. Dauphin. 

10. E. Dongé. 

11. P. Estiot. 

12. H. Védie. 



— 89 — 



Gräf-Kriisi'S seidene Schmetterlingsfangnetze in i 

Ul Ul A^t UtJ O stjjjjij.[,^g (passend an jeden Stock) erhielten an der wissei 



theil. 
enschaftl. 
und ein Diplom mit der 



Fachausstellung in Baden bei Wien die Medaille der I. Classe 
höchsten Auszeichnung. 

Preise : 5 Mk. (G) und 4 Mk. (K) 

Versandt geschieht franco und zollfrei nach allen Ländern des Weltpostvereins. 



L' INSTITUT ZOOLOGIQUE 

W. Schlüter, Halle a. S. 

ALLEMAGNE 

a l'honneur de recommander à MM. les Collec- 
tionneurs, Instituteurs & Chefs d'établissemen- 
scolaires ses comptoirs d'objets d'histoire naturelle 
spécialement de peaux, d'oeufs d'oiseaux, d'a- 
nimaux empaillés, d'amphibies, de reptiles, 
de poissons, de mollusques, d'insectes et de 
minéraux. 

Catalogue spécial d'objets d'histoire naturelle 
pour l'enseignement. 

Instruments & ustensiles pour la recherche & la 
préparation de tous les objets d'histoire naturelle; 
Epingles, Cadres vitrés. Plaques de Tourbe 
de toute grandeur; grand choix d'yeux artificiels 
pour mammifères, oiseaux, poissons. 

Ateliers spéciaux pour le montage des oiseaux 
& des mammifères. 

Spécialité : Têtes de daims, de Chevreuils, 
Hures de sanglier. 

Préparation soignée et prompte. 
CATALOGUES GR.ATIS ET FRANCO 

W. Schlüter, Halle a. S., Wuchererstr. 8 
Allemagne. 



EN VENTE 



Ë^ au Bureau du Journal .^Q 
Cavernicoles de l'Ariège 

Aphœnops Cerberus — 0.25 — le cent fr. 20 
Aphœnops Pluto 0.30 — le cent fr. 25 

Bathyscia clavata 0.10 — le cent fr. 8 



Carabus splendens 



0.35 — le cent fr. 30 



Forstcommissär Josef Gold 
in Trautenau, Böhmen, Autriche, 

bietet Tachinarien und Œstriden gegen 
Tausch oder Kauf an. 



L'AMI 

DES 

Sciences Naturelles 

Entomologie - Botanique 

Géologie, etc. 
REVUE MENSUELLE ILLUSTRÉE 

DE 

VULGARISATION 

paraissant le 1" de chaque mois 

Abonnement annuel 5 fr. 

Direction : E. Benderitter, fils. 

Rue des Champs Maillets, II, 

Rouen. 

LÉPIDOPTÈRES 

européens, exotiques 
IVIICROLÉPIDOPTÉRES 

CHENILLES PRÉPARÉES 

très soigneusement 

PRIX TRÈS AVANTAGEUX 

H. Lhotte, naturaliste, 31, rue 

de Clichy, Paris. 

Nota. — On demande des cor- 
respondants pour rececoir des 
Lépidoptères et des Chenilles 
vivantes d^espéces particulières 
aux différentes régions de la 
France, ainsi que des exotiques 
en papillottes. 

Mr. J. Gribodo 
rue Maria Vittoria 19, Turin 

achète des Vespidae et Mellifera par 
centuries, excepté les Européens et 
les Néoarctiques (Etats-Unis et Ca- 
nada). 

RICHE COLLECTION 

DE 

CARABUS 

à vendre en bloc ou à la pièce 

La liste sera envoyée à condition 

qu'on la renverra dans une semaine. 

F. Scheubel, Fulda, Friedrich- 
str. 621. Allem. 



— 90 — 

P. WYTSMAN, 

librairie scientifique. 79, rue Neuve. 

BRUXELLES 

NOUVELLE ÉDITION 

DE 



J.HUBNER 



SAMMLUNG EXOTISCHER SCHMETTERLINGE 

(papillons EXOTIOIES — EXOTIC I!l TTEIU I.IKS) 

Prix de l'ouvrage complet : 650 francs. 

L'ouvrage paraît par livraisons de 10 plaiiclies 

coloriées environ — Prix iO_francs par livraison. 



On n'accepte que des souscriptions à l'ouvrage 

complet. 

Envoi gratis et franco d'un prospectus 

et d'un spécimen des gravures. 

A VENDRE 

Coléoptères d'Abyssin! e 

RARES OU NOUVEAUX 

prix réduit ou échange contre 

Africains, Histérides, Buprestides, Cèram- 

bycides du Globe. 

OXfre aussi : 

COLÉOPTÈRES des SEYCHELLES, 

CHINE, MADAGASCAR, CONGO, ALGÉRIE etc. 

A. Théry 

St. Charles, par Philippeville, 
Algérie. 

Anthicides, Xylophilides , 

PTINIDES 

M. Maurice PIC, à Digoin (Saône-et-Lo ire 
demande à acquérir par voie d'échanges ou- 
d'achats des Anthicides, Xylophilides et Pti- 
nides {Briichus) du globe, déterminés ou non. 

Il offre en échange plusieurs Anthicus du 
globe, décrits par lui, avec de nombreuses rare- 
tés (surtout des Alpes, Algérie, Egypte) dans di- 
verses familles de Coléoptères, beaucoup de Lon- 
gicornes et quelques insectes de divers ordres (Hé- 
miptères, Hyménoptères etc.) provenant de Chine 
ou d'Algérie principalement. 



VERKAUF 

der 

seltensten Doubletten 

VENTE 

des Doubles les plus rares 

A. F. Nonfried, 
Entomologe, Rakönitz, Böhm 

(Autriche) 

Dr A. J. F. Fokker 

à Ziérikzée (HOLLANDE) 

désire acheter^ou échanger des 

Hémiptères Hétéroptères 

d'Europe méridionale, Algérie etc. 

Mr le Dr Jacobs 

28, r. des Ursulines, Bruxelles, 
désire acquérir des 

Diptères européens 

de la famille des 
Tachinaires 

Un LOT de 

100 

Garabus splendens 

légèrement défectueux 

pour 10 francs. 
FAUNE 

DES 

ORTHOPTÈRES 

DE FRANCE 

par 

M. A. FINGT 

Orthoptères proprement dits et 
Thysanoures. 1 vol. gr. in-S" de 
522 p., avec fig. et 15 planches 



15 fr. 



S'adresser au Bureau du 
Journal. 



Le Directeur-Gérant : E. üahtiie. 



Cette. — Imprimerie spéciale des „MISCELLANEA ENTOMOLOGICA " 



Comité d'études. 

(Suile) 
M. Couturier, à la Nerthe, par Saint Henry, (B s du Rhône). Coquilles marines, 
leiTCSlres et tluvialiles du globe. 

No''S rapfx^lon^i '/'le toni nrni d'iiisccri'.^ (cii.r infiiiin'c^ dn CdiiiUc doit être arcin- 
jHiQnr' do tnuhri's-postr pour le rctnur et (lu besoin jioui' la i'<'/)rin.<i'. 

Mail icird hicrniif qrl/cfcn Jrder Insoklpns'ndaïuj un die MitiiHodor des Stndien- 
Ausselinsöes das Franko Jiir Ruckscwlan'i und nöl/ü'jcn'/aUs J'ur Aniicuid beunlcjen. 











Annonces 














La p 

1/2 

1/8 


'Se 


fr. 


10 
5. 

V. 


50 
25 








Note d 


e 1 


à « 1 


'gnes 


de 


20 lett 


■es. 


50 cent. 


Kéd 


JCtion d 


BU 


tiei-s 


pour 


les 


annonces 


a 


'année. 




d 


un 


quai- 


t poui 


les 


annonces 


au 


tihnestre. 



Anzeigen 

Seile Mk. 



8 



nie 

1/2 .. .< i 

i'i « ,c 2 

1/8 « « 1 

Anzeigen von 7 ))is 8 Zeilen zu 26 Buchstaben, 40 Pf. 

Reduktion um ein Diiltel für .jälirliche Anzeigen. 

um luii Viertel für vierleljalirliche Anzeigen 



POUR LES A B MNÉS : 
Rédaction — 1 aG insert, de la nièine annonce 2.5 % ; 12 insert. 33 '-3% ; 2i ins. 50 % 



Les annonces sont payables d'avance 
par mandat-poste. 



Die Anzeigen -werden zum Voraus 
durch Postan-w^eisung bezahlt. 



Toute la correspoaclance doit être adressée à M. E. Barthe, 
'f """^ "'' professeur, rue des Fossés, 2, Narbonne, Aude, France. 
Nous correspondons en français, allemand, anglais, espagnol, italien et latin. Prière d'écrire très 
lisiWement et sur une leuille à part le texte des annonces. 

Aile Briefe sind zu richten an Professor E. Barthe, rue des Fossés, 2, Narbonne, 
Aude, (Frankreich). Wir werden correspondieren : Französisch, Deutsch, Englisch, Spanisch, Ila- 
ienisch. Lateinisch. Es wird gebeten, Artikel oder Anzeigen mögliciist deutlich zu schreiben, und 
die Anzeigen auf ein besonderes Blatt zu setzen. 

N.B. ^°"* payement doit se faire d'avance par nfiandat-poste ; nous n'accep- 
tons de timbres-poste que peur les petites annonce^. 

Jede Zaiilung muss in einer Post-Anweisung pränumerirt werden : Freimarken 
werden nur für kleine Anzeigen angenommen. 

Les abonnements partent du commencement de chaque trimestre. 

Die Abonnemente gehen von Anfang eines jeden Vierteljahres ab. 



J. Deskochers des Loges 

à TOURS Indre-et-Loire. 

, Prix courant de Coléoptères d'Europe et Circa, d'Hémip- 
tères, d'Hyménoptères, de Curculiouides exotiques. Achat 
de Curculionides exotiques. 

Direction du Frelon, Journal mensuel d'Entomologie 
descriptive (Coléoptères). 
Prix de l'abonnement : 6 fr. pour la France et l'étranger. 

Boliettino del naturalista. 

ïi'^ année. 1894. 
Journal mensuel. Abonnement 3 fr. 
Contenant des communications et notes d'histoire na- 
turelle. 

Publie gratuitement toutes les communications 
et annonces d'échanges d'objets d'histoire natu- 
relle de ses abonnés. 

Direction et administration à Siena (Ualia). 



Histérides, Buprestides, 
CÈRAMBYCIDES OU GLOBE 

COLÉOPTÈRES AFRICAINS 

Mr. A. Théry 

à St. Charles, Algérie. 

désire acquérir les raretés lui man- 
quant en Histérides, Buprestides et 
Cérambycidcs d'Europe. 

fifre, en échange de ceux d'autres 
provenances et de Coléoptères africains 
xle bonnes espèces algériennes et du 

globe. 



EPIMGLES A INSECTES VIENNOISES 

Johann MÜLLER 
Vienne. Autriche, II, Circusgasse 20, 

rocommande son :issorlimoiU complet des excellentes épingles lilanclies el nuii-es, épingles camions 
épingles pour micros. 

Mon dépôt général pour toute la France se trouve chez M. HENRI GUYON Paris, 20, rue 
des Bourdonnais. 



Die 



i«se 



jetzt vereinigt mit der „Sammler -BÖrSG" 




Entomn!oQiii()cs Organ 

~ur Angebet Nschfragi 
und Tausch.% fe^ 




ist für „Entomologen" nnd „Siininiler" das tervoi'ragendste Blatt, welches wegen 
der belehrenden Artikel sowie seiner internationalen und grossen Verbreitung beti-effs 
Ankauf, Verkauf und Umtausch aller Objekte die weitgehendsten Erwartungen erfüllt 
wieeinProbeabonuenient lehren dürfte. Zii beziehen durch die Pest (ZeitungslisteNo. 3 135) 
nnd die Verlags-Buchhandlung Frankenstein & "Wagner, Leipzig, Augustusplatz 1. 
Abonnement bei Zusendung unter Kreuzband in Deutschland u. Oesterreich 1 Mk., nach 
«Jideren Ländern des Weltpostvereins 1 Mk. 20 Pfg. = 1 Shilling 2 Penco = 1 Fr. 50 Cent- 



and Journal of Variation. 

Publié par J. W. TUTT, F. E. S. 

AßO.NM'MENT ANNUEL : 6 Shillings. 
— rii.vNco — 
Cette Revue Scientifique mensuelle contient des articles 
iun intérêt général pour les Lépidoptéristes de tous les 
pays el est illustrée de nombreuses planches en cliromoli- 
Ihograpliie. 

i-e montant de l'abonnement doit être adressé à 

Ml. A. J. Hodges, 2 Higbury Place. London N. 

TIIE 

BRITISH NATURALIST 

REVUE ILLUSTRÉE D'HISTOIRE NATURELLE 

surtout d'Entomologie et de Conchyliologie 

uuur.Ki-: i>.\u joiin e.rodson, f. r. s. 

Hartlopuol. Anfjlcterrc 

avec la collaboration de nombreux spécialistes. 

ABONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 
John E. ROBSON,HARTLEPOOL, Angleterre. 

Rivista italiana di scienze naturaU. 

14« année. 180 i. 
Jniirnal bi-incnsurt. Ahoiinrinenl S _fr. 
Contenant des mémoires illustrés et l'annonce de tous 
les travaux italiens sur Ihistoire naturelle. 

Direction et administration à^Siena (Italia). 



M, CROISSANDEAU 

rue du Bourdon-blanc, 15, 

Orléans, 

désiri; acquérir par voie d'échange ou 
eontre argent toutes les espèces de Psé- 
laphidae, Scydmenidae, Paussidœ 
et Clavigeridae du globe qui peuvent 
lintéresser, déterminés ou non. 

11 y a des doubles de plus de ,^000 es- 
pèces Gallo-Rhénanes el Corses à la dis- 
position des entomologistes qui veulent 
entrer en relations d'échanges. 

On achète ou on .échange 

contre des insectes les timbres de Fran- 
ce de 18i8 à l'effigie de la République 
(en particulier le timbre de 1 franc), 
ceux de la Présidence et de l'Empire 
1852-1870) à l'efligie de Napoléon UI et 
.■eux de 1870-71, République, non den- 
telés. 
. S'aYirpö^SKJn-RjWjP«''*':»" tbi Journal 



ÎN" 8. — Vor.. II. 



2in'' Année — II .lahr^aii"-. 



\ août 1894. 



Miscellanea 




o&üica 



Organe international 

contenant les demandes d'échange, d'achat et de vente de collections 

livres ou objets d'histoire naturelle. 

Anzeiger von Tausch, Kauf und Verkauf für internationale Entomologen. 

Entomologlst's international Advertiser for eïc'ianxe, purcliaîîe and sale. 



DirecüoB ei Redacüon 

E. BARTHE, à Narbonne, Aude, (l'ranoc). 

Avec la collaboration tie naturalistes de tous los pays. 
Mit îUtwiiKiuii'- i:itei".iO:it>iia'ei' üntonioloqen. 




OÜ5869 



Les " Miscelîanea Entomologica " paraissent le l" de chaque mois. 
Abonnement annuel : Union postale, fr. 5. 
Die " Miscellanea Entomologica " erscheint am 1. jeden Monats. 
Jährliche Subscription : 4 Mk. — Annual subscription : 4 sh. 



Comité d'études — Studien- Ausschuss 

MM. Argod-Vallon, à Crest (Drôme). Longicoriifs et coléoplères cuvoinicoles du globe.' 
A. Finot, 27, rue St. Honoré, Fontainebleau. Orlhoptöres du globe. 

F. Ancey, St. Loup, 138, Marseille. Cob'-oidères on génôral. 

H. Gouin, 99, cours d'Alsace-Lorraine, Bordeaux. Coccinelliiles de France. 

R.Martin, au Blanc, (Indre), (idonatcs du globe. .Nôvroplères d'Europe. 

D'' M. Régimbart, à Evreux (Eure), byliscides et Gyrinides du globe. 

R. P. Belon, rue du Plat, 18, Lyon. Lathiidiens. 

E. Barthe, Cette, (Hérault). Coléoptères de la Guyane française. Apiculture. 

M. Pic, à Digoin, (Saône et Loire), Longlcornes d'Europe et circa et Anthicides du globe. 

J. Croissandeau. rue du Bourdon-Blanc, 15, Orléans. Scydniénidcs, Paussides, Pséla- 

piiides et Clavigérides du globe. 
D' Chobaut, 4, rue Dorée, Avignon. MordcUidcs, Antliicides. Pédilides, Rhipiphorides, 

Vésicants et (Edéniérides de la faune i)al(''aroti(pie. 
A. Janet, 104, boul. Saint-Louis, Toulon-Mourillon. Rliopabxères du globe. 
D'- A. Sicard, à Tebourzouk, Tunisie. Cocoiiiellides du globe. 
D'' L. Vitrac, aux Trois-Rivières, Guadeloupe. Entomologie des Antilles. 
E. André, 17, rue des Promenades, à Gray, (H'^ Saône). Formicides du globe et Mutilli- 

des de la région européo-niéditerranéenne. 
M. Vauloger de Beaupré, lieutenant au 144= de ligne, Blaye, (Gironde). Cicindélides 

et Clirysoni(''lides d'Europe et circa. 
A. F. Nonfried , Rakönitz, Bohemia, Autriche. Lucanides, Cétonides . Mélolonthides 

liutélides, Dynastides, Buprestides et Cérambycides du globe. 
A. Théry, St-Charles, par Philippeville, Algérie. Buprestides du globe et Longicornes 

d'Europe, 
l'abbé A. Carret, aumônier aux Chartreux, Lyon. Carabides d'Europe et en particulier 

genres llarpalus, Ptcrostichus et Amara. 
A. L. Montandon, Strada viilor filarete, Bucarest, Roumanie. Hémiptères Ilétéroptè- 

res. 

G. Gribodo, Via Maria "Vittoria, 19, Torino, Italie. Yespidu? et Mellifera du globe. 

D' C. Schaufuss, Directeur du Museum Ludwig Salvator à Meissen, Saxe. Seolytides 

Plalypides et Scydménides cxotiipies. 
D' Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, "Wien, 1,1, Autriche. Cassidides du globe. 
E. Simon, 16, Villa Sa'id, Avenue du Bois de Boulogne 56, Paris. Arachnides du 

globe. 
H. Fruhstorfer, Berlin N, Gartenstrasse 152. Rhopàlocères de la région Indo-austra- 
lienne. 
D' Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, "Wien I / 1. Cassidides du globe. 
G. de Bony, rue Vaneau, 36, Paris. Genre Gicindela (Europe et confins), Carabides vrais 

(européens et exotiques), spécialement genre N'ebria. 
E. Abeille de Perrin, rue de la bibliothèque 24, Marseille. Buprestides, Malacliides 

<>t Cisides paléarctiques. 
E. Fleutiaux, 1, rue Malus, Paris. Cicindélides, Élatérides du globe. 
D' A. Puton, à Remiremont," Vosges. llénii|iléres Iléléroptères paléarctiques. 
H. Caillol, avocat, rue Traverse du Chapitre, 18, Marseille. Crypiophagides, Mylabri- 

des (liiiuliiilcs) et Iromides paléarctiques. 
H. Nicolas, rue Velouterie 9, Avignon. Biologie des Hyménoptères. 
C. Houlbert, professeur au Collège de Dieppe. Larves de Coléoptères, Orthoptères et 

iS'évropteres. 
D' E. Candèze, à Glain- lès -Liège, Belgique. Elatérides du globe. 
Ch. Biuyant, rue Gaultier de Biauzat, 26, Clermont-Ferrand. Faune entomologique 

des eaux, spcH'ialcment llydrocorises. 

E. Ragonot, 12, quai de la Râpée, Paris. Microlépidoit'.éres d'Europe; PyraUtes, Cram- 

biies et Phycites du globe. 

J. Vachal, à Argentat, (Corrèze). llymenoptera aculeata de la région circa méditerra- 
néenne et d'Afrique ; llaliclus et Prosopis de l'ancien monde. 

H. Léveillé, rue de Flore 104, Le Mans (Sarthe). Botanique en général. 

F. Silvestri, à Bevagna, Umbria, Italie. Myriopodes du globe. 

{Voir la snite à la pa^c 3 do la couccrturc. 



NUNTIUS ENTOMOLOGICUS INTERNATIONALIS 



No. 8. Vol. II. Edition Fiuncaisi-: 1 Août 1894. 



Catalogue des Orthoptères recueillis dans l'île de Candie 

par le Dr. G. Ckccom. 



Le Dr. Giacomo Cecconi a bien voulu me charger do la détermination des Orthoptères 
récoltés par lui dans l'île de Candie dans un de ses récents voyages. Par l'examen de cet- 
te collection, j'ai pu reconnaître que les exemplaires appartenant à cet ordre d'insectes 
représentent des espèces déjà connues, propres aux régions orientales et méridionales de 
l'Europe. 

Ce qu'il y a de plus remarquable, c'est la petitesse relative des si)écimens représentant 
dans cette île certaines formes qui. dans d'autres localités ont des dimensions plus grandes. 
Je ne crois pourtant pas inutile de publier un catalogue de ces insectes qui sera une con- 
tribution à la faune entomologi<]ue de l'île de Candie. 

Pour l'étude de ces orthoptères, je me suis servi de l'ouvrage classicjue du Dr. Brun- 
ner von Wattenwyl : Prodroiniis der Earop. Orthopteren (i). 

1. Fam. Blattidse. 

1. Gen. HETEROGAMIA Burm. — H. aegyptiaca (L.). Brunn. 

Prodr. p. 52. 

Une Ç de dimension remarquablement petite, longue d'environ mm. 17/i. — Canea 

2. Gen. PERIPLANETA Burm. — P. orientalis (L.i. Brunn. 

Prodr. p. i9. 

Une $. 

3. Gen. LOBOPTERA Brunn. — L. decipiens (Germ.). Brunn. 

Prodr, p. 47, tab. I, lig. 10. 
Trois Ç — Kisanios. 

2. Fam. iVlantidae. 

4. Gen. FISCHERIA Sauss. — F. Baetica (Bamb.). Brunn. 

Prodr. p. 64, tab. III, fig. 17. 

Un r?, trois Ç, et quatre larves. — Visari, Ah-rotiri, Canea, Retiino. 

Les dimensions relativement petites de ces exemplaires méritent d'être citées. Ce sont 

les suivantes : 

é ? 

Longueur du corps mm. .^O 51-50 
» » pronotum » 1",5 16-17 

)) des élytres » 25,5 16,5-19 

3. Fam. Acrididae. 

5. Gen. TRYXALIS Fal). — T. unguiculata (l'.aml).) Brunn. 

Prodr. p. 90, tab. IV, lig. 21. 

Quatre Ç. — Akrotiri, Visari, Apocorona. 

M). — Leipzig, 1882. 



— 02 — 

6. Gen. STENOBOTHRUS I isch. — St. sp. ? 

Vnc larv<' iiKlrleriiiinal)!»'. — Üiiialos. 

7. (ien. SPHINGONOTUS Fiel). — S. caerulans (I..). liiiiun. 

Prodi- . p. i:)0. 

Vn soul oxeniplairo. — Apocoi-ona. 

8. CiPii. ŒDIPODA Latr. Œ. caerulea O-)- l'-iumi. 

I'rodr. p. 104. 

Quatre exemplaires. — Akrutiri, C(in''a, Ui'luno, He S. Tc i'loro. 

9. Gen. ACROTYLUS Fiel). — A. patruelis"(Smnii.) ünuin. 

l'rocir. |). lo(J. 

Ine Ç — Af)(>r()i'()n(C. 

10. Gen. PYRGOMORPHA Serv.— P. grylloides (I,alr.). ISrunn. 

Prodr. p. 18."). 

Vno Ç — Ahioliri. 

il. Gen . ACRIDIUM GeolF. — A. aegyptium (L.). llnnm. 
Prodr. [.. 213, lal». VU, fig.-W.- 
l'ne Ç. — Aj/ocoi'ona. 

42. Gen. CALOPTENUS Hnrni. C. italiens (F.). r.rnnii. 

Prodr. p.217. 

On'.e Ç, deux cj'el quel(|U('s larves, apiiarlciiaiit soll a la lor.iii' lypHpie soit à la var. 

njirginclla (Serv.) lir. 

Canea, Caliccä, Apocoroiu/, Ncli/iio, Lacus, Ba;;:onai'Ui, ite S. Tcoilo-o. 
iZ. Gen. PLATYPHYMA liseli. P. Giornae. (lio.ssi.) Brunn. 

Prudr. p. 27.(1. lab. YU, flg. 5i. 

lii seul exemplaire . — Visa ri. 

4. Farn. Locustidae. 

li. Gen. PLATYCLEIS lieb. P. grisea ( Fab.) brunn. 
I'rodr. p. öiT. 
In d*. — Laats. 

Toriiiii. /;. Miiscd XnnliK/icn. 

lit Voveiiiti, lîsi'l. Dr. Aciiii.i.F, GiuriiM. 



RAPPORTS NATURELS ET PHYLOGENIE 



PRINCIPALES FAMILLES DE COLEOPTERES 

Par CONSTANT HOULBERT d) 

( Suit. ) 

.Vvcc les byliscides nous avons iLM'niiiié l'élude d'uie série nombreuse de groupes, 
possédant un développement jjarallele et une origine voisine, sinon commune. 

Dans tous ces groupes, nous sommes partis de forma? troneatipenues très nettes, pour 
arriver à des formes qui, selon le sens de leurs aflijiilés, aboutissent aux Ciciudélides, aux 
Féronides, aux Carabides. etc. 

Lalreille avait réuni la plus grande paili(; de ees Inserles dans sa l'.iniille des Carnas- 
siers, et cet habile entomologiste avait bien saisi tous les rapports nuiri.liidogiques ([ui 
existent entre eux ; cepenilanl, l'on voit clairement que leur distribution en une série 
11 léaire, telle (pielle est adoptée par beaucoup d'auteurs, est impossible. Celle (pie nous 
pritposons, rapproche au contraire tous ees groupes il'après leurs atlinilés totales, et ce 
I.Noir Ui.srellinii'd lùilniiinloilico, n-- i. .'.. il. 7. 



— or, - 

doit (Hi'o là aussi le vérilablc plan île la nuUire, dans ce nonil)rc immense d'espèces, 
sorties sans aucun doute d'un prototype commun. 

S'il existe des resseml)lances entre certaines formes appartenant à deux groupes 
voisins, cela me semble facile à explitjuer; ainsi, les rapports très curieux qui existent 
entre les Scaritides et les Féronides, m'avaient fait croire pendant longtemps (juc le 
premier groupe était dérivé du second; je suis aujourd'hui convaincu qu'il n'en est rien; 
la véritable raison de cette ressemblance étant plutôt dans ce fait, que l'évolution des 
deux groupes a passé par les mêmes phases et ([u'ils ont eu simplement à s'adapter aux 
mêmes milieux. 

Au contraire les affinités entre les Cicindélides et les Scaritides sont d'ordre atavique. 
Nous trouvons, en eflet, parmi les Scaritides, le curieux genre Pasiinachus, dont la larve 
d'une espèce au moins, celle du P. cloiigatus, a conservé les habitudes des Cicindèles ; 
elle creuse dans le sol un trou vertical dont elle bouche l'entrée avec sa tête. 

Ces deux groupes ont incontestablement des modes d'évolution voisins ; ils aboutis- 
sent aussi à deux types symétriques qui conservent, comme on le voit, leur parallélisme 
et leurs propriétés phylogéniques jusque dans leurs formes les plus ditlérenciées. 

D'après ce qui précède, je pense qu'il est possible d'établir ainsi le tableau généa- 
logique de tous les Coléoptères qui se rapportent au faciès carabide fondamental. 

Souche troncatipenne. 



I 



llelluonides. Caléritides. Antliiades. Pévicalides. Odacantliides. Pscudomor|)hides. 

i' r' r V r r 

Cicindélides. Féronides. Scarilide?. Carabides. Dembiides. Dytiscides 

11.75 ]). 77 p. 78 p. 7!» p. 80 p. 80 

CLAVICORNES ET AFFINES. 

§ 1. 

Les Insectes que je réunis sous le nom de Clavicornes, à l'exemple des auteurs les 
plus récents, comprennent un très'grand nombre d'espèces, ayant, dans les groupes in- 
férieurs, des habitudes et un mode de vie communs ; il en est ainsi, par exemple, chez les 
NUidulaircä, les Cnenjidcs, les Cruptopfuujidcs, les Dcrmcstidcs, etc. 

Chez les Géoryssides et les Bijrrhidcs, avec la persistance des mêmes hai)itudes 
générales, nous trouvons le curieux Nosodcndron, dont la larve, alliée à celle des 
Dermestides, présente déjà quelques caractères du groupe Palpicorne, notamment par le 
nombre des segments de son corps. Chez les Hétéroccridos et les Parnides, des habitu- 
des plus aquatiques apportent un certain noml)re de modifications dans le faciès des adul- 
tes; en(in,le type liydrophilien se précise tout à fait chez les Palpicornes proprement dits. 
Par conséquent ici, de même que dans le chapitre précédent, où nous avons vu le groupe des 
Carabiques se terminer par des Insectes aquatiques, possédant un faciès particulier, nous 
voyons aussi le groupe des Clavicornes se terminer par des Insectes adaptés au milieu 
aquatique, et acquérant le même faciès. Dans deux groupes différents, un mode d'évolution 
idenlicpie conduit au même résultat. 

Mais si l'aclion du milieu a été profonde sur les formes adultes, elle a, par contre, 
beaucoup moins affecté les larves, de sorte ([ue nous pouvons reconstituer, avec assez de 
vraisemblance, l'histoire phylogénique de cette importante fomille. 

Nous ne pourrons pas toutefois, comme chez les Brévipennes, retrouver le fil des méta- 
morphoses à partir de.^ Vésicants; mais, comme tous les groupes d'IIétéromère? sont alliés 
de très près les uns aux autres, cet inconvénient paraîtra bien diminué par ce fait, que 
nous pouvons très nettement, je dirai même très sûrement, comparer les larves des Cla- 
vicornes à celles des Pyrochroidrs et des Flélopidcs ( Fig. 11. a ). 

Tout d'abord nous savons que certains Pythides, dont la parenté avec la famille des 



— 94 — 

Pyrochroides n'est pas douteux, ressemble tellement aux Cucujus que les anciens auteurs 
ne les avaient pas sôparés de ce genre; nous sommes donc conduits à considérer 
les Cucujides comme l'un des groupes les plus anciennement apparentés de la série des 
Clavicornes. 

I-eurs larves sont connues depuis Erichson ' ; elles sont allongées et plus ou moins 
déprimées, comme les Insectes parfaits; leur tête porte ciu([ ocelles de cliaipie cùté et des 
antennes de quatre articles ; le neuvième segment alxiominal est très petit ; il est garni de 
dcur petits crochets cornés, recourbés, et se termine par un tul)e anal (Kig. M, b). 

D'autres larves, décrites par Perris, présentent encore des caractères voisins, et nous 
verrons ce type larvaire — également particulier aux ti'uélirionides — persister sans mo- 
dification jusque chez les Crvptopliagides. 




Fig. 11. — a. Larve du Pyrochroa cnccineu. — b. Larve du Cucujus liœmntodes. — c. I>;irve de 
l'Aulonium bicolor [Colyiliides].— d. Larve du remnochilu co'u/cnfNilidulides]. — e. Larve de VAHa- 
î^cHMs ;je«(o [Derniestides]. — r. Larve du Tryp/iytlus puncUilus [Mycélophasides]. —g. Larve de 
''J/yUrojjhilus piceus [llydrophilides]. — h. Ifyfirophitus piceus, adulte. - i. Larve du (lyrinus nn- 
tator [Gyrinides] d'après Fairniaire et Maurice Girard. 

A côté des Cucujides doivent se placer les Col<jdüdes, dont les larves décrites par 
Weslwood et Perris resseml)lenl encore beaucoup aux précédentes, en même temps qu'elles 
rappellent celles des Ilélopides (Fig. 11. c). 

A la suite des Colydiides je placerai également les Nifididalres (Fig. 11, d>, et la plus 
grande partie des Trof/ositaircs ; je retrancherai seulement de ces derniers la tribu des 
Pcltides, dont les larves me paraissent présenter déjà des caractères q\ie nous retrou- 
verons plus fixes chez les Mi/cetophafiiles et les Xosodendron. 

L'ensemble des familles que je range sous la dénomination générale de ('riijitnpha- 
gides, se relie très étroitement aux précédentes parla structure et les habitudes des larves 
Fig. 11, f); cette famille se trouve même riiltachf'e aux Dermestides par le genre BtjturiiS' 
dont le corps ne présente cependant pas encore les poils (jui caractérisent les larves des 
Dermestides (Fig. 11, e). 

1. Erichson. —Xatury. der Insecl. Deul.sclil. IIL ji. 3Ü3. 



— »ri - 

Les larves des Dermeslides se ilistinguent au premier coup d'œil de toutes les autre s 
larves de Coléoptères par les poils nombreux et rigides dont leur corps est hérissé. 

La tète est munie de six ocelles de chaque côté et d'antennes de quatre articles. Dans 
certaines espèces, les larves portent, sur le dernier segment abdominal un faisceau de 
poils divergents {Attcujcnus, Tro'jnperina, Anfhrenus) Fig. Il, e) ; les autres ont 
simplement un tube anal et deux crochets recourbés (Dcrinestcs). 

Bien des caractères permettent de rattaclier les Byrrhides à la famille des Dermes- 
ides ; je citerai cependant le A'osof/tVîf//'07!./'0'5c'/c?</«r(', dont la larve possèdedes carac- 
tères particuliers, et qui semble appartenir, dit Lacordaire, à une famille différente « tant 
elle s'éloigne des précédents ' ». 

Le corps de cette larve ne se compose que de douze segments, comme chez les 
Palpiconies ; cette diminution semble spéciale aux espèces adaptées à la vie aquatique ; 
de même que les Parnidcs et les //t'ff'/'0(_Y'rf(/es,telle" possède cinq ocelles de chaque 
côté. 

La première larve connue appartenant au genre Parniis a été découverte par M. le 
capitaine Xambeu, qui en a donné la description dans le Naturaliste du 15 mai 1893 ; 
sa forme générale est, d'après lui, celle d'une larve de Ténébrionide ^. 

La larve du Psephcnns Lecontei est l'une des plus extraordinaires qui existent par- 
mi les Coléoptères, à tel point qu'un naturaliste américain, M. J. de Kay, l'a décrite et 
figurée comme un Crustacé, sous le nom de Flurlcola Herrihii ^. Elle est, en effet, 
recouverte d'un bouclier elliptique ([ui lui donne la forme générale d'un Trilobite ; mais, 
en dessous de ce bouclier, on remarque que le corps est allongé ; les segments de l'abdo- 
men dél):)rdent légèrement le bouclier sur leilos, et portent de chaque côté six touffes de 
longs filaments branchiaux. Cette larve est a(|uatique: elle rampe lentement sur les pierres, 
et quand on l'inquiète, elle fait, paraît-il, des efforts pour se contracter en boule. 

Malgré ses formes étranges, cette larve ressemble suffisamment à celle des Elmis pour 
être conservée dans la même famille. 

Le point le plus intéressant de la structure des larves des Elmides est la présence, 
sur les segments abdominaux et thoraciques, de lamelles déchiquetées en forme de plume. 
Seul, le dernier segment de l'abdomen est conique et se termine par un faisceau de 
poils. 

Ces larves vivent aussi dans l'eau, et il est probable que la fonction respiratoire s'ac- 
complit à l'aide des espèces de l)ranchies dont je viens de parler. 

Malgré la différence qui existe sous d'autres rapports, il me sera sans doute permis 
de faire remarquer ici ([u'une]organisation analogue se retrouve chez les Gyrinides et chez 
plusieurs Hydrophilides. 

Sans vouloir absolument tirer de ce fait un argument en faveur de la parenté pos- 
sible de ces deux groupes, on [murrait néanmoins considérer le groupe remarquable des 
Elmides comme un passage unissant la famille des Gyrinides à des ancêtres Clavicornes 
disparus ou inconnus. 

Cette manière de voir me semble encore susceptible d'être précisée davantage. On sait 
que la famille des Pseudomorphides (Troncutipennes) renferme le curieux genre Adeto- 
topas ; or, je considère ce genre comme une étape de l'évolution des Gyrinides. On con- 
naît jusqu'à ce jour sept espèces d'Adelotopiis. et toutes, en effet, possèdent le faciès 
général des Gyrinides, en même temps que leurs caractères les plus essentiels : antennes 
très courtes, tarses grêles et comprimés. Le point le plus instructif de tous ces caractères, 
c'est la structure des yeux, coupés en deux par un canthus étroit, absolument comme chez 
les Gyrinides (Fig. 11, i). 

La même particularité se retrouve aussi chez les Amphiops de la famille des Palpi- 
cornes . 

Je propose donc ici un changement assez notable en apparence, mais très désirable 
dans la réalité : c'est de retirer le genre Adclotopiis des Pseudomorphides pour le placer, 
il me semble, à sa véritable place, parmi les Clavicornes, au voisinage des Ips et 

1. Lacordaire. Genera, vol. II, p. 476. 

2. Xambeu. Mœurs et Métaiiiorp/ioses du Parnus (luriculalus, Panz. Nat. >'o 149, p. 121. 

3. J. de Kay. Zool. of the Siale of New-York, Crustacés, p. 53, pi. 10. 



— 00 — 

•les Pollis. Nous aiirniis ainsi uno (llialiKii iioltc, al)nitissanl (riiiic part aii\ llyilroiiiiilidos 
(l'ig. Il, g', daiilrc part au\ (iyriiiides; cotte (ioriiit'ro étant pn''|tai'ée i)ar les i<enres Aclc- 
lotoptis cl Ainphiops, les seuls, en effet, ([ui |)i)ssè(leut la structure des yeux des Gyrinides. 

[A suivre). 

Communications - Questions - Observations biologiques - Notas de chasse. 

Les épingles en nickel. — f>a (piestion des éi)inglos préoccupe vivenienl tous les 
entomoloojsies soucieuv de la conservation de leurs collections. Après les épingles en lai- 
ton (|ui s'oxydent, nous avons eu les épingles en acier verni qui se l'ouillent, puis les 
é|)ingles argentées et celles en aluminium qui sont loin d'être exemptes de défauts. 

MM. DeyroUe viennent de mettre en vente des épingles en alliage de nickel cjui, parai- 
il, réunissent tous les avantages. Voilà un essai à faire et si le résultat est concluant, les 
entomologistes n'hésiteront pas à adopter les nouvelles épingles dont le prix est très 
abordable. 

Préparation des Chenilles. — On m'a indicpn'' rrceinmeiil un pi'océdé ([ue je croyais 
nouveau ; tel n'est pas l'avis d'un de mes collai)i)raleur> ; je riiidiipie néanmoins, car il 
donne, parait-il, d'excellents résultats. 

Il consiste à vider la chenille par l'anus et à lui injecter de la cire fondue au moyen 
d'une petite seringue. 

Avant le refroidissement complet de la cire, on donne à l'insecte l'attitude qu'il doit 
avoir, on redresse les poils qui ont pu se froisser pendant l'opération et on le lixe ainsi 
préparé sur une petite branche ou tout autre support. 

Mon collaborateur ajoute que lorsqu'on opère sur des ciieiiilles non velues, il faut 
avoir soin d'ajouter une matière colorante en rapport avec la couleur de la chenille. 

E. I!. 

Apion variegatum. — Depuis .1 ans je n'ai pu prendre cet Aplon que sur le gui 
d'un seul pommier à Fresney-le-Puceux (Calvados). Ce pommier se trouve au milieu des 
champs plantés de milliers de pommiers, presque tous plus ou moins couverts de gui, 
(|uel(|ues-uns même en sont litt(';ralement infestés et sont situés à quelques décamètres 
de l'arbre en question. Or à vingt reprises diflérentes au moins et presque dans tous les 
mois de l'année de|)uis trois ans, j'ai battu le gui iW. ces pommiers avec le plus grand soin ; 
Je n'ai jamais pu y prendre un seul raricfialiiiu, tandis (|ue le pommier en question m'en 
fournissait ((ueUpies exemplaires prescjue à toutes mes ciiasses. C'est ainsi (|ue cette année 
j'ai pu en récolter une (piarantaine d'exemplaires dont 2 encore avant-hier (l''' novendn-e . 
Je crois (|u'on en peut conclure (|ue VA/)ioii varirr/afii/n se propage dinicilcnient en 
.Normandie et qu'il sera encore longtemps une espèce rare en France. IVaprès M. Otto, de 
Vienne (Autiiche), il serait assez commun dans sa région. 

A. DinoriuiAis. 

Les parasites du Mycogala miniata. — C'est très rarement, i)ar exception, que 
VEniciiuts tcstaccus Steph., se trouve siu" les bois placés dans des lieux obscurs et hu- 
mides, sous les détritus de toute nature recouverts de moisissures, séjour cependant favori 
delà |)Uiparl d(!s espèces de I.athridiens. Lors([ue VE. tcstoceiis s'y rencontre, c'est (lu'il 
est en ([uète d'un nouveau gite, égaré ou pressé par la faim ; il n'y séjournera point, car 
ce n'est pas sa demeure. L'habitat précis de cet insecte étant peu connu des entomologistes, 
qui, d'autre part, le rencontrent rarement avec ses congénères, il a pu être estimé très 
rare par le Cat. de Saône et Loire et en général il est considéré en France comme assez 
rare, bonne espèce ; cependant il est commun et se trouve souvent en très grand nombre. 
Pour le trouver facilenuMit, il faut le cliercher dans le Mi/cor/ala ininiata qn'i est le ber- 
ceau de sa larve et longtemps la demeure de l'adulte. Avant d'entrer dans de plus amples 
détails, voici les indications permettant de reconnaître le Mijcojala miniata, habitat de 
VE. tcstaccus. 

C'est un petit cryptogame vivant en nombre sur le bois décomposé des vieux saules 
entrouverts. Il apparaît surtout au printemps et à l'automne, après un doux rayon de 
soleil, sur le bois spongieux des saules humectés par la pluie. 11 met environ quinze jours 
pour arriver à maturité ; sa taille est alors celle d'un petit pois ; sa forme celle d'un Ly- 



-9i -^ 

coi)erdoQ grisâtre. A l'iutérieur il coulient une bouillie rose ressemblant beaucoup à du 
chocolat au lait ; à la maturité, ce liquide est transformé en une graine très une qui s'é- 
chapjie par la partie supérieure ; les sujets se succèdent tant que la saison favorable |)er- 
sisle. 

C'est dans ch;»cun de ces petits cliampignons ([ue les Ç de VE. icstdceiis déposent de 
un à quatre œufs et plus ; il en sort bieûtôt des larves tout à fait inhabiles à marcher. 
Elles dévorent en ((uelques jours la délicate farine contenue dans le Mijcofiala, puis se 
transforment en nymphes dans son enveloppe vide pour apparaître bientôt adultes. Mais 
les choses ne vont pas toujours ainsi ; souvent les Ç imprudentes déposent plus d'œufs 
que la petite hôtellerie ne peut loger de consonunateurs, alors la nourriture manque 
avant l'époque de la métamorphose, ce qui cause la famine, puis la mort, à moins qu'un 
M(jco(jata ne toucl)e immédiatement celui qui vient d'être vidé. La larve se laisserait 
mouiir sur place plutôt que de parcourir un centimètre en dehors de sa prison pour 
atteindre un grenier sauveur; assez souvent, ces larves afl'amées perforent l'enveloppe du 
champignon et tombent à terre ou on les trouve mortes. J'estime, d'après ce que j'ai ob- 
servé, qu'un tiers des larves de VE. tcstaceas meurent de faim, ce qui n'empêche pas un 
grand nombre d'adultes de circuler sur le saule qui les a vu naître pour dévorer les Mu- 
corjala restant. 

V A(jafhuUai)i piccn/n Ev., espèce d'une valeur ordinaire, quoi(|ue non mentionnée 
par le catalogue de Saône et Loire, vit et opère aussi ses métamorphoses dans le Myco- 
'jala; mais à la différence de VE. tcstaceas, les femelles ne déposent qu'un œuf dans le 
même clianqiignon. Il est extrêmement rare de rencontrer deux larves ou adultes ensem- 
ble avant que l'enveloppe du champignon ne soit brisée. 11 est vrai (jue l'insecte étant 
l)ien plus gros que VEnicnius, toute la substance du champignon n'est pas de trop pour 
le mener à bonne lin. Jamais je n'ai trouvé de larves mortes chez l'A. piccuin qui arrive 
toujours à entier développement sans passer par la famine comme l'espèce précédente. Je 
n'ai pas non plus rencontré ces deux genres réunis sur le même arbre ; les Mycorjala 
sont occupés en totalité ou par des Enlciniis seuls ou par des A. picei/in seuls. Pour un 
saule convenablement couvert de Mycorjcda, on peut trouver de 80 à 1.^0 E. tcstacciis 
adultes ou 30 à 40 ,\. jjicciiin. 

Le Liodcs orbicalaris adulte se rencontre assez souvent aussi dans le Mycogala, 
seul ou en compagnie de VAQathiditiiii picciiiit. Je ne l'y ai jamais trouvé en nombre, ni à 
l'état de larve. La raison de ce fait est que le Mijcorjala n'est pas la demeure, la nourri- 
ture spéciale du Lindes, mais un quasi-domicile, un supplément, un faute-de-mieux, 
destiné à remplacer l'aliment ordinaire qui fait défaut. Cet aliment spécial est un petit 
cryptogame du genre Stemonitls ; il a un pieti à peine de la grosseur d'un cheveu et un 
cliapeau de la taille d'une tête d'épingle fine; il croît en rangs serrés, par plaques de 5 à G 
centimètres carrés, sur le bois mort et humide des vieux saules. C'est sur ces plaques que 
se trouve le L. orbiciilarls,en petits troupeaux de 6 à 7, paissant cette herbe d'un autre 
genre, comme des bœufs dans une prairie. Lorsque leur pâture est mise à nu, les L. orbi- 
calaris errent sur le tronc de l'arbre jusqu'à ce qu'ils aient trouvé une nouvelle oasis. S'ils 
n'y réussissent pas, ils attatjuent n'importe quel champignon qui se trouve à leur portée, 
pourvu qu'il soit de la famille des Myxomycètes à la(|uelle a[)parliennent les genres Ster- 
inonitis et Mycogala. l'ar là s'expli(iue rationnellement la présence passagère du L. or- 
bicalaris dans ce dernier champignon. Je n'ai jamais trouvé la larve de cet insecte ; il 
est à croire qu'elle vit dans le bois p lurri des saules. 

Abbé VrruiiAT. 



Petites nouvelJes. 

— La faune des Montagnes Rocheuses de l'Amérique du Nord est loin de nous avoir dé- 
voilé tous ses secrets, comme preuve le granil nombre de niictuelles nouvelles dont M. 
John B. Smith publie la description dans les Transactions oj thc American Entoino- 
lo'jical Society. 

— M. le préparateur II. Schœdle, s'est eml)nrqiié pour l'Afrique: il se [ii'opose de collec- 
tionner dans les monts Atlas. 



— 08 — 

— \'n coUoctiomiciir hahitanl la Ut'publique Argonlinc cliercbc des acbcleurs pour objets 
irbisloire naturelle (luil doit recevoir de l'intérieur du pays. Les amateurs sont priés de 
s'adresser, siibV,. G.8U."), à M. Ueinb. Ed. Hoffmann, (irünberg, Silésie. 

— Les collections rapportées de Port-Saïd, d'Aden, de Ciwlan. des Iiules, de l'Arcbipel de 
la Sonde, d'Australie, des îles de la mer du Sud par l'Arcbiduc d'Autriche François Ferdinand 
ont été exposées publi(piement dans le Belvédère de Vienne ; on y remarciuait de nombreux 
insectes provenant de la zone indo-auslralienne et du Japon. 

— M. C. V. Riley, entomologiste de l'État aux États-lnis, donnera désormais ses soins aux 
collections d'histoire naturelle du Musée de AVashinglon. Il se propose aussi de publier 
différentes études d'histoire naturelb^. 

— M M. Th. Kässner et Albert llaas, partis de Pretoria vont entreprendre un voyage d'ex- 
ploration à travers le pays des Matabele, le long du lac Nyanza jus([u':i Zanzibar. De Zan- 
zibar, ils se proposent de pousser à travers le Kilimandscharo et la région des Lacs jusque 
dans le Soudan. Ils se proposent de collectionner surtout des insectes et des plantes. 



Échanges. 

Les annonces crrchan/ie émanint de nos abonni'S et ne di'iiassant pas six 
lignes d'ùni^ression serunf insérées 'jratuite/ncnt. 

M. "V. Richon, à Iwuy, Nord, désire Lépidoptères de France et cxoticjues. — Oblata : 
C. Ocularis, M. Persicariœ, D. Fissipnncta. M. Anceps, V. Gracilis, Gothicay 
X. Vinhmsa, Rahi, Xanfhographa, A. riitjricans, Saucia, etc. etc. et exotiques. 

M. le Dr. Hinneberg, à Potsdam, Allemagne, désire entrer en relations d'échan- 
ges avec des Microlépidopléristes sintéressant surtout à la biologie et offre 
de rares Microlépidoptères d'une grande fraîcheur et des chenilles de micros bien 
préparées. 

M. le Dr. Gabriel Strohl, Custos am naturh. Cabinet, Admont, Autriche, désire 
entrer en relations d'échanges pour Coléoptères, Diptères et Lépidoptères européens et 
exotiques. Offre des espèces européennes et nord-américaines. 

M. l'abbé E. Eck, Niederburnhaupt, Alsace, offre de beaux insectes exolicpies con- 
tre Carabides, IKIatérides, Buprestides, Lucaiiides et Longioornes du Sud de l'Europe. 
Envoyer oblata. 

M. Otoji Takahashi, Tokio, Japon, offre en vente des insectes japonais. Prend aussi 
en échange des insectes européens de tous les oi'dres. Correspondance en anglais. * 

M. Basile Oshanin, à Tachkent, Russie d'Asie, offre des Hémiptères et Coléoptères 
du Turkestan en échange dlirMni|»léres, surtout exoti(|ues. 

M. A. Beaulieu, Rue de rArchevêché, Tours, offre : l'ajiilio Tjjdiens, Delalati- 
dii, JjttreiJlanas et plusieurs autres exotiques contre des Noctuelles d'Euroi)e. Liste 
d'oblata sur demanih'. 

M. Samuel ■ Daebeli, Professeur, Aarau, Suisse, offre des llyninioptéres suisses en 
éciiange (Faulres Hyménopléres. 

N. J. Mantero, rue Galato, 9, Gênes, tiésiro des Hyménoptères; offre en éciiange 
Aiinji/itlialniiis llaniorini Geslro.' 

M. L. Clouet des Pesruches, à Medjez-Amar, près Guelma, Algérie, désire des 
.\/diO(liens du globe ; offre de bonnes espèces de Coléoptères algériens. 

M. Silvio Luzzati, S. Marco, N. 998, "Venezzia, Italie, s'occupant surtout de Colé- 
upléi'es et de I.cpidoplèn's, oll'ie de l'aire des échangi^s. * 

M. P. Chardon, 48. rue Rochechouart, Paris, (dire de l'aire des échanges, désire sur- 
tout Cicindélides, l.ongieornes et Pectinicornes du glol)e. 

Le Directear-Gérant : E. Bautiie. 
Narbounc. — Imprimerie spéciale des „MISCELLANEA ENTOMOLOGICA " 



Comité d'études. 

M. Couturier, à la Nerthe, par Saint Henry, (B ^ 
terrestres ot fluvi;ililes du globe. 



du Rhône), (ioquilles marines. 



No:'S rappelons (pie tout encnl d'insectes aux membres du Comité doit cire > 
parpii' de timbres-poste pour ic retour et au, besoin pejur ta réponse. 

Mail icirj. hiermit qebe.tcn Jeder Insektens'-nihnui an die Mitqlirdrr drs 
Ausschusses das Franko für Rücksendun'j iiii-l ui'iiliiiifn'rnllsi'iir An/icnrf !>i-i:idi 



Studicri- 
ijni. 



Annonces 

fr. 10. 



La p;ise 

1/5 « 

1^ 1 4 « 

1/8 .. 

Note de. 7 à 8 lignpf? do. 20 h-ttros, ."JO cent. 
Réduction d'nn tieis ponr les annonces à Tannée. 
« d'nn qnart poni- les annonces an tviniestri 



V. .50 
l. 2.5 



Anzeigen 

Die Seite .Mk. 8 
1/2 -. « i 

i'i « ,< 2 

1/8 « « 1 

Anzeir;en von 7 bis 8 Zeilen zn 2G lînclistaben, 40 Pf. 
Itednktion nui ein Uritlel ti'ir .jährliche Anzeia^en. 

« uni ein Viertel lui' vierteliàhrliche Anzeigen 



POUR LES ADONNllS: 

Rrductinn — / a G insert, de ta même ann;m:-c "-?5 ."J ; 12 insci't. 3:J ]■]% ; ?/ ins. 50 % 



Les annonces sont payables d'avance 
par mandat-poste. 



Die Anzeigen ■werden zum Voraus 
durch Postan-weisung bezahlt. 



C0rr6Sl'^0EdâIÎC6 ^""''^ ^^ eom'siunuhuwi- doit èlre adressée à M. E. Barthe, 

1 professeur, rue des Fossés, 2, Narbonne, Aude, France. 

Nous corresi^ondons en fran(;ais, allemand, anglais, espagnol, italien et latin. l'rière d écrire très 
lisiblement et sur une feuille à part le texte des annonces. 

Aile Briefe sind zu richten an Professor E. Barthe, rue des Fossés, 2, Narbonne, 
Aude, (Frankreich). Wir werden correspond ieren : Französisch, Deutsch, Englisch, Spanisch, Ita- 
ienisch, Lateinisch. Es wird gebeten, Artikel oder Anzeigen möglichst deullicii zu schreiben, und 
die .\nzeigen auf ein besonderes Blatt zu setzen. 

N.B. ^°"* payement doit se faire d'avance par mandat-poste ; nous n'accep- 
tons de timbres-poste que peur les petites annoncée. 

Jede Zahlung muss in einer Post-Anweisung pränumerirt werden ; Freimarken 
werden nur für kleine Anzeigen angenommen. 

Les abonnements partent du commencement de chaque trimestre. 

Die Abonnemente gehen von Anfang eines jeden Vierteljahres ab. 



J. Desbrochers des Loges 

à TOURS Indre-et-Loire. 

Prix courant de Coléoptères d'Europe et Circa, d'Hémip- 
tères, d'Hyménoptères, de Curculionides exotiques. Achat 
de Curculionides exotiques. 

Direction du Frelon, Journal mensuel d'Entomologie 
descriptive (Coléoptères). 
Prix de l'abonnement : 6 fr. pour la France et l'étranger. 

Bollettino del naturalista. 

14» année. 189 k 
Journal mensuel. Abonnement 3 J'r. 
Contenant des communications et notes d'histoire na- 
turelle. 

Publie gratuitement toutes les communications 
et annonces d'échanges d'objets d'histoire natu- 
relle de ses abonnés. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



Histérides, Buprestides, 
CERAIVIBYCIDES OU GLOBE 

COLÉOPTÈRES AFRICAINS 

ir. Â. Théry 

à St. Charles, Algérie. 

désire acqu(''rir les raretés lui man- 
quant en Histi-rides, Buprestides et 
Ci'ramitijcides d'Europe. 

offre, en échange de ceux d'autres 
provenances et de Coléoptères africains 
de bonnes espèces algériennes et du 

globe. 



ÉPlf^GLES A SMSECTES yîEf^E^JGÎSES 

Johann MÜLLER 

Vienne, Autriche, II, Circusgasse 20, 

recominaïuie son iissortinuMil complet tics cxccllenles ôpiiiylcs hiuiuiios cl noires, c|)ingles camions 
épingles pour micros. 

.Mon dcpùt gênerai pour loulc la France se trouve clnv. M. HENRI GUYON Paris, 20, rue 
des Bourdonnais. 



I 



jetzt vereinigt mit der 



„Sammler -Börse" 







I 



, Offirlenblatt . ^ ^ÉSlii 

l îmXlhr.'.te aller Sàmmei-lnteressen.r^||^ 







ist i'ür „Entoiîioloireu" und „Saîiimlor" das "hervorragendste Blatt, welches wegen 
der belehrenden Artikel sowie seiner internationalen und grossen Verbreitung betreffs 
Ankauf, Verkauf und Umtausch aller Objekte die weitgehendsten Erwartungen erfüllt^ 
wie ein Probeabonnement lehren dürfte. -Zu beziehen durch diePost (Zeitungsliste No. 3 135) 
und die Verlags-Buchhandlung Prankenstein & Wagner, Leipzig , Augustusplatz 1. 
Abonnement bei Zusendung unter Kreuzband in Deutschland u. Oe.'iterreich 1 Mk., nach 
»nderen Ländern des Weitpostvereins i Mk. 20 Pfg. = 1 Shilling 2 Fence = 1 Fr. 50 Cent 



J 



and Journal of Variation. 

Publié par J. W. TUTT, F. E. S. 
AiiONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 

— FKANCO — 

(lelle r.i'vue Srienlili(|n(> nionsnelle contient des arlicles 
l'un intérêt général pour les Lepidojiteristes de tous les 
pays cl est illustrée de nomljreuscs planches euchromoli- 
lliogiapliic. 

Le montant de l'abonnement doit être adressé à 

IVI'". A. J. Hodges, 2 Higbury Place, London N. 

Il IE 

BRSTISHNATURALSST 

REVUE ILLUSTRÉE D'HISTOIRE NATURELLE 

surtout d'Entomo!ogie et de Conchyliologie 

DiiiKiÉi: l'AK JOHN r. uo:!so>, \. r. s. 

Hartli'i):i()l. Aiif/li'iri'rc 

avec la collahoralion de nombreux spécialistes. 

AFiONNEMENT ANNUEI, : 6 Shillings. 
John E. ROBSON,HARTLEPOOL, Angleterre. 

Rivista italiana di scienze naturali. 

l'f^ année. 18'J'k 
Journal bi-incnsacl. Ahnmirinrnt 5 fr. 
Contenant des mémoires illustrés et l'annonce de tous 
les travaux italiens sur l'histoire naturelle. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



Mo GROÎSSANDEA.U 

rue du Bourdon-blanc, 15, 

Orléans, 

désire accjuerir par voie d'échange ou 
(•outre argent toutes les espèces de Psé- 
laphidee, Scydmenidae, Paussidœ 
et Clavigeridse du globe qui peuvent 
1 intéresser, déterminés ou non. 

U y a des doubles de plus de TiOGO es- 
pèces Glillo-Rhénanes et Corses à la dis- 
position des entomologistes qui veulent 
entrer en relations lEéchanges. 



On achète ou on échange 

contre des insectes les timbres de Fran- 
ce de 18i8 à l'etligie de la République 
(en particulier le timbre de 1 franc), 
ceux de la Présidence et de l'Empire 
18:i2-1870) à l'elligie de Napoléon 111 et 
eeux de 1870-71, République, non den- 
telés. 
S'aJrcssi-r au Rureau du Journal 



N» 9. — Vol. II. 2"" Année — II Jahrgang. i septembre 1894. 



Miscellaiiea 

Entomologica 

Organe international 

contenant les demandes dechange, d'achat et de vente de collections 

livres ou objets d'histoire naturelle. 

Anzeiger von Tausch, Kauf und Verkauf für internationale Entomologen. 

Entomologîst's international Advertiser for exchange, purohase and sale. 

Direction et Rédaction 

E. BARTHE, à Narbonne, Aude, (France). 

Avec la collaboration de naturalistes de tous les pays. 
Mit Mitwirkung interna tinaer Entomologen. 




Les " Miscellanea Entomologica " paraissent le l" de chaque mois. 
Abonnement annuel : Union postale, fr. 5. 
Die " Miscellanea Entomologica " erscheint am l. jeden Monats. 
Jährliche Subscription : 4 Mk Annual subscription : 4 sh. 



Comité d'études — Studien -Ausschuss 

MM. Argod- Vallon, à Crest (Drôme). Longicornes et coléoptères cavernicoles du globe. 
A. Finot, 27, rue St. Honoré, Fontainebleau. Orthoptères du globe. 

F. Ancey, St. Loup, 138, Marseille. ("-(»Iroplcres en général. 

H. Gouin, 99, cours d'Alsace-Lorraine, Bordeaux. Coccinellides de France. 

R. Martin, au Blanc, (Indre). Odoiialcs du globe. Névroptères d'Europe. 

D' M. Régimbart, à Evreux (Eure). Dytisoides et Gyrinides du globe. 

R. P. Belon, rue du Plat, 18, Lyon. Lathridiens. 

E. Barthe, Cette, (Hérault). Coléoptères de la Guyane française. Apiculture. 

M. Pic, à Digoin, (Saône et Loire), Longicornes d'Europe et circa et Anthicides du globe. 

J. Croissandeau. rue du Bourdon-Blanc, 15, Orléans. Scydménides, Paussides, Pséla 

pliides et Ciavigérides du globe. 
D' Chobaut, 4, rue Dorée, Avignon. Mordellides, Anthicides, Pédilides, Rhipiphorides, 

Vésicants et Œdéniérides de la faune paléarctique. 
A. Janet, 104, boul. Saint-Louis, Toulon-Mourillon. Rhopalocères du globe. 
D' A. Sicard, à Tebourzouk, Tunisie. Coeciiiellides du globe. 
D' L. Vitrac, aux Trois-Rivières, Guadeloupe. Entomologie des Antilles. 
E. André, 17, rue des Promenades, à Gray, (H"; Saône). Formicides du globe et Mtitilli- 

des de la région européo-méditerranéeiiiie. 
M. Vauloger de Beaupré, lieutenant au 144-^ de ligne, Blaye, (Gironde). Cicindélides 

et Chrysoniélides d'Europe et eii'ea. 
A. F. Nonfried, Rakönitz , Bohemia, Autriche. Lucanides, Cétonides, Mélolonthides 

lUitélides, Dynastides, Buprestides et Cérambycides du globe. 
A. Théry, St-Charles, par Philippeville, Algérie. Buprestides du globe et Longicornes 

(l'Euro|)e. 
l'abbé A. Carret, aumônier aux Chartreux, Lyon. Carabides d'Europe et en particulier 

genres Hai'palus, Pterostichus et Aniara. 
A. L. Montandon, Strada viilor filarete, Bucarest, Roumanie, llémipières Hétéroptè- 

res. 

G. Gribodo, Via Maria Vittoria, 19, Torino, Italie. Vespidïe et Mellifera du globe. 

D' C. Schaufuss, Directeur du Museum Ludvvrig Salvator à Meissen, Saxe. Scolytides 

Plalypides et Scydménides exotiques. 
Df Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, Wien, I/l, Autriche. Cassiilides du globe. 
E. Simon, 16, Villa Saïd, Avenue du Bois de Boulogne 56, Paris. Aracluiides du 

globe. 
H. Fruhstorfe"r, Berlin N, Gartenstrasse 152. Rliopalocères de la région Indo-austra- 
lienne. 
D' Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, "Wien I / 1. Cassidides du globe. 
G. de Bony, rue Vaneau, 36, Paris. Genre Cicindela (Europe et contins), Carabides \Tais 

(ciiropi'ens et evoliiiues), si)écialemeiit genre ^'ebria. 
E. Abeille de Perrin, rue de la bibliothèque 24, Marseille. Buprestides, Malachides 

et Gisides paléarcli(iues. 
E. Fleutiaux, 1, rue Malus, Paris. Cicindélides, Élatérides du glol)e. 
D' A. Puton, à Remiremont, Vosges, llémipières iléléroplères i)aléarctiques. 
H. Caillol, avocat, rue Traverse du Chapitre, 18, Marseille. Cryptophagides, Mylabri- 

ilcs (lîruellides) et l'roniides |)aléarctiques. 
H. Nicolas, rue Velouterie 9, Avignon. Biologie des Hyménoptères. 
C. Houlbert, professeur au Collège de Dieppe. Larves de Coléoptères, Orllioptères et 

Névroptèrcs. 
D '^J. Candèze, à Glain-lès-Liège, Belgique. Elatérides du globi-. 
C ü)'uyant, rue Gaultier de Biauzat, 26, Clermont-Ferrand. l'aune entomologique 

les eaux, spécialement llydroeorises. 
E. l igonot, 12, quai de la Râpée, Paris. )li( rolépidopléres d'I iitope ; Pyralites, Crani- 
ales et l'iivoites du globo. 

ichal, à Argentat, (Corrèze). ll>menoptera aeuleata de la n-ion circa méditerra- 
• une et d'AfViiiue : llaliclus cl l'rosopis <lc l'ancien monde, 
■veillé, rue de Flore 104, Le Mans (Sarthe). Botanique en -encrai, 
vestri, à Bevagna, Umbria, Italie. Myriopodes du globe. 
(Voir la suite à la parjc 3 de la coacrrdirc. 



^^sttiUH" moKOLoeicf 



NUNTIUS ENTOMOLOGICUS INTERNATIONALIS 



No. 9. Vol. II Édition Française 1 Septembre 1894. 

Une nouvelle Blattide récoltée dans l'île de Candie 

par le Docteur Giacomo Ceccom. 

Il y a quelques jours, le Docteur G. Cecconx m'a envoyé deux es pèces d'Orthoptères 
recueillis par lui dansj l'île de Candie, qu'il avait oublié de joindre à la collection en- 
voyée précédemment et dont j'ai publié le catalogue dans les Miscellanea Entomolo- 
fjica (1). 

De ces deux espèces, l'une est une Grillide, YŒcanthus pellucens (Scop.)Br. repré- 
senté par 2 c? (Calives) ; elle ne présente rien de remarquable. L'autre espèce est une 
Blattide que l'on peut rattacher au genre Aplilehia Brunner et qui est très voisine de l'A. 
pallida Br., mais très notablement distincte. Elle s'éloigne encore davantage par diffé- 
rents caractères de toutes les autres espèces congénères de moi connues et même de celles 
qui ont été décrites par le D'-. Kraus dans son travail sur les Blattides de la Crimée (2). 

Je décrirai en attendant cette forme, bien que je n'en connaisse que le <^ , comme 
une race locale de VA. pallida, représentant dans l'île de Candie, avec des dimensions 
plus petites et une coloration un peu différente, l'espèce susdite propre à la Grèce. 

Aphlebia pallida subsp. Cecconii m. — <^ : Parous, palllde testaceus. Caput 
pallide testaceum,fasco-üariegatii/ii; J'roiito J'usca, vcrtice linea pallida orna- 
io. Proiiotuiii seiniorbiculare, disco pallide ferrugineo, margiiiibus late palliais ; 
disciferrugiiiei pars antica subtiliter fusco liinbata. Elytra tota pallide testa- 
cea, venis cix indicatis ; apice pcrfecte rotundata, abdomen tegentia. Alœ ru- 
dimentariœ. Pedes testacei. Abdomen supra nigro-piceum, segmentis singulispos- 
tice subtiliter pallide marginatis, segmentis duobus ultiniis J'errugineo-testa- 
ceis, basi subtiliter irregulariterque fuscis. 

Long, corporis mm. G ; long, pronoti mm. 2; long, elytr. mm. 4. Habitat .• 'Topolia 
(Ins. Gandia). 

Ab A. pallida statura minore, ahdominisque colore et piclura, prsecipue distincta. 

1. Miscellanea Entomoloijica, vol. II, 1891, No 8. 

2. Dr. Hermann Kr\uss. — Blallideu aas der Krim und aus West Kaukasien. \'erhancll. der K. 
K. Zool. Bot. Gesellschaft ia Wien, 1888, XXXVIII Dand. A. polila, A. Relowskii nn. ssp.. 

NB. — Un ($ de VA. polila, Krauss, pag. 569, lab. XV, lig. 2, provenant de l'Arménie, existe an 
Musée zoologique de Turin. 



— 1(10 — 

Seconde note sur les genres ANÛNCONOTUS Camerano et ANALOTA Brunner. 

J'ai déjà publié une étude (') daus lacjueUe j'ai démontré la parfaite synonimie entre 
le genre de Locustides Anonconotus, établi par le prof. Camerano en 1878, et le genre 
Analota de Brunner von AVattenwyl, créé en 1882. 

Le genre Anonconotits]A\ail été complètement oublié par les orthoptérologues, prin- 
cipalement parce que le Zoological Record n'en indique pas la publication. 

La synonymie susdite fut étudiée par moi après un examen sérieux des types, et dans 
mon travail précité, j'ai donné de nouveau la diagnose et l'indication des espèces connues. 

Dans les plus récents travaux sur les orthoptères et principalement dans la Revision 
du système des Orthoptères de Brunner (î) et dans les études du D'- Azam sur les Or- 
thoptères des Hautes et Basses Alpes, je vois encore indiqué le genre Analota, tandis que 
probablement ces auteurs ne connurent pas mon travail sur la synonymie à laquelle je fais 
allusion. 

Je crois donc utile d'appeler de nouveau l'attention des savants sur cette dc-monslra- 
tion et je crois opportun de publier encore dans un journal entomologique très répandu 
comme lesMiscellanea Entomologica, toute la synonymie du genre, beaucoup plus ample et 
beaucoup plus complète que celle que j'ai déjà publiée dans le travail précité, en y joi- 
gnant l'indication des ouvrages de Fiuot, Schoch, Pictet, Brunner, Azam et des miens qui 
ne figurent pas dans ce travail. 

La synonymie est la suivante. 

Genus ANONCONOTUS Cameuano. 

Anonconotus - 1878 - r.A\ir.i!ANo. Atti délia \\. Ace. délie Se. di Torino, Vol. XIll^ p. 
1191. 

Omalota - 1881 - (!) Taiigiom-Tiiz/i/iti, (in lilleris et in scliedis). 

Analotu - 1882 - Biu.nnkh vo.n Wattknwvi.. Piodr. der Europ. Orthop. Leipzig, p. ÔIO, 
Tab. IX, lig. 77. 

Analota - 1883 - KiNdi. Les Orlli. de la Trance. Paris, p. 104. 

Analota - 1886 - Scikicii. Orliiopt. Ilelvelia'. Scliaflliausen, p. 15. 

Anatola - (!) id est Analota) 1888 - Pictict. Mém. Soc. pliys. et liist. ual. de Genève, 
Tom. XXX, IS'o 0, p. 59. 

Anonconotus - 1892 - Giiii iim. iioU. d. Mus. di Zool. e Anatom, com]). Torino, Vol. 
VII, No l'2.'., p. -.. 

Anonconotus - 1893- (Iuiimm. Ortotteri dcl l'iemonte, I" Locustiili. - Ibidem, Vol. 
Vill, >" lil,i). .") et 'Ih. 

Anatola (!) /'/ est AiuiJola) 1893 - Bri.\.m;u v. Wati., Ann. Mus. (:i\ . di St. Xat. di 
Ceiiova. Ser. 2, Vol. Xlll, p. 18(i. 

Analota - 1893 - Azam. Uilli des ll.iutes et Basses Alpes. - Ann. Soc. Eut. Franc, Vol. 
JAII, 2' triii). p. l'.)'i. 

l»r. Achim I. tluiiriM. 
Torino. //. Mkscii ZodUitjicu. 
■25 .lajiv., 1S'J5. 

1. A. urillïni. — Sui generi Anonconotus Camerano o Anulolu liriiiiricr - JJoll. dei Musei di Zool 
e Atiat. Comp., Torino, Vol. VII, N" lf!.-|. 1S!)2. 

2. Ann. del .Mus. civ. di Si. .Nul. di lieiiuv;i, Sur. i. Sol. Mil, 18(i3. 



- 101 - 

RAPPORTS NATURELS ET PHYLOGÈNIE 



PRINCIPALES FAMILLES DE COLEOPTERES 

Par CONSTANT HOULBERT (1) 

Docteur os sciences naturelles. 
(Suite) 



Chez les Hétérocérides, autres Coléoptères des lieux humides, les larves reproduisent 
plus directement le faciès des Cryptophagides ; leurs premiers états ont été observés par 
Westwood et Kiesenwetter 2. Le corps de ces larves est allongé et garni de poils nombreux 5 
les segments abdominaux sont cylindriques et beaucoup plus étroits que les segments 
thoraciques ; le dernier porte un prolongement anal charnu. Ces larves sont donc diffé- 
rentes de celles des Parnides ; elles ressemblent plutôt à celles des Sperchéides. 

Toutes ces atlinités sont fort obscures. Ces groupes sont évidemment voisins les un 
des autres, on le voit très bien ; mais il me paraît impossible, dans l'état actuel de nos 
connaissances, de démêler exactement leur degré de parenté absolue. 

Il est bien certain que les Clavicornes, pris dans leur ensemble, se rattachent aux Palpi- 
cornes ; mais, d'un autre côté, certains groupes secondaires ont des caractères qui leur 
sont propres; une seule chose apparaît très nettement, c'est que l'adaptation au milieu 
aquatique a produit des formes qui rappellent de très près le faciès dytiscien de la série 
précédente. 

Avec toutes les réserves qui précèdent, j'établirai donc comme il suit le tableau gé- 
néalogique des Clavicornes. 

Souche hétéromère. 

Il Pyrochroides. 



Cucujides. 
Colydiides. 
Trogositides. — 
Nitidulides. 
Cryptophagides. 



Erotylide.s. Byturus. 

Endomychidcs. | 

Coccinellides. 



CllUYSn.MÉLIDES. DeHMESTIDI:^. 



.= > Peltides [Trogositides]. 

Mycétophagides. 
Nosodendron [Byrrhides] 
Hétérocérides. 
Parnides. 

Elmides. 
I I 

î I 

Ilydrobiides. Hélophorides. 

I Aiiip/iiops. 

îjj CVIIIMDES. 

Y 
IlVUROI'lIlLIDES. 

Le rameau (jui a donné naissance aux deux groupes acjuatiques, llydrophilides et Gy- 
rinides, paraît s'être détaché de la série Clavieorne au niveau des Trogositaires par le 
groupe des Peltides. Ceux-ci se sont ensuite développés parallèlement au noyau principal 
qui aboutit aux derniestides, mais en restant très voisins de ce rameau et présentant sou- 
vent des formes de retour qui font qu'on ne peut apprécier ces deux liranches, ayant le 
même point de départ phylogénique, qu'avec de grandes difïicultés. 

1. Voir Miscellauea Entomnlogica, n»« 4, 5, (3, 7, 8. 

2. Kiesenwetter. Germars Zeilsc/ir. vol. V, \>. 480. 



'■■'■''^ 



— 102 — 
— Coccinellides et Chrysomélides. 



1(1. ;.' li!^ jl.ii'ic ii'ii'^, li)ii l's iliùl'îs soiU si ii.),nl)i'eiiies et si variées, 

les Cryptopha^des (Fig. 12, a) semblent encore former un centre secondaire d'évolution, 
auquel se rattachent très inlimonient plusieurs groupes qu'on a coutume d'en éloigner 
beaucoup ; ce sont les Erotylidcs, les Kndomychides, les Goccinnellides, etc. 

Il me semble aussi que la riche famille des Chrysomélides doit suivre immédiatement 
celle des Coccinellides, car il existe un grand nombre d'espèces qui établissent le passage, 
aussi bien par leur structure que par leurs hal)itudes et leur mode de nutrition. 

D'ailleurs, les larves des deux familles sont excessivement voisines, et si les Cliryso- 
mélides sont essentiellement pliytophages, il ne faut pas oublier que tous les Coccinel- 
lides ne sont pas aphidi|)hages. L'habitude de rccliercher les pucerons parait acquise par 
adaptation dans cette famille, et très probablement les Prococcinelles étaient pliytophages 
à la manière des Ghrysomèles, ainsi ([ue tend à le fttire croire l'organisation de leur orga- 
nes masticateurs. 

Toutes ces espèces forment un ensemble bien ordonn('', qui acquiert sa i)lus grande 
perfection morphologiciue chez les Chrysomélides ; je désignerai donc sous] le nom de 




FiG. 12. — a. Larve du Cryplopkagus dentalus (Cryptophagides). — b. Larve du Corticaria pubes- 
ce»isrLalhridiides;. — c. Larve de VOrthoperus brimipes (Clypéastrides). — d. Larve du Lycoperdina 
hovislœ fEndomychidfts). — e. Larve du Lina poptili (Clirysoinèlides). — f. Larve du Clylhra vicina 
dans son fourreau (Chrysomélides). — g. Larve du Coccinella septemptinctata (Coccinellides) d'après 
Fairmaire et M. Girard. 

faciès chrysomélien le plan organique fondamental sous lequel ces insectes se présentent 
le plus souvent à nous, plan qui ne subit que de très légères modifications (piand on passe 
des formes les plus inférieures aux formes les plus parfaites. 

Au début de cette série, par exemple dans les familles des Erotylides et des Kndomy- 
chides, les Insectes ont conservé les habitudes des Clavicorues et vivent dans les matières 
végétales en décomposition ; leurs larves, qui ne sont connues que chez les Endomychides, 
ont le corps allongé et atténué vers l'extrémité posti-rieure ; elles possèdent des pattes 
courtes et des antennes triarticulées ; leur couleur est rouge ou brune (Fig, 12, d). 

Les larves des Coccinellides (Fig. 12, gi ont des caractères voisins, et doivent égale- 
ment se rattacher au type Campodé ; leur corps est allongé et pourvu de tubercules diver- 
sement colorés ; l'extrémité posti*i'ieure se termine par une sorte de mamelon visqueux 
qui sert à lanimal pour se fixer ou progresser. Ces larves ont six pattes bien dévelop- 
pées ; elles poursuivent avec acharnement, sur les plantes, les pucerons dont elles font 



— 103 — 

leur nourriture, et exilaient, quand on les inquiète, une odeur très forte qui rappelle 
beaucoup celle des Télèpliores. 

Les larves des Chrysoniélides (Fig. 12, e, f) ont des habitudes sociales ; elles vivent gé- 
néralement en grand nombre sur les piaules dont elles se nourrissent ; elles laissent suin- 
ter par les articulations de leur corps, ([uand on les saisit, un liquide acre qui leur sert 
évidemment de moyen de défense et les protège contre les attaques des oiseaux. 

L'une des particularités les plus singulières de leur évolution larvaire consiste en ce 
fait, qu'elles recouvrent leur corps d'uae enveloppe protectrice formée avec leurs excré- 
ments. Avant de se transformer en nymphes, elles se fixent, par leur extrémité postérieure, 
à la manière des Coccinellides. 

C'est chez les Clythres que la construction de ces fourreaux est le plus remarquable 
(Fig. 12, f). « Lorsque la larve est arrivée au terme de son développement », dit M. Mau- 
rice Girard 1, « elle ferme la partie antérieui'e du fourreau avec un opercule qui n'est pas 
« sans analogie avec celui dont beaucoup de limaçons terrestres bouchent l'entrée de leurs 
« coquilles pour se protéger contre le froid de l'hiver. Elle se retourne ensuite dans le 
« fourreau, de sorte que la partie postérieure se trouve là où était la tête ; l'adulte sort 
« du fourreau en rongeant le fond avec ses mandibules. » 

En général, les larves de Chrysoniélides sont ovales, munies de saillies épineuses et 
de mamelons colorés (Fig. 12, e) ; leurs pattes sont bien développées. Dans ce groupe de 




FiG. 13. — a. Criocêre et sa larve. — b. Cocciaelle. — c. Larves de Coccmelle. 

larves phytophages, beaucoup d"espèces sont nuisibles quand elles se développent en gran- 
de quantité ; tels sont les Criocèrcy, parfois si communs sur les Lis et sur les Asperges ; 
les Haltises sur diverses Crucifères des cultures industrielles et des potagers ; enfin les 
Dory/jhores, importés d'Américpie en Europe, et qui ravagent (quelquefois des champs 
entiers de Pommes de terre. 

A l'extréinité la plus différenciée de la série, nous trouvons, comme dans les chapitres 
précédents, des espèces qui suivent deux voies d'adaptation différentes ; d'un coté les Do- 
nacies. dont les larves, adaptées à la vie aqualiqae, ont le corps foimé d:- douze segments, 
comme les Dytiscides et les Hydiophilides, puis les Hœiaonia, qui S}ut aquatiques sous 
leurs deux états ; de l'autre les Criocàres, dont le faciès se rapprochg jusqu'à un certain 
point de celui des Longicornes (Fig. 15, a). 

Ce fait, qui a porté bien des naturalistes à admettre une iiarenté possible entre les 
Cérambycides et les Chrysomélides, me semble avoir une autre signification. Si nous con- 
sidérons, en effet, (jue les espèces sur lesquelles on a fondé ce rap|)rochement sont préci- 
sément celles qui forment les extrémités des deux séries, de même que les Dytiscides 
et let Ilydrophilides terminent les groupes Carabique et Clavicorne, on arrive à penser que 
l'analogie des Criocères et des Cérambicides pourrait n'être qu'un de ces cas d'adaptation 
convergente, si fréquents dans les phénomènes d'évolution. 

1. M. Girard. Les Métamorphoses des Insectes, p. 133. 



— loi — 

LISTE 

DES 

ENTOMOLOGISTES DU MONDE 



(Suite) 



Caignart de Sauloy, F., Chatillonslr., 5, Metz. Orih. Col. * 

Calberla, Heinrich, Privalus, Dresden, an der Bürgerweise, 8 p, Lep. ' 

Calix, 0., Kaufmann, Blumenstr., 25, Berlin E. Col. ? 

Calliess, R., Lehrer. Guben, Lindengrabeu. Ma. * 

Canzler, B., Pharmaoeut, Limbach bei Chemnitz, Sach. Col. ? 

Cappelmann, Dr. med., Aachen, Rheinpreussen. Lep. * 

Caspari, Vf., II, Wiesbaden. Ent. Lop. " 

Castek, J., Pilsen, Stemana-Aulagen, 8. Lep. Chrys. " 

Charwath, Direktor d. K. K. Oberrealschule, Troppau, Ost. Schi. Lep. ' 

Chauvin, (Fräulein Marie von), Freii)urg in Breisgau. Neur. * 

Christinger, Theodor, Mannheim. D., G. 15. Col. ? 

Cichorius, P., Gotha, Lowenstr., 24. Ent. ' 

Claudon, Albert, rue St. Jean, 5, Colmar. Eis. Col. ? 

Claus, Werner, Göppingen, Württ. Lep. 1 

Clauss, Inspektor der Irrenanstalt, Königslutter, Braunscinveig. Lep. ? 

Conradt, A., Danzig, Goldschniiedegasse, 14, Col. ex. ' 

Credo, L.. p. Adr. Dick Kirscliten, Uffenbach a. M., Ob.- Schlesien. Ent. 

Creutzmann, Strafanstaltssecretair, Prettin a. Elbe. Ma. * 

Crüger, Dr., Privatgehlter, ilohent'elde bei Hamburg. Lep. ? 

Cube, F. von, Barfüsserthor, 5, Marburg, Hessen. Ent, ? 

Cuno, Hammer, Moltkestr., 9, Cottbus, Bez. Frankfurt a. 0. Ent. * 

Czeczatka, Lehrer, Brieg Bz. Breslau, Oppelnerstr., 2b. Lep. Col. ' 

Czwalina, Dr. G., Gymnasial-Oberlehrer, Königsberg, Pr. Col. 1 

Czygan, C, p. Adr. Heirn Schulrath Czygan, Falkenberg, Ob.- Schi. Ent. 



Daehlmann, Oldenburg, Vereinsbank, Gross'nerzogthum. i:/!/. * 

Dähling, C. A., Lehrer, Hameln a. Weser. Ent. ' 

Dalitz, Hauptmann, Schrimm, Posen. Col. * 

Daniel, Ch., Chimiste, Reichertshofen bei Ingolstadt, Bay. Col. " 

Daniel, Josef, Chimiste, Reichertshofen. bei Ingolstadt, Bay. Col. " 

Daub, A., Architekt, Karlsruhe i. B., Wilhelmstr., 56. Ma.' 

Dauch, Julius, Kaufniaiin. Morilzsfr., Ki. Dresden. Col. ? 

Daumiller, Prof. und Realgyinnasial-Rektor, Nürnberg. Lep. * 

Decker, Max, Ebei'swaldc, Elsenbalinstr., 95. Lep. — des. ent. en rcl, avec lépidopt. 

Deeg, Ad., Monteur der Centralwcrkstatt, Regensburg, S|»iegelga.sse, C. 109 I. Ent. * 

Degenhardt, Reciiniingsrath, Clausthal. Col. * 

Dehmisch, G., Referendar a. D., Berlin N, 0.. Friesenstr. 12. Lej). ' 

Deiters. JuL, General-Agent, Bremen. Ent. ' 

Dell, C, Maxstr., 12, Speyer, Bay. Ent. ' 

Denecke, H., Göltingen, Gronerthorstr. 19. Col. ? 

Denecke, Paul, Tauenzienstr., 5, Magdeburg. Ent. * 

Derbfuss, Tb., Mechau. ii. Optiker, Leipzig, Nordstr. 20. Eitf. * 

Dertinger, Karl, Enlingerstr., 7, Pforzheim. Lcj). ! 

Deterling, M., Buchl)inder,|licrlin, l'riesensti., 9. Ma. ' 



— 105 — 

Communications - Qnestions - Observations biologiques - Notes de Chasse. 

Le scorpion blanc de Cette. — L'au passé, au mois de juillel , en chassant Par- 
niena Solieri sur la montagne de Cette, à l'endroit nommé « les pierres blanches », je 
trouvai sous une large pierre plate un Scorpion beaucoup plus gros que l'espèce commune 
dans le midi (long. 0,05%) et d'un blanc jaunâtre. Je le mis dans mon tlacon de chasse et 
le conservai ensuite dans l'alcool. 

Ces jours-ci. en parcourant un numéro du „ Naturalists World " de juin 188i, mon 
attention fut attirée par un article intitulé : The white Scorpion of Cette mountain. 
En voici la traduction : 

« Sur le versant méridional de la Montagne de St. Clair, au pied de laquelle s'étend la 
(( ville de Cette, vit une variété de scorpions que l'on ne pourrait trouver en aucun autre 
« endroit. Cette dangereuse espèce étant maintenant à peu près [complètement détruite, 
« j'ai pensé que quelques détails à son sujet pourraient intéresser les naturalistes. 

« Scorpio montis Sete n'est pas d'une couleur brune ou foncée comme les autres 
« espèces de la famille des scorpions, mais d'un blanc rougeàtre qui la fait aisément re- 
« connaître. Son abdomen se termine par un dard acéré, creusé d'un canal qui communi- 
« avec une glande venimeuse. De toutes les espèces de la classe des Arachnides, 
« c'est assurément une des des plus redoutables. Son venin est non seulement fatal aux 
« oiseaux et aux petits animaux qui sont engourdis par sa piqûre, mais aussi quelquefois 
« à l'homme )i . 

« Cette espèce a été étudiée depuis longtemps et de nond)reuses expériences ont été 
« faites avec son venin, mais le travail le plus remarquable sur ce sujet est celui [du Dr. 
« Ange Maccary (Mémoire sur le scorpion qui se trouve sur la montagne de Cette et 
« sur son venin). Afin d'observer la puissance du venin du Scorpio montis Sete, ce 
« naturaliste intrépide s'était fait piquer lui-même par un de ces animaux à l'index de la 
« main gauche. Il éprouva d'al)ord une douleur si aiguë qu'il faillit s'évanouir. La douleur 
« s'étendit bientôt à la main, Ipuis au biceps et devint insupportable. Une violente fièvre 
« s'empara de lui et un froid pénétrant envahit son doigt et son bras. Il but alors une po- 
« tion composée d'opium, d'ammoniaque, de brandy et d'eau. Cette potion et les soins assi- 
« dus d'un médecin lui sauvèrent la vie. A partir de ce moment l'index enfla et resta in- 
« sensii)le pemlant plusieurs heures. Le mal n'avait pas disparu plusieurs jours après, une 
« teinte jaunâtre s était répandue sur tout le corps et le malade était extrêmement faible. 
« Il ne recouvra sa force musculaire qu'au bout d'environ dix jours ; mais cette expé- 
« rience lui procura 'un appétit dévorant (racenous) qui dura trois semaines. Après cette 
« expérience personnelle, le Dr. Ange Maccary fit [piquer par le scorpion blanc plusieurs 
« animaux qui moururent sur le champ. Tels sont les violents effets produits par la piqûre 
« du Scorpio montis Sete ». 

« Il y a une analogie remarquable entre le dangereux pouvoir de cette espèce et la 
M virulence d'une petite araignée delà Nouvelle Zélande appelée par les Maoris « Katipo » 
« et dont la piqûre cause assez fréquemment la mort de quelques naturels ». 

t 

Signé : Emile Bon.met. 
JI. p. N. s. 
(Member of t/ie Practical Naturalisls' Society) 

Voilà un insecte bien redoutable et si le Docteur Ange Maccary n'était pas anglais, je 
n'hésiterais pas à le taxer d'exagération. Je n'ai jamais entendu dire en effet que la piqûre 
du scorpion d'Europe pût avoir des efïets aussi graves. Sans pousser aussi loin que le Dr, 
Ange Maccary le mépris de ma propre existence, j'aurais été bien aise de vérifier si l'insecte 
mérite sa mauvaise réputation et je regrette de ne pas l'avoir conservé vivant. Dès le re- 
tour de la belle saison je ferai mou possible pour en capturer d'autres exemplaires que je 
tiendrai à la disposition ch' mes collègues désireux de s'offrir en holocauste. L'appétit dont 
on se trouve gratifié après l'épreuve étant une sérieuse compensation des infirmités passa- 
gères qu'elle p^ut causer, je m'attends à de nombreuses demandes. En attendant je me 
déferai du seul exemplaire que je possède, s'il peut faire plaisir à quelque collègue, 



— 106 — 

Le nouveau filet Graf-Krüsi. — Le lopidoptériste suisse bien connu de nos lec- 
teurs, a inventé uu lilet à papillons, pliant en quatre parties, qui mérite tous les éloges. 
La bordure eu acier en est à la foi» légère et solide, le tissu très foit en étaniine de soie, 
mais le principal mérite de ce lilet consiste dans une monture très ingénieuse qui permet 
de l'appliquer à tout bâton. Une vis de serrage assure la rigidité du système. 

La manière de fixer solidenient le cercle au bout de la canne a donné lieu à bien des 
combinaisons. Celle adoptée par M. Graf-Krüsi me paraît être une des plus simples et des 
plus pratiques, car le lilet s'enlève et se place en un instant, sans écrou mobile dont la 
perte désarme le chasseur; le cercle, faisant corps avec la douille n'est pas sujet à fléchir 
ou à vaciller, et une fois plié il est aussi [)eu encombrant que i)0ssible. En un mot ce 
modèle est des plus recommandables. 

E. B. 



Petites Nouvelles. 



— M. E. Gounelle, 'de Paris, vient de s'embarquer pour le Brésil à l'effet d'étudier la 
Faune entomologique de ce pays. 

— Sous le patronage de la Société de Géographie s'est formée à Paris la ,, Société pour 
le patronage des explorateurs franrais " dont le but est de subventionner les explorateurs. 
Les membres titulaires versent cent fr. En versant 1000 fr. à la société, on accjuiert le 
titre de membre bienfaiteur. 

— Le 2 mars, la Société entomologique de France acélél)ré à Paris le 04" anniversaire de 
sa fondation. A cette occasion les 'différeotes comi)agnies de chemins de fer françaises 
avaient accordé une réduction de 50% sur le prix des billets. Les entomologistes de tous 
les pays étaient conviés à cette fête. 

— M. W.Marshall vient de publier dans la Zeitschrift für die Naturwissenschaften 
un article à sensation sur la répartition des couleurs chez les lépidoptères. 

— La maison Heyne de Leipzig vient de publier une nouvelle livraison du bel ouvrage 
intitulé Die exotischen Käfer (Coléoptères exotiques). Les dessins sont bien exécutés. 
La coloration des Lucanides est cependant en général uu peu trop sombre. 

— M. le Baron von den Busschc-lladdenhauren devant faire une excursion entomologique 
dans le nord de Ta Grèce et en Albanie, prévient ses correspondants qu'il cessera toute re- 
lation d'échange jusqu'à son retour. 

— M. Otoji Takahashi, de Tokio, a adressé à la direction du journal une lettre très longue 
et très intéressante. Après avoir passé cinq ans aux États-Unis pour étudier l'entomologie, 
il est retourné au Japon dans l'intention d'y fonder une station entomologique expérimen- 
tale dans le genre des stations américaines qui rendent à l'agriculture de si grands services. 
Après avoir attiré sur ce point l'attention du gouvernement japonais, il n'a pu obtenir les 
subsides nécessaires par suite des événements de la guerre sino-japonaise. I,orsque cette 
guerre aura pris fin, il espère pouvoir réaliser ses projets. En attendant, il a été obligé, to 
find the ineans of sustenance, d'accepter un emploi qui ne lui laisse que les jours de 
congé et les soirées pour continuer ses études favorites. Ces occupations multiples l'empê- 
chent momentanément de satisfaire aux nomi)reuses demandes ipiil a reçues dEuroi)e et 
d'Amérique. 

M. Utoji est le seul entomologiste au Japon : « Je regrette, écrit-il, d'avoir à vous dire 
« que l'entomologie a été jusqu'à présent négligée au Japon, alors que les autres sciences 
« faisaient de rapides progrès. .Notre pays étant un pays agricole, une science telle que 
« l'entomologie, qui est pour l'agriculture d'une importance capitale, aurait dû progresser 
« en même temps que l'agriculture ...» 

— M. Félix Ancey, membre du comité d'études, nous ann(mce sou changement de domi- 
cile ; sa nouvelle adresse est ; 9, rue Fargès, Prado. .Marseille. 



— 107 — 

^ Tous nos abonnés apprendront avec plaisir la nomination de M. A. Griffini en qualité 
d'assistant au muséum zoologique de Turin. 

— M. II. du Buysson accepte défaire partie du Comité d'études pour Élatérides d'Eu- 
rope et des paya voisins en Asie et en Afrique. Nous le prions d'agréer tous nos 
remercîments. 

— M. le Dr. Otto Schmiedeknecht, l'hyménoptérologue bien connu, devant aller passer le 
printemps dans la province d'Oran pour y récolter surtout des Hyménoptères, Hémiptères, 
etc., fait ses offres de service aux entomologistes désireux d'avoir des insectes de cette ré- 
gion. 

— Parmi les catalogues de vente parvenus récemment à la direction du journal, il faut 
surtout citer les suivants : 

Karl Kelecsenyi, à Tavarnok, Hongrie. ColcopUrcs paléaretiques. 

Dr. 0. Schmiedeknecht, Blankenburg, Thiiringe, Allemagne. Hyménoptères curop. 

K. Wintzer, Berlin SO., Cottbuserstr. 5,a. Lépidoptc'res,chenilles préparées. 

Graflvriisi, à Gais, Suisse. Lejiidoptèrcs européens et exotiques. 

H. Kreye^ Hannover. Matériel entomologique. 



Nécrologie. 

Depuis la publication de notre dernier Bulletin nécrologique, la mort a fait de nom- 
breux vides parmi les entomologistes connus par leurs travaux. 

7 Au mois de décembre 1895 est mort à Strasbourg AV. Eichhoff. Appelé par sa profes- 
sion à s'occuper d'entomologie prati(|ue, c'est à dire des insectes nuisibles aux forêts 
W. Eichhoff s'était voué tout spécialomenl à l'étude des Tomicides. Jusqu'en 1869, époque 
à laquelle le Dr. Chapuis puiüiail son Synopsis des Scolytidcs. cette catégorie d'insec- 
tes avait été complètement négligée, surtout les exotiques. C'est à cette époque »jue 
remontent les relations nouées entre ce savant entomologiste et M. Eichhoff. Encouragé par 
son ami, aidé de son bienveillant et généreux concours, Eichhoff publiait en 1878 son im- 
portant travail : Ratio, descriptio, eniendatio eorum Toinicinorun~^ qui sunt in D^. 
Chapuisi et auctoris ipsius collectionibus et quos prœtœrearecognoeit, et en 488"^ 
cet autre non moins important : Die europäischen Borkenkäfer, deux ouvrages aux- 
quels la Biologie et la Nomenclature sont redevables de nombreux aperçus tout nouveaux . 
Nombre d'articles parus dans les différentes Revues entomologiques et forestières complè- 
tent ces deux importants ouvrages, .\joutons que le défunt a été en relations avec la plu- 
part des sommités scientifiques de son époque et que tous ses correspondants sont unani- 
mes à vanter à la fois sa distinction, sa modestie et sa bienveillance qui le rendait acces- 
sible à tous. 

La collection Eichhoff compte environ 6000 espèces soigneusement classées et détermi- 
nées avec indication de provenance. 

f Un spécialiste en Lucanides exotiques, le sénateur Gustave Albers est mort à Hannovre 
dans le courant de Janvier 1895. M. Albers passait pour bon connaisseur des insectes de sa 
spécialité sur lesquels il a d'ailleurs publié divers articles. 

~{ An mois d'avril dernier est mort à St. Maurice près Lille, M.Lucien François Lethierry 
l'auteur bien connu de nombreux articles publiés dans les Annales de Paris. Sa Spécialité 
était l'étude des Cicadiues. 

f A Farmington, États-Unis est mort M. Edward Norton, hyménoptériste. 

f On mande de Stockholm la mort du célèbre hyménoptériste suédois Jacques Spang- 
berg, professeur à l'université de ladite ville. 

■',- Dans le courant d'août les journaux annonçaient la mort de M^. le D'-. Erich Ilaase dé- 
cédé à l'âge de 57 ans à Bangkok où il occupait la charge de directeur du Musée royal de 
Si am. 



— 1(18 — 

N('' à Köslin, le (Ictinit solail prc-paiv à reuseiiincnicnl universitaire par de brillantes 
études faites à l'université de Breslau. Dans le l»ut de lonipléter ses connaissaïuos, con- 
traint d'ailleurs par des raisons pécuniaires, M' Erich llaase demeura successivement à li- 
tre d'assistant aux Musées zooloi^iques de Dresde, de Berlin de Konif^sberg en Prusse. Kn 
l'année 1801, il occupa la charge de directeur du Musée royal de Bangkok où l'atlendaient 
des travaux peu compatibles avec ses aspirations et des déboires (h* toute nature (]ui ne 
contribuèrent |)as peu à avancer l'heure de son trépas. 

Il nous a laissé des études sur les myriapodes, sur les organes générateurs secondai- 
res chez les Macrolépidoptéres, enfin un ouvrage important, resté malheureusement inache- 
vé, qui a pour titre: Essai sur le Miinctismc. Brillammenl doué, travailleur infatigable, 
|e jeune savant paraissait appelé à rendre de grands services à lentomologie. 

7 Au mois de Juin le Bulletin de la Société enlomologique de France annonçait la mort 
de M. Ed. Lefèvre. Le défunt a occupé la charge île 'l'résidinit de ladite Société. jTrès connu 
comme coléo])tériste, il a puldié divers Iravaiix sur les Clylinidcs et les Eumolpides. 

7 On annonçait d'Australie, à la date du '11 |inars 94, la mort de George Barnard, à 
Coomooboolaroo-Station, pi'és Duaringo. Cet entomologiste peu connu en Europe possédait 
une collection des plus importantes. 

-|- L'Allemagne vient de perdre |un entomologiste de haute valeur dans la personne de A. 
Ferdinand Ku\vert,né le 15 octobre 1828, à Nidden, Prusse orientale, où son |>ére était di- 
recteur des Postes. Il lit ses études au Gymnase de Tilsitt et eut de bonne heure la passion 
de collectionner des pa[iillons, des coléoptères et des oiseaux ; ses camarades lui avaient 
même donné le surnom de « Cuvier ». Il entra à l'Université en 18i5 et lit cadeau de sa 
première collection à l'Académie agricole de Waldau. Lor.scpi'il se fut établi dans ses pro- 
priétés de Wernsdorf, prés Tharau, dans la Prusse orientale, on lui proposa de prendre part en 
qualité de délégué de l'agriculture et des sciences naturelles à l'expédition prussienne au 
.lapon, mais il refusa ; du reste l'Amazone, qui transportait la mission, fut perdu corps et 
biens dans l'Océan Indien. 11 interrompit alors ses études d'histoire naturelle juscju'en 18- 
60, date à laquelle il fut rejjris par sa passion pour les collections ornithologicfues. Il fut 
un des jiremiers membres de la Société ornithologiipie de Berlin, mais connue le champ de 
l'ornithologie était trop vaste pour un i)ropriétaire terrien, il reprit ses études lépidoplé- 
rologi([ues et coléoptérologiques. 

Sa première publication fut pro\ oquée par une controverse entre spécialistes, dans les 
Kaltorschen cnfoinologiächcii Nachrichten ; elle reposait sur des recherches micros- 
copiques qui avaient duré près d'un an et elle mil l'auteur en relations avec Leukart et 
Zaddach qui lui fournirent des ouvrages à consulter, mais ne voulurent pas admettre sa 
thèse sur l'extensibilité des trachées dans la dernière période de la Iransf rmation de la 
nymphe en insecte parfait. Ses éludes sur le dévelo))pement des coléoptères ramenèrent à 
former une collection de papillons as.sez étendue et la chasse aux Nocturnes avec appât, 
'aile par lui pour la première fois en Allemagne, d'après des indications de source an- 
glaise, donna lieu à diverses publications dans le Journal enlomologique de Stettin |et à des 
échanges nombreux dans toute l'Europe. Toute une série de Noctuelles que l'on n'avait pas 
trouvées jusqu'alors dans la Prusse orientale, furent découvertes et il s'ensuivit une corres- 
pondance avec Zeller, Speyer et des entomologistes du gouvernement dans l'Amérique du 
Nord. Il put envoyer à Siebold 1 <^ à' Abia J'asciata et lui fournir des matériaux pour 
ses éludes paithénogénésiques en lui envoyant des larves. Il entretint aussi des relations 
avec des entomologistes de Königsberg : Sauter, Lenlz, Czwalina. Lorsque la Faune lépido- 
ptérologique dé la Prusse orientale fut épuisée, l'étude des coléoptères reprit le dessus, 
surtout quand le Dr. von Seidlitz (juitta la Courlande pour habiter Königsberg (>l que c^ 
peljt cercle enlomologi<|ue eut réuni tous les amateurs de la province. Auparavant déjà 
l'acquisition de la collection du major von llolfman de Vienne, comin-cnant 4000 espèces, 
avait formé la base de sa collection coléoptérologiqne, qui, après Fadjunclion des faunes 
étrangères, piil une extension telle qu'il fallut huit armoires pour la loger. 

Vn planteur du Missouri lui envoya de nombreux exemplaires de la faune locale, 
Schmidt, de I littbeck lui abandonna des séries entières de curculionides et de ténébrio- 
nides recueillis par ses chasseurs dans toutes les parties du monde et de beaux exemplai- 



— 109 — 

res des régions tr opicales furent aussi acquis. La correspondance prenait une extension 
croissante avec Christoph et Becker en Russiejiertl et Reitter en Autriche, Bellier, Fauvels 
Régimbart en France, Berg à Buenos Ayres etc. Kuwert dut bientôt restreindre cette cor- 
respondance et se consacra à la composition des Bestininiungstabellen. 

Ce furent les représentants les plus négligés de la Goléoptérologie (pii furent jugés 
par lui les plus dignes d'une élude attentive ; d'abord les Palpicornes d'Europe (1889-90) 
auxquels il travailla pendant trois ans, puis les Hétérocérides et Parnides (1889-91) résultat 
d'une année de travail qui lit connaître toute une série d'espèces nouvelles. L'auteur fut 
secondé par le D'. Von Heyden, le D'-. V. Seidlitz et le Museum de Bruxelles. 

En automne 1889, Kuwert entreprit un tableau de détermination des Passalides du 
globe. La plupart des Musées et des collectionneurs d'Europe mirent leurs collections à sa 
disposition et il put élever le nombre des espèces de Passalides de 200 à 000. Il fallut ren- 
verser tout le système de Kaup, créer une série de genres nouveaux et jeter les bases 
d'une classification nouvelle. C'est le plus grand ouvrage de Kuwert et celui qui lui assu- 
re une réputation impérissable. Puis il se mit à traiter des Clérides dans une monographie 
nouvelle qui n'a pas été publiée en entier ; mais dont le manuscrit est assez avancé et (jui 
par conséquent n'est pas perdue pour la science. 

La grande valeur des collections de Kuwert réside surtout dans |ses travaux, car elles 
contiennent les types de la plupart des espèces par lui! décrites. (Ext. /. Rürse, 15 oct.) 

I L'entomologiste Hugo Christoph est mort à Petersbourg. ^é en Saxe en 18.31, il vint 
en Russie en 1858 et demeura en qualité de lehrer à Sarepta. Il avait fait de nombreux 
voyages dans le Transcaspien, la Transcaucasie, la Perse, etc., et était depuis 1880 Conser- 
vateur des collections entomologiques du grand duc Nicolai Michailowitsch. 

f Fin novembre 1894 est mort à Vienne le Dr. Cajetan, Baron de Felder, qui, dans ses 
jeunes années, s'est fait connaître par une série de publications entomologiques. Sir Walter 
Rostchild, à Tring (Angleterre), est en possession de la collection du défunt. 



Echanges 

Nous reportons au n" 10, qui parnitra vers le 25 courant, les annonces d'échanges renies trop 
lard pour être insérées. 

M. l'abbé Viturat, curé de Marly, [par Issy l'Evêque, (S. et Loiret otfre de 
faire recueillir des insectes de tous ordres d'Ambato (Equateur), à tous ceux qui lui 
en feront la demande. D'un premier envoi il dispose de bon nombre de Coléoptères, 
d'énormes hyménoptères, de quelques diptères, hémiptères, orthoptères, névroptères, 
de très grands myriapodes et de grosses araignées. Rien n'est encore déterminé et peu 
d'espèces de cet envoi sont intactes par suite d'un accident de poste. — Le tout contre 
coléoptères français ou argent au profit des missionnaires chasseurs. 

M. D. Lafont, Ecole nationale d'agriculture. Montpellier (Hérault) France, dési- 
re échanger des coléoptères de France bien préparés contre Insectes exotiques com- 
muns, ou contre coléoptères d'Europe. 

M. Lacassagne, Ecole nationale d'agriculture, Montpellier, (France), dé.sire 
échanger des coléoptères de France bien préparés contre coléoptères exotiques com- 
muns. 

M. Clemens Splichal, Wien, XII, Hetzendorferstrasse, N" 98, cherche à entrer en 
relations d'échanges avec des coléoptéristes en France, en Espagne et en Portugal. 
Il offre en échange Carabus (UUrichi). v. Leukarti, Cancellatus v. parallelus, 
catenatus, (huiiriaricus) v. l'iennensis, Pogonus Peisonis, Cerainbyx carina- 
tiis, etc. etc. — Liste sur demande. 

M. Karl, Kelecsenyi, Tavarnok, Hongrie, via Nagy Tapolcsàny, échange des Co- 
léoptères contre espèces plus rares, europ. et exotiques. 

M. Ch. Porter, Casilla n» 5, Escuela Naval, Valparaiso, Chili, offre Carabides, 
Dytiscides, Staphylinides, Scarabéides, Curculiouides et Coccinellides du Chili en 
échange de Scarabéides, Pentatomides et Longicornes de France. 



110 



M. R. de Larclause, à Montlouis, par St. Julien l'Ars, (Vienne), offre Carabus 
splemlcna, Anojihthalniuä orphciis. crijfiticola, var. inœqualis, Antrocharis 
Querilhaci, Isereus Xa/nbeui, Bathyscia Dieckt, long ico mis, Abeillei, êtygia, 
zophosima, Vespenis strepens, Leptitra er y thr acephala, Telrops var. nigra, 
contre Carabus, Anophthalnuis, Bathyscia et Longicornes d'Europe. 

M. J. de Joannis rue Monsieur 15, Paris, désire dos variétés de Teras Hasiiana ; 
il otlre en échange des lépidoptéros européens ou exolicpies. Liste d'oblata sur de- 
mande. 

M. le Dr. C. Hinneberg, Potsdam, Allemagne, désire entrer en relations d'échanges 
avec il(>s Microlépidoptérisles s'intéressaut surtout à la Biologie, — Il offre des micro- 
lépidoptéres tluue grande fraîcheur et des chenilles de niicrolépidoptères d'une prépa- 
ration irréprochable. 

M. P. Thierry-Mieg. rue des Fossés St. Bernard 46, Paris, désire en échange (des 
fléoniétrides du ttlobe. 



M. Pic, à Digoin, (S. et L.) France, offre plus de 5000 


1 
espèces de Coléoptères, (de 


France, des Alpes, d'Egypte 


et surtout d'Algérie)^, parmi 1 


escjuels : 


Cicindela Pelletieri, 


bathyscia Simoni. 


— 18 punctata. 


Cychrus cordicoUis. 


— laticoUis. 


— adspersula. 


Nebria niicrocephala. 


Jletophthalmus Revelieri TA. 


— Levaillanti. 


Reicheia lucifuga. 


Cychramus Ilenoni. 


— mauritanica. 


Scotodipnus subalpinus. 


— Fairmairei Pic. 


— senex ab. 


Treciius cantalicus. 


Bothryderes angusticoUis . 


Agrilus v. bicoloratus ab. 


— amplicollis. 


Telopes posticalis. 


Cylindromorphus pinguis. 


Urthomus I,eprieuri Pic. 


— brunneouotatns Pic 


Dirrhagus pygmœus. 


Masoreus a-gypliacus'. 


Ihuirotoma bifasciata. 


Tharops melasoïdes. 


Lebia uuniidica. 


ïrogoderma tamaricis Pic. 


Cardiophorus bipponensis. 


Lionyclius niaritinuis. 


Eusarcus Leprieuri. 


— rul)riventris. 


Anthia vcnator. 


Tiiorictodes Ileydeni. 


Athous nigerrimus. 


llyphidrus major. 


Teretrius parasita. 


— pallens. 


— sanctus. 


Sitiphus Brisouti Frm. u. sp 


Agriotes marginipennis. 


— pictus. 


Pacliydema rubri|)ennis. 


Cebrio gigas. 


Orectogyrus glaucus. 


— Hornbecki ? 


— corsicus. 


— sericeus. 


Polyphylla Fullo var. (Alg). 


Ilekjdes Cl)ol)auti u. sp. 


Berosus iBgyptiacus. 


Anomala atriplicis. 


Melacogaster Passerinii. 


Spercheus Cerysii. 


Phyllopertha Lucasi. 


Atelestus brevipennis. 


Helophor.brevipilisGuilb. 


— legyptiaca. 


Melyris rubripes. 


— oxygonus. 


Anisoplia pallidipennis. 


Niptodes rotundicollis. 


— Eugeuia" Pic u.'sp. 


Glaphyrus viridicolUs. 


Pliuus Beitteri Pic. 


— cinticollis Guilb . 


Julodis cicatricosa. 


— t'enioralis. 


Ochtebius cupresceus Gnill) 


— peregrina. 


— fossulatus. 


— n. sp.(Algérie). 


— setileusis et var. 


— siculus. 


Pœderus memnonius. 


Gyphosoma La\vsoni;c. 


lledobia angustata. 


Myrmecopora cavicfdlis l'vl. 


Sieraspis squamosa var. 


Oehina Latreillei. 


Conipsochihis africanus. 


Melanophila Marmutlani. 


— uuniidica. 


Trigonurus .Mellyi. 


Autliaxia Honvouloiri. 


Psoa Blanchardi . 


Briaxys I.eprienri. 


— Chobauti ab. n. sp. 


Kucinetoniori)hus Leprieuri 


— bippouensis. 


— parallel a. 


Tentyria fossulata Bris. 


— dentivenlris. 


— fulgidipennis. 


Stenosis pubescens. 


Bythinus Desl)rocliersi Crois. 


— pleuralis.. 


Scelaee tuberculifera. 


— GrouveibM. 


— Martini. 


Pimelia (l^ espèces). 


— Fauconneti. 


— auricolor. 


Pinielia n. sp. (A. Sefra). 


Paussns Favieri. 


Sphenoptera v. algeria ab. 


Oocinotus unicolor. 


Cepheuniuni punctipenno . 


Acmaîodera Ilenoni ab. 


Adesmia monilis. 


contre des Anthicides, Xyl 


ophiliJes ou Pt inides du Gb 


jbe et bonnes espèces d'Eu- 


rope et circa, en Derincsti 


les, Eunxolpides, Mylabr 


dcs (Zonabris) et Longi- 


cornes principalement. 







— m — 

MICROLÉPIDOPTÈRES 

M. le Dr. C. Hinneberg, Potsdam, Allem. 

désire entrer en relations d'échanges avec des 
Microlépidoptéristes s'intéressant surtout à la 
Biologie. — Il offre des Microlépidoptères d'une 
grande fraîcheur et des Chenilles de Microlépidop- 
tères d'une préparation irréprochable. 



Offre: 



COLEOPTERES^:---;™ 

Faune Viennoise et aussi de la Syrie 

COLÉOPT. EXOTIQUES 

An ÇTI^J^TIVÎ 1*^""^ lesquels le rare 
U" ljll\iVlill EUCHIRUS PARRYI 

LÉPIDOPTÈRES ffrr™ 

Viennoise, et 

Lépidoptères exotiques 

sont offerts à très bas prix par 

H. PERNEDER. 
Wien XVI /2, Gürtel 30. 

Aussi en échanije. — Listes Franco. 

3000! 

Siid-Borneo Lepidopteren 

erhielt in Düten und offeriere zu 25% der Stau- 
dinger Preise nur gegen Barzahlung, in Lösen noch 
billiger. Liste auf Wunsch. 

E. Ziettow, zu Schwanenbeck, b. Zachan, 
Pommern., Deutschland, 

NÉVROPTÈRES 

On demande à acquérir par voie d'échange ou 
de vente, les Odonates suivants d'Europe : 
Epithoca bimaculata & metallica, Orthetrum 
nitidinerve, Gomphus flavipes, Lindenia te- 
traphylla, Œschna borealis, Calopteryx an- 
cilla, Gomphus flexuosus,Agrion ornatuni, 
ou des espèces Australiennes. 

On donnerait en échange : 

Oligoœschna Modigliani 
et beaucoup d'espèces rares. — S'adresser à 

M. Martin, avocat, au Blanc, Indre, France. 



DesColéopt. europ. 

déterminés sont à disposition contre 
paiement comptant avec un rabais 
de 70% ou en échange contre Coléo- 
ptères plus rares, europ. et exot. 

C. KELECSENYI, 
Tavarnok, Hungaria, 

Via N. Tapolcsàny. 

VENTE 



DES 

ARTHROPODES CAVERNICOLES 



^Coléopt., Crust., Arach., [etc.) 
des Grottes hongroises, fraîchement 
recueillis — HYMÉNOPTÈRES, 
HÉMIPTÈRES et rares COLÉ- 
OPTÈRES de la Hongrie et de la 
Croatie, à des prix très modérés. 
Catalogues gratis et franco. 

Fr. ROZONOWSKY 

Budapest, rue Hunfalvy, 4 & 6. 
Kräftige 

PUPPEN 

VO^' 

Sat. Pyri à 30 pfg. 

Sp. Ligustri à 8 pfg. 

Att. Cynthia à 20 pfg. 

versendet franco. 

A. WATZKE, 
Wien, X-^, Staats bah nhof. 

Stichophthalma Lonisa Ç, ex 
larva, 25 Mk. 

Ornithoptera Plato d* $ ex 1. 
45 Mk. — P. Priapus ex larva 
22 Mk. giebt ab 

H. Frühstorfer 

Berlin N., Gartenstr. 152. 
Direct aus Japan importite 

Yamamaï-Eier 

Dtz. 80 Pf. — 50 Stck. 2, 90 M. 

Heyer, Elberfeld, 

Varresbeckerstr. 20 . 



112 



Graf-Krüsi, à Gais près St. Gall 

(SUISSE) 
offre celte magnifique collection de papillons exo- 
ti(|ues : 

Morpho Cypris, Amathonte, Or- 
nithoptera Minos, Papilio Paris, 
Buddha, Polymnestor, Hector, 
Amathuxidia Ottomana, Amaxi- 
dia Aurelius, Zeuxidia Amethys- 
tus, Doubledayi, Thaumantis Ali- 
ris, Odana, Symphaedra Pardali- 
na, Dirtea, Prothoë Franckii etc. 

50 pièces en 30 espèces ! 

I»;' choix, étalés, 60 fr., en cornets 50 fr. 

lime )) )) 30 )) )» 25 » 

Illnia ,) partie étalés, partie en cornets 10 » 
Paiement d'avance ou par remboursement postal. 

CARABUS MONILIS 2 ex. I fr., 10 ex, 3 fr. 
100 ex., 15 fr. 

A VENDRE 

Coléoptères d'Abyssinie 

RARES OU NOUVEAUX 

prix réduit ou échange contre 

Africains, Histèrides, Buprestides, Céram- 

bycides du Globe. 

Offre aussi : 
COLÉOPTÈRES des SEYCHELLES, 

CHINE, MAD.VGASCAU, COMiO, ALGÉIUE etc. 

A. Théry 
St. Charles, par Philippeville, 

Algérie. 

II Naturalista Siciliano 

giornale ii Scienze naturali 

Si pubblica ogni primo di mese 

A i;i;O.NAMENTO ANMALE 

Italia L. 10 — 

Paesi comprcsi neirniiioiic i)ostalc « 12 — 

REDAZIONE : Enrico Ragusa, in Palermo, 

via Stabile, 89. | 



A -Voelschow 

Entomologiste 
Schwerin, Mecklembourg 

(ALLEMAGNE) 

Lépidoptères européens. Chry- 
salides, Chenilles, Œufs, Lépi- 
doptères et Coléoptères de l'A- 
mérique du Nord. 

lilOLOGIE DES LÉPIDOPTÈRES 
Élevages de Séricigénes exotiques 
1 AA Lépidoptères de l'Améri- 
lUv que du Nord, 

60 espèces, 45 Fr. 
1 00 Coléoptères de lAmé- 

rique d'i Nord, 60 espèces, 15 Fr. 
Catalogues gratis. 

Un LOT de 

100 

Carabus splendens 

légèrement défectueux 

pour 10 francs. 

Au bureau du Journal. 

GRAND CHOIX 

DE 



européens et exotiques 

à des prix très réduits 

PAPILLONS POUR CADRES 

Chrysalides, Cocons, Œufs de 

Lépidoptères. 

EMILE DESCHANGE, 

à Longuyon, (Meurt lie cl Moselle) 



Mr le Dr Jacobs 

28, r. des Ursulines, Bruxelles, 
désire acquérir des 

Diptères européens 

de la famille des 

Tachinaires 



115 



Gräf"KrÜSi'S seidene Schmetterlingsfangnetze an 4 theii. 

Stiihhing (passend an jeden Stock) erhielten an der wissenschaftl. 
Fachausstellung in Baden bei Wien die Medaille der I. Classe und ein Diplom mit der 
höchsten Auszeichnung. 

Preise : 5 Mk. (G) und]4 Mk. (K) 
Versandt geschieht franco und zollfrei nach allen Ländern des Weltpostvereins. 



Forstcommissär Josef Gold 
in Trautenau, Böhmen, Autriche, 

bietet Tachinarien und Œstriden gegen 
Tausch oder Kauf an. 

L' INSTITUT ZOOLOGIQUE 

W. Schlüter, Halle a. S. 

ALLEMAGNE 

a l'honneur de recommander à MM. les Collec- 
tionneurs, Instituteurs & Chefs d'établissements 
scolaires ses comptoirs d'objets d'histoire naturelle 
spécialement de peaux, d'oeufs d'oiseaux, d'a- 
nimaux empaillés, d'amphibies, de reptiles, 
de poissons, de mollusques, d'insectes et de 
minéraux. 

Catalogue spécial d'objets d'histoire naturelle 
pour l'enseignement. 

Instruments & ustensiles pour la recherche & la 
préparation de tous les objets d'histoire naturelle ; 
Epingles, Cadres vitrés, Plaques de Tourbe 
de toute grandeur ; grand choix d'yeux artiQciels 
pour mammifères, oiseaux, poissons. 

Ateliers spéciaux pour le montage des oiseaux 
& des mammifères. 

Spécialité : Têtes de daims, de Chevreuils, 
Hures de sanglier. 

Préparation soignée et prompte. 
CATALOGUES GRATIS ET FRANCO 

W. Schlüter, Halle a. S., Wuchererstr. 8 
Allemagne. 

Fiîet à papillons 

de M. Graf-Kriisi 

Ce lilct en tissu de suie très fort, l)oi'dnre eu acier 

eu (|uatre parties, applic:il)be à tout bâton, est le 

seul (jui ait obtenu un diplôme et une 

Médaille de 1"= classe 

à l'expüsiüon de Vienne 

Martfue G au prix de 6 fr. la pièce 

„ K „ „ „ 5 fr. „ „ 
EncolJ'ranco. Payable d'avance. 
Le catalogue des Lé|)idoptères européens et exoti- 
ques, est envoyé franco à qui en fera lu demande. 

Graff-Krijsi, Gais, près St Gall, Suisse. 



L'AMI 

DES 

Sciences Naturelles 

Entomologie - Botanique 

Géologie, etc. 
REVUE MENSUELLE ILLUSTRÉE 

DE 

VULGARISATION 

paraissant le l^'- de chaque mois 
Abonnement annuel 5 fr. 

Direction : E. Benderitter, fils, 

Rue des Champs Maillets, M, 

Rouen. 

LÉPIDOPTÈRES 

européens, exotiques 
MICROLÉPIDOPTÈRES 

CHENILLES PRÉPARÉES 

très soigneusement 

PRIX TRÈS AVANTAGEUX 

H. Lhotte, naturaliste, 31, rue 

de Clichy, Paris. 

Nota. — On demande des cor- 
respondants pour recevoir des 
Lépidoptères et des Chenilles 
vivantes d''espéces particvlières 
aux dilférentes régions de la 
France, ainsi que des exotiques 
en papillottes. 



CENTURIEN 

gespannter und determinirter 

Javafalter 

in 50 meist grossen Arten, darunter 
l'apilio arjuna und Amnusia décora 
c? $ à 50 Mk., incl. Verpackung u. 
Porto giebt gegen Nachnahme ab 

H. Friihstorfer, Berlin N., 

Garten-Strasse 152. 



— 114 — 

M. Henri Caillol, avocat, 
rue Traverse-du-Chapitre, 18, Marseille. 

désire aclidcr ou ('•cliàiigci- contre des Coléoptères 
français des 

BRUCHIDES (Mylabrides) el UROMIDES 
du globe. 

déterminés ou non, ou nièine non préparés (dans 
la sciure). 

Il désirerait également se procurer des gousses 
et graines contenant des larves de ces insectes. 



MICROLEPIDOPTEREN 

Dr. Hinneberg, in Potsdam, Deutschland, 

wünscht mit Microlepidoplereu-Sammlern auch 
solchen, welclie sich besonders für Biologie inte- 
ressieren in Tausch Verbindung zu treten und oCTerirt 
seltene, meist gezuclitete 

Microlepidopteren- Falter 

und gut pi'aeparirte 

Microlepidopteren-Raupen. 



Anthicides, Xylophilides, 



PTINIDES 

M. Maurice PIC, à Digoin (Saône-et- Loire 
demande à ac(]uérir par voie d'échanges ou 
d'achats des Anthicides, Xylophilides et Pti- 
nides (Britchiis) du globe, déterminés ou non. 

Il offre en échange plusieurs Anthicus du 
globe, décrits par lui, avec de nombreuses rare- 
tés (surtout des Alpes, Algérie, Egypte) dans di- 
verses familles de Coléoptères, beaucoup de Lon- 
gicorues el quelques insectes de divers ordres (Hé- 
miptères, Hyménoptères etc.) provenant de Chine 
ou d'Algérie principalement. 

EN VENTE 

&^ au Bureau du Journal c^^ 
Cavernicoles de l'Ariège 



Aphœnops Cerberus — 0.25 
Aphœnops Pluto 0.30 

Bathyscia clavata 0.10 



le cent fr. 20 
le cent fr. 25 
le cent fr. 8 



Carabus splendens 0.35 — le cent fr. 30 



M. Félix ANCEY 
138, St. Loup, près Marseille, 



offre 



EN VENTE 

SES 

DOUBLES 

EN 

COLÉOPTÈRES, LÉPIDOPTÈRES 
HYMENOPTERES 

& COQUILLES 

Doubletten-Liste 

über pakearkt.j^COLEOPTEREN 
versende auf Verlangen. Auch Exo- 
ten Verzeichnisse. Hoher Baar-llabatt. 

Hugo RAFFESBERG, 

Podhragy, Post Prasicz, Ungarn. 

FAUNE 

DES 

ORTHOPTÈRES 

DE FRANCE 

par 

M. A.FINOT 

Ortlio|)lères proprement dits et 
Tliysanoures. 1 vol. gr. in-S" de 
522 p., avec lig. et 15 planches 



15 fr. 



S'adresser au Bureau du 
Journal. 

Dr A. J. F. Fokker 

à Ziérikzée (HOLLANDE) 
désire acheter ou échanger des 

Hémiptères Hètèroptéres 

d'Europe méiidionale, Algéi'ie etc. 



\'crant(rof(lic/icr Redaclriir : E. liARTiii:. 



Narbonne. — Seibstverlaii der ., MISCELLANEA ENTOMOLOGICA 



Comité d'études. 

(Suite) 
M. Couturier, à la Nerthe, par Saint Henry, (B' s 
terrestres et lUiviutiles du globe. 



du Rhône). CoquUles marines, 



Nous rappelons que tout encoi d'insectes au.r membres du Comitr doit être accom- 
pagné de timbres-poste pour le retour et an besoin pour la réponse. 

Man tcird hiermit gebeten jeder Insektensendung an die Mitglieder des Studien- 
Ausschusses das Franko Jur Rücksendung und nöthig en falls für Antwort beuulegen. 



Annonces 

fr. 



10. 



La piige 

1/2 « 
1/4 « 

1/8 « 

Note de 7 à 8 lignes de 20 lettres, 50 cent., 
.■Réduction d'un tiers pour les annonces à l'année. 
« d'un quart pour les annonces au trimestre. 



2.50 
1. 25 



Anzeigen 



Die Seite Mk. 8 
1/2 « c. 4 

1/4 « « 2 

1/8 « « 1 

Anzeigen von 7 bis 8 Zeilen zu 26 Buchstaben, 40 Pf. 
Reduktion um ein Drittel für jährliche Anzeigen. 

« um ein Viertel für vierteljährliche Anzeigen 



POUR LES ABONNÉS : 
Réduction — / aO insert, de la même annonce 2.5 % ; /? insert. 33 y^X ; 2i ins. 50 % 



Les annonces sont payables d'avance 
par mandat-poste. 



Die Anzeigen werden zum Voraus 
durch Postanweisung bezahlt. 



Correspondance 



Toute la correspondance doit être adressée à M. E. Barthe, 
professeur, rue des Fossés, 2, Narbonne, Aude, France. 
Nous correspondons en français, allemand, anglais, espagnol, italien et latin. Prière d'écrire très 
lisiblement et sur une feuille à part le texte des annonces. 

.Ule Briefe sind zu richten an Professor E. Barthe, rue des Fossés, 2, Narbonne, 
Aude, (Frankreich). Wir werden correspondieren : Französisch, Deutsch, Englisch, Spanisch, Ita- 
ienisch, Lateinisch. Es wird gebeten, Artikel oder Anzeigen möglichst deutlich zu schreiben, und 
die Anzeigen auf ein besonderes Blatt zu setzen. 

N.B. ^°"* payement doit se faire d'avance par mandat-poste ; nous n'accep- 
tons de timbres-poste que pour les petites annonces. 

Jede Zahlung muss in einer Post-Anweisung pränumerirt werden ; Freimarken 
werden nur für kleine Anzeigen angenommen. 

Les abonnements partent du commencement de chaque trimestre. 

Die Abonnemente gehen von Anfang eines jeden Vierteljahres ab. 



J. Desbrochers des Loges 

à TOURS Indre-et-Loire. 

Prix courant de Coléoptères d'Europe et Circa, d'Hémip- 
tères, d'Hyménoptères, de Curculionides exotiques. Achat 
de Curculionides exotiques. 

Direction du Frelon, Journal mensuel d'Eutomologie 
descriptive (Coléoptères). 
Prix de l'abonnement : 6 fr. pour la Trance et l'étranger. 

BoUettino del naturalista. 

li« année. 1894. 
Journal mensuel. Abonnement 3 fr. 
Contenant des communications et notes d'histoire na- 
turelle. 

Publie gratuitement toutes les communications 
et annonces d'échanges d'objets d'histoire natu- 
relle de ses abonnés. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



Histérides, Buprestides, 
CÉRAMBYCIDES DU GLOBE 

COLÉOPTÈRES AFRICAINS 

Mr. A. Théry 

à St. Charles, Algérie. 

désire acquérir les raretés lui man- 
quant en Histérides, Buprestides et 
Cérambycides d'Europe. 

offre, en échange de ceux d'autres 
provenances et de Coléoptères africains 
de bonnes espèces algériennes et du 

globe. 



EPINGLES A INSECTES VIENNOISES 

Johann MÜLLER 
Vienne, Autriche, II, Circusgasse 20, 

recommande son assortiment complet des excellentes épingles blanches et noires, épingles camions 
épingles pour micros. 

Mon dépôt général pour toute la France se trouve chez M. HENRI GUYON Paris, 20, rua- 
des Bourdonnais. 

Die Insekten-Börse 

jetzt vereinigt mit der „Sammler -BÖrSG** 




^\ß Entomploqisctjes Organ 

f\n»bot,Nachfr^Qe 




ist für „Entomologen" und „Sammler" das hervorragendste Blatt, welches wegen 
der belehrenden Ai-tikel sowie seiner internationalen und grossen Verbreitung betreffs 
Ankauf, Verkauf und Umtausch aller Objekte die weitgehendsten Erwartungen erfüllt^ 
wie einProbeabonnement lehren dürfte. Zu beziehen durch die Post (ZeitungslisteNo. 3 135) 
nnd die Verlags-Buchhandlung Frankenstein & Wagner, Leipzig, Augustusplatz 1. 
Abonnement bei Zusendung unter Kreuzband in Deutschland u. Oesterreich 1 Mk., nach 
•nderen Ländern des Weltpostvereins 1 Mk. 20 Pfg. = 1 Shilling 2 Pence =- 1 Fr. 50 Cent- 



The „Entomologists Record" 

and Journal of Variation. 

Publié par J. W. TUTT, F. E. S. 
ABONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 

— FRANCO — 

Cette Revue Scientifique mensuelle contient des articles 
j'un intérêt général pour les Lépidoptéristes de tous les 
pays et est illustrée de nombreuses planches en chromoli- 
thographie. 

Le montant de rai)oiinenieiit doit èlre adressé à 

M''. A. J. Hodges, 2 Higbury Place, London N. 

THE 

BRITISH NATURALIST 

REVUE ILLUSTRÉE D'HISTOIRE NATURELLE 

surtout d'Entomologie et de Conchyliologie 

DIIUCiÉi: l'Ail .KllIN K.HOUSON, V. K. S. 

Harticpixil, Angleterre 
avec la collaboration de nombreux spécialistes. 

ABONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 
John E. ROBSON,HARTLEPOOL, Angleterre. 

Rivista italiana di scienze naturali. 

1^ année. 1804. 
JouriKtl l)i-/ni'nst(el. Abonnement 3 Jr. 
Contenant des mémoires illustrés et l'annonce de tous 
les travaux italiens sur l'histoire naturelle. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



M. CROISSANDEAU 

rue du Bourdon-blanc, 15, 
Orléans, 

désire actjuerir par voie d'écliange ou 
contre argent toutes les espèces de Psé- 
laphidae, Scydmenidae, Paussidœ 
et Clavigeridae du globe qui peuvent 
l'intéresser, (h''terminés ou non. 

Il y a des doubles de plus de .jOOO es- 
pèces Gallo-Rhénanes et Corses à la dis- 
position des entomologistes qui veulent 
entrer en relations «l'échanges. 



On achète ou on échange 

contre des insectes les timbres de Fran- 
ce de 1848 à l'elFigie de la République 
(en particulier le timbre de 1 franc) 
ceux de la rrésidence et de l'Empire 
1852-1870) à l'elligie de Napoléon III et 
«•eux de 1870-71, Républifjue, non den- 
telés. 
S'adresser au Bureau du Journal 






O 






j(. jo. — Vol. II. 



2"ie Année — II Jahrgang. 



1 octobre 1894. 




Miscellaiiea 

ntomologica 

Organe international 

contenant les demandes d'échange, d'achat et de vente de collections 

livres ou objets d'histoire naturelle, 

Anzeiger von Tausch, Kauf und Verkauf für internationale Entomologen. 

Entomologist's internationa] Advertiser for exchaage, purohase and sale. 

Direction et Rédaction 

E. BARTHE, à Narbonne, Aude, (France). 

Avec la collaboration de naturalistes de tous les pays. 
Mit Mitwirkung internatinaer Entomologen. 




Les " Miscellanea Entomologica " paraissent le 1" de chaque mois. 
Abonnement annuel : Union postale, fr. 5. 
Die " Miscellanea Entomologica " erscheint am l. jeden Monats. 
Jährliche Subscription : 4 Mk. — Annual subscription : 4 sh. 



Comité d'études — Studien -Ausschuss 

MM. Argod- Vallon, à Crest (Drôme). f-oni^'icornes et coléoptères cavernicoles du globe. 
A. Finot, 27, rue St. Honoré, Fontainebleau. Orthoptères du globe. 

F. Ancey, St. Loup, 138, Marseille, 'loléopléres en général. 

H. Gouin, 99, cours d'Alsace-Lorraine, Bordeaux. Coccinellides de France. 

R. Martin, au Blanc, (Indre). Odonalc^ du glol)e. INévroptères d'Europe. 

D'' M. Régimbart, à Evreux (Eure). Iiyliscides et Gyrinides du globe. 

R. P. Belon, rue du Plat, 18, Lyon, i.athridiens. 

E. Barthe, Cette, (Hérault). Coléopléns de la Guyane française. Apiculture. 

M. Pic, à Digoin, (Saône et Loire), Ixiigicornes d'Europe et circa et Anthicides du globe. 

J. Croissandeau, rue du Bourdon-Blanc, 15, Orléans. Scydménides, Paussides, Pséla- 

phides et Clavigérides du glol)e. 
D' Chobaut, 4, rue Dorée, Avignon. Mordellides, Anthicides. Pédilides, Rhipiphorides, 

Vésicants et Œdémérides de la faune i>;iléarcti(iue. 
A. Janet, 104, boul. Saint-Louis, Toulon-Mourillon. Rhopalocères du globe. 
Dr A. Sicard, à Tebourzouk, Tunisie. Coccinellides du globe. 
D' L. Vitrac, aux Trois-Rivières, Guadeloupe. Entomologie des Antilles. 
E. André, 17, rue des Promenades, à Gray, (H'« Saône). Formicides du globe et Mulilli- 

dcs de la région européo-niéilitcrraïKiune. 
M. Vauloger de Beaupré, lieutenaijî au 144« de ligne, Blaye, (Gironde). Cicindélides 

et Chrysoniélides d'Europe et circa. 
A. F. Nonfried, Rakönitz , Bohenala, Autriche. Lucanides, Cétonides, Mélolonthides 

Rutélides, Dynastidcs, Buprestidcs et itM-ambycides du globe. 
A. Théry, St-Charles, par Philippeville, Algérie. Buprestides du globe et Longicornes 

d'Europe. 
l'abbé A. Carret, aumônier avix Chartreux, Lyon. Carabides d'Europe et en particulier 

genres Harpalus, Pterostichus H Amaïa. 
A. L. Montandon, Strada viilor fiiarete, Bucarest, Roumanie. Hémiptères Hétéroptè- 

res. 

G. Gribodo, Via Maria Vittoria, 19, Torino, Italie., Vespida> et McUifera du globe. 

D' C. Schaufuss, Directeur du Museum Lud-wig Salvator à Meissen, Saxe. Scolytides 

Platy[)ides et Scydménides exoliijncs. 
D'- Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, "Wien, I; 1, Autriche. Cassidides du globe. 
E. Simon, 16, Villa Saïd, Avenue du Bois de Boulogne 56, Paris. Arachnides du 

gloi)c. 
H. Fruhstorfer, Berlin N, Gartenstrasse 152. Rhopalocères de la région Indo-austra- 

lienno. 
Di- Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, "Wien I / 1. Cassidides du globe. 
G. de Bony, rue Vaneau, 36, Paris, i.cnre Cicindela (Europe et confins), Carabides vrais 

(européens et cxoliques), spérialeinciii ;;cnre Nobria. 
E. Abeille de Perrin, rue de la Mbliothèque 24, Marseille. Buprestides, Malachides 

et Cisides paléarclitjuos. 
E. Fleutiaux, 1, rue Malus, Paris. Ciciiulélides, Élatérides du globe. 
D' A. Puton, à Remiremont, Vosges. Ilémiplèrcs ilétéroplères i)aléarctiques. 
H. Caillol, avocat, rue Traverse du Chapitre, 18, Marseille. Cryptophagides, Mylabri- 

des (Brucliidt's) et Ironiidcs |ialr;»rcli(iii('S. 
H. Nicolas, rue Velouterie 9, Avignon. Biologie des Hyménoptères. 
C. Houlbert, professeur au Collège de Dieppe. Larves de Coléoptères, Orlhoi»tères et 

Névroptères. 
Df E. Candèze, à Glain-lès-Liège, Belgique. Elatérides du globe. 
Ch. Bruyant, rue Gaultier de Biauzat, 26, Clermont-Ferrand. Faune entomologique 

des eaux, spécialement ilydiiM-orix's. 

E. Ragonot, 12, quai de la Râpée, Paris. Microlépidoptéres d'Europe ; Pyralites, Cram- 

bilcs et Phyciles du gluhc. 

J. Vachal, à Argentat, (Corrèze . ll\iiii'no|>teia aculeata de la région circa méditerra- 
néenne et d'Afrique : ilalic(us .•( l'rosoins de l'ancien monde. 

H. Léveillé, rue de Flore 104, Le Mans (Sarthe). Botanique en général. 

F. Silvestri, à Bevagna, Umbria, Italie. Myriopodes du globe. 

(Voir la sfiifi' I! lu l'irqc 3 de la couccrfurc. 



i 



^^SCtakHE» mOKOLOeicj, 



NUNTIUS ENTOMOLOGICUS INTERNATIONALIS 

No. 10. Vi»i.. II ÉDITION FuANÇAiSK 1 Oclohre 1894. 

(24'3 1895). » 



RAPPORTS NATURELS ET PHYLOGENIE 

Il F. s 

PRINCIPALES FAMILLES DE COLÉOPTÈRES 

Par CONSTANT HOULBERT il) 

Kociciir (''S sciences luiliuollos. 
(Suite) 



Oiioi qu'il en soil, il ost certain ([ue les caractères des larves ne permettent point 
d'adnietre entre les deux familles la parenté (|u'on avait cru reconnaître par l'étude des in- 
sectes a<lultes. 

Le tableau généaloi^ique des (Àiccinellides et des Chrysomélides send)le donc pouvoir 
être établi ainsi qu'il suit : 

Cryptophagides. 

Lathridiidos. 

Clypéasl rides (Coiylopliiiles). 
Érotylides. 
Endomychides. 
Goccinellides. 

Cassidfis 
Chrysomélides. 



CHAPITRE V. 
Malacodermes et affines. 

§ 1 

Dans cette série, comme dans la série précédente, il semble ((u'on ne puisse pas re- 
monter jusqu'aux Vésicants pour retrouver l'origine de la famille ; cependant le groupe des 
Lijfiipxilloii'^s (Fig. 14, i), si remarciuable à tous égards, et dont la structure extérieure 
rappelle de si près les Orthoptères, dans le genre Afractocrnis (Fig. \i, k), n ms amène 
à prendre ici le point d'attache de la série malacodermique. 

* La date exacte est iiuliquée entre parenthèses. Les :\us H et 12 paraîtront siniultanciiient du 15 
au 20 avril, le No 1 (1895) le 3Û avril, les 2, 3 et 4 à 15 jours d'intervalle. 
(1). Voir les .Nos 4, 5, 6, 7, 8, 9. 



— lie. — 

En oiilro (les alliiiili's clroitos que les I.ynioxyloiies prrsentonl avec les véritaltles Ma - 
lacodernies, ils en présenleut d'autres avec les llétéromères de la famille des Jlélandryi- 
des, qui ont été signalées par Weslwood ', notamment |»ar leurs habitudes et par la 
structure de la bouche des Serropalpides. 

J'admets donc (|ue le groupe des l.ymexylones est l'un des moins diO'érenciés de la 
série malaoodernii(iue ; en edet. à part la dilatation des anneaux lhoraci(iues, qui est 
bien moins prononcée, les larves de cette Iribu ressemblent beaucoU|) à celles des Œdé- 
mérides (l"ig. li, a). Les vrais Jlalacodermes ont des larves qui ne sont pas nettement 
cauq)odéifurmes ; elles sont cependant libres et actives ; on lésa crues pendant longtemps 
phytophages, mais on sait aujourd'hui qu'elles sont carnassières et très féroces. 

A partir du grotq»e Lymexylom;, la série parait avoir divergé selon deux branches dif- 
férentes, l'une aboutissant aux Cébrionites et probablement même aux Klatérides, l'autre 
comprenant les Xylophages proprement dits, dont les lîoslriehides représentent, sans con- 
tredit, le type le plus dilférencié. Cette lilialion. très sinq)le, pcul éln- représentée par le 
tableau suivant : 

Lymexylones. 

'l . I 

Malacodei'mes. l't inides. 

Dascyllides. Anobiides. 

Khypicérides. iiosli iehides. 
Cébrionites. 



Klalérides. 

l'armi les larves libres et actives de la série malaco(lerini<|ue, celles des Clérides me pa- 
raissent devoir être considérées comme |)rimitives. Malgré le peu d'éteiulue de cette tri- 
bu, dont le nombi'e des espèces est évalué à i.M) environ, on trouve deux types larvaires 
bien di'itincts. Le premiiu- type est représenté par les larves des V'richo'lcs (ilccarias et 
apiarius, qui vivent dans les nids de l'abeille maçonne ou dans les ruches de VAjx's 
meUiJica ; ce sont là des habitudes analogues à celles des Yésicants, et qui dénotent 
probablement une ancienne communauté d'origine entre ces deux groupes. Le second type 
comprend toutes les autres larves des Mulacodermes ; elles sont toutes carnassières, com- 
me on le sait, et vivent, soit dans le b;)is, soit sous les écorces, à la recherche des larves 
dont elles font leur proie; d'autres se rencontrent même au sein des substances animales 
en décomposition ; celles, par exemple, des Necrohia et des Corijnetes -. 

Ce dernier type de larve? est très homogène, à tel point (pi'une nn"'me description peut 
s'applicpier à toutes les espèces. 

En général, le corjjs de ces larves est allongé et déprimé (Eig. li, ci, mais sa forme 
et sa longueur sont variables ; il est recouvert, en dessus et en dessous, de phujues cor- 
nées ; la tète est petite et complètement retirée sous le i)rolliorax, et, en outre, comme 
invaginée dans un repli membraneux (pu cache les organes buccaux : le labre maiu|ue 
dans la plui)art des groupes. 

De cliacjue côté de la tète existe un seul ocelle arrondi, en avant ducpn-l sont insérées 
de courtes antennes de trois articles ; les segments du thorax ne sont pas plus développés 
que ceux de l'abdomen ; le dernier porte toujours un prolongement anal peu saillant. 

Les jambes sont robustes, et il existe neuf paires de stigmates. 

De Geer a fait connaître, ciuv. les Lampyrides, une particularité intéressante de la mue 
qui précède leur transformation en nymphe ; leur peau, au lien de se fendre supérieure- 
ment sur la ligne médiane du thorax, se fend sur les côtés ; la métamorphose ultérieure 
des mâles ne présente rien de particulier ; les femelles, au contraire, sont iq)tères et con- 
servent indéiinimeni la forme Imparfaite des larves. 

(.V siiivi-pj 

1. Weslwood. — .!/( inlroducliuH lo l/ie modem classificatiiin of Insecls. I, p. i'i. 

2. üi- Clionii. — Eacijclopnlie d'Jlistdire naturelle, Culcoplères (11'-- pari., p. 22ü), 



- 11? - 

LISTE 

DES 

ENTOMOLOGISTES DU MONDE 



(Suile) 

Dewitz, Dr. II., Ciislos am zool. Museum, Kiandc'nljurgei'sli". 'J9, Berlin. Lcp. * 

Dieek, Dr. G., Lamlwirlh in Zösclien bei Merseburg. Col . Lcp. Hi/ni. * 

DLeekniann. II. AVilii.,jr., Ferdinandstr. 4(i, Hamburg. Ij'/). Sib. or. " 

Dieke, C. Kaufmann, Balleiistedl a. Harz. Mc(. ' 

Dietrieh, Fer<l., I'.erlin, Manteufelslr. 108. Eni. ' 

Dietrieli, Fried., Zseliopau i. S., Königsplatz. Lr/i. ! 

Dielzius, Rob., Bankbeamter, Bielitz, Oesl. Schi., lirüuliausgasse 1. Eut. ' 

Dis(iu'\ Heinrich, Speier a. Uh. Lop. Mi. " 

Itlltmer, Max, Hamburg, Btidingsniarkt., 57. Jap. Lcji. * 

Dlugds, A.. Breslau, llubenstr., .^)8 III. Lep. * 

Itocderlein, Prof. Dr., Direcliu' des naturhist. Museums, Sirassburg. EiU.' 

lUihrne. Heinrich, Dr. phil., Stellin, Lindenstr., '1Î. Ij'p. Cnl. * 

Doleschall, II., Brunn, Bürgergasse 'i">. Mo. < nl. ' 

Dönitz, Dr. Prof. W., Berlin, Ralhenowerslr. 85. * 

Döring, Karl, Kuustgärlner, Ilochheim bei Erfurt. Lep. '. 

Dörries, Fritz, Futlermeisler im zool., (iarten, Hamburg. Lcp. ' 

Dormagen, Dr., Cöln a. Rh., (iereonsmühlengasse 2. Enf. * 

Dornieyer, Carl, Sind. rer. nal. ans Detmold. Zimmerstr. 77. Berlin. Cnl. ' 

Dorn, Karl, Sidonienstr., 'm, Leipzig. Lcp. '. 

Dossow, Oberforstmeisler, Königsberg. Col. '. 

Dreschsler, Dr., Leobschütz, Oberschi. Eni. * 

Dueberg, II.. Kesselstr. 7, Berlin N. Lcp. " 

Duncker. C, Hambui'g-Eimsbüllel, Fruchtallee, M.OO. I^cp. ' 

Durbau, I.., Inhaber eines Agentur- und Commissions-(le.scliäftes, Nürnberg. Lcjj.' 

Durck. llermaim, Cand. med., Ostbahuhof, Friedenstr. I.München. CdI. ' 

Dürrledcr, H., Chemnitz, u. Actienstr. '20, II. Lcp. ' 

E 

Ebert, E., Beckergasse, k Freiburg pr. Schi. Col. Lcp. '. 

Eccardt, llerni., Kaufmann, Cuben. Eitt. * 

Eck. E., Kaplan, Kerlzfebi-Iienfeld, Elsass. Lcp. Cnl. ? 

Eck, E., Vicaire, Niederburnhaupt, Eis. Lpp. ( ol. " 

Eckhard, Georg. Ihiilsteiu b. Wicsenthal, Baden. Eni. ' 

Edlich, B., Chemnitz, Mülilenstrasse .N" i7, II. fjp). ' 

Eggers, IL, Eislei)en. ('ol. ** 

Eggerl, Furslnalder^tr. i!l, Frankfurt a. 0. /■.'/(/. * 

Ehrhardt, lloberl, Fabrikbesitzer, l'.rebracli a Saar. Ij'p. ' 

Ehrig, A., Leipzig, Waldslr. 52, p. Lc/i. ' 

Eichhorn, Lehrercompagnie i. OS. Infanteriereginu'nt N^' 05, Meisse. Lcp. ' 

Eichhorn, I'., Michelwitz b. Brieg, Schi. Le/>. * 

Eichler, Bernh., Modellslischler, Cappel p. Ciu^mnilz. /,e/*. * 

Eichler, Gustav, Kgl. Ilofgarlen-Insi)ektor, Wernigerode a. Harz. Cnl. ' 

Eicke. C, llofapotheker, Schweidnilz, Schi. Ma. c.vot. - s/). Mnrpli. u. Oriiith. ' 

EifVmger, A,, Eisenbabnsecretär, Sachsenhausen b. Frankfurt a. M,, Waserwcg 5i. Lc/i 

Einsiedel, II., Schieferdeckermstr., Oberfrohna. Lcp.Col. ' 

Elchlep, Karl, Burgerschullehrer, ^Veimar. Le/). ' 

Eisner, P. V(in. Siipernunierar, Guben. /•'/)/. ' 

Enderlein: G., Leipzig, /.eilzerslr. 1(». Lc[i. ' 



— 118 — 

Eiulres, Ludwig, Maxfcldslr. :>i, iNurnbcrg. Col. ' 

Kngol, Erich, Kaiscirslr. 1"., I, Dessau, Anhalt. Dipf. ? 

Engel, Carl, Mühlliauserstr. 17, lUcdishcim bei Muhlhausen, Elsass. Ktit. * 

Engelhard, Otlo, llofheini a. Taunus, Nassau. F.iit. * 

Engelliard, U., Allersberg, liayern. Col.Lcp. * 

Ep|>flsheini, Dr , IJezirks-Arzl, in Gernun-sheini, Bayern, (ol. * 

Erné, .1., Maler, rue des Orphelins, Mühlhausen, Eis. Col. i 

(k suivre). 

Echanges 

M. l'abbé Viturat, curé de Marly, par Issy l'Evèque, (S. et Loire^, offre de 
faire recueillir des insectes de tous ordres d'Ambato (Equateur), à tous ceux (jui lui 
en feront la (U'uiande. D'un premier envoi il dispose de bon nombre de Coléoptères, 
d'énormes hyménoptères, de (piebjues diptères, hémiptères, orthoptères, névroptères, 
de très grands myriapodes et de grosses araignées. lUen n'est encore déterminé et peu 
d'espèces de cet envoi sont intactes par suite d'un accident de jutste. — Le tout contre 
coléoptères français ou argent au prolit des missionnaires chasseurs. 

Au niouicnt de luellro .sous presse, nous lecevons de .M. l'idibé Viluiiil l;i iiotf^ suivante : 
« Très miildde au iitmin'iil où son offre a clé faite dans le Journal, M. l'abbé Vitural s'est ru dans 
l'impossibilité de répondra aur nombreuses demandes qui lui ont été adressées. Aussitôt rétabli, if 
s'efforcera de répondre et de sidisfaire chacun en propirrtion des arriraijes. 

M. D. L.afont, Ecole nationale d'agriculture. Montpellier (Hérault) France, ilési- 
re «'changer des coléoptères de France bien prépares contre Insectes exotitpies com- 
muns, ou contre coléoptères d'Europe. 

M. Lacassagne, Ecole nationale d'agriculture, Montpellier, (France), désire 
('•changer des col('(iiilèrcs de France bien (n'(''parrs contre coléoptères e\(>ti(iues com- 
muns. 

M. Clemens Splichal, Wien, XII, Hetzendorferstrasse, N^ 98, cherche à entrer en 
relations «Fèchanges avec des coléoptt rist<'s en France, en Espagne et en Portugal. 
Il offre en échange Cufabas {Uilrichi), v. Lettkai-ti, ('(inccUatas v. parallclu?', 
<;atenatiis, {huivjarlciis) v. vicnni'iisls, Pogoniis Pcisonis, Ccrumbijx' carlna- 
liis, etc. elc. — Liste sur demande. 

M. Karl Kele'csenyi. Tavarnok. Hongrie, via|Nagy Tapolcsàny, écliange îles Co- 
léoptères contre espèces plus rares, europ. et exoti(iues. 

M. Ch. Porter, Casilla n» 5, Escuela Naval, Valparaiso, Chili, offre Carabides 
Dytiscidcs, Slapiiylinides, Scaral)éi les, Curculionides et Coccinellides du (Ihili en 
échange de Scarab 'ides, I'.' ilalomides et Longicornes de France. 
M. R. de Larclause, à Montlouis, par St. Julien l'Ars, (Vienne"), olfre Cdftibus 
sjilendeiis, Anophthabnus oi'pheuä, ci'ij/iticola, var. inœqiialis, Anlrocharis 
Qiict'iUiaci, Isci'Ciis Xaiabcui, Bathtjscia Dicckl, loni/icornis, Abcillci, sti/gi«, 
zophosiina, Vcsperas sti''('/)cns, Loptara crijthroccpIuUa, Trtrops var. nigra, 
contre Cr/rabris, AnophtJialnitis, Bathyscia et Longicornes d'Europe. 
M. J. de Joannis, rue Monsieur 15, Paris, désire des variétés de 'J'cras Hasti((na; 
il olfre en éciiange des lépidoptèn^s européens ou exuti(|ues. Liste d'oblata sur de- 
mande . 
M. P. Thierry-Mieg. rue des Fossés St. Bernard 46, Paris, désire en échange de 

(ièonirlrides du globe. 
M. N. Kokouyew, à Jaroslawl, Russie, olfre des Coléoptères d'Europe; désire en 
(•change des llyménoptères-lîraconides du globe, snrtout des Ci-i/pfogcistres, Aga- 
ihides et les espèces du genre CardiochUcs, déterminées ou non, de préférence des 
spécimens non pi(pi(''s, expédiés dans de la ouate. 
M. N. C. Pigeot, Professeur à l'Ecole d'agriculture de Rethel, Ardennes. (h'-si- 
le entrer en relation d'échanges pour les Mouches à .Scie, Fonrniis et Cucpes d'Euroi)e. 



— HO 



(îraf-Krlisi'S seidene Schmetterlingsfangnetze 

Ui eil 1\1 UOI O stiihli'ing (passend an jeden Stock) erhielten an der 



an 4 theil. 
wissenschaftl. 
Fachausstellung in Daden bei Wien die Medaille der I. Classe und ein Diplom mit der 
höchsten Auszeichnung. 

Preise : 5 Mk. (G) und [4 Mk. (K) 
Versandt geschielit franco und zollfrei nach allen Länderu des Weltpostvereins. 



Forstcommissär Josef Gold 
inTrautenau, Böhmen, Autriche, 

bietet Tachinarien und Œstriden gegen 
Tausch oder Kauf an. 

L' INSTITUT ZOOLOGIQUE 

W. Schlüter, Halle a. S. 

ALLEMAGNE 

a l'honneur de recommander à MM. les Collec- 
tionneurs, Instituteurs & Chefs d'établissements 
scolaires ses comptoirs d'objets d'iiistoire naturelle 
spécialement de peaux, d'œufs d'oiseaux, d'a- 
nimaux empaillés, d'amphibies, de reptiles, 
de poissons, de mollusques, d'insectes et de 
minéraux. 

Catalogue spécial d'objets d'histoire naturelle 
pour l'enseignement. 

Instruments & ustensiles pour la recherche & la 
préparation de tous les objets d'histoire naturelle ; 
Epingles, Cadres vitrés. Plaques de Tourbe 
de toute grandeur ; grand choix d'yeux artili ciels 
pour mammifères, oiseaux, poissons. 

Ateliers spéciaux pour le montage des oiseaux 
& des mammifères. 

Spécialité : Tètes de daims, de Chevreuils' 
Hures de sanglier. 

Préparation soignre et prompte. 
CATALOGUES GRATIS ET FIlAiNCO 

W. Schlüter, Halle a. S., Wuchererstr. 8 
Allemagne. 

Filet à papillons 

de M. Graf-Krüsi 

Ce Ulet en tissu de soie très fort, bordure en acier 

en (juatre parties, applicable à tout bâton, est le 

seul qui ait obtenu un diplôme et une 

Médaille de 1" classe 

à re\|ii)silion de Vienne 

Marque G au prix de 6 fr. la pièce 

,, K ,, ,, ,, 5 fr. ,, ,, 
Enooi J'ranco. Payable d'avance. 
Le catalogue des Lt'-pidoptères européens et exoti- 
ques, est envoyé franco à qui en fera la demande. 

Graf-Kriisi, Gais, prés St Gall, Suisse. 



L'AMI 

DES 

Sciences Naturelles 

Entomologie - Botanique 

Géologie, etc. 
P.EVIIE MENSUELLE ILLUSTRÉE 

VULGARISATION 

paraissant le i^'' de cliaque mois 
Abonnement annuel Ô fr. 

Direction : E. Benderitter, fils, 

Rue des Champs Maillets, II, 

Rouen. 



LEPIDOPTERES 

européens, exotiques 
MICROLÉPIDOPTÉRES 

CHENILLES PRÉPARÉES 

très soigneusement 

PRIX TRÈS AVAiNTAGEUX 

H. Lhotte, naturaliste, 31, rue 

de Clichy, Paris. 

Nota. — On demande des cor- 
respondante jjour rcceroir des 
Lépidoptères et des Chenilles 
vivantes d''espéces particulières 
aiir (/{(/ercntes régions de la 
France, ainsi que des exotiques 
en papillottes. 

CENTURIEN 

gespannter und determinirter 

Javafalter 

in ÖO meist grossen Arten, darunter 
l'apilio arjuna und Aninusia décora 
c^ Ç à 50 MI,-., incl. Verpackung u. 
Porto giebt gegen Nachnahme ab 

H. Frühstorfer, Berlin N., 

Garten-Strasse Voi, 



— 120 — 

NÉVROPTÈRES 

Oll (loinaiiiic ;i uciiucrir par voie d'érliaiii^e (Ui 
(le vente, les Odonates suivants d'I'jirope : 
Epithoca bimaculata & metallica, Orthetrum 
nitidinerve, Gomphus flavi|)es, Lindenia te- 
traphylla, Œschiia borealis, Calopteryx an- 
cilla, Gomphus flexuosus,Agrion oruatum, 
ou des espèces Australiennes. 

Ou donnerait en éeliange : 

Oligoœsohna Modigliani 
et lieanciin|i d'espèces rai'cs. — S'adresser à 

M. Martin, avocat, au Blanc, Indre, France. 



Offre: 



COLÉOPTÈRES l-rr-n;.',:; 

Faune Viennoise et aussi île la Syrie 

COLÉOPT. EXOTIQUES 

UC Oif\I\IlVl EUCHIRUS PARRYI 

LÉPIDOPTÈRES frplr 

Viennoise, el 

Lépidoptères exotiques 

snni (dlèils ;i ires lias prix par 

H. PERNEDER. 
Wien XVI i, Gürtel 30. 

Ansf<i cil rchdntji'. — Listes Franco. 

3000! 

Siid-Borneo Lepidopteren 

erhielt in Dulen und uireriere zu 25/„ der Stau- 
dinger Preise nur gegen liarzalilung, in Lösen nocii 
billiger. Liste auf Wunsch. 

E. Ziettow, zu Schwanenbeck, b. Zachan, 
Pommern., Deutschland. 



Ci. Kraatzi à 150 Pf. 
Carab. excellens à 250 
Lethrus podolicus à 60 Pf. 

LA. PAIRE -^^ 

et plusieurs autres Coléoptères |)odoliens. 
Kchange contre des Coléoptères français ct>spagnol> 

Stanislas de Kamieniecki, à Rakulowa, par 
Balka, Russie-Podolie. 



DesColéopt. europ. 

délerniinés .sont à dispositi<tu contre 
paiement eoniptant avec un rabais 
de 70"„ ou en échange contre C(déo- 
pléres plus rares, europ. el exot. 

C. KELECSENYI, 
Tavarnok, Hungaria, 

Via N. Tapolcsàny. 

VENTE 

DES 

ARTHROPODES CAVERNICOLES 

Coléopt., Crust., Arach., etc.) 
des droites iKUigroises, fraichi'nienl 
re.'ueillis— HYMÉNOPTÈRES, 
HÉMIPTÈRES el rares COLÉ- 
OPTÈRES de la Hongrie et de la 
Ci'oalic, à des prix très modérés. 
('ofdlnijucs firatis et franco. 

Ir. l!0/.i)N(lWSKY 

Budapest, rue Hunfalvy, 4 & 6. 
Kräftige 

PUPPEN 

VON 

Sat. Pyri à 30 pfg. 

Sp. Ligustri à 8 pfg. 

Att. Cynthia à 20 pfg. 

versendel fraïu'o. 

A. WATZKE, 
Wien, X-i, Staatsbahn hof. 

Stichophthalma Lonisa $ , ex 
larva, 25 Mk. 

Ornithoptera Plato ^ $ ex 1. 
45 Mk. — P. Priapus ex larva 
22 Mk. gi«d)l ah 

H. Fruhstorfer 

i'.crliii .N.. (larlenslr. l.")'J. 
Direct aus .lapan imporlile 

Yamamaï-Eier 

Dl/. SO i'f. — .Ml Siek. 'J, !)0 M, 

Heyer, Elberfeld, 

\ari('sliecKerslr. 'Jtl. 



— 121 



Graf-Krüsi, à Gais près St. Gall 

(SUISSE) 
offre celte iiuignifKiue colleclioii de papillons exo- 
tiques : 

Morpho Cypris, Amathonte, Or- 
nithoptera Minos, Papilio Paris, 
Buddha, Polymnestor, Hector, 
Amathuxidia Ottomana, Amaxi- 
dia Aurelius, Zeuxidia Amethys- 
tus, Doubledayi, Thaumantis Ali- 
ris, Odana, Symphaedra Fardali- 
na, Dirtea, Prothoë Franckii etc. 

50 pièces en 30 espèces ! 

I ' choix, étalés, 60 fr., en cornets 50 fr. 
II"." » Il 30 .. )> 25 .1 

III'"« )i partie étalés, partie en cornets 10 )i 
Paiement d'avance on par renihoursement [tostal. 

CARABUS MONILIS 2 ex. I fr., 10 ex 3 fr. 
100 ex., 15 fr. 

A VENDRE 

Coléoptères d'Abyssinie 

RARES OU NOUVEAUX 

prix réduit ou échange contre 

Africains, Histérides, Buprestides, Céram- 

bycides du Globe. 

COLÉOPTÈRES des SEYCHELLES, 

CHINE, MAKAGASCAl!, COMiO, ALGÉIilE etc. 

A. Théry 
St. Charles, par Philippe ville, 

Algérie. 



Il Naturalista Siciliano 

giornale ii Scienze naturali 

Si pubblica ogni primo di mese 

AlinONAMEMU ANNUALE 

Italia L. 10 — 

Taesi conipresi nell'nnione postale « ['■1 — 

REDAZIONE : Enrico Ragusa, in Palermo, 
via Stabile, 89, 



A .Voelschow 

Entomologiste 

Schwerin, Mecklembourg 

(AI.lkm,\(iM:j 

Lépidoptères européens, Chry- 
salides, Chenilles, Œufs, Lépi- 
doptères et Coléoptères de l'A- 
mérique du Nord. 

BIOLOGIE DES LÉPIDOPTÈRES 
Élevages de Séricigènes exotiques 
1 AA Lépidoptères de lAméri- 
11/1/ que du Nord, 

60 espèces, 45 Fr. 
100 Coléoptères de lAmé- 

i'i(pie d'i Nord, 60 espèces, 15 Fr. 
Catalogues gratis. 

Un LOT de 

100 

Carabus splendens 

légèrement défectueux 

pour 10 francs. 

An bureau dn Journal. 

GRAND CHOIX 

DE . 



européens et exotiques 

à des prix très réduits 

PAPILLUXS POUR rADPES 

Chrysalides, Cocons, Œufs de 

Lépidoptères. 

EMILE DESCHANGE, 

à Longuyon, (Menrilic el Moselle.. 



Mr le Dr Jacobs 

28, r. des Ursulines, Bruxelles. 
désire accinérir des 

Diptères européens 

de la famille des 
Tachinaires 



M. Henri Caillol, avocat, 
rue Traverse-du-Chapitre, 18, Marseille. 

désire acheter oxi écliangcM' conlre des Coléoptères 
français des 

BRUCHIDES (Mylabrides) et UROMIDES 
du globe. 

déterminés ou non, ou même non préparés (dans 
la sciure). 

Il désirerait également se procurer des gousses 
et graines contenant des larves de ces insectes. 

M. Cotte Melchior 

Guide Naturaliste 
Aux Dourbes, près Digne, Basses Alpes, 

prévient les amalours (|ui désirent acheter des 
Coléoptères, Lépidoptères et Hyménoptères 
des Basses Alpes (pi'il leur eu vendra à des prix 
très modérés. 

Anthicides, Xylophilides, 

PTINIDES 

M. Maurice PIC, à Digoin (Saône-et- Loire 
demande à accjuérir par voie d'échanges ou 
d'achats des Anthicides, Xylophilides et Pti- 
nides {Driichns) du globe, déterminés ou non. 

11 offre en échange |)lusieurs Anthietis du 
globe, décrits par lui, avec de nombreuses rare- 
tés (surtout des Alpes, Algérie, Egypte) dans di- 
verses familles de Coléoptères, beaucoup de I,on- 
gicorues et (luelfpies insectes de divers orcb'es (Hé- 
miptères, Hyménoptères etc.) provenant de Chine 
ou d'Algérie principalement. 

EN VENTE 

GCF' au Bureau du Journal j^ 

Cavernicoles de l'Ariège 

Aphœnops Cerberus — 0.25 — le cent fr. 20 
Aphœnops Pluto 0.30 — le cent fr. 25 

Bathyscia clavata 0.10 — le cent fr. 8 



Carabus splendens 0.35 — le cent fr, 30 



M. Félix ANCEY 
138, St. Loup, près Marseille, 



offre 

EN VENTE 

SKS 

DOUBLES 

/•;yv 
COLÉOPTÈRES, LÉPIDOPTÈRES 
HYMÉNOPTÈRES 

& COQUILLES 

Doubletten-Liste 

über pabearlvt., COLEOPTEREN 
versende auf Verlangen. Audi Exo- 
ten Verzeichnisse. Hoher Baar-1'.abatt. 

Hugo RAFFESBERG, 

l'odhragy, I'osL i'rasic/,, l'ngarn. 

FAUNE 

DES 

ORTHOPTÈRES 

DE FRANCE 

par 

M. A.FINOT 

Orliioptères proprement dits et 
Thysanoures. 1 vol. gr. in-S" de 
5'22 |)., avec lig. et lô planches 



15 fr. 



S'adresser au Bureau du 
Journal. 

Dr A. J. F. Fokker 

à Ziérikzée (IKiLLANDE) 
désire acinHer ou ('■ciianger des 

Hémiptères Hètèroptères 

d'Euro|)e méridionale, Algérie etc. 



Le Dirt'ctL'ur-Ctciaiil : E. liviiiin. 



Narbonne, — Imprimerie spéciale des „ MISCELLANEA ENTOMOLOGICA " 



Comité d'études. 

(Suite) 
M. Couturier, à la Nerthe, par Saint Henry, (B" 
terrestres et fluviatiles du globe. 



du Rhône). Coquilles marines, 



Nous rappelons qitc tout cncoi d'insectes aux membres du Comité doit être accom- 
pagné de ti mores-poste pour le retour et au besoin pour la réponse. 

Man wird hiermit gebeten jeder Insektensendung an die Mitglieder des Studien- 
Ausschusses das Franko für Rücksendung und nöthigenfalls für Antwort beizulegen. 



Annonces 


Anzeigen 


La page 

1/2 « 
1'4 « 

1/8 « 


fr. 10. — 

5. — 
2. 50 
1. 25 


Die Seite .Mk. 8 
1/2 . « i 

1/4 . « 2 - 
1/8 « « 1 


Note de 7 à 8 lignes 

Réduction d'an tiers pour 

« d'un quart poui 


de 26 lettres, 50 cent, 
les annonces à l'année. 
• les annonces au trimestre. 


Anzeigen von 7 bis 8 Zeilen zu 26 Buchstaben, 40 Pf. 
Reduktion um ein Drittel für jährliche Anzeigen. 

« um ein Viertel für vierteljährliche Anzeigen 



POUR LES ABONNÉS : 
1 à6 insert, de la même annonce '25 % ; /2 insert. 33 '/^X ; 24 ins. 50 % 



Réduction 



Les annonces sont payables d'avance 
par mandat-poste. 



Die Anzeigen werden zum Voraus 
durch Postanweisung bezahlt. 



Correspondance 



Toute la correspondance doit être adressée à M. E. Barthe, 
professeur, rue des Fossés, 2, Narbonne, Aude, France^ 
Nous correspondons en français, allemand, anglais, espagnol, italien et latin. Prière d'écrire très 
lisiblement et sur une feuille à part le texte des annonces. 

Aile Briefe sind zu richten an Professor E. Barthe, rue des Fossés, 2, Narbonne, 
Aude, (Frankreich). Wir werden correspondieren : Französisch, Deutsch, Englisch, Spanisch, Ita- 
ienisch, Lateinisch. Es wird gebeten, Artikel oder Anzeigen möglichst deutlich zu schreiben, und 
die Anzeigen auf ein besonderes Blatt zu setzen. 

Kl ß Tout payement doit se faire d'avance par mandat-poste ; nous n'accep- 
tons de timbres-poste que pour les petites annonces. 

Jede Zahlung muss in einer Post-Anweisung pränumerirt werden : Freimarken 
werden nur für kleine Anzeigen angenommen. 

Les abonnements partent du commencement de chaque trimestre. 

Die Abonnemente gehen von Anfang eines jeden Vierteljahres ab. 



J. Desbrochers des Loges 

à TOURS Indre-et-Loire. 

Prix courant de Coléoptères d'Europe et Circa, d'Hémip- 
tères, d'Hyménoptères, de Curculionides exotiques. Achat 
-de Curculionides exotiques. 

Direction du Frelon, Journal mensuel d'Entomologie 
descriptive (Coléoptères). 
Prix de l'abonnement : 6 fr. pour la France et l'étranger. 

Bollettino del naturalista. 

14« année. 189i. 
Journal mensuel. Abonnement 3 fr. 
Contenant des communications et notes d^histoire na- 
:turelle. 

Publie gratuitement toutes les communications 
et annonces d'échanges d'objets d'histoire natu- 
relle de ses abonnés. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



Histérides, Buprestides, 
CÉRAIVIBYCIDES DU GLOBE 

COLÉOPTÈRES AFRICAINS 

Mr. A. Théry 

à St. Charles, Algérie. 

désire acquérir les raretés lui man- 
quant en Histérides, Buprestides et 
Cérambycides d'Europe. 

offre, en échange de ceux d'autres 
provenances et de Coléoptères africains 
de bonnes espèces algériennes et du 

globe. 



EPINGLES A INSECTES VIENNOISES 

Johann MÜLLER 
Vienne, Autriche, II, Circusgasse 20, . 

recommande son assortiment complet des excellentes épingles blanches et noires, épingles camions- 
épingles pour micros. 

Mon dépôt général pour toute la France se trouve chez M. HENRI GUYON Paris, 20, rue 
des Bourdonnais. 

Die Insekten-Borse 



jetzt vereinigt mit der 



„Sammler -Börse" 

^ n 




ist für „Eutomologen" und „Sammler" das hervorragendste Blatt, welches wegen 
der belehrenden Artikel sowie seiner internationalen und grossen Verbreitung betreffs 
Ankauf, Verkauf und Umtausch aller Objekte die weitgehendsten Erwartungen erfüllt^ 
wie ein Probeabonnement lehren dürfte. Zu beziehen durch die Post (Zeitungsliste No. 3 135) 
und die Verlags-Buchhandlung Prankenstein & Wagner, Leipzig, Augustusplatz 1. 
Abonnement bei Zusendung unter Kreuzband in Deutschland u. Oesterreich 1 Mk., nach 
»nderen Ländern des Weltpostvereins 1 Mk. 20 Pfg. = 1 Shilling 2 Penca =- 1 Fr. 50 Cent 



The „Entomologists Record" 

and Journal of Variation. 

Publié par J. W. TUTT, F. E. S. 
ABO>'!NEMEM ANNUEL : 6 Shillings. 

— FRANCO — 

Cette Revue Scientilique mensuelle contient des articles 
J'un intérêt gén('ral pour les Lépidoptéristes de tous les 
pays et est ilhislréc de nomlireuses planches en chromoli- 
thographie. 

Le montant de l'abonnement doit être adressé à 

M'. A. J. Hodges, 2 Higbury Place, London N. 

THE 

BRITISH NATURALIST 

REVUE ILLUSTRÉE D'HISTOIRE NATURELLE 

surtout d'Entonfiologie et de Conchyliologie 

imutiKK r.vH JOHN K.KoiisoN, r. i:. s. 

Hartlepool, Angleterre 

avec la collal)oration de noml>reux spécialistes. 

ABONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 
John E. ROBSON,HARTLEPOOL, Angleterre. 

Rivista italiana di scienze naturali. 

lie année. 180 i. 
Jourudl bc-ntcnsuci. Abonitcinent 5 J'r. 
Contenant des mémoires illustrés et l'annonce de tous 
les travaux italiens sur Ihisloire naturelle. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



M. CROISSANDEAU 

rue du Bourdon-blanc, 15, 
Orléans, 

désire acquérir par voie d'échange ou 
contre argent toutes les espèces de Psé- 
laphidse, Scydmenidae, Paussidœ 
ot Clavigeridae du globe qui peuvent 
l'intéresser, déterminés ou non. 

Il y a des doubles de plus de 3000 es- 
pèces Gallo-Rhénanes et Corses à la dis- 
position des entomologistes qui veulent 
entrer en relations d'échanges. 

On achète ou on échange 

contre des insectes les timbres de Fran- 
ce de 18 i8 à l'effigie de la République 
(en particulier le timbre de 1 franc ) 
ceux de la Présidence et de l'Empire 
1852-1870) à l'effigie de Napoléon III et 
.eux de 1870-71, République, non den- 
telés. 
S'adresser au Bureau du Journal 



3t25.vr 



N» 11. — Vol. II. 



S"« Année — II Jahrgang. 



1 novembre 1894. 




Miscellanea 

ntomolo 

Organe international 




ica 



contenant les demandes d'échange, d'achat et de vente de collections 

livres ou objets d'histoire naturelle. 

Anzeiger von Tausch, Kauf und Verkauf für internationale Entomologen. 

Entomologist's international Advertiser for exchan.o;e, purohase and sale, 

Direction et Rédaction 

E. BARTHE, à Nar bonne, Aude, (France). 

Avec la collaboration de naturalistes de tous les pays. 
Mit Mitwirkung internalinaor Entomologen. 




Les " Miscellanea Entomologica " paraissent le 1" de chaque mois. 
Abonnement annuel : Union postale, fr. 5. 
Die " Miscellanea Entomologica " erscheint am 1. jeden Monats. 
Jährliche Subscription : 4 Mk. — Annual subscription : 4 sh. 



Comité d'études — Studien- Ausschuss 

MM. Argod-Vallon, à Crest (Drôme). Longicornes »H coléoptères cavernicoles du globe. 
A. Finot, 27, rue St. Honoré, Fontainebleau. Orthoptères du glol)e. 

F. Ancey, St. Loup, 138, Marseille. C(déo[)lt'res (m général. 

H. Gouin, 99, cours d'Alsace-Lorraine, Bordeaux. Coccinellides de France. 

R. Martin, au Blanc, (Indre). Odunalos du globe. }iévroptères d'Europe. 

D' M. Régimbart, à Evreux (Eure). Dytiscidos et Gyriaides du globe. 

R. P. Belon, rue du Plat, 18, Lyon. Lathridiens. 

E. Barthe, Cette, (Hérault). Coléoptères de la Guyane française. Apiculture. 

M. Pic, à Digoin, (Saône et Loire), Longicornes d'Europe et circa et .\nthicides du globe. 

J. Croissandeau, rue du Bourdon-Blanc, 15, Orléans. Scydménides, Paussides, Pséla- 

pliides et Clavigérides du globe. 
Df Chobaut, 4, rue Dorée, Avignon. Mordtdlidcs, Anthicides. Pédilides, Rhipiphorides, 

Vésicants et Œdémérides de la faune paléarcli([ue. 
A. Janet, 104, boul. Saint-Louis, Toulon-Mourillon. Rhopalocères du globe. 
D'" A. Sicard, à Tebourzouk, Tunisie, (locciiiellides du globe. 
D' L. Vitrac, aux Trois-Rivières, Guadeloupe. Entomologie des Antilles. 
E. André, 17, rue des Promenades, à Gray, (H'« Saône). Formicides du globe et Mutilli- 

des (le la région européo-niéditerranéeiine. 
M. Vauloger de Beaupré, lieutenant au 144« de ligne, Blaye, (Gironde). Cicindélides 

et Chrysomélides d'Europe et circa. 
A. F. Nonfried, Rakônitz , Bohemia, Autriche. Lucanides, Cétonides, Mélolonthides 

Rutélides, Dynastides, Buprestidos et Céramliycides du globe. 
A. Théry, St-Charles, par Philippeville, Algérie, liuprestides du globe et Longicornes 

d'Europe, 
l'abbé A. Garret, aumônier aux Chartreux, Lyon. Carabides d'Europe et en particulier 

genres liarpalus, Pterostichus et Amara. 
A. L. Montandon, Strada viilor filarete, Bucarest, Roumanie. Hémiptères Hétéroptè- 

res. 

G. Gribodo, Via Maria Vittoria, 19, Torino, Italie. Vespida« et JloUifera du globe. 

D' C. Schaufuss, Directeur du Museum Ludwig Salvator à Meissen, Saxe. Scolylides 

l'iatypides et Scydménides exotitjues. 
Df Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, "Wien, I/l, Autriche. Cassidides du globe. 
E. Simon, 16, "Villa Sa'id, Avenue du Bois de Boulogne 56, Paris. Arachnides du 

Klobe. 
H. Fruhstorfer, Berlin N, Gartenstrasse 152. Rhopalocères de la région Indo-austra- 
lienne. 
D' Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, "Wien I / 1. Cassidides du globe. 
G. de Bony, rue Vaneau, 36, Paris. Genre Cicindela (Europe et confins), Carabides vrais 

(européens et exotiques), spécialement genre ^ebria. 
E. Abeille de Perrin, rue de la bibliothèque 24, Marseille. Buprestides, Malachides 

et Cisides paléarcticjues. 
E. Fleutiaux, 1, rue Malus, Paris. Cicindélides, Élatérides du globe. 
D' A. Puton, à Remiremont, Vosges. Hémiptères Hetéroplères paléarctiques. 
H. Caillol, avocat, rue Traverse du Chapitre, 18, Marseille. Cryptophagides, Mylabri- 

des (liruchides) el l'romides paléarctiques. 
H. Nicolas, rue Velouterie 9, Avignon. Biologie des Hyménoptères. 
C. Houlbert, professeur au Collège de Dieppe. Larves de Coléoptères, Orthoptères et 

Névroitléres. 
D' E. Candèze, à Glain- lès -Liège, Belgique. Elatérides du globe. 
Ch. Bruyant, rue Gaultier de Biauzat, 26, Clermont-Ferrand. Faune entomologique 

des eaux, s[)écialemont ilydrocorises. 

E. Ragonot, 12, quai de la Râpée, Paris. Mierolépidoptèrcs d'Europe ; Pyralites, Cram- 

bilcs et Phycites du globe. 

J. /achal, à Argentat, (Corrèze). Ilymenoptora aculeala de la région circa méditerra- 
néenne et d'Afri<|ue ; Haliclus et l'rosoids de l'ancien monde. 

H. Léveille, rue de Flore 104, Le Mans (Sarthe). Botanique en général., 

F. .ilvestri, à Bevagna, Umbria, Italie. Myriopodes du globe.. 

{Voir la suite à la page 3 de la courrrture. 



^^stta^NE^ momoLoeic. 



NUNTIUS ENTOMOLOGICUS INTERNATIONALIS 

No. II. Viii!. Il Éditiun I'ran<;a1si; I (»((ohio 1894. 

(":0/4 1895). ' 



RAPPORTS NATURELS ET PHYLOGÉNIE 
PRINCIPALES FAMILLES DE COLÉOPTÈRES 

Par CONSTANT HOULBERT ' 

Odciciir t'-i; scienci^s naturelles. 
(SllUe) 



(liiez los ïr'lt'pliorides (l'ig. li, c), les larves ont la plus grande analogie avec celles 
des Lanipyridcs. notamment par la présence dun seul ocelle de chaque côté et par l'ab- 
sence de labre; elles sont également très carnassières. 

Chez les Drildes, les larves ressemblent aux '|)récédentes, sauf qu'elles sont pourvues 
d'un épislome distinct ; chez les Malachiides (l'ig. li, d) et les dérides, il s'y ajoute un 
labre et il existe ciu(j ocelles de chaqu(> côté. 

Kntre les Malacodermes cl les Elatérides vient s'intercaler, d'une ïdron très naturelle, 
le petit groupe des Cébrionites ; ces insectes ne sont autre chose en réalité i|ue des Ela- 
térides lonisseurs et prives de la faculté saltatoire. Les larves des Cébrionites (Fig. 14 e) 
saut privées de labre et d'épistonie ; il n'existe pas d'ocelles et la première paire de pattes 
«»st atrophiée. Il en est de même chez les Elatérides, avec cette seule différence (|ue les 
trois paires de [»altes sont bien dével(tp|)ées. 

Les Elatérides (l'ig. ji, f) rentrent done très nettement dans la série malacodermique. 

I,es caractères de la morphologie externe avaient aussi conduit les auteurs descriptifs 
à placer ici deux petits groupes intéressants dont les larves sont tellement variables qu'on 
ne saurait leur assigner des caractères généraux : ce sont, d'une part, les Dascyllides, 
(jue Linné avait désignés sous le nom deChrysomèles, et les Pihipicérid<'s. remar(|uables par 
la formt» compli((née de leurs antennes ; les caractères des larves ne contredisent point 
cMIe opinion : mais .justpi'a ce (jue nos connaissances soient plus complètes, ils ne peu- 
vent être d'aucune utilité pour la connaissance des aninilés réelles de ces familles. 

En résumé, aussi bien par les caractères des Insectes parfaits (jue par la structure 
g'-nérale des larves, nous avons, pour les Malacodermes proprement dits, un ensemble de 
formes présentant tous les caractères d'un groupe généalogique bien délini. 



- * Lt flatftcxaetft est iiiiliqiK-e entre parentli.'ses. Le N"! (1895) pai'aitra le 5 mai, les 2, 3 et 4 à 
15 ioiiis irintervalle. 



(1). Voir les \ '^ i, ',. U. 7, 8. 9. tO. 



— \i't 



Le second gi-oiippineiil qu'on peut reconnaître dans la si'-rie malacodermique com- 
prend tous les insectes qui possèdent une larve plus ou moins éruciforme et qu'on a rap- 
portés jusqu'ici aux familles des Plinides, des Anobiides et des Bosirichides (Fig, 14, 
g et h). 

Chez les Lymexylones, dont j'ai déjà fait ressortir les caractères particuliers, nous 
savons que les larves sont cylindriques, recourbées en arrière et revêtues d'une peau mince, 
rendue âpre par de nombreuses petites aspérités qui couvrent le prothorax. La tète est |)e- 
tite, subglobuleuse et rètraclile dans le premier segment thoracique, qni l'enveloppe 
comme un capuchon. Selon M. Rat/eburg' , les organes buccaux de ces larves sont très 
voisins de ceux des Anobiiiin ; les ocelles sont absents, le thorax porte trois paires de 
pattes bien développées et le dernier segment de ral)domen se prolonge supérieurement 
en une très longue saillie conique terminée par deux petits croihels (Fig. 14. b). 

Ce sont là des caractères qui annoncent déjà le type larvaire éruciforme que nous al- 
lons voir s';iccentuor dans les familles qui suivent. 




Fi";. U — ;i. Larve du Dilytus ta-vis (tJEitéint'i'iJidM;. — b. Larvo du J.ymexylou nnvale. — c. l.arve 
du Telephurus ruf us (Malacoderiucs.) — d. I^arve du Dasytes flavipes fMalaclMides). — e. Larve du 
Cebrio gigas. — f. Larve de VAgrypmis alomurius (Llalérides). — f;. Larve de ['Anubium molle. — I». 
Larve du Scnlylus intricatus. — Lymexylon navale, insecte parlait. — k. Attractocerus brevicornix, 
insecte partait. Règne animal. 

liCS larves du L/////r'r;//o» ridralo causent de grands (f'gàts dans les chaiiliers de 
construction navales ; d'autres vivent dans les imis nialades ou nouvidlenienl alr.tttiis. A la 
suite des Lymexylones, je placerai donc les IMini(fes, les AïKdiiiiles cl les liostrichides (Fig. 
14, g, h\ dont les larves sont toutes éruciforniei et dont h's c.iraclércs nK>rphol()gi(iues 
sont également très voisins. 

Le til coïKlucleur <pii nous avait jiis(|u'ici servi de guide pour étal)rir les relations de 
parenté plus (tu ntoins visibles (pii existent entre les dilTércnles familles de (;<déopléres 
va maintenant nous nian(|uer ; la larve éruciforme étant le résultat d'une adaptation à uii 



i. KatzelHii-s. Die Fnrstinsecl., \. \HXK \t. i >. pi. '2. 



— !-2:. — 

^^mv^ (lo vio païasilairo ne pourra plus nous être d'aucun secours dans l'appr-'-ciation des 
alïinités entre espèces ou groupes voisins. Celle forme larvaire est d'ailleurs très peu va- 
riable et tout au plus permet-elle de c »nsidérer loules les familles, où elle existe norma- 
lement, comme s.étant développées suivant un mode identique, par suite d'une similitude 
de propriétés ataviques ou de tendances organiques communes. 

Toutes ces larves sont molles et charnues et assez semblables aux chenilles des Lépl- 
dopières, d'où le nom de larves rriii.'it'or/n"S qui leur a été donné ; elles vivent en gé- 
né.'al au sein des matières alimentaires (ju'elles consomment ; leurs pattes courtes et la 
forme recourbée de leur corps annoncent qu'elles se déplacent très peu. Le type le plus 
parfait de ces larves se trouve dans la grande famille des I.umellicornes (|ue nous étudie- 
rons bientôt. 

Celle intluence du milieu nutritif, si clairement élablie (|uand on considère les larves 
phytophages des Lamellicornes, a encore eu une action plus profonde chez d'autres famil- 
les d'insectes, dont les larve; vivent également au sein des tissus végétaux ; tels sont, par 
exemple, les Cure ilionides et le; Scolytides, où nous trouvons des larves charnues et com- 
plètement apo ;e>, comme celles des llyménoptères(Fig. li.h . 

four revenir à nos Molli pennes à develo|)pement éruciforme, je rappellerai que les 
rtinides n'étaient pour Latreilîe qu'une tribu des Malacodermes ; Krichson ne les séparait 
pas des Lymexylones, et malgré lesdivergences de vues des auteurs, on ne saurait certai- 




l-iii. i:>. - \y,\v\i: (\a^Mi-'.i.U>iuhu ^lUiUimis. — h. Ci'lonia uurola. c. Trox. — d. Larve de l'O- 
ryclis nasicin-nls. — Larve d'un Apliodiiis. — T. Larve, de Lucmius rerpiis, d'après Lubbock. «ri- 
r/ine et Mi'lniiiorpli. rfc« ins. p. 33. 

nomenl lis éloigner de cette SM-ie. Il en est île même des Anobiides, d'où je retranche tou- 
tefois les S/iliindtis jusqu'à plus complète information. 

Ouanl aux liostrichides, que je considère comme'les plus différenciés de cette seconde 
section, leurs larves ont quehpies analogies avec celles des Ptiniorcs, mais surtout avec 
celles des Scoh/ddc^. D'autre part Erichson ', Perris 2 et Lacordajre 3 lui-même ayant pla- 
cé cette dernière famille parmi leurs Curcniionides, je me range à l'avis de ces grandes au- 
torités, et j'admets ([ue les différents groupes alliés, liriifhida^, fironihidos, Ulocèndcs, 
forment le passage de la série malacodcrmique à celle des Rhyncophores. 

Je n'ai rien autre chose à ajouter pour ce qui concerne la famille des Rhyncophores 
{Citrculfonidcs) ; en dehors des types aberrants qui semblent la relier à la précédente, 
celte famille forme un tout si homogène, que ses innombrables espèces ne peuvent être 
séparées les unes des autres que par des caractères excessivement vagues et continuelle- 
ment variables. 



i. Ericlisnii. Wieymanns Arcinv., I84'2. (, p.'BTS. 

"2. Ed. Perris. Ann. de la Soc. entuiaoL, 1856, p. 437. 

3. I.ac'ordaire. Getwrii da Colnipli-res. vol. VIF. p. 3.5ft. 



— iH) — 
s :,. — I^AMKI.LICORNRS. 

I^ relation phylogénique que nous venons d'indiquer pour les Curculionides, bien 
qu'assez vraisemblable, est en réalité peu satisfaisante ; si nous l'acceptons provisoire- 
ment, c'est que nous ne voyons pas la possibilité d'étal)lir, d'une façon plus solide, les 
aflinités de ce groupe important, mais notre eml)arras est bien [plus grand encore quand 
nous cherchons à suivre l'évolution des Lamellicornes. 

(\ snivro). 



Echanges. 

M. D. Lafont, Ecole nationale d'agriculture. Montpellier (Hérault) France, dési- 
re échanger des coléoptères de l'rance l>ien préparés contre Insectes exotiques com- 
muns, ou contre coléoptères d'Europe. 

M. Lacassagne, Ecole nationale d'agriculture, Montpellier, (France), désire 
échanger des coléoptères de France l)ie» préparés contre coléoptères exotiques com- 
muns. 

M. Clemens Splichal, "Wien, XII. Hetzendorferstrasse, N'> 98, ciierciie à entrer en 
iTlations d'éclianges avec des colétptériste-; en France, en Espagne et en Portugal. 
Il offre en échange Carabus (Ullrlchi) v. Lnuktcrti, Cnnci'liat.as v. paraUclii?. 
catciiafus, {kuwiaricns) v. cicnneiisis, Po/jonus Pcisonis, Cerainbyv curiiia- 
tus, etc. etc. — Liste sur demande. 

M. Karl Kelecsenyi, Tavarnok, Hongrie, via Nagy Tapolcsàny, échange des Co- 
léoptères contre es|)èces plus r.ires, europ. et exoti(|ues. 

M. Ch. Porter, Casilla n" 5. Escuela Naval, Valparaiso, Chili, ollVe C.iral)ides 
Dytiscides, Staphylinides. Scarabéides, (lurculionides et Goccinellides du Chili en 
écliange de Scarabéides, Penlatomides et Longicornes de France. 

M.R. de Larclause, à Montlouis, par St. Julien l'Ars, (Vienne), offre Carabus 
s/ilendciis, Ano/)Iifliahntis orplu'Ks. <r!//)tir<tla, var. inc lualia, Anfroc/iaria 
Qact'ilhaci, Iscraus Xainhcui, Bath iscUi Diccki, lonçjieornia, AbcHici, sfi/'jia 
jyo/)hosit)i((, Vrsprr/is sfr('/)rns, Lr/ifnra cri/throccphala, Tctrops var. iiiiira^ 
contre ('(irabus. Annplttluiliiiiifi, I>nt/i!/sci<f et Longiccn'ues d'Europe. 

M. J. de Joannis, rue Monsieur 15, Paris, désire des variétés cb- Trra?^ Haaiiana. 
H offre en échange des lépidoptères européens ou exotiques. Liste d'oblata sur de- 
man<le. 

M. P. Thierry-Mi3g. rue des Fossés St. Bernard 46, Paris, désin" eu échange (b'S 
Céoniétrides du glol)e. 

M. N. Kokouyew, à Jaroslawl, Russie, oHre (h's Coléoptères d'EiirojMî ; désire en 
échange des llynienopleres-iJraconidi's du globe, surtout des Crjiptoiiastrcs, Atja- 
thirles et les espèces (bi geiu'e ('ardiorhlics, déterminées ou non, d<» préférence des 
sp(''cimeiis non |)i(piés. cxp '«liés dans (h' la ouate. 

M. Nv C. Pigeot, Professe ar à l'Ejale d'agriculture de Rethel, Ardennes, dési- 
re entixM' en relation (Féchang*^ pour les Mouches :» Scie, Fourmis et (;uèj)es d'Europe. 

M. L. Mesmin, à Gabillaud, par Bussières-Poitevine (Hte. Vienne), désire de 
lionnes espi-ces ch' Carabuà k'\. Longicornes d'Europe, dllr»' (\ \nv.ciipr(ionitciis, Ci/- 
h/n'frrtriastof rorsica, lialh /ac a. Di-icontifiiiyi, Aphwnnpa corbcnis^ Pluto, 
Pausaus turcicus, Pspla/)ho/)frus I\ubisfcheh:i, Trofilorhjjnchui^ (ircriirTi, Otio- 
tii'jnchus pusiUuH, païuiUus, uncinotus, etc. — lt('*sire surtmit Sim/ncctM-ora 
Laitrii>i fr var. et Dorcdilioii. 

M. P. J. Roelofs, rue Van Straelen 10, Anvers, désire entrer en rela!i)iis d'i chan- 
ges pour Coléoptères <FEuro|)e, spécialement Staphylinides. 



Gräf-KrUsi'S seidene Schmetterlings fangnetze an 4 uieii. 

M Ul â^I UOl O Slamring (passeml an jeden Slocki erhielten an (1er wissenschaftl. 
FachaussloUiuig in Baden bei Wien die Medaille der I. Clause nnd ein Diplom mit der 
höchsten Auszeichnung. 

Preise : 5 Mk. (G) und 4 Mk. (K) 
Versandt, sescliielit franco und zollfrei nach allen Ländern des Weltpostvereins. 



Forstcommissär Josef Gold 
in Trautenau, Böhmen, Autriche, 

l)ietet Tachinarien und Œstriden gegen 
Tausch oder Kauf an. 

L' INSTITUT ZOOLOGIQUE 

W. Schlüter, Halle a. S. 

ALLEMAGNE 

a riioniietir <lo recommander à MM. les Collec- 
tionneurs, Instituteurs & Chefs d'établissements 
scolaires ses comptoirs d'objets d'histoire naturelle 
spécialement de peaux, d'œufs d'oiseaux, d'a- 
nimaux empaillés, d'amphibies, de reptiles, 
de poissons, de mollusques, d'insectes et de 
minéraux. 

Catalogue spécial d'objets d'histoire naturelle 
pour l'enseignement. 

Instruments & ustensiles jiour la recherche & la 
préparation de tous les objets d'histoire naturelle ' 
Epingles, Cadres vitrés. Plaques de Tourbe 
de toute grandeur; grand choix d'yeux artificiels 
pour mammifères, oiseaux, poissons. 

Ateliers spéciaux pour le montage des oiseaux 
& des mammifères. 

Spécialité : Têtes (\o. daims, de Chevreuils 
Hures de sanglier. 

Préparation soùjiire et [iroinptf. 
CATALOGUES GRATIS ET FRANCO 

W. Schlüter, Halle a. S., Wuchererstr. 8 
Allemagne. 

Filet à papillons 

de M. Graf-Krüsi 

Ce lilet en tissu de soie très fort, bordure en acier, 

en quati'c parties, a|>piicable à tout bâton, est le 

seul qui ait obt<'Uu un diplôme et une 

Médaille de 1"' classe 

à l'exposition de Vienne 

Marque G an prix de 6 fr. la pièce 

K ,, „ „ 5 fr. „ „ 
Encoi, franco. Paijablc d'avance. 
Le catalogue des Lépidoptères européens et exoti- 
ques, est envoyé franco à qui en fera la demande. 

Graf-Kriisi, Gais, près St Gall, Suisse. 



L'AMI 

DES 

Sciences Naturelles 

Entomologie - Botanique 

Géologie, etc. 
UEVIIE MENSUELLE ILLUSTRÉE 

l)F, 

VULGARISATION 

paraissant [le 1'*' de cliaque mois 
Abonnement annuel 5/r. 

Direction : E. Benderitter, fils, 

Rue des Champs Maillets, II, 

Rouen. 



LEPIDOPTERES 

européens, exotiques 
MICROLÉPIDOPTÈRES 

CHENILLES PRÉPARÉES 

très soigneusement 

l'I'.lX TliKS AVANTAGEUX 

H. Lhotte, naturaliste, 31, rue 

de Clichy, Paris. 

Nota. — On demande deii cor- 
respondants pour recevoir des 
Lépidoptères et des Chenilles 
vivantes d'' espèces particulières 
(la.r différente?, régions de la 
France, anisi que des exotiques 
m pnpil.loffes. 

CENTURIEN 

gespannter und determinirter 

Javafalter 

in ÔO meist grossen Arten, darunter 
l'apilio arjuna und Amnusia décora 
J'Ç à "(0 Mk., incl. Verpackung u. 
Porto giebt gegen Nachnahme ab 

H. Frühstorfer, Berlin N., 

Garten-Strasse 152. 



— I-2S - 

NÉVROPTÈRES 

Oll (loiiiaiulo à ac(|uérir par voie iléclian^'c oii 
de vente, les Odonates suivants d'turope : 
Epithoca bimaculata & metallica, Orthetrum 
nitidinerve, Gomphus flavipes, Lindenia te- 
traphylla, Œschna borealis, Calopteryx an- 
cilla, Gomphus flexuosus,Agrion ornatuin, 
ou des espèces Ausiraliennes. 

On donnerait en échange : 

Oligoœschna Modigliani 
et l)eaucou|» d'espt-ces rares. — Sadiesser à 

M. Martin, avocat, au Blanc, Indre, France. 

COLÉOPTÈRES ;:rr.rt'i;; 

Faune Viennoise et aussi de la Syrie 

COLÉOPT. EXOTIQUES 

Atï QTl^l^îlW l'!"''i»' I<^S(|ueIs le rar«' 
U" Ull\lViiTl EUCHIRU3 PARRYI 

LÉPIDOPTÈRES f,rpr^r 

Viennoise, el 

Lépidoptères exotiques 

sont oU'eils à liés itas prix par 

H. PERNE3ER. 
Wien XVI i, Gürtel 3Q. 

Aussi Oft cclKiihic. — l.isirs l'riinc . 

3000! 

Süd-BorneD Lepidopteren 

eiliiell in hiilen nwtl ollerieie /n 25"„ iler Slai'_ 
dinj^er Preise nur i;e;;cn Itar/aldunij; iu I.incu iioeli 
i)illitier. Liste au! Wunsrii. 

E. Ziettow, zu Schwanenbeck, b. Zachan, 
Pommern., Deutschland. 



Ci. Kraatzi à 150 Pf. 
Carab. excellens à 250 Pf. 
Lethrus podolicus à 60 Pf. 

LA PATRE ^i^ 
rt plusit'urs autres (!(deojilères podoüens. 

Kchaiij^e »'(Mitre des (loiéoptèi-es Irançais rt espagnols 

Stanislas de Kamieniecki, à Rakulawa, par 
Balka. Russie-Podolie. 



DesCoIéopt. europ. 

déterminés sont à disposition contre 
paiemeiil comptant avec un ral)ais 
de 70% ou en éciiange contre Coléo- 
ptères plus rares, europ. et exot. 

C. KELECSENYI, 
Tavarnok, Hungarîa, 

Via N. TapoIcsJny. 

VENTE 

LIES 

ARTHROPODES CAVERNICOLES 

(Coléopt., Grust., Arach., etc.) 
des (irottes hongroises, fraîclieineiit 
recueillis — HYMÉNOPTÈRES, 
HÉMIPTÈRES el raies COLÉ- 
OPTÈRES de la Hongrie et de la 
Croatie, à des prix très modérés. 
I niahuines (irads et franco. 

l'r. nOZONOWSKV 

Budapest, rue Hunfalvy, 4& 6. 
Kräftige 

PUPPEN 

VON 

Sat. Pyri à 30 pfg. 

Sp. Ligustri à 8 pfg, 

Att. Cynthia à 20 pfg. 

versendet franco. 

A. WATZKE, 
Wien, X-, Staatsbahn hof. 

Stichophthalma Lonisa ^ , ex 
larva. 25 Mk. 

Omithoptera Plato r?' Ç e\ I . 
45 Mk. — P. Priapus ex larv;» 
22 Mk. giel.l al> 

H. Friihstorfer 

lïeriin N., (iarlensir. V.^^l. 
l>ireel aus Japan iiuporlile 

Yamamaï-Eier 

ht/. 80 PI".— ÔO Stck. '2, 00 M, 

Heyer, Elberfeld, 

Vai'resitcclverslr. '.'0. 



— l'2'.l — 



A VENDRE 

Coléoptères d'Abyssinie 

RARES OU NOUVEAUX 

prix réduit ou échange contre 

Africains, Histérides, Buprestides, Céram- 

bycides du Globe. 

OJ)'ro aussi : 
COLÉOPTÈRES des SEYCHELLES, 

CHINE, MADAGASCAR, CONGO, ALGhIUE etc. 

A. Théry 
St. Charles, par Philippeville, 

Algérie. 

Il Naturalista Siciliano 

giornale ii Scienze natural! 

Si pubblica ogni primo di mese 
AmtOiNAMEMO ANNUALK 

Italia L. 10 — 

Paesi compresi neiriiiiioue postale « 12 — 

REOAZIONE : Enrico Ragusa, in Palermo, 
via Stabile, 89. 

CHRYSALIDES VIVANTES 

l'i'i\ eil Mark et eii |tti'iinii;s, monnaie allemande. 

S. Ligustri 50, Sm. Quercus 300, 
Arct. Casta 3.50, Sp. Luctifera 
100, Luctuosa 3.50, Anth. Mylit- 

ta 9.00 par demi-douzaine. 

Port et cinJinllaijol', pf. 

.l'ollre aussi un yiand assortiment de Lépidoptè- 
res de la Faune paléaretique, frais, hien préparés 
et à très bas prix. 

Listes J'raiico. 

Leopold Karlinger 
Wien, Il 5, Brigittaplatz 17, Autriche. 

J'achète toujours des Lépidoptères de bonnes es- 
pèces en lots importants. Les offres seront les bien- 
ve:iues. 



A. Voelschow 

Entomologiste 
Schwerin, Mecklembourg 

(ALLEMAGNE) 

Lépidoptères européens, Chry- 
salides, Chenilles, Œufs, Lépi- 
doptères et Coléoptères de l'A- 
mérique du Nord. 

BlOLOGiE DES LÉPIDOPTÈRES 
Élevages de Sérieigènes exotiques 
1 AA Lépidoptères de l'Améri- 
Iv V (jue du Nord, 

60 espèces, 45 Fr. 
100 Coléoptères de lAmé- 

ricpie d'i Nord, 60 espèces, 15 Fr. 
Catalogues gratis. 

Un LOT de 

100 

carabus splendens 

légèrement défectueux 

pour 10 francs. 

Au bureau du Journal. 

GRAND CHOIX 

LEPIDOPTERES 

européens et exotiques 

à des prix très réduits 

PAPILLONS POUR CADRES 

Chrysalides, Cocons, Œufs de 

Lépidoptères. 

EMILE DESCHANGE, 

à Longuyon, (Meurlhe et Moselle 

Mr le Dr Jacobs 

28, r. des Ursulines, Bruxelles. 

désire acquérir des 

Diptères européens 

de la famille des 
Tachinaires 



M. Henri Caillol, avocat, 
rue Traverse-du-Chapitpe, 18, Marseille. 

désire acheter ou échanger contre des Coléoptères 
français des 

BRUCHIDES (i\Iylal)rides) et UROMIDES 
du globe. 

déterminés ou non, ou même non préparés (dans 
la sciure). 

Il désirerait également se procurer des gousses 
et graines contenant des larves de ces insectes. 

M. Cotte Melchior 

Guide Naturaliste 
Aux Oourbes, près Digne, Basses Alpes, 

prévient les amateurs (|ui désirent aclieter des 
Coléoptères, Lépidoptères et Hyménoptères 
des Basses .\lpes qu'il leur eu vendra à des prix 
très modérés. 



Anthicides, Xylophilides, 

PTINIDES 

M. Maurice PIC, à Digoin (Saône-et- Loire 
demande à ac(|uérir par voie d'échangées ou 
d'achats des Anthicides, Xylophilides et Pti- 
nides [Briirliu.^) <lu globe, déterminés ou non. 

11 offre en échange plusieurs Anf/iii-iis du 
globe, décrits par hii, avec de nombreuses rare- 
lés (surtout des Alpes, Algérie, Egypte) dans di- 
verses familles de Coléoptères, beaucoup ch' l.on- 
gicornes et ipichpies in.sectes de divers (U'dres (Hé- 
miptères, llvmiMioptéres etc.) provenant de (Ihine 
ou d'Algérie principalement. 



EN VENTE 

fi 7= au Bureau du Journal ."0 

Cavernicoles de l'Ariège 

Aphœnops Cerberus — 0.25 — le cent fi. 20 
Aphœnops Pluto 0.30 — le cent fr. 25 

Bathyscia clavata 0.10 — le cent fr. 8 



M. Félix ANCEY 
9 rue Fargés, Prado Marseille, 



offre 

EN VENTE 

SES 

DOUBLES 

EN 

COLÉOPTÈRES, LÉPIDOPTÈRES 
HYMÉNOPTÈRES 

& COQUILLES 



Carabus splendens 



0.35 — b> cent i): 30 



Doubletten-Liste 

über pala'arkt., COLEOPTEREN 
versende auf Verlangen. Auch E\o- 
ten Verzeichnisse. Hoher Haar-1'.abatt. 

Hugo RAFFESBERG, 

l'odhragy, l'ost l'rasicz, Ungarn. 



FAUNE 

DES 

ORTHOPTÈRES 

DE FRANCE 

par 

M. A. FINGT 

(»rthoplères propreuuMit dils «'l 
Thysanoures. I vol. gr. iii-S» de 
."'•2'J p., avec lig. et l"> planches 

15 fr. 

S'adresser au Bureau du 
Journal. 

Dr A. J. F. Fokker 

à Ziérikzée (H(il.l.AM)i:) 
di^sire aclii'ler on échanger des 

Hémiptères Hètèroptéres 

d'Europe méridionale, Algérie de 



I.c Dircflcitr-drrniU : V.. llvitniK 



Ninbiimie. — Imprimerie spé(i:ile des „ MISCEELANEA ENfDMiH.dCÎCV 



Comité d'études, 

(Suite) 
M. Couturier, à la Nerthe, par Saint Henry, (B^^ 
terrestres et tluviatiles du globe. 



du Rhône). Coquilles marines, 



Nous rappelons que tout cncoi d'insectes aux membres du Comité doit être accom- 
pagna de timbres-poste pour le retour et an besoin pour (a réponse. 

Man wird hiermit gebeten jeder Insektensendung an die Mitglieder des Studien- 
Ausschusses das Franko für Rücksendung und nöthigenfalls für Antwort beizulegen. 



Annonces 


Anzeigen 




La page fr. 10. — 
1/2 « . 5. — 

1/4 « « 2. 50 
1/8 « « 1. 25 


Die Seite Mk. 

1/2 . 
1/4 « 
1/8 « 


8 
4 

2 
1 


Note de 7 à 8 lignes de 26 lettres, 50 cent. 
Réduction d'an tiers pour les annonces à l'année. 
« d'un quart pour les annonces au trimestre. 


Anzeigen von 7 bis 8 Zeilen zu 26 Buchstaben, 40 Pf. 
Reduktion um ein Drittel für jährliche Anzeigen. 

« um ein Viertel für vierteljährliche Anzeigen 



POUR LES ABONNÉS : 
Réduction — 1 aG insert, do la même annonce 25 % ; 12 insert. 33 y^X ; 2i ins. 50 % 



Les annonces sont payables d'avance 
par mandat-poste. 



Die Anzeigen werden zum Voraus 
durch Postanweisung bezahlt. 



Correspondance 



Toute la correspondance doit être adressée à M. E. Barthe, 
professeur, rue des Fossés, 2, Narbonne, Aude, France 
Nous correspondons en français, allemand, anglais, espagnol, italien et latin. Trière d'écrire très 
lisiblement et sur une feuille à part le texte des annonces. 

Aile Briefe sind zu richten an Professor E. Barthe, rue des Fossés, 2, Narbonne, 
Aude, (Frankreich). Wir werden correspondieren : Französisch, Deutsch, Englisch, Spanisch, lla- 
iienisch, Lateinisch. Es wird gebeten, Artikel oder Anzeigen möglichst deutlich zu schreiben, und 
die Anzeigen auf ein besonderes Blatt zu setzen. 

N.B. ^°"* payement doit se faire d'avance par mandat-poste ; nous n'accep- 
tons de timbres-poste que pour les petites annonces. 

Jede Zahlung muss in einer Post-Anweisung pränumerirt werden ; Freimarken 
werden nur für kleine Anzeigen angenommen. 

Les abonnements partent du commencement de chaque trimestre. 

Die Abonnemente gehen von Anfang eines jeden Vierteljahres ab. 



J. Desbrochers des Loges 

à TOURS Indre-et-Loire. 

Prix courant de Coléoptères d'Europe et Circa, d'Hémip- 
rtères, d'Hyménoptères, de Curculionides exotiques. Achat 
de Curculionides exotiques. 

Direction du Frelon, Journal mensuel d'Entomologie 
descriptive (Coléoptères). 
Prix de l'abonnement : 6 fr. pour la France et l'étranger. 

BoUettino del naturalista. 

14e année. 1894. 
Journal mensuel. Abonnement 3 fr. 
Contenant des communications et notes d^histoire na- 
turelle. 

Publie gratuitement toutes les communications 
-et annonces d'échanges d'objets d'histoire natu- 
relle de ses abonnés- 
Direction et administration à Siena (Italia). 



Histérides, Buprestides, 
CÉRAMBYCIDES DU GLOBE 

COLÉOPTÈRES AFRICAINS 

Mr. A. Théry 

à St. Charles, Algérie. 

désire acquérir les raretés lui man- 
quant en Histérides, Buprestides et 
Cérambycides d'Europe. 

offre, en échange de ceux d'autres 
provenances et de Coléoptères africains 
de bonnes espèces algériennes et du 

globe. 



EPINGLES A INSECTES VIENNOISES 

Johann MÜLLER 

Vienne, Autriche, II, Circusgasse 20, 

recommande son assortimonl complet des excellentes épingles blanches et noires, épingles camions 
épingles pour micros. 

Mon dépôt général pour toute la France se trouve chez M. HENRI GUYON Paris, 20, rue 
des Bourdonnais. 

Die Insekten-Börse 



jetzt vereinigt mit der „Sammler -BÖrSG** 




iàt für „Entomologen" und „Sammler" das hervorragendste Blatt, welches wegen 
der belehrenden Artikel sowie seiner internationalen und grossen Verbreitung betreffs 
Ankauf, Verkauf und Umtausch aller Objekte die weitgehendsten Erwartungen erfüllt^ 
wie ein Probeabonnement lehren dürfte. Zu beziehen durch die Post (Zeitungsliste No. 3 135) 
und die Verlags-Buchhandlung Frankenstein & Wagner, Leipzig, Augustusplatz 1, 
Abonnement bei Zusendung imter Kreuzband in Deutschland u. Oesterreich 1 Mk., nach 
»nderen Ländern des Weltpostvereins 1 Mk. 20 Pfg. = 1 Shilling 2 Pence =- 1 Fr. 50 Cent- 



The „ Entomologists Record" 

and Journal of Variation. 

Publié par J. W. TUTT, F. E. S. 
ABONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 

— FRANCO — 

Celte Revue Scientifique mensuelle contient des articles 
J'un intérêt général .pour les Lépidopléristes de tous les 
pays ot est illustrée de nomlireuses planclies en clnomoli- 
thographie. 

Le montant de ral)onuoiuent doit être adressé à 

Ml'. A. J. Hodges, 2 Higbury Place, London N. 

THE 

BRITISH NATURALIST 

REVUE ILLUSTRÉE D'HISTOIRE NATURELLE 

surtout d'Entomologie et de Conchyliologie 

iiiitii:i;i; l'Ali .loiiN K.KdiisoN, r. r.. s. 

Hartlepnol, Aii(ilclerro. 

avec la collaboration de nombreux spécialistes, 

ABONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 
John E. ROBSON,HARTLEPOOL, Angleterre. 

Rivista italiana di scienze naturali. 

14« année. 18!ti. 
Jnurnal bi-iKcnsitcl. Aboniwincnt 5 J'r. 
Contenant des mémoires illu.strés et l'annonce de tous 
les travaux italiens sur l'histoire naturelle. 

Direction el administration à Siena (Italia). 



M. CROISSANDEAU 

rue du Bourdon-blanc, 15, 
Orléans, 

désire accjuenr par voie d'échange ou 
contre argent toutes les espèces de Psé- 
laphidae, Scydmenidae, Paussidœ 
cl Clavigeridae du gloiie (pii peuvent 
l'intéresser, déterminés ou uon. 

Il y a des doubles de plus de 5000 es- 
pèces Gallo-lUiénanes et Corses à la dis- 
[»osition dos entomologistes qui veulent 
entrer on relations d'échanges. 

On achète ou on échange 

contre des insectes les timl)ros de Fran- 
ce de 18 i8 à l'oOigie de la République 
(en particulier le timbre de 1 franc) 
ceux de la Présidence et de l'Empire 
1852-1870) à l'efligic de Napoléon III et 
ceux de 1870-71, République, non den- 
telés. 

S'adresser au Bureau du Journal 



No 12. — Vo;,. II. '2'"" knnéo — II Jahrgang. 1" décembre 1894. 



Miscellanea 



Entomologica 

Organe international 

contenant les demandes déchange, d'achat et de vente de collections 

livres ou objets d'histoire naturelle. 

Anzeiger von Tausch, Kauf und Verkauf für internationale Entomologen. 

Entomologist's international Advertiser for ezchan?:e, pnrohase and sale. 



Direction et Rédaction 

E. BARTHE, à Narbonne, Aude (France). 

Avt^c la collaboration de naturalistes de tous les pays. 
Mit Mitwirkung internationaler Entomologen. 




Les " Miscellanea Entomologica " paraissent le 1er de chaque mois. 
Abonnement annuel : Union postale, fr. 5. 
Die " Miscellanea Entomologica " erscheint am l. jeden Monats. 
Jährliche Subscription : 4 Mk. — Annual subscription : 4 sh. 



Comité d'études - Studien- Ausschuss 

MM. Argod- Vallon, à Crest (Drôme). LongiciM'iies et coléoptères cavernicoles du globe. 
A. Finot, 27, rue St. Honoré, Fontainebleau. Orthoptères du globe. 

F. Ancey, St. Loup, 138, Marseille. Coléoptères en général. 

H. Gouin, 99, cours d'Alsace-Lorraine, Bordeaux. Coccinellides de France. 

R. Martin, au Blanc, (Indre). Odonales du globe. lNévro|)tères d'Europe. 

D-- M. Régimbart, à Evreux (Eure). Dytiscides et Gyrinides du globe. 

R. P. Belon, rue du Plat, 18, Lyon. Lathridiens. 

E. Barthe, Cette, (Hérault). Coléoptères de la Guyane française. Apiculture. 

M. Pic, à Digoin, (Saône et Loire), Longicornes d'Europe et circa et Anthicides du globe. 

J. Croissandeau, rue du Bsurdon-Blanc, 15, Orléans. Scydménide.-i, Paussides, Pséla- 

phidos et Clavigéridos du glol)e. 
D-^ Chobaut, 4, rue Dorée, Avignon. Mordellides, Anthicides. Pédilides, Rhipiphorides, 

Vésicants et (Kdémérides de la faune paléarctique. 
A. Janet, 104, boul. Saint-Louis, Toulon-Mourillon. Uhopalocères du globe. 
D"- A. Sicard, à Tebourz3uk, Tunisie. Coccinellides du globe. 
Dr L. Vitrac, aux Tr ois-Rivières, Guadeloupe. Kiitonioiogio des Antilles. 
E. André, 17, rue des Promenades, à Gray, (H"^ Saône). Korniicides du glolie et Mutilli- 

(Ics de la région europco-nicdileiTant'enne. 
M. Vauloger de Beaupré, lieutenant au 144= de ligne, Blaye, (Gironde). Cicindélides 

et Chrysoniélides d Europe et circa. 
A F. Nonfried, Rakj'nitz, Boh3:nia, Autriche. Lucunide^, Célonides. M-Ioionlliides 

Ilutélides, Dynastides, lîuprestides et Cérambyeides du glol)e. 
A. Théry, St-Charles, pa.' Philippeville, Algérie. Buprestides du globe et bongicornes 

d'Europe. 
l'abbé A. Carret, aumônier aux Chartreux, Lyon. Carahides d'Europe et en parlieuiier 

genres llarpalus, Plerosticlius et Anmra. 
A. L. Montandon, Strada viilor filarete, Bucarest, Roumanie. Hémiptères liéléroplè- 

res. 

G. Gribodo, Via Maria Vittoria, 19, Torino, Italie, Vespida- et Mellifera du globe. 

D' C. Schaufuss, Directeur du Museum Ludwig Salvator à Meissen, Saxe. Scolylides 

Plaly pilles et Scydniénides exotiipies. 
D' Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, Wien, I/l, Autriche. Cassidides du glohe. 
E. Simon, 16, Villa Said, Avenue du Bois de Boulogne 56, Paris. Arachnides du 

glol)ç. 
H. Fruhstorfer, Berlin N, Gartenstrasse 152. P.hopalocères de la régitn Jndo-auslra- 

lienne. 
D' Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, "Wien I / 1. Cassidides du glol)e. 
G. de Bony, rue Vaneau, 36, Paris. Genre Cicindela (Eur(»pe el conlins), ,Carai»ides vrais 

(européens et exoliciues). spécialement genre Nehria. 
E. Abeille de Perrin, rue de la bibliothèque 24, Marseille. Uuprestides, Malachides 

cl Cisides palé:ircli(iiies. 
E. Fleutiaux, 1, rue Malus, Paris. Cicindélides, Élatérides du globe. 
D' A. Puton, à Remiremont, Vosges. Iléniiplères lléléropléres paléarcliques. 
H. Caillol, avocat, rue Traverse du Chapitre, 18, Marseille. CrypIo|>hagides, Mylabri- 

dcs (Itrucliide.;) el l rouiides |>aléarcli(|ucs. 
H. Nicolas, rue Velouterie 9, Avignon, biologie des Hyménoptères. 
C. Houlbert, professeur au Collège de Dieppe. Larves de Coléo|>lères, Orlhoplères el 

Ni'vroplores. 
D' E. Candèze, à Glain- lès -Liège, Belgique. Elatérides du globe. 
Ch. Bruyant, rue Gaultier de Biauzat, 26, Clermont-Ferrand. l'aune enlomologitpie 

des eaux, spécialcnicnl llvdnicoriscs. 

E. Ragonot, 12, quai de la Râpée, Paris. Microlépidopléres d'Europe ; Pyraliles. Cram- 

hiles el l'hycilcs du globe. 
J. Vachal, à Argentat, (Corrèze). Ilymenoplera aculeala de la région circa niédilerra- 

nécnne el d'Afriipn' ; ll;di<(iis cl l'iosopis de l'ancien nnuid«'. 
H. Léveillé, rue de Flore 104, Le Mans (Sarthe). IJolani<|ue en général. 

F. Silvestri, à Bevagna, Umbria, Italie. Myriopodes du globe. 

{Voir ht suifr n !a /»af/c .7 <lc ta conrorturc. 



„\sttLUNE^ immoLoeiCi 



NUNTIUS ENTOMOLOGICUS INTERNATIONALIS 



No. 12. Vol. II Édition Fii.vNÇAiSE 1 Décembre 1894. 

(10/5- 1895). 



Notes sur la Faune entomologique pièmontaise. 

I. 

Siricidee du Piémont. 

Dr. Achille Griffim. 

Le Dr. A. Berlese, eu publiant en 1889 la première partie de sou reuuir([uai>h' travail 
sur les Tenthrédinides C), faisait allusion à l'insuffisance de nos connaissances sur la fau- 
ne des hyménoptères sessiliventres italiens, principalement en ce (jui concerne l'habitat 
des diverses espèces. 

Dans l'ouvrage en question, l'auteur énumère aussi les Siriciiles, indiquant les 
localités italiennes où ils ont élé jusqu'ici trouvés; néanmoins aucune espèce de ce groupe 
n' est citée du Piémont. Les travaux sur les Iwttéiioptères de cette province sont 
en effet assez rares, tautlis (|ue pour beaucoup d'autres régions de l'Italie, on possède déjà 
des catalogues bien faits et riches en espèces, principalement dans les ouvrages de Magretti, 
Costa, Rossi, Spinola, Contarlni, Disconzi, Gribodo. 

Aucun Siricide n'a été indiqué par Allioni {a). Giraud (b) énumùre plusieurs hymé- 
noptères de Suse , parmi eux ceptn laut ne se trouve aucun Siricide; Ghiliani (çi) indique 
les quelques espèces prises dans les environs de Sangano, parmi lesquelles il n'y a aucun 
sessiliventre ; depuis le travail de Berlese, je ne sache donc pas que l'on ait publié des 
catalogues où l'on puisse trouver des indications sur les Siricides du Piémont. 

J'.u étudié les espèces de celte f;\mille dans une riche collection d'hyménoptères pié- 
montais, déjà classée en partie pur Giuliani, (|ui appartient au Musée Zoologi([ue île Turin, 
et je me suis surtout servi pour cette élude de l'ouvrage de Klug("') et de celui d'André ('). 
Je dirai cependant que 4 des 7 espèces quiï j'ènumère dans le présent catalogue ont été 
déjà menlionnjes incidemment par Ghiliani dans uu de ses ouvrages {^), qui, par son litrg 
même, a facilement échappé à Be.'l;^33 ; les Ö autres sont nouvelles pour le Piémont ; deux 
le sont uu'Mia pour la Haute-Italie. 

Ru atleniJant, voici quelles sont les espèces pi MioiUaises do cette famille : 
1. GiMi. ORYSSUS Kabricius. 
O. abietinus. 

Sphcx abietiii'c. - Scopoli (9), p. 788. 
Or[/ss!is ccspcrtiUo. - Klug (5), p. 7, T. I, f. 1-5. 

» abietinus. - André (1), p. ôjj, T. Will, f. 5. — Berlese {-1}, p. 18 i — 
Konow ((')), p. 2iö. 

PiCluonte (Coll. Mus. Zotl. Turin). 

(((). Am.I()\i C. - MuHiputus iiif:"!. Tiinrhunuifn - McUxw^i'.s ilc Philos, et MatiK'in. de la Soc. 
lloynle ilo Turin, 17(3(5. 

(h). GlUAlU) - llijimnopl. recKi'.iUis nue eiiviroin iIô Snic - W'rliMinl. iliT l\. K Zinil.- lîol. Cn'sells'li. 
in Wien, I802. 

(ij). - (iii'LivM - .V,/'>;'(! dl ejiuir^iiiini f iti cdccic eiilom. - KiiM. S.»:-. Kiit. IL, IH'i. 



1. (ion. SIREX I.iiiiK'. 
S. spectrum. 

Sirox nprctriiiii. - I/imir (7). |>. '.il*'.). — Fahr. (T.), p. l'2(i. — Kliig(.V). j». ,"9, T. 
IV, f. 5-(i. — Magretti (8), Mein. H, p. 291. — \iuliv (li, \>.:<:m. — r.hiliani (i). p. 2i"., 
Herlose (2), p. 183. — K(tno\v ((•), p. 2i2. 

Alpes pi ('iiinniciisci^, Alpes /lunitiincs ((iliiliai)i'. 

S. gigas. 

Sirc.r U'O"'-'- - '^i»»'' 0), |). 928. — l'alir. (."), p. 12i. — Kliig (T)). p. 7.1, T. Il, f. 
1, 5. — Spinuia (lu), p. .M).— Magrelli (8), Mcm. I, p. il). — (ihiliaiii (4), p 
2«. — Aiuliv (1), p. 5r)(i, T. XXIV, f. i. — lierlese (2), p. 182. — Konow ((i), p. 242. 

Commune dans les Alpes pii'iinntaises. VkI Sacaranclte ((iliiliani). 

S. juvencus. 

Sirex jucencHS. - Www ri), p. 02!t. — r.ihr. {'), p. 12tî. — Klug (5), p. r.f), T. III, 
f. 4, 5. — Spinola (10), p. (iO.— Ghiliani (4), p. 24'. — Aiitlré (1), p. .').".8, T. XXIV, f. l. 
— Berlesp (2), p. 182. — Konow (G), p. 242. 
Rare. - Aljics piéjitonfaiscs (Ghiliani). 

S. augur. 

Sircx aiujur. - Klug (5), p. 54, T. IV, f. 4. — Aiiiiiv (I), p. 5r)7. Berlose (2), p. 
182. — Kouow ((')), p. 242. 
Sacona (Gliiliani). 

I/uniqiii» exoniplaiie c^ piéinoiitais examiné par moi el ré^olli" près de Savona |»ar 
Ghiliani, est un peu différent de l'espèce typique ; ses caraetères sont les suivants : 

Long. mm. 22 - Fauve - Tète velue, jaune, avec le verlex et lesman(lil)ulcs|(il).scuros ; 
antennes remar(|ual)lemont longues, de 24 articles - Thorax velu, brun-gris, inférieure- 
menl d'un roussàtro obscur, sans taches - Ailes jaune-roussàtre, avec les nervures roas- 
sàtres - Abilomen]fauve en dessus, avec la base et le sommet d'uu unir assez luisant ; des- 
sous du ventre jaune, avec le boni postérieur des divers anneaux et tout le dernier seg- 
ment noirâtre - l'allés noirâtres, avec la base des fémurs postérieurs, les tibias antérieurs 
et intermédiaires et les tar.ses roux - cf- 

5. Gen. TREMEX .luriue. 
T. fuscicornis. 

Sircr J'iisciroinis. - Fabr. (.">), p. I2(i. — Klug (5', p. 41, T. V, f. .5. 
Xylotf'rns » - Ghiliani (4), p. 242. 

Trcmex » - André (1), p. TiOO, T. WIV, f. .^.. — Berlese (2), p. 18",. — 

Konow ((»), p. 242. 
Turin ((iliiliani). 

•4. Gen. XIPHYDRIA balreille. 
X. dromedarius. 

Sire.f (Iroinedtaiiis. - Fabr. ("i>, p. 128. 

Hijhonotas » - Klug (.'j), p. 15, T. I, f. 0, 7. 

Xijphidria » - lierlese (2), j). 184. 

Xiphydria » - André (1), p. .')61 — Konow iGi, p. 242. 

Alpes pièmtiuUiises (Coll. Mus. Zool. Turin). 



Imiic \tions uii!i.ior.u\i'iiii,ii i:s. 

\. .VM)IiÉ Ell. - Specii'H (h'xjl;iiiiciiiij)l. it'Kurnpe et (f.ylgi'rie - ll<>;ninc, ISTit, Toiiic I. 

2. Hkiilese \. - Miilevidli pi-r un ciilaliK/o ihi Teiilreili iiei ilii'iiiiii. Parle 11^ Hiill. Sdc. Riit. Mal 

.Vmio xxir, tSill. 

3. rMiHiDLs ,1. (;. - /Ciitoiiiii/nyia syslciii. emeiulnUt et aiicta. Ilal'nia;, 1793, T. II. 

•t. Ciiii.ivM V. - Aiicora delln T/iatessn elavata e di un nitro imenottero nuorn per lo fdunn entomol. 

(tel Piemonte. IJiill. Soc. Etit. Ital., .Viino V, 1873. 
5. Klug F. - Afonor/rap/iia Siricuvi Oermoniœ. Borolini. IS03. 



- 135 - 

ü. Koilow F. W. - C(itabn/us Tenthfed. Europiv. Deutsche Etitom. Zeitschr., Berlin, 1890, II Band. 

7. LixxÉ C. - Sysleiiia nalwœ. Ed. XII reforimta. Ilolinioe 1760-67. Tom. I, pars II. 

8. .\l\(iKF.TTi 1*. - su(/li iniennlleri del/a Iji/ii/x'inJid. Mein. !•', Bull. Soc. Eni. Ilal., .\nnô XIII, I88i - 

Meni. II', iliideni. Annn XIV, 1882 . 
y. .ScoE'di.i A. - EnliiiKol.iKjia carniolicx. Vindolionfn, 1703. 
10. SiM.\(H.\ Max - liisict Ijf/iiriw .v/jcc/c? nur i^ el rariorei. Fase. I, Genuii', I8J0. 

Torino, R. Museo Zoologien. - 7 Février 1895. 



RAPPORTS NATURELS ET PHYLOGENIE 

DT, s 

PRINCIPALES FAMILLES DE COLÉOPTÈRES 

Par CONSTANT HOULBERT (') 

Docteur es sciences naturelles. 
(Suite) 



Cette f\unille coniprend un nombre oonsidéral)le d'espèces dont le genre de vie est ex- 
cessivement variable à l'état parfait ; cependant toutes les larves s.* ressemblent, il me 
suliira de citer celle du Hanneton (l'ig. io, a), trop connue de nos agriculteurs et qui se 
nourrit de racines ; celle de VOi'ijctcs nasicornis (Fig. 15, d ), qui vit dans la tannée ; 
celles des Aphoclitis (Fig. 15, e), qui habitent les excréments des herbivores ; celles des 
Lucanes (Fig. 15, f), et des Cétoines (Fig. 15, c). qui consomment les bois pourris ou 
altérés. Il suflil de jeter un coup d'œil sur la ligure 15 pour constater que toutes ces 
larves sont identicjues ; c'est là évidemment l'indice de |)roprietés atavi([ues conservées, 
malgré les modilications dues au genre de vie et au milieu et (pu ont également porté 
sur tous les groupes de celte famille. 

De plus, au point de vue phylogénitpie. il n'y a évidemment aucune raison de sépa- 
rer les l'ectinicornes comme famille distincte. Leurs larves sont construites sur le même 
type que celles des Lamellicornes ; leur corps est cylindrique et sa partie postérieure est 
recourbée en arc, ce qui fait (jue, étant dans l'impossibilité d'étendi-e leur corps en ligne 
droite, elles restent couchées sur le tlanc (Fig. 15). On trouve partout trois paires de pat- 
tes, sauf chez les PassaUis, où la 3« paire s'atrophie. 

Le dernier segment abdominal porte le nom de sac ; il porte une ouverture anale, 
franscersale chez les Passalas, lon<jitiulinalc chez tous les autres Peclinicornes. La 
larve du Lucanns ccrca^ emploie quatre années pour accomplir le cycle de ses métamor- 
phoses (Fig. 15, f). 

Ciiez tous les autres Lamellicornes, la forme générale des larves est identique ; le 
sillon anal est transccmal, comme chez les Passalides, sauf une exceptiim (Cétonides). 
Les ocelles manquent dans toute la famille, excepté chez le Tnchius fasciatus ; cette 
particularité intéressante a été signalée par Perris. La métamorphose de ces larves est va- 
riable, selon la grosseur de l'espèce ; les petites espèces qui vivent dans les excréments 
des animaux, accomplissent rapidement leur évolution ; chez les M ■lolonthides, elle est de 
trois ou quatre années, selon les pays ; il en est de même chez les Dynastides, qui renfer- 
ment, comme on le sait, les plus grands Coléoptères connus, Goliath et Meçialosoma. 
Les larves des Cétonides se rencontrent fréquemment dans les fourmilières. M. Weaver 
pense ([u'elles vivent aux dépens des œufs de fourmis, mais il paraît ([u'elles se nourris- 
sent simplement de boispouiri. 

Quoi qu'il en soit de toutes ces particularités, dans l'état actuel de nos connaissances, 
les familles des Curculionides et des Lamellicornes forment deux groupes isolés dont les 
aflinités sont inconnues ; il y a là matière à d'intéressantes découvertes, et l'un des plus 
grands desiderata de la science entomologique est d'établir la généalogie de ces deux fa- 
milles, à l'aide de formes pouvant se rattacher au type primitif des Campodés. 

Voir .Miscellanea Entninologica, nu« 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11. 



CHAPITRE VI. 
Considérations générales sur les larves des Coléoptères. 

Il me reste muintenaiil à présenter ici quelques [remarques concernant l'organisation 
des larves des Coléoptères en général. Celles (|ui me paraissent le plus intéressantes sont 
celles (j l'on |teat faire relativement au nonil)re des ocelles; mais pour (ju'on puisse facile- 
ment saisir l'iiiiporlance et l'utilité de ces remarques, je les (lis|)()se sous la forme d'un 
tableau synoptitiiic (jui les résume dune mauicre aussi rationnelle (|ue |>ossible '. 

On voit immédiatement, en examinant ce tableau, que les groupes où les ocelles sont 
le mieux développés sont également ceux dont les larves sont libres et ont par consecjuent 
conservé les fornu's les plus voisines des Campodés ; au contraire, l'adaptation des larves 
à la vie parasitaire entraine la dégradation des yeux simples, elles groupes où ils n'exis- 
tent pas sont aussi ceux où les larves sont le plus nettement rrucij'orn.cs ". 

Si nous examinons maiulenant le nombre et la disposition des ocelles dans clia(|ue 
groujie, nous verrons que ceux (pie nous avons cousidérés comme primitifs, c'est à dire 
comme des centres d'évolution, possèdent des ocelles en nombre variable ; tels sont les 
Brévipennes, où le uond)re des stemmates varie de un à six ; les Ténébrionides, où ils va- 
rient de deux à cinq ; les Clavicornes, où l'on en compte de trois à six. 

Ces variations expliquent les différences, parfois très [grandes, (|u'on peut rencontrer 
dans les diverses familles (jui conqxtsent nos groupes naturels ; la disposition des ocelles 
nous apparaît donc autant comme une propriété atavique que comme un résultat d'adap- 
tation. 

Le nombre des segments du corps est sujet à des variations analogues à celles (|ue 
nous constatons pour les ocelles, mais beaucoup moins étendues ; ce nombre est de l">dans 
toutes les familles de Coléoptères terrestres ; il descend à douze che/, la plupart des Coléo- 
ptères a(iuati(iues, connne on peut le remaniner chez les Dytiscides. les .\mi)hizoides, les 
Palpicornes, le Nosodendron et les honacies, ipii .sont des Chrysomélides a([uicoles. 

L'inIhuMue du milieu semble être ici le prin(i|)al facteur; l'élude des larves, chez les 
Amphizoïilcs et les l'élobudes, nous montre (pie c'est le neuvième .segment de l'abdomen 
qui subit les modilications les plus profondes, par suite de l'adaptation graduelle de ce 
segment aux fonctions respiratoires. 

Apre; les ocelles et les segmenls du corps, c'tîst la structure des mâchoires et de la 
lèvre inférieure qui paraît i)réseuler les variations les plus nombreuses et les plus impor- 
tantes. Dans tontes les f.unilles, les mâchoires sont disposées pour déchirer les aliments ; 
elles portent des jialpes de quatre articles chez les bongicornes, les Lamellicornes, les Ca- 
r.d)i(pies. I(îs liisiei-ides et bvs Silpliales ; de lr,)is dans toutes les autres familles, a l'ex- 
ception des M'ioides et des liupresliJes, où ils ne sont formé.'^ que de deux articles .seule- 
meiU. 

Le nond»re de plus en plus gi'and des articb^s aux palpes seuible donc être un crité- 
rium du p-rfectionneinent. t>:i c(m( oit ipn^ celte disposition soit particulièrement avanta- 
geuse aux formes libres, c"est ponnpioi ou la r.-iuoutre surtout chez les caral)i(|ues et 
chez les Dytiscides. Le ni>ud)re trois, (pie l'on observe chez b^s Clavicornes et chez les 
Drévipennes, pcu-te à croire (pie ces group(^s sont moins difTérenciés (pu' les Carabi(pies, 
C(Miclusion à la(pielle nous étions di'jà arrivés par d'autres considérations. 

Le nouibre des articles au. a;ile:uies suit la méiue loi (jue celui des palpes : ce fait 
es; conforme aux prévisions que l'on pouvait faire sous ce rapport, puisque ces organes 
ont des fonctions physiologi(pies connexes. Une exception remai'(piable s'observe chez les 
Lamellicornes, dont les larves poss('Hlent des antennes à ciiu] articles ; cette exception 
n(uis amène encore à Considérer les Lamellicornes comme une famille très dillérenciée ; 
mais nous aurons l'occasion de revenir plus tard sur ce sujet. 



1. \'iiii- ce l:ililc:ni ;i lii )i;i;;(! siiivimlt'. 

2. l'ariui l<;s Laiiiellicoriios, ou a sigii;it(', cIk^z la larve du Ti'icliius fusciatus, la présouce tl'dn d'il 
lisse en aiTi(M-e dos aiilnuuos; i-e fait siiflii-ait à lui st^id pour l'aire pcuscr (|(ie tes larves de ce genre 
suiiL lc>> iniiius dill'ijieiieii'es, ce ijiie l'on savait di-,i;'i jiur d'.iulres cousitk'r.dit'ii?. 



Organisation générale des Larves. 



FAMII.I.l-S. 


.\<jmbre 

et 
ilisposi- 
tion des 
ocelles. 


.\ ombre 
des 

seg- 
ments 
du 

corps. 


.Nombre 
des art. 
aux 
palpes 
maxil- 
laires. 


.N'ombre 

des 
art. au.v 
anten- 
nes. 


Pai- 
res de 

stig- 
mates 


();iSKItVATI(l.\S. 


Carabiques 

Dytiscides 

Dermeslides 

Silpliales 

Tachyporides .... 


ooo 

OOO 1 

II 
II 
)) 

)) 2 


15 
1-2 
\7, 
15 

1'. 


4 

5 
4 

5 


4 
4 
4 

4 



9 
9 
{) 


Pat les de ') parties. 

2 ocelles chez les Aniso- 

touiides. 
Il peut être parfois de 5 


I'alpicurnes 

Paussides 


oooo 
oo 

» 


12 
15 


i 
5 


5 


8 
Ü 

9 
9 
9 
1 

9 
9 




Hétérocérides .... 

Parnides • 

Mycétophagides . . . 

Nosodendron 

Clérides 

Ténébrionides. . . . 


ooo 
oo 

1) 
11 
)l 

» 3 

Il ^ 


15 
15 
13 
12 
13 
15 


5 
5 
5 
5 

5 
5 


i 

4 
5 
4 
4 

4 


Antennes rétractiles. 


Malachides 


ooo 
o 


15 

1) 
15 


5 
4 


4 


9 


Antennes rétractiles. 


Nitidulaires 

Longicornes 


ooo 

Il ■' 


11 
4 


1) 





Byrrhides 

Méloides 


oo 

II 


15 

15 


4 

2 


2 

2 


9 
9 


S'appli(iuc aux tiiun- 
giilins. 


Malacodernies .... 

Plinides 

Bostrichides 


o 

11 
» 


15 
15 
15 


5 
5 

5 


2 
2 

2 


9 
9 
9 

9 
9 
9 
9 
9 
9 
9 


Patli's de 4 parties. 


Ilistéridf s 

Lamelliccrnes .... 

Buprestides 

Élatérides 

Lymexyloues 

Curculionides .... 
Cébriouites, etc. . . 


N'ont pas 
d'ocelles, 

1) 
» 
» 
» 
11 
11 


15 
15 
15 
13 
15 
15 
15 


4 

4 

5 

5 
5 
5 


4 
5 
5 
4 
4 
1 
4 


Larve du Tricliius 
fasciaius. 

Semblables aux larves 
des Scolytides. 


1. Par exception, ce nombre est de 4 (° °)chez les Ciciiidélides. 

3. C'est le seul cas chez les MoUipennos. 
i. Ce nombre varie de 2 à 5. 
1 .'). Vai'iable de 1 à 3. 



— l.-.li — 

l,'eiisc'inl)lt' lit' ces dis|)OsUinus cl les v;iii;«ti(ins auxquelles elles peuvent donner lieu, 
par suite du ^iir.' de vie propre aux larves de cha([ue l'aniille, montre, à n'en pas douter, 
(jue l'ordre entier des Coléoptères est sorti de Ibrnies |)riinitives plus ou moins voisines des 
Campodées. Les larves libres des Dyliscides, des Carabicjues, des Brévipennes, par leur 
C(U'i»s allongé et par tous leurs caractères, soni certainement plus étroitement alliées à la 
forme pr()coiéopléri(iue primitive ([ue celles de toutes les autres familles, de sorte (ju'on 
doit considérer la forme actuelle des Coléoptères et leurs métamorphoses comme des pro- 
priétés acquises à la suite d'une longue évolution. 

Ces remanjues, de même (jne celles (jui ont ete présentées dans les chaiiitres précé- 
dents, ont pour base des faits bien observés et bien établis; je ne puis me tromper (]ue 
dans l'interprétation que j'en fais ; aussi je ne prétends point (pie, |)Our les détails, au 
moins, on n'en puisse donner d'explication i)lus acceptalde. Ouoi (ju'il en soit, aucune des 
classitications existantes ne ma paru répondre à l'ensemble des faits tels que je me les re- 
présente ; j'ai donc été obligé de dresser un tableau généalogique à mon usage et un en- 
semble de dassilicalion qui m'est, je crois, bien personnel. 

II serait oiseux d'explicjuer pour(|uoi j'ai renoncé à la disposition linéaire, rari)re gé- 
néalogique de Darwin' pouvant seul rendre compte des relations pliylogénétiques dans 
leur ordre et dans leur étendue. 

Voici donc, selon moi, comment peuvent se grouper les nombreuses familles (|ui 
composent l'ordre des Coléojitéres ; je les disposerai ensuite de façon à pouvoir indiquer 
la concordance des groupes que j'ai adoptés avec ceux du Gciirra des CoW'Optèi'Cs de 
Lacordaire. 

Je reconnais huit séries principales, dont six peuvent se rattacher aux Yésicants d'une 
façon plus ou moins directe. Les deux autres sont isolées ou n'ont que des points d'atta- 
che très rares ; ce sont les Curculionides et les Lamellicornes. 

Voici tout d'abord le tableau des rapports que ces séries présentent entre elles et avec 
le groupe des Strepsiptères. 

Strepsiptères. 

ï ï 

(Epicauta). f l; 

I I ' J ^ 

I I % VI. Mollipcnno&. 1. Trnrbrionidcs. 

t 'f V (Malacoderines). ;|J 

III. BrèrApeimcs. \ V. Clavicorncs. } 

I.V. Adéphages. H. [jnHiicorncs. 

Carabiqnes 

Vil. Cari ulii)nul(:.<. 
VIII. Laiiicliirorncs. 
Chacune de ces .séries peut se décomposer ainsi qu'il suit: 

'■ — S'/'/vr' Tu ■hriiiiiininr. — Comme je l'ai expli(|ué p. '.»2 et suivantes, je réunis 
sous le nom de Ten 'brionides ou de s'-rie t ■ii '•l)rionienne l'ensemble des llétéromères et 
des grou|»es (|ui leur sunt le plus directement aliii's. .l'adopte la généalogie suivante. 

Strepsiptères. 



V 



Méloides, 



iii|iipliori(les. 



(Kdemérides. Mordellldes. 

I ï î 

lN.s,s;,;,'c aux l'ythldcs. Mélandryidfs. 

Longicornes. % 

l'yrochroidos. Cistélides. 

I:»giiides. ïénébrionities. 



I. Dar« in - ilrii/inc des exjtrcex, \<. i'.M. 



— 137 — 

n. — Série Prionienne. — Je désigne souj C3 nom l'easemble des Longlcomes, 
des Buprestides et des Eucuéiriides ; leur généalogie paraît très simple. 

Œdémérides. 



Tricténotoniides. 

Prioniens. 



ÏLi'pliirii'iis. 
Crraiiibycit^iis. 
IjMinieiis. 

Hupreslides. 

m. — Série Tronc((li/icnii'' (Brévipenues). — Je reconnais dans cette, série six fa- 

|)rincipales, caractérisées par leur larve campodée et dont les relations peuvent s'établir 

ainsi ([u'il suit : 

Platypsillides. — Leptinides. 



Silphales 



l Nécropliorides. j Anisülomides. 

( ilistérides. ( Trychoplérygiens. 

1 Psélaphides. 
( Stapliylinidos. 
Paussiiles. 
passage à la série Carabidienne. 

IV, Série Carabioicnm (Adéphages). — Cette série comprend les seuls Carnassiers de 
Latreille ; elle n'est en réalité que la suite naturelle de la précédente.' 

1 Gicindélides. 
Tidis gioiipe^ ) Carabides. 

priiici|iaux. I Dytiscides (yiüH[ie aqualique). 

V — Série Claoicérieiiiie {('.hvicornei'. — Cette série corres|)ond à un nombre con- 
sidérable de formes dont les affinités s(ml multiples et fort ditliciles à apprécier ; j'y recon- 
nais deux faciès principaux, l'un conservant plus particulièrement le caractère de la fa- 
mille et aboutissant d'une part aux bi'rmeslides,de l'nutre aux Chrysomélides et Coccinel- 
lides ; l'autre, s'adaptant à la vie a(piali(|n(' et donnant les l'alpicornr-s. 

Les aflinités de cette série peuvent s'exi)rimer ainsi : 

Souche hétéromère. 

l'viiiKiiii'.oinrs. 



Cucujides. 
Colydiides. 
Trogositides. — 
iSllidulicb^s. 
Cryptopliagides. 
lîvturus. 



> l'fllidcs. 

Mycclopiiagides. 
Nosodendron (Ijynhidcs^ 
Hétérocérides. 
l'arnides. 



Érotylides. 

Endomycbides. 

Coccinellides. 



Dermestides.. Kimides. 



llydro))iide^. llélopliorides. 

Am|)lii(ips. 

(iyrinides. 
il ydropbilides. 



— 1-8 - 

VI. — Serie iiialacotlcrniiqtio (Mollipciines). — Celle série sc divise naturellement 
en deux groni)es. l'un possédant encoie des larves lil)i'es et eurnassiéres, l'autre possédant 
»les larves érueit'ormes. 

Lymexylonides . 



Malacodernies. l'Iinides. 

I'as( yllides. liiislriiliide 

lili,v|iieérides. 

Céhrionides. 

Élaiérides. l'nssanc mix Curcnlionides. 

\\\. ~ Sriir ('i/i'ciilioriiennc (flliyneopliores). Comprend la seule l'amille îles Cur- 
eulionides. 

Vlll. — Si'iir Sfinchridirniic (Lanitdlieornes). 



CHAPITRE VII. 

CONSIDÉRATIONS PHYLOGÉNIQUES ET PALÉONTOLOGIQUES 

Les doeuuients palconlologiciues sur les Insectes, bien (pie très ri(dies déjà, ne permet- 
tent pas de suivre coniidétcnient l'évolution des principaux groupes à travers les époques 
{ïéoloij-i(pies. On sait seulement, pour ce qui concerne les Coléoptères en particulier, et 
I»Our ne pas remonter jus(|u'aux formes douteuses {Crtrcitlionidcs Ansfici et Prcstiri- 
chi), signalées dans les terrains liouillers de l'Angleterre par MM. Prestwich et Bukland', 
(jue les débris (pii paraissent jusipiici les plus anciens ont été recueillis dans le trias; ce 
sont des Rlivncliopliorcs (('m culionidcs prodronius), groupe ([ue nous considérons com- 
me l'un des plus modifiés |)ar l'adaptation, ce qui peut s'expliquer jusqu'à un certain 
point par son ancienneté. 

Dans les lias de Schambelen, en Argovie, plus de 110 espèces ont été signalées par 
M. Heer 2 ; ce sont surtout des Uuprestides, des Byrrliitles et des Chrysomélides. Les eaux 
étaient déjà habitées par des Ci/rinitcs (^l des Hi/clrophili(cs, ce qui fait supposer 
l'exislence du type clavicorne. 

De plus, la présence de larves dans les couches secondaires indique, comme le fait 
parfaitement remarquer mon ancien professeur. M. F. Priem 3, qu'à cette épo(|ue, les Insec- 
tes possédaient des métamorphoses. 

Dans ces temps reculés, l'ordre des Coléoptères l'emporte déjà sur tous les autres par 
le nond)re et la perfection des ses formes; il présente en même temps des affinités tropi- 
cales très prononcées, mais c'est surtout dans les couches tertiaires <iu'il acquiert la pré- 
pondérance considérable (juil ne cessera de conserver juscpi'à nos jours. Dans le travertin 
de Sézanne [rociiic iti/'ri icur), dont la faune entomologique a été si habilement restaurée 
par M. Munier-Chalmas, les Coléoptères sont déjà nombreux; dans les lignites oligocènes 
du Siebengebirge, ils représentent à peu près la moitié des espèces observées, les lUiyn- 
chophores sont toujours en majorité ; mais dans la grande formation lacustre d'tF.iiingen 
{ininci'np], dont la faune est la mieux connue de toutes, sur .")()81 échantillons d'Insectes 
recueillis en 18(57 par M. Ileer, ^i.^O appartiennent à l'ordre des Coléoptères. Les espèces 
(jui ont pu être déterminées se répartissent ainsi entre les principales familles : Hki/n- 



1. Piclet. — 'J'rdilc de puléintlolngie. Paris, t. Il, |i. :iiS. 

2. Iloer. — Vrwell der Schweiz, 1805. 

3. !•". Priem. l.'Kvolulinn des fnniies miinidles iiranl rup/iitrilinn de l'Iiinhine. .l.-lt Hailliere» 
mn, p. 254. 



— r.<i — 

chophorcs, lOS : S ternoxes, (M ; ciacicorncs, ^o ; Grodèphages, M ; Clirrjwmèll 
des, 50 ; Laino.lüconics, 42 ; Lonijicoriics, iO ; Patpicoriics, 22. On remarque que 
ce sont surtout les |)hytop!i:i8es (jui dominent, et ce fait, rapproché des remarques 
de Lacordaire',in(li(|ue d'une façon très nette les affinités méridionales de celle faune. 

Quoi (|uil en soit, et malgré l'incerliludc de nos connaissances, les Coléoptères ne 
paraissent pas avoir subi de modiMcalions bien profondes dans le cours des périodes géo- 
logiques ; les documents paleonlologicjues ne nous apprennent que fort peu de chose sur 
les transformations (in'ils ont sul)ies pour arriver à l'étal où nous les voyou.^ aujourd'hui 
(Fig. 10). 

Au début de l'ère secondaire, le« diverses familles sont' déjà consliluées avec leur 
caractères propres; il faut donc remonter plus haut, comme le dil M. Packard 2, pour 
retrouver le protoly|)e « des Perce-Oreilles et des Coléoptères », ces deux groupes ne 
paraissant être autre chose qu'une ramilication de quelque forme Ihysanoure, établie dans 
les temps dévoniens ou siluriens s. 

Probablement (ju'alors les larves des Coléoptères primitifs se rapprochaient encore davan- 
tage des Campodés véritables : par consé(pn:'nl, si nous considérons la forme générale du 




FiG. 16 Insectes lossiles de l'époque tertiaire ('d'aprts E. Oustalel). — n. ChIosiuikis Aassizi, Barth. 
— b. Ifippor/iinus Ileerit, Germ. — c. Staphylinus calvus, Uustalet. — d. Chjlus leporinus. Oust. 

corps avec ses segments homonomes chez les Coléoptères carnassiers, la constitution de la 
bouche, dont les pièces sont disposées pour déchirer et pour broyer les aliments, nous arri- 
vons à cette conclusion que ce sont les larves des Carabiques et des Staphylinides qui ont 
été le moins modifiées. 

Chez les Silphales, les Derniestides, les Cryptophagides, les parties de la bouche sont 
déjà moins parfaites ; le corps de la larve devient en même temps plus épais et les pieds 
sont moins développés ; c'est l'intlice d'une pi'emière variation. 

Chez les Malacodermes, dont les larves sont carnassières, ces caractères se conservent ; 
mais chez les Cébrionides et les Élatérides, qui terminent la série et dont les larves sont 
pour la plupart herbivores, on observe des modifications plus profondes dans le système 



1. Lacordan-e. — Inlvtiiluclion à l'Entomolvtjie, t. II, p. 528. 

2. A. -S. Packard. — Genealor/y nf the Ifexopoda ("Third Rep. of the U. S. Enlom. Coimn.), 1883, p. 
303. 

3. Les thysanoures étaient déjà nombreux à l'époque houillère ; M. Ch. Brongniart signale ([ua- 
rante-cinq échantillons du Dasi/leplus Lucasi Cli. B., trouvés dans les couches carbonifères de Coni- 
nientry, {V. Ch. Brongniart ; Les Insectes des temps primaires, p. 7.) 



— 1 iO — 
liiiccal ; (Il mriiii- leiiiiis. le rurps devionl cyliiuiriquo ol los itallos très courtes. 

Chez les Céiaiiiliycides, nous voyons un (■loigncmciil plus grand encore du type Carni- 
vore : les |iarlies de la bouche s'atrophient, les pâlies lemlcnt à dispaïaîlre et le corps 
arrive de plus en plus à la forme eriica. 

Kniin, si nous considcrons les groupes où l'adaptatiitu a app!)rté les niodilications les 
jilus profondes, tels (jue les Lamellicornes, les Curculioiiides, les Scolytides, nous voyons 
l'atrophie de la tète, des pièces buccales et des pattes atteindre son maximum; les larves 
ne sont plus en eilet (jue des vers charnus et apodes, rappelant la pupe des llymèno|)lères. 

Ces difl'érentes remaniues nous amènent à penser qiw si, au lieu de descendre la 
série des Coléoptères, nous remontions le cours des temps g(''ologi(]ues, au lieu de ces 
Iransfurmalions lamilièes et divergentes, nous verrions au contraire les diiréreiiles espèces 
converger vers une forme particulière qui pourrait être considérée comme le centre évo- 




|.-|i,. 17. _ Types hiivaiics des primipalcs sèiics coléoplèriciucs.— (i. Campndea stfijj.'iyli ii ic, l.i l.irv(> 
icssciiiblc à l'niscclc |.;ul;ul. — /^. Larve du Slylops cV/tWcc«;, — r. Larve primitive <lii >//-m(v 
humeralis, — rf. Larve de VOcypus olens, — e, Larve du Carahus aunilits, — /', Larve (!<• VAi/nllii- 
diuin seininulum fd'après Fahre, Maurice Girard et Kairuiaiie), 

lutif de chacune de nos séries; ce prototype serait voisin des S/rcjtsi/itrirs [u>\iv la 
série Ténèhrionieiine, des .S/r</)/i/////H^/!espourla série Troncalipenne, di'S Ati'((c((>ccriis\Miv 
la série Malacodermique, etc.; plus loin encore, les caractères de ces espèces collectives se 
concentreraient vers une forme brévipennc plus anceslrale, dont lt>s l'ialypsyllines peuvent 
nous donner une idée; enliii la perte des ailes nous conduirait à un tyi)e général Ihysa- 
noure. dans le(piel se trouveraient réunis tous les caractères des espèces que nous dési- 
gnons aujourd'hui .sous les noms de Coléoptères, de Névroptères et d'Orlhoplères d'ig. 17). 
.\ ce point, les Insectes parfaits, tels ([ue nous les connaissons, n'existaieni pas; s'il 
nous avait été donné de les observer, nous n'aurions trouvé (|ue des formes larvaires très 
peu diirérentes les unes des autres et voisines de celles (pii caraclérisent les types infé- 
rieurs de chacune de nos séries, Par conséquent, la forme actuelle des Insectes, leurs ailes, 
leurs couleurs i)rillanles, leurs transformations, leurs inslimis parfois si merveilleux sont 
des ]»ropriélés ac(iuises pai' adajjtation pendant une très longue snile de siècles. 



— 141 - 

Les Procoléoptt'i'fs ties temps primaires sonl eu.v-mèmes surtisd'uii type collectif plus 
ancien et très nettemenl cnmpixhnforme. Avec les plus savants entomologistes modernes, 
nous pensons que ce type primitif est assez bien représenté aujourd'hui par les Thysanoures. 

A un point de vue particulier, et comme nous l'avons indique précédemment, l'un des 
groupes les plus intéressants est celui des Méloides, qui présente, dans les dilférenles pha- 
ses de la vie de ses larves, toutes les |niodilications pue nous avons vues se dérouler en 
considérant l'ensemble des Coléoptères dans le cours des temps. Examinons, par exenq)le, 
le cas des E/ticanfa, si i)ien étudié par M. C. IUley '. 

Sous ses premiers états, le Triunguiin, ou larve primitive des Ej)icania, est nette- 
ment campodéiforme, et il resseml)le très étroitement aux larves de certains Carabiques 
inférieurs {Galerita, Harpalas, elc.) ; l'existence de la seconde larve se partage en deux 
phases ; dans la première, bien qu'il se soit déjà produit certaines différences dans la 
conformation de la bouche, la larve se rattaehe encore aux Carabiques, mais à des formes 
plus élevées {('arabus, L'alosoina, etc.) ; dans la deuxième phase, la larve se tient im- 




Fi^'. t8. — Protop/iasiiia Duiiuai Cli. ßroii^ 
Allier. [I)"aprùs M. Charles Brongniart]. 



13 grand, nat. Tenain lnuiillcr de Coiiiiiieiili-v, 



mobile ; elle a acquis la « forme grossière » des larves du Hanneton et des autres Lamelli- 
cornes. La métamorphose se poursuivant, la larve arrive à sa forme déiinitive ; ses jam- 
bes s'atrophient, ainsi que les pièces de la bouche, et sous cet état elle peut être comparée 
aux larves charnues et apodes des Longicornes et des Curculionides. 

Nous voyons alors, dit M. Packard, conunent « in thc lij'e-hislorij of a single spc- 
(( cics of bectlc, chnnrje tn habits or cncironincnt, cts locU as in J'ood, indaccs 



1> c. V. liiluy. - l-'ii-sl liejiurl i.>f Ihe L. .S. Eitlomoloijicüt Coiiim., (il. IV. 



— 1 VI — 

« change in thc fonn of thc bodij ; and this séries of ehanfjcs in (he Mcloidœ 
" f HP' flies, fhe sticcessice steps in fhc der/radaiion of /arm irhich charartori;;e 
« thr séries n' <nli'o/drrous larrr f'm/n the Carabida- down to Ute Cnrciilionidœ 
« and Seolijddœ ' )i. 

Ainsi donc 1«^ chaiii^'einent dans les habitudes et dans le milieu, auquel correspondent 
toujours des inodificalions dans la forme du corps ou de ses appendices, e\plique à la 
fois et les diverses transformations des Insectes et les diirérences (pie l'on ol.serve entre 
les nombreuses formes larvaires. 

Pour résumer ces observations, couronnement aux vues de M. Uiley, M. Packard éta- 
blit alors un tableau oii il montre la concordance qui existe entre les différents stades du 
développement des Méloides avec les principales familles de Coléoptères. Voici ce tableau : 



l Dans les Meloe, i»lus voisin des <'ani/)odea 



I. Stade primitif, trium-ulin ' '''"^ ''""'' ^''^ Epicauta. 

' '\ Mcloides. 
I Stylopides. 
Cicindélidcs. 
Carabides, Dijtiscides, Hijdrojthilides. 

II. Stade caraltidoide / -^Hj'hides, Nitidnlides, Dennestides, Coc- 

cinellides, etc. 

Élatérides, Lampyrides, Tclêphorides, P;j- 
rochroides. 
l Histérides. 

III. Stade scarabéidoïde | Scarabéides. 

' Ptinides. 
Cérambijcides. 
Ténébrionides. 

IV. I.arve contractée, plus ou moins cy-( MordeUides. 
lindrique et apode. j CtircnHontdcs. 

Scolijtides. 



Ce tableau ne, doit aucunement être pris à la lettre ; il sert seulement à montrer 
comment les métamorphoses d'une espèce résument pour ainsi dire, et dans un espace de 
temps très court, les transformations qu'a dû subir l'ordre tout entier dans la série des 
tem|)s séolon;i(|iics. 

(,»uoi(pie le plus ancien coléoptère connu appartienne, comme nous l'avons vu, à l'é- 
|)0(|ue carlxmifère et soit un Curculionide, il ne nous a pas paru impossible d'admettre 
(|u"un type collectif plus simple ne se soit formé, dans les époques antérieures, et de fait 
ce prototype des Forjiculides et des Ncuroptrres a existé, ainsi (|u"en attestent les 
intéressantes décduvertesde MM. Fayol et Ch. Brongniart dans les couches de Commentry ; 
il me surtira de citer le curieux Prntophasma Durnasi (Fig. 18), (jni possède les ailes 
d'un Névroptèreet le corps d'un Orthoptère ». 

Cette antiipiité parfaitement établie du groupe neuro[)téri([ue, explique encore pour- 
(|U()i certaines larves de Coléoptères présentent de si grandes artinités avec celles des Né- 
vro|>tères proprement dits ; telles sont, par exemple, celles des Gyrinides , qui rappellent 
de si près la forme larvaire des Cnri/daliis et des autres Sialides. 

I.e diagramme suivant, encore emprunté à M. Packard, met parfaitement en évidence 
celte curieuse parente. 



1. \.- S. Paclvard. - On(ßii of the Coleoptern CTIiiiil Iti'p. of tlio f. S. F:!!!.!!!!. Coiiiiii.), 188;î, p. 3'J3. 

2. M. Charles Brongniart a bion voulu m'acconliT r;iiitiiiisatioii ilc ippr idiiir'' ii'i ce rciiiai'cina- 
ble insecte, qu'il a le premier fait connaiiic en 187«. 



- 145 - 
Généalogie des Insectes 



X. Hyménoptères. 



IX. LÉPIDOPTÈRES. 

I 



VIII. Diptères. 



I I VII. Coléoptères. 
Trichoptera. 1 



V. HÉMIPTÈRES. 



f 
l'anorpitles. I 

Héraéfobiides. 

( Sialides. 



l I 1 

VI. NÉVROPTÈRES. 



PlaJijptera. 

'l 
Teniiitiiles. 

I 
Enibides, 

I 
Psocides. !■ ji/iriiiérines. 

Perlines. 

Odonates. 



y 



III. Orthoptères. IV. Psei u(inévr(»ptères. 
II. Dermatoptères. I 



f I 



Melabola. 



I. Thysanolres {Campodea). 



Ametabola. 



(A suivre;. 



Petites Nouvelles. 

— L'Académie des Sciences et Lettres de Montpellier a l'honneur d'informer le Public 
(ju'un prix de Trois cents francs sera donné par elle en 1807, sous le nom de Prix 
Lichtenstein. 

L'Académie, conformément aux intentions du fondateur, ne lixe pas le sujet ; les 
concurrents le choisiront à leur gré, et tout Mémoire sera accepté s'il porte sur la Zoolo- 
gie rclaticc aux animaux, l'Homme excepte. 

Les Mémoires pourront être manuscrits ou impiimés. Sont exclus du concours les 
ouvrages imprimés depuis trois ans, au moment du concours, et tout mémoire qui aurait 
été l'objet de quel([U(' récompense dans un concours antérieur. 

Les Mémoires, manuscrits ou im|)rimés, doivent être déposés au Secrétariat de l'Aca- 
démie le !'-'• janvier 18!)7. 

Le Prix sera distrilnié à la séance générale du mois de février. 

— La Gazette entomologi([ue de Stettin a donné récemment la description de Rhopalocè- 
res nouveaux ou peu connus, rappoités par M. H. Kruhstorfer de l'ile de Java. Les plan- 
ches arlistement exécutées qui accompagnent ces descriptions sont dues à M. H. Brabandc 
de Leipzig, dont les travaux ont révélé une aptitude toute spéciale pour les gravures 
entomologiques. 

— La vente de la l)ibliothéque Cotteau aura lieu à Paris, rue des Bons Enfants 28, maison 
Sylvestre, salle n» 2, à huit heures précises du soir, les 7, 8, 9, 10, 11, lô, et 14 mai 18t»o. 
Les ouvrages relatifs à l'entomologie ne sont pas en très grand nombre. 

— La Société d'histoire naturelle de Màcon a décidé de publier gratuitement dans son 
bulleliu les offres ou demandes d'achat, vente et échange de livres, instruments ou objets 
d'histoire naturelle émanant de ses membres. 

Chaque membre titulaire — cotisation annuelle G francs — a droit à 5 lignes el cha(|ue 
meml)re honoraire — cotisation 5 francs — à trois lignes d'annonces dans chacjue numéni. 



1. A- S. Packard. - Ueneutuyij of tlie llexopodu - Tliiid Reji., 1883, p. 205. 



Ce bulletin doit paraître trimestriellement à ôOO exemplaires, sans que la Société 
prenne cependant un enj-agement à ce sujet. Chaque numéro de 10 pages, sous une cou- 
verture, contiendra des notes et travaux sur toutes les braniiies de l'histoire naturelle. 

La Société éeh:in-e volonliers son inilletiu contre louto pui)iicatii)n, quelle qu'en soit 
la valeur. 

Pour tous renseigiiements. s'adresser au secrétaire : E. André, à Màcon, 

— M. II. Cou|)iu v;i pul)lier une nouvelle revue intitulée la C/ironi'iiic St'ienlit'Kiur, qui 
traitera de tdutes lis (piestions scientifiques en général: photographie, marine, médecine, 
sciences naturelles, chimiciues, etc. ÎNous souhaitons un plein succès à notre nouveau 
confrère dont les tiavaux entomologiques sont déjà si appréciés. 

— Nous publierons dans les l-^'^^ numéros du Vol. III (ISQ')) une intéressante étude de M.C. 
Houlbert sur le système larsal, une série d'articles sur la faune entomologique piémontaise 
par M. le Docteur Cridini, des notes snr l'élevage des lépidoptères et divers articles d'ento- 
mologie prali(|ue. .Nous appelons aussi l'attention de nos lecteurs et al)onnés sur un article 
qui paraîtra (hius le n« 2 (189.')) et qui traitera du Noclatiti, langue scientilique interna- 
tionale imaginée par h' Docteur Diuiiel Rosa. 



Bibliographie 

M. Wasman a récemment publié (Krit. Ver^. der j\Ljrnickoph. u. Tcrmitoph. 
Arthrojiodcn, IJerliu, Dames. 1894) un ouvrage important sur les arthropodes myrmè- 
cophiles dans le(|U('l il énumére toutes les espèces d'Insectes, d'Arachnides et de Crustacés 
décrites comme parasites ou Commensales des fourmis ou des termites. Citons les chiffres 
suivants : Coléoptères myrmécophiles 995, Termitophiles 87, sur lesquels les Staphylinides 
sont respectivement '200 et 59, les Psélaphides 115 et 5, les Clavigérides 89 (pas de Termi- 
tophiles), les Paussides 109 (id.). 

M. Henri Conpin vient de fain> paraître un ouvrage sur les Lépidoptères conçu dans le 
même esprit praticjue que celui pn!)lié récemment sur les Coléoptères et qui nous parait 
destiné au même succès (II. Conpin, L'amateur de papillons, Baillière et lils, Paris. 

Après un coup d'œil général sur l'organisation des papillons et leurs mœurs, au cours 
dutpiel sont exposés les phénomènes si curieux du iiuinéUsine, de l'hermaphroditisme, de 
l'hybridation etc., l'auteur traite de la classilication et de l'habitat de ces intéressants 
insectes. 

Deux chapitres sont consacrés à l'étude des chenilles et de leurs métamorphoses, de 
leurs habitats si variés et des nombreuses manières de leur faire la chasse. 

L'auteur décrit ensuite l'équipement du chasseur et énumeie d'une façon très détaillée 
les divers procédés de ('liasse aux lépidoptères adultes. 

La chasse des chrysalides et la récolte des œufs font l'objet de deux chapitres. IJnlin 
l'ouvrage se termine par îles indications très complètes sur la i)«.anière de préparer les 
papillons et les chenilles pour les faire figurer dans une collection. 

L'ouvrage est édité avec luxe et comprend 2iO gravures. 



Ouvrages d'occasion. 

Dcsidciala. 

A. Lucante. - Kssai géogra|)hi(|ue sur les cavernes de la Trance et de l'étranger. Angers, 

188;>, 1 vol. 
J.du Val. - (ieuera. 51'' livraison, vol. des Staphylinides. pages .V» à (m. 

Rouget. - L'ouvrage cité par M' l'ablx- Viturat dans sou élude sur les Vellciiis. (Mis- 
eellanea, v(d. II |)age 8i ). 

Echanges. 

M. L.. Mesmin, à Gabillaud, par Bussières-Poitevine (Hte. "Vienne), désire de 
bonnes espèces de ((ir(ihiisi'\ Lougieonies d'Kurope. Itifre C wiv.cujireonitcns, <'y- 



- It5 - 



lyndrogastcr coi-sica, Bathyscia Discotitigni/i, Aphœnnps ccrberus, Pluto, 
Paussus turciciis, Psrla/ihopfrus Kabisfchekl, Trnrjlorhijnchus Grenieri, Otio^ 
rhijnchus /hisHIus, paaritltis, tinciimtüs, etc. ^ Désire ^u.v{q\i{, Siiapicioccra 
Laurasi & var. et Dorcadion. 

M. P. J. Roelofs, rue Van Straelen 10, Anvers, ih-sire enirer en relations d'échan- 
ges pour Coléoptères d'Europe, s|)écialement Staphylinides. 

M. Hog Kinson à Ashton-sur Rible (Angleterre), offre en quantité des Microlé|)i- 
(lo|»téres, Demandez liste.' 

M. J. Blanc, rue Eatre-le3-2 Portes 26, Epinal ("Vosges), offre Coléoptères et Lé- 
pidoptères exotiques et européens contre d'autres bonnes espèces et contre des tim- 
bres-poste. 

M. Pic, à Digoin, (S. et L.) France, offre plus de 5000 espèces de Coléoptères de France 
des Alpes, d'Egypte et surtout d'Algérie), parmi lesquels : Blaps Wœd/nanni, Cr(ip- 
ticus tenietcnsiSjtonsilis, Micrositus insiçinipcsn. sp.^ hiinidus, Anémia Faus- 
ti, pilosa, OspjJiia œiieipennis, Pentaria abderoldes Cbob., Emenadia larcata 
et var., Zonabris (plolpes, 20-punctata etc., Coryna lata, Diaphoccra He/n- 
prichii, Lagorina rubriventris, Stenoxia aiialis, Macratna Leprieuri, Noto- 
xiis Aristidis Pic, 3-notatus (Chine), chaldœus, testaceus, Mccynotarsus Mel- 
lyi, Truquii, seinicinctu^, bison, Formieomus cyanopterus, obscur a s Vie, (Java), 
Leptaieus delicatulus, Anrhieus opaculus, H amniami Pic, ThcryiPic, Henoni 
Pic, bicarinifrons Pic, Abeillei Pic, testaceo/asciatus, adinirabilis n. sp., Cho- 
bauti Pic, Baudli Pic, Vituraii Pic, Vosseleri n. sp., iscariofcs var., infltialis 
Pic (Chine), Ochtcnomus bicittatas, Chitona œgyptiaca Pic, Otiorhynchiis sc- 
tif'cr, meridionalis, ventralis, Sciaphilus salcirostris, Scythropus cedri, 
contre des Anthicides, Xylophilidcs ou Ptinides du Globe et l)onnes espèces d'Eu- 
rope et circa, en Der/ïîe8/ù/es, Eainolpides, Mylab/'ides (Zonabiis) cl Loiit/i- 
corncs principalement. 



CHRYSALIDES VIVANTES 

Prix en .^lark el l'ii [ti'eimigs, moiuiaie allemande 

S. Ligustri 50, Sm. Quercus 300, 
Arct. Casta 3.50, Sp. Luctifera 
100, Luctuosa 3.50, Anth. Mylit- 

ta 9.00 par demi-douzaine. 

Port et emballage 20 pf. 

.l'oflre aussi un grand assortiment de Lépidoptè- 
res de la Faune paléarotique, frais, bien pr('parés 
et à très bas prix. 

Listes J'raricn. 

Leopold Karfinger 
Wien, Il 5, Brigittaplatz 17, Autriche. 

.l'achète toujours des Lépidoptères de bonnes es- 
pèces eu lots importants. Les offres seront les l)ien- 
venues. 



GRAND CHOIX 

DE 

LÉPIDOPTÈRES 

européens et exotiques 

à des prix très réduits 

PAPfLLOXS POUR CADRES 

Chrysalides, Cocons, Œufs de 

Lépidoptères. 

EMILE DESCHANGE, 

^ Longuyon, (Meurthc et Moselle. 



Mr le Dr Jacobs 

28, r. des Ursulines, Bruxelles. 
ilésire acquérir des 

Diptères européens 

de la famille des 
Tachinaires 



- 146 - 

Filet à papillons 

de M. Graf-Krüsi 

Ce lilct (Ml lissu de soie 1res lurl, bordure eu acier 

en (pialre parues, a|)plicai)le à tout bâton, est le 

seul qui ail olilenu un diplùnie el, une 

Médaille de 1' classe 

à l'exposilion de Vienne 

Manpie G au prix de 6 Ir. la i)ièce 

K ,, ., „ 5 fr. „ „ 
F.ni'oi , franco. PaijalAe (('((raucc. 
Le culalogue des Lépidoptères européens et exoti- 
ques, est envoyé franco à (jui en fera la demande. 

Graf-Kriisi. Gais, près St Gall, Suisse. 



M. Cotte Melchior 

Guide Naturaliste 
Aux Dourbes, près Digne, Basses Alpes, 

prévient les amateurs (\m désirent aclieter des 
Coléoptères, Lépidoptères et Hyménoptères 
des Basses Alpes (pi'il leur en vendra à des prix 
très modérés. 

L'INSTITUT ZOOLOGIQUE 

W. Schlüter, Halle a. S. 

ALLEMAGNE 

a l'honneur de recommander à MM. les Collec- 
tionneurs, Instituteurs & Cbets d'établissements 
scolaires ses comptoirs d'objets d'histoire naturelle 
spécialement de peaux, d'œufs d'oiseaux, d'a- 
nimaux empaillés, d'amphibies, de reptiles, 
de poissons, de mollusques, d'insectes et de 
minéraux. 

Catalogue spécial d'objets d'histoire naturelle 
pour l'enseignement. 

Instruments *,' usleivsiles pour la recherche V la 
préparation de tous les objets triiistoire naturelle ; 
Epingles, Cadres vitrés. Plaques de Tourbe 
de toute grandeur ; graud choix d'yeux artih ciels 
pour mammifères, oiseaux, poissons. 

Ateliers spéciaux pour le montage des oiseaux 
& des mammifères. 

Spécialité : Tètes de daims, de Chevreuils 
Hures de sanglier. 

Préparation soùjiirc et prompte. 
CATALOGUES GRATIS IVr FU.VNCO 

W. Schlüter, Halle a. S., Wuchererstr. 8 
Allemagne. 



LÉPIDOPTÈRES 

européens, exotiques 
MICROLÈPIDOPTÉRES 

CHENILLES PRÉPARÉES 

très soigneusement 

l'iUX TRÈS AVANTAGEUX 

H. Lhotte, naturaliste, 31, rue 

de Clichy, Paris. 

Nota. — On demande des cor- 
rcspoinlants jjour recevoir des 
Lépidoptères et des Chenilles 
vivantes d'' espèces pyarticvlicres 
aar différente?, régions de la 
France, ainsi que des exotiques 
en papillottes. 

M. Félix ANCEY 
9 rue Fargès, Prado Marseille, 

offre 

EN VENTE 



DOUBLES 

EN 

COLÉOPTÈRES, LÉPIDOPTÈRES 
HYMÉNOPTÈRES 

& COQUILLES 

DesGoléopt. europ. 

déterminés sont à disposition contre 
paiement comptant avec un rabais 
de 70/u ou en échange contre Coléo- 
ptères plus rares, europ. el exot. 

C. KELECSENYI, 
Tavarnok, Hungaria, 

Via N. Tapolcsàny. 



/,(• Direffeur-(}érant : E. Bahtim:. 



Narhonne. — Imi.rimerie si.éciiile des „ MISCELLA.NKA ENTOMOLUGICA " 



Comité d'études. 

(Suite) 
M. Couturier, à la Nerthe, par Saint Henry, (B ^ du Rhône). Coquilles marines, 

terrestres et tluviatiles du globe. 
M. H. du Buysson, Château du Vernet, par Broût-Vernet, (Allier). Élatérides 

d'Europe et des pays coisins en Asie et en Afrique. 

Nous rappelons que tout encoi d'insectes aux membres du Comité doit être acconi- 
/>agn" do tiinbres-postc pour le retour et au besoin pour la réponse. 

Man wird hiermit gebeten jeder Insektcnsnidunci an die Mitglieder des Studien- 
Ausschusses das Franko fur Rücksendung und nöthigenfalls für Antwort beizulegen. 



La n; 

1/2 . 

14 

1/8 



Annonces 

;;e fr. 



10. — 
5. - 
2. T)!) 
1. 25 



Notft de 7 à 8 lip;nes de 20 lettres, 50 cent, 
lléductioii d'un tiers |)(iiir les annoiii-es à l'année. 
" d'un (juarl |ioui' les annonces au trimestre. 



Anzeigen 

Die Seite Mk. 8 
1/2 „ ., 4 

l'4 » « 2 

1/8 « « 1 

Anzeigen von 7 bis 8 Zeilen zu 26 Buchstaben, 40 Pf. 
Reduktion um ein Drittel für jährliclie Anzeigen. 

« uin ein Viertel für vierteljährliche Anzeigen 



POUR LES ABONNÉS: 

Rrdaclina — I a (i iusert. de la mémo annonce '?.5 % ; 12 insert. 33 YiX ; 2J: ins. 50 % 



Les annonces sont payables d'avance 
par mandat-poste. 



Die Anzeigen -werden zum Voraus 
durch Postanweisung bezahlt. 



Correspondance 



Toute la corresponilance doit être adressée à M. E. Barthe, 
professeur, rue des Fossés, 2, Narbonne, Aude, France. 
Nous correspondons en français, allemand, anglais, espagnol, italien et latin. Prière d'écrire très 
lisiblement et sur une feuille à part le texte des annonces. 

Aile Briefe sind zu richten an Professor E. Barthe, rue des Fossés, 2, Narbonne, 
Aude, (Frankreich). Wir werden correspondieren : Französiscii, Deutsch, Englisch, Spanisch, Ita- 
ienisch. Lateinisch. Es wird gebeten, Artikel oder Anzeigen möglichst deutlich zu schreiben, und 
:lie Anzeigen auf ein besonderes Blatt zu setzen. 

N.B. ^°"* payement doit se faire d'avance par mandat-poste ; nous n'accep- 
tons de timbres-poste que pour les petites annonces. 

Jede Zahlung muss in einer Post-Anweisung pränumerirt werden : Freimarken 
werden nur fur kleine Anzeigen angenommen. 

Les abonnements partent du commencement de chaque trimestre. 

Die Abonnemente gehen von Anfang eines jeden Vierteljahres ab. 

J. Desbrochers des Loges 

à TOURS Indre-et-Loire. 

Priv courant de Coléoptères d'Europe et Circa, d'Hémip- 
tères, d'Hyménoptères, de Curculionides exotiques. Achat 
de Curculionides cxoticpies. 

Direction du Frelon, .lournal mensuel d'Entomologie 
descriptive (Coléoptères). 
l'rix de l'abonnement : 6 fr. pour la France et l'étranger. 

Bollettino del naturalista. 

\i'= année. 1894. 
Journal mensuel. Abonnement 3 fr. 
Contenant des communications et notes d'histoire na- 
turelle. 

Publie gratuitement toutes les communications 
et annonces d'échanges d'objets d'histoire natu- 
relle de ses abonnés. 

Direction et administration ;> Siena (Italia). 



Histérides, Buprestides, 
CÉRAMBYCIDES DU GLOBE 

COLÉOPTÈRES AFRICAINS 

Mr. A. Théry 

à St. Charles, Algérie. 

désire acquérir les raretés lui man- 
quant en Histérides, Buprestides et 
Cérambycides d'Europe. 

offre, en échange de ceux d'autres 
Provenances et de Coléoptères africains 
de bonnes espèces algériennes et du 

globe. 



EPINGLES A INSECTES VIENNOISES 

Johann MÜLLER 

Vienne. Autriche, II, Circusgasse 20, 
recommande son assortiment complet des excellentes épingles blanches et noires, épingles camions 
épingles pour micros. 

Mon dépôt général pour toute la France se trouve chez M. HENRI GUYON Paris, 20, rue 
des Bourdonnais. 

Die Insekten-Börse 

jetzt vereinigt mit der „Sammler -BÔrSô" 




^ s^ 




ist fili- ,,£utomologeu'' und „Saniriilcr" das hervorragendste Blatt, welches wegen 
der belehrenden Artikel sowie seinei internationalen und grossen Verbreitung betreffs 
Ankauf, Verkauf und Umtaus-îh aller Objekte die weitgehendsten Erwartungen erfüllt 
wie ein Probeabonnement lehren dürt'fc. Zu beziehen durch diePo3t(ZeitungslisteNo.3135) 
und die Verlags-Buchhandlung Frankenstein & Wagner, Leipzig, Augustusplatz 1. 
Abonnement bei Zusendung unter Kreuzband in Deutschland u. Oesterreich 1 Mk., nach 
•Tideren Ländern des Weltpostvereins 1 Mk. *.iü Pfg. = 1 Shilling 2 Pence = l Fr. 50 Cent 



The „Entomologists Record" 

and Journal of Variation. 

Publié par J. "W. TUTT, F. E. S. 
ABONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 

— FRANCO — 

Cette Revue Scientifique mensuelle contient des articles 
J'un intérêt général pour les Lépidoptéristes de tous les 
pays et est illustrée de nombreuses planches en chromoli- 
thographie. 

Le montant de l'abonnement doit être adressé à 

M. A. J. Hodges, 2 Higbury Place London N. 

THE 

BRITISH NATURALIST 

REVUE ILLUSTRÉE D'HISTOIRE NATURELLE 

surtout d'Entomologie et de Conchyliologie 

nii'.ii;i:i: i'ah joiin k.uouson, r. i:. s. 

Hartlopool. Aiifiletcrrr 

avec la collaboration de nombreux spécialistes. 

ABONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 
John E. ROBSON,HARTLEPOOL, Angleterre. 

Rivista italiana di scienze naturali. 

14« année. 189 i. 
Journal bi-inonsuel. Abonnement 5 /''. 
Contenant des mémoires illustrés et l'annonce de tous 
les travaux italiens sur l'histoire naturelle. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



M. CROISSANDEAU 

rue du Bourdon-blanc, 15, 
Orléans, 

désire acquérir par voie d'échanj?e ou 
contre argent toutes les espèces de Psé- 
laphidae, Scydmenidae, Paussidœ 
et Clavigeridae du globe qui peuvent 
'intéresser, déterminés ou non. 

Il y a des doubles de plus de 5000 es- 
pèces Gallo-Rhénanes et Corses à la dis- 
position des entomologistes qui veulent 
entrer en relations d'échanges. 



On achète ou on échange 

contre des insectes les timbres de Fran- 
ce de 1848 àll'efligic de la Bépnl)lique 
(en particulier le timbre de 1 franc ) 
ceux de la Présidence et de l'Empire 
1852-1870) à l'effigie de Napoléon III et 
ceux de 1870-71, République, non den- 
telés. 
S'atJrcsscr an Bureau du Journal 



N« -1. 



Vol. m. 



;> 



ni'c — ni Jahrganff. 



l" janvier 1895. 



Miscellanea 

Entomolo&^ica 

Orgfue international 

contenant les demandes déchange, d'achat et de vente de collections 

livres ou objets d'histoire naturelle. 

Anzeiger von Tausch, Kauf und Verkauf für internationale EnfemoJogen. 

Entomologist's internabional Advertiser for exolianje, purohase and sale. 



Direction et Rédaction 

E. BARTHE, à Narbonne, Aude (France). 

Avoc la collaboration de naturalistes de tous les pays. 
Mit S'ilwirk'uiar iiitoriiotional<^r Entomologen. 



O 




i4i5Z 



Les " Miscellanea Entomologica " paraissent le 1«' de chaque mois. 
Abonnement annuel : Union postale, fr. 5. 
Uie " Miscellanea Entomologica " erscheint am 1. jeden Monats. 
Jährlicbe SiLbscription : 4 Mk. — Annual subscription ; 4 sh. 



_ .-- 'i 



Comité d'études — Studien -Ausschuss 

MM. Argod- Vallon, à Crest (Drôme). I.ongioorneffet coléoptères cavernicoles du globe. 
A. Finot, 27, rue St. Honoré, Fontainebleau. Orthoptères du globe. 

F. Ancey, St. Loup, 138, Marseille. Coléoptères en général. 

H. Gouin, 99, cours d'Alsace-Lorraine, Bordeaux. Coccinellides de France. 

R. Martin, au Blanc, (Indre). Odonales du glol)e. ISévroptères d'Europe. 

Dr M. Régimbart, à Evreux (Eure). Dyliscides et Gyrinides du globe. 

R. P. Belon, jue du Plat, 18, Lyon. Lathridiens. 

E. Barthe, Cette, (Hérault). Coléoptères de la Guyane française. Apiculture. 

M. Pic, à Digoin, (Saône et Loire), Longicornes d'Europe et circa el Anthicides du globe. 

J. Croissandeau, rue du Bjurdon-Blanc, 15, Orléans. Seydménides, Paussides, l'séla- 

phides (H Clavigérides du globe. 
D' Chobaut, 4, rue Dorée, Avignon. Mordellides, Anthicides. Pédilides, Rhipiphorides, 

Vésicants et Œdémérides de la faune paléarctique. 
A. Janet, 104, boul. Saint-Louis, Toulon-Mourillon. ^hopalocères du globe. 
D'- A. Sicard, à TebourzDuk, Tunisie. Coccinellides du g^lie. 
D-- L. Vitrac, aux Trois-Rivières, Guadeloupe. Entomologie des Antilles. 
E. André, 17, rue des Promenades, à Gray, (H'« Saône). Formicidesdu globe el Mutilli- 

des de la région européo-niéditerranéenne. 
M. Vauloger de Beaupré, lieutenant au 144« de ligne, Blaye, (Gironde). Cicindélides 

et Clirysoniélides d'Europe et circa. 
A F. Nonfried, Rakönitz, Bahaaiia, Autriche. Lucunides, CéLoniiles, Mélolontliides 

Rutélides, Dynastides, Buprestides et Cérambycides du globe. 
A. Théry, St-Charles, pa/ Philippeville, Algérie. Buprestides du globe el Longicornes 

d'Europe. 
Tabbé A. Carret, aumônier aux Chartreux, Lyon. Carabides d'Europe et en |>arliculier 

genres llarpalus, Plerostichus et Aniara. 
A. L. Montandon, Strada viilor filarete, Bucarest, Roumanie. Iléiniplères lléléroplè- 

res. 

G. Gribodo, Via Maria Vittoria, 19, Torino, Italie. Vespida; et Mellifera du globe. 

D' C. Schaufuss, Directeur du Museum Ludwig Salvator à Meissen, Saxe. Scolylides 

l'Iatypides et Scydménides èxoticpies. 
D' Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, "Wien, I/l, Autriche. Cassidides du globe. 
E. Simon, 16, Villa Sa'id, Avenue du Bois de Boulognf 56, Paris. Arachnides du 

globe. • , X 

H. Fruhstorfer, Berlin N, Gartenstrasse 152. Rliopâlocères de la régir»n Indo-auslra- 

lienne. 
D' Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, Wien I / 1. Cassidides.. du glol)e. 
G. de Bony, rue Vaneau, 36, Paris. Genre Cicindela (Europe et contins), ;Carabides vrais 

(européens et èxoticpies). spécialement genre Nebria. 
E. Abeille de Perrin, rue de la bibliothèque 24, Marseille. Buprestides, Malachides 

et Cisldes paléarcticpies. 
E. Fleutiaux, 1, rue Malus, Paris. Cicindélides, Élatérides du globe. 
D' A. Puton, à Reri iremont, Vosges. Ilémipléres llétéroplères paléarctiques. 
H. Caillol, avocat, rue Traverse du Chapitre, 18, Marseille. Cryptopliagides, Mylabri- 

des (lîrncliide;) <•! l'iomides paléarclicpies. 
H. Nicolas, rue Velouterie 9, Avignon. Biologie des Hyménoptères. 
C. Houlbert, professeur au Collège de Dieppe. Larves de Coléoptères, Orthoptères et 

Névropteres. 
D' E. Candèze, à Glain- lès -Liège, Belgique. Elatérides du globe. 
Ch. Bi'uyant, rue Gaultier de Biauzat, 26, Clermont-Ferrand. l'auntî entomologiqiie 

des eau\, spétialeincnl llydnKorises. 

E. Ragonot, 12, quai de la Râpàe, Paris. Mici'«dé|»idoptères d'Europe ; Tyralites, Cram- 

biles el Phycites du globe. 

J. Vachal, à Argentat, (Ccïrèze). Ilymenoplera aculeala <le la région circa méditerra- 
néenne <'t d'Africpje ; llaliclus el Prosopis de l'ancien monde. 

H. Léveillè, rue de Flore 104, Le Mans (Sarthe). Bolanitpie en général. 

F. Silvestri, à Bevagna, Umbria, Italie. Myriopodes du globe. 

(Voir ht. 6i!Uc it !a paifc 3 de la courcrturc. 



^^Stta^''" ENTOMOioc/c^ 



NUNTIUS ENTOMOLOGICUS INTERNATIONALIS 



No. 1. V(.i,. III 



ÉdITIUN FHAM;AiSi: 



1 Janvier 1895. 

(30/5 1895). 



SOMMAIRE 

À. Griffim. - Les espèces piémonlaises du ^enre Aradiis. 

C. lIoLi.iîKRT. - Rapports naturels el l'hylogéniedes principales tainilles de ColéopLères (^n). 
<;. Hoi i.iiF.uT. - l.e système larsal. 

.1. i; )Li». - Les Insectes miisibles et leurs ennemis naturels. 

BiBLiuGK.vi'iiii:. - lleclierciies pour servir à riiisloire naturelle des Insectes fussiles, précé- 
dées d'une élude sur la nervation des ailes des Insectes (Ch. Brongmakt). - 

Np.flROMir.IK. 

É(;iiAN(ii:s & Anno.ncics. 



V .Nous avons le pcnilde devoir d'anndMoer a n«is leclcurs la mort de M..I. (aoissandeau. 

Cette mort prématurée est un nouveau deuil pour les enlomologistes l'raucais et par- 
ticulièrement |)our nous, car il fut un de nos premiers collaborateurs el l'un des plus 
dévoués. 

Ences derniers temps, très occupé par la publication de son grand ouvrage sur les 
PselapliiJœ el Scijil/nenldœ, ses intéressants articles étaient devenus plus rares; mais 
il n'avait i)as cessé de suivre avec bienveillance les progrés de notre Feuille. L'un de ses 
derniers travaux descriptifs sur les Rayinomha, les Torneunia et les Aniaurorrhl- 
riu.-^, nous était même destiné ; mais ayant été obligé de demander à Mf Ragusa la 
communioaliiiii de deux iiniva [llaijinondia sicala et Torneunia 8fc7fZw//i), celui-ci 
posa comme ondition ({ue le travail serait (»ublié dans le ,,Naturalista Siciliano". Sui- 
vant le conseil de M'' Groissandeau, nous deniandàmes à M. lîagusa de vouloir bien au- 
toriser la réini|)ression de l'ouvrage dans les „Miscellanea ", mais il n'y a pas consenti. 

M. Groissandeau avait entrepris dans ces dernières années un labeur colossal, el 
c'est peut être ce travail excessif, joint à la fatigue que lui causaient ses nombreuses 
occupations commerciales (il était membre du Gonseil Supérieur df Commerce depuis 
1894) qui a provoqué sa mort. 

Il nous écrivait, le 8 décembre 1894 : 

u Je suis à la tète de 4 ou 500 dessins superbes. Je vous en destine lapins belle 
« part. Mais quand aurai-je le temps de rédiger le texte? — Tous les Rhinobiu^ d'Eu- 
« rope sont terminés ; toutes les Leptura d'Europe, tous les Torneunia et Aniaiiror- 
« rit in us sont terminés, texte et dessins, et entre les mains du lithographe ...» 

« Rref je travaille comme dix, à en mourir. ...» 

Hélas ! il ne croyait pas dire si vrai ! En relisant cette lettre, il nous semble y trouver 
comme un pressentiment de sa lin prochaine. 

Que vont devenir tous ses travaux, tous ces dessins admirables si précieux pour 
la science et qui ont coûté des années d'observations et et de recherches ? 

Travailleur infatigable, excellent collègue, descripteur et critique sincère, 
M. Groissandeau sera regretté de tous et c'est pour nous une satisfaction que de rendre 
ici à sa mémoire le pieux devoir du souvenir. 

La Ri^oaction. 



Notes sur la Faune entomologique pièmontaise. 

IJ. 

Les espèces piémontaises du genre ARADUS Fabr. 

hr. Acliillc (iiiii riM. 

Parmi It-s lihyncliolos lir-iéroiitèrt-s (a) ap|>:irlt'ii;iiil au j^eni'e 'Arculus, aucun n'a ja- 
mais élt- intli([ué comme vivant dans le Piémoiil, ni par Allioni (b), ni par Giuliani (c) ou 
par Cavanna ((0- L*' I^'"- d** Carlini même, dans ses catalogues des Arthropodes du Val 
Vigezzo (e), que l'on pourrait aussi comprendre dans le territoire delà faune pièmontaise, 
ne mentionne aucune espèce de ce genre. 

Tout récemnienl, le comte C. Arl)orio-MelIa (') a iniii(|ué dans son catalogue purement 
énumératif, ÏAradiis <l('j)r('.-<sf/!< de Yercelli. 

D'après Ti^'lude ([ue j'ai pu faire des espèces d'.\r,nliis pièuiontais existant dans la col- 
lection du Musée Zoologiipn- de Turin, et en me servant surtout des ouvrages de l'uton 
(7), Dufour (2) et lleuter (8), (!l),ces lihyncliotcs sont assez noml)reux et j'en conclus (pril 
n'est pas sans intérêt de pul)lier le catalogue svnonyini(|Uc suivant : 

lienre A RADIUS Fabricius. 

1) A. versicolor. 

Aradus versicolor. - Ilerrich-SclKeffer (5). p. 0"., T. CI.XXVl. f. 541. - (Jarbigl. 
(4), p. 275. — Puton (7). p. l'ii). — P.euler (10), p. 001. 

Piémont. - Un seul exeni|)laire en assez mauvais état, mais bien reconnaissal>le. 
(Coll. Mus. Zool. Turin). 

2i A. betulae. 

Cinior betnlœ. - Linné (0), p. 718. 
Acantliia » - Fabricius (."), p. 75. 

.Ara(/H,s )) - Ilerricb-ScIia-irer (5i, p. 8!>, T. CIAWI, f. 557 - (;arl)igl./ (4), 
p. 270. - Put(m(7), p. 158. - P.euter (8i, p. L'^, (<»), p. 150, (10), p. OOi. 
Aradas elliptiriis. - Dufour (2), p. 455, T. l(t, f. 5. 
Pir/noni (Ciiiliani). - 

3) A. depressus. 

Acnnthia dcprcssa. - Fabricius (5), p. 72. 

Aradas depressus - Ilerrich-SchielTer (5), p. i)5, T. CIAWI. f. 542. - (Jarbigl. 
(4), p. 270. - Puton (7), p. 150. - lieuler ilO), p. 002. - Arborin-Mclla (1). p. 551. 
Piémont (Giuliani). Vereelli (Arborio-McUa). 

4) A. dilatatus. 

Araliis dildlaiiis. -Wi\i)nv{i),\). &î, T. 10, f. I. - Carbigl. (4), p. 270. - Puton 
(7), p. 155. 

Aradus corticalis. - lierrich-Sclia'd'er (5), p. 00, T. CIAW, f. 558. 
Piémont, Alpes iiiai'itinies ((lliiliaid). 



(il). - Noir siirloiit iiniii- la l'aune luhniipUTDloyiiinc du PiéiuoiU ; A. (iunKl.M - l'eiiliiliuiNili e Cu- 
reiill ilel PieminiU - .\nii. W. \cc. (CAsricDll. di Torino. Vol. X.WVl. ISlCi - SuInneUidi île/ Pie- 
iiiiriile - Boll. Mus. Zool. c Anal. Comp. Toiiiio, Vol. Vlll, 18!I3, ii" lâo. 

(h). - Mitnipiilii.s iii>iecl. TiniriiienxiiiiH - .Mi-latlircs ili' l'Iiilos. l'I MatliiWii. ilc la Soc. Hoyalc tle 
Turin, ntiti. 

(c). - .\iitizie ili excursimii f ili riiccic eiilmii. - Itiill. Soc. Kul. II.. Aiiiio W. \HH. 

(il). - Emitleri elenillevi de/ .Viui/crydln - jtull. So.'. Kul. liai., Anno \, 1S7S. 

(e). - .irti-opiidi fiel l'f// \'i(/ezzii fLf pi'lolU-ri, Uiucoti, Oitollcri, Aracnitli). Bull. Soc. Eut. Ual., 
Anno XXIV, 1892. 



5) A. corticalis. 

Cini".v corticalis. - Linné (Ü), p. 718. 
AcitalliifC I) - Falirieiiis (3), p. 7'^. 

Ararliis » - l'iUon (7), p. \". - Garbigl.? (4>, p. 270. - Reuter (8), p. 17)C>, 

(10), p. 00".. 

Alpes pic/nontaises, Aoste (Ghiliani). 

Var. — Dpuk exemplaires récoltés dans les Alpes jjoréales par (ihiliani, se rapprochent 
pîir quel(|ues caractt'res de l'A. aferrini'is (Fieb.) Piiton ; le pronotuni et la partie coria- 
cée des élytres sont tolulenient noirs, l'écusson fourni de rugosités traasvers;<les, parallèles 
entre elles, les deux, carènes latérales du protliorax anfuées en avant, au point de se réunir 
presque aux deux médianes. — Il mt' semble n-anmoins qu'ils doivent se rapporter à 
corticalis, principalement par la structure de leurs antennes qui ne sont pas grêles, par le 
pronotuni, dont les ciUés ne sont |)as fortement dilatés, par la membrane d'un brun clair, 
non noire, enfin par chaque segment des cU's élargis de l'abilomen, orné en dessus d'une 
petite tache claire postérieure. 



Indu: \tions liiiu.ior.it \piiI(Ui:s. 

t. Akbiiuio-Meli.a, comte C. - Eniilleri fiel Yercelle.se - lîiitl.Soo. Eni. Ital., Anno XXV, 18114. 
?. DiKOLii l>éoi) - Dfscriplinn de (leur esprces novv. il'Arfiflus rlex Pyrnic'fS, oie. - Ann. Soc. Ent. de 
Franco. iU s(m-., Tomo 3. 1844. 

3. F.VBnicius J. C. - EnloMologia syslem. emendalu et aucta. Ilal'nia:', 1794, T. IV. 

4. Garbiglietti A. - Cnlal. melfiatt el synanijin. J/e)iiij)l. Jfeleropl. lUiiin' IndigenaruiH. - Bull. Soc, 

Ent. It.-- Anno I, 1809. 

5. HEnuic.H. SciiAEFFER D '' G. A. - Die Wanzenarlifien insecten, V Band - Aürnber^t, 1830. 

6. LixxÉ C. - Sy.^lema natura'. - Edil. XH, rfiformata - Ilolniiœ, 1766-67. Tom. / pars. II. 

7. PuT0\ Di- Ai'ff. - Synopsis des Ilémipt. Heleropt. de France - \U partie, Paris, 1879. 

8. Reuteh 0. M. - Ad cocinil. Ar ididarnm Pnlœnrct, - Wien, entom. Zeit. HI Ihg., 1884., V hell. 

9. — - Mach einiges über pnlfvnrcl. Aradiden - Wien. Entom. Zeit. IV Ihg., 1885., V lieft. 

10. — - Revisin synonijinica Ifi'li'nipt. palirarct. - Acta Soc. Scient. Fennica» - Tom XV 
Helsinsf., 1888. 

Torino, li. Museo Zuoloijico. - 25 Février 1895. 



RAPPORTS NATURELS ET PHYLOGÉNIE 



PRINCIPALES FAMILLES DE COLEOPTERES 

Par CONSTANT HOULBERT («) 

Docteur es sciences naturelles. 
(Fin) 



Théorie de la nymphe. 

Il est maintenant un point intéressant, dans les métamorphoses des Insectes, qui ne 
laisse pas ((ue d'être fort embarrassant à expliquer : c'est le cas de nymphe immobile. Que 
signifie cette période de vie ralentie entre deux étapes de l'existence d'un même animal ? 
Pourquoi cette espèce de mort apparente suivie d'un réveil avec des changements quelque- 
fois si profonds ? 

liien des auteurs ont cherché à éclaircir ce sujet ; la divergence de leurs opinions 
montre assez qu'on n'a aucune counaissance positive sur ce passage généralement très ra- 
pide de la larve à la nymphe el de celle-ci à l'Insecte parfait. 

Cependant une théorie m'a séduit plus que toutes les autres par sa simplicité ; bien 
qu'elle n'entre pas dans le détails des faits, elle m'a paru donner une idée fort précise de 

1 Voir les N»s 4. 5, 6, 7, 8, 9, 10, M, 12. 



la vrrilaltlo raison dôliv de co pliciinniriio. 'e^^sl la tliroric ([u'a doveloppôe AI. (iiard, 
dans sa reniar(|Uid)l(' ('ludi' îles « l'i'iiici|M>s hiidogiimos ' n. Je vais essayer de la résumer 
l)rièveinenl. 

« Tout animal, dil Ir savant pndesseur tie la Faculté des Sciences de Paris, est soumis 
(( dans le cours de son dévelo[)i)emeiil, à l'action simultanée de deux ensembles de forces, 
(1 les unes extérieures, dues aux conditions étliologiques, les autres, intérieures, ataviques, 
« (|ui représentent évidcMiiiicnl la somme algé])rique des propriétés transmises par les an- 
te oéires. 

(( Si, à un »lomcnt doiiMé, la résultante des forces extérieures remport(> sur celle des 
({ forces intérieures, il y aura chez l'embiytui des modilical ions profondes, tendant à adap- 
H ter, le jilus possible, res|)èce à ces conditions extérieures : ce sera le cas de génération 
{( alternante, si la perturbation est assez longue pour |)eruiettre à l'animal de se re[>ro(luire 
i( sous cette forme larvaire, passagèrement détournée de sa route pliylogénique. 

(( Dans le cas où les forces atavitpies l'emportent constamment sur les forces extérieu- 
(( res, il y a condensation et abréviation de l'embryogénie, ou, comme on dit souvent, 
(( absence de métamorphoses, et l'insecte parfait diffère peu de la larve, ce qui se conçoit. 

(( Kniin, lors((ue l.i résultante des forces extérieures fait seulement éipiilibre à la ré- 
« sultante des forces intérieures, il y a arrêt momentané du développement tant que cet 
K é(|uilibre persiste, comme dans le cas de nijinphc iiiimobilc che~ les Insecles. 

Il Ce cas, où [les forces extérieures et intérieures se font équilibre, est, en général, 
Il lie courte durée: les forces 'atavi(|ues reprennent le dessus et l'Insecte parfait apparaît 
Il avec tous les caractères de ses am^élrcs, malgré la direction difTérenle, momentanément 
Il imprimée à la larve par la vie iiarasilaire ». 

Ce sont là des vues extrénuMiuMit reman[uableset d'une très haute |ioi'lée i)hilos()|(hi(iue : 
c'est pouriiuoi je n'ai i)as résisté au désir de les exj>oser ici, tant pour rendre hommage à 
la science et. due de l'auteur que pour attirer, s'il est possii)le, l'attention des uatu- 
ralistes si ''un des points les plus inliTCSsants de la biologie des Insei-tes. 



CHAPITRE VIII 

Résumé général et conclusions. 

De ce ([ui |)récèile et de lensemble des faits exposés dans le chapitre précédent, il 
résulte évidemment (jue la forme d'une larve duunee dépend tout d'abord du groupe d'In- 
sectes au(|uel elle appartient, mais (pie cette larve subit grandement l'inllueuce des con- 
ditions extérieures auxquelles elle se trouve soumise. Ces influences, n'ayant trait qu'aux 
besoins de son existence actuelle, ne troublent (pie passagèrement la ligne d'évolution 
(pi'elle suit, de sorte (lu'elle y revient toujours, connue un corps pesant revient à sa posi- 
tion d'écjuilibre stable, lors(|u'il imi a été accidentellement écarte. 

bes conditions extérieures ayant agi difléremment sur les divers gronpcîs de Coléoptè- 
res, ont été cause des différences ((ue nous rencontrons chez les larves, depuis celles qui 
sont le plus parfaitiMucnt campodéifonnes jusqu'à celles ijui pri'sentent le caractère rrti- 
vil'niine le plus accentué. 

Toutes les larves <le Coléo[)tèies ont été rapportées jtar Macleay à six types princi- 
paux (jui correspondent, a bien peu de chose près, aux séries que nous avons établies pages 
'fO et suivantes. 

Voici les groupements de Macleay également adoptés i)ar S. .1. Lubock -. 

\'='' type. — Larves bexapodes et antennifères, de forme ovale et munies d'aiipemlices 
caudaux {Srric U'iiébrioniennc. l'ig. .")). 

2' type. — Larves hexapodes et antennifères, à corps allongé, munies d'appendices 
articulés; la tète porte ô-d ocelles de chaque côté {Srrie hrvcipcnnc. l'ig. 8). 

3« type. — Larves hexapodes, carnassières, à corps allongé jtlusou moins aplati ; l-fi 
ocelles de chatpie côté de la tète {Svi-ie c(trahidienni' et inaha'odrriniqiii'. l'ig. i) et 1 i). 

1. .\. (ÜMi'il. - Les faur ])riiicip('s hin/diiii/iiex et leurs Cdiisri/ueiice.s en liiriniiniiie (llcv. scicnliCi- 
f|UO. 'y riiin., u" 38, p. 281. 

2. Lulitinrk. — De l'nrif/ine et (lex iiirliuiKirphdSe.t îles insectes. )8H0. p. 2i (\y:n\. Gvn\(n\s). 



4'= type. — Larves hexapodes et anieunifères, carnassières ou phytophages ; corps en 
forme d'cr-uf, élargi au nivean des segments médians {Série claticèricnne. Fig. 11 et l'2). 

5' type. — Larves hexapodes et parasites, vivant au milieu des tissus végétaux ; corps 
charnu, eylindri(|ue et légèrement courbé, ce i[ui les oblige à se tenir sur le côté (Syrie 
scarabridicnnr. Fig. 15.). 

6ä type. — Larves apodes, semblables aux papes des Hyménoptères, ayant à peine 
des rudiments d'antennes (Sc'rte curculiuniciinc. Fig. lih). 

Les types l-2-ö et i comprennent l'ensemble des larves rainpoilriforiiies ; au con- 
traire les types 5 et 6 ne contiennent que des larves éraci formes. 

J'ai été [obligé, comme je lai dit page 147, d'établir pour mon usage personnel un 
système de classillcation des Coléoptères qui puisse répondre à l'ensemble des faits, tels 
i|ue je viens de les exposer. Cette classilication concorde, par bien des points, avec celles 
(jui ont été élai)lies avant moi ; cependant, dans certains cas, j'ai donné à différents grou- 
pes une valeur pins générale que celle (pii leur est ordinairement attribuée ; c'est ainsi 
(|ue les Silphales comprennent, pour moi, les Clambides, les .Vnisotomides, les Nécropho- 
rides et même les llislérides. Sons le nom de Cryptophagides, je ri'unis les Trilomi(h's, 
les Myc;rténides, les Telmatophilinides, une partie des Lathriides et les Monofomiiles '. 

Alors, alin de permettre aux entomologistes qui voudront bien s'en donner la peine 
de vérilier ces considérations, ou même de les rectifier, je place en regard des familles, 
telles (|ueje les comprends, les groupes établis par Lacordaire dans son Genera. 

Série Ténébrionienne. 

1. Slre|>siptères [Sfi/loiiiilr 

'2. Iihypi|>horides, .... 

.". .Méloides 

i. M(n'dellides 

5. (Kdémérides 

( Pi/rochroide.^. 

(i. l'M'ochroules 

( Anthicides. 

7. I.agriides » 

l Melididri/iiles. 

8. Mélandrvides "^ 

iPilthide^. 

!l. Cistélides Aliéculides. 

IPiinèlidcs. 
Boliihophaiiides. 
Diapérides. 

10. leneorioni.ies ,., . , 

( loiindes- 



Ténèbrioiiidcfi. 
\ Ilelnpides. 

Série Prionienne. 

1. Tricténotomides .... ii ■ 

I Le/iiiirieii.<, 

± Louiiicornes ^ Cerainburieit^ 

j Prinniens. 
f Lojniens. 

i Biiprcstides. 

.». IJnprestidcs i ,. , • ; , 

' • ( tiieaeintdet^. 



1. S'il m'est Ririvé hioii des l'ois, dans le cmir» de^ dèveluppinneiils i|Ui iirrcèdent, d'eiiiployer des 
noms de t'amilles avec une valeur autre i|iic celle cjui leur est alUiliu(T ici, l•'e^^L ([uc cela élail néces- 
saire pour la elarté des d(''linitiüns el l'intelligence des fails exposés. 

i. La colonne de droilr comprend les ^Toupes de Lacordaii'e. 



— — 
Série Troncatipenne. 

1. l'iutypsyllides „ 

I CJanibith'!, 
Anisotoiiildcs. 

2. Silphales ' Silphicies. 

I ^'ccrophorides. 
1 H ister ides. 

_ T . , , , . ( ^cdphidiides. 

o. Triolioplei-ygiens. . . . J TrichopWn/'iidcs: 

, , ,, {^c(/dinrn(dos 

4. Pselapliides Iclacirjendcs. 

[ Psùlaphides. 

i Micropeplides. 
i Piegtidcs. 

Phla'ocarides. 

Protinides. 

Honialldc^. 
j Coprojjhaçj ides. 

5. Sta|.l)yliiii(lt.s Ox'ijtcUdes. 

' \ Oxijporides. 
ÏSténidcs. 
I Po'derides. 
\ Xantholinides. 
f Staphylinidcë. 
Tachi/poridcs. 
> Aleocharidcs. 
li. l'aussidcs Pau66ide6. 



Série Carabidienne. 

1. Ciciiulélides „ 

2. Carahiclos „ 

5. Anjpliizoides „ 

1 Halipl((/cs. 

•i. Lytiscides Hiplroporides. 

' Di//isc(dc6. 

Série Clavicerienne. 

1. Ci.c.ijid,.s {'arajidcä. 

I < 1)1 !i (lu lies . 

2. XUidulides \\äid,dn/r.. 

( J rogosiddcs. 

jTritoiiddos. 
''ruptophcujidcs. 

_ , -^fi/cctœiiides. 

'' ' ■-^ \lelnialophdiuidc6. 

\ Latlti'iidcs. 
Monotoiiiidc». 
i. Üt'riiM'slide.s » 

• ,, , • , I Bijrr/u'des. 

( Ciste (ides. 



6, Géoryssides » 

i Ell II ides. 

7. ILétérocérides Parnides. 

' Hrlcioc-''ri(li's. 

S. Ilydrophilidt's h 

!i. Gyrinides »i 

i ErutijUiIcs. 

10. Cocciiiellides ^ Endomijrhidca. 

' Cocciitcflidcs 

11. Glirvsomclides .... n 



Série Malacodermique. 

1. Lyniexvluimios \L!J'"CJ:!jloncs 

( f le rides. 

1 Das II tiens. 
caïupodc'ifonues. -• -^'iJliicoderiiies ] Maiachiens. 

i Tt'lepliüi'icns. 

' Dnlicns. 

•"»• Dascillides ), 

4. Khipicérides n 

Larves l."). Gébrionides » 

parlielleinenl 
ériiciinrmes. /ti. Élatérides » 

I Ptinidcs. 
['• l'Ii'ii'Ies M/io/y(7r/e*-, 

Larves ) ' Sphindidcs. 

érucifcinnes. { 

1 Lijctidcs. 

8. Loslricliidcs .Bostrichides. 

frisidrs. 



Série Curculionienne. 



1. Ortliocéres 



2. Gunialhocères 



Brcntliulcs. 
Anthrihidcs. 
liliijncliitidi-s. 
Apionides. 

1 Scoluddes. 
. BrentJiides. 
' Tout le reste de 



<'urcn/ionide. 



Série Scarabéidienne. 



1. LauielIicunK-s 



\ Pccfiiticorncs 
i LainelUcornei 



Nous croyons avoir suffisamment démontré, aussi l)ien par les nombreuses relations 
de parenté reconnues avant nous et rappelées en leur lieu que par les vues nouvelles 
apportées dans cette (piestion, que l'ensemble des Goléoptères parait avoir son j)oint de 
de|iart dans les Hétéromères du groupe des Vésicauts. 

Oueliiucs familles ont conservé avec ce groupe ancestral des rapports très étroits, net- 
tement accusés par leurs larves, mais aussi 1res souvent conservés jus([ue chez les insec- 
tes parfaits. 

On connaît, par exemple, un Stapliylinide, le Spirachta Eari/inedasa, dont l'abdo- 
men porte trois paires d'appendices urti(-ulés, analc^gues à ceux que nous avons signalé* 



— 8 — 

chez le ('aiiijtodc(( J i'<((jilis. Ce l'ait osl cxtrtMueint'iil riMiian|iial)le ; il (■onliiiiie absolu- 
ment l'infi-riorit«' plivlogôniciue des l!révi|)i'niios, tcllo que nous lavons admise par d'au- 
tres considérations. 

Les caractères fournis par le système nerveux, remontant à une très haute antiquité, 
puisqu'ils sont déjà indi(|ués dans les larves, peuvent aussi nous fournir d'utiles rensei- 
gnements '. La disi)osition la |)lus simple, consistant en une chaîne ventrale, s'étendant 
jusqu'à l'extrémité de l'abdomen, se rencontre chez les Coléoptères carnassiers, (larabides, 
Slaphyiinides, etc. ; une concentration déjà très avancée s'observe chez certains phytopha- 
phages. Lamellicornes ; mais rexem|)le le plus accentué se trouve chez les larves des Cur- 
cuiionides (C.alandra), où les onze ganglions, (|ui composent la cliaine ventrale, forment 
un noyau serré, placé dans le premier segment thoraciqu<'. 

Par cousétiucnl, de quehiue manière (pie nous envisagions la iiueslion, nous arrivons 
toujours à celte conclusion (jue, |)artout ou elle se rencontre, la larve campodéilorme ca- 
ractérise un type archaïque ; la larve éruciforme, au contraire, se rap|K)rtaiil à des types 
plus ditrérenciés. 

ISnus admettons donc (juc les Coléoptères descendent d'ancéires analogues aux Cam- 
podés actuels ; ceux-ci provenant eux-mêmes, d'après S. .1. Lubbock,d'un type plus simple, 
assez bien représenté aujourd'hui par le genre 'Macrobiofits,'ce qui permet de l'aire re- 
monter leur origine juscpi'aux formes annelées du groupe des rotateurs. 

Arrivé au terme que je me suis proposé d'atteindre, et bien que celle élude soit encore 
incomplète, il me reste maintenant à remercier les savants naturalistes qui m'ont .aidé de 
leur expérience ou de leurs conseils. 

J'ai une obligation toule particulière envers M. V. Giard, professeur d'évolution des 
êtres organisés à la Sorbonne, (|ui ma donné la première idée de ce travail et (jui a bien 
voulu en suivre les développements ; qu'il me permette de lui adresser ici l'expression de 
ma plus vive reconnaissance. M. Charles D.'ongniarl, assistant de la 'chaire d'entomologie 
au Muséum de Paris; m'a également fourni des documents palèonlologiciues du plus grand 
intérêt ; (|u'il veuille bien recevoir mes remerci.Muenls les plus sincères. 

Dans ces recherches sur la idiylogéiiie des insectes, dont la bibliographie est si com- 
pliquée, il est excessivement dillicile de connaître et d'analyser tous les travaux ; si j'ai 
omis de citer (piel([ues remanpies intéressantes, (|ue les auteurs veuillent bien m'en ex- 
cuser, c'est (|u'il m'a été impossible de me procurer leurs ouvrages. 

Parmi les travaux les plus importants parus sur ce sujet, à l'étranger, dans ces der- 
niers temps, se placent évidemment au premier rang ceux de M. A-S. Packard, professeur 
de Zoologie à ri'niversité de Providence, et ceux de M. le D'C. Riley, administrateur ho- 
noraire du Déparlement des Insectes au Muséum do Washington. Ces messieurs m'ayant 
obligeamment adressé leurs ouvrages et leurs encouragements, je suis heureux de les en 
remercier ici et de leur exprimer tout le plaisir que j'ai trouvé à la lecture de leurs 
savantes publications. 



LE SYSTEME TARSAL 

Etude d'Entomologie systématique 

par Constant Il!)iM!F.iiT, 

Doctt'iir ('s-sfionccs. 

Tous les entomologistes connaissent, pour l'avoir prati(|ué an moins au (iéi)ut de leur 
carrière, le système ingénieux cpii c;)nsisle à classer les Coléoptères d'après le nombre des 
articles aux tarses ; le premier auteur qui parait avoir remanpié rimiiorlanci' de ce ca- 
ractère est le médecin parisien Ctieiine Geolfioy, (jui publia, en 17ti2, un ouvrage en deux 
volumes, intitulé : Histoire abré.gi'e des Insectes des encirons de Paris. Une (|ua- 
rantaine de genres de Colcoj.lères sont décrits dans cet ouvrage, ordonné selon la mé- 
thode de Linné, c'est-à-dire d'après les caraclères des ailes pour les divisions principales. 

La judicieuse observation de (Jeollroy passa tout d'abord inaperçue ; elle n'entra vé- 
ritablement dans le domaine de la systématique que douze ans plus tard, ijuand furent 

I. 1^. lîlaiii'liiud. - Du syslihiir nerveur (/c^ Insectes. — Memoire sur les Colvüplhes, knn. Se. nat. 
T. V, 1846. 



publiés les tomes IV et V des importants travaux du baron de Geer : Mrinoirrs pour 
serrir a l'Hisfoire des hisccfcs, 1771-75. Cet ouvrage comprend huit volumes et 226 
planches. Bien qu'ayant étr imprimé à Stockholm, il est rédigé en français ; les Coléop- 
tères rentrent dans la division des Vaginés, c'est-à-dire des Insectes dont les ailes supérieures 
forment des étuis plus ou moins complets protégeant les ailes inférieures; trente-trois genres 
seulement sont décrits et rangés d'après les caractères fournis par les tarses. On peut dire 
que cet ouvrage, par son importance, à l'époque où il a été pul)lié, est celui qui contri- 
bua le plus à répendre la métliode de Geotfroy, que Latreille érigea délinilivenient en un 
ingénieux système vers 1820. 

Si Latreille est le premier (pii popularisa pour ainsi dire la classification tarsale, il est 
aussi le premier (jui eut l'idée de ranger les Insectes en familles à l'imitation de ce 
qu'avait fait Â. L. de Jussieu pour la Botanique. Il introduisit ainsi dans l'Entomologie la 
méthode naturelle, de sorte qu'aujourd'hui conmie le dit Lacordaii-e; il ne saurait être 
question de modifier cette métliode, mais seulement de la perfectionner, en délimitant les 
familles d'une façon plus précise et en les épurant des éléments étrangers (pi'elles peu- 
vent encore renfermer. 

Latreille a pul)lié un grand noinl)rc de travaux (pi'il a sucessivement perfectionnés 
par l'occasion très heureuse (ju'il a eue d'étudier la riche collection du Muséum de Paris, 
confiée pendant longtemps à ses soins; il divise notamment les Coléoptères en six sections 
et 20 familles ; voici sa classification d'après l'un de ses dernier travaux. (') 
I» Pentamères. — Comprennent tous les Coléoptères dont les tarses sont formés de 
cin(( articles bien apparents ; il y reconnaît en outre six familles qui sont, les 
Carnassiers, les Brachèlytres, les Serricornes, les Ciacicoriies, les Palpi- 
cornes et les LaincUicorncs. 
\h Hétéromères. — Formés des espèces (jui possèdent ([uatre articles aux tarses posté- 
rieurs et cin(i aux deux paires antérieures ; ils comprennent quatre familles : les 
MrlasoïKCS, les Taxicornes, les Sténéhjtresel les Trachélides. 
III" Tétramères. — Leurs tarses ne possèdent que quatre articles bien visibles ; ils cons- 
tituaient six familles : les Rhynchophores, les Xijlophcujes, les Platysoincè, 
les Longicornes, les Ea/iodes,\es Cijcaques et les Clacipalpcs. 
IVo Trimères. — Renfermaient seulement deux familles dont les tarses ne paraissaient 
visiblement formés (|ue de trois articles ; c'étaient les Aphidl pliages et les 
Fongicolcs. 
A la suite de ces grandes divisions, Latreille avait encore établi, pour (juclques gen- 
res particuliers de Coléoptères, deux autres sections artificielles qui ont été supprimées 
depuis, l'une formait les Dimeres, dont les tarses passaient pour n'avoir ([ue deux arti- 
cles et les Monomères qui n'en avaient qu'un. Il a été reconnu plus tard parlUiger, par 
Beichenbacli et par Latreille lui-même, que les tarses des premiers étaient en réalité for- 
més de trois articles et on les a rapprochés des Staphylinides sous le nom de Pscla- 
j)hiens. La seconde section, n'ayant été établie que sur un seul insecte, le CUanbiis ar- 
madillus de Geer, dont les tarses ont véritablement 4 articles, a été rapportée à sa véri- 
table place, c'est à dire parmi les Silphales (Ani soto/nide§). 

(l). .Il' lie i)iiis résis\5r au désir de, reproduire iei, d'ajirès M. E (llivicn-, riiisloiro trop [leu connue, 
de ce modeste naturaliste de province qui devint un des savants les plus célèbres de son temps ; 
•■ En 17114, l'abbé lialreille, curé do Jîrives-la -Gaillarde, fut arrêté avec la plupart des prêtres du 
Limousin qui n'avaient pas prêté serment, et conduit à Bordeaux, où ils devaient attendre en 
prison ([u'un navire l'ut préparé pour les déporter à la Guyane. Or, d'après les ordres du pro- 
consul, ce navire devait ètr(^ disposé pour périr en route. Un jour, le geôlier remarquait un de 
ses prisonniers absorbé dans la contemplation d'un insecte, lui manifesta son étonnement de 
le voir s'occuper, dans un semblable moment, d'un objet aussi infime. 

C'est un insecte très rare, lui répondit Latreille, et qui n'a pas encore été déciit. Le geùlicr lui 
demanda la bestiole et la porta à liory de Saint- Vincent. Ce dernier, s'intéressant au natu- 
raliste prisonnier, dont il avait déjà entendu pailcr, em[iloya en sa faveur toute sonlnlluence et 
fut assez heureux pour obtenir sa mise en liberté. 

Latreille devint membre de l'Institut ; l'insecte qui lui sauva la vie était le .W'crobiu ruficoUis, 
<s (E. Olivier) Faune de l'Allier, Colcuplères \). "227. 



— 10 — 

Tel était le système Uirs:il tlans sou ensemble. 

l'res(iiie tous les auteurs (|ui l'ont suivi ai)rès Lutreilh; n'en ont [xiint moililié lécono- 
niie ron(hunenlale ; ils se sont bornés, en général, à tirs di-placcnienls iresi)étes et au 
perfeetionnenienl îles grandes coupes. 

Cependant l'on peut faire de graves objeelions au système tarsal, et le but tlu présent 
article est précisément de montrer (|ue ce syslème, tout en présentant de grands avantages 
dans la pratique, ne constitue pas une base naturelle sutlisaninicnt solide pour la classili- 
cation des Insectes en général el des Coléoptères en particulier. 

11 laut arriver jusqu'à Krichson [K) pour trouver une distribution métliodi(|ue des 
Coléoptères basée sur l'ensemble des caractères inorphologi(|ues : toutefois, si la snjipres- 
sion du syslème tarsal est l'un des points les plus saillants de la méthode érichsonienue, 
il faut bien remartpier cependant (|ue le célèbre naturaliste allemand n'a rien innové en 
réalisant cette suppression parce <iue bien des auteurs ne l'a valent jamais adopté. Latreille 
lui-même, ne se lit jamais illusion sur la valeur phylogéni(pie du caractère tarsal, et 
comme le dit justement ^Vest^vood (2) n s'il lui est resté lidéle jus(|ue dans ses derniers 
« écrits, c'est nni(|uenu'nl pane ([u'il dés('S[icrait d'arriver, par une autre voie, à un ar- 
« rangement plus naturel. » 

L'objection la plus sérieuse ([u'on puisse opposer a ce système léside dans ce fait que, 
si, dans bien des cas, il concorde avec l'ensemble des allinités moiphologiciues, dans d'au- 
tres cas, très nond)reux, il oldige à séparer des groupes (jui sont voisins en se substituant 
à des caractères plus importants. Cependant sa généralité n'esl nullement troublée, comme 
on pourrait le croire, par l'existence, chez les iétramères H les Trimères, d'un 1res petit 
article à la base du dernier. Cet article étant constamment rudimentaire, ces Insectes se 
trouvent ainsi posséder un caractère »[ui leur est toujours et invariablement propre ; leurs 
tarses, il est vrai, comptent un article de plus ([ue ne l'expriment les dénominations pré- 
cédentes, mais Westwood a mis lin aux discussions dont ce point avait été l'objet en fai- 
sant voir t(u'il ne s'agissait (pie de créer des mots nouveaux |»our exprimer ces |)ropriétés; 
c'est ainsi (|u'il a été conduit à proposer ceux de PiiCiidot''tr(iinùres ou Sab/jcntaiitcres 
pour désigner les anciens lélranuMvs et ceux de Psnudotriiiii'rcs ou Si(htrtrf//iièi'('s pour 
désigner les Trimères. 

Ces dénominations ont été adoptées par tous les entomologistes (|ui ont conservé le 
système tarsal comme base de la classification des Coléoptères, pourtant il est bien évident 
qu'une méthode vraiment naturelle, ne saurait s'ajipuyer sur un caractère dune si faible 
im|>ortance fonctiounelle, surtout dans un grou|)e d'animaux cpii ne comprend peut être 
pas moins de 10(1.000 espèces ; c'est un des reproches que l'on a souvent adressés, el avec 
raison, à la méthode tarsaie ; enlin on lui a enciire reproché «le ne s'appliquer (|n'aux 
Coléoptères, la classillcalion des autres groupes d'lns(!ctes reposant, en ell'et, sur des carac- 
tères d'un tout autre ordre. 

Par conséquent, si nous cessons d'attribuer au système larsal l'iniporlame prépondé- 
rante dont il a joui autrefois, nous ne cherchons pas cependant a rabaisser outre mesure 
son utilité pratique. Si l'on examine, en effet, les résultats généraux (ju'a produitssa sup- 
pression dans les nomenclatures actuelles, nous voyons qu'ils se bornent, en délinilive. à 
l'intercalalion, parmi les l'entamèi'es, de quelques genres d'Ilétéromères, de la majeure 
partie des Xylophageset de la totalité des Dimeres [Ps''la/ilii('ns) de latreille. 

A pari ces déplacements d'espèces, relativement peu importants en somme, les vastes • 
grou|)es des llétéromères et des Tétramères sont restés intacts ; ils se refusent à adnu'ttre 
dans leur série aucun genre (pii soit l'enlamére, de même <pril est impossible de séparer 
les unes des autres les nombreuses familles dont ils sont formés. 

Ce fait est certainement très remanpiable : toutefois, afin ipi'il soit possil)le de juger 
pleinement de la valeur systématique du systènu' tarsal, nous allons passer brièvenuMil en 
revue les grandes divisidiis de I.alreilh^ poiii' signaler le principales exceptions (lu'on y 
rencontre. 

L\ suivre ■■ 



fil. lîriclison. - Oie Kiifer fier Miirk Itrninlfiiliiirt/ , 1838-30. 

l'ij. Wcslwonil. . .1/1 Inti-ud. lu Ihe iii'jrl. Ch'S!<i/'. n/' lliSfCtS I \>. oS. 



— Il - 
Les insectes nuisibles et leurs ennemis naturels. 

(Extrait d'iino conférence de M. .lusef Gof.i), Commissaire-Inspecteur des Forêts)'. 

Les Teuthrédines ou mouches à scie, L;j<la hi/pothrufica, en venant de quiltv^r leurs 
cocons, ne peuvent se mouvoir à l'air Iroid que très lentement ; elles redressent et nettoient 
leurs ailes et prennent peu à peu une couleur plus fonci'e. Après c(uel([ues heui'es seule- 
ment, elles deviennent plus vives, sautent, courent et commencent à voltiger ; 
ensuite elles s'accouplent et volent sur les taillis ou (irlnipcnt le lonij dos troncs de 
/uns (d* et Ç), ce qui est, sans aucun doute, le moment le ])lus important de leur 
existence et que l'on ne pourrait obseroer une seconde /fois che:; le même individu. 
Il est avantageux d'entourer les troncs de bandes de glu (|ui les empêchent de monter et 
les forcent à rebrousser chemin, moment propice pour les attraper aisément. Je n'ai jamais 
pu, ni en captivité, ni en pleine nature, observer chez les Ç une lourdeur ou une incapa- 
cité de vol. 

Les porcs de Baconye, à demi sauvages, sont, à vrai dire, les meilleurs destructeurs 
de Lijda hrjpothrofica, Bupalus pini, etc. 

Dans le district de Jiéin, le nombre des fausses chenilles était en moyenne, par mètre 
carré et de la même génération : 



Mi-Aoùt 18(12 


plus de .300 


l'in Mars 1895 


» 262 


Mi-Mai 1894 


» 177 


Fin Juillet 1894 


40-30 



Il est essentiel, dans la lutte contre cet insecte, de troubler les fausses chenilles dans 
leur repos ou dans les cocons qu'elles se confectionnent dans la terre; elles n'ont plus 
alors assez de force pour creuser un nouveau cocon et se chrysalider, elles languissent et 
meurent, si elles n'ont pas été dévorées parles |)orcs et par les oiseaux. 

Ce procédé est d'une extrême importance dans la pratii[ue, et ce sont surtout les micro- 
organismes qui en décident le succès, ainsi que l'a démontré d'une manière évidente (lin 
septembre 189Ö), l'examen microscopi(|ue du sang. Les fausses chenilles perdent alors leur 
couleur verte ou jaune, deviennent brunes et à la lin tout à fait noires et périssent. 

Quant aux auxiliaires, nous avons obtenu de ditférents envois de 100 fausses chenilles 
chacun, seulement au commencement de juillet 1834, des légions de la mouche tripliner- 
vée Phora/ulvipcs et de l'ichneumon Hemitcles /ulcipes, de sorte <|ue l'invasion de 
Lfjda hjjpothroßca dans le nord-ouest de la Bohême aura sa fin et ne pourra guère 
plus faire de notables ravages. Les chiffres ci-après semblent démontrer cette assertion : 

Au commencement du mois de Juin IS'.ti, la station forestière de Oberrochlitz nous 
envoya les guêpes recueillies par hasard dans une journée. Il y avait 231 exemplaires, 
l)armi lesquels, après un minutieux examen, nous pûmes trouver : 

20 i^, ou li;|, , et 
20.". c^, ou 89%. 

Celte proportion anormale des sexes a été également constatée par les reciierchcs du 
22 juin 189 i sur la ponte des œufs que nous ne trouvâmes (pi'en très petite (luantité sur 
les troncs d'arbres coupés à cet effet. 

Relativement à la coloration Jaune et verte des larves, j'ai |»u constater, parmi 220 ex. 
icius du même district et récoltées sur un mètre carré de terrain (|ui n'avait pas encore 
(■le fouillé par les porcs : fausses ciienillcs jaunes 24 ou 41% 

1) )) vertes lOG ou 89% 

Ce.-; chiilï-cs m.jiitrent à l'évidence tiue la coloration différente doit être en rapport di- 
rctl avec la |»roportion des dciix sexes, et il serait à désirer que les résultats d'une cul- 
ture ou éventuellement des n'ch<;rches analunii(pies fussent publiés pour pouvoir trancher 
la question. 

I. ConléroiiCf I':mI-|' à NpuIkius .'i rdirrisimi di^ l'iissenilili'^c ■jéin'inlp do la Sociétt' fnri"ili'''r(' do 
Dolit'iiie. 



— 12 — 

Un autre insecle nuisible, Fi'Ionia {Bitpnhis) piniaruj, a produit en 1807) de grands 
ravages dans les torèls de la eonvmune de Königgrüt/. et il a même, sur uncrtcmlue de ca. 
30 ''■' dégarni tous les arbres de leurs feuilles. 

Les insectes remis de la pari du ganh-giMiL'ral {'»(itlcr uni ilniiin; les résultats suivants : 

+ ,' r>,j papillons ou 17'', , 
'27 d- I ' ' 

K) Ichneumons : flrtcroiicüiui calcfiJor { 
!) Tachinaires : Xc/noren cri/fhriirfi / •" • 

71 (lour cent lies cocons sont morts, de sorti' (jue la dillcrencc des papillons et (l(! 
leurs ennemis n'est (jue liés minime. 

Iii envoi de Neu-Königgratz du lô avril 18',li, m a donui' le résultat suivant : 

- ^ { papillons on o%. 
-» d { 

Heteroiielina culcaior i.,, p, 
15 Nemorca erylhruca. \ ' 
76 % des cocons sont morts. 

Ici les ennemis naturels sont déjà de beaucoup supérieurs aux pajàllons. 
Le dernier envoi, daté du il mai 1804, a fourni : (iO $ et IKi d*, dont 17(1 cocons t|ui 
m'ont donné : 

.- ^ 1-0 |)apillons ou 11 %. 

." iclineumons : Hcieropelina calcjUor \ ,,„ 
17 tachinaires : Nciaorca ciijfhrara ^ '"' 

78% des cocons sont morts, de sorte (|uc les papilbms et leurs 
ennemis se tiennent la balance et ne peuvent donner lieu à des imiuiétudes. 

La nonne, Psilura nioiiaclia, n'est plus à l'ordre du jour ; on la trouve cependant 
encore en Bohème. Le Ki juillet 1804, j'ai reçu du district de Weckersdorf un envoi 
de 117 chenilles et 77 cocons (|ne j'ai élevés jusqu'au i août ; j'ai obtenu 108 cocons de ta- 
chinaires, (pii en mai et juin 180.') seulement donneront l'imago de Tcicluiia {Maaiccra) 
sitcatica, soit bl% ; en outre, j'ai obtenu : 

"o ? ! ^^ l'apillons ou 0"„. 

8 rf f 

1 Troijus Jliirutoi'ins ~. 

Cette pro()orlion montre à l'évidence lenlrée successive à l'état sporadiciue de S/iilii- 
ra mondcha, puisipi'au commencement d'août 1894, le nombre des ennemis était six fois 
|)lus grand cpie celui des papillons et ils pouvaient par conscciucnt mettre ces derniers 
hors d'état île nuire. 



*. ('.online exemple do la variabilité des résultats il'élevatic (laii> le i-uiiraiil di' la saison, M. (idld 
cominioiiiiue encore le résultat suivant : 

L'adnilni>lralioii l'oresliére de lîraunan a reiu. le i aoiU \H'M. du uM'ineilistiiil de WeckersiloiT, 
200 cocons el 'iJ clienilles de JJporix. 

Jusiiu'au ^0 août elle aval! obtenu : 

' fin |ia|,illon>ou 10.4 %. 

l.i 4. I 

Ü ccirons du lacbinaii-e Miixicfra sijlii(tiC(( , tiu . . ''.">% 

18 iclineunious 

17 Troytts pavatorius et 

1 MicrorjusUr ou 7.8 % 

Total 17. :î %. 

Ce l'ait est tics imporlanl, |iarce(iu'il démontre, que la piopoiliou des insectes nuisibles et de lem> 
ennemis n'est pas constante, mais qu'elle varie de mois eu mois. 



Ces taits prDiivent roxpri'ionce de llalzebiirg « que les lusectes foiil é(|iii]iJ)re aux in- 
sectes » . 

Eu Bohème les tacliinaires ont de 1888 à 18'Ji inclusivement , attaqué Psilnra mona- 
eha, et comme ils font leurs métamorphoses sous la couche de mousse et de débris des 
forêts, pendant 8-1) m;»is, dnrani l'hiver, ii est de toute n'-cessitc, pour combattre ce 
Jlcau,de garder soiçineiise/nent cette couche. 

(\ suivre). 



Nécrologie. 

■'■ M. (llaudius Rev, ini'ml)re de la Société Linnéenne de Lyon, vient de mourir à l'âge de 
82 ans. 

Ce naturaliste, un des maîtres incontestés de l'entomologie lyonnaise, était né à Lyon 
le 8 septembre 1817. 11 s'occupa d'abord exclusivement des Coléoptères, mais joignit bien- 
tôt à cette étude celle des Hémiptères. 

Vers l'année 1848, il commença à collaborer aux ouvrages de ilulsant ; ;les Tcrèdiles 
]es Brécicolles, les VésiciUiJ'èrcs, les Floricoles,les Gibbicolcs, les Br'ci pennes, 
sont même entièrement de lui (iuoi((ue portant la mention: |>ar Mulsanl et Key. 

De 187(i à 188!» il passa |)lusieurs hivers sur le littoral méditerranéen et explora Hyères, 
Fréjus, St. Uaphaël, Cannes, Menton, Coilioure etc., d'où il a rappurtédes misses de maté- 
riaux qui lui ont fourni ([uantité d'espèces nouvelles en Coléoptères et en Hémiptères. 

Il taut ajouter à ses ouvrages ; les Paipicornes (1885), une Revision du genre Pa- 
chybrachijsilSS't), un E.<sai d études sur certaines larces de Coléoptères 1887 et de 
nombreuses descriptions d'espèces nouvelles éparses dans diverses publications. 

Modeste, serviable, réservé, toujours prêt à aider les débutants, M. A, Hey s'était fait 
de nombreux amis; il sera sincèrement regretté de tous ceux qui ont eu l'occasion d'appré- 
cier son aimable caractère. 

V l'ne correspondance de Nossi-Bé, datée' du 28 avril, relaie la mort du préparateur na- 
turaliste tirevé, massacré par les Ho vas dans des circonstances particulièrement atroces. 

M. Grevé, au moment où la guerre fut déclarée, ne tint pas compte de l'avis donné par 
le gouvernement fi'an'ais à tous les européens d'avoir à évacuerun pays où leur sécurité 
devenait douteuse. Depuis longtemps établi dans le pays, il crut n'avoir rien à redouter 
des Hovas et resta lixé à Taolampia, à i milles au Sud deMarandova, avec un autre français, 
M. Joseph Philippe, créole de la Réunion et charpentier de marine. 

Décembre et Janvier se passèrent sans que les deux français fussent inquiétés; mais 
vers le milieu de février, les gouverneurs de Mahabo et d'Andakabi se présentèrent avec une 
escorte d'environ 50(1 hommes; MM. Piiilippo et Grevé furent arrêtés et conduits à Mahabo. 
On les traita d'abord avec certains égards, mais le malheureux Philippe ayant tenté de 
s'évader, mal lui en prit, car arrêté dans sa fuite par uneiraiede Cactus qui lui barrait la 
route, il fut rei)ris, mis aux fers, torturé épouvuntablement pendant |)lusieurs jours, puis 
étranglé et son cadavre fui jeté en pâture aux pourceaux. 

Le 14 avril, M. Grevé était à son tour attaciié au poteau du supplice et fusillé de la 
plus affreuse manière qui se puisse imaginer. On creusa sa toml)e à ses pieds, lui vivant, 
faisant ainsi précéder la mort d'un supplice moral mille fois plus horrible, puis les soldats 
du gouverneur exercèrent sur le malheureux leur maladresse; quatre coups de fusil fu- 
rent tirés .s wccess/oc/uc/i^ sur lui (jui le blessèrent sans le tuer et an cimiuième coup 
seuh'ment la Mlle, frappant le front, mit un terme à ses souffrances. 

M. Grevé était en relations avec M. Grandidier, le géographe de Madagascar, à qui il 
envoyait des animaux [»réparés. 

A ce propos quelqu'un pourrait-il me donner des nouvelles de M. Siivora. Cet entomolo- 
giste m'avait écrit de Tananarive, avant les derniers événements, pour me demander d'insé- 
sérer dans les., Miscellaiiea Kntomologica ' iitu! réclamcM-eiativeà sa nouvelle pnl)lication 
,, Madasgascaria "; depuisj'ai vu le pro«;pertiiseii qnestio.i daiisdivers journaux, mais je n'ai 
plus reçu de nouvelles de l'auteur. B. B, 



— ]'(■ — 
Bibliographie. 

Je crois iiilôrossaiU de rapindclicr iIcs (liiiiici's cliapili'cs ilc l'étnilc de \l. Iloiilhort, 
l'analyse d'un ouvrage intiliilc : Recherches pour servir à l'histoire des Insectes 
fossiles des temps primaires, précédées d'une étude sur la nervation des ailes 
des insectes, ouvrage puldié par la S(ici(''l(- de l'iiidnslric niinc'-rale de Sainl-Klienne ; ti- 
rage à part, texte et allas, Saiiit-Kticnne, Tliéidier et (','<;. 180r>. Celle analyse, l'aile par M''. 
Henri (iadeau de Kerville, a déjà | aiu dans VAiin' îles scicnccH Naturelles (N" 2, 1894). 

« M. Cil. Brongniart, assistanl de Zoologie au Muséum d'Histoire naturelle de l'aris, a 
« publié réceinnient, eounne tlièse, un ouvrage très volumineux sur les Inseeles des temps 
(( i)rinuiires et sur la nervation des ailes des Insectes actuels, en particulier des Névroptè- 
« res, des (»rthoplères et des l'ulgoridés ; la nervation jouant, comme ou le sait, un rôle 
(( très important dans la classilicalion «les Insectes, ets'imposanl pour une étude approfon- 
« die des Insectes fossiles et de leurs lelations avec la faune vivante. Cet ouvrage magis- 
« tral a fait recevoir M. Charles Brongniart docleur-ès-sciences naturelles, avec toutes 
(( boules blanches et les félicitations du jury d'examen. 

Cette liH''se, (huit bien rarement on a vu de semblables, à tous égards, se compose 
« d'un volume de texte de 40"> pages, avec 'iô ligures, et d un atlas de 57 planches dou- 
« blés in-i, eonlenant 080 ligures, dont (luehjues nues sont en couleur. l'arnii ces figures 
« dont la vérité, le lini et l'exécution sont admirables, on remarque, entre autres, une 
(( superbe reetauraticm, eu grandeur naturelle,, du Mc{iaitei(ra Moni/i Ch. Brongn., in- 
(I secte gigantesque, d'une envergure de près de soixante-dix centimètres, dont l'aspect 
« est celui d'une énorme Libellule, et qui, en réalité, est voisin des Odonates. 

« Avant, M. Charles Brongniart, dilf'érents eutonudogistes avaient publié quelques in- 
i( téressants travaux sur les Inse<tes paléo/.o'iques ; mais par suite du petit nombre d'é- 
(( chantillous (|uc l'on possédait, nos connaissances relatives,;» ces Insectes étaient hu't limi- 

« té'CS. 

« liràce à M. IleurijFayol, directeur général de la Société anonyme de Fourchambaull- 
« Conuiientry, qui a réuni une noml)rense et superbe collection d'empreintes de végétaux. 
(( d'Insectes et de poissons trouvées dans les houillères de Commentry (Allier), M. Charles 
« Brongniart a pu, en étudiant pendant seize années, avec autant de savoir que de persé- 
« vérance, pré> de l,r)(]0 échantillons provenant de Commentry, découvrir des faits très 
« importants et tout un monde entomologicpie nouveau et très varié, augmenter, dans une 
« ])roportiou éjiorme, notre connaissance des insectes paJéozoïques, et fournir des docu- 
« ments tout à fait jtrecieux sur l'évolution des Insectes à travers les âges, en prouvant, 
« une fois de |)lns, la véracité de la doclrine transfoiinisle. 

(( A la lin de sa thèse, l'éininent entomologiste donne un résumé de son étude sur les 
H Insectes des tenii)s primaires. J'en extrais (juel(|ues-uns des passages principaux ; 

« Cette étude montre (jue, dès la période houillère, les Insectes étaient uontbreux en 
« espèces et ((u'ils appartenaient à quatre ordres : les Xérropfères, les OrtliDiitèrcs, 
i( les Thyt^anonres, les Honiopfères. 

« Tous ceux que nous connaissons étaient d'une taille nu)yenne, grande ou énorme ; les 
« plus petits n'avaient pas moins de trois centimètres d'envergure, et les plus grands près 
« de soixante-dix centimètres. 

« Les Insectes actuels sein!)lcnl être les descendants réduits de ceux des temps primai- 
« res, uiais non dégénérés, car il existe, de nos jours, un très grand nond)re de types dont 
« le perfectionnement organique est poussé beaucoup plus loin, leins trois segments tho- 
« raciques ne formant (ju'une mosse, elles trois ganglions thoracitiues de la chaîne ner- 
« veuse ventrale étant fusionnés, tandis (|ne, malgré leur taille souvent gigantesipie, les In- 
« sectes houillers avaient un thorax formé de trois segments bien distincts, ce (pii prouve 
« que leurs trois ganglions nerveux thoraciques étaient .séparés l'un de l'autre. 

(( Ln outre plusiiMirs Insectes houillers conservaient, à l'étal adulte, des caractères ne 
« se retrouvant actuellement (pie che/ les larves, lels (|in> la préseu(^,e de Irachéo-brancliies 
(( sur les C(Més de l'abdomen, ele. » 

(( Un autre caractère de la plus grande importunée, ([ue présentent plusi(Mirs Insectes 
(( houillers, est d'avoir au prothorax des appendices qui peuvenu être assimilés aux ailes ei 



i( qui ressemblent plus ou moins aux élytres mrsollioraciques (le> Phasmiens actuels. On 
K sait (juo les Insectes n'ont, de uns jours, (|ue deux paires d'ailes, fixées sur le mésotliorax 
(I et le métatlioraK. tandis que le prolliorax eu est; constamment dépourvu. Ou a signalé, 
(( il est vrai, des élargissements du prothorax chez certains Orthoptères de la famille des 
« Mantidés {Cheradodis, etc.) et jdes expansions nu'mbraneuses chez les Hémiptères {Tin- 
« (jls) ; Cholodkovsky a Indiqué les sortes d'écaillés qui existent sur le prothorax de quel- 
« ques Lépidoptères; mais dans aucun de ces cas, nous ne voyons des pièces articulées. 
« Chez les Insectes houillers en question, les appendices prothoraciques sont plus ou 
« moins rétrécis à leur hase, de sorte qu'il est permis de supposer qu'ils étaient articulés, 
« et ou peut les considérer comme des rudiments d'ailes. 

(( En examinant les Insectes de répo(|ue carbonifère au point de vue des rapports qu'ils 
i( oifreut avec la faune vivante, on remar(|ue qu'un grand nombre de ces Insectes difl'èrent 
(( à un tel degré des formes actuelles (ju'ils ne peuvent rentrer dans les familles créées 
(( pour les Insectes vivant de nos jours, tandis que d'autres s'en rap|)rochent beaucoup, et, 
« sans quelques caractères différentiels, pourraient être rangés dans les familles en question. 
H Ces difl'érences ont obligé l'auteur à créer un certain nombre de groupes, pour y placer 
« de nombreuses espèces nouvelles. 

(( Les limites forcément exiguës de de compte rendu ne me permettent pas de m'étendre 
« davantage sur cette contribution de la jilus haute valeur et de la plus grande précision 
« à la paléentomologie, contribution ((ui marquera une étape principale dans l'histoire de 
« cette science, et M. (Ih. Brongniart a tous lesdroitsde dire : cvetji nioiiiiniPiifidn ». 

Henri Gaokai de Kervii-i.i;. 



AVIS IMPORTANT. — Nous prions ceux de [nos abonnés dont l'abonne- 
ment finit avec le présent numéro de vouloir bien nous adresser au plus tôt 
le montant de leur abonnement. 

Les envois doivent être faits en mandats-poste ordinaires ou en mandats- 
carte, bans le courant du mois, les abonnements non acquittés seront mis en 
recouvrement et les traites postales augmentées de fr. 0.25 pour les frais. 

Nous prions nos abonnés qui ont eu à se plaindre, comme de juste, des re- 
tards dans la publication, retards dus en grande partie à nos pérégrinations 
universitaires, de vouloir bien nous continuer leur bienveillant concours. 

Nous ferons paraître deux numéros par mois jusqu'à ce que le journal soit 
au niveau de sa date d'impression. — Dans le courant de 1895, de nouvelles 
améliorations seront apportées à notre Revue ; la plus importante consistera 
dans une augmentation du nombre de pages. 

Échanges. 

M. P. J. Roelofs, rue Van Straelen 10, Anvers, di'sire entrer en relations déchan- 
ges pour Coléoptères d'Europe, spécialement Staphylinides. 

M. J. Blanc, rue Entre-les-2 Portes 26, Epinal (Vosges), ullYe Coléoptères et Lé- 
pidoptères exotiques et européens contre d'autres l)onnes espèces et contre des tim- 
i)res-poste. 

M. le baron A. Bonnaire, 114 rue St. Merry, Fontainebleau, possède de nombreux 
(loni)les de Coléoptéi'cs rares ou intéressants de la faune paléarctique et du pourtour 
méditerranéen. Kemande d'édianges contre Coléoptères de uu'Mue provenance. — Prière 
d'envoyer listes aux<[uelles il sera r(''pondu selon leur im|)ortance. 

M. C. F. Lange, Annaberg, Erzgeb., Allemagne, oITce 800 espèces de Coléoptères, 
parmi lescpielles l)eau(Oup de raretés, contre rares Coléoptères, Hémiptères et Hymé- 
noptères, ou contre Ichneumonides, fouisseurs et mouches à scie, non déterminés. 



— 16 — 

Filet à papillons 

de M. Graf-Krüsi 

Ce lîlet en tissu de Sdie liés Ibrl, l)(»rdure en acier 

ou (juatre parties, applicable à tout bâton, est le 

seul (pii ait oi)tenu un diplônie et une 

Médaille de 1' classe 

à Texposilion de Vienne 

Manpu^ G au prix de 6 fr. la pièce 

„ K ,, ., ,, 5 fr. ,, ,, 
Encoi franco. Parjahlo il'(u:ancc. 
Le catalogue des [;épid(»ptères europo'ens et exoti- 
ques, est envoyé franco à qui en fera la demande. 

Graf-Krüsi, Gais, près St Gall, Suisse. 

WLCotte Melchior 

Guide Naturaliste 
Aux Dourbes, près Digne, Basses Alpes, 

lUM'vient les|anialeMis (pii (l(''sireiit acliclcr des 
Coléoptères, Lépidoptères et Hyménoptères 
des Casses Al|)es (juil leur en xendra à des pcix 
très modérés. 

L' INSTITUT ZOOLOGIQUE 

W. Schlüter, Halle a. S. 

ALLEMAGNE 

a l'honneur de recommander à MM. les Collec- 
tionneurs, Instituteurs fc Chefs d'établissements 
scolaires ses conq^loirs d'oltjets d'iiistoire nalurelle 
spécialement [dt^ peaux, d'œufs d'oiseaux, d'a- 
nimaux empaillés, d'amphibies, de reptiles, 
de poissons, de mollusques, d'insectes et de 
minéraux. 

Catalot^ue s|)i'cial d'ohjels d'hisloire naturelle 
pour l'enseignement. 

Instruments &i ustensiles pour la reciierciu' ^V la 
préparation de tous les objets d'histoire naturelle ; 
Epingles, Cadres vitrés. Plaques de Tourbe 
de tonte grandeur; graïul clioix d'yenx artificiels 
pour manuniféres, oiseaux, |)oissons. 

Ateliers spéciaux pour le montage îles oiseaux 
& des mammifères. 

Spécialité : Têtes de daims, de Chevreuils 
H unes de sanglier. 

Préparation soiijnre et prompte. 
CATALOCIKS CRATIS KT FHAiSCO 

W. Schlüter, Halle a. S., Wuchererstr. 8 
Allemagne. 



LEPIDOPTERES 

européens, exotiques 
IVIICROLÈPIDOPTÉRES 

CHENILLES PRÉPARÉES 

très soigneusement 

l'!U\ TlîÈS AVANT.\GEUX 

H. Lhotte, naturaliste, 31, rue 

de Clichy, Paris. 

Nota. — On (Irmandc dos cor- 
rc.</)niulonts j)onr reccrnir des 
Lépidoptères et des Chenilles 
vivantes d^espéces particiitières 
(la.r dijfércntes reijions de la 
France, ainsi ([ne des exotiques 
en /lapillottes. 

M. Félix ANCEY 

9 rue Fargès, Prado IVIarseille, 

offre 

EN VENTE 

SKS 

DOUBLES 

/•:a' 

COLÉOPTÈRES, LÉPIDOPTÈRES 

HYM ÉNOPTERES 

& COQUILLES 

GRAND CHOIX 

DE 

LÉPIDOPTÈRES 

européens et exotiques 

à des prix très réduits 

PM'II.LOXS Pull,' r.\!>l{i:s 

Chrysalides, Cocons, Œufs de 

Lépidoptères. 

EMILE DESCHANGE, 
à Longuyon, iMeurlhe el M)î'îlb 



I.c DirecIcur-Crr/inf : K. lUiniii".. 



.Narlionnr. — Imprinn-rie spéciale des ,, MISCKI.I. ANKA KNT(tM(M,(RilCA " 



Comité d'études. 

(Suite) 
M. Couturier, à la Nerthe, par Saint Henry, (B ^ du Rhône). Coquilles marines, 

terrestres et tluviatiles du globe. 
M. H. du Buysson, Château du Vernet, par Broût-Vernet, (Allier). Élatérides 

d'Europe et des pays coisins en Asie et en Afrique. 

Nous rappelons que tout cncoi d'insectes aux membres du Comité doit être accom- 
pagna de tiinbres-poste pour le retour et au besoin pour la réponse. 

Man wird hiermit -gebeten jeder 'Insektens^ndung an die Mitglieder des Studien- 
Ausschusses das Franko far Rücksendung und nöthigenfalls für Antwort beizulegen. 









Annonces 












I>a p^ffe 


fr. 10 


_ 










i,'2- 




« 5. 


— 










14 


,< 


„ 2. 


50 










1/8 


« 


1. 


25 






No 


te de 7 


à 8 1 


gnes 


de 26 lelt 


•es, 


50 


cent. 


Réductio 


n d'un 


tiers 


pour 


les annonces 


à 


'année. 


" 


d'un 


quar 


t poui 


les annonces au 


trimestre. 



Anzeigen 

Die Seite Mk. 8 
1/2 « « 4 

l'4 « « 2 

1/8 « « 1 

Anzeigen von 7 bis 8 Zeilen zu 26 Buchstaben, 40 Pf. 
Reduktion um ein Drittel für Jährliche Anzeigen. 

um ein Viertel für vierteljährliche Anzeigen 



POUR LES ABONNÉS : 
Réduction — I a G insert, de la même annonce ?5 % ; /2 insert. 33 YsX ; 24 ins. 50 % 



Les annonces sont payables d'avance 
par mandat-poste. 



Die Anzeigen -werden zum Voraus 
durch Postanweisung bezahlt. 



Correspondance 



Toute la correspondance doit être adressée à M. E. Barthe, 
professeur, rue des Fossés, 2, Narbonne, Aude, France. 
Nous correspondons en français, allemand, anglais, espagnol, italien et latin. Prière d'écrire très 
lisiblement et sur une feuille à part le texte des annonces. 

Aile Briefe sind zu richten an Professor E. Barthe, rue des Fossés, 2, Narbonne, 
Aude, (Frankreich). Wir werden correspondieren : Französiscii, Deutsch, Englisch, Spanisch, Ita- 
ienisch, Lateinisch. Es wird gebeten, Artikel oder Anzeigen möglichst deutlich zu schreiben, und 
:lie Anzeigen auf ein besonderes Blatt zu setzen. 

N.B. ^°"^ payement doit se faire d'avance par mandat-poste ; nous n'accep- 
tons de timbres-poste que pour les petites annonces. 

Jede Zahlung muss in einer Post-Anweisung pränumerirt werden : Freimarken 
werden nur fur kleine Anzeigen angenommen. 

Les abonnements partent du commencement de chaque trimestre. 

Oie Abonnemente gehen von Anfang eines jeden Vierteljahres ab. 

J. Desbrochers des Loges 

à TOURS Indre-et-Loire. 

Prix courant de (]oléoplères d'Europe et Circa, d'Hémip- 
tères, tillyménoptères, de Curculionides exotiques. Achat 
(le (]urculionides exotiques. 

Direction du Frelon, Journal mensuel d'Entomologie 
descriptive (Coléoptères). 
l'rix de l'abonnement : 6 fr. pour la France et l'étranger. 

Bollettino del naturalista. 

14« année. 1894. 
Journal mensuel. Abonnement 3 fr. 
Contenant des communications et notes d'histoire na- 
turelle. 

Publie gratuitement toutes les communications 
et annonces d'échanges d'objets d'histoire natu- 
relle de ses abonnés. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



Histérides, Buprestides, 
CÈRAMBYCIDES OU GLOBE 

COLÉOPTÈRES AFRICAINS 

Mr. A. Théry 

à St. Charles, Algérie. 

désire acquérir les raretés lui man- 
quant en Histérides, Buprestides et 
Cérambycides d'Europe. 

offre, en échange de ceux d'autres 
Provenances et de Coléoptères africains 
de bonnes espèces algériennes et du 

glol)e. 



ÉPINGLES A INSECTES VIENNOISES 

Johann MÜLLER 

Vienne. Autriche, II, Circusgasse 20, 
recommande son assortiment complet des excellentes épingles blanches et noires, épingles camions 
épingles pour micros. 

Mon dépôt général pour toute la France se trouve chez M. HENRI GUYON Paris, 20, rue 
des Bourdonnais. 

Die Insekten-Bërse 



jetzt vereinigt mit 










„Sammler -Börse* 



Offcrtcnbtatt 
'•n/nienste aller Sammel- Interessen 





ist für „Entoniologon" und „SamiuliT" das hervorragendste Blatt, welches wegen 
der belehrenden Artikel sowie seinei- internationalen und grossen Verbreitung betreffs 
Ankauf, Verkauf und Umtausch aller Objekte die weitgehendsten Erwartungen erfüllt^ 
wie ein Probeabonnement lehren dürfte. Zu beziehen durch die Post (ZeitungsliüteNo. 3135) 
und die Verlags-Buchhandlung Frankenstein & Wagner, Leipzig, Augustusplatz 1. 
Abonnement bei Zusendung unter Kreuzband in Deutschland u. Üesterreich 1 Mk., nach 
•ruderen Ländern des Weltpostvereins 1 Mk. 20 Pfg. = 1 Sliiliin;; 2 Pence =. 1 Pr. 50 Cent 



The „Entomologists Record" 

and Journal of Variation. 

Publié par J. W. TUTT, F. E. S. 

ABON.NEMKINT ANNUEL : 6 Shillings. 

— lUANCO — 

Celle Revue Scientifique mensuelle contient des articles 
d'un intérêt général p'our les Lépidoptéristes île tous les 
pdys et est illustrée de nombreuses planches en chromoli- 
thographie. 

Le montant de l'abonnement doit être adressé à 

M. A. J. Hodges, 2 Higbury Place London N. 

THE 

BRITISH NATURALIST 

REVUE ILLUSTRÉE D'HISTOIRE NATURELLE 

surtout d'Entomologie et de Conchyliologie 

niiui;i,i: i'au joiin k. iumisun, r. i:. s. 

Uarticponl. Aiu/lelcrrc 

ave«- la collaboration de noml>reux spécialistes. 

ABONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 
John E. ROBSON,HARTLEPOOL, Angleterre. 

Rivista italiana di scienze naturali. 

H» année. 189 i. 
Journal. bL-nicnaucÂ. Ahonnoniont 5 fr. 
Contenant des mémoires illustrés et l'annonce de tous 
les travaux italiens sur l'histoire naturelle. 

Direction cl administration à Siena (Italia). 



M. CROISSANDEAU 

rue du Bourdon-blanc, 15, 

Orléans, 

désiri; acquérir par vuie d'éclian^^c t»u 
contre argent toutes les espèces de Psé- 
laphidae, Scydmenidae, Paussidœ 
et Clavigeridae du globe qui peuvent 
'intéresser, déterminés ou non. 

Il y a des doubles de plus de 5000 es- 
pèces Gallo-Hhénanes et (torses à la dis- 
position dos cntomologist»'« qui veulent 
entrer en relations d'échanges. 



On achète ou on échange 

contre des insectes les timbres de Fran- 
ce de 1848 à. l'effigie de la Uépublique 
(en particulier le timbre de 1 franc ) 
ceux de la Présidence et de l'Empire 
18."i2-1870) à l'effigie de Napoléon III et 
.;cux de 1870-71, République, non den- 
telés. 
S'n.'lrcsser au- Bureau du .lournal 



^ i s ? J 7 



No 2. — Vol.. FIL '<""' Année — HI Jahrgang. 1" février 1895. 



Miscellanea 



Entomologica 

Organe international 

contenant les demandes d'échange, d'achat et de vente de collections 

livres ou objets d'histoire naturelle. 

Anzeiger von Tausch, Kauf und Verkauf für internationale Entomologen. 

Entomologist's international Advertiser for ex chance, purohase and sale. 



Direction et Rédaction 

E. BARTHE, à Narbonne, Aude (France). 

Avec la collaboration de naturalistes de tous les pays. 
Mit Mitwirkung internationaler Entomologen. 




Les " Miscellanea Entomologica " paraissent le l«' de chaque mois. 
Abonnement annuel : Union postale, fr. 5. 
Die " Miscellanea Entomologica " erscheint am l. jeden Monats, 
.lahrliche Subscription : 4 Mk. — Annual subscription : 4 sh. 



Comité d'études - Studien -Ausschuss 

MM. Argod- Vallon, à Crest (Drôme). Longia^rnes et coléoptères cavernicoles du globe. 
A. Finot, 27, rue St. Honoré, Fontainebleau. Orthoptères du globe. 

F. Ancey, St. Loup, 138, Marseille. Coléoptères en général. 

H. Gouin, 99, cours d'Alsace-Lorraine, Bordeaux. Coccinellides de France. 

R.Martin, au Blanc, (Indre). Odonales du globe. Névroplères d'Europe. 

D' M. Regimbart, à Evreux (Eure). Dytiscides et Gyrinides du globe. 

R. P. Belon, rue du Plat, 18, Lyon. Lathridiens. 

E. Barthe, Cette, (Hérault). Coléoptères de la Guyane française. Apiculture. 

M. Pic, à Digoin, (Saône et Loire), Longicornes d'Europe et circa et .\nthicides du globe. 

J. Croissandeau, rue du BDurdon-Blanc, 15, Orléans. Scydniénides, Paussides, Pséla- 

l)lii(le.s et Ciavigéridos du glol)i>. 
D' Chobaut, 4, rue Dorée, Avignon. Mordellides, Anlhicidos. Pédilides, Rhipipliorides, 

Vésicanls et (KdéinéridfS de la laiiiic puiéurcticpie. 
A. Janet, 104, boul. Saint-Louis, Toulon-Mourillon. Ilbopalocères du globe. 
D' A. Sicard, à Tebourzouk, Tunisie. Coccinellides du globe. 
D' L. Vitrac, aux Trois-Rivière^, Guideloupe. EiUoniologit^ dos Antilies. 
E. André, 17, rue des Promen?.des, à Gray, (H"^ Saône). Forniicides du globe et Muiilli- 

des de la région eiiropéo-niédilcri'anéennc. 
M. Vauloger de Beaupré, lieutsnint au 144' de ligne, Blaye, (Gironde). Ciciudélides 

et Clir_vs:)niélides (l'Eui'o|)i' et circa. 
A F. Nonfried, Rikonitz, BDlisinla, Autriche. Lncaiiide.s, Célonides. Mélolonthides 

butélidcs, byiiastidcs, buprestides et Cérambycidcs du globe. 
A. Théry, St-Charles, pai Philippevilla, Algérie, buprestides du globe et Longicornes 

d'Europe. 
l'abbé A. Carret, aumônier aux Chartreux, Lyon. Carabides d'Europe et en particulier 

genres llai'|)al(is, l'ierosticlius et Aniara. 
A. L. Montandon, Strada viilor filarete, Bucarest, Roumanie. Hémiptères iiétéroptè- 

res. 

G. Gribodo, "Via Maria Vittoria, 19, Torino, Italie. Vespid;e et Mellifera du globe. 

D' C. Schaufuss, Directeur du Museum Lud-wig Salvator à Meissen, Saxe. Scolytides 

l'iatyiddes et Scydniénides cxolitpies. 
D' Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, "Wien, I/l, Autriche. Cassidides du globe. 
E. Simon, 16, Villa Sa'id, Avenue du Bois de Boulogne 56, Paris. Arachnides du 

globe. 
H. Fruhstorfer,, Berlin N, Gartenstrasse 152. Uhopalocères de la n'-gi m Indo-austra- 
lienne. 
D' Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, "Wien I / 1. Cassidides du globe 
G. de Bony, rue Vaneau, .36, Paris. (Jenre Cicindela (Europe et conlins), ,Caiabides vrais 

(cni'opéens et e\oli(jnes). s|>éciahMnent genre Nebria. 
E. Abeille de Perrin, rue de la bibliothèque 24, Marseille, buprestides, Malachides 

cl Cisides pal(''arcti(|M(\-;. 
E. Fleutiaux, 1, rue Malus, Paris. Ciciudélides, Élalérides du ghdie. 
D' A. Puton, à Remiremont, Vosges. Iléniipléres lléléropléres paléarctiipies. 
H. Caillol, avocat, rue Traverse du Chapitre, 18, Marseille. (Iiyplophagides, Mylabri- 

dcs (Ih'ucliide ;) el 1 roinidcs paléarcticpies. 
H. Nicolas, rue Velouterie 9, Avignon, biologie' des Hyménoptères. 
C. Houlbert, professeur au Collège de Dieppe. Larves de Coléoplèrcs, Orlhoplères et 

Ni'Vi-iipIci-es. 
D' E. Candèze, à Glain-lès-Liège, Belgique. Elatériilcs du globe. 
Ch. Bruyant, rue Gaultier de Biauzat, 26, Clermont-Ferrand. l'aune enloundogique 

des eaux, spécialement llydrocorises. 

E. Ragonot, 12, quai de la Râpée, Paris. Mi< lob'i.iddptéres d'Europe: l'yraliles, Cram- 

biles et Phycit(!s du globe. 
J. Vachal, à Argentat, (Corrèze). Ilynienoplera acnlrata de la région ciica niédilerra- 

néenne et d'M'ricpie : llaEnrlns el l'rosopis de l'ancien momie. 
H. Léveillé, rue de Flore 104, Le Mans (Sarthe). Bolaniipii- en général. 

F. Silvestri, à Bevagna, Umbria, Italie. Mvriopodes du globe. 

( Voir 1(1 trnite a Itt jicujc. :i ilc lu coucrrlurc. 



^\StaUHEft ENTOMoioe/ç^ 



NUNTIUS ENTOMOLOGICUS INTERNATIONALIS 



No. 2. V(ir., IH KnirioN rinNCAisr; 1 Février ISflf». 

(30/0 1895). 

AVIS IMPORTANT. — Nous prions ceux de nos abonnés dont l'abonne- 
ment finit avec le numéro précédent de vouloir bien nous adresser au plus tôt 
le montant de leur abonnement. 

Lss envois doivent être faits en mandats-poste ordinaires ou en mandats- 
cirte. Avant le dix du mois, les abonnements non acquittés seront mis en 
recouvrement et les traites postales augmentées de fr. 0.25 pour les frais. 

SOMMAIRE 

E. lîvRTiii-. - rue langue sciontiliqiie inlernationalc. Le Nor'/atin, V F.sporanio. 

,1. (Idi.i). - Les Insectes nuisibles et leurs ennemis naturels (Jiii). 

('. llmi.ur.KT. - Le système larsal {fin\, 

A. (iKiFTiM. - Notes sur la faune entomologique piémontaiso : Blaltithe, Œdipodidïp. 

Petites .noivelles. 

Ot VRAGES d'occasion. 

ÉciiANTiES & Annonces. 



Une langue scientifique internationale. 

I am convinced that any really efficient new 
international laiiRuage whicii is to he cla- 
liored loi- practical hsû iii science ninst lie 
based lipon a niodilîed Latin vocabulary 
and a siniplified modern grammar. 
("!. J. IIendersox - LiiK/uii. 

Ceux des abonnés ([ui re(;oivent le journal depuis sa fondation duiveni se rappeler qw 
mon premier projet était de le rédigei' dans une langue internationale. Le clioi\ était mal- 
lieureuseuïent diflicile, car les essais en ce genre : colaptik, pasilini/ua, spcUn, infcr- 
nacia, etc., n'ont pas eu beancou|) de succès. Quelques journaux, américains je crois, ont 
été imprimés en volapiik, mais les formes barbares de cet idiome auraient certainement 
découragé beaucoup de lecteurs ; je n'ai pas voulu en tenter l'essai. De plus, toutes ces 
langues artificielles que je viens de citer ont un caractère commun ; elles ne sont compré- 
hensibles que pour ceux (|ui en connaissent la grammaire et le vocal)ulaire spécial ; or 
j'ai peine à me (igurer les abonnés traduisant leur journal à coups de lexique. 

Restait le latin. 

J'ai été séduit tout d'abord par un essai tenté dans le genre littéraire, je veux parler 
du Phœnix, nuatius lati'nus internationalis, publié à Londres par la Société interna^ 



- 18 — 

lioiutlftlc laiin iiKMlt'iiic, cl jai tiu i|iie l:i itiildicalioii di' mou journal eu latiu ne présen- 
terail pas de ilifficullés sérieuses. Dans la |)rati(iue. j'ai leutoulré île nombreux obstacles. 

f,e laliu, très commode pour les descriplions, n'est pas toujours apte à rendre le tour 
de la |>ensée moderne. En adoptant cette langue, il fallait aussi créer, en latinisant des 
radicaux enipruntés aux langues vivantes, tous les mots nécessaires à l'expression d'idées 
nouvelles, mots que Tonne trouverait pas, pour la plupart, dans les glossaires de bas-latin 
les plus complets. Ce latin modernisé, privé d'inversions, émaillé de vocables de toute 
origine, aurait paru étrange. (;eux de mes lecteurs qui sont d'un avis contraire peuvent se 
rendre compte des dillîcultés auxquelles je fais allusion en essayant de traduire un article 
de journal (iuelcon(pie, un fait divers, une simple annonce. 

iln un mot j'hésitais sur l'alternative : Kcrire en latin correct, quitt»^ à recourir à 
d'interminables périphrases pour exprimer les choses les plus sinqdes, ou rompre avec les 
bonnes Iraditions et adopter résolunienl un pur latin de cuisine. J'ai éludé la difticulté en 
adoptant les éditions spéciales, solution la plus simple, sinon la moins coûteuse, 
et qui n'a (|ue l'inconvénient de relarder le développement de la Feuille en divisant nos 
elVorts, 

Divers essais de rénovation du latin ont été tentés en ces dernières années; j'ai déjà 
cité Henderson ; mais jene saurais passer sous silence an essai des plus intéressants, le 
riov'latin, imaginé pai-le Dr. Daniel Kosa, premier assistant au Musée Zoologique de Turin. 

J'ai reçu, par l'intermédiaire de M. le Dr. Achille lirifTini, une brochure dans laquelle 
l'auteur expose sa méthode. Ce noc'latin est d'un simplicité remanjuable ; il peut être 
lu à prentirrr aie par tous ceux (jui savent le latin ou (jui ^iiarlent une des langues néo- 
latines et 11 me parait se préler à la traduction aussi littérale que possible d'une langue 
vivante ipielconipie ('). 

Vous allez ilu reste en juger car je cède la parole à l'auteur : 

N. n. — Intlications pour faciliter la lecture des ihkjcs qui vont suivre. 

Article délerminé te, i)luriel les ; indéterminé un. Les substantifs sont dérivés du 
génitif singulier lalin, en retranchant les désinences e, i, is._ us. Les adjectifs sont dérivés 
suivant la même règle, du génitif singulier. Pluriel es ou s ; signe ilu génitif de, signe 
du datif ail. Les veri)es ont pour toutes les personnes à l'indicatif présent la désinence ar, 
cr, ir, à l'imparfait aba, eha, iba, au participe présent ant, ont, icnt, au participe pas- 
sé à, é, i ; l'auxiliaire du verbe actif est toujours haber, le passif se forme au moyen du 
verbe star{= lat. esse). Vol signifie le futur, veille, conditionnel (ex. il vellj'accr = 
il ferait). Uàin équivaut au français on et à Talleuiaud nuin. Les pronoms personnels 
sont me, te, il [Ha), nos, vos, ils (ilas), les possessifs raei, lui, sui, nostr, vestr, lor; 
les autres pronoms sont |)ris du latin et cjuand dans cette langue ils sont (lécUnal)les, ils 
sont pris du nominatif singulier masculin conveiiablenii-nt troncpié. Les adverbes, 
l)répositions et conjonctions sont comme en latin. 

Le nov' latin 
international scientific lingua super natural bases. 

In le octobr 1887, le American Philosophie Socielàt de Philadelphia eligeba un comilàt 
componé ab Messrs. D. (i. lîrinlon, Henry Piiilipps Junior el Miiinoe li. Snyder cum mandai 
de référer super le scientilic ulilitàt de le Volapuk. 

llom poter leger le relation de le comilàt in le anglic iicittlomadari Nature. \ol. XWVIll, 
pag. â-M, 1888. Ex ist relation apparer quod les membres de le comitàt haber condudé 
quod le Yola|iük non poleba servir sicut international scientilic lingua. 

Praîlerea, ampliant les limites de lor mandat, ils haber exponé les bases super les 
(jual un international lingua vell deber star constitué. Us haber allirmà ([uod les tempors 



(1). L'idée du Dr. Kos;i a ('-tt' hien accui'illie, surlout en AUiMiiii^nic. Plusieurs arlicles scientiliques 
ont été publiés en nnv littin par des revues alleiiKiiides et le Ptof. Hosentlial voulait iiièiiie l'adopter 
dour sçn liiulo^isclier Centralblalt, 



— 10 — 

stal)a jani maUii' |n(i cuj^i(ai' le acl(i|)l'uiii do un lai linyua, cl IkiImt itropuiir (|U0(l le rela- 
tion vell stLir couiDuinieà ail los principal academias el scientilic sociotatos de lot lemund, 
invocànt le lor auxili. 

Ist proposition liaher stà adopta in le meeting de le (» januari 1888 et le relation baber 
stà conimunicà ad muU scionlilic corporationes, sed le résultât apparer non haber respon- 
dé ad le expeolation. 

Me haber référé ist faol (|uia il demonstrar quod si un tant eminént soeietàt haber 
t'redé debor assumer isl initiation, id signilioar (|nod 1(> idoa de un international lint^ua 
non deber a priori slar relcgà in le nunier lU' les chimeras. 

Le babolii- confusion de les scientilic linguas star nunc ad le sui apogé. Nos haber 
scientilic publicationes in latin, italian, francés, germanic, anglic, hispan, lusitanic, hol- 
landic, danic, svecic, norvegic, rossic, polonic, linlandic. bnliondo, magiar, croat, etc. etc. 
et niliillioniinns pane doctes potei legere plus nuam (|iiat vtd (|uini| linguas. 

Le mal qui nascer star grand, et star urgent sluder un reniedi. Ist nécessitât star 
universe senti sicut les mult tenlamins qui haber sta face in ist ultim tempors cum evi- 
dentia demonstrar. 

Me haber jam loque de le tentamin face ab le philosophie soeietàt de Philadelphia. 
Star etiam inutil memorar le Volapük excogilà ab le helvelic pastor Schleyer. Sed nos 
peter citar le latcrnacia de h" Samonhof (Esperanto) de Varsavia, le Pasilinçfwx de P. 
Sleiner, le Lingiift de G. J. Henderson, le Spnlin do G. lîauer, le Linriualuiiiiiui de V .\\, 
Dyer, le World-EnriUsli de A. Melville Bell etc. 

Nos vol loquor plus ultra do ist tentamins. hic nos haber cita ils. ijuia ils stui' un 
sign de les tempors. 

Muac les remédies possibil contra le mal star Ire ; 

1° Adoptai un vivent lingua : 
2« Adoptar un extinct lingua ; 
7i" Crear un nov lingua. 

Le prini solution star le plus natural, sed oh le |)ervadent chauvinism non haber pro 
se aliq probabilitàl . 

In extinct lingua non suscitar ist animadversion. In omn les partes de Europa star 
publica adhuc nunc mult scientilic opors in latin, le sol extinct lingua qui vell poter star 
adopta. Sed me non sperar le adoption de ist lingua. Le latin haber sta mult saeculs le 
universal lingua de les doctes, il haber nunc stà relinqué ob mult causas, pntsertim ob le 
sui dilLicultàt et (|uia il non staba api ad ex|)rimer le modem forma de cogitation. 

Reslar nunc le troosim via : crear un nov lingua Hic nos reperir un grand dilTicultàt- 
llom objectar quod créant un nov lingua le confusion vol crescer, quia le nécessitât d 
leger les anterior opers et otiani ils (|ui vol slar [)ublicà in alter linguas u.s<|uo ad le tem- 
por mult longinqu de lo sui universal adoption vol adhuc pernianer, ita ut le sol résultat 
vol star : adjunger un nov lingua ad ils ([ui jam exister. 

Pr;cterea hom objectar : un international scientilic lingua vol nun(|uam star adopt^ 
nam un auctor vol nunquani scriber in un nov lingua qui non poter star lege nisi ab les 
pauc doctes qui haber sludé le sui grammatica ; quando un auctor scriber in un extrane 
lingua, il adoptar le lingua qui poter star logé ab le plus grand numer de do êtes. 

Ambo ist objectiones star mult rational, me deber id recognoscer. 

Un ideal international lingua qui vell poter effuger ad^ist objectiones et ad mult alters 
deber satisfacer les sequont conditiones : 

1" Il deber star facile Lege ab omn les doctes sine pro'pniuttioii ant Jam post 
le lectura de pauc lineas de prœlimlnari explication. 

'l« Il deber star scribe sine difficiiltat post le Icctiira ilc paiir paginas de e.v- 
j)ltcation et sine le nécessitai de un noo lexic. 

Nunc star possibil invonir un simil lingua ? Me creder i[uod hom poter responder af- 
lirmative. Id star possibil acceptant les bases adoplà ab Henderson in le construction de lo 
sui « Limiua » et qui poter star sic résumé : un latin vocabulari combina cum un modem 
grammatica. Sed le « Lingua « de Henderson praesentaba mult inutil difficultates et aliq 
irrational processes. Me sperar haber vità ist incommods in le lingua qui me hic submitte^: 
ftd lejudici de les mei coUegas. 



\,o lofloi' <|iii lialii'i- |MTVLMii iiMiiic ad isl |iiiiicl ilc le |>r;csc*iU ()|ius(ul poUu' jaiu juili- 
car si isl iiov liiii;iia i'es|K>ii(l('r aiil non ad le prini condition. 

Circa le sccnnd condition le Icctoi vol judicai' iinando posl liabcr Ici;«' le se(|uent 
"ranimatica il vol facer le experinient de Iradnceiin isl nov lingua aliii paiiinas de le mù 

naUiral lingua (i). 

Dr. l>\Mi;i. HosA. 

•Te serais curieux d'avoir l'avis de tous les abonnés sur le noii'lafin. Tue édi- 
tion on nov'Iafin serait vraiment inlernationale et si celle édition réunissait tous 
les sulTrages, les frais se trouvant diminués par la supjiressiou de l'édition allemande, il 
serait juissible d'augmenter le nond)re de pages, peut-être même de publier séparément les 
annonces ; je vous prie donc, Monsieur et honoré collègue, de vouloir bien me donner votre 
avis sur cette question. l'envoi d'une simple carte de visite avec la lettre A, signiliera 
approbatiim. 

Si \c nooldiiii <'tait ado|)té pfnu' les ,, Miscellanea Kntcnnolog'ica ', la transformation 
n'aurait lieu que graduellement, les traductions ne seraient faites (ju'avec l'assentiment des 
auteurs, enlin les ouvrages de détermination conlinucraient à être publiés en français, en 
allemand ou en anglais, autant (pie possible avec pagination spéciale. 



la (pn\stion de la langue universelle est à l'ordre du jour. ' 

\u moment de mettre sous |)resse, un collègue me communique un [article découpé 

dans un journal du midi (2) et (pu traite de ïc.yicraiifo, imaginé par le Dr. Zamenkofr. 

Voici cet article à litre de curiosité : 

L'ESPERANTO. 

(( Le vola|)ük est mort et enterré, mais de ses cendres voici que sort une nouvelle 
langue universelle. 

« De ses cendres » n'est peut être pas le mol exact, Var l'idiome que je vous présente 
aujourd'hui, sous les auspices delà Reçue de l'Étranger me paraît destiné à un tout au- 
tre succès que son aîné. 

Je vous en dirai tout à l'heure la raison, 

Le rêve d'une langue universelle a longtemps hanté les plus grands esprits. L'un des 
plus illustres penseurs des temps modernes, Leibnilz, s'en est longtemps préoccupé, et l'un 
des plus savants linguistes et pliihdogues de notre époque, Max Müller, n'y voit pas du tout 
une utopie : 

(( La conception d'une langue artilicielle, a-t-il dit, jouant, à côté des idiomes natio- 
naux, le rede d'organe international, est certainement réalisable ». 

Les inventeurs du volapuk avaient cru, en elfet, la réaliser. Mais le volapuk était trop 
compliqué dans sa grammaire, trop varié, pour ne pas dire trop incohérent dans son dic- 
tionnaire. On semblait, par des emprunts à toutes les langues, vouloir faire plaisir à tous 
les peuples. 

Mais, comme l'on ne peut contenter tout le monde et son père, le volapiik ne larda 
pas à être délaissé. 

Le nu'mesort allend-il la nouvelle langue, Vrspertdito ! .Vu risque d'être taxé d'op- 
timisme excessif, je déclare (jueje ne le crois pas. 

Le grand mérite de cet idi(mie est son extrême simi-licilè. Tolstoï raconte qu'ayant 
re(ju une grammaire, un dictionnaire et des articles cspérantos, il est parvenu à comprendre 
sans dill'icullé, au bout de deux heures de travail. 

C'est un philologU(^ russe, M. le Dr. Zamenkotr, ipii a inventé l'espi-raido, en pai'lanl 
de ce principe (pie, toule langue se composant de deux éléments, la grammaire et le voca- 
i)ulaire,il fallait les réduire l'un et l'autre à la simplicité la plus absolue. 

Vu lien d'aller chercher à droite cl à gauche, comme dans le volapiik, les morceaux 
d'un habil d'arlequin, il s'est d(!maudé d'abord s'il ne ferait pas mieux de prendre pour 
point de départ une grammaire déjà existante, très simple et très facile. 



1. Nous donnerons iitlf'iicMirciin'iil cetlo yruiiiiiiairc ((iii liiMit en trois petites |^a^'^>s. 

2. ]-,e Petit mt'ridionul. 



— -21 — 

Celle des langues littéraires (|iii remplit le mieux ees euniiitious est la langue espa- 
gnole. Il a donc pris la graniuiaire espagnole pour modèle, l'a débarrassée de toutes les excep- 
tions, irrégularités et anomalies cpi'elle présente, et a composé une grammaire contenant 
en 17 règles, tous les cas qui peuvent se produire. 

Ces règles ne comportent aucune exception ce qui fait' nn^ilir un proverl)e bien connu. 

Je ne vous les développe pas ici, mais je vais tàciier de vous en donner l'esprit : 

Tout mot se prononce comme il est écrit. Il n'y a qu'un article dédni lt(, pour tous 
les genres et tous les nombres ; il n'y a pas d'article indéfini. 

Tous les substantifs sont terminés en o. Tour le masculin, on ajoute o au radical, pour 
le féminin, on ajoute ino. Le pluriel se forme en ajoutant y, (|ui se prononce [/ au sin- 
gulier. 

11 y a deux cas : le nominatif et l'accusatif qui se forme |)ar l'addition d'un n. 

Prenez pour exemple le radical patr. Le père se dira la pati'o ; la mère, la pafrino, 
les pères, la paù'oj, etc. 

L'adjectif se termine en c ; paternel, /Jo^ra ; et l'adverbe en e : paternellement, /ja?/'e_ 

Le verbe ne change ni pour les personnes, ni i)Our les nombres, les différences des 
temps et des modes sont marquées par des terminaisons ajoutées au radical ; as. pour le 
présent : is, pour le passé ; os, pour le futur, etc. 

Grâce à ces coml)inaisons, il est facile de voir combien la grammaire est facile, et 
aussi, de comprendre combien le vocabulaire est simplifié, puisqu'avec un seul radical, ou 
peut, au moyen des diverses terminaisons, former un nombre très grand de nombre mots. 

Ce qui ajoute à la facilité, c'est (|ue l'on peut avoir autant de mots composés ([ue l'on 
veut en faisant précéder le mot déterminé du radical du déterminant. Ainsi la réunion des 
denx mots capof, vapeur et sip, haleau, donne le mot caporsijxj, haleAn à vapeur. 

Je n'ai pas le dictionnaire sous les yeux, il tient, parait-il, en huit petites pages, ei 
renferme un vocabulaire qui permet d'exprimer toutes les idées et de désigner tous les ob- 
jets que nous connaissons. 

Il ne faut [)as toutefois espérer que l'espéranto devienne une langue littéraire. Son in- 
venteur n'a jamais eu, je le suppose, cette aml)ition ; mais s'il peut devenir un jour l'organe 
universel des relations internationales, il aura, ce semi)le, un assez beau rôle. 



Les insectes nuisibles et leurs ennemis naturels. 

(Extrait d'une conférence de M. .losef G ild, Commissaire-lnspecleur des F.iréls. (',) 

(suilc) 

M. Gold fait ensuite l'historique des dégâts commis par Pslliira. iiianaclui et donne 
l'extrait suivant d'un livre très lare sur l'invasion de Pliaiœna inonacha Lin. en 1708, 
par D. Johann Heinrich J(jrdens, médecin et conseiller à la cour : 

« La quantité de larves ècloses de diff^^rents œufs de niouc'.ies au commencement du 
mois de juillet 171)6 dans les forêts de Sclileitz, Ebersdorf, et à la frontière du Voigtland 
bavarois, sous l'amas de feuilles de sapin et d'excréi.ients de chenilles, surtout autour des 
supins attaqués, est innombrable. Toutes ces larves sont écloses des clienilles attaquées 
l)ar les mouches et trouvaient un asile favorable dans l'amas humide et infect des excré- 
menls, où elles pouvaient faire en quelques jours leur m'-tamoriihose ». — « In grand 
nombre de chenilles périssent même sans être attaquées par des ennemis, elc. )i — (In voit 
l)ar là que les tachinaires étaient déjà connues et très nomln'euses ; cei)endanl l'auteur 
n'ajoute pas d'autres détails. 

Le D'' J. T. E. Ratzeburg au contraire a donné, basée sur des l'hili'res, la marche de la 
ponte et le % de l'extension des tachinaires. En ISiO 

le 3 juin, il a récollé 1000 chenilles de Ps. monaclm dont il a oliteiui 1 Tdclinta an \%. 
)i ^1) )) » .SOI) )i I) » » 'J )i » ^% . 

» '2 juillet » .")() » » H )i 18 » o[\%. 

I. \(iii' 11- 1, IlS'Jj. 



— 22 — 

flonc Tiß % au ((iinmciiccnioiil de juillcl . La poiilo ('-lait minime au mois de mai 1840, ce 
<|ui s'acnirile avec le développement des lachinaires (]ui viennent seulement aux mois 
d'Avril et Mai. 

Ces ehillVes démontrent en outre (|ue liatzeburg. en parlait connaisseur et éleveui* 
diclineumons, iia pas eu tort en les plaçant à la suite de ces derniers, car, à propos d'une 
invasion d'insectes, ils déterminent le succès avec les liraconides et les Ttéroniaunes. D'un 
seul œuf de papillon il peut naître 1.") Tclcas [œciiiaCiiltis, d'une chenille plus de 100 Mi- 
croi/aster, d'un cocon 000-700 Kiilo/)liiis xanthopns, etc. Willkomm raconte (jue pendant 
l'invasion de /'s. iiionacha en juillet ISoi dans la l'russe (uicutale, les taillis étaient cou- 
verts comme de neige par les tissus des chrysalides des Microgastcf ; si chez les 
mouches on compte par cent, chez les Vespides il faut compter par légions. 

Le '2i .luillet la station forestière d expériences a récolté sur des arbres non munis de 
luuides de glu du domaine de Pirnitz, 100 chenilles de Ps. inonacha, dont elle a obtenu 
jusciu'au 15 août : des chenilles i"), des chrysalides 10, soit 55% de cocons de Tachinaires. 

Ces projjorlions varient d'après les temps et les lieux et démontrent que Uatzeburg a 
été dans l'erreur. Je professe le plus grand respect pour Uatzeburg (|ui a rendu tl'immenses 
services à la science et surtout à l'entomologie; ses ouvrages auront, comme l'a dit le Dr. 
Judeich, toujours une grande valeur, quand bien même les progrés de la science y app(»r- 
leraient des additions et des corrections ; ses nombreuses observations biologiipies sont des 
trésors qui ne vieilliiont jamais ; mais, par contre, il n'est plus à la hauteur en ce (jui 
concerne la nomenclature. 

L'expérience a très souvent démontré <|ue certaines opinions sont erronées, et 
il pourrait bien en être ainsi de cette théorie que les chenilles « doivent être malades 
avant de pouvoir élre atlaciuées par les tachinaires ». A la page 100, Vol. 111, de ses ,, Forst- 
insekten '', Uatzeburg dit (juil est hors de doute (|ue les mouches n'atta(|uent que les 
insectes malades, 11 dit notamment, p, 4, Vol. 111 de ses ,, Ichneumons " : J apprends de 
différents côtés, même de mes auditeurs ([ui se sont quelque peu occupés de l'élevage des 
insectes, (pie « l'opinion d'une prédisposition pathologi(|ue des insectes attaqués par les 
ichneumons sinqjose ». Dans le Vol. III, p. liO, des ,, lorstinsecten ", nous lisons : « les 
diptères prennent souvent la place des ichneumons » ; p. 150 : « l'élude de toutes ces 
choses est encore trop dans son enfance pour qu'il soit possible d'en dire plus long » 5 
1). 1(54: M tous les ichneumons sans exception ne peuvent se passer des insectes vivants »; 
et |), 52, Vol. 1 des ,, Ichneumonen der lorstinsecten " : « Les ichneumons ont. pour leurs 
larves, besoin d'iusecles (jui viveni et mangent juscpi'à leur transformation en chrysalide, 
tandis (|ue les larves des tachinaires sont à leur aise même dans des restes animaux en 
|)Ulréfaction ». A la page 104, Vol. 111 des,, Forstinsekten ', il continue : « Il est vrai que 
tous les Tachimiires font la guerre aux larves et aux chrysalides d'autres insectes, nuiis 
les membres du groupe Mu>,ca sarcnphaga el autres, (pii ont tant d'aOinites avec eux 
n"()nt pas ces habitudes et ménu' la plupart d'entre eux se conlentent de la chair de dilïé- 
rents animaux (Mii.-<i'(( carnaria, runn'toria), de fumier, de végétaux en jintrèfaction, 
etc. Ainsi l'opinion de Uatzeburg est scientili(piement fondée sur le syslènu- de Linné cpii 
n'a plus de valeur aujourd'hui, Teicas l(fciiisrii/iis place ses 0!ufs dans des teufs et Mi- 
ci'O'jnsfer ordiiinniis dans les jeunes chenilles (|ui viennent d'éclore et (jui, assurément» 
ne [»euveiit être malades. Pour les ichneumonides on a (juitté depuis longtemps ce point 
de vue, tandis que pour les mouches, on l'a encore gardé pendant un demi-siècle, et ce- 
pendant les tachinaires pondent leurs œufs dans le courant du mois de juin dans des che- 
nilles vivantes, (|ue les larves édoses blessent et mangent même totalement. 

Nous connaissons des pai'asites de parasites, même jus(|u"au troisième degré : la Ibéo- 
ile (le la contamination doit donc cédei' la place au fait, (pi'une espèce ne peut .se multi- 
plier en (K'hors de certaines limites, ce (jui, pour maiiileiiir l'iquilibic entre les niasses 
vivantes, s'ap|)li(pie également aux insectes nuisibles. 

La ,, concurrence vitale " n'est (|uune phrase ; il est impossible qu'elle puisse être 
menée individuellement, car des classes entières du règne animal se font la guerre, et la 
sélection naturelle et l'origine des espèces perdent du terrain^ si nous »piittons les pi- 
geons, les ponles, les chiens, les aninaux domesiiqnes. e;c., pour l'i'-tiide de la masse fies 
inscclcï. 



Il est bien enteinlu (jiu; l;i coulcui', la taille, la sculpture, clc, ne jouent aucun rôle, 
autrement on arrive tout de suite à un monde d'êtres vivants incomplets, variables, (|ui 
pourraient encore par la suite (b'venir susceptibles de perlectionnemenl et de culture ; 
([iiand on a une fois perdu la vue de renseml)le, rimai;inalion ne produit ((ue des lai)y- 
rinlhes dont on ne trouve |)lus l'issue. 

Par lintervertissement dans l'ordre des laits, nou seulement plusieurs autorités, mais 
même des facultés entièies et des siècles ont été induits eu erreur; la doctrine de Darwin 
démontre que dans les sciences naturelles on peut, et même beaucoup, tomber dans l'erreur, 
b'aprés lui, la formation du monde organiipie ressemblerait à un diorania. Ce|)en- 
dant tout cela n'a pu se passer ainsi au liasard et aussi tranquillement ; c'était et c'est 
eucore aujourd'hui un drame gigantesque, ([ui se déroule devant nos yeu\, même pen- 
dant que la terre ne tourne ((u'une fois sur son axe, et ce drame est d'autant plus gran- 
diose et accablant, si nous suivons les actes de la création dans le passé et dans l'ave- 
nir. Il est non seulement écrit dans les couches de la terre, mais aussi dans le llrmamenl 
(jue la toute puissance n'a cessé de créer, même quand elle a abandonné à l'honime le 
globe terrestre. 

Quittons les musées renqilis de cadavres, la théorie froide et pâle des savants, et pé- 
nétrons parmi les masses vivantes : alors le principe de Uaizeburg s'impose à nous et 
en d'autres termes : Différentes espèces doivent en nourrir d'autres, ou, comme on dit 
vulgairement, l'une dévore l'autre, et même plusieurs pour exister ; chaque espèce est 
donc obligée de produire un surplus de sa progéniture pour pouvoir exister aussi longtemps 
que le besoin s'en fera sentir sur la terre. Tout a été prévu, rien n'a été oublié, la marche 
de la masse vivante se règle d'elle-même, et si quelque part l'équilibre a été troublé, la 
nature s'aidera elle-même. 

Les brochets, les anguilles et autres brigands pareils ne sont nullement superflus dans 
nos eaux, et si l'homme n'a jdus besoin aujourd'hui des loups, des lions, etc., il n'en est 
|tas moins vrai <jue, dans les tem|ts passés, ils étaient nécessaires comme régulateurs par- 
mi le monde animal. 

Cette organisation du monde organique est beaucoup plus compliquée que Darwin ne 
I,a pensé. D'après sa théorie notre terre ne serait |)as encore peuplée aujourd'hui ; au con- 
traire, depuis longtemps déjà elle serait un désert. On voit aisément qu'il doit y avoir 
des proportions réglées dans le nom!)re des dillérentes esjtèces, avant ipielles puissent se 
mêler dans l'ensemble de la vie, que les espèces sont mises en oppositiiui les unes aux 
autres, et enlin (|ue des tâches tout à fait déterminées leur sont imposées. Le but quelles 
ont .i remplir est en tout cas plus élevé (jue leur anatomie et leur morpludogie, et les tor- 
de leur C(U'ps et de leurs membres sont adaptées aux exigences. Nous réservons la (jues- 
lion de savoir si le P/rror/ac^^?«,s constitue une transition d'où sont sortis les oiseaux, 
el si Vlchtyosaurtis en constitue une autre d'où sont sortis les poissons ; les condi- 
tions de l'existence auront, chez le premier, exigé des ailes. En étudiant les débris fossiles 
des êtres vivant à cette épo([ue, on ne voit pas le but et la lin de ces ailes, et bien nue 
tout le long de la création passe un 111 conducteur qui en manjue le développement, lil 
dont le commencement et la lin nous échappent toujours, que nous avons rattaché ca et là 
avec plus ou moins de solidité, si bien que nous considérons comme étant une vérité ab- 
solue que le règne végétal et animal se sont développés peu à peu, un être naissant de 
l'autre, — il est certain (pie nous nous trompons. — Lapparitimi de l'homme n'est pas la 
suite du développenuMit morphologique des espèces, mais bien la suite de toute l'économie 
de toute la nature. La mise en mouvement du globe terrestre avec ses milliards d'organis- 
mes, le fait de les nourrir et de les conserver indétiniment dans un ensemble harmonieu\, 
en un mot, toutes ces transformations qui se succédaient dans l'ordre des âges et de^ 
couches de la terre ne se laissent nullement rapporter, comme Darwin le fait, au seul acte 
de la création d'une cellule organique. 

Aberration, variation, es|)èce, tout cela n'est rien de positif, vu la diversité inlinie des 
circonstances et des conditions existantes. Uitzeburg, en naturaliste d'istingué, reconnaît 
lui même, qu'il ue sait i)as ce (pie c'est ([ue l'espèce, et comme nous avons essayé d'é- 
claircir son origine, nous en sommes arrivés, d'après la théorie de Darwin, à la lin du dix- 
neuvième siècle à ne plus pouvoir distinguer l'homme du singe, e( cependant si nous 






ouiisidéi'oiis la fclliilc la |>lu> siniplc, par cxt'iuplo le l'ermont, que l'Iioninie a déjà connu 
cl manipulé il v a (iOdO ans, nous n'en avdiis pas encore obtenu une nouvelle forme; le 
ferment est, a toujours été ci restera toujours le même. 

Finalement Toiateur parle des parasites produisant des épidémies parmi les chenilles 
[Bacillus iiionachœ, I^aciUiis B). Il dit ()ue d'ajm's les recherches remanpiahles de lu 
station expérimentale autrichienne, on ne peut en attendre aucun secours certain. Ce n'est 
pour le moment tpiun sujet d'expériences pour les savants, et les pralicieus, surtout les 
silviculteurs, ne ]>euvenl en tirer aucun parti, car il est impossible de (iroduire et de sou- 
tenir une épidémie parmi les chenilles. Au commencement de la (ienése, Moïse dit : Vous 
reconnaîtrez comme Dieu le bien et le mal "; mais le poète romain a déjà écrit : Tanten 
inolis erat — et les chenilles restent toujours réfractaires. La dévastation des chenilles et 
leur exterminalion resleul, vu la diversité des conditions existantes, un i)roblénie ouvert . 
Nous pouvons cependaut éli'e assurés que, pendant une invasion d'insectes, la nature avec 
ses IchneunKHis, ses Dracoiiides, ses l'téromalines, ses rroctotriipides, ses iachinaires, etc. 
ne nous laisse jamais en défaut. Nous autres silviculteurs, nous trouvons plus |)rati(iue de 
conduire de bonne iicure les ai^resseurs dans la lutte (jue de chercher des champignons 
parasites. 

Ratzeburg, eu bon médecin, nous renseigne comme il suit : Les larves parasites vivent 
d'abord du liquide érugineux de la cavité abdominale et ne molestent pas l'hôte. L'altéra- 
tion se produit seulement si la larve du parasite n'a plus assez de place ou s'ils sont trop 
nombreux. Probablement (|ue le système nerveux est d'abord seul molesté, il s'ensuit une 
paralysie des chrysalides et ensuite la décomposition des intestins par les microbes. 

l'eut être le Dr. Ilnirmann de l'iatisbonne aurait-il remporté sur M.l'.alzeburg la palme 
((ui jusqu'ici appartenait cxclusivemcnl à ce dernier, s'il avait participé comme bactério- 
logue et comme enlomidoi^ue à l'élude du développement des mici'oorganismes et de leur 
influence sur la marche de l'invasion de la nonne pendant la période triennale. En 18 iO, a|)rés 
les ravages de la nonne, le débat a été conduit philosojihiquement, en recherchant la cause 
et les suites ; d'un côté on faisait grand cas des insectes auxiliaires parce ((u'ils étaient la 
cause de la lin de la calamité, landisque tes adversaires de celte théorie ne voulaient pas 
reconnaître rintlueuce attribuée aux ichneumons, iirétendanl qu'ils n'étaient que la con- 
séquence d'une trop grande apparition d'insectes. 

Dans ces derniers temps, après que Ratzeburg a ob:?ervé que beaucoup de chenilles 
meurent, sans produire des ichneumons et que J. Rolle la démontré chez le ver à soie, 
doue après un 'demi-siècle, les R-bacilles onl donné lieu à de grandes espérances, cepen- 
dant la (|ueslion reste entière et on dépensera encore des centaines de mille francs pour 
résoudre les deux (pieslions princii)ales : doit on ne rien faire contre les dévastateurs 
des forêts ou peut-on avec liuil entraver la marche de la nature. 



LE SYSTEME TARSAL 
Etude d'Entomologie systématique 

par Conslanl lloi i.iii:uT. 

I »mi cur rs-.sci("nc('s. 
IIN :M 
■ - I PENTAMÈRES. — 

l» Carnassiers. — l.'importanle famille des Carnassiers : (iicindelides, Carabitpies, 
llydrocanthares (incl. GyrLnides). est composée d'insectes fort nombreux qui, malgré la 
diversité de leurs habitudes, possèdent entre eux lesallinités les plus étroites ; elle n'offre 
pour ainsi dire pas d'exceptions aux caractères des tarses ; il est vrai que le i- article 
s'atrophie normalement aux deux paires de pattes antérieures dans la tribu des llydropo- 
rides, mais l'atrophie n'est jamais complète dans nos espèces européennes, l'article en (|ues- 

1. \v!l 1. il' 1. 



— Lo- 
tion restant siniplenienl caché tians récliaiicrure du truisicine ; poiirlaiit la tlisp3riti(Mi de 
ce 4'" article riidimenlairc se réalise délinitivement, dit-on, chez un Culéoptère 1res rare 
découvert en 18il i)ar M. Uabington (') aux environs de llio de Janeiro, c'est le curieux 
genre Desinopachi'ia, qui ne comprend ([u'une seule espèce D. uitiiln. che/. la([uelleies 
tarses postérieurs sont formés de (|uatre articles seulenienl. 

Chez les tivrinides qui hrent longlemi>s partie des Ihihocanlhares, et ([uErichsou en a 
séparés avec juste raison (-), il n'existe pas d'exception coiMiiie, bien que les articles de 
leurs taises « soient presipie confondus )i. 

Dans le |)elit groupe des l'aussides, etahli |)ar Westwood et que Ijurnieister con- 
sidère comme interuK'diaire entre les Carnassiers et les IJrachélytres, on trouve deux ex- 
ceptions intéressantes ; c'est <ral)Drd le genre Hijl:)lniii6 puis le singulier I.cbiodci'iia 
Gori/i, de Java, (pii sont de véritables Tétraméres. 

2» Brachélytres. — L'immense famille des braciiélytres, plus connue aujourd hui 
sous le nom de Staphyliuides ([ui lui a été inq)osé par Ericlison, fournit l'objection la 
jdus forte qu'on puisse élever contre le système tarsal. 

En eflfet, à côté de la majorité des genres qui sont pentamères, il s'en trouve plus de 
([uinze dans la seule tribu des Aléocharides (|ui sont liétéromères, mais des liétéromères 
renversés comme la dit Erichson, c'est à dire ipie leur formule larsale est (4. 5. Tj,) et non 
(5. 5. 4.) comme chez les Ténébriimides. Ils possèdent, comme on le voit, quatre articles 
aux tarses antérieurs et cinq aux deux paires i)ostérieures. Parmi les plus connus on peut 
citer les genres ; Auialia, Fala(iri((, Myrint^duala, Bolitochara, Hoinalota, Dl- 
iKU'da, Loinechasa, Eunjusa, Placusa, Tachyasa, Gi/rophœna, PcUusa, etc. 

D'autres Aléocharides sont franchement tétraméres ; leur formule larsale est (4. 4. 4.), 
tels sont par exemple les Oliiioia et les Dir/iossa. Dans la tribu des Tachyporldes, un 
genre est hétéromère renversé, à la façon des Aléocharides signalés ci-dessus, c'est le genre 
LaiH[;rinu:^ ; deux autres sont de véritables tétraméres, ce sont les IljjiiocijiJius et les 
Taiiijfincl/nis. 

Les Slaphyliiudcs et les l'cdérldi's, (|ui sont à notre avis, les [»lus élevés des Drévi- 
pennes, sont tous pentamères; ce caractère est remaniuable. l*ar contre, prestjue tous les 
(Ixytélides possèdent des tarses trinières, par exemple les Bledius, Plctijsthetliiis, Oxij- 
tclas, rhla-oims, Trufia/)hl(i'r(s, Ajioccllds, etc., et chez les Protéinides, deux genres au 
moins sont également Irimères, ce sunt les Micrope/ilus et les Gbjptoina. 

T>" Serricornes. — l'our Lalreille, la famille des Scrricornes se composait de sept 
tribus ; les lUiprestides, les Elatérides, les Cébrionites, les Lamityrides, les Mélyrides, les 
rtiniores et les Lime-Ddis. Il est très i-emarquable de constater (lue, dans le nombre im- 
mense des espèces (jui conqiosent ces sept tribus, très peu en réalité font excei)tion aux 
règles du sy^lème tarsal, surtout si, à rexenq)le de l.atreille, on rejette |>armi les Clavi- 
cornes, les Clérides dont ((uek[ues espèces sont tétraméres ; il ne restera plus guère que 
les Dascyllides (jui présenteront (pielques espèces subpentamères. Toutefois les Insectes 
les [dus aberrants de cette famille, ceux qui paraissent les moins élevés en organisation 
{Atractocerus nccijdaloidcs) possèdent des tai'ses normaux à 5 articles : ce fait est 
aussi très remarquable. 

i" Clavicornes. — La famille des Clavicornes, telle (|u'on la délinit aujourd'hui, 
com|)rend des Insectes à tarses varia])les, mais qui sont en grande majorité pentamères. 
Dans la tribu des Silphides, toutes les espèces possèdent des tarses de Ti articles, à l'excep- 
lion des Adclo/)S, petits insectes d'Europe vivant dans les grottes ou sous les feuilles 
tombées, et (|ui sont liétéromères renversés à la façon des Aléocharides. A la tribu des 
Anisotomides est aussi rattaché le Cluiiibus arniadilio, qui formait autrefois la classe des 
Monomères, bien que ses tarses soient en réalité composés de ijuatre articles. Des tarses 
triniéres s'observent de même chez les Trichoptérigieiis. 

Les llistérides possèdent les mêmes habitudes (jue les Silphides dont ils sont d'ailleurs 
très voisins |)ar l'ensemble de leur organisation ; toutes leurs espèces sont peiilanH''res, 



(I). lîMliiiigloii. - '/■/■((/(*•. ciiloiii. Soc, Lointros, I8il. 

('1). Lriclisuii. - Die lui/a- i/cr Mari, üiundaibunj. l«38-ü',i. 



— 26 — 

>>;uif iiiu' uiiwinc cl Ires renianiuahle exco|»li()n, cesl lei^onre Acritiis ^\^n est un vèrUahle 
liét«M-(ini(''ro noniuil (."). 5. 'i.) ; celle parliciilaritc s'observe égalenienl ehe/, les mâles de cer- 
tains Mlidiilaircs (|ni ont conservé les lial)ilu(les et le faciès des Slaphylinides, le i'^ art. 
des tarses postcrienrs s'atrophie de plus en plus. 

Chez les Troüosilides, ce n'est pins seulement le 4'' article des tarses (tostérieurs «|ui 
s'atrophie, c'est le |)reniier (|ui disparaît à toutes les jambes, de sorte (|ue ces insectes de- 
viennent létramcres. 

bans la curieuse famille des Cucujides, on trouve une disposition très intéressante : 
les tarses sont pentamères chez les l'emelles et hétéromères chez les mâles; il en est par- 
lois de même chez les Cryptopliagides, tandis (|ue les Lalhriidiens, (|ui sont très voisins, sont 
trimères sans exceplion dans les deux sexes. 

Le groupe des !>erniesliiies ne présenle i)as d'exceptions au système larsal ; toutes ses 
espèces sont r'ranchemenl pentamères et il en est de même chez les Üyrrliides cpii leur sont 
étroilemenl alliés. 

."•" Palpicornes. — Les i'alpicornes de Latreille comprenaient seulement deux sections: 
les lly(hi)philcs et les Spiiéridics ; bien cpic le i)remier article des tarses |>ostérieur soit 
souvent très court et en |)artie caché par le deuxième, l'atrophie complète n'est qu'une 
exceplion et l'on peut dire (pie toutes les espèces de cette famille sont normalement 
penlamères. 

(>» Lamellicornes. — l'eu de familles présentent des caractères aussi généraux et 
aussi i)eu variables (jue celle-ci : la structure des tarses est également des plus lixe ; on 
trouve (piel(|ues rares exceplions cliez les Scarabéides seulement, car tous les l'eclinicornes 
sont pentauières. 

Voici les trois seules exceptions l>ien conslalées : 

1" Le geiu'c Dcndvopa'itinii ((loprides) dont les tarses anlérii'urs sont nuls dans les 
l'emelles et télramères chez les mâles 

-'" Le genre Sca/)(obius, <loul les espèces i)os.sedent des tarses penlamères chez les 
l'emelles et telramères chez les mâles. 

"i" Le genre Trichoplns dont tous les tarses sont trimères. 

Bien (pi'elles ne soient pas nombreuses, ces exceptions sont remarquables en ce sens 
(|u elles conlirmeiit une loi qui paraît générale, à savoir cpie lursqu'il existe une hétèro- 
nirrie rii/ir les Insectes des deux; sc.res, c'est toujours che::: les mâles qu'on ob- 
serre les plus tjrandes niodi/icalions des tarses {('ucujides. Scaptobins, etc.!. 

Lnlin je iie<loispas quitter le groupe des l'enlamères sans rappeler (|ue la familie laut 
di.sculée des l>(^stri(hi(les, possède des tarses distinctenient formés de cin(| articles et (pi'il 
est fort surprenant (|ue Latreille les ait, malgré cela, classés parmi ses Télramères. 

Kn résumé, on voit que les exceptions au système larsal sont nombreuses et excessi- 
vement variées dans la section des renlann''res. 

II" HÉTÉROMÈRES. 

Au point de \ ne du caractère des tarses, la grande série des Heleronières présenle une 
liomogMiéilé remarquable. Ouel (|ue soit le rang (pi'on lui assigne parmi les Coléoptères, 
elle reste is(dée et forme un tout parfaitement délimité, (|ui .se laisse ditlicilement raltaciier 
aux autres groupes, (.»nebpu's-uns de ses genres, il est vrai, ont été reportés dans la fa- 
mille des Colydiens, mais il na jamais été posiiide d'y intercaler des espèces (|ui ne .sont 
pas hétéromères à la façon des siennes, c'est à dire dont la formule tar.sale ne soit pas (a. 5. 4.) 

In seul genre fait exceplion à cette règle générale, sans toutefois cesser d'être hété- 
romère, c'est le curieux Hetcrotarsus de la famille des Ténébrionides, dont les tarses 
antérieurs et moyens sont formés de quatre articles, tandis que ceux de la paire de pattes 
postérieure en possèdent trois seulement. C'est, si l'on peut s'exprimer ainsi, nn h'Huro- 
ntère aboissé : sa l'oi'inule lursale est devenue (5. 't. ."..). 

III" TÉTRAMÉRES. 

Ce groupe constitue, comme on le sait, les Subpentanières de Westwood. A côté des 
Uliynchnpliorcs cl des Longicornes, qui sont des familles parfaitement mtturelles, Latreille 



iivait placé plusieurs auli'es familles (|ui oiil ék- coinplèteim'iil dcmeniiu'ct's depuis ; tels 
étaient, par exemple, les Xylophages. les Platysomes et les Eupo<les. l,u famille des Cur- 
culionides n'offre ([u'une seule excejition apparente et bien nette au système tarsal, c'est 
celle du genre Drijophflioriis, dont tous les articles des tarses sont parfaitement déve- 
loppés et qui est par consripient francliement pentamére. 

D'ailleurs, si l'on considère rensenil)le des [caractères fournis par la mor|)liologie ex- 
terne, on trouve que tous les passages existent entre les différentes familles actuellement 
considérées comme sul)pentamères, et cet ensemble forme un tout possédant une homogé- 
néité comparable à celle des llétéroméres. 

La famille des Tricténolomides présente une aberrance remarquable; d'après leur or- 
ganisation, ces insectes possèdent, comme on le sait, tous les caractères des Longicornes 
de la tribu des Prionides; cei)endant leurs tarses sont hétéromères à la façon desTénébri- 
onides. Les nombreux auteurs qui se sont occupés de leur histoire ont ap[)récié leurs afti- 
nilés de façons bien différentes ; R. Gray les considérait comme des bucanides, Smith en 
fit des Cucujides ; Solier les rangea près des Phrcnapatcs, dans les Hétéromères ; enlin, 
Thomson prit le parti le plus simple, il en lit une famille à part sous le nom de Subec- 
rambijcides. 

Les véritables Cérambycides ne jn'ésentent pas d'exception au système tarsal, ils sont 
tous nettement subpentaméres. 

IV» TRIMÈRES — DIMERES et MONOMÈRES. 

Les Coléoptères cpii forment la section des Trimères ou Subtétramères, sont les Cocci- 
nellides ou Aphidiphages de Latreille et les Fongicoles ; cette dernière famille a été de- 
puis longtemps supprimée. 

J'ai déjà dit ((ue les l'sélai)liiens, qui formaient autrefois la section des Dimeres, sont 
en réalité trimères: (1. Huméril, pour rester dans le principe du système tarsal, les avait 
en eilet classés parmi ses Trimères, ainsi que les Clavigéiides, mais on sait aujour- 
d'hui (pie ces deux familles doivent être rapprochées des Staphylinides, et ne sont, en 
réalité, que des formes abei-rantes de la giande section des pentamères; par conséquent, si 
à lexemide de Lacordaire, on ne sé|)are pas les Clavigérides des Psélaphides, on trouve 
chez ces derniers trois fornmies tarsales différentes : 

<'l«ici<icr (."». ô. 5.) Trimères. 
AiiKiui'ops [-1. '2. 2.) Dimeres. 
Adranc^i (1. 1. l.i Monomères. 

Ces deux derniers "genres seraient de véritables Monomères et de véritables Dimeres 
selon la pensée de Latreille, mais le célèbre promoteur du système tarsal ne les connaissant 
pas, puisque le genre AiiKdirofis n'a ete créé par l'airmaire (pi'en 1852 (') pour une espèce 
découverte en Sicile, et le genre Ai/raiirs en 18i8 (^j, par Le Conte pour une seule espèce 
{A. rœctis) trouvée sur la montagne de Jona, en Géorgie. 

La tribu des Monomères de Latreille, comme on le sait, n'avait été établie tpie pour 
un seul coléoptère, déconvert par M. Leclerc de Laval et nommé Dci-iiicstes arinadilius 
par de lieer ; on croyait que les tarses de cet insecte n'avaient (ju'un seul article, mais on 
a reconnu depuis qu'ils en ont (piatre en réalité, et on a reporté l'espèce dans le voisinage 
des Corylopliides et des Silphides aberrants, à côté des Loricastcr et des Calijptomcrus, 

Un voit donc, en résumé, que le système tarsal, bien (|ne pouvant s'appli(|uer à un 
très grand noml)re d espèces, ne peut pas être considéré connue un cadre absolument gé- 
néral et naturel. 

Cependant, de tous les systèmes artificiels, c'est sans contredit le plus ingénieux et le 
plus commode ; s'il lui est impdssibh' de représenter d'une fa(;on i''igourense les aflinités 
de tous les groupes de Colé()i)tères, il peut, dans la pri'tique, rendre de grands services aux 
débutants et il ne mérite pas le dédain avec le([uel beaucou[) de praticiens alléctent de le 
t raiter aujourd'hui. 

C. Hol i.nr.iiT. 



fij l'ai [■! IUI iro — .!/(.//. df lu .S'/c. t'iilniii. de yncitcv. IH'rl. 

(2) Lr. CoiiU- .- JoHi-iKil .//• luilanil. Ilishn-i/, Uostmi, t. Ni. l8i.S. 



— 28 — 

Notes sur la Faune entomologique piemontaise. 
III. BLATTIDiE. ( ) 

Dr. Âcliillc (iiui I iM. 



Auciino l)laüiiie n'osl inili(|iu't' du l'iéiiioiit, ni |>ai' l'iscliêr (7), ni par Hrumior ('2, 5), 
ni par GliLIiani (S), ni i)ar Pirolta (13, ou par Malfatli il). Seul Allioni (il cite dans sou 
,, Manipulas ", la BUithi, l(ti>j>onica comme vivant près do Turin. Les espèces de cette 
famille, bien que nikliocreiniMit nombreuses. ;saut cependant très ré|»audues dans le Pié- 
mont, comme on peut le constater par les collections du Musée Zoologi(iue de Turin qui 
ont servi principalement à mes études. (!e sont le^^ suixantes : 

1. (.en. ECTOBIA Westwuod. 

E. lapponica. 

Hl.ntia (ap/jonlta - Linné (10), {>. 088. - Fabr. lO), p. 10. - Allioni (1), p. 18!). - Fis- 
cher (7), p. 105, Tab. VII, f. 15-15. 

Krtobia la/i/iunica - Brunner [i], i». 55, T. 1, f. 1. - (5), p. 51, T. 1, f. 7. 

Conmiune et abondante partout. - Colline de Turin, Erc/iio, Val [d'Aoätr, Alpes 
picown'aiscs. Bois de Stnpinifji (Bonelli) - Mont-Cenis (tiliiliani) - Ossoln, ('eresolc 
Reule (Camerano). 

\o.r. - Cette espèce présente souvent, dans le Piémont, la partie médiane du ju-ono- 
tum largement roussâtre au lien d'être nuire, mais bordée de noirâtre; sur les côtés exter- 
nes. Cette variété, (jui nest pas exclusive au I'iénu)nt, porte dans le catalogue manuscrit 
de IJonelli le nom inédit de var. dis/nfr. Aucun auteur, (jue je sache, n'a donné un nom 
particulier à la variété susdite et il mesemitle (pic l'oni'peut adopter cette dénomination 
choisie par lioneili pour la dislinguei' scienliliiinemeiil de l'espèce typiipie. 

E. livida. 

JUattd livida - Fabr. lO), p. 10. - Fischer (7), p. 107, T. VII, f. l(i-18. 

Ectobia » Drunner l'i), p. .V.). -(5), p. 55. 

Aussi commune que la précédente. - Encirons de Ttiiin (Bonelli) - Piémont (Chiliani) 

E. ericetorum. 

lllxita ericclorain - We^macl (15), p. 587, T. 1, f. i>. - Fischer (7), p. 110, T. VII, 1'. 
lO-'iO. 

Kcfohia ericetorum - Brunner ("2), p. 58 - (5), p. 5i. 
Beaucotq» moins fréquente. - Piémont (Ghiliani). 

2. Gen. PERIPLANETA Üinnn'ister. 

P. orientalis. 

lilidla (.rirntalis - Linné (10), p. 088. - Fal)r. (fl), p. 0. 

Periptaneta » - Fischer (7), p. lli, T. Vil, f. '2'j-2H. - Brunner (-2), p. 'l'ICt - (5), 
p. iO. 

Espèce très connue : conunniic parlout. 

\(ita. - ,1e n'ai |>as a|)pris (pie la PInjllo Irnmia ijermanica ait été encore recueillie 
dans le l'icmont. - Même dans la Lonibardie, elle parait très rare, et l'irolla la cite seu- 
lement (In c.uilon du Tessin. 



('•,. - Voir : Oïliflln-i île! l'innonle : r« /.onisliili - lioliclt. dri Mus. <li Z.kiI. <> AïKil. ci.iiiii.. Ti.ii- 
lio, 1S!i:f, \nl. Vlll, nu 141. - //" r.riiruri. Iludcin. ISM:!. ii" l.Ml. 



— -20 — 

IV. ŒDIPODIDiE. 

De cette iniporlanle sous-t'aiiiille des acridiens, quelques espèces soûl iuiliquées connue 
vivant dans le Piémont par ([uel(iues auteurs. Ainsi Allioni (1) décrit le GrijUua J'asciatuä 
qui correspond iiVŒclijJodu cœralcsccns, et\e Gr. ccerii/eus, qui, avec moins de certi- 
tude, peut se rapporter au Sphingonotus cvruians. Pirotta (15) indique de cette pro- 
vince le Pachijti/lus cincrasc('iis,l'Œdipoda insubrica, l'Œdipoda niorofasciata, 
l'Oe. ccrulcsccns et l'Oe. stridula ; Malfalti (11) signale comme abondants sur les flancs 
du Musiné VOfdalcKS nifjroj'asciata^ et le Sphingnaotuf^ cfcrulans, cite ensuite du 
Musiné et du Monteroue le Ctyphyppus eœraleseens. Fischer (7) cite aussi du Piémont le 
Pachijtijlas ciiiercosccns et le P-. nifiro/'ascintus; ensuite Brunuer (">) iiidicjue seule- 
ment le Psopfiiis stridiilus connue vivant près de Turin. En 1874(;ijiliani (8) trouva à 
Sangauo Vue. insubrlcd, l'Oe. J'osrlafa etloPac/i'jtijliCi nigrorascuitus. 

.le donne ici le catalogue synonymique de toutes les espèces de ces Acridiens liahilani 
le Piémont et que j'ai étudiées princi|)alen)ent dans les collections du Musée Zoologique 
de Turin, 

1. Gen. SPHINGONOTUS I ieber. 

S. cserulans. 

Grulins (Locustd) tn-rtilans - Linné (10). |i. TOI. - ral)r. (0», p. ."iS. 

! n cœruk'ns - Allioni (1), \>. lilO. 

Ocdipoda cœrulans - Fischer (7', p. 400. 

Sphinfjonotus » -jMalfatti (11), p. 512. Brunner (5), p, 150. - Sauss. (5), p. 200. 

Très commun. Environs de 7'»r//i (Bonelli) - Musiné (Malfatti) - Aciçilionia {^en). 

2. den. ACROTYLUS Fieh. 

A. insubricus. 

Grijllus insubricus - Scopoli (14;, p. Oi, T. XXIV, f. e. 

Ocdipoda insubrica - Fischer (7), p. 402, T. XVIII, f. 1-5. - Pirotta (15), p. 28. - 
Ghliiani (8), p. 97. 

Acrot'jlus insubricus - Brunner (5), p. 1.j3, T. V, f. 5i. - Sauss. (3), p. 188. 
Piémont (PiroUa; - Encirons de Turin (Bonelli) - Sanjano (Ghilianij. 

A. longipes. 

Ocdipoda loi}'jip:>s - Gharp. (i), Tal). 54. - Fisclier (7), p. 4üi, T. XVIII, f. 4. 
Acrotylus » - Brunner (5), p. 157. -Saussure (5), p. 191. 
Acridiuin clcgans - Bonelli, ined. 
Encirons de Turm (Bonelli). 

(X suivre). 



Petites Nouvelles. 



— Comité d'études. — Nous avons le plaisir d'annoncer à nos lecteurs deux adhésions 
nouvelles, celle de M. Valéry Mayet, le savant professeur de l'école d'Agriculture de Mont- 
pellier, bien connu de tous nos lecteurs et celle de M. l'abbé J. Kieffer, professeur au collège 
de Bitche, dont les intéressantes études sur les Cècidyes et les Gécidomyies ont été trè^ 
remarquées. 

M. Valéry Mayet clioisit comme spécialité la Biologie des Insectes, et M. J. Kieffer se 
charge de la détermination des Cicid/jes et des Cécj/donu/ies. 

M. Ernest André nous informe en outre qu'ayant étendu l'étude des Mutilles à celles 
du Monde entier, il se chargera désormais de la détermination des Eorrnicides et des Mu- 
i m ides du globe. 



Ouvrages d'occasion. 

Desiderat(( . 
Cremminger & de Harold. Catalogus Coleopterorum hucusque descript., 12 volumes. 



— 50 — 

Échanges, 

M. Pic, à Digoin, (S. et L.) France, offre [»lus de ÔOOO espèces de Coléoptères de Fraoce 
des Alpes, d'Kgypte et surtiml d'Alj;érie), parmi les(|uels : Dlajis Wiciliiianni, Crcjp- 
ticus (cnictensis, tonsllis, MicroHÙtus insùjnipctin. sp., iuiiiidus, CnciiUa Fauë- 
ti, pilosa, Osphia œneipennis, Pentarui alxlcroidcs rdiob., Eiiienndia larcata 
et \AV., Zonabi'is fiHd'iJCS, 20-piiiich>i(i Hc, '''>r./iia lata, Diaphoccrtt He/n- 
privhii, Lagorina ruhrioonirls, Sicnni in diialis. .\l<ii;i-a1ria Lr/irir/ni. Xolti- 
■t'iis Ariäfidis Vie, 3-notatus (Chine), cluddinis. Ics1((i-i>us. Mccijinddi'sus Mol- 
Ijjl, Triiquii, scinicincfus, hison, Far/iiici/niis (■i/(iiin/)tcrus,(ibsi-ui'{is Vie (Java), 
Lcptateus delicatulus, Anihlcus ()/)iiciilii.<. llduttiKuni Pic, Thcr/fiVic, Hcnoni 
Pic, hicarinifroits Pic, AbcUl ci Pic, tcstaccuhiaciatiiö, adiuirabili.H n, sp,, Cho- 
buiili Pic, Daiiflii i'ic, Vif mua i i'ic, Vos.ieicri n, sp., incariutcs var,, in fi lia lis 
Pic (Chine), OclUeaoinuö bicitlalas, Chilona œ/juptiaca Pic, Otiurhijnvhua sc- 
iif'cr, meridionalis, veiilralis, Sciaphilus sulcii'oslris, Scythi'opus\cedri, 
contre des Anlhicidcs, Xylophitides ou Ptinides du Glol)eel l)onnes espèces d'Eu 
nipe i'ieivcii, en Dcr/nestides, Eiiinolpidcs, Mijhdiridrs {Zonabri'i) el Lon;//- 
(■(iriit's principalenicnl. 

M. P. J, Roelofs, rue Van Straelen 10, Anvers, désire enirer en relations déchan- 
Ses pour Coléoittères d'Eumpe, spécialement Staplivlinides. 

M, J. Blanc, rue Entre-les-2 Portes 26, Epinal (Vosges), offre Coléoptères et Lé- 
|»ido|)tères exotitjues et européens contre d'autres bonnes espèces et contre des tim- 
bres-poste. 

M. le baron A. Bonnaire. 114 rue St. Merry, Fontainebleau, possède de nombreux 
doubles de (icdcoptéres rares ou inléressauls de la faune paléarctique et du pourtour 
méditerranéen, Denuuide d'édianges contre Coléoptères de même provenance. — Prière 
d'envoyer listes auxiiuejlcs il sera répondu selon leur importance, 

M. C. F. Lange, Annaberg, Erzgeb., Allemagne, offre 800 espèces de Coléoptères, 
parmi les(|nelles beancoiii» de raretés, contre rares Coléoptères, Hémiptères et llymé- 
noptéies. on (•i>ntrc Iclinenmonides, louisscurs et mouches à scie, non déterminés. 

M. Hog Kinson à Ashton sur Rible (Angleterre), offre en (|uantité des Microlépi- 

dopléies. Meinande/ lisle.' 

M. Henri Gouin, 99, Cours d'Alsace-Lorraine, Bordeaux, désiie échanger ses 
douilles en (;(di'op(eres contre des hiules \ilrées grand t'ormat. Iteyrolle ou Cuyon, ou 
UM'un- AU besoin çonlrc des boîtes petit format, vilrees ou non, 

M. J. Blanc, rue Entre-les-2-Portes, 26, Épinal, Vosges, offre : CiciiidtdaJUwu- 

n.-n. l'i'llciicri : Sc((riti/s 'liijds, siridiiis ; (ird/i/iijitmis lifcttiosus ; Aiithia (1- 
ipiildta. lU'iKilitr ; Jidudis albopiUisa, seUJciisiä, onopordi ; Aciaœodera pilo- 
sii : A. i-apiilaris ; Anthuxia incidta ; Thorectes juinclicolUs ; Sepidii/nt AW/;/- 
lu'i'i ; BIfips Kiniindi ; Mijlabris Icnebrosa, ju.<j(itorla K etc., etc. , contre d'autres 
coléoptères et conirc des timbres-poste. 

M. Fried. Sclineider, Finsterwalde, Leipzigerstrasse, 11, Allemagne, désire «les 
plantes utiles et leurs buits. Offre <'n éclianyedes plantes d'Allemagne et de Suisse, des 
(^oléopieieset Lépidoplèi'cs de tous les pays, des monnaies et des tindires-poste. C<H'res- 
pondance en français; anglais et hollandais, 

M. R. Fritsch, 30, faubourg Rivotte, Besançon, offre: Par. Apnlln, Boni. Idtu:-:- 
ii-(s, Craurgi, Xfiist rid, Pnpidi. Qt(('r<i(s el 'J'ri/'olii, Orij . Gonoä(i(jni((. Lds. 
Treiii'ilijoiia et Qiterci/olift, Cal. Dumiiudd, Chcl. Caja et Villicu, en échange 
d'autres espèces de lépidoptères. 



n — 



Anthicides, Xylophilides, 

PTINIDES 

M. Maurice PIC, à Digoin (Saône-et- Loire 

demande à acquérir par voie d'échanges ou 
d'achats des Anthicides. Xylophilides et Pti- 
nides {Bri(chus) du globe, déterminés ou non. 

Il offre en échange plusieurs Anthictts du 
globe, décrits par lui, avec de noniljreuses rare- 
tés (surtout des Alpes, Algérie, Egypte) dans di- 
verses familles de Coléoptères, beaucoup de Lon- 
gicornes et quelques insectes de divers ordres (Hé- 
miptères, Hyménoptères etc.) provenant de Chine 
ou d'Algérie principalement. 

M. Henri Caillol, avocat, 
rue Traverse-du-Chapitre, 18, Marseille. 

désire acheter ou éclianger contre des Coléoptères 
français des 

BRUCHIDES (Mylabrides) et UROMIDES 
du globe. 

déterminés ou non, ou même non préparés (dans 
la sciure). 

11 désirerait également se procurer des gousses 
et graines contenant des larves de ces insectes. 

Forstcommissär Josef Gold 
inTrautenau, Böhmen, Autriche, 
bietet Tachinarien und Œstriden gegen 
Tausch oder Kauf an. 

NÉVROPTÈRES 

On demande ù accjuerir par voie d'éoliange ou 
de vente, les Odonates suivants d'Europe : 
Epithoca bimaculata «Se metallica, Orthetrum 
nitidinerve, Gomphus flavipes, Lindenia te- 
traphylla, Œschna borealis, Calopteryx an- 
' cilla, Gomphus flexuosus,Agrion ornatum, 
ou des espèces Australiennes. 

On donnerait en écliange : 

Oligoœschna Modigliani 
et beaucoup d'espèces rares. — S'adresser à 

iy|. Martin, avQcat, au Blanc, Indre, France, 



Doubletten-Liste 

über palajarkt,, COLEOPTEREN 

versende auf Verlangen. Auch Exo- 
ten Verzeichnisse. Hoher Baar-Rabatl. 

Hugo RAFFESBERG, 

Podhragy, Post l'rasicz, Ungarn. 

Dr A. J. F. Fokker 

à Ziérikzée (HOLLANDE) 
désire acheter ou échanger des 

Hémiptères Hètéroptères 

d'Europe nn'uidionale, Algérie etc 

Fried. Schneider 

Finsterwalde, Allemagne, 

Leipzigerstrasse II. 

désire acheter ou échanger des 

Plantes utiles 

de tous les pays et leurs Fruits. 
Offre en écliange : 

Plantes d'Allemagne 

et de Suisse, 

LÉPIDOPTÈRES et COLÉOPTÈRES 

de tous les pays, MONNAIES, 
TIMBRES-POSTE. 

CorresjxinddHcc cnj'rancais, an 
glals et hollandais. 

DesColéopt- europ. 

déterminés sont à disposition contre 
paiement tomplant avec un rabais 
de 70% ou en échange contre Coléu- 
ptères plus rares, europ. et exot. 

C. KELECSENYI, 
Tavarnok, Hungaria, 

Via N. Tapolcsàny. 

Mr le Dr Jacobs 

28, r. des Ursulines, Bruxelles. 

désire acquérir des 

Diptères européens 

de la famille des 
Taçhinaireç 



Filet à papillons 

de M. Graf-Krüsi 
Ce lilet eu tissu de soie très t'orl, horduro c 
»Mi^ (|uativ parties, appiieujjle à tout bàlon 
seul ((ui ait obtenu uu diplônic et nue 
Médaille de 1" classe 
à r<'X|)()silion de Vienne 
Manpie G an prix de 6 fr. la pièce 

K ,, .. „ 5 fr. .. ., 
Eiirci /raiifo. Pciuahle iraraiiic. 
Le eataloj^ue des Lépidoptères eiu-opéens el 
ques, est envoyé Irancu ;i (jui en fera l;i dei 

Graf-Krüsi. Gais, prés St Gall, Su 



-0 



n acier 
, esl h' 



cxoli- 

iiiaiidc. 

isse. 



M. Cotte Melchior 

Guide Naturaliste 
Aux Dourbes, près Digne, Basses Alpes, 

prévient les^ amateurs ([ui désirent aclicter des 
Coléoptères, Lépidoptères et Hyménoptères 

des Basses Alpes cpiil lenr en vendra à des prix 
ti'ès modérés. 

L'INSTITUT ZOOLOGIQUE 

W. Schlüter, Halle a. S. 

ALLEMAGNE 

a riionneur de recommander ;i \\\\. les Collec- 
tionneurs, Instituteurs vV Chefs d'étaijlissements 
scolaires ses ((nnptoirs dohjets d'idsloiie naturelle 
spéeialemeni de peaux, d'œufs d'oiseaux, d'a- 
nimaux empaillés, d'amphibies, de reptiles 
de poissons, de mollusques, d'insectes et de 
minéraux. 

Cataloi>ue s|teclal irohjels d'hisloire nat nielle 
pour renseignement . 

Instruments i- ustensiles |)onr la recherc.iie \' la 
|(r(''parall(in de tons les oUjets d'histoire natnrelli; \ 
Epingles, Cadres vitrés. Plaques de Tourbe 
de tonlc! i;randenr ; grand choix d'yenx artiliciel^, 
pour maniniiféres, oiseaux, jtoissons. 

Ateliers spéciaux pour le montage des oiseaux 
& des maniniiféres. 

Spécialité : ïéles de daims, de Chevreuils 
Ilnres de sanglier. 

Pri'jiarclioH S()i<jii(''(' cl firomptc. 
C\TM.(>(il KSCl'.AfIS |;t FiiANCo 

W. Schlüter, Halle a. S., Wuchererstr. 8 
Allemagne. 



LÉPIDOPTÈRES 

européens, exotiques 
MICROLÉPIDOPTÉRES 

CHENILLES PRÉPARÉES 

très soigneusement 

l'ilIX TIIKS AY.VNT.VCRrX 

H. Lhotte, naturaliste, 31, rue 

de Clichy, Paris. 

Noia. — (lu (l('/ia(ii(/c des cnr- 
rfspDudants puiif reccroir des 
Lépidoptères et des Chenilles 
vivantes iTrsprcft^ particiilif'rcs 
(la.f diO'creutc?: l'rijiotl^ ilc ht. 
France, ainsi que des exotiques 
en papiUnffes. 

M. Félix ANCEY 

9 rue Fargès, Prado Marseille, 
offre 

EN VENTE 

SES 

DOUBLES 

COLÉOPTÈRES, LÉPIDOPTÈRES 
HYMÉNOPTÈRES 

& COQUILLES 

GRAND CHOIX 

DE 

LÉPIDOPTÈRES 

européens et exotiques 

à des prix très réduits 

iwpii.i.oxs poi n r.\>)ui:s 

Chrysalides, Cocons,! Œufs de 
Lépidoptères. 

EMILE DESCHANGE, 

à Longuyon, (Menrihe et Moselle 



Le Dircctcui -aérant : C. Iîmithi: 



•Narbonne. — Imprimerie spéciale des „ MISCELLA.NEA E^^TOMOIOGICA " 



Comité d'études. 

(Suite) 
M. Couturier, à la Nerthe, par Saint Henry, (B s du Rhône). Coquilles marines, 

terrestres et lluviatiles du globe. 
M. H. du Buysson, Château du Vernet, par Broùt-Vernet, (Allier). Élaténdes 

d'Europe et des pajs coinins en Asie et en A fiu/jnc. 

Nous rappelons que tout encoi d'insectes aux membres du Comité doit être accom- 
pagn" de tmibres-poste pour le retour et an besoin pour la réponse. 

Man wird hiermit gebeten jeder Insektens^ndung an die Mitqlieder des Studien- 
Ausschusses das Franko fur Rücksendunri und nöthirjenfaUs J'iir Antwort beizulegen. 













Annonces 














La p; 

1/2 
1'4 
1/8 


Kß 


fr 


10. 
5. 
2. 
ï'. 


50 
2.5 




w 


N 
■ducl 


ote d 

Oii d 

d 


e 7 
nn 

Uli 


à 8 I 
tiei-s 
qiiar 


gnes 
pour 
L poui 


de 
les 

les 


26 letties, .W cent, 
annonces à l'année, 
annonces au trimestre. 



Anzeigen 

Die Selle Mli. 8 

1/2 « .. 4 

l'4 « « 2 

lf8 « « 1 

Anzeigen von 7 bis 8 Zeilen zu 2C Buchstaben, 40 Pf. 

Heduklion um ein Drittel für jährliche Anzeigen. 

« um ein Viertel für vierteljährliche Anzeigen 



POUR LES ABONNÉS: 
Rrductioa — I a G insert, de la même annonce 25 % ; 12 insert. 33 %% ; 24 ins. 50 % 



Les annonces sont payables d'avance 
par mandat-poste. 



Die Anzeigen -werden zum Voraus 
durch Postanweisung bezahlt. 



Correspondance 



Toute la correspondance doit être adressée à M. E. Barthe, 
professeur, rue des Fossés, 2, Narbonne, Aude, France. 
Nous correspondons en français, allemand, anglais, espagnol, italien et latin. Prière d'écrire très 
lisihlement et sur une feuille à part le texte des annonces. 

Aile Briefe sind zu ricliten an Professor E. Barthe, rue des Fossés, 2, Narbonne, 
Aude, (Frankreich). Wir werden correspondieren : Französisch, Deutscli, Engliscli, Spanisch, Ita- 
ienisch, iialeinisch. Es wird gehelen, Artikel oder Anzeigen möglichst deutlich zu schreiben, und 
die Anzeigen auf ein besonderes ßlatt zu setzen. 

N.B. ^^^^ payement doit se faire d'avance par mandat-poste ; nous n'accep- 
tons de timbres-poste que pour les petites annonces. 

Jede Zahlung muss in einer Post-Anweisung pränumerirt werden : Freimarken 
werden nur fur kleine Anzeigen angenommen. 

Les abonnements partent du commencement de chaque trimestre. 

Die Abonnemente gehen von Anfang eines jeden Vierteljahres ab. 



J. Desbrochers des Loges 

à TOURS Indre-et-Loire. 

l'ri\ courant de Coléoptères <i'Europe et Circa, d'IIémip- 
lères, dilyménoptères, de Curculionides exotiques. Aclial 
de Curculionides exotiques. 

liirection du Frelon, Journal mensuel d'Entomologie 
descriptive (Coléoptères). 
Prix de l'abonnement : 6 fr. pour la France et l'étranger. 

Bollettino del naturalista. 

14« année. 189 i. 
Journal mensuel. Abonnement 3 /fr. 
Contenant des communications et notes d'histoire na- 
turelle. 

Publie gratuitement toutes les communications 
et annonces d'échanges d'objets d'histoire natu- 
relle de ses abonnés. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



Histérides, Buprestides, 
CÈRAMBYCIDES DU GLOBE 

COLÉOPTÈRES AFRICAINS 

Mr. A. Théry 

à St. Charles, Algérie. 

désire acquérir les raretés lui man- 
quant en Histérides, Buprestides et 
Cérambycides d'Europe. 

offre, en échange de ceux d'autres 
Provenances et de Coléoptères africains 
de bonnes espèces algériennes et du 

globe. 



ÉPINGLES A INSECTES VIENNOISES 

Johann MÜLLER 

Vienne. Autriche, II, Circusgasse 20, 

recommande son assortiment complet des excellentes épingles blanches et noires, épingles camions 
épingles pour micros. 

Mon dépôt général pour toute la France se trouve chez M. HENRI GUYON Paris, 20, rue 
des Bourdonnais. 

Die liisektesi-Borse 

jetzt vereinigt mit der „Sammler -Börse" 




?^ 



üffertcnblatt ^ . 

; 1 im/îiensfe aller Samircl-!nle'««n|f^ 



^ v>- 




ist für „Entoniologou" ui'.d „SansinliT" das hervorragendste Blatt, welches wegen 
der belehrenden Artikel sowie seine)- internationalen und grossen V^erbreitung betreffs 
Ankauf, Verkauf und Umtausch ailei- ()l)jekte die weitgehendsten Erwartungen erfüllt^ 
wie ein Probeabonnement lehren dürfte. Zu beziehen durch die Post (ZeirungslisteNo. 3135) 
und die Verlags-Buchhandlung Frankonstein & Wagner. Leipzig, Augustusplatz 1. 
Abonnement bei Zusendung unter Kreuzband in Deutschland u. Üesterreich 1 Mk., nach 
anderen Ländern des Weltpostver.ons 1 Mk -iu Pin,. = 1 Shilling: '2 Pence =- l Fr. 50 Cent 



The „Entomologists Record" 

and Journal of Variation. 

Publié par J. W. TUTT, F. E. S. 
ABONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 

— Fll.VNCO — 

Cette Revue Scientilique mensuelle contient des articles 
d'un intérêt général pour les Lépidoptéristes de tous les 
pays et est illustrée de nombreuses planches en chromoli- 
thographie. 

Le montant de l'ahonnenient doit être adressé h 

M. A. J. Hodges, 2 Higbury Place London N. 

THE 

BRITISH NATURALIST 

REVUE ILLUSTRÉE D'HISTOIRE NATURELLE 

surtout d'Entomologie et de Conchyliologie 

nlIlir.KK l'AU .KIIIN K. UOltSON, V. K. S. 

Hart lop '>nl. A n g leterrr. 
avec la collal)oration de nombreux spécialistes. 

ABONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 
John E. ROBSONjHARTLEPOOL, Angleterre. 

Rivista italiana di scienze naturali. 

li« année. 1894. 
Journal bi-iaonsuol. Abonno/iirnt 5 fr. 
Contenant des mémoires illustrés et l'annonce de tous 
les travaux italiens sur l'histoire naturelle. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



M. CROISSANDEAU 

rue du Bourdon-blanc, 15, 
Orléans, ' 

désire acquérir par voie d'échange ou 
contre argent toutes les espèces de Psé- 
laphidae, Scydmenidae, Paussidœ 
et Clavigeridae du globe qui peuvent 
'intéresser, déterminés ou non. 

Il y a des doubles de|>lusde 5000 es- 
pèces Gallo-Rhénanes et Corses à la dis- 
position des entomologistes qui veulent 
entrer en relations d'échanges. 



On achète ou on échange 

contre des insectes les timbres de Fran- 
ce de 18 i8 àll'eflîgie de la Répuhlique 
(en particulier le timbre de 1 franc ) 
ceux de la Présidence et de l'Empire 
1852-1870) à l'efligie de Napoléon lll et 
ceux de 1870-71, République, non den- 
telés. 

Sa :rcssc:r an Bureau du Journal 



No 3. — Vor,, m. 



Année — III Jahrgang. 



1" mars i895. 



Miscellanea 



Entomologica 



Organe international 

contenant les demandes d'échange, d'achat et de vente de collections 

livres on objets d'histoire naturelle. 

Anzeiger von Tausch, Kauf und Verkauf für internationale Entomologen. 

Entomologist's international Adyertiser for exchançe, purohase and sale. 

Direction et Rédaction 

E. BARTHE, à Narbonne, Aude (France). 

Avoc la collal)oration de naturalistes de tous les pays. 
Mil A'itwirkung internationaler Entomologen. 







l,ps " Miscellanea Entomologica " paraissent le 1" de chaque mois. 
Abonnement annuel : Union postale, fr. 5. 
Die " Miscellanea Entomologica " erscheint am 1. jeden Monats. 
Jährliche Subscription : 4 Mk. — Annual subscription : 4 sh. 



Comité d'études - Studien -Ausschuss 

MM. Argod- Vallon, à Crest (Drôme). Longicornes et coléoptères cavernicoles du glèbe. 
A. Finot, 27, rue St. Honoré, Fontainebleau. Orthoptères du globe. 

F. Ancey, St. Loup, 138, Marseille. Coléoptères en général. 

H. Gouin, 99, cours d'Alsace-Lorraine, Bordeaux. Coccinellides de France. 

R. Martin, au Blanc, (Indre). Odonales du globe. Névroptères d'Europe. 

D'' M. Régimbart, à Evreux (Eure). Dytiscides et Gyrinides du globe. 

R. P. Belon, rue du Plat, 18, Lyon. Lathridiens. 

E. Barthe, Cette, (Hérault). (Coléoptères de la Guyane française. Apiculture. 

M. Pic, à Digoin, (Saône et Loire), Longicornes d'Europe et circa et Anthicides du globe. 

J. Croissandeau, rue du B 3urd Dn-Blanc, 15, Orléans. Scyduiénides, Paussides, l'séla- 

pliides et Clavigérides du globe. 
D' Chobaut, 4, rue Dorée, Avignon. Mordellides, Anthicides. Pédilides, Rhipiphorides, 

Vésicants et (Edéniérides de la t'auiio paléarctiquo. 
A. Janet, 104, boul. Saint-Louis, Toulon-Mourillon. Rhopalocères du globe. 
Dr A. Sicard, à TebourzDuk, Tunisie. Coiciaellides du globe. 
D'' L. Vitrac, aux Trois-Rivières, Guadeloupe. Entomologie des Antilles. 
E. André, 17, rue des Promenades, à Gray, (H"= Saône). Formicides du globe et Mutilli- 

des de la région européo-inéditerranécnne. 
M. Vauloger de Beaupré, lieutenant au 144« de ligne, Blaye, (Gironde). Cicindélides 

et Clirysomélides d'Europe et circa. 
A F. Nonfried, Rikönitz, BDliaaiia, Autriche. Lucanides, Célonides, Mélolonthides 

Kutélides, Dynastides, Buprestides et Céranibycides du globe. 
A. Théry, St-Charles, pa;' Philippeville, Algérie. Buprestides du globe et Eoiigicornes 

d'Europe. 
l'abbé A. Carret, aumônier aux Chartreux, Lyon. Carabides d'Europe et eu particulier 

genres Harpalus, Pterosticlius et Ainara. 
A. L. Montandon, Strada viilor filarete, Bucarest, Roumanie. Hémiptères llétéropté- 

res. 

G. Gribodo, Via Maria Vittoria, 19, Torino, Italie. Vespiddi et Mellifera du globe. 

D' C. Schaufuss, Directeur du Museum Ludwig Salvator à Meissen, Saxe. Scolytides 

riatypides et Scydménides exotiques. 
D' Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, "Wien, I/l, Autriche. Cassidides du gloite. 
E. Simon, 16, Villa Saïd, Avenue du Bois de Boulogne 56, Paris. Arachnides du 

globe. 
H. Fruhstorfer, ßerlin N, Gartenstrasse 152. Rhopalocères de la région liido-auslra- 

I ion ne. 
D' Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, Wien I / 1. Cassidides du globe. 
G. de Bony, rue Vaneau, 36, Paris. Genre Cicindela (Europe et conlins), ;Carabides vrais 

(européens et e\oli(|ues). s|)écialemeiU genre Nebria. 
E. Abeille de Perrin, rue de la bibliothèque 24, Marseille. Buprestides, Malachides 

et (Usides paléarcti(]ue.-;. 
E. Fleutiaux, 1, rue Malus, Paris. Cicindélides, Élatéiides du globe. 
D' A. Puton, à Remiremont, Vosges. Ilémiplères ilétéroplères paléarctiques. 
H. Caillol, avocat, rue Traverse du Chapitre, 18, Marseille. Cryptophagides, Mylabri- 

des (Bruchides) et l'romides p:ilé:n(ti(pn\s. 
H. Nicolas, rue Velouterie 9, Avignon. Biologie des Hyménoptères. 
C. Houlbert, professeur au Collège de Dieppe. Larves de Coléoptères, Orlho|)tères et 

Névroptéres. 
D' E. Candèze, à Glain- lès -Liège, Belgique. Elatérides du globe. 
Ch. Bruyant, rue Gaultier de Biauzat, 26, Clermont-*Ferrand. F:(uue enlomologique 

des eaux, s|)écialenient Hydrocorises. 

E. Ragonot, 12, quai de la Râpée, Paris. Microlépidoi)lères d'Europe ; Tyralites, Crani- 
biles et Phycites du globe. 

J. Vachal, à Argentat, (Corrèze). Hynienoplera aculeata de la région circa méditerra- 
néenne et d'Afrique ; Halictus et Prosopis de l'ancien monde. 
H. Léveillé, rue de Flore 104, Le Mans (Sarthe). Botanique en général. 

F. Silvestri, à Bevagna, Umbria, Italie. Myiiopodes du globe. 
{Voir la suite à la page 3 de la coucer'liire. 



^\StaUHEfc mOMOLOEicj, 



NUNTIUS ENTOMOLOGICUS INTERNATIONALIS 



No, 7). V()[,. ni Kdukin FitANTAisi: I Mais 18!»ô. 

(29, '7 180.'.). 



SOMMAIRE 

A. (IKIFFIM. - Notes sur la faune (Miloinologique piémoiUaisc : lllallulu', (Kdipoilulu' ijin). 
liiiii.iüGKAPiiii;. - .Nomenclatoi" Colcopteroloj^icus (Signi. S ;nr.NKi,iN(;!. - Ijiloinologiselics 

.lahrbucli (0, KiiANciiKii). - Enumeration criliriue des artlirojiDdes njyrnir'C()i)liiles et 

termitophiles (E.S..r. AVasmaM. 
nécuologik. 
ol'vrages ij occasion. 
Echanges & Annonces, 
Dr. SïiERLiN, - Curculioniclo^ (Sui(c). 



Notes sur la faune entomologique pièmontaise. 
IV. Œdipodidœ. 

(Suite) * 

ô. Gen. ŒDIPODA Lalr, 

Œ. miniata. 

Gnjlius ininiaiuë - Tallas (12), p. ¥')!. 

Oedipoüa Jmciata var. B - Fischer (7), p. 411, T. XYIIi, f. 10. 
)i fasciata (pariiiiv, - Giiiliani (8), p. 97. 

)) ininiida - I5runner (ô). p. I(i2. - Sauss. (.'")), p. 140. 

Peccinctio (Bonelli) - Sajujano, dans les lieux f'/f':(\s (Giiiliani) - Boces (Borelli) 
- Brusson, Ccrcsolc 7.'c«ie (Canicrano) - Acùjliana (Neri). 

Œ. cœrulescens. 

Cri/lliis rd'iiilescens - l.inur i, !(»', p. 70(1. - lal»r. (0), p. .j9. 
Oodipoda lasciata var. .V - Usolicr (7), p. ill, Tal». Will, f. 0. 

)) Jdsciata (parti/Il) - Ghiliani (8), p. 07. 

('•rijlliis. bifaseiaiiis - Allioni (1), p. 100. 

Oedi/joda covalcscens - Brunner (")), p. 104. - Saus.sure (.'i^ p. 1.'>1. 
<-^Ojpl'!/PP^i-'^ '» (pnrtiin' - Malfatti (il), p. ,112. 

Turin (Allioni)- Alpes, Val d'Aostc, Val de Locana, Pecciiietto (Bonelli)- Sa/i- 
ijano. lieue en plaine (Ghiliani) - Montcrone, Musiné (Malfatti) - Avigliana (Neri). 

4. G. Ml. PSOPHUS Fieber. 

P. stridulus. 

Gryllus {Locu.sfa) stridulus - Linné (10), p. 701 - Fabr. (0), p. 50, 



OciUpoda siriihda - Pirolta (15), p. 28. 

P(c:li!/l!jlus sfrididiis - Fischer (7), p. Ö90, T. Will, r.i:). 

Psopluis )> - Brunner (T.), p. 175, T. VI, f. W. - Siiiiss. (5), p. lO'i. 

Vallces picinontahcê, Va/ d'Aostc, Bois de Ui Mandiia {Bonelh)- Piéntont 

(Pirolta). - Taiin (Brunnen. - Scmpionr ((ihiliani). - Coiir/n aijcar {CAmerano}. 



ô. Gen. PACHYTYLUS Fiel». 

P. nigrofasciatus. 

Acridiuni vifii^n fcificiiifiitji - Fatrcillc {'.)]. p. !."i7. 

OedipoiJa nl<ii'nl'n6i-ii(.tn - l'indtu {\7\\ p. -J'.». 

Pitiiii/ff/lus iiitjrqf'asciatiis - Fisclieru"), p. ri'.»7, T. Will. f. 11. - liliiliuni Si. p. 'l'I 
Brunner (5), p. Ki'J, T. VI, f. 58. 

Ucddlcus vùjro/'asciafiis - Saussure (5), p. Il(j. - .Maltatti ^11), p. 515. 

Plviiionf (Fischer, Pindlfi) - Environs de r«r//! (lioncllii - Mnsin'' (Malfa(ti). — En 
nombre extraordinaire à [»eu de dislance de Sangano (Ghilianii. 

P. migratorius. 

Cryllus {Locu9la) miçiratovius - Linné f 10), p. 700. - Fabr. (6), p. ^w. 
Acridiuni nuiiratoriiiin - I.alreille (!»\, p. l.MI. 

Pai'ItijiijI.-.s inii/i'atoriiis - Fischer (7). p. T)!).", T. Will, f. 1'.'. - lirunner ("), p. 171 
- Saussure ÇA. p. 11!'. 

Encirous de Turin, peu abondant (üonolli'. 

P. cinerascens. 

(irijlins cineritsC(^n!< - l'abr. ((>), p. ."lii. 
Acridifini » - I.atreille fui, p. i.")}. 

Pachj/fijliis " - Fischer i7i, j.. 7,'X,. ï. Will, T. \7>. - l'iiolla (l.Ti, p. 27. - 

Brunner (."»), p. i72. - Saussure i.t). p. M'.i 
Plrnioiif (Fiseher, i'irolla). 



l\ii:i; \TI(IN> llllll.lOllUAIMIIiUKS. 

. .Vi.l.Ki.M (1. - Miiiii/nthis i)i\-erl'iniiii Tu iirini'iisiKiii. .Mt'laiines de Pliil. cl MiillitMU. de la Société 

Uoyalt' (le Tiii'lii. ITlii!. 
ü. Hm \NF.ii V. Watiknsvyi. ('.. - .V'Mir. xij.Uem. ilcs Jllathiirvs. Vienne, 186.'). 
:(. _ ^ _ w Prudrom. der F.urop. Ort/i ipleren. Leip/ij,', 1882. 

4. C.iiMii'K.v 1 ii;ii T(ii ssAi.M - Ortliiijilera descripla el depictii. Lipsid-, 1841-45. 
.■|. I)K SvisM iiK IIknui - Priidriuini.t (Kitipiidinriiiii. Miiii. île la Scip. de Pli\x. el d'Ilisi. nat. de üe- 

iiiv.-. T,.iii. XWIIl. 11" il. 1884. 
11. F\Bitli:il s .1. C. - i:iiloj)i(di)iii(i Sjislmi. fiiifiidatii etauciti. lialMia', 17ti-2-!l4, T. II. 

7. FlscHKK !.. II. - (hlhopteni J-: tua /joui. Lipsia'. 1853. 

8. riim.uM. N . - Ffidizie di escurs. v di cnccie enlnmoL, Hiill. Soc. Ent. liai., .\niio VI, 1874. 

9. L.VTUEII.I.E P. \. - llisl. Sut. des Cruslacés et des Insectes. Paris, 1802-1805, Tom. .Ml. 

10. Li.NXK C. - Systniiii iKiliiiir. - Kdil. .\[l, rfiforniata - lloliiilw, 17(j6-67. Tom. 1 pars. II. 

11. .Mai.fatti (i. - liiloriiii iid alcHiie specif di Orlnll. (leiiuiiii lomliardi. .Vlti délia Soe. liai, d! 
Se. Nat., Vol. X.Xll, .Milaiio, 187ii. 

12. P.VLI.AS P. S. - Ileisen durcit, versrh. Pror. fies ni.ssicli. lieirlies in den 1. 17(18-7-/. Petershurg, 

177l-7()j 1 .Vnlian;;. 

13. PiRorr.v. 11. - Deyli Ortutleri f/enuitii insitbrici. Kleiieo si>;teinalieii. KslinUiidai;!! Alîi délia Soc. 
II. di Se, Vol. XXI, Milano, 1878. 

14. ScoPOLi .1. A. - Deliciœ faunw et florœ iiisultricœ. Fasc. 3, Ticini, 1786. 

15. Wesmaf.l Cost. - Enunier. wellmdiru Orllmpl. lielgii. Bull, de l'Acad. \\. de Bruxelles, Toni. V. 
1838. 

Torino, H. Muse,, /.„nlngicn. - 30 Avril. 1895. 



Bibliographie. 

Entomologisclies Jahrbuch. Suiis ce titre (Aiinuaire eiit(tm()loi;ii|iie) \o |>i'otesseiir 
D"". 0. Knmelier publie ;i Leip/.ic. avec le concours tl'entoniuloiiiics Jilleniuads iiii pellt v.)- 
lume que nous recomniaiKloiis à tous nos lecteurs conipreiianl rallpiiiaiwl. 

L'aatiaaiiv oiitient sur 9i pages du papier hlanc pour les noies cntoiuologiques 
du mois, différentes petites notices intéressantes, et des indications très précises sur la 
récolte des diptères et des coléoptères pendant les dirtérents mois de l'année. Les trois 
premiers volumes, parus 1802-1894, donnaient celles sur les lépidoptères les orthoptères, 
les neuroptères, les hémiptères et les hyménoptères. Ensuite <m y trouve une série d'arti- 
cles d'auteurs spécialistes sur l'entomologie en général, sur les lépidoptères, les coléop- 
tères, lés diptères et les hyménoptères. Ce qui relève encore la valeur du petit volume, ce 
sont les notices sur les pultlicallons entoniologiques de l'année, sur les sociétés et les 
expositions entomol()gi(|nes, et la IIF' liste des entomologues de l'Europe. 

Nomenclator coleopterologicus. — llrpliraiioti ('l!jinolorii(iae de tous les 
noms (le geni'cs et d'csjièces des 'Coléoptères de ht J'auii" alleinande, par Sigm . 
Schenkung. (Prix : br. ."• fis. rel. G.2.'i fi-s.l Francfort ^ M. 181H. 

Le but de l'ouvrage est de faire comprendre, en donnant leur traduction allemande, 
toutes les dénominations .scienliliques des coléoptères, aussi bien les noms des genres et 
espèces que toutes les expressions terminologi(|ues de la coleoptérologie. Comme non 
seulement les dénominations latines cl grec([nes et la terminologie <tnt été admises, mais 
encore beaucoup d'autres mots latins, il sera très facile, même à celui qui ne coiniaît pas 
le latin, de comprendre, aidé de cet ouvrage, les diagnoses latines (]ue l'on rencontre si 
souvent dans les manuels et les jouiiiaux enlomologiqncs. L'ouvrage contient en outre 
l'explication de toute une série de noms (pii ne se trouvent généralement pas même dans 
les grands lexicjues latins et grecs, de sorte (pie même les phihdogues peuvent s'en ser- 
vir avec fruit. le ne crois pas avoir besoin de relever la grande valeur îles traductions 
pour retenir aisément les noms, et n\ème pour faciliter dans beaucoup de cas la déter- 
mination. L'auteur dmine encore une nomenclature des noms alleniands des coléoptères 
et un index des noms d'auteurs. 

Les ouvrages (pii ont le même but sont : Leunis, Si/im/jsis f, Glaser, Cataloçics 
efijinolo<iiciis. et Agassiz, Xomeiiclator ^ooloijieus. Li; premier de ces ouvrages ne 
contient que très peu de noms allemands et celui de (ilaser n'a même pas tous les genres 
des Coléoptères de l'Allemagne; les noms des espèces manquent complètement. Le célèbre 
ouvrage d'Agassi/, ne conqirend ('gaiement que les genres et ne peut suflire aux besoins ne 
l'entomologiste, parce (pi'il ne contient (|ue les genres décrits avant 184(1. En (mtre il de 
•lonne (pie la Iradiiclion latine (l(\s mots grecs, de sorte qu'un grand nombre d'entomolo- 
gistes ne sauraient en pmliler. 

L'ouvrage de Schenkung comprend 2400 noms de genres et 44ÜO noms tl"espèc(>s. bans 
les mots grecs, l'auteur donne partout entre parenthèses, la prononciation allemande, de 
même que l'accentuation. 

'Wasmann, E., S. J. Enumeration critique des arthropodes myrmécophiles 
et termitophiles, avec des notes sur leurs mœurs et des descriptions d'espèces 
nouvelles. Berlin. Y. L. Dames, 1804, in-S", XVI, 251 p., prix 15 fr. 

Nous avons déjà signalé cet intéressant ouvrage, et si n:)us en re|)arlous aujourd'hui, 
c'est qu'il nous est possii)le d'en donner une analyse plus complète. 

Les connaissances biologiques sur les arthropodes myrmécophiles et termitophiles ont 
fait d'immenses progrt'S dansées vingt dernién^s années, et surtout depuis la publication 
du catalogue des myrmécophiles par Ern(>st André (1874^. Ces progrés concernent surtout 
la connaissance des h('»tes normaux des différentes espèces étrangères aussi bien que la 
connaissance des relations intimes existant entre eux. En outre le noml»re des myrméco- 
pliiliîs découveris dans les /.on(^s tropicales et subtropicales a, dans ces derniers tenqis, 
considérablement angmeiilé, et bien que leurs h('»tes normaux ne soient connus que p(»ur 
un iu)mbre relativement restreint d'espèces, ces découvertes ont |)réparé la voie aux re- 
cherches biologi([ues concernant ces insectes. 

On conqmnid aisément (|ue les myrniécopliiles et les termitophiles aient d(! tout temps 
cxcit'.'- non seulement la cuiiositi'' des entomologistes, mais aussi celle des biologistes et 



— 50 — 

(les /.()()loi,'ues, si l'on oonsidèiv (ju'il y ;i ici une sorte de syml)iose (|Ut' l'on ne rencontre 
nulle part ailleurs dans le règne animal et (ju'on pourrait considérer comme un vrai rap- 
port liospilaliei'. 

Les ditlërentes transitions de cette niyrméeoxénie au simple synoécétisme et d'autre 
part à la niyrmécopiiagie et au parasitisme, oITrent éyalemeni une grande variété de corré- 
lations reniar(iuai)les (pii trouvent souvent leur expression niorpliologi(|ue dans des confitr- 
niations étranges des antennes, de la léle, du tiiorax, d(î l'abdomen, etc., et occasionnent 
parfois, comme clioz les fourmis émigrantes du IJrésil {Kci/oinnrphc .. Mintccitoti) un 
mimétisme très élevé. 

Afin de rendre fécond pour la biologie ce vaste chainp d'exploration, il a été néces- 
saire de rassembler tous les matériaux connus dans une énumération syiiü[>ti(iue au point 
de vue biologique. C'est le but que l'on s'est proposé dans l'ouvrage en (juestion. 

Il est divisé en deux parties principales. La firemiére (5(i pages) nous présente 
les arthropodes myrmécophiles et tciinitopiiiles avec une nomenclature alphabétique des 
auteurs et de leurs travaux dans l'ordre cLr.mologiipie. Pour trouver aisément les travaux 
lermilopbiles, l'auteur a mis à la lin de la ligne iiidi(|uanl ces travaux la lettre T en ca- 
ractères gras. Si le titre du travail cité ne renseigne pas sutllsamment sur le contenu, 
l'auteur donne en note un aperçu sommaire et éventuellement aussi des rei-tilications ; ces 
derniér<'S concernent surtout les noms des dilférenls botes. 

La deuxième partie (p. l-T-'id'i) contient dans un ordre systématicpie les familles et les 
gem-es. Les espèces sont rangées |>ar ordre biologique, de sorte que celles dont les botes 
sont connus, sont placées en avant des auti'cs ; seulement i)our les genres très riclies en 
espèces et où un aperçu aisé était ditllcile, l'auteur a préféré un ordre alphabétique. A la 
suite de chaque espèce se trouve le nom de l'hôte, de la patrie et une ou plusieurs notes re- 
latives à la bibliograpliie. l'our les nouveautés, qui sont très nombreusc^s, le nom de l'au- 
teur, le nom de celui (jui les a découvertes et de la collection où se trouvent les types 
sont également cités. Dans tous les cas où la morp'.iologie des insectes cités permet de 
conclure d'une manière certaine à l'existence d'habitants parasites réguliers et sans qu'on 
puisse se fonder sur des données exactes, les hôtes ligurent comme ., inconnus". S'il existe 
encore (\('> doutes sur la régularité de la symbiose, le nom de res|)èce est précédé d'un 
jioint d'interrogation. Dans chaque famille les myrmécopiiiles sont traités avant les ter- 
mil(tpliiles et en numérotant sé|)arémenl les espèces. La diversité des caractères emjdoyes 
|icrmet un aperçu très facile des nond)reuses citations. 

L'énumératiou des cs|)eccs coiilienl l'-l't^j arthropodes myrméco|diilc,s et lUU lermito- 
philes. Dans r.ouvrage d'André, public en 187 i-, le nondtre des myrmccopliiles était seule- 
ment de 58S, dont plus de la moitié n'ont pu être admis par l'auteur étant des habitants 
parasites accidentels, de sorte ([ue l'accroissement réel du chiffre est beaucoup plus grand 
(|uc la conqiaraison des chilfres cités ne le ferait présumer. Parmi les I24(i Myrmécophiles 
il y a 1177 insectes, <iO arachnides et !» crustacés. Parmi les 1177 insectes myrmécophiles 
il y a 995 coléoptères et parmi les 105 insectes termitophiles, il y en a 87. 

Nous venons de dire cjne les esi)èces, se trouvant dans le cas d'une syndîiose vraie l't 
régulière avec les fourmis ou les termites, ou pour lesi|uellcs cette syndtiosc est du moin'' 
|>robable, ont seules été admises. Ouant aux hôtes, on a, autant (|uc p(»>,>iblc, toujouis 
choisi rcsix'u'C nonnalc. '., les autres ne sont citées (pi'cn M-cond lieu. C'est surtout pour 
ces raisons (|ue l'ouvrage a reçu le. titre «le .^Eiininrrdiiun cridiiuc". 

L'ouvrage a non seulement pour but de citer exactement les liôle> de^ arlhropode>< 
myrmi'caphiles et ter\nit()i)liiles connus jusiiu'à ce jour, mais aussi de comprendre et ri c. 
conq)lr'ter par des oliservatiims nouvelles ce qui est connu >>ur la biologie de ces animaux 
^i intéressants. (Test pourquoi l'auteur a ajouté en tète de toutes les familles, et même de 
beauc(uq> d'espèces un aperçu succint sur les nneurs, les larves etc. de> habitants para- 
sites. 

Les genres (li) et les es[ièces iâS) nouvelles, citées dans l'cnomé-ralion des espèces 
sont décrits dans un appendice (p. 203-'2'21). 

In soin particulier a été mis à la confection des index pour rendre l'ouvrage au.ssi 
utile (|ue possible. Outie la table générale des matières (p. I\), il y a encore un aperçu 
sur l'index des espèces (p. Xl-Xlll,) avec le chitfre des espèces des différentes classes, <u'- 
dres et familles. A la page 2'2'2 se trouve un index des nouveaux genres, espèces et varié- 



— 57 — 

t(''s et la lin de l'ouvrage forme un index al|)hal)éti([ue de toutes les classes, ordres, la- 
milles et genres des arthropodes myrmécophiles et termitophiles. Un grand nombre de sa- 
vants cités par l'auteur dans la préface ou dans le corps de l'ouvrage, l'ont aidé, par leur 
(■()llal)or'alion à lenniiier ce grand travail entrepris depuis plus de 10 ans. 



Petites Nouvelles. 

— AVIS. — Hu l'i août au l-'' octobre, la correspondance doit être adressée à M. E. 
Bartlie, à Castanct, lIaute-(iaronne. 

— Comité d'études. — >ous avons api)ris avec regret que M. lieuderitter, |iour des 
raisons parlicnliéres el ini|irévues, ([uittait la direction {\eV Ami des sciences nuturclics. 
Kspéroiis (pu' celle intcrruiition dans la publication ib^ cet inti'rcssant joiniia! ne sera que 
momentanée. 

M. ilenderitler, en nous informant de la décision (piil vient de prendre, nous demande 
de l'inscrire comme membre de notre ciimitc d'études pour b's LaiiieUicorncs d'Europe 
et confins, ^'ous le prions, ainsi (pie M. M. Valéry Mayet el .1. Kiefler, inscrits iirécédem- 
ment, d'agréer nos remercinn-nts les plus sincères. 

— Quelques abonnés nous ont demandé si la pnblicalion des Rho/ialocèrcs de M. K. 
lîranison était interrompue. Il n'en est rien, tontes les traductions annoncées dans le n" l 
18!»i, seront publiées, mais il existait dans le manuscrit une lacune d'une trentaine de lia- 
ges ; aussitôt la traduction complétée, nous reprendrons la pui)lication et nous donnerons 
consécutivement ileux ou trois feuilles pour contenter nos abonnés Lépidoptcrisles. 

— Le nombre des abonnés nouveaux en 18'Jl ayant dépassé nos prévisions, il ne nous 
reste plus que (piel([ues exemplaires du 2« volume des Miscellanea. Nous prions ceux de 
nos al)onués qui n'auraient pas reçu tous les numéros de nous adresser leurs réclamations. 

Le l" volume (édition franco-allemande, 25 nunn^ios de 8 pages) est encore dis|)oni- 
ble au prix de 5 francs. 

— Le service du Journal aux Membres de l'Enseignement, aux Sociétés savantes et aux 
Bibliotlié(|ues |iubliques de l'Étranger sera fait désormais |»ar le Service des échanges in- 
ternationaux. 

— Remises accordées aux abonnés. — La Uireclion du Journal rappelle à MM. les 
abonnés (pi'ils peuvent proliter dune remise de W% sur les cartons à insectes fabriqués 
par MM. Lhotle et Delagrange, à Paris. La maison Guyoïi n'accorde plus île remises. Quant 
aux épingles autrichiennes, manpies Müller et Egerland, elles sont toujours fournies an 
prix de fabrique., (voir le tarif dans le u" G, I8!»i), mais, en altendant un réassortiment 
complet, nous ne pouvons fournir ((ue les numéros suivants: 

Marque Müller Marque Egerland 



blancliCN noires blanclu- 



noires 



(M)fl Nu. oo >■■ -J .\o- 

(Ml „ Il „1 



1 



» 



2, y, 10 et 12. 



(lamioiis de S cl 12 mm. 



Ouvrages d'occasion. 

Desiderata. 
Gemminger & de Harold. Calalogus Coleopterorum luicusi|ue dcscri(i(., 12 \olumes. 



— r.8 — 
Échanges. 

M. P. J. Roelofs, rue Van Straelen 10, Anvers, di'sivo ciidri' en relations d'échan- 
ges pour ColtMiptères d'Phirope. siiécialement Staplivlinides. 

M. J. Blanc, rue Entre-les-2 Portes 26, Epinal (Vosges), ollïe Coléoptères et Lé- 
pidoptères e\oti(Hies et européens eontre d'autre^ bennes espèces et contre des tini- 
Itres-posle. 

M. le baron A. Bonnaire, 114 rue St. Merry, Fontainebleau, |)iissèdede nombreux 
iioui)les de Coléopleies rares ou intéressants de la faune paléarcti(|ue et du pourtour 
niédilerranéen. Ilciuiaude d'éelianses coiiire Coléoptères de niènu- provenance. — Prière 
d'envoyer listes au\(inelles il sera répondu selon leur iniporlance. 

M. C. F. Lange, Annaberg, Erzgeb., Allemagne, ofl're 8ÜÜ espèces de Coléoptères, 
parmi lestjuelles l)eauii)up de raretés, contre rares Coléoptères, llénùptères et Hymé- 
noptères, on ciintrc Iclineumonides, tbuiss(>urs et mouches à scie, non déterminés. 

M. Henri Gouin, 99, Cours d'Alsace-Lorraine, Bordeaux, désiie échanger ses 
doubles en Coléoptères contre des boites vitrées grand lorniat, De^ndle on (luvon.ou 
même au iiesoin contre des boites petit format, vitrées ou non. 

M. J. Blanc, rue Entre-les-2-Portes, 26, Épinal, Vosges, oflie : ('ifindclajlcjju- 
osa, PcUcticri ; Scaritcs qiijas, striatiis ; GrapJiiptcrns üictuobUä ; Anthia G- 
fjufidfa, tonatdi- ;Jido<Us albo/)Uosa, sefifensis, onopordi ; Acniœodcra j»ilo- 
sa ; A. ra/)iilar(s : Anihaxia inculta; Tliorectes punciicollia ; Sepiilium A^>'!/- 
ncri : Blaps Eininuli ; Mijlabris tencbrosa, jagatcria ?, etc., etc., contre d'autres 
coléoptères et contre des timbres-poste. 

M. Fried. Schneider, Finsterwalde, Leipzigerstrasse, 11, Allemagne, désire des 
plantes utiles et leurs fruits. Offre en ecliangedes plantes d'Allemagne et de Suisse, des 
Coléoptères et Lépidoptères de tons les pays, des monnaies et des tinilues-posle. Cm'res- 
pondance en français, anglais et hollandais. 

Rcctiflcdtion : 

M. R. Fritsch, 30, faubourg Rivotte, Besançon, oli're les ChcniUcs suivantes bien 
prrjifn'ccs : Par. A/ioHn, r,(ijii . luiics/ris. f'raio'rjl, Ncustiia, Popuii, Qaer- 
CU6 cl Tri/'olii,Or(i. Gonoatujnia, Las. TrciHUÜ'J'oiia H Qaerci/olia, Cal. Do- 
minica, Chcl. Caja et VUlica, en échange d'autres espèces de lépidoptères. 

M. Pic, à Digoin, (S. et L.) France, oli're jibis de aOOO espèces de Coléoptères de Fronce, 
des Alpes, d'Egypte et surtout d'Algérie), parmi lesquels : Scijthropus ccdi'i, Wa- 
rioni, {ihœnicias et var., ArUirosteaus altcrnans, Cleonus clathratus, T{ichias 
long it abus, ('ciUorrhijnchus Tournicri, Mcira clongatula, Apion limoniastri, 
Rhijnchitcs iiiriantciis, l'rodon P,audu, Britchns Lallcnienfl, albolincatus, 
Ainorphncephalua coroufdiis, nhri'sns scrricolliä, Macrntoniaäcutrllarts, Vcs- 
pcriis V. UttQWSus, Acinœops pratensis, Cortodcra fciiioi'ata, Lcptnra Hei/dc- 
ni, tonsa, siniplcnica, h;/brida, rnaviilicorrii?,, Straïuialùt dlsfignM, Grani- 
inopf.cra cariegata, angiistata V\c., Sfcnoptertis \. Jtaoipea, \. sgriacus Pic, 
('alUiniis abdoniinaUs, Pachydissas inauriianiciis, Hespcrophancs affinis, 
contre des Anthicldcs, XijlopliiUdcs ou Ptinidr-^ du Globe et bonnes espèces d'Eu 
rope cicm-A, en Dei'inestidcs, Euinnipidrs, MylnbridA's {ZunabrU) ci Long i- 
corncs |)rincipalement. 

M. Henri Gouin, 99. Cours d'Alsace Lorraine, Bordeaux, désire échanger ses 
doubles en coléoptères contre des i)oites vitrées grand format DeyroUe ou (iuyon, ou 
même au besoin contre des boîtes |)etit format, vitrées ou non. 

M. Cuisance, rue Notre-Dame 12, Dijon, offre Saj>erd(( phoca, Pliainnaslam. 
ißicdliir. sficilis, , Uoicddiitn iinilidir, f>(i<('l.ia aljiina cl une grande quantité d'au- 
Ires (•^p^(■(■^, coiilre d'anires eoleo|)tères rares on e\oti(pies. l'rière d'envoyer listi'S 
d ublata* 



— Ö9 



Anthicides, Xylophilides, 

PTINIDES 

M. Maurice PIC, à Digoin (Saône-et- Loire 

demande à acquérir par voie d'échanges ou 
d'achats des Anthicides, Xylophilides et Pti- 
nides {Bruchas) du globe, déterminés ou non. 

Il offre en échange plusieurs Anthiciis du 
globe, décrits par lui, avec do nombreuses rare- 
tés (surtout des Alpes, Algérie, Egypte) dans di- 
verses familles de Coléoptères, beaucoup de Lon~ 
gicornes et quelques insectes de divers ordres (Hé- 
miptères, Hyménoptères etc.) provenant de Chine 
ou d'Algérie principalement. 

M. Henri Caillol, avocat, 
rue Traverse-du-Chapitre, 18, Marseille. 

désire acheter ou écliani^ei- ('(iiitri' des Cob'optéres 
français des 

BRUCHIDES (Mylabridps) et UROMIDES 
du globe. 

déterminés ou non, ou même non pn''[ian''s (dans 
la sciure). 

Il désirerait également se procurer des gousses 
et graines contenant des larves de ces insectes. 

Forstcommissär Josef Gold 
inTrautenau, Böhmen, Autriche, 

l)ietet Tachinarien und Œstriden gegen 
Tausch oder Kauf an. 

NÉVROPTÈRES 

On demande à acquérir par voie d'éciiange ou 
de vente, les Odonates suivants d'Europe : 
Epithoca bimaculata & metallica, Orthetrum 
nitidinerve, Gomphus flavipes, Lindenia te- 
traphylla, Œschna borealis, Calopteryx an- 
cilla, Gomphus flexuosus,Agrion ornatum, 
ou des espèces Australiennes. 

On donnerait en «'change : 

Oligoœschna Modigliani 

et beaucoup d'espèces rares. — S'adresser à 

NI. Martin, avocat, au Blanc, Indre, France. 



Doubletten-Liste 

über pakearkt,, COLEOPTEREN 
versende auf Verlangen. Auch Exo- 
ten Verzeiclinisse. Hoher Baar-Piabatt. 

Hugo RAFFESBERG, 

Podhragy, Post Prasic/., Ungarn. 

Dr A. J. F. Fokker 

à Ziérikzée (HOLLANDE) 
désire acheter ou échanger des 

Hémiptères Hètèroptères 

d'Europe méridionale, Algérie etc 

Fried. Schneider 

Finstervvalde, Allemagne, 
Leipzigerstrasse II. 

désire acheter ou échanger des 

Plantes utiles 

de Ions les pays et leurs Fruits. 
(HVre CTi échange : 

Plantes d'Allemagne 

et de Suisse, 

LÉPIDOPTÈRES et COLÉOPTÈRES 

de tous les pays, MONNAIES, 
TIMBRES-POSTE. 

Correspondance enj'rancais, an- 
glais et hollandais. 

DesGoléopt. europ. 

déterminés sont à disposition contre 
paiement comptant avec un rabais 
de 70% 0" f'» échange contre Coléo- 
ptères pins rares, europ. et exot. 

C. KELECSENYI, 
Tavarnok, Hungaria, 

Via N. Tapolcsàny. - 

Mr le Dr Jacobs 

28, r. des Ursulines, Bruxelles. 
désire acquérir des 

Diptères européens 

de la famille des 
Tachinaires 



- to — 

Filet à papillons 

de M. Graf-Krüsi 

Ce lilet en tissu dp soie très fort, borduie en acier 

en quatre parties, a|)|ili(al)le à tout bàlon, csl le 

seul (jui ait obtenu un iliplônie et une 

Médaille de 1" classe 

à l'ex|Hisilion de Vienne 

Maniue G au prix de 6 fr. la pièce 

„ K ,, ., ,, 5 fr. ,, ,, 
Envoi// ranco. Pai/abir d'acancc. 
Le catalogue des Lépidoptères européens et exoti- 
ques, est envoyé franco à qui en fera la demande. 

Graf-Krüsi, Gais, près St Gall, Suisse. 

M. Cotte Melchior 

Guide Naturaliste 
Aux Dourbes, prés Digne, Basses Alpes, 

jirevienl les amateurs (|ui désirent acheter des 
Coléoptères, Lépidoptères et Hyménoptères 
des Basses Alpes ((n'il leur en xemlra à des piix 
très modérés. 

L' INSTITUT ZOOLOGIQUE 

W. Schlüter, Halle a. S. 

ALLEMAGNE 

a l'honneur ilc reconnnander à MM. les Collec- 
tionneurs, Instituteurs & Chefs d'élablissemenls 
scolaires ses comptoirs d'objets d'histoire naturelle 
spécialement de peaux, d'œufs d'oiseaux, d'a- 
nimaux empaillés, d'amphibies, de reptiles, 
de poissons, de mollusques, d'insectes et de 
minéraux. 

Catalogue spécial d'objets d'histoire naturelle 
pour l'enseignement. 

Instruments fr ustensiles pour la reoherclie fr la 
préparation de tous les objets d'Iiistoirc naturelle; 
Epingles, Cadres vitrés, Plaques de Tourbe 
de toute grandeur : grand choix d'yeux artificiels 
pour mammifères, oiseaux, |)oissons. 

Ateliers spéciaux pour le montage des oiseatix 
fr' des mammifères. 

Spécialité : Têtes de daims, de Ciievreuils 
Hures de sanglier. 

Pri'paraiion snvinrc et prompt e. 
CATALOGUES GRATIS ET FRANCO 

W. Schlüter, Halle a. S., Wuchererstr. 8 
Allemagne. 



LÉPIDOPTÈRES 

européens, exotiques 
MICROLÈPIDOPTÉRES 

CHENILLES PRÉPARÉES 

très soigneusement 

l'IUX TRKS AVANTAGKl'X 

H. Lhotte, naturaliste, 31, rue 

de Clichy, Paris. 

Nota. — On dc/nande des cor- 
respondants pour rececoir des 
Lépidoptères et des Chenilles 
vivantes d,''espèces particulières 
aux dij/èrentes régions de ta 
France, ainsi que des exotiques 
en papillottes. 

M. Félix ANCEY 

9 rue Fargès, Prado Marseille, 
offre 

EN VENTE 

SES 

DOUBLES 

COLÉOPTÈRES, LÉPIDOPTÈRES 
HYMÉNOPTÈRES 

& COQUILLES 

GRAND CHOIX 

DE 

LÉPIDOPTÈRES 

européens et exotiques 

à des prix très réduits 

}'M'ILIJ).\S POl'Ii ('.\!)1,'P:S 

Chrysalides, Cocons, Œufs de 

Lépidoptères. 

EMILE DESCHANGE. 

à Longuyon, (Meurtlie et Moselle 



Le Directeur-Gérant : V.. liAiinir.. 



>arl)onne. — Imprim(>iie spéciale des „ MFSCELLAÎJEV EXToMitLOGICA " 



Comité d'études. 

(Suite) 
M. Couturier, à la Nerthe, par Saint Henry, (B ^ du Rhône). Coquilles marines, 

terrestres et tluvialiles du globe. 
M. H. du Buysson, Château du Vernet, par Broût-Vernet, (Allier). Élatérxdes 

d'Europf et des jjcijs coit^lns en Asie et en Afri(jnc. 

NoifS rappelons que tout cneoi d'insectes aux membres du Comité doit être accom- 
pagna de timbres-po^te pour le retour et au besoin pour la réponse. 

Man wird hiermit gebeten jeder Insektens^ndang an die Mitglieder des Studien- 
Ausschusses das Franko fur Riicksendunn und nöthigenfalls für Antwort beizulegen. 



Annonces 

La page fr. 10. — 

1/2 » « 5. — 

1 '4 » « 2. 5Ü 

1/8 « « 1 . 2.5 

Note de 7 à 8 lignes de 26 lettres, 50 cent, 
[téduction d'un tiers pour les annonces à l'année. 
« d'un quart pour les annonces au trimestre. 



Die Seite 

1/2 « 
\'i .. 
1/8 « 



Anzeigen 

Mk. 



Anzeigen von 7 bis 8 Zeilen zu 26 Buchstaben, 40 Pf. 
Reduktion um ein Drittel für jährliche Anzeigen. 

« um ein Viertel für vierteljährliche Anzeigen 



POUR LES ABONNÉS : 
Réduction — / a G insert, do la même annonce 25 % ; 12 insert. 33 YsX ; 24 ins. 50 % 



Les annonces sont payables d'avance 
par mandat-poste. 



Die Anzeigen -werden zum Voraus 
durch Postan"weisung bezahlt. 



Correspondance 



Toute la correspondauce doit être adressée à M. E. Barths, 
professeur, rue des Fossés, 2, Narbonne, Aude, France. 
Nous correspondons en français, allemand, anglais, espagnol, italien et latin. Prière d'écrire très 
lisiblement et sur une feuille à part le texte des annonces. 

Aile Briefe sind zu richten an Professor E. Barthe, rue des Fossés, 2, Narbonne, 
Aude, (Frankreich). Wir werden correspondieren : Französisch, Deutsch, Englisch, Spanisch, Ita- 
ieniscli, Lateinisch. Es wird gebeten, Artikel oder Anzeigen möglichst deutlich zu schreiben, und 
die Anzeigen auf ein besonderes Blatt zu setzen. 

N.B. ^°"* payement doit se faire d'avance par mandat-poste ; nous n'accep- 
tons de timbres-poste que pour les petites annonces. 

Jede Zahlung muss in einer Post-Anweisung pränumerirt werden ; Freimarken 
werden nur fur kleine Anzeigen angenommen. 

Les abonnements partent du commencement de chaque trimestre. 

Die Abonnemente gehen von Anfang eines jeden Vierteljahres ab. 



J. Desbrochers des Loges 

à TOURS Indre-et-Loire. 

Prix courant de Coléoptères d'Europe et Circa, d'Hémip- 
tères, d'Hyménoptères, de Curculionides exotiques. Achat 
de Curculionides exotiques. 

Direction du Frelon, .Journal mensuel d'Entomologie 
descriptive (Coléoptères). 
Prix de l'alwnnement : 6 fr. pour la France et l'étranger. 

Boilettino del naturalista. 

M" année. i89i. 
Journal mensuel. Abonnement 3 fr. 
Contenant des communications et notes d'histoire na- 
turelle. 

Publie gratuitement toutes les communications 
et annonces d'échanges d'objets d'histoire natu- 
relle de ses abonnés. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



Histérides, Buprestides, 
CÉRAIVIBYCIOES DU GLOBE 

COLÉOPTÈRES AFRICAINS 

Mr. A. Théry 

à St. Charles, Algérie. 

désire acquérir les raretés lui man- 
quant en Histérides, Buprestides et 
Cérambycides d'Europe, 

offre, en échange de ceux d'autres 
Provenances et de Coléoptères africains 
de bonnes espèces algériennes et du 

globe. 



EPINGLES A INSECTES VIENNOISES 

Johann MÜLLER 

Vienne. Autriche, il, Circusgasse 20, 
recommande son assortiment complet des excellentes épingles blanches et noires, épingles camions 
épingles pour micros. 

Mon dépôt général pour toute la France se trouve chez M. HENRI GUYON Paris, 20, rue 
des Bourdonnais. 

Die Insekten-Börse 



jetzt vereinigt mit der „SailinilGr-BOrSO 




ist für „Eutoninlogou'' und „Saniüiler" das hervorragendste Blatt, welches wegen 
der belehrenden Artikel sowie seiner internationalen und "grossen Verbreitung betreffs 
Ankauf, Verkauf und Umtausch aller Objekte die weitgehendsten Erwartungen erfiilU 
wie ein Probeabonnement lehren dürfte. Zu beziehen durch die Post (Zeitungsliste No. 3135) 
und die Verlags-Buchhandlung Frankenstein & Wagner, Leipzig, Augustusplatz 1. 
Abonnement bei Zusendung unter Kreuzhand in Deutschland u. Oesterreich 1 Mk., nach 
•»ideren Ländern des Weltpostvereins I Mk. '20 Pfg. = 1 Shilling; '2 Pence =» 1 Fr. 50 Cent 



The „Entomologists Record" 

and Journal of Variation. 

Publié par J. W. TUTT, F. E. S. 
ABONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 

— FIIANCO — 

Cette Revue Scientiliquo mensuelle contient des articles 
J'un intérêt général pour les Lépidoptéristes de tous les 
l>ays et est illustrée de nombreuses planches en cliromoli- 
thographie. 

Le montant de l'abonnenïent doit être adressé à 

M. A. J. Hodges, 2 Higbury Place London N. 

THE 

BRITISH NATURALIST 

REVUE ILLUSTRÉE D'HISTOIRE NATURELLE 

surtout d'Entomologie et de Conchyliologie 

niltir.KE PAR JOHN E.ROItSON, F. K. S. 

Hartlo.pnol. Angleterre 
avec la collalwration de nombreux spécialistes. 

AltONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 
John E. ROBSON,HARTLEPOOL, Angleterre. 

Rivista italiana di scienze naturali. 

14» année. 1894. 
Journal bi-nirnsuel. Abonnement 5 fr. 
Contenant des mémoires illustrés et l'annonce de tous 
les travaux italiens sur l'histoire naturelle. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



M. CROISSANDEAU 

rue du Bourdon-blanc, 15, 
Orléans, 

désire acquérir par voie d'échange ou 
contre argent toutes les espèces de Psé- 
laphidae, Scydmenidae, Paussidœ 
et Clavigeridae du globe qui peuvent 
l'intéresser, déterminés ou non. 

Il y a des doubles de plus de 5000 es- 
pèces Gallo-Rhénanes et Corses à la dis- 
position des entomologiste« qui veulent 
entrer en relations d'échanges. 

On achète ou on échange 

contre des insectes les timbres de Fran- 
ce de 1848 àil'ettlgie de la Ké|>ublique 
(en particulier le timbre de 1 franc) 
ceux de la Présidence et de l'Empire 
1852-1870) à l'efligie de Napoléon lll et 
ceux de 1870-71, République, non den- 
telés. 
S'adresser art Bureau du Journal 



R.' 



fjo 4-5 _ Vol.. ni. S^e Année — III Jahrgang. l" avril-ler mai 1895. 



Miscellanea 

Entomologica 

Organe international 

contenant les demandes d'échange, d^achat et de vente de collectione 

livres ou objets d'histoire naturelle. 

Anzeiger von Tausch, Kauf und Verkauf für internationale Entomologen. 

Entomologist's international Adrertiser for exohanje, purohase and sale. 

Direction et Rédaction 

E. BARTHE, à Narbonne, Aude (France). 

Avec la collaboration de naturalistes de tous les pays. 
Mit Mitwirkung internationaler Entomologen. 







Les " Miscellanea Entomologica " paraissent le \«r de chaque mois. 
Abonnement annuel : Union postale, fr. 5. 
Die " Miscellanea Entomologica " erscheint am i. jeden Monats. 
Jährliche Subscription : 4 Mk. — Annual subscription : 4 sh. 



Comité d'études - Studien -Ausschuss 

MM. Argod- Vallon, à Crest (Drôme). Longiconios cl coléoptères cavernicoles «lu glohe. 
A. Finot, 27, rue St. Honoré, Fontainebleau. Orthoptères du glol>e. 
F. Ancey, 9, rue Fargès, Prado-Marseille. Coléoptères en général. 
H. Gouin, 99, cours d'Alsace-Lorraine, Bordeaux. Coccinelli<les île France. 
R. Martin, au Blanc, (Indre). Odonates du glo))e. Névroptères d'Europe. 
D' M. Régimbart, à Evreux (Eure). Dytiscides et Gyrinides du glol)e. 
R. P. Belon, rue du Plat, 18, Lyon, lathridiens. 
~E. Barthe, Cette, (Hérault). Colé()|)tères de la Guyane française. Apiculture. 
M. Pic, à Digoin, (Saône et Loire), Longicornes d'Europe et circa et Anlhicides du glol>e. 
Dr Chobaut, 4, rue Dorée, Avignon. Mordellides, Anlhicides. Pédilides, Rlùpiphorides, 

Vésicanls et (Kdéiiiérides de la faune paléarctique. 
A. Janet, 104, boul. Saint-Louis, Toulon-Mourillon. Rhopalocères du globe. 
D>- A. Sicard, à Tebourzouk, Tunisie. CoccineUides du globe. 
T>^ L. Vitrac, aux Trois-Rivières, Guadeloupe. Entomologie des Arililles. 
E. André, 17, rue des Promenades, à Gray, (H'= Saône). Formicidesdu globe et Mutilli- 

des de la réj^ion (niropf-o-medUerraiteeiine. 
M. Vauloger de Beaupré, lieutenant au 144^ de ligne, Blaye, (Gironde). Cicindélides 

et Cbrysoniéliih's d'Euiopt' et circa. 
A F. Nonfried, Rakönitz, Boheniia, Autriche. Lucanides, Célonides, Mélolonthides. 

Rutélides, Dyuastides, lîuprestides et Cérainl)ycides du globe. 
A. Théry, St-Charles, pa.' Philippeville, Algérie. Buprestides du globe el Longicornes 
d'Europe. 

l'abbé A. Carret, aumônier aux Chartreux, Lyon. Cara bides d'Europe el en particulier 

genres llarpalus, l'icrostichus et Amara. 
A. L. Montandon, Strada viilor filarete, Bucarest, Roumanie. ïlémiplères lléléroplè- 



res. 



G. Gribodo, Via Maria Vittoria, 19, Torino, Italie. Vespidaî et Hellifera du glol)e. 

D' C. Schaufuss, Directeur du Museum Ludwig Salvator à Meisseu, Saxe. Scolylides 

l'ialypides el Scydniéiiidcs exotiques. 
D' Franz Spaeth, Kohlméssergasse, 3, 'Wien, I/l, Autriche. Cassidides du gl«d)e. 
E. Simon, 16, Villa Sa'id, Avenue du Bois de Boulogne 56, Paris. Arachnides du 

globe. 

H. Fruhstorfer, Berlin N, Gartenstrasse 152. Rhopalocères (h> la région ndo-auslra- 
lieiinc. 

D' Franz Spaeth, Kohlméssergasse, 3, "Wien I / 1. Cassidides tlu gbd)e. 

G. de Bony, rue Vaneau, 36, Paris. Genre Cicindela (Europe et contins), (;aral>ides vrais 

(cur()|iéeiis cl evollciues). spécialement genre Nebria. 
E. Abeille de Perrin, rue de la bibliothèque 24, Marseille, iîupreslidcs. Malaciiidcs 

el (lisides paléarcti(|acs. 
E. Fleutiaux, 1, rue Malus, Paris. Cicindélides, Élatérides du globe. 
D' A. Puton, à Remiremont, Vosges. Hémiptères Iféléropièrcs paléardiipics. 
H. Caillol, avocat, rue Traverse du Chapitre, 18, Marseille. (:ryplophagi<h's, Mylaltri- 

des (iiruchides) el 1 romidcs. paléarcliques. 
H. Nicolas, rue Velouterie 9, Avignon. Biologie des Hyménoptères. 
C. Houlbert, professeur au Collège de Dieppe. Larves de Coléoptères, Orthoptères et 

Ni'vioptcres. 
Dr E. Candèze, à Glain -lès-Liège, Belgique. Elatérides du globe. 
Ch. Bruyant, rue Gaultier de Biauzat, 26, Clermont-Ferrand. Faune entomologique 

des eaux, spécialcnKMit llydrncorises. 

E. Ragonot, 12, quai de la Râpée, Paris. Microlépidoplères d'Europe ; Pvraliles. Crani- 

bitcs cl l'hycites du globe. 

J. Vachal, à Argentat, (Corrèze). llymenoplera aculeata de la région circa mé.liierr»- 

iiécnne et d'Aliiquc ; llaliclus cl l'rosopis de l'ancien monde. 
H. Léveillé, rue de Flore 104, Le Mans (Sarthe). Botanique en général. 

F. Silvestri, à Bevagna, Umbria, Italie. Myriopodes du globe. 

V. Mayet, professeur à l'École nationale d'Agiùculture, Montpellier. Biologie der. 
Insectes. 

( Voir la suite a la ihiçio 3 de la eoiworturc. 



StlUl^^^'^ ENTO/WOlo^/^^ 



NUNTIUS ENTOMOLOGICUS INTERNATIONALIS 



No. 4-5. Vol. m Édition Française 1 Avril-Mai 1895. 

(31/8 1895). 

SOMMAIRE 

M. Pic. - Descriptions d'au Xylophilaê et de plusieurs Anlhicides d'Algérie, 

A. Griffini. - Notes sur la faune eutomologique piémontaise : V. Sur l'existence de VHij- 

drous flavipcs dans le Piémont. 
J. J. KiEFFER. - Essai sur le groupe Can)pyloniy:^a. 
nécrologie. 

Bulletin bibliographique. 
Livres nouveaux, mémoires courants. 
Ouvrages d'occasion. 
Échanges & Annonces. 
K. IÎRAMSON. - Rhopalocéres d'Europe et du Caucase. [Suite). 

Descriptions de d'un XYLOPHILUS et de plusieurs ANTHICIDES d'Afrique. W 

Xylophilus (Olotelus) longipennis. — Relativement allongé, testacé roussàtre, 
avec les yeux uoirs ; première moitié des cuisses iwstérieures de cette coloration. Tète 
assez courte, large, tronquée-arrondie en arrière, un peu rembrunie, à ponctuation forte, 
écartée, avec les yeux petits. Antennes dépassant la hase du prothorax, à 1«' art. long, 2« 
et Ö'' égaux, les suivants plus forts, les derniers courts, le terminal plus long. Prothorax 
court, très large, bien anguleux en avant, non sensiblement diminué sur la l)ase qui est 
siauée, à ponctuation forte, peu rapprochée. Écusson petit. Élytres plus larges que le i)ro- 
thorax, relativement longs, arrondis aux épaules et à l'extrémité, à ponctuation forte, 
écartée, et pubescence grisâtre fine ; ils sont ornés d'une très légère dépression en dessus. 
Dessous du corps de la coloration du dessus. Pattes minces, assez longues ; cuisses posté- 
rieures très peu épaissies. 

Long. 2 mill. Le Cap. 

Rappelle bien A'. Beni-Morœ Pic, d'Algérie ; il s'en distingue au moins par la forme 
plus allongée. 

Notoxus senegalensis ? v. francevilleus. — Petit, entièrement testacé, ou avec 
une tache rembrunie sur le milieu des élytres ; yeux noirs. Antennes grêles, longues. 
Corne prothoracique nettement dentelée. Élytres un peu élargis après le milieu, avec une 

(i). Les insectes décrits dans ce mémoire font tous partie de ma collection et me viennent pour 
la plupart de la générosité de M. A. Raffray, qui, obligeamment, recueille pour moi, dans son séjour 
actuel au Cap, ces Anlhicides qui m'intéressent tant. 



— 42 — 

It'gèrc dépression poslliunK-ralo, tronqués à rcxtivmilé. à pubescence fine et à ponctua- 
lion assez (lue. écartée. Pattes givlos. 

Long. 2 niill. FranccviUc, dans le Conrjo. 

Formicomus minutus. — Variable de lestacé et l)ruiiàtre plus ou moins obscurci ; 
à forme éhlrab' reialivement courte; pattes et antennes variables, plus ou moins teslacées. 
Tète (quelciuetbis seule rembrunie) assez longue, i)ien arrondie en arc en arriére, à ponc- 
tuation peu fine, écartée. Antennes relativement tories, épaissies à l'extrémité, jilus ou 
moins testacées ou rembrunies. l'rothorax modérément étroit, dilaté et largement arrondi 
en avant, presque droit sur la base, à ponctuation un |)eu forte, écartée ; il est testacé ou 
plus ou moins rembruni. Écusson prescpie nul. l^lytres bien convexes, assez ovalaires, bien 
diminuées en avant avec les éiiaules nulles, plus ou moins élargis vers leur milieu et plus 
ou moins atténués et tronqués à l'extrémité, à ponctuation fine ; ils sont variables de tes- 
tacé ou de brunâtre. Dessous du corps testacé ou rembruni. Pattes courtes avec les cuisses 
à peines élargies, paraissant inermes chez cf. 

Long. 2% à 5 mill. Le Cap. 

Par sa taille relativement petite et son aspect, cette espèce me paraît bien particulière. 
Quelques auteurs pourraient la considérer comme une forme curieuse û'Anthicus ? 

Tomoderus fasciatus. — Trapu, noir, avec le protliorax et une bande transversale 
postmédiane d un lirun rougeàtre, à pubescence grisâtre, mi-couchée, avec quelques poils 
dressés. Tète large, légèrement lioncpiée en arriére, presciue lisse, très brillante, avec les 
jeux pei saillants. Antennes (quelquefois avec les ["'■^ articles articles clairs) poilues, mo- 
dérément grêles, épaissies à l'extrémité. Prothorax insillonné, 'plus long que large, à lobe 
antérieur bien arrondi, le postérieur court, élargi sur la base, à ponctuation irrégulière, 
marquée sur le sillon transversal. Écusson petit. Élytres larges, modérément courts, à 
peine ovalaires, avec les épaules marquées, l'extrémité arrondie, à ponctuation forte, écar- 
tée. Dessous du corps foncé. Pattes minces, d'un [brun foncé plus ou moins obscurci. Va 
exemplaire inuuature ijrésentc une coloration générale teslacée. 

Long. 2 % -2 2 7) m il I . Le Cap . 

Uemanpialtle dans le genre par sa coloration; on peui, le |)lacer près de T. ci'uciatus 
Laf. 

Anthicus Donckieri. — Modérément allongé, noir très pubescent de duvet gris fin, 
avec les pattes et les antennes en partie et varial)leinent rembrunies. Tète grosse, carrée, 
tronquée en arrière, à ligne médiane lisse et ponctuation fine, dense ; yeux petits, peu 
saillants, placés antérieurement sur la tète. Antennes peu longues, bien épaissies sur 
leurs derniers articles. Prothorax trapéziforme, très anguleusenient dilaté en avant, bien 
diminué en arrière et rebordé sur la base, très pubescent, à ponctuation fine, dense. 
Ecusson i)resque nul. Klylres à côtés assez parallèles, plus larges que le prothorax, avec 
une très vague dépression post-huniérale, les épaules oi)li(|uement arrondies, l'exlrémité 
arrondie; ponctualion fine et dense. Dessous du corps foncé. Pattes courtes avec les cuisses 
un peu épaissi(>s. 

Long. 1 2 ." mil!. Franccville dans le Congo. 

A placer près de A. stijaUis Laf. du Cap, dans le groupe de A, floralis L. ; bien 
tranché par son aspect prescjue mal sous une pul)escence grise fine. 

Je suis heureux de dédier celle espèce à M. II. Doiickicr qui me l'a procurée ainsi que 
beaucoup d'autres. 

Anthicus Achillei. — Court et assez large, très pubescent de grisâtre avec quelques 
poils courts dressés, d'un noir à vague rellet métalliciue, avec base des antennes, au moins 
les til)ias et les larses, une tache postérieure élytrale, d'un testacé jaunâtre. Tète assez 
large, peu longue, légèrement lrün(pi('e en arriére, à |)onctuation modéi-ément fine, écar- 
tée. Antennes peu fortes, bien épaissies à l'extrémité. Prothorax court, largement dilaté 
arrondi en avant, très rétréci à la base, paraissant marqué d'un sillon tout à fait postérieur» 
à ponctuation peu nette. Kcusson presque nul. Élytres assez courts, à ponctuation forte, 



— 43 — 

peu rapprochée, tronqué-épineux ^ (celui-ci à forme plus allongée) ou anguleuse- 
luenl arrondis 9, à l'extrémité ; taclie élytrale jaune, ordinairement arrondie, située près 
(le l'extrémité et isolée sur chaque élytre. Dessous du corps plus ou moins foncé.^Pattes 
minces, ordinairei.ient entièrement claires ou avec les cuisses en partie obscurcies. 

Long. 1 2;-,, 2 mill. Le Cap. 

Dédié à M. A. Rnffray, en souvenir de ses chasses désintéressées et productives du Cap. 

Anthicus rotundipennis. — Court, large, à pul)cscence couchée, longue, grisâtre, 
avec ([uelques poils courts, dressés, d'un noir légèrement bronzé, avec la base des antennes 
et les pattes plus ou moins d'un testacé jaunâtre ; élytres à vague coloration brunâtre chez 
les immatures. Tête large, tron(|ué-arquée en arrière, à ponctuation fine. Antennes minces, 
à articles assez moniliformes, épaissies à l'extrémité. Prothorax court, plus large que 
long, bombé, très dilaté-arrondi en avant, bien rétréci et légèrement rebordé sur la Itase, 
à ponctuation fine, peu nette. Écusson presque nul. Élytres courts, très bombés, presque 
globuleux, diminués en avant, avec les épaules peu saillantes |et l'extrémité, qui est 
arrondie, à ponctuation forte, écartée. Dessous du corps plus ou moins foncé. Pattes 
minces plus ou moins testacées avec ordinairement le sommet des cuisses seulement obs- 
curci. 

Long. 2 mill. Le Cap. 

Espèce remar([ual)le par sa foi'me élylrale courte et i)ombée ; cette forme se rapproche 
un peu de .4. trotoininidcns Pic d'Algérie. 

Anthicus brevipennis. — Court et large, brillant, orné de longs poils dressés, 
épars, d'un rougeâîre testacé avec les élytres et quelquefois la tète obscurcis. Tète large, 
brillante, arrondie en arc, presque lisse, avec les yeux petits, gris. Antennes noirâtres, 
quelquefois avec les premiers articles plus clairs, longues, les 2 premiers articles ,gros, 
suivants plus minces, le terminal plus long; elles sont bien épaissies à l'extrémité. Pro- 
thorax court, bien dilaté-arrondi en avant, assez diminué et rebordé à la base, à ponctua- 
lion écartée, peu forte. Écusson nul. Élytres courts et larges, bombés, bien arrondis aux 
épaules et assez anguleusement arrondis à l'extrémité, à ponctuation très forte, écartée. 
Dessous du corps brunâtre ou obscurci. Pattes courtes, minces. 

La var. capensls présente une coloration générale testacéeavec la taille ordinairement 
plus petite. 

Long. \yi à 1 2/ômill. Le Cap. 

Cette espèce remaripiable par la forme bombée, ses élytres courts et larges, peut (bien 
que son prothorax soit moins large) à cause de sa forme élytrale, se classer près de la 
précédente. 

Anthicus maximus. — Grand, d'un noir brillant sans taches de duvet, à pubesccnce 
d'un gris jaunâtre, mi-couchée, avec des poils longs dressés; antennes et pattes rougeâtres. 
Tète grosse, arrondie en arc en arrière, à ponctuation très forte, écartée, avec les yeux peu 
saillants. Antennes à premiers articles plus ou moins allongés avec les derniers peu élar- 
gis, tronqués au sommet, le terminal en pointe émoussée. Prothorax bombé, rol)usle, à 
peu près de la largeur de la tête en avant, anguleusement arrondi sur cette partie, l)ien 
diminué en arrière, à ponctuation très forte, écartée. Écusson presque nul. Élytres un peu 
bomliés, allongés, diminués aux deux extrémités, plus courtement diminués postérieure- 
ment chez é 1 à ponctuation forte, écartée. Dessous du corps foncé avec le pygidium saillant 
Ç. Pattes fortes avec les cuisses épaissies, tes tibias ordinaires dans les deux sexes, munis 
d'épines plus ou moins nettes à l'extrémité; tarses grêles. 

Long. 5, 4>{ mill. Le Cap. 

Forme de A. insignis Luc , seulement plus atténué en arrière, nettement tronqué à 
l'extrémité chez (^ ,a\çc les élytres dépourvus de dessin gris, etc. 

Une race [trancat ipennis) bien voisine de celle-ci, en diffère par la forme élytrale un 
peu moins ovalaire, les cuisses et les antennes en partie obscurcies et surtout par la i)u- 
bescence simple, plus ou moins couchée, sans longs poils dressés sur le corps. 

Long. 3, 3 2/3 mill. Le Cap. 



Ochtenomus elongatus. — Assez allongé, entièrement testacé moins les yeux noirs. 
Tète longue, à clépressiou postérieure médiane. Antennes longues, à !'■• art. relativement 
gros, peu épaissies à l'exlréniité. Prothorax long, étroit, à peine dilaté avant le milieu, 
comme maniué d'une vague dépression longitudinale médiane. El^tres relativement allon- 
gés, à ponet nation (plus forte (|ue celle du protliorax) peu rai)|)rocliée, avec les épaules et 
l'extrémité arrondies. Une petite dépression ]tost-scutellaire. Pattes et dessous du corps 
tes tac es. 

Long. '2% à 2 2/5 mill. Lc Cap. 

Paraît différer de 0. tcnuicolUs llossi parla forme un peu pîus étroite et les antennes 
plus minces ; plus grand que 0. uuniiius Pic. 

Maliuci: Pic. 



Notes sur la Faune entomologique pièmontaise. 

V. 

Sur l'existence de l'HYDROUS FLAVIPES Stev. 

DANS LE PIÉMONT (V). 

Dr. Achille Giiin im. 

Pendant les années 1801-93, m'occupant de mes reelierchcs sur les insectes aquati- 
ques (2), je trouvais très abondant Vllijdroiis Jlavipes dans (pielques eaux stagnantes 
voisines de la ville de Turin et aussi dans cette ville ménie. La seule localité où je ren- 
contrais cette espèce est celle qui porte le nom de ,, Vanchiglia ", zone de terrain assez 
fertile, en partie comprise encore dans les murs de la susdite ville et où existaient alors 
de nombreuses mares dune eau stagnante, plutôt trouble et bourbeuse, dans laquelle la 
vie animale était extrêmement intense durant toute la belle saison. Dans ces eaux où 
abondait aussi VHi/drophilus piceus, existaient quelques Hjjdrous caraboïdes, peu 
nombreux, tandis qu'on y trouvait toujours très abondant VHijdrous flavipcè. 

Dien (jue l'espèce me parut facilement reconnaissable, sacliant qu'aucun auteur n'avait 
indiqué ce coléoptère comme vivant en Piémont (bien que la faune coleoplerologiipie piè- 
montaise soit la mieux connue de toute l'Italie et que le catalogue de Daudi indique plus 
de 5000 espèces de coléoptères piémontais), je voulus chasser le doute survenu un moment 
que je pouvais avoir alfa ire à une variété de VIL caraboïdes voisine de la variété i'n^er- 
mcdia. 

Mais en étudiant les nombreux individus par moi recueillis, eu m'aidant principale- 
ment des ouvrages de Mulsant (3) et de Camerano (i), et en les confrontant aussi avec les 
H. caraboldos que j'avais moi-même trouvés et avec les exemplaires des deux es|)èces 
existant dans les collections du Musée Zoologique de Turin, je pus me convaincre que je 
ne m'étais pas tromi)é en jugeant à première vue que ces coléoptères étaient de vrais H. 
Jlacipes. 

Cette espèce se distingue facilement de l'autre par sa taille moindre, par le grand 
luisant de tout le corps ([ui est d'une CDuleurolivàlre brillante, et aussi par les caractères 
du prosternum et des pattes. 

Comme je l'ai dit plus haut, aucun auteur n'a signalé comme trouvée dans le Piémont 
l'espèce susdite, et en fait, si nous examinons la l)ibliographie relative au sujet, nous 
trouverons : 

(1^ - Le nom yénérique de. cette esiièce a subi divers cliangeiiieiils. On l'a désignée tantôt sous le 
nom à'Ilydrous Leach, tantôt sous le nom A'JIydrocliares Latr. Dans le Cataloyus coUopterorum 
Europœ de tSlij, il porte le niiiri d'/fijdrnphUus GenllV., tandis ipie les rrydrop/nlu.i iiuct., deviennent 
J/ydrous. 

(2) - A. fiiiiFFiM. - (;li insclli acqiuiioli. Turin, 1804, avec 1.') gravures. 

(3) - .Mui.sANT M. E. - Ilist. naturelle des Coléoptères de France, « Pal|)icüines ». Paris, 1844. 
(i) - CxyftWKyo L. - MùHdijfd/ia ileyii IdrofUiiii itidinni. Actes de l'Acad. Royale des Sciences 

tle Turin, vol. .\L\, 1884. 



— 45 — 

1872 - Bertolini S. - Cataloijo sinnn. c topograf. dei coleottcri d'Italia. 

A la page 41 les localités indiquées pour VHudrous Jlavipcs sont : « Gorizia, 

Sardaigiie ». 
1879 - Catalogo délia collc;;ionc dl insetti italiani del R.Maseo di Fircnzc, « Co- 
leotteri », Sér. '2. 

A la page 35 est indiqué VHtjdrochares ßacipes des environs de Pise et de la 

Sardaigue. 
1881 - Piolti G. - 7 coleotteri di Rivoli (Piemonte) - Extrait des Annales de l'Acadé- 
mie Royale d'Agriculture de Turin, vol. XXIIl. 

A la page4i on indique seulement VHydr. carahoïde?. 
1884 - Camerano L. - Monografla degli Idrofllini italiani : op. cit. 

On ne donne pas d'indication précise de localité; on dit seulement que les deux espèces 

se trouvent fréquemment enseml)le, en ajoutant : « L'Hydrochares ßaoipes est ce- 
pendant une forme plus méridionale que l'H. caraboides. 
1887 - Ghiliani V. - Elrnco délie specie di Coleotteri troeate in Piemonte. Ouvrage 

posthume publié par le soin du Dr. Camerano. Extrait des Annales de l'Acad. Royale 

d'Agriculture de Turin, vol. XXIX. 

A la page 81 on indique du Piémont avec VHgdroph. piceus, seulement VHydroph. 

caraboides ; on signale ensuite VHydroph. scrobiculatus (5) comme trouvé à la 

Spezia (Ligurie). 
1889 - Baudi F. - Catalogo dei Coleotteri del Piemonte. Extrait des Annales de l'Ac. 

Royale d'Agric. de Turin, vol. XXXU. 

A la page 40 est indiqué seulement VHydr. caraboides. 

Donc jusqu'ici on ne connaissait du Piémont que le seul H. caraboides, et l'autre 
espèce, H. Jlavipes, avait été indiquée de la Gorizie, de la Ligurie (?), de Pise et de la Sar- 
daigue, localités auxtiuelles il faudrait joindre la Sicile, le Dr.Ragusa l'ayant indiqué de 
Syracuse (G). 

Il me semble par suite assez intéressant d'avoir signalé son existence en Piémont ; 
malheureusement pour les entomologistes, ces mares de la région de Vanchiglia, si riches 
de vie et si utiles pour beaucoup de genres d'études, et où VH. fïacipes était toujours 
très abondant, ont été cette année même mises à sec et comblées ; mais il est probable 
que l'espèce en question se trouve aussi dans le voisinage (7). 

Au Musée Zoologique de Turin, on conserve encore 45 exemplaires de VH. ßavipcs 
recueillis par moi dant la susdite localité. 

Ce coléoptere nage un peu mieux que VH. curaboides, il est plus vif, il reste moins 
longtemps sous leau. il se cache moins parmi les végétaux aquatiques, mais vient fréquem- 
ment à la surface pour respirer. Emprisonné dans les aquariums, il s'y habitue fort bien, 
il se nourrit seulement de matières végétales et d'animalcules morts ou vivants. Il est 
très gourmand des œufs de Corises que celles-ci déposent en grand nombre sur les pier- 
res submergées. Il n'est pas rare de le voir s'accoupler même dans les aquariums, et alors, 
comme chez VH. caraboides, c'est la Ç qui nage pendant que le c? se tient fortement 
accroché sur elle. 

Durant le jour, quand le soleil éclaire vivement les eaux, cet Hydrous cherche fré- 
quemment un objet émergeant, il y grimpe, attend d'être sec et s'envole. 

Quand on le saisit, et principalement quand il est mordu par les gros Dytiscides, qui 
souvent lui coupent les pattes, il fait entendre une stridulation plaintive, brève, répétée, et 
qui ressemble à un gémissement de douleur. 

Turin, Musée Royal Zoologique, 21 mai, 1895. 



(5) = pavipes ? 

(6) Catalogo dei Coleotteri di Siciiia, pag. 16. 

Je ne connais pas que J'aulrns auteurs, qui, comme Costa, Cavanna, Piccioli, Mingazziui, Bnrgagli, 
se sont occupés de la l'aune coléoptéiologique des dilférentes régions de l'Italie, aient siginalé cette 
espèce de quelque autre province. 

(7) Le prof. Camerano m'assure que Vif. flavipes doit se trouver aussi près de Settimo (Piémont). 



ESSAI SUR LE GROUPE 
CAMPYLOMYZA. 



INTRODUCTION 



l;;\ fainillp d?s Crcidonijjldcs a ûlé sul)ilivisc''0, en 1840, par Ronclaiii, en deux sous- 
famiUcs, appelées, d'après leurs représenlanls les plus importanls, Cùcidoiitijincs el Lcs- 
trrniincs. Scliiner a proposi' eu 18ü8 d'y ajouter la sous-famille des Heicropèzlncs, qui 
relie les ('rcuIoiiKjincs aux Lcslréininc^i, tandis(|ue ces dernières rattachent la famille 
des ('('culoniijidcs à celle des Mi/cc{o/)h(li(lcs. Les diptères qui font l'objet de ce tra- 
vail, appartiennent à la sous-famille des Leslrémines. Meigen, le premier auteur qui s'en 
soit occupé, les faisait d'abord, en 1804, rentrer dans le genre Cccidoiiiyia; plus tard, 
en 1818, il créa pour eux le genre Cainpijlomijza, nom qui doit faire allusion à la cour- 
bure delà trompe. (En réalité, la trompe est conformée comme dans les Cécidoniyin^.s, 
c'est à dire composée d'un suçoir entauré de deux lobes*. Mais les caractères donnés par 
Meigen, s'appliquent non seulement à un ,mais à plusieurs genres, c'est à dire à tout un 
groupe. En outre les courtes diagnoses des espèces ne suflisent malheureusement pas à les 
faire reconnaître, de sorte (jue nous ignorons à ([uelles espèces doivent se ra[)porter les 
caractères g(''néri(iues donnés par cet auteur. 

Zetterstedt en 18i0, 1850 et 1852, Rondani en 1850, Walker en 1856 et Say pour l'Amé- 
ri(|ue v"^!! 18'25, n'ont pas été plus heureux; les es|)èces décrites |iar eux ne pourront jamais 
être reconnues. 11 en est de même de l'espèce décrite par Siel)ke en 180i. A part Scliiner 
(pii a fait connaître en 1808 une espèce provenant de Sidney, l'on peut dire que 'Winnertz 
est le premier qui, par ses publications sur ce sujet ait rendu quelque service aux dipté- 
! dogues. Dans son travail : « Die Gruppe der Lestremin;e « (Verh. d. Zool. Bot. Ges. Wien, 
1870), cet auteur décrit vingt-deux espèces nouvelles. Ces descriptions paraissent foites 
avec soin et peuvent probablement suffire à faire reconnaître les diptères en aueslion. 
Nous n'avons néanmoins pu admettre dans le cadre de ce travail que trois de ces espèces, 
et cela pour plusieurs motifs. En effet, Winnertz n'indique pas la forme des pulvilles ou 
pelotes et des crochets des tarses; il ne fait pasnuMition des ornements des antennes ; il a eu 
ensuite le tort de croire (jue toutes les cécidomyies ont nécessairement des palpes à qua- 
tre articulalions, de sorte (|ue nous n'avons aucune garantie pour les assertions (ju'il don- 
ne à ce sujet ; enfin, un bon nombre des espèces décrites par lui, formeront, je n'en doute 
pas, U!i ou plusieurs genres nouveaux. En attendant, je me conlenlerai de donner, à la fin 
de ce travail, une courte diagnose des espèces ([ui me sont demeurées inconnues. Ommt à 
celles de .Meigen, de Zetterstedt, de AValker et de Rondani avant 1800, je ne puis que les 
abandonner à leur .sort, c'est à dire à l'oubli. Des descriptions telles que Meigen les donne 
p. ex. pour ('. aceris : « nigricans, pedibus pallidis », ou pour C. J'iiscipcs : « atra, 
pedibus |)iceis », ne peuvent évidemment être d'aucun secours. J'ai pu reconnaître l'es- 
pèce décrite en cette même année 1870 |)ar Perris. Enfin la description d'une espèce exo- 
ti(pie {r.ininnplrjps. parriilus) par Eaton en 1875, vient clore la série. 

Si Ion clierche des détails sur les i)remiers états et les mœui-s de ces insectes, l'on 
liouvc cnciire moins de renseignements. Winnertz pouvait écrire avec raison, à la pre- 
mière page (lu travail cité plus haut, (pu; les premiers états des insectes de ce groupe 
élaient encore complètement inconnus ; lui-même, <lans le courant de son travail, ne don- 
ne aucun renseignenuMit à ce sujet, mais seulement (pielques détails sur leurs mirurs. 
C'est ainsi cpie dix-huit des espèces qu'il dé(;rit, ont été obtenues de bois pourri (hêlre : 7 ; 
charme : 5 : iiouleau : ! ; .sans détermination 8) ; une autre, d'un champignon (') habité 
par d'auires larves de diptères; une enfin d'un vase rempli de terre, contenant des larves 
de n/c/icloiiii/id cdrddininis. nous savons en outre que, suivant Rondani, les femelles 
de Mirroniijid lucoriim se [ireniieiit en Mai dans les fleurs d'Aristoloche et qu'elles procu- 



(*) Sans doute ligneux, .le n'ai Janiais trouve' de l.irves tie Cécidoinyies dans d'autres champignons 
que des o^i)èces ligneuses. 



— 47 — 

rent indirectement la fécondation de cette plante. (Di alcuni Inselli ditteri che ajutano 
la fecondazione in diversi perigonii. Arch. p. Zool. ISliO, p. 191). Meigeu nous api)rend que 
les femelles de C. aceris se trouvent en al)ondance sur les feuilles d'un Erable (A. l'iala- 
noides). 

Un autre auteur, Apetz, a fait l'observation suivante : Un Camp'jloni'j^'a était posé 
sur une chenille de Sineriiitlms ocellata et paraissait s'y être solidement fixé. Une se- 
conde fois, le même fait a été observé, et l'on remarqua distinctement que le diptère 
suçait la chenille, comme le font les Culex. L'auteur eu concluait que les Cainptjlo- 
myza semblent tenir le rôle des C?f?e,r auprès des chenilles (Ent. Zeit. Stettin, 18i9,S. 62). 
Sans vouloir mettre en doute l'observation d'Apetz, je me permets cependant de rejeter sa 
conclusion, la tromi)e de ces insectes ne me paraissant pas apte à perforer, mais seulement 
à sucer des liquides. J'ai maintes fois observé ces petits diptères posi's sur des feuilles 
ti'ès légèremement humides et y appuyant leur trompe à différentes reprises, comme pour 
en absorber le suc. 

Terris enfin est le seul oi)servateur chez lequel nous trouvions une description, très 
incomplète il est vrai, de la larve et de la nym|)he (Uun représentant de ce groupe (*). Cette 
larve à spatule hyaline,!**) mais surtout la nymphe, indiquent une espèce du genre Aprl- 
ontis. Si nous ajoutons à cela, deux larves observées l'une en Russie ^à? Ganin (détritus), 
l'autre en Bavière par Pagensleciier (résidu de betteraves), toutes deux douteusement à 
rapporter ici, nous aurons en résumé tout ce quia été publié sur les Campyloinysa. 

Il me reste à dire un mot des Planches qui accompagnent ce travail. A part les figu- 
res 2, 3. 7, 22 a, b, c, 24, 25 et '.^G que j'ai ajoutées à la Planche 1, les (ig. 24 et 54, ajou- 
tées à la Planche 11 et les fig. 2. 7, 8 et 9 dans le texte, tous les dessins ont été exécutés 
par M. P.ubsaamen. La Planche II a été faite d'après mes dessins et en même temps d'après 
nature ; la Planche [, du moins les figures représentant les larves, n'ont été exécutées que 
d'après mes dessins. 

Abbé J. J. Kir.ri"i;i\. 
f.\ suivre). 



Nécrologie. 

En annonçant la mort de M. J. Croissandeau, il ne nous avait pas été possible de don- 
ner des détails sur sa vie et ses importants ouvrages; nous réparons aujourd'hui cette lacune 
en consacrant à notre regretté collègue une notice plus ilétaillée : 

Après avoir fait ses éludes au Lycée d'Orléans, puis à "celui de Versailles, M. J. Crois- 
sandeau dirigea l'importante maison de son père dont il décupla le commerce grâce à son 
activité extraordinaire et à sa science des affaires. Quand cette maison eut atteint le degré 
de prospérité qu'il avait voulu lui donner, il se déchargea sur un de ses parents, M.Boissin, 
du soin de lui conserver sa nombreuse clientèle, et, sans abanchjnner la haute direction de 
ses affaires, il se mit à étudier notre littérature du moyen âge, traduisit le « Pioman de la 
Rose » et plusieurs autres vieilles chroniques ; puis, malgré les 'multiples fonctions qui 
eussent absorbé le temps de dix personnes moins bien douées que lui, il aborda l'étude 
de l'histoire naturelle. 

En peu de temps il réunit une collection de coléoptères de France et de Corse des plus 
précieuse, je dirai même inestimable, mais son esprit observateur fut d'abord frappé de la 
prodig.alité avec laquelle les naturalistes créaient des espèces nouvelles sans raison suffi- 
sante, et ayant réuni les types des descripteurs, il ne tarda pas à se convaincre que des 
simplifications s'imposaient pour pouvoir se reconnaître en entomologie et surtout dans 
l'étude des coléoptères. 

Partant de ce principe, M. Croissandeau se livra d'aliord à l'étude des Scydménides 
d'Europe et résuma ses observations dans un mémoire accompagné d'un catalogue et de 
planches, travail achevé et cpii peut être donné à l'imprimeur. 

C*) Insectes du Pin maritime. Diptères. (,4)1)1. Soc. Eni. Paris. 1870. p. 174-176. PI. 2. fig'. 4ô-4Gj. 
(**) Je le conclus du silence de l'auteur qui n"a pas manqué d'observer et de décrire les spatules 
brunâtres. 



— 48 — 

Dans col ouvrago, M. Cniissandoau a dessiné avoc grand soin, non soulement les espèces 
<|u'il mainlienl, mais même celles qu'il a été amené à supprimer après avoir éludié les 
ncunbreuses séries des auteurs (|u'il avait réussi à se procurer. 

Les Torni'tinia, les AiiiaurorJiinus, les Rayniondia sont traités de la même façon 
ainsi (jue les Thinoblus et les Lcpfusa ('). Les dessins des Coccinellides sont commencés, 
de même que ceux des Metigcthes, des Bathiscia, des Trichoptérygides et surtout la 
suite des Scjdménldes d'Europe, c'est à dire les Scydmenides du globe, etc. etc. 

L'él)auclie seule de ces travaux eût sulli à remplir la vie [d'un homme ; grâce à son 
activité extraordinaire et à la rare facilité de travail qui le distinguait, M, Croissandeau 
eût i)U mener à bien en quatre ou cinq ans ces nombreux ouvrages dont les planclies si 
soignées eussent toujours servi de monument poui- les études à venir sur ces familles, et 
cela malgré des occupations d'un tout autre g(Mne et non moins utiles, dont un homme 
ordinaire se fût à peine tiré. 

C'est grâce à lui en effet que la Chambre de commerce d'Orléans et du Loiret dont il 
était président, avait pris une telle importance ([u'on la signalait comme la première des 
Chambres de province. Si la mort ne fût point venue le frapper, M. Croissandeau aurait 
vu sous peu se réaliser le grand projet qu'il poursuivait de relier Orléans à l'aris par un 
canal qui devait donner à sa patrie une activité commerciale considéral)le et ipii eût 
rendu au point de vue militaire les plus grands services, si un nouvel investissement de 
Paris se produisait. 

M. Croissandeau avait fondé ou contribué à fonder dans sa ville natale de nomlu'euses 
sociétés qu'il aidait de ses conseils et au besoin de ses revenus : la Société des Amis des 
Arts d'Orléans, le Souvenir français, la Société des fêtes de bienfaisance, l'Union commer- 
ciale de Cien,le Club vélocipédique du Loiret, l'Union des Syndicats du Loiret, etc. etc. 
11 était en outre administrateur des Hospices, de l'École normale, du Lycée, du Comptoir 
d'Escompte d'Orléans, et membre du Conseil Supérieur de commerce depuis 18i)i. 

Ajoutons qu'il passait pour un bil)liophile remarquable et que sa bii)li()lhè(]ue compte 
de noml)reux et rares volumes. 

Signalons, maintenant les qualités de l'homme privé que bien peu ont connu. C'était 
le meilleur cœur que l'on put trouver, d'une affection rare pour les siens et d'une amitié 
non moins solide et dévouée pour ceux ([u'il recevait dans son intimité et à la disposition 
desquels il se mettait entièrement, se réjouissant avec eux et partageant leurs peines ou 
s'applicpiaut à les en délivrer, tant par ses conseils (jue par son aide personnelle et tou- 
jours empressée. 

La mort prématurée de cet excellent homme (il n'avait que 52 ans) est donc une bien 
grande perte pour ses amis non moins que pour la science, mais elle est bien plus grande 
encore pour sa famille. 

11 laisse parmi les siens un vide d'autant plus considérable, que pour des iiommes tels 
que lui, on ne se rend bien compte de la |)lace (prils occupaient que lorsqu'ils ne sont 
plus. 

Disons enfin à la louange de notre excellent ami, (ju'il a emporté, chose rare, les regrets 
unanimes de ses compatriotes, sans distinction d'opinions et de partis. 

Il a vu venir la mort avec courage, ne cherchant qu'à caclier aux siens sa fin ipiil 
voyait arriver d'une façon irrémédiaide depuis longtemps, et c'est en souriant à sa famille 
qu'il adorait qu'il s'est éteint en cherchant encore à leur cacher les souffrances qu'il endu- 
rait avec un courage stoï(pie. 

Ainsi s'est éteint cet honnête homme par excellence et les regrets de tous ceux, parents 
et amis, qui l'ont connu dans l'intimité, seront éternels. 

L. Mi:sMiN. 

7 Le 29 Mars dernier est mort à Hurla-Pest, après une grave maladie de trois semaines, 
le doyen des Coléoptérologues de Hongrie, Johann von l'rivaldszki. 



(') El non Hhinobius et I.eptU) a, comme une erreur de transcription nous l'a lait impiimcr. 




Miscellanea Entomologica, n» 4, 1895. 



— 49 — 

Il t'tait membre de r.VcuJémie dos Sciences de ce pays, conseiller de l'empereur, Vice-Di- 
recteur du Mus,3e national et depuis dix ans, il était chargé de la partie de cet établisse- 
ment relative à l'Histoire Naturelle. 

Né en 1822 à Rajecz, une des plus anciennes villes de Hongrie, il est mort à l'âge de 
73 ars. 

Von Frivaldszki suivit d'abord la carrière d'ingénieur ; il était diplômé pour exercer 
ces fondions, mais son goût très prononcé pour l'élude de la Nature lui fil obtenir bien- 
tôt après le poste de (Conservateur-adjoint du Musée National de Hongrie où son oncle, 
Emerich von Frivaldszki, avait déjà occupé une place importante. 

Très versé dans la Science des différentes classes d'animaux, il s'adonna avec une 
affection toute particulière à celle des Coléoptères pour laquelle la Faune de Hongrie, riche 
en insectes, lui offrait de nombreux sujets d'étude. 

Il a enrichi cette science non seulement en signalant une quantité d'espèces nouvel- 
les qu'il avait lui-même recueillies dans les diverses contrées de la Hongrie, dans le Sie- 
benburg et sur le littoral (il apportait chaque année au Musée National de belles col- 
lections formées par lui dans ces régions), mais en donnant de mieux en mieux à ses 
compatriotes le goût de l'entomologie. Il a toujours aidé les débutants de ses conseils et 
des leçons de son expérience en augmentant leurs collections et en déterminant avec 
obligeance les insectes qu'ils avaient trouvés. 

Les naturalistes étrangers qui venaient le visiter étaient accueillis avec la plus gran- 
de affabilité; il se réjouissait d'avance de pouvoir faire leur connaissance et il s'apidiquait 
de son mieux à leur bien décrire les trésors de son Musée. 

Dans la description des espèces nouvelles, il s'est montré criti(iue habile et scrupu- 
leux, aussi celles qu'il a décrites, à peu d'exceptions près, sont elles fort bien détermi- 
nées. 

Les écrits de von Frivaldszki sont fort nombreux. 11 a rédigé des monographies des 
Oiseaux et des Orthoptères de Hongrie. Il a popularisé dans ce pays l'étude de la Zoolo- 
gie en exprimant ses idées eu langue hongroise. Les monographies citées plus haut, de 
même que l'ouvrage intitulé ,, Explication des mots techni(iues de Coléoptérlogie " avec 
un court traité d'.4natomie et de Physiologie des Coléoptères, est écrit en cette même 
langue et il n'a rien négligé pour qu'il pût se répandre parmi ses compatriotes. Un autre 
de ses ouvrages très intéressant (aussi en hongrois) est intitulé ,, Données pour la Faune des 
Cavernes de Hongrie". Il a parcouru plusieurs fois en sa vie les Balkans et l'Asie mineure 
{.Vnatolie et Syrie) et rapporté de ces contrées une multitude d'objets précieux pour l'étu- 
de de l'histoire naturelle. Le Ministre de l'agriculture et les Présidents de l'.\cadémie des 
Sciences de Hongrie étaient présents à ses funérailles avec une noml)reuse réunion d'amis 
et de connaissance:^. 



Bulletin Bibliographique. 

Ce halleiiii fait, suite a (xü/d publié dans les /i"^ 15-lG, 17, 20--2î~2-2, 1S93. 

Abi:iij,e de Pehrin. - Duitreslides nouveaux (C. P.. Soc. Eut. Fr., 189"). p. CCCLll-CCCLVli. 

— Genres nouv. et esp. nouv. de col. fr. (Bull. Soc. Ent.fr., 1801, p. XXV-XX^Ylll). 

— Observ. s. div. Buprestides (ibid. 189 i, p. LXIII-LXV). 

— Rectif. sur deux Buprestides. - Sur trois Ptinus. - Zonabris Theryi n. sp. (ibid. 

1894, p. CXXX-CXXXlll). 

— Notes pour servir à l'hist. des^Malachides (Soc. Esp. H. N., 189i, p. 89-92). 

— Descr. de deux Clioragus nouv. d'Alg. (L'Échange, 1893, p. 73-74 et note suppl. p. 

87. 

— Diagn. d'un Buprestide nouv. d'Algérie (ibid. 189i, p. 07). 

— Diagnoses de coléopt. réputés nouveaux (ibid. 189i', p. 91-94). 
Alduicii J. - The DoHchopod gen. Liauculus Lœvv. (Psyche, 1895, p. 509-571). 

— New gen. and sp. of Psilopinrc (Kansas Univ., Vol. Il, 1893, p. 47-50). 

— Revision of tlie gen. Dolichopus and Hygroceleuthus (ibid. p. 1-20, 1 pi.). 



— !:)0 — 

Allauu. - Deserii). de col. iiouv. de Madura (Le Naturaliste, 18'Ji, p. lui, IIG, 157), 102, 

— Diagn. de col. aiuéricaiiis (Nat. 18!)4, |). 259). 

180). 
Ai-LLAiD. - Mission AUuaudaux Seychelles : Formicides . Descr. de deux Fourmis nouvelles 
(Ann. Soc. Ent. Fr., mi, p. 67-74). 

— Col. rec. aux Açores (Soc. Zool. Fr., T. 4, p. 107). 

— Voyage aux îles Canaries (ibid. p. .^iSO). 

Ancey C. F. - Contril). à la faune de l'Afrique orientale. Coléopt. nouv. (Ex. JNatur. Sicil., 

1S95, 10 p. et II, 1894, 12 p.). 
Amjereg. - (iL'uerationsweelisel bei Insekten (Naturf. Ges. Bern., 1892, p. 17)9). 
André Em. - Descr. de (jualre esp. nouv. de fourmis d'Aniéri(iue (Hev. d'Enl., 1897), p. 148- 

l.VV. 

— Notes p. servir à la conn. des Mutill('s"paléarcti(|ues (Mém. Soc. Zool. Fr., 1897), 

p. 28G-29Ü). 

— Sur une Collection de Mutilles de l'Abyssinie (lîev. d'Enl., 1893, p. 217-223). 

— Nouv. exemple d'intelligence chez les Fourmis, 1 p., 1894 (Ex. F. des J. N., p. 190). 
André Ed. - Species des llyuién. d'Europe et d'Algérie. 40« fasc. lleteronychidae, 45" fasc. 

Braconides, 40" fasc, loni. Ifl, Météorides, Clirysides, p. 273-530, pi. III-XVII. 
Apts. - Ein Nachtschmctterlingsfalle (Fauna, 1894, p. 01-02h 
Apstein. - Ein Fall v. Conjugalion b. Tintinnen (Ex. Nat. Ver., Kiel). 

* * * - Argynnis Papliia L. aberr. (Wien. Fut. Ver., .lahresb. IV, 1 pi.). 
Arribm.zaoa. - El gen. Sapromyza en America (Soc. Se. Arg., Annals. XXXV, 1893, p. 253- 
280, 281-301). 

— Diplerologia argentina : Chironomida' (Acad. Cordoba, 1893, \). 211-258). 
AsHMEAD W. 11. - The hai)its of Ihe aculeale Ilymenoptera, 111. (l'syche, 1894, p. 19-26, 

,39-40, 59-00, et lin p. 75-79). 
Auerbach L. - lieber merkwiird. Vorgänge am Sperma v. itytiscus marginalis (Ex. Mitth. 

Akad. Berlin, 1893). 
AiRivii.Lii s. - Ueb. einige obersilur. Cirripeden aus Gottland, 1893, 24 p., I pi. (Ex. Acad. 

Stockholm). 
AlsTANT J. L - Note sur un nouvel hybride de la fam. des Sphingides (Naturaliste, 1893, p. 

230-231). 

— Lépidoptères inédits d'Algérie et du Maroc"(ibid. 189i, p. 55-.50). 

— Notice sur (pu^hpies esp. nouv. ou peu connues de Parnassiens asiati(iues (ibid. 

p. 189-liHI, 200-201). 
AzAM. - Prem. liste des llémipt. des Basses-Alpes (Ex. Soc. B.- Alpes, 1893, le part., 18 p.). 

— Liste des Orlhopt. des H. et B.- Alpes (Ann. Soc. Ent. Fr., 1893, p. 185-198). 

— Orlhop. nou^'. des B.- Alpes (Bull. Soc, Ent. Fr., 1895, p. CCCXVl-CCCXVII). 

— l'renùére liste des llémipt. des Basses-Alpe> (Digne, 1893, 44 p.). 

— Catalogue des Insectes orthopt. des B.- Alpes : additions et corrections (4 p. 1893). 

— Sur les Barbitistes de la faune française (8 p.. Digne, 1894). 

Baccarini. - S. un cnrioso cecidio délia Capparis spinosa (Malpighia, 1893, p. i05-415). 
Baer, E. von - Zur Gesch. der sogenannt. Brnstgrane der Cecidomyien (Berl. Ent. Zts., 

1893, p. 373-577). 
Bai.l AV. -Ileredity in the social colonies of Ilymenopt. (l'hilad. Acad. Sc. Proc, p. 430). 

— Neuler Insects and Laniarckism (Nat. Science, 1894, p. 91-97). 

Banks, N. - The Nemastoniid;e and Trogulida." of Ihe II. St. (Psyche, VII, p. 11-12, 51-52). 
B\RBIER, A. - L'Allise de la vigne (Hev. d(^ viticullure, 1894, 11. p. 250-254, 347-353), 
Barrett, C. G. - The british sp. of Ihe gen. Psyche (Eut. Mag., 1894, p. 217-220). 
Bastogi. - Come camminanogli inselli (Biv. Ilal., 1894. p. 107^. 
Bai Aii.i,oN. - La met. du ver à soie cl le déterminisme évolutif (Bull. Se. Fr. B(dg., 1893, 

p. 18-.55). 
Baudi, F. - Viaggio del Dr. lesta in Palestina, etc. Coleolleri. li p., 1894 (Ex. Boll. Mus. 

Torino). 
ÛL.'.N. - Arclia Yarrowii in Canada (Psyche, VI, p. 523). 



— 51 — 
BccKKH, Th. - BemerkungtMi zu llilara longicornis Strobl. (Wien. Eut. Zeit., Xlil, p. 150). 

— Rev. (lor Gattung Cliilosia Meigen (Deutsch. Akad. d. Nalurf., Halle, 1895). 

— Dipterolog. Sludien, 1 : Scatomyzida> (Berl. Ent. Zts., 189i, p. 77-196, 6 p\.\ 
Becker, A. - Insekten-Localitäten (Ins. Börse. 1893, p. 199-200. - 189i, p. 4, 15, 25, 59, (51, 

71-72, 8i, 9i, 115, 151, 141, 157-8, 160-07). 

— Die Wiinderheiischrecke und ihre Varietäten (ibid. p. 209). 

Becqierel et Biîongmart. - La mat. verte ch. les l'hyllies (G. R. AC. Se, Paris, 11 Juin, 

189i, p. 1 299-1502). 
Bedel, L. - Note sur le genre Stepiianopachys Waterb. (Dinoderus auct.) et Synop. des esp. 

de l'Ancien Munde (Abeille, Tom. XXVIII, y. 149-150). 

— Recherches sur la syn. des col. de l'Ancien Monde (ibid., p. 151-150). 

— Révision des Ilomophlus et Ileliotaurus de Barbarie (ibid. p. 157-171). 
Beli.evoye. - Col. rares ou nouv. de la faune rémoise (Bull, Soc. Se. ISat., Reims, 1895, p. 

20- 2 i). 

— Orthopt. des environs de Reims (ibid. p. 51-42). 

Bemeli, R. - Verz. der Schnietterl. in Bern am elektr. Licht gefangen (Soc. Ent. Suisse, 
1895, p. 40-48). 
* * * Beobachtung u. Fragen eines Dilettanten : Fütterungsanfang nach der Ueberwin- 
terung (Soc. Ent. Zur., IX, p. 44-45). 
Berg, C. - l'seudo-ScorpionidenknifTe (Zool. Anz., 1895, p. 440-448). 

Descr. de algunos liemipt. Iieleropt. (Mus. Aac. Montev., 189i, p. 15-28\ 

— Aeolus pyrobla[)tus Berg, n. sp. (Ann. Soc. Arg., 1892 p. 00-02). 

Beroemjal. - Gaslroschiza triacantha, neue Gatt. u. Familie, 22 p. 2 pl. (Ex.Ac. Slockholm, 

1895'. 
Bercrotii. - Notes hémiplérol. (Rev. (FEnt., 1895, p. 155-155). 

— Rhynchota a(iual. Madagascar (il)id. p. 213-21 i). 

— Descr. ofsome Rhynchota of geogr. interest (Ent. Mag., 1893, p. 01-65). 

— (tn two halophilüus liemipt. (ilüd. 1895, p. 277-279). 

— Miss. sc. deM. Alluaud anx Seychelles : hétéroplères. - Note sur deux Gerrides 

|)aléarctiques iRev. d'Ent., 1895, p. 197-210). 

— Diagn. Ilomopleror. (juatuor Madagacar (Soc. Ent. Belg., 1894, p. 160-101). 

— Rhynchota orientalia. - Liste de (pis. liemipt. de La I'lata (Rev. d'Ent., 1894, p. 

152-108). 

— Uhynchola lethiopiea (Soc. Ent. Relg., 189i, p. 535-547). 

— Bemerkungen zum Catalogus Col. Europae, Caucasi et Armeniaî Rossicae, ed. Ed. 

Reitler (Ent. Nachr., XIX, p, 505-511). 

— Ueb. Clytus ads|tersus Gebl. (Nachtrag), (ibid. j). 349). 

— Einige Worte über Nomenclatur- u. Priorilütsberechtigung (il)id. XX, p. 193-199). 

— Ueb. Brachyrrhynchus rugosus Sign. (Wien. Ent. Zeit., Xlll, p. 179), 

— Ein neuer Aradus aus Oesterreich (ibid. p. 189). 

— Nachträgliches über Aradus mirus Bergr. (ibid. p. 218). 
Berlese. - Sulla Mytilaspis fulva Trgn. (Avellina, 1895). 

— Dactylopius Citri Rss. (I'ortici, 1895). 

— Le Coccinigglie degli Agrumi in Italia (I'ortici, 1894). 

— Mat. p. un Catal. dei Mallophagi e I'ediculidi ital. (Soc. Ent. Ital., 1894, p. 50-65). 
Bernard II. M. - The head of Galeodes and the proceph. lobes of Arachn. Embryos (Zool. 

Anz.. 1893, p. 314-310), 
BERTiiorMiEC. - Ichneumonides d'Europ(> et des pays limitrophes. I. Ichneumoniens (Ann. 

Soc, Ent. Fr., 1891, p. 211-274, 5pl.>. 
Bertolim. - Contrib. alla fauna trenlina dei Coleotlcri (Sf/zVc). (Soc, Ent. It., 1895, p. 221- 

2i7). 
Betih ne-Baker. - On a n. gen. allied to llorcyna (Ent. Mag., 1893, p. 204-205'. 
Beithe.xmi M.ER, W . - Notcs on sonie N.- American Motlis, wilh descr. of n, sp. (N. Y. Mus. 

Nat. II., Vol. V, p. 29). 

— Notes on the transf. of sonie N.- A. Moths (ibid. p. 87). 

— Descr. catal. of the Butterllies found v.ith in fifty miles cf N.- Y. City, togelfier 

with a brief aceaunt of their life bist, and habits (ibid. p. 241-310). 



— 52 — 

Beutiiin. lieb, die Variet. d. Cicindela sylvatica (Soc. Ent. Zur. i893, p. H3-'114). 

— Die Vaiietät. des Carabus l'arreyssi Talliardi (ibid. 189i, p. 97-98). 

— lieb, die Varietät, der Cicindela sylvatica (ibid. p. 105). 

— lîeb. Varietät, palaîarktiseher Ciciiidolen (Ent. Nachr., XIX, p. 155-155 et XX, p. 

205-200). 

— Die Varietät, v. Carabus auratus Linnc (ibid. p. 109-112). 

Bezzi. - GH inselti epizoi (suite) (Ilivisla ilaliana, 1895, p. 49-55, 75-77,97, 105, 130, 145. 
189i, p. 5-9, 22-28). 

— Revis, dei Rincoti trenliui (Soc. Ent. Ital., 1895, [). 81-110). 

— I. Dilteri del Trentino (Jin) (Soc. Ven. Trenlina, 1895, p.275-555). 

— S[)liyrooera, eine neue Gattung der Tachinen (Wien. Ent. Zeit., Xlil, p. 175). 

(A suivre). 



Livres nouveaux, mémoires courants. 

Nous joindrons désormais aux analyses des ouvrages enloinologiques les plus importants, le 
comple-rendu des brochures adressées à la direction du Journal par les auteurs ou par les éditeurs. 

Dr. Achille Griffini. Gli Insctfi a(U[iiaioU. - Sfoi'ia ncüiiiydo (Ici piincipali 
Colcotteri e Rincoti acqaatici noälrali (Torino, 1894, Tip. C. Guadagnini, 44 p., 15 fig.) 

Dans la préface de ce mémoire, l'auteur met en lumière le puissant intérêt que pré- 
sente l'étude des insectes aquatiques et recommande aux entomologistes de les élever dans 
des aquariums pour avoir sous les yeux le spectacle de leurs métamorphoses, de leurs 
évolutions, de leurs repas et des manifestations si merveilleuses de leur instinct. Il indi- 
que dans ([uelles circonstances les chasses seront le plus fructueuses et trace dans leurs 
grandes lignes les divisions qu'il convient d'établir dans le nombreux groupe des insectes 
aquatiques. 

En un mot cet ouvrage n'est pas une simple nomenclature des espèces de Coléoptères 
et de Ilhynchotes acpialiques (jui peuvent élre facilement trouvés et observés en Italie et M. 
le Dr. Griflini a su joindre à des de.scri|)tions bien faites d'intéressants détails sur les mœurs 
et sur l'habitat. 

(ItiiiiDuage de l'auteur). 

Paul Noël. — Suiiplrtncnl à la Faime dos Lr/iidoptcres âc la Scine-Inféricure 
(Ex. Bull. Soc. d. Am. d. Se. nat., Rouen, .Iules Lecerf, 1894, 18 p.). 

M.l'aulNoèl cite dans cet opuscule 45 espèces ou aberrations de Lépidoptères capturées 
dans les limites du département, en chassant surtout à la miellée, et il donne en termi- 
nant d'utiles indications sur ce procédé de chasse très jiroductif. 

— — Un insecte noticcaa pour ta faune française : t'Aspidiottis ostrcœ- 
forniis (Extr. Bull. d. Am. d. Se. Nat., Rouen, J. Lecerf, 189i, 1 pL). 

Cet insecte nuisible au ponmiier est originaire du Portugal et a été signalé pour la 
l>reniière fois en France par un cultivateur de Rieuville (Eure et Loir) cpii en a adressé des 
échantillons au Laboratoire d'Entomologie agricole de Rouen. 

M. P. Noël décrit l'œuf, l'insecle adulte d* et $, étudie ses mo'urs et indique les moyens 
de destruction. 

(Hommage de l'auteur). 

Valéry Mayet. — Les Rondeurs de Boutures et de Greff'cs. (Ex. de la Revue 
de Viticult., 1894, 19 p., 4 fig.). 

Après avoir constaté que bien des insectes ennemis de la vigne sont multipliés par les 
procédés rulluraux, l'auteur fait l'histoire des principaux brouteurs souterrains: Pento- 
dôn punctafus, Agriofes obscurus, Opatrimi i-abulosinu, Blaniulus (juttulatus, 
Cebrio (jigns, Fabricii, Asida grisca, Olocraics abbrcviatus, Holops laiicollis, 



Geophilus ciectricus, décrit les dégâts que produisent leur larves et indique les moyens 
de les détruire. 

— — Les CoclteniUes de la tifjiie. (Ex. du Progrès agric. et vitic, Montpellier, 
1894, 24 p., 1 pi., col.). 

Cet opuscule contient les descriptions des six espèces de Coclienilles ou gallinsectes 
attaquant la vigne en Europe ou dans le Nord de l'Afrique : Aspidiofus titis, Diaspis 
pentagona, Lecuniuin cyinbiforine, Palvinaria citis, Rhl;œcus falclfer. L'auteur 
donne sur chacune d'intéressants détails biologiques et indicjue les moyens de lutte. 

— — La Cochenille du fusain. (Extr. de la même pul)l., 1894, 8 p., I pi. col.). 
Ce mémoire contient la description et la biologie très détaillée d'une cochenille cos- 
mopolite (Mi/tylaspis (Chionaspis) Eoonyini Comstock, originaire des Antilles, et qui 
de là s'est répandue dans les États-Unis, dans le midi, le centre et quelques points du Nord 
de l'Europe. L'auteur indique les moyens les plus pratiques d'arrêter l'invasion de cet 
insecte. 

Ces deux derniers mémoires sont accompagnés d'une planche eu chromolithographie 
d'après les dessins de 51""= J. Cazalis-Mayet. 

(llümmage de l'auteur) 

V. Baldini. — Contribudone alto studio degli Imenoiteri del Modencse : Sfe- 
cidi-Vespidi (Modena, Tip. Vincenzi e nipoti, 1894,80 p., 1 pi. col.). 

Ce mémoire extrait des .\ctes de la Société des Naturalistes de Modène, est le complé- 
ment du travail entrepris par le Dr. Benzi sur les Hyménoptères et comprenant les Ten- 
thrédines, les Apides et les Pompylides. L'auteur énumère, d'après ses chasses personnelles 
et d'après les importantes collections du Musée Zoologique, toutes les espèces capturées 
dans le territoire de Modène (en tout 8Ö Sphécides et 29 Pompilides), ludique la synonymie 
complète et cite toutes les localités italienues où elles ont été capturées. 

(Hommage de l'autew) 

N. Kokouyew. — Fragments braconologiqucs (Impr. de l'Acad. Royale des Se, 
St. Pétersbourg, 1895). 

M. N. Kokouyew décrit dans ce mémoire plusieurs espèces inédites recueillies par MM. 
Mlokossewitsch à Lagodechi (Transcaucasie), G. N. Potanine en Chine et en Mongolie, A. P. 
Séménow dans le gouvernement de Piiazan et dans la province transcaspienne, [et A. I. de 
Jakowlew dans le gouvernement de Jaroslaw. 

Citons quatre espèces nouvelles du genre Ascog aster : A. Mlokossewitschi, cau~ 
casicus, egregius, Jaroslaioensis ; une nouvelle espèce du genre Chelonus : C. Olgœ 
(dédiée à M"'« Olga Kokouyew), et uue nouvelle espèce du genre Phanerotoina : P.Pota- 
nini. 

L'autour foit appel à tous les entomologistes russes possesseurs de matériaux quel- 
conques en Braconides en les priant de vouloir bien les lui communiquer. 

Ce mémoire est extrait des ,, Hora; Societatis Entomologicœ Rossica^, t. XXIX, 1894. 

(Hommage de l'auteur) 

Dr. Paolo Magretti — Esplorazione del Giuba e dei suoi affluenti conipiuta 
dal Cap. V. Bottego durante gli anni 1892-93 sotto gli auspicii délia Società 
Geographica Italiana. — Risultati Zoologici. IX. Imenotteri. (Genova, Tip. Sordo- 
Muti. Ex. d. Ann. del Mus. Civ. d. St. Nat., Ser. 2»., Vol. XV, 1895). 

Les Hyménoptères rapportés par le capitaine V. Bottego de son voyage à travers le 
pays des Gallas se montent à environ 90 exemplaires, distribués en 9 familles comprenant 
25 genres et 32 espèces, parmi lesquelles 12 sont entièrement nouvelles, plus deux nou- 
velles variétés bien distinctes d'espèces assez rares et intéressantes. 

Bien que l'on ne trouve pas, parmi les Vespides, les espèces caractéristiques des genres 
Synagris, Rygchiuni et Odynerus, plusieurs autres, surtout des Apides, concourent à 
caractériser la faune de la n'-gion a])yssine. On y constate aussi la présence d'autres espèces 
généralement plus répandues, telles , que Mutilla penetrata de Madagascar et Mutilla 



(juinecnsis du Sénégal ot tle la Guinée, et parmi les Spliégides, Sfi^as fcncsfratas, ré- 
pandu dei)uis le Sénégal et le Cmigo justiu'à l'ort-Natal el à Zanzii)ar ; Bniibcx inecUier- 
ronea, de l'Europe méridionale, de l'Asie et de i)res(pie toute rAincpie ; AinniophUa 
cijankcniris du Sénégal, ee qui démontre toujours davantage limmense dispersion géo- 
graphique des insectes de cet ordre. 

Parmi les nouveautés décrites par M. le Dr. P. Magretli signalons surtout trois espèces 
du genre Ctenolcctra {armatn, nioro-tcstacca, albo-limbata) qui ne comptait jus- 
qu'à présent que deux espèces africaines et cinq pour le monde entier; ensuite Trifjona 
armata et Tr. Botterjoi, ce qui porte à luiit le nombre des espèces africaines de ce 
genre gracieux d'apiaires ; deux formes de Cœiioxi/s [ohiusata, sonw.Una) représentées 
seulement par des d"; deux variétés remarqual)les, la var. snmalica de Xijlocopa Jlaco- 
bicincta, récemment décrite par le distingu('- liyménoptérologue J. Gribodo, et la var. 
ganalica de U Midilla pénétrai a ; \iw. nouvelle forme de ce même genre, Matilia 
Bottcgoi ; Pœcilosonta Jlacopalliclatiini, nouvelle espèce de Tentinvdine, et enfin 
Chr(jsis nncella et Mesosienus so/iialiensis qui viennent enricliir les Chrysides el les 
Ichneumonides. 

(Ildiitmurje de l'aultur). 
— Tous nos reinerciiueiils aux donntnurs. — 



Ouvrages d'occasion. 

Desiderata. 
Gemminger «&; de Harold. Catalogus coleopterorum hucusque descript., 12 volumes. 



Échanges. 

M. J. Blanc, rue Entre-les-2-Portes 26, Épinal, offre : Carabus rnonilis et var. 
C. var. rufipe.^t, var. galltcus, var. poineraiins, var. nigreseens, AntJiia 6-nia- 
calata, Plmclia Doijeri, Ateuchus cariulostis, Gcotriipcs lœvigatus, Rhi;oir. 
ruficornis, ftiscus, Anlsoplia floricola, Ilyinenoplia Checroiati, Acmœodera 
capularis, etc., ainsi que des exotiques, contre d'autres espèces ou contr(; des tim- 
bres-poste. 

M. Pic, à Digoin, (S. et L.) France, offre plus de 5000 espèces de Coléoptères de France, 
des Alpes, d'Egypte el surtout d'Algérie), parmi lesquels : Hcsperophanes afflnis, 
Delodera Troberti, Pseudoini/riiiecioii, CUjtus ambigeniis Gh., lama, Clytan- 
thus Lepelletieri, Dorcadion Mcrhli, Neodorcadion Flachncri Pie, Oberca 
maculicollis, Conisonia detrifa, AUardi, Musarla v. subaurata Pic, Phtjtœcia 
cphippiiim, algerica, Hœinonia (plusieurs), Crioceris alpina, Labldostoinis 
Lejcunei, Tltubœa 8-punctata, Cnptocephala crassipes, Maiexia Letourneuxi, 
Pscudocolaspis Lcprieuri, anocnigra, sefrensis Pic n. sp., Colaspldca ocu- 
liini, Colaphus signatipetïnis, Crgptocephalas infcrinis, cyanipes, sul/'iircus, 
scnegalcnsts, sindonicus, quadruplex, Pachgbrachys Caroli, Stglosomus 
Obcrthnri, Cyrtonus rotundatits, Crepidodera cyanescens, Orestia Lcprieuri, 
punctipcnnts, Longitarsiis latij'rnns, breciusculiis, Leptlspa Jlliformis, Cassi- 
da desertoruin, deJlexicoUis, Exochomas ancorifcr, Coccinella œgyptiaca, 
V. dicaricata, Micraspis phalerata, Choragus Sheppardi, Apoderiis longiccps, 
Dincutes èiubspinosus, Dryophiliis succinctus, Brachycstes approximans, 
Gastonis, Pimelia. retrospinosa, Scœlo^odis castanea. Tanyinechus nnhecu- 
losus, Anonwnix Ilenonl Vsi, n. sp., etc. etc., contre des Anthicides, Xylophili- 
des ou Ptinidcs du Glol)eel bonnes espèces d'Europe elcirea, en Derincsiides, Eu- 
molpldes, Mylabrides (ZonabrU) et Longœoriies principalement. 

M. Benderitter, Champs-Maillets, Rouen, désire recevoir des I.aniellicornes du Globe 
el des ouvrages ou brochures sur celte famille. 11 offre des Goléopt. du globe et des 
ouvrages de llolaïuipie. 



55 — 



NÉVROPTÈRES 



On demande à acquérir par voie d'échange ou 
de vente, les Odonates suivants d'Europe : 
Epithoca bimaculata Se metallica, Orthetrum 
nitidinerve, Gomphus flavipes, Lindenia te- 
traphylla, Œschna borealis, Calopteryx an- 
cilla, Gomphus flexuosus,Agrion ornatum, 
ou des espèces Australiennes. 

On donnerait en échange : 

Oligoœschna Modigliani 
et beaucoup d'espèces rares. — S'adresser à 

M. Martin, avocat, au Blanc, Indre, France. 

M. Henri Caillol, avocat, 
rue Traverse-du-Chapitre, 18, Marseille. 

désire acheter ou échanger contre des Coléoptères 
français des 

BRUCHIDES (Mylabrides) et UROMIDES 
du globe. 

déterminés ou non, ou même non préparés (dans 
la sciure). 

Il désirerait également se procurer des gousses 
et graines contenant des larves de ces insectes. 

Fors'commissär Josef Gold 

in Trautenau, Böhmen, Autriche, 

bietet Tachinarien und Œstriden gegen 
Tausch oder Kauf an. 

V. Manuel DUCHON 
à Rakonitz, Böhmen, Autriche. 

recommande son GRAND ASSORTIMENT 

DE 

COLÉOPTÈRES PALÉARCTIQUES 

frais, piqués, i)ien préparés, avec étiquettes 

de provenance et à TRÈS BAS PRIX 

On désire aussi échanger (mais on ne fait 

pas le premier envoi) et on achète 

de bonnes espèces paléarctiques. 

COLÉOPTÈRES EXOTIQUES 

PARMI LESQUELS DE GRANDES RARETÉS 
et aussi de bonnes espèces indéterminées — par 
centuries — au prix net le plus réduit. 
Listes spéciales très importantes de Luca- 
nides exotiques (n» 5), de Cétonides (n» -4), de 
Buprestides (n^ 5), de Dynastides et Rutélides 
(n» G), de Coprophages (no 7), de Mélolonthides 
(no 8), de Cérambycides (n» 9), etc. 



Doubletten-Liste 

über pabearkt., COLEOPTEREN 

versende auf Verlangen. Auch Exo- 
ten Verzeichnisse. Hoher Baar-Piabatt. 

Hugo RÄFFESBERG, 

Podhragy, Post Prasicz, Ungarn. 

Dr A. J. F. Fokker 

à Ziérikzée (HOLLANDE) 
désire acheter ou échanger des 

Hémiptères Hétèroptères 

d'Europe méridionale, Algérie etc 

Fried. Schneider 

Finsterwalde, Allemagne, 
Leipzigerstrasse II. 

désire acheter ou échanger des 

Plantes utiles 

de tous les pays et leurs Fruits. 
Otl're en échange : 

Plantes d'Allemagne 

et de Suisse, 

LÉPIDOPTÈRES et COLÉOPTÈRES 

de tous les pays, MONNAIES, 
TIMBRES-POSTE. 

Correspondance enfrançais, an- 
glais et hollandais. 

DesGoIéopt. europ. 

déterminés sont à disposition contre 
paiement comptant avec un rabais 
de 70% ou en échange contre Coléo- 
ptères plus rares, europ. et exot. j 

C. KELECSENYI, 
Tavarnok, Hungaria, 

Via N. Tapolcsàny. 

Mr le Dr Jacobs 

28, r. des Ursulines, Bruxelles. 

désire acquérir des 

Diptères européens 

de la famille des 
Tachinaires 



— 56 — 

Filet à papillons 

de M. Graf-Krüsi 

Ce filet en tissu de soie tirs lurl, Ixuilme on acier 

en quatre parties, applicable à tout bâton, est le 

seul (jui ait obtenu un diplôme et une 

Médaille de 1" classe 

à l'exposition de Vienne 

Manpie G au prix de 6 fr. la pièce 

î) K ,, ,, ,, 5 fr. ,, ,, 
Enooi franco. Payable d'acaiicc 
Le catalogue des Lépidoptères européens et exoti- 
ques, est envoyé franco à qui en fera la demande. 

Graf-Krüsi, Gais, près St Gall, Suisse. 

WTCotte Melchior 

Guide Naturaliste 
Aux Dourbes, près Digne, Basses Alpes, 

prévient les amateurs qui désirent acheter des 
Coléoptères, Lépidoptères et Hyménoptères 
des Basses Alpes qu'il leur en venilra à des prix 
très modérés. 

L' INSTITUT ZOOLOGIQUE 

W. Schlüter, Halle a. S. 

ALLEMAGNE 

a l'honneur de recommander à MM. les Collec- 
tionneurs, Instituteurs & Chefs d'établissements 
scolaires ses comptoirs d'objets d'histoire naturelle 
spécialement de peaux, d'œufs d'oiseaux, d'a- 
nimaux empaillés, d'amphibies, de reptiles 
de poissons, de mollusques, d'insectes et de 
minéraux. 

Catalogue spécial d'objets d'histoire naturelle 
pour l'enseignement. 

Instruments & ustensiles pour la recherche t la 
préparation de tous les objets d'histoire naturelle; 
Epingles, Cadres vitrés. Plaques de Tourbe 
de toute grandeur; grand choix d'yeux artiü ciels 
pour mammifères, oiseaux, poissons. 

Ateliers spéciaux pour le montage des oiseaux 
& des mammifères. 

Spécialité : Têtes de daims, de Chevreuils 
Hures de sanglier. 

Préparation soignée et prompte. 
CATALOGUES GRATIS ET EUANCO 

W. Schlüter, Halle a. S., Wuchererstr. 8 
Allemagne. 



LÉPIDOPTÈRES 

européens, exotiques 
MICROLÈPIDOPTÉRES 

CHENILLES PRÉPARÉES 

très soigneusement 

V?d\ TRÈS AVANTAGEUX 

H. Lhotte, naturaliste, 31, rue 

de Clichy, Paris. 

Nota. — On deniandc dos cor- 
rcs/j'iii/Ianls pour reccroir des 
Lépidoptères et den Chenilles 
vivantes d:' espèces particulières 
an.r dijrérentes régions de la 
France, ainsi que des exotiques 
en papdlottes. 

M. Félix ANGEY 

9 rue Fargès, Prado Marseille, 
offre 



SES 



DOUBLES 

7-: A' 
COLÉOPTÈRES, LÉPIDOPTÈRES 
HYMÉNOPTÈRES 

& COQUILLES 

GRAND CHOIX 

DE 



européens et exotiques 

à des prix très réduits 

PAPILLONS POUR CADRES 

Chrysalides, Cocons, Œufs de 

Lépidoptères. 

EMILE DESCHANGE, 

à Longuyon, (Meurthe et Moselle 



Le DircctfKr-Orrdtil : E. Il \niiii; 



Narbonne. — Imprimerie spéciale des „ MISCELLAÎsEA E^TOMOLOGICA " 



Comité d'études. 

(Suite) 
M. Couturier, à la Nerthe, par Saint Henry, (B-s du Rhône). Coquilles marines, 

terrestres et fluviatiles du globe. 
M. H. du Buysson, Château du Vernet, par Broût-Vernet, (Allier). Élatéridos 

d'Europe et des patjs coisins en Asie et en Afrique. 
l'abbé J. Kieffer, professeur au Collège de Bitche. Cécidyes et Cécydomyies. 
E. Benderitter, rue Chamhs- Maillets, Rouen. Lamellicornes d'Europe et confins. 

Nous rappelons (/ne tout envoi d'insectes aux membres du Comité doit être accom- 
jiagnc de tim^es-poste pour le retour et an besoin pour (a réponse. 

Man wird hiermit gebeten jeder Insektensendung an die Mitglieder des Studien- 
Ausschusses das Frmikofiir.Rücksendif,ng und nöthiQ en falls für Antwort beizulegen. 





Annonces 


Anzeigen 






La pase fr. 10. — 
1/2 « « 5. - 
1 i « « 2. 50 
1/8 « « 1. 25 


Die Seite .Mk. 

, 1/2 « 

1/8 « 


8 
4 
2 
i 


R.'; 


IVQle lie 7 à 8 ligaes de 26 lettres, 50 cent. 
tMCt,ji%i»; d'nii tiers pour les annonces à l'année. 
- « : *, ':■' d'un quart pour les annonces au trimestre. 


Anzeigen von 7 bis 8 Zeilen tm 26 Buchstaben, 40 Pf. 
Reduktion um ein Drittel für jährliche Anzeigen. 

« um ein Viertel für vierteljährliche Anzeigen 



POUR LES ADONNÉS : 
Rédaction — 1 aß insert, de la même annonce '25 % ; 1-2 insert. 3:i y-i% ; 21 ins. 50 % 



Les annonces sont payables d'avance 
par mandat-poste. 



Die Anzeigen werden zum Vc/raus 
durch Postanweisung bezahlt. 



Correspondance 



Toute la correspondance doit être adressée à M. E. Barthe, 
professeur, rue des Fossés, 2, Narbonne, Aude, France. 
Nous correspondons en français, allemand, anglais, espagnol, italien et latin. Prière d'écrire très 
lisiblement et sur une feuille à part le texte des annonces. 

Aile Briefe sind zu richten an Professor E. Barthe, rue des Fossés, 2, Narbonne, 
Aude, (Frankreich). Wir werden, correspondieren : Französisch, Deutsch, Englisch, Spanisch, Ila- 
ieniscli, Lateinisch. Es wird gebeten, .\rtikel oder Anzeigen möglichst dentlich zu schreiben, und 
die Anzeigen auf ein besonderes Blatt zu setzen. 

1^ ß Tout payement doit se faire d'avance par mandat-poste ; nous n'accep- 

tons de timbres-poste que pour les petites annonces. 

Jede Zahlung muss in einer Post-Anweisung pränumerirt werden ; Freimarken 
werden nur für kleine Anzeigen angenommen. 

i^es abonnements partent du commencement de chaque trimestre. 

Oie Abonnemente gehen von Anfang eines jeden Vierteljahres ab. 



4Pesbrochers des Loges 

à TOURS Indre-et-Loire. 

Prix courant de Coléoptères d'Europe et Circa, d'Hémip- 
tères, d'Hyménoptères, de Curéulionides exoticjues. Achat 
do Curculionides exotiques. ^ -, 

Oirection du Frelon, Journal mensuel d'Entomologie 
ilescriptive (Coléoptères). 
Prix de l'abonnehient : 6 fr. pour la France et l'étranger. 

BoUettino del naturalista. 

li« année. 189 i. 
Jiinriiitl niciisael. Abonnement 3 ,fr. 
Contenant des communications et notes d'histoire na- 
turelle. 

Publie gratuitement toutes les communications 
et annonces d'échanges d'objets d'histoire natu- 
relle de ses abonnés. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



Histérides, Buprestides, 
CÉRAMBYCIDES DU GLOBE 

COLÉOPTÈRES AFRICAINS 

Mr. A. Théry 

à St. Charles, Algérie, 

désire acquérir les raretés lui man- 
quant en Histérides, Buprestides et 
Céramhijcides d'Europe. 

offre, en échange de ceux d'autres 
provenances et de Coléoptères africains 
de bonnes espèces algériennes et du 

globe. 



EPINGLES A INSECTES VIENNOISES 

Johann MÜLLER 
Vienne, Autriche, II, Circusgasse 20, 

recommande son assortiment complet des excellentes épingles blanches et noires, épingles camions 
épingles pour micros. 

Mon dépôt général pour toute la France se trouve chez M. HENRI GUYON Paris, 20, rue 
des Bourdonnais. 



Die Insekten-Bopse 

jetzt vereinigt mit der „Sammler -BÔrSÔ** 




ist für „Entomologen^^ und „Samuilor" das hervorragendste Blatt, welches wegen 
der belehrenden Artikel sowie seiner internationalen und grossen Verbreitung betreffs 
Ankauf, Verkauf und Umtausch aller Objekte die weitgehendsten Erwartungen erftillt 
wie ein Probeabonnement lehren dürfte. Zubeziehen durch diePoat(ZeitungslisteNo. 3135) 
und die Verlags-Buchhandlung Prankenstein & Wagner, Leipzig, Augustusplatz 1. 
Abonnement bei Zusendung unter Kreuzband in Deutschland u. Oesterreich 1 Mk., nach 
»nderen Ländern des Weltpostvereins 1 Mk. 20 Pfg. = 1 Shilling 2 Pence «» 1 Pr. 50 Cent 



The „ Entomologists Record" 

and Journal of Variation. 

Publié par J. W. TUTT, F. E. S. 

ABONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 

— FRVNCi» — 

Cette Revue Scientiüque mensuelle contient des articles 
i'un intérêt général pour les Lépidoptéristes de tous les 
pays et est illustrée de noml)reuses planches en chromoli- 
thographie. 

Le montant de ral)onnenient doit être adressé à 

M. A. J. Hodges. 2 Higbury Place London N. 



THE 

BRITISH NATURALIST 

REVUE ILLUSTRÉE D'HISTOIRE NATURELLE 

surtout d'Entomologie et de Conchyliologie 

DIUItiKI-: l'AU JOHN E.ROBSIIN, F. P. S. 

HarUcpool. AïKjleterre 
avec la collaboration de nombreux spécialistes. 

ABONNEMENT ANNUEI, : 6 Shillings. 
John E. ROBSON,HARTLEPOOL, Angleterre. 

Rivista italiana di scienze naturali. 

M" année. 189 i. 
Journal, hi-iiiciisrirl. Abonnomont fi l'r. 
Contenant des mémoires illustrés et l'annonce de tous 
les travaux italiens sur l'histoire naturelle. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



On achète ou on échange 

contre des insectes les timl)res de Fran- 
ce de 1848 à l'elfigie de la République 
(en particulier le timbre de 1 franc)» 
ceux de la Présidence et de l'Empire 
1852-1870) à letligie de Napoléon III ei 
ceux de 1870-71, République, non den- 
telés. 

S'adrcsBcv an Bureau du Journal 

FAUNE 

DES 

ORTHOPTÈRES 

DE FRANCE 

par 

M. A.FINOT 

Ortlioplères proprement dits et Thy- 
sanoures. 1 vol. gr. in-8<> deT.'i'i p., avec 
fig. et 13 planches, 



15 fr. 



S'adresser au Bureau du 
Journal. 



Nu G — Vol. III. 



S'ia Année — III Jahrgang. 



1" juin 1895. 



Miscellanea 

Entomologica 

Organe international 

contenant les demandes d'échange, d'achat et de vente de collections 

livres ou objets d'histoire naturelle. 

Anzeiger von Tausch, Kauf und Verkauf für Internationale Enfomologen. 

Entomologist's international Advertiser for exohançe, purohase and sale. 



Direction et Rédaction 

E. BARTHE, à Narbonne, Aude (France). 

Avec la collaboration de naturalistes de tous les pays. 
Mil Mitwirkung internationaler Entomologen. 




Les " Miscellanea Entomologica " paraissent le 1" de chaque mois. 
Abonnement annuel : Union postale, fr. 5. 
Die " Miscellanea Entomologica " erscheint am i. jeden Monats. 
Jährliche Subscrijition : 4 Mk. — Anuual subscription : 4 sh. 



Comité d'études — Studien -Ausschuss 

MM. Argod-Vallon, à Crest (Drôme). Longiconies et coléoptères cuvenùcuU's du glolte. 
A. Finot, 27, rue St. Honoré, Fontainebleau. Orthoptères du globe. 

F. Ancey, 9, rue Fargès, Prado-Marseille. Coléoptères en général. 

H. Gouin, 99, cours d'Alsace-Lorraine, Bordeaux. Coeçinellides de Friuate. 

R.Martin, au Blanc, (Indye). Odonates du globe. Né vroptères d'Europe. 

D' M. Régimbart, à Evreux (Eure). Dytiscides et Gyrinides du globe. 

R. P. Belon, rue du Plat, 18, Lyon. Lathridiens. 

E. Barthe, Cette, (Hérault). Coléoptères de la Guyane française. Apiculture. ■ 

M. Pic, à Digoiu, (Saône et Loire), Longieornes d'Europe et circa et \ntiiiciiles du gk)l>e. 

D"- Chobaut, 4, rue Dorée, Avignon. Mordellides, Anthicides. Pédilides, rihlpiphorides, 

Vésicaiits et (Kdéiuérides de la lauue paléarctique. 
A. Janet, 104, boul. Saint-Louis, Toulon-Mourillon. lUiopalocères du glol)e. 
D' A. Sicard, à Tebourzouk, Tunisie. Coccinellides du globe. 
D'- L. Vitrac, aux Trois-Rivières, Guadeloupe. Entomologie des Antilles. 
E. André, 17, rue des Promenades; à Gray, (H"^ Saône). Formicides du globe cl Mutilli- 

des de la région européo-niéditerranceiuu'. 
M. Vauloger de Beaupré, lieutenant au 144" de ligne, Blaye, (Gironde). Cicindélides 

et Cluysoniélides d'Earopi» et circa. 
A F. Nonfried, Rakönitz, Bohemia, Autriche. Lucanides, Célonides, Mélolontiàdes. 

Rutélides, Dynastides, Cuprestides et Céran>l)yeides du globe. 
A. Théry, St-Gharles, pa;' Philippeville, Algérie. Buprestides du globe et Longieornes 

d'Europe, 
l'abbé A. Carret, aumônier aux Chartreux, Lyon. Carabides d'Europe et en particulier 

genres liarpalus, IHcrosticlius et Aniara. 
A. L. Montandon, Strada viilor filarete, Bucarest, Roumanie. Hémiptères Héléroplè- 

res. 

G. Gribodo, Via Maria Vittoria, 19, Torino, Italie. Vespidai et Mellifera du globe. 

D'- C. Schaufuss, Directeur du Museum Ludwig Salvator à Meissen, Saxe. Scolylides 

riatypides et Scydniénides exotiques. 
D' Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, "Wien, I/l, Autriche. Cassididcs du globe. 
E. Simon, 16, "Villa Said," Avenue du Bois de Boulogne 56, Paris. Arachnides du 

globe. 
H. Fruhstorfer, Berlin N, Gartenstr^sse 152. Rbopalocères delà n'giin ndo-austra- 

lienne. ' '"'■ 

D' Franz Spaeth, Kohlmessergasse, 3, Wien I / 1. Cassididcs du globe. 
G. de Bony, rue Vaneau, 36, Paris. Genre Cicindela (Europe et coulins), Carabides vrais 

(européens et exoticjues), spécialenieiil genre Nebria. 
E. Abeille de Perrin, rue de la bibliothèque 24, Marseille, nupresiides, Mahuiliides 

et Cisides palearcticjaes. 
E. Fleutiaux, 1, rué Malus, Paris. Cicindélides, Élatérides du globe. 
D'' A. Puton, à Remiremont, Vosges. Héniiplères Ilétéropléies paléarcliques. 
H. Caillol, avocat, rue Traverse du Chapitre, 18, Marseille. Cryplophagides, Myhibri- 

des (Druciiidc;;) cl Uromides i)aléarcti(iues. 
H. Nicolas, rue Velouterie 9, Avignon, lîiologie des Hyménoptères. 
C. Houlbert, professeur au Collège de Dieppe. Larves de Coléoptères, Orthoptères el 

Névroptères. 
D'- E. Candèze, à Glain- lès -Liège, Belgique. Elatérides du glol»e. 
Ch. Bruyant, rue Gaultier de Biauzat, 26, Clermont-Eerrand. Faune enlomologi(|ue 

des eau\, spécialement llydrocorises. 

E. Ragonot, 12, quai de la Râpée, Paris. Microlépidoplères d'Europe ; Pyraliles, Cram- 

biles et l'Iiycites du gloi)e. 

J. Vachal, à Argentat, (Corrèze). Ilymonoptera aculeala de la région circa méditerra- 
néenne et d'Afrirpic ; Ilalictns et l'rosopis de l'ancien momie. 

H. Léveillé, rue de Flore 104, Le Mans (Sarthe). Botaniipie en général. 

F. Silvestri, à Bevagna, Umbria, Italie. Myriopodes du globe. 

V. Mayet, professeur à l'École nationale d'Agriculture, Montpellier. Biologie des 
liisecl<'s. 

(Vnir la sin'fc ù la /la'jr :>• de la coarciiui-c. 



%\ 



a\X^^^^ I^NTOlWOlo^/^^^ 



NUNTIUS ENTOMOLOGICUS INTERNATIONALIS 



No. C>. \ni. ni Edition Fa anç.usf. 1 Juin 189o. 

(30/9 1S95). 



SOMMAIRE 

J. J. KiKi rr.ii. - Essai sur lo ç^ron^o ra/ii/>j/Ini)n/.3n, iStu'/c). 

A. (iiUFKiNi. - Notes sur l:i l'aune ciilonioloi^iciue iiirnioulaise : \'I. Catalog de les (lei'ceris 

(le le Piemonte. 
M. l'ic. - Sur les Danacn-d Lap . 
OivR.vr,i:s d'occasion. 
EciiANc.KS & Anminci:s. 

ESSAI SUR LE GROUPE 

CAMPYLOMYZA, 

(Suite). (') 

CARACTÈRES GÉNÉRAUX DES LARVES NYMPHES ET MOUCHES 

DE CE GROUPE. 

Larve. - L(\s aneieiis auteurs n'étaient pas d'accord sur la place à assigner aux 
Cainpjjlom./j:?a. Nous venons de voir (jue Meigcn les rangeait d'abord dans le genre Ccci- 
(loiDi/ia, pour les en éloigner ensuite. Maccjuart les rejetait dans la famille des Mijccto- 
phUicIcs, tandis que Rondani, tout en les admettant dans la sous-faniille des Lcsfrémi- 
nns, les considt^rait comme inséparables des Sciara, aux(|uels il donnait place dans le 
même groufjc. II. Loevv a été plus heureux (Die Gallmücken, 1850) ; il a exclu les Sciara 
de la famille des Cecidorm/idrs, surtout à cause des épines dont leurs tibias sont munis 
à l'extrémité, mais il y a laissi- les Cainpijiomijz^a dont les tibias sont inermes. Si l'on 
compare les larves de ces dernières avec celles des Sciara,, aucune hésitation n'est plus 
possible. Celles-ci, à tète armée de deux mandibules cornées, dentelées et se mouvant ra- 
pidement l'une vers l'autre, à poitrine dépourvue de papilles pleurales et sternales. etc., 
(liffèrent au i)remier as|)ect des larves des Cécidomyies gallicoles ; celles des Camp ijloini/- 
sa, au contraire, offrent bien les caractères de ces dernières. En effet, leur corps est com- 
posé de quatorze segments : tète, cou, poitrine : Ö, abdomen : 9 (Voir PI. I, fg. 21) ; leur 
tète est munie de deux palpes biarticulés et offre sur le dessus, à sa base, la double tache 

(*) Vniv iju 4, 



— r;8 — 

oculaire; leur bouche forme un suçoir ('i; les stigmates, au nombre île neuf paires, se 
voient sur le premier set^ment llioracique el sur les liuit premiers de l'abdomen ; on 
trouve à peu près la même disposition des pajùUes ; enlin sur le dessous du premier seg- 
ment thoraciijue apparaît la spatule, organe (pi'on n'a observé jusqu'ici (|ne chez les vrais 

Ces larves offrent néanmoins plusieurs caractères par lesquels nous pouvons les distin- 
guer de celles de la sous famille des Cècidoinjjines. l» Les verrues spiniformes (PI. I, fg. 
20 et 21) ne commencent pas au bord antérieur du deuxième segment thoracique, comme 
c'est le cas pour ces dernières, mais au troisième segment seulement et se continuent <le 
là jusqu'au segment anal inclusivement, ou bien jusqu'à l'antépénultième segment inclusi- 
vement; elles manquent donc à la l)ase de la spatule; elles man(|uent de même sur le 
dessus des segments; dans les Ci'cidoinijiiics (groupe iT/j/V/osir'.s, et, en partie, groupe 
Diplosia) elles existent souvent sur le dessus aussi bien que sur le dessous, et au dernier 
segment, non seulement au bord antérieur, mais encore autour de la fente anale. Le bord 
postérieur d'une série de verrues sjjiniformes estonduleux cliez les Cainptjloimjza, ce que 
je n'ai jamais remar(iué dans un antre groupe. Les Hctri'opr^ines ont ia verrues spinifor- 
mes sur le dessus et sur le dessous des segments, commençant tantôt au troisième segment 
thoracique, p. ex. Frirenia, tantôt au deuxième, p. ex. Miastor. 

2» Les papilles pleurales internes dont chacun des trois segments thoraciques est muni 
sur le dessous, sont régulièrement composées de trois petites verrues dans les Creidoin;/- 
inos et de deux seulement dans les Caiiipijloinij:;a (PI. 1, fg. 2, 3, 6, 8 et 14). Les deux 
Hctcropâzines dont j'ai observé les papilles pleurales, les avaient disposées par trois, 
mais suivant leur rôle de médiateur entre les Cécidomr/incs et les Lesfréininrs, la 
troisième verrue était toujours très petite el difficile à découvrir. Les papilles pleurales 
externes des Campyloinysa (PI. 1 lîg. ii. a) sont plus grandes que les internes (fig. ilb). 
Outre ces papilles, on en remarque encore deux, vers la base du premier segment thora- 
cique et du sommet du deuxième ; elles paraissent plutôt ellii)ti(iues (juarrondies et sem- 
blent être particulières à ce groupe. (Pl.l. lig. 14). 

7)0 Les papilles dorsales et latérales se voient déjà au 2" segment ou cou, avec la mê- 
me forme et le même nombre (ju'aux segments suivants ; chez les Ci'cidoinyinos il n'en 
est pas ainsi : leur 2^ segment porte deux papilles sur le dessus, une de chaque côté et 
deux sur le dessous, donc six en tout et leur forme est toujours celle d'une verrue, sans 
appendice. 

4» Les deux branches principales des trachées ne s'ariêtent pas ici à la dernièi'o i)airc 
de stigmates, comme pour U:'s Cécidonirjincf^. mais se continuent encore au segment anal 
(PI. I,fg. 11). 

5" Les Crcidomijines ont l'ouverture anal(> disposée en fente longiUulinale sur le 
dessous du dernier segment, tandis tpie les (Viinpijlomy'a, semblables en cela aux Hr- 
U'ropozines, l'ont à l'extrémité, en forme de tube rétractile, rentrant et sortant alternati- 
vement |)endant la marciie de l'animal et semblant être un dernier segment (PI. 1, fg. 11). 

Si d'autre part, laissant de côté les Hétvropc::inc&, l'on comi)are les larves des Cain- 
pylomijza avec celles des quatre groupes des Cécidomyincs, l'on verra (pi'elles se r;>p- 
prochent davantage du groupe Epidosis. En effet, comme chez ces dernières, leurs pa- 
pilles sont disposées par vingt sur un segment (six papilles dorsales d'un stigmate à 
l'autre; trois nu quatre latérales de ciiaque côté; huit ventrales sur le dissous, derrière 

{') Les larves des Campyloimjza ju'éscntciit d'une l'açoii bien apparente une pièce plus ou moins 
cylindrique, qu'on aperçoit aussi, mais jilus dilficilement, dans les Cécidomyincs et que je considère 
comme un ap])a)'eil ninsculaii-e entourant l'œso[)liage. A sa base, cette jjièce est rattachée de chaque 
côté, à l'extrémité d'une tige latérale dont l'autre bout est fixé au bord antérieur et latéial du cou 
^Pl. I, Ijj. 2j. Ou l)ien encore, !'(rsophage est en communication avec deux tiges brunâtres, reliées h 
leur l)ase par un cercle de même couleur, au delà du(iucl elles se prolongent en formant deux bifur- 
cations brunâtres, se raniiliant en un grand nombre de muscles subhyalins fPt. I, fg. 22 h). A l'ex- 
trémité de l'oesophage, un peu au dessus de l'endroit où aboutit un conduit qui conimuniriue, en se 
))ifnrquant, à chacune des deux glandes salivaires, j'ai cru voir une petite ouverture on bouche; l'ex- 
Irémité de la tète paraît être une masse spongieuse, généralement brunâtre, à surface rugueuse 
(Pl.I,fg. 2 et fg. 22 b). Cette partie rugueu'sp fait peiil-ètre nflice de ventouse, pendant ((ue la. bouche 
est appliquée à la i)lnnle nourricière. 



- 59 — 

los veiTiios spiiiiformosi : paiMnuUrosur le dos du sosivii'iil iM'inillicnH' onlro les deux stig- 
mates et pur Iiiiil sur le dessous du segment anal. Dans les gropes Lr^s;o/j?e/'a, Asphon- 
djjlia et DiploäiA, 11 n'y a que deux papilles entre les deux stigmates de l'avant-dernier 
segment et le nombre de celles des autres segments ne dépasse ])as dix-liuit ; celui des pa- 
pilles anales est de ([uatre on de six. En outre les larves des Canipijlomrpa, du moins celles 
(pie je connais, ont toutes une spatule lriloi)t''e ; par là encore elles se rapprochent du 
groupe Epidosis dont deux genres [Iloloneurus et Diallactes) sont dans le même cas ; 
dans les trois autres groupes, si riches en espèces, l'on n'a jamais ol)servé une spatule 
ainsi cont'ormée. Enlin nous retrouvons encore ce rapprochement dans leur genre de vie : 
les représentants de l'un et de l'autre groupe vivent à l'état larvaire sous les écorces, dans 
le bois pourri, sur les mousses ou sur les feuilles en décomposition. 

Nymphe. - La larve, en se transformant en nymphe, ne se fait aucune sorte d'enve- 
l(jppe ; je ne connais qu'une espèce faisant exception à cette règle. Le vertex porte deux 
mamelons séparés i)ar une arête transversale et plus ou moins chitineuse ; chacun de ces 
mamelons offre à son sommet deux papilles dont rextéri<>ure seule se prolonge en une 
longue soie, ayant d'ordinaire .'» à (> fois la longueur du mamelon; ce sont les papilles et 
soies du Vertex. On les trouve sur toutes les nymphes des Cécidomyies, ce qui dislingue 
ces nymphes de celles des Sciarines ; celles-ci n'ont du reste que huit paires de stigmates, 
tandis que ceUes des Cécidoinvies, cpii leur ressemblent l)eaucoup, en ont neuf. Le dessous 
de la tête présente ipiatre longues soies dont une de clia(pic cùté, près du bord interne et 
supérieur des yeux, que j'ai (h'signées sous le nom de papilles et soies faciales supérieures, 
(liull. Soc. ont., l'aris, '11 Mars 180o) et une de chaque côté, entre le bord inférieur des 
yeux cl la base de la g;iiiic des palpes (soies faciales inférieures). De chaque côté se voient 
deux soies doul riiiii' au i)ord externe et supérieur des yeux, l'autre, plus courte, sur 
un niamolon porlaiii le stigmate; je les ai désignées, ainsi que les laterales des deux 
autres segnnMils tlioraciqucs et les trois ou quatre situées sur chaque segment abdominal, 
en dehors des stigmates, par le nom de papilles ou soies latérales. Le dessus du thorax 
paraît divisé on trois segments dont le !-'■ porte les stigmates ; tous les trois sont munis 
d'une rangée transversale de papilles ou de soies, nommées papilles ou soies thoraciques. 
ClKupuî rangi'-e se conq)Ose de six soies dont l'extérieure, à la première rangée, est proche 
du stigmate ; entre les deux soies extérieures se voit une papille sans soie. La rangée du ô^ 
segment est toujours composée de soies très petites, difliciles à découvrir. Toutes les nym- 
plies des Cécidomyies sont ainsi conformées, avec cette diiïérence toutefois que, chez lesCé- 
eidomyines, les papilles thoraciques sont dépourvues de soie ou à soie très courte, n'étant 
duidinaiie pas plu:i longues que leur papille, ce qui est encore généralement le cas pour 
les papilles faciales; en outre dans les Cécidomyines, les papilles faciales supérieures sont 
situé<'s plus bas, à savoir plus près du bord inférieur que du bord supérieur des yeux. Les 
segments abdominaux portent sur le dessus, entre les deux stigmates, une rangée transver- 
sale de six papilles dorsales, munies- d'une petite soie. Le segment 8'^ n'en a que quatre 
entre les deux stigmates, caractère par lequel ces nymphes se distinguent de toutes les 
Cécidomyineà, à l'exception du groupe Epidosis, lesquelles n'(ni ont que deux. Les seg- 
ments abdominaux ne sont jamais lisses, comme ceux du thorax, mais couvei'ts sur le dessus 
et sur le dessous de petites aspérités dirigées en arrière, nommées verrues abdominales; 
le dernier (juart (1(> ces segments est dépourvu de ces verrues et plus ou moins lisse. L'on 
remarque eu outre souvent sur le dessus du 2« au 8'= segment, généralement au bord anté- 
rieur, une ou plusieurs rangées transversales de petites épines brunâtres rarement sub- 
liyalines ; ce sont les spinules dorsales. La forme des stigmates thoraciques me semble 
particulière aux Lestrémines. Cet organe ne paraît pas au dehors, sous forme de tube, 
comme chez les Cécidomyines, mais sous forme d'une ouverture oblongue, ovale ou circu- 
laire, située sur le liane d'un petit mamelon. 

(le qui est encore remarquable dans ces nymphes, c'est leur agilité ; elles s(> dé|>lacent 
avec facilité, même sur une lame de verre, soit en se roulant, soit en rampant; à cette 
(in, la nymphe se renverse sur le dos, l'etire les derniers segments, puis, s'appuyant forte- 
ment sur les épines dont ceux-ci sont munis, pousse en avant la moitié antérieure de son 
corps et réussit ainsi à se déplacer. Cette manœuvre lui est d'un grand secours pour le 
moment de l'éclosion ; la nymphe peut de la sorte s'avancer entre les libres du bois, jus- 
qu'à ce que sa partie antérieure arrive à être complèlen^ent dégagée. 



— no — 

Imago. - Comme Ittus Us Lesli'rrjiines, los (.'(iiii/Hjhjutij^K so disliii;4iiciil des dv.n\ 
autres soiis-famillos par la présente de trois oceljes et par la seconde nervure longitudi- 
nale plus ou moins visiblement bifuriiuée. Un autre caractère nous est lourni parle pre- 
mier article des tarses (|ui est plus l()ng(|ue le deuxième, tandis que l'inverse a lieu dans 
les ('(•cidoinjjines. 

Les antennes sont composées de deux articles l)asilaircs sessiles et d'un funieule à 
articles plus ou moins nombreux, généralement terminés par un prolongement ou col, pa- 
raissant être le pédicelle de l'article suivant. En roulant faiblement l'anteime entre deux 
lames de verre, on arrive à la désarticuler et on voit alors chaque article séjiaré. muni d(» 
son col un peu évasé au bovit, offrant ainsi la forme d'une minime bouteille ou d'un ca- 
rafon. Le premier article basilaire est toujours plus ou moins rétréci à la base. 

Ouant à l'aile, on y dislingue (juatre nervures longitudinales ; la première est courte 
et simple ; la deuxième ou cubitus émet dans son tiers inférieur une nervure plus ou 
moins visible, toujours moins apparente que les autres, aboutissant en dessous de la pointe 
de l'aile et formant ainsi la troisième nervure longitudinale ou fausse nervure {ccna sj)ii- 
ria de Rondani). Le cubitus est donc divisé par la fausse nervure et la nervure transver- 
sale en trois parties im^-gales. La (luatrième nervure longitudinale se bifur(iue en deux 
rameaux. Dans la plupart des espèces, on reniarcpie en outre, entre la première nervure 
et le bord antérieur de l'aile une nervure longitudinale peu marquée appelée nervure 
auxiliaire. Entre la première et la deuxième nervure se trouve la nervure transversale ; 
celle-ei détermine sur chacune des deux qu'elle atteint une partie apicale et une partie 
basale. Le cubitus et la fausse nervure forment ensemble la cellule cubitale, Les balanciers 
paraissent composés d'un base terminée par deux rentlements. puis d'une massue tantôt 
pédicellée, tantôt subsessile. 

La forme de la pince du mâle ne paraît pas être un caractère générique, mais spécifi- 
que. L'oviducle de la femelle ressemble à celui des Sciara : on y remarque deux lamelles 
supérieures, à trois articulations, et une lamelle inférieure bifide. Les deux supérieures 
sont convexes, formant ensemble un cylindre qu'on aurait fendu bmgitudinalement. Au 
moment de la ponte, ces dernières se relèvent et s'écartent, soutenant les |)arties latérales 
de l'œuf; l'on voit alors apparaître entre leur base (l'I. Il, fg. 14), un lobe très petit cpii 
maintient le dessus de l'onif, tandis que le dessous est soutenu par la lamelle inférieure 
(PI. II, fg. 2). Ces insectes se rap|)roclient encore des Sciara par leurs hanches qui sont 
plus longues que ce n'est le cas pour les Cécidomyines (PI. II, fg. 2.')). 

Parasites. - Les parasites les plus fréquents vivant dans les larves des Campijloiiuj- 
za, sont de minimes hyménoptères {Pfrrninaliiics et Kneijrtidos). J'ai observé aussi, 
mais une seule fois, de nombreuses anguillules dans le corps d'une femelle de Joanni^ia 
anrantiaca. J'ai déjà mentionné ce fait pour Wiiinprtciu viirina et d'autres espèces du 
même genre (Ent. Zeilschr., Berlin, 1891, p. 20(1). Selon M. Giard (*), ce seraient des em- 
nryons appartenant à un Nematode du genre Asconcinus. Ce qui (•onlirmerait cette asser- 
tion, c'est une observation faite lécemment sur une larve de laiiuelle, au moment que je 
l'humectais sous le microscope, pour la rendre plus transparente, se détacha une anguil- 
lule de la même forme, mais beaucoup plus grande (jue celles observées dans le corps de 
l'insecte parfait. Il paraîtrait donc bien (jue le >"ématode adulte s'introduit dans le corps 
des larves pour y pondre ses œufs et ([ue ces derniers se déveloftpcraient juscpi'à la forma- 
lion de l'embryon dans le corps de leur hôte. C'est ainsi (jue le type du genre Asconc- 
mus, A. (libbosuin a été découvert par Leuckard dans des larves dune Géciciomyie trou- 
vées à terre au milieu des feuilles de pin en décomposition (peut-être Diplosis braclajn- 
tora ([ui hiverne de cette façon). 11 est à remarquer cependant que ces parasites semblent 
différer entre eux suivant l'hôte qu'ils habitent. Les Nematodes ob.servés dans le corps de 
Joannisia auranfiaca différaient beaucoup des anguillules observées juscju'ici dans les 
W innert ~ia ; ils n'étaient pas filiformes comme celles-ci, n)ais courts, élargis à un bout, 
en forme de virgule allongée. 



(*) niilletin lie la Soc. ent. de Paris, d893, ))r. CCCM. 



— 61 - 
TABLEAU GÉNÉRIQUE DES LARVES, NYMPHES ET MOUCHES. 

LARVES. 

Les larves observées jusqu'ici |»euveuL être ywupres de hi laruu suiviiiilc : 

1 (U) Deuxième article des antennes au moins trois fois aussi long ([ue gros. Dessus du corps 

plus ou inoins couvert de verrues. Papilles dorsales eu forme d'appendices. 

2 (ô) Toutes les papilles dorsales libres ; sur les huit papilles ventrales, deux seulement 

touchent le biird postérieur des verrues spiniformes. . . (i. 1. - Joannisia Kieiï. 

7, C-l) Les deux papilles dorsales intermédiaires soudées, au moins en partie; quatre verrues 

ventrales au l)ord [tostérieur des verrues spiniformes. 
•4 (5) Les deux pai»illes dorsales interméiiiaires complètenu-nt soudées et beaucoiq» plus 

longues que les autres G. 3 - (Imago non obtenue). 

5 (i) Les deux papilles dorsales intermédiaires soudées seulement à leui' base 

G. i - Bryomyia n. g. 

(1) Deuxième article îles antennes court, n'étant au plus <iue deux fois aussi long ([ue 
gros. Corps lisse, à papilles dorsales sinq>les. 

7 (14) Les deux derniers segments abdominaux munis de verrues spiniformes. 

8 (9) Corps peu allongé, semblable à celui des Diplosis ; segment anal terminé par deux 

crochets • sur les huit papilles ventrales, deux seulement sont rapprochées des verrues 
spiniformes •-5- Peromyia Kieff. 

9 (8) Corps très mince et allongé; (|u.ttre |>apilles ventrales au bord postérieur des verrues 

spiniformes. 

10 (IT)) Segment anal arrondi. 

11 (1^2) Sans si)atulc (peut être iinmature). Larve observée par l'agenstecher. 
l'2 (11) Spatule hyaline, sans tige. Larve observée par Ganiu. 

1Ö (10) Segment anal muni de chaque côté d'un renllement. Spatule hyaline ou d'un brun 
„y^,. " G. -Aprionus KielV. 



li (7) Les deux derniers segments du cor|is dépourvus de verrues spinifonnes 

G. Monardia u. g. 



NYMIMIES. 



1 (8) Segments abdominaux sans longue soie sur les côtés. 

'2 (7) Stigmates de l'abdomen non proéminents, ne paraissant (lue sous forme de bosselelte. 

3 (i) Segments abdominaux 2-8 avec deux rangées transversales de si.inules dorsales. 

Joannisia. 

4 ("») Segments abdominaux 2-7 sans spinules dorsales. 

5 (6) Segment anal avec une rangée de si)inules dorsales interrompue au milieu. Bryomyia^ 

6 (5) Segment anal sans spinules dorsales Monardia. 

7 (2) Stigmates abdominaux 2, 5 et 4 longuement proéminents. . • • Peromyia. 

8 (1) Sei;nients abdominaux munis de chaque côté d'une soie aussi longue ([ue lui. . 

Aprionus 



MOICIIES. 

1 (i) Crochets des tarses courl)és presiiu'à angle droit, fortement dilatés en dessous du 
bomniet. l'elote longue et très étroite. Articles du funicule rf? munis d'un long col. 



2 (5) rali)es à deux aiiiclos. Doril alairc aiitéi'icur dépassant à peine le cuhilus. Arliclo?; 
du funicule du -f globuleux, sans vcrlieilles de créneaux. G. 2 - Peromyia Kied'. 

5 (2) Palpes à 4 arlieles. Extréniilé du Ixml antérieur plus raitprocliée de la fausse ner- 
vure ([uc (lu cubilus. Articles du funicule du -/ excenlritpies, avec verlicilles de; cré- 
neaux G. 4 - Bryomyia n. g. 

4 (1) Crochels îles tarses an|ués, non ou à peine dilatés. Palpes à r» ou 4 articles. 

5 (0) Articles du funicule sans autres ornements que des verlicilles de soies, i;l(ilMileu\ 

ou ellipsoïdaux, à long col. Crochels des tarses simples, à pelottc grande. Extréniilé 
du ])ord antérieur plus rapprochée du cubitus (|ue de la fausse nervure. 
(i. 1 - Joannisia Kicil. 

6 (5) Articles du funicule, au moins chez le rf, excentri([ues et avec d'auti'es ornenuMits (|ue 
des verticilles de soies. Extrémité du boul alaire antérieur |ilus i'a|)piocliée delà 
fausse nervure cpie du cubitus. 

7J8) Pelote grande; crochets des tarses liucnieni (leulelés. . (1. ."i - Prionellus Kielf. 

8 (7) Pelote rudimentaire ou atteignant à peine la luoitii' des ci'ocliels ; ceux-ci non den- 

telés. 

9 (10) Crochets des tarses sans dent. Articles du funicule sans vei'licille de lamelles hya- 

lines. . . (i. (i - Aprionus Kietl. 

40 (O) Crochets des tarses avec une minime dent sous le soiuuicl . Articles du funicule rf $ 
avec un verticille de (juatre petites lamelles hyalines. . (1. 7 - Monardia n. g. 

k ces genres fondés sur les oriu'meuts des antennes, la nervation alaire, la forme des 
crochets et des pulvilies ou pelotes, il faut encoie ajouter les genres suivants dont les re- 
présentants me sont inconnus : (1. 8" - Micromyia l'.ond. — G. 9" - Campylomyza 
str. s. — G. 12'^ - Limnophyes Eal. Il en sera fait nieiitioti a la lin de ce travail. 



Genre ^'- - JOANNISIA Kied'. 



Ce genre esldédié à M. l'abbi' .1. de .loannis S. j. (Cf. liulletin Soc. eut., Paris, 1S94, p. 
CLXXV). Aux caractères donnés plus haut, Ion |)eut encore ajouter les suivants : balanciers 
à massue allongée, sans lige bien distincte. Pelole unicpie et étroite. F. es espéc(>s qui me 
sont connues offrent invariablement 2-1-12 articles aux antennes du niàle et 2-|-9 à celles 
de la femelle. 



fAlU.EAf DES ESI'ECES. 

i (10) Bord alaire antérieur dépassant plus on moins le cid)itus. 
2 (9) Bord alaire déliassant à peine l'extréniité du cubitus. 
5 (8) Couleur rouge. 

4 (7) Ongle de la pince à bout aminci. 

5 (0) Ongle ayant sa plus grande largeur à la base J. sanguinea Kielï. 

(d) Ongle ayant sa plus grande largeur au milieu J. aurantiaca Kielf. 

7 (4) Ongle à bout élargi e1 rec< nrbé J. intermedia u. sp. 

8 (5) Couleur jaune sale J. perpusilla Winn. 

9 (2) Extréniilé du bord anlericur de l'aile à peine plus éloigné de la fausse nervure (pie 

du cubitus J. muscorum n. sp. 

m ( Il Bord alaire aidéiieur ne dépassant pas le cubitus. Couleur jaune sab>. 

. J. palustris n. sp. 



— 05 — 
1. J. sanguinea KielT. 

PI. I, Ig. 13 et 18 : larve ; dernier stigmate avec appendice. 
l'I. Il, fg. 9 : palpes. 

I) )» '27 : tète. 

)) » 28 et 2'.> : articles terminaux des antennes du -^ et de laÇ . 

)) )) 2.') : patte antérieure. 

» » 53 : crochet des tarses avec pelote. 

» » 8 : |)ince du niàle. 

» » 14 : oviducte. 

Imago. - D'un rouge sang. Occiput, yeux, dessus du llioraxet éciisson noirs. Ocelles 
cl antennes Inuns. Palpes et pattes rougeàtres ; ces dernicres couvertes d'écaillés. 

Mali;. - Palpes à articles |)lus ou moins ellipsoTdaux se rétrécissant jusqu'au quatrième 
([ui est aminci au bout. Antennes un peu plus longues (jue le corps, atteignant 0,90 mm.; 
les deux articles de la hase globuleux ; ceux du funicule suhglobuleux, terminés chacun 
|)ar un col égalant leur longueur, dans les premiers et l'avant dernier article, la dépassant 
un peu dans les autres ; articde terminal à col très court, terminé par un minime renfle- 
ment. Chaque article présente trois verticilles de [)oils dressés, atteignant la base de l'ar- 
ticle suivant. Yeux fortement échancrés latéralement. Aux pattes antérieures, le premier 
article des tarses atteint environ le tiers de la longueur du tibia ; la longueur respective 
des einci articles est comme G : !>% : 2% : 2 : 5. Crochets des tarses distinctement plus 
longs que la pelote, un peu élargis en dessous du sommet. 

Ailes sui)hyalines, à reflets irisés, ce qui est aussi le cas pour les c;spèces suivantes. 
Bord antérieur dépassant à peine l'extrémité du cubitus ; celui-ci est faiblement arqué 
dans son tiers supérieur ; il émet la fausse nervure un peu après la moitié de sa partie 
basale. Piamcau antérieur de la 4= nervure arqué à la base. Nervure transversale à peine 
plus longue (|ue la moitié de la partie apicalé de la première nervure. Cellule cubitale 
aussi large à l'extrémité (ju'au milieu. Pince anale petite et brune; ongle court, presque 
aussi gros (|ue l'article basai, rétri'ci dans sa moitié apicaJc ; lamelle su|)érieure bilobée 
ainsi (|ue l'intermédiaire qui est plus courte; stylet gros, [dus long (jue les lamelles. 
Taille : 0,80. 

Fkmdi.m:. - Dilfére du mâle par les antennes, les ailes et l'oviducte. Antennes courtes 
a peine plus longues ([ue la tète et le thorax réunis ; articles de la même forme que chez 
le mâle, à col ayant d'abord la moitié de leur longueur, puis l'égalant ; article terminal 
ovalaire, se prolongeant en un minime renflement. Ailes subitement rétrécies à leur base. 
Pour l'oviducte, voir li-. Il, PI. 11. Taille : l,20-1,r)0 mm. 

Abbé J. J. Kii:i-I'1:k. 

(A suivn'). 



Notas circa le fauna entomologie de le Piemonte. 

Vî. 

Catalog de les CERCERIS de Piemonte. 

•Dr. AciiiLLK Guiii-iM. (a) 

Ist catalog coutiucr omncs les spccies de Ccrceris hucusquc inveuts in l'iemonte, cum 
aliq observations super aliquns. Inter les species novs pro ist provincia hic enumerà, star 
priesertim uotabil le C. variolosa Costa, nova etiani pro le superior Italia, (juiahucusque 
tanluni habebà sta reperi in les provincias les plus meridionals. 



(a) M nota star scribe in noo talin - Vider D'- Ü. llosa : Le nov lalin, iiUoruatioiial scieiUilic 
liiigua supr'r natural bases - Toriuo, 1890 - Eliaui in „Miscellaiiea Eutomülogtca", Vol. 111, w 2 et 3. 



— ü i — 

>nilla Cerceris slar iiulirii de l'ii'iuoiilc li1) Allioni (b) no(iueal) üiraud {b). — Cosla (2) 
lialH'i' jaiu publica iil vivenls in isl proviiicia les C. : coaüjera Dalil., laininijera Cosla, 
(iKCKlrr/aficinta Tanz., intcmipia l'an/.., albonolala V. d. Liiul., _/HÄ,c/y^t'»/(/,s Cosla, 
luctuosa Cosla, albofasclaia llossi. Circa pauc allers specics ist auctor halxM* script 
generaliter star iu lola Ilalia ciitrus. — Deintle Giuliani (3) liabcr adilil ad les Cerceris 
de Piemonlo les C. Ferreri ol r. (iibcrculatd, reports apiid Sanyano. 

Me liaber sliidé et doteruiinà les Ccrcerlà de los colloclions do lo Zoologie Museum 
de Torino (c), pra-cipue cum les opers de Costa ('2) ol iU^ André (I), adoplant les syn<Mii- 
mias lirmats ab isl second auctor, prieleniuam lo spocilic conlinnalion do le C. lainini- 
J'era. 

NB. - lu niouograpliia do los Coicoris star piil)lica ab Sclilettoror [cli. 
Les specios de le pnesent gonor vivonts in i'ionionte, star los sequents. 



Gen. CERCERIS Lativillo (\n(b'r (1), p. ÜJl). 

I. bpocios iiidici« al) Costa, sod dolicionls in los collections ab mo studos. 

a) C. rubida .lurino. 

Cerccri.6 rubida Andre (!', p. '207). 

» albonotaia (V. d. bind.) Cosla (;2), p. KU. 

I'ionionte, (sec. Costa). 

0) C. capitata Sniili). 

Cerceris capitata Andre (1), p. 288 - Costa (2), p. lOi. 

» J'uscipcnnis Costa (2', [». lüj. 
riomonlc (sec. Costa). 

cj C. luctuosa Cosla. 
Cerceris luctuosa Costa (2', [). 10.") - Aiubv (1), |i. 28li. 

l'iemonte (sec. Costa). 

II. Species exislents in les collections do lo Zoobigio Musonm do Torino. 

1 - C. Ferreri V. d. bind. 

Cerceris Ferreri André (1), p. 502 - (iosla (•!), p. '.»8 - Giuliani (5), |'. 'M. 

» scutellaris Costa (2), p. 98. 

Sangano (Gliil.'. Volar circuni les Hors de Menthe. 

2 - C. labiata Fab. 

Cerceris labiata Andre il), p. 2!I0 -Cosla (2), p. !Hi. 
aborr. an {i) var.j'". laniiiii/'era Costa (2), p, 'J7 - Andre (T, p. "0.'. 
Pienionle (Ghil.). Aitud lo Humen Slura. 

Me uou creder Ic l\ lamiiti/'era Cosla ide (pii slar desiribé l.mtuni le i^) star species 
distinct ab lo C. labiata (Tab.) Andro. 

Le C. lainiiufera 2 \''" dili'onM' ab le C lafnata Ç lantuni ob le parv lamina epi- 
slonial parum atténua ad basin ol non excavà anlice (dum in labiata isl laniina non slar 
alteuuii ad basin el slar aliiiuanlulnm excavà anlice), et secundum André etiam ob le 
sli'iatura de le spatiuni triangulär metatlioracic, longiludinaliler disposit, dum in labiata 



(II) Opers ,j;nn ;i nio imlicù in „Sii'icidtu du l'icniuiil ", Misccllane;! Kiiloniol(ij,'ic;i, N'nl. II, ii. \i. 

(c) Isis liynn^n')|ilcis slar collii^'i'- in I'ünnunle \\h Gliiliaiii, ol.j;iiii parliin ab il jilus iiiiiiusvo r\;ic- 
le (li'tf.'i iiiinà. 

iil) Zoiiliig. .hiiirliiirli. (alilli. Iiir sy^lcin.i IV, l,S8!i. - VIiUt i'liniii les notas virca isl iiionoyraiiliia, 
l/ublicà aJ. Dalla-Turro, in Wim. Kai. Zril., IX, l.sün. 



— Go — 

star aliciuaiitulum obUiiii. — Lo caractei" de les du luaculs tkws laterals in uii([uist[ de les 
segiiients abdoiiiiiials 5-5, postioe inter se coiijuncls, exister lVe(iueiiler etjani in C la- 
biata O. 

Onines ists caraclers star de |)ai"v munienl. Mt; liaber examina un Ç in les collections 
ah me stndè, (|ui star inlermedi inter les Ç de lablata et les Ç de lainini/'cra, mayis 
tamen |)roi)in([iia, secundum nie, ad le lablata. 

Ist specimin star de Piemonle, et taiiluiit de l'iemonle slar indicà al) Costa nti ah 
André le C. laininijera, non le labiula, ilnni le ''. lahlahi viver in Iota Knrona, et 
star jain indicà lam de les provineias meridionals (dosta) quam de les provincias septen- 
trionals (Cohelli) de Italia, sed non adhuc peculiarller de le Pieniuule. 

In ist Ç les niaculs Havs de les sei'uients al)düniinals 5-5 slar postice inter se con- 
juncls, le striatura de le triangulär spalium metathoracic slar perparum ohli((u, le lamina 
epistomal star antice perparum excavà, lam parum ut isl excavation star visihil tanluni 
ohservanl le ca[»ul ah antice; le excavation lamen exister, el le lamina non slar [lostice 
atténua. 



5 - C. conigera Ualil. 

Ccrcci'ls conujera André (1), i). 512 - Costa ('2), p. Üü. 
Piemonle ((ihil.). 

■i - C. tuberculata Villers. 

Ccraerls nihcrciilata André (1), p. 281 - Costa i2), p. 1)5 - Giuliani (5), p. 94. 
Sangano (Gliil.). In menses augiist et se[>lend)er, super Hors de Epllo'jliiin. 

5 - C. interrupta Panz. 

Cercerls iiiierrupta André (1), p. 50i -Costa (2), p. 100. 
Piemonle, .\lpes, Susa (Gliil.). 

Ü - C. arenaria Lina. 

Cercerh arenaria André (1). p. 292 - Costa (2). p. 105. 
Piemonle, Sangano^ Susa (Gliil.) - Tola Italia sec. Costa. 

7 - C. rybiensis Linn. 

Ccrccris njblcitsls André (1), p. 265. 

» ornata (Fah.) Costa (2), p. 107. 

Piemonle, Sangano (Ghil.), in septemher. - Tola Italia, sec. Costa. 

8 - C. emarginata Panz. 

Ccrci'rls e/nar>jiiiafa, André (1), p. 27 i - Costa (2), p. lOfi. 

)) Jlinbrlata (U.) Costa (2), p. 108. 

Sangano (Gliil.) - Tota Italia, sec. Costa. 

9 - C. quadrifusciata Panz. 

Cercerls ([nadrU asclata André (1), p. 271) - Costa (2', |>. 99. 
Piemonle, Coli de Torino (Ghil.>. 

10 - C. quadricincta Panz. 

Cercerls quadrlclacla André [h, p. 2L)l - Costa (2), 102. 
Piemonle, Susa (Ghil.). 

11 - C. albofasciata Ilossi. 

Cercerls albofasciata Costa (2) p. 110 - Amin- (I), [). 202. 

Piemonle (Chili, 
l'ro i::l s[icci('s slar niull nirlior le dcscri[>Liün de Cusla quam il de André. 



— 00 — 

l'2 - C. variolosa Costa. 

Ci'i'ceriä vavlolosa Costa ('2) p. 111 - Aiidn'' (li, |i. 'JOi. 

Pieniontc (Gliil.!. 

Ist spocies star uotahil ob les discriinins si'xuals. - Les du speciinais (^ et $1 servà 
i» les collections de le Zoologie Museum de Torino, star aiiii)o (iniiiiuo coiigius cum les up- 
lini descriptions do André. 

Indications liiiu.iotiiiAi'iiics. 

1. A\r)iu: K(l. - Species des Ihjménopttires d'Eurupe et d'Alyi'rie, Tenu. III, HtMuiic, 188(i-!)l. 

2. Costa A. - Pfospello sislenialico degli Imenotteri italiaui, Aiiiuiaiio (lui Musco Zooloffico délia 
R. l'iiiv. di .Niipoli, Aiino V, ISUS-liD. 

3. Giuliani V. - Xotizie di escursioni e di caccie eiitom., lioll. Soc. Kiil. liai.. Aniio \'l, 1874. 

Torino, l\. Zoologie Miiscuni, llijuli, 18lt5. 



SUR LES DANACEA Lap. 

(Cul.Kill'TKliKS MAI.A(;oUi;ilMI>). 

En attendant (pio je puisse examiner (ce (|ui me sera |termisje l'espère) (iiici(|iu's types 
nécessaires pour reprendre entièrement mon étude sur les Danacœa (Essai d'une étude 
sur les Dfcnaca (( imprimée in ,, L'Échange" n» 110, en août 9i) complétée par le travail 
de M. Procljazka liernièrement paru (Bestimmungs Tab. u» XXX) dans un mémoire nouveau 
plus étudié, moins imparfait, je présenterai (|uelques remarques ou corrections en repre- 
nant seulement la classilicalion d'uifgroupe où les matériaux m'ont le plus abondé. Avant 
de commencer je dois rendre justice à l'intérêt général que présente cette brochure récen- 
te ; les ell'orts de M. Prochazka ont produit la plus complète étude entrei)rise sur le 
genre et c'est avec regrets (pie je me crois obligé à (piebiues ol)servations. 

M. Prochazka classe, pour faciliter l'étude du genre, les espèces en quatre groupes; je 
dois dire à ce sujet <|ue ces divisions ne sont pas absolument lixes ; ainsi certaines espèces 
possèdent ou non des taches i)lanches ou dénudées comme />. jili(/nbca Üesi)r., par con- 
séquent ces caractères doivent être acceptés non pour les plus parfaits, mais les plus 
sinqiles i)our appuyer ordinairement la déterminalion des espèces en limitant de nombreux . 
sinon tous les exemplaires. Laissant décote cette division établie pour D. luctaosa lieshr., 
lin/>ci'iaUä Gcné, oriiata Prodi., ^ic^ac Schauf., pluinbca Uesbr., inUis Kust., je dirai 
(juelques mots sur les es|)èces dépourvues de taches nettes, lesquelles se classeront eu 
trois groupes établis d'après la pubescence |trothoraci(|ue, suivant que : 

[0 La pubescence se réunira pour former une sorte de ligne pileuse disposée trans- 
versalement et plus ou moins accentuée; cette ligne composés de poils convergeant et se 
heurtant les uns contre les autres. (innipe A. 

2» La pui)escence sera divergente vl l'orinera une sorte de rayonnement nn'diaii, les 
poils se rénissant sur un point central. (irou|ie f>. 

')« La pubescence sera simple, faite de poils lougitudinaicment disjiosés dans le même 
sens, au moins sur la i)artie supérieure du inolhorax. Groupe C. 

Ces troi« groupements ne soat pas absolument trancliés non plus. 

Le j'ne groupe parait être précis, mais les '2 i)rein'iers peuvent amener des héïitations! 
Ouel(|uefois la pubescence protlioracicpie offre soit une ligne transversale, soit un rayon- 
nement pileux (suivant les loupeO ces distinctions étant en i)artie fondues ensemble (D. 
Po(i/)illicri Goug. et [Iris, parait rentrer dans elle i;atégorie) ou bien la ride pileuse est 
en partie oi)litérJ!e, ou le rayonnement à moilié' oblitéré, mais ce sont là en somme des 
modilic.itions rares et la généralité des formes se groupera plus facilement d'après ces 
CAractcres (jue d'après aucun autic, on |)eul donc les conserver pour limiter plus facile- 
ment, sinon irrévocaljleinent les descriptions. 



— Ü7 — 

l'üui- la séparaliou de (iiiel(iiics espèces M. Prochazka me paraît avoii- malhemvusemenl 
employa des canictères (eoloralioii des pâlies ou des anteimes (i)) variables par espèce ; 
sans doute ces organes ne sont pas essentiellement varial)les pour cliaque espèce et souvent 
ils aideront à comprendre mieux certaines formes, mais je ne crois pas qu'ils puissent de- 
meurer üc'/f^s pour séparer nettement et sûrement. Je prendrai seulement un exemple de 
ces modifications dans le groupa A que je suis seulement à même de pouvoir étudier ici. 

D. apliijcfold.es (T. p. 12) est séparée des espèces voisines par le caractère des cuisses 
en parlie obscurcies, or je possède 5 nuances diftëreutes de pattes sous un aspect général 
que je juge semlUaiile, soit : f" cuisses en partie foncées, 2» cuisses entièrement claires, 5» 
tibias foncés; pour moi je ne vois là {[u'uue seule et même espèce avec des variétés. 

D'un autre côté je possède une race {Procha:kœ Pic) différente de ces nuances par 
la forme plus forte, la pubesconce plus One etc., présentant les cuisses également, mais 
non généralement un peu ol)scurcies; je ne pais pas en faire deux espèces ! 

Les anlennes varient le |)lns ordinairement [lar un nombre diiférenl d'articles clairs 
ou foncés. 

Des caractères moins changeants à prendre sont peut-être la taille ? Cette taille qui 
séparera plus facilement et pres((ue exclusivement en théorie des formes ([ne l'œil distin- 
gue mieux en pratique. 

Une comparaison attentive de nombreux exemplaires par espèce et surtout l'étude d'en- 
semble des types amènera sans doute de plus précises déterminations ; en attendant de 
meilleures spécilications, j'espère (|ue les caractères présentés ici, ([uoi([ue imparfaits, 
rendront des services; il. Proclia/.ka voudra bien m'excuser pour les modilications de quel- 
((ues uns des caractères (|u'il nous a donnés après les raisons que je viens d'indi(|uer. 



GROUPE A. 
Tableau de détermination des espèces qui me sont connues. 

l'rolhorax varial)le, ordinairement plus loiig(iue large, pinson moins diminué en avant, 

1 

l'roliiorax court, (dus large <|iie long, à c:'ités presqu'" |)aralléles. 

Long. V:. à.')',; mil!. — Audalonsie. lata Iviesw. 

1. l'ubescence écailleuse |ilus on m')iiis liiie e! courte, variulile, m li:^ a-^se/ n^miljerc; (;iillc 

variable. •" 

— l'ubescence écailleuse relativement longue et peu liiu!, rapprochée, sou\eiil irregu- 

lière, jaune ou grisâtre ; taille ne dépassant pas 3 mill. 2 

2. l'ul)escence du dessus du cor[)s jaune ; pal|ies [dus ou moins clairs ; forme assez tra- 

pue. 
Long. 2 à 2',,; mill. —Algérie. (UCiosoilioetteri lleyd. C^) longipilis l'ic. 

— l'ubescence du dessus du corps grise ; palpes obscurcis, forme un peu allongée. 

Long. 2'i mil!. — Algérie : biskra. biskrensis l'ic. 

T). l'ubescence nu)dérénH'nt Une cl plus ou moins rapi)rociiée sur coloi'alion loiuière vari- 
able, ordinairement verdàtre ; ligne pileuse prothoracique nette. i 



1. Mrme la CDloialioii des palpes nVst |)as absoliuueiil lixe luiijoiirs ; vuir [lar exciniilc IK iin'l'ipfn 
Pau/. . Oucliinclbis les palpes soiil bicoUircs, claiis à la base, obscurcis au sdimuet, ainsi un pniiriaiL 
p's api)cler lantOt clairs, laiil()t foncés - suivant les yeux. 

2. .!e ne connais [las le type de celle espèce décrilc d"lîs])a;;ue, niais ma lonijipHis \\\c pai'ail èlrc 
une variété de celte es[iéce, si elle ni; se conlond pas tout-à-t'ait avec ce:ie-ct. Procluizka dislin^HIc 
II. Kie.senioelLeri lleyd. de l). Ponpillieri (i. et lî. par les []a!pes (dairs cl celles-ci des suivantes pav 
la eidoratioa des lU'cim^s géiiéi-alenienl d'nn brnn rouge. Ü. Poupillieri me parait devoir rentrer 
jdnti'il dans le u'roLip ■ \i. 



— 68 — 

— l'ul)esceucc' cuurle, Irùs liiu', ('cartéc, sur coloruLioii fdiicii-rt' cuivreuse, ordinaircnienl 

à retlels violacés ; ligne pileuse protlioraciciue lino, peu nianpiéc. 
liiiug. 'i'.jàô'j inill. — Algérie : Tei)essa et Aïn lieïda. Prochazkœ l'ic. 

i. Taille plus ou moins grantle, au dessus de 5':, niill. 5 

— Taille petite ne paraissant pas dépasser ô niill. Elytre.-i el i)rotlH)ra\ ordinairement bor- 

dés d'une ligHC écailleuse hlandiàlre. 

Long. '2% à 5 mill. — Algérie. minuta l'ie. 

a - l'altes claires ; antemies rarement Inen obscurcies à r<'\lréinilé. 

-Nazereg, Medieria, lijella. forme type ! 

a' - l'atles plus iiii nmins obscurcies ainsi (pie les antennes, (b) 
b - Cuisses seuiennMil en partie (discurcies. 

liatna. v. aphyctoïdes l'rocli. (')• 

b' - Tibias et tarses obscurcis ; antennes entièrenienl foncé(!S. Cuisses claires. 

Djelt'a. V. obscuripes. 

T). Protliorax à côtés non écliancrés ; assez grandes espèces. ü 

— l'rotliorax à côtés écliancrés ; assez |)elite es[)èce. 

Long, j'i mill. — Lusitanie : Coïmbre. {lasttanicd l'rocli.) lusitana lleyd. 

0. l'rotliorax neltenienl ou un peu plus long ([ue large. Tète plus ou moins oblongue, plus 
étroite ([ue la base du protliorax ; pubescence plus rapprochée ordinairement. 7 

— l'rotliorax aussi large que long. Télé transverse, aussi large avec les yeux ([ue la base 

du prothorax ; [)ubescence assez écartée. 

Long. 5 à i% mill. — Eur. centr., Italie. {fo/itcnfosa'S\u\^. H.i nigritarsis Kusl. 
a - i'ubescence du dessus du corjis plus ou moins llave, moins écartée. - Coniiiiun. 

forme type . 
a' - I'ubescence du tiessus du corps plus ou moins grise, écartée, (b) 

b - I'ubescence iiien nettement écartée, tarses clairs. 

Alpes de Suisse et Savoie. v. alpina (Trn.) Pic. 

b' - I'ubescence peu nettement écartée, tarses foncés. 

Illes Alpes : Uurbon. v. obscuritarsis (-), 

7. l'rotliorax à i)cinc plus long (pie large, peu diminue en avant. Tète mod(''rénient étroite. 
Long. 3 à i% mill. — France, Allt^m., Italie, etc. {ciisaneiisis'SÏ. el K.) amica Hey 

in litt. (a). 

Ici doit se placer 1). ofxxcaUt Ab. (L'ik-hange no Wo) qui correspond à la iiifiritai'- 
sts de (juelques collections. D'après l'auteur ellediUère de D. ciiaanciisis (de Mulsant) par 
le corps plus court, la tète plus courte, l'aspect plus o|)aque ; on peut la considérer plus 
justement comme variété de la précédente espèce. 

— Protliorax nettement plus long (|iie large, oblong, bien diminué en avant. Tête bien 

plus étroite (pie la base du protlioiav, longue. 
Long, o]^ à 4% mill. — l'ranct; niér. longiceps Muls. et Key. 

(lette espè(;e \ai'ie. I'ubescence du dessus du cor|)S tarit(")l assez rapproclu'e, grise, (for- 
me type), ou rarement [ilus ou moins llave el ('galenienl rapprochée (c. ficutijhu'd), tan- 
tôt écartée, laissant voir le dessus du corps un i)eu brillant (r. parddoxd Muls. et Hey). 



1. l). huiiicnsis in litl. (Tab. )i. 'S) se i';i|i]K)rli: s;iiis iloute à ci; lumi ? 

2. Ccttfî varicUé parait otl'rir une tète et nn protliorax un ])0u moins élargis (pic les Inriiics voi- 
sines ; elle a él(; recueillie par .M. l'alil«': Cancl qui a Ineii voulu m'en C(''(lcr deux exeiiiphiiies. 

3. Voir plus loin les renspi^'iiciiients toiReni.iiit O. cusunensis Co^la, 



— m — 

La var. sciniflava <|iip j(^ connais seulement de Roguac, dans les nouolies du Rhône, se 
dislinguera de aiiiica par la forme plus allongée du prolliorax. 

Avant de terminer cet article, je dirai quelques mots touchant la partie synonymique. 

La synonymie paraît un peu embrouillée par deux formes présentées sous le même 
nom, ainsi la cusancnsis décrite i)ar Muls. et Rey ( Kloricoles p. 7)0) ne semble pas corres- 
pondre à la cusanensis de Costa. Je dois dire d'abord (jue la description de Das[/tes 
cusancnsi>< (Napl. 47, p. 25) ne spécifie pas grand cliose en ne parlant pas de la pubes- 
cence protboracique etc. ; l'auteur comparant surtout son espèce à pallipos Panz. (une 
des rares formes connues alors) la rap|)rocherait bien de inorosa et dans ce sens je me 
rangerai à lavis de Baudi (Berl. 7">, p. 514). D'après M. Baudi de Selve ;1. c.) cette espèce 
aurait la pubescence protboracique quebiuefois rayonnante, avec lu taille petite, le protho- 
rax presque carré ; cet auteur ayant rédig('' sa note après l'étude faite sur des exemplaires 
venant de Na|)les et considérés comme typiques, jusqu'à preuve du contraire, c'est à dire 
par une élude personnelle des types de Costa, je dois accepter cette détermination de pré- 
férence à toute autre. De cela il résulte que la race appelée ciisaacnsis par Muls. et Rey 
ainsi que les auteurs postérieurs et très voisine de nigrifarsis Kust. se distinguerait de 
cette race précédente par le prolhorax moins court, la forme plus allongée ; dans la col- 
lection Rey cette dernière figure sous le nom de ainica (Rey in litt.) tandis que sous le 
nom de cusanensis Costa figurent des exemplaires correspondant à ceux signalés par M. 
Baudi. 

On a attribué par erreur dans les collections le nom de nigrifarsis Kust. à certains 
exemplaires à tarses nettement rembrunis et prolliorax un peu moins large que long ; ces 
insectes correspondent à ((mica- Rey ou à opacnla ab. et je suis tombé moi-même dans 
cette erreur (L'Éhauge n» 116). La véritable nii/ritaris [)résenle le prolhorax plus élargi, 
et, chose curieuse, rarement les tarses obscurcis. 

11 peut se faire que A. opacnla Ab. (L'Échange n« 115) se confonde avec le Mcljjrls 
testaccus d'Olivier ? Olivier décrit (Eni. Tome III, n» 21, p. 11) une espèce (de Danacœa 
très prol)ablemenl) omise dans les catalogues et par M. l'rochazka et (jui par ses caractères 
« testacé pâle, antennes noires, pâles à leur base, les yeux noirs, etc. » peut bien désigner 
cette forme. M. Baudi (Berlin, 7Ô, p. 51Ö) attribue ce nom à lonfjiccps comme variété, car 
c'est malheureusement — argument terrible contre l'absolue priorité — le propre des 
vieilles descriptions d'avoir souvent une trop élastique interprétation ; on comprendra 
que je préfère un nom postérieur, dont je suis sur, à un autre dont l'emploi peut amener 
d'inutiles et variables changements (i). 

D. ioincntosa Muls. et R. (d'après la coll. Rey) est bien synonyme de la ni'irifarsis 
Kust. . . . c'est à dire de l'espèce à prolliorax nettement large. 

Danacœa décrite sous le nom de R('(ji (Tab. p. 27) paraît se rapporter à D. palli- 
dipalj)i§ Ab. (L'Échange n» Mo) La />. Hci/i <le Tournier dont j'ai parlé (L'Echange n« 125) 
se rapprodiede D. ambiiiiia^l. et R. et peul être considérée soit comme espèce voisine, 
soit comme variété de celle-ci. 

J'ai puldié (L'Échange n» 110) une D. af ripes v. iibialis et M. Prochazka a décrit 
(Tab. p. 20) une /). tibialis, il conviendra donc de remplacer le second nom par celui de 
nniiata. 

J'apprends en dernier lieu qu'un de nos collègues travaille actuellement le genre Da- 
nacoa ; je suis iieureux de lui céder le pas pour une élude générale. 



Maurice Pic. 



i. Par oxniiiplp un nnteiir a attribiu'' ce nom de testacen n Panacœa lonyiceps - pourqnni ? .Moi 
je le comprends plutôt avec D. opacula Ab. ; un autre le regardera comme synonyme de nUjrHarsis, 
et finalement U n'est pas impossible que Melyris testaceusne se rapporte pas même au genre Dana- 
cœa 



— 70 — 

Ouvrages d'occasion. 

Gemminger & de Harolcl. Cnhilnyiis ciilcdidciorinn lin(iis(|iiL' ilfsni|il., l'_* volnnios. 



Échanges. 

M. J. Blanc, rue Entre-les-2-Portes 26, Épinal, olIVe : Cri ral)ii.< inonilis ot var. 
C. var. l'itjipcs, vai". fiallictis, var. poinpffom.^, var. iiiijrp.-icrns, Aiilliin H-iiia- 
calata, Piinelia Bojjori, ÄicucJius variolosus, Gmlrii/jes [(frirjatus, Illiizotr. 
ruficornis, /'asciis, Anisnplia lloricn'a, Il/jini'iio/ilin (.'lic.croUtti, Arinn'O'Iera 
capn/nris, etc., ainsi (|ii(' dos exoliiiuos, coiilrc cl'aiilrcs csiircos on »'(Piiti'c des lim- 
brcs-posto. 

M. Pic, à Digoin, (S. et L.) France, ollVo plus de 5000 espèces de Coléoptères de Franco, 
des Alpes, d'I/^yptc et siirloul d'Algérie), parmi lesquels : Il(>sj)rri/)h.rin''!i(i.ninis, 
Belnilrra l'roberli, Pseudniiiijivnecion, CI ntns ainhujcnns Cli., huiut, Cii/tan- 
iliLis Lepellefieri, Dorcadion Mrrh:li, Neodorcadlon FlaclinerL l'ic, Obcrca 
maciUicollis, Coni:oain detrita, AJlardi, Musaria v. sahaurafa Vie, Phyfœcia 
ephipfiiuni, abjcricct, Jlœmonia (plusieurs), Crioceris alpina, Labidostoniis 
Lejr.unel, TUuhœd 8-piinciata, CoptocophaLa craf?sipcs, Malexia Lefoiirncwvi, 
Pscudôcolaspis Lcjirœuri, œjieonuiro, scj'ronsis Pic ii sp., Colaspidca ocu- 
lain, Colaphus sirpia(ipei:nis,Criiptorcphr(li(S iii/'cr/nis, cijanipes, fiulj'ureus, 
scnegalonsis, sindoniciis, quadrupler', Pach{jhrach[/s Camli, Sî(jlosomiis 
Obcrthnri, C'jrtnniis rotundafiis, Crcpidodera ci/ancscens, Orcstia Lej>riciin\ 
punctipennis, Loiuplarsus latifrons, brecifiscaliis, Lcpli^paJiUfnrinls, Cassi- 
d(( dcscidnru/i). defir.xicollis, Ka.'ochoniiis ancorij'er, Coccinclla œguptiaca, 
V. dicarleata, Micraspis phalcrata, Chorafi/is Sheppardi, Apodcms Innfjiccps, 
Dinc'iitcs subspiiiosiis, Dryophiliis sncrinctus, Brnchjjestcs appro.riinanf<, 
Gastonis, Piinelia rrtrnspinosd.. Scœlosodls cnMancn. Tumjincchas niibccn- 
losus, Ano/nani.r Ucnoni Vsl. n. sp., etc. etc., contre des Anihicidcs, Xtjlophiii- 
des ou Ptinidcs du Glol)cet i)onnes espèces d'Europe et circa, en Derniesddos, Kn- 
niol/)ides, Mylabrldcs (Zondbris) H Longicornes principalement. 

M. Benderitter, Champs-Maillets, Rouen, désire recevoir des Lamellicornes du Clobe 
et des ouvrages ou brochures sur celle famille. Il (dire des Coleopl. du t>lol)c et des 
ouvrages de liolanicpie. 

M. Cuisance, rue Notre-Dame 12, Dijon, ollre Sapr.rda phnca , Ulinninasiain 
btcolor, sacilis, , Dorcalion /no'itor,Rosalia alpina el une grande quantité d'au- 
tres espèces, contre d'amrcs cob'-oplère-; rares on exotiques. Prière d'envoyer listes 
d'ohlata. 

M. Fried. Schneider, Finsterwalde, Leipzigerstrasse, 11, Allemagne, désire tles 
plantes utiles (>t leurs rriiils. OlïV:' en éc'iange des plantes d'Allemagne el de Suisse, des 
Coléoptères et I,éi)id()plères(ie lousles pays, i\{'> monnaie-; et des lindires-posle. Corres- 
pondance <'n français, anglais el hollandais. 

M. Hans Mertha, Wien I, Justizpalatz, (dl're des Coleopièi'cs d'Europe en échange 
d'autres liinnes espèces. Envoyer ohiala. * 

M. E. Goubaut, naturaliste, St. Vaast-la-Hougue (Manche), demande le grand lu- 
cane jaune, la grosse Mygale de Bogota, les plus gros Coléoptères exoti(jues. Orthop- 
tères, Hémiptères, llyménoplèrcs, etc. - Oiïre en échange : Oiseaux naturalisés, sur- 
tout Oiseaux de mer, Animaux, Poissons, Crustacés, Reptiles, Coquilles vivantes, Fos- 
siles d'Orglande, (lonrhesvillc, Frcsville, Valognes. Terrain Parisien, elc. - Oiseaux en 
peaux fraîches. 

M. le Dr. Delmas, à Millau (Aveyron), ollre des fossiles du lias supéiienr contre des 
Hyménoptères porte-aiguillons el des llioptères. 



71 — 



NÉVROPTÈRES 



Oll tleniancie à ac(iuérir par voie d'échange ttu 
de vente, les Odonates suivaiils (rfûirinH" : 
Epithoca bimaculata & metallica, Orthetrum 
nitidinerve, Gomphus flavipes, Lindenia te- 
traphylla, Œschna borealis, Calopteryx an- 
cilla, Gomphus flexuosus,Agrioii ornatum, 
ou des espèces Australiennes. 

On donnerait en ccliange : 

Oligoœschna Modigliani 
et beaucoui» d'espèces rares. — S'adresser à 

M. Pflartin, avocat, au Blanc, Indre, France. 

V. Manuel DÜCHON 

à Rakonitz, Böhmen, Autriche. 

recommande son GRAND ASSORTIMENT 

Coléoptères paléarctiques 

frais, jptiiuès, bien préparés, avec éticpieltes 

de pi'ovenance et à TRÈS BAS PRIX 

On tlésire aussi échanger (mais on ne l'ait 

pas le premier envoi) el on aciièle 

de bonnes espèces paléarctiques. 

COLÉOPTÈRES EXOTIQUES 

i'ai;m[ lesquels de grandes UAI'.ETÉS 

et aussi de bonnes espèces indéterminées — par 
centuries — au prix net le plus réduit. 
Listes spéciales très importantes de Luca- 
nides cxolicpies îin« 5), de Gétonides (n» i), de 
Buprestides (iv 5), de Dynastides et Rutéiides 
(n" (i), lie Coprophages (u" 7), de Mélolonthides 
l'u« 8), de Cérambycides (n" 9), etc. 

Forstcommissär Josef Gold 
inTrautenau, Böhmen, Autriche, 

bietet Tachinarien und Œstriden gegen 
Tausch oder Kauf an. 



Graf Krüsi 
à Gais, Suisse, 

oll're : 

CARABUS MONILIS 

en variétés différentes 

10 exemplaiies fr. 2. — 

100 » fr. 10. — 

l'orl el Endjallnoe m-atuits. 



Doubletten-Liste 

über pala'arivt., COLEOPTEREN 
versende auf Verlang(!n. Audi Exo- 
ten Verzeiclinisse. ilolier [>aar-l'.ai)att. 

Hugo RAFFESBERG, 

l'odliragy, Post l'rasicz, Ungarn. 

Dr A. J. F. Fokker 

à Ziérikzée (HOLLANDE) 
désire acheter ou échanger des 

Hémiptères Hètèroptères 

ii'Euro|)e méridionale, Algérie etc 



Finstervvalde, Allemagne, 
Leipzigerstrasse 11. 

désire acheter ou échanger îles 

Plantes utiles 

de tous les pays et leurs Fruits. 
Offre en échange : 

Plantes d'Allemagne 
et de Suisse, 

LÉPIDOPTÈRES et COLÉOPTÈRES 

de tous les pays, MONNAIES, 

TIMBRES-POSTE, 

Correspondance en/ranrais, an- 
glais et hollandais. 

DesCoIéopt. europ. 

déterminés soid, à disposition contre 
paiement comptant avec un rabais 
de 70% ou eu échange contre Coléo- 
ptères plus rares, europ. el exot. 

C. KELECSENYI, 
Tavarnok, Hungaria, 

Via N. Tapolcsàny. 

Mr le Dr Jacobs 

28, r. des Ursulines, Bruxelles. 
désire acquérir des 

Diptères européens 

de la famiüe des 
Tachinaires 



Filet à papillons 

de M. Graf-Krüsi 

Ce lilcl 01) lissu (le soie Iros fori, bordure en acier 

«Ml (luatrc |iarli('s, a|i|ilirable à toul bàlon, csl le 

seul (iiii ail olileiui un iliplùiiie el une 

Médaille de 1'^ classe 

à l'exposilion de Vienne 

Manjue G an [»rix de 6 fr. la pièce 

„ K ., .. „ 5 fr. „ „ 
Encoi franco. Paijahlc d'acancc. 
Le calalogue des Li-pidoptères europi'-ens et exoti- 
ques, est envoyé franco à «]ui en fera la demande. 

Graf-Kriisl. Gais, près St Gall, Suisse. 



Guide Naturaliste 
Aux Dourbes, près Digne, Basses Alpes, 

prévient les amateurs i\n\ désirent acheter des 
Coléoptères, Lépidoptères et Hyménoptères 

des Basses Alpes ipi'il leur eu veiidia à des prix 
très modérés. 

L' INSTITUT ZOOLOGIQUE 

W. Schlüter, Halle a. S. 

ALLEMAGNE 

a l'honneur de recoinmander à MM. l«*sColiec- 
lionneurs, Instituteurs & Chefs d'étal)lissemenls 
scolaires ses eoinploirs d'(tlt.jels d'Iiisloire naturelle 
spécialement de peaux, d'œufs d'oiseaux, d'a- 
nimaux empaillés, d'amphibies, de reptiles 
de poissons, de mollusques, d'insectes et de 
minéraux. 

Catalogue spécial d'ol),jels d'histoire naturelle 
pour renseii^nemeiil. 

Instruineiits &' usieiisiles i)Oiir la recherche & la 
préparation de tons les ohjels d'histoiri' naturelle: 
Epingles, Cadres vitrés. Plaques di\ Tourbe 
de toute grandeur; grand choix d'yeux arlili ciels 
pour mammifères, oiseaux, poissons. 

Ateliers spéciaux pour le montage des oiseaux 
& des mammifères. 

Spécialité : Tètes de daims, de Chevreuils 
Hures do sanglier. 

Pri'pai'diion soif/nrc et /irom/ilc. 
CATAf.OGlES GRATIS ET ri!A>C() 

W. Schlüter, Halle a. S., Wuchererstr. 8 
Allemagne. 



LÉPIDOPTÈRES 

européens, exotiques 
JVIICROLÈPIDOPTÉRES 

CHENILLES PRÉPARÉES 

très soigneusement 

l'IUX TliÈS AVANT.VCKIX 

H. Lhotte, naturaliste, 31, rue 

de Clichy, Paris. 

Nota. — On dcmaiule des cor- 
re^pniidanf!< pour recevoir des 
Lépidoptères cf des Chenilles 
vivantes (fcs/^rces jxxrtiriilicrcs 
au.i: dijrrrentes rèr/ions de In. 
France, ainsi que des exotiques 
en /lajjilloffes. 

M. Félix ANGEY 

9 rue Fargès, Prado Marseille, 
offre 

EN VENTE 

SES 

DOUBLES 

COLÉOPTÈRES, LÉPIDOPTÈRES 
HYMENOPTERES 

& COQUILLES 

GRAND CHOIX 

DE 

LÉPIDOPTÈRES 

européens et exotiques 

à des prix très réduits 

rAPILLONS POin CADRES 

Chrysalides, Cocons, Œufs de 

Lépidoptères. 

EMILE DESCHANGE, 

à Longuyon, (Meurt lie el Moselle 



Le [)iri-riri(i'-(',rrvnl : E. r.\r,iiii: 



Narbonne. — Iin|triinerie spéciale des ,, MISCELIANE.V ENTOM()E()f.ICA " 



Comité d'études. 

(Suite) 
M. Couturier, à la Nerthe, par Saint Henry, (B' ^ du Rhône). Coquilles marines, 

terrestres et lluvialiles du globe. 
M. H. du Buysson, Château du Vernet, par Broût-Vernet, (Allier). Élatérides 

d'Europe et des paijs voisins en Asie et en Afrique. 
l'abbé J. Kieffer, professeur au Collège de Bitche. Cécidyes et Cécydomyies. 
E. Benderitter, rue Chamhs- Maillets, Rouen. Lamellicornes d'Europe et confins. 

Nous rappelons que tout enroi d'insectes aux ntrmbres du Comité doit être accom- 
pagne de tunsf'fiarfifiêAo pour le retour et au besoin pour la réponse. 

Man wird' hiermit qebeten Jeder Insektensendung an die Mitglieder des Studien- 
Ausschusses das Franko fur Rücksendung und nöthigenfalls für Antwort beuulegen. 



Annonces 


Anzeigen 




La p:ige- fr. 10. — 
1/2 « « 5, - 
1'4 . « 2. 50 
1/8 « « 1. 25 


nie Seite .\1k. 

1/2 « 

14 ,. 

. 1/8 « 


8 
4 
2 
1 


N()te. de 7 à 8 lignes de 26 lettres, 50 cent. 
Ri:Jiictiou d'an tiers pour les annonces à l'année. 
« d'un (juarl pour les annonces au trimestre. 


Anzeigen von 7 bis 8 Zeilen zu 2ö Buchstaben, 40 Pf. 
Reduktion um ein Drittel für jährliche Anzeigen. 

« um <nu Viertel für vierteljährliche Anzeigen 



POUR LES ABONNI^: S : 
Réduction — / äß insert, de la même annonce 23 % ; 12 insert. 3:i V3% ; 21 ins. 50 % 



Les annonces sont payables d'avance 
par mandat-poste. 



Die Anzeigen werden zum Voraus 
durch Postanweisung bezahlt. 



Correspondance 



Toute la correspondance doit être adressée à M. E. Barthe, 
professeur, rue des Fossés, 2, Narbonne, Aude, France. 
Nous correspondons en français, allemand, anglais, espagnol, italien et latin. Prière d'écrire très 
lisiblement et sur une. feuille à part le texte des annonces. 

Aile Briefe sind zu richten an Professor E. Barthe, rue des Fossés, 2, Narbonne, 
Aude, (Frankreich). Wir werden correspondieren : Französisch, Deutsch, Englisch, Spanisch, Ita- 
ienisch, Lateinisch. Es wird gebeten, Artikel oder Anzeigen möglichst deutlich zu schreiben, und 
die Anzeigen auf ein besonderes Blatt zu setzen. 

N.B. ^^"^ payement doit se faire d'avance par mandat-poste ; nous n'accep' 

tons de timbres-poste que pour les petites annonces. 

Jede Zaiilung muss in einer Post-Anweisung pränumerirt werden : Freimarken 
werden nur für Icleine Anzeigen angenommen. 

Les abonnements partant du commencement de chaque trimestre. 

Die Abonnemente gehen von Anfang eines jeden Vierteljahres ab. 



J. Desbrochers des Loges 

à TOURS Indre-et-Loire. 

l'i'ix courant de;,Qûiiîbptèrcs d'Europe et Circa, d'JIéniip- 
tères, d'IIyménoptèi'cs, de Curculionides exoti((ues. Achat 
• le Curcnljonides exotiques. 

Direction drt Frelon, Journal mensuel d'Entomologie 
descriptive (Coléoptères). 
l'rix de l'abonnement : 6 fr. pour la France et l'étranger. 

Bollettino del naturalista. 

ii« année. 189 i. 
Jiiurnul mensuel. Abonnement ri Jr. 
Contenant des communications et noies d'histoire na- 
turelle. 

Publie gratuitement toutes les communications 
et annonces d'échanges d'objets d'histoire natu- 
relle de ses abonnés. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



Histérides, Buprestides, 

CÈRAMBYCIOES DU GLOBE 

COLÉOPTÈRES AFRICAINS 

Mr.A.Théry 

à st. Charles, Algérie. 

désire acquérir les raretés lui man- 
quant en Histérides, Buprestides et 
Çérambycides d'Europe. 

offre, en échange de ceux d'autres 
provenances et de Coléoptères africains 
de l)onnes espèces algériennes et du 

globe. 



EPINGLES A INSECTES VIENNOISES 

Johann MÜLLER 
Vienne, Autriche, II, Circusgasse 20, 

recommande son assortiment complet des excellentes épingles blanches et noires, épingles camions 
épingli's pour micros. 

Mou dépôt général pour toute la France se trouve chez M. HENRI GUYON Paris, 30, rue 
des Bourdonnais. 

Die Insekten-Börse 



jetzt vereinigt mit der „Sammler -BÔrSO** 




ist für „Entomologen^' und „Sammler" das hervorragendste Blatt, welches wegen 
der belehrenden Artikel sowie seiner internationalen und grossen Verbreitung betreffs 
Ankauf, Verkauf und Umtausch aller Objekte die weitgehendsten Erwartungen erfüllt^ 
wie ein Probeabonnement lehren dürfte. Zubeziehen durch diePo8t(Zeitungsli8teNo.3135) 
nnd die Verlags-Buohhandlung Frankenstein & Wagner, Leipzig, Augustusplatz 1. 
Abonnement bei Zusendung unter Kreuzband in Deutschland u. Oest erreich 1 Mk., nach 
anderen Ländern des Weltpostvereins 1 Mk. 20 Pfg. == 1 Shilling 2 Pence — 1 Fr. 50 Cant 



The „Entomologists Record" 

and Journal of Variation. 

Publié par J. W. TUTT, F. E. S. 
ABONNEMEiNr ANNUEL : 6 Shillings. 

— FKANTO — 

Cette Revue Seien lilique mensuelle contient dos articles 
i'un intérêt général |>our les LépidoptéHstes de tous les 
pays et est illustrée de uoml>ivuses planches en chix>n»oli- 
thographio. 

liC montant de l'alKtnnement doit être adressé à 

M. A. J. Hodges, 2 Higbupy Place London H. 

THE 

BRITISH NATURALIST 

REVUE ILX.USTRÉE D'HISTOIRE NATURELLE 

surtout d'Entomologie et de Conchylrologie 

DiiU(;i;i; i>ar joiin F-.iiobsiin, f. r. s. 

Hartlepool. Anuleterre 

avec la collaboration de nombi-eux spécialistes. 

ABONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 
John E. ROBSONjHARTLEPOOL, Angleterre. 

Rivista italiana di scienze naturali. 

u« année. 189 1. 
Journal hi-mciisiiri. Ahonnrmrnf 5 l'r. 
Contenant des mémoin>s illustrés et l'annonce de totis 
les travaux italiens snr l'histoire naturelle. 

Direction et administration à Siena (Ualia). 



On achète ou on échange 

contre des insectes les timbres de Fran- 
ce de 1848 à l'effigie de la République 
{en particulier le timbre de 1 franc )> 
ceux de la Présidence et de l'Empire 
1852-1870) à l'efligie de Napoléon III é- 
<eux de 1870-71, R '»publique, non den- 
telés. 

S'ailrcssrr n'i Bureau du Jouni»! 



FAUNE 

DES 

ORTHOPTÈRES 

DE FRANCE 

par 

M.A.FINOT 

Orthoptères proprement dits et Thy- 
sanoures. 1 vol. gr.in-8» de'>'2'2 p., avec 
(ig. et 15 planches, 

15 fr. 

S'adresser au Bureau du 
Journal.- 



N» 7 — voi,. in. 



Sme Année — III Jahrgang. 



1" juillet 1895. 



Miscellanea 

Entomologica 

Organe international 

contenant les demandes ^l'échange, d'achat et de vente de collections 

livres ou objets d'histoire naturelle. 

Anzeiger von Tausch, Kauf und Verkauf für internationale Enfonologen. 

Entomologist's international Advertiser for exohan?e, purohase and sale. 



Direction et Rédaction 

E. BARTHE, à Nar bonne, Aude (France). 

Avec la collaboration de naturalistes de tous les pays. 
Mil Mitwirkung internationaler Entomologen. 







Les " Miscellanea Entomologica " paraissent le 1" de chaque mois. 
Abonnement annuel : Union postale, fr. 5. 
Die " Miscellanea Entomologica " erscheint am \. jeden Monats. 
Jährliche Subscription : 4 Mk. — Annual subscription : 4 sh. 



Comité d'études — Studien- Ausschuss 

MM. Argod- Vallon, à Crest (Drôme). Longicornes et coléoptères cavernicoles du globe. 
A. Finot, 27, rue St. Honoré, Fontainebleau. Orthoptères du globe. 
F. Ancey, 9, rue Fargès, Prado-Marseille. Coléoptères en général. 
H. Gouin, 99, cours d'Alsace-Lorraine, Bordeaux. Coccinellides de France. 
R.Martin, au Blanc, (Indre). Odouates du globe. Névroptères d'Eurojte. 
Dr M. Régimbart, à Evreux (Eure). Dytiscides et Gyrijiides du globe. 
R. P. Belon, rue du Plat, 18, Lyon. Lathridiens. 

E. Barthe, Cette, (Hérault). Coléoptères de la Guyane française. Apiculture. 
M. Pic, à Digoin, (Saône et Loire), Longicornes d'Europe et circa et Anthicides du globe. 
Dr Chobaut, 4, rue Dorée, Avignon. Mordellides, Anthicides. Pédilides, Rliipiphoride9, 

Vésicants et (Edémérides de la faune paléarctique. 
A. Janet, 104, boul. Saint-Louis, Toulon-Mourillon. Rhopalocères du globe. 
D'- A. Sicard, à Tebourzouk, Tunisie. Coccinellides du globe. 
Df L. Vitrac, aux Trois-Rivières, Guadeloupe. Entomologie des Antilles. 
E. André, 17, rue des Promenades, à Gray, (H'«^ Saône). Formicidesdu globe et Mulilli- 

des de la région européo-niéditerrauéenne. 
M. Vauloger de Beaupré, lieutenant au 144« de ligne, Blaye, (Gironde). Cicindélides 

et Chrysomélides d'Europe et circa. 
A F. Nonfried, Rakönitz, Bohemia, Autriche. Lucanides, Célonides, Mélolonthides. 

lUitélidos, Dynastides, Ituprestides et Cérambycides du globe. 
A. Théry, St-Charles, pa:' Philippe ville, Algérie. Buprestides du globe et liOngicornes 

d'Europe, 
l'abbé A. Carret, aumônier aux Chartreux, Lyon. Carabides d'Europe et en particulier 

genres llarpalus, Fleroslichus et Aniara. 
A. L. Montandon, Strada viilor filarete, Bucarest, Roumanie. Hémiptères Hétéroptè- 

res. 
G. Gribodo, "Via Maria Vittoria, 19, Torino, Italie. Vespid« et Mellifera du globe. 
Di- C. Schaufuss, Directeur du Museum Lud-virig Salvator à Meissen, Saxe. Scolytides 

l'ialypides et Scydménides exotiques. 
D' Franz Spaeth, Kohlméssergasse, 3, Wien, I/l, Aiîtriche. Cassidides du globe. 
E. Simon, 16, Villa Sa'id, Avenue du Bois de Boulogne 56, Paris. Arachnides du 

glol>e. 

H. Fruhstorfer, Berlin N, Garteustrasse 152. Rhopalocères de la région ndo-austra- 

lieiiue. 

D' Franz Spaeth, Kohlméssergasse, 3, Wien I / 1. Cassidiiles du globe. 

G. de Bony, rue Vaneau, 36, Paris. Genre Gicindela (Europe ei contins), Carabides vrais 

(européens et exoliqnes), spéciah'ment genre Nel)ria. 
E. Abeille do Perrin, rue de la bibliothèque 24, Marseille. Buprestides, Malachides 

et (Jisides paléar(li<|nes. 
E. Fleutiaux, 1, rue Malus, Paris. Cicindélides, Élatérides du glol>e. 
D' A. Puton, à Remiremont, Vosges, llémiplères llétéroplères paléarctiques. 
H. Caillol, avocat, rue Traverse du Chapitre, 18, Marseille. Crypiophagides, Mylabri- 

(les (liruchide:;) cl Uioniides paléarcti(iues. 
H. Nicolas, rue Velouterie 9, Avignon. Ricdogie des Hyménoptères. 
C. Houlbert, professeur au Collège de Dieppe. Larves «le Coléoptères, Orthoptères et 

Névropteres. 
D'- E. Candèze, à Glain- lès -Liège, Belgique. Elatérides du globe. 
Ch. Bruyant, rue Gaultier de Biauzat, 26, Clermont-Ferrand. Faune enlomologique 

des eau\, spécinlenienl llydrocorises. 

E. Ragonot, 12, quai de la Râpée, Paris. Microlépidoptères d'Euntpe ; Pyralites, Cram- 

biles et l'Iiycites du globe. 

J. Vachal, à Argentat, (Corrèze). llynienoptera aculeata de la région circa méditerra- 
néenne et (i'Afriqne ; Ilalictus et l'rosopis de l'ancien monde. 

H. Léveillé, rue de Flore 104, Le Mans (Sarthe). Botanique eu général. 

F. Silvestri, à Bevagna, Umbria, Italie. Myriopodes du globe. 

V. Mayet, professeur à l'École nationale d'Agriculture, Montpellier. Biologie des 
Insectes. 

{Voir la suite à la /»ar/c 3 de la coaccrlurc. 



^\StaUN" ENTOMOlOfi/c^ 



NUNTIUS ENTOMOLOGICUS INTERNATIONALIS 



No. 7. Vui- III ÉonidN FitANCAisi: I Juillet 1895. 

(25/10 1895). 



SOMMAIRE 

J. J. Kir.FFER. - Essai sur le groupe Campijlonii/ja (Suite). 

M. DES Gozis. - Troglorrhyrichus nicœicivis n. sp. 

A. Griffim. - Ncinoptcra Baudii^wmséWe espèce de Névroplère de l'ile de Chypre. 

ViTLiiAi. Habitats et mœurs (V Atoiaaria pusiUa Schonh. 

A. Griffim. - Quelques expcTionces sur la résistance à la submersion chez Hy droits 

ßacipes. 
Avis divers. 
Échanges & Annonces. 



ESSAI SUR LE GROUPE 
CAMPYLOMYZA. 

(Suite). (*) 

Nymphe. - Nue. Soies du vertex divergentes, très longues, deux fois:iussi longu*^« que 
les autres soies du thorax. Segments abdominaux 2-7 avec deux rang<''esiic s()inules dor- 
sales sid)l)yalines ; le 8'= avec une rangée. Soies dorsales et latérales petites. Segment 
anal bilobè ; chaque lobe muni, sur le dessus, de quatre dents brunâtres dont les deux 
intermédiaires sont bilides. 

Larve. - Couleur de chair. Corps peu allongé, mesurant \% mill. Tète se lélrécis- 
sanl en avant en forme de museau de couleur plus sombre. Antennes insérées au tiers 
basai de la tête; deuxième article jauntître, (|ualre lois aussi long que gros et terminé su- 
bitement par une petite i)ointe ; vu de côté, il i>araît composé de ileux tiges accolées, dont 
l'inférieure serait i»lus courte que la supérieure (voir lig. 4, PI. I); leur extrémité atteint 
à peine celle de la tète. Dessus du corps avec des verrues en forme d'écaillés, ne se tou- 
chant pas et formant trois ou quatre rangées transversales sur le tiers antérieur de cbacpie 
segment, puis deux ou trois entre les paiiilles dorsales ; ces verrues se continuent encore 
sur les côtés et sur le dessous jusqu'aux verrues spiniformes. Sur d'aulres exemplaires, 
tout le dessus est couvert de verrues. Dessous lisse. Spatule sternale à tigf d'un jaune l)ru- 
nâtre, à |)artie évasée d'un jaune plus clair ; lobes tantôt obtus, tantôt amincis au bout, le 

(*; V^oir nos 4 et 6 



— 74 — 

median à peine plus long que les latéraux. Verrues spinifornies, tantôt très étroites, tantôt 
un i)0u élargies à l<!ur ])ase. Dessous du cou à deux papilles simples. Première jiaire de pa- 
pilles slernales située de eiiaque côté, en avant du lobe médian de la spatule. Papilles 
ventrales toutes semblables et disposées de la fat^on suivante : deux antérieures situées 
contre le l)ord postérieur dune série de verrues spinifornies, deux jiostérieures qui en sont 
éloignées, et entre ces ilerntères. quatre pln^^ ;> >lile-. fonnaiit ave i■Ill•^ une rangée trans- 
versale. Le segment penultiémi» n'a ipie «es ijuatre petites ; sur le dessous du segment anal 
elles forment un arc. tout ju'és de l'extrémité. Pa[iiUes latérales à quatre de chacpu! côté, 
les dtMi\ Mi|iéi'ieuns a>ant la forme des papilles dorsales, les dt;ux inférieures celle d'une 
verrue byauue et conique; au segment an:d. il n'y a oiie deux latérales de chaque côté. 
Une rangée de pajâlles dorsales sur tous les segments, à l'exception delà tète; ces papilles 
dorsales ont la forme d'apjjeridiccs conique;^, à surface rugueuse, terminés par un pe- 
tit i>rolongement hyalin simulant une soie. Leur nombre est de six par segment: au seg- 
ment pénultième de (juatre seulement, dont les extérieures sont soudées aux stigmates (Fig. 
18, PI. I) ; au segment anal de huit, dont deux |)rès de l'extrémité et six au milieu ; les 
deux intermédiaires plus courtes. 

Œufs. — Les OUI fs sont i)lancs, 2-.^ fois aussi longs (pie grds. arrondis aux deux bouts. 
L'abdomen d'une femelle en renfermait environ une centaine. 

Mœurs et habitat. — Ces larves se trouvent dans le bois de hêtre en décomposition 
et se métamorphosent au même endroit. La première génération apparaît en avril, bois de 
BitcLe. 




2. J, aurantiaca Kiefl". 

PI. l. fg. 4. Larve : dessus des trois premiers segments. 
» )) l'i. Spatule avec papilles sternales et |»leurales. 
PI. II. fg. 11. Ongle de la pince. 
tig. 1. Aile de la femelle. 
Imago. — Diffère de la précédente par les caractères suivants : couleur orangée. Cel- 
lule cubitale beaucoup jdus étroite à l'extrémité qu'au milieu, ce qui est surtout le cas 
pour le mâle. La nervure transversale égalant le ti.^rs de la [tartie a|»icale de la |M'emière 
nervure. Article terminal des antennes du mâle sans col; le rentlement (|ui le termine est 
donc sessile ; chez la femelle, le dernier article est de forme elliptique et terminé par un 
petit prolongement coni(iue. Ongle île la pince de couleur sonii)re, ayant sa plus grande 
largeur au milieu, conformé comme le montre la tig. 11 PI. il. 

Nymphe nue, semblable à la précédente,;! trois dents sinqdes de chaque côté de 
l'avant-dernier segment. 

Larve et habitat. — Semblable à la précédente, mais de couleur citrine. Bois de 
hêtre pourri. Forêts de Bitche. 

5. J. intermedia n. sp. 

PI. I, fg. 5, 22 et 27.. Nynq.he. 
PI. n, fg. 2i. Ongle de la pince. 

Imago. — Semblable à la précédente dont elle dlflére par sa couleur d'un rouge 
sang, par le rameau antérieur de la 4« nervure i)lns arqué, et par la |tince du mâle cour- 
bée en forme de tleur d'.\ristoloche. Nervure transversale ayant le tiers ou le quart de la 
partie apicale de la l- nervure, 



— 75 — 

Nymphe nue. Voir les lig. h, 22 et 23, PI. I. 

Larve et habitat. — D'un jaune vitelliu. Spatule uniformément jaune pâle, à lobes 
plus élancés ; lol)es latéraux une fois et demie aussi longs que hrges à leur base, tandis 
(jue dans les deux jjréeédentes, ils sont à peine plus longs que larges. Les quatre petites 
verrues ventrales sont alignées a|)rès les deux antérieures et avant les deux postérieures. 
Dans le bois et sous l'écorcc de branches de hêtre pourries, où se fait la métamorphose. 
Forêts de bitclie, 

4. J. muscorimi n. sp. 

Imago. - DilTère de J. soa'iniwa [»ar les caractères suivants : couleur vitelline ; trois 
bandes du thorax el bandes transversales sur le dessus et le dessous de l'abdomen brunes; 
les bandes du dessus de l'abdomen soûl très étroites et se |)rulongent en arrière à leur 
extrémité. Au bout de peu de temps, tout le corps est d'un brun sombre. Antennes du 
mâle à articles snbglobuleux, avec un col dépassant leur longueui' du tiers ou de la moi- 
tié ; le 12'= article du l'unicule terminé par un appendice ovo'idal. Celles de la femelle ont 
les articles ellipsoïdaux, ileux fois aussi longs que gros, à col aussi long qu'eux ; le ^^ ar- 
ticle du funicule avec un prolongement conitpie terminé par trois minimes soies. Le cubi- 
tus est fortement arqué et aboutit bien en dessous de la pointe de l'aile ; il est à cet endroit 
un peu dépassé par le bord antérieur dont l'extrémité est cependant plus rapprochée du 
cubitus que de la finisse nervure. Uameau antérieur de la fourche faiblement relevé et 
égalant la longueur de la tige; rameau postéiieui' déviant à i)eine de la direction de la tige 
et n'atteignant pas le bord alaire. Cellule cubitale rétrécie au deux bouts. Pelote étroite, 
égalant à |)eu près les crochets. Pince anale à ongles s'amincissant insensiblement jusqu'au 
bout, où ils sont munis de (juelques soies plus grosses et plus courtes que les autres 
dont ils sont couverts. Dernier article des lamelles supérieures de l'ov'ulucte deux fois 
aussi long que gi'os. Les articles des tarses antérieurs de la femelle sont entre eux comme : 
4% : 5 : 2% : 1% : 2. 

Nymphe. - Diffère de celle de /. sanguinoa par les appendices du segment anat 
munis chacun de trois s|»inules. Soies latérales du 1°'- segment thoracique petites. 

Mœurs. - J'ai trouvé ces nymphes en mars, dans des touffes de Hypnuin c.uprcssi- 
foriite recouvrant la terre, en un endroit sec et inculte, près de Bitche; elles étaient tlxées 
par l'extrémité de leur corps, à une des feuilles ou des tiges des mousses, ou aussi libres 
sur la terre, sous ces mousses. 

."). J. palustris n. s]). 

Imago Ç. — D'un jaune sale; thorax brun ; pattes brunâtres. Les neuf articles du 
funicule elli[)soïdaux, une fois et demie aussi longs que gros; le col des trois premiers et 
de l'avant-dernier est à peine plus court que l'article, celui des autres un peu plus long ; 
dernier article deux fois aussi long <(ue gros, s'amincissant dans sa moitié terminale, mais 
sanscol. Ailes étroites, à bord antérieur ne dépassant pas le cubitus. Nervure transversale 
égalant la moitié de la portion a|)icale de la l^ nervure et à peine la moitié de la portion 
médiane du cubitus. Portion a|)icale de cslui-ci faiblement arcjuée, aboutissant à la pointe 
de l'aile. Rameaux de la 4'^ nervure ou fourche peu marqués ; l'antérieur fortement arqué 
et plus court que la tige, le rameau postérieur peu arqué et faisant avec la tige un angle 
de 153 degrés. La 1« nervure longitudinale est visiblement plus rapprochée du bord anté- 
rieur que du cubitus. Taille : 1 mm. 

Nymphe. — Semblable à la précédente et fixée à la mousse. 

Larve. — D'un rouge sang. Spatule, papilles et antennes comme pour les esi)èces 
précédentes. Dessus du corps et côtés couverts de grosses verrues qui manquent au bord 
postérieur des segments dorsaux : l'on voit aussi un espace lisse, en avant de la rangée des 
pai)illes dorsales. Tète brune, petite, dépassant à peine le premier article des antennes. 
1 mm. 

Mœurs. — J'ai observé ces larves, toujours en petit nombre, dans des endroits humi- 
des, aux environs de Bitche ; une i)remière fois dans le feutrage brun qui recouvre les 
tiges deMiiiain [junctaïuin, sur un rocher humide bordant la route de Deux Ponts; une 



— 76 — 

seconde foiSj sur le dessous du thalle de Pellia Neeslana recouvrant un rocher humide ; 
eiiliu, larves etnymplies parmi les sphaignes de la tourbière de llaspelscliiedt. C'est de ces 
dernières (]iie j'ai obtenu l'imago. Avec elles se trouvait une minime larve rouge, proba- 
blement leur parasite, ne (iitrérant de celles de Lcstoc/iplosis que par sa tête prolongée 
en un museau c>limlri(|ue el (-Iroit et i)ar les soies dorsales. 

(■). J. perpusilla AVinn. c^. 

Bien ((ue Winm-rlz ait omis d'indi([uer la forme des articles des antennes, je ne crois 
pas me tromper en rap|)orlant cette espèce au genre Joannisia. D'un jaune sale. Tiiorax à 
trois bandes brunes, l'atles Idanchàtres. Articles des antennes à col les dépassant d'un tiers ; 
article terminal pres(|ue sans col, terminé par lui petit renflement imitant un 15' article. 
Dernier article des tarses antérieurs égalant le (piatrième. .Nervure transversale atteignant 
un peu plus du tiers de la partie apicale de la ['^ nervure. 

Genre 2- - PEROMYIA Kiell". 

Ce genre oflVe beaucoup d'analogie avec le précédent, dont il se rapproche par la forme 
des antennes, des ailes et des balanciers, mais par ses palpes qui n'ont que deux articles, 
il se distingue de tous, d'où le nom de Pci'onujia (ttj^ioj, se mettre en dehors, se singula- 
riser); en outre les croclicts des tarses sont courbés à angle droit et fortement dilatés en 
dessous de leur extrémité. 

La nymphe dill'ère des autres genres jiar les stigmates abdominaux 2 à 4 (jui sont pro- 
éminents. La larve a ce point <ic rcssendilauce avec celle du genre précédent, que les pa- 
dilles ventrales siuit disposées dans les deux genres delà même façon, ce que je u'ai ob- 
servé pour aucun autre genre de ce groupe. L'espèce typicpie est : 




P. Leveillei n. sp. 

l'I. 1, fg. 7. Larve : tête et cou vus en dessous. 

» » 10 et l->. )) segment anal vu de dessous et de dessus, a : crochet. 
» )) 20 11 verrues s|)inifornies. 

)» )i M Spatule avec papilles sMernales et pleurales. 

11 II 1, 10, 17. iSymphe. 
l'I. II. fg. 10. Douche et palpes. 

M 11 ÔO. Antennes du mâle; a : articles terminaux ; b : base. 
)i 11 52. Crochet et pelote. 
)i )i 12. Pince. 
)i H 5. Oviducle. 
lig. 2. Aile du mâle. 

Cette espèce est dédiée à M. Léveillé. en souvenir de ma réceiition à la société ento- 
mologiqu(; de l'rance. 

Imago. - D'un rouge jaunâtre, avec trois bandes sur le thorax et des bandes étroites, 
transversales, sur l'abdomen, d'un briinnuir; les unes et les autres manciuent parfois. An- 
tennes et pattes d'un rougeàtre pâle. 



- 77 — 

Mai-E. - Palpes petits ; le preniier article court, une fois et demie aussi long que gros; 
le second de moitié i)lus lon^ que le premier, mais moins gros et se terminant insensible- 
ment en pointe. Les deux articles ont, outre une pilosité très courte, des soies longues et 
éparses. Antennes de la longueur du corps, à 2-\-\2 articles subglobuleux; les deux pre- 
miers articles du tunicule à col aussi long qu'eux ; les suivants à col les dépassant d'un 
quart ; article terminal ovoidal, à col très court, n'ayant que le quart de sa longueur et 
portant à son extrémité un petit appendice ovalaire simulant un 13« article. Verticille de 
poils dressés atteignant la base de l'article suivant ; celui de l'appendice plus court. 

Ailes assombries, larges, mesurant 0,00 en largeur sur 1,30 en longueur, sul)itement 
rétiécies à leur base. Bord antérieur de l'aile dépassant à peine l'extrémité du cubitus. 
Première nervure beaucoup plus rapprochée du bord antérieur de l'aile que du cubitus ; 
celui-ci fortement arqué au tiers supérieur, émettant, un peu avant le dernier tiers de sa 
partie basale, la fausse nervure. Rameau antérieur de la 1"= nervure foitement arqué à sa 
base; rameau postérieur se détachant presqu'à angle (b-nit. Nervure transversale égalant 
la partie apicale de la première nervure. Cellule cubitale plus étroite au sommet qu'au 
milieu où elle est un peu plus large ([ue la cellule marginale, balanciers à massue allon- 
gée et subsessile. 

Aux pattes antérieures, le premier article des tarses atteint presque la moitié de la 
longueur des tibias; les articles des tarses sont entre eux ccmmie 4 : 2% : l}^ : 1% : 2. 
Crochets des tarses grands, conformés comme il a été dit plus haut, dépassant la pelote 
qui est très étroite, amincie jus([u'au bout et longuement ciliée en dessous. Pince 
courte, d'un jaune sale; lamelle supérieure probablement entière ; stylet gros, n'atteignant 
pas la longueur de !a lamelle supérieure ; ongle gros, en massue recourbée, sans crochet. 
Taille : 1,50 mm. 

Femf.ij.i:. - Antennes plus (jourles, longues comme la tète et le thorax réunis, à 2 -\- 
H articles, de la même forme (pie celles du mâle, mais à col un peu plus court, mesu- 
rant d'abord les trois quarts de la longueur des articles, puis les égalant ; article termi- 
nal elliptique, à col très petit, n'ayant (jue le sixième de sa longueur et portant un petit 
appendice conique, le(|uel simule un 12^ article. Verticilles de poils comme chez le mâle. 
Cubitus moins artpie ([ue chez le mâle. Oviducte à lamelles inférieures très rétrécies dans 
leur tiers apical. 
Taille : 1,80 mm. 

Nymphe. - Nue. Les (piatre soies faciales et les latérales du thorax courtes, ayant 
environ le tiers de la longueur de celles du vertex; celles du dessus du thorax sont encore plus 
courtes et n'ont que le sixième de ces dernières. Ouverture des stigmates thoraciques cir- 
culaire. Segments abdominaux 2, 3 et 4 avec des stigmates fortement proéminents en 
forme de tube, s'élargissant vers leur base, dirigés un peu obliquement en avant, environ 
3 à 4 fois aussi longs ((ue gros au milieu : les autres stigmates paraissent à peine et sont 
à peine aussi longs que gros. Segments abdominaux 2 à 8 avec deux rangées transversales 
de spinules brunâtres; en avant de chacune de ces deux séries, se trouvent trois à quatre 
rangées de verrues abdominales ; le reste est lisse ; sur les côtés et sur le dessous, les 
verrues abdominales sont plus nombreuses et plus petites. Segment 9^ ou anal avec une 
'^eule rangée de spinules dorsales. Papilles dorsales et latérales très petites et peu distinctes. 

Larve. - D'un jaune vitellin, longue de 2 mm., ayant un peu l'apparence de celles d« 
Joannisia, mais en différant par son corps lisse, par ses antennes dont le deuxième arti- 
cle n'est pas prolongé, n'étant (jue deux fois aussi long que gros, par sa tète petite, ova- 
laire, portant les palpes à son tiers supérieur. Spatule d'un jaune brun, à tige longue ; 
lobes triangulaires, le médian dépassant à peine les latéraux. Toutes les papilles de forme 
ordinaire, c'est à dire sans soie ni appendice. Le dessus de la tête en porte huit, dont six 
formant un arc et deux au milieu. Le cou eu a six sur le dessus, à savoir quatre formant un 
arc et une à chaque côté postérieur. Le dessous en a deux grandes au milieu et plusieurs, 
probablement trois, de chaque côté vers sa base. Papilles pleurales, sternales et ventrales 
comme dans le genre Joannisia. Segment anal avec les huit papilles anales en forme de 
deux arcs concentriques; dessus de ce segment avec une rangée de six papilles dont les 
deux intermédiaires très petites ; au lieu des deux papilles de l'extrémité, se voient deux 
crochets recourbés par en haut. Disposition des papilles dorsales sur le segment pénultième 



- 78 — 

ainsi (luc sur les prrcrcloiils comme clans le genre Jo«nn/s/r?. Stigmates très proéminents, 
deux fois aussi loiii^s que i^ros. 

Mœurs et habitat. - Dans du bois de clianne et de lièlre entrant en décomposition. 
Métaniorpliose au même lieu, l'orêts de liilciie. 

Genre ô'- -(Imago non ol)lenue). 

ri. 1, fg. 8. Spatule avec papilles pleurales et .sternales. 

)i )) !•.). Deux appendices inlermédiaires du deuxième segmenl llioracique. 

Celte minime larve, de couleur orangée, n'alleignant pas un millimétré en longueur, 
est voisine de celles du genre Joamiisid ; tète et antennes comme ilans ces dernières. Ce 
(jui la rend remaniuable, ce sont ses papilles dorsales transformées en appendices rappe- 
lant plus ou moins la l'orme d'un cône de sapin. Sur le dessus du cou, ces appendices sont 
tous libres ; aux deux premiers segments tlioraci(pn's, les deux appendices internnidiaires sont 
soudés dans leur i)artie basale (voir lig. 10, l'I. I) ; à partir du 5'= segment thoracique 
jus(|u'au pénultiènu' abdominal, ils sont complélement soudés et plus grands, atteignant 
en longueur la moitié d(; celle d'un segment. Le segment anal a les huit appendices 
libres et ré|)artis comme dans les Jii(ianisu(, mais les deux extérieurs de la \<^ rangée sont 
plus longs ([ue les (piatre intérieurs et [laraisscnt être insérés un peu plus près de l'extré- 
mité de ce segment (|ue ces derniers. ,le ne .sais s'il existe plusieurs espèces différentes 
appartenant à va genre. Ce (|ui nie le ferait croire, c'est la forme de la spatule (|ui, dans 
les exemplaires trouvés une première fois dans une vieille souche de chêne, avait une 
lige relativcmenl courte (voir Feuille des Jeunes naturalistes, 18'.)i, p. 18!), fg. 5), puis, 
dans les exemiilaires recueillis plus tard au même endroit, avait une tige longue, telle 
(|u'elle est représentée ici à la lig. 8, l'I. 1. Dans l'un et l'autre cas, les i)apilles sternales 
(lu i«' segment llioraci(|ue étaient jdacées entre les loties de la s|iatule (|ui les dépassent 
tandis (|ue dans les Joannisid, les lobes de la spatule n'atteignent pas les |>apilles. 

Nymphe. - Entourée d'une enveloppe d'un blanc grisâtre, formant une sorte de cocon. 
La l'orme île cette nymphe est celle des Joannisia. 

C.enre 4-^ - BRYOMYIA n. g. 

Ce genre est nommé ainsi d'après les mœurs de l'espèce typique, cpii vit à l'état lar- 
vaire parmi les mousses (fiyj'yj, y-^'iy-)- Les crochets des tarses et la pelote sont conformés 
comme dans le genre Peromyia, mais les palpes sont à quatre articulations et les an- 
tennes ainsi ([ue la nervation alaire sont conformés comme dans le genre PrioncUiis. 
L'espèce typique est : 

1. Br. Bergrothi n. sp. 

l'I.'l, fg. '■2'k Ongle de la pince du niàlc. 

Je dédie celte espèce à M. le Dr. Hergroth. de Tammerfors (l'inlando). Elle est de cou- 
leur orangée, avec trois bandes longitudinales sur le thorax et des bandes transversales 
sur le dessus de l'abdomen brunes. Au bout d'un jour, le corps est entièrement brun et 
les bandes sont à peine distinctes. 

Mai.k. - l'alpes à ([uatre articles qui sunt entre eux comme \)i : 2: 2',; : i. Antennes 
à 2-|-12 articles. l'uniculc à articles excentriques une fois et demie aussi longs (pie gros, 
munis à leur base d'un verticille de soies, puis vers leur milieu, d'un verticille de petits 
créneaux appliqués, portant à leur centre une longue soie dressée ; ce verticille (>st oblique 
et plus rapproché de la base de l'article sur le dessus de ce dernier ([ue sur le dessous. 
L'on voit en outre au dessus (1(> (;e verticille. trois autres rangées transversales de créneaux 
également obli(pies et semblables à la piTC(''dente, mais ne formant plus anneau, l'inférieure 
étant semi-circulaire et les deux supérieures ne formant ipi'un arc encore plus court ; toutes 
trois se Irouvcnt sur le dessus de l'article, C(^st à dire sur le C('ité fortement convexe. Ces 
articles se prolongent en un col ayant environ la moitié de leur longueur; ravanl-deriiier 
à col plus court ; le dernier sans prolongement. 



- 79 - 

Ailes irisées. Exlrénùtê du hord antérieur plus rapprocliée de la tî\us&e uei'vui'e que du 
cubitus. Partie apicale de la première nervure deux fois aussi longue que la nervure trans- 
versale et à peine plus courte ([ue la partie médiane du cubitus. Ce dernier aboutit pres- 
qu'à la pointe de l'aile ; partie apicale faiblement arquée. 11 en est de même cki rameau 
antérieur de la quatrième nervure, le([uel est un peu |)lus long quela tige. Cellules anales 
plus larges que la cellule radiale. Les articles des (arses antérieurs sont entre eux comme 
5% : 5 : 2% : 2 : 2%. Crochets grands, plus longs (pie l'éiiaisseur du tarse, courbés i)res- 
qu'à angle droit en son milieu, élargis en dessous du sommet et dépassant la ])elote ; 
celle-ci est très étroite, s'amincissant juscprau sommet, nue sur le dessus, longuement- 
ciliée sur le dessous. Pince anale à lamelles bilol)ées ; ongle ayant sa plus grande épaisseur 
en son milieu, aminci à l'extrémité plus (pi'à la J)ase. Taille : 2 mm. 

Fi;mi:lu:. - Antennes à 2-8 articles coni(|ues cl s'amincissant insensiblement en un 
col (|ui n'a pas le tiers de leur longueur. Dernier article muni d'un appendice simulant un 
neuvième article du funicule. Tous sont dépourvus de créneaux, mais ornés vers leur 
sommet d'une rangée transversale, composée de quatre appendices hyalins. 

Ailes courtes, ne dépassant pas l'extrémité de l'abdomen. Lamelles supérieures de 
l'oviducte à trois articulations dont la dernière est la plus longue ; l'inférieure bifide. 

Nymphe sans spinules dorsales, si ce n'est au segment anal o i elles forment, en 
arrière des verrues abdominales, une rangée transversale interrompue au milieu. Papilles 
faciales très longues, moins toulefois cpie les deux du vertex ; les deux soies supérieures 
atteignent depuis leur point d'inserlion, c'est à dire l'extrémité supérieure des yeux, jus- 
qu'à la base des palpes ; les deux inférieures ont les trois quarts et les deux latérales les 
quatre cinquièmes de la longueur des supérieures. Papilles thoraciques à soies plus ou 
moins longues; celles du milieu des rangées transversales égalant les grandes latérales du 
bord de l'œil, les au très plus courtes. Papilles dorsales et latérales à soie courte, n'attei- 
gnant qu'une fois ou lieux fois la longueur lie la papille. Stigmates non proéminents. Base 
de la gaine antennaire avec une petite dent brune. Sur terre, sous la mousse ou fixée à la 
mousse. 

Larve. - Orangée, longue de 2 mm., déprimée ; au repos elle olfre un peu l'aspect 
d'un minime cloporte. Tête brunâtre, à extn'mité en museau, antennes brunes, allongées, 
insérées vers le milieu de la tète ; article basai deux fois aussi long que gros, rétréci au 
milieu et portant une papille à son côté interne; deuxième article environ six fois aussi 
long (pie gros, terminé subitement par une petite pointe. Avant les antennes se voit une 
série de six papilles disposées en arc et deux autres papilles au milieu. Dessus et côtés 
couverts de verrues pointues en forme d'écaillés ; celles-ci espacées et formant trois ou 
quatre rangées transversales sur le devant des segments. Papilles dorsales et latérales con- 
formées et disposées comme dans le genre Joannisia, mais elles ne sont libres qu'au cou 
et au segment anal ; sur les autres segments, les deux dorsales intermédiaires .sont soudées 
à leur base. Papilles ventrales disposées par deux rangées transversales de quatre; segment 
pénultième à une .seule rangée de quatre papilles. Spatule hyaline, sans tige ; lobe médian 
sensiblement plus long que les latéraux, dépa.ssant les papilles siernales. 

Mœurs. - J'ai trouvé ces larves su." diverses mousses, le long d'un chemin creux, 
près de Hitche, en automne, puis encore le dix décembre ; elles se trouvaient surtout sur 
les liges de Hi/piinm purum ; enfin je les ai retrouvées encore au printemps, celte fois 
sur terre, sous la mousse, eu compagnie de Brjjocr./pUi, Cafocha, Lcstrcinia, Lesto- 
cliplosis, ('Unoil(/)[oi>is, etc. Avant d'avoir obtenu l'ecldsiim, j'a\ais considéré ces larves 
comme appartenant probablement à Prlonclias pmi. 

2. Br. sp. ? 

.le ne connais ipie la larve tie cette espèce. Mlle diU'ère de la précédente par les segments 
dorsaux couverts de verrues jusqu'aux pai)iUes dur-ales. Observée en automne sous des 
feuilles humides et entrant en décomposition. 

Abbé J. .1. KiF.irr.r, . 

f.V suivre). 



— so — 

TROGLORRHYNCHUS NIC^ICIVIS Goz. 

Nov. sp. 

Etroit, allongé, avec les étuis très légèrement plus larges (jue l'avant-oorps, fine- 
ment pubescent. - D'un brun roussâtre, avec les i)attes et les antennes uu peu plus clai- 
res. Yeux nuls. Article i»•^ du funicule presque deux fois long cumme il est large, le 2« 
un peu plus de deux fois, plus mince et légèrement plus long ([ue le premier. Rostre un 
peu plus long que la tête, séparé du front par une forte dépression transversale, qui, 
lorsqu'on regarde de profil, détermine un ressaut brusciue ; sa surf\ice planiuscule, à peine 
visiblement pointillée, munie d'une carinule très nette, pres(|ue tranchante, de chaque 
côté sur toute sa longueur, canaliculée sur la moitié postérieure de la ligne médiane. 
Télé à peine visiblement pointillée, marquée sur le front d'une fossette ponctiforme. Cor- 
selet sensiblement plus long que large, régulièrement et fail)lement arqué sur les côtés 
avec sa largeur maximum au milieu, couvert de gros |)oints épars entre lesquels on 
aper«;oit à certain jour des points extrêmement petits, d'où sortent des poils courts, fins 
et dressés : ligne médiane très étroitement lisse, un peu relevée en toit ; pas de ricfes 
transversales antebasilaires. Étuis un peu plus larges (|ue le corselet, deux fois et demie 
longs comme ils sont larges, en ellipse extrêmement allongée, avec la partie médiane 
sul)i>arallèle ; marqués de rangées régulières de gros (xiints presciue aussi forts que ceux 
du corselet ; intervalles plans, à peine plus larges (|ue les |)oints sériaux, portant cha- 
cun une rangée de très petits points de chacun descpiels sort un poil faiblement incliné 
en arrière. Cuisses inermes. Tibias antérieurs et intermédiaires sinués assez brusquement 
et un i)eu arqués vers les deux tiers de leur arête interne, la sinuosité presque denti- 
fornie et accentuée par un peigne de soies courtes et serrées. 

I.ong. 2"iin % , sans le rostre. 

Bien distinct de toutes les autres espèces par la dépression profonde qui sépare le 
rostre de la tête, il forme par ce caractère un groupe à part avec le Baldcnsis, mais il 
s'éloigne de ce dernier par la sculpture et la longueur du rostre, la proportion des deux 
premiers articles funiculaires, etc. - Il se différencie en outre de Martini par sa taille 
bien moindre, son rostre caréné latéralement, son corselet plus étroit que les étuis, de 
terricola par son rostre caréné sur les côtés seulement et sillonné au milieu, son corselet 
sans rides transversales antebasilaires, etc. 

J'ai pris cette espèce à Nice, sous une grosse pierre profondément enfoncée. 

M. DES Gozis. 

NEMOPTERA BAUDII 
Nouvelle espèce de Névroptère de l'île de Chypre (*). 

Dr. Achille Griffini. 

En étudiant jles Névroptères delà famille « Mof/nloptora » Burm. qui font partie 
ries collections du Musée zoologique de Turin, je trouvai parmi les autres une intéressante 
espèce de iV^v/iO/t/'c/Y?, appartenant au s. g. Ci-ncr M. L., cpie je considère comme nouvelle 
et digne d'être mentionnée aussi pour tes caractères sexuels secondaires que j intfiiiuerai 
plus loin. 

Cette espèce représentée par deux individus, r? et Ç , a été recueillie dans l'ile de 
Chypre par Truqui, comme le prouve une étiquette ajoutée par Ghiliani, avec l'indication 
A', nov. sp. an nov. gen. 

Les Némoptères ont été déjà étudiées par quelques auteurs et surtout par Kiug (1), 
Westwood (2), llagen (.1), dans leurs travaux monographiques. 

(*) S'oir aussi ßolt. dei HIiis. di Zool. délia R. l'. di Tnrino, .\o 214, (\q\. X -IStWj. 

<X) Klug II. - Versuch einer systematischen- feslstellung der Insecten-Fainilie ,, Panorpata* " viid 
auseinandersetz, ihrer Gatlunçien und Arten. Ahliaiull. der K. Akademie der Wissenschaften zu 
Herlin : aus d. .lahre 1836. Merlin, 1838. 

(i) WiSTwooD,!. 0. - A monofjraph on the r/enus Xematoptera. ProceediiifTS ol' tlie Zooloiric. S(n\ 
of London, Part J.X, 1841. 



— 81 — 

Le dernier de ces travaux, savoir celui de llagen (".) n'est cependant pas une véritable 
monograpiiie, «ar il ne contient pas la description de toutes les espèces énuniérées. 

Westwood (2) décrit comme appartenant à la stibscctlo 2, {b), du genre Noniatoptera 
(caractérisée comme il suit : « Al* postiche selacea? haud fasciatse ») soit en d'autres termes 
au s. g. Croce, les espèces suivantes : 

sctacca Klug, de l'Afrique méridionale. 

capil loris Klug, d'Anihukohl. 

arisfafa Klug, d'Ambukohl. 

alba Oliv., de Bagdad. 

ßUpcniiis Westw., des Indes orientales. 

llagen (5) ajouta à ces Crocc la pusilld Tasch., très dubitativement il est vrai, en la 
maintenant comme probablement synonyme de Yalba Oliv. 

Depuis les espèces indi(iuées plus haut, on n'a plus décrit que la N. [Croce) ephe- 
mera de la Mésopotamie, récemment publiée par Gerslu'cker (i) ([ui est une espèce voisine 
de la capillaris Klug, quoique évidenuuent bien distincte. 

Or, dans toutes les Cr )cc jusqu'ici décrites, aucun auteur n'a jamais indi(|ué l'exis- 
tence des caractères sexuels secondaires sur les ailes postérieures filiformes des r^. 

Chez celui qui paraît être le (} des deux [exemplaires de Chypre dont j'ai signalé 
l'existence au Musée de Turin, au bout de la 7« partie basale des ailes postérieures filifor- 
mes, se montre en dessus une remarquable vésicule, opa- 
que, blanche, très molle, alors que chez la i^ ce carac- 
tère fait défaut. 

Voici du reste la description de cette espèce : 



Nemoptera (Croce) Baudii, n. sp. 

d«, Ç — Carpus (ir((cilc, toiuin palUdc Jtacido- 
tesfacoiiin — liostruin in ulroqiio scxu nigruin, 
tartUnn a'I basin amitistr tcsIaceuDi, conspicuc elon- 
(jatitin — Ocxdi grlsei — Antcnnœ pallidissinie albi- 
do-Jlacidœ — Pcdcs albi — Alœ antlcœ ad basin 
scnsi/ii nwjusfatœ, attenuatœ ; totœ pellucidœ, te- 
nuissiinc aibido-lacteo tinctœ, nercis concoloribus, 
<p nunquain tariegatis, ptcrostiginatc branneo, apice 

I lacteo — Alœ posticœ sctaccœ, totœ albœ, longissi- 

i niœ, longitudinoni anticaruin fere triplain œguan- 

B »- ^^^-= =. tes. 

^ —In rf : ad basin alarwn posticaruni [circitcr 

A. Nemoptera Baudii ^ septiniœ partis basalis ad limiteni posticum), super- 

a-, vésicule des ailes postérieures, ne, Ecscicula ocalis nioea, sat grandis, tuinida, 

.y, petite vésiculedesailesautérieures.^'enY'rrima, vcrisiiniliter cx miniUissiina ct confer- 

B. Id. id. (^ tissinia pubescentia intime cohœrente confccta (fig. 

Partie basale d'une aile postérieure A et B, x), exstat : in marginem posticuni alarum 

anticarum, aliquant utnm post tertiam partem. ba- 




X, vésicule. 



vue de coté. 
salcm {ubi margo sensi/n ineacatus, et ubi rrnula postica cui cata terminât) 
parca macula niaea, lecitcr cesciculosa, confertim breoiter pilosa, maxima pro- 
babilit aie c pubescentia con fer tissinia confccta {üg. A, y), conspicitur. 

Hab. Ile de Chypre. 



(3) H.VGEX II. A. - Manoç/raph of (lie Ifeinenibtda', Part I, IVemfipleridœ. Proceedings ot the Boston 
Society of Natural Ilistory, Vol. X.XIII, part. II, Boston, 1880. 

(4) Gerstaf-ckeii A. - Ueber neue und loeniger gekannte Xeuropteren aus der Familie „ Megalo- 
ptera Bnrin ". Mitth. aus d. naturwissensch, Verein für iVeu-Vorpoinmeru und Rügen in Greil'swald, 
Jahrg. 1893, Berlin, 1894, 



é 


^ 


mm. 9,5 


10 


). U 


15 


)) 57 


40 


» 2,0 


5 



-82- 

V 
Long. eor/)d\i^is 
» (dar. aniic. 
)) (dar. postic. 
» rostri 
)i iiifrrcaW intcr cesci- 
cidaiii et basiin cd(V 
pnsiica:' » 5,5 — 

Cette belle e>|)èce, (jiie je iliklie au chevalier F. lîaudi de Sehe, se rapproche un peu 
(le la A', rapillaris Klug [(1). p. 90 et lig. 4] et de la N. cphcinera derstan-ker ((i), p. 
172] ; elle se distingue toutefois de toutes les deu\ par le rostre noir, notablement long et 
par les ailes postérieures totalement l)lanches. 

Elle se distingue ensuite de la .V. capUlaris, indépendamment des caractères sexuels 
secondaires des ailes i)ostérieures du r^ , principalement par les ailes antérieures plus 
atténuées à la base, avec les nervures non varices de foncé, et par le pterostigma sombre 
dans la |)remière moitié. 

Elle diffère de la A', c/ifinncra (dont on ne connaît que la $) principalement pat" 
le corps non varié de couleur obscure, par le rostre noir, par les ailes antérieures n'ayant 
pas une faible couleur jaunâtre analogue à celle de la cire, mais au contraire légèrement 
teintées d'un blanc laiteux, sans bord antérieur brun, et avec les nervures entièrement 
pâles, presque transparentes, non variées de clair et d'obscur. 



HABITATS ET MŒURS D'ATOMARIA PUSILLA Schonh. 

Ce minuscule insecte est très commun dans ma région. Il se trouve toute l'année dans 
les fenils et sous les détritus placés dans les lieux secs. Mais l'époque de sa plus grande 
éclosion est le mois de juin ; il pullule alors sous le foin frais mis en las dans les prairies 
et montre une exubérance de vie et d'activité toute |)articuliére (pii ne se retrouve à aucune 
autre saison. C'est aussi dans ce mois et à l'épo(|ue de la faucliaison seulement (jue l'on 
peut observer, par un temps calme et après un chaude journée, raccoui)lemenl en masse 
d'A. imsilla. Voici comment je suis parvenu à constater ce singulier détail de mœurs, 
seul motif (jui m'ait engagé à parler de ce vulgaire insecle. 

Connue la i)lupart des Atoiaardc, le jrisilUt est crépusculaire ; je n'étais donc pas 
surpris d'en prendre sans cesse au vol, prés des tas de foin, le soir au cré|)uscule. .le re- 
marquai cependant, dés mes premières chasses, (jue de temps en temps il se formait de 
petites masses d'insectes, (pii, après avoir oscillé quelques instants au dessus du foin, fi- 
nissaient par s'y précipiter subitement. Si alors je péchais dans le tas, '\i\ ne trouvais à peu 
presque des A. pasULa; si, au contraire, je capturais les insectes arrivant isolément au 
logis, je recueillais, à parts à peu près égales, des coléoptères de différents genres : 
Tricliopterix, Monotoina, Eniciincs, Atomar la, etc. 

Attribuant ce groupement dci .A. puslUa à une surabondance de cette es|)èce, je n'en 
fis d'abord aucun cas ; mais un soir je vis plusieurs attroupements de pusUliC se former 
contre les parois d'un mur au dessus duipud était un fenif. Je voyais les groupes 
s'augmenter rapidement et clierclier avec empressemeiU un local favorable à leurs desseins. 

Invarialtiemeiit mes Atninarid s'élevaient juscpiau rassemblement pour s'y abattre 
subitement sans (pie je pusse constater ce (jui s'y passait. Intrigué de cette petite manœuvre, 
je clK^rchais depuis plusieurs joiu's l'occasion d'en dévoiler le secret, lors(iu'elle s'est pré- 
sentée à souiiait. 

Kiilre la cuur et le jardin de la cure de Clesiy s(< trouve un petit mur haut d'environ 
un mètre et couvert de larges dalles ; un soir (pie j'en franchissais la porte, je vis se for- 
mer un essaim d'.\. pusäla au-dessus ^d'une dalle. Vile je me dissimule contre le mur 
pour ne pas troubler la réunion de ce petit m mde, et je m'approche aussi près (pie pos- 
sible de la scène. Après avoir voltigé quelques instants à la fa(:on des mousti(iues, les 
Aioinaria se iioseul toutes ensemble en une même |dace,.;compactes comme un essaim 



-83 — 

d'abeilles, et aussitôt a lieu un accouplement en grand, au milieu d'un remuement et d'un 
Itèle-mèle curieux. Je distinguai, au milieu d'une centaine environ d'A. pusilla, une 
dizaine d'A. atrlcapiUa et un seul A. unihrlna qui avaient pris part au rendez-vous. 
[.es A. atricapilla se reclierclièrent soigneusement pour l'accouplemenl, ou plutôt leur 
clioix s'était fait en voltigeant, car, à peine étaient-ils posés qu'ils étaient unis. Quant au 
jiauvre A. uinbrina (pii était un d*, il s'attacjua résolument à une Ç pusilla une fois plus 
petite ([ue lui. Tout le temps (lue dura le rendez-vous, il la traîna par une antenne, tan- 
tôt sur une aspérité, tautôt dans un creux, mais nulle i)art il ne put venir à bout de son 
entreprise, et <^omine c'est une assez, bonne espèce, il (init sa mésaventure dans mon flacon 
tandis que les autres allaient conlier leurs œufs féconds aux berceaux parfumés et doux, 
faits du foin de la prairie voisine. , 

Par suite de l'adjonction de plusii'urs espèces û' Atoinarin à la pusilla dans cette ré- 
union, il est à croire que cet usage, que je n'ai constaté chez aucun autre coléoptère, 
est prati(iué par toutes les espèces du genre Atomar ia. 

Ces accouplements en masse, après entente et dans un accord parfait, sont fort rares 
dans la nature. Il paraît cependant que parmi les hyménoptères, plusieurs espèces de four- 
mis agissent ainsi; elles commencent en masse leur union dans une promenade aérienne 
et les achèvent par terre. 

Abbé VniKAT. 



QUELQUES EXPÉRIENCES SUR LA RÉSISTANCE A LA SUBMERSION CHEZ 
Hydrous flavipes 

Dr. AciiiM.i: (iiini iM 

Pendant l'élé 1805, ayant récolté et gardant vivants dans des aciuariums de nom- 
])reux Hi/ilrous Haoipcs, trouvés par moi dans les environs de Turin (1) , je voulus 
faire (|uelques recherches sur la résistance tpie ces coléoptères offraient à une submer- 
sion eonq)lete et prolongée dans l'eau à la température normale. 

Déjà Plateau, dans la seconde |)artie de ses « Recherches » (2), a publié le résultat 
de ses nombreuses expériences sur le temps durant leepiel les insectes atpiatiques peu- 
dent rester sous l'eau sans respirer. Ces expériences furent faites sur les espèces suivan- 
tes : D[/tiscus marginalis, D. climidiatus, Acilius sulcadis, Hij'laticus Iransrer- 
salis, Af/abus Stut'uii, A. hipustn latus, Hijphijdrus onatits, Hijdroporas palustris 
H. dorsalis, H» crythrocfphalus.Haliplus oleoatuSjGijrinus natator, Hijdrophilas 
piccus, Notoiiccta ç/lauca, Nej)a cinerea. 

Plateau avait opéré aussi sur des insectes terrestres et avait ol)servé eombien les in- 
sectes acpiatiques périssaient plus vite que ceux-ci ; il expliquait toutefois ce fait avec 
justesse, en faisant observer cpie l'insecte terrestre est porté par son poids spécificpie à la 
partie supérieure du récipient où se fait la submersion et que là il s'agite faiblement, 
tandis que l'insecte aquatique se débat, nage, s'agite, et épuise de ce fait sa propre 
énergie. 

Aucune expérience n'ayant été faite sur Vllydrous flavipes, ni sur les espèces con- 
génères, et parmi les llydrophilides, VHi/drophitus piccus seul ayant servi à des expé- 
riences, je ne crois pas inutile d'indiquer ici le résultat des t» expériences que j'ai faites 

J'ai opéré avec des récipienls de submersion égaux à ceux employés par Plateau ; 
j'ai toutefois tenu aussi compte de la température de leau durant l'expérience, ce qui 
me semble un coefficient à ne pas négliger. - Après la période de submersion, je tirais les 
^nsecles de l'eau et les plaçais sur quelques feuilles de papier buvard . 

fil A. GniFFiM. - Xolcs .uir la /(note cnli>iii()liigi(juc piniionlai.ie, V. Sur lV:cislcTice du Vllijärous 
/luripes Stev. dans le Piémont. - .Miscellanoa entoinologica, Vol. III, no 4. 

(2) V. Pl.vte.vu. - liechefches pht/sicn-r/iiiHi(ii(es .•un- /cv tirlicii'rs (c/ualiiiiii-s, 2i"i' pai'lic. - IJull, 
de l'Aciid. lîoy. de Belguiile, II sOr., T. 3i, 1872. 



— 84 — 

Les résultats de ces ex|)ériences sont quelquefois étranges et contradictoires, suivant 
que l'on opère sur des individus forts, qui ne se sont pas encore reproduits, et en même 
temps sur des individus qui se sont déjà accouplés et qui par suite sont plus faillies. 



.Xoiiibre 
'individus 



lli'iiics T('iii(i('!iatui«! 

rt iiiiiiiilcs d(; d(' l'eau un d(v 
ri-(''s centigrade' 



siiliiucision. 


■4 


5 


(5/20' 


7,'2:)' 


ii,r)0' 


15.15' 


•10,20' 


18 


2i 



2io En une heure ils revenaient complète- 

ment à la vie. 
22o-2."'> Au bout d'une lieure ils commençaient 

à se miiuvoir. - Tous les deux revenaient 
ensuite très bien à la vie. 

21»-2"><' Au l)()ul (l'une heurt! Ils f;iis:iient (juelques 

mouvenicnls. jtcux revenaient I)ien à la vie- 
Vn mort. 

220-25« Au bout d'une lieure et demie ils C(tm- 

mencaiiMU à se mouvoir. Tous deux revi- 
vaient très bien. 

An bout d'une heure et demie ils fai- 
saient i\c faii)les mouvements. - In revenait 
compièlement à la vie. - Les deux autres 
continuaient à faire pendant longtemps de 
faibles mouvements, mais ne revivaient pas. 

An l)out d'environ deux heures ils com- 
mençaient à faire quehjues mouvements et 
ces mouvements se continuaient aussi le 
jour suivant. - Un mort. - L'autre revenait 
à la vie, mais remis dans l'eau il ne pouvait 
plus nager et placé sur le sol il ne pouvait 
[dus niarcliei'. 

220-250 Au bout de deux heures, quatre individus 

faisaient (piebpu's mouvements; mais tous 
mouraienl. 

2|o-25o Au bout de plus de deux heures quatre 

individus faisaient quelcpies mouvements 
(|ui continuaient aussi le jour suivant, puis 
mouraienl. - Les deux autres sont morts. 

Au bout d'environ trois heures, un seul 
faisait (inel(|ncs mouvements, mais ne revi- 
vait pas ; les autres sont murls. 

Par ces quehjues expériences, on peut déjà constater la variabilité des résultats sui- 
vant les individus ; la limite de résistance à la submersion dans l'eau à environ 20» 
semble correspondre à peu |)rés à 10 heures et serait peut-être aussi un peu plus grande 
pour des individus venant d'être récoltés et non tenus pendant plus d'une semaine dans 
des aquariums, puisque là, (|ii(ii(iue l)ien soignés et !)i(>n nourris, ils s'affaiblissent ton- 
jours. 

h'ffljdi()/)/iilii>; /ifi-ciis ol)servé par Plateau résistait aussi à une submersion de 2i h. 
50'. 

Torino, II. Miiseo Ziiolofrico. 3 SepUMnhie ü."). 



Les iiis(îctes sortis de l'eau et (dacés sur du 
pa]dei- buvard |irésentaient les pliénoiuènes 
suivants : 



Bulletin Bibliographique. 



i^Suite). 



Bezzi, m. - S. sp, ital. del g. Peleteria (Soc. Ent. Ital., 189i, p. 2i2-2Gl). 
Bigot. -Diptères nouveaux ou peu connus (Soc. Zool. Er., T. 4, p. 408). 



— 85 — 

BiRur.A. - t. Kenata. der russ. Galeodklen, III, (Horae Soc. Eut. Ross., 1895, p. 82-94, 1 pi.) 

— Beitrg. z. Âcariden-Fauna P.usslands, I, (ibid. 1895, p. 507-590, 1 pi.). 
Bi-.vcKBURN, E. - New geii. and sp. of AusLralian Col. (Roy. S. Aust. Soc, 1893, p. 150-140, 

294-513). 
Blanchard, R. - Contrib. à l'élude des Dipt. paras., 11'^ série (An. Soc. Eut. Fr., 1894, p. 
142- IGO). 

— Sur la faune enloni. du Grand Chaco (Soc. Zool. Fr., T. 4, p. 490). 
Blamjford, W. - The Scolytoplatypini, a new subfamily of Scolytid:e (Eut. Soc. of London, 

1895, p. 425-442, PI. XIV). 

— Descr. d'un noiv. genre de Scolytides : Aricerus (Soc. Ent. Belg., 1894, p. 155-156). 

— The Rliyncoph. Coleopl. of Japan, l'art III, Scolytid;e (Trans. Ent. Soc. London, 

1894, Part I, pag. 55-141). 

Bli-iciucr. - Sur la faune de la Casamauce, 6 p., 1895. 

Boas. - Teb. die Stigmen der Melolontha-Larve (Zool. Auz., 1895, ji. 589-591). 

Bobek, K. - Beitrag zur l)i|iteren-Fauua des Krakauer Kreises (Krakau. Ak. Anz., 1894, p, 

43-40). 
BwHATScii, 0. - Beitr. z. Lepidopt. Fauna des Schneeberg-Gebieles (Wien. Ent. Ver., Jahr. 

IV, p. 59-58). 
Bolivar. - Voyage de M. Alluaud dans le territoire d'Assinie : Orthopt. (,/r'/!) (Ann. Soc Ent. 

1895, p. 177-18i, et Exlr., 16 p., 1 pi.). 

— Liste des Orthopt. rec en Syrie par le Dr. Barrois, 16 p., Lille, 1895 (Ex. Rev. Biol. 

Nord). 

— Ad cognit. Orthopt. Europ;e et confinium (Act. Soc. Esp., 1895, p. 22-26). 

— Viage de Cii. Alluaud, Orthopt. de las islas Canarias (ibid. p. 45-55). 

— Tableau pour la dét. des esp. du genre Tryxalis (Ortiiopt.) (F. des J. N., 1895, p. 

161-163). 

— Obs. sur Phylloniorpha laciniata Villers (ibid. 1894, p. 45-4i). 

— Ad cognit. Orthopt. Europa; et conliuiuni, II S., el g. Gryllodes (Act. Soc. II. N., 

Madrid, 1894, p. 44-58), 

— Orlopt. recogidos en las Azores (ibid. p. 70-70). 

(A suivre). 
.V. U. - L'abondance des lualières nous oblige à renvoyer au |irochain \o l'analyse des ouvrages 
rei;us de MM. Piel de Cliurclieville, Denderitter, lloepli et l'rankensteiii tV: Wagner. 



AVIS DIVERS. 

Comité d'études. — Nous avons le plaisir d'annoncer à nos abonnés deux adhésions 
nouvelles : 

M. Henry de Guerpel se chargera de la Cccidlologle el de l'élude des Insectes nui- 
sibles au poiriei' et au i>onuniei\ 

M. E. André (de Màcon) se chargera ds la détermination des Lépidoptères de France 
(excepté micros). 

M. M. Pic étend eu outre ses attributions aux Dorni'^stidcs, Danacœa, Bagous, 
Ociadias, Eamolpides et Longicornes d'Europe et circa - Pedilidcs, Anthicides, 
Ptinides et Melijrides du globe. 

Nous adressons à ces MM. nos remercîments les plus sincères. 

Prière de noter la nouvelle adresse de M. le Dr. Spaeth, membre du comité, qui de- 
meure actuellement : Wien III, Landstrasse, Ilauptstrasse, 26. 



ÉCHANGES. 
M. E. Goubaut, naturaliste, St. Vaast-la-Hougue (Manche), demande le grand lu- 
cane jaune, la grosse Mygale de Bogota, les plus gros Coléoptères exotiques, Orthop- 
tères, Hémiptères, Hyménoptères, etc. - Offre en échange : Oiseaux naturalisés, sur- 
tout Oiseaux de mer. Animaux, Poissons, Crustacés, Reptiles, Coquilles vivantes, Fos- 
siles dOrglande, Gourbesville, Frcsville, Valognes, Terrain Parisien, etc. - Oiseaux et 
peaux fraîches. 



— 80 — 

M. le Dr. Delmas, à Millau (Aveyron), ofifre des fossiles du lias supérieur conlre des 
Hyménoptères porte-aiguillons et des Orlliopléres. 

M. Hans Mertha, Wien I, Justizpalatz, offre des Coléoptères d'Europe en échange 
a âulics iiinnes espèces. Envoyer ohlata. ' 

M. Fried. Schneiider, Finsterwalde, Leipzigerstrasse, 11, Allemagne, désire des 
|)lanles utiles et leurs l'ruits. Olfre en échange des plantes d Allemagne et de Suisse, des 
Coléoptères et Lépidoptères de tous les pays, des monnaies et des timbres-poste. Corres- 
pondance en français, anglais et hollandais. 

ivi. P. Bedulieu, 14, rue de l'Archevêché, Tours, offre, en suiierbes exem|)laires, de 
rares Cicindélides et Curculionides exotiques. A citer : Manlicora (iibcrcalata, 
Eitprosopus 4-notatüs, Cicuosto/na Zelcdi, Tri/cnndila apicra, Tciracha, etc., 
Cijphus illastris, Germari. marmoratiis, - Plafijo/nns, etc., ainsi (jue des Colé- 
optères indéterminés de sa région, spécialement Coccinellides, à voir au choix. Désire 
en échange : Carahiciues. Curculionides. Buprestides, l;amellicornes et Longicornes pa- 
léarcti(iues (e^em|)laires frais et intacts). — Il olli'e également en échange ou contre« 
argent (tiers du prix) les ouvrages suivants : Jurine ,, Méthode pour classer les Hy- 
ménoptères ", 520 pag , li belles planches gravées et col. - Sichel ., Études hymé- 
noptérologiques ", extrait des , Annales delà Société Entom. de France ''. av. 2 belles 
planches gravées et col. - Granger ,, Mollusques de France, bivalves, tuniciers, brio- 
zoaires ", av. 25(3 pages et 18 planches (neuf). 

M. le Dr. Franz Spaeth Wien III, Landstrasse, Hauptstrasse 26, offre la riche 
récolte de ses chasses en Transsilvanie et Carinihie en échange de coléoptères rares et 
parfaitement conservés. - Il offre par ex.: Carab. transsiloaniciis, Redtcnbachc- 
ri, Hoppei, Fabricii, Nebrla transsilcanlca, Onnayi, austriaca, Trcchtis 
procerus, Dcjeani, oehroaina, ovaliis, consfrictiis, alpicola, ptdchellus, rorju- 
laris, Bcinbidion FeUinanni, Millcrianiun, Ptcrosfgchiis r. Welcnsi, FindcUi, 
Leistus (iraciLis, Otiorrh. proxinit(s,fi/.^ciccntris, Ricssi, l.oji(iLrcntris,obsi(li- 
aniis, P;itho deprcssus, etc. Envoyer oblata. — t»u n'acceptera ([ue des exemplaires 
eu parfait état. 

M. E. Barthe, rue des Fossés 2, Narbonne, désire reprendre ses relations d'échanges 
et offre les espèces suivantes en échange d'espèces é([uivalentes (coléoptères d'Europe 
et circa) : C. Scheullcrl, CalUsthencs rctlculatus, Benib. l-inacalattun, Trechus 
discus, Aphœnops Pluto, Patrobus atroruptus, Stcnolophus Skriinshiranus, 
Ips laricis, Meligethes syfiiplati, Sciodropa Watsoni, Enncarthron affine, 
Phijhix iittoralis, Phalcria cadaccruia, Ceuthorhijnchus raphani, Peritclus 
subdeprcssus, Timarcha rugosa, Albana M-griseunu Parincna Solicri (ex 
larva), Paehijbrachijs pradcnsis, Cr[ji>toccphalas J'uU'us. — l/échange sera stric- 
tement limité aux espèces ci-dessus, une liste complète étant en préparation. — On 
n'accepte que des sujets irréprochables. 

M. le Dr. Boutarel, 46, Boulevard Beaumarchais, Paris, offre en nombre les es- 
pèces suivantes en échange de (Coléoptères d'Europe ou exotiques: Clctiidcla Uttora- 
lis, Poijonus lurldipennis, Bradyceilus pubescen., Ophonus rupicolu, Stcro- 
pus inadidua, Agabus conspersas, Caßas xantholoma, Oxyoïnus sus, Gcotru- 
pcs hijpocrita, Heliopatlics gibbus, OtlorrlujnrJius airoaptcrus, etc., etc., et 
un certain nombre d'exoti(|ues. 

M. J. Blanc, rue Entre-les-2-Portes 26, Épinal, offre : Anotnala osinanlis, Gi'a- 
phiptorus liictaosus, Sepidiuin Wagncri, Cctoaia v. chrysoina, Thorectes 
puncticollis, Orcina iucttiosa, Atio.ria oriontalis, Cionus Telonensis, Schœcn- 
hcrrl, Sclcruiii oricnialc, Anthaxia scpulchraliä, millej'olii, praticoia, Julo- 
dis onopordi, albopilosa, srtlfensis, Capnodis miliaris, etc. etc., ainsi (lue 
des exotiques, conlre d'autres Coléoptères et des timbres-poste. 
I,e II" s rtanl en (ji-unde partie coinposf', un peut einuii/er les aniioiiees sans craindre de retard. 



— 87 — 

NÉVROPTÈRES 

On demaiule à ac.iiu'i'ir par voie d'échange ou 
de vente, les Odonates suivants d'Europe : 
Epithoca bimaculata & metallica, Orthetrum 
nitidinerve, Gomphus flavijies, Lindenia te- 
traphylla, Œschna borealis, Calopteryx an- 
cilla, Gomphus flexuosus,Agrion oraatum, 
ou des espèces A'' 



Oligoœschna Modigliani 

et Ijeaueoup d'espèces rares. — S'adresser à 

M. Martin, avocat, au Blanc, Indre, France. 

V. Manuel DUCHON 
à Rakonitz, Böhmen, Autriche. 

recommande son GRAND ASSORTIMENT 
DE 

Coléoptères paléarctiques 

frais, piqués, bien |iré|)arés, avec éti([uettes 

de provenance et à TRÈS BAS PRIX 

On désire aussi échanger (mais on ne fait 

pas le premier envoi) et on achète 

de bonnes espèces paléarctiques. 

COLÉOPTÈRES EXOTIQUES 

PARMI LESQUELS DE GRANDES RARETÉS 
et aussi de bonnes espèces indéterminées — par 
centuries — au pri.x net le plus réduit. 
Listes spéciales très importantes de Luca- 
nides exotiques (n» ô), de Cétonides (ii« i), le 
Buprestides (n» 5), de Dynastides et Rutélides 
(no G), de Coprophages (n» 7), de Mélolonthides 
no 8), de Cérambycides (u" !)), etc. 

Forstcommissär Josef Gold 
in Trautenau, Böhmen, Autriche, 

l)ietet Tachinarien und Œstriden gegen 
Tausch oder Kauf an. 

Graf Krüsi 
à Gais, Suisse, 

offre : 

CARABUS MONILIS 

en variétés différentes 

10 exemplaires fr. 2. — 

100 I) fr. 10. — 

Port et Emballage gratuits. 



Doubletten-Liste 

über pala'arivt., COLEOPTEREN 
versende auf Verlangen. Auch Exo- 
ten Verzeichnisse. Hoher Baar-Rabatt. 

Hugo RAFFESBERG, 

Podhraiiv, Post Prasicz, Ungarn. 

Dr A. J. F. Fokk-r 

à Ziérikzée (IIULijA.SUi:;) 
désire acheter ou échanger des 

Hémiptères Hètéroptères 

d'Europe méridionale, Algérie etc 

Fried. Schneider 

Finsterwalde, Allemagne, 
Leipzigerstrasse II. 

désire acheter ou échanger des 

Plantes utiles 

de tous les pays et leurs Fruits. 
Otfre en échange : 

Plantes d'Allemagne 

et de Suisse, 
LÉPIDOPTÈRES et COLÉOPTÈRES 
de tous les pays, MONNAIES, 

TIMBRES-POSTE. 
Correspondance enj'rançais, an- 
glais ci /inllandais. 

DesColéopt. europ. 

déterminés sont à disposition contre 
paiement comptant avec un rabais 
de 70% ou en échange contre Coléo- 
ptères plus rares, europ. et exot, 

C. KELECSENYI, 
Tavarnok, Hungaria, 

Via N. Tapolcsàny. 

Mr le Dr Jacobs 

28, r. des Ursulines, Bruxelles. 
désire acquérir des 

Diptères européens 

de la famille des 

Taohinaires 



Filet à papillons 

de M. Graf-Krüsi 

Ce lilct en tissu de suie très fort, burduie en acier 

en (juatre jiarties, a])|)lieal)le à toul bàlon, est le 

seul ([ui ait obtenu un diplôme et une 

Médaille de 1"> classe 

à l'exjxjsition de Vienne 

Marque G au prix de 6 fr. la pièce 

)) K. ,, ., ,, 5 fr. ,, ,, 
Envoi J'ranco. Pa'jablc (/'<iraiicc. 
Le catalogue de^ Lépidoptères européens et exoti- 
ques, est envoyé franco à qui en fera la demande. 

Graf-Kriisl, Gais, prés St Gall, Suisse. 

JÏCotte Melchior 

Guide Naturaliste 
Aux Dourbes, près Digne, Basses Alpes, 

|)révient les amateurs (|ui désirent acheter des 
Coléoptères, Lépidoptères et Hyménoptères 
des Basses Alpes qu'il leur en vendra à des i)rix 
très modérés. 

L'INSTITUT ZOOLOGIQUE 

W. Schlüter, Halle a. S. 

ALLEMAGNE 

a l'iionneur de recommander à )DI. les Collec- 
tionneurs, Instituteurs & Chefs d'établissements 
scolaires ses comptoirs d'oi),jets d'histoire naturelle 
spécialement de peaux, d'œufs d'oiseaux, d'a- 
nimaux empaillés, d'amphibies, de reptiles 
de poissons, de mollusques, d'insectes et de 
minéraux. 

Catalogue spécial d'objets d'histoire naturelle 
pour l'enseignement. 

Instruments fr ustensiles pour la rcciierche & la 
préparation de tous les objets d'histoire naturelle; 
Epingles, Cadres vitrés, Plaques île Tourbe 
de toute grandeur ; grand choix d'yenx artili ciels 
pour mammifères, oiseaux, poissons. 

Ateliers spéciaux pour le montage des oiseaux 
& des mammifères. 

Spécialité : Tètes de daims, de Clievreuils 
Hures de sanglier. 

Pri'paratioa soùjnrc et iiroinpte. 
CATALOOrES GRATIS ET l'I'.ANCO 

W. Schlüter, Halle a. S., Wuchererstr. 8 
Allemagne. 



LEPIDOPTERES 

européens, exotiques 
MICROLÉPIDOPTÈRES 

CHENILLES PRÉPARÉES 

très soigneusement 

l'HlX TRÈS AVANTAGEUX 

H. Lhotte, naturaliste, 31, rue 

de Clichy, Paris. 

Nota. — On demande des cor- 
rc.sfjiiitdants pour rececoir des 
Lépidoptères et des Chenilles 
vivantes d''espéccs particulicreâ 
aux dijferente& régions do la 
France, ainsi que des exotiques 
en papillottes. 

M. Félix ANCEY 
9 rue Fargès, Prado Marseille, 

offre 

EN VENTE 

SES 

DOUBLES 

EN 

COLÉOPTÈRES, LÉPIDOPTÈRES 
HYMENOPTERES 

& COQUILLES 



GRAND CHOIX 

DE 

LÉPIDOPTÈRES 

européens et exotiques 

à des prix très réduits 

PAPILLONS POUR CADRES 

Chrysalides, Cocons, Œufs de 

Lépidoptères. 

EMILE DESCHANGE, 

à Longuyon, (Meiullie et Moselle 



Le Dircctcitr-Uci'ant : E. Bauthk. 



Narbonno. — Imprimerie spéciale des „ JIISCELLA.NEA ENTOMOLOGICA " 



Comité d'études. 

(Suite) 
M. Couturier, à la Nerthe, par Saint Henry, (B s du Rhône). Coquilles marines, 

terrestres et lluviatiles du globe. 
M. H. du Buysson, Château du Vernet, par Broût-Vérnet, (Allier). Étatérides 

d' Europe et des paijs voisins en Asie et en Afrique. 
l'abbé J. Kieffer, professeur au Collège de Bitche. Gécidyes et Cécydomyies. 
E. Benderitter, rue Chamhs- Maillets, Rouen. Lamellicornes d'Europe et confins. 

Nous rappelons que tout encoi d'insectes aux membres du Comité doit être accom- 
pagné de timbres-poste pour le retour et au besoin pour la réponse. 

Man wird hiermit gebeten jeder Insektensendung an die Mitglieder des Studien- 
Ausschusses das Franko für Rücksendung und nöthig en falls für Antwort beizulegen. 



Annonces 


Anzeigen 




La nage fr. 10. — 
1/2 « . 5. - 
1 4 « « 2. 50 
1/8 « « 1.25 


Die Seite Mk. 

1/2 « 
l'4 » 
1/8 « 


8 
4 
2 
1 


Note de 7 à 8 lignes de 20 lettres, 50 cent. 
Itéduction d'un tiers pour les annonces à l'année. 
« d'un quart pour les annonces au trimestre. 


Anzeigen von 7 bis 8 Zeilen zu 20 Buchstaben, 40 Pf. 
Reduktion um ein Drittel für jährliche Anzeigen. 

« um ein Viertel für vierteljährliche Anzeigen 



POVR LES ABONNÉS : 
Réduction — l àG insert, de la même annonce 25 % ; 12 insert. S'.i J3 % ; 2 / ins. 50 % 



Les annonces sont payables d'avance 
par mandat-poste. 



Die Anzeigen werden zum Voraus 
durch Postanvreisung bezahlt. 



Correspondance 



Toute la correspondance doit être adressée à M. E. Barthe, 
professeur, rue des Fossés, 2, Narbonne, Aude, France. 
Nous correspondons en français, allemand, anglais, espagnol, italien et latin. Prière d'écrire très 
lisiblement et sur une feuille à part le texte des annonces. 

Alb; Briefe sind zu richten an Professor E. Barthe, rue des Fossés, 2, Narbonne, 
Aude, (Frankreich). Wir werden correspond ieren : Französisch, Deutsch, Engliscli, Spanisch, Ita- 
ieiiisch. Lateinisch. Es wird gebeten, Artikel oder Anzeigen möglichst deullich zu schreiben, und 
die Anzeigen auf ein besonderes Blatt zu setzen. 

1^ vß Tout payement doit se faire d'avance par mandat-poste ; nous n'accep- 
tons de timbres-poste que pour les petites annonces. 

Jede Zahlung muss in einer Post-Anweisung pränumerirt werden : Freimarken 
werden nur fur kleine Anzeigen angenommen. 

Les abonnements partent du commencement de chaque trimestre. 

Oie Abonnemente gehen von Anfang eines jeden Vierteljahres ab. 



J. De^brochers des Loges 

à TOURS Indre-et-Loire. 

Prix courant dé' Coféoplères d'Europe et Circa, d'Hémip- 
tères, d'Hyménoptères, de Curculionides exotiques. Acliat 
de Cui'culioDFÎdés. exotiques. 

Direction du Frelon, Journal mensuel d'Entomologie 
descriptive (Coléoptères). 
l'rix de l'abonnement : 6 fr. pour la France et l'étranger. 

BoUettino del naturalista. 

li« année. 189i. 
Journfil mensuel. Abonnement 3 ,fr. 
Contenant des communications et notes d'histoire na- 
turelle. 

Publie gratuitement toutes les communications 
et annonces d'échanges d'objets d'histoire natu- 
relle de ses abonnés. 

Direction et administration à Siena (Italia). 



Histérides, Buprestides, 
CÉRAMBYCIDES DU GLOBE 

COLÉOPTÈRES AFRICAINS 

Mr.A.Théry 

à St. Charles, Algérie. 

désire acquérir les raretés lui man- 
quant en Histérides, Buprestides et 
Çéramhycides d'Europe. 

offre, en échange de ceux d'autres 
provenances et de Coléoptères africains 
de bonnes espèces algériennes et du 

globe. 



EPINGLES A INSECTES VIENNOISES 

Johann MÜLLER 
Vienne, Autriche, II, Circusgasse 20, 

recominaade son assortiment complet des excellentes épingles blanches et noires, épingles camions 
épingles pour micros. 

Mou dépôt général pour toute la France se trouve chez M. HENRI GUYON Paris, 20, rue 
des Bourdonnais. 

Die Insekten-Börse 

jetzt vereinigt mit der „SamiUler-BÔrSO** 



rt$>cK,t«n {^ör$e 



isci)«^ Urqon 1 

fur An^bot.rlachfraye | 




■Çamnitcr^gorsc. 




ist für „Entomologen^' und „Saunuler" das hervorragendste Blatt, welches wegen 
der heiehrenden Artikel sowie seiner internationalen und grossen Verbreitung betreffs 
Ankauf, Verkauf und Umtausch aller Objekte die weitgehendsten Erwartungen erfüllt^ 
wie ein Probeabonnement lehren dürfte. Zu beziehen durch die Post (Zei tungsliste No. 3 135) 
nnd die Verlags-Buchhandlung Frankenstein & Wagner, Leipzig, Augustusplatz 1. 
Abonnement bei Zusendung unter Kreuzband in Deutschland u. Oesterreich 1 Mk., nach 
»nderen Ländern des Weltpostvereins 1 Mk. 20 Pfg. = 1 Shilling 2 Pence — 1 Fr. 50 C«ut 



The „Entomologists Record" 

and Journal of Variation. 

Publié par J. W. TUTT, F. E. S. 

ABONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 

— FRANCO — 

Cette Revue Soien(i(ique mensuelle contient des articles 
J'un intérêt général pour les Fiépidoptéristes de tous les 
pays et est illustrée de noml)reuses planches en chromoli- 
thographie. 

Le montant de rahonnemeiit doit être adre-^sé à 

M. A. J. Hodges, 2 Higbupy Place London N. 

THE 

BRITISH NATURALIST 

REVUE ILLUSTRÉE D'HISTOIRE NATURELLE 

surtout d'Entomologie et de Conchyliologie 

DIlUr.ÈE PAU JOHN E.KDIISON, F. F. S. 

HartlcpooL Angleterre 
avec la collaboration de nombreux spécialistes. 

ABONNEMENT ANNUEL : 6 Shillings. 
John E. ROBSON,HARTLEPOOL, Anjîlolern. 

Rivista italiana di scienze naturali. 

Ii<= année. 189i. 
Journal hi-mcnsneL Ahonnrmmt 5 l'r. 
Contenant des mémoires illustrés et l'annonce de tous 
les travaux italiens sur l'histoire naturelle. 

Direction el administration à Siena (Italia). 



On achète ou on échange 

Contre des insectes les timbres de Fran- 
ce de 1848 à l'effigie de la République 
(en particulier le timbre de 1 franc )> 
ceux de la Présidence et de l'Empire 
1852-1870) à l'etligie de Napoléon III et 
ceux de 1870-71, République, non den- 
telés. 

S'ailressrr a-t Bureau du Journal 



FAUNE 

DES 

ORTHOPTÈRES 



DE FRANCE 

par 

M. A.FINOT 

Orthoptères proprement dits et Thy- 
sanouros. 1 vol. gr. in-8«> de322 p., avec 
lig. et \7i planches, 



15 fr. 



S'adresser au Bureau du 
Journal. 



No 8 — Vol.. in. 



Sois Année — III Jahrgang. 



1" août 1895. 



Miscellanea 




mologica 



Organe international 

contenant les demandes d'échange, d'achat et de vente de collections 

livres ou objets d'histoire naturelle, 

Anzeiger von Tausch, Kauf und Verkauf für internafionate Eniomologen. 

Entomologist's international Advertiser for eiohançe, parohase and sale. 



Direction et Rédaction 

E. BARTHE, à Narbonne, Aude (France). 

Avec la collaboration de naturalistes de tous les pays. 
Mit Mitwirkung internationaler Entomologen. 







Los " Miscellanea Entomologica " paraissent le !«•■ de chaque mois. 
Ahonnoment annuel : Union postale, fr. 5. 
Die " Miscellanea Entomologica " erscheint am 1. jeden Monats, 
.lährliche Suhscription : 4 Mk. — Annual subscription : 4 sh. 



Comité d'études - Studien -Ausschuss 

MM. Argod-Vallon, à Crest (Drôme). Longicornes et coléoptères cavernicoles du globe. 
A. Finot, 27, rue St. HonDré, Fontainebleau. Orthoptères du globe. 

F. Ancey, 9, rue Fargès, Prado-Marseille. Coléoptères en général. 
H. Gouin, 99, cours d'Alsace-Lorraine, Bordeaux. CoccinelUdes de France. 
R. Martin, au Blanc, (Indre). Odonales du globe. Névroptères d'Europe. 
Dr M. Régimbart, à Evreux (Eure). Dytiscides et Gyrinides du globe. 
R. P. Belon, rue du Plat, 18, Lyon. Lathridiens. 

E. Barthe, Narbonne, (Aude). Coléoptères de la Guyane française. Apiculture. 
M. Pic, à Digoin, (Saône et Loire). Dermestides, Danacea, Bagous, Oeladius, Eumolpides 

et Longicornes d'Europe et circa. - PedilidiiS, Anthicides, Ptinides et Melyrides du globe. 
Df Chobaut, 4, rue Dorée, Avignon. Mordellides, Antliicides, PédiUdes, Riiipiphoridcs, 

Vésicants et Œdéniérides de la faune paléarctique. 
A. Janet, 104, boul. Saint-Louis, Toulon-Mourillon. liliopalocères du globe. 
D'- A. Sicard, à Tebourzouk, Tunisie. Coccinellides du globe. 
D>^ L. Vitrac, aux Trois-Rivières, Guadeloupe. Entomologie des Antilles. 
E. André, 17, rue des Promenades, àGray,(H"= Saône), l'onnicides du globe «'t Miililll- 

des ib; la région européo-nu'diterranéenne. 
M. Vauloger de Beaupré, lieutenant au 144» de ligue, Blaye, (Gironde). Cicindélides 

et Clirysomélides d'Europi» et circa. 
A. F. Nonfried, Rakönitz, Bohemia, Autriche. Lucanides, Cétonides, Mélolonthides, 

Rutélides, Dynastides, liupreslides et Cérambycidos du globe. 
A. Théry, St-Charles, par Philippe ville, Algérie. Buprestides du globe, Longicornes 

d'Europe. 
l'abbé A. Carret, aumônier aux Chartreux, Lyon. Carabides d'Europe et en particulier 

genres liarpalus, Pterosticlius et Amara. 
A. L. Montaudon, Strada viilor filarete, Bucarest, Roumanie. Hémiptères llétéroptè- 

res. 

G. Gribodo, Via Maria Vittoria, 19, Torino, Italie. Vespida? et Mellifera du globe, 
Dr C. Schaufuss, Directeur du Museum Ludwig Salvator à Meissen, Saxe. Scolytides, 

Platypides et Scydnii^uides exotiques. 
Di- Franz Spaeth, Wien, III, Landstrasse, Hauptstrasse, 26. Cassidides du globe. 
E. Simon, 16, Villa Said, Avenue du Bois de Boulogne 56, Paris. Arachnides da 

globe. 
H. Fruhstorfer, Barlin N, Gartenstrasse 152. Rhopàlocères de la régi m indo-austra- 
lienne. 
G. de Bony, rue Vaneau, 36, Paris. Genre Cicindela (Europe et confins), Carabides vrais 

(européens et e\oliques). spécialement genre Nebria. 
E. Abeille de Perrin, rue de la bibliothèque 24, Marseille. Buprestides, Malachides 

et Cisides paléarcliques. 
E. Fleutiaux, 1, rue Malus, Paris. Cicindélides, Élatérides du globe. 
D'- A. Puton, à Remiremont, Vosges. Ilémiplères llétéroptères paléarctiques. 
H. Caillol, avocat, rue Traverse du Chapitre, 18, Marseille. Cryplophagides, Mylal»ri- 

dos (Brurhides) et Uroinides paléarctiques. 
H. Nicolas, rue Velouterie 9, Avignon. Biologie des Hyménoptères. 
C. Houlbert, professeur au Collège de Dieppe. Larves de Coléoptères, Orthoptères et 

Névropleres. 
Dr E. Candèze, à Glain- le« -Liège, Belgique. Elatérides du globe. 
Ch. Bruyant, rue Gaultier de Biauzat, 26, Clermont-Ferrand. Faune enlomologi(iue 

des eaux, spécialement llydrocorises. 

E. Ragonot, 12, quai de la Râpée, Paris. Microlépidoplères d'Europe ; Pyralites, Cram- 
biles et Phyciles du glol)e. 

J. Vachal, à Argentat, (Corrèze). llymeiioptera aculeala de la région circa-niédilorra- 

néenne et d'Afri(pie ; llalictus et Prosopis de l'ancien monde. 
H. Léveillé, rue, de Flore 104, Le Mans (Sarthe). Botanique en général. 

F. Silvestri, à Bevagna, Umbria, Italie. Myriopodes du globe. 
V. Mayet, professeur à l'École nationale d'Agriculture, Montpellier. Biologie des 

(nscili's. 

(Voir ta suite à la />a<je 3 de la concorfure. 



^\SttaM*E» ENTOMOioc/c^ 



NUNTIUS ENTOMOLOGICUS INTERNATIONALIS 



No. 8. Vol.. IIF ÉntTioN Fiîantaisf, 1 Août 1895. 

(15/11 1895). 



SOMMAIRE 

II. Nicolas. - Larves et nymphes de certains Larintis se développant sur les chardons (C//- 

narocophalœ) de nos régions (Avignon). 
J. J. KiF.FFER. - Essai sur \e groupe ('a/npi/foiui/cfa {Siiifp). 
A. GaiFFiNi. - Syrphides des environs de Milan. 
Chronique entomologiqik. 
Livres nouveaux. Mémoires courants. 
Echanges & Annonces. 



LARVES ET NYWPHES 
DE CERTAINS LARINUS 

se développant sur les chardons {('ijnaroccphaJœ) de nos régions (Avignon) 



En visitant les nombreux chardons de nos contrées du midi de la France, où se trou- 
vent abondamment une foule do Larinus butinant sur leurs corolles épanouies, j'étais 
conduit dans ces recherches par la certitude que non seulement ces insectes trouvaient 
une nourriture dans le suc de ces fleurs de Cai'ditus, plantes robustes, mais encore par la 
conviction que, sur ces mêmes végétaux, devaient s'accomplir les diverses phases de déve- 
loppement des larves jusqu'à ce jour peu connues. 

De ce fait j'espérais généraliser mes conclusions, jiartant de ce principe qui me sem- 
blait absolu, que l'insecte et la larve vivaient sur la même plante, l'un sur la Heur, l'in- 
secte parfait ; l'autre, la larve, à l'intérieur du calice de chacunes d'elles, surtout pour 
les Larinus ; mais que de plus chacun de ces genres de charançons avait une prédilection 
marquée pour une plante différente, prise dans cette nombreuse famille des ciiardous. 

Déjà quelques exceptions échappent à une prétendue théorie. 

Sur bien des diardons visités par des Larinus, mes recherches sont restées infruc- 
ueuses, tels sont le Larinus Cynarae qui se prend toujours suvYOnopordon acanthium ; 
Larinus confmis parcourant le Ccntaiwca aspcra; Larinus scolymi sur le Carduus nr- 
rircsccns. plante sur laquelle viennent encore d'autres Larinus ; tandis que pour les sui- 
vants, nous savons par de nombreuses observations que le Larinus jaceîc confie ses œufs 
et le soin de sa larve au Leiizca conijeroj que le Stolalus Nicolasi en fait de même sur 
le Ptih'raria dissfntcrica etc. 



Néanmoins j«' suis parvenu à lixtM- pour de nombreuses plantes les rapports existant 
entre elles et les insectes ({ui les visitent. 

Pour d'autres eurculionides, et ils sont noml)reux, la eonslance m'amènera probable- 
ment à d'intéressantes découvertes; j'engage d'ailleurs tous ceux qui sont jaloux de la 
recherche si mystérieuse de l'origine de bien des insectes, à diriger leurs ol)servations de 
ce côté, puis([ue, en dehors des études ((ue l'on se pro|)ose de faire, souvent un résultat 
inattendu vient vous dédommager des ell'orts <iuon a faits dans celte voie. 

Voici (|uel est celui que j'ai ol)lenu dans ces premières tentatives, et c'est en poursui- 
vant la biologie des Hyniéno|)téres que ces (piehiue cas me sont tombés sous la main, sans 
compter les parasites obligés se révélant là où on ne les soupçonnait pas. 

LARINUS VULPES Olivier. 

Syn. L. nifd'nlo.^KS Schiinh. 

Echinops ritro l.inné. 

(porle le nom vtdyaiio de Houlette). 

La plante. — Sur les feuilles robustes, droites, élancées, rigides, à lobes dentés, hé- 
rissés de milliers de dards de VEchinops ritro, se trouvent abondamment en Juin, au 
moment où les fortes chaleurs achèvent de jaunir la moisson, les Larinus vuljtes, grimpant 
sur les tiges raboteuses et cannelées de cette plante méridionale. 

I,e prendre sur ce végétal si peu propice, où de partout se dressent des pointes aiguës 
qui en défendent naturellement l'approche, est au fond une affaire d'habitude, et parmi ce 
fouillis épineux la main se hasarde toujours, malgré les |)iqùres nombreuses, à sensation 
fort douloureuse, ([ue Ion reçoit à chaque capture d'un Larinus vulpes. 

Ample dédommagement, compensation consolante, la récolte devient bientôt de plus 
en plus productive, puis ces coléoptères sont d'une telle fraîcheur, d'une conservation si 
parfaite dans ces conditions là, ([u'on oublie bientôt les dures épreuves qu'on vient de su- 
bir, de braver, pour se les procurer. Nous faciliterons aussi la recherche de ce beau Lari- 
nus, comme on le verra bientôt, nrais on peut encore les obtenir par le meilleur moyen 
possible, pendant toute l'année dans la canq)ague, (piel (|ue soit le moment, ou chez soi 
sans dérangement. 

Si le contact de ces plantes noueuses offre un médiocre attrait. ('), hîurs fleurs en 
pompon élégant, d'un beau bleu violacé tendre, un peu pâles, véritables pelotes végétales, 
présentent les mêmes inconvénients. 

Ces boules gracieuses, dilatées de partout, longuement ciliées, s'épanouissent au som- 
met de chaque tige, comme des sphères azurées où s'implantent les pétales longs et raidis. 
L'aspect est séduisant, l'approclie laisse perplexe et les apparences sont trompeuses. 
N'importe; ces grosses billes bleutées, d'originale structure, toutes bordées d'aspérités 
aiguës et pénétrantes, en parfaite harmonie avec les pédicules et les feuilles qui les sup- 
portent, donnent non seulement leurs sucs à l'insecte parfait, mais nourrissent encore leurs 
larves à l'intérieur de chacune d'elles. 

La ponte. — Tout est donc réuni sur la même lleur où le berceau s'abrite sous la 
corolle mielleuse. 

Puis le calice piqué par la Ç du Larinus vulpes se développe et prend une extension 
considérable. Un peu gibbeux, il seml)le bour.soufle, enflé, et il se forme alors à l'intérieur, 
juxtaposées, de deux à (juatre cellules au plus, dont la dilatation progressive, correspon- 
dant au grossissement de la larve qu'elles contiennent, i)rovo(iue cette expansion anormale. 
A l'intérieur de chacpie logette, le suintement de la sève qui s'écoule sur l'étendue de 
la paroi sufl'it à nourrir la larve enfermée, cloîtrée. Ronge-t-elle les murs de sa chambre 
qui s'agrandirait de ce fait '! Ou bien rap|)artenient angmente-t-il de volume par un effe^ 
naturel de la croissance de la fleur i .le ne .saurais le dire. Mais il est certain, démontré^ 
qu'elle ne prend aucun soin pour emi)ellir sa demeure; rien n'est changé dans ce local 
improvisé; ni sdie dépensée jiour en tapisser les murs, ni enveloppe particulière, pas le 
nutindre enduit ou badigeon |)our en durcir ou en décorer les parements. 



(1) Après quclque.s heures de cette chasse au Larinus, on éprouve néanmoins le besoin de re- 
poser les doigts, tant ils sont sensiblement endoloris. 



— 91 — 

J'ignore la forme et le volume de l'œuf qu'il serait facile d'obtenir un moment de la 
ponte, et encore la plante ainsi sai riliée pour cette recherche ne permettrait pas l'élevage 
de l'œuf : il vaudrait mieux capturer quelques Ç et les laisser pondre dans un bocal, 
comme il m'est arrivé souvent de l'obtenir au moment voulu. 

A partir de là, révolution est rapide, la larve de Larinus vulpes parcourant toutes 
ses phases en quelques semaines. 

H. ?<ir.oi.AS. 

(.\ suivre). 



ESSAI SUR LE GROUPE 
CAMPYLOMYZA. 

(Suite!. (*) 
Genre :," - PRIONELLUS KiefT. {•'] 

Ce genre, ainsi nommé à cause des crochets d»îs tarses en forme de scie {-pi'M, scie) 
est voisin d'Aprionns par sa nervation alaire et la fornie de ses antennes, comme Pc- 
roni'jia est proche de JoanaUia. Le bord antérieur de l'aile touche presque l'extré- 
mité de la troisième nervure. Les articles des antennes du mâle sont excentriques et 
remaniuablcs par les ornements dont ils sont munis (Voir fg. 17, PI. 11). Balanciers com- 
me dans les genres précédents. Les trois espèces connues ont la pince anale conformée 
de la même façon et l'aile munie d'une nervure peu apparente, insérée entre le bord an- 
^M'ieur et la première longitudinale qu'elle suit jusciu'à la transversale. 

1. Pr. pini n. sp. 

PI. Il, fg. lô. palpes. 
)) >» 18. antennes du mâle ; a : deux art. terminaux ; h : base. 
» » 23. balancier, 
)i 1. pince. 
Il II ôl. erochet et pelote, 
tig. T). aile. 




J'ol)servais un jour, dans un chemin creux près de Bitche, des Campyloini/.-^a pre- 
nant leurs ébats au soleil, autour d'un petit pin rabougri ; c'était le 4 Avril, vers deux 
heures. Tous les sujets que je pus capturer étaient des mâles. Le 9 du même mois, vers 
T) heures, je recueillis au même endroit mâle et femelle accouplés ; malgré mes inves- 
tigations, il me fut impossible de trouver des larves ou des nymphes, que je cherciiais, 



(*) Voir noä i, 6 et 7 

(*'; Je m'étais d'abord servi des noms de Prionota el Aprionn pour désigner ce genre et le sui- 
vant ; .M. IJergroth de Tammerfors ayant eu l'obligeance de m'avertir que ces dénominations avaient 
déjà été employées, je les clianso en Pfionelht.'i H Apri<iviis. 



sans doute à tort, sur le petit pin, motif pour le(|uel je fis connaître provisoirement l'in- 
secte sous le nom de Prion, pini. l'ius tard, daus une autre localité, le même diptère 
fat encore observé, voltigeant en troupe autour d'un boucjuet de genêts, le seul arl)uste 
qui fut aux environs ; une autre fois encore, sur la lisière d'un l)ois, autour d'une toufTe 
de saules. Je remanjuai cette fois que queUiues femelles se posaient volontiers à terre, 
sur la mousse ou sur les feuilles mortes. Supposant (jue ces insectes y avaient peut-être 
effectué leur ponte, je visitai ces trois localités l'automne suivant, et je trouvai au pre- 
mier endroit, sur diverses mousses {Hij/inuni. jiuruni, sjilcndens el cupressi/'orinc) 
et au troisième, parmi les feuilles de saule mortes et iiumides, des larves d'un rouge 
orangé, .l'en recueillis aussi sur des mousses éloignées de tout arbrisseau et je constatai 
qu'elles n'étaient pus au repos comme le sont les larves hivernant sur terre, mais (ju'el- 
les se mouvaient sur les rameaux de ces mousses qui, selon toute apparence, devaient 
leur fournir leur nourriture. N'ayant |»as encore ol)tenu l'éclosion, je ne puis aflirmer que 
ce soit réellement la larve du di|)lére capturé précédemment, mais je le présume ; elle 
offre du reste les caractères des Cainptjloinyza, paraissant, il est vrai, plus proche des 
Joannisia que des Aprio/ms, tandis que l'inverse a lieu pour l'insecte parfait. (*) 

Imago. - D'un rouge brun ; occiput, ocelles, dessus du thorax, écusson, milieu de 
la poitrine, iiauches, l)andes transversales sur le dessus et le dessous de ral)domen noirs; 
antennes, pattes et pince brunâtres ; palpes et balanciers jaunâtres. Au bout de quelques 
jours, tout le corps est d'un brun noir. J'ai capturé un mâle entièrement brun noir, ac- 
couplé à une femelle d'un rouge brun, paraissant fraîchement éclose. 

Mali:. - Palpes à ([uatre articles ; le |)remier gros, les deux suivants deux fois aussi 
longs que gros, le dernier un peu plus de trois fois aussi long que gros. Antennes de 
2-|-12 articles, longues de 1,501"™. Articles du fuuicule excentriques, ornés de verticilles 
de soies et de rangées de créneaux comme dans le genre précédent. Premier article du 
funicule rétréci à sa base, ellipsoïdal, un peu |>lus de deux fois aussi long que gros ; les 
suivante sont une fois et demie aussi longs <pie gros, à base aplatie, à sommet arron- 
di ; tous sont munis d'un col qui, dans les premiers, atteint la moitié, puis dans les sui- 
vants, les trois quarts de l'article; le dernier est nmni d'un petit appendice conique. 

Ailes subhyalines, courtes, mesurant l,?!)""", et ne dépassant pas la base de la pin- 
ce. Première nervure longitudinale également distante du J)ord antérieur et du cubitus ; 
partie basale de celui-ci un peu plus longue (pie sa i)artie médiane ; partie apicale pres- 
que droite, n'aboutissant pas à la pointe de l'aile. Rameau antérieur «le la 4« nervure, 
plus long que la tige de la fourche, non courbé à sa base, pres((ue droit dans son par- 
cours et se prolongeant jusqu'au bord postérieur que n'atteint pas le rameau postérieur . 
Nervure transversale mesurant un tiers ou un quart de la partie apicale de la première . 

Aux pattes antérieures, les articles des tarses sont entre eux comme 7:3^^ : 3% : 2k\ :2. 
Crochets des tarses longs, s'amincissant insensiblement, arqués seulement au sommet et 
dentés dans les deux tiers inférieurs. Pelote grande, égalant les crochets. Pince à lamel- 
le supérieure entière ; ongles en massue, à extrémité couverte de soies longues el raides. 
Taille ; 2,40""". 

Fk.mkli.e. - Antennes ;i2-(-12 arly;les, à peine de la longueur de la tète et du thorax 
réunis ; premier article du funicule ellipsoïdal, les suivants subconicjnes ou subovalaires, 
à col très petit ; les ornements font défaut. Oviducle à lamelles supérieures noires ; l'ar- 
ticle terminal elliptique et rétréci à sa base. Taille ; 2,r>0''i"i. 

2 . Pr. minor n. sp, 

Mai-E. - Semblable à l'espèce précédente, dont elle ditTère par les caractères suivants : 
palpes à article terminal trois fois et demie aussi long que gros. Articles du funicule des 
antennes une fois et demie aussi longs ([ue gros, à col n'ayant «jue la moitié de leur lon- 
gueur ; l'avant dernier à col très court, n'atteignant (|u'un cin(|uième de sa longueur ; ar- 
ticle terminal aniinri en cône, sans prolongement. Portion apicale de la l" nervure trois 
fois et demie aussi longue (pie la nervure transversale. Taille : li»«'. 

{*) J'ai obtenu la niouclie qui n'est pas à rapportor à ce fîenre, mais l'orme un ^onre nouveau 
{Bryomyia) qui vient d'être décrit un (xni ))lus haut. 



J'ai capturé au commencenienl de Mai, plusieurs mâles de cette espèce voltigeant au- 
tour d'un petit buisson de prunelliers, dans un terrain stérile, exposé au soleil et couvert 
de mousses, près de Geliniàrclien en Lorraine. 

5 . Pr. muscicola n. sp. 

Male. - Semblable à Pr. jnni. l'alpes 1% : 2 : 2% : i. Col de l'avant dernier article 
n'ayant que la moitié de la longueur de ce dernier. Article terminal sans prolongement. 
Nervure transversale n'ayant que le cinquième delà longueur de la portion apicale de la 
première et le tiers de la portion médiane du cubitus. Taille ; ^'""k 

Capturé plusieurs exemplaires dans un endroit couvert de mousses, sur lesquelles ils 
voltigeaient. Gehnkirchen. 

î. Pr. coronatus n. s\). Ç 

Orangé ; tiessusdn thorax et bandes de l'abdomen bruns ; antennes et pattes brun clair. 
Cette espèce diirère des précédentes par la couronne de lamelles dont les articles du funicule 
sont munis. Chacune de ces couronnes se compose de quatre lamelles hyalines, au moins 
aussi larges que hautes, à extrémité arrondie, se touchant par leur base. Palpes à articles 
comme l : 2 : 2% : 5; premier article gros. Antennes à 2+11 ou 24-10 articles ; dans ce 
cas le dernier article est plus allongé que le précédent, tandis qu'il est plus court dans le 
piemier cas ; les autres articles du funicule sont une fois et demie aussi longs que gros, 
se terminant au sommet, à l'exception de l'avant-dernier, en un minime col ; le premier 
ellipsoïdal, deux fois aussi long que gros. Nervure transversale atteignant le (piart de la 
partie apicale de la première nervure et un peu plus du tiers de la partie médiane de la 
seconde. Hameau antérieur de la fourche un peu arqué à sa base, puis droit; sa longueur 
dépasse celle de la tige île la fourclie. r.ameau postérieur droit et faisant avec la tige un 
angle de 15."»». Cellules anales plus liantes ((ue la cellule radiale. Crochets des tarses de 
toutes les pattes dentelés en scie et égalant !a pelote. Lamelles supérieures de l'oviduote 
à trois articulations, dont les deux jnemières sont aussi larges que longues et la dernière 
une fois et demie aussi longue (|ue large. Taille : 2 "H". 

Capturé le 1''" Août, sur des lleurs dombellifères, près de Hitche. 

Genre G^ - APRIONUS Kieif. 

Les caractères sont les mêmes (jue ceux du genre précédent ; mais les crochets des 
tarses ne sont pas en forme de scie, d'où le nom d'Aprtonus ( y. -nptw sans scie ), la pe- 
lote courte ou rudimenlaire et les balanciers ont une massue obovale, à tige aussi lon- 
gue qu'elle. L'espèce typitiue est : 

1. A. spiniger n. sp. 




PI. I. lig. 2. Larve .-dessous des trois premiers segments, 

" » 11. » deux derniers segments vus de dessus. 

fig. 8. Nymphe: derniers segments. 

PI. II. lig. 13. Palpes. 

» )i 17. Ornements des antennes avec les poils des verticilles. 

» » 20. Antennes du mâle : base. 

M » 21. Antennes de la femelle, a : base ; b : articles terminaux. 

» » 34. Crochet et pelote. 

)» » 3 et i Pince et oviduc'.e. 

tig. d. Aile. 



— ;ii — 
Imago. - Uraiigce ; occipul, occllos, aiileiiucs, dessus du thorax, ecussoii, hanches, 
une tache latérale entre les hanches antérieures et intermédiaires, pince et lamelles de 

1 (ividucte bruns, l'attes rougeàtres. 

Mai.k. - l'reniior article des palpes j^ros ; les trois suivants sont entre eux comme 

2 : 2 : 1%. Antennes de '■l-\-\'i articles, atteignant les trois (juarts de la longueur du 
corps ; premier article du t'unicule rétréci à sa liase, deux fois et demie aussi long que 
gros, à col égalant le tiers de sa longueur ; les suivants jdus o(uirls, deux t'ois aussi 
longs (pie gros, à col égalant d'abord le tiers, puis la moitié de leur longueur ; le der- 
nier aminci à son l)out, mais sans prolongement. Tous sont munis dans la moitié supé- 
rieure, de cpiatre ou ciuii rangées Iransversales d'ornements sur le dessus et de deux ou 
trois sur le dessous. Verticilles de la base des segments, ainsi ^\\ï(i les deux supérieurs, à 
poils dressés ; les deux du milieu, à poils dirigés en arriére et recourbés par en haut à 
leur extrémité. 

Ailes peu assombries. Première nervure plus rapprochée du bord antérieur de l'aile 
que du cubitus. Partie basale du cubitus émettant la troisième nervure ajjrès sa moitié. 
I\ameau supérieur de la quatrième nervure à peine arqué, non relevé à sa base, plus long 
que la lige. Nervure transversale atteignant les trois quarts de la partie apicale de la pre- 
mière. Cellule cubitale à peine aussi large à son extrémité (|u'à son milieu. 

Le premier article des tarses antérieurs dépasse le tiers de la longueur du tibia ; les 
cinq articles sont entre eux comme 5 : 2% : 2': 1% : 2. (^rochels des tarses arqués, faible- 
ment dilatés en dessous du sommet. Pelote très courte, n'atteignant pas le tiers des cro- 
chets. Pince petite ; lamelle supérieure entiéie, grande, dé|)assant les articles basaux 
ongle gros, court, terminé par 8-10 spinales très rapprochées, d'où le nom de spini<irr ; 
quand on ne les observe (pi'avec un faible grossissement, ces spinules paraissent former 
une pièce unique, imitant une dent. Taille : 2,40""". 

Fkmki.i.i:. - Antennes petites, de la longueur de la tête et du thorax réunis ; le pre- 
mier article du fun icule aminci aux deux i)outs, les dix suivants en toupie renversée, 

avec un col à peine visible, man(|uant au onzième ; 
le douziénn; ou dernier article sans i»rolongenient; 
Verticilles à poils tous dressés. 

Nymphe. - Nue. Base des antennes sans dent. 
Suies du Vertex d'un tiers plus longues (|ue celles du 
tliorax. Sans spinules dorsales. Les segments 2 à 8 
|)ortenl de ciia([ue côté, vers leur extrémité, une soie 
l)rune deux fois aussi longue <|u'eux et dirigée en 
arrière ; au 8'^ segment, ces soies se trouvent avant 
les stigmates qui sont alors rapprociu'-s du bord pos- 
térieur ; neuvième segment sans soie, mais ayant de 
(■ha(iue côté, trois épines dont l'intermédiaire est la 
plus longue ; il se termine par deux lobes rappro- 
chés et terminés cliacun par (buix dents. Les autres 
caractères sont les n)émes (pie ceux (pii seront don- 
nés plus Idin pour la nymphe d .A. Mihi. 

Larve. - De couleur rosée, très mince, longue de 7>""", lisse. Suçoir profondément 
échancré en arc. Antennes insér(''es au tiers antérieur de la télc, a deuxième article deux 
fois plus long que gros. Toutes h-s papilles libres et de forme ordinaire, c'est-à-dire sans 
appendice. Je n'en ai vu ipie (pialre sur le dessus du cou, mais je pense ipie le nondire 
est de six comme dans les autres genres ; sur le dessous, trois de cha(iue côté à la base, 
( les latérales ), deux au milieu, correspondant aux papilles slernales des segments sui- 
vants, enlinégaleuKMit au milieu, deux en ellipse Iiansversale. Les papilles ventrales dispo- 
sées |)ar deux séries transversales de (|ualre, dont la première |)rès du bord postérieur des 
verrues spiniformes; le segment pénultième n'a ([u'une rangée de (luatre papilles ventrales 
sur le dessus, ce segment porte (piatre [lapilles dorsales dont les deux extérieures ne tou- 
ciient pas les stigmates, connue dans les genres prec('dents ; le segment anal porte, outre 
les huit papilles dorsales dispos(';es connue dans les autres genres, un renllement de cha(pie 
côté, sur leipiel se voient deux ou trois papilles latérales. Spatule hyaline, sans tige ; lobe 
inéliaii idus long (pie les latéraux, atteignant les pa|)illes sternales. 




- 95 — 

Œufs. - Blancs, nonibieux, cylindriques, arrondis aux deux bouts, quatre fois ausi^i 
longs que gros. 

Mœurs et habitat. - On trouve assez frécjueninient ces larves dans le bois de iiètre 
et de charme entrant en déconii>osition. Métamorphose au même endroit. Forêts de Dit- 
che. 

2. A. bidentutus n. sp. 

ri. I lig. 9. Larve : Spatule sternale et |)a|>illes sternales. 

PI. FI » 16. Pince. 

)» )) )) 2. (»viducte avec un œuf. 

lig. C. Aile. 

lig. 9. Nymphe. 




Imago. - Connue la précédente, mais abdomen pins clair, a bander traus\ersales 

brunes. Articles des antennes du mâle à col égalant 
la moitié, puis les deux tiers de leur longueur ; le 
dernier article terminé dans les deux sexes par un 
petit appendice ovalaire. Pince à ongle en massue, 
terminé par deux dents, d"oü le nom de hidentalus. 
Aile à nervure transversale égalant la nioiti('' de la 
partie apicale de la première. Cellule cubitale aussi 
large au bout (|uau milieu. Taille de la précé- 
dente. 

Nymphe. - Hilfere de la précédente par le 
segment anal dont les deux lobes sont écartés ; les 
soies du segment pénultième n'atteignent pas l'ex- 
trémité du corps. 

Larve. - Semblable à la précédente. Lobes la- 
téraux de la spatule, jdus larges (pie hauts. 

Mœurs et habitat. - Vit et se métamorphose 
dans le bois de chêne pourri. Forêts de Bitche . 



o. A. lepidus ( Winn. ) Ç 

J \ '^\i'.h\\i^ I Imago. - Celte espèce, dont Winnert/. n'a dé- 

crit que la femelle, est semblable à la précédente 
dont elle diUère peu. Articles des antennes de la fe- 
melle sans col. Cubitus énnHtant la fausse nervure 
au dernier tiers de sa partie basale. Hameau anté- 
rieur de la 4^ nervure, dépassant d'un quart la longueur de la tige. 
Mœurs. - Bois de charme ( ^^innertz ) . 

■4. A. digitatus n. sp. 

P. H. lig. 20. Antennes du mâle : base. 
)) » )) 22. Balanciers. 
» » » 0. rince. 
Imago. - Rouge ; occiput, yeux, ocelles, antennes, dessus du thorax et écusson 
bruns. Le niàle diffère des trois précédents (lar ses antennes, dont les articles n'ont 




— DG — 

qu'iuif ningi-e d'ornenieiils cl par la forme de sa pince. Antennes ayant les qnatre cin- 
(luièmes de la longueur du corps, à 2-\-\1 articles ; premier article du funicule trois fois 
et demie aussi long (jne gros, à col ayant le tiers de sa longueur; les suivants deux fois 
aussi longs que gros, à col ayant les deux tiers de leur longueur ; le dernier coni(iue, 
sans appendice. Antennes de la femelle comme celles iVA. s/tinificr. Pince à ongle hilo- 
l)é ; lobe supérieur imitant un doigl, terminé par une petite dent et |)Ortant en outre, à 
l'extrémité, da côté interne, trois dents parallèles jilns longues ; le lobe inférieur gros, 
portant au côté interne une dent uni(|ue, plus forte que les précédentes. Lamelles supé- 
rieures de l'oviducte plus longues (|ue dans les précédentes, deux fois et demie aussi 
longues que larges. Les articles des tarses sont entre eux comme 6:0:2 : i% : 1^4. 
Ailes comme celles de bidenfatiis, mais cellule cubitale plus large au bout qu'au mi- 
lieu ; nervure transversale ayant les trois (juarts de la partie ajiicale de la première. 
Taille : \%""". ( d* ) ; 2»»», ( $ ). 

Nymphe. - Comme bidcntuttis, dont elle ne diffère ([ue par son segment anal (|ui 
est inerme. 

Mœurs et habitat. - J'ai trouvé les nymphes de cette espèce en Avril, dans le i)ois 
pourri d'un vieux tronc de saule, l'rés aux environs de Bitche. 

u. Aprionus Miki. 11. sp. 

l'I. I. lig. 20 : Ongle dq la |)ince du mâle. 
PL II. lig. 34 : Crocbets et pelote. 

Celte espèce, dédiée à l'émineut diptérologiste, Monsieur J. MiU, conseiller scolaire 
à Vienne, est vaisine û'A. spiiiirier, de laquelle on la distingue facilement par 
l'ongle de la pince du mâle, terminé par uni' petile dent. Couleur rouge, à dessus du 
lliorax brun ; pattes brun rouge. 

Mm.k. - Palpes habituellement à trois articles, rarement à (juatre ; dans le premier 
cas, l'article terminal est beaucoup plus long que le précédent ; article basai renflé. 
Antennes brunes, à 2-|-12 articles ; soies de la rangée inférieure de créneaux, infléchies 
et recourbées par en haut , celles des trois autres rangées dressées et recour- 
bées au sommet. Premier article <lu funicule i)lus long ([ue les antres, rétréci à sa 
base, les suivants une fois et demie, puis deux fois aussi longs (|ue gros, à col ayant 
d'abord à peine leur moitié, puis leurs trois-quarls. Article terminal avec un petit pro- 
longement. Première nervure longitudinale visiblement plus rap|)riicliée du bord(|uedu 
cubitus ; sa portion apicale égale une fois et demie la longueur de la nervure transver- 
sale et à peine celle de la partie nu'dianedu cubitus. Partie apicale de ce dernier droite, 
aboutissant avant la pointe de l'aile. lîameau antérieur delà fourche presque droit, plus 
long que la tige dont il continue la direction ; rameau postérieur arcjué. Cellules anales 
plus hautes ciue la cellule radiale ; celle-ci à i)eine plus large que la cellule cubitale. 
Crochets des tarses arqués à la base, puis presque droils, s'amincissant en pointe ; pul- 
ville rudimenlaire, avec de longues soies. 

I'kmk i.i.K. - Les articles du funicule subconi(|ues, c'est à dire se rétrécissant insensi- 
blement en un col court ; le 1'-' rétréci à sa base, le dernier terminé par un petit pro- 
longement. Lamelles supérieures à articulation médiane |dns longue que la terminale- 
faille : 2""". 

Nymphe. - Soies faciales supérieures pins longues que les yeux ; soies faciales infé- 
rieures avant les trois quarts de la longueur de l'œil, tandis ([ue la soie latérale, lixée 
au bord de l'o-il, en atteint la longueur. Les (|uutre soies intermédiaires de la l" rangée 
et les deux intermédiaires de la seconde rangée du dessuii du thorax, aussi longues (jue 
les soies faciales inférieures ; les autres plus courtes. Soies dorsales une fois et demie aussi 
bnignes que leur pa[)ille : la I''' des isoles latérales très gntsse, brune, aussi longue (lue 
le segment, dirigée en arriére et courbée |)ar en haut à son extrémité. Segment anal avec 
une rangée transver.sale de huit .soies, bilobé à s(m extrémité ; cha(|ue lobe lisse muni de 
deux pointes liyidines et dc'passc p;ir la dcriiii'r'c p;iire de soi(>s piulon^iM-s. Point de spi- 
nnle> dorsulo. 



— !I7 — 

Larve. - Seml)lal)le à celle d'.4. s/iiiii(jcr. Spatule hyaline ; lobe médian plus long 
et deux fois aussi large que les latéraux. 

Mœurs - Dois de cliarnie pourri, dans lequel se fait aussi la métamorphose. 

Abbé .1. J. KlEFFEK. 

fA suivre). 

SYRPHIDES 

DES ENVIRONS DE MILAN 

Itr. Achille Gmii im. 

Durant mon séjour à Milan, de l'été de 18!)ö jus<(u'à la lin Je l'automne de 1811 i, mes 
recherches entomologiciues furent principalement dirigées vers les Syrphides qui se trouvent 
dans le voisinnjei'"'»''«^'';^ de la susdite ville. - Les localités (|ue je visitai le plus fréquem- 
ment et avec le plus de soin dans ce but furent celles de la Porte Magenta, de la Porte 
Vittoria, delà Porte Volta, de la Porte Homana, delà Porte Ticinese. - Mais la faune de 
ces divers points du territoire y varie aussi peu ([ue l'aspect monotone du sol. 

J'y réunissais une nombreuse collection de Syrphides que j'ai pu, dans ces deruiei s 
temps, étudier (>t déterminer complètement. - lîien que la faune diptérologique de la 
Lombardie soit déjà bien connue, grâce aux travaux de IJeyzi et de Corli sur la province de 
Pavie, je ne crois pas inutile de publier le catalogue des 42 espèces de Syrphides trouvés par 
moi près de Milan (parmi lesquelles dix n'ont pas été citées par les susdits auteurs), en y 
ajoutant cà et là quelques observations qui ue me semblent pas complètement privées 
d'intérêt. 

Ces genres sont disposés suivant l'ordre dans lequel lésa distribués liondani; pour ce 
qui est des auteurs, je n'ai indicjué que les principaux ; j'ai néanmoins cité les travaux de 
Bezzi, de Corti et le mien, parce qu'ils se réfèrent à la faune dipterologicjue de la Lombar- 
die. 

1. Gen. VOLUCELLA Geoff. 

V. zonaria iPoda) - Schin. id\ p. 550 - Meig. (8), p. iOG, T. 52, f. 27 - Dezzi (5', 
p. (lo - \'. bifasciaia (Scop.) Rond. (1), p. 28 et 50, (2), \). 2. 
Deux Ç eu dehors delà Porte Magenta - Automne de 1894. 

2. Gen. ERISTALIS l'aiu-, 

E. arbustorum (Lin.) - Rond. (1), p. 59 et 42 - (2), p. 2 - Schin. (9), p. 555 - 
Meig. (8), p. 595 - Bezzi (5), p. 06 - Griff. (7*, p. 4 - Sijrphus arbustorum Zett. (10), 
p. 059. 

Commun partout, principalement hors de la Porte Vittoria. 

E. nemorum (Lin.'j - Rond, (1), p. 59 et 41 - (2\ p. 2 - Schin. (9), p. 556 - 
Meig. (8), p. 594 - Bezzi (5), p. 06 - Syrphus nemorum Zett. (10\ p. 058. 
Assez commun paitout. 

E. pratorum Meig. (8), p. 595 (veri:iimiliter) -Schin. (9), p. 550 -E. pascuoram 
Bond. (1), p. 59 et 41 - (2), p. 2 - Bezzi (5), p. 00, 
Un c? hors de la Porte Yolta. 

E. tenax (Lin.) - Schin", (9), p. 554 - Rond. (1). p. 40 et 45 - Meig, (8), p, 385 - 
Bezzi (5), p, 00 - Griff. (7), p. 5- Eristalom;/ia teiiax Rond. (2), p. 3 - Syrphus 
icnux Zett. (10), p. 001. 

Très commun partout : vient quelquefois jusque dans la ville et visite les 
Heurs sur les fenêtres. 

E. œneus (Scop.) - Bond. (1), p. 40 et 44 - Schin. (9), p. 555 - Meig. (8), p. 584 - 
Bezzi (5), p. 60 - Ert/sialomijia œiica l'.ond. (2), p, 5 - S/jrphus œnoas Zett. (40), 
[>. 008. 



— !)8 - 

Coiiiimiu parloul, suituul eu deliors de la l'oiie Tlciiiese, sur les bords des 
clianips. 

3. Geu. HELOPHILUS Meig. 

H. floreus (l,iu.) - Schiner (9), p. "»58 - Grill". (7i, p. ."» - Eristalis floreuä Meig. 
(8), 1». 5U9 - Sijrphus floreus Zett. (10), p. GOil - Mfjailifojta ßorea llond. (1), p. 
45 - Bezzi, (3), p. 67 - Mijiathropa Jlorca Rond. (2), p. 5. 

Très commua purtdut. daus les lieux exposés au soleil el peu éloigués des cours 
d'eaux. 

H, trivittatus (l'ah.) - Uoud. (1), p. 48 el ôO - {-1}, p. ." - Scliiu. (1»), p. 540 - 
Zelt. (lOi. p. CTO - Meig. (S), p. 375 - Bezzi (5), p. 07. 

Hors de la l'orte YoUa : plutôt rare ; sur les eaux diiu couraut peu rapide ou 
stagnantes, au dessus des(iuelles il vole et sur les(|uelles il ne craint pas de se (loser. - 
.l'en vis aussi (|uel(|uos uns iiors de la l'orte Magenta. 

i. (ien. XYLOTA Meig. 

X. segnis d.inn.) - Itond. (1), p. 80 et Si - [i), |>. :> - Scliin. (0), p. 5;i5' - Zett. 
(10), p. 87i - Meig. (8), p. 220 - Bezzi (5), p. 07 - tiritr. (7), p. 5. 

Deux fols seulement je la rencontrai assez nombreuse hors de la Porte Volta, le 
long d'un ruisseau. 

X. sylvarum il.in.) - Scbin. (9). p. 3.')G - Uond. (I), p. 80 et 82 - (2), p. 5 - 
Zett. (-10), p. 870 - Meig. (8j, p. 225 - Corti (5), p. 8. 

Une Ç hors de la l'orte Magenta. - Cette $, oulre ((u'elle a le V' segment abdo- 
minal couvert d'une pubescence fulvo-dori'-e, porte encore deux taches latérales sub- 
triangulaires formées par une pubescence semblable, sur le 5« et sur le 2« seg- 
ment, caractère indi(|ué en partie par Schiner, tandis (|ue llondani allirme (juil n'y a 
point de taches sur l'abdomen de cette espèce. 

X. abiens Meig, (8), p. 218 - Schin. (tt), p. 5:>7 - l'.ond. (I), p. 80 et 81 - (2), p. 
à - X. cœriUeicenfris Zett. (10), p. 875. 
l'ne $ hors de la l'orte Volta. 

5. Gen. EUMERUS Meig. 

E. lunulatus Meig. (8', p. 210- Schin. (!»j, p. :u>i - K. urtindivornis Zett. (10), 
p. 80G - E.J'iineraUs Zett. (10), p. 807 - ? Rondani (1', p. 80 et 92. 
Deux individus hors de la l'orte Vtdta. 

6. Gen. SYRITTA St. l'argeau et Serville. 

S. pipiens (Lin.) - Rond. (1), p. 09 - (2), p. 7 - Schin. (9), p. 558 - Zett. (10), p. 
882 - Bezzi (5), p. 08 - Griff. (7), \^. 5 - A', pipiens Meig. (8), p. 215. 

Commune partout. - l'Iane souvent dans le voisinage des monceaux de fumier. 

7. Gen. ASCIA Meig. 

A. podagrica(l'ab.) - Rond, il), p. loi (2), |). 7 - Schin. (9), p. 521 - Zett. (10), 
p. 88i - Meig. (8), p. 180 - Bezzi (41), p. 55. 

.'[ors de la l'orle Voila, le long d'un ruisseau, pas rare. 

8. Gen. BACCHA rai>. 

B. elongata d'ab.j - Meig. (8), p. 197, T. 28, f. 15 - Zeit. (10), p. 895 - Bacca 
eloiujaia l'.ond. (li, p. 105 - (2), p. 7 - Bâcha clonqata Schin. (9), p. 524 -Bezzi 
(3), p. 02. 

Deux exemplaires hors de la l'orte Magenla, en des lieux (indti'agc^ ; aulomne 
1895 et automne 1894. 

A suivre). 



— 90 — 

CHRONIQUE ENTOMOLÛGIQUE 

Mœurs de l'Ecthrus Usurpator Scopoli. — M. le capUaini' Xambeu a publié dans un 
(les derniers numéros du Naturaliste une intéressante étude sur les mœurs et les niéta- 
nior|)hoses de l'Ecthrus Usurpator, lijménoptère du groupe des Piniplides. La larve de 
cet insecte vit en parasite sur celle du Corœbus bit'asciata< 01., si nuisible au chêne 
vert. L'œuf est pondu dans le corps de la larve par les procédés communs aux femelles 
des lohneumonides. Après avoir exploré a branche ou la lige. l'Ecthrus Usurpator 2 
s'arrête au dessus du point où est sa victime, s'arcix)ute sur ses pattes, dispose sa ta- 
rière à angle droit, perfore jusqu'au moment où la pointe du stylet se trouve en contact 
avec la larve et dépose dans le cor|)s de celle-ci un œuf oblong dont l'édosion a lieu 
quelques jours après La larye de l'Ecthrus vide celle du Corœbus par succion et parve- 
nue à son complet développement se construit une coque d'où sort eu mai et juin l'in- 
secte parfait. 

' Le \uturaii.slc , no i9i ; 

Amblypalpis Olivierella. — M. liecaux décrit dans le même journal un papillon 
gallicole de la famille des tinéides, dont la chenille produit des galles sur les rameaux 
de Tamarix articulata, en Algérie, et se métamorphose à l'intérieur de ces excrois- 
sances, après avoir dévoré leur partie médullaire sans jamais percer l'épiderme. Ce pa- 
pillon dont la propagation pourrait épuiser les Tamarix est lui-même attaqué par cinq 
espèces d'hyménoptères parasites, deux Braconites : Horniioptcrus Ollicicri Giraud, 
Microrjaster (laUicoius Giraud, et trois Ptéromaliens : Callimonc albipcs Giraud, Ar- 
throlysis Gui/oui Giraud et un Opius n. sp. - M. Decaux fait remarquer que ces hymé- 
noptères ont été décrits parM. Giraud sur des exemplaires sortis des galles de Limouias- 
truin Gui/onianwn. L'insecte qui produit ces galles est aussi une tinéide, l'Œcocecis 
GnijoneHa Guénée ; il faut donc admettre l'adaptation de ces paraï-ites à deux es|)èces 
de chenilles 1res voisines. 

( Le Saturulistii, wj Ü0.") ) 

Variations de l'Abraxas grossulariata . — M. S. L. Mosley, l'auteur bien connu 
de divers ouvrages sur les variations des lépidoptères, cite dans le Naturalist Journal 
le résultat des recherches de M. C. S. Gregson de Liverpool, sur les modilications que 
peut subir l'Abraxas grossulariata. M. Gregson a réussi à obtenir par une patiente 
sélection des séries d'al)errations de celte espèce, depuis le blanc Immaculé jusqu'au noir 
varié d'une bande blanche. 

c Xaliirulisl Joitniol, 1895 ) 

Hyponomeuta malinella. — Le dernier bulletin du Laboratoire régional d'Ento- 
mologie agricole de Rouen, dirigé par M, Paul Noël, signale dans les départements de 
l'Eure, du Calvados et de la Seine Inférieure la présence de chenilles de l'Htjponoincuta 
malinella sur les pommiers. Ces chenilles vivent en famille sous une toile de soie blan- 
cliàtre qui les garantit du soleil et de la pluie. Lorsqu'elles ont consommé leur provi- 
sion qu'elles avaient abritée sous la tente, elles étendent leur toile et enveloppent de nou- 
velles feuilles qu'elles mangent à leur volonté. Elles rongent tout ce qu'elles ont enve- 
loppé : feuilles, fleurs, jusqu'aux jeunes fruits à peine noués et la récolte est perdue sur 
les branches dévastées. 

Vers la lin de juin, lorsqu'elles ont atteint toute leur croissance, elles se changent en 
chrysalide. A cet effet toutes les chenilles faisant partie du même nid se suspenden- 
par les pattes de derrière, la tète en bas ; elles sont accrochées à la toile de soie et éten- 
dues droites, parallèlement les unes aux autres et très rapprochées ; chacune s'enveloppe 
dans un cocon de soie blanchâtre allongé, dans lequel elle subit sa métamorphose. L'édo- 
sion a lieu dans la première ((uinzaine de juillet. 

' Dull. aijricole, Rouen, 1895. Lahoraloire regional d'Enlomol. ) 

Psylomyia rosœ. — M. Paul Noël signale dans le même Bullelin un Diptère dont 
la larve creuse ses galeries dans les carottes. La mouche, Psylomyia ros;e, a unelonguer 
de 5 millimètres ; elle est d'un noir luisant avec une teinte verdàtre, la tête est globu- 



— 100 — 

leuse, l abdoiueii coiii()OSt'' de six segments est petit, ovale, conique à l extrémité chez la 
femelle, et muni d'un oviducle eu forme de lunette, i.a larve est couleur d'ocre, luisante, 
cylindrique, pointue à la tète, obtuse à la queue ; la tête est noire, cornée ; le corps 
est composé de onze segments sans la tète, la queue porte deux petits tubercules cornés. 
Ces insectes ont deux générations par an et la deuxième génération passe l'hiver 
en terre. 

Accouplement anormal entre des Lucanus cervus rf . — M. Louis Planet, au 
cours d'un intéressant ménioiie sur les coléoptères des genres Pse'idolucajie et Lucane 
publié dans le Naturaliste, fait allusion à des accouplements constatés entre des Lu- 
canes ollVant les ai)parences du sexe mâle. Geoffroy (Histoire abrégée des insectes, Tom. I, 
p. ()2 ) et après lui Marshani (Entom. lirit. I, p. il et 48 ) se basant sur le même fait, ont 
oousitléré la véritable femelle comme une espèce liistincte. « Cet animal, dit Geoffroy 
( loc. cit. ), en parlant de la Ç, ressemble beaucoup au |»récédent { cf ) ; quelques per- 
sonnes même ont cru (|u'il n'en différait que |)ar le sexe, prenant celui-ci pour la femelle 
et le cerf-volant pour le mâle ; mais (|uoiqu'ils se ressemblent beaucoup pour la forme, 
la grandeur et la couleur, ii est prouué que ees insectes sont de c/ijfrrcntes espè- 
ces et ne (.u[(/'èreiit pas seulement par le sexe, aijant rencontré plusieurs J'ois 
des biches accouplées ensemble et jamais avec des cerfs- volant s ». 

Ces accouplements anormaux sont assez fréquents. 

M. le Dr. Laboulbène a signalé notamment en 1839 à la Société Entomologique deux 
Melolontha vuhjaris ( cf ) accouplés et M. Planet lui-même a observé cette année au 
Bois de Boulogne deux r? de L. Cercus var. copra si réellement accouplés qu'il a pu 
les prendre et les laisser tomber à terre d'une certaine hauteur, saus que l'accouplement 
cessât d'avoir lieu. 

Les fourmis montées. — M. Charles Meissen vient, parait-il, de découvrir au Siam 
une variété de Fourmis montées. Elles sont de très i)etite taille, de couleur grise, à 
l'éclat mat. Elles se tiennent de préférence dans les endroits hcmiides et cheminent en 
trou|»e d'une allure lente ; elles se nourrissent de matières animales. De temps en tem|)S, 
ou reniartiue dans le cortège en marche une fourmi dont la taille est doul)le ou triple de 
celle des ouvrières. Sur son dos, dit M. Meissen, est « assise » une fourmi ordinaire. De 
lenqts en tenq)S ce singulier destrier (juitte la colonne et se porte en avant avec une ra|»i- 
dité extraordinaire ; puis il revient prendre sa place, portant toujours son